Les actualités à Madagascar du Lundi 27 Avril 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara16 partages

COVID–19 : De test en test, Tence Mena attend sa sortie

La vie à l’hôpital d’Anosiala n’a pas toujours été tendre avec la jolie Tence Mena.

Cela fait maintenant au moins des jours que Tence Mena, la chanteuse malgache atteinte du COVID–19, a pu se soigner avec la fameuse tisane Covid Organics, depuis l’officialisation de cette boisson le 20 avril. Dernièrement, cette star de la musique tropicale a affiché sur son compte « facebook » son espoir de guérir enfin de cette maladie. Un mois de détention sanitaire, la diva écarlate est passée par tous les états psychologiques normalement subis par les malades atteints d’un virus mortel.

Si l’effet du remède devrait agir dans les sept jours de traitement, Tence Mena serait supposée avoir des résultats probants la semaine qui arrive. Pour le moment, elle prend son mal en patience en étant particulièrement volubile sur les réseaux sociaux. Rien que le 24 avril, elle a déjà expliqué à ses suiveurs et ses fans qu’il lui faut subir deux tests aux résultats négatifs pour pouvoir enfin sortir à l’air libre. Cela veut dire, retrouver sa pleine santé et surtout ne pas transmettre aux autres.

Le premier aurait été déjà effectué, « après le résultat de celui-ci, je dois attendre quarante-huit heures pour faire le deuxième. Si les deux sont négatifs, je sors », a–t–elle fait savoir. Quoi qu’il en soit, la diva a réussi à sortir quelques titres durant sa mise en quarantaine à l’hôpital Anosiala. Une manière également d’entretenir sa relation avec ses fans.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara7 partages

Défaut de masque : « L’exécution des travaux d’intérêt général est immédiate»

A défaut de masque, à partir d’aujourd’hui, une personne circulant sur la voie publique sera condamnée à des peines de travaux d’intérêt général. L’exécution sera immédiate et sans appel après l’interpellation.

Le port de masque est déjà obligatoire depuis la deuxième partie de l’état d’urgence sanitaire décrété par l’Etat dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus. Mais à partir d’aujourd’hui, tout manquement à cette mesure expose à une peine de travaux d’intérêt général. Et « l’exécution sera immédiate après l’interpellation », souligne le préfet de police d’Antananarivo, Angelo Ravelonarivo, joint au téléphone. La vigilance des agents de la police nationale et ceux de la gendarmerie va monter alors d’un cran car ils seront ainsi chargés, selon ce dernier, d’interpeller toute personne sur la voie publique qui ne porte pas de masque pour se protéger. Tout contrevenant exécute « immédiatement » des travaux d’intérêt général comme l’assainissement des voies publiques et des places publiques ou le nettoyage des toilettes publiques, indique-t-il. La peine durera environ 30 minutes, affirme Angelo Ravelonarivo.

Mineurs. Cette mesure a été instaurée pour persuader les citoyens de toujours respecter les mesures barrières dans le cadre du déconfinement progressif décrété en début de la semaine dernière. Depuis lundi dernier, l’Etat a distribué des masques au niveau des villes confinées, notamment Antananarivo, Fianarantsoa et Toamasina. Il estime alors que chaque individu dans ces villes doive être équipé d’un masque. Au niveau des fokontany, la « commission sécurité » est chargée d’interpeller les contrevenants, selon le préfet de police, et « elle sera aussi chargée de faire exécuter les peines de travaux d’intérêt général ». Des peines qui ne distinguent aucune catégorie d’âge. Même les mineurs sont concernés et sont aussipassibles des peines de travaux d’intérêt général. « Les catégories de peines sont déjà élaborées suivant la classe d’âge », ajoute le préfet de police d’Antananarivo.

Normes. Ces mesures seront appliquées à l’échelle nationale. Toutefois, la disponibilité des masques à l’échelle nationale est encore sujette à controverse. Le manque flagrant de masque répondant aux normes sanitaires a donc fait exploser les confections artisanales dont « aucune garantie sur leur efficacité ne peut être attestée », nous a confié une société chargée des normes. Raison pour laquelle, certaines institutions ont espéré avoir l’appui de l’Etat pour avoir des masques à leur disposition. « Nous ne sommes pas, maintenant, en mesure de fournir des masques respectant les normes, même pas à nos fidèles les plus vulnérables », se plaint alors David Rakotonirina, président de l’église luthérienne. Au niveau des fokontany, dans la ville d’Antananarivo, beaucoup sont ceux qui n’ont pas encore de masque.

Rija R.

Midi Madagasikara5 partages

Rivo Rakotovao : « Le COVID Organics devenu un sujet politique »

Il estime qu’il ne faudrait pas obliger les gens à prendre ce remède. Pour son cas, il n’a pas l’habitude de boire du « tambavy ».

Le président du Sénat, Rivo Rakotovao, a tenu à avoir voix au chapitre face au remède produit par l’Institut malgache des recherches appliquées (Imra). C’était, dans la soirée de samedi dernier, lors d’une émission sur une station privée de la capitale. Il estime ainsi que ce remède est devenu un sujet politique. A propos justement du Covid Organics, le président du Sénat a affirmé que ce n’était pas un médicament, mais que nous avions juste la culture du “tambavy”. Et lui d’enchaîner que « si c’était un médicament, celui-ci ne serait pas distribué dans les rues. La prise de cette tisane ne devrait pas avoir un caractère obligatoire », faisant sans doute allusion à la distribution de ce Covid Organics aux élèves. Par ailleurs, le numéro Un du Sénat considère que les aides octroyées aux familles vulnérables devraient continuer. A la question s’il va prendre ce remède, il a tout simplement répondu que « ce n’est pas dans son habitude de prendre du tambavy».

Cogestion. Lors de cette émission, le volet politique a aussi été abordé par le coordonateur national du HVM. Il a ainsi annoncé que la session ordinaire du Parlement aura lieu bientôt, plus précisément à partir du 5 mai prochain. Lors de cette session, nous allons demander aux ministres de venir. Il a souligné, au passage, que la Loi de finances rectificative (LFR) devrait être examinée par le parlement. Sur un tout autre plan, il n’a pas manqué de préciser que « le HVM n’a jamais fait mention d’une cogestion mais plutôt de l’ouverture d’un dialogue ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Facebook : Un centre d’information sur le Covid-19 à Madagascar

La société Facebook a déjà mis en place le Centre d’information sur le coronavirus, dans 19 pays, ce mois d’avril. Le 24 avril dernier, elle étend ce Centre d’information à 24 pays supplémentaires en Afrique subsaharienne, dans le cadre des efforts continus pour donner au plus grand nombre l’accès en temps réel à des informations précises provenant d’autorités sanitaires de confiance. Parmi ces 24 pays figure Madagascar. « Le Centre d’information sur le coronavirus figure en haut du fil d’actualité de Facebook, et constitue un espace central où chacun peut se tenir informé sur le coronavirus. Il comprend des mises à jour en temps réel provenant de sources officielles nationales, mais aussi d’organisations régionales et internationales telles que le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies et l’Organisation mondiale de la santé. Il propose également des ressources utiles – articles, vidéos et messages – et des conseils sur la distanciation sociale et la prévention de la propagation du COVID-19 », a indiqué la communication officielle de Facebook.

Soutien. Selon Kojo Boakye, directeur des affaires publiques de Facebook pour l’Afrique sub-saharienne, Facebook soutient le travail de la communauté de la santé publique dans le monde entier pour tenir toutes les communautés informées pendant la pandémie de coronavirus. « Nous sommes heureux de fournir à presque chaque pays d’Afrique subsaharienne son propre centre d’information afin que les gens de tout le continent aient un endroit central pour trouver des informations faisant autorité sur COVID-19 », a-t-il déclaré. Outre Madagascar, les nouveaux pays où Facebook lance le Centre d’information sur le coronavirus sont le Botswana, le Burundi, la République centrafricaine, les Comores, le Congo, le Djibouti, la Guinée équatoriale, l’Érythrée, Eswatini, la Gambie, la Guinée-Bissau, le Lesotho, la Malawi, le Mozambique, la Namibie, le Rwanda, Sao Tomé et Principe, le Sierra Leone, le Sud-Soudan, la Tanzanie, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe. Avant ces 24 pays, le Centre d’information sur le coronavirus est déjà en place dans 19 pays d’Afrique subsaharienne. Il s’agit de l’Afrique du Sud, du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, du Cap-Vert, de la Côte d’Ivoire, de l’Éthiopie, du Gabon, de la Guinée, du Kenya,du Mali, de la Mauritanie, de Maurice, du Nigéria, de la RDC, du Sénégal, des Seychelles, du Tchad et du Togo.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Un populisme qui dérange…

Les commentaires vont bon train sur ce qu’entreprend le pouvoir en ce moment. L’essentiel porte sur les directives non appliquées par une bonne partie de la population concernant la lutte contre la pandémie de coronavirus. Les explications affluent, dont l’indiscipline, le manque de formation et d’information, l’incivilité et d’autres encore. Et si c’était les relations entre les gouvernants et les gouvernés qui l’expliquaient ? Ce pouvoir, dès sa genèse, a revendiqué être l’émanation du peuple. Il serait peut-être temps de circonscrire ce terme. Selon le Larousse du XIXe siècle, ce terme est polysémique (a plusieurs sens), il désigne à la fois « la multitude d’hommes qui n’habitent pas forcément le même pays mais qui ont un lien qui les unit (origine, religion…) » et aussi « la partie la plus nombreuse et la moins riche ou la moins privilégiée de la population d’un État », celle qui constitue une foule, une multitude sans distinction…

« Les plus pauvres ont élu les plus riches », a-t-on lu quelque part, mais cette assertion, bien qu’en partie vraie, doit être réajustée. Il serait plus juste de dire que « Le populisme » a gagné dans les élections successives et, en premier lieu, la présidentielle. « Populisme qui désigne une approche politique qui a tendance à opposer le peuple aux élites politiques, économiques ou médiatiques » (Wikipédia).

Sans entrer dans la dichotomie droite-gauche qui est un débat qui n’a pas sa place sur l’échiquier politique de Madagascar, pour la bonne et simple raison que les actions dans ce domaine ne font qu’appliquer le diktat des PTF (Partenaires Techniques et Financiers), le seul problème pour nos politiciens est donc de parvenir au pouvoir. Mais on peut, sans trop se tromper, avancer qu’il y a deux catégories de Malgaches : ceux qui ont eu accès à l’éducation et ceux qui ne l’ont pas pu assez et être à même de soupeser l’environnement politique et social. Les premiers font partie du système politique du pays (électorat, le politique, leurs relations et l’organisation) et les seconds qui en sont exclus ou qui sont incapables d’exprimer leurs positions. Et c’est cette deuxième frange qui a fait balancer les élections. Le problème n’est pas de porter un jugement de valeur sur l’orientation politique adoptée et élue démocratiquement, mais il s’avère que cette orientation aurait dû être prolongée d’une vraie éducation de masse, et non cette mascarade incarnée depuis deux Républiques successives par des ministères de la Population qui se sont contentés d’être des institutions d’assistance de circonstances. Et on n’aurait pas vu, comme hier, ces images honteuses de hordes qui se disputent des sacs de riz d’un convoi d’aide.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara1 partages

Covid-Organics : Entretien Rajoelina – Macky Sall

« Le Sénégal est le premier pays à avoir lancé des commandes de Covid-Organics ». C’est ce qu’annonce le président Andry Rajoelina sur son compte Twitter depuis samedi. En effet, face à la découverte par l’Institut malgache des Recherches Appliquées (IMRA), du remède traditionnel amélioré, Tambavy CVO, les présidents Andry Rajoelina et Macky Sall se sont entretenus par visioconférence. Une occasion pour le numéro Un sénégalais de féliciter son homologue malgache et de demander des éléments d’éclaircissement sur les tenants et aboutissants du Covid-Organics. A en croire à ce qu’Andry Rajoelina a publié à travers les réseaux sociaux, le Sénégal aurait même lancé les premières commandes. L’entretien entre les deux présidents ont fait le buzz sur les réseaux sociaux pendant le week-end. L’annonce faite par le numéro Un malgache a été démentie par une presse étrangère. Depuis l’annonce officielle de la découverte de ce remède traditionnel amélioré, la Grande île se trouve au centre des discussions positives et/ou négatives. Durant ce week-end, Madagascar a franchi le cap de 70 malades guéris. Pour l’heure, aucun décès n’a été enregistré.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Covid-19 : Les solutions africaines face au menace de crise économique

Le tourisme figure parmi les secteurs les plus menacés par le Covid-19.

Le continent africain demeure, jusqu’à présent, le moins frappé par le coronavirus puisque l’on y enregistre le moins de décès.

Face à la pandémie de coronavirus qui va inévitablement provoquer une crise économique sans précédent, des Etats africains font preuve de créativité en apportant des solutions internes pour en réduire les impacts positifs.

Bons du Trésor

En Côte d’Ivoire, par exemple, une première émission de bons sociaux Covid-19 sera effectuée dès aujourd’hui. Ces bons sociaux covid-19 seront lancés sur le marché des titres publics de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) avec comme objectif d’atteindre 180 milliards de Francs CFA, soit environ 297 millions de dollars. D’après une publication de l’agence Ecofin, il s’agira précisément de Bons assimilables du trésor (BAT) émis sur une maturité de trois mois et à des taux multiples, inférieurs ou égaux à 3,75%. Les titres émis sont remboursables le premier jour ouvré suivant la date d’échéance qui est fixée au 27 juillet 2020. « A travers cette opération inédite, la Côte d’Ivoire inaugure l’ère des bons sociaux sur le marché des titres publics de l’UEMOA dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Cette émission de BAT est conçue comme étant un pont pour les Etats en attendant la rentrée des fonds attendus dans le cadre de la lutte contre la maladie. Le plan de trésorerie des Etats pour rembourser cette dette est alimenté par les engagements des partenaires techniques et financiers des Etats ».

Mesures d’assouplissement

Au Cameroun, c’est la Caisse nationale de prévoyance sociale, l’équivalent de la CNaPS à Madagascar, qui est également intervenue en allégeant le paiement des cotisations sociales dues par les entreprises. Il s’agit de mesures d’assouplissement destinées à accompagner les entreprises pour amortir les effets néfastes des blocages dus à la pandémie. Parmi les mesures figure l’étalement sur trois mois des cotisations dues ou encore l’annulation des pénalités de retard sur justification. En Tunisie, des ingénieurs ont pris des initiatives technologiques pour apporter des solutions à la crise sanitaire. Il s’agit, notamment, de l’analyse de radios par intelligence artificielle, la conception d’une machine d’oxygénothérapie, de robots capables de trier les patients, d’un plan de réalisation de respirateurs via une imprimante 3D… Au Maroc, le groupe bancaire Bank of Africa – BMCE entre également en lice. En effet, ce groupe vient de devenir la première structure qui bénéficiera de l’initiative Resilience Framework mise sur pied en mars 2020 par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), dans le but de soutenir des institutions partenaires confrontées à des difficultés de crédits du fait de la crise sanitaire actuelle. Les deux institutions ont conclu un accord de financement d’un montant de 145 millions d’euros. Une ligne de crédit de 100 millions d’euros sera octroyée à la banque dirigée par l’homme d’affaires Othman Benjelloun, et destinée aux entreprises qui connaissent une baisse d’activité et de rentabilité, et qui ont besoin de renforcer leurs liquidités. Les détails sur l’affectation de cette ressource ainsi que les critères d’éligibilité des entreprises n’ont pas encore été dévoilés. Ce financement sera complété par un apport de 45 millions d’euros qui permettra à Bank of Africa de financer des entreprises d’import-export. Cette initiative viendra renforcer les actions de la banque en faveur des entreprises et ménages touchés par le Covid-19.

Covid-organics

Madagascar n’est évidemment pas en reste dans ces recherches de solutions locales au Covid-19. Mieux, grâce au remède Covid-Organics développé par l’Institut malgache de recherches appliquées (Imra), la Grande île commence à intéresser des pays africains, et pourrait devenir une référence sur le continent. En effet, alors que les pays européens semblent faire preuve d’ironie par rapport à ce remède à base d’artemisia, et que l’OMS déconseille même son utilisation, des pays africains veulent essayer le produit malgache. A l’instar du Sénégal qui a passé sa première commande de Covid-organics après un entretien par visioconférence entre les présidents Andry Rajoelina et Macky Sall. On rappelle qu’à Madagascar, depuis son lancement, le Covid-Organics est distribué gratuitement dans les quartiers et vendus dans différents points de vente comme les grandes surfaces. Le numéro Un malgache a même débuté un déconfinement progressif en permettant, par exemple, la reprise des cours pour les élèves en classes d’examen, en demi-journée, avec obligation pour ces derniers de prendre une dose quotidienne de Covid-Organics. A noter également que le gouvernement de Madagascar a déjà pris des mesures fiscales et douanières pour aider les entreprises à se relever de cette crise. D’autres mesures sont également à l’étude, notamment dans le secteur du tourisme et du transport aérien.

