Les actualités Malgaches du Mardi 27 Février 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara463 partages

Lois électorales : Vers la disqualification de Ravalomanana

L’ancien président Marc Ravalomanana poursuit sa tournée politique à travers l’île.

Le régime en place entend disqualifier l’ancien président à travers l’article 2 du projet de loi organique relatif à l’élection du président de la République.

La session extraordinaire du Parlement (Assemblée nationale et Sénat) s’est ouverte hier pour durer 12 jours. Au total, 15 projets de loi seront soumis à l’examen et à l’adoption des députés et des sénateurs dont entre autres et notamment les trois projets de loi organiques relatifs au régime général des élections et des référendums, à l’élection du président de la République, ainsi qu’à l’élection des députés de Madagascar. Ces trois projets de loi sont déjà déposés à Tsimbazaza. Visiblement, certaines dispositions du projet de loi organique n° 06/2018 du 21 février 2018 sur l’élection du président de la République semblent viser un candidat potentiel qui est le président national du TIM Marc Ravalomanana. En effet, l’article 6 de ce projet de loi stipule que tout candidat aux fonctions de Président de la République doit n’avoir jamais été condamné pour crime ou délit. A rappeler que l’ancien président a fait l’objet de condamnation judiciaire sur l’affaire du 07 février, mais il rejette jusqu’à présent cette condamnation qui, d’après ses partisans, a été prononcée par une juridiction incompétente.

7 jours de campagne pour le second tour. Par ailleurs, le projet de loi organique sur l’élection du président de la République dispose en son article 22 que la campagne électorale pour le second tour débute 7 jours avant la date du scrutin. La durée de la campagne du 1er tour est par contre maintenue à 30 jours. En tout cas, le coup d’envoi de la session extraordinaire de l’Assemblée nationale et du Sénat a été lancé hier à Tsimbazaza et à Anosikely. D’après le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, les députés et les sénateurs ne sont pas obligés d’attendre l’écoulement du délai de 15 jours pour commencer à examiner au niveau des commissions les trois projets de loi organiques sur les élections. Après ce délai de 15 jours, les projets de loi en question peuvent être immédiatement passés en séance plénière. En tout cas, d’après le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy, les députés auront une lourde responsabilité dans l’examen des ces trois projets de loi organiques. Mais, à l’allure où vont les choses, 12 jours ne suffiront pas pour l’adoption des 15 projets de loi. Une deuxième session extraordinaire ne serait pas donc à exclure. Hier, les députés et les sénateurs étaient massivement présents à Tsimbazaza et à Anosikely. Preuve qu’ils s’impatientent de travailler pour l’intérêt supérieur de la Nation.

Dominique. R

Midi Madagasikara222 partages

Houssen Abdallah : « Je suis convaincu par l’IEM »

Magistrat de son état, le député élu à Soalala parle à bon droit.

Il faisait partie des élus et membres de la classe politique invités le 17 février dernier au Studio Arena à Ivandry, à l’occasion de l’exposé suivi de débat du président fondateur de « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » Andry Rajoelina.

« Je suis convaincu par les idées phares véhiculées par l’IEM dont l’objectif est de faire de Madagascar un pays émergent en Afrique », explique le député élu à Soalala. Magistrat de formation, Houssen Abdallah fustige tout préjugé et/ou procès d’intention. « Je suis contre les attaques personnelles et les critiques négatives », déclare cette voix connue et reconnue au sein de la communauté musulmane qui est une entité à part entière – et non entièrement à part – au sein de la société malgache.

Transition. Sans verser dans le culte de la personnalité, Houssen Abdallah de faire remarquer que lui et les autres exilés de 2002 n’auraient pu rentrer au pays sans le mouvement populaire de 2009 dirigé par Andry Rajoelina. « Je me demande où est-ce que je serai aujourd’hui s’il n’y avait pas la révolution Orange ». Et de souligner également que « le pouvoir actuel ne serait pas non plus en place si le régime de transition n’était pas passé par là ». L’ancien ministre de Zafy Albert puis de Didier Ratsiraka d’ajouter dans la foulée que « la Transition avait mûri Andry Rajoelina sans le soutien de qui son ex-Grand Argentier ne serait, en aucune manière, devenu président de la République ». Une manière pour l’ancien exilé de signifier qu’il est du genre reconnaissant, mais pas du tout ingrat.

Propos recueillis par R.O

Midi Madagasikara211 partages

Me Avoko : Pour la candidature de Hery Rajaonarimampianina

Me Avoko a dirigé la formation des maîtres Kung-fu.

Les maîtres Kung-fu, au nombre de 1.223, ont suivi la formation, samedi et dimanche dernier, au temple de Pierre Mizael. Presque toutes les communes du pays ont été représentées, lors de cette rencontre. Outre la formation purement technique et l’organisation interne de la fédération Malagasy de Kung-fu Wisa, la prochaine élection présidentielle a été également abordée. Ils ont ainsi sollicité la candidature de Hery Rajaonarimampianina pour un second mandat.

Célébration. Par ailleurs, cette discipline sportive va célébrer cette année son 38e anniversaire (1980-2018). Cette célébration va débuter au mois de mars, à Tsiroanomandidy pour la région Bongolava, au mois d’avril à Antsirabe pour la région Vakinankaratra, ce même mois également pour Antananarivo. Les autres régions ne sont pas non plus en reste. La fédération invite également ceux qui ne suivent pas les règlements qui régissent le Kung-fu à régulariser leur situation. Notons que Me Avoko a saisi cette rencontre pour mettre en garde les adeptes du Kung-fu qu’« il se pourrait que des politiciens soudoient des gens qui vont parler au nom de cette discipline, pourtant ils ne font pas partie du Kung-fu ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara135 partages

Réformes foncières : Madagascar cité comme exemple en Afrique

La délégation mauritanienne avec le SG du M2PATE.

Madagascar est actuellement en pleine réforme foncière. Même si la réforme n’est pas encore dans sa phase finale, elle est plutôt bien partie. La preuve, de nombreux pays africains s’inspirent actuellement de l’exemple malgache. C’est ainsi qu’une délégation de techniciens du foncier est venue à Madagascar pour des échanges d’information avec les responsables malgaches du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels et de l’Administration du Territoire. A l’issue de ces séances, la délégation mauricienne a pu constater la grande avancée de Madagascar en matière de réforme foncière.

R.Edmond.

Midi Madagasikara126 partages

Basket-ball – AT2B : 3.400.000 Ariary de primes à gagner !

Les organisateurs de l’évènement lors de la rencontre avec la presse

La 3e édition du « Fety de Basket » attend la participation de 96 équipes dans six catégories.

10 ans ! Ça se fête. Cela fait dix ans cette année que l’Association « Andraisoro Tia Basket Ball » (AT2B) était présente sur le paysage du ballon orange malgache. 2008-2018, l’association entend marquer d’une pierre blanche ses 10 ans d’existence. Une célébration qui sera marquée par l’organisation d’un grand tournoi ou « Fety de Basket » qui allie fête et basket du 12 mai au 5 août à Andraisoro. La troisième édition du genre après 2008 et 2013 est concoctée par l’équipe de l’AT2B avec la participation de six catégories. Il s’agit des U12G, des U18 garçons, Open seniors hommes et dames réservés aux équipes de la N1A et N1B, vétérans hommes et dames et la Coupe AT2B. Pour cette dernière, seuls les basketteurs d’Andraisoro peuvent y participer.

 96 équipes. « Pour le bon déroulement de la compétition, seules 16 équipes par catégorie d’âge peuvent participer. Elles seront réparties en deux poules. Cette 3e édition verra la participation de 96 équipes de toutes les générations, une grande fête comme son nom l’indique « Fety de Basket »  » a expliqué Pascal Rasaony. Les inscriptions débuteront le 1er mars. Les grandes finales se disputeront les 4 et 5 août à Andraisoro où plusieurs animations seront au programme. Des primes de 3 millions 400.000 Ariary seront offertes aux équipes championnes. Un million d’Ariary attend l’équipe championne en Open hommes et 600.000 Ariary pour les dames.Pour les vétérans et U18G, ils recevront une prime de 400.000 Ariary et 200.000 Ariary respectivement pour les U 12 et la Coupe AT2B.  Il est à signaler que le coup d’envoi de cette célébration a été lancé avec la journée récréative du 27 janvier. Après ce tournoi, un déjeuneur concert sera organisé dans le dessein de récolter des fonds pour réaliser les travaux de clôture et d’installation de gradin autour du terrain.

T.H

News Mada99 partages

Crevette : réouverture de la pêche

La pêche crevettière rouvrira le 2 mars, à 5h, après sa fermeture le 1er décembre 2017, annonce-t-on au sein du ministère des Ressources halieutiques et de la pêche. L’arrêté ministériel y afférent a fait l’objet d’une communication lors du Conseil du Gouvernement de la semaine dernière.

Si Madagascar produisait dans les 10.000 tonnes de crevettes il y a de cela une décennie, avec les différents impacts du changement climatique planétaire, la production a chuté à près du quart. Mais la production s’est améliorée et l’aquaculture, qui tend à détacher le gros de la production uniquement de la pêche, se développe. La pêche crevettière a affiché un résultat plus que notable au cours de l’année 2017 avec des exportations évaluées à 9.287 tonnes. Cette quantité s’élevait à 8.666 tonnes en 2016. En termes de valeur, une progression de 18,81% a été enregistrée, selon les statistiques établies par l’Observatoire économique de la pêche et de l’aquaculture (Oepa)

Gage de qualité, la crevette malgache se veut une référence sur le marché mondial et marquer sa présence malgré le faible taux de part de marché qu’elle détient. En effet, le Groupement des aquaculteurs et pêcheurs de crevettes de Madagascar (GAPCM) a déjà présenté le label Crevette de Madagascar, au mois d’avril dernier, pour démontrer que Madagascar est à même de fournir un produit d’excellence sur le marché international. Aussi, le label permet de rassurer les clients importateurs quant à la légitimité et la traçabilité ainsi que la qualité du produit tout en soulignant son origine.

Arh.

 

Midi Madagasikara68 partages

Ressources stratégiques : Bientôt un appel d’offre pour 40 blocs pétroliers offshores

Le développement du secteur des mines et du pétrole s’annonce bien, selon le ministre Ying Vah Zafilahy et le DG de l’OMNIS, Rasoanaivo Bonaventure.

Le secteur des mines et pétrole affichent une bonne performance, selon le bilan présenté par le ministre de tutelle, Ying Vah Zafilahy et le DG de l’OMNIS Rasoanaivo Bonaventure.

La recherche de ressources pétrolières s’intensifie cette année pour Madagascar. Pour Madagascar Oil qui est déjà dans la phase d’exploitation, les forages se poursuivent pour l’exploitation, d’après les informations annoncées par le ministre des Mines et du Pétrole, Ying Vah Zafilahy, lors de la journée de reboisement organisé par l’OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques), la semaine dernière. En outre, il a annoncé une nouvelle exploration avec « British Petrolium ». « On espère que les recherches donneront de bons résultats. Il y a déjà eu des négociations et un acte administratif a été approuvé pour accorder le titre minier à OMNIS qui représente l’Etat Malagasy, en attendant la création de la Société Nationale. Ce sera ensuite à l’OMNIS de transférer ce titre pour l’exploitation de pétrole », a-t-il indiqué. Jusqu’ici, 30% des recherches ont permis d’identifier des gisements techniquement exploitables et commercialement viables, d’après le ministre.

Reprise. En effet, « British Petrolium » est une compagnie internationale qui a plus de 100 ans d’expérience à son actif. Pour le DG de l’OMNIS, Rasoanaivo Bonaventure, l’investissement de cette compagnie à Madagascar témoigne de l’importance des potentialités dont dispose Madagascar, en termes de ressources minérales. « Le contrat de partage de production signé avec British Petrolium concerne quatre blocs pétroliers abandonnés par Exxon Mobil, dans la région Boeny à Ampasindava, Mahajanga nord et sud et Cap Saint- André. Ce contrat a été signé en novembre 2017 et approuvé en Conseil des ministres, ce mois de février 2018. Nous attendons le décret qui sera publié au Journal officiel avant de commencer l’exploration qui se divise en trois phases. D’abord, la recherche de données sur les blocs qui dure deux ans, ensuite l’acquisition sismique 3D avec le traitement et l’interprétation de ces données qui se feront en trois ans et enfin la fouille d’exploration. La plupart des 14 compagnies actuellement en activité sont déjà dans cette dernière phase et pourront peut-être passer à la phase d’exploitation d’ici à quelques années », a noté le DG de l’OMNIS. Par ailleurs, 40 blocs pétroliers offshores situés au nord du bassin de Morondava, en zone marine, feront bientôt l’objet d’appels d’offres et de campagne promotionnelle, selon le DG Rasoanaivo Bonaventure.

Antsa R.

Midi Madagasikara66 partages

Météo : Risque de cyclogenèse en fin de semaine

Les pluies seront au rendez-vous durant la semaine selon le service de la météo.

Un mois environ après le passage du cyclone Bergitta, l’Océan Indien pourrait accueillir un cyclone vers la fin de la semaine.

« Un cyclone pourrait se former dans l’Océan Indien ». Ce sont là les propos de la responsable de communication auprès de la direction générale de la météorologie (DG) de Madagascar. Une nouvelle qui pourrait troubler plus d’un étant donné les précipitations de ces derniers jours. Selon la responsable de la communication, « la situation actuelle ne permet pas encore de donner plus de précision sur la formation de cyclone ». Avant toutefois de noter que «le risque est présent». Risque qui pourrait devenir réel et qui est causé par la présence d’amas nuageux convectif dans l’Océan Indien pouvant à un moment donné se transformer en cyclone. Par ailleurs, la responsable de la communication auprès de la DGM de rassurer que le service de la météo suit de près l’évolution du phénomène. « Nous ne manquerons pas de donner l’alerte si formation de cyclone il y a » a-t-elle précisé.

Semaine. Pour l’heure, les informations sur la localisation, l’éventuelle force du cyclone, sa trajectoire ne sont pas encore disponibles. La responsable auprès de la DGM d’expliquer que pour ce qui est connu actuellement c’est le risque qu’un cyclone peut se former. Par ailleurs, les prévisions météorologiques de la semaine annoncent des pluies pour la majeure partie de la Grande Île. De ces mêmes prévisions, on note que les activités orageuses seront encore présentes pour la semaine. Interrogée sur la question des vigilances fortes pluies, la responsable auprès de la DGM d’affirmer qu’ « aucun avis sur la question n’a été annoncé jusqu’ici. Ce qui veut dire que les précipitations n’ont pas encore dépassé le seuil des 50 mm ou 50L/m² par 24 ». Par ailleurs, la saison des pluies entre actuellement dans sa deuxième phase. Ce qui est caractérisé par quelques perturbations telles que la hausse des températures maximales observées la semaine dernière.

José Belalahy

Midi Madagasikara49 partages

Concours de projets porteurs : Le premier prix au duo Henintsoa et Ny Avo

Les recherches réalisées par les étudiants de l’Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo à Vontovorona peuvent répondre aux besoins quotidiens de la population et contribuer au développement du pays. Un concours de projets porteurs a ainsi été organisé par l’ESPA en partenariat avec le Ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures (MEEH). Des étudiants, de différents niveaux ont apporté quinze projets dont la majorité porte sur les secteurs de l’Energie et de l’Assainissement. Après évaluation par les membres du jury composé du staff du MEEH et de l’équipe pédagogique sur divers critères dont l’innovation, l’originalité, ou la possibilité de développement, le projet du duo Henintsoa Ranaivojaona et Ny Avo Ortega a remporté le premier prix portant une valeur de trois millions Ariary qui a été remis par le ministre de tutelle, Lantoniaina Rasoloelison.

Projets accompagnés. Ce projet porte sur la création d’un prototype de traqueur solaire qui consiste à optimiser l’exploitation de l’énergie solaire par l’utilisation de panneaux solaires non statiques suivant le mouvement du soleil. Les deuxième et troisième projets consistent à la transformation des matières plastiques et des micro algues en biocarburant. Les initiateurs ont reçu respectivement 1.500.000 ariary et 1.000.000 ariary. « Ce système de prime vise à encourager les étudiants à persévérer dans leurs recherches », a évoqué le ministre de tutelle. En outre, deux projets sur la production de biogaz et sur la transformation de matières plastiques en biocarburant seront accompagnés par le ministère pour leur mise en œuvre effective. « La mise en œuvre de ces projets demande moins de temps et moins coûteuse pourtant ces derniers contribuent à la sauvegarde de l’environnement et répondent aux besoins de la population, c’est pourquoi le ministère a décidé d’accompagner financièrement les initiateurs dans leurs réalisations et leur développement », a-t-il poursuivi.

250 résultats de recherche. Le Président de l’ESPA, Yvon Andrianaharison, a loué cette initiative du ministère. « Chaque année, environ 250 résultats de recherches qui sont présentés par nos étudiants, attendent d’être transformés en projets de développement. Nous invitons d’autres acteurs tels que les industriels à emboîter leurs pas » indique ce responsable. Outre la remise de prix aux meilleurs projets, le ministre Lantoniaina Rasoloelison a profité de sa présence à Vontovorona pour offrir des équipements sportifs aux étudiants de l’ESPA. Le terrain de basket a été également rénové.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara46 partages

Présidentielle : Les ministres candidats non assujettis à l’obligation de démission

Les personnes nommées aux hautes fonctions et hauts emplois civils de l’Etat, à savoir, Grand Chancelier de l’Ordre National Malgache, Ambassadeurs ou chefs titulaires de missions diplomatiques ayant rang d’Ambassadeurs, Gouverneur de la Banque centrale, secrétaire généraux, directeurs généraux et directeurs de ministères, présidents d’Universités, représentants de l’Etat au niveau des collectivités territoriales décentralisées, directeurs généraux, membres des organes d’Administration ou de gestion des organismes rattachés aux institutions et aux départements ministériels et les personnes dont la nomination aux hautes fonctions et hauts emplois militaires est faite par décret en Conseil des ministres, à savoir les Officiers Généraux, Inspecteur général de l’Armée et de la Gendarmerie, le Chef d’Etat-major Général de l’Armée Malagasy (CEMGAM), le Commandant de la Gendarmerie Nationale (COMGN), les adjoints du CEMGAM et ceux du COMGN, les Commandant des Forces aériennes, des Forces navales, des Forces d’intervention et le Commandant des Forces de développement, le Chef d’Etat-Major du Commandement de la Gendarmerie Nationale, les commandants des régions militaires et les commandants des circonscriptions inter-régionales de la Gendarmerie nationale, sont assujettis à l’obligation de démission s’ils souhaitent se porter candidat aux élections. C’est ce qui est prévu par le document annexe du projet de loi organique n°05/2018 du 21 février 2018 relative au régime général des élections et des référendums.

Autorisation spéciale. Dans son article 6, ce projet de loi organique stipule que « Tout agent de l’Etat, des collectivités territoriales décentralisées et tout fonctionnaire civil ou militaire n’exerçant pas de hautes fonctions et hauts emplois civils et militaires de l’Etat, candidats à des élections, sont mis dans une position d’autorisation spéciale d’absence à compter de la date de publication de la liste officielle des candidats jusqu’à la date du scrutin. Pendant cette date, il leur est interdit d’user des moyens et prérogatives octroyés dans le cadre de leurs fonctions à des fins de propagande électorale ». On remarque que les membres du gouvernement ne figurent pas dans cette liste des hauts responsables assujettis à l’obligation de démission. Contrairement aux autres hauts fonctionnaires donc, le Premier ministre et les ministres peuvent user et abuser de leurs prérogatives de puissances publiques durant la période de campagne électorale. La question est de savoir qu’en est-il de la situation des ministres candidats ? Nul n’ignore que parmi les membres du gouvernement Mahafaly Olivier Solonandrasana, il existe des chefs de partis et/ou des personnalités qui ne cachent pas leur ambition de briguer la Magistrature suprême. Pour ne citer que le cas du ministre du Tourisme et non moins président national du parti « Malagasy Tonga Saina » (MTS), Roland Ratsiraka qui a d’ailleurs déjà été candidat en 2013 et a obtenu 404.103 voix soit 9%. Des rumeurs sur une possible candidature d’Olivier Mahafaly Solonandrasana, de Paul Rabary ou encore de Mamy Lalatiana Andriamanarivo ont également circulé depuis quelques temps.

Davis R

Midi Madagasikara46 partages

BNI Madagascar : Soutien à la 7e promotion d’élèves-Inspecteurs du Trésor

Le major de la promotion Mahatoky, Katsiha José, primé par la BNI Madagascar.

30 nouveaux inspecteurs du Trésor de la promotion Mahatoky viennent d’être formés à l’IMaTep et sont maintenant opérationnels.

BNI Madagascar  a marqué de sa présence la cérémonie de remise de diplômes de la promotion « MAHATOKY », 7e promotion des élèves-Inspecteurs du Trésor de l’Institut malgache des Techniques de Planification (IMaTeP) qui s’est tenu le 23 février dernier dans l’enceinte de l’Institut à Ambohijatovo Ambodivoanjo.

Partenaire efficace. Placée sous le sous le parrainage de la ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona, la cérémonie était une occasion pour BNI Madagascar, en tant que partenaire Argent de l’événement, de marquer son soutien à la nouvelle génération de la grande famille du Trésor Public malgache. Un geste qui  illustre une fois de plus la volonté de BNI Madagascar d’être un partenaire efficace de l’administration publique malgache. « Dans leur nouvelle responsabilité, ces 30 jeunes serviteurs de l’Etat sont en effet appelés à faire preuve d' »Intégrité », mais également de « professionnalisme » et d’engagement » dans l’exercice de leurs fonctions, des valeurs qui correspondent à celles de BNI Madagascar» selon a déclaré, Ndrina Ralaimanisa, Directeur de la Communication institutionnelle et des Relations publiques de la banque.

Bancarisation. Le major de Promotion Mahatoky, en l’occurrence, le dénommé Katsiha José a reçu, en guise de récompense des mains de Ndrina Ralaimanisa une somme d’argent déposée dans son pack « Mpiasam-panjakàna », avec des produits et services qui faciliteront sa vie quotidienne. A travers cet appui, la BNI Madagascar met en pratique sa stratégie de développement qui consiste, entre autres à accorder une attention particulière aux agents de l’Etat depuis plusieurs années. Des services et crédits bancaires leur sont dédiés avec son réseau de 72 agences et 101 GAB. La BNI Madagascar, rappelons-le, est partenaire de plusieurs départements ministériels en leur facilitant l’accès aux services et produits bancaires. Une manière de participer efficacement aux efforts de bancarisation du pays. Ainsi, la BNI Madagascar offre aux agents de l’Etat les meilleurs services de la banque au quotidien, à des tarifs préférentiels avec le pack « Mpiasam-panjakàna » et des solutions d’accès au crédit à la consommation et au crédit immobilier à des taux très avantageux pour les agents de l’État incluant les ECD et les EFA.

R.Edmond.

Midi Madagasikara39 partages

Ihosy : Famonoana komisera, toherin’ny polisy ny didim-pitsarana

Tsy ankatoavin’ny polisy ao amin’ny kaomisaria Ihosy ny fanapahan-kevitry ny fitsarana ambony ao Fianarantsoa. Izany dia mahakasika ny fankatoavana ny fangatahana fahafahana vonjimaika ho an’ireo izay voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny famonoana komisera. Io farany, izay antsoina hoe Mosa Jeannot, dia komisera eo anivon’ny polisy izay efa misotro ronono. Nisy namono izy ny alin’ny alatsinainy 2 oktobra tamin’ny taon-dasa (2017). Efa azon’ny fampanoavana ny didy mahakasika ny famoahana vonjimaika saingy tsikaritra fa tsy mbola nampihariny izany hatreto. Ny antony dia ny fahatahorana sao hisy akony amin’ny filaminam-bahoaka ny famoahana ireo voafonja ireo. Ny polisy ao Ihosy dia nanazava tsara fa handray andraikitra avy hatrany izy ireo raha toa ka mihatra ny didy famohana ireo olona voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ity heloka bevava izay nahafaty ny iray tamin’izy ireo ity. Hatramin’ny nahenoan’izy ireo ny fikasàna hamoaka ireo voafonja izay voakasik’ity raharaha ity aza dia efa miasa andro aman’alina ny polisy rehetra izay eo anivon’ity komisaria ity.

Filaminam-bahoaka. Nisy koa ny baiko nomen’ny lehibeny ny amin’ny hisamborana avy hatrany ireo olona voakasika raha toa ka misy ny fivoahan’ireo ny fonja. Ireo mpitandro ny filaminana ireo dia mitaky ny fivoahan’ny marina ary tsy eken’izy ireo araka izany ny famoahana ireo olona mandra-pahatongan’izany. Amin’ny lafiny iray koa anefa dia fomba iray iarovan’izy ireo ny olona voakasika ny anton’ilay fanapahan-kevitra ny hitazomana azy ireo raha vao mivoaka ny fonja. Izany dia mba ho fiarovana ny filaminam-bahoaka satria raha ny re dia efa misy miandry fotsiny koa hifofo ny ain’ireo voarohirohy ho mpamono olona. Misy fikorontanana araka izany, raha jerena amin’ity tranga ity ary amin’ity raharaha ity, ny asam-panjakana eo amin’ny fampanoavana ambony, ny fampanoavana ary ny polisy. Mila manapa-kevitra faran’izay haingana ny tompon’andraikitra eo anivon’ireo sehatra ireo satria ny tantara, ary vao tsy ela loatra akory aza, dia efa nanaporofo fa efa  tonga hatramin’ny vonoan’olona ny fikorontanana toy izao. Mbola tsy hadinon’ny maro angamba ny habibiana nihatra tamin’ilay mpitsara tany Toliara…

D.R

Midi Madagasikara36 partages

Charbon de bois : Hausse silencieuse des prix

Le charbon reste indétrônable au sein des ménages malgaches.

Le sac de charbon de bois coûte environ 20.000 ariary chez le détaillant, mais ce combustible domestique le plus utilisé par les ménages malgaches a commencé une flambée silencieuse depuis les épisodes successifs d’intempéries ces dernières semaines.

Le prix du charbon de bois a dépassé les 25.000 ariary, la semaine dernière. Le temps pluvieux, contraignant les producteurs à interrompre les productions, explique, en partie cette hausse des prix au consommateur. L’humidité n’étant pas favorable au processus de carbonisation du bois dans les meules et fours traditionnels, les pluies successives qui dominent le climat des dernières semaines, ont eu pour effet la diminution du volume de production dans les régions productrices de charbon ravitaillant la Capitale et les environs. Les zones d’approvisionnement d’Antananarivo se situent essentiellement vers de l’axe Est, jusqu’à Andasibe, incluant Moramanga et Manjakandriana ; l’axe Nord jusqu’à Anjozorobe ; l’axe Sud vers le Vakinankaratra et l’axe Nord-Ouest, autour d’Ankazobe. La raréfaction des produits conduit ainsi à la hausse des prix.

Routes dégradées. Outre le facteur humidité qui influe sur la production de charbon de bois, l’état des routes est l’autre explication fournie par les détaillants pour justifier la hausse des prix. La dégradation de l’état des routes est également due au climat pluvieux. Un facteur mis en avant par les transporteurs qui augmentent leurs tarifs. Augmentation qui se répercute évidemment sur les consommateurs, le dernier élément de la chaîne.

En dépit des hausses récentes du prix, le charbon de bois reste, pour l’instant, indétrônable dans les ménages malgaches en raison de la possibilité d’achat en petite quantité. Contrairement au charbon, le gaz domestique, énergie la plus mise en avant comme solution de remplacement, ne permet par un achat journalier, en fonction des consommations. Les foyers ne disposant pas de somme d’argent conséquente pour la recharge d’une bouteille de gaz, doivent rester au charbon. Or, chez nombre de familles, les gains journaliers dictent les modes de consommation. La majorité n’a d’autres options que l’achat au jour le jour.

Hanitra R.

News Mada35 partages

Humanité & infusion : une exposition alarmante sur les détenus de Mahajanga

L’organisation de solidarité Humanité Infusion propose une exposition sensationnelle baptisée «Quartiers d’avenir : de la détention à la réinsertion» à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) Andavamamba. A travers une cinquantaine de photos réalisées par Robin Hammond, elle dévoile la situation des incarcérés dans une prison à Mahajanga.

Le vernissage s’est déroulé, hier, à l’AFT et l’exposition se tiendra jusqu’au 2 mars. Elle dévoile donc la vie quotidienne des détenus qui sont actuellement victimes de surpopulation. «Il y a eu plus de 22 000 détenus dans tout Madagascar en 2015, ce qui équivaut à une surpopulation de 190%», a annoncé le ministère de la Justice.

Le photographe Robin Hammond y présente ses clichés en noir et blanc et adopte une vision originale à chaque image. Il utilise surtout des jeux de lumières et de tons qui permettent de sortir davantage l’ambiance et l’environnement des prisonniers.  Certaines photos dévoilent comment les jeunes mères y vivent avec leurs enfants, d’autres présentent leurs conditions à chaque nuit… Bref, l’exposition est tout aussi alarmante et bouleversante, une détresse qui engendre une santé néfaste à la psychologie des détenus.

«Nous avons effectué des travaux draconiennes pour la réaliser, assuré de nombreuses paperasseries afin de pouvoir divulguer leurs visages. Nous avons également demandé leur accord personnel avant de prendre chaque cliché», a annoncé l’une des responsables à l’Humanité Infusion. Notons que l’organisation œuvre dans le domaine de la protection des droits de l’Homme.

Une réinsertion à travers le slam et la poésie

«L’art et la culture sont des moyens efficaces pour la réinsertion de ces prisonniers. C’est une thérapie exceptionnelle», a-t-elle annoncé. En effet, à part la photographie, Humanité Infusion a aussi édité deux livres : «Ambohipitahiana» et «Ambalabe». En collaboration avec l’association Madagaslam, ils regroupent les textes et slams des prisonniers. «Ambohipitahiana» a été réalisé par des enfants mineurs incarcérés à Antanimora, et «Ambalabe» par des détenus, femmes, hommes et mineurs de plusieurs prisons, entre autres à Vatomandry… Chaque texte écrit est suivi d’une traduction en français.

Notons qu’Humanité Infusion est l’ancien Handicap International. Cette nomination a été officialisée au mois de janvier dernier.

Holy Danielle

Midi Madagasikara32 partages

Code électoral : Le PM défend les projets de loi

Le PM Mahafaly Solonandrasana Olivier hier à l’Assemblée nationale.

Une forte délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a été présente hier à Tsimbazaza et à Anosikely lors de l’ouverture officielle de la première session extraordinaire du Parlement de cette année. « Désormais, les suspicions n’ont plus droit de cité, car les projets de loi organiques sur les élections sont actuellement déposés à l’Assemblée nationale et au Sénat. D’après le président de la République, l’élaboration de ces projets de loi a respecté des normes. Ils ne sont pas élaborés pour satisfaire un groupe d’individus ou de politiciens. L’intérêt supérieur de la Nation y est exprimé. Avant de parvenir là où nous sommes actuellement, ces projets de loi ont fait l’objet des consultations auprès des politiques, de la société civile, des simples citoyens et des différentes entités religieuses. », a expliqué hier le locataire de Mahazoarivo.

Standards. Le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier de rajouter : « La rédaction de ces projets de loi a respecté les normes requises et les standards régionaux et internationaux. Les rédacteurs se sont également inspirés des valeurs malgaches (Soatoavina malagasy). L’objectif a été d’élaborer des lois qui favorisent l’apaisement. En tout cas, ces projets de loi sur les élections seront débattus à l’Assemblée nationale et au Sénat. Des propositions d’amendement ne seraient pas à exclure si c’est dans l’intérêt supérieur de la Nation. » A noter que le gouvernement a mené d’intenses consultations dans le processus d’élaboration des projets de loi organiques en question. Même les députés et les sénateurs ont déjà émis leurs suggestions lors de ces consultations qui se sont déroulées en dehors du cadre parlementaire.

R.Eugène

Midi Madagasikara24 partages

Dadi Love : Retrouvailles avec les Tananariviens avant le départ pour Mayotte

Dadi Love lors de son spectacle à Ambohibe Vavatenina.

Un crooner des tropiques doublé d’un metteur d’ambiance reconnu, Dadi Love a su séduire bien des gens dans la Grande Ile en à peine quelques années. Avec un succès fulgurant de toutes parts, il fait désormais partie de ces stars de la « mozika mafana » en vogue du moment. Avant de s’envoler pour Mayotte, le jeune homme part à la rencontre du public au Cemes Soanierana en fin de semaine, dans le cadre d’un vendredi joli des plus mémorables. Le chanteur conduira son équipe au grand complet pour donner au public tananarivien sa part dans cette aventure musicale, qui l’emmène dans d’autres contrées. Pour ce faire, Dadi Love compte enflammer la scène sans répit pour le bonheur de ces noctambules avides de soirées endiablées.

Pas plus tard que dimanche, Dadi Love a chauffé la piste à Vavatenina. Rassemblant des milliers de personnes, en animateur invétéré, il emmène ce vaste monde dans une ambiance des plus euphoriques comme à son habitude. Récompensé à la Rdj mozika, le chanteur continue son chemin en comptant toujours un agenda bien chargé. S’il a prévu sortir un album pour le mois prochain, il assurera quatre dates pour sa mini-tournée à Mayotte.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara24 partages

Les jeux sont presque faits

Tout le monde l’avait dit et répété. Les projets de lois électorales qui vont être examinés lors de cette session parlementaire par les députés ont été préparés pour neutraliser totalement les adversaires potentiels du candidat soutenu par le régime. Personne ne doute qu’ils vont être adoptés par les parlementaires présents. Tout semble donc être fait pour neutraliser totalement le jeu démocratique lors de cette élection présidentielle.

Les jeux sont presque faits

Les textes des lois électorales qui vont être présentés lors de cette session parlementaire ont été envoyés par la primature aux médias. On se rend compte finalement qu’il n’y a plus rien à redire et que tout a été fait à l’avantage du régime. L’ancien président Marc Ravalomanana qui a subi de multiples brimades a tenu bon et a déclaré qu’il maintenait sa candidature contre vents et marées. Au vu des textes qui vont être présentés, il va devoir se résigner et être écarté de cette course à l’élection présidentielle. Sa condamnation à l’issue du procès du 7 février l’empêche de se présenter. Les arriérés d’impôts réclamés par l’administration fiscale sont un autre obstacle qu’il ne pourra pas surmonter. Il avait à plusieurs reprises affirmé que sa mise sur la touche provoquerait une crise préélectorale. Mais comme il prône le respect de la légalité, on le voit mal entraîner ses partisans dans des manifestations génératrices de troubles. Le pouvoir, d’ailleurs, est inflexible lorsque l’on conteste ses décisions. Les employés de l’usine de la société AAA-Tiko d’Antsirabe l’ont constaté à leurs dépens, en se faisant disperser à coût de grenades lacrymogènes. Tous ceux qui sont susceptibles d’être candidats vont devoir se soumettre à des règles qui risquent de les écarter d’office. Le système de parrainages de candidature ne permettra pas aux indépendants de participer à cette élection. Ces lois électorales sont complexes et sont faits pour avantager le régime. On peut finalement dire que les jeux sont presque faits.

Patrice RABE

Midi Madagasikara18 partages

Soanierana ivongo : Mpangalatra jirofo matin’ny fitsaram-bahoaka

Isan’ny distrika tena ahitana halatra vokatra fanondrana sy fanafihana ireo mpandraharaha sy ireo mpanangom-bokatra ary ireo tantsaha misehatra eo amin’ny vokatra fanondrana ny ao amin’ny distrikan’i Soanierana Ivongo. Ny resaka lavanilina sy ny jirofo izay tsara vidy tato ho ato no tena lasibatra amin’izany ankoatra ny fangalarana am-potony ireo lavanilina maitso. Tamin’ity volana febroary ity, araka ny fanazavan’ny ben’ny tanana ao Antenina nandritra ny resaka nifanaovany tamin’ny mpanao gazety, dia tena olana goavana ho an’ny tantsaha sy ny mponina amin’izy ireo ny vaky trano sy halatra vokatra fanondrana am-potony; efa very fanahy mbola velona ny tantsaha amin’ny fiarovana ireo fananany an-trano sy any an-tsaha. Hany herin’izy ireo dia ny fametrahana fiaraha-mientan’ny fokonolona amin’ny fiarovana iombonana ny fananan’izy ireo amin’ny andian-jiolahy mpangalatra. Izay no nahatonga ity tovolahy iray tratran’ny fokonolona niharan’ny fitsaram-bahoaka ho faty tsy tra-drano, raha avy namaky tranona mpanangom-bokatra jirofo izy sy ireo namany izay tafatsoaka. nangalarin’izy ireo tamin’izany ny jirofo 10 gony amin’ny 120kgs ny iray. Naratra mafy kosa saingy efa nahazo ny fitsaboana azy sy efa tafaverina any amin’ny kaominina Antenina misy azy ny tompon’ity jirofo ity noho ny fiarovany ny fananany. Manao antso avo amin’ny mpitandro ny filaminana izy ireo hiaro azy sy ny fananany. Nohamafisin’ny lehiben’ny faritra Analanjirofo anefa fa haparitaka eraky ny distrika sy ny kaominina eo anivon’ny faritra sahaniny ho fiarovana ny fanananan’ireo tantsaha sy ireo mpanangom-bokatra ary ireo mpandraharaha ara-bokatra fanondrana ny “DINA TSIMANAVAKA” izay efa nahazo ny fankatoavan’ny fitsarana, izay fampandraisana andraikitra ny fokonolona ifotony ihany koa.

Malala Didier

Midi Madagasikara18 partages

5.900 bénéficiaires à Antananarivo : Intégration socio-économique des familles vulnérables

Plus de 2.320 femmes ont bénéficié du projet.

Appuyées par l’Union européenne, les associations Cefor (Crédit Epargne et Formation), « Koloaina » et « Atia » ont mené conjointement un projet visant à une meilleure intégration socio-économique des familles vulnérables de la Commune urbaine d’Antananarivo. Clôturé vendredi dernier, le projet a fait au total 5.900 heureux bénéficiaires.

Réalisations. Le projet vise à aider les familles nécessiteuses (vivant en dessous du seuil de pauvreté) de la CUA à se créer des activités génératrices de revenus. Comment ? Par le biais de formations, d’appuis financiers et d’orientation professionnelle. Trois réalisations majeures sont à mettre à l’actif du projet. Citons en premier lieu, la mise en place d’une CIO (Cellule d’Information et d’Orientation) matérialisée par un guichet unique d’accueil et d’écoute des communautés en difficulté d’intégration socio-économique. Ensuite, les animations de masse qui ont permis d’informer les citoyens sur les fondements juridiques du concept d’intégration socio-économique. Enfin, citons les entretiens des bénéficiaires avec des conseillers d’orientation qui étudient leurs dossiers et les accompagnent vers des services économiques et sociaux conformes à leurs besoins, leurs capacités et leurs aspirations. Par ailleurs, il est intéressant de noter que des conseils sur la vie de famille ont été également prodigués au niveau des CIO qui ont entre autres bénéficié à 2320 femmes.

Chiffres et témoignage. Depuis fin décembre 2017, ce projet tri-partite a permis de réaliser : 131 animations de masse dans 125 « fokontany » de la CUA ; la sensibilisation de 3.192 personnes aux droits de l’intégration socio-économique ; l’accompagnement économique dynamique de 1.356 personnes, l’octroi de 691 financements et la formation professionnelle de 530 individus désireux de se faire une place au soleil. Ranaivoson Alain Gaby par exemple, vendeur de ballons, fait partie des bénéficiaires du projet. Il a tiré profit d’un accompagnement économique sous forme de prêt et en témoigne : « Ce coup de pouce me motive à améliorer ma productivité et ma production. Cela m’aide à croire à des lendemains qui chantent et faire de mon mieux chaque jour. »

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara17 partages

Lignes 159,194, B et D : Arrêt intermédiaire à Andohatapenaka

Le manque de mesure d’accompagnement a été dénoncé par les observateurs lors du transfert des coopératives de transport de la RN1, RN4 et RN6 à Andohatapenaka. En réponse à de telles remarques, le ministère des Transports et de la Météorologie ainsi que l’Agence des Transports terrestres ont annoncé – via un communiqué conjoint – qu’un arrêt intermédiaire est prévu pour les lignes 159, 194, B et D. Le communiqué de faire savoir que « l’arrêt est situé devant la nouvelle gare routière et que des mesures ont été prises par les responsables pour assurer et gérer la circulation sur les lieux ».

Embouteillages. Circulation toujours, les embouteillages à n’en plus finir constituent toujours les quotidiens des usagers des routes tananariviennes. Si le mauvais état des rues est pointé du doigt, de nombreux automobilistes dénoncent « le temps interminable passé par les entreprises de travaux publics pour rafistoler une petite portion de rue ». En effet, sur de nombreux points dits rouges de la Capitale, la réhabilitation des rues prend du temps. La rénovation d’une portion de rue à Itaosy juste après le pont d’Ampasika et faisant environ 20 m a pris près de deux semaines. Ce qui a causé des embouteillages monstres dans cette partie de la Capitale… qui est déjà célèbre pour ses bouchons interminables. Ajoutée à ce désagrément, la frustration des automobilistes s’en trouve doublée lorsque les rues qui ont mis du temps pour être colmatées s’altèrent facilement.

José Belalahy

Midi Madagasikara16 partages

Raharaha vola sandoka : Efatra tamin’ireo 11 no MD

Ny zoma teo no voasambotry ny FIP ireto olona 11 izay nahazoan’izy ireo vaovao fa manamboatra sy manaparitaka vola sandoka niaraka tamin’ireo fitaovana fanaovana izany, indrindra amin’ireo tontolo ambanivohitra amin’ny alalan’ny fividianana vokatra lavanilina sy jirofo. Tsy nisy 24 ora akory dia vita ny fakana am-bavany azy ireo teo anivon’ny polisy misahana ny heloka be vava, satria ny sabotsy antoandro dia efa nakarina teo anivon’ny fitsarana ny antontan-taratasy momba azy 11 mianadahy, izay vehivavy ny roa. Raha ny angom-baovao natao dia ny fampanoavana ihany no nandray ny fanapahan-kevitra tamin’ity raharaha ity, ka namoahany didy fa ny 04 miandry fitsarana am-ponja. Nomen’izy ireo fahafahana alohan’ny fitsarana ny 07 mianadahy tamin’izao raharaha vola sandoka izao. Ny vaovao hafa mikasika ity raharaha ity koa no nahalalana fa tsy manana ahiahy amin’ny fanenjehana azy amin’izao raharaha izao ilay kolonely lehiben’izao heloka be vava izao, satria mandeha ny resaka noho ireto nahazo fahafahana tsy mahatam-bava fa misy ny fandoavana vola 05 tapitrisa ariary isany nataon’izy 11 mianadahy ho vidin’ny fahafahany, ary natao sarimihetsika fotsiny ireo 04 “MD” fa efa mandeha ny fanafahana azy ireo izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara14 partages

OMSI : Hitatra ao Foulpointe sy Sainte-marie

Nanao ny fihaonam-beny noho ny taona vaovao ireo mpiara-miasa eo anivon’ny toeram-pitsaboana OMSI na “Organisation Medico-Social Interprofessionnelle”, sy ireo mpiara-miombona antoka aminy ny zoma hariva tao Ampasimazava, izay natrehan’ny minisitra Maharanty Jean de Dieu sy ny minisitra Ndahimananjara Johanita ary ny talem-pitantanany vaovao Gianni Lando Tiaray. Niavaka ny fihaonam-ben’ny mpiasan’ny OMSI Toamasina tamin’ity taona ity satria tafiditra indrindra amin’ny faha-55 taona nijoroany teto Toamasina ka nisy ny zoma io ny fanolorana ny mari-boninahitra sy medalin’asa ho an’ireo mpiasa nahavita be niisa 42. Ny roa tamin’izany nahazo ny “Commandeur”, isan’izany ny tale jeneralin’ny OMSI sady senateran’i Madagasikara Dr Benesy Harison Sebastien, telo hafa nahazo ny “Officier”, efatra notolorana “Officier de Merite”; teo koa ireo mpiasa valo nomena ny medaly volafotsy, sy ireo mpiasa enina nahazo ny medaly volafotsy sy alimo niaraka, ary ireo 19 nahazo ny medaly alimo fotsiny. Nandritra ity fihaonam-be ity no nilazan’ny talem-pitantanana vaovaon’ny OMSI Gianni Lando Tiaray, fa “hitarina ao Mahavelona Foulpointe sy any Sainte-Marie ny asa ataon’ny OMSI Toamasina amin’ny fitsaboana ny mpiasa sy ny mpampiasa ary ny fianakaviany, satria isan’ny misahana ny fahasalamam-bahoaka sy ny olom-pirenena rehetra koa izy ireo amin’ny maha toeram-pitsaboana ho an’ny vahoaka azy ireo”. Nohamafisin’ny tale jeneraly Dr Benesy Harison Sebastien izany ka nilazany, fa “hatsangana amin’ity taona ity ny toeram-pandidiana, ny sampan-draharaha misahana ny fitsaboana ny zaza sy ny ankizy, ary hisy ny fanitarana ny trano fandraisana ireo marary ihany koa. Tsy maintsy natao izany ho fahasalamana ho an’ny rehetra sy ny fanehoana ihany koa fa manana ny ‘Iso-9001’ ny OMSI nanomboka tamin’iny taona nivalona iny”. Izay indrindra no nahatonga ny minisitry ny asa Maharanty Jean de Dieu nanao antso avo sy nampitandrina ireo orinasa mbola tsy manara-dalana, fa “ho avy ny fanjakana sy ny minisitera hanasazy ny tsy fanajana ny lalana manan-kery mikasika ny fidirana ao anatin’ny toeram-pitsaboana natokana ho an’ny mpiasa sy ny mpampiasa ary ny fianakaviany tahaka ny OMSI”. Miisa 1013 ireo mpiasa sy mpampiasa mpikambana sy mpandoa ny latsakemboka eo anivon’ny OMSI Toamasina izao, ny ho fampitomboana izany amin’ireo mbola tsy niditra ny tanjona izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara14 partages

Betafo : Omby 60 lasan’ny dahalo

Nitrangana fanafihana mitam-piadiana indray tao amin’ny kaominina Alarobia Bemaha distrikan’i Betafo. Omby miisa 60 be izao no fantatra fa noraofin’ny dahalo nandritra ny fanafihana.Tao amin’ny Tanan’Iboko no nisehoan’ny fanafihana ny Alahady lasa teo. Mbola antoandro be nanahary  no tonga ny dahalo manodidina ny 20 lahy teo ho eo nanafika ny tanana. Tsy niditra ny tanana ireo dahalo tamin’ity indray mitoraka ity fa teny an-tsaha ihany no nandroaka ny omby. Nambaran’ny loharanom-baovao matsy fa omby niraoka ahitra teny an-tsaha ireo noraofin’ny dahalo ireo. Poa-basy no nentin’ireo mpanafika nampitahorany ny mpiandry omby teny an-tsaha. Natahotra ireto farany ka vaky nandositra, fomban’ireo dahalo koa tato ho ato ny maka takalon’aina mba tsy hanarahan’ny fokonolona azy ireo  ka nanahy ireto mpiandry omby ireto sao iharan’izany. Tsy nisy afaka namely na nanao antso lava ny fokonolona manoloana ireo dahalo am-polony mahery mirongo basy fa nitazam-potsiny. Fantatra fa nisy ny fanarahan-dia nataon’ny mpitandro filaminana sy ny fokonolona hatramin’ny ora anoratana izao, saingy tsy mbola fantatra ny vokany. Mandry tsy lavo loha ny mponina ao amin’ity kaominina Alarobia Bemaha ity, satria matetika no anjakan’ny tsy fandriam-pahalemana . Vao haingana mantsy no nisiana fanafihan-jiolahy tao Fisarana Bemaha izay nahafatesana mpiambina fivarotana iray.

Andry N.

Midi Madagasikara13 partages

Autonomisation des femmes : Coup de pouce d’Ambatovy à l’association Mendrika

Les machines à coudre ont été remises en décembre 2017.

Cinq machines à coudre pour l’association de femmes « Mendrika » dans la commune rurale de Morarano Gare, à Moramanga. Un soutien d’Ambatovy pour cette association dans ses activités visant l’autonomisation des femmes, l’amélioration de leur niveau de vie, et la préservation de l’environnement. Remis il y a deux mois, ces matériels contribueront de manière effective au bon déroulement du projet de formation des femmes en coupe et

couture et en artisanat que l’association va mettre en œuvre cette année 2018. Grâce à cette formation, dispensée avec des équipements adéquats, l’association donnera un coup de pouce à la créativité des femmes bénéficiaires et à la qualité des produits artisanaux qu’elles fabriquent à partir des matières premières recyclées. Cela contribuera, d’une part, à la gestion responsable des matières récupérables comme les écorces, les tiges et les cartons au bénéfice de l’environnement et d’autre part, à la sensibilisation des citoyens au respect de l’environnement. Ambatovy continue à apporter ses contributions volontaires à l’amélioration des conditions de vie de ses communautés hôtes, à l’image de cet appui à l’association Mendrika.

Hanitra R.

Midi Madagasikara12 partages

Concours de piano : Encore trois semaines pour postuler !

Non, il n’est pas encore trop tard pour postuler au concours organisé par Madagascar Mozarteum ! Pour Tana, la date limite d’inscription prend effectivement fin le 15 mars tandis qu’en provinces, celle-ci se termine le 1er mars. L’évènement en question aura lieu en avril et s’étalera sur trois jours, du 3 au 5 avril. Les futurs candidats pourront postuler dans deux catégories : excellence et supérieure. Ce concours est une opportunité pour les jeunes pianistes de faire connaître leur talent et de vivre des séances d’échange et de partage entre pianistes locaux bien sûr, mais aussi avec un professionnel international ». Le jury sera composé de Mirana Randria, Reinhard Schwarte et Mahery Andrianaivoravelona.Mahetsaka

Midi Madagasikara11 partages

Pétanque- CBT : Rina Andriamampiadana candidat à la présidence

Rina Mahefa Anndriamampiadana a passé presque 10 ans en Malaisie pour ses études.

Le Club Bouliste de Tananarive procédera à l’élection d’un nouveau bureau ce week-end dans ses locaux de Mahamasina. Un poste qui a toute son importance lorsqu’on sait que le CBT truste tous les titres nationaux et que vu sous cet angle, le club n’a pas droit à l’erreur.

Un nouveau défi en fait qu’entend tenir le candidat au poste de la présidence du club en l’occurrence Rina Mahefa Andriamampiadana qui n’est plus à présenter au public et qui a l’avantage d’être ami avec tout le monde.

Les essentiels de la vie. Logique car ce champion du monde junior 2003 a tout pour plaire. Avec la maturité dont il fait aujourd’hui preuve, nul doute qu’il part largement avec la faveur des pronostics. Le moins qu’on puisse dire c’est que l’homme, après avoir été SG de la Fédération de pétanque, est aujourd’hui pour de nouvelles responsabilités. « Plus on grandit, plus les essentiels de la vie sont devant nos yeux », aime à répéter celui qui n’a pas ménagé ses efforts pour les études avec à la clé un MBA acquis de haute lutte au « Limkokwing University of Creative Technology » de Malaisie. S’il a fait du « light show » sa spécialité, il commence aujourd’hui à prendre du plaisir pour la télé et pour « Sky One » qu’il dirige de main de maître.

Confiance. Tout autre que Rina se contenterait d’un seul poste à responsabilité mais le jeune homme qui n’a même pas 30 ans, ne peut se contenter d’être un observateur en pétanque. Il se devait d’agir d’où cette candidature qui fait le bonheur des boulistes.

Quand un authentique champion du monde décide de présider le CBT avec toutes ses connaissances dans le monde des affaires, on ne peut que rallier à sa cause. Son honnêteté étant un des ses points forts, on se demande s’il y aurait quelqu’un qui oserait se mesurer à lui dans cette bataille qu’il est en train de gagner. L’écrasante majorité des boulistes du CBT est derrière Rina en qui ils ont confiance. C’est la vérité et c’est devenu un secret de Polichinelle. On n’ose même pas miser un ariary dans l’affaire. Sacré Rina !

Clément RABARY

L'express de Madagascar10 partages

Antananarivo – Effondrement multiple dans la ville

Les vieilles infrastructures et les constructions mal fondées dans la ville d’Antananarivo se sont écroulées sous la pluie, ce weekend. Les précipitations ont été abondantes, dans la nuit du vendredi et du samedi, le service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby a estimé sa quantité à 50 mm environ.

Les sapeurs-pompiers à Tsaralalàna et à Andravoahangy sont intervenus à Andravoahangy Ambony et à Ambavahadimitafo, dans la journée du dimanche. A Andravoahangy Ambony, l’effondrement d’une maison a fait un blessé. A Ambavahadimitafo, les toilettes d’un temple se sont écroulées en partie.

A Andrainarivo, un mur de soutènement s’est aussi affaissé, sous la charge des pluies. Une partie de la chaussée y est inaccessible à cause du glissement de terrain. A Ambolokandrina, quelques habitants ont pris la précaution de faire quelques travaux pour prévenir une telle catastrophe. « Nous avons constaté une fissure sur le mur près de notre maison. Pour éviter que cela s’étende, nous l’avons couvert d’une surface de ciment », raconte un habitant d’Ambolokandrina. Les sapeurs-pompiers font appel à tout un chacun de les prévenir, au cas où il y aurait risque d’effondrement.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara10 partages

BAD : Pour le soutien de l’agriculture à vocation commerciale

Le président du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi Adesina, a lancé un appel aux États-Unis pour soutenir l’agriculture africaine à vocation commerciale. « Je ne cherche pas de l’aide pour l’Afrique. Ce que je cherche, ce sont des investissements pour l’Afrique », a-t-il annoncé. En effet, Akinwumi Adesina a avancé de solides arguments en faveur d’un engagement accru des investisseurs américains et autres en faveur de l’Afrique, afin d’aider à libérer le potentiel agricole de ce continent. C’était le jeudi 22 février 2018, en Virginie, aux États-Unis, lors du 94e Forum sur les perspectives d’avenir de l’agriculture du ministère américain de l’Agriculture, où Adesina était invité à intervenir, sur le thème « Les racines de la prospérité ». « Depuis trop longtemps, l’agriculture a été associée à ce que j’appelle les 3P (pénibilité, pénurie et pauvreté). Le fait est que l’agriculture est un secteur créateur de richesses énormes, prêt à offrir de nouvelles opportunités économiques qui permettront à des centaines de millions de personnes de sortir de la pauvreté », a soutenu le président de la BAD. Étaient présents Sonny Perdue, le secrétaire d’État américain à l’Agriculture, Stephen Censky, le secrétaire d’État adjoint de l’Agriculture, Kenneth Quinn, le président de la Fondation du Prix mondial de l’alimentation, Robert Johansson, économiste en chef du ministère de l’Agriculture, Warren Preston, économiste en chef adjoint du même ministère – outre de nombreux hauts fonctionnaires et industriels américains. Dans son allocution, le président Adesina a appelé le secteur privé américain à changer radicalement la façon dont il perçoit l’agriculture africaine. « Pensez-y ! D’ici à 2030, la taille du marché agricole et agroalimentaire africain représentera mille milliards de dollars. C’est le moment pour les entreprises agroalimentaires américaines d’investir en Afrique ».

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

Vie culturelle : Les 70 ans de l’Aft clôturé en beauté

La grande famille de l’Aft en pleine festivité.

Etendue sur toute une année, la célébration des 70 ans de l’Alliance française de Tananarive a été clôturée en beauté samedi. Avant que le rideau ne tombe, les festivités ont fait des heureux du côté d’Andavamamba.

Le volet pédagogique, autant que culturel attire bien du monde. Cette journée « portes-ouvertes » a été une occasion inédite pour le public de découvrir le quotidien des apprenants à l’Alliance française. Les centaines de parents d’élèves, jeunes, écoles et associations ont fait le tour des locaux allant des salles de classe, de la salle informatique jusqu’à la médiathèque. Les méthodes pédagogiques innovantes de l’Alliance française ont intéressé plus d’un notamment le Tableau Numérique Interactif.

En simultané avec la visite, le public a participé aux diverses animations dont la séance d’écoute des nouvelles acquisitions du fonds audiothèque à la section adultes et la « ludothèque » à la section jeunesse. Entre temps, l’artiste Solomon Mananar’Art, a également fait une démonstration de sculpture pour marquer un grand coup lors du dernier jour de son exposition.

Le clou du spectacle au sens propre comme au figuré, Place au roi du « salegy ». Jaojoby lui-même et ses complices de scènes ont mis l’ambiance festive. Sans chichi, le public s’est laissé entraîner aux rythmes des « Tia anao zaho », « Mba mangalà vaiavy » ou encore « Alima ». Vivement les 70 prochaines années.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara9 partages

Volley-ball : La GNVB partira jeudi

Madagascar aura déjà un club représentant à la 24e coupe des clubs champions de la Zone 7. Les gendarmes sont fin prêts et partiront jeudi. Stef’Auto, VBCD chez les dames, CNaPS Sports devront faire le déplacement, mais on attend la confirmation.

Ils sont 16 dans la délégation malgache pour la compétition du 3 au 10 mars prochain. La Gendarmerie Volley-ball a réussi à trouver du financement et répond présent comme d’habitude. Elle ira donc aux Seychelles pour défendre son titre 2016. La délégation partira jeudi 1 mars à 2h du matin pour arriver en terre seychelloise à 15h25. Toute l’équipe a été reçue par le Commandant de la Gendarmerie le Général de division Ramiandrisoa Daniel hier dans ses locaux au Toby Ratsimandrava. Demain, elle sera reçue par le Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie le général de division Ramahavalisoa Girard. Selon Hery Rakotomalala, président de la GNVB « Je les encourage et leur fais confiance. On compte sur le trophée qu’ils vont ramener définitivement j’espère. On a beaucoup donné pour la préparation et pour mériter un titre qui dure dans l’Océan Indien ». Quant au COMGN, lui de dire qu’il faut assurer la saison 2018 tout entière « il ne s’agit pas seulement des rencontres internationales mais aussi de la saison sur place. La GNVB devra être un modèle ».

Sur place, à Antananarivo, la fédération annonce aussi la tenue d’une formation d’arbitres en collaboration avec la CAVB. L’instructeur de la fédération internationale Mohamed Badr dirigera cette formation. Les inscriptions sont attendues avant le 4 mars et les intéressés auront à contacter la fédération.

Les partants

Chef de la délégation : Colonel Randrianarisoa Fidèle

Joueurs :

Randriamparany Eric

Rakoto Hari Niaina Miora

Andriamanoha Mamizara

Tolojanahary Nirina Benahy

Rakoto Andry Niaina

Kamaka Gerardino

Andrianaivo Orlando

Rabarivelo Athanase

Andriamanoha Fenozara

Rakotoarivony Saina

Razafinjatovo Manohisoa

Head Coach : Razafinjatovo Jean Honoré

Assistant Coach : Ranaivoson Jules Thierry

Arbitre : Mamitiana Tsifolakasy Herizo

Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar8 partages

Volleyball – La GNVB vise un troisième titre historique

La délégation de la Gendarmerie nationale volleyball (GNVB) quittera le pays le jeudi 1e mars à 2 heures du matin, via Nairobi Kenya , avec une  arrivée prévue aux Seychelles à 15 heures trente. La liste des joueurs retenus pour défendre les couleurs du club à la Coupe des clubs champions de la zone 7 (3-10 mars) a été publiée samedi. La délégation sera composée de douze joueurs dont deux tiers des expérimentés lors de cette joute régionale. Deux coaches, en la personne de Jean Honoré Razafinjatovo dit « Noré kely » et Jules Thierry Ranaivoson ainsi qu’un arbitre, Mamitiana Tsifolakasy Herizo, accompagneront l’équipe. « Nous sommes fin prêts physiquement et techniquement. Nous tacherons de faire le minimum de fautes et d’engranger le maximum de points à chaque match. C’est la clé de la victoire » a confié Noré kely. Onze clubs de la région à savoir Maurice, Seychelles, Rodrigue, Comores et Madagasca, y seront représentés. Même  en tant qu’invitée, la Réunion ne sera finalement pas de la partie. « Nous avons déjà décroché deux titres de la zone 7. Nous ferons de notre mieux pour   remporter pour la troisième fois et définitivement la coupe » a lancé le Colonel Hery Rakotomalala, président de la GNVB. La délégation a été reçue hier dans la matinée par le commandant de la gendarmerie nationale, le Général de brigade Jean de Dieu Daniel Ramiandrisoa pour l’habituelle « tso-drano » avant le départ. « Je sais que vous avez un bon niveau au sein de l’océan Indien… Continuez à faire briller notre pays » tel était le message transmis par ce haut responsable de la Gendarmerie nationale. Le président du club a profité de cette occasion pour faire un petit bilan des bons résultats de la GNVB en 2017, entre autre le sixième titre national ainsi que les sacres nationaux et régionaux des jeunes. Quant aux deux autres porte-fanions de la Grande Ile à la Coupe de la zone 7, Stef’auto risque de réduire les membres de la délégation, et VBCD est pour sa part en train de compléter le gap des frais de déplacement. Ces clubs n’auront plus que deux jours pour trouver des solutions.

Midi Madagasikara8 partages

Is’art galerie : Mafonja et Castel font bon ménage

Mafonja a donné un « show case » à l’Is’art galerie lors de la présentation du Castel 65 cl.

De l’ambiance, de la bonne musique et de la bière qui coulait à flots… Tous les ingrédients étaient réunis pour faire de la soirée de vendredi un moment unique « au goût de la réussite ». Ce soir-là, les inconditionnels de Mafonja et les adeptes de Castel se sont retrouvés à l’Is’art galerie Ampasanimalo pour la présentation du nouveau Castel qui se décline désormais en bouteille 65 cl, format de référence en bière. « La recette reste bien évidemment la même et grâce à ce nouveau format qui vient s’ajouter, nous ne cessons d’innover, dans l’objectif de toujours mieux satisfaire nos consommateurs. Pour rappel, Castel a comme cœur de cible les hommes de plus de 30 ans, actifs et qui ont le goût de la réussite. La marque évolue dans un univers où se reflètent les valeurs fortes comme la passion, l’accomplissement de soi. C’est pourquoi Castel est présent dans les milieux artistiques mais également ceux de l’entrepreneuriat. En ce sens, elle accompagne souvent les fins de journées et/ou les fins de semaines des amateurs de boissons fraîches ». Castel 65 cl s’ajoute ainsi au format 50 cl, et sera disponible dans tous les points de vente dans toute l’Île.Mahetsaka

News Mada7 partages

Ligne Madagascar – la Réunion : corsair revendique le maintien de ses droits

La compagnie aérienne  réunionnaise Corsair compte maintenir la desserte régionale Saint-Denis/ Antananarivo, tel qu’annoncé dans un communiqué publié, hier. Les consultations aéronautiques prévues le 28 février pourraient permettre de trouver une issue pour toutes les parties, indique la compagnie.

Alors que la compagnie aérienne nationale Air Madagascar se frotte les mains à la suite de la décision du ministère des Transports et de la météorologie de ne pas renouveler l’autorisation d’exercer des droits de trafic entre Madagascar et La Réunion à Corsair, dans un communiqué en date du 12 février dernier, la compagnie réunionnaise a fait savoir, hier, dans une publication que «Corsair opère les vols régionaux en vertu d’un accord bilatéral entre la France et Madagascar qui est toujours en vigueur». La compagnie a également précisé : «L’Aviation civile malgache souhaite effectivement remettre en cause ces droits et, suite à sa demande, des consultations bilatérales avec l’Aviation civile française vont avoir lieu prochainement».

Crainte d’un monopole

En effet, Corsair défend le développement de la concurrence dans sa démarche et craint les risques de monopole sur le trafic aérien malgache. Questionnée à ce sujet, la Direction de la compagnie a répondu : «Les voyageurs ont accès à plus de sièges à des prix compétitifs, permettant ainsi à plus de personnes de voyager. Il ne s’agit en aucun cas ni de dumping ni de pratiques anticoncurrentielles à travers ce vol». Et de poursuivre : «Une situation de concurrence loyale se traduit par la présence d’au moins deux compagnies sur la ligne pour pouvoir offrir aux clients des prix compétitifs et éviter les situations de monopole. Eviter cette situation de monopole dans le contexte du récent partenariat stratégique entre Air Austral et Air Madagascar justifie pleinement le maintien des droits de trafic de Corsair sur la ligne Réunion/ Antananarivo».

Ligne utilisée majoritairement par des Réunionnais

Mais Air Madagascar a également reproché à la compagnie réunionnaise d’appliquer des «Tarifs de prédation» en proposant  un tarif avec bagage, à 238 euros TTC, ainsi qu’un tarif sans bagage, à 198 euros TTC, et aussi de détourner la clientèle de la compagnie nationale. A cela, Corsair a répondu : «Pour des distances similaires, voire plus longue, toute l’Europe est proposée à largement moins de 199 euros aller-retour TTC au départ de Paris. Et pour le même prix 199 euros aller-retour sans bagage, certaines compagnies proposent également un voyage entre Paris et les Antilles». Et d’enchaîner : «La ligne Réunion/Antananarivo est utilisée à 64% par des voyageurs réunionnais et à 26% par des passagers en provenance de  France métropolitaine.  Les passagers malgaches représentent, quant à eux, moins de 10% du flux de voyageurs transportés sur Corsair. Il n’y a donc aucun détournement de la clientèle d’Air Madagascar».

Difficultés

Pour rappel, Corsair a obtenu des droits de trafic de la part de l’Aviation civile de Madagascar (ACM) pour desservir l’axe Réunion–Antananarivo, avec l’objectif de positionner deux vols hebdomadaires, et d’apporter 17 000 passagers régionaux supplémentaires par an. Elle a donc lancé la ligne régionale le 9 avril 2017.  Cependant, ses droits de trafic Réunion/Antananarivo n’ont pas été renouvelés depuis le 30 novembre 2017. La compagnie compte néanmoins «poursuivre son développement en partenariat avec les autorités malgaches et les professionnels du tourisme à Madagascar». Elle revendique ainsi tout naturellement le maintien de ses droits de trafic sur la ligne Réunion/ Madagascar.

De tout cela, il ressort un certain nombre d’interrogations, notamment celle de savoir si la partie malgache ne devrait, au final, s’en prendre qu’à elle-même, mais surtout, qui nourrit réellement des velléités de monopole…

Riana R.

 

L'express de Madagascar7 partages

Football – Coupe de la CAF – Vigilance requise face à l’ASPL

Fosa Juniors Boeny affrontera l’ASPL 2000, en seizièmes de finale de la Coupe de la CAF. Le club mauricien semble en bonne forme offensive actuellement.

 Pour sa toute première campagne internationale, Fosa Juniors Boeny a réussi à se qualifier pour les seizièmes de finale de la Coupe de la CAF. Et ce, aux dépens de l’AFC Léopards du Kenya (1-1 à l’aller, 0-0 au retour). Au prochain stade de la compétition, le vainqueur de la Telma Coupe de Madagascar affrontera l’AS Port-Louis 2000. Le club mauricien a passé le tour préliminaire en sortant le Ngazi Club des Comores. L’arrière-garde de Fosa Juniors Boeny devra faire attention, car l’ASPL 2000 semble en bonne forme offensive, si l’on se réfère à ses résultats face au Ngazi. Aux Comores, il a arraché un nul, un but partout. Et lors de la deuxième confrontation, il a enregistré une large victoire à domicile, quatre buts à un.

Le porte-fanion malgache sera en déplacement sur l’île Maurice, pour les seizièmes de finale aller, le mercredi 7 mars. La prudence sera de mise en territoire ennemi. Il ne faudrait pas prendre l’eau comme l’a fait le Ngazi Club, dès le premier duel, ce qui condamnerait le club majungais à une improbable « remontada » au retour, le dimanche 18 mars.

Ses statistiques locales traduisent également le potentiel offensif de l’ASPL 2000, avec une moyenne de 2,3 buts par match après huit journées.

Six fois champion

Actuellement, il occupe la troisième place du classement général du championnat mauricien, mais avec deux rencontres en moins. Un championnat qu’il a remporté à six reprises (2002/03/04/05/11/16), tandis qu’il a gagné la coupe nationale par deux fois (2002/05) jusqu’à présent.

Comme cité précédemment, Fosa Juniors Boeny dispute pour la première fois une compétition africaine, trois ans après sa création. En poursuivant le zoom sur son futur adversaire en seizièmes de finale, on peut apercevoir que l’ASPL dispose d’une plus longue expérience, puisqu’il a été créé en 2000 et qu’il a déjà goûté aux joutes internationales par le passé. En 2017, il avait passé le tour préliminaire de la Ligue des Champions de la CAF aux dépens du Tusker FC du Kenya, avant de tomber devant l’Al Hilal du Soudan. Reversés par la suite en Coupe de la CAF, les Mauriciens avaient ensuite perdu face aux Tunisiens du Club Africain. En août de l’année dernière, l’ASPL 2000 a remporté la MFCA Cup. Ce qui lui avait offert un ticket pour cette édition 2018 de la Coupe de la CAF.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara7 partages

VOLLEY : 21 pays engagés aux Jeux africains d’Alger

La liste des pays engagés pour les Jeux africains d’Alger sont connus. Madagascar en fait partie et a proposé une participation aussi bien masculine que féminine. La présélection des jeunes sera connue d’ici peu. Par ailleurs, à Antananarivo, la fédération annonce aussi la tenue d’une formation d’arbitres en collaboration avec la CAVB. L’instructeur de la fédération internationale Mohamed Badr dirigera cette formation. Les inscriptions sont attendues avant le 4 mars et les intéressés auront à contacter la fédération.

Les pays engagés aux Jeux africains d’Alger en volley-ball

CADETS : 21 pays

CADETTES : 15 pays

Algérie, Maroc, Tunisie, Guinée, Sénégal, Gambie, Burkina Faso, Ghana, Niger, Nigeria, Cameroun, RDC Congo, Egypte, Ouganda, Rwanda, Soudan, Kenya, Mozambique, Botswana, Zambie, Madagascar.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara7 partages

Sénat : Les maires d’Ihorombe chez Rivo Rakotovao

Le président du Sénat, Rivo Rakotovao a reçu la visite des maires de la région Ihorombe dans la matinée d’hier. La délégation a été conduite par le ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique, non moins coach de ladite région, Neypatraiky Rakotomamonjy. Toujours dans la matinée d’hier, dans le cadre de la consolidation de la paix à Madagascar le Conseiller en Communication-Information au Bureau Régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Est Jaco du Toit, a rendu visite auprès du Président du Sénat. La rencontre a été axée sur la mise en œuvre du projet d’appui du centre de documentation du Sénat,la formation pour les journalistes d’Investigation sur la redevabilité du Parlement et enfin de créer un engagement de dialogue entre les radios de proximité du Sud et les élus.

Collaboration. Quant au Président du Sénat Rivo Rakotovao, il a affirmé qu’une collaboration étroite avec les médias est très importante pour la visibilité du Sénat. L’après-midi a été consacré à l’ouverture de la session extraordinaire.15 projets de loi seront examinés dont trois projets de loi organique. Il s’agit notamment de la loi organique relative au régime général des élections et des référendums, du projet de loi organique relative à l’élection du Président de la République et du projet de loi organique relative à l’élection des députés à l’Assemblée nationale.

Recueillis par Dominique R.

News Mada6 partages

Fianakaviamben’ny zavakanto : nanome voninahitra an’i Tsilavina Ralaindimby

Tsy ampy ny ora maromaro, raha hitantara ny fahatsiarovana tsara napetrak’i Tsilavina Ralaindimby ireo mpanakanto. Samy nanome voninahitra azy, araka izay vitany, kosa izy ireo.“Oloben’ny zavakanto izy…”. Miombon-kevitra amin’izay nambaran’ny minisitry ny Kolontsaina izay avokoa ny rehetra anatin’ny fianakaviamben’ny zavakanto sy ny kolontsaina, izay samy nanome voninahitra an’i Tsilavina Ralaindimby, amin’izao fahalasanany izao. Miraradraraka ny fahatsiarovana tsara napetrany, ka nahatonga ireo mpanakanto, mpanatontosa, mpanao gazety, sns, izay maro dia maro nanome voninahitra farany an’ity ngezalahin’ny serasera sy ny zavakanto ity.“Mozika, sary, sera, jery”, hoy ny filazan’i Silo azy. Maneho ny ampahany tamin’ny nahafantaran’ny maro an’i Tsitsi na Rainitsi, ho an’ireo akaiky azy tokoa izany. Toa an’i Silo, marobe ireo mpanakanto diavim-pahoriana, satria nahatsiaro ny tosika, torohevitra, fanampiana ary fanohanana avy aminy. “Izy no namokatra voalohany ny kapila “Ampitampitao”. Asa tanany ilay sary famantarana ny Hazo Midoroboka, izay nanovany ny anaranay Jomak’Ampama teo aloha”, hoy i Rossy.Nifandray tamin’ny olon’ny zavakanto maro teto sy tany ivelany Rainitsi. Nitondra mpanakanto malagasy maro nihodina, raha tsy hilaza afa-tsy ny tetikasa Kalaza I sy Kalaza II. Teo koa ry Tselonina sy ry Rossy ary Frank Baïer, nihodina tany Allemagne ka hatraty Antananarivo. Manana tantara tsara nipetraka niarahana taminy raha ny tarika Mahaleo, Lôlô sy ny tariny, Sivy Mahasaky, sy ny maro tsy voatanisa.Ankoatra ireo manam-pahefana, saika tazana nifadimby tetsy amin’ny Efitrano Rado etsy Anosy ireo ao anatin’ny fianakaviamben’ny zavakanto, omaly. Tsy mba nanadino ny fanomezam-boninahitra ho solon’ny velona tamin’ireo namany lasa nialoha i Tsilavina Ralaindimby fahavelony. Anjarany indray izao ny mandray izany.Fantatra fa hitohy anio ny etsy amin’ny Efitrano Rado, ary hiala ao kosa ny nofo mangatsiakany rahampitso, hoentina eny amin’ny paroasy iraisam-pirenena FJKM Andohalo.

Randria.

L'express de Madagascar5 partages

American School – Des bourses pour les élèves malgaches

Une opportunité à saisir. L’American School lance la deuxième édition des bourses d’études secondaires 2018-2019. Il s’agit d’offrir une chance aux élèves issus de la communauté malgache de poursuivre des études secondaires dans des écoles internationales qui délivrent des diplômes internationaux. « Le frais d’études à l’American school n’est pas à la portée de tous, or beaucoup d’élèves rêvent de pouvoir jouir d’une scolarité à l’étranger. C’est la raison de cette bourse », explique Danielle Andriantsiferana, responsable de communication au sein de l’American School. Elle poursuit que le système boursier de cet établissement propose une prise en charge maximum de 90 % pour chaque boursier. Après la sélection, l’administration étudie la capacité financière de chaque parent afin de déterminer qui va en bénéficier.

Doué

Lors du premier lancement, une centaine d’élèves a envoyé les dossiers. Trente élèves ont été retenus après la présélection. Trois élèves ont réussi à toutes les épreuves. Jennifer Ralison, l’une des chanceuses, raconte son parcours. « J’attends depuis longtemps ce moment qui me donnerait l’occasion de concourir pour entrer à l’American School. Ma mère m’a vraiment poussée à le faire. Lors des épreuves, j’avais peur de ne pas réussir car j’ai failli à quelques questions, notamment en mathématique. Mais après chaque étape, j’ai toujours progressé », explique-t-elle. En fait, toutes les études à l’Américan School sont basées sur la langue anglaise. « Nous avons dû  mal à sélectionner les dossiers car les Malgaches sont doués en langue anglaise écrite. Mais lors de l’entretien, ces trois filles ont brillé », souligne Danielle Andriantsiferana. L’inscription à ce concours est encore ouverte pour toutes élèves de 12 à 15 ans jusqu’au 12 mars.

Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara5 partages

Pétanque : Pari tenu pour le jubilé de Roger Razafimiakatra !

Le président Roger Razafimiakatra est satisfait du déroulement de son jubilé.

52 équipes ont honoré l’invitation de Roger Razafimiakatra qui célébrait, samedi et dimanche au CBT, son jubilé.

Une très belle fête car tous ses amis ont répondu présent, juste pour être aux côtés de cet homme connu pour sa bonté et qui a servi la pétanque depuis qu’on l’a propulsé à la présidence du club de la Banque Centrale en 1997.

Occupant plusieurs postes dont celui du président de la ligue de Tana de 1998 à 2002 ou de trésorier de la Fédération puis plus tard le responsable financier, Roger Razafimiakatra a connu la consécration en devenant champion de Madagascar en triplette en 1996 et s’est qualifié pour le championnat du monde qui a eu lieu en Allemagne en 1997. Il a tout vu en tant que joueur mais également en tant qu’arbitre car il fut le premier président de la Commission Centrale des Arbitres.

Le tournoi du week-end a vu la victoire de l’équipe de Bond et Zo qui ont battu en finale la paire Lova et Dadanaivo sur le score éloquent de 13 à 4. Une finale vite fait bien fait car les vainqueurs se sont partagé la prime de trois millions d’ariary. Autrement dit, la motivation était de la partie.

Clément RABARY

News Mada4 partages

Ivato : la police déjoue une tentative de braquage

Une tentative d’attaque à main armée a été déjouée par les éléments de la brigade criminelle d’Anosy, jeudi dernier, dans les environs de la Commune urbaine d’Ivato. Huit bandits ont été capturés.

Se basant sur des renseignements selon lesquels une bande de malfaiteurs préparait une attaque à main armée dans une entreprise sise à Ivato, les policiers se sont déployés sur les lieux afin de vérifier l’exactitude des informations.

Après une enquête effectuée en premier temps au sein de l’entreprise, les policiers ont été informés qu’une grosse somme d’argent quittera les lieux en fin de semaine dernière pour être transférée ailleurs. Afin de sécuriser l’argent d’environ 160 millions d’ariary, les éléments de la police n’ont pas arrêté de surveiller autour de l’entreprise jeudi dernier. C’est ainsi qu’ils ont remarqué deux individus suspects qui s’affairaient aux alentours de l’entreprise. Les deux hommes ont été arrêtés. Deux pistolets automatiques et plusieurs munitions ont été découverts sur eux. Ils ont été conduits immédiatement à la brigade criminelle d’Anosy pour les besoins de l’enquête.

Complicité de l’intérieur

Soumis au feu roulant des questions, les bandits ont avoué qu’ils étaient sur place pour faire l’état des lieux avant le braquage de la société. Ils ont fini également par dénoncer les six autres membres de la bande. Ces derniers ont été capturés le lendemain. Parmi les bandits arrêtés figurent un chauffeur en fonction de la société. D’après les informations recueillies au niveau de la police, c’est le chauffeur qui avait informé son complice, l’ancien chauffeur, et les autres bandits de la présence de l’argent dans l’entreprise et de la date où il sera transféré. Actuellement, les enquêtes se focalisent sur l’origine des armes saisies.

Ando Tsiresy

 

L'express de Madagascar4 partages

Ligne Antananarivo – Réunion Verdict à Paris sur le dossier Corsair

 

Corsair pourrait il continuer à desservir l’axe Antananarivo – Réunion ? Les autorités malgaches et françaises vont trancher sur cette affaire demain à Paris.

Le conflit entre Air Madagascar et Corsair entre dans une phase décisive. Les autorités malgaches et françaises devront trancher sur cette affaire ce mercredi à Paris lors des consultations aéronautiques. Les deux compagnies se sont livrées une vraie bataille aérienne sur la desserte de la ligne Antananarivo – Réunion. La compagnie malgache pointe du doigt la filiale de Tui de « céder à la pratique des prix de dumping » pour cette liaison. Une pratique qui a des impacts négatifs sur la caisse d’Air Madagascar avec une perte estimée à 800 000 dollars.

Devant cette situation, le gouvernement malgache a usé de sa souveraineté économique et a mis sur la touche la compagnie Corsair en remettant à cause ses droits de trafic sur cet axe. C’est le ministre des Transports et de la météorologie, Ralava Beboarimisa, lui-même qui l’a annoncé devant la presse en début du mois de décembre. « Certes, nous nous devons de nous ouvrir et de coopérer avec les autres compagnies en mettant en œuvre l’open sky qui est déjà effectif. Mais en tant que ministre, je me dois de protéger la compagnie nationale. Corsair ne peut plus vendre cette liaison », a-t-il déclaré le 21 décembre lors d’une rencontre avec la presse.

La compagnie Corsair ne baisse pas les bras devant cette prise de position du gouvernement malgache. Elle revendique le maintien de ses droits de trafic sur cette ligne. «  L’ouverture de la desserte régionale en 2017 a permis à plus de personnes de voyager à des prix compétitifs. Corsair souligne les risques de retour à une situation de monopole qui aurait pour conséquences une baisse du trafic et une augmentation des prix », indique la compagnie française dans un communiqué.

Suspense

Malgré tout, Corsair continue encore d’opérer sur cet axe. Elle assure une liaison hebdomadaire entre l’île de La Réunion et Antananarivo, et ce depuis avril 2017. L’ouverture de cette desserte fait suite à un accord bilatéral entre la France et Madagascar.  « Le 30 mai 2016, la République française a informé la République de Madagascar avoir désigné la compagnie Corsair pour exploiter les services aériens sur la route régionale conformément à l’accord relatif aux services de transport aérien France – Madagascar du 21 juillet 2005. Le 20 octobre 2016, Corsair a obtenu des droits de trafic de la part de l’Aviation Civile de Madagascar pour desservir l’axe Réunion– Antananarivo, avec l’ambition de positionner deux vols Réunion – Antananarivo hebdomadaires et d’apporter dix sept mille passagers régionaux supplémentaires par an », soutient la compagnie dans son communiqué.

Aux yeux d’Air Madagascar, les résultats de l’ouverture de cette liaison par son concurrent n’ont pas donné les résultats escomptés. « Après une saison d’exploitation, l’apport en touristes supplémentaires de la Réunion est très en deçà de l’objectif fixé. Ce trafic est opportunément complété par du trafic provenant du marché malgache, détourné essentiellement d’Air Madagascar. Le coefficient de remplissage d’Air Madagascar est ainsi tombé à 29% en six mois, contre 53% auparavant », a souligné le partenaire d’Air Austral dans un communiqué publié le 12 février.

Corsair de répliquer que « la ligne Réunion-Antananarivo est utilisé majoritairement par des voyageurs réunionnais souhaitant faire un séjour à Madagascar (64%) et les passagers en provenance de France métropolitaine (26%), les passagers malgaches représentent quant à eux moins de 10% des voyageurs transportés par Corsair. Il n’y a donc aucun détournement de la clientèle d’Air Madagascar ». Verdict donc à Paris demain.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar3 partages

Élevage – De nouvelles infrastructures d’abattage pour Diana

Les communes d’Ambilobe et Ambanja, dans la région Diana, ont été dotées de nouveaux centres d’abattage. L’abattoir municipal d’Ambilobe comporte désormais une salle d’abattage de zébus et une autre pour les petits ruminants d’une capacité de dix abattages par jour. L’infrastructure a coûté 120 millions d’ariary. L’ancienne tuerie sera utilisée pour l’abattage de porc. L’abattoir d’Ambanja a pour sa part, été réhabilité, en plus d’une extension de l’ancien centre d’abattage.  Des infrastructures rénovées et construites par le ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage (MPAE), suite à la demande des  associations de bouchers et des autorités communales. «L’objectif du MPAE  à travers la construction et la réhabilitation de ces infrastructures est de fournir à la population des produits sains  et surtout de faciliter le contrôle et l’inspection des viandes avant leur commercialisation», a précisé le directeur général de l’Elevage, Dr Raymond Avizara, présent à la remise des clés des deux centres d’abattage les 20 et 21 février. La Région Diana, considérée comme pôle de croissance va être équipée d’infrastructures de base. Aussi, le MPAE compte-t-il construire des tueries dans chaque chef-lieu de district de la région et des communes importantes en matière de consommation. Quatre tueries ont été construites et réhabilitées  en 2017, dont l’abattoir municipal d’Ambilobe, la tuerie d’Antsiranana, d’Anivorano et d’Ambanja. Pour cette année 2018, le MPAE  prévoit de construire trois autres tueries à savoir, à Nosy-Be, à Mahavano et à Antsakoabe, lesquelles sont déjà en cours de construction.

Par Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara3 partages

Présidentielle : Les ministres candidats non assujettis à l’obligation de démission

Les personnes nommées aux hautes fonctions et hauts emplois civils de l’Etat, à savoir, Grand Chancelier de l’Ordre National Malgache, Ambassadeurs ou chefs titulaires de missions diplomatiques ayant rang d’Ambassadeurs, Gouverneur de la Banque centrale, secrétaire généraux, directeurs généraux et directeurs de ministères, présidents d’Universités, représentants de l’Etat au niveau des collectivités territoriales décentralisées, directeurs généraux, membres des organes d’Administration ou de gestion des organismes rattachés aux institutions et aux départements ministériels et les personnes dont la nomination aux hautes fonctions et hauts emplois militaires est faite par décret en Conseil des ministres, à savoir les Officiers Généraux, Inspecteur général de l’Armée et de la Gendarmerie, le Chef d’Etat-major Général de l’Armée Malagasy (CEMGAM), le Commandant de la Gendarmerie Nationale (COMGN), les adjoints du CEMGAM et ceux du COMGN, les Commandant des Forces aériennes, des Forces navales, des Forces d’intervention et le Commandant des Forces de développement, le Chef d’Etat-Major du Commandement de la Gendarmerie Nationale, les commandants des régions militaires et les commandants des circonscriptions inter-régionales de la Gendarmerie nationale, sont assujettis à l’obligation de démission s’ils souhaitent se porter candidat aux élections. C’est ce qui est prévu par le document annexe du projet de loi organique n°05/2018 du 21 février 2018 relative au régime général des élections et des référendums.

Autorisation spéciale. Dans son article 6, ce projet de loi organique stipule que « Tout agent de l’Etat, des collectivités territoriales décentralisées et tout fonctionnaire civil ou militaire n’exerçant pas de hautes fonctions et hauts emplois civils et militaires de l’Etat, candidats à des élections, sont mis dans une position d’autorisation spéciale d’absence à compter de la date de publication de la liste officielle des candidats jusqu’à la date du scrutin. Pendant cette date, il leur est interdit d’user des moyens et prérogatives octroyés dans le cadre de leurs fonctions à des fins de propagande électorale ». On remarque que les membres du gouvernement ne figurent pas dans cette liste des hauts responsables assujettis à l’obligation de démission. Contrairement aux autres hauts fonctionnaires donc, le Premier ministre et les ministres peuvent user et abuser de leurs prérogatives de puissances publiques durant la période de campagne électorale. La question est de savoir qu’en est-il de la situation des ministres candidats ? Nul n’ignore que parmi les membres du gouvernement Mahafaly Olivier Solonandrasana, il existe des chefs de partis et/ou des personnalités qui ne cachent pas leur ambition de briguer la Magistrature suprême. Pour ne citer que le cas du ministre du Tourisme et non moins président national du parti « Malagasy Tonga Saina » (MTS), Roland Ratsiraka qui a d’ailleurs déjà été candidat en 2013 et a obtenu 404.103 voix soit 9%. Des rumeurs sur une possible candidature d’Olivier Mahafaly Solonandrasana, de Paul Rabary ou encore de Mamy Lalatiana Andriamanarivo ont également circulé depuis quelques temps.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Environnement : 5.000 arbres plantés par l’OMNIS et ses partenaires

Journée de reboisement de l’OMNIS et ses partenaires à Ampangabe

560 jeunes plants parmi les 5.000 plantés l’année dernière par la grande famille de l’OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques) n’ont pas poussé. Cette fois, cet organisme a encore mis en terre 5.000 jeunes plants de robusta, lors de la journée de reboisement organisée le 23 février dernier à Ampangabe.En effet, les employés de l’OMNIS, les représentants des compagnies pétrolières, le ministre des Mines et du Pétrole avec son équipe, les équipes de l’APPAM (Association Professionnelle du Secteur Pétrolier Amont de Madagascar), etc. ont répondu présents à cette action pour l’environnement. Depuis leur intervention en 1996, l’OMNIS et ses partenaires ont planté plus de 90.000 arbres. Pour le Directeur général de l’office, Rasoanaivo Bonaventure, l’un des objectifs de ce reboisement est de donner un bon exemple aux compagnies minières et pétrolières pour la préservation de l’environnement. Après avoir planté les 5.000 pieds de robusta, les quelque 350 personnes qui ont participé à la journée de reboisement ont clôturé le programme avec un déjeuner pique-nique et une ambiance festive.

Antsa R.

News Mada2 partages

Taona 2020 : tsy azo antoka ny hahavitan-tena amin’ny vary

  Tsy azo antoka ny hanatraran’i Madagasikara ny fahavitan-tena amin’ny vary amin’ny taona 2020. Efa fantatra tato anatin’ny 50 taona ny olana, saingy tsy voavaha sady tsy mipaka any amin’ny tantsaha maro an’isa ny natao hatramin’izay.

Manao fanamby ny fitondrana fa hahavita tena amin’ny vary amin’ny taona 2020, izany hoe afaka roa taona monja. Efa napetraka fony Tetezamita ary tohizana izao koa ny hoe “ho sompitry ny ranomasimbe Indianina i Madagasikara”. Mifandray ihany ireo roa ireo, ary tsy zava-baovao raha raisina ilay filamatra nosoratana tanaty Boky Mena, hoe “ny firenena matanjaka amin’ny taona 2000 dia ny firenena mahavita tena ara-tsakafo ary manondrana ny ambim-bavany any ivelany”. Tsy tratra ny tanjona fa ny mifanohitra amin’izany aza ny zava-misy sy iainan’ny Malagasy. Vao mainka mitombo ny fanafarana vary any ivelany. Nitombo ho 570.000 t ny vary nohafarana avy any ivelany ny taona 2017 teo, raha 350.000 t ny taona 2016. Lazaina fa tsy ampy ny rotsak’orana ny antony, saingy efa fantatra hatry ny ela ny fiovaovan’ny toetr’andro sy ny fiantraikany. Tsy mitondra fampandrosoana ny firenena izany fa vao mainka mamono antoka satria mitombo ny vola vahiny (sady mihalafo, 1 euro= 4.000 Ar) mivoaka amin’ny fanjakana, ary miha manan-karena ireo mpandraharaha tsy miankina, akaiky ny fitondrana sy vahiny vitsy an’isa, mahazo tombombarotra.

Tsy mivoatra ny vokatra

Ny zava-misy, tsy miova mihitsy ny fomba famokarana eto amintsika na efa fantatry ny rehetra aza ny olana sy ny sakana. Tsy mivoatra sy tsy mahazo fitaovana arifomba na mekanika ny tantsaha rehetra, fa ampahany vitsy ihany ny misitraka amin’ny tetikasa na fandaharanasa, toy ny vokarin’ny Cfama Antsirabe, ohatra. Tsy tompon’ny tany jariany ny tantsaha, tsy afaka mandray ny tany ho toy ny renivola, ahazoana mindram-bola. Vitsy ny tantsaha afaka mindram-bola ary ireo nindrana aza sahirana saika natao lavanty ny fananany satria tsy nahavita namerim-bola.

Tsy miitatra ny velaran-tany voajary miohatra amin’ny fitombon’ny mponina. Tsy mitombo ny voka-bary sady mihena ny olona mamokatra satria mitsoaka any an-tanàn-dehibe ny tanora any ambanivohitra tokony hamokatra vokatry ny tsy fandriampahalemana. Zara raha tanimbary 100.000 ha amin’ny 1,2 tapitrisa ha misy eto Madagasikara no voafehy ny rano sy ny lakan-drano. Voalaza fa manodidina ny 5-6t/ha ny voka-bary amin’io 100.000 ha io, ary 1,5 t/ha ny salam-bokatra ho an’ny sisa. Misy anefa ny latsak’izany, manodidina ny 800 kilao/ha ny ankamaroany.

Tsy atao ny lalana mankany amin’ny sompitra

Tsy mivoaka ny vokatra rehefa tsy misy na ratsy ny lalana. Manome toky hanao azy ny fitondrana, indrindra ny faritra tena mamokatra mitondra fampandrosoana. Tsy vita hatramin’izao ny lalana RN 44 (efa latsaky ny 100 km sisa ny tsy vita godirao amin’ny 160 km ), mankany Alaotra, sompitr’i Madagasikara. Potika ny lalana mirefy 12 km, miainga eo amin’ny RN 4 mankany Marovoay (sompitra faharoa), sady tsy hita taratra ny tena fanajariana ny lemaka sy ny tohana ny tantsaha. Anisan’ny ratsy indrindra eto Madagasikara ny lalana RN 3 A (165 km), Ambilobe-Vohemar, mitohy any Andapa, azo sokajiana sompitra fahatelo, na voajary azy ny lemaka any an-toerana. Eo koa ny mankany Bealanana, sy ny faritra ambanivohitra mpamoka-bary rehetra.

Maro ny fandaharanasa manodidina ny fambolena sy ny vary teto amintsika. Ny hita anefa, tsy azo tsapain-tanana ny vokatra, fa ary maty momoka nefa nindramana vola amina miliara tany ivelany, raha tsy hitanisa afa-tsy ny fandaharanasa PSDR*.

Randria

 

News Mada2 partages

Faritra Alaotra : tsy mety mijanona ny fitrandrahana safira ao Bemainty -Didy

Tsy mety mijanona ny fitrandrahana safira ao amin’ny faritra arovana Bemainty-Didy, any amin’ny faritra Alaotra. Nambara izany nandritra ny fanokafana ny fotoam-pambolen-kazo any Alaotra, ny 22 feboary lasa teo. Minisitera maromaro samy manana andraikitra tandrify azy amin’izany.

Nohararaotin’ny mponina nanontaniana tamin’ny fanokafana ny fotoam-pambolen-kazo 2017-2018 any amin’ny fartitra Alaotra, ny fitrandrahana safira tsy mety mijanona hatramin’izao ao amin’ny faritra arovana Bemainty. Mampitaraina ny mpitandro filaminana sy ny ben’ny Tanànan’ Ambatondrazaka, ary ny ao amin’ny Jirama izany fitrandrahana tsy ara-dalàna izany !

Valin-tenin-dRtoa minisitry ny Tontolo iainana, haivoahary sy ny ala, Ndahimananjara Joannita, ny hoe : «Mandray anjara amin’izany ny tompon’andraikitra ifotony, mijery akaiky ny fandehan’io fitrandrahana io. Ny minisiteran’ny Tontolo iainana, miaraka amin’ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany ary ny minisiteran’ny Fiarovana sy ny maro hafa, samy mandray adidy izay tandrify azy. Efa betsaka ny asa natao manodidina izany. Inoako marina fa mifandraika amin’izay ny fepetra napetraka mba tsy hisian’ny fanimbana ireo alantsika ireo izany, izay antoky ny fampandrosoana ».

Antanetibaka no nanokafana ny voly hazo

Ao Antanetibaka, kaominina ambanivohitra Ambatondrazaka no nanatanterahana izany fambolen-kazo izany. Nitarika izany fotoana izany ny minisitra Ndahimananjara Johannita, nilazany fa « Isika tsy kivy fa mahatsapa ny rehetra fa dia efa miantraika amintsika aty Alaotra-Mangoro ny fiovan’ny toetry ny andro. Na ny fotoam-pambolena aza efa  manomboka miovaova », hoy izy.

Nivelatra tamina lafin-javatra maro ny hafatra avy amin’ny minisitry ny Tontolo iainana, haivoahary sy ny ala, nanambarany fa « zary tsy misy dikany  sy fihatsaram-belatsihy fotsiny ny mamboly hazo raha tsy karakaraina ». Nilaza ny lehiben’ny faritra fa mametraka fiarahana manara-maso mitohy amin’ireo ben’ny Tanàna nanaovana fambolen-kazo ny faritra ary tsy izao vao  hanomboka hanao izany.

Rarivo

News Mada2 partages

Fitrandrahana harena an-kibon’ny tany : hamboarina ny lalana any Toamasina II

Fiaraha-miasan’ny fanjakana sy tsy miankina (3P). Hitrandraka harena an-kibon’ny tany kraomita any Ankarabo, kaominina Sahabala, distrika Toamasina II ny orinasa vahiny Capricorne enterprise Madagasikara (Cem). Nifanaraka amin’ny fanjakana, ity orinasa ity hanamboarana ny lalana mirefy 34 km avy any Ankarabo, mandalo any Ambodiriana ary mivoaka any amin’ny lalam-pirenena fahadimy (RN 5), eo Ivoloina.

Mizara roa ny asa. Efa vita godirao fony fanjanahantany ny ampahany voalohany, Ivoloina-Ambodirina, mirefy 17 km saingy efa potika ary lalana vaovao ny 17 km ambiny hatrany Ankarabo. Handalo kaominina miisa valo ity lalana ity, ka hahazo tombontsoa ny mponina satria afaka hivoaka ny vokatra any an-toerana. Mamatsy sakafo sy vokatra fanondrana ny Toamasina I ny any amin’ny distrika Toamasina II toa an’ity faritra ity. Anisan’izany ny vary, ny anana, ny voankazo, ny ravinala hakana ny ravim-potsy hanamboarana tafontrano, ny jirofo, ny lavanila, sns.

Manana ny fahazoan-dalana hitrandraka sy ara-tontolo iainana

Nambaran’ny tale jeneralin’ny CEM, Matthew Crawford, fa saika nanomboka tamin’ny taona 2009 ny asa, saingy nihantona satria nosakanan’ny krizy teto amin’ny firenena. Azon’ity orinasa ity ny taona 2014 ny fahazoan-dalana hitrandraka ary ny taona 2015 ny mikasika ny fanajana ny tontolo iainana. Aminy, tsy ataon’ny orinasa tantaniny ambanin-javatra ny maha olona sy ny sosialim-bahoaka. Santionany ny fampiofanana mikasika ny ady amin’ny fiparitahan’ny VIH/ Sida sy ny areti-mifindra samihafa, ny fiarovana ny tontolo iainana, ny fizarana takelaka mamokatra herinaratra avy amin’ny masoandro, ny fananganana toera-pitsaboana.

Amin’ny lafiny toekarena, manodidina ny 2.000 ny asa mivantana homen’ny orinasa CEM ary hahazo tombondahiny ny mponina avy ao amin’ny faritra Atsinanana. Voalaza fa anisan’ny tsara kalitao aty Afrika ny vato kraomita any Ankarabo. Tanjona voalohany ny hanondranana 50.000 t isan-taona ary hiakatra 100.000 t avy eo. Haharitra 30 taona ny fe-potoana hitrandrahany ary azo havaozina avy eo.

Sajo sy Njaka A.

 

News Mada2 partages

Hoentin’i Neny mody ny « Amboaran’ny olobe »

  Notanterahina  tatsy  Afrika Atsimo, ny faran’ny  herinandro  teo, ny fanomezana valisoa na mari-pankasitrahana amin’ireo olobe mendrika amin’ny  sehatra samihafa.  Anisan’ny nahazo sy nibata izany ny filoha teo aloha,  Ravalomanana. Nisolo tena azy tamin’ny fahazoana izany “Amboaran’ny olobe  taona 2017”  izany Ravalomanana Lalao  sy ny zanany, Ravalomanana Sarah. Nisongadina tamin’ny  isa azony manoloana ireo olobe na mpitondra nifaninana taminy ny filoha teo aloha, Ravalomanana. Anisan’izany ny  haitao eo amin’ny  fahaiza-mitarika… Tany amin’ny laharana faharoa  ny filoha kenyanina,  U. Kenyatta, ankoatra ireo filoha enina aty Afrika. Ohatra ny filoha teo aloha,  tany Liberia, Ellen Jhonson. Ny avy  any  Nigeria, ny filoha teo aloha, Muhammadu B. sy ny filoha  teo aloha, ny Antenimierandoholona nizerianina, Bukula Saraki…   Nahitana mpandraharaha, mpanao fanatanjahantena, fanta-daza avy amin’ny sokajy maromaro ny fifaninanana.

Rehefa  tsy voalohany dia  farany… 

 Tao amin’ny sokajy politika “political leadership”  ny nahitana ny mpanorina ny Tim, Ravalomanana  Marc. Nikarakara sy nisahana  izany fifaninanana izany kosa ny gazety boky  “Africa  leadership magazine”.  Nofidina amin’ny alalan’ny tambajotran-tserasera izy ireo ary  izao nibatan’ny filoha teo  aloha, Ravalomanana, azy  izao.  Mbola noporofoin’ny mpanorina ny Tim izany fa rehefa  tsy voalohany dia farany ?Andrasana  ny fotoana hiverenan’i Neny an-tanindrazana miaraka amin’izany amboara lehibe izany sy ny mety ho akony eo amin’ny fiainam-pirenena, indrindra amin’izao hirosoana amin’ny fifidianana izao.

Synèse R.

News Mada2 partages

Bemainty-didy : l’exploitation illicite de saphir prend de l’ampleur

L’exploitation illicite des mines de saphir à Bemainty, dans la commune rurale de Didy, est loin d’être maîtrisée. Le contrôle de la situation semble dépasser les compétences des autorités locales, raison pour laquelle ils ont alerté les responsables au niveau du ministère de l’Environnement.

Les autorités locales lancent l’alerte. L’extraction artisanale de saphir ne cesse de prendre de l’ampleur depuis quelques mois dans cette zone protégée de l’Est du pays. Les alertes lancées à la fin de l’année dernière par les acteurs de la protection de l’environnement sur les lieux à l’endroit des autorités locales n’ont connu aucune suite jusqu’à maintenant. Des milliers de mineurs, venus des quatre coins de Madagascar, tentent d’y faire fortune, menaçant ainsi le Corridor Ankeniheny Zahamena et ses 3.800 km2 de forêt humide.

Les autorités locales, dont les maires et les éléments de la gendarmerie locaux, qui se trouvent dans l’incapacité à gérer la situation, ont lancé un appel de détresse à l’endroit du ministre de l’Environnement, Johanita Ndahimananjara, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la campagne de reboisement 2017-2018 qui s’est tenue la semaine dernière dans la région Alaotra. Mais cette dernière n’a avancé aucune solution concrète qui puisse inverser cette tendance. La première responsable du ministère de tutelle rejette la responsabilité aux communautés de base qui, selon elle, devraient effectuer le suivi de la situation.

Dans son allocution, la ministre a fait entendre que «ce n’est pas seulement l’affaire de son département, mais implique aussi le ministère des Mines et celui de la Défense nationale qui devront tous prendre leurs responsabilités». Pendant que les principaux concernés se rejettent la responsabilité, les dégâts causés par ces petites mines artisanales ne cessent de s’amplifier. «Mis à part la destruction de la formation forestière, la qualité de l’eau est fortement affectée avec des rivières chargées de sédiments», a indiqué Conservation international (CI) dans son rapport du mois de décembre.  «Des habitations permanentes y ont été construites, suggérant une sédentarisation dans ces forêts», a alerté cet organisme.

Rakoto

L'express de Madagascar2 partages

Lois électorales – Le délai d’entre deux tours écourté

Les lois organiques relatives aux élections sont disponibles ouvrant la porte aux débats. Les dispositions constitutionnelles sont respectées.Les projets de loi organique relatifs aux élections sont publiés sur le site de la Primature depuis hier soir. En rédaction depuis le mois de juillet, ces textes régissant les élections sont désormais consultables en attendant les avis des députés et des sénateurs. « Il est temps de mettre fin aux appréhensions. Ces lois ne sont pas taillées sur-mesure pour plaire à un parti », affirme Solonandrasana Olivier Mahafaly, hier en marge de la cérémonie d’ouverture de la session extraordinaire à Tsimbazaza. Les trois projets de loi sont ainsi disponibles à savoir celle relative au régime général des élections et des référendums, la loi relative à l’élection présidentielle ainsi que la loi relative aux élections des députés à l’Assemblée nationale. D’une manière générale, les textes s’en tiennent aux dispositions constitutionnelles.

Les zones d’ombres autour de l’alinéa premier de l’article 47 de la Constitution sont désormais levées. La loi fondamentale stipule que « l’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice ». Respectée et reprise, des précisions sont ainsi apportées dans la loi organique relative à l’élection présidentielle dans son article 22. Ainsi, le délai de l’entre-deux tour est ainsi compressé. « La campagne électorale du premier tour commence trente jours avant la date du scrutin. Pour le second tour, cette période débute sept jours avant la date du scrutin », précise le texte. Par ailleurs, la campagne électorale du second tour commence dès le lendemain de la proclamation des résultats du premier tour.

ConsensuelDans le respect de ce délai, le texte somme la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à sortir les résultats provisoires dans un délai de « sept jours après l’envoi du dernier pli fermé par les sections chargées du recensement matériel des votes ou l’établissement du procès-verbal de carence ». La Haute cour constitutionnelle dispose donc de neuf jours à partir de la date de publication des résultats provisoires par le CENI. Une disposition qui impose la mobilisation de grands moyens compte tenu les conditions d’accessibilité des zones enclavées.Pour endiguer la vague des candidats « indépendants », la loi organique impose aussi que « toute candidature à l’élection présidentielle doive être investie par un parti politique légalement constitué ou par une coalition de partis politiques légalement constituée, ou parrainée par une liste de cent cinquante élus membres du Sénat, de l’Assemblée nationale, des conseils communaux, municipaux, régionaux et provinciaux, maires, chefs de Région et chefs de Province provenant au moins de trois Provinces. » Il est également précisé qu’un élu ne peut parrainer qu’un candidat à la fois. Une manière d’éviter la situation lors des élections de 2013 où il y eut quarante et un candidats dont des indépendants.Au-delà du délai écourté pour les campagnes électorales, les fonds y alloués sont soumis au contrôle. La loi organique impose aux partis de déclarer les recettes perçues et les dépenses engagées pour toutes les opérations électorales. Une commission de contrôle des financements de la vie politique est instituée.Les trois lois organiques respectent, d’une manière générale les propositions du comité consultatif. Élaborées en sept points, les grandes lignes figurent dans ces projets de loi. Les parlementaires disposent ainsi de quinze jours pour décortiquer chaque article et d’en proposer des améliorations.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar2 partages

Ivato – Le braquage d’un pactole avorté

Un gang de huit individus a été débusqué alors qu’ils projetaient de voler 160 millions d’ariary à une société à Ivato, jeudi 22 février.

Dissuadé. Un groupe de braqueurs a projeté d’attaquer un convoyeur de fonds d’une société à Ivato, mecredi 21 février. L’opération a pourtant mal tourné. Le gang a été démantelé jeudi, mais son fournisseur d’armes fait encore l’objet  d’une investigation menée par la brigade criminelle (BC) d’Anosy. « Ce jour-là, nous avons reçu des renseignements indiquant que des bandits planifiaient un hold-up et tentaient de dérober 160 millions d’ariary. Ce pactole devait être déposé à la banque mercredi ou jeudi », a signalé un enquêteur.

La police a devancé l’attaque en mettant sa stratégie de combat en place pour protéger la cible et piéger les malfaiteurs. Des éléments ont été déployés dans les parages pour guetter toute personne suspecte. Sur le coup, deux quidams qui déambulaient devant la société ont été arrêtés. Deux pistolets de fabrication artisanale et deux munitions ont été saisis sur eux. Ils ont été directement conduits à la BC pour être enquêtés.

Informateur

A travers un feu roulant de questions, tous les deux sont passés aux aveux et ont indiqué chaque domicile de leurs six complices. En coup de vent, les policiers ont réussi à attraper ces bandits. Identifiés, deux de ces braqueurs sont des chauffeurs de la société, dont l’un venait d’être licencié.

« C’est le conducteur en fonction qui jouait le rôle d’informateur. Il avait transmis tous les renseignements à son collègue qui a ensuite prémédité le coup avec les six auteurs principaux », a indiqué un policier judiciaire, hier. Ce gang avait déjà réalisé trois braquages dans la capitale. Cette fois-ci, ils n’ont pas échappé au piège tendu par la police. Celle-ci a annoncé la filature du fournisseur de ce réseau criminel en armes. A l’heure actuelle, la collecte de renseignements et indices y correspondant est en cours.

Concernant le pactole, ni la police ni notre source d’informations au sein de la société ciblée n’en a touché un mot pour raison de sécurité, selon les précisions obtenues. Les huit individus ont été traduits devant le parquet du tribunal de première instance (TPI) d’Anosy, hier, mais le résultat de leur comparution est attendu ce jour.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar2 partages

Mahajanga – Leçons de biodiversité pour des scolaires

 

 Valorisation de la migration des baleines-à-bosse le long des côtes malgaches pendant l’hiver austral. Ainsi s’intitule le projet financé par l’Union Européenne et la Commission de l’océan Indien. C’est pourquoi l’Association Cétamada met en place des actions en lien avec l’écotourisme baleinier durable et responsable, l’éducation environnementale auprès des établissements scolaires, le développement communautaire (artisanat) et la science participative sur les mammifères marins dans quatre sites, dont Mahajanga.

L’objectif est d’éveiller, dès leur plus jeune âge, la curiosité des élèves à la découverte du monde marin dont la diversité, le fonctionnement, les rôles, les pressions, les actions de conservation, à travers des activités ludiques.

Du 5 au 17 février, l’action « Biodiversité dans ma cour d’école » a été lancée dans les différentes écoles bénéficiaires du projet. Le but est de conscientiser les élèves sur le sens de l’engagement et de la citoyenneté à la protection de l’environnement. Dans l’ensemble, une centaine d’arbres ont été plantés dans les cours de ces écoles

En ce qui concerne le volet éducation environnementale, le projet travaille avec onze établissements scolaires de la ville. Il s’agit des élèves de la classe de CM1 pour les écoles primaires publiques Barday à Ampasika, Firaisana François Poirier à Marovato-abattoir et Amborovy, ainsi que pour les élèves de 4e du collège d’enseignement général d’Amborovy, les membres du Club des heures creuses de celui d’Ampisikina, et les collèges privés Cocoon et Arc-en-ciel.

Les lycéens des classes de 2nde et de 1re des établissements privés Al Noor, Aladin et les membres du Club de français du lycée Philibert Tsiranana font aussi partie des bénéficiaires de ce projet. Au total, environ huit cents élèves des niveaux préscolaire, primaire, complémentaire et secondaire sont touchés par différentes thématiques durant l’année scolaire.

L’action a été soutenue par des partenaires locaux tels que le Groupe Star, Orange Madagascar, Mevagro, Madacompost qui se charge de la transformation des déchets et ordures ménagères à Mangatokana, et surtout l’Office régional du tourisme de Boeny.

Une équipe locale composée d’un point focal de la Cétamada, d’une stagiaire communautaire et d’un stagiaire scientifique, est basée au bureau de l’Office régional du tourisme de Boeny.

Les bateaux de pêche sont impatients de quitter le port de Mahajanga.

Campagne de pêche crevettière – Cinq jours de festivités

 L’ouverture de la campagne de pêche crevettière à Madagascar est devenue une occasion pour le ministère de la Pêche et des ressources halieutiques, d’organiser des événements exceptionnels à Mahajanga. Comme l’année passée, la célébration du 50e anniversaire de la filière crevettes a été marquée par une grande exposition en pleine rue, devant le jardin Cayla, et durant l’inauguration de la route d’Ambalavola.

Cette fois, le début de la campagne sera ouvert ce vendredi 2 mars à 5 heures du matin. Mais depuis hier matin, le ministre Gilbert François ainsi que son staff et les responsables du secteur au niveau des vingt deux régions se réunissent dans la grande salle de la Promenade, au bord de la mer, à Mahajanga-be. Cette rencontre annuelle qui durera cinq jours, jusqu’au 2 mars, consiste à établir le bilan des activités et une rétrospective de l’année 2017. Le ministre Gilbert François a souligné que de nouvelles décisions seront prises au niveau de la filière à l’issue de l’atelier car des perspectives d’avenir y seront également définies.

La filière fait vivre plus de cinq cents mille personnes à Madagascar, 7% du PIB sont générés par la filière et 13% sont destinés à l’exportation. Mahajanga a une place importante en matière de pêche au niveau mondial.

L’ouverture de la campagne sera précédée par un grand carnaval, le jeudi 1er mars, devant le jardin Cayla dès 7 heures. Puis, une Porte ouverte se tiendra à l’hôtel de ville à 9 heures. L’après-midi, plusieurs artistes, notamment Stéphanie, Wawa junior, Tana groupe et Njanga Rata animeront sur la plage du village touristique. Des bateaux de pêche effectueront une démonstration vers 18h45 et un feu d’artifice clôturera l’événement vers 19 heures.

À Mahajanga-be, la voie publique est transformée en buvette à ciel ouvert.

Assainissement  – La mairie tarde à réagir

 La commune urbaine de Mahajanga procède depuis quelques mois à l’alignement des marchands de rue dans la ville. Ceux d’Ambohimandamina ont déjà été déplacés de la route nationale 4 menant vers la sortie de la ville. La circulation, dégagée, est devenue plus fluide.Pourtant, un conflit a éclaté entre les deux camps car les marchands ont refusé d’accepter les décisions de la municipalité. Le directeur du département des marchés, Maeva Portos, leur a alors donné un délai, jusqu’à la fin de ce mois, pour respecter la nouvelle organisation.Par contre, à Mahajanga-be, près d’une banque, des tables sont installées sur la voie publique toute la journée. De nouvelles constructions en dur à étage occupent le trottoir, abritant  des snacks et des restaurants. La municipalité tarde à réagir face à cette situation.

Ils installent des tables à l’extérieur sur la voie publique gênant la circulation. Bientôt, cette rue se transformera en fastfoods et casinos à ciel ouvert si la commune n’intervient pas rapidement. Pire encore, des individus jouent aux cartes près de la banque toute la journée.

Les trottoirs sont devenus un marché de fruits et légumes, de vêtements d’occasion et de charbon de bois à Mahajanga-be, zone administrative, près des bureaux du Trésor.

Vero Andrianarisoa

 

News Mada1 partages

Karibotel Analakely : trois virtuoses pour une soirée acoustique

Le Twenty six Karibotel Analakely accueille, le 9 mars prochain, trois patriarches de la musique malgache, le temps d’une soirée, où Bekoto, Ifanihy et Tselonina vont jongler entre folksong et chanson à texte dans «Revy ako’stika».

C’est une affiche des plus improbables que l’organisateur propose aux noctambules durant la fin de semaine. D’autant que les trois artistes ont bercé trois générations différentes.  Ceci étant, la musique a cette faculté de rompre les frontières et de réunir dans la diversité.

Cette soirée s’annonce éclectique à plus d’un titre. Ingahibe et Ifanihy partagent bien souvent la même scène avec leurs chansons à texte ponctuées de satires sociales qui ne reculent devant aucun tabou. Avec l’un des piliers du groupe Mahaleo en renfort, le trio va réserver un récital de toute beauté.

«Ce sera un plaisir renouvelé de jouer avec ces bons copains artistes, libres, autonomes et  fiers, le temps d’une soirée qui va allier  musique, texte et poésie. En prélude à cette date, nous allons même essayer de nous mettre au diapason à travers une répétition», a fait savoir Bekoto.

Les premières notes de «Ikala Nesy», «Ikala Dauphine» et de « Efa ela » résonneront à 21 heures tapantes.

Joachin Michaël

 

News Mada1 partages

Nahazo LP ireo namono ny kaomisera Mosa Jeannot : tsy faly ny polisy, ahina ny korontana ao Ihosy

Misalasala amin’ny fampiharana ny fanapahan-kevitry ny fitsarana ambony ao Fianarantsoa, amin’ny fanomezana fahafahana vonjimaika, ireo tompon’antoka tamin’ny famonoana ny kaomisera misotro ronono, Mosa Jeannot, ny Fampanoavana ao Ihosy. Ankilany, namoaka teny ny lehiben’ny polisy ao Ihosy fa tsy hipetra-potsiny manoloana izany.

Lasa olana any Fianarantsoa, ankehitriny, ny fanomezan’ny fitsarana ambony any an-toerana fahafahana vonjimaika ireo olona voarohirohy tamin’ny famonoana kaomisera efa misotro ronono, Mosa Jeannot, tany Ihosy ny alin’ny 2 oktobra 2017. Efa navoakan’ny fitsarana ambony ao Fianarantsoa ny didy manome fahafahana vonjimaika ireo voarohirohy, ary efa neken’ny fampanoavana any Ihosy, saingy tsy mbola nampiharin’izy ireo mba hitandroana ny filaminana any an-toerana.

Fantatra mantsy fa tsy faly amin’ity fanapahan-kevitry ny fitsarana ity ny olona any Ihosy izay misy ireo fianakavian’ny maty ka milaza fa miandry ireo voarohirohy ireo avy hatrany ny fitsaram-bahoaka raha vao mivoaka ny fonja. Nilaza ihany koa ny kaomisera any an-toerana, Pelimana François, fa tsy manaiky io fanapahan-kevitry ny fitsarana manome fahafahana vonjimaika io. “Efa nahazo toromarika ny kaomisaria fa raha mivoaka ny fonja ireo olona ireo, hosamborina avy hatrany, ary hotanana ato amin’ny polisy mandra-pahafantarana ny tena marina”, hoy ny kaomisera Pelimana François.

Mbola nanamafy moa ity farany fa tsy azon’ny fitsarana veroka ny mety ho vokatr’izao fanapahan-kevitra izao eo amin’ny fiarahamonina. “Mety hiteraka korontana izao satria tsy hanaiky velively izao ny fianakaviany sy ireo mponina ao Ihosy”, hoy ny fanazavana. Mihenjan-droa ny tady eo amin’ny fampanoavana Ihosy sy ny fampanoavana foibe noho tsy fampiharana didy momba ity fanafahana vonjimaika ity.

Mafana ny raharaha

Mafampana ny raharaha any Ihosy any amin’izao fotoana izao. Ahina hitranga any an-toerana ny korontana toy ny tany Ikongo. Fanapahan-kevitra tsy am-piheverana mety ahitan-doza. Tany Ikongo, ny famotsorana olona tahaka izao no nanafihan’ny olona efa anjatony maro ny fonja sy ny fitsarana ary ny zandarimaria. Tsy nisy nahasakana izany, ary nitsoaka tany an-toerana ireo mpitsara. Nanafarana mpitandro filaminana maro mihitsy tany an-toerana nampandry tany. Tamin’izany ny nisian’ny lozam-paiarakodia ka nahafaty miaramila maromaro. Vao herinandro teo no niverina tamin’ny asany ny mpitsara vaovao tany Ikongo. Izao indray ity any Ihosy ity. Korontana ny mety hiseho? Toe-javatra izay tokony handraisan’ny tompon’andraikitra lesona amin’ny tranga efa niseho. Ny tsy fahatokisan’ny vahoaka ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana, hany ka fitsaram-bahoaka ny hiafaran’ny raharaha.

Yves S.

News Mada1 partages

Volley – jeux africains : Madagascar en lice

Le volley-ball malgache se porte bien. Pour preuve, on aura des représentants aux Jeux africains 2018 en Alger. Cette 3e édition prévue se dérouler à Alger du 19 au 28 juillet comportera 24 disciplines. Le choix des organisateurs s’est porté sur 22 sports olympiques et deux non olympiques.

On notera les disciplines olympiques comme l’athlétisme, l’aviron, le badminton, la boxe, le canoë, le cyclisme, l’escrime, le football, le judo, la lutte, la natation, le rugby, le tennis, le tennis de table, le beach-volley, la gymnastique, l’haltérophilie, le handball, la voile, le volley-ball, le taekwondo et l’équitation. Madagascar sera représenté dans les catégories jeunes garçons et filles (cadets et cadettes) au volley. Et ce, outre le Championnat d’Afrique prévu en août.

Rojo N.

 

La Vérité1 partages

Assemblée nationale - Ces députés qui ont trahi Andry Rajoelina

Le Miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina a procédé à sa cérémonie de présentation de vœux samedi dernier au domicile de l’ancien président dela Transition Andry Rajoelina à Ambohimangakely.Une cérémonie qui a vu la présence de plusieurs élus sous les couleurs orange, à savoir notamment les Ratsivalaka Michelle, Lanto Rakotomanga, Naivo Raholdina, Velontsara Paul Bert et d’autres.  L’absence de plusieurs élus sous l’étiquette du Mapar, lesquels ont trahi l’ancien homme fort du pays a toutefois constitué un sujet à discussion. Des élus pour lesquels Andry Rajoelina a battu la campagne et qui ont été élus surtout grâce au nom d’Andry Rajoelina. Des députés dont les chances d’être élus auraient été faibles s’ils avaient été en dehors du Mapar. Et qui pourtant, à peine élus, ont trahi leurs électeurs et tourné le dos à leurs familles politiques pour des raisons bassement personnels aux dépens de leur pays. Des élus qui actuellement n’hésitent pas à passer à la guillotine celui  qui les a menés au Parlement… La première législature de la Quatrième République compte de nombreux députés de ce genre. Moults élus sous les couleurs du Mapar ont changé de veste et de cravate.

L’article 72 de la Constitution dispose pourtant que  « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer  de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait  élire ».  Une disposition que la Haute Cour constitutionnelle avait fait voler en éclats…En tout cas, parmi ces élus sous les couleurs du Mapar qui ont préféré troqué la couleur orange pour une autre figurent entre autres l’actuel ministre de la Fonction publique Maharante Rakotonandrasana Jean De Dieu. Ancien du parti Arema, l’ex- Gouverneur de la Province autonome de Toliara sous le régime de l’Amiral avait été obligé à partir en exil en France en 2002 avec l’arrivée de Marc Ravalomanana au pouvoir.  Revenu au pays grâce à l’avènement de Andry Rajoelina, Maharante Jean de Dieu avait été nommé coordonnateur national de la plateforme Mapar puis avait été élu en 2013 sous les couleurs de ce parti politique. A l’origine des Mapar 2 et Mapar 3 à l’Assemblée nationale, ce natif de Toliara avait par la suite rejoint les rangs du Hvm dès les débuts de ce régime. Johanita Bénédicte Ndahimananjara, également membre du Gouvernement en tant que ministre de l’Environnement avait été ministre durant la Transition et élue député sous la bannière du Mapar avant de virer de bord pour rejoindre le navire Hvm. Pareil, Lydia Marie Raharimalala Toto a été élue à la Chambre basse au nom du Mapar avant de devenir doucement mais sûrement un fervent membre du Hvm ce qui lui permettra notamment d’obtenir le siège de ministre de l’Enseignement technique. 

L’histoire se rappellera également des Jean Nicolas Randrianasolo, élu à Betroka, Vololona Victorine Raherisoa, élue dans le sixième Arrondissement d’Antananarivo, Kathy, députe élue à Mananjary ou encore Hanitriniaina Mamy Armand, de Miandrivazo, tous admis à l’Assemblée nationale sous les couleurs du Mapar. Ces députés ont littéralement tourné le dos à Andry Rajoelina et sont devenus de fervents zélateurs du régime actuel. Parmi les derniers à avoir rejoint les rangs de ces élus Mapar devenus Hvm, figure également le député de Soavinandriana Harinosy Rabenerika Charlot dit Lôlô. S’il reste relativement discret, certains agissements de cet élu prouvent qu’il a rejoint le camp du Hvm. Par exemple lorsque les députés du Mapar boycottent une cérémonie organisée par le régime actuel, cet élu est tout de même aperçu sur place. Second exemple, d’après des sources informées de Soavinandriana, le député  se targue d’être proche de la Première Dame.

Recueillis par A.R.

L'express de Madagascar1 partages

Météo – Un risque de cyclogenèse tout près de l’île

Le service de la prévision météorologique à Ampandrianomby suit de près l’évolution d’un amas nuageux dans le Nord-Est de l’île.

Soyons nos gardes ! Un puissant cyclone pourrait se développer à quelques centaines de kilomètres au Nord-Est de la grande île, au début du mois de mars. Des amas nuageux se développent dans une zone où la condition est favorable à l’intensification du cyclone. « La température de la mer y est élevée. Souvent, c’est par là que les cyclones du Sud-Ouest de l’océan Indien atteignent leur intensité maximale », explique Rivo Randrianarison, chef prévisionniste du service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby, hier. En 2016, Fantala s’est développé en un cyclone tropical très intense, dans cette zone.

Ce serait à 650 ou à 700 kilomètres au Nord-Est de l’île que la formation d’une tempête est attendue entre la nuit du 28 février au 2 mars. Le trajet de ce cyclone n’est pas encore précis. « Il y a deux scénarios à étudier. Il pourrait avoir le même impact qu’Ava, en frôlant le côte Est de l’île. Avec un peu de chance, il toucherait l’île sœur, Maurice, et nous serions épargnés », poursuit notre source. Il serait plus probable qu’il va passer à Madagascar, et longer les côtes de Brickaville, de Vatomandry et de Vatovavy Fitovinany, pour ensuite s’éloigner et s’éteindre dans l’océan. Toutefois, le phénomène est encore très loin pour être certain de quoi que ce soit.

Mesures

Ceci étant, les vigilances devront être renforcées. « Des mesures sont toujours prises durant les saisons cycloniques. Les actions menées durant le cyclone Ava seront consolidées », avance John Heriniandry Razafimandimby, directeur du Centre d’études, de réflexion, de veille et d’orientation (CERVO) au sein du Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC). Il affirme que l’équipe du BNGRC est prête à entreprendre ses tâches quotidiennes.

Les négligences lors du passage du cyclone Ava ne devront plus se reproduire. Il s’agit entre autres du retard de l’évacuation des personnes se trouvant dans les zones exposées aux inondations, comme ce qui s’est produit à Ampitatafika ou à Soavina, en janvier. Dans la grande ville de Toamasina, très peu de gens ont mis des sacs de sable sur leur toit, et les vieux arbres n’ont pas été coupés.

La direction générale de la Météorologie a déjà prévenu une saison cyclonique active pour 2017-2018, avec au moins « quatre perturbations qui pourraient atterrir sur nos côtes et un ou deux cyclones qui atteindront le stade de cyclone intense, voir supérieur ». La saison cyclonique ne s’achèvera qu’au mois d’avril.

Temps perturbé en vue

Le temps sera perturbé, cette semaine, selon la prévision des techniciens à Ampandrianomby. Les pluies continueront à arroser la partie Nord-Ouest, Centre-Ouest ainsi que sur la partie Ouest centrale de l’île. Le temps sera généralement sec, sur le reste de l’île, notamment sur la partie Est des Hautes terres ainsi que sur la moitié Sud de Madagascar

Miangaly Ralitera

 

L'express de Madagascar1 partages

Échange – L’économie rurale rurale préoccupe

La population rurale constamment en situation précaire.  Le CEDS tente de renverser à sa manière. 

Faible, la productivité rurale à Madagascar se constitue presque exclusivement d’une agriculture de survie. Un fait qui a été débattu hier à l’hôtel Ibis Ankorondrano par les auditeurs du centre d’études diplomatiques et stratégique (CEDS). Portant sur l’engagement de l’administration par rapport à l’éthique et la sécurité alimentaire, le conférence-débat a été initié afin de tenter d’apporter des solutions concrètes par rapport aux risques que pourraient provoquer la faiblesse de cette économie rurale. Une faiblesse qui se traduit entre autres par des conditions de travails précaires, une protection sociale quasi-inexistante, mais aussi surtout l’insécurité que ce soit des biens ou des personnes. En plus de ce contexte qui ne laisse que peu de place à des chances de développement, s’ajoutent aussi les difficultés d’accès aux financements ainsi que la complexité des accès au titre fonciers pour ceux qui envisage d’investir dans la terre pour quelques formes d’agriculture que ce soit. Par ailleurs, le taux de sous-emploi flagrant au niveau national et sur plus particulièrement en milieu rural ne fait qu’aggraver la situation.

Recherche

A rappeler que « neuf travailleurs sur dix en milieu rural ont une activité faiblement rémunératrice. Et quand de 90% de la population malgache est composé de ruraux qui ne produisent 20% de la richesse nationale, il y a de quoi se remettre en question » précise Clara Vololomboahangy, auditrice au CEDS et chargée de programme au bureau international du Travail. Cette dernière préconise de concentrer les efforts de développement dans l’amélioration du cadre de travail en milieu rural. Notamment à travers la définition d’une vision politique claire sur l’avenir de l’économie rurale sur le plan de la sécurité, la santé ainsi que la gestion des risques et catastrophes. « Pour ce faire, il importe d’initier les mouvements de recherche et d’innovation aux impacts réels et rapides en faveur du développement du pays. A l’image de ces échanges que les auditeurs du CEDS entreprennent présentement » souligne Solofo Rasoarahona, délégué général du CEDS, qui conclut que « C’est ce genre d’initiative qui a permis au CEDS d’obtenir le statut de « think tank », qui fait de cette institution groupe de réflexion reconnu et regroupant des experts œuvrant à but non lucratif pour le développement de Madagascar »

Harilalaina Rakotobe

 

L'express de Madagascar1 partages

Andoharanofotsy – Trois braqueurs tombent nez à nez avec la police

La police de Tanjombato a arrêté un des trois suspects en possession d’une hache, un fil de 80 mètres, six lampes de poche et autres appareils ménagers. Le coup de filet s’est déroulé mercredi 21 février à 4h du matin à Andoharanofotsy.

« Nous les avons croisés dans la rue et leur avons demandés de faire halte, mais ils ont cherché à s’enfuir dans les labyrinthes du quartier », a relaté un élément des forces de l’ordre présent sur les lieux. L’un des bandits a été capturé, tandis que les deux autres ont pu prendre la clé des champs.

Ces derniers restent insaisissables. Le butin a été pris sur le captif lors d’une fouille.

Une enquête sur l’origine de ces marchandises saisies a été menée. « L’on a trouvé qu’une maison venait d’être cambriolée dans la nuit de mardi à mercredi, à Mahabo Andoharanofotsy », a raconté un détective du commissariat local.

Les deux fuyards ont été identifiés mais aucun signalement les concernant n’est disponible. Cela fait partie des secrets de l’investigation, selon les précisions de l’enquêteur de la police.

Le jeune homme appréhendé a avoué que  le casse avait été prémédité deux jours avant l’opération. Après 48h de garde-à-vue, il a été déféré au parquet et placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Ses complices et lui avaient projeté d’aller vendre le butin à Ankadimbahoaka lorsqu’ils sont tombés nez à nez avec les patrouilleurs.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara1 partages

Intégration régionale : La COMESA à la recherche d’un nouveau SG

Le ministre du Commerce et de la Consommation Chabani Nourdine avec le SG du COMESA Sindiso Ndema Ngwenya.

L’intégration régionale est une des clés du développement économique. Le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine l’a réitéré hier, au Carlton lors d’une réunion du Conseil des ministres du COMESA.D’ailleurs, Madagascar qui assure actuellement la présidence s’implique de plus en plus dans ce concept d’intégration régionale. La réunion d’hier qui voit la présence d’une forte délégation africaine, dont le ministre du Commerce et de l’Industrie du Burundi, a notamment été axée sur l’intégration régionale. Les participants à la réunion ont également planché sur le paiement des cotisations par les membres. A l’ordre du jour de cette réunion figurait également le recrutement du nouveau Secrétaire Général du COMESA. Faut-il en effet rappeler que le mandat de l’actuel S.G, l’économiste zimbabwéen  Sindiso Ndema Ngwenya, en poste depuis 2008, expirera en fin juin prochain. Il a été par ailleurs question du prochain sommet du COMESA qui se tiendra cette année à Bujumbura, capitale du Burundi. Sur ce point d’ailleurs, le SG du COMESA s’est récemment rendu au Burundi l’état d’avancement des préparatifs de ce 20e sommet  qui sera notamment marqué par l’adhésion de deux nouveaux pays : la Tunisie et la Somalie. Rappelons que le COMESA compte actuellement 19 pays membres : le Burundi, les Comores, la République Démocratique du Congo, le Djibouti, l’Egypte, l’Erythrée, l’Ethiopie, la Libye, le Madagascar, le Malawi, l’Ile Maurice, le Rwanda, les Seychelles, le Soudan, le Soudan du Sud, le Swaziland, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe. Un immense marché sur lequel Madagascar peut tirer énormément de profits. Il est par exemple question actuellement d’un projet d’exportation de 300.000 tonnes de maïs vers l’Ile Maurice.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Développement : Des facteurs-clés contribuant à la sécurité alimentaire

Lors de la conférence-débat organisée par le CEDS hier (Photo : Yvon Ram)

Aucune activité ne peut s’épanouir si ce n’est dans un environnement sécurisé. C’est ainsi le garant du développement durable.

Pour assurer une sécurité alimentaire, il faut tenir compte de plusieurs facteurs-clés étant donné que cela a un aspect transversal. Les auditeurs du CEDS (Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques) l’ont évoqué lors d’une conférence-débat qu’ils ont organisée hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. Le thème a été axé sur « L’engagement de l’administration, éthique et sécurité alimentaire ». Parmi ces facteurs-clés, il a été entre autres soulevé la santé dans les zones rurales, la justice, la sécurité des biens et des personnes proprement dite ainsi que le travail et l’emploi dans l’économie rurale.

Mesures d’accompagnement. Parlant de la santé dans les zones rurales, « un problème lié à la protection et au recouvrement sanitaire des exploitants agricoles est observé en raison d’un manque d’accompagnement de l’administration, sans oublier l’insécurité. Ce qui a entraîné la désertion de la population dans les zones productrices agricoles vers les centres urbains. En fait, des centres de santé ont été mis en place dans les zones rurales, mais le problème persiste à cause d’un manque ou d’une absence de personnel de santé. Cela s’explique par le refus d’une affectation de la part des agents de santé, par exemple. En effet, il n’y a pas des mesures d’accompagnement sur le plan matériel médical, sur la communication y compris l’accessibilité des zones rurales et sur le plan sécuritaire ainsi que sur leur motivation salariale et sur la scolarisation de leurs enfants », a exposé Dr Herijoelison Andry Roussel.

Interventions et pressions. Quant à l’implication de la justice dans la sécurité alimentaire, le Magistrat Roland Rakotovao Razafindrabe a expliqué qu’il n’y a pas de développement sans paix qui est tributaire d’une justice indépendante, efficace et appliquée. « Cette justice qui bien que constamment critiquée, a pour devoir d’appliquer correctement les lois et de réprimer toutes les atteintes à l’harmonie sociale. Mais sans verser dans le mea culpa, il faut reconnaître que la justice fait face à des multiples difficultés comme les allégations de corruption, la lenteur du traitement des dossiers des justiciables, l’éloignement des tribunaux et l’incompréhension des procédures et des décisions rendues. Il y a également les interventions des politiciens et les autres pressions tout en reconnaissant également la part de responsabilité de certains magistrats. Comme solution, l’indépendance et l’intégrité de la justice s’imposent. Cela devra commencer par cesser toute forme d’intervention et de pression sous quelque forme aux magistrats. Viendra ensuite l’étape de l’intransigeance et du refus de toute forme de corruption ainsi que de la dénonciation de toutes les dérives. Il faut ainsi réagir de manière collective. En fait, un pays où la corruption règne n’a que peu de chance de se développer », a-t-il fait savoir.

Corruption et Indiscipline. S’agissant de la sécurité, « aucune activité ne peut s’épanouir si ce n’est dans un environnement sécurisé. C’est ainsi le garant du développement durable. Mais l’incompétence, l’indiscipline, l’insubordination, la corruption, le non-respect de l’éthique et de la déontologie ainsi que la dévalorisation du métier de policier par des attitudes et des comportements incompatibles avec la fonction policière, ont été constatés lors de la réunion des cadres de la Police nationale. Pour y remédier, une formation des agents en matière d’éthique et de déontologie et la mise en place d’un mécanisme de contrôle interne ont été décidées. Malgré tout, il y a d’autres paramètres non maîtrisables tels que la corruption, le trafic d’influence, l’ingérence du « politique, le système de contingent et de quota, qui tendent à affaiblir l’administration dans la gestion de ses ressources humaines », a révélé le Commissaire principal de la police Rabialahy Jean Rostand.

Chômage déguisé. Et enfin, Clara Vololomboahangy, chargée de programme au sein du BIT, a exprimé que le sous-emploi touche principalement les travailleurs ruraux. Cela s’apparente à un chômage déguisé qui engendre d’une manière indirecte, un coût social et économique élevé. « Cette situation de paupérisation constante de la population devient une menace pour la paix sociale pour ne citer que la délinquance juvénile dans le Nord et l’insécurité dans le Sud. Nous estimons ainsi que la promotion du travail décent dans l’économie rurale devrait être placée au cœur de toute stratégie de développement. Il faut entre autres repenser la stratégie de la protection sociale des travailleurs ruraux », a-t-elle conclu. Par ailleurs, l’éducation et la formation, la sécurisation foncière, l’accès au financement, la gestion des risques et catastrophes, la mise en place des infrastructures de base constituent d’autres facteurs contribuant à la sécurité alimentaire.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

Le parti politique Freedom réclame la transparence de gestion financière de l’exécutif de la CUA

Le dernier budget de la CUA a été rejeté par la préfecture de police à cause de nombreuses irrégularités selon Lalatiana Rakotondrazafy. Le leader des conseillers opposants au niveau de la CUA et présidente du parti politique Freedom tire la sonnette d’alarme face au manque de transparence de l’exécutif de la CUA.
Le conseil municipal n’est au courant de rien sur la gestion des marchés nouvellement mis en place par l’exécutif. Le parti politique Freedom a déjà demandé des détails de leurs attributions, mais en vain. D’après les responsables de la CUA, ces marchés ne représentent encore aucune ligne de crédit en faveur de la CUA pendant une période allant jusqu’à 18 mois alors que les bruits courent que ces marchés sont déjà gérés par des particuliers.
Madaplus.info0 partages

La publication de la loi organique relative à l’élection présidentielle a fait le buzz sur les résea...

Lors de la tenue d’une session extraordinaire entre le parlement et les membres du gouvernement la semaine dernière, ils ont finalement confirmé le peaufinage de la loi organique sur l’élection présidentielle.
Ce projet de loi organique a été publié dans les réseaux sociaux depuis la fin de semaine dernière. L’édition en ligne de ce document a semé la discorde, notamment sur la démission du président de la République s’il se porte candidat. Ce dernier devrait démissionner de son poste en vertu de l’Article 46 alinéa 4 de la Constitution. Ladite démission a exclusivement pour objet de respecter les dispositions de cet article. S’il n’est pas candidat au second tour du scrutin, sa démission devient caduque. Le président de la République en exercice reprend les attributions présidentielles qui lui sont conférées par la Constitution jusqu’à la date de passation de pouvoir avec son successeur. Le juriste Imbiki Harilaza a expliqué que la Constitution ne stipule pas la disponibilité, mais de démission dans Article 46 et la loi organique ne peut pas modifier la Constitution. Lui d’ajouter que si ce projet publié sur les réseaux sociaux a été déposé auprès de l’Assemblée nationale, il serait impossible de voter ladite loi organique puisque ces dispositions comportent des interprétations erronées des dispositions passionnelles. De toute façon s’il faut une interprétation, on peut faire soit par voir référendaire, soit par consultation auprès de la HCC.
News Mada0 partages

Tontolon’ny sary : nahazo foibe vaovao ny Tantsary

Notokanana ny asabotsy 24 febroary teo, teny Antaninandro ny foiben’ny fikambanana Tantsary. « Fikambanana maromaro izahay no mampiasa ity trano nampitondraina ny anarana « Nofy maitso » ity », hoy i Andriatsihoarana Raoto, filoha mpitarika ny Tantsary. Manomboka izao,  ao indray ny birao hisolo ny tetsy amin’ny Tahala Rarihasina Analakely. Nambarany fa ho maromaro kokoa ny zavatra hatao ao amin’izany foibe vaovao izany. Iray amin’ireny ny hanatanterahana ny fankalazana ny faha-10 taon’ny fikambanana. Ao ihany koa ny vina hanatanterahana fampirantiana ao anatina fotoana maharitra, « satria misy efitrano iray lehibe ahafahana manao izany ny « Nofy maitso », hoy ihany izy.

Nambarany ihany koa fa « araka ny anaran’ny toerana, somary hirona bebe kokoa any amin’ ny fiarovana ny tontolo iainana sy fampiroboroboana izany ny asa iandraiketan’ireo fikambanana mampiasa ity trano etsy Antaninandro ity ».

Marihina fa anisan’ireo fikambanana manana ny toerany eo amin’ny fampivelarana ny sary sy ny tantara an-tsary malagasy ny Tantsary. Iray amin’ireo tetikasa sahaniny ny « Gasy bulles » izay sehatra lehibe ifanenan’ny talenta maro.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Saika lasa ny vola 160 tapitrisa Ar… : tratra ireo tambajotran-jiolahy saika hanafika teny Ivato

 Saron’ny polisy ny alakamisy teo ireo tambajotran-jiolahy nikononkonona fanafihana mitam-piadiana teny amin’ny orinasa iray eny Ivato. Fantatr’ireo jiolahy ny fisian’ny vola 160 tapitrisa Ar saika hivoaka tao amin’ity orinasa ity…

 Andian-jiolahy miisa valo indray voasambotry ny polisy misahana ny heloka bevava (BC), ny alakamisy lasa teo teny amin’ny faritra Ivato iny noho ny fikononkononana fanafihana mitam-piadiana. Nahazo loharanom-baovao mialoha ny polisy momba ny fisian’ireo andian-jiolahy mikasa hanafika orinasa iray eny Ivato. Nanao fanadihadiana avy hatrany ny polisy ka tamin’izay no nahafantarana fa misy vola mitentina 160 tapitrisa Ar hivoaka ao amin’ity orinasa ity ny faran’ny herinandro teo. Ny alarobia 21 febroary 2018 teo no voalaza fa fotoana tokony hamoahanan’ny orinasa ilay vola. Efa nametraka paikady mialoha araka izany ny polisy hiarovana ny fivoahan’ity vola ity. Niatrana teny an-toerana avy hatrany ny polisin’ny BC ka tsikaritra tamin’izany ny fisiana lehilahy roa efa nihaodihaody manodidina ilay orinasa. Nosamborin’ny polisy avy hatrany izy roa lahy ireo ka hita tany amin’izy ireo nandritra ny fisavana ny basy pistolet roa miaraka amin’ny bala maromaro. Nentina nanaovana fanadihadiana ry zalahy ka niaiky ny heloka vitany ary nilaza fa nikasa hanao fanafihana tao amin’ity orinasa ity tokoa ry zalahy sy ireo namany.

Nitohy hatrany ny fanadihadiana ka nanao tohivakana ny fisamborana ny naman’ireto jiolahy tratra ireto. Fantatra nandritra ny fanadihadiana hatrany fa lehilahy iray mpamily am-perinasa ao amin’ilay orinasa ihany no mpanome vaovao ireto olon-dratsy ary mpamily niasa tao amin’ilay orinasa teo aloha no miara-miasa amin’ity farany. Ity mpamily teo aloha ity avy eo no mampandre ireo andian-jiolahy mba hanao fanafihana amin’ilay orinasa.

Jean Claude

News Mada0 partages

Lamaody sy fitafiana : mbola mahasarika ny maro ny akanjo vita zaitra

 Na eo  aza ny fitobaky ny friperia sy ny vita sinoa, mbola manana ny toerany sy ny lanjany  ny fitafiana na koa ny lamaody vita  zaitra eto an-toerana. Manaporofo izany ny hamaroan’ireo mianatra sy manaraka fiofanana amin’ireny ivontoerana  ireny. Ampirisihina koa anefa ny mpianatra mba hanome lanjany ny fiofanana ataony miaraka amin’ny fanamafisana ny  fitsipi-pifehezana ao an-tsekoly. “Mba  hisorohana sy hitandroana ny hatsaram-pitondrantenan’ny mpianatra ka hifandray sy hifampita vaovao hatrany  ny mpanabe sy ny ray aman-dreny”,  hoy ny talen’ny Eccova, Rtoa Volana tetsy Antanimena ny asabotsy teo. Mihatsara hatrany rahateo ny vokatra eo anivon’ity foibe ity ary nitombo 25%  izany. “Samy niezaka  ny mpianatra, mpanabe ary ray aman-dreny”, hoy ihany izy.

Tsiahivina fa nifampiarahaba noho ny  taona  vaovao izy ireo tamin’io fotoana io ary nanehoana koa ireo lamaody sy asa vitan’ny mpianatra izany.

Fantatra tamin’izany koa fa  hatao ny 16 sy 17 mey izao ny fanadinam-panjakana eo amin’ny tontolon’ny zaitra sy ny lamaody.

Synèse R.

News Mada0 partages

Ankazoabo : dahalo roa lavon’ny zandary

 Rotiky ny balan’ny zandary ireto dahalo roa lahy ireto  tao Andohanampandrana Ankazoabo Sakaraha , ny asabotsy alina teo. Fito lahy ry zalahy no nifanenjehana ka azo sambo-belona ny roa raha tafaporitsaka kosa ny telo.

 

News Mada0 partages

Antsiranana II : matin’ny fitsaram-bahoaka ireo roa lahy voalaza fa dahalo

 Maty tsy tra-drano vokatry ny fitsaram-bahoaka tao amin’ny kaominina ambanivohitra Sadjoavato Antsiranana II, omaly maraina ireo roa lahy nahiahin’ny olona fa dahalo raindahiny amin’ny halatra omby. Araka ny fampitam-baovao voaray avy an-toerana, nifanenjehan’ny andian’olona marobe izy roa lahy ireto ka nofatorana taorian’izay. Notaritarihina eran’ny tanàna sady narahina vono sy daka ary nozeran’ny olona ny vatobe. Nandritra ny ora maro no nanatanterahan’ny olona ity fitsaram-bahoaka ity ary samy tsy nisy mpandre ny mpitandro filaminana mihitsy na iray aza ireo andian’olona nanao fitsaram-bahoaka. Tsy naharesy tosika ny hatezeran’ny fokonolona anefa izy roa lahy ka maty tsy tra-drano. Efa maty kosa izy roa lahy vao tonga teny an-toerana nanao fanadihadiana ny mpitandro filaminana. Voalazan’ny loharanom-baovao hatrany fa efa nandrasan’ny olona hatry ny ela izy roa lahy ireto satria voalaza fa dahalo raindahiny nampitondra faisana tao amin’ny kaominina ambanivohitr’i Sadjoavato.

Mirongatra indray ny fitsaram-bahoaka tato ho ato. Tsy tonga eny anivon’ny mpitandro filaminana intsony ireo mpangalatra na ireo voarohirohy fa avy hatrany dia iharan’ny fitsaram-bahoaka toy izao. Na tondro molotra sy ahiahy fotsiny aza dia amoizana aina toy izao ka tokony hojeren’ny tompon’andraikitra ihany ny momba itony fitsaram-bahoaka itony.

J.C

News Mada0 partages

Polisin’ny CSP4 : olona 22 voasambotra tao anatin’ny herinandro

 Nanatanteraka hetsika “Opération coup de poing”  ny polisin’ny CSP4 eny Isotry. Olona miisa 22 voasambotra tao anatin’ny herinandro, izay ahitana mpanendaka, mpanao sinto-mahery, mpamaky trano, mpividy halatra, mpanao vola sandoka. Mpidoroka rongony miisa telo ihany koa no tra-tehaka tamin’ny fisafoana amin’ny andro alina niaraka tamin’ny vola 800.000 Ar, ary saika mbola nihevitra ny hanome kolikoly sy tsolotra ireo polisy ihany kanefa nanda avy hatrany ireto farany.

Amin’izao fotoam-pahavaratra izao, miampy ny fahatapahan’ny herinaratra sy ny fiatrehana sahady ny fetin’ny Paska, mihamahazo vahana ireo mpanao ratsy. “Fisafoana andro sy alina, fidinana tampoka eny amin’ireo faritra mafana, fisamborana ireo mpanao sinto-mahery amin’ny alalan’ireo polisy manao fanamiana sivily, fandravana ireo toerana fieren’ireo mpidoroka rongony sy fanomanany mialoha ny asa ratsiny ny hetsika natao”, hoy ny fanazavana. Anisan’ny tratra Rahery sy i Mainty izay mpamaky trano sy mpandray ireo entana halatra. Vao nivoaka ny fonja ny iray amin’izy ireto. Tratra tao an-tranony ireo entana maro toy ny « écran plat », « subwoofer », « ordinateur portable », « ordinateur complet » maromaro, « imprimante » sns. Mitohy ny hetsika.

Yves S.

News Mada0 partages

Traikefa avy amin’i Etiopia : mila manodim-bokatra ny indostria malagasy

Nitohy ny 21 febroary teo ny fihaonan’ireo iraka manokana avy amin’ny minisiteran’ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina, tamin’ny Dr Yohannes Ayalew, mpahay toekarena any Etiopia. Nohazavainy tamin’ireo Malagasy ireo ny somary « fahagagana » hita mampiakatra ny toekarena etiopianina, tato anatin’ny taona maromaro farany. Nambaran’ny Dr Yohannes Ayalew, fa « miankina amin’ny fanatanterahana ny stratejia napetraka izany, ary manana fanjakana matanjaka mandray anjara amin’izany asa fampandrosoana izany i Etiopia ».

Nisy ihany koa avy eo ny fifampiresahana tamin’ny mpiandraiki-draharaha momba ny toekarena ao amin’ny Vondrona afrikanina (UA), Victor Harrison. Nomen-danja tamin’izany ny harena marobe eto Madagasikara, antoky ny fampandrosoana ny toekarem-pirenena sy ho an’ny kaontinanta mihitsy aza amin’ny taona maro ho avy  manaraka. Nohamafisin’Atoa, Victor Harrison, fa tsy vita izany raha tsy eo ny indostria manodim-bokatra. Resy lahatra amin’izany rahateo ny Malagasy. Efa misy manao ihany izany eto amintsika, saingy tsy ampy betsaka matoa maro ny akora ny fototra misy manondrana any ivelany.

Nisy avy eo ny fandraisan’ny filoha etiopianina, MulatuTeshome, ireo Malagasy ireo. Nilaza izy tamin’izany fa tokony hanana politika matotra mijery ny ho avy ny fitondram-panjakana. “Noho izany, mety raha mifampizara traikefa ny firenena roa tonta hisian’ny fiaraha-miasa maharitra”, hoy ny filoha etiopianina.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Ambovombe – MEP sy ny Pnud : vita ny lalana mampifandray kaominina telo

 Noho ny fiaraha-miasa amin’ny Firenena mikambana, nampahalala ny zava-bitany any amin’ny faritra Androy ny minisiteran’ny Toekarena sy ny tetipivoarana (Mep). Fantatra izany nandritra ny fampisehoana tao amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena sy kolontsaina, ny 21 hatramin’ny 23 febroary teo.

Anisan’ny kaominina namoronan’ny MEP tetikasa, niarahana tamin’ny Pnud, ny any amin’ny distrikan’Ambovombe, faritra Androy, nanomboka ny volana jona 2017 hatramin’ny desambra 2017. Natao tamin’izany ny fanamboaran-dalana 11 km, mampifandray kaominina telo : Ambovombe, Tsimananada, ary Erada. 220.027 dolara ny vola lany tamin’ny tetikasa ; 850 ny vavy sy lahy nanao ny asa, nomena 3.200 Ar isan’olona isan’andro, niampy tahiry 3.200 Ar isan’olona isan’andro. Tahiry hatao hanatanterahana tetikasa hafa hampidi-bola ho an’ireo mponina ireo. Ny mponina any amin’ireo kaominina rehetra ireo izao, afaka mifandray sy mivarotra ny vokatra avy any aminy.

Miasa manokana ho an’ny faritra atsimon’ny Nosy ny Mep, mampisy fiovana any amin’iny faritra iny, malaza ratsy hatramin’izay amin’ny fahantrana. Tanjona ny famoronana asa ho fanampiana ireo mponina sahirana. Andrasan’ny mponina any amin’iny faritra iny koa ny fiantohana ny fandriampahalemana.

Manana andraikitra maro ny Mep amin’izany, ankoatra ny famaritana sy ny fitantanana politika momba ny toekarena, io minisitera io ihany koa ny mamolavola ny fomba hoenti-miasa. Atao izany amin’ny alalan’ny drafitrasa iray, fandrindràna, fanaraha-maso sy fanaovana tomban’ezaka amin’izay natao. Ny antontanisa azo mifandraika amin’izay, atao fitaovana handraisana fanapahan-kevitra hafa.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Ambatovy : la filière avicole en plein essor

Le projet pilote d’élevage de poulets de chair aux alentours du parc à résidus d’Ambatovy est aujourd’hui en plein essor. Sur les 40 familles vivant aux alentours du parc, 30 ménages bénéficiaires continuent à s’y impliquer. Les fonds réinvestis proviennent, entre autres, du financement d’Ambatovy lors du premier cycle d’élevage démarré en mai 2017.

Ces éleveurs se sont totalement approprié le projet. Ils sont aujourd’hui à leur cinquième cycle d’élevage avec plus de 1.100 poussins. Certains d’entre eux se sont même résolus à combiner l’aviculture à d’autres activités, comme l’élevage de bœufs et de porcs. D’ailleurs, cela a permis à ces bénéficiaires d’améliorer leurs revenus.

A rappeler que lors du démarrage de ce projet, Ambatovy a distribué aux bénéficiaires 4.000 poussins, des matériaux locaux pour la construction des poulaillers (bois, bambou…) et des aliments pour le premier cycle d’élevage. En outre, des sessions de formation sur les techniques d’élevage leur ont  également été dispensées.

Arh.

 

News Mada0 partages

Filohan’ny Antenimierampirenena : « mila sorohina ny korontana na krizy amin’ny fifidianana »

Hanao ahoana ihany ny fifidianana? Mila sorohina ny korontana na krizy, raha ny nambaran’ny filohan’ny Antenimierampirenena.

« Miara-miaiky isika fa raharaha sarotra ny momba ny fifidianana, indrindra ny fifidianana tomponandraikitra ambony miantoka sy iankinan’ny fiainam-pirenena manontolo amin’ny hoavy. Ny fifidianana filohan’ny Repoblika sy ny fifidianana solombavambahoaka izany. »

Io ny nambaran’ny filohan’ny Antenimierampirenena, Rakotomamonjy Jean-Max, tamin’ny fanombohana ny fivoriana tsy ara-potoana teny Tsimbazaza, omaly. Eo koa ny fanehoan-kevitra nataon’ny antokon’olona samihafa, mampiharihary fa raharaha lehibe mitana ny sain’ny firenena manontolo ny momba ny fifidianana.

« Mampiseho koa izany fa tsy maintsy atao vaindohan-draharaha ny fahamalinana mba hisorohana ny mety hisian’ny korontana na hiverenan’ny krizy politika hanahirana indray ny firenena« , hoy izy. Miantoka ny filaminan’ny firenena ny volavolan-dalàna hodinihina. Hiady hevitra izy ireo, ary aleo hisy ny adihevitra fa samy manana ny fomba fijeriny.

Mila banjinina ny tombontsoam-pirenena

Aoka ho zava-dehibe hibahana mandrakariva ny fibanjinana hatrany izay tena hahasoa ny firenena, ka atao ho fady ny tendrim-po tsy mba namana. « Izay tena hampiharihary ny maha tany demokratika sy maha tan-dalàna antsika no aoka haharihary sy himasoana, na eo amin’ny fandinihan-draharaha na eo amin’ny fanatanterahana », hoy izy.

Ilaina mandrakariva ny fahamailoana sy ny fahamalinana ary fametrahana ho ambony indrindra hatrany ny tombontsoa sy ny hasin’ny firenena. Ilaina koa ny fampandeferana ny hambompo diso toerana izay mety hanimba zavatra, ka handinihana am-pitoniana izay tena  mahasoa sy mampilamina. Izay mifanaraka amin’ny tombontsoam-bahoaka izany.

Tsy mampandroso ny korontana

Tsy misy fampandrosoana azo tanterahina ao anatin’ny korontana sy ny fisavorovoroana politika, fa vanim-potoana manahirana mandrakariva ny fifidianana. Andraikitra makadiry sy saro-pady iankinan’ny fifidianana madio sy mangarahara ary ny ara-toekarena no atao mandritra ny asa atao eto, ka mila fifantohana tanteraka sy fibanjinana hatrany ny soa ho an’ny firenena.

Volavolan-dalàna 15 no hodinihina sy holanina amin’izany. Anisan’ny lehibe amin’izany ny volavolan-dalàna momba ny fifidianana. Tsy mihoatra ny 12 andro ny faharetan’izao fivoriana tsy ara-potoana izao. Raha vita alohan’izay ny fandinihana ny lahadinika, faranana avy hatrany ny fivoriana.

R. Nd.

News Mada0 partages

Lois électorales : l’Exécutif fait machine arrière

Alors que la polémique a tourné autour de la démission du président de la République avant les élections, d’après les textes électoraux, le gouvernement a fait marche arrière en ôtant ce détail après avoir tâté le terrain.

Les documents ont fuité et les parlementaires ont déjà eu vent du contenu des textes sur la prochaine élection présidentielle. Ces documents ont ensuite été publiés sur les réseaux sociaux depuis le week-end dernier mais ont finalement été modifiés par le gouvernement au dernier moment. La session extraordinaire des parlementaires a débuté hier à Tsimbazaza et au Sénat. Cependant, aucun texte régissant les élections n’a encore été reçu jusqu’à hier bien que le chef du gouvernement, Olivier Mahafaly  Solonandrasana, a prétendu le contraire. «Les textes ont été déposés auprès des deux parlements», a-t-il fait savoir hier en marge de l’ouverture de la session extraordinaire à l’Assemblée nationale. Le président de la Chambre basse, Jean-Max Rakotomamonjy, a, de son côté, indiqué qu’aucun texte sur les élections n’a encore été déposé auprès de son institution. Il en est de même pour les députés qui ont affirmé ne pas encore avoir reçu lesdits textes.

Il semblerait alors que le gouvernement ait fait machine arrière. «Il est évident que les textes ont vite été modifiés», a indiqué un parlementaire de la Chambre basse hier. «Sinon, comment expliquer qu’aucun de nous n’ont encore reçu le texte alors que la session a déjà débuté ?», s’est-il interrogé. Il faut noter que les textes régissant les élections sont des lois organiques. «Une loi organique doit être déposée 15 jours avant son examen au Parlement», a-t-il poursuivi. Ce qui n’a pas été le cas jusqu’à hier. Une seconde session extraordinaire devrait ainsi se tenir prochainement.

Dans tous les cas, certains points n’ont pas été modifiés, à l’instar du report des élections pour différents motifs dont le cas de force majeure qui n’est aucunement spécifié par la Constitution, ou encore l’utilisation des bulletins uniques stipulée par le Code électoral. En effet, le nouveau texte stipule que l’usage du bulletin unique pourrait ne pas être effectif lors du second tour des élections.

La session a débuté hier et durera une douzaine de jours jusqu’à la convocation d’une seconde session. Une quinzaine de projets seront à examiner dont celui portant sur les élections, si ce dernier arrivera à temps. Dans tous les cas, «La priorité reste l’apaisement dans le pays», a indiqué Jean-Max Rakotomamonjy, lors de son discours d’ouverture.

T.N

News Mada0 partages

Volley-ball – «CCC Zone 7» : hitazona ny amboara eo an-tanany ny Zandary

 Hanainga, amin’ny alakamisy ho avy izao, ny ekipan’ny GNVB (Zandary), taranja volley-ball, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’ny faritra fahafito (CCC Zone 7). Fihaonana, hotanterahina atsy Seychelles, ny 1 ka hatramin’ny 10 marsa ho avy izao. Mialoha ny niaingany anefa, tonga nangata-tsodrano tamin’ny kaomandin’ny zandarimaria, ny jeneraly Ramiandrisoa Jean de Dieu, tetsy amin’ny Toby Ratsimandrava, ny delegasiona, omaly.

Tamin’izany no nanambaran’ny jeneraly Jean de Dieu fa efa fantany tsara ireo mpilalao ary matoky ny fahaizan’izy ireo ny tenany ka mbola mampirisika indray haka vokatra tsara. Nanolotra lelavola, mitentina 30 dôlara, ho an’ny ekipa moa ny tenany.

Nanoritsoritra ny lalan-kizoran’ny ekipa kosa ny mpitantana ny GNVB, izay nilaza fa hiezaka hitazona ny amboara efa eo am-pelatanany, hiatrehana ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika. Nanao tatitra ny zava-bita sy ny vokatra azon’ny ekipa GNVB, tamin’ny taom-pilalaovana 2017, ihany koa.

Tsiahivina fa norombahin’ny GNVB hatrany ny ho tompondaka ho an’ity faritra fahafito ity. Efa niatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika koa izy ireo, ny taona 2016 ka laharana faha-12, tamin’ireo firenena 24 nandray anjara ny ekipan’ny Zandary.

Marihina fa hiady ny lohany amin’ity “CCC Zone 7”, ho an’ny taona 2018 ity, i Seychelles mpampiantrano, i Kaomoro, i Maorisy ary i Rodrigues sy i Madagasikara.

Tompondaka

 Ireo mpilalao 12 mandrafitra ny GNVB :

1-Randriamparany Eric ; 2-Rakoto Miora Hariniaina ; 3-Andriamanoha Mamizara ; 4-Tolojanahary Nirina Benahy ; 5-Rakoto Andry Niaina ; 6-Kamaka Gerardinos ; 7-Andrianaivo Orlando ; 8-Rabarivelo Athanase ; 9-Andriamanoha Fenozara ; 10-Ramilavonjy Anicet ; 11-Rakotoarivony Saina ; 12-Razafinjatovo Manohisoa

Mpanazatra : Razafinjatovo Honoré ; Ranaivoson Jules Thierry.

 

News Mada0 partages

Lalao Asoimi : tsy manaiky fifidianana petatoko ireo minisitera

 Manamafy ny tsy fanekeny sy ny fanaovan’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena tery vaimanta hampandeha ny fifidianana izay ho filohan’ny Asoimi ireo minisitera sy ireo andrimpanjakana.

Nanohana ary nanamafy ny fanambaran’ny minisiteran’ny Rano, ny Angovo, ny Tetibola ary ny Antenimierandoholona, natao ny asabotsy lasa teo, ny amin’ny tsy mbola tokony hanatontosana ny fifidianana eo anivon’ny Asoimi, fikambanana mikarakara ny fanatanjahantena ho an’ny mpiasam-panjakana, kasain’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena hatao, rahampitso alarobia 28 febroary, ireo minisitera sasany. Anisan’izany, ny Fitsinjaram-pahefana, ny Tontolo iainana, ny Fifandraisan-davitra, ny mpamonjy voina, ny kaominina Antananarivo, ny Fampianarana ambony, ny Fanabeazam-pirenena, ny jono an-dranomasina ary ny avy amin’ny primatiora, notarihin’ireo tomponandraikitra isanisany, nitafa tamin’ny mpanao gazety, teny 67 ha, omaly. Ho azy ireo, betsaka loatra ny tsy fanarahan-dalàna sy ny peta-toko.

«Mitovy hevitra izahay rehetra, nanao fanambarana na ireo nilaza izany teny Ampandrianomby,  ny asabotsy lasa teo, na ny androany (omaly alatsinainy), mahakasika ity fifidianana ity. Manoloana izany, miangavy sy manao antso avo ho an’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena izahay hanemotra izany. Tsy mbola nisy ny fivoriambe, nandinihana ny lalàm-pifidianana sy ny lisitry ny mpifidy. Aminay, misy politika ao ambadik’izao satria misy olona tian’ireo komity mpikarakara ny fifidianana hapetraka ao»,  hoy Rakotomanana Falitiana, mpitondratenin’izy ireo.

Mahagaga fa nangataka ny anaran’ny solontena handrafitra ny komitim-pifidianana ry zareo,  ny 12 desambra 2017, saingy hatreto, tsy nisy fiantsoana voaray mahakasika izany. Ankoatra izay, nohamafisin-dRandriamiarinarivo Abel, filohan’ny Asoimi, sy Ralaidosy Jean Claude, sekretera jeneraliny, fa misy fanavakavahana sy fanilihana olona ihany koa amin’ity fifidianana ity.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Chronique : incohérences symptomatiques de la politique de l’enseignement

Une fuite en avant pour faire du chiffre sans souci ni de la qualité ni de la pertinence de l’enseignement que l’on organise, ne permet d’espérer ni sortir le pays de l’état de médiocrité ni élever avec équité le niveau d’instruction de la population. Les inégalités se creusent et ce n’est pas le système actuel que développe le ministère de l’enseignement, qui contribuerait à favoriser une préparation efficace de la jeunesse aux réalités du pays. Sans besoin de s’appesantir sur le déficit de l’éducation destinée à élever la mentalité par la dispense d’une discipline citoyenne, sans nécessité de revenir à l’inadéquation criante du retard à établir des filières de formation qui manquent cruellement aux secteurs économiques de base, industrie et agriculture, même à faire l’impasse sur ces tares qui pénalisent autant le développement humain que le développement économique, on ne peut ignorer les inconséquences de plus en plus apparentes dénonciatrices de  de la politique hypocrite budgétivore que le pouvoir accentue.

On pourrait se laisser séduire par l’allocation d’un budget de mille milliards au ministère de l’Enseignement, ce qui au-delà de leur incompétence plaiderait au moins des meilleures intentions des responsables. Même pas à bien y regarder ! Ça serait faire injure à leur niveau intellectuel que de penser qu’ils ne sont même pas capables de conclure qu’avec du « moins bon » on ne peut espérer faire « du meilleur ». C’est pourtant ce qu’ils font. Voulant à tous prix faire du chiffre, ils multiplient les établissements. Or il est apparu au fil des années que la dispense de l’enseignement a périclité pour plusieurs raisons, la principale étant que du statut de notable on a réduit les enseignants des écoles primaires publiques à l’état d’« instit smicard », ce qui n’est pas rien quand on sait que dans le pays les bas salaires autorisent à peine à se démarquer des « va-nu-pieds ». Qu’importe l’incohérence à faire passer l’enseignement comme première priorité tout en salariant les enseignants dans la catégorie des plus mal- payés de la fonction publique, le Président actuel, patron de l’exécutif, se gargarise d’avoir réussi à appliquer le remède magique : recruter des milliers d’enseignants moins bien formés que les « instits smicards » qui eux-mêmes n’ont su freiner la chute de l’enseignement public à une crasse médiocrité.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Le temps

Notre correspondant tananarivien nous écrit :

À partir du 6, le temps s’est brusquement brouillé en Émyrne. Tout indiquait l’action d’un cyclone au loin. Mais où ?

Nos services sont si mal organisés que, pendant plusieurs jours, pas un des bureaux du Gouvernement Général ne put dire rien de certain.

On dit d’abord que c’était Majunga qui était atteint ; d’autres soutenaient que c’était Tamatave ou même la Réunion…

Une pareille « organisation » est le comble du ridicule, ou plutôt de l’intolérable.

Enfin, le 9, des renseignements commencèrent à arriver.

La région majungaise n’avait pas de cyclone mais se trouvait sous un déluge affreux, inondant des lieux habités, interrompant les communications.

Le météore était entré dans la grande île par Mananjary, était parvenu près de Fianar en touchant au passage Ambositra. Il y a des dégâts.

Nous sommes tous heureux ici de savoir que pour cette fois vous autres, Tamataviens, avez été épargnés.

En Émyrne, le temps a eu une tenue raisonnable. Des accalmies de la pluie ont prévenu le danger d’inondation ; les riz vont bien. Aujourd’hui, dimanche, encore un peu de grisaille court le ciel ; la température est fraîche.

La réquisition des riz de récolte en Émyrne est prononcée. Hier, samedi, la Municipalité a procédé à la distribution des cartes de riz aux Européens. Elle s’occupe aussi des besoins de la population indigène. Enfin, M. Berthier (Administrateur-Maire) est en train d’achever son projet de Boucherie municipale, qu’il a conçu depuis assez longtemps déjà. L’état sanitaire à la capitale est satisfaisant.

Le Tamatave

Au moins, c’est net

Les indigènes malgaches ont horreur du papier monnaie, nous l’avons dit mainte fois, mais ils n’avaient pas encore témoigné leur antipathie aussi ostensiblement qu’à Nossi-Bé, où plus de deux cents Antemoros ont quitté les chantiers pour n’y plus revenir.

Ces camarades « conscients et organisés » de l’océan Indien ont signifié à leurs employeurs qu’ils ne travailleraient dorénavant que chez ceux qui les paieraient en piastres.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : matroka afenina ao anatin’ny haizina

Tia manjakazaka, manararaotra, te hiavaka amin’ny besinimaro, manositosika ny fifamoivoizana amin’ny fampanenoana sirène sy firimorimon’ny fiara mpitarika mandrehitra jiro maro loko ambony tafo ny ankamaroan’ny manam-pahefana izay tsy manana alàlana hanao fisavasavan-dàlana toy ny fahita azy. Tsy vitan’izany anefa fa mbola miafina ambadiky ny fitaratra maizina toy ny olona misaron-tava. Mandika lalàna noho izany izy ireny.

Tsy ny fiafenany ao anatin’ny fiara tsy ahafantaran’ny aty ivelany an’izay olona ao anatiny akory no tsy ara-dalàna, fa ilay fanjakazakana amin’ny fanilikilihana ny sasany amin’ny tsy rariny.

Inona loatra ary no mahatonga ny mpitondra handrara ny olon-kafa tsy hahazo mitaingina fiara matroka fitaratra, fa izy mpitondra ambony ihany no manana zo hampiasa ireny fiara tsy ahitana ny mpitaingina ao anatiny ireny? Ny fampiasan’ ny jiholahy an’ireny fiara ireny ahafahany mivenjivenjy eran’ ny tanàna hono ny antony. Izany hoe fepetra noraisina hitsinjovana ny fandriampahalemana ary tsy ahafahana manafangaro ny manam-pahefana amin’ny ny jiolahy.

Tsy ampy anefa izany valin-teny izany. Antony inona no maniraka ny manam-pahefana hiafina ambadiky ny fitaratra maizina ? Fa dia nanao ratsy toy inona ? Tsia ! Naman’ny fahamalinana izany hono. Fomba anamafisana ny fiarovana an’ireo manam-boninahitra. Raha misy mitady hanao ratsy azy ireny, tsy mampiavaka azy toy ny mpamosavy am-pamoloana amin’ny diavolana ve ? Mivandravandra toy ny vay an-kandrina. Ny mpanao ratsy matetika tsy misafidy, ny tanjony dia ny famelezana ny iray amin’ireo mpiray tetika ao anatin’ ny firaisankinan’izy ireo.

Rehefa izay anefa ny didy apetraky ny mpitantana dia tsy maintsy hajain’ny rehetra. Indro kely anefa, iaraha-mahafantatra fa ilaozan’ny mpandingana lalàna ny fikarohana ny lafiratsin’ny fepetra. Izay sahy maty no mifono lambamena. Andramany ny fomba ampifangaroana azy ireny avy aty ivelany amin’ny manam-pahefana. Fantany fa sarotra ho an’ny mpitandro filaminana ny hanakana sy hampijanona ireny fiara izay sady vao sy matanjaka no mivatravatra ireny mba hisavany iza marina no ao anatiny. Ho an’ny mpitazana moa dia ry zalahy samy matanjaka ireny, tsy hita ho avakavahana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : lâche lâchage symptomatique

On ne va pas plaindre dame Claudine Razaimamonjy, parmi ceux qui se sont fait prendre pour des raisons d’égale gravité, elle n’est sans doute pas la plus mal logée. Cependant lorsque le patron de l’organe chargé de la lutte contre la corruption annonce d’autres poursuites à son encontre, on ne s’empêche de penser à son lâche lâchage par ses ex-amis non seulement en tant que bouc-émissaire mais avec l’espoir caché de la voir servir de « victime-expiatoire ». Mauvais calcul de ces opportunistes. Dans l’opinion elle ne saurait plus apparaitre victime, mais de plus au regard du public, sa condamnation ne suffira pas à expier les forfaitures impunies que l’on soupçonne à travers les infractions de apparentes. Cette persienne laisse transpirer les opacités du système et jette la lumière sur les acteurs intouchables.

News Mada0 partages

Ikm : «liberté & capitalisme» en peinture

Fort du succès de sa première exposition intitulée «Anio», Jean-Nirina Razafindralambo réitère l’expérience avec «Liberté capitalisme». Une exposition de peintures atypiques à découvrir à l’Ivon-toeran’ny kolontsaina Malagasy (IKM), à Antsahavola,  du 5 au 30 mars.

Actif dans le milieu du 3è art, Jean-Nirina Razafindralambo propose une double installation en deux mois. A travers sa nouvelle exposition, l’artiste trempe encore son pinceau dans l’histoire.  «Sa thèse principale est que la liberté économique est une condition nécessaire à toute liberté politique, s’adressant à un large public et non aux seuls économistes», argumente l’artiste peintre. Ses œuvres s’inspirent du fauvisme, de l’expressionnisme et du collage.

L’originalité de l’activité du Jean-Nirina est due à son bagage artistique et culturel bien rempli. Il a porté haut l’étendard de la Grande île lors de la 3è édition Festival mondial des arts nègres de Dakar, à l’orée de l’année 2010. Un an plus tard, il  a présenté son premier one-man-show  «Indiscrétion, ombre et lumière» sur les murs de l’IFM Analakely.  Dans la foulée, il a également exposé à la Galerie de portraits de Tuzla en Bosnie-Herzégovine.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Gisa mainty : environ 700 projections effectuées

Le film de Scoop Digital «Gisa Mainty» a été tournée en 2016. Sorti officiellement au mois de mars 2017, ce long- métrage dure 90 minutes. Pour le promouvoir, la maison de production a opté pour une tournée nationale afin de sensibiliser la masse à voir des films en salle. Un an après, elle a effectué plus de 700 projections dans toute l’Île.

«Gisa Mainty est plus qu’un simple film de divertissement», a annoncé Mamitiana Razafimandimby, directeur général de Scoop Digital. Incarné par Francis Turbo, le personnage principal est une victime des coups bas faits par les politiciens. Pour y remédier, il prend ses responsabilités. «Ainsi, avec l’élection présidentielle qui approche, nous avons organisé une séance de diffusion spéciale, vendredi dernier, à l’American center Tanjombato, durant laquelle plusieurs politiciens étaient invités».

En effet, le cinéma est aussi un outil rapide et efficace pour transmettre un message à la grande masse. «Nous allons continuer dans ce sens pour la prochaine saga de « Gisa mainty», a-t-il ajouté. Au fait, leur objectif est d’effectuer 2 000 projections. «A chaque projection, nous travaillons avec une association caritative et lui offrons 35% de la recette», a-t-il conclu.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Efa arahi-maso ny fivoarany : ahina ny fiforonan’ny rivodoza vaovao

 Misy fiforonana rivodoza ahina hahakasika an’i Madagasikara any amin’ny 650 na 700 km avaratra atsinanan’ny Nosy, araka ny fanazavan’ny teknisianina mpamantatra ny toetry ny andro, Ampandrianomby, omaly. Mbola lavitra ny faritra misy azy fa efa arahi-maso ny fivoarany indrindra manomboka tamin’ny fiarafan’iny herinandro iny. Mety hahakasika ny morontsiraka atsinanana toy ny rivodoza Ava farany teo ity rivodoza vaovao ity. Azo heverina koa ny tsy hidirany eto amintsika mihitsy fa hipaka amin’ny Nosy manodidina antsika. Mbola tsy niforona aloha, hatreto, ny rivodoza fa fanahiana ny nambaran’ny teknisianina ho an’ny fiandohan’ny volana marsa. Miditra amin’ny tapany faharoa amin’ny fotoam-pahavaratra isika amin’izao. Mikorontana ny toetry ny andro indrindra ny eto Antananarivo momba ny rotsak’orana. Mbola hitohy ny orana anio eto an-dRenivohitra indrindra ny tapakandro hariva ary hiverina koa izany ho an’ny faritra atsimo amin’ny atitany sy any amin’ny faritra Melaky. Tsy hiova loatra ny maripana amin’ny ankapobeny, hitoetra ny hafanana , 18°C ny maripana ambany indrindra eto Antananarivo raha 29°C ny ambony indrindra.

Nanambara ny tomponandraikitra ao amin’ny Apipa, omaly, fa nidina avokoa ny haavon’ny rano telo madalo amin’ny lemak’Antananarivo ka tsy misy atahorana amin’ny fiakarana.

Vonjy A.

News Mada0 partages

USAID : hamatsy rano madio ny Rano Wash

Tetikasa vaovaon’ny USAID ny Rano Wash, hanatsarana ny fahazoan’ny Malagasy rano madio, fahadiovana sy fidiovana any atsinanana sy eto afovoan-tany.

Haharitra dimy taona ny tetikasa ary mitentina 30 tapitrisa dolara. Hanatsarana ny fahazoana rano madio, fahadiovana sy fidiovana any amin’ny faritra ambanivohitr’i Madagasikara izany. Vondron’orinasa no hanatanteraka ny tetikasa “Rural Access to New Opportunities in Water, Sanitation and Hygiene” na fahazoana rano, fahadiovana sy fidiovana any ambanivohitra (Rano Wash) izay tarihin’ny Care,  ary ahitana ny Catholic Relief Services, Water Aid, Bush Proof sy Sandandrano.

Efa voalamina hatramin’ny 2022 ny lahasa rehetra hotontosaina. Hanatsara ny fahasalaman’ny mponina any amin’ny faritra 250 ny tetikasa: Vatovavy Fitovinany, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Amoron’i Mania, Matsiatra Ambony ary Vakinankaratra.

Maherin’ny 600.000  ireo olona hahazo tombontsoa amin’ny tetikasa, ka ny 300.000 amin’ireo  hahazo rano fisotro madio amin’ny alalan’ny tambajotra fitsinjarana miisa 140 izay tantanan’ny orinasa eto an-toerana ary hofanin’ny tetikasa.

Misy olona 375.000 hafa koa afaka hisitraka fotodrafitrasa fidiovana amin’ny fanatsarana sy fanavaozana ny toeram-pidiovana sy fivoahana. Rafi-panjakana miisa 190, no hahazo an’ireo fotodrafitrasa fahasalamana nohatsaraina ireo. Anisan’izany ny tobim-pahasalamana sy ny sekoly.

 Ifarimbonana ny asa famatsian-drano

Hiara-hiasa amin’ny minisiteran’ny Rano, ny angovo sy ny solika ary ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka  ny rano Wash. Hamolavola politika sy paikady izy ireo. Hohamafisina amin’izany ny fanaraha-maso sy fanaovana tombana amin’ny fanomezana fitaovana enti-miasa sy fampiofanana. Ny fiarahamonim-pirenena sy ny mpiara-monina koa  ho afaka manantena asa azo antoka, ampy sy taka-bola amin’ny alalan’ny tetikasa.

 Hiara-hiasa amin’ny mpiara-miombona antoka sy ny tambajotran’ny mpanentana fahasalamana ny tetikasa  amin’ny fanandratana fihetsika ara-pahasalamana toy ny fampiasana rano fisotro madio sy lavapiringa, fanasana tànana sy fitandroana ny fahadiovana, ny fahadiovana mandritra ny fadim-bolana ho an’ny zazavavy sy ny vehivavy, ny fihinanana sakafo madio ary ny fikarakarana ny fako.

Eo amin’ny antsasaky ny tokantrano ambanivohitra eto Madagasikara no tsy mampiasa lavapiringa (42%) na tsy mahazo rano fisotro madio (44%), araka ny fanadihadiana notontosaina tamin’ny 2016. Hanampy hanarina ny lesoka ny Rano Wash hanatsara ny fahasalamana isan-tokantrano any amin’ny fiarahamonina ambanivohitra.

 Tatiana A

News Mada0 partages

Maison de force de Tsiafahy : 3/4 des détenus sont des jeunes

Trois quart des détenus de la Maison de force (MF) de Tsiafahy sont composés de jeunes. Le seul établissement pénitentiaire à Madagascar où les criminels classés dangereux sont placés en détention.

Leur âge se situe entre 22 et 35 ans. «En général, ils sont inculpés pour association de malfaiteurs et attaque à main armée», selon le directeur de la MF de Tsiafahy, le contrôleur d’administration pénitentiaire Stéphanson Zafilahy. Ils ne sont pas tous issus de milieux défavorisés, comme on a toujours tendance à le penser. En effet, parmi eux, il y a des diplômés d’université issus de familles plus ou moins aisées, ainsi que des policiers et des gendarmes.

Certes, d’autres détenus portant les mêmes inculpations sont emprisonnés dans les autres prisons, mais ils sont envoyés par les juges à la MF de Tsiafahy de par leur acte qualifié de barbare et surtout sanguinaire.

Surpopulation carcérale

Le comble de cette situation est que la MF de Tsiafahy vit actuellement la surpopulation carcérale, soit trois fois plus de sa capacité d’accueil qui est de 350 personnes. Sur les 1 021 recensés, 499 sont des prévenus, 280 des condamnés, 235 des cassationnaires et 7 des appelants. L’âge des détenus varie de 22 à 65 ans.

En vue de diminuer la surpopulation pénale, une nouvelle prison, qui va toujours de pair avec un tribunal de première instance, sera construite cette année. Selon la ministre de la Justice Alexandrine Elise Rasolo, «Elle sera bâtie à Ambohitrabiby, dans le district d’Avaradrano».

Sécurisation des lieux

Afin de renforcer la sécurité des lieux, un projet d’électrification de la MF de  Tsiafahy est actuellement en étude. En effet, depuis sa mise en œuvre en 1908, cette prison n’avait fonctionné que sous groupe électrogène. Et ce, à raison de 3 h seulement la nuit. Une situation que la ministre de la Justice et le représentant résident du Système des Nations unies à Madagascar se sont efforcés de résoudre, en se rendant sur les lieux samedi dernier pour une étude de préfaisabilité du projet.

La clôture du domaine de la MF de Tsiafahy et la construction de logis pour le personnel ont été également

discutées. Et ce, pour épargner aux agents pénitentiaires en charge de cette prison

des allers-retours incessants entre le centre ville et Tsiafahy, qui est situé à 25 km de la capitale.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Ocean indien : une tempête en vue

Une tempête tropicale modérée (TTM) pourrait se former au nord-est de Madagascar à partir de jeudi, selon la météo. Plus précisément aux alentours des îles Mascareignes.

En effet, les conditions défavorables à la cyclogenèse qui ont régné durant la majeure partie de ce mois de février laissent progressivement place actuellement à une situation favorable à la reprise de l’activité cyclonique. «La raison de cette résurgence est le retour de l’ondulation intra-saisonnière de Madden-Julian (MJO) dans l’océan Indien», selon la publication de cycloneoi.com, sur son blog, hier. C’est-à-dire qu’une phase humide commence à déferler sur le bassin sud-ouest de l’océan Indien, favorisant le cyclogenèse de cette TTM. Une situation confirmée par le chef prévisionniste de Météo Madagascar d’Ampasampito, Rivo Randrianarison. Toutefois, ce dernier de souligner qu’il «Il est encore trop tôt de prévoir la trajectoire, l’intensité ou les menaces que cette TTM va déclencher». D’ajouter que, «Cette TTM se dirigera, soit vers la Grande île, soit vers les îles sœurs».

Sera R.

 

 

News Mada0 partages

IVe arrondissement : des aliments nutritifs pour les familles défavorisées

Dans le cadre de ses actions sociales et d’aide à la lutte contre la malnutrition, le IVe arrondissement a distribué des aliments nutritifs et du lait auprès des familles défavorisées de sa circonscription. Sous l’égide du délégué au maire, Solofoniaina Daniel Ramahandrimanana et du conseiller municipal Ezéchiel Ralaimoria, plus de 200 mères et enfants ont été les cibles de cette action.

La cérémonie de remise de don s’est déroulée à l’EPP Madera Namontana ce week-end, où des élèves de la classe T5, en phase de passer les examens du CEPE, ont été également les bénéficiaires, à titre d’appui.

A cette occasion, des sensibilisations sur les principes d’hygiène, le maintien de l’assainissement du canal Andriantany, qui est actuellement en plein curage, ont été aussi effectuées.

A noter que ce nouvel acte social fait suite à la distribution gratuite de bulletins de naissance la semaine dernière auprès des élèves de cet arrondissement qui vont passer les examens du CEPE.

Sera R.

News Mada0 partages

D’un fait à l’autre

22 individus ont été arrêtés par la police du commissariat de sécurité publique d’Isotry durant l’«opération coups de poing» effectuée depuis le début de la semaine dernière. Parmi eux figurent des pickpockets, des voleurs à la tire, des cambrioleurs, des receleurs d’objets volés et des dealers de drogue.

Deux jeunes délinquants âgés de 17 et 18 ans ont été capturés par les policiers du 3e arrondissement samedi dans l’après-midi après d’une course poursuite engagée dans les ruelles d’Ankadifotsy. Une machette a été retrouvée sur eux. La semaine dernière, les deux adolescents ont attaqué trois piétons qui passaient dans les parages. Selon les explications, ils ciblent particulièrement les élèves qui rentrent de l’école.

 

News Mada0 partages

Analamanga : l’association Vavea officialisée

La communauté Vezo de la région Analamanga décide de se ranger sous une bannière unique pour renforcer ses liens ancestraux. Créée à cet effet, la section de l’association « Vahatse ‘ty Vezo aharo » (Vavea) de la capitale a été présentée officiellement, le week-end dernier, à Antananarivo.

Les membres de la communauté Vezo de la capitale et ses périphéries seront désormais plus unis que jamais, d’après les déclarations du président régional de la section Vavea d’Analamanga, Jacques Tsiolavy, lors de la cérémonie de présentation de l’association dans la capitale. Après un bref aperçu des objectifs de l’association Vavea, il a spécifié que la section Analamanga vise à renforcer l’entraide entre les Vezo résidant à Antananarivo et ses environs dans différents domaines, dont le volet social et économique en particulier. En référence aux directives nationales de l’association, cette section nouvellement créée focalisera sa priorité sur la préservation de l’environnement et spécialement dans les zones marines, centre d’intérêt des activités génératrices de revenus de la communauté Vezo, constituée principalement de pêcheurs.

Le bureau régional appelle à une adhésion massive des Vezo, pour faciliter les éventuelles prises en charge en cas de besoins, puisque l’unité a toujours fait la force de cette ethnie originaire de Toliara, selon son secrétaire général. D’après l’historique retracé par le président régional Jacques Tsiolavy, l’association a été fondée en 2012 à Toliara, où est implanté son siège social fixe. La mise en place de cette section Analamanga a été décidée suite à une mission de concertation menée par des membres du bureau national, suivie d’une Assemblée générale constitutive, le 2 décembre dernier, dans la capitale.

Manou

News Mada0 partages

Ankilimalinike – Toliara II : Cinq présumés meurtriers arrêtés

Les enquêtes se poursuivent au niveau de la gendarmerie de Toliara pour mettre la main sur les auteurs des meurtres commis dans une maison du village d’Ambolomailake, commune de Manombo, il y un mois. Jusqu’ ici, cinq présumés auteurs du crime ont été interpellés par les gendarmes dans le fokontany d’Ampotose, commune d’Ankilimalinike Toliara II pour être interrogés sur l’affaire.

Pour rappel, le meurtre s’est produit le  26 janvier dernier à Ambolomailake vers 19 heures. Des individus lourdement armés ont pris d’assaut la maison d’un villageois alors qu’à cet instant, les rues étaient encore animées. Ils n’ont pas hésité à abattre les trois membres de la famille pour s’emparer d’un panneau solaire. Selon les explications des gendarmes, trois autres individus sont encore recherchés dans le cadre de cette affaire.

ATs.

News Mada0 partages

Sava : les prix des PPN culminen

L’inflation reste au menu des préoccupations des ménages dans la Sava. Les démarches menées par le ministre du Commerce et de la consommation dans la région n’ont eu aucun écho positif sur les prix des produits de première nécessité.

Les mercuriales restent invariables dans les districts de la région Sava malgré l’ordre lancé par le ministre du Commerce et de la consommation, Chabani Nourdine, pour réviser à la baisse les prix affichés, lors de son passage dans la circonscription au cours du week-end. Le Task force qu’il a promis de mettre en place pour contrôler l’application de ses directives, dès le début de cette semaine, a été occulté par les opérateurs. Ses ordres n’ont donc pas été suivis puisque les prix des produits de première nécessité se stabilisent toujours à 600 ariary le kapoaka à Sambava et 800 ariary à Andapa contre le prix maximum de 500 ariary qu’il a ordonné.

La Sava ne jouira qu’exceptionnellement de la baisse du prix du riz annoncé par le ministre à cause de la culture de l’impunité implantée dans la région.

Manou

 

News Mada0 partages

Basket – coupe du president : les clubs d’Analamanga se démarquent

La bataille pour la Coupe du président bat son plein, comme ce fut le cas pour la Zone centre où les grosses pointures commencent à laisser leurs empreintes en vue de la grande joute nationale à l’image des clubs d’Analamanga étant les mieux placés pour passer au second tour.

Au tour de la Zone centre de déterminer les deux formations représentantes pour les play-offs. En effet, au terme de la 3e journée, les grosses pointures se sont démarquées aussi bien dans la poule A que dans la poule B. Et les clubs issus de la ligue d’Analamanga ont fait une véritable razzia. AMBB a mis le paquet face à la bande de Squad, un club représentant de la ligue d’Atsinanana, en s’imposant sur le score de 64 à 47. Dans la même poule, MB2All a littéralement écrasé AS Fanalamanga de l’Alaotra Mangoro sur le score fleuve de 119 à 53.

Dans le groupe B, les éléments de la police nationale (Cospn) ont donné de fausses illusions aux basketteurs de l’USBA (Alaotra Mangoro) par 107 à 72 tandis que FBBC a sorti la tête hors de l’eau face à l’HKML sur le score peu ou prou serré de 52 à 36. Les résultats entre Angaredona-Ascut II dans la poule A ainsi que DBC-MBC sont encore attendus à l’heure où nous mettons sous presse.

Pour le compte de la Zone ouest, la finale entre les deux formations issues de la ligue d’Itasy (ndlr, qualifiées pour les play-offs à Toliara) s’est soldée par la victoire de l’ASB aux dépens de Cnaps, samedi dernier, sur le score serré de 108 à 91.

Rojo N.

Résultats de la 3e journée dans la zone centre :

Poule A :

– AS Fanalamanga (Alaotra Mangoro) # MB2All (Analamanga) : 53 – 119

-AMBB (Analamanga) # Squad (Atsinanana) : 64 – 47

Poule B :

– USBA (Alaotra Mangoro) # Cospn (Analamanga) : 72 – 107

-FBBC (Analanjirofo) # HKML (Atsinanana): 52 – 36

 

News Mada0 partages

Conflit domanial : vers la conciliation du légal et du légitime

Fin de séjour en terre malgache pour la délégation mauritanienne.  Avant son départ, la délégation a effectué une restitution des acquis en présence des responsables fonciers, hier à Anosy. Durant la cérémonie, la délégation n’a fait que réitérer sa satisfaction quant à la politique de réforme foncière malgache. «Nous partons avec le cœur plein d’optimisme. A notre arrivée, nous étions sceptiques. Mais maintenant,  nous savons que la réforme foncière est faisable en Mauritanie. C’est un long processus certes, mais nous allons y procéder pas à pas», a déclaré le directeur général des domaines et du patrimoine de l’Etat en Mauritanie, Maham Mohamed Yahya.

Ce dernier de faire savoir par la suite que les pays africains on le même problème en ce qui concerne le foncier. «Le processus de présomption de propriété est préservé par exemple. Et la réforme foncière décentralisée ne doit pas être effective. L’Etat a encore un droit de regard sur la question domanial», a-t-il suggéré.

Et bien que notre réforme foncière inspire de nombreux pays africains, elle ne sera pas figée. «Elle devra être contextualisée et adoptée à notre réalité. Nous devons concilier le légal au légitime. Souvent, les citoyens perdent la terre de leurs ancêtres suite à ce problème de légalité et de légitimité», a fait savoir le coordonateur national de la Cellule de coordination de la réforme foncière (CCRF), Jean Ousmane Camara.

Nadia

Ino Vaovao0 partages

MINISITERAN’NY JONO : Nisokatra ny fivoriamben’ny jono sy ny harena anaty rano

Tonga eto ny minisitra tompon’andraikitra mitarika izany. Ny alatsinainy teo no nosokafana tamin’ny fomba ofisialy tao amin’ny La promenade izy io. Mamelona olona eo amin’ny dimy hetsy (500 000) eo ho eo ny jono ary 7% ny harin-karena faoben’ny firenena malagasy no entiny.

13% ny fanondranana entana any ivelany ihany koa dia harena anaty rano avokoa. Toy ny fanao isan-taona dia jery todika ny asa vita sy amaritana ny lamin’asa amin’ny taona manaraka (2018) no natao ary mandray anjara amin’izany na ny avy ao amin’ny minisitera foibe na ireo avy amin’ny faritra. Tany Nosy Be tamin’ny taona lasa ary eto Mahajanga amin’ity taona ity. Hisokatra amin’ny voalohan’ ny volana marsa izao rahateo koa ny jono makamba.

Ny fitsinjovana ny taranaka amin’ny fitantanana maharitra ny harena anaty rano no tanjona. Anisan’ireo asa vitan’ny minisitera ny fametrahana sampan-draharaha amin’ny faritra 22 amin’ireo toerana mamokatra sy be vokatra. Nitombo 26% ny vokatry ny jono nentim-paharazana ary miditra amin’ny fametrahana ny jono madinika sy nentim-paharazana amin’ny sehatra matihanina ny minisitera. Eo ihany koa ny fanamafisana ny “aqua culture” sy fiompiana trondro isan-karazany, ary hisy ny fiompiana trondro eny an-dranomasina. Ao amin’ny Cda dia misy ny ivon-toerana vaovao fampanatodizana drakaka sy ny fana -pariahana ny fiompiana dingadingana. Ny tanjona dia hanalana ny fahasahiranan’ny vahoaka. Fantatra ihany koa fa hisokatra ny “aquamas”, fiompiana makamba any Soalala izay nihidy nandritra ny taona maro noho ny fisian’ny “virus white spot”. Misy fanodinana sakafon’ny trondro sy drakaka ihany koa eto Mahajanga.  

Miankina amin’ny ivon-toerana fampanatodizana ny fahazoana manondrana drakakaNahatratra 4225 taonina ny drakaka naondran’i Madagasikara tamin’iny taona lasa iny. Orinasa miisa 5 aloha no nomen’ny fanjakana fahazoan-dalana hanondrana hatreto mba hitsinjovana ny taranaka. Raha manodidina ny 700 taonina teo mantsy ny drakaka naondrana teo aloha dia niakatra tampoka izany noho ny fidiran’ireo orinasa mpanondrana drakaka velona. Niakatra ny vidiny ary nampiakatra ny fari-piainan’ny Malagasy maro izany, satria raha 3 000 Ariary ny kilao teo aloha dia tafakatra hatrany amin’ny 12 000Ariary izany taty aoriana.

 Na izany aza dia tsy maintsy tsinjovina ny fitrandrahana maharitra, hoy ny minisitra tompon’ andraikitra fa tsy avela ho lany taranaka ny drakaka. Izany no nahatonga ny minisitera manidy ny fanjonoana drakaka rehefa tratra ny fetran’ny 4 000 taonina eo ho eo. Raha 500 000 any ho any mantsy ny atodin’ny drakaka iray dia 10%, izany hoe 50 000 eo ihany no foy. Noho izany dia nanamboatra ivon-toerana fampanatodizana sy fanako- trehana atodina drakaka ireo fikambanan’ny mpanondrana drakaka ireo ka ao amin’ny Cda Amborovy no anaovana izany. Heverina ho vita amin’ity taona 2018 ity io ivon-toerana io.

Izy ireo indray no hizara sy hivarotra zanaka drakaka avy eo, ka afaka manabe sy mampitombo drakaka ireo izay efa nanamboatra  toeram-piompiana. Betsaka mantsy ireo nanao izany,  hoy hatrany ny minisitra. Misy eo amin’ny 12 eo izy ireo,  saingy tsy nanaraka fenitra na amin’ny elanelana tokony hisy eo amin’ny samy ‘ferme’ ihany ka tsy nahazoan’ny sasany fankasitrahana. Misy 45 eo ireo mpandraharaha amin’ny sehatry ny drakaka. Na izany aza dia mety tsy hahazo fahazoan-dalana hanondrana avokoa izy ireo satria mampidina ny vidin’ny drakaka eo amin’ny tsena iraisam-pirenena izay miankina amin’ny tolotra sy ny tinady ihany koa.

 Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FARITRA ANALANJIROFO : Niantso ny fanamarinana anarana ao anaty lisi-pifidianana

Lanonana izay nanasan’ny Lehiben’ny Faritra mivady an’ireo solontenam-bahoaka isan-tokony avy. Nandritra ny lahateny nataon’ny Lehiben’ny Faritra, Ramaroson Jacques dia nisy ny fampatsiahivana ireo asa vita nandritra ny taona 2017  nivalona iny. Teo ireo asa vita niarahana tamin’ny fanjakana foibe fa teo koa ireo asa vita niarahana tamin’ireo mpiara-miombon’antoka. 

Teo amin’ny lafiny fananan-tany, dia tantsaha maro no nisitraka fahazoana karatany tamin’ny alalan’ny tetikasa Casef. Dingana goavana vitan’ny Faritra Analanjirofo, tamin’ny taona 2017 iny, koa ny fahazoana lapan’ny Fitsarana ambaratonga voalohany, izay efa ao anatin’ny famaramparanana ny asa amin’izao fotoana izao, ka hisokatra ho an’ny vahoaka amin’ity 2018 ity.

Teo koa ny lafiny fanamboaran-dalana izay nanaovana dingana nandritra iny taona 2017 iny ary mbola mitohy amin’ity taona 2018.

Amin’ny maha taom-pifidianana ny taona 2018, nanentana manokana ireo olom-pirenena tsirairay ny Lehiben’ny Faritra Analanjirofo mba hanamarina ny anarany anaty lisi-pifidianana vonjimaika izay efa hita manerana ireo biraom- pokontany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

BIRAO MAHARITRA : Voalaza fa hisy ny fanonganana ireo Depiote manohitra ny Hvm

Voalaza aza fa efa nisy ny fanangonan-tsonia nataon’ireo solombavambahoaka tamin’izany, ka anisany voakasika tao anatin’io ny fanesorana amin’ny toerany ny filohany, Rakotomamonjy Jean Max. 

Noho ny tsy fahatanterahan’ireo birao ny asany araka ny tokony ho izy no fantatra fa antony saika nanalana azy ireo tamin’ny toerany tamin’izany. Tsy tanteraka anefa io vina io ary amin’izao dia mandeha indray ny feo mety hisy ny fanoloana ireo mpikambana eo anivon’ny birao maharitra, ka ireo depiote manohitra ny antokon’ny fitondrana ankehitriny Hvm no voakasika ao anatin’izany, araka ny loharanom-baovao voaray. 

Anisany tafiditra ao anatin’io ny Depiote avy amin’ny antoko Tiako i Madagasikara sy ireo Depiote tsy miankina. Fantatra fa amin’ny volana mey mandritra ny fivoriana ara-potoana voalohan’izy ireo amin’ity taona ity no hanaovana izay fifidianana sy ny fanoloana ireo mpikambana handrafitra ny birao maharitra eny anivon’ny Antenimierampirenena izay. 

Anisany takian’ny fanonganana ny birao maharitra tahaka izao ny hisian’ny maro an’isa eo amin’ny fanoloana ireo mpikambana mandrafitra ny biraon’ny Antenimieram- pirenena. Tahaka ny fanehoan-kevitra noentin’ny filohan’ny Antenimieram-pirenena, Rakotomamonjy Jean Max nandritra ity feo nandeha fa hisy ny fanoloana azy amin’ny toerany izay nilazany fa antoko fisian’ny demokrasia izany, ary ny toerana ifandimbiasana dia tahaka izany ihany koa ny fanehoan-kevitra noentin’ireo solombavambahoaka voakasika ao anatin’ity fanovana ny birao maharitra ity.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FIOVAOVAN’NY TOETR’ANDRO : « Mety hisy fiantraikany eo amin’ny ara-toekarena »

Saika potika   avokoa ireo  fambolena eny amin’ny tontolo ambanivohitra, ka eo indrindra no hampanahy amin’ny ara-toekarena, izay efa hita fa mitotongana amin’izao fotoana izao. Raha ny nambaran’i Dr Zo Rabefitia, Injenieran’ny Famantarana ny Toetr’andro sy Talen’ny Fampiharana ny Famantarana ny Toetr’andro (tao amin’ny Foibe mpamantatra ny toetr’andro tetsy Ampandrianomby) dia  mety hampisy olana goavana eo amin’ny tontolo ara-toekarena izy io. 

Araka ny fanazavany taminay ihany dia misy ny atao hoe toetry ny andro (temps) : avy ny orana na mafana na mangatsiaka, misy ny hoe toetr’andro (climat). Ny fiovaovan’ny toetr’andro «  variabilité climatique  » dia voajanahary  : Indraindray be ny orana mandritra ny fahavaratra, indraindray mangatsiaka kokoa ny ririnina. Ny fiovaovan’ny toetrandro kosa dia ny fitsimbadihan’ny toetr’andro nisy hatrizay. Ohatra, amin’izany ny fiakaran’ny hafanana, fiovaovan’ny rotsak’orana, fikorontanan’ny fotoam-pahavaratra, fahamafisan’ny rivodoza.

Inona no antony mahatonga izay fiovan’ny toetr’andro izay ?

Ny fahasimban’ny tontolo iainana no tena antony. Mikorontana ny toetr’andro noho ireo entona ateraky ny setroky ny orinasan’ireo tany mandroso nanomboka tamin’ny vanim-potoana indostrialy sy noho ireo doro tanety sy doro ala. Miakatra ny hafanan’ny tany. Haingana kokoa izany tato anatin’ny 50 taona, hany ka mikorontana ny toetr’andro. Mbola fiovaovan’ny toetrandro mafy, tsy mahazatra antsika no iainantsika eto Madagasikara. 

Tao anatin’ny 100 taona dia niakatra 1°C ny maripana. Raha mitohy izao dia miha mizotra mankany amin’ny fiovan’ny toetr’andro isika. Amin’izay fotoana izay dia hiakatra be ny maripana, hikorontana ny rotsak’orana, hitombo ireo faritra maina, hihemotra ny fanombohan’ny fotoam-pahavaratra, sady hihamahery vaika ny rivodoza, hisondrotra ny ranomasina. Marihina fa tsy tokony hihoatra ny 1,5 na 2°C anefa ny fiakaran’ny maripana raha tiana ho zakan’ny olombelona. Ny vinavina dia ho 1°C ka hatramin’ny 2,6°C izany fiakaran’ny hafanana izany alohan’ny faran’ity taonjato ity raha oharina amin’ny salanisan’ny maripana azo teo anelanelan’ny taona 1961 sy 1990. Loza mitatao izany. 

Ny fiakaran’ny hafanana be loatra dia mety hiteraka fikorontanan’ny taom-pambolena sy hampirongatra ny bibikely mpanimba voly. Ho mora kokoa ny hitrangan’ny doro ala sy ny doro tanety ary harefo kokoa ny fahasalaman’ny olona indrindra fa ny zokiolona sy ny ankizy. Hiteraka faharatsian’ny vokatra sy fihenan’ny tahirin-drano ny haintany. Mety tsy haharaka hatramin’ny herinaratra vokarina ihany koa  ny tsy fahampian’ny rano. Ny rotsak’orana be loatra sy ny tondra-drano ary ny rivodoza kosa dia hanimba ny vokatra sy ny fotodrafitrasa. Etsy andaniny  ny fiakaran’ny haavon’ny ranomasina dia mety  hampisy fiantraikany amin’ny jono sy hanimba ny harena voajanahary an-dranomasina ihany koa. Hihena koa ny morontsiraka satria hokaohin’ny ranomasina ny tany.

 Izany hoe mila miomana isika satria zavatra marobe no mety hiova raha toa ka miha mafy  izay fiovaovan’ny toetrandro izay.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VONDRONA SODIAT : Tontosa ny fambolen-kazo natao tetsy Andakana Ambohidratrimo

Tany mirefy 15 hektara no nanatanterahana izany, ka  zana-kazo fihinamboa miisa 1200 fototra eo ho eo no novolena tamin’izany. Saika hita teny avokoa  karazana voankazo toy ny paoma, voasary, manga, letchis sy ny maro hafa.

Izany no natao dia mba ho fiaraha-mientana sy anisany hetsika iray ampisehoana ny fampandrosoana eny amin’ny tontolo ambanivohitra sy ho fiarovana hatrany ny tontolo iainana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

SEHATRY NY FIZAHANTANY : Hohamafisina ny fandriampahalemana ao amin’ny Faritr’i Menabe

Vokatry ny firongatry ny asan-dahalo  misesisesy matetika no mahatonga ireo vahiny tsy tonga intsony ka  mampihena ireo mpitsidika tonga eto amintsika.  Azo lazaina anefa fa  zava-tsoa marobe hita ao amin’ity faritra ity no tena mampalaza an’i Madagasikara any ivelany. 

Mba hitazomana sy hiverenan’izay laza tsara izay amin’ny laoniny dia hapetraka ny fiaraha-mientana eo anivon’ny fiarahamonina mba handravana ireo jiolahy mpanafika. Efa nisy foana ny hetsika  nataon’ireo miaramila mpampandry tany sy ireo zandary any an-toerana  an-taonany maro saingy mbola hisy ny fanamafisana izany kokoa ato ho ato. 

Araka ny nambaran’i Gilbert Romain, Lehiben’ny Faritra tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo dia «  efa nisy fivoarana ny fiakarany ny isan’ ny mpizahatany ao amin’ny Faritra iadidiany raha toa ka mahatratra hatrany amin’ny 500 mahery ireo olona tonga mitsidika nanomboka tamin’ny fiandohan’ny taona  ». Efa misy vokany  sahady, hoy ireto farany ny fikarakarana sy ny fampiroboroboana ataon’izy ireo ka mbola hitohy ny hetsika fampandrian-tany iarahana amin’ny mpitandro filaminana ato ho ato.

 Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

LYCEE MODERNE AMPEFILOHA : Nahazo efitrano fianarana vaovao miisa roa

Manaporofo izany izao ny misy ao amin’ny Lycée Moderne Ampefiloha (Lma). Ity farany izay vao nisitraka ny fahazoana efitrano fianarana miisa roa izay notokanana, ny herinandro lasa teo. Araka ny fantatra dia 62 tapitrisa ariary no tetibola nahafahana nanangana ireto fotodrafitrasa ireo izay ezaka madiodio avy tamin’ny ray aman-drenin’ny mpianatra, ireo mpampianatra ary ny mpandraharaha maro samihafa miasa eo anivon’ny sekoly. 

Araka ny lamina dia natokana ho an’ny taranja informatika sy ny laboratoaran’ny teny ireo efitrano ireo ary mahazaka mpianatra hatramin’ny dimampolo. Mba hahafahan’ny efitrano hiasa avy hatrany dia nisy ny fanomezana avy amin’ny orinasa sy fikambanana isan-karazany, ahitana solosaina sy ny teknolojia vaovao toy ny «  Ipad  ».Na dia eo aza izany dia mbola maro ny ezaka izay ataon’ity liseam-panjakana ity. 

Isan’izany izao, izay anisany laharam-pahamehana, ny fanatsarana ireo fotodrafitr’asa efa mijoro ankehitriny. Ny zavatra tsapa mantsy, araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny sekoly dia be dia be ny fotodrafitrasa efa mila havaozina, isan’izany ny loko izay efa tranainy dia tranainy tokoa. Nandritra ny hetsika fanokanana ny efitrano izay natao ny herinandro lasa teo dia nisy ihany koa ny fanomezana mariboninahitra ireo mpampianatra miisa 17. 

Ireto farany izay niasa nandritra 25 taona no mihoatra. Na dia efa misy aza anefa ireo ezaka vita ireo dia tsapa ho mbola tsy ampy izany, indrindra eo amin’ny fotodrafitrasa. Araka ny fantatra mantsy dia efa mahatratra hatrany amin’ny 3189 ny isan’ny mpianatra ao an-toerana amin’izao fotoana izao. 

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

RANO FISOTRO MADIO : Namatsy vola 30 tapitrisa dolara ny Amerikanina

Nosantarina, ny zoma 23 febroary, ny tetikasa iray vatsian’ny Sampan-draharahan’i Etazonia Misahana ny Fampandrosoana Maneran-tany na Usaid vola, izay haharitra dimy taona ary mitentina 30 tapitrisa dolara, hanatsarana ny fahazoana rano madio, fahadiovana sy fidiovana any amin’ny faritra ambanivohitr’i Madagasikara.

Vondron’orinasa no hanatanteraka ny tetikasa Rano Wash na Rural Access to New Opportunities in Water, Sanitation and Hygiene, na fahazoana rano, fahadiovana sy fidiovana any ambanivohitra, izay tarihin’ny Care, ary ahitana ny Catholic Relief Services, Water Aid, Bush Proof sy Sandandrano. Efa voalamina hatramin’ny 2022 ny lahasa rehetra hotontosaina. Hanatsarana ny fahasalaman’ny mponina any amin’ny Faritrany tetikasa tahaka an’i Vatovavy Fitovinany, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Amoron’i Mania, Matsiatra Ambony ary Vakinankaratra.

Olona 600 000 hahazo tombontsoa

Hanatsara ny fahazoan’ny mponina marefo rano fisotro madio ny Rano Wash, indrindra ny zazavavy sy ny vehivavy ary ny olona manan-kilema. Olona maherin’ny 600.000 no hahazo tombontsoa amin’ny tetikasa, ka 300.000 amin’ireo dia hahazo rano fisotro madio amin’ny alalan’ny tambajotra fitsinjarana miisa 140 izay tantanan’ny orinasa eto an-toerana. Misy olona 375.000 hafa koa afaka hisitraka fotodrafitrasa fidiovana amin’ny fanatsarana sy fanavaozana ny toeram-pidiovana sy fivoahana. Rafi-panjakana miisa 190 ahitana tobim-pahasalamana sy sekoly no hahazo an’ireo fotodrafitrasa ara-pahasalamana nohatsaraina ireo.

“Manan-danja eo amin’ny fiainantsika ny rano madio. Isika rehetra izao dia mila misotro rano, mandro, manasa lamba ary mitandrina tsara ny fahadiovana sy ny fahasalaman’ny zanatsika,” hoy ny nambaran’ny Tale Jeneraly mpisolo toeran’ny Usaid, Aaron Bishop, mandritra ny lanonam-panokafana. “Hanampy ny olona maherin’ny 600.000 ho tsara fahasalamana ity tetikasa ity, ahafahany manohitra ny aretina sy ny fahafatesana ary hahafahan’ny firenena manatratra ny tanjona ho an’ny Fampandrosoana Maharitra amin’ny taona 2030.”

Hiara-miasa amin’ny minisiteran’ny Rano, ny Angovo sy ny Solika ary ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka ny Rano Wash, hamolavola politika sy paikady Wash. Hohamafisina amin’izany ny fanaraha-maso sy fanaovana tombana amin’ny fanomezana fitaovana enti-miasa sy fampiofanana. Ny tetikasa dia hiara-hiasa amin’ny mpiara-miombon’antoka sy ny tambajotran’ny mpanentana ara-pahasalamana amin’ny fanandratana fihetsika ara-pahasalamana toy ny fampiasana rano fisotro madio sy lava-piringa, fanasana tanana sy fitandroana ny fahadiovana, ny fahadiovana mandritra ny fadim-bolana ho an’ny zazavavy sy ny vehivavy, ny fihinanana sakafo madio ary ny fikarakarana ny fako.

Havitrika hamokatra

Eo amin’ny antsasaky ny tokantrano ambanivohitra eto Madagasikara no tsy mampiasa lava-piringa, sy tsy mahazo rano fisotro madio, araka ny fanadihadiana notontosaina tamin’ny 2016. Hanampy hanarina ny lesoka ny Rano Wash, ka hanatsara ny fahasalamana isan-tokantrano any amin’ny fiaraha-monina ambanivohitra.

Nanambara ny Talen’ny tetikasa Rano Wash, Dokotera Alain Randriamaherisoa, fa “ny finiavan’ny Usaid, izay asehony amin’ny alalan’ny Rano Wash, dia hanatsara hatrany ny fahasalaman’ny vahoaka malagasy. Manantena izahay fa hisy akony mavesa-danja eo amin’ny vitri-pamokarana, ny fahasalamana ary ny fiadanan-tsainan’ny vahoaka malagasy ity tetikasa ity, satria hihatsara sy ho matihanina hatrany ny asa Wash, hiova fihetsika hatrany ny mpiara-monina, ary hihatsara ny fitantanana sy ny fanaraha-maso ny sehatr’asa.” 

Mpanjono sy Lucien R.  

Ino Vaovao0 partages

FANOTOFANA LAVAKA AMIN’NY LALANA : Fitadiavam-bola vaovao ho an’ireo tsy manan’asa

Tampintampenana amin’ny vato sy fasika ireo lavaka ka maritoa sy angady no fitaovana ampiasain’izy ireo amin’ny fanatanterahana izany. Tanora avy amin’ny faritr’i Sotema iny izy ireo, ka latsakemboka avy amin’ny mpandalo no tambin- karaman’izy ireo. Tato anatin’ny herinandro vitsivitsy dia voatampina avokoa ny lalana maro mpandeha toa ny ao Amboaboaka, eo Mahabibokely, Ampisikina… 

Efa misy ihany koa ny manampina ny eo Mahajanga be. Nanampy betsaka ny mpampiasa lalana izany satria nihena ny tohana sy ny fahasimban’ny fitaovam-pitaterana. Ho an’ireo tanora dia asa toy ny asa rehetra izy io, ary ahafahan’izy ireo mamelona vady aman-janaka. Na eo aza ny filofosan’ireo tanora ireo dia tsy maintsy mamerina miasa indray izy ireo satria vao nirotsaka ny orana dia efa nangady sahady ary niverina ny lavadavaka amin’ny lalana maro eto Mahajanga.

Vanessa

La Vérité0 partages

Reboisement - Une source de revenus pour les jeunes

Un avenir assuré. L’environnement à Madagascar  se dégrade de plus en plus. C’est ainsi que plusieurs organismes, associations, sociétés publiques et privées se mobilisent pour effectuer un reboisement. Depuis le début du mois de février où les conditions climatiques sont favorables à la plantation, plusieurs hectares de terrain, répartis dans les endroits périphériques de la ville d’Antananarivo, ont été transformés en espaces verts. Pour cette raison, les jeunes sont incités à exploiter cette filière. Outre la protection de l’environnement, la forêt procure divers produits que les jeunes peuvent développer. 

En effet, tous les indicateurs montrent la nécessité d’élargir le domaine d’exploitation forestière.  « Le reboisement a des effets positifs aussi bien sur l’environnement que sur la vie socio-économique de la population. En effet, il s’agit d’un secteur qui demeure une activité rentable, voire une véritable source de revenus pour les ménages malagasy », explique Rakotoson Lovaniana, responsable du département Environnement et Forêt dans le District d’Arivonimamo.   D’après ses propos, en  cette période de soudure, la commercialisation des jeunes plants demeurent un commerce prépondérant. La demande s’accroît qu’il faut en tenir compte et savoir en profiter. La future forêt peu assure la consommation en énergie-bois dont le charbon, le bois de chauffage de la population d’une communauté à une autre. Actuellement, le prix du bois de chauffage contenu dans un camion est estimé à un million d’ariary. Or, cette importante somme arrive à couvrir les dépenses d’une famille. « En espace de15 années, les avantages de cette action environnementale se constatent. 1 000 arbres plantés sont convenablement suffisants »,  avance Rakotoson Lovaniana. Toutefois, le suivi des normes du reboisement constitue une étape cruciale pour faire fructifier cette affaire. K.R.

La Vérité0 partages

Ivato - La Police déjoue une tentative de braquage

Le 22 février, les limiers de la Brigade criminelle (Bc) ont interpellé 8 personnes pour tentative de braquage d’une société privée sise dans la localité d’Ivato. Valeur du préjudice : 160 millions d’ariary. D’après une investigation de la Police, ce fonds était prévu être décaissé puis transporté en dehors de l’entreprise le week-end du 24 février dernier.

Cependant, l’opération financière en vue du déblocage de cette somme était prévue le 21 février. Informée sur toute cette situation, la Bc a pris les devants. Elle a élaboré une stratégie afin de protéger l’entreprise menacée, ainsi que le personnel de service. Et c’est ce qui devait arriver arriva. Le jour du 21 février, les policiers en faction sur les lieux ont repéré deux suspects en train de rôder dans le périmètre. Ces derniers furent interpellés sur-le-champ.Les deux larrons furent également soumis à une fouille au cours de laquelle les Forces de l’ordre leur ont trouvé deux pistolets automatiques ainsi que plusieurs munitions. Une fois au bureau de la Bc, les deux suspects sont passés à l’aveu. Mieux, ils ont fini par dénoncer leurs six autres acolytes. A leur tour, tous ces derniers ont été arrêtés, le lendemain même. En poussant davantage ses enquêtes, la Police découvre qu’un chauffeur actuellement en service au sein de ladite entreprise, serait l’informateur du gang. Si ce dernier est donc de mèche avec lui, un ex-chauffeur de la société est lui-même un membre. Les mêmes investigations policières ont déduit que l’initiative du braquage appartiendrait à cet ancien chauffeur. Enfin, pour couronner le tout, cela fait la quatrième fois que cette même bande a commis  ce genre de forfait. Néanmoins, la Bc aura encore du pain sur la planche : elle parie de retrouver le ou les fournisseurs en armes de ce gang.Franck Roland

La Vérité0 partages

Transport en commun - Quand Itaosy devient un axe à polémique

Les interventions d'un des Députés élus d'Atsimondrano pour sanctionner les chauffeurs et receveurs entêtés d'Itaosy ont entraîné des réactions à la fois positive et négative, voire la polémique sur les réseaux sociaux. Cela a même provoqué le clash entre les habitants et usagers de cet axe : les uns qui sont contre le demi-parcours des « Taxis-be » et les autres pour le respect du cahier des charges. La plupart d'eux sollicitent l'intégration d'autres coopératives pour servir, au moins, de navette depuis les primus à Itaosy Cité ou Hôpitaly jusqu'aux terminus à Analakely ou Tsaralalàna. Outre les divergences d'opinions, l'on constate des conflits d'intérêts et des corruptions dans cette affaire. En attendant, les transporteurs continuent à faire leur loi jusqu'à maintenant.

Record dans le non respect du cahier des charges. Les lignes de transport en commun desservant l'axe Itaosy et le centre ville, notamment le « 133 », le « 143 » et le « A » font l'objet de polémique ces derniers temps. Les plaintes de leurs usagers ne cessent de s'accroître, surtout sur la mauvaise qualité de service et les comportements ignobles des chauffeurs et receveurs. Certains d'entre ces derniers n'hésitent pas à insulter ou à blesser les usagers réclamant leurs droits, jusqu'à les pousser à descendre des bus au cas où leurs disputes s'intensifieraient. « Les coopératives ont dû prendre des mesures depuis longtemps pour corriger ces chauffeurs et receveurs, mais les responsables ont préféré fermer les yeux face à la gabegie », constate Fanjarisoa R, résidente à Antampon'Itaosy. Parmi les principales irrégularités dénoncées figurent les demi-trajets, par exemple depuis les Primus jusqu'au Garage 67Ha ou au Fiaro à Ampefiloha, au lieu de rejoindre le terminus à Analakely. C'est également le cas lors du retour puisqu'ils font demi-tour à Ambonisoa. Certains usagers sont pourtant d'accord avec le mi-trajet, surtout ceux qui travaillent du côté d'Ampefiloha et des 67Ha. Ces derniers sont habitués aux taxis-be qui y font un détour. Bref, les opinions des usagers divergent, raison pour laquelle la gabegie perdure.Les transporteurs s'expliquentQuestionnés à ce sujet, les transporteurs ont avancé les embouteillages monstres sur cet axe et l'état piteux des routes. « Les propriétaires des véhicules exigent un versement quotidien complet, sans tenir compte des faits. Nous n'avons d'autres choix que de faire des demi-parcours pour combler la somme requise et empocher notre part », nous confie J.B, chauffeur. Dans la plupart des cas, ce sont ceux qui touchent chaque jour leur solde qui pratiquent les demi-parcours, afin de gagner plus d'argent. Les chauffeurs et receveurs payés mensuellement le font moins.Pour sa part, une propriétaire de véhicule, voulant garder l'anonymat, jette la faute sur les chauffeurs et receveurs. « Ils empochent quotidiennement plus de la moitié du versement, avec ou sans embouteillages. Les passagers sont nombreux sur cet axe, notamment durant les heures de pointe. C'est impossible qu'ils exercent sans profits, d'autant plus que c'est nous qui assurons l'entretien et la réparation des véhicules, si besoin est. Bref, ils sont égoïstes », nous confie-t-elle. Interventions délicates de la PoliceLes agents de Police qui travaillent quotidiennement sur l'axe Itaosy, depuis Analakely en passant pas Ampefiloha et 67Ha, semblent tolérer la gabegie occasionnée par les transporteurs. Dans certains cas, les chauffeurs et receveurs leur demandent la permission de faire un détour à Ampefiloha ou au Garage des 67Ha, notamment durant les heures de pointe. D'autres leur donnent discrètement une somme pour que ces policiers acceptent. Les agents qui appliquent la Loi, en tenant compte du cahier des charges, doivent quant à eux subir les reproches et grogne des usagers. Bon nombre d'entre- eux se mettent du côté des chauffeurs et interviennent pour s'opposer au retrait des papiers des véhicules, par exemple. Dans d'autres cas, les coopératives menacent de tenir une grève pour s'opposer aux agissements des policiers. A cela s'ajoutent les interventions en haut lieu, d'autant plus que certains propriétaires de véhicules de transport en commun œuvrant dans cet axe appartiendraient à des personnes influentes. Dans tous les cas, les interventions de la Police restent délicates.Un élu d'Atsimondrano à la rescousseAlarmé par les nombreuses plaintes des usagers de cet axe, le député élu d'Atsimondrano, Harijaona Randriarimalala, est intervenu afin de contribuer dans la résolution de ce problème de transport en commun à Itaosy. Depuis la semaine dernière donc, cet élu suit de près les contrôles effectués par les agents de l'Agence des Transports terrestres (Att) pour sanctionner les transporteurs incorrigibles. Depuis, 13 papiers des véhicules ont été retirés et sont actuellement entre les mains du Député. « Des interventions et magouilles se fassent auprès de l'Att pour la récupération des papiers des véhicules, c'est pourquoi j'ai demandé à les saisir personnellement. Une réunion se fera la semaine prochaine pour la suite de l'opération », a-t-il avancé, lors d'une interview. « Cette opération se fait avec des mesures d'accompagnement, dont l'intégration de nouvelles coopératives pouvant desservir jusqu'à Analakely, si les transporteurs d'Itaosy campent sur leur position d'œuvrer dans l'irrégularité. En tout cas, des changements seront constatés d'ici quelques jours », ajoute-t-il. Ces agissements du Député choquent toutefois certains usagers et habitants qui l'accusent d'avoir piétiné les plates-bandes d'autres entités. D'autres qualifient son acte de « vindicte parlementaire ». Par contre, d'autres se réjouissent d'une telle responsabilité au profit des usagers. Affaire à suivre !Textes : Patricia RamavonirinaPhotos : Zouzie R., Hervé R., internet

La Vérité0 partages

Projet de loi organique sur l’élection présidentielle - Le gouvernement fait machine arrière

Face à la polémique et aux pressions, l’Exécutif a apparemment procédé à une marche arrière. Publiée hier sur le site web de la Primature,  la version finale du projet de loi organique relative à l’élection du Président de la République particulièrement attendu par l’opinion n’a offert aucune grande nouveauté. Le texte propose notamment un système de parrainage pour tout candidat à l’élection présidentielle. Sans doute pour éviter un nombre trop important de candidatures et d’écarter les petites candidatures.

Un candidat doit dorénavant obtenir le parrainage d’un parti politique légalement constitué ou de 150 élus « membres du Sénat, de l’Assemblée nationale, des conseils communaux, municipaux, régionaux et provinciaux, maires, chefs de Région et chefs de Province provenant au moins de trois Provinces ». En ce qui concerne la période propagande, le texte prévoit trente jours avant la date du scrutin pour la campagne électorale du premier tour et pour le second tour, cette période débute sept jours avant la date du scrutin, soit une semaine.En revanche, le projet de loi publié par Mahazoarivo ne fait mention d’aucun éventuel retour du candidat président à la tête du pays après le premier tour ou le second tour du scrutin. Ces derniers jours en effet la polémique enflait autour de ce sujet. Dans le projet de texte restitué par le comité interministériel en charge de la rédaction des textes ainsi que dans des projets de textes diffusés sur les réseaux sociaux ces derniers jours,  il était en effet question dans l’article 2 que « A partir du lendemain du premier tour de scrutin, s’il n’est pas candidat au second tour et, dans tous les cas, à partir du lendemain du deuxième tour de scrutin, la démission devient caduque. Le Président de la République en exercice reprend les attributions présidentielles qui lui sont conférées par la Constitution jusqu’à la date de la passation officielle du pouvoir avec son successeur conformément aux dispositions de l’article 48 alinéa 1 de la Constitution ».Une disposition qui remettait en question l’article 46 alinéa 2 de la Constitution de la Quatrième République qui dispose que : « Le Président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le Président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président ». De prime abord, le gouvernement semble avoir changé son fusil d’épaule sous la pression de l’opinion. En tout cas, d’après la Constitution, un projet de loi organique ne peut être examiné qu’au-delà du délai de 15 jours à partir de son dépôt à l’Assemblée nationale. D’après le Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly, hier à Tsimbazaza, le texte aurait déjà été déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale. Il n’a cependant pas précisé quand le texte a été déposé et lequel des deux textes, celui publié sur le site de la Primature ou celui entre les mains des parlementaires… Des sources informées au sein de l’Assemblée nationale affirment toutefois que le texte n’était pas encore au niveau du Bureau permanent de la Chambre basse dimanche. Étant donné qu’une session extraordinaire ne peut excéder 12 jours, il faudra donc une autre session extraordinaire pour l’adoption des projets de loi organiques sur les élections. A.R.

La Vérité0 partages

Ecotourisme - Appui de l’Unesco et de la fondation Chanel pour le développement

A l’Ouest de Madagascar. Les Tsingy de Bemaraha et l’allée des Baobabs comptent parmi les sites touristiques les plus visités dans la Grande île. Toutefois, la population locale ne profite pas pleinement des avantages de ces richesses naturelles. C’est pour cette raison que l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) à travers son programme Caped et en collaboration avec la Fondation Chanel, veut soutenir le développement de l’écotourisme dans cette région de l’île rouge.

Ce seront les habitants aux alentours de ces sites touristiques qui seront les premiers bénéficiaires de ce programme. L’Unesco et la Fondation Chanel vont alors collaborer dans le but de faire évoluer les moyens de subsistance des jeunes femmes pour qu’elles puissent devenir indépendantes financièrement. Pour cela, les deux parties vont réaliser des formations afin de créer des emplois directs en relation avec le tourisme durable. Ainsi, plus de 210 hommes et femmes pourront jouir d’un accès à ces formations pour garantir leur inclusion dans l’industrie de la gestion des hôtels et restaurants. Mis à part cela, 10 guides culturels pourront aussi étoffer leurs connaissances en matière de développement durable afin d’en faire la promotion. Et enfin, l’Unesco et la Fondation Chanel octroieront également une formation en culture maraîchère et en artisanat pour la broderie et la vannerie à plus de 600 femmes afin qu’elles puissent développer leur coopérative et vendre leurs produits sur le marché local. Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Couperet

La gent féminine, du moins quelques-unes, du Gouvernement serait-elle en train de prêter main-forte pour sauver la face de ce régime en perdition ? A en voir de près certaines actions ou décisions… courageuses prises, notamment par deux ou trois femmes de l’Exécutif, il semble que la reprise en main de quelque cas critiques auxquels les dirigeants trébuchent se retrouverait sur le chemin du redressement, du moins en apparence !

Onitiana Realy, journaliste de son état, l’inamovible ministre de la Population et des Conditions sociales, avec le soutien de différents Ong et du Programme des Nations unies pour le développement, s’active auprès des couches les plus défavorisées pour temporiser les effets néfastes de la misère qui s’abat durement dans le pays. Les populations agro-pastorales du grand Sud, les plus touchées et victimes du changement climatique, en sont les grands bénéficiaires. La famine due à une rude sécheresse génère des conditions invivables nécessitant des actions urgentes.Elise Alexandrine Rasolo, garde des Sceaux, ministre de la Justice, par une décision sans appel, annulait les concours à l’Ecole nationale de la Magistrature et de la Greffe (Enmg) tout en limogeant le directeur des affaires financières, responsable principal de l’organisation des concours de ladite école, et ce, en raison de fortes soupçons de corruption qui pesait. Dans notre précédente édition, nous avions eu déjà l’occasion de l’évoquer.Vonintsalama Andriambololona, grand argentier de la République, ministre des Finances et du Budget (Mfb), annulait, in extremis, la traditionnelle cérémonie de vœux que la Direction générale des finances (Dgf) au sein de son département s’apprêtait d’organiser. Pour cause, trop de dépenses occasionnées pour la circonstance. Madame la Ministre voulait envoyer un message fort, espérons-le, sur la nécessité d’éviter tout gaspillage de l’argent du peuple.On se désole de constater que les tenants de ce régime rechignent, pour des raisons que l’on ignore, à s’impliquer dans des mesures d’austérité. Ils ne sont pas sans savoir que la caisse de l’Etat se trouve, depuis quelques années déjà, sous assistance intensive en « réanimation ».Sous d’autres cieux, pour ne citer que les cas des pays comme le Vietnam au moment où le pays traversait une période de difficultés, les membres du Gouvernement et les hauts fonctionnaires étaient soumis à des conditions de régime drastique. Entre autres, pour rejoindre leurs bureaux, ils étaient conviés d’y aller en vélo. Les bases de rémunération revues à la baisse tandis que les superflus avantages supprimés. Au Canada, il fut un temps où le Gouvernement devait faire face à un important déficit budgétaire. Le Premier ministre ordonnait ainsi à tous les ministres et leurs cabinets d’utiliser les transports en commun pour aller au travail.Ne nous étonnons point si le Vietnam, en si peu de temps, rejoignit le club des pays émergents. Parmi les pays gros producteurs de riz dans le monde, ce pays peut se targuer, fièrement, de figurer dans la liste des Nations du Sud atteignant l’autosuffisance alimentaire. D’ailleurs, il exporte du riz et la Grande île fait partie des pays importateurs.Il fallait que « Vony », pour les intimes, en authentique ministre responsable gérant le « bien » de l’Etat, tapait sur la table pour stopper net la gabegie. Un couperet plus que thérapeutique pour sauver le peu qui reste, sinon le meuble.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Liaison Réunion-Madagascar - La Compagnie Corsair persiste et signe !

Sans détour. La compagnie Corsair a revendiqué ouvertement son droit de trafic pour la zone Réunion - Madagascar face au projet de suspension des vols envisagé par l'Aviation Civile de Madagascar.  Une décision qui viserairt à favoriser le redressement de la compagnie nationale Air Madagascar. Dans un communiqué publié hier,  la compagnie aérienne ne manque pas d'arguments dans ce sens.  D'emblée,  elle souligne que l'ouverture de la desserte régionale l'année dernière a permis à plus de personnes de voyager à des prix compétitifs. Elle souligne aussi que « les risques de retour à une situation de monopole qui aurait pour conséquences une baisse du trafic et une augmentation des prix ».

Parmi ses arguments, Corsair International évoque son soutien sans faille au développement, notamment touristique, de Madagascar depuis 21 ans. « Malgré les crises, Corsair a toujours maintenu sa présence à Madagascar aux côtés des Autorités malgaches, et a toujours soutenu les actions de promotion de la destination Madagascar par un partenariat avec l'Office National du Tourisme de Madagascar, ainsi que sa participation à des salons du tourisme en Europe, des éductours ou des voyages de presse faisant connaître la destination Madagascar », souligne toujours la compagnie.Il a égalemlent été rappelé qu'en 2016, Corsair a mené plusieurs études en vue des liaisons régionales visant à promouvoir le développement touristique des îles de l'Océan Indien (Iles vanille) à travers notamment le développement de séjours combinés inter-îles à partir de La Réunion mais également une offre régionale complémentaire à l'offre existante à des prix attractifs. Le 20 octobre 2016, Corsair a obtenu des droits de trafic de la part de l'Aviation Civile de Madagascar pour desservir l'axe Réunion- Antananarivo, avec l'ambition de positionner 2 vols Réunion/Antananarivo hebdomadaires et d'apporter 17 000 passagers régionaux supplémentaires par an.Pour une concurrence saine« Avec un apport net de passagers sur la ligne Réunion/Antananarivo de 16 041 passagers en 8 mois, Corsair dépassera très largement l'objectif fixé. Corsair contribue donc, et de façon significative, à la croissance du trafic Réunion/Madagascar en 2017 », soutient toujours cette compagnie aérienne française. A en croire les statitistiques avancées, la ligne régionale Réunion - Antananarivo  est utilisée très majoritairement par des voyageurs réunionnais souhaitant faire un séjour  à Madagascar (64%) et des passagers en provenance de France métropolitaine (26%), les passagers malgaches représentant quant à eux moins de 10% du flux de voyageurs transportés sur Corsair. « Cette croissance du trafic répond aux ambitions du Ministre du Tourisme de Madagascar de développer le tourisme et d'atteindre 1 million de touristes en 2020. Corsair favorise les conditions  d'une concurrence saine et loyale dans l'intérêt du consommateur », argumente toujours la compagnie.Le problème de droits de trafic sur la ligne Réunion - Antananarivo de la compagnie Corsair remonte au mois de novembre 2018. La compagnie française souligne qu'en tant qu'« acteur incontournable du tourisme et du transport aérien dans les Caraïbes et l'Océan Indien, adossée au groupe TUI, numéro 1 mondial du tourisme », elle entend poursuivre son développement en partenariat avec les Autorités politiques et les professionnels du tourisme de Madagascar. De nouvelles consultations seraient prévues demain en vue de trouver une issue à ce problème.Recueillis par Sandra R.

Madonline0 partages

Secteur bancaire : Le marocain BCP reprend la Banque des Mascareignes Madagascar

Les Marocains seront dorénavant de plus en plus présents dans le milieu bancaire à Madagascar. Le deuxième groupe bancaire  du Maroc, la Banque centrale populaire (BCP), vient d’acquérir la Banque des Mascareignes basé à l’île Maurice et disposant d’une filiale dans la Grande Ile.

Depuis sa création, la Banque des Mascareignes Madagascar a été plutôt discrète dans ce secteur déjà très concurrentiel dans le pays. L’entrée en scène du marocain BCP pourrait changer la situation.

Un accord a été ainsi conclu pour l’acquisition des parts du groupe français Banque Populaire-Caisse d’Epargne (BPCE) au sein de la Banque des Mascareignes par le groupe marocain BCP. « Cette acquisition s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’expansion panafricaine du groupe Banque centrale populaire, qui étend désormais son empreinte géographique à l’Océan Indien », a spécifié un communiqué du groupe marocain.

A Madagascar, les acteurs du secteur bancaire et les opérateurs économiques suivront de près les impacts de cette nouvelle acquisition. La finalisation de cette acquisition est toutefois conditionnée par l’obtention des autorisations réglementaires au Maroc, à l’île Maurice et à Madagascar selon toujours la BCP.

Si tout se concrétise, la BCP sera ainsi la deuxième banque marocaine présente à Madagascar. La Bank of Africa Madagascar (BOA) est, en effet, depuis 2010, déjà majoritairement détenue par la BMCE Bank (Banque Marocaine du Commerce Extérieur), qui est considérée comme étant la 3ème banque au Maroc.

L’intérêt croissant des acteurs financiers et économiques marocains sur Madagascar est motivé par le raffermissement de la relation entre le Maroc et Madagascar, après l’épisode arabe Sahraouie démocratique, reconnue par la République socialiste malgache, sous la deuxième République de Didier Ratsiraka. La Grande Ile a été pourtant la terre d’exil du Roi Mohammed V, sous la colonisation française, dans les années 50. Et les Marocains accordent une importance particulière à ce pan de l’histoire de leur pays. Le Roi du Maroc actuel, Mohammed VI, a ainsi effectué une visite à Madagascar, en 2016, et a conclu divers partenariats économiques avec la Grande Ile.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Malagasy niasa tany KoweitMitondra takaitra avokoa ireo tafody

Mitondra takaitra avokoa ny ankamaroan’ireo vehivavy teratany Malagasy niasa tany Koweit tonga velona eto an-tanindrazana. Ankoatra ireo efa nijoro vavolombelona marobe dia vehivavy Malagasy miisa 70 indray no nampodiana an-tanindrazana ny 22 febroary lasa teo.

 Raha araka ny fanazavan’ny iray amin’izy ireny dia tena mijaly tokoa ireo vehivavy Malagasy tonga mila ravinahitra any Koweit, indrindra fa ireo miasa an-trano. Ankoatra ny hamafisan’ny asa izay tsy hatoriana andro aman’alina dia fantatra ihany koa fa tsy mihinan-kanina ara-dalàna ny ankamaroan’izy ireny sady voadaroka. Tsy vitsy ireo manana olana amin’ny sainy vokatr’izany, antony nanosika ny minisiteran’ny mponina sy ny fiahiana ara-tsosialy ary ny fampiroboroboana ny vehivavy nitsena azy 70 mirahavavy ireto teny Ivato ny herinandro teo. Natoby amina toerana iray eto an-drenivohitra izy ireo taorian’izay mba hotohanana ara-môraly. Tsiahivina moa fa 600.000 Ar ny karaman’ny mpiasa vavy iray any Koweit amin’izao fotoana, antony mampirongatra azy ireo handeha hila ravinahitra any amin’ity firenena arabo iray ity. Na izany aza anefa dia betsaka ireo zavatra tokony hofehezin’ireo mpiasa malagasy maniry ny hiasa any an-toerana toy ny tenim-pirenena vahiny, ny fianarana ny kolontsain’izy ireo izay tena mifanipaka tanteraka amin’ny kolontsaintsika. Nambaran-dRandriamanantsoa Tabera, minisitry ny asa teo aloha fa ny vahaolana dia ny fanafoanana ny agence de placement ary hatsangana ny kaompania lehibe iray hifanaovan’ireo tompon’andraikitra any amin’ny firenena Arabo sonia sy ireo tompon’andraikitra Malagasy. Tsy hisy intsony aorian’izay ny mpiasa Malagasy hiondrana an-tsokosoko any amin’ireo firenena arabo ireo fa tsy maintsy mandalo ao amin’ilay kaompania izay manaiky ny handoa ny karaman’ireo mpiasa halefa any ivelany ihany koa sady handray an-tanana ny fikarakarana raha toa ka misy ny olana mitranga.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fidangan’ny faktiora JiramaAhiana hitarika fipoahana ara-tsosialy

Mbola miteraka resabe eny anivon’ny fiarahamonina eny ny resaka fiakaran’ny faktioran’ny JIRAMA. Maro ny velon-taraina ary tsy vitsy koa no miaka-pofona mihitsy tamin’ny nafitsoky ny JIRAMA.

 

Na dia efa nampahafantarin’ny fanjakana mialoha ihany ary ny amin’ny hisondrotan’ny vidin-jiro sy rano manomboka ny volana janoary (fandaniana desambra) dia hita ho taitra ary kivy tanteraka ny vahoaka nahita ny faktiora. Na inona na inona fanazavana entin’ny tompon’andraikitra, hoy ny maro, dia tsy rariny izao zavatra atao aminay izao. Misy fiantraikany amin’ny fitsinjarana ny vola eo an-tanana mihitsy ity fiakarana ity ary mipaka hatrany anaty vilany. Ny anay efa mitokana isam-bolana foana ny vidin-jiro sy rano ary manodidina ao amin’ny 50 000 Ariary eo, hoy Andriamatoa Fetra kanefa lasa 75 000 Ariary latsaka kely. Ny zavatra nampiasaina anefa tsy niampy, nisy aza nanalana vao vantany nandre hoe hisondrotra ny faktiora. Tsy maintsy mitady vola hafa hanetsemana ny banga, hoy ihany izy. Araka izany dia nanapa-kevitra hisokatra alahady ity raim-pianakaviana  mpivarotra enta-madinika ity. Tsy misy intsony ny mba fakana aina sy ny fiarahana amin’ny fianakaviana. Manoloana izany dia hita fa tsy nandalo tato ato ny mpanapaka jiro rehefa tara ny fandoavana ny faktiora. Toromarika mihitsy ve sa noho ny tahotra ny vavam-bahoaka ? Ny zavatra tsikaritra aloha dia efa feno ny kapoakan’ny vahoaka Malagasy satria efa miantraika amin’ny aty vilany mihitsy ny ataon’ny fitondrana; ary atahorana hitarika korontana sy fipoahana sosialy ity resaka faktiraon’ny Jirama ity raha tsy ahitam-bahaolana matotra.

Tsiry

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

SENEGAL

Polisy iray misahana ny fifamoivozana no naato tamin’ny asany ny faran’ny herinandro teo noho ny fikasihan-tanana nataony tamina mpitondra moto tsy nanao aroloha tany amin’ny tanànan’i Ziguinchor.

TIORKIA

Ho hita ao amin’ny tanànan’i Istanbul afaka volana vitsivitsy ny seranam-piaramanidina lehibe indrindra maneran-tany. Ity no fotodrafitrasa sy tetikasa lehibe indrindra notontosain’ny filohan’i Tiorka Recep Tayyip Erdogan izay efa ho 3 taona no nanombohan’ny asa ary mpiasa anarivony no miandraikitra izany. Seranam-piaramanidina  mahazaka olona 200 tapitrisa isan-taona, misy toeram-piaingana sy fiantsonana miisa 6 ho an’ny fiaramanidina, izay manana velarana eo amin’ny 1,5 tapitrisa metatra toradroa, fa raha ny nambaran’ny filoha Tiorka dia mba ahafahan’ny kaompaniam-pitaterana  Turkish Airlines manohy ny fitomboany sy ny fivoarany. Nisy moa ny sidina andrana voalohany omaly.

GRANDE BRETAGNE

Nanambara ny alatsinainy teo ny lehiben’ny antoko politika travailliste Britanika Jeremy Corbyn ny tokony hisian’ny fifandraisana amin’ny fadin-tseranana amin’ny vondrona Eoropeanina taorian’ny Brexit izay niampangany ny governemanta conservateur ho namela an’i Grande Bretagne tao anaty haizina. Ny antoko travailliste moa dia mitady ny fifampiraharahana amin’ny fifandraisana vaovao eo amin’ny vondrona Eoropeanina hialana amin’ny fihenjanana eo amin’ny sisin-tanin’i Irlandy avaratra. Raha ny nambaran’ity  mpanao politika ity dia tokony hanana fifandraisana amin’ny vondrona Eoropeanina ny Britanika na dia tsy ao anatin’ny vondrona toy ireo firenena manodidina izay manana fifandraisana amin’ny vondrona Eropeanina nefa tsy ao anatiny toy ny Tiorkia, Norvezy ary Soisa.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dahalo 2 voasambotra tany AntsirananaNovonoina tamin’ny fomba feno habibiana

Nandriaka indray ny ra vokatry ny fitsaram-bahoaka tany amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Sadjoavato, any Antsiranana omaly alatsinainy 26 febroary.

 Dahalo raindahiny miisa 2 no voasambotry ny olona tany an-toerana omaly tokony ho tamin’ny 7 ora. Nofatorana, ary narahin’ny vono sy fandratrana tsy ankitsitsy, hany ka afaka hatramin’ny ainy. Nihosin-dra tanteraka ireto nambara fa dahalo voasambotra ireto. Tsy mahakoditra ny olona intsony ny manala ain’olombelona mitovy aminy sy mahita ra mandriaka. Mety ho vokatry ny rotorotom-piainana, ka zara aza misy zavatra hamaharana sy hanamparana ny hatezerana. Eo ihany koa ny resaka tsy fahatokisana ny mpitandro ny filaminana sy ny fitsarana. Ny mahagaga sy mahatalanjona, dia tsikaritra ho mangina tsy andrenesam-peo ny mpitondra fanjakana amin’ireny raharaha fitsaram-bahoaka ireny. Sanatria ve ka zara aza misy an’izany mba hanariana dia ny vahoaka amin’ny tsy fahombiazan’ny mpitondra mahatofoka azy ? Ny fahanginan’ny mpitondra eo anatrehan’ny efa zava-doza mihatra eny anivon’ny fiarahamonina, dia raisin’ny maro ho fanamaivanana ny heloka niseho. Karazan’ny vitavita ho azy ny raharaha fitsaram-bahoaka maro, ka tsy atao mahagaga raha vao mainka manao izany ny olona satria goragora ny fampanajana ny lalàna sy ny fandraisana andraikitra.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalamby AnosibeVehivavy iray nofaohan’ny lamasinina

Vehivavy iray nitaiza kely sahabo ho 35 taona teo ho eo no nofaohan’ny lamasinina tetsy amin’ny lalamby Anosibe, omaly alatsinainy maraina tokony ho tamin’ny 9 ora sy sasany.

 

Raha araka ny fanazavan’ireo nanatri-maso dia  mamo izy ary tsy nahatsiaro tena mihitsy. Nandalo tampoka anefa ilay lamasinina avy any atsimo hihazo ny garan’i Soarano ka rapa tanteraka ny lohany. Tao anatin’ny hirifiriny ity renim-pianakaviana ity vao taitra tamin’ny torimasony. Tsy naninona kosa ilay menaky ny ainy vao 2 taona sy tapany monja  fa avotra soa aman-tsara.  Efa nentina namonjy ny hopitaly HJRA Ampefiloha avy hatrany izy. Mikasika ilay olona tompon’andraikitra mpitsoka kiririoka eny an-toerana kosa rehefa handalo ny lamasinina dia tsy tazan’ny mponina teny an-toerana izy io  omaly maraina.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Hafakely

Nalaza ho firenena hafakely efa hatry ny ela i Madagasikara. Naha hafakely azy fahizay ny hakanton’ny natiora ao aminy.

 Ireo biby sy zava-maniry tsy misy afa-tsy eto, ny kolontsainy, ny fomba amam-panao, eny hatramin’ny rafi-piarahamonina nitsaran’izao tontolo izao fa nosy feno olon-kendry mihitsy aza isika dia samy nampiavaka ity tanindrazana malala ity avokoa. Isika rehetra anefa samy mahagaga fa maharaka avokoa hoe miha mitotongana ny fiainantsika mandavan-taona saingy hafakely ihany koa ilay fihetsika tsy rototra amin’ny zava-doza efa manao sesilany. Tamin’ny faha Ntaolo dia zavatra tsara sy mampitsiriritra hatrany no nampiavaka ny vahoaka sy ny fiarahamonina teto. Ankehitriny, eto ihany no misy izany hoe ny vavahadin’ny firenena mihitsy sy ny trano fandraisana ireo vahiny ao anatiny no dibo-drano “maloto”. Teto ihany no nisy an’izany hoe lalàmpanorenana nolaniana tamin’ny karnem-pokontany. Am-polony amina solombavambahoaka an-jantony no nandany lalàna 1 hiankinan’ny ain’ny firenena fa dia mbola nekena hatrany. Amin’io, andininy efa ho an-jatony maro saingy andro vitsy no handaniana azy. Ny mahagaga dia mahavita fihetsika hafakely ihany ny sasany amintsika rehefa tena ny marary no voakitika. Hita teny Andohatapenaka izany afakomaly. Hiandry ny tranga toy izany hatrany ve vao handray andraikitra ? Hafakely mihitsy isika e !

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby “Comité Technique Fédérale”Omby 4 no nivoaka teny amin’ny kianja Makis

Ankoatra ny tetsy Malacam Antanimena dia mitohy ihany koa ny lalao rugby karakarain’ny CTF na “Comité Technique Fédérale” teny amin’ny kinja Makis Andohatapenaka tamin’ny alahady 25 febroary lasa teo.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana filohan’ny FMFMitambara sy mifanampia ianareo, hoy i Tôta

Somary nampitsamboatra ny maro ihany ny nanambaran’ny filohan’ny ligin’ny baolina kitra eto Analamanga teo imasom-bahoaka tetsy Mahamasina tamin’ny sabotsy 17 febroary lasa teo.

Tia Tanindranaza0 partages

Maitre Avoko sy ny Kung-Fu WisaVonona hiatrika ny raharaham-pirenena

Maitres Kung-fu zandriny miisa 1 223, solontena iray avy isaky ny Kaominina Manerana an’i Madagasikara no tonga nanatrika ny fiofanana izay nifarana ny sabotsy alahady lasa teo, teny amin’ny Temple de Pierre Mizael teny Ambatomirahavavy.

Tazana teny ireo kaominina lavitra tahaka an’Anosibe An’ala, Ampahimanga, Alakamisin’Itenina … Ankoatra ny fiofanana ara-teknika amin’ny maha fanatanjahantena ny Kung-Fu sy ny fandaminana ny rafitra anatiny teo amin’ny federasionin’ny Kug-Fu Wisa, dia anisan’ny napetraka ny rafitra maty paika hoenti-miatrika ny fifidianana filoham-pirenena hatao amin’ity taona ity. Vonona tanteraka ny mpanao Kung-Fu manerana ny Nosy hiatrika ny raharaham-pirenena mba ho fitsinjovana ny mahasoa ny tanindrazana. Manantena sy mamerina hatrany izy ireo ny mba hirotsahan’i Hery Rajaonarimampianina fanindroany indray, ka anisan’ny novolavolaina nandritra io fiofanana io ny hampandaniana azy ho filoha indray. Ankoatra izay, nampahafantarina fa ankalazaina amin’ity taona 2018 ity ny faha-38 taona nidiran’ny Kung-Fu Wisa teto Madagasikara. Lanonambe isam-paritra no entina hankalazana azy io. Hatomboka any Bongolava amin’ny volana martsa ho avy izao. Any Vakinankaratra sy eto Antananarivo ny volana aprily ary hitohy any amin’ny faritra hafa manerana ny nosy. Ny federasionin’ny taranja Kung-fu dia manamafy hatrany ho an’ireo izay mbola variana tsy manaraka ny lalàna sy ny fitsipika mifehy mba hiroso hikarakara izay maha ara-dalàna azy izay. Anisan’ny antony ny fisorohana ny fampiasana sy ny fisolokiana ny anaran’ny Kung-Fu, indrindra amin’ny sehatra politika.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankizy mitsoaka ny tokantranoTovovavy no tena maro an’isa

Misy hatrany ireo ankizy mitsoaka miala ny tokantranon-dray aman-dreniny amin’izao.

 

Patty

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tsy fananan’asaMila paikady matotra

Omaly no natao tetsy amin’ny Hotely Ibis Ankorondrano ny fikaonan-doha arahina adihevitra nataon’ny ivontoeram-panofanana ara-diplomatika sy stratejika (CEDS).

 

Anisan’ny foto-kevitra lehibe novoizina tao anaty famelabelarana ny tokony hananana vina hanomezan-danja ny tontolo ambanivohitra. Teo ihany koa ny fandinihana lalina momba ny fototry ny olan’ny asa sy fampananan’asa eto Madagasikara, indrindra any amin’ny tontolo ambanivohitra izay iainan’ny 82%-n’ny mponina. Na dia maro an’isa ary izy ireo dia kely ny fandraisan’anjarany  amin’ny fampandrosoana ny firenena. Misy antony maro manakana azy ireo ny amin’ny fampivoarana izany sehatra izany toy ny tsy fandriampahalemana izay ateraky ny tsy fisian’ny asa sy ny fampananana asa. Ataon’ny fitondrana ambanin-javatra ny politikan’ny fampananana asa izay tena antoky ny fampandrosoana ny firenena, hoy Ramatoa Clara Vololomboahangy mpiofana ao amin’ny CEDS ka mampitombo ny tahan’ny fahantrana eto Madagasikara. Novelabelarina tao amin’ity fikaonan-doha ity fa tokony hapetraka amin’ny toerana sahaza azy ny asa sy ny fampananana asa. Ny fananana asa mantsy no ahafahan’ny olona any ambanivohitra mividy izay rehetra ilainy toy ny sakafo, fanafody ary antoky ny fampianarana ny ankizy. Rehefa miasa ny tanora dia mihena ihany koa ny tsy fandriampahalemana. Iaraha-mahalala fa ny tsy fisian’ny asa eto Madagasikara no mahasarika azy ireo amin’ny fitadiavana vola maika sy vola mora azo ka mahatonga azy hanita-kevitra hangalatra.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinana ho mpianatra mpitsaraHesorina ireo mpiadina saika hanao kolikoly ?

Mbola miteraka resabe hatramin’izao ny fanafoanana ny fanadinana hidirana ho mpianatra mpitsara sy mpiraki-draharahan’ny fitsarana na ny ENMG noho ny resaka kolikoly. Efa nesorina ny tompon’andraikitra voalaza fa voakasik’izany, toy ny Tale ara-bola na ny DAF.

 

 Ny Bianco mihitsy no nanizingizina fa misy ny porofo tsy azo hialana momba ny resaka kolikoly ka nangatahan’izy ireo fanesorana ny tompon’andraikitra voatonona mba hanana antoka amin’ny fangaraharana. Andrasan’ny rehetra ny tohin’ny tantara amin’izao fotoana izao hoe : hisy ve ny fanenjehana ara-pitsarana ho an’ireo voaporofo fa nanao kolikoly avo lenta tamin’ity raharaha ity. Sady mampitotongana ny asam-pitsarana sy manome endrika ratsy ho an’ny mpitsara ny raharaha tahaka izao, ary vao mainka mampitombo ny tsy fitokisan’ny vahoaka. Vao manomboka izany dia efa kolikoly, ka lojika be rehefa tena lasa mpitsara, raha tsy mikatsaka afa tsy ny hamerina ny vola nolaniana tamin’ny fidirana tao aloha no laharam-pahamehana. Raha tamin’ity resaka kolikoly tra-tehaka teo ity, dia lojika hoe fantatra izany ny olona nikatsaka ny hanao izany, ka mbola havela hanohy ny fanadinana ve izy ireo ? Hisy ve ny fanadihadiana lalina hahafantarana ireo mety ho olona ambony hafa manao tsindry ny hampidirana azy ireo ? Tsy ity resaka fidirana ho mpianatra mpitsara ity ihany no ahenoana resaka kolikoly, fa fifaninanana ara-panjakana maro. Anisan’ny resaka miely ankehitriny fa misy olona ambony eto amin’ny firenena mikatsaka ny hampiditra polisy 300, ka izay no tsy hivoahan’ny valin’ny fifaninanana na dia efa tamin’ny jolay 2017 aza. Tsy hay izay fahamarinan’io resaka miely io satria tsy mbola nisy aloha ny fanazavana mafonja avy amin’ny tompon’andraikitra hatreto, ka maro no miroaroa saina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovana taratasy eto MadagasikaraMbola tena mandany vola sy fotoana

Tsy fantatra intsony raha ny fandaminan’ny tompon’andraikitra no sarotra arahina na ny olom-pirenena no miaina ao anaty fahasarotana ankehitriny. Amin’izao fotoana izao mantsy, sarotra ny manamboatra taratasy eo anivon’ny biraom-panjakana.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Amboary ny karatra

Miarahaba anao ry jean a..arahabaina ihany koa aloha fa tonganareo eny Tsimbazaza ihany ilay fandehan-javatra ny farany e.

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamboaran-dàlana Talatamaty -IvatoNangoron’entana ny Sinoa

Nangoron’entana ny sabotsy 24 febroary lasa teo ny orinasa sinoa nahazo ny tsenan’asam-panjakana hanamboatra ny lalana mihazo an’i Talatamaty, Ambohidratrimo sy Ivato iny, raha ny loharanom-baovao.

 

Re ihany koa fa tsy hanamboatra lalambe migodana na “autoroute” mampifandray an’Antananarivo sy Toamasina velively izany koa ny sinoa. Resabe tahaka ilay “autoroute” nambara fa hampitohy an’Antananarivo Renivohitra sy Ivato tamin’ny andron’ny Praiminisitra Jean Ravelonarivo, ary nambara fa kasaina ho vita alohan’ny volana novambra 2016 io resaka lalambe migodana mihazo an’i Toamasina io, saingy resabe fotsiny.  Hatramin’ny fanohizana ny fanamboarana ny lalan’ny Frankofonia nampiasaina vonjimaika aza tsy nisy tohiny intsony. Potika sahady anefa ilay lalana. Tsy hay aloha izay mety ho fanazavan’ny fanjakana manoloana ny toe-draharaha hoe: lany ve ny vola tokony nanamboarana azy ireny sa ahoana? Ny tsy azo lavina aloha, dia maro loatra ny fampantenana poak’aty sy ny asa petatoko. Nanana fahefana lehibe hanao tsindry mba hahatsara ny kalitaon’ny asa ny fanjakana saingy nisy zavatra tsy mazava tao matoa tsizarizary sy tsy manara-penitra ny asa no vita. Raha hanao fampitahana kely isika, dia efa am-polo taonany ny làlana mihazo an’Anosibe, ny By Pass mampitohy an’Ambohimangakely sy Iavoloha,… tamin’ny andron’i Marc Ravalomanana, saingy tsy simba noho ny hatsaran’ny kalitaon’ny asa. Herintaona mahery kosa ny lalan’ny Frankofonia dia io potipotika io. Ny asa fanamboarana ireharehan’ny fanjakana eto Antananarivo aza moa dia dia tsikaritra ho manabaribary hatrany ny endrika ivelany fotsiny mha ho fisehesosehoana amin’ny hoe: “miasa ho anao ny fanjakana”. Misy antony goavana anefa matoa tsy miraharaha sy mangoron’entana mihitsy ny sinoa amin’izao, ary mety ho afera maizina sy resabola ahenoana anarana olona ambony no antony. Tantara mitohy vaovao indray ity !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Admistratera sivilyTokony hijanona manao ``contrôle de legalité`` fotsiny

Hafa noho ny hafa ity fitondrana iray ity. Tompondaka amin’ny fihetsiketsehana ivelany ary mihamazava ny paik’ady nametrahana ireo “ministres-coach” sy prefets misava ny lalana ho an’ny antoko HVM mba handresen-dahatra sy haka ny fon’ny mponina manerana ny nosy.

 

 Efa manomboka ny fitetezam-paritra toy ny tany Taolagnaro ary manao ny fomba rehetra hitiavan’ny vahoaka azy ny HVM: Bal mipôpôka, karnaval, sns… Hetsika natao fampielezan-kevitra an-kolaka ho amin’ny fifidianana ho avy. Amin’izao ankatoky ny fifidianana izao, miasa mafy ireo minisitra coach manatambitamby sy manao pi-maso amin’ny vahoaka. Ny mahavariana anefa dia ny fitsabahan’ireo “Prefets” sy”sous-prefets” amin’ny tontolo politika. Marina tokoa fa manampy ny fanjakana izay mitondra eo no adidy sy andraikitry ny administratera sivily. Olona notezaina tamin’ny asa ka tsy afaka mipetrapetraka fotsiny ny administratera sivily fa mandray anjara amin’ny fampihodinana ny asam-panjakana. Araka izany, tokony hisy ny fisarahan’ny andraikitra: ny solotenam-panjakana raha ohatra ka administratera sivily dia tokony manao “contrôle de légalité” izany hoe mijery raha mifanaraka amin’ny lalàna velona ny fanapahan-kevitra iray noraisina na tsia, ary mijanona eo izy. Amin`ny maha-lehiben’ny “Administration” azy dia anjaran`ny manao “contrôle de légalité”  amin’ny maha-teknisiana azy fa tsy mitsabatsabaka amin’ny politika na manompo fitondrana. Efa nisy ny fandinihana sy fanatsarana ny fanapariaham-pahefana tena izy kanefa tonga amin`izao fanitsakitsahana ny hasin’ny corps administrateurs civil izao  ary maty hasina tanteraka ny asam-panjakana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampihavanam-pirenenaAdino tanteraka

Mbola lavitry ny kitay ny afo amin’ny resaka fampihavanam-pirenena amin’izao. Raha ny marimarina kokoa dia fampihavanana politika satria ny mpanao politika no tena miady sy mifanjinja miteraka fahapotehan’ny firenena sy loharanon’ny krizy eto izay miseho isaky ny folo taona eo ho eo.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

FifidiananaAraha-maso akaiky ny volan’ireo kandida

Zava-baovao amin’ny fifidianana ho avy manaraka eto Madagasikara ny fametrahana fepetra manokana momba ny loharanom-bola sy ny fampiasam-bolan’ny kandida ary ny fanaraha-maso izany ataona vaomiera manokana, araka ny hita ao amin’ny volavolan-dalàna fehizoro laharana 05/2018 navoaka ny 21 febroary 2018 momba ny fepetra ankapobeny amin’ny fikarakarana ny fifidianana eto Madagasikara.

 

Resaka famatsiam-bola, fampidirana sy famoaham-bola, fanaraha-maso ny fampiasana ny volan’ny kandida no velabelarin’ny andininy faha-64 ka hatramin’ny faha-91 ao amin’ity volavolan-dalàna fehizoro iray ity. Tsy maintsy manana kaontim-bola mazava sy ara-dalàna any amin’ny banky ny kandida iray, misy olona miandraikitra azy io na mpitam-bola izany. Tsy maintsy efa misokatra enim-bolana mialoha ny volana itsahana hanaovana ny fifidianana io kaontim-bola io ka hita mazava ao ny vola miditra sy ny vola mivoaka nampiasain’ny kandida sy ny mpiara-miasa aminy. Miandraikitra ny fanaraha-maso ny “Commission de contrôle du financement de la vie politique », rafitra iray vao hatsangana ahitana mpikambana miisa 5, ka mpitsara ny 3 ary experts comptables ny 2 ary mbola hisy teknisianina hafa avy amin’ny minisiteran’ny fitsarana, minisiteran’ny vola ary ny minisiteran’ny atitany. Ao anatin’ny filankevitry ny minisitra no hananganana io vaomiera manokana io. Voamarika ao amin’ny andininy faha-75 fa voasazy avy hatrany handoa lamandy ary tsy afaka hifaninana intsony ny kandida voaporofo fa nahazo famatsiam-bola avy amina olona avy any ivelany na firenena vahiny hafa.

Ho sahirana ny kandida mahaleotena

Etsy an-kilan’izay, tsy maintsy arotsaky ny antoko politika mijoro ara-dalàna ny kandida iray na mahazo sonian’ny olom-boafidy (ben’ny tanàna, solombavambahoaka, loholona, mpanolotsain’ny tanàna, faritra , faritany, filohan’ny faritany…) miisa 150 farafahakeliny. Kandida tokana no azon’ny antoko politika harotsaka. Ambaran’ilay volavolan-dalàna fehizoro laharana 06/2018 momba ny fifidianana filohan’ny repoblika ihany koa fa tsy maintsy nahaloa ny hetra rehetra notakiana taminy ny kandida iray, nahavita an-tsakany sy an-davany ny fanambaram-pananana ary tsy mbola voaheloky ny fitsarana mihitsy. Ho henjana kokoa raha oharina tamin’ny lalàna mifehy ny fifidianana nisy hatrizay ireto hodinihan’ny parlemanta ireto ary azo ambara hoe manilika avy hatrany ireo kandida madinika sy ny kandida tsy miankina na mahaleotena. Hoy indrindra ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly omaly : « tsy natao hamalifaliana antokon’olona na sokajin’olona vitsivitsy fa lalàna izay natao haharitra, lalàna izay mikatsaka ny tombontsoa ambonin’ny firenena ireo natolotra ny parlemanta ireo… ». Asa aloha izay adihevitra mety hiseho eny Tsimbazaza momba ireto volavolan-dalàna fehizoro ireto fa raha ny hita aloha dia hanova zavatra ilay izy raha lany eo satria tsy nisy mihitsy hatrizay ny fanarahamaso ny vola ampiasain’ny kandida tet Madagasikara fa dia samy manao izay mahametimety azy ny rehetra.

Nisokatra omaly tolakandro ny fivoriana tsy ara-potoana voalohan’ny antenimiera roa tonta eto Madagasikara izay haharitra 12 andro. Mety hampitomboina 12 andro aorian’ny fahataperany satria tokony ho 15 andro mialoha ny fahatongavan’ny tolo-dalàna eny amin’ny parlemanta. Volavolan-dalàna fehizoro sy volavolan-dalàna tsotra miisa 15 no nalefa hodinihina sy holaniana, ka anisan’ny misongadina amin’izany ny volavolan-dalàna momba ny fifidianana

RTT sy Toky R

La Vérité0 partages

Conspiration

Comme il fallait s’y attendre, le Gouvernement s’est résolu, finalement, à convoquer ce lundi  26 février 2018 les deux Chambres du Parlement à des sessions extraordinaires, et cela, pour une durée de douze jours francs. Lors des cérémonies  d’ouverture,  les discours d’usage, sans intérêt apparent, des deux présidents voulaient marquer l’importance que revêtent les présentes sessions extraordinaires de ce genre pour le pays. En effet, selon le décret convoquant la session, les députés et les sénateurs vont bosser sur l’examen et l’adoption de trois projets de lois organiques relatifs aux élections. Il s’agit en fait du projet de loi n°05/2018 relatif au régime des élections et des référendums ensuite le projet de loi n°6/2018 relatif à l’élection du Président de la République et celui du 07/2018 relatif à l’élection des députés à l’Assemblée nationale.

Quant à la velléité du régime de porter des modifications à la Constitution, il semblerait que les caciques aux cravates bleues aient changé de stratégie. Pour le moment, du moins durant cette session, il n’était pas question de soumettre aux élus de Tsimbazaza ou d’Anosikely un quelconque projet d’amendement touchant notamment les articles 52, 53 et 54. Des intentions qui avaient fait déchainer une polémique à grande échelle au niveau des partis d’opposition, de la société civile et même parmi les simples citoyens sans oublier la presse nationale. Pour des raisons de tactique, à dessein inavoué,  les tenants du pouvoir adoptaient la position  de « repli » et priorisaient le sens de l’apaisement. Seulement, la tentative d’écarter certaines personnalités gênantes dans la course pour le poste de Président de la République et celui de député apparait, en filigrane, dans lesdits projets de loi. Des restrictions sévères risqueraient de pénaliser la candidature de certaines personnes désirant s’aligner sur le starting-block du départ. Le projet de loi soumis au Parlement écarte toute possibilité aux candidats indépendants de se présenter. Tout prétendant au poste de Président de la République ou de député doit être obligatoirement présenté par un parti politique officiellement enregistré auprès des autorités compétentes. Sinon, il faut obtenir la caution morale d’au moins 150 élus. Une démarche quasi impossible pour quelqu’un qui évolue dans le sillage de l’autre camp dans la mesure où plus de la moitié des élus, maires ou députés ou autres, sont soit membres actifs du parti d’Etat, soit des sympathisants travestis. Une autre forme de verrouillage du système ! Comme tout le monde le sait, la Loi fondamentale interdit tout ce qui est contraire à la liberté fondamentale de chacun d’exercer son droit le plus absolu.  Des observateurs croient savoir, aussi, que certaines tentatives seraient en cours d’étude quelque part pour barrer la route à certain candidat potentiel. Le cas de Ravalomanana Marc, sous le coup d’une peine de Justice, serait évoqué. Les maîtres du régime n’écarteraient pas l’idée de voir la candidature de l’ex-laitier et ancien Chef d’Etat refusée. Ils se caresseraient, également, l’option de n’offrir aucune chance à l’ancien chef de la Transition, Andry Nirina Rajoelina, de pouvoir briguer la magistrature suprême de l’Etat. La conspiration serait en marche. Reste à savoir si le projet machiavélique aboutira ou non ! Apparemment, les projets de lois organiques relatifs aux  élections, en vue, ne présentent pas une animosité flagrante mais, on n’est pas dupe !  

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Etudes en France - Le coût estimé à plus de 28 millions d’ariary

De nombreux étudiants malagasy désirent effectuer leurs parcours universitaires dans les pays étrangers. Parmi les pays mentionnés figure toujours la France. L’Hexagone demeure une référence en termes d’enseignement supérieur au niveau mondial. Les universités françaises offrent divers programmes adaptés à tous les besoins des étudiants. Toutes les nationalités peuvent y accéder après avoir accepté les conditions. Outre la capacité intellectuelle requise, l’aspect financier doit également être priorisé. En effet, c’est au niveau du financement des études que tous les projets et les ambitions de ces jeunes malagasy s’arrêtent. Particulièrement, pour le groupe « France International Graduate Schools » (Figs) qui est à la disposition des jeunes souhaitant poursuivre leurs études en France, le frais de scolarité annuel varie de 7 500 à 9 000 euros, soit plus de 28 millions d’ariary pour les bacheliers voulant décrocher le diplôme de licence. Quant aux étudiants en master, la somme demandée s’élève à plus de 8 500 euros, ce qui équivaut à environ 32 millions d’ariary.

 

Toutefois, la possibilité d’accéder à des petits boulots reste inaccessible qu’en quatrième année d’études. Les heures passées aux études ne permettent pas aux jeunes malagasy de s’aventurer dans d’autres secteurs. « La première condition, certes, est d’avoir la capacité de paiement. Cependant, des petits surplus s’offrent au cours du temps. Par rapport au logement, l’Etat français propose une allocation aux étudiants qui sont inscrits dans leur université. De plus, les universitaires peuvent tirer profit des stages en entreprise qui sont indemnisés pour couvrir quelques dépenses », explique Bénédicte Favre, directrice du développement international auprès de Figs.  En dépit de ce coût, le service du groupe Figs intéresse les étudiants malagasy. Pour la première session de recrutement à Madagascar, cette année, plus d’une trentaine d’étudiants sont passés par son service pour étudier en France. Son intervention et accompagnement consistent à simplifier les procédures d’admission. En matière de garantie et pour assurer l’employabilité, des suivis de qualité, d’enseignement et de conseil s’imposent. Notons que Figs regroupe 20 établissements supérieurs français à choisir. 

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Loi sur les élections - La presse privée embrigadée

Les trois projets de lois organiques appelées à régir les futures élections sont enfin portés à la connaissance du public. Il s’agit du projet de loi relative au régime général des élections et des référendums, du projet de Loi organique relative à l’élection du Président de la République, ainsi que projet de loi organique relative a l’élection de députés. Dans le premier projet, celui de la loi relative au régime général des élections et des référendums, force est de constater que la tendance à régenter les organes de presse privés est manifeste, à un tel point que le texte finit par moment par verser dans la contradiction. 

 

Ainsi, si l’article 92 a défini, parmi les moyens de propagande électorale autorisés durant la période de propagande, « toutes les activités publicitaires dans les différents médias audiovisuels, écrits et électroniques », l’article 115 dispose que, à compter de la publication de la liste des candidats ou des listes de candidats, (y compris donc durant la période de propagande électorale) ,  « l’utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par tout moyen de communication audiovisuelle est interdite ». On ne peut que s’interroger laquelle de ses dispositions trahit le mieux l’esprit de ce projet de loi.  Outre cette contradiction, il apparaît que, si l’on s’en tient à la version initiale de ce texte, les organes de presse audiovisuels privés seront littéralement embrigadés et seront sous la coupe de l’Autorité nationale de régulation de la communication médiatisée (Anrc), un organe censé être paritaire mais qui est outrageusement dominé par les représentants de l’Etat au détriment du secteur privé. A rappeler que la composition de cette organe de régulation (modifiée unilatéralement par le ministère de la Communication) a été l’un des principaux griefs émis par le mouvement pour la liberté d’expression ou Mle contre le Code de la Communication actuellement en vigueur (voir infra).  Pour en revenir au projet de loi relative au régime général des élections et des référendums, si le texte est adopté tel qu’il est, il se trouvera donc que, non seulement il sera interdit aux organes de presse privés l’utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale (en clair les annonces payantes), mais ils seront également dans l’obligation d’accepter d’être le support de tous les courants politiques, pour peu qu’ils aient accepté d’en recevoir un. En effet, l’alinéa 2 de l’article 110 du projet de loi enjoint les organes de presse audiovisuels, aussi bien publics que privés, à veiller à ce que « les candidats, les listes de candidats ou les options et leurs soutiens, bénéficient d’une présentation et d’un accès équitables à l’antenne dans des conditions de programmation comparables. Le principe d’équité doit être respecté à la fois pour le temps de parole et pour le temps d’antenne ». Des dispositions que même les stations publiques n’ont jamais respectées et ce, jusqu’à ce jour.

 Dictature privée

Dans le cadre de ce véritable « embrigadement » de la presse privée, c’est l’Anrc qui fait office de  « super Directeur de publication ». Car, selon l’article 110 du texte en question, c’est cet organe qui,  « garantit le droit d’accès à tous les services de radiodiffusion et de télévision, publics et privés, pour tous les candidats, listes de candidats ou options et leurs soutiens dans le respect du principe du caractère pluraliste de l’expression des courants de pensées et d’opinions politiques ». Une disposition reprise, presque mot pour mot, par  les articles 111 et 116 du même texte. Pour se faire obéir, l’Anrc est  dotée de pouvoirs de sanction. « L’Autorité nationale de régulation de la communication médiatisée peut, selon la gravité du manquement aux dispositions de la présente Loi organique, adresser des observations publiques au directeur de publication de la station audiovisuelle concernée, ou enjoindre au premier responsable de l’entreprise de presse audiovisuelle de prendre les mesures nécessaires pour mettre un terme à ce manquement dans un délai fixé par l’Autorité nationale de régulation de la communication médiatisée elle-même », peut-on lire dans l’article 114 du projet de loi. Dans son alinéa 2, le même article de poursuivre que « si, après une mise en demeure, l’entreprise de presse audiovisuelle n’obtempère pas, l’Autorité nationale de régulation de la communication médiatisée est habilitée, selon la gravité du manquement, à prononcer la suspension d’une partie du programme et/ou une sanction pécuniaire ne pouvant excéder dix pour cent (10 %) du chiffre d’affaires hors taxes de l’entreprise de presse audiovisuelle concernée, et vingt pour cent (20%) en cas de récidive ».

En réalité, ce ne sont pas tellement la mission et les pouvoirs accordés à l’Anrc qui suscitent la méfiance mais plutôt la composition de celle-ci. Il s’est trouvé en effet qui, sous le prétexte fallacieux de ne pas se mettre sous une « dictature privée » (sic), le ministère de la Communication a complètement changé la teneur de l’article 10 de l’avant-projet de loi portant Code de la Communication médiatisée (devenu article 52 dans la version finale). Comme en témoigne le tableau de comparaison ci-après. A chacun alors de se faire une idée de ce que pourrait être la neutralité de la future l’Anrc,  surtout dans un contexte  électorale.

Hery Mampionona

La Vérité0 partages

Santé communautaire - Des failles dans l’accompagnement de l’administration

Dans une situation délicate. Les médecins et paramédicaux travaillant dans les zones rurales doivent s’assurer de la santé des paysans producteurs, garants d’une meilleure productivité agricole, voire de la sécurité alimentaire. Pourtant, ils font face aux divers problèmes endurés par les populations locales. « Depuis un certain temps, on assiste amèrement à une désertion de la population des zones rurales et des paysans agriculteurs vers le milieu urbain. Ce phénomène pourrait s’expliquer par l’insécurité, les problèmes liés à la protection et la couverture sanitaire ou encore par l’insuffisance de communication. Il ne s’agit pas d’un manque de patriotisme ou de considération des ruraux. Le problème réside dans l’absence d’accompagnement de l’administration et ce dans nombreux plans », nous communique la 14ème promotion du Centre d’études diplomatiques et stratégiques (Ceds). C’était lors d’une conférence-débat organisée lundi dernier à Ankorondrano, intitulée « l’engagement de l’administration, éthique et sécurité alimentaire ». Sur le thème de la santé dans les zones rurales, le Dr Andry Roussel Herijoelison, auditeur de la 11ème promotion de l’établissement, a reconnu l’engagement et la forte motivation des agents de santé affectés en milieu rural. Toutefois, leur installation et sécurité devraient être soutenues, outre la nécessité de réviser leur salaire et indemnités.

 

« Les agents de santé en milieu rural traversent des zones où ils subissent parfois des attaques et des vols, notamment après avoir perçu leur salaire. A cela s’ajoute le problème d’accessibilité, pouvant coûter leur vie en cas de maladie, ou encore les conditions défavorables à leur hygiène. D’un autre côté, la scolarisation de leurs enfants constitue un autre blocage à leur épanouissement », expose ce médecin travaillant dans la partie Est de l’île. Ces faits entraînent le manque, voire l’absence d’agents de santé dans certaines Communes et Districts. « Un District de la Région d’Atsinanana ne possède qu’un seul médecin et dans un autre District, il n’y a que des paramédicaux », ajoute-t-il. Néanmoins, le ministère de la Santé publique et ses partenaires parviennent à construire des formations sanitaires de différentes envergures, même dans les zones enclavées, mais cela ne suffit pas. Il faudrait accompagner les médecins et paramédicaux et s’assurer des installations sanitaires adéquates ainsi qu’un système de santé fonctionnel et performant.

Recueillis par Patricia R.

La Vérité0 partages

Député Jean Nicolas Randrianasolo - La guerre intestine au sein du Hvm confirmée

Aberrant. Tel est le terme qui est venu à l’esprit des observateurs lors de l’intervention du député Jean Nicolas Randrianasolo sur les ondes d’une radio privée hier. Alors que l’heure est déjà aux préparatifs électoraux, le Président de la Commission Défense nationale insiste encore et toujours pour un remaniement au sein du Gouvernement. Pour argumenter sa requête, il affirme que « 95% des membres du Gouvernement actuel ne sont pas dignes de confiance et risquent de se retourner à tout moment contre le Président Hery Rajaonarimampianina. Ils savent pertinemment qu’ils ne seront pas reconduits à leur poste si le Président était élu pour un 2ème mandat  ». Il considère également que  « la majorité de ces ministres sont incompétents ». Une manière à lui de confirmer la guerre intestine et la lutte d’intérêt qui règnent actuellement dans le cercle du  « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Une guerre qui n’est pas prêt de se terminer à seulement quelques mois de la fin de mandat de Hery Rajaonarimampianina.

 

 Incohérence 

En outre, ce parlementaire élu sous la bannière Mapar mais devenu un porte – parole inconditionnel du Hvm, s’est attaqué à  sa famille politique d’origine. Il a ainsi lancé une série de critiques qui sonnaient comme de la pure aberration dans les oreilles des observateurs avertis. En effet, il a soutenu que « le Mapar n’a pas fait de grandes réalisations mais se contente de simples paroles ». Il a aussi déclaré que le peuple n’a pas besoin de stades ni d’hôpitaux, et que ces genres d’infrastructures ne sont pas une priorité. Adoptant le même langage que les ténors du parti au pouvoir, le député de Betroka a aussi martelé que ce n’est nullement grâce à l’actuel locataire d’Iavoloha  qu’il a pu accéder à la Présidence du pays. « Si Andry Rajoelina était aussi puissant, nous ne serions pas seulement  49 députés à avoir été élus sous la bannière du Mapar »,  lance – t – il. Ce fut pourtant avec l’appui du Mapar qu’il a pu être élu par la population de Betroka. Avec des propos aussi incohérents, force est de se demander quelles ont alors été les véritables motivations et les convictions de ce parlementaire lorsqu’il a choisi d’intégrer l’équipe du Mapar. 

Sandra R.

L'express de Madagascar0 partages

Émeutes à Ikongo – Tribunal et prison renaissent de leurs cendres

Les  affaires judiciaires reprennent peu à peu leurs droits après les émeutes suivies de casse de prison, survenues en plein chef district d’Ikongo dans la matinée du 13 décembre. Si la maison centrale du district est  fonctionnelle  depuis  le 4 janvier, après vingt-deux jours de fermeture,  le tribunal a par ailleurs repris ses activités depuis hier.

« Pour ce qui est de la  situation de la prison,  tout l’effectif ayant assuré son fonctionnement a été  affecté dans d’autres localités de service. Un nettoyage complet du personnel a été préconisé. En effet, il est possible que des comportements non conformes incriminant certains de nos agents soient à l’origine du problème ayant embrasé  toute la ville », confie l’inspecteur de l’administration pénitentiaire Napou Jérémie, directeur de la communication auprès du ministère de la Justice.

En saisissant la balle au bond, il souligne que le nouveau chef d’établissement a déjà été nommé ainsi que ses quinze collaborateurs. Sur les cent vingt-cinq détenus ayant été libérés par la foule en furie qui a pris d’assaut le pénitencier, une centaine sont, néanmoins,  toujours en cavale.

 Vive tension

« Le renforcement est en cours. Le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) a tenu une réunion la semaine dernière. Le retour à la normale des affaires judiciaires à Ikongo était au cœur des préoccupations », ajoute Napou Jérémie.

Pour rappel, une horde de villageois déchaînés s’est abattue  sur la maison centrale dans la matinée 13 décembre pour sommer aux détenus de sortir. Les assaillants ont dans la foulée pris en otage trois agents pénitentiaires, lesquels ont été relâchés sains et saufs quelques heures après les émeutes.

Sur base de rébellion contre une décision du parquet, cette débandade a  interrompu le fonctionnement du  tribunal de premier instance  à Ikongo. Le procureur de la République,  son substitut ainsi que le président du tribunal ont été placés sous haute sécurité jusqu’à ce qu’ils soient héliportés à Fianarantsoa quelques jours après. C’est une tentative d’acte de vindicte populaire qui a mis  le feu aux poudres. Présentés devant le parquet  d’Ikongo pour une affaire criminelle quelques jours plus tôt, une dizaine d’individus ont été placés sous mandat de dépôt. La décision judiciaire a été vue d’un mauvais œil par les tributaires de leurs actes, lesquels voulaient leur faire subir la vindicte populaire. La vive tension a alors viré à l’attaque de prison. Mis  au parfum que l’incarcération des dix suspects allait provoquer  un tollé  dans les rangs des personnes réclamant leur mort, le tribunal ainsi que les gardes pénitentiaires ont procédé au transfert à Mananjary des prévenus avant  que la casse de prison ne survienne. Dépêchés à Ikongo pour ramener l’ordre public, des éléments mixtes ont par ailleurs essuyé de  lourdes pertes en vies humaines 72 heures plus tard. Huit d’entre eux ont péri lorsque houle déferlante a fait chavirer leur camion de transport de troupes pendant la traversée d’un radier.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Cinéma – « Gisa mainty » expose une vision satyrique de la politique

Plus pédagogue et rassembleur, il vise à conscientiser le public sur les vraies valeurs de la société. C’est le cinéma que Scoop Digital entend promouvoir avec « Gisa mainty ».

Un film qui promeut une thématique tout aussi exclusive. La dernière production de Scoop Digital surprend aussi bien par son histoire, que sa vocation première. Récit  plus factuel, se réfèrant surtout aux actualités nationales, « Gisa mainty » comme il s’intitule, se découvre auprès des férus de cinéma à travers une tournée de projection à l’échelle nationale. Un projet unique en son genre de la part de Scoop Digital, que le grand public apprécie particulièrement pour la saga populaire « Malok’ila » et ses séries télévisées comme « Safelika ».

Le film « Gisa mainty » projette de créer le débat au sein de la société, en abordant la vie politique à travers le regard de la classe populaire. Fidèle à ses prédécesseurs, le film est ainsi porté par un scénario humoristique et familial, sauf que cette fois ci, la satyre et la caricature de la politique nationale seront mises en avant. Tournée de manière officielle en fin d’année 2016, le film n’a jamais été édité en version DVD, mais a continuellement été projeté dans toute la Grande île à travers une tournée nationale. En tout, sept cent projections ont été réalisées jusqu’ici et Scoop Digital projette encore de faire tourner son film, tout au long de cette année, que ce soit dans des salles équipées ou grâce à des actions associatives pour mieux susciter le débat au sein du public.

« Politique, mais pas trop »

« Avec ce film, on souhaite promouvoir l’engagement et le patriotisme de chaque individu au sein de la société. Chacun à notre niveau, on peut faire bouger les choses et à travers le regard de son personnage principal, on espère ainsi conscientiser la population sur l’importance à prendre part à l’épanouissement de notre pays », souligne Mamitiana Razafimandimby, directeur de Scoop Digital. Au sens littéral, « Gisa mainty » est un terme populaire qui définit une espèce rare d’oie. Ceci-dit, à travers son scénario, le film reprend cet argot pour désigner un symbole de défiance populaire, illustré par Razily, personnage principal interprété dans le film par l’humoriste Francis Turbo.

« Gisa mainty » raconte l’histoire de ce dernier, paysan et père de famille actif, qui un jour lassé des galères qu’il endure, décide de refaire sa vie, de repartir à zéro et de prendre les zébus par les cornes. Retroussant les manches, il se lance alors le défi d’aller à la rencontre de ces politiciens qui ne daignent pas bouger le petit doigt pour subvenir à ses besoins. De là commence alors l’histoire, lorsqu’on suit, pas à pas, le récit du héros malmené par ces politiciens dont son principal antagoniste est interprété par Gégé Rasamoely.

Mamitiana Razafimandimby d’affirmer « Que le public se rassure, le film est avant tout du pur divertissement. Au-delà de nos précédents films, on valorise avec celui ci une certaine pédagogie, on espère que le public y percevra vers la fin, le profil d’un politicien neutre qui lui est proche ». En outre, Scoop Digital prévoit d’ores et déjà une suite au film en gardant toujours le cap sur l’éducation citoyenne du public. Surtout à la veille des élections de cette année.

Andry Patrick Rakotondrazaka

 

 

L'express de Madagascar0 partages

Judo club Esca – Début de saison fructueux

Le judo club Esca fête ses succès. Après l’habituel entraînement de ce samedi après-midi, les judokas membres, les techniciens ainsi que les dirigeants du club ont fêté ensemble leur réussite en ce début de saison à l’issue  de trois grandes compétitions d’il y a une semaine à savoir l’Open International de Saint-Denis la Réunion, les championnats de Madagascar vétérans et le Challenge ceintures noires-marrons. Avec cinq combattants en lice, la délégation à l’Open de Saint-Denis est rentrée avec  cinq médailles. A sa première sortie internationale, Roberto Miadantsoa Razakandrandria a remporté l’or chez les cadets -90kg. L’unique cadette de l’équipe, Juane Kazrmella Andriamahefa a pour sa part ravi la médaille d’argent chez les -48kg. Et deux autres cadets, Fetra Ranaivoarisoa, engagé dans la catégorie -73kg et Edouardo Andrianarinirina en lice chez les -55kg ont tous les deux arraché le bronze. Le seul minime de la délégation, Killian Rakotonanahary a, lui aussi, décroché la médaille de bronze chez les -50kg. Quant aux résultats du club au championnat national vétérans, Esca a remporté deux médaillés dont une d’or et une d’argent chez les hommes -100kg M4. Le premier responsable technique du club,  Jean Yves Ravelojaona a écarté en finale de la catégorie son coéquipier,  Claude Eric Ramalanjaona.  Et en Challenge des ceintures noires-marrons, Mireille Ifaliana Andriamifehy a offert à son club la médaille d’or chez les dames -57kg.

Préparation continue

« Malheureusement, nous n’avions pas pu présenter nos jeunes dont la plupart étant étudiants ont eu classe le vendredi, première journée du Challenge » a précisé Haingo Rabetafika, présidente du Judo club Esca. « La participation à l’Open de la Réunion sera toujours maintenue chaque année… Nous sommes déjà invités ce mois de mai à un stage d’évaluation avec le pôle espoir de la Réunion » a-t-elle annoncé. Sur la scène internationale, Esca a eu une représentante, en la personne de Mihanta Andriaifehy dans la catégorie -57kg au Grand Slam de Paris. Comme les autres porte-fanions du pays à ce grand tournoi planétaire, elle a été éliminée d’entrée. Mihanta, la médaillée d’argent au Tournoi International de Madagascar en juin 2017 et auteur d’un doublé à la Coupe de Madagascar à Toliara en décembre, championne chez les seniors et les juniors, poursuit sa tournée européenne. Ce club phare de Grande Ile se prépare actuellement pour le championnat d’Analamanga programmé les 17 et 18 mars, suivi du championnat de Madagascar du 28 au 30 mars.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

SAVA – Le prix du riz revu à la baisse

Une réunion entre les opérateurs et les représentants du ministère du Commerce s’est tenue ce week-end à Sambava. Le riz était au centre des discussions.

 Tenir compte des autres facteurs.  Un contexte quelque peu négligé dans le commerce du riz dans la région Sava et lequel a fait l’objet d’une réunion, plutôt tardive, à Sambava samedi. « Il fut un temps où le prix du kapoaka du riz importé atteignait les 1 000 ariary et que le riz local était hors de portée des ménages », raconte un habitant de Sambava. Ce prix exorbitant a été ressenti sur les étals de cette région Nord-est de l’île, durant les quatre derniers mois de 2017, au moment où les besoins ont augmenté de 100 000 tonnes de plus que le pays importe tous les ans.  « Le prix du riz n’est pas à la portée de tous et tous ne sont pas des opérateurs en vanille »,  rajoute Ramanantsiresy, commerçant à Sambava.

« Le prix du transport des marchandises au départ de Toamasina vers Sambava, la dégringolade de la monnaie nationale ainsi que la disponibilité de la denrée ont été au centre des discussions avec les opérateurs importateurs, transporteurs, grossistes et détaillants », explique le ministre du Commerce et de la consommation, Nourdine Chabani, joint au téléphone à l’issue de la réunion. Si les pourparlers entre les protagonistes, tels qu’ils ont été rapportés, n’ont pas été des plus tendres, une solution a été néanmoins convenue.  « Le prix moyen actuel de 600 ariary le kapoaka du riz importé sera réduit de 100 ariary et donc ramené à 500 ariary », précise le ministre.

 Vanilline

Par la même occasion, une visite auprès des opérateurs de vanille a été une opportunité pour l’équipe du ministère du Commerce et de la consommation, de constater de visu les réalités autour des activités de la vanille. Un observateur constate que la filière n’est pas au plus top de sa forme.  « La vanille continue sa dégringolade avec un grand risque de perdre la qualité de la vanilline, dont le taux ne dépasse pas 1,6%. Un taux qui peut atteindre 2, 5% si le processus de traitement est bien suivi.  L’insécurité, les vols sur pied, la cueillette du produit encore immature, l’insertion des clous dans les tiges de vanille, n’ont pas encore disparu en amont et en aval de cette activité de commerce de la vanille », révèle Befeno, opérateur dans la filière.

« Notre objectif consiste à garder et à augmenter le taux de vanilline car nos produits sont réputés en qualité et pas nécessairement en quantité », répond Nourdine Chabani. «  Nous intensifierons la partie sécurité pour ainsi réduire les vols sur pied ou la cueillette avant l’heure, et imposer aux opérateurs de respecter les neuf mois utiles à l’obtention d’un bon produit, ou encore l’interdiction du conditionnement sous vide en amont et en aval », ajoute-t-il. Les opérateurs possèdent des appareils permettant de détecter la présence de clous dans les tiges de vanille. On en compte dix pour une tonne en moyenne, nous rapporte-t-on.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Mafonja enivre avec ses mélodies

Un musicien à la personnalité bien trempée qui loue les vertus de la nature aussi bien que celles de l’amour. Onja Andriamiarana dit Mafonja conquiert continuellement la scène en envoûtant le public aux rythmes de ses compositions. Un savant mélange des genres roots, rap et reggae, le tout sublimé par les mélodies du terroir, la musique de Mafonja se savoure comme un doux breuvage enivrant. C’est ainsi dans le cadre d’une soirée enchanteresse resplendissant de fraternité entre un public de fêtards de tous horizons que le chanteur, accompagné de ses musiciens, s’est redécouvert à l’Is’Art Galerie à Ampasanimalo. Des retrouvailles qui furent très attendues, puisqu’à l’occasion, les lieux étaient bondés de monde, remplis de mélomanes impatients de jouir d’un concert qui s’annonce fumeux et électrisant. Fidèle à lui-même, Mafonja s’est ainsi illustré avec brio sur scène vers 20 heures, chantant ses plus belles compositions issues de son album « Gasikara », accompagné de ses musiciens, à savoir, Bloom à la batterie, Avotra à la basse et Dilon à la guitare électrique. De ses douces ballades comme « Drako » et « Angivy » en passant par « Âme, peace, fanahy », Mafonja enivre les noctambules de ses compositions.

Cette soirée à l’Is’Art Galerie à Ampasanimalo a été aussi l’occasion pour le Groupe Star, partenaire de la soirée, de faire redécouvrir l’un de ses produits phares de la marque Castel, sous son nouveau format de 65cl. Un nouveau produit dont le public de Mafonja a pu s’en délecter avec modération, tout au long de la soirée. La marque Castel qui promeut la passion et l’accomplissement de soi, se redécouvre ainsi comme la boisson officielle des after-works et des show-cases musicaux, s’affirmant pleinement dans le milieu artistique. De quoi transcender encore plus les noctambules de l’Is’Art Galerie que Mafonja a su électriser d’entrée.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Trafic d’ossements humains – Sept hommes arrêtés à Saint-Augustin

Depuis trois mois, la population de la commune d’Anatsogno se désole de voir la profanation de leurs tombeaux. La gendarmerie a décidé de réagir, obtenant un premier résultat.

 La commune de Saint-Augustin ou Anatsogno, dans le district de Toliara II, est depuis quelques mois, la zone de prédilection des voleurs d’ossements humains. En effet, les cimetières de cette localité se trouvent presque au sommet de la grande falaise escarpée, loin du village d’Anatsogno, et les malfaiteurs ont largement le temps d’accomplir leurs forfaits. Mais le jeudi 22 février, sept hommes ont été appréhendés à la suite d’investigations menées par la gendarmerie de Toliara dans cette commune rurale. L’arrestation fait suite à une information concernant un vaste trafic d’ossements humains qui a touché les grands cimetières de la collectivité.

Plusieurs plaintes ont été enregistrées attestant la recrudescence des profanations de tombes et des vols d’ossements humains ces derniers temps. Depuis trois mois, il ne se passe pas un jour sans qu’une tombe ne soit profanée et saccagée. La gendarmerie locale a alors décidé d’ouvrir une enquête. Les investigations ont été menées dans la plus grande discrétion, parce que dans cette commune assez petite, les habitants se connaissent presque tous, pour ne pas dire qu’ils sont issus de la même famille. Grâce au concours du fokonolona, l’enquête a porté ses fruits au bout de quelques semaines. À l’heure actuelle, certains trafiquants ont été démasqués et d’autres font l’objet de recherche par les gendarmes.

Anonyme

Le mercredi 21 février, une personne anonyme de bonne volonté- « tsara sitrapo »- est venue au bureau de la commune pour donner d’importants renseignements concernant les présumés auteurs des profanations de tombeaux et des trafics d’ossements. Ces suspects, qui sont tous issus de la commune d’Anatsogno, sont des jeunes bien connus de la population et leurs comportements, ces derniers temps, n’ont pas échappé à sa vigilance. D’après l’informateur, beaucoup d’entre deux ont réussi, en très peu de temps, à construire des maisons, d’autres ont acheté des motos, alors qu’ils ne travaillent même pas.

Il a également rapporté une discussion suspecte qu’il a entendue dans une buvette de la localité. Des hommes se disaient en quête d’acheteurs de mercure blanc, mais après plusieurs minutes d’échanges, il s’avérait que  la marchandise en question était des ossements humains. Intéressé, la source est intervenue. Il a ainsi pris les coordonnés des trois hommes, histoire de garder le contact au cas où il trouverait un éventuel acheteur ou preneur. Or, le lendemain matin, l’informateur est allé directement au bureau de la commune.

Afin de pouvoir capturer les trois suspects, les éléments de la gendarmerie lui ont demandé de contacter les trois hommes et de leur donner rendez-vous pour un éventuel achat. Les trois trafiquants se sont facilement laissés piéger. Durant la rencontre, sept personnes se sont présentées, immédiatement arrêtées par les gendarmes. Deux autres ont réussi à prendre la fuite et disparaitre. Pour le moment, les présumés trafiquants sont en garde à vue et leur déferrement au tribunal de première instance de Toliara a été prévu hier après-midi.

 Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Vie de parti – Le HVM concocte de nouvelles stratégies

Opération séduction afin  de réussir sa politique de développement, tous les membres du parti HVM dans le Vakinankaratra, se sont rencontrés à l’hôtel des Thermes à Antsirabe. Rendez-vous placé sous la houlette du ministre de la Santé publique, le Pr Mamy Lalatiana Andriamanarivo, coach de la région, entouré par tous les responsables et élus locaux. La réunion a été l’occasion pour les leaders de donner des instructions sur la concrétisation des objectifs et visions du parti. « Le ministre nous a donné des instructions pour réaliser les objectifs et pour ce faire, nous avons mis en œuvre de nouvelles stratégies comme  la mise en place des  structures communales nous  permettant de renforcer les relations avec la population  », dévoile Hery Rasamoela, coordinateur régional du parti. Il a mentionné la promesse des membres de déployer tous leurs efforts pour assurer leur victoire dans les élections à venir.

Les leaders des clubs d’Antananarivo ont participés vivement au reboisement

Vakinankaratra – Le Rotary club œuvre pour l’environnement

 Servir les autres à travers six axes stratégiques. C’est la devise du Rotary club international et qui tourne autour  de la santé, l’éducation, l’alphabétisation, l’eau et l’assainissement, la collectivité locale et le développement rural. Quelques-uns de ses membres issus d’une douzaine de clubs de la Grande île, avec la participation de ceux  du club de Haute Rive de l’île Maurice, viennent de marquer leur contribution en faveur de la protection et de la préservation de l’environnement.

« La directive du président international Ian Resley est d’accorder plus d’importance à l’environnement durant cette année de célébration du 113e anniversaire du RCI. Dans ce cadre qu’est réalisé ce projet», explique Andry Voniharinjaka, président des présidents.

Projet qui a consisté à reboiser sur un terrain du groupement des  entreprises du Vakinankaratra ou Fiova, localisé dans la commune rurale de Vinaninkarena du district d’Antsirabe II. Plus de 1 400 jeunes plants à croissance rapide  ont été mis en terre durant la matinée de samedi. Ce fut aussi une occasion de sensibiliser les participants sur l’entretien  et le suivi de leur travail afin d’assurer sa réussite.

Le gouverneur du district 9220, pour conclure, a rappelé que toutes les activités entreprises par les clubs doivent aussi toucher la jeunesse.

Journées des écoles – Participation d’une centaine d’établissements à Antsirabe

Très motivés. La célébration des Journées des écoles dans la circonscription scolaire (Cisco) d’Antsirabe I s’est distinguée cette année, par l’enthousiasme des établissements à participer à toutes les actions proposées et dirigées par la Cisco. Durant les trois jours de célébration, plus d’une centaine d’écoles publiques et privées ont montré leur intérêt, pour les  activités liées à l’assainissement, le sport et la culture.

« Chaque élève, chaque enseignant de chaque établissement a participé  aux balayages et entretiens des jardins et des infrastructures. De nombreuses manifestations sportives et culturelles ont été aussi programmées pendant ces 3 jours », affirme Henri Rasoamahefa, chef de la Cisco. Afin d’encourager les parents et les éducateurs à mieux se comprendre, une exposition de matériels pédagogiques a eu lieu à l’école primaire publique (EPP) de Tomboarivo, durant la journée de vendredi. « Ceci permettra aux parents de comprendre la pédagogie adoptée par les enseignants et ce, dans l’objectif de renforcer la coopération entre eux », indique-t-il.

Par ailleurs, les responsables régionaux de l’Éducation nationale du Vakinankaratra ont remis un certificat de reconnaissance à Aquarelle Madagascar qui a réhabilité l’EPP d’Ambohimena, actuellemen, classée parmi les établissements scolaires aux normex internationalex en qualité d’infrastructure.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Loi… sirs

Douze jours pour examiner et surtout adopter une quinzaine de projets de loi. Soit beaucoup plus que les projets de lois votés lors de la session ordinaire des deux chambres du Parlement. Il faut dire que les députés et les sénateurs auront du pain sur la planche. Ils vont certainement bosser jour et nuit pour tout finir à temps nos vaillants parlementaires.  Il y va de l’intérêt supérieur de la Nation en particulier l’adoption des lois électorales. Heureusement que consciencieux comme ils sont, ils suggèrent d’ores et déjà une rallonge de cette session extraordinaire pour pouvoir travailler dans des conditions acceptables. Ce qui est certain c’est que ces projets de lois vont passer comme une lettre à la poste étant donné le rapport de force déséquilibré dans les deux chambres. Les députés de « l’opposition » se comptent désormais sur les doigts de la main et ne représentent qu’une force toute symbolique. Comme beaucoup de personnalités traînant des casseroles s’abritent sous le grand parapluie de l’immunité ou de l’impunité à Tsimbazaza, elles sont été des proies faciles pour la majorité en quête de stabilité et de majorité absolue. Quatre ans ont ainsi suffi aux plus gueulards des députés au début de leur mandat pour remballer leur verve et renoncer à leur casaque d’origine qui pour éviter une arrestation pour vols de boeuf, qui pour échapper à un redressement fiscal, pour impôts et taxes impayés ,inévitablement fatal pour leurs activités. Le député Abdillah élu à Vohemar, disparu récemment, aurait du ranger sa fidélité, les larmes aux yeux, à son parti en échange d’une évacuation sanitaire qui s’est finalement avérée tardive.

Ainsi, extraordinaire ou pas, la session ne changera quoi que ce soit. Les débats ne seront pas au rendez-vous encore moins les amendements comme ce fut le cas lors de l’adoption de la loi de finances et des autres projets de loi. Les quinze projets de loi seront expédiés en deux temps trois mouvements. Il se pourrait même que l’ordre du jour soit épuisé à mi-chemin de la session. C’est d’autant plus probable que le gouvernement a déjà pris tout don temps dans l’élaboration de ce projet de loi et que tout a été déjà vu et revu lors des ateliers de concertation. Le travail des parlementaires a été préalablement facilité pour ne pas perdre du temps pour que le gouvernement puisse définir les dates de l’élection présidentielle. Néanmoins, le dernier mot appartient à la Haute Cour Constitutionnelle. Et à en juger ces dernières décisions concernant plusieurs projets de loi adoptés par le Parlement, il n’est pas sûr que tout se passera sans coup férir. Ambohidahy semble avoir pris des libertés et surtout une indépendance en se montrant comme le dernier rempart de la légalité. Des dérives ont été notées dans la loi sur les Zones économiques spéciales, la loi sur la propriété foncière, la loi sur le développement industriel entre autres. C’est de bon augure. A moins que cette balise érigée par la HCC pousse davantage les parlementaires à voter les lois les yeux bandés, étant donné que tout sera rectifié, et prendre chaque session pour une partie de loi… sirs.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Ankadifotsy – Deux détrousseurs de collégiens pris avec un sabre

Un duo de détrousseurs mineurs mis hors d’état de nuire. Après s’être attaqués à trois collégiens dans les ruelles d’Ankadifotsy la semaine passée, deux jeunes hommes, âgés respectivement de dix-sept et dix-huit ans ont été appréhendés samedi soir. Après avoir été  pris en chasse à travers les ruelles par des éléments de patrouille, les deux individus se sont finalement fait cueillir.

Un sabre a été retrouvé en leur possession lors de l’arrestation. Questionnés par la police lors des enquêtes  préliminaires, les deux suspects auraient affirmé avoir détroussé des collégiens. Ces derniers allaient regagner leurs foyers lorsqu’ils se sont retrouvés nez-à-nez avec le duo armé, embusqué dans les ruelles des environs.

Interrogés sur l’arme blanche découverte, les deux jeunes seraient passés aux aveux. De source policière, ils comptaient l’utiliser pour s’attaquer à un individu se trouvant dans leur collimateur. Bien qu’identifiés comme étant parmi les plus dangereux malfaiteurs qui écument Ankadifotsy et ses environs, les deux individus  sont des délinquants primaires. Leurs victimes se chiffreraient par dizaines.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Sport d’entretien des fonctionnaires – La requête de report de l’élection s’amplifie

 

Deuxième sonnette d’alarme. Un autre groupe de fonctionnaires responsables de sport issus d’une dizaine  de ministères et institutions réclament aussi le report de l’élection du comité exécutif de l’association omnisports interministérielles et institutions. Cette deuxième équipe, réunie hier aux 67ha, a déclaré la même requête que celle de ce samedi à Ampandrianomby. «En décembre dernier, le Comité Interministériel  du sport d’entretien des fonctionnaires a envoyé une lettre auprès de chaque ministère et institution demandant une liste de leurs représentants dans le but de former le comité électoral. Sans tarder, nous avions envoyé la liste mais cela n’a aucune suite jusqu’à présent. Soudain, nous avons appris ce week-end que l’élection aura lieu ce mercredi » raconte un des porte-paroles de ces responsables de sport au sein des ministères. « Nous demandons juste le report de l’élection et d’organiser d’abord une assemblée générale qui a pour but d’établir le code électoral ainsi que la liste électorale » a-t-il poursuivi. « Nous n’allons pas et nous ne pourrons jamais boycotter ou interdire aux  fonctionnaires de participer aux prochaines activités de l’association» rassurent ces responsables.

Serge Rasanda

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Fanapariahana informatika eny ifotony

Ny taona 2007 no niorina ny fikambanana LIANA. Hanampy ny mponina malagasy indrindra fa ny tanora, ny  tsy an’asa manana olana amin’ny lafiny informatika sy fampiasana teknilojia vaovao eny ifotony no tanjon’ny fikambanana. Teny filamatra rahateo ny hanala ny mponina mitoka-monina amin’ny tsy fahaizana informatika eto Madagasikara. Miompana amin’ny fanofanana tanora sy ankizy manomboka hatreo amin’ny 5 taona ny fikambanana. Izany dia miankina amin’ny filana sy fangatahan’ny mpikambana.Taorian’Antananarivo, Morondava sy Mahajanga, ivon-toerana roa eto Antsirabe no nahazo alalana avy amin’ny delegasiona sy ny birao nasionaly. Ny ray aman-dreny mpiahy ny ivon-toerana no hiandraikitra ny fanofanana ireo ankizy sy tanora. Ivon-toerana fito noho izany no hapetraka atao filamatra hanombohana ny tetikasa ka ezahina ho tonga 15 izany amin’ity taona ity, vinavinaina ho 50 kosa izany amin’ny taona 2020 hoy Andry Iarivola Rakotomalala mpanorina ny fikambanana. Araka ny fanazavany hatrany dia hametrahana ny antsoina hoe CYF na “Cyber Formation” ireo ivon-toerana ireo ka afaka hanaraka fampiofananana ampitain-davitra izay liana rehefa mahafehy tsara ny solosaina. Isan’ny manohana ny fikambanana ny “pôle emplois” izay efa nanofana tanora manodidina ny 600 teny amin’ny tontolo ambanivohitra. Izany no tanteraka dia noho ny tetikasa EPI na “Ecole de Pilotage Informatique”, tetikasa sahanin’ny skotisma. Ankaotra izay dia mamatsy ara-pitaovana ny fikambanana ny “pôle emplois”  ka fantatra fa solosaina an-jatony maro no efa andrasana ho tonga ato ho ato.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Incarcéré à Tsiafahy : Le chauffeur d’une société cerveau d’une attaque armée

Beau coup de filet de la Police. Une grande société a échappé de peu à l’attaque d’une bande de huit individus dans le quartier d’Ivato, jeudi 22 février. Cette attaque a été avortée grâce à l’intervention de la police. Démantelée, cette bande est désormais mise hors d’état de nuire. Ce résultat a été obtenu grâce au renseignement fourni par une personne de bonne volonté qui a été informée sur l’existence d’un groupe de personnes projetant de s’en prendre à cette société. Depuis, les enquêteurs de la brigade criminelle à Anosy ont lancé leur investigation ayantpermis de savoir que cette société comptait verser à la banque 160 millions ariary le mercredi 21 février. Ainsi, la police a mis en place des dispositifs de sécurité, dont la surveillance du lieu. C’était en ce moment que les policiers ont repéré deux individus rôdant dans les environs. Méfiants, ils ont arrêté les deux hommes. En fouillant ces derniers, ils ont trouvé deux pistolets et quelques munitions. Ainsi, ils les ont amenés au bureau de la brigade criminelle à Anosy pour enquête durant laquelle, les suspects ont avoué leur mauvaise intention tout en indiquant six autres complices qui étaient tous appréhendés le jeudi 22 février. L’enquête a révélé que l’un des suspects est un chauffeur en service dans la société. En relation avec le chef de la bande qui était un ancien chauffeur de la société, c’était lui qui a fourni le renseignement sur l’existence de cette grosse somme d’argent. L’enquête a révélé que cette bande a déjà commis deux attaques du même genre. Ce qui fait qu’il s’agit d’une association de malfaiteurs bien constituée. La police s’attelle actuellement à la recherche du fournisseurdes armes. Déférés au Parquet du Tribunal hier, ces huit individus ont été placés sous mandat de dépôt à Tsiafahy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ankadifotsy : Deux voleurs à la tire pris en flagrant délit

Samedi 24 février à Ankadifotsy, deux jeunes de 17 et 18 ans ont été appréhendés par des policiers du commissariat du IIIe arrondissement de la Sécurité publique à Antaninandro. Le comportement suspect de ces derniers a alerté les policiers dès qu’ils les ont aperçus. Ils ont pris la fuite. La fouille effectuée sur eux a permis de découvrir un sabre.  Ainsi, la police les a conduits au commissariat pour la suite de l’enquête qui a prouvé que les suspects sont de véritables voleurs à la tire dans le quartier d’Ankadifotsy. Les élèves des écoles du quartier constituent leur cible préférée. L’enquête a révélé que lundi 19 février, ils avaient attaqué un élève pour subtiliser son téléphone portable. Mercredi, ils ont délesté deux adolescents de la somme de  30 000 ariary et de leurtéléphone portable. Ils ont avoué qu’ils s’apprêtaient à tuer un homme réparateur de pneus dans le quartier d’Ankadifotsy quand ils étaient arrêtés par la police. Ils affirment vouloir se débarrasser de cet homme, qui serait selon leurs dires, le rival de l’un d’eux. Ce cas constitue une preuve tangible de la dégradation de la moralité de la jeunesse malgache. On dirait que nos jeunes ont déjà perdu le sens de l’humanité. .

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ambanidia : La fuite d’un motard après un accident mortel

Dimanche, une femme d’une soixantaine d’années s’est éteinte suite à un accident de circulation dont elle a été victimequelques jours auparavant. Dimanche 18 février, une moto l’avait fauchée sur la route d’Ambanidia-Miandrarivo. Le choc l’a rendu inconsciente. Ainsi, elle a été emmenée d’urgence à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona où elle a dû passer au scanner et à la radiographie. Puisque le motard avait pris sa responsabilité, il a accompagné sa victime à l’hôpital où il a promis de payer la facture. Pour ce faire, il a affirmé devoir aller à la banque pour retirer de l’argent pour ne plus revenir. Actuellement, sa victime est décédée. Le pire dans cette affaire est d’entendre que, la famille n’a aucun renseignement sur le motard. Pourtant, elle compte porter plainte contre ce dernier pour délit de fuite.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Nouvel An chez les boulistes : VESPA tient la route !

Le président Vololona Randrianarivony ouvrit le bal avec le traditionnel « Afindrafindrao » aux côtés de la doyenne Jeannine qui joue encore à la pétanque à… 70 ans.

Ambiance très festive, dimanche au Cercle Mess de Fiadanana, quand les membres de l’association des Vétérans Sportifs de Pétanque Analamanga (VESPA) célébraient ensemble la nouvelle année autour d’un copieux déjeuner et sous les airs logiquement des années 60 qui ont obligé tout le monde à aller sur la piste de danse.

Il n’y a pas à dire, ce VESPA -là sait ce qu’il veut en soignant le décor même si les membres sont réunis par la passion commune de la pétanque.

Sous la houlette de son président, le Colonel Vololona Randrianarivony, la fête de dimanche restera longtemps dans les mémoires avec en filigrane la remise des cadeaux de Nouvel An aux plus de 80 ans dont le doyen Jafetra Andriatsimiziva, le grand- père du judoka Fetra, mais aussi « Papa » James Ravelojaona comme tout le monde l’appelle, une icône de la pétanque pour avoir servi cette discipline pendant près d’un demi-siècle et qui joue encore à 80 ans.

Les plus de 70 ans n’ont pas été oubliés tout comme l’un des plus grands mécènes des compétitions de pétanque chez les vétérans en l’occurrence l’ancien sénateur Charly Rakotoariventiny ainsi que les anciens présidents dont Balisama et Nirina.

Du beau monde en fait qui a passé un très bon moment ensemble avec l’orchestre « Gasy Mozika » qui a trouvé la corde sensible des vétérans en mettant en avant la musique des années 50,60 et 70 sur une piste qui ne désemplissait pas. Du pur bonheur !

Clément RABARY