Les actualités Malgaches du Mercredi 27 Février 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara56 partages

Circulation routière et corruption : Les syndicats de Police de la route menacent de passer à l’action

Les syndicats des inspecteurs, brigadiers et agents de Police ont rencontré la presse hier au Kianjan’ny  Kanto Mahamasina.

Ridicule. C’est le moins que l’on puisse dire de la déclaration effectuée hier par les syndicats des inspecteurs, des brigadiers et des agents de Police. En effet, ces trois syndicats contestent la décision de suspension de la Police de la circulation prise lors du Conseil du gouvernement de la semaine dernière. A l’issue de leur réunion qui s’est déroulée hier au Kianjan’ny Kanto Mahamasina, les syndicalistes au sein de la Police nationale ont lancé une mise en garde à peine voilée à l’endroit du ministre de la Sécurité Publique, le Contrôleur Général de Police, Rafanomezantsoa Roger. « Si le ministre ne fait pas machine arrière sur l’application de cette décision, nous entamerons une action », a averti leur porte-parole, tout en se défendant toutefois de révéler les tenants et aboutissants de leur stratégie. L’on pourrait cependant s’attendre à une radicalisation de leur mouvement. Et les membres des syndicats des inspecteurs, brigadiers et agents de Police de marteler que « si le ministre souhaite renforcer la lutte contre la corruption, qu’il trouve d’autres stratégies mais il n’est pas question de supprimer la Police de la circulation qui figure parmi  nos missions normales ». « La Police nationale a lutté contre la corruption depuis belle lurette, bien avant même la création du Bureau Indépendant Anti-Corruption », a martelé le Porte-parole des syndicalistes. Et lui de laisser entendre au passage que les policiers de la circulation sont disposés à collaborer avec le nouveau régime pour le combat contre la corruption.

Insubordination hiérarchique. Bon nombre d’observateurs considèrent la déclaration faite hier par les syndicats de Police de la route comme « de la mutinerie ». Et ce, dans la mesure où ils contestent non seulement une décision gouvernementale (ndlr : car la suspension de la Police de la circulation a été décidée en Conseil du gouvernement), mais aussi une désobéissance et une insubordination hiérarchique vis-à-vis du ministre de tutelle et de la Hiérarchie policière. En quelque sorte, c’est comme s’ils sont prêts à engager un bras de fer contre le régime en place pour réclamer l’institutionnalisation de la corruption dans l’accomplissement de leurs missions. Nul n’ignore en effet que si l’on se réfère aux rapports d’activités du Bureau Indépendant Anti-Corruption,  la Police nationale en général et la Police de la route en particulier, se trouve en haut du tableau en ce qui concerne la corruption. Ces dernières années, publier des images de policiers pris en flagrant délit de recevoir un « tsolotra » est devenu une pratique très courante chez les facebookers.

Mutinerie déguisée. Les responsables au sein de la Police nationale sont d’ailleurs considérés comme des complices en favorisant l’affectation de tous les policiers stagiaires, tous grades confondus, à la Police de la route dès leur sortie d’école. En souhaitant changer cette triste réalité, le ministre nouvellement nommé semble confronté à  une sorte de « mutinerie déguisée ». La lutte contre la corruption, le renforcement du combat contre la recrudescence de l’insécurité et l’utilisation à bon escient des forces de l’ordre figurent parmi les axes prioritaires du « Velirano » du président Andry Rajoelina. Par ailleurs, tout au long de sa campagne électorale, ce dernier n’a eu de cesse de marteler que, la radiation sera la sanction pour tous les militaires, gendarmes et policiers impliqués dans des affaires de corruption. La question est désormais de savoir qui des syndicats des inspecteurs, brigadiers et agents de Police, et du Gouvernement Ntsay Christian qui entend apporter une grande réforme dans la gestion de l’Administration publique, va faire machine arrière dans ce bras de fer ? Historie à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara16 partages

Boutiques hors taxes : Sofitrans écartée au profit d’une multinationale suisse mêlée dans des affaire...

Les boutiques hors taxes des aéroports internationaux d’Ivato et de Nosy-Be  rapportent gros. Raison pour laquelle, leur gestion attise les convoitises.  Depuis des années, plus exactement depuis 1969, Sofitrans  qui se considère comme un leader national dans les activités connexes du transport aérien et du tourisme a toujours géré, avec des hauts et des bas, les boutiques hors taxes. Actuellement les donnes sont en train de changer puisque Ravinala Airports, le concessionnaire des aéroports rénovés d’Ivato et de Nosy-Be a décidé de confier la gestion à une « compétence internationale ». Si le processus se poursuit, les fameux duty free shops qui rapportent gros, seront confiés à une société multinationale suisse : Dufry. Mais là où les problèmes se posent c’est que Dufry n’est pas une sainteté dans les relations d’affaires internationales. Ces dernières années l’affaire Dufry a défrayé les chroniques à Maurice.

Dufry est en effet mêlée dans des affaires de corruption. Selon  nos confrères mauriciens, l’affaire a débuté en 2013, lorsque Dufry a conclu un contrat d’exclusivité pour deux aéroports mauriciens. « Ces derniers étaient exploités par l’Etat, avant que Dufry n’encaisse deux tiers des revenus. Après le changement de gouvernement en 2015, les autorités mauriciennes ont émis des soupçons de corruption et ont commencé une enquête ».   Une entraide judiciaire a déjà été initiée à Maurice pour régler cette affaire de corruption qui concerne Dufry. Laquelle va donc assurer la gestion des boutiques hors taxes à Madagascar. La question est en tout cas de savoir, pourquoi Ravinala Airports écarte une entreprise nationale au profit d’une multinationale  mêlée dans des affaires de corruption.   Le débat est en tout cas ouvert sur cette affaire, dans la mesure où les autorités ont  aussi  pour mission d’aider au développement des entreprises locales.  Par ailleurs, même si les compétences internationales sont nécessaires au développement d’un secteur d’activité, ce  n’est pas une raison majeure pour accepter des opérateurs économiques corrompus.

R.Edmond.

Midi Madagasikara10 partages

Toliara : COMATO et SEMS, main dans la main

Jaojy (Sems) Anita et Yvette (Comato), faits Chevaliers de l’Ordre national.

Comato et Sems, deux sociétés de manutentions faisant travailler des centaines de dockers (restes de la Société de Batelage, SBT).  

Comato et Sems, main dans la main est une image très forte et inattendue.Ce sont deux entreprises concurrentes, de ce fait une dualité perpétuelle. Lasses de guerre, les deux ennemies ont fini par s’entendre pour le bien de leurs entreprises respectives. Le vendredi 22 février était un jour de fête : Anita Cossettini, Yvette Ralalanirina, de Comato, et Augustin Jaojy, de SEMS, ont été faits chevaliers de l’Ordre National par l’Etat. Seize autres collaborateurs ont reçu des médailles d’argent et de bronze. « La médaille du travail m’encourage » reconnaît un récipiendaire.

Pour en arriver là, il fallait faire du chemin. C’est Léon Manana, PCA du Groupement Professionnel des Manutentionnaires Portuaires (GPMP) qui raconte. Il y a 23 ans, Anita Cossettini avait roulé sur un vélo pour créer Comato. D’une petite entité de trois à cinq personnes, ils ont eu à créer la structure, à organiser les différents services, ainsi que leur fonctionnement pour « devenir aujourd’hui, la fierté de Toliara, recrutant un grand nombre de pêcheurs pour travailler au port », dixit madame Tsibeny, adjointe au maire. Quant à Jaojy, il a fait ses études de gestion et management àAnvers, Belgique. En 2003 il crée SEMS. Après dur labeur, Jaojy atteint la vitesse de croisière et avec un coup de pouce de la Commune de Toliara, l’Etat lui reconnait ses mérites, devient Chevalier de l’Ordre National.

Charles RAZA

Midi Madagasikara8 partages

Académie malgache : Histoire et langue à travers deux grandes chercheuses

La professeure Lucile Rabearimanana, une historienne de référence à Madagascar.

L’Académie Malgache à Tsimbazaza revient avec ses communications demain à partir de 14 h 30 avec deux chercheuses de renom. La première sera consacrée au thème « Vivre à Tananarive en 1956 à travers la presse et le vécu de la population », avec Lucile Rabearimanana. Cette professeure est parmi les plus consultées concernant l’histoire malgache, surtout la colonisation et les deux grandes Guerres. Le choix de la date 1956 coïncide avec l’avènement de l’indépendance malgache qui a été précédé par le référendum du 28 septembre 1958. La presse malgache est aussi un témoin privilégié de ces changements historiques. Celle-ci a joué un grand rôle dans la guerre de position, d’opinion, d’idées entre l’administration coloniale et les patriotes. La seconde communication sera celle d’Oliva Ramavonirina, sur « Ny endriky ny Teny Malagasy miampita sisin-tany ». Elle portera sûrement sur l’altérité, le rapport à la langue et l’évolution de la langue dans l’espace et le temps. L’intervenante est chercheuse en terminologie au Centre des Langues de l’Académie malgache, elle connait très bien son sujet . Deux communications qui  méritent le détour que ce soit pour les étudiants, les universitaires ou les chercheurs.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara2 partages

Dossier : Diégo-Suarez (1920-1960), carrefour idéologique

cimetière des militaires français à Joffre-ville (photo :Iss Heridiny)

Comme les Menalamba dans les Hautes Terres Centrales, des résistances à l’installation coloniale sont organisées par la population de la région septentrionale  de l’île en 1898. Malgré l’échec de la résistance, cette opposition n’est que le début de la lutte anticolonialisme dans la région. Au début du XXe siècle, un équilibre idéologique s’installe dans la région. La ville est scindée en  deux tendances : les profrançais et les nationalistes.

 Les profrançais  et les nationalistes cohabitent depuis l’installation française à Diégo Suarez.

Durant de longues années 1920-1960, la ville de Diégo-Suarez se  confronte à  une ambiance politique acharnée. Cet équilibre de force est dû au cosmopolitisme de la région. Le Second Conflit mondial est une épreuve difficile, parce que la ville   était   le mini-théâtre de la guerre.

Le rôle des migrants venant d’autres régions de Madagascar était  important, et anime le nationalisme à Diégo Suarez. En occurrence,  l’implantation du nationalisme ne s’avère pas  très difficile. Cela s’est confirmé lors du passage  de Jean Ralaimongo. Les actions de cet homme politique originaire d’Ikalamavony exercent beaucoup d’influence sur la population locale , et laissent un héritage en termes d’idéologie. Beaucoup sont convaincus et influencés par son sentiment anti-colonialiste.

Antsiranana  est à la fois une ville créée par les Français  et un cosmopolitisme dû aux migrations des Malgaches venant d’autres régions, et également des immigrés d’autres pays comme les comoriens, les yéménites, les Réunionnais, et les djiboutiens. Ce fait  crée une ambiance politique dans cette  localité. Le long de la première moitié du XXe siècle, la ville était le théâtre d’affrontement idéologique entre le nationalisme et l’administration coloniale. Alors la ville est devenue non seulement un foyer du nationalisme mais également  un fief des pro-coloniaux. Ces deux tendances sont plus ou moins équilibrées dans la ville.

la ville d’Antsiranana en 1940 (photo Archive de Diégo-Suarez)

Une base du  nationalisme.  Depuis les années 1920, le nationalisme reste  vivace dans le Nord de Madagascar. L’anticolonialisme prend une envergure bien avant la seconde guerre mondiale grâce aux migrants venant des autres régions de Madagascar, notamment les travailleurs originaires des Hautes Terres Centrales.  Lors de son séjour en 1923 et 1926, Jean Ralaimongo réussit à encrer cette idéologie dans le cœur de la population de Diégo-Suarez. De peur que ces migrants influencent la population locale, lors de sa visite à Bobasakoa, une commune rurale citée au sud- ouest de la ville de Diégo-Suarez, le 7 novembre 1930, le chef de région de Diégo-Suarez  Laporte lance des propos ethnicistes en disant : « N’admettez pas que des Hova, des Betsileo, des Betsimisaraka et même des créoles viennent s’établir dans votre pays ». Dans les Affiches de Diégo-Suarez N° 293.

L’année 1920 est en permanente lutte contre l’installation coloniale. Elle est amplifié par Jean Ralaimongo à Diégo Suarez en 1923 puis en 1929, accentue le nationalisme malgache contre les abus et défendre les planteurs et paysans Malgaches. La spoliation des terres surtout dans les campagnes.

Le nationalisme gagne du terrain à Antsiranana, si on  croyait  que la région du nord était hostile des Malgaches venant de la Haute Terre centrale.

Diego-Suarez, place Joffre.

Un foyer francophile. Le Nord de l’île occupé par la France depuis décembre 1885, abrite  une base navale française. Dix ans avant l’annexion de la Grande île, la région devance donc le reste du pays.

 La séquelle du XIXe siècle prédomine dans l’esprit des membres du PADESM, un parti politique influent dans la région.   Les partisans de ce parti qui a vu le jour en juillet 1946, ne cachent pas leurs sentiments d’attachement à la France qu’ils considèrent comme la «mère Patrie ». Les ampanjaka et certains notables de la  région basculent vers  l’idéologie francophile car ils considèrent   la France comme libératrice, ne veut pas tomber dans le joug de « l’hégémonie merina ».  Ces groupes sociaux bénéficiaient de certains avantages accordés par le système colonial.  Les gardiens traditionnels de la région du Nord de Madagascar sont favorables à l’installation française. D’où on  les appelle les loyalistes.

. En effet, la plupart des  ampanjaka, et certaines élites  de la région  se rallient avec l’administration coloniale et adhèrent au PADESM pour contre -balancer le MDRM.

La ville de Diégo-Suarez est  le fief des loyalistes. Ainsi  les ampanjaka, les colons réunionnais, et certains notables  influencent  la population de la région à approuver leur fidélité à la France. Alors,  la présence des pro-coloniaux n’est pas négligeable. Donc, une tension s’impose entre les nationalistes et les pro-coloniaux de Diégo-Suarez. D’ailleurs, la ville est une nouvelle pôle de l’autorité française. Elle est sans doute un territoire Antakarana, mais elle est considérée comme un territoire isolé du pouvoir central du Royaume de Madagascar et peu préoccupé par l’autorité  traditionnelle locale. La population est plus rattachée à la France que cette dernière.

Pendant 64ans de colonisation, des luttes succèdent et s’évoluent en fonction de la conjoncture politique. Dans les années vingt et trente, elles prennent une autre dimension avec les élites. Si au début de la colonisation les Malgaches prennent des armes et massacrent les Français, à la fin des années 1920,  les élites utilisent un autre  moyen plus pacifique pour aboutir à leurs objectifs.

Dans tout Madagascar, la contestation revêt de nombreuses formes. Chaque région a sa manière de lutter. De VVS à Jean Ralaimongo et ses compagnons, ensuite  le  MDRM, la revendication change de visage.

Après la Seconde Guerre mondiale, la France est exsangue et affaiblie. Avec la pression de l’ONU, les pays colonisateurs changent leur politique envers leurs colonies. Certaines libertés sont accordées à ces derniers.  Conscients de la situation géopolitique, la faiblesse des colonisateurs, les nationalistes accélèrent  l’émancipation pour obtenir l’indépendance.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara2 partages

Première résistance : Rencontrée par le pouvoir

Les syndicats de police se rebiffent et n’acceptent pas la  décision prise en conseil de gouvernement de leur retirer le droit d’assurer les missions  de police de la route. Ce n’est pas un simple geste de mauvaise humeur, mais  la  contestation d’une directive qui, selon leur compréhension, les humilie. C‘est un des premiers accrocs dans la  nouvelle organisation mise en place par le régime pour assainir le domaine de la sécurité publique. On ne sait pas s‘il s’agit d’un simple réflexe corporatiste ou d’une contestation pouvant déboucher sur un blocage de tout le système.

Première résistance : Rencontrée par le pouvoir

La décision prise en conseil de gouvernement entre dans le cadre d’une redéfinition des missions des forces de police . Si on le comprend bien, cela entre dans le cadre de la politique générale de l’Etat qui a instauré comme priorité la lutte contre la corruption. La résistance s’est organisée dès le week-end dernier dans la profession. Cela a abouti à cette réunion des syndicats, hier, qui a clairement exprimé sa désapprobation  et même son refus. Les mots utilisés sont assez durs  et laissent  prévoir  l’apparition d’un conflit avec le pouvoir.  On ne sait donc pas comment peut évoluer la situation.  Il s’agit de la première forme de résistance au changement prôné par le régime. Ce dernier doit s’attendre  à d’autres  refus de la part de ceux qui se sentent lésés dans leurs intérêts personnels. Les syndicats ont affirmé qu’ils demanderaient à rencontrer leur ministre de tutelle. Ce dernier avait déjà la semaine dernière dit son intention d’organiser une réunion pour discuter des modalités de la nouvelle organisation des services. Les discussions qui vont s’engager risquent d’aboutir à une confrontation,  chacun campant sur ses positions. Ce sont des habitudes  qui sont ancrées dans les mentalités que le régime veut bousculer. On le voit mal  reculer car c’est  toute une philosophie qu’il veut imposer : celle de la droiture et de la bonne gouvernance.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Terre en mêlées : Trois jeunes filles rayonnantes sont de retour au pays.

Pela, Marcellia, Sonia étaient en France  pas pour les vacances mais, pour acquérir de l’expérience.  Le 15   février dernier, les trois « ambassadrices malgaches de l’égalité femmes/ hommes par le rugby » sont de retour au pays.

Après avoir  donné le coup d’envoi du match d’ouverture du tournoi des VI Nations devant plus de 60 milles spectateurs au stade de France, Sonia et Marcellia ont exprimé leurs joies devant les journalistes  hier à l’IFM à   11 heures.

« Je remercie terre en mêlée d’avoir développé le rugby malgache en général et le rugby féminin en particulier » Solofoson Bien Aimé  lors de son intervention.  « Même si le rugby féminin s’est introduit  récemment à Madagascar, la Grande île est le quatrième pays après l’Afrique du Sud, Onganda et le Kenya à pratiquer cette discipline », a-t-il ajouté .

D’après Patrick Perez, l’ambassade  de France soutient terre en mêlée depuis plusieurs années. Cette association réalise des choses formidable» les trois ambassadrices ont été dignes de porter haut le drapeau malgache.