R.Edmond.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le pays a reçu des commandes de Covid Organics venant d’autres pays africains

Le Président de la République de Madagascar Andry Rajoelina a adressé dernièrement un remerciement au président de la Guinée Bissau, le Général Umaro El Mokhtar Sissoco pour sa demande en approvisionnement de Covid Organics pour son pays et les sous-régions. Il a affirmé à Andry Rajoelina qu’il fera le nécessaire pour qu’un avion soit affrété de la Guinée Bissau à Madagascar pour sa récupération.
La Guinée Bissau est le deuxième pays d’Afrique s’étant approvisionné du CovidOrganics. Le Sénégal a été le premier. Apres avoir félicité Madagascar pour la production de ce remède naturel, le président sénégalais Macky Sall, a passé ses commandes, il y a quelques jour de cela. Le Général Umaro El Mokhtar Sissoco a aussi affirmé soutenir Madagascar, et ainsi, proposera aux autres pays d’Afrique de recourir également au Covid Organics.
Tia Tanindranaza0 partages

Fahamehana ara-pahasalamanaMampametra-panontaniana maro

Tsena mora, Vatsy tsinjo, Loharano sy izay hafa efa misy rehetra dia santionany amin’ireo karazana rafitra sy tetikasa sosialy natsangana tato anatin’ity fitondrana ity, indrindra,

 

fa tao anatin’izao hamehana ara-pahasalamana izao, ny ankamaroany. Efa mampametra-panontaniana sy mampivadika ny atidohan’ny maro amin’izao fotoana izao ny tena anton’ireo sy ny fomba fiasan’ireo mazava. Tonga amin’ny fanontanian’ilay mpahay lalàna iray izay hoe ahoana marina ny tena momba ireto asa foromporonina be dia be ireto? Mampametra-panontaniana maro ny fiatrehana ity fahamehana ara-pahasalamana eto Madagasikara ity. Miala any indray izao io ny atao hoe “Tosika fameno” izay nisalorana ny anaran’ilay fanampiana mitentina 100.000 ariary ho an’ireo sahirana, raha ny fanazavana momba izany, nandritry ny fizarana azy tetsy alarobia ny sabotsy teo. Asa na hanao ahoana indray ny fandaminana ny fitsinjarana asa ao anatin’izany sa ve mbola ho atao hiteraka resabe toy ireo tetikasa sasany talohany? Tsy misy izay tsy mampametra-panontaniana ny fomba fiasan’ireo rafitra niforona rehetra tao anatin’izay 1 volana mahery izay. Toy izany ny fitarainana mikasika ny afitsok’ireo fiara 4x4 misy soratra COVID 19, ohatra, izay tsy mihetsi-bolomaso raha mahita olona mitsirararara eny an-dalana eny. Amin’io olona maro no anatin’ny fiara ary mazava ho azy fa tsy voahaja mihitsy ilay elanelana 1 metatra hampianariny ny olompirenena. Ny tena mahavaka dia hoe na dia marobe toy izany aza ireo rafitra sy tetikasa tafatsangana dia toy ny efa miverina tanteraka amin’ny fiainana an-davan’andro sahady ankehitriny ny malagasy kanefa ny ivon-toeram-pibaikoana momba ity ady ity mbola mamoaka fa mbola misy marary vaovaon’ny valan’aretina COVID 19 hatrany aloha hatramin’izao eto Madagasikara.

J. Mirija

L

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tosika FamenoTokantrano 189 400 hahazo 100 000Ar avy

Natomboka ny sabotsy 25 aprily 2020 teny amin’ny Lisea teknika Alarobia ny fizarana ny vola fanampiana "Tosika Fameno", tohana ara-tsosialy avy amin’ny fanjakana malagasy sy ny Banky Iraisam-pirenena entina hanampiana ireo tokantrano tena sahirana sy marefo.

 

 

Ny "Tosika Fameno" dia vola mitentina 100.000 ariary, izay azon'ny mpisitraka izany mivantana amin'ny alalan'ny tetikasa Paositra Money. Tahaka ny tany Fianarantsoa dia kara-panondro na kara-pokontany no hahazoana misitraka izany eo no eo. Nitarika ny fizarana ny fanampiana ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina mivady, miaraka Ben’ny tanàn'Antananarivo Naina Andriantsitohaina ary ny minisitry ny Paositra, Fifandraisan-davitra ary ny Haitao ara-kajy mirindra, Andriamanohisoa Ramaherijaona. Fokontany miisa 5 ( Alarobia Amboniloha, Ivandry, Soavimasoandro, Morarano sy Ambodivoanjo) ao anatin’ny Boriboritany faha-5, nahitana tokontrano 3270 no nisantatra ny fisitrahana ity fanampiana ity. Hahazo ny anjarany ihany koa ireo fianakaviana tena sahirana sy marefo ao Toamasina. Tokantrano miisa 189.400 no hisitraka ity fanampiana ity ho an'Antananarivo, Toamasina ary Fianarantsoa, izany hoe manodidina ny 18,9 miliara ariary izany ny vola haompana amin’izany. Misy ny fanadihadiana ataon’ny fokontany sy ny FID hitiliana ireo tena sahirana sy marefo. Ankoatra izay dia nozaraina tambavy CVO ihany koa ireo tonga nisitraka ny "Tosika Fameno". Nohamafisin'ny Filoham-pirenena fa hotsinjaraina maimaim-poana ho an'ny tokantrano malagasy rehetra ity tambavy ity. Efa misy ihany koa ireo firenena any ivelany izay niantso ny filoha Andry Rajoelina mba hanjifa ny tambavy CVO, hoy izy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tambavy Covid OrganicsVita Malagasy tokoa ve ?

Maro ny adihevitra mahakasika ny tambavy Covid Organics amin` izao fotoana izao. Manasitrana sa miaro fotsiny? Eken` ny OMS sa tsia? Ny ankizy Malagasy no atao sorona amin` izao…

 

 

 Maro dia maro ny fanehoan-kevitra saingy ny tena fanontaniana lalina koa dia ny hoe « vita Malagasy » ve izy ity ? Raha haravona ireo fanehoan-kevitra dia ireo teboka ireto no tena miverimberina: ny “code barre-ny any Frantsa”. Ny anarana tsy teny gasy ohatra hoe « ravintsara ». Mifanojo amin` ilay vaksiny lazaina fa andramana aty Afrika ilay izy satria misy firenena afrikanina vitsivitsy nilaza fa nahita fanafody ho entina miady amin`ny Covid-19. Maninona ny IMRA tsy mametraka ny marika amin`ny maha vokatry ny IMRA azy? Amin` izao fotoana izao dia misy profesora teratany “congolais” iray milaza fa izy no tompon` ny Covid Organics ka novidian` ny fanjakana Malagasy 4 tapitrisa euros taminy izany. Raha voamarina avokoa ireo tranga ireo ity dia hidi-kizo ny Fanjakana Malagasy ka hanimba indray ny endrik` i Madagasikara any ivelany. Ny IMRA ihany koa dia tsy ho afa-bela amin` ity tantara ity ka ho simba tanteraka ny voninahiny raha sanatria ka misy zavatra hafahafa manodidina ity tambavy ity . Mandeha mantsy ny resaka fa ny fanampiana azon’ny malagasy sy ny tambiny noho ny fanekena hanaovana io andrana io eto Madagasikara dia volabe.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Famokarana ny Covid OrganicsTena misy resaka tsy mazava…

Tsy fanakianana na fanaratsiana be fahatany ny covid organics ambara fa hitan’ny Sampam-pikarohana Malagasy dia ny IMRA, fa kosa misy toe-javatra manjavozavo ilàna fanazavana.

 

Ny 8 aprily i Andry Rajoelina no nilaza fa naharay taratasy avy any ivelany ny 24 martsa milaza fa manana fanefitra hahafaha-mandresy ny coronavirus ny Malagasy, ka ny fankatoavana sisa andrasana. Avy any amin’ny Maison d’Artemisia any Frantsa tantanin’i Lucile Cornet-Vernet io rehefa nokarohana, izay nanome toromarika ny hanaovana fikarohana haingana ary nomena ny paipaika na “protocole” satria hoe efa manao andrana an’io i Frantsa. Ny 19 aprily ny filoha no nanambara ny fahitana ny fanafody ary ny 20 aprily no nanolotra izany tamim-pomba ofisialy fa hita ny fanafody izay “sady fisorohana no fitsaboana”. Nambara fa efa nisy tamin’ireo mararin’ny covid-19 teto efa sitrana no nisotro an’io. Mahagaga anefa fa eo amin’ny etikety ho an’ilay tambavy amin’ny endriny vovony, dia ny 01 aprily 2020 no namokarana azy, ary ho lany daty ny aprily 2021. Azon’ny rehetra hamarinina io. Herinandro izany dia vitana ny fikarohana sy andrana? Ny IMRA no nanao azy sa mpiara-miombon’antoka sy mpanatanteraka izy fa efa vita nialoha ny ketrika? Sinema daholo izany sisa ny tato aoriana fa efa ny 1 aprily no vita ny planina rehetra? Niova ny resaka ary nialana ilay hoe “mahatsabo” fa ny fisorohana no novoizina, ary tamin’ny resaka nifanaovan’ny Filoha tamin’ny Filohan’i RD Congo Félix Tshisekedi dia io no noresahina hoe fisorohana na “preventif” kanefa ny serasera tany am-boalohany ho an’ny Malagasy, dia sady fisorohana no fitsaboana. Tena misy zavatra manjavozavo!!!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Prefen'AntananarivoManahy ny hipariahan'ny covid-19 any am-piangonana

Tsy misy mahazo misokatra ny fiangonana FJKM tsy naka alalana manokana amin’ny Prefektioran’Antananarivo, hoy ny Prefe Jeneraly Ravelonarivo Angelo Christian ny sabotsy teo.

 

Filaharana ny teny amin’ny Biraon’ny prefektiora. Hentitra fepera tsy maintsy narahina. Tsy maintsy nanao lisitra ahitana ny laharana finday. Nohamafisina ny fepetra, fa tsy mihoatra ny 50, tsy maintsy hanaovana lisitra isaky ny 50. Raha sanatria fantatra fa nisy viriosy nifamoivoy tao dia mba efa fantatra avokoa ny olona tao, hoy ny Prefe. Nisy ny fijerena maripana, gel désinfectant, tapim-bava, rano sy savony. Ny zoma teo moa dia nilaza ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimiam-pirenena Jeneraly Ravalomanana Richard fa tsy mila alalana manokana izany. Tsisy ny fanaraha-mason'ny mpitandro filaminana teny anivon’ny fiangonana, raha ny omaly aloha. Saika hoe tsy hasiana fahazoan-dàlana fa sarotra be amin’ilay viriosy raha havela ho baranahiny, hoy kosa ny Prefen’Antananarivo. Tadidio fa tany Italie dia tao amina fiangonana no niantombohany ka 150 no voa, hoy izy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fampianarana any ToliaraEfa nijanona ny fanerena hisotra covid-organics

Mbola misalasala be ihany amin’ny fanerena an’ireo mpianatra hisotro ny tambavy covid-oraganics toy ny niseho tamin’ny alarobia 22 aprily 2020 tao amin’ny Lycée iray tao antampon-tanànan’i Toliara

 

 ireo raiamandrenin’ny mpianatra any an-toerana ka mbola misimisy ihany no tsy mazoto mandeha ny zanany hiverina any an-tsekoly na dia efa tsy misy fanerena intsony ataon’ny mpitandron’ny filaminana toy ny tamin’io andron’ny alarobia io aza tamin’ny faramparan’ny herinandro lasa teo. Tena mila fanazavana mazava ny amin’ny fandrisihana ny olona, indrindra ireo mpianatra, hisotro an’ity tambavy ity, hoy ny ireo olona any Toliara.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Covid organicsVoafetra ireo olona mampiasa azy

Manamafy ny fiarovana vatana, miaro amin` ny tsimok` aretina, miaro amin`ny tazo sy aretin` ny havokavoka sy ny fahasemporana. Ireo no tombony amin` ny fisotroana ny tambavy Covid Organics (CVO).

 

 

Ahitana fonosana fito ao anatin` ny “sachet “iray ary ho an` ny fianakaviana iray isan-andro ary hahazo maimaim-poana ny vahoaka Malagasy, hoy ny filoha Rajoelina ny sabotsy lasa teo. Tsy mahazo misotro io tambavy io kosa ny bevohoka sy ny reny mampinono ary ireo marary voa. Somary gaga ihany ireo mpanara-baovao fa maninona izao vao milaza ireo fiantraikany ny CVO ny fitondram-panjakana? 5 andro aorian` ny fanambarana ofisialy teny Avarabohitra Itaosy ny alatsinainy lasa teo vao milaza fa misy ireo sokajin` olona tsy mahazo misotro ity tambavy ity. Nilaza moa ny talen` ny IMRA, Dr Charles Andrianjara fa ny CVO dia miaro amin` ilay aretina, izany hoe tsy manasitrana izany Tsy nisy “essai Clinique” fa “observation Clinique” no nisy ary atao tsikelikely ny olona mampiasa azy… Toa mifanohitra amin`izay voalazan’ny filoha manao hoe mahasitrana sy miaro ilay izy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fitondrana arotavaMety ho maro ireo voasazy…

Anio alatsinainy 27 aprily no voafaritra fa tsy maintsy hitondran’ny olom-pirenena rehetra tsy an-kanavaka arotava raha ny toromarika avy amin’ny filoham-pirenena, Andry Rajoelina.

 

 

 

Iharan’ny sazy dia ny fanaovana asa ho fanasoavana iombonana na ilay antsoina hoe “travaux d’interet géneral” toy ny famafana lalana, ny fikarakarana zaridaina iombonana, fanadiovana tanana, raha ny fanazavana moa, izay rehetra tratra mbola tsy misarom-bava amin’ity anio ity. Tsy asa an-terivozona akory izany fa asa fanabeazana maha olom-pirenena, raha ny fanamarihan’ny tompon'andraikitra iray. Mety hahazo sazy henjana sy mafy kokoa ireo izay be famaliana ny mpitandro filaminana raha ny fanazavan'ny mpandrindra ankapoben'ny CCO Covid 19 omaly tamin'ny TVM. Raha ny zava-tsikaritra nialohan’ny anio aloha dia ho maro ireo voasazy satria raha misy dia misy dia ny 20% n'ireo mifamezivezy eny an-dalambe no manao arotava.Raha tsy hoe hisy fiovam-penitra mahery vaika angaha eo amin’ny fihetsika sy fahatongavan-tsainan’ny maro.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

SénégalTsy mbola nikaomandy Covid Organics izany !

Nambaran’ny Filoha Rajoelina ny faran’ny herinandro teo fa niarahaba an’i Madagasikara tamin’ny fahitana ilay tambavy Covid organics ny firenena Sénégalais tamin’ny alalan’ny Filohany Macky Sall.

 

 

Nisy ny fifampiresahana tamin’ny alalan’ny “Videoconférence” nifanaovan’ny roa tonta. I Sénégal no firenena ivelan’i Madagasikara voalohany nanao kaomandy an’io tambavy io, hoy ny Filoha Malagasy tao amin’ny tampanjotra tweeter. Ny fampalalam-baovaon’ny RFI omaly 26 aprily maraina, namoaka fa tsy hanao andrana an’ity tambavy Malagasy ity i Sénégal aloha hatreto. “Le Sénégal reste prudent au sujet du remède Malgache” na hoe mailo i Sénégal amin’ny resaka tambavy Malagasy, hoy ny lahatsoratry ny RFI. Ny loharanom-baovao avy any Dakar dia maneho fa tsy nisy kaomandy natao izany. “Manaraka akaiky ny fikarohan’i Madagasikara sy ny voka-tsoany izahay”, io no nambaran’ny mpanolontsaina akaik'i Macky Sall, fa tsy nisy resaka mihitsy fanaovana kaomandy araka ny nambaran-dRajoelina ary tsy mbola neken’ny Fiadidian’ny Repoblika izany, hoy ny tatitra voarain’ny RFI. Ny nambaran’i Macky Sall tao amin’ilay Videoconférence dia nilaza fa afaka ny hisokatra amin’ny fandraisana santionany. Tsy misy mihitsy ny fitsinjarana io tambavy io efa voafaritra. Tsy misy mihitsy ihany koa ny andrana fampiasana ity covid organics ity min’ireo mararay tratry ny covid-19 any Sénégal, araka ny voalazan’io loharanom-baovao io. Marihina fa efa 7 ny maty tany Sénégal, 614 ny voa, ary 276 no efa sitrana... Namaranan’ny RFI ny lahatsorany moa ny hoe: tsy misy porofo ara-tsiantifika azo tsapain-tànana maneho ny fahombiazan’ity covid organics ity mbola azo hoentina aloha hatreto. Andrasana izay mety ho setriny avy amin’ny Fitondram-panjakana, indrindra ny Filoha Malagasy satria manaratsy endrika na mety hanala baraka azy sy ny fitondrana tarihiny ny toe-javatra tahaka izao. Ny Sénégalais ve no nivadika sa ny Filoha Malagasy no maika hanao dokam-barotra ?

 

 

 

Toky R

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tence Mena"Négatif" ny valin'ny fitiliana...

36 taty aorian'ny nidirany hopitaly teny Anosiala - Ambohidratrimo, milaza fa efa tena reraka i Tence Mena.

 

Tsy reraky ny aretina loatra fa rerak'ilay fitokana-monina sy ny fahanginana; eo ihany koa ny fitaintaina amin'ny aretina manjo azy.Nahavita fitiliana indray izy ary azo omaly alahady ny valiny fa "négatif" .Isaorana an'Andriamanitra izany, hoy i Tence Mena izay mampita vaovao matetika ao amin'ny pejy facebook'ny moa.Tsy maintsy mbola misy fitilaiana ato indray anefa anio alatsinainy ka raha mivaly fa "négatif" io izay vao tena azo ambara fa sitrana izy.Fitiliana in-droa misesy ary tsy maintsy mivaly "négatif" mantsy no hamaritana fa sitrana ny olona iray; avy eo misy fakana antoka tsara ihany koa ny amin'ny hoe raha mivoaka ny hopitaly izy dia tsy mamindra ilay tsimokaretina intsony.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovana arotavaTsy filam-banona fa tena fiarovana

Tsy maintsy manao arotava ny isam-batan’olona izay mivoaka ny trano manomboka anio alatsinainy 27 aprily rehefa noraisin’ny fanjakana ny fanapahan-kevitra

 

 

fidirana tsikelikely amin’ny fialana ny fihibohana nanomboka ny 18 aprily. Misy ny sazy izay asa mahasoa ny daholobe, toy ny fanadioavana ho an’izay tsy tratra manao arovava. Tsy filam-banona velively io, fa fiarovan-tena sady fifampitsimbinana. Misy ny amidy amin’izy izy ireny izay 500Ar monja aza dia efa mahazo. Tsy voatery hiandry homena foana na misy azan y fizarana ataon’ny fanjakana, fa tokony hiezaka ny tsirairay satria efa ny 19 martsa no nidiran’ny coronavirus teto. Hatreto, mbola tsy misy vaksiny mahasitrana ny coronavirus, mbola tsy misy fanafody ofisialy, ary na misy aza ilay tambavy ambara fa fanefitra sy ambaran’ny mpikamban’ny governemanta sasany, fa rehefa misotro anio dia voaharo, dia aleo mailo sy mitandrina hatrany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fiantraikan’ny Covid OrganicsRenim-pianakaviana iray nitantara ny nanjo azy

Renim-pianakaviana iray no nanao fanehoan-kevitra karazana fanairana ho an’ny siantifika sy ny mpitsabo ary manampahaizana taorian’ny fisotroany ilay tambavy covid organics. Rehefa avy nisotro ilay CVO ny tenako dia izao no

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Djamanjar-Nosy BeTovolahy hita faty nihantona

Tovolahy iray antsoina hoe Christian na i Gida no hita faty nihantona tao anaty tranony tao Djamanjar Nosy Be Helle Ville.

 

 

 Efa vatana tsy nisy aina, mifatotra amin’ny tenda ary mihantona. Tanora vao 18 taona, ity hita nihantona tao anaty trano ity tao Ambodimangasoa Djamanjar ity. Nanokatra fanadihadiana avy hatrany ny mpitandro ny filaminana taorian’ny fitsirihana nataon’ny dokotera, hamantarana ny ambadik’izao raharaha izao hoe niniana novonoina izy sa namono tena?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Jiro sy ranon'AntananarivoManomboka tapaka matetika

Maty manomboka tamin'ny 7 ora maraina ny jiro tamina faritra maro teto an-drenivohitra sy ny manodidina omaly alahady ary tsy niverina raha tsy tamin ny 5ora 30 hariva toy ny teny Anosipatrana.

 

 

Ny rano moa dia efa zoma no tsy nisy. Ny taxibe mamilafila tanteraka noho ny tombony kely azo anefa ferana ny olona entina. Tsy maintsy maka fanafody eny Andohatapenaka mialoha ny hodiana. Mila ho lany ny tahiry ao an -trano vokatry ny fihibohana efa ho 15 andro in'efatra. Ny mpianatra mbola vitsy no tonga fa taraiky any ambanivohitra. Tsy tana mihitsy ireo olona any anaty fa ankaotra ny milalao baolina dia kiloka ka tsy voahaja ny elanelana. Mila harahi-maso haingana ireo fa efa "cas contact" izao no ady atrehina.

Rabeso

Tia Tanindranaza0 partages

Tale Jeneralin’ny KraomaMitaky ny fialany ihany koa ny fiarahamonina

Ankoatry ny fanambarana izay efa nataon'ireo agents d'encadrement sy ny agents de maîtrise miaraka tamin’ny solotenan'ny mpiasa tany Brieville, dia nihetsika nanampy ny mpiara-monina nitaky sy nanamafy ny fitakiana hialan'ny Tale Jeneraly ankehitriny,

 

 

 Nirina Rakotomanantsoa. Vahoaka an’arivony no tonga namaly ny antson'ny solotenan'ny mpiasa izay nilaza fa leo ny fandrebirebena ataon'ny tale jeneraly ankehitriny. Isan'ny antony itakiana ny fialany ny tsy fitadiavana vahaolana hanodinana ny orinasa nandritra ny 9 volana. Nilaza ny Tale tamin'izany fa stratejia mihitsy io kanefa efa mihatra amin’ny aty vilanin’ny mpiasa satria efa-bolana tsy nandray ny karama. Ankoatr’izay dia nanatevina ny fitakiana fialan’ny Tale ireo mponina, izay voakasika ihany koa satria niankin-doha tamin'ny kraoma. Samy resy lahatra izy ireo fa tsy mahavaha volana ary tsy mamaha olana mihitsy ny Tale Jeneralin’ny Kraoma kanefa mbola mampiditra olona miray petsapetsa aminy ihany. Nanambara ny mpiasa fa hitohy ny hetsika mandra-pahazoana valiny mahafa-po ary dia mangataka amin'ny filoha handray ny andraikiny.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Alaina Ratsimbazafy “Ny teo an-tanako sy ireo vokatry ny antso avo no zaraiko”

Ilay fanampiana ataon'i Alain Ratsimbazafy Depioten’Atsimondrano ve avy any amin’ny fanjakana foibe? Haveriko fa noho ny antso maro voaraiko noho ny olana ao anatin'izao fihiboana dia maro no tratry ny olana mafy,

 

 tsy afaka miasa mitady vola, tsy vitsy ny nilaza ihany koa fa tsy mba nahazo ilay fanampiana tany amin’ny fanjakana foibe,… Noho izany, tsy afaka hijery anareo fotsiny ny tenako ary nitady vahaolana. Teo ilay efa nolazaiko hoe tsy maintsy nozaraiko ny mason-tsokina izay teto am-pelantanako, fa teo ihany koa ireo namaly ny antso izay nataoko, hoy izy. Olona sahirana sy mananontena miisa 200 no nahazo izany teny Itaosy. Teny Tanjombato dia naterina isan-tonkatrano ny fanampiana ary manodidina ny 350 no nisitrak'izany. Jereo mandrakariva ny tsikalakalam-pihavanana, raha mbola misy azon'ny tananao atao,manaova, ampio ny manodidina aminao. Ary rehefa tsy misy ny azo zaraina ,ento am-bavaka izy fa tena lehibe indrindra izany, hoy ny fanentanan’ity olom-boafidy avy amin’ny TIM ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Korea AvaratraTsy hay na maty na velona I Kim Jung-Un

Miely amin’ny haino amanjery maro any ivelany ny resabe momba toe-pahasalaman’i Kim Jong-Un (36 taona), mpitondra an’i Korea Avaratra, nandova Fanjakana tamin’ny Rainy sy Raibeny.

 

 

 

Ao ny milaza fa nodimandry izy. Misy ny miteny fa tazonina amin’ny milina fameloman’aina ny fony. Ilay mpitsabo havanana any Korea Avaratra, izay nosafidiana manokana hitsabo azy naneho, fa nisy tsy tomombana araka ny tokony ho izy ny fandidiana ny fony ny alahady 12 aprily lasa teo tany Hyangsan, avaratr' i Pyongyang. Izay tsy fetezana izay no mety nitarika ny fahafatesany, raha toa ka marim-pototra ireo vaovao miely. Nanamafy ny ahiahy ny fandefasan’ny governemanta sinoa sabotsy ireo iraka manam-pahaizana momba ny fitsaboana ho any Korea Avaratra, hanaramaso akaiky ny toe-pahasalaman’i Kim Jong-un, araka ny fitantaran’ny televiziona Sinoa CCTV azy. Ny 11 aprily azy no nahitan’ny azy farany niseho vahoaka.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrian-tany tany AmbanjaPolisy iray no namoy ny ainy

Polisy iray no namoy ny ainy tany Antsifatra Analabe, distrikan’Ambanja taorian’ny ratra mafy nahazo azy nandritra ny hetsika fampandrian-tany nataony.

Polisy ihany ihany koa no maratra mafy ankehitriny niaraka tamina olon-tsotra iray. Raha tsiahivina kely dia ny 25 aprily lasa teo izy ireo no namita iraka tany Antsifatra, nahitana polisy efa-dahy. Nisy resaka fanondranana an-tsokosoko cannabis mantsy tany amin’ny faritra iny, vaovao voarain’ny kaomisarian’ny polisy any Ambanja. Niaraka tamina mpitari-dalana mahay tsara iny faritra iny izy nandritra izany. Rehefa tonga tany an-toerana anefa izy ireo dia tsy nahatratra intsony ireo mpanao ratsy izay efa lasa nitsoaka niaraka tamin’ireo hazany. Na izany aza dia nihaona tamin’ny sefom-pokontany ao Antsifatra izy ireo niaraka tamin’ny olona manodidina ny 20 isa teo. Nandritra izany anefa no nisy ny mpamadika ka nahatafalatsaka ireo polisy roa tao anatin’ny fandrika izay niteraka fahafatesana ho an’ilay iray mihitsy. Efa mandeha moa ny fanadihadiana ifotony mikasika ity raharaha ity amin’izao fotoana izao. Ho an’ilay polisy namoy ny ainy kosa dia fantatra fa any Mandritsara no handevenana ny nofo mangatsiakany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

SopromerNiasa hatrany, tsy nisy fatiantoka

Orinasa roa izany izao no tsy miankina fantatra fa miasa ara-dalàna tamin'ity fihibohana ity.

 

 

 

 Ny voalohany dia ireo orinasana fiambenana mampiasa "agent de sécurité" na irony mpitandro filaminana tsy miankina irony. Niasa hatrany izy ireny toy ny niambina tranon'olon-tsotra,tranom- bazaha, tranombarotra, orinasa. Tsy maharaka aza ny mpiasa raha ny vaovao azo. Ny faharoa dia ny orinasa tsy miankina mpivaro-trondro SOPROMER.Nanambara ny tompon'andraikitra ao fa tsy mitsahatra niasa izy ireo ary tsy nisy fampiatoana ny mpiasa ary voaray tsara ny karama. Manana sampana 43 izy manerana ny nosy ny Sopromer.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanarenana ny toekarenaMihazakazaka ny firenena manankarena

Tsy misy resabe fa asa avy hatrany no tanterahin’ireo firenena manankarena voakasiky ny aretina coronavirus. Sina,

 

 

Etazonia ary ireo firenena Eoropeana dia miezaka mandeha mafy na dia mbola mitoetra aza ny aretina. Raha ny any Frantsa manokana dia 7 miliara Euros no nomen’ny fitondram-panjakana ny kaompaniam-pitaterana ana habakabaka Air France mba ahafahana manohy ny asa sy ho fitazonana ireo asa mivantana sy tsy mivantana miisa 350 000. 5 miliara Euros kosa no homena ny Orinasa mpanamboatra fiara Renault mba ahafahana mifaninana indray eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Tahaka ny eto Madagasikara dia maro be ireo orinasa nekena amin’ny fanemorana ny hetra sy ny latsakemboka samihafa. Antenaina fa handray andraikitra mafy ihany koa ny fitondram-panjakana eto amin’ny firenena manoloana ireo olana maro sedrain’ny orinasa sy ny fahaverezan’asa misy.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Fametrahana GPS2300 ireo fiara fitaterana nisitraka izany

Ho fampivoarana sy ho fanatsarana ny sehatra fitateram-bahoaka dia natomboka teo anivon’ny Koperativa UCTS (Union des Coopératives Transporteurs Standardisés) ilay tetikasa fametrahana GPS.

 

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny Tanora sy FanatanjahantenaNizara arotava niisa 20.000

Ny Ministeran'ny Tanora sy ny Fanatanjahantena dia nahatanteraka ny fanentanana sy ny fizarana ny arotava ho fiarovana amin'ny aretina Covid-19 tamin’ny zoma 24 aprily lasa teo.

 

Miisa 20.000 ny arotava nozaraina tao amin'ny fokontany Ambodivonkely, Ambohimiadana Nord Sud, Andraharo, Ankazomanga, Anosivavaka, Antanjombe atsimo, Betafo, izay samy ao amin'ny boriborintany faha VI eto Antananarivo Renivohitra. Koa mamerina hatrany ny fanentanana ho an'ny rehetra ny amin'ny fanaovana ny arotava mba ho fiarovana ny tenanao sy ny hafa amin'ny Corona Virus. Ampahatsiaviny fa araka ny nambaran'ny Filohan'ny Repoblika dia ho hentitra ny sazy ho an'ireo tsy manaraka izany manomboka anio alatsinainy 27 aprily 2020.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Arsevekan’Antananarivo Nanamafy ny mbola fikatonan’ny EKAR

Samy mangetaheta ny hihaona any am-piangonana hiara-midera sy misaotra an'Andriamanitra indrindra tamin'ny fetin'ny Paka teo isika; nefa tsy afa-nanoatra isika.

 

 

 

Na izany aza dia fantantsika fa misy antony lehibe ara-pahasalamana no nahatonga ny fanakatonana ny Fiangonana rehetra. Isaorana ny mpiray Fiangonana tao amin'ny FFKM sy ny hafa koa niara-nanaiky io fandaminana io. Ary anisan'ny nanampy tamin'ny fiadiana tamin'ny fiparitahan'ny valan'aretina Corona Virus izany, hoy ny Aresevekan’Antananarivo Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona. Mikasika ny fahafahana mivavaka am-piangonana dia anjaran'ny Eveka isaky ny Diosezy ny manome toromarika amin'izay tokony atao. Ho an'ny Diosezin'Antananarivo, mbola tsy misokatra ny Fiangonana, mitohy ny fankalazana ny Eokaristia ataon'ny Pretra ao am-piangonana, tsy atrehin'ny vahoakan'Andriamanitra. Nentanina ny Kristianina hanaraka ny Eokaristia Masina amin'ny alalan'ny haino aman-jery. Ankoatry ny fandaharana mivantana miainga ety amin'ny Katedraly Andohalo sy ao amin'ny Radio Don Bosco dia tsy misy Paroasy afaka mandefa fandaharana amin'ny haino aman-jery na aiza na aiza.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Praiminisitra Ntsay ChristianNakisaka an-tsisy tosy sa tsy te haloto ?

Zara raha hita ny Praiminisitra Lehiben’ny Governemanta Ntsay Christian tato anatin’ny raharaha Coronavirus. Takona tanteraka ary tsy dia misy fampitam-baovao firy momba azy sy izay ataony, raha toa ka saika isan’andro no

hahenoana ny Filoha sy ireo mpikambana sasany ao anatin’ny Governemanta. Ilay lalàna 91-011 tamin’ny 18 jolay 1991 momba ny hamehana anefa, dia manome vahana sy baiko ho an’ny Praiminisitra amin’ny fampiharana ny fepetra ao anatin’izay hamehana izay. Efa maro ny fanehoan-kevitra politika maneho fa tsy mirindra ny fomba fiasa ao anatin’ny governemanta, ary misy lonilony ao. Nakisaka haka sisin-tosy ve ny Praiminisitra mba hahafahan’ny Filoha tena manao serasera ho an’ny tenany? Misy ny zavatra tsy mazava sy tsy mangaraharaha, araka ny fanehoan-kevitra maro hatrany, toy ny fitantanana ara-bola amin’ity raharaha coronavirus ity. Petra-kevitra sy fanontaniana ihany koa noho izany ny hoe: tsy te haloto ao anatin’izay raharaha izay ve ny Praiminisitra izay olona hentitra amin’ny maha fonksionera iraisam-pirenena azy teo aloha ka aleony manaja tena ?

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zaza 9 taona tratry ny Covid-19Tandindonin-doza ireo olona marefo

Miisa 82 ny fitiliana natao teny amin’ny Institut Pasteur de Madagascar [IPM] ny alakamisy 23 aprily ka hatrain’ny sabotsy 25 aprily tamin’ny 12ora atoandro, ka olona iray no voamarina fa tratry ny coronavirus tao anatin’ireo, nampiakatra ny isa ho 123. Lehilahy 35 taona any Toamasina izy io.

 

 

Nisy iray no sitrana teo, ka nampiakatra ny isa ho 61 tamin’ny sabotsy. Omaly kosa, dia nahitana tranga iray vaovao ny fitiliana 63 vita, ka nampiakatra ny isa ho 124 nanomboka hatramin’ny nahatafidirany teto Madagasikara 19 martsa, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle Mpitondra tenin’ny CCO Covid-19. Tovolahikely vao 9 taona any Toamasina izy io, efa tsaboina, tsy misy soritr’aretina atahorana. Tany aloha dia efa nisy zaza 4 sy 12 taona voa tany an-toerana. Niampy 9 ihany koa ny sitrana izay efa 71 amin’izao fotoana izao PCR eny amin’ny IPM, ary 53 ireo mbola tsaboina, ka tsy misy soritr’aretina tena atahorana. Mamaly ny fepetra famaritana ny fahasitranana ireo sitrana, dia ny fitiliana in-droa misesy mielanelana roa andro, ka rehefa samy “negative” dia izay no atao hoe sitrana.

MILA HAROVANA MAFY IREO MAREFO

Mitohy tsy tapaka ny fitiliana, ary matoa mbola misy olona vaovao dia mbola ao anatin’ny ady tanteraka isika. Rehefa misy ireo olona maneho soritr’aretina ka ahiana ny aminy no tiliana. Rehefa manantona ny toeram-pitsaboana dia mandray an-tànana avy hatrany ny tompon’andraikitra. Manana mpanao fanadihadiana ifotony rahateo ny mpiasan’ny fahasalamana mitily izay mety ho voa. Ho an’ireo olona marefo raha sanatria tsy voaray ara-potoana dia sanatriavin’ny vava hamoy ny ainy, hoy ny Pr Vololontiana Hanta. Na tsy ao anatin’ny marefo aza dia mety hanao ilay tranga mampanahy ihany. Atao am-pitiavana ny fiarovan-tena, fiarovana ireny olona marefo ireny: mihoatra ny 70 taona, taizan’aretina, marary voa, marary foa, diabetika, misy takaitra, voan’ny homamiadana, ireo mihinana fanafody mampihena ny hery fiarovana.

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

LOZA TANY FENOARIVO-ATSINANANA : Mifono misitery ny fahafatesan’ilay tovolahy latsaka an-drano

Olona telo no navadiky ny lakana. Ny roa izay hamonjy fodiana any Fenoarivo-Atsinanana. Avotra ny roa tamin’ny mpandeha telo, dia ilay mpitondra lakana sy vehivavy iray. Lentika tsy hita nanjavonana kosa ny iray. Ity farany izay lehilahy sahabo ho 35 taona eo ho eo. Izy izay tsy hita niaraka tamin’ny moto iray tao anaty lakana. Ranon’i Maningory ity nisehoan’ny loza ity. Ny andron’io sabotsy 18 avrily io ihany, dia efa nanomboka ny fikarohana. Naka ireo olona azo ambara fa mahay rano eny amin’ny faritra Vohipeno iny ny fianakaviany nampian’ny fokonolona saingy niala maina tao anatin’ny andro maro. Ny alakamisy 23 avrily, nanomboka kivy ny fianakaviana ka nitodi-doha namonjy fodiana. Ny sabotsy 25 avrily, tokony ho tamin’ny 11 ora antoandro, naharay vaovao ny fianakaviana fa misy faty natsingevan’ny rano tao amin’ny fokontany Ankoba, Kaominina Ampasina-Maningory. Eo ho eo amin’ny 35 km miala ny toerana nivadihan’ilay lakana tamin’ny sabotsy 18 avrily no misy ny tanànan’Ankoba. Tonga tany an-toerana ny fianakaviana sy ny mpiara-miasa amin’ilay tovolahy ary ny mpitandro filaminana. Voamarina fa tena izy. Mbola teny an-kodiny ny lamba nataony ny sabotsy 18 avrily. Mbola teny aminy ihany koa ny «  portefeuille  » izay mbola nisy vola niaraka amin’ny karapanondrom-pirenena. Herinandro taty aoriana araka izany vao hita ny razana. Sabotsy izy latsaka an-drano, sabotsy ihany koa no hita ny razana. Nentina avy hatrany tao amin’ny trano fonenany ao amin’ny fokontany Amparatanàna Fenoarivo-Atsinanana ny razana. Efa nanomboka simba ny razana tamin’ny fotoana nahitana azy. Vakivaky ny lohany. Fahavakisana izay tombanana ho vokatry ny dona tamin’ny vato tao anaty rano. Efa nibontsika ihany koa ny kibony.Misitery

Mampametra-panontaniana ny rehetra ny tsy nahitan’ny mponina mipetraka manamorona ny ranon’i Maningory ny vata- mangatsiakan’ilay tovolahy. Izany hoe namakivaky 35 km tany ambany rano tany hatrany ny razana mandrapaha nahitana azy. Ara-tsiansa sy ny lojika dia misy ilay tosik’i Archimède saingy tsy nandaitra izany tamin’izao tranga izao.

Feno lali-maitso tao an-trano

Raha ny angom-baovao, ny andron’ny sabotsy 18 avrily nitrangan’ny loza dia nisy tangorona lali-maitso tao amin’ny trano fonenany ao Amparatanàna izay misy ny vady aman-janany. Tangorona lali-maitso izay fambara loza eo amin’ny Malagasy.

TH

Ino Vaovao0 partages

TETEZANA AMPASIKA : Raikitra ny fifandonana teo amin’ny mpivarotra sy ny Polisy

Aorian’io kosa dia  mazava  ho  azy  fa  tsy  mety  intsony  ka iharan’ny fitsipika  avy  hatrany  izay  mandika lalàna. Araka ny  zava-niseho  teny Ampasika  ary  dia  nikorontana  sy nifandona tamin’ny  mpitandro  filaminana indray  ireto mpivarotra   ao anatin’ny  tetezan’Ampasika. Niafara  tamin’ny fandoroana  kodiarana sy fanapahana  ny lalana izany  ary  koa  fanakanana  ny fiaran’ny mpitandro   filaminana mba tsy  handeha. Nafana  ny fifandonan’ny  roa tonta, nisy  ireo  mpivarotra  no  nitaraina  fa tezitra loatra  izy  ireo  noho ny  fanarian’ny  Polisy  ireo  entana namidy, nafafy  eraky ny  arabe, ny sasany  noraofina  nentin’ireo  Polisy notaomina anaty fiara.  Nanamafy  ny hatezerana ihany koa  ny fisian’ny olona  anankiray  nosamborina. Nampalahelo  azy  ireo izany  ka dia  raikitra  ny  ady.

Tsy  nanara-dalàna ireo  mpivarotra ka tsy  maintsy nampiharina ny lalàna, hoy ny Polisy

 Raha  ny fanazavan’ny  Polisy  indray    dia  nanamafy izy  ireo fa tsy  maintsy  mampihatra lalàna satria hatramin’ny  iray ora   tolakandro ihany  no  afaka mivarotra. Hatramin’ny  dimy ora latsaka fahefany anefa dia  toa  mbola feno  mpivarotra  ny teo amin’ny  tetezana  sy  ny  manodidina. ”Voatery  tsy  maintsy  nandray ny fepetra izahay  mba  hanala azy  ireo”, hoy  hatrany  ny fanazavana. Vao  nahita ny Polisy  ireo  mpivarotra  dia nitora-bato  avy hatrany. Nisy  andian’olona  nanararaotra  nandoro  kodiarana  sy  nametraka sakan-dalana. Tsy  maintsy  nanatanteraka  tifi-danitra  ireto farany mba hanaparitahana ny olona  ka  minitra  vitsy taorian’izay  dia  niverina tamin’ny  laoniny  ny  filaminana. Nomarihin’izy  ireo  rahateo koa fa  tsy  nisy  ny  olona  voasambotra  nandritra  ny fifandonana, tsy  nisy  namoy ny ainy  ary  koa tsy  nisy ny  naratra. Nanentana  ny  tsirairay  ny eo anivon’ny  mpitandro filaminana mba ho tony, indrindra fa hanaraka ny lalàna   napetraka  mba tsy  hisian’ny tahaka izao intsony. Tsara  ny  mametraka fa mbola  ao anatin’ny fahamehana ara-pahasalamana isika izao.

Olana matetika  mitranga  ny fisian’ireo mpivarotra  ao  anaty tetezana

Olana  matetika  mitranga, miverimberina  mihitsy   raha  ny fanalana ireo mpivarotra  amin’iny  tetezan’Ampasika  iny. Tsy  maintsy  miafara  amin’ny fifandonan’ny  mpitandro  filaminana  sy  ireo mpivarotra  amoron-dalana  hatrany  izany. Raha  ny  zava-misy  amin’ny  andavanandrom-piainana, betsaka  ireo mpandeha  an-tongotra  sy  mpampiasa fiara  no mitaraina fa  anisany  mahatonga ny fitohanan’ny fifamoivoizana  tsy  mety ho afaka mihitsy  eny Itaosy Faritra Atsimondrano   iny ny fisian’ireo mpivarotra eo ambony tetezan’Ampasika ireo. Nisy  fotoana  aza dia  nesorina   avy  hatrany  izy  ireo  raha toa  ka efa notenenina mialoha  fa tsy  azo  ivarotana intsony  ny  tetezana, efa misy toerana  voatokana ho azy ireo. Toa  manaiky  anefa aty am-boalohany, mandeha  ny fotoana  dia iny fa  miverina  indray  ireto mpivarotra   ary  dia  tahaka izany  hatrany  no  mitranga  raha  ny fanazavana voaray. Amin’ny  anakapobeny  aloha raha ny eto an-drenivohitra manokana  dia mbola ho  sarotra   ny  hanafoanana  ny  fivarotana amoron-dalana  raha tsy  mandray  fepetra  hentitra   tsy  miverin-dalana hogoragora  no  sady  mitondra vahaolana   ny  fitondram-panjakana, hoy  hatrany  ny   mponina  manodidina  eny  Ampasika.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAMPAHALEMANA AO TOAMASINA : Voasambotry ny Fip i Mainty sy Tonio

Nisesisesy ny vaky trano sy  fanendahana tao an-drenivohitry ny foko Betsimisaraka tato ho ato izay. Tsy miraviravy tanana kosa ny mpitandro filaminana anefa fa manao ny ezaka rehetra anoherana ny asan-jiolahy. Ho an’ny Fip Toamasina, nisy ny fahazoana vokatra ny herinandro lasa teo. Fangalarana solika entin’ny fantsona an’ny orinasa Galana. Raha ny fanazavana nentin’ny Kaomisera Rafaliarivo Jules, dia nifanenjehana izy roa lahy ireto. Nitsoaka tany anaty rano tamin’ny alalan’ny fijobohana fa voasambotra ihany. 

Mbola misy naman’izy ireo karohin’ny polisy. Anisan’izany ingahy “papan’i Solange” izay naman’i  Tida Kely nandritra ny fakàna an-keriny tao Toamasina ireny. Ity papan’i Solange ity no mpamatsy basy sy bala azy ireo amin’ny asa ratsy fanaon’izy ireo. Eo koa ny rahalahin’i Mainty ara-pihavanana antsoina hoe Drisy izay mpiara-manao ratsy. Samy miandry ny fitsarana azy any am-ponja i Mainty sy Tonio taorian’ny fiakaran’izy ireo fampanoavana eto Toamasina, ny sabotsy 25 avrily lasa teo.

TH

La Vérité0 partages

Natation - Moral au plus bas pour les nageurs

Le sport est encore à l’arrêt en raison de la pandémie Covid-19 et des mesures de confinement dans tout Madagascar. Mais depuis quelques jours, malgré le déconfinement partiel, plusieurs Fédérations demandent à ce que les entraînements puissent reprendre. Les rideaux vont bientôt tomber sur la saison sportive 2019-2020 …  plus précisément à la fin de ce mois d’avril, pour la natation. Après le championnat de Madagascar sur bassin de 25m, les nageurs n’ont pas pu profiter des infrastructures sportives pour les trois Régions touchées par le confinement depuis la propagation du coronavirus dans le pays, à l’instar de la ligue Atsinanana, Analamanga et Matsiatra Ambony. Effectivement, les nageurs de ces ligues n’ont pas pu suivre des entraînements puisque tout regroupement a été interdit dans tout les pays.

Si le calendrier des championnats a été modifié pour certaines disciplines, la natation, quant à elle, ne pourra pas bénéficié de cette faveur, à défaut de piscine chauffante. Toutefois, les nageurs des ligues Atsinanana, Boeny et Vatovavy pourront jouir de leur climat tout au long de l’année, même après le confinement. Et ceux d’Analamanga, Vakinankaratra et Haute Matsiatra vont devoir accepter al situation. D’ailleurs, ils ne peuvent pas du tout retrouver les sensations inhérentes à leur sport, à moins de disposer d’une piscine à domicile. 

Même si le championnat de 50m est délocalisé à Toamasina, l’unique ligue en dehors d’Antananarivo dotée d’un bassin de 50m, les nageurs de la zone centre ne pourront pas suivre des entraînements adéquats avant de se lancer à ce sommet. Pas moyen de s'entraîner pour la plupart des nageurs d’autant plus qu’ils ne seront pas au meilleur de leur forme.

Pourtant, ce championnat aurait servi de classement pour déterminer les athlètes susceptibles de représenter le pays aux Jeux Olympiques de Tokyo. Une saison blanche est ainsi inévitable pour la natation du 50m. Alors que pour les autres pays de l’océan Indien, les entraînements reprendront après le confinement, vers mi-mai.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Non-respect du port de masque - Les Forces de l'ordre intransigeantes

Sans exception quant à l'application des sanctions. Tel est le propos du coordonateur général du Centre de commandement opérationnel (CCO) - Covid-19, le Général Elack Andriankaja et des autres responsables au sein des Forces de l'ordre, durant la première journée de l'application des sanctions dans le cadre du port de masque obligatoire. D'après le Général, tous ceux qui ne respectent pas cette mesure seront sanctionnés, quelle que soit leur couche sociale, haute personnalité ou non, malagasy ou étranger. D'ailleurs, les images et vidéos qui circulent dans les réseaux sociaux en témoignent. « Un mois, c'est suffisant pour la sensibilisation. Place actuellement aux sanctions ! », souligne-t-il. 

Pour cette première journée, lui d'avancer que l'objectif est atteint à 75 %, c'est-à-dire 7 personnes sur 10 ont porté leur masque de protection. Une statistique qu'il a pu établir dans les « Fokontany » les plus peuplés de la Capitale comme Isotry. Hier jusqu'à midi, 588 personnes ont été sanctionnées dans les Régions Analamanga et Haute-Matsiatra, dixit le deuxième adjoint du commandement de la Gendarmerie nationale, le Général de division Christian Rakotobe. La sanction concerne le nettoyage des rues et jardins d'à proximité. Selon l'explication des Forces de l'ordre, les gens qui ne portent pas de masque sont réunis dans un point pour effectuer ensemble la corvée. « Avant d'effectuer le travail, ils doivent d'abord mettre leur cache-bouche. Or, quelques points de contrôle de la Capitale disposent des masques et les distribuent gratuitement pour eux », explique l'un des policiers.

La réussite de cette mesure repose sur la conscience de tout un chacun. Pourtant, les observateurs ont constaté hier que les agents de la circulation ne font pas partie de cette mission. Ils ne font que regarder les piétons qui ne portent pas de masque en passant sous leurs yeux, même pas un coup de sifflet pour les avertir.

En rappel, le port de masque est obligatoire sur tout le territoire national, mais les sanctions ne sont appliquées que dans les 3 Régions directement concernées par la propagation du coronavirus. Une écharpe peut également remplacer le masque, mais il faut qu'elle soit fréquemment 

nettoyée.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Covid-19 - L'enfant de 4 ans sort de l'hôpital de Toamasina

Le plus jeune des personnes testées positives au coronavirus, âgé à peine de 4 ans, est actuellement hors du danger. Hospitalisé au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Morafeno Toamasina, anciennement appelé Hôpital « Manarapenitra », cet enfant vient de remplir tous les critères de guérison. Joint au téléphone hier, le directeur régional de la santé publique Atsinanana, docteur Rakotoarimanana Raymond Geshlin, a confirmé que ce patient a décroché le ticket de sortie de l'hôpital avant-hier, notamment après deux tests négatifs au PCR. Il comptait donc parmi les 9 guérisons annoncées par le Professeur Vololontiana Marie Hanta Danielle, porte-parole du Centre de Commandement Opérationnel (CCO) - Covid-19, situé à Ivato, lors du rapport récapitulatif datant du 26 avril. 

Actuellement, pour les patients de moins de 18 ans, il reste a priori l'enfant de 9 ans identifié par l'Institut Pasteur dans les dernières 72 heures et qui suit un traitement au sein de cet établissement sanitaire. L'adolescent de 12 ans ainsi que le grand frère dudit enfant, âgé de 14 ans, attendent actuellement les résultats du deuxième contrôle. Leur premier test de confirmation de la guérison s'est déjà avéré négatif. Mais en tout, 12 personnes dont les parents de l'enfant de 4 ans, qui eux aussi, s'impatient de voir les résultats de l'analyse en laboratoire, sont encore hospitalisées à Toamasina. A cela s'ajoute le malade pris en charge à Ambatovy. 

4 nouveaux cas confirmés et 4 nouveaux cas de guérison 

Sur les 146 tests effectués au cours des dernières 24 heures, 4 individus ont été déclarés positifs par l'Institut Pasteur de Madagascar en date du 27 avril. D'après les propos du Professeur Vololontiana Marie Hanta Danielle à la Télévision Malagasy, trois d'entre eux ont été identifiés dans la Capitale, notamment du côté de 67 ha et  d'Ambaniala Itaosy. Il s'agit de trois femmes âgées respectivement de 36 ans, 13 ans et 70 ans. Le quatrième nouveau cas confirmé au Covid-19 est une femme de 50 ans résidant à Fort-Dauphin. 

Comme bonne nouvelle, le nombre de personnes ayant combattu le virus augmente de jour en jour et dépasse même le nombre de celles encore hospitalisés. Hier, vers 13h, 4 autres personnes sont guéries. Le CCO - Covid-19 Ivato enregistre actuellement 75 cas de guérison.  

Au total, Madagascar  comptabilise actuellement 128 cas confirmés au test PCR depuis le 19 mars dernier avec 56 cas importés et 71 cas contacts, sans oublier une contamination au niveau des communautés, sans contact avec des personnes en provenance de l'extérieur ou des personnes malades du coronavirus. Hormis les 75 cas de guérisons, il reste 53 personnes infectées au niveau des hôpitaux dans tout Madagascar. 

K.R.

La Vérité0 partages

Kidnapping - Un pharmacien indo-pakistanais victime

Nul ne s’est guère attendu à ce qu’un kidnapping allait de nouveau se produire en cette période de confinement au pays. Hier, c’était au tour du propriétaire de Sophasu, grossiste répartiteur de médicaments de la Capitale, d’être la victime. Il était dix heures moins le quart,  quand Anil Karim, un Indopakistanais de nationalité française, conduisait tranquillement sa voiture, une Ford escape bleu marine sur une voie passant du côté d’Ambohibe Ilafy. Il se dirigeait  sans soupçonner rien d’anormal vers la sortie d’Ambohimangakely. Tout à coup, l’automobiliste s’est aperçu que la voie a été  barrée devant lui, juste à un point de cette localité. Des moellons y avaient été intentionnellement placés de façon à ce qu’ils obstruent la chaussée. 

Sitôt que la voiture s’est immobilisée, des individus, arrivés à bord de motos mais dont le nombre n’a pas été communiqué, se sont approchés avec des armes de poing. Les ravisseurs se sont engouffrés dans la voiture et ont obligé Anil Karim de reprendre la route. Ils ont ensuite abandonné non loin de là le véhicule. Indéniablement,  les bandits ont  emmené leur otage à bord d’une autre voiture vers une destination inconnue. Depuis, personne n’a plus aucune nouvelle de l’otage.  Pour l’heure aussi, les ravisseurs ne se sont pas encore manifestés. 

Interrogée sur les faits, la Police a affirmé être, elle aussi, sur le point de vérifier la véracité de l’information. Ce qui explique son impossibilité à fournir aucune version officielle sur le déroulement de l’enlèvement, encore moins de savoir le nombre des assaillants. « La Police n’a même pas démarré une enquête mais vérifie seulement encore », confie une source policière à ce propos. 

Actuellement, une lourde tâche attend les enquêteurs, en particulier cette brigade spéciale anti-kidnapping récemment mise sur place et qui a été destinée à supplanter l’ex-cellule mixte comprenant des enquêteurs de la Police et de la Gendarmerie. Il s’agit du premier enlèvement de l’année en cours dans la Capitale malagasy. Le dernier remonte à décembre 2019, à Soavimbahoaka, où la victime avait été la cible pour la deuxième fois, la première s’étant déroulée cinq années plus tôt.

Franck R.

La Vérité0 partages

Ouverture des frontières aériennes - La reprise des vols internationaux non envisageable

La menace plane toujours au-dessus du pays. Le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie a évoqué la semaine dernière qu’une reprise des vols internationaux pourrait se faire si toutes les conditions sanitaires sont respectées. Mais vu l’évolution de la situation actuelle que ce soit dans le pays, mais plus particulièrement à l’extérieur, cette idée reste non envisageable. En effet, bien que la pandémie soit un tant soit peu maîtrisée à Madagascar, c’est loin d’être le cas en Europe.

Les personnes voyageant à destination de la Grande île viennent en majorité de ce continent. L’ouverture des frontières aériennes risque ainsi d’aggraver la situation avec la venue de nouveaux cas importés dans le pays. Il ne faut pas oublier qu’une personne peut être contaminée par le Covid-19 et contaminer d’autres individus sans pour autant présenter des symptômes de la maladie. Le risque de contamination est alors particulièrement élevé, surtout que l’Europe reste aujourd’hui le continent le plus infecté du monde. 

Cette maladie reste imprévisible. L’apparition des cas est loin d’être évitée chaque jour. Fixer un délai d’ouverture des frontières aériennes n’est donc pas évident. « La reprise des vols internationaux dépendra surtout de l’évolution des choses. Elle est conditionnée par d’innombrables points, et pas seulement au niveau sanitaire, d’où la complexité du problème. Ce n’est pas une décision à prendre à la légère. Dans ce cas, la décision politique ne suffit pas, les dispositifs techniques doivent aussi entrer en priorité », soutient un professionnel de la santé. « Il ne faut pas oublier que les avions restent des appareils très confinés. L’air y circule moins. Un vol en provenance de l’Europe à destination de Madagascar dure au moins 10 heures. De ce fait, il est impossible d’obliger les passagers à porter un masque en tout temps pour éviter la contamination d’autres passagers », ajoute-t-il en évoquant les contraintes auxquelles les compagnies devront se soumettre. 

La distanciation ne serait également pas une option, surtout pour les compagnies low-cost. « Déjà qu’elles appliquent des bas prix, elles ne peuvent pas non plus réduire les effectifs de leurs passagers, et risquer des pertes. En plus, elles sont encore obligées de désinfecter chaque appareil après chaque voyage », précise un expert dans le domaine. 

Questionné sur le sujet, Air Madagascar a affirmé que : « la reprise des vols dépendra des autorités compétentes et des mesures prises autant sur le plan international que national. Nous ne pourrons pas reprendre nos vols si les autorités malagasy décident de réouvrir nos frontières aériennes, contrairement aux pays de destination, et vice versa ». Les mesures prises par la compagnie aérienne s’adapteront donc au fur et à mesure de l’évolution de la situation dans la Grande île et dans les pays desservis. 

Aujourd’hui, Madagascar a repris un semblant de son quotidien mais la lutte contre le coronavirus continue toujours. Ce n’est pas parce que le pays a trouvé un moyen de prévention, à savoir le Covid-Organics qu’il faut arrêter d’être vigilant. Ainsi, la réouverture de nos frontières aériennes risque de détruire tous les efforts entrepris depuis le début pour endiguer la propagation de la pandémie sur le territoire malagasy. 

La Rédaction

La Vérité0 partages

Aires protégées - Baisse des financements étrangers

7 milliards d’ariary. C’est le financement accordé par la Fondation pour les aires protégées et la biodiversité de Madagascar (FAPBM) pour cette année. Cette somme est allouée à onze gestionnaires d’aires protégées, entre autres Madagascar National Parks, Wildlife Conservation Society, Asity Madagascar ainsi que le Groupe d’Etudes et de Recherche sur les Primates (GERP). Selon le ministre de l’Environnement et du Développement durable (MEDD), Baomiavotse Vahinala Raharinirina, ce financement risque de diminuer étant donné que le capital de la FAPBM est placé sur le marché financier.

« Le coronavirus affecte l’économie mondiale, impliquant entre autres la baisse des financements étrangers pour les aires protégées. Notre pays dispose en ce moment de 144 aires protégées dont 46 sous la gestion de Madagascar National Parks, 92 gérées par des Organisations non gouvernementales et 15 sous la supervision du MEDD. Ces aires protégées sont catégorisées en deux. La première catégorie rassemble les aires protégées établies avant 2005 dont la gestion est financée par le Gouvernement français, le Gouvernement allemand et la Banque mondiale. La seconde catégorie rassemble ce qu’on appelle les " nouvelles aires protégées ". Ces dernières bénéficient du financement de la Fondation pour les aires protégées et la biodiversité de Madagascar (FAPBM), détenant un capital de 75 millions de dollars. Actuellement, 40 aires protégées sont financées par ladite Fondation. A cause de l’impact du Covid-19 sur l’économie internationale, ce financement, placé dans le marché financier mondial, risque d’être réduit, ce qui affectera énormément les aires protégées de Madagascar. Cela contraint les gestionnaires à réduire toutes les activités touristiques pour le moment », explique le ministre de l’Environnement. 

En réalité, les gestionnaires des aires protégées rencontrent des problèmes de financement durable. Leurs sources de revenu n’arrivent pas à couvrir toutes leurs dépenses. Il faut savoir que le coût de gestion des aires protégées (AP) varie en moyenne de 3 à 6 dollars par hectare par an. Si les AP sont indépendantes les unes des autres, il se peut que certains sites arriveront à financer eux-mêmes leurs propres besoins. Mais pour Madagascar, les AP se trouvent dans un réseau. Du coup, un site beaucoup plus visité finance les autres qui sont moins visités, voire ceux qui sont isolés. Les aires protégées dans la Grande île s’étendent actuellement sur 7 millions d’hectares. 

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

LETTRE AU PEUPLE MALAGASY - "Peuple Malagasy, la planète médicale, scientifique et médiatique est à te...

Ry Malagasy rahalahy sy anabavy ary Ray aman-dReny havako,

J'ai passé 10 bonnes années à Madagascar. Je peux vous affirmer que votre pays est séduisant par son charme et attachant par ses Hommes.

De ma position de Haut fonctionnaire des Nations unies, j'ai côtoyé les hautes sphères, fréquenté les décideurs dans tous les secteurs, parcouru le pays de Tuléar à Diego ou de Tamatave à Fianarantsoa. Je me suis aussi fait beaucoup d'amis dont certains parmi vous sont des frères et sœurs avec qui aujourd'hui l'appellation « Namana » est de rigueur.

De ces préalables, je pense,  sur la base de la réalité vécue mais analysée pouvoir éclairer l'opinion nationale malagasy et sur cette opportunité sans précédent qui permet ENFIN de VRAIMENT connaître Madagascar, plus seulement comme une île touristique mais désormais comme le "sauveur" de l'Afrique et de l'humanité face à cette pandémie du Covid-19.

Peuple Malagasy. Personne ne doit vous voler votre fierté, car vous êtes la fierté de l'Afrique. Vous devez protéger votre Président et surtout son courage de faire valoir aux yeux du monde une solution Malagasy  à la pandémie mondiale.

Je voudrais dire au peuple malagasy de ne pas se laisser perturber par les sirènes internes qui s'opposeraient à la démarche actuelle de faire du CVO une solution crédible pour la prévention voire la guérison du coronavirus.

Les opposants au processus sont dans leur rôle politique de ne pas applaudir l'adversaire. Très souvent, ils sont soutenus et financés par les lobbying étrangers qui ne voient pas d'un bon œil cette initiative malagasy. Et pour cause:

Madagascar a touché la fierté et l'orgueil des Grands pays.

Un "petit pays pauvre" - africain de surcroît- a pris une avance médiatique sur les grands  et annoncer en grande pompe une solution à leur problème. Ils n'acceptent pas cela. L'esprit de colonisation et des colons a toujours voulu laisser croire que les solutions aux problèmes africains doivent fatalement venir de l'Occident. Aujourd'hui, il y a une solution conçue par Madagascar pour les Malagasy et dont  l'Afrique et les Africains peuvent s'enorgueillir. Cette solution peut aider les pays du Nord s'ils laissent tomber leur orgueil scientifique légendaire.

Madagascar empêche les lobbying internationaux du médicament de glaner de l'argent grâce au Covid-19.

Le CVO met en lumière Madagascar pas seulement sur le plan médiatique mais cette solution permettra d'engranger d'énormes ressources financières damant ainsi le pion aux grandes multinationales pharmaceutiques.

Des prétextes sont avancées pour exprimer des réserves voire interdire la potion malagasy. Ailleurs, certains pays vaccinent leurs ressortissants avec des molécules qui n'ont pas respectées les délais cliniques. Mais parce que c'est des pays du Nord, ils ne sont pas frappés de la même réserve ni interdiction.

Peuple Malagasy. Tout n'a pas été parfait compte tenu de l'urgence. Mais la Planète entière sur les plans médical, scientifique et même médiatique est à tes pieds. C'est le moment pour toi de montrer ton ingéniosité déjà appréciée dans le textile, l'artisanat, l'agriculture et le tourisme. C'est le moment de te mobiliser pour soutenir les institutions techniques et scientifiques qui travaillent sur le Tambavy COV afin que  les étapes scientifiques et cliniques éventuellement encore nécessaires aboutissent rapidement.

ALEFA MADAGASIKARA, ALEFA AFRIKA

Souvenirs émus et fidèles amitiés

MISAOTRA TOMPOKO.

MIRARY SOA. SAMY HO TAHIAN' ANDRIAMANITRA.

Gabriel Djankou

Ancien haut fonctionnaire OIT 2004- 2014  à Madagascar.

La Vérité0 partages

Découverte du Covid-Organics - Rajoelina, devenu l’homme à « abattre »

Le Président de la République de Madagascar a présenté en début de semaine dernière un remède à base d’Artemisia et d’autres plantes médicinales, élaboré par l’Institut malgache de recherches appliquées (IMRA), afin de lutter contre la pandémie de coronavirus. Suite au lancement de ce remède traditionnel amélioré dénommé Covid-Organics, il y a à l’heure actuelle une attaque en règle, concertée, par voie de presse, contre Andry Rajoelina, alors même que le traitement qu’il préconise est encouragé en Afrique. Alors que la priorité devrait être de travailler de concert pour trouver des solutions à la pandémie de coronavirus qui sévit, cette presse occidentale cherche plutôt à « abattre », au sens littéral, le Chef d’Etat malagasy. 

En effet, si certains organes de presse se sont contentés de traiter l’information, relayant des réserves, d’autres, usant d’un ton parfois condescendant et méprisant, ont littéralement fait preuve d’ironie pour parler de la tisane CVO annoncée par le Chef de l’Etat malagasy, comme si seuls les pays occidentaux pouvaient trouver un remède pour une maladie comme le coronavirus. Pour eux, manifestement, tout ce qui ne sort pas des laboratoires reconnus et répertoriés en occident est à jeter aux orties. Alors qu’on a affaire à un remède issu de la pharmacopée traditionnelle. Il est pourtant question d’une substance, dont l’efficacité a été récompensée par un prix Nobel, qui est dépourvue d’effets secondaires.

Force est pourtant de souligner qu’aucune solution palpable n’est avancée par les pays d’origine de cette presse pour lutter contre le coronavirus. Les restrictions de déplacement et les mesures sanitaires sont les seules solutions évoquées par eux pour lutter contre un virus qui fait maintenant plus de 200 000 morts à travers le monde, dont la majorité se trouve en Europe et aux Etats-Unis. L’utilisation de la chloroquine reste toujours sujette à débat dans les pays occidentaux. 

Il faut souligner en tout cas que chaque président a le devoir de rechercher des solutions pour aider ses concitoyens. En tant que tel, le Président Rajoelina a autorisé l’usage du Covid-Organics afin de protéger la population malagasy et renforcer son système immunitaire.  Mais cette annonce faite par le Président malagasy gêne visiblement les intérêts de certains occidentaux (voir article par ailleurs), opinent bon nombre d’observateurs. Fort heureusement, d’autres pays,  européens notamment, ont lancé des études sur l’Artemisia annua. 

Notons que des politiciens malagasy participent à cette stratégie de dénigrement contre le Chef de l’Etat malagasy. Ils attendent manifestement que le remède cause le décès des patients à qui il est administré, et non qu’il permette la guérison des personnes traitées. Par contre, il est intéressant de noter que les Africains, de leur côté, félicitent la découverte du remède qui est produit à grande échelle et distribué gratuitement à Madagascar pour les couches sociales les plus vulnérables.

La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Ambositra : Anarchie dans la distribution du Vary mora

L’anarchie est à son comble dans la ville d’Ambositra et ne cesse, à maintes reprises, d’attiser la grogne de la population locale. Cette fois-ci, c’est la distribution du Vary mora qui a été à l’origine du problème.

La situation était déplorable, jeudi dernier, où une longue file d’attente a été constatée à Antampovinany vers 20h30, alors que la distribution n’aura lieu que le vendredi. Une situation qui a fait parler d’elle à cause des agissements des responsables locaux du Vary mora à Ambositra. Un contexte qui risque de porter atteinte à la crédibilité de l’Etat au profit seulement de quelques individus sans scrupule, qui prétendent jouir d’une protection de personnalités influentes en haut lieu.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

67ha : Olona 168 no tratra tsy nanao aro vava tao anatin’ny adiny iray

Manomboka anio dia hiroso amin’ny fanasaziana ireo olona tratra tsy manao aro vava amin’izay ny Fanjakana, araka ny fanazavana nentin’ireo tompon’andraikitra. Na izany aza anefa, dia efa nanomboka tamin’iny herinandro iny ny fanentanana sy fisavana nataon’ny teo anivon’ny mpitandro filaminana. Nilaza moa ireto farany, ny teo anivon’ny polisim-pirenena, fa « efa maro ny mponina eto Iarivo no manana aro vava saingy betsaka no tsy manao izany rehefa eny an-dàlana raha tsy efa mahita Polisy ka eo vao mody avoaka avy any anaty paosy na kitapo ilay aro vava ». Raha ny omaly manokana, dia fantatra fa aman-jatony mahery, ireo olona tratran’izy ireo tsy nanao aro vava, tao anatin’ny adiny iray monja nanaovan’izy ireo fisavana sy fanentanana teny amin’iny faritra 67ha iny. « Tafiditra ao anatin’izany ny mpandeha an-tongotra, ny mpitondra bisikileta, ny mpitondra sarety, ny mpitaingina moto ary ireo mitaingina fiara ». Ny mahagaga anefa, hoy hatrany ny fampitam-baovao azo,dia « saika manana avokoa ireo olona nosavaina ireo, saingy tsy manao izany tsotr’izao». Tiana anefa no mampatsiahy sy manentana ny rehetra hoy hatrany ny avy eo anivon’ny pôlisim-pirenena, fa «tsy ho an’ny mpitandro filaminana akory no hanaovana azy ireny fa ho fiarovana anao sy ny manodidina anao amin’ny fiparitahan’ny valan’aretina Covid 19 ».

Miditra amin’ny herinandro faharoa ao anatin’ny fahamehana ara-pahasalamana tokoa isika izao. Marihana hatrany anefa, fa na dia miroso tsikelikely amin’ny famerenana amin’ny laoniny ny andavanandron’ny mponina aza isika, araka ny nambaran’ny Filoham-pirenena, dia mbola mihatra hatrany ireo fepetra rehefa hisorohana ny fiparitahan’ny valan’aretina Covid19 : ny tsy fahazoan’ny mivezivezy afa-tsy ireo olona voatery hanao izany, ao anatin’ny ora voafetra, ny fanisiana ny elanelana iray metatra ary ny fitondrana arovava. Ny somary mampalaelo mantsy dia mbola maro amin’ireo olona no tsy manaiky mihitsy ny fisian’io valan’aretina io eto amintsika. Eny fa na dia efa hoe iray volana mahery herinandro teo aza izay no nanambarana tamin’ny fomba ofisialy fa tafiditra eto amintsika ity areti-mandoza ity. Tsy mino maty tokoa ve raha tsy avy nandevina ? Sao lahy tara loatra …

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Corée du Sud-coronavirus : Des kits de dépistage pour 5 000 personnes

Remise des kits de dépistage par l’ambassadeur coréen, Lim Sang-woo.

A l’instar des autres pays, la Corée du Sud a aussi apporté son concours pour lutter contre le coronavirus dans la Grande île. Ainsi, des kits de dépistage pour 5 000 personnes et des équipements relatifs à la lutte contre cette maladie contagieuse, venant de ce pays, sont arrivés le 20 avril dernier à Madagascar. L’envoi de ce matériel et équipements de dépistage par la Corée entre dans le cadre d’une aide d’urgence pour lutter contre le coronavirus. Dans la même foulée, l’ambassadeur de Corée à Madagascar, Lim Sang-woo, de déclarer: « nous sommes en train de préparer un deuxième envoi d’aides pour Madagascar, prévu pour le début du mois de mai. Cette fois, nous allons envoyer des kits de dépistage pour plus de 10 000 personnes et d’autres équipements médicaux. Ainsi, la Corée continuera de soutenir Madagascar dans cette lutte contre le coronavirus« . Et lui d’expliquer que « la Corée croit fermement que le monde entier doit s’unir pour gagner dans cette lutte contre le coronavirus. C’est pourquoi la Corée a accordé des subventions pour des kits de dépistage là où cela est le plus nécessaire. En Afrique, la Corée a commencé à envoyer des aides d’urgence relatives à la lutte contre le coronavirus, à trois pays dont Madagascar».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Cyclisme – Covid-19 : Les randonnées continuent !

Les descendeurs d’Analamanga qui ont participé au « Freeride » à Ambohimanga.

Et oui, les programmes de randonnées en vélo n’ont jamais connu de frein durant la période de confinement, malgré l’annonce du président de la ligue du cyclisme concernant l’arrêt total des activités à Analamanga. Certains individus ont toutefois pensé que c’était la bonne occasion pour faire de la randonnée loin de la ville. D’ailleurs, ils n’ont plus besoin d’attendre le week-end pour en faire. En plus, les randonnées sont, d’habitude, pratiquées à la montagne ou sur les routes secondaires, là où les pratiquants ne croisent pas les gendarmes ou les éléments de la police de la route. En effet, deux ou trois programmes clandestins ont été lancés chaque semaine dans différents groupes sur Facebook pendant cette période. « On ne pourrait pas empêcher ces programmes puisque les trajets ne sont pas forcément sur la route nationale. Contrairement aux professionnels, cinq cyclistes ont encore tenté de continuer leur entraînement sur la RN1 mais ils ont été avertis et avaient décidé, par la suite, d’arrêter », a expliqué le président Naly Ravelonarivo, avant d’ajouter que « même à vélo, il y a toujours un risque d’être atteint du Covid-19. D’ailleurs, c’est déjà qualifié comme étant un rassemblement, et le fait de porter un cache-bouche en pleine course n’est pas évident. En plus, les pédaleurs ont toujours l’habitude de cracher en chemin ».

Pour le regroupement des descendeurs malgaches, les membres ont choisi d’arrêter définitivement leurs activités pendant cette période. Par ailleurs, puisque nous retournons petit à petit à la vie normale, ils ont organisé, pour la première fois après le confinement, une sortie « Freeride » qui s’est déroulée samedi dernier à Ambatondradama Ambohimanga. Une trentaine de coureurs issus de trois clubs de la ligue d’Analamanga y ont participé.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque : Masaka, une image qui fait vendre

La renommée de Thierry Bezandry n’étant plus à faire, il n’a pas eu de mal à trouver preneur. Comme la pétanque est presque une institution en France, les grandes marques de matériel de pétanque ont frappé à sa porte. C’est ainsi qu’il a été sponsorisé par Obut pendant cinq années. Et lorsqu’on sait que la concurrence fait rage dans ce secteur, Masaka est passé dans les rangs de Boulenciel. Mieux, il est devenu le porte-fanion de cette nouvelle marque qui est en train de se faire une place sous le soleil. Inutile de préciser que le champion malgache a gagné au change.

C.R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambanja : Pôlisy efa-dahy niharan’ny fitsaram-bahoaka : iray maty, iray hafa naratra mafy

Antsakabary fanindroany indray ? Mpitandro ny filaminana efa-dahy avy eo anivon’ny pôlisim-pirenena, niaraka tamina olon-tsotra iray no niharan’ny hatezeram-bahoaka tao amina tanàna iray antsoina hoe Antsifatra, any amin’iny distrikan’Ambanja iny. Vokany : ny iray tamin’izy ireo, ny Agent de police  Fiana Leonard Jean Patrick, no namoy ny ainy taorian’ny daroka sy ny vono  nahazo azy. Ny namany iray kosa, niaraka tamina olon-tsotra iray nitondra azy ireo tao amin’io tanàna io no naratra mafy ka voatery nentina namonjy hôpitaly haingana.

Ny sabotsy hariva teo no nisehoan’ity tranga mahatsiravina ity. Nirahina ho any amin’io toerana io ny pôlisy efa-dahy, rehefa nahazo loharanom-baovao mahakasika ny fisiana tambazotrana mpibizina rongony any an-toerana ny avy ao amin’ny kaomisarian’ny pôlisy ao Ambanja. Lehilahy sivily iray, izay mpisera-dia mahafantatra tsara ilay faritra no niaraka tamin’izy ireo tamin’io fotoana io, araka ny fampitam-baovao nomen’ny avy eo anivon’ny seraseran’ny pôlisim-pirenena. Nony tonga tany an-toerana anefa ireto iraka ireto, dia voalaza fa efa nandositra niaraka tamin’ireo « entana » ireo olona nahiahiana ho mpivarotra rongony. Nanao ny fanadihadiana ihany anefa ireto iraka ireto ka nihaona nivantana tamin’ny Sefo fokontany tao amin’ilay tanàna. Olona am-polony maro no efa niandry iretsy mpanao fanadihadiana ary avy hatrany dia namatratra ny hatezerany tamin’izy ireo. Nambaran’ireto andian’olona ireto moa, fa « mpamadika ilay mpisera-dia » ka avy hatrany dia nirohotra namono izy ireo. Voafandrika tao anatin’izay araka izany ity lehilahy sy ny pôlisy roa ka naratra mafy, ary nitarika hatramin’ny fahafatesan’ilay pôlisy iray mihitsy izany. Ireo namany roa lahy hafa kosa, afa-nitsoaka rehefa nahita ny faharatsian’ny toe-draharaha ary niantso vonjy. Nidina avy hatrany tany an-toerana niaraka tamin’ny mpitandro filaminana fanampiny moa ny tompon’andraikitry ny polisy any an-toerana niezaka nijery ifotony ny zava-nisy. « Hatreto dia mbola tsy fantatra mazava izay tena zava-nitranga nahatonga ireto andian’olona ireto hamono ireo mpitandro filaminana. Efa misokatra ny fanadihadiana sy famotorana any an-toerana hahafahana manatsinkafona ny marina amin’ity raharaha ity » hoy hatrany ny fanazavana azo. Marihana, fa efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy ireo moa ireo naratra ary ny vatana mangatsiakan’ilay pôlisy namoy ny ainy kosa dia alefa, hampodiana any an-tanindrazany, any Mandritsara.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Polibrèves

Etat des lieux. Le premier responsable du projet de rénovation du stade de Mahamasina et non moins conseiller spécial du président de la République va effectuer, croit-on savoir, une descente sur le site ce jour. L’occasion pour Gérard Andriamanohisoa de voir l’état d’avancement des travaux effectués par l’entreprise China state construction overseas development (CSCOD) à deux mois de l’échéance du 26 juin 2020, date prévue pour l’achèvement de la première phase qui consiste en la construction d’un nouveau périmètre de sécurité et d’une nouvelle tribune.

Vary mangatsiaka. La HCC a donné son feu vert à la promulgation de l’ordonnance autorisant la ratification de l’accord de financement de l’opération d’appui budgétaire pour investir dans la politique de développement du capital humain « Investing in human capital development policy financing ». D’autres dossiers en instance attendent d’être contrôlés par le juge constitutionnel. Il s’agit de la loi portant ratification des ordonnances portant, respectivement, sur le patrimoine routier, l’ordre national malagasy et le recouvrement des avoirs illicites. La loi portant ratification de 3 autres ordonnances prises par le président de la République constitue le dernier « vary mangatsiaka » de la HCC.

Réapparition de deux ministres. Discrets par rapport à leurs collègues qui occupent le terrain politico-médiatique, deux membres du gouvernement ont fait leur apparition ou réapparition (c’est selon). Il s’agit du ministre de l’Aménagement du territoire et des travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, et du vice-ministre en charge des Villes nouvelles et de l’habitat, Michael Angelo Zasy, qui ont fini par se joindre à l’équipe gouvernementale pour la livraison à domicile de cache-bouches et de Covid-Organics.

Fichage des fidèles. Le fait de soumettre à autorisation préalable de la Préfecture la réouverture des temples et églises n’est pas conforme au principe de la laïcité de l’Etat consacré par la Constitution. L’article 2 dispose effectivement que « L’Etat affirme sa neutralité à l’égard des différentes religions. La laïcité de la République repose sur le principe de la séparation des affaires de l’Etat et de ses institutions religieuses. L’Etat et les institutions religieuses s’interdisent toute immixtion dans leurs domaines respectifs (…) ». L’article 6 alinéa 2 d’ajouter que « Tous les individus sont égaux en droit et jouissent des mêmes libertés fondamentales protégées par la loi, sans discrimination fondée sur le sexe, le degré d’instruction, la fortune, l’origine, la croyance religieuse ou l’opinion ». Or, le fait de prendre les noms, adresses et numéros de téléphone des fidèles qui se rendent à l’Église par vague de 50, permet de les ficher indirectement par rapport à leur religion et leurs sexes.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara0 partages

Reprise des offices religieux : Bonnes structures organisationnelles dans les temples FJKM et FLM

Au temple FJKM Atsimon’i Mahamasina, hier matin.

Nombreux étaient les temples FJKM et FLM qui ont pu rouvrir leurs portes, hier, pour des cultes auxquels pas plus de 50 personnes à la fois ont pu assister dans le respect des mesures imposées par l’état d’urgence sanitaire.

 Les offices ont duré 30 minutes, une heure au maximum, hier dimanche, afin de permettre au plus grand nombre possible de fidèles d’y assister. Entre trois et six cultes en moyenne selon les paroisses. Certains ont accueilli leurs premiers fidèles dès 5h du matin. Pour tous, il s’agissait de cultes au cours desquels les mesures barrières ont été respectées : distanciation entre les individus, dispositifs de lavage des mains (point d’eau et savon ou gels hydro-alcooliques), et parfois des prises de température à l’entrée. Pour les temples FJKM, les dispositions organisationnelles ont été mises en place en fonction des réalités locales en tenant compte des mesures imposées par les autorités dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

 Eviter la contamination. Afin d’éviter les files d’attente ou les attroupements devant les temples, certains responsables paroissiaux ont opté pour l’invitation des fidèles selon les quartiers paroissiaux, d’autres ont adopté la méthode des numéros dans le registre paroissial. Dans la pratique, les offices se sont déroulés, en général, sans encombres. L’opération devrait se renouveler dans les jours à venir pour les cultes journaliers.

A Antananarivo en particulier, les temples qui ont ouvert leurs portes ont généralement obtenu une autorisation émanant de la préfecture de police. D’autres, dans les régions, ont pu accueillir les fidèles sans avoir à demander d’autorisation. Dans tous les cas, la réouverture des temples a été ainsi organisée afin d’éviter toute contamination au coronavirus. Dans les temples FLM ouverts hier, des opérations de désinfection ont été effectuées entre chaque culte. Au grand soulagement des fidèles qui ont assisté aux offices dans la sérénité, heureux d’avoir pu aller au temple, comme avant, ou presque. « Pas pour renouer avec Dieu puisque le lien n’a jamais été rompu, même durant le confinement, mais plutôt pour suivre l’un des enseignements des Saintes Ecritures, en n’abandonnant pas les assemblées », confie un fidèle FJKM. Durant cette semaine, les cultes devront ainsi se poursuivre, ainsi que dimanche prochain, si les directives des autorités restent inchangées.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Dons de Bapasy pour la Cisco Amboasary Atsimo

Comme les autres membres des Barea, Pascal Razakanantenaina, dit Bapasy, n’a pas oublié ses compatriotes en cette période de crise causée par le Covid-19. Le défenseur de l’équipe nationale, à travers ses représentants, a distribué des équipements sanitaires pour les élèves en classes d’examens dans la circonscription scolaire d’Amboasary Atsimo. Ces dons comprennent mille cache-bouches, trente cartons de savons et vingt bidons jaunes munis de robinet. Ceux-ci ont été remis par le maire de la commune au chef de ladite Cisco, samedi dernier.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Andavamamba : Une charrette transportant des sacs de riz, dévalisée

Une manne tombée du ciel. C’est ainsi que les habitants du quartier populeux d’Andavamamba ont vu une charrette chargée de sacs de riz. En plein après-midi, samedi dernier, toute une foule s’est précipitée pour voler cette cargaison. Pire encore, ceux qui ont pu prendre leur part du gâteau se sont vus, à leur tour, délestés par d’autres, quelques mètres plus loin. Et c’est une scène incarnant la loi du Talion qui s’est produite sous les yeux de tout le monde. Ces voleurs en plein jour se sont enfuis dans les dédales du quartier. Des personnes ont eu le bon réflexe de prendre en vidéo le déroulement des faits. Le partage de cet enregistrement ne s’est pas fait attendre et la vidéo est devenue rapidement virale sur la toile. Tellement, l’attitude des gens, les malfrats à visage découvert, ont choqué les internautes. En moins d’une minute, la charrette a été vidée de ses marchandises. Les pilleurs se sont précipités pour emmener les sacs de riz chez eux mais peu ont réussi à cause de la loi du plus fort. On commence à comprendre maintenant pourquoi nos ancêtres ont nommé ce quartier ainsi : Andavamamba ou la fosse aux crocodiles…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Agriculture et élevage : Échanges commerciaux inévitables malgré le coronavirus

Des mesures d’atténuation rapides et résolues sont impératives pour éviter des dommages irréparables face aux confinements pour cause de coronavirus en Afrique. C’est la déclaration commune faite par QU Dongyu DG de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Josefa Sacko, commissaire de l’Union africaine chargée de l’économie rurale et de l’agriculture, ainsi que de Thokozile Didiza, présidente du Comité technique spécialisé dans l’Agriculture de l’Union africaine. « Les gouvernements devraient notamment – avec l’appui de donateurs, d’organismes multilatéraux, d’ONG et d’acteurs du secteur privé – faire appel aux programmes de protection sociale là où ils existent, et en créer de nouveaux partout ailleurs. Si le besoin est particulièrement ressenti dans les régions rurales, les villes sont confrontées à un risque majeur en termes de stabilité sociale: une attention urgente est donc nécessaire dans les deux cas. Le moment est venu de distribuer nourriture et argent comptant directement aux ménages », ont-ils soutenu.

Libre-échange. D’après leurs dires, la production alimentaire et les moyens d’existence figurent parmi les plus grandes priorités, après la protection de la vie et de la santé. « C’est pour cela que les activités agricoles doivent être maintenues. Les frontières doivent rester ouvertes pour le transport des biens alimentaires et agricoles. On ne doit pas permettre que le COVID-19 réduise à néant les progrès, obtenus au prix d’un patient travail ces dernières années, vers une plus grande libéralisation des échanges », ont-ils indiqué.

Assistance. Certes, les efforts qui iraient dans le sens d’un accroissement de la quantité et d’une amélioration de la qualité des produits agricoles doivent être favorisés. « Produire plus et mieux signifie renforcer les capacités. Toute l’assistance technique nécessaire pour ce faire doit être mise à disposition. Aujourd’hui, nous avons besoin d’approches qui soient tournées vers l’avenir, avec des chaînes d’approvisionnement plus courtes et des outils de commercialisation innovants qui permettent de mettre en contact le producteur avec le consommateur via le cybercommerce. En prenant toutes les précautions nécessaires, les semences et le matériel de plantation doivent continuer à arriver aux petits exploitants, les aliments pour animaux et les soins vétérinaires doivent être fournis aux communautés qui dépendent de l’élevage et les intrants de l’aquaculture, aux pisciculteurs. Les chaînes d’approvisionnement agricoles doivent être maintenues par tous les moyens, tout en observant les mesures de sécurité sanitaire. Les calendriers agricoles doivent être respectés, faute de quoi des récoltes vitales pourraient être perdues et certaines plantations rendues impossibles, ce qui nuirait encore davantage à la disponibilité alimentaire », ont évoqué ces représentants des Nations unies et de l’Union africaine.

Débouchés. Les problèmes de stockage restent un véritable casse-tête dans le secteur de l’agriculture. De ce fait, avec les différentes barrières, une annulation des récoltes cette année aurait des conséquences catastrophiques. Pour les trois représentants de l’Union Africaine et des Nations Unies, il est grand temps de mettre fin aux pertes après récolte en encourageant les investissements dans les équipements de stockage et la réfrigération. En même temps, la chute du prix de l’énergie pourrait marquer un passage historique vers la mécanisation. Les prévisions économiques indiquent que le PIB des pays riches pourrait fondre d’un tiers au deuxième trimestre de l’année. Aucun pays ne peut se permettre le luxe d’ignorer un effondrement d’une telle ampleur. L’écart qui sépare les familles africaines de la faim est si mince, et les défenses dont les sociétés disposent pour lutter contre la catastrophe sont si précaires, que si l’on ne prend pas les mesures nécessaires dès le début, une tragédie nous attend à la fin. Dans un tel contexte, selon les représentants de l’Union africaine et des Nations unies, les pays africains devraient protéger, promouvoir et renforcer encore davantage les échanges interrégionaux.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Rébellion à Ampasika : Des réfractaires au confinement sèment la pagaille

La circulation était interrompue pendant environ trente minutes sur la route menant vers Itaosy depuis le quartier des 67 ha en passant par Ampasika, dans l’après-midi de samedi dernier. En fait, un groupes d’individus ont érigé des barrages sur cet axe et ont semé la pagaille un peu partout. Cette situation aurait failli tourner mal sans l’intervention raisonnable des forces de l’ordre. Ces dernières, en effet, ne ménagent pas leurs efforts pour l’effectivité des consignes dictées dans le cadre de l’application de l’État d’urgence sanitaire, dont la fermeture des lieux de commerce et l’interdiction de tout attroupement dans les rues à partir de 13 heures. Ayant constaté que vers 16 heures 30’, le pont d’Ampasika était encore bondé de marchands et de piétons, une patrouille de la police a décidé de se rendre sur les lieux pour y remettre de l’ordre. Les policiers ont été accueillis par des jets de pierres de la part de ces individus inconscients. Non seulement, ils se sont insurgés contre les hommes en treillis mais certains d’entre eux ont brûlé des pneus usées pour barrer le passage. Ce trouble s’apparentait à une véritable rébellion bien préparée à l’avance. Des embouteillages monstres se sont vite créés, d’autant plus que cela se passait à une heure de pointe. Devant ce fait et pour maîtriser la situation, les policiers ont dû prendre les dispositions appropriées. Étant donné qu’ils devaient faire face à des rebelles, ils ont tiré en l’air à plusieurs reprises pour disperser les réfractaires. Heureusement, ces derniers ont tout de suite évacué les lieux. Trente minutes plus tard, le calme et revenu. Dressant le bilan de cette intervention, la police affirme qu’aucun blessé ni dégât matériel n’ont été enregistrés. Aucune arrestation n’a été effectuée.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

TOSIKA FAMENO : Un peu moins de 100 000 ménages bénéficiaires via Paositra Money

Ces ménages bénéficiaires sont issus de 5 fokontany du 5e Arrondissement. (Photo : yvon Ram)

Des transferts monétaires non conditionnels dénommés « Tosika Fameno », d’une valeur de 100 000 ariary par ménage, ont été attribués à la population affectée économiquement par les mesures de confinement prises par l’Etat.

Cette action entre dans le cadre de la mise en œuvre du Plan stratégique d’urgence sociale Covid-19 par le gouvernement. En tout, près de 189 400 ménages issus de 769 fokontany dans huit districts d’Antananarivo, de Toamasina et de Fianarantsoa en sont bénéficiaires. « Parmi ces bénéficiaires, un peu moins de 100 000 ménages toucheront chacun 100 000 ariary via Paositra Money, une plateforme de service financier en ligne visant à transférer de l’argent via les réseaux des opérateurs mobiles à Madagascar. Nous avons ainsi ouvert un compte Paositra money pour chaque ménage bénéficiaire. Celui-ci va ensuite faire un retrait, et ce avec 0 ariary de frais de retrait. S’il veut transférer une partie de son argent à une autre personne, il n’y a pas non plus de paiement de frais de transaction, quel que soit le nombre des transferts effectués », a fait savoir Richard Ranarivelo, le directeur général de la Paositra malagasy, lors du paiement des transferts monétaires aux ménages issus des cinq fokontany du 5e Arrondissement, bénéficiaires du « Tosika Fameno », qui s’est tenu samedi dernier au lycée technique d’Alarobia. Le Président de la République, Andry Rajoelina, s’est rendu sur place pour exprimer son soutien à la population affectée économiquement par la crise sanitaire.

 Sélection des ménages bénéficiaires. Il est à noter que le Fonds d’Intervention pour le Développement (FID), qui assure la sélection des ménages bénéficiaires en travaillant en étroite collaboration avec les collectivités territoriales décentralisées telles que les communes et les fokontany. Pour le cas des cinq fokontany du 5e Arrondissement, entre autres, « il y a eu 7 500 ménages qui se déclarent vulnérables et qui se sont inscrits au sein des fokontany de Soavimasoandro, d’Ivandry, de Morarano, Ambodivoanjo et Alarobia, en répondant aux questionnaires préétablis. Ce jour, seuls 3 750 ménages, soit la moitié d’entre eux, peuvent obtenir le « Tosika Fameno », via Paositra Money ou les autres mobiles banking. Et ce, tout en tenant compte des moyens mis à la disposition de l’Etat », a précisé Rapanoelina Mamisoa, le directeur des Activités post-crises, sauvegarde et fonds d’appui au sein du FID. Mais au niveau de la commune urbaine d’Antananarivo et des 26 autres communes suburbaines, il a soulevé que près de 140 000 ménages affectés économiquement par les mesures de confinement auront chacun 100 000 ariary. Quant à Toamasina et Fianarantsoa, le FID a recensé respectivement près de 25 000 ménages et 20 000 ménages bénéficiaires. Il faut savoir que l’Etat a mobilisé ses partenaires techniques et financiers pour contribuer à cette réponse en protection sociale aux moyens des transferts monétaires et non conditionnels en milieu urbain et suburbain face au Covid-19. On peut citer, entre autres, la Banque mondiale à travers le FID, le Pnud, l’Union européenne, le Pam, l’Unicef, la Croix-Rouge malagasy, le Care et l’Action contre la faim.

 Rembourser les dettes. Au lycée technique d’Alarobia, la Paositra malagasy a mis en place 41 caisses afin de faciliter le transfert d’argent aux 2 500 ménages bénéficiaires. « Mais bon nombre d’entre eux ne disposent même pas de téléphone portable. Ainsi, nous leur avons ouvert gratuitement un compte Paositra money via leurs Cartes d’identité nationales ou leurs carnets de fokontany. Il est aussi à rappeler que le dépôt d’argent sera gratuit depuis le 14 avril dernier jusqu’au 31 mai prochain. Et nous ne prélevons aucun frais pour toutes transactions financières », a réitéré Richard Ranarivelo, le directeur général de la Paositra malagasy. Les ménages bénéficiaires n’ont pas caché leur satisfaction face à cette action de l’Etat. « Ces 100 000 ariary seront utilisés pour rembourser mes dettes au niveau de l’épicerie située à côté de chez nous et pour acheter notamment du riz », raconte Ravoniarivelo, une mère de famille résidant à Soavimasoandro. Pour Razaimanana Elmine, une autre mère de famille, elle compte faire un petit commerce de brèdes ou d’œufs pour pouvoir survivre. « Si l’on dépense tout en nourritures, il n’y aura plus rien après, et cela nous fera revenir à la case de départ », a-t-elle expliqué. Quant aux deux autres bénéficiaires interrogés, ils envisagent d’acheter tout de suite du riz et du charbon, avec ces 100 000 ariary issus du « Tosika Fameno ».

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Défaut de masque : Les forces de l’ordre vont sévir

L’impression qu’une partie de la population ressent, quoi qu’elle dise, est trompeuse. Le bilan présenté par le professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle du CCO est faussement rassurant. Ce nombre des cas de contamination et de guérison fait dire à certains que nous avons vaincu l’épidémie et qu’il n’y a plus de précautions à prendre. Les responsables ne cessent pourtant de répéter qu’il faut rester vigilants et que l’épidémie peut très vite se propager si l’on ne respecte pas les mesures édictées. Les autorités ont, jusqu’à présent, été assez tolérantes, mais après avoir émis leurs recommandations, elles sont obligées de se raidir pour ne pas être déconsidérées. Hier, elles ont, une fois de plus, interpellé ceux qui ne portaient pas de masques. Aujourd’hui, elles vont véritablement sévir.

Défaut de masque : Les forces de l’ordre vont sévir

La lutte contre le Covid-19 est bien engagée, les bons résultats obtenus découlent de mesures très strictes. Néanmoins, une partie de la population n’est pas tout à fait consciente du danger de ce coronavirus. Les cas de contamination paraissent bien loin d’elle, et elle se rassure en se disant qu’un remède va la protéger. Si le port du masque est, normalement, recommandé par les autorités médicales, il est maintenant obligatoire. Pour que tous le portent lorsqu’ils sortent, des cache-bouches ont été distribués gratuitement dans tous les fokontany. Des responsables sont venus sur les plateaux de télévision et ont mis en garde les récalcitrants, devenant même menaçants. Mais ces propos semblent avoir été pris à la légère par certains. Il n’y a qu’à voir tous ces insouciants se promener le visage à l’air dans les rues. Tous ces Tananariviens le font sciemment, se disant qu’ils ne risquent rien. Ils vont cependant tomber de haut aujourd’hui car les forces de l’ordre se sont préparées pour agir en conséquence. Aujourd’hui, les policiers et les gendarmes vont arrêter les contrevenants et les obliger à s’exécuter dans des travaux d’intérêt général. Le secrétaire d’Etat à la gendarmerie a fait savoir que de nombreux balais avaient été achetés pour cela. On verra bien le résultat… et cela risque d’être très gênant pour ceux qui font exprès.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque : Masaka a encore frappé très fort !

La triplette gagnante de Passion pétanque française avec, de droite à gauche, Masaka, Jacob Rajoelson et Benoît Moros.

Masaka, de son vrai nom Thierry Bezandry, vient de faire parler de lui en gagnant haut la main l’un des plus prestigieux tournois de pétanque en France. C’était en janvier dernier lors de la Passion pétanque française où le champion malgache est associé à Jacob Rajoelson et Benoît Moros.

