Les actualités Malgaches du Mardi 26 Décembre 2017

Modifier la date
News Mada51000 partages

Faribolana sandratra : ambioka rend la moisson abondante

En prélude à la célébration des 20 ans de la revue littéraire «Ambioka», Faribolana Sandratra a donné un récital de poèmes éponymes, samedi dernier, au Cercle germano-malgache Analakely.  En fait, à chaque 4e samedi du mois, Faribolana sandratra investit ce lieu devenu incontournable pour les passionnés de la littérature.

Ce rendez-vous poétique mensuel a mis sous les feux de la rampe les membres actifs de l’association, non pas pour dévoiler leurs ouvrages, mais plutôt pour susciter l’activité d’éveil et promouvoir  la littérature malgache par le biais de la revue mensuelle «Ambioka», qui soufflera l’année prochaine ses 20 bougies.

«L’idée de créer une revue littéraire a germé d’une initiative de Ranoe d’accorder à la littérature malgache la place qu’elle mérite et préserver nos valeurs culturelles par le biais de la littérature. Ce mensuel traite des points aussi variés que des analyses, portraits d’écrivains, nouvelles œuvres et notamment, des sujets de dissertation pour les lecteurs estudiantins», avance Meva Rakotonjanahary, coordinateur de Faribolana Sandratra, section Antananarivo. A noter que le cercle de jeunes poètes regroupe actuellement plus de 300 membres répartis aux quatre coins de la Grande île.

L’année s’est terminée sur note positive malgré la situation sanitaire qui a également touché de plein fouet la sphère culturelle.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara793 partages

Andry Rajoelina : Noël à Akamasoa

Andry Rajoelina, avec sa famille, a passé Noël à Andralanitra.

L’ancien président de la Transition et sa famille ont passé la fête de la Nativité à Akamasoa, chez le père Pedro. Et ce n’est pas la première fois que l’initiateur de la révolution orange a fêté Noël à Andralanitra.

La famille Andry Rajoelina a célébré la fête de la Nativité à Akamasoa du père Pedro.L’ancien président de la Transition était accompagné, à cette occasion, par son épouse et ses trois enfants. Même s’il s’est fait discret ces derniers temps, cela ne l’a pas empêché de fêter Noël avec ses compatriotes à Madagascar. En principe, Noël est une fête à passer en famille mais il a choisi de la passer avec les familles des démunis. Et ce n’est pas la première fois, car du temps où il a été président de la Transition, il n’a pas manqué de célébrer la Nativité avec les habitants de l’Akamasoa.

Révolution orange. Par ailleurs, la famille Rajoelina était présente, avant-hier, à l’Ekar Ambatobe. C’est la trêve politique actuellement, enfin, mais l’initiateur de la révolution orange ne va-t-il pas donner son avis sur la situation qui prévaut dans le pays, étant donné qu’il se pourrait qu’il ne va pas rester longtemps dans le pays. Avec la présidentielle de 2018, son nom est notamment cité parmi les candidats potentiels même s’il se fait discret dernièrement. Faut-il rappeler qu’en 2013, il a annoncé à Toamasina son intention d’être candidat à la présidentielle de 2018. D’ailleurs ses partisans, plus précisément MAPAR, ont sollicité sa candidature pour la course à la Magistrature suprême en 2018.

Electorat. Toujours est-il que cette descente à Akamasoa n’y est pour rien vu que l’électorat de cette localité n’est pas négligeable. Dans tous les cas, même s’il ne réside dans le pays ces derniers temps, il a toujours ses partisans dans la Grande-île et qui ne manqueront pas d’ailleurs d’émettre leur voix quant à la candidature de l’initateur de la révolution orange à la prochaine présidentielle.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara505 partages

Financements extérieurs : Plus d’un milliard USD accordé en 2017, sans impact sur la population

La réduction de la pauvreté et de l’inégalité sociale est encore loin d’être réussie, si l’on se réfère à la situation actuelle.

Une année après la tenue de la Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI) à Paris, les fonds étrangers attribués à Madagascar pour appuyer son développement se chiffrent en milliard de dollars. Mais les fruits de l’utilisation de ces fonds se font encore attendre…

Madagascar affiche une très bonne performance durant cette année 2017, si l’on ne se référait qu’aux finances publiques. Les bailleurs de fonds ont d’ailleurs confirmé cette tendance dans leurs rapports d’évaluation, notamment dans le cadre de l’exécution du Programme économique soutenu par la FEC (Fonds élargi de crédit) du FMI (Fonds Monétaire International), ainsi que de la réalisation des différentes réformes. Cependant, cette performance n’a pas encore d’impact direct sur le niveau de vie de la population. Certes, le régime dirait le contraire en se référant à ses « inaugurations » en grande pompe par-ci et par-là… mais l’opinion publique a une toute autre version, d’après les résultats de notre enquête. Des prix à la hausse, le pouvoir d’achat qui se dégrade davantage, des infrastructures en très mauvais état (même celles qui, nouvellement construites, n’ont jamais été utilisées par le public), l’insécurité qui persiste, et bien d’autres problèmes liés à la fonction régalienne de l’Etat… tels sont, généralement, les propos de la population par rapport à la situation actuelle.

Confiance. Si le régime gagne petit à petit la confiance des partenaires techniques et financiers, il perd celle du peuple. Et pourtant, les chiffres devraient être favorables à une bonne image politique. Au niveau des recettes internes, les réalisations ont toujours dépassé les prévisions indiquées dans la loi de finances. A la deuxième semaine de ce mois de décembre, par exemple, les Douanes ont déjà atteint 94% de leurs objectifs prévus dans la LFR (Loi de finances rectificative), avec les 1.873,5 milliards d’Ariary ; et la Direction générale des impôts était également à 93,12% avec 2.075,6 milliards d’Ariary. Au niveau des dépenses, le montant des engagements était à cette date à 5.587,3 milliard d’Ariary. En ce qui concerne les financements extérieurs, la Banque Mondiale a accordé 75,8 millions USD de dons pour soutenir l’environnement, l’agriculture, la pêche, l’industrie extractive et les finances publiques. Elle a également accordé deux prêts de 162,1 millions USD et un fonds de 7,8 millions USD pour la préparation de projets. De son côté, la FMI a également toujours approuvé les décaissements de la FEC, avec un accord de rétrocession de 50 millions USD. La BAD (Banque africaine de développement) qui figure parmi les partenaires fidèles a attribué un don pour l’appui budgétaire pour la compétitivité économique, d’un montant de 10 millions d’UC. Cette institution a également ratifié un accord de contre indemnisation de 40 millions USD pour garantir un prêt contracté par Madagascar avec Deutsche Bank. Pour l’Union européenne, les plus marquantes sont les deux accords de prêt de 140 millions d’Euros ratifiés à travers la Banque européenne d’investissement, au profit du secteur infrastructure. Les Nations Unies ont octroyé un don de 450.000 USD pour améliorer la collecte de documentation et les bonnes pratiques.

Efficience. La liste est longue. La Coopération allemande a également offert un prêt de 51,3 millions d’Euros d’appui budgétaire, ratifié avec la Deutsche Bank ; ainsi que les 14 millions d’Euros pour l’électrification de la région SAVA. La Chine a accordé ses fameux 105,2 millions USD pour la « fameuse construction » de voie rapide reliant l’aéroport d’Ivato et le Boulevard de l’Europe. Parmi les plus impressionnants figure le prêt du Japon d’un montant de 45 214 millions d’Yens pour le projet d’extension du port de Toamasina. Viennent encore la France, l’Arabie Saoudite, l’Inde, etc. Bref, Madagascar ne devrait pas avoir de problème de financement. Au contraire, c’est la capacité d’absorption qui pose toujours problème. D’après les témoignages de l’Association des maires des communes rurales à Madagascar, la réalisation des projets coûte deux fois moins cher, lorsqu’elle est faite directement par la Commune. D’après ces élus locaux, il faudrait confier ces projets de développement aux collectivités décentralisées, pour une meilleure efficience. Pour l’heure, la population reste victime d’une paupérisation continue, malgré les richesses, les potentialités et les financements dont le pays a accès.

Antsa R.

Midi Madagasikara333 partages

Aéroport International d’Ivato : Le Terminal international remis à neuf

L’arrivée internationale va dorénavant se faire d’une manière plus fluide, avec les poteaux de guidage à enrouleur

Avec des travaux de rénovation réalisés par Ravinala Airports, la salle d’arrivée du Terminal International de l’aéroport d’Ivato est devenue plus accueillante

Ravinala Airports respecte le calendrier des travaux de rénovation des aéroports d’Ivato (Antananarivo) et de Fascène (Nosy Be). Pour y arriver, le concessionnaire œuvre sur plusieurs fronts. Parallèlement à la construction du nouveau Terminal international d’Ivato, Ravinala Airports s’est attelée à la rénovation de la salle d’arrivée du Terminal international actuel. Une visite des chantiers a eu lieu jeudi dernier à Ivato.

Plus convivial. Les travaux relatifs à cette rénovation ont été achevés au mois de novembre dernier, conformément au calendrier préétabli. Désormais, les passagers en provenance de l’étranger sont accueillis dans un espace convivial, plus pratique et plus fonctionnel. Les murs et plafonds ont été repeints. Des œuvres d’art réalisées par des artistes malgaches y sont actuellement exposés pour apporter une touche de déco et de culture dans cette zone. L’installation de nouvelles signalétiques, d’un nouvel éclairage, et de nouveaux équipements électriques et informatiques vient renforcer l’aspect moderne de la salle. Les barrières métalliques ont été remplacées par des tensaguides (poteau de guidage à enrouleur) afin de fluidifier le flux des passagers. La rénovation de la signalétique a également été faite. Enfin, un passage a été créé entre cette salle et la salle d’embarquement international pour les passagers en transit. Désormais, ces derniers n’auront plus besoin de repasser par le check-in international comme avant, mais passeront par un couloir transit qui s’injecte directement dans la salle d’embarquement international. Ils seront ensuite contrôlés au niveau de la sûreté par la SAMADA.

Optimisation. Les efforts vont désormais porter sur l’optimisation des procédures d’accueil et d’orientation des passagers, en coordination avec l’ensemble des acteurs de la salle d’arrivée. Cette rénovation de la salle d’arrivée du Terminal International d’Ivato s’inscrit dans le projet de modernisation du plus grand aéroport international de Madagascar. Le Terminal national n’est pas en reste puisque Ravinala Airports a travaillé au niveau de l’espace check-in afin de fluidifier le flux des passagers. A la fin de tous les travaux et après la mise en service du futur Terminal International prévue en 2020, l’aéroport d’Ivato Antananarivo sera à même d’offrir des services dignes des plus grands aéroports et deviendra une référence régionale. Rappelons que L’Etat malgache a fait appel à Ravinala Airports pour mener à bien l’exploitation, la maintenance, le développement et le financement des aéroports internationaux d’Ivato et de Fascène, pour une durée de 28 ans. L’objectif est de développer la capacité des deux aéroports internationaux, réaménager les installations existantes, remettre aux normes de sécurité et de protection de l’environnement, améliorer la qualité des services aéroportuaires et participer au développement économique de Madagascar. Ravinala Airports, dispose de toutes les compétences nécessaires pour mener à bien le projet : gestion d’aéroports, construction de routes et de bâtiments et gestion financière.

R.Edmond.

Midi Madagasikara315 partages

Marc Tatandraza : Maty omaly, sinema indray hoy ny olona

Naparitaky ny mpanara-dia azy ao amin’ny fiangonany ny sariny izay nolazaina fa efa namoy ny ainy. Manao akanjo fotsy ambony ambany ary mifatotra ny tarehiny ary nasiana vovo manetsina ny orony. Tsy niandry ela dia efa niteraka resa-be izany satria sinema indray ny fijerin’ny olona azy. Nisy nahatsikaritra aza fa niova ny fipetraky ny tanany ary torak’izany ihany ny vavany izay amin’ny sary hafa dia somary misokatra kely raha tamin’ny sary niparitaka voalohany dia nikatona noho ny fatotra. Rehefa betsaka ny tsy nino dia mbola niampy indray ny sary ny tapak’andro hariva ary tao anatin’ilay efitrano dia olona roa izay nifanampy tamin’ny fanindromana “formol” an’I Marc Tatandraza, lehilahy izay milaza hatrany fa mpaminany. Na izany aza anefa ny sarin’ny ranom-panafody fotsiny no hita dia ny fanindromana azy saingy tsy hita mivantana ny hoe iny fa notsindromina ny vatany. Vao tsy ela akory izay no nilaza tamin’ny mpino azy ity milaza ho Apostoly ity fa handeha hiakatra any an-danitra izy ary mbola hiverina indray. Nolazainy mihitsy tamin’izay fotoana izay fa ho faty izy, mba hahatongavany amin’izay tanjona izay. Nandrasana anefa tsy tontosa mihitsy izany ary nahatonga ny olona mainka koa tsy nino azy. Izao indray dia nandrasana mihitsy ny fankalazana ny andro nahaterahan’ny Kristy ary natao nitontona tamin’izany ny hoe “fahafatesana” an’ity milaza ho mpaminany ity. Inona ny tena tanjona? Na maty izy na tsy maty aloha dia tena niteraka resa-be tanteraka ny sary niparitaka omaly. Nolazaina fa hoentina tsy ho ela any atsimo ny razana. Ny tena handrasan’ny olona dia ny porofo, inona moa ny olana raha entina ny mpitsabo ara-panjakana izay afaka manamarina ny fahafatesany? Maninona koa no tsy hantsoina ny mpanao gazety mba hanatrika ny fanindromana formol ary inona ny olana ny amin’ny tsy hanaovana “autopsie” mba entina hanamarinana izay nahafatesany? Ho an’ny olona dia mila fanadihadiana sokafana ity raharaha “fahafatesana” ity satria mitarika fikorotanan-tsaina. Tsara tsiahivina fa heloka ny fandaingana fa maty izany, raha toa ka tena mitombina. Ary dia azo raisina ho mpiray tsikombakomba aminy avokoa ireo olona izay nanampy azy tamin’izany, tsipihina ihany : raha toa ka mitombina. Tsiahivina fa efa nosamborina ity Apostoly ity tany Mahajanga. Tsy vao izy no nanao “show” toa izao, isan’ny nalaza koa I Soeur Fabiola tamin’izany fotoana.

D.R

Midi Madagasikara203 partages

FOP : Chasse aux faux diplômes

L’utilisation des faux diplômes figure parmi les facteurs qui compromettent la qualité de la fonction publique malgache. La performance de l’Administration laisse ainsi à désirer car des personnes ayant utilisé des faux diplômes arrivent à exercer des fonctions publiques. Certaines occupent même des postes de haute responsabilité. Conscient de ce danger, le ministère de la Fonction Publique, de la Réforme Administrative, du Travail et des Lois Sociales a signé un protocole d’accord avec le gouvernement de Dubaï où ce dernier promet d’octroyer à l’Etat malgache des machines de confection de diplômes. « Ces machines arriveront à Madagascar à la fin du mois de janvier 2018. », explique le ministre Maharante Jean De Dieu.

Phase d’expérimentation. Le ministre de la Fonction Publique fait savoir que la phase d’expérimentation de ces machines de confection de diplômes sera effectuée au niveau des établissements privés. « Ces établissements et ces universités privées seront sollicitées à collaborer avec le ministère afin de les aider à lutter contre ce fléau. », promet Maharante Jean De Dieu. Outre la lutte contre les fonctionnaires fantômes et la chasse aux faux diplômes, le ministère de la Fonction Publique, de la réforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales s’attèle actuellement à la modernisation de l’Administration avec l’appui notamment du Royaume du Maroc.

R. Eugène

Midi Madagasikara162 partages

Noël : Marc Ravalomanana et sa famille à Imerinkasinina

Marc Ravalomanana, son épouse, ses enfants et ses petits-enfants à Imerinkasinina hier.

L’ancien président Marc Ravalomanana et sa famille ont choisi de fêter Noël hier à l’église FJKM d’Imerinkasinina, son village natal. Le président national du TIM poursuit d’observer une trêve politique pour permettre aux Malgaches de jubiler en cette période de fin d’année malgré les difficultés de la vie quotidienne matérialisées par la flambée des prix des produits de première nécessité dont le riz.

R. Eugène

Midi Madagasikara154 partages

Secteur aurifère : Plus de 2 730 tonnes d’or déclarées à l’exportation

Le ministre Zafilahy Ying Vah a salué les efforts menés par son personnel à l’occasion de cette cérémonie.

Cette production provient en grande partie des petits exploitants aurifères qui vendent l’or en moyenne à 100 000 Ariary le gramme. Ce qui aura des retombées économiques directes pour eux.

L’assainissement du secteur aurifère a porté ses fruits. En effet, « plus de 2 730 tonnes d’or ont été déclarées à l’exportation, rien que pour cette année contre 586 kg en 2016. L’objectif d’atteindre la première tonne d’or a été ainsi largement dépassé. En plus, c’est la plus grosse quantité enregistrée depuis l’Indépendance de Madagascar où on n’a pu enregistrer une meilleure déclaration de la quantité d’or exportée que 50 kg en une année », a annoncé le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, lors de la distribution de vivres à son personnel comptant 635 agents répartis dans toute l’île à l’occasion des fêtes de fin d’année tout récemment. « Cette production provient en grande partie des petits exploitants aurifères qui vendent l’or en moyenne à 100 000 Ariary le gramme. Ce qui aura des retombées économiques directes pour eux tout en contribuant à la réduction du taux de pauvreté dans le pays sans parler des taxes et redevances perçues par l’Etat», a-t-il poursuivi.

Renforcer le contrôle. Et il a reconnu que ce résultat est encourageant mais de nombreux efforts restent à déployer pour lutter contre l’exploitation illicite d’or. De ce fait, le ministère de tutelle prévoit de renforcer le contrôle au niveau des titulaires de permis d’exploitation d’or. « Certains d’entre eux ne font pas de rapport d’activité en disant qu’ils n’ont pas obtenu de résultat tandis que d’autres ne font même pas de déclaration de leur production. A part le renforcement de l’inspection de la police des mines, d’autres Bureaux d’Administration Minière seront installés dans les sites de production aurifère l’an prochain afin d’effectuer un suivi auprès de ces exploitants d’or titulaires de permis. En outre, des antennes du Bureau de Cadastre Minier de Madagascar (BCMM) seront mises en place au moins dans quatre régions à forte potentialité en ressources minérales », a enchaîné le ministre de tutelle.

Assainissement. Par ailleurs, le ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole envisage de mener ses expériences réussies dans le secteur aurifère vers le secteur minier notamment les pierres précieuses et les pierres fines afin de poursuivre ses actions d’assainissement à compter de l’année prochaine. En effet, « une grande partie de notre production de gemmes destinée à l’exportation est sous-évaluée en raison de leur état brut. La quantité déclarée est également minime sans compter l’exportation illicite. Il faut rappeler que notre devise étant « secteur extractif, secteur pourvoyeur de ressources ». Pour ce faire, il faut gérer, administrer et travailler autrement », a conclu le ministre Zafilahy YingVah.

Navalona R.

Midi Madagasikara142 partages

Référendum constitutionnel : Manœuvre pour reculer la présidentielle de 2018

Le régime en place chercherait un « cas de force majeure » éventuellement pour justifier le report de la présidentielle de 2018.

Référendum constitutionnel et acharnement contre l’ancien président Marc Ravalomanana qui a la forte chance de remporter le prix « Leadership politique de l’année 2017 en Afrique» offert par « African Leadership Magazine ». Ces deux plats figurent au menu du régime HVM ces derniers temps. Dans sa récente déclaration, le TIM France s’exprime sur le projet de référendum constitutionnel concocté par le régime : « La tentation de changer les règles pour changer le jeu est grande et évidente car à l’heure actuelle, le régime HVM, au propre comme au figuré, n’y va pas de main morte pour fouler au pied les avancées et les acquis consensuels et inclusifs à la base du rétablissement de l’ordre constitutionnel à Madagascar(…). Un éventuel référendum constitutionnel sera un subterfuge malveillant qui recevra la bénédiction des électeurs s’il se traduit en acte car non seulement fera reporter l’élection présidentielle de 2018 aux calendes grecques, mais surtout représente un outil juridique qui permettra à Hery Rajaonarimampianina et ses hommes de main d’avancer leur pion pour régner sans partage sur la base des dispositions et contenus méconnus de tous. » Sur le plan technique, organiser un référendum en 2018 et tenir le 1er tour de l’élection présidentielle au mois d’octobre de cette année semblent irréaliste. Et entre les deux, le Parlement se réunira en session ordinaire ou extraordinaire pour adopter les trois avant-projets de loi sur les élections déjà validés en Conseil des Ministres et qui font actuellement l’objet des consultations menées par le gouvernement. Le régime en place trouverait donc une raison technique pour reculer la présidentielle d’octobre 2018. Or, ce report ne peut être justifié que par un cas de force majeure qui doit être un événement naturel auquel on ne peut pas résister.

Manquements à ses obligations constitutionnelles. L’acharnement contre Marc Ravalomanana qui sera un candidat redoutable pour le HVM à l’élection présidentielle de 2018 figure également au menu du régime ces derniers jours. Le président du parti au pouvoir Rivo Rakotovao a ouvert la boîte de Pandore en s’attaquant au président national du TIM qui, selon lui, ne sera pas autorisé à se porter candidat car aurait été déjà condamné par la Justice et n’aurait pas payé ses impôts envers l’Etat. Les ripostes de Marc Ravalomanana n’ont pas tardé. Qui a provoqué qui alors ? Et pas plus tard que vendredi dernier, le ministre de la Communication Harry Laurent Rahajason a « fermement averti » l’ancien président pour ses « propos provocateurs » qui l’exposent à des sanctions « en vertu de la loi ». En s’attaquant à Marc Ravalomanana, ce membre du gouvernement évoque le non respect de la loi, or, il est de notoriété publique que le président de la République, celui qui a nommé le ministre Harry Laurent Rahajason dans le gouvernement, bafoue la loi suprême de l’Etat qui est la Constitution. En effet, à un an avant l’expiration du mandat de Hery Rajaonarimampianina, la Haute Cour de Justice n’est pas encore en place. Alors que l’article 167 de la Constitution sur laquelle l’actuel Chef de l’Etat a prêté serment le 25 janvier 2013 stipule : « Afin de respecter le prescrit constitutionnel, le président de la République, dans un délai de 12 mois à compter de son investiture, invite les instances compétentes à désigner les membres qui composeront la Haute Cour de Justice afin de procéder dès l’expiration de ce délai à l’installation de la Haute Cour de Justice. » Par ailleurs, les manquements de Hery Rajaonarimampianina à ses obligations constitutionnelles ne permettent pas jusqu’à présent de rendre opérationnels d’autres importants organes dont entre autres le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED). S’il y a donc une personne que le ministre de la Communication doit avertir en premier lieu, c’est le président de la République Hery Rajaonarimampianina.

R.Eugène

L'express de Madagascar139 partages

Kidnapping – Les ravisseurs libèrent un otage

Le fils d’un grand opérateur malgache kidnappé à Andranobevava a été relâché. John Razaly, kidnappé mercredi, reste, par contre, introuvable.

Double rançonnement. L’un des deux otages pris par des kidnappeurs depuis mercredi a été libéré sain et sauf, dimanche, vers 19h 45, a signalé une source à la cellule mixte d’enquête. Il s’agit du fils d’un opérateur malgache bien connu. « La famille de ce garçon de 14 ans ne nous a pas informés de cette libération. Ce qui est sûr, c’est qu’une rançon a été payée aux ravisseurs », a indiqué le même interlocuteur.John Razaly, un Français d’origine indienne, âgé de 25 ans, enlevé le mercredi 20 décembre à l’entrée de la cité Firaisana à Ankoron­drano, reste sans nouvelle. Il serait toujours séquestré par le commando de cinq individus armés qui l’ont enlevé, selon les enquêteurs. Les kidnappeurs n’ont pas encore revendiqué une rançon, selon les informations recueillies auprès du collectif des Français d’origine indienne à Madagascar (CFOIM), hier. Celui-ci s’active avec la cellule mixte dans la recherche et les investigations pour débusquer le réseau des kidnappeurs ayant fait parler de lui en l’espace d’un jour, la semaine dernière.

Crime« Cette cellule opérationnelle, depuis peu de temps, enregistre plus de quatre-vingt- quinze cas d’enlèvements contre rançon jusqu’à présent. La majorité des victimes procèdent au pourparler avec les kidnappeurs », a précisé un détective du service central des affaires criminelles, menant ensemble l’enquête avec la gendarmerie et les juges.Le Procureur de la République, Odette Balisama Razafimelisoa, a tenu à solliciter une collaboration de tout un chacun sur la lutte contre le rapt, samedi soir, dans un point de presse au parquet du tribunal de première instance d’Anosy. « Tout renseignement confidentiel que vous nous fournirez peut être transmis aux numéros de la police nationale 034 05 531 20 ou 034 05 517 26, et de la gendarmerie nationale 034 14 005 23 », a-t-elle précisé.Un kidnapping est un crime. Son délai de prescription passe à vingt ans, selon le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, chef de service de la communication et des relations avec les institutions (SCRP) de la gendarmerie. « Les enquêteurs poursuivent toujours l’investigation tant qu’il s’agit d’un crime. L’État en est déjà concerné. Ainsi, il ne faut pas attendre le dépôt de plainte de la famille de la victime pour démarrer l’enquête », a-t-il souligné.A cet effet, bien que l’otage soit libéré, on peut toujours poursuivre les ravisseurs. « La cellule mixte ne reste pas les bras croisés face à la résurgence de ce fléau », a déclaré le procureur Razafi­melisoa. Une dizaine d’opé­rateurs indiens ont déjà plié bagages pour raison d’enlè­vement, selon une source au CFOIM, hier, dans un entretien téléphonique.

Lire aussi :  Chasse aux kidnappeurs - Cent cinquante personnes incarcérées

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara109 partages

Fonctionnaires « fantômes » : Mea culpa et détermination du ministre Maharante

Le ministre Maharante Jean De Dieu distribuant des vivres au personnel de son département samedi dernier aux 67ha.

Alors que la patronne du ministère des Finances et du Budget au niveau duquel a été opérée la suspension des salaires de 9.000 fonctionnaires « fantômes » persiste dans son silence, son homologue de la Fonction Publique, de la Réforme Administrative, du Travail et des Lois Sociales a fait un mea culpa en promettant aux victimes innocentes de rétablir la situation avant la fin de l’année. Hier, le ministre Maharante Jean De Dieu, lors de la distribution des vivres au personnel de son département aux 67ha dans le cadre des fêtes de fin d’année, a reconnu que des erreurs ont été commises dans la manipulation du Logiciel AUGURE. « L’utilisation de ce logiciel n’est pas encore bien maîtrisée. », a affirmé le ministre de la Fonction Publique. Avant de rassurer : « Mais, cela ne devrait pas constituer une raison pour abandonner la lutte contre l’existence des fonctionnaires fantômes à Madagascar. Le président de la République a déjà donné l’ordre pour que les fonctionnaires qui ne sont pas fantômes mais dont les salaires ont été suspendus puissent percevoir les leurs avant la fin de cette année.»

Inadmissible. Le ministre Maharante Jean De Dieu a mis l’accent sur le fait que le gouvernement ne reculera pas dans ses actions contre les fonctionnaires fantômes dont l’existence fait subir à l’Etat des pertes budgétaires chaque année. « Les erreurs sont à corriger. Les vrais fonctionnaires fantômes seront identifiés. Au niveau de certains ministères, il y a des membres de cabinet qui sont déjà limogés, mais qui ont toujours droit à leurs salaires. Or normalement, une fois limogés, ils n’ont plus droit aux salaires en tant que membres du cabinet. Et encore, il y a ceux qui travaillent déjà à l’extérieur pour le compte d’autres organismes, alors qu’ils continuent de jouir de leurs salaires en tant qu’agents de l’Etat. C’est inadmissible.», a-t-il dénoncé. En tout cas, le ministre de la Fonction Publique, de la Réforme Administrative, du Travail et des Lois Sociales rassure que les agents de l’Etat qui font convenablement leur travail ne seront pas pénalisés.

R. Eugène

Tia Tanindranaza98 partages

Votsotra i Nathan AndriantsitohainaFantatra ireo mpanao kidnapping

Navotsotr’ireo mpaka an-keriny ny alin’ny alahady 24 desambra i Nathan Andriantsitohaina rehefa notazomin’izy ireo nandritra ny roa andro teo am-pelatanany.

Namoaka fanambarana manamafy ny fivoahan’i Nathan hatramin’ny Collectif des Français d’Origine Indienne (CFOIM), izay nilaza koa fa “miombom-po amin’ny fianakaviana”. Tsy nisy vaovao nipika kosa ny manodidina ny fifanarahana tamin’ny namotsorana azy, nandoavana ohatrinona ? Loharanom-baovao iray no nandrenesana fa tamin’iny lalam-pirenena voalohany iny no namotsorana an’ity zazalahy, 14 taona ity. Tafaverina teo anivon’ny fianakaviany niara-nanao krismasy i Nathan, salama vatana na mitambesatra aminy ihany aza ny horohoron-tsaina noho ny zava-nanjo azy. Ny zoma 22 desambra tamin’ny 5 ora hariva ity zanaka mpandraharaha manana ny toerany eo amin’ny lafiny toekarena sy fanaovan-gazety ity no nisy naka an-keriny teny Andanobevava. Dimy lahy mitam-basy no nanatanteraka ny asa ratsy. Toa efa voaomana sy tsara petrapetraka ity fakana an-keriny indray mitoraka ity. Na ireo polisy teo an-toerana aza toa nijoro sy nitazana fotsiny. Ny fiara nampiasain’ireo jiolahy koa faran’izay raitra, hiaka farany, sady lafo vidy, toa midika fa olobe koa no mpaniraka azy ireo. Vao nitranga io fakana an-keriny io dia nirarak’ompana ny tsindry amin’ireo vondrona sy mpanao politika samihafa, eny miaro fandrahonana mihitsy aza, rah any hita teny amin’ny fesiboky. Izay ve no nampalaky ny famotsorana ilay tovolahy ? Ny loharaom-baovao akaiky ny fianakaviana, koa no nahalalana efa efa nisy andiana mpanao vy very ny ainy nivonona hiditra an-tsehatra hanao izay hanavotana an’i Nathan, manoloana ny fahanginana sy fitavozavozan’ny fanjakana. Mbola io loharanom-baovao io koa no milaza fa fantatra, tamin’ny alalan’ireo laharana finday nampiasain’ireo mpaka an-keriny ny fiavian’ireto farany sy ny mpaniraka azy ireo. Hisy ampamoaka momba azy ireo ve ato ho ato ? Ny ampitso no hilaza azy ; fa raha ny Karana hatrany no nisy naka an-keriny taloha, dia lasibatra avokoa ny rehetra amin’izao, na vahiny na teratany Malagasy, tsy an-drenivohitra tsy ambanivolo. Nahagaga sy ny mampametra-panontaniana anefa dia 3625 be izao ny mpitandro ny filaminana nahetsika tamin’ity krismasy sy faran’ny taona ity, nefa mbola misy kidnapping ny zoma ary fanafihanamitam-basy nahafatesana olona ihany toy teny ny Itaosy ny harivan’ny sabotsy teo. Ilay Karana mpiasan’ny orinsa Ucodis, John Azaly na John Raza nisy naka ankeriny teny amin’ny Cité Firaisana Ankorondrano ny herinandro lasa teo, moa hatramin’izao tsy ahenoam-baovao, nefa tsy mbola tafaverina eo anivon’ny fianakaviany.

 

Jean D.

 

Midi Madagasikara98 partages

Téléréalité : Ny Avo et Samuella gagnent le concours pour la « Voix d’Or »

les gagnantes, le jury et Mialy Rajoaleina lords de la proclamation de la finale

Il fallait une gagnante, mais le jury a décidé d’en avoir deux. Pour la première fois, le micro d’or est allé à deux gagnantes. Samuella et Ny Avo ont toutes les deux mérité la première place. Une décision qui fait l’unanimité

Pour une grande finale, c’en était une. Après un suspens des plus intenses, la peur de la déception et l’émotion à son comble, Ny Avo et Samuella ont à elles-deux gagné le trophée en ex aequo. A près de longues concertations, c’est à l’unanimité que les membres du jury ont annoncé de qui sera sacrée « Voix d’Or » 2017.

Samedi dernier, les dix finalistes ont donné le meilleur d’eux-mêmes durant ce concours de chant. Comme de vraies petites stars, ces enfants ont donné un spectacle des plus professionnels. Si la pression du concours est palpable au début, les candidats ont finalement oublié le trac sans pour autant faire de faute. Pour ouvrir les festivités, place à la nativité. Sur un medley de trois incontournables du répertoire de Noël, les candidats unissent leurs voix, de même que les coaches Fidy, Anyah et Steph Rambi .

Les introductions finies, place aux choses sérieuses. Chaque participant se voit accompagné par une star sur un morceau choisi. Passent alors Samoela, Stéphanie, Deenyz ou encore Shyn. A cette étape du concours, le talent n’était plus à douter. Le tout se jouait surtout sur le choix du titre. Il ne restait plus que six candidats pour continuer l’aventure.

De là, le plus important était de séduire les membres du jury. Pour les départager, le choix s’est porté sur un « All of me » de John Legend en duo. Si Ny Avo s’est démarquée tout au long du concours, elle s’est quelque peu laissée dominée à la dernière marche du podium. Quant à Samuella, elle a tout misé sur cette grande finale. Un effort qui n’a laissé personne indifférent.

Tout ceci étant, le jury a pris une décision des plus inhabituelles dans ce genre de jeu. Lors de la proclamation, l’euphorie a été à son comble. Les cris et les émotions se mélangent alors. Selon le jury, « Le choix a été difficile, car toutes les deux méritent amplement ce trophée. Après mûre réflexion, nous avons tout simplement estimé qu’elles ont toutes les deux mérité le trophée » Pour la récompense, elles iront ensemble à Disneyland Paris y passer une semaine.  Vivement la prochaine édition !

Maharindra

Midi Madagasikara76 partages

Affaire Kidnapping : Nathan Andriatsitohaina libéré dimanche

Selon les informations qui nous sont parvenues, le jeune Nathan Andriatsitohaina qui a été enlevé vendredi 22 décembre a retrouvé la liberté dimanche dernier. Pour l’instant, il n’y a eu aucune information sur les circonstances de cette libération dans la mesure où, selon toujours la Gendarmerie, le collectif des Français d’origine indienne à Madagascar (CFOIM) a simplement fait part de la nouvelle à la cellule mixte de lutte contre le kidnapping ayant son siège au Toby Ratsimandrava sans donner de détail. La Gendarmerie qui affirme devoir continuer son enquête même si la famille n’a déposé aucune plainte. Pour rappel, ce fils d’un grand opérateur malgache Naina Andriantsitohaina, propriétaire de Climatel, Niag, PMC, Prochimad, Ultima Média, a été kidnappé par quatre hommes lourdement armés vendredi vers 17 heures au rond-point de Marais Masay, devant le portail de son domicile. Durant l’attaque, les ravisseurs ont renversé la voiture où se trouvait cet adolescent de 14 ans et l’ont envoyé sur le bas côté.

Besoin de coopération. Les deux cas de kidnapping à savoir celui de John Razaly, un employé de la société Ucodis commis le 20 décembre à Ankorondrano et celui de ce jeune garçon le 22 décembre ont suscité des vives réactions chez les forces de l’ordre. John Razaly reste encore introuvable. Samedi en fin d’après-midi, le Procureur de la République auprès du Tribunal de Première instance d’Antananarivo, Odette Balisama Razafimilisoa a fait un point de presse pour demander la collaboration de tous avec la Justice et les forces de l’ordre pour lutter contre ce fléau qui ternit l’image du pays. Pour ce faire, trois numéros de téléphone sont ouverts au public pour entrer en contact avec les forces de l’ordre en cas de renseignements : 034 05 531 20 et 03405 51726 pour la Police nationale ; 034 14 00523 pour la Gendarmerie nationale.

 

T.M.

Midi Madagasikara52 partages

Carnet rose de Noël : 16 naissances au Pavillon Sainte-Fleur

Itobiana Razafimahaimalala, le premier né de la Nativité au pavillon Sainte-Fleur pour 2017.

Naître à Noël rajoute encore plus de magie à cette fête chrétienne particulière et au miracle de la vie. Depuis le 24 décembre jusqu’à hier 16 petits anges sont venus au monde au Pavillon Sainte-Fleur, d’après les données obtenues jusqu’à 18 heures.

 Itobiana. Pour en revenir aux naissances enregistrées au Pavillon Sainte-Fleur, une majorité de petites filles a été constatée. Toutefois la gente masculine était arrivée en tête de course, Itobiana, un petit garçon fut le premier à naître. Razafimahaimalala I. Itobiana est en effet né le 25 décembre à 00h 12 minutes. Nous souhaitons à ces enfants, à tous les autres aussi d’ailleurs, la bienvenue dans ce monde et aux parents, de trouver le bonheur dans la parentalité, l’aventure, pas toujours évidente, de toute une vie. Comme le disait Paul Carvel : « Vivre la naissance d’un enfant est notre chance la plus accessible, de saisir le sens du mot miracle. »  

Ines, une autre petite princesse née à Noël

Une pensée également à ces enfants de la rue, qui n’ont pas eu la chance de naître dans des conditions décentes. Nous reparlerons ultérieurement des autres naissances enregistrées dans d’autres établissements, notamment publics.

 Luz R.R

Midi Madagasikara52 partages

Itaosy : Mpivarotra voatafika, olona maty voatifitra, maromaro ireo naratra

Nirefodrefotra indray ny basy teny amin’iny faritra Andohatajona Itaosy iny ny harivan’ny sabotsy teo. Mpivarotra iray eny amin’iny faritra iny no niharan’ny fanafihana, tokony ho tamin’ny fito ora tany ho any. Vokany, olona iray no namoy ny ainy, rehefa voan’ny balan’ireo olon-dratsy, maromaro kosa ny naratra vokatr’izay hatrany. Isan’ny toerana be olona raha iny faritra Itaosy sy ny manodidina iny, indrindra moa fa hoe ankatoky ny fety toa izao. Tamin’io fotoana io dia mbola maro tokoa ireo mpifamezivezy kanefa tsy nisy tahotra mihitsy ireto andian-jiolahy ireto, nanao ny asa ratsiny. Ny vola avy hatrany no notakian’izy ireo tamin’ilay mpivarotra. Ankevitry ny nandà angamba ity farany ka avy hatrany dia notifirin’izy ireo ary voa teo amin’ny lohany. Rehefa naka izay azo nentina tamin’izany trano voaroba izany izy ireo dia nitsoaka ary mbola nanapoaka basy ihany. Tamin’izay no nahavoatifitra ireo olona maromaro, izay samy naratra avokoa, raha ny fitantaran’ireo teny an-toerana. Asa tokoa na hoe efa maty paika tanteraka ilay fanafihana, satria dia toa voasaron’ilay afomanga, tamina lanonana iray niseho teny an-toerana ny feom-basy, eny fa na dia nitatatata tokoa aza izany. Taorian’io moa dia tonga avy hatrany teny an-toerana ireo mpitandro filaminana, saingy efa nafenin’ny alina ireto olon-dratsy ireto. Nentina tany amin’ny toeram-pitsaboana kosa ireo naratra. Mirongatra izay tsy izy tokoa ny asan-jiolahy tato anatin’ny herinandro vitsivitsy izay, eny fa na dia eo tokoa aza ny ezaka ataon’ireo mpitandro filaminana, hisorohana sy hiadiana amin’izay. Raha ny herinandro lasa teo dia efa fanafihana maromaro ihany no nitranga teny amin’iny faritra Itaosy sy ny manodidina iny. Etsy andanin’izay anefa, tsy mikely soroka kosa ny eo anivon’ireo mpitandro filaminana ka nisy jiolahy rain-dahiny efa ela nifampikarohana  voasambotra teny amin’iny faritra Ambohidrapeto iny.

m.L

L'express de Madagascar49 partages

Affaire de kidnapping – Le CFOIM interpelle les autorités

Après l’enlèvement de deux jeunes en une semaine, le CFOIM exprime encore son indignation. Le collectif estime que le fléau touche toute la nation malgache.

Le Collectif des Français d’Origine Indienne (CFOIM), affirme solennellement sa solidarité, aux familles victimes, et déplore une fois de plus, ces actes de barbarie qu’il qualifie d’ignoble. Ceux qui imaginaient que ce fléau était réservé à une communauté doivent comprendre qu’aujourd’hui, l’insécurité concerne tout le monde et doit être l’affaire de toute la nation malgache dans sa richesse et sa diversité. Par le biais de ce communiqué transmis à la presse, le CFOIM a tenu à montrer sa solidarité aux familles qui viennent de subir des actes de kidnapping, la semaine dernière.Le 20 décembre dernier en effet, selon les précisions de la police, quatre individus lourdement armés se sont emparés à Andrano­bevava de John Raza, un jeune français d’origine indienne. Le 22 décembre, la même scène s’est renouvelée à Ankorondrano cette fois-ci, et l’acte de kidnapping a été perpétré par cinq individus sur le jeune Nathan, âgé de quatorze ans et membre d’une grande famille malga­che. Si l’adolescent a été libéré la veille de Noël, les recherches continuent pour John Raza « dont on n’a pas de nouvelles jusqu’à ce jour », indique également le CFOIM qui « espère un dénouement rapide et heureux, afin qu’il soit libéré et retrouve rapidement les siens ».

TraumatismeLa déclaration du collectif sous-entend la dénonciation d’une situation qui semble ne trouver aucune solution jusqu’à présent, même si une volonté des autorités au plus haut niveau d’en finir avec ce fléau, avec la mise en place d’une cellule mixte, a été saluée. « Les familles commencent à être rassurées », a indiqué récemment à la presse Jean Michel Frachet, directeur exécutif et porte-parole du CFOIM. « Mais je peux vous affirmer que la douleur de celles qui vivent ce genre de situation est immense. Le traumatisme est réel », a-t-il tenu à préciser. Si un début de confiance commence à s’installer, Jean Michel Frachet reconnaît, cependant, que « cela va prendre du temps. » Car il y a également chez les membres de la communauté indienne résidant à Madagascar le sentiment d’être incompris. « Ils sont, pour la plupart d’entre eux, à Madagascar depuis quatre générations. Pour eux, c’est leur pays. Mais ils se sentent parfois mal aimés », explique-t-il.Depuis 2010, « on évoque une centaine de kidnappings », indique Jean Michel Frachet qui reconnaît que les statistiques, dans ce domaine, n’ont pas encore été bien établies. Le nombre des membres de la communauté de personnes d’origine indienne se situerait entre quinze et vingt mille. Mais il est, par contre, certain des risques économiques que cet état de fait peut entraîner. « Les déplacements de capitaux sont à craindre ». Le CFOIM, qui se veut laïc et apolitique compte peser dans la balance dans cette lutte contre le phénomène de kidnapping à Madagascar. En établissant, si cela n’a été encore fait, une relation de confiance entre les différentes parties. Il reconnaît que la tâche n’est pas aisée au vu des enjeux car, comme l’affirme Jean Michel Frachet, « il y a de l’humain, de l’émotion, de l’argent ».

Rondro Ramamonjisoa

Midi Madagasikara49 partages

Revue littéraire « Takelaka Tsara Soratra » à la recherche de ses nouveaux écrivains !

« Takelaka Tsara Soratra » (TTS) est une revue qui nous emmène à la découverte de la littérature malgache du XXIe siècle. Elle dévoile une collection des tout derniers ouvrages des littéraires malgaches.

Après le numéro 000 de février 2017 et le numéro 001 de septembre-novembre 2017, TTS publiera le numéro 002 en mai-juin 2018. De ce fait, elle est actuellement à la recherche d’écrivains qui désireraient imprimer leurs œuvres dans ce futur numéro. Contes, récits, proses, poésies, slams, témoignages, articles de blog et même BD, du moment qu’ils soient en malgache, peuvent y être publiés. Tout Malgache, d’ici et d’ailleurs, de n’importe quel âge, peut y proposer et présenter son œuvre. Seuls les ouvrages envoyés au comité de TTS avant le 31 janvier 2018 seront analysés et votés, afin d’être publié dans le numéro 002.

« Takelaka Tsara Soratra » désire montrer l’évolution et la beauté de la littérature malgache. Cette revue révèle le savoir-faire des grands écrivains de l’île et pousse également les écrivains en herbe à y faire découvrir leurs œuvres. Les lecteurs peuvent y lire un large panel de diverses écritures malgaches de la dernière génération, abordant des sujets très variés. TTS est ainsi « le lieu » de rencontre des lecteurs avec les anciens et nouveaux écrivains.

Kanto Andraina

Midi Madagasikara48 partages

Ankazondandy : Resaka karama, nokapainy tamin’ny famaky ny rahalahiny

Tsy maha-mpihavana tokoa ny resa-bola. Olona mirahalahy no nifamono ho faty tany amn’iny faritra Ankazondandy, disitrika Manjakandriana iny ny faran’ny herinandro teo, noho ny resa-bola. Tao amin’ny fokontany Mandena no nisehoan’ity tranga mahatsiravina ity, tokony ho tamin’ny sivy ora maraina teo ho eo. Re sy hitan’ny manodidina ny fifamaliana mafimafy teo amin’ireto mpirahalahy ireto, satria dia teo an-tokotany no nisehoan’izany. Resa-bola no fototr’izany tsy fifandaminana izany. Tsy fantratra tsara teo ny nitranga na hoe nanakarama ny rahalahiny ny iray dia tsy voaloa ilay karama, na hoe niaraka nikarama izy ireo kanefa tsy araka ny tokony ho izy ny fifampizarana. Niha-niakatra ihany ny feo ary tonga hatramin’ny fifampikasihan-tanana sy fandraisana zava-maranitra izany. Tsy nisalasala tokoa ilay iraika lahy namely ity nifanapa-tsinay taminy tamin’ny famaky. Voa teo amin’ny lohany ity farany ary maty tsy tra-drano. Niditra an-tsehatra malaky ny tompon’andraikitry ny fokontany saingy tsy nisy azo natao intsony. Hany hery dia nampilaza avy hatrany ny zandary tao Andriampamaky, izay tonga teny niaraka tamin’ny mpitsabo. Efa tsy nisy azo natao intsony moa mahakasika ilay tovolahy iray voakapan’ny famaky. Nosamborina avy hatrany kosa ilay rahalahy nahavanon-doza. Nentina natao andrimaso tany amin’ny biraon’ny zandary sy nanaovana famotorana.

m.L

Midi Madagasikara36 partages

Noël 2017 : Huit morts et une centaine de personnes hospitalisées durant la fête

Les statistiques enregistrées auprès de l’Hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona (HJRA), quand on parle des incidents survenus pendant les trois jours de fête (23,24 et 25 décembre) font état de huit morts et une centaine de personnes hospitalisées. Ces chiffres sont recueillis vers 16 heures du lundi 25 décembre. Trois de ces victimes étaient parmi les 12 comateux éthyliques reçus au service de la réanimation médicale du 24 au 25 décembre. Une a été abattue par balle lors d’une attaque à main armée à Itaosy. La cinquième est victime d’un accident de la circulation. Cas fréquent à chaque période de fête, il y a eu suicide. Cinq cas ont été enregistrés auprès de cet hôpital. Heureusement que les suicidaires ont été sauvés à temps. Quant aux accidents, les statistiques ont montré que cette année, les accidents à responsabilité civile ont dominé car ce cas a touché 56 sur les 193 patients qui ont été reçus au service d’urgence de cet hôpital. Viennent ensuite les accidents de la circulation. Par contre, aucun cas d’intoxication alimentaire n’a eu lieu pendant cette fête.

T.M.

Madagascar Tribune34 partages

Le président de la République ne veut pas de vague

Alors que la suspension de solde de quelques 9 000 fonctionnaires de l’Etat malgache par le ministère des finances a fait grogner plus d’un, le président de la République a décidé d’ordonner une marche arrière. Il s’agissait pour le ministère des finances et du budget d’assainir la fonction publique des fonctionnaires fantômes. Ainsi, avec l’utilisation du logiciel AUGURE sensé recensé les fonctionnaires en activité et ceux qui ne le sont plus, le MFB a procédé à la suspension des soldes de plusieurs milliers de fonctionnaires toujours au service de l’Etat ainsi que plusieurs hauts fonctionnaires. Le ministre de la fonction publique Maharante Jean de Dieu a réagit à cette « incident » vendredi en affirmant que l’erreur provient de la non-maitrise du logiciel AUGURE par le ministère des finances et que le président de la République lui-même a ordonné à ce que le paiement des soldes des agents de l’Etat qui ont été suspendus soient payé avant la fin de l’année, c’est-à-dire jusqu’au 29 décembre prochain. Le ministre de la fonction publique a également fait part d’un « mea culpa » de la part du gouvernement. Etant donné que l’on se trouve dans la période des fêtes de fin d’année, ce genre de bavure de la part du ministère des finances aura réellement handicapés de nombreuses familles privées de revenus. D’autant qu’avec l’inflation et la recrudescence de l’insécurité, la population en générale se plaint déjà des difficultés à passer sereinement les fêtes.

Midi Madagasikara29 partages

Formation de journalistes en investigation : Tous contre la corruption

participants à la réalisation du Magazine Trandraka N°2

« De précieux collaborateurs » dit en un mot, Jean Louis Andriamifidy, le DG du Bureau Anti-corruption. Ce sont 22 journalistes professionnels de 25 à 75 ans (le plus vieux étant membre actif du Club des Journalistes Doyens et encore en activité dans la Région Sud-Ouest). Ils viennent d’obtenir leurs « cartons » en tant que journalistes d’investigations, au cours d’une sympathique cérémonie au Restaurant R.P à Talatamaty le 15 décembre dernier. « Toutefois » met en garde, Gérard Rakotonirina, président de l’Ordre des Journalistes, « Le journaliste investigateur doit être plus professionnel, respecter encore plus la déontologie et non dénoncer à tort et à travers une personne, sans preuves deux fois indéniables ». Ces journalistes formés en investigation ont été appuyés et financés par l’UNESCO.

Traquer la corruption. Les sujets d’investigation que les 22 récipiendaires ont choisis, pour illustrer et compléter leurs cours, soulèvent et tournent autour de la corruption, ce fléau qui truffe les vols de zébus avec blanchiment d’argent (classé parmi la meilleure investigation réalisée par l’équipe N°7 dans Trandraka2). Celle de la Région Sud-Ouest a traité, de fond en comble, tout ce qui concerne le trafic des tortues depuis leur origine du côté de l’Androy jusqu’à l’aéroport d’Ivato.

Un dénominateur commun, toutes les investigations dénoncent, chaque fois, un haut fonctionnaire de l’Etat se trouvant au cœur de l’imbroglio, impliquant en même temps, des membres de force de l’ordre. Un véritable réseau inextricable. Dès lors, si un enquêteur met son nez dans l’affaire, il faut toujours s’attendre à une « intervention », ce qui complique l’investigation et celle-ci se termine souvent en queue de poisson. Trafic ? Il n’y a aucun doute. Mais personne ne veut dénoncer, de peur de tuer la poule aux œufs d’or. Quand le grossiste en tortues (Toliara) vous assure qu’il est en train de pourvoir une commande de 3.000 unités, il y a lieu de le croire. Et non croire tous les responsables de l’Etat qui empêchent « la marchandise » de sortir de nos frontières, qui font des pieds et des mains à vide, pour montrer qu’ils font leur travail comme il faut. Alors qu’il n’y a pas suffisamment de contrôle.

Que faire des gens du palais ? Il n’y a rien à faire avec tous ces « conseillers spéciaux », à peine arrêtés qu’ils sortent déjà, comme si de rien n’était. « Voilà le mal dans votre pays », disait un étranger : « l’impunité ». Les gens se rendent comptent qu’on a cessé d’appliquer les lois en vigueur, ce qui explique que les arrestations sont bien inférieures aux prévenus avec quelques mandats de dépôt insignifiants. A la longue, les gens ne font plus confiance à la justice et préfèrent « la vindicte populaire ». A la place du tribunal, le « Dina Be » prend de l’importance, avec validation légale du tribunal. Que reste t-il à faire ? Il manque tout juste « une volonté politique, un signal fort de la part des décideurs politiques, de combattre enfin la corruption, par tous les moyens, sans les discours vides de contenus, tout en appliquant la loi » selon le DG de Bianco dans son discours du 9 Décembre, marquant la Journée internationale dédiée à la lutte contre la corruption.

Charles RAZA, correspondant

Midi Madagasikara28 partages

RIM : Yves et Nitro retirent leur plainte

Yves au volant de la Subaru parvient à dicter sa loi

Le Team Mika Faniry a finalement fait contre mauvaise fortune bon cœur en choisissant de retirer sa plainte après avoir été déclassé au dernier Rallye International de Madagascar pour n’avoir pas respecté le passage au refueling qui n’était pas selon le président de la Fédération, Bebe Rakotofiringa, obligatoire lors de son discours de présentation de cet événement. Et quand un président le dit, publiquement qui plus est, cela avait force de loi. Mais ce n’était pas probablement l’avis des commissaires qui ont décidé de rétrograder l’équipe Yves et Nitro sur Subaru de la 1re place à la 4e place.

« Il s’agit de la dernière compétition de l’année et cela ne va pas changer grand-chose et nous avons préféré passer l’éponge », commente un membre du Team Mika Faniry pour qui Yves et Nitro sont les grands gagnants de ce RIM. A la régulière, rajoute-t-on encore car ils étaient plusieurs équipages à avoir choisi délibérément de ne pas passer par le refueling. Mais allez savoir pourquoi, seuls les deux hommes ont été sanctionnés mais pas les autres sans doute parce qu’ils étaient premiers et que quelque part cela dérange certains commissaires connus pour leur attitude partisane. Et dans cette saga, ce n’est plus du rallye…

Clément RABARY

Midi Madagasikara26 partages

Fanorolahy : « Le pays n’a plus besoin de trouble »

Le bureau politique de « Fanorolahy » s’est réuni vendredi dernier pour donner son avis sur les actualités nationales. Son président national, José Randrianary a déclaré que « le pays n’a plus besoin de trouble, vu la situation dans laquelle le pays se trouve actuellement. Les gens sont à bout de souffle». Il a notamment souligné qu’avec les prochaines échéances électorales, des troubles ne sont pas à écarter. Il pense, par ailleurs, qu’il faudrait respecter la Constitution. Pour le salut de la Nation, le parti « Fanorolahy » envisage qu’il faudrait se donner la main et chercher ensemble la solution pour sortir le pays de son marasme économique actuel. Le parti n’a pas manqué également de présenter ses meilleurs vœux de Nouvel An à tout un chacun. Faut-il rappeler que le parti « Fanorolahy » a eu toujours des activités même s’il ne s’est pas affiché sur la scène politique. Malgré tout, cette formation politique a des élus notamment avec ces conseillers municipaux, elle est également représentée au niveau de la Chambre haute pour ne citer que le sénateur Auguste Randrianandrasana.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara26 partages

EGM 67ha : Jouets et friandises pour 400 enfants

L’équipe de l’EGM a fait le bonheur des enfants du « fokontany » d’Ankasina.

Donner pour le plaisir de donner, sans rien attendre en retour ! Telle a toujours été la motivation du Dr. Aintsoniony Ranaivomiadana et son équipe. Pour la cinquième année consécutive, l’EGM (Ecole de Guitare de Madagascar) a décidé de partager de la joie aux tout-petits du quartier d’Ankasina. Friandises et jouets ont donc été offerts à plus de 400 enfants samedi dernier. « Au début, une trentaine de gamins seulement ont bénéficié de cette initiative. Un nombre qui s’est accru de plus en plus au fil des années. Notre objectif ? Nous n’en avons aucun. Nous n’avons ni vision politique, ni autre but mais étions tout simplement dictés par notre conscience », explique le numéro Un du Conservatoire. D’ailleurs, cette action, n’a reçu aucun financement extérieur. « C’est le résultat d’une initiative personnelle de l’école, de la direction, de notre famille mais également des parents et de nos étudiants ».Mahetsaka

Madagascar Tribune20 partages

Litige oublié entre la CUA et l’Etat

La Gare routière d’Andohatapenaka, dénomée « Gare Routière Maki » qui faisait partie des projets présidentiels a été inauguré il y a deux semaines. Ce qui a fait la fierté du régime Rajaonarimampianina avec le déplacement du gouvernement au grand complet ainsi que plusieurs des conseillers du président de la République. Lors de l’inauguration, le président de la République a même déclaré qu’ «  il faut travailler ensemble lorsqu’on veut aller de l’avant, et on peut changer ce pays vers le développement et la modernité. Et cette réalisation en est la preuve. C’est une fierté et c’est un bijou architectural ». Toutefois, il semble avoir été oublié que le terrain en question sur lequel a été érigé le « bijoux architectural » qu’est cette gare routière fait encore l’objet d’un litige entre l’Etat central et la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Un litige qui date depuis que l’Etat a annoncé vouloir construire sur lieu la gare routière alors que les dirigeants de la CUA déclaraient que le terrain appartient à la Commune. A l’époque où Narson Rafidimanana était encore à la tête du ministère auprès de la présidence en charge des projets présidentiels (M2PATE), le terrain était au centre d’un litige entre la société Tiko et le M2pate. De son époque, l’ancien président Marc Ravalomanana avait soi-disant cédé ce terrain pour les besoins de la Commune urbaine d’Antananarivo. Pourtant, à l’apparition du litige, plusieurs conseillers municipaux s’étaient opposer à Marc Ravalomanana en soulignant que pour récupérer ce terrain et ainsi damer le pion au régime, le conseiller spéciale du maire instrumentalisait la CUA. La conseillère Lalatiana Ravololomanana avait alors déclaré que « le litige concernant le terrain d’Andohatapenaka devrait être réglé entre la société Tiko et l’Etat. Le conseil municipal n’a rien à voir dans ce conflit d’intérêt ». En rajoutant que « L’Etat a toujours défendu que le terrain est le sien, mais de son côté, Tiko affirme en être le propriétaire légal. Que la société présente devant le conseil les pièces justificatives y afférentes. Est-ce qu’elle a un titre ? ». Une question restée sans réponse jusqu’ici. Toutefois, la CUA avait décidé de continuer sur cette voie et avait alors sorti un acte intimant l’arrêt des travaux à Andohatapenaka à la société concernée. Le motif invoqué est l’absence d’autorisation de la part de la CUA. Le directeur de l’aménagement du territoire de l’époque avait répondu que le projet n’est pas du ressort de la CUA et que si l’on se réfère au code de l’urbanisme, il n’y avait rien à redire. D’autant que des discussions avaient déjà été menées avec le maire de la Capitale. Face à l’entêtement des deux parties, l’affaire avait fini devant le Conseil d’Etat. Les dirigeants de la Capitale avaient introduit une requête contestant un arrêté du ministère de l’Aménagement sorti l’année dernière, pour « une exemption de permis ». Le conflit ne concernait plus dès lors la question de propriété mais avait changé de base. Le fait est que le Conseil d’Etat n’a jusqu’ici pas donné suite à l’affaire et la gare routière est bel et bien terminé et fait désormais parti des réalisation du régime Rajaonarimampianina.

Midi Madagasikara19 partages

Région Atsimo-Andrefana : Deux centrales hybrides solaires installées

La réalisation de ce projet a eu lieu grâce à l’appui de la coopération allemande. La totalité des engagements en cours de l’Allemagne dans le secteur énergétique s’élève actuellement à 48 millions d’euros.

Dans le cadre d’une coopération entre Madagascar et la République Fédérale d’Allemagne, deux centrales hybrides solaires ont été installées dans les communes rurales de Mahaboboka (district de Sakaraha) et de St Augustin (district de Toliara II) dans la région Atsimo-Andrefana. En effet, la coopération allemande a alloué un financement pour la réalisation de ce projet. Cette initiative contribue à l’augmentation du taux d’accès à l’électricité en milieu rural qui demeure très faible, soit de l’ordre de 6% actuellement. La puissance installée de la centrale hybride solaire de Mahaboboka est de 15KWc pour le solaire et de 22 KVA pour le thermique. Le coût total de la construction de la centrale hybride solaire s’élève à 473 millions d’ariary dont un financement de la coopération allemande, du permissionnaire et du Fonds National de l’Energie. A l’heure actuelle, 100 ménages sont branchés dans cette localité mais d’autres abonnements sont attendus dans les prochains mois à venir. Pour St-Augustin la puissance installée est de 15KWc pour le solaire et de 16 KVA pour le thermique. Un financement de 463 millions d’ariary ont été nécessaires pour la réalisation du projet.

48 millions d’Euros. Outre les matériaux clés comme les panneaux solaires, les batteries et les onduleurs, la coopération allemande a fourni des formations techniques pour tous les acteurs impliqués afin d’assurer la durabilité de l’intervention et de promouvoir la dissémination des connaissances. Comptant plusieurs années d’expérience dans la promotion des énergies renouvelables, l’Allemagne envisage encore d’appuyer des projets dans différentes régions selon la disponibilité des sources d’énergie disponibles et leurs avantages comparatifs. « Sous l’aide du gouvernement, notre intention est d’intensifier nos activités dans le Sud pour exploiter davantage le potentiel énorme de l’énergie solaire qui y existe », a indiqué l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne. La totalité des engagements en cours de la partie allemande dans le secteur énergétique s’élève actuellement à 48 millions d’euros.

Centrales solaires. Pour le ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, des efforts ont été déployés pour la résolution des problèmes liés à l’électricité. Il faut signaler entre autres, la mise en place des centrales thermiques de Symbion Power à Mandroseza et celle de l’Aksaf Power à Ambohimanambola qui fonctionnent toutes les deux avec du fuel lourd, les centrales solaires à Belobaka et à Ankorondrano, la centrale hydroélectrique d’Amboasary Nord. Pour 2017, d’autres projets de centrales solaires seront finalisés notamment celle d’Ambatolampy avec la société Green Yellow ainsi que tous les autres projets d’électrification rurale éparpillés dans plusieurs régions de l’Île. Notons que le Président Hery Rajaonarimampianina a inauguré ces infrastructures dernièrement.

Recueillis par Navalona R.

Madagascar Tribune18 partages

Litige oublié entre la CUA et l’Etat

La Gare routière d’Andohatapenaka, dénomée « Gare Routière Maki » qui faisait partie des projets présidentiels a été inaugurée il y a deux semaines. Ce qui a fait la fierté du régime Rajaonarimampianina avec le déplacement du gouvernement au grand complet ainsi que plusieurs des conseillers du président de la République. Lors de l’inauguration, le président de la République a même déclaré qu’ « il faut travailler ensemble lorsqu’on veut aller de l’avant, et on peut changer ce pays vers le développement et la modernité. Et cette réalisation en est la preuve. C’est une fierté et c’est un bijou architectural ». Toutefois, il semble oublier que le terrain en question sur lequel a été érigé le « bijoux architectural » qu’est cette gare routière fait encore l’objet d’un litige entre l’Etat central et la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Un litige qui date depuis que l’Etat a annoncé vouloir construire sur lieu la gare routière alors que les dirigeants de la CUA déclaraient que le terrain appartient à la Commune. A l’époque où Narson Rafidimanana était encore à la tête du ministère auprès de la présidence en charge des projets présidentiels (M2PATE), le terrain était au centre d’un litige entre la société Tiko et le M2pate. En son temps, l’ancien président Marc Ravalomanana avait soi-disant cédé ce terrain pour les besoins de la Commune urbaine d’Antananarivo. Pourtant, à l’apparition du litige, plusieurs conseillers municipaux s’étaient opposé à Marc Ravalomanana en soulignant que pour récupérer ce terrain et ainsi damer le pion au régime, le conseiller spéciae du maire instrumentalisait la CUA. La conseillère Lalatiana Ravololomanana avait alors déclaré que « le litige concernant le terrain d’Andohatapenaka devrait être réglé entre la société Tiko et l’Etat. Le conseil municipal n’a rien à voir dans ce conflit d’intérêt ». En rajoutant que « L’Etat a toujours défendu que le terrain est sien, mais de son côté, Tiko affirme en être le propriétaire légal. Que la société présente devant le conseil les pièces justificatives y afférentes. Est-ce qu’elle a un titre ? ». Une question restée sans réponse jusqu’ici. Toutefois, la CUA avait décidé de continuer sur cette voie et avait alors sorti un acte intimant l’arrêt des travaux à Andohatapenaka à la société concernée. Le motif invoqué est l’absence d’autorisation de la part de la CUA. Le directeur de l’aménagement du territoire de l’époque avait répondu que le projet n’est pas du ressort de la CUA et que si l’on se réfère au code de l’urbanisme, il n’y avait rien à redire. D’autant que des discussions avaient déjà été menées avec le maire de la Capitale. Face à l’entêtement des deux parties, l’affaire avait fini devant le Conseil d’Etat. Les dirigeants de la Capitale avaient introduit une requête contestant un arrêté du ministère de l’Aménagement sorti l’année dernière, pour « une exemption de permis ». Le conflit ne concernait plus dès lors la question de propriété mais avait changé de base. Le fait est que le Conseil d’Etat n’a jusqu’ici pas donné suite à l’affaire et la gare routière est bel et bien terminé et fait désormais parti des réalisations du régime Rajaonarimampianina.

Midi Madagasikara18 partages

Rugby : MR fait fi de la décision du Conseil d’Etat

Incroyable mais hélas vrai, Malagasy Rugby est allé au bout de sa décision de suspendre l’actuel président de la Ligue d’Analamanga, Andry Ravelojaona, malgré la décision du Conseil d’Etat de suspendre la sanction infligée, encore faut-il le souligner, injustement à la suite d’un incident qui avait pour théâtre le stade Makis.

La suspension de Andry Ravelojaona, le président de la Ligue d’Analamanga, est effective. Apprend-on de la bouche du président du Comité Electoral Régional, un certain Andry Rakotondrasolomalala. Et de fil en aiguille, ce dernier sans doute avec l’aide du Malagasy Rugby entend organiser des élections en vue d’élire un nouveau président de la ligue d’Analamanga alors que le mandat du déposé, on tient à le rappeler, court toujours.

Match œuvre. Au lendemain de la décision de Marcel Rakotomalala et de ses hommes de suspendre Andry Ravelojaona de sa fonction de président d’Analamanga, ce dernier a saisi le Conseil d’Etat qui a logiquement tranché en sa faveur. Logique car pour rappeler l’incident du Stade Makis, Andry Ravelojaona a protesté contre l’organisation d’une levée de fonds appelée encore match œuvre car cela empiétait sur le calendrier du championnat.

On a donc tenu rigueur et on lui a infligé une suspension de trois ans. Là où il y avait quelque chose de louche c’est que Malagasy Rugby avait érigé des textes interdisant l’organisation des matches-œuvres pendant le déroulement du championnat. En clair, Andry Ravelojaona était en droit d’élever la voix pour non respect des textes en vigueur.

Coup vache. Mais comme l’objectif de Marcel Rakotomalala était d’écarter son vieil ami Andry Ravelojaona, il fait aujourd’hui des pieds et des mains pour l’accuser de tous les maux. Le tout au nez et à la barbe du ministère des Sports devenu complice d’un coup fourré alors qu’il serait plus simple de faire appliquer la loi et dire au Malagasy Rugby d’arrêter cette vile machination au risque d’être suspendu à son tour et dans l’intérêt de ce rugby qui se réduit malheureusement à la seule ligue d’Analamanga car la quasi-totalité des ligues provinciales ne le sont plus que de nom. Un motif de plus pour dire au président de Malagasy Rugby de faire son métier pour que les vaches soient bien gardées. Pas les coups vaches…

Clément RABARY

Midi Madagasikara16 partages

Un Noël bien arrosé : Les cas d’intoxication alcoolique aigüe toujours au rendez-vous !

Au propre comme au figuré, les fêtes de la Nativité étaient bien arrosées, notamment lors du réveillon. Si peu s’accommodent d’une fête sans alcool, il importe toutefois de trouver un juste milieu… Même si c’est peu évident, cela vaut mieux pour la santé.

24 décembre. Au Service de Réanimation médicale du Centre universitaire hospitalier (CHU) Joseph Ravoahangy Randrianavalona, par exemple, cinq cas d’intoxication alcoolique aigüe (IAA) ont été recensés le 24 décembre. deux d’entre eux étaient mortels. Par ailleurs, le même jour, le centre a également reçu un cadavre en dépôt, c’est-à-dire, un corps sans vie -dont la cause de la mort reste à déterminer- ramené par sa famille ou une tierce personne au sein du service de la réanimation médicale (REAMED).

Noël. Pour le 25 décembre en revanche, le bilan provisoire du service REAMED du même établissement public, a reçu sept cas d’IAA dont un mortel. Deux cadavres ont également été déposés au sein de cet établissement. Par ailleurs, cinq cas de suicides, échoués, ont été traités au sein de l’établissement durant les fêtes de la Nativité. Néanmoins, il est important de noter que le bilan du 25 décembre demeure provisoire, car il s’agit du dernier bilan établi à l’heure où nous mettons sous presse. Pour le personnel médical de garde ce jour-là au CHU Ravoahangy Andrianavalona comme ailleurs, l’expression « Joyeux Noël » sonnait comme un sarcasme.

Luz R.R

News Mada14 partages

Andekaleka : projet de reboisement en marche

Huit centres de pépinières de plantes autochtones sont aujourd’hui en place à Andekaleka. Deux d’entre eux appartiennent à la commune, le reste aux fokontany. Du coup, 29 pépiniéristes sont devenus professionnels en la matière et peuvent former des associations.

C’est le fruit de la collaboration entre la commune d’Andekaleka, la fondation Helmsley et CI, qui ont constaté de visu, après leur passage en juillet 2016, la dégradation du bassin versant dans la commune et les conséquences sur la vie économique du pays sachant que ce barrage hydraulique fournisse d’électricité la capitale.

En effet, ces centres servent de vitrine et doivent attirer d’autres projets de reboisement dans la commune, notamment les partenaires qui veulent participer à la restauration des forêts d’Andekaleka. Les plants viennent des graines ou plantules recueillies dans les forêts du Corridor Ankeniheny-Zahamena. 2.000 plants pourront être mis en terre pour la prochaine campagne de reboisement. Les terrains à reboiser sont déjà identifiés.

Ce programme de partenariat ambitionne de restaurer les forêts aux alentours d’Andekaleka pour protéger les bassins versants. Une initiative importante en tout cas pour toutes les parties prenantes, allant des VOI et de la Commune aux opérateurs tels que Madarail et Jirama. Des actions de sensibilisation publique sur l’importance de l’environnement et les lois qui existent à Madagascar, ont été entamées depuis octobre.

Arh.

 

News Mada13 partages

Rendez-vous du president : déni de la réalité

A la veille de la fin de mandat du chef de l’Etat, les ténors du régime, à commencer par le président de la République lui-même, continuent de marteler que «tout va bien dans le pays». La réalité n’est pas aussi facile qu’elle paraît.

«Nous sommes en pleine vitesse de croisière dans toutes les actions de développement que nous avons dû entreprendre, même si les obstacles sont nombreux». C’est ce que le président de la République a déclaré dans son émission hebdomadaire, diffusée à la fois sur les réseaux sociaux  et sur les médias publics, vendredi dernier. Une déclaration qui n’a  pas manqué de faire réagir les internautes, dans la mesure où c’est tout à fait à côté de plaque. «Madagascar avance vers le développement», a-t-il d’ailleurs ajouté.

Des termes qui n’ont pas laissé certains internautes indifférents. Visiblement, chacun a sa manière de définir cette notion de vitesse de croisière. Car, si c’est comme il le dit,  les appels de détresse de la population de ces derniers jours n’avaient pas lieu d’être. Il  en est de même pour l’insécurité. «Le défi est d’instaurer le calme sur tout le territoire», a indiqué le chef de l’Etat, comme un aveu de faiblesse, car la situation sécuritaire dans le pays, ces jours-ci, ne semble pas apaisante. Il suffit de lire les rubriques «faits divers» des journaux pour comprendre que ce défi sera difficilement surmontable pour le régime actuel.

Promesses non tenues

Oubliant ses multiples promesses de campagne, le président a par ailleurs insisté, comme à chaque fois, sur le passé pour trouver une parade à ses actes manqués. Ainsi, il a été abordé durant son «Rendez-vous» que  «L’Etat s’efforce de résoudre les problèmes dans la mesure de ses responsabilités (…). C’est un pays qui a été en état d’urgence durant plus de cinquante ans qu’il faut rétablir et redresser». Une situation qu’il a bien évidemment comprise avant de se lancer à la présidentielle de 2013. Sauf qu’à l’époque, l’envie de ravir la magistrature suprême a surtout primé.

A ce titre, lors de son discours d’investiture à Mahamasina, le 26 janvier 2014, le président de la République a promis monts et merveilles à la population malgache. «Je sais que vous n’accepterez aucune hypocrisie, aucune lâcheté, aucun calcul dans l’exercice du pouvoir que vous m’avez confié. Vous attendez de moi le respect de mes engagements. Je sais l’importance symbolique de la parole présidentielle (…)», a alors indiqué le chef de l’Etat, tout en ajoutant: «Nous allons rétablir la confiance dans l’Etat, laquelle passe par la restauration de l’autorité de l’Etat. Elle s’appuiera sur un socle fondamental constitué des trois piliers de notre programme : la Sécurité, la Justice et la Lutte contre la Corruption».

Quatre ans après, c’est la désillusion totale, le pays se trouve encore dans la queue du peloton sur toute la ligne. En effet, d’après le Fonds monétaire international, la Grande île occupe le 5eme rang des pays les plus pauvres du monde, en 2017. La Banque mondiale la place au 154e sur 187 pays en termes d’Indice de développement humain, 32e sur 54 pays africains en termes de bonne gouvernance, 130e sur 144 pays sur l’Indice mondial de la compétitivité à travers l’étude sur l’environnement macroéconomique, la qualité des institutions et celle des infrastructures, l’éducation, l’efficacité et la taille des marchés, le développement technologique et l’innovation. C’est dire que, contrairement à ce que les dirigeants clament haut et fort, le pays n’avance pas.

Rakoto

 

Midi Madagasikara13 partages

Rugby : Andry La Pie accueilli en héros au stade Makis

Vox populi, vox Dei. Et la voix du peuple a parlé en réservant, samedi au stade Makis, un accueil triomphal au président de la Ligue d’Analamanga, Andry La Pie Ravelojaona, venu honorer la Coupe du Président de la République.

Arrivé sur le tard, le président d’Analamanga n’est pas passé inaperçu puisque une haie d’honneur s’est tout juste formé autour de lui dès son entrée au Stade Makis. Le tout accompagné d’un standing ovation digne des héros. Et manifestement, Andry Ravelojaona l’est .

C’est d’ailleurs dans la logique des choses car le propre des Malgaches est de se trouver du côté des opprimés. Et le président d’Analamanga Rugby l’est car il fait l’objet des attaques en règle de la part de Marcel Rakotomalala et ses hommes.

Pour revenir à la Coupe du Président de la République dotée de zébus de fosse pour les vainqueurs, les matches assez modestes ont vu la victoire du VTM Antsalova sur le XV F Ampasika par 15 à 14.

Dans l’autre rencontre, la Savonnerie Tropicale a battu l’US Ankadifotsy sur le score serré de 19 à 18.

Les amoureux de l’ovale ne jurent désormais que pour la finale du top 9 du 30 décembre à Mahamasina entre le TFM Ankasina et Iarivo RC. Mais le match de la troisième place entre le 3FB et le TAM Anosibe ne manque pas lui non plus de piquant.

Clément RABARY

Midi Madagasikara12 partages

Une population cherchant à oublier un avenir incertain

Ce week-end de Noël a été certainement un des plus fous de cette année 2017. Les Malgaches n’ont voulu penser qu’à la fête et ont tout fait pour oublier  cet avenir incertain les attendant. Samedi dernier, on avait l’impression que toute la population était sortie pour faire des emplettes. Elle a oublié en l’espace de ces trois jours que de grandes difficultés attendent la nation en 2018.

Une population cherchant à oublier un avenir incertain

A voir Analakely et toutes les grandes artères de la capitale, un observateur étranger aura eu l’impression de la joyeuse cohue d’une foule toute à son envie de consommer. Comme toutes les grandes villes du monde, les Tananariviens voulaient un réveillon de Noël dans la joie et dans la prospérité. Ils ont voulu oublier  l’inflation et la vie chère et ont dépensé le peu d’argent qu’ils avaient pour se donner l’illusion de faire la fête. Aujourd’hui, ils vont commencer à revenir sur terre, en retrouvant les difficultés de la vie quotidienne. Ils vont retrouver les combines politiques des uns et des  autres. En fait, la population, dans sa grande majorité, est  très peu au fait des subtilités de cette politique politicienne qui est en train de conditionner l’avenir de notre pays. Le régime poursuit son objectif  sans se soucier des interpellations de différents partis et des membres de la société civile. Les analystes émettent des avis très critiques sur la démarche des cadres du parti HVM. Ils parlent d’une fuite en avant. Certains d’entre eux avancent que les têtes pensantes de ce parti manœuvrent  pour écarter les adversaires du président actuel. D’autres avancent qu’ils veulent  imposer un référendum constitutionnel et reculer  l’élection présidentielle de  2018. Un confrère a parlé dans un article parfaitement argumenté de l’inéligibilité du chef de l’Etat. Le débat politique est donc bien lancé et la situation va devenir de plus en plus tendue dans les jours, dans les semaines voire dans les mois qui viennent.

Patrice RABE

L'express de Madagascar10 partages

Paie des fonctionnaires – Le logiciel « Augure » encore non maîtrisé

Près de dix mille agents ont été suspendus de solde. Le logiciel de gestion des soldes et pensions rencontre encore des difficultés de rodage.

Mea Culpa. Le ministre de la Fonc­tion publi­que, de la réforme administrative, du travail et des lois sociales, (MFPRATLS), Jean de Dieu Maharante, reconnait que l’erreur des soldes suspendues des fonctionnaires réguliers vient des deux ministères, la Fonction publique et celui des Finances et du budget. « Les utilisateurs ne sont pas encore habitués au logiciel Augure. Aussi, nombreux sont les fonctionnaires non fantômes qui ont vu leur solde suspendu la veille de la fête de la Nativité. Mais, avec le ministère des Finances et du budget, nous promettons de rétablir la situation, avant la fin de l’année pour ceux qui arrivent à prouver qu’ils sont des fonctionnaires réguliers », a-t-il expliqué, samedi, lors de la remise de paniers garnis au personnel de son ministère.Selon toujours les explications de ce membre du gouvernement, une édition spéciale de paie sera incessamment sortie par le ministère des Finances et du budget pour ceux qui seront réinscrits dans le logiciel et attestés  par leur supérieur hiérarchique. « L’effectif définitif des fonctionnaires  ne sera connu, en revanche, qu’au mois de mars de l’année prochaine », a-t-il précisé dans ses réponses aux questions sur le nombre exact des agents de l’Etat réguliers après le rapprochement effectué par le ministère des Finances et du budget sur la situation par région, effectué depuis le mois de février.

MatriculeL’informatisation des soldes et pensions est un projet élaboré depuis au moins quatre ans. L’idée est d’assainir le secteur et de mieux gérer les dépenses en solde et pensions. Quelques 33 mil­liards d’ariary ont été économisés, avec au moins 25 000 mises à jour effectuées dans tout le pays. Seule­ment, le logiciel Augure (Appli­cation unique pour la Gestion uniforme des Ressources humaines de l’État), démarré cette année, semble être non maîtrisé. « Les DRH de chaque ministère enregistrent seulement le numéro matricule des agents dans le logiciel Augure moyennant un login, ne considérant pas entre autres les noms et prénoms. Aussi, si le numéro matricule et les noms inscrits sur la liste physique de chaque ministère ne sont pas conformes, un agent est déjà considéré comme un fonctionnaire fantôme par le ministère des Finances et du budget qui fait le rapprochement final », explique Hersel, directeur administratif et financier (DAF) du MFPRATLS.Il existe également d’autres cas, comme la lenteur relative aux hauts employés de l’Etat qui perçoivent  encore des droits trois mois après leur abrogation car la situation n’a pas été communiquée au MFPRATLS.  « Les contractuels ne sont pas centralisés au MFPRATLS car ne concernent que le ministère qui engage, donc ils ne sont pas comptabilisés à la FOP et seront inconnus par le ministère des Finances », ajoute le DAF.  Des DRH même, comme celui du MFPRATLS, responsable de l’intégration des matricules de son ministère dans le logiciel, n’a pas perçu son salaire.  Des paramètres encore non maitrisés alors que la réintégration des fonctionnaires réguliers et attestés, provoquera encore des perturbations au logiciel.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara9 partages

Flash Eco

Le secteur des ressources minérales figure parmi les plus prometteurs en 2018, outre la filière vanille et le secteur de la pêche. En effet, la Grande-île dispose encore de 40 blocs pétroliers à attribuer aux investisseurs pour une exploration et éventuellement pour plus tard, une exploitation. Plusieurs compagnies multinationales ont déjà exprimé leurs intérêts sur ces blocs pétroliers, qui pourront faire l’objet d’appels d’offres, l’année prochaine.

Antsa R.

Midi Madagasikara7 partages

Judo : Place à la Coupe de Madagascar

Initialement prévue se tenir à Mahajanga, la coupe de Madagascar de judo aura finalement lieu à Toliara les 27, 28 et 29 décembre.

Une belle opportunité pour le petit monde du judo de joindre l’utile à l’agréable. D’abord l’agréable avec des vacances sous le soleil des tropiques et ce que cela suppose de bons moments à passer ensemble avec probablement une petite virée à Ifaty avec l’aide de l’enfant du terroir, le président Siteny Randrianasoloniako, tout heureux d’être là avec sa petite famille qui vient de s’agrandir.

Ensuite l’utile parce que cette Coupe de Madagascar qui va se tenir au gymnase de Toliara, fait partie des compétitions qui servent au classement national et donc d’une possibilité de faire partie de l’équipe nationale. Un défi à relever donc pour les combattants qui viendront, c’est certain, nombreux pour cette toute dernière compétition de l’année. Tous les clubs ont donc intérêt à être à Toliara.

Clément RABARY

Midi Madagasikara6 partages

Noël et épicurisme : Les bonnes tables toujours prisées

Hier, les bonnes, voire les meilleures tables de Tana n’ont pas désempli. De l’Atelier au Citizen en passant par La Taverne, etc. une frange non négligeable de la population malgache ne s’est pas privée pour se délecter d’une cuisine gastronomique et d’une ambiance feutrée et conviviale pour marquer Noël. Car la magie de Noël c’est cela aussi -que ce soit pour les grands ou les petits- sortir de l’ordinaire. Mets gastronomiques, bons vins et fous rires égayaient joyeusement l’atmosphère. D’autant plus que les établissements ont rivalisé de concepts et de formules. Toutefois, que ce soit dans un restaurant chic ou dans l’ambiance douillette du foyer, l’essentiel c’est l’esprit de joie et de partage. Effectivement, aussi réputés stoïques qu’ils soient, les Malgaches aiment la bonne chère et ce quels que soient leurs moyens. Mais quand les possibilités sont là, ils entendent en profiter, sans rougir.

Luz R.R

Madagate6 partages

Andry Rajoelina et famille. Noël 2017 à la messe-spectacle du Père Pedro

Comme chaque année, Mialy et Andry Rajoelina (ancien président de la Transition 2009-2013) accompagnés de leurs trois enfants, ont passé la matinée de la Noël 2017 au centre Akamasoa, fondé par le Père Pedro Opeka. Avec comme leitmotiv «Tolona sy Fivavahana» (Lutte et Prière), c’est à chaque fois une véritable messe-spectacle qui a lieu le jour de la Nativité, avec la participation de centaines de fervents croyants -catholiques ou non-, sous les yeux assez ébahis mais émerveillés d’étrangers qui garderont un souvenir impérissable de ce 25 décembre 2017. C'est simple, naturel mais c'est très classe. Un... classique incontournable signé Pedro OPeka.

Dans ce genre d’évènement entrant dans l’Histoire de Madagascar, une équipe de madagate.org est toujours omniprésente. En attendant la vidéo, place alors aux photos qui valent mille mots. Cela ne se commente pas, cela se regarde. Ouvrez-bien vos yeux!

Jeannot Ramambazafy et Harilala Randrianarison, 26 décembre 2017

 

News Mada3 partages

Tennis de table : amboara, seul au monde

La montée vers le sommet est tout sauf une promenade de santé pour les pongistes malgaches. Alors que ces derniers brillent au niveau de la Zone 5 et de l’océan Indien, leur absence sur les scènes continentale et internationale porte un coup sur leur classement au niveau de la la Fédération internationale de tennis de table.

Ainsi pour la saison 2017, qui s’achèvera d’ici quelques jours, seul, le pongiste Amboara Razafindrakoto figure dans le classement mondial. Dans la catégorie masculine, il occupe le 1212e rang mondial avec 196 points.

Malgré sa belle prestation lors du championnat d’Afrique de l’Est, Lino Razafindralambo ne figure pas dans le ranking mondial, tout comme Jonathan Nativel qui évolue en France en ce moment.

Au niveau du classement par équipe, force est de constater que la Grande île ne fait pas le poids. Que ce soit chez les hommes ou chez les femmes, Madagascar ferme la marche à la 132e place.

Au vu des efforts consentis par la Fédération malgache de tennis de table (FMTT) actuellement, du changement sera attendu pour les prochaines saisons.

Naisa

News Mada3 partages

Gestion d’aires marines : velondriake en bonne voie

L’association communautaire des pêcheurs «Velondriake», intervenant dans la gestion locale des aires marines (LMMA) d’«Agnorondriake», célèbre ce mois-ci ses 3 000 jours d’existence. D’après les scientifiques, auteurs d’une étude écologique des aires marines de la région pour le compte de l’année 2017, publiée sur le site de «Blue Ventures», la gestion de «Velondriake» des lieux obtient actuellement des résultats encourageants.

A titre de rappel, face à la chute des produits de la pêche, suite à une exploitation excessive et sauvage de la littorale, plus de 20 villages, dans le Sud-ouest de Madagascar, se sont réunis en 2006 pour créer cette association. De ce fait, les membres ont décidé, d’un commun accord, de gérer leurs propres ressources marines à l’aide de mesures localement appropriées, tout en tenant compte des moyens de subsistance des pêcheurs.

Ainsi, il est interdit d’utiliser des moyens de pêche massive. Chacun doit respecter le calendrier de la fermeture de la pêche dans certaines activités (No take zone ou NTZ), et participer à la restauration des mangroves dans certaines zones de récif corallien. «Agnorondriake» couvre 40 hectares de récifs coralliens et cette aire marine est la première des sept réserves constituées dans cette région du Sud-ouest.

Il convient de noter que 87 % de la population du Sud-ouest de la Grande île est constituée de pêcheurs artisanaux dont 99 % de leurs protéines, sans parler de leurs sources de revenus familiaux, proviennent des produits de leurs pêches.

Sera R.

L'express de Madagascar3 partages

Relation client – Acticia rachète Vivetic

Changement de propriétaire. Acticia Conseil, une agence de conseil en marketing direct, a annoncé l’acquisition de la société Vivetic, la référence de la relation client externalisée à Mada­gascar. L’opération s’est effectuée en octobre. D’après le communiqué publié sur le site de la société, la genèse du projet date de 2015, lorsque l’agence de conseil a lancé un appel d’offres auprès de trois centres de relations clients à Mada­gascar. Il a été suivi d’une visite dans les plateformes de ces sociétés.Les dirigeants d’Acticia, conduits par Noelle Costa, devenue aujourd’hui présidente de Vivetic, ont été séduits par « l’expertise développée pendant plus de vingt ans par Anne Laratte et ses équipes ». « Cette acquisition fait suite à un véritable coup de cœur des dirigeants d’Acticia Conseil lors d’une visite de Vivetic à Madagascar, dans le cadre d’un appel d’offres », indique la société dans un communiqué, publié sur son site internet.La société Vivetic est l’un des pionniers de la relation client externalisée à Mada­gascar. Elle est devenue l’une des plus grandes plateformes de ce domaine de la région océan Indien. Elle gère à son portefeuille plus de cent cinquante clients parmi lesquels on peut citer Zebaz, le Groupe Marie Claire, Voyage Privé, Brico Dépôt, Julie Desk, 118 818, Delivreroo.

L.R.

Tia Tanindranaza1 partages

SYLVESTER STALLONE Nisy nitory ho mpanolana

Vehivavy iray no nametraka fitoriana amin’ny fitsarana any Santa Monica,

 

CHINE

Nahavita fiaramanidina goavambe

 

Fiaramanidina miantsona ambony rano na karazan’irony “hydravion” irony izy ity, ary "Kunlong" no nataon-dry zareo Sinoa anarany. Mirefy 38 metatra ny halavany, afaka misidina mandritra ny 12 ora eny amin’ny habakabaka ary mahazaka olona 50. Natao indrindra hamonjena voina an-dranomasina ary koa hamonoana afo raha misy doro tanety ity fiaramanidina ity, ary izy no lehibe indrindra amin’ireo “hydravion” misy hatreto.

 

BILL GATES

Valo lahy no mifehy ny harena manerantany

 

Bill Gates, Armancio Ortega, Warren Buffet, Carlos Slim, Jeff Bezos, Mark Zuckerberg, Larry Ellison ary Michael Bloomberg ireo valo lahy mpanankarena indrindra manerantany. Mampiasa olona 1,2 tapitrisa ny orinasan’izy ireo ary tombanana eo amin’ny 3,6 miliara dolara ny haren’izy ireo, izany hoe mihoatra ny fananan’ny 50%-n’ny olona manerantany, araka ny tatitra nataon’ny Oxfam. Teratany amerikanina ny 6 amin’izy ireo, Espaniola ny iray ary Meksikanina ny iray.

Tia Tanindranaza1 partages

Kianja sentetika AndohaloLasan’ny ekipan’ny Ludogorets ny amboara lehibe

Noho ny fiaraha-miasa 3P (CUA Antananarivo Renivohitra tompon’ny tany sy ny fikambanana kianja sentetika Amborompotsy Talatamaty tarihan-dRasoamaromaka mivady ary ny Région Iles de France) no nahavitana ny kianja sentetika eny Andohalo nisy ny zaridaina teo aloha.

Tia Tanindranaza1 partages

Hery RajaonarimampianinaIn-16 nivoaka tany ivelany

Nateti-pivoaka ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina tamin’ity taona 2017 hivalona afaka dimy andro ity.

 

 Rariny izany hoy ny manodidina azy, satria filoha am-perinasa mitarika ny vondrona Frankôfônia izy, toy izany koa ny vondrom-pifanakalozana COMESA. In-16 tany ivelany ny filoha Rajaonarimampianina, izany hoe nihoatra ny in-dray mandeha isam-bolana ny diany tany ivelany. In’efatra isaky ny telo volana. Namonjena fivoriana mahazatra, toy ny an’ny Firenena Mikambana, Vondrona Afrikana, Franôfônia... ny fivoahana sasany, ny hafa valin’ny fanasana nanatontosana fitsidiham-panjakana, toy ny tany Alemaina, Chine, Italia, Japon... Fa nisy koa ny dia manokana, tsy mba nahazoana akony sy tatitra ho an’ny vahoaka. Herinandro teo ny faharetan’ny dian’ny filoha tamin’ny ankapobeny isaky ny miainga, izany hoe manodidina ny 100 andro tany ivelany tany ny filoha Rajaonarimampianina. Laniny tany ny ampahatelon’ny fotoanany tamin’ity 2017 ity ary olona an-jatony no niaraka taminy tao anatin’izany diany rehetra izany. Vola ana miliara Ariary no fandaniana naterany, izay ny vahoaka Malagasy no mibaby azy. Inona no vokatra nentin’ny dia rehetra natao tany ivelany tany izay hataka no betsaka ? Fa raha ny zava-misy eto an-toerana, dia tsy mitsaha-mitotongana ny vola malagasy Ariary, tsy mitsaha-miakatra ny vidin-tsolika, ary dia manaraka izay koa ny vidim-piainana. Tsy mbola nisy teto amin’ity firenena ity ny vidim-bary 1200 Ariary ny iray kapoakan’ny fotsimbary, 700-800Ar teto an-drenivohitra, raha tsy tamin’izao fitondrana izao. Dia mbola hisy mpitondra hibitaka sy hirehareha ve manoloana izany fa nikatsaka izay hahasoa ny Malagasy no nivoahana im-polo kely tany ivelany tany ?

 

Jean D.

L'express de Madagascar1 partages

Commerce extérieur – Les importations chinoises en hausse

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’importation des produits en provenance de la Chine a enregistré une forte hausse au cours des onze premiers mois de l’année 2017. La facture globale des produits « Made in China » importés jusqu’à fin novembre dépasse largement  la valeur totale en 2016. D’après les chiffres fournis par l’administration douanière, elle est de 2 256 mil­liards ariary pour cette période, alors qu’en 2016, celle-ci était de 2 092 milliards ariary. Le marché chinois représente ainsi 21% des importations de la Grande île et arrive en tête du classement. La Chine est suivie de près par l’Union européenne, avec 20% des importations.Au cours des six dernières années, si l’on tient compte des publications de l’administration douanière, les importations des produits chinois ne cessent de progresser.Elles passent de 865 milliards ariary en 2011 pour finir à 2 092 milliards ariary en 2016. Ces chiffres illustrent bien les intérêts de la Chine pour le pays. On note, ces dernières années, une forte présence des intérêts chinois dans le paysage économique malgache. En télécom construction, textile, tourisme, hôtellerie, mine, agroalimentaire, immobilier, l’Empire du milieu est très présent dans la Grande île. Il faut faire un petit tour à Behoririka, dans le centre ville de la capitale, pour le constater de visu. Ceux qui ont effectué les achats des derniers jours pour la fête de Nativité ne diront pas non plus le contraire. La plupart des jouets proviennent essentiellement de la Chine.Par ailleurs, le marché chinois ne représente que 8% des exportations des produits malgaches, avec une valeur marchande de 640 milliards ariary, jusqu’à fin novembre 2017. En 2016, la Chine a importé des produits malgaches d’une valeur de 554 milliards ariary. Avec ce chiffre, le marché chinois se positionne en troisième place, derrière l’Union européenne et les États-Unis.Selon toujours les chif­fres de l’administration douanière, l’Europe reste le premier client de Madagascar. En 2016, le marché européen représente 45% des exportations malgaches, avec une valeur marchande de 3 121 mil­- liards ariary. Au cours des onze premiers mois de cette année, les exportations vers le marché européen affichent une valeur marchande de 3 236 milliards ariary.Cette hausse est soutenue par la forte demande dans le secteur textile. « Au cours des six premiers mois de 2017, les recettes d’exportation à destination de la France représentaient déjà les deux tiers des recettes totales en 2016, et les recettes d’exportation à destination des États-Unis de janvier à juin 2017 étaient presque équivalentes à la valeur totale en 2016 », explique la Banque mondiale dans sa dernière note de conjoncture économique, publiée en novembre.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Orange au chevet des enfants

Orange Madagascar s’engage à transmettre la joie et la bonne humeur  aux enfants, en leur distribuant des friandises et des livres. Plus de cinquante bénévoles, tous salariés de l’opérateur télécom, se sont rendus auprès des centres spécialisés, des hôpitaux d’Antananarivo et du fokontany Ankorondrano Atsinanana.

L'express de Madagascar1 partages

Joyeux Noël, Mossoul

Joyeux Noël. Et en particulier, dans toutes ces régions du monde où être chrétien est encore passible de persécution et où, pourtant, bien plus que ceux qui vivent sur les terres pacifiques et relativement calmes, les chrétiens de ces contrées dangereuses sont les plus coura­geux dans leur foi. Il n’est sans doute pas facile d’être chrétien à Mossoul, six mois après la libération de cette ville iraquienne prise aux mains de l’État islamique depuis 2014, et qui a fait détruire, entre autres, plusieurs églises chrétiennes dont celle de Notre Dame de l’Heure de Mossoul, construite en 1870.Il y avait près de 10.000 chrétiens à Mossoul avant le siège islamique qui les a obligés à fuir sous la persécution. Pourtant, et n’est-ce pas un magnifique signe de tolérance et de solidarité, c’est bien à Mossoul où les églises chrétiennes ont été détruites, que les groupes civils sunnites viennent en aide à la communauté chrétienne récemment revenue sur les lieux pour reconstruire leurs vies et leurs églises. Quelle beauté de geste, en particulier en cette saison de Noël. Que ceux qui ne partagent pas la foi chrétienne aident les chrétiens à la préserver.À un moment de nos vies, nationales comme internationales, alors même que ceux qui détiennent le pouvoir de changer par leur voix et leur adhésion ne le font que du bout des lèvres et même continuent à attiser  l’amertume des plus faibles, n’est-ce pas ce geste solidaire, accompli dans un pays de tradition non-chrétienne qui inspire le plus, le mieux et le plus parfaite­ment l’idéal sans cesse repris d’un «monde en paix».Il est  important et même salutaire, mais ô combien, impossible à faire respecter par ceux qui le doivent, de toujours séparer l’État et l’église. Mais s’il est inenvisageable pour certains dirigeants de respecter cette laïcité, on se rend compte que c’est généralement par pure forme et rarement dans le fond. Si les clochers, les minarets, les doany, etc. pouvaient un jour servir pour la cause de la concorde humaine, non par des dons de nourritures, de vêtements ou de jouets qui ne sont que des petites choses ponctuelles qui n’agissent que pour colmater quelques brèches et la plupart du temps ne sont que de viles opérations tape-à-l’œil pour se faire mousser, mais par l’idée de pouvoir un jour créer un «monde en paix»…Noël est une saison de vœux. Puisse un jour l’esprit de solidarité vaincre l’extré­misme, puissent un jour ces millions de gens persécutés à cause de leur foi - et pas forcément une foi chrétienne - et de leurs convictions profondes, retrouver un temps de paix parce que ceux qui leur sont différents ne leur sont plus indifférents. Joyeux Noël, Mossoul.

Par Mialisoa Randriamampianina

Midi Madagasikara1 partages

Crédit à la consommation : BNI Madagascar lance l’offre sur mesure Valisoa aux retraités

Un crédit bancaire comme récompense aux nombreuses années de services pour le pays. C’est l’offre de BNI Madagascar pour les fonctionnaires retraités. Interview de Gervais Atta, Directeur de Développement Commercial et Marketing de BNI Madagascar

En quelques mots, pouvez-vous résumer l’offre dédiée aux fonctionnaires à la retraite ?

Il s’agit de l’offre sur-mesure VALISOA, comprenant un pack et un crédit bancaire. Pour BNI Madagascar, c’est une attention particulière accordée aux fonctionnaires retraités en guise de reconnaissance pour leurs bons et loyaux services envers la patrie. Afin de leur faciliter la vie, BNI MADAGASCAR propose dans le Pack VALISOA : un compte bancaire, un compte mobile MVola, BNI-NET (outil de gestion de compte par Internet) et la carte visa nationale LOKANGA, qui permet le retrait 24h/24 et 7j/7 sur tous les GAB du pays et le paiement auprès des Commerçants à Madagascar disposant de TPE. Grâce à ce pack complet, BNI MADAGASCAR donne à ces « Raiamandreny » les meilleurs services de proximité. Avec la liaison du compte bancaire et du compte MVOLA, les anciens de la fonction publique pourront effectuer des virements gratuits entre leurs comptes et accéder ainsi facilement à leur pension de retraite directement via leur téléphone. Ils bénéficient également de l’ensemble des Points Marchands MVola pour avoir accès à leur allocation. Par le biais du crédit VALISOA, les anciens Fonctionnaires peuvent aussi financer leurs projets personnels.

Pour BNI Madagascar, les anciens agents de l’Etat sont-ils des clients crédibles ?

Les ainés sont concernés par la politique d’inclusion financière adoptée par BNI Madagascar. Nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour qu’ils jouissent des avantages de nos offres. En complément du Pack VALISOA, BNI MADAGASCAR lance donc de manière inédite et pour la première fois à Madagascar le crédit VALISOA, qui est un crédit à la consommation dédié aux vétérans de la fonction publique leur permettant de financer des projets personnels tels que les voyages, l’achat d’équipements divers ou encore l’entretien de leur maison… Les retraités peuvent ainsi emprunter jusqu’à 8 000 000 d’Ariary remboursables sur 24 mois. En cette période de l’ « Asaramanitra » où l’on donne le « « solom-bodiakoho aux « Raiamandreny », cette offre de BNI MADAGASCAR tombe, donc, à point nommé.

Pourquoi une telle attention pour les anciens de la fonction publique ?

L’offre VALISOA est une suite logique des démarches de BNI MADAGASCAR pour se rapprocher davantage des fonctionnaires. Première banque malgache pour les Malgaches, elle a comme objectif d’être la banque de ceux qui travaillent pour le pays. BNI MADAGASCAR poursuit avec l’offre Valisoa ses actions en faveur des fonctionnaires parmi lesquelles nous pouvons citer l’organisation des semaines Fonctionnaires, les signatures des conventions de partenariat avec différents ministères, le lancement du « Pack Mpiasam-panjaka » ou encore le crédit TOSIKA pour faciliter l’installation des nouveaux agents de l’Etat.

Propos recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Vary lo ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina : Misy mibizina mamoaka, polisy no mpanamora ny fitatera...

Efa namoahan’ny filohan’ny fitsarana didim-pitsarana ireto kaontenera 20 feno vary lo fa hodorana ny herinandro nivalona iny, saingy notohanan’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana izany didy izany, ka tsy raikitra ny fandorana ilay vary efa telo taona nihitsoka tao amin’ny seranan-tsambo, satria tsy nalain’ny tompony izay efa tsy hita tao anatin’izany fotoana izay. Hagagana anefa ny an’ireo zandary fa misy mamoaka an-tsokosoko noho ny tambajotra henjana be eo anivon’ny ladoany sy ny seranan-tsambo ary ny talem-paritry ny varotra sy ny fanjifana Toamasina, dia tafavoaka ny seranan-tsambo izany kaontenera misy ireo vary lo hodorana miandry valin’ny fanohanana izany. Teo am-pamoahana ireo vary tao anaty kaontenera iray tao amin’ny lalam-baovao Tanambao V ampidirina tao anaty trano lasa magazay iray no nahatraran’ny zandary ambodiomby ireto vary efa lo kasaina hamidy eny an-tsena eto amintsika noho izao olana ara-bary misy izao. Nandray ny andraikiny nanageja ilay trano natao magazay tao Tanambao V ny zandary, avy hatrany koa dia nohazonina vonjy maika eo anivon’ny tobin’ny zandary eto Toamasina ireo olona rehetra tratra nandritra izao fibizinana sy fangalarana vary efa lo tao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina izao, isan’izany ilay polisy tsy nanao fanamiana nanara-dia ilay fiara vaventy nitondra azy mba tsy hisy hanakana; efa misokatra rahateo ny fanadiadiana lalina eo anivon’ny zandary ahalalana ireo rehetra mifaningotra amin’izao raharaha “famosaviana” ny malagasy izao. Ankoatra izay, dia fantatra ihany koa izao fa mampitarazoka ny raharaha an’ireo teratany Pakistanais telo lahy, dia ny tatitra tsy ampy porofo sy feno kitoatoa nataon’ny minisiteran’ny varotra, izay nanaovan’ny fampanoavana fanamarihana ka naverina eny amin’ny talem-paritry ny varotra, mba tsy hisian’ny fanomezan-tsiny ho an’ny fitsarana indray amin’ny didy horaisiny.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Airtel Madagascar : Des cadeaux pour des enfants démunis

Des cadeaux pour les tout-petits

Les employés du troisième opérateur mobile mondial se donnent la main pour une collecte de fonds en interne en faveur des enfants défavorisés.

Airtel Madagascar œuvre également pour les démunis. Pour leur permettre de passer les fêtes de fin d’année dans la joie, l’entreprise a donné des cadeaux aux élèves de l’« Akaninjaza Lovasoa ». Les enfants de 3 à 5 ans ont reçu des jouets et des friandises de la part des « Airtelers ». Une équipe dirigée par Julie Raharilalao, Directeur Marketing, a fait le déplacement au centre à 67 HA afin de remettre en main propre les dons collectés. «A travers ce geste, nous inculquons aux enfants ainsi qu’à leurs entourages les valeurs de solidarité et de générosité … », s’est exprimée Julie Raharilalao

Valeurs. Une autre délégation de la Direction des Relations Client, menée par Géraldine Gérant, a distribué des jouets aux enfants de l’EPP Antanambao Avarandrano. L’équipe, comme chaque année, a également rendu visite aux enfants malades dans les hôpitaux d’Antananarivo avec jouets et friandises. « Cette action de bienfaisance devient un rituel très cher à chacun de nous et nous continuerons à honorer nos engagements de servir non seulement nos clients mais aussi ceux qui sont dans le besoin » a rajouté Géraldine Gérant, Directeur Relation Client. Les initiatives des employés d’Airtel Madagascar traduisent les valeurs de l’opérateur : le dynamisme, la solidarité et le respect.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

«Paositra Malagasy» : Bourse d’étude du gouvernement indien pour trois employés

Trois employés de la «Paositra Malagasy», boursiers du Gouvernement Indien.

Chaque année, le gouvernement indien offre des bourses portant sur divers thématiques qui se rapportent aux activités postales. Cette année, trois employés de la «Paositra Malagasy» (PAOMA) ont été sélectionnés par l’Ambassade de l’Inde afin de suivre une formation intensive de deux semaines, au sein du Rafi Ahmed Kidwai National Postal Academy sous le programme ITEC/SCAAP 2017-2018. Ainsi, Raharinjatovo Z.N Bongré, directeur interrégional ou DIRPM à Toamasina ; Rabarison Hery Avotra, receveur des Postes Taolagnaro ; et Randrianarivony Jean Bienvenue, administrateur Mobile Banking, ont fièrement représenté la «Paositra Malagasy», durant cette formation du 4 au 15 décembre 2017 qui avait pour thèmes : « Leadership Development Program » et « Executive Development Program ». Bref, face à l’évolution rapide du monde digital, l’amélioration et l’adaptation des services aux besoins des consommateurs est un défi quotidien pour la «Paositra Malagasy». Ce genre de formation est un appui à l’atteinte de ces objectifs, d’après les responsables auprès de l’entité.

Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Antananarivo : Noël sous la pluie

Le service de la prévision météorologique a déjà annoncé que la pluie sera au rendez-vous le 24 et 25 décembre 2017. Les Nostradamus de la météo ont vu juste.
Comme chaque année, toutes les églises célébrant la fête de la nativité sont toutes pleines à Antananarivo, malgré l’annonce des services de la météorologie de dame pluie pour la nuit le 24 décembre, il s’agissait d’une pluie fine. Quant à la journée de Noel, le temps fut nuageux avec une forte pluie qui avait terminé la journée du 25 décembre. C’est pareil pour la région de Vakinankaratra et de Sofia. En tout cas, ceux qui ont assisté à la veillée de Noel et à la messe de Noel ont pu se préparer à l’avance.
Madaplus.info0 partages

TSARADIA, la nouvelle filiale de la compagnie aérienne Air Madagascar

Dans le cadre du redressement de la compagnie Air Madagascar, une nouvelle filiale appelée Tsaradia de la Compagnie Air Madagascar sera opérationnelle à partir de janvier 2018. La filiale contribuera au développement économique du pays.
Le redressement de la Compagnie aérienne Air Madagascar s’étendra pour des dizaines d’années. Mais les trois premières années seront les plus rudes. L’amélioration des services et des produits sera les priorités. Le DG d’Air Madagascar de dire que la compagnie va se focaliser sur les vols nationaux. En effet, Tsaradia servira les zones nationales, à l’instar de Diégo, Antalaha, Sambava,Maroantsetra, Tamatave et l’axe Sud. La création de la nouvelle filiale Tsaradia traduit les efforts de la compagnie pour réussir son redressement. Tsaradia aura sa propre identité et opérera avec sa propre structure avec son permis de transport aérien. La compagnie Air Austral a alloué 40 millions de dollar pour le redressement d’Air Madagascar grâce au partenariat stratégique.
Madaplus.info0 partages

Meilleurs Voeux !


L'Equipe Madaplus vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année ! Avec tous nos sincères voeux pour la nouvelle année 2018 qui arrive à grands pas.
Cheeers !
News Mada0 partages

Fitaterana amin’ny kamio : hiroso amin’ny fitokonana ny APTR sy ny GTPE

Hiroso amin’ny fitokonana tsy misy fepetra manomboka anio, ny APTR sy ny GTPE, miara-manohitra ny Mictsl, orinasa vahiny mpitatitra ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Mitsipaka marindrano ny fifanarahana efa nifanaovana mantsy ny Mictsl.

 Ny 11 desambra lasa teo, nisy ny fivoriana niarahana tamin’ny minisitry ny Fitaterana, Beboarimisa Ralava, notronin’ny olom-panjakana eto Toamasina sy ny tale jeneralin’ny Spat ary ireo  vondron’ny mpitatitra amin’ny kamiao sy ny « transitaires« .

« Izao efa notsipahin’ny Mictsl sahady izao ny fifanarahana natao tao anatin’izany dinika niarahana izany« , hoy ny fanazavan’ny filohan’ny vondron’ny mpitatitra amin’ny kamiao APTR (1), Timbou Alain ka tsy manaiky izany ry zareo. Manamafy izany koa ny vondron’ny mpikirakira ny famoahana sy fampidirana entana GTPE(2) any amin’ny faritra atsinanana. Raha miaraka tsy miasa ireo orinasa roa ireo, tsy afa-miasa koa ny MICTSL.

Tsy vao sambany nisian’ny fanivazimbana ny fitondram-panjakana tahaka izao ataon’ ny tompon’andraikitry ny orinasa vahiny, Mictsl, ao amin’ny seranan-tsambon’ i Toamasina izao. Ny 11 marsa 2017, taorian’ny rivo-doza Enawo, nampivorian’ny praiminisitra, Solonandrasana Olivier, ireo olom-panjakana rehetra sy mpandraharaha amin’ny vary. Tsy tonga namaly ny antso tamin’ izany ny Mictsl. Efa nisy mpandraharaha mpanafatra vary sy mpitatitra nilaza fa antony iray mahatonga ny fiakaran’ny vidim-bary ny ataon’ny Mictsl.

Taorian’ny fampiakaram-peo nataon’ny praiminisitra hoe « eto amin’ny tanin’ny Malagasy ianareo no miasa ka afaka mody sy manakatona ny orinasa raha tsy hanaraka ny fepetra hapetraky ny fitondrana « . Samy nilaza ny GTPE sy ny APTR  fa « tsy vao sambany no mampiseho fihetsika tsy firaharahiana ny fitondram-panjakana tahaka  izao ity orinasa iray eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina ity, ka tokony handraisan’ny fitondram-panjakana fepetra ».

R.Mathieu

News Mada0 partages

Girofle : l’instabilité de la filière persiste

Madagascar est le deuxième producteur mondial et le premier exportateur de clous et d’essence de girofle. C’est une filière importante et pourvoyeuse de devises au même titre que la vanille qui enregistre 100 millions de dollars en valeur d’exportation chaque année. Mais le girofle, c’est aussi un potentiel cinq fois plus élevé que la vanille, selon le ministère du Commerce. Les clous de girofle sont principalement exportés vers l’Inde et Singapour… Ils sont utilisés dans la cuisine mais aussi dans l’industrie pharmaceutique et chimique.

A Madagascar, la saison de récolte et d’exportation du girofle s’étend de septembre à mars. Pourtant, sur le marché interne, le prix du clou de girofle n’est jamais stable. De 20.000 ariary le kilo, il peut chuter d’un coup à 17.000 ariary en deux mois. Le travail de récoltes est plus rémunérateur pour les journaliers d’autant que la période de maturité des girofliers coïncide avec celle du litchi, l’autre grande ressource de la région. Toutefois, le vieillissement des girofliers, les aléas climatiques et les maladies menacent la filière. Les producteurs semblent avoir négligé la préservation de cet arbre si précieux.

Du paysan producteur à l’exportateur de Toamasina, les clous et essence de girofle passent entre les mains de deux ou trois intermédiaires en fonction de l’enclavement des zones de production. Pour 31.000 producteurs, il n’existe que 30 grands exportateurs à Madagascar où chaque collecteur fournit jusqu’à 50 à 60 tonnes. Mais pour développer le fort potentiel de la filière, il faut que la qualité soit préservée. Un vrai défi pour les acteurs publics et privés qui ont du mal à s’accorder sur les règles à mettre en place.

Arh.

 

News Mada0 partages

Corridor Ankeniheny-Zahamena Persistance des exploitations minières illégales

Les exploitations minières illégales, notamment celles du saphir, persistent dans le Corridor Ankeniheny-Zahamena (CAZ), plus précisément à Bemainty à Didy, selon Conservation International (CI). Il s’agit d’une grande menace pour le pays.

Un récent survol du Caz organisé par CI a permis de constater la persistance des exploitations minières illégales. L’organisation souligne d’ailleurs dans son bulletin Songadina n°34 de ce mois de décembre que l’analyse des données satellitaires sur cette zone a montré que ces localités n’ont pas été déboisées récemment.

D’ores et déjà, les populations locales ont exprimé leur désarroi face aux impacts de la ruée vers le saphir à Bemainty, associant une dégradation de l’environnement à l’augmentation de la criminalité violente, de la consommation de drogue, de l’insécurité, et à la dégradation de la gouvernance face à l’impunité de l’exploitation illégale.

Pis, comme l’a rapporté  CI, lors d’une rencontre avec les parties prenantes à Ambatondrazaka, le maire de Didy a illustré ses propos sur l’augmentation des crimes violents par des photos d’une jeune fille de 16 ans qui a été violée et assassinée. De forts soupçons pèsent sur le fait que le crime ait été commis par un exploitant minier illicite.

Le préfet d’Ambatondrazaka et le chef de région Alaotra-Mangoro ont également exprimé leurs préoccupations sur ces problématiques et s’en remettent aux autorités nationales pour trouver les solutions adéquates. Un large consensus sur la nécessité d’une volonté politique du gouvernement national pour adresser efficacement ces exploitations minières illégales a été relevé.

Au-delà de la gestion des aires protégées

Pour les premiers concernés, cette exploitation minière illégale est un problème qui va au-delà de la gestion des aires protégées. L’impunité des mines illégales et les problèmes collatéraux relatifs à la sécurité, la violence, la drogue et la criminalité favorisent clairement les dégâts causés par les exploitations minières dans les aires protégées et la nécessité de prendre des mesures fermes.

Cependant, les autorités et les parties prenantes locales ont souligné que  ces phénomènes ne peuvent se résoudre avec les capacités locales et régionales, mais nécessitent une intervention coordonnée au niveau national. Cela exige l’intervention du Gouvernement qui doit faire savoir qu’ il est totalement interdit de procéder à des exploitations minières illicites dans les aires protégées.

CI souhaite travailler avec le gouvernement central et les parties prenantes concernées pour aborder collectivement le problème des mines illégales dans le Caz et mettre en place un dispositif de système d’alerte et de prise de responsabilités pour prévenir les exploitations minières illicites récurrentes.

Arh.

 

News Mada0 partages

Jery todika 2017 : tsy hita ny tohin’ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine »

Anisan’ny raharaha iray tsy nahitana tohiny ny momba ny naha voarohirohy ilay mpandraharaha, Razaimamonjy Claudine amin’ny fanodinkodinam-bolam-panjakana. Ahina  hivalona hiaraka amin’ny taona 2017.

 Nosamborin’ny Bianco teny Mahamasina, ny 3 avrily, noho ny kolikoly tamin’ny famatsiam-bola manokana ho an’ny kaominina ny mpanolotsain’ny filohan’ny Repoblika: 550 tapitrisa Ar any ho any no voahodinkodina. Raharaha efatra no nisamborana azy, ary mbola misy raharaha efatra hafa. Namoahan’ny fitsarana misahana ny raharaha kolikoly didy fitanana am-ponja vonjimaika izy, ny 7 avrily.

Niantso mpanao gazety andro alina ny minisitry ny Fitsarana, nilaza fa tsy voahaja ny 48 ora ahazoana mitana azy. Nalefa tatsy amin’ny Clinique Fortis Darné, Nosy Maorisy, hoe hitsabo tena Razaimamonjy Claudine, ny 10 avrily. Tafaverina teto Madagasikara, ny 22 avrily, fa tsy ankasitrahan’ny fitondrana any an-toerana ny fitsaboana azy. Tsy nazava be ihany izay tena nandefasana azy any ivelany sy ny fodiana.

Nilaza, ohatra, ny tonia voalohany mpampanoa, ny 10 avrily, fa tsy ara-dalàna ny nandefasana azy any ivelany noho ny fahasalamany. Tany amin’ny 13 avrily, fa tsy ny marain’ny 11 avrily, ohatra, vao nanazava ny Polisy misahana ny sisintany (Paf) fa ara-dalàna ny taratasy momba azy tamin’izany, rehefa nahabe resaka ny raharaha. Nambara fa manohy ny fitsaboan-tena eny amin’ny HJRA, Ampefiloha, izy.

Tsy hita mazava ny tohin’ny raharaha

Nanakana ny fanamarinan’ny mpitsara mpampanoa ny fitsaboan-tenany ao amin’ny HJRA, Ampefiloha,ny loholona iray, ny 24 avrily. Nandeha aza ny resaka fa tsy mitsabo tena amin’izany izy, matoa tsy azo tampohina ny fanamarinana na ao tokoa izy na tsia. Nambara fa niala io hopitaly io izy, ny 15 jona, ary nafindra eny amin’ny fonja natokana ho an’ny vehivavy any Manjakandriana. Anton’izany ny hoe fitandroana ny fiarovana azy. Fantatra fa izay efa vita tanteraka ny fitsarana azy no tanana amin’io fonja io.

Tsy nandeha araka izay izy koa ny fitondrana mpanao gazety tany Manjakandriana, ny 22 jona. Na ny tomponandraikitra teo anivon’ny minisiteran’ny Fitsarana aza, nilaza ho tsy mahalala ny amin’izany. Misy tetika maizimaizina? Na izany aza, tsy nahazo fahafahana vonjimaika izy, ny 7 aogositra. Andrasana hatrany izay tohiny, satria mbola misy raharaha efatra hafa miandry azy.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

KMF/Cnoe : « Hadisoana goavana ny fikitihana lalàmpanorenana »

« Hadisoana goavana raha amin’izao zotram-pifidianana efa mandeha izao vao hikitika lalàmpanorenana. Efa nanomboka tamin’ny 1 desambra ny fanavaozana ny lisitry ny mpifidy isan-taona. » Izay ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny KMF/Cnoe, Andriamalazaray Andoniaina, ny faran’ny herinandro teo, momba ny fikasan’ny mpitondra hanitsy ny lalàmpanorenana amin’izao fotoana izao.

Fahadisoavana goavana koa ny hoe: noho ny lalàm-pifidianana sy ny lalàmpanorenana misy tsy fifanarahana tsara no mahatonga ny fikitihana ny lalàmpanorenana. Lalàna iray no tsy mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana, araka ny filazan’izao mpanao lalàna sasany. Lazainy fa tsy mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana ny lalàm-pifidianana, araka ny tohan-kevitra entiny. Tsy mitombina izay. Ny lalàm-pifidianana no mila ovaina amin’izany, fa tsy ny lalàmpanorenana.

Raha hikitika lalàmpanorenana, vao nanomboka nandray ny asany ny filohan’ny Repoblika no tokony ho natao izany. Ao anatina zotram-pifidianana mandeha vao lazaina fa tsy mety ny lalàmpanorenana, fa tsy hita izany izay elabe izay.

Tsy ny fanovana lalàmpanorenana izay tokony hatao no olana, fa izany atao amin’izao zotram-pifidianana mandeha izao: manimba ny fitokisan’ny mpisehatra rehetra amin’ny fifidianana ny fikitihana lalàmpanorenana amin’izao fotoana izao.

Mila hampahafantarina ny volavolana lalàm-pifidianana

« Rehefa miresaka ny amin’ny fitarihana olona mba hahombiazana ny tena, mampahatsiahy hatrany izahay ny amin’ny fampandraisana anjara sy ny fandraisana andraikitra », hoy izy momba ny tsy famoahan’ny mpitondra ny volavolana lalàm-pifidianana. Ahoana ny hahazoana mampandray andraikitra ny hafa mba hanohana amin’izay ataon’ny tena, raha takontakonan’ny tena izay rehetra atao?

« Aiza no atokisantsika fa hahomby ny fitarihana olona ataon’ny mpitondra, raha kononkononiny irery ao ny zavatra ataony? », hoy ihany izy. Manamafy ny antso ho an’ny mpitondra àry ny KMF/Cnoe fa tokony hampahafantatra izay ataony.

R. Nd.

News Mada0 partages

Gadra politika : « tsy hisy fifidianana eto raha tsy… »

Mandrahona ireo  gadra politika (Fedep).  “Tsy hisy fifidianana mandeha izany  eto raha tsy azo ny tambin’ny fanonerana ny  fahavoazanay.  Hiseho ny korontana« , hoy ny mpitarika, Rakotomalala Henri (Riribe). Nihaona tamin’ny mpanao gazety tetsy Ankirihiry ny asabotsy 23 desambra teo. Nohitsin’izy ireo fa fototry ny filaminana ny fanatanterahana ny

fampihavanam-pirenena tsy misy fitaka sy olakolaka.  “Mitondra

ny firenena mankany amin’ny firaisam-pirenena sy fiverenan’ny

soatoavina malagasy izany ary tonga hatrany amin’ny fandraisan’ny tsirairay

anjara amin’ny fampandrosoana ny faritra misy azy”, hoy  izy ireo. Notsiahivin’ny Fedep fa tsy maintsy arahin’ny fanonerana ara-bola ny fahavoazan’ny tsirairay.  Tao ireo naiditra

am-ponja na maty tany am-pigadrana koa. Eo  ireo mitondra takaitra sy very na simba fananana. “Hanaovana ny tomban’ny fanonerana  izany”, hoy izy. Tsiahivina fa 443 ireo gadra politika sy ny niharam-boina ho an’ny faritanin’ i Toamasina. Efa maty ny 10

amin ‘ireo. Efatra kosa mbola mitondra  takaitra. Mazava ny fanambaran’izy ireo fa tapitra ny

taona 2017, fetra fiandrasan’ izy ireo ny tokony hanomezan’ny  fitondrana  io fanonerana io satria efa lany teny amin’ny Antenimiera roa tonta izany ary efa nivoaka lalàna. “Anjara andraikitry ny CFM ny mandinika ny antontan-taratasin’ ireo niharam-boina ka mandefa izany  any amin’ny filoham-pirenena”, hoy ny Fedep.

Sajo

News Mada0 partages

Tenisy – «U14 / U16 Afrique 2018» : handefa mpilalao 3 isaky ny sokajy i Madagasikara

 Feno dia feno ny fandaharam-potoan’ny federasiona malagasin’ny tenisy, eo amin’ny fiatrehana ireo fifaninanana iraisam-pirenena, ho an’ny sokajy zandriny. Ireo mpilalao manana filaharana ambony  no handeha amin’izany.

Vao mitsidika ny taona 2018 dia efa hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika Aostraly, ho an’olon-tokana sy isan-tarika, sokajy U14 sy U16 lahy sy vavy, taranja tenisy ny Malagasy. Fihaonana hotanterahina ny 8 ka hatramin’ny 16 janoary ho avy izao. Tsy mbola fantatra kosa izay firenena hampiantrano izany na i Botsoanà, na i Afrika Atsimo, na i Namibia na i Zimbaboe.

Handefa mpilalao 3 farafahakeliny isaky ny sokajy i Madagasikara amin’ity.

Handahatra ireo mpilalao heverina fa ho mafy sy efa zatra fifaninanana ny federasiona, ho an’ny sokajy U14 ka hiatrika izany ireo mpilalao manana isa betsaka, tamin’ny fifaninanan’ny federasiona iraisam-pirenena (ITF) sy ny kaonfederasiona afrikanina (Cat).

Mila miady mafy mantsy ireo mpilalao, mba hahazoana isa, hidirana ao anatin’ireo 20 voalohany, hahafahana miatrika ny tena fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, hatao atsy Pretoria Afrika Atsimo, ny 26 ka hatramin’ny 31 marsa 2018. Hiatrika izany, ireo roa voalohany isaky ny sokajy.

Ao anaty lisitra fiandry kosa i Safidisoa sy i Mialy ary i Johny sy i Finoana.

Hatao any Tonizia, ny 9 ka hatramin’ny 14 aprily 2018, ny fifaninanana, ho an’ny sokajy U16. Efa tafita amin’izany fihaonana izany, Ranaivo Toky sy Andriamadison Finaritra, izay notendren’ny federasiona araka ny lalàn’ny kaonfederasiona afrikanina, noho ny zava-bitany, tamin’ity taona 2017 ity.

Ankoatra izay, hanampy azy mianadahy, ireo telo voalohany, isaky ny sokajy nandritra ny fifaninanam-pirenena farany teo.

Torcelin

 

Ireo mpilalao hiatrika ny fifaninanana :

U14 Vehivavy1- Rasendra Miotisoa (Isa 323)2- Razakaniaina Maholy (Isa 247)3 – Rakotoarilala Randy (Isa 205)U14 Lehilahy1 – Rakotondrainibe Sampras (Isa 950)2 – Rasolomanana Angy Haroeja, mpilalao any Togo (Isa 101)3 – Rakotomalala Mahefa Anthony (Isa 37)U16 Vehivavy– Andriamadison Finaritra– Robinson Manuela– Ranaivo Narindra

U16 Lehilahy – Ranaivo Toky– Rakotozandriny Lanja– Rasendra Fenosoa

Mpanazatra ho an’ny vehivavy : Rasolomalala AndoMpanazatra ho an’ny lehilahy : Andrianafetra Harivony

 

News Mada0 partages

Kitra any Espaina : resin’ny Barcelone ny Real

Nitranga ny tsy nampoizina teo amin’ny andro faha-17 amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Espaina (Clasico). Nomontsanin’ny FC Barcelone, tamin’ny isa mazava, 3 no ho 0, tao amin’ny kianja filalaovany tao Santiago Bernabeu, ny Real de Madrid, ny asabotsy lasa teo.

Tsy nisy nanam-po mihitsy ity vokatra ity. Noheverina fa tsy hahatohitra andry Ronaldo, mantsy ry Messi. Na izany aza, nanindry ny Real, teo amin’ny fizaram-potoana voalohany. Saika nahafaty baolina mihitsy aza i Karim Benzema, saingy nidona tamin’ny tsatoby ny baolina nalefany tamin’ny lohany. Henjakenjana ny fihaonana satria nilalao 10 ny Real, rehefa nahazo karatra mena i Carvajal.

Nanokatra ny isa ny Barcelone, teo amin’ny minitra faha-54, tamin’ny alalan’i Suarez. Mbola nampian’i Messi, indray izany teo amin’ny faha-64, tamin’ny alalan’ny “penalty”. Efa tany amin’ny minitra farany kosa ny baolina fahatelo matin’i Aleix Vidal. Manana isa 14 izany hatreto ny Barcelone.

Tompondaka

News Mada0 partages

Rallye-rim 2017 : Ndrianja et Fanja au pinacle

Le classement officiel du Rallye international de Madagascar (Rim) est finalement sorti. Après avoir été pénalisée, l’équipe Yves-Nitro perd la victoire finale au profit de Ndrianja et Fanja.

Fin du suspense ! Après plus d’un mois d’attente, la Fédération du sport automobile de Madagascar a finalement publié les résultats du Rallye international de Madagascar (Rim), hier. Comme il fallait s’y attendre, suite au retrait de la réclamation déposée par Yves et Nitro, Ndrianja et Fanja remportent haut la main  l’édition 2017. Pénalisé lors de cette course, l’équipage Yves-Nitro a rétrogradé à la 4e place du classement général, derrière Boana-Miangaly (2e rang) et Tahina-Baovola (3e rang).

En somme, 13 équipages ont franchi la ligne d’arrivée sur les 29 au départ. Ils se partageront les trophées dans chaque catégorie.

Vainqueur du classement général, le duo Ndrianja-Fanja rafle également le sacre dans la catégorie pilote mixte et chez les N4. L’équipage Boana-Miangaly n’est pas en reste grâce à son succès dans la catégorie M12 4 roues motrices. Miangaly décroche aussi la timbale en tant que meilleur copilote de 15-25 ans.

Cinquième du classement général, le jeune équipage Lahatra-Tsangy a fait forte impression. Les deux larrons ont chacun remporté un prix. Le premier a ravi le trophée de jeune pilote de 18-24 ans tandis que le second a obtenu la première place chez les rookies pilotes.

Naisa

Classement général du Rim 2017 

1-Ndrianja-Fanja (Subaru) : 83 points

2-Boana-Miangaly (Subaru) : 67 points

3-Tahina-Baovola (Subaru) : 59 points

4-Yves-Tanjona (Subaru) : 53 points

5-Lahatra-Tsangy (Subaru) : 43 points

6-Haja D.-Alain (Ssangyong Actyon) : 36 points

7-Nirina-Christelle (Peugeot 206) : 29 points

8-Mandimby-Christophe (VW Golf): 23 points

9-Pierre-Jimmy (Peugeot 206): 17 points

10-Anjaniaina-Princia (VW Golf) : 8 points

News Mada0 partages

EGM- Conservatoire de Musique : nizara hafaliana ho an’ireo ankizy

Filaharambe vao maraina ny asabotsy teo, nanoloana ny sekoly fianana mozika EGM-Consevatoire de Musique etsy 67 Ha. Toy ny isan-taona rehefa ankatoky ny Noely, tonga haka ny kilalao izay nomanin’ny sekoly ho azy ireo ankizy eny Ankasina sy 67 Ha. « Manohina ny fonay hatrany ny mahita ny hafaliana misoritra eny amin’ny tavan’ireo ankizy. Nanomboka tamin’ny fizarana kilalao ho an’ny ankizy 30 izahay tamin’ny dimy taona lasa. Efa ho 400 izao ireo ankizy nahazo kilalao sy vatomamy ireo tamin’ity”, hoy ny filazan’ny Dr Ranaivomiadana Aintso, tale jeneralin’ny EGM.Ezaka manokana avy amin’ny mpianatra, ny ray amandrenin’ny mpianatra, ny namana, Havana ary ireo malala-tanana no nahavitana izany. Asa soa madiodio raha ny filazan’ny tale jeneraly ihany. “Feno 5 taona izao no nanaovanay ny asa sosialy toa izao. Hotohizanay eto amin’ny EGM hatrany izany”, hoy ihany ny fanazavana.Tsiahivina fa sekoly mampianatra manokana ny mozika, ary “conservatoire de musique” manaraka ny rafitra takian’izany ny EGM. Miitatra hatrany ny karazam-pampianarana ao, arakaraka ny ilain’ny mpianatra.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

FJKM Ambatomena – Tsangambato faha-150 taona : notokanana ny Akany misy rihana efatra

Efa notapahina tamin’ny fankalazana ny faha-150 taon’ny FJKM Ambatomena Antananarivo (taona 2007) ny hananganana ny Akany ho tsangambato hanamarihana izany vanim-potoana lehibe izany. Notokanana ny asabotsy 23 desambra teo ity Akany lehibe ity izay ahitana rihana efatra. Ny rihana voalohany sy fahefatra no notokanana tamin’io andro io. Fantatra tamin’izany fa eo amin’ny 95 tapitrisa ariary eo ho eo ny vola mbola ilaina hamitana tanteraka ny asa. Mbola mitohy, araka izany, ny ezaka fanitarana izay heverina ho vita tanteraka afaka herintaona sy tapany. Marihina fa natao handraisana fivoriana, hisy « dispensaire », hahitana « centres sociaux professionnels » sy « centre d’écoute », ity Akany lehibe ity.

Tonga nitokana ny Akany ny Mpitandrina Irako Andriamahazosoa Ammi, filohan’ny FJKM. Nisy ny hafatra nampitainy tamin’ny toriteny nataony : « Mamela antsika hiatrika ady ny Tompo, mahaaro antsika ny Tompo, mitaky fahatahorana Azy ny Tompo ».

Marihina fa nankalazaina nandritra ity taona 2017 ity ny faha-160 taon’ny FJKM Ambatomena ka ny mpitandrina ankehitriny, Razafimahatratra William. Ny taona 1857 no niorina ny fiangonana FJKM Ambatomena.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

 

 

News Mada0 partages

Rock : un retour en demi-teinte pour Red Metal

Pour la promotion de son 5e nouvel album «Revolution!!! Now or never», Red Metal a voulu doubler la mise lors de deux concerts successifs, le week-end de Noël, au Dôme Ankorondrano. Hélas, les concerts n’ont pas eu l’effet escompté.

Effectuant un court séjour au pays, Vony et ses compagnons de route ont annoncé leur retour après avoir brillé par leur absence depuis trois longues années.  Pour ce retour au bercail, ils se sont attaqués au Dôme Ankorondrano, samedi et dimanche, pour des après-midi résolument rock.

Le groupe a donné un concert face un public clairsemé, voire très peu, pour le Dôme Ankorondrano. Bien que le début ait été prévu à 17 heures tapantes, les notes n’ont résonné que vers 18 heures au grand dam du public. Les problèmes techniques au niveau de la sonorisation ont contraint Vony et ses compères à reprendre les chansons depuis le début. D’autant que la prestation a bénéficié d’un enregistrement en direct, pour un futur «album live» sans aucun doute.

Le regard fixe et la voix grave, posée et assurée, Vony a interprèté ses plus grands succès pour ne citer que «Afobe», «Mpivaro-tena» ou encore «poizina», dans une ambiance visuelle sombre, à l’image de son dernier album «Revolution!!! Now or never». Cet opus se trouve donc dans la ligne des précédents, «Back to blast» en 2014, «Poizina mahery» l’année 2010, «Red and dark side» en 2006 et «Calvary» en 1992.

Le chanteur de «Omby masiaka» sera encore sous les feux de la rampe pour un live VIP à l’Arena Ivandry ce 26 décembre.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Telecrochet : la voix d’or tient ses lauréates

Les membres du jury de « la Voix d’or » ont livré leur verdict, samedi dernier, à l’Arena Ivandry. Ny Avo et Samuella remportent  ensemble la palme après un derby final riche en émotion et en découvertes.

L’aventure «La voix d’or 2017» s’est terminée. A l’initiative de la chaîne de télévision Viva, cette émission de télé crochet compte en quelques chiffres 800 participants, 7 semaines de compétitions et 10 finalistes, dont huit filles et deux garçons.  «Au-delà d’une simple compétition, c’est avant tout une fête», a scandé Fidy en guise d’ouverture de la dernière ligne droite du concours.

Tous habillés de rouge et de blanc, les candidats ont donné un avant-goût musical à la fête de la Nativité en interprétant, en groupe, des traditionnels cantiques de Noël, à l’instar de «Douce nuit, sainte nuit» ou encore  «Oh my Lord». Avec une mise en scène pleine d’artifice, la prestation a été d’autant plus impressionnante, à la fois pour les candidats, mais aussi pour le public et bien sûr pour les fans. S’est ensuivie une prestation individuelle pour faire l’étalage de chaque performance. Chant, danse, prestation scénique ont été de mise dans le dessein de séduire le jury.

La musique dans l’âme

Mais que ce soit en duo ou en solo, Ny Avo et Samuella resplendissantes  de jeunesse et de talent ont fait la différence.  Leurs pas ont franchi le star-system en partageant la scène avec des icônes de la musique malgache, comme Stéphanie, Samoela, le couple Shyne et Denise.

Au terme d’une première délibération, 6 candidates ont passé l’ultime étape. Deux d’entre elles seulement se sont affrontées au  final. «La dernière confrontation de cet après-midi a été particulièrement enrichissante et donc plus difficile à trancher», selon l’avis des membres éminents du jury,  Fidy Rabearisoa, Steph Rambi et Anyah.

Après un suspense haletant, le jury a donné son verdict. Ny Avo et Samuella ont ravi la première place. Un résultat bien mérité, à en croire les opinions, car les deux jeunes filles, toutes deux âgées de 11 ans, ont tout pour triompher, dans la sphère culturelle, de leur talent, d’autant qu’elles remplissent largement les conditions pour faire une carrière prometteuse. Nasandratra a raflé le second prix.  Comme lors de la précédente édition, les deux lauréates remportent donc le micro d’or et un séjour à Disneyland Paris.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Chronique : nouvelle virginité

Un nouveau bail de cinq ans vaut bien que l’on encaisse quelques gifles sans broncher. Qui l’aurait cru ! La Haute Cour Constitutionnelle à trois reprises vient de fesser des projets gouvernementaux baptisés lois après avoir obtenu l’onction du Parlement qui les a votés sans n’avoir eu rien à redire. Nul besoin de discuter de l’importance des atteintes soit à la constitution soit à des principes généraux de droit, relevées par la HCC, pour penser qu’avoir laissé passer des dispositions irrespectueuses de ces points de vue n’est flatteur ni pour le législatif ni pour l’exécutif. Encore que par une pirouette, l’exécutif s’en tire bien. La pirouette en cas pareil consistait à ne pas en faire, à rester immobile et silencieux. Docile, se contentant de prendre acte des décisions de la HCC en sa défaveur, le pouvoir donne l’image d’une institution respectueuse du droit. Une disposition de l’une de ces lois réformées stipule justement que la HCC demeure le juge suprême des contentieux électoraux lors de la présidentielle. Le pouvoir exécutif profite de l’occasion pour faire bon modèle, et conforter ainsi l’autorité de la HCC. Celle-ci de son côté, du fait d’avoir tapé sur les doigts de l’exécutif, s’habille d’indépendance. Elle rattrape ainsi les dérapages sur un parcours semé de controverses. Dans des périodes critiques, telles celles de 2002 et de 2009, des dispositions à l’inverse de celles qu’elle a adoptées n’auraient pas fait scandale. Les seaux d’eau qu’elle y déverse actuellement ne suffisent pas à nettoyer le plancher, des traces de boue qui s’y sont incrustées persistent à laisser apparaitre des stigmates et cicatrices.

A plus d’une fois, en tant que juge suprême lors de conflits « politiques », la HCC a fait l’Histoire, tout au moins elle a élargi son champ d’action jusqu’à disposer d’un pouvoir pour orienter la démocratie, parfois au dessus du sens du droit. Malgré le principe de la continuité de l’Etat on peut plaider en faveur d’une évolution interne en fonction des éléments qui composent une institution ou d’un organe. L’actuelle HCC serait-elle en train de tracer une ligne à suivre pour l’avenir, ou ne ferait-elle que serpenter sur un chemin sinueux, auparavant elle avait plutôt tendance à afficher sa préférence voire une appartenance.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : Ranavalo et Gallieni (1)

De M. Jules Chancel, dans Excelsior, cette conversation avec un officier de l’armée d’Afrique, quelque temps avant la mort de Ranavalo :

– Si ridicule, si dénuée de prestige que puisse vous apparaître aujourd’hui cette femme, je ne peux pas, moi, la considérer comme vous, depuis le jour où je l’ai vue vraiment reine, dans tout son prestige et dans toute sa gloire.

– C’était à Madagascar, sans doute ?

– Non… à Paris. J’avais à ce moment l’honneur d’être officier d’ordonnance du général Gallieni et je devais dîner avec lui dans une maison célèbre par le choix éclectique et imprévu des convives qu’on y recevait.

» La maîtresse de maison s’ingéniait à réunir autour de sa table les personnalités les plus opposées, celles qui semblaient le moins destinées à se trouver ensemble.

» L’idée lui était donc venue d’inviter, pendant l’un des séjours annuels qu’elle faisait à Paris sous le contrôle gouvernemental, la reine Ranavalo, qui lui avait été amenée par un attaché du ministère des colonies.

» Mais, ne jugeant pas encore suffisante cette attraction exotique, Mme X… avait songé à inviter également ce soir-là le général Gallieni.

» Vous voyez d’ici le piment de cette rencontre mettant face à face la souveraine déchue et son vainqueur, celui qui avait fait d’elle la petite rentière !

» Bien entendu, Ranavalo n’avait pas été prévenue du fait.

» Elle était donc à gazouiller gentiment dans le salon plein de monde, quand nous y entrâmes, le général Gallieni et moi.

» Si Mme X… avait compté sur un effet, il se produisit, et foudroyant.

» Dès que Ranavalo eut reconnu l’homme qui pour elle symbolisait l’exil, la honte, la déchéance, elle se redressa brusquement, étendant vers lui des bras suppliants, puis elle retomba écroulée sur le fauteuil comme une toute petite chose et fondit en larmes.

» Alors il se passa une scène charmante et comme l’idée pouvait en venir seulement à cet être exquis et tout de délicatesse qu’était Gallieni…

(A suivre.)

Le Gaulois

26 mai 1917

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo , Resaky ny mpitsimpona akotry : salama hogo

Nisesisesy tato ho ato amin’izao famaranana ny taona izao ny didy noraisin’ny Fitsarana Avo momban’ny Lalampanorenana (H.C.C.) izay didy fanitsina lalàna nolanian’ny parlemanta avy amin’ny volavola natolotry ny governemanta. Taitra ihany ny mpitazana manoloanan’izany, toa fihetsika vaovao izay tsy nanazaran’io Fitsarana Avo io an’ny mpijery ny fampisehoana fahenterana toy izany eo amin’ny adidy iandraiketany. Tsy nahenona akony firy anefa ny fomba nandraisan’ny fitondrana an’izany didy mandrava efa izany, toa tsy taitra akory nefa somary tefaka ihany izany fanaikitry ny HCC azy izany. Ny mpanaratsy moa dia milaza fa toy ny voakaikitry ny amboa kely tiana ka tsy sahy manakifika toy ny fanaon’ny reny mampinono kaikerin’ny zanany.

Tsy hanao toy ny ranon’anony anefa ka tonga namana indray vao ho mavomavo. Samy manana ny anjara adidin’ny andry sy sampan’ny fanjakana ka tokony hifalina rehefa samy manatanteraka ny andraikitra tandrify azy izy ireo. Hamorona tsiny indray ve ho fanamelohana amin’ny tsy izay izy raha mahita ny HCC mijoro amin’izay maha izy azy ?  Marina fa maro ny olona efa tsy mametra toky firy amin’ny HCC, efa nitranga matetika moa ny fandraisana vilana tao aorinan’ny didy noraisiny izay tsy nankateloman’ny sasantsasan’ny vahoaka. Na tsy hitanisa firy aza dia rehefa miresaka an’izany dia tsy afaka ny tsy hampatsiahy ny tranga tamin’ny 2002 sy tamin’ny 2009. Nisy angamba tamin’ireo fotoana sarotra ireo fitsofan-drano ho masina ny tranga izay tsy tena madio no mifandimpatra ara-bakiteny amin’ny lalampanorenana. Na tamin’izany na ankehitriny dia nomena ary manana toerana mafana avara-patana ao ankilan’ny fitondrana ny mpitarika ao amin’ny HCC. Tsy fanaovana ondrikely akilan’ny tompo anefa ny iraka apetraka amin’izy ireo, fa araky ny maha mpitsara azy dia ilaina manalavitra ny rehetra mba tsy ho azon’ny fakampanahy hirona momban’itsy na iroa. Satria  amin’ireo lalàna nokianin’ny HCC ireo misy iray manamafy ny maha tomponteny farany an’ny HCC mikasika ny disadisa ateraky ny fifidianana, dia lasa ihany ny saina, sao aza manao vazaha mody miady ry zalahy ireto. Andeha aloha hanao tsara hogo dia ho velomina tsara ny soro-bilana, ampisehona fahadiovana ivelany tsy hisin’ny fampiahiahiana mikasika ny maramara ao anatiny eo am-panatanterahana asa vilana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : sereins ? Parce que pauvres

Vit-on sur un océan de pauvreté en raison de l’insécurité, ou serait-ce la pauvreté chronique qui provoque ce climat d’insécurité ? Question difficile, qui toutefois conduit à noter une évidence. Sans égalité du point de vue des richesses nous sommes liés pareillement pauvres de sécurité. La sécurité relevant du domaine de l’Etat, la chance réside à être unis afin d’avoir la force pour imposer à nos élus une bonne gouvernance. La seule occasion d’être unis demeure celle au moment des élections. Il n’est pas question de tous voter pour la même personne, mais de tous élire une bonne personne.

 

News Mada0 partages

Exposition : « Anio », le passé au présent

«Anio», traduit littéralement par «le Présent», c’est à travers ce thème que Jean Nirina Razafindralambo signe son one-man-show à l’Ivon-toeran’ny kolontsaina Malagasy (IKM) à Antsahavola. Une exposition de peintures atypiques à découvrir jusqu’au 31 janvier.

«De manière plus précise, le présent est un fait ou une action qui se déroule au moment où une occasion se présente au tournant de la vie. On peut  aussi l’exploiter, l’utiliser pour raconter  un événement passé tout comme si on y était», argumente l’artiste.

Ses œuvres s’inspirent du style fauvisme, expressionnisme et collage. Parmi elles, «La porte de l’Europe» qui peigne le lac d’Anosy et son mémorial de l’Ange noir avec le palais de la Reine comme toile de fond.

«Le lac Anosy fut jadis un lieu où les souverains effectuaient leurs balades de santé.  A l’époque, Jean Laborde y éleva un palais d’été pour Ranavalona Ière. A leur arrivée, les colonisateurs détruisirent les infrastructures pour y bâtir ensuite l’Ange noir, un monument sculpté et décoré, saluant la mémoire des soldats morts à l’occasion de la grande guerre en Europe», détaille Tsiaro Andriamahery, responsable culturel au sein de l’IKM.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Fetin’ny Krismasy : olona 193 nandalo fizahana, telo matin’ny toaka

 Raha somary nihena aza ny isan’ireo olona nandalo fizahana teo amin’ny sampana vonjitaitra sy famelomana aina ao amin’ny HJRA tamin’ity fetin’ny Krismasy raha mitaha ny tamin’ny taon-dasa 2016, tsy afa-bela fa lohalaharana hatrany ireo olona maty vokatry ny fisotroana toaka diso tafahoatra. Ho an’ny sampana vonjitaitra ao amin’ny HJRA, miisa 122 ireo nandalo fizahana tao amin’ity sampana ity, ny 24 desambra 2017 ka ny 16 amin’ireo voatery naiditra hopitaly. Miisa 71 kosa ireo nandalo fizahana tao, omaly 25 desambra 2017 hatramin’ny fotoana nanoratanay farany. Tamin’ny taon-dasa 243 ireo nandalo fizahana ka 63 naiditra hopitaly. Ankoatra ireo olona voatifitra teny Anjakaivo Itaosy, nisy olona iray hafa maty voatsindrona vy fanamboarana masikita.

Ho an’ny sampana famelomana aina kosa, olona telo matin’ny toaka raha dimy hafa kosa nikasa hamono tena noho ny olana ara-tsaina, ny 24 sy 25 desambra 2017. Fatin’olona roa efa maty tany ivelany no tonga tao amin’ny hopitaly. “Tsy ny toaka no olana fa be ny olona misotro toaka fa tsy mahay misotro toaka. Eto izahay mpitsabo dia manentana hatrany ny tsirairay amin’izao andro fety izao hoe mahaiza misotro sy mandanjalanja ny toaka sotroina. Eo koa ny fahaizana mandanjalanja ny sakafo manoloana ireo karazan-tsakafo marobe amin’izao andro fety izao”, hoy ny fanazavan’ny dokotera, Andrianarijaona Liva, tompon’andraikitra ao amin’ny sampana famelomana aina HJRA.

J.C

News Mada0 partages

Maorisy : Malagasy nahatrarana héroïne

Io indray koa ! Saron’ny polisy maorisianina miady amin’ny fiparitahan’ny zava-mahadomelina (ADSU) tao amin’ny seranam-piaramanidina ao Maorisy ny herinandro teo ny lehilahy teratany malagasy iray nitondra héroïne milanja 512,8 grama. Hitan’ireo fitaovana raitra fampiasan’ny polisy ao amin’ny seranam-piaramanidina ao Maorisy ity zava-mahadomelina ity nataony tao anaty entany. Araka ny fampitam-baovao navoakan’ny gazety iray mpiseho any an-toerana fa zotra MK 289 niainga avy aty Madagasikara no nandehan’ity lehilahy ity kanjo izao noraisim-potsiny izao nony tonga tao Maorisy. Tsara afina mihitsy ireto héroïne ireto saingy tsy afa-bela noho ny fahamailoan’ny polisy sy ny tompon’andraikitra eo anivon’ny seranam-piaramanidina. Nilaza izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy fa vehivavy iray avy eto an-drenivohitra no niray tsikombakomba taminy tamin’ny fikasana hanondrana ireto zava-mahadomelina ireto.

Misy ny gaboraraka eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato matoa any Maorisy vao tratra itony mpanao trafikana zava-mahadomelina itony? Tsy mahagaga izany satria ny sokatra aza efa any anaty fiaramanidina vao hita, ny herinandro teo ihany. Misy ny ezaka ataon’ny polisin’ny Paf, saingy misy ny lava tanana akanjo ka mahita irika hatrany. Jereo amin’izao anefa ny an’olona, hentitra ny fanaraha-maso ny mpandeha na mivoaka na miditra ao amin’izy ireo.

J.C

News Mada0 partages

Fanafihan-jioalahy teny Anjakaivo : iray maty voatifitra, 3 naratra mafy

 Nirefodrefotra ny poa-basy nandritra ny fanafihan-jiolahy mitam-basy, teny Anjakaivo Andohatanjona, ny asabotsy hariva teo. Lehilahy iray no maty voatifitry ny jiolahy teo amin’ny lohany. Olona telo hafa mbola tsaboina any amin’ny hopitaly, ka ny iray voatifitra teo amin’ny tratrany.

Manomboka mafampana amin’ny asan-jiolahy koa eny Andohatanjona Itaosy tato ho ato. Vao tamin’ny herinandro teo no nisy ilay raim-pianakaviana, 53 taona mpamily taxi niharan’ny vonoan’olona feno habibiana teny Ampefilohakely, akaikin’Anjakaivo. Izao sahady koa nitrangana fanafihana narahina vonoan’olona koa tao amin’ny tranombarotra iray eny Anjakaivo ihany. Araka ny fanazavan’ny polisy, jiolahy nanao andiany ireto niditra an-keriny tao amin’ity toeram-pivarotana ity ny asabotsy hariva teo  niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana mahery vaika. Maty voatifitra ny raim-pianakaviana iray tao amin’ilay toeram-pivarotana. Nizara roa ireo olon-dratsy tamin’io fotoana io, ny sasany niditra sady nandrahona tamin’ny basy ireo olona tao an-trano. Nisy kosa ireo niandry teny ivelany mijerijery ny manodidina. Tsy afa-nanao na inona na inona ireo olona tao an-trano manoloana ny fitaovam-piadiana teny am-pelatanan’ireo jiolahy.

Rehefa voatifitra ilay raim-pianakaviana, tsy nihambahamba nitifitra ny mpiasa iray tao amin’ilay tranombarotra ireo olon-dratsy. Vokany, naratra mafy teo amin’ny tratrany ilay niharam-boina.

 Mbola tsy mahatsiaro tena…

Nisavoritaka ny olona teo amin’ny manodidina ny toerana nitrangan’ny loza nandritra ity fanafihan-jiolahy ity. Norarafan’ireo jiolahy tifitra ihany koa ny olona iray sendra nandalo teo akaikin’ilay trano niharan’ny fanafihana. naratra mafy koa ity farany ka voatery naiditra hopitaly avy hatrany. Fantatra fa mbola tsy mahatsiaro tena hatry ny omaly ireo olona naratra voatifitr’ireto olon-dratsy ireto. Lasan’ireo jiolahy, araka izany, ny vola ana hetsiny tao amin’ilay toeram-pivarotra niaraka tamin’ireo entana azo nobataina. Mbola nampihorohoro tamin’ny tifi-danitra hatrany ry zalahy rehefa nivoaka ilay trano voatafika.

Mihorohoro hatrany ny mponina amin’iny faritra iny amin’ny afitsoky ny asan-jiolahy mitam-piadiana. Misy ny ezaka ataon’ny polisy amin’ny fisafoana, saingy tsy kely lalana ny ratsy. Tokony hojerena manokana ny paikady hiadiana amin’ny asan-jiolahy mitam-piadiana na an-drenivohitra izany na ambanivohitra.

Fa niharan’ny tifitra variraraka ka maty tsy tra-drano koa ny raim-pianakaviana iray 47 taona tao Ankabokimaty, fokontany Tanambao Morarano, kaominina ambanivohitra Sakena, Beroroha ny alahady misasakalina. Jiolahy miisa fito nitondra basim-borona no tompon’antoka tamin’ny fanafihana. Lasan’ireo jiolahy tamin’izany ny basim-borona an’ny niharam-boina, calibre 12 marika Baikal. Tonga nanao fanarahan-dia ny zandary.

J.C

News Mada0 partages

Hafatry ny Papa François : « ilaina ny fifampiresahana… »

Toy ny fanaony isan-taona, miarahaba sy mirary soa ny mpino kristianina sy ny  vahoaka maneran-tany ny Papa François amin’ny fetin’ny Noely tahaka izao. Anisan’ny nitodihany manokana ireo raharaha mafampana eto amin’izao tontolo izao.  Anisan’izany ny  fanapahan-kevitry ny filoha amerikanina, Donald Trump,  nametraka an’i Jerosalema ho Renivohitr’i Israely.  « Manantena aho fa  hiverina ny fifampidinihana momba izany mba ahitana vahaolana sy hipetrahan’ny filaminana sy ny fitoniana eo amin’ny firenena roa tonta : Israely sy i Palestinina”, hoy izy tao amin’ny kianjan ‘i Md Pierre ao  Vatikana,  omaly. Niantsoany fitoniana sy filaminana  koa ny any Syria mba hiverenan’ny fiainan’ny mponina sy hampalalaka  ireo mpino amin’ ny finoany avy.  Tahaka izany koa ny fifandroritana  any Irak  sy ny olana any Yémen amin’ny ady an-trano nefa ny  vahoaka miaina anaty  hanoanana  sy aretina.  Miantso fifampidinihana koa ny Papa François manoloana ny fihantsiana ataon’i Korea Avaratra amin’ny tifitra andrana  nokleary mahery  vaika. “Aoka  hojerena ny tombontsoan’ny rehetra”, hoy  izy. Anisan’ny nisongadina tamin’ny hafatry ny ao Vatikana koa ny momba ny fifindra-monina amin’izao fotoana izao. “Loza mitatao izany  ka tokony hojerena  ny momba ireo mpitsoam-ponenana  na mpifindra monina  ireo”, hoy izy.  Anisan ‘ny anton’izany ny  fanilihana azy ireny amin’ny taniny… “Misy ran’ny  tsy  manan-tsiny latsaka izany noho ny famoretan’ny mpitondra sasany”, hoy ihany  izy.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Hafatra Noely : manaitra ny amin’ny sosialim-bahoaka ny eveka sy ny FFKM

Ankoatra ny fiarahabana sy ny firariantsoa noho ny fetin’ny Noely,  nanantitra ny evekan’i Madagasikara tamin’ny alalan’ny filohany,  ny Mgr Tsarahazana Desiré fa tokony hifanome lanja sy  hasina isika. Notsindriny manokana ny lafiny sosialy.  « Mampitodika antsika amin’ny hafa ny fanomezan’Andriamanitra voninahitra antsika… Tsy tokony  hilamin-tsaina isika na faly aza amin ‘ny fetin’ny Noely.  Misy ireo matimaty  foana noho ny  tsy fisian’ny  vola any amin’ny hopitaly. Manana zo hankalaza ny Noely  izy ireny.  Ireo  madinika voatery miala tsy satry amin’ny taniny satria lasan’ny mpanambola ny taniny. Manana zo  hanana tany hamelona amin’ny  vady aman-janany izy ireny.  Ireo mandeha an-tongotra  telo andro vao mahita tsena….Manana zo hiaraka hankalaza ny Noely amintsika ireny ”, hoy  izy.  Taratry ny olana sosialy avokoa izany. Nohitsiny fa mifanohitra amin’ny Noely tanteraka ny  fanaovana  ratsy ny  namana. Tokony hanampy antsika hiala amin’ny toetra ratsy  izao fetin’ny Noely izao.

Mahazo vahana ny fitaka sy lainga… 

Notsiahivin ‘ny eveka, ny Mgr Tsarazahazana ny zava-misy.  Eo ny fahasahiranana mianjady…   Alaim-panahy  tsy hivaky loha amin’ny fahavaoazan’ny  hafa noho ny fitiavan-tena diso tafahoatra.  Mahazo vahana ny fitaka sy  lainga amin’ny fitadiavana amin’ireo seha-pihariana  rehetra hatramin’ny  madinika  indrindra, ny fanaovana lainga  tsara lahatra,  ny risoriso efa lasa fomba fanao … “Enga anie ho foana ny fitiadiavan-karena amin’ny hafetsena…”, hoy ihany izy. Niantso vavaka ho an’ny ankizy madinika, ny kamboty tsy misy mpiahy sy ny kilemaina ny eveka. Eo koa ny tsy tokony hanadinoana ireo ianjadiam-pahoriana noho  ny antony maro samihafa, mitady ho kivy amin’ny fiainana. “Hitoetra eo amintsika Andriamanitra  raha mahay mifankatia isika”, hoy  izy.

Tsy mifanalavitra amin’izany ny hafatry ny FFKM amin’izao fetin’ny Noely izao.  Nitondra izany hafatra izany ny filoha amperinasa, ny Mgr Razanakolona Odon. Manamafy ny fony ny olombelona. Tsy mihetsi-bolomaso amin’ny fahorian’ny  hafa,  araka ny nanambarany manoloana ny fanilikilihana ny  zanak’Andriamanitra raha nitady trano hisitrahana  hiterahana.  Manoloana izany, niantso  ny rehetra ny FFKM. “… Manaova asa fibebahana mendrika tsara…. Miandry antsika  hibebaka lalandava Izy…”, hoy izy.

Tsy hikendrena tanjona politika ny fanampiana ny hafa

Notsiahiviny fa tonga hiara-monina amintsika ny  zanak’Andriamanitra…. “Hitondra tsirim-panantenana vaovao amin’ireo  tsy mahita mangirana amin’ny fiainana Izy nefa manome ohatra tsara amin’ireo  tafasondrotra eo amin’ny fiainana mba hanana fon’Andriamanitra, onena eo anatrehin’ny fahoriana, ny  herisetra, ny fahantrana lalina, ny  tsy fahatakarana ny vidim-piainana”, hoy izy. Nanteriny fa tokony hanana fahalalaham-po sy  fahalalan-tanana hitondra fanampiana ho an’ireo sahirana ireny tafasondrotra ireny ary tsy amin’izao fety izao ihany… “Mba tsy hikendrena tanjona politika fa hanehoana miaraka ny  tanan-kavia sy havanana. Meteza hifampitsinjo fa tsy hifanao ampihimamba”, hoy ny filohan’ny FFKM. Nanteriny  fa tokony  hanova ny fontsika ho fon’Andriamanitra  izao Noely izao.

Synèse R.

News Mada0 partages

Finoana : intelo niditra ny ankamaroan’ny fiangonana

Tomefy olona ny ankamaroan’ny fiangonana omaly, nankalazana ny fetin’ny Krismasy izay nahaterahan’ilay mpamonjy ho an’ny kristianina. Nanao fidirana intelo miantoana mihitsy ireo fiangonan-dehibe .

Niditra tamin’ny 6 ora maraina ny voalohany ary nirava tamin’ny 8 ora. Niditra tamin’ny 8 ora , nirava tamin’ny 10 kosa ny andiany faharoa ary niditra tamin’ny 10 ora nirava tamin’ny 12 ora ny andiany fahatelo.

Samy hipoka ny fiangonana tamin’ireo fotoana intelo miantoana ireo. Nanamboarana fitoerana tety ivelany mihitsy ireo tsy tafiditra tao am-piangonana. Nitarina ny fanamafisam-peo hahafahan’ny rehetra mihaino ny hafatry ny mpitandrina na ny mopera mikasika ny Noely.

Novoizina tany am-piangonana ny tokony hisian’ny fiovam-po ho amin’ny tsara rehefa mahatsiaro ny fahaterahan’i Jesoa zaza. Mila manana izany toetra izany ny kristianina hampiavaka azy amin’ny jentilisa.

Namarana ny fetin’ny Krismasy omaly tolakandro ny kilalaon’ny ankizy manodidina ny hazo Noely tany am-piangonana sy ny fizarana vatomamy ho azy ireo.

Tatiana A

News Mada0 partages

Ankatoky ny fety : tsy hay nodiavina ny tetsy Behorirka sy Analakely

Ny zoma sy asabotsy nialohan’ny fetin’ny Krismasy teo, hipoka olona tetsy Anakaley sy Behoririka iny. Nifanitsa-kitro ireo mpiantsena. Nifanisika ny teny anaty magazay. Samy nijery izay nilainy ny rehetra.

Miandry ny ora farany mihitsy ireo mpiantsena matetika.  Mirava avy any am-piasana vao miantsena ho an’ny ankohonana. Ny an’ny sasany ny asabotsy teo mihitsy vao notadiavina ny akanjo vaovao entina ny alatsinain’ny Krismasy.

Torak’izany ny kojakoja ilain’ny ankohonana rehetra mandritra ny fety. Ny kilalaon’ny ankizy sy ny sakafo iarahana amin’ny ankohonana.

Tomefy olona ihany koa tetsy Analakely hatry ny omaly.  Nanomboka tamin’ny 10 ora maraina, fotoana niravan’ny fiangonana andiany voalohany dia efa nilaharana avokoa ireo karazan-kilalao hita eny an-toerana.

Hipoka olona ny tapak’andro hariva satria nanararaotra nivoaka ny sasany rehefa avy nisakafo antoandro. Kilalao maro isafidiana ho an’ny ankizy ny teny Analakely rehetra iny. Teo koa ireo varotra tsakitsaky nahasarika ny tanora tafahaona.

Filaharam-be araka izany ny taxi-be noho ny hariva nodian’ireo olona marobe teny Analakely ireo. Nanararaotra nanao ny asany koa anefa ireo mpangarom-paosy tao anatin’izany fifanosehana tamin’ny taxi-be izany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Atsimondrova – Alaotra : misy fahitalavitra ny kubota

 Tafaraikitra lalina amin’ny fiainan’ny mponina ny Kubota any Alaotra,  mihoatra noho ny any an-kafa, Noravahan-dRabemanda Andry fanamafisam-peo sy fahitalavitra ny azy ny kubota. Misy tafo miaro izany amin’ny orana ihany koa. Mitatata, noho izany, ny hira omban-tsary mihetsika rehefa mitaona biriky sy fasika … ny fiaran’Ingahy Andry. «Andry  Boom »,  satria izay no amantaran’ny besinimaro ity filoha lefitry ny “Fikambanan’ny mpanao fitaterana amin’ny motoculteur” ity.

Manana Kubota roa ity tovolahin’Atsimondrova ity ary nasiany fahitalavitra avokoa. « Mahasarika ireo mpanarama ihany aloha ilay izy e ! », hoy i Andry Boom,  somary niahotra kely vao namaly. Ny marina ? Izy sy ilay mpanampy azy aloha no tena mahita hery sy  fahafinaretana  betsaka. « Asa atao an-kira e… »

Rarivo

News Mada0 partages

Fahasalamana : mamely ny gripa miotrika

Tato anatin’ny roa herinandro izao, betsaka ireo tratran’ny gripa mahery. Anisan’ny tena lasibatra ny zaza sy ny ankizy. Tsy vaky kohaka sy sery avy hatrany fa miotrika ireo ary mamay be ny marary. Mila hifanintona mihitsy raha tsy voavonjy haingana. Mandoa ary tsy mahatafiditra sakafo ka lasa reraka vetivety ny marary .

Saika io trangan’aretina io avokoa no mahazo ireo ankizy entin’ny reniny eny amin’ny dokotera amin’izao fotoana. Afaka roa na telo andro vao vaky ny kohaka sy sery ary marary ny tenda. Misy koa ireo olon-dehibe marefo tratran’izany.

“Tsy vitan’ny fampidinana hafanana fotsiny fa tsy maintsy mampiditra antibiotoka satria mahery ilay gripa”, hoy ny dokotera izay nanontaniana.

Anisan’ny mahatonga ny aretina ny fivadibadihan’ny toetr’andro. Sady mamay be ny andro no manorana. Eo koa ny fofon-tany izay miteraka “allérgie” matetika ho an’ny ankizy.

Eo koa anefa ny fiakaran’ny karazana voankazo eto Antananarivo ka mampitobaka ny fako izay miteraka loto ka mety mahatonga ny aretina maro.

Anisan’ny vahaolana ny fampitomboana ny hery fiarovana amin’ny alalan’ny fihinanana ny sakafo ara-pahasalamana sy madio tsara. Ezahina koa ny tsy mitakosona be loatra amin’ny olona voan’ny gripa indrindra ny zazakely tsy tokony hanatona ireny olona ireny satria mbola marefo.

Tatiana A

News Mada0 partages

Année 2017 : noël fêté sur fond d’inflation

Il va sans dire que l’inflation s’invite à la fête de la Nativité et à coup sûr sera encore au rendez-vous lors du Nouvel an. Presque tous les produits relatifs aux festivités, en particulier les PPN et les volailles sont hors des prix.

Côté PPN, après avoir atteint 2 000 ariary le kilo, le riz local n’a connu jusqu’à présent aucune baisse palpable. Quant à l’huile alimentaire qui s’est auparavant acquise à 4 200 ariary le litre, elle s’achète à 5 000 ariary en une semaine. Le sucre, la farine, le lait et l’œuf leur ont tous emboité le pas, allant de l’ordre de 10 à 20%. Les produits maraichers et potagers n’ont pas été en reste dans cette course à la hausse, en même temps que les fruits.

Pareillement, les prix des volailles ont presque doublé. «C’est la première fois de ma vie qu’on m’a proposé un dindon à plus de 120 000 ariary», s’est indignée une mère de famille, venue à Anosibe Tsena pour faire ses emplettes la veille de Noël. Elle s’est donc rabattue sur les poules qui ont, elles aussi  accusé une augmentation de prix par rapport à l’année dernière à la même époque. Une augmentation de plus ou moins de 5 000 ariary dans l’ensemble.

Même les sapins de Noël

Depuis que la coupe des arbres est interdite, les sapins de Noël artificiels inondent sur le marché. Cependant, ces derniers n’ont pas non plus échappé à l’inflation, même au niveau des marchands ambulants. Certains d’entre eux proposent effectivement des sapins de Noël à partir de 10 000 ariary pouvant aller jusqu’à 500 000 ariary, voire plus. La variation du prix dépend de l’hauteur de l’arbre, allant jusqu’à plus de deux mètres, et surtout, des options et de la qualité.

Concernant  les accessoires et décorations, ils ont tous connu également une hausse cette année, selon le témoignage d’un marchand. «Les prix ont presque  doublé par rapport à l’année dernière», a-t-il affirmé.

Privés de douceurs

Comme Noël rime avec fête des enfants, à cette situation s’ajoute la hausse des prix des friandises et des jouets. «Au vu des prix actuels des friandises, la tradition se perd car les gens n’ont plus de quoi s’offrir la moindre douceur», a fait remarquer un président d’une association cultuelle, venu à Analakely, la veille de Noël, pour acheter des bonbons à ses protégés.

En effet, dans cette course effrénée vers la hausse, les bonbons locaux se sont vendus à plus ou  moins de 1 000 ariary le kilo, les produits importés qui ont déjà affiché le double avec 2 000 ariary, s’acquièrent actuellement à 12 000 ariary le kilo.

Quant aux jouets, même s’ils sont de meilleure qualité et dignes de ce nom pour un enfant, ils s’obtiennent à partir de 10 000 ariary, contre 2 000 à 5 000 ariary auparavant. Et pour couronner le tout, c’est la première fois qu’un jouet est proposé à 100 000 ariary le long des rues de Tsaralalàna et Analakely.

Sera R.

News Mada0 partages

Veillée de noël : la pluie n’a pas retenu les fidèles

Selon les prévisions de la météo, Dame la pluie a bel et bien été au rendez-vous la veille de Noël, durant presque toute la nuit, dans la capitale et ses périphéries. Cela n’a pourtant pas empêché les fidèles de rejoindre les temples ou églises, pour le traditionnel réveillon de Noël.

Au programme, chants et cantiques espacés d’animations diverses pour mettre les fidèles dans l’ambiance de Noël. Les chorales ou les groupes évangéliques ont été sur le devant de la scène. D’autres églises ont également invité des artistes évangéliques pour animer leur réveillon de Noël.

Humilité

Lors de leur prédication, à part le rappel sur la signification de la fête de la Nativité, pasteurs et prêtres n’ont pas oublié de prêcher l’humilité. «Noël est le moyen de nous rappeler que Dieu vient à notre rencontre dans la simplicité même d’un enfant», a souligné un pasteur d’un temple à Fenoarivo.

De décrire ensuite que le fils de Dieu est né emmailloté et couché dans une crèche dans une étable. «Prions le Seigneur pour nous aider à traverser les façades étincelantes de ce monde, pour trouver la simplicité de l’enfant de l’étable de Bethléem», a-t-il conclu.

Sera R.

News Mada0 partages

Suspension de soldes : le problème réglé avant la fin de l’année

9 872 salariés de l’Etat se sont vu dernièrement suspendre leurs soldes par le ministère des Finances et du budget (MFB), en tant que fonctionnaires fantômes. Cependant, «Au vu des plaintes déposées et selon l’ordre du président de la République, cette situation sera réglée d’ici la fin de l’année», a annoncé le ministre de la Fonction publique, du travail et des lois sociales (Min Fop), Jean de Dieu Maharante, en marge de la distribution de paniers garnis au personnel de ce département, le 22 décembre.

Ainsi, après les opérations urgentes de rapprochement entre le MFB et les autres départements ministériels concernés, une édition spéciale de bons de caisse des concernés va être ainsi organisée. Le m

inistre de préciser par la suite qu’il se peut que le logiciel d’Application unique pour la gestion uniforme des ressources humaines de l’Etat (Augure), conçu pour détecter les fonctionnaires fantômes au niveau des ministères, ait présenté des failles.

En effet, cette brusque suspension de soldes a provoqué la grogne dans les rangs des «victimes». D’autant qu’elle survient en cette période des fêtes.

Diplômes infalsifiables

Dans la foulée, le ministre Jean de Dieu Maharante a également parlé d’une machine de production de diplômes infalsifiables, qui sera opérationnelle à partir de l’année prochaine, résultat d’une convention de partenariat entre le ministère et la société Semco de Dubaï.

D’après ses explications, cette machine produit des imprimés qui ne sont pas «compilables» et qui sont d’autant plus résistants à l’eau et au feu. Ce projet sera étendu dans d’autres secteurs, à l’instar des universités publiques et privées, où le phénomène de la fabrication des faux diplômes est en recrudescence ces derniers temps.

Sera R.

News Mada0 partages

Opportunité d’activités : plumer des volailles

Ces dernières années, plumer les volailles sur le marché est devenu une activité saisonnière lucrative surtout en cette saison de fête.

D’après le témoignage d’une plumeuse, faisant office à Anosibe Tsena : «Durant ces périodes, Je gagne en une semaine seulement mes recettes quotidiennes de trois mois en saison basse». A tel point qu’elle réquisitionne tous ses enfants pour l’aider, ces derniers étant d’ailleurs en vacances. «Pour les motiver, je leur donne une partie des bénéfices le soir venu», a-t-elle indiqué, sans préciser pour autant ni le montant ni le taux de cette motivation.

Selon toujours notre plumeuse, l’activité est nettement en flèche durant les deux jours qui précédent la fête proprement dite. En ces moments, la famille arrive à plumer, au moins, une cinquantaine de volailles. Cela à raison de 2 000 ou 3 000 ariary pour l’oie ou le dindon, 1 000 ariary pour le canard ou la dinde, et 500 ariary pour un coq ou une poule.

Sera R

 

News Mada0 partages

Fête de Noël : réduction du taux de sinistrés

L’année 2017 pourrait se terminer sur une note douce après les hécatombes subies durant les mois antérieurs. Le centre hospitalier Joseph Ravoahangy-Andrianavalona a présenté un bilan largement au-dessous de la moyenne annuelle, durant le long week-end de Noël, avec moins d’une dizaine de décès.

Le service des urgences du centre hospitalier Joseph Ravoahangy-Andrianavalona a enregistré 207 cas traités dans sa main courante du samedi au lundi matin, la journée de Noël non comprise. Deux décès ont été enregistrés avec une personne tuée par balle au cours d’une attaque à main armée dans le village d’Anjakaivo, dans le fokontany d’Andohatanjona-Itaosy, dimanche, et une autre qui a succombé suite à une blessure occasionnée par une tige métallique pointue enfoncée jusqu’à son cœur.

Quant aux blessés, les accidents de la circulation ont fait 47 victimes jusqu’à lundi matin. 79 autres personnes ont également subi des blessures à cause des disputes et violences diverses. L’établissement a dû hospitaliser une quinzaine de patients pour les nécessités des traitements dans ce cadre.

Plusieurs paramètres, dont l’expérience des éléments de la défense passive et des forces de l’ordre en dispositif de sécurité, ont été pris en compte dans l’amélioration de ces résultats dans la capitale et ses environs immédiats. Des efforts doivent toutefois être fournis dans la gestion de la circulation et la célérité dans les interventions en urgences dans la capitale. Le coma éthylique n’a pas fait de victimes lors de cette édition de Noël à cause de la baisse du pouvoir d’achat de la majorité de la population qui a dû se résigner aux nécessaires dans les dépenses sans faire des excès.

Manou

 

News Mada0 partages

Analamanga : Noël dans les hôpitaux

Les enfants admis au Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy-Andrianavalona (CHUJRA) et de son homologue Joseph Raseta (CHUJRB) ont passé la fête de la Nativité dans la sérénité après le passage du Groupe des hôpitaux de l’église FVKFM dans leurs établissements, samedi dernier.

Plus d’une centaine d’enfants malades des CHUJRA et CHUJRB d’Antananarivo ont bénéficié de jouets, dans le cadre  la 11e édition du «Noël des hôpitaux», organisée par les membres de l’église FVKFM, samedi. Selon les explications du Pasteur Arlindo, un des responsables de l’opération, l’église ne se limite pas au spirituel dans ses actions puisque toute action destinée au développement humain fait partie de la profession de foi.

Membre fondateur du Groupe des hôpitaux au sein de cette église, Tovoarisoa a révélé que les dons résultent des différentes manifestations de levées de fonds procédées par les différentes entités chargées des activités sociales de la FVKFM. Les parents des malades ont reçu des PPN et ustensiles de cuisine lors de la cérémonie au cours de laquelle des lots de médicaments ont été remis par les fidèles aux deux centres hospitaliers.

Les bénéficiaires ont témoigné de l’importance de ces actions au sein des centres hospitaliers publics. Le Pasteur Tsinjo de la FVKFM a annoncé plus d’efforts encore pour améliorer les performances à venir. Les responsables du CHUJRA ont rappelé l’existence d’un partenariat consistant en des activités sociales et soutien moral aux malades entre l’établissement et la FVKFM depuis 2007. Des membres du Groupe des hôpitaux de cette église mènent des œuvres sociales auprès des malades internés dans l’établissement, deux fois par semaine, en plus des divers accompagnements qu’ils leur dispensent en cas de nécessité, ont-ils rapporté.

Les malades ont par ailleurs bénéficié des prestations des groupes artistiques de l’église pour égayer leur fête parallèlement à la remise de dons dans l’enceinte du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy-Andrianavalona (CHUJRA).

Manou

 

News Mada0 partages

Noely 2017 : Niraisana ny hafaliana fa tsy nitovy ny fankalazana

Amin’ny ankapobeny, mahazo tombony kokoa ny zaza sy ny ankizy ary ireo kilonga madinika amin’ny vanim-potoan’ny Noely tahaka izao. Na izany aza, tsy diso anjara ihany koa ny lehibe… Samy mifaly ! Niezaka ny nanao izany avokoa ny rehetra. Niezaka nampifanaraka ihany koa ny fifaliana tamin’ny teo am-pelatanana. Tazana tamin’ny tranga nisy tetsy sy teroa izany…

: Ny 24 desambra mialoha ny andro Krismasy, nifanitsakitro ny mpiantsena. Zara raha nihetsika ny fiara… Ny sasakalina kosa, nampiseho ny talentany tany anivon’ny fiangonana ny ankizy. Anisan’ireny ny teny amin’ny FJKM Ambohitantely.

Krismasy, feno hipoka avokoa ny fiangonana. Anglikana Santa Laurent Ambohimanoro, Katedraly Andohalo, sns. Nahitana fampirantiana sary ny tetsy amin’ny FJKM Tranovato Faravohitra.

Toy ny isan-taona, nanatontosa seho an-tsehatra ny eo anivon’ny sekoly alahady…

Nanakoako ny hira sy ny tsianjery. Tao ihany koa ny dihy!

Tao amin’ny Maternité Befelatanana, iray amin’ireo zaza teraka tamin’ny fanamarihana ny Noely 2017 i Andriananonitra Fitia. Tamin’ny 1 ora maraina katroka izy no teraka.

Vanim-potoana lehibe ho an’ny ankizy ny Noely. Somary hasiana fahatsiarovana kely miaraka amin’ny Dadabe Noely. Mahazo ny anjarany ihany koa ny mpaka sary. Fitia mifamaly e !

: Ny fety mandeha… Ny varotra ihany koa mandeha !… « Tsia, tsy marina izany », hoy ny mpivarotra sasany. Ny mpivarotra no tsy maintsy mandeha fa ny varotra ataony maisatra fa tsy manam-bola ny olona !

Nanatontosa: Fanou sy Mamiherison ary HaRy R.

Tia Tanindranaza0 partages

Beriziky kandidan’ny UNDDManana ny heviny i Manoro Régis

Nitondra fanazavana mikasika ny feo re sy ny resaka mandeha fa ny praiminisitry ny tetezamita iraisana, Jean Omer Beriziky no kandida tohanan’ny antoko UNDD (Union Nationale Pour le Développement et la Démocratie) amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy, ny Sekretera jeneralin’ny antoko Manoro Régis.

Jean D.

 

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-BASY TENY ANJAKAIVO ITAOSY : 1 maty 2 maratra mafy

Notifirin’ireo jiolahy ny olona iray niantso vonjy taty ivelany ka maty tsy tra-drano. Voatifitra teo amin’ny  tratrany  ihany koa ny mpiasa iray tao amin’ilay tranombarotra. 

Olona iray hafa sendra nandalo tamin’ny lalana manakaiky ilay tranombarotra niantefan’ny  balan’ireto jiolahy  ihany koa no voatifitra ary naratra mafy. Araka ny nambaran’ny mpitsabo iray ao amin’ny hôpitaly nitondrana ireto olona maratra ireto ny alahady teo dia mbola tsy mahatsiaro tena ireto farany. Vola mitentina 600 000 ariary araka ny fantatra no voaroba nandritra ny fanafihana.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FETIN’NY NOELY SY NY FARAN’NY TAONA : Fotoana fiakaran’ny vidin’entana

Toy ny mahazatra isan-taona anefa dia fotoana fiakaran’ny vidin’entana maro samihafa ao amin’ny distrikan’i Maroantsetra izao vanim-potoana izao. Maro ny antony mahatonga izany saingy isany lehibe indrindra amin’izany ny fiakaran’ny vokatra lavanila sy jirofo. Tsara ho fantatra mantsy fa any amin’ny volana jolay no manomboka miakatra ny vokatra lavanila maitso. Manomboka any amin’izany volana izany dia efa manararaotra mampiakatra ny vidin’entana ny mpivarotra satria miakatra ny fahefa-mividin’ny tantsaha. 

Etsy ankilany dia miakatra ihany koa ny vokatra jirofo, raha mbola tsy nahitana fidinana akory izany vidin’entana izany. Ny volana septambra sy oktobra no manomboka miakatra izany vokatra jirofo izany. Manoloana izany dia miakatra tsikelikely manaraka izany ihany koa ny vidin’entana ilain’ny mponina amin’ny fiainana andavanandro. Ary voatazona hatramin’ny volana desambra, janoary ary febroary izany toe-java-misy izany.

35 000Ar hatramin’ny 50 000Ar ny akoho iray

Araka ny fanazavana tsy dia ahitana fidinana firy intsony ny vidin’entana aorian’ny fotoana fiakaran’ireo vokatra ireo. Amin’izao fotoana izao dia mizara roa ny fari-piainan’ny mponina any amin’ny distrikan’i Maroantsetra. Tsapa ho miakatra ny fahefa- mividin’ireo tantsaha sy ireo mpandraharaha, raha toa kosa ka somary mihafihafy ireo izay tsy mandray vola raha tsy isaky ny faran’ny volana. 

Manodidina ny 35 000Ar hatramin’ny 50 000Ar ny akoho iray ao an-tampon-tanànan’i Maroantsetra ankehitriny. Ny gana ihany koa dia sandaina amin’ny vidiny 35 000Ar. Isany lasibatra amin’izay fiakaran’ny vidin’entana izay ihany koa ny arina fandrehitra na ny “Charbon”. Ity farany izay efa tafakatra hatrany amin’ny 20 000Ar hatrany amin’ny 30 000Ar ny iray gony. Ankoatra ireo dia isany mampikaikaika indrindra ny mponina any an-toerana ny vidin’ny legioma. 

Araka ny fanazavana dia matetika ny ampahefa amin’ny legioma afarana avy any Toamasina dia efa simba avokoa vao tonga any Maroantsetra. Eo ihany koa ny halafon’ny saran’ny fitondrana ny entana amin’ny sambo. Fantatra mantsy fa 400Ar hatramin’ny 800Ar isaky ny kilao ny saran’ny fitondrana legioma amin’ny sambo. Manoloana izany dia sandaina amin’ny 5 000Ar ny voatabia iray kilao amin’izao fotoana izao any an-toerana, raha 3 500Ar hatramin’ny 4 000Ar ny tongolo. Ny vidim-bary indray dia efa tsy mahataitra ny mponina intsony na dia mbola vidina amin’ny 700Ar aza ny kapoakan’ny vary gasy, 550Ar kosa ny vary nohafarana. 

Amin’ny ankapobeny dia saika nahitana fiakarany avokoa ny entana any an-toerana amin’izao fotoana izao.

Lucien R.    

Ino Vaovao0 partages

SAMPANA FAMELOMAN’AINA HJRA : Olona fito no naiditra hopitaly vokatry ny fisotroan-toaka be loatra

Isan-taona mantsy manomboka eo amin’ny andron’ny 25 desambra vao tena betsaka ireo marary tonga ao amin’ny sampana fameloman’aina saingy tamin’ity taona ity vao nigadona fotsiny ny andron’ny 24 desambra nitohy hatramin’ny sasak’alin’ny krismasy dia efa miisa fito sahady ireo nandalo tao amin’ny sampana fameloman’aina. Araka ny fanazavana nomen’ny mpitsabo dia saika vokatry ny fibobohana toaka be loatra no nankarary azy ireo. 

Saika efa tsy nahatsiaro tena noho izay hamamoana tafahoatra izay avokoa ireo olona fito ireo ka izay no avy hatrany dia nandefasana azy tany amin’ny sampana fameloman’aina. Nohazavain’ny mpitsabo hatrany fa mety hitarika hatrany amin’ny fahafatesana raha toa ka taraiky ny fahatongavan’ilay marary eny amin’ny toeram-pitsaboana. 

Marihana fa antotan’isa vonjimaika sy nandritra ny tontolo andron’ny 24 desambra ihany ity voalaza ity izay heverina fa efa nisy fitomboany hatramin’ny fankalazana ny fetin’ny noely omaly. Manoloana ny trangan-javatra tahaka izao dia manao antso avo amin’ny rehetra ireo mpitsabo mba samy hitandrina amin’ny fisotroan-toaka satria isan-taona dia saika misy hatrany ireo olona mamoy ny ainy tsy fidiny vokatry ny hamamoana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO TGV : Laharam-pahamehana ny fanampiana ny ara-tsosialin’ny vahoaka

Samy nanana ny fomba noentiny nanamarihana ny fetin’ny krismasy ireo antoko am-polony maro misy eto an-toerana fa raha ho an’ny antoko Tgv manokana dia anisany tena nifantohan’izy ireo ny fanampiana ny vahoaka sahirana ara-pivelomana ho fanampiana sy famalifaliana azy ireo amin’izao andro fety izao. 

Ny faran’ny herinandro lasa teo dia nisy ny fizarana an’ireo zavatra tena ilain’ny olona amin’ny fiainana andavanandro mba hoentina hanamaivanana ny fahasahiranan’izy ireo. Ireo solotenan’ny antoko eny ifotony no nanatanteraka izany, izay natao hatrany tamin’ny anaran’ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina. Ankoatra ireo mpikambana ao anatin’ny antoko Tgv dia mitondra ny adidy mafonja ho amin’izay fanampiana ny mpiara-belona izay ihany koa ireo ratsam-pikambanana izay manohana sy miara-dia amin’i Andry Rajoelina. 

Anisan’izany ny fikambanana Tmh na ny Tanora Miandrandra ny ho avy, eo ihany koa ny vondrona politika Mapar izay samy nitondra fanampiana ho an’ny mpiara-monina avokoa. Ho an’ny fikambanan’ireo tanora mivondrona ao anatin’ny Tmh tao anatin’ny Distrikan’i Mahajanga fotsiny, ohatra, dia efa nisy ny hetsika goavana nataon’izy ireo tany an-toerana efatr’andro mialohan’ny fetin’ny noely. Nitety Fokontany ireo mpikambana tamin’izany ka ankoatra ny fampitaovana ny biraom-pokontany dia tsy diso anjara tamin’ny fahazoana fanomezana ihany koa ireo ankizy madinika eo an-tanàna.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FETIN’NY NOELY : Nohararaotin’ny mpitondra nisehosehoana sy nizarana fanomezana fotsiny

Raha atao ny antotan’isa dia fianakaviana vitsy sisa no tena afaka nanao fety ara-dalàna noho ny fidangan’ny vidim-piainana izay mihoapampana tanteraka. Porofon’izany ny tsy fahatakarana ny akoho amam-borona intsony, na ireo mpivarotra aza mikaikaika amin’ny tsy fisian’ny mpividy sy ny faharatsian’ny tsena. 

Iaraha-mahita anefa ny tsy fisian’ny vahaolana mivaingana hoentin’ny fitondram-panjakana manoloana io fahasahiranana lalina mianjady amin’ny sosialim-bahoaka io. Mialoha ny nankalazana ny fetin’ny noely teo dia toa lasa  fisehosehoan’ireo mpitondra fotsiny ihany ny fizarana fanomezana nataon’izy ireo etsy sy eroa tamin’ny alalan’ny vadin’ny Filoham-pirenena. 

Araka ny loharanom-baovao voaray dia anisany nampikolay ny rehetra ny fihetsiky ny filoham-pirenena teny Ivato, ny herinandro lasa teo. Voalaza fa handalo eny an-toerana ny tenany ary hizara kilalao sy vatomamy ho an’ireo ankizy. Nandritra ny adim-pamantaranandro maro anefa no niaritra ny hafanana sy daniky ny masoandro ireo kilonga niandry ny filoha kanefa rehefa nigadona teny an-toerana ity farany dia nandalo fotsiny fa tsy mba nijanona naharitra akory. 

Ankoatr’izay fantatra fa diso fanantenana tanteraka tamin’ireo zavatra nozarain’ny filoha ireo ankizy sy ireo ray aman-dreny izay efa sasa-niandry satria nambaran’izy ireo fa tsy nisy afa-tsy bisky kely iray no nomena ireo ankizy izay tsy nifanaraka velively tamin’ny zavatra nantenaina. Izany rehetra izany dia noentina namehezana fa tsy misy afatsy ny fisehosehoana fotsiny ihany no betsaka. Vahaolana maharitra hanatsarana ny fiainam-bahoaka anefa no andrandrain’ny rehetra amin’izao fety izao fa tsy zavatra vonjy tavanandro tahaka ireny. 

Na dia eo aza anefa izay fahantrana sy fahasahiranana mahazo ny fiainam-bahoaka izay dia samy niezaka nampifaly ny tenany sy nampifanaraka ny fetiny tamin’izay kely ananany ny fianakaviana isan-tokantrano.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

RIRI BE : « Tsy misy fifidianana vanona eto raha tsy vita ny fampihavanana »

Fedep (Fédération des Ex-détenus Politiques de Madagascar) na Federasionan’ireo gadra politika teto Madagasikara. Ireo gadra politika ny taona 2002 ka hatramin’ny 2011 no mivondrona ao anatin’ny Fedep. Ny sabotsy 23 desambra lasa teo, dia tao Toamasina ny filoha nasionaliny, Rakotomalala Henri fantatry ny maro amin’ny anarana Riri Be.

Fihaonana tamin’ireo gadra politika teo aloha monina ao Toamasina no anton-diany. Fihaonana izay natao tao amin’ny sekoly Hery Mahiratra Ankirihiry. Nandritra ny famelabelaran-kevitra nataony no nilazany fa ny fahavitan’ny fampihavanam-pirenena no antoka hisian’ ny fifidianana milamina eto Madagasikara. Manoloana izany indrindra, dia nilaza ho vonona hanampy ny Kaomitin’ny fampihavanana Malagasy ( Cfm) ny Fedep. 

Nomarihin’i Riri Be fa raha tsy vita amin’ny taona 2018 ny fampihavanam-pirenena, dia tsy hisy fifidianana vanona velively eto Madagasikara.

Zava-dehibe io fampihavanam-pirenena io mba hisian’ny fitoniana politika ka izany no mahatonga ny Fedep mijoro ary vonona hanampy ny Cfm amin’ny fanatanterahana azy. Ireo gadra politika teo aloha izay anisany manana zo voafaritra mazava ao anatin’ilay lalàna mifehy ny fampihavanana hisitraka fanonerana manoloana ireo fahapotehana sy fanagadrana nahazo azy ireo vokatry ny raharaha politika nandalo teto Madagasikara.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

KRISMASY-VITAL FAMPANDROSOANA : Tsy nanadino an’ireo zaza sahirana

Ny taona 2002 no niorina ny fikambanana. Nanakaiky vahoaka hatrany ireo mpikambana ary tsy niandry vanim-potoanan’ny fifidianana vao mijery sy nanampy vahoaka. Isan-taona dia misy hatrany ireo asa sosialy ataon’ny filoha mpanorina sy ireo mpiara-miasa aminy. 

Nandritra ireny valanaretina pesta ireny, dia fikambanana hany tokana tao Toamasina nandraraka ranom-panafody maimaimpoana tamin’ny tranona mpikambana ny Vital Fampandrosoana. Ankoatra ireo dia misy hatrany ny fanaovana asa sosialy ho an’ny tanànan’i Toamasina  : fanadiovana ny moron-dranomasina, fambolen-kazo, … Misy ny fanampiana ireo mpikambana sy ny zanaky ny mpikambana Vital. Isan-taona, rehefa fety tahaka izao, dia tsy hadino ny fizaràna kilalao sy vatomamy ho an’ireo zanaky ny mpikambana manerana ny fokontany 138. Mahazo ny anjarany ireo zaza avy amin’ny fianakaviana sahirana.

«  Teraka ho antsika Kristy famonjena sy fahasoavana ho an’ny olombelona rehetra ka manana adidy mizara ny fahasoavana nahaterahan’i Jesosy ny fikambanana Vital Fampandrosoana  », hoy ny  filohan’ny fikambanana Vital Fampandrosoana. Mananjo hahazo kilalao tahaka ny ankizy rehetra ny zana-bahoaka, hoy hatrany i Tony Vital.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

TATITRA VONJIMAIKAN’NY FARAN’NY HERINANDRO : Olona 2 maty, olona hafa 17 naiditra hopitaly

Araka ny tombana vonji- maika nomen’ireo tompon’andraikitra  dia olona miisa 207 nandalo tao amin’ny sampana vonjy aina na «  Urgence  » ny sabotsy  hatramin’ny alatsinainy maraina teo ka 47 amin’izy ireo naratra vokatry ny lozam-pifamoivoizana ary 79 hafa vokatry ny olanolana madinika .

15 amin’ireo olona nandalo tao amin’ny «  urgence  » no naiditra hôpitaly miampy ireo 2 niantefan’ny balan’ny jiolahy teny Itaosy araka ny fanazavana nomen’ny tompon’andraikitra. Nomarihin’ity farany tsara fa mbola tatitra vonjimaika izany rehetra izany satria tsy tafiditra ao  anatin’izany ny andron’ny Krismasy.

 A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

SASAK’ALIN’NY NOELY : Nameno fiangonana ireo mpino kristianina

Nisokatra avokoa ireo trano fiangonana manerana ny tanàna. Misy ireo nanao tantara an-tsehatra na karazana teatra kely mitantara ny nahaterahan’i Jesoa zazakely tao anatin’ny tranon’omby rehefa tsy nisy toerana ho azy ireo intsony tany amin’ny trano fandraisam-bahiny. 

Ny nahatongavan’ireo majy telolahy nitondra fanatitra ho azy, ary ny famangian’ireo mpiandry ondry dia anisany tantara mampiavaka ny noely. Misy kosa ireo fiangonana nanao fotoam-pivavahana na lamesa tsotra. Ny alatsinainy dia mbola betsaka koa ny namonjy fiangonana, nivavaka krismasy. Anisany tsy lefitry ny Malagasy ny tsy hahazo lamba sy kiraro vaovao amin’ny krismasy.

Fianakaviana mihaingo no tazana teny an-dalana ny alatsinainy maraina io nandeha namonjy lamesa ary nisy ny mbola niantsena avy eo. Nitarika fitohanana tamin’ny faritra sasany toy ny teo Tsaramandroso sy teny Mahabibo izany. Saingy tsy nisy ny filam-baniny fa dia samy niatrika ny azy teo.

Nirenty ny tanàna

Nanao ezaka manokana ny ben’ny tanànan’i Mahajanga ka nanolotra hazo noely lehibe ho an’ny tanàna. Ilay baobab lehibe eny amin’ny ‘bord’ no nohaingoana sy nasiana jiro maroloko. Nasiana jiro maro loko ihany koa hanatsara ny tanàna ny andrin-jiro rehetra teny amin’ny Bord satria eny moa no toerana ifamotoanan’ny mponin’i Mahajanga rehefa fety. Nilamina na dia somary nifanitsa-kitro ihany aza ny mpitsangantsangana. Betsaka rahateo ny kilalao natokana ho an’ny ankizy ary misy koa ny fakàna sary fahatsiarovana.

Ankoatra ny kilalao dia maro ihany koa ireo trano fisakafoanana teny no nanao tolotra manokana ho an’ny mpitsangantsangana, ankoatra ny ‘brochettes’ efa mahazatra eny amin’ny manodidina ny Rim’s , ny Jardin Filaos, ny manoloana ny toby miaramila sy ny travaux, ka miakatra hatreny amin’ny jardin D’Amour. Niezaka nanao fety ny isan-tokantrano na dia mafy aza ny fiainana noho ny fiakatry ny vidin’entana.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Disadisa amin’ny MICTSLHitokona lavareny ireo mpitatitra sy ireo “Transitaires”

Nanamafy ny olana misy eo amin’ny orinasa MICTSL mpikirakira kaontenera ao amin’ny Port Toamasina sy ireo mpitatitra ary ireo “Transitaires” ny fanambarana nataon’ity orinasa ity an-gazety farany teo.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety 3 x 3 AmbatokarananaNifanome tanana ny Mamiratra sy ny Tamia

Nanatontosa “Tournoi basiket FIBA 3 x 3” niendrika fifaninanana Mafy be teny amin’ny kianja filalaovana teny Ambatokaranana ny fikambanana Mamiratra mpikarakara tanora tarihan-dRtoa Harilanto Andriamanantena ny alahady 24 desambra lasa teo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sarintsarim-pety

Zara raha nanao fety ny Malagasy tamin’iny Krismasy iny. Nifanaretsaka eny an-tsena sy an-dalambe ny olona saingy toa mandalo ihany fa ny mpividy tsy nisy firy.

Eo ireo nitondra harona saingy toa fanomezana avy any am-piasana fa tsy vokatra avy any am-paosy na vidin-katsembohana. Sahirana ny ankamaroan’ny olona, zara raha misy ambim-bola hividianana sakafo andavanandro koa dia ampandeferina ny kilalao ho an’ny ankizy tamin’iny Noely iny. Ny lehibe moa dia toa manandrana manadino ny zava-misy amin’ny fisotroana rano mahery (alikaola e !). Na eo aza ny tahotra ny mpanendaka sy dahalo tafakatra an-drenivohitra dia ho maro ireo fiangonana ho hipoka mba ho fangataham-pitahiana amin’Andriamanitra Andriananahary hialana amin’izao fahasahiranana tsy hita noanoa izao. Malahelo ny Malagasy, very fanahy mbola velona ary betsaka ireo mitanisa ny filaminana fehizay ary mitanisa ny hoavy. Tsy misy tsy miakatra na ny vidin’ny ilaina andavanandro, indrindra ny vary izay efa ho 4000 Ariary ny kilao raha izao no mitohy, ny solika fampiasa tsy mitsahatra ny misondrotra. Izao ny fanjakana HVM vao mody taitra kanefa ny marina mitazam-potsiny ary dia mody manao asa fanasoavana. Ny tsy fandriampahalemana dia tsy atao resabe intsony fa iainana isan’andro hatramin’ny mpivarotra voanjo sy vatomamy aza voaendaka. Ny heverina ho manam-bola moa dia ny ainy mihotsy no manefa. Betsaka ireo mikarama amin’ny fizahantany (mpanofa fiara, mpiasan’ny hotely) no very karama noho ny fihenan’ny vahiny mitsidika ny nosy vokatry ny pesta sy ny maro samihafa ary ho avy indray izao ny rivodoza. Ny mpitondra amin’izany dia variana manenjika ireo mpanohitra azy fa tsy ny tena asany no ataony. Fanovana lalàmpanorenana sy lalàm-pifidianana no maharepotra azy mba hitazomana ny sezany ary efa mitady lalana etsy sy eroa ampitomboana ny vola eo am-pelatanana. Tsy tena fitondrana no misy eto fa sarisarim-pitondrana. Ny politika eto amintsika dia kilalao ary sarisary. Asa na ho betsaka na tsia ny vorombe ho lafo fa misy misy ihany ireo milanja sarindokotra atao sakafo amin’ny 1 janoary izao. Manandrana mampifaly tena, eny fa na ny zaza sary aza amin’izao sarintsarim-pety izao.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby tetsy MalacamNoroahin’ny 3FAI ny omby natao amboara

Ny fileovana 3FAI tantanan-dRtoa Raissa no nandroaka omby voalohany avy ao amin’ny kianja Malacam Antanimena taorian’ny niverenan’ireo mpilalao rugby nilalao tao amin’ity kianja ity taorian’ny nanatsaran’ny Madarail tompon-toerana azy.

Tia Tanindranaza0 partages

Krismasy 2017Hipoka ireo fiangonana rehetra

Toy ny isan-taona dia hipoka hatreny am-baravarana sy tokotany indray ireo fiangonana rehetra tsy an-kanavaka teto an-drenivohitra tamin’ny famonjena ny fanompoam-pivavahana

Tia Tanindranaza0 partages

Krismasy 2017Nihena ny loza, vitsy ireo nanorin-tokantrano

Vita iny ny Noely na Krismasy, fankalazana ny nahaterahan’ilay Mpamonjy.

Tia Tanindranaza0 partages

Katolika eto MadagasikaraFito taona tsy manana Kardinaly

Fito taona aty aorian’ny nahafatesan’ny Mgr Razafindratandra Armand Gaetan, Kardinaly farany teto Madagasikara, ho an’ny mpino katolika, dia banga mandrak’ity ny androany io toerana io. Nodimandry ny 9 janoary 2010 izy,

 

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaKrismasy tao anaty oram-be

Efa nampiomana ny sampana mpamantatra ny toetr’andro fa hirotsaka ny orana iny faran’ny herinandron’ny Noely iny, ary dia tonga tokoa ny mahalena.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

VITAL FampandrosoanaNampilafy ireo sahirana teny amin’ny fokontany

Feno 15 taona tamin’ity taona 2017 ity ny nijoroan’ny fikambanana “Vital Fampandrosoan” izay niasa ho an’ny sosialim-bahoaka na tsy nisaraka tamin’ny fanaovana politika ihany amin’ny maha olom-pirenena ireo mpikambana ao anatiny.

 

 Tao anatin’izay 15 taona izay dia tsy manadino ireo marefo mambra ao aminy ny fikambanana avy amin’ireo fokontany ao Toamasina sy ny zanak’izy ireo, ka ho famalifaliana ny zanaky ny marefo ao aminy ireo dia nisy ny fizarana kilalao sy vatomamy nataon’ny filoham-boninahitry ny fikambanana Mananjara James Antonio sy ramatoa vadiny mpitarika ny sampana vehivavy ny sabotsy tolakandro teo, tao Ankirihiry misy ny foiben’ny fikambanana. Tsy diso anjara koa ireo ankizy sy ireo beantitra ary ireo marefo tao amin’ny fokontany Beryl Rose P/elle13/64, ny alahady tolakandro teo, fa nizaran’ny fikambanana vatomamy sy menaka ary paty nahafahan’ny fianakaviana tsirairay avy nifety tamin’iny krismasy iny .

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Hafari MalagasyHivarotra trano mora

Fanamby goavana no apetraky ny fikambanana Hafari Malagasy amin'ny taona 2018 ho avy io.

  Ankoatra ny fanomezana asa ny mpiray tanindrazana amin'ny alalan'ireo tetikasany maro dia hiroso amin'ny fivarotana trano mora ho an'ireo maniry te hanan-trano indray ny fikambanana, araka ny fanazavan'ny filoha nasionaliny Rafanomezantsoa Jean Nirina. Tafiditra ao koa ny any amin'ny faritra, ankoatra ny tolotanana ho an'ny mponina eto Antananarivo. Manomboka amin'ny 1 hetsy Ariary nyvola aloa isam-bolana ary efa eo an-dalam-pikarakarana ny taratasy ny fikambanana. Fantatra izany nandritra ny lanonana famaranana ny taona notanterahin'ny fikambanana teny Anosizato ny faran'ny herinandro teo. Nosantarina tamin'ny fotoam-pivavahana nisaorana an'Andriamanitra ny hetsika sady nangatahana fitahiana ihany koa hahafahan'ny vahoaka Malagasy sy fikambanana Hafari miatrika amim-pitoniana sy amim-pilaminana ny taona vaovao 2018. Nofaranana tamin'ny fizarana sakafo ho an'ireo zokiolona an-jatony ny lanonana, ho mariky ny firaisankina sy ny fifankatiavana misy eo amin'izy ireo sy ny fikambanana.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Za’Gasy Sahy MandrosoNamarana ny hetsika fandrarahana D.D.T

Namarana ny hetsika fandrarahana ranom-panafody D.D.T notontosainy tamin’ity taona 2017 ity ny sabotsy 23 desambra teo ny fikambanana Za’Gasy Sahy Mandroso.

Tia Tanindranaza0 partages

Vary lo tokony hodoranaNisy namoaka an-tsokosoko tao amin’ny seranan-tsambo

Nanararaotra andro fety ireo mpibizina ka sahy namoaka tsy tamin’ny ahiahy ireo vary 20 kaontenera efa simba sy lo, ary efa namoahan’ny fitsarana didy hodorana saingy nanaovan’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana fanohanana tsy hotanterahina izany araka ny tatitra nataon’ny talem-paritry ny varotra Atsinanana.

 

 Izao anefa dia misy mamoaka an-tsokosoko tao amin’ny seranana ireo vary lo ary mihevitra ny hivarotra  izany eny an-tsena, manararaotra izao olana ara-bary eto amintsika izao. Ny kaontenera iray misy gony 225 no tra-tehaky ny zandary tao Tanambao V ny alahady 24 desambra teo tokony tamin’ny 7 ora sy sasany hariva. Efa tafavoaka tao anatin’ilay kaontenera nisy azy ny gonim-bary 150 no izao tratra izao, ka avy hatrany dia noraisin’ny zandary ny andraikitra nanageja ilay trano natao magazay nametrahana ireto vary ; toraka izany koa ireo rehetra teo an-toerana tahaka ity polisy iray tsy nanao fanamiana nanara-dia mba tsy hisy hanakana ilay vary lo saika hanaovana bizina. Etsy an-kilany, mihodinkodina ny fanjakana manoloana ireo Pakistaney telo lahy nanao hosoka vary lo sy simba saika mbola halefany teny an-tsena. Hatramin’izao, tsy mbola miakatra eo anivon’ny fitsarana, efa ho iray volana izao.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Mpamboly jatropha any BefandramaDimy volana tsy nandray karama ny mpiasa

Mangidy ho an’ireo mpiasa an-jatony, mpamboly jatropha any Befandrama, Ambarijeby Sud

 

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fahalalahan’ny asa fanaovan-gazetyAoriana lavitr’i Comores i Madagasikara

Nanao tatitra ankapobeny momba ny fahalalahan’ny asa fanaovan-gazety manerantany ho an’ny taona 2017 ny RSF (Reporter Sans Frontière).

 

Jean D.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fizarana tambinkaramaPi-maso amin’ireo sefom-pokontany

Hotanterahina anio ny fizarana ny tambinkaraman’ireo sefom-pokontany any amin’ny faritra Sofia. Telo volana aloha no azo, dia ny volana jona, jolay ary aogositra taona 2017. Kisendrasendra sa nokendrena ao anatin’ny vanim-potoana fanavaozana ny lisi-pifidianana ny fanomezana azy io any Sofia ? Nanomboka ny 1 desambra 2017 no misokatra eny anivon’ny fokontany ny lisi-pifidianana hahafahan’ny olom-pirenena manamarina ny anarany ao anatiny, hanesorana ireo efa nodimandry na nifindra toerana, ary koa hampidirana ireo vaovao feno taona na ireo hadino ny fisiany. Hitohy amin’ny 31 janoary 2018 io asa io. Pi-maso handrisihana ireo filoham-pokontany mba hiasa mafy ny fanomezana io tambinkarama telo volana io. Etsy an-kilan’izay dia manana tanjona ny hampakatra ny isan’ny mpifidy voasoratra anarana ho 10 tapitrisa rahateo ny Vaomieram-pirenena misahana ny fifidianana na CENI hiatrehana ny fifidianana filoham-pirenena ho avy eo.

 

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanSamy hahatratra ny ho avy

Faly miarahaba anao aho ry Jean amin’izao fahatraranao ny nahaterahan’ny Mpamonjy izao !

 Izahay moa izao velom-panontaniana hoe : mahatsiaro tena ho tena mila ny mpamonjy ve ianareo amin’izao fotoana ? Aleo aloha dia ampahatsiahivina ihany fa tena ilain’izao tontolo izao izany ry Jean fa tsy hoe misy Rakotomamonjy akory ao aminareo dia tsy hila an’izany a a ! Hivadika Rakotovonjena na Rakoto Milavonjy tampoka eo izay vao ho gaga. Tandremo bainina fa mitady hizotra mankany  mihitsy anie izao lalanareo izao a ! Misy fetrany ny zavatra rehetra. Izahay anie efa zatra miafy arak’ilay tononkira fa ianareo izao no tsy hay e ! Ianareo mantsy toa efa nanana ny ampy foana dia mbola vao mainka nanao izay hananana ny mihoatra indray ity koa ! Raha mba herimponareo madiodio moa no nahatonga anareo teo maninona fa ilay paosinay sy vata fitehirizan-karenay haroninay mihitsy ho aho no hisy farany. Tena marina e ! Hitombo ny taona dia vao mainka ve hiitatra io fomba ratsy fanaonareo io ? Samy ho hahatratra ny ho avy ary e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

“Autobus intelligent”Hiandrasana propagandy ?

Dia niesona indray aloha izany Antananarivo, raha nampanantenaina ireo “Autobus intelligent” nambara fa “hampivoatra tanteraka ny tontolon'ny fitateram-bahoaka eto Madagasikara”.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dada 2018Mazava ny lalana

Anisan’ireo Olon’i Afrika 2017 i prezidà Marc Ravalomanana araka ny filazan’ny gazety boky African Leadership Magazine.

Manantena ny Malagasy rehetra fa raha tafaverina eo i Dada “Olon’i Afrika 2017” dia hisy ny fanantenana amin’ny 2018-2023 ary tsy hievotrevotra intsony ny fanjakana.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana “Olon’i Afrika 2017”May volontratra ny HVM

Efa notaterina teto fa anisan’ireo olona enina voatsonga amin’ny fifaninanana “African of the Year 2017” na “Olon’i Afrika 2017” ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana.

Voafantina hifaninana aminy i Julius Malema, filohan’ny antoko Economic Freedom Fighters (EEF) izay nisintaka tamin’ny African National Congress (ANC) ao Afrika Atsimo. Ellen Johnson Sirleaf, vehivavy voalohany filoham-pirenen’i Liberia ary efa niasa tao amin’ny Tahirimbola Iraisam-pirenena tany Washington (Etazonia). Abubakar Bukola Saraki, lehiben’ny Antenimieramdoholonaany Nizeria, mpitsabo ary efa filohan’ny Antenimierandoholona nizeriana ny rainy fahiny. Eo ihany koa i Uhuru Kenyatta, filoha kenianina ankehitriny izay voafidy indray taorian’ny fifanolanana izay nahitana ny Fitsarana avo tany an-toerana nandrava ny fifidianana voalohany noho ny hosoka, ary rehefa naverina dia mbola ny filoha am-perinasa Uhuru Kenyatta ihany no lany satria nidongy velona tsy nety nandray anjara tamin’ny fifidianana intsony i Raila Odingananambara fa mbola “hosoka faona ny fifidianana”. Na izany aza dia nanaiky ny hamerenana ny fifidianana i Uhuru Kenyatta, izay zanak’i Jomo Kenyatta rain’ny fahaleovantenan’i Kenya nogadrain’ny Britanika mpanjanaka taona maro. Izy ireo moa izany dia notsongaina noho izy ireo “nanamafy ny demokrasia sy soatoavina demokratika sy ny fahazamitarika teto amin’ny kontinanta afrikanina”. I Marc Ravalomanana no mitarika vonjimaika aloha izao ary manarakaraka azy i Uhuru Kenyatta. Any aoriana lavitra ireo telo hafa. Ny mahatsikaiky, eny mampalahelo mihitsy aza, anefa dia ny mahare fa dia manohana an’ny filoha kenyana ry zareo eo amin’ny fitondrana eto Madagasikara. Fialonana no fahitana an’izany satria tsy misy mpankasitraka. Eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena koa, ilay adversera n°1 indray ity no malaza. Misy mampirisika ve ry zareo ireo mba hampihen-danja an’i Marc Ravalomanana satria ireto hanome loka sy mpifaninana dia “Anglophones” (mpiteny anglisy) avokoa ? Ny zavatra azo antoka dia fandresena mialoha ho an’i Dada ity “Olon’i Afrika 2017” ity ary manokatra sahady ny lalany amin’ny fifidianana 2018 koa efa “mihorohoro” ny sasany ! Naleon’izy ireo manohana vahiny “Uhuru” Kenyatta toa izay Malagasy ohatr’azy. Raha tokony ho reharehan’ny Malagasy rehetra sy Madagasikara manontolo ny manana Malagasy misongadina aty Afrika izany, ka tokony hotohanana, Ravalomanana rahateo no hany misolotena an’i Afrika miteny frantsay sy ireo zanatany frantsay teo aloha amin’io fifaninanana kaontinantany io, i Madagasikara rahateo izao no filoha mitarika ny vondrona Frankôfônia, dia ny mifanohitra amin’izany ny an’ny HVM. Atao amin’ny fomba rehetra ny haminganana sy hanakonana an’i Marc Ravalomanana sao malaza ka hanahirana amin’ny fifidianana ho avy. Marc Ravalomanana anefa ity no toy ny volamena latsaka am-bovoka, ... vao mainka mamiratra.

Jean D.

La Vérité0 partages

Lutte contre la peste - Un assainissement national en janvier

Décrétée journée chômée et payée. Le dernier Conseil des ministres a validé la Journée nationale de l’assainissement pour la lutte contre la peste, le 10 janvier 2018. « Le Président de la République a déjà évoqué la tenue de cette journée fériée durant l’épidémie de peste pulmonaire urbaine. Finalement, elle se fera en janvier, au début de l’année qui pourrait aussi se traduire en un début de changement. Le secteur privé en était informé au préalable et a donné son aval », affirme le Pr Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé publique (Msp). Bien que ce 2ème mercredi du mois de janvier soit chômé, tous les employés doivent encore passer dans leurs lieux de travail respectifs dans la matinée pour y assurer un grand assainissement, d’après le ministre de tutelle. Pour cela, les employeurs peuvent exiger la présence obligatoire des travailleurs.

Ces derniers pourront, ensuite, rejoindre leurs domiciles pour y poursuivre l’assainissement au sein de leurs maisons et leurs environs. Bon nombre de citoyens se demandent si une telle initiative n’est pas prise trop tard, que cela aurait dû se faire durant l’épidémie.  «  Nous sommes encore en pleine saison pesteuse, laquelle prendra fin en mars ou avril prochain, donc la journée nationale n’est pas trop tard », réplique le numéro Un de la Santé publique. « L’on envisage d’organiser périodiquement cette journée, surtout avant la saison pesteuse », ajoute le Pr Willy Randriamarotia, directeur de cabinet du Msp. 

Par ailleurs, diverses activités pour la riposte à la peste sont au programme pour 2018. D’ailleurs, le Msp et ses partenaires, notamment l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (Usaid) et Psi Madagascar, ont présenté un plan d’action y afférente lors d’un déjeuner de presse hier à Antaninarenina. Selon ce plan, les procédures de contrôles sanitaires dans les aéroports sont maintenues jusqu’à la fin de la saison pesteuse. De plus, la campagne de sensibilisation à travers les médias ou dans les écoles ainsi que la mobilisation des agents communautaires vont être renforcés, toujours dans le cadre de la prévention. A cela s’ajoute la caravane de sensibilisation « Totozy tour ». La ligne verte 910 sera également améliorée et ouverte à d’autres maladies et épidémies afin d’assurer la prévention et la riposte. Parmi les actions  « Wash » (assainissement et hygiène), une signature de convention de partenariat multipartite se fera au mois de janvier, engendrant une dotation de matériels pour la gestion des déchets.

 Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Fête de fin d’année - Les appareils électroménagers occupent les marchés

Finie la fête de Noël ! Après avoir célébré Noël comme il se doit, bon nombre de ménages misent actuellement sur la préparation de la fête de fin d’année. Cette période est une occasion pour les magasins et grandes surfaces de faire un déstockage sur les meubles et appareils électroménagers, ainsi que les articles de décoration. Sur ce, la plupart des familles en profitent pour rénover les meubles et la décoration intérieure. « Outre le festin et les retrouvailles en famille, la fête de fin d’année est une occasion de changer les meubles, ainsi que la décoration intérieure comme les rideaux, la couleur des murs. C’est aussi une opportunité pour rénover le salon ou la salle à manger », avance Ravaka, une mère de famille habitant à Ankazomanga.

 

Après Noël, les jouets, les articles d’habillement ou encore les accessoires n’intéressent plus les clients. Ils se tournent désormais vers les meubles pour accueillir le Nouvel an. Pour les marchands opérant du côté de l’avenue de l’Indépendance, les appareils électroménagers comme les « rice cookers », les robots, les fours électriques, les fours à micro-ondes envahissent les stands. Comme a promis l’organisateur de cet événement, un grand déstockage aura lieu à partir de la semaine prochaine. Les commerçants à Mahamasina, Andravoahangy, Soarano, Behoririka, Isotry sont encore libres d’exercer jusqu’au Nouvel an. Concernant Mahamasina et Isotry, les friperies et les friandises occupent les étals. Après ce délai, les jours de marché prendront leur cours normal, de même que la circulation des véhicules. Le bazar de Noël à Analakely ne prendra fin que le 7 janvier 2018.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Fin d’année - Des offres alléchantes des grands hôtels

Hôtel Carlton

Des ambiances pour tous les goûts

2 ambiances, 2 salles mais un seul établissement. L’hôtel Carlton a toujours été présent pour sa clientèle tout au long de l’année. De ce fait, en guise de remerciements mais aussi pour accueillir la nouvelle année en beauté, le groupe hôtelier a organisé deux soirées authentiques pour le plaisir de chacun. Ces offres de l’hôtel sont alors disponibles pour toute personne souhaitant passer une nuit de la Saint Sylvestre en famille et dans une ambiance très festive.

 

 Un voyage autour  des saveurs 

 « Around the world ». Tel sera le thème de la soirée de l’hôtel qui sera organisée dans la salle Ravinala. Un voyage à travers les saveurs du monde. Toutes les personnes présentes seront donc amenées à découvrir les différentes saveurs des quatre coins du monde entier. Des spécialités issues de l’Afrique, de l’Asie, de l’Europe ainsi que du continent américain seront présentes, sans oublier la spécialité locale. A part cela, toutes les boissons hygiéniques seront  offertes jusqu’à 23 heures. En ce qui concerne l’animation, la soirée sera animée par Dj Jo et une animation chorégraphique sera aussi au programme pour que chacun puisse s’amuser à son rythme. Une photo instantanée sera offerte. 

 Une soirée aux rythmes des diamants 

Quant à la soirée « Diamond night », elle aura lieu au toit de Tanà. Ce sera une soirée buffet dans une ambiance conviviale. Une dernière soirée aux rythmes des diamants. Elle sera animée par Nostra Music.  Et une coupe de champagne sera offerte à chaque client à l’accueil de la nouvelle année. Chacun pourra également avoir une photo souvenir de cette soirée festive. Il faut préciser que chaque soirée débutera à 20 heures.  

 Un buffet  du Nouvel an…

 « Notre histoire ne fait que commencer… » L’hôtel Carlton tient à accompagner chaque pas de ses clients pour cette nouvelle année. C’est dans ce contexte qu’il organisera le premier repas de l’année. Un buffet gastronomique à déguster en famille pour savourer la première journée de l’année.  Ce déjeuner se déroulera alors dans une ambiance jazz animée par le Jazz club du Cgm. 

  Propos recueillis par Rova R.

Gare des manguiers

La soirée du moment !

Pour ceux qui veulent longer les côtes pour clôturer l’année, Toamasina est une destination à choisir. Pour le réveillon de fin d’année, la Gare de manguiers offrira à toute la population de Toamasina une soirée inoubliable. Ce sera une soirée dansante qui se déroulera dans l’enceinte de la gare à Tanambao I. Elle sera animée par le groupe Nounous. La particularité de la soirée se remarquera surtout par la présence de Shyn et de Denise. Effectivement, ces deux stars de la Rnb malagasy se produiront sur la scène et apporteront leur touche à la soirée pour que chacun puisse profiter pleinement de cette dernière soirée de l’année 2017 et accueillir la nouvelle année en beauté. Il faut rappeler que Shyn a porté haut le flambeau de Madagascar avec sa victoire lors de l’Afrima de cette année. 

Propos recueillis par Rova R. 

La Vérité0 partages

Paositra malagasy - 99 agents d’exploitation nouvellement formés

Former ses employés pour une meilleure qualité de service et plus de performance dans le travail. C’est une des priorités de la Paositra malagasy. C’est dans ce contexte donc que 99 élèves-agents d’exploitation des postes ont suivi une formation de 10 mois au sein de l’Institut national des télécommunications et des postes (Intp), à Antanetibe Ivato suite à un concours officiel. La formation s’est focalisée sur plusieurs matières mais elle a particulièrement eu pour objectif de faire connaitre les métiers de la poste, principalement ceux de l’exploitation en passant par la rédaction administrative ainsi que les fondamentaux en marketing et en leadership.  

Cette formation a pris fin la semaine dernière. Ils ont donc reçu officiellement leur diplôme vendredi dernier assistés des autorités concernées. Un diplôme équivalent à celui d’encadreur  au sein de la fonction publique. Il faut préciser que ces nouveaux agents formés seront directement aptes à travailler et sont issus des quatre coins de la Grande île. Et ils ont également  une moyenne d’âge de 26 ans, ce qui témoigne du rajeunissement du personnel de la Poste. Un rajeunissement qui va servir à la redynamisation du service postal du pays. 

Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

La énième…

 La Dame rumeur tape fort. En dépit du branle-bas des préparatifs des fêtes de fin d’année, elle réussit à se frayer un chemin et continue à planter les décors. Les bruits d’un éventuel changement de taille au niveau de l’Exécutif se font de plus en plus entendre. En effet, un remaniement se précise. Le profil du quatrième Gouvernement du premier mandat de Hery Rajaonarimampianina semble apparaître à l’horizon. Les consultations secrètes vont bon train. En fait, le Chef de l’Etat, en cette fin d’année et à l’entame de la nouvelle, 2018, veut bien faire peau neuve. Il lui apparait, pour de bon, que la mue s’impose. Apparemment, il voudrait se débarrasser de la vieille « peau » qui lui colle sur la… peau. Les jours de Solonandrasana Mahafaly Olivier seraient-ils comptés ? Visiblement, non ! Ce n’est pas évident dans la mesure où il serait hasardeux pour le locataire d’Iavoloha de se passer, du moins jusqu’aux échéances de 2018, des services de cet administrateur civil très rompu aux arcanes de l’Administration. Un grand commis de l’Etat qui sait ce qui est à faire en pareille circonstance (l’élection).

Mais, si le locataire de Mahazoarivo serait vraisemblablement indéboulonnable, son équipe ne l’est pas forcément. Elle risque fort de subir les effets imparables d’un tsunami. Il y a trop de brebis galeuses qu’il faudrait dégager, et cela, depuis belle lurette. Lors de son discours de présentations des vœux du Nouvel an de cette année au Palais d’Etat d’Iavoloha, Hery Rajaonarimampianina avait déjà annoncé l’existence de ces quelques oiseaux, de mauvais augure, qu’il fallait écarter. Il allait prendre les mesures qui conviennent. Cependant, voici l’année qui s’achève et lesquelles mesures tardent à venir. Comme toutes les promesses non tenues, rien de nouveau jusqu’à nouvel ordre ! Cette fois-ci, ce serait la bonne, affirme-t-on quelque part, de source informée.  Toutefois, les analystes des affaires nationales s’interrogent sur la réelle pertinence d’un remaniement en ces temps-ci. A quoi bon de changer une équipe alors qu’on rechigne à apporter un nouveau style dans la méthode de travail ? On s’accroche sur un principe contre-productif dans la conduite des affaires nationales. Le mode opératoire de type Hvm, à savoir le forcing et la pratique opaque, ne contribue guère à porter des fruits quel que soit le profil du Gouvernement. Les éternelles tergiversations du grand chef freinent toute démarche s’inscrivant dans le cadre de n’importe quel changement. Dans tous les cas de figure, s’il y aura un remaniement, il entrerait dans la ligne droite d’un tape-à-l’œil. Le régime voulait se donner un nouveau visage. Rien que de l’extérieur.  En profondeur, aucune amélioration, du moins pour un vrai changement, ni dans la manière de faire les choses ni dans l’esprit d’action. La énième retouche ou remaniement du Gouvernement n’intéresse plus les citoyens en sachant pertinemment qu’il ne s’agit que des gesticulations pour amuser la galerie. En l’état actuel des choses, le régime Hvm, au lieu de l’ouvrir, ferme la porte. Le verrouillage du pouvoir se constate à l’œil nu. Le Chef de l’Etat, trop méfiant qu’il est, ne va pas s’aventurer à composer avec des « éléments » autres que sa propre formation. Tout au plus, il misera sur des personnalités ayant une affinité cachée avec le régime et susceptibles, au final, de grossir les rangs du parti.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Kidnappings - L’Etat, un responsable irresponsable

La Constitution de la Quatrième République  dans son préambule dispose que la préservation de la sécurité humaine est une condition de l’épanouissement de la personnalité et de l’identité de tout Malagasy.  L’article 56 de la même loi fondamentale dispose également que le Président de la République de Madagascar est le Chef suprême des armées dont il garantit l’unité. En se basant sur ces deux dispositions constitutionnelles, la multiplication des kidnappings ces dernières années laisse donc perplexe quant à la volonté de l’Etat malagasy à mener la guerre contre ce véritable fléau. 

En une dizaine d’années, plus d’une centaine de cas de kidnappings ont été recensés dans la Grande-île. Dernièrement deux jeunes  ont été enlevés dans les rues de la Capitale malagasy. Si le premier reste introuvable, du moins jusqu’à l’heure où nous mettons sous presse, le second, un fils d’un opérateur malagasy, enlevé du côté d’Andranobevava, a été libéré. En tout cas, ce ne sont donc pas les premiers kidnappings à avoir lieu ces derniers temps. Les responsables ne pouvaient pas ignorer le risque. Mais quand il s’agit de prendre des responsabilités, il n’y a plus de responsables.  Peu importe les circonstances des récents kidnappings, l’Etat est responsable de la sécurité de ces citoyens. Les mesures annoncées par l’Etat après chaque kidnapping semblent sans suite. Beaucoup estiment que si des mesures fortes sont prises contre la circulation d’armes dans le pays, certains de ces kidnappings seraient évités.  Faut-il en effet  rappeler qu’à chaque rapt dans le pays, les ravisseurs sont la plupart du temps lourdement armés, à l’instar du kidnapping qui a eu lieu à Andranobevava. Force est pourtant de constater qu’à Madagascar, la provenance des armes n’est jamais identifiée. Et dans le cas contraire, quand des armes sont numérotées, et donc leurs propriétaires identifiables, comme dans le cas de l’affaire de double kidnapping de Toamasina, les propriétaires ne sont nullement inquiétés.

Certains observateurs estiment également que l’Etat peut être considéré comme complice étant donné qu’il ne donne pas les moyens nécessaires aux Forces de l’ordre pour assurer la sécurité de la population. Le kidnapping du jeune de 14 ans aurait eu lieu au rond-point du Marais Masay devant des agents de la Police impuissants face à des adversaires lourdement armés, d’une part. Le véhicule des ravisseurs a ensuite été retrouvé du côté d’Ambohitri-manjaka. Autrement dit, la voiture en question a circulé dans toute la ville sans être inquiétée par les Forces de l’ordre.   L’on estime que si elles avaient été correctement équipées, les Forces de l’ordre témoins du rapt auraient pu avertir leurs collègues situés dans les autres carrefours de la Capitale pour tenter d’intercepter le véhicule des ravisseurs. En tout cas, la facilité avec laquelle les ravisseurs procèdent à ces rapts et ensuite prendre la fuite laisse planer le doute quant à la sincérité même de l’Etat malagasy à doter les Forces de l’ordre de moyens pour lutter contre le fléau du kidnapping…

 A.R.

La Vérité0 partages

Grève des transporteurs et transitaires - Le port de Toamasina tourne au ralenti !

Le premier jour de grève décrété par les transporteurs routiers et les transitaires à Toamasina a été une réussite. Les témoignages sur place affirment que le port de Toamasina tournait au ralenti dans la journée d’hier. Dès huit heures du matin, les dirigeants du groupement des transporteurs professionnels de l’Est (Gtpe) et ceux de la délégation régionale de l’association professionnelle des transporteurs routiers ainsi que les représentants des transitaires se présentaient devant le portail du grand port de l’Est pour superviser la manifestation. Une manifestation décidée suite à l’échec des négociations tripartites entre l’Etat, les transporteurs, les transitaires et la Mictls (Madagascar international container terminal limited service).

Cette dernière aurait dû, selon les résolutions prises à la réunion tripartite, revoir certains points tant décriés par les transporteurs et les transitaires. Entre autres la prolongation à 7 jours, et non 5, le délai d’enlèvement des conteneurs ainsi que la location de grue pour accélérer les opérations. Or, jusqu’à hier, l’accord tripartite n’a pas été encore signé par les parties prenantes. Pour les « grévistes », la non signature justifie une entente entre l’Etat et la Mictls au détriment des transporteurs et les transitaires.  « C’est une démonstration de force envers ceux qui pensent que nous sommes une entité négligeable » a lancé Alain Timbou, président du Gtpe avant d’ajouter qu’il suffit d’un geste, à savoir la signature du document, pour que cesse la grève des transporteurs et des transitaires. Une file de camions longeait le boulevard Ivondro hier et aucun mastodonte n’a franchi les portes grandes ouvertes du port de Toamasina. « Seuls les camions qui se trouvaient au port avant-hier ont fait des opérations. Aucun enlèvement ne se fera à partir de ce jour (ndlr : hier) » explique le président du Gtpe. Un mouvement largement suivi par les membres. A preuve, aucun transporteur ne s’est manifesté pour enlever les marchandises de la banque centrale de Madagascar. Avec cette grève illimitée des transporteurs routiers et transitaires, plus d’un craint à une nouvelle flambée de prix…

Kamy

News Mada0 partages

Eniap Antsirabe : Polisy 745 nahavita fiofanana

Miisa 745 ireo mpianatra nahavita fiofanana tao amin’ny sekolim-pirenena manofana ireo inspecteurs de police sy agents de police, Eniap Antsirabe. Ny 22 desambra 2017 no navoaka tamin’ny fomba ofisialy izy ireo. Nisy roa voaroaka tamin’ireo mpiofana, telo namerin-taona. Nisy dingana maro samihafa nolalovan’ireo mpiofana mialoha izao.

News Mada0 partages

Vary lo 20 taonina saika hamidy an-tsokosoko : voasambotry ny zandary ireo olona 4 tompon’antoka

Voasambotry ny zandary ireo olona efatra voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny famoahana an-tsokosoko ireo vary simba milanja 20 taonina tao amijn’ny seranan-tsambon’i Toamasina, ny alahady teo…

 Navoaka an-tsokosoko avy tao amin’ny seranan-tsambo ka saika hamidy tao an-toerana ihany ny 24 desambra 2017 hariva teo. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary any an-toerana, misy ny fikaroham-baovao tsy an-kiato amin’ny lafiny rehetra ka nandre ny kaomandin’ny vondron-tobim-pileovan’ny zandarimariam-pirenena ao Toamasina fa misy kamiaobe mitondra kaontenera feno vary efa simba navoaka tao amin’ny seranan-tsambo. Nandefa iraka avy hatrany mba hanamarina faran’izay haingana io vaovao io tany an-toerana ny teo anivon’ny zandarimaria ka nidina taorian’izay ireo tompon’andraikitra isan-tokony (ny lehiben’ny zandary niaraka tamin’ny mpiasa avy ao amin’ny minisiteran’ny Varotra) rehefa hita fa marina izany. Hita tokoa ireo vary simba ireo ka nogiazana ary natao “scellé” ireo gonim-bary simba miisa 400 gony ireo. Nohamafisin’ny zandary fa sady lo no efa mamaoka fofona ratsy ka miandry ny fotoana handorana azy ireo vary ireo.

Noraisim-potsiny teo am-pampidinana ireo vary ireo tao amin’ny magazainiy eny Tanambao fahadimy, Toamasina ireo tompon’antoka tamin’izao trafikana vary simba izao. Naverina nakarina tao anaty kaontenera ireo vary ireo ary nentina nogiazana any amin’ny tobin’ny zandary. Aiza ny fitondrana amin’itony vary simba itony nefa mbola tafavoaka an-tsokosoko ihany? Hita amin’izao fa mbola misy sahy mivarotra ihany. Manararaotra ny fahantran’ny olona ka mampihinana ny sakafo efa tsy fihinana intsony? Nisy koa ireo vary efa nodorana, saingy tsy voafehy ny fandorana izany ka nifandrombahan’ny olona ihany.

Jean Claude

L'express de Madagascar0 partages

Hery Rajaonarimampianina – « Je ressens l’angoisse que vit chaque foyer »

Dans son rendez-vous hebdomadaire, le président de la République fait part de ses vœux de fêtes de fin d’année. Il demande à la population de garder espoir malgré les difficultés.

Encoura­gements. Tel est le résu­mé des propos de Hery Rajao­na­rimampianina, président de la République, dans son émission Fotoambita, sur sa page YouTube, vendredi. En attendant un probable vœu à la Nation à la veille du début de l’année 2018, le chef de l’État a fait part de ses vœux pour les fêtes de la Nativité et du Nouvel An durant son rendez-vous hebdomadaire sur la toile.Souvent pointé du doigt pour des propos considérés par une partie de l’opinion publique comme décalés de la réalité, le locataire d’Iavoloha a visiblement voulu afficher sa solidarité avec la population. Qu’il est au fait des difficultés auxquelles font face les Malgaches. « Je voudrais partager mon amitié et ma communion en cette veille des fêtes de Noël et de fin d’année. Je ressens la crainte et l’angoisse que vit chaque foyer, parce que nous traversons en ce moment une période de difficultés », déclare-t-il au début de son intervention.« Je soutiens et encourage tout le peuple malgache, plus particulièrement la majorité confrontée aux difficultés, qui désespère, qui se demande comment elle va affronter son quotidien. L’espoir est toujours là, et nous devons redresser la tête », ajoute-t-il. Pour appuyer son optimisme, il affirme que « nous sommes en pleine vitesse de croisière dans toutes les actions de développement que nous avons dû entreprendre, même si les obstacles et les crocs-en jambes sont nom­breux. C’est pour cela que j’ose dire que Madagascar avance vers le développement ».Outre présenter ses vœux et apporter des mots d’encouragement à une population qui étouffe sous les multiples poids du quotidien, le locataire d’Iavoloha a vraisemblablement voulu profiter du 34e épisode de son Fotoambita, pour défendre ses choix politiques en matière de développement.

EspoirCeci, à l’orée d’une année 2018 qui sera une année électorale, celle de la présidentielle notamment, comme il le martèle lui-même. « Notre pays finira par se développer, parce que nous sommes partis d’un programme pérenne depuis ces quatre ans », soutient-il.Celui qui affirme être au fait des difficultés qui pèsent sur la majorité des foyers malgaches déclare, par ailleurs, que « l’État s’efforce de résoudre les problèmes dans la mesure de ses possibilités ». Prenant l’exemple de la flambée du prix du riz, le président Rajaonarimampianina met en avant l’augmentation des importations pour pallier l’insuffisance des récoltes. « Nous espérons que les prix baisseront progressivement en attendant les prochaines récoltes », ajoute-t-il.L’usage du mot espoir laisse, toutefois, entendre que la situation n’est pas encore maîtrisée. Certes, le climat entre dans le paramètre pour une bonne récolte du riz. Seulement, la hausse vertigineuse de cet aliment de base du Malgache, bien qu’étant la plus douloureuse, n’est qu’un des indicateurs de l’inflation galopante de ces derniers mois. Une conjoncture asphyxiante pour une nation socialement vulnérable.L’autre point sensible soulevé par le chef de l’État sur sa page YouTube est l’insécurité. « Le défi est d’instaurer le calme sur tout le territoire. Les forces de l’ordre ont fait d’immenses efforts et nous les y encourageons », indique-t-il. Sur le plan politique, les forces régaliennes de l’État ont mis au pas ceux pointés du doigt comme désta­bilisateurs. En matière de lutte contre l’insécurité, les arguments étatiques sont malheureusement souvent rattrapés par la réalité. Les faits ont quelque peu contrarié la plaidoirie présidentielle, vendredi. À quelques minutes de décalage entre la diffusion de son rendez-vous hebdomadaire, un kidnapping s’est déroulé dans la capitale.« Le soleil brillera si les Malgaches tous ensemble, chaque individu prend conscience que c’est le pays qui était en état d’urgence durant plus de cinquante ans qu’il faut rétablir. (…) C’est uniquement par le travail que nous allons vaincre la pauvreté, et croyez que tous nos efforts aboutiront à la victoire », rappelle, toutefois, le locataire d’Iavoloha. Rome ne s’est pas fait en un jour. Certaines urgences nécessiteraient, néanmoins, des solutions efficaces et efficientes promptes.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Fête de la nativité – Les transporteurs imposent leur loi

Les transporteurs ont fait leur loi lors de la fête de Nativité. Les passagers en ont souffert.

Galère sur galère. Les transports en commun ont fait souffrir les Tananariviens, tout au long de la semaine avant la fête de Noël. Plusieurs personnes ont été obligées d’attendre un bon bout de temps dans un arrêt bus pour avoir une place dans un véhicule. « Je suis ici depuis au moins 1 heure. Les bus sont pleins à craquer. Mon enfant risque d’être écrasé par cette foule qui résiste à tout pour monter dans un bus», raconte Mamy Raben-jamina, une mère de famille habitant à Ambodi-mita, rencontrée à l’arrêt bus « bassin », à Antanimena Ouest, samedi.Partout dans la ville d’Antananarivo, de longues files d’usagers ont été aperçues aux arrêts bus. A Andranomena, par exemple, la queue a été sur une longueur de 100 mètres environ, à 6 heures du matin. Vers 13 heures, les personnes ont changé mais, la longueur de la file a été restée la même. Les arrêts bus à Nanisana, à Ampasampito, à Andravoa-hangy, à Analakely, aux 67 Ha, à Ankadimbahoaka, à Anosy, ont été aussi inondés de monde, du matin à la fin d’après-midi. Lors des mêlées, des coups involontaires entre passagers se sont produits, engendrant des blessures légères chez certains. Des pickpokets en ont probablement tiré profit car, pas mal de passagers se sont plaints d’avoir perdu, soit leurs téléphones, soit leurs porte-feuilles. D’autres ont fait à pieds leur trajet, faute de véhicule.C’était aussi le moment pour certains transporteurs de doubler leur bénéfice. Certains receveurs ont obligé les passagers à payer le double du tarif. « Tout le monde descend à Analamahitsy, ce sera le terminus pour aujourd’hui», lance un receveur du bus 194 reliant Mausolée et Andrano-mena. À Analamahitsy, pourtant, ils prennent d’autres passagers, et obligent ceux qui s’entêtent à rester de payer une seconde fois 400 ariary, autrement, ils descendent. Les coopératives suburbaines reliant Mahazo et Ambohi-malaza ou Anjeva ont, par ailleurs, doublé leur tarif.

En surnombreLe président de l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU), Lanto Randrianantoandro, affirme que tous les véhicules ont été mobilisés pendant cette fête de Noël. «Ils ont été sûrement bloqués dans les embouteillages. Il est aussi probable que le nombre de nos véhicules n’a pas pu satisfaire tous les usagers qui ont été en surnombre pendant cette fête de Noël. Mais nous avons exigé qu’aucun véhicule ne parte en « Spécial » pour assurer le transport durant la fête», avance-t-il.Les embouteillages ont effectivement, chamboulé le trajet des bus. Certains arrêts n’ont pas été fréquentés par des véhicules de transport en commun. Les activités en rapport avec la fête de Noël qui se sont tenues à Analakely, ont engendré des embouteillages dans le centre-ville. «Le terminus est à Antanimena!», criaient des receveurs des lignes 144 et 135 reliant Ambohi-mahitsy et Analakely. Le président de l’UCTU a rappelé que des mesures seront prises pour ces transporteurs qui ne respectent pas les terminus et qui ont une mauvaise qualité de service. Malheureusement, il va attendre que la fête se termine pour sanctionner. Le transport durant la fête de fin d’année promet d’être aussi compliqué que la semaine dernière.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Kidnapping – Les ravisseurs libèrent un otage

Le fils d’un grand opérateur malgache kidnappé à Andranobevava a été relâché. John Razaly, kidnappé mercredi, reste, par contre, introuvable.

Double rançonnement. L’un des deux otages pris par des kidnappeurs depuis mercredi a été libéré sain et sauf, dimanche, vers 19h 45, a signalé une source à la cellule mixte d’enquête. Il s’agit du fils d’un opérateur malgache bien connu. « La famille de ce garçon de 14 ans ne nous a pas informés de cette libération. Ce qui est sûr, c’est qu’une rançon a été payée aux ravisseurs », a indiqué le même interlocuteur.John Razaly, un Français d’origine indienne, âgé de 25 ans, enlevé le mercredi 20 décembre à l’entrée de la cité Firaisana à Ankoron­drano, reste sans nouvelle. Il serait toujours séquestré par le commando de cinq individus armés qui l’ont enlevé, selon les enquêteurs. Les kidnappeurs n’ont pas encore revendiqué une rançon, selon les informations recueillies auprès du collectif des Français d’origine indienne à Madagascar (CFOIM), hier. Celui-ci s’active avec la cellule mixte dans la recherche et les investigations pour débusquer le réseau des kidnappeurs ayant fait parler de lui en l’espace d’un jour, la semaine dernière.

Crime« Cette cellule opérationnelle, depuis peu de temps, enregistre plus de quatre-vingt- quinze cas d’enlèvements contre rançon jusqu’à présent. La majorité des victimes procèdent au pourparler avec les kidnappeurs », a précisé un détective du service central des affaires criminelles, menant ensemble l’enquête avec la gendarmerie et les juges.Le Procureur de la République, Odette Balisama Razafimelisoa, a tenu à solliciter une collaboration de tout un chacun sur la lutte contre le rapt, samedi soir, dans un point de presse au parquet du tribunal de première instance d’Anosy. « Tout renseignement confidentiel que vous nous fournirez peut être transmis aux numéros de la police nationale 034 05 531 20 ou 034 05 517 26, et de la gendarmerie nationale 034 14 005 23 », a-t-elle précisé.Un kidnapping est un crime. Son délai de prescription passe à vingt ans, selon le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, chef de service de la communication et des relations avec les institutions (SCRP) de la gendarmerie. « Les enquêteurs poursuivent toujours l’investigation tant qu’il s’agit d’un crime. L’État en est déjà concerné. Ainsi, il ne faut pas attendre le dépôt de plainte de la famille de la victime pour démarrer l’enquête », a-t-il souligné.A cet effet, bien que l’otage soit libéré, on peut toujours poursuivre les ravisseurs. « La cellule mixte ne reste pas les bras croisés face à la résurgence de ce fléau », a déclaré le procureur Razafi­melisoa. Une dizaine d’opé­rateurs indiens ont déjà plié bagages pour raison d’enlè­vement, selon une source au CFOIM, hier, dans un entretien téléphonique.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Fête de Noël – Une centaine de patients au service d’urgence

Le service d’urgence de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) a reçu cent vingt-six patients en quarante-huit heures. Le bilan de la fête de Noël, depuis la nuit de dimanche à hier, a été dominé par les accidents de la circulation et domestiques. Vingt-six sur ces centaines d’individus ont été hospitalisés. Les autres sont déjà rentrés chez eux après avoir reçu des soins.Deux victimes d’accidents d’automobile ont succombé à leurs blessures sur le chemin vers l’hôpital et ont été directement acheminées à la morgue, selon les statistiques recueillies à l’HJRA, hier soir. « Cette fois-ci, aucune intoxication alimentaire collective n’a été enregistrée le jour de Noël », a indiqué le professeur Olivat Alison Aimée Rakoto, directeur d’établissement de HJRA.La brigade des accidents de circulation (BAC), qui est aussi mieux indiquée que le service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI) pour donner un bilan plus ou moins exhaustif, n’a pas encore obtenu les nombres exacts des accidents mortels et corporels survenus dans la ville et les zones périphériques pendant la Fête.Les cas des autres centres de santé de la capitale consultés, tels que Befela­tanana, l’hôpital militaire de Soavinandriana et d’autres CSB II, ont révélé plus de quinze victimes d’accidents domestiques, dont la majorité à cause d’une hypertension artérielle, selon des médecins. Aucune mort de coma éthylique n’a toutefois été signalée.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Transport terrestre – Chasse aux véhicules sans issue de secours

La direction régionale des Transports et de la météorologie de Boeny a entamé des contrôles inopinés. Les véhicules sans issue de secours ont été appréhendés.

Actions. La direction régionale des Transports  et de la météorologie de Boeny a retiré les papiers de trois taxis-brousse desservant Mahajanga à la capitale pour des raisons d’inconfort des passagers et de non application de la loi, vendredi.« La loi impose que chaque véhicule de transport de personnes possède une issue de secours. Pourtant, les vitres des véhicules en question, notamment de marque Sprinter, ne peuvent même pas s’ouvrir, c’est-à-dire qu’elles sont non coulissantes », explique Salama Andriantsaramanana de la direction régionale des transports de Boeny.Le voyage des quatorze ou dix-huit passagers  de ces taxis-brousse est également indiqué comme inconfortable, vu la chaleur de Mahajanga jusqu’à, au moins, Maevatanana, alors que les vitres ne s’ouvrent pas et qu’il n’y a point  de climatisation à l’intérieur. Les propriétaires des véhicules devront changer leurs vitres et  procéder à une contre-visite au centre de sécurité routière suivie d’une visite de conformité à la direction régionale des Transports de Boeny.

NégligenceD’autres laisser-aller ont été signalés et ont de suite été sanctionnés deux véhicules roulant avec des pneus lisses, quatre sans clignotants, ou feux de stop. « Notre équipe les a obligés à régler tout de suite le problème au sein du stationnement d’Aranta même », ajoute Salama Andriantsara­manana. Les voyageurs dénoncent, par ailleurs, l’inexistence d’éclairage dans les taxis-brousse roulant la nuit. « D’autres n’ont qu’une ampoule en code ou en phare alors qu’on a roulé la nuit », rapporte un passager. Sans parler de ceux qui ne respectent pas le nombre de passagers par banquette en insérant d’autres en cours de route.Une commerçante, habituée des taxis-brousse, raconte que beaucoup n’ont pas de goujons complets aux roues, les joints des vitres décollés  laissent ainsi pénétrer les eaux de pluie. Cette initiative de l’Agence de transport terrestre  et de la direction régionale des Transports et de la météorologie de Boeny est bien accueillie par les usagers. « Seulement, celle-ci ne doit pas se faire au compte-gouttes mais quotidiennement, s’il le faut », proposent les passagers.

Mirana Ihariliva 

L'express de Madagascar0 partages

Message de Noël – L’Église appelle au soutien des plus vulnérables

Solidarité. En substance, c’est le message de l’Église à l’occasion de la fête de Noël. Pour marquer les festivités de la Nativité, le Conseil des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), et la Conférence des évêques de Madagascar (CEM) ont prêché pour la solidarité envers les plus vulnérables.Par le biais de son président, monseigneur Désiré Tsarahazana, la CEM a indiqué que malgré la joie des fêtes, « il ne faudrait pas oublier qu’il y a des gens qui meurent dans les hôpitaux, faute de moyens. Ces personnes en difficulté ont le droit de célébrer Noël comme il se doit. Tout comme ceux qui sont délogés de leur terre, qui ont le droit d’avoir une propriété pour subvenir aux besoins de leurs familles ».L’archevêque du diocèse de Toamasina, a rappelé que l’égoïsme était contraire à l’esprit de Noël. « Il faudrait en finir avec la quête de richesse par le biais de la cupidité », a-t-il ajouté. Le FFKM, pour sa part, a mis l’accent sur le partage. Pour le Conseil œcuménique, la solidarité et le partage envers les plus vulnérables ne devraient pas juste être de mise durant les fêtes de la Nativité, et surtout être désintéressés. « Le partage ne doit pas être dans des buts politiques, mais une vraie preuve de solidarité », affirme le FFKM.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Naissance – Ambiance calme à la Maternité de Befelatanana

A minuit et 57 minutes, le cri d’un nouveau né brise le grand silence dans la grande salle d’accouchement du centre hospitalier universitaire de Gynécologie Obstétricale à Befelatanana. C’est la petite Mariana Toavina Nekena Hasimanitra, qui sort du ventre de sa mère et emmenée par une sage-femme dans une autre pièce pour recevoir les premiers soins tandis que sa mère, à tout juste 20 ans et déjà mère d’une autre petite fille, reçoit encore des soins après son accouchement par césarienne. Mariana est le premier bébé né dans cette grande maternité, le 25 décembre.« Nous habitons à Talata Volonondry et sommes arrivés ici vers 19 heures 30. Notre médecin nous a conseillés de venir en ville pour la césarienne car le bébé ne pouvait pas sortir par voie basse. Nous avons dépensé 50 000 ariary pour notre transport », raconte Tolojanahary Ramahatratra, père de Mariana, encore ému par l’arrivée de sa cadette et en même temps inquiet par la santé de la mère. « Je n’ai pas encore vu sa mère, je ne sais pas comment elle va », enchaine ce paysan.A 23 heures 50, un autre bébé est aussi né par césarienne dans cette même salle d’accouchement. Il a été emmené dans la salle de réanimation néonatale. Il aurait présenté des problèmes respiratoires, suite au retard de sa sortie du ventre de sa mère.En général, l’ambiance dans cette salle d’accouchement a été plutôt calme, au début de la soirée du 24 décembre jusqu’à 1 heure du matin le 25 décembre. Ce n’est que vers le matin que les accouchements se sont enchainés. Treize enfants seraient nés au CHUGOB entre 23 heures le 24 décembre et 7 heures le 25 décembre, selon le rapport d’un médecin. Huit garçons et cinq filles.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Sunny Master Cook RTA – Trois candidats partent en France

La grande finale de « Sunny Master Cook» a été diffusée sur la chaine RTA, vendredi. Nohasoavina et Mahery Hasina remportent cette première édition.

Le verdict est tombé. Ils étaient quatre finalistes dont deux amateurs et deux professionnels et avaient plus de 13 heures pour préparer les trois plats de leur vie.Durant la grande finale qui s’est tenue au Dôme Ankorondrano, les quatre finalistes se sont livré une bataille culinaire passionnante. Ils avaient chacun plus de onze heures et demie pour préparer leur recette et la présenter. Leur objectif a été d’imaginer et de cuisiner un menu intégrant une entrée, composée de fruits de mer, un plat chaud étudié avec du poulet et un dessert pour les cent vingt invités et les chefs. Parmi les critères d’évaluation figuraient le goût, la recