Les actualités à Madagascar du Samedi 27 Mai 2017

Modifier la date
News Mada44000 partages

Fadintseranana sy ny hetra : hisorohana ny hosoka mamono antoka ny fanjakana

Nanapa-kevitra ny sampandraharaha roa lehibe : fadintseranana sy ny hetra, miara-miasa  ho fampitahana ny tatitra alefan’ireo mpandraharaha na orinasa mpanondrana sy mpanafatra entana. Tanjona ny hisorohana ny hosoka mamono antoka ny fanjakana. 

Omaly, nantsoin’ireo sampandraharaha roa tonta, fadintseranana sy ny hetra, tao amin’ny Antenimieran’ny varotra sy ny indostria, ireo mpitantana na mpandraharaha, nitondrana fanazavana momba ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta. Miainga avy amin’ny fampitahana ny tatitra voarain’ny andaniny sy ankilany ny mety hahitana lesoka na hosoka, hahitana ny marina izay tokony hiditra ao anatin’ny kitapombolam-panjakana.

Fepetra raisina hanatanterahana izany ny tokony hanaovan’izy ireo tatitra mazava momba izay entana aondrana na amin’ireo entana hafarana. Hatao ny fanamarinana  amin’ny fomba maro samihafa raha hita fa misy tsy mifandraika ny tatitra voarain’ny sampandraharaha roa tonta. Nanamarika ny tompon’andraikitra avy amin’ireo sampandraharaham-panjakana ireo fa tsy midika ho sazy avy hatrany akory ny hampiharina. Manan-jo mamaly mitondra fanazavana amin’izay tatitra alefany ny mpandraharaha rehetra, sady ho fiarovana ny zon’izy ireo koa izany.

Hafa ny mpandraharaha, hafa ny manao tatitra

Noraisina ihany koa izao fepetra izao ho fanadiovana ny asan’ireo mpanondrana sy mpanafatra entana. Voamarika, ohatra, fa misy ny mametraka adiresy diso. Hafa ny tena mpandraharaha ary olon-kafa ny hasaina manao tatitra any amin’ny fanjakana. Koa manomboka izao, handefasana fiantsoana ny mpandraharaha rehetra, hasaina mitondra fanamarinana momba ny toerana tena misy ny foibeny sy izay angatahina hitondrana fanazavana. Koa raha tapitra ny fe-potoana niandrasana ireo izay nantsoina nefa tsy tonga, voatery sakanana tsy hanan-kery avy hatrany ny karatra maha mpandraharaha (NIF)* azy ireny.

Hisy fepetra fampiharana ny lalàna raha voamarina ny tsy fanarahan-dalàna amin’izay tatitra voaray. Tsara izao fomba fandrindrana asa eo amin’ny ladoany sy ny hetra izao, saingy mialoha izany rehetra izany ny fahavononana hiady amin’ny kolikoly, araka izay andraikitra tandrifin’ny tsirairay.

R.Mathieu

 NIF* : Numéro d’identification fiscale

Nasiana teny kely ny amin’ilay fitokonan’ny sendikan’ny ladoany. Nandrahona hanao izany fitokonana izany io sendika io amin’ny herinandro ho avy io, raha tsy azo ny tambin-karama takin’izy ireo. Namaly ny tale jeneralin’ny fadintseranana fa mitohy ny fifampidinihana momba izany, araka izay lalàna mifehy azy ireo.

Midi Madagasikara476 partages

Infraction douanière : Mbola Rajaonah dans le collimateur du Bianco

Mbola Tafaray fait partie des piliers financiers du régime HVM.

Après une vérification physique sur les 14 containers appartenant à la société de transit Tafaray, une « infraction sur la valeur » a été établie selon les Douanes.

Après Claudine Razaimamonjy, un autre conseiller spécial du président de la République se trouve dans le collimateur du Bianco. C’est ce qu’on peut conclure du communiqué de la Direction Générale des Douanes en date du 26 mai 2017. Dans ce communiqué, qui répond en fait à un article paru dans un journal de la Place il y a dix jours, la Direction Générale des Douanes mentionne que le Bureau Indépendant Anti-Corruption a demandé aux Douanes de procéder à une ouverture de quatorze containers, ouverts en présence de la société de transit Tafaray, pour une vérification physique. La société de transit Tafaray appartient au conseiller spécial du président de la République Mbola Rajaonah. C’est pourquoi, on le surnomme Mbola Tafaray. Dans son communiqué, la Direction Générale des Douanes affirme qu’aucune fausse déclaration n’a été découverte après la vérification. Les Douanes ont cependant constaté qu’il y a eu une infraction sur la valeur des produits enfermés dans les containers. « Par contre, une infraction sur la valeur a été établie, touchant pratiquement tous les articles de la déclaration C16206. Si la valeur déclarée était de 103 482,23 Usd, la valeur reconnue et redressée a été de 157 251,55 Usd, générant des droits compromis de 74 929 823 Ariary », souligne le communiqué de la Douane.

Piliers financiers du régime. En fait, selon la Direction Générale des Douanes, dix containers sur les 14 incriminés contiennent de l’huile alimentaire en provenance d’Oman, Emirats-Arabes-Unis. Tandis que dans les quatre restants, on y a trouvé divers produits de beauté, désodorisants, des préparations capillaires, du glutamate monosodique, du ciment, des chips, des cartes à jouer et divers articles de publicité. En tout cas, indépendamment du résultat de la vérification menée sur les 14 containers de la société de transit Tafaray, force est de conclure que Claudine Razaimamonjy ne serait pas le seul pilier financier du régime HVM à qui ose s’attaquer le Bianco dans ses actions contre la corruption. A noter que le régime en place n’est pas prêt à lâcher Claudine Razaimamonjy, et ce malgré les pressions exercées par le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) qui milite pour une justice équitable pour tous. Claudine Razaimamonjy reste jusqu’à présent hospitalisée à l’HJRA. Tandis que son beau-frère Riana Andriamandavy VII qui a été pris en fragrant délit d’actes de vandalisme contre le siège du Bianco à Ambohibao, circule dans les rues de Tana sans être inquiété.

Recueillis par R. Eugène

L'express de Madagascar408 partages

Rapt de Yanish Ismaël – Les ravisseurs réclament un million d’euros

Yanish Ismaël était à son 22e jour de captivité hier. Le captif n’est autre que le cousin de Owne Alek, kidnappé en 2014, dont le sort est jusqu’à maintenant, incertain.

Le calvaire de Danil Ismaël, père de Yanish Ismaël,  le jeune homme de vingt-six ans kidnappé au cimetière d’Ilafy dans la matinée du 14 mai, vers 10h 30, filtre au grand public. Le montant de la  rançon réclamée par les ravisseurs avoisinerait le million d’euros. Un article publié avant-hier dans Jeune Afrique indique que cet opérateur économique, à la tête de dix-neuf entreprises, subit une véritable guerre des nerfs de la part des ravisseurs. L’article indique que le 21 mai, les ravisseurs l’ont joint au téléphone pour s’entendre dire « ton fils ne va pas bien. Dépêche-toi de payer, ce n’est pas le premier que nous tuerons. Ni le dernier », et puis silence radio. Mais encore, le gang réclame une somme faramineuse. « Une somme énorme, en devises étrangères », cite Jeune Afrique.D’après cette publication, le montant s’élèverait à près d’un  million d’euros, soit l’équivalent d’environ 3,5 milliard d’ariary, une rançon quarante fois plus élevée que celui de Owne Alek, cousin de Yanish, tombé dans les griffes des malfaiteurs à Toamasina en juin 2014. Ce jeune homme, âgé de vingt-et-un ans au moment du rapt, demeure jusqu’à maintenant introuvable, malgré le versement de la rançon exigée. Des personnes de l’entourage d’Owne Alek, commencent aujourd’hui à croire qu’il a trouvé la mort, bien que le mystère soit entier autour de sa disparition.

ReprésaillesDanil Ismaël était en voyage d’affaires à Nosy Be Helville lorsque son fils a été enlevé. Moins d’une demi-heure après l’acte, il a  reçu un appel des malfaiteurs indiquant que son fils était entre leurs mains. Vers 17 heures, les bandits le recontactent pour imposer leurs conditions, « aucun dépôt de plainte et si tu coopères, nous ne ferons rien à ton fils », cite Jeune Afrique.Faute de plainte, la marge de manœuvre de la police criminelle est réduite, bien qu’elle soit en liaison avec le Collectif des français d’origine indienne de Madagascar (CFOIM), créé pour gérer ce type de crise. CFOIM ainsi que les services de l’ambassade de France à Madagascar.Le captif  était monté dans sa berline après s’être recueilli devant la sépulture de son grand-père lorsque les assaillants ont frappé. Un tout-terrain a surgi de nulle part pour lui bloquer la route. Encagoulés et munis de Kalachnikov, des occupants du 4×4 se sont rués vers lui pour le tenir en joue et l’obliger à monter dans leur véhicule. En voyant les bandits à l’acte, un policier chargé d’assurer la sécurité d’une autre famille indienne a ouvert le feu avec son arme automatique mais les ravisseurs ont repliqué le touchant de deux balles à l’abdomen. Le policier a succombé à ses blessures au bout de six jours de soins intensifs.Un dimanche par mois, Yanish Ismaël se recueille sur le tombeau familial selon l’article de Jeune Afrique. Accompagné de son jeune neveu au moment des faits, il n’aurait pas jugé nécessaire de se faire escorter par des gardes du corps armés. Visiblement très bien informés, les bandits ont sauté sur l’occasion pour sévir.

Recueilli par Andry Manase

Midi Madagasikara280 partages

Mpanely tsaho tamin’ny Facebook : Nadoboka eny Antanimora vonjimaika

Lehilahy iray manodidina ny 39 taona no nadoboka am-ponja vonjimaika taorian’ny fihainoan’ireo mpitsara mpanao famotorana azy teny Anosy. Voarohirohy tamin’ilay resaka firodanan’ny tonelina Ambanidia ity ranamana ity satria izy no isan’ny fositra tamin’ny fielezan’ilay vaovao tsy marina tao anaty tambajotra Facebook. Ny ampitson’ny nielezan’ilay tsaho, izany hoe ny alarobia teo, ity mpiondana tambajotra sosialy ity no voasambotry ny pôlisy misahana ny ady heloka bevava etsy Anosy teny Andavamamba. Nitarika fikorontanana teto an-drenivohitra tokoa iny resaka tonelina nirodana iny, ary nampisy fiantraikany maro tamin’ny fiaimpiainana sy ny andavanandron’ny mponina mihitsy. Noho izay resaka korontana naterak’ilay vaovao tsy marina izay no antony nandraisan’ireo tompon’andraikitry ny filaminana fepetra ny amin’ny loharano niavian’ilay tsaho. Nisy araka izany ny fifandrimbonan’asa teo amin’ny « Direction d’Information de Système Informatique et Transmition (DISIT), ny BC ary ny Cybercriminalité, ka izao nahasarona an’ity ranamana ity izao. Niaiky tanteraka moa izy tamin’ny fanadihadiana natao azy fa nanaparitaka izany vaovao diso izany. Asa, tsy nampoizina hisy fiantraikany lehibe tahaka an’iny angamba ilay tsaho naeliny. “Nofafany mantsy rehefa vita ny fanaparitahana nataony ary mba ho fampilazana ireo fianakaviany no antony” raha ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisy hatrany. Omaly no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ity lehilahy ity ary dia izao nampidirina am-ponja vonjimaika izao. Izany tokoa ilay hoe zavatra tsy voahevitra kely foana dia mety hampiditra angano !

m.L

L'express de Madagascar211 partages

Air Madagascar – Signature de partenariat reportée

L’entrée officielle de la compagnie Air Austral dans le capital d’Air Madagascar connaîtra un petit retard.

Un petit report sur le calendrier. L’entrée officielle de la compagnie Air Austral dans le capital d’Air Madagascar ne se fera pas le 31 mai, comme il a été prévu initialement. La signature du contrat de partenariat et du contrat de partenariat d’action connaîtra un report de date. De source proche du dossier, la signature de ces documents se fera au mois de juin. « Le dossier est déjà ficelé. La disponibilité de certains signataires et autorités en est la principale cause de ce petit report », indi­que la source.Par ailleurs, d’autres sources affirment que l’apurement des passifs de la compagnie malgache retarde le dossier. Le gouvernement aurait des difficultés à trouver les moyens et le budget nécessaires pour éponger les dettes de la compagnie aérienne. Pour le moment, Air Madagascar n’a pas officiellement communiqué le montant de ses dettes mais l’on sait qu’il est assez important. Les résultats de l’audit annoncé et mené depuis le début de l’année ne semblent pas encore été rendus publics. Le seul chiffre disponible était celui annoncé par l’ancien directeur général de la compagnie Gilles Filiatreault en janvier 2016. Le canadien avait parlé dans les colonnes d’un quotidien de la capitale d’une somme colossale de76 millions de dollars.

Du retardDe nombreuses opérations sont envisagées par le gouvernement pour le remboursement de ces dettes. D’après les explications du président du conseil d’administration de la compagnie Air Madagascar, Léon Maxime Rajaobelina, à l’issue d’une signature d’un mémorandum entre les deux compagnies en avril, « il y aura des opérations d’accordéons » pour ef­facer les dettes.Le remboursement de la totalité des dettes d’Air Mada­gascar retarde non seulement l’entrée d’Air Austral dans son capital mais aussi le décaissement de la deuxième tranche du fonds élargie de crédit (FEC) dans le cadre de l’accord avec le Fonds monétaire international.Sélectionnée contre toute attente en mi-mars, face au géant des airs Ethiopian Airlines, la compagnie régionale réunionnaise détiendra 49% du capital de la compagnie Air Madagascar et l’État gardera les 51%. Ce sera la composition des actionnariats de la compagnie Air Mada­gascar après la signature de ces documents.  Alors qu’actuellement, elle est détenue à plus 90% par l’État malgache. Les près de 10% restants sont partagés entre la compagnie Air France, le personnel, l’assurance Aro, la société Sonapar et l’assurance Ny Havana.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara130 partages

Ambonin’Ampamarinana : Le panneau « ANTANANARIVO » démonté par la CUA

Le panneau « ANTANANARIVO » a déjà été enlevé il y a quelques mois.

Joint au téléphone hier soir, un haut responsable au niveau de la CUA s’est défendu d’évoquer les motifs de cette initiative.

La Commune Urbaine d’Antananarivo tente par tous les moyens d’effacer de la mémoire collective tous les souvenirs et réalisations du régime transitoire. Un an et demi avant l’échéance électorale de 2018, l’équipe du « Tiako i Madagasikara » décide de démanteler toutes les infrastructures considérées comme le symbole de la Révolution orange d’Andry Rajoelina. Après avoir enlevé les statues érigées durant la période transitoire notamment sur le rond-point d’Anosikely et sur le rond-point devant le Magro Ankorondrano, la CUA a également démonté le panneau « ANTANANARIVO » qui se trouvait sur la colline d’Ambonin’Ampamarinana. Cela fait déjà quelques mois que les Tananariviens et les touristes présents dans la Ville des Mille ne peuvent plus admirer la présence de cette enseigne que bon nombre d’observateurs comparent au panneau « Hollywood » édifié sur le « Mont Lee », dans la ville californienne de Los Angeles. Si le panneau « Hollywood » aux Etats-Unis est classé monument historique, l’écriteau « ANTANANARIVO » sur la colline d’Ambonin’Ampamarinana pour sa part est désormais classé au rebut par la Commune Urbaine d’Antananarivo. Joint au téléphone hier soir, un haut responsable au niveau de la Mairie de Tana a confirmé que le démantèlement de ce panneau a été décidé il y a plusieurs mois. Il s’est toutefois défendu de s’exprimer sur les motifs de cette initiative.

« Coup politique ». Bon nombre d’observateurs soupçonnent un « coup politique » de l’ancien président Marc Ravalomanana et du parti « Tiako i Madagasikara » visant à affaiblir le « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR). Depuis quelque temps, l’ancien exilé d’Afrique du Sud enclenche la vitesse supérieure dans le cadre des préparatifs de l’élection présidentielle de 2018, en multipliant les descentes au niveau de tous les districts de la Grande Ile. Reste à savoir si avec cette stratégie, le « TIM » parviendra à ses fins. Les détracteurs de l’ex-Chef de l’Etat, faisant référence à ce qui se passe actuellement à la Mairie de Tana, accusent le TIM d’être incapable de diriger le pays. En effet, depuis son accession à la tête de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana est notamment pointée du doigt par rapport aux problèmes d’enlèvement des ordures et de l’assainissement de la Ville des Mille, mais aussi par rapport à la gestion des marchés communaux et la situation des marchands ambulants. Mise à part la ville d’Antsirabe, Antananarivo, la Capitale est aussi considérée comme le fief du « Tiako i Madagasikara ». Cependant, plus d’un, pour ne citer que les habitants des bas quartiers, accuse Marc Ravalomanana et son épouse Lalao Ravalomanana d’être incapables de construire de nouvelles infrastructures pour Tana. On se demande également quand est-ce que l’équipe du « Tiako i Madagasikara » va quitter l’Hôtel de Ville d’Analakely qui a été construit par le « TGV » et inauguré en 2010 par Andry Rajoelina.

Davis R

Tia Tanindranaza85 partages

Vahoaka mahantra,fanjakana be marenina“Ho avy ny fidinana an-dalambe !”

Mamerimberina foana aho fa raha fampihavanam-pirenena tena izy dia tsy maintsy hatao mba hisian’ny filaminana eto amin’ny tany sy ny fanjakana.

 Ilaina izany, ary ilaina mialoha ny fifidianana mba hahatonga ny olona rehetra ho tony, hoy i Marc Ravalomanana, omaly. Ireny teny amin’ny Panorama ireny dia mampiseho fa be dia be ny olona, na mpanohitra na olon-tsotra dia samy milaza fa mampitahotra ny fifidianana ho avy. Samy mitebiteby ny rehetra. Raha eo amin’ny lafiny fiainam-pirenena, 7 taona aho no teo ary mahita fa tsy mandeha amin’ny lalana tena izy ny fitondrana amin’izao. Tsy mandeha amin’ny tena izy ny rafitra rehetra misy eto fa mandeha any amin’ny kolikoly, feno fampitahorana. Noraisiny ho ohatra ny zava-nisy tany Bruxelles afak’omaly. Nandritra ny fitsidihan’ny filoha Amerikanina Donald Trump dia nilahatra teny daholo ilay olona tsy tia azy ary nampiseho sorabaventy. Nahazo naneho hevitra an-kalalahana izy ireo. Eto amintsika, raha manketsy Analakely na amin’ny toerana hafa dia tsy azo atao fa avy ny Emmo-Reg. Mbola ho avy ihany ny fotoana hahasahian’ny vahoaka hanehoany ny filaharambeny. Ho tonga amin’izany io raha tsy mitandrina ny fitondram-panjakana, hoy ity filoha teo aloha ity. Efa tena mihatra any an-tsoso-koditra ny fahantrana ho an’ny Malagasy, mibaribary ny tsy fahaiza-mitantan’ny mpitondra sy ny vahaolana tapi-maso. Manampy trotraka ireo ny valy boraingina arahana fampiderana herim-pamoretana manoloana ny fanakianana na adihevitra henjankenjana. Ireny rehetra ireny mitambatra no hahafeno ny kapoaka ka hampitroatra ny olona, raha tsy misy ny fahendrena mandray andraikitra handamina sy hihavana ataon’ny mpitondra.

Toky R

 

Midi Madagasikara84 partages

Fausses déclarations : 28 importateurs et 42 exportateurs suivis de près

La DGI et la DGD améliorent leurs échanges de données pour lutter contre les fraudes.

Le couplage de données entre la Direction Générale des Impôts (DGI) et la Direction Générale des Douanes (DGD) est renforcé. Des entreprises classées « à haut risque » ont été identifiées.

Les réformes se poursuivent au niveau de l’administration fiscale et douanière. Certaines des améliorations ont été apportées suite aux requêtes du secteur privé, selon Bruno Razananirina, directeur de Cabinet auprès du Ministère des Finances et du Budget (MFB). En effet, les luttes contre les fraudes fiscales et contre les importations sauvages ont été soulevées par les opérateurs économiques, pour éviter la concurrence déloyale. Pour ce faire, la DGI et la DGD ont procédé à des échanges de données. « Les chiffres déclarés par certaines entreprises au niveau de ces deux directions générales sont incomparables à cause des différences énormes, alors qu’il s’agit des mêmes activités. L’administration a procédé à la confrontation de données pour l’exercice 2015. Les entreprises qui ont déclaré des chiffres différents au niveau du fisc et des douanes doivent fournir des explications concernant la différence. Si les motifs évoqués sont valables, les imperfections seront corrigées. Dans le cas contraire, des contrôles seront effectués pour voir s’il y a fraude ou non », a expliqué directeur de Cabinet du MFB.

Conjoints. D’après le DG des Douanes, Eric Narivony Rabenja, l’étude réalisée pour l’exercice 2015 a considéré 80% de la valeur totale des importations et 85% de la valeur des exportations. « Nous avons axé l’étude sur les 164 plus grands importateurs et les 11 plus grands exportateurs. Parmi ces entreprises, nous avons identifié 28 gros importateurs et 42 exportateurs à haut risque. Des contrôles a posteriori seront lancés conjointement par la DGD et la DGI », a indiqué le DG des Douanes. Techniquement, la différence entre les déclarations faites auprès du fisc et de la douane est souvent causée, par des surfacturations ou des sous-facturations ; autrement dit, des fraudes. Des cas d’utilisation de prête-noms et de fausses adresses sont également identifiées, d’après la DGI.  Les opérateurs concernés seront convoqués pour enquête, d’après les explications.

Antsa R.

Midi Madagasikara84 partages

Traite des êtres humains : Sensibilisation à Ankorondrano

La projection de mercredi dernier a suscité l’intérêt des riverains du quartier.

La traite des êtres humains prend une ampleur alarmante. Face à ce constat, la société civile se mobilise, à l’instar de l’association « Za Malagasy tsy manaiky fanandevozana », présidée par Zaiarivelo Tafitasoa. Ayant obtenu le financement de l’UNESCO grâce à la pertinence de sa démarche; elle réalise actuellement un projet d’information et d’accompagnement des victimes, ou des potentielles victimes de traite des êtres humains.

Centre mobile. Depuis le 12 mai pour Tanà (pour Analamanga) et le 5 mai pour Nosy-Be (pour DIANA), le projet prend la forme d’un centre d’écoute mobile, implanté ponctuellement au niveau des « fokontany », pour partir de la base.  Le centre mobile opère pendant un mois dans chaque « fokontany ». Pour ce mois de mai, ce fut le tour du « fokontany » d’Ankorondrano d’accueillir le centre mobile ; « la population à faibles revenus étant une cible privilégiée des trafiquants d’êtres humains » selon Ravinala Andriamanana., responsable au sein de l’association.

Projection. Mercredi, une projection d’un documentaire sur la traite d’êtres humains suivie d’un débat a eu lieu à Ankorondrano. Après ce « fokontany », ce sera à celui d’Ankadimbahoaka Andrefana de bénéficier des activités du centre. L’endroit fut expressément choisi. Ravinala A. de rappeler : « Il intègre le stationnement « Fasan’ny Karana », lieu stratégique pour quelques-unes des formes de la traite des êtres humains à Madagascar ».

Trois conditions. Les sciences sociales avancent que trois conditions sont à réunir pour qu’il y ait trafic d’êtres humains. D’abord, il faut qu’il y ait action c’est-à-dire que le sujet se soit déplacé et accueilli d’un lieu à l’autre. Ensuite, il faut que des moyens implicites et illicites aient été déployés pour mener à cette action (le sujet peut être menacé, soudoyé, etc.) Enfin, il faut que le sujet soit exploité et maltraité (violenté, sous-payé, etc.). Ainsi, bon nombre d’individus seraient victimes sans le savoir ; alors que d’autres parfaitement conscients (le cas des travailleuses du Koweït, Liban, etc.), y foncent tête baissée…

Luz R.R

L'express de Madagascar78 partages

Maurice – Deux Malgaches arrétées avec de l’héroine

La fouille d’un bateau en provenance de Madagascar a permis la saisie de 7,6 kg d’héroïne. Deux Malgaches résidentes à Maurice ont été arrêtées.

Un trafic de drogue qui tourne à plein régime. Mercredi, en inspectant un conteneur en provenance de Madagascar, l’unité mauricienne de lutte contre la drogue et la contrebande (ADSU) ainsi que la section douanière anti-narcotique (CANS), ont mis la main sur 7, 6 kilogrammes d’héroïne et 6,6 autres kilos de chanvre indien. La valeur marchande de cette cargaison de produits stupéfiants est de 118 millions de roupies, soit l’équivalent de 8,9 milliards d’ariary. En revanche, l’héroïne à elle seule est estimée à 114 millionsd’ariary. Identifiées comme étant les importatrices de toutes ces drogues, deux ressortissantes malgaches, dont la première, quarante-trois ans, résidente de Notre-Dame et la deuxième, quarante-et-un ans, habitante de Vallée Pitot, ont été arrêtées.Débarqué du navire John Rickmers qui a jeté l’ancre  à Port-Louis dimanche, le conteneur a mis la puce à l’oreille des fonctionnaires de  l’ADSU et de la CANS, qui ont décidé d’effectuer une fouille conjointe mer-credi. Des indices troublants ont titillé les limiers, guidés par le flair de Seunjie et Milo, deux chiens pisteurs de la CANS.

Livraison contrôléeIls ont mis à nu le trafic en  scrutant des statuettes en bois ainsi que des tables enfermées dans le conteneur. Le passage au rayon X de ces objets a permis de déceler la drogue.La Malgache de quarante-trois ans est la destinataire de la cargaison. Soumise au feu roulant des questions, elle  a nié en être la propriétaire bien que celle-ci soit à son nom. L’ADSU a en revanche, réussi à remonter de fil en aiguille jusqu’à la deuxième présumée trafiquante, âgée de quarante-et-un ans, après avoir ouvert le conteneur.Les deux Malgaches feraient office  de couverture  pour un grand manitou de l’importation de drogue dure, basé dans le Nord de l’île sœur. Celui-ci a été tout récemment placé sous les verrous. La thèse selon laquelle le produit stupéfiant intercepté a été commandé par un autre dealer avant d’être placé à l’ombre, est privilégiée.

Recueilli par Andry Manase

Midi Madagasikara61 partages

Transit Tafaray : Une infraction sur la valeur douanière

Les douanes malgaches viennent d’établir une infraction sur la valeur douanière pratiquée par le Transit Tafaray. Dans un communiqué publié hier, la Direction Générale des Douanes indique notamment : « En revanche, une infraction sur la valeur a été établie, touchant pratiquement tous les articles de la déclaration C16206. Si la valeur déclarée était de 103 482, 23 USD, la valeur reconnue et redressée a été de 157 251, 55 USD, générant des droits compromis de 74 929 823 ariary ». Notons qu’il s’agit d’un communiqué relatif à un article paru dans un quotidien le 17 mai dernier.

R.Edmond

L'express de Madagascar58 partages

Éducation – Le calendrier scolaire prolongé

L’année scolaire 2017-2018 s’étalera jusqu’en août. Le nouveau calendrier préoccupe certains parents.

Réforme. L’enseignement pour l’année scolaire suivante s’étalera jusqu’en août 2018, selon le nouveau calendrier scolaire officiel annoncé par le ministère de l’Éducation nationale (MEN), hier. Elle débutera le 2 octobre pour s’achever le 3 août. « C’est un basculement progressif vers l’année scolaire mars-décembre, indiqué dans le plan sectoriel de l’éducation (PSE) que nous projetons d’appliquer d’ici 2022 », précise le Dr Todisoa Andriamampandry, directeur général de l’éducation fondamentale et de l’alphabétisation (DGEFA) du MEN.A cet effet, les dates des examens officiels seront repoussées. Le CEPE se tiendra le 31 juillet 2018, et le BEPC, les 20, 21, 22 et 23 août. Les parents d’élèves des écoles privées, notamment ceux des écoles suivant le système éducatif français, se sentent un peu frustrés. « À l’école de mes enfants, les cours ont toujours commencé en septembre. Je ne sais si cette année, son école va suivre ce nouveau calendrier ou rester sur l’ancien », se préoccupe Lanto Randriamano-hisoa, une mère de famille. Cette mère de trois enfants craint de devoir payer plus de dix mois de frais de scolarité. Cette même inquiétude est ressentie par les parents d’élèves des établissements scolaires qui n’ont payé jusqu’alors que neuf mois de frais de scolarité.« Payer les neuf mois de frais de scolarité était déjà dur pour nous. Nous allons peut-être transférer nos enfants dans des écoles publiques pour pouvoir continuer à les scolariser », avance, tout pensif, Tojonirina Andrianasolo, un commerçant de fleurs à Anosy.

Trente-neuf semainesPour l’instant, les écoles privées n’auraient encore rien décidé. D’autant plus que le MEN leur donne libre choix. « Chaque établissement aura le devoir d’expliquer aux parents en quoi sont utilisés les frais de scolarité. Si cela est effectif, il ne devra pas y avoir de problème », recommande le père Jules Ranaivoson, directeur national des Écoles Catholiques (DINEC).Les directeurs d’écoles privées consentent à ce calendrier. « Cela nous va! Le MEN a failli débuter la prochaine année scolaire le 23 octobre et effectuer les examens officiels en septembre, pour opérer au basculement en trois ans. Mais c’est impossible! », se réjouit Célin Rakotomalala, directeur national des écoles privées. Le DGEFA l’entérine. « Nous ne pouvons pas atteindre le calendrier scolaire de mars-décembre, en 2020. Il ne sera effectif qu’en 2022 », souligne-t-il. Jusqu’à cette date, l’enseignement se ferait en trente-neuf semaines.Pour 2018-2019, l’année scolaire est prévue entre le5 novembre et le 20 septembre. Pour 2019-2020, il débuterait le 6 janvier pour se terminer le 20 novembre. Pour 2020-2021, ce serait du 1 février au 3 décembre. En 2022, nous reviendrions à trente-six semaines d’enseignement. La rentrée scolaire serait le 1er mars et les élèves partiront en grandes vacances le 3 décembre. Des directeurs d’écoles privées souhaiteraient encore en discuter.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara58 partages

Métier hors du commun : Masseur de rue dans le centre ville

Décidément, on aura tout vu dans le centre ville. Un métier est en train de prendre son élan sous les arcades d’Analakely. Massage de rue. Un métier il faut dire, hors du commun et impressionne d’ailleurs les usagers de la place. Il aura suffi d’un petit espace en pleine rue, à l’abri des regards si le client veut garder son intimité, et le tour est joué. L’artiste s’appelle Levelo. Ce quadragénaire brandit avec lui une plaque avec l’inscription « Don : otra-massage-reraka-manakotsako », littéralement « Don : massage, fatigue, douleur musculaire ». Il n’a besoin de publicité ni de support de communication pour lancer son business. Il est pourtant connu dans tout Analakely et ses clients ne manquent pas, le bouche-à-oreille aidant. Levelo explique qu’il a un don pour le massage. « Je viens d’Ambatondrazaka et est issu d’une famille de masseurs. Ce bienfait que je peux dire inné s’est transmis de génération en génération dans notre famille » a-t-il soutenu. La personne pratique la réflexothérapie, ce type de massage pourtant d’origine chinoise, et qui se base sur la paume des pieds. Les commerçants de rue, les agents de sécurité et les autres gens qui ont leur gagne-pain à Analakely se fient à sa prestation. Un petit moment de relaxation qui se fait parfois sous les yeux des passants, des clients, des automobilistes et les nombreuses personnes qui fréquentent le centre ville. A hauteur de 2 000 ariary, Levelo propose un massage qui part de la plante des pieds et parfois avec un petit surplus, il va jusqu’à un massage complet. Des gens comme lui, il y en a tout au plus trois au centre ville. Mais ils savent naturellement s’organiser et chacun respecte son territoire. Ils ont par ailleurs leur clientèle qui appellent par leur numéro téléphonique pour fixer un rendez-vous. Sacré Levelo, un individu qui apporte un moment de bonheur aux travailleurs physiques d’Analakely…

D.R

Madagascar Tribune51 partages

La « malade imaginaire » sème confusion et zizanie

Enième épisode de l’affaire Razaimamonjy : le délai légal de son « hospitalisation » (45 jours) est dépassé aussi devrait-elle maintenant regagner la place où elle aurait du être depuis la décision de sa mise sous mandat de dépôt, c’est-à-dire la prison. Mais le gouvernement dirigé par Mahafaly Olivier, farouche défenseur la « bienfaitrice » du HVM ne veut en aucun cas qu’elle croupisse en prison et cherche tous les moyens pour la garder au moins à l’hôpital à défaut de l’étranger. Le syndicat des magistrats (SMM) dirigé par Fanirisoa Ernaivo de son côté cherche tous les moyens pour que la milliardaire trouve le chemin de la prison. Aussi les magistrats font-ils savoir qu’un comité médical devrait être mis sur pied pour se pencher sur le cas de la milliardaire et décider si elle devrait encore rester à l’hôpital ou pourrait regagner la prison.

Au moins, cette affaire a eu le mérite de mettre au grand jour la grande « corruption » et ses réseaux à Madagascar. A cause de cette affaire tout le monde est contre tout le monde. La Présidence contre Claudine, le gouvernement et la Présidence contre le SMM, l’hôpital HJRA contre le SMM, les pénitenciers contre le gouvernement, l’opinion contre le HVM le gouvernement et la présidence…. Et pendant tout ce temps là, les vrais problèmes sont oubliés, tout occupés qu’ils sont à protéger la « bienfaitrice » du HVM.

Midi Madagasikara49 partages

Exportation de femmes au Koweit : Deux passeurs pris en flagrant délit

Arrêtés ce mercredi 24 mai pour tentative d’exportation de femmes au Koweit, deux hommes ont été déférés au Parquet du Tribunal de première instance Anosy, hier. Des éléments du service central des enquêtes spécialisées et de la lutte contre les fraudes documentaires (SCESLF) les ont surpris avec deux femmes dans la cour du bureau de passeports Anosy. Selon les informations, ils sont venus pour les formalités concernant les passeports de ces deux femmes. Six copies d’acte de naissance, quatre certificats de résidence, trois photocopies de CIN, et deux certificats de visite médicale ont été saisis sur eux. L’enquête a révélé qu’en échange de leur service, chaque candidate doit payer 1 400 000 ariary à ces deux individus. Et cela depuis l’hébergement dans la Capitale jusqu’à  l’expédition au Koweit.

T.M.

Midi Madagasikara41 partages

Football : Bolida joue sa vie dimanche

Bolida de son vrai nom Nomenjanahary Lalaina va-t-il retrouver la Ligue 2 avec son club actuel, le Paris FC ? C’est toute la question qui se pose à la suite de la défaite des Parisiens de 1 à 0 sur leur pelouse. Des Parisiens sans doute trop timorés devant Orléans dans le cadre du barrage aller pour l’accession en Ligue 2 et qui ont laissé passer leurs chances de prendre une sérieuse option telle une victoire avant le déplacement à Orléans.

Le match retour aura lieu, en effet, dimanche à Orléans. C’est dire le travail qui attend Bolida et ses camarades, car on sait que ce ne sera pas toujours facile d’évoluer devant un public hostile.

Toutefois le Paris FC qui a connu huit victoires sur ses dix derniers matches et donc des victoires à l’extérieur est en mesure de brouiller les cartes. Du moins si le staff technique parisien ne s’amuse pas à changer une équipe qui a gagné.

Ce qui était le cas mardi puisque Bolida, pourtant auteur d’un match parfait lors de la dernière journée de National avec un but et une passe décisive, était resté sur les bancs.

Paris FC et tout le staff technique sauront-ils tirer les leçons de cette défaite ? Certainement. Mais une chose est certaine, Bolida se sent de taille à mouiller son maillot pour peu qu’on lui donne une occasion. C’est un professionnel et il sait plus que tout autre que son avenir se joue sur ce match de dimanche.

Clément RABARY

Midi Madagasikara36 partages

Trophée Golf de Madagascar : 10 compétitions pour attirer les touristes VIP

Le tourisme de luxe peut se pratiquer à Madagascar, selon le ministre Roland Ratsiraka.

Le Trophée Golf de Madagascar est lancé. L’objectif principal est de faire connaître la destination Madagascar, selon le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka. Ce Trophée, qui se tient d’avril jusqu’en septembre 2017, comporte dix compétitions, dont neuf sont organisées en France et une à Madagascar. « Les chefs d’entreprises à Madagascar pratiquent le Golf. De même pour le patronat en France, à Maurice, etc. Il faut entrer dans ce milieu élitiste pour toucher les leaders d’opinions et promouvoir la destination Madagascar », a affirmé le ministre, hier lors de la présentation du Trophée. En effet, il ne s’agit pas d’un simple événement sportif. Durant chaque compétition, une séance de promotion de la destination « l’île aux trésors » est prévue. D’après les organisateurs, les golfeurs seront accueillis autour de quelques délices malgaches. Des produits artisanaux et des épices malgaches y seront également en vente. Bref, il s’agit surtout d’une occasion de présenter aux VIP les richesses touristiques de la Grande Ile. D’après le ministre, de potentiels partenaires ont déjà parlé de construction du plus grand terrain de golf de l’Océan Indien à Madagascar ; et d’un hôtel de luxe pour les milliardaires avec des tarifs allant jusqu’à 10 millions d’Ariary la nuitée.

Antsa R.

Midi Madagasikara35 partages

Le football en deuil : Annette Mboty n’est plus !

L’équipe du FC BFV de 1997 avec Haja, Hery Be, Nene, Totomainty Anicet, Bonbon et Nahoda pour ne citer que les cadres de l’époque.

Consternation dans le petit monde du football en apprenant hier la mort d’Annette Mboty, la présidente du mythique club du Football Club BFV qui a été la seule équipe à se hisser jusqu’en demi-finale de la Coupe d’Afrique des clubs.

Annette Mboty est partie hier pour un monde meilleur. Celle que tous les proches qualifient de la plus cool des présidentes de club, restera à jamais gravée dans les mémoires des férus du football tant elle a su s’intégrer dans la moule pour offrir une image exceptionnelle de ce que c’est la gestion d’une équipe.

Son tandem avec le regretté Claude Ravelomanantsoa qu’elle appelait affectueusement Ntsoa, est tellement réussi qu’on lui attribuait le palmarès élogieux du FC BFV qui n’a pas malheureusement survécu à l’arrivée de nouveaux dirigeants qui n’ont rien compris au football. Ils prenaient pourtant le relais d’un autre mordu de foot en l’occurrence le DG de l’époque, le regretté Ramasinaivo.

Annette incomprise. En fait ce trio forme un tout, mais le plus pour Annette Mboty, c’est qu’elle faisait office de mère de famille pour tous les joueurs qui faisaient d’elle sa confidente. Logique donc si cette présidente vraiment pas comme les autres, parvient à enfiler les victoires avec une facilité déconcertante. Le tout avec un réel dévouement malheureusement incompris des gens qui nous gouvernent.

Pour des raisons qui restent obscures, Annette Mboty a été la grande oubliée pour la remise des récompenses pour les sportifs. Cela avait pourtant pris l’allure d’une braderie comme si le ministère des Sports avait voulu bâcler la cérémonie. A moins que ce ne soit par méconnaissance. Ce qui est encore plus grave.

Ceci expliquant cela, la famille d’Annette Mboty à qui Midi Madagasikara exprime ses sincères condoléances, n’a trouvé mieux que de partir sur le champ pour ramener, dès hier, la dépouille mortelle dans sa ville natale, à Diégo. A quoi bon en effet…

 Repose en paix Madame la Présidente…

Clément RABARY

Tia Tanindranaza34 partages

Fiainam-pirenena sy fifidiananaMiomana fatratra ny TIM

Omena fiofanana ireo mpitarika ny antoko Tiako i Madagasikara (TIM), avy amin’ireo distrika 13 amin’ny faritra Analamanga, ka nosokafana omaly teny amin’ny Magro Behoririka.

 Fanombohana ihany ny eto Antananarivo fa hiitatra manerana ny Nosy ny hetsika. Mizara 3 ny fanofanana. Ny voalohany dia fanamafisana an’ilay maha antoko TIM, dia ny tanjona kendreny sy ny takiana amin’ireo mpikambana olom-pirenena Tiako i Madagasikara. Ny faharoa dia ny fanomezana azy ireo ny tsara ho fantatra mahakasika ny raharaham-pirenena sy ny vinan’ny antoko TIM  amin’izao fotoana. Fahatelo ny fampandraisan’anjaran’izy ireo amin’ny atrikasa izay atao mba hisy valiny andrasana aminy aorian’ny fampiofanana. Natintranterin’i Marc Ravalomanana ny momba ny demokrasia sy ny fampihavanam-pirenena, ka nilazany fa tena mihidy aman-trano ao ny fitondrana. Mino aho fa ho sempotra ao ireo ny farany, ity aho eto, hoy izy. Tsy mbola nisy firenena teto ambonin’ny tany manidy varavarana toy izao ka milamina. Anjaran’ny fitondrana no mieritreritra fa ny anay TIM, izay izaho no filoha nasionaliny, dia atao aloha ny fanofanana ireo depiote, senatera, ny Dis-TiM ny zavatra tokony harahana. Tsy maintsy miomana satria raha ny fifidianana tena izy sy mandeha amin’ny rariny sy ny hitsiny izany, tena ho sarotra na tsy hisy mihitsy. Aiza ve ka sefo fokontany, izy ihany no nanendry azy dia io ihany no hisolotena ny CENI dia izay tiany atao eo no ataony. Amin’ny maha antoko lehibe ny antoko TIM dia ilaina ny fampiofanana ireo mpitantana sy ny mpitarika eny anivon’ny distrika ireny ary ny antoko TIM dia mamolavola olom-pirenena vanona sy mandray andraikitra. Ny lalàna mifehy ny antoko politika rahateo dia mitaky ny fanofanana ireo mpikambana ao aminy izay ho olom-pirenena vanona amin’ny fotoana rehetra mihitsy, hoy kosa ny loholona Olga Ramalason.

Toky R

 

 

L'express de Madagascar33 partages

Run-Shifting day – Peugeot et Citroën à l’honneur

PSA Le Club organise le Shifting Day, ce dimanche à Arivonimamo. Les meilleurs pilotes sur Peugeot et Citroën seront spécialement primés.

La saison avance à vive allure et le championnat de Mada­gas­car de run voitures sur 400 mètres en est déjà à sa troisième manche, ce dimanche à Arivonimamo.La course portera l’appellation de Shifting Day. Il s’agit du premier événement officiel signé PSA Le Club, qui collaborera avec l’Asacm. Et pour marquer le coup, les organisateurs offriront des trophées spéciaux aux meilleurs pilotes évoluant sur Peugeot ou Citroën.« Passion Sport Auto ou PSA Le Club a été créé en 2012. Aujourd’hui, nous dénombrons cinquante-huit membres actifs, tous des inconditionnels de Peugeot et Citroën, roulant en 106 S16, Saxo VTS, 205 GTI, 405 Mi16, Xsara VTS, 306 S16 et autres… Pour innover, nous offrirons des trophées spéciaux aux trois meilleurs coureurs sur Peugeot ou Citroën, autant en catégorie Prorun qu’en catégorie Run », souligne Yves Rakotondramoma, président de l’association.Tout avait débuté par une discussion entre les membres du club, durant une sortie du côté de la RN1. L’idée d’organiser un événement dans le cadre du championnat de run avait été lancée par quelques uns. Et ce weekend, elle est en passe de prendre forme.

Duel entre Vazaha et Jaona« En mars, nous avons organisé une sortie à Arivonimamo. De fil en aiguille, les discussions ont débouché sur l’idée d’organiser une course officielle. On a soumis notre projet à Nonot, président de l’Asacm, et il a accepté de nous aider. Pour précision, PSA Le Club est une association et nous devons collaborer avec un club affilié à la Fédération pour pouvoir organiser un événement dans le cadre du championnat. Après, nous avons cherché des partenaires et Jovenna et Liqui- Moly ont répondu par la positive », poursuit Yves Rakotondramoma.Parmi les duels les plus attendus durant ce troisième rendez-vous de la saison, on aura le face-à-face entre Jean de Dieu Rafanomezantsoa, alias Vazaha, sur Subaru Impreza, et Jaona « Elite » Randriarimalala, sur Smart Dragster. Ils ont chacun remporté une course depuis le coup d’envoi de l’exercice. La piste de la Batac sera à nouveau le théâtre du duel entre ces deux favoris pour le titre en catégorie Prorun, ce dimanche.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara32 partages

Téléréalité G5 : La grande finale ce soir

Les sept candidats face à la finale.

Dernière ligne droite pour le jeu G5, une téléréalité organisée par une chaîne télé. Désormais, l’on peut connaître l’identité des grands gagnants.

On ne compte plus que les heures. Ce soir, lorsque le soleil se couchera, on va connaître l’identité des cinq membres du groupe G5. Le public a son petit « favori », mais les sept candidats en lice ont toutes les chances de devenir le boys band star de cette année. Larry Brian, 

Manantsoa, Tojo, Nathan Gabri, Kevin Baggio et Mahery vont peut-être voir leur vie changée. Le rêve est maintenant à portée de main, chacun devra donner tout pour impressionner à la fois le public, les téléspectateurs et le jury, ainsi que les fans potentiels du groupe G5. Les supporters, eux, seront là pour donner du courage à leur candidat.  Une chose est sure, tout le monde est sur le même starting block, seuls les cinq qui franchiront la ligne d’arrivée seront dans le groupe, et gagneront de super lots offerts par Skol et les autres sponsors et partenaires. Et pourtant, le chemin a été long. Ils étaient 600 au départ à s’être inscrits à ce jeu, tous avec comme ambition, celle de faire une carrière musicale nationale, voire internationale. Quinze seulement ont été sélectionnés pour suivre les séances de coaching et se sont produits en public lors des « prime ». De semaine en semaine, le public et le jury ont éliminé un candidat. Ce soir, les grands gagnants seront connus !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara31 partages

Fiaraben’ny “pompier” hamonjy trano may : Nobahanana fiara nentina teratany vahiny

Ny alin’ny alarobia lasa teo, nisehoana haintrano mahatsiravina teny amin’iny faritra Saropody iny. Trano hazo no kilan’ny afo ary aina iray no nafoy tao anatin’izany. Nahazo antso ireo mpamonjy voina teny Tsaralalàna ka namonjy avy hatrany ity zava-doza ity. Teny an-dalana anefa, nisy fiaraben’ny mpamonjy voina iray nikasoka tamina fiara tsy mataho-dalana iray nentin’ny teratany vahiny, izay raha ny fanazavàna azo dia tompona orinasa lehibe iray eto amintsika. Tezitra tamin’izany ity farany ary dia nobahanany ilay fiarabe, izay tokony handeha hamonjy ilay trano may. Tsy vitan’ny fibahanana ity fiaran’ny mpamonjy voina, izay tokony hamonjy ny ain’ny mpiray tanindrazana aminy fa mbola tonga hatramin’ny rahom-bava sy esoeson-teny rehetra. “Sarotiny amin’ny fiarany izay novidiana 200.000 euros fa tsy ohatra  ny an’ny mpamonjy voina 20 millions io, ary mahavidy 10 ohatran’io izy”. Efa nisy fampahafantarana izao raharaha izao eny anivon’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy nataon’ny avy eo anivon’ny mpamonjy voina.

m.L

Midi Madagasikara21 partages

TIM Analamanga : Formation sur le leadership

La sénatrice Olga Ramalason, vice-présidente nationale du TIM pour la province d’Antananarivo.

 « Tiako I Madagasikara » dispense à ses militants des formations à l’approche des élections. C’est aux dirigeants et responsables du parti au niveau de la région Analamanga de débuter ces formations. Le coup d’envoi a été lancé hier au Magro Behoririka par son président national Marc Ravalomanana, qui a été assisté par les parlementaires du parti dont la sénatrice Olga Ramalason, vice-présidente nationale pour la province d’Antananarivo. « En tant que grand parti, le TIM a le devoir de former ses dirigeants et ses responsables pour pouvoir relever les défis qui les attendent à l’approche des élections. La formation portera sur plusieurs domaines, dont le leadership. On forme également ces dirigeants et ces responsables sur la vision du parti. », a expliqué la sénatrice Olga Ralamason.

Nouvelle stratégie. D’après toujours notre interlocuteur, les changements à la tête du TIM au niveau de la région Analamanga ont conduit au changement de la stratégie. « La formation nous permettra aussi de donner les nouvelles orientations par rapport à ces changements. », a souligné la sénatrice Olga Ramalason. Elle a par ailleurs laissé entendre que les dirigeants et les responsables du TIM dans les autres régions de l’île dont Vakinankaratra et Bongolava bénéficieront également de formations. A noter que des sénateurs et des députés TIM dans la région Analamanga ont été présents hier à Behoririka lors du lancement officiel de ces formations sur le leadership.

Recueillis par R. Eugène

L'express de Madagascar20 partages

Envoi de migrantes – Deux hommes derrière les barreaux

Deux convoyeurs de migrantes malgaches au Koweït ont été placés sous mandat de dépôt à Antanimora, selon la décision rendue par le parquet hier à Anosy.L’envoi de travailleuses au foyer au Koweït a fait grand bruit ces derniers temps. Hier, deux hommes sont fixés sur leur sort, tous deux placés en détention préventive dans la maison centrale d’Antanimora. Mercredi dernier, ils étaient quatre personnes, dont deux femmes propriétaires de passeport, à préparer. Tuée dans l’œuf, la tentative de migration clandestine a échoué, ils ont été arrêtés devant le bureau de service passeport à Anosy. « La majorité des hommes d’affaires impliqués dans ce réseau de traite humaine se sont fait cueillir près de notre bureau, puisque leur dernière carte finit toujours par la fabrication d’un passeport original », a indiqué une source au sein du service central des enquêtes spécialisées et de la lutte contre les fraudes documentaires (SCESLF). Six copies, quatre certificats de résidence, trois duplicata de carte d’identité nationale et deux attestations de visite médicale ont été saisis sur eux, lors d’une fouille.Les deux businessmen ont reconnu pendant l’enquête qu’ils ont forcé les deux femmes à payer au total un million quatre cent mille ariary pour faciliter le traitement de leur laissez-passer et pours se loger chez eux en attendant leur départ.

 Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara19 partages

FMF – Election : Guerre ouverte entre les présidents de ligues et le Comité Exécutif

L’après Ahmad à la FMF risque de…

Et rebelote. Le différend opposant les présidents des ligues régionales et les membres du Comité exécutif (CE) persiste.

Les présidents des ligues persistent sur la tenue d’une Assemblée Générale extraordinaire ainsi que la tenue d’une élection anticipée. Il est à signaler que cela fait presque deux mois que ce litige a duré. Il est à signaler qu’après l’Assemblée Générale ordinaire à Carion au mois de mars, les présidents des ligues qui sont au nombre de 19, plus que la majorité, ont demandé aux membres du Comité Exécutif de la Fédération Malagasy de Football, la tenue d’une élection anticipée, en vue d’élire un président, avec comme argument le statut de la CAF.Et face au silence du CE, les présidents des ligues ont envoyé une lettre le 24 mars 2017 exigeant la tenue d’une AG extraordinaire.

AG extraordinaire. Et face à la pression des présidents des ligues, le Comité Exécutif a fini par réagir. Une lettre a été envoyée au ministère de la Jeunesse et des Sports le l2 avril dernier pour consulter leur avis sur la tenue d’une AGE pour la modification statutaire et d’une élection anticipée dans 60 jours. Cette semaine plus précisément le 24 mai,  le ministre a répondu officiellement à cette lettre. « La requête en vue de la convocation d’une AGE est recevable dès qu’elle a été signée par 1/3 des membres de l’AG. Elle doit être convoquée par le Comité exécutif au plus tard dans les deux mois suivant la date de la remise de la requête.  L’élection anticipée est quant à elle non conseillée et non possible au vu des articles. Concernant une modification des statuts le MJS l’appui sous conditions régis par les articles et règlement » tel est la teneur de la lettre N°128-17/MJS. Sans attendre, la CE a rejeté la requête des présidents des ligues en adressant à ces derniers une lettre.

Subventions. Les férus du ballon rond sont dans l’expectative. « Qu’est-ce qui motive ainsi le CE à être déterminé pour ne pas anticiper les AGE et vouloir s’accrocher au pouvoir ? Peut-être que la réponse réside dans les subventions de la FIFA qui parviendront sous peu ? » se demandent  les présidents des ligues. Ce litige entre le Comité exécutif et les présidents des ligues ne fait que ternir l’image du football malgache. Les observateurs de la vie sportive se demandent sur l’avis du président de la CAF et non moins président de cette institution, Ahmad. Ce dernier en tant que « Raimandreny » est vivement sollicité pour régler ce différend. Alors que la CAF et la FIFA tentent de parvenir à instaurer une bonne gouvernance, il serait judicieux que Madagascar suive l’exemple et puisse agir dans l’intérêt général du sport plutôt que dans l’intérêt personnel d’un maintien de pouvoir et faire perdurer une transition. Une chose est sûre, la guerre est ouverte entre les présidents des ligues et le comité exécutif. Une histoire à suivre.

T.H

Midi Madagasikara17 partages

Menace de grève du SECES : Le MFB appelle à la prise de conscience

La grève du SECES ne devrait pas avoir lieu, si l’on se réfère aux négociations de cette semaine, en présence du ministre de tutelle, du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, du SG du ministère des Finances et du Budget (MFB), Alexandre Randrianasolo, ainsi que des représentants du SECES, conduits par leur président. Pour rappel, le SECES réclame plusieurs indemnités depuis 2014. Des accords ont déjà été conclus entre ce syndicat et le gouvernement. « L’Etat a déjà accordé des indemnités supplémentaires en 2015, puis en 2016. Pour l’exercice 2017, il a été convenu que des discussions seront entamées, pour les autres indemnités.  Nous avons accordé pour cette année l’indemnité de risque et le déplafonnement, qui permet la poursuite de l’augmentation des points d’indice des enseignants-chercheurs. Il y a donc des avancées, mais on ne peut pas encore aller plus loin, à cause des contraintes budgétaires », explique le SG du MFB.

Crédibilité. La réclamation actuelle du SECES concerne d’autres indemnités, outre celles déjà accordées. Il s’agit des indemnités de résidence et de logement. Lors des négociations, il a été convenu que le paiement de ces indemnités sera effectif à compter de 2018. « C’est sur cet accord commun que nous nous positionnons aujourd’hui », affirme le SG Alexandre Randrianasolo. Et pourtant, après le départ du Premier ministre, le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a émis une nouvelle proposition : Celle de payer aux enseignants les indemnités de résidence et de logement à partir de 2018, mais avec un effet rétroactif à juillet 2017… Une proposition rejetée par le MFB, pour contrainte budgétaire. « Dans le cadre d’une loi de finances rectificative, on ne peut augmenter que les dépenses incontournables et prioritaires. Nous savons qu’il y a le cas de la JIRAMA, d’Air Madagascar, et des dégâts cycloniques à prioriser. Appliquer d’autres dépenses supplémentaires mettra assurément en péril l’accord du FEC (Facilité élargie de crédit) et donc notre crédibilité envers les partenaires techniques et financiers. Je fais appel aux enseignants-chercheurs et aux chercheurs-enseignants, de bien vouloir prendre conscience de cet aspect et de considérer les enjeux pour le pays et le peuple malgache », soutient le SG du MFB.

Antsa R.

Midi Madagasikara16 partages

Saropody : Trano hazo may kilan’ny afo, tovolahy iray namoy ny ainy

Tovolahy iray manodidina ny 30 taona any ho any no maty, may kilan’ny afo nandritra ny hain-trano niseho teny Saropody Androndra ny alin’ny alarobia hifoha alakamisy lasa teo. Trano hazo misy efitra roa no indray levon’ny afo tamin’io fotoana io, izay tokony ho tamin’ny 10 ora alina tany ho any. Raha ny fanazavàna azo dia ny fivarotana ny iray tamin’io efitra io ary efitrano fatoriana kosa no tao ambadika. Tato amin’ity farany  no voalaza fa niandohan’ny afo, izay avy amina jiro solitany. Mipetra-drery ity tovolahy ity, izay raha ny fantatra ihany koa dia manana aretina mitaiza. Azo heverina araka izany fa nihetsika irery tao ilay aretiny ary dia tsy nahatsiaro tena ilay niharam-boina. Mety ho voadaka tamin’izany ilay afon-tsolitany ary nampirehetra ilay trano hazo. Samy niezaka nanao izay ho afany tamin’ny famonoana ny afo ireo fokonolona teny an-toerana, saingy tsy nisy azo natao intsony nahakasika ilay lehilahy tao anatiny. Efa voafehin’ireo fokonolona ny afo teny an-toerana, no tonga ny mpamonjy voina, hoy ny tompon’andraikitra. Nanampy ireo fokonolona tamin’ny famonoana tanteraka ny afo, ny fisokirana ireo vain’afo sy otrik’afo mbola tavela sisa no hany nataon’izy ireo. Raha ny mahakasika ilay tovolahy namoy ny ainy dia nentin’ny Bmh, teny amin’ny tranom-paty rehefa voasikotra tao anatin’ireo tapa-porohana.

m.L

Midi Madagasikara15 partages

Hygiène menstruelle : Pour un meilleur accès des filles à des toilettes privées et sûres

La menstruation, faisant partie intégrante de la vie des femmes et de filles, reste un obstacle pour des millions de femmes à travers le monde, dont à Madagascar. Une proportion encore importante de femmes et de filles n’ont pas accès à des toilettes privées et sûres qui leur permettrait de gérer leurs règles. A l’occasion de la journée mondiale de l’hygiène menstruelle, le 28 mai, la question de l’accès des femmes à ces infrastructures qui devraient pourtant leur être accessibles dans la vie quotidienne, est à nouveau relancée.

Dignité. A Madagascar, comme dans de nombreux pays du monde, les filles peuvent s’exposer à des risques si leur école ne dispose pas de toilettes privées et décentes leur permettant de gérer leurs règles avec dignité. Car en l’absence de toilettes adéquates, les filles sont contraintes de se rendre dans la brousse, au risque de se faire attaquer par des rôdeurs. Ou alors, elles choisissent de rester chez elles, au détriment de leur éducation. Une réalité vécue par de nombreuses filles, ici ou ailleurs, sans que la société ne s’en rende véritablement compte. WaterAid, ONG internationale qui œuvre dans le domaine de l’accès par tous à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène, appelle ainsi à un meilleur accès des femmes et des filles à des toilettes privées et sûres à l’occasion de la journée mondiale de l’hygiène menstruelle.