Une suite logique d’une carrière bien remplie. Pour l’histoire, en effet, Masaka s’est fait connaître en France en gagnant le tournoi en tête-à-tête de Millau en 2009. Une sacrée performance puisqu’ils étaient 2 662 au départ de cette épreuve. Depuis, Masaka enfilait les victoires en étant logiquement sollicité par les grands noms de la pétanque française. Il a ainsi joué aux côtés de Marco Foyot et Robineau tout comme il s’est associé à Emmanuel Lucien, le pointeur attitré de Philippe Quintais. Masaka a aussi participé aux Masters avec Angy Savin et Sébastien Daphnia. Bref, il a tout vu et tout vécu. Sa carrière est bien remplie sur le boulodrome comme en dehors avec une vie sociale faite de bonheur avec ses deux jumeaux, Mahery et Louane, qui ont aujourd’hui six ans. Comme il a déjà une fille restée à Madagascar, Masaka estime être comblé car il vit toujours de sa passion qu’est la pétanque qui lui procure un revenu substantiel en sus de son travail. Dans sa vie de tous les jours, il travaille pour le compte d’une société de nettoyage. Appelé à émettre son avis sur les équipes nationales malgaches, Masaka a d’abord tenu à faire l’éloge de Fanja Aubriot qui vient de gagner l’édition 2020 de Passion pétanque française. Il pense que cette bouliste originaire de Betafo a sa place au sein de l’équipe nationale malgache. Sur ce chapitre, toutefois et plus particulièrement chez les hommes, Thierry Bezandry n’est pas partisan de la méthode française consistant à garder la même équipe lors des championnats du monde. Certes, il avoue qu’un quatuor en France composé de lui-même, de Rachre, Jex et Lahatra ferait peur à tout le monde mais ce n’est pas la meilleure solution. Tout simplement parce que cela va tuer cette discipline à Madagascar dans la mesure où un titre de champion signifie pouvoir partir à l’étranger. C’est donc une source de motivation supplémentaire pour les boulistes.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Reprise des cultes : L’Etat demande une liste complète de toute l’assistance

La réouverture des églises s’est déroulée dans des conditions exceptionnelles et est soumise à des restrictions. Chaque lieu de culte doit avoir l’autorisation expresse émanant des représentants de l’Etat, notamment les préfets et les chefs de district. Et il est recommandé de faire parvenir à ces derniers une liste complète de toutes les personnes qui ont assisté au culte, avec leurs coordonnées respectives, dont l’adresse exacte et le numéro de téléphone. « Cette mesure a été prise pour avoir des informations concernant chaque individu qui a fréquenté l’église au cas où un risque de contamination ressurgirait », a souligné le préfet de police d’Antananarivo, Angelot Ravelonarivo. Une traçabilité qui semble être très précieuse pour les autorités dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19.

Horaires interdits. Si l’Etat a accédé à la demande des autorités religieuses, toutes les églises sont, toutefois, contraintes de suivre à la rigueur les mesures barrières établies et les horaires autorisés durant l’état d’urgence. Ils peuvent donc y avoir plusieurs séances de culte à la mesure de la fréquentation de l’église mais « les horaires interdits doivent être respectés et tout le monde doit quitter les lieux avant 13h », indique le préfet de police d’Antananarivo. La désinfection des lieux de culte devrait aussi être systématique avant et après chaque séance. Ce fut le cas hier dans les temples FJKM et FLM. Mais contrairement aux autres églises qui ont rouvert leurs portes aux fidèles pour tenir des cultes restreints, depuis hier, comme celles dans les diocèses catholiques de Toamasina, toutes les églises catholiques au sein du diocèse d’Antananarivo demeurent fermées. Leurs fidèles confinés. L’annonce y afférente a été faite, samedi dernier, par Odon Razanakolona, archevêque d’Antananarivo.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Pandémie : La triste liste du COVID–19

Les dernières images du rappeur Fred The Godson avant son décès.

La liste des personnalités et célébrités du showbiz mondial atteintes du COVID–19 continue de se rallonger. Tout comme les guérisons, les décès se suivent également. Si les Manudi Bango, les Mark Blum… sont déjà passés à la trappe, d’autres stars les ont suivis dans la vallée de l’ombre du coronavirus nouveau, pour n’en citer que Philippe Nahon, John Prine, Ellis Marsalis. Ce sont particulièrement des victimes mures en âge que la pandémie a emportées dans cette triste liste.

Que ce soit en Europe ou aux Etats–Unis, le COVID–19 est un mal terrible pour le milieu de l’art et du spectacle. Par exemple, si la célèbre chanteuse Marianne Faithfull de 73 ans, qui a été testée positive, vient de rentrer chez elle le 22 avril, le rappeur Fred The Godson, par contre, a fini par mourir après des complications graves. Il était dans la fleur de l’âge du haut de ses 35 ans. Pour dire aussi que la maladie peut surprendre tous les âges.

La pandémie touche désormais toutes les couches sociales, le boss d’Universal Music, Lucian Grainge, a aussi été hospitalisé. L’actrice Rachel Matthews, le producteur Andrew Watt, Slim Thug, Ray Benson… figurent également parmi les infectés. Cela va sans dire que l’Amérique du Nord et l’Europe se trouvent encore en première ligne dans la lutte contre le COVID–19. Si les morts y sont nombreux, totalisés par dizaines de milliers, à eux deux, ils compilent largement plus de la moitié des décès dans le monde.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Aide à la création d’arts numériques : Appel à résidence artistique

L’appel à résidence englobe tout ce qui est création digitale.

Si dans certains domaines, faire du télétravail est impossible pour les artistes numériques, l’internet reste le médium par excellence. Dans cette optique, l’association la Teinturerie lance une seconde vague d’appel à artistes et à résidence dans le monde de l’art numérique. Toujours dans le cadre du projet d’aide à la création d’arts numériques financé par l’African culture fund (ACF), l’appel englobe tout ce qui est création digitale. Allant du vidéo mapping au vjing en passant par l’installation multimédia, la photographie numérique, l’art sonore, l’animation, le jeu vidéo ou encore le code art, le domaine est vaste.

Le projet cible les artistes de nationalité malagasy, qui sont issus directement ou indirectement des arts numériques. Avec l’engouement de la jeunesse pour le digital et la haute technologie, ce genre de projet reste une porte permettant de s’ouvrir à d’autres horizons et entrer dans le monde du professionnalisme. Avec une possibilité de travail en collectif ou sur un projet commun, les candidats sont invités à envoyer une biographie récente avec les curriculum vitae, un portfolio numérique avec une description du projet ainsi qu’une budgétisation. Le tout est à envoyer à l’adresse électronique « lateinturerie.diffusion@gmail.com ».

A noter que le fonds africain pour la culture est un fonds transnational et continental qui soutient le secteur des industries culturelles créatives sur le continent africain. La vision du fonds est d’assurer la prospérité du secteur de la création grâce à la professionnalisation des artistes et des acteurs culturels. Durant huit mois, la Teinturerie financera mensuellement un ou deux projets artistiques numériques à hauteur de 1.500. 000 ariary. Photographes, vidéastes, animateurs, concepteurs… si vous voulez apporter votre pierre à l’édifice, c’est le moment ou jamais !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Entrepreneuriat : Le Global startup week-end Covid-19 bat son plein

Madagascar fait partie des soixante pays participants au Start-Up Week-end autour du Coronavirus. Une organisation signée Techstars, « une plateforme mondiale de l’investissement et de l’innovation avec un portefeuille comprenant plus de 1 900 entreprises, ainsi qu’une capitalisation boursière de plus de 26 milliards de dollars ». Ayant débuté le vendredi 24 avril dernier, l’événement – de portée internationale – consiste pour les participants « à développer des solutions liées à la lutte contre le Covid-19 à Madagascar ». Une entreprise qui se fait depuis les domiciles des participants, et qui devrait aboutir à la conception de « prototypes qui pourraient résoudre certains des plus grands défis posés par la pandémie ». Il conviendrait de noter que cet événement, qui en est à sa première édition, est le produit d’un partenariat entre l’Institut international des sciences sociales, Techstar, NextA, Hamac et du Club entrepreneurs-étudiants Madagascar (CEERE). Si la journée d’hier était consacrée à la finalisation des dossiers et à la soumission des meilleures idées aux jurés – ces derniers devant avoir choisi les meilleurs concepts pour une journée de présentation virtuelle dans la soirée d’hier également – les vingt meilleures équipes auront l’opportunité de participer à une expérience « Techstar Innovation Bootcamp ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Mamory Ivato. Un motard meurt dans un accident de circulation

Samedi dernier vers 21 heures, sur la RN52, au PK2+700, reliant la capitale à l’aéroport d’Ivato, un accident mortel s’est produit. Une moto en direction d’Ivato est entrée en collision avec une camionnette roulant dans le sens opposé. Bilan, le motard, un homme de 44 ans, a été grièvement blessé. Transporté d’urgence vers un établissement sanitaire, il a succombé de ses blessures en cours de route. Sa dépouille a été transférée à la morgue de l’hôpital d’Anosiala pour une autopsie. Le chauffeur de la camionnette, quant à lui, après les constats d’usage effectués par les forces de l’ordre, a été emmené au poste de la gendarmerie où il est gardé à vue.

Recueillis par m.L

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le Covid-19 : La communication passe difficilement

Antananarivo telle qu’on la connaît, débordante de vie en fin de soirée même dans un état d’urgence sanitaire. (crédit photo : Princy)

Des millions de Malgaches ont suivi l’intervention télévisée du président de la République concernant l’épidémie de coronavirus à Madagascar. Intervention pendant laquelle le locataire d’Iavoloha s’est exprimé en malgache de manière à ce que tous les téléspectateurs puissent bien comprendre les messages qu’il a adressés à toute la nation. Cependant, dès le lendemain, c’est tout l’inverse que l’on a pu constater dans les couloirs de la capitale, région qui enregistre le plus de cas de contamination au coronavirus. Si le président de la République a décrété que les commerces peuvent exercer avant 13 h, les commerçants ne l’ont peut-être pas entendu de cette oreille. Certains marchands persistent à ne pas fermer à l’heure indiquée ; parfois ils ne quittent leurs commerces qu’à 19 h et plus dans certains quartiers. Ainsi, il a fallu l’intervention des autorités pour que ces derniers daignent finalement quitter leurs étals. Et toujours dans ce même registre, il n’a jamais été mention d’abandonner les mesures barrières et le port de masque. Pourtant, plus de la moitié des personnes croisées dans les rues ou dans certains bureaux omettent ces mesures qui permettent d’éviter la propagation du virus.

Mauvais élèves ? Faire la sourde oreille n’est pas une attitude nouvelle à Madagascar. Une partie des Tananariviens est habituée à jouer au chat et à la souris avec les autorités; si bien que même avec un pays se trouvant dans un état d’urgence sanitaire, certains continuent à penser qu’il s’agit d’un jeu. Beaucoup se plaignent des mesures qui empêcheraient leur soi-disant liberté. Mais quelle liberté est entravée par le fait de porter un masque et de garder la distanciation sociale ? N’est-ce pas là faire preuve d’un geste citoyen qui consiste à protéger son entourage d’un virus potentiellement mortel ? Finalement, tout le monde est donc au courant du comportement qu’il faut adopter, et le message est passé quoique quelques interlocuteurs refusent de se soumettre aux indications. Mais encore, le fameux « Ray aman-dReny », le sage de la communauté, lui, s’est mu dans le silence, de peur de passer pour le moralisateur.

Situation alarmante qui fait vaguement penser à la configuration habituelle d’une salle de classe, où quatre élèves sur cinquante obtiennent une bonne note, dix sont moyennement bons, 26 ne suivent que très rarement les consignes du professeur, et les dix derniers ne comptent que sur les antisèches pour réussir aux contrôles.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Bilan mondial du coronavirus : Près de trois millions de cas confirmés et plus de 203 500 décès

Plus de 2,9 millions de cas de Covid-19 ont été confirmés dans le monde, et 203 545 décès (à la date du 26 avril 2020 à 16h30), selon le comptage de l’Université Johns Hopkins, auquel on fait référence à l’international. Les Etats-Unis totalisent toujours le plus grand nombre de décès, avec plus de 54 000 personnes mortes du coronavirus, dont un peu plus de 17 000 décès dans le seul État de New York. Les Etats-Unis enregistrent ainsi le pire bilan du coronavirus au monde, suivis de l’Italie avec 26 384 décès et plus de 195 351 cas confirmés, selon les données recueillies, hier après-midi, sur la carte de l’Université Johns Hopkins montrant l’évolution en temps réel de la pandémie. L’Espagne se trouve en troisième position avec 22 902 décès et 223 759 cas confirmés, suivie de la France avec 22 614 décès et 161 665 cas confirmés. L’ensemble de l’Europe totalise plus de 120 000 cas confirmés. Sur le sol africain, le bilan est de 1 331 décès et 29 053 cas confirmés.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Brèves : Ambatomaro. Arrestation d’un cambrioleur

Dans la nuit de jeudi dernier, alors que les éléments de la police du commissariat du 3e arrondissement effectuaient leur ronde habituelle, ils sont tombés sur un homme aux allures suspectes près de la route menant vers Ankatso, dans le quartier d’Ambatomaro. Ce quidam a ainsi été interpellé, et lors de la fouille d’usage, les forces de l’ordre ont trouvé une pince coupante ainsi que des attirails inhabituels en sa possession. Menotté et embarqué, l’homme a avoué durant son audition qu’il s’apprêtait à cambrioler une demeure sise à Ambatomaro. L’affaire a été déférée au Parquet d’Anosy et l’individu a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora.

Midi Madagasikara0 partages

Mahitsy : Les récoltes de riz hybride s’annoncent bonnes

La première récolte de riz hybride à Mahitsy.

Dans le cadre de l’atteinte de l’autosuffisance en riz cette année, le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche prévoit de mettre en place le « Dokan’ny Mora ho an’ny Mpamokatra ». Il s’agit notamment de la mise à disposition des intrants agricoles comme les semences et les engrais aux paysans; et ce, à des prix subventionnés par l’Etat. Le ministre de tutelle, Lucien Ranarivelo, l’a annoncé lors de la première récolte de riz hybride sur une parcelle de 40 ha à Mahitsy Mananjara, dans le district d’Ambohidratrimo, tout récemment.

Formations techniques. Cette initiative est issue d’un projet de deux ans financé par le programme de Coopération Sud-Sud de la FAO, entre Madagascar et la Chine. La variété de semence Wei Chu 902-3, produite par la société chinoise Yuan, a été ainsi cultivée. Et les récoltes s’annoncent bonnes pour les riziculteurs à Mahitsy. Bon nombre de ces derniers envisagent même de faire une extension de leur culture à la prochaine campagne. Trois régions ont été ciblées pour la culture de ce riz hybride, à savoir Analamanga, Alaotra Mangoro et Diana. Il faut savoir que 310 riziculteurs de Mahitsy et près de 70 techniciens du MAEP ont bénéficié de formations techniques sur la production de semences de riz hybride, et la technique culturale proprement dite de cette variété de riz. En fait, l’objectif de ce projet de coopération Sud-Sud est d’obtenir un rendement de 10 à 12 tonnes à l’hectare contre 2,5 tonnes à l’hectare pour les semences conventionnelles.

Six millions Ar/ha. Pour cultiver le riz hybride, le coût de revient d’un producteur se chiffre à 3 500 000 Ar/ha. En revanche, le producteur peut gagner environ six millions d’ariary si l’on se réfère à son rendement moyen de 10 tonnes/ha et au prix du kilo du paddy à 600 ariary. Le ministère de tutelle prévoit ainsi de vulgariser des semences plus performantes comme le riz hybride dans tout Madagascar; ce, tout en facilitant l’accès des paysans à ces intrants agricoles. Par ailleurs, « la FAO facilitera la coopération qui favorise les échanges d’expériences techniques et de savoir-faire en matière de gestion post-récolte, entre autres. En effet, les pertes après récoltes représentent encore 10% à 15% de la production », a évoqué le représentant résidant de la FAO, Patrice Talla Takoukam.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Route digue. Des bandits arrachés aux griffes des fokonolona

Samedi dernier, des membres d’un comité villageoi se sont lancés à la poursuite de cinq bandits pris en flagrant délit en train d’attaquer deux hommes à moto, du côté de la route digue, près du quartier d’Ambohimanarina. Quatre d’entre eux ont été arrêtés tandis que l’un d’eux a réussi à s’échapper. Tout de suite, le fokonolona a déversé sa colère sur ces malfaiteurs en les rouant de coups. Heureusement, les éléments de la police du 6e arrondissement sont arrivés à temps pour arracher ces derniers des griffes de ces habitants en furie. Emmenés au commissariat, ces malfaiteurs sont passés à l’audition par les limiers de la police. Une recherche a été lancée pour retrouver leur compère.