Les actualités à Madagascar du Lundi 27 Février 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara410 partages

B O A – Ambositra : Un détournement d’un montant de 1 200 000 000 Ar

L’agence de la BOA à Ambositra a été victime de magouille. (Photo Anastase)

L’arrestation de la directrice d’agence de la BOA à Ambositra, a permis de porter au grand jour, une affaire de détournement de caisse au sein de la banque.

La directrice d’agence de la BOA dans la ville d’Ambositra a été arrêtée par la police jeudi dernier, et ce, pour une affaire de détournement de caisse. En effet, suite à la mission d’inspection effectuée par la Direction générale de cette institution financière, les enquêteurs ont pu constater des anomalies flagrantes au niveau des caisses de la BOA d’Ambositra. Il s’agit notamment d’un détournement d’un montant colossal d’un milliard deux cents millions d’Ariary (1 200 000 000Ar). Ce qui a contraint les responsables à porter plainte au niveau du service régional de la sécurité publique de la ville d’Ambositra, qui s’est saisi de l’affaire.

Notons que cette directrice d’agence de la banque BOA travaillait à Farafangana avant d’être affectée dans cette agence à Ambositra. Cette affaire de détournement a été déjà transmise au tribunal. Et l’intéressée a été ensuite placée sous mandat de dépôt depuis samedi dernier. Une affaire à suivre !

Anastase

Midi Madagasikara305 partages

Qui sont nos hommes politiques ? : Polyglotte, elle parle 6 langues

Bezaza Eliana Secrétaire nationale du parti PSD.

Bezaza Eliana. Cette fille de Bezaza Jean Ernest et de Tsiranana Julienne est mariée au colonel Jean Randriantanany. Elle est mère de quatre enfants.   

Notre invité de ce jour est une descendante d’Eve. Il s’agit notamment de Bezaza Eliana. Elle est, depuis juillet 2016, Secrétaire nationale du parti PSD. Cette diplômée de l’académie des partis politiques, première promotion formation, dispensée par Friedrich Ebert Stiftung Madagascar nous dévoile une partie de son quotidien. Pour son hobby ou plutôt ses distractions, la Secrétaire nationale de mentionner « je fais du sport, de la randonnée ou du jogging. J’aime être en contact avec la nature. A part cela la lecture, je suis passionnée par tout ce qui est histoire et politique ainsi que les magazines féminins ». Polyglotte, la petite-fille de Philibert Tsiranana parle en effet six langues, à savoir, le malgache, le français, l’anglais, l’allemand, l’italien et le chinois.  

Faux semblant. Mon plat préféré c’est le « samotraka », plat typique du Nord-Ouest de Madagascar. On fait cuire la nuit à petit feu le zébu et au matin, c’est le « samotraka ». A la question ce que vous aimez et ce que vous détestez dans la vie, Bezaza Eliana de mentionner « ce que j’aime, c’est les relations franches et amicales et les discussions sans tabou. Ce que je déteste, le faux semblant et l’hypocrisie ». En ce qui concerne ses expériences professionnelles, citons entre autres, « project manager », promotion des investissements étrangers à Madagascar et fourniture de services pour prospections, organisations et installations. Elle a été également directeur exécutif de l’Office régional du Tourisme de Boeny et employée du Bureau International du Travail dans l’administration du PDRAB (Projet de développement de la région d’Ambato-Boeny). Pour ce qui est de la vie associative et politique, comme nous l’avions cité auparavant, elle est Secrétaire nationale du parti PSD depuis juillet 2016, Secrétaire Général de l’association pour le centenaire de Philibert Tsiranana et le jubilé d’or de l’indépendance de Madagascar, présidente d’une association villageoise, sise à Belobaka, Mahajanga II, dénommée association « Satrana » qui œuvre dans l’éducation des enfants et la formation professionnelle des femmes. Par ailleurs, elle a tenu à faire remarquer : « J’ai décidé de faire de la politique quand mes trois enfants ne sont plus sous le toit ».

Recueillis par Dominique R.  

News Mada196 partages

Imerintsiatosika : tovolahy matin’ny fitsaram-bahoaka

Tonga tany amin’ny borigady Imerintsiatosika ny fokonolona avy ao Andranovilany nitondra zazalahy efa maratra, ny zoma teo tamin’ny 10 ora alina.  Araka ny voalazan’izy ireo, saika hangalatra omby izy io no tratran’ny fokonolona ary  io naterina any amin’ny borigady io. Noho ny ratra mafy nahazo azy anefa, voatery nalefa tany amin’ny CSB II io lehilahy io saingy maty rehefa tonga teny amin’ny hopitaly.

Rehefa nataon’ny mpitsabo ny fijerena ny razana, hita fa maratra mafy ny lohany ary nahitana diam-patsika dimy teo amin’ny tongony. Araka izany, efa niharan’ny fitsaram-bahoaka tany izy ity vao naterin’ny olona. Na izany aza, efa niaro ihany ny andiana fokonolona ary izao nanatitra azy tany amin’ny zandary izao. Ny borigadin’ ny zandarimaria any Imerintsiatosika miaraka amin’ny polisim-pirenena no miara-misahana ny famotorana, manoloana ity filazana fa mpangalatra omby sy fahafatesana olona ity. Manakaiky aty an-dRenivohitra ity resaka fitsaram-bahoaka loza mitatao ho an’ny firenena ity. Ny filoham-pirenena sy ny minisitry ny fitsarana izay efa nanameloka ny fitsaram-bahoaka ary milaza fa hanao fanentanana ny olona sy hampahalala ny momba ny lalàna hialana amin’izany.

Yves S.

 (Tahirin-tsary)

Midi Madagasikara162 partages

Remaniement : Pour la fin du copinage et du système d’écolage

A deux ans de l’élection présidentielle, Hery Rajaonarimampianina souhaite certainement soigner son image.

Le régime « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » a toujours été pointé du doigt par rapport aux pratiques favorisant le copinage, le clientélisme et le favoritisme, notamment dans les nominations aux hauts emplois de l’Etat. Des exemples concrets ont déjà été relevés par les différents dossiers brûlants que le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) a transférés à la Chaîne Pénale Anti-Corruption (CPAC). A signaler, par exemple, le cas des Conseillers spéciaux du président Hery Rajaonarimampianina qui ont été nommés à la tête du Conseil d’Administration des différentes Sociétés d’Etat. Pourtant, en termes de résultat, ces pratiques ont tout simplement été un échec. En tout cas, l’on a pu constater depuis quelque temps que le Chef de l’Etat souhaite procéder à l’assainissement de son entourage. Jusqu’ici, trois Conseillers spéciaux du président ont été limogés de la Présidence du Conseil d‘Administration d’une Société d’Etat. A deux ans de l’élection présidentielle, Hery Rajaonarimampianina souhaite certainement soigner son image. D’ailleurs, face aux nombreuses contestations et revendications sociales en cours, une culture de résultats s’impose à tous les responsables étatiques. Les actions menées par le gouvernement doivent avoir des impacts directs sur le quotidien des Malgaches. Pour le remaniement gouvernemental en vue, il convient de mettre fin au copinage, au système de paiement d’écolage et au droit de cuissage. Nul n’ignore que l’Administration malgache est gangrenée par ces pratiques. La moralisation de la vie publique, y compris de la politique, est importante pour que le remaniement en vue ne se limite pas uniquement à changer des têtes au niveau des ministères mais aussi et surtout pour mettre fin à des pratiques d’un autre âge : telles que le copinage, l’écolage, le droit de cuissage ou « promotion canapé »… D’autant plus que depuis le début de son mandat, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » s’est toujours engagé à renforcer la lutte contre la corruption. Une promesse qui reste un vain mot pour le moment.

Consultations. En tout cas, si l’on en croit nos sources, Hery Rajaonarimampianina prévoit un remaniement en profondeur. Tous les ministres défaillants seraient dans le collimateur du Chef de l’Etat. Ceux qui ont commis des fautes graves dans l’accomplissement de leurs missions et ceux qui ont terni l’image du régime sont aussi sur le départ. Ce serait le cas notamment des quatre membres du gouvernement soupçonnés d’être impliqués dans une affaire de trafic illicite de bois de rose. Des ministres auraient eu un lien avec le bateau intercepté dernièrement du côté de Mananara Nord. En tout cas, les tractations et les consultations sont déjà en cours, en vue de ce changement de gouvernement. Le paiement d’écolage a déjà débuté aussi depuis belle lurette. Selon nos sources, un ministre aurait versé 9 milliards de Fmg pour être reconduit à son poste. Outre les postes ministériels, les places aux hauts emplois de l’Etat sont aussi très convoitées. Là aussi, le copinage, le clientélisme et le paiement d’écolage sont devenus une pratique courante. Nul n’ignore en effet que la nomination d’un nouveau ministre requiert la mise en place d’un nouveau staff technique et politique. Parfois, le ministre rentrant n’a même pas la mainmise sur la formation de son Cabinet. Trois ans après la montée au pouvoir du HVM, les nominations aux hauts emplois de l’Etat se suivent et se poursuivent encore chaque semaine en Conseil des ministres. Désormais, l’on attend plus de fermeté de la part du président Hery Rajaonarimampianina afin que le prochain remaniement puisse enfin avoir des impacts directs sur le social de la population.

Davis R

Tia Tanindranaza133 partages

Marc Ravalomanana“Alaintsika ny fahefana”

Sahy ary efa vonona handray fahefana amin’ny taona 2018 i Marc Ravalomanana sy Tiako i Madagasikara,izany no anton’ny fitsidiham-paritra sy fihaonana amin’ireo mpikambana TIM ary hanatontosoana fampihofanana ho an’ireo tompon’andraikitra rehetra ao amin’ny antoko manerana ny nosy.

Firaisan-kina, fanavaozana

Ilaina anefa ny firaisan-kina raha tena tiantsika ny hanavotra ny firenena hoy ny Filoha Marc Ravalomanana tany Ambatondrazaka. Afaka mampanantena avokoa ny rehetra hoy izy saingy mahavita ve ireny olona ireny.Mbola nohamafisiny hatrany fa hirotsaka hofidiana filoham-pirenena izy mba hanafaka ny Malagasy amin’izao fahasahiranana mianjady amin’ny firenena izao. Nambarany fa tsy hiady amin’ny Malagasy tahaka azy izy fa ny hitondra fanavaozana ny firenena . Malagasy rehetra mihitsy no mila miray hina hoy izy fa tsy ny antoko tiako Madagasikara ihany.Nentaniny ny mpitarika TIM any alaotra mangoro mba hahay hifampiresaka amin’ny sokajin’ ny olona rehetra. Ireo olona teny amin’ny lalana nolalovan’I Dada dia nangataka nifampitafa taminy. Tsapako ny fahoriana mahazo antsika hoy izy koa sahia hiara-dia ho fialana amin’izany.Nisy ny fividianany kapa ho an’ireo ankizy sahirana nifanena taminy teny an-dalana.Tomefy olona tanteraka ny tao amin’ny espace Laza niandry ny toromarika avy amin’ny Filoha Marc Ravalomanana. Fiaraha-misakafo no namaranana ny fotoana.

RTT sy Niry A

                                                                

 

Midi Madagasikara133 partages

Hanitra Razafimanantsoa : « Le TIM est prêt pour les élections »

Me Hanitra Razafimanantsoa bannit le « ni…ni ».

La députée du premier Arrondissement de Tana a réitéré hier que Marc Ravalomanana a été victime d’un procès politique. 

Le Tiako i Madagasikara (TIM) réitère la négation du « ni…ni » pour les prochaines présidentielles qui auront lieu en 2018. C’est ce qu’a souligné Me Hanitra Razafimanantsoa, députée élue dans le premier arrondissement, lors de la présentation de vœux du parti Tim de cet arrondissement, justement, samedi dernier dans le quartier général du parti à Bel’air. 

(Re)Conquête du pouvoir. Le « ni…ni » doit à tout prix tomber aux oubliettes, selon Me Hanitra Razafimanantsoa. « Le Tim est très actif et prêt à conquérir et à exercer le pouvoir », affirme-t-elle avant de continuer que « le président national du parti a d’ores et déjà déclaré qu’il va se présenter aux élections. Et le Tim du 1er arrondissement figure parmi les fervents supporters de Marc Ravalomanana. Nous faisons tout notre possible pour qu’il redevienne le président de la République ». Pour elle, il ne faut plus répéter les mêmes erreurs commises durant la transition. « Madagascar a commis une grave erreur en ayant suivi la voie du « ni…ni », ce qui a empêché tous les Malgaches de faire leur choix convenablement », a-t-elle soutenu. A noter au passage que cette règle a été établie par la communauté internationale et ne figure pas dans la Constitution. Mais pour la députée, « cette fois, personne n’est en droit d’imposer quoi que ce soit. D’ailleurs, il y a des structures étatiques chargées d’examiner les candidatures et donc de les valider ou les invalider  par la suite ».

Casier judiciaire vierge. Si jamais le régime actuel tenterait d’empêcher Marc Ravalomanana de se présenter aux élections en avançant l’argument d’un casier judiciaire sali, Hanitra Razafimanantsoa a tenu à rassurer plus d’un : « Marc Ravalomanana a été victime d’un procès politique. Jusqu’à maintenant, il n’est pas notifié de la décision du tribunal. D’ailleurs, il s’agissait d’une condamnation par défaut ». Par voie de conséquence, « le casier judiciaire de Ravalomanana demeure vierge. Le tribunal qui s’est saisi de l’affaire était incompétent car était de la transition n’ayant eu aucune base légale », conclut-elle. Notons que durant le week-end, Marc Ravalomanana s’est rendu à Ambatondrazaka.

Aina Bovel

News Mada103 partages

Madagascar Bikers Show : l’autre facette des motards malgaches

C’est une opportunité offerte sur un plateau d’argent pour les férus des deux-roues à Madagascar, de montrer une autre image de leur passion. L’association des clubs de motards de Madagascar rassemblera les clubs de motos, les passionnés et les propriétaires de deux- roues, du 8 au 9 avril prochain, au palais des Sports de Mahamasina le temps d’un évènement hors pair baptisé Madagascar Bikers Show.

«Nous voulons redorer l’image des motards. Ces derniers sont le plus souvent pointés du doigt pour être à l’origine des accidents de la circulation. L’association tente de modifier la perception des motards. Posséder une machine hyper-puissante est un état d’esprit qui sait conjuguer dynamisme, art de vivre et un mode de vie positif», ont déclaré les organisateurs. Ce sera un évènement riche en partage d’expériences, sans écarter le côté humain car 10 % des recettes seront consacrées à des œuvres sociales.

Pour la petite histoire, en 1963, les passionnés des deux- roues à Madagascar étaient exclusivement des étrangers si le premier club de passionnés de motos on-road, le Madagascar moto club (MMC), a vu le jour en 1999. Dans la ville des Mille, on dénombre actuellement une dizaine de clubs, notamment GMC, KTM, Royal Riders Madagascar, Maxiscooter 261, Red Island Riders, IB-moto et Team Green Madagascar. Seront au menu, une exposition, road-show, carnaval, concours de la meilleure moto, Night parade show, spectacles et animations.

Rojo N.

 

Madagascar Tribune97 partages

Polémique, indignation, colère et demande de compte

Sous d’autres cieux, Anandra Norbert aurait démissionné ou a été limogé depuis le début de la désormais affaire Befandriana Nord. Sous d’autres cieux des hauts responsables étatiques à commencer par le Chef de l’Etat et le Premier ministre auraient condamné ces violences policières envers des civils d’autant qu’il y a un mort, et ils se seraient précipités à Befandriana Nord pour s’enquérir du malheur de ces paysans qui ont tout perdu. Sous d’autres cieux les autorités seraient venu en aide aux victimes dès qu’elles ont pris connaissance des faits.

Mais cela c’est sous d’autres cieux. Le ministre de la Sécurité intérieure Anandra Norbert pour se dédouaner de ses âneries déclarait le plus naturellement du monde qu’il « ne faisait que lire le rapport qu’on lui a remis ». Ni plus ni moins ! Donc en quelque sorte ce n’est pas sa faute. Si le rapport mentionnait que c’est un bébé de six mois qui a mis le feu aux 5 villages, il aurait lu sans ciller le rapport devant la presse tout en menaçant les journalistes au passage. Le Premier ministre pendant ce temps se baladait à Paris pour recevoir le prix de son courage ! Cela ne s’invente pas ! Le Chef de l’Etat pour sa part va prier et offre 4 millions d’ariary au temple FJKM Androva Vaovao Famonjena à Mahajanga pour contribuer au fonctionnement du Temple. Tout ce beau monde fait comme si de rien n’était en priant surtout qu’on oublie vite cette histoire comme les autres. Mais qu’est ce qui ne va pas chez les princes qui nous gouvernent ? On dirait que le pouvoir leur a fait prendre le minimum de bon sens pour ne pas dire plus.

Des groupes de citoyens pour leur part s’organisent pour venir en aide aux victimes des bavures policières. Une page Facebook pour levée de fonds aux habitants d’Antsakabary est ainsi créée comme ce fut le cas pour Soamahamanina.

Midi Madagasikara96 partages

Arivonimamo : Mpangalatr’omby matin’ny fitsaram-bahoaka

Zazalahy iray, saika hangalatra omby no namoy ny ainy rehefa avy niharan’ny hatezeram-bahoaka tany amin’iny distrikan’Arivonimamo iny, ny zoma lasa teo. Ny alin’io no tonga tao amin’ny borigady Imerintsiatosika ny fokonolona avy any Andranovilany, Imerintsiatosika fa nahatratra olona saika hangalatr’omby : zazalahy iray. Efa malemilemy tanteraka ary efa naratra be ity olona ity no tonga tao amin’izy ireo. Tsy nitazona izany ela ireto mpitandro filaminana fa avy hatrany dia nentina notsaboina tany amin’ny tobim-pahasalamana izy. Noho izay ratra mafy efa nahazo izay anefa dia vao tonga teny amin’ny hôpitaly dia maty ilay ranamana. Asa raha hoe, teo am-pangalarana omby izy no nifanenjahan’ny fokonolona. Ary efa nanalan’izy ireo ny hatezerany ity mpangalatr’omby vao io nentin’izy ireo tany amin’ny zandary io. Azo heverina araka ny ratra nahazo azy fa nampijalijaliana tokoa ity olona ity. Ny fizahana nataon’ireo mpitsabo mantsy no nahafantarana fa nahitàna ratra teo amin’ny lohany. Ary ambonin’izay dia mbola nisy diam-pantsika dimy teo amin’ny tongony. Ireo antony ireo no azo eritreretina ho nahatonga ny fahafatesany. Taorian’ity tranga ity moa dia nalefa avy hatrany tamin’ity faritra voalaza fa nangalarany omby ity ireo mpitandro filaminana, nanao ny famotorana, ary miara-miasa amin’izany ny zandary sy ny pôlisy. Toa lasa « lamaodin »’ity taona vaovao ity tokoa ny fitsaram-bahoaka. Ary saika tsy misy mivoaka velona avokoa ireo izay tratra. Efa maro ireo tompon’andraikitra isan-karazany manameloka ity karazana vono olona fanahy iniana ity, saingy hatreto dia mijanona eo amin’izay sehatra « manameloka » izay fotsiny fa toa tsy misy mihitsy vahaolana aroso, hialàna amin’izay fitsaram-bahoaka. Hiarahan’ny rehetra mahalala anefa etsy andanin’izay ny antony mahatonga ireo fokonolona hiroso amin’izany.

m.L

Midi Madagasikara88 partages

RN7 : Taxi-brousse voatafika, olona iray maty voatifitra, voaroba avokoa ny mpandeha

Andian-jiolahy mirongo basy no nanafika taxi-brousse iray, ny marainan’ny sabotsy teo, teny Ambohimahasoa. Efa nisy enina voasambotry ny zandary.

Nirefodrefotra ny basy. Aina iray no nafoy, telo naratra mafy, ary lasa avokoa ireo entana sarobidy sy vola tany amin’ireo mpandeha. Izay no vokatry ny fanakanan-dàlana nataon’ andian-jiolahy mirongo fiadiana mahery vaika, ny sabotsy vao mangiran-dratsy teo, tokony ho tamin’ny roa ora maraina tany ho tany, tamin’iny làlam-pirenena fahafito iny, teo amin’ny toerana antsoina hoe, Andranomiadiliha eo amin’ny fokontany Ambatoharanana, 8 kilaometatra, miala an’i Vohiposa. Taxi-brousse, an’ny kaoperativa Soatrans, handeha hitodi-doha any amin’iny faritra Atsimon’ny Nosy iny ity lasibatry ny jiolahy ity. Araka ny fantatra hatramin’izay, dia tsy maintsy mitandahatra ireo fiara voatery handeha alina amin’ireo làlam-pirenena, indrindra fa amin’iny RN7 iny. Ity fiara « sprinter » ity anefa, araka ny tati-baovao avy amin’ny zandary, dia isan’ireo fiara tratra aoriana ka tsy tafaraka tamin’ny « convoi » tokony hisy azy. Voatery nandeha irery araka izany ity farany. Nony tonga teo amin’ny PK 330 io anefa, dia tsikaritry ny mpamily ny fisiana sakana teo amin’iny làlana iny. Mailo avy hatrany izy ka saika saika hiverina kanjo nisy tsy fetezana tampoka ka maty ny fiara. Nanomboka teo ny tifitra variraraka avy tamin’ireo olon-dratsy, izay efa nitampify teny amin’ny sisin-dàlana. Ny mpamily no saika avy hatrany dia nokendren’izy ireo, hoy ny vaovao, saingy nisolifatra ny bala, ka nahazo ny mpandeha iray nipetraka taorian’ity farany. Maty tsy tra-drano ity farany, izay fantatra araka ny fanadihadiana taty aoriana, fa polisy miasa any amin’iny faritra Toliara iny. Nisy tamin’ireo mpandeha kosa, vokatry ny tifitr’ireo olon-dratsy hatrany no naratra. Telo izy ireo ka ny iray tamin’izany no tena voa mafy. Nanararaotra izany ireo olon-dratsy ka nandroba tsy nisy anavahana ireo mpandeha rehetra. Naka izay azony nalaina sy zava-tsarobidy teny amin’ireto farany : vola, entana, firavaka, sns. Tao anatin’izany kosa, vao nahare ny fisian’ity fanafihana ity ireo zandary ao amin’ny poste avancé ao Vohiposa, dia nandeha avy hatrany. Nandositra avy hatrany ireto olon-dratsy raha vao nahita ireo zandary. Raikitra ny fanenjehana ka nisy olona enina nosamborina ka ny roa tamin’ireo no ahiahiana mafy ho isan’ireo mpanafika, ary efa mandeha ny fanadihadiana. Raha ny mikasika ireo naratra kosa, dia fantatra fa nalefa any Fianarantsoa. Napetraka ao amin’ny hôpitaly tao Camp Robin kosa ny vatana mangatsiakan’ilay namoy ny ainy

m.L

Midi Madagasikara57 partages

AmbondronA : Le Palais des Sports plein à craquer

Entre AmbondronA et ses inconditionnels, c’est une histoire d’amour qui est encore très loin de son dénouement. (Photo Kelly)

Pour Kix et ses compères, le pari était gagné d’avance. A deux semaines du concert, tous les tickets étaient déjà vendus. Pour Beranto et ses amis de toujours, il ne s’agissait plus seulement que de s’amuser et de se surpasser.

Des fans en délire qui font la queue dès la matinée pour avoir les meilleures places et ne rater ne serait-ce qu’une miette du spectacle et à l’intérieur, un Palais des Sports des grands jours, plein à craquer, mais surtout, une complicité et une communion parfaite entre AmbondronA et ses fans. Depuis quinze ans, le groupe partage une relation privilégiée avec ses inconditionnels et comme l’ont prouvé hier ces derniers, cette histoire d’amour est encore très loin de son dénouement. D’ailleurs, tous les titres composant le répertoire sont repris à tue-tête. Les paroles résonnent comme des hymnes dans le public. Ça bouge dans tous les sens et tout le monde est dans le même état d’esprit.

Comme au bon vieux temps. T-shirts, jeans, Converses… Oui, quatorze ans ont passé depuis la première scène du groupe, mais pour les compagnons de scène d’AmbondronA, rien n’a changé. Ils gardent toujours l’allure de jeunes adolescents. Et cela ne semble déranger en rien leurs fans, tant que Beranto, Honty, Blanc, Kix et Ranto leur chantent leurs grands succès avec autant d’enthousiasme et avec la même euphorie ! Euphorie d’ailleurs contagieuse. Armé chacun de ses instruments de prédilection, très complices entre eux et en totale communion avec son public, AmbondronA met ainsi le feu au Palais des Sports. Après le Palais des Sports, Ambondrona promet encore d’autres moments avec ses fans qui devront prendre leur mal en patience.Mahetsaka

Tia Tanindranaza47 partages

Tsy mahatoky tena ny HVMEfa mipoapoaka ny fampielezan-kevitra

Fanamarihana ny faha-50 taonan'ny jono makamba teto Madagasikara no natao eto anoloan'ny biraon’ny Antokon-draharaha misahana ny fifamoivoizana an-dranomasina sy an-tanety (APMF) eo amin'ny bord de la mer Mahajanga ny zoma lasa teo.

Vahaniaina

 

News Mada43 partages

Sendikàn’ny mpitsara : « Ny polisy no nandoro tanàna tao Befandriana Avaratra »

Mazava ny raharaha: ny polisy no nandoro tanàna tao Befandriana Avaratra, raha ny fanambaran’ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM).  

 « Rehefa ’ndeha hisambotra olona ireo polisy avy amin’ny Fip, izay any amin’ny 40 na 50 isa tany: nitsoaka ny olona eran’ny tanàna. Rehefa tsy nahita olona ry zareo, nodorany ny trano. Izay ny vaovao azonay. »

Izay ny fanambaran’ny filoha Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM), Ernaivo Fanirisoa, ny faran’ny herinandro teo, momba ny fahamaizan’ny tanàna any Befandriana Avaratra, tamin’ny fahatongavan’ny polisy tany an-toerana.

Araka ny vaovao ofisialy voarainy avy any amin’ny mpampanoa lalàna ao Mandritsara izay. Nampitaina taminy fa nisy tokoa ny fandoroana trano tany amin’io toerana io, ary mahatratra 487 izany tamin’ny fotoana niresahan-dry zareo.

Ny tena fantatra hoe olona maty: vaviantitra iray izay jamba tavela tao amin’ny trano fonenany may. Ny nahatonga ny fahamaizan’ny trano, voalaza hoe nisy polisy roa lahy maty novonoina fokonolona.

Izay olona nitsoaka voasambotra no hakarina fitsarana

Noho izany, nisy polisy avy amin’ny Fip nalefa handeha hisambotra an’ireo fokonolona izay namono ireo polisy roa lahy ireo, araka ny fanazavany. Rehefa nitsoaka ny olona, nisy tratra ihany: nosamborin-dry zareo. Nisy maromaro ny voasambotra ary nentiny hiakatra any amin’ny fitsarana.

Ny kompanian’ny zandarimaria any an-toerana no manamarina ny zava-misy any an-toerana, ary manome ny vaovao any amin’ny mpampanoa lalàna, arakaraka ny fahazoan-dry zareo izany.

Hanao fitsaram-polisy amin’ny mpitsara ve ny polisy ny amin’izay famakiana bantsilana ny zava-misy sy ny marina izay? Na hamaly faty, sanatria…

R. Nd.

L'express de Madagascar40 partages

Bikers show – Près de 300 motards réunis à Mahamasina

285 motards au Palais des Sports durant le Bikers Show. Un road show en partance d’Iavoloha pour rallier Mahamasina est également prévu au programme.

Le plus grand rassemblement de motards à Madagascar, peut-on lire sur l’affiche du salon Bikers Show. Un slogan aussi marquant que véridique. Samedi, chez Liqui Moly à Ankadim-bahoaka, les organisateurs ont présenté à la presse  quelques détails sur ce salon des deux-roues, qui se tiendra au Palais des Sports et de la culture Mahamasina, les 8 et 9 avril. « Il s’agit des membres des différents clubs à Antananarivo comme KTM Ready To Race Madagascar, Gasy Motards Club, IB Moto, Red Island Riders, Maxiscooters 261, MMC… Chaque club aura son propre stand au Palais. Les motards qui ne sont affiliés à aucune association seront aussi de la partie. Jusqu’à présent, on en dénombre 285 au total, affiliés et non affiliés réunis », soulignent-ils durant leur allocution respective.Pendant deux jours, le public aura l’occasion d’admirer les plus belles et les plus puissantes motos de la capitale. Les européennes KTM, Ducati et Triumph, les japonaises Yamaha, Honda, Kawasaki et Suzuki ou encore les Harley-Davidson américaines.

TombolaTrois bécanes seront plus particulièrement mises en avant et les visiteurs pourront prendre des photos à leurs guidons.  Deux d’entre elles ont été exposées à Ankadimbahoaka, samedi, une Ducati 1098 et une Harley-Davidson V-Road 1200. L’italienne se démarque par son design très réussi ainsi que ses sorties d’échappement sous la selle. L’améri-caine, pour sa part, interpelle par son niveau de personnalisation ainsi que ses très nombreux éléments chromés.Ce Bikers Show sera également marqué par un « road show » encadré par les gendarmes, le samedi 8 avril. Les motards partiront d’Iavoloha pour rallier le Palais des Sports à 14 heures. En début de soirée, ils effectueront un tour du lac Anosy. Comme à l’accoutumée, un salon d’une telle envergure est accompagné d’une tombola destinée au public. Les organisateurs ont mis le paquet avec trois scooters de marque Kymco comme lots, à savoir un Agility 150, un Agility 125 et un Super 8.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Tananews40 partages

En attendant les 10 milliards de dollars, l’addition de 36 650 € a bien été réglée au moins ?

Oh, ça n’est juste qu’un peu plus de 120 millions ar au cours du jour.

Pour 2 déjeuners donc, lors de la Conférence des bouffeurs bailleurs et des Investisseurs

C’était bon au moins ?

Midi Madagasikara39 partages

Finances et Budget : Des ministrables en puissance

Dilemme cornélien pour le président dans le choix de celui qui va tenir les cordons de la bourse jusqu’en 2018.

Dans l’optique du remaniement gouvernemental, le ministère des Finances et du Budget (MFB) est un portefeuille (au propre comme au figuré) très convoité, compte tenu (dans tous les sens du terme également) des avantages que procure le poste de Grand Argentier dont la succession est ouverte depuis la fin de la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs à Paris.

Bataille électorale. « L’argent est le nerf de la guerre ». A l’instar du stratège athénien Thucydide qui avait déjà compris à son époque, au Ve siècle av. J-C, l’importance des moyens financiers dans une guerre, le HVM a des visées sur le ministère des Finances et du Budget dans la perspective de la bataille électorale de 2018. Ce ministère clé était d’ailleurs dirigé sous la Transition par l’homme fort du parti au pouvoir qui fait également sien l’aphorisme selon lequel l’argent, c’est la force qui signifie …Hery. L’argent donne aussi du ressort pour faire allusion au tic du président qui veut montrer par là, qu’il déborde d’énergie.

Bailleurs de fonds. Dans cette approche moins mercantiliste qu’électoraliste de l’argent, le HVM a des hommes pour devenir Grand Argentier. A commencer par son président national Rivo Rakotovao qui faisait partie du cabinet du MFB dans le précédent régime. Est également un (re)ministrable en puissance, celui qui avait succédé à Hery Rajaonarimampianina à Antaninarenina, en l’occurrence Lanto Rasoloelison qui est sorti de l’ombre pour entrer dans la …lumière à la tête de la Jirama. L’homme a l’avantage d’être proche du HVM qui l’avait inclus dans sa liste aux élections sénatoriales dans la province de Tana. Son autre atout et non des moindres, c’est qu’il a l’estime des fonctionnaires – du haut en bas de l’échelle – du MFB où il avait occupé, avant de devenir ministre, le poste de Directeur de la Programmation et du Cadrage Budgétaire qui lui a permis d’être connu et reconnu par les bailleurs de fonds en général et par les institutions de Bretton Woods en particulier. La preuve, il est chargé, en tant qu’Administrateur délégué de la Jirama, de la mise en œuvre du Programme d’Amélioration de la Gouvernance et de l’Opération du Secteur de l’Electricité (PAGOSE) financé par la Banque mondiale. Le fait que cet homme de foi a un fort ancrage au sein de l’Eglise protestante réformée est aussi un atout en sa faveur, car les voix des fidèles de la FJKM pèseront de tout leur poids dans la balance des votes en 2018.

Rang de ministre. Le président de la République pourrait aussi opérer un remaniement à l’interne en remplaçant Gervais Rakotoarimanana par un autre expert-comptable pour ne pas citer le directeur de cabinet à moins qu’il ne veuille pas devenir calife à la place du calife. Mais il n’est pas exclu non plus que le locataire d’Iavoloha fasse appel à l’un des membres de son collège de conseillers pour devenir ministre des Finances et du Budget. Dans ce cas de figure, Léon Rajaobelina qui « a rang de ministre » en sa qualité de commissaire général de l’Organisme de Coordination et de Suivi des Investissements et de leurs Financements (OCSIF) a des chances de revenir à Antaninarenina où il a du reste laissé de bons souvenirs à ceux qui travaillaient déjà au MFB du temps où il était le Grand Argentier. En tout cas, celui qui fut aussi gouverneur de la Banque centrale, Ambassadeur à Washington et vice-président de Conservation International a une grande expérience des négociations avec les bailleurs de fonds.

Politique d’ouverture. Dans le souci de ratisser large en 2011, Iavoloha pourrait aussi profiter du prochain remaniement du gouvernement pour faire une politique d’ouverture en direction de technocrates comme Orlando Robimanana qui a le profil de l’emploi. Les compétences de cet expert du FMI sont également reconnues par les partenaires techniques et financiers. And last but not least, tel qu’on l’avait vu lors de son « limogeage », l’ancien Directeur général du Trésor jouit d’un capital sympathie auprès du personnel du MFB qui est nostalgique de « la belle époque » et de tous les avantages. Au propre comme au figuré.

RO

Midi Madagasikara38 partages

Toliara : Fihinanana trondro « Geba » misy poizina, olona roa tsy maintsy naiditra hopitaly

Olona roa avy amina fianakaviana samihafa izay nihinana trondron-dranomasina misy poizina “Geba” no tsy maintsy nampidirina hopitaly tao Toliara, ny zoma teo, ka ny iray ankizy, raha olona tsy mahafantatra ity trondro ity kosa ny marary faharoa. Rehefa nandoa sy nivalana tsy nisy fiarafarany ireto olona roa izay efa nalemilemy zara raha nahazaka tena, dia nentin’ny havany haingana namonjy tobim-pahasalamana mba hanavotana ny ain’izy ireo. Rehefa nandre ny tranga ny tompon’andraikitra avy ao amin’ny sampan-draharaham-paritry ny jono sy ny fahasalamana ao Toliara, ny andro zoma io ihany, dia nanao fidinana ifotony ary raikitra savahao eran’ny tanàna, ka trondro “Geba” izay voararan’ny lalàna efa nomanina saika aondrana any Sakaraha sy Ilakaka izay nafatratra tao anaty garaba roa lehibe no sarona. Sazy henjana ho an’ izay tratra. Raha ny fanazavana azo, rehefa vanim-potoana mafana tahaka izao, dia mamelana ireo lomotra misy poizina (algue toxique) any an-dranomasina, ka hohanin’ny karazana trondro toy ny Geba, ny Pepy, sy ny Lohambato, ary mamono ireo olona mihinana ireo trondro avy eo, hoy ny mpitsabo, ary tapahana tsy azo hohanina kosa ny lohan’ny trondro Aloalo, Lanora, Lamatra, ary ny Tsaboto.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara30 partages

Madagascar Bikers Show : Déjà huit clubs engagés

La présentation de l’évènement samedi à Ankadimbahoaka.

