Les actualités Malgaches du Mercredi 27 Mars 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara8 partages

Justice : Pety et Alain Ramaroson croupissent encore en prison

Pety Rakotoniaina après son procès d’hier à Anosy.

Pety Rakotoniaina a retourné hier en prison en attendant la sortie du verdict de son procès prévue le 2 avril.

Le président national du parti « Tambatra » Pety Rakotoniaina a comparu hier devant la barre au tribunal de Première Instance d’Anosy. Il est accusé d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et de tentative de coup d’Etat. Membre du mouvement politique « Hetsika ho Fanorenana Ifotony », Pety Rakotoniaina a été arrêté la nuit du 16 octobre 2018 au Camp Robin (Fianarantsoa). Après son audition à la Gendarmerie de Fiadanana, l’ancien député d’Ikalamavony a été placé sous mandat de dépôt à la prison d’Antanimora. Deux jours avant l’arrestation de Pety Rakotoniaina, Rainidina Liampivoarana, un membre d’un mouvement qui revendiquait la mise en place d’un « Fanjakana Gasy », a été également arrêté, mais celui-ci à Antaninarenina alors qu’il se préparait à tenir une conférence de presse à l’hôtel « Le Pavé ». Rainidina a aussi comparu devant la barre hier avec l’ancien PDS de la ville de Fianarantsoa car en fait, on reproche à ces deux politiciens de vouloir mettre en place un Etat dans un Etat.

Retour en prison. Si Rainidina Liampivoarana a bénéficié d’une liberté provisoire, Pety Rakotoniaina a retourné en prison après le procès d’hier. Sa demande de liberté provisoire a été refusée par la juridiction compétente. Le verdict du procès d’hier sera prononcé le 2 avril prochain. Outre le président national du parti « Tambatra », l’autre politicien Alain Ramaroson continue de croupir à Antanimora. Ce président national du parti « Masters » purge sa double peine d’emprisonnement de 30 mois et de 12 mois, outre l’amende de 200 millions d’ariary. Contrairement à Pety Rakotoniaina qui est impliqué dans une affaire liée à la politique, Alain Ramaroson est accusé de faux et usage de faux dans une affaire de terrain. La partie civile n’est autre que des membres de sa famille. Pety Rakotoniaina et Alain Ramaroson sont classés parmi les « enfants terribles » de la classe politique malgache. Mais, à la différence du premier, le second a fait partie des artisans du changement inconstitutionnel de 2009.

Mesure de clémence. Hier, des partisans de Pety Rakotoniaina ont réitéré que ce dernier n’a rien fait d’illégal. « Accuser Pety Rakotoniaina de tentative de coup d’Etat n’est pas fondé. Il n’y a aucune preuve irréfutable pouvant justifier cette accusation. », ont-ils réitéré. Avant de poser la question à ceux qui veulent les entendre : « En quoi militer pour la refondation de Madagascar constitue-t-il une infraction ? » Une manière pour les partisans de la refondation de solliciter une mesure de clémence pour  l’ancien député d’Ikalamavony, comme le CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy ) vient de décider en faveur de l’ancien Premier ministre Tantely Andrianarivo, de l’ancien ministre de la Communication Betsimifira Fredo et l’ancien député de Mananara Nord Zakahely Boniface.

R. Eugène

Midi Madagasikara3 partages

Fakana an-keriny tao Toamasina : Nahazo LP ilay voarohirohy ho lehiben’ny mpanao kidnapping

Tamin’izy voasambotry ny mpitandro ny filaminana. (sary : Malala Didier)

Raha ny angom-baovao marim-pototra, dia nahazo fahafahana vonjimaika, ny alatsinainy 25 mars hariva teo i Manantena Hajanirina Dina na i Haja, izay nitranga nandritra ny fandalovan’ny praiminisitra teto Toamasina ny alatsinainy mihitsy, ingahy Manantena Hajanirina Dina, nefa nambaran’ny komity manokana nisahana ny resaka fakana an-keriny tamin’izany izay niarahan’ny tonia mpampanoa lalana sy ny zandary ary ny polisy, fa ity Haja izay tratra tao Antsirabe ity mihitsy no tena atidoha nikotrika ireo fakana an-keriny karana maromaro teto Toamasina. Vao nahazo ilay fahafahana vonjimaika ny tenany, dia ny alatsinainy alina ihany dia efa niala teto Toamasina namonjy an’Antananarivo sy Antsirabe niaviany ary hihazo an’Ifanadiana izay nirotsahany ho kandida solombavambahoaka ihany koa. Amin’ity maha-kandida solombavambahoaka azy anefa no tena nahagaga ny maro satria tao anatin’ny fametrahana ny antontan-taratasy tamin’izany, dia mbola nifonja vonjimaika tao Ambalatavoahangy ingahy Haja ity, nefa afaka nikarakara ireo antontan-taratasy maro nofenoina tao anatin’izany. Raha ny fanazavana anefa, dia antontan-taratasy tsy latsaky ny 14 no tsy maintsy fenoina sy atao Sonia mandritra ny fametrahana ny filatsahan-kofidiana teny anivon’ny OVEC isaky ny distrika, ary mila miatrika ny fanaterana izany mivantana ireo lisitra iray mpilatsaka hofidina mandritra ny fametrahana izany ihany koa. Raha ny zava-misy izany, avy hatrany dia midika fa na voalohany nanao fampiasana Sonia hosoka ny mpiray lisitra amin’ny kandida mbola nifonja tao Ambalatavoahangy ity; na faharoa nisy ny firaisana tendro tamin’olona tety ivelany nitondra ireo antontan-taratasy tokony hataony Sonia teo anivon’ny fonja ben’i Toamasina nahafahany nandrotsaka izao maha-kandida ho solombambavambahoaka ao Ifanadiana izany. Ho hita eo izany ny tohiny, satria antony iray nampisy ny fihaonana teo amin’ny OMC atsinanana sy ny praiminisitra tonga teto Toamasina nyu alatsinainy 25 marsa teo, ny resaka ady atao amin’ny fakana an-keriny izay nahazo vahana tao ho ao izay, ary tsy tiana hiverina intsony, nefa izao nandritra ny fandalovan’ny praiminisitra teto Toamasina izao no nahazo fahafahana vonjimaika ity nolazaina ho lehiben’ny fakana an-keriny karana teto Toamasina ity. Mila fanazavana ny vahoaka sy ireo fianakavian’ny nalaina an-kery, indrindra mikasika ireo namany 7 niara-tratra taminy na mbola mifonja vonjimaika ao Ambalatavoahangy, na efa nahazo fahafahana vonjimaika ihany koa.

Malala Didier

Midi Madagasikara2 partages

Slalom Wynn’s : Les Rasoamaromaka dictent leur loi !

Mika (à gauche) et Faniry Rasoamaromaka font des merveilles au slalom.

Une ouverture de saison en apothéose pour les deux frères Rasoamaromaka qui ont survolé le Slalom Winn’s de dimanche au bout de piste Ivato.

Il n’y a rien à dire, ils sont trop forts avec leurs Citroën C2 qu’ils maîtrisent aujourd’hui avec une aisance déconcertante. Comme il fallait un vainqueur au classement général, l’honneur est revenu à Mika qui réalise un chrono d’anthologie avec 3 mn 59 sec 20. Son frère jumeau Faniry termine à la seconde place chez les Espoirs devant le champion 2018 en l’occurrence Tsiory Rakotomiarana sur une Peugeot 106.

La saison de slalom 2019 comporte 7 manches dont la seconde va se tenir les 6 et 7 avril sous les couleurs de l’ASCAM probablement sur le même circuit. Un autre défi pour les Rasoamaromaka qui vont aborder cette nouvelle bataille avec le plus grand sérieux. Et c’est tout à l’honneur de ces dignes fils de Hery Rasoamaromaka devenu aujourd’hui plus politique que pilote. Logique car il a déjà trouvé ses successeurs.

Clément RABARY

Midi Madagasikara2 partages

Médecin de l’Océan Indien : 8000 à 10.000 patients à soigner à Ihosy

La réussite des missions de MOI résulte de l’association d’entités de bonne  volonté autour du Dr Koitcha.

L’esprit de solidarité qui anime les entités et personnes de bonne volonté, est le gage de la réussite de la mission humanitaire réalisée par l’association Médecin de l’Océan Indien.

La 64e mission en terre malgache de l’association humanitaire Médecin de l’Océan Indien aura lieu à Ihosy du 1er au 10 avril prochain. L’objectif est cette fois-ci, de soigner entre 8000 et 10.000 patients.

Attachement. « Si on arrive à soigner 11.000 patients ce serait l’idéal » a déclaré le Dr Koitcha, Président de MOI, lors de la traditionnelle conférence de presse tenue avant le début de la mission. Une manière de confirmer l’attachement de son équipe pour cette mission humanitaire rendue possible grâce à cet esprit de solidarité qui anime chaque entité qui intervient  dans sa réalisation. Côté financement tout d’abord, une fois de plus, le Conseil Général de l’île de la Réunion a mis la main dans la pâte en apportant des fonds.  Sur le plan local, le groupe SMTP de Danil Ismaël apporte ses soutiens logistiques. Il y a également l’association aviation sans frontières ou encore l’entreprise SIDEX OI. Sans compter les autres contributeurs qui ont permis de faciliter l’ensemble des opérations pour la réussite de cette mission qui se distingue par son coût très minime. En effet, pour un budget de 72.000 euros pour soigner 11.000 malades, cela fait un coût de six euros par patients. Un coût très bas mais qui ne veut, pour autant pas dire que les interventions médicales sont de basse qualité.

100% gratuites. Ils sont en effet 52 médecins missionnaires  à apporter leurs compétences et abnégations pour soigner les malades dans la règle de l’art.  Ce sont en effet des médecins locaux et venant de la Réunion, spécialistes de plusieurs disciplines. Ils seront divisés en deux équipes. La première délégation dite hospitalière interviendra  dans le centre hospitalier d’Ihosy, et comportera  les services : chirurgie, ophtalmologie, optique, ORL, cardiologie, gastro-entérologie, et échographie. La deuxième délégation itinérante sera quant à elle composée de médecins généralistes, de pédiatres et de chirurgiens dentistes. Ce sera une équipe mobile qui se déplacera  dans diverses localités environnantes d’Ihosy. Une manière en somme de se rapprocher vers ceux qui ne peuvent pas faire le déplacement à l’hôpital d’Ihosy. Outre les interventions médicales qui sont à 100% gratuites la mission comportera également un volet enseignement postuniversitaire sous forme  de conférences destinées aux équipes soignantes locales et internes. Il y aura également un volet médecine préventive où les équipes assureront une campagne d’hygiène bucco-dentaire pour les enfants des écoles primaires de la région.

R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Protection sociale- Argent contre travail productif : 5 564 330 000 Ariary pour 8309 bénéficiaires da...

221 hommes et femmes travaillent chaque jour dans ce champ de culture de bambara, aménagé dans un site d’agroforesterie.

L’Argent contre travail productif ( ACTP) fait partie des trois programmes de Filets sociaux de sécurité de lutte contre l’extrême pauvreté initiés par le Ministère de la Population de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme ( MPPSPF), financé par la Banque mondiale et le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (UNICEF) et mis en œuvre par le Fonds d’Intervention pour le développement. Manakara fait partie des districts de mis en œuvre, l’ACTP y a fait 8309 bénéficiaires. 5 564 330 000 Ariary ont déjà été mobilisés dans la région.

Des recherches en économie et menées par des experts du développement ont en effet montré que la protection sociale non contributive constitue le pilier de la lutte contre l’extrême pauvreté dans le monde, si elle est assortie de mesures d’accompagnement basées sur la communication de messages clés collés aux contextes locaux et de modèle économique viables à long terme à destination des communautés bénéficiaires. L’ACTP en fait partie. Initié tel quel depuis 2016, le projet a déjà porté ses fruits, bien que modestes mais significatifs à Madagascar. Sur les 52,7% de Malgaches vivant dans l’extrême pauvreté, 5% sont désormais « sortis d’affaire » et ont pu améliorer peu à peu leur niveau de vie, de bien-être familial et d’éducation de leurs enfants. A Manakara, 8390 en sont sorties selon des données du FID, Agence de mise en œuvre. Notons par ailleurs que l’intérêt de l’ACTP réalisé à Marofarihy réside dans le fait qu’il bénéficie non seulement aux bénéficiaires directs, mais aussi à leurs communautés environnantes. Le comment du pourquoi ? Parce que les travaux réalisés combinent agroforesterie, permaculture (des produits de rente phare de la région et vivrière notamment) et aménagement du territoire, combiné par exemple à la rizipisciculture. C’est ainsi que la direction régionale de l’Agriculture et de l’Elevage et celle de l’Aménagement du territoire font partie des partenaires du projet.  Les terroirs deviennent encore plus fertiles, les habitants sortent progressivement de la malnutrition, les terrains du district sont moins érodés, etc. Des structures de soutien aux parents existent par ailleurs, telles que les services de garderie avec des éducateurs formés dans les champs d’HIMO, pour qu’il soit possible d’allier vie professionnelle et vie familiale. Benja, père de famille par exemple, grâce aux formations incluses dans les mesures d’accompagnement, a pu se perfectionner dans la culture et le commerce de produits de rente tels que le café, la cannelle et le girofle, pour nourrir convenablement sa famille et assurer une éducation décente à ses enfants.