800 millions. « Les règles sont encore considérées comme quelque chose de tabou et les filles ressentent souvent de la honte, de la peur et de la confusion lorsqu’elles ont leurs règles, des sentiments qui s’intensifient en l’absence d’eau salubre ou de toilettes privées et réservées aux filles, disposant d’un espace où se laver », souligne WaterAid. Rappelons que chaque jour, 800 millions de femmes à travers le monde vivent cette période de la menstruation. Pour la plupart d’entre elles, ces quelques jours sont synonymes de honte, de tabou, ou de stigmatisation.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara15 partages

Question des Droits Humains à Madagascar : Les rapports périodiques et alternatifs en gestation !

« Les États partis au présent Pacte s’engagent à présenter des rapports sur les mesures qu’ils auront arrêtées et qui donnent effet aux droits reconnus dans le présent Pacte et sur les progrès réalisés dans la jouissance de ces droits ». Ce sont les dispositions de l’article 40 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques (PIDCIP) que Madagascar a signé et ratifié, comme les autres instruments juridiques internationaux : conventions, traités, accords et pactes. Faisant suite à cet article, l’État malgache devrait présenter son rapport devant le Comité des Droits de l’Homme au mois de juin prochain. Il s’agit – d’après les explications reçues – du « cinquième rapport périodique sur les mesures d’ordre législatif, judiciaire, administratif, ou autres adoptées et sur les progrès réalisés ».

Rapport alternatif. Mais il n’y a pas que le rapport périodique qui sera retenu. A côté figure le rapport dit « alternatif » dressé par certaines organisations de la société civile malgache travaillant dans la promotion des droits humains. « Elles fournissent des informations et analyses sur la mise en application des dispositifs du PIDCIP et partagent, le cas échéant, des préoccupations communes », a-t-on confié. Cette année, l’atelier de rédaction de ce rapport alternatif – qui sera animé par 30 participants – aura lieu à Andraharo les 29 et 30 mai prochain. Notons que ces 30 participants représentent les organisations non-gouvernementales, les associations professionnelles et les émissaires des milieux universitaires.

Aina Bovel

Midi Madagasikara14 partages

Fédéralistes de Madagascar : Vers l’élaboration d’une Constitution fédérale !

Razakarimanana Ferdinand et Max Fabien Andrianirina, parmi les deux tuteurs du Fédéralisme à Madagascar.

L’adoption d’une nouvelle Constitution est un préalable pour sortir Madagascar de ses problèmes politiques, économiques, sociaux, ou encore culturels. En général, c’est le message des fédéralistes, hier, à l’espace Mahatazana Fort-Voyron, quand ils ont effectué un atelier qui s’est focalisé sur la rédaction, justement, d’une Constitution qui le consacre. Imbiky Anaclet – l’ancien ministre de la Justice qui y a été présent et qui participe justement à la rédaction de cette Constitution fédérale en gestation – n’a pas manqué de donner son avis sur la question. « Les assises nationales qui se sont déroulées entre le 28 avril et le 2 mai 2015 au Centre de Conférences Internationales d’Ivato ont décidé que l’on devrait organiser une élection constitutionnelle afin de choisir, au moins, trois propositions de Constitutions qui promeuvent, par exemple, l’Etat fortement décentralisé, l’Etat fédéral ou le système des provinces autonomes. Jusqu’à maintenant, cela est resté lettre morte », a-t-il lancé. Propos appuyés par Max Fabien Andrianirina, le coordonnateur national du RFM ( Rafitra Federaly Malagasy) qui estime que c’est la forme d’Etat voulue par la majorité des Malgaches. « Lors des « Dinika Santatra » en 2010, 86 districts sur 119 se sont prononcés favorables aux structures fédérales. Mais actuellement, ces dernières ne sont toujours pas mises sur pied et continuons-nous de  vivre dans un Etat unitaire », soutient-il.

Remis au Parlement. On a également appris, hier, qu’une fois cette proposition de Constitution achevée, elle sera remise au Parlement pour être sujette à référendum. « L’initiative d’amender ou de changer la Constitution peut émaner du chef de l’Etat, comme du Parlement. Mais son adoption ou non sera effectuée uniquement par voie référendaire », a précisé Imbiky Anaclet. Dans cette démarche, le coordonnateur national du RFM a affirmé « encourager d’autres propositions de Constitutions pour asseoir la vraie démocratie ». Par ailleurs, l’ancien Garde des Sceaux a confié qu’il faut également « procéder à la réconciliation nationale avant de voter une Constitution et mettre en vigueur un nouveau Code électoral et une réglementation relative à la campagne électorale et aux partis politiques ».

Aina Bovel   

L'express de Madagascar13 partages

Conjoncture – Les grèves réapparaissent

Plusieurs foyers de tension agitent le pays. Inflations, insécurités et revendi­cations sociales sont autant de patates chaudes à manier pour le pouvoir.

Dans la tourmente. Insécurité, inflations et revendications sociales défrayent la chronique, depuis quelques semaines. En face, l’État affirme être ouvert aux discussions et être décidé à prendre des mesures pour alléger le fardeau des citoyens. Des mesures dont les résultats sont, pourtant, encore difficilement palpables.Pour cause de vérité des prix à la pompe, des indiscrétions annoncent déjà une nouvelle hausse des tarifs du carburant, à la fin du mois. Une hausse perpétuelle que les usagers comprennent difficilement, surtout, que le prix du pétrole sur le marché international ne cesse de dégringoler. La dégringolade du taux de l’ariary est l’explication avancée.L’État semble, cependant, avoir du mal à stabiliser la monnaie. Le changement de billet à appliquer en juillet, ne rassure pas l’opinion. La hausse du carburant a un impact direct, cependant, sur le coût des produits du quotidien. L’envolée du kilo du riz fait, particulièrement, mal aux ménages. En réponse, le pouvoir dénonce des spéculateurs véreux qui auraient profité des aléas climatiques du début d’année. Bien que « des ordres » pour débusquer ces « profiteurs » aient été donnés, les résultats sont encore loin de la détermination affirmée.

DéçuC’est au tour du prix du sucre de faire un bond en avant, dernièrement. Outre les atteintes à la solvabilité du porte-monnaie, la sécurité physique et les biens des citoyens sont toujours précaires. Dans une interview publiée dans l’Hedbo de l’Express de Madagascar, hier, le contrôleur général de police Jean-Jacques Andrianisa, ministre la Sécurité publique a déclaré : « (…) la police ne reste pas les bras croisés dans la lutte contre l’insécurité ».Seulement, les mots ne suffisent plus à apaiser les plaies des victimes. Suite au rapt du fils de Daniel Ismaël, président du groupe SMTP, le Syndicat des industries de Madagascar (SIM), a crié haro sur l’insécurité des investisseurs et des affaires. Le Syndicat s’estime « lésé, déçu et manipulé par les promesses non tenues et par les diverses gesticulations et agissements dilatoires », et appelle l’État à « remettre le pays en ordre ».À tout cela s’ajoutent les revendications syndicales dont le réveil, de certains, pourraient avoir un lien avec l’annonce d’une loi de finances rectificative qui sera soumise au Parlement durant cette première session ordinaire.La grève des étudiants de l’Université d’Antana­narivo est la plus tonitruante. Celles annoncées du Syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants (Seces), et du Syndicat des douaniers de Madagascar, pourraient être plus conséquentes. En attendant que les actions étatiques affirmées donnent des résultats probants, les politiciens d’opposition profitent de cette conjoncture pour fertiliser leurs ambitions de reconquérir le pouvoir avant les échéances électorales.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara13 partages

Communauté musulmane : Début du Ramadan ce jour !

Le début du « mois sacré » est enfin connu pour les Malgaches de confession musulmane, et c’est aujourd’hui samedi 27 mai. Une annonce qui s’est effectuée après une observation lunaire le 29e jour précédant ledit mois. Il convient de rappeler que ce mois correspond pour les personnes de confession musulmane à quatre semaines de jeûne quotidien, de privations et d’ascèse morale. Considéré comme un des rites les plus importants de la religion musulmane, le mois du Ramadan est également célébré par des milliers de croyants malgaches. Par ailleurs, les quatre semaines de jeûne et de privations seront récompensées par la fête de l’Aïd el-Fitr ou fête de la rupture du jeûne. Un évènement qui engage les fidèles et non-fidèles à des moments de partage. La date exacte de cette fête ne pourrait toutefois pas être connue, car comme pour le début du Ramadan, sa détermination se fera en fonction de l’observation de la lune. L’équipe de Midi souhaite un Ramadan Mubarak à tous les musulmans malgaches.

José Belalahy

Midi Madagasikara13 partages

FIVMPAMA : Partenariat avec le réseau des entrepreneurs du Liban du monde

Lors de la signature de la convention de partenariat entre le FIVMPAMA et le RDCL World.

Le groupement du patronat malgache (FIVMPAMA) étend son réseau. Il s’associe désormais avec le plus vaste réseau des dirigeants et chefs d’entreprises du Liban, du monde, le RDCL World.

Dans le cadre de la 17e Assemblée Générale de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) qui s’est tenue tout récemment au Marrackech, au Maroc,Erick RAJAONARY, Président National du Groupement du Patronat Malgache (FIVMPAMA) et le Dr. Fouad Zmokhol, Président du  Rassemblement de Dirigeants et Chefs d’Entreprises du Liban du monde (RDCL World), ont signé une convention de partenariat. Cela porte notamment sur le renforcement des relations économiques entre les deux groupements. Notons que des présidents des Universités et des Ecoles privées ont assisté à cette AG de l’AUF. (Cf : photo).

Gagnant-gagnant. L’objectif de ce partenariat consiste à développer des relations entre les entrepreneurs libanais et malgaches ainsi qu’à intensifier les échanges commerciaux et les investissements entre les deux pays. Le renforcement de la coopération bilatérale notamment dans le cadre de la prospection des marchés, est également au cœur de cette convention de partenariat sans oublier le partage de connaissances et de savoir-faire. La promotion des activités qui favorisent le développement des liens économiques entre les deux pays, n’est pas en reste. « Concrètement, cette nouvelle alliance va permettre de promouvoir de nombreuses formes de coopération entre les membres des deux groupements. Les actions qui seront entreprises visent à encourager les coopérations dans le domaine de la production et du commerce ainsi qu’à explorer et promouvoir les possibilités de co-investissement dans les deux pays », a expliqué Erick Rajaonary. En outre, « ce pont entre le FIVMPAMA et le RDCL World facilitera les échanges d’informations sur le développement économique et le commerce bilatéral, les plans et projets économiques, les prévisions commerciales et les stratégies ainsi que la mise en place de coopérations économiques », a-t-il poursuivi. Ce partenariat vise également à promouvoir l’organisation des événements économiques comme des foires, des expositions, des missions d’entreprise tout en facilitant les échanges en matière de ressources humaines, notamment des experts, techniciens et investisseurs. « L’objectif est de nouer un partenariat gagnant-gagnant et productif », a-t-il enchaîné.

Mêmes préoccupations. Parlant du RDCL World, c’est une force incontournable de l’économie libanaise. Cette association des chefs et dirigeants d’entreprises libanais dans le monde a pour objectif de créer un lobby libanais économique mondial puissant, qui pourrait constituer un nouvel atout et une ultime force internationale pour le pays. Parmi ses priorités figurent la création de synergies avec les plus grandes associations économiques, sociales et syndicales au niveau international et maintenir des ouvertures et des missions économiques dans tous les continents. « Cette convention de partenariat signée avec le FIVMPAMA entre pleinement dans ce cadre. Tout comme le Groupement du patronat malgache, le RDCL World partage les mêmes préoccupations notamment la conquête de nouveaux marchés dans un esprit de coopération et dans le cadre d’un partenariat productif et gagnant-gagnant. Les mêmes principes sont aussi partagés surtout en ce qui concerne la promotion de l’esprit d’équipe et la mutualisation des ressources », a fait savoir le président national du FIVMPAMA. Notons que le Liban représente aujourd’hui une économie de 50 milliards de dollars. Les facteurs-clés de cette économie sont la créativité, les idées, la vitesse d’adaptation, la présence partout dans le monde, la mobilité, le trilinguisme, les capacités à saisir des opportunités à travers les crises et la gestion de risque. Ce pays est aussi considéré comme un « laboratoire » économique, commercial, industriel, de service où l’on crée des idées, des concepts, des produits, des marques et des méthodes de gestion.

Navalona R.

Midi Madagasikara11 partages

Un président en état de grâce

Les médias internationaux ont tous eu les yeux rivés, depuis ces deux derniers jours, sur le nouveau président français qui faisait sa véritable rentrée dans l’arène internationale. Les faits et gestes d’Emmanuel Macron ont été scrutés à la loupe par les journalistes français et étrangers. L’examen de passage du chef de l’Etat a, été selon, tous les observateurs parfaitement réussi. Sa rentrée dans la cour des grands a été parfaitement réussie.

Un président en état de grâce

Ses deux premières semaines à la tête de l’Etat français se sont déroulées sans fausse note. Il a réussi à imposer son style. Il a, à la différence de son prédécesseur, imposé une certaine distance vis-à-vis des médias, choisissant ce qu’il appelle une présidence jupitérienne. Les journalistes ont quelque peu été intrigués pa  r cette attitude, mais ils ont très vite accepté ce nouveau mode de communication. On a même senti chez les hommes et les femmes de la profession une certaine admiration et une forme de fascination envers son personnage. Tous en parlent avec respect, manifestant même une déférence qui peut étonner. Et, il n’a jusqu’à présent laissé aucune place à la critique, son équipe maîtrisant parfaitement la situation. Tout le monde attendait avec intérêt ses premiers grands rendez-vous sur le plan international, se demandant comment il allait les négocier. Il a été tout à fait à la hauteur lors de sa première entrevue avec le président Donald Trump, gardant parfaitement ses distances tout en faisant preuve d’amabilité. Il a réussi à parler des sujets qui lui tiennent à cœur. Il en a fait de même avec le chef d’Etat turc Erdogan à qui il a fait part de sa préoccupation sur le sort d’un journaliste français emprisonné à Ankara. Il s’est glissé dans la peau d’un président d’un des sept pays les puissants du monde lors du sommet du G7. Emmanuel Macron a réussi sa rentrée dans l’arène internationale. Pour le moment, il a droit à un véritable état de grâce. On saura si il résistera aux attaques qui viendront tôt ou tard.

Patrice RABE

Midi Madagasikara10 partages

Une offensive médiatique pour remonter la pente

C’est une offensive médiatique bien menée que le régime a organisée, ces derniers temps. Face aux interpellations faites à de multiples reprises par le SMM et relayées par la presse, le président de la République a décidé de répliquer en s’adressant aux Malgaches par le biais de la chaîne « You tube » et en publiant des articles publicitaires dans certains quotidiens de la Capitale. Il a appuyé cette campagne en offrant vivres et produits de première nécessité à des Tananariviens en grande difficulté. Le message délivré à cette occasion était clair : montrer que le chef de l’Etat se préoccupe des couches les plus défavorisées de la population. L’objectif a-t-il été atteint ? En tout cas, il faut beaucoup plus pour désarmer les critiques de l’opposition qui a proposé l’installation d’une nouvelle transition pour remettre le pays en marche. Cette plateforme du changement qui regroupe diverses personnalités déclare que le gouvernement en place a failli et demande son remplacement par un gouvernement de consensus. C’est une nouvelle démarche qui est proposée, mais elle vient après beaucoup d’autres propositions qui n’ont pas abouti. Néanmoins, elle souligne le malaise qui est réel en ce moment et qui a besoin d’être dissipé. De leurs côtés, les fédéralistes avancent eux aussi une autre alternative : celui d’un changement de Constitution. Dans le contexte actuel, ce sont de véritables solutions dont la population a besoin pour améliorer leur quotidien. Pour le moment, elle ne sent pas ce frémissement qui pourrait être porteur de véritable changement.

L’actualité internationale a été focalisée au début de cette semaine sur les premiers pas du gouvernement du président Macron et de son Premier ministre Edouard Philippe. Cependant, l’un des piliers de l’équipe, Richard Ferran, a été épinglé par le Canard Enchaîné pour une affaire d’attribution de marché dans laquelle était impliquée sa femme. Mais cela n’a pas la gravité du dossier d’emplois fictifs de François Fillon et malgré les attaques menées contre lui, le ministre exclut de démissionner. Cette cabale menée par des adversaires politiques a été éclipsée depuis hier par le déplacement du président à Bruxelles, ses premières rencontres avec Donald Trump, le président américain et Jean Claude Junker, le président de la commission européenne se sont déroulées dans le meilleur esprit. Ces entrevues ont été scrutées à la loupe par les observateurs et le président français n’a recueilli que des éloges. Il a paru très à l’aise face à son homologue américain. Après le sommet de l’OTAN, il s’est rendu au sommet du G7 en Sicile. Il faisait partie des quatre chefs d’Etat assistant pour la première fois à cette rencontre. L’un des sujets les plus importants abordés aura été celui de la lutte contre le terrorisme qui a fait l’objet d’un véritable consensus. Il cadre bien avec le contexte actuel. Ce sommet qui est le premier de Donald Trump survient après sa tournée au Moyen-Orient.

Le « sans faute » d’Emmanuel Macron. Tout le monde l’attendait au tournant, car c’était ses premiers pas importants sur le plan international. On redoutait son face-à-face avec Donald Trump. Il n’a pas été écrasé par la personnalité du président américain qui semble avoir été séduit par son homologue français. Ce dernier a su contenir son imprévisible interlocuteur Il a bien présenté les sujets qui lui tiennent à cœur, à savoir le terrorisme et le problème de l’écologie.

 Le régime actuel a parfaitement saisi qu’il devait réagir pour ne pas être laminé par les critiques. Il a entamé une campagne de communication qui tente tant bien que mal de le montrer sous un jour nouveau, mais il a fort à faire pour convaincre la population de sa bonne foi. Ce n’est qu’un début, mais il a, semble-t-il, la volonté de remonter la pente.

 Patrice RABE

Tia Tanindranaza9 partages

Lalàmpanorenana tandrametaka 2010 Ahitana tsininy, 7 taona aty aoriana

Mitaky ny fanovana lalàmpanorenana avokoa ankehitriny ny fianakaviamben’ireo mpanao politika niara-nitantana tao anatin’ny fitondrana tetezamita lavareny.

Ramano F.

 

 

Midi Madagasikara9 partages

Tennis – Open Premium BMOI : Place aux jeux !

Après plusieurs mois de préparation, le jour J est enfin arrivé. Le coup d’envoi de la 6eédition du tournoi de tennis BMOI Challenge sera donné ce matin. 58 équipes se partageront leurs joutes pendant deux jours sur les courts du Country Club à Ilafy. Ce tournoi de double est devenu un rendez-vous incontournable des cadres d’entreprises et leurs familles depuis 2012. Cette année, un nouveau format a été adopté, la phase de poules puis le tableau progressif. Dans la catégorie père-fils, ils seront 10 équipes réparties en deux poules, chez les dames 16 équipes de quatre poules. Du côté des hommes, il y a deux groupes composés respectivement de 16 équipes.  « Le Country Club met l’accent sur le traitement VIP des joueurs » selon Josoa Rakotonindriana, organisation. Petit déjeuner offert par Colbert durant les deux jours du tournoi, rafraîchissement assuré par Eau Vive et déjeuner offert par Country Club. Le vainqueur du duo père-fils en 2016, Thomas et Tiana Rasamimanana seront de la partie. Le DG d’Air France, Fréderic Burban sera associé à Marc Trunzler, DG de l’Imprimerie de Madagascar, Jérôme Valentin (Telma) et  Frédéric Wybo (Ultramaille) formeront une équipe. Chez les filles, Fitia Randriamifidimanana et Murielle Rampanarivo seront présentes sur les courts.

T.H

Midi Madagasikara9 partages

Hôtel de l’Avenue Analakely : Inauguration du cinéma Sophia

A l’occasion de la célébration du 70e anniversaire du festival de Cannes, l’Hôtel de l’Avenue (HDA) à Analakely sort le tapis rouge pour la soirée d’ouverture de sa salle de cinéma privée, dénommée Sophia. Le septième art sera à l’honneur pour ce samedi festif placé sous les thèmes hollywoodiens et bollywoodiens. Cette soirée sera une occasion pour les invités, surtout évoluant dans le monde cinématographique malgache de découvrir cette salle, entièrement rénovée et comptant 45 places. Pour les nostalgiques, cinéma Sophia réincarne les anciennes salles à Tana, aujourd’hui disparues, telles que le cinéma Ritz, Soa et Roxy. En effet, les salles de projection de films se font rares de nos jours. Cinéma Sophia se fixe comme objectif de divertir tout en éduquant la jeunesse sur les films d’anthologie et la culture du septième art. Un programme des films à diffuser pour la semaine sera aussi présenté. Pour joindre l’utile à l’agréable, rien de mieux que de voir un bon film dans une salle conçue pour l’occasion et avec un sachet de pop-corn à la main. A l’approche de la fête des mères, les papas peuvent aussi passer au restaurant du «Point d’Exclamation» et faire plaisir aux mamans avec un menu spécial pour ce dimanche. Silence…on tourne au HDA ! Mahetsaka

News Mada7 partages

Tonelina Ambanidia : nidoboka eny Antanimora ilay nanely tsaho tamin’ny Facebook

Ny ampitson’ny nielezan’ilay tsaho nampisahotaka ny teto an-drenivohitra ny amin’ny hoe “fihotsahan’ny tonelina Ambanidia” tamin’ny tambajotra Facebook, ny talata teo, voasambotra ilay lehilahy tompon’antoka tamin’izany. Nidoboka eny amin’ny fonjan’Antanimora, omaly, izy io taorian’ny nakan’ny mpitsara mpanao famotorana am-bava azy.

Nidoboka eny Antanimora omaly hariva rehefa avy natolotra ny fampanoavana ilay lehilahy 39 taona voarohirohy momba ny resaka fanelezana vaovao tsy marina tao anaty tambajotran-tserasera (Facebook) nilaza fa hoe nihotsaka ny tonelina Ambanidia, ny talata 23 mey 2017. Nanome antontan’isa mihitsy ity lehilahy voarohirohy ity fa hoe efa mahatratra 80 ny isan’ireo olona namoy ny ainy vokatry ny fihotsahan’ny tonelina Ambanidia. Nisahotaka avy hatrany ny ankamaroan’ny olona teto an-drenivohitra, hatrany amin’ny faritra mihitsy aza momba ity vaovao tsy marina ity.

Nandray ny andraikiny avy hatrany ny eo anivon’ny polisy misahana ny ady heloka bevava sakelika voalohany Anosy taorian’izay nitsongo dia ity mpanaparitaka vaovao tsy marina ity. Noraisim-potsiny teny Andavamamba izy ny ampitson’io nanelezany vaovao tsy marina tamin’ny Facebook io. Fifarimbonana asa teo amin’ny Direction d’information de système informatique et transmission (DISIT) sy ny polisy misahana ny heloka bevava ary ny Cybercriminalité no nahafahana nisambotra ity lehilahy isan’ny nanaparitaka ilay vaovao tsy marina ity. Niaiky izy fa nanaparitaka izany vaovao diso izany nandritra ny fanadihadiana nataon’ny polisy. Nofafany avy hatrany ilay vaovao rehefa vita ny fanaparitahany izany vaovao izany. Nilaza izy fa hoe fampilazana ireo fianakaviany ny antony nandefasany ity vaovao diso ity, araka ny tatitra voaray avy amin’ny polisy hatrany. Fantatra fa mbola misy olona hafa karohin’ny polisy tafiditra amin’ity raharaha fanelezana vaovao tsy marina ity.

Anatra ho an’ny rehetra…  

Nandeha nanamarina teny amin’ny tonelina Ambanidia avy hatrany ny mpamonjy voina taorian’ny fiparitahan’ilay vaovao diso. Voamarina taorian’izay fa tsy mitombina ilay filazana fa hoe nihotsaka ny tonelina.

Anatra ho an’ireo olona tia manaparitaka vaovao tsy marina amin’ny Facebook ny toy izao satria manohintohina ny filaminam-bahoaka sady miteraka fikorontanana ara-tsaina ho an’ny olona. Tsy nisy afa-tsy resaka tonelina Ambanidia rahateo ny resaka tamin’iny fotoana iny hatrany anaty fiara fitateram-bahoaka aza. Nisy ireo tsy natoky ka nandeha nanamarina teny an-toerana raha tena nihotsaka sy namoizana ain’olona tokoa ny tonelina Ambanidia.

Mila fandanjalanjana ny fampiasana itony Facebook itony ary natao hifampizarana ny mahasoa sy ny mahafinaritra fa tsy entina handrangitana na hanalam-baraka olona na koa hanelezana vaovao tsy marina toy izao. Marobe rahateo ny olona mikirakira ireny facebook ireny ka miparitaka vetivety ny vaovao any anatin’izy ireny. Tsikaritra fa mora andairan’ny tsaho mihitsy ny olona tato ho ato izay lasa raiki-tampisaka ao an-tsain’ny maro. Misy aza lasa mihorohoro tampoka amin’ny zavatra tsy misy akory. Toy ny ilay vaovao niely momba ny fisian-dRabokona voalaza fa hoe manolana vehivavy amin’iny faritra Itasy iny. Misy olona mahita tombontsoa manokana amin’ny fampihorohoroana toy izao?

Efa manana ny fitaovana arifomba sy raitra amin’ny fanenjehana ireny olona mpanely vaovao tsy marina ireny rahateo ny eo anivon’ny polisim-pirena ka raisim-potsiny ireo minia manao izany.

Jean Claude

L'express de Madagascar7 partages

Gabegie à la Jirama – L’étau se resserre autour des auteurs de vols

Pour bientôt. Le dossier épineux de la société d’eau et électricité Jirama, a été le thème du 4e épisode du « Rendez-vous », du Président, hier. Dans les derniers instants de la vidéo diffusée sur sa page Youtube, le locataire d’Iavo­loha a annoncé que des révélations seront faites sur les forfaitures faites par d’anciens responsables au sein de cette entreprise d’État. D’anciens membres du conseil d’administration sont dans le viseur présidentiel.« Les affaires de malversations financières perpétrées par des anciens responsables ayant profité de leur statut de mem­bres du conseil d’administration de la Jirama, seront bientôt rendues publiques. Nous n’allons pas laisser passer de tels cas car, la Jirama appartient à la population », a déclaré le chef de l’État. Durant 8 minutes le président Rajaonari­mam­pianina a exposé un florilège des problèmes, défis et objectifs de la société énergétique.Le locataire d’Iavoloha a, notamment, reconnu que les citoyens l’ont « pris au mot », quant à sa promesse électorale d’endiguer le délestage, en trois mois. Selon ses dires, il a, toutefois, fait le choix d’avancer lentement pour des résultats durables, plutôt que la précipitation. Dans sa tirade hebdomadaire, le locataire d’Iavoloha n’a pas manqué de soulever que la réforme de la gestion de la Jirama est nécessaire.Un impératif causé par plusieurs années de gabegie. La Jirama est réputée être la vache à lait des responsables étatiques et des hauts dirigeants, pour couvrir des dépenses mirobolantes, autant officielles que privées. À cela s’ajoutent corruption, abus de pouvoir, favoritisme dans l’attribution de marchés et autres délits financiers qui ont presque fini de couler la société énergétique, dont les caisses étaient déjà en souffrance à cause de la vente à perte de l’électricité.

