Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Samedi 26 Décembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara11 partages

Andry Rajoelina :  » 2021 début des grands chantiers de l’émergence « 

La famille présidentielle avec Père Pedro.

Le couple présidentiel a assisté le jeudi 24 décembre dernier à la célébration de Noël avec la grande famille de la Présidence de la République. Le deuxième Noël de joie et de partage fêté à Ambohitsorohitra depuis le début de son quinquennat.

Une occasion pour le Chef de l’Etat et son épouse Mialy Rajoelina de distribuer des jouets et des cadeaux aux enfants du personnel de la Présidence. Le Chef de l’Etat n’a également pas manqué d’exprimer une pensée particulière aux compatriotes victimes du kere dans le Sud, aux proches de ceux qui ont perdu la vie à cause du coronavirus, ainsi qu’aux enfants et familles défavorisés qui n’ont rien à avaler en cette période de Noël. Face à ses collaborateurs au sein de la Présidence, le président de la République est revenu sur la gestion de la Covid-19.  » Contrairement à d’autres pays qui sont encore en plein combat contre cette pandémie, nous avons pu maîtriser le coronavirus « , a-t-il martelé pour rassurer la population face aux rumeurs sur un éventuel retour au confinement total. Le président Andry Rajoelina a, une fois encore, défendu l’efficacité du Tambavy CVO et du CVO Plus qui ont été utilisés pour vaincre la pandémie.  » Malheureusement, nous ne pouvons pas exporter ces produits pour sauver le monde « , a-t-il déclaré.

Défis. Lors de cette occasion, le président Andry Rajoelina a conscientisé ses proches collaborateurs, ainsi que l’ensemble du personnel de la Présidence par rapport aux défis qui nous attendent l’année prochaine.  » 2021 sera l’année où nous allons enclencher les véritables changements au pays « , a-t-il annoncé. Deux ans après son accession au pouvoir, le numéro Un du Volomboasary annonce le début des grands chantiers pour l’émergence de Madagascar. Il a notamment cité, entre autres, la construction d’infrastructures d’envergure dont une autoroute, la nouvelle ville Tanamasoandro, ainsi que la mise en œuvre de nombreux projets d’investissement qui, selon ses dires, n’ont jamais été réalisés au pays depuis l’indépendance. Pour donner un aperçu de l’ampleur des travaux à effectuer, Andry Rajoelina interpelle le personnel de la Présidence et annonce que face aux défis qui nous attendent, l’on risque de travailler jour et nuit en 2021. Et ce, tout en soulignant que beaucoup de travail ont déjà été réalisés pendant l’année écoulée. Le Chef de l’État cite, entre autres, le début des travaux de construction de l’Académie nationale des arts et de la culture à Ambohitsorohitra, le stade Barea à Mahamasina et le Rova de Madagascar qui ouvrira ses portes au grand public incessamment.

Tensions politiques. En quelque sorte, Andry Rajoelina tient à rassurer le peuple malgache par rapport à la réalisation de ses Velirano. Le changement par la mise en place d’infrastructures modernes constitue une priorité pour le régime. Mais le défi reste énorme pour Andry Rajoelina et son gouvernement, particulièrement concernant le  » sosialim-bahoaka  » et l’économie des ménages. Une sérieuse menace d’explosion sociale plane à cause de l’inflation et la pauvreté grandissante qui frappe une grande majorité de la population, suite à la pandémie de la Covid-19. D’autant plus que sur le plan politique, le défi est aussi énorme pour le régime en place. 2021 marque l’année du mi-mandat, donc l’année où les observateurs vont commencer à évaluer la réalisation des promesses présidentielles. En effet, 2021 risque d’être une année de toutes les tensions politiques. Les grandes figures de l’opposition telles que Maître Hanitra Razafimanantsoa et Fidèle Razara Pierre ont déjà annoncé la couleur la semaine dernière en annonçant que les deux ans passés sont largement suffisants pour les dirigeants actuels. Les troupes de Marc Ravalomanana n’envisagent pas d’attendre 2023 mais prévoient plutôt de déloger coûte que coûte les tenants du pouvoir actuel. Reste à savoir s’ils parviendront à leurs… fins.

Partage. Hier, le président Andry Rajoelina et sa famille au grand complet ont assisté, comme à l’accoutumée, à la messe de Noël aux côtés des habitants du Toby Andralanitra du Père Pedro Opeka. Un Noël célébré sous le signe du partage. La famille Rajoelina a offert des jouets et des friandises aux élèves du centre Akamasoa. Le Chef de l’Etat s’est aussi engagé à financer les études universitaires pour les meilleurs élèves du centre lors du dernier examen du baccalauréat. Par ailleurs, un centre de formation professionnalisante sera érigé au centre Mahatsara.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Hery Rajaonarimampianina : « Arrêtez la chasse aux sorcières »

Hery Rajaonarimampianina est un autre leader de l’opposition.

L’ancien président exhorte pour éviter une nouvelle vague de la pandémie de Coronavirus au pays.  

Hery Rajaonarimampianina a adressé des vœux à l’occasion de la fête de la nativité. Mercredi dernier, l’ancien président a prononcé un discours depuis Paris où il vit depuis deux ans. À cette occasion, il n’a pas manqué d’aborder la crise liée au Coronavirus qui sévit actuellement sur la planète. Pour l’ancien président, il n’est pas question de rester les bras ballants devant une telle pandémie. Mais, il est temps plutôt de se retrousser les manches.

En effet, il a soutenu qu’ « il est temps pour le changement et l’émergence ». En 2018, le parti HVM a présenté lors de l’élection présidentielle le projet « Fisandratana 2030 ». Mais il est vite tombé à l’eau dès que Hery Rajaonarimampianina a quitté les commandes. Son parti, handicapé par un manque flagrant de base solide à travers le pays, n’est pas parvenu à convaincre l’électorat sur ce projet. Et dès que le départ a été acté, le parti HVM a choisi de mettre sous le boisseau le « Fisandratana 2030 ». Mercredi dernier, Hery Rajaonarimampianina a évoque à nouveau l’expression « émergence ».

Exclusion. Ce discours de vœux de ce 23 décembre est la deuxième allocution officielle qu’il a tenue depuis qu’il a quitté les fonctions présidentielles. La première a été en mars dernier, lorsque le pays a été frappé de plein fouet par la crise liée au Coronavirus. Durant son discours, mercredi dernier, Hery Rajaonarimampianina a appelé les autorités à « faire cesser les poursuites et l’exclusion ». Et son camp en connaît la raison. L’appareil judiciaire qui épingle certains membres influents du régime Rajaonarimampianina est vu d’un mauvais œil par le parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara, actuel opposant au régime. L’opposition soutient que la « manœuvre » est synonyme de chasse aux sorcières.

Blanchir. À l’Assemblée Nationale, lors de la deuxième session ordinaire, les députés, opposition comme majorité, sont allés jusqu’à faire un blocage contre l’accusation d’anciens ministres de Hery Rajaonarimampianina devant la Haute Cour de Justice. Ces derniers sont cités dans des affaires de corruption ou de détournement de deniers publics, mais bénéficient d’un sursis de cinq mois jusqu’à la prochaine session parlementaire pour être fixés sur leur sort. Jusqu’à présent, les députés semblent vouloir les blanchir. Plusieurs autres hauts responsables, anciens membres du gouvernement et opérateurs économiques du régime HVM, se trouvent également dans des “embrouilles” avec la justice. Comme les Mbola Rajaonah, Claudine Razaimamonjy ou Harry Laurent Rahajason, qui se trouvent tous actuellement sous les verrous.

Résistance. Hery Rajaonarimampianina a choisi la capitale française pour prononcer son discours. Depuis son départ de la magistrature suprême, l’ancien président a choisi de vivre en France avec sa famille. Il a quitté le pouvoir en 2018, après avoir été battu à plate couture à l’issue de l’élection présidentielle, avec 8% des suffrages exprimés. C’est un score historique pour un président de la République sortant. Durant les trois premières Républiques, jamais un président en exercice n’a récolté un score aussi bas lors d’une élection présidentielle.

Mais, contre toute attente, Hery Rajaonarimampianina n’a fait aucune résistance ni insufflé une contestation contre les résultats de cette élection. Il a reconnu sa défaite et a alors passé la main formellement à son successeur Andry Rajoelina. L’alternance pacifique au pouvoir entre le premier président élu de la Vème République et l’actuel homme fort du pays a reçu une pluie de félicitations de la part des partenaires du pays.

Rija R.

Midi Madagasikara3 partages

PM Ntsay Christian « Grande incertitude en 2021 »

Pas de fausse note entre Ntsay Christian et le personnel de la Primature.

Pour la troisième année consécutive, le PM Ntsay Christian a offert le « nofon-kena mitam-pihavanana » à la grande famille de la Primature à l’occasion de Noël. Une fête conviviale animée par le groupe « Kolokanto » de Mahazoarivo et par la fanfare du gouvernement qui s’est tenue samedi dans l’enceinte du Palais. Le maître des lieux n’a pas non plus manqué d’apporter sa note de musique en accompagnant à la guitare sèche une chanteuse membre du personnel. Montrant ainsi qu’il est en parfait accord avec l’équipe de la Primature avec lequel il reconnaît « n’avoir aucun problème ».

Danger. Le Premier ministre a d’ailleurs félicité tout le personnel qui a fait montre de compréhension et de discipline durant la période difficile de 9 mois marquée par la pandémie de Covid-19. « Le danger n’est pas tout à fait écarté », a toutefois tenu à dire le chef du gouvernement. Une manière de dire et il l’a dit qu’il faut continuer à respecter les mesures barrières comme le port de masque. Selon le PM, « il y a une grande incertitude en 2021 avec la mutation de la Covid-19 et la menace de troisième vague dans plusieurs pays, sans compter les impacts de la pandémie sur l’économie mondiale ».

Kere. Le locataire de Mahazoarivo a aussi parlé de la lutte contre le  « kere » dans le Sud. « Bon nombre de nos compatriotes sont dans le besoin », a-t-il reconnu. Tout ceci pour dire que « beaucoup de travail nous attend en 2021, quoique 2020 ne soit pas encore tout à fait terminé ». Cela ne l’a pas empêché de saluer les efforts fournis par le personnel de la Primature au cours de l’exercice 2020. « La cérémonie d’aujourd’hui est le fruit du travail accompli », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que « c’est comme dans une société, lorsqu’il y a de bons résultats, il y a une distribution des dividendes ». Et d’émettre le souhait que « ce soit le cas en 2021 au niveau de chaque famille et du pays tout entier ».

R.O

Midi Madagasikara3 partages

Ministère de l’Education nationale : Six personnes placées sous MD pour détournement de 1,2 milliard Ar.

Après l’achat de bonbons sucettes à hauteur de huit milliards d’ariary qui a défrayé la chronique, ce département ministériel fait de nouveau face à une nouvelle affaire.

Le Ministère de l’Education Nationale (MEN) a été le théâtre d’un nouveau scandale de malversation. Selon un communiqué remis à la presse, l’affaire remonte en 2018, sans toutefois préciser la date, où un soupçon de détournement de 4 820 880 000 ariary relatif au marché de ravitaillement en légumes de 86 Écoles Primaires Publiques dans la région Analamanga, Vakinankaratra et Atsinanana a été soulevé. Après une enquête menée par le service de l’Inspection Générale de l’Etat (IGE), un montant de 1 277 280 000 ariary a été effectivement détourné. Une livraison fictive à hauteur de 316 680 000 ariary pour la première commande et 960 600 000 ariary pour la deuxième commande a été enregistrée alors que l’écriture comptable a attesté un service fait moyennant l’usage de faux documents.

Différentes transactions. L’ancien directeur de l’Education Préscolaire et de l’Alphabétisation (DEPA), son gestionnaire d’activités, le responsable du suivi-évaluation de la cantine scolaire auprès du MEN, le chef comptable et le dépositaire comptable ainsi que le fournisseur et l’ancienne personne responsable de la passation des marchés (déjà incarcérée pour d’autres affaires le concernant) ont été complices pour faciliter les différentes transactions. Saisi de cette affaire, le Bureau Indépendant Anti-Corruption relevait, au cours de ses investigations menées depuis le mois d’octobre 2020, qu’un acte de favoritisme avait été perpétré par l’ancienne PRMP à l’égard du prestataire lors de l’appel d’offres. À la suite du fichage de ce dossier, 22 personnes ont été déférées le 23 décembre dernier auprès du Pôle Anti-Corruption d’Antananarivo. À l’issue des décisions des juges, six personnes ont été placées sous mandat de dépôt, en l’occurrence l’ancien directeur de l’Education Préscolaire et de l’Alphabétisation, le responsable du suivi-évaluation, le chef comptable, l’ancienne PRMP, deux fournisseurs et le soumissionnaire.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Cyclone : Chalane touchera terre à Fenoarivo Atsinanana

La dépression tropicale qui s’est formée dans l’Océan Indien s’est intensifiée en tempête tropicale modérée. Elle a été baptisée Chalane le 24 décembre à 10 heures. Elle poursuit son trajet vers l’Ouest à une vitesse de 17 km/h. Hier à 15 heures, son centre était positionné à 560 km à l’Est-Nord-Nord d’Ambodiatafana. Selon les prévisions du service d’Ampandrianomby et sauf changement de dernières minutes, elle touchera terre demain dans la partie de Fenoarivo Atsinanana . Des cumuls pluviométriques abondants sont attendus sur le littoral Est et s’étendront sur plusieurs régions du Nord à compter de demain. Il existe ainsi un risque important de stagnation des eaux , des crues des rivières et des inondations. Le service de la météorologie a ainsi lancé une vigilance « forte pluie » pour les régions Sava, Analanjirofo , Alaotra Mangoro, Sofia , Boeny , Betsiboka et Atsinanana. Les districts de Besalampy, Ambatomainty, Morafenobe et Maintirano sont également concernés. La sortie en mer est aussi déconseillée à compter de ce jour dans les zones côtières Nord et Centre-Est ainsi que le Sud du pays, allant d’Antsiranana à Mahanoro. La sortie en mer de cette tempête tropicale est prévue ce lundi, son intensité s’affaiblira et elle redeviendra une dépression tropicale.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Fête de la Nativité : Noël célébré dans la ferveur et dans la liesse

Toutes les églises pleines à craquer pendant la messe de Noël.

Malgré la situation sanitaire, l’engouement était au rendez-vous pour les messes de Noël. La fête a été placée sous le signe de la fraternité

« Gloria In Excelsis Deo », « Ö peuple fidèle ». Ces cantiques ont résonné dans toutes les églises qui étaient pleines comme un œuf hier. Même les non-habitués sont venus grossir le rang des fidèles. Pour beaucoup, des chaises supplémentaires ont été placées à l’extérieur pour que tous les fidèles puissent assister à la messe. Malgré le contexte actuel, la distanciation d’un mètre n’a pas toujours été respectée. La plupart des églises ont ouvert leurs portes dès 6 heures et ont proposé aux fidèles deux à trois services dans la matinée. L’amour et la fraternité étaient au cœur des messages diffusés par les églises pour la célébration de cette fête chrétienne. C’est le cas pour la FJKM Ambatolampy Fitiavana Antehiroka où les fidèles ont médité sur l’évangile de Matthieu, le livre d’Esaïe et l’Epître aux Galates.

Moment de partage. Noël est avant tout une fête religieuse mais c’est aussi l’occasion de se réunir en famille autour d’un repas copieux. Les volailles sont souvent au menu mais les retrouvailles familiales sont les plus importantes et chaque ménage a fait de son mieux, avec les moyens du bord. Certains s’échangent même des cadeaux pour marquer ce jour exceptionnel. Les tous petits ont déjà attendu impatiemment le jour « J » pour ouvrir leurs cadeaux de Noël sous le sapin. « C’est un moment magique de partage et de retrouvailles », s’enthousiasme Miora Hantaniriana, une mère de famille. Pour la plupart, le repas s’est terminé par le partage de la traditionnelle bûche de Noël.

Foule immense. Les retrouvailles familiales ne se passent pas toujours entre quatre murs. A Analakely, on observe comme une sorte de pique-nique géant sur l’avenue de l’Indépendance. Des groupes de familles ou d’amis se réunissent autour d’une table pour passer un bel après-midi ensemble. Les chalets en bois sur place installés par la Commune offrent une panoplie de choix gastronomiques. Pour les adeptes des « selfies » ou de « pose photo », le jet d’eau du Parvis de l’Hôtel de ville constitue toujours un fond indétrônable. Pour partager des moments privilégiés avec les enfants, certains parents ont choisi le jardin d’Ambohijatovo pour faire plaisir à leurs progénitures. Cet endroit était aussi plein à craquer mais petits et grands n’ont pas boudé leur plaisir.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Anosipatrana : Mpanao asa soa voaroban’ny jiolahy mitam-basy

Efa tsy mifadi-trovana ! Ny sasakalin’ny krismasy teo dia fiara iray, izay nisy tanora vitsivitsy avy nizara fanomezana ho an’ireo fianakaviana sahirana amin’izao fetin’ny Noely izao no notafihan’ny jiolahy mitam-piadiana tetsy Anosipatrana. Lasan’ireo olon-dratsy tamin’izany ny zavatra sarobidy rehetra teny amin’ireto tanora ireto. Raha ny fampitam-baovao azo dia toa hoe efa an-dàlana hody, hanatitra tsirairay ireto mpanao asa soa, tokony ho tamin’ny iray ora maraina tany ho any, omaly no izao tratry ny tsy nampoizina izao, raha iny niala avy eo amin’ny « rond point » Anosibe, hiditra ho any Anosipatrana iny. Hiaraha-mahalala fa sady mangina ilay lalana, maizina no sady ratsy ka tsy dia afaka mandeha mafy loatra ilay fiara. Nandrasan’ireo andian-jiolahy maromaro, ilay nijanona nametraka olona iny mihitsy ilay fiara, no avy hatrany dia nobahanana sy nohodidinin’ireo olon-dratsy. Voambana basy ny mpamily ka tsy afa-nihetsika ary nalain’izy ireo ihany koa ny lakilen’ny fiara. Tsy vitan’izay fa mbola noratrain’ireo tsy valahara ireto ihany koa ilay mpamily. Ary rehefa voafehy tanteraka, izay vao nanararaotra nanangona sy naka izay zavatra sarobidy, toy ny finday sy firavaka tany amin’ireo mpandeha izy ireo. Saika hampihatra ny filan-dratsiny tamin’ny tovovavy roa tao anaty fiara aza ireto olon-dratsy saingy tsy azony izy ireo, hoy hatrany ny fampitam-baovao. Rehefa nahazo izay nilainy ireto jiolahy, izay niisa teo amin’ny dimy teo dia niala moramora, toy ny tsy nanao na inona na inona nanafina ny basiny tanaty akanjo. Efa eny am-pelan-tanan’ireo tomponandraikitry ny filaminana moa ny raharaha ary efa mandeha ny fanadihadiana.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : Des paniers garnis pour les équipes nationales

Les Makis de Madagascar fêtent Noël et la fin d’année.

Les membres de l’équipe nationale du rugby sont gâtés. Le Malagasy Rugby ne les a pas oubliés en cette période de fêtes. Pas plus tard que mardi dernier, l’instance nationale a procédé à la distribution de panier garni et d’une enveloppe pour chaque joueur membre de l’équipe nationale et les entraîneurs nationaux. Pour les Makis dames à VII, elles ont reçu chacune un pack de PPN composé de 10 kg de riz, une bouteille d’huile, des savons, du haricot sec… tandis qu’une enveloppe chacun pour les Makis masculins et féminins à XV. C’était aussi l’occasion pour la fédération de présenter ses vœux à tous les joueurs et techniciens. « Je vous souhaite de passer une agréable fête et puissions-nous nous retrouver en bonne santé en 2021. Il ne faut pas oublier que les compétitions de rugby ne sont pas encore autorisées jusqu’à nouvel ordre, et que chacun devrait respecter cette consigne », a fait savoir le président du Marcel Rakotomalala.

Le repêchage à Monaco. Ce mercredi, les Ladies Makis 7 dames ont entamé leur dernier regroupement pour cette année, dans le cadre du tournoi de repêchage intercontinental en vue de l’obtention du ticket pour les Jeux olympiques de Tokyo. Ce tournoi de l’ultime chance dont Madagascar et la Tunisie représenteront l’Afrique, se déroulera à Monaco les 19 et 20 juin 2021, selon le communiqué du World Rugby. La prochaine rentrée est prévue début janvier avec un nombre réduit de 21 joueuses, si elles étaient 32 au début du regroupement. En effet, 21 des 24 équipes sont déjà assurées de participer aux JO du 26 au 31 juillet 2021 à Tokyo. Il reste encore deux places pour la catégorie féminine et une place pour l’équipe masculine. De ce fait, les 12 pays qui disputeront ce prix ultime chez les dames sont l’Argentine, la Colombie, la France, Hongkong, la Jamaïque, le Kazakhstan, le Mexique, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Russie, les Samoa, et bien évidement Madagascar et la Tunisie.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Happy Women : Appui aux nécessiteux d’Andraharo

Un moment de bonheur pour les plus démunis

Engagées. Les femmes et mères de famille, membres de l’association Happy Women de Novo-comm, ont manifesté leur solidarité envers les familles défavorisées du quartier d’Andraharo. En cette veille de fête de Noël et de fin d’année, les « Happy Women », n’ont pas oublié les familles vulnérables de ce quartier où siège l’agence Novo-Comm.

Le contexte difficile actuel n’a pas ainsi empêché ces femmes aux grands cœurs de procéder au traditionnel rendez-vous avec cette frange de la population qui est dans le besoin. Une fois de plus, une ambiance fraternelle a régné au bureau du Fonkontany d’Andraharo, où 50 familles ont pu recevoir des paniers garnis composés de produits de première nécessités (riz, huile, sucre, sel, pâtes, savons) et des boissons gazeuses qui pourront leur permettre de passer les fêtes de fin d’année dans la joie. Des vêtements et des jouets ont été également offerts aux enfants. À la grande joie des bénéficiaires, ce geste humanitaire a été salué par le responsable du Fokontany d’Andraharo dont le représentant n’a pas manqué de remercier l’association pour son engagement depuis toutes ces années, active et engagée depuis 12 ans en faveur des plus démunis.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Œuvres caritatives : Clair de Lune au chevet de l’Akany Tsimoka

D’un côté, Noël et fin d’année riment souvent avec célébration, frénésie d’achat, surconsommation, excès en tous genres du moins pour ceux qui en ont les moyens. D’un autre côté, une frange de la population se bat pour trouver de quoi se mettre sous la dent au jour le jour. Il y a encore quelques jours, un rapport faisait état de 1 400 000 nouveaux pauvres, victimes notamment des dégâts causés par la Covid-19. Entre ces extrêmes, il y a des organisations, des associations animées par la bonne volonté qui apportent un tant soit peu de joie à leurs concitoyens dans le besoin. Il en est ainsi de l’association Clair de Lune qui a tenu dernièrement la cinquième édition de l’opération « Cœur de Noël » par laquelle les membres bénévoles ont offert jouets neufs et vêtements aux soixante enfants pensionnaires de l’Akany Tsimoka Anosy Avaratra. Ce centre abrite des enfants nécessiteux ou orphelins. Ceux-ci ont affiché joie et bonheur à la réception des dons, fruits de la contribution des âmes généreuses, anonymes ou sociétés comme Solidis. La présidente de l’association, Vony Randrianonenana, a tenu à remercier les contributeurs et bienfaiteurs qui ont permis à Clair de Lune Madagascar de concrétiser les projets planifiés pour 2020 tout en appelant à la vigilance face à la pandémie.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Football : La CNaPS Sport dissoute

Les efforts entrepris par Arizaka Rabekoto Raoul dans l’unique but de raviver ce sentiment d’appartenance à une société, jusque-là modèle, sont anéantis à jamais.

 Incroyable mais hélas vrai, la CNaPS Sport, plusieurs fois championne de Madagascar, est dissoute. Ainsi en a décidé le nouveau directeur général qui trouve que le club est trop budgétivore. Du beau gâchis en fait car ce club a servi, du temps de Arizaka Rabekoto Raoul, à raffermir les liens d’amitié entre le personnel. Il fallait tout le talent de l’ancien DG de la CNAPS pour inciter les employés à soutenir l’équipe, leur équipe. Une formation solidaire qui faisait plaisir à voir et à féliciter car il arrivait à ces employés de sortir de leurs poches pour soutenir le club à Mahajanga, Fianarantsoa ou Toamasina avec cette chanson fétiche « Inona ny tarigetra ». Vu sous cet angle, l’existence de la CNaPS Sport est largement justifiée et mérite un soutien actif. Mais le nouveau directeur général de la CNaPS qui, de toute évidence, ne connaît rien au sport, a opté pour la suppression pure et simple de toutes les activités sportives. De fait, on s’attend également à voir disparaître l’équipe de volley-ball plusieurs fois finaliste des championnats de Madagascar. Il y a aussi l’équipe de rugby qui parvenait à tutoyer tous les grands clubs sans parler de l’athlétisme, le tennis et la pétanque. Tout est condamné à disparaître. En bref, tous les efforts entrepris par Arizaka Rabekoto Raoul dans l’unique but de raviver ce sentiment d’appartenance à une société, jusque-là modèle, sont anéantis à jamais. Dans la foulée on se demande à quoi va servir le complexe de Vontovorona pourtant unique en son genre. Il comporte en effet un stade de football respectant les normes internationales, une piste d’athlétisme en tartan, des courts de tennis en surface rapide, une piscine couverte de dix couloirs, un boulodrome, des terrains de basket et de volley mais aussi un grand gymnase couvert polyvalent. En résumé, ce complexe était fait pour permettre au sport de se développer davantage. Malheureusement, il n’était pas au goût des nouveaux dirigeants. Et c’est bien dommage, car si on accepte l’idée d’une alternance, même si cela comporte des risques pour une véritable institution comme la CNaPS, la moindre des choses serait d’abonder dans le sens d’une continuité de l’État. Quoi qu’il en soit, le mal est fait et on n’entendra plus parler de la CNaPS dans les années à venir. Même si on a coutume de dire « ho avy tsy ho ela ohatry ny volan’ny CNaPS ».

 Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Noël inédit 

« Noël, Noël, … efa mila tsy ho re, ilay teny tsotra hoe : Noël, Noël, Fiadanana anie ! », chante Bessa dans sa chanson ô combien réaliste sur la célébration de Noël par les nécessiteux et sur l’hypocrisie de certains, plus chanceux : « Odian-tsy hita ve ireo mahantra marobe ? Izany no Noely ve… ? »

Noël inédit 

Malheureusement, bien que datant de plusieurs décennies, cette chanson de Bessa reste toujours, et plus que jamais d’actualité. Elle reflète toujours une situation encore plus criante de vérité, dans une atmosphère de pauvreté ambiante, exacerbée par la crise sanitaire qui a mis l’économie à genoux, sinon à terre. Rien d’étonnant alors si face aux – trop – nombreuses mains qui sollicitent aux passants un petit billet de 100 ariary, on passe son chemin ? A cette question, on s’attend à une multitude de réponses.

Mais malgré tout, chose surprenante, hier, les uns et les autres, dans la pauvreté ou non, se sont efforcés de célébrer Noël « comme il se doit ». Dans l’opulence pour les uns, avec les moyens du bord pour les autres. Quant aux extrêmement pauvres, la fête de la Nativité aurait été célébrée dans le dénuement le plus total sans les associations caritatives et les bienfaiteurs, anonymes ou non, qui ont été pour eux le père Noël : avec l’intervention de leur père Noël à eux, les paniers et les bras des enfants ont été remplis de cadeaux. Pour ceux à peine moins défavorisés, les enfants étaient heureux de recevoir des jouets, achetés avec les gains bien maigres des parents. L’essentiel pour eux c’est de voir leurs enfants fêter Noël comme ceux des autres. De telles situations, on en rencontre tous les ans, faisant de Noël 2020 un Noël pas si inédit en termes d’inégalités socioéconomiques.

Dans tous les cas, hier, la Nativité, fête chrétienne, a été célébrée par tous, chrétiens ou non, et de diverses manières. Dans la ferveur, au temple ou à l’église, les gestes barrières plus ou moins respectés ; dans la joie et sous le signe des retrouvailles autour des repas familiaux où la distanciation est vite passée au second plan ; au travail pour quelques-uns, dans une ambiance sortant un peu de l’ordinaire. Mais il y a aussi ceux qui ont passé Noël sans faire la fête : à l’hôpital face à la maladie, en prison pour diverses raisons, ou dans le chagrin face à la perte d’un être cher. Un Noël peu… Joyeux pour des personnes à qui l’on a envie aussi de dire : « Noël, Noël… Fiadanana anie » !

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – Coupe de Noël : Place aux phases finales

Le bouquet final se jouera demain à Taolagnaro.

C’est la dernière ligne droite de la Coupe de Noël organisée par la ligue régionale de volley-ball Anosy, ce week-end. La grande finale se jouera demain dimanche 27 décembre sur le terrain du Sacré Cœur, Taolagnaro. Ce jour, les quatre premières équipes masculines se disputent les deux tickets pour la finale. La formation de l’AVBC sera aux prises des Forces et Fitiavana affrontera FVBC. Chez les dames, l’affiche de la finale est déjà constituée opposant l’équipe de l’ASFO 2 à celle de l’ESCATO. Les joueuses de l’ESCATO ont éliminé les volleyeuses de la première équipe de l’ASFO par 3 sets à 1, (17/25-10/25-25/23-18/25). 5 équipes masculines et 3 féminines ont participé à ce tournoi de clôture de la saison. La ligue Anosy présidée par Faly Rasolofomanana était très active ce dernier trimestre car au début du mois, une formation destinée aux professeurs d’EPS, entraîneurs et juges-arbitres a été organisée. « La compétition a été organisée dans l’objectif de faire jouer les joueurs et joueuses après un long moment de pause forcée due à la pandémie de Covid-19. En 2021, nous allons lancer le beach-volley à travers l’organisation d’un tournoi inter-entreprises », a souligné le président de la ligue.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ambatobe : Valo lahy nanafika « épicerie », lasa ny vola, voadaroka ny tompon-trano

Fivarotana enta-madinika roa no voatafika tao antatin’ny telo andro monja, teny amin’iny faritra Ambatobe iny, tamin’ny  herinandro . Tao ireo very vola ary nisy tamin’ireo tompon-trano no naratra voadaroka. Araka ny filazan’ireo mponina teny an-toerana dia saika tapitra tetezin’ireo olon-dratsy avokoa ireo mpivarotra enta-madinika amoron-dàlana rehetra. « Saika mitovitovy avokoa ny fomba fanaon’ireo olon-dratsy rehefa manafika izy ireo » hoy ny fitantaran’ny mponina iray teny an-toerana. Mahatratra eo amin’ny valo lahy eo ireo jiolahy, izay mirongo fitaom-piadiana sy zava-maranitra avokoa. Ny sasany amin’izy ireo ihany no miditra ao amin’ilay trano ataony lasibatra fa ireo namany hafa miambina sy mitily izay olona sahy mamonjy ireo niharam-boina. « Manao amboletra miditra amin’ilay fivarotana izy ireo ary manambana fitaovam-piadiana izay olona sendra matory ao. Mandrahona ary mitaky ny fasiam-bola ». Tamin’ilay iray farany notafihin’izy ireo izay, hoy hatrany ny fitantarana dia nodarohan’izy ireo tsy nananany antra ilay tovolahy mpiambina tao amin’ilay tsena. Angamba hoy hatrany ity raim-pianakaviana monina eny an-toerana ity, nikasa ny hanohitra ireo tsy valahara angamba io zalahy io ka izao niharan’ny vono izao. Naratra mafy moa io tovolahy io ary efa nentina nihazo toeram-pitsaboana. Ankoatr’izay dia voalaza fa vola an-tapitrisany maro no lasan’ireo olon-dratsy tamin’izany. Na tamin’ilay fivarotana voalohany na tamin’ilay faharoa. Noho ny tahotra sy ny hamehana moa dia mazàna somary tara ny fiantsoana vonjy amin’ireo mpitandro filaminana. Hany ka efa saika lasa sy nanjavona nafenin’ny alina foana ireo olon-dratsy vao tonga eny an-toerana ireo mpitandro filaminana. Araka izany, mandry tsy lavo loha ireo mponina eny amin’ny faritra iny ary mitaintain-dava raha vao manomboka misasakalina monja eo, hoe tsenan’iza indray no hisy hanafika? Mirongatra tanteraka tokoa ity resaka tsy fandriampahalemana ity amin’izao ankatoky ny fety izao. Na izany aza moa, ireo tomponandraikitra ambony teo anivon’ny Emmonat, dia efa nanome toky fa handray fepetra henjana entina hiadiana amin’izany, saingy mba mila fandraisana andraikitra avy amin’ireo fokonolona ihany koa amin’ny fanomezam-baovao…

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Malnutrition aiguë modérée : 41% de guérison chez les enfants de Marofoty Ambovombe

Première descente du Pr Vololontiana (à dr.) en sa qualité de nouveau coordonnateur national de l’ONN.

Sur 51 cas de malnutrition aigüe modérée (MAM) dépistés en pleine crise sanitaire de Covid-19 chez les enfants de Marofoty, dans la commune d’Ambanisarika, district d’Ambovombe, 31 sont encore en cours de traitement, les 20 restants étant déjà guéris. Autrement dit, quasiment 41% (40.8%) de guérison des cas de MAM dans cette localité. Ce site fait partie des localités visitées par le nouveau coordonnateur national de l’ONN (Office national de nutrition) le Pr Vololontiana Hanta, lors de sa descente dans l’Androy, cette semaine. L’occasion pour elle de s’enquérir des dernières nouvelles quant à la lutte contre le kere et la malnutrition dans cette partie Sud de Madagascar. A Marofoty, en particulier, sa visite lui a permis de s’informer du déroulement d’une matinée de travail du site U-PNNC (Programme national de nutrition communautaire), l’une des unités opérationnelles de l’ONN. Une matinée type qui débute par une séance d’éducation nutritionnelle, suivie d’une séance de suivi et promotion de la croissance, incluant les pesées, les mesures de la taille et le counseling) et enfin, une séance de démonstration culinaire au cours de laquelle l’on prépare une recette que les mères de famille peuvent reproduire chez elles. Rappelons que ce site de Marofoty compte 507 bénéficiaires répartis dans 5 fokontany. Sur place les ACN (agents communautaires en nutrition), outre les prises en charge sur site des enfants malnutris, effectuent également des visites à domicile dans le cadre du suivi des enfants en situation de malnutrition.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Raharahara Soavimasoandro : Nolavina ny fangatahana LP ho an’ilay raim-pianakavina

Ny alakamisy tokony ho tamin’ny valo ora sy sasany teo, tao amin’ny efitrano fitsaràna faharoa etsy amin’ny Lapan’ny fitsaràna etsy Anosy no nohenoin’ireo mpitsara teo anoloan’ny hazo meloka ilay raim-pianakaviana, voampanga ho nanao herisetra tamin-jaza tsy ampy taona, izay zanany ihany tetsy Soavimasoandro. Naharitra adim-pamataranandro vitsivitsy ihany ny fihenoana azy sy ny mpisolo vava azy nandritra izay fotoam-pitsaràna izay. Nandritra izany moa no nangatahan’ny mpisolo vava azy fahafahana vonjimaika aloha, mandram-pivoaka ny didim-pitsarana. Noho ireo aretina mianjady amin’ity raim-pianakaviana ity fa indrindra ihany koa mba ahafahany mifaly eo anivon’ny ankohonany amin’izao fety izao. Nolavin’ny Fitsarana marin-drano anefa izany fangatahana izany. Ary taorian’ny fitsarana azy dia naverina eny amin’ny fonjan’Antanimora, toerana nitazomana azy ilay raim-pianakaviana. Fantatra kosa fa hivoaka amin’ny herinandro ho avy izao ny didim-pitsarana mahakasika ity raharaha ity. Fa tetsy an-danin’izay, raha ny angom-baovao azo hatrany dia fantatra fa naverina teo anivon’ny fianakaviany ilay zazalahy kely zanany. Famerenana izay misy fetr’andro ihany, raha ny vaovao hatrany mba hahafahany misitraka ny fanaovana fety eo anivon’ny fianakaviany. Tsiahivina fa nandraisan’ny mpitsara misahana ny zaza tsy ampy taona fepetra ity farany ny hametraka azy eny Bevalala, akany fitaizana ireo zaza maditra. Handrasan’ny rehetra araka izany izay mety ho didy raisin’ny Fitsarana mahakasika ity raharaha izay nahabe resaka teny anivon’ny fiarahamonina ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Badminton- Shuttle Time : « La formation est très enrichissante », dixit Sarindra

Sarindra a participé à la formation « Shuttle Time »

Elle est passionnée par le badminton et ne rate aucunement les formations et stages sur la promotion de cette discipline. Sarindra Nastine fait partie des 20 personnes ayant participé au programme « Shuttle Time » consacré à la promotion du badminton au niveau des établissements scolaires. « Le programme est très intéressant, malgré qu’il ait été assez court. Au sein de l’école des Sports de l’Académie Nationale des Sports à Ampefiloha, nous prévoyons d’inclure le badminton parmi les disciplines à enseigner, c’est la raison pour laquelle j’ai participé à la formation, qui est très positive et enrichissante », a-t-elle expliqué. La formation qui s’est déroulée du 21 au 22 décembre au Gymnase de l’ANS a été dirigée par le directeur technique national, Aina Vonjinirina. Après Antsirabe, c’est Antananarivo qui a bénéficié du projet financé par la fédération internationale dans la perspective de vulgariser le badminton au niveau des établissements scolaires.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Echos de Noël : La fête en toute sobriété

En tout point, 2020 est hors pair. Cette année déroge à toutes les règles et Noël n’y échappe pas. Malgré un long week-end de trois jours, la fête est célébrée en catimini. A cause du coronavirus, les rassemblements qu’ils soient dans les églises ou dans les concerts sont limités. Exit donc les célébrations en grande pompe. Néanmoins, l’évènement d’hier a été marqué dans quelques endroits de la capitale. Pour sa part, Reko, Fy and His Band ont fait des heureux au Colisée Ampasanimalo durant la veillée de Noël. Le temps de la soirée, les habitués des lieux ont pu se délecter de l’album « Andao » en intégral. Un moment de parfaite harmonie et de redécouverte pour ceux qui ont assisté à la soirée. D’un autre côté, les tout-petits ont été gâtés. En effet, dans plusieurs temples de la capitale, l’après-midi a été consacré à la fête pour les enfants.

 Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Bilan de Noël 2020 : Cinq morts et 136 consultations aux services des urgences de l’HJRA

La célébration de la fête de la Nativité s’est déroulée dans le calme malgré l’existence de quelques incidents si l’on se réfère aux statistiques recueillies provisoirement auprès des deux services des urgences (urgences médicales et urgences chirurgicales) auprès de l’Hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona. Du jeudi 24 décembre jusqu’au vendredi 25 décembre vers 15 heures 30 minutes, le service des urgences chirurgicales a enregistré 121 consultations et 15 pour celui des urgences médicales. Ces deux chiffres donnent le total de 136 personnes qui ont été reçues par ces deux services durant cette période. En ce qui concerne le premier et cela pour la journée du 24 décembre, 87 personnes s’y sont fait consulter. 31 d’entre elles ont été blessées dans des bagarres et des altercations. 24 sont victimes d’accident de la circulation au by-pass et les deux autres sont morts d’une hémorragie gastrique. En ce qui concerne les urgences médicales, et cela toujours pour la date du 24 décembre, neuf individus y ont été admis. Cas fréquent en période de fête, l’intoxication alimentaire tient le record. Cinq personnes en ont été victimes suite à la consommation de mayonnaise. Cas fréquent également, la consommation excessive d’alcool est constatée. Un homme tombé dans un coma éthylique suite à la consommation de « Toaka gasy » est en réanimation auprès de ce service. La tentative de suicide n’est pas en reste. Ayant avalé plusieurs médicaments et pesticides, deux personnes se trouvaient en soins intensifs au moment de notre passage à ce service. Deux personnes y sont décédées durant ces deux jours. Victime d’une noyade dans une piscine à Vontovorona, la première a succombé après avoir été évacuée d’urgence auprès du service de la réanimation. La deuxième a été victime d’un accident vasculaire cérébrale (AVC). Comme nous avons cité plus haut, ces statistiques ne sont qu’un bilan provisoire qui risque de s’alourdir dans la deuxième moitié de la journée du 25 décembre. Il est à noter que le matin, la plupart de la population tananarivienne est allée à l’église.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Fête de fin d’année : Ravinala Airports au chevet des nécessiteux d’Ivato

Pour Ravinala Airports, concessionnaire des aéroports d’Antananarivo et de Nosy-Be, le développement d’une infrastructure aéroportuaire va de pair avec le respect et l’entraide avec les riverains.

Entreprise citoyenne. Ravinala Airports l’est et le démontre à travers les actions sociales qu’elle réalise, surtout dans les communes riveraines de l’aéroport international d’Ivato.

Cohésion. Pour afficher sa cohésion avec la population locale, Ravinala Airports a procédé à une série d’actions. A commencer par la remise de tables-bancs à l’EPP et au CEG D’Ivato Village. La cérémonie qui s’est déroulée jeudi dernier a notamment vu la présence du 1er adjoint au maire de la Commune d’Ivato, de la représentante du Chef de la Cisco, de la Directrice de l’EPP Ivato, de la Directrice du CEG Ivato, du Commandant de l’aéroport d’Antananarivo, de la Directrice QHSSSEMR et de l’équipe communication de Ravinala Airports. « En tant qu’entreprise responsable, c’est un honneur et un plaisir pour Ravinala Airports de faire ces dons de tables-bancs à l’EPP et CEG d’Ivato. Le soutien à la jeunesse et à l’éducation entre par ailleurs dans le cadre de la politique sociale de Ravinala Airports», a déclaré Felana Ratsimbazafy, Directrice QHSSSEMR de Ravinala Airports. Pour le Chef de la Cisco Randriantsoa Rivo Herimandimby  » cette collaboration avec Ravinala Airports est d’une grande aide pour le CEG et l’EPP d’Ivato car elle a permis aux élèves de bénéficier de nouveaux mobiliers qui leur serviront pour un grand nombre d’années. »

RSE. Toujours dans le cadre de sa responsabilité sociétale d’Entreprise (RSE) et en marge des festivités de Noël et de fin d’année, Ravinala Airports a également fait une distribution de vivres aux familles vulnérables dans des quartiers d’Ivato Aéroport, notamment, de Talatamaty, d’Anosiala et d’Ambatolampy Tsimahafotsy. En tout, 2 100 kg de riz, 420 kg de sucre et 420 litres d’huile ont été distribués aux 420 familles vulnérables de ces 4 Communes le 23 et 24 Décembre 2020. « A l’ occasion de la fête de Noël et de fin d’année, et comme chaque année, Ravinala Airports n’a pas oublié les personnes vulnérables dans les communes autour de l’aéroport d’Ivato. Ces dons leur permettront de passer de chaleureuses fêtes en famille » selon toujours la Directrice QHSSSEMR de Ravinala Airports. Gestionnaire de concession des aéroports internationaux d’Antananarivo et de Nosy-Be. Il regroupe quatre actionnaires d’envergure internationale, à savoir : Meridiam, le Groupe ADP International, Bouygues Bâtiment International et Colas. Le choix de cet acteur majeur s’est fait suite à un appel d’offres international lancé par l’Etat Malagasy. Le scope d’intervention de cette gestion de concession comprend : l’exploitation, la maintenance, le développement et le financement de ces deux aéroports pour une durée de 28 ans, à compter de décembre 2016. Plus qu’une entreprise, Ravinala Airports est un acteur indispensable du développement économique de Madagascar. L’investissement global de près de 200 millions d’euros dotera la Grande île d’installations et d’infrastructures aéroportuaires aux normes internationales.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Coopération extérieure : Bonne performance de Madagascar dans le cadre du PIN 11e FED

La performance dans le processus d’engagement des financements extérieurs permettra à Madagascar d’accroître sa capacité d’absorption et de recevoir plus de fonds pour financer le PEM.

L’engagement des 518 millions d’euros pour soutenir le PIN (Programme Indicatif National), s’achève cette semaine. Cependant, la mise en œuvre du programme s’étendra encore sur plusieurs années, selon le BACE.

 La Grande île poursuit sa voie vers l’émergence. Dans le cadre de la coopération entre le pays et l’Union européenne, les activités avancent dans le bon sens. Dès le premier semestre de cette année 2020, Madagascar avait déjà affiché un taux d’engagement de 96% du 11e FED (Fonds européen de développement), destiné à soutenir le PIN. Cette performance est le fruit de la collaboration efficace entre l’Ordonnateur National accompagné par son Bureau d’Appui à la Coopération Extérieure (BACE) et les acteurs chargés de l’élaboration et de la mise en œuvre des Programmes, à l’exemple des Ministères sectoriels. « Nous pouvons dire que l’objectif est atteint car nous savons déjà que cette dernière enveloppe s’agit du troisième appui budgétaire que Madagascar reçoit de l’Union européenne. Le pays est déjà prêt à signer la convention y afférente avant la fin de cette année », a déclaré le directeur du BACE, Bruno Maurille Rakotomahefa, lors d’une descente sur terrain dans les zones d’intervention du Programme, au mois de novembre dernier.

Bon point. En effet, les réalisations sur l’engagement des fonds constituent le premier indicateur de performance d’un pays bénéficiant d’aides extérieures. Par rapport à cet indicateur, l’Union européenne est satisfaite de la performance de la Grande île, selon le BACE, sous tutelle du Secrétariat Général du Ministère de l’Économie et des Finances (MEF). D’après les explications, une fois les financements engagés, les Ministères sectoriels et autorités locales peuvent se lancer à la préparation des Programmes à mettre en œuvre. Pour sa part, le BACE poursuit ses actions et se charge de coordonner, de promouvoir et d’effectuer le suivi des Programmes financés par l’Union européenne à travers le FED. Ce bureau intervient dans toutes les phases du projet, allant de leur identification, leur mise en œuvre à leur clôture. Pour le 11e FED, la mise en œuvre de certains projets peut aller jusqu’en 2024.

Impacts socio-économiques. Sur les 518 millions d’euros dont Madagascar dispose pour le financement du PIN, 145 millions d’euros sont dédiés à l’amélioration de la gouvernance et le renforcement des politiques publiques, 204 millions d’euros pour les infrastructures en support du développement économique, 132 millions d’euros pour le développement rural divisé en quatre Programmes, notamment RINDRA (Renforcement institutionnel vers le développement de la résilience agricole), et les Programmes AFAFI Centre, Nord et Sud (Appui au financement de l’agriculture et aux filières inclusives), et le reste des fonds, alloué à d’autres secteurs à l’exemple de l’appui à la société civile, l’appui au fonctionnement de l’ordonnateur national et à la facilité de coopération technique. Pour leurs promoteurs, tous ces programmes ont été élaborés et sont mis en œuvre, dans l’optique d’améliorer la qualité de vie de la population malgache, dans les zones d’intervention, choisies suivant leurs potentiels.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Crise sanitaire : Une opportunité d’affaire découverte par Media Click

(Au centre), le PDG de Media Click, Tojo Raminoharijaona accompagné par les autorités officielles.

Dans la plupart des cas, plus de 40% des entreprises naissantes ne dépassent pas une durée de vie de cinq ans à Madagascar pour de multiples raisons.

Et bon nombre de sociétés existantes sont également en cessation d’activité à cause de l’impact de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 qui sévit au pays depuis mars dernier. Quant à Media Click, une agence web qui a vu le jour le 21 décembre 2015, elle a franchi le cap des cinq ans en traversant diverses épreuves et en surmontant cette crise sanitaire. En effet, « nous y avons découvert une opportunité d’affaire compte tenu du développement du secteur NTIC (Nouvelle Technologie de l’Information et de la Communication). Il s’agit notamment du développement du web aussi bien à Madagascar qu’à l’extérieur. Une hausse de 30% du nombre des clients, surtout locaux, a été enregistrée durant la période de confinement », a déclaré Tojo Raminoharijaona, le PDG de Media Click, lors de la célébration du 5e anniversaire de cette entreprise, tout récemment à l’hôtel Carlton. Emergence économique. En outre, « la société Media Click s’agrandit avec un effectif de vingt-quatre personnes en ce moment contre seulement quatre personnes au début de notre start-up. Nous nous spécialisons en matière de création de site web. Mais notre particularité constitue l’accompagnement des entreprises pour une meilleure visibilité en ligne », a-t-il poursuivi. Et lui de souligner que le digital représente plus que jamais une opportunité de pouvoir communiquer d’une manière efficace, mais surtout efficiente, dans un monde devenu de plus en plus virtuel et connecté. Force est de reconnaître que Madagascar se lance actuellement dans la digitalisation de divers secteurs d’activité pour ne citer que l’éducation, l’agriculture et le commerce ainsi que les services publics. « Les bonnes infrastructures, conjuguées à des compétences hors pair, ont fait en sorte que la Grande île soit devenue une terre de prédilection pour les investisseurs dans le secteur du NTIC. Il va sans dire que le numérique a sa part d’importance dans l’émergence économique de notre pays. Et compte tenu de la potentialité et des opportunités qu’offre le digital, je me suis lancé dans cette aventure entrepreneuriale en créant mon entreprise », a enchaîné le PDG de la société Media Click.

Référence. Comme perspective, cet opérateur envisage de faire du Web Vita Malagasy une référence. « Nous voulons prouver au monde entier que nous, les experts malgaches, sommes capables de réaliser de grandes choses qui n’ont rien à envier aux autres agences web de l’Océan Indien, voire à celles des pays développés qui eux, sous-traitent pour la plupart à Madagascar », a-t-il avancé avec fierté. Pour sa part, le directeur de cabinet du ministère des Postes, des Télécommunication et du Développement Numérique, confirme que le numérique contribue à l’émergence économique de Madagascar. « Le partenariat public-privé sera renforcé pour développer le numérique », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Befelatanana : Le premier bébé de Noël né à minuit dix

« Un magnifique cadeau pour Noël ». C’est le propos des parents qui ont eu la joie et le bonheur de voir leur cercle intime s’agrandir la veille et la journée de Noël. Le premier à faire entendre le son de sa voix fut Miandrisoa Harifinoana Rafamantanantsoa qui est né dans le service de la maternité de Befelatanana à minuit dix. Le petit bout pèse 3,6 kg et se trouve actuellement en parfaite santé. Les heureux parents se sont abstenus de mettre « Noël » dans son prénom qui est déjà assez long pour éviter les problèmes en classe, surtout lors des examens officiels. « La famille anticipait la possibilité que l’enfant soit né le 25 décembre compte tenu de la date probable d’accouchement (DPA) », a confié sa mère, visiblement épuisée après une très courte nuit et sa césarienne.

Ses parents, surtout son père, ne cachaient pas leur joie profonde en indiquant qu’après les neuf petites-filles de la grande famille paternelle, il est le premier petit-fils de cette famille. Selon Harilalaina Rafamantanantsoa, le père de ce nouveau-né, cet enfant est une bénédiction car ils ont déjà deux filles. Après Finoana, un autre garçon a également vu le jour dans cet hôpital à minuit quarante. Six naissances ont donc été enregistrées dans cet établissement hospitalier jusqu’à onze heures (ndlr : hier). La Fête de la Nativité a été plutôt calme à Befelatanana comparé au Pavillon Sainte Fleur. Quatre enfants ont vu le jour dans cet hôpital jusqu’à 13h50 (ndlr : hier) si la première naissance a été enregistrée à 1h45. Le journal Midi Madagasikara adresse toutes ses félicitations aux heureux parents !

Narindra Rakotobe