Mécanismes et mesures d’accompagnement. L’ACTP permet aux bénéficiaires de bâtir des « actifs communautaires productifs » par le biais de travaux d’aménagement réalisés en haute intensité de main d’œuvre (HIMO), en appliquant les formations qu’ils ont reçu sur les techniques agricoles innovantes et plus écologiques, qu’elles appliqueront également dans leurs lopins de terre pour qu’elles se créent des activités génératrices de revenus à long terme.  En réalisant des chantiers dans un territoire donné pendant 80 jours par an (divisés en deux périodes de 40 jours), les bénéficiaires reçoivent un transfert monétaire. Pour une démarche inclusive, les individus invalides peuvent quant à eux, bénéficier d’un transfert monétaire non-conditionnel. Parmi les mesures d’accompagnement, un éventail de formation qui permettent d’intensifier et de pérenniser les résultats positifs du filet social de sécurité, notamment la formation en épargne communautaire et en business plan, par la mise en place de l’AVEC (Association Villageoise d’Epargne et de  Crédit) dont le cycle de vie est de neuf mois. Une mère de famille membre d’une AVEC à Marofarihy témoigne : « En huit mois, nous avons déjà pu épargner plus de  2 500 000 Ariary, avec une contribution plafonnée entre 1000 Ariary et 5000 Ariary. Nous pouvons emprunter à un taux de 10%, assez pour parer aux besoins d’urgences, étendre nos activités génératrices de revenu et améliorer la scolarité de nos enfants, etc. »  Surprenant en effet, quand nous savons que la majorité des familles dites de « classe moyenne » peinent à économiser à peine 200 000 Ar par mois…Par ailleurs au niveau national, 5 districts bénéficient de l’ACT P, Ankazoabo dans l’Atsimo Andrefana, Vatomandry dans l’Atsinananana, Isandra dans la Haute Matsiatra, Antanifotsy dans le Vakinankaratra et Manakara dans le Vatovavy Fito vinany. 32 500 bénéficiaires sont recensés au niveau national. Le projet est financé par la Banque mondiale via un crédit de 14,7 millions de dollars, 90 millions de dollars de financement additionnel ont été approuvé.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara1 partages

AV7 : Pour leur réintégration dans la Fonction Publique

Des dirigeants de l’AV7 accomplissent leur devoir de citoyen.

Madagascar une île verte, tel est le leitmotiv du régime actuel. C’est dans ce cadre que l’association AV7 a procédé à un reboisement dans le Fokontany d’Ampangabe, commune rurale d’Ambalavao du district d’Atsimondrano, vendredi dernier. 100 jeunes plants d’AKashia ont été mis en terre. Cette association refait surface. Selon les déclarations du président de l’AV7, Andriamanana Haja, l’association traverse des moments difficiles, étant donné que bon nombre de ces membres doivent suivre des traitements médicaux, pourtant, ils n’ont pas les moyens.  Ces membres revendiquent également qu’ils soient intégrés dans la Fonction Publique mais non pas en tant qu’ECD. A cet effet, ils s’adressent au Président de la République pour se pencher notamment sur leur cas.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Le judo en deuil : Joël Ralaimaro n’est plus

L’ancien président de la Fédération malgache de judo, Joël Ralaimaro est mort, samedi à l’âge de 87 ans. Une grosse perte pour le monde du judo qui se souvient de lui comme l’artisan du progrès palpable de cette discipline.

C’était pendant son mandat qu’on assistait aux duels opposant l’ESCA à St Michel où quelques Fianarois et Tuléarois arrivaient à se mêler à l’emballage final.

C’était encore avec lui que le judo malgache a pu participer aux Jeux Olympiques de Barcelone de 1992 avec deux combattants racés notamment l’actuel DTN Jean Jacques Rakotomalala mais aussi Rasoanaivo Razafy Luc.

A toute sa famille, la section sportive de Midi Madagasikara adresse ses sincères condoléances.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Histoire : Gallieni et les autres, aux prémices de la colonisation

Rainibetsimisaraka, le dandy élégant et homme d’armes.

Rabezavana « frère de sang de Rabozaka », Rainitavy, Rainibetsimisaraka, Rainandriamampandry, Ratsimamanga, Ramenamaso, Rafanenitra, Zamaria, Ramahafinaritra… la lutte contre la colonisation française vers la fin du XIXe siècle avait ses symboles. Ces hommes et ces femmes ont payé parfois de leur vie la défense de leurs terres et de la liberté, grâce aux inspirations civilisatrices de Gallieni.  

La seule image « existante » de Rabezavana est celui d’un homme dur. Coiffé comme un notable et accoutré d’un ensemble tiré à quatre épingles, chemise, veste, gilet et pantalon. Les chaussures cirées. La moustache fournie et symétrique. La posture de celui qui a mené la vie dure à l’administration coloniale, entre 1895 et 1898 selon les spécialistes, laisse penser à un personnage fier, sévère et surtout malicieux. Cela se retrouve surtout dans ce regard perçant et inquisiteur. En somme, il avait cet aura commun des chefs de guerre de ce monde, tels les Sitting Bull ou les Mac Arthur.

Le général Gallieni, colon et raciste de classe mondiale devant l’Eternel, lui a consacré plus de 20 pages dans son « Rapport d’ensemble sur la pacification, l’organisation et la colonisation de Madagascar ». C’est que l’énergumène n’était pas un « va-t’en guerre » brouillon comme on l’a souvent caricaturé. Il était un fin stratège, connaissant l’art du harcèlement, de la diversion comme personne et un politicien habile. Du côté de ses alliés, « Rabezavana » était adulé, craint mais surtout respecté. A côté de lui se trouvait Rainandriamampandry, ministre de l’Intérieur, sorte d’agent double auprès des combattants pour la liberté du pays. Ses alliés le surnommaient « Ratiatanindrazana ».

Rabezavana, l’autorité du chef de guerre personnifiée.

Dans ce recueil de plus de 630 pages, le colon Gallieni vouait une haine viscérale pour les « Hovas » et aux autres ennemis pourfendeurs de « sa France ». La manière dont il décrit, avec ses propos de goujat qui s’invite hors de ses terres, le prince Ratsimamanga en dit assez. « Borné, rapace, tout imbu des traditions féodales de la haute caste à laquelle il appartenait, Ratsimamanga s’était retrouvé incapable de comprendre et d’accepter le changement que notre victoire apportait à l’ancien état des choses ». Ou encore, l’exécution de Rainandriamampandry, un 12 octobre, pour montrer l’exemple. Sans oublier, l’exil forcé de la Princesse Ramasindrazana, qu’il décrit comme « distinguée par sa haine pour les français ».

Par ailleurs, avec Rabezavana, le haut gradé de l’armée coloniale française en avait une certaine estime, tout en étant imbus de la mission civilisatrice de sa chère patrie. Après la reddition et l’emprisonnement des chefs de guerre les plus puissants, dont Rabezavana, il a eu ces propos. « Rabezavana, l’assassin de Garnier et de ses compagnons ; Rainibetsimisaraka, qui avait fait massacrer Duret de Brie, Granet et les autres ; Rabozaka, le meurtrier du père Berthieu… furent solennellement graciés par moi et simplement éloignés pour quelques temps à la Réunion ». Le fonctionnaire militaire voulait ainsi prouver la bienveillance et la hauteur de la morale française. Il semble oublier que ses commandants n’ont pas hésité à laisser en pâture aux chiens, devant leurs familles éplorées, les cadavres des malgaches exécutés pour un simple regard de travers.

Le général Gallieni, le colon en chef de l’administration française.

La relation entre les hommes de terrains comme Rainitavy, descendant du groupe humain Sakalava, Rabozaka et les hommes de bureaux comme Rainandriamampandry ou Ratsimamanga a entre autres, constitué le rouage de la révolte. Si les derniers manipulaient les corps expéditionnaires malgaches, leurs initiatives laissaient aux premiers, le temps de s’organiser ou tout simplement de quitter les lieux. Rainandriamampandry « essayait de dissimuler aux autorités françaises le véritable caractère de l’insurrection, en présentant les troubles comme de simples vols armés ». Il cachait également des documents de correspondance venant des chefs de guerre à l’administration française. Ses agissements avec son comparse Ratsimamanga ont été mis à jour par le général, ils sont passés à la trappe.

La résistance de Rainitavy considéré comme un « mi-Hova, mi-Sakalava » est aussi à souligner. Il a fallu plus de deux régiments pour que les français puissent avoir raison de lui. Celui qui tenait Ambato- Boeny et ses environs hors des velléités coloniales a abdiqué. Cette partie occidentale de Madagascar avait une particularité économique pour ses exploitations aurifères. « L’exploitation de l’or devant être réservée aux Européens, dont un certain nombre insistaient auprès du résident général pour avoir l’autorisation de s’installer dans le Betsiriry, il fallait occuper cette région et préserver efficacement des incursions des Sakalaves », admet le général Gallieni.

Croquis arraché de l’exécution du Prince Ratsimamanga.

Dans son rapport, Gallieni n’a jamais omis la possibilité que ses « ennemis » pouvaient ressentir le sentiment d’appartenance, l’attachement identitaire et les valeurs de liberté que revêtait la revendication de ces hommes, comme Ratsimamanga, Rainibetsimisaraka ou encore Ramasindrazana. Les affublant par des qualificatifs primitifs, ces « indigènes » comme il les considère avaient sans doute la même légitimité, que les forces de la Résistance, quand les nazis ont foulé Paris et Vichy lors de la deuxième Guerre Mondiale.

Maminirina Rado

Madaplus.info0 partages

Vidéo Officielle de la Nuit Blanche 2019


Madaplus.info0 partages

Madagascar: Impression des bulletins uniques, en cours en Afrique du Sud.

D’après une annonce officielle du Vice-Président de la CENI le 26 Mars, l’impression des bulletins uniques pour l’élection législative du 07 Mai prochain est en cours. Compte tenu des annonces de la semaine dernière, il y aura trois formats dépendants du nombre de candidats inscrits dans chaque district.
Les 10 millions 500 milles bulletins arriveront alors à Madagascar le 3 Mai prochain. Par ailleurs, face aux problèmes survenus lors de l’élection présidentielle de 2018, la CENI a affirmé que chaque bulletin restera scellé jusqu’au jour de l’élection. Chaque enveloppe sera ouverte face au public le jour même du scrutin.
Madaplus.info0 partages

« NOUS RECRUTONS 02 CUEILLEURS(ES) CDD DE 3 à 4 MOIS pour le leader de la production de champignons dans...

Société leader dans la culture de champignons recrute 02 pers en CDD 04 mois dans le 17800.
Toute candidature doit contenir : 01 CV et 01 lettre de motivation ainsi que les dates de disponibilités
Retrouvez la fiche de poste en PJ
Contact: tahiry.ramanantsoa@gmail.com
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Un candidat, aux législtaives, suspecté dans une affaire de kidnapping.

Dans le district d’Ifanadiana, le candidat numéro deux de la liste officielle a été suspecté d’avoir participé à une affaire de kidnapping d’un ressortissant étranger à Toamasina. Le 26 Mars 2019, le Tribunal de Toamasina lui a accordé une liberté provisoire pour manque de preuves, selon des sources auprès dudit tribunal.
Il y quelques mois, la séquestration d’un ressortissant d'origine "karana" dans la région Est de Madagascar a fait la une des journaux. Suite aux enquêtes menées par la police locale, 8 personnes ont été arrêtées car soupçonnées d’avoir participé à cet enlèvement. La suite sur l’affaire reste encore à découvrir en attendant les résultats officiels des enquêtes. Selon les suppositions, ledit candidat serait le premier responsable de l’enlèvement, mais le fait reste à prouver jusqu’à ce jour.
Tia Tanindranaza0 partages

Fiaraha-miombon’antoky ny fanjakana sy ny tsy miankinaMila mitandrina ny firenena mahantra

Tany amin’ny taonjato faha-15 no nipoiran’ny teny hoe « fiaraha-miombon’antoky ny fanjakana sy ny tsy miankina (PPP na 3P)) ary tamin’ny taona 1990 tany Grande Bretagne no tena nampiasana sy nampiroborobo azy.

 

 

 Ny 3P dia famatsiam-bola mialoha (pré-financement) ataon’ny tsy miankina hanomezana tolotra amin’ny fotodrafitrasan’ny fanjakana. Raha araka ny lalàna indray dia fifanarahana manontolo ny amin’ny anjara asa ataon’ny tsy miankina amin’ny fanjakana ny PPP. Ohatra amin’izany ny nanamboaran’ny orinasa tsy miankina ny lapan’ny fitsarana tany Frantsa izay natao fitaratra manontolo. Tombony amin’ireny ny fahaiza-manaon’ny sehatra tsy miankina manatanteraka ny antoka sy ny fotodrafitrasa ao anatin’ny fotoana nifanarahana ary tena nanaja fotoana. Misy ihany koa anefa ny mampisalasala ny amin’ny fironana amin’ny 3P satria lafo loatra ny vola alain’ny sehatra tsy miankina amin’ny fanjakana. 86 tapitrisa Euro, ohatra ny hofan-trano isan-taona aloan’ny fanjakana Frantsay tamin’ny asa famitana ilay lapan’ny fitsarana miampy ny fikojakojana azy. Izay no mahatonga ny mpahay toekarena sasany milaza fa any amin’ny firenena mandroso ihany no mety ny 3P. Tany Senegal izao, ohatra, dia niteraka olana ny fanamboarana lalambe vaovao izay tsy namaly ny hetahetan’ny vahoaka. Lafo loatra mantsy ny fandoavam-bola manelanelana ny lalan-kaleha (péage) nalaina satria 2000 CFA na 3 Euros isaky ny fiara sady niteraka fitohanan’ny fiara lavareny mihitsy tamin’ny fakàna ny vola. Raha ny eto Madagasikara indray dia miteraka kolikoly hatrany izany amin’ny alalan’ny tsenam-baro-panjakana. Na misy aza fampafahantarana ny tsena ho an’ny daholobe (appel d’offre) dia tsy mangarahara fa kitranoantrano hatrany no manjaka ary efa fantatry ny minisitera any am-boalohany ny mahazo ny tsena, hany ka petatoko sy zara fa vita hatrany ny fotodrafitrasa tanterahina.