Sans suiteDans un document de presse publié, le 3 novembre 2015, le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), a révélé que le manque à gagner causé par les faits de corruptions au sein de l’entreprise d’eau et d’électricité avoisine les 30 milliards d’ariary. Epingler les responsables permettrait de recouvrir les sommes détournées.Quelques semaines plus tard, le Bureau d’Ambohibao a indiqué que, pour l’année 2015, « sept dossiers », de malversations financières à hauteur de plusieurs milliards d’ariary au sein de la Jirama, ont été transmis à la Chaîne pénale anti-corruption (CAPC). Des affaires où les accusés ont systématiquement bénéficié d’une liberté provisoire. L’une de ces affaires implique, justement, un ancien membre du conseil d’administration de la Jirama.« Détournements de deniers publics, de prise d’avantages injustifiés et de conflit d’intérêt », sont les charges énumérés dans le dossier d’accu­sation, pour une perte annoncée à 3 750 444 789 d’aria­ry. Le dossier qui place au banc des accusés cet ancien membre du conseil d’administration de la Jirama, qui est également, une personnalité célèbre dans le monde des affaires, reste, jusqu’ici sans suite. D’autres anciens hauts responsables de cette société d’Etat, mais aussi, d’anciens ministres, sont, également, happés par les dossiers déjà transmis à la CPAC.Selon le communiqué du Bianco, rien que pour l’année 2015, « ces dirigeants de la Jirama ont été déférés au Parquet pas moins de cinq fois par le Bianco sans qu’aucune mesure de conservation ni de placement n’ait été ordonnée par la Justice ». En ces temps où la Justice revendique son indépendance et affirme son intransigeance, la publication annoncée par le président de la République, pourrait réveiller ces affaires brûlantes qui semblent avoir été réduites au silence. Bien qu’il ait dit que ce sera pour bientôt, le chef del’État n’a, cependant, pas fixé un « rendez-vous », pour cette révélation.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara7 partages

AFJAM : Le jazz Club de l’AF met en scène Elie Ramasindraibe

Les mamans mélomanes vont être comblées ! Demain après-midi, le jazz Club de l’Alliance française va mettre en scène l’AFJAM. Autrement dit, un concert suivi d’une jam session (ou bœuf dans le jargon des musiciens) auquel il convie tous les musiciens et les mélomanes amateurs de jazz. « A chaque AFJAM, le concert donné en première partie est l’occasion pour le public de découvrir, ou de redécouvrir, un des membres du club, ou un groupe membre ». Ce dimanche 28 mai à 14h30, donc, Afjazz présente son président, le saxophoniste Elie Ramasindraibe, qui invite les mamans et les épouses, accompagnées bien sûr de leurs enfants et maris, à venir passer un bel après-midi de Fête des mères. Car bien sûr, l’ambiance promet d’être chaude, comme lors de la première édition en mars. Les musiciens, qui ne manqueront pas de venir nombreux, leur offriront cette édition d’AFJAM comme cadeau de Fête des mères. AFJAM, organisé par le jazz club de l’Alliance française d’Antananarivo, se tient régulièrement tous les deux mois un concert suivi d’une jam session. Pour ce mois de mai, il tombe le jour de la Fête des mères. Une occasion à ne rater sous aucun prétexte, surtout pour toutes les mamans mélomanes, amatrices de jazz en particulier.Mahetsaka

Midi Madagasikara7 partages

AGENDA CULTUREL

# « Hira kanto ho an’i Neny » au CCEsca. Demain après-midi, Rolland Raelison rendra hommage aux mamans à travers le concert qu’il donnera au CCEsca. Ne laissant rien au hasard, malgré son âge avancé, Rolland Raelison partagera la scène avec sa petite-fille, Faniry Raelison. Rija Ramanantoanina, Mahery, Fanja, M.R.Razafy et Nanahary figurent également parmi ses invités. Ces derniers revisiteront, à leur manière, les compositions de l’artiste. Rolland Raelison sera bien évidemment derrière son instrument de prédilection. Une occasion pour tous ses inconditionnels et amoureux de « kalon’ny omaly » de retrouver l’artiste et de revivre le bon vieux temps.# « Fetin’i maman’ty » à Antsahamanitra. Dadavy, Eric et Honorat, Francis Turbo, Goth, Barhone, Etsetra etsetra et Bolo… neuf des humoristes les plus connus et les plus appréciés de la Capitale réunis sur une même scène. Tout cela, rien que pour les mamans. Et cela deux fois plutôt qu’une. Cet après-midi et demain après-midi, les gars du « Fetin’i maman’ty » vont investir Antsahamanitra pour faire leur show.Mahetsaka

Midi Madagasikara7 partages

Trafic d’héroïne : Un réseau africain démantelé à Antananarivo

La poursuite de l’investigation sur le paquet de 495g d’héroïne découvert dans un  panier artisanal, accompagné d’autres articles malgaches à destination du Canada au bureau d’une société de postage à Mamory Ivato, le 16 mai, a débouché sur le démantèlement d’un réseau africain de trafiquants de cette drogue dure dans le pays. En effet, six personnes dont deux Malgaches et quatre Africains ont été arrêtés et écroués à la Maison centrale d’Antanimora après avoir été livrés au Parquet du Tribunal Anosy, hier.

La première arrestation a été faite le mercredi 17 mai 2017, celle d’une femme qui a voulu récupérer un colis auprès de la société de postage où il a été déposé. Accompagné par un Nigérien, cette femme s’est déclaré être l’épouse du propriétaire, lui aussi Nigérien. Depuis, les Douanes ont collaboré avec la brigade de stupéfiants de la police nationale. Ce qui a permis d’interpeller un autre couple, un Nigérien et une Tanzanienne, à Ivandry le 23 mai. Ces deux individus sont, selon les informations émanant de la Police, des amis du propriétaire du colis.

En sachant que les trafiquants étaient en fuite et avaient besoin de leurs dossiers administratifs, par le biais des services d’un Malgache, les enquêteurs ont tendu un piège au trafiquant. Le ressortissant malgache, sous surveillance, a donné rendez-vous au trafiquant à Analakely, les agents des douanes et de la brigade des stupéfiants étaient déjà en planque et prêts pour l’arrestation.  Le trafiquant ayant remarqué la présence des policiers en civil  a senti le piège et s’est enfui. Mais, il n’a pas pu aller bien loin et a été arrêté aux Pavillons d’Analakely.

Les résultats de ces investigations ont permis de confirmer l’existence d’un réseau africain à Madagascar chargé d’expédier les drogues à partir du pays. Si ces récents évènements ont marqué le professionnalisme et l’efficacité des agents des douanes dans la lutte contre le trafic de stupéfiants, la mise en place d’une brigade cynophile au sein de l’administration douanière est néanmoins d’actualité, ce afin de renforcer les surveillances et les actions de l’administration. 

T.M.

L'express de Madagascar6 partages

Université d’Antananarivo – Les cours se poursuivent à Ankatso

Une grève superficielle. La majorité des salles de l’université d’Antananarivo ont été occupées, hier. Ce, malgré l’annonce de grève du Syndicat des enseignants-chercheurs et des chercheurs-enseignants de l’enseigne- ment supérieur (SECES), section Antananarivo, mardi.« Nous n’avons pas encore décidé de suspendre les cours au sein de notre département, donc, je continue à travailler », souligne une enseignante de la faculté des Lettres et des sciences humaines, ayant requis l’anonymat. Le président national du SECES, Dimby Ralambomanana précise par ailleurs que le syndicat ne peut obliger personne à suivre son mouvement.Le ministère des Finances et du budget (MFB), pour sa part, désapprouve cette grève du SECES. « La grève des enseignants du SECES ne devrait pas avoir lieu », apprend-t-on d’un communiqué envoyé par le MFB. Des négociations auraient eu lieu entre les membres du SECES, le MFB, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESUPRES), en présence du Premier ministre Olivier Mahafaly.Ces enseignants exigent le paiement de leurs indemnités de résidence et de logement. « Ce n’est pas une requête, c’est notre droit », précise le président national du SECES, avant de continuer, « Seul le conseil national décidera d’une grève générale ». Ce conseil national se tiendra la semaine prochaine.Le ministre du MESUPRES, Marie Monique Rasoazananera, quant à elle, est  optimiste et avance « Nous sommes en pleine négociation. Il ne devrait plus rester que très peu de choses à régler ».

Miangaly Ralitera

News Mada3 partages

Boxe Olympique – Afrique : l’équipe nationale mise sur pied

Loin d’un effet d’annonce. Madagascar participera bel et bien au championnat d’Afrique de boxe anglaise prévu se dérouler au Congo Brazzaville du 17 au 25 juin. La liste de la sélection nationale a été rendue publique, hier, par la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO), en marge du regroupement à l’ANS à Ampefiloha.

Le noble art malgache est sorti de son sommeil et est prêt à prendre son envol. Et ce, après plusieurs années d’absence (ndlr, neuf) sur le ring international. La Direction technique nationale a accouché de la liste de la sélection nationale, hier, en marge de la séance d’entraînement à l’ANS Ampefiloha. La délégation malgache sera composée de sept participants (cinq boxeurs et deux boxeuses), outre les trois dirigeants.

« Le report de la compétition est un plus pour l’équipe nationale car on peut prolonger les séances d’entraînement et avoir une marge de temps pour peaufiner les préparatifs. Cependant, nous devons débarquer le plus tôt possible au Congo Brazzaville pour éviter les problèmes administratifs comme ce fut le cas lors de la dernière sortie de l’équipe nationale à Maputo en 2009. Par contre, il faut qu’on soit au courant des nouveaux règlements à cause des années blanches de la boxe olympique malgache », a expliqué le DTN de la FMBO, Simon Rajosivah.

Force est de remarquer la présence de Miora Tina Andriamiarisoa qui a également fait parler d’elle dans divers rendez-vous mondiaux de kick boxing. Un des meilleurs espoirs de la discipline à Madagascar. En tout cas, le 1er vice-président de la FMBO, Gégé Bosco Andriamanampisoa, affiche son optimisme quant à la performance de chaque combattant. « 16 présélectionnés ont été dans la liste de la direction technique. Ceux qui sont retenus dans la sélection finale sont officiellement présentés comme les membres de l’équipe nationale et ne participeront plus aux championnats nationaux », a-t-il précisé.

Rojo N.

L’équipe nationale malgache :

1-Miora Tina Andriamiarisoa (-49 kg)

2-Manitra Tsiory Andrée Rasoazanany (60 kg)

3-Marco Jérôme Andrianarivelo (52 kg)

4-Tony Nomenjanahary Heriniaina (-49 kg)

5-Cedrick Mahatonga (64 kg)

6-Julien Nomenjanahary Rajaonarisonv (60 kg)

7-Aimé Andriamirija (56 kg)

Madaplus.info2 partages

Polémique sur l’arrestation d’un facebookeur

Un facebookeur qui était parmi ceux qui ont répandu la fausse nouvelle sur l’effondrement du tunnel d’Ambanidia est actuellement gardé à vue pour trouble à l’ordre public.
Après Hiary Rapanoelina, facebook, a encore fait une victime. Nous l’avons rapporté en début de semaine qu’un internaute s’amusait à répandre des fausses informations sur le tunnel d’Ambanidia. L’information a été partagée par plusieurs facebookeur sans savoir la véracité des informations. D’autres ont ajouté le nombre de morts et des blessés pour que l’information sonne comme vraie.
Erreur ! Le logiciel permettant de remonter à un internaute a fait l’objet d’une évolution dixit le responsable au sein de la brigade criminelle. On peut retracer les internautes qu’ils utilisent une tablette, un ordinateur ou un simple téléphone. Ce qui a permis à la brigade criminelle de mettre la main à un des facebookeurs qui a contribué à la propagation de la fausse nouvelle.
Après cette arrestation, les utilisateurs de facebook à Madagascar, se plaignent. « On devient la Chine 2 avec cette arrestation » publie un facebookeur. Un expert en réseaux sociaux affirmait que facebook est actuellement un accélérateur de la rumeur qui est une culture malgache avec les « honohono » « soi-disant ». Alors, chacun devrait vérifier ce qu’il publie sur son journal.
News Mada2 partages

Filohan’ny SMM : « Be tsy fanarahan-dalàna ny « Raharaha Claudine » »

« Be dia be ny tsy fanarahan-dalàna misy eto amintsika. Anisan’izany io, ary anisan’ny tena goavana, angamba. Tsy hanaiky izany tsy fanarahan-dalàna atao eto Madagasikara izany izahay. »

Io ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM), Ernaivo Fanirisoa, momba ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ». Ny voalazan’ny lalàna, olona efatra no ao anatin’ny vaomiera manokana. Dokotera avokoa izy ireo, izay manendry tena ary miara-mandinika ny hoe: tokony hijanona any amin’ny hopitaly ve io marary io sa tsia?

Nefa miara-mahalala isika fa ny olona miditra hopitaly mihoatra ny 45 andro: na nodidina na tapaka, araka ny fanazavany. Tsy izay anefa ny zava-mitranga. « Tsy dokotera isika ka tsy mahafantatra hoe inona ny aretin’ilay olona. Miandry izany isika », hoy izy.

Milaza ny lalàna fa tomponandraikitra eo anatrehan’ny lalàna ny olona mamoaka izay fanapahan-kevitra amin’ny fitazonana olona eny amin’ny hopitaly izay. Ny dikan’izany: raha, ohatra, mbola hahasahy hanitatra an’io fitazonana eny amin’ny hopitaly an’io olona io, heverina fa tsy tokony hotanana eny amin’ny hopitaly intsony, ry zareo, tomponandraikitra eo anatrehan’ny lalàna izy.

Mila mianatra lalàna ny minisitry ny Serasera

         « Izaho amin’ny maha filohan’ny SMM no heverin-dry zareo fa tokony hoenjehina fa mandika lalàna. Nefa ilay lalàna lazainy amin’io, tsy fantatra. Ny fandraisako an’izay: hoy aho amin’ny minisitry ny Serasera: mianara aloha lalàna. Miandry an’izy ataony aho. »

Izay kosa no nambaran’ny filohan’ny SMM momba ny fanambaran’ny governemanta, nohamafisin’ny minisitry ny Serasera, momba ny hoe fandikan-dalàna nataony tamin’ny fitsidihana tampoka an-dRazaimamonjy  Claudine tany amin’ny hopitaly.

Vao mainka tsy mangina ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine » noho ny ataon’ny mpitondra? Nefa lazaina ho tsy raharaham-panjakana…

R.Nd.

L'express de Madagascar2 partages

Auguste Escoffier – « La bonne cuisine est la base du véritable bonheur »

Crème Agnès Sorel, pêche Melba, crêpe Suzette. Derrière ces trois mets célèbres, se cache le nom d’un seul grand chef : Auguste Escoffier. 

Incontestablement, il a été la plus grande toque de son temps, premier cuisinier à être officier de la Légion d’honneur et complice éternel de l’hôtelier César Ritz.Auguste Escoffier a toujours été conscient de l’évolution de la cuisine. En 1904, dans la préface de la première édition du Guide Culinaire, il a écrit : « Alors que tout se modifie et se transforme, il serait absurde de prétendre fixer les destinées d’un art qui relève par, tant de côtés, de la mode et est instable comme elle. » Il a aussi été, tout au long de sa vie, soucieux des autres et humble. Il n’a cessé de transmettre son savoir-faire, tant par le Guide Culinaire que par ses nombreux articles dans l’Art Culinaire.

La crêpe Suzette

En 1954, Jean Ducroux, chef de cuisine à Nice, a créé Les Disciples d’Auguste Escoffier. L’esprit Escoffier, c’est l’égalité entre disciples, sans distinction de grade, la transmission des connaissances, le respect de la culture et de l’évolution perpétuelle de la cuisine, la recherche et la réalisation d’actions pour une cause caritative. Les disciples d’Auguste Escoffier font le serment de transmettre, de servir et d’honorer la cuisine, sa culture et son évolution permanente. Ils sont nombreux et présents dans tous les pays du monde.Madagascar a sa fédération qui a mené sa première action en collectant des dons pour les victimes du cyclone Enawo. Elle a présenté les nouveaux membres du bureau lors du « Diner des épicuriens » au Carlton, le 20 mai. Une poursuite du bonheur culinaire concocté par les soins de quatre chefs, mis à l’honneur pour l’occasion, en revisitant les classiques d’Auguste Escoffier.

Auguste Escoffier

Les Disciples d’Auguste Escoffier de la délégation Madagascar

Administrateur : Julien LorayAdministrateur adjoint : Lalaina RavelomananaTrésorier : Rocco AndriamiarintsalamaTrésorier adjoint : Ioannis TaloumisSecrétaire : Zo RanindrinarisoaSecrétaire Adjoint : Jean Marc Bouchet

 

Les quatre chefs mis à l’honneur

Chef Lala du restaurant Le B’ :« La cuisine, c’est le goût ».Chef Elian du Carlton : « En cuisine, il faut de l’amour et de la créativité ».Chef Miguel, chef consultant : « La cuisine, c’est de l’émotion et de la fantaisie ».Chef Zo du centre Candera : « En cuisine, il faut de la rigueur ».

 

La crème Agnès Sorel

 

La pêche Melba

Textes : Ricky RamananPhotos : Claude Rakotobe – Internet

L'express de Madagascar2 partages

Hagamainty confond les Grands du Royaume

La paix instaurée en Imerina, Andrianam­poinimerina décide de créer les marchés à la place de Fihaonana. Ce sont d’anciens lieux de rencontre instaurés par les guerriers pour écouler leurs butins de guerre.Il réunit par deux fois ses sujets, à Andohalo et Antsahatsiroa, pour leur annoncer la bonnenouvelle et les encourager à y vendre tous les produits de la terre, de l’élevage, de l’artisanat, de la forêt et même les esclaves. Sauf le porc, l’alcool et le chanvre qui ne doivent pas pénétrer dans le centre de l’Imerina, mais rester au-delà de l’Ombifotsy à l’Ouest, de l’Ambodinangavo à l’Est, de l’Analaroa et du Vakinisahasarotra au Nord.Quelques jours plus tard, il réunit les Grands de son royaume pour discuter de la législationà appliquer dans les marchés quotidiens et hebdomadaires.La plupart de ses conseillers lui suggèrent alors de prendre une part de tous les produits, du simple manioc aux esclaves. Ce que le souverain agrée.Cependant, le sage Hagamainty s’insurge contre cette idée de généraliser cette sorte d’imposition, s’appuyant sur le discours du roi à Andohalo et à Antsaha­tsiroa. Il met, entre autres, en exergue la contradiction entre l’incitation des sujets à vendre et à acheter, et l’imposition de cette règle à tous les produits, ce qui ne peut qu’être démotivant.Andrianampoinimerina a, en effet, expliqué aux Ambaniandro, autre appellation des Merina, le but des marchés : donner la chance à tous, surtout aux moins nantis, de se faire de l’argent en commercialisant leurs produits, tout en exigeant des riches, à commencer par la famille royale, de « faire vivre le marché ». Ils permettront aussi de retrouver les objets volés.La suggestion des autres Grands va pourtant à l’encontre de cet objectif. « Vous imposez cette règle, mais c’est nous les Grands qui collectons les produits en votre nom, prenant aussi au passage notre part.» De quoi appauvrir et faire fuir les marchands et donc de fermer les marchés. « D’ailleurs, même du temps des Fihaonana, aucun chef de clan, si belliqueux fut-il, ne s’est permis de le faire. »Selon Hagamainty, en outre, le fait de prendre une partie des produits mis en vente, équivaut à « sanctionner des innocents », c’est-à-dire à leur faire payer une amende pour un délit qu’ils n’ont pas commis. Et de poursuivre : « Si vous persistez à appliquer cette mesure, que ferez-vous de tous ces produits   Vous les partagerez à votre famille, à votre parenté, à nous les Grands, et nous serons repus, notre richesse augmentera, mais le peuple s’appauvrira. »Continuant sur sa lancée, le sage conseiller assène : « Pour simplifier, pourquoi ne pas fermer les marchés et accaparer immédiatement tous les biens des Merina puisque, en fait, nous voulons aller à l’encontre de ce qui a été dit à Andohalo et à Antsahatsiroa, et trahir les Ambaniandro   »Abordant un autre aspect du marché, la clientèle, Hagamainty montre quelque réticence concernant le probable comportement des princes et des Grands. Les marchands, s’interroge-t-il,peuvent-ils refuser sans crainte de leur vendre leurs produits s’ils marchandent pour acheter à un prix dérisoire ou s’ils exigent de passer devant des clients plus humblesDevant cette tirade, les autres grands se taisent, ahuris, quelque peu apeurés. Pourtant le roi ne se trouble pas. Au contraire, il leur demande de faire part de leur avis à l’instar de Hagamainty. Mais ne sachant que dire, ils demandent à Andrianampoini­merina un temps de réflexion. Ils reviennent le lendemain, sans Hagamainty.Le Tsimahafotsy Rabefiraisana parle en leur nom et ne fait que répéter, dans un style plusnuancé, les paroles du sage conseiller. Ce qui a le don d’énerver le souverain qui insiste pour avoir « votre avis personnel ».N’ayant rien à ajouter, un autre conseiller, Rafiara, estime qu’il faut appeler son pair absent. À quoi le souverain, de plus en plus irrité, rétorque : « Ce n’est pas le seul Hagamainty qui gouverne, mais vous tous. À moins que vous n’ayez aucun conseil à me donner ! Quand vous discutez chez vous pour le bien de votre foyer, avez-vous aussi besoin de Hagamainty   »Néanmoins, sans se décontenancer, un troisième, Ranoko, affirme que seule une idée née de discussions est fondée. Mais le roi persiste à avoir leur opinion. Finalement, ils reconnaissent qu’ils partagent tout ce qu’a dit Hagamainty.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Mission norvégienne

L'express de Madagascar1 partages

Tunnel d’Ambanidia – Un fier-à-bras sous mandat de dépôt

Un homme mis sous les verrous à Antanimora et cinq autres sont activement recherchés. Ce mythomane a été épinglé à cause de la publication  d’une rumeur, via facebook, sur les faits que le tunnel d’Ambanidia s’est effondré en faisant quatre-vingt blessés. Il s’agit d’un homme âgé de 39 ans et commerçant à Anosibe. Il s’est fait arrêter par la police de la brigade criminelle.La cible a été pistée à partir d’une perquisition en ligne effectuée par la directiond’information de système informatique et transmission (DISIT). L’incriminé a reconnu avoir fait partie des internautes ayant participé à la diffusion de cette fausse nouvelle.Celle-ci a créé une psychose chez les Tananari­viens.« La suppression de cette publication n’a pas empêché son placement en détention préventive à Antanimora. Cela est prévu dans le code de la communication qui stipule dans le chapitre 5, la provocation aux crimes et aux délits », a indiqué une source au parquet. L’auteur de telles infractions par voie de communication médiatisée est passible des peines prévues par le code pénal. La police a indiqué que cinq autres suspects sont toujours recherchés.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

Douanes – Un transitaire indélicat épinglé

Une précision. Dans un document transmis à la presse, l’administration douanière annonce l’existence d’une infraction de valeur sur la déclaration d’une société de transit. « Une infraction sur la valeur a été établie, touchant pratiquement tous les articles de la déclaration C16206. Si la valeur déclarée était de 103 482, 23 dollars, la valeur reconnue et redressée a été de 157 251, 55 USD, générant des droits compromis de 74 929 823 ariary », a indiqué la lettre de la direction générale des douanes.La dite infraction a été détectée par l’administration douanière après une contre-vérification menée avec le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) sur des containers de cettesociété de transit dans le Port de Toamasina.« Les espèces déclarées correspondaient aux documents. Conformément à la déclaration C16205, les quatre containers de vingt pieds contenaient effectivement du ciment. Suivant la déclaration C16206, les dix containers de vingt pieds contenaient divers produits de beauté, des désodorisants, des préparations capillaires, du glutamate monosodique,  du ciment, des chips, des cartes à jouer et divers articles de publicité », a révélé le communiqué.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

Tom Andriamanoro, dans sa livraison de ce weekend, détaille l’oppression culturelle vécue par les Malgaches depuis le début de la colonisation, revient sur le couac scandaleux des derniers Oscars de Los Angeles,nous emmène dans certains cimetières-vignobles américains,pour terminer avec l’Église protestante malgache en France.

Histoire – Aux sources de l’école coloniale

Emmanuel Macron a eu des mots très durs à l’adresse de la colonisation lors d’une visite préélectorale en Algérie. Le passé franco-algérien, on le sait, est un chapitre sensible, mais la déclaration, que d’aucuns ont qualifiée de suicidaire pour le candidat, n’eut guère les effets auxquels on aurait pu s’attendre. La peur de la vague bleu marine était finalement plus déterminante que des méfaits, si graves soient-ils, perpétrés en d’autres temps. Mais l’Histoire ne s’efface pas, et il est permis de se demander si les crimes de la colonisation évoqués par Macron couvrent aussi une oppression culturelle destinée à dépersonnaliser tout un peuple, et lui faire fouler ses propres valeurs.« Nous devons aimer la France qui a voulu que nous nous attachions à elle, que nous l’aimions. » Cette profession de foi est extraite du premier numéro du journal des anciens de l’école Le Myre de Vilers, lequel journal a également pris soin de mettre en bonne place un extrait de la copie  d’un élève datant de 1902 : « Les Malgaches étaient un peuple barbare, si bien que le gouvernement dut créer l’école afin de répandre la civilisation. » En 1926, la directrice d’Avaradrova n’était pas tendre vis-à-vis de l’un de ses enseignants malgaches : « Voichi la table, voichi la table. Les élèves imitent votre accent ! Et puis vous parlez trop, vous ressemblez à un pantin s’agitant dans la classe ! » Le directeur de Paul Minaut émettait pour sa part un jugement de psy : « Ces élèves trop sages écoutent, ou il serait peut-être plus exact de dire qu’ils entendent. Leur rôle à eux leur apparaît comme essentiellement réceptif et passif. Leur système nerveux est moins sensible que celui des enfants européens. ». Imiter la France et les Français, c’était à la fois une politique et un idéal : « Les enfants français vont tous à l’école pour gagner plus tard largement leur vie. En France les paresseux sont montrés du doigt. Les Malgaches doivent s’efforcer  d’imiter l’exemple des Français pour devenir habiles dans l’exercice des professions manuelles (sic) ». Et la réédition 1947 des leçons conçues par Renel et Rabaté de poursuivre : « La France veille sur nous, Malgaches, avec bonté et sollicitude. Aussi nous avons des devoirs sacrés à remplir envers elle. Nous devons estimer son drapeau, le respecter toujours, être prêts à nous grouper autour de lui. Les trois couleurs, bleu, blanc, rouge flottent sur tous les bâtiments, sur les Rova, dans tous les villages de la brousse. Saluons avec amour et respect le drapeau en criant Vive la France ! »

Langue de primitifsLe Rapport annuel très analytique sur l’enseignement, établi en 1910 par le gouverneur général Victor Augagneur, n’a que mépris pour la culture… indigène : « Le malgache est une langue pauvre convenant à des primitifs, à peine suffisante pour des demi-civilisés. Son vocabulaire est déjà fortement encombré de mots arabes, souahéli, anglais, français. Il est peu précis, la morphologie est tout à fait rudimentaire, l’absence des genres et surtout des nombres occasionne des confusions et des amphibologies fréquentes. La synthèse proprement dite est misérable : on n’emploie guère que la syntaxe de juxtaposition, et on trouve seulement quelques traces de coordination et de subordination. » Et le gouverneur général, dont un boulevard de Toamasina porte toujours le nom, de continuer : « Cette langue ne peut être l’instrument d’une pensée un peu compliquée, et déjà elle est inapte à exprimer les idées des Hova instruits. Elle n’a pas de tradition, pas de littérature, sauf quelques chansons de bourjanes. Le seul monument qu’elle ait produit, le Tantara ny Andriana, est dû à un jésuite français. »Se prononçant sur le souhait des Malgaches citoyens français d’avoir accès au Lycée Gallieni, le directeur de l’enseignement Renel n’hésite pas entre quatre chemins : « À Madagascar, nous avons affaire, non pas à des non civilisés, mais à des barbares mal préparés par leur hérédité à un enseignement secondaire ou supérieur. Du point de vue politique, que ferons-nous de ceux qui auront reçu notre culture   Que leur répondra-t-on lorsqu’ils demanderont, à grade égal, des fonctions dans l’administration française ?  »Gallieni et Jules’F, que de bons souvenirs vos noms évoquent-ils dans nos mémoires ! Et pourtant, en les choisissant, le colonisateur avait bien d’autres visées : « Aucun nom n’est plus populaire et plus vénéré à Madagascar que celui du Maréchal Gallieni, qui s’était acquis des titres à la reconnaissance de tous les Français comme pacificateur, et premier organisateur de notre belle colonie de l’océan Indien. Quant à Jules Ferry, il fera connaître à nos populations indigènes le grand homme d’État qui contribua si puissamment à l’expansion coloniale de la France, en même temps qu’au développement de l’instruction publique. »

Barry Jenkins, le réalisateurdu film Moonlight.

Politique – Le cinéma, çà n’est pas toujours du cinéma    

L’esprit des cinéphiles vient tout juste de quitter la Croisette cannoise, mais il reste encore quelque part le couac de la remise des Prix aux 89e Oscars de Los Angeles : Warren Beatty, on s’en souvient, avait annoncé la victoire du film La Land, quatorze fois nominé, il est vrai, avant de se reprendre, et donner au vrai gagnant Moonlight l’honneur qui lui revenait. Cen’était pas du cinéma ! Mais la nouveauté à laquelle on s’attendait le moins, c’est que beaucoup de personnalités ont profité de leur prise de parole au micro pour délivrer des messages engagés, sortant du cadre de l’écran blanc. C’est ainsi que l’acteur Gael Garcia Bernal a rappelé qu’il était « un travailleur immigré, un Mexicain opposé à tous les murs, un être humain ». Une flèche bien ciblée contre le projet de « qui l’on sait » de construire un mur entre les États-Unis et le Mexique. La victoire de Moonlight, racontant la vie à Miami d’un africain-américain, gay et pauvre, a permis à Jimmy Kimmel de rafraichir les mémoires dans son discours : « Vous vous souvenez l’année dernière, quand on avait l’impression que les Oscars étaient racistes   » Mais le moment politique le plus fort a été la remise du Prix du meilleur film étranger à l’Iranien Asghar Farhadi pour son film Le Client. Interdit d’entrée aux États-Unis par le  muslim ban lancé par « qui l’on sait » à l’endroit de sept pays musulmans, et malgré une autorisation spéciale, il a choisi de boycotter la cérémonie et de faire lire son discours : « Diviser le monde entre soi-même et les soi-disant ennemis, c’est créer une justification malhonnête de l’agressivité et de la guerre. Je suis absent par respect pour mon pays et pour les autres nations qui ont été insultées. » À croire qu’il avait déjà connaissance des rushes prêts à l’emploi du cinéma que, trois mois plus tard, « qui l’on sait » allait jouer en Arabie Saoudite, en appelant à une coalition des bons musulmans  contre un Iran chiite personnifiant le Mal. Ce fut un navet de la pire espèce, signé comme cela ne pouvait que l’être, par… « qui l’on sait».Mais à chacun son cinéma, et à chacun son, ou sa « qui l’on sait ». Au Gondwana,  un pays heureusement très loin du nôtre, il est possible de jouer un rôle de mauvais goût tout en étant censé rester allongé pendant quarante cinq jours sur un lit. Gare quand même aux escarres, à moins que le Scénariste Suprême n’ait déjà tout prévu pour les éviter : une présence en réalité minimale, et seulement quand les circonstances l’imposent, par exemple. Coupez !

Le clergé du diocèse d’Oakland embellit le cimetière avec un vignoble.

Passions en bouteilles – Lieux de vie et lieux de vin

Ce n’est pas à Oslo qu’on verra un clochard se réchauffer au goulot près d’une bouche de métro. La Norvège est un pays où la vente d’alcool est strictement contrôlée parl’État, lequel délègue ses prérogatives à la chaine Vinmonopolet. Il en résulte que quand un arrivage, notamment de grands crus français, est annoncé, il se forme devant les magasins de cette chaine des files monstres dont le profane ne comprendra jamais la raison. En février, en plein hiver donc, la rumeur concernait principalement le Romanée-Conti de 2013 dont la bouteille se vend en Norvège à plus de 37 000 couronnes, soit environ 4 250 euros. Record battu avec une file de six jours ! On a quand même le droit d’aller aux toilettes ou chercher à manger, à condition de garder précautionneusement son rang dans la queue. Pas compliqué en fait, puisque beaucoup viennent avec leur tente. « Je connais beaucoup de clients dans la file, mais j’avoue qu’il faisait vraiment froid cette nuit, quand j’ai sorti mes doigts de mon sac de couchage pour leur envoyer un SMS. On est très solidaires, emportés par la même passion du bon vin ! » Cinq cent sept marques et 27 000 bouteilles ont été vendues en ce seul début février dans les sept magasins spécialisés que compte Vinmonopolet dans toute la Norvège. Un accro avoue être fidèle au rendez-vous depuis des années, et dépenser de 100 000 à 150 000 couronnes (de 11 000 à 17 000 euros) en Bourgogne blanc. « Celui de 2013 est excellent, mais on ne peut le comparer avec le cru de 2014 qui est sublime ! » Il se dit que 70% des bouteilles achetées sont bues dans les quarante-huit heures qui suivent, mais on dit tant de choses…

En Norvège la chaine Vinmonopolet se chargedu contrôle et de la vente de vins.

Autre pays mais même passion, on est maintenant aux États-Unis, plus exactement dans certains cimetières : des lieux qui n’ont rien à voir avec celui d’Anjanahary, à éviter tant qu’on n’a pas les deux pieds devant, ou le cimetière indien d’Ilafy qu’on croyait être un havre de paix, mais tout le monde peut se tromper. Dans ce cimetière de la banlieue de San Francisco, il est possible de se faire enterrer près de cépages renommés à condition de débourser 1 000 dollars de plus. Les vignes ont remplacé le gazon pour des questions d’économie d’eau et… d’argent, et cela s’est avéré une excellente idée puisqu’en plus, elles rapportent gros. Dans le diocèse d’Oakland, six hectares de vignes ont été plantées dans trois cimetières différents. Dans la lancée, les mentalités ont changé, et beaucoup de cimetières américains sont redevenus de véritables lieux de vie, pour ne citer que ceux de Spring Grove de Cincinnati qui accueillent des soirées familiales et des balades ornithologiques.On ne s’étonnera point de trouver l’Église catholique parmi les locomotives de cette nouvelle vogue du vin de cimetière, vu la place fondamentale du vin dans sa liturgie. Le premier miracle du Christ n’a-t-il d’ailleurs pas été de changer l’eau en vin   Plus prosaïquement, planter un demi-hectare de vigne coûte trois fois moins cher que la même surface en pelouse. Les rapprochements entre l’Église et les professionnels concernaient au début un simple petit rosé de messe, mais d’un cimetière à l’autre, la qualité des fruits obtenus s’est avérée exceptionnelle. Il n’en fallait pas plus aux commerciaux pour convaincre les religieux d’aller plus loin. Le vin de cimetière est ainsi devenu une vraie affaire. Le Caberney Sauvignon des « vignes de l’évêque » à Oakland par exemple, une appellation qui met en confiance les plus timorés, a obtenu une médaille d’argent lors d’un concours à Monterey, d’autres labels se distinguant dans des confrontations comme celle de San Francisco. Parallèlement, des systèmes de réduction, d’abonnement, et de distribution trimestrielle sont lancés : un pack de deux bouteilles pour « le colis de l’évêque », de quatre pour « la collection du cardinal », et de six pour « la cave du pape ». Une belle trouvaille mercatique pour un produit de très haute qualité. L’évêque Michael Barber a de quoi jubiler : « Dans la boutique de la cathédrale, nous vendons des chapelets, des statues de la Vierge Marie, et désormais aussi des bouteilles de vin. »

Rétro pêle-mêle

La grande majorité des protestants malgaches de France se retrouve au sein de la Fiangonana protestanta malagasy aty andafy (FPMA) qui, en cette année 2007, revendique quelque 9 000 fidèles. De huit paroisses, elle en est arrivée à trente quatre, réparties en six régions françaises, auxquelles s’ajoutent les paroisses d’Abidjan et du Port à La Réunion. Dans sa genèse, figure en bonne place l’aumônerie créée à Montpellier en 1946 par le pasteur-missionnaire Jean Frédéric Vernier, destinée à soutenir spirituellement les étudiants malgaches et les anciens militaires ayant décidé de rester en France après la deuxième guerre mondiale. La FPMA a célébré en 2005 son 45e anniversaire  en tant que véritable Église instituée. Dans les milieux protestants français, on a, au départ, difficilement admis la raison de créer une Église malgache, au lieu de rester dans celles déjà existantes. C’était mal connaître une certaine tradition des Églises protestantes de la Grande Ile, que les expatriés tenaient à revivre en la transplantant dans leur « andafy ». Les esprits cartésiens ne pouvaient comprendre certaines activités ayant cours au sein de cette nouvelle venue, comme les bruyantes séances de prière et d’imposition de mains de la branche « Fifohazana ». En fait, le mouvement du « Réveil » a pendant longtemps été soupçonné et accusé d’être une secte (encore ce mot fourre-tout !) même par les grandes paroisses bourgeoises tananariviennes. C’est oublier que le protestantisme n’aurait jamais pu s’implanter dans les recoins perdus de Madagascar sans le travail opiniâtre et au ras du sol des « Zanaky ny Fifohazana » en lamba blanc…Loin de tout prosélytisme, la FPMA est membre de nombreuses associations comme la Fédération protestante de France, la Fédération luthérienne mondiale, l’Alliance réformée mondiale, la Conférence des Églises chrétiennes européennes, sans oublier la Conférence des Églises chrétiennes malgaches en France, une extension de la FFKM.

Lettres sans frontières

Il était une fois…N. Rahamefy

J’étais jeuneJ’étais bêteQuand je t’ai connueJ’étais beauTu étais coquetteEt on s’est pluJe le regretteC’était trop tôtIl fallait pasMais j’savais rienRien de la vieEt c’est pourquoiMoi je n’osaisFaire avec toiAucune folie.Je le savaisJe t’ennuyaisJ’étais pas marrantÇa a duréC’que ça a duréEt je comprendsPourquoi t’es partieJe t’en voulaisMais je savaisQu’il en seraitUn jour ainsiJe t’agaçaisCar je n’osaisFaire avec toiAucune folie.Je croyaisQue j’en mourraisMais un soirAu lieu de me tuerPour me vengerJe suis sortiJe ne te diraiCe que j’ai faitMais j’ai comprisQu’il était tempsPour mes vingt ansDe connaîtreUn peu la vieEt au matinSur mon cheminQuand d’ma nuitJ’ai fait le bilanJe me suis sentiProfondémentEngagéSur les sentiersDe ma folie.Il y en eut d’autresBeaucoup d’autresDes pas joliesFemmes légèresDes étrangèresDes filles d’iciElles étaient rienElles valaient rienN’importe quiJe ne sais plusMais j’ai vouluPour t’oublierMe saoulerDans ma folie.

Suis toujours bêteMais moins timideEt j’ai vieilliJe ne sais pourquoiHors de mes brasJe les oublieJe pense à toiEt quelquefoisÀ ce qui n’est plusJe nous revoisToi et moiEt je me disC’est avec toiQue j’aurais vouluFaireVivreToutes ces folies.

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : Archives – AFP – Internet

 

L'express de Madagascar1 partages

Exportation de guêpes surgelées

Qui l’aurait cru   Les larves de guêpes se faisant de plus en plus rares sur l’Ile de La Réunion, alors qu’elles font partie inté­grante de leur patrimoine culinaire, La Réunion se tourne actuel­lement vers la Grande île pour appro­visionner son marché. D’après le site zinfos974 « Depuis mai 2014, les larves de guêpes surgelées et conditionnées à Madagascar débar­quent à La Réunion. Environ 9 tonnes sont importées chaque année à La Réu­nion ».

L'express de Madagascar1 partages

Hausse des crédits entrepris

La banque BNI Mada­gas­car annonce la hausse de volume de Crédits entre­prises. Les responsables de l’établissement bancaire avance une augmentation de 22% de son volume sur cette ligne de crédit au cours de l’année 2016. Cette performance est le résultat des efforts menés en soutien des entreprises basées à Madagascar. La banque affiche toujours ce soutien à chaque mani­festation économique. Elle entend y jouer un rôle de premier ordre avec ses compétences et son expérience de banque universelle de proximité et son savoir-faire dans les opérations interna­tionales.

News Mada0 partages

Hetsiky sendikà, ny CUA ary ny SMM : tratry ny angaredona ny fitondrana nefa mbola mihantsy ady koa

 Tohivakana ny fitakiana sendikaly ary hivoaka sempotra indray ny fanjakana. Nandrangaranga ny fitokonany ary hanamafy izany, amin’ny herinandro, ny eo anivon’ny Seces. Miala any koa ny eo anivon’ny Sendikan’ny ladoany na ny fadin-tseranana (Sempido). Fampandehanana ny asa farafahakeliny no hataon’izy ireo, manomboka ny faran’ny volana izao. Efa anatin’ny fitokonana kosa ny « dokera » any amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Mazava ny fitakiana. Tambiny sy tombontsoa tokony ho azon’ireo mpiasa manoloana ny asa ataon’izy ireo. Eo koa ny fitakiana ny hampiharana ny didim-pitsarana hamerenana ireo mpiasa amin’ny asany. Tsy vao voalohany ny tahaka izao fa efa miverimberina hatrany. Miziriziry tsy mamaly ny fitakiana ny fanjakana. Miteraka lonilony ho an’ny sasany rahateo ny fahitana fa nampitomboina ny tambiny samihafa ho an’ireo depiote sy loholona. Hitondra vahaolana petatoko sy vonjy tavanandro mahazatra azy indray ny fitondrana? Sa hamono afo amin’ny fomba ahoana?

Amboletra sy tsy fanarahan-dalàna

 

Etsy andaniny, manangam-pahavalo amin’ny hafa ary manome ohatra ratsy ho an’ny rehetra  ny mpitondra. Anisan’izany ny fanaovana hetsika tsy nahazoana alalana tetsy Mahamasina ka nahatezitra ny tompon-tanàna. Tsy nanao ny farafahakeliny amin’ny fifanatonana sy ny fifanajana. Zatra ny amboletra sy tsy miraharaha ny hafa. Manoloana izany, tsy faly ny mpanolotsaina ara-teknikan’ny CUA, Ravalomanana. « Aoka ianareo tsy hiedinedina sy hievotrevotra fotsiny… Samy mba manana mpanolotsaina sy mpahay lalàna », hoy izy tetsy Analakely.

Tahaka izany koa ny fihantsiana ady amin’ny mpitsara tamin’ny tatitry ny filankevitry ny governemanta, ny herinandro teo, nataon’ny minisitry ny Fifandraisana. Karazan’ny famakiana ady no nandraisan’ireo berebareba izany. « Miandry azy aho… Minisitra tsy mahay lalàna akory… », hoy ny filohan’ny SMM, Faniry Ernaivo, afakomaly.

Ho tonga hatraiza avokoa ireo rehetra ireo ?

Randria

 

News Mada0 partages

Rapt de Yanish Ismaël : les ravisseurs réclament un million d’euros

 Un million d’euros. C’est le montant de la rançon réclamé par les bandits qui tiennent en otage Yanish Ismaël, le fils de Danil Ismaël.

 

Les ravisseurs se sont manifestés à plusieurs reprises, dans un premiers temps, pour faire savoir que Yanish Ismaël est entre leurs mains, et par la suite, pour réclamer la rançon. Lors d’un entretien avec un journaliste du magazine Jeune Afrique, Danil Ismaël, le père de l’otage, l’a confirmé. Selon ses dires, les malfaiteurs exigent un million d’euros,  soit l’équivalent d’environ 3.450.000.000 d’ariary, en échange de la libération de son fils.

Peu de temps après l’enlèvement, les bandits ont appelé pour dire « Votre fils est entre nos mains…Si tu coopères, nous ne ferons rien à ton fils ». En déplacement à Nosy Be, Danil Ismaël a immédiatement regagné la capitale avant de prendre contact avec le colonel Robin Joubert, attaché de sécurité à l’ambassade de France. Peu de temps après, à 17 h 04 plus exactement, les ravisseurs ont de nouveau appelé.

Au bout du fil, les bandits disaient : « Aucun dépôt de plainte et si tu coopères, nous ne ferons rien de mal à ton fils. »

« Ton fils ne va pas bien »

Tel que rapporté par Jeune Afrique, le dernier contact avec les ravisseurs a eu lieu le 21 mai dernier. Cette fois-ci, les bandits se sont montrés particulièrement menaçants.  « Ton fils ne va pas bien. Dépêche-toi de payer sinon nous allons le tuer. Ce n’est pas le premier que nous tuerons. Ni le dernier », ont-ils annoncé au téléphone.

Pour rappel, Yanish Ismaël, 26 ans, a été kidnappé par des hommes armés le 14 mai, alors qu’il visitait la tombe de ses grands-parents, comme il le faisait un dimanche par mois.

Près de deux semaines se sont écoulés après l’enlèvement mais jusqu’à présent, toujours pas de nouvelle de Yanish Ismaël.

Mparany

 

News Mada0 partages

Tambajotra mpanondrana héroine : Afrikanina efatra sy malagasy roa voasambotra

 Enina mianadahy, teratany malagasy roa, lehilahy sy vehivavy; niampy teratany afrikanina efatra, ka lehilahy ny telo, vehivavy ny iray no voasambotry ny polisy sy ny avy amin’ny ladoany, voalaza fa mpanao fanondranana héroïne eto amintsika.

Tratra tamin’ny alalan’ny entana iray saika halefa tany Canada izy ireo.  Araka ny fanazavana, ny 17 mey lasa teo, nisy entana naterin’olona teny amin’ny sampandraharaha iray teny Mamory Ivato, saika halefa any Canada. Nahatsikaritra zavatra hafahafa nahamahana azy mikasika ity entana ity ny tompon’andraikitry ny Agence ka nmapandre ny mpiasan’ny ladoany eny Ivato.  Nanamarina ireto farany ka nahita fa héroïne milanja 495 g no tao, izay nafangaro tamina asa tanana vita malagasy.

Voalaza fa nanao fanadihadiana lalina ny avy amin’ny ladoany, ary niara-niasa tamin’ny polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina. Ny 17 mey ny fisamborana voalohany ka vehivavy iray tratran’ny vela-pandriky ny ladoany. Nanoro ny namany izy io ary fantatra tamin’izany ny fisian’ireo Afrikanina sy ny Malagasy iray mpikarakara ny taratasin’ireo olona ireo.

Ny 23 mey nangataka fiaraha-miasa tamin’ny polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina Anosy ny eny amin’ny ladoany mba hikaroka ny lehilahy teratany nizerianina tompon’entana. Nanao fanadihadiana sy fanangonam-baovao avy hatrany ny polisy ka io andro io ihany, voasambotra teny Ivandry ny mpivady samy teratany afrikanina. Lehilahy nizerianina sy vehivavy tanzanianina ireo.  Nanambara ireto olona telo ireto fa tsy misy fantany ny resaka héroïne fa mpinamana fotsiny izy ireo. Nisy ny vela-pandrika natao indray ka nisy ny fisamborana sy fifanenjehana teny amin’ny Pavillons Analakely. Ny 24 mey, voasambotra teny Analakely ilay lehilahy nizerianina tompon’ny héroïne. Enina no voasambotra, nahitana afrikanina efatra sy Malagasy roa, hoy ny polisy. Ny avy amin’ny ladoany kosa niteny fa dimy voasambotra, ka Afrikanina ny roa, ary roa hafa mbola karohina. Nilaza ny avy amin’ny ladoany ary nanamarina ny fisian’ny tambajotra afrikanina mpanodrana zava-mahadomelina eto amintsika. Natolotra ny fampanoavana, omaly, izy enina mianadahy, ary naiditra am-ponja vonjimaika eny Antanimora.

Yves S.

News Mada0 partages

INCC : de nouveaux diplômés

L’Institut national du commerce et de la concurrence (INCC) poursuit ses activités dans la formation des jeunes à l’import-export. Vingt-trois jeunes étudiants de la promotion « Mamiratra » se sont vu remettre des attestations de fin d’études, ce qui porte à 300 le nombre des anciens de l’institut. La cérémonie officielle de sortie de cette promotion s’est déroulée dans la matinée d’hier à la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo.

« Ces nouveaux diplômés sont directement opérationnels dans le circuit du commerce extérieur, étant donné que leur formation englobe tous les aspects de ce domaine, y compris visite d’entreprises et de douane. Ils sont aptes à créer leurs propres entreprises, tout comme ils sont aptes à travailler dans les entreprises d’import-export », a expliqué à cette occasion Victorine Rasoavelona, DG de l’INCC.

Eddy Patrick Ravoaraharison, directeur de cabinet du ministère du Commerce et de la consommation a pour sa part mis l’accent sur l’importance de la qualité des produits d’exportation. « Madagascar ne peut pas se soustraire à la mondialisation, de ce fait, il ne doit plus y avoir de frontières entre le commerce intérieur et le commerce extérieur. La Grande île est également membre de plusieurs communautés économiques, telles que la Sadc, le Comesa, la COI, et dans un avenir proche, nous intègrerons la Zone de libre échange. Les marchés internationaux sont ouverts à nos produits, et ces marchés exigent des normes », a-t-il rappelé.

L’INCC, dans ses locaux à la Maison des produits aux 67 Ha, offre plusieurs types de formation, à savoir le cycle long avec dix mois d’étude, sanctionné par un diplôme de commerce, et le cycle court après trois mois d’étude à l’issue duquel une attestation est délivrée. L’Institut met également en œuvre une formation modulaire pour les professionnels qui souhaitent un renforcement des capacités d’appoint.

Arh.

News Mada0 partages

Menace de grève : les douaniers maintiennent le suspense

Une rencontre entre les membres du Syndicat des employés des douanes (Sindikan’ny mpiasan’ny douanes (Simpidou) et les responsables auprès du ministère des Finances et du budget a eu lieu hier concernant la revendication des employés des douanes sur la régularisation de leur prime. « La grève prévue par le syndicat pour ce lundi dépendra des décisions prises à l’issue de cette rencontre », a avancé le président du Simpidou, Herizo Andrianavalona, joint au téléphone hier. Ce leader syndical a expliqué que « les discussions à propos de cette prime ont duré depuis cinq mois mais aucune mesure n’est prise jusqu’à présent. C’est pourquoi nous prévoyons d’effectuer cette grève de 48 heures ».

Après l’avis public publié par le Simpidou le 22 mai dernier, le directeur général des douanes a déjà reçu les membres du Simpidou, mais le directeur général des douanes a avancé que l’affaire ne relève pas de ses compétences. Les négociations se poursuivent donc avec le directeur de cabinet et le secrétaire général du ministère des Finances et du budget.

Il s’agit des primes non payées entre 2013 et 2016, selon toujours les explications d’Herizo Andrianavalona. Le Simpidou réclame également la révision du mode de calcul de ces primes.

Riana R.

News Mada0 partages

RFM : « Ho amin’ny fifidianana lalàmpanorena ny rafitra federaly »

« Adihevitra famolavolana lalàmpanorenana federaly no atao. Irinay sy antenainay fa ho tafiditra amin’ny fifidianana lalàmpanorenana eto Madagasikara io. Efa ela ary be dia be no nitaky hoe tokony hapetraka amin’izay ny rafitra federaly eto, satria izany no hetahetan’ny Malagasy. »

Io ny fanazavan’ny mpandrindra nasionalin’ny Rassemblement des fédéralistes de Madagascar (RFM), Andrianirina Max Fabien, teny amin’ny Espace Mahatazana, Fort-Voyron, omaly, tamin’ny zaikaben’ny mpandala ny federalisma amin’ny famolavolana lalàmpanorenana federaly.

Nisy ny Dinika santatra, taona 2010. Nisafidy ny fametrahana rafitra federealy tamin’izany ny distrika 86 amin’ny 119. Hatramin’izao, mbola fanjakana tokana. « Midika izany fa tsy voahaja ny demokrasia », hoy izy. Raha tsy tanterahina ny feom-bahoaka: mety manaotao foana ny vahoaka, sorena, tezitra. Tsy mahagaga raha misy ny fikorontanana ara-piarahamonina etsy sy eroa amintsika: fitsaram-bahoaka, ohatra.

Vokatry ny tsy fetezana sy ny fahalovan’ny rafitra tokana izany, izay napetraky ny mpanjanaka. Nanamora ny asan’ny mpanjanaka ny rafitra tokana: mibaiko izy, manaraka avy hatrany avokoa ny isam-paritrany, distrika, kaominina, tanàna… Nefa mifanohitra amin’izay ny an’ny Malagasy.

Mila miainga any ifotony ny fanapahan-kevitra

« Mba avy any amin’ny fokonolona no mandidy sy manapaka, manolo-kevitra amin’izay mety aminy fa tsy ny avy any an-tampony », hoy ihany izy. Nefa ny mety amin’ny fanjakana foibe, mety tsy tsara amin’ny fokonolona any ifotony. Vokany, lasa mifandroritra ny fiarahamonina. Izay no mahatonga antsika tsy mety mandeha any amin’ny fampandrosoana.

Tia mifampiera ny Malagasy, mifanaja, mifanakalo hevitra… Izay no maharatsy ny rafitra tokana: tsy misy adihevitra; matetika, tanterahina izay tapaky ny fanjakana foibe. Tokony hiditra amin’ny fifidianana lalàmpanorenana aloha isika. Ao anatin’ny demokrasia tanteraka no hanaovana fifidianana, fa tsy misy teritery.

R. Nd.

 (Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Ady totohondry – «Afrique 2017» : hiatrika ny tompondaka eran-tany izay voalohany

 Araka izay efa nitaterana azy teto, nihemotra ho amin’ny volana jona ho avy izao, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja ady totohondry. Na izany aza, vonona ny mpikatroka malagasy. Handefa solontena fito mianadahy i Madagasikara.

 

Tsy mbola tomombana, ny fotodrafitra handraisan’i Kongo Brazaville ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika amin’ny taranja ady totohondry, izay tokony hanomboka rahampitso alahady 27 mey ka voatery hahemotra amin’ny 17 jona ho avy izao indray. Tsy nahafeno ireo fepetra rehetra amin’ny fampiantranoana izany mantsy izy ireo, araka ny fitsidihana nataon’ny federasiona iraisam-pirenena.

Na izany na tsy izany, efa vonona tanteraka ny mpikatroka malagasy ka araka ny nambaran’Andriamanampisoa Gégé Bosco, filoha lefitry ny federasiona,  hanana ny lanjany ity fifaninanana ity satria hisolo tena an’i Afrika, any amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, hatao any Hambourg Alemaina ny voahosotra ho tompondaka, amin’ity.

Sokajin-danja fito no handraisan’i Madagasikara anjara amin’io fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika io. Roa ny eo amin’ny vehivavy : ny – 48 kg sy – 50 kg. 5 ny eo amin’ny lehilahy dia ny – 49 kg, – 52 kg, – 56 kg, 60 kg, – 66 kg.

Heverina fa tena manana herijika handrombahana ny medaly volamena ny Malagasy, amin’ireo sokajy ireo, raha ny fanamarihan-dRajosivah Simo, tale teknika nasionaly. Hivoaka amin’ity asabotsy ity ny anaran’ireo fito mianadahy hiatrika izany fifaninanana afrikanina izany.

Etsy ankilany, hijanona ho ao anaty ekipam-pirenena ireo mpikatroka ireo ka tsy handray anjara amin’ny fifaninanam-pirenena intsony. Hanampy azy ireo izay tompondakam-pirenena ka hifanintsana indray amin’ny fiatrehana ireo lalao iraisam-pirenena manaraka. Nomarihin’i Gégé Bosco fa tsy ireo ho any Kongo ihany akory ny mpikatroka fa ny fangatahan’ny minisitera, noho ny enti-manana, ny namerana ny isa.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Basket-N1B : hécatombe pour Analamanga

Elle avait le plus grand nombre d’équipes qualifiées en quarts de finale au championnat national N1B dames et U20 garçons. Mais Analamanga a pris l’eau et ne sera présente en demi-finales qu’avec une seule équipe, MB2All chez les dames.

Toutes les autres sont tombées sur plus fortes qu’elles, à l’image de CBBT en N1B dames qui a subi la loi de CBBOA Alaotra Mangoro. De même pour ASF qui s’est fait battre par Ascut Atsinanana. Face à ABBS Analanjirofo, MB2All a sauvé l’honneur en remportant son match par 33-47.

Même constat chez les U20 garçons où Analamanga n’a pas fait le poids. Pire, cette ligue sera la grande absente du dernier carré.

En tout cas, la logique semble respectée eu égard aux résultats des quarts dans les deux tableaux. Cela augure des demi-finales épiques, ce jour, dans le Grand port où les locales de la compétition partent avec un léger avantage en évoluant devant leur public.

Naisa

Résultats des quarts de finale :

N1B dames :

CBBOA Alaotra Mangoro-CBBT Analamanga : 56-44

Ascut Atsinanana-ASF Analamanga : 47-37

MB2All Analamanga-ABBS Analanjirofo : 63-47

BCCA Amoron’i Mania-CRJS Atsinanana : 78-76

U20 garçons :

USF Haute Matsiatra-As St Pierre Alaotra Mangoro : 47-37

Ascut Atsinanana-CRJS Atsinanana : 118-39

ASCB Boeny-DTSC Analamanga : 101-51

BCHFF-Sonava Sava-FBC Analamanga : 89-62

Programme des demi-finales :

N1B dames :

MB2All Analamanga-BCCA Amoron’i Mania

CBBOA Alaotra Mangoro-Ascut Atsinanana

U20 garçons :

Ascut Atsinanana-USF Haute Matsiatra

ASCB Boeny-BCHFF-Sonava Sava

News Mada0 partages

Jeux – «Show your team spirit» : orinasa 27 hifaninana eny Ankatso

Hotanterahina, anio eny amin’ny kianja Ankatso, ny andiany fahadimy amin’ilay lalao hifanandrinan’ireo orinasa, karakarain’ny ProActiv. Orinasa 27 no hifaninana amin’izany. Marihina fa hiavaka, tsy toy ny andiany teo aloha, ny fihaonana amin’ity satria hatao indroa miantoana. Hatao amin’ity anio ity ny fifanintsanana ary ny dingan’ny famaranana sy ny famaranana rehetra kosa ny 3 jona.

Tsy miova fa toy ny tamin’ny taona lasa hatrany ireo taranja hifaninanana : ny baolina kitra lalaovina olona fito, ny basikety sy ny volley-ball izay iarahan’ny lahy sy vavy (mixte).

Ankoatra izay, eo koa ny kobara (vitsiliha), misy mpilalao dimy mianadahy ka mivoaka ho mpandresy, izay ekipa mahazo seta 3 voalohany. Misy ihany koa ny “tir à la corde”, misy mpilalao 10 mianadahy ary ny hazakazaka mifampitohy, hifaninanan’ny mpihazakazaka efatra mianadahy ao anaty ekipa iray. Anisan’ny be mpandray anjara indrindra ny taranja baolina kitra.

Hahazo loka manokana avy amin’ny mpikarakara ihany koa ireo orinasa manana mpanohana mendrika indrindra sy ny tsara fitafiana ary koa ny ekipa manana toe-tsaina mendrika “fair-play”, mandritra ny fifaninanana.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Foot-Election : le CE en guerre ouverte avec les présidents régionaux

Dorénavant, la touche de balle entre le Comité exécutif de la fédération et les présidents des ligues régionales risque de se transformer en un coup « front » direct.

Après tant d’instances des présidents des ligues régionales sur la tenue d’une Assemblée générale extraordinaire dans le dessein d’organiser une session élective dans 60 jours, conformément au statut de la Confédération africaine de football, le Comité exécutif (CE) de la fédération est sorti de son silence. Mais, au lieu de répondre à une demande par écrit faite par la majorité des présidents des ligues régionales en date du 24 mars, le CE a d’abord frappé à la porte du ministère de la Jeunesse et des sports à travers une lettre pour avis sur le sujet, le 12 avril dernier.

Puis le 12 mai, la place Goulette a donné ses réponses qui convenaient certes à Doda Andriamiasasoa et consorts.

En fait, le ministère est favorable à la tenue de l’AGE, selon l’article 31 de la Fédération malgache de football stipulant : « Le Comité exécutif peut convoquer une Assemblée générale extraordinaire s’il juge nécessaire ou à la requête du 1/3 des membres… ». Dans sa lettre, le ministère a souligné : « La requête en vue de la convocation d’une assemblée extraordinaire est recevable dès qu’elle a été signée par 1/3 des membres. Sous cette optique, « le CE doit convoquer une AGE au plus tard dans les deux mois suivant la date de la remise de la requête ».

Mais, quand il s’agit de modifier le statut de la fédération et d’organiser une élection,  Ambohijatovo a changé de ton en évoquant d’autres articles et ne semble plus reconnaître le statut  majoritaire des présidents des ligues régionales. Visiblement, le ministère préfère garder ses distances car du temps d’Ahmad, la fédération n’a jamais demandé l’avis du ministère de la Jeunesse et des sports. Cela ne se faisait pas.

 

Subventions de la Fifa

 Après avoir obtenu les avis qu’ils voulaient entendre, les membres du CE ont enfin répondu aux présidents des ligues régionales le 24 mai. En résumé, il y aura une Assemblée générale extraordinaire à tenir vers la fin de l’année, sans avancer ni mentionner l’ombre d’une élection fédérale. Doda Andriamiasasoa et son équipe à peine désignés, envisagent donc de terminer le mandat d’Ahmad.  Du coup, plus d’un s’interroge sur  les raisons de cette attitude à ne pas anticiper l’élection. Les inconditionnels de la discipline avancent que, à prendre au conditionnel, le CE piafferait d’impatience à gérer les subventions de la Fifa en cette période faste de transition. Alors qu’à l’heure actuelle, cette dernière, avec les différentes confédérations, essaie d’instaurer la bonne gouvernance.

 JR.

News Mada0 partages

Antsirabe : hanolotra fehezam-bonikazo ho an’ny reny ny Ny Ainga

Raikitra ny “Revy manja Vazo milay” ho an’i Neny. Fampisehoana haharitra adiny efatra tsy miato, hiarahana amin’ny tarika Ny Ainga, tantanin-dRabesaiky Xavier Marie na i Zoky Doda, tanterahina ao amin’ny kianja maitso Tsarasaotra Antsirabe, rahampitso tolakandro. Hampiavaka ny seho ny hahitana an-tsehatra indray ireo mpikambana hatramin’izay tao anatin’ity tarika ity fony mbola velona i Om-Gui. Toa an’i Tantely, miavaka amin’ny fananana feomanga, i Taniah, Ralova, i Stanny, i Valery, i Miora ary i Alan sy i Sedra. Ireto farany izay samy Zanak’Antsirabe, raha ny fanazavan’i Zoky Doda.

Ankoatra izay, ezahina hofintinina ao anatin’ny ora efatra tsy miato ireo “Vazo milay” nahafantarana sy nankafizan’ny maro ny tarika Ny Ainga tao anatin’izay 23 taona nijoroany izay. Hitohy ny fitetezam-paritra ho an’ity tarika Ny Ainga tantanin’i Zoky Doda ity ho fanomezam-boninahitra sy fanomezana hasina ny kanto navelan’i Om-Gui.

Randria

News Mada0 partages

Kabary : feno 10 taona ny Valabe

Manamarika ny faha-10 taona nijoroany, amin’ity taona ity, ny Valabe na ny fikambanana Vakoka lalaovina ibeazana ny kabary. Araka izany anarany izany, antom-pisian’ny fikambanana ny fampiroboroboana ny kolontsaina malagasy, indrindra ny kabary. Eo koa ny famerenan-kasina ireo fahendrena sy vakoka malagasy.

Anisan’ny nentin’ny Valabe nanamarika ity tsingerintaona ity ny famoahana ny andiana mpikabary, ny asabotsy teo teny Alakamisy Fenoarivo. Miisa 20 mianadahy izy ireo no anatin’ity andiany faha-14, misalotra ny anarana “Ravaka” na “Rado sady vakoka no kabary”, ity. Marihina fa kely dia kely, 10 taona, ny zandriny indrindra amin’izy ireo. Naharitra enim-bolana kosa ny fiofanana.

Raha tsiahivina, tsy ela akory izay, nanofana mpampianatra kabary ny federasion’ny mpikanto ny teny sy ny soratra (FMTS). Tanjona tamin’izany ny hampitovy ny fandaharam-pianarana, ataon’ny fikambanana samihafa. Eo koa ny hoe hampidirana ny kabary ao anatin’ny taranja any an-tsekoly.

Landy R.

News Mada0 partages

« Fetin’ny Reny » – Rolland Raelison : hanolotra « Hira kanto ho an’i Neny » ny mpanakanto

Efa eto an-toerana i Rolland Raelison. Fantatra fa tonga avy any ivelany ihany koa i Hary (ao anatin’ny tarika MR Razafy). Samy vonona hanolotra ny kanto mandritra ny « Hira kanto ho an’i Neny » avokoa izy ireo. Fampisehoana an-tsehatra hotontosaina ao amin’ny CCEsca Antanimena, rahampitso manomboka amin’ny 2 ora sy sasany tolakandro. Efa vonona ihany koa i Rija Ramanantoanina, i Mahery, i Fanja, i Faniry Raelison, ny tarika Ny Nanahary izay ela tsy tazana teny an-tsehatra ary ny tarika MR Razafy iray manontolo.

Fantatra fa samy hihira ny hirany ny tarika MR Razafy, Ny Nanahary. Hisy koa hira nokaloin’ i Vola sy Noro hohirain’izy ireo. Hihira ny sanganasan’i Rolland Raelison kosa i Rija Ramanantoanina, i Mahery, i Fanja ary i Faniry. Hikalo hira vitsivitsy nohirain’i Vola sy Noro ihany koa i Fanja sy i Faniry.

Marihina fa fampisehoana tokana amin’ny fandalovan’i Rolland Raelison eto an-tanindrazana ny « Hira kanto ho an’i Neny ». Volana vitsivitsy indray vao hisy ny manaraka !

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Live Stars : des ateliers et des défilés au programme

Le groupe des jeunes malgaches solidaires organise un évènement dénommé « Live Stars » qui  a pour objectif de collecter un fonds pour les enfants défavorisés de quelques quartiers de la capitale. Ceci se tiendra le 3 juin prochain au Cercle germano-malgache (CGM) Analakely.

Depuis l’année dernière, plusieurs jeunes et artistes malgaches ont eu l’idée de créer une association dénommée Groupe de jeunes malagasy solidaires. L’objectif est d’unir le talent de chaque membre et de créer ensemble un évènement culturel pour récolter ensuite un fonds spécial qui servira à soutenir les enfants défavorisés durant les fêtes. Après une première action qui s’est tenue au mois de décembre dernier, le 3 juin prochain, un évènement dénommé « Live stars » se tiendra au Cercle germano-malgache (CGM) Analakely.

De la nourriture et des lanternes

Plus de 300 enfants de la rue ont reçu des friandises, durant les fêtes de fin d’année. Cette fois-ci, à l’occasion de la Fête de l’Indépendance, l’objectif est de distribuer des repas et des lanternes aux enfants des bas quartiers, entre autres Antohomadinika Avaratra, Antaniavo, Anjezika I et Manarintsoa Est.

Ainsi, « Live stars » débutera à 14h30 par un atelier de shooting avec Vitou Razafitrimo, un photographe professionnel. Ensuite, Lilou assurera un autre atelier qui sera plutôt axé sur les diverses techniques de maquillage et de mise en beauté. Puis, Sariaka Rah et Ma proposeront un défilé de mode. Sariaka Rah se penchera sur les nouvelles tendances hiver, et Malalatiana, connue sous le pseudo Ma, présentera des collections réservées aux enfants. Et enfin, plusieurs jeunes artistes émergents seront invités durant l’évènement, entre autres Jih Jeck, Tolotra, Manjato, Avotia, Voary et Tahiana.

Fihavanana et firaisankina

« Auparavant, les Malgaches étaient connus pour leurs diverses valeurs. Actuellement, ils n’en tiennent plus compte, Fihavanana et Firaisankina ne sont plus que de beaux mots. Ainsi, notre mission est de rehausser ces deux valeurs à travers ces actions humanitaires », a annoncé l’un des membres du groupe.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Mpandefa vehivavy hiasa any Koweït : tovolahy roa hafa indray voasambotry ny polisy

 Naiditra am-ponja vonjimaika ireo tovolahy roa voarohirohy ho mpandefa vehivavy hiasa any Koweït. Ny alarobia teo no saron’ny polisy miasa ao amin’ny Service central des enquêtes specialisées et de la lute contre les frauds documentaries (SCESLF) teny amin’ny manodidina ny toerana fanaovana pasipaoro Anosy izy roa lahy ireto. Araka ny fanazavan’ny polisy, nanao fisafoana tampoka izy ireo ka noraisim-potsiny izy roa lahy niaraka tamin’ny vehivavy roa hanaovana pasipaoro. Mbola tratra tany amin’izy ireo ny kopia miisa enina, fanamarinam-ponenana miisa efatra, dika mitovy kara-panondro Malagasy miisa telo, visite medical miisa roa. Nosamborin’ny polisy avy hatrany izy roa lahy sy ireo vehivavy roa. Fantatra nandritra ny famotoran’ny polisy fa mandoa vola 1 400 000 Ar amin’izy roa lahy ireto ireo tovovavy hikarakarana ny fandehanan’izy ireo mihazo an’i Koweit. Any amin’izy roa lahy ireo tovovavy ireo no mipetraka mandra-pandehan’izy ireo mankany Koweït. Niaiky izy ireo nandritra ny famotoran’ny polisy fa efa mpanao ity asa fandefasana tovovavy hiasa any Koweït ity. Tsiahivina fa efa noraran’ny fanjakana ny fandefasana tovovavy hiasa any amin’ireo tany Arabo ireo.

J.C

News Mada0 partages

571 173 ny mpiadina CEPE : 7 taona ny mpiadina zandriny indrindra

« 571 173 ny mpiadina manerana ny Nosy amin’ny fanadinana CEPE amin’ity taona ity hiparitaka amin’ny foibe 1 827 », araka ny fanazavan’ny talen’ny fanabeazana fototra, Ramahazosoa Irrish Parker , omaly teny Anosy. Eo am-panontana ny laza adina ny tomponandraikitra amin’izao fotoana izao. Efa vita ny fanontana ho an’ny faritany dimy, ny eto Antananarivo sisa andrasana amin’ity herinandro ity. Hiatrika ny CEPE ny mpiadina, ny talata 20 jona ho avy izao. Ho an’ny BEPC, 349 141 ny mpiadina ho an’ny foibem-panadinana 956. Hanomboka ny 3 jolay ka hatramin’ny 6 jolay ny fanadinana.

Ho an’ny Cisco Antananarivo Renivohitra, 31 182 ny isan’ny mpiadina ho an’ny CEPE. 42 ny foibem-panadinana handray azy ireo amin’ny efitrano 690. 7 taona ny zazavavy zandriny indrindra raha 64 ny zokiny indrindra amin’ny mpiadina eto Antananarivo Renivohitra. Ho an’ny BEPC, 26 791 ireo hanala fanadinana amin’ny foibe 31 ahitana efitrano 653. Mbola ilay mpiadina amin’ny CEPE 64 taona ihany no hiatrika BEPC zokiny indrindra raha 9 taona ny zandriny indrindra.

« Momba ny taratasy fiantsoana, vita ny fanontany izany ka hiantso ny talen-tsekoly rehetra haka ny anjarany ny mpiandraikitra ao amin’ny Cisco », araka ny voalazan’ny lehiben’ny Cisco Antananarivo Renivohitra, Rakotozafy Ramasy Hary Soa, omaly. Matetika, herinandro mialoha ny fanadinana vao mizara taratasy fiantsoana ny talen-tsekoly hisorohana ny fahaverezana. Tontosa ny talata teo ny fanadinana CEPE andrana ho an’ny Cisco Antananarivo Renivohitra. 17 045 ny isan’ny mpianatra amin’ny EPP sy ny sekoly tsy miankina nanao izany. Manao ny fandikana ny naoty amin’ny ordinatera ny mpiasan’ny Cisco ; omaly, hahazoana ny vokatra. Hivoaka amin’ny herinandro ambony ny valin’ny CEPE andrana.

Samy efa nahavita fandaharam-pianarana avokoa ny EPP amin’izao fotoana izao, hiroso amin’ny famerenana ny taranja mbola manavia ny mpianatra ny mpanabe ao anatin’izao iray volana latsaka mialoha ny fanadinana izao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : Canal du Sud, Canal du Nord (1)

 Reçu d’un lecteur du Sud la lettre ci-après que nous nous faisons un devoir de publier :

Dans l’avant-dernier numéro de votre vaillante feuille, nous avons lu que, dans sa séance du 28 écoulé, le Comice agricole avait approuvé l’allocation d’une forte somme pour la construction du Canal du Nord allant de Tamatave vers l’embouchure de l’Ivoloina et Foulpointe, et dont les travaux sont en voie d’exécution.

Sans vouloir récriminer le moins du monde contre cette affectation, dont nous félicitons au contraire nos compatriotes du Nord d’être les heureux bénéficiaires, nous ne pouvons cependant, nous, gens du Sud, considérer sans une profonde amertume qu’en cette circonstance nous sommes traités en parias.

Notre région de Vato, Mahanoro et le Sud est plus riche que celle de l’Ivoloina à Foulpointe, la population y est plus dense, et beaucoup plus nombreuses et importantes sont les plantations aujourd’hui pour la plupart en plein rapport, donnant les produits les plus riches et les plus variés. Et cependant pour les transporter à Tamatave, port unique sur lequel nous puissions les diriger, nous n’avons aucune voie de communication terrestre.

Émue de l’isolement dont nous sommes frappés, l’Administration, depuis l’époque de la conquête, peut-on dire, a fait procéder à des études sur études pour la construction d’un autre canal nous reliant à celui d’Andévorante à Tamatave depuis de longues années en exploitation, les fonds nécessaires ont été accordés. Les travaux en ont même été commencés, puis interrompus, ensuite repris, pour être de nouveau suspendus, sine die. On a bien trouvé une drague pour creuser le Canal du Nord, on n’a pas pu en trouver une pour le Canal du Sud.

Oh ! nous savons bien que si les destinées de la Colonie se fussent trouvées entre les mains de M. Garbit au moment où les travaux ont été commencés, ce dernier eut facilement trouvé la solution aux difficultés qui se sont présentées, difficultés qui n’ont peut-être existé que dans le mauvais vouloir ou l’indifférence des fonctionnaires préposés à sa construction.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : vrité plus diffuse par diffusion d’aveux et désaveux

Une brève révélation lâchée par le Chef de l’Etat a suffi à faire plus de fumée encore autour d’une recherche de solution pour sortir du piège dans lequel s’est enfermée l’affaire « Claudine Razaimamonjy ». D’un autre côté les groupements d’entrepreneurs en manifestant pleine solidarité à leurs membres d’origine indo-pakistanaise, relient le problème des rapts dont la communauté à laquelle appartiennent ceux-ci est victime, au climat général d’insécurité, et ouvrent les revendications sur la nécessité de rétablir les conditions de sécurité pour tous, dans lesquelles on accorde des attentions particulières à l’éradication des phénomènes où les faits témoignent d’un danger grave auquel des groupes sont exposés en premier rang.

Aucun décret de nomination de Claudine RazaimamonjyLa mise au point faite par le Président Rajaonarimampianina concernant le statut prêté à Claudine Razaimamonjy a pris à contrepied le public et particulièrement l’opinion de masse trainant derrière le mouvement des magistrats lancés dans la procédure des poursuites judiciaires. Aucun décret n’a nommé Madame Razaimamonjy à la fonction de conseillère spéciale, si le président le déclare c’est que c’est vrai. La dénommée aurait-elle usurpé de ce titre en laissant tout le monde le croire sans jamais en avoir apporté un démenti. Hery Rajaonarimampionina n’a du reste pas révélé  qu’elle en fait ou non la fonction, a simplement précisé l’inexistence d’un décret de nomination. Y aurait-il du nouveau qui a conduit le Chef de l’Etat à descendre ainsi tardivement et même timidement dans cette arène glissante ? Sauf à faire preuve de mauvaise foi, chacun lui connait son statut de conseillère particulière, et même apprenant cette absence de nomination ne peut voir en elle qu’un personnage influent officieusement officielle… A moins que cette intervention du Président ne signifie une volonté de mettre fin à l’établissement de tout lien avec lui du sort que sera celui de cette dame. Pour confirmer ce sens on relève le fait que le Chef de l’Etat a souligné avec insistance qu’il n’a à aucun moment intervenu en sa faveur. Pourtant de faveurs particulières (voire de passe-droits très spéciaux, et de connivence de la part d’autorités puissantes) personne ne peut nier la réalité qu’elle en a bénéficié. La déclaration du Président peut-elle valoir de signal d’une volonté de mettre fin à un régime spécial au profit d’un retour aux règles de procédure que dicte le droit commun ? Les interprétations semblent varier pour l’instant, il faudra donner du temps aux plus hardis défenseurs de Madame pour sauver les apparences avant de la lâcher citoyenne normale dans les griffes des poursuites entreprises par l’appareil judiciaire, mais la détermination des magistrats redouble d’impatience, et le temps est compé avant que…

Cause commune pour réclamer un environnement de sécuritéLes groupements d’entrepreneurs pour manifester contre le climat général d’insécurité font de la série de kidnapping un argument et expriment une énergique solidarité à la communauté indo-pakistanaise dont les bandes organisées dans cette coupable activité font leur principale cible. Il ne s’agit pas de faire des Karana un cas à part, ce qui les isolerait de la communauté nationale, tout simplement le phénomène des enlèvements par le côté spectaculaire des moyens utilisés et des rançons réclamées alerte davantage et la dénonciation de ces faits peut servir ainsi la cause commune en illustrant au mieux le délabrement de la situation.Les entrepreneurs en même temps dressent un parallèle entre le climat d’insécurité et l’ambiance délétère due aux pratiques turpides dans le milieu politique, dans le monde économique sans en exclure la société quotidienne. Seule la loi peut y remédier, mais comme le pense une grande partie de la population : la loi elle aussi vit dans une grande insécurité, rien de plus aléatoire que de vouloir s’abriter sous sa protection. Comme quoi à travers la lorgnette les gens tendent à tout relier et ainsi à tout mélanger. De leur point de vue l’affaire Claudine illustre bien la volonté d’échapper à la loi, ils ne donnent pas pour autant à la justice quitus d’une réelle volonté de rendre bonne justice, le public n’y voit qu’une bataille d’influence entre clans.Les entrepreneurs à demi-mots reconnaissent la nécessité d’un assainissement dans leurs rangs, mais réalistes ils exigent que chacun fasse le ménage chez lui. Pour parvenir à maintenir propres toutes les écuries il faudrait une puissance ayant personnalité à l’imposer, à la fois pourtant impersonnelle pour ne pas être tentée à emprunter des dérives : seul l’Etat répond à ces exigences. Un Etat que les tenants du pouvoir successifs se sont efforcés de démanteler pour utiliser sa structure à leurs seuls intérêts. Un Etat malade au service d’un pouvoir fort qui peut tout se permettre. Mais une résistance non-identifiée se maintient pour défendre aux apprentis-autocrates de devenir maîtres-satrapes.

Léo Raz

News Mada0 partages

2 oktobra 2017-3 aogositra 2018 : 10 volana ny taom-pianarana vaovao

 Rehefa niara-nidinika ny sehatra rehetra amin’ny fanabeazana hatramin’ny sekoly tsy miankina, tapaka fa haharitra 10 volana ny taom-pianarana vaovao ary hakisaka miandalana izany hatramin’ny taona 2022. Sahiran-tsaina ny ray aman-dreny amin’ny fanefana ny saram-pianarana izay tsy maintsy homanina dieny izao sahady.  

Hanomboka ny 2 oktobra 2017 ary tsy hifarana raha tsy ny 3 aogositra 2018 ny taom-pianarana vaovao 2017-2018, araka ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny fanabeazana fototra, Andriamampandry Todisoa, omaly teny Anosy. Mizara telo volana efatra ny taom-pianarana raha telo no nahazatra hatramin’izay. Hanomboka ny 2 oktobra ka hatramin’ny 15 desambra ny telo volana voalohany. Hisy fiatoana ny fampianarana ny 28 oktobra hatramin’ny 5 novambra. Hiroso amin’ny fialan-tsasatra ho an’ny Krismasy kosa ny 16 desambra hatramin’ny 3 janoary 2018.

Hiditra amin’ny telo volana faharoa manomboka ny 4 janoary -23 marsa 2018. Hitsahatra ny fampianarana mandritra ny Andron’ny sekoly ny 21-23 febroary. Hiala sasatra ho an’ny paska ny 24 marsa hatramin’ny 2 avrily 2018. Hisantatra ny telo volana fahatelo ny 3 avrily -22 jona. Mandritra ny 23 jona-1 jolay ny fialan-tsasatra ho an’ny fetim-pirenena. Manomboka ny 2 jolay- 3aogositra 2018 ny iray volana farany amin’ny taom-pianarana. Hitombo volana iray raha mitaha amin’ny teo aloha ny taom-pianarana vokatry ny fampiharana ny fanavaozana amin’ny fanabeazana manomboka amin’ny taom-pianarana vaovao 2017. Amin’ny taona 2022 vao hanomboka ny volana marsa ny taom-pianarana.

Talata 31 jolay ny fanadinana CEPE amin’ny taom-pianarana ho avy. Hanomboka ny alatsinainy 20-23 aogositra 2018 ny BEPC. Hosantarina ny talata 2-3 oktobra 2018 ny fanadinana CAE ary ny 30-31 oktobra 2018 ny CAP.

 

Hanome hatramin’ny 305 miliara Ar ny mpiray ombon’antoka

Natao, omaly teny Anosy, ny fakan-kevitra amin’ny sehatra rehetra voakasiky ny fanavaozana ny fanabeazana. Tafiditra ao anatin’ny PSE 2017-2021 ny fanatsarana ny fanabeazana hatomboka ny taona 2018 ka hamatsian’ny Banky iraisam-pirenena vola hatramin’ny 165 miliara Ar miampy 140 miliara Ar avy amin’ny fiombonan’ny mpiray ombon’antoka iraisam-pirenena, hoy ny tomponandraikitra ao amin’ny Banky iraisam-pirenena, Andreas Blom.

Hatokana ho an’ny préscolaire sy ny ambaratonga fototra ireo hanofanana mpampianatra, hananganana fotodrafitrasa toy ny efitrano fianarana. Hofanina koa ny talen-tsekoly amin’ny fitantanana mahomby.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fanarenana fotodrafitrasa : voajary ny tanimbary 15 ha ao Bekily

 Hiakatra amin’ny volana jona ny vokatra avy amin’ny tetikasam-pambolena iombonana tohanan’ny fandaharanasan’ny Firenena mikambana momba ny sakafo (Pam) ao amin’ny distrikan’i Bekily. 2 600 ny olona hahazo tombontsoa mivantana amin’izany. Manamboatra ny fotodrafitrasa ao anatin’ny distrika ny mponina izay omena karama isan’andro amin’ny asa tana-maro. Fotodrafitrasa toy ny fefilohan’ny toerana fitobian-drano no nohamafisina, toy izany koa ny fefilohan’ny lakandrano izay novolena sy nasiana vato tsy hihotsaka rehefa avy ny orana. Vokatry ny fisian’ny toeram-pitobian-drano, voatondraka hatrany ny voly vary nandritra ny taona. 15 ha ny tanimbary voavoly ary hiakatra ny vokatra tsy ho ela, ny 15 ha ambiny, mbola karakaraina, amin’izao fotoana izao. Mety hahatrara 100 t ny voka-bary raha  ampy ny rano. Niarahan’ny Pam sy ny MADR ny tetikasa ao Bekily.

« Raha mety ny fitehirizan-drano avy amin’ny rotsak’orana, tsy ho sahirana amin’ny tsy fahampian-drano hambolena ny mponina », hoy ny solontenan’ny Pam eto amintsika, Moumini Ouedraogo. Hisy tetikasa hafa hanatsara ny voly anana sy legioma ary koa fanodinana ny mangahazo ho azo tehirizina maharitra kokoa iarahana amin’ny Pam ihany ho fanjarian-tsakafon’ny mponina.

Vonjy A.

News Mada0 partages

67 Ha sy ny manodidina : nesorina ireo mpivarotra tsy ara-dalàna

Nesorin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ireo mpivarotra tsy ara-dalàna manemitra ny lakandrano etsy 67ha  sy ny fiantsonan’ny taxi-be 119 sy Ambodin’Isotry iny. Manodidina ny 50 ireo mpiasa nanatanteraka ny fandaminana teny an-toerana. Avy amin’ny ekipa teknikan’ny boriborintany voalohany izy ireo.

Manodidina ny 100 kosa ireo mpivarotra tsy maintsy nesorina teny. Nisy ny  mpivarotra legioma, hani-masaka, kojakojan-dakozia, lamba, fanaka… Efa nisy ihany ny fampitandremana mialoha saingy mbola nisy ireo ninia tsy nanaraka ny lalàna.

Nanambara ny tompon’andraikitra iray avy ao amin’ny sampana teknikan’ny boriborintany voalohany, Rakotonirina Maminiaina fa : « nizotra am-pilaminana ny fanesorana ireo mpivarotra tsy nanara-dalàna na nisy ihany aza ireo tsy nanaiky. Tanjona ny  hampalalaka ny lalana hialàna amin’ny asan-jiolahy sy hampizotra tsara ny fifamoivoizana. »Nesorina ireo mpivarotra izay tena hita fa nihoa-pefy, izany hoe, ireo tsy nanaja ny làlan’ny mpandeha an-tongotra sy ny arabe satria tokony hisy elanelany iray metatra sasany ny « trottoire » sy ny fivarotana. Nahisaka ihany koa ireo mpivarotra nihoatra kely ny faritra ara-dalàna ary nomena fampitandremana.Tsy hijanona hatreo ny hetsika fa mbola hitohy isan’andro manerana ireo faritra rehetra eo anivon’ny boriborintany voalohany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Finoana silamo : manomboka anio ny ramadany

 Raha araka ny fanisana andron’ny silamo, ao anatin’ny volana masina fahasivy isika izao ary tokony hanomboka hiseho ny volana, anio asabotsy. Nefa miankina amin’ny toetry ny andro izany ka mety hihemotra rahampitso ihany koa. « Miaraka amin’izay, hosantarina ny ramadany ao anatin’ny 30 andro ka hanaraka ny fifehezana izay voalazan’ny Korany masina », araka ny fanazavan’ny cheikh, Rijaly Jean Bel, omaly teny Anosimasina Itaosy.

Ho an’ny mpino silamo rehetra feno taona, madio ny fanompoana ny fifehezana izay mitaky fikendrena an’Andriamanitra. Mila tandrovina ny zavatra sivy manapaka ny fifehezana amin’ny ankapobeny. Anisany ny fihinanana sy fisotroana an-tsitrapo, filazana lainga mikasika an’Andriamanitra.

Raha vao miseho ny tara-pahazavana amin’ny toerana misy ny tsirairay, manomboka eo koa ny ramadany hatramin’ny filentehan’ny masoandro. Ho an’ny olona tsy mahatandrina ny fifehezana, afaka manonitra ny tsy mety izy aorian’ny fiafaran’ny ramadany ka izy no mahalala ny fomba hanaovany izany fa tsy misy sazy avy amin’ny mpiray finoana.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Notoloran’ny Fafi V fanomezana ny reny

Nisitraka ny fanampiana sakafo ara-pahasalamana ireo renim-pianakaviana sahirana aman-jatony eny amin’ny boriborintany fahadimy, omaly. Nanolotra izany ny fikambanana Fafi V amin’ny alalan-dRaholdina Hanitriniala, vadin’ny depiote eny an-toerana.  Tafiditra amin’ny fanamarihana ny fahafolo taona nijoroan’ny fikambanana rahateo ny taona 2017. « Hotohizana amin’ireo fokontany 27 izao asa soa izao. Fanandratana ny kolontsaina ary fanampiana ireo mpanao fanatanjahantena. Mazava rahateo ny teny filamatray : « Miaro sy manasoa vahoaka. Kabary arahina asa no ahitana vokatra », hoy ny depiote Raholdina Naivo.  Notolorana mofomamy ireo reny sahirana ireo mba hitovian’ny fankalazana ny fetin’ny reny amin’ireo manan-katao, ankoatra ireo vary, laoka, ranom-boankazo sy voankazo  ara-pahasalamana.

Randria

 

News Mada0 partages

Hygiène des aliments et de l’environnement : l’IPM ouvre un laboratoire annexe à Toamasina

L’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) a pour mission de contribuer à la prévention et au traitement des maladies et au développement économique par ses activités de recherche, de formation et de santé publique. Cet établissement ne cesse de développer ses activités pour répondre aux besoins de la population.

Le Laboratoire d’hygiène des aliments et de l’environnement (LHAE) fait partie des trois laboratoires de service de l’IPM et exerce ses activités dans les domaines suivants : l’analyse des aliments, des produits agricoles, agroalimentaires notamment ceux destinés à l’export, l’analyse sanitaire des eaux de consommation pour les entreprises et les particuliers, la surveillance de l’environnement avec l’analyse des eaux de rejets et des boues recyclées, la formation de personnel travaillant dans les laboratoires d’autocontrôle, en cuisine, en production agroalimentaire ou en qualité, l’accompagnement dans la mise en place de certification qualité, les audits et les conseils par rapport aux principaux référentiels (ISO 17025, ISO 22 000, GFSI, HACCP…).

Le LHAE est accrédité par le Comité français d’accréditation (COFRAC) pour ses activités d’analyses selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 sous la référence N°1-1872 (portée disponible sur www.cofrac.fr). Afin d’assurer un service de proximité, la ville de Toamasina accueillera un laboratoire annexe du LHAE qui permettra de mettre à disposition des opérateurs économiques locaux une expertise en bonnes pratiques, en référentielles qualités et en formation.

Formations, audits et accompagnement…

 

 Les activités du laboratoire annexe du LHAE de l’IPM à Toamasina sont centrées sur la formation, les audits et l’accompagnement à la mise en place de référentielles qualités, mais cette annexe effectue également les prélèvements d’eaux et les analyses d’aliments.

Par ailleurs, un projet sur la mise en place d’équipements capables d’analyser les contaminants chimiques dans les épices, les fruits, les légumes, le miel et les produits agro-transformés est en cours. La possibilité de réaliser ces analyses très spécialisées à Madagascar facilitera l’exportation aux entreprises du secteur agroalimentaire et permettra ainsi de mieux valoriser les produits de la Grande Île.

Recueillis par Fahranarison

 Etablissement scientifique privé malgache à but non lucratif

 L’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) est un établissement scientifique privé malgache à but non lucratif et reconnu d’utilité publique. Il a pour mission de contribuer à la prévention et au traitement

News Mada0 partages

Fête des mères : offrir des fleurs

Offrir des fleurs à une femme, c’est lui rendre hommage. Toutes les mères auront droit à cette belle attention durant leur fête ce dimanche. Tous les fleuristes s’y activent actuellement en proposant des articles à l’état naturel, artificiel ou les deux à la fois sur les étals. Cela, soit sous forme de bouquets, soit dans un pot à fleurs. Selon un fleuriste du côté d’Anosy, devant la HJRA, « La Fête des mères est la deuxième opportunité de la vente de nos produits après la Toussaint ».

Pour toutes les bourses

Côté prix, on peut dire qu’ils sont à la portée de toutes les bourses, à partir de 2 000 jusqu’à 300 000 ariary, voire un peu plus dans les magasins spécialisés. Plus les fleurs sont belles, plus leur prix monte. Ce prix varie selon la présentation des fleurs, soit en bouquet ou dans un pot. Les roses, les hortensias, les violettes d’Afrique et les belles du jour sont parmi les plus demandées. L’anthurium et l’orchidée restent les fleurs de luxe, donc les plus chères. Elles ne s’obtiennent qu’à partir de 80 000 ariary, pouvant aller jusqu’à un million. D’après les fleuristes d’Anosy, les achats de leurs clients se situent en moyenne entre 4 000 et 10 000 ariary.

Sera R

 

News Mada0 partages

Education : la réforme vaut 100 millions USD

 Des actions portant sur la réforme de l’éducation sont en gestation. Celles-ci seront menées dans le cadre d’un projet financé conjointement par la Banque mondiale, via « International development association » (IDA) et le Global partnership for éducation (GPE).

« Le projet en question, comportant trois composantes distinctes, a notamment pour objectif d’améliorer l’accès et la qualité de l’éducation préscolaire, y compris la formation des enseignants; la professionnalisation de la gestion déconcentrée des écoles et l’appui au renforcement des capacités et réformes du Plan sectoriel de l’éducation (PSE) », a informé le SG du ministère de l’Education nationale (Men). C’était hier à l’occasion d’un atelier de consultation sur ce projet organisé à Anosy, qui a pour objectif de collecter les commentaires et les suggestions venant des acteurs de l’éducation pour s’assurer que les composantes du projet répondent réellement  aux besoins.

Financé à hauteur de 100 millions de dollars, ce projet de cinq ans, actuellement en cours d’approbation, prévoit également la construction d’un millier de salles de classe. La Banque mondiale octroie plus de la moitié du financement, avec un budget de 55 millions de dollars.

Fahranarison

News Mada0 partages

Saisie de 7 kg d’héroïne : deux Malgaches arrêtées à Maurice

 Quelques jours après la saisie de 495 grammes d’héroïne par des douaniers à Mamory Ivato, les éléments de l’Unité antidrogue de l’île Maurice, Anti drug and smuggling unit 

(ADSU) et de la Section douanière anti-narcotique (CANS) ont mis la main sur 7,6 kg d’héroïne et 6,6 kg de cannabis en provenance de Madagascar. Deux colporteuses malgaches résidant à Maurice ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire.

La quantité de drogue a été découverte mercredi au cours de la fouille de l’un des conteneurs en provenance de Madagascar que transportait le navire John Rickmers qui a jeté l’ancre à Port-Louis Maurice, dimanche. Les policiers ont agi sur la base d’un renseignement. La quantité d’héroïne a été savamment dissimulée dans des statuettes et les colis de cannabis dans des tables en bois mais la détection par rayons X a permis de découvrir le pot-aux-roses.

Mparany

 Saisie de 495 g à Mamory, 5 suspects épinglés

Concernant la saisie de 495 g d’héroïne à Mamory, l’on sait que cinq personnes dont deux ressortissants africains ont été déférées hier au Parquet d’Anosy. Deux autres Africains font actuellement l’objet d’une traque intense.

Une première arrestation a eu lieu le 17 mai. Les agents de la Brigade mobile de surveillance ont mis la main au collet d’une  femme, alors que cette dernière comptait récupérer le colis auprès de la société de postage de courrier où il a été déposé. Son arrestation a permis de savoir que ceux qui tiraient les ficelles dans cette affaire sont des Africains. Un Malgache, connu pour s’occuper des documents administratifs de ces Africains à Madagascar, a été arrêté.

Etant donné que les trafiquants en fuite avaient besoin de « régulariser » leurs dossiers administratifs, les agents des douanes, en collaboration avec la brigade des stupéfiants, ont essayé de les piéger via les services du ressortissant malgache. De fil en aiguille, les agents ont appréhendé les suspects.

Les recherches se poursuivent en vue de trouver les autres suspects.

 

News Mada0 partages

Alaotra : la sécurité de proximité en option

La Compagnie territoriale de gendarmerie d’Ambatondrazaka priorise les stratégies de proximité dans le rétablissement de la sécurité dans la région Alaotra-Mangoro.

Un poste fixe vient d’être créé dans la commune d’Antanandava, dans le district d’Ambatondrazaka, suite à une série d’attaques à main armée perpétrée dans la circonscription. Des sensibilisations sur la nécessité d’une collaboration ont été menées auparavant par la région, selon les déclarations du chef de région, Désiré Raminoarisoa qui a incité la population à  fournir le maximum de renseignements dans une totale confidentialité. Les 7 fokontany de cette commune  bénéficieront désormais de la protection en temps réelle des forces de l’ordre. Le commandant de la Compagnie de la gendarmerie locale a  promis l’extension du projet dans toutes les communes de la région pour optimiser la sécurité.

Un autre poste fixe et un poste avancé ont déjà été installés respectivement dans les communes d’Ambodirotra et d’Imerimandroso dans ce cadre.

Manou/Solo

News Mada0 partages

Analamanga : le mois du Ramadan débute

Le mois du Ramadan, période de jeûne des musulmans, débute le 26 ou le 27 mai cette année, suivant la configuration astronomique de la lune, a annoncé, hier, le bureau de coordination de l’Ummi-Madagascar.

La date exacte du début du Ramadan n’a pas encore été publiée pour Madagascar, selon Cheickh Rijaly de l’association musulmane Ummi-Madagascar au cours d’un point de presse tenu en son siège d’Anosimasina-Itaosy, hier. Elle sera déterminée par l’observation visuelle du premier croissant (Al Hilal), le soir de la dernière nuit du mois de Sha’bane  (nuit du doute), permettant d’annoncer le début de ce 9e mois de l’année 1438 du calendrier hégirien, selon ses explications. Un des cinq piliers de l’Islam, le Ramadan est considéré comme le mois de la Charité car, lorsqu’il s’achève, le fidèle doit s’acquitter d’une aumône, la Zakât al-fitr. Au cours de ce mois dédié à la sanctification,  les musulmans ayant l’âge requis ne doivent pas manger, boire, fumer, ni entretenir des relations sexuelles, de l’aube au coucher du soleil, suivant les préceptes coraniques.

Certains observateurs annoncent toutefois le début du mois du Ramadan pour ce jour, considérant la journée d’hier comme le 30e jour du mois Sha’bane. Les diplômés islamiques expliquent la différence de la date du commencement du jeûne par la position géographique de chaque région et conseillent aux fidèles la prudence en adoptant des marges pour éviter les erreurs d’appréciation.

Manou

News Mada0 partages

Administration : assainissement des activités d’import-export

Le couplage entre les données issues des déclarations douanières et fiscales a permis de déceler des anomalies dans les opérations d’importation et d’exportation. Les importateurs et exportateurs identifiés feront l’objet d’une demande d’éclaircissement.

Des écarts sont constatés dans les déclarations douanières et fiscales après le rapprochement fait par la direction des impôts et des douanes. Ce processus a permis d’identifier les importateurs et exportateurs à fort potentiel de fraudes, a indiqué Jacques Solo Ndriantody, Directeur général des impôts par intérim lors de la présentation en public des résultats de cette action, hier. D’après les chiffres attribués par la direction des impôts, 24 entreprises dans l’importation et 42 entreprises dans l’exportation révèlent des risques de non-conformité en matière fiscale et douanière. « Cette confrontation a permis l’identification de plusieurs prête-noms qui agissent pour le compte de certains opérateurs économiques. D’autres opérateurs déclarent aussi être en cessation d’activité alors qu’ils poursuivent toujours les opérations d’importation ou d’exportation. Les déclarations de fausse adresse ou de faux renseignement ont été également détectées », a précisé le DG des impôts par intérim.

Contrôle

Après ce couplage des données, les opérateurs identifiés feront l’objet d’une demande d’éclaircissement et de communication de documents pour lever la présomption de fraude due aux anomalies détectées.

En effet, cette action permettra l’assainissement des activités des importateurs et des exportateurs. D’après la direction des impôts, l’utilisation de fausse adresse constitue un facteur de risque et peut compromettre les contrôles qui sont initiés par les deux administrations. Par ailleurs, le non respect de la tenue de comptabilité constitue un manquement aux obligations légales. Après l’envoi des lettres de convocation auprès des opérateurs concernés, des descentes et visite directe sur le lieu indiqué par le contribuable pourraient avoir lieu. L’absence de réaction venant des opérateurs pourrait aboutir au blocage du Numéro d’identification fiscal (Nif) de l’opérateur.

Riana R.

News Mada0 partages

Photographie : les artistes malgaches vus par Erwan Larzul

C’est une véritable déclaration d’amour à la Grande île qu’Erwan Larzul fait à travers son exposition intitulée « Madagascar sur le chemin de la musique », qui s’installe à l’AFT Andavamamba jusqu’au 31 mai.

Une trentaine de portraits en noir et blanc sont accrochés sur les murs du hall de l’Alliance française, à travers lesquels Erwan Larzul met au premier plan une bonne vingtaine d’artistes folkloriques malgaches. On cite entre autres Sarandra Beloba, Seva, Ratsimba et notamment Donné Sahondrafinina qui s’en est allé pour rejoindre le panthéon des artistes dans l’au-delà.

« Il existe aujourd’hui, à Madagascar, terre lointaine où tout s’imbrique, une scène artistique éclatée, d’un talent inouï et d’une profonde culture.  L’objet de cette exposition est d’ouvrir une fenêtre culturelle sur l’Ile Rouge dans sa diversité à travers des portraits contextualisés de musiciens de différentes régions », rapporte un communiqué.

En plus d’être un photographe au talent exceptionnel, Erwan Larzul voue également une passion dévorante pour la musique malgache et les cultures de l’océan Indien. Pour assouvir cette passion, il s’est immergé depuis plus de quinze ans dans le secteur musical à travers la production d’albums, l’organisation de concerts et de festivals, la réalisation de vidéo-clips et différents projets musicaux. Via cette exposition, il renouvelle ses engagements pour la promotion et la reconnaissance des artistes malgaches.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Michael Rakotoarivony : un camp de musique…

Le baryton Michael Rakotoarivony a créé l’association « Michael Rakotoarivony Fassociation » qui est une sorte de plateforme pour favoriser les échanges entre les musiciens malgaches et étrangers. Ainsi, pour ces grandes vacances, il propose un camp de musique qui se tiendra au mois de juillet à Antsirabe. L’inscription est déjà ouverte et peut se faire en ligne.

Le camp est ouvert aux passionnés de musique classique. En fait, l’association cherche quatre solistes (soprano, alto, ténor et basse), puis une vingtaine de musiciens qu’ils soient violonistes, trompettistes, pianistes… Bref, le programme est d’assister à des cours intensifs sur les diverses techniques d’ensemble qui se dérouleront du 23 au 27 juillet. Puis, un concert de restitution se tiendra le 30 juillet.

Notons que Michael Rakotoarivony a reçu une bourse de quatre ans au sein de l’école Royal academy of music à Londres. Il a créé cette association pour partager ses expériences et surtout, pour améliorer le niveau des artistes qui adoptent le genre musique classique à Madagascar.

Holy Danielle

News Mada0 partages

HAVATSA : le théâtre radiophonique sur le tapis

Acteur important de la promotion de la langue malgache dans sa diversité, Havatsa Upem va animer un atelier d’échanges et de partage portant sur le théâtre radiophonique tout au long du mois de juin.

La programmation de la célébration du mois de la Langue malgache, prévu se tenir en juin, se dévoile au compte-gouttes.  Outre l’événement « Alin’ny mpikabary » qui inaugurera les festivités, le 3 juin, l’Union des poètes et écrivains malgaches Havatsa Upem va animer un atelier sur le théâtre radiophonique,  chaque samedi, du 3 au 24 juin, au centre culturel Tahala Rarihasina Analakely.

Animé par des figures bien connues de ce domaine, à l’instar d’Arikaomisa Randria, Ravorombato O-L  et Hajaina Andrianasolo, cet atelier s’articulera autour du be-abas de l’écriture du théâtre radiophonique. En ciblant tout particulièrement la jeune génération, Havatsa Upem s’active à partager la passion de la littérature au plus grand nombre et de réveiller des vocations.

Joachin Michaël

Tia Tanindranaza0 partages

POLITIKA

Mangataka ireo tompon’andraiki-panjakana toy ny solombavambahoaka, ny Ben’ny tanàna,

 

ireo malala-tanana sy fikambanana maro ny Aumonerie des prisons de Madagascar mba hifanome tanana amin’ny fanofanana arak’asa ireo voafonja manerana ny faritra 22. Raha isika rehetra no manam-piniavana hanatanteraka izany dia tsy handeha amin’ny lalan-diso intsony ny 80 %-n’ireny voafonja manefa ny saziny ireny, hoy ny filohan’ny fikambanana.

SOSIALY

Mafotaka ny hetsika tanterahin’ny Boriborintany I entina hanalana ireo mpivarotra amoron-dalana tsy ara-dalàna amin’izao fotoana izao. Teny 67 ha sy Ambodin’Isotry no nanatanterahan’izy ireo ny hetsika tamin’ity herinandro ity entina hamongorana ireo mpangarom-paosy izay misitraka anatin’ireny mpivarotra amoron-dalana  ireny sy ialana amin’ny fitohanan’ny fiarakodia. Betsaka ireo mpivarotra amoron-dalana tsy ara-dalàna  no efa nifindra toerana vokatr’izany.

Kila hotohoton’ny afo avokoa ireo kopia mari-pahaterahana sy antontan-taratasy maro notehirizina tao amin’ny kaominina ambanivohitra Anosy, Faritra Bongolava. Vokatry ny hain-trano nitranga tany an-toerana tamin’ny heriny omaly zoma no nahatonga izany. Araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna any an-toerana dia ny 90 %-n’ireo taratasy notehirizin’izy ireo no lasa lavenona tanteraka, izany hoe  nanomboka ny taona 1978 ka hatramin’ity taona 2017 ity.  Very tsy manana kopia intsony, araka izany, ireo olona  teraka tao anelanelan’ireo taona roa ireo. Efa misokatra moa ny fanadihadiana mikasika ny fahamaizan’ity biraon’ny kaominina Anosy ity.

Efa nidina ny vidim-bary any amin’ny Faritra Boeny. Noho ny fiakaran’ny varivao avy any Marovoay sy ny vary avy any ivelany izay aparitaka any an-toerana no antony. Ho an’ny varivao, ohatra, dia efa nidina ho 1800 Ar ny iray kilay raha 1500 Ar kosa ny vary avy any ivelany.

Hamoaka mpianatra mpikabary marobe indray ny Apinga ny tapaky ny volana jona ho avy izao. Eny amin’ny kianja maitson’Analamahitsy no hanatanterahana izany, mpianatra izay tsiahivina fa nampianarina maimaimpoana avokoa.

Tsy misy atahorana ny famatsiana omby an’Antananarivo Renivohitra raha ny fanazavana azo. Omby an’arivony mantsy amin’izao fotoana izao no efa tonga ao Tsiroanomandidy ary haparitaka manerana ny tanàna. Ankoatra izay, fantatra fa tsy manana olana amin’ny resaka omby ireo toerana famonoana omby eto an-drenivohitra ankehitriny toy ny eny Ankadindratombo.

 

  

FIOMPIANA

Zana-trondro toy ny  carpe sy ny  tilapia  miisa 5000 no nalefan’ny minisiteran’ny jono hompiana ao amin’ilay dobon-trondro iray malaza ao Sambava ny fiandohan’ny herinandro teo. Ny minisitra tompon’andraikitra mihitsy no tonga nanatanteraka izany tany an-toerana  hahafahana mampitombo ny vokatra trondro an-dranomamy any amin’iny faritra SAVA iny.

FAHASALAMANA

Mirongatra ny gripa sy ny tazo mahery tato ho ato. Ny 80 %-n’ireo marary tonga manatona ny hopitalim-panjakana raha araka ny fanadihadiana natao dia lasibatr’ireo aretina ireo avokoa ka ireo olona marefo toy ny ankizy madinika sy ny zokiolona no tenalasibatra.

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa OrangeHanome tolotra miavaka ho an’ny reny

Hanome tolotra miavaka ho an’ny reny rehetra ny orinasam-pifandraisana Orange amin’izao ankatoky ny fankalazana ny fetin’ny reny izao.

 Ny mba hahafahan’izy ireny manolotra hafaliana ho an’ny ankohonany amin’ny alalan’ny antso an-tariby no tanjona isan’andro, na dia am-perinasa aza izy ireny. Amin’ny alalan’ny bonus be voix no hanatanterahany izany, hetsika efa nanomboka ny 23 mey lasa teo ka hatramin’ny rahampitso alahady 28 mey. Misy karazany maromaro io be voix io. Misy ny Be dimy, ny Be iray, ny Be Mifety ary ny Be roa. Mahazo tombony 30 minitra amin’ny alalan’ny antso maimaimpoana ny laharana ho an’ny fianakaviana izay reny rehetra misafidy ny tolotra omen’izy ireo, miampy fivarotana kojakoja maro samihafa amin’ny vidiny mirary. Misy ihany koa moa ireo karazana finday raitra hatolony izay tombony ho an’Antananarivo sy Toamasina manokana, anisan’ireny ny tecno N9 sy ny Smartphone 4 G.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tombola BNI Madagascar4 mianadahy no nitsikian’ny vintana

Toy ny fanaony mahazatra dia nanolotra fanomezana ho an’ireo olona efatra tsara vintana nandray anjara tamin’ilay tombola nokarakarainy nandritra ilay foara iraisam-pirenena notanterahiny teny amin’ny Forello Expo Tanjombato ny banky BNI Madagasca

 

r izay mpanohana ofisialy ny hetsika. Anisan’ny nitsikian’ny vintana Ramatoa  Rasoanindrina Pauline, nahazo solosaina entin-tanana.  Lasan-dRanaivoarison Ralisandy kosa ny tablette tactile iray.  Norombahin-dRamaherison Rolland ny smarthphone iray. Ny  alarobia hariva teo no natao ny antsapaka, narahin’ny fizarana loka avy hatrany tao amin’ny foiben-toerany etsy Analakely. Tsy nataotao foana moa ny hetsika tahaka izao, hoy Ralaimanisa Ndriana, talen’ny serasera eo anivon’ity banky iray ity fa entina hanaporofoana hatrany ny fanaikaikezan’izy ireo hatrany ny mpanjifa. Nisy koa ny fampahafantarany ny rehetra ilay teknolojia avo lenta hampiasainy amin’ny alalan’ny BNI-NET…Tsiahivina fa nahatratra 5000 ireo olona tonga nitsidika ny tranohevan’ny banky BNI nandritra ny FIM farany teo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiana ombyHiato tanteraka amin’izay

Nanazava ny zava-mitranga amin’izao fotoana izao ao Tsiroanomandidy ny mpitondra tenin’ny FIraisankinan’ny MPIhary OMBY avy amin’ny foko 18 na ny FIMPIOMBY, Randielison William.

 Mirongatra be ny asan-dahalo sy ny vono olona ary saika isan’andro dia misy omby very hatrany, hoy izy. Na ny omby miditra ny tsena aza dia mahagaga fa voasakan’ny dahalo ihany koa kanefa efa misy miaramila manaraka azy. Ny omby sisa tonga eny amin’ny tsena koa anefa dia mbola iharan’ny kolikolin’ireo zandary sy tompon’andraikitra eo anivon’ny faritra. Voatery manakatona ny tsenany ireo mpandraharaha vokatry ny tsy fandriampahalemana kanefa i Tsiroanomandidy no anisan’ny mpamatsy omby be indrindra eto amintsika. Raha ny tokony ho izy, hoy ity mpandraharaha ity dia ny alakamisy teo no nisy omby niakatra farany teto an-drenivohitra satria izay no nifanarahanay mpihary omby raha nivory ny 13 mey teo.  Efa tsy voafehin’ireo tompon’andraikitra intsony moa ny toe-draharaha ka dia mitaky ny fialan’ireo tompon’andraikitra rehetra ao amin’ny faritr’i Bongolava sy ny manodidina mihitsy izy ireo. Na ny zandarimaria na ny prefektiora sy ny atitany voakasiky ny fanadiovana daholo fa manamaimbo ny ezaka ataon’ny fitondrana, hoy izy.Milaza ny tsy hihemotra amin’ny fanapahan-keviny ireto mpandraharaha amin’ny omby ireto ary ny 4 jona izao no tena hiato tanteraka ny famatsiana omby ireo tsena anatiny, tafiditra ao anatin’izany Antananarivo, raha araka ny fanazavana azo hatrany.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fetin’ny renyVoakarakara manokana ireo tera-bao ao Befelatanana

Tsy manadino ireo vehivavy vao tera-bao tonga miteraka etsy amin’ny hopitaly Befelatanana ny orinasam-pifandraisana Airtel amin’izao ankatoky ny fetin’ny reny izao.

 

Tonga nanolotra fanomezana toy ny savony, ncouche, thermos, akanjokely ho an’ ireo renim-pianakaviana miisa 100 izy ireo omaly, hetsika efa fanaony isan-taona. Tsy vao sambany no nanohana ny hopitaly Befelatanana ity tambajotram-pifandraisana iray ity. Vao haingana, ohatra, no nanolotra couveuse maromaro izy ireo, antony nahatonga  ireo couveuse ao Befelatanana hahatratra folo ankehitriny. Kojakoja natokana ho an’ireo zaza menavava  miisa folo ihany koa no mbola hatolony ao amin’ireo hopitaly  ao Antsiranana sy Toliara ary Farafoday anio sabotsy, hetsika mbola tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny fetin’ny reny hatrany. Nambaran’ny tale jeneralin’ny Airtel Maixent Bekangba fa ny reny no fototra maha firenena ny firenena iray ka tsy azo hatao tsinontsinona. Vonona izy ireo ny hiara-kiasa amin’ny hopitaly  hahafahana  manohana azy ireny ho fitsinjovana ny isan-tokantrano.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanentanana ara-pahasalamanaMiditra an-tsehatra ny fampiasana SMS

Vita sonia ny alatsinainy 22 mey 2017 teo ny fifanaraham-piaraha-miombon’antoka ho fanomezan-danja ny fahasalamana eto Madagasikara teo amin’ny minisiteran’ny fahasalamana, ny PSI Madagascar ary ny Telma Madagascar.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

G5Ho fantatra anio izay handrafitra ny tarika

Tarika iray vao novolavolaina nanomboka ny fiandohan’ny volana aprily lasa teo ny G5. Fahitalavitra tsy miankina iray eto an-drenivohitra no tompon-kevitra hahafahana manangana tarika malaza hanana ny maha izy azy sady hiezaka sy hankafy ny fikarohana ihany koa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vakiraoka mandrakizay

Tsy azo iadian-kevitra intsony fa mihavery tantara hatrany isika Malagasy ankehitriny.

 Mibaribary io amin’ny fihazohazoan’ny ankamaroan’ireo tanora rehefa sendra ny adina na fanontaniana mikasika ny tantaram-pireneny. Nitranga izany tamin’ny fankalazana ny 29 martsa 1947 teo sy ny fankalazana ny 13 mey 1972. Ahiana hisy hiankanakana koa atsy ho atsy rehefa anontaniana ny anton’ny ankalazana ny datin’ny 26 jona. Iaraha-mahita koa anefa amin’izao fotoana fa miha mibahana eto amin’ny firenena ny kolontsaina tandrefana sy aziatika toy ny hira sy mozika. Efa tsy hiakatra eto an-drenivohitra sy faritra maro intsony koa ny henan’omby izay anisan’ny mirakitra harena sy kolontsaina ary hita hatrany amin’ny fanatontosana fomba amam-panao eto an-toerana. Mety tsy hihinam-bary sy henan’omby intsony koa ve ao aoriana kely ao ? Dia hijanona ho vakiraoka mandrakizay koa fanampin’izay satria na dia hatramin’ireo fivoriana efa nalaza ho hafahafa hatry ny ela dia io fa voaray teto koa.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ady totohondry Malagasy ho any CongoNivoaka ny anaran’ireo atleta voafidy

Nohamafisin’ny federasion’ny ady totohondry Malagasy tamin’ny alalan’ny filoha lefiny, Atoa Gégé Bosco, omaly teny amin’ny ANS Ampefiloha fa nahemotra amin’ny

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha «Claudine Razaimamonjy» Nampiova ny zava-nisy tao amin’ny fitsarana

Miankin-doha amin’ny fahefana mpanatanteraka ny rafitra miady amin’ny kolikoly eto Madagasikara, hoy ny mpandrindra ireo hetsika iadiana amin’ny kolikoly eo anivon’ny Rohy Ramarosaona Faraniaina tamin’ny fivahinianany tao amin’ny onjampeo iray.

 

 Volam-panjakana mantsy, ohatra, no ampiasain’ny Bianco (Bureau Indépendant Anti-Corruption). Nampiakarina 40% rahateo io tetibola io tamin’ity taona 2017 ity fa tsy ampy iasan’ny Birao mahaleotena miady amin’ny kolikoly. Nampiova ny zava-nisy teo anivon’ny fitsarana anefa ny raharaha kolikoly mahavoarohirohy ny mpandraharaha «Claudine Razaimamonjy», araka ny fanamarihany. Tranga hitondra ainga vao amin’ny fanajan’ny fianakaviamben’ny mpitsara ny asa sy ny fitsipi-pifehezana ao amin’ny tontolon’ny fitsarana, hoy ity mpikambana ao amin’ny firaisamoni-pirenena ity. Fanamby hatrehina manaraka kosa ny ady amin’ny kolikoly eo amin’ny fomba fanaovana politika eto Madagasikara. Goavana amin’izany ny fiketrehan’ ny fiarahamonim-pirenena ny volavolan-dalàna mamaritra ny vola hampiasain’ny antoko politika. Baraingo ho an’ny rehetra moa hatreto ilay volabe 43 tapitrisa dolara nampiasain’ny filoha Hery Rajaonarimampianina tamin’ny fifidinana 2013, hoy ny mpitarika ny OPTA (Olom-Pirenena Tompon’Andraikitra).

Nangonin-dRamano F. 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa eto MadagasikaraMaro no tsy mazava

Orinasa manodidina ny 28 izay 80%-n’ireo mpanondrana entana any ivelany ary 42 izay mameno ny 85%-n’ny tsena anatiny eto Madagasikara,

 raha ny fanazavan’ny avy eo anivon’ny fiadidiana ny hetra sy ny fadin-tseranana eto amintsika no misy tsy fitoviana ny fanambarana (declaration) ataon’izy ireo eny anivon’ireto sampana roa ireto hatramin’ny taona 2015. Ho avy amin’io herinandro io ny fangatahana fanazavana amin’izy ireo mikasika izany ary rehefa tsy voazavany dia tsy maintsy hiroso amin’ny fepetra fampandoavan’ireo hetra tsy voaefa ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny hetra sy ny fadin-tseranana. Tsy mbola hiroso amin’ny fanakatonana sy ny fanononana ny anaran’ireo orinasa aloha mba hitsinjovana ny amin’ny tsy hisian’ny fahaverezan’asa, raha ny fanazavana hatrany.

Mirija  

Tia Tanindranaza0 partages

Ahirato ny maso e!

Dia lasa indray ny saiko ry Jean mahita antsika Gasikely sasantsasany mitehaka sy midera ary faly sy tretrika ery amin’ny in-droa na in-telo mahandro zarazarain-dry manga kravaty mba hanaovany an’ilay fomba fanaony hoe domina tapany handoa erany ity !

 Isika Malagasy mihitsy ve no dondrona sy domelina sa ny langolangon-dry tsy mahalala onona mihitsy no efa tena arifomba, ka dia toa tratry ny be manaiky indray Ramalagasy mahantra voavidin’ny iray lovia ? Aiza ve r’ise ka dia mody omena vary 5 kilao isika dia milaza fa tsara sy mendrika ilay filoha efa tena maty ozona fa hoe tsy miraharaha antsika. Mba ahirato ny maso ry Jean dia todiho sy haraho ny vaovao hatrany atsimo ka hatrany avaratra fa aza sodokan’ny fihetsika feno fihatsaram-belatsihy a ! Isika mody hizarana iray harona fa ny tanimbarintsika sy ny tanintsika an’aliny hektara efa amidin-dry be kolikoly ambongadiny amin’ny kely maso. Isika kosa mbola variana mankafy ny tsiron’ny tapi-maso kely tsy mahavita taona, fa ny olona efa manao dom-bera any ho any ary maneso. Aza mba vendrana sy mora hambakaina ihany fa voafantsika amin’ny kely foana !

Marco tsy jamba

 

Tia Tanindranaza0 partages

Imbiky Anaclet« Tsy ampy firaisankina ny fiarahamonim-pirenena. »

Mbola marobe ny lalàna tsy ampiharina sy tsy hajain’ny vahoaka ka mahatonga izao zava-misy izao, hoy ny mpahay lalàna Imbiky Anaclet.

 Voalaza mazava ao anaty lalàmpanorenana ao amin’ny andininy faha-43 fa tokony hisy lalàna ho an’ny fiarovana ny demokrasia sy ny tany tan-dalàna, hoy izy, ary voalaza eo am-piandohana fa tokony ho ambanin’ny lalàna sy fitsarana mahaleotena ny rehetra. Any amin’ny tany mandroso dia ny fiarahamonim-pirenena, hoy ny fanazavany, no manery ny mpitondra hahatongavana amin’ny fampiharana an’io an-tsakany sy an-davany saingy olana eto amintsika anefa dia tsy ampy firaisankina izy ireo ary zary fialokalofan’ny te hahazo toerana politika aza ny fiarahamonim-pirenena.

Mirija

Madagascar Tribune0 partages

Roland Ratsiraka tacle le gouvernement de Christian Ntsay

Roland Ratsiraka, a volé la vedette hier aux membres du gouvernement lors de la séance de « Questions/Réponses » qui s’est tenue au Centre de conférences international (CCI) d’Ivato dans le cadre de la première session parlementaire ordinaire. Le député de Toamasina I lors de sa prise de parole n’y est pas allé par quatre chemins. Il soupçonne qu’il y ait plus que deux personnes contaminées qui soient décédées du Covid-19 dans sa circonscription. « Dites-nous la vérité, à Toamasina I, il n’y a pas que deux morts (…) Le nombre de décès liés au coronavirus à Toamasina n’est pas seulement deux », insiste-t-il.

Il y aurait un réel manque de transparence dans les statistiques rendues publiques par les autorités malgaches, si l’on en croit à la déclaration du neveu de l’ancien président de la République, Didier Ratsiraka. Roland Ratsiraka a ainsi demandé au Premier ministre, Christian Ntsay, de faire comme son homologue français, Édouard Philippe, en livrant les chiffres réels lors d’une conférence de presse. « Dites-nous combien de morts à Tana et combien de morts à Toamasina ? », martèle Roland Ratsiraka, qui estime que les chiffres de contamination et des décès à Tamatave seraient biaisés.

L’ancien ministre du Tourisme et non moins candidat au premier tour de la présidentielle de 2018 n’a pas non plus mâché ses mots à l’endroit des membres du gouvernement. Il s’est montré très critique envers la ministre de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy, en rappelant à cette dernière que « le coronavirus est venu de la capitale » et non l’inverse. « Nous nous souvenons tous des 58 personnes arrivées au niveau de l’aéroport international d’Ivato », indique-t-il, avant de recommander à la ministre de « rectifier » sa communication.

L’État ne doit pas prendre Toamasina et sa population ou encore Roland Ratsiraka comme son ennemi, affirme ce député indépendant qui a soutenu Andry Rajoelina au deuxième tour de la présidentielle face à Marc Ravalomanana. « Nous sommes actuellement face à un ennemi en commun qu’est le coronavirus », déclare-t-il. À l’endroit du chef du gouvernement, il a insisté sur la nécessité de réconciliation et non de division face à la crise sanitaire.

Malgré cet appel à la solidarité face à l’épidémie qui touche officiellement 275 personnes à Toamasina, Roland Ratsiraka estime que l’exécutif devrait changer de stratégie face à la propagation de cette maladie. Une fois de plus, il suggère la reprise des activités durant toute la journée, notamment à Toamasina. « À cause du travail en demi-journée, il y a de gros bouchons partout, aussi bien dans la capitale qu’à Toamasina. Voilà pourquoi, j’en appelle au déconfinement total », explique-t-il.

En réclamant la fin du déconfinement partiel, Roland Ratsiraka essuie à son tour de vives critiques, de la part notamment des proches du régime. Les propouvoirs l’accusent même d’avoir favorisé la propagation de la maladie dans sa ville et mettent en cause sa responsabilité dans la situation catastrophique actuelle à Toamasina. Une situation qui a obligé le gouvernement à prendre des mesures drastiques et qui a occasionné le déplacement sur place par deux fois du chef de l’État en l’espace de quelques semaines dont la dernière en date remonte hier, lundi.

L'express de Madagascar0 partages

Élection présidentielle – La Ceni en tournée de sensibilisation

Ratisser large. C’est le terme qui qualifie les actions de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui, par son président Hery Rakotomanana, montre une certaine volonté de vouloir instaurer la transparence dans l’organisation des élections présidentielles de 2018. Accompagné du secrétaire exécutif, Jean Victor Rasolon­jatovo, le président de cette institution effectue une tournée dans la région Itasy jusqu’au district de Faratsiho. Dans un communiqué de presse, il est expliqué que « Cette mission consiste à rencontrer les démembrements de ce comité de gestion et d’organisation des élections, par des séances de travail, afin de parfaire les élections et perfectionner davantage le fichier électoral. L’objectif est d’atteindre les 10 millions d’électeurs en 2018 ».Mais c’est également une occasion de faire des mini-cadres de concertation auprès des membres de partis politiques, des journalistes et des organismes de la société civile, pour leur donner plus d’explications sur les documents stratégiques de la Ceni, adoptés à la suite des consultations provinciales de 2016, et des activités entreprises par la commission jusqu’à maintenant.Cette tournée étant la première, la Ceni prévoit de visiter les démembrements des cent dix-neuf districts des vingt-deux régions existantes dans la Grande île avant les échéances de 2018.Toujours dans cette démarche de « transparence », Hery Rakotomana a également rendu visite aux évêques, lors de leur conférence, pour faire part des travaux qu’entreprend la Ceni actuellement. L’objectif étant de sensibiliser les « fidèles » au sein des différentes églises, l’institution entend bien poursuivre les visites auprès des chefs d’église concernés, mentionnés dans le même communiqué de presse : « Ces rencontres avec les communautés religieuses se poursuivront dès la semaine prochaine ». Les chefs religieux étant des leaders d’opinion malgré eux, la Ceni ne reculera devant rien pour sensibiliser la population à prendre part à l’évolution de la liste électorale et atteindre ainsi les dix millions d’électeurs avant les échéances de 2018.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Kilokolo se clôt à Ambohimanga

Une plateforme artistique engendre le partage et la découverte pour des jeunes élèves des écoles primaires publiques de la capitale. C’est la 8e édition de « Kilokolo », clôturée hier.

Généreux, « Kilokolo » s’est affirmé comme un événement particulier sur la scène artistique, depuis dix ans. Ralliant une jeunesse animée d’une passion et d’une envie intarissable d’apprentissage, « Kilokolo » s’est illustré à travers une série de manifestations dans la Grande île, l’année dernière, de Miari­narivo à la région Analan­jirofo, Fénérive-Est, pour se clôturer à Ambohimanga, hier.Contribuant à l’éveil artistique des jeunes et des personnes en situation de handicap, l’événement s’est manifesté à travers un spectacle et un concours de danse intimiste et surprenant pour le public à l’espace «Tokotanibe» à Ambohimanga. Un lieu dédié à la recherche artistique, d’après l’initiative de la compagnie Lovatiana et le financement du Programme Dinika- Appui à la société civile de l’Union Européenne.

Danse et PédagogieÀ l’occasion, une bonne quinzaine d’écoles primaires publiques (EPP) se sont représentées à travers ses groupes d’élèves, de la classe de 10e à la 7e.Un carnaval a débuté la journée d’hier à Ambohi­manga avec les élèves de quelques EPP de la capitale. « C’est un plaisir pour nous d’accorder une scène artistique à ces jeunes des EPP, car la danse contribue à leur épanouissement. Je salue chaque fois, le dévouement et l’initiative dont nos jeunes artistes font preuve à travers cet événement », confie la chorégraphe Lovatiana Rakotobe.Lors de cette 8e édition de « Kilokolo », Ariry Andriamora­tsiresy, chorégraphe émérite, a rejoint l’aventure en animant des ateliers pour des enseignants de six EPP de la ville des Mille. L’évaluation finale, sous forme de concours, a débuté hier. Les EPP concurrentes se sont relayées sur scène pour faire valoir leur talent et leur créativité, par le biais de leurs élèves. S’illustrant à travers la thématique « Ny tanananay », les groupes d’élèves, ont émerveillé le public. À la fin, c’est l’EPP 3G Hangar qui a été couronnée vainqueur par le jury présidé par Ariry Andriamoran­tsiresy, en illustrant son quartier à travers sa prestation, où rugby et lessive à la main se conjuguaient aux pas de danse.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – « Reny Miavotra » se relève

L’association a changé la vie de centaines de femmes. Et après l’incendie de 2015, elle a pu se remettre pour poursuivre son action.

Transformer la vie de nombreuses femmes. C’est l’objectif de l’association « Reny Miavotra», connue dans son effort de favoriser et d’améliorer les conditions de vie de la femme et desjeunes, dans la Ville d’Eaux et ses périphéries. Et ce, par le biais de l’organisation de diverses formations en artisanat, en information et autres.Ses actions touchent directement les femmes, notamment celles en difficulté. Elles ont pu, grâce à l’association, trouver des activités génératrices d’argent et  ont vu leur vie se transformer.Pourtant, le fonctionnement de l’association a rencontré des difficultés depuis 2015, année qui a vu l’anéantissement du siège de l’association dans un grand incendie. Toutes les machines et autres matériels de formation ainsi que les biens de l’association ont été dévorés par le feu et depuis, elle a dû arrêter son action.« Malgré tout, nous nous efforçons de reprendre nos activités. En effet, bien que nous manquions d’équipements, nous avons décidé de les poursuivre car nous ne pouvons pas abandonner les femmes qui ont besoin de nous pour améliorer leur  niveau de vie, en leur dispensant des formations en agriculture et élevage», indique Hanta Ramaherison, présidente de  l’association. Celle-ci célèbrera bientôt son quinzième anniversaire.Pour marquer la première rencontre de l’année entre les membres, « Reny Miavotra»  leur a fait don de denrées alimentaires pour célébrer la Fête des mères. C’était enfin  l’occasion pour elles de discuter sur les moyens de renforcer le fonctionnement de l’association.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Salon – « Enjoy Madagascar » expose la diversité culturelle

Un nouveau rendez-vous de plus qui s’affirme comme une grande vitrine de l’art et de la culture à Madagascar. Le salon « Enjoy Madagascar » ouvrira ses portes au Forello Expo Tanjombato du 7 au 11 juin 2017. Forte du récent succès de sa 12e édition de la Foire internationale de Madagascar (FIM), l’Agence Première ligne affiche ainsi d’ores et déjà ce nouvel événement inédit. À l’approche  de la célébration de la fête de l’Indépendance, « Enjoy Madagascar » prévoit de réunir tous les acteurs économiques et surtout culturels qui proposeront des activités dédiées au « Plaisir de vivre à Madagas­car ». Salon unique en son genre et d’envergure donc, cet événement sera une occasion privilégiée pour le public de découvrir un véritable festival de la mode avec l’esprit créatif d’une quinzaine de stylistes malgaches.De même, il sera également consacré à la famille, à la gastronomie et à l’art du bien être dans tout son sens. « Enjoy Madagascar s’illustrera comme un grand zoma à ciel couvert. Durant cinq jours d’animations commerciales, culturelles, folkloriques et festives, lesdivers aspects de la vie dans la Grande île y seront à l’honneur », affirme Michel Domenichini Ramiaramanana, président de l’Agence Première ligne. En outre, le salon accueillera aussi en exclusivité le Festival des baleines qui y sera mis en avant le temps d’une « Nuit tropicale ». À découvrir à travers sa multitude de produits et d’animations, « Enjoy Madagascar» est à visiter avec un grand plaisir.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Lutte contre la polio – Manque de logistique pour des bases de données fiables

« On manque de logistique dans l’établissement des bases de données dans le cadre de la lutte contre la poliomyélite », affirme Emihangy Lahimasy, directeur du programme élargi de vaccination au sein du ministère de la Santé publique. C’était lors de la clôture de l’atelier de révision de la surveillance environnementale et des bases de données du laboratoire PFA Polio dans la région de l’Afrique, à l’Ibis Ankoron-drano, hier. Les zones enclavées sont dépourvues de réseaux téléphoniques et d’internet. Néanmoins, les centres de santé de base , surtout ceux de la campagne, seront bientôt dotés de tablettes. Madagascar se trouve actuellement en situation post-épidémique. Malgré les efforts sur les campagnes de vaccination, le pays continuera les campagnes de vaccination car nous ne pouvons mériter la certification que dans deux ans. « La lutte contre la poliomyélite ne s’achèvera jamais, même si nous allons recevoir la certification « , souligne-t-il. Dans le cadre de la surveillance environnementale, l’Institut Pasteur de Madagascar fera une descente sur terrain afin d’examiner les eaux usées, même dans différents foyers.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Cyclisme – Analamanga – De la vitesse au Masay

Régularité oblige. Dans un souci d’entretenir la forme de ses coureurs, la ligue régionale de cyclisme d’Anala­manga sera de nouveau en scène ce dimanche. Elle organisera une course de vitesse de quatre vingt kilomètres au marais Masay où on recensera bien évidemment des coureurs d’Analamanga mais aussi éventuellement ceux du Vakinankaratra.« Notre objectif est de donner la scène à nos coureurs afin qu’ils puissent mieux se préparer pour le championnat d’Analamanga mais aussi pour le rendez-vous national et pour le Tour cycliste international de Madagascar au mois de décembre. On misera cette fois-ci pour une course plus rapide où il y aura moins d’endurance mais beaucoup de vitesse et d’explosivité », rappelle Naly Ravelo­narivo, président de la ligue d’Analamanga de cyclisme.Cette course au Masay est une sérieuse préparation pour les coureurs en vue du championnat d’Analamanga prévu le 11 juin sur l’axe de la route nationale numéro quatre avec un départ à Fana­votanana Andrano­tapahana vers Ambohidra­trimo qui sera longue de 130 km.Les meilleurs coureurs du moment seront présents à ce rendez-vous de la vitesse au Masay. On aura les coureurs de Mbike avec Stéphane Lacas et Bruno Randrianari­manana mais aussi le VCA où figurent Mazoni Rakotoa­rivony et Célestin Rakoto­hasimbola ainsi que Dama Miarantsoa, médaillé de bronze durant les derniers Jeux des îles de l’Océan Indien en 2015.On n’oubliera pas non plus de citer les légendes, telles Emile Randrianante­naina, Jean Marc Rakotonirina et Jean de Dieu Rakoton­drasoa, alias Ravoatabia, du club FCS. Sur le papier, cette équipe risque fort d’être impressionnante au Masay. Seulement il faudra qu’elle se montre convaincante sur le terrain.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Soutien de la Banque Mondiale à l’éducation.

Le secteur éducation continue à bénéficier du soutien de la Banque Mondiale. Elle investira pour l’éducation fondamentale et le préscolaire, mais aussi pour l’appui des directeurs d’école et des communautés dans la gestion d’une école. Le projet s’étale sur cinq ans. Plusieurs entités, à savoir, des syndicats, des enseignants, et d’autres partenaires, ont été consultées pour identifier les activités-clés de ce nouveau projet pour l’Éducation.

L'express de Madagascar0 partages

Culturethèque – Révisez malin en ligne

Bien préparer ses examens nécessite une méthode futée pour réussir. L’heure est à la technologie. Culturethèque en est une. C’est une sorte de bibliothèque numérique qui met à la disposition des internautes plus de deux cent mille documents téléchargeables. Des sujets types d’examen, des programmes scolaires, des livres, des magazines, des bandes dessinées et même des films et de la musique, sont accessibles à distance.Le site www.culturetheque.com offre un essai gratuit de deux semaines. Il suffit de remplir le formulaire d’inscription pour accéder à ce vaste océan d’informations pédagogiques et culturelles sur la toile mise en place par l’Institut Français de Paris. Trois bibliothèques numériques sont disponibles. La culturethèque, le « Cairn info » pour les documents destinés aux différentes filières d’étude, et l’ « Éduc Mada » pour les programmes scolaires. Des ateliers d’initiation pratique à la découverte de la plateforme numérique culturethèque, à travers différentes ressources à dominante artistique, se tiennent à l’Alliance Française d’Andavamamba, pour aider les gens à se familiariser avec cet outil informatique.  La dernière en date s’est passée le 26 mai de 14 heures à 15 heures, et la prochaine se tiendra le 16 juin à la même heure. Les adhérents des Alliances françaises et de l’Institut Français de Madagascar bénéficieront de cette plateforme numérique.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Fédération Malgache d’Escrime – Mickaël Rakotondrama­nana élu président

L’existence de la Fédé­ration malgache d’escrime a été déjà annoncée par le Comité olympique malgache avant son assemblée générale élective en début 2015. Cette existence a été appuyée lors d’une conférence de presse fin février à l’hôtel Colbert à Antanina­renina annonçant la validation de la CIO (comité inter­national olympique) de la reconduction de Siteny Randriana­soloniako à la tête du COM, pour un deuxième mandat.L’escrime est pratiquée depuis quelques temps sur le sol malgache, ce qui est confirmé cette fois par l’élec­tion de son président effectuée le mercredi 24 mai au siège du COM à Ivandry. Le promoteur de la discipline dans les régions depuis quelques mois, Mickaël Harinelina Rakotondrama­nana qui n’est autre que le fils du président de la fédération malgache d’haltérophilie, de musculation et de culturisme, Jean Alex Hari­nelina Randria­manarivo, également secrétaire général du COM, candidat unique à l’élection, est élu à l’unanimité par les trois ligues récemment créées, à savoir celles d’Ana­lamanga, Vakinanka­ratra et Itasy.La création de la quatrième, celle d’Alaotra Mangoro est en cours. Mickaël Harinelina Rakotondrama­nana est le plus jeune président des fédérations nationales, âgé actuellement de 22 ans.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Alaotra-Mangoro – Des cadeaux pour les mères

À l’occasion de la fête annuelle des mamans, Denise Ranarisoa, épouse du chef de la région Alaotra-Mangoro, a adressé ses vœux de bonheur et des cadeaux aux femmes qui travaillent au sein des institutions aussi bien publiques que privées, telles que les collectivités territoriales décentralisées ou « vondro-mbahoakam-paritra». Chaque paquet-cadeau comprenait,  entre autres, du riz, de l’huile, du savon. Des journalistes, publics et privés, ont figuré parmi les bénéficiaires… Pour une fois.La célébration s’est déroulée  le mercredi 24 mai, dans le grand espace installé dans l’enceinte des bureaux de la région, situés à Antsahatanteraka Ambaton-drazaka.Dans les discours prononcés, l’importance de la place de la femme dans la famille, la  communauté, la société, mais surtout la Nation a été mise en exergue. La mère, notamment, joue un rôle presque multisectoriel dans le développement et sur tous les plans, comme on aime à le répéter pendant la Journée internationale de la femme, tous le 8 mars.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Un projet agricole communautaire porte ses fruits.

Les premières récoltes du projet agricole communautaire à Bekily, appuyé par le Programme alimentaire mondial (PAM) seront disponibles, ce mois de juin. Deux mille six cents personnes vulnérables, en seront les bénéficiaires. L’objectif est de renforcer la capacité des communautés dans le sud du pays, à faire face aux effets de la sécheresse et à assurer elles-mêmes leur sécurité alimentaire.

L'express de Madagascar0 partages

Dèche attaque

Ceci n’est pas une rumeur. Dèche était bel et bien là bien avant l’État islamique. Elle frappe  la majorité des foyers sans distinction. La flambée des prix fait que beaucoup de ménagesvivotent. Le carburant, le riz et désormais le sucre sont hors de prix, pas à la portée de la moyenne des bourses de la population.Ainsi, les mamans devront se contenter de gâteau sans sucre pour leur fête. La fête des mères est frappée de plein fouet par la pénurie de glucose. Çà tombe vraiment mal pour les pâtissiers qui vont devoir répercuter sur le prix de la portion cette hausse subite du prix du sucre. La fête des mères est, avec Noël, le jour où ils font leur meilleur chiffre d’affaires. Ils aimeraient bien qu’il y ait deux dates pour la fête des mères à l’image du nouvel an malgache. C’est perdu pour cette année. On se demande bien combien sont encore ceux qui peuvent se permettre d’offrir un cadeau ou un gâteau à leur mère avec l’actuel coût de la vie. Certes, c’est un geste qui vaut par son symbole et non par son prix, néanmoins le plaisir devient un véritable calvaire quand le taux d’occupation du portefeuille avoisine les 0% surtout pour les vingt-huit jours du mois suivant la paie.Mais c’est un mal pour un bien. Le régime sans sucre évite beaucoup de maladies même si le glucose reste la seule matière qui peut encore masquer l’amertume d’une société en déperdition. Et, vaut mieux boire du café noir sans sucre que de tomber malade.Jamais peut-être une fête des mères n’a été aussi calme. En tout cas ce n’est pas le grand rush habituel. Même à la Grande Braderie, ce n’est pas la grosse affluence.Le menu souffrira également de la dèche qui frappe la plupart des foyers. Il y a longtemps que les dindons ne font plus de la farce. La peine de mort a également été abolie par la basse cour constitutionnelle.Le programme au niveau des représentations artistiques n’est pas non plus fameux. N’étaient-ce le rendez-vous habituel des humoristes à Antsahamanitra et le concert de Bodo au dôme RTA, c’est presque le néant. Les organisateurs de spectacles savent le mieux apprécier la situation et deviner les bonnes dates sans passer par un mpanandro.Mais avec ou sans cadeau ni gâteau, l’essentiel c’est de consacrer la journée à celle dont elle est l’objet. D’ailleurs, tous les jours devraient être les leur. On doit aller au-delà d’une journée de fête qui a été créée surtout pour des motivations commerciales. Si ce n’était que cela, il s’agirait de la défaite des mères.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – N1A – La première phase à Mahajanga

La ville d’accueil reste inchangée. Mahajanga abrite cette saison la première phase du championnat de Mada­gascar N1A hommes et dames. Cette étape s’étalera du 10 au 18 juin au complexe sportif de la capitale du Boeny.Après dissolution du club TTS d’Amoron’Imania, treize équipes masculines et douze féminines seront en lice à ce championnat national phase aller. Le club champion en titre, GNBC se trouve en tête du groupe A avec trois clubs d’Anala­manga, entre autres, Cosfa, Challenger et Mb2all, ainsi que deux de Boeny à savoir SBBC Sebam.Cospn Analamanga, vice-champion national s’installe en tête de la poule B qui est composée de sept équipes. Un deuxième porte-fanion d’Analamanga TMBB se trouve dans ce groupe. Et les cinq autres composants de ce groupe sont l’ASCUT Atsinanana, COSMOS Diana, 2BC Vakinakaratra, ASCB Boeny et USF Haute Matsiatra.Chez les dames, Fandre­fiala et MB2all, tous les deux d’Analamanga, respectivement club champion et vice champion. Dans le groupe A avec Fandrefiala, se trouvent ASA et FBC d’Anala­manga, JEA Vakinakaratra, CRJS Atsinanana et BC EST Sud Ouest.Et dans l’autre poule, avec MB2ALL, deux formations de Boeny entre autres JSB et SBBC, complétées par TAMIFA Amoron’i Mania, ASE Haute Matsiatra et JBC Sud Ouest. La réunion technique se tiendra le soir du vendredi 9 juin.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – BMOI Premium Challenge – Fitia et Murielle visent la passe de trois

L'express de Madagascar0 partages

Deux assassins en cavale

Deux meurtriers ont pris la fuite après avoir été remarqués par le fokono­lona sortant de la maison d’une victime dans le fokontany d’Anta­nandava, district de Bero­roha Fanjakana. Les faits se sont déroulés jeudi matin aux alentours de 8h 30. Des traces de coups de couteau ont été consta­tées sur le corps de la victime, selon la gendar­merie locale.

L'express de Madagascar0 partages

Nouveau directeur général à l’OMS.

Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, a félicité le nouveau directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, au nom du gouvernement et du peuple Malgache. C’était à l’assemblée mondiale de la Santé à Genève, cette semaine.

L'express de Madagascar0 partages

Son Excellence l’ambassadeur ou l’ambassadeur Excellence ?

Le Président américain a reçu le Président français à l’ambassade des États-Unis à Bruxelles (Belgique). Sur une image, on pouvait voir Donald Trump attendre Émmanuel Macron sur le perron de l’ambassade américaine. Çà avait de la gueule. Aurait-on pu faire pareil à notre immeuble anonyme boulevard Suchet à Paris, ou à la modeste ambassade, où j’avais pu participer au 26 juin 1996, sur Massachusetts Avenue à Washington D.C.Hier, à 7 heures 30, j’ai pu assister à cet étrange spectacle : devant l’ambassade des États-Unis, à Andranomena (Andranoro-Antehiroka, sur le portail officiel, fait plus «historique»), un policier malgache est en faction pour régler la circulation d’une manière assez particulière. Les habitués de cet axe Ambohibao savent combien y sont pénibles les embouteillages vers Ivato. Le policier en question repère donc les voitures arrivant d’Antananarivo, arrête la file venant d’Ivato, et invite lesdites voitures (ou VTT des expatriés) à déboîter pour accéder plus rapidement à l’ambassade US.J’imagine que dans cette immense ambassade, autrement plus majestueuse que l’ancienne sise à Antsahavola (au passage, il faut signaler la détério­ration de la chaussée à Antsahavola, là où pour la sécurité de l’ancienne ambassade, avait été enterré un dispositif de pont-levis : celui-ci retiré, le trou n’a pas été correctement comblé ni la voie publique remise en état), pourrait permettre à Donald Trump de recevoir très correctement en terre malgache son homologue russe Vladimir Poutine, à moins que ce ne soit ce dernier qui l’invite à l’ambassade russe d’Ivandry : un autre immense complexe, comme celui de la Résidence de France, celle-ci bien connue des habitués pour sa garden-party du 14 juillet, sinon comme celle de la Chine à Nanisana.États-Unis, Russie, France, Chine : ces quatre membres du Conseil de sécurité des  Nations unies (la résidence britannique du lotissement Bonnet, que j’avais pu fréquenter en mes années de boursier du British Council, ne déméritait pas sans atteindre au grandiose) entretiennent à Madagascar (comme je suppose dans d’autres pays) une ambassade digne de leur rang. La diplomatie est d’abord aussi question d’image renvoyée : on peut se gausser des dépenses ostentatoires, mais on regardera toujours avec une certaine commisération une ambassade réfugiée dans un immeuble collectif d’un quartier périphérique. Et quoiqu’on puisse arguer de l’extraterritorialité, je suppose qu’un transfuge se sentirait beaucoup mieux en sécurité dans un bunker (surtout sous la protection de la bannière étoilée : quoique, les ambassades américaines de Téhéran ou de Tripoli n’avaient pas pu résister à la détermination fanatique et sans scrupule juridique d’un commando islamiste) que dans un container aménagé.La robustesse du «Made in Germany» ou le «PNB du cool» ont fait davantage, pour l’Allemagne ou pour le Japon, que cent ambassades. Et pourtant. Ces deux pays partaient de loin : encore désignés «ennemis» dans la Charte de San Francisco en 1945, l’un confondu avec les atrocités nazies, l’autre associé aux exactions de ses troupes envers les populations d’Asie. Heureusement, le monde entier finira par comprendre qu’une tondeuse Braun ne peut être un instrument SS ni le Walkman de Sony un katana de samouraï. Ce «miracle» ne prit que 30 ans. Mais, ce furent trente années de labeur, de persévérance, d’excellence : faire bien les choses simples qu’on sait faire.Qui précède quoi : le travail de l’image ou l’image par le travail   Son Excellence l’ambassadeur ou l’ambassadeur excellence ?

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Enduro Sherco – Un circuit inspiré des super-enduros

Changement de formule. Pour diverses raisons, Funbike Ambodivona a dû modifier le format de la course Enduro Sherco. Troisième manche du cham­pionnat de Madagascar de moto tout-terrain, qui se tient ce dimanche à Andrano­tapahina, sur le terrain du domaine Aro Immobilier.« On aura deux courses en une, soit deux manches de 1h30 sur un circuit d’environ sept kilomètres. Les motards emprunteront la piste en sens normal durant la première manche, puis en sens inverse, durant la deuxième manche », explique Solofoarivelo Razafindrako­tohasina, alias Bibs, de chez Funbike. Et le changement a du bon puisqu’on aura un circuit inspiré des super-enduros très appréciés à l’étranger.« Pour cette quatrième édition de l’Enduro Sherco, on a mixé diverses configurations. Avec les habituels franchissements, il faudra notamment passer par une portion composée de troncs d’arbres et une autre partie constituée de pneus d’engins et de camions. Çà reste, cependant, accessible à tous les pilotes. Ce n’est pas un circuit rapide, mais plutôt technique », poursuit Bibs. Avec une telle piste, le spectacle sera certainement au rendez-vous ce dimanche. Et le public sera aux premières loges puisque l’intégralité du tracé est visible depuis le PC.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un motard percuté

Un policier circulant sur un scooter a été percuté par le 4×4 d’un étranger, hier vers 15h au rond-point d’Ankorondrano près de l’arrêt bus Fraise. Le motard a failli terminer sa course sous un bus. La victime a pu se relever tandis que sa moto est apparemment détruite.