Le voyage  enrichissant.   Marcellia et ses copines ont eu l’opportunité de rencontrer des  stars  de rugby comme Johnny Wilkinson et Thierry Dusautoir. A Toulouse, elles ont participé à un entraînement avec l’équipe pro du stade Toulousain. Elles ont également joué avec  des jeunes filles de clubs de la région toulousaine. « Le rugby français à un niveau en dessus de la moyenne », explique Marcellia. «  Les joueuses ont des gabarits énormes. Ce voyage  en France a nourri mon ambition. Avec des entraînements intenses, on peut devenir comme eux », a rajouté la jeune fille.

Programme 2019-2020. Chaque année, cette association met la barre de plus en plus haut alors, cette année l’association renforcera les actions de formation et la capacité de l’équipe éducative, ensuite  tentée de lancer des projets  de mobilité pour les jeunes. Puisque Marcellia a exprimé   le souhait de  revenir, en 2020 ce sera toute l’équipe qui ira en France. Au-delà de simple aspect sportif, Terre en mêlée a permis à ces jeunes filles de relever la tête, et de rêver.

Terre en mêlée a ouvert l’horizon à ces trois filles. Désormais, le rêve de ces trois jeunes filles  est réalisé.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Lalam-baovao Tsarasaotra : Misy manakan-dàlana sy mitoraka

Raha ny faran’ny herinandro teo fotsiny dia efa maro ireo lasibatra tamin’iny làlam-baovao mampitohy an’i Tsarasaotra sy Ivato iny. Voasakan-dàlana sy voatora-bato ny ankamaroany. Simba fananana aloha hatreto ny ankamaroany, saingy raha mitohitohy izany ka tsy mbola misy ny fandraisana andraikitra dia mety hanaraka hatramin’ny ain’izy ireo mihitsy.

Raha ny fitantaran’ireo izay voa aloha dia manodidina ny amin’ny sivy ora alina eo no tena manao ny ataony ireo olon-dratsy. Migodana ny lalana saingy somary misy lobolobo ihany ny amin’ny sisiny ka eny amin’ireny ireto farany no miafina. Miandry kendry tohina ireo fiara sendra mandeha irery. Mazàna hoy izy ireo dia manodidina izany ranobe izany ny toerana famelezan’ireo olon-dratsy, manandrify indrindra ny sampanana mandeha any Ambodifasina. Misy andiany maromaro izy ireo, ary mivonona mihitsy ny hamely izany mianan-kendry mijanona manoloana ny tora-bato mandrivorivo ataon’izy ireo amin’ny fiara. «Tena olon-dratsy ireo fa tsy hoe olona misotasota fotsiny ihany. Hita mihitsy mantsy fa rehefa avy mitoraka izy ireo ka mahavoa dia mipoitra anaty lobolobo hiafenany, miandry fotsiny hoe nijanona ve ilay fiara sa tsia. Raha olona hisotasota fotsiny mantsy dia mitsoaka avy hatrany rehefa mahavoa »  hoy ny fitantaran’ity raim-pianakaviana iray isan’ny nanana fiara vaky fitaratra vokatry ny tora-baton’ireo olon-dratsy, ny alin’ny alatsinainy teo. Manao antso avo amin’ireo tompon’andraikitra araka izany ireto mpampiasa làlana ireto hijery akaiky izany tranga izany. Mitebiteby fatratra mantsy ireo olona tsy maintsy handeha hody ka hindrana iny lalam-baovao iny amin’ny alina. Lalana izay, hatramin’ny nisokafany, efa nahenoana karazana tranga isan-karazany sahady : manomboka any amin’ny lozam-pifamovoizana ka hatramin’ny fisiana matoatoa sy angatra, ary dia izao misy mpanakan-dalana izao indray.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Commune Analamisampy- district de Toliara II : 4000 plants et 6 ha reboisés chez les Mikea

(Crédit photo MEED) La joie de vivre de ces enfants Mikea est communicative, bien que leur habitat et leur qualité de vie soient actuellement menacées.

Le week-end dernier, un reboisement a été effectué chez les Mikea et leur environnement menacé, dans la Commune Analamisampy, district de Toliara II, par une équipe du Ministère de l’Environnement et du Développement durable (MEDD) conduite par le ministre, Alexandre Georget, lui-même.

4000 plants dont 300 arbres fruitiers ont servi au reboisement, ainsi que 1500 « reniala » ou baobabs, 500 varo, 500 laro et 1500 karabo. Par rapport aux menaces de destruction et d’extinction qui pèsent sur cette forêt et ses habitants « singuliers »- et tenant une place importante dans le patrimoine culturel et la société malgache- ce reboisement trouve une pertinence certaine. En effet, conserver l’habitat des Mikea revient à les protéger et les aider à préserver, mais aussi valoriser leur mode de vie, qui, à y regarder de plus près, n’est pas antinomique à la préservation de l’environnement. En effet de par leurs savoirs ancestraux et indigènes, notamment leur façon de gérer rationnellement les ressources en eau, les Mikea ont su développer séculairement des modes de vie en accord, voire en harmonie avec leur environnement, donc dans une démarche constante de compréhension et de respect de la nature. Privilégiant la cueillette, le troc ; et la vie préservée des effets pervers de la civilisation, les Mikea ont depuis longtemps fasciné les anthropologues et sociologues locaux, nationaux, comme internationaux.

Fascinations.  Tout comme les étrangers, les nationaux sont également fascinés par les Mikea et leur mode de vie singulier, en retrait de la civilisation et pourtant doublé d’une sociabilité effective. En effet, même s’ils préfèrent vivre de et dans la forêt, les Mikea ne sont nullement asociaux, ni sauvages, ils entretiennent des liens sociaux forts, avec leurs voisins les plus proches, comme les Masikoro, ou encore les Vezo, avec lesquels d’ailleurs ils ont souvent des liens de parenté, à part les liens « commerciaux » basés sur le troc qu’ils entretiennent. Cependant, bien qu’il les préserve de tous les effets pervers de la civilisation, leur mode de vie a aussi ses revers. Il s’agit notamment du manque d’accès aux soins et de l’insuffisance d’infrastructures sanitaires, comme éducatives. Ce qui les rend plus vulnérables aux épidémies, plus que d’autres communautés du Grand Sud, déjà mal loties et pourtant vivant sur un territoire si riche. Parce que leur vie et leur survie ont toujours été intrinsèquement liées à la forêt et à la nature qu’ils ont su respecter, leur qualité de vie se retrouve actuellement menacée par la déforestation massive et la destruction de leur habitat et de l’écosystème naturel dont ils font partie. Toutefois, les Mikea fascinent également par leur attachement à leurs valeurs culturelles et la tenacité avec laquelle ils ont su les honorer et les préserver depuis des temps ancestraux. Une caractéristique culturelle qu’ils partagent avec la majorité des tribus du Grand Sud d’ailleurs, des Vezo aux Tandroy, en passant par les Masikoro et les Mahafale.

Descentes et rencontre. Le ministre a aussi pu échanger avec les Mikea, sur la perception qu’ils ont des menaces et transformations qui pèsent sur leur environnement et leur habitat, notamment la déforestation massive, alors que leur vie est viscéralement liée à celle-ci. La délégation du MEDD a par ailleurs profité de cette descente dans le Sud-ouest de l’île pour effectuer d’autres visites sur des terrains relatifs à la conservation et à la protection de l’environnement. Ainsi, les tortues de Mangily ont reçu une visite du ministre, notons que les celles-ci sont autant préservées par les tabous que menacées par le trafic illicite dans le Sud. Dans un autre volet, celui du traitement des déchets et de l’assainissement, le ministre a également visité la structure de recyclage des déchets de Belalanda. Par ailleurs, en termes de trafic illicite et un peu plus au nord de Toliara, à Morondava, 43 rondins de palissandre selon le MEDD vraisemblablement destinés au trafic  ont été saisis par ce ministère. S’en suivirent quatre arrestations, motivées notamment par la note du 7 décembre sortie par le MEDD interdisant toute exploitation d’arbres rares et précieux dans le Menabe ; et ailleurs sur l’île. Reste à savoir, si ces quatre personnes impliquées sont seulement coupables et des boucs-émissaires, ou des véritables commanditaires. D’après des informations récoltées sur place à la mi-février, l’exploitation illicite d’arbres rares et précieux, ou encore les arbres des mangroves est constituée par un réseau bien ficelé, du haut en bas de l’échelle.

Recueillis par Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara1 partages

Région Vakinankaratra : Création d’un document stratégique pour son développement

Maya Ralaizafindrakoto pense que la participation aux échanges nationaux comme internationaux (foires, salons, forums, etc.) doit être accentuée

Depuis ces dernières années, la Région Vakinankaratra a perdu sa notoriété suite à diverses affaires ayant terni son image. Et dernièrement, nous sommes informés de la suspension du Maire d’Antsirabe. En ce moment, les préparations pour les élections locales (législatives comme municipales/communales) s’enchaînent, et entre-temps, des jeunes natifs de cette région prennent le devant, en avançant des meilleures propositions pour redorer le blason de la Région Vakinankaratra. Maya Ralaizafindrakoto, le vice-président du CEERE (Club des Entrepreneurs Etudiants du Rendez-vous des Entrepreneurs), en est un. Une initiative qui tombe au moment opportun, surtout qu’en ce moment, la région connaît un taux de chômage record et où le nombre d’industries de transformation demeure anodin. Elle fait face à la mauvaise exploitation des ressources naturelles et au dépérissement des produits locaux.

Entreprenariat. Et pourtant, c’est une région à fortes potentialités, dans la mesure où – et d’après les statistiques par l’EDBM (Economic Development Board of Madagascar) et la Région Vakinankaratra elle-même – 80% du lait produit à Madagascar proviennent de la région. Mais ce n’est pas tout. La partie Ouest est connue par son élevage porcin et les sources thermales sont des appoints pour le tourisme. De ce fait, Maya Ralaizafindrakoto, muni d’un document stratégique, avance des propositions pour la Région Vakinankaratra. « Il faut valoriser les ressources naturelles par la promotion de l’entreprenariat et l’industrie de transformation », indique-t-il. Cela incitera les jeunes, selon ses explications, à créer leurs propres activités lucratives. Dans cette optique, un centre numérique existant, le centre Karen Caren sera transformé en centre de promotion de la culture entrepreneuriale et d’accompagnement et de coaching des jeunes entrepreneurs. Par ailleurs, la valorisation des partenariats avec les centres de formation en agrobusiness et des filières à fortes potentialités, comme le lait, l’agriculture et les légumes) sera, également, au rendez-vous.

Capital humain. Mais pour avancer, Maya Ralaizafindrakoto estime qu’il faut miser sur le capital humain. En effet, selon toujours les mêmes statistiques, 80% de la population de la région ont moins de vingt-deux ans. Mais la plupart sont au chômage ou n’ont pas les compétences nécessaires ou requises pour être au service d’une entreprise notoire. « Nous proposons une formation professionnalisante pour pallier au manque de compétence et à l’improductivité des jeunes », souligne le vice-président du CEERE, avant de poursuivre qu’ « un système éducatif alternatif sera mis en place pour éviter l’abandon scolaire. Cela permettra aux enfants qui sont obligés de quitter l’école après avoir connu une certaine base en calcul, en lecture et en écriture – et orientés vers l’agriculture et l’élevage – d’être productifs et de contribuer au développement de la région ». C’est aussi, selon lui, un moyen d’appuyer le système régional d’information pour l’emploi.

Infrastructures routières. Aussi, dénonce-t-il le mauvais état voire l’impraticabilité des infrastructures routières de la région. Maya Ralaizafindrakoto considère la réhabilitation des routes comme devant être la priorité du futur gouverneur de Vakinankaratra. A suivre.

Recueillis par Aina Bovel 

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les syndicats des polices de la Route refusent la suspension de mission des policiers de la ...

A Madagascar, le nouveau président Andry Nirina Rajoelina a enclenché son train à grande vitesse pour lutter contre la corruption, les policiers de la route font les frais. Il a été décidé au niveau gouvernemental de suspendre momentanément la mission des policiers de la route ou PR. « La principale raison de la décision a trait à la multitude de remarques défavorables des usagers de la route pour tracasseries inutiles et actes de corruption lors des services de police de la route. » selon la communication du Conseil du gouvernement datant du Vendredi 22 Février 2019.
Mais hier, les syndicats des inspecteurs, brigadiers et agents ont, lors d'une conférence de presse à Mahamasina, refusé cette suspension. En effet, la mission de police de la route fait partie intégrante de leurs tâches de policier. Les syndicats de continuer que Les dirigeants devraient trouver d’autres voies pour éradiquer la corruption.
Tia Tanindranaza0 partages

Fahapotehan’ny JIRAMAIza anefa no tena tompon’antoka ?

Nalaza be indray tato ato ny orinasa JIRAMA. Nolazaina hoe orinasa tokony ary tsy maintsy miasa ho an’ny vahoaka.

 

 Nolazaina ihany koa fa hoe tokony hahazo tombony ny rehetra ary nisy hatrany ny fanambakana sy ny halatra mivantana atao amin’ny vahoaka hatramin’izay.  Mampanontany tena ny maro kosa hoe: fa angaha moa tsy mbola tarazon’ny fanapotehana tamin’ny taona 2009 io iainana hatramizao io?  Tamin’ny taona 2005 dia miiba 98,5 miliara ariary ny vokatra ara-bolan’ny orinasa JIRAMA  (résultat financier) mialoha ny nanaovana famerenana amin’ny laoniny azy (redressement). Ny faran’ny taona 2008 kosa dia miabo 38,6 miliara ariary ary 103 miliara be izao ny tao amin’ny kitapom-bolan’ny JIRAMA ny volana mey 2009 izany hoe tamin’ny fitondrana tetezamita notarihan’i Andry Rajoelina. Taorian’izay anefa dia nisy ny fieboeboana nampidina 10 % ny vidin-jiro sady namerina ny fampidirana jiro (Branchement) ho fanambatambazana ny vahoaka. Iza no tompon’antoka tamin’ireny? Nanomboka ihany koa ny tsy firaharahina ny fanarenana ny orinasa na amin’ny lafiny ara-bola na amin’ny lafiny ara-teknika. Iza no tompon’andraikitra tamin’izany? Vokatr’izany dia nidina 84 miliara ariary ny vokatra ara-bolan’ny JIRAMA tamin’ny taona 2010, ny faran’ny taona 2015 aza moa dia nitotongana hatramin’ny 300 miliara ariary. Araka izany, tsy afa-bela tamin’ny fampikorosoana fahana ny JIRAMA ny tompon’andraikitra maro mpanapa-kevitra nandritra ny tetezamita , nandova io fahasahiranana io ny fitondrana HVM ary nahafantatra tsara ny zava-nisy ny filoha Rajaonarimampianina satria minisitry ny vola nandritra ny efatra taona izy tao anatin’ny tetezamita. Ka iza marina ary no tompon’antoka sy tompon’andraikitra tamin’ireny? Ny tantara sy ny vahoaka no hitsara ary enga anie ka  ho voantsetsina tokoa ny voka-dratsin’ny fitantanana tsy mahomby tamin’ireny ka tsy ho hanindroa intsony ny fanapotehana toekarena.

 

 

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Banky iraisam-pirenenaManadihady aloha vao mety hanohy ny fiaraha-miasa

Nihaona tamin’ny Praiminisitra, Lehiben’ny Governemanta, Ntsay Christian teny Mahazoarivo omaly ny delegasiona avy amin’ny Banky Iraisam-pirenena,

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany faha-3 sy faha-5Lakandrano mirefy 1,300 km nodiovin’ny CUA

Teny amin’ny lakandrano Andrianampoinimerina mirefy 1,300 km ao amin’ny boriborintany faha-3 sy faha-5, kaominina Antananarivo

Renivohitra (CUA) omaly no nanohy ny asa fanadiovana tanterahiny ny fiadidiana ny tanànan’Antananarivo noho ny tondra-drano nifanesy, indrindra amin’izao fotoam-pahavaratra izao. Niara-nisalahy nanatanteraka izany avokoa ireo ekipa teknika sy “agent d’assainissement” avy eo anivon’ny Boriborintany, ny Equipe Spécialisée d’Assainissement (ESA) eny Antsakaviro, ny  RF2 (Rafitra Fahadiovana sy Fidiovana), ny mpivarotra, ny CUA boriborintany faha-3 sy faha-5, ny DTP na ny asa vaventin’ny CUA. Tanjona ny hikorianan'ny rano ara-dalàna sy ny hisorohana ny fiakaran'ny rano amin’ny faritra iva rehefa avy ny orana, avy eny Besarety, Mascar, Andravoahangy, Manjakaray ka hatreny Marais Masay. Nodiovina ny lakandrano, notapahana ireo lobolobo, nesorina ireo  fako manentsina sy manakana ny fikorianan’ny rano. Tonga nijery ny fizotry ny asa ny Lefitra voalohan’ny ben’ny tanànan’Antananarivo, Olivier Randrianarisoa, ny delegen’ny Boriborintany faha-3 Hery Razafintsalama, ny delegen’ny Boriborintany faha-5 Rakoto Richard Emmanuel, niara-nijery ifotony izay ho vahaolana amin’ny fiakaran’ny rano miainga avy eny Besarety ka hatreny Manjakaray II C. Nambaran’Atoa Rakoto Emmanuel Richard fa tsy hifarana izao hetsika izao raha tsy madio tanteraka ny lakandrano miainga eny Manjakaray ka hatreny amin’ny Mascar. Marivo dia marivo ny lakandrano ka mila halalinina mba hahafahan’ny rano mikoriana tsara mihazo an’i Marais Masay. Tetsy an-daniny, Atoa Rasolondrainibe Josias, tompon’andraikitra avy eo anivon’ny Gestion des Risques et Catastrophes (GRC) dia manentana hatrany ny mponina tsy hanary fako any anaty tatatra sy ireny rano mandeha ireny hisorohana ny fiakaran’ny rano.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

ALASORAFanasarahana mpivady niady no nidirana am-ponja

Saika hamonjy ilay ramatoa mpiara-miasa aminy am-bava loza saika notrobaran’ny vadiny zava-maranitra ny maraina ireo dimy lahy no voarohirohy fa nahafaty ilay rangahy ny hariva.

 

 Anio no hiatrika fanadihadiana eo amin'ny Lapan'ny Fitsarana Anosy, i Ferdinand sy ny mpiara-miasa aminy 5 mianadahy izay nanasaraka mpivady niady kinanjo voarohirohy amin'ny raharaha vono olona. Araka ny fampitam-baovao azo antoka, tonga  niady tamin'ny mpiasa vavy, atao hoe "Fanja" izay mpiara-miasa amin'i Ferdinand ny vadin'io ramatoa io, teo an-tokotanim-piasana, Alasora By-pass, ny faramparan'ny taona teo. Nisy naniraka ary ireo mpiasa lahy dimy niaraka tamin'i Ferdinand mba hamonjy an'i Fanja fa saika hotsindronin'ny vadiny izay efa mamo toaka tamin'ny zava-maranitra ity farany. Niverina  niasa  i Ferdinand sy i Fanja ary ireo efadahy avy eo. Ilay rangahy kosa lasa nandeha, sahabo tamin'ny 9 ora maraina. Nony tamin'ny 5 ora hariva, maty nitsirara teny an-dalana ilay rangahy. Efa voalevina vao nametraka fitoriana ireo fianakaviana ka ireo mpampisaraka ny maraina sy ilay tompom-bady no voatondro fa namono azy. Niakatra fampanoavana ny 9 janoary teo ny raharaha. Nahazo fahafahana vonjimaika i Fanja fa ireo dimy lahy kosa naiditra am-ponja vonjimaika. Anio alarobia 27 febroary no hiakatra eo Anosy izy ireo. Ny mpampiasa azy ireo no miezaka amin'ny fanampiana ara-tsakafo, taratasy, ny zotram-pitsarana. Anisan'ny nampananosarotra ny raharaha izay natrehin'ireo manampahefana ny fitoriana vita fandevenana. Mandeha mantsy ny feo fa ahiana ho diso daozy ny alikaola na namoifo na fahafatesana tahaka ny olona tapitr'andro rehetra ihany ny fahafatesany. Miandry ny valim-pitsarana tena izy ny mpitory izay namoy havana sy ireo voasaringotra.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahasalamana sy fanatanjahantenaHifanampy hijery ireo mpiasam-panjakana ny Asief sy ny ANS

Ny 75 %-n’ireo mpiasam-panjakana eto amintsika amin’izao no fantatra fa mijanona anaty birao fotsiny fa tsy manao fanatanjahantena.

 

Amin’ny ankapobeny anefa raha araka ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny Akademia nasionalin’ny fanatanjahantena etsy Ampefiloha dia tena handanian’ny fanjakana volabe tokoa ny fitsaboan-tena. Vahaolana tsotra anefa, hoy izy dia efa hahafahana misoroka izany toy ny fanaovana fanatanjahantena, ny fitandremana ny sakafo hanina. Mpampiofana miisa 25 no miatrika fiofanana etsy amin’ny Ans Ampefiloha nanomboka afaka omaly haharitra 15 andro. Tanjon’ny Asief izay mpikarakara ny hahafahan’izy ireo mampita ny fiofanana eny anivon’ireo minisitera hiasany avy hananan’ireo mpiasam-panjakana fahasalamana tomombana hahafahany miatrika araka ny tokony ho izy ny asany. Ora enina isan’andro moa no miatrika fiofanana ireto mpampiofana ireto, ary hahazo mari-pankasitrahana izy ireo aorian’izay.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

MANAFIKA TSENA NY DAHALO

Ny tsena mihitsy no notafihan’ny dahalo tany Ambalakindresy, ao Ambohimahasoa. Amin’ny folo ora atoandro izay tena maha-betsaka ny olona teo an-toerana no tonga ny dahalo nanao ny asaratsiny.

 

Naheno izany ny zandary dia tonga koa ary raikitra ny fifampitifirana. Iray tamin’ireo olon-dratsy no lavo tao anatin’ny sakoroka. Feno fahasahiana tanteraka ny jiolahy ankehitriny. 

TIFITIFITRA TENY AMBOHITSOA

Raikitra ny tifitra tamin’ny andro atoandro tetsy Ambohitsoa. Lehilahy dimy no nosamborina fa ny telo no azo. Izy ireo dia nandeha fiara sy moto ary raha ny tsilian-tsofina re dia saika haka an-keriny ny karàna mpanefoefo iray izay monina eo an-toerana. Efa narahin’ny zandary ka raha mbola teo am-pikonokononana no notifirina sy nosamborina. Iray no voa teo amin’ny tongony. Telo no voasambotra.

BEN’NY TANANAN’I TOAMASINA

Mety mbola misy toky ihany ny hiverenan’ny ben’ny tanànan’i Toamasina eo amin’ny toerany raha toa ka mitsipaka ny fanapahan-kevitry ny tanàna ny prefeketioran’io tanàna io. Ankehitriny dia mitohy ny fifampihantsiana sy ny fifandrahonana eo amin’ireo samy mpitantana ny tanàna. Tonga hatrany amin’ny fikasana hitory ny tahirimbolam-panjakana mihitsy ny raharaha satria raha ny fihevitry ny ben’ny tanàna dia io no tena sakana tamin’ny tsy fahafahana nandoa ny karaman’ny mpiasa. 

MALAZA ERAK’I BELGIQUE

Lasa vaovao malaza erak’i Belgique ankehitriny ny momba ireo zaza tsy ampy taona roa notazomin’ny dadany an-keriny tany Mahajanga. Ireo telo mianaka Belge ireo dia lasa miady an-trano ankehitriny rehefa lasa nampodian’ny olona avy amin’ny alalan’ny tsipaipaika ny iray tamin’izy ireo. Nanao ampamoaka amin’izay ilay tovolahy kely ary mifatratra any amin’ny rainy avokoa izany. Fa ny tena ratsy dia adin’ny mpianakavy kely no lasa manaratsy endrika an’i Madagasikara.

MITARAINA NY DADAN’I ARNAUD

Velon-taraina mafy ny dadan’i Arnaud, rain’ilay zaza nisy naka an-keriny tany Toamasina fa manjaka loatra ny tsimatimanota eto amin’ny firenena. Efa hita miriaria sahady nahazo MOP sahady ireo tompon’antoka tamin’ilay raharaha izay nahafaty ny zanany vavy Annie. Nisy vehivavy mpanolotsaina ny filoha teo aloha izay voasaringotra amin’ity raharaha ity ihany koa tsy mba samborina na hanaovana fanadihadiana, hoy izy na efa marobe aza ny porofo. Mitaky ny hametrahana ny tena fanjakana tan-dalàna ny dadan’i Arnaud.

DINA NO VAHAOLANA

Ny fametrahana ny Dina ihany no vahaolana amin’ny tsy fandriampahalemana mirongatra amin’izao, hoy ny kolonely Ravoavy Zafisambatra, talen’ny angom-baovao eo anivon’ny zandary. Miaiky izy ireo fa tsy mahavita irery ny fametrahana ny filaminana kanefa izany ny andraikitra voalohany hametrahana azy ireo. Matoa mbola misy ny tranga maro be tahaka izao, mila mandray ny andraikitra tandrify azy ny tsirairay sy ny fokonolona rehetra. 

SENDIKAN’NY MPITSARA

Manda mafy ny sendikan’ny mpitsara fa tsy izy ireo no tompon’andraikitra mivantana amin’ny famotsorana ireo olona izay matetika meloka kanefa votsotra rehefa tonga eny amin’ny fitsaràna. Mitompo teny fantatra izy ireo fa ny lalàna ihany no arahina ary vokatry ny fanadihadiana ihany no raisin’izy ireo. Nilaza ny filoha lefitry ny Smm fa aleo mamotsotra olona meloka toy izay managadra olo-marina. Rahoviana ihany izany vao tena hanjaka ny tany tan-dalàna raha toy izany ny fisainan’ny mpitsara ? 

ANDRIMASOM-POKONOLONA

Efa ny mponina sy ireo vatan-dehilahy ao amin’ny fokontany Ouest Mananjara Andrefanambohijanahary sisa no manao ny fisafoana amin’ny alina amin’izao noho ny tsy fandriampahalemana mirongatra. Tsy mba hita izay fandraisan’anjaran’ny mpitandro ny filaminana kanefa efa maro ireo namoy ny ainy sy niharam-boina tao amin’ilay fokontany. Mbola manamafy ny antso amin’ny fanjakana hamerenana ny tobin-janaparitra “poste avancé” ny mponina. 

PASIPAORO SANDOKA

Srilankais miisa efatra no notazomin’ny zandary tao amin’ny seranam-piaramanidina noho ny fampiasana pasipaoro sandoka. Nilaza izy ireo fa espaniola kanefa rehefa nojerena akaiky dia tsy mitovy ny sary. Naveriny ny sonia tao anatin’ny pasipaoro saingy tsy voaverina. Saika handeha Paris izy ireo no izao sarona izao ny pasipaoro sandoka nampiasainy.

Tia Tanindranaza0 partages

Mirongatra ny asan-jiolahyZaza amam-behivavy telo lasa takalon’aina

Toerana samihafa, andro iray. Zaza dimy taona tany amin’ny Faritra Amoron’i Mania sy tovovavy roa tany amin’ny Faritra Boeny no lasan’ny mpanao ankeriny, tamin’ny alahady teo.

Jiolahy mitam-piadiana mahery vaika am-polony no nadravarava tao an-tanànan’i Betaba, fokontany Tsinjorano, kaominina Manerinerina ao amin’ny distrikan’Ambatoboeny ny alin’ny alahady teo tamin’ny 9 ora sy sasany, raha ny fampitam-baovaon’ny zandarimariam-pirenena avy etsy amin’ny Toby Ratsimandrava.  Tovovavy 25 taona roa no nalain’izy ireo ho takalon’aina tamin’ny fanafihana tokantrano efatra. Lasibatra ihany koa ireo firavaka sy fanana sarobidy. Tsy nisy ny omby nalain’izy ireo fa tranom-bala telo amin’ny 7,62 mm no latsaka teo an-toerana izay singa entina hanohy ny fanadihadiana. Nihazo ny lalana nianatsimo somary atsinanana ireo olon-dratsy. Vinavinaina  hihazo ny kaominina Sarobaratra, Tsaratanana izy ireo. Ny zandarimariam-pirenena ao Manerinerina no nandray an-tanana ny fanarahan-dia. Nisy zazakely koa lasan’ny Jiolahy efatra mitam-piadiana mahery vaika, tao Ambondromisotra, Fandriana, Faritra Amoron’i Mania. Tamin’ny 7 ora harivan’ny alahady teo ihany koa no nitrangan’izany, araka ny vaovao ofisialin’ny zandarimariam-pirenena eo amin’ny Toby Andrefanambohijanahary. Norobain’ireo olon-dratsy tamin’izany ihany koa ny vola mitentina 300.000 Ariary. Ny zandary tany an-toerana niampy tosika avy amin’ny Miaramila no nidina nanatanteraka ny fanarahan-dia.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taksibe mihazo ny RN 1Hampiakatra saran-dalana avokoa amin’ny volana martsa

Hampiakatra ny saran-dalany avokoa ireo taksibe ao anatin’ny zotra Kofiamo trans mampiasa ny lalam-pirenena voalohany mivondrona ao anatin’ny fivondronan’ny mpitatitra ivelan’Antananarivo Renivohitra na ny UCTS manomboka ny 10 martsa ho avy izao.

 

 Noho ny fiakaran’ny vidin-tsolika sy ireo karazana kojakoja hampiasaina amin’ny fiara,  ny haratsian-dalana, ny fitohanana  lavareny no nambaran’ny filohan’ny UCTS Rakotoarimanana Fidimalala  fa antony nandraisaisan’izy ireo ny fanapahan-kevitra. Ho an’ireo mihazo an’Imerintsiatosika dia hiakatra ho 1.200 Ar ho an’ny fiara sprinter, 1.400 Ar ho an’ny mazda kely raha 1.000 Ar avokoa izany teo aloha. Hiakatra  ho 800 Ar kosa ny an’i Vontovorona, 700 Ar Alakamisy Fenoarivo ary 500 Ar  ny eny Ampitatafika samy miainga avy eny Anosy.  Samy efa nampahafantarina ireo ben’ny tanàna lalovan’izy ireo ny fiakarana saran-dalana.  Ny hany hangatahin’ireto farany dia ny tokony hanatsarana hatrany ny tolotra omena ny mpanjifa hisorohana ny olana mety hitranga. Betsaka amin’ireo taksibe mantsy no faly mampiakatra saran-dalana fotsiny nefa  na ny seza afovoany hipetrahan’ny mpandeha aza toy ny kitay kely fandrehitra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kitrotro sy BonibonyIreo no nafangarontsika tato ho ato, hoy ny dokotera

Ny otrikaretina VZV na “virus varicelle zona”, hoy ny dokotera Domoina Soakanto Rakotonoely, mpitsabo ny aretina kitrotro sy ny fianakavian’ity aretina ity, no tena miparitaka tato ho ato

. Ny valanaretina kitrotro sy ny fianakaviany no nandripaka ny volana oktobra hatramin’ny janoary ary io hita ho niverimberina tato ho ato io, hoy izy. Ny kitrotro dia in-dray mandeha tsy miverina eo amin’ny fiainana fa ny fianakaviambeny no mety miverina. Anisan’izany ny Bonibony izay mitovitovy ihany ny fisehony satria samy mafampana, latsa-dranomaso, tsy mahinan-kanina. Izay no matetika hampifangaroantsika azy. Misy karazan’aretina toy izany. Tahaka ny nendram-boalavo kosa izao dia io otrikaretina hoe Zona io no endrika fiverenany. Marary dia marary ny faritra misy ilay kibontsimbotsina eo amin’ny vatana rehefa tratran’io. Ny fahendrena, rehefa misy tranga hafahafa dia ny manatona mpitsabo ihany no vahaolana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny raharaham-bahinyMpiasa “ECD” an-jatony very asa

Mpiasa an-jatony no tapaka fifanaraham-piaraha-miasa eo anivon'ny minisiteran'ny raharaham-bahiny taorian'ny fivoahan’ny “note de service N°19/128 AE/SG/DRH/SAP” ny 22 febroary lasa teo.

 Miisa 100 mahery ireo mpiasa ao anatin’ireo tsy mbola raikitra na “ECD”, izay misy efa am-polony taona tao, raha ny fampitam-baovao. Raikitra ny fandroahana mpiasa tsy raikitra, izay mety ho fanadiovana no hitondran’ny minisitera azy. Mety ho fanilihana ankitsirano mba hahafahana mampiditra ny akamakama kosa no handraisan’ny an-kilany azy. Ankoatra io, dia miantso ireo olona rehetra nomen'ny Fanjakana "passeport diplomatique" kanefa efa tsy voairaka hanao asa any ivelany intsony mba hamerina izany ao anatin'ny 15 andro ny minisiteran'ny raharaham-bahiny. Raha tsy mamerina ao anatin'izay fe-potoana izay dia tsy hanan-kery intsony io pasipaoro io ary tsy hahazo fanavaozana ao anatin'ny herintaona ny nampiasa azy, hoy ny fampitandremana. Tsy an-kitsitsy ny fanapahan-kevitra raisina eo anivon’ity minisitera ity satria vao tsy ela ihany koa izay no nandraisana fanapahan-kevitra tao anatin’ny filankevitry ny minisitra ny fanafoanana ny didim-panjakana nanendry masoivoho niasa tany ivelany miisa 9. Mahatratra 50 tapitriasa ariary eo ho eo isaky ny iray ny karazana tamby amin’ny fampodiana azy ireny, izay anjaran’ny fanjakana.

Toky R sy Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

ECCOVANanofana mpianatra 18.000 tao anatin’ny 25 taona

Ivontoerana mampianatra zaitra miezaka miady amin’ny fitobahan’ny friperie sy manome vahana ny vita Malagasy eto amintsika ny Eccova.

Hatramin’izay 25 taona  nisiany izay dia mpianatra miisa 18.000 no efa navoakany, vehivavy sy lehilahy vonona ny hanatsara ny fidiram-bola ao an-tokantranony. Hankalaza ny faha-25 taona nijoroany ny Eccova amin’ity taona ity. . Fotoam-pivavahana lehibe hotanterahina ao amin’ny fiangonana Fjkm Antanimena Atsinanana no hanokafana ny fankalazana amin’ny sabotsy 02 martsa ho avy izao, hotronin’i Mialy Rakotomamonjy sy ny vondrona Laurent Rakotomamonjy izay namorona ny hira fanevan’izy ireo. Hitohy amin’ny fifampiarahabana nahatratra ny taona 2019 ny lanonana ny folakandro, hetsika hotanterahina ao amin’ny kafetarian’ny Esca Antanimena. Miantso ireo mpianatra, ray aman-drenin’ny mpianatra ary ny maintolalin’ny sekoly sy ireo mpankafy ny Eccova rehetra  ny filoha tale jeneraliny mba ho avy hanotrona azy ireo amin’io fotoana io. Ny 08 jona ho avy izao moa no ivon’ny fankalazana izay hatao eto Antananarivo ihany.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Revo amin’ny kajikajy indray !

Ny hazakazaka hahazo ny seza etsy Tsimbazaza indray izao no tena handanian’ny mpanao politika eto amin’ny firenena rondoha. Na ny ao anatin’ny fitondrana na ny mpanohitra dia samy miketrika mafy amin’izao.