 

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Banky iraisam-pirenena« Tokony handroso ara-toekarena i Madagasikara »

Fanaovan-tsonia fifanaraham-piaraha-miasa miaraka tamin’ny Banky iraisam-pirenena no natao omaly talata 26 martsa tetsy amin’ny minisiteran’ny fitantanam-bola Antaninarenina.

 

Anisan’izany ny tetikasa nasionaly momba ny fanamarinana ny taratasin-tany izay nanomezan’ny Banky Iraisam-pirenena 52 tapitrisa dolara hampiroboroboana ny tontolo ambanivohitra. Eo ihany koa ny fanatsarana ny fisitrahan’ny tokantrano sy ny orinasa ary ny ivontoeram-pitsaboana hahazo jiro ka nanomezan’izy ireo 150 tapitrisa dolara. Ankoatra izay dia nisy ihany koa ny fanomezan’ny Banky iraisam-pirenena 90 tapitrisa dolara hanamafisana ireo tetikasa nasionaly amin’ny fiahiana ara-tsosialy izay tena mbola marefo eto Madagasikara. Nanambara   Ramatoa Coralie Gevers  misolotena ny Banky iraisam-pirenena fa zava-dehibe ary tena ilaina ny fanampiana an’i Madagasikara, indrindra amin’ny sehatra fambolena satria io no ifotoran’ny toekarena Malagasy. Miankina amin’io sehatra io mihitsy hoy izy ny fampandrosoana an’i Madagasikara. Fifanarahana tantanan’ny fanjakana Malagasy moa ity natao omaly ity araka ny tatitry ny minisiteran’ny toekarena sy ny fitantanam-bola, Richard Randriamandranto ka ilana fahaiza-mitantana. Saika voakasik’ity fifanaovan-tsonia ity avokoa ny sehatra fambolena, ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, ny angovo ary ny toekarena sy ny fitantanam-bola.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny mponina eny Andrefan’i MananjaraNitondra vahaolana ny kandida Ramboasalama

Mahatsiaro tena ho tompon’andraikitra ary manana adidy eo amin’ny fiarahamonina ny kandida laharana faha-4 atolotry ny antoko Tiko I Madagasikara ao anatin’ny boriborintany faha-4 eto Antananarivo Atoa Ramboasalama Emilien.

Nidina ifotony nijery ny olan’ireo mponina ao amin’ny fokontany Mananjara izay ao anatin’ny boriborintany misy azy ny tenany nihaino ny hetahetam-bahoaka. Itarainan’ireo fokonoloana ny lalana, fandriampahalemana ary ny rano mihandrona tsy misy fivoahany. Ireo beantitra izay nihaona taminy dia nangataka ny hijerena azy ireo akaiky, indrindra ny fakana ny fisotroan-dronono sy ny maha olona amin’ny fampiasana karatra maitso. Nisy ny fanampiana ireo beantitra miisa roan-jato ao amin’ny fokontany Andrefan’i Mananjara, toy ny vary sy menaka. Ireo mpanasa lamba ihany koa dia notolorana savony sy borosin-damba entina hanamaivanana ny asan’izy ireo. Ny fotodrafitrasa ao amin’ny biraom-pokontany dia hasiana fanamboarana toy ny varavarankely ary ny valin-drihana. Hohavaozina ny trano ho an’ireo mpitandro ny filaminana dia ny tobin-janaparitra (poste avancé) ho an’ny polisy hanatsarana ny fandriampahalemana. Nisy ny fizarana takamoa apetraka hanazavana ny tanàna iarahana miasa amin’ny JIRAMA.

 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny fahasalamana sy ny UNICEFHanao rodobe hiady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo

Hiara-kiasa manomboka izao ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka sy ny UNICEF hanao rodobe hiady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo.

 

Tanteraka omaly tetsy Anosy ny sonia fifanekem-piaraha-miasa mifandraika amin’izany hanatanteraka ilay tetikasa Pnan na drafitrasam-pirenena ho an’ny tsy fanjarian-tsakafo. Raha araka ny fantatra tokoa mantsy dia very 750 dolara isan-taona isika eto Madagasikara vokatr’izay tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka mahazo ny ankizy latsaky ny dimy taona izay. Nambaran’ny profesora Rakotonirina Julio, minisitry ny fahasalamam-bahoaka nandritra izany ary fa eo anivon’ny lafiny teknika kokoa  no hanombohan’ny roa tonta ny fiaraha-miasany, haharitra telo taona. Tafiditra ao anatin’izany ny fikirakirana ireo karazana antontan’isa maro samihafa hahafahana mitady vahaolana haingana. Raha mbola mahatratra 47,3 % ohatra ny tahan’ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka mahazo ny ankizy eto amintsika dia  ezahina ny hampihena io taha io hatrany amin’ny 30 % hatramin’ny taona 2027. Mitentina 80 tapitrisa dolara ny famatsiam-bola ho an’ity  tetikasa izay vatsian’ny Banky iraisam-pirenena vola raha ny   ministeran’ny fahasalamam-bahoaka, ny fanjakana sy ny Unicef  no handray an-tanana izany.  Zaza miisa 5 tapitrisa moa no ezahina hahazo tombontsoa amin’izany miampy vehivavy 400 000 isa sy mpanentana ara-pahasalamana marobe.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

NITORY NY FIANAKAVIAN’ILAY KARANA VAVY

Omaly no nametraka ny fitoriana teo anivon’ny BC etsy Anosy ny fianakavian’ilay ramatoa karàna vavy Rehana Dinmamod izay nisy namono ny alahady tolakandro teo.

 

 

Tsy mbola nisy kosa ny fisamborana hatreto. Raha tsiahivina dia manana mpiasa roa izy ary mifandimby ireo amin’ny fikarakaràna azy izay manana aretina mitaiza. Nisy mompera koa izay nampanantsoin’ilay madama tamin’io fotoana io ary niandry fotsiny tao. Kinanjo efa maty nofatorana tao anaty « baignoire » sy nalentika anaty rano ilay karàna. 

DELESTAZY

Miverina indray ny fahatapahan-jiro amin'ny faritra maro. Toa ataon'ny jirama fanararaotana ny andro ratsy sy ny fotoam-pahavaratra. Maharitra ora maro ny fahatapahana ary tsy miverina mihitsy raha tsy maraina any amin’ny kartie sasany eto an-drenivohitra. Indrindra koa, tsy mba misy fampilazàna toa ny teo aloha izay mba hahafahan’ny mponina miomana amin’ny fandrindràna ny fiainany. Sady tampoka no tsy misy fialan-tsiny. Manao izay danin’ny kibony tanteraka ity orinasam-panjakana ity. 

FAMBOLEN-KAZO

Nitombo tsy toy ny isan-taona ny fahavitrihan'ny olona manao fambolen-kazo. Hatramin’ny fikambanana madinika ka hatramin'ireo orinasa goavana, nanatanteraka izany avokoa. Izay vao tonga saina ny amin'ny mahasarobidy ny ala sy ny tontolo maintso. Tsy vitan’ny mamboly fotsiny anefa no tena tokony hatao fa misy fanaraha-maso ny fitombon’ny hazo koa raha tiana ho velona soa aman-tsara izany. Eo no mety ho lesoka, raha tsy mitandrina dia ho very maina fotsiny ny ezaka. 

POLISY MAMPAHAFANTATRA NY LALANA

Mifantoka tanteraka amin’ny fampahafantarana ny lalàna aloha ny ataon’ny polisy misahana ny fifamoivoizana hatreto. Ny an’ny kaomisaria foiben’Avaradrano dia nampanantsoina avokoa ireo zotran’ny taksibe izay mampitohy an’iny faritra iny ary noresahina momba ny olana izay hita matetika avy amin’ny fitarainan’ny mpampiasa làlana. Mety ny ezaka izay misy fa kosa raha vao misy iray izay maka vola eo indray dia ho rava tanteraka ny tanjona rehetra. Manara-maso ny rehetra. 

LALANA MIFEHY NY SERASERA

Haverina hodinihina tanteraka ny lalàna izay mifehy ny serasera. Izay no isan’ny asa lehibe izay handrasan’ny fitondrana amin’ny minisitera tompon’andraikitra. Ny minisitra izay anisan’ny niady mafy ny fanovàna an’io fony izy mpanao gazety ary rariny loatra raha mitodika any aminy ny maso ankehitriny. Anisan’ny handrasan’ny maro ny fialan’ny fitondrana amin’ny asan’ny mpanao gazety ary tsy hofehezin’ny minisitera intsony. 

NIASA TANY KOWEIT

Misy olona tonga avy any Koweit ary niasa tany nandritry ny fotoana ela no tonga eto an-tanindrazana amin’izao fotoana. Ny olana dia tsy mahatadidy izay rehetra nitranga izy ary very saina tanteraka. Manazava hatrany fa na mahafaty na mahalasa adala ny fiasàn’ny Malagasy any an-toerana kanefa dia mbola betsaka ihany ny roboka amin’izany. 

Tia Tanindranaza0 partages

IHOSYAvotry ny polisy ilay takalon’aina sy omby 22

Takalon’aina iray sy omby miisa 22 no tafaverina amin’ny tompony tany Ihosy noho ny fiaraha-miasa teo amin’ny fokonolona sy ny polisy, ny sabotsy 23 martsa lasa teo.

 

 

Dahalo miisa 14 mirongo basim-borona fito no nanafika ny fokontany Bemandresy sy Androtsy ao amin’ny kaominina Ambanivohitra Ambia, araka ny vaovaon’ny Polism-pirenena Malagasy. Nanao tifi-danitra ny dahalo rehefa nanafika ary nalain’izy ireo ny omby miisa 23 sy ny olona iray hataon’izy ireo kidnapping. Rehefa vita ny fanafihana  dia nentin’izy ireo nitsoaka ireo omby sy ilay olona nalainy an-keriny. Efa nampandre ny polisy anefa ireo fokonolona ka  tsy niandry ela ireto farany fa avy hatrany dia nanao ny paik’ady rehetra ka nitsena ireo dahalo  tamin’ny lalana saika handosirany. Ny fokonolona ihany koa  moa taorian’ny fanafihana dia nanara-dia ireo dahalo. Vao nifanena tamin’ny polisy ireo dahalo dia nirifatra nandositra ka  navelan’izy ireo teo ny omby miisa 22 ary avotra koa ilay takalon’aina. Anisan’ny miasa mafy ireo mpitandro filaminana any Ihosy sy ny manodidina izay faritra mena amin’ny tsy fandriampahalemana. Ankoatra ny fanenjehana dahalo, matetika ihany koa tato ho ato ny vokatra azon’izy ireo amin’ny trafikana harem-pirenena izay mandalo amin’iny toerana iny. Tsy vitsy ireo ezaka ataon’ny mpitandro filaminana amin’ny fandriampahalemana sy fampandriana tany fa maro lavitra noho izany ihany koa ny asa ratsin’ny dahalo. Moa ve tsy misy paik’ady matanjaka tena enti-miatrika amin’ny ady lehibe toy izao eto Madagasikara ka itadiavana ny fomba hamongorana tanteraka ny fanafihana mitam-piadiana ? Raha izao no mitohy miha mahantra ny vahoaka moa ny mpitandro filaminana mivarotr’aina lalandava. 

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kandida depiote atidohana kidnappingNomena fahafahana vonjimaika i Hajanirina

Nomen’ny Fitsarana Ambony Toamasina fahafahana vonjimaika i Manantena Hajanirina Dina izay voarohirohy noho ny fakana an-keriny.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Otrikaretina Vih/SidaEto afovoan-tany no tena betsaka voa indrindra

0,3 % ny tahan’ireo olona mitondra ny otrikaretina Vih/sida eto amintsika raha ny nambaran’ny komitim-pirenena miady amin’ny aretina SIDA omaly na ny SE/CNLS.

 

 Eto afovoan-tany no tena betsaka olona mitondra ny aretina, hoy Andrianiaina Harivelo,  tompon’andraikitra eo anivon’ny SE/CNLS ankoatra ny any amin’ny faritra be mpizahatany vahiny sy ireo toerana misy famoronana’asa. Miaina anaty tebiteby ny ankamaroan’ny olona, indrindra ireo manana vady na olon-tiana tia mandehandeha.  Raha ny fantatra dia mbola mijanona ho 2,6 % ihany  koa ny tahan’ny fampiasana fy mailo eto amintsika, fanadihadiana natao tamin’ny 2012 noho izy ireny voalaza fa  manelingelina ny mpifankatia mandritra ny fotoana hanaovana firaisana ara-nofo. Mikaon-doha mitady paikady hanatsarana ny ady hatao amin’ny aretina SIDA etsy Anosy avokoa ireo mpiara-miombon’antoka rehetra nanomboka omaly arahin’ny fanaovana jery todika ny asa vita. Tsiahivina fa 0,8 % ny tahan’ireo olona mitondra ity otrikaretina ity maneran-tany raha tafakatra 1,9 % kosa izany aty Afrika ahitana an’i Kénya,  Afrika atsimo….loza mananontanona antsika eto Madagasikara.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ho akanin-jiolahy ?

Marina fa andron’ny demokrasia izao. Manaporofo izany io filatsahan-kofidiana ho solombavambahoaka ahitana sokajin’olona samihafa io.

