Les actualités Malgaches du Samedi 27 Janvier 2018

Modifier la date
News Mada1233 partages

Fisandratan’i Madagasikara : namidin’i James Ramaroson ny fandaharanasan’i Orlando

 Mipoitra tsikelikely ny marina. Fantatra koa izany izao  fa fandaharanasan-dRaobimanana Orlando ny betsaka amin’ny ireny nambara teny Iavoloha  ho amin’ny fisandratan’i Madagasikara ireny.

 Io indray koa.  Tsy vitan’izany fa namadika an-dRobimanana Orlando ny mpiara-dia aminy, toa an’i James Ramaroson, lasa  naman’ny fitondrana miara-miasa amin’ny minisitra Rabary Njaka Henri sy ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana. Namidiny amin’izy ireo ny  boky  maneho izany  fandaharanasan’ity tale  jeneralin’ny Tahirim-bolam-panjakana teo aloha ity izany.  Araka  ny loharanom-baovao, tafiditra amin’ny fandaharanasa « Madagasikara vina  ho an’ny fanantenana » ny ampahany betsaka amin’ireny nambaran’ny filoha Rajaonarimampianina ireny  indrindra ny lafiny toekarena, toy ny harena an-kibon’ny tany , ny andraikitry ny  fanjakana, ny tontolon’ny fizahantany.

Tsiahivina fa efa nampahafantarina tany Eoropa sy teto amintsika ny boky matevina mirakitra izany ary vina efa nipetraka sy voavolavola,  nanomboka ny taona  2016.

Fitondrana tsy misy atokona sy tsy misy fototra… 

 Araka izany, voaporofo tokoa  izany izao fa mpaka tahaka sy manao dika mitovy hatrany  ny an’ny  hafa ity fitondrana ity. Tsy manana atokona  sy tsy misy fototra.  Efa nanao izany tamin’ireny lahateny ny  25 janoary 2014 raha vao nandray fitondrana  ka natao dika mitovy amin’ny kabarin’ny filoha frantsay teo aloha, Sarkozy ny nambara tetsy Mahamasina, nandrendrehana ny ambanilanitra. Izao indray ka  sady nakana ampahany avy ny fandaharanasan’ny  hafa : ny filohan’ny Tetezamita,  Rajoelina sy ny tale  jeneralin’ny Tahirim-bolam-panjakana teo aloha, Robimanana Orlando. Haka  tahaka sy hanao dika mitovy amin’iza  indray rahampitso ?

Randria

 

L'express de Madagascar372 partages

Toamasina – Trois tonnes d’ossements humains découvertes

Scores. La direction provinciale de la sécurité publique de Toamasina a établi le bilan de la situation inédite de l’insécurité de l’année 2017, mercredi. Un surcroît d’affaires de faux billets, d’ossements humains et de drogue a été relevé. Agissant sur des renseignements, les éléments des forces de l’ordre ont mis la main sur de faux billets, dont la somme s’éleve à 106 000 000 ariary. Par contre, une énorme somme de 147 332 900 ariary a été déjà versée au trésor public. Celle-ci a été collectée suite aux diverses infractions, amendes et recettes sur les visas et passeports. Le commissaire divisionnaire Valisoa Laubel Rakototiana, directeur provincial de la police nationale de Toamasina, a mis en exergue la découverte de plus de trois tonnes d’ossements humains, dans une dizaine de tentatives de trafic déjouées.

Incarcération massiveLe commissaire n’a pas manqué de souligner la lutte contre les stupéfiants. Plus de cent tonnes de cannabis ont été confisquées l’année dernière. Une partie a été déjà brûlée après les procès, selon les règles régissant les objets saisis. « 730 litres de rhum artisanal ont été pris sur des trafiquants », a résumé un enquêteur du commissariat central local.Trois mille sept cent cas d’infraction ont été constatés dans cette ville, deux mille cent cinquante seulement ont nécessité l’ouverture d’une enquête judiciaire. « Mille deux cent individus impliqués dans ces affaires, dont quatre vingt onze femmes, ont été placés sous mandat de dépôt. Mille deux cent autres ont bénéficié d’une liberté provisoire », a indiqué un policier judiciaire. La police, redorant son blason, n’a pas manqué de rendre public ses dix-huit membres sanctionnés après avoir été traduits au conseil de disciplines. Cinq agents ont été dégradés.Seize personnes présumées bandits sont tombées sous les balles de la police dans des courses-poursuites. Les enquêteurs ont enregistré vingt-deux armes, telles que fusil de chasse et pistolet automatique, saisies sur les auteurs d’une trentaine de hold-up survenus à Toamasina. Presque maîtrisé, le taux de commerce illicite de vanille a été plus ou moins réduit en 2017, selon les informations recueillies auprès d’une consœur.« La perspective pour cette année réside dans le renforcement de la police de proximité. La patrouille au niveau de chaque fokontany sera renforcée », a confié le commissaire Laubel.

Hajatiana Léonard

News Mada354 partages

Judo : mpikatroka fito mianadahy hiofana any Japon

Noraisin’ny masoivohon’i Japana, Ichiro Ogasawara, teny amin’ny toeram-piasany eny Ambatobe omaly, ireo mpikatroka judo, nahazo fiofanana ka handeha ho any Japon. Raha tsiahivina, fito mianadahy izy ireo no nisitraka izany. Hianatra sady hiofana mandritra ny telo taona any amin’ity firenena ity i Tsiorinirina Ellena Tessia sy i Nomenjanahary Daniella. Tsiahivina fa nahitana izao fiofanana ho azy mirahavavy izao ny Komity olympika malagasy (Kom). Nambaran’Andrianasoloniaiko Siteny, filohan’ny Kom, fa tanjona ny hananan’i Madagasikara tompondakan’i Afrika, afaka telo taona, ka nandefasana indrindra ireo atleta mbola tanora izany. Hanainga, ny volana avrily ho avy izao, izy roa vavy ireo.

Ankoatra izay, dimy mianadahy : Andrianaivoravelona Tatiana, Rakotovao Mirana, Ramiandrisoa Haingoniaina Durianah, Andriamanoelina Kevin Royce, miampy an-dRatovoson Hery Manoela, mpanazatra, hiofana sy hanaraka fanazarantena, mandritra ny iray volana ao amin’ny “Université internationale des arts martiaux”, ao Chiba, Japon. Tafiditra indray ao anatin’ny tetikasan’ny governemanta japoney izany. Nambaran’i Siteny fa mendrika izy ireo ary tena nisongadina, nandritra ny taona 2017 lasa teo iny. Hanainga, ny 29 janoary izao, izy ireo.

Nolazain’Atoa Ichiro Ogasawara fa tokony ho fito andro ny faharetan’ity fiofanana ity, saingy noho ny fanampian’ny federasiona malagasy, afaka  mijanona mihoatra ny iray volana any an-toerana izy ireo. Ankoatra izay, fanomanana sahady ny ho fiatrehana ny “Lalao Olympika 2020”, hatao any Tokyo, izao fiaraha-miasan’ny governemanta japoney sy ny federasiona malagasin’ny judo izao.   

 Torcelin

Midi Madagasikara157 partages

Liste électorale : Les jeunes aux abonnés absents

La population malgache est composée à 50% de jeunes de 18 à 34 ans, donc légalement en âge de voter. Logiquement, ces jeunes adultes devraient donc constituer 50% de la liste électorale. Or, selon le dernier audit de l’enregistrement des électeurs à Madagascar, ces jeunes étaient absents de la liste.

Sensibilisation. Ayant effectué l’audit avec le KMF-CNOE et compte tenu de l’importance du leadership des jeunes dans la vie politique de la nation, l’ONG Tolotsoa a voulu renverser la tendance. Accompagné par le mouvement MIEL (Mouvement pour l’Intégrité des Elections et des Leaders), l’ONG entreprend ainsi une campagne de sensibilisation auprès des jeunes pour les inciter à vérifier leur nom dans la liste électorale et de s’y inscrire le cas échéant. La campagne a débuté la semaine dernière et s’achèvera le 31 janvier. Ils se rendent dans les fokontany, les universités et autres lieux publics de rassemblement des jeunes. Tous les moyens et modes de communication sont bons pour faire passer le message, focus groupe, tablettes, PC, affiches.

Impacts. Depuis la semaine dernière et jusqu’au 31 janvier, les bureaux des fokontany sont ouverts 7 jours sur 7, étant donné que durant les jours ouvrables, il est peu évident pour ceux qui sont économiquement actifs de se ménager un créneau pour vérifier son nom dans la liste. C’est d’ailleurs le premier motif avancé par ces jeunes, à l’instar de Haro, 25 ans : « Entre le boulot et les études, ça me fatigue de passer une heure ou deux juste pour vérifier mon nom sur la liste électorale ; raison pour laquelle j’ai profité du week-end pour le faire ». Le chef d’un fokontany auquel le mouvement est passé a par exemple affirmé, mercredi dernier, que durant le week-end du 20 au 21 janvier, les vérifications ont augmenté de 40%. Notons qu’une quinzaine d’associations de jeunes a rejoint depuis le mouvement, telles que : 2HY- faire lien, GreenNkool, Liberty 32 Tamatave, etc.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara132 partages

Régime HVM : Composé d’éléments clés de la Transition

Même l’actuel SGP était un ancien SGG de la Transition (Photo d’archives)

A la recherche de boucs émissaires. Si l’on devait attribuer un titre aux agissements du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina et du régime HVM en général, « à la recherche de boucs émissaires » serait l’expression la plus appropriée.

En effet, depuis son accession au pouvoir, le président de la République ne s’est jamais retenu de jeter toutes les responsabilités relatives aux échecs, à cette improductivité, à ce marasme économique aux régimes précédents, notamment, celui de la Transition. Et pourtant, actuellement, il collabore et est bien entouré par des personnalités issues de ladite Transition. D’ailleurs, lui-même en faisait partie. L’on aurait sans doute entendu Hery Rajaonarimampianina, à maintes reprises, affirmer que « cinq ans ne suffisent pas pour redresser un pays ruiné par des crises politico-sociales successives » ou « je ne suis pas le responsable de cette pauvreté. Cela revient aux prédécesseurs ». Mais aurait-il oublié que lui-même faisait partie de la Transition ? Nul n’est sans savoir que Hery Rajaonarimampianina était le ministre des Finances et du Budget, le Grand Argentier de la Transition. Mais ce n’est pas tout et il est loin d’être le seul.

De la Transition. Eric Razafimandimby, le ministre des Travaux Publics occupait déjà ce poste durant le régime transitoire. Il en est de même pour Lanto Rasoloelison, le ministre de l’Eau, des Hydrocarbures, de l’Energie et des Hydrocarbures qu’est l’ancien ministre des Finances, remplaçant Rajaonarimampianina alors candidat à la magistrature suprême. Vonintsalama Andriambololona, l’actuelle ministre des Finances était l’ancienne secrétaire générale du ministère en question du temps de Rajaonarimampianina. Herilanto Raveloharison, le ministre de l’Economie et du Plan se chargeait du ministère de l’Environnement et des Forêts de la Transition.

« Chevronnés ». Outre ces personnalités, Hery Rajaonarimapianina travaille également avec des personnalités « chevronnées » – au propre comme au figuré – en politique. Maharante Jean de Dieu, le ministre de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Administration était le ministre de l’Elevage puis vice-président du Conseil Supérieur de la Transition (CST). Harry Laurent Rahajason, le ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions, occupait également ce poste durant le régime transitoire, en étant au préalable, un conseiller spécial du président de la Transition. Roland Ratsiraka, le ministre du Tourisme occupait la vice-présidence du CST. Le ministère des Transports de la Transition revenait à Benjamina Ramanantsoa Ramarcel qu’est l’actuel ministre des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement. Et Jean Jacques Rabenirina, le ministre de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine était déjà à la tête du ministère de l’Education Nationale.

Des collaborateurs de toujours. Et la liste est loin d’être exhaustive. Béni Xavier Rasolofonirina, le ministre de la Défense n’est autre que le premier adjoint du Cemgam lors de la Transition. Tazafy Armand, le ministre de l’Industrie était à la tête de la Direction Générale des Impôts (DGI) durant la Transition. Le secrétaire générale de la Présidence (SGP), Ralala Roger Pierre occupait le poste de secrétaire général du gouvernement (SGG) de la Transition. Toto Lydia Raharimalala, la ministre de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de l’Enseignement Professionnel assurait d’ores et déjà les fonctions de secrétaire général de ce même ministère durant la Transition. Rivo Rakotovao, le président du Sénat faisait partie du cabinet du MFB avec Hery Rajaonarimampianina.

Des « zanak’i Dada » aussi. Mais il n’y a pas que les personnalités issues de la Transition qui travaillent avec Rajaonarimampianina. Quelques unes étaient parmi les proches collaborateurs de l’ancien chef de l’Etat, Marc Ravalomanana et ce, nonobstant le fait que le locataire d’Iavoloha accuse ses prédécesseurs. Parmi eux figurent en l’occurrence, de Harison Randriarimanana, l’actuel ministre de l’Agriculture et de l’Elevage et de Baro Rafatrolaza, vice-ministre auprès du ministère des Affaires Etrangères chargé de la Coopération et du Développement. Harison Randriarimanana occupait ce département ministériel durant le régime de « Dada », tout comme Baro Rafatrolaza, ancien ministre de l’Elevage du gouvernement d’union nationale de la Transition, issu de la mouvance Ravalomanana. Même topo pour Denis Andriamandroso, ancien ambassadeur de Madagascar à Berlin sous Ravalomanana et qui, actuellement, est l’un des conseillers spéciaux du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina.

Aina Bovel

L'express de Madagascar109 partages

Sous votre charme, mon cher Prési

Jeudi à onze heures cinquante-cinq du côté d’Andohalo, c’est là que tout a basculé. Le ciel s’est tu aux sons des anges de Prési qui sifflotaient si fort que même les oiseaux se sont arrêtés. Tout d’un coup, tel Moïse qui ouvrit la mer Rouge à la force de Dieu, les voitures se mirent miraculeusement à ouvrir un chemin. Les mourants dans les ambulances et les femmes enceintes retenaient leur souffle ; femmes et enfants se sont mis à l’abri. Les plus téméraires sentaient trembler leurs genoux à la seule vue des armes que brandissaient les militaires qui guettaient le moindre geste brusque.Un, deux, trois, quatre…on pensait finir de compter les motards qui annonçaient un miracle. Mais il y en avait encore. On attendait, les yeux rivés sur la scène, la valse des séraphins. Après les motards, on comptait : un, deux, trois, quatre voitures ouvreuses mais cela n’en finissait pas non plus ! Avec la douce musique de sirènes, accentuée par les magnifiques cris stridents des sifflets, les plus pressés avaient compris qu’il serait plus sage de couper le moteur et de profiter de l’instant. Carpe diem ! Car de toutes les manières, on n’y pouvait strictement rien.Les minutes semblaient durer des heures puis en une fraction la merveille se produit : Prési est passé ! Comme un ange que personne ne peut voir mais que tout le monde espère et imagine, vous nous avez fait l’honneur d’être, pour quelques secondes, si près de nous. Après presque quarante minutes d’attente sous la chaleur de midi, on pouvait presque entendre les soupirs de soulagement venant de chaque personne dans cette longue, très longue file de voitures qui attendaient votre furtive traversée.Quelle femme normale ne serait pas sous le charme ? Un seul homme se déplace et une cinquantaine d’autres se mobilisent pour son passage. Une vingtaine le précède, vingt autres se postent armés jusqu’aux dents dans la rue et une bonne dizaine le suit. Quelle virilité ! Zeus lui-même ne saurait mériter tant d’honneur. Toutes auraient voulu être là, à ce moment précis, pour sentir à quel point notre peau cuisait au soleil, comment on pouvait étouffer sous la chaleur dans la voiture. Un sauna fait un peu par forcing car des qu’on essayait d’ouvrir la porte pour ne pas être trop en chaleur à votre passage, le policier nous fixait avec une tête qui ne rigolait pas.Mais peu importe, nous avons eu la joie, le bonheur d’avoir frôlé du regard la vitre fumée de votre voiture. D’autant plus que le spectacle ne s’est pas arrêté là. Après vous, le déluge de motards et autres grosses voitures a continué. Eh oui, après l’homme fort, les hommes moins forts s’emparent de l’asphalte. Cela nous a pris une autre demi-heure. Mais ne vous en faites pas mon cher Prési, leur valse n’est point comme la vôtre.Un seul homme passe, et tout est asphyxié.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar104 partages

Justice – La magistrature rappelée à l’ordre

Le premier président de la Cour suprême rappelle aux magistrats l’obligation de réserve. Un devoir qui semble en conflit avec les libertés garanties par le droit syndical.

Obligation de réserve. Le discours de Modeste Randrianante­naina, premier président de la Cour suprême, a sonné comme un rappel à l’ordre, en particulier à l’endroit des magistrats. Durant son allocution à l’occasion de la cérémonie pour marquer la rentrée judiciaire, au siège de la Cour suprême Anosy hier, le numéro un de cette instance juridictionnelle a mis l’accent sur l’obligation de réserve à laquelle doivent se soumettre tous les magistrats.« Permettez-moi de rappeler que les magistrats, les greffiers, tous ceux qui travaillent au sein du ministère de la Justice, en particulier les magistrats, sont tenus de respecter la déontologie, surtout l’obligation de réserve. (…) Certains pourraient m’en vouloir de tenir pareil discours, mais si je ne le fais pas, qui le fera ? », a déclaré le premier président de la Cour suprême.Le juge Modeste Ran­dria­nantenaina a ajouté que « le non-respect de l’obligation de réserve commence à prendre de l’ampleur. C’est cependant ce qui fait qu’on est magistrat. C’est en respectant ce devoir qu’il y aura un respect mutuel au sein du corps. Mais surtout, c’est en respectant l’obligation de réserve que les justiciables nous respecteront ». Pour le premier président de la Cour suprême, de cette réserve du magistrat, notamment, dépend la bonne marche, et même la crédibilité du système judiciaire.« Le système judiciaire ne fonctionnerait pas correctement, et ne serait pas respecté par les justiciables s’ils constatent qu’entre nous, il y a des discordes », a indiqué le numéro un de la Cour suprême. Sur cette ligne, Hery Rajaonarimampianina, président de la République, a lui aussi souligné la nécessité du respect des règles déontologiques. Affirmant que l’année 2017 a été particulièrement éprouvante pour le monde judiciaire et les magistrats spécialement, le locataire d’Iavoloha, dans son discours, a mis en exergue l’importance du « secret de l’instruction ».

Droit syndicalAucun nom, ni fait n’a été cité dans les allocutions d’hier. Mais le discours du premier président de la Cour suprême, et ensuite celui du chef de l’État découlent vraisemblablement des fréquentes sorties médiatiques du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM). Outre les revendications syndicales qui ont conduit à un bras de fer contre l’État, le SMM a surtout réagi dans des dossiers brûlants comme l’affaire Razaimamonjy. Ce sujet, qui, dès l’instruction, a concentré les phares de l’opinion publique. Le principe de redevabilité pourrait toutefois imposer un certain niveau de transparence.L’année 2017 a été aussi le théâtre de batailles judiciaires entre magistrats, suite au processus d’élection des nouveaux membres du Conseil supérieur de la magistrature. Répliquant au rappel à l’ordre du juge Randria­nantenaina, Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM et de la Solidarité syndicale de Madagascar (SSM), met en avant son statut de leader syndical et des libertés y afférentes. « Je tiens à souligner que lorsque je communique dans les médias, c’est en tant que présidente du SMM, et non pas en tant que substitut du procureur », soutient-elle.Elle table sur le fait que la liberté syndicale implique « la liberté d’opinion et d’expression ». Dans son argumentation, la présidente du SMM affirme que cette liberté accorde le droit d’exprimer des opinions par voie de presse « sans autorisation préalable » des employeurs ou supérieurs hiérarchiques. Une liberté qui prévaut également, lorsque les organisations syndicales « doivent formuler des critiques à l’égard de la politique économique et sociale du gouvernement. Ce n’est pas parce que nous critiquons que l’on doit nous taxer d’opposants, ou d’avoir des visées politiques », se défend-elle.À l’appel au respect de l’obligation de réserve faite par le premier président de la Cour suprême, Fanirisoa Ernaivo répond qu’« il faut faire une distinction entre moi en tant que magistrat et moi en tant que leader syndical. Tant que je suis présidente du SMM et du SSM, je ne suis pas soumise à l’obligation de réserve dans mes activités syndicales ». L’exemplarité des magistrats dans leur comportement et dans l’exercice de leur fonction a, par ailleurs, été soulevée par le juge Randria­nantenaina. Un autre impératif pour reconquérir la confiance des justiciables, qui s’est grandement effrité l’année passée.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara103 partages

« Vina 2030 » ou la vision d’avenir du président Hery

Il a été obligé de présenter son projet de société sous la pression des événements. Le président Hery Rajaonarimampianina a voulu brûler la politesse à son ancien allié devenu un de ses rivaux les plus dangereux. En conviant de nombreux invités à la célébration de l’anniversaire de son accession à la  présidence, le  chef de l’Etat a voulu marquer les esprits. Il s’est présenté comme un dirigeant visionnaire envisageant de sortir Madagascar  du marasme actuel et d’en faire le pays leader de la zone Océan Indien à  l’horizon de l’année 2030. Il s’agit pour lui d’un véritable départ et il veut faire table rase d’un passé dont il est pourtant responsable.  La cérémonie au cours de laquelle a été présenté ce « vina 2030 » a été retransmis par différentes stations de télévision et de radio, permettant ainsi à la population de juger de son contenu. Mais ces propositions ne semblent pas avoir provoqué l’enthousiasme attendu, les citoyens étant confrontés aux difficultés qui se sont accumulés durant ce quinquennat. C’est maintenant au tour d’Andry Rajoelina de parler de sa vision d’avenir. Les médias vont décortiquer les idées liges de ce programme qu’il a longuement préparé avec des personnalités venant de tous les horizons. La conférence qui s’est tenue hier soir à Paris entrait dans le cadre du lancement officiel de sa candidature à l’élection présidentielle de 2018. Ces manœuvres électorales ne peuvent cependant pas éclipser une situation politique qui ne cesse d’évoluer. L’ancien président Marc Ravalomanana continue de subir les tracasseries du régime qui semble vouloir lui faire boire le calice jusqu’à lie.  L’affaire Houcine Arfa est loin d’être terminée et celui qui se dit conseiller en sécurité et proche du président de la République n’a pas l’intention de lâcher prise. Il semble décidé à faire parvenir au Bianco des enregistrements vocaux incriminant ceux qui ont facilité son évasion.

Sur le plan international, l’événement de la semaine est la tenue du 48e forum de Davos qui diffère des précédents à cause du nombre record de participants et de la présence de nouveaux dirigeants du camp occidental. Le jeune président Emmanuel Macron a fait une forte impression lors de son intervention devant les chefs de grandes entreprises. Mais c’est l’arrivée du locataire de la maison blanche, Donald Trump qui a fait sensation. Ses prises de positions atypiques ont quelque  peu bousculé le conformisme des milieux économiques habitués à être ménagés. Un nouveau dynamisme est cependant en train d’être insufflé dans le milieu économique. Une approche un peu plus sociale de la croissance économique voit le jour.

Au Proche Orient, la décision des Etats-Unis d’installer leur ambassade à Jérusalen est toujours très mal perçue. La situation est en train de se crisper. Donald Trump veut imposer aux Palestiniens la poursuite des pourparlers de paix avec Israël,  et menace de supprimer les aides octroyées par les Etats-Unis. La partie palestinienne s’est braquée et refuse de céder.

En France, le blocage par le personnel pénitentiaire des entrées dans les prisons continue de provoquer des remous. Les propositions faites par la ministre de la Justice sont pour le moment rejetées en bloc par les syndicats. Certains commentateurs estiment que le gouvernement  joue le pourrissement du mouvement.

Le président de la République Hery  Rajaonarimampianina semble avoir bousculé son calendrier, pressé par les événements. Bien qu’il n’ait pas encore officiellement annoncé sa candidature, il a présenté son programme. Il reste à savoir s’il a réussi à convaincre la  population. En tout cas, il ne pouvait plus laisser traîner les choses, son « vina 2030 » est la réponse précipitée à l’entrée en lice d’Andy Rajoelina.

Patrice RABE

Midi Madagasikara95 partages

Affaire Kidnapping : « 90% des victimes sont des Indiens ayant une citoyenneté malgache », selon l’Am...

En dépit de tout cela, la coopération entre Madagascar et l’Inde est toujours au beau fixe.

La communauté indienne résidant à Madagascar et les amis de l’Inde ont célébré hier le 68e anniversaire de l’Indépendance de l’Inde. La commémoration suivie d’une levée de drapeau s’est tenue à la résidence de l’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar, SEM Shri Subir Dutta, à Analamahitsy. Interviewé sur la recrudescence des cas de kidnapping surtout de ressortissants indiens depuis ces derniers temps, il a saisi cette occasion pour exprimer sa désolation face à la situation. « Plus de 90% des victimes sont des Indiens alors qu’ils ont la citoyenneté malgache. Nous avons déjà interpellé toutes les autorités compétentes. Pour y remédier, l’Etat doit appliquer effectivement la loi en vigueur afin d’assurer la protection des investissements étrangers », a-t-il déclaré.

Franchise de droits. En dépit de tout cela, la coopération entre Madagascar et l’Inde est toujours au beau fixe.  L’Ambassadeur indien a encore fait savoir que le potentiel d’accroissement des échanges entre les deux pays existe. « Il faut ainsi trouver des moyens pour l’exploiter », a-t-il rajouté. Rappelons que la Grande île importe du coton, des céréales, des céramiques, des machines et équipements électriques, du fer et de l’acier, des fibres synthétiques, des huiles minérales, des textiles chimiques, des produits pharmaceutiques, des plastiques, du caoutchouc et des véhicules indiens. En revanche, le pays exporte en Inde des épices, des fruits et légumes, de l’huile essentielle, des fibres de sisal, des pierres précieuses et semi-précieuses et du nickel, entre autres. « Pour pouvoir intensifier ces échanges commerciaux, l’Inde a mis en place un régime de préférences tarifaires en franchise de droits pour les 31 pays les moins avancés (PMA), y compris Madagascar. Il s’agit d’un accès en franchise de droits à environ 96% des lignes tarifaires indiennes et 2,2% des droits préférentiels aux PMA. Seules 1,8% des lignes tarifaires ont été retenues dans la liste d’exclusion, sans concession tarifaire», a-t-il enchaîné.

Climat des affaires. Notons que cette exemption de droits de l’Inde sont applicables aux produits tels que les haricots secs comme les lentilles, pois chiches, haricots blancs, fibres végétales, matières textiles, légumineuses et fruits de mer comme les crevettes et les poissons. « Les produits d’intérêt immédiat pour Madagascar qui sont couverts par l’accès préférentiel aux marchés des lignes tarifaires comprennent le cacao, les minerais de cuivre, les noix de cajou, les vêtements de confection, les filets de poisson et diamants non industriels. J’exhorte ainsi les exportateurs malgaches à profiter de ce système », a soulevé l’Ambassadeur Shri Subir Dutta. Par ailleurs, « nous sommes engagés à Madagascar dans les domaines de l’exploitation minière, des télécommunications, de l’agriculture et bien d’autres. Des entreprises indiennes ont investi dans le pays, et d’autres cherchent à le faire. Raison pour laquelle, nous demandons plus de clarté des lois sur les investissements malgaches et les lois pour la protection des investissements étrangers permettant d’améliorer le climat des affaires dans le pays. Les entrepreneurs indiens pourront en profiter », a-t-il conclu.

Navalona R.

Madagate86 partages

Paris Petit Palais. Andry Rajoelina a réussi son pari pour son IEM

C‘est un public varié et très orienté qui a assisté au lancement de l’IEM (Initiative Emergence Madagascar) initiée par Andry Rajoelina, ancien président de la Transition de Madagascar.

Comme il s’agissait d’un lancement à volets multiples, ce n’est pas le nombre de personnes dans cette salle du Petit Palais -sis dans le 8è arrondissement parisien-, qui comptait mais plutôt la qualité des personnalités présentes et celle des divers orateurs de cette soirée du 26 janvier 2018.

S’il fallait faire un résumé, c’est simple: Andry Rajoelina a réussi son pari d’avoir pu présenter une plateforme composée de personnalités provenant de divers horizons et domaines: politique, économique, analyste financier, leader charismatique…

Tous amis de Madagascar et qui ont ferme intention de supporter Andry Rajoelina dans son entreprise de remettre à plat une nation qui, en un peu plus d’un demi-siècle, est devenu le 5è pays le plus pauvre du monde.

Ainsi, la soirée débuta par un film montrant de Madagascar une vision paradisiaque puis, abruptement, dégageant les réalités de la dégringolade sociale, économique, infrastructurelle et politiques sur cinq décennies. Une dizaine de minutes après, Andry Rajoelina fait son entrée et on le voit aussi, à l’écran dans un film le montrant longeant un lac splendide. Il parle dans un micro et sa voix-off dans le film fait écho à ce qu’il dit. C’est une esquisse d’un parcours de quatre ans de voyages à la recherche de cette IEM. Jusqu’à ce qu’il rejoigne un pupitre où il se tient debout pour narrer son passage à la mairie d’Antananarivo (élu à 63,27%) mais surtout les quatre années de période de transition qu’il a présidé sans aucun financement extérieur.

Et, grâce à sa faculté d’être toujours à l’écoute et au soin des autres, il a pu réaliser plusieurs travaux qui demeurent toujours de nos jours et son utile à la population: Coliseum d’Antsonjombe, stade Maki d’Andohatapenaka, hôpitaux dans plusieurs régions de l’île… pour ne citer que cela ici. Il a tenu à prouver que tout est possible lorsqu’on est vraiment patriote et qu’on a la volonté d’aller de l’avant non pas pour soi mais pour l’ensemble du peuple malgache.

Parmi les personnalités qui ont pris la parole, c’est le passage de David Douillet, l'un des judokas français les plus titrés de l'histoire, devenu homme politique, qui a attiré l’attention. Littéralement tombé en admiration face au charisme d’Andry Rajoelina, ce quintuple champion du monde de judo a révélé sonbonheur d’être Français, d’aimer et de défendre un pays qui ne s’est pas fait tout seul, et sa ferveur pour le Général de Gaulle qui a été l’aile protectrice de la France à son époque. Pour David Douillet, Andry Rajoelina est un patriote qui a un cœur pour Madagascar et une personnalité capable d’insuffler la volonté de faire quelque chose. « Un Président, c’est, avant tout, avoir trois qualités à la fois qui sont le charisme, la générosité et la fierté qui constituent des valeurs fondamentales ».

Il n’y a pas eu de série de questions-réponses car les autres interventions étaient surtout à caractère très techniques de la part de personnalités telles que: Lamothe Laurent, ancien Premier ministre d’Haïti; Mme Lahrichi Hindi Benjelloun, co-gérante du groupe marocain Mersal Pesca; Zafar Jalil, directeur commercial du groupe General Electric; Mancel Jean-François, membre honoraire du Parlement français…

La réussite de toute entreprise repose sur trois étapes incontournables: réflexion, décision, action. Andry Rajoelina a mis quatre ans à réfléchir sur cette IEM avant de procéder à son lancement avec des partenaires sérieux, compétents et décidés chacun dans leur domaine. Mais avant de prendre toute décision menant vers l’action, le temps de réflexion sera prolongé à travers la mise sur pieds de groupes de travail qui se pencheront sur différents sujets dont les plus urgents à traiter, résorber ou résoudre.

Rappelons que cette soirée de lancement du 26 janvier 2018 sera diffusée sur Viva Tv Madagascar, le dimanche 28 janvier à 20h. Les téléspectateurs verront alors comment Mme Lahrichi Hindi Benjelloun la pêche au Maroc s’est développée grâce à une planification concertée. Ou encore pourquoi équiper tout Madagascar de l’énergie solaire avec des modèles économiques est possible en une année… Bref, dans l’IEM, réalisme et pragmatisme vont de pair. Car vision ne signifie pas rêverie.

Jeannot Ramambazafy – 27 janvier 2018

Midi Madagasikara68 partages

Airtel Madagascar : Un bon début pour le réseau 4 G

Le réseau 4G d’Airtel Madagascar commence plutôt bien avec une satisfaction générale de la part des utilisateurs.  Vidéo de qualité, vitesse de téléchargement rapide… constituent autant d’avantages dont bénéficient les utilisateurs.  Et cette année, le 4 G figure parmi les points qui vont focaliser les efforts du troisième opérateur mobile mondial. « Nous avons un certain nombre d’actions en vue » a déclaré, hier, Julie Niriana Raharilalao, nouvelle Directrice marketing d’Airtel Madagascar, lors d’une réunion de présentation de vœux avec les journalistes. En tout cas, les 3 millions d’abonnés d’Airtel Madagascar vont bénéficier d’un Internet mobile ultra-rapide. En effet le réseau couvert par le 4G passera bientôt à 150 sites et l’objectif est de couvrir l’ensemble du territoire.

La qualité du réseau Airtel 4G  est réellegrâce à la technologie U900 déployée avec Nokia, l’un des principaux équipementiers d’Airtel avec Ericsson. Ce procédé assure la propagation et la pénétration dans des environnements les plus hostiles comme à l’intérieur des immeubles ou au niveau des sous-sols.

R.Edmond.

Midi Madagasikara58 partages

Fanondranana volamena an-tsokosoko : Karohin’ny pôlisy fatratra i Alisoa

Lehilahy iray fantatra amin’ny anarana hoe Baritsialonina Andrifanantenana Alisoa, no karohina fatratra amin’izao fotoana izao, araka ny taratasy fampikarohana azy navoakan’ny pôlisy misahana ny heloka bevava etsy Anosy, omaly. Voalazan’ny taratasy fa anisan’ireo olona fanetriben’ny firenena amin’ny alalan’ny fanondranana an-tsokosoko volamena any ivelany ity rangahy 42 taona ity. Araka ny fanazavàna avy amin’ny pôlisim-pirenena dia tsy ity olona karohina ity irery ihany no voatondro ho mpanao io resaka fanondranana io fa efa tambajotra matanjaka izy ireo. « Ny 2 janoary 2018 lasa teo dia nanokatara fanadihadiana ny Polisy misahana ny ady heloka bevava Anosy mikasika ny fanondranana volamena an-tsokosoko any ivelan’ny Nosy izay miainga eo amin’ny seranam-piaramanidina Ivato. Olona maromaro no efa niatrika famotorana tamin’izany. Nisy ny olona tsotra, nisy ihany koa ireo mpiasa eny anivon’ity seranam-piaramanidina iraisam-pirenena ity izay tafiditra amin’io tambajotra io », hoy ny vaovao. Fantatra fa efa nisy maromaro tamin’ireo olona ireo no efa nampidirina am-ponja ary mbola misy kosa ny karohina, ka anisan’izany ity Alisoa ity. Araka ny tatitra hatrany dia izy io no « anisan’ny tompon’antoka tamin’ity fikasana hanondrana volamena milanja 10 kilao ity ny 29 novambra 2017 lasa teo ». Araka izany, iangaviana izay mahita na mahafantatra vaovao mahakasika ity lehilahy ity mba hampilaza avy hatrany ny tompon’andraikitry ny filaminana akaiky azy ireo. Raha ny adiresy fantatra farany mahakasika azy mantsy, hoy hatrany ny avy eo amin’ny pôlisim-pirenena, dia nonina teny amin’iny faritra Ambohitrarahaba, Ankadikely Ilafy iny ity olona ity. « Mampahatsiahy ny Polisim-pirenena fa helohin’ny lalàna ny fampiantranoana na koa fanafenana ny olona efa namoahana fampilazana fikarohana tahaka izao ary manentana sahady amin’ny fiaraha-miasa amin’ny vahoaka », hoy hatrany izy ireo

m.L

Midi Madagasikara55 partages

Présidence de la République : Mamy Ratovomalala introduit dans l’entourage du président

L’ancien ministre des Hydrocarbures et des Mines fait partie des futurs hommes de confiance de Hery Rajaonarimampianina.

Il a été aperçu avant-hier au Palais d’Etat d’Iavoloha aux côtés des conseillers du président Hery Rajaonarimampianina, et ce malgré le fait qu’il n’a pas encore un titre officiel à la Présidence de la République. Il, c’est Mamy Ratovomalala. D’après nos sources, la présence de ce directeur de campagne de Camille Vital à la présidentielle de 2013 n’est pas le fruit du hasard. Les mêmes sources ont permis de savoir que Mamy Ratovomalala va bientôt occuper un important poste de responsabilité au sein du régime HVM. Les bruits qui circulent laissent entendre que le directeur de campagne de Camille Vital ferait partie du prochain gouvernement remanié. On avance même que Mamy Ratovomalala pourrait être nommé à la tête du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, un poste qu’il aurait du mal à gérer étant donné que la Patte d’éléphant a été toujours occupée par des hauts fonctionnaires de l’Etat dont le pressenti ne fait pas partie. Une autre source laisse croire que l’ancien ministre des Hydrocarbures et des Mines pourrait être nommé vice-premier ministre au sein du  prochain gouvernement.

Retour en force ? Mamy Ratovomalala a été ministre des Hydrocarbures et des Mines sous la transition d’Andry Rajoelina. Il n’a plus occupé ce poste ministériel depuis la mise en œuvre de la feuille de route de sortie de crise qui a abouti à la formation du gouvernement d’union nationale dirigé par Omer Beriziky. Après son départ du gouvernement, Mamy Ratovomalala a atterri à Ambohitsorohitra où il a été nommé directeur général de la Présidence de la République.  Il n’a pas soutenu Hery Rajaonarimampianina au 1er tour de l’élection présidentielle de 2013. Il a préféré diriger la campagne du Général Camille Vital. Après cette élection présidentielle gagnée par Hery Rajaonarimampianina, il a été mal vu par certains proches collaborateurs de ce dernier. La preuve, le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé Jules Etienne a fait appel à lui pour être son directeur de cabinet, mais sa nomination a été bloquée au niveau d’Ambohitsorohitra. Quatre ans après et à 11 mois de l’expiration du mandat présidentiel, l’ancien proche collaborateur d’Andry Rajoelina se prépare à intégrer l’équipe de Hery Rajaonarimampianina.

Equipe de campagne. Le président de la République Hery Rajaonarimampianina a remanié son équipe ces derniers temps. La dernière en date a été la nomination d’Eric Randrasana à la place de Herisoa Razafindrakoto qui a occupé le poste de directeur de cabinet par intérim du président depuis le limogeage de Henry Rabary-Njaka. Le chef de l’Etat dont la candidature à la prochaine élection présidentielle a été confirmée avant-hier à Iavoloha, a même débauché chez ses adversaires politiques potentiels. La preuve, il s’entoure actuellement d’anciens collaborateurs de Marc Ravalomanana, pour ne citer que le ministre Harison Randriarimanana, l’ancien ambassadeur en Afrique du Sud Dénis Andriamandroso, l’autre ancien ambassadeur  Sahobisoa Olivier Andrianarisoa et  l’ancien député Yves Aimé Rakotoarison… Bref, Hery Rajaonarimampianina forme petit à petit son équipe de campagne. Une équipe qui devrait être capable d’affaiblir les camps d’en face, sinon, le président candidat risque de perdre la prochaine élection.

Eugène
Tia Tanindranaza50 partages

Tiko, Magro …Nodorana nefa tsy levona

Feno sivy taona katroka omaly ny Alatsinainy Mainty nitranga ny 26 janoary 2009, nisian’ny fandrobana, fandoroana ary nahapotika orinasa marobe teto Madagasikara nandritra ny fanonganam-panjakàna notarihin’i Andry Rajoelina ny taona 2009.

Lasibatra voalohany tamin’izany ny haino amanjerim-panjakana RNM sy TVM, niitatra tamin’ny orinasan’ny filoha Marc Ravalomanana Tiko, Magro ... Nisy omaly ny fiaraha-mivavaka niarahan’ireo tompon’andraikitry ny orinasa Tiko-AAA tarihan’ny tale jeneraliny Lanto Rabenatoandro sy ny mpiasa rehetra, notanterahina tao amin’ny Magro Behoririka. Nifampizarana ho vatsim-panahy nandritra izany ny hoe : “tsy toetsain’ny mpandresy ny valifaty”. “Raha ny lalana nodiavin’ny TIKO dia tsy tokony hisy intsony ity orinasa ity, saingy nampanantena fandresena Andriamanitra nampijoro antsika”, hoy ny tale jeneraly Lanto Rabenatoandro. Nanatanteraka fotoam-bavaka avokoa, io omaly io, ny rantsan’ny Magro Tanjombato, Bahoririka, Toamasina, Mahajanga ary Antsirabe.

Jean D.

Midi Madagasikara42 partages

Ancien ministre : Solofoson Georges n’est plus

L’ancien ministre du Commerce du temps de l’amiral, Georges Ivan Solofoson, s’est éteint avant-hier, à l’âge de 75 ans. Ce diplomate de carrière a été également directeur de cabinet civil de Didier Ratsiraka. Selon ses désirs, l’inhumation aura lieu le 28 janvier (demain) dans l’intimité familiale. Midi-Madagasikara présente ses condoléances à la famille du défunt.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara42 partages

CEG Ratsimilaho Tanambao V : Nametrahan’ny kaominina mpivarotra ny ivelan’ny sekoly, ahiana ny sakoroka

“Ao anatin’ny tokotan’ny sekoly ny anareo, ny ivelany dia an’ny kaominina, ka izahay no mametraka izay tianay hapetraka eo, fa tsy afaka mandidy anay amin’izany ianareo sy ny talem-paritra ary ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena”, izay no nambaran’ny sekretera jeneralin’ny kaominina Rakotomalala Georges, izay mpampianatra teo aloha tao amin’ity CEG Ratsimilaho ity, nisolo tena ny ben’ny tanana Dr Ratsiraka Elise Laurent. Raha ny hita dia nametrahan’ny kaominina mpivarotra voninkazo izay efa manana ny tsenany ao Bazary be sy Bazary kely ary Bazary Ankirihiry eo ivelan’ity sekoly ity. Efa samy nanao ny trano eva fivarotany ireo mpivarotra nahazo izany, na zara fa vita aza no nanaovana azy, nefa an-tampon-tanana no misy ilay toerana. Tsy sambany anefa izao famarotan’ny kaominina ireo toerana malalaka misy eto Toamasina amin’ireo mpivarotra “mibizina” amin’izy ireo, ka isan’izany ny sisin’ny hopitaly kely lasa fivarotana fiara efa tonta, ny eny amoron-dranomasina izay lasa trano fisotroana sy fidorohana, ny toerana fiantsonan’ny fiara ao Bazary kely izay lasa an’olon-tsotra nananganana trano eva fananan’olona tsy miankina. Saika lasan’ireo Mpibizina” mahasahy mandoa vola “1.000.000 ariary” sy “3.000.000 ariary” arakaraka ny toerana safidin’ireo mpivarotra ny ankamaroan’ny sisin-dalana eto Toamasina. Milaza ny tsy hanaiky izao fametrahana fivarotana manodidina ny tokotanin-tsekoliny izao ireo mpampianatra sy ireo mpanabe ary ireo ray aman-drenin’ny mpianatra ao amin’ity CEG Ratsimilaho, koa ahiana izany ny hisian’ny sakoroka amin’ny fotoana hivarotan’ireto mpivarotra ireto ao amin’ity trano eva vita ity. Ankoatra ireo, na eo aza ny fakana vola etsy sy eroa dia mbola fako sy loto no iainan’ny mponina 21 andro aty aorian’ny fandaovan’ny rivo-doza “AVA”.

Malala Didier

Midi Madagasikara35 partages

Préservation des forêts : Vulgarisation des foyers économes

Faire du « fatana mitsitsy » un produit adopté par les ménages malgaches afin de préserver les forêts.  

 

Pour 98% de la population de Madagascar, le charbon de bois et le bois de chauffe constituent le principal combustible domestique utilisé pour la cuisson des repas quotidiens. Même les ménages qui utilisent, par ailleurs, d’autres formes d’énergie domestique comme le gaz ou l’électricité, continuent d’avoir recours au charbon de bois  pour les mets nécessitant un temps de cuisson prolongé. L’usage massif du charbon de bois est de ce fait, à l’origine de la déforestation, une des principales causes de la destruction de l’habitat naturel à Madagascar. Et pourtant, les forêts jouent, au niveau mondial, un rôle crucial dans la lutte contre le réchauffement climatique en absorbant le dioxyde de carbone de l’atmosphère. A Madagascar, elles assurent le cycle de l’eau indispensable aux paysans, et fournissent des services essentiels comme les plantes médicinales, le bois pour la construction et la cuisson, et bien d’autres.De 50kg à 30kg. L’usage des foyers économes est une alternative déjà mise en avant depuis des années. Leur usage n’est cependant pas encore suffisamment répandu pour amorcer une baisse significative des pressions pesant sur les forêts et les ressources naturelles qu’elles renferment. Afin d’alléger ces pressions, l’usage à grande échelle des « fatana mitsitsy » est un choix à adopter. C’est en tout cas, ce que prône le WWF cette année. Cette organisation en œuvre dans le domaine de la conservation plaide en effet, pour l’utilisation des foyers améliorés, lesquels peuvent réduire jusqu’à 40% la consommation du charbon ou de bois. Un moyen de préserver à la fois les forêts et les budgets familiaux, à l’heure où la majorité des ménages malgaches est confrontée à une baisse inquiétante du pouvoir d’achat. « Un ménage d’environ six personnes utilisant un foyer amélioré consomme environ 30 kg de charbon par mois, contre 50 kg pour un ménage utilisant un foyer traditionnel. Avec le foyer économe, le ménage économise ainsi environ 7000 ariary par mois. En même temps, chaque foyer économe permettra de sauver environ 6 arbres par mois », indique le WWF.

 

Activités. Dans ses perspectives, WWF prévoit cette année, aux côtés de divers acteurs engagés dans le domaine de l’environnement, des activités visant à vulgariser les foyers améliorés : sensibilisations dans les écoles, concours, marches et autres, dans plusieurs districts du pays. La célébration internationale de « Une Heure pour la Terre » le samedi 24 mars 2018 marquera le temps fort de cette campagne. « Cette année, plus de 100 pays à travers le monde célébreront « Une heure pour la terre » sous le thème « Connectons nous à la nature ». A Madagascar, nous avons donc pensé à connecter les Malgaches à la nature à travers l’utilisation de foyers économes. Une façon facile et simple qui profite à nos concitoyens et à la nature, et à laquelle tout le monde peut participer », explique Mialisoa Raharimanana, responsable de l’initiative à WWF. Et comme l’acheminement des foyers améliorés vers certaines régions de Madagascar, pose parfois problème, une opération « crowfunding » a été lancée ce mois de janvier afin de financer l’envoi de 750 « fatana mitsitsy » à Andapa. Avec un objectif de 5000 dollars, le crowdfunding permettra d’envoyer et de vendre à prix réduit des foyers améliorés dans cette localité, proche forêts des Hautes Terres du Nord de Madagascar.

Hanitra R.

Midi Madagasikara32 partages

Escroquerie : Un couple incarcéré pour avoir extorqué 110 millions d’ariary

Un couple d’opérateurs économiques croupit actuellement en prison après avoir été arrêté par des éléments du poste de police d’Ankorondrano le 22 décembre dernier. Leur arrestation fait suite à une plainte déposée par un grand magasin  distributeur de matériels électroniques dans la capitale. Selon les informations, les suspects se sont procuré des marchandises (téléphones portables, écrans plats, …) d’une valeur totale d’environ 110 millions d’ariary. En contractant cet achat, le couple comptait amener ces marchandises pour servir de monnaies de change dans la collecte de produits locaux dans la partie Nord de l’île. Puis, le couple exporte ces produits pour se procurer des matériels électroménagers au Japon et en Europe pour être rapatriés dans le pays par des conteneurs. Cette affaire aurait tourné comme le couple avait prévu mais il n’a pas honoré son obligation envers le propriétaire de ce grand magasin. C’est pourquoi, ce dernier a décidé de saisir la police car selon toujours les informations, les suspects  lui doivent 80 millions d’ariary. Mais, ils n’ont plus donné signe  de vie. Ainsi, ils étaient surpris dans un centre commercial à Andohatapenaka après avoir été filés par la police le 22 décembre 2017. Selon toujours les informations, les présumés escrocs résident à Ambohijanahary-Ambohibao. Ils font l’objet de plusieurs plaintes déposées par des tierces personnes portant sur le même genre de délit auprès des unités des forces de l’ordre dans la capitale. Mais, le pire est d’entendre que durant leur interrogatoire auprès de la police d’Ankorondrano, ils auraient  dit ne pas avoir peur de la Justice car ils ont des connaissances en haut lieu. Leur procès est prévu pour le 22 Mars 2018.

T.M.

Midi Madagasikara23 partages

Après le show présidentiel, retour à la réalité

Après le show présidentiel d’avant-hier, le soufflet semble être retombé. Cette présentation qui était censée marquer les esprits n’a finalement pas suscité beaucoup de commentaires. Le « vina 2030 » n’a pas véritablement provoqué de débats d’idée passionnés. Il a cependant marqué le début de la campagne officielle du chef de l’Etat en exercice et va pousser ce dernier à passer à la vitesse supérieure.

Après le show présidentiel, retour à la réalité

Les commentaires de la presse sur cette cérémonie qui se voulait solennelle n’ont finalement réservé aucune surprise. Ceux des journaux favorables au régime ont  préféré se focaliser sur cette vision d’avenir esquissée par le chef de l’Etat. Ils ont porté sur les perspectives ouvertes tout en ne s’attardant pas sur le passé. .Le reste de la presse a été un tantinet ironique, certains titres se moquant ouvertement de la forme de l’intervention et glosant sur le temps que va prendre la réalisation de ce programme. Finalement, ce ne fut pas l’événement  marquant susceptible de provoquer un électrochoc. Maintenant, le régime va devoir se confronter à la réalité quotidienne. Les problèmes ne manquent pas.  Il va lui être difficile de faire oublier les difficultés d’approvisionnement ou l’insécurité. Les rivalités au sein du régime vont reprendre de plus belle, et ne peuvent plus se cacher. Les temps qui viennent risquent d’être peu cléments au régime car les contradictions en son sein vont s’accumuler. Il va falloir les gérer avec beaucoup de doigté car la stabilité du régime est à ce prix. La pression vient donc de l’intérieur, mais aussi de l’extérieur car différentes affaires continuent à gêner le pouvoir en place. On peut évoquer celle d’Houcine Arfa  qui risque de tourmenter encore longtemps des personnalités proches du pouvoir. Les jours à venir ne vont pas être de tout repos pour l’équipe au  pouvoir. Le retour à la réalité quotidienne risque d’être douloureux.

Patrice RABE

Midi Madagasikara22 partages

Charles Andriamiseza : Prestation de serment du nouveau PGCA d’Antananarivo, hier

La grande salle d’audience de la Cour suprême à Anosy a été le cadre de la cérémonie officielle de clôture de l’année judiciaire 2017 et à la fois ouverture officielle de l’année judiciaire 2018, jumelées aux prestations de serment du nouveau Président de la Cour de Cassation auprès de la Cour Suprême, le Juge Raketamanga Odette Clémentine, et du nouveau Procureur Général auprès de la Cour d’Appel d’Antananarivo, le Juge Andriamiseza Charles. Notons que la première était Président de Chambre à la Cour de Cassation à Anosy avant sa nomination, tandis que le second est un Ex-Garde des Sceaux et Ministre de la Justice

Déontologie. Les deux juges ont ainsi fait le serment d’assurer les fonctions et responsabilités qui leur incombent dans le strict respect de la loi, la recherche de la vérité et de la justice, tout en gardant le secret des instructions et en se basant sur les codes de la déontologie. Outre le ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine, cette cérémonie a vu la présence du Président Hery Rajaonarimampianina et du Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana. Ce fut aussi une occasion pour le chef de l’Etat de toucher mot à son « Vina 2030 ». « Le Fisandratana doit se refléter dans la Justice malgache », a-t-il soutenu.

Juge. Toujours d’après le Président Rajaonarimampianina, la cérémonie de ce jour (hier) rappelle les grandes responsabilités de la Justice, et notamment des juges. Le Chef de l’État a souligné l’importance du respect des codes de déontologie régissant les fonctions de juge. La justice constitue un des piliers importants de la préservation de l’État de droit et la souveraineté de l’État, a-t-il indiqué. Et de conclure qu’« il est primordial d’appliquer les lois existantes et de les faire respecter par tous les citoyens afin de parvenir à une paix sociale durable et surtout de restituer la dignité des juges et de la Justice Malagasy. Les juges sont des personnalités modèles pour la société. Cela implique l’humilité et la compétence pour être crédible aux yeux de la population», a affirmé le Président Rajaonarimampianina.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara21 partages

« Lundi Noir » : Commémoration hier au Magro Behoririka

Les magasins Magro ont fait partie des principales cibles des  actes de pillage qui ont été perpétrés notamment dans la Capitale le 26 janvier 2009. Puisque ce malheureux événement s’est produit un lundi, on l’a communément appelé « Lundi Noir ». 9 ans après, Magro tente de se redresser, contrairement aux autres sociétés victimes des pillages qui n’arrivent jusqu’à présent à renaître de leurs cendres. Hier, la grande famille de Tiko-Magro a commémoré l’événement par un culte au cours duquel ont été présents les employés de cette société conduits par le directeur général de AAA Lanto Rabenatoandro. « Normalement, vu ce que nous avons subi le 26 janvier 2009, notre société ne doit plus être là. Mais, puisque Dieu nous a promis la victoire, nous continuons à travailler jusqu’à présent. », a déclaré hier le DG de AAA.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara21 partages

Toliara : Noloaran’ny olon-dratsy voalaza fa mpangala-taova ny masony roa

Raha honohono noheverina ho tsaho ninian’ny sasany naely foana hatramin’izay, fa misy mpanao trafikan-taovan’olona mangalatra voamaso amina Distrika maromaro any amin’ny Faritra Atsimo Andrefana, dia voaporofo tokoa ny fisian’ izany afak’omaly. Ankizilahy iray 14 taona izay monina ao amin’ny fokontany Belavenoka, any amin’ny kaominina ambanivohitra Milenaka, distrikan’i Toliara II no noloaran’olon-tsy fantatra ny masony roa, ny tolakandron’ny alakamisy teo, tokony ho tamin’ny roa ora. Araka ny tati-baovao voaray, dia niandry tanimboly teny an-tsaha ity tovolahy ity no nisy naka an-keriny. Araka ny fanazavana azo hatrany, dia efa tafala ny masony havia, ary saika haka ny mason’ ity tovolahy kely ity havanana ny olon-dratsy no nisy nahita, ka lasa nirifatra nandositra nitsoaka tany anaty ala, ary mbola karohin’ny Dinabe fatratra hatramin’izao fotoana nanoratana ny lahatsoratra izao. Raha nahita ny asa ratsy ity renim-pianakaviana iray dia niantso vonjy (hazolava), ka io no nanaitra ny fokonolona tamin’ireo tanàna manodidina. Rehefa nojerena ny zava-misy dia ilay zazalahy efa mihoson-drà torana no novantanin’ny olona. Ho famonjena ny ain’ny niharan-doza, dia nentina haingana notsaboina ao amin’ny hopitaliben’ i Toliara izy. Rehefa nahatsiaro tena kely ity tovolahy ity, dia niezaka nitantara ny zava-nihatra taminy. Araka ny nambaran’ny mpitsabo mandray an-tanàna ny fitsaboana azy, dia mety ho simba tanteraka ny masony iray tsy azon’ireo mpangala-taova.

Eric Manitrisa

News Mada17 partages

Maroantsetra : les touristes gênent les trafiquants

Les touristes qui viennent souvent en masse, pour visiter les parcs et les réserves naturelles de Maroantsetra et leurs environs, dérangent et gênent les exploitants de bois précieux dans ces forêts et ce, depuis quelques années. C’est un constat qu’a partagé Armand Marozafy, coordonnateur régional du réseau Lampogno Analanjirofo, organisme membre de la Coalition nationale de plaidoyer environnementale (CNPE), interviewé par une chaîne de radio locale. Des informations que confirment également Clovis Razafimalala, coordinateur régional de la CNPE, également connu comme étant un militant écologiste, ayant dénoncé le trafic de bois précieux dans cette partie de l’île.

Clovis Razafimalala affirme que «ces touristes sont des témoins oculaires des activités de ces exploitants, des trafics. Ils prennent des photos jusqu’au point de présenter des rapports aux bailleurs de fonds et aux gestionnaires des parcs». En témoignent effectivement des centaines de clichés réalisés par des touristes et des voyageurs, publiés sur le web.

Perturbations des vols

Aussi, les vols d’Air Madagascar à destination de Maroantsetra sont souvent perturbés, voire annulés, notamment pendant la haute saison touristique. Pourtant, la faune et la flore des réserves naturelles de Maroantsetra sont parmi les plus attrayantes du pays. Or, ces forêts sont en majorité envahies par les exploitants illicites. «Nous estimons que ces faits ne sont pas le fruit du hasard… Souvent, les pannes d’aéronefs sont fréquentes. Il y a quatre mois, la compagnie a annoncé que la piste était endommagée et impraticable. Or, sans qu’aucune réparation n’ait été faite en cette période de pluies, la piste est aujourd’hui praticable et les vols suivent leur cours, contrairement lors de la saison touristique mais aussi durant le pic de la campagne de vanille», a confié Armand Marozafy.