Tsy hanana fitoniana sy filaminana firy ny fanjakana ankehitriny raha tsy mahazo ny maro an’isa ao anatin’ny antenimieram-pirenena, ka hanao izay farafahaizany. Fotoan-dehibe ho an’ny mpanohitra hahafahana manatsimbadika ny rasan’ny fifidianana filoha ihany koa anefa io hipetrahan’ny fifandanjan-kery eto amin’ny firenena. Ny mpitsara no toa adinodinon’ny maro fa ny efa teo aloha ihany no eo. Hanao lalao madio sa mbola hipetraka ny ahiahin’ny maro ? Fifidianana manakaiky vahoaka io, ka mety ho mora kokoa ho an’ny rehetra ny manara-maso azy. Inoana fa tena hazoto ary tsy hitaredretra ka hanaiky lembenana tahaka ny teo aloha. Sao mantsy dia ny mpifidy voasoratra anarana indray no vitsy noho ny tonga nifidy. Io aloha izany no tena kotrehana mafy amin’izao, ka sao hadinodino ny olana mianjady amin’ny vahoaka. Loza etsy, loza eroa,… fa toa tsy mahita horaisina ilay fanjakana. Toa mamoron-javatra hisintonana ny sain’ny olona tsy hifantoka any amin’ireny olana ara-tsosialy samihafa ireny ilay fanjakana, izay toa kofona tanteraka. Feno ny fahefana hanao zavatra, hanangana, hampandroso,… saingy tsy arakaraka ilay maha lamasinina haingam-pandeha azy aloha fa tena hita ho mbola sahirankirana ilay filoha vaovao. Raha ny fihetsiny hatramin’izay sy fandresen-dahatra natao tany amin’ny fampielezan-kevitra anefa, dia nisesisesy ny seho ivelany, kay dona tapany handoavan’ny olona erany tamin’ny fifidianana ihany ireny, ary naira-tapitra tamin’ny propagandy. Tsaroana ny hoe: tsy miandry lany fa tonga dia miasa, vao tonga eo tonga dia ataoko izatsy sy izaroa tahaka ilay karama farany ambany 200 000Ar, efa anaty sambo ny vary ka tsy hay na ritra ny ranomasina dia nihitsoka any na nilentika tahaka ny sambo titanika ilay izy,… Ny valala tsy an-tanana tokoa tsy atolo-jaza e !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Rallye Passion AntsirabeAndiany voalohany amin’ny fiadiana ny ho tompondaka 2019

Ny Rallye Passion hotontosaina any Antsirabe ny 19-20-21 aprily 2019 ho avy izao no hanokatra ny andiany voalohany amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara amin’ity taona 2019 ity.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafody tsy ara-dalàna amidy etsy sy eroaMitaraina mafy ireo farmasiana

Mihamahazo vahana hatrany ireo varotra fanafody tsy ara-dalàna eto amintsika. Ankoatra ireo fahita mahazatra eny amin’ny tsena madinika toy ny épicerie dia tsy lazaina intsony ny eny Ambohipo izay toerana ahitana ireo karazam-panafody rehetra amin’ny vidiny mora.

 Raha araka ny fanadihadiana natao dia ireo olona manana aretina mitaiza tsy maintsy mihinana fanafody mandavan-taona sy ireo manana ny marary eny amin’ny hopitaly no tena mpanjifan’izy ireny. Ny olana anefa dia misy amin’ireo fanafody hamidin’ireo  fianakaviana mivelona amin’izany no efa lany daty raha araka ny fijoroana vavolombelona nataona marary iray ka vao mainka mampitombo ny aretina mahazo azy. Misy fiantraikany  goavana amin’ireo farmasiana ihany koa ity varotra fanafody tsy ara-dalàna eto amintsika ity. Araka ny fanadihadiana natao mantsy dia mihena an-toerana hatrany ireo mpanjifan’izy ireo fa lasa mitady ireny mpivarotra fanafody amoron-dalana sady mora ireny. Tsy hitanay izay  hatao, hoy ny farmasiana iray satria ny fanjakana aza tsy mandray ny andraikiny. Raha ny fantatra dia efa eo am-pamolavolana paikady hanenjehana azy ireny ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka ankehitriny koa andrasana izay mety ho vokany.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ligin’ny baolina kitra Matsiatra AmbonyTompondaka 2019 sokajy D-1 ny Zanakala Fc

Tompondakan’ny baolina kitra sokajy D-1 any amin’ny ligin’i Matsiatra Ambony 2019 ny Zanakala Fc izay nandresy an-dry zareo Fc Lam tamin’ny isa 5-0 teo amin’ny lalao famaranana notontosaina tamin’ny alahady 24 febroary 2019 tao

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vehivavy mpilalao baolina lavalavaMiisa 510 no anaty klioba hatreto

Ny taona 2011 no nanomboka nisy baolina lavalava sokajy vehivavy teto afrika fa ny taona 2010 no nanomboka taty amin’ny ranomasimbe indianina.

Hatreto, raha ny fanazavan’ny filoha lefitry ny Malagasy rugby,Bien Aimé Solofoson, dia fahefatra isika tao anatin’ny fifaninanana afrikanina farany. Izay no vokatra tsara indrindra. Miisa 510 ireo vehivavy mpanao baolina lavalava eto Madagasikara ary miparitaka amina klioba miisa 15. Nampahafantarina omaly tetsy amin’ny IFM Analakely moa ny fahatongavan’ireo tovovavy mpilalaon’ny Terres en mêlées delegasionina Malagasy naka traikefa tany Frantsa nandritry ny 15 andro dia i Marcelia sy Pela ary Sonia. Izy 3 mirahavavy ireto, araka ny fanazavana, no malagasy voalohany nanokatra ny fifaninanana iraisam-pirenena « Tournoi des 6 nations » nanoloana mpijery miisa 60.000. Nisy ihany koa ny fihaonan’izy ireo tamin’ireo kalazan’ny rugby eran-tany toa an’ilay mpilalao anglisy Johnny Wilkinson. Ny volana jolay izao moa no hanomboka any Japon ny lalao fanomanantenan’ny ekipam-pirenena malagasin’ny lavalava hiatrika ny lalao olimpika.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalaon’ny nosy andiany faha-10Nahazo fitaovana raitra avy amin’ny Sinoa ny atleta Malagasy

Notanterahina teny amin’ny Asia Africa hotel eny Ivato omaly talata 26 febroary 2019 ny dingana faha-3 amin’ny tetikasa “Assistance de la Coopératioon Technique du Sport Chine-Madagascar”

Tia Tanindranaza0 partages

Fiovaovan’ny toetr’androHanimba ny vokatra raha tsy hiomanana

Tombanana ho 2 hatramin’ny 3 taonina isaky ny hektara ny voka-bary eto Madagasikara ary rehefa tsara ny vokatra dia mety mahatratra hatrany amin’ny 5 taonina isaky ny hektara.

 

 Nihatsara ny voka-barin’i Madagasikara tamin’ity taona 2018 ity raha oharina ny taona 2017. Ho fanohizana hatrany ny ezaka amin’ny vokatra rehetra mihitsy dia mila miomana fatratra ny tantsaha ny amin’ny mety ho fiovaovan’ny toetr’andro. Amin’izany mantsy no mety hisian’ny tsy fahampian’ny orana na mety ho lasa betsaka loatra ihany koa ka mety tsy hahatsara ny vokatra. Tahaka izany ihany koa, mety ho lasa aloha loatra na taraiky ny rotsak’orana ka tsy mahasalama ny fambolena. Izany no antony nanatanterahana ny dinika nasionaly momba ny fambolena maharaka ny fiovaovan’ny toetr’andro, izay tena ilofosan’i Madagasikara ankehitriny. Tsy angano intsony fa efa misy eto amin’ny firenena ity fiovaovan’ny toetr’andro ity kanefa fantatra fa mivelona tanteraka amin’ny fambolena ny ankamaroan’ny Malagasy. Ankoatr’izay dia misy karazana fambolena vaovao sy hafa mihitsy tsy maintsy atao kanefa ilana fijerena haingana amin’izany anefa ny olana ateraky ny fiovaovan’ny toetrandro. Fiaraha-miasa amin’ny mpamatsy vola iraisam-pirenena CARE sy ny tambajotrana manampahaizana momba ny fambolena sy ny tontolo iainana mivondrona ao amin’ny FANRPAN ity dinika natao omaly talata 26 febroary tetsy amin’ny DLC Anosy ity. Ilaina mihitsy ny fampivondronana ny tantsaha mpamboly ny amin’izay mety ho fantatra sy ny fiatrehana izany satria efa misy mihitsy ny toerana sasany any Atsimo tsy ahafahana hanao fambolena intsony noho ny fiovaovan’ny toetr’andro. Zavatra maro no mety ho voakasika amin’io ka tsy tokony hiandriandry intsony ny rehetra. Voalohany  ny vola miditra amin’ny tantsaha izay maro an’isa eto amin’ny firenena. Eo ihany koa ny fiahiana ara-tsakafo, ny filana ara-angovo sy ny filana ara-tany izay mifandray amin’io resaka fiovaovan’ny toetr’andro io. Raha tsy voafehy izany dia tsy hety ny famokarana ary ho akony ratsy amin’ny toekarena.

Tsirinasolo

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kandidà solombavambahoakaMaro ireo mbola nangataka fanazavana teny amin’ny OVEC

Tsy mbola mazoto angamba na manana paikady manokana ireo mpirotsaka hofidiana ho solombavambahoaka kanefa dia nisokatra omaly ny fotoana ahafahana mandray anjara amin`ny fifidianana ny 27 mey 2019 ho avy izao.

 

 Hatreto, i Alain Mahavimbina, filohan`ny antoko GAR, no fantatra fa nandrotsaka ireo antontan-taratasy sy anto-bola tany amin`ny OVEC Toamasina I. Saika olona tonga mangataka fanazavana sy ireo antontan-taratasy hofenoina no betsaka ary manerana ireo OVEC manerana ny nosy no nahitana izany. Ho an`ny OVEC Tana III dia niisa 6 ireo olona nangataka fanampim-panazavana. Teny Atsimondrano kosa, miisa 8. Tany amin`ny faritra ihany koa, somary nangina ny teny amin`ny OVEC. Ho an`i Mahajanga I, niisa 14 ireo nangataka antontan-taratasy. Ankoatra ireo taratasy takian’ny lalàna aminy dia 5 tapitrisa Ariary ny vola antoka tsy maintsy harotsak’ireo maniry ny handray anjara amin’io fifidianana io any amin’ny Tahirim-bolam-panjakana mba hahafahany milatsaka hofidiana. Mbola manana hatramin`ny 12 martsa aloha ireo kandidà raha tapa-kevitra. Araka ny tetiandro napetraka dia ny 6 ka hatramin’ny 25 mey no ahafahan’ny mpifaninana sy ny mpanaradia azy manao fampielezan-kevitra. Ny 17 jona kosa no ho fantatra amin’ny fomba ofisialy ny lisitr’ireo voafidim-bahoaka ka handrafitra ny Antenimieram-pirenena vaovao.  

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana solombavambahoakaHifampitady ny TIM sy ny MAPAR

Miisa 151 ireo solombavambahoaka handrafitra ny antenimieram-pirenena. Miisa 2 avy ho an'ireo distrika enina eto Antananarivo Renivohitra.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nicolas Randrianasolo« Halaviro ny fanenjehana ara-politika »

Nivoaka tamin’ny filankevitry ny minisitra farany teo ny didim-panjakana lah. 2019-189 entina hamerana ny isan’ny solombavambahoaka ho 151 sy ny fari-pifidianana manerana ny nosy. Rariny, hoy ny solombavambahoaka teo aloha,

 

Nicolas Randrianasolo, raha tazomina ho 151 ny isan’ny depiote eto Madagasikara satria tafiditra ao anatin’ny politikam-pitsitsiana ataon’ny fitondrana  ny fanapahan-kevitra hitazonana ny isan’ireo solombavambahoaka toy ny teo aloha. Porofo iray, ny fampihenana ny mpikambana eo anivon’ny governemanta. Mbola ao anatin’ny fandaminana ny fitondrana, izay mandalo fahasahiranana ihany, ka raha hampitombo ny resaka isa eo amin’ny parlemantera dia mety hanasarotra ihany satria hitombo indray ny tetibola hampiasaina kanefa mampihena ny fandaniambolam-bahoaka no imasoana. Notsindrin’ity depiote teo aloha ity fa amin’izao fanovam-pitantanana izao dia ilaina ny hisian’ny fitoniana ka tokony hohalavirana ny fanenjehana ara-politika mba hahafahana manatanteraka fampandrosoana. Ho azy, ny olona notohanany dia resy tamin’ny fifidianana filoham-pirenena. Tsy hiady amin’ny fitondram-panjakana ny tenany ary nampatsiahiviny hatrany ny lahateny nataony tamin’ny fanokafana ny fe-potoam-puiasan’ireo solombavambahoaka tamin’ny taona 2014 fa avela hitondra izay mitantana mba hahafahan’ny firenena ho marin-toerana. Vitsy an’isa no mahazo tombontsoa raha misy korontana eto amin’ny firenena satria ny vahoaka eny ifotony no hizaka ny vokany fa tsy ny mpanao politika, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Dinika momba ny fampihavanana anioManasa ny mpitondra sy ny mpitandro ny filaminana ny CFM

Hotontosaina anio alarobia 27 febroary 2019 hariva etsy amin’ny Arrupe Faravohitra ny famelabelaran-kevitra arahana adihevitra momba ny fampihavanana izay karakarain’ny filankevitra momba izany na CFM.

 

« Soatoavina malagasy sy fanorenana ary fananganana indray ny firenena sy repoblika » moa no lohateny hifotorana ka ny profesora Rafolo Andrianaivoarivony no hanazava ny fototra iorenana sy ny andry iankinan’ny atao hoe soatoavina malagasy. Ny dokotera Victorine Razanabahiny kosa no hanazava ny fipetrak’izay soatoavina Malagasy izay manoloana ny fivoarana sy ny fanatontoloana. Adidin’ny CFM, hoy ny filoha lefitra, Gerard Ramamimampionona, anisan’ireo mpikarakara no mamerina izay soatoavina sy fihavanana izay indray any am-pon’ny vahoaka Malagasy ary ezahana atao matetika ny hetsika toy ity izay azo lazaina hoe sambany. Nasaina hanatrika azy ity ankoatr’ireo mpikamban’ny CFM ny avy eo amin’ny akademia malagasy, ny mpikaroka sy mpianatry ny oniversite, ireo solontena isam-paritra, ny raiamandreny ara-pinoana sy ara-drazana, ny mpanakanto, ny fiarahamonim-pirenena, ireo sendika, izany hoe saika ny rehetra fa anisan’ny nomarihan’ny CFM kosa ireo mpitondra sy ny mpitandro filaminana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lonilony politikaSakana amin’ny fampandrosoana ny firenena

Voafatotry ny fisamatsamahana ara-politika tanteraka ny firenena amin’izao fotoana izao ka manomboka miseho tsikelikely ny fiantraikany ratsy.

Ny zavatra efa nampoizina hatramin’ny fampielezan-kevitra sy ny fanehoan-kevitra tetsy sy teroa taorian’ny fifidianana filoham-pirenena no miseho ankehitriny. Ny zava-mitranga dia mailaka ny fanenjehana mpanao politika hafa izay tsy anatin`ny fitondrana. Hazakazaka ny fisamborana ka endrika hafahafa no hitan`ny olona amin`ny fitondrana. Sanatria ve lonilony amin`ny antoko HVM izay tsy nanaraka ny sitrapon`ny antoko TGV tamin` ny fanendrena ny anaran`ny praiminisitra tamin`ny taona 2014, izay voarakitra ao anatin` ny lalàmpanorenana ao amin`ny and. 54 no antony ? Ilay vinavinan’ny mpanara-baovao hoe"valifaty" izao no miseho. Tsy misintona ny sain’ny vahoaka loatra anefa izany ankehitriny satria raharahan’ny samy mpanambola, hoy ny firesaky ny olon-tsotra. Ny hany tsikaritra amin’izao filomanosan’ny raharaha ao anatin’ny politika izao dia ny fikatsoan’ny raharaha sosialy. Novana noho ny hambom-po ny rafitra rehetra tokony ho notohizana ka tonga amin’ny vinavinan’ny mpanara-baovao hoe "ho sasatry ny miarina..." Tsy mampandroso tokoa ny lonilony politika !

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Manenjana ny sendikan’ny polisy“Avereno aminay ny asanay”

Nisy ny fivoriambe tsy ara-potoana nataon’ny sendikan’ny polisim-pirenena omaly talata 26 febroary niresahana ny lafiny fiandraketana ny fanamboarana ny pasipaoro nosintonin’ny fanjakana amin’ny polisy.

 

Asanay efa mahazatra hatramin’izay io. Asa mahazatra sy mifampiankina satria misy rahateo ny polisin’ny sisin-tany, ao ny fanaraha-maso ny lafin-tany, ny seranan-tsambo,… izany hoe tsy afa-misaraka ireo satria misy fiankinan’asa eo amin’ny sampan’asan’ny polisim-pirenena io, hoy Rakotoarisoa Louis, filoha nasionalin’ny sendikan’ny polisy sy ny inspektera. Miray feo ny polisy manerana ny Nosy satria ny avy any Antsiranana, Toamasina, Fianarantsoa, Toliara,… dia miara-mitaky amin’ny fanjakana amin’ny tsy hanesorana amin’ny polisy ny fahefana amin’ny asa efa mahazatra azy hatramin’izay, raha ny fanazavana. Tahaka izany ihany koa ny fandrindrana ny fifamoivoizana izay efa asan’izy ireo hatramin’izay. Manaiky ny sendika amin’ny tetikasan’ny filoham-pirenena hoe hiady amin’ny kolikoly, ary izay no tsindriako manokana hoe tadidio fa tsy nisy ny Bianco no efa nanangana sampandraharaha manokana ny polisy hiadiana amin’ny kolikoly, hoy io mpitarika io. Manaiky ny sendika amin’ny fanatsarana ny politikam-panjakana hiadiana amin’ny kolikoly. Efa asan’ny polisy ny misava ny fiara, ka raha misy ny manao aferana taolam-paty, vato sarobidy,… dia havela fotsiny ve fa tsy avela manao ny asany ny polisy ?. Miteraka adihevitra be ilay fampiatoana, ka ny tokony ho izy dia ny kolikoly no ampiatoana, fa ny asan’ny polisy mandeha ihany, hoy hatrany ny hafatra miantefa amin’ny fanjakana. Manana sata manokana tsy mahazo mitokona moa ny sendikan’ny polisy, izany hoe tsy mahazo midina an-dalambe. Raha misy ny fitakiana tiana hatao, dia misy hetsika hafa azonay atao, hoy izy ireo. Hanao hetsika noho izany ny sendika atsy ho atsy raha tsy mivaly ny fitakian’izy ireo.

 

Toky R

La Vérité0 partages

Kidnapping - La tête du commanditaire Del mise à prix, un colonel de la Gendarmerie arrêté

Dorénavant, la Gendarmerie agit avec poigne pour mater le phénomène du kidnapping au pays, en particulier à Tsaratanàna. Actuellement, tout citoyen responsable est appelé à fournir tous les renseignements à propos d’un certain Del ou encore « Tersa », commanditaire supposé de tous les enlèvements qui se sont produits à Tsaratanàna ces dernières semaines. Sa tête est mise à prix et la Gendarmerie offre 2 millions d’ariary à celui qui détient toute information à son sujet. Les gendarmes recherchent le vrai nom du concerné. Les citoyens sont également exhortés à faire de la délation en vue de démasquer tous les complices ou surtout les proches de Del, ceux qui l’hébergent ou le cachent, les endroits où ils nichent, etc.  Mais un colonel de la Gendarmerie, qui n’est autre que l’ex-commandant de compagnie de gendarmerie à Tsaratanàna serait aussi l’autre gros gibier de l’affaire. Arrêté, il y a quelques jours à Tsaratanàna, l’officier gendarme anciennement à la tête de ladite compagnie est actuellement soumis à un interrogatoire à la section de recherches criminelles à Fiadanana.

Mais il ne serait pas seul car plusieurs autres autorités civiles et opérateurs économiques de cette région en turbulence se trouvent également dans le viseur des enquêteurs.  Tous ces récents développements s’inscrivent dans le cadre de la prise de responsabilité du chef de Gouvernement et du secrétaire d’Etat à la Gendarmerie devant les efforts fournis, en vue de combattre l’insécurité et notamment le kidnapping dans le District de Tsaratanàna. Le 26 février dernier, ces deux hauts responsables du Gouvernement se sont déplacés sur place pour superviser l’avancement de la mission des gendarmes. Plusieurs autres mesures ont été prises dont le renforcement de l’effectif des gendarmes dans les brigades ou autres postes avancés locaux. Le public est encouragé à établir le contact avec la Gendarmerie à travers sa page internet baptisée « Doléances Gendarmerie » ou sur le mail "Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ", ou encore appeler d’urgence le numéro de téléphone qui suit  0341401388. L’utilisation de ces moyens de communication sert à passer les différents messages ou autres renseignements devant des cas d’éventuelles complicités de certains avec les ravisseurs, etc.  Enfin, la Gendarmerie et l’Armée nationale ont une stratégie commune dans la mise en œuvre de la sécurisation de la région de Tsaratanàna devant la recrudescence des enlèvements ou autres actes de banditisme qui y règnent.Franck Roland

La Vérité0 partages

Incendie à Anosibe - Des sinistrés en grande difficulté

Une semaine après la tragédie qui s’est produite dans le quartier d’Anosibe Ouest secteur  II, les  victimes vivent toujours dans des conditions déplorables. Les 22 maisons en bois touchées par les flammes ont causé une grande perte pour les 32 familles concernées.   Faisant suite à ce drame, l’éducation des enfants issus des familles sinistrés demeure incertaine. En effet, 65 des 95 enfants victimes de cet incendie sont actuellement déscolarisés. La plupart d’entre eux sont inscrits dans des écoles publiques. Cependant, leurs parents ne disposent plus les moyens de leur acheter des nouvelles fournitures scolaires. « Toutes nos affaires personnelles dont les cartables, les cahiers ainsi que les manuels scolaires des enfants ont été réduites en cendre. Les flammes ont également emporté leurs papiers administratifs et nos économies », raconte Raymond, un père de 5 enfants étant parmi les sinistrés. Selon Andrianiaina Herimanana Jacquie, chef dudit secteur, des appels à l’aide sont actuellement lancés pour pouvoir scolariser ces enfants.

Quant aux parents d’élèves, ils sont déjà allés à la rencontre des directeurs d’établissements scolaires pour discuter de la continuité des cours en tenant compte de l’absence de fournitures scolaires.  En outre, le problème au niveau de la santé constitue un important sujet au lendemain  de cet incendie, notamment dans les bas quartiers. Le regroupement des victimes dans une seule tente favorise la propagation des maladies. Pour cette raison, les membres du Comité local de secours (CLS), mis en place au niveau des « Fokontany » depuis 2014, se sont mobilisés pour lancer des appels au secours à l’endroit des responsables hiérarchiques. Au lendemain de cette catastrophe, ils sont venus auprès des établissements sanitaires afin de négocier une prise en charge gratuite des sans-abri en cas de difficulté. « Le Centre de santé de base niveau II à Namontana s’est engagé à consulter gratuitement les sinistrés et à leur fournir des médicaments qui sont à leur disposition. Pour assurer une bonne organisation, un carnet a été attribué aux 32 familles en guise de vérification et de confirmation de leur identité », indique un membre du Comite local de secours.

La Vérité0 partages

Tous les atouts ...

Olivier Caslin, journaliste attitré du mensuel Jeune Afrique, notait, dans l’édition du 31 juillet 2018 une phrase prophétique « Le patron du MAPAR a tous les atouts en main ». A travers un article consacré au jeune leader de la révolution Orange « Rajoelina, un train à grande vitesse », le journaliste visionnaire avait prédit la victoire, sans appel, de Zandry Kely. Il n’a pas raté dans son « oracle ». En effet, la Haute Cour constitutionnelle (HCC) entérina, par son Arrêt irrévocable en date du 8 janvier 2019, la victoire incontestable de Rajoelina Andry Nirina en tant que deuxième Président de la Quatrième République avec un score sans appel de 55,66 %. Dans ce même article, Olivier Caslin a vu juste quand il laissait entendre clairement que « Rajoelina a tous les atouts en main ». Une déclaration qui faisait « trembler » ou gêner, au moment des faits, certains acteurs politiques se caressant discrètement l’idée de conquérir Iavoloha. La vision de ce journaliste chevronné  aurait  brisé en miettes  leur rêve. Et il en fut, d’ailleurs ! Quelques raisons sérieuses pourraient donner raison à la prophétie. L’IEM que le candidat n° 13 a conçu avec l’utile appui et la précieuse contribution des experts nationaux et internationaux lui offre, sans ambages, les atouts nécessaires pour séduire les concitoyens à le choisir.  Le score confortable de 55,66 % obtenu par le candidat n° 13 au deuxième tour  lui rassure toute la latitude à mener « son jeu ».

C’est la suite logique d’un programme structurant et laborieux  soumis au peuple, l’IEM. Un score fort raisonnable traduisant la majorité absolue dont un dirigeant élu en a besoin nécessairement. L’onction populaire, de ce genre, est un atout vital pour un président de la République qui ambitionnerait de « sauver » son pays. Les inscriptions pour les députations du 25 mai viennent tout juste de s’ouvrir ce mardi 26 février. Les prétendants à la course ont jusqu’au 12 mars pour déposer leurs dossiers de candidature auprès des OVEC. Certes,  les intéressés vont se bousculer au portail. En tout cas, Madagascar aborde une autre phase cruciale. Dans tout pays qui respecte la volonté du plus grand nombre, au nom de la démocratie, la majorité à l’Assemblée nationale où siègent les Représentants du peuple ou députés, les Solombavambahoaka, est un atout à ne jamais négliger ou sous-estimer. Une majorité stable à l’AN est un passage obligé et incontournable vers la réussite. Pour le MAPAR/TGV, la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale est une étape essentielle dans la  maîtrise du mécanisme du pouvoir. Pour ce nouveau parti au pouvoir, il s’agit d’un atout qu’il faut, à tout prix, se l’accaparer. La bande à Rajoelina au cas où elle voudrait marquer le but de la victoire doit obligatoirement savoir négocier une « passe décisive ». Mathématiquement, le MAPAR/TGV a intérêt d’engranger le maximum  de sièges à Tsimbazaza.  Au vu de la tendance qui prévaut sur terrains, la formation du jeune timonier, Rajoelina Andry Nirina, a toutes les chances sinon tous les atouts en mains pour rafler la mise. Et il en faut, d’ailleurs. C’est une nécessité impérieuse si on veut traduire en succès les Velirano, cet ultime stade de concrétisation de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar.   Ndrianaivo

La Vérité0 partages

JIRAMA - La démission du DG réclamée

Ambiance électrique à la société d’Etat JIRAMA. Les syndicalistes réclament la démission de son directeur général Olivier Jaomiary. Ses détracteurs lui donnent un ultimatum de 48 heures pour s’exécuter. Il est accusé d’incompétence. Son mode de gouvernance est pointé du doigt. De ce fait, une partie du personnel a observé un mouvement de grève à titre d’avertissement, hier. Le mouvement risque de prendre de l’ampleur la semaine prochaine. Le nouveau malaise à la Direction de la JIRAMA se déclare après l’annonce par le pouvoir central de revoir les contrats passés avec les prestataires de la société. Ceux-ci pompent mensuellement 45 milliards d’ariary sur le dos des Malagasy, à en croire le Premier ministre Christian Ntsay. Le statu quo n’a fait donc qu’appauvrir la population. Coralie Gevers, représentante de la Banque mondiale, a décrié depuis 2016 les dépenses faramineuses de cette société d’Etat au profit d’une minorité. De même, les multiples missions d’évaluation du Fonds monétaire international à Madagascar ont constamment émis des remarques sur cet aspect. Mais le précédent régime n’a rien fait de concret allant dans ce sens. M.R.

La Vérité0 partages

Elections législatives - Les Etats-majors politiques en ébullition

Les électeurs se rendront de nouveau aux urnes le 27 mai prochain pour élire leurs représentants à l’Assemblée nationale. Après l’élection présidentielle, celle des députés arrive en seconde position, en termes d’importance au niveau national. Le dépôt de candidature est ouvert depuis mardi et les prétendants auront jusqu’au 12 mars prochain pour confirmer leur participation à la course. A une quinzaine de jours de la clôture des inscriptions, c’est l’effervescence chez les états-majors politiques. Pour l’instant, c’est encore au stade de la sélection finale après que les bases des partis ont finalisé leur détection. « La liste définitive sera en principe connue la semaine prochaine. Nous sommes en train d’étudier les noms  des candidats potentiels  proposés par chaque entité  politique », confirme Hery Rasoamaromaka, secrétaire national d’Antananarivo du TGV. Pour cette élection du 27 mai, selon toujours ses dires, les associations ou partis politiques ayant soutenu le Président actuel se regroupent au sein de la plateforme « isikarehetramiaraka amin’ny Rajoelina » ( litt : tous ensemble avec Rajoelina). « La candidature retenue pour défendre la couleur de la plateforme sera ainsi décidée d’un commun accord. Aucun des composants n’a plus ainsi la faculté de présenter un candidat si le sien n’a pas été retenu par les décideurs de la plateforme ».

Une stratégie qui semble faire l’unanimité au sein de la plateforme. « A notre avis, c’est déjà le reflet du respect de la discipline qui doit régner durant le prochain mandat. En plus, c’est un moyen pour avoir une majorité présidentielle stable qui a fait tellement défaut auparavant. Le précédent régime faute d’avoir ses propres députés a dû piller chez les autres dont certains  n’ont pas la même vision. Or, les députés devraient épouser l’idée du Président de la République élu et l’aider par tous les moyens légaux à réaliser ses promesses électorales », note Fetra Rakotondrasoa, une des têtes pensantes du parti Freedom, membre à part entière de la plateforme « tous ensemble avec Rajoelina ». Branle-bas également chez les autres partis politiques  à l’instar de l’AREMA. « Bien que la caution de  5 millions Ar soit une source de blocage pour nous, l’AREMA envisage de présenter une liste de 30 candidats dans tout Madagascar. A l’heure actuelle, ces prétendants sont en pleine préparation de leurs dossiers de candidature », explique Annick Ratsiraka, secrétaire national  du parti.  L’Assemblée nationale a  pour rôle entre autres de surveiller les actions du Gouvernement, de voter les lois et de donner le feu vert pour la réalisation des projets proposés par l’Exécutif. Une institution de blocage ou de facilitateur au développement du pays, l’Assemblée nationale tient également un rôle important à la bonne gouvernance d’une nation. L’image de l’institution a été un peu ternie lors du précédent mandat suite à des innombrables affaires qui l’ont éclaboussé. A titre d’exemple, le non-respect du mandat impératif par certains députés qui à la moindre risque traversée du désert n’ont pas hésité à retourner leur veste. Un changement d’habit et d’idée encouragé par la  distribution d’argent, appelée communément « mallette ». Les prochains députés auront ainsi l’obligation de redorer le blason de l’institution en respectant scrupuleusement l’engagement pris avec leurs  électeurs d’un côté et la directive de leur parti politique. Des qualités que certains représentants du peuple du précédent mandat ont vite oubliées, une fois installé sur le siège de Tsimbazaza. D’autant plus que la déchéance des députés par leurs électeurs ne figure point sur les règles régissant la République. Dommage…La Rédaction

La Vérité0 partages

BIANCO - La branche territoriale d’Antananarivo change de tête

Un bilan positif. C’est ainsi que le directeur territorial sortant du BIANCO Antananarivo, Ratovoson Benjamina, résume ses 8 années de service au sein de l’équipe d’Ambohibao. Il a effectué un bref compte rendu de son mandat lors de la cérémonie de passation avec son successeur Rakotondrainibe Seheno, hier à Ambohibao. « Grâce aux différentes sensibilisations que nous avons effectuées, les gens sont désormais en mesure de connaître les nombreuses démarches à faire pour déposer une plainte auprès du BIANCO », a – t – il expliqué.  Et de poursuivre que la majorité des plaintes reçues au Bureau Indépendant anti – corruption touche le domaine foncier, la Justice, et les Forces de l’ordre. A cela s’ajoutent les autres secteurs comme les ministères, les finances publiques, les marchés publics et autre gestion de projets. Son passage à la tête de la branche territoriale du BIANCO Antananarivo est d’ailleurs marqué par l’arrestation de plusieurs hauts responsables dont des ministres, des fonctionnaires de l’administration (Trésor, etc.), des élus des circonscriptions territoriales (Maires, conseillers, etc.),  des officiers de la Gendarmerie, entre autres.

Il a particulièrement évoqué les dossiers marquants de l’année 2018 comme la suite de l’affaire Claudine Razaimamonjy, l’affaire de détournement au sein de la Croix Rouge ainsi que les affaires de trafic de bois de rose. Pour l’instant, aucun nom de ressortissant étranger n’a été cité ni convoqué au niveau du bureau du BIANCO Antananarivo. Concernant les déclarations de patrimoine, cette branche territoriale du BIANCO a reçu 2133 dossiers jusqu’à maintenant. Enfin, le directeur territorial sortant constate une avancée dans la lutte contre la corruption étant donné le nombre de citoyens qui refusent cette pratique malsaine et de ceux qui osent dénoncer. Néanmoins, il estime que les résultats obtenus restent encore insatisfaisants.S.R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA SINOA TAO AMBANJA : Jiolahy enina naiditra am-ponja vonjimaika

Tamin’ny fanomezam-baovao tamin’olona tsara sitra-po no nahatrarana ireo nahavanon-doza. Araka ny fampitam-baovao voaray avy tao Ambanja dia natolotra ny fampanoavana ny talata 26 febroary teo ireo olona miisa enina voarohirohy tamin’ny fanafihana mitam-basy natao tamin’ny mpandraharaha sinoa monina  ao Tanambao V. Ny iray tamin’ izany dia vehivavy. 

Naiditra am-ponja vonjimaika araka izany ireto farany ary miandry ny fotoana fitsarana azy ireo. Raha tsiahivina dia nitrangana fanafihana tao Ambanja  ny talata 19 febroary  lasa teo. Ka ny vola 200 tapitrisa ariary mahery no voalaza fa lasan’ireo jiolahy ary nahavoatifitra ilay Sinoa tamin’ny tanany. Tamin’ny nahatrarana ireo voarohirohy ireo dia nahatrarana vola mitentina 32 tapitrisa Ariary fa ny ambiny mbola tsy azo. Araka ny voalaza hatrany dia tsy nahatrarana basy ireo voasambotra ireo, ka mbola mitohy hatrany ny fikarohana ireo namany hafa nitazona izany. Tavela resabe ao an-drenivohitr’i Sambirano ity raharaha ity ary tsy vitsy no sahy nilaza fa tsy olona avy ao an-toerana no nahavanon-doza.

Araka izany dia ilaina ny fanaovana fanamarihana eo anivon’ny fokontany amin’ireo mpifindra monina izay ahiana ho olon-dratsy tonga mialokaloka ao an-toerana. Ankoatra izany dia anisany nampitarazoka ny fanenjehana ireo jiolahy nandritra ny fanafihana ny tsy fahampian’ny fitaovana ho an’ireo polisy. Araka izany dia manao antso avo amin’ny fanjakana foibe mba hamatsy fiara ho an’ireo polisy ao Ambanja mba ahafahana manatanteraka ny asany. Ny fisian’ny fahatapahan’ny herinaratra indrindra amin’ny alina ihany koa no mahatonga ny tsy fandriampahalemana ao an-toerana ka mila vahaolana maharitra mahakasika izany ireo vahoaka ao Ambanja.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FISAFOANA : Misesisesy ny fahatrarana mpanendaka, tovolahy iray sarona teny Ampefiloha

Ny talata hariva tokony ho tamin’ny 04 ora teo ho eo dia nanao fisafoana teny amin’ny faritra Ampefiloha sy ny manodidina ireo polisy miasa ao amin’ny boriborintany fahefatra. Ao anatin’ny asa izay ataon’izy ireo dia fanaony ny misava ny olona mampiahiahy, ka tao anatin’izay indrindra raha vao nahatazana ireo Polisy ity tovolahy iray ity avy dia nandositra ka raikitra ny fifanenjehana, ka rehefa tratra ity lehilahy ity dia nentina tany amin’ny birao nanaovana fanadihadiana. 

Fantatra araka izany fa anisany mpanendaka eny amin’iny Ampefiloha sy ny manodidina izy ary efa nanao fanafihana mitam-piadiana ihany koa ny tenany tamin’ny taona 2008 ka nigadra herintaona. Maro ireo olona nanamarina sy efa lasibatra tamin’ny resaka fanendahana ka izao tra-tehaka izao. Fanamby napetraky ny  mpitondra fanjakana ankehitriny ny fanafoanana ny tsy fandriampahalemana ka hita taratra tokoa izany   manoloana ny fomba fiasa hentitra sy maneho fahavononana amin’ny  lafiny rehetra.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FITOKONAN’NY MPIANATRA ENY VONTOVORONA : Tovolahy iray naratra mafy, nipotsaka voamaso

Noho ny fianjerany no nahavaky ny solomasony ka nampipotsaka ny masony tamin’io fotoana io. Raha ny loharanom-baovao voaray  teo am-panoratana, omaly dia efa any amin’ny toeram-pitsaboana ity farany amin’ izao fotoana.

Misokatra ny fanadihadiana momba ny fitokonana ankehitriny.  Manentana ireo mpianatra mba haneho hevitra amim-pilaminana hatrany araka izany ny  mpitandro filaminana mba hisorohana ny  loza mahatsiravina tahaka izao.

Niezaka namerina amin’ny laoniny ny filaminana ny zandary Teo anatrehan’ny zava-nitranga dia nandray andraikitra nanoloana ny fihetsiketsehana nataon’ny mpianatra teny Vontovorona, omaly 27 febroary 2019 maraina nanomboka tamin’ny 9 ora ny zandarimariam-pirenena. Ny avy ao amin’ny "groupement Analamanga", no nisahana izany ka nisy ny fampiasana baomba mandatsa-dranomaso rehefa hita fa nanao sakana tamin’ny lalana arabe izay mampitohy ny RN1 sy ny CUR ireo mpianatra mitokona ireo ary koa nitoraka trano fivarotana sy fiara.

Vato sy kodiarana nodorana no nanaovan’izy ireo izany sakana izany ka rehefa nihemotra namonjy tsikelikely ny toerana misy azy izy ireo, dia mbola nanohy nitoratoraka avy any anatiny ihany sy nandefa kodiarana may avy any izay tafiditra tany amin’ny fivarotana vitsivitsy. Tsy niditra tany anatiny tany moa ny mpitandro filaminana fa nijanona teny ivelany ary  nanentana ny olona rehetra ho mailo amin’izay tranga izany.  Azo lazaina fa niverina amin’ny laoniny ny filaminana eny an-toerana hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANDRON’NY SEKOLY TETO MAHAJANGA : Nanomboka ny alarobia maraina ny fankalazana

Hetsika ara-panatanjahantena sy ara-kolotsaina ho hatao mandritrA ny telo andro eto Mahajanga. Tafiditra ihany koa ny fambolen-kazo ataon’ny mpanabe amin’ny faritry ny sekoly misy azy ireo tsirairay avy. Manana ny lanjany amin’ny fampianarana sy fanabeazana ny fanatanjahantena sy ny kolotoraly anatin’ny tontolo iainana maitso. Io no lohahevitra nentina nankalaza ny andron’ny sekoly. Sehatra iray andraisan’ny mpianatra sy ny ray aman-drenin’ ny mpianatra ary ny mpampianatra anjara  izy io, hanehoana ny talenta isan-karazany. Hatramin’izay dia famafana sy fanadiovana ny hetsika natao nanamarihana ny andron’ny sekoly, fa tamin’ity taona ity kosa dia novelarina amin’ny fanatanjahantena sy ny kolontsaina.

Manentana ny tompon’andraikitra mba hanaovana ireo hetsika ireo isaky ny sekoly. Mipetraka anatin’ny tetiandron’ny fampianarana ny andron’ny sekoly. Ny maraina tontolo dia tazana manerana ireo arabe eto Mahajanga ireo mpianatra amin’ny teknika, ireo manao fampianarana sy fampiofanana ara-teknika sy arak’asa eto Mahajanga. Nanao diabe namakivaky ny tanàna izy ireo, nanamarihana ny fisokafan’ny andron’ny sekoly.  Nanao fanamiana mitovy sy milanja sora-baventy mitondra ny anaran’ny sekoliny avy izy ireo ka miisa 40 mahery ireo nandray anjara, na ara-panjakana na tsy miankina.

Mandritra ny filaharana dia maro ireo hetsika nataon’izy ireo ka ao ny dihy sy ny hira isan-karazany. Samy niezaka nanatsara ny azy sy nanao izay nampiavaka azy ihany koa ka samy nitondra ny fiarany, ny kodiarandroany ary ny fanamafisam-peony, indrindra ireo sekoly manao fampiofanana arakasa. Nisy ihany koa ny fanadiovana sy fanatsarana ny sekoly misy azy ireo tsirairay. Tany Bealalana ny minisitra tompon’andraikitra no nanao ny fankalazana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TAOM-BAOVAO MALAGASY 2019 : Hankalazaina ny 04-05-06 avrily ho avy izao

Tsara homarihina sy ampahatsiahivina hatrany aloha fa ny taom-baovao Malagasy  dia tsy manaraka fanisan’andro “gregorien” fa manaraka fanandroana ara-bolana ’’lunaire’’,  izany hoe ny andro voalohany amin’ny tsinambolany alahamady no manomboka ny fankalazana, manodidina ny volana marsa sy avrily eo foana izany, mifanintsy ny volana sy ny antokombintana alahamady. 

Ankoatra izay ihany koa dia ialohavan’ny andro iray fidiovana, fidiovana ara-batana, trano fonenana sy ny manodidina , fidiovana ara- panahy ary ny fo sy ny saina indrindra indrindra. Ho an’ireo izay miara-mankalaza aminy ireo karazam-pikambanana dia misy ny fakana ny afo tsy maty ,fitondrana arendrina mihodidina ny tanàna ...  

Manaraka izany, ny taom-baovao amin’ny vanim-potoanan’ny fararano (marsa-avrily ) dia tsy misy ifandraisany velively amin’ny fetin’ny lohataona ny volana septambra na ny volambita’’. Tsy marina velively ny filazana fa misy daty karazany telo ity  taom-baovao Malagasy ity . Tokana irery ihany ny  fankalazana azy dia ny  volana marsa na ny avrily. Tsy manavaka fiaviana ,finoana ary firazanana  ka entanina ny Malagasy rehetra manerana ny Nosy  mba hankalaza izany fa afaka ankalazaina amin’ny  toerana rehetra eto Madagasikara izy ity no sady reharehantsika rahateo koa. Tsy voatery ho ny mpandala ny fomba nentim-paharazana ihany no tokony hikarakara na hankalaza. 

Isaorana sahady hoy ny mpikarakara ireo sekoly marobe maneho ny fahavitrihany hatrany isan taona, toy izany koa ireo anivon’ny orinasa sy ny maro hafa…. Anisany   fanirian’ireo mpikarakara   saingy tsy hifanerena ny mba hijerevan’ny tompon’ andraikim-panjakana ity  lanonana iray ity satria mampisongadina sy mampiavaka ny firenena iray amin’ny hafa ny  fankalazana miavaka tahaka izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TONTOLON’NY ZAITRA : Manaraka ny fivoaran’ny lamaody, mivoatra eo amin’ ny sehatry ny famoronana

Hita taratra ankehitriny ny fisongadinan’ny lamaody vita Malagasy, indrindra indrindra ny fahaizan’ny mpamorona maneho ny talentany sy ny fanarahana ny fiovaovan’ny lamaody amin’izao vaninandro iainantsika izao.  Maro mpahalala ny ivon-toeram-pianarana zaitra «  Eccova  » izay isany  mamolavola sy mampita ny fahaiza-manao amin’ireo tanora sy izay liana ny amin’izany eto amintsika.  Iaraha-mahalala fa mbola malalaka ny tsenan’ny zaitra eto amintsika  kanefa mitaky fahaizana sy saina tia karokaroka izany. 

Feno 25 taona amin’ity taona ity ny nitsanganan’ity sekoly fianarana zaitra ity. Ny sabotsy maraina izao no hanokafana ny fankalazana amin’ny lalan’ny fotoam-pivavahana ao amin’ny Fjkm Antanimena Atsinanana. Amin’io ihany koa no hanehoan’ny tarika Laurent Rakotomamonjy ny talentany. Ity farany  izay namorona ny hira faneva. Ny hariva dia fampisehoana lehibe miaraka amin’ny tarika Tsiliva no hotontosaina ao amin’ny Ccesca Antanimena. 

Tsangambato sy fanamby lehibe amin’ity taom-pankalazana ity ny fananganana sekoly any amin’ny Faritra. Raha tsiahivina dia efa mahatratra 25 ireo masoivoho manerana ny Nosy, manodidina ny 1800 any ho any ireo mpianatra manerana an’i Madagasikara.

Tatianà R

Ino Vaovao0 partages

FITATERAM-BAHOAKA : Efa henika ny zotra ny ao amin’ny distrikan’ i Mahajanga II

Io mihitsy no tanjon’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety na ny Att eto Mahajanga, ka mahatonga azy ireo manao ny fivoriana isam-bolana sy midina ifotony any amin’ireo kaominina mandrafitra ny distrikan’i Mahajanga faharoa iny, mba hamaliana izay mety ho filan’ireo mpanjifa ny fitaterana. Ho fanakaikezana ihany koa ireo tantsaha mamoaka ny vokany, hamatsiana an’i Mahajanga tampon-tanàna, satria tokoa dia avy amin’ireo kaominina manodidina no mamatsy ny aty an-tanàn-dehibe, ka mitondra vahaolana ny amin’izany ny avy ao amin’ny Att Mahajanga.

Ho an’ny kaominina Belobaka ao  Mahajanga II, dia ahitana ny zotra Mahajanga voalohany sy ny Amparehimahitsy, zotra manodidina ny renivohitr’i Mahajanga io, ka ahitana fiara miisa 30, trandrahan’ireo kaoperativa miisa 02 dia ny Kofibe sy ny Kofimare. Ho an’ny zotra mampitohy an’i Mahajanga tampon-tanàna sy ny fokontanin’Ampitolova kosa, dia ahitana fiara miisa 02, trandrahan’ny kaoperativa 02 ihany koa dia ny Kofifama sy ny Komafibo. Mahajanga- Antsanitia, ahitana fiara miisa 11, trandrahan’ny kaoperativa miisa telo, dia ny Vofizabo, ny Kofibe ary ny Kofifama. Mahajanga- La digue, misy fiara miisa 02, trandrahan’ireo kaoperativa 02 ihany koa, dia ny Kofifama sy ny Kofibe.

Kaominina Betsako, izay mbola ao aminy distrikan’i Mahajanga II ihany, dia ny zotra mampitohy an’i Mahajanga tampon-tanàna sy ny fiolahana eo Betsako, ahitana fiara miisa 07, izay trandrahan’ireo kaoperativa miisa roa dia ny Kofibe sy ny Kofifama. Mahajanga- Betsako tampon-tanàna, ahitana fiara miisa 09, trandrahan’ireo kaoperativa miisa 02, dia ny Kofifama sy ny Kofibe.

Kaominina Ambalakida, zotra Mahajanga sy kilaometatra 0, ahitana fiara miisa 02, izay trandrahan’ny kaoperativa Kofibe. Nanambara moa i Bila, filohan’ny kaoperativa Kofibe, sy i Legarnison Edmon na i Mo, filohan’ny kaoperativa Kofimare, izay samy manana fiara mitrandraka ireo zotra ao amin’ity distrikan’i Mahajanga II ity, fa afa-po tanteraka amin’ny firaha-miasan’ izy ireo sy ny federasion’ny fitaterana na ny Fmmdm ary ny Att.

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

BIRAOM-PARITRY NY BIANCO : Olona ambony sy mpandraharaha maro no efa nenjehina noho ny kolikoly

Nambarany tamin’ny tomban’ezaka nataony ho an’ny taona 2018 iny fa efa maro ireo olona ambony teto amin’ny firenena no noenjehina noho ny raharaha kolikoly.Mbola lavitr’ezaka ny ady amin’ny kolikoly eto Madagasikara. Tsy mahagaga raha mbola manakaiky ny laharana farany hatrany ny firenena malagasy mitaha amin’ireo firenena maneran-tany eo amin’ny fanaovana kolikoly.

Araka ny tatitra nataon’ny talem-paritry ny birao mahaleo tena misahana ny ady amin’ny kolikoly eto Antananarivo, ny jeneraly Ratovoson Benjamina dia tena marobe tokoa ireo fitarainana voarain’izy ireo ary tsy mitsahatra miakatra izany, raha ny tomban’ezaka ho an’iny taona 2018 iny. Ny lafiny fananan-tany, ny fitsinjaram-pahefana, ny Fitsarana, ny teny anivon’ny minisitera isan-tsokajiny ary ny eo anivon’ny sehatry ny fitandrona ny filaminana no tena nahita trangana fitarainana betsaka indrindra. Ireo rehetra ireo dia efa saika nanaovana fanadihadiana avokoa, araka ny fanazavana voaray.

Manoloana ireo, nisy ny fandraisan’ andraikitra nataon’ny teo anivon’ny Biraom-paritra tamin’ny alalan’ny fanaovana fanadihadiana. Tamin’iny taona 2018 lasa iny dia efa maro ireo karazan’olona noenjehina tamin’ny fanaovana kolikoly. Izay nahitana mpikambana teo anivon’ny governemanta, olom-boafidy isan-tsokajiny, manam-boninahitra ary mpiasam-panjakana ambony. Laharam-pahamehana ho an’ny jeneraly Ratovoson Benjamina nandritra ny nisahanany ny andraikitra maha talem-paritry nyBianco azy eto Antananarivo ny fametrahana amin’ny toerany ilay tarigetra iombonana hoe “Isika rehetra miaraka no mandresy ny kolikoly”. 

Tao anatin’izany dia maro ireo lamina napetrany mba hanentanana ny ady amin’ny kolikoly, indrindra hoentina hanabeazana ny olom-pirenena hiady amin’ny kolikoly. Anisan’izany ny fametrahana sampan-draharaha miady amin’ny kolikoly na “cellule anti-corruption” ka kaominina miisa folo miampy minisitera telo no nametrahana izany. Ankoatra izay, nohamafisina ny fanaraha-maso ireo fifaninanana hidirana ho mpiasam-panjakana. Raha ho an’iny taona 2018 lasa iny ihany dia fanambaràm-pananana miisa 2133 no voarain’ny teo anivon’ny biraom-paritry ny Bianco eto Antananarivo manokana. Betsaka ireo raharaha mafana tamin’ny ady amin’ny kolikoly ho an’ny jery todiky ny taon-dasa raha tsy hitanisa toy ny raharahan’i Claudine Razaimamonjy, ny fanodinkodinam-bola teo anivon’ny Vokovoko mena (croix rouge) ary ny fanondranana andramena.

Tontosa ny famindram-pahefan’ny talem-paritry ny Bianco eto Antananarivo

Tontosa omaly 27 febroary 2019 teny amin’ny foiben’ny Birao mahaleo tena misahana ny ady amin’ny kolikoly (Bianco) eny Ambohibao ny famindram-pahefana teo amin’ny Talem-paritry ny Bianco eto Antananarivo teo aloha, ny Jeneraly Benjamina Ratovoson sy  ny Tale vaovao, Rakotondrainibe Seheno. Ity farany indray manomboka izao no handray ny asa sy hisahana an’io andraikitra io. Vita soa aman-tsara tamin’io ny fifanaovan-tsonia fifamindrana andraikitra teo amin’ny roa tonta. Nandritra an’io lanonana omaly io no nanararaotan’ny tale teo aloha nanazavana tamin’ny besinimaro ireo asa rehetra vitany nandritra ny fotoana nisahanany an’io andraikitra io.

Tsy mora ny andraikitra nosahanina mahakasika ny ady amin’ny kolikoly ary mila fahavononana sy fahasahiana izany ka mankahery sahady ny mpitantana vaovao, hoy ny jeneraly Benjamina Ratovoson. Nohamafisiny ihany koa fa mbola tsy  tena mahafa-po tanteraka ny vokatra amin’ny fiadiana amin’ny kolikoly eto amintsika hatreto, saingy efa ra mikoriana ao anatiny ny ady amin’ny kolikoly hatramin’izay. Nanomboka ny taona 2011 izy no efa nandray ity toerana ity izay azo lazaina ho efa naharitra ihany.  Nolazainy tamin’izany fa tsy vao tao anatin’io andraikitra maha talem-paritry ny Bianco azy io akory izy vao niady tamin’ny kolikoly fa efa nandritra ny 16 taona. Ankoatra ny naha tale jeneraly azy dia manamboninahitra izay voataiza tamin’ny fampiharana lalàna, fandraisana andraikitra, ary koa tsy miamboho adidy amin ’izay rehetra ampanaovina azy ihany koa izy. Fantatra fa nisy ny tsy fitoviam-pijery eo amin’ ny samy mpitantana  ankehitriny izay lasa niteraka tsy fifampitokisana, miampy fanalam-baraka. Vokatr’izay nahatsapa tena ny jeneraly Benjamina Ratovoson fa mahatsara zavatra raha toa ka tsy manohy ny asany intsony izy na dia tsy nametra-pialana aza.

Avotra Isaorana sy Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAMONGORANA NY ARETINA BILARZIOZY : Hitondra ny anjara birikiny ny Oniversiten’Antananarivo

Sampam-pianarana miisa telo izay ahitana ny «  Agro  », «  Medicine  » ary ny “science”  miaraka amin’ilay sampan-draharaha Alemana Bnitm no miara-misalahy amin’ity tetikasa ity ary ny vehivavy bevohoka maherin’ny 05 volana no tena omena tombony amin’izany.

Faritra telo eto afovoan-tany izay ahitana an’i Amoron’i Mania, Bongolava, ary Itasy no hanaovana ny tetikasa. Raha araka ny fanazavan’ny tompon’ andraikitra iray avy ao amin’ny sampam-pianarana momba ny fitsaboana dia nosafidiana manokana mihitsy ireto faritra telo ireto noho ny maha tany mafana azy satria raha ny fantatra dia any amin’ny tany mafana lava no tena mahazo vahana ny aretina bilarziozy. Nambarany ihany koa fa mivoatra manaraka ny teknolojia ny fiadiana amin’ny aretina bilarziozy ary maharaka sy manana an’izany ny Oniversite.  

Distrika 107 eto Madagasikara no ahitana ny aretina bilarziozy ary azo eritreretina ho ny 90 isan-jaton’ny mponina eto Madagasikara mihitsy no mety ho voan’ity aretina ity raha ny fanazavana hatrany satria ilay mikraoba mitondra ity aretina ity dia afaka mamakivaky ny mason-koditra amin’ny alalan’ny rano maloto na koa manaraka ny rano fisotro tsy voadio tsara. Araka izany dia vehivavy bevoka maherin’ny 5 400 isa manerana ireo Faritra telo nolazaina tetsy ambony no vinavinaina hisitraka ity tetikasa ity ka any amin’ireo Csb miisa 42 manerana ireo Faritra ireo ihany no hanaovana izany. Nambaran’ny filohan’ny Oniversiten’ Antananarivo fa ilaina ny fiaraha-miasa amin’ny sehatra tahaka izao hanamafisana ny maha toeram-pikarohana ny oniversite. Ny anjaran’ny toeram-pikarohana, hoy izy dia tsy hoe mamolavola olona fotsiny ihany fa mirotsaka an-tsehatra mihitsy koa.

Ny Ami

Madagate0 partages

Antonio Guterres, Sg de l’ONU: «Informer n’est pas un crime. Nous devons tous ensemble nous tenir du c...

Le 25 février 2019, l’ACANU (Association des correspondants accrédités auprès de l’ONU à Genève) a célébré ses 70 ans. A cette occasion, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, la Haute-Commissaire aux Droits de l’homme, Michelle Bachelet, et le Secrétaire général de Reporters sans frontières, Christophe Deloire, se trouvaient parmi les invités de marque. Une exposition de photo retraçant ces 70 ans de l’ACANU a aussi été montée, qui sera clôturée le 28 février 2019.

L’Association des correspondant(e)s accrédité(e)s auprès des Nations Unies est une association fondée en 1949 dont le siège est à Genève. Elle défend les intérêts des journalistes accrédités aux Nations Unies à Genève afin que ces derniers et dernières jouissent d’un accès plein et entier à l’information issue des organisations internationales. Ces journalistes font ensuite le relais auprès des médias suisses et étrangers pour lesquels ils travaillent. L’ACANU regroupe aujourd’hui quelque 120 membres représentant tous les continents. L'actuelle présidente de l'ACANU est Nina Eugénie Larson de l'Afp.

Discours intégral du Secrétaire Général de l'ONU, Antonio Guterres, à l’occasion de la célébration du 70ème anniversaire de l’ACANU), le 25 février 2019

« Mesdames et Messieurs,

L’ère numérique offre aux journalistes des moyens nouveaux de diffuser des informations et des idées. Elle met à la disposition des journalistes de puissants outils d’analyse pour donner un nouvel éclairage sur les questions les plus diverses, depuis les politiques sociales jusqu’à la question des victimes civiles dans les conflits.

Mais l’ère numérique est aussi la source de nouveaux défis pour le journalisme. Elle a détruit certains modèles économiques et fragilisé encore plus la situation des professionnels des médias.

La désinformation est une stratégie qui a une longue histoire et les plateformes en ligne lui donnent des moyens nouveaux et imprévus de se réinventer. La désinformation a servi à fausser des campagnes électorales, à intimider et réduire au silence ceux qui parlaient trop fort et à exacerber les tensions sociales et ethniques. Et les spécialistes nous préviennent que ce n’est qu’un début.

Nous pouvons nous attendre à ce que la manipulation et l’exploitation d’informations par l’intelligence artificielle engendrent des problèmes encore plus graves et plus nombreux.

Nous devons nous montrer plus vigilants que jamais. Nous devons trouver ensemble les moyens de mettre les outils numériques au service de la liberté d’expression et de lutter contre les manœuvres trompeuses et abusives. Au niveau des Nations Unies, l’UNESCO a lancé un dialogue mondial sur l’impact de l’intelligence artificielle sur tous les domaines de la vie, y compris les médias, en vue de définir des règles déontologiques garantissant que cet outil sera utilisé pour le bien de l’humanité.

Je voudrais terminer sur une note positive. La période de transition mondiale et de transformation numérique que nous traversons offre aussi des opportunités dans tous les domaines, y compris celui des médias.

Un instrument fiable qui mesure les grandes tendances internationales, le Baromètre de confiance Edelman, a constaté dans le public un important regain d’intérêt pour l’information au cours de l’année dernière. Les consommateurs d’informations ont été de plus en plus nombreux à relayer et diffuser d’importants reportages. Cela montre à quel point le public estime et apprécie votre précieux travail.

Il y a aussi des signes manifestes que le public commence à comprendre combien il importe de chercher des sources d’information faisant autorité. Beaucoup de gens s’inquiètent de voir les fausses informations et autres infox utilisées comme une arme. Cette prise de conscience laisse espérer que la situation se stabilisera après une période d’adaptation difficile.

Le public aura toujours besoin des informations et des analyses fiables fournies par des médias libres et pluriels. L’information est le meilleur moyen de se prémunir contre les mensonges, les approximations, les fausses déclarations et des antagonismes montés de toutes pièces. Le travail des journalistes nous aide à analyser le monde qui nous entoure, à repérer les motifs qui animent les individus, les organisations et les institutions, et à créer un consensus autour du bien commun.

Le travail des journalistes et des professionnels des médias – votre travail – nous rappelle que la vérité ne meurt jamais et que notre attachement au droit fondamental qu’est la liberté d’expression ne doit pas mourir lui non plus.

Informer n’est pas un crime. Nous devons tous ensemble nous tenir du côté des journalistes, de la vérité et de la justice.

Je vous remercie ».

Source : Secrétariat général des Nations Unies à New York - SG/SM/19476- PI/2251

Midi Madagasikara0 partages

Ikongo : Mpianaka nahatratrarana lavanila maitso 30 kg

Tsy any amin’iny faritra Sava iny ihany no manjaka ity resaka halatra lavanila maitso ity. Ny alahady lasa teo tokoa mantsy dia lehilahy roa, mpianaka no tratran’ny pôlisy tao Ikongo, nangalatra izany « volamena maitso » izany tao Sahalagnary. Araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny polisim-pirenena dia efa ela izy mianaka ireto no nangalatra ilay lavanila ary saika entin’izy ireo tany Fianarantsoa. Efa tonga teny am-pototsofin’ireo mpitandro filaminana ary fantatr’ireto mpangalatra ihany koa ka tsy sahy nanohy ny diany intsony izy ireo. Teo anatrehan’izay dia nisy ny fanadihadiana natao sy ny fikarohana azy ireo, ka tsy ela dia tratra tao an-tranon’ilay raim-pianakaviana ireto lavanila ireto. Efa vita lamina tsara tao anaty kitapo fitondra mandehandeha ireny ireto lavanila milanja eo amin’ny 32,5 kg ireto, hoy ny vaovao, ary angamba miandry fotsiny ny filaminandamin’ny raharaha dia saika havoaka amin’izay. Kanjo dia izao tratra izao ny nafenina. « Niaky ny heloka vitany izy mianaka ireto nandritra ny famotorana ary nanambara fa efa ela no nanaovan’izy ireo izao asa ratsy izao ».

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Cinéma : Les réalisateurs malgaches investissent le Fespaco

Tovoniaina Rasoanaivo présentera « Déambulation » au Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou ou Fespaco a débuté le 23 février pour se terminer le 2 mars. Madagascar est fortement représenté pour cette 26e édition. Apparemment,  ce festival du cinéma africain s’enrichit d’année en année en donnant aux pays jadis peu intégrés dans le concert du 7e art continental de s’affirmer. Si les cinéastes malgaches ne sont pas présents dans la compétition de film long métrage, une des plus convoitées, ils sont à l’affut dans les autres catégories. Deux réalisateurs, Tovoniaina Rasoanaivo avec « Déambulation » et Lova Nantenaina, « Zanaka, teny nomen’i Felix », ont été sélectionnés dans la compétition en documentaire long métrage.

Pour la catégorie documentaire long métrage (version 2), ce sera à « Fahavalo, Madagascar 1947 » de porter hauts les couleurs malgaches. Cette œuvre a été réalisée par Marie Clémence Andriamonta Paes. Le savoir-faire cinématographique national en terme de fiction sera également de la partie, avec Haminiaina Rakotoarivony de son film « Razana ». Une réalisation qui a marqué la dernière édition des Rencontres du film court. Sélectionné pour le film d’animation, un domaine dans lequel les cinéastes malgaches affichent de belles promesses, « Tantara » de Tojoniaina Yannick Andrianambonisoa pourrait surprendre.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : La Chine offre des matériels sportifs pour cinq fédérations

Une joie partagée, hier, à l’Hôtel Asia Africa lors de la remise officielle des équipements.

Les sportifs malgaches viennent de bénéficier de dons d’équipements et de matériels d’une valeur de 300.000 dollars. Cinq fédérations sportives à savoir le badminton, le tennis de table, la natation, l’haltérophilie et la natation, peuvent préparer tranquillement les échéances internationales à venir.

La République Populaire de Chine a procédé hier à la remise d’un important lot d’équipements sportifs au ministère de la Jeunesse et des sports à l’Hôtel Asia-Africa à Ivato. C’est le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto, qui a présidé la cérémonie aux côtés de l’ambassadeur de la République Populaire de Chine à Madagascar, Yang  Xiaorong, en présence des représentants des athlètes et entraîneurs bénéficiaires du stage en Chine et des présidents de fédérations. Cette remise de matériels entre dans le 3e volet du projet d’assistance de la coopération technique du sport Chine-Madagascar. « La Chine est un des partenaires du développement de Madagascar. Depuis très longtemps, la Chine a œuvré pour la promotion sportive et le développement de la jeunesse. La construction du Palais des Sports de Mahamasina en témoigne de cette amitié sino-malagasy. Cette remise de matériels est la suite du projet d’assistance de la coopération technique de sport entre la Chine et Madagascar après l’arrivée de huit techniciens malgaches au pays en 2018 et l’envoi de 98 athlètes et entraîneurs pendant 120 jours en Chine », a déclaré l’ambassadeur de Chine, Yang Xiaorong.  Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto a accentué ses remerciements de ces dons qui arrivent à point nommé pour équiper les fédérations à quelques mois des Jeux des Iles de l’Océan Indien prévus au mois de juillet. « Nous demandons une utilisation efficiente de ce don qui va sans doute contribuer à faire rayonner les sportifs. Ces matériels seront offerts aux fédérations sportives concernées qui assurent la gestion, mais, le ministère est là pour le suivi et le contrôle » a indiquéle numéro Un du sport, Tinoka Roberto. Cinq fédérations sportives à savoir le badminton, le tennis de table, la natation, l’haltérophilie et la natation peuvent préparer tranquillement les échéances internationales à venir. « Ces matériels serviront uniquement à la préparation des compétitions internationales, c’est-à-dire pour l’équipe nationale. Nous espérons que la dotation de ces matériels contribuera à l’amélioration de la performance et des résultats », a déclaré Gabriel Ramanantsoa, président de la Fédération malgache de natation. Un avis partagé par la présidente de la Fédération malgache d’athlétisme qui n’a pas caché sa joie quant à la dotation de ces équipements. « Les matériels à notre disposition sont déjà vétustes. L’arrivée de ces équipements, surtout la station de musculation, va beaucoup nous aider dans la préparation physique en vue des Jeux des Iles et des Jeux Africains » a souligné, Norolalao Andriamahazo.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Gestion des risques et catastrophes : Focus sur le Grand Sud

L’équipe du BNGRC et du PAM œuvrant pour la gestion des risques et catastrophes à Tameantsoa.

Les 22 et 23 février derniers, la commune de Tameantsoa à Betioky Sud a constitué un terrain privilégié pour une équipe du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) et du Programme alimentaire mondial (PAM), dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet de réduction des risques et catastrophes.

 Financé par le Département de la Commission européenne de l’Aide humanitaire et Protection civile (ECHO), le projet cible trois communes, à savoir : Faux Cap, dans le district de Tsihombe, Fotadrevo, dans le district d’Ampanihy et Tameantsoa dans le district de Betioky sud. Le but est de donner aux populations vulnérables les moyens de renforcer leur résilience face aux risques encourus lors des catastrophes naturelles ou aléas climatiques. Ceci permettra en effet de sauver des vies et de trouver et pérenniser des activités génératrices de revenus tout en préservant leurs  moyens usuels de subsistance.  L’équipe pluridisciplinaire formée par des membres du BNGRC et du PAM était sur Tameantsoa le week-end dernier pour élaborer avec la participation des communautés locales, un plan de Réduction de Risques de Catastrophes sectoriel.  Cette Planification Communautaire Participative ou « PCP » permet en effet d’aboutir à un plan qui « colle » au contexte local et au vécu et aspirations des membres des communautés.

Capitalisation. La mission a entre autres permis d’élaborer un plan de préparation à la sécheresse, pour plus de proactivité et d’anticipation. Le partage des bonnes pratiques a également été encouragé pour créer un cercle vertueux à long terme. Et signalons au passage un point considérable : l’identification des facteurs de blocage psychologique  et leur compréhension dans une approche genre, c’est-à-dire auprès de groupements sociaux vulnérables, tels que femmes et enfants, mais aussi les jeunes filles, etc.) Notons que le projet ambitionne également d’installer une station météorologique à Tameantsoa. A voir.  Enfin, l’analyse et la cartographie en 2D et 3D, à l’aide de drones figure aussi parmi les rendus attendus du projet. D’un point de vue général, rappelons que ce projet co-réalisé par le BNGRC et le PAM et financé par l’ECHO, vise à la mise en œuvre du Cadre de Sendai, notamment la 3e priorité : «  Investir dans la Réduction des Risques de Catastrophes aux fins de la résilience. ». Le projet cherche aussi à renforcer la mise en œuvre du Plan national de Gestion des Risques et Catastrophes (PNGRC), surtout l’Article 4.  » Le cadre global de la Gestion des Risques et des Catastrophes (GRC) concerne toutes les activités qui concourent à la protection et à la défense civiles et au renforcement de la résilience communautaire, dans une perspective de développement et de réduction de la pauvreté ».

Recueillis par Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Recherches et sauvetages maritimes : Un Plan national en cours de validation pour Madagascar

Des pertes de vies humaines et des dégâts matériels. Ce sont parfois, les résultats des incidents maritimes, à Madagascar comme ailleurs, dans le monde.

Face à ces risques, l’Organisation Maritime Internationale (OMI) dont Madagascar est membre, met une emphase sur les activités Search And Rescue (SAR) qui consistent à sauver les personnes et navires en détresse, sans distinction de nationalité, de lieu ou de circonstances. Du 25 février au 4 mars, l’APMF (Agence portuaire maritime et fluviale) organise, à son siège à Alarobia, un Séminaire pour la finalisation et la validation du Plan National de Recherches et Sauvetages Maritimes. Selon les explications, ce plan SAR existe au niveau international, mais doit être décliné localement. C’est d’ailleurs l’objectif de ce séminaire réunissant toutes les parties prenantes du domaine maritime qui finaliseront ensemble le cadre de référence de recherche et de sauvetage maritime et ainsi fixeront les stratégies essentielles de conduite des opérations au niveau national, sous la supervision, commande et contrôle de l’APMF en tant que premier responsable du SAR par délégation du Ministère du Tourisme, des Transports et de la Météorologie.

Structure. A noter que l’APMF a commencé à mettre en place un MRCC (Maritime Rescue Coordination Center) en 2017, suite à la sortie de la loi autorisant l’adhésion du pays à la convention SAR de 1979, sous l’égide de l’OMI. « Ce Centre de recherche et de sauvetage est responsable des opérations SAR. Il déclare les évènements et coordonne les moyens à utiliser, contrôle et assure le suivi avec le Port qui s’occupe directement de l’opération. Il est responsable des interactions avec les parties prenantes nationales et internationales », ont indiqué les responsables auprès de l’APMF. En ce qui concerne le MRCC, ce centre dispose de plateformes de visualisation des situations en mer et de personnels de surveillance des côtes, et les opérations SAR en cas d’accidents, y compris les assistances en cas d’urgence médicale en mer. Selon les participants de l’atelier à Alarobia, d’autres moyens humains et matériels seront bientôt mis en place. D’après eux, adopter le Plan National SAR dans les ports Malagasy consiste à traiter essentiellement les points suivants : la prévention, la fluidité de la communication des messages de détresse, la recherche et le sauvetage, l’assistance sur le lieu de l’incident et l’évacuation sanitaire d’urgence. Le but est d’organiser et d’assurer un service de recherche et de sauvetage maritime rapide et efficace, ont-ils affirmé.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : Le TIM-K 25 se prépare dans le IVe Arrondissement

Ramboasalama Emilien et des membres du TIM-K 25 lundi dernier au « Fasan’ny Karana ».

L’heure est à la pré-campagne en vue des prochaines Législatives qui auront lieu le 27 mai. Le dépôt de candidature est d’ailleurs ouvert depuis le 26 février. Dans le IVe Arrondissement de la Capitale, le TIM-K 25 se mobilise à travers des actions sociales touchant directement la vie de la population à la base. Lundi dernier, des militants de cette entité politique conduits par Ramboasalama Emilien étaient descendus à la gare routière de « Fasan’ny Karana » pour des travaux d’assainissement.

Dans tous les Fokontany. Le TIM- K 25 a même utilisé un engin pour le ramassage des ordures qui s’amoncelaient dans cette partie de la Capitale. « Notre action fait suite aux doléances des personnes qui fréquentent cet endroit populeux de la capitale. D’autres travaux vont être également réalisés pour assainir la gare routière de Fasan ‘ny Karana. », explique Ramboasalama Emilien. D’après ce dernier, les actions du TIM- K 25 vont s’étendre dans les autres Fokontany du IVe Arrondissement de la capitale.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Météo : Pluies et rafales abondantes pour les deux jours à venir

Hier aux aurores, la capitale a été bien arrosée. Pour les deux prochains jours, le service de la Météorologie prévoit des pluies abondantes et des probabilités de rafales, notamment dans la partie septentrionale de la Grande île.

 

Ce jour. Par ailleurs, sur la façade orientale des hautes terres, le temps va être sec. Pour aujourd’hui en revanche, la météo prévoit une minimale de 17°C- dans le Vakinankaratra- et une maximale de 33°C localisée sur Mahajanga, Morondava et Maevatanana. Dans le Sambirano, la Région Sofia et sur Nosy-Be, des averses sont prévues, même topo pour les Régions Atsimo-Atsinanana et Vatovavy-Fitovinany. Antsiranana, SAVA, Analanjirofo et Toamasina seront également arrosées. Le temps  va être sec sur le reste de l’île. L’après-midi, il continuera à faire sec sur le centre-ouest et des averses orageuses s’abattront sur l’île, sauf sur : Analanjirofo, Alaotra Mangoro, Atsinanana, Vatovavy- Fitovinany et la partie orientale des  Hautes terres.

 

Jusqu’ au 3 mars. Le Nord-Est de Madagascar sera sujet à des averses orageuses en raison de l’amas nuageux qui s’installera toute cette semaine. Pour les hautes terres centrales en revanche, ce sera les averses orageuses, tonnerres et rafales au menu. Des inondations  seront donc à craindre. Heureusement, l’intensité et la fréquence des précipitations diminueront à mesure que le week-end approche. En ce qui concerne les températures, elles seront légèrement plus fraîches demain (comprises entre 17°C et 25°C), mais elles commenceront à grimper dès jeudi qui vient (28°C-34°C).

L.R

Midi Madagasikara0 partages

IFi : Prête à collaborer avec Andry Rajoelina

: Le président national de IFi, Richard Ramanambitana, lors de son intervention.

Les membres du bureau national de « Isika Fikambanana miara-dia amin’ny Filoha Andry Rajoelina » (IFi) ont été installés officiellement le 21 février dernier au CCI Ivato. Elle regroupe des associations qui partagent les mêmes points de vue que le Président Andry Rajoelina notamment sur son programme IEM. Cette plateforme a participé activement à l’élection du candidat n°13. Toujours est-il qu’IFi est présente dans les six provinces ainsi que dans les 23 régions du pays. Notons que Richard Ramanambitana, un éducateur et non moins opérateur économique, est le président national de cette plateforme. Il est assisté par deux secrétaires nationaux et de huit chefs de départements. Lors de son intervention, le président national a souligné que ce regroupement d’associations est prêt à collaborer avec le président actuel et d’apporter son concours pour le bien du pays.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Flash-Eco : *Les relations entre Madagascar et la Banque Mondiale se poursuivent

Jean Claude Tchatchouang,  administrateur de la Banque Mondiale   en charge 23 pays africains  dont Madagascar, l’a réitéré, hier lors de sa rencontre avec le Premier ministre Ntsay Christian. Cette entrevue entre dans le cadre des consultations régulières avec les pays que Jean Claude Tchatchouang  représente.  Les directives de la Banque Mondiale, dans l’accompagnement de Madagascar, ont été au centre de l’entretien où il a été également question  des nouvelles orientations pour améliorer le dialogue entre les deux parties, dans l’intention de parfaire la coopération existante

*L’Ethiopie vient de lancer la construction d’un nouvel axe routier de 70 millions de dollars. La nouvelle construction s’étalera sur 73 km, grâce à un financement entièrement couvert par l’Etat éthiopien. Elle devrait être réalisée par la Bejing Urban Construction Group, une compagnie chinoise, sur une période de quatre ans. Grâce au nouvel ouvrage, les autorités éthiopiennes veulent relier les zones fertiles agricoles du Sud, au cœur du pays. De plus, il devrait permettre d’augmenter les activités touristiques dans la région. Depuis plusieurs années, l’Ethiopie a entamé une stratégie de modernisation de ses infrastructures routières. Celle-ci a permis au pays est-africain d’atteindre 121 171 km de réseau routier en 2018, contre seulement 19 000 km en 1991. Pour 2020, les autorités ont annoncé vouloir atteindre les 200 000 km de route.

Le gouvernement  angolais va augmenter de 30% le salaire minimal dans le secteur privé. Plusieurs secteurs devraient être concernés par la nouvelle mesure. Ainsi, le salaire minimum dans le secteur agricole devrait passer de 16 503 (52,79 dollars) à 21 454 kwanzas (68,63 dollars) . Les employés du secteur du commerce et de la manufacture devraient quant à eux percevoir au minimum 26 817 kwanzas par mois. Enfin, le salaire minimal du secteur des industries extractives devrait désormais être fixé à 32 181 kwanzas. Cette augmentation a été proposée pour permettre « le rétablissement du pouvoir d’achat des ménages ». Cette annonce intervient après une hausse de 57% des salaires de la fonction publique, annoncée en fin d’année dernière par le gouvernement.

Recuellis par R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

RN6 : Une tonne de tabac brut saisie à Port-Bergé

Le 23 février dernier, un camion transportant une tonne de feuilles de tabac brut  a été intercepté par la police à Port-Bergé. Puisque la collecte et le transport de ce produit sont réservés uniquement à l’Office malgache de tabac (OFMATA), la police a tout de suite immobilisé le camion et a saisi la cargaison. Selon les explications, les policiers de Port-Bergé sont parvenus à ce résultat grâce au renseignement fourni par une personne de bonne volonté. En provenance d’Antsiranana pour rejoindre Mahajanga, ce camion a embarqué la cargaison à Ambalaminty et Tanambao hely, deux villages bordant la RN6 dans le district d’Antsohihy. Ainsi, le camion a été appréhendé au barrage de sécurité monté à l’entrée de la ville de Port-Bergé. Ayant effectué la procédure de saisie, la police a remis la cargaison à l’OFMATA pour que celui-ci puisse prendre les dispositions  y afférentes. Cette infraction s’expliquerait par la décision du gouvernement de suspendre la pratique de barrage économique dans tout le territoire national  jusqu’à nouvel ordre, afin de lutter contre la corruption au niveau des responsables de ce système de contrôle de la circulation. Une mesure dont l’application devrait porter préjudice à la trésorerie des collectivités locales qui puisent ses ressources financières sur le prélèvement de ristournes sur les marchandises.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Total Madagasikara : Le collectif des victimes la poursuit en justice

Un collectif des victimes de Total Madagasikara a été formé afin de défendre leurs droits face au non-respect de la législation malgache par cette entreprise. En effet, « de nombreuses irrégularités ont été constatées. A titre d’exemple, il y a des salariés victimes d’un harcèlement, des licenciements abusifs sans causes réelles, des rétrogradations forcées et du non-respect de la convention collective. Entre décembre et janvier dernier 5 employés ont été renvoyés. Une résiliation abusive de contrat, une non-exécution de contrat, un retard exagéré de paiement sont aussi observés au niveau des prestataires , sans oublier les fréquentes ruptures de livraisons de stocks de carburants au niveau des stations-service et des collectivités territoriales. Nous avons bel et bien des preuves », a révélé  Maître Aliarivelo Maromanana, avocat du collectif des victimes, lors d’une conférence de presse hier à Ivandry.Du coup, ce dernier va poursuivre l’entreprise en justice. Les autres employés de Total que nous avons interrogés, ont donné leur version des faits. « Nous ne sommes pas en mesure de répondre à ces accusations. Par contre, nous confirmons que nous n’avons pas  été forcés de  signer une pétition relatant notre  fierté  de travailler pour Total Madagasikara », ont-ils exprimé.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Fifidiana depiote : Efa nisy nametraka dosie tao Toamasina

Raha ny lalana mifehy ny filantsahan-kofidiana amin’ny fifidianana ho solombavambahoaka ny 27 may ho avy izao, dia omaly talata 26 febroary no nisokatra ny fahafahan’ireo mametraka ny filantsahan-kofidiany eo anivon’ny sampan’ny CENI isaky ny distrika hirotsahan’izy ireo avy, izay tsy hifarana izany raha tsy ny 12 marsa ho avy izao. Raha ny teto Toamasina dia voalohany nametraka ny filatsahan-kofidiany tamin’izany Atoa Mahavimbina Alain avy amin’ny fikambanana politika GAR na Gasikara Antsika Rehetra. « Ho fandraisana andraikitra amin’ny tena maha-solombavambahoaka no antony filatsahan-kofidiako izao, satria nahatsiaro ho voafitaka ny vahoaka teo aloha tamin’ny zava-nisy nanaratsy endrika ny solombavambahoaka », hoy Atoa Mahavimbina Alain taorian’ny fametrahana ny firotsahany omaly maraina tamin’ny 11ora sy sasany teto Toamasina I. Atoa Mahavimbina Alain dia efa nikasa ny ho isan’ny kandida ho filoham-pirenena, saingy nahintsan’ny fitsarana avo momba ny lalam-panorenana noho ny antony maro tamin’izany. Ankilan’izany dia efa maro ireo te-ho kandida solombavambahoaka eto Toamasina fa samy mbola mandinika sy miandry fotoana avokoa amin’ny firotsahany ofisialy, ka isan ‘izany Atoa Botozaza Pierrot izay hatolotry ny ZAMI na Zanaka Ambanivolo Mivoatra, Me Tody Arnaud avy amin’ny fikambanana MIRAMA na MIaro ny RAriny sy ny MArina, Rtoa Ndahimananjara Johanita izay depiote teo aloha, ary Dr Benessy Harison Sébastien izay hatolotry ny fikambanana FIMAMI na FIkambanana MAlagasy MIvoatra; mbola samy miketrika mafy izay ho kandidany kosa ireo antoko matanjaka eto Toamasina ahitana ny TIM sy ny Mapar-Tgv amin’izay ho kandidany. Ankoatra izany nilaza ny teo anivon’ny vaomierana misahana ny fandraisana ny filantsahan-kofidiana depiote, OVEC, Toamasina, fa manomboka amin’ny 09ora hatramin’ny 05ora hariva isan’andro na ny faran’ny herinandro dia misokatra hatrany izy ireo araka ny voalazan’ny lalana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

COI : Lancement demain de la 3è phase du projet de veille sanitaire RSIE

Le projet RSIE a été mis en œuvre suite à l’épidémie de chikungunya qui a sévi dans la région Océan Indien en 2006. Photo d’archives

Le projet RSIE, le projet de réseau de surveillance et d’investigation épidémiologique initié par la Commission de l’océan Indien (COI), financé par l’Agence Française de Développement (AFD), a déjà connu deux premières phases concluantes en 2009-2013 et en 2013-2017.

Le projet RSIE  a déjà permis durant huit années, aux Etats membres de la COI , d’améliorer leur système d’alerte en matière d’épidémie d’origine humaine ou animale. Fort des acquis de ses deux premières phases, ce projet de santé publique entre désormais dans sa troisième phase qui s’étend de 2018 à 2023, et bénéficie d’un soutien renouvelé par l’AFD à hauteur de 8 millions d’euros. Le lancement du projet RSIE 3 se fera demain 28 février 2019 à Maurice.

Le projet RSIE 3, avec le réseau régional de surveillance épidémiologique et de gestion des alertes (réseau SEGA), s’inscrit dans les orientations stratégiques de la COI de protéger les populations et les économies , et de renforcer la solidarité régionale face aux épidémies d’origine humaine et animale.

Ce comité de pilotage vise à présenter les grands axes du projet, à la suite du Comité technique régional (CTR) qui se déroule depuis hier et se poursuivra encore ce jour.  Pour cette troisième phase, le projet  vise ainsi la constitution d’un département de santé publique pérenne au sein de la COI afin de renforcer les capacités de surveillance, de réduction des risques et de réponses aux maladies épidémiques dans les Etats membres de la COI, à savoir Madagascar, l’Union des Comores, la France/Réunion, Maurice et les Seychelles. Par ailleurs, il s’agira d’institutionnaliser le réseau SEGA, regroupant plus de 250 professionnels de la santé publique et de la santé animale. Et enfin, le projet envisage d’intégrer une composante sur l’impact du changement climatique et des catastrophes naturelles sur la santé et les risques épidémiologiques.

Le projet RSIE a été enclenché à la suite de l’épidémie de chikungunya en 2006, ayant démontré la vulnérabilité de la région face aux maladies épidémiques. La seconde phase a été marquée par la mise en œuvre du concept «One Health »  de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à travers un rapprochement entre santé humaine et santé animale.  C’est ainsi que le projet RSIE 3 répond à plusieurs Objectifs de développement durable (ODD) dont l’ODD n°3 « bonne santé et bien-être » et l’ODD 13 « adaptation au changement climatique ».

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Cabaret : Le Groupe Aina revient à l’Amitié Fandian

Le groupe Aina sera au grand complet à l’Amitié Fandian.

La musique éclectique du groupe Aina a bercé bien des gens amateurs de variété.

Depuis presque 36 ans, la formation ne cesse d’explorer les multiples couleurs musicales en vogue. Pour cette année, le groupe Aina a choisi de revenir sur la scène de l’Amitié Fandian 67 Ha, le temps d’un cabaret. Histoire de reprendre là où ils ont laissé,  ils retrouveront les noctambules ce vendredi. Il y sera question de « country », de reggae, de « salegy » mais surtout de « bagasy». Effectivement, Benja et ses compères tendent de plus en plus vers ce genre qui a fait l’âge d’or de la musique des hauts plateaux. L’on peut par ailleurs citer les « Tonga ny fety », « Gasikara », « Malahelo malala ».

Disponible sur les plateformes digitales depuis des années, le groupe Aina a su suivre la tendance, et survivre dans le monde du showbiz malgache, même s’il n’est pas particulièrement connu du public lambda. Pourtant, le groupe Aina fait partie des rares formations musicales actuelles chantant du « kalon’ny fahiny » tels que « Ho mandrakizay ». Toutefois, les autres morceaux seront également primés, « Mifalia », « Fahatsiarovana », « Vakansy » et « Nofin’i Legona » et leur fameux « Sega Dombolo ».

A savoir que l’équipe sera au complet avec  Hery, Denis et Do derrière leurs instruments de prédilection, et comme à son habitude avec Benja et Mina au micro.  Ceux qui sont habitués au groupe auront de quoi faire ravir les oreilles, avec de la musique en toute convivialité.

, Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Concert : Basta Lion et Ga Ei secoueront Jao’s pub avec du dance Hall

Deux jeunes prodiges du ragga malgache partageront la scène de la cambuse du roi du salegy  le 2 mars  à 21 heures. Soirée bombardée, tel est   le thème choisi par ces deux artistes. C’est d’ailleurs  le  titre de leur morceau   sorti cette année et qui a fait un boom aussi bien en province qu’à Antananarivo.    Basta Lion interprètera ses nouveaux morceaux comme ankomba lahy.  Ils seront  accompagnés par le jeune DJ Wells.

L’année 2018 était florissante pour le prince du ragga car il enchaînait des spectacles. Ils ne cessent d’impressionner leurs inconditionnels avec leur technique vocal hors du commun. En ce qui concerne Ga Ei, le jeune homme  veut conquérir le cœur des jeunes de la capitale.

Alors, La soirée bombardée sera une occasion pour Ga Ei de montrer son talent.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Ambalakindresy-Ambohimahasoa : Le marché hebdomadaire attaqué par une dizaine de « dahalo »

La population d’Ambalakindresy, dans le district d’Ambohimahasoa était  dans la terreur lundi 25 février,  jour du marché hebdomadaire de cette commune. Vers 15 heures 20, une dizaine de « dahalo » munis d’armes de guerre et de fusil de chasse ont pris d’assaut ce marché. Puisque tout le monde était encore dans leur occupation respective, les malfaiteurs ont dérobé ceux qui étaient à leur portée. Heureusement que des gendarmes du poste fixe d’Ambalakindresy sont intervenus à temps dès qu’ils ont été alertés. Pour maîtriser la situation, les forces de l’ordre ont dû ouvert le feu. Un dahalo a été tué. Tandis que les autres ont pu s’enfuir avec leurs butins dont la valeur reste encore à évaluer. Cette attaque prouve que malgré les efforts déployés par les forces de l’ordre à travers des opérations militaires menées dans le district d’Ambohimahasoa et ses environs, cette localité reste toujours une zone rouge en matière d’insécurité. Etant donné que désormais, les dahalo ne s’intéressent plus seulement au vol de bovidés. Le fait d’attaquer en plein jour sur la place du marché ne serait qu ‘un défi lancé à l’encontre des forces de l’ordre.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Bazary kely Toamasina : Voasambotra ireo nanafika « cash point »

Miezaka amin’ny fametrahana ny filaminam-bahoaka eto Toamasina ny polisim-pirenena izao, ka isany anaovan’izy ireo ezaka mafy ny mikasika ity fanafihana mitam-piadiana eto Toamasina ity. taorian’ny fahatrarana ireo basy sy bala marobe  farany teo, dia tsy mety resy ireto andian-jiolahy ireto fa misy hatrany, ka misy ny ezaka izao. Vokany tratran’ny polisy ireo roa lahy isan’ny jiolahy nanafika ilay mpanao “Cash Point” tao Bazary kely farany teo izay nataon’ny jiolahy telo nirongo basy PA avy tamin’izany, dia tsy iza fa i Jacky 20 taona sy Jarison 19 taona izy tratra ireto. Ankilan’izany, dia saron’ny polisy koa ireo roa lahy isan’ny jiolahy nanafika ilay ramatoa hanatitra vola amin’ny mpampiasa azy tao Tanambao I, izay nahavoatifitra ilay ramatoa tamin’ny feny raha niaro mafy ny vola teo aminy ny tenany ka tsy azon’ireo andian-jiolahy tamin’izay. Mbola samy nitondra basy izy efa-dahy tamin’izany raha ny angom-baovao  marim-pototra. Tamin’ny fahatrarana azy efa-dahy mpanao fanafihana mitam-piadiana ireto izao, dia tsy nisy aloha ny basy tratra  izay fantatra araka ny fanazavana fa basy hofaina izy ireo ka eo am-pikaroahana izany mpampanofa basy izany ny mpitandro ny filaminana eto Toamasina izao; izay hitambaran’ny polisy sy ny zandary manao raha ny vaovao. Ankoatra izany, dia mbola manao antso avo amin’ny fiaraha-miasa amin’ny vahoaka sy ny andrimasom-pokonolona ary ireo mpanome vaovao hatrany ny polisy momba ity resaka filaminam-bahoaka eto Toamasina ity.

Malala Didier

Madagate0 partages

Madagascar APMF. Vers la mise en place du plan national Search and Rescue

L’APMF (Agence portuaire maritime et fluviale) organise un Séminaire pour la finalisation et la validation du Plan National de Recherches et Sauvetages Maritimes « Search and Rescue » ou SAR. Il se déroule au siège de l’APMF siège, à Alarobia Antananarivo, du 25 février au 05 Mars 2019.

A Madagascar comme dans d’autres pays du monde, les incidents maritimes entraînent souvent des pertes de vies humaines et des dégâts matériels ; c’est la raison pour laquelle l’Organisation Maritime Internationale (OMI) dont Madagascar est membre, met une emphase sur les activités Search And Rescue (SAR) qui consistent à sauver les personnes et/ou navires en détresse sans distinction de nationalité, de lieu ou de circonstances.

Le plan SAR existe au niveau international mais doit être décliné localement. C’est l’objectif de ce séminaire réunissant toutes les parties prenantes du domaine maritime qui finaliseront ensemble le cadre de référence de recherche et de sauvetage maritime et ainsi fixeront les stratégies essentielles de conduite des opérations au niveau national, sous la supervision, commande et contrôle de l’APMF en tant que premier responsable du SAR par délégation du Ministère du Tourisme, des Transports et de la Météorologie.

L’APMF a commencé à mettre en place un MRCC (« Maritime Rescue Coordination Center ») en 2017 suite à la Loi 2016-049 du 17 janvier 2017 autorisant l’adhésion de Madagascar à la convention SAR de 1979, sous l’égide de l’OMI.

Ce Centre de recherche et de sauvetage est responsable des opérations SAR. Il déclare les évènements et coordonne les moyens à utiliser, contrôle et assure le suivi avec le Port qui s’occupe directement de l’opération. Il est responsable des interactions avec les parties prenantes nationales et internationales.

Antananarivo, 26 février 2019

APMF-MADAGATE.ORG