 

Tsikaritra ihany anefa ny kajikajy politika samihafa katsahina amin’izy ity. Toerana ambony hahazoana tombontsoa tsy hita pesimpesenina io, ary anisan’ny goavana ilay fahazoana ny zo tsy azo henjehina. Toa nohararaotin’ny sasany aza izany nentina nampandehanana ny afera samihafa, raha tarafina tamin’ny taom-piasan’ny depiote farany teo. Misy amin’izy ireo no voarohirohy amina afera samihafa, raha tsy hilaza afa tsy ny resaka boaderozy. Ny sasany vao mirotsaka indray efa nosamborina tamina resaka fakana an-keriny izao ka tokony ho any am-ponja, kanefa dia afaka nikarakara dosie sy lisitra faharoa mpisolo toerana. Niverenana nosamborina kinanjo, nahazo fahafahana vonjimaika. Atao mahagaga ve raha misy amin’ny olona no sahy milaza fa ny mpangalatra akoho na mangahazo eny an-tsaha ihany no mifonja eto amintsika. Toa sarintsarina ady amin’ny kolikoly no atao eto mba hakana ny fon’ny mpamatsy vola satria mason-tsivana takian’izy ireo io. Ny be afera sy mpanodinkodina volam-panjakana, ny be galona voatonontonona amina resaka boaderozy tsy misy resaka, ny minisitra voatonontonona amin’ny famarotana tanindrazana dia mbola afa-maina sy tsy misy resaka hatramin’izao. Ny fitantanana ny fanjakana amin’izao fotoana izao, dia maro ireo zavatra mampiahiahy, raha tsy hilaza afa tsy ny vary mora, ny fananganana orinasa mpamokatra ethanol, ny nampidirina fiara mpiady sy fitaovam-piadiana,… Resabe ny resaka fanjakana tan-dalàna sy mpitondra filamatra, fa raha ny atao sy ny afitsoka aloha dia tena misy fifanoheran-kevitra tanteraka ao anatin’io. Fantatry ny rehetra rahateo hoe avy aiza no niaingan’ilay filoha ankehitriny sy ny ekipany, izay te hikosoka ny tantara ka te hampiseho mafy ankehitriny, fa tena madio tsy misy pentina. Ny tanana efa zatra mitsotra, hoy ny fitenin-drazantsika, tsy afaka hivokona intsony. Toa lesona avy amin’izany ity tsimatimanota tadiavin’ny mpanao politika sasany hialokalofana sy hitadiavana vonjy etsy Tsimbazaza ity. Mila mailo ny vahoaka, sao ho lasa akanin-jiolahy ilay ambara fa lapan’ny demokrasia.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

TRS Scooter Hanokatra ny taom-pilalaovana 2019

Hanokatra ny taom-pilalaovana 2019 eny amin’ny CCI Ivato amin’ny alahady 31 martsa 2019 izao ny Club TRS “Thunder Racing Scoot” tarihan’ny filohany Andrianjaka Jean Patrick “Njaka”.

Tia Tanindranaza0 partages

Basket 3 x 3 Anda Hidôla 2019Nafana tokoa tao Fenoarivo Atsinanana

Tontosa teny amin’ny araben’ny fahaleovantenan’i Fenoarivo Atsinanana ny sabotsy 23 sy alahady 24 martsa 2019 ny fifaninanana basikety 3 x 3 “Anda Hidôla 2019” andiany voalohany

nokarakarain’ny  ligy rejionalin’ny baskety baolina any Analanjirofo notarihan’ny filohany, Juliana Rabarijaona, ary  teo ambany fiahian’ny Fmbb  « Federasiona  Malagasin’ny Baket-ball ». Tafavoaka   ho mpandresy teo amin’ny sokajy Sénior lehilahy tamin’ireo ekipa 10 nandray anjara ny 2 Bc Antsirabe nandresy ny Copn 2 Mahanoro 14 – 10 teo amin’ny lalao famaranana. Teo amin’ny sokajy U 18 zatovolahy  nahitana ekipa 14 nandray anjara kosa dia ny Ascut Toamasina nandavo ny Riven’s Fenoarivo Atsinanana 16-04 no voahosotra ho tompondaka. Teo amin’ny « Tirs à 3 points » dia i Fanilo no voalohany teo amin’ny sokajy Sénior ary i Elia kosa teo amin’ny sokajy U 18.

Tia Tanindranaza0 partages

« IN­­-SOCCER Inter-Institut » andiany 1Andro faha-3 anio alarobia etsy amin’ny kianjan’i Mahamasina

Raikitra ofisialy nanomboka tamin’ny alatsinainy 25 martsa 2019 teo ka tsy hifarana raha tsy amin’ny alahady 31 martsa izao ny fifaninanana baolina kitra « IN­­-SOCCER Inter-Institut » andiany 1 karakarain’ny fikambanana « Jeunes Sport Events » tarihan’ny filohany, Vania Andriamisa.

Tia Tanindranaza0 partages

Firaisankinan’ny sendika eto MadagasikaraMisintona lakolosy momba ny resaka karama

Tsy mipetra-potsiny akory ny firaisankinan’ny sendika eto Madagasikara na ny SSM fa miezaka ny mijery sy manara-maso akaiky ireo zava-misy eto amin’ny firenena.

 

 Hisy ny fihaonana karakarain’izy ireo etsy amin’ny Arrupe Faravohitra ny 02 sy ny 03 aprily ho avy izao ka lohahevitra maro no havoitran’izy ireo ao anatin’izany, raha araka ny fanazavan-dRaharison Rakotomanga, sekretera jeneralin’ny SSM. Ireo maharary ny vahoaka no tena horesahin’izy ireo raha ny fantatra toy ny karama raisina isam-bolana na ho an’ny mpiasam-panjakana na ho an’ny sehatra tsy miankina. Efa telo volana mantsy izay, hoy Raharison Rakotomanga no nitondran’ny filoha ankehitriny saingy tsy niresaka izany izy na kely aza, fampanantenana nataony tamin’ny vahoaka nandritra ny fampielezan-kevitra nataony. Hamoha io fampanantenana  io ny SSM ankoatra ny fijerena ireo mpiasa eny anivon’ny kaominina izay tsy mandray karama raha vantany vao misolo ny ben’ny tanàna nefa izy ireny no tena miasa mafy manampy ny vahoaka. Nomarihin’ity sekretera jeneraly eo anivon’ny SSM ity moa fa hoentin’izy ireo eo anatrehan’ny kandida solombavambahoaka ny soso-kevitra rehetra mivoaka aorian’izany entina hanatsarana ny fiainam-bahoaka amin’ny ankapobeny.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antsirabe IMikorontana tanteraka

Miha mafy ny fitokonan’ireo mpiasan’ny kaominina Antsirabe ambonivohitra.

 

 Nitokona nanoloana ny biraon’ny kaominina izy ireo omaly, nandoro kodiarana, nively sarom-bilany sady niakanjo mena. 45 andro  izay ny fitakiana saingy tsy nisy mpihaino izahay, hoy izy ireo. Karama 11 volana no tsy voaloa, efa  misy ireo tsy mihinan-kanina ara-dalàna intsony, ny zanaka tsy mianatra, misavovona ny trosa. Tsy rariny intsony izany hoe herintaona latsaka kely izany tsy nandray karama, hoy ireto mpiasa ireto kanefa kaominina mba mampidi-bola ihany Antsirabe renivohitra. Manahy izahay fa sao lasa any am-paosin’ny ben’ny tanàna fotsiny ny vola, hoy izy ireo. Nanambara kosa tetsy an-kilan’izay ny ben’ny tanàna Atoa Paul Razanakolona fa efa misy ny vahaolana aroso ka misy karama 2 volana efa vonona ao aloha. Zo ny mitaky fa hajao ny hafa, hoy izy ary  aleo miresaka. Nanizingizina kosa anefa ireo mpiasa fa tsy hijanona ny hetsika raha tsy voavaha tanteraka ny olana. Maro ny resaka mandeha momba ity olana ara-bola ao amin’ny kaominina Antsirabe I ity. Maro no mihevitra fa misy ny fanadihadiana lalina tokony hatao amin’ny fitantanana ny volan’ny kaominina mba hialana amin’ny ahiahy tsy hihavanana satria efa maro be ny resaka nandeha momba an’ingahy ben’ny tanàna. Fa mandra-piandry izay ho vahaolana maharitra aloha dia tsy misy mandeha amin’izay laoniny ny asa .

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antsirabe IMikorontana tanteraka

Miha mafy ny fitokonan’ireo mpiasan’ny kaominina Antsirabe ambonivohitra.

 

 

 Nitokona nanoloana ny biraon’ny kaominina izy ireo omaly, nandoro kodiarana, nively sarom-bilany sady niakanjo mena. 45 andro  izay ny fitakiana saingy tsy nisy mpihaino izahay, hoy izy ireo. Karama 11 volana no tsy voaloa, efa  misy ireo tsy mihinan-kanina ara-dalàna intsony, ny zanaka tsy mianatra, misavovona ny trosa. Tsy rariny intsony izany hoe herintaona latsaka kely izany tsy nandray karama, hoy ireto mpiasa ireto kanefa kaominina mba mampidi-bola ihany Antsirabe renivohitra. Manahy izahay fa sao lasa any am-paosin’ny ben’ny tanàna fotsiny ny vola, hoy izy ireo. Nanambara kosa tetsy an-kilan’izay ny ben’ny tanàna Atoa Paul Razanakolona fa efa misy ny vahaolana aroso ka misy karama 2 volana efa vonona ao aloha. Zo ny mitaky fa hajao ny hafa, hoy izy ary  aleo miresaka. Nanizingizina kosa anefa ireo mpiasa fa tsy hijanona ny hetsika raha tsy voavaha tanteraka ny olana. Maro ny resaka mandeha momba ity olana ara-bola ao amin’ny kaominina Antsirabe I ity. Maro no mihevitra fa misy ny fanadihadiana lalina tokony hatao amin’ny fitantanana ny volan’ny kaominina mba hialana amin’ny ahiahy tsy hihavanana satria efa maro be ny resaka nandeha momba an’ingahy ben’ny tanàna. Fa mandra-piandry izay ho vahaolana maharitra aloha dia tsy misy mandeha amin’izay laoniny ny asa .

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy atao kilalao

Solombavambahoaka, antenimieram-pirenena, depioteZay ndray zao no mahoraka, resaka mandehaSeza maromaro no hiadivana sy hozaraina amin'izanyAntoko vitsivitsy mifaninana, miezaka ny ho lany.

 

 

 

Betsaka ireo midina ifotony manao asa soa tampoka

Ireo mampiasa vola be ahazoana antoka

Rehefa tombontsoa dia andaniana vola be

Lasa misy mpiahy ho azy teo ireo mahantra an-dalambe.

 

Maro ireo artista mpanakanto no milatsaka

Asa re raha soa iombonana marina no kinatsaka

Fa raha famalifaliana tahaka ireo seho an-tsehatra aloha

Dia aleo hilamina any fa toa tsy mahasoa.

 

Fiainam-bahoaka ity ka tsy azo atao kilalao

Fa ny lainga afafy ihany no hifototra aminao

Raha depiote hihinam-bola fotsiny kosa aloha

Dia aleonay vahoaka mifidy solombodiakoho.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kandida depiote atidohana kidnappingNomena fahafahana vonjimaika i Hajanirina

Nomen’ny Fitsarana Ambony Toamasina fahafahana vonjimaika i Manantena Hajanirina Dina izay voarohirohy noho ny fakana an-keriny. Nanao fanakanana ny fampanoavana amin’ny fitsarana ambaratonga voalohany any an-toerana, saingy tsy afa-nanoatra.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainam-pirenenaManangasanga indray ny krizy…

Maro ireo olona nanohitra ny fitondrana nifanesy, indrindra tamin`ny fanjakana Hery Rajaonarimampianina. Raha ny zavatra hitan`ireo nahazo fahefana dia tretrika sy hiadana ary hilamina i Madagasikara.

 

Toa efa mipetraka avokoa ny zavatra rehetra. Toy ny fahalalahana hiteny, haneho hevitra. Anisan`ny niady mafy izany ny minisitry ny serasera ankehitriny. Raha tsiahivina, nisy fandehanana teny amin’ny arabe, nilanja vatam-paty. Fihetsika maro no nanehoana fa ilaina ny fahalalan`ny vahoaka maneho hevitra ao anatin`ny firenena. Teo amin`ny sehatra ara-politika dia nametraka tsara fa hamerina indray an`i Madagasikara ao anatin`ny voninahiny, amin`ny fahampiana sakafo, ny fampianarana, ny tsy fandriampahalemana izao fitondrana izao. Ny zava-misy andavanandro anefa dia ny horohoro mahazo ny vahoaka toy ny fakana an-keriny, halatra omby, fanolanana, vaky trano … Namoaka fanambarana avy eo ny minisiteran`ny serasera sy ny kolontsaina fa ireo sary manaitaitra na koa mampihetsi-po dia tsy azo alefa amin`ny haino aman-jery. Izany fanapahan-kevitra izany tokoa ve no laharampahamehana , sa paikady hanafenana ny tena marina ? Tsy azo alefa amin`ny haino aman-jery na gazety satria tsy voafehy ny tsy fandriampahalemana ? Ny tsapa  dia miandry voadona vao mihetsika ny fitondrana. Nipoaka tany Antalaha sy Farafangana,  vao nivaha ny delestazy. Iray andro taorian`ny fahaverezana ain’olona dia tonga ny “groupe”na famatsiana jiro. Tsy nisy ve ny fanazavana mialoha nomena ny mponina tany an-toerana ka nahafahana nisoroka ny korontana ? Toa manaporofo izany rehetra izany fa tsy mandeha araka ny tokony ho izy ny fitantanana ny firenena, misy zavatra misafotofoto sy mikorontana.Miha mipoitra tsikelikely ny fahasosoran’ny olona ary tena ahiana ny hitrangana savorovoro eto rehefa mafampana eo indray ny fampielezan-kevitra fifidianana solombavambahoaka; na aorian’ny latsa-bato sy rehefa mivoaka ny voka-pifidianana.Marary ny vahoaka, maro no sosotra no sady diso fanantenana..mananontanona ny krizy sosialy ary tsy lavitra an’io ny krizy politika !

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainam-pirenenaManangasanga indray ny krizy…

Maro ireo olona nanohitra ny fitondrana nifanesy, indrindra tamin`ny fanjakana Hery Rajaonarimampianina. Raha ny zavatra hitan`ireo nahazo fahefana dia tretrika sy hiadana ary hilamina i Madagasikara.

Toa efa mipetraka avokoa ny zavatra rehetra. Toy ny fahalalahana hiteny, haneho hevitra. Anisan`ny niady mafy izany ny minisitry ny serasera ankehitriny. Raha tsiahivina, nisy fandehanana teny amin’ny arabe, nilanja vatam-paty. Fihetsika maro no nanehoana fa ilaina ny fahalalan`ny vahoaka maneho hevitra ao anatin`ny firenena. Teo amin`ny sehatra ara-politika dia nametraka tsara fa hamerina indray an`i Madagasikara ao anatin`ny voninahiny, amin`ny fahampiana sakafo, ny fampianarana, ny tsy fandriampahalemana izao fitondrana izao. Ny zava-misy andavanandro anefa dia ny horohoro mahazo ny vahoaka toy ny fakana an-keriny, halatra omby, fanolanana, vaky trano … Namoaka fanambarana avy eo ny minisiteran`ny serasera sy ny kolontsaina fa ireo sary manaitaitra na koa mampihetsi-po dia tsy azo alefa amin`ny haino aman-jery. Izany fanapahan-kevitra izany tokoa ve no laharampahamehana , sa paikady hanafenana ny tena marina ? Tsy azo alefa amin`ny haino aman-jery na gazety satria tsy voafehy ny tsy fandriampahalemana ? Ny tsapa  dia miandry voadona vao mihetsika ny fitondrana. Nipoaka tany Antalaha sy Farafangana,  vao nivaha ny delestazy. Iray andro taorian`ny fahaverezana ain’olona dia tonga ny “groupe”na famatsiana jiro. Tsy nisy ve ny fanazavana mialoha nomena ny mponina tany an-toerana ka nahafahana nisoroka ny korontana ? Toa manaporofo izany rehetra izany fa tsy mandeha araka ny tokony ho izy ny fitantanana ny firenena, misy zavatra misafotofoto sy mikorontana.Miha mipoitra tsikelikely ny fahasosoran’ny olona ary tena ahiana ny hitrangana savorovoro eto rehefa mafampana eo indray ny fampielezan-kevitra fifidianana solombavambahoaka; na aorian’ny latsa-bato sy rehefa mivoaka ny voka-pifidianana.Marary ny vahoaka, maro no sosotra no sady diso fanantenana..mananontanona ny krizy sosialy ary tsy lavitra an’io ny krizy politika !

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tolona ho an’ny tanindrazanaMbola manahy fanjanahana ny mpahay tantara

Afaka 2 andro dia hankalaza ny faha-72 taona nisian’ny “tolom-panafahana” nitranga ny 29 martsa 1947 isika izay nitakiana fahaleovantenan’ny firenena Malagasy tamin’izany fotoana.

 

 "Adidy ny mitadidy", hoy ny mpahay tantara, Hemerson Andrianetrazafy, satria ny traikefa norantovina omaly no hanoritana ny ho avy. Nisy ra latsaka vao nihanoka fahaleovantena isika. Efa mikorisa any amin'ny fanjanahana hafa indray isika na ara-politika (Fratsay) na ara-toekarena (sinoa sy karana), hoy izy. Nisy nofy ny fahafahana nifoha taorian'ny ady lehibe faharoa. Nandalo tamin'izany daholo ny tany voazanaka. Tsy fantatro ny fahazoanareo azy fa ny Frantsay niezaka ny hanapoaka korontana hifehezana ny hetsika ara-politika mitaky fiatrehana andraikitra nataon'ny MDRM. Talohan'ny martsa 1947 dia efa nikononkonona nanao fihetsiketsehana manoloana ny lapan'ny “Gouvernorat” tao Ambohitsorohitra ry zareo, hoy hatrany ity mpahay tantara ity. Etsy an-danin'izay, nisy ny mpihetsika mahery vaika nokotrehin-dry Razafindrabe Ernest sy ry Monja Jaona tao anatin'ny fikambanana miafina JINY sy PANAMA. Tsy mifanohitra ireo fa aza atao fijery mitanila ny tantara, hoy hatrany izy. Nisy ny tia tanindrazana ary tena nisorona ny ainy. Ny raibeko izao voasambo-belona tany Anosibe An'ala. Nigadra an-taonany teny Antanimora taorian'ny 1948. Nisy ny nihasohaso tamin'ny vazaha fa nisy koa ny paikady nanararaotan'ny vazaha ny hetsika sy ny fironana mba hamotehana azy, hoy hatrany i Hemerson Andrianetrazafy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pety RakotoniainaHanorim-ponenana any am-ponja ?

Naverina teny am-ponja indray i Pety Rakotoniaina rehefa avy notsaraina omaly teny Anosy.

Amin’ny 02 aprily ho avy izao no hivoaka ny didim-pitsarana mahakasika azy sy Rainidina izay mpiara-mitolona taminy. Nosamborina tetsy Andohan’Analakely Rainidiana Rajoharison ny 14 oktobra 2018 rehefa nitarika olona ny hanao fihetsiketsehana politika nambara fa tsy nahazoana alalana. Fanohintohinana ny filaminana anatiny, fanakorontanana ny saim-bahoaka ny vesatra iampangana azy ireo, izay nolazaina fa manangana fanjakana ao anaty fanjakana. Ny 17 oktobra 2018 no nisamborana an’i Pety Rakotoniaina, izay nohadihadiana fotoana fohy teny amin’ny mpitandro filaminana ary nadoboka am-ponja. Dimy volana aty aoriana vao niakatra fitsarana, saingy io mbola miandry ny rariny io. Asa aloha na hahita rirany sy ho afa-bela ny tenany satria raha ny lonilony ara-politika, dia tsy levon’ny vavonin’ny mpitondra ankehitriny ny tenany. Hiverenana hatrany fa nitory sy naneho hevitra nasiatsiaka i Pety Rakotoniaina, fa tsy mendrika ny ho filoham-pirenena i Andry Rajoelina, izay nokianiny mafy tamina resaka fanangonan-karena tamin’ny fomba tsy mazava sy tsy mendrika.

Toky R

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Nijoro ny fikambanana TALE “Tanoran’Antsirabe Liam-pivoarana Entim-bahoaka”

Niainga teo amin’ny vahoaka, tao amin’ny vahoaka ary hiverina indray eny amin’ny vahaoaka ny fikambanana TALE na “Tanoran’Antsirabe Liam-pivoarana Entim-bahoaka”. Izany no fanambarana nataon’ny filohan’ny fikambanana Atoa Rakotozafy Fredy Andrianiaina nandritra ny valan-dresaka nomena ny mpanao gazety teto Antsirabe, ny sabotsy lasa teo ; nampahafantatra indray ny fisian’ity fikambanana entim-bahoaka eto Antsirabe ity. Tsy manao politika ny fikambanana, fa tsy manakana ny mpikambana kosa hanao politika hoy ny fanazavana. Namafisina ihany koa, fa tsy misy idiran’ny entim-bahoaka tamin’ny andron’ny sosialista ny  fikambanana. Antom-pisian’ity fikambanana ity ny hijery ny vahoaka eny ifotony izany hoe miainga eny amin’ny fokontany,  amin’ny alàlan’ny fanaovana asa maimaimpoana hanampiana ny sosialim-bahoaka. Hijery ny asa eny amin’ny fokontany izy ireo na kianja izany na làlana na birao na izay mety ho fotodrafitrasa misy. Nohamafisina, fa maimaimpoana avokoa ny asa atao rehetra. Fanamby napetraky ny fikambanana ny hahavitana izany amin’ireo fokontany 60 mandrafitra ny kaominina Antsirabe ambonivohitra.

 Andry N

Midi Madagasikara0 partages

Coopération bilatérale : Le vice-ministre japonais, Kenjy Yamada en visite à Madagascar

Kenjy Yamada, vice-ministre parlementaire des Affaires Etrangères du Japon.

Le Japon figure parmi les plus grands partenaires de développement de Madagascar, et finance le plus grand chantier actuel de construction d’infrastructure, dans la Grande-île. D’après l’Ambassade du Japon à Madagascar, Kenjy Yamada vice-ministre parlementaire des Affaires Etrangères du Japon , est actuellement en visite dans le pays, pour renforcer davantage les relations bilatérales entre le Japon et Madagascar. Cette visite s’effectue du 26 au 28 mars, avec un programme qui tourne autour de la coopération bilatérale, des affaires régionales et de la coopération sur la scène internationale. En effet, des rencontres avec de hauts représentants du Gouvernement malgache sont prévues. L’issu de ces discussions est attendu.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Thay Figth 2019 : Cospn au dessus du lot

Le beau monde de la boxe thaï malgache s’est donné rendez-vous samedi dernier à la salle du Petit Palais à Mahamasina.  Les tireurs du Cospn ont dominé  « Thay Figth 2019 » la compétition d’ouverture de saison en raflant six médailles d’or sur les 20 en jeu. Le club omnisport de la police nationale qui a engagé sept combattants a frappé fort. Eric s’est imposé chez les moins de 53 kg, Fanantenana dans la catégorie des moins de 45 kg, Kevin chez les moins de 23  kg et de Mario en moins de 33kg. Une compétition qui a vu l’émergence des jeunes talents. Ce tournoi a vu la présence du consul général et chef de mission de la Thaïlande à Madagascar, Kriwat Phamorabutra. A cette occasion, il a offert une somme de deux millions d’Ariary à la Fédération malgache de Muay thaï pour la promotion de la discipline. « Je suis content de l’engouement des Malgaches pour cette discipline. Je tiens à rappeler que la boxe thaï est le sport national en Thaïlande. Des experts Malgaches vont pouvoir partir chez nous pour une formation », a-t-il déclaré. Lui qui a déclaré sa volonté de soutenir cette discipline. Actuellement, on recense près de 500 licenciés et 50 entraîneurs au sein de la fédération. Le tournoi de samedi a vu la participation de 80 combattants. « Au début, nous avons trois ligues, et cette année, on prévoit la constitution de onze ligues dont celle en gestation Bongolava. Des centres d’entraînements seront mis en place à Itaosy et à Antsahamanitra » a souligné le président de la fédération, Rakotoalizao Hainatana Gervais.  Le gala international sera organisé ce 26 mai dans la capitale après la réunion de la confédération régionale de l’Océan Indien les 24 et 25 mai.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Polisin’ny sendikà nafindra toerana : Nolavin’ny Conseil d’Etat ny fangatahan’izy ireo

Omaly no niakatra teo anivon’ny tribonaly  misahana ny ady amin’ny fanjakana ny raharaha; izay mahakasika ireo polisy efatra mitaky ny hanafoanana ny fanapahan-kevitra izay mahakasika azy ireo. Tsy inona izany, fa ny famindrana toerana ireo mpitandro ny filaminana eo anivon’ny polisy ireo rehefa nanao fitakiana maromaro; izay tsy nety tamin’ny minisitera tamin’izany fotoana izy ireo. Ny voalohany, dia ny fitakiana ny tambin-karama izay mifandraika amin’ny risika isan’andro izay mifandraika amin’ny asa. Ny faharoa, dia ny fitakiana ny tambin-karama izay mahakasika ny fifidianana fihodinana voalohany sy faharoa izay tsy mba azon’izy ireo. Miasa eo anivon’ny kaomisarian’Itaosy;  ny boriborin-tany voalohany etoTanà; ny kaomisarian’Antsirabe ary ao amin’ny kaomisaria foibe Tsaralalàna ireo olona voakasika. Milaza ny hampiakatra ny raharaha eo anivon’ny fitsarana mpandrava didy izy ireo.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Projet d’amélioration des pêcheries : Un FIP inédit à Madagascar consacré à la pêche aux poulpes

La majorité des poulpes de Madagascar est exportée vers les marchés étrangers. (Photo WWF Madagascar)

Lancé au mois de février, un projet d’amélioration de la pêche ou Fishery Improvement Project (FIP) pour la filière poulpe est une grande première à Madagascar.

C’est une démarche inédite pour la pêche aux poulpes à Madagascar. Le premier projet d’amélioration de la pêche ou Fishery Improvement Project (FIP) vient d’être lancé dans le pays, dans la région Atsimo-Andrefana. Selon  Blue Ventures Conservation, il s’agit du premier FIP poulpe au monde mis en place dans un pays à faible revenus. C’est un grand pas vers une pêche durable de cette ressource marine.

Pêche durable. Le FIP consiste en une série d’initiatives ciblées dans laquelle se lance une pêcherie qui n’a pas encore atteint un niveau optimal de durabilité. Il s’agit dans la majorité des cas, de petites pêcheries artisanales disposant de peu de données scientifiques, et présentant des lacunes en matière de gestion, les empêchant d’atteindre un niveau de durabilité. Le FIP vise ainsi à permettre aux pêcheries d’atteindre les normes de durabilité. Pour ce faire, le processus consiste à créer un partenariat multipartite impliquant des organisations de gestion, des scientifiques, des entreprises, des ONG, etc… Toutes les parties prenantes œuvrent pour la mise en place de mesures afin que la pêcherie atteigne son objectif de durabilité.

Début. A Madagascar, la genèse de cette démarche FIP remonte à 2010 où la pêche aux poulpes a fait l’objet d’une pré-évaluation dans le cadre du processus. « Les résultats ont mis en lumière une insuffisance des données, ainsi qu’un problème de gestion qui pourrait freiner son développement », indique WWF Madagascar. La filière n’a pas encore atteint les normes pour obtenir la certification du Marine Stewardship Council (MSC) en tant que pêche durable. WWF, impliqué dans la démarche, ajoute que Madagascar avance petit à petit vers cet accomplissement grâce aux efforts combinés des communautés de pêcheurs de la région Atsimo-Andrefana, des entreprises exportatrices, des institutions de recherche, des autorités nationales ainsi que des ONG.

Comité de gestion. « Au fur et à mesure que la pêche aux poulpes à Madagascar progresse vers le FIP, les pêcheurs sont sensibilisés pour mettre fin à la pratique de pêches destructrices, les relations entre les acteurs de la filière sont renforcées », affirme Rijasoa Fanazava, responsable de la pêcherie chez WWF. Une pré-évaluation conduite dans le cadre de projet de FIP régional du poulpe (appelée SIOCEPH), dont la restitution a eu lieu en janvier 2019, définit les recommandations pour la mise à jour et la réalisation du plan d’action pour le FIP poulpe. Un comité de gestion des poulpes (CGP) regroupant des pêcheurs, des entreprises exportatrices, des collecteurs, ainsi que les directions rattachées à l’Etat, et les organisations d’appui, est en charge de la supervision des efforts déployés en faveur de l’amélioration de la pêche aux poulpes à Madagascar.

A Madagascar, les prises des pêcheurs dans les villages sont en majorité vendues à des intermédiaires, qui fournissent les entreprises de transformation. Les principales destinations,  à l’exportation, sont la France, l’île Maurice, l’Espagne et l’Italie.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Waza style : Va pour un tour d’Europe pour Jazz Mmc

Jazz Mmc n’a pas fini de surprendre ses fans.

La machine à tube de Jazz Mmc marche toujours à plein régime. Pour finir en beauté ce troisième trimestre, le petit prince du style « Waza » vient tout juste de sortir sa nouvelle ponte « Vadibe ». Oui, c’est le morceau dévoilé sur les ondes de radio et les stations de télévision locales et la nouveauté qu’il compte faire découvrir à la diaspora lors de ses prochaines tournées en Europe à partir de la fin du mois. Les premières dates se tiendront à Paris et du côté de la Belgique.  Evidemment, la couleur afro- pop qu’il véhicule depuis ses débuts séduit déjà les oreilles des inconditionnels toujours à l’affut des dernières tendances.

Avec un agenda déjà chargé, le retour de Jazz Mmc comptera une tournée dans la région Sofia pour enchaîner de suite à Mahajanga et ses alentours. Au mois d’août, le chanteur revient vers Sava et Diana pour ensuite passer à Mananara nord et Maroantsetra vers   le dernier trimestre de l’année. Pour ce faire, il partagera certaines scènes avec les étoiles montantes du label Waza style, tout en comptant toujours sur l’appui de ses complices de scène. Fans, soyez à l’affût !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Magistrats : Formation pour les membres du CPAC et du PAC

Dans le cadre des réformes entreprises pour améliorer la lutte contre la corruption et ses infractions assimilées, les Chaînes pénales anti-corruption (CPAC) sont appelées à être remplacées progressivement par les Pôles anti-corruption (PAC) dans chaque ex-chef lieu de province. Au-delà des ses nombreuses prérogatives dans cette lutte contre la corruption, le PAC est également compétent concernant les infractions prévues et réprimées par le Code Général des Impôts relevant de la compétence des juridictions de l’ordre judiciaire ; ainsi que les infractions de soustractions par des dépositaires publics prévues et réprimées par les articles 169 et 172 du Code Pénal.  A cet effet, un renforcement de capacités techniques des magistrats du PAC s’avère indispensable : principes généraux de comptabilité publique, règles de gestion en finances publiques et finances locales, procédures spéciales en matière budgétaire (fonds spéciaux, compte de dépôt, régie d’avance, régie de recette, subventions des communes, etc.).

Engagement. C’est ainsi qu’avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG) organise une formation pour les magistrats du PAC et les membres du CPAC du 26 au 28 mars 2019. Cette formation porte sur la gestion des finances publiques et des infractions y afférentes, car à part ce renforcement de capacités, l’un des principaux enjeux pour ces magistrats est de faire la distinction entre les simples violations des règles budgétaires et les infractions financières telles que prévues par le Code Pénal (détournement de deniers publics, prise d’avantage injustifiée, etc.).  Lors de la cérémonie d’ouverture officielle de cette formation ce mardi 26 mars 2019 à l’ENMG Tsaralàlana, le Conseiller en Gouvernance au PNUD, Moussa Batraki a assuré quant à l’engagement de cet organisme à appuyer le pays dans la lutte contre la corruption ; et accompagner particulièrement le Ministère de la Justice dans ses actions d’envergure, comme le cas du projet Renforcement de l’Etat de Droit rattaché à ce département ministériel et financé par le PNUD.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ihosy : Mpiarakandro iray nataon’ny dahalo takalonaina avotry ny polisy

Ny Sabotsy 23 Martsa lasa teo, dia tovolahy iray natao takalonaina no avotra sy omby 22 no tafaverina amin’ny tompony  tany Ihosy, noho ny fiaraha-miasa teo amin’ny fokonolona sy ny Polisy. Dahalo 14 mirongo basim-borona 7 no nanafika ny fokontany Bemandresy sy Androtsy,  tao amin’ny kaominina ambanivohitra Ambia, distrikan’Ihosy. Nanao tifi-danitra ireto dahalo ireto rehefa nanafika ireo fokontany ireo, ary nalain’izy ireo tamin’izany ny omby 23. Nosamborin’izy ireo ihany koa ny lehilahy iray mpiarakandro ireo omby ireo. Rehefa vita ny fanafihana, dia nentin’izy ireo nitsoaka ireo omby sy ilay mpiarakandro. Efa nampandre ny Polisy anefa ireo fokonolona ka tsy niandry ela ireto  farany, fa avy dia nanao ny paik’ady rehetra ka nitsena ireo dahalo tamin’ny lalana saika handosiran’ireto farany. Ny fokonolona ihany koa moa taorian’ny fanafihana, dia nanara-dia  ireo dahalo. Vao nifanena tamin’ny Polisy moa ireo dahalo dia nirifatra nandositra ka navelan’izy ireo teo ny omby  22 nangalariny. Avotra soaman-tsara ihany koa ilay mpiarakandro.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Maroc-Madagascar : Commission Mixte de coopération entre les deux pays 

Signature de la commission mixte de coopération entre Madagascar et Maroc.

Dans le cadre des relations historiques d’amitié et de fraternité qui unissent la République de Madagascar et le Royaume du Maroc et conformément à la volonté des deux pays, de renforcer davantage leurs liens de coopération et aux dispositions de l’Accord portant création de la Commission Mixte de Coopération entre les deux pays, signé le 06 avril 2006, à Rabat, la première Session de la Commission Mixte de Coopération Madagascar-Maroc a tenu ses travaux à Marrakech, le26 mars 2019.

Experts. La délégation malagasy était conduite par Naina Andriantsitohaina, ministre des Affaires Etrangères de la République de Madagascar. La délégation marocaine était présidée par Nasser Bourita, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale du Royaume du Maroc. Cette commission Mixte a réuni les experts des deux pays représentant les différents Départements Ministériels pour faire le bilan de la coopération en cours et identifier de nouvelles pistes de coopération.

Nouveaux accords. Les Ministres des Affaires Etrangères des deux pays, ont, également procédé, à cette occasion, à la signature de nouveaux Accords de Coopération renforçant ainsi le cadre juridique régissant les relations de coopération entre la République de Madagascar et le Royaume du Maroc, à savoir, accord de Coopération en matière de décentralisation ; accord-cadre de Coopération relatif à l’octroi de bourses d’études et de stages au Maroc ; mémorandum d’Entente dans le domaine de la formation diplomatique ; mémorandum d’Entente dans le domaine de l’Aménagement du Territoire National, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville ; programme d’Application de l’Accord de Coopération dans les domaines de la jeunesse et des sports pour les années, 2019, 2020, 2021 ; protocole de Coopération dans le domaine des Médicaments et des produits de Santé ; convention de Jumelage et de Coopération entre Le Centre Hospitalier Universitaire Ibn Sina de Rabat et le Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona d’Antananarivo ; protocole d’Accord en matière d’Education et de Recherche Scientifique et Projet d’Accord de Coopération dans le domaine social.

Recueillis par Dominique R.

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Telma Coupe de Madagascar : L’AS Adema passe à la trappe !

L’AS Adema avant le coup d’envoi de son match contre Amparafaravola.

Incroyable mais vrai. A l’heure où s’est dit que l’AS Adema a retrouvé ses marques pour devenir un des favoris de la THB Ligue des champions, voilà qu’elle chutait devant le HZAM d’Amparafaravola lors de la Telma Coupe disputée lundi matin dans un stade de Mahamasina vide.

Le ciel est tombé sur la tête de l’AS Adema prise au piège par le HZAM d’Amparafa lors de la reprise de la rencontre qui a dû être ajournée pour lundi , à la suite d’une obscurité naissante lors de la rencontre de dimanche.

Une planche de salut. Comme il fallait s’y attendre, les dix minutes qui restaient ne servaient pas à grand-chose tout comme les prolongations d’après car le HZAM avait programmé cette séance de tirs au but, la seule planche de salut pour espérer battre les champions tananariviens.

Et Tanjona et ses camarades ont eu raison en réalisant un sans faute devant le grand gardien Nina qu’on prédisait pourtant pour un grand avenir de par sa grande taille.

Mais sans trembler, le HZAM réalisait un 5 sur 5 tandis que l’AS Adema ratait un tir.

Cette élimination de l’Adema est toutefois l’exception qui confirme la règle car tous les autres grands clubs sont passés.

On citera la CNaPS Sport qui a battu le NET Foot par 5 buts à 0. C’est sur le même score que Fosa Juniors Elite a réalisé face au SMJ Sofia.

JET Mada s’est contenté d’une courte victoire de 2 buts à 1 face à l’AS Andry qui, comme à son habitude, est allée contester la validité du but de la victoire marqué durant les arrêts de jeu. Une voie de fait à laquelle, l’AS Andry ne pourra rien faire car c’est une décision d’arbitrage.

Nouvelle page. L’AS Comato revient au devant de la scène avec sa belle victoire de 3 à 0 à Andamboly face au Vas’y Boaikely.

Zanakala a réussi pour sa part ,l’essentiel en battant par 4 buts à 2 l’AS JOFAMA.

Quant à Fosa Juniors Tana, il n’a laissé aucune chance au Sporting majungais au stade Alexandre Rabemananjara en s’imposant par 3 à 0. Pour rester à Mahajanga, l’AS Fortior a dû puiser dans ses dernières énergies pour battre le 3FB Ambatondrazaka par 3 tirs au but à 2. Les deux formations se séparaient après 120mn de jeu sur un score nul et vierge.

Le meilleur score est à mettre sur le compte du Fomela Ambalavao qui a atomisé le VFM Manakara sur le score incroyable de 15 à 0.

L’AS Standon Disciples est en train d’écrire une nouvelle page de l’histoire du football de Betafo avec cette victoire de 1 à 0 face au COSPN.  Et c’est tant mieux pour cette ville qui n’a plus rien à espérer depuis qu’elle a basculé dans l’opposition. Mais c’est une toute autre histoire…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Mafonja investira le Barfly

Doucement mais sûrement, Mafonja continue son chemin, musical.

Discrètement, Mafonja continue son bonhomme de chemin dans la musique. Après un comeback très marqué, il reprend le rythme des cabarets et des scènes intimes.  Son prochain rendez-vous, c’est le 5 avril au Barfly Ampandrana. 

Cette fois encore, le jeune Antsirabéen fera le bonheur des noctambules en investissant le dernier bar lounge tendance du moment qu’est le Barfly Ampandrana . Le 5 avril, le chanteur donnera un ton de roots/reggae à sa manière à l’attention des mélomanes amateurs de musique actuelle. Mafonja promet une soirée de découverte et de redécouverte à travers son engagement lyrique et musical. L’intimité et l’échange entre l’artiste et le public sera à son comble dans cette formation qui vous est proposée et grâce aussi à l’atmosphère qui se dégage de ce lieu .

Son revirement musical a marqué plus d’un. Dans les multiples concours, les différents festivals, il ne cesse d’étonner et de conquérir de plus en plus de public. Au fur et à mesure, il se démarque par sa musique qui perce l’âme et cherche toujours  à mieux développer ses talents. Auteur compositeur, interprète, il joue de la guitare et de la valiha. En effet, on pourrait définir sa musique comme de la fusion roots, rap et reggae. Ses œuvres évoluent au fil des ans, chaque œuvre naissant d’une démarche unique, fidèle à une tradition impressionniste. A ce jour, environ une centaine de chansons composent son répertoire, et ont trouvé une renommée à Madagascar et l’étranger.

Si à Antsirabe il a connu sur la scène musicale locale depuis des années, il a été sacré Champion dans la catégorie musique moderne du concours scène d’Afrique 2016. Passionné depuis son enfance par la diversité des musiques, il a poursuivi le chemin créatif entre maturité artistique et expériences en studio qui lui ont permis de trouver la voie musicale à tendance traditionnelle et fusion.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : 10 500 000 bulletins uniques pour 10 154 639 électeurs

Une délégation de la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) est partie en Afrique du Sud afin d’y imprimer les bulletins uniques à utiliser le 27 mai, le jour des élections législatives.