D’après ces activistes, les trafics continuent et les trafiquants trouvent toujours le moyen de contourner la loi. Le réseau Lampogno, avec le soutien de la CNPE, entreprend des actions pour freiner ces trafics mais après l’arrêt du projet Scapes, le manque de financement pose problème.

Arh.

News Mada10 partages

Insécurité et kidnappings : énième interpellation

Pendant que le régime palabre sur sa « vision 2030 », les problèmes liés à l’insécurité, notamment le kidnapping, sont loin d’être résolus. A ce propos, l’ambassadeur de l’Inde a,  une fois de plus, interpellé le régime, hier.

«Je réitère mon interpellation envers le régime ainsi que les dirigeants à prendre leurs responsabilités afin que le phénomène de kidnapping cesse. Actuellement, les kidnappeurs s’en prennent à tous les citoyens et non plus seulement aux ressortissants indiens». Cette déclaration est  de l’ambassadeur de l’Inde à Madagascar, Subir Dutta, hier, lors de la célébration du «Indian republic day», à Analamahitsy.

Kidnapping par ici, enlèvement par là. Les quatre années du régime sont en effet marquées par la multiplication de ce fléau au point qu’ils tendent à devenir une banalité.  Sauf que cette série handicape à coup sûr l’économie du pays car l’environnement des affaires est sérieusement écorné. Et pour cause, les principaux acteurs de l’économie en sont les premiers concernés. Si auparavant, seulement la communauté indopakistanaise a été la principale victime, depuis quelques temps, les nationaux sont aussi ciblés. Preuve que le fléau a pris une proportion inquiétante.

En dépit des multiples voix qui s’élèvent appelant l’Etat à prendre ses responsabilités, la réalité ne semble cependant pas évoluer dans le bon sens. Plusieurs diplomates avaient d’ailleurs déjà alerté le régime à ce propos. Au mois de juin 2017, lors d’une conférence de presse, l’ambassadeur de l’Inde avait déjà mis l’accent sur le cas des kidnappings. «On veut des résultats tangibles et on veut une responsabilisation rapide et efficace du gouvernement», avait-il alors déclaré. Puis encore, en février 2015, l’ancien ambassadeur français François Goldblatt avait remis aux autorités une liste de suspects impliqués dans des affaires de kidnapping. Une liste qui comporte  à la fois «des noms et la fonction d’agents haut placés, dont des fonctionnaires, des forces de l’ordre (…)».

«Inacceptable»

Sauf que, depuis, la situation s’est empirée. Rien que depuis près de six mois, près de six cas de kidnapping en dix mois ont été enregistrés dans la capitale. Et le dernier en date, le 17 janvier dernier, un rocambolesque kidnapping s’est déroulé en plein centre ville, à Antanimena plus exactement, sans aucune réaction de la part des responsables de la sécurité publique. D’ailleurs, plusieurs opérateurs économiques ont haussé le ton depuis pour rappeler à l’Etat ses responsabilités en matière sécuritaire. «Au cours des dix derniers mois, on a recensé environs 6 kidnappings dans la capitale : c’est inacceptable d’autant plus que ces réseaux mafieux ne reculent devant rien pour accomplir ces actes barbares (…). Nous appelons à la mobilisation et la responsabilité de tous pour venir à bout de ce problème d’insécurité», avait alors réagi le Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (CFOIM) dans un communiqué.

Plus directs et incisifs dans leur communication, des opérateurs économiques ont récemment signé une tribune commune pour alerter les gouvernants. «Les enlèvements sont devenus un véritable business d’une mafia dont les ramifications sembleraient atteindre les hautes sphères du pouvoir militaire et  politique, créant une situation de terreur nationale. Si de hautes personnalités censées nous gouverner ou nous protéger versent dans des pratiques aussi crapuleuses que criminelles, il y a lieu, non seulement de tirer la sonnette d’alarme, mais également de craindre le pire», soutient le groupement des opérateurs économiques. Et d’ajouter que «L’Etat, volontairement ou involontairement, a failli à deux de ses responsabilités régaliennes que sont la protection des citoyens et la mise en œuvre de la  justice».

D’ailleurs, même si le diplomate indien a fait savoir hier que la coopération entre Madagascar et l’Inde ne sera pas affectée par cette série de kidnappings, le fléau laisse quand même des traces.

Rakoto/Nadia

Midi Madagasikara9 partages

GUIDE DU WEEK-END

Coup d’envoi des 10 ans du Chœur d’Hommes

La musique classique bouge d’un ton. Le chœur vocal masculin « Chœur d’Hommes de Madagascar » compte ses dix bougies cette année. Pour marquer le coup, la formation ouvrira en grande pompe la célébration ce soir à l’Alliance française d’Antananarivo. Le groupe amènera le public à la découverte de quelques classiques malgaches revisitées et de grandes compositions internationales. Composé de 12 membres au départ, le groupe compte aujourd’hui une trentaine de jeunes hommes issus de plusieurs chœurs de la Grande Ile. Il interprète des œuvres de grands compositeurs comme Gounod, Liszt, Orff.

Pop music avec les jazzmen

On les connait en tant que mordus du jazz, pourtant, ils sont avant tout des musiciens. Ce soir, Datita Rabeson, Nali Rabarison, Eric Rakotoary et Titi Razakamiadana s’attaquent au Pop music. Le Fara West Faravohitra sera donc bercée par les Beatles et Santana le temps d’une soirée. A eux quatre, ces grands noms de la musique malgache du moment.

Tarik’i Jaojoby  en liesse au Jao’s pub

Du salegy de plus populaire fera danser les noctambules du Jao’s Pub Ambohipo ce soir. Avec Jaojoby et ses complices de scène, le roi du salegy mettra l’ambiance tropicale dans sa tanière pour le plus grand bonheur des habitués des lieux. Evidemment, le chanteur et sa grande famille reprendra les tubes qui ont fait la notoriété du groupe. Bien connu pour ses soirées endiablées, Jaojoby a su gagner le cœur de toutes les générations, surtout les avides de rythme comme les noctambules de la capitale.  Si l’on veut passer un  moment inoubliable et faire ses pas sur de la bonne musique, Jao’s Pub serait l’adresse parfaite pour ce soir.

Maharindra

Midi Madagasikara9 partages

PRODECID : 4,5 millions de bénéficiaires dans 80 Communes

Avec le premier bilan positif, les décaissements pour le PRODECID se poursuivront selon le DG Florian Garcia.

Au début de sa deuxième année de mise en œuvre, le Projet de Développement Communal Inclusif et de Décentralisation (PRODECID) affiche déjà des résultats importants. Les réalisations sur les finances locales, le développement économique et la gouvernance, dans le cadre de ce projet, ont été présentés par les représentants de la Coopération Allemande (GIZ), lors d’une rencontre avec les médias, mercredi dernier au Havoana Land Imerikasinina. « Nous avons travaillé sur la transparence budgétaire avec l’initiation à l’affichage sous forme graphique pour 43 communes. 16 collectivités ont également adopté le budget participatif. Des formations concernant le budget de programme ont également touché 405 responsables issus de 138 communes. Par ailleurs, les impôts locaux se sont nettement améliorés, etc. et ce ne sont que des exemples », a affirmé Florian Garcia, directeur général du PRODECID. En bref, ce projet – financé à hauteur de 12,5 millions d’Euros, soit environ 50 milliards d’Ariary sur trois ans – concerne 3 régions, 80 communes, 500.000 bénéficiaires directs, 4,5 millions bénéficiaires indirects.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

Petite vitesse : Grogne des commerçants menacés d’expulsion

Hier, les marchands  occupant les pavillons sur le devant du marché de petite vitesse se sont manifestés pour contester la décision de la commune urbaine d’Antananarivo les expulsant de ce lieu. « Impliquant plusieurs centaines de marchands, cette décision oblige ces derniers   àquitter cet endroit afin que la CUA puisse s’attribuer à ses partenaires », déplorent les concernés. Pour eux, cette mesure devra leur porter de lourds préjudices car ils ont déjà dépensé beaucoup d’argent pour la construction de leurs pavillons. «Un investissement que la CUA-même qui nous avait ordonnés de le faire, dont l’objectif était la mise en place des pavillons dans les normes»,  souligne leur représentant.  Selon les informations recueillies sur place, chaque marchand avait déboursé près des 8 millions d’ariary. Les manifestants admettent que la CUA a promis de leur construire de nouveaux pavillons mais ils affirment être septiques quant à leur avenir. Leur souci est de voir que le coût de nouveaux pavillons construits par la CUA ne sera pas à leur portée. Sinon, ils n’auront pas la chance d’en bénéficier  à cause du népotisme qui ne cesse de prendre de l’ampleur dans ce pays.  Parlant du coût, les manifestants ont pris comme exemple le cas des pavillons nouvellement construits  sur l’esplanade d’Analakely dont l’unité se vend au minimum à 40 millions d’ariary.

T.M.

Midi Madagasikara8 partages

SECES National : Les membres parmi les fonctionnaires les plus avantagés

“ Toutes les revendications du SECES national ont été satisfaites et nous remercions le ministère de tutelle pour les efforts qu’il a menés “. Ce sont là les propos de Dimby Ralambomanana, président national du SECES lors d’une conférence de presse organisée à Ankatso hier. Les satisfactions concernent trois décrets d’application (2009/2015, 2009/20015, 2009/2016) relatifs à des indemnités diverses. Le dernier décret d’application est sorti ce mois de janvier. Ainsi, les problèmes du SECES national sont résolus, du moins en ce qui concerne les trois décrets d’application, selon Rivoarison Randrianasolo, secrétaire général du SECES National. Les enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants malgaches se placent, de ce fait, parmi les plus avantagés des fonctionnaires du pays.

Scission. La conférence de presse d’hier a également été l’occasion pour le bureau national de faire le point sur la situation interne du SECES. “ Il n’y a pas de scission au sein du syndicat ”,affirme son SG. “ La tentative de destitution du président national et de deux autres membres du bureau national est non conforme aux lois et règlements qui régissent le syndicat…les trois membres cités par la section Antananarivo comme ayant été radiés du syndicat ont été élus lors du congrès national qui est l’organe suprême du SECES “. C’est donc le congrès national qui a le plein pouvoir pour décider de la fin des mandats ou de l’irradiation des membres du syndicat, à en croire le SG du SECES National. Ce dernier d’enchérir- en filigrane – que le prochain congrès national aura lieu le mois de septembre à Antsiranana.

Perspective. Par ailleurs, un conseil national sera également organisé en février de cette année à Antsirabe. L’occasion pour les responsables du syndicat de discuter sur les manières de satisfaire les revendications du décret portant sur les indemnités de recherche des enseignants-chercheurs retraités qui continuent à exercer leurs activités. Les revendications ont donc été satisfaites. Les membres du SECES devraient maintenant songer à veiller à faire connaitre les produits de leur recherche au grand public…eux qui sont plus connus pour les grèves, les revendications syndicales (indemnités, avantages, logement…) que pour les résultats de leurs travaux de recherches ou encore de ce ceux-ci apportent ou apporteront à la société.

José Belalahy

News Mada7 partages

Eny Ambohibao : atahorana hihotsaka ny arabe amin’ny vahilavan’Imamba

Mitovy tantana amin’ny arabe ny rano amin’ny farihin’Imamba amin’izao fotoana izao. Tsy mbola avelan’ny tantsaha vohaina ny vavarano hamindrana ny rano mihoatra. Mampanahy, araka izany, ny mety hihotsahan’ny arabe satria efa mihalo ny sisin-dalana ary mikaoka ny arabe ny rano rehefa hatopatopan’ny rivotra.

Ny alarobia sy alakamisy teo, tapaka tanteraka ny lalana eny amin’ny vahilavan’Imamba iny. Nihotsaka ny lalana nanandrify ny vavarano noho ny ora-nikija nisesy sy ny hamafin’ny tosiky ny rano.

Namboarina vonjimaika izany toerana nihotsaka izany ary efa nosokafana ny lalana nahafahan’ny rehetra nivezivezy. Manahy ny mety hampihotsaka ny arabe anefa ny mpandalo eo amin’io rano io. Misafidy ny mihodidina any Talatamaty miaritra ny fitohanan’ny fiara mihitsy ny sasany hialana amin’ny mety ho fitrangan’ny loza tampoka.

Rehefa misy kamiao vaventy mitondra entana mavesatra no tena atahorana hampihotsaka ny lalana. Efa betsaka ireo tranon’olona “villa” sy trano fandraisam-bahiny manamorona ny rano dibo-drano ka tsy azo onenana mihitsy. Mbola betsaka koa ny varin’olona eny an-tanimbary ka antony tsy amohana ny rano izany.

Randria

Midi Madagasikara7 partages

NATATION : Deux minimes dans le top 10 filles !

Suite au test de classement de janvier organisé par la Fédération malagasy de natation, deux nageuses minimes ont pu se classer dans le TOP 10 malgache des dames et un cadet chez les messieurs.

Les yeux restent braqués sur le classement de la natation de janvier 2018. Car la prochaine compétition pour la course aux points sera pour le championnat de Madagascar en bassin de 50m. Pour la première fois, le Lycée français rentre dans le top 10 ! Les parts du gâteau des 10 premières nageuses dames se répartissent entre Managing, Cosfa, le Lycée français et le 3F-ANS qui alignent chacun deux nageuses dans ce classement. Saint-Michel est en tête mais n’a qu’une seule fille avec Murielle Rabarijaona. La cadette Rabejaona Holy Antsa la suit de près dans ce classement. Les minimes montrent leur nez chez les dames et ce sont toutes les deux des dossistes. Tendrinavalona Idealy de Cosra se mettra à la 6è place et Sion Lola de l’As LFT est à la 8è place. Chez les messieurs, COSFA et Saint-Michel sont au coude à coude avec 3 nageurs chacun. Dobarano, Managing, 3F-ANS et le CRJS de Toamasina se partagent le reste des places avec un nageur dans le top 10. Le plus jeune sera Ramiakatrarivo Francky qui nage dans la catégorie des cadets.

Classement Dames

1re Rabarijaona Tiana Henitsoa Murielle St Michel Senior 3 291,57

2e Rabejaona Holy Antsa Managing Cadette  3 160,11

3e Rakotovelo Tojo Nomentsoa Samantha Junior Managing 3 112,97

4e Raharvel Hanta Valisoa Sarah Senior Cosfa 3 042,78

5e Andrianirina Malalasoa Cadette Cosfa 2 977,34

6e Tendrinavalona Idealy Minime Cosra 2 899,61

7e Rabesahala Antsa Victoria Cadette Aslft  2 882,88

8e Sion Lola Aslft Minime 2 836,44

9e Raharinivo Sitraka Marina 3f-Ans Junior  2 608,88

10e Issoufaly Paméla Océane 3f-Ans Cadette 2 594,90

Classement Messieurs

1er  Rakotomavo John St Michel Cn Senior  3 301,43

2e Rakotomavo Stephan St Michel Cn Senior 3 129,56

3e Ratsimisata Ranto Mampionona Dobarano Senior 3 044,58

4e  Rakotomamonjy Tiavina Sandro 3f-ANS Junior  2 896,11

5e Ramiakatrarivo Francky St Michel Cn Cadet  2 876,67

6e  Rajaonarisoa Antso Zarasoa Cosfa Junior 2 740,09

7e Mandan’Andrianatoanina Cosfa Junior  2 669,02

8e Randrianaina Hariravo Joël Managing Junior 2 636,89

9e Raharvel Harivony Jonathan Cosfa Cadet 2 632,04

10e Rabezanahary Arijaona Tahian’ny Avo Crjs Junior 2 615,87

Anny Andrianaivonirina

News Mada5 partages

BM-avenir de Madagascar : la parole aux jeunes

La Banque mondiale (BM) invite les jeunes ressortissants malgaches de 18 à 28 ans, résidant à Madagascar, à participer au concours «#Blog4Deb», portant sur le sujet «Madagascar, un pays aux mille sourires, un pays aux mille pauvretés». La BM lance ainsi un appel à ces jeunes pour qu’ils s’expriment en 500 mots au maximum, ce qu’il faut faire pour sortir la Grande île de la pauvreté, et faire étinceler ce pays aux mille sourires.

En effet, selon la BM sur son site au sujet du lancement officiel dudit concours le 24 janvier, «Madagascar possède de nombreux atouts, à commencer par sa population de 24 millions d’habitants, dont 64 % ont moins de 25 ans». Grâce à ses vastes étendues agricoles, ses zones forestières et son accès à la mer, le pays pourrait devenir le grenier de l’océan Indien. De plus, l’incroyable biodiversité et la richesse culturelle de l’île pourraient stimuler l’expansion du tourisme. Cependant, le pays figure parmi les pays les plus pauvres de la planète, avec un taux de pauvreté de plus de 93 % en 2012. Au cours des dernières années, la population a dû faire face à deux crises politiques, à des chocs climatiques sévères et à la hausse du prix des produits alimentaires. Ainsi, la qualité de vie des habitants n’a pas connu de progrès substantiels. «Jeunes Malgaches, participez à ce concours en partageant vos idées sur le développement de la Grande Île», a incité la BM.

La date limite de participation au #Blog4Dev est le 15 février. Quant au lauréat, il gagnera, clé en main, un voyage à Washington au mois d’avril prochain.

Sera R.

 

Midi Madagasikara5 partages

« Ndao hihira » : Du romantisme à volonté avec Tovo J’hay et Mirado

Deux artistes issus de générations différentes mais aussi apprécié l’un que l’autre, une formule qui ferait certainement mouche. Le 4 février, Tovo J’hay et Mirado vont assurer un show inédit au Palais des sports.

Deux concerts pour le prix d’un ! Peu présent dans les médias mais adoré par un public typiquement féminin, Tovo J’hay n’a cessé d’émerveiller les mélomanes par ses airs romantiques et ses chansons à l’eau de rose. Crooner par excellence, le jeune Mirado maîtrise également l’art d’enflammer les cœurs. Depuis son tout jeune âge, il a fait, à chacune de ses prestations, monter la température de ces dames et ces demoiselles d’un cran. Ce 4 février, ils vont tenter une expérience des plus inédites. Un projet de longue date qui va enfin voir le jour. « Nous avons toujours aimé collaborer ensemble. Il y a quelques années, nous avons discuté de la possible tenue d’un concert durant lequel Mirado et moi partagerons la scène. Un organisateur m’a approché. On s’est dit, c’est l’occasion. On en a parlé et nous voici aujourd’hui ». Pour ce concert au Palais des sports, Tovo J’hay ne sera effectivement pas seul aux commandes. Mirado partagera la scène avec lui. Tosy et Christian K seront là en tant que guests. « Il y aura une partie pendant laquelle je vais entonner mes propres titres. Une autre où Mirado sera sous les feux des projecteurs et une troisième durant laquelle nos invités s’approprieront la scène et où Mirado et moi, chanterons en duo. Si je vais interpréter ses titres ? Oui. Et vice versa ».  Huit ans après son dernier concert au Palais des sports, revoilà donc Tovo J’hay, prêt à émerveiller ses inconditionnels. Pas seul mais avec Mirado et ses invités : Tosy et Christian K.Mahetsaka

Midi Madagasikara5 partages

Pension de retraite : L’AAM réclame une disposition spéciale

L’Association des Anciens Militaires (AAM) a changé de requête après une rencontre avec les techniciens du Ministère des Finances et du Budget. L’alignement de grille indiciaire réclamé par cette association a déjà été effectif depuis 2008.

 

Une augmentation trompe l’œil ! C’est ainsi que l’Association des Anciens Militaires (AAM) qualifie l’alignement de la grille indiciaire accordé par l’Etat. En effet, les représentants de cette association, conduite par son président Jean Solo Randrianasimanana, ont été reçus hier par les représentants du Ministère des Finances et du Budget (MFB), qui ont affirmé que l’application de l’alignement de la grille indiciaire a été mise en œuvre depuis 2008. « Si cet alignement n’entraîne pas d’augmentation de solde perçue pour certains retraités, c’est parce que malgré ce changement, les pensions de ces personnes restent encore inférieures ou égales au minimum vital prévu par l’article 2-b de la loi 62-144 du 21 mars 1962 », ont expliqué les techniciens de la Direction des Pensions au sein du MFB. Suite à ces explications, les représentants de l’AAM ont noté que les anciens militaires espèrent tout de même une augmentation réelle de solde. « Nous allons faire un avant-projet de loi et on sollicite l’appui de la Ministre des Finances et du Budget pour que cette disposition spéciale soit adoptée », a affirmé le président de l’AAM. Par ailleurs, cette association a également sollicité une séance comme celle qui s’est tenue, hier, pour expliquer le mode de calcul des pensions et l’application de l’alignement indiciaire aux anciens militaires intéressés.

Pour l’inégalité. Plusieurs cas concrets ont été étudiés lors des rencontres de l’AAM avec les techniciens du Ministère des Finances et du Budget, les 25 et 26 janvier derniers. A l’occasion, l’application du minimum vital a été fortement critiquée par ces anciens militaires. « Selon nous, le minimum vital devrait être différent pour chaque catégorie car on trouve que les militaires ayant des grades différents devraient percevoir des montants de pension de retraite différente», ont-ils avancé. En d’autres termes, les anciens militaires critiquent l’égalité engendrée par la fixation du montant minimum de pension de retraite. Ils suggèrent de changer les textes de loi, pour que les pensions de retraite dépendent uniquement des grades, des services faits et des fonctions déjà occupées au sein de l’armée.

 

Antsa R.

 

Midi Madagasikara5 partages

Ambassade de Chine : Premier « Salon des médias 2018 »

L’Ambassade de la République populaire de Chine a organisé hier le « Salon des médias ». Ce fut l’occasion de raffermir les liens avec la presse tout en renforçant les relations diplomatiques et l’amitié sino-malgache. La vision du président chinois Xi Jinping de créer une « communauté de destin sino-africaine » y fut longuement développée.

Beaucoup se demandent sûrement ce qu’est  la « communauté de destin sino-africaine ». Il s’agit d’une notion tirée du concept de « communauté de destin de l’humanité » défini par le président chinois Xi Jinping en septembre 2015 comme suit: « Il s’agit d’établir un partenariat caractérisé par le traitement sur un pied d’égalité, la consultation et la tolérance, d’établir un cadre sécuritaire de justice, de synergie et de partage, de rechercher des perspectives de développement ouvertes, innovantes, inclusives et réciproques, de promouvoir les échanges entre les civilisations fondées sur les principes d’harmonie dans la diversité et d’inclusivité ouverte à toutes les différences d’autrui et enfin, d’instaurer un écosystème basé sur le respect de la nature et le développement vert ». Un partenariat gagnant-gagnant, basé sur l’équité et le respect mutuel en quelques sortes qui sera axé dans les domaines politique, culturel, économique, social et écologique. Depuis le Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC) organisé à Johannesburg en décembre 2015, la Chine a octroyé 60 milliards de dollars de financement pour soutenir le développement des pays africains. Un autre sommet de cette envergure et consacré à l’Afrique sera d’ailleurs organisé dans l’Empire du milieu cette année.

Amitié sino-malgache. Dans son intervention, SEM Yang Xiaorong a mis en exergue l’importance du renforcement de l’amitié séculaire reliant Madagascar et la Chine dans les relations diplomatiques sino-malgaches. Il s’agit avant tout d’opportunité politique, car comme le disait le président M.Xi Jinping, en parlant de la réforme du Socialisme à la chinoise et de ses impacts positifs sur la population : « Cette réforme est aussi bien une expérimentation chinoise que mondiale. » A titre d’exemple, ce modèle a permis à la Chine de sortir définitivement 60 000 000 de Chinois de la pauvreté. Pour en revenir au cas malgache, la coopération avec la Chine a permis des avancées significatives dans le domaine de la santé ( la mission médicale chinoise, etc.), l’éducation et surtout en ce qui concerne l’industrie et les infrastructures routières, etc. Lors de la rencontre d’hier, SEM Yang Xiaorong a exprimé son souhait de vouloir intensifier les relations avec la presse, dans le but de renforcer l’amitié sino-malgache et de soutenir le développement de la Grande île sur le long terme.

Luz Razafimbelo

News Mada4 partages

Musique classique : Madagascar Mozarteum sur les rails

Le début de saison s’annonce étoffé et festif pour Madagascar Mozarteum, qui marque d’une pierre blanche ses huit ans d’existence, cette année.

«Ce fut 8 années très encourageantes pour l’équipe si l’on ne s’en tient qu’au Concert classique de midi. Avec les 86 éditions déjà réalisées, cet événement est devenu une plateforme d’expression et de performance pour les artistes lyriques locaux ou de passage dans la Grande île. La salle de spectacle de l’IFM est pleine à chaque fois, avec, récemment, un public mélomane qui se rajeunit de plus en plus», s’est réjoui José Bronfman, président de Madagascar Mozarteum.

Chaque troisième mercredi du mois est devenu un point de rendez-vous incontournable à l’Institut français pour les aficionados, à travers les onze Concerts classiques de midi, prévus le courant de cette année. Après avoir ouvert le bal, Ny Andovy laissera la place à l’Ensemble Vocal Kanto, le 21 février, pour interpréter dans sa langue d’origine un extrait de «Die zauberflotte» de Mozart.

Talents malgaches

Après l’Afrique du Sud et l’île Maurice, Madagascar est le troisième pays d’Afrique à avoir accès aux prestations du prestigieux Metropolitan Opera de New York. Dans ce contexte, 6 opéras seront projetés en différé sur les murs de l’IFM Analakely. Cet après-midi même, le public aura le loisir d’apprécier «Norma» du compositeur Vincenzo Bellini.

Comme à l’accoutumée, l’institution invite deux artistes, évoluant sous d’autres cieux, à venir échanger avec les  jeunes musiciens malgaches et par la même occasion, partager leurs expériences autour de master classes. Madagascar Mozarteum a jeté son dévolu sur le pianiste Mahery Andrianaivoravelona et le violoniste français Léo Marillier qui seront dans nos murs respectivement au mois d’avril et en novembre. Le but étant notamment de prioriser l’esprit du rapatriement des talents malgaches, ayant effectué des études musicales à l’étranger, afin qu’ils puissent transmettre leur savoir à leurs pairs.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara4 partages

RDJ mozika awards : Les votes, ouverts jusqu’au 3 février !

Encore une semaine pour faire valoir son choix ! Ouvert il y a quelques semaines, les votes pour l’évènement « RDJ Mozika awards » restent ouverts jusqu’au 3 février. Le public peut donc soutenir son ou ses artistes préférés via sms ou sur le site de la rdj. Les artistes, pour rappel, sont répartis dans 22 catégories : soft et mafana (féminin et masculin), variété, buzz, rock, variété mihetsika, milamina, duo, fiderana, rap, rnb, cover, EDM et afro dance. Le meilleur spectacle ainsi que la révélation de l’année seront également primés. Les artistes qui ont réussi leur come-back, le meilleur DJ beatmaker sans oublier l’artiste qui s’est le plus démarqué au cours de 2017, ne seront pas en reste. Le choix des nommés a été effectué par RDJ parmi les artistes et œuvres discographiques diffusées sur RDJ au minimum une fois entre le 01 janvier et le 31 décembre 2017.Mahetsaka

Midi Madagasikara4 partages

Kick off – Tournament : L’UCM remet son titre en jeu

Les organisateurs du tournoi, hier à Ampandrana.

La course pour succéder à l’équipe de l’Université Catholique de Madagascar (UCM) au palmarès du Kick-off Tournament sera ouverte le 31 janvier à Mahamasina.

Après le succès de la 1re édition en 2017, l’Institut d’Etudes Politique (IEP) décide de rééditer le tournoi de futsal inter-instituts. La 2e édition du « Kick Off Tournament » se disputera du 31 janvier au 04 février au Gymnase Couvert de Mahamasina. Cette compétition est sous le parrainage du ministère de la Jeunesse et des Sports avec l’appui technique de la ligue Analamanga de football.

16 équipes. Pendant cinq jours à Mahamasina, 16 équipes en découdront pour succéder à l’UCM. Il s’agit de l’Aceem, Agro, Economie, Esmia, Essca, IEP, Imgam, Inscae, Inth, Iscam, Ispm, IT-U, Samis-Esic, Sticom et Ucm. 14 équipes sur les 16 participantes étaient déjà présentes lors de la 1re édition, deux instituts à savoir Sticom et Essmia viennent de rejoindre la troupe. Le tirage au sort en vue de déterminer les équipes s’est déroulé hier à l’IEP à Ampandrana en présence de David Rajaona et des représentants des instituts participants. « Comme vous êtes tous universitaires, le fair-play est le maître mot de ce tournoi, même s’il s’agit d’une compétition sportive. La fraternité devrait également primer », a déclaré David Rajaona.

Concours. Devenu, un évènement incontournable pour les jeunes footballeurs des instituts privés et publics en début d’année, les équipes se sont préparées depuis très longtemps. Ce tournoi est réservé uniquement aux étudiants et personnels des instituts participants. Les 16 formations sont réparties dans 4 poules de quatre équipes. Les éliminatoires se disputeront les 1 et 2 février, les quarts de final et les demi-finales se dérouleront le 3 février et la grande finale est prévue pour le 4 février. Plusieurs concours vont pimenter le tournoi. Les contests sont ouverts à tous les talentueux de tous âges et sans distinction de sexe. Il s’agit de foot freestyle, de dribble et de tir de précision. Le contest de danse est réservé aux établissements supérieurs ayant une équipe ou non dans le tournoi.

Les poules

A : IEP, ESSCA, SAMIS-ESIC, IMGAM.

B : UCM, ECONOMIE, INSCAE, ACEEM.

C : INTH, IT-U, STICOM, AGRONOMIE.

D : IUM, ESMIA, ISCAM, ISPM.

T.H

Midi Madagasikara4 partages

Fahasimban’ny fonjan’Ambalatavoahangy : “Tsy hisy famindrana voafonja izany ato”, hoy ireo mpandrah...

Nandritra ny fandalovan’ny minisitry ny fitsarana teto Toamasina taorian’ny rivo-doza nijereny ireo fahasimbana teo anivon’ny fonjan’Ambalatavoahangy, ny sampam-pitsarana efatra misy eto Toamasina, ary ny sekoly ambony mpanofana mpandraharaha ny fonja tany Vohibedrana Antetezambaro; dia nandeha ny resaka teo anivon’ny filankevitry ny minisitra fa hisy ny famindrana ny ampahan’ireo voafonja ao Ambalatavoahangy ho any Moramanga noho ny fanamboarana hataon’ny minisitera. Raha nanontaniana izany anefa ireo mpandraharaha ny fonja eto Toamasina dia nilaza fa “tsy hisy izany famindrana voafonja izany ato, noho ny fanajana ny zon’olombelona sy ny zon’ireo fianakaviana manana voafonja eto aminay”. Nomarihan’izy ireo fa “iza no hiantoka ireo fianakavian’ny voanfonja amin’ny fanaterana sakafo sy amin’ny famangiana, izay zon’ireo voafonja ”; izay no nahatonga ireo mpandraharaha ny fonja eto Toamasina niara-niasa tamin’ireo mpiara-miombona sy ireo mpiara-miasa aminy nitady vahaolana hafa, ka misy izao ny fahazoan’izy ireo fanitso sy ireo kojakoja mifanaraka amin’izay ka nahavita ny efitra mahazaka voafonja an-jatony iray tamin’ity herinandro ity. Efa vonona ihany koa ny fanitso sy fitaovana hafa avy amin’ireo mpiara-miombona antoka sy ireo mpiara-miasa amin’ireo fandraharahana ny fonja Toamasina hanarenana ireo efitry ny voafonja roa hafa, izay hamaha ny olana navelan’ny rivo-doza “AVA” farany teo. Ny fanenan-tsazy nataon’ny filoham-pirenena farany teo koa nampihena ny isan’ireo voafonja hazonina ao Ambalatavoahangy, izay efa nihoatra ny arivo ny taona lasa, ary efa latsaky ny 900 izy ankehitriny nefa 350 no tena zakan’ny fonja.

Malala Didier

News Mada3 partages

Taratry ny fahaiza-mitantana : fandaharanasa azo tanterahina, tsy nofinofy ny an-dRajoelina

Hafa mihitsy fa tsy tahaka ny an’ny mpitondra, natao teny Iavoloha, afakomaly.  Tandrametaka sy kitoatoa ary petatoko sady tsy misy fototra fa  novolavolaina  tao anatin’ny telo andro monja.

Vina sy fandaharanasa efa  voaomana nandritra ny taona maro, azo tanterahina  fa  tsy  nofinofy,  anefa  ny  an’ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina,   nambara,  omaly  tao Paris. Matihanina tanteraka ary mifanaraka amin’ny zava-misy eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena sy ny eto amintsika.

Vahaolana maharitra ho an’ny firenena

Mitondra fahombiazana ho an’ireo mpampiasa vola ary nitondrany koa ny vahaolana matotra sy mazava  ho an’ny firenena. Nandray anjara amin’ireo fihaonana na fivoriana stratejika ho an’ny fampandrosoana maneran-tany ny tenany nandritra ny fotoana maro, araka ny nambarany. “Nihaonako  amin’ireo tompon’andraikitra samihafa ka  nahafahako nahita  vahaolana maharitra hanarenana ny firenena.  Vahaolana matotra niainga amin’ireo asa natao sy fikarohana ary  fandalinana niarahana amin’ireo manampahaizana  vahiny  sy teratany izany. Azo hanaingana indray ny fahataran’ny fampandrosoana ny firenentsika ity “Finiavana  ho amin’ny fisandratan’i Madagasikara” (IEM)  nataonay ity”, hoy  izy.  Nambarany fa anisan’ny tafiditra ao anatin’io  ny vahaolana mahomby sy ireo  tetikasa mahasahana ny sehatra hampiroboroboana ny toekarena  hiantraika amin’ny sosialim-bahoaka.

Ny  haha firenena misandratra antsika  aty Afrika

Samy nitondra vahaolana isan-tsehatra avy ireo teknisianina sy manampahaizana vahiny sy teratany  ao amin’ny IEM. “Fanamby apetrakay ny haha firenena misandratra an’i Madagasikara  aty Afrika manoloana izao toerana misy azy,  faran’ny mahantra indrindra maneran-tany, izao. Firenena tanora isika… Mihevitra ny hoavin’ireo tanora 70%  amin’ny mponina izahay, ho amin’ny fahaiza-mitarika sy fahaizana mandraharaha.  Afaka  miatrika ny olan’ny fanabeazana sy ny  fampianarana, ny tsy fananana asa, ny tsy fisian’ny fialamboly…”, hoy ihany izy.

Ankoatra izany, nambarany ho antony nanaovana ny famelabelarana sy adihevitra momba ity vina IEM ity any Paris ny maha kihon-dalana azy eo amin’ny lafiny jeografia. Eo koa ny maha toerana ifaneraseran’ny maro ny ao an-toerana  sady ahafahan’ireo mpiara-miombona antoka stratejika sy ara-bola any Eropa mitondra fanohanana .

Maika ny vahaolana ho an’ny vahoaka…

Ahitana an’i Italia, i Grande Bretagne, i Alemaina,  i  Soisa, i  Bezlika, i Maraoka, i

Tonizia hatrany Kanada izy ireo.  “Vonona izy ireo hifanome tanana amin’ity IEM  ity. Mbola hitohy aty Madagasikara koa anefa izany amin’ny  alalan’ireo  fihaonana sy atrikasa  samihafa mba hitondran’ny rehetra ny heviny sy hijerena ny vahaolana amin’ny sehatra rehetra » , hoy ny filohan’ny Tetezamita. Nohitsiny fa tsy mbola any amin’ny resaka  fifidianana na kandidà aloha ny tenany amin’izao fotoana izao. « Ny hitondrana vahaolana ny fahantran’ny vahoaka sy ny firenena, indrindra eo amin’ny sosialy sy toekarena, izao ny maika sy manahirana fa tsy mbola amin’izany », hoy Rajoelina.

Randria

L'express de Madagascar3 partages

Port de Toamasina – Une paralysie menace le pays

Après le refus de réception de conteneurs vides émis par MICTSL, l’effet domino n’a pas tardé. Toutes les activités d’import-export risquent d’être submergées 

Au ralenti. Vu de l’extérieur, le terminal à conteneurs du port de Toamasina semble tourner à plein régime. De jour comme de nuit, les machines s’activent pour traiter le débarquement et l’embarquement des conteneurs sur les navires. Cependant, la récente décision de MICTSL (Madagascar International Container Service Limited), le concessionnaire gestionnaire du terminal, plus précisément son refus de recevoir des conteneurs vides, laisse entrevoir des soucis au sein de la société par rapport à la gestion même du terminal. « Le traitement d’un seul navire porte-conteneur peut prendre  de trois ou à quinze jours, si autrefois c’était réalisé dans un délai de douze heures », déplore un transitaire, contacté au téléphone.Ce dernier devait assurer le débarquement de quelques conteneurs de friperies pour un client, prévu le 4 janvier mais qui s’est vu reporté pour le début du mois prochain. Même conséquence de ce ralentissement des activités, une douzaine de navires bloqués en rade, en plus du terre plein qui commence à manquer pour le stockage des conteneurs vides en attente de restitution.

ConséquenceIl est évident que des frais de stockage en plus doivent sortir des poches des opérateurs, en plus des frais d’immobilisation réclamés par les transporteurs. Les conteneurs vides restent bloqués sur les camions au lieu d’être stockés gratuitement sur les terre plein des compagnies.La plupart des navires bloqués en rade transportent des marchandises qui doivent approvisionner les grandes enseignes de distribution du pays. Une autre partie s’apprête à débarquer le matériel et les consommables d’imprimerie. Un défaut d’approvisionnement qui a provoqué l’arrêt de la diffusion de quelques quotidiens de la capitale, la semaine dernière, ou encore la rupture de stock de certaines denrées alimentaires sur les rayons de plusieurs supermarchés.Par ailleurs, quelques milliers de conteneurs transi-tant à l’île Maurice en direction de la Grande île sont, en ce moment, bloqués à cause de ce ralentissement de traitement de MICTSL.«On ne comprend pas pourquoi ils n’arrivent pas à traiter ces marchandises plus rapidement, la seule raison réside sûrement dans le fait qu’ils n’utilisent pas à 100% la potentialité de leur machine, à l’image de certaines grues gottwald qui se détériorent sur place », souligne notre transitaire.Contacté sur le sujet, le concessionnaire du terminal avance comme argument la cessation de réception de conteneurs vides et sans plus. Un blocage qui n’a que des effets domino négatifs sur tout le système d’import et d’export du pays. En commençant par les grandes compagnies maritimes, les sociétés de distribution, en passant par les transporteurs, pour finir jusqu’à une répercussion sur le quotidien du citoyen lambda.

Harilalaina Rakotobe

News Mada2 partages

Fatana mitsitsy : mihena 40% ny fandaniana saribao

Vitsy ny mahafantatra ny tombontsoa azo amin’ny fatana mitsitsy. Manaitra ny sain’ny rehetra ny WWF, satria ahazoana tahirim-bola ao an-trano, ary miaro ny ala rahateo.

Hataon’ny fikambanana WWF vaindohan-draharaha ny fanentanana ny Malagasy hampiasa  fatana mitsitsy, amin’ity taona 2018 ity. Lohahevitra ny hoe “mitsitsy mba haharitra. Ndao hampiasa fatana mitsitsy”.  Tanjona ny handraisan’ny Malagasy tsy ankanavaka anjara amin’ny fiarovana ny ala, toeram-ponenan’ireo biby sy zavamaniry tsy fahita raha tsy eto Madagasikara.

Miantoka ny firindran’ny zavamananaina ny ala, manana anjara goavana manoloana ny fiakaran’ny hafanan’ny toetr’andro satria mitroka ny karbôna eny amin’ny atmosfera. Miantoka ny fihodinan’ny fotoam-pambolena, mamatsy ny fanafody avy amin’ny zavamaniry, ny hazo hanaovan-trano sy ny nahandro. Araka ny fanadihadian’ny WWF, mampiasa hazo ahandroana sakafo ny 98%-n’ny tokantrano malagasy. Mihena 40% ny fandaniana saribao raha mampiasa fatana mitsitsy. Mandany saribao 30 kilao isam-bolana ny tokantrano, ahitana olona enina, mampiasa fatana mitsitsy, raha mandany 50 kilao ny mampiasa fatana tsotra. Ahazoana mitahiry vola 7.000 Ar isam-bolana izany ary manavotra foto-kazo enina isam-bolana ihany koa.

Hetsika maro

Maromaro ny hetsika hatao amin’ity volana janoary ity eto Antananarivo, Ambilobe, Andapa, Morondava ary Toliara. Fanentanana any an-tsekoly, eny an-tsena, fifaninanana fifidianana “Master chef Mitsitsy”.

Hisy hetsika manokana ny asabotsy 24 marsa 2018 mandritra ny “Adiny iray ho an’ny tany”, ankalazaina manerana ny firenena 100. Miisa 750 ny fatana mitsitsy aparitaka manerana ny Nosy.

Njaka Andriantefiarinesy

L'express de Madagascar2 partages

Musique retro – Le Pause Café propose « Revy Gasy »

Les chansons malgaches qui ont marqué les années 80 vont être interprétées par quelques passionnés de la musique. Une bande d’amis d’Analamahitsy Cité vont faire revivre cette  période de leur jeunesse au Pause Café à Antsahavola cet après-midi à partir de 15 heures et invitent ceux qui partagent la même nostalgie à venir passer avec eux ce moment d’allégresse.« C’est tout simplement une question de feeling qu’on va vivre ensemble le temps d’un après-midi. Nous étions réunis par la passion pour la musique. Et au fil du temps, on s’est rendu compte que chacun de nous maîtrise bien un rôle bien précis dans notre façon d’interpréter les morceaux malgaches des années 80. Nous avons une quarantaine d’interprétations en répertoire. Puis on s’est dit qu’on allait partager cette ambiance avec les autres. Comme l’endroit a une capacité réduite, il serait mieux de réserver à l’avance », a expliqué Haja Razafintsalama ou Kajà pour les intimes, un membre de la bande.Ils sont sept au total dont quatre musiciens pour assurer les trois heures d’animation pendant « les après-midis de Suzy » comme l’établissement hôte appelle le concept initié il y a deux ans de cela. « En fait, il s’agissait tout simplement de partager avec les autres  la musique que j’aime. Je choisis un thème précis sur un genre de musique, un groupe, ou un artiste qui a marqué les esprits. Je lance un appel aux artistes ou musiciens dans mon entourage.

Ricky Ramanan

News Mada1 partages

Tsiahin’ny 26 janoary : nentina am-bavaka ny AAA

Tsy nandalo fotsiny. Nentina am-bavaka avokoa, omaly ireo orinasa AAA/Tiko amin’izao faha-9 taon’ny “Alatsinainy mainty”, ny taona 2009, izao.  Nanaovana izany avokoa  ny tetsy Behoririka, Tanjombato ary ny any Antsirabe.  “Efa fanaonay isan-kerinandro  ny fotoam-pivavahana tahaka  izao saingy, nomarihina manokana noho ny 26 janoary 2009. Tsy azo  hadinoina izany eo amin’ny tantaran’ny orinasa.  Maherin’ny 50% ny fahapotehana sy fahasimbana nefa niarina izany”, hoy ny tale  jeneraly, Rabenantoandro Lanto, tetsy Behoririka, omaly. Nanteriny anefa fa mety ho fifandrifiana izao antsojay mahazo ny  AAA/Tiko  izao, 9 taona aty aoriana amin’ny hanakatonana azy. “Tsy maintsy mitraka isika  ary tsy hiraviravy tanana fa hiasa anaty finoana. Tsy fahavalo akory izy ireo saingy tsy maintsy mijoro  ho mpandresy isika”, hoy ihany izy. Nialohavan’ny toritenin’ny mpitandrina, Andrianandrianina Hary, izany ka  nilazany  fa tokony hifamelana  heloka sy  hahay hisaotra an’Andriamanitra isika.

Tsiahivina fa mbola mikatona tanteraka amin’izao fotoana izao ny AAA/Tiko ao Antsirabe.

Synèse R. 

News Mada1 partages

pérégrinations hebdomadaires : loi des séries par manque d’imagination

« Je suis le premier à l’avoir dit… », on croirait des mômes du primaire qui se disputent la considération du maître, sauf qu’ici le maître est l’opinion publique qui ne se laisse plus conter des billevesées, balivernes que la suffisance des personnages considère comme d’extraordinaires trouvailles fruits de leur réflexion à la fois que de témoignages de leur intelligence hors norme. S’agissant d’adultes responsables le problème se corse du fait qu’il est question de conquérir le vote des électeurs pour diriger à nouveau le pays et les affaires ( !). Ce n’est pas simple accident fortuit si les deux éminences se télescopent à nouveau à propos d’une priorité sur une idée somme toute banale, ils ont des éléments de parcours en partage. L’un et l’autre ont en commun le bonheur d’avoir connu ou de connaitre l’opportunité de faire leurs preuves, mais éprouvent aussi le même malheur d’avoir raté lourdement l’épreuve. Pendant ce temps le troisième larron déclaré dans la course, tente toutes les provocations pour avoir en retour les réponses qui lui donneraient le rôle de victime, et ça fonctionne mais le costume de victime habille si mal un caractériel tyrannique.

Emergence, la trouvaille pomme de discorde

De l’expérience identique d’avoir un bilan moins que flatteur au terme de l’exercice du pouvoir durant cinq ans (bilan qui menace le mandat actuel proche de son terme), comment convaincre la population pour obtenir à nouveau sa confiance sinon à faire miroiter une construction nouvelle à longue échéance. Qui n’a pas pu le moins pourrait le plus !!! L’idée de départ des deux est déjà la même, et il n’est que logique que des idées courtes parties du même point atterrissent sur des conclusions identiques, dont la principale est d’enterrer le terme développement complétement décrédibilisé. Il n’y a en cela ni mystère ni objet de discussion seuls les vocables utilisés auraient pu les différencier. Et non, tel n’a même pas été le cas, manque d’imagination oblige : développement ayant coulé, pour refaire surface et flotter, « émergence » se présente comme la bouée de sauvetage d’excellence. On arrive à se disputer la paternité du terme. Grosses rigolades dans les cuisines des observateurs de la vie publique. Il y a des lustres que l’émergence des dragons du Sud-est asiatique avait menacé de brouiller la distribution des cartes et surtout la redistribution des profits sur l’échiquier de l’économie mondiale. Ce n’est pas nouveau, mais il n’y a pas de mal à s’en inspirer pour reproduire des résultats à l’avenant. Les rares éléments qui transpirent (dont les initiateurs du projet sont parcimonieux sans doute faute d’abondance) ne favorisent toutefois pas un optimisme béat. Une fois encore on en arrive à craindre la réalisation d’une pâle copie, un hydrocéphale (tête pleine de rêves) aux petits bras. D’entrée de jeu le rêve ne fascine pas la population. Alors que les gens réclament des solutions immédiates pour soulager des difficultés chaque jour plus pesantes, ces projets leur demandent à l’inverse davantage d’efforts et encore plus de patience. Des efforts ? Il existe de la marge pour en fournir tant

et plus certainement. De la patience ? Ils en ont assez donnée que les réserves sont épuisées, les clignotants virent au rouge, ne laissant aucune chance aux propositions à éloigner tant et tant les échéances. Faut quand-même pas rêver, les kemés !

L’arroseur arrosé

La stratégie de Marc Ravalomanana apparait plus clair chaque jour. Il n’a de souci pour se refaire une virginité qu’à s’habiller du rôle de victime, allant jusqu’à faire croire à se résigner à un destin de martyr par fidélité à ses convictions au service de la patrie. Il ne dédaigne pas pour autant à miser sur le côté pile et à jouer l’ange de mauvais augure en annonçant le malheur de graves troubles si l’on vient à entraver sa route. Mais petits et grands malheurs se disputent à pleuvoir sur son chemin. Ses adversaires ne se font pas de scrupules à lui infliger les traitements que lui-même avait initiés contre ses « ennemis » du temps où il était au pouvoir. Ce qui ni ne donne légitimité ni ne légalise les actes contraires au droit actuellement entrepris à son encontre.

Plane toujours cette menace concernant l’application d’une décision judiciaire l’ayant condamné à être jeté en prison. Ça se calme un peu pour l’instant, la Jeanne d’Arc désignée pour mener le drapeau et l’épée de cette campagne s’est pris le feu aux traines de sa robe dans l’affaire du boutefeu Houcine Arfa. Aussi le camp Ravalomanana exploite surtout les malheurs que l’homme subit face aux brutalités des forces de l’ordre empêchant la tenue de toute réunion avec ses partisans même dans le clos d’un domaine privé. Les difficultés qu’Herizo Razafimahaleo eues à surmonter en 2007 reviennent naturellement à l’esprit. A Mahajanga comme à Antananarivo soit pour tenir un meeting soit pour tenir

une conférence de presse, un terrorisme d’Etat n’a cessé d’exercer pressions et menaces sur les propriétaires de salles pour leur interdire de concéder tout contrat de location à ce challenger, même les grands hôtels se sont pliés au diktat, il a fallu à Herizo jouer au chat et à la souris pour parvenir à rencontrer les journalistes en un modeste endroit que les penseurs de la police républicaine n’avaient imaginé pouvoir répondre à cet effet.

Usant de brutalité tout en frissonnant de fièvre

Il ne doit pas être agréable d’envisager quitter quelque poste agréable que ce soit à fortiori la plus haute charge de son pays. Rien n’est sûr mais les caprices des sondages ne garantissent rien de stable, un jour une sortie victorieuse le lendemain une déculottée calamiteuse. Ce n’est pas la prétendue popularité que rapportent les flagorneurs d’une cour miteuse, qui pourrait rassurer. Et les circonstances viennent plomber l’atmosphère.  Les malheurs faits à Ravalo produisent pour l’instant les effets contraires de ceux escomptés : calcul maladroit. Le scandale HoucineArfa risque de piéger le pouvoir partagé entre le devoir de solidarité et l’obligation qu’enseigne la bible concernant le réalisme de couper les branches pourries. A se répandre la gangrène ne fait pas rémission pour peu que l’on tarde à s’amputer d’un membre nécrosé.

Léo Raz

L'express de Madagascar1 partages

Conjoncture – Le secteur privé s’insurge

Les enlèvements se suivent, devant la quasi-inaction des autorités. Les groupements d’entrepreneurs haussent le ton.

Trop c’est trop. L’expression a été reprise par tous les groupements des entrepreneurs à Mada­gascar suite à la vagued’insécurité sévissant actuel­lement dans le pays. Une semaine après l’enlèvement spectaculaire de l’homme d’affaire hindou, propriétaire de la bijouterie Kalidas, ou encore le rapt du fils de l’ancien président du Syndicat des industries, en la personne de Naina Andriatsitohaina, commis la veille des fêtes de Noël qui a porté à plus de quatre vingt dix le nombre de personnes enlevées, la classe affaire s’insurge.Dans un communiqué publié conjointement hier, le Groupement des entreprises, le Collectif français d’origine indienne, le Groupement du patronat, la Confédération du tourisme, le Groupement des femmes entrepreneurs, le Syndicat des industries, la Chambre de commerce France Madagascar ainsi que de nombreuses associations et groupements, affichent leur crainte et mécontentement face à l’inaction des autorités. « La violence et l’insécurité sont devenues quotidiennes, touchant toutes les couches de la population, à un niveau jamais atteint. Cette situation oblige les entreprises à investir considérablement aussi bien dans leur propre sécurité que dans celle de leurs salariés », expliquent ces groupements dans leur communiqué.

Business« Nous n’avons pas encore de budget alloué uniquement pour ce cas dans la mesure où nous sommes majoritairement des petites et moyennes entreprises. Cependant, nous envisageons cette possibilité si les moyens nous le permettent. Ce qui occasionnera des pertes en plus malgré une conjoncture économique déjà compliquée», explique Fanja Razakaboana, présidente du Groupement des femmes entrepreneurs.Toujours selon le communiqué, « les enlèvements sont devenus un véritable business d’une mafia dont les ramifications sembleraient atteindre les hautes sphères du pouvoir militaire et politique. Des kidnappings spectaculaires qui ne sont malheureusement que la partie émergée de l’iceberg dans la mesure où les zones rurales sont également  en butte à ce fléau ». À travers ces propos, ces groupements pointent les autorités du doigt et attendent des mesures concrètes.Ainsi, les chefs d’entreprises ainsi que les salariés appartenant à ces groupements ont décidé, depuis  hier, de manifester publi­quement pour montrer leur inquiétude et leur colère face à la situation devenue intolérable pour beaucoup d’entre eux. « Nous sommes solidaires avec tous les groupements, tout le monde est concerné. Mais les premières cibles sont toujours les opérateurs. Ce qui nuit à la productivité et la motivation des investisseurs ainsi que les opérateurs locaux », conclut Erick Rajaonary, président du FIVMPAMA

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Émergence 2030 – Le Cram dénonce un retard

Un retard d’exécution. C’est le message que le président du Centre de réflexion pour l’avenir de Madagascar (Cram), Marie René Joel Harison, a voulu faire passer dans un mail envoyé à la presse. En 2015, il a tenu un exposé à l’Assemblée Nationale sur le « Plan stratégique de développement à croissance accélérée ».Selon lui, l’État aurait dû s’engager dans une refondation du pays depuis longtemps, pour éviter qu’il ne sombre dans la pauvreté actuelle. « Si à cette époque, nous, la population et les élus, avions eu l’ambition et le courage ainsi que la conviction de nous lancer dans le Forum National pour la Refondation de Madagascar, que nous avons toujours revendiqué (…), le peuple ne serait pas dans cette situation, et le pays ne sombreraitpas », a-t-il déclaré. Corruption en haut lieu, détournement de fonds, chute de l’ariary, l’insécurité et plus encore, ont été cités comme exemple pour illustrer de quels maux les Malgaches souffrent.Le 18 décembre 2015, Marie René Joel Harison, accompagné de Holijaona Raboanarijaona, président de « Émergence de Madagas­car », a présenté et exposé les détails de ce « Plan stratégique de développement à croissance accélérée » devant les députés. Avec les débats, la session a duré quatre heures. Cela dit, aucune réalisation de ce plan stratégique n’a été concrètement constatée jusqu’ici. On y trouve, par exemple, une promesse de prendre des mesures sociales à court terme. « Avant tout, et c’est la promesse d’Emergence de Madagascar de créer 100 000 emplois en 100 jours, dans le cadre de la régularisation du secteur informel inspiré du modèle asiatique, en collaboration avec les communes », est-il mentionné dans le projet.Le « Plan stratégique de développement à croissance accélérée » et « Fisandratana 2030 » ont tous les deux des objectifs qui se ressemblent, à savoir réduire la pauvreté, développer le pays et émerger le pays sur le plan économique, de façon à devenir la fierté de l’océan Indien. La différence est que le plan stratégique proposé par le Cram est plutôt axé sur le social, tandis que le Président de la République mise sur l’économie.

Loïc Raveloson

News Mada0 partages

“ITM 2018” : fanoitra ho an’ny fizahantany

Hatao ny 31 mey hatramin’ny 3 jona 2018 ho avy izao ny hetsika iraisam-pirenena ho an’ny fizahantany eto Madagasikara (ITM), andiany fahafito eny amin’ny Tanàna Voara Andohatapenaka. Manodidina ny 50 ny mpandray anjara, hahitana ireo avy atsy amin’ny Nosy aty amin’ny ranomasimbe Indianina, antsoina koa hoe Nosy Lavanila sy avy any amin’ny firenen-kafa. Tanjona ny hanomezan-danja ny fizahantany maharitra aty amin’ny ranomasimbe Indianina, mifantoka amin’ny zahavoahary.

Anisan’ny ho hita mandritra ireo fotoana ireo ny fifanakalozana traikefa sy vaovao eo amin’ny samy mpandraharaha eto an-toerana sy vahiny amin’ny lafiny fizahantany sy ny mifandraika aminy. Ahitana toerana manokana ho an’ny fialamboly amin’ny fizahantany (rafting, quad, kayak, parapente, …) ny fitaovana ilaina amin’izany. Hanana tranoheva koa ireo ofisim-paritry ny fizahantany avy any amin’ny faritra 22.

Fotoana hikarohana lalam-barotra, fiaraha-miombon’antoka ny “ITM”, hanitarana ny seha-piharian’ny matihanina. Manodidina ny 50 ny loabary an-dasy harahina adihevitra. Maherin’ny 200 ny tranoheva, manodidina ny 15.000 ny mpitsidika handrasana. Manohana ny ONTM amin’ny fikarakarana ny Fiombonan’ny Antenimieran’ny varotra aty amin’ny ranomasimbe indianina (UCCIOI).

Njaka A.

News Mada0 partages

Fiarovana ny asan’ny mpitsara : tsy arakaraka ny kabarin’ny filoha ny atao

« Ampiharo ny lalàna misy, iaino ny lalàna.Mihatra amin’ny mpiasam-panjakana rehetra ny fitsipi-pitondran-tena amin’ny asa. Anisan’ny manana manokana izany ny ao amin’ny fitsarana. Anisan’ny voalohany ao anatin’izany ny fanajana ny ambaratongam-pahefana misy. »

Io ny nambaran’ny filoha Rajaonarimampianina teny Anosy, omaly, tamin’ny fanombohana ny taom-pitsarana 2018. Zava-dehibe ny tsiambaratelo. Mety manakorontana raha aseho ampahibemaso ny zavatra afenina, na raha lazaina ny tsiambaratelon’ny asa. Olona manana ny maha izy azy sy ny hasiny ny mpitsara.

Tsy mora ny asa sy ny andraikitry ny mpitsara, fa mila mijoro eo amin’izay fahamarinana sy fahitsiana tokony hananana. « Fialofan’ny malemy ny fitsarana, tsy miangatra ny fitsarana, fampiharana ny tena lalàna, fitsarana iandrasana hitondra fisandratana », hoy izy.

Manan-danja amin’izay tokony hanajana ny fitsipi-pitondrana ny mpitsara. Tena mampiaina ny rafitra sy mitondra ny vokatra tsara  amin’ny vahoaka ny olom-panjakana. « Arovy ny asanareo, arovy ny maha mpitsara anareo » , hoy ihany izy.

Fitaovana politikan’ny mpitondra hatrany ny fitsarana

Tena araka izany kabary izany tokoa ve ny zava-misy, indrindra ny atao amin’izao? Tsy hita izay fisaraham-pahefana, fa eo ambany vahohon’ny fahefana mpanatanteraka hatrany ny fitsarana : fitaovana politika. Eo, ohatra, ny « Raharaha Lylison René de Roland », ny « Raharaha Andriamananoro Augustin »…

Aiza ho aiza koa, ohatra, ny fanajana ny And. 54 amin’ny lalàmpanorenana momba ny fanolorana praiminisitra? Toy izany koa ny And. 72 momba ny tsy fahazoan’ny depiote miova vondrona politika. Miray tsikombakomba amin’izany ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC).

Tsy hita hotanisaina ireo raharaha tsy mazava na tsy hita izay farany, tsy mamela ny fitsarana hiasa amim-pahamarinana: ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine », ny « Raharaha Antsakabary « , ny « Raharaha Andriamandavy VII Riana », ny « Raharaha fakana an-keriny tany Toamasina »…

Tsy efa mba niady sy nitaky ny fiarovana ny asany ve ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM)? Tsy hita izay fandraisana andraikitry ny filoha, raha ny fitarainan’ny SMM. Amin’izany, tena fialofan’ny malemy ve ny fitsarana? Na tsy miangatra, fampiharana ny tena lalàna… Tsy arakaraka ny kabary hatrany ny atao.

R. Nd.

Vita fianianana

Vita fianianana ny filohan’ny fitsarana fandravana eo anivon’ny Fitsarana tampony, Raketamanga Odette Clémentine. Toy izany koa ny tonia voalohany mpampanoa eo anivon’ny fitsarana ambony, Antananarivo, Andriamiseza Charles.

News Mada0 partages

Avy aty an-tanindrazana : asehon’i Gwen any Frantsa ny « Esperanto »

Tafaverina any Normandie-Frantsa, toerana nahalehibe azy, i Gwen Rakotovao, teratany malagasy, fanta-daza any amin’ny firenena maro eo amin’ny tontolon’ny soradihy. Anisan’ny anton-diany ny haneho an-tsehatra ilay soradihiny vaovao, mitondra ny lohateny hoe « Esperanto », ao amin’ny Trianon Transatlantique ny 30 janoary izao.

Raha tsiahivina, teto Antananarivo no nanehoany voalohany ity soradihy ity, tamin’ny volana septambra, seho niarahany tamin’i Saroy Rakotosolofo sy i Imiangaly. Soradihy lalaovin’olo-tokana faharoa noforonin’i Gwen Rakotovao izy ity, taorian’ilay hoe « L’amour, la liberté », noforoniny ny taona 2014 tany New-York.

Foto-kevitra fonosin’ity soradihy ity ny hoe ahoana ny hananana fanantenana raha toa ka mbola betsaka ireo zavatra manasaraka antsika (mpiara-monina, mpiray tanindrazana, sns), toy ny teny, ny fomban-drazana sy ny maro hafa. Maneho ny fitadiavany ny atao hoe firaisankina i Gwen.

Hiavaka amin’ny hita tao amin’ny Cercle germano-malagasy (CGM) ity fampisehoana any Normandie ity. Hizara roa izany ka handray anjara, mandritra ny tapany voalohany, ny mpianatra avy amin’ny sekoly iray ao Sotteville-Lès-Rouen. Amin’ny tapany faharoa kosa no hilalaovan’ity mpanao soradihy ity ny « Esperanto ».

Landy R.

 

News Mada0 partages

“Ndao hihira” : hiray sehatra i Tovo J’Hay sy i Mirado

Efa 8 taona tsy niakatra ny lapan’ny Fantanjahantena i Tovo J’Hay. Aman-taony koa tsy nisehatra teto an-tanindrazana  koa i Mirado. Fotoana iray nandrasana ela ny “Ndao hihira” ho an’ny mpankafy.Maninona no i Tovo J’Hay sy i Mirado? “Efa ela izahay no nanam-paniriana hanao zavatra miaraka, saingy tsy tanteraka mihitsy izany. Raha nanatona anay ny mpikarakara, niara-nanaiky ny rehetra satria io izany ilay fotoana”, hoy ny fanazavan’i Tovo J’Hay. Hiray sehatra anatin’ny “Ndao hihira”, fampisehoana goavana hotontosaina etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena, ny alahady 4 febroary ho avy izao, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro izany.Araka ny fanazavana hatrany, samy hanao ny hirany izy mirahalahy ireto amin’io fotoana io. Hisy fotoana kosa anefa hanaovan’i Mirado ny hiran’i Tovo J’Hay sy ny mifamadika amin’izay. Mazava loatra fa hisy ny fampiaraham-peo eny anelanelany eny. Tsy fampiaraham-peon’izy mirahalahy ireto ihany, satria fantatra fa nanasa vahiny koa izy ireo. Ho avy handravaka ny seho i Tosy sy ny feomangany, hampian’i Christian Kely, izay anisan’ny zandriny indrindra amin’ireo mpanakanto efa be mpankafy.Hita taratra anatin’ilay rakitsary “Tsy miova”, efa mandeha amin’ny fahitalavitra, ny endrikendriky ny fampiaraham-peo hotontosain’ireto mpanakanto ireto. Ho an’ireo mpankafy an’i Tovo J’Hay manokana, fotoana nandrasana ela io, satria efa tamin’ny taona 2010 izy no niakatra ny lapan’ny Fanatanjahantena farany. Fotoana hitondrany ny rakikira “Angolanao” hatrany izany.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Fanondranana volamena an-tsokosoko… : karohin’ny polisin’ny BC i Baritsialonina Alisoa

Namoahan’ny polisy avy ao amin’ny sampana fikarohana heloka bevava (BC) Anosy fikarohana noho ny fanondranana volamena an-tsokosoko mankany ivelany i Baritsialonina Andrifanantenana Alisoa antsoina hoe Alisoa…

 Ny 2 janoary 2018 lasa teo, nanokatra fanadihadiana ny polisin’ny BC momba ny fanondranana volamena an-tsokosoko any ampitan-dranomasina izay miainga eo amin’ny seranam-piaramanidina Ivato. Araka ny fanazavan’ny polisy, olona maromaro no efa niatrika famotorana tamin’izany. Nisy ny olon-tsotra sy ireo mpiasa eny anivon’ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena Ivato tafiditra ao anatin’io tambajotrana mpanao trafikam-bolamena io. Tao ireo efa naiditra am-ponja ary mbola mitohy ny fikarohana. Anisan’ny karohin’ny polisy amin’izao i Alisoa, araka ny didy fikarohana navoaka ny polisin’ny BC. Nohamafisin’ny polisy fa tompon’antoka tamin’ny fikasana hanondrana volamena milanja 10 kg izy ny 29 novambra 2017 teo.

Raha ny mombamomba azy, tao amin’ny Lot AV.08 Ambohitrarahaba Ankadikely Ilafy – Tana 103 no nahitana azy farany. Eo anatrehan’izany, iangaviana izay olona mahalala na koa manam-baovao momba azy mba hampilaza ny polisim-pirenena akaiky azy na koa hiantso ny polisin’ny BC amin’ny laharana telefaonina 034 05 517 26. Mampahatsiahy ny polisim-pirenena fa helohin’ny lalàna ny fampiantranoana na koa fanafenana olona namoahana fampilazana fikarohana toy izao ary manentana sahady amin’ny fiaraha-miasa amin’ny vahoaka.

Jean Claude

News Mada0 partages

Fivadiham-pitokisana : nidoboka am-ponja ireo mpivady mpandraharaha

Hiakatra fitsarana ny 22 marsa 2018 ho avy izao ireo Malagasy roa mpandraharaha (mpivady) naiditra am-ponja vonjimaika noho ny raharaha fivadiham-pitokisana sy fisolokiana, ny volana desambra lasa teo. Ny 22 desambra 2017 teo no saron’ny polisy avy ao amin’ny PPA2 Ankorondrano izy mivady. Araka ny fanazavan’ny polisy, fivadiham-pitokisana sy fisolokiana ny antony nisamborana azy ireo. Fantatra tamin’ny fanadihadian’ny polisy azy mivady fa naka entana elektronika, toy ny finday, fahitalavitra… tao amin’ny tranombarotra lehibe iray eto an-drenivohitra izy mivady ireto ka mitentina 110 tapitrisa Ar izany. Nentin’izy mivady natakalo lavanila tany amin’ny faritra Avaratry ny Nosy ireo entana ireo ka ireo vokatra ireo indray no naondrana any ivelany avy eo. Ividianany fiara na zava-kafa ilaina amin’ny fiainana andavanandro indray ny vola azo amin’ireo lavanila. Alefan’izy ireo amin’ny kaontenera avy any Japon na Eoropa ireo entana ireo. Tsy nefain’izy ireo kosa anefa ny vola tokony haloany tamin’ilay tranombarotra na efa nisy aza ny fotoana nifanarahana handoavana izany. Vola mitentina 80 tapitrisa Ar ka nahatonga ny tompon’ny tranombarotra nametraka fitoriana teny amin’ny polisy.

J.C

News Mada0 partages

Ambatondrazaka : ankizivavikely maty voahosin’ny kamiaobe

Nitrangana lozam-piarakodia namoizana ain’olona tao Ambatondrazaka omaly tolakandro. Ankizivavikely iray handeha hianatra ity nofaohin’ny kamiaobe teo amin’ny fidinana Ambalabako eo amin’ny fiantsonan’ny taksiborosy ity. Araka ny fanazavana, handeha hianatra izy ary nandeha tamin’ny sisin-dalana, kanjo nofaohin’ny kamiaobe nitondra vato malao. Tapaka frein teo amin’ilay fidinana ity kamiaobe ity ka tsy afaka nanao na inona na inona intsony ny mpamily. Vokany, tafasitrika tao ambanin’ilay kamiaobe ity ankizivavikely niharam-boina ity. Voadona mafy teo amin’ny lohany izy ka isan’ny nitarika ny fahafatesany izany. Nosokirina tao ambanin’ilay kamiaobe ny fatiny.

Nambaran’ireo mponina ao an-toerana fa fanindroany amin’izao no nahitana trangana lozam-piarakodia tamin’ity lalana ity.  Tonga nanao fanadihadiana teo amin’ny toerana nitrangan’ny loza ny zandary.

J.C

News Mada0 partages

Ambanitsena : nanao fambolen-kazo ny polisy

Natokan’ny fianakaviamben’ny polisim-pirenena hambolena hazo ny andro omaly. Teny Ambanitsena no nanatanterahan’izy ireo izany. Nitarika izany fambolen-kazo izany ny minisitry ny Filaminam-bahoaka, ny contrôleur général de police, Andrianisa Mamy Jean Jacques miaraka amin’ireo tale sy lehibe amin’ny sampandraharaha isan-tsokajiny eo anivon’ny polisim-pirenena miaraka amin’ny solontenan’ny minisiteran’ny Tontolo iainana. Nambaran’ny minisitry ny Filaminam-bahoaka fa tafiditra ao anatin’ny politikam-panjakana mihitsy ny fambolen-kazo eto Madagasikara ary raha ho an’ny polisy manokana, tsy eto an-drenivohitra ihany akory ny manatanteraka izao fambolen-kazo izao fa misy koa ireo polisy any amin’ny faritany manao izany. Isan’ny nanaovana izao fambolen-kazo izao ny fiadiana amin’ny fivadibadihan’ny toetr’andro. Miisa 400 ireo zana-kazo novolena izay nahitana hazo fihinamboa.

Jean Claude

News Mada0 partages

Mirongatra ny halatra taova any Atsimo : nalàna ny mason’ilay tovolahikely 14 taona

 Tena misy ny halatra taova any Atsimon’ny Nosy any. Manamarina izany ny nanjo ity tovolahikely iray vao 14 taona, tao Belavenoke, Toliara II ity. Nalan’ireo tsimatahotody ny voamasony.

Tovolahikely iray 14 taona no niharan’ny fangalarana taova ka ny masony no nalain’ireo olon-dratsy tao amin’ny fokontany Belanevoka, kaominina Milenaka, distrikan’i Toliara II, afakomaly tamin’ny 10 ora maraina. Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana, noloaran’olon-tsy fantatra ny masony roa ka efa lasan’izy ireo ny voamasony iray raha mbola tratra niraviravy teo amin’ny toerany kosa ny ilany. Niandry tanimboly misy mangahazo ity tovolahikely niharam-boina ity no nisy naka an-keriny ka nentin’ireo mpaka an-keriny ary tamin’izany nalan’izy ireo ny masony. Lasa ny masony havia ary saika haka ny masony havanana ireo mpangalatra taova, saingy nisy nahita tampoka ka lasa nitsoaka tany anaty ala izy ireo. Olona iray natsaka no nahita ireo nahavanon-doza ka nanaitra avy hatrany ny fokonolona teo an-tanàna. Raikitra ny kiririoka sy antso vonjy (hazolava) raha nahita ilay tovolahikely efa torana tsy mahetsika sady mihosin-dra. Nizara roa ny fokonolona, tao ireo nanenjika niaraka tamin’ny Dinabe ireo mpangalatra taova, nisy kosa ireo nitondra haingana ilay tovolahikely namonjy hopitaly.

Mahoraka ao Toliara II ny fitadiavana anakandriamaso…

Hatramin’ny omaly, tsy mbola fantatra ny fitohizan’ity raharaha halatra taova ity. Nanao izay ho afany tamin’ny famerenana ny masony ilany niraviravy tsy lasan’ireo mpangalatra ny mpitsabo. Araka ny fanazavan’ny mpitsabo ao amin’ny hopitalin’i Toliara, simba tanteraka ilay masony tsy azon’ireo mpangalatra. Avotra ihany ilay tovolahikely taorian’ny fitsaboana azy ka afaka nitantara ny zava-nanjo azy. Voalazan’ny loharanom-baovao avy any an-toerana fa isan’ny mampirongatra ny halatra taova ny resaka mandeha fa misy mitady anakandriamaso amin’iny faritra iny. Mampirongatra rahateo koa ny vaky fasana any an-toerana sy ny halatra taova. Ankoatra ireo jiolahy mpangalatra taolam-paty, misy kosa ireo mangalatra ny voamason’ireo razana ao am-pasana. Hatramin’izao, tsy mbola tratra ireo nahavanon-doza tamin’ity halatra taova feno habibiana ity. Mandray an-tanana ity raharaha ity ny mpitandro filaminana ao Toliara.

Tsiahivina fa efa nisy trangana halatra taova toy izao koa tao Ambahikily, distrikan’i Morombe, ny volana novambra 2017 lasa teo. Ankizilahikely iray mpiandry ondry no tsy hita tao anatin’ny andro maromaro. Ny fatiny sisa hitan’ny olona ka tsy teo intsony ny lelany sy ny masony. Voalaza fa olona efa za-draharaha ny tompon’antoka tamin’izany.

Tao amin’ny distrikan’i Morombe ihany, lehilahy iray marary saina tezaina ao amin’ny ivontoeram-pitaizana olona tsy salama saina koa no nisy nangalatra ny taovany. 3 km miala ity ivontoeram-pitaizana ity ny nahitana ny fatiny ka ny lohany sisa hita tamin’io fotoana io. Olona efatra no indray voasambotra ahina ho tompon’antoka tamin’ity raharaha ity.

Mirongatra indray ny halatra taovan’olona. Atao inona sa fanakorontanana tsotra izao? Ahina ho very anjavony toy ny raharaha halatra taolam-paty koa ny momba itony halatra taova itony.

CMS sy Jean Claude

News Mada0 partages

Tsy tonga nanotrona ny Seces Antananarivo : afa-po amin’ny fitakiana sendikaly ny Seces nasionaly

 Mivaky roa ny fikambanan’ny mpampianatra mpikaroka eny amin’ny oniversite enina manerana ny Nosy. Andaniny, ny biraon’ny Seces nasionaly, etsy akilany ny Seces sampana Antananarivo tsy mankato ny fijoroan’ity birao vaovao ity.      

Afa-po tamin’ny tohin’ny dinika niaraka amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony ny birao nasionaly mandrafitra ny fikambanan’ny mpampianatra mpikaroka (Seces) sy ireo solontenan’ny Seces any amin’ny faritany dimy, ankoatra ny eto Antananarivo, araka ny fanambaran’ny mpitondra tenin’ny Seces any Toamasina, Randrianandraina Noro, omaly teny Ankatso. “Amin’ny didim-panjakana telo momba ny fitakiana ny tambin-karaman’ny mpampianatra mikaroka, ny didy 2009-2015 momba ny “indemnité de recherche” ho an’ny mpampianatra mpikaroka efa misotro ronono sisa tsy tanteraka ary efa mizotra ny fifampidinihana mikasika izany”, hoy ny filohan’ny Seces nasionaly, Ralambomanana Dimby.

Taorian’ny ezaka nataon’ny mpikambana amin’ny birao nasionaly no nahazoana ny vokatra ankehitriny. Afaka nisitraka ny zo ireo mpampianatra. Miandry ny famahana ny olana momba ny tany an’ny oniversite nefa misy mibodo izy ireo, tao anatin’ny fanambaran’ny mpikambana amin’ny birao nasionaly.

Manameloka ny fihetsika fikasihan-tanana mpampianatra tany amin’ny oniversiten’i Mahajanga ny mpikambana. “Hetsika fitakiana vatsim-pianarana no nivadika ho fampisehoana herisetra ka tsy ekena mihitsy”, hoy ny fanamarihan’ny filohan’ny Seces sampana Mahajanga, Dona Victorien Bruno. Mamarana ny taom-pianarana 2016-2017 izy ireo ankehitriny. Any Toliara, taorian’ny fitokonana roa volana hiverina hiasa ny mpampianatra ny 5 febroary ho avy izao.

 Tsy manan-kery ny fampiatoana

Momba ny filazana fampiatoana ny mpikambana telo ao amin’ny birao nasionaly tsy ho anisan’ny mpikambana intsony ao amin’ny Seces sampana Antananarivo, tsy ara-dalàna ny fanesorana azy ireo tsy ho mpikambana. Mbola mijanona ho tomponandraikitra feno ao amin’ny birao nasionaly izy ireo mandra-pahatonga ny kogresy nasionaly manaraka hotontosaina ny taona 2019 any Antsiranana, araka ny fanazavan’ny filohan’ny Seces nasionaly. Nampahafantatra rahateo izy fa hisy ny filankevitra nasionaly hotontosaina any Toliara handraisan’ny sampana Seces rehetra anjara handinihana lohahevitra maromaro ka anisany ny “obligation de service 200 h” tsy maintsy ataon’ny mpampianatra rehetra eny amin’ny oniversite. Tsy namaly ny fanasan’ny birao nasionaly ny Seces sampana Antananarivo nandritra ny fivoriana teny Ankatso, omaly.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Tsy manaiky ny birao nasionaly : tsy ho avy amin’ny filankevitra nasionaly ny Seces Antananarivo

“Tsy namaly ny fanasan’ny birao nasionaly izahay mpikambana ato amin’ny Seces sampana Antananarivo satria tsy misy ny birao nasionaly aminay”, tsy nifidy ny filohan’ny Seces nasionaly sy ny mpikambana rehetra ao anatiny izahay, hoy ny filohan’ny Seces sampana Antananarivo, Ravelonirina Grégoire Sammy, omaly tamin’ny antso an-tariby. Tsy nanatrika ny kongresy nasionaly natao tany Mahajanga, ny volana septambra, ny Seces sampana Antananarivo ka tokony ho nahemotra ny daty. Niziriziry ihany anefa ny birao tamin’izany fotoana izany nanao ny fifidianana ary nametraka ny birao vaovao mitantana, amin’izao fotoana izao. Tsy mankato izany ny Seces sampana Antananarivo ary tsy miara-miasa amin’izy ireo.

Naato tsy ho mpikambana ao amin’ny Seces sampana Antananarivo ny mpampianatra mpikaroka telo, mandrafitra ny biraon’ny Seces nasionaly, satria tsy manaja ny mpikambana namany. Nohamafisiny fa tsy manaraka ny “règlement interieur” izy ireo ary tsy miaro ny tombontsoan’ny mpikambana rehetra.

Novakivakin’ny mpitondra ny firaisankinan’ny Seces ka tonga amin’izao tranga izao. Nanamafy ny filohan’ny Seces sampana Antananarivo fa tsy hanatrika ny filankevitra nasionaly hatao any Toliara izy ireo. Vahaolana narosony ny fanatanterahana kongresy tsy ara-potoana hanaovana fifidianana vaovao hanehoan’ny rehetra ny safidiny. Nanamarika ny tenany fa tsy vonona velively ny hilatsaka hofidina ho filoha nasionalin’ny Seces raha misy ny fifidianana vaovao.

Momba ny fizotry ny fampianarana, ho fitsinjovana ny mpianatra manatanteraka ny fanadinana famaranana, miasa ny mpampianatra sampana Antananarivo. Rehefa vita ny fanadinana, rehefa tsy mivaly ny fitakiana, mihantona koa ny famoahana ny valim-panadinana.

Vonjy A. 

News Mada0 partages

Petite vitesse : tsy manaiky ny fanamboarana ny tsena ny mpivarotra

Nanao hetsika fanehoana tsy fankasitrahana ny fanamboarana ny tsena ao Petite vitesse ny ampahany sasany amin’ny mpivarotra ao an-toerana. Nilanja sora-baventy izy ireo sady niantsoantso nilaza ny hevitr’izy ireo manoloana ny asa hataon’ny kaominina. Nanao tatitra ny fizotry ny asa hatao ny vaomiera, omaly, ka teo no nisehoan’ny korontana. Tsy mandoa vola ny mpivarotra fa ny kaominina no hiantoka ny asa rehetra ary misy ny sarin’ny rafitry ny trano sy fifanarahana nalefa hojeren’ny rehetra.

News Mada0 partages

Avy amin’ny Vivo Energy : nahazo toeram-pandidiana zaza ny HJRA

Nahazo toeram-pandidiana ho azy manokana ny sampana fandidiana zaza ao amin’ny HJRA vokatry ny fiaraha-miasa amin’ny orinasa Vivo Energy. Ahitana efitrano maromaro ny fotodrafitrasa ahafahana mandidy, mikarakara sy miandry ny fifohazan’ny zaza avy niatrika fandidiana. Nampitaovana ny minisiteran’ny Fahasalamana.  “Tsy voatery mivezivezy toy ny teo aloha amin’ny rihana maromaro intsony ny fandraisana an-tanana fa tontosa amin’ny toerana iray madio sy manaja ny fenitra ara-pahasalamana rehetra”, hoy ny tomponandraikitry ny sampana fandidiana ny zaza, ny dokotera Raherison Romain. Tsy voatery mijanona maharitra eny amin’ny hopitaly ny ankizy voadidy fa afaka mody ny andron’iny ihany aorian’ny fandidiana.

Matetika, miandry fotoana lava manaraka tetiandro vao azo didina ny ankizy iray raha tsy misy ny hamehana. Amin’izao fotoana izao, mitombo ny isan’ny zaza azo raisina an-tanana. Ny taona 2017, nahatratra 1 734 ny zaza nandalo fandidiana tao amin’ny HJRA. 1 008 tamin’ireo fandidiana vonjiaina avokoa.

“Olona miaina eny amin’ny fiarahamonina ny mpiasa ato amin’ny Vivo Energy ka vonona hatrany izahay hanohana ny sehatra tahaka izao ny mikarakara ny vahoaka sy ny mpiara-belona”, hoy ny tale jeneralin’ny orinasa Vivo Energy, Kader Maiga, nandritra ny fitokanana ny zava-bita teny Anosy ny alakamisy lasa teo.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Indostria 2017 : nifampidinika ny fanjakana sy ny tsy miankina

Notanterahina ny 25 janoary teo teny amin’ny espace Tiana, Tsilazaina, ny fifampiarahabana asaramanitra eo anivon’ny minisiteran’ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina. Nanaovana jery todika ny zava-bita tamin’ny taon-dasa 2017, nilazana ny fahavitan’ny Lalàna momba ny fampandrosoana ny indostria (LDI) sy ny fiarovana ny voka-pikarohana  (propriété intellectuelle). Navoitra tamin’io fotoana io ihany koa ny vokatra hita eo amin’ny fifampidinihan’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina, azo lazaina fa nitondra ny anjara birikiny eo amin’ny fanatsarana ny tontolon’ny fandraharahana. Singa iray tena mbola mahavelon-taraina ny orinasa betsaka ny famatsiana angovo sy ny fitaterana.

Teo koa ny fampahalalana momba ny indostria eto Madagasikara, natao teo amin’ny lapan’ny Tanàna Analakely, nifanandrify tamin’ny “Andron’ny indostria aty Afrika”, ny volana novambra 2017 ; ary vao tamin’ny 18 janoary teo ny fitokanana trano fiasana vaovao eo Anosy an’ny minisitera. Notsipihin’ny sekretera jeneraly ny fahavitrihan’ny mpiasan’ny minisitera nahavitana izany rehetra izany ka notsiahiviny manokana ny momba ny fiahiana sosialin’ny mpiasa mba hampivitrika azy ireo hatrany.

Nisaotra ny ezaka vitan’ny rehetra tamin’ny taon-dasa ny minisitra, Tazafy Armand. Mitodika amin’ny hoavy ny minisitra ka mampahatsiahy ny amin’ny tokony hanamafisana hatrany ireo ezaka efa vita taloha, ho fandrasaisana anjara amin’ny fampandrosoana ny toekarem-pirenena. Nanombohana ny fotoana fifampiarahabana ny fanomezana mari-boninahitra ny mpiasa sy fisaorana ireo nahavita be ao amin’izany minisitera izany.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Commerce : le marché chinois à explorer

Avec 931 millions de dollars d’échanges en 2017, la Chine reste le premier partenaire commercial de Madagascar. Ce pays, dont l’économie a connu une croissance spectaculaire ces deux dernières décennies, présente encore, actuellement, plusieurs opportunités de marché.

Le marché chinois représente 14 ,4% de la totalité du commerce extérieur de Madagascar en 2017. Les échanges entre les deux pays ont connu une hausse de 20,58% entre 2016 et 2017. Dans sa politique de faire émerger la classe moyenne chinoise, l’Empire du milieu envisage une importation allant jusqu’à 2,4 milliards de dollars d’ici 15 ans. Il est également prévu que 700 millions de touristes chinois auront l’opportunité de voyager dans le monde d’ici cinq ans. «Il s’agit de plusieurs opportunités  à saisir pour Madagascar. Comme tous les autres pays d’Afrique», a annoncé l’ambassadeur chinois à Madagascar, Yang Xiaorong, à l’occasion d’une rencontre avec la presse, hier, à l’ambassade de la Chine à Madagascar. «La coopération entre la Chine et ses pays partenaires est basée sur une politique gagnant-gagnant, d’égalité et de respect mutuel», a poursuivi cette personnalité durant sa prise de parole.

Franchise douanière

La Chine est le premier partenaire commercial bilatéral, la première source d’importation de Madagascar et la quatrième destination des exportations malgaches. Notons par ailleurs que 97% des marchandises malgaches exportées vers la Chine bénéficient d’une franchise douanière depuis 2015.

Cette année, les appuis chinois à Madagascar seront constitués en grande partie par le développement des infrastructures. Il s’agit, entre autres, du projet d’aide de 200 forages dans le Sud-ouest, le financement de la construction de la Route des œufs, une route de 19 km reliant la commune de Mahitsy, Ampanotokana et Antanetibe Mahazaza. Le gouvernement chinois a également annoncé l’installation de télévision par satellite dans 500 villages à Madagascar. Et aussi, le financement de l’extension et l’aménagement d’une voie rapide entre le port de Toamasina et la RN 2.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Rugby – «Gold Top 8 Mada» : hiady ny 1500000 Ar ny FTM sy ny Cosfa

 Hanamarika ity faran’ny herinandro ity ny famaranana hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja rugby “Gold Top 8”. Hifampitana amin’izany ny FTM Manjakaray sy ny Cosfa. Hahazo lelavola 1500000 Ar izay ho mpandresy.

 Hotanterahina, rahampitso alahady etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny famaranana hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, eo amin’ny baolina lavalava. Hiatrika izany ny FTM Manjakaray sy ny Cosfa. Hangotraka tokoa ny fihaonana satria hotoloran’ny orinasa Star sy ny Gold lelavola 1500000 Ar izay ekipa mivoaka ho mpandresy eo.