Un stand gratuit de 16m² sera accordé à chaque club de motos au Palais des Sports les 8 et 9 avril.

Un évènement innovant. Dans la perspective de montrer au plus grand nombre leur passion pour la moto, les férus de cette discipline ont décidé d’organiser « Madagascar Bikers Show » les 8 et 9 avril au Palais des Sports de Mahamasina. C’est une grande première dans le pays afin de réunir en un seul endroit les clubs de motos, les passionnés et les propriétaires de deux-roues.

 » L’un des objectifs de cet évènement consiste à instaurer une image positive des motards. La moto n’est pas toujours perçue positivement par l’opinion. L’association des clubs de motards de Madagascar participe à cet événement en vue de sensibiliser les gens sur les règles de sécurité. C’est la raison pour laquelle nous collaborons avec la gendarmerie nationale pour cet événement. Le test d’alcoolémie est par exemple obligatoire pour les participants à la randonnée organisée dans le cadre de l’évènement  » a indiqué Jean Marc Rajaobelison, président du club Maxiscooter 261. Actuellement, huit clubs de motos se sont manifestés pour ce grand rassemblement. Un stand gratuit de 16m² sera accordé à chaque club de moto. Un parking pouvant accueillir jusqu’à 250 motos est prévu pour l’évènement. L’inscription est obligatoire pour pouvoir en bénéficier.

Œuvres sociales. Plusieurs animations, entre autres la randonnée ou la parade quadrillée par la Gendarmerie, seront prévues pour l’évènement. Les clubs qui souhaitent participer à la randonnée reliant Antananarivo et Arivonimamo doivent respecter les consignes de l’organisateur. La ponctualité est indispensable pour garantir le bon déroulement de cette activité. Il est indiqué que l’heure du départ est fixée à 7h au Palais des Sports de Mahamasina. Dans leur action citoyenne, les 10 % des recettes récoltées lors de cet événement seront versés à l’association Orchidée Blanche. Il est à signaler que le premier club des férus de motos (on-road), MMC (Madagascar Moto Club) a été créé en 1999. D’autres clubs ont suivi ses pas, car à l’heure actuelle, on compte une dizaine de clubs de motos, rien qu’à Antananarivo à savoir, GMC, KTM, Royal Riders Madagascar, Maxiscooter 261, Red Island Riders, IB-moto et Team Green Madagascar. De nombreux passionnés, non-affiliés à un club, les ont aussi rejoints. Plus d’une cinquantaine de motards y sont actuellement recensés.

T.H

Tia Tanindranaza28 partages

Anandra NorbertTokony ho tsaraina ?

Tsy andrenesam-peo intsony na ny tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny mpitandro filaminana, na ny praiminisitra lehiben’ny governemanta, na ny filoham-pirenena sady filoha faratampon’ny foloalindahy manoloana ilay loza tsy roa aman-tany nitranga tany Befandriana Avaratra.

 

 Ny minisitry ny filaminana anatiny Anandra Norbert no hany niteny sy nanadio tena fa tsy ny avy eo anivon’ny polisim-pirenena no nandoro ny tanàna miisa 4, ka nahamay ny trano miisa 507 tany an-toerana. Vehivavy adala iray sy ny tompon-tanàna indray no notondroina ho tompon’antoka tamin’iny fahamaizan’ireo tanàna 4 samihafa. Nanizingizina kosa ny mponina tany an-toerana sy ireo manam-pahefana isan-tsokajiny, eny hatramin’ny mpitondra fivavahana aza fa ny polisim-pirenena no tompon’antoka. Tsy misy intsony fanazavana fanampiny na fialan-tsiny avy amin’ny polisim-pirenena fa toa nisitri-belona ary tsy te hiresaka momba ity raharaha ity intsony ireo tompon’andraikitra.

 

Miakatra fitsarana

 

Tsy tokony ho vitavita ho azy anefa na hoe alamina amin'ny raharaham-pihavanana an-tery ny tranga tahaka izao fa mandalo fanadihadiana lalina ary alefa eny amin'ny fitsarana.Ka na ireo olona nambara fa nanao fitsaram-bahoaka, na ireo polisy ahiana fa nanao herisetra sy nandoro tanana dia samy mandalo fitsarana avokoa, ao ihany no hahafantarana izay tena marina.Savorovoro nahafatesana olona, naharavana tanana ary miteraka fikorotanam-piarahamonina tahaka ity tany Befandriana avaratra ity ve dia sanatria hampanginina indray ?Raha ny tokony ho izy aza dia hadihadian'ny fitsarana mihitsy ny minisitry ny filaminana anatiny Anandra Norbert ny amin'ny toromarika sy baiko marina nomena ireo polisy nalefa tany Befandriana Avaratra, nandefa tatitra ara-dalana tamin'ny asa nataony ve izy ireo sa nanao izay tiany tany fotsiny ?

 

Toky R

 

 

News Mada26 partages

Raitra ny seho… : misesy ny fahombiazana ho an’ny AmbondronA

Mitohy hatrany ny lalana ! Mbola azo antoka ny fipetrahan’ny lazan’ny AmbondronA, ao anatin’ny taona maro misesy. Niavaka sady nahitam-pahombiazana mantsy ny seho nanakatonana ny faha-15 taona.

Vao avy notolorana ny fankasitrahana « Fampisehoana mendrika indrindra », nandritra ny « RDJ Mozika 2016 » ry zalahy… Mbola voaporofo indray izany, raha ny hita taratra nandritra ny seho nataon’ny tarika AmbondronA omaly, tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina.Raitra ny seho, ary hita taratra ny fanomanana nandritra ny fotoana ela. Vantany vao naneno ny feon-kira voalohany, tsy nidina intsony ny mari-pana tao amin’ny lapa. Niara-dalana tamin’ny fampidirana nataon-dRakix ny kilalaon-jiro ravaka sy ny fidonan’ny fanamafisam-peo raitra, ka samy tafiditra na ny teny an-tsehatra na ireo mpijery. Nokatsahina ny raitra ka nampiarahina ny fanamafisam-peon’ny Kiki, Titane ary mi’Ritsoka. Nanome endrika hafa ny seho koa ny jiro ravaka sy ny “écran géant” taorian’ny lampy.Saika niaraha-niventy avokoa ireo hira nalahatry ny tarika nandritra ny fiarahana. Porofo fa nisy ny fifandraisana am-po eo amin’ny AmbondronA sy ireo mpankafy azy, nandritra izay 15 taona izay. Nandritra ireo hira vitsivitsy tsy niaraha-nihira, nanongilan-tsofina nihaino sy nigoka ireo mpijery. Famaranana ny fankalazana tokoa mantsy iny seho iny, sady fampahafantarana ilay DVD, izay nalaina tamin’ilay seho tao amin’ny Coliseum ihany koa.

Miandry ny manarakaTelo andro monja ny fivarotana ny tapakila dia najifa tamin’ity. Hatreto aloha, mbola ny tarika AmbondronA no nahavita izany. Porofo fa tsy ampy an’ireo mpankafy mihitsy ny lapan’ny Fanatanjahantena. Na efa fantatra roa herinandro mialoha aza, mbola maro ihany ireo nitsapa vintana nitady tapakila teny an-toerana, ary misy mihitsy ny nahasahy nividy 20.000 Ar ny tapakila tsotra. Ireo efa nahazo kosa, misy nahavita nilahatra vao maraina, mba hahazoana ny toerana tsaratsara kokoa mandritra ny fampisehoana.Porofo izany rehetra izany fa mangetaheta hatrany ny seho hataon’ny tarika ireo mpankafy. Soa fa mbola misy seho hafa ao anatin’ny fandaharam-potoana , ho an’Antananarivo. Hisy koa ny anjaran’ny any amin’ny faritra.

Zo ny Aina

Midi Madagasikara26 partages

Ambohijanahary Antehiroka : Sinoa voatafika, voavely baramina

Mpivady teratany sinoa, monina eny Ambohijanahary Antehiroka, ao amin’ny fokontany Antalamoatra no niharan’ny fanafihan-jiolahy, ny zoma alina lasa teo. Roa lahy izy ireo no niditra an-keriny tao amin’ity tokantrano iray ity. « Nony tafiditra tao an-trano izy ireo dia novelesiny tamin’ny baramina izy mivady » hoy ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandary. Vokany naratra mafy noho izay daroka nahazo azy izay ilay sinoa vavy, izay voa teo amin’ny lohany, raha tsy dia naninona kosa ilay rangahy. Ity farany izay, mbola afaka niantso vonjy, ka nandositra avy hatrany ireto olon-dratsy. Tsy nisy ny zavatra lasan’ireo jiolahy ireto araka izany. Ny loharanom-baovao hatrany no nahafantarana fa, tsy endrika tsy zoviana amin’ireto mpivady ireto, ny iray tamin’ireo olon-dratsy, izay tsy iza fa ny sakaizan’ny zanaky ny mpiambina ny tanànan’izy ireo ihany. Nandray ny raharaha an-tànana avy hatrany ireo zandary avy amin’ny borigadin’i Talatamaty, niampy ny avy amin’ny « poste avancé »-n’Ambohibao. Ilaina amin’ny famotorana, noho izay filazan’ilay rangahy sinoa izay, dia nosamborina avy hatrany ilay mpiambina sy ny zanany vavy. Eo an-dàlam-pikarohana ity sakaizan’ity farany, izay voarohirohy kosa ny mpitandro filaminana amin’izao. Fantatra ihany koa fa rahalahin’ity karohina ity ihany ilay jiolahy faharoa. Raha ny mikasika ilay sinoa vavy naratra kosa, dia efa nentina tany amin’ny toeram-pitsaboana ary efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy.

m.L

Midi Madagasikara26 partages

Contrats pétroliers : Un partage équitable de la production s’impose

Des attestations délivrées à l’issue de la formation.

Il faut une dizaine de millions de dollars pour exploiter les gisements pétroliers. Il faut aussi se préparer pour améliorer le contrat pétrolier et avoir un équilibre quant à la distribution des richesses et aux retombées économiques.  

Une quinzaine de cadres et de techniciens issus des ministères en charge des Mines et du Pétrole, de l’Environnement ainsi que des Finances et du Budget, et des organismes rattachés comme l’OMNIS, sans oublier le secteur privé et la société civile, ont suivi des formations sur l’établissement des contrats pétroliers.  La formation est organisée par le ministère en charge des Mines et du Pétrole avec l’appui de la Banque Africaine de Développement  via Facilité Africaine de Soutien Juridique. « Ces techniciens formés seront des futurs négociateurs dans l’établissement des contrats pétroliers afin qu’il y ait des retombées économiques positives pour le pays, surtout pour la population locale impactée par le projet », a soulevé le ministre auprès de la Présidence, en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, lors de la clôture de cette formation qui s’est tenue pendant deux semaines au DLC- Anosy.

Gagnant-gagnant. « Et l’objectif consiste à avoir un partage équitable de la production, dans le cadre d’un esprit gagnant-gagnant », a-t-il poursuivi. Notons que nombreux sont les projets pétroliers, que ce soit offshores ou onshores à Madagascar. « La réserve d’une quantité de 1,5 milliard de barils dans le gisement de Tsimiroro et la découverte d’un gisement de gaz à Mahaboboka dans la région d’Atsimo-Andrefana ainsi que dans le Canal de Mozambique sont déjà confirmées. Raison de l’amélioration de notre code pétrolier  afin d’attirer plus d’investissements surtout étrangers dans le secteur. En effet, le Code pétrolier actuel a été conçu pour la phase d’exploration alors que le pays est actuellement en phase d’exploitation pour ne citer que le cas de la compagnie Madagascar Oil produisant plus de 160 000 barils d’huile lourde à Tsimiroro », a rappelé le ministre de tutelle. En outre, il a affirmé que l’exploitation de cette huile lourde pour la Jirama est envisageable, compte tenu du fait que les essais sur le groupe de la centrale de Mandroseza ont été concluants. « En plus, le taux de soufre de cette huile lourde est minime. Cela permet de réduire le coût de l’électricité à Madagascar », a-t-il enchaîné.

Problèmes financiers. En revenant sur la formation, la fiscalité et l’économie des contrats pétroliers, la modélisation économique, les questions liées aux intérêts économiques locaux, la responsabilité sociale des entreprises, la résolution des conflits font partie des thèmes abordés. Un projet d’élaboration d’un guide pratique relatif aux investissements pétroliers en amont sera ensuite présenté dans quelques semaines. « La BAD envisage de reproduire un tel évènement à Madagascar pour élargir leur application à d’autres secteurs constituants les centres névralgiques pour l’économie du pays », a déclaré Abdelkrim Bendjebbour, le représentant résident de cette institution.  Par ailleurs, « même si beaucoup de permis d’exploration ont été octroyés, les opérateurs ont du mal à se lancer dans la phase d’exploitation à cause des problèmes financiers. En effet, il faut une dizaine de millions de dollars pour exploiter les gisements pétroliers. Il faut aussi se préparer pour améliorer le contrat pétrolier et avoir un équilibre quant à la distribution des richesses et aux retombées économiques », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara26 partages

Nanie an-XXV : Clôture de la tournée au « Vatolahy » Antsirabe !

Nanie clôturera sa tournée au Vatolahy Antsirabe le 3 mars. (Photo : Kelly)

Tana, Majunga, Toamasina et cette fois-ci Antsirabe ! Une occasion qui ne se renouvellera plus. Pour clôturer la célébration de ses vingt-cinq ans de carrière musicale et tournées à Madagascar, Nanie remontera à nouveau sur scène. Ce sera ce vendredi 3 mars, pour cette fois dans la Ville d’Eaux, au « Vatolahy ». Elle sera bien évidemment entourée de la même équipe qui l’a accompagnée depuis le début de cette petite aventure, il y a quelques semaines. Pour marquer l’évènement d’une pierre blanche, l’interprète de « Ianao sy zah» a effectivement choisi les meilleurs. Rado Rakotorahalahy était bien évidemment de la partie. Samy Andriamanoro était lui aussi du voyage. Hents, Sanda Ranaivosoa, Fy, Anjaniony et Hasina ont été appelés en renfort, sans oublier Antsa, Andy et Antsiva qui ornent chaque morceau de leurs belles voix. Et pour cet arrêt à Antsirabe, ils seront encore présents. Une fois bien installée, la maman de « Hir’Aina » a travaillé et répété avec eux pour que tout soit parfait. Pour ce concert à Antsirabe, les amoureux de bonne musique peuvent donc être sûrs de retrouver leur idole comme ils l’avaient vue et entendue il y a des années, peut-être même en mieux. Car comme l’a précisée la chanteuse, « je maîtrise mieux ma voix et les techniques vocales aujourd’hui ». Des invités ? Elle n’en aura qu’un seul : Rakroots qui va chanter un ou deux titres avec elle. Organisé par « La scène d’Antsirabe », cet évènement entre toujours dans la promotion de « Vatolahy en musique ».

« Vatolahy en musique ». C’est une manifestation qui se tient désormais tous les mois au Vatolahy Hôtel. Lancé officiellement le 27 janvier, l’évènement a pour principal objectif d’offrir une prestation de qualité, non seulement du point de vue artistique, mais également logistique. « Nous visons l’excellence. A la soirée officielle, nous avons reçu des critiques sur le service, nous avons déjà rectifié ce qui devait être corrigé. Nous collaborons également avec plusieurs entreprises. Je citerai notamment nos sponsors officiels : le Castel, Gasy Car VIP et la RDJ. Nous avons aussi plusieurs partenaires : le groupe Karmaly, Fireflies, Aty guest house, Infiniti, Blue sky, la Rta, la radio Soavina, le Kudéta, No comment, la commune urbaine d’Antsirabe sans oublier l’Hôtel Vatolahy où tout se passe », précise Mahery Ranoarivony, un des membres de la scène d’Antsirabe.Mahetsaka

Midi Madagasikara25 partages

Gros plan sur le nationalisme mondial

Le nationalisme, considéré comme étant un courant « xénophobe », revient sur le tapis actuellement un peu partout dans le monde. Effectivement, après des années et des années durant lesquelles l’on s’apercevait que l’on avait perdu l’identité nationale sous les jougs de la mondialisation, de la libre circulation des personnes et des biens, mais aussi et surtout des idées et des idéaux, le nationalisme fait « son retour en force » dans les pays occidentaux qui ont presque hérité de la démocratie…à l’occidentale, où le vivre-ensemble était le paradigme central.

Définition du nationalisme

Deux types de nationalisme existeraient : d’une part, il y a le nationalisme libérateur et le nationalisme dominateur d’autre part. Le nationalisme libérateur est une doctrine et une action politique qui visent à l’indépendance d’une nation lorsqu’elle est sous une domination étrangère.Ce mouvement, qui s’est développé au XVIe siècle, a abouti à la création de nations indépendantes (Grèce, Italie, Allemagne). La fin de la Première Guerre mondiale et la chute des Empires allemand, austro-hongrois et ottoman ont conduit à une autre vague de créations d’Etats indépendants tels que les pays baltes, la Pologne, la Finlande, la Yougoslavie ou la Turquie… Le nationalisme dominateur, quant à lui, est une idéologie politique qui donne la primauté à la nation par rapport à toute autre considération dans les relations internationales.

Quelques personnalités nationalistes notoiresDonald Trump QFJ/27.02/Midi/Trump

Aux Etats-Unis, la politique de Donald Trump est considérée comme étant la nouvelle Doctrine Monroe. Avec son « L’Amérique d’abord ! », il s’est attribué le surnom de « le nationaliste blanc fâché ». Le président des Etats-Unis qui a confirmé son protectionnisme a, au lendemain de son arrivée à la Maison Blanche, signé un décret interdisant temporairement l’arrivée de ressortissants de sept pays musulmans sur le sol américain. Il en est de même pour la construction d’un mur à la frontière du Mexique qui, d’après lui, servira à endiguer l’immigration illégale vers les Etats-Unis. Pour les chercheurs, Donald Trump serait en train de mettre en place une « politique de défiance ». 

Marine Le Pen QFJ/27.02/Midi/Le Pen

« La France aux Français : ». C’est la célèbre phrase de Marine Le Pen du Front National en France. Dans ses engagements présidentiels 2017, elle déclare « rendre sa liberté à la France et la parole au peuple. Je veux aussi rendre leur argent aux Français, parce que depuis de trop nombreuses années, notre politique sociale et fiscale appauvrit les classes moyennes et populaires, alors qu’elle enrichit les multinationales et dilapide l’argent public via une immigration totalement incontrôlée. Mon projet, vous pourrez le constater, consiste en une véritable révolution de la proximité. Proximité démocratique : je veux que les décisions soient prises au plus près des citoyens et directement contrôlées par eux. Proximité économique : il s’agit de réaménager notre territoire, d’y trouver des services publics partout, de relocaliser nos entreprises et donc nos emplois ». 

Les partis nationalistes et Europhobes 

Paul Nutall du parti UKIP QFJ/27.02/Midi/Paul Nutall

Les partis nationalistes et europhobes en Europe ont connu une montée lors des dernières élections législatives européennes. L’Aube Dorée (qualifiée même d’être le parti néo-nazi grec) en Grèce, l’UKIP en Grande–Bretagne, le Jobbik en Hongrie, le Front National en France, ou encore l’Alternative pour l’Allemagne en sont les principaux exemples. Nationalisme radical pour certains, nationalisme plus modéré pour d’autres, leur objectif n’est autre que « la souveraineté des nations doit être supérieure à toute forme de supranationalité. Pas seulement par rapport à l’Union Européenne, mais aussi à ce que Marine Le Pen appelle « le mondialisme ».

Quid de Madagascar ?

Quand est-ce que le vent du nationalisme soufflera véritablement à Madagascar ? Nombreux partis politiques mettent en avant cette idéologie et mettent surtout l’accent sur une « véritable indépendance » de Madagascar où la France et les pays développés « abandonnent » la Grande Ile et lui donnent beaucoup plus de latitude par rapport à la gouvernance du pays.  Le plus connu des mouvements nationalistes malgaches est le 29 mars 1947.

Que s’est-il réellement passé le 29 mars 1947 ?

Depuis la loi du 6 août 1896 dite loi d’annexion déclarant Madagascar comme étant un protectorat français, nombreux Malgaches n’ont pas cessé de revendiquer l’indépendance du pays coûte que coûte. De là sont nés les divers mouvements d’indépendance tels que le Menalamba, le VVS (Vy Vato Sakelika), ou encore le MDRM (Mouvement Démocratique pour la Rénovation Malgache).

Qualifié d’insurrection par les chercheurs (« version coloniale »), de lutte de libération par les Malgaches (« version originale »), ce qui s’est réellement passé le 29 mars 1947 n’était autre qu’un génocide au sens du Statut de Rome. 

Ils ont dit :

« Ce qui s’est passé le 29 mars 1947 n’était pas du tout signé par le MDRM. Plusieurs organisations secrètes telles que le Jina et le Panama, qui ne sont autres que des taupes du régime colonial, l’ont fomenté. Effectivement, durant une assemblée générale du MDRM, il a été décidé qu’il y aura un mouvement nationaliste à organiser ce 29 mars 1947 mais à la dernière heure, le MDRM officiel a désisté. Ceux qui n’ont pas reçu le message de désistement ont quand même participé à cette insurrection. Nous déclarons que le 29 mars 1947 était lancé pour justifier les tueries effectuées par les Français ».

Lucile Rabearimanana QFJ/27.02/Midi/Lucile

Professeur à l’Université d’Antananarivo et historienne, Lucile Rabearimanana a affirmé que « ce ne sont pas les dirigeants du MDRM qui étaient à l’origine de l’insurrection du 29 mars 1947 ».

Source : Otrikafo, La Toupie, RFI

Dossier réalisé par Aina Bovel

Midi Madagasikara25 partages

« Festival ambony-ambany » : Une sacrée performance des danseurs !

Les danseurs ont époustouflé le jury et les spectateurs. (Photo : Yvon RAM)

Ils se sont préparés depuis des semaines. Le jour J, les danseurs se sont lâchés et ont offert une prestation magistrale.

Un battle dans les règles de l’art ! À tour de rôle, les danseurs ont tenté de convaincre les spectateurs ébahis, mais surtout le jury, de leur virtuosité. Improvisant sur des pistes musicales lancées par le DJ, l’ambiance, de l’IFM en passant par la « Tranompokonolona » Analakely au Gymnase couvert de Mahamasina, a été résolument festive le week-end dernier. De la sensation à l’état brut ! «Breakdance, popping, locking, bboying, house dance et krump… », les amateurs de danse urbaine et amoureux de hip hop ont été plongés dans leur univers samedi et hier après-midi. Une occasion inédite ! Chorégraphes et danseurs ont pu, le temps d’un concours, dévoiler, au grand public mais surtout à ces danseurs reconnus sur la scène internationale qui ont joué le rôle de jury, qu’à Madagascar, il y a du niveau. Attitude, mouvements, créativité… tout a été calculé au millimètre près. Et même s’il s’agissait d’un battle, chaque participant s’est déjà préparé à l’avance. Lors des concours show inter-école de danse, show inter-établissement ou le show pro, tous se sont surpassés pour bien évidemment s’illustrer. Les « battle bboying 8vs8, Ambony-Ambany 2vs2 » ont également réservé beaucoup de surprises. Ce sont cependant le Kids battle et la créative battle qui ont le plus ébahi. Cette édition 2017, en somme, a été époustouflante.Mahetsaka

L'express de Madagascar24 partages

Diplomatie – Des demandes d’agrément d’ambassadeurs envoyées

La nomination de nouveaux ambassadeurs de Madagascar devrait intervenir dans le courant de ce mois. Les demandes d’agrément ont déjà été envoyées auprès des pays d’accréditation.

En branle. À entendre Béa­trice Atallah, ministre des Affaires étrangères, la nomination des nouveaux ambassadeurs de Madagascar devrait se faire dans le courant de ce mois de mars. Les demandes d’agrément auraient déjà été envoyées depuis quelques temps.Selon les explications de la ministre des Affaires étrangères, la signature et la publication du décret de nomi­nation des nouveaux représentants diplomatiques de Madagascar n’attendrait plus que la réponse des pays d’accueil. « Le président de la République nous a déjà transmis les noms de ceux qu’il a choisis. Les demandes d’accréditation ont tout de suite été envoyées aux États hôtes. Les nominations se feront en conseil des ministres dès que les réponses aux demandes d’accréditation nous parviendront », a-t-elle déclaré lors d’un entretien téléphonique samedi.La chef de la diplomatie malgache a révélé cette information, en marge d’un reboisement organisé par son département, à Imerin­tsiatosika, samedi. Une sortie verte qui a vu la partici­pation de quelques membres du corps diplomatique travaillant dans la Grande île. La ministre Atallah, n’a, cependant, pas indiqué le nombre des nouveaux ambassadeurs quel’État compte déployer dans le monde, ni leurs pays d’accueil. Motus, aussi, quant à leur identité.Certaines sources expliquent cette discrétion par le fait que « l’on attend encore les réponses aux demandes d’agrément. Quoique, jusqu’ici, aucun ambassadeur désigné par Madagascar n’a été refusé par le pays hôte ». Les nominations qui devraient intervenir dans le courant de ce mois de mars pourraient, par ailleurs, n’être qu’« une première vague ».

PolitiqueAprès un peu plus de trois ans de mandat, Hery Rajaonarimampianina, président de la République, s’apprête donc, enfin, à procéder à la nomination des nouveaux ambassadeurs de Madagascar. La dernière en date remonte à l’époque de l’ancien président Marc Ravalomanana, le pouvoir transitoire ayant été écarté du concert des Nations. La ministre des Affaires étrangères, samedi, a rappelé la ligne étatique, qui est de miser sur « une diplomatie économique ».Durant l’entretien téléphonique, elle a, toutefois, déclaré : « La liste des nouveaux ambassadeurs indique une ouverture à diverses tendances politiques ». Il semblerait donc, que le locataire d’Iavoloha n’ait pas pu se défaire des conditionnalités politiques dans ses choix. Etant donné, par ailleurs, qu’il ne reste plus que cinq ambassadeurs en poste, il devrait s’agir de nouvelles nominations et non pas d’un turnover.À en croire les indiscrétions « une première vague », implique qu’il ne s’agira pas d’une armada. Il est même, probable, que ce soit la première et la dernière nomination de ce quinquennat. « Les nominations à venir ne devraient être que pour les États clés dans la relations internationales de Madagascar », confie une des sources contactées. Les pays présents durant la conférence des bailleurs et des investisseurs, à Paris, en décembre dernier, devraient figurer parmi les ports d’attache des nouveaux ambassadeurs.Plusieurs États voulant renforcer la coopération bilatérale avec la Grande île, souhaiteraient, pourtant, l’ouverture d’une ambassade malgache chez eux. L’administration Rajaonari­mampianina, un temps, avait, justement, songé à ouvrir de nouvelles ambassades. La question du budget pour les entretenir compliquerait, cependant, la concrétisation de cette intention. Le décret nommant les nouveaux ambassadeurs et indiquant leur destination devrait éclairer sur ce point.Lors d’une interview sur une radio privée de la capitale, le 15 février, Béatrice Atallah a déclaré qu’avec une vingtaine de représentations, « Madagascar figure parmi les pays qui, en termes de comparaison, disposent de peu de représentations diplomatiques dans le monde (…) Par conséquent, nous jouons la carte de l’efficience. Mada­gascar est condamné à réussir avec le nombre d’ambassades qu’il a ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Madagascar Tribune23 partages

Suivi rigoureux des financements et dépenses lors des élections

Alors que l’on déplorait l’inexistence de dispositions concernant le financement des partis politiques notamment en période électorale, le projet de loi qui sera discuté au niveau du parlement durant les prochaines sessions extraordinaires en a apporté quelques précisions. Désormais, le contrôle de financement des campagnes électorales, à savoir les recettes et les dépenses, sera de rigueur.

Le projet de loi organique relative au régime général des élections et des référendums prévoit en effet quelques dispositions à ce sujet. Les articles 64 jusqu’à 91 du projet de loi se consacrent au financement des campagnes électorales et référendaires. Selon l’article 64, « les candidats et les listes de candidats en compétition dans une élection, ou les entités en faveur des options dans une consultation référendaire tiennent un compte de campagne selon les modalités prévues par la présente section (Section 2-Financement de la campagne électorale) ».

Une nouveauté que l’ancien code électoral ne prévoyait pas. Les partis ou les candidats à une élection doivent déclarer les recettes perçues et les dépenses engagées en vue d’une élection ou d’une consultation référendaire auprès de la Commission de contrôle de financement de la vie politique. Le compte de campagne est donc le gage de traçabilité des financements obtenus et des dépenses engagés par chaque candidat à une élection ou chaque parti à un référendum. Selon ce nouveau code électoral, tout candidat ou parti à une élection doit disposer d’un trésorier de campagne qui sera responsable de toutes les opérations financières liées à une campagne électorale. Et l’article 83 de la loi dispose que « dans un délai de trois mois, à compter de la proclamation officielle des résultats définitifs, les candidats, les listes de candidats en compétition dans une élection, ou les entités en faveur des options dans une consultation référendaire, déposent le compte de campagne retraçant les recettes perçues et les dépenses engagées, en vue d’une élection ou d’une consultation référendaire auprès de la Commission de contrôle du financement de la vie politique ».

Pas de plafond, pas d’étrangers

Par contre, le projet de loi ne prévoit aucun plafond en ce qui concerne les fonds de campagne utilisés par les candidats à une élection, quelle qu’elle soit. Les candidats auront donc le loisir de dépenser ou de collecter autant qu’il leur sera possible. La pratique dans de nombreux pays démocratique prévoit pourtant un maxima à ne pas dépasser lors des campagnes. Ceci afin que les campagnes ne soient pas qu’une histoire de gros sous et surtout afin de garantir l’égalité des chances entre les candidats. Les financements peuvent provenir de personnes physiques ou morales nationaux à travers des dons ou des participations ou des recettes de ventes organisées dans le cadre de l’élection. Par contre, le projet de loi interdit et sanctionne la participation étrangère au financement d’une campagne électorale. Selon les dispositions des articles 74 et 75, « les personnes morales de droit étranger ou tout Etat étranger ne peuvent participer directement ou indirectement au financement de la campagne électorale ou référendaire (…) art 75- tout candidat ou liste de candidats bénéficiant d’un financement émanant de personnes morales de droit étranger et de tout Etat étranger pour sa campagne électorale encourt la disqualification ». Un cas similaire s’était en effet présenté lors de la dernière élection présidentielle lorsqu’un candidat a reçu plusieurs véhicules d’une société étrangère durant la période électorale. L’utilisation et la destination des véhicules en question n’avait pas été clairement établie à ce moment-là.

Madagascar Tribune21 partages

Le nouveau code électoral disponible sur le site web de la Primature

Les membres de l’Assemblée Nationale se sont donnés rendez-vous hier après-midi pour la cérémonie d’ouverture de la session extraordinaire. Et ce, avec la présence des membres du gouvernement, du Médiateur de la République et de la CENI (Commission électorale Nationale Indépendante). Devant les rumeurs et les craintes sur le retard d’adoption des textes relatifs aux élections, la Primature a posté sur son site web hier soir, les trois versions officielles des projets de lois qui seront prochainement débattues.

Douze jours, c’est la durée indiquée par l’article 76 de la Constitution pour effectuer une session extraordinaire. Au menu des discussions, une quinzaine de projets de loi seront débattus dans l’hémicycle. Apparemment, les députés trouvent cette durée insuffisante alors que les projets de textes ne leurs étaient pas encore parvenus. D’autant plus, « les projets de texte sur les élections constituent un pilier fondamental pour la vie de la Nation toute entière. Sa lecture doit être minutieuse et demande du temps pour qu’elle ne soit pas votée à la va-vite », s’exclame un député de l’opposition. Devant les questions des journalistes sur un possible retard d’adoption des textes, le Premier Ministre avait déclaré que les projets de texte seront disponibles le soir même de cette journée du 26 février 2018 sur le site web de la Primature. Comme promis, trois projets de texte en version téléchargeable étaient disponibles sur le site web de la Primature dans la soirée d’hier parmi lesquels figurent le projet de Loi organique n° 05/2018 du 21 février 2018 relative au régime général des élections et des référendums, le projet de Loi organique n° 06/2018 du 21 février 2018 relative à l’élection du Président de la République et enfin le projet de Loi organique n° 07/2018 du 21 février 2018 relative à l’élection des Députés à l’Assemblée Nationale. Dans la même foulée, le Premier ministre a souligné que « les inquiétudes sont désormais dissipées puisque les projets de lois sur les élections sont déjà déposés auprès du bureau de l’Assemblée Nationale et auprès du Sénat. Selon le Président de la République, ces projets de loi ont été confectionnés scrupuleusement (…) ce sont des lois qui sont vouées à durer et conçues pour servir l’intérêt général ».

Etonnement, les projets de loi sur l’élection du Président de la République et celui relatif à l’élection des Députés apportent de nouvelles conditions très restrictives pour les candidatures indépendantes.

Lourdes restrictions

Selon l’article 7 alinéa 1 du projet de Loi organique n° 06/2018 du 21 février 2018 relative à l’élection du Président de la République : « Toute candidature à l’élection présidentielle doit être investie par un parti politique légalement constitué ou par une coalition de partis politiques légalement constituée, ou parrainée par une liste de cent cinquante (150) élus membres du Sénat, de l’Assemblée nationale, des conseils communaux, municipaux, régionaux et provinciaux, maires, chefs de Région et chefs de Province provenant au moins de trois Provinces ». Cet article cherche ouvertement à éliminer les candidats indépendants. Pour gagner les élections, ils sont ainsi obliger soit de s’affilier aux grands partis politiques, soit d’être parrainés par cent cinquante personnalités élues. Dans le second cas, il est serait difficile pour ces candidats d’atteindre les cent cinquante élus étant donné que plus de la moitié des personnalités élues des collectivités décentralisées sont issues du parti HVM. Cet article oblige ainsi les candidats à se rapprocher du parti présidentiel. Le principe est également le même pour le projet de loi organique n° 07/2018 du 21 février 2018 relative à l’élection des Députés à l’Assemblée Nationale. Selon l’article 18 de ce projet de loi : « Toute candidature à l’élection de Député à l’Assemblée Nationale, et celle de son suppléant, doivent être investies par un parti politique légalement constitué ou une coalition de partis politiques légalement constituée, ou parrainées par une liste de dix (10) élus membres des conseils communaux, municipaux, maires, issus de la circonscription électorale concernée ».

En tout cas, ces dispositions éliminent la candidature des indépendants. Sous un autre angle, ces conditions d’éligibilité peuvent s’apparenter à une forme de discrimination. Pourtant, c’est un principe défendu par la constitution.

Midi Madagasikara18 partages

Ambositra : Recrudescence de l’insécurité, le maire interpelle le pouvoir central

La commune rurale d’Ihadilanana, district d’Ambositra a été, ces derniers temps, victimes de nombreuses attaques des « dahalo » en surnombre, farouchement armés de fusils d’assaut face à une population affaiblie et désemparée.

155 bœufs. Depuis le début de l’année 2017, la commune rurale d’Ihadilanana a été victime de six attaques armées des « dahalo », emportant au total 155 bœufs. Face à cette situation, Ramahandry, maire d’Ihadilanana d’interpeller le pouvoir central face à cette situation dramatique. Dans une lettre adressée aux instances supérieures, le Maire de demander à ce que le poste fixe de la gendarmerie à Ihadilanana et le poste avancé à Malakialina soient réactivés et soient renforcés par des éléments du DAS (Détachement d’Appui à la Sécurité).

Temporaire. On croit savoir pour l’heure, grâce à l’intervention du vice-président de l’Assemblée nationale, le député, Hary Andrianarivo, le commandant de groupement de la gendarmerie d’Ambositra, le lieutenant-colonel Randrianarivelo Anicet a dépêché provisoirement des éléments sur place et ce temporairement.

Reprise. Les habitants craignent donc, qu’après le départ de ces éléments, une reprise des attaques des « dahalo » risque de s’accentuer sur le terrain. Des « dahalo » en surnombre et qui rappelons- le, sont armés de fusils d’assaut et prêts à affronter les forces de l’ordre souvent handicapées par l’insuffisance d’effectifs et de matériels pour pouvoir maîtriser la situation.

Anastase

Midi Madagasikara18 partages

Université de Toliara : Dotée de matériels informatiques

Remise de dons de « Kanoo international school of Bahraine » à l’Université de Toliara.

Une délégation de « Kanoo international school of Bahraine », conduite par Aicha Janahi, a séjourné dans la Grande Ile du 10 au 17 février dernier.  Ce déplacement a été placé sous l’égide du Président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy. Lors de son passage dans le  pays, cette délégation forte de 64 personnes dont huit encadreurs a remis des matériels informatiques à l’université de Toliara. La cérémonie a eu lieu, à l’Hôtel Le Louvre, à Antaninarenina. Et ce n’est pas tout, elle a remis également une chaise roulante au centre de handicap international. 500 ménages des « fokontany » d’Iavoloha et Ambohibao ont eu aussi droit à des vivres, du riz et de l’huile alimentaire.  Le tout a été suivi d’un reboisement à Vontovorona. Notons que cette visite est à mettre à l’actif de Ben Soandh Joubert, expert en diplomatie et relations internationales, et qui connaît bien la région du Golfe Persique.

Recueillis par Dominique R.

News Mada17 partages

Art Urbain : le festival « Battle for peace – Ambony ambany » subjugue

La 4e  édition du festival «Battle for peace – Ambony ambany» a rameuté les férus  d’art urbain tout au long du week-end.

«From the street to the theater, dance for peace», c’est à travers ce leitmotiv que les compagnies de danses nationales et internationales ont animé un atelier de danse à l’IFM Analakely, samedi dernier. Popping, breaking, locking, roboting, tous les différents styles du hip hop ont été passés au crible. «Mon but est d’acquérir de nouvelles expériences en côtoyant ces danseurs et chorégraphes étrangers pour que je puisse, par la suite, les partager à mes pairs», avance Jessica, parmi les participants à l’atelier.

Et comme c’est un festival d’art urbain, la programmation a laissé la part belle aux performances de graffiti sur les teeshirts des participants avec les inscriptions «Dance for peace».  Sur l’esplanade d’Analakely, la prestation des danseurs a rameuté un public de tout âge, de part et d’autre  de l’horizon, ce qui illustre bien le leitmotiv «Ambony Ambany».

Le clou du spectacle, pour cette quatrième édition de «Battle for peace Ambony ambany», s’est tenu, hier, au gymnase couvert de Mahamasina. Parmi les chorégraphes qui ont clôturé la scène, figure la compagnie malgacho-finlandais Vakana. Encadrée par Didy, elle perfectionne son style dans la danse africaine moderne. «Subtil mélange de hip hop et de danse afro, notre pièce prône la joie, la paix intérieure et par-dessus tout, la volonté de partager cette passion commune pour la danse. Après Madagascar, nous allons rallier la Tanzanie avant de rentrer au bercail, à Helsinki» soutiennent les piliers de Vakana.

Des concours ont également été au rendez-vous, à savoir le show inter-établissement, le battle Bboying 8vs8, le battle 2vs2, le kids battle et la créative battle.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara17 partages

Judo – Analamanga : La nouvelle équipe en rassembleur

Les membres de la ligue avec le vainqueur du concours de logo.

Plus de 200 personnes issues de douze clubs à savoir Red, Esca, Saint-Michel, Hakudokan, Iarivo Judo, Tafiami, USCAJ, CCV, Cospn, Cosfa et les deux nouveaux Excelsior et Aceem Judo étaient présents à Ambohimanga Rova.

Historique. C’est de cette façon qu’on peut qualifier les retrouvailles de la grande famille du judo d’Analamanga samedi à Ambohimanga. Une occasion pour la présidente de la ligue Vola Raoelison et son équipe de rencontrer leurs collaborateurs et protégés. « Cela date d’une dizaine d’années que des retrouvailles en dehors des compétitions ont été organisées dans le monde judo de la Capitale et ses environs. C’est une rencontre intergénérationnelle où petits et grands, anciens et nouveaux ont l’occasion de se rencontrer et de s’échanger » a expliqué Maître Dodo, Conseiller technique régional de la ligue.

 Plus de 200 personnes issues de douze clubs à savoir Red, Esca, Saint-Michel, Hakudokan, Iarivo Judo, Tafiami, USCAJ, CCV, Cospn, Cosfa et les deux nouveaux Excelsior et Aceem Judo se sont donné rendez-vous pour cette ouverture officielle de la saison. « C’est une bonne initiative de la part des nouveaux membres. On espère par la suite le raffermissement de la solidarité et de la cohésion de tous les clubs d’Analamanga. Notre ligue devrait renforcer son statut de leader et défendre les intérêts de tous les judokas » a fait savoir, Joujou Rakotoarisoa.

Programme chargé. Et dans le cadre de cet esprit de cohésion, un entraînement d’ensemble sera organisé mensuellement au Palais des Sports de Mahamasina. Le premier entraînement d’ensemble de cette année est prévu pour le 29 mars prochain, puis les 26 avril, 24 mai, 28 juin, 28 juillet, 30 août, 27 septembre, 25 octobre et le 26 novembre. Comme le programme de ce second trimestre de l’année sera dominé par la tenue des Championnats d’Afrique à domicile du 14 au 16 avril à Mahamasina, les championnats de la ligue se dérouleront les 29 et 30 avril. Le 27 mai, un tournoi « Fête des mères » sera concocté par la ligue et le sommet régional Kata et par équipe se tiendra les 14 et 15 octobre prochain. Le volet formation sera renforcé notamment du côté des arbitres avec cinq dates au programme, le 18 mars,  le 20 mai, le15 juillet, le 18 novembre et le 16 décembre. La participation aux tournois de la région Océan Indien figure aussi dans le programme de la ligue sans oublier ceux prévus par le calendrier fédéral.

T.H

Midi Madagasikara15 partages

Cross-country – Madagascar : Fulgence et Nanie sacrés champions

Fulgence Rakotondrasoa reste un champion incontesté.

Fulgence Rakotondrasoa chez les hommes et Nanie Razafindrafara iront à Kampala au Championnat du monde de cross-country le 25 mars.

Ils ont tenu leur rang de favoris. Ayant déjà plusieurs palmarès à leur compte, ces champion et championne ont survolé le sommet national à Ihosy.Revanchard. Après le titre raté de 2016 à 7 secondes de Jean de la Croix Rakotomalala, Fulgence Rakotondrasoa a pris sa revanche. En menant la course en tête, il a été sacré champion de Madagascar en signant un temps de 30’51’’7. « J’ai réalisé l’ultime objectif que je me suis fixé c’est de reprendre le titre. C’est une très belle victoire acquise après une lutte acharnée avec Mampitsoatra  » a expliqué le nouveau champion de Madagascar. Mampitsoatra du COPSN Boeny qui accuse 5 secondes de retard 30’56’’1 du champion termine deuxième. Il a raté de peu la place pour le Championnat du monde de cross-country. Le marathonien Hajanirina Andriamparany du Cosfa, absent l’année dernière complète le podium crédité d’un chrono de 31’15’’5.

Confirmation. Le titre ne change pas de main chez les dames. La petite Nanie Razafindrafara du 3FANS a remporté son deuxième titre avec un temps de 38’52’’2. A 22 ans, elle est une grande figure de la course de fond malgache. Comme les autres favorites n’étaient pas sur la ligne de départ, Mbolatiana Ramiandrisoa de la CNaPS avec 39’05’’4 arrive à la deuxième place. Sa coéquipière Olivia Rabemihoatra de la CNaPS en signant un chrono de 42’39’’2 finit troisième. Comme Nanie n’arrive pas à battre le temps d’ Eliane Saholinirina établi en France, c’est l’expatriée qui est qualifiée pour le Championnat du monde de Kampala, Ouganda prévu pour le 25 mars. Cette compétition inaugurale de la saison à Ihosy a vu la participation de 151 athlètes.

Les autres résultats

Junior garçons (8 km)

–1er : Jean-François Raharinirina (Atsimo-Andrefana) : 26’14’’3.

 -2e : Jacques Mady (Cosrom 52) :26’24’’2.

 -3e : Alexandre Randriamiandrisoa (ASPTT Analamanga) :26’35’’6.

Junior filles (6 km)

 -1er : Sehenomalala Raharinirina (Atsimo Andrefana ) : 22’ 39’’2.

 –2e : Nantenaina Randriamampionona (TAA) : 23’5’’00.

 –3e : Christelle Ravololonirina (3FANS) : 25’18’’ 30.T.H

L'express de Madagascar14 partages

Befandriana-Nord – Anandra laisse en plan les sinistrés

Près d’un millier de villageois sinistrés avaient attendu en vain pendant 7 heures une délégation de l’Exécutif, hier. Le ministre Anandra leur a fait faux bond.

Les sinistrés d’Antsakabary Befandriana-Nord, abandonnés. Après que 487 foyers, regroupés dans  cinq villages de cette  commune aient été ravagés, mercredi, par un incendie criminel incriminant une quarantaine de policiers, selon le procureur de la République, les élus, la gendarmerie et  le clergé de Befandriana-Nord, outre des habitants d’Antsakabary, un millier de personnes avaient attendu, hier, au village de Tavenina, des représentants de l’Exécutif, dont le ministre de la Sécurité publique. « Selon des communications téléphoniques entre les autorités d’une part et les Sojabe (NDLR : Notables) ainsi que l’adjoint au maire  d’autre part, lesquelles nous ont été par la suite transmises, une délégation de l’Exécutif devait serendre à Tavenina ce jour (NDLR : hier) », lance Mari­not Mandresy, habitant d’Antsakabary.« Dès le début de la matinée vers 7 heures, des villageois se sont dépêchés sur place. Nous avons attendu jusqu’à 14 heures, mais rien. On nous a faussé compagnie alors qu’on nous avait fait savoir que le Premier ministre en personne allait se rendre dans notre commune. Il devait rejoindre Tavenina en hélicoptère », poursuit le sinistré.Jeudi, le contrôleur général de police Norbert Anandra, ministre de la Sécurité publique, a indiqué qu’il allait s’y rendre pour constater de visu, après avoir défendu ses éléments, des incriminations concernant l’incendie criminel. Jusqu’à ce jour, il ne s’est pas encore rendu dans les villages dévastés par le feu mais serait resté à Antsohihy après avoir quitté la capitale.

Faux procès verbalAyant perdu la quasi-totalité de leurs biens, les victimes  lancent un appel de détresse mais leurs localités sont, jusqu’à maintenant, désertées par les autorités. Le Premier ministre Olivier Mahafaly, qui pourrait bien être le chevalier au cheval blanc susceptible de voler à leur secours, est par ailleurs en déplacement à Paris pour y recevoir le prix Mandela du Courage 2016, qui lui a été décerné. Il est prévu être de retour au pays ce jour.À Antsakabary, les sinistrés ont vu leurs récoltes ainsi que tous leurs biens partir en fumée avec leurs habitations. Beaucoup d’élèves ont également perdu leurs cahiers et autres fournitures scolaires dans ces embrasements.Conduit  à Befandriana-Nord, mercredi, par le peloton de policiers mis en cause, le maire d’Antsakabary n’a pas encore pu regagner les siens. Dans la commune où il est élu, la crainte selon laquelle les policiers qui l’ont embarqué, voudraient lui faire signer un procès verbal détournant la réalité pour camoufler leurs torts, continue à faire des vagues.Le meurtre le samedi 18 février d’un brigadier et d’un agent de police, venus à Tavenina Antskabary pour arrêter  un suspect est à l’origine de ces couacs. Montrés du doigt pour avoir racketté des villageois, ils ont été lapidés puis poignardés.

Andry Manase

Midi Madagasikara14 partages

Chronique de Mickey : “Lesabotsy” et “Le Petit Chose” même galère

Ifanihy, un chanteur bien de chez nous, raconte dans l’une de ses chansons l’histoire de « Lesabotsy » un élève pauvre débarqué au milieu de camarades de classe qui, eux, sont issus de familles aisées. Dès la rentrée, son vieux manuel « Lala sy Noro » réduit en lambeaux parce que hérité de ses aînés lui faisait tellement honte qu’il s’est résigné à le remettre dans son cartable. Puis de fil en aiguille, il a commencé à se faire ignorer en se mettant au fond de la classe, ensuite de ne venir que de temps en temps pour enfin abandonner définitivement l’école.

« Ce qui me frappa d’abord, à mon arrivée au collège, c’est que j’étais le seul avec une blouse. À Lyon, les fils de riches ne portent pas de blouses ; il n’y a que les enfants de la rue, les gones comme on dit … On disait : « Tiens ! il a une blouse ! ». Le professeur fit la grimace et tout de suite me prit en aversion. Depuis lors, quand il me parla, ce fut toujours du bout des lèvres, d’un air méprisant. Jamais il ne m’appela par mon nom ; il disait toujours : « Hé ! vous, là-bas, le petit Chose ! » Je lui avais dit pourtant plus de vingt fois que je m’appelais… À la fin, mes camarades me surnommèrent « le petit Chose », et le surnom me resta… Ce n’était pas seulement ma blouse qui me distinguait des autres enfants. Les autres avaient de beaux cartables en cuir jaune, des encriers de buis qui sentaient bon, des cahiers cartonnés, des livres neufs avec beaucoup de notes dans le bas ; moi, mes livres étaient de vieux bouquins achetés sur les quais, moisis, fanés, sentant le rance ; les couvertures étaient toujours en lambeaux, quelquefois il manquait des pages». Ces lignes sont tirées de l’œuvre intitulée « Le Petit Chose » d’Alphonse Daudet, un écrivain français (1840-1897). Ce passage faisait l’objet de lecture en neuvième ou huitième, il y a une cinquantaine d’années. Et des enfants en ont été marqués ou même en ont eu des larmes aux yeux.

Lesabotsy et Le Petit Chose font état de toute la détresse du monde que vivent, au fond d’eux même, ces élèves miséreux plongés dans un milieu qui n’est pas le leurs et illustrent au-delà des grandes thèses le pourquoi des échecs scolaires ou le rôle de l’éducation dans la reproduction sociale. Combien de Mozart avons-nous assassiné ainsi ? Heureusement, une infime minorité a pu sortir de ce cercle vicieux : « Lorsqu’on s’appelle, le petit Chose, il faut travailler deux fois plus que les autres, pour être leur égal… » et d’anciens Lesabotsy sont devenus des grands de ce monde à force de frustrations devenues sources de motivation.

M.Ranarivao

Madagascar Tribune12 partages

Malgré la baisse de prix, Ambatovy poursuit ses investissements

Accroître la quantité de matériaux à extraire de 250% est l’objectif aujourd’hui de la compagnie Ambatovy. Malgré la baisse du cours mondial du nickel, Ambatovy poursuit son exploitation et ses investissements. La compagnie Ambatovy entre dans la phase plus intensive d’extraction de minerais à faible teneur. Elle accroît la quantité de matériaux à extraire pour continuer d’augmenter la quantité de nickel raffiné durant les trois prochaines années. Mieux, Ambatovy embauche. La compagnie vient d’acquérir des simulateurs de conduite de gros engins et offre de l’emploi pour une centaine de conducteurs de gros véhicules chargés de 100 tonnes de minerais. Le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole Ying-Vah Zafilahy qui a présidé la cérémonie d’inauguration de ces nouveaux équipements, a profité de l’occasion pour encourager les gros investissements de la sorte mais surtout pour mettre en garde l’opinion publique contre des mauvaises perceptions sur les compagnies extractives, véhiculées intentionnellement ou non. « Ambatovy est une société de droits malgaches et donc soumises à toutes les réglementations et taxes et impôts comme toutes autres sociétés malgaches ; la différence c’est la redevance minière qu’elle doit. Elle paie en tout environ une quarantaine de taxes et impôts », déclare le ministre.

Le vice président en charge du développement d’Ambatovy, Louis Rolland-Gosselin, explique que la compagnie est confrontée à des difficultés financières car le kilo du nickel est aujourd’hui de 12 dollars contre trois fois plus (36 dollars) au moment de la prise de décision d’enclencher le projet. C’est dire l’engagement des parties pour la survie avec des prix bas, fait-il comprendre, car les actionnaires continuent de financer malgré tout. Le vice-président Louis Rolland-Gosselin est serein par rapport aux remous sur les améliorations du Code minier et sur les redevances ACD car la compagnie est plutôt régie par la Loi sur les grands investissements miniers (LGIM) qui est l’assurance et la garantie pour tous.

Midi Madagasikara12 partages

Secteur Elevage : Les problèmes du secteur privé soulevés

Le directeur général de l’Elevage, Dr Raymond au micro lors de cet atelier de concertation.

La Direction générale de l’Elevage a organisé dernièrement un atelier de concertation avec le secteur privé et les partenaires oeuvrant dans le développement du secteur de l’Elevage. En effet, ce secteur occupe une place importante dans la vie culturelle et socio-économique de Madagascar. D’autant plus que sa contribution à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté n’est pas négligeable. Cet atelier vise à faire connaître à ces acteurs de développement les orientations stratégiques du ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage ainsi que leurs attentes, a-t-on évoqué.   

Partenariat. Lors de ces rencontres, les problèmes du secteur privé ont été soulevés. Il s’agit notamment de la lenteur des procédures administratives entravant le développement de ses activités, plus précisément au niveau de l’importation et de l’exportation des denrées d’origine animale ainsi que des produits phyto et véto-sanitaires.  La Direction générale de l’Elevage a promis d’apporter des solutions adéquates, a-t-on appris. Par ailleurs, la Direction des Services Vétérinaires en collaboration avec des Officiers de Police Judiciaire va renforcer le contrôle et la surveillance des produits issus du secteur de l’Elevage sur le marché. Dans tous les cas, les deux parties ont manifesté leur volonté de travailler en partenariat  dans le cadre de cet atelier de concertation, et ce, afin de développer le secteur de l’Elevage.  

Navalona R.

Midi Madagasikara10 partages

Socio…scopie

La Radio Ciel FM d’Antalaha fête actuellement ses 10 ans d’existence. Et rien de telle que la création d’un site web pour marquer le coup. Une façon également de s’étendre encore plus dans l’univers du multimédia malgré la collaboration déjà existante de ladite radio avec des grandes pointures de la presse audio internationale comme la RFI ou encore Deutsche Welle. L’une des grandes résolutions de cette décennie de présence  consiste également dans un partenariat avec We Move Madagascar.  Une façon pour les deux parties de partager leurs visions.  

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara10 partages

CnaPS : Démarrage des activités de 2017 à Bongolava

36 maires ont répondu à l’appel pour la formation sur les droits des ECD.

Deux évènements simultanés ont marqué le coup d’envoi des activités de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale pour cette année 2017. A savoir : la mise en place du Club CNaPS Zandriolona ou CCZ et la formation des responsables des Collectivités Territoriales Décentralisées.

L’année d’exercice 2017 démarre fort et vite pour la CNaPS. En effet, seulement quelques jours après la signature d’un protocole d’accord entre ledit organisme et le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, des actions ont été entreprises. Lesdites actions devant assurer le respect des droits sociaux des citoyens. Et qui tombent à point étant donné la situation actuelle où la majeure partie des droits est bafoué. Une situation qui nécessite la prise des responsabilités de tous les acteurs aussi bien gouvernementaux que ceux issus des organisations de la société civile. Ce que la mise en place du Club CNaPS Zandriolona à Bongolava tenterait de corriger. Ayant pour but d’informer et de sensibiliser les enfants (dès leurs bas âges) sur leurs droits sociaux, ledit club entre dans le cadre de la politique de vulgarisation du Code de prévoyance sociale menée par la Caisse.

CTD. La formation des responsables des CTD, quant à elle, entre dans le cadre de la mise en place du protocole d’accord signé entre le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation et la Caisse. A cet effet, des maires et des conseillers municipaux de 36 communes dudit district ont reçus les outils nécessaires pour faire respecter le texte en vigueur (depuis 2004) sur les obligations qui incombent aux employeurs. Des actions saluées par les bénéficiaires qui ont encouragé certains de leurs collègues, à l’instar de Rajaonarivelo maire de la commune de Mahasolo, à se rapprocher des délégations régionales la CNaPS. Et ce, pour la régularisation des situations de leurs employés.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara9 partages

AIMM : Prête à travailler avec les CTD pour un contrôle de proximité

Un contrôle de proximité des activités minières s’avère indispensable. (Photo d’archives)

Une quote-part des ristournes versées aux régions et aux communes doit être utilisée pour renforcer ce contrôle de proximité des activités minières.

L’Association des Ingénieurs des Mines de Madagascar (AIMM) regroupe actuellement plus de 500 membres répartis dans tout Madagascar. Ils oeuvrent notamment dans les différentes catégories du secteur minier, à savoir la grande mine, la mine artisanale et les petites mines. Il y a également ceux qui travaillent avec des compagnies privées dans le cadre de l’exploration ou de l’exploitation minière. « Nous sommes également prêts à travailler avec les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) telles que les régions et les communes afin de renforcer le contrôle de proximité des activités minières qui se trouvent dans la majorité des cas dans des zones reculées et inaccessibles », a annoncé Randrianarisoa Jean Romain, le président de l’association lors d’une présentation de vœux dernièrement.

Quote-part. En effet, « l’intervention d’un technicien en la matière s’avère indispensable. A titre d’illustration, si un opérateur a obtenu un permis minier servant à exploiter de l’or, il se pourrait qu’on trouve d’autres minerais comme le rubis dans ses carrés miniers. Or, ce détenteur de permis n’est pas autorisé à l’exploiter sans l’avoir déclaré et un autre permis minier », a-t-il expliqué. Par ailleurs, les ingénieurs des mines veulent partager leurs expériences avec les autorités locales afin d’améliorer les recettes des communes et des régions en matière de perception des ristournes. Et en principe, « une quote-part de ces ristournes doit être utilisée pour pouvoir renforcer ce contrôle de proximité », a-t-il enchaîné.

Code minier. Parlant de la situation du secteur minier, l’Association des Ingénieurs des Mines de Madagascar a soulevé que des opérateurs ne respectent pas leur cahier des charges surtout en matière de protection de l’environnement. Par ailleurs, la suspension de la délivrance de nouveaux permis miniers entrave le développement de ses activités, selon ses dires. Par contre, cette association contribue à l’amélioration du code minier actuel tout en participant aux débats relatifs au secteur minier, a-t-on conclu.

Navalona R.

Madagascar Tribune8 partages

Un risque omniprésent

Les conséquences des pluies torrentielles des dernières semaines semblent cette fois plus lourdes avec des effondrements qui se succèdent. Que ce soit à Antananarivo ou dans les autres régions de l’ile, les intempéries ont causé énormément de dégâts. Le week-end dernier, cela a occasionné l’inondation de l’aéroport international d’Ivato, les pompiers de la Commune urbaine d’Antananarivo ont dû intervenir par deux fois à Andravoahangy ambony et dans la Haute Ville suite à des effondrements de maison. Ces derniers ont également procédé à la démolition obligatoire de six maisons à travers la ville qui représentaient un danger pour les habitants.

Suite à l’éboulement du rocher du côté d’Ampamarinana, la vigilance est de mise pour tout un chacun. Etant donné que la majorité des infrastructures de la Capitale sont plus ou moins vétustes et manque d’entretien. D’autre part, le Nord-Est de la Grande Ile risque à nouveau d’être frappé par un cyclone a fait savoir le service de la météorologie à Ampandrianomby. Pour l’heure, il ne s’agit que d’un amas de nuages mais qui laisse présager le début d’un cyclone d’une intensité forte.

L'express de Madagascar8 partages

Tourisme – Tolagnaro attend le Lemur Trophy

Le festival Lémur Trophy fait de Fort-Dauphin le terminus de la seconde édition. Un espoir de relancer le secteur touristique de la région.

Promouvoir la destination en usant de la communication. C’est l’objectif du « Lémur Trophy », un évènement organisé avec le soutien du ministère du tourisme.  Il a fait ses preuves en 2016 lors de la première édition et espère renouveler l’exploit en mettant en œuvre la seconde édition qui aura lieu le 2 au 12 novembre 2017. « Nous allons emmener les touristes découvrir les richesses du Sud de Madagascar en parcourant le trajet Toliara – Tolagnaro. Jusqu’à présent, 50 touristes ont déjà manifesté leur intérêt pour le festival et ont fait des réservations », évoque Jacky Jayat, organisateur du festival, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue vendredi dernier à l’hôtel Kaleta Bazaribe.L’équipe du « Lémur Trophy » a martelé sa volonté de faire connaître au niveau international la destination dans la mesure où cela apporterait des visiteurs supplémentaires. De ce fait, six journalistes nationaux, deux journalistes de la Réunion et deux journalistes de l’Europe comme le groupe Figaro vont couvrir l’évènement. « Il y a lieu d’admettre que le manque de communication pèse fortement sur la fréquentation touristique et que la caisse de l’ORT (Office Régional du Tourisme) ne lui permet guère d’effectuer ce genre de marketing. Mais, ce festival nous donnera certainement plus de visibilité. D’autant plus que la troisième édition, en 2018, va aussi débuter chez nous pour aller rejoindre Toamasina », explique Viviane Dewa, présidente du conseil d’administration de l’office du tourisme de Tolagnaro. En outre, le festival va être présenté lors des diverses rencontres touristiques, à savoir le salon du tourisme à Berlin, à Paris et bien d’autres.

Festival de glisseLes participants de ce raid touristique en véhicules tout terrain arriveront dans la cité dauphine le 9 novembre 2017 après l’escale à la Réserve de Berenty la veille et partiront le 12 novembre. Pendant ces trois jours, l’ORT avec les opérateurs touristiques organiseront le « Festival de la glisse ». Ceci afin d’étonner les visiteurs en mettant en avant le produit phare de la région : le surf. « Les 50 surfeurs à Fort-Dauphin auront l’occasion de démontrer leur talent. Outre les démonstrations de surf, il y aura aussi des initiations à la glisse, et des planches à voiles», explique la PCA.Les retombées de ce festival ne sont pas négligeables que ce soit lors de l’événement ou bien après. A priori, les hôtels et les restaurants vont avoir des clients. Parallèlement, les guides, en faisant visiter aux touristes les sites exceptionnels de la région, tireront des revenus. De même, les artisans peuvent étaler leurs produits et en tirer profit.  Par ailleurs, le respect de l’environnement et la solidarité feront toujours partie intégrante de l’évènement.

Fanomezantsoa Moïse

Midi Madagasikara8 partages

Basket – Coupe du président : ASB d’Itasy et GNBBM de Morondava iront à Fianarantsoa

Les éliminatoires zonales de la Coupe du président de basket-ball se poursuivent. A Morondava pour la zone ouest, les équipes de l’ASB d’Itasy et du GNBBM de Morondava  sont qualifiées pour le play-off à Fianarantsoa. Lors de la finale d’hier, les gars du GNBBM de Morondava  se sont imposés sur le score de 103 à 81 devant les joueurs d’Itasy. Ils rejoignent ainsi les quatre équipes ayant déjà eu leur ticket à Mahajanga et à Toliara. Si le rideau de la compétition est tombé à Morondava, celui de Fianarantsoa vient de se lever. Hier pour le compte de la deuxième journée des éliminatoires de la zone centre Sud, l’AMI Vatovavy-Fitovinany a pris le dessus sur la formation du TMV  Atsimo-Atsinanana par 77 à 67. C’est par 96 à 59 que l’ASJF de Haute-Matsiatra a battu CKM de Vatovavy-Fitovinany.

T.H

Midi Madagasikara7 partages

Concours de Projet : 18 associations de femmes en finale

Promouvoir la femme, notamment l’entrepreneuriat chez la gente féminine, c’est l’objectif du « Vehivavy Mizaka Tena Ara-bola ». Initié par le ministère de la Population, de la Protection sociale et la Promotion de la Femme (MPPSPF) dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de la Femme ou JIF 2017, ledit évènement consiste en un concours des meilleurs projets adressé aux femmes malgaches. Ainsi, trois associations de femmes par province, soit 18 au total, accèdent actuellement à la phase finale dudit concours. Pour ce faire, le jury a dû présélectionner 66 associations issues des 22 régions. Une phase suivie d’une visite de conformité sur le terrain qui a réduit le nombre des associations à 18.

Dernière ligne droite. Pour mieux préparer les représentantes des associations à faire face au jury et au public lors de la grande finale le 6 mars prochain, les représentantes de ces 18 associations vont bénéficier de séances de renforcement des capacités à partir du 3 mars. Elles vont, en effet, être regroupées à Antananarivo aux frais du MPPSPF et de ses partenaires tel que le FNUAP. Des séances de formation à la présentation et à la conduite de projets (management, communication, gestion…) leur seront dispensées par des encadreurs et des experts. Et ce, dans le dessein de présenter, oralement et avec des diaporamas, dans les détails leurs projets qui eux, doivent être axés sur l’autonomisation économique. Par ailleurs, la proclamation des résultats finaux aura lieu le 8 mars 2017 devant le stade de Mahamasina. Durant laquelle les lauréates vont bénéficier d’un fond devant leur permettre de financer leur projet. Ainsi, le premier prix est de 20 millions d’Ariary, le second de 10 millions et le troisième de 5 millions.

Recueillis par José Belalahy

L'express de Madagascar6 partages

Mort sur ordonnance

Boucs émissaires ou médecins assassins ?  La mort d’un patient dans un hôpital public, faute de prise en charge à temps par un médecin a défrayé la chronique la semaine dernière. Un fleuve de blâmes s’est abattu sur le comportement des médecins dans les hôpitaux publics, et sur le traitement réservé aux patients. Les critiques sont d’autant plus violentes que le fait est hélas, courant. Les hôpitaux publics traînent une triste réputation concernant l’accueil et le traitement des malades. Il est indéniable qu’il y a des comportements cavaliers et quelque peu irresponsables de certains médecins qui ne sont visiblement pas à leur place ou qui se sont trompés de vocation. Des faits déplorables et lamentables ont été répertoriés dans les établissements hospitaliers publics à l’image de négligence, de longue attente dans les urgences, d’absence de prise en charge, d’arrogance du personnel soignant, de la corruption…Ce sont des comportements tout à fait humains qui sont, certes, condamnables mais qui découlent de plusieurs paramètres. En revanche il ne faut pas perdre de vue les efforts colossaux déployés par des médecins consciencieux qui font honneur  à leur métier malgré plusieurs manques et imperfections dans les hôpitaux publics qui sont de véritables mouroirs. Les médecins sont souvent confrontés à des tâches insurmontables et encaissent toutes les conséquences de l’échec d’un traitement ou sont tenus responsables de l’issue fatale d’un cas de malade. Ils font face à un délicat cas de conscience quand le patient n’a ni les moyens pour se payer les médicaments et le traitement, ni des proches pour l’aider dans un cas d’urgence. Le médecin doit-il rester dans son rôle de sauveur de vie de par sa compétence ou est-il obligé de subvenir aux besoins en médicaments du malade sans lesquels la vie de ce dernier est en danger   Un dilemme cornélien étant donné que malgré la situation sociale d’un médecin d’État, la plupart du temps opérant dans une ou plusieurs cliniques privées, il n’est pas censé devoir combler les lacunes d’un établissement public où seul le service du médecin est gratuit. Tout est payant, les médicaments comme les compresses, l’alcool, les seringues, les cathéters…Les médecins accomplissent un miracle chaque jour dans des hôpitaux où les ambulances sont un luxe, les divers services (neurologie, cardiologie, oncologie, pédiatrie, ophtalmologie…) sont équipés par les clubs de service et l’aumônerie internationale. L’État à travers le ministère de la Santé, a d’autres priorités et l’équipement des hôpitaux publics ne fait pas partie de ses soucis premiers. À preuve, il s’est payé six ambulances à l’occasion du sommet de la francophonie bénéficiant d’une franchise douanière décidée en conseil des ministres. Pourquoi ne pourrait-on pas généraliser une telle mesure pour doter tous les centres de santé d’une ambulance   Cela ne fera pas baisser la recette douanière plus que les trafics de bois de rose ou les franchises accordées à d’importantes personnalités politiques à l’image des députés.Quand on sait que l’hôpital Joseph Raseta à Befelatanana n’est même pas équipée d’une rampe pour faire monter les malades au brancard, n’est même pas doté d’un ascenseur pour grimper trois étages, n’est même pas muni d’équipements pour les handicapés, on réalise mieux les difficultés des missions des médecins .  Il est loin l’époque où l’hôpital de Befelatanana ou celui de Soavinandriana donnait  encore à manger aux malades ou aux gardes malades avec un menu digne d’un restaurant trois étoiles. Actuellement, il faut se ravitailler dans les gargotes du coin qui ont proliféré. Cela n’exclut pas l’existence d’une mauvaise volonté de certains membres du personnel hospitalier. Un paysage lugubre où la mort se donne sur ordonnance et ce n’est pas toujours la faute aux médecins.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara6 partages

AMCR : Don de deux fauteuils roulants au service de cardiologie de Befelatanana

Les deux fauteuils vont faciliter la prise en charge des patients du service de cardiologie de l’hôpital Befelatanana.

Le manque de matériels et d’équipement constitue l’un des handicaps majeurs des hôpitaux à Madagascar. Ce manque se répercute sur la qualité des services offerts par le personnel hospitalier à tous les niveaux. C’était justement dans ce cadre que l’A.M.C.R ou Assistance aux Malades du Cœur Madagascar – La Réunion, présidée par Monique Rakotondrazaka a procédé au don de deux fauteuils roulants au service de cardiologie de l’hôpital de Befelatanana le mois de janvier dernier. La cérémonie de remise des dons a été honorée de la présence de Monique Rakotondrazaka (cette dernière s’est déplacée à Madagascar pour l’occasion), du président pour l’antenne Madagascar Hery Raharinosy, des membres du bureau de l’association ainsi que des sympathisants. Saluée par le personnel de l’établissement hospitalier, l’initiative qui va permettre de faciliter la prise en charge de certains patients du service de cardiologie. Entrant dans le cadre d’un partenariat établi entre l’association A.M.C.R et le service de cardiologie de Befelatanana, l’action rejoint l’objectif de l’A.M.C.R qui est d’assister les malades du cœur devant être opérés à l’île de La Réunion. Faut-il toutefois rappeler que ladite assistance se limite aux procédures médicales et administratives, hébergement des accompagnants…

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara6 partages

AEM : Sortie de la promotion « ATRANA »

Emotion et fierté ! Deux mots qui décrivent parfaitement le sentiment des cinq professeurs de musique, nouvellement diplômés de l’Académie de l’Enseignement Musical (AEM).  Après trois ans d’études académiques et professionnalisantes très enrichissants, ils sont désormais « musicalement mûrs et sont prêts à rentrer en compétition avec les professionnels du reste du monde ». Les membres de la promotion sortante sont issus de différentes spécialités musicales. Rabe  Antoni Roger a fait ses travaux de recherche sur feu « Rambotiana Etienne et ses œuvres musicales ». Razafindrakoto Norbert a choisi pour thème de mémoire « Intégration du théâtre dans la culture des Hautes Terres de Madagascar : cas d’Odéam Rakoto ». Razakatsara Hajatiana, passionné de la transcription s’est orienté pour ses recherches dans la « Transcription de la musique Malagasy ». Andrianantenaina Rovaniaina a fait ses recherches sur « la Musique Militaire Malagasy ». Voulant à tout prix internationaliser la notation musicale à Madagascar, Nazmoul a décidé de se consacrer sur « l’Etude comparative de la notation musicale sur Tonic sol-fa et sur solfège ». La cérémonie de remise de diplôme s’est tenue au sein même de l’Académie, à l’Espace Belle vue à Ambatoroka la semaine dernière.Créée en 2004, l’AEM est une école professionnelle supérieure de musique. Doté de plusieurs départements, elle délivre le Diplôme d’Etudes Professionnelles en musique après deux ans de cours présentiels suivis d’une année de recherche sur la musique malgache. Les études s’adressent aux bacheliers ayant une expérience de quatre ans minimum en musique. L’accès à l’Académie n’est possible qu’après audition de l’intéressé.Mahetsaka

Madaplus.info5 partages

Hopscotch Africa lancement du pavillon Lettres d'Afrique - Salon Livre Paris du 23 au 27 mars 2017

Pour plus d'infos contactez Mme Léa RANDRIA:
06 86 53 31 10
lrandria2009@gmail.com
News Mada5 partages

Douanes : assainissement des procédures de groupage

Une rencontre entre la Direction générale des douanes et les groupeurs région Asie a eu lieu le 24 février. Leurs discussions ont été axées sur la professionnalisation des groupeurs.

La Direction des douanes prévoit, en effet, l’assainissement du secteur des «envois en groupage» à travers quelques mesures prises prochainement. Une modification des  formalités de dédouanement des envois en groupage est d’ailleurs en vue pour  pallier les risques de fraude sur la valeur et l’espèce.

«L’objectif est d’optimiser les  contrôles, tout en permettant une facilitation des procédures. A terme, elles visent à octroyer un traitement équitable aux destinataires réels des marchandises, à assurer un meilleur recouvrement des recettes fiscales et à lutter contre la corruption», souligne la Direction des douanes dans un communiqué.

Le Directeur général des douanes, le directeur de la legislation et de la valeur, ainsi que les responsables du service de la valeur et de l’origine, du service des Opérations commerciales, du service de Pilotage et de coordination des bureaux des douanes ont discuté ensemble des démarches pour améliorer l’encadrement juridique de ces groupeurs et la professionnalisation de leur métier, durant cette rencontre.

Riana R.

 

Madaplus.info4 partages

L’affaire Befandriana: plusieurs versions des faits

La situation à Befandriana est actuellement suivie de près par les consommateurs d’informations. Mais avec les différentes informations qui se contredisent, on ignore les vraies et les fausses.
Si on revient aux faits, le 11 février dernier un agent de police et un brigadier ont subi la colère de la foule, cette dernière qui a fait justice elle-même en les tuant. Ces deux éléments des forces de l’ordre auraient essayé de racketter, selon les informations reçues auprès des villageois. Après leurs morts, des éléments de la police sont descendus sur le lieu du crime. Mais coïncidence ou on pas, mais après le passage de ses éléments, un incendie a réduit en cendre plusieurs maisons du village le mercredi 22 février. Une malvoyante est décédée durant l’incendie. Selon certains médias et certaines personnalités, ce sont les éléments de police qui ont mis le feu au village pour faire une vendetta suite au lynchage de leur frère d’armes. D’autres affirment que le village a été brulé par des aliénés mentaux. Les différentes déclarations s’enchainent dans cette affaire. Les interventions téléphoniques des locaux dans les radios affirment que ce sont les forces de police qui ont été à l'origine du feu. Les yeux sont encore braqués vers Befandriana, pour connaitre l’issu de cette affaire.
News Mada4 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy any ivelany intsony ny afo

Tsy hita ho lazaina intsony hoe avy any ivelany ny setroka manempotra ny ao an-trano, ato anatin’ny Repoblika. Tsy vitan’ny vain’afo mikotrika fotsiny fa efa miredareda ny lelafo. Loza eto amin’ny firenena ity trangan-draharaha any Befandriana Avaratra ity. Sarotra no sady heloka no mitsara an’io raharaha io mialoha. Indrindra indindra fa mahakasika fitsarana an-dalambe iampangana andian’olona maro sy fanendrikendrehana an’ireo mpitandro filaminana nirahina hamono ny afon’ny korontana ho tena rangory fototry ny firedaredan’ny fandoroana.

Toy ny fitia mifamaly ny fisehon’ny fankahalana fifandraisana. Mbola fiampangana moa no hany fantatra momba ity fandoroana trano aman-jatony ity. Toy ny famonoana olona ny fandoroana fananana. Na jerena araky ny lalàna na eo anoloan’ny fitsarana dia samy heloka bevava. Ny fanaovana fitsarana maimaika, ny fanamelohana sy fampiharana ankeriny ny vokatr’izany fitsarana ivelan’ny rafitra ara-dalàna, dia samy heloka bevava avokoa. Mitombo andro aman’alina ankehitriny ny fisehon’ireny voalaza ho fitsaram-bahoaka ireny. Voahosihosy  noho izany ny hasin’ny fanjakana ary ravarava ny rafitry ny fitondrana. Toy ny any amin’ny Fanjakan’I Baroa. Samy manao ny lalàny, samy mampihatra ny fitsarany arak’izay. Mitaky maika ny firotsahan’ny herim-panjakana eo amin’ny famonoana izany trangan’afo mamohehatra izany. Ny iraka nametrahana izany adidy izany indray anefa no tondroin’ny mponina sy solombavam-bahoaka sasantsasany ho nitsoka ara-bakiteny ny afon’io fanaovana fitsarana ivelan’ny lalàna amin’ny fandorana trano sy fonenan’ny mponina. Samy manana ny filazany fa an’ny fitsarana no misavasava sy mamantatra hoe ny an’iza no marina. Nefa moa ny vahoaka koa efa feno ahiahy ihany  mikasika ny fitsarana. Lasa kely fitokisana. Porofon’izany ny fanambaran’ny mpisolovava izay mitaky fanadiovana eo anivon’ny fitsarana. Mitory izany fa ao raha. Mikasika ny mpitandro ny filaminana, efa ela noho ny firongatry ny mpanao an’izao karazana asa ratsy rehetra izay no nahatazanana fa toy ny nomena alalana hamono ny jiolahy tratra ambody omby izy ireny. Tsy lasa lavitra ny fanadihadiana momba ny fahafatesan’ny olon-dratsy maty teo ampanaovana ny asa ratsiny. Dia atao hahagaga ve raha very toky ny mponina satria fanaovana hetraketraka mifangaro habibiana indraindray ary tsy fanomezana hasina sy vidiny an’ny ain’olona no tazany andavanandro. Ny mponina indray no mihorohoro. Ny mpampihorohoro tsy taitra fa io tazana io ny tsy fisian’ny fandriampahalemana. Diso làlana ny fanjakana raha ho herim-pamoretana fa tsy hery mpiaro no lasa fiheveran’ny vahoaka ny mpitandro filaminana.

Léo Raz

 

Tananews4 partages

Rentrée judiciaire : on passe le karcher

Une dizaine de magistrats en ont ainsi fait les frais : radiation, avertissement, mise à pied, etc.

Alors, simple réaction de circonstance suite à la généralisation des vindictes populaires sur tout le territoire ou bien nettoyage en profondeur des écuries d’Augias ?

La corruption dans les tribunaux est une chose, n’oublions pas non plus ces véritables rackets exercés par les hommes en uniforme dans l’exercice de leurs fonctions.

Il va être très compliqué de regagner la confiance de la population, vu le contexte économique et social à la dérive, mais ce n’est pas impossible non plus. A condition bien entendu de s’y mettre sérieusement et non pas en se contentant de jeter superficiellement de la poudre aux yeux des citoyens, c’est un effort sur le court/moyen/long terme.

L'express de Madagascar4 partages

Opération de charme prési­dentielle

Hery Rajaonarimampianina, président de la République, durant le week-end dernier, a procédé à une opération de charme, succes­sivement, auprès de la confession anglicane et de l’église protestante FJKM. Le Chef de l’Etat, samedi, a assisté à l’inauguration de l’église anglicane Saint-Paul d’Ambato­haranana, dont les travaux de rénovation ont été financés par l’État, indique le communiqué de presse de la prési­dence. En voyage à Mahajanga, il a assisté, hier, au culte dans l’église FJKM Androva Vaovao Famonjena  qui vient d’être rénovée. À chacune de ces deux visites, le locataire d’Iavoloha a offert un chèque de 4 millions d’ariary.

Tananews3 partages

Befandriana Nord : la valse des chiffres

Bien que la culpabilité des policiers pyromanes est clairement établie, un autre problème s’est néanmoins posé la semaine dernière : la valse des chiffres.

Combien de villages concernés par ces incendies ? 5 ? 7 ? 9 ?

Combien de maisons incendiées ? 429 ? 487 ? Plus de 500 ?

Combien d’arrestations ? 40 ? 300 ? 500 ?

Pour le moment il n’y a qu’un seul chiffre qui semble confirmé : le nombre de victime décédée, une donc, cette vieille dame prise au piège des flammes.

Mais ça en fait une de trop. Car, pour reprendre le jargon policier, nous avonc donc ici affaire à un homicide volontaire avec préméditation n’est ce pas ?

Ça va chercher loin ça.

L'express de Madagascar3 partages

Electricité – Les énergies fossiles en question

Près de 2 milliards de barils d’huile lourde à Tsimiroro. Près de 23 mil­liards de m³ de gaz dans le Sakaraha. Sans parler des réserves de charbon existant dans la Sakoa. Les réserves d’énergie fossile, dont dispose Madagascar, devraient permettre de réduire les dépenses de la compagnie de distribution d’eau et d’électricité dans l’achat de carburants destinés à faire tourner ses centrales thermiques. L’exploitation de ces « énergies alternatives » doit pourtant encore attendre, à moins de ne pas du tout figurer dans le programme des autorités.La Jirama envisage, certes, d’augmenter le recours au fuel lourd dès cette année, mais pour l’instant, l’utilisation de l’huile lourde de Tsimiroro n’est pas encore dans son programme. Le ministre auprès de la présidence chargé des Mines et pétrole, Ying Vah Zafilahy, avait rappelé vendredi, en marge de la clôture du séminaire sur le contrat pétrolier, qu’un « essai d’utilisation du fuel lourd de Madagascar avait déjà été effectué en septembre 2016 », mais ledit carburant n’a finalement pas été utilisé. Il reste à savoir si Madagascar Oil répondra à l’appel d’offres que la Jirama devrait incessamment lancer, après l’annulation d’un premier appel.Le recours au gaz naturel pour produire l’électricité, pour sa part, n’est pas encore au programme malgré la forte potentialité détectée à Sakaraha. Au ministère chargé des Mines et du pétrole, l’optimisme, quant à l’impact de l’utilisation éventuelle de ladite source d’énergie, est de mise. En 2016, de hauts responsables du ministère avaient déjà indiqué que « cette réserve peut résoudre le problème de délestage dans le Sud ». Ils avaient même souligné que « cette énergie pourra satisfaire tous les besoins du pays », d’autant que « l’électricité produite à partir du gaz est moins coûteuse ». Mais pour l’heure, la phase commerciale de l’exploitation, assurée par une société chinoise, est prévue en 2019.Dans une récente note de réflexion, l’organisation Conseil, développement et éthique (CDE) et l’Orga­nisation de la société civile sur les industries extractives (OSCIE), rappellentl’importance du recours au carbu­rant extrait à Mada­gascar.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar3 partages

Intégrité judiciaire – Une commission de réforme en cours

Un groupe de réflexion cogite sur la mise en place d’une commission de réforme pour l’intégrité judiciaire. L’objectif étant de proposer une solution locale.

Une initiative locale, pour une solution locale. C’est à quoi cogite un groupe de travail, depuis quelque temps. Etant donné les enjeux d’un bon système judiciaire pour le pays, les réflexions menées par les chercheurs et experts issus de divers horizons, ont mené à l’opportunité de mettre en place une Commission de réforme pour l’intégrité judiciaire (CRIJ).« Ce groupe de réflexion est à l’initiative de la société civile. L’objectif, qui sera celui de la Commission, est de proposer des solutions locales de réforme pour rétablir l’intégrité du système judiciaire, vu que celles appliquées, jusqu’ici, venant de l’extérieur n’ont pas eu les effets escomptés », explique Patrick Rafolisy, directeur exécutif de l’Organisation non-gouvernementale (ONG) Ivoary et président du Mouvement éthique et déontologie de Madagascar (MEDEM).

Rôle fondamentalLa CRIJ, pour l’heure, n’en est encore qu’au stade de projet. Ses initiateurs sont en pleine tractation pour convaincre les instances étatiques de sa mise en place officielle. À l’instar du groupe de réflexion ayant décidé que les circonstances nécessitent sa création, la Com­mission sera composée de personnalités issues de différents domaines. Elle pourrait être rattachée au Conseil supérieur de l’intégrité (CSI).Membres du CSI, des experts dans la lutte contre la corruption, magistrats, juristes, universitaires et même journalistes, entre autres, composent le groupe de travail cogitant sur la (CRIJ). « La définition des stratégies de promotion de l’intégrité dans le secteur judiciaire et, en particulier, le soutien au Conseil supérieur de la magistrature (CSM), pour permettre à cette institution de jouer effectivement le rôle de leadership dans la prise en charge souveraine et effective de la question d’intégrité judiciaire », est, aussi, l’objectif de la Commission.Dans la présentation du projet de création de la CRIJ, il est dit, en contexte, que « le rôle fondamental de la magistrature dans l’édification d’un système national d’intégrité est indéniable. En effet, la primauté du droit est à la fois une condition essentielle et une valeur directrice d’un gouvernement juste, honnête, ouvert et redevable. De l’intégrité du système judiciaire dépend la confiance du public en la justice, nécessaire à la primauté du droit et à l’accès à la justice ».Mettant en avant l’une des raisons de l’échec des modèles de réforme appliqués, jusqu’ici, les solutions proposées par la CRIJ « ne se concentreront pas juste sur les magistrats », indique Patrick Rafolisy. Face aux multiples frondes contre la justice, les magistrats, qui concentrent les feux croisés de l’opinion publique, commencent à hausser le ton. Dans leur réplique, certains clament que la justice est un système et qu’il ne faut pas juste faire le raccourci aux seuls magistrats.Concédant l’existence d’une défaillance dans le système judiciaire, mais aussi, sécuritaire, des juges avancent que la situation n’est que le reflet des maux qui gangrènent la société. Outre les actions auprès des entités judiciaires, notamment, le CSM mise sur l’éducation des justiciables. « (…) les interventions proposées et coordonnées par la Commission seront concentrées au niveau des juridictions de proximité et privilégieront l’approche par résolution de problèmes et par collaboration constructive », indique le document de présentation du projet de la CRIJ.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar3 partages

Assemblée générale extra­ordinaire du Syndicat des magistrats

Par le biais d’insertions dans les quotidiens de la capitale, ce jour, le Syndicat de magistrats de Madagscar (SMM), appelle ses membres à assister à une assemblée générale extraordinaire, le vendredi 3 mars. Rendez-vous est donné à 10 heures, à l’espace Salohy, Iavoloha. Il est, probable, que les multiples critiques contre la magistrature, inhérentes à la prolifération des vindictes populaires aient motivé cette convocation d’une session extraordinaire. Il n’est, également, pas à écarter que le SMM profite de l’occasion pour tenir une réception de présentation de voeux entre ses membres.

Midi Madagasikara3 partages

Un jour de moins !

Février tire à sa fin. Au grand bonheur des salariés qui …gagnent plus en travaillant un jour de moins, sans être sûr que ça marche moins ou plus en …mars.

Un jour de moins ! 

Si le mois de janvier était long, très long, février est en revanche moins dur à boucler. Qui plus est, 2017 n’est pas une année bissextile. Au grand dam de ceux qui sont nés un 29 février et qui n’auront pas droit cette année à un « happy birthday ». Ils ne vieilliront pas moins de 4 ans entre leur dernier anniversaire en 2016 et le prochain en 2020. 4 ans, c’est l’équivalent d’un mandat présidentiel aux Etats-Unis. Un an de moins par rapport à ce qui a cours chez nous où le premier quinquennat de la Quatrième République s’achèvera en 2018. Une année où le mois de février se terminera encore le 28, quoique le bail de l’actuel locataire d’Iavoloha ne soit pas à un jour de moins ou à un jour de plus. Il bénéficie au contraire d’un bonus d’un mois puisque « l’élection du président de la République a lieu 30 jours au moins et 60 jours au plus avant l’expiration du mandat du président en exercice », selon la Constitution. Peu importe pour lui que le mois de février prenne fin le 28 tel que ce sera le cas demain. En revanche, il devra décrocher un second mandat s’il veut être encore président le 29 février 2020 car ne pouvant plus l’être en 2024. Et pour cause, la loi fondamentale dispose qu’ « il est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois ». Sauf à amender la Constitution qu’il a juré urbi et orbi de respecter lors de sa prestation de serment le 25 janvier 2014 au stade de Mahamasina, celui qui portait le dossard n°3 à la dernière présidentielle, devra quitter le terrain au plus tard en 2023. Juste la veille de la prochaine année bissextile qui comportera un 29 février.  Si le peuple estime en 2018 que le bilan de l’expert-comptable devenu président est négatif, ce dernier ne sera même plus à Iavoloha le 29 février 2020. Ni le 28 février 2019 puisque d’ici là, l’issue de la prochaine course à la magistrature suprême sera connue, fut-il en cas de « deuxième tour vao vita ». Les rapports des forces sur l’échiquier sont tels que les candidats les plus en vue ont plus d’un tour dans leur sac. En attendant, les salariés pourront, avec la fin du mois, remplir demain leur sachet plastique dont la durée de vie est l’équivalent de plusieurs 28 et/ou 29 février.

O
Midi Madagasikara3 partages

Bavure policière : Le SECES interpelle les forces de l’ordre

Le Syndicat des Enseignants-hercheurs et Chercheurs-enseignants de l’Enseignement Supérieur (SECES) n’a pas pu retenir son silence face aux divers problèmes du pays dont les différentes bavures policières et les trafics. Un communiqué au nom du bureau central du syndicat a été publié samedi dernier.

Mesures drastiques. La vindicte populaire se produit car le peuple n’a plus confiance aux forces de l’ordre et à la justice. Pour cela, « des mesures drastiques et urgentes doivent être prises à l’endroit des autorités militaires responsables ». Mais il n’y a pas que la police qui est visée par le SECES. Le procès du sénateur Lylison qui a été effectué en catimini a également pointé du doigt par le syndicat. Il qualifie même cet agissement de « honteux ». Les enseignants-chercheurs ont, par ailleurs, fustigé la vente des terrains aux étrangers par n’importe quel moyen que ce soit (baux emphytéotiques à titre d’exemples). De tout ce qui précède, le SECES établit quelques recommandations : « Nous revendiquons que la justice prenne ses responsabilités par rapport aux trafics illicites des ressources naturelles et forestières ». Par ailleurs, les enseignants-chercheurs réfutent également l’idée de céder aux investisseurs étrangers la gestion des entreprises nationales telles que la Jirama et l’Air Madagascar.

Aina Bovel

Madaplus.info2 partages

Hopscotch Afrika: lancement du pavillon Salon des Lettres d'Afrique - 23 au 27 mars 2017

Pour plus d'infos contactez Mme Léa RANDRIA:
06 86 53 31 10
lrandria2009@gmail.com
Madagate2 partages

Régime Rajaonarimampianina. Facture salée payée par les contribuables malagasy

Irène Ranaivozanany, chargée de liaison de l’antenne UNESCO à Madagascar mais non responsable d'une quelconque "fuite"...

De toute façon, si fuite il y a eu, cela pourrait bien signifier que la facture n’a pas encore été réglée par le ministère des Finances et du Budget de Madagascar. Et qui dit ministère dit administration publique, c’est-à-dire deniers tous aussi publics émanant des contribuables malagasy à Madagascar, qui ont donc le droit de savoir ce que les dirigeants font de leur argent. Est-ce un mal dans une république démocratique et un État de droit (qu'ils disent...)?

Le tarif de 45 euros par personne semble « normal » en Europe, vu le niveau des personnes qui ont donc mangé –par deux fois- aux frais de la princesse… Cependant, pour les trois dernières rubriques, je reste dubitatif. Certes, tout augmente, de nos jours mais tout de même.

L’équivalent de ces 36.650 euros, que ceux qui paient leurs impôts à Madagascar vont payer, est de 120 millions d’ariary ou 600 millions d’anciens francs malagasy arrondis. C’est cher, terriblement cher pour un peuple dont la majorité vit avec moins de 1 euro par jour.

A Madagascar, il y a un adage qui dit: « Domina tapany handoa erany » que l’on peut traduire par: « A malin, malin et demi ». « Domina tapany handoa erany » est d’ailleurs le titre d’un éditorial sur ce prêt de 10 milliards USD de la Banque mondiale, de notre confrère « Tia Tanindrazana ». Faites-vous traduire :

Jeannot Ramambazafy – 27 février 2017

Tananews2 partages

Inflation ? Quelle inflation ?

Prouvez-moi qu’il y a de l’inflation ?

C’était quasiment les propos tenus par sa Seignhery la semaine dernière.

Car il pense qu’il suffit de faire remonter artificiellement le cours de l’ariary en quelques semaines pour que le panier de la ménagère suive de suite à la baisse ?

 

Tia Tanindranaza2 partages

Voasaringotra amina vonoan’olonaMirehareha ho tsy azo samborina ilay olon’ny HVM

Maty nisy namono ny 6 janoary 2017 ny lehiben’ny fandriampahalemana na kalôny tao amin’ny kaominin’i Mandabe distrika ny Mahabo, Razakandrainy na Ndrainy.

 Voalaza fa vono olona niniana natao izy ity, ka efa voasambotra ny telo tamin’ireo nahavanon-doza ary nampidirina am-ponja vonjimaika ao Morondava ny 24 febroary 2017, taorian’ny fanolorana azy ireo ny Fampanoavana. Mbola misy naman’izy ireo karohina.Misy olom-boafidy ao Mandabe voatononaamin’ity vono olona ity, Milaza azy fa olon’ny HVM izy ka tsy ho azo samborina hoy ny loharanom-baovao avy any an-toerana. Tsy manaiky hosoka anefa ny ao amin’ny Fitsarana ka amin’ny 9 martsa izao no hanaovana ny fanadihadiana lalina ity raharaha ity koa manantena ny fandraisan’andraikitr’ireo tomponandraikitra mahefa sy ny fampiharana ny lalàna ary ny fampanjakana ny marina, ny fianakavian’ny maty.

Jean D.

 

 

L'express de Madagascar2 partages

Jirama – Les nouvelles structures attendront le nouveau DG

L’organigramme de la société nationale de l’eau et de l’électricité ne devrait pas changer avant l’arrivée du nouveau Directeur général. Si l’on en croit l’appel à candidatures pour le poste de directeur général de la Jirama publié samedi, il appartiendra à ce futur manager de la compagnie de « mettre en place les structures organisationnelles appropriées pour mener à bien les plans stratégiques et opérationnels de la Jirama ».Dans le cadre de l’amélioration de la gouvernance de la société, il est notamment prévu la mise en œuvre d’un plan d’amélioration de la gestion de la compagnie qui implique « l’optimisation de la structure organisationnelle », ce qui devrait impliquer, un changement d’organigramme.Par ailleurs, conformément aux engagements pris dans le cadre du Programme d’amélioration de la gouvernance dans le secteur de l’énergie (Pagose), financé par la Banque mondiale, la nomination de tous les cadres supérieurs devrait se faire en toute transparence. Après la nomination du nouveau DG et le bouclage du nouvel organigramme, d’autres appels à candidature sont ainsi attendus.Une fois le DG nommé, la mission de Lantoniaina Rasoloelison, administrateur délégué désigné pour remplacer l’ancien DG, Nestor Razafindroriaka, devrait prendre fin. Le ministre chargé de l’Énergie, le général Herilanto Ravelo­harison, avait d’ailleurs déjà signalé que le mandat du nouvel administrateur délégué ne devrait durer que trois mois.Il est par ailleurs attendu que le nouveau conseil d’administration, nommé en conseil des ministres, élabore dans les meilleurs délais le nouveau statut de la Jirama. La mise en conformité dudit statut avec la loi sur les sociétés commerciales à participation publique, fait également partie des engagements pris par l’État malgache dans le cadre du Pagose.

Lova Rabary-Rakotondravony

L'express de Madagascar2 partages

Pas de répit

Aucun répit: les malheurs de Madagascar se suivent et s’aggravent, jour après jour.La petite localité d’Antsakabary est, aujourd’hui, dans toutes les conversa­tions. Quatre cent quatre-vint sept maisons détruites par le feu, suite à des évènements d’une ânerie déconcertante, et des centaines de familles qui n’avaient rien demandé, condamnées à affronter des difficultés qui dépassent leurs forces.À l’heure où nous écrivons, la prési­dence n’a fait ni déclaration pour calmer la tempête, ni le moindre geste pour montrer sa compassion envers les victimes. À croire que ce n’est pas une habitude spécialement ancrée dans les mœurs d’Ambihitsorohitra, dès lors qu’il s’agit d’afficher une solidarité dans une situation désastreuse – non, un don de sacs de riz n’est pas un acte de solidarité, c’est de l’illusion pour détourner l’attention, mais chut, personne n’est dupe car tel est pris qui croyait prendre.C’est donc de simples citoyens qui décident de s’organiser rapidement avec les moyens du bord, afin de récolter des fonds, des vêtements, des ustensiles de cuisine et divers accessoires utiles pour reconstruire le quotidien et les faire parvenir aux sinistrés. Tout comme c’est aux simples citoyens de s’organiser pour affronter les dahalo et protéger vies et biens, malgré le peu de moyens dont ils disposent et malgré la peur. Repousser les dahalo, passe encore. Mais les autres   Les autres que l’on croyait être de notre côté, et dont finalement l’on ne sait pas vraiment si nous sommes leurs ennemis, leurs concurrents, leurs boucs émissaires, leurs souffre-douleur, leurs punchingballs ou bien tout bêtement, la cible à abattre. Car c’est exactement l’effet que cela fait : ce sentiment d’être l’adversaire malgré soi, celui qu’il faut ignorer, museler, affaiblir, par tous les moyens.Entre temps, le premier ministre rafle bien gentiment son prix du courage, en récompense de sa « vision de dévelop­pement de Madagascar et de l’Afrique ». Laquelle vision, on a un peu de mal à préciser, surtout que du courage, c’est encore le Madagascar d’en bas qui en produit en quantité astronomique. Mais soit, pourquoi pas. Des vindictes populaires, des vengeances policières – ou les actes d’un aliéné, doté d’un pouvoir d’ubiquité et d’une pyromanie bien sentie, on a du mal à se décider – des actes de bandi­tisme, de corruption, un délestage qui ne se solutionne pas, et un joli prix du courage. Il faut de tout pour faire un monde. De tout, sauf de répit, apparemment.

Par Mialisoa Randriamampianina

 

Midi Madagasikara2 partages

Ex-militaires : Ultimatum d’un mois contre le régime

Un nouveau foyer de tension à régler pour le régime. En effet, les ex-militaires et militaires de réserve commencent à hausser le ton par rapport à leur alignement d’indice et leur rappel de moins perçus impayés depuis l’année 2006. Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue samedi dernier à Andrefan’Ambohijanahary, les membres de différentes associations regroupant les anciens militaires, les réservistes et les veuves des militaires et des gendarmes décédés au champ de bataille, ont lancé un ultimatum d’un mois contre le régime. Ils menacent en effet de passer à la vitesse supérieure et d’organiser une grande manifestation le 23 mars prochain si le régime Rajaonarimampianina continue de faire la sourde oreille par rapport à leurs revendications. Pour l’heure, aucun détail sur les tenants et aboutissants de cette manifestation n’a été dévoilé. Toutefois, les leaders du mouvement ont laissé entendre qu’une descente dans la rue n’est pas à écarter. Il convient de rappeler que les membres de l’Association des Anciens Militaires réclament l’application de la décision n° 180, prise le 20 octobre 2010 par le Conseil d’Etat, suite à une requête déposée en 2008 par le président de l’Association des Ex-militaires et des militaires de réserve de Madagascar. Cette décision de Justice ordonne à l’Etat malgache de payer l’alignement des pensions de retraite des ex-militaires. Jusqu’ici, la Présidence de la République n’a donné suite à aucune des six demandes d’audience déposées à Ambohitsorohitra. Pourtant, durant la période transitoire, lorsqu’il était ministre des Finances et du Budget, Hery Rajaonarimampianina s’est engagé à payer ces arriérés dès que la quatrième République serait en place. Une énième promesse non tenue donc pour le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Un appel à la prise de responsabilité du président de la République a été lancé samedi dernier. « Afin d’éviter les troubles », a-t-on averti.

Davis R

Madaplus.info1 partages

Le premier ministre malgache a reçu le prix Mandela du courage 2016

15 lauréats sont recomposés pour les Prix Mandela 2016 à Paris, le 25 février 2017. Ce sont des Personnalités ou Institutions sélectionnées par le comité du Prix Mandela et après le jury.
Quant à la candidature, les publics, les personnalités, les diplomates ont proposé 3.623 candidatures pour l’édition 2016. Les prix Mandela sont recomposés à des actions louables en faveur de l’Afrique et de la Paix dans l’esprit de Nelson Mandela. L’institut Mandela a décerné le Prix Mandela du courage au PM Mahafaly Olivier pour sa vision du développement de Madagascar et de l’Afrique. Rappelons que les prix concernent paix, démocratie, gouvernance, sécurité, émergence, Ubuntu, courage, audace, Panafricanisme, leadership féminin, science, littérature, meilleure sportive, meilleur entrepreneur et meilleur journaliste
News Mada1 partages

Louis Roland-Gosselin : « Tsy miala amin’Ambatovy ny Sherritt”

 Tsy misy afa-tsy ny orinasa kanadianina Sherritt no mahafehy ny fitantanana ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany, miohatra amin’ireo mpiara-miombon’antoka aminy ara-bola roa, ny Korea Resources sy ny Sumitomo. Nanamafy ny filoha lefitry ny Tetikasa Ambatovy,  Louis Roland-Goselin, fa mijanona ao amin’ity orinasa ity ny Sherritt.

Nisy filazam-baovao avy any ivelany milaza fa mety hisintaka ao amin’ny tetikasa Ambatovy ny anisan’ny manana petra-bola aminy, ny orinasa kanadianina Sherritt international. Manoloana izany, nilaza ny filoha lefitra ny tetikasa Ambatovy, Louis Roland-Goselin, fa “ eo am-pandinihana ny firafitry ny renivola ireo manana petra-bola ao amin’Ambatovy. Na izany aza, nilaza tamin’ny Sherritt ireo mpiray ombon’antoka roa aminy (Korea Ressources sy Sumitomo) fa ny Sherritt irery no manana sy mahafehy ny teknolojia amin’ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany, miohatra amin’ireo mpiray petra-bola aminy. Midika izany fa mijanona ao amin’ny tetikasa Ambatovy izy”.

Ankehitriny, nambaran’ny filoha lefitr’Ambatovy fa manodidina ny 11.000 hatramin’ny 12.000 dolara ny vidin’ny iray taonina eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Latsaka ambany telo heny mihoatra amin’ny vinavina nitsanganan’ny tetikasa Ambatovy io vidiny io, mahatonga ny fifampidinihana iarahan’ireo mpiray petra-bola. Ao anatin’izany ny fampihenana ny masonkarena, ahafahan’ny orinasa mihodina foana na ambany aza ny vidin’ny vokatra.

Mikasika ilay hetra manokana mikasika ny fiarovana ny seranan-tsambo Advance Cargo Declaration (ACD), tadiavin’ny fanjakana ampiharina, nilaza i Louis Roland-Gosselin fa mahatratra 8 miliara dolara ny fampiasam-bolan’Ambatovy. Mila 30 taona ny hamerenana izany masonkarena izany ary misy ny lalàna manome antoka an’Ambatovy ahafahany miasa mazava. “Tsy mahakasika anay ny ACD”, hoy ihany izy.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada1 partages

Cnaps : natomboka tany Bongolava ny taom-piasana 2017

Nosokafana tany Tsiroanomandidy, faritra Bongolava, ny herinandro lasa teo, ny taom-piasana 2017 ho an’ny Tahirim-pirenena misahana ny fiahiana ara-tsosialy (Cnaps). Anisan’ny nankalazana azy ny fananganana ny klioba Cnaps zandriolona (CCZ), ahalalan’ny ankizy dieny mbola kely ny fiahiana ara-tsosialy. Mahatratra 105 ny mpikambana CCZ any amin’ny faritra Bongolava. Zava-dehibe natao tany an-toerana koa ny fanombohana ny atrikasa fanofanana ireo kaominina 36 ao amin’ny faritra Bongolava, nandraisan’ny ben’ny Tanàna sy ny mpanolontsaina anjara.

Nangataka hanafoanana ny trosa miavosany amin’ny Cnaps ny ben’ny Tanànan’ny kaominina Tsiroanomandidy, Razafindredohy Mananjara. Nilaza ny tale jeneralin’ny Cnaps, Arizaka Rabekoto Raoul, fa tsy maintsy manaraka ny lalàna velona ny mpampiasa rehetra. Fanamelohana ny taranaka sy ny mpiasa am-perinasa ny fanafoanana ny trosa. Miverina andoavana ny zo sy ny fanampiana ho an’ny vady aman-janaka ny latsakemboka aloa.

Anisan’ny nahaloa ny trosany amin’ny Cnaps ny ben’ny Tanànan’i Mahasolo, Rajaonarivelo. Nambarany fa nihena 1/5 ny vola tokony ho naloany taorian’ny fifampidinihana tamin’ny Cnaps. Fantatra fa anisan’ny fandaniana tsy maintsy atao ao anaty tetibolan’ny kaominina ny karama sy ny latsakemboky ny Cnaps.

Njaka A.

News Mada1 partages

Ambatovy : misy ny fitaovana fianarana mamily fiara vaventy

Teknolojia avo lenta! Notokanana ny zoma lasa teo any Ambatovy Moramanga, ny fitaovana manokana fianarana mamily fiara vaventy, ampiasaina amin’ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany. Ilàna fahaizana manokana tokoa ny familiana ireny fitaovana ireny, sady maro ny pitsopitsony ara-teknika tsy maintsy fantarina sy fehezina. Fitaovana ThoroughTec ahitana ny teknolojia Cybermine4 ity ampiasaina ity. Mahatratra 30 ora ny fianarana ho an’ny mpiofana iray.

Nilaza ny filoha lefitr’Ambatovy, Louis Roland-Gosselin, fa miditra amin’ny fitrandrahana salantsalany ny orinasa ankehitriny, ka ilaina ny fitaovana manokana mifandraika amin’izany, ka voatery tsy maintsy nampiana ny isa sy ny karazan’izy ireo. Manan-danja ny fananana ity fitaovam-panazarana mamily ity satria hitombo 250% ny fivezivezen’ireo fitaovam-pitrandrahana sy fitaterana ny akora ato anatin’ny telo taona, hanatrarana ny taham-pamokarana mitovy amin’ny teo aloha.

Ankoatra izany, namboly zana-kazo 500 tany Ambatovy ny minisiteran’ny harena an-kibon’ny tany, nanoloana ireo zana-kazo maty, tao amina velaran-tany 7 ha, ny zoma lasa teo.

Njaka A.

News Mada1 partages

Baie rose : la production ne suit pas la demande

Le baie rose ou poivre rouge est désormais un produit pilote dans la région Bongolava. Les opérateurs misent beaucoup sur la qualité de ce produit d’exportation.

Les opérateurs œuvrant dans la filière baie rose à Bongolava se sont réunis, les 21 et 22 février à Tsiroanomandidy pour déterminer les prix de la baie rose pour la prochaine campagne. La baie rose est un produit phare de la région Bongolava. Un potentiel autour de 20 tonnes chaque année, dont une partie est exportée vers le marché européen, notamment en Italie et en France, ainsi qu’au Japon. Le  prix du kilo de la baie rose de la catégorie grade 1 (environ 5% de défaut) est de 35 000 ariary, celui-ci est à 26 000 ariary pour la  catégorie grade 2 (environ 15% de défaut) et entre 6 500 à 10 000 ariary pour le grade 3.

En effet, la baie rose est fortement prisée sur le marché international et l’offre ne suit pas la demande. La région Bongolava a récolté 23 tonnes de baie rose pour la dernière moisson, dont  6 tonnes sont de grade 1, destinées à l’exportation. Les opérateurs dans cette région prévoient de produire jusqu’à 27 tonnes de baie rose en 2018. Mais la demande sur le marché mondial est encore largement supérieure, qui est de 80 tonnes. Les opérateurs dans la région restent toutefois optimistes et comptent accroître la production à travers la professionnalisation des acteurs dans la filière. D’après le directeur régional au développement (DDR) de la région Bongolava, Aina Andrianamelasoa, une tendance à la hausse de la production est constatée ces deux dernières années. Selon ses dires, «La production de baie rose dans la région était de 19 tonnes en 2014, puis elle a régressé jusqu’à 13 tonnes en 2015 en raison des aléas climatiques. En 2016, la production a atteint les 23 tonnes».

La qualité priorisée

Mais  Bongolava n’est pas la seule zone productrice de baie rose dans le pays. Seulement on y trouve les produits de meilleure qualité en raison de la condition climatique adaptée à la baie rose. «Le poivre rouge est aussi cultivé dans la région Anosy, Atsinanana et Sud Est. La région Anosy est la première productrice avec 40 tonnes de baie rose récoltées chaque année. Mais celles cultivées dans la région Bongolava est de meilleure qualité en raison du faible taux d’humidité, qui est favorable à la culture de ce produit», a avancé Aina Andrianamelasoa.

Riana R.

 

News Mada1 partages

Start-Up Africa : problème au niveau du financement

La première édition du forum Sahelinnov se tient depuis hier à Niamey, Niger. Il s’agit d’une rencontre pour mettre en valeur les entreprises innovantes de la sous-région. Une quarantaine de start-ups de secteurs divers, allant de l’agronomie aux nouvelles technologies en passant par l’énergie, y sont présentes. Au cœur des préoccupations de ces jeunes pousses : la question des financements, premier frein à leur développement.

L’innovation au cœur du développement. Aujourd’hui, l’idée fait consensus en Afrique. Les Etats promettent fonds et investissements, comme le Niger qui s’est fixé comme priorité d’améliorer sa couverture internet.

Par ailleurs, un soutien financier, c’est aussi ce que promet l’Organisation internationale de la Francophonie, qui multiplie les programmes. Selon Eric Adja, directeur adjoint à l’économie et au numérique de l’OIF : «L’OIF s’est aussi dotée d’un fonds francophone pour l’innovation numérique qui permet de subventionner des concours de jeunes pousses. Nous finançons aussi des incubateurs dans l’entrepreneuriat. Nous avons actuellement 12 pays pilotes. Nous avons aussi des financements pour un cyber sécurité. Nous renforçons les parlements pour qu’ils se dotent d’un cyber législation, c’est-à-dire, aider les pays à se doter de codes de l’économie numérique qui soient favorables aux jeunes entrepreneurs dans ce domaine».

 

News Mada1 partages

Palais des sports : vif succès pour le groupe AmbondronA

Comme il fallait s’y attendre, le groupe AmbondronA a de nouveau livré un spectacle à guichets fermés, hier, au palais des Sports et de la culture Mahamasina.

Un groupe de tous les records. C’est ce que le public du palais des Sports a qualifié la bande à Kix et Beranto. A peine la sortie des billets a été annoncée que  les inconditionnels se sont rués vers les points de vente pour s’acheter des tickets en temps et en heure.  Le jour J, ils sont venus nombreux, toutes générations confondues et ont attendu dès 9 heures pour avoir les meilleures places au concert d’AmbondronA. Un évènement qui a clos ses 15 ans de scène et qui a également été accompagné de la sortie d’un DVD live du groupe en mai 2016, au Coliséum à Antsonjombe, le plus grand amphithéâtre de l’océan Indien.

Vers 15 heures tapantes, Kix a donné le ton. D’entrée, il a séduit l’assistance par sa bonne humeur contagieuse.  La sonorisation impeccable, les spots lumineux illuminant la scène et la décoration soignée ont tout de suite montré la tonalité du spectacle.

Les mélodies de «Antso», «Araraoty», «Aleo aloha», « Naleonao » du groupe ont instantanément été captées et partagées par la foule en liesse tandis qu’une profusion d’écrans ont remplacé les flammes des briquets dans la salle.

Manquements organisationnels

Ce concert de quelques tours d’horloge n’a  été que du plaisir malgré certaines imperfections et manquements au niveau de l’organisation et de la sécurité. Une heure après le début du concert, une bonne poignée de gens étaient encore restés bloqués devant le portail. A un certain moment, un débordement s’est produit, un forcing du portail par la foule. La sécurité a également menacé tout le monde et certains journalistes se sont vu refuser l’entrée.

En tout cas, la tournée du groupe se poursuit sous les meilleurs auspices. Comme le vin, l’histoire d’amour entre le groupe AmbondronA et ses fans inconditionnels se bonifie au fil du temps.

Joachin Michaël

News Mada1 partages

Intoxication à la sardinelle : deux pêcheurs hospitalisés à Toliara

Deux pêcheurs viennent d’être hospitalisés d’urgence à Toliara, après avoir consommé des sardinelles grillées, de la famille des clupéidés, connues sous le nom de «Geba», selon des médias locaux. Des poissons dont la pêche et la consommation sont strictement interdites entre le premier novembre jusqu’à la fin du mois de mars. Ces poissons mangent des algues microscopiques toxiques pour l’homme dont la floraison se déroule exactement durant cette période.

Une période à suivre

Avec le changement climatique, il se peut que la période de floraison de ces algues ait changé, soit partiellement, soit totalement. Ce qui nécessite un suivi particulier de la situation, du moins par le service régional de la pêche. Et de publier par la suite les informations y afférentes, en particulier à l’intention des pêcheurs.

En effet, cette intoxication alimentaire nommée «Ciguatera» due à la consommation de «Geba» a fait quatorze morts et une centaine de personnes hospitalisées, toujours à Toliara, le mois d’avril 2011, plus exactement le 4 avril. Cela, malgré que le service régional de la pêche ait formellement interdit, par voie de presse, la pêche et la consommation de ces poissons du mois de novembre 2010 jusqu’à la fin du mois de mars 2011. C’est-à-dire, juste quatre jours après la levée de l’interdiction.

Sera R

 

News Mada1 partages

Jeunes et corruption : la passivité gagne du terrain

L’ONG «Tombotsoa», une organisation qui lutte contre la corruption à travers la mise en œuvre de son projet «Tsycoolkoly (TCK)», remarque que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la corruption comme faisant partie du quotidien des Malgaches, expliquant ainsi leur passivité envers ce phénomène. «Même si ces jeunes constatent dans leur quotidien l’existence de la corruption, et en subissent en conséquence les impacts, ils n’ont plus la détermination de lutter contre cela, pire, ils considèrent la corruption comme une culture», souligne le coordinateur terrain de l’ONG «Tombotsoa», Fabien Privat Miadana.

Depuis sa création en 2014, TCK a recueilli 856 témoignages sur la corruption, dont 504 témoins ont reconnu avoir payé un pot de vin au niveau de différents secteurs, à l’instar de la mairie, des commissariats de police, des hôpitaux, et autres. Par contre, 259, plus de la moitié, ont affirmé avoir refusé de le faire. Toutefois, parmi ces témoignages, 96 personnes ont attesté avoir rencontré des employés ou des agents intègres.

Evaluation de la lutte

Face à cette situation, outre ses membres, l’ONG «Tombotsoa» a invité à un atelier, vendredi, des institutions et des sociétés civiles œuvrant dans la lutte anti-corruption, à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina. Cela, sans oublier les bailleurs de fonds qui appuient cette lutte. «L’objectif est d’avoir un début d’évaluation de toutes les parties prenantes à la lutte contre la corruption à Madagascar»,  indique Fabien Privat Miadana.

Pour cela, des questionnaires sur la perception citoyenne de ces institutions, comme le Bianco, le Samifin et bien d’autres, ont été effectués. Ce qui permettra aussi d’évaluer à la fois les accomplis et les irréalisés dans leurs engagements à l’accomplissement de cette lutte. Des évaluations qui serviront de «Feedbacks», pour améliorer par la suite les stratégies efficaces de sensibilisation des citoyens, notamment les jeunes. «Tout cela dans le but d’éradiquer cette culture de la corruption», conclut le coordinateur de l’ONG «Tombotsoa».

Sera R

 

Tia Tanindranaza1 partages

Fitondrana ankehitrinyMiharihary ny tsy fahaiza-mitantana

Tamin’ny herinandro dia efa niaiky mihitsy ny minisitry ny fambolena sy ny fiompiana, Rivo Rakotovao, fa miadana loatra ny fampandroam-pirenena eto amintsika, raha nanokatra atrikasa iray tery amin’ny espace dera tsiadana tery.

 Antony nilazany izany ny mbola tsy maha voavoly ny 80%n’ny tany eto amintsika kanefa dia tantsaha mpamokatra ny 80%n’ireo mponina. Izao ny tenany vao nanazava fa hanao ezaka hihazakazaka hitadiavana fomba hahafahana mamboly na koa hoe manao zavatra amin’ireo tany mbola tsy voahasa ireo fa maika, hono, ny vahoaka. Etsy an-kilan’izay, nilaza koa ny minisitry ny jono, François Gilbert, fa nitombo ny taham-panondranana teto amintsika, raha izay lafiny izay, ny taona 2016 satria raha 375 miliara ariary teo ho eo izany talohan’ny novambra dia nahatratra hatrany amin’ny 500 miliara kosa iray volana taty aoriana. Tombanana hiakatra avo roa heny io amin’ity taona ity, raha ny filazany, saingy roa andro taorian’izay ihany dia mbola samy nanizingizina ireo mpahay toekarena sy mpandinika isan-karazany fa mibanaka loatra ny fari-dranomasintsika. Hatramina mpikambana avy eo anivon’ny foloalindahy aza dia sahy nilaza fa raha atao ny kajikajy tsotsotra tamin’ireo harena an-kibon’ny tany sy an-dranomasina efa very teto amintsika dia fara-fahakeliny efa nahazo angidim-by miisa 100. Hatramin’izao anefa, hoy izy, dia tsy manana na dia angidim-by iray aza ny zandarimaria.

Mbola hipoka atrikasa

Na dia efa nandeha aza ny tsikera avy amina ankolafy maromaro nohon’ny fisian’ny atrikasa be loatra kanefa tsy hita avy eo izay tohiny dia mbola saika hahenoana izany hatrany, fara faha keliny, isaky ny herinandro. Nilaza ny minisitry ny harena an-kibon’ny tany, Zafilahy Ying Vah, ny faran’ny herinandro teo fa sarotra ny mametraka ny sata vaovao mikasika ny harena an-kibon’ny tany eto amintsika satria be loatra ireo hevitra voaray ary maro tamin’izany no tsy heno avy aty amin’ny fanjakana foibe. Mbola eo am-pamolavolana ny mikasika ny fametrahana ireo mpitandro filaminana misahana ny harena an-kibon’ny tany koa amin’izao fotoana izao ny minisitera. Tsara anefa ny manamarika hatrany fa mampiditra karazan-ketra maherin’ny 40 isa ihany koa ireo orinasa vaventy mpitrandraka harena an-kibon’ny tany eto amintsika. Ambatovy manokana, ohatra, dia mampiditra hatrany amin’ny 150 miliara ariary isan-taona ho an’ny fanjakana malagasy. Inona ary izany no antony mbola maha be ny kere sy ny mpatory an-dalana ary mampitotototo hitady famatsiam-bola ny fitondrana ankehitriny, fa indrindra, mampidangana ny vidim-piainana eto?

Mirija

Tananews1 partages

“Le couple présidentiel a offert 4 millions d’ariary au temple FJKM Androva”

Encore le genre d’action qui prête le flanc à la polémique à moins de 24 mois des présidentielles.

C’est leur pognon ou celui des contribuables ? Ou c’est le pognon des contribuables que l’on fait passer pour son pognon personnel ?

C’est agaçant voire horripilant ces pratiques d’un autre temps.

Avons-nous jamais entendu un François Hollande ou un Barack Obama annoncer médiatiquement qu’ils ont donné tel ou tel montant à tel église ?

Et d’ailleurs nous quand on donne à l’Eglise (quête, don, action, etc.) nous restons anonyme, tsy mila miseho seho, pfff

Tananews1 partages

Le Sefafi prône un remaniement gouvernemental

Ah bon ? Pourquoi faire ?

On a déjà changé 3 fois ça n’a rien changé.

Donc ce n’est pas le gouvernement qui est le problème.

C’est au-dessus.

L'express de Madagascar1 partages

Evénement – Ambondrona transcende le palais des Sports et de la Culture

Un énième concert couronné de succès. C’est ainsi que les premières retrouvailles entre le groupe Ambondrona et ses inconditionnels se sont illustrées, hier après-midi.

Comme une habitude qu’il pérpétue au fil des ans, avec une aisance et une maîtrise totale. Ainsi se décrit le concert de l’incontournable Ambondrona au palais des Sports et de la Culture Mahamasina, hier. Un haut lieu du spectacle et de la culture de la Ville des Mille, qui a été littéralement rempli comme un oeuf à l’occasion d’un concert à la fois festif et euphorique de la part de ce fameux groupe de pop-rock malgache. Un instant magique pour les chanceux qui ont pu y assister et un rendez-vous manqué pour ceux coincés dehors à l’affût de quelques billets bradés, jusqu’à la dernière heure. Les retrouvailles avec Kix au chant, Beranto à la guitare, Honty à la basse, Blanc à la batterie et Ranto au piano fut, comme prévu, ornées d’émotions. Clôturant la célébration de ses 15 ans de scène, Ambondrona fidèle à lui-même n’a pas fait dans la demi-mesure pour ce concert magistral au palais des Sports et de la Culture. « Des bons moments, des souvenirs qui restent gravés dans nos mémoires et qui illustrent cet amour réciproque qui nous lie. C’est ce qu’on revivra ensemble avec vous ici aujourd’hui» confie Beranto au micro. Face à la liesse populaire qui ébouillante les lieux, Ambondrona entame alors le concert avc sa chanson « Aza adino ».

NostalgiqueQuinze ans de passion et 15 ans d’amour réciproque entre ses fans et le groupe. Durant près de 4h, Ambondrona a transcendé tous ceux qui sont venus l’assister. À chaque chanson, à chaque note qui s’élance, le public est de suite euphorique et ne se prive pas de chaque moment pour égayer les préstations du groupe, de sa petite touche. D’entrée, comme un automatisme de la part du public d’Ambon-drona qui sait comment accompagner avec brio les douces balades du groupe. Lors du morceaux « Tafandria mandry », le palais s’est vu sublimé uniquement par les lumières des téléphones des spectacteurs, donnant lieu à un instant poétique, garni de nostalgie et d’émotion. Sans grande surprise, la bande à Kix a donc laissé la part belle à ces chansons qui ont forgé la notoriété du groupe au bout de ces 15 ans de carrière. Une chanson après l’autre, Ambondrona chante son amour pour le public, de « Tena fitia » à « Tiako ianao » en passant par « Mankasitraka aho », il émeut continuellement son auditoire. Le public venu en masse a été une fois de plus satisfait du rendez-vous. Le concert ayant affiché complet en seulement un week-end a tenu ses promesses, ce qui a sans doute aiguisé la vigilance des organisateurs à l’entrée des lieux quitte à faire patienter certaines personnalités, dont la presse. Le fait est que tout le long de Mahamasina, le public s’est laissé surprendre par ces personnes qui les interpellent pour leur acheter des billets en sus. Pas de quoi gâcher la fête, Ambondrona promet d’ores et déjà de plus amples retrou-vailles au cours de cette année.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Kidnappings – Le même gang à Tana et Toamasina

Enlevé il y a une quinzaine de jours, un jeune français d’origine indienne a recouvré la liberté, avant-hier. Les forces de l’ordre font le lien avec une autre affaire.

Insaisissable,  une escouade de ravisseurs fait des ravages. Bien que le calvaire de la dernière victime du gang se soit terminé avant-hier, la terreur et l’inquiétude sont toujours présentes. Après une longue captivité, Erefan Molou, fils d’une famille d’opérateurs économiques français d’origine indienne, ayant pignon sur rue dans le commerce de marchandises d’importation, a retrouvé les siens, samedi soir. Relâché contre une forte rançon, dont le montant n’a pas été révélé, ce jeune homme de 25 ans est sain et sauf. Les circonstances de sa libération, tout comme celles de son rapt, sont néanmoins floues.En remontant les traces des ravisseurs, sitôt les otages hors de danger, les forces de l’ordre ont établi des liens entre le kidnapping de Nourbhay Sefoudine, un  autre opérateur économique d’origine indienne, enlevé aux abords de son lieu d’habitation  au Bazar be à Toamasina le vendredi 3 février, avec celui d’Efrane Molou, tombé dans le guet-apens des ravisseurs à proximité de sa résidence familiale à Ivandry, le 10 février, exactement une semaine plus tard. Les deux rapts ont été, tous les deux, commis un vendredi soir par des bandits munis d’armes de guerre; une coïncidence qui paraît fortuite mais qui avait de quoi mettre la puce à l’oreille des enquêteurs de la police judiciaire.En tout cas, la thèse selon laquelle les kidnappeurs seraient basés à Tana, est plus que jamais privilégiée. Pour preuve, le traçage d’une Renault Express ayant été utilisée par la bande, retrouvée par les forces de police près de l’église Tranovato, dans le quartier de Tanambao V à Toamasina, une trentaine de minutes après l’enlèvement, a révélé que cette fourgonnette appartient à un gendarme travaillant à Antananarivo, d’autant plus que le numéro d’immatriculation a été délivré par la centrale d’immatriculation d’Antananarivo.

À plein régimeLa possibilité selon laquelle la Renault Express aurait pu être volée a été étudiée, mais aucune déclaration de vol n’a été déposée par le propriétaire dans le courant de la semaine du rapt.Autre matière à réflexion: les jours de captivité des victimes se sont étalés sur deux semaines. Alors que  Nourbhay Sefoudine, patron de la quincaillerie NS distribution était entre les griffes des malfaiteurs pendant une douzaine de jours, le jeune Efrane Molou a été, quant à lui, séquestré pendant 15 jours. Dans son analyse, une source sécuritaire indique que des sommes faramineuses ont été réclamées pour les deux rapts, d’où cette captivité plus ou moins longue, du fait que les familles des victimes avaient besoin de plus d’une semaine pour rassembler la rançon. Une similitude parmi tant d’autres dans le mode opératoire des kidnappeurs, qui, de surcroît, avaient les mêmes armes de guerre.La bande n’en est pas à son  coup d’essai, voilà qui est sûr. Avec au moins cinq Kalachnikov dans son arsenal de banditisme, il s’agirait de ravisseurs profes- sionnels qui ont fait fortune dans le crime organisé et qui peuvent se permettre d’investir dans les armes et les véhicules les fonds obtenus en monnayant les vies des personnes qu’ils prennent pour cible. D’ailleurs, ils ne se sont pas manifestés pour récupérer la Renault Express, saisie au commissariat central de la police à Toamasina après le rapt de Nourbhay Sefoudine. Un colonel de la gendarmerie a néanmoins tenté une intervention mais cela a été coupé court par les autorités policières.Pour ce gang  encore insaisissable, le business criminel tourne à plein régime. Sa capacité de mener deux  rapts, quasi simultanément dans deux villes différentes, est hallucinante. Alors que Nourbhay Sefoudine était encore entre leurs mains, mais en passe d’être libéré à Toamasina, Efrane Molou a été kidnappé à Antananarivo. Un double rapt simultané qui viserait non seulement à engranger plus de rançon mais aussi à semer la confusion au sein des communautés victimes, brouiller les pistes et  compliquer la tâche des forces de l’ordre.

Andry Manase

L'express de Madagascar1 partages

Tué de 37 coups de couteau

Crime odieux à Behoririka. Vendredi soir, un jeune homme de 27 ans, étudiant en médecine vétérinaire, a été  tué de 37 coups de couteau à son domicile. Le meurtre a été commis par deux individus. Ces derniers n’ont rien dérobé. Un compagnon du défunt s’en était sorti avec une  coupure à la main. Le mobile du meurtre reposerait sur un règlement de compte.

L'express de Madagascar1 partages

Une commission pour déblo­quer le problème de l’ACD

Une réunion entre le gouvernement et le secteur privé s’est tenue à la fin de la semaine dernière. L’Advance cargo declaration (ACD), était au centre des discussions. Durant la rencontre, la mise en place d’une commission où siègeront des représentants étatiques et ceux du secteur privé, pour trouver une voie consensuelle sur la mise en place de l’ACD, a été décidée.

News Mada0 partages

Eventuel ni…ni : les contres se font entendre

La présidentielle de 2018 est déjà dans toutes les discussions. Des voix commencent à s’élever face à un éventuel ni…ni  de la part des proches du régime.

«Personne ne peut affirmer que telle ou telle personne ne peut pas se présenter à la présidentielle. Il existe une hiérarchie judiciaire qui valide ou non les candidatures». Cette déclaration est de la vice-présidente de l’Assemblée nationale Hanitra Razafimanantsoa lors de la présentation des membres de la formation politique «Tiako i Madagasikara» du premier arrondissement, samedi dernier. L’ancienne avocate de Marc Ravalomanana est venue au secours de son ancien client pour défendre sa présence à la prochaine présidentielle face à une éventuelle… disqualification politique.

«J’ai été l’avocate de l’ancien président Marc Ravalomanana avant mon élection, je sais que Ravalomanana n’a pas encore été notifié de cette décision de justice, une condamnation par défaut», a déclaré l’élue du Ier arrondissement. Elle ajoute que «l’exclusion n’apportera rien pour le pays. Le fait de dire que telle ou telle personne ne peut pas se présenter, c’est une sorte de fuite en avant. C’est à la Haute cour constitutionnelle (HCC) de traiter les dossiers de candidatures».

En mauvaise posture

A Fianarantsoa, le 10 février dernier, le président national du parti présidentiel (HVM) Rivo Rakotovao s’est exprimé sur le sujet avec une certaine ambigüité. Lors d’une entrevue avec la presse, il a en effet souhaité que la candidature des deux protagonistes de 2009 ne soit pas validée «Tout le monde peut être candidat mais cette candidature doit être conforme à la loi. Quid de celui qui a fait l’objet d’une sanction ou de celui qui a été sanctionné par l’accord de Cotonou ?», a-t-il alors déclaré. Il faut préciser que, même si aucune date n’est pour le moment définie à propos de la présidentielle, visiblement tout le monde, notamment les prétendants et les leaders des partis, est déjà en pré campagne. Et, apparemment, le parti au pouvoir en mauvaise posture devant la conjoncture actuelle  a une idée derrière la tête, le ni…ni, en parlant sans détour de la candidature de Marc Ravalomanana et de Andry Rajoelina. Pour l’instant, cela reste juste au stade du souhait, mais plus d’un croit qu’à l’approche de la présidentielle, le fameux ni…ni risque fort de prendre tout son sens.

A l’issue de l’atelier interactif des partis politiques organisé par le Pnud au Carlton Anosy dernièrement, l’ancien président Marc Ravalomanana a déjà fait savoir qu’il n’y aura aucune exclusion pour cette prochaine élection. «Si cela se produit, la tournure des évènements à Madagascar sera différente», a-t-il alors noté, tout en ajoutant que «même la Communauté internationale a déjà balayé cette éventualité». C’est aussi le cas de l’ancien Premier ministre Omer Beriziky qui a fait savoir qu’il appartient aux différents partis de considérer la question pour éviter un éventuel trouble. «Il faudrait en discuter avec tous les partenaires pour plus d’apaisement». Selon lui, le plus important est la tenue d’une élection crédible, transparente et que, «La volonté de chacun à aller dans ce sens doit être considérée sinon tous les efforts seraient vains».

Rakoto

 

News Mada0 partages

Minisitra Atallah Béatrice : « Hotendrena ireo ambasadaoro »

Efa tsy ho ela intsony. Nitondra fanazavana momba ny fanendrena ireo ambasadaorontsika hiasa sy honina any ivelany ny minisitry ny Raharaham-bahiny, Atallah Béatrice. « Efa mandeha amin’izany izao isika. Nandray fanapahan-kevitra ny filoham-pirenena nametraka ilay fotokevitra ara-diplaomatika hirosoantsika. Efa misy ambasadaoro nangatahana fankatoavana any amin’ilay firenena amin’izao fotoana izao. Miandry ny fankatoavana izany isika izao ka raha tsy misy ny fiovana, hotendrena amin’ny filankevitry ny minisitra ny volana marsa izao izany », hoy izy teny Imerintsiatokisa ny faran’ny herinandro teo. Tsiahivina fa anisan’ny nambarany raha nivahiny tao amin’ny radio Alliance 92 FM tamin’ny fandaharana « Ambarao » ny tenany, ny 15 febroary teo fa manana masoivoho 20 eo isika any ivelany any. « Mila jerena ny politika ivelany sy ny firenena iaraha-miasa.Anjarantsika ny mijery sy manadihady ny hametrahana ambasady  mba hampisy fifandraisana bebe kokoa. Mbola hisy ny jery todika momba izany”, hoy  izy. Etsy andaniny, anisan’ny hetsika iray hatao amin’ity taona ity koa ny momba ireo Malagasy miasa sy monina any ivelany na “diaspora” ka nanambarany fa hapetraka ny politika nasionaly ho fandraisana andraikitry ny zanaka am-pielezana any ivelany any. Hatsangana ny komity iraisan’ny minisitera hisahana izany, ankoatra ny namoronana rafitra eo anivon’ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny hijery manokana ireo diaspora ireo. Hatao eto Antananarivo amin’ny faran’ny taona izao koa ny fivoriamben’izy ireo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fiatrehana fifidianana 2018? : manao pi-maso sy maka ny fon’ny kristianina ny filoha

Tongatonga ho azy na kisendrasendra… efa nomanina? Fiangonana roa tonta be izao no nanaovan’ny filoha Rajaonarimampianina kabary fampandrosoana ny firenena fa… tsy ny fiangonana.

« Rehefa miteny aho hoe atao: vita ny anarany, tsy maintsy vitaina, ary vitaina haingana. Izany no fanambintsika kristianina: miroso, miasa », hoy izy ny amin’ny fanavaozana ny trano fiangonana anglikanina EEM Santa Paoly Ambatoharanana, Imerimandroso Ambohidratrimo,  izay notokanana afakomaly.

Tena ilaina ny maha kristianina amin’izao fotoana izao. Be ny manampahaizana, fa mbola misy ihany aretina eo amin’ny fiarahamonina maro samihafa hita amin’izao fotoana izao:  halatra, vono olona, kolikoly…

Mila mijoro ho vavolombelona ny kristianina

« Heveriko ho adidy voalohany amin’ny maha kristianina ahy, tsy maintsy mijoro ny kristianina amin’izao fotoana izao. Mijoro ho mpitarika eo amin’ny fampandrosoana ny firenena ny kristianina amin’izao fotoana izao. Ilaina ny ijoroantsika kristianina eo amin’ny asa maro samihafa ampandrosoana ny firenena. »

Io kosa ny nambarany tamin’ny fanompoam-pivavahana tao amin’ny FJKM Androva Vaovao Famonjena, Mahajanga, omaly. Be ny fahalovana eto amin’ny firenena: herisetra, halatra, vono olona, kolikoly… Manontany tena izy: aiza ny kristianina? Enga anie mba tsy ao anatin’ireny ny kristianina. Ampirisihany ny rehetra hijoro ho vavolombelona.

Mila manova toe-tsaina ny kristianina. Izay no andrandrain’ny firenena. Ampirisihana amin’ny fambolen-kazo, ohatra, ny kristianina, fa tsy ampy ny orana, simba ny voly. Nanolotra vola 4 tapitrisa Ar hampandehanana ny raharaham-piangonana izy.

Izay ela izay, tsy nisy resaka ny amin’ny kristianina

Somary nangingina ny amin’ny raiamandreny ara-drazana, izay misy sahy mamaky bantsilana ny ambadika amin’ny hoe fanolorana sy fanohanana azy ho kandidà. Any amin’ny fiangonana indray izao no mihetsika? Tsy handà tsinona ny fiangonana, fa ao Andriamanitra mahita sy hamaly.

Tahotra na tsy fahatokisan-tena manoloana ireo heverina ho kandidà hafa amin’ny fifidianana 2018? Izay ela izay, tsy nisy resaka firy ny amin’ny anjara toeran’ny kristianina eo amin’ny fampandrosoana. Miova izao ny resaka. Ho azo amin’izay mety ho paipaika na ambadika amin’izany ve ny tena kristianina?

R. Nd.

News Mada0 partages

Iraky ny CUA : “Tsy jadona ny fampiharana lalàna »

Tsy maintsy hapetraka ny lalàna ho an’ny fahadiovana, ho an’ny filaminana sy fandriampahalemana ary ny fitsipika. Tsy midika ho jadona na fanamparam-pahefana izany. Ilaina ny fiovan’ny toe-tsaina ho an’ny tombontsoa iombonana”, hoy ny tompon’andraikitra eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA), Ravaonirina Sarah Zoe, ny zoma teo tetsy Ambodivona. Nanteriny fa mampanjaka ny mangarahara amin’ny fitantanana koa ny eo anivon’ny CUA. Nitatitra ireo fidinana ifotony nataon’ny ben’ny Tanàna ny tenany. Fa eo koa ny fijerena ny fanatsarana sy ny fanadiovana. Anisan’izany ny fandaminana ny etsy Ambodivona, iarahana amin’ny boriborintany fahatelo sy fahadimy. “Natao ny fanatsarana sy ny fanadiovana. Anisan’izany ny momba ireo fiara sy fitobian’ny mpitatitra. Eo koa ny fanamboarana ny lalana sy ny fifamoivoizana ary koa ireo mpivarotra sy ny tsena… Tsy misy fanilihana fa fandaminana no atao. Nialohavan’ny fifandresen-dahatra amin’ireo voakasika izany rehetra izany”, hoy ireo tompon’andraikitra amin’ireo boriborintany roa ireo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Anosivola Mahitsy : mitaky ny marina momba ny taniny ny foko Manendy

Mitaky ny marina amin’ny mpitondra ny taranaky ny Manendy ao Mahitsy momba ny fibodoan’ny fikambanana vahiny ny tanin’ny razany ao Anosivola. Nambaran’ny mponina fa tany misy ny rovan’ny mpanjaka nipoiran’ny foko Manendy sy ny fasany io toerana nalaina hampiasaina mandritra ny 25 taona io. “Sakanany tsy hiditra ao izahay tompon-tany sady otainy fady ny faritra masina  ka misy fiantraikany amin’ny fiainan’ny taranaka”, hoy izy ireo. Tsy eken’izy ireo koa ny fomba tsy mazava nahazoana ny tany, tsy nierana tamin’ny taranaka sady novitavitaina tamin’ny fifanarahana amin’ny fokontany efatra manodidina izany. “Tsy manana fahefana ara-panjakana hanome alàlana amin’ny fanomezana tany maharitra akory anefa ireo”, hoy ny mponina. Tsy maintsy niditra tao Anosivola, nanatanteraka fomba hanadiovana ny toerana ary nangataka ranon’orana anefa ireo tompon-tany ka nahomby izany, araka ny fanomezam-pahasoavana ananan’ny Manendy, ny 8 febroary teo. Narahin’ilay fikambanana vahiny taratasy fampitandremana tany amin’ny manampahefana anefa izany fidirana tao izany.

Miantso ny tompon’andraikitra isan-tokony

Mivadika amin’ny fifanarahana nanekeny hamela ny natsangany ho an’ny fokonolona aorian’ny fialany ny fikambanana ankehitriny raha tsy mitohy ny fifanarahana.

Ankoatra izany, voabaiko hanao fitsirihana, hanomezana taratasy fanamarinana fanamaintisa- molaly ho an’io fikambanana io ny teknisian’ny tontolo iainana, ny zoma 24 febroary teo, hikarohany làlana hiala ny fanapahan’ny taranaka Manendy ny fifanarahana, efa akaiky ho tapitra. Handray ny lovan-drazany ary hanavao ireo vakoka ireo, hitazonana ny tantaram-pirenena marina ny Manendy aorian’ny fahataperan’ny fifanarahana ka manaitra ny isan’ambaratongany. “Ny antony, mba hisorohana ny korontana raha sanatria hisy indray ny hevitra ambadika hanaovana telimoka ny vakoky ny razanay, tadiavin’io fikambanana io hokosehina amin’ny tantaran’ity Nosy ity”, hoy izy ireo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

Niavaka hatramin’izay fahita hatrizay ny “cabaret” tetsy amin’ny Piment Café Behoririka, ny alin’ny zoma lasa teo. Nasehon’ny tarika Telofangady tamin’ny fitafy indrindra tamin’ny mozika ny maha Malagasy.

Nahazo laka ny dihy sy ny kolontsaina an-tanàn-dehibe ny faran’ny herinandro teo, tamin’ny alalan’ilay hetsika “Battle for peace – Ambony Ambany”. Nanomboka teny Analakely ny asabotsy ary nofaranana tetsy amin’ny kianja mitafon’I Mahamasina izany, omaly.

 

News Mada0 partages

RN 7 – Fanafihana taksiborosy : polisy iray maty voatifitra, olona telo hafa naratra mafy

Notafihin’ny jiolahy tsy fantatra isa mazava ny taksiborosy Sprinter Soatrans, tany amin’ny lalam-pirenena faha-7, teo amin’ny PK faha-33O , antsoina hoe Andranomiadiliha fokontany Ambatoharanana, kaominina Vohiposa, ny asabotsy tamin’ny 2 ora maraina. Polisy iray maty tamin’izany…

Avy aty Antananarivo ho any Toliara ity niharan’ny fanakanan-jiolahy mitam-piadiana ity. Voalaza fa fiara roa taraiky izy ireo, ka nandeha irery ity farany fa  tsy niaraka tamin’ireo  “convoi” izay tokony ho niarahany. Nihemotra ny mpamily, raha vao nahita ny sakana saingy “calé » ka avy hatrany dia notifirin’ireo jiolahy ny mpamily, saingy ny mpandeha tao afara no voa.

Mpandeha iray maty tsy tra-drano noho ny tifitra nahazo azy. Araka ny vaovao avy any an-toerana, polisy miasa ao amin’ny DPSP5 ao Toliary ity maty voatifitra ity. Mpandeha telo hafa kosa naratra ka tena naratra mafy ny iray amin’izy ireo ary efa nalefa notsaboina any amin’ny CHUT Fianarantsoa.

Ny razana kosa, napetraka any amin’ny hopitaly CSB II Camp Robin mandram-piandry ny fianakaviany. Fantatra fa nalain’ireo jiolahy ny vola nisy tany amin’ny mpandeha tsirairay sy ny findain’izy ireo. Tsy afa-nihetsika ny fiara; ny olona, matin’ny tahotra ka tsy afaka nanao na inona na inona. Ireo jiolahy maro sady nirongo basy no mbola nisy ihany koa ireo olona voatifitra. Rehefa afa-po ireo jiolahy, tao anatin’ny fotoana fohy nisehoan’izany rehetra izany, nitsoaka tsy nisy sahy nanaraka.

Tonga tany an-toerana ny zandary avy any amin’ny PA Vohiposa, izay 8 km miala avy eo amin’ilay nitrangan’ny fanafihana, rehefa nandre ny tranga. Nisy avy hatrany ny fanarahan-dia, ka olona enina voasambotra ny roa tamin’izy ireo ary voalazan’ny zandary fa ahiahina ho anisan’ireo jiolahy.

Nangingina…

Somary nangingina ity resaka fanafihana any amin’ny lalam-pirenena ity teo aloha teo. Nandritra ny fotoam-pialantsasatra no tena nampirongatra azy, ary izao miverina izao indray. Mety ho izay fanginan’ny fanafihana izay no nanadinoan’ny mpamily fa misy fepetra anie amin’ny fandehanana amin’ny alina. Ilaina ny fiarahan’ny fiara rehetra mandeha, ary misy zandary manaraka amin’izany. Tamin’ity voatafika ny fiara taraiky tsy niaraka tamin’ny namany ary izao nahafatesana olona izao.

Endriky ny tsy fandriampahalemana mahazo vahana eto amintsika avokoa izao, ka rehefa tsy fitsaram-bahoaka, miseho koa ny fanafihana ny resaka eto an-tanàna. Tsy voafehy ity resaka ity, na manao izay ho afany aza ny fitondrana.

Yves S.

(Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Raharahana fitsaram-bahoaka : mifanilika andraikitra ny fitsarana sy mpitandro filaminana tany Toamasina

Nivory tao amin’ny lapan’ny Fitsarana ambony, Toamasina, efitrano faharoa notarihin’ny lehibe mpampanoa lalàna eo anivon’ny sampam-pitsarana ambaratonga voalohany, Rajaonah Thierry sy ramatoa filohan’ny  fitsarana ambaratonga voalohany, Dadifotsy, ary ireo mpitandro filaminana, polisy sy zandary kosa, andaniny, ny zoma tolak’ andro teo. Nafana ny adihevitra…

 Ny zandary izay nahatonga solontena isaky ny distrika ary notarihan’ny jeneraly komandim-paritaniny, Serge Gelle, raha tsy tonga nanatrika kosa ny talem-paritry ny polisy fa ireo lehiben’ny kaomisaria fotsiny nanatrika ity fivoriana ity.

Efa fanao isan-taona ny toy izao mba handinihana ny nety sy hanatsarana ny fomba fiasa eo amin’ny mpitsara mpanao fanadihadiana sy mpamoaka didy ary ireo mpanatanteraka fisamborana, ny zandary sy ny polisy.Saika lasa resabe teo amin’ny mpitsara, ankilany, ary ny mpitandro filaminana, andaniny, ny fampidirana am-ponja vonjimaika sy fahafahana vonjimaika ny olona entin’ ireo mpitandro ny filaminana. Ambaran’ireto farany fa anisan’ny antony mampirongatra ny fitsaram-bahoaka izany satria tsy faly amin’ny fahazoan’ny olona heverina ho meloka sy nahavita fahadisoana teny anivon’ny fiarahamonina fahafahana ny vahoaka.

« Efa misambotra ary manatitra izany aty aminareo mpitsara izahay kanefa votsotra ka tezitra ny vahoaka« , raha ny nambaran’ ireo mpitandro filaminana. Nambaran’ny tonia mpampanoa lalàna any Toamasina izay nohamafisin’ny zokiolon’ny mpitsara mpanao famotorana sy mpamoaka didy fa tsy voatery hanome izany ny mpitsara raha tsy heloka bevava sy mety hampisy olana ara-pilaminam-bahoaka ny fiampangana. Tanjona amin’ny minisiteran’ny Fitsarana izao ny fampihenana  ireo mbola any am-ponja nefa tsy voatsara. Anisan’ny tsy nitovian-kevitra ihany koa ny fampiharana ny voalazan’ny fehezan-dalana famaizana. Ohatra noraisin’ireo mpitsara mikasika izany ny fihazonana ny ray aman-dreny na ireo vady aman-janak’ireo jiolahy tsy tratran’ny mpitandro filaminana, izay tsy heloka raha ny fanazavan’ireo mpitsara, nefa fomba mahazatra ny mpitandro ny filaminana mpanao fanadihadiana ny misambotra ireo olona akaiky ny nanao ny heloka.

Vokany, handray anjara amin’ny  fidinana ifotony miaraka amin’ny mpitandro filaminana  ny  mpitsara  raha misy ny raharaha goavana.  Nisy koa ny fehin-kevitra hoe hisy ny fifampiresahana eo amin’ny mpitandro filaminana sy ny mpitsara. Eo koa ny fampiharana nyfamonjana vonjimaika tsy misy fepetra ireo heloka misy porofo tsy azo ivalozana sy mety hampisy olana ara-piaraha-monina sy mety hitarika hatezeram-bahoaka izay loharanon’ny fitsaram-bahoaka sy valifaty anivon’ny fiaraha-monina. Tahaka ny ahoana kosa ny an’ny faritra hafa ?

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Tao anatin’ny 20 taona : 286 ny zaza malagasy nodidina fo

 Nanomboka ny taona 1996 no ho mankaty, 286 ny ankizy nodidina fo teto amintsika sy tany ivelan’ny Nosy. 33 isan-taona no lasa any ivelany. « 450 eo ho eo ny zaza malagasy mila fandidiana fo nefa tsy afaka notsaboina any ampita intsony », araka ny fanazavan’ny governoran’ny district 403 B2, Lions Clubs International, Rakotozafy Fidy. Vina lehibe napetraky ny fikambanana ny handidy ny ankizy malagasy marary fo eto an-toerana sahanin’ny mpitsabo malagasy sy vahiny miaraka, indrindra amin’ny Médécins du monde.

Vita ny volana desambra 2016 ny toeram-pandidiana fo ho an’ny ankizy eny amin’ny Cenhosoa Soavinandriana. « Amin’ity herinandro ity vao hanomboka ampiasaina ity fotodrafitrasa lehibe ity ary ahafahana manao fandidiana lalina kokoa », hoy ny mpitsabo iray. Mbola fandidiana « à coeur fermé » no natao hatramin’izay fa mila fitaovana raitra ny firosoana amin’ny fandidiana « à coeur ouvert ». Tsy ampy, hatreto, ny fitaovana ary mbola hiofana ny mpitsabo sy mpandidy momba izany. Ny malformation cardiaque congénitale no tranga ilana fandidiana miseho matetika, araka ny fanazavana azo.

 

Mila tolo-tanana ny fametrahana ny « unité de soins intensifs »

Mila « unité de soins intensifs » ny ankizy avy nodidina, 500 000 dolara ny tetibidin’ny fitaovana rehetra entina hananganana izany. Hanome vola 250 000 dolara ny fondation-n’ny Lions Clubs international miaraka amin’ny mpikambana malagasy. Ny 250 000 dolara ambiny kosa hiantsoana tolo-tanana avy amin’ny orinasa sy ny olon-tsotra rehetra satria tombontsoa ho an’ny Malagasy. Fanamby faharoa apetraky ny fikambanana ny fahazoana fitaovana fandidiana fo ary tsy mila sokafana intsony ny fo fa misy fitaovana avo lenta ampiasaina. 1.200 000 dolara ny vidin’ny fitaovana izay hanaovan’ny mpikambana rehetra ezaka miaraka amin’ny vahoaka ihany koa.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Lohahevitra « mitombo » : 80 000 ny skoto zazavavy malagasy

Lohahevitry ny fanamarihana ny Andro maneran-tany ho an’ny skotisma ny hoe « mitombo ». Mitombo fahalalana, mitombo isa ny mpikambana ary mitombo ao anatin’ny fahalalana ny ankizivavy ho vanona sy vonona handray andraikitra. Nanao hetsika lehibe ny mpikambana amin’ny skotisma zazavavy izay ivondronan’ny Fanilon’i Mdagasikara, Kiadin’i Madagasikara ary ny Mpanazava eto Madagasikara teny amin’ny zaridainan’Andohalo, ny asabotsy maraina teo.

Mahatratra 50 tapitrisa ireo mpirotsaka an-tsitrapo maneran-tany amin’ny fanabeazana skoto. Sehatrasa iandraiketan’izy ireo ny fanatsarana ny tontolo iainana, fanasoavana ny tanindrazana, fanampiana ny hafa ary ny fanompoana an’Andriamanitra.

Isan-taona, mandefa tovovavy 10 any ivelany ny skotisma zazavavy handranto traikefa iraisam-pirenena. Mianatra mitarika sy miatrika tetikasa ny anton-dian’izy ireo matetika.

 

Manana vahiny valo avy any Afrika 

Amin’izao fotoana izao, tovovavy vahiny avy any Afrika (Tanzanie, Malawi…) valo no hijanona enim-bolana eto Madagasikara ary misy tovovavy malagasy valo kosa lasa any amin’ny firenena afrikanina mifanakalo traikefa. Natolotra ny mpikambana rehetra nyasabotsy lasa teo, izy ireo. Hiaraka hanao asa  amin’ny skoto zazavavy ireo vahiny ka anisan’ny hovoizina ny fiarovana ny tontolo iainana amin’ny fampiasana teknolojia vaovao. Zava-dehibe faharoa hifampizarana koa ny fitantanana ny fadim-bolana eo amin’ny ankizivavy.

80 000 ny skoto zazavavy ary tanjona ny fampitomboana ny fiantraikan’ny asany amin’ny fiarahamonina malagasy. Sarotra ny fanabeazana ankizivavy ankehitriny  nefa miezaka hatrany hamolavola ankizivavy vonona sy vanona. Manana adidy amin’ny tenany sy amin’ny ankohonany izy ireo sady fitaovana hitarika ny firenena hanana olom-pirenena vanona. « Miaina ao anaty soatoavina ny mpikambana ary voizina amin’ny alalan’ny lalao ny asa fanabeazana », hoy ny filohan’ny fikambanana Mpanazava eto Madagaikara, Rakotomalala Helinoro. Mpikambana ao amin’ny federasion’ny skotisma zazavavy eto Madagasikara koa ny tenany.

Vonjy A.

Sary : Fanou

News Mada0 partages

Décrochage scolaire : beaucoup sont monoparentaux

D’après l’«Asa sekoly avotra Malagasy (Asama)», œuvrant dans la réinsertion scolaire des enfants défavorisés de la Cisco d’Atsimondrano, la majorité des élèves qui sont dans l’obligation de décrocher leurs études sont monoparentaux, en sus du fait d’être issus de familles défavorisées.

Le décrochage scolaire est le fait qu’un élève arrête ses études sans être titulaire d’un diplôme, du moins du CEPE. Selon la présidente de l’Asama, Marie Ange Rakotoniaina, «Une grande partie de ces décrocheurs sont des orphelins ou des enfants monoparentaux, en général de mère monoparentale, c’est-à-dire, élevés en absence du père».

Une situation qui ne fait que favoriser ce décrochage, car au vu de leur situation précaire, ces enfants sont obligés d’apporter leur contribution dans les revenus familiaux. A défaut, de s’occuper eux- mêmes de leurs besoins au quotidien, lesquels  se traduisent en général par la recherche de nourriture. Pour ce faire, soit ils mendient, soit ils offrent leurs services pour des petits métiers, comme chercheurs d’eau pour des gargotiers, videurs d’ordures des ménages ou encore commis des gens dans certaines activités. «Leur âge se situe entre 12 et 17 ans», note la présidente de l’Asama.

Réinsertion scolaire

C’est dans l’objectif de s’occuper de la réinsertion scolaire de ces enfants qu’intervient l’Asama. Une association composée en majorité de maîtresses d’écoles primaires publiques et privées d’Atsimondrano. Elle a actuellement à sa charge neuf classes réparties dans tout le district, composées essentiellement de décrocheurs en CM2 ou T5. Cela en vue de passer prochainement l’examen du CEPE. Une classe est composée d’une vingtaine à une quarantaine d’élèves. «La tâche la plus difficile est de persuader, non seulement les concernés mais surtout les parents ou les tuteurs. Une fois ce premier pas franchi, le reste va tout seul», témoigne Marie Ange Rakotoniaina.

Malgré le brusque retour en classe, plus de la moitié des protégés de l’Asama ont réussi à décrocher le CEPE pour l’année scolaire 2015-2016, plusieurs d’entre eux ont même réussi le concours d’entrée au CEG.

Sera R

 

News Mada0 partages

Enfants disparus : des fugueurs pour la majorité

La fugue concerne plus de 80% des cas de disparitions d’enfants, a expliqué un officier de police du Service central de la police des mœurs et de la protection des mineurs (PMPM). «La majorité d’entre eux, pour un taux d’environ 60%, concernent des adolescentes âgées de 11 à 16 ans, tandis que les 40% sont abandonnés par  leurs parents, en général par la mère, auprès d’un tiers» a indiqué notre interlocuteur.

La mésentente familiale, notamment entre le père et la mère, est la principale raison de ces fugues. Un autre cas est celui des enfants issus de la campagne qui rejoignent la capitale pour y travailler comme domestiques. Maltraités par leurs employeurs, certains d’entre eux prennent la fuite et sont recueillis par d’autres personnes qui les remettent aux autorités.

Si leur fugue se termine dans des commissariats de police de la capitale, on les place au Centre d’accueil de la Direction des actions sociales et santé d’Isotry (DASS). Actuellement, ils sont onze enfants à être pris en charge dans ce centre. Dans le cas où leur âge est inférieur à un an, ils sont affectés à l’hôpital des enfants de Tsaralalana.

Sera R

 

News Mada0 partages

Kidnapping : les ravisseurs ont réclamé 10 milliards d’ariary

Tenu en otage pendant deux semaines et un jour, le jeune Irfane M a finalement été relâché par ses kidnappeurs. Ces derniers ont réclamé une forte somme.

Quinze jours de captivité pour Irfane N.M, l’opérateur économique de 25 ans, kidnappé dans la soirée du 10 février à Ivandry. D’après une source sécuritaire, l’otage a été libéré samedi par ses ravisseurs. De sources convergentes, les bandits ont exigé une forte somme en euro, l’équivalent de 10 milliards d’ariary, en échange de sa libération. Des négociations ont eu lieu. On ignore cependant le montant de la rançon versée par la famille, avant cette libération.

De leur côté, les forces de l’ordre continuent leurs investigations mais il semblerait que les kidnappeurs, disposant très probablement d’une importante protection, ne se sentent guère menacés. Une source auprès de la police a indiqué que les enquêteurs sont actuellement sur une piste sérieuse. Pour rappel, Irfane N.M a été kidnappé dans la soirée du 10 février, entre le stade d’Alarobia et la station-service de ce quartier résidentiel.

« Les circonstances de son enlèvement restent floues. Ce soir-là, il se trouvait déjà à la maison de ses parents à Mahatony, après une journée bien remplie. Il comptait se rendre à la mosquée en compagnie des membres de sa famille mais il aurait demandé de sortir un moment pour une course urgente. Il avait pris sa voiture et il n’était plus revenu. Plus tard, ses proches apprendront son enlèvement », ont indiqué les sources.

Peu de temps après, sa voiture aurait été retrouvée, abandonnée quelque part à Antsakaviro.

Notons au passage que c’est la quatrième fois que la famille de ce jeune opérateur a été prise pour cible par les kidnappeurs. Par ailleurs, l’enlèvement du jeune Irfane N.M est le troisième cas de kidnapping de Karana depuis le début de l’année.

Mparany

(Photo d’archives)

 

News Mada0 partages

Basikety : tafita ny ASB sy GNBBM

Hisolo tena ny faritra andrefana, ary hiatrika ny “play off”, hatao any Matsiatra Ambony ny 18 ka hatramin’ny 26 marsa ho avy izao, eo amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny filoha” taranja basikety, ny ASB Itasy ny GNBBM Morondava. Izy ireo mantsy no tafavoaka ary niatrika ny famaranana, tamin’izany ka nandresy tamin’ny isa, 103 no ho 81 ny GNBBM. Ankoatra izay, nivoaka ho mpandresy teo amin’ny famaranana amin’ny dingan’ny fifanintsanana ho an’ny faritra afovoany ny TMBB, ho an’ny ligin’Analamanga. Tontosa ny asabotsy lasa teo, ny lalao ka resin’ny TMBB tamin’ny isa 86 no ho 81 ny MB2 All 1. Hisolo tena an’Analamanga izany ny TMBB sy ny MB2 All 1 ary ny TAC BB sy ny CBBA.

Efa nanomboka, ny asabotsy teo, ihany koa, tao amin’ny kianja mitafon’i Matsiatra Ambony, ny fifaninanana ho an’ny faritra afovoany atsimo. Nisongadina ireo ekipa lehibe, toy ny ASJF Matsiatra Ambony, izay nanilika ny Carnivore, tamin’ny isa tery, 79 no ho 77. Marihina fa manohana ity fifaninanana ity hatrany ny Telma Malagasy.

 Torcelin

Sary : Tiana

News Mada0 partages

MMA Fighter – Combat bellator 173 : resin’i Iony ilay Irlandezy, Sinead

Notontosaina tao Belfast, Renivohitr’i Irlande  Avaratra ny zoma alina lasa teo, ilay ady MMA Fighter, combat Bellator 173, ho an’ny sokajy vehivavy. Nahavelombolo ny vokatra satria lavon’ilay Malagasy mizaka ny zom-pirenena frantsay, Razafiarison Iony, teo amin’ny fihodinana fahatelo, ilay Irlandezy, Sinead Kavanagh. Tamin’ny alalan’ny fanapahan-kevitra niraisan’ireo mpitsara rehetra no nibatany ny fandresena, tamin’ny isa 90 noho 77. Lavony tamin’ny tany ity mpifanandrina taminy ka tsy navelany hihetsika  mihitsy ka nahavoatery ny mpitsara hampitsahatra ny fihaonana.

Marihina fa nitarika an’isa foana i Iony, teo amin’ireo fizarana telo nifanandrinan’izy mirahavavy. (30/27 ; 30/26 ; 30/25). Laharana faha-14 eran-tany amin’ny MMA sokajy vehivavy i Sinead Kavanagh. “Non-classée” kosa i Iony ary ity ny fandresena voalohany azony, teo amin’ny combat Bellator. Tsiahivina fa vao ny volana jona 2015 i Iony no nanomboka nanao ity ady amin’ny MMA Fighter ity.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Cross country – «Mada 2017» : nanamafy ny maha tompondaka azy i Nanie

Tontosa tany amin’ny ligin’Ihorombe, ny asabotsy 25 febroary lasa teo, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, eo amin’ny hazakazaka “cross country”. Mbola nisongadina ary nanamafy ny maha tompondaka azy indray, teo amin’ny sokajy vehivavy, i Nanie, atleta avy amin’ny klioba 3 Fans. 38 mn 52 s 2% ny nahavitany ny halavirana. Araka ny nambaran’ny tomponandraikitra teknika eo anivon’ny federasiona, tsy nahafa-po ny vokatra azon’i Nanie, noho izany, tsy izy no misolo tena an’i Madagasikara any amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany tanterahina any Ogandà ny 26 marsa izao, fa i Saholinirina Eliane. Ny 10 km de Mamoudzou, hatao ny 21 mey ho avy izao, izany sisa ny fifaninanana hatrehin’i Nanie sy i Mampitroatsa. Teo amin’ny lehilahy indray, nahazo ny laharana voalohany Rakotondrasoa Fulgence, avy amin’ny AS Crown Vakinankaratra, izay tontosany tao anatin’ny 30 mn 51 s 7 %.

Torcelin

Toy izao ireo voka-dalao :

Senior” lehilahy (10 km)

-1er : Rakotondrasoa Fulgence (AS Crown Vakinankaratra) : 30’51’’7

-2e : Mampitroatsa (Cospn Boeny) : 30’56’’1

-3e : Andriamparany Hajanirina (Cosfa)  : 31’15’’5

«Senior» vehivavy : (10 km)

-1er :  Razafindrafara Nanie Madeleine (3 Fans) : 38’52’’2

-2e : Ramiandrisoa Mbolatiana (Cnaps) : 39’05’’4

-3e : Rabemihoatra Olivia (Cnaps) : 42’39’’2

 

News Mada0 partages

Team Mika Faniry : mbola vonona hanao rallye i Hery Be

Anisan’ireo mpanamory nandrombaka ny laharana faharoa, teo amin’ny sokajy N4 amin’ny “pilote”, nandritra iny fifaninanam-pirenena 2016 lasa iny, Rasoamaromaka Hery (Hery Be), avy amin’ny klioba Team Mika Faniry. Nambarany fa na sarotra aza ny niainana iny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara lasa iny, nisaorany an’Andriamanitra fa nahatontosa izany izy, ary mbola tafiditra tao anatin’ireo telo voalohany.

Nilaza ny tenany fa mbola vonona hiatrika ny “rallye”, ho an’ity taom-pilalaovana 2017 ity, ary hijanona amin’ny fiara Subaru Impreza efa mahazatra azy hatrany fa tsy mbola mieritreritra ny hiova. Ho mafy sy sarotra ny hazakazaka amin’ity, noho izany, ilàna fanamboarana tsara amin’ny fiara entina.

Ankoatra izay, hanome sehatra ireo zanany mirahalahy : i Mika sy i Faniry izy, eo amin’ny fifaninanana “slalom”, ho an’ity taona 2017 ity. Nomarihiny fa efa manana fiara hoentin’izy ireo miatrika izany izy ireo. Ny tenany kosa mety hifantoka tanteraka amin’ny “rallye”. Marihina fa hanokatra ny taom-pilalaovana amin’ny “slalom”, ny klioba TMF ny volana marsa ho avy izao.

 

Torcelin

Sary : Tiana

News Mada0 partages

«Madagascar Bikers Show” : hampivondrona ny mpitia moto

Hotanterahina etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny 8 sy ny 9 avrily ho avy izao, ny andiany voalohany amin’ny “Madagascar Bikers Show”. Fihaonana, natokana ho an’ireo mpitia moto rehetra, izay karakarain’ny ACM (Association des clubs de motards). Anisan’ny tanjona, amin’izany, ny hampivondrona sy hamerina ny laza sy ny hasin’ny fitaingenana moto eto Madagasikara ary hametraka lamina sy toe-tsaina mendrika amin’ny fitondrana ity moto ity.

Anisan’izany ny fanentanana ireo mpankafy sy mpitondra moto  hahalala sy hahafehy ny fitsipika mifehy ny fifamoivoizana am-pahamendrehana, ny fahaiza-miaina amin’ity kodiaran-droa ity. Izany indrindra no hiarahan’ny mpikarakara miasa amin’ny zandarimariam-pirenena. Ohatra amin’izany ny tsy maintsy hitiliana ny tahan’ny alikaola ao anatin’ny vatan’ireo mpandray anjara rehetra, hanao fitsidihana toerana manodidina ny Renivohitra, amin’io fotoana io.  Hisy ny fifanakalozana traikefa sy fahalalana amin’ny fitondrana moto, amin’izany hetsika izany.

Ankoatra izay, hanaovana asa sosialy ny 10 % -n’ny vola azo. Marihina fa notondroina ho fototry ny lozam-pifamoivoizana hatrany ny mpitondra moto, tao ho ao, ka ny hanadio izany sary ratsy izany  ny antom-pisian’ny “Madagascar Bikers Show”.

Ho fety be tokoa ity “Madagascar Bikers Show” ity satria hisy ny “carnaval”, miala eny Iavoloha mihazo ny lapan’ny Fanatanjahantena, ny andron’ny 8 avrily, ary ny fisian’ny “Night Parade Show”, na ilay fihodidinana ny farihin’Anosy, amin’ny alina. Hisy fandehanana mankany Arivonimamo ny 9 avrily ary faranana amin’ny fifaninanana isan-karazany hatao ao amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena ny fihaonana ny tolakandro. Marihina fa hanome “stand” mirefy 16 m tora-droa ho an’ireo klioba misoratra anarana ny mpikarakara, mandritra ny hetsika.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Rallye International : hisy fifaninanana ho an’ny sokajy zandriny

Mamarana ny taom-piasany, amin’ity taona ity, ny komity mpitantana eo anivon’ny federasiona Sport Automobile Madagascar (FSAM). Hifantoka amin’ny sokajy zandriny ny asa, ho an’ity taona 2017 ity.

 

Ho tapitra, amin’ny faran’ity taona 2017 ity, ny taom-piasan’ny komity mpanatanteraka eo anivon’ny federasiona, misahana ny familiana fiarakodia eto Madagasikara. Nambaran-dRakotofiringa Jimmy, filohan’ny federasiona, fa hifantoka bebe kokoa amin’ny fanomezana sehatra ny sokajy zandriny ny asan’izy ireo. Efa misy tetikasa iarahana amin’ny firenena vahiny iray amin’ny fiarahana manatontosa fifaninanana  iraisam-pirenena ho an’ny sokajy zandriny. Tsy mbola nambarany kosa ilay firenena fa mbola vao eo am-pamaranana ny resaka izy ireo, amin’izao fotoana izao, ary ho avy eto Madagasikara ny tomponandraikitra hanao ny sonia fifanarahana, amin’izany. Tokony efa hiomana, araka izany, ireo mpifaninana fa mety hiampita ranomasina izy ireo, amin’ny fandraisana anjara.

Ankoatra izay, nolazainy fa tsy afaka ny handray anjara ao anatin’ny dingana amin’ny fifanintsanana hiadiana ny ho tompondakan’i Afrika i Madagasikara, amin’ity taom-pilalaovana 2017 ity. Betsaka ny anton’izany, araka ny nambarany, toy ny fahalafosan’ny enti-manana satria tsy maintsy mandeha fiaramanidina na sambo ireo mpifaninana afrikanina raha ho eto Madagasikara, toy izany koa ny mpanamory malagasy.

Ankoatra izay, notanterahina teny amin’ny Les Collonades, teny By Pass ny asabotsy lasa teo, ny fizarana loka sy amboara ho an’ireo mpanamory tompondaka, tamin’ny taona 2016. Araka ny fantatra, ny volana mey ho avy izao vao hanomboka ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara eo amin’ny rallye. Tsy mbola fantatra kosa anefa, hatreto, ny mety ho isan’ireo dingana ireo.

 Tompondaka

Sary : Tiana

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe – «Star Masters de Pattaya 2017» : votsotra teo amin’ny Malagasy ny amboara

 Tsy namokatra ny ekipam-pirenena malagasy, teo amin’ny andiany fahafito amin’ny fiadiana ny “Star Masters de Pattaya 2017”, taranja tsipy kanetibe. Nihintsana tany amin’ny ampahefa-dalana ry Trema.

 

Nandrombaka ny andiany fahafito amin’ny “Star Masters de Pattaya”, taranja tsipy kanetibe ny ekipan’ny Thaillande 1. Adin’ny samy Tailandey, ny lalao famaranana, tamin’ity indray mitoraka ity. Resin’ny Thaillande 1, tamin’ny isa 13 no ho 11, ny Thaillande 3. Marihina fa tafavoaka voalohany ny ekipa malagasy, tao amin’ny vondrona “A”, teo amin’ny fifanintsanana isam-bondrona, saingy tapitra teo amin’ny ampahefa-danana ny lalan-dry Taratra sy Trema ary Hery. Votsotra teo amin’ny Malagasy izany ny anaram-boninahitra azony, tamin’ny taon-dasa.

Anisan’ny nanahirana ny mpifaninana rehetra nanatrika ity “Star Masters de Pattaya 2017” ity  ny faharatsian’ny andro ary nanana olana tamin’izany koa ny mpilalao malagasy. Ankoatra izay, resy teo amin’ny famaranana tamin’ny “Gentleman Star Master” i Taratra izay niaraka tamin’ireo teratany reonioney mirahalahy, i Alan sy i Jordan. Ilay Senegaley, Fara Ndiaye, sy ilay Tailandey, Kwan, ary ilay Maorisianina, Parvez, no nanilika azy ireo, tamin’ny isa 13 no ho 9.

Nahazo ny teo amin’ny “tir de précision”, ilay Frantsay, Dylan Rocher. Lavony teo amin’ny famaranana, tamin’ny isa mazava 64 no ho 31, ilay Senegaley, Fara Ndiaye. Raha tsiahivina, nandray anjara tamin’ity fifaninanana ity i Taratra, saingy tsy tafavoaka tao anaty vondrona. Tsy nahazo afa-tsy isa 35 mantsy ny tovolahy.

Fanindiminy izany izao ny nandrombahan’i Thaillande ity “Star Masters de Pattaya” ity, raha indroa i Madagasikara izay hany firenena ivelan’i Thaillande nahazo izany, hatreto.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Judo-Analamanga : la joute régionale ouvre le bal

Nouvelle équipe, nouveau dynamisme à la tête de la ligue régionale d’Analamanga de judo. Plusieurs compétitions en vue cette saison, en premier lieu le Championnat d’Analamanga.

« Le Championnat de la ligue aura lieu les 29 et 30 avril prochains au gymnase d’Ankorondrano. Les catégories minime, cadette, junior et senior sont concernées », a expliqué la nouvelle présidente de la ligue d’Analamanga, Vola Raoelison.

Une information officialisée, samedi dernier, durant la grande messe du judo à Analamanga qui a vu la présence des douze clubs affiliés ainsi que leurs judokas. Parmi ces écuries figurent Excelsior et Aceem Judo, les dernières-nées qui fouleront pour la première fois le tatami durant cette joute régionale.

Naisa

 

News Mada0 partages

Cross-country : Fulgence et Eliane Saholinirina aux Mondiaux

Fulgence Rakotondrasoa rentre à Antsirabe, la médaille d’or au cou grâce à sa victoire au  Championnat de Madagascar de cross-country qui s’est déroulé dans à Ihosy, samedi dernier, la catégorie senior. Ce qui lui permet de se qualifier au Championnat du monde dans la capitale ougandaise en compagnie d’Eliane Saholinirina.

Coup double pour le natif d’Antsirabe ! Fulgence Rakotondrasoa sera le représentant de la Grande île au Championnat du monde de cross-country qui aura lieu en Ouganda le mois de mars prochain. Son sacre lors du Sommet national dans la capitale de la région d’Ihorombe lui a permis d’obtenir le ticket pour cette joute mondiale.

Malgré la présence d’adversaires redoutables tels que Haja Andriamparany de Cosfa et Mampitraotse de Cospn, le coureur d’Antsirabe a su tirer son épingle du jeu pour s’imposer,  non sans avoir bataillé en 30’51’’7, devançant  le fer de lance de la police de Boeny de quatre secondes et le roi du  marathon qui n’a pu faire mieux que la troisième place. Chez les seniors dames, une fois de plus, Marie Razafindrafara de 3FANS a dicté sa loi, démontrant sa grande forme en ce début de saison. Au final, elle a devancé les deux coureuses de la Cnaps que sont Mbolatiana Ramiandrisoa et Oliva Rasoamihaotra avec aisance en 38’52’’2 contre 39’05’’4 pour la deuxième et  42’39’’2 pour la troisième.

Toutefois, la Fédération malgache d’athlétisme (FMA) a décidé d’envoyer Eliane Saholinirina au Sommet mondial au détriment de la championne de Madagascar à cause du temps que cette dernière a réalisé, jugé moins compétitif sur le plan international contrairement à celui de l’expatriée. En tout cas, le directeur technique national (DTN) Tsiry Rakotomalala s’est montré satisfait du niveau de la compétition. « La performance des athlètes a connu une amélioration étant donné que l’altitude est moins haute, par rapport à l’année dernière à Ambositra, malgré la chaleur », a-t-il souligné.

Une belle bagarre chez les jeunes

Les courses chez les jeunes ont vu un beau duel entre les ligues Sud-Ouest et Analamanga. Sur les six titres  en jeu, trois sont revenus au premier si le second s’est adjugé deux sacres nationaux.

La ligue de Vakinankaratra n’a certes obtenu qu’un seul titre mais c’est une victoire marquante. Pour cause, le coureur sacré champion national des U18 garçons n’est autre le neveu de Fulgence Rakotondrasoa. Un joli  doublé pour cette famille.

Naisa

U16 Filles :

Faratiana Razafindramavo (3FANS) : 6’55’’6

Sarobidy Rahenintsoa (3FANS) : 6’55’’8

Edwine Hasoa (Bezaha) : 7’04’’00

U16 Garçons:

Jean Donnée Rophie (GST): 13’36’’3

Christian Jafeta (GST) : 13’47’’6

Kiadinirina Randrianarimanana (Bambinos) : 14’01’’6

U18 Filles:

Mary Rasoanantenaina (Bezaha): 15’28’’00

Harilalao Rakotoniaina (Cnaps): 15’42’’4

Manampy Rasitrakiniaina (Cnaps): 15’56’’2

U18 Garçons:

Heriniaina Rakotondrainy (AC Crown): 19’18’’6

Etien Christian (GST): 19’45’’4

Nambinina Randriamifidiniaina (COSPN): 19’56’’7

U20 Filles:

Seheno Malala Raharinirina (3FANS): 22’39’’2

Nantenaina Randriampionona (CAA) : 23’54’’00

Christel Ravololonarimanana (3FANS) : 25’18’’3

U20 Garçons:

Jean François Raharimanandray (GST) : 26’14’’3

Mady Jacques (Cosrm 52) : 26’24’’2

Alexandre Ramiandrisoa (ASPTT) : 26’35’’6

Seniors dames :

Marie Razafindrafara (3FANS) : 38’52’’2

Mbolatiana Ramiandrisoa (Cnaps): 39’05’’4

Oliva Rasoamihaotra (Cnaps): 42’39’’2

Seniors hommes :

Fulgence Rakotondrasoa (AC Crown): 30’51’’7

Mampitraotse (COSPN): 30’56’’1

Hajanirina Andriamparany (Cosfa): 31’15’’5

 

News Mada0 partages

Basket : ASB Itasy et GNBBM en play-off

Plus que la zone Centre et les éliminatoires de zone toucheront à leur fin. Le weekend dernier, la zone Ouest a rendu son verdict après une semaine d’apres batailles à Morondava. Au final, c’est l’équipe d’ASB Itasy et la GNBBM de Morondava qui ont obtenu les deux tickets vers le play-off, suite à leurs victoires respectives face à BCM Miandrivazo et AS JBM Mahabo lors des demi-finales. Mention spéciale pour la formation issue de la ligue d’Itasy qui a fait un parcours sans faute durant ces éliminatoires jusqu’à l’atteinte de cet objectif qu’est la qualification pour la deuxi?me phase de la Coupe du président de basket-ball.

De son côté, la gendarmerie de Morondava a alterné le bon et le moins bon durant la phase de poules. Mais elle a su rebondir lors des moments clés de la compétition qui lui ont ouvert la

voie vers la deuxième étape. Ces équipes rejoignent donc ASCB, Sebam, BC Andohan’Ilakaka pour la prochaine bataille qui verra également l’entrée en lice des formations de l’élite, plus précisément, les formations  classées 5e et 6e du dernier Championnat de Madagascar.

Naisa

Résultat de la finale :

GNBBM-ASBI : 103-81

3e place:

AS JBM-BCM: 81-63

 

News Mada0 partages

Rallye : les jeunes seront au premier plan

Madagascar ne pourra pas prendre part au Championnat continental de rallye pour des raisons budgétaires. Cependant, la Fédération du sport automobile à Madagascar (FSAM) se rattrappe en tissant des relations internationales visant surtout à mettre les jeunes sur le devant de la scène dans les compétitions internationales.

Roulez jeunesse ! A une année de son mandat quadriennal, le bureau exécutif de la FSAM, présidé par Jimmy Rakotofiringa, veut consacrer cette saison 2017 pour le développement des jeunes passionnés de sport automobile. En marge de la cérémonie de remise de trophées aux champions de Madagascar toutes disciplines (run, rallye, slalom, karting,…) à Iavoloha, Jimmy Rakotofiringa a laissé entendre que «Madagascar ne pourra pas participer à la joute continentale pour cette saison 2017. Le coût du transport des véhicules et des matériels est trop exhorbitant pour les participants que ce soit en bateau ou en avion. Par contre, la FSAM est en train de collaborer avec un autre pays pour coorganiser des compétitions internationales auxquelles pourront participer les jeunes pilotes et copilotes malgaches».

C’est presque le même cas pour les rallymen malgaches et les invités compte-tenu des plusieurs pannes mécaniques. Quelques jeunes pilotes malgaches ont déjà tâté le circuit, notamment en France. Notons la présence d’Olivier Ramiandrisoa durant quelques manches du Championnat de France de rallye. Ce dernier a pu goûter à des épreuves spéciales sur asphalte et sur terre. Sitraka Rakotomalala a également eu la chance de se frotter aux pilotes étrangers en 2016. Sur le plan national, le calendrier de la saison en cours n’a pas encore été publié mais la compétition inaugurale devrait se tenir au mois de mai.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Chronique : un petit coin de paradis

Bujumbura, fin 1992. Gabriel, dix ans, vit avec son père français, sa mère rwandaise et sa petite sœur Ana dans une impasse qui ressemble à un petit coin de paradis. La vie est douce pour Gabriel et ses copains qui vivent aussi dans l’impasse.  Un jour, son père lui avait expliqué deux ou trois choses sur les ethnies du Burundi et du Rwanda : il y a les Twa «passons, ils sont quelques-uns seulement, on va dire qu’ils ne comptent pas» ; les Hutu sont petits avec de gros nez et les tutsi sont grands et maigres avec des nez fins. S’ils se font la guerre, c’est peut-être parce qu’ils n’ont pas le même nez ? Depuis ce semblant d’explication  Gabriel et Ana scrutent les visages pour deviner qui est Hutu et qui est Tutsi. Lui, c’est un Hutu ? «Mais non, regarde, il est grand et maigre. – Oui, mais il a un gros nez !». Gabriel et Ana ne sont pas les seuls à utiliser cette grille de lecture Hutu/Tutsi pour décrypter le monde. A  l’école, «pendant la projection de Cyrano de Bergerac, on a même entendu un élève dire «Regardez, c’est un Tutsi, avec son nez».

En quelques mois, le petit pays de Gabriel,  va s’effondrer. On découvre avec Gabriel et ses copains,  à hauteur d’enfant, la violence qui s’infiltre et s’impose jusque dans sa famille, l’horreur de la guerre civile. Son petit pays devient un «zombie qui march[e] langue nue sur des cailloux pointus». Avec Ana, mais sans ses parents, Gabriel part pour la France. Il reviendra, adulte, et racontera son petit coin de paradis, avec nostalgie mais sans amertume.

Gaël Faye, franco-rwandais né au Burundi, s’est sans doute beaucoup inspiré de son enfance pour écrire son roman mais le lauréat du Goncourt des lycéens 2016 précise que «Petit pays» n’est pas une autobiographie. Après tout, Gabriel ou Gaël, peu nous importe…  Il ne faut pas hésiter à se laisser emporter dans le paradis perdu de ce «petit pays».

Kemba Ranavela

« Petit pays »de Gaël Faye, Grasset, 2016.

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : les eaux thermales d’Antsirabe (1)

Nous avons déjà dit, dans ces colonnes, quelles sont les vertus des eaux thermales d’Antsirabe, et nous avons parlé d’un rapport présenté au comité d’hygiène et de salubrité publique de Madagascar par M. le docteur Salvat, docteur en médecine, pharmacien de première classe, directeur de l’Institut Pasteur à Tananarive, professeur d’hygiène et de thérapeutique à l’école de médecine de cette ville.

Il est indubitable que notre grande colonie possède à Antsirabe une station thermale qui est l’une des plus privilégiées du globe et mérite en tous points la faveur dont elle commence à jouir, non seulement à Madagascar, mais encore à Bourbon, à Maurice et jusque dans le Sud africain.

Ces eaux sont riches en gaz rares et en émanation radioactives.

Depuis de nombreuses années, les indigènes connaissant les vertus de ces eaux leur demandent un soulagement à leurs maux.

le gouverneur Garbit a fait construire des bâtiments à l’usage des Européens qui, de plus en plus nombreux, font usage des eaux.

«L’ancienne installation, lisons-nous dans le rapport de M. le Dr Salvat que publie l’Officiel de Madagascar, était constituée par une douzaine de paillottes disposées çà et là au hasard des émergences.

«Le nouvel établissement thermal s’élève dans une dépression au N.-O. de la ville : il se compose de deux corps de bâtiments séparés, allongés et disposés à angle droit ; l’un d’eux est réservé aux indigènes. Bien que très rapidement construit, l’établissement actuel est fort bien aménagé et correspond parfaitement au but auquel il est destiné : permettre aux Européens et aux indigènes de bénéficier, dans de bonnes conditions, des réels bienfaits des eaux thermales

Le docteur Salvat conclut ainsi :

«Ainsi donc, tout est réuni dans cette cuvette enchantée d’Antsirabe ; climat à température moyenne de 17°, sans grandes oscillations, exempt de paludisme ; rayons ultra-violets intenses ; atmosphère chargée de radioactivité ; eaux thermales dont l’analyse vient de permettre d’expliquer les heureux résultats des observations cliniques par le dosage des émanations radioactives

(À suivre.)

Les Annales coloniales

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : relations de bon voisinage, en musique s’il vous plaît

Ils ont chanté toute la nuit. Toute la nuit, depuis la tombée du jour jusqu’au lever du soleil. Au début, les voix étaient plutôt dissonantes, il fallait se faire la voix. Au petit matin, ils avaient trouvé l’harmonie. Les chants étaient plutôt agréables, classiques, variétés et quelques cantiques pour honorer la mémoire de leur parent ou ami. C’est un bel hommage pour une veillée funèbre.  Mais est-il vraiment raisonnable d’en faire profiter tout le voisinage ? C’est discutable, n’est-ce pas, même si partager ses émotions en musique semble être la nouvelle norme. Pour faire les choses comme il faut, il conviendra d’inviter les voisins à pousser la chansonnette à la prochaine veillée funèbre.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana taksibrosy –RN7 Polisy iray maty rotiky ny bala

Nandriaka indray ny rà. Nitrangana fanafihan-dahalo namoizana ain’olona indray tamin’ny lalam-pirenena fahafito iny, ny alin’ny zoma hifoha ny asabotsy teo, tokony ho tamin’ny roa ora maraina, teo anelanelan’ny Camp Robin sy Ambohimahasoa (10 km miala an’i Camp Robin mianatsimo hiditra an’ Ambohimahasoa).

  Eric R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

ECCOVAMpianatra 900 no navoaka tamin’ny 2016

Fahombiazana tanteraka ny taom-pianarana 2016 ho an’ny Ecole de Coupe et Couture Volana ( ECCOVA). Nihoatra ny 900 ireo mpianatra navoaka manerana ireo ivon-toerana 22 misy azy manerana ny Nosy, raha mihoatra ny 20.000 alina izany tao anatin’ny 22 taona nijoroany.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalana Avarabohitra ItaosyAhiana ho tapaka indray

Ahiana ho tapaka indray ny lalana eny Avarabohitra Itaosy ao anatin’ny kaominina Itaosy. Hatramin’ny nirotsahan’ny ranon’orana no tena nahitana taratra izany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha AntsakabaryNavotsotra ny Ben’ny tanàna, olona 31 hatolotra ny Fampanoavana anio

Niisa 33 ireo olona nosamborin’ny Hery vonjitaitran’ny polisy (FIP) nisambotra ireo olona heverin’izy ireo fa tompon’antoka tamin’ny fitsaram-bahoaka ka nahafaty Polisy roalahy tany Ambalamanga,

 

 

 kaominina Antsakabary, distrika Befandriana Avaratra ny 18 febroary 2017. Nentin’izy ireo ao Antsohihy izy ireo, natao famotorana. Navotsotra alohan’ny fotoana anio hanolorana ireo voampanga amin’ny Fampanoavana anefa ny Ben’ny tanànan’Antsakabary Franck Lemont, sy ny lefiny, isan’ireo nosamborina. Nisalotra samboady, nitsena ny iraky ny governemanta nahitana ny minisitry ny fanajariana ny tany sy ny fampitaovana, Rafidimanana Narson , ny minisitry ny fiarovam-pirenena jeneraly Rasolofonirina Béni Xavier ary ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandary, jeneraly Paza Didier, teny amin’ny seranam-piaramanidin’Antsohihy omaly nitondra fanampiana ho an’ireo traboina vokatry ny doro trano nataon’ny Polisy tamin’ireo tanàna miisa enina tany Antsakabary nandritra ny fisamborana olona notanterahin’izy ireo ny alarobia teo, ka nahafaty vaviantitra iray jamba tao Ambinanindrano. Nandritra izany no nitantaran’ny Ben’ny tanàna ny zava-nitranga marina tany amin’ny tanàna feheziny sy ny fampijaliana nihatra taminy nataon’ireo Polisy. Miisa 31 ireo olona no hiakatra Fitsarana amin’ity alatsinainy 27 febroary ity, ka vehivavy ny roa amin’ireo ary mpampianatra ny dimy. Omaly alahady hariva, taorian’ny fahatongavan’ireto iraky ny governemanta ireto tao Antsohihy, ireo voarohirohy vao azon’ny fianakaviana nanateran-kanina.

 

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Solontena maharitry ny PNUDAfa-po tamin'ny asa tany atsimo andrefana

Ny alakamisy sy zoma teo no nitsidika ny faritra atsimo andrefana ny solontena maharitry ny PNUD na ny sampan-draharahan’ny firenena mikambana misahana ny fampandrosoana, Violette Kakyomya.

 Nilaza ny tenany fa afa-po tamin’ireo ezaka vitan’ny PNUD tany an-toerana hatramin’ny taona 2011 no nakaty. Nisy moa tao anatin’izany rehetra izany ny fanolorany fitaovana maro samihafa ilaina amin’ny fampandehanan-draharaham-pihariana samihafa, toy ny fitaovana informatika sy fikojana angovo. Isan’ny nahazo tombony manokana kosa ny ttranoben’ny tanora ao an-toliara satria karazam-pitaovana fitaovana ara-panatanjahantena sy fialamboly miisa 40 be izao no natolotra ho azy ireo. Ankoatr’izay dia nomena fiofanana maro, toy fanaovana mari-trano ho an’ny tovolahy ary fanamboarana sirop kosa ho an’ny tovovavy, ireo tanora any an-toerana. Nankasitra ireo mponina nohon’ny fiaraha-miasa hatramin’izay moa ny PNUD, raha ny tatitra voaray.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanTara fiaingana

Veloma ianao ry Jean fa ny olona efa tafainga ho any Ambohimpandrosoana daholo ! Ianao irery izany sisa ity no hanao toy ny fikan-dRabitro nifaninana nihazakazaka tamin-dRasokatra tamin’ny anganom-bazaha nalaza efa ela iny. Ilaozy misozy eo foana e ! Efa be dia be mihitsy izao ny sokatra lasa lavitra noho isika .

 Aiza ve rangahy ity ! Anananareo daholo na harena ambonin’ny tany na harena an-kibon’ny tany hatramin’ny harena an-dranomasina dia mbola tsy hitanareo ihany ny hitantanana hitondra fampandrosoana haingana fa mbola ny hitrosa ihany no mahamaika. Tsy vitan’izay fa miliara tsy hita pesipesenina koa no alainareo amin’ireo havana avy any dilambato nangataka hitrandraka azy ireny kanefa dia toy ny manisa vitsika ny fizotrantsika amin’ny fanaovana fampandrosoana. Rehefa tonga anefa ny loza dia poa toa izay dia rava maina daholo ireny bitika natsangana ireny. Izao ve ianareo ry Jean vao andeha hihazakazaka ? Tsy vitan’ny efa tara fiaingana anie izany ianareo fa mbola naman’ny nilalao tanana sy nanao tsinontsinona anay koa tao anatin’izay telo taona izay e ! Inona intsony no ho vitanareo amin’izao raha tsy hoe itarina indray ny fe-potoana?

Jean leo fahanan-dalitra  

Tia Tanindranaza0 partages

Rovan’AntsahadintaTsy misy mpiraharaha

Vitsy dia vitsy ireo olona tonga mitsidika ny rovan’Antsahadinta, raha ny fitantaran’ireo mponina vokatry ny lalana ratsy dia ratsy mihazo ity vako-pirenena ity.

Araka ny fanazavana dia efa ho 30 taona izao no tsy nisy nikitika ity lalana ary eo Andohandavenona ka hatreo Andohanimanga, izay mirefy 3 kilaometatra sasany tsy hidirana ny rova, no tena mananosarotra indrindra. Tsy vitan’izay fa dia manimba amin’ny ampahany betsaka ny fitaterana ireo voankazo vokatra fiharian’ny mponina avy ao an-toerana ihany koa izany fahasimban’ny lalana izany, indrindra rehefa fahavaratra, hoy hatrany ireo mponina. Potika eny an-dalana ireo kaki sy frezy vokatry ny fitontotontonany ao anaty fiara. Fikambanana iray ao an-toerana ankehitriny no manana tetikasa hampanao tsipaipaika ireo mponina izay manodidina ny 11600 ao an-toerana hahafahana manamboatra ity lalana 3 kilaometatra sasany voalaza teo ity. Rehefa natao, hoy izy ireo ny kajikajy dia eo amin’ny 60 tapitrisa ariary eo ho eo ny tetibola ahafahana manatanteraka ny tetikasa ary 1000 ariary isam-batan’olona no alaina amin’ireo fokonolona 18 taona no mihaotra ao an-toerana dia efa mety ho tratra izany rehefa tsy hanampy ny fitondram-panjakana. Na izany aza anefa dia mbola manao antsoavo ny fitondrana foibe ihany izy ireo mba hijery sy hanampy amin’ny fanarenana ity lalana ity.

Mirija   

Tia Tanindranaza0 partages

PM Solonandrasana MahafalyNahazo ny « Prix Mandela du courage 2016 »

Ny sabotsy lasa teo no notanterahana tany Paris-renivohitra Frantsay ny fizarana ny loka Mandela ka nandrombaka ny antsoina hoe “Prix Mandela du courage 2016” ny praiminisitra Malagasy Solonandrasana Mahafaly Olivier.

Izy izany no Malagasy voalohany nahazo io marim-pakasitrahana manokana io, araka izany anarany izany moa dia atolotra ireo olona sokajiana fa be herim-po amin’ny asa ataony ity Loka Mandela ity.Mahafaly aho tanteraka izao voninahitra lehibe azoko izao hoy ny praiminisitra ary tsy ho ahy irery fa atolotro ho an’ny filoham-pirenena sy ny governemanta ary ny Malagasy rehetra ity marim-pankasitrahana ity.Na eo aza ny korontana, ady, fahantrana dia afaka mivoatra tsara sy mandroso i Afrika rehefa ao ny faharanitan-tsaina sy ny firaisan-kina, hoy hatrany I Solonandrasana Mahafaly Olivier.Soa fianatra ho an’ny rehetra ilay nambaran’I Nelson Mandela manao hoe : “Tsy mba resy izany aho, fa na izaho mandresy na mahazo lesona” hoy ny praiminisitra ary tokony ampiharina amin’izay atao rehetra.Ny minisitry ny asa Frantsay teo aloha Jean Louis Borlot moa no nanolotra izany loka izany.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Andron’ny fifamelana !

Nanatsoaka ny fitoriany ilay lehilahy mpitarika fikambanana iray ny vehivavy iray izay nilaza fa notazoniny an-keriny, ka nitory azy. Nanaiky hanala ny fitoriana natao an’ilay mpanakanto iray voalaza fa tompon’antoka tamina fanalam-baraka tany anaty tambajotram-pifandraisana fesiboky ireo rehetra nitory azy.

Toky R

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGABE : Karàna mpivaro-damba notafihin’ ny jiolahy roa nirongo basy

Tokony ho tamin’ny 4 ora hariva, fotoana izay tsy nahabetsaka ny olona no nanararaotan’ireo jiolahy nanafika ity tranombarotra ity

Niditra toy ny olona rehetra mpividy zavatra izy roa lahy ireo ary nanao fanamiana mpiambina ary nilaza koa fa Kolonely sy Jeneraly tamin’ireo mpiasa tao. Nakaton’ireo jiolahy ny toeram-pivarotana rehefa tafiditra tao izy ireo.

Avy hatrany dia nanambanan’izy ireo basy ilay Karàna tompon’ity tranombarotra ity sy ny mpiasa rehetra tao sady nitaky ny vola niditra nandritra ny tontolo andro izy ireo. Tsy afa-namaly sy niantso vonjy ireo mpiasa sy ny tompon’ity tranombarotra noho ny ambana basy nahazo azy ireo.

Norahofin’ireo jiolahy avokoa ny vola rehetra tao anatin’ny toerana fiterizam-bola ary nokapohin’izy ireo ny zanany, izay niezaka nanohitra. Naratra mafy ity farany rehefa nodarohina. Nivoaka moramora tao anatin’ilay toeram-pivarotana ireo jioalahy rehefa vita ny asa ratsiny.

Tsy nisy nahafantatra ny zava-nitranga anefa ireo olona rehetra nandalo teo amin’ny manodidina. Hatramin’ny Zandary izay teo akaiky aza tsy nahalala ny toe-javatra nitranga.

Olona iray no nahatsikaritra ny fandrobana ary nampandre avy hatrany ny Polisim-pirenena. Niditra tao ny Polisy nanao ny fisavana sy nijery ny zava-misy. Tsy afaka niteny sy nitantara ny loza nitranga intsony ny tompon’ity tranombarotra noho ny tahotra nahazo azy. Ireo mpiasa sisa no afaka nitantara tamin’ny mpitandro filaminana ny fandrobana nahazo ny mpampiasa azy ireo.

Mandeha ny fikarohana azy roa lahy nandroba sy nisandoka ho manamboninahitra Kolonely sy Jeneraly ireto amin’izao fotoana izao. Efa eo am-pelantan’ny mpitandro filaminana ny raharaha.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA : « Tsy matahotra fifidianana izahay », hoy ny Cs.A.N.R.

Tsy misy matahotra izay fifidianana eo, hoy izy, fa ataovy mazava fotsiny ny fitsipika ary aoka hangarahara ny lalao dia ho hita eo izay tena mamim-bahoaka. Mifandimby midina aty Ambatondrazaka na ny T.I.M na ny mpitondra amin’ izao fotoana izao manao fihetsiketsehana saingy ny isam-bato amin’ny fifidianana ihany no mikaonty, hoy hatrany izy. 

Efa betsaka ny tanora no resy lahatra amin’izao fotoana izao, hoy izy, ary efa betsaka ihany koa no niditra ao anatin’ny fikambanana. Tanjona iray ihany no tratrarina, hoy ihany i Fidéle  Raprezy, dia ny hampandany ny Filoha Rajoelina Andry Nirina amin’ny fifidianana izay ho Filoham-pirenena, ka na hatao rahampitso aza io efa vonona amin’izany izahay. 

Tsy manaiky ny ho fanilihana ny kandidà amin’io fifidianana ho avy io koa izy ireo. Efa nandefitra ny mpanohana azy tamin’ny fifidianana farany teo, ka tsy hanaiky mora izany intsony amin’ity indray mitoraka ity. Avelao hilatsaka avokoa izay hilatsaka fa ny vahoaka ihany no tompon’ny teny farany hoy izy.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

FIAKARAN’NY VIDIM-PIAINANA : Tsy mbola nahitan’ny Filoham-pirenena vahaolana

Tafakatra hatramin’ny 3000 Ariary ny kilaon’ny vary izany hoe 000 Ariary ny iray kapoka. Tsy ny vary ihany anefa no nahitana fiakarana fa ny entana  rehetra fampiasa andavanandro toy ny siramamy, ny savony, sns.

 Mitaraina araka izany ny vahoaka mikasika ity vidim-piainana miakatra ity kanefa antso an’efitra ihany izany ho an’ny fitondram-panjakana misy izao. Nandritra ny fihaonan’ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina tamin’ireo mpandraraha ara-toe-karena, ny alahady teo tao amin’ny Hotel Roches rouges dia samy nomena anjara fitenenana avokoa ireo rehetra tonga nihaino ny famelabelaran-kevitra nataony mikasika ny toe-karena. Isan’ireo nandray anjara fitenenana ny fikambanana mpiaro ny zon’ny mpanfija mikasika io vidim-piainana io ary ny vary sy ny delestazy no nangatahin’ny filoha rezionaly mpiaro ny zon’ny mpanfija fanazavana tamin’ny Filohan’ny Repoblika saingy nilaza ity farany fa “ efa voaray ny fangatahana sy ny soson-kevitra natolotra”. 

Tsy izay anefa no namalian’ny filoham-pirenena ny mpiaro ny zon’ny mpanjifa ity fa “tsy misy antony hampiakarana ny vidim-bary satria dia tsy nisy fiakarany eo amin’ny tsena iraisam-pirenena ka tokony hanaraka izany avokoa ireo mpivarotra ambongadiny”. Midika izany ho an’ireo rehetra nihaino ny famelabelaran-kevitra nataon’ny Filoha ity fa tsy misy vahaolana ahafahan’ny fitondrana izay tarihiny atolotra mikasika ny fiakaran’ny vidim-piainana eto Madagasikara. Ny azo lazaina fa tsy mbola ao anatin’ity fitondrana ity no ahitana ny fidinan’ny vidim-piainana, indrindra ny vary izay foto-piveloman’ny Malagasy. 

INV

Ino Vaovao0 partages

TALE JENERALIN’NY SCAA : “Vonona foana izahay ny handray anjara amin’ny fambolen-kazo”

Nambaran’ny Tale Jeneralin’ity orinasa ity Rakotovao Jao fa raha misy ny orinasa miady amin’ny famotehana ny tontolo iainana dia isan’izany izy ireo. Mbola noporofoin’izy ireo izany nandritra ny fanokafana ofisialy ny taom-pambolen-kazo taty Alaotra Mangoro, ny zoma faran’ny herinandro lasa teo. Nahatratra hatrany amin’ny 100 latsaka kely ny mpiasan’ny S.C.A.A tonga nandray anjara tamin’io fotoana io, izay notarihin’ny Tale Jeneraly Rakotovao Jao.

Tato anatin’ny dimy taona nisesy izay dia hita teny foana ny orinasa sy ny solontenan’izy ireo, hoy Rakotovao Jao rehefa misy ny fambolen-kazo ary manohana hatrany ireo izay mandray anjara sy mamita adidy amin’izany izy ireo na ara-pitaovana izany na arak’olona. Mifampiankina rahateo, hoy izy, ny asa sahanin’ny orinasa sy ny tontolo iainana.

Mbola vonona hatrany ny hanohy io ezaka io izahay, hoy ihany ity tompon’ andraikitra voalohany, ao amin’ny orinasa S.C.A.A izay manana ny foibeny ao Andranobe Amparafaravola ity ny hanampy ireo izay manana ny fandaharan’asa hikajy ny tontolo iainana, ka hamboly hazo aty Alaotra mba hamerenana indray ny lazan’Alaotra indrindra ny eo amin’ny seha-pambolena izay miankina amin’ny toetry ny andro.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

TARANAKA MANENDY : Bodoin’ny fikambanana Deutsch-Madagassiche-Gesellschaft ny tanin’ny razany ao Anosivola

Araka ny fanazavana dia tany misy ny rovan’ny mpanjaka nipoiran’ny foko Manendy sy ny fasany io toerana nalain’ny fikambanana hampiasainy mandritra ny 25 taona io nefa sakanany tsy hahazo miditra ao ny tompon-tany sady otainy fady ny faritra masina ao, ka misy fiantraikany amin’ny fiainan’ny taranaka, araka ny fanazavan’izy ireo.

Kianin’ny foko ny fomba tsy mazava nahazoana ny tany izay tsy nierana tamin’ny taranaka tompon’ny toerana sady novitavitaina fotsiny tamin’ny fifanarahana tamin’ny Fokontany efatra manodidina azy, izay tsy manana fahefana ara-panjakana hanome alalana amin’ny fanomezana fanofana tany maharitra « bail emphytéotique » akory. Tsy maintsy niditra tao Anosivola, nanatanteraka fomban-drazana hanadiovana ny toerana ary nanao fangatahana ranon’orana izay nahomby araka ny fanomezam-pahasoavana manokana ananany anefa ny Manendy avy tamin’ny vohitra 60 tao Mahitsy, ny 8 febroary teo.

Narahin’ny DMG taratasy fampitandremana tany amin’ny manapahefana isan-tokony izay tsy nampahafantarina ny fifanarahana nipetrahany tao akory io hetsika io, ny 17 febroary ka ny anaran’ny Governemanta alemana no nampiasaina hanomezan-danja izany.

Mivadika amin’ny fifanarahana nanekeny hamela izay natsangany ho an’ny fokonolona aorian’ny fialany ny DMG ankehitriny raha tsy mitohy ny fifanarahana. Voabaiko hanao fitsirihana, hanomezana taratasy fanamarinana fanamaintisamolaly na « certificat de mise en valeur » ny DMG ny teknisianan’ny tontolo iainana tamin’ny zoma teo, hikarohany lalana hiala ny fanapahan’ny taranaka Manendy ny fifanarahana izay efa akaiky ho tapitra.

Handray ny lovan-drazany ary hanavao ireo vakoka ireo, hitazonana ny tantaram-pirenena marina ny Manendy aorian’ny fahataperan’ny fifanarahana ka manaitra ny isan’ ambaratongany, hisorohana ny korontana raha sanatria hisy indray ny hevitra ambadika hanaovana telimoka ny vakoky ny razany izay tadiavin’io fikambanana io ho kosehina amin’ny tantaran’ity nosy ity.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

HALATRA : Jiolahy fito efa mpamerin-keloka voasambotry ny Polisin’Antsirabe

Tsy vitan’ny maka izay fitaovana ilain’izy ireo ka azo havadika vola haingana anefa izany fa mbola manao herisetra sy fampihorohoroana ihany koa. Fito ireo jiolahy ireo no hiakatra Fitsarana aorian’ny fanadihadihana ataon’ny Polisy mpanao famotorana.  Araka ny fanazavan’ny lehiben’ny mpanao famotorana ny Ofisie Andrianarimanana Mana-Jean Ravonison dia efa nigadra noho ny raharaha halatra avokoa ny ankamaroan’izy ireo saingy izao voasambotra izao indray. Azo lazaina fa tambajotra iray mihitsy izy ireo raha ny fanazavana ihany satria dia avy any amin’iny Kaominina Ambanivohitra Ambano ao amin’ny tanàna atao hoe Ambohitsaratelo iny daholo ny fonenan’izy ireo.

Ny 22 febroary lasa teo no voasambotra ireto jiolahy ireto ka olona tsara sitrapo tsy nitononana anarana no nanondro ny toerana misy azy ireo. Tokantrano dimy no efa nampitondrain’izy ireo faisana nandritra ny fanafihana izay ataony ka anisan’izany ny teny Atsimon’Ivohitra. Noho ny ezaky ny mpitandro ny filaminana anefa dia tapitra hatreo aloha ny amin’izy 7 mirahalahy ireo. Mbola misy karohina kosa anefa ireo namany hafa raha ny fanazavana ihany satria nandritra ny fanadihadiahanaa azy ireo dia nilaza hatrany ireto jiolahy fa any amin’ny namany hafa izay mbola miriaria ny fitaovana nangalarany. Ireo fitaovana entin’izy ireo  manao ny asa ratsiny kosa no efa nogiazan’ny Polisy taorian’ny fisavana ny trano fonenan’izy ireo tany Ambano, izay nahitana fanalahidy maromaro sy bara “pince”. Omaly no natolotra ny Fampanovana izy ireo ary nampidirina vonjimaika any am-ponja aloha miandry ny fotoam-pitsarana azy.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

MORAHITA AMBANO ANTSIRABE 2 : Ramatoa mpivarotra mofodipaina voaolana sady voaendaka

Tsy dia lavitra ny Kaominina Antsirabe voalohany ity toerana ity satria dia eo amin’ny faritra mampisaraka ny Kaominina roa tonta mihitsy.

Fanaon’ity ramatoa mpivarotra mofodipaina ity isan’andro ny manatitra mofo amin’ny mpivarotra ny maraina ary manangona ny vola rehefa antoandro. Efa tsikaritry ny jiolahy iray io fomba fanaony io ka nanaovany tetika maty paika. Nandrasany tao amin’ny toerana tsy dia be mpandeha ity ramatoa ity ka raha vao nandalo dia norahonany tamin’ny antsy mba hamoaka ny vola rehetra tany aminy. Noho ny tahotra dia navoaka avokoa ny vola vidina mofo rehetra izay nitontaly hatrany amin’ny 3 hetsy Ariary tany ho any. 

Tsy vitan’izay fa mbola naolan’ilay tovolahy indray izy avy eo. Tafaporitsaka io jiolahy io saingy tadidin’ilay ramatoa kosa ny endriny satria dia andro antoandro be nanahary no nanaovany io fihetsika mamofady io. Nandeha ny fikarohana, nanampy betsaka tamin’ny fanomezam-baovao ihany koa ny fokonolona ka tsy nanano sarotra  ny Polisy no nisambotra ity jiolahy ity tany Ambano, izay toeram-ponenany. Manodidina ny 25 taona ny lehilahy ary omaly hariva no natolotra ny Fampanoavana taorian’ny fanadihadihana azy ary naidirina am-ponja vonjimaika aloha miandry ny fotoam-pitsarana azy.

Manoloana izany dia hanamafy ny hetsika fampandriana fahalemana ny tanànan’Antsirabe ny mpitandro filaminana raha araka ny fanazavana ihany. Hampitomboina ireo toerana hanaovana ny fisavana ary tsy amin’ny alina ihany no hanaovana ny fisafoana fa na amin’ny antoandro ihany koa aza.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA : Nahanjahanjan’ny mpikatroka TIM tany Alaotra irery Ravalomanana

Ny zavatra tsikaritry ny mpanara- baovao voalohany dia ny tsy fahatongavan’ny ampahan’ny mpikambana ao amin’ny Tim nanotrona an’ingahy Ravalomanana Marc. Tsy miafina intsony ny antony mahatonga izany ady an-trano eo anivon’ity antoko ity. Misy ireo efa namadika palitao voatambitambin’ ny toerana sy ny tombontsoa, ka miaraka amin’izao fitondrana mijoro izao. Ao ihany koa ireo tsy mifanaraka amin’ilay olona notendren’ingahy Ravalomamana Marc ohatran’ny mahazatra azy hatry izay ho mpitarika tokana ny Tim ao Ambatondrazaka. 

Na ny Ben’ny tanàna ao an-toerana izay voafidy amin’ny lokon’ny Tim dia tsy tazana tamin’ny fahatongavan-dRavalomanana Marc. Misy mihitsy ireo mpikambana Tim sasany no fantatra fa mody namorona asa tany ivelan’ny Faritra tamin’ny fahatongavan-dRavalomanana Marc entina hialana tsiny. Na izany na tsy izany nandefa solontena ireo Tim voalaza fa namadika palitao nihaino izay zavatra nolazain’ny filoha nasionalin’ny Tim. Mbola ho tantara hafa arak’izany ny hamerenan’ny mpitarika antoko ireny nisintaka ireny, hoy ny mpanara-baovao politika.

Niezaka ny naka ny fon’ny olona ny Filoha teo aloha Ravalomanana Marc, ka namakaivaky ny tsena sy nitafa nivantana tamin’ireo sendra azy tamin’izany. Isan’ny nahazo kiana namaivay taminy ny fitondrana ankehitriny izay nambarany fa naka ny taniny. Efa taratra ny fanamafisana ankolak’ity Filoha nasionalin’ny TIM ity ny amin’ny maha kandidà ho Filoham-pirenena azy amin’ny 2018 izao fitsidihana ny tanànan’Ambatondrazaka izao ary efa manao praopagandy mialoha ny fotoana.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

TSY AZO IHODIVIRANA NY FANOVANA : Mitaintaina ireo minisitra sy ny mpiara-miasa aminy

Raha ny resaka mandeha dia ho aloha na aorian’ny andro iraisam- pirenena ho an’ny vehivavy, ny 8 marsa izao izany. Araka ny loharanom-baovao sasany dia aorian’io fanovana ny mpikambana eo anivon’ny Governemanta io no hisian’ny fifampiresahana eo amin’ireo mpisehatra ara-politika sy ny fiarahamonim-pirenena eto amin’ny tany sy ny fanjakana. Ireo mpamatsy vola iraisam-pirenena no mety hamatsy vola amin’ny fanatanterahana izany.

Manoloana io fanovana ny minisitra sasany eo anivon’ny Governemanta io dia mitaintaina sy mangovitra ireo minisitra sy ny mpiara-miasa aminy. Misy amin’ izy ireo no efa manangona izay rehetra azony alaina eny anivon’ny minisitera iasany, ao ihany koa ny mikorapaka manamboatra ireo antontan-taratasy ilaina tamin’ny fividianana entana nampiasaina nandritra izay fotoana niasany teny anivon’ireny minisitera ireny. Araka ny feo mandeha dia ireo minisitera tsy dia nahitam-bokatra firy sy ireo minisitera anisan’ny milina mampihodina ny Firenena kanefa tsy nahomby loatra no tsy maintsy hosoloina olon-kafa.

Takian’ny mpamatsy vola iraisam-pirenena ihany koa izany satria ho an’izy ireo dia tsy ity fitondrana ity sy ny Governemanta miaraka aminy no inoany fa hitondra fampandrosoana ho an’i Madagasikara fa izay hitondra aorian’ny fifidianana Filoham-pirenena amin’ny taona 2018. Maro loatra mantsy ireo fihoaram-pefy sy fanararataom-pahefana ary ny kolikoly sy ny fanondranana an-tsokososko ny harem-pirenena nitranga nandritra ity fitondrana Rajaonari- mampianina ity. Nihamafy ihany koa ny tsy fanajana ny zon’olombelona sy ny fanagiazana ny fahafahana maneho hevitra izay efa neken’ny Firenena malagasy sonia teo anivon’ny Firenena mikambana hany, ka na ireo rafitra sy andrim-panjakana takian’ny lalàna tokony hatsangana aza dia tsy mbola tafapetraka hatramin’izao.

Nanafina ny fahalemen’ny Filoha

Anisan’ireo minisitra tsy namokatra ary tsy namaha olana teto amin’ny Firenena manoloana ireo fahasahiranana mahazo ny Malagasy no ho voakasik’izany fanoloana izany, ka tafiditra ao anatin’io ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka ; ny sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimariam-pirenena, ny minisiteran’ ny Varotra sy ny fanjifana, ny minisiteran’ny Fiompiana sy ny fambolena, ny minisiteran’ny Fitsarana, ny minisiteran’ny Rano sy ny ala, ny minisiteran’ny Asa sy ny asam-panjakana ary ny minsitry ny Serasera. Mandritra ity fanoloana ny mpikambana sasany eo anivon’ny Governemanta ity ihany koa no hahafantarana izay ho eo amin’ny toeran’ny minisiteran’ny Angovo. Miezaka mandamina sy mitady vokatra ihany ireo minisitera ireo, amin’izao fotoana izao saingy efa tara loatra izany.

Ho hita eo izay fahasahian’ny Filoham-pirenena Rajaonarimampianina Hery mikasika ity fanovana Goverenamanta ity. Ireto minisitra tsy nahomby ireto anefa dia anisan’ny minisitra nahay nanafina ny fahalemen’ny Filoham- pirenena ary nanasoaso azy hatrany. Nisy tamin’izy ireo no sahy nitsipa-doha ny lakana nitany mihitsy. Efa miseho ihany koa etsy ankilany ny ady an-trano eo anivon’ ny antoko HVM, ka raha toa tanteraka ity fanovana minisitra ity dia vao mainka hanamafy ny fahapotehan’ny antoko izany.

Tiaray R

Madagascar Tribune0 partages

Polémique, indignation, colère et demande de compte

Sous d’autres cieux, Anandra Norbert aurait démissionné ou a été limogé depuis le début de la désormais affaire Befandriana Nord. Sous d’autres cieux des hauts responsables étatiques à commencer par le Chef de l’Etat et le Premier ministre auraient condamné ces violences policières envers des civils d’autant qu’il y a un mort, et ils se seraient précipités à Befandriana Nord pour s’enquérir du malheur de ces paysans qui ont tout perdu. Sous d’autres cieux les autorités seraient venu en aide aux victimes dès qu’elles ont pris connaissance des faits.

Mais cela c’est sous d’autres cieux. Le ministre de la Sécurité intérieure Anandra Norbert pour se dédouaner de ses âneries déclarait le plus naturellement du monde qu’il « ne faisait que lire le rapport qu’on lui a remis ». Ni plus ni moins ! Donc en quelque sorte ce n’est pas sa faute. Si le rapport mentionnait que c’est un bébé de six mois qui a mis le feu aux 5 villages, il aurait lu sans ciller le rapport devant la presse tout en menaçant les journalistes au passage. Le Premier ministre pendant ce temps se baladait à Paris pour recevoir le prix de son courage ! Cela ne s’invente pas ! Le Chef de l’Etat pour sa part va prier et offre 4 millions d’ariary au temple FJKM Androva Vaovao Famonjena à Mahajanga pour contribuer au fonctionnement du Temple. Tout ce beau monde fait comme si de rien n’était en priant surtout qu’on oublie vite cette histoire comme les autres. Mais qu’est ce qui ne va pas chez les princes qui nous gouvernent ? On dirait que le pouvoir leur a fait prendre le minimum de bon sens pour ne pas dire plus.

Des groupes de citoyens pour leur part s’organisent pour venir en aide aux victimes des bavures policières. Une page Facebook pour levée de fonds aux habitants d’Antsakabary est ainsi créée comme ce fut le cas pour Soamahamanina.

Madagascar Tribune0 partages

Le syndicat de police nationale conteste

 

Le syndicat de police hausse le ton quant à la décision gouvernementale de suspendre les missions de police de la route (PR). Hier, à l’issue d’une rencontre entre les policiers des quatre coins de l’île à Mahamasina, le syndicat a manifesté son désaccord vis-à-vis cette disposition. Si l’assainissement en matière de corruption au sein de ce corps est évoqué comme à l’origine de cette nouvelle mesure, les policiers indiquent que l’Etat doit trouver une solution autre que la suppression des services et missions relatives à la PR.

La police et la gendarmerie nationales ainsi que la justice font entre autres parties des corps de fonctionnariats le plus corrompus dans le pays. Les policiers sont particulièrement reprochés de rackets des automobilistes lors des contrôles routiers. Les remontées des informations auprès des responsables accablant notamment les agents chargés de la circulation sont, entre autres, à l’origine de cette décision gouvernementale qui souhaite redorer l’image du pays en matière de lutte contre la corruption.

Le président du syndicat Louis Rakotoarisoa explique toutefois que les missions de police de la route font partie intégrante des missions des forces policières. Ce ne sera pas en les suspendant ou supprimant le service qu’on parviendra à assainir le corps. Des démarches allant dans le sens de la lutte contre la corruption ont déjà été entamées au sein de la police nationale et la solution ne se trouve visiblement pas dans cette décision.

A l’unisson ou presque les policiers s’indignent. Ils pourraient envisager une grève si leur revendication ne sera pas satisfaite. Mais pour l’instant, l’heure est à la discussion. En effet, la prochaine étape de ce mouvement de contestation des policiers consistera donc à rencontrer le ministre de la Sécurité intérieure avec qui ils discuteront des points d’achoppement. C’est en fonction des discussions que nous allons fixer la suite de notre mouvement, a lancé un porte-parole du syndicat.

Le 24 février dernier, à l’issue d’un conseil de gouvernement, le Premier ministre, Christian Ntsay et son staff gouvernemental, a entre autres pris cette décision de suspendre les missions de police de la route. Le communiqué du conseil précise qu’il s’agit d’une suspension, donc provisoire, et nullement d’une annulation définitive des missions, comme on chercherait à le faire croire pour attiser une certaine grogne eu sein de la police nationale. Il précise par ailleurs qu’il n’a jamais été question de remettre en cause le pouvoir de verbalisation reconnu aux missions de police de la route.

Le gouvernement avait indiqué que « La suspension est justifiée par le souci de ne pas donner davantage d’opportunités à la corruption, un plan de réforme est ainsi à mettre en œuvre dans les meilleurs délais possibles, l’ensemble des corps de la police mais également les citoyens en général sont d’ailleurs invités à avancer des propositions de mesures dans le cadre de la réforme à initier. L’objectif est d’accoucher des mesures cohérentes et innovantes, pouvant obtenir l’adhésion aussi bien des policiers que des usagers en général pour assurer la mission de police de la route, entrant dans le cadre de la police administrative. »

Madagascar Tribune0 partages

Une délégation de la Banque mondiale en visite à Mahazoarivo

 

Une forte délégation de la Banque Mondiale, dirigée par Jean Claude Tchatchouang, administrateur qui représente 23 pays africains au groupe, y compris la Grande Ile, s’est entretenue avec le Premier ministre, Christian Ntsay, hier au palais de Mahazoarivo. 

Cette entrevue entre dans le cadre des consultations régulières avec les pays qu’il représente aux fins des directives de la banque mondiale, dans l’accompagnement de la Grande île.

Les nouvelles orientations pour améliorer le dialogue entre les deux parties, dans l’intention de parfaire la coopération existante, ont également été au cœur de cette discussion entre le chef du gouvernement malgache et les représentants de la banque mondiale.

Madagascar Tribune0 partages

Le syndicat de police nationale conteste

 

Le syndicat de police hausse le ton quant à la décision gouvernementale de suspendre les missions de police de la route (PR). Hier, à l’issue d’une rencontre entre les policiers des quatre coins de l’île à Mahamasina, le syndicat a manifesté son désaccord vis-à-vis cette disposition. Si l’assainissement en matière de corruption au sein de ce corps est évoqué comme à l’origine de cette nouvelle mesure, les policiers indiquent que l’Etat doit trouver une solution autre que la suppression des services et missions relatives à la PR.

La police et la gendarmerie nationales ainsi que la justice font entre autres parties des corps de fonctionnariats le plus corrompus dans le pays. Les policiers sont particulièrement reprochés de rackets des automobilistes lors des contrôles routiers. Les remontées des informations auprès des responsables accablant notamment les agents chargés de la circulation sont, entre autres, à l’origine de cette décision gouvernementale qui souhaite redorer l’image du pays en matière de lutte contre la corruption.

Le président du syndicat Louis Rakotoarisoa explique toutefois que les missions de police de la route font partie intégrante des missions des forces policières. Ce ne sera pas en les suspendant ou supprimant le service qu’on parviendra à assainir le corps. Des démarches allant dans le sens de la lutte contre la corruption ont déjà été entamées au sein de la police nationale et la solution ne se trouve visiblement pas dans cette décision.

A l’unisson ou presque les policiers s’indignent. Ils pourraient envisager une grève si leur revendication ne sera pas satisfaite. Mais pour l’instant, l’heure est à la discussion. En effet, la prochaine étape de ce mouvement de contestation des policiers consistera donc à rencontrer le ministre de la Sécurité intérieure avec qui ils discuteront des points d’achoppement. C’est en fonction des discussions que nous allons fixer la suite de notre mouvement, a lancé un porte-parole du syndicat.

Le 24 février dernier, à l’issue d’un conseil de gouvernement, le Premier ministre, Christian Ntsay et son staff gouvernemental, a entre autres pris cette décision de suspendre les missions de police de la route. Le communiqué du conseil précise qu’il s’agit d’une suspension, donc provisoire, et nullement d’une annulation définitive des missions, comme on chercherait à le faire croire pour attiser une certaine grogne eu sein de la police nationale. Il précise par ailleurs qu’il n’a jamais été question de remettre en cause le pouvoir de verbalisation reconnu aux missions de police de la route.

Le gouvernement avait indiqué que « La suspension est justifiée par le souci de ne pas donner davantage d’opportunités à la corruption, un plan de réforme est ainsi à mettre en œuvre dans les meilleurs délais possibles, l’ensemble des corps de la police mais également les citoyens en général sont d’ailleurs invités à avancer des propositions de mesures dans le cadre de la réforme à initier. L’objectif est d’accoucher des mesures cohérentes et innovantes, pouvant obtenir l’adhésion aussi bien des policiers que des usagers en général pour assurer la mission de police de la route, entrant dans le cadre de la police administrative. »

Madagascar Tribune0 partages

Filière avicole : une trentaine bénéficiaires du programme Fihariana

Une trentaine de projets touchant l’élevage de poulets de chair viennent de recevoir un crédit de financement dans le cadre du projet « Akoho Nakà ». Akohonakà est un volet du programme Fihariana, dédié aux malgaches intéressés par l’aviculture. Elle a pour objectif d’améliorer les conditions de l’entrepreneuriat rural dans le pays.

Les 30 bénéficiaires du projet sont issus de trois régions dont Analamanga, Boeny et Antsiranana. Le montant de financement reçu est de 9 à 36 millions d’ariary par éleveur, suivant l’envergure de chaque projet et les infrastructures mises en place. Il s’agit d’un financement à rembourser avec un taux d’intérêt de 5%, un peu moins par rapport à celui des banques et des microfinances auxquels les agriculteurs et éleveurs font souvent appel pour financer leurs projets. En plus du financement, les bénéficiaires ont obtenu au total 40 000 poussins qui leur permettront de bien démarrer leurs projets.

Le président Andry Rajoelina qui a assisté à la cérémonie de remise des financements a précisé que le projet Akoho Nakà figure parmi les projets qui comptent le plus de pourvoyeurs de financement dans le cadre du programme Fihariana. Il vise aussi à améliorer les revenus des éleveurs et à favoriser la création d’emploi. L’Etat, à travers le programme, entend donc développer le secteur de l’aviculture et parvenir à former de véritable professionnel qualifiés à Madagascar} ».

Le Projet « Akoho Nakà » destiné aux éleveurs de poulets de chair qui veulent élargir leurs activités a été développée pour faire face à la hausse du prix des viandes de zébu et de porc sur le marché. L’objectif sur le long terme, explique Andry Rajoelina, est de pouvoir améliorer la qualité et la variété de l’alimentation des Malgaches.

Madagascar Tribune0 partages

Arizaka Raoul Rabekoto en fuite, recherché par le Bianco

Un avis de recherche est lancé depuis hier par l’Etat malgache, par le biais du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) à l’endroit de Raoul Arizaka Rabekoto, l’actuel président de la Fédération malgache de football et non moins ancien Directeur général de la Caisse nationale de la prévoyance sociale (Cnaps). Dans son communiqué, l’organe en charge de la lutte contre la corruption dans le pays indique que cet avis de recherche est lancé afin que cette personnalité puisse apporter les explications devant la justice et répondre des faits qui lui sont reprochés.

En effet, ces derniers temps, les rumeurs sur l’éventuelle fuite de Raoul Arizaka Rabekoto à l’étranger ont circulé. Des informations confirmant la présence du concerné à Madagascar se font également entendre. Sa famille dit ignoré l’endroit où se trouve cet ancien DG de la Cnaps.

Le directeur général du Bianco, Laza Andrianirina, a confirmé quelques jours plus tôt que les investigations concernant le dossier relatif aux malversations découlant des faits soupçonnés de grande corruption commis auprès de la Cnaps sont en cours. Saisi depuis le début de cette année sur ce dossier, le bureau a entamé les enquêtes en raison des faits dénoncés et de l’enjeu des malversations suspectées s’élevant à plusieurs dizaines de milliards d’ariary.

Depuis le 3 février, il a été frappé d’une mesure d’interdiction de sortie de territoire, lancé par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation. Le 20 février dernier, les investigateurs du Bianco l’avaient convoqué une première fois à Ambohibao. Raoul Arizaka Rabekoto ne s’est jamais rendu à la convocation contrairement à d’autres personnes mis en cause qui ont tous été interrogés dans le cadre des investigations dans cette affaire.

Avec l’ampleur médiatique et surtout le caractère politique de cette affaire mettant en cause de l’actuel président de la fédération malgache du football, les inquiétudes gagnent les mordus du ballon rond qui commence à peine à relever la tête. Beaucoup estiment que si le président de la FMF se trouve réellement à l’étranger, cet avis de recherche devrait le pousser davantage à un exil forcé, laissant ainsi à l’abandon la fédération malgache du football.

L'express de Madagascar0 partages

Scoutisme – Les guides laissent leurs empreintes

Les membres de la Fédé­ration du scoutisme féminin à Madagascar se sont donné rendez-vous au jardin public d’Andohalo, samedi, pour commémorer la journée de la pensée, célébrée chaque 22 février, anniversaire de Baden Powell qui a créé le mouvement du scoutisme. Les femmes et les jeunes filles présentes ont démontré des actions en faveur de la sauvegarde de la planète et la protection de l’environnement par le biais du recyclage des bouteilles en plastique et des sachets. « Il fallait chercher des effets immédiats. Nous avons conscientisé chaque membre à ramener une bouteille. Nous leur avons, par la suite, demandé de la tailler et de transformer la chose considérée comme inutile en objet utile. Les unes ont produit des boîtes à stylos et à bijoux, les autres ont façonné des pots », précise Harialala Vololo­narivo, responsable de la communication de Fanilon’I Mada­gasikara.La fédération a également profité de cette journée pour mettre à l’épreuve sa politique d’augmentation de membres. Chaque jeune a dû introduire une personne qui n’a jamais entendu parler du mouvement de scoutisme.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Cross Country – Championnat de Madagascar – Cap sur l’Ouganda

Fulgence et Eliane ont été les plus rapides lors du sommet national de cross country  à Ihosy. Ils représenteront  Madagascar au championnat du monde, en mars.

Les deux représentants malgaches au championnat du monde de cross country qui se tiendra en Ouganda le 26 mars, sont connus après le championnat de Madagascar de la discipline qui s’est déroulé à Ihosy ce samedi. Fulgence Rakotondrasoa du Crown Vakinankaratra chez les seniors hommes, a validé son ticket en bouclant les 10km en 30.51.7. Il a devancé de peu le Majungais Mampitraotsy du Club omnisports de la Police nationale (Cospn) de Boeny (30.56.1). Le militaire Hajanirina Andriamparany,  multiple champion national en marathon et semi-marathon, s’est contenté, cette fois, de la troisième place avec au chrono, 31.15.5. De son côté, l’athlète de 3FANS, Nanie Razafindrafara, championne en titre d’Analamanga et de Madagascar, conserve son fauteuil de leader. Elle a effectué les 10km en 38.52.2, devant deux caissières, Mbolatiana Ramiandrisoa (39.05.4) et Oliva Rabemi-haotra (42.39.2). Elle n’ira pourtant pas en Ouganda. La Grande ile, chez les dames, sera plutôt représentée par Eliane Saholinirina. « Cette dernière sera notre porte-fanion chez les dames, car elle est, pour le momen,t plus performante que Nanie », argumente la présidente de la Fédération malgache d’athlétisme, Norolalao Andriamahazo, à propos de la désignation de la représentante malgache en Ouganda.

Domination du Sud-OuestLes athlètes du Sud-Ouest ont dominé les débats chez les jeunes, en raflant la moitié des titres en jeu, dont Jean François Raherimanandray de GST qui a ravi celui des juniors (8km en 26.14.3), puis Mary Bezaha Rasoanantenaina chez les cadettes (4km en 15.28) et Jean Donné Rophi chez les minimes garçons (4km en 13.36.3). Le club de 3FANS d’Anala-manga, de son côté, a arraché deux titres grâce à Sehenomalala Raharinirina chez les juniors filles (6km en 22.39.2) et Faratiana Razafindramavo chez les minimes filles (2km en 6.55.6). Heriniaina Elysé Rakoton-drainy, de Crown Vakinan-karatra, s’est imposé chez les cadets en bouclant les 6km en 19.18.6. Ce sommet national de cross country, accueilli par la ligue régionale d’Ihorombe, a réuni 151 participants, dont 101 hommes et 50 dames. Huit ligues sur douze en l’occurrence Analamanga, Boeny, Itasy, Vakinankaratra, Amoron’Imania, Haute-Matsiatra, Ihorombe, Sud  Ouest ont été représentées.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Dance urbaine – «Battle for peace» réjouit la capitale

Rendez-vous exceptionnel, festif et empreint de fraternité pour la jeunesse de la Grande île. « Battle  for peace – Ambony Ambany » a enchanté les férus de dance urbaine, ce week-end.

Une fierté incommensurable pour ses organisateurs, l’association Dance Team Madagascar rayonne de jeunesse. C’est ainsi que se décrit cet événement particulier qui a enchanté la ville des Mille, tout au long de cette fin de semaine. Pour sa troisième édition, ce jeune festival en ode à la dance urbaine qu’est « Battle for peace -Ambony Ambany », a tenu ses promesses.Plus qu’auparavant, le festival a brillamment réussi à retranscrire sur chacune de ses scènes cette thématique de la paix qu’il se plait à promouvoir continuellement. Bien au-delà de ces disciplines liées à la dance urbaine en général, il a, en effet, réussi l’exploit de fédérer des artistes de la danse d’horizons divers, à subjuguer le public par leurs talents.La danse contemporaine et la danse traditionnelle se sont ainsi conjuguées avec la danse urbaine pour transcender un public de toutes les générations. Quatre cent danseurs de tous âges se sont ainsi fédérés autour de ce « Battle for peace -Ambony Ambany », âgés entre autres de 10 à 60 ans. Ils se sont tous plu à communier autour de cette même passion pour la danse, qui les unit.« On a retrouvé aussi bien des amateurs que des étudiants venant des écoles et des lycées ou encore des universités privées, mais aussi des professionnels de la danse venant d’associations diverses de la capitale, des régions et évidement d’outre-mer.

D’envergure internationaleCette année, on compte en tout près de quatre cents jeunes danseurs éclectiques qui se sont joints à notre festival, dans la joie et l’allégresse, pour cette troisième édition », confie Ferdinand Andrianandrianina, directeur artistique du festival.Ainsi, depuis Analakely, à savoir à l’Institut français de Madagascar et à l’Esplanade samedi, jusqu’au Gymnase couvert de Mahamasina hier après-midi, les inconditionnels de la ville des Mille et le public ont tous vibré à l’unisson, aux rythmes du festival. Illustrant avec brio son intitulé « Ambony Ambany », le festival a brillé par cet élan de fraternité que ses artistes festivaliers, nationaux et internationaux ont retranscrit dans chacune de leurs prestations. « On danse pour promouvoir la paix, c’est pour çà qu’ensemble on met chacun sur le même piédestal, le temps de ce festival. On est tous les mêmes et on est tous animés par cette passion commune qu’on a pour la danse. C’est là l’essence de ce festival », affirme Njara Rasolomanana dit Daddy, danseur, chorégraphe et directeur du festival.Le clou de cet événement s’est ainsi tenu à Mahamasina hier, où la créativité des jeunes danseurs de la capitale a été mise à l’honneur. Des duels fraternels en solo, en groupe ou par établissement, ont égayé le Gymnase couvert, de même que des showcases inédits de la part des invités internationaux du festival. Notamment de la part du collectif Vakana qui, malgré son nom à sonorité malgache, se compose de danseuses originaires de Finlande, qui le temps d’un instant, accompagné de Daddy, a surpris le public par sa maîtrise des danses traditionnelles africaines et malgaches. Rendez-vous est d’ores et déjà pris pour l’année prochaine.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Sport automobile – Premier slalom à la fin mars

Nous avons obtenu une ébauche du calendrier de la saison 2017, en marge de la cérémonie de remise de trophées de la Fédération du Sport Automobile de Madagascar (FSAM), samedi à Iavoloha. Le coup d’envoi de l’exercice sera donné en mars, comme chaque année. Trois événements sont prévus pour ce mois. On devrait avoir deux manches du championnat de rallye virtuel, le samedi 4 et le samedi 25. À côté, le championnat de slalom débutera le samedi 25 et le dimanche 26 avec la course du club TMF. Comme à l’accoutumée, celle-ci devrait se tenir sur le circuit d’Ivato. Pour en revenir à la cérémonie de samedi, les lauréats de l’exercice 2016 ont été récompensés par la FSAM comme chaque année, notamment les champions de la discipline reine, le rallye, Ndrianja et Fanja Rajemison (Subaru Impreza). Et aussi, ce fut l’occasion de décorer du Mérite Sportif plusieurs personnalités de l’univers du sport automobile.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Route nationale 7 – Un policier décède dans une attaque de taxi-brousse

L’attaque d’une Sprinter de la coopérative Soatrans sur la RN7, au point kilométrique 330 s’est soldée par le décès d’un policier et de graves blessures sur trois autres passagers. Le taxi-brousse roulait en direction de Toliara quand, vers 2h du matin, des blocs de pierre, placés à même la chaussée, ont interrompu sa route. Le chauffeur a tenté une manœuvre pour contourner les obstacles, mais sa voiture a calé. Les dahalo en ont profité pour ouvrir le feu.L’un des passagers, un policier qui, de retour d’une mission dans la capitale, se trouvait à l’arrière du taxi-brousse, a reçu une balle en pleine tête et est mort sur le coup. Trois autres passagers, frappés de balle, sont grièvement blessés. Ces derniers ont immédiatement été transportés à Fianarantsoa, tandis que le corps du défunt a été transféré au Centre de santé de base II (CSB II) du Camp Robin en attendant que sa famille vienne le récupérer.Les autres voyageurs, eux, ont dû subir une fouille effectuée par la dizaine de bandits qui ont attaqué le taxi-brousse. « Ils nous ont pris l’argent que nous avions sur nous, nos téléphones portables, ainsi que tous les objets précieux que nous portions », raconte l’un d’entre eux. Les bandits se sont ensuite enfuis, cinq minutes avant que les gendarmes du poste avancé de Vohiposa n’arrivent sur les lieux de l’attaque.Une demi-douzaine d’hommes, présumés auteurs de l’embuscade ont été arrêtés dans la matinée du samedi et les enquêtes sont en cours.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Basketball-Coupe du président – Les quatre porte-fanions d’Analamanga connus

Le spectacle a été au rendez-vous. La finale du tournoi de qualification d’Analamanga à la zone Centre de la troisième édition de la Coupe du Président, s’est tenue, samedi, au gymnase couvert de Mahamasina. Après un parcours sans faute, le Team Model Basketball (TMBB), coaché par Mémé, de son vrai nom Aimé Randria, a battu, lors du duel final, MB2ALL par 86 à 81. L’équipe du chef de la région, Ndranto Rakotonanahary, a pourtant  mené en début du quatrième quart-temps. Le TMBB a néanmoins dominé la situation en première période et a, dès lors, devancé ses adversaires sur un score de 22 à 17. Le dunk de son pivot John, au tout début de la rencontre, et les séries de tirs à trois points réussis de François de MB2ALL, ont été les ingrédients qui ont créé une ambiance effervescente à cette finale. En match de classement, TACBB  a écarté ECBBA par 64 à 54. Mais auparavant, en demi-finales, TMBB a défait ECBBA par 90 à 62 et MB2ALL s’est imposé par 73 à 48 face à TACBB. Ces quatre équipes ont donc validé leur ticket pour le tournoi de la zone Centre de la Coupe du Président, prévu se tenir dans la capitale, du 4 au 12 mars. « Analamanga peut ajouter une cinquième équipe après le désistement d’une équipe d’Atsinanana qui n’aura finalement que deux représentants», annonce le président de la commission de compétition de la Fédération malgache de basketball, Jimmy Harinirina Randriaman-dimby, présent lors de la finale de samedi. Les quatre autres clubs quart-de-finalistes de ce tournoi qualificatif, en l’occurrence Challengers, BCTA, Ankarana et DBC, disputeront donc le dernier ticket pour le zonal. « Cette décision de la Fédération nous arrange bien… Et la ligue apportera son appui à ses porte-fanions », se réjouit le président de la ligue d’Analamanga, Fidy Rasolomalala. Les éliminatoires de la zone Centre regrouperont les représentants de la ligue d’Analamanga, d’Alaotra-Mangoro, d’Atsinanana et d’Analanjirofo. La finale du championnat de la section de Tana-ville U20 a précédé celle de ce tournoi qualificatif et ASA a battu Dream Team SC par 91 à 80.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Accrochage à Bema­hatazana

Une vingtaine de dahalo munis de fusils de chasse et d’armes blanches se sont heurtés de plein fouet avec les forces de l’ordre et le fokonolona à Bemahatazana Tsiroanomandidy, hier, en fin d’après-midi. Deux des voleurs de bétail sont tombés sur le champ de bataille. Ils avaient deux fusils  et portaient des tenues militaires. Le troupeau a  été récupéré en totalité.

L'express de Madagascar0 partages

Bitumage

La portion de route gou­dronnée de 80 kilomètres entre Analavory et Fara­tsiho ne pose aucun problème pour les auto­mobilistes et les transpor­teurs en commun. C’est le tronçon de 57 kilomè­tres entre Faratsiho et Ambohi­bary Sambaina qui se trouve dans un mauvais état. Le ministre de la Santé publique, le Pr Lalatiana Andriama­na­rivo, a annoncé la réhabilitation de cette route. Le début des travaux est prévu au mois de juin.

L'express de Madagascar0 partages

Une politique de crédit indispensable à toute collectivité

LA côte Sud-Ouest en général,  abandonnée à elle-même pendant de trop longues années, semble attirer à partir de mai 1951, l’attention des investisseurs. En effet, la tournée du haut commissaire gouverneur général de Madagascar Robert Bargues, dans la circonscription autonome de Morondava, donne un regain et de belles perspectives économiques à la région.Au cours des multiples réceptions et kabary traditionnels que suppose un déplacementofficiel, bien des questions d’intérêt local sont évoquées (postes médicaux, hôpitaux, écoles, projets d’adduction d’eau, etc.). Leur importance est loin d’être négligeable et Robert Bargues ne manque pas d’écouter ses interlocuteurs avec attention et de les éclairer de ses conseils, voire de promettre son appui. Il explique notamment le principe des emprunts municipaux ou provinciaux auprès de la Caisse centrale de la France d’Outremer et déclare « qu’une politique de crédit s’impose de nos jours à toute collectivité qui veut progresser ».Il veut surtout insister sur les énormes possibilités économiques de ce pays qui peut devenir, grâce à une politique d’investissements, « le véritable grenier de Madagascar. La plaine de Mahabo et l’estuaire de la Morondava produisent déjà et produiront plus abondamment encore- grâce à une politique hardie d’hydraulique agricole- riz, tabacs, sisal, pois du Cap, arachides ». On sait également à l’époque que le charbon de la Sakoa, dont l’exploitation devait commencer et les perspectives pétrolières contribueront à enrichir la belle région du Sud-Ouest.Robert Bargues ne cache pas sa satisfaction de se trouver pour la première fois, « parmi ces populations sakalava (ici il est question de celles du Menabe) laborieuses et fidèles auxquelles il n’a pu jusque-là rendre visite malgré son vif désir ». Dès son arrivée à Madagascar, il ne tarde pas à acquérir la conviction « que la solution des problèmes économiques malgaches doit être trouvée dans un développement harmonieux et concerté des possibilités de la côte Ouest aussi bien que celles de la côte Est. Tout doit marcher de pair vers le but commun qui est l’accroissement de la production ».C’est pourquoi le chef du Territoire peut donner aux auditeurs de ses interventions publiques l’assurance que, désormais, la côte occidentale ne serait plus oubliée dans les projets généraux d’équipement et de mise en valeur.  Du reste, déjà apparaissent des signes précurseurs non négligeables de l’intérêt des pouvoirs publics pour Morondava.À commencer par les travaux de réfection du port de batelage et la construction d’un wharf qui devront alors démarrer dans un proche avenir. Ces travaux permettront aux navires de toucher Morondava en toutes saisons et surtout d’y effectuer très rapidement leurs opérations de chargement et de déchargement. On estime qu’en 1953-1954, ces installations portuaires seront achevées ainsi que la construction d’une cité-logement qui permettra à la ville de s’étendre. Ensuite, le terrain d’aviation sera accessible en toute saison et la réfection de la route de Morondava vers les Hautes terres par Betafo, Miandrivazo et Antsirabe, sera exécutée sur le programme 1952. Enfin, les travaux et les études d’hydraulique agricole sont en cours et permettront la naissance d’un grand centre de culture du sisal dans la plaine de Mahabo.C’est à la Chambre de commerce que sont développées en détail les questions intéressant l’avenir de la région. Le président de la chambre consulaire fait un exposé très documenté. Il s’attache surtout à démontrer que l’aide financière, soit du Plan soit du budget général sinon du budget provincial, ne doit pas se marchander si l’on veut obtenir une large mise en valeur de Morondava. Qu’il s’agisse des installations portuaires, d’hydraulique agricole, de la réfection des routes ou de la création des voies nouvelles susceptibles de drainer le maximum de produits vers le port. Ou qu’il s’agisse de la santé publique ou de l’urbanisme de la ville.Robert Bargues en profite aussi pour faire un large tour d’horizon de l’actualité économique et financière de la Grande ile. Il réitère tout l’intérêt qu’il porte à la côte Ouest, « persuadé que je suis de son avenir ». Sa vision ne le trompe pas.Des investisseurs venus à Madagascar confirment eux aussi que l’on peut mettre en un développement brillant des produits du sol et du sous-sol de la région. « Mais pour yparvenir, outre les capitaux privés qui devront s’y investir, la puissance publique doit, de son côté, se préoccuper de trouver les ressources pour financer les indispensables dépenses d’équipement sans lesquelles aucune production n’est possible. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives Officielles

L'express de Madagascar0 partages

Concours

Cinq cent soixante-dix-huit dossiers ont été soumis, soixante-six ont été présélectionnés et dix-huit sont retenus pour la finale du concours de projets « Vehivavy mizaka tena ara-toekarena ». À partir de ce jour jusqu’au 4 mars, deux chaînes de télévi­sion diffuseront des focus sur les associations, à raison de trois associa­tions par ancienne province. La grande finale se tiendra le 6 mars, en face-à-face au Carlton, et la proclamation des gagnantes et la remise des récompenses auront lieu le 8 mars, journée de la Femme.

L'express de Madagascar0 partages

Découverte macabre

Emporté par le courant, le corps inerte d’un chef de famille de 35 ans a été rejeté par l’Ikopa du côté d’Ambo­hitrimanjaka  vendredi. Le défunt travaillait à Adrano­mena et habitait à Ambodi­vona. Il aurait eu des problè­mes conjugaux avant qu’on ne le retrouve mort.

Midi Madagasikara0 partages

Tapatapany

#- Sambava. Tovovavikely niharan’ny fanolanana, nandoa vola 1,5 tapitrisa ariary ny mpanolana dia nilamina ny raharaha. Nilamina avy hatrany ny raharaha raha vao nandoa vola 1.500.000 ariary ny ray aman-drenin’ilay tovolahy “classe de 3ème” nanolana an’ity zazavavy 12 taona, “classe de 7ème” izay zanaka mpampianatra. Ny fiandohan’ity volana febroary ity, tao Lohanantsahabe, Kaominina ambanivohitra Ambodiampana no niharan’ny fanararaotana ara-nofo narahina herisetra nataon’ny mpianatra toa azy ihany ity ankizivavy hiatrika fanadinana CEPE amin’ny faran’ity taom-pianarana ity. Mba fitandroana ny fihavanana dia nifona ny ray aman-drenin’ilay tovolahy nanolana, ary nangataka 20 andro nitady vola roa tapitrisa ariary. 

#- Mahabo. Roalahy namono tamin’ny fomba feno habibiana lehibena andrimasom-pokonolona “kalôny”, naiditra am-ponja vonjy maika. Rehefa avy nandalo ny mpitsara mpanao famotorana tao amin’ny tribonaly ao Morondava ny roalahy voasambotra izay namono nahafaty tamin’ny fomba feno habibiana lehibena “kalôny” andrimasom-pokonolona, ny 7 janoary lasa teo, tany amin’ny distrikan’i Mahabo, faritra Menabe, dia naiditra am-ponja vonjy maika ao amin’ny fonjaben’i Morondava ny zoma teo, miandry ny fotoam-pitsarana azy ny 9 martsa ho avy izao. Mbola karohina fatratra kosa hatramin’izao ny roalahy nitsoaka naman’ ireto malaso.

Eric Manitrisa