Hier, sur la Radio Nationale Malagasy (RNM), le vice-président  de la Ceni, Thierry Rakotonarivo a informé que « 10 500 000 bulletins uniques seront imprimés », soit « 3% de plus par rapport au nombre des électeurs ». A titre de rappel, et d’après la publication de la Ceni en date du 5 mars dernier, le nombre provisoire des électeurs s’élève à 10 154 639, sans doublons. Hier, nous avons contacté par téléphone, le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo, pour lui demander l’origine des fameux 3% et bien évidemment, si des dispositions légales en vigueur autorisent la Ceni à agir ainsi.

Transparence. « C’est une norme internationale. Il n’y a pas de disposition légale y afférente mais c’est une norme internationale et d’après les textes en vigueur, l’organisation des élections incombe à la Ceni », affirme-t-il. En effet, si nous entamons un simple calcul, il y a 345 361 bulletins de réserves si jamais, pour reprendre les termes de Thierry Rakotonarivo, « un cas de force majeure se produisait dans tel ou tel district, ou si des imprévus ont lieu au moment de la manipulation des bulletins ».

Sur ordre. Mais ce n’est pas tout. Juste après la fermeture des bureaux de vote, qui va procéder au comptage et à la récupération de ces 345 361 bulletins qui n’auront pas été utilisés ? Thierry Rakotonarivo de préciser : « une partie de ces bulletins de réserves est conservée au niveau central et une partie est répartie au niveau des démembrements de la Ceni, les plus proches des bureaux de vote. Ces bulletins de réserve ne peuvent être utilisés que sur ordre de la Ceni centrale laquelle apprécie si oui ou non l’on doit les employer, suite à une alerte émanant desdits démembrements. Des procès verbaux sont dressés à cette occasion. Et n’oublions pas qu’après la fermeture des bureaux de vote, tous les suffrages exprimés, les blancs et nuls, les bulletins non-utilisés et les bulletins de réserves doivent être parvenus au niveau central dans les plis électoraux ».

Suppléants. Enfin, nous ne sommes pas sans savoir que parmi les candidats aux législatives, deux d’entre eux sont englués dans des affaires judiciaires en cours. Et l’impression des bulletins dure 25 jours, d’après les informations que nous avons reçues. Que se passerait-il de ce fait, si jamais ces candidats sont condamnés et ne peuvent plus se présenter, alors que l’impression a été déjà effectuée ? « La loi dispose qu’après la date butoir de dépôt de candidature, soit le 12 mars, aucun retrait de candidature n’est plus possible. Donc, pour ces candidats, nous continuons à utiliser leur photo, à compter les voix qu’ils ont obtenues, à prononcer leur victoire à titre provisoire s’ils ont gagné. Mais une fois à l’Assemblée Nationale, ce sont leurs suppléants qui travaillent durant la législature », indique le vice-président de la Ceni.

Trois formats. Quoiqu’il en soit, ces bulletins uniques seront distribués au niveau des 119 districts à partir du 6 Mai prochain, et diffèrent selon le nombre de candidats. « Pour les 40 districts ayant deux à cinq candidats, c’est le format A5. Les bulletins utilisés dans les 74 districts ayant six à douze candidats auront un format A4. Et les cinq districts ayant plus de treize candidats auront des bulletins à format A3 », explique Thierry Rakotonarivo.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Projet « Bondy » : L’agroforesterie et la permaculture pour lutter contre la déforestation et l’exo...

Combiner, à grande échelle, l’agroforesterie et la permaculture pour lutter contre la déforestation à Madagascar en créant une synergie d’actions entre la population, le public (l’Etat) et le privé, tel est le pari du projet « Bondy » (de l’argot malgache signifiant « un million », le pari est entre autres, de planter 1 000 000 d’arbres à une échéance donnée).

Synergie. « Bondy » établit des partenariats avec des entreprises du privé qui désirent s’engager en faveur de la reforestation « intelligente » et à fort impact socio-économique de Madagascar. Elles financent l’achat des plants et des « seedballs » (graines enrobées d’argile, de compost et de terreau). L’équipe de « Bondy » assure quant à elle, le suivi et la mise en œuvre de l’agroforesterie durable et de la permaculture en formant les communautés locales sur ces deux méthodes (et mode de vie : la permaculture), en les sensibilisant sur les méfaits de la déforestation et en les formant sur la création d’activités génératrices de revenus liés à la permaculture pour qu’ils s’épanouissent en milieu rural, et résistent ainsi à l’appât de l’exode, tout en ne versant pas dans la logique d’assistanat, non viable à long terme. La première phase sera lancée prochainement à Miarinarivo, mais les initiateurs du projet envisagent d’étendre la mise en œuvre dans tout Madagascar.

Centrée sur l’humain. Conscient que l’être humain est au centre du développement, les meneurs du projet mettent un point d’honneur à placer le bien-être et l’implication des communautés locales au cœur de leur projet et de leurs actions. Max Fontaine, jeune Franco-malgache de 23 ans et meneur du projet d’expliquer : « Planter des arbres c’est bien. Planter intelligemment c’est mieux ».C’est-à-dire en plus de combattre les causes de la déforestation( utilisation du bois de chauffe, culture sur brûlis, commerce du bois et/ou trafic illicite d’espèces rares, construction), notre ambition technique tient à optimiser le taux de réussite des plantations, en les adaptant à leur environnement et en s’assurant qu’elles répondent aux besoins des populations locales.Nous nous assurons que les communautés locales et l’environnement soient au cœur de notre projet. Par ailleurs, la promotion de l’engagement de la jeunesse malgache sur le plan socio-environnemental fait aussi partie de nos leitmotiv. La moyenne d’âge de notre équipe est d’ailleurs de 26 ans. »  Pour information, Max Fontaine fait partie des cinq finalistes du « Connect2Earth Pitch contest » du WWF Madagascar, dont l’issue sera connue ce samedi 30 mars prochain à 13h au parvis de l’Hôtel de Ville, après la « Grande marche pour les forêts ».

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Maty voatifitry ny polisy le Gena, jiolahy rain-dahiny

Maty voatifitry ny polisy ny jiolahy rain-dahiny antsoina hoe le Gena, mbola nahasahy nihantsy nanambana basy ny polisy sy ny fokonolona hisambotra azy izy saingy ny an’ny polisy no tonga aloha.

Ny harivan’ny zoma tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany hariva no nisehoan’ny fisamborana tao Ampatana. Nitsoaka nandositra tany andranovisy le Gena vao nahatazana ny polisy. Raikitra avy hatrany ny fifanenjahana ka tao akaikina tanimbary hiazo any ampasambahiny le Gena no tazana. Tsy nitolo-batana izy fa mbola namaly tamina tifitra indray no sady  nihantsy hoe manatona izay sahy.  Namaly tamin’ny tifitra ny polisy ka teo no nahhavoa  ity jiolahy ity, maty tsy tra-drano teo.

Fantatra fa efa nokarohana hatry ny ela ity jiolahy ity, mpamerin-keloka izy ary efa nigadra teny Tsiafahy. Resaka fanafihana mahery vaika, vaky trano miharo herisetra teto Antsirabe sy fitazomana basy tsy ara dalana no isany nanenjahana azy. Efa ela no narahi-maso akaiky saingy tafaporitsaka hatrany noho izy tsy manana trano raikitra hipetrahana fa mifindrafindra matetika.

Mbola ao amin’ny tranom-paty Antsirabe ny razana hatramin’ny omaly, miandry ny havany haka azy.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Se servir des leçons du passé pour avancer

La célébration du 29 mars aura lieu dans deux jours. Ce sera l’occasion de faire un retour sur un passé qui a marqué et qui continue de marquer l’ensemble des Malgaches. Mais plus de soixante-dix ans après, le souvenir des terribles événements qui ont endeuillé le pays s’est un peu estompé. Ceux qui les ont vécus dans leur chair ne sont plus très nombreux et ce sont les historiens qui rapportent ce qui s’est passé. La génération actuelle porte un regard distancié sur cette partie de notre histoire qui reste, quoiqu’on en dise, assez opaque.

Se  servir des leçons du passé pour avancer

La relation des événements de 1947 diffère selon les historiens. On ne sait pas si ce sont effectivement ceux, désignés comme les instigateurs  de la rébellion, qui l’ont lancée, ou s’il s’agit d’une sorte de coup monté par les colonisateurs. La répression en tout cas, a été terrible et tous les espoirs d’une évolution pacifique  du statut de Madagascar a été irrémédiablement stoppée.  Ce que l’on retiendra surtout, c’est la souffrance des populations  qui ont été mitraillées et torturées par les forces coloniales.  En cette deuxième décade du XXIe siècle, l’accent est surtout mis sur les  épreuves des anciens combattants de 1947.  L’histoire a évolué. Le monde d’aujourd’hui est différent de celui d’hier.  La génération actuelle est  certes consciente de la gravité des événements ayant  eu lieu à cette époque et elle voue un véritable respect  pour les nationalistes de 1947. La commémoration qui en sera faite dans deux jours sera empreinte d’une grande solennité, mais elle ne sera plus l’occasion d’une grande exaltation du patriotisme malgache.  Il s’agit  plutôt  d’en tirer  une certaine force  pour  affronter les défis actuels.  Il faut se servir des leçons du passé pour avancer . C’est la bataille du développement que l’on doit conduire maintenant.  Il faut mobiliser toutes les énergies pour réussir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

KRAOMA Mining S.A : 198 000 USD de salaires impayés régularisés

Nirina Rakotomanantsoa, le directeur général de KRAOMA.

Une joint-venture a été créée entre la société nationale de l’exploitation de chromite KRAOMITA et la société russe Ferrum Mining, pour former la KRAOMA Mining S.A. 

Depuis des mois, il y a eu une cessation des activités d’exploitation de cette entreprise sur le site à Brieville dans le district de Tsaratanàna. Les employés n’ont pas non plus perçus leurs salaires d’autant plus, ils ont mené une grève. Du coup, les partenaires ont suspendu leur appui. Face à cette situation, « des mesures ont été prises en vue d’assurer la reprise des activités de KRAOMA Mining le plus tôt possible étant donné que de nombreuses familles y vivent, et ce, depuis 50 ans. Ainsi, un compromis a été trouvé dans le cadre de l’opérationnalisation de la plateforme d’échange entre l’administration minière, le personnel et le partenaire russe »,  a expliqué Nirina Rakotomanantsoa, le directeur général de l’entreprise lors d’une rencontre avec la presse hier. Et lui de rajouter que de nombreux avantages sociaux ont été accordés dans le cadre de ce partenariat. A titre d’illustration, « ce partenaire russe s’est engagé à régulariser les arriérés de salaires du personnel de décembre à janvier dernier portant une valeur de 198 000 USD. Le paiement des salaires de ces employés pour les mois de février et mars, sera également effectué bientôt  », a-t-il déclaré.

Investissements sociaux. En outre, le directeur général de la KRAOMA Mining S.A a soulevé que ce partenaire russe a contribué à l’effacement de la dette de la société. Et un plan de redressement de la KRAOMA sera mise en œuvre. « Mais à part les avantages sociaux obtenus par le personnel, cet investisseur russe s’engage également à entreprendre des investissements sociaux au profit de la population locale à Brieville, le site d’exploitation de chromite, et ce, tout en respectant les valeurs culturelles ainsi que les us et coutumes locaux. L’objectif consiste à assurer le développement socio-économique de cette localité, en particulier, et partant de Madagascar. On peut dire qu’il s’agit d’un modèle de partenariat gagnant-gagnant entre Madagascar et des investisseurs étrangers », d’après toujours ses explications. Rappelons que la mise en place de la plateforme d’échange tripartite entre l’administration minière, le personnel et le partenaire russe vise à asseoir la transparence et la bonne gouvernance dans le secteur extractif dont ici le chrome qui est destiné majoritairement à l’exportation.

Amendements. Et parlant de la coopération entre Madagascar et la Russie en général, le directeur général de la KRAOMA Mining S.A a exposé, entre autres, l’implantation des entreprises russes et la création des établissements scolaires dans le pays, sans oublier, le soutien dans le domaine de l’aviation civile et militaire. Et toujours dans le cadre de l’accord entre la KRAOMITA et la société russe Ferrum Mining, « des amendements ont été effectués, il s’agit, entre autres, de l’augmentation de la part des actions de l’Etat à hauteur de 30% contre 20% auparavant. Quant à l’audit de l’entreprise mené depuis février dernier, les résultats seront publiés très prochainement », a conclu Nirina Rakotomanantsoa.

 Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Commune de Tsiafahy : Deux épiceries attaquées, une femme violée, 10,9 millions ariary dérobés

Si le district d’Antananarivo-Atsimondrano, notamment dans les communes réputées d’être dangereuses comme Ambohijanaka, Fieferana, et Tsiafahy, n’a  enregistré aucune attaque à main armée durant ces deux dernières semaines, les bandits y ont de nouveau sévi, la nuit du 25 mars vers 19 heures. Deux épiceries étaient la cible des dix bandits dans la commune rurale de Tsiafahy, soit exactement dans le  village d’Antanety, fokontany Avarabohitra. Les malfaiteurs auraient mis à profit la forte pluie survenue durant cette nuit-là pour commettre leur forfait. Munis d’un fusil de chasse et d’armes blanches, les malfaiteurs se sont introduits de force dans les deux épiceries juste au moment où les propriétaires étaient sur le point de fermer leurs portes. Pris au dépourvu, ces derniers ont été obligés de leur verser leurs recettes de la journée. La bande a alors pu s’emparer de près des 9,9 millions d’ariary et de deux téléphones portables chez la première victime. Une somme d’environ 1 million d’ariary et un téléphone portable ont été dérobés dans la deuxième boutique qui est tenue par une femme. Le pire est d’entendre qu’avant d’évacuer les lieux, deux des malfrats ont violé la propriétaire. Selon le témoignage des victimes, les assaillants ont agi à visage découvert. Les malfaiteurs sont déjà partis quand des gendarmes du poste avancé d’Ambatofotsy, qui étaient alertés tardivement ont débarqué dans le village. Puisque les malfaiteurs ont pris la direction vers Ambohijanaka, les gendarmes ont alerté les unités limitrophes tout en  engageant la poursuite. Mais cela n’a abouti à rien. Aucun suspect n’a été arrêté. Ces bandits ont-ils de lien avec les huit individus ayant terrifié le district d’Atsimondrano ces derniers mois. Dénommés par les habitants « bande des 8 », ces malfrats courent toujours et ne cessent de faire de victimes. On dirait qu’ils défient les forces de l’ordre.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Talatamaty : Vehivavy mpandeha scooter maty voahitsaky ny kamiao

Tokony ho tamin’ny 12ora sy sasany, ny alatsinainy teo no niseho ny lozam-pifamoivoizana izay nahafaty olona. Ramatoa iray izay avy eny Ivato,  saika hihazo an’Ambohibao no niharan’ny loza teo Talatamaty.  Raha araka ny tatitry ny zandary, dia nisongona avy tao amin’ny an-kavamana ilay moto scooter. Azo heverina, fa tsy hitan’ny mpamily kamiao ny fitsofohany tao. Nitera-doza, satria voahitsaka ilay ramatoa. Mbola nisy aina kely ihany izy teo ary natao ny fomba rehetra izay mba hahatongavany haingana teny amin’ny toeram-pitsaboana. Teny an-dàlana anefa, dia efa afaka ny ainy. Nanokatra fanadihadiana ny zandary izay miasa eo anivon’ny borigady Ankadindravola ary satria niteraka fahafatesan’olona dia isan’ny nohenoana voalohany ny mpamily ilay fiara lehibe.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

 Danse : Un partage de l’expérience au rendez-vous

Samedi 30 mars aura lieu  une projection en débat et présentation de travail  des ateliers  chorégraphiques avec la Cie Sacha Waltz Guests à l’IFM.  Cette  projection  est réalisée à partir de son spectacle « Kreatur ». Ensuite, le débat sera animé par  deux danseurs de la compagnie comme Zaratiana Randrianantenaina, une danseuse francaise d’origine malgache, et Orlando Rodriguez. Enfin, il y aura  une  présentation du travail des ateliers chorégraphiques qu’ils ont mené auprès des danseurs malgaches depuis 26 mars dernier.

Née en 1982 à Tananarive, à Madagascar, Zaratiana Randrianantenaina   a étudié la danse contemporaine, l’anatomie et la musique au Conservatoire de Musique et de Danse de Paris (CNSMPD) dont elle est diplômée. En 2001, elle a reçu le prix «Jeune Espoir» du 9e concours international de danse de Paris pour sa propre chorégraphie mal de soi.

En 2002, elle devient membre du Ballet Preljocaj à Aix-en-Provence, où elle danse les rôles principaux des créations d’Angelin Prejlocaj. Elle rejoint la Compagnie Sasha Waltz Guests où elle participe depuis à toutes les nouvelles productions ainsi qu’à des pièces du répertoire. Parallèlement à ces activités, elle intervient dans des projets d’improvisation et de danse avec des enfants et des jeunes adultes. Elle a dirigé un atelier sur la danse et l’architecture à la Technische Universität Berlin en 2014, et a ensuite contribué en tant que chorégraphe au projet Open Your Ears au Konzerthaus Berlin.

En ce qui concerne Orlando Rodriguez, né en 1974, il  a suivi sa formation en théâtre et danse à Caracas  puis en Allemagne. Il a organisé le projet Tanz in Venezuela en 2007, programme d’échanges autour des pratiques de la danse entre ces deux universités avec le soutien du Goethe Institut Caracas. Depuis 2009, il travaille avec la Compagnie Sasha Waltz Guests avec laquelle il participe comme interprète, chorégraphe et enseignant à la plupart des projets de création et de formation. Il participe aussi activement comme interprète et assistant chorégraphique à d’autres projets artistiques indépendants. Passionné par les questions de transmission et de partage des expériences pratiques autour du corps, il intervient dans de nombreux masterclasses et ateliers donnés en France, Allemagne, Lituanie, Vénézuéla et récemment aussi à l’Île de la Réunion.

Recueilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Ambalaomby : Tsy ampy fitaovana fandraisana marary

Ny biraon’ny kaominina teo aloha efitra telo no efa simba satria efa tamin’ny taona 1996 no naorina,vita amin’ny hazo no handraisana ireo marary na mpiteraka any amin’ny kaominina Ambalaomby ao anatin’ny distrikan’ny Anosibe An’Ala; izay 90 km miala ny renivohitra,dia an-tongotra vao tonga any noho ny tsy fisian’ny lalana. Manana ny fiarahamonina mifehy azy ireo mponina ao an-toerana noho ny fisian’ny fanajana rafitra eo amin’ireo zokiolona sy ny mpitondra ao an-toerana. Taorian’ny fiaraha-midinika nataon’ny dokotera hany tokana any any an-toerana mahakasika ny foto-drafitrasa misy dia nitondra ny fanairana ny sain’ireo tompon’andraikitra ireo mponina ny hanampiana azy ireo amin’ny fanamboarana ny toeram-pitsaboana hoan’ny marary sy ny handraisana ny mpiteraka. Andriamatoa Nohela Maurice no nanambara fa hanolotra hazo miisa 300 ho fanarenana ny hopitaly raha toa ka efa nahavita ny tetezana izay efa nampikaika ny fokonolona antaonany maro niampy ny fanolorana efitrano roa natao hiasan’ireo zandary any an-toerana; izany no nataony dia noho ny fahatsapany fa ny fandrosoana dia miainga avy amin’ny fahatsapan-tenan’ny tsirairay. manana fokontany valo ity kaominina izay tena lavitra indrindra ity ary zana-tanàna 14 izay mielanelana hatrany amin’ny 20 km. 90Km tsy tongan’ny fiara ihany koa vao tafavoaka any Ambatolampy Antsirabe raha toizany koa vao tonga any amin’ny kaominina renivohitry ny distrika misy azy.

Cathy

Midi Madagasikara0 partages

Histoire : L’épopée des ailes malgaches,   une histoire captivante

credit photo, Michel Pain

À l’époque,  c’était sidérant  de voir un appareil volant imitant oiseau naturel  volé sur le ciel malgache. Michel Pain, un  collectionneur illustrera avec  des photos, l’itinéraire de l’aviation malgache jusqu’à l’indépendance.

Pour cette cinquième édition du Café-histoire, qui aura lieu le samedi 30 mars 2019 à 10heures au musée de la photographie  à Andohalo. Michel Pain narrera l’épopée des ailes malgaches. Une histoire captivante et passionnante, dans laquelle il a lui-même, en partie, participé, et qu’il partagera avec joie au grand public. Évidemment, les anecdotes seront au rendez-vous, lors de cet exposé. Une passionnante séance de partage et de questions  clôturera son intervention.

Ce collectionneur et ancien pilote développera non seulement  le thème : L’épopée des ailes malgaches, mais aussi  la conquête du ciel  de 1855 jusqu’en 1960.

A la conquête du ciel.  En juillet 1911, pour la première fois dans l’histoire de Madagascar, une Antoinette s’envole sur le ciel d’Antananarivo. Antoinette est le nom d’une société d’aviation française créée en 1904 par Léon Levasseur et Jules Gastambide, et des produits qui y furent fabriqués. C’est le prénom de la fille de Gastambide qui fut utilisé, le nom officiel étant « Société des avions et moteurs Antoinette ».  Jean Raoult, aux commandes de l’appareil, parvient à le piloter avec succès, malgré un atterrissage raté. Cependant, cet essai qui aurait dû encourager l’aviation à Madagascar n’apporte pas de grandes conclusions. Plusieurs questions ont été soulevées autour d’elle: la nécessité de construire un terrain d’atterrissage, l’existence de zones non cartographiées, le problème de carburant, les intempéries.

Cependant, de nouvelles tentatives sont apparues au cours des années 1920. Une liaison France-Madagascar fut effectuée en 1926 par l’hydravion Jupiter, équipé d’un moteur Gnome et Rhône de 120 CV, piloté par le Lieutenant  Bernard accompagné du  mécanicien Bougault. Une base aérienne située à Ivato fut créée en 1929.

L’équipe du Musée est actuellement en pleine préparation de la nouvelle programmation, qui devra voir le jour le 10 avril 2019.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Vente du Jardin d’Antaninarenina : 4 inculpés sous MD, 5 autres responsables toujours recherchés

La Justice reste ferme. « Toutes les personnes concernées par cette vente illégale du Jardin d’Antaninarenina doivent se présenter devant le Parquet. Tous les responsables qui ont contribué au traitement de ce dossier – depuis la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) où a été fait l’acte de vente, jusqu’aux Services Fonciers où est sorti le titre de propriété foncière – doivent répondre de leurs actes », a annoncé le tribunal, d’après les informations fournies par Frédon Armand Ratovondrajao, avocat du ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics (MAHTP). Hier, un ancien responsable auprès de la CUA a été auditionné au Parquet. « Il s’agit de celui qui signait à l’époque, tous les dossiers qui sortent de la CUA. Il était également responsable du Service contentieux », a-t-on indiqué. Après avoir été auditionné, celui-ci a été immédiatement placé sous mandat de dépôt (MD).

Sans exception. En tout, quatre personnes sont donc sous MD, dans cette affaire de vente irrégulière du Jardin d’Antaninarenina. L’ancien président du Conseil municipal, Lalaina Bertnès, également parmi les inculpés, est quant à lui hospitalisé, depuis que les enquêteurs ont commencé à identifier tous les responsables de la vente irrégulière. En outre, cinq autres personnes sont toujours recherchées jusqu’à aujourd’hui. Parmi celles-ci figurent les acheteurs du terrain. D’après l’avocat du MAHTP, ces personnes désignées comme acheteurs ont utilisé de fausses adresses. Les enquêteurs suspectent même qu’ils s’agissent de personnes fictives, créées juste pour pouvoir mener l’opération de transfert de propriété à son terme. De son côté, le MAHTP martèle que non seulement, le terrain en question doit revenir au peuple, mais que tous les responsables doivent également répondre de leurs actes, pour que les mauvaises actions de ce genre ne se reproduisent plus à l’avenir.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Madagascar – Banque Mondiale : 292 millions de dollars pour trois projets prioritaires

Le ministre de l’Economie et des Finances a rassuré la Banque Mondiale  sur la bonne utilisation des fonds pour le développement.

Les projets de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) sont en phase avec les objectifs de développement sur lesquels sont basés les appuis financiers de la Banque Mondiale.

L’équipe du ministère de l’Economie et des Finances vient de faire preuve d’une célérité exemplaire en matière de signature de conventions pour le développement. Approuvé par le Conseil d’Administration de la Banque Mondiale le 1er mars dernier, le financement de trois projets pour Madagascar totalisant 292 millions de dollars a été en effet  signé, hier par le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato et le Country Manager de la Banque Mondiale pour Madagascar, Coralies Gevers.

Prioritaires

Trois projets prioritaires qui vont contribuer  à l’atteinte du développement exclusif et durable. Il s’agit en premier lieu, du projet de développement à moindre coût de l’accès aux services électriques (LEAD) pour un crédit à taux concessionnel  l’ordre de 150 millions de dollars . Ce projet devrait électrifier au moins 1,7 million de personnes, dont 10 000 entreprises et 750 centres de santé, et créer l’un des plus importants fonds de développement de marché hors réseau d’Afrique, afin de stimuler la croissance des entreprises malgaches d’énergie solaire hors réseau. Il y a ensuite  le financement additionnel du projet de Croissance Agricole et Sécurisation Foncière (CASEF), un don non remboursable  de l’ordre de 52 millions de dollars . Ce financement additionnel renforcera le programme de certification foncière du Gouvernement, et visera la distribution de 2 millions de certificats fonciers supplémentaires d’ici juin 2022 , et appuiera 309 guichets fonciers communaux supplémentaires.  Il y a enfin le financement additionnel du projet de filets de sécurité sociaux (FSS) qui est un don  de l’ordre de 90 millions de dollars. Ce financement additionnel assurera la continuité des transferts monétaires aux ménages et bénéficiaires actuels, tout en améliorant et en étendant géographiquement les programmes.

Velirano.

La célérité dans laquelle le ministère de l’Economie et des Finances  et la Banque Mondiale ont réalisé la signature de ces projets de développement, prouve la volonté des deux parties d’aller très vite pour la relance  économique. Plus particulièrement dans le développement de trois secteurs prioritaires que sont l’énergie, l’agriculture, par le biais de la sécurisation foncière, et la protection sociale. Ces secteurs font actuellement l’objet d’une attention particulière de la part des autorités. « Les priorités de l’IEM sont en marge avec les  objectifs de la Banque Mondiale »  a déclaré, sur ce point Coralie Gevers qui a confirmé la volonté de cette institution de Bretton Woods d’appuyer les projets pour le développement de Madagascar. Le ministre de l’Economie et des Finances a pour sa part déclaré que, ces projets de développement financés par la Banque Mondiale tournent autour de la réalisation du « Velirano » du Président de la République. « On va continuer les actions déjà réalisées, mais on apportera également de nouveaux projets pour concrétiser les objectifs du prochain  Plan pour l’Emergence de Madagascar »,  a déclaré le Grand Argentier.

 R.Edmond

Madagate0 partages

Madagasikara. Sendikan'ny Hetra: mampahatsiahy ny anton'ny Tolona 2018