Hatreto aloha, manantombo ny FTM Manjakaray. Ity ekipa ity, izay tsy mbola tojo faharesena mihitsy nanomboka hatrany amin’ny fifanintsanana ka hatreto amin’ity famaranana ity.

Efa indroa nifandona ny roa tonta, tamin’ity taom-pilalaovana ity, saingy tsy mbola afa-bela mihitsy ny Miaramila. Heverina izany fa tsy maintsy hanohitra mafy  ry Bebaoty, amin’izao famaranana izao, hanala izay vela izay.

Ekipa samy manana ny endri-dalaony ny roa tonta. Mampiasa ny “trois quart” ny Manjakaray miaraka amin’ireo mpilalaony haingam-pandeha sy maila-tanana. Etsy ankilany, hitondra ny lalaony amin’ny tanjaka amin’ny maha tafika azy ry zareo Cosfa.

Marihina fa hisy ihany koa fanomezana avy amin’ny Gold, ho an’ny mpilalao mendrika sy ny mpamono baolina be indrindra, tamin’ity “Gold Top 8 Mada” ity.

Tsiahivina fa hisolo tena an’i Madagasikara eo amin’ny “Top 6 Aroi”, hanomboka ny 10 marsa ho avy izao, ireto ekipa roa tonta ireto. Hiady ny laharana fahatelo ny USA Ankadifotsy sy ny STM (Savony). Mbola hafana vay koa io lalao io.

Hanokatra ny fihaonana, ny maraina manomboka amin’ny 10 ora, ny lalao ho an’ny sokajy vehivavy, hifanandrinan’ny SCB Besarety sy ny FTFA Antohomadinika.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : hanokatra ny ampahefa-dalana i Maraoka sy i Namibia

Hiditra amin’ny tena lalao tsontsori-mamba hisarahana kosa, manomboka anio asabotsy sy rahampitso alahady ireo, ekipa valo sisa mbola manohy ny fifaninanana, taorian’ny roa andro  nialana sasatra, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo mpilalao tsy matihanina, taranja baolina kitra “Chan 2018”. Fihaonana, tanterahina any Maraoka. Efa fantatra avokoa ireo hiatrika izany, amin’ity.

Hisantatra izany, amin’ity asabotsy ity, ny Maraokanina, tompon-jaridaina, sy ny Namibianina. Heverin’ny rehetra fa manana tombony i Maraoka noho izy ireo hilalao eo amin’ny tokotaniny sy manoloana ireo mpijeriny. Na izany aza, tsy hikosi-maso na hihemotra amin’izany ny Namibianina, izay efa nahavita dingana goavana, tamin’ity “Chan 2018” ity,  ka afaka nanilika ireo ekipa vaventy toa an’i Côte d’Ivoire, izay efa nangoron-damba tao amin’ny vondrona, nisy azy.

Tompondaka

Fandaharan-dalaon’ny ampahefa-dalana

Asabotsy 27 janoary

Kianja Casablanca 

07:30 – Maraoka # NamibiaKianja Marrakech

10:30 – Zambia # Soudan

Alahady 28 janoary

Kianja Tanger 

07:30 – Nizeria # AngolaKianja Agadir

10:30 – Kongo-Brazzaville # Libya

 

News Mada0 partages

Judo : l’avenir se conjugue avec les jeunes

Les exploits malgaches sur le plan international font défaut en matière de judo. La Fédération malgache de judo (FMJ) et le Japon se donnent ainsi la main pour renverser la vapeur en misant sur les meilleurs jeunes judokas du moment.

Un stage de 38 jours pour quatre judokas et un coach ainsi qu’une formation universitaire de trois ans pour  deux autres ! Une petite cérémonie d’une grande importance s’est tenue, hier, à la résidence du Japon à Ivandry à leur intention. En effet, avant leur départ pour l’empire du Soleil levant, les sept judokas, bénéficiaires de l’appui japonais, ont reçu le «Tsodrano» de l’ambassadeur du Japon à Madagascar, Ichiro Ogasawara.

Dans son discours devant la grande famille du judo malgache, conduite par le président de la FMJ, Siteny Randrianasoloniaiko, l’ambassadeur s’est dit honoré. «C’est un grand honneur et un réel plaisir pour moi de féliciter les sept judokas qui vont partir au Japon pour un stage, dans le cadre de deux différents programmes offerts respectivement par le ministère des Affaires étrangères du Japon et par le Comité international olympique», a-t-il déclaré.

La première délégation quittera le sol malgache, le lundi 29 janvier, dont trois judokates, Tatiana Andrianaivoravelona, Mirana Rakotovao, Haingoniaina Ramiandrisoa Ramilavonjy, un judoka, en l’occurrence, Kevin Royce Andriamanoelina, ainsi que le coach et non moins député de Madagascar, Manoelina Hery Ratovoson.

Normalement, leur séjour durera une semaine mais grâce aux efforts financiers consentis par la FMJ, le camp malgache restera en terre nippone pendant 38 jours contrairement aux autres pays concernés.

Bénéficiaires de trois ans de formation à l’International Budo University de Chiba, Tessia Ellana Tsiorinirina et Damiella Nomenjanahary rejoindront leur camp de base le mois d’avril prochain.

«Notre objectif est clair, celui de remporter des titres de champion d’Afrique dans les années à venir. Et cette collaboration entre le Japon et Madagascar entre dans cette optique. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle, nous avons privilégié les jeunes, notamment les juniors pour les deux formations, afin qu’ils puissent affûter leurs armes au pays du judo avant de se lancer dans le grand bain aussi bien africain et qu’international», a souligné, pour sa part, Siteny Randrianasoloniaiko.

Même discours du côté japonais via son ambassadeur qui a fait savoir que «sélectionnés par la Fédération malgache de judo en vertu de leurs talents et de leurs performances récentes, ils représentent l’espoir du judo de la Grande île…».

Vice-versa

Le Japon s’investit à fond dans le développement du judo dans la Grande île. Outre la formation des judokas malgaches dans les meilleurs centres nippons, le pays de Jigoro Kano met au service de la FMJ  un expert japonais en la matière qu’est Ide Ryugo, ceinture noire de 3e dan, membre du Nakano Judo Academy. Arrivé le 15 janvier dernier et volontaire de l’agence japonaise de coopération internationale, il va collaborer avec la FMJ pendant deux ans.

Naisa

News Mada0 partages

Bodybuilding : cup of Titans au menu

Retour de Madagascar à la joute régionale ! Après une année 2017 vierge de toute compétition dans la zone indianocéanique, la Grande île fera son grand retour cette saison. La Commission malgache de bodybuilding décide d’envoyer des bodybuilders à la Cup of Titans, qui se tiendra à La Réunion, à une date qui reste encore à déterminer le mois d’octobre prochain.

« Normalement, quatre bodybuilders feront le voyage. Ceux qui ont brillé l’année dernière lors des joutes nationales, en l’occurrence, Bigman, Antoine, Fortunat et Tolotra », a confié le président de la commission, Georges Vernier.

Ainsi, cette saison, le bodybuilding malgache participera à deux grands rendez-vous à l’étranger. Outre la Cup of Titans, il y aura également le championnat du monde WBPF, en Thaïlande, du 11 au 17 décembre.

Par ailleurs, la Commission malgache de bodybuilding a informé que l’organisation de compétitions, autres que celles de la commission, est autorisée, à condition que les responsables soient avertis 3 mois à l’avance.

Naisa

News Mada0 partages

La nuit des idées : des experts urbanistes à l’honneur

L’évènement «La nuit des idées» se termine, ce jour, à l’Alliance Française d’Antananarivo (AFT). Durant cette édition, les experts urbanistes ont été les plus convoités parce que le thème a été axé sur la ville d’Antananarivo.

Au programme, les organisateurs ont d’abord proposé une exposition qui a commencé le 22 janvier. Ensuite, des conférences débats se sont tenues, jeudi, à l’AFT. «Nous avons eu quatre intervenants qui ont surtout parlé du droit à la ville. Le premier s’est étalé sur l’éco-village de Tsaratanàna. Le second a surtout parlé de l’appropriation de la ville d’Antananarivo. Le troisième a proposé sa vision de la capitale en 2050. Et la dernière conférence a relaté ce qu’est une ville habitable», a expliqué Patricia Rakotomalala, membre de l’association des professionnels de l’urbain à Madagascar.

De nombreuses critiques ont été reçues durant l’exposition, dont l’objectif est d’améliorer la grande ville Antananarivo. «Nous avons installé une sorte de cartographie participative où chaque Tananarivien concerné par ce thème peut y émettre sa suggestion», a-t-elle conclu.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Interventions

On a beaucoup parlé du voyage qu’accomplit en ce moment en France M. le directeur du Contrôle financier.

Il ne faudrait pas s’imaginer cependant que ce fonctionnaire s’en est allé missionné pour le compte de la colonie.

On a, sauf erreur toujours possible lorsqu’on n’est pas dans le secret des dieux, profité de son voyage pour le prier d’insister au Ministère des Finances sur la question monétaire et de faire connaître l’état de malaise dans lequel se trouve la colonie du fait de l’absence de numéraire et de monnaie de billon.

Boullay appartient à l’administration des finances, peut-être aura-t-il la chance de se faire écouter. Puisque nous parlons contrôle, ou plutôt direction du contrôle, nous ferons cette remarque que la colonie n’a nullement gagné au change, l’Afrique Occidentale non plus d’ailleurs.

Pourquoi a-t-on, à l’inspection du contrôle des colonies, substitué l’inspection des finances pour diriger le service très simplifié du contrôle dans nos possessions lointaines, nous ne savons. La seule constatation que nous puissions faire à Madagascar est celle-ci : les premiers étaient, et de beaucoup, plus discrets que les seconds et l’on ne parlait d’eux qu’à l’occasion de leur service.

Petites nouvelles

Notre confrère tananarivien annonce le prochain voyage du Gouverneur Général à Antsirabe – Fianar – Mananjary. Nous attendrons avec curiosité les déclarations que fera le gouverneur au cours de cette prise de premier contact direct avec les colons.

En février, sur la fin, M. Merlin se trouvera à Majunga à peu près en même temps que le général Nicolle qui, pour des raisons spéciales, revient de Diégo à Tananarive sans poursuivre son voyage projeté à la côte ouest.

Le Gouverneur aurait désiré visiter tous les ports de nos côtes mais, le navire sur lequel il semblait pouvoir compter pour effectuer ce voyage ayant reçu une autre destination, M. Merlin ira à Majunga par voie de terre. Il prendra à Majunga un côtier qui lui permettra de visiter Analalava, Nossy-Bé et Diégo.

Les pommes de terre

Ce tubercule, qu’on appelle en France la nourriture du pauvre, peut s’appeler, à Tamatave, celle du riche. En effet, malgré l’arrêté prohibant la sortie des pommes de terre, celles-ci continuent à se vendre sur le marché à 0 fr. 70 le kilog.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Boursiers Malgaches en chine : les parents dénoncent un manque de transparence

Le président de l’Association des parents des étudiants boursiers de l’Etat malgache à l’extérieur (Apebeme), Alexandre Randrianjanahary, se demande sur quel principe comptable un seul engagement financier de 7 mois, effectué par le ministère de l’Enseignement supérieur (Mensupres), l’agent comptable de l’ambassade malgache en Chine (ACPDC) a réussi à s’acquitter de 12 mensualités de bourses des étudiants.

D’après le président de l’Apebeme, hier à son domicile à Mahamasina, l’ordonnateur du Mensupres, par le biais de son directeur administratif et financier (Daf), a effectué un premier engagement financier de 7 mois en 2015 à l’issue duquel l’ACPDC a réussi à payer 12 mensualités de bourses réparties sur trois paiements. Le premier, réglé en novembre 2015, à titre du mois de septembre au mois de décembre 2012, plus l’équipement ; le deuxième en décembre 2015, à titre du mois de janvier au mois d’avril 2013 ; et le troisième en février 2016, à titre du mois de mai au mois d’août 2013. «Le principe comptable du nombre de mois engagés est égal au nombre de mois payés n’a pas été ici respecté», a souligné Alexandre Randrianjanahary.

Taux de chancellerie

Suivant l’article 18 du décret 63-645 du 27 novembre 1963, les pièces de recettes ou les pièces de dépenses sont établies en monnaie malgache. Et le taux de conversion à appliquer est le taux de change de chancellerie en vigueur le jour de l’opération, qui a été de 180. «C’est-à-dire que l’application du taux de chancellerie devrait être effectuée lors de la comptabilisation de l’opération en monnaie malgache mais non pas  pour pouvoir payer plus de nombre de mois de bourse, c’est ce qu’on a appliqué jusqu’aujourd’hui», s’est indigné le président de l’Apebeme. En effet, selon ses explications, «Le taux de chancellerie a été appliqué à la comptabilisation, et non pas au paiement». Par conséquent, il y a eu non seulement un retard des paiements, mais également une baisse du montant perçu par chaque étudiant boursier par rapport à l’application du taux de chancellerie.

Pour rappel, les étudiants boursiers de l’Etat malgache en Chine ont encore jusqu’à maintenant 30 mois d’arriérés.

Sera R.

News Mada0 partages

Syndicat des enseignants : Zizanie entre le Seces national et la section Tanà

L’événement organisé hier  à Ankatso a révélé une fois de plus la division entre le Bureau national du Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur (Seces) et la section Antananarivo. Aucun membre du Seces Tanà n’a répondu présent à la réunion convoquée par le Bureau national de ce syndicat alors que toutes les autres sections des provinces ont  été représentées.

C’est la troisième fois que la section Tanà n’a pas honoré de telles rencontres, notamment celles organisées l’année dernière à Mahajanga et à Antsirabe, selon les informations du président national du Seces, le Dr Dimby Ralambomanana.  Questionné sur ce sujet, le président du Seces Tanà, Sammy Grégoire Ravelonirina, a justifié cette décision par le fait que ladite section n’approuve pas ce Bureau national. «L’élection effectuée lors du dernier Congrès national, organisé à Mahajanga les 18 et 19 septembre 2017, ne respectait pas les clauses du règlement intérieur qui exige la présence de toutes les sections des six universités alors que les membres du Seces Tanà n’étaient pas présents», a souligné notre source.

Aboutissement des revendications

D’ailleurs, ces derniers ne font pas preuve de volonté pour défendre l’intérêt du syndicat», a-t-il précisé. Raison pour laquelle le Seces Tanà vient d’exclure, via un vote, trois de ses membres qui font partie de ce Bureau national, dont le Président national. Des déclarations qui n’ont aucun fondement selon le numéro un du Bureau national du Seces, qui a annoncé hier l’aboutissement d’une grande partie des revendications du syndicat des enseignants, dont celles relatives à l’application des décrets 2009-1214/2015/2016 portant sur les différentes indemnités.  Ils ont commencé à toucher les sommes y afférentes depuis le mois en cours. Le Seces national est reconnaissant envers l’Etat et au ministère de tutelle pour cette action.

La suite de la bataille sur les autres requêtes se rapportant à l’indemnité de recherche vers la retraite et  la résolution des problèmes fonciers au sein des universités seront à l’ordre du jour du Conseil national qui se déroulera du 22 au 23 février à Toliara. Mais cette réunion risque de se dérouler encore une fois sans la présence du Seces Tanà, qui réclame plutôt l’organisation d’un Congrès national extraordinaire pour pouvoir élire un nouveau président et les membres du bureau.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Escroquerie de 110 millions d’ariary : un couple d’entrepreneurs incarcéré

Un couple d’entrepreneurs a été placé sous mandat de dépôt suite à une affaire d’abus de confiance et d’escroquerie.

Le couple a été placé sous mandat de dépôt à la prison d’Antanimora en attendant le jour de son procès qui aura lieu le 22 mars prochain. Les deux individus accusés pour abus de confiance et d’escroquerie passeront de nouveau devant le magistrat du parquet du tribunal d’Anosy la semaine prochaine  pour apporter plus d’éclaircissements au niveau de l’enquête.

L’homme, âgé de 38 ans et la femme, 42 ans résidant à Ambohibao Ambohijanahary ont fait l’objet de recherche à la suite d’une plainte déposée par le propriétaire d’un magasin de vente de produits électroniques à qui ils ont fait un emprunt de produits d’une valeur de  110 millions d’ariary. D’après les explications, le couple avait l’intention d’échanger les produits électroniques contre des produits locaux (vanille,…) dans le nord-est du pays. Ces derniers seront ensuite exportés à l’étranger. Les fruits de la vente seront destinés à  l’importation de voitures et d’autres marchandises en provenance d’Europe et du Japon. Pourtant, la date du remboursement de l’argent a été largement dépassée mais le couple n’a pas toujours réglé les 80 millions d’ariary restants de la valeur des produits qu’ils ont pris. Ils ont été arrêtés par les éléments du poste de Police d’Ankorondrano à Andohatapenaka, le 22 décembre dernier.

ATs.

 

News Mada0 partages

Trafic d’or : Alisoa Baritsialonina recherché

Avis de recherche. Andrifanantenana Alisoa Baritsialonina dit Alisoa  est recherché activement par la brigade criminelle Anosy. Ce hors-la-  loi est impliqué dans la tentative de trafic de pierres précieuses ayant eu lieu le 29 novembre dernier à l’aéroport international d’Ivato. Ce jour-là, 10 kg d’or qui étaient prêts à être exportés illicitement à l’étranger ont été interceptés par les agents de contrôle de l’aéroport. D’après les explications, plusieurs personnes dont des membres du personnel de l’aéroport ont déjà été auditionnées dans le cadre de cette affaire. D’ailleurs, certains de ces derniers ont été déjà placés sous mandat de dépôt. La police fait appel à la collaboration de chaque citoyen en vue de mettre la main sur Alisoa, en composant le numéro 034 05 517 26  Elle tient également à rappeler que toute personne qui abrite un hors-la-loi fera l’objet d’une poursuite judiciaire.

ATs.

 

News Mada0 partages

Projet de réaménagement : grogne des marchands de la Petite vitesse

Nouveau bras-de-fer entre la commune urbaine d’Antananarivo et les occupants du marché de la Petite vitesse, suite à un projet de réaménagement qui leur paraît flou. Les marchands exigent un dialogue avec les décideurs pour discuter de la situation.

Branle-bas au marché de la Petite vitesse de Tsaralalàna depuis hier. Les occupants de ce marché communal s’opposent à la décision communale ordonnant l’évacuation des lieux où devra s’installer un partenaire privé de la CUA, selon les explications fournies sur place, hier. Les commerçants ont déployé des banderoles pour faire entendre leurs revendications. Les manœuvres de la commune pour rallier les délégués et présidents de ce marché à leur cause ont d’ailleurs poussé les victimes à se prendre en main, d’après leur porte-parole qui a annoncé qu’ils ne reculeront jamais pour protéger leurs intérêts mis en jeu dans ce projet.

Les petits budgets écartés

Les marchands de la Petite vitesse ont annoncé, hier, à l’issue d’une assemblée générale que la commune cherche à les ruiner en leur faisant engager des dépenses faramineuses pour les déplacer par la suite. Ils ont rappelé en fait que plusieurs marchands ont contracté des emprunts pour construire des stands de vente depuis quelques années sur ordre de la commune. Sans prendre en compte les délais d’amortissement de leurs investissements, la même institution tente de les en déloger, actuellement, pour servir les intérêts de quelques gros investisseurs privés qualifiés de partenaires.

Une rencontre avec le maire est exigée par les manifestants pour discuter de la suite des évènements concernant plus d’un millier de marchands en ces lieux. Ils vont proposer à la commune de placer le nouveau venu sur les lieux destinés à leur recasement. Le projet de construction de nouveaux pavillons, que la commune prévoit de mettre à leur disposition, est aussi rejeté par les marchands, à cause du prix exorbitant de ces infrastructures. Les manifestations se poursuivront si la CUA persiste dans sa décision, ont annoncé, hier, les occupants du marché de la Petite vitesse.

Manou

 

News Mada0 partages

Alaotra : formations pour les acteurs du BTP

La région Alaotra-Mangoro se prémunit contre les aléas climatiques. Des entités spécialisées viennent d’être formées en méthodes adaptées aux cataclysmes naturels, depuis le 24 janvier.

Les infrastructures de la région Alaotra-Mangoro ont durement souffert des récents cataclysmes naturels. La gravité des dégâts est due, particulièrement, aux structures inadaptées aux conditions climatiques défavorables, d’après les techniciens de la Banque mondiale qui a financé la formation par le biais du projet Pursaps et du CPGU. Cette situation engendre des pertes financières considérables et nuit au développement, selon les bailleurs de fonds qui ont révélé que cette région engloutit presque le dixième des aides en infrastructures allouées à Madagascar. Or, les 6,9% des infrastructures construites dans l’Alaotra-Mangoro ont été détruites lors du passage du cyclone Ava dernièrement, obligeant la Banque mondiale à imposer cette formation qui a été clôturée, hier, à cinq entreprises, ONG et bureau d’études opérant dans les bâtiments et travaux publics de la région.

Manou/Solo

News Mada0 partages

“Rap gasy unity” : nouvelle année, nouvelle vision

Pour inaugurer l’année, les communautaires «Rap Gasy en images» et «Ekah» organisent un évènement spécial, dénommé «Rap gasy unity» qui se déroulera, ce jour, au Kianjan’ny Kanto à Mahamasina. Une soixantaine de groupes, issus de toutes les générations de rap gasy, y participeront.

Une nouvelle année sous le signe d’un nouveau départ ! En effet, l’objectif de cet évènement est d’abord d’effectuer une présentation de vœux entre les rappeurs et leurs fans, d’unifier ensuite les deux générations de rappeurs qui ont eu, depuis plusieurs années, des relations plutôt tendues. Ainsi, pour la première fois, ce sera un évènement qui accueillera à la fois, les old school et les nouveaux rappeurs émergents.

Comme dit le proverbe malgache, «Izay mitambatra vato, izay misaraka fasika», qui signifie, l’union fait la force, «Il faut oublier le passé et mieux se concentrer vers le futur. Ainsi, à partir de cette année, nous allons nous réconcilier et surtout,  nous éduquer pour améliorer davantage l’univers du rap malgache. Dorénavant, Rap Gasy Unity se déroulera tous les mois de janvier», a annoncé l’un des organisateurs.

Le spectacle débutera dans la matinée avec la participation de jeunes artistes, tels que Busta Flicks, Miora Killah, Ambassadora, Shaynah Tiger, Belou, Treize Vingt Crew… Durant l’après-midi, les têtes connues investiront la scène, entre autres, Psykopasy, Takodah Ngah B, Double’NN, Buddha El Taga, Tsekmah, Dadlah Ben J, Tiganagara, Kemyrah… Bref, ils seront 70 groupes environ à participer à cet évènement. Chaque groupe interprétera un morceau. «Rap Gasy Unity est surtout une sorte de réunion entre les rappeurs», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsiky ny SECES nasionalyTsy nanotrona ny sampana Antananarivo

Nanambara tamin’ny fomba ofisialy teny amin’ny oniversiten’Antananarivo eny Ankatso omaly ny avy eo anivon’ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka manerana ny nosy na ny Seces nasionaly fa efa

 

afaka nisitraka ireo zo aman-kasin’ny mpampianatra mpikaroka sy mpikaroka mpampianatra voafaritry ny didim-panjakana 2009-1214/1215/1216 izy ireo ary mbola manantena ny fitohizan’ny fifampidinihana amin’ny fampiharana ny ampahany ao amin’ny andininy faharoa ao amin’ny didim-panjakana 2009 – 2015, sy ny famahana ireo olana ara-tany manerana ny anjerimanontolo sy ny tobim-pikarohana eto amin’ny firenena. Melohin’ny Seces koa ny fikasihan-tanana mpampianatra toy izay nitranga tany Mahajanga farany teo ary miantso ny tompon’andraikitra mba handray fepetra. Nohamafisin’ny sendika ihany koa fa ny filankevitra nasionalin’izy ireo ihany no afaka manala olona tsy ho mpikambana ao anaty sendika. Tsy nisy tazana nandritr’ity fihaonana ity moa ny solontena avy amin’ny Seces Tana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

« Sommet de Versailles » tany FrantsaSoa fianatra hisintonana mpampiasa vola

Mitohy hatrany ny ezaka ataon’ny filoha frantsay Emmanuel Macron ny amin’ny fampirisihina ireo vahiny hampiasa vola any aminy. Rehefa avy nitsidika tany Onnaing, foiben`ny orinasa Toyota any Frantsa izy dia nanomboka nandray tsikelikely ireo mpanam-bola maneran-tany amin`ny sehatra maro isan-karazany tao amin`ny Chateau de Versailles.

 

 Nandresy lahatra ireo mpanefoefo ireo izy mba hampiasa vola ao Frantsa. Tanjon`ity filoha ity moa ny hampiakatra ny famoronan`asa any an-toerana ary izany ihany koa no antony nanaovany ilay fihaonana an-tampony “choose France” na hoe Fidio i Frantsa tany an-toerana. 140 ny mpanam-bola sy tompona orinasa nasainy manokana tamin`io. Azo alain-tahaka tsara izao tetikady ampiasain`i Frantsa izao raha eto Madagasikara saingy olana eto amintsika ny tsy fahaiza-manaon`ny mpitondra ankehitriny. Hita taratra mantsy fa malaina ny mpanam-bola hampiasa ny volany eto ka mila mahay mandresy lahatra azy ireo tsara ny mpitondra. Tsy izany mantsy no zava-miseho eto fa mainka zavatra mampihemotra no ataon’ny mpitondra toy ny tsy fandraisana andraikitra ny amin’ny tsy filaminana sy ny tsy fahamatorana ny amin’ny lalàna avoaka tahaka ireny momba ny Z.E.S ireny.  

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàn’ny fananan-tany“Tokony hampifanarahana amin’ny filan’ny Malagasy.”

Arakaraky ny maha be ny atrikasa sy fivoriana fampahafantarana ny vahoaka ny lalana mifehy ny fananantany eto amintsika no toa vao mainka mampirongatra ny aditany sy ny olana mikasika ny fanantany, indrindra, raha mitodika tamin’iny taona 2017 iny no ho mankaty. Araka ny fanazavan’ny mpandrindra nasionalin’ny sehatra ifotony mikasika ny fananantany (SIF),

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

HJRA AmpefilohaNahazo toeram-pandidiana manara-penitra ho an’ny zaza

Nahazo efitrano fandidiana zaza ny eo anivon’ny hopitaly oniversitera Joseph Ravoahangy Andrianavalona etsy Ampefiloha.

 Ny Vivo Energy no angady nananana sy vy nahitana izany, fotodrafitrasa vao notokanana afak’omaly alakamisy hariva, notarihin’ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka Andriamanarivo Mamy Lalatiana sy ny tale jeneralin’ny Vivo Energy Atoa Kader Maiga. Ahitana efitrano maromaro io trano fandidiana vaovao io. Anisan’ireny ny efitrano fiomanana, ny efitrano fandidiana, ny efitrano fanairana ny marary  ary ny efitrano fiandrasana ho an’ireo mpiandry marary.  Misy ihany koa ny trano fidiovana manokana. Tanjona amin’ny fananganana izao foto-drafitrasa izao ny hahafahana mandray an-tanana avy hatrany ireo zaza marary mafy mila fandidiana maika tonga mandalo eo anivon’ity hôpitaly iray ity fa tsy miandriandry toy ny teo aloha intsony. Tamin’iny taona 2017 nivalona iny moa raha tsiahivina  dia nahatratra 1.734 ireo ankizy nodidiana tao amin’ity hopitaly iray ity ka ny 1.008 tamin’ireo dia nila fandidiana maika avokoa raha 5.030 ireo marary. Afa-pahasahiranana tanteraka ny hopitaly HJRA ankehitriny vokatry ny fisian’ity efitrano fandidiana ho an’ny ankizy ity, izay marihina fa tena manara-penitra tanteraka. Tsiahivina moa fa anisan’ny asa tena imasoan’ny Vivo Enregy eto amintsika ankehitriny ny fanatsarana ny fiainana ara-tsosialin’ny mponina ka anisan’ireny ny fahasalamam-bahoaka.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Atomotra ny fotoana !

Andro sisa isaina, dia hifanarana ny fotoana hahafahan’ny isam-batan’olona manara-maso sy manamarina ny anarany na ao anaty lisi-pifidianana na tsia. Ny alarobia izao no ho tapitra tanteraka ny fe-potoana nomena,

 ka ho very zo sy tsy afaka ny hifidy amin’ny fifidianana rehetra hizotra eto amin’ny tanin’ny repoblikan’i Madagasikara amin’ity taom-pifidianana ity, izay tsy ao anaty lisitra. Adidy sy andraikitra io, ary iankinan’ny ho avin’ny firenena, saingy indrisy fa maro no tsy mahatsapa na tsy te hahalala izany, eny fa hatramin’ireo heverina ho ampy fahalalana sy tokony ho mpitarika ny rehetra aza. Azo hitarafana ny fandraisan’andraikitry ny Malagasy momba ny ho avin’ny firenena ny zava-misy, ka atao mahagaga ve raha mikorosy fahana sy tsy mety mandroso i Madagasikara. Ny vahoaka aza tsy mahatsapa sy tsy mahalala ny tokony hataony ny ankamaroany, ary tena lalaovin’ny mpanao politika mihitsy. Lany andro mifanebaka sy mifanome tsiny eto isika hoe : ny mpitondra tsy manao ny asany e ! Mangalatra sy manao kolikoly no tena ataaony fa tsy mitsinjo vahoaka e ! Isika olom-pirenena ambara foana fa tompom-pahefana aza tsy mahatsapa ny fahefana lehibe eo am-pelantanantsika hoe isika no afaka manatsimbadika ny tantara amin’ny alalan’ny fifidianana. Inona intsony moa izany no azo hantenaina raha hiraviravy tànana lava tsy handray andraikitra? Fotoana izao hahatongavan’ny tsirairay saina, fotoana hahafaha-manatsimbadika ny tantara, ka Madagasikara afaka ambany vahoan’ny mpitondra andevozin’ny fitiavan-tena sy ny afera maloto no hovantanintsika aorian’ny fifidianana. Tsy nofinofinosina fotsiny anefa izany dia tanteraka, fa mila ny fahatsapan-tena sy fandraisan’andraikitry ny rehetra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

CHAN Maroc 2018Raikitra ireo lalao 1/4-dalana

Rehefa niato kely roa andro, ny alakamisy 25 sy ny zoma 26 janoary 2018, ny fifaninanana baolina kitra « Chan Maroc 2018 » dia miditra eo amin’ireo lalao 1/4-dalana rahampitso sabotsy 27 sy ny alahady 28 janoary 2018.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famaranana rugby Gold Top 8Hangotraka ny fifandonan’ny COSFA sy ny FTM

Ho fararanon’ny lalao baolina lavalava indray etsy amin’ny kianjan’i Mahamasina rahampitso alahady 28 janoary 2018.

Tia Tanindranaza0 partages

Kintan’ny Fanatanjahantena Malagasy Jean Yves Ranarivelo na i Joda“Tsy tokony hieboebo izany ny olona t...

Ilay mpanamory fiarakodia fanta-daza amin’ny fanaovana rallye eto amintsika ary anisan’izay nankafizin’ny mpijery an’ity taranja ity tanteraka ka nahafeno mpijery tokoa rehefa miaka-tsehatra no vahinintsika ato anatin’ity pejin’ny Kintan’ny Fanatanjahantena Malagasy anio.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faneva Ima1,5 miliara ariary no nakan’i Le Havre Athletic Club azy

Mamiratra sy misongadina, ary tsy very lalana ny Malagasy mpilalao baolina kitra mila ravinahitra any ivelany ankehitriny.

FC Nantes (2007/2009), AS Cannes (2008), US Boulogne (2008/2009), Amiens SC (2009/2010), AS Beauvais (2010/12), US Créteil-Lusitanos  (2012-2016), ary ny FC Sochaux kosa taorian’izao hilalaovany ao amin’ny Havre Athletic Club izao.

Nangonin’i Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahasarotan’ny fikarakarana taratasim-panjakanaMampirongatra ny kolikoly

Tokony hihena ny fotoana lany amin`ny fikarakaran`ny antotan-taratasy any amin`ny sampandraharaham-panjakana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lafo ny hen’ombyTsy mandeha intsony ny tsena

Tafakatra 12.000 Ar ankehitriny ny iray kilao amin’ny hen’omby eny an-tsena raha 13.000 Ar ny nofon-kena sy ny toton-kena.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tale iray saika hotendrena mpikamban’ny HCCNopotehin’i Houcine Arfa ny lalany

Mivoaka ny vaovao amin’izao fa saika hotendrena ho mpikambana eo anivon’ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana na ny HCC ny tale kabinetran’ny minisiteran’ny fitsarana Andry Rabarisoa.

 Tsiahivina fa nisy ny fahabangan-toerana taorian’ny fodiamandrin’ny mpitsara Yvonne Lala Herisoa Raharison Ranoroarifidy ny volana martsa 2017, izay tsy maintsy soloina. Tafiditra ao anatin’ny anjaran’ny filoham-pirenena no manendry izay ho solony, ka io no voalaza tany am-piandohana fa saika hapetraka amin’ny toerana, saingy niova ny tantara noho ny ampamoaka nataon’i Houcine Arfa fa hoe nanao kolikoly avo lenta izy nahafahany nitsoaka, ka anisan’ny voatonona ny anaran’io tompon’andraikitra ambony io. Tsy nolazain’ity vazaha ity  kosa ny valeran’ny vola voalaza fa nomeny ny tale kabinetran’ny minisiteran’ny fitsarana. Namotika tanteraka azy anefa iny resaka iny, ka niova tampoka tany amin’ny ora farany ny fanendrena azy amina toerana ambony hafa. Rabetokotany Tahina no notendren’ny filoha ho mpikambana ao anatin’ny HCC fa niahaka tamin’ny ora farany ilay tale kabinetra, ary izy no tena lasibatra mivantana sy tena nizaka ny ngidin’ny ampamoaka, rehefa tena dinihina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Karaman’ny fonksioneraTsy niakatra, nisy nihena aza

Nandiso fanantenana ny mpiasam-panjakana ny tsy fiakaran’ny karama tamin’ity taona 2018 ity. Efa tapitra nandray karama daholo izy ireo saingy tsy nisy fisondrotana, hoy ireo fonksionera maromaro nanontaniana.

 

 Nisy aza moa nanao fitarainana mihitsy noho ny fikorontanana nitranga, indrindra tao amin’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena (MEN). Tranga 8 no nisy tao anatin’ny tapak’andro harivan’ny fivoahan’ny karama, hoy ny tompon’andraikitra iray tamina Banky lehibe eto Antananarivo. Raha 320 000 Ariary ny karama tokony horaisina dia lasa 30 000 Ariary sisa nefa izy ireo tsy ao anatin’ireo lisitry ny fonksionera matoatoa noroahina. Fa mampametra-panontaniana ny maro ihany tokoa hoe nahoana moa ny fitondrana no tsy nahavita nampiakatra ny karaman’ny mpiasam-panjakana ? Safidy manokana sa fahasahiranana ara-bola ? Raha amin’ilay resaka safidy mantsy dia tonga ao an-tsaina avy hatrany ny propagandy hanomanana fifidianana ka izay no mety mampahihitra ny fanjakana. Tsy azo odian-tsy hita ihany koa anefa ny fianarana norantovin’ny mpitondra ka nahazoany mari-pahaizana maha mpikirakira matihanina azy amin’ny lafiny kaonty (expert comptable) ka sao dia misy ifandraisany amin’izay ny fitsitsiana ataony. Na dia eo ary izany dia hita soritra ihany koa anefa ny fahasahiranana ara-bolan’ny mpitondra amin’ny lafiny vola mihodina eto an-tanàna (liquidité) ka mampanontany tena ny tsirairay hoe mankaiza ary atao inona ny vola miditra amin’ny fanjakana ankehitriny ?

Tsiry

 

  

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsarana MalagasyMbola azo hatokisana ve ?

Nahabe resaka tamin’ity volana ity ny raharahan’ilay teratany Frantsay Houcine Arfa, tokony higadra 3 taona eto Madagasikara nefa tafatsoaka.

 Nivoaka ny resaka kolikoly avo lenta sy ny firaisana tsikombakomba. Nalaza ratsy sy tena afa-baraka ny minisitry ny fitsarana izay voalaza fa nandray 70 000Euros tamin’io vazaha io, teo ihany koa ny tale kabinetrany ary ny tonia mpampanoa lalàna izay voatonona ho nahazo 30 000Euros. Tsy misy afaka ny hitompo teny fantatra hoe : ny nambaran’iza no marina, ary ny an’iza no diso, afa tsy ny fanadihadiana lalina hivoahan’ny porofo rehetra mandiso sy manamarina ny nambaran’ny tsirairay. Ny an’ny filoha Malagasy Hery Rajaonarimampianina kosa, dia noboriboriany fotsiny tamin’ny hoe: mahatoky ny mpiara-miasa aminy, ary ny Malagasy toa azy no hinoany teny kokoa noho ny vahiny. Ny tsy azo lavina dia vao mainka manome endrika ratsy ny fitsarana ireny toe-javatra ireny, ary ny hitsaran’ny vahoaka azy, dia ny lohany indray no matsatso satria ireo heverina ho fitaratra aza zary lasa malaza ratsy noho iny resaka kolikoly iny. Ahoana tokoa moa no hatokisan’ny vahoaka ny fitsarana, raha ny lohany faratampony aza no reny fa nanao kolikoly avo lenta saingy boriboriana sy ezahina hampanginina fotsiny ny resaka ? Tsy misy ny fanazavana matotra sy azo tsapain-tanana manamarina na mandiso hoe madio sa maloto ireo voatonontonona, fa toa vitavitaina fotsiny amin’ny fiarovan-tena ara-politika hoe: mahatoky ahy ny filoha sy ny praiminisitra, dia milamina ny raharaha. Tsy natao hanenjehana ny Minisitra na ny manodidina azy, fa vao mainka manaratsy endrika azy sy ny fitsarana ireny. Toa ny mampiditra azy ireo ho any anatin’ny olona tahaka an-dry Claudine Razaimamonjy hoe nanao kolikoly sy nagalatra volam-panjakana aza dia vitavita ho azy satria arovan’ny fanjakana. Tsy ho tanteraka eto velively izany fahaleovantenan’ny fitsarana izany raha mbola  Fitsarana eo ambany fifehezan'ny filohan'ny Repoblika sy ny praiminisitra tahaka izany. Mikorontana sy feno fifampitsabahana na tonga amin’ilay hoe: "juge et partie" foana ny mpitondra fanjakana, izay misalovana. Inona no fahatokisana sy fahaleovantena ho azo amin’izany ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Be resaka tsss…

Miarahaba lesy Jean a, izaho nama tena resy lahatra fa tompon’ny kôzikôzy bobaka ianao a ! tena samy manaiky izany ny rehetra e.Fa izao ry jean a, mba aiza ho aizakay izao ilayhoe delestazy foana ao anatin’ny 3 volana nolazainao 4 taona lasa izay ?

 

 Ilay hoe hitondra hery vaovao, fa toa krizy matevin-koditra vaovao be ity iainanay isan’andro.Ianao mantsy variana ao anaty lapa ao ka mety tsy mahita maso ny tena marina, rehefa mba mivoaka indray dia efa zatra mijery andian’olona misolelaka aminareo.Hafa mihitsy ry jean ny zava-misy aty anaty fiaraha-monina aty a, koa raha iny resabe anao tao an-dapa iny no heverinao fa hambaboana ny fon’ny olona dia tena diso ianao jean a…Eny e, fantatro fa manan an-dra Jean be lisi-pifidianana fôpla ianao koa mety handeha ny vahaolana, valiny, asamarika hahazoanareo tombony fa raha mandeha amin’ny tena izy iio, tena taraiky ianao jean a.Izao aza ny jean hafa mpifaninana aminao vao manafana tena fotsiny dia efa mikorapaka mamoaka bokon’ozatra voabaiko ianareo, mainka fa rehefa handona mafy amin’izay iny dia asa angamba ee..Tsotra ny ambarako anao jean a : diniho tsara ny vitanareo, ary aza manonofy sy be resaka fa tsy nandra ohatra an’i Solobe daholo akory ny olona.Toneo tsara ihany ny fo sao manahirana jean a, tsy mbola tara koa anie raha mibebaka e, sao mba mody rariny ihany ny heloka vita, saingy ianareo moa bebe loha izay ihany ka mety handeha zebra hatramin’ny farny.Tsarovy fotsiny izahay rehefa sendra taolana ary eee..

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Antokon’ny fitondrana tany AmbositraNitafy henatra ry Rivo Rakotovao

Notontosaina omaly zoma 26 janoary tao Ambositra ny fihaonambem-paritry ny Antoko HVM ho an’ny faritra Amoron’i Mania. Teo ambany fiahian’ny filoha nasionalin’ny antoko, Rivo Rakotovao ny fihaonana natao tao amin’ny Fark Md Joseph Ambositra, ary nandeha tsy nisy sakantsakana satria ny antokon’ny fitondrana moa no manao hetsika, ka dia afaka nanao izay tiany natao.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vokatry ny hambom-po politikaPotehina ny renivohitra sy ny vahoakany

Tsy takona afenina ny tombo sy hala eo amin’ny fanampiana sy ny tosika ara-pampandrosoana atao amin’ny kaominina an-drenivohitra eto Madagasikara.

 Ezahina hasongadina sy hanaovana izay mety ny ben’ny tanàna an-tanàn-dehibe iray antoko na mitovy firehana amin’ny fanjakana HVM. Atao fahiranao sy hatsangana ho fahavalo kosa izay tsy ao anatin’izay lasitra izay, toy ny eto Antananarivo sy Toamasina. Tsy nomena ny vola voasoritry ny lalàna fa tokony homena an’Antananarivo. Tsy navela hikitika ny resaka fanamboaran-dalana ny CUA, kanefa ny kaominina ihany no omen-tsiny sy alaina baraka avy eo. Ny fanjakana tamin’ny alalan’ny minisiteran’ny rano sy ny angovo no nanala ny SAMVA teo ambany fitantanan’ny CUA. Tsy nahavita ny asa tokony hosahanina amin’ny fanadiovana ny SAMVA, saingy ny mpitantana ao anatin’ny Kaominina Antananarivo no lotoina sy dradradradraina ho tsy mahavita ny adidiny, indrindra tamin’ilay resaka filaharana eran-tany navoakan’ny gazety boky Forbes fa tanàn-dehibe faha-3 maloto indrindra manerana an’izao tontolo izao i Madagasikara. Potika sy rava ny lalàna, maloto sy maimbo ny tanàna noho ny gafy sy ny teritery nateraky ny hambom-po politika. Tsy fifanilihana andraikitra fa toa efa nomanina sy nokotrehina ny famotehana an’Antananarivo hanosorom-potaka ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana. Hamoronana atsanga tsy aman’orana, ka mandeha hatrany ny fikononkononana fanonganana, fanosoram-potaka ho mangala-bola. Tsy nivaona firy tamin’izay ny natao tamin’ny kaominina an-drenivohitr’i Toamasina, izay efa tonga tamin’ny resaka fanoloana PDS an’i Elysé Ratsiraka, saingy tsy tanteraka. Lany andro mikotrika fanonganana ben’ny tanàna ny filankevitra monisipaly sasany, ka adino ny resaka asa fampandrosoana. Ny ben’ny tanàna ihany koa teo an-daniny sasatry ny mitady fiarovan-tena, ary efa niseho tany Toamasina hatramin’ny resaka fampiasana « gros bras » noho izay resaka fiarovan-tena izay. Mazava ho azy fa fotoana tokony hiasana lany fotsiny any amin’ny fifampigafiana. Mahafaly sy mahafinaritra ve ny migafy sy manao antsojay hoenti-manamaimbo sy manamainty ny hafa ? Tsy ny ben’ny tanàna anefa no tena lasibatra fa ny tanàn-dehibe manontolo sy ny vahoaka no toa ampitondraina ny mafaitra noho ny kajy maloto tsotr’izao hoenti-mamotika olona iray. Hambom-po diso no enti-manao fahirano ny vahoaka an-tapitrisany. Mahamenatra sy mahonena ! 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean RavelonarivoMiomana ho kandida filoham-pirenena

Manomana mafy ny firotsahan-kofidiana ho filoham-pirenena ny praiminisitra teo aloha Jean Ravelonarivo raha ny resaka mivoaka.

Toeran’ny praiminisitra : Toeram-panangonam-bola ?

Hatramin’ny fotoanan’ny tetezamita dia tsikaritra ho nahazo vahana ilay olona avy praiminisitra, dia mikendry indray ny toeran’ny filoham-pirenena. Maro ny mpandinika no mihevitra sy milaza fa toerana natao hanangonam-bola sy harena hahafahana manao propagandy mihitsy io. Niarahan’ny rehetra  nahita i Monja Roindefo, izay fotoana fohy ihany no teo fa afaka nirotsaka sy nisy ny nenti-manana tamin’ny propagandy. Teo ihany koa i Camille Vitale, nanao izay ho afany tamin’ny propagandy, ary nalaza tamin’ny fisian’ireo fiara tsy mataho-dalana 350, voalaza fa saika hanambazana ny tafika. Aty aoriana ihany koa dia efa nilaza ny hirotsaka ny praiminisitra teo aloha, Jean Omer Beriziky. Efa nivoaka ihany koa ny resaka fa mety hirotsaka sy handoto rano fotsiny ny praiminisitra ankehitriny Mahafaly Solonandrasana Olivier, raha vao hesorina amin’ny toerany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana orinasa Vahaolana mahomby ny “Openflex”

Hatramin'izay nisiany, Openflex dia manolotra vahaolana ara-pitantanana ho an'ireo mpitantana orinasa maro eto Madagasikara amin’ny alalan’ny rindrambaiko na “logiciel” avo lenta momba izany.

 Manomboka amin'ny orinasa madinika ka hatrany amin'ireo vaventy, ny rindrambaiko Openflex dia mitondra vahaolana mifanaraka amin'ireo fangatahana maro samihafa. Toy izay indrindra ny toe-javatra ao amin'ny Détours Madagascar. Nisafidy manokana an'ny Openflex ny mpitantana. Efa ho 5 taona izay no nananganan'i Sylvain Philip an'io “SARL” izay tantanany io. 7 taona izay no nipetrahany teto Madagasikara. Tany am-piandohana dia niasa tamin'ny orinasa mikasika manokana ny fizahantany ny tenany. Nisy fotoana anefa nanontany tena ny amin'ny hialany eto an-toerana na hijanona eto. 25 taona niandraiketana rafitra manokana momba ny fizahantany tany Lafrantsa sy Afrika i Sylvain Philip. Nanana ny heviny sy ny fikasany manokana anefa izy. Teo no nanomboka ny « Détours Madagascar » izay orinasa mandrindra manokana ireo fitsangantsanganana ho an'ny mpizahatany sady “agence de voyage” ihany koa. Ny mampiavaka manokana ity orinasa ity dia ny fahafahany mikarakara fitsangantsanganana arak'izay ilain'ny mpanjifa na « sur mesure ». Singanin'i Sylvain Philip manokana ny fampiasana ny Openflex. « Tsotra. Mora ampiasaina, mora ny fametrahana azy ary koa fitaovana manoro lalana. Ny fampisehoana voalohany dia efa naharesy lahatra. Openflex ihany koa dia manolotra vahaolana ara-pitantanana izay mifanaraka amin'ny lalàna malagasy ». Ankehitriny, ny ekipa rehetra ao am-piasana dia mampiasa Openflex avokoa. Nanamora ny fitantanana ny mpiasa sy ny karama ary ireo vola mivoaka sy miditra isan-kazany ny Openflex ho an'ny Détours Madagascar manokana. Antony iray mahafa-po ny mpitantana ny orinasa koa ny hafainganam-pamalin'ny mpiasa ao amin'ny Openflex raha mila fanampiana. Sady vetivety dia mahita vahaolana izy ireo.

 

Toky R

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Mpangalatra moto, saika nodoran’olona velona

Tovolahy iray sahabo 25 taona eo no tra-tehaka nangalatra moto, omaly tany Toliara, ka saika nodoran’ny olona velona. Niantsena tao Sanfily ny tompon’ilay moto ka napetrany teo amoron-dalana ny kodiaran-droany. Fotoana fohy taorian’izay anefa dia nisy tovolahy iray nanatona ilay moto ary namoaka fanalahidy maro avy any am-paosiny. Teo am-pamelomana ilay moto ity mpangalatra no naneno mafy tsy nety nijanona ny “alarme anti-vol”-n’ity soavalivy, ka io nanaitra ireo teo amin’ny manodidina izay nanatona, ary nampikoropaka ny tompon’ny moto. Nifanenjehana ilay mpangalatra ka tratra ary niharan’ny hatezeram-bahoaka. Raha ny fanazavana azo dia efa matetika voasaringotra amin’ny asa ratsy ity tovolahy ity, ary efa nigadra noho ny resaka halatra moto sy bisikileta, kanefa tsy mety fay fa mbola mamerin-keloka foana. Ela nanaovan-dratsy ity mpangalatra, ka sendra ny nahay azy, ary saika matin’ny fitsaram-bahoaka, hoy ireo nanatri-maso.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar0 partages

Ambatolampy – La foudre fait des ravages

Six maisons se sont embrasées à Andravola Ambatolampy après que la foudre s’y est abattue. Son passage a fait un mort et deux blessés graves, mercredi.

La foudre fait parler d’elle à Ambatolampy. Depuis le début de la saison estivale, elle s’est déjà abattue sur six maisons d’habitation pour y déclencher un incendie et occasionner des dégâts. Ces phénomènes se sont produits dans le village de Vohipeno Andravola, situé à une quinzaine de kilomètres, à l’ouest,du chef lieu de district.Le dernier cas signalé est particulièrement meurtrier. Mercredi, en fin d’après- midi, la foudre a frappé une maison du quartier, tuant sur le coup un chef de famille, âgé d’une quarantaine d’années. Une forte décharge électrique ainsi que des graves brûlures lui ont été fatales. Le drame s’est produit aux alentours de 17 heures, quand le défunt était chez lui avec ses deux enfants. Ces derniers se trouvent actuellement dans un état préoccupant, selon les informations communiquées. Alors que  les funérailles de leur père ont déjà eu lieu, les deux rescapés suivent encore des soins médicaux.«La catastrophe qui s’est produite mercredi dépasse l’entendement. La foudre a frappé par un temps particulièrement calme, dans un coucher de soleil anodin où le ciel était dégagé. Il ne pleuvait même pas », relate Rasolo, correspondant de la radio nationale malgache dans le district d’Ambato­lampy.

MystèreCe journaliste signale dans la foulée des étranges phénomènes. « Il y a quelques années, une  curieuse tornade a traversé le village de Vohipeno Andravola. Elle est passée par des rizières et a balayé le village. Le tourbillon mortel a emporté une femme enceinte dont le sort reste jusqu’à maintenant inconnu », confie-t-il.En saisissant la balle au bond, il indique que le mystère est entier autour de ces phénomènes, non seulement étranges mais également quasi-cycliques. L’ombre horrifiante des cauchemars qu’ont vécus les habitants hante Vohipeno Andravola chaque été. Se heurtant à des phénomènes qui s’obscurcissent entre le surnaturel et la puissance dévastatrice de mère nature, la population se fige dans l’anxiété et l’angoisse ambiante.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Vie universitaire – Scission au sein du Seces

Le syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants (SECES) section Antananarivo persiste et signe. Il s’écarte du bureau national.

Malaise au sein du syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants (SECES). La section Antananarivo a été aux abonnés absents lors de la réunion du bureau national du SECES qui s’est tenue à l’Université d’Antananarivo à Ankatso, hier. Les membres de son bureau ne reconnaissent pas les nouveaux membres du bureau national, élus en septembre lors de leur congrès national à Mahajanga. « Nous avons refusé de participer à cette élection. Elle a été faite à la va-vite, pour l’intérêt politique de quelques-uns», avance Sammy Grégoire Ravelonirina, président du SECES, section Antananarivo, hier. Lors de la réunion du SECES, section Antananarivo, qui a eu lieu le 11 janvier, ils ont voté la suspension de trois de leurs membres, élus lors de ce congrès national.Les membres du bureau national présents à cette réunion, dont les présidents et vice-présidents des cinq autres sections, ont déclaré à la fin de cette réunion, que « ces trois personnes sont affiliées au bureau national jusqu’aux prochaines élections, prévues en 2019. Elles ont été élues régulièrement ». Ils soulignent, en outre, que le Dr Dimby Ralambomanana est le président national du SECES reconnu des cinq sections.

RassembleursD’autres sources révèlent que c’est pour des raisons personnelles que le bureau national du SECES, section Antananarivo, n’a pas assisté à ce congrès national.C’est la deuxième fois en 46 ans d’existence qu’un malaise a eu lieu au sein du SECES. «Un nouveau syndicat a failli voir le jour lors du premier malaise », rappelle le professeur Panja Ramanoelina, président de l’Université d’Antananarivo. Cette fois, la section Antananarivo lance un avertissement. « Nous ne sommes pas responsables du bousillage du syndicat par des politiciens », assène Sammy Grégoire Ravelonirina. D’autres craignent que cette tension n’engendre la division des enseignants-chercheurs et chercheurs- enseignants, et la création d’un autre syndicat.Le président du SECES national, Dimby Ralambomanana, veut éviter cette division. « Nous restons des rassembleurs », conclut-il.

Versement des indemnités

Satisfaits. Le Dr Dimby Ralambomanana, président national du SECES, a remercié l’État et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, pour avoir versé toutes les indemnités prévues dans les décrets 2009-1214/1215/1216. Les enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants ont commencé à toucher leurs indemnités de résidence et de logement. Il resterait à régler l’indemnité des retraités, mais aussi la détermination de l’obligation de service des retraités. Le SECES réclame, en outre, la régularisation des domaines universitaires.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Musique classique – Madagascar Mozarteum rajeunit les férus

Une année qui s’annonce faste et prometteuse de belles découvertes pour les férus de musique classique de tous les âges. 

Huit ans d’émerveillement, qui ont laissé la part belle à des révélations musicales tout aussi surprenantes les unes que les autres. Le tout contribuant activement à l’épanouissement de plusieurs artistes de la musique classique dans la Grande île. Ainsi se résume l’historique de l’association Madagascar Mozarteum.Forte du succès de ses fameux « Concert classique de midi », mensuels à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely, qui en étaient à leur 86e édition ce mois de janvier, l’association ne cesse d’œuvrer pour le soutien des artistes locaux, mais met également un point d’honneur à valoriser les échanges culturels d’envergure internationale.Une plateforme musicale unique et enchanteresse pour la musique classique dans toute sa splendeur donc, Madagascar Mozarteum permet aisément à des musiciens de tous horizons et de toutes les générations confondues d’exprimer leur talent. Fer de lance d’une programmation bien garnie en cette nouvelle année, l’association, qui fédère de plus en plus de jeunes autour de la musique classique, organise un grand concours de piano du 3 au 5 avril, en partenariat  avec l’IFM Analakely.Les jeunes talents se découvriront à travers deux catégories, à savoir « excellence » et « supérieur ».

Une ode à la jeunesseLe concours, qui sera sous la bienveillance de trois pianistes d’exception, Mirana Randria, Reinhard Schwarte et Mahery Andrianaivoravelona, pianiste malgache évoluant sur la scène professionnelle internationale depuis des années maintenant. Ce dernier organisera également un master class aux participants au cours de son passage au pays.Les inscriptions au concours sont d’ores et déjà ouvertes auprès de l’établissement Blanche Birger Tsaralalàna. « On est fiers d’affirmer que, grâce à notre initiative, la musique classique gagne de plus en plus en intérêt auprès d’un plus large public. De même, grâce à nos invités internationaux et les échanges qu’ils entreprennent avec nos jeunes artistes, on voit l’émergence d’une jeune génération de musiciens classiques passionnés et prometteurs » souligne José Bronfman, président du Madagascar Mozarteum.Les mélomanes de musique classique rajeunissent de plus en plus, ce genre qui se redécouvre, ainsidésormais comme une musique des plus vivantes dans le cosmos artistique national. Des plus motivants, ce grand concours de piano du Madagascar Mozarteum propose de belles récompenses pour ses lauréats. Outre des lots allant de cinq cent mille ariary à un million d’ariary, les jeunes pianistes talentueux auront le privilège de se découvrir sur la scène des « Concerts classiques de midi»

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Judo - Stage – Sept judokas au Japon

Sept judokas bénéficieront d’un stage au Japon en vue de la préparation aux championnats d’Afrique et aux JO de Tokyo. La première vague partira ce dimanche.

Avant leur départ, les sept judokas bénéficiaires des deux programmes de stage au Japon ont été reçus et félicités hier par l’ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara. La première vague de la délégation, composée de cinq judokas et d’un coach, quittera le pays ce dimanche 27 janvier. Cinq des sélectionnés par la fédération malgache de judo sont dans la catégorie seniors. Ils suivront un stage de courte durée, à savoir trente-huit jours. Les deux autres sont des bénéficiaires de bourse olympique, d’une durée de trois ans, en vue de la préparation aux prochains Jeux olympiques de Tokyo 2020. « Le gouvernement du Japon redouble d’efforts pour promouvoir le sport, à travers de multiples programmes d’échanges sportifs, avec différents partenaires à l’échelle mondiale », a annoncé l’ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara dans son discours, avant de présenter les deux programmes.Ils sont financés par le ministère des Affaires étrangères du Japon et le Comité international olympique. Trois des cinq seniors sont des filles, dont deux du club Saint Michel, en l’occurrence Tatiana Andrianaivo­ravelona dans la catégorie -48kg et Mirana Rakotovao -52kg, et la troisième du Judo Club d’Ihosy, Haingoniaina Ramiandrisoa Ramilavonjy, -78kg. L’unique garçon du groupe estun judoka de CCS Toliara, Kevin Royce Herilanto Andriamanoelina, catégorie -66kg. Ils seront accompagnés du coach national et également député de Madagascar, Hery Manoelina Ratovoson.

Qualificatif aux JOLes deux juniors qui suivront un stage de longue durée, trois ans en tout, en vue de la préparation aux JO de Tokyo sont Ellana Tessia Tsirinirina -52kg du CSS Toliara et Damiella Nomenjanahary, -63kg. Elles passeront les trois ans de stage à l’Université internationale des arts martiaux, dans la préfecture de Chiba au Japon. « Ces deux judokates ont été choisies selon nos objectifs, tout d’abord d’avoir un titre de champion d’Afrique, et secundo de qualifier des combattants aux Jeux olympiques », a souligné Siteny Randrianasoloniaiko.« Au retour du groupe de cinq judokas, le coach nous transmettra la performance de chacun pour déterminer qui d’entre eux iront défendre les couleurs nationales aux championnats d’Afrique à Tunis, prévus du 12 au 15 avril. Ce sommet continental est qualificatif aux JO de Tokyo, et ceux qui remporteront le titre pourront aussi bénéficier des bourses olympiques », a précisé le président de la fédération malgache. L’ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara a rappelé le propos du Premier ministre japonais Abe sur l’invitation du Japon à l’endroit des judokas malagasy dans la cadre du programme « sport pour demain ». Cette initiative du gouvernement japonais vise à apporter sa contribution internationale à travers le sport.Le président de la fédération quant à lui a ajouté qu’« avoir cinq ou six en stage au Japon, pays d’origine de la discipline, pourrait changer le judo malgache ». Durant cette occasion a été présenté le judoka japonais Ryugo Ide, titulaire du grade de 3e dan. Arrivé en terre malgache ce 15 janvier, ce volontaire du Jica collaborera avec la fédération malgache de judo, et effectuera une mission sur le développement du judo à Madagascar pour une durée de deux ans.

Serge Rasanda 

L'express de Madagascar0 partages

Coopération – L’Inde renforce le traitement du cancer à Madagascar

La République de l’Inde compte collaborer avec Madagascar dans le traitement du cancer. « Nous savons que l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrinavalona (HJRA) est encore le seul hôpital qui s’occupe de traitement du cancer. Nous en avons discuté auprès des responsables et une étude de partenariat a été déjà faite », affirme Subir Dutta, ambassadeur de l’Inde à Madagascar lors de la fête de la république de l’Inde, hier à la Résidence de l’Inde à Analamahitsy. Le partenariat est de longue date.« Nous avons déjà envoyé plusieurs médecins et patients en Inde car notre pays possède plusieurs spécialistes en différentes pathologies. Même les Européens et les patients du monde viennent en Inde pour faire des cures sur telle ou telle maladie », ajoute t-il. Ce ne sont pas seulement les patients ou les médecins qui partent en Inde  mais ce pays, à travers son ambassade, offre aussi une opportunité aux jeunes Malgaches d’y poursuivre leurs études universitaires.« Nous sélectionnons  quinze à vingt jeunes Malgaches chaque année. Toutes les études universitaires, les diplômes de licence, master jusqu’au doctorat sont disponibles. Il suffit d’avoir une bonne note et une maîtrise de la langue anglaise pour pouvoir y accéder. L’inscription est encore ouverte jusqu’à la fin de ce mois», explique toujours cet ambassadeur.L’ambassadeur ne voulait pas faire plus de commentaires sur les affaires de kidnapping qui se sont succédé mais demande aux autorités malgaches de veiller à leur sécurité.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Ambatondrazaka – Mort dramatique d’une écolière

Des scènes à fendre le cœur. Un accident de la circulation a mis en émoi les riverains à Ambalabako Ambatondrazaka, avant-hier.  Ecrasée par une camionnette, une fillette de onze ans a trouvé une mort tragique. Le  drame est survenu  sur la RN44 en début d’après-midi, aux alentours de 14 heures, à deux kilomètres du centre ville.À la lumière des informations communiquées par la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Ambatondrazaka, la camionnette impliquée dans cet accident mortel dévalait une descente lorsque ses freins l’ont subitement lâchée.  Le véhicule transportait des sacs de ciment et des blocs de moellons. En esquivant un motoculteur qui roulait avec lenteur devant, il s’est déporté dangereusement de l’autre côté de la chaussée, percutant de plein fouetl’écolière dans une course effrénée.En un éclair, les forces de la gendarmerie ainsi que celles de la police se sont dépêchées sur place pour contenir la colère populaire. Le chauffeur de la camionnette a été placé en garde-à-vue par la police et attend son passage au parquet.

A.M

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Les bateaux de croisière reviennent

Le tourisme reprend du poil de la bête avec les escales programmées de croisiéristes. Ainsi, le paquebot Costa Neo Riviera arrive ce jour avec un millier de touristes à bord.

Depuis la semaine dernière, les activités croisiéristes reprennent avec la venue du bateau de croisière allemand Aida Aura. Après la déclaration de l’épidémie de peste, dix-huit touchers de paquebots de ce genre ont été annulés. Malgré ces suspensions d’escale, la fidèle compagnie Costa Croisière qui  fréquente régulièrement le port d’Antsiranana ne manquera pas son rendez-vous, cette saison, avec trois touchers jusqu’au 26 février prochain.Ce jour, le paquebot Costa Neo Riviera est attendu dans la capitale du  Nord avec ses 1 121 touristes fortunés, de diverses nationalités, qui y débarqueront et feront escale, pour une grande première, durant deux jours. Avant  c’était seulement  pour la journée.Cette fois, des animations culturelles et artistiques se tiendront devant l’Hôtel de ville avec les prestations d’artistes locaux et de grosses pointures nationales comme Tence Mena et Jean Marc. En outre, une soirée nocturne sera organisée et la rue Colbert deviendra alors piétonne. La population antsiranaise aura droit à un feu d’artifices. Comme  à l’accoutumée, les autorités locales seront accueillies à bord du paquebot pour un déjeuner et une délégation conduite par le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka, fera le déplacement dans le Nord pour honorer cette invitation.

Sécurité renforcéeLes croisiéristes visiteront plusieurs sites touristiques de la Diana, lors de tours souvent organisés en collaboration avec plusieurs partenaires de la région. Ils seront accompagnés de guides touristiques locaux.L’accent sera mis sur une sécurité renforcée. Une centaine d’éléments mixtes seront à  mobiliser durant le week-end. Lors d’une réunion du comité de croisière, tenue hier à la Résidence de la région Diana, les autorités administratives se sont penchées sur les situations susceptibles de mettre en péril les croisiéristes.« Nous devrons prouver aux croisiéristes que la ville d’Antsiranana est attirante. Nous allons aussi leur démontrer que naviguer sur l’océan Indien sans faire escale dans la capitale du Nord serait dommageable et très regrettable pour eux », a indiqué le préfet d’Antsiranana, Arsène BanomaSelon les estimations, quelques heures d’escale rapportent aux opérateurs des secteurs du tourisme, du transport et de l’artisanat de la ville au moins 40 000 euros grâce aux frais d’excursion et de restauration d’un millier de croisiéristes.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Maurice – Des inondations à cause de pluies torrentielles

Mercredi soir, les services météorologiques de Maurice ont placé l’île en avis de pluies torrentielles accompagnées de forts orages. L’eau est rapidement montée dans plusieurs régions de l’île. Les établissements scolaires sont donc fermés ce jeudi et les fonctionnaires sont priés de rester chez eux.D’importantes inondations ont touché le pays, une maison s’est même effondrée en raison des pluies. Les pompiers ont dû effectuer des opérations de sauvetage. En treize heures, ils sont intervenus plus de quatre vingts fois à cause d’habitations inondées. Plusieurs personnes ont été évacuées.Dans la nuit de mercredi à jeudi, quelques deux mille foyers ont été privés d’électricité à cause de la foudre qui aurait touché plusieurs transformateurs de l’île. Les techniciens du Central Electricity Board (CEB) ont annoncé ce jeudi matin qu’ils étaient à pied d’oeuvre afin de rétablir l’électricité pour les deux cent foyers restants. La connexion Internet est, elle aussi, perturbée. L’avis de pluies torrentielles a été levé avant-hier en fin de matinée.

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Infrastrucuture – La route de Tsararano détruite par la pluie

Les infrastructures routières réhabilitées à Mahajanga, dans le cadre des projets présidentiels n’ont pas résisté, aux fortes pluies. Ainsi, la route à Tsararano ambany, inaugurée en grande pompe par le Président de la République en février 2017, se trouve déjà dans un état dégradé. Long de 450 m, le tronçon débouchant sur le marché d’Antanimasaja n’est plus praticable.« De grands trous sont observés sur la chaussée. Cette portion réhabilitée n’a même pas duré plus de six mois et son état se dégrade de jour en jour», déplorent les riverains.Le tronçon situé entre Morafeno et Ambalavola (800m) et menant à Mahabibokely, au croisement près du pont de Tsararano, , inauguré le 27 février 2017 ne suit pas les normes car aucun panneau de signalisation ni d’indication n’a été posé aux carrefours et croisements.Au total, 3 700km de rues ont été réhabilités dans le cadre du projet présidentiel à Mahajanga mais les deux-tiers se trouvent déjà, aujourd’hui, « à terre». Les entreprises qui ont obtenu le marché devront obligatoirement reprendre les travaux.Toujours dans le cadre des projets présidentiels, la piscine du complexe sportif n’a jamais été opérationnelle, deux ans exactement après l’inauguration de ce complexe sportif d’Ampisikina.Le bassin ne respecte pas les normes, car ce n’est ni une piscine olympique de 50m ni d’une longueur de 25m. De l’eau sale y stagne. C’est totalement du gaspillage car personne ne peut l’utiliser. La piscine aurait dû  devenir un élément de décor de cette grande infrastructure sportive qui a coûté une fortune.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Dans le « starting-block »  du marathon de la danse

Le rendez-vous est donné au K’Art à Antanimena cet après-midi  à 14 heures 30. Toutes les disciplines confondues sont prêtes pour assurer un enchaînement tonique et spectaculaire.C’est un marathon  comme les autres sauf qu’il s’agit là de danse. Et toutes les disciplines qu’on dispense à l’Académie de danse K’Art sont présentes. De la danse classique au moderne jazz, en passant par les autres disciplines. « Quatre heures de danse non-stop, un enchaînement  de dix à quinze chorégraphies de quinze minutes. Le concept se base sur l’idée de danser et de tenir le plus longtemps possible. Et en même temps de découvrir les autres disciplines. C’est à la fois physique et spectaculaire. De notre côté, toute l’équipe est déjà sur le starting-block. Les professeurs de chaque discipline ont travaillé avec leurs élèves depuis des semaines pour offrir le meilleur aujourd’hui. On n’attend plus que vous. On va s’éclater ensemble », précise Mialy, le premier responsable de K’Art.Le premier marathon de la danse s’est tenu en novembre de l’année dernière. « À la demande de beaucoup de gens, nous l’avons réédité plus tôt que prévu. J’avoue que ce n’est que du bonheur de la bonne humeur, à partager ensemble entre amis ou en famille », poursuit Mialy avec enthousiasme. Et comme dans un marathon, il faut prévoir les tenues de sport pour être bien à l’aise et s’équiper d’une bonne quantité d’eau. S’inscrire à l’avance est aussi un bon reflexe, compte tenu de la capacité de la salle.

R. R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – France – Faneva Ima portera le numéro 32

La confirmation du transfert de Faneva Andriatsima est tombée en début de semaine. Le capitaine des Barea de Madagascar s’engage pour une durée de dix-huit mois avec Le Havre AC, club de deuxième division française. Son ancienne équipe, le FC Sochaux-Montbéliard, a récupéré une somme de 400.000 euros lors de la transaction. À trente-trois ans donc, l’ancien joueur de l’Uscafoot se lance un nouveau défi. Il portera prochainement les couleurs du Havre AC, notamment le maillot « domicile » bi-tons, bleu foncé et bleu clair, fourni par l’équipementier espagnol Joma Sport.Faneva Ima portera le numéro 32. Il se dit prêt à jouer dès ce samedi, lors de la 23e journée du championnat. « J’ai déjà fait deux entraînements avec mes nouveaux coéquipiers. Je me sens bien. Même à mon âge, je peux encore faire des courses à très haute intensité (rires). Il faut juste que je sois très vigilant sur la récupération. J’ai la forme et je suis prêt à jouer dès samedi contre Nîmes. J’ai hâte de rendre à mon nouveau club la confiance qu’il me fait aujourd’hui », a-t-il notamment confié au journal L’Équipe.Toujours dans un entretien accordé à L’Équipe, le capitaine de la sélection malgache a également évoqué ce qui a fait pencher la balance en faveur du Havre.« Pour moi et ma famille, je voulais rester en France. Et puis, Le Havre s’est très vite positionné avec des conditions qui me convenaient. J’ai eu tout le monde au club. Le président, le directeur général, l’entraîneur et Christophe Revault, le directeur sportif, qui voulait déjà me faire venir en Normandie il y a deux ans. J’ai eu des échanges très positifs. Je n’ai pas eu de garanties formelles, mais je sais que c’est dans l’axe, mon poste de prédilection, que le Havre souhaite me faire évoluer. Je voulais jouer, et Le Havre avait besoin d’un attaquant de pointe ».Quelques jours après son départ, Faneva Ima a adressé un au revoir émouvant au FCSM, sur sa page Facebook : « Moi et ma famille avons vécu dix-sept mois dans la région, comme le nombre de buts que j’ai inscrits pour le club. J’ai passé ma meilleure saison dans ma petite carrière ici. J’étais capitaine sur certains matchs (…) Merci à tous mes coéquipiers, le staff technique et médical, ainsi que le personnel du club, sans oublier tous les supporters et les passionnés qui nous ont soutenus durant les bonnes et dans les mauvaises périodes. »

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Consommation – Douze mille boîtes de lait brûlées

Hors de danger. Les boîtes de lait infantile Picot sur les étalages des épiceries et  des pharmacies peuvent désormais être consommées en toute sécurité. « Celles qui ont présenté des risques d’empoisonnement ont été toutes retirées du marché. Et le producteur a interdit la commercialisation et l’exportation des lots concernés», affirme Valonirina Randrianarisoa, directeur de la prévention des fraudes et de la protection des consommateurs au sein du ministère du Commerce et de la consommation. Douze mille boîtes de lait infantile « contaminées» ont été brûlées par le ministère du Commerce et de la consommation, avant-hier.Le gouvernement français a décidé de suspendre la commercialisation et les exportations de quelques lots de produits de nutrition infantile, fabriqués par le groupe Lactalis, en raison d’un risque de contamination par des salmonelles, le 10 décembre 2017. Des cas de salmonellose chez des nourrissons ont été déclarés dans quelques pays comme la France, dont la présence de « salmonelle » dans ces produits a été annoncée comme «cause probable » de la contamination.A Madagascar, aucun cas d’enfant contaminé n’a été déclaré, jusqu’à présent.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Le budget communal réduit à cinq milliards ariary

Les collectivités techniques décentralisées ne sont pas encore obligées d’appliquer le concept de budget-programme, cette année. Ainsi, la municipalité de Mahajanga a préféré revenir au budget des moyens.C’est dans ce sens que le budget de la commune urbaine de Mahajanga a été réduit à cinq milliards ariary pour l’exercice 2018, alors que l’année dernière, il avait atteint sept milliards ariary. De fait, le Conseil municipal se réunit, depuismercredi dernier, en session budgétaire.Le budget général est fixé à 4.5 milliards ariary et le reste sera attribué au budget annexe primitif de la direction des Marchés. Ce dernier concerne les trois principaux marchés réhabilités, à savoir Tsaramandroso, Mahabibo et Analakely.Le projet de réajustement des avantages octroyés aux membres de l’organe exécutif, du secrétariat général, des directeurs et des chefs de service de la municipalité seront aussi débattus durant cette session qui sera clôturée le mardi 13 février.De même, la révision des modalités de gestion des terrains parcellaires ainsi que la création des droits d’occupation des terrains lotis figurent dans l’ordre du jour et dans la délibération au sujet des terrains communaux.En ce qui concerne les terrains lotis, situés en-dehors de la ville, à Antanimalandy, Ambondrona et Amborovy, leurs propriétaires se trouvent en situation irrégulière car ils refusent de payer les droits d’occupation. Quelque trois mille propriétaires de terrains lotis, sur environ six mille recensés, à Ambovoalalanana, se sont acquittés de leurs droits.Outre l’examen et l’adoption éventuelle du budget communal, le Conseil municipal se penchera aussi sur des dossiers épineux comme la rétrocession du domaine « ex-La Tratttoria ». Il appartient à la commune urbaine de Mahajanga.Ce domaine a été cédé à un particulier, un ex-conseiller municipal, et gêne le projet d’assainissement et d’embellissement de la ville. Car des marchands de friperies et de vêtements ainsi que de nombreux commerçants l’occupent actuellement.«Ce thème a été par trois fois ajourné depuis que nous sommes à la tête du Conseil municipal», Paul Gervais Rasoanaivo.« Nous avons effectué des reconnaissances et avons constaté de nombreux cas litigieux, tels que les poteaux électriques de la Jirama implantés dans une cour à la suite de construction dans un domaine public », a-t-il ajouté.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Transport – Meilleure accessibilité des personnes vulnérables

L’accès des femmes enceintes et des personnes en situation d’handicap (PSH) dans les véhicules de transport en commun sera facilité dans la ville d’Antananarivo. L’union des coopératives de transport urbain (UCTU) prévoit d’installer un escalier dans quelques bus, pour aider ces personnes à monter dans leur véhicule et pour éviter qu’elles se blessent. « C’est le fruit de notre collaboration avec l’Organisation non gouvernementale (ONG) Làlana, dans le cadre du projet Lamina (Lalanjotra miaty ny namana)», explique Jean Louis Emile Rakotonirina, vice-président de l’UCTU, jeudi, dans le cadre de la clôture du projet Lamina, financé par l’Union Européenne, au motel Anosy.Autour de dix véhicules par coopérative devraient disposer de cet escalier. L’installation devrait commencer au mois de février. Des arrêts spéciaux pour les PSH verraient également le jour.D’autres améliorations seraient apportées par les transporteurs, au bénéfice des PSH. Ils envisagent, par exemple, de remettre à jour les places « réservées » aux femmes enceintes et aux PSH, en mettant des autocollants à la place indiquée.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Le gouvernement absolu d’Andrianampoinimerina

Pour rédiger ses « Notes sur Madagascar , (Côte Est et Imerina)», Jacques de La Salle emprunte la plume d’Unienville auquel il dicte ses mémoires. S’il dicte ceux-ci en 1816, il a surtout connu l’Imerina sous le règne d’Andrianampoinimerina (1783-1810), le roi qui, pour la première fois,  organise la vie de ses sujets. C’est ainsi qu’il peut expliquer que depuis ce monarque, la police et l’ordre sont établis, car avant lui, le vol, « même des individus » y est très fréquent.Pour la première fois également, les marchés, hebdomadaires comme quotidiens, sont réglementés. Tout se vend au poids et à la mesure, précise-t-il. On trouve de nombreux produits dans les marchés, du bœuf, du sel, de l’ail, de vivres, des outils, des bijoux, etc. D’après H.-C. Hébert qui présente ces « Notes recueillies par d’Unienville », dans le numéro du premier semestre 1980 de la revue historique  Omaly sy Anio, la présence de l’ail sur les Hauts-plateaux a frappé tous les observateurs, même si Parat l’a signalé déjà dans son Mémoire à Pontchartrain (1714).La Salle décrit aussi la case du roi, faite en planches, et il indique que c’est la seule à être ainsi construite. D’Unienville, dans son Essai sur Madagascar apporte des renseignements complémentaires à ceux de La Salle : « La capitale Tananarive, où le roi, logé dans une maison faite en planches, est servi en vaisselle d’argent et possède un arsenal d’au moins 20 000 fusils… »Poursuivant sa description, La Salle évoque aussi le mode de vie du simple sujet et des difficultés occasionnées par « le bois qui est si rare qu’on ramasse la paille du riz, la bouse de vache et les herbes pour se chauffer ». D’Unien­ville apporte également plus de détails sur le sujet dans son « Essai… ».  « L’Hova vit sous un gouvernement très absolu : il tient cependant au sol qu’il est obligé d’arroser de sa sueur ; il manque de bois dans un pays élevé où le froid est assez vif depuis juin jusqu’en septembre ; il se chauffe avec des pailles du riz qui le nourrit, avec la bouse des vaches qu’il élève et avec les herbes dont il débarrasse ses champs, qui lui ont coûté de l’argent, qui sont sa propriété et qu’il affectionne parce qu’ils seront l’héritage de ses enfants. »Les Notes citent les deux ou trois castes ( ?) qui, selon La Salle, occupent le pays des Hovas, au nord les « Antanzafé » ; à l’ouest les « Manissuts », peuplade noire et anciens esclaves du roi qui en ont secoué le joug ; vers le sud de la capitale, «Amboilhambo », peuple venu avec le premier chef nommé Ralambo « qui signifie cochon, dont les suivants prirent le nom d’Ambou chien, ou chien de cochon » ;et les « Antemambous » au sud-ouest près d’Andrantsay.D’après Hébert, il est difficile de traduire le premier terme, à moins de le comprendre comme « Antazafy » donc « au pays des petits-enfants », sans pour autant en être sûr. Quant au second mot, il s’agit des Manisotra, anciens esclaves révoltés qui se défendent courageusement contre l’hégémonie d’Andrianampoini­merina en Imerina. Ils succombent finalement à Ambohijoky. « Amboalambo » est le nom donné par les Sakalava aux Hova, mais qui, écrit H. Deschamps dans son « Histoire de Madagascar », est une simple transformation à intention injurieuse des mots « Valambo ou Balambo qui désignaient autrefois ce peuple ».Pour ce qui est de « amboa » (chien) et de « lambo » (cochon), Hébert  précise que c’est l’étymologie du sobriquet, mais l’étymologie véritable devrait être recherchée dans une décomposition du mot « Am-boalambo ou pays des Voalambo » qui sont peut-être les « soumis par Ralambo ». Quant aux « Antemambous », il faut comprendre  Antemenabe, ceux du Menabe, le pays que Lebel situe proche de l’Imamo et faisant partie de l’Andrantsay.Après l’Imerina, La Salle se dirige vers ce territoire, « actuellement sous la domination des Hovas et en suivent les coutumes ». Ce pays correspond au Vakinankaratra actuel ou Betsileo du Nord dans l’ancien temps. La Salle prévient qu’on n’y voyage pas en sûreté, « des peuplades du bord de la forêt, de la partie Santoumnoufia, Vahia, Antareys y faisant de fréquentes incursions à la manière des brigands et par petites bandes ».Explication apportée par Hébert : les Satoumoufias sont à l’époque les « gens sans aveu, hors la loi » dans la région de Mahela, tandis que Vahia et Antarey sont des peuplades non identifiées.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Réunion mensuelle de la préfecture  dAmbatondrazaka

Comme tous les mois, le Préfet d’Ambatondrazaka a réuni les directeurs régionaux, les maires et les chefs d’arrondissement administratif à la salle de réunion de la Chambre de commerce à Antsahatanteraka Ambatondrazaka, hier. Outre les instructions sur les affaires courantes, il a apporté des explications sur quelques points des textes et lois en vigueur, dont le mariage précoce, le budget-programme et l’exécution budgétaire, entre autres.

L'express de Madagascar0 partages

Danse sportive – Plainte contre le président de la fédération 

Scandale au sein de la Fédération malgache de danse sportive. L’affaire tourne autour d’une subvention de 49 millions d’ariary remise par le ministère de la Jeunesse et des sports pour le montage d’une équipe nationale. C’est le secrétaire général de la fédération Marie Ange Philippe et son trésorier qui poursuivent le président Jean Christian Leccia et Haja Joelson Razananaivo pour  faux, usage de faux et usurpation de fonction. La plainte a été déposée le 28 août 201 au service central des investigations économiques et financières.Pour verser cet argent il a fallu un compte bancaire au sein d’une banque dont les plaignants s’occupaient. Mais en parallèle les prévenus ont ouvert un compte dans une autre banque avec un PV de nomination d’un trésorier et d’autres pièces. Une ordonnance d’opposition à toute utilisation du compte BFV SG a été émise par le tribunal mais entre temps , une somme de 15 millions d’ariary a été retirée. Les plaignants ont reçu une notification de réouverture de compte et ont subi des pressions pour retirer leur plainte. Curieusement, mis au courant de l’affaire, le ministère de la Jeunesse et des sports est resté de marbre alors qu’il s’agit de son argent, des deniers public. D’ailleurs il est surprenant qu’une discipline « mineure » comme la danse sportive et la danse de salon bénéficie d’une telle somme alors que le sport roi n’a jamais eu une telle faveur depuis son existence. Il y a visiblement anguille sous roche. C’est d’autant plus suspect que les prévenus ont encore convoqué une AGE ce jour au Cmdelac et un Codis contre les plaignants demain. Un rendez-vous annulé par le tribunal qui va trancher le 30 janvier.« Nous ne lâcherons pas cette affaire au nom de la transparence et la bonne gouvernance. Nous sommes des bénévoles au sein de la fédération et on n’accepte pas qu’on détourne les deniers publica » martèle Marie Ange Philipe déterminée à mener son combat jusqu’au bout.

L'express de Madagascar0 partages

Pactole d’Houcine Arfa

Consulté au téléphone sur les 315millions d’ariary saisis lors de l’arrestation de Houcine Arfa, le chef du service communication de la police nationale était joignable, contrairement à ce qui a été annoncé dans notre publication de vendredi. «La police ne peut procéder ni au verse­ment ni à la restitution de biens saisis tant que le tribunal ne tranche pas», a-t-il indiqué.

L'express de Madagascar0 partages

Futsal – Kick-off – UCM remet son titre en jeu

Seize équipes en course. La deuxième édition du Kick-off Tournament, un tournoi de futsal inter-instituts se déroulera du 31 janvier au 4 février au gymnase couvert de Mahamasina. Ce tournoi de foot à cinq en salle, ouvert aux universités et instituts publics et privés, est organisé par l’Institut d’Études Politiques de Madagascar (IEP), en collaboration technique cette fois avec la ligue régionale d’Analamanga de football.La réunion technique et le tirage au sort ont eu lieu hier à l’IEP Faravohitra. Les seize équipes engagées sont réparties en quatre poules de quatre. L’IEP, organisateur du tournoi, se trouve en tête du groupe A, tandis que l’équipe championne en titre, l’Université Catholique de Madagascar (UCM) s’installe en tête du groupe B. Son dauphin, l’INTH et l’IUM classé troisième, sont placés respectivement en tête des groupes C et D.Les deux premiers de chaque poule seront qualifiés en demi-finales. « Les étudiants aiment beaucoup le foot urbain. Ce genre de tournoi met en relief les talentueux. On attend des participants de la performance sportive, mais étant une compétition, il y aura de la concurrence et aussi de la fraternité », a souligné Davida Rajaona, président de l’IEP. Comme lors de la première édition, les différents contests ouverts au public marqueront cet évènement, entre autres ceux de freestyle Open, dribble, tir de traverse, danse urbaine.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Meurtre d’un lieute­nant retraité

Un groupe de tueurs devait être traduit devant le Parquet du tribunal de première instance d’Antsirabe, hier. Ils sont impliqués dans l’assassinat d’un lieutenant retraité à Soanindrariny, district d’Antsirabe II. Ils ont été cueillis l’un après l’autre par les gendarmes de Sahanivotry.

L'express de Madagascar0 partages

Un taxi enflammé

Un taxi a pris feu sur la route, à Tanjombato, avant-hier, en début de soirée. Une forte explosion a précédé l’incendie, selon les témoignages obtenus. Le feu serait venu du moteur. Aucun blessé ni mort n’est toutefois à déplorer. Le fokonolona a prêté main forte au chauf­feur pour éteindre le feu.

L'express de Madagascar0 partages

Remise de trophées de la FSAM

La cérémonie de remise de trophées de la Fédération du Sport Automobile de Madagascar se tiendra le samedi 10 mars, à l’espace Les Colonnades Iavoloha. Les lauréats de la saison 2017 y recevront leurs récompenses, notamment les champions de chaque discipline, à savoir Ndrianja et Fanja Rajemison (rallye), Hugo Louvel (slalom), Jouvelin Razanamparany (crosscar), Jean de Dieu Rafanomezantsoa (prorun), Jimmy Andrianonenana (run) et Hoby Andriantsaina (rallye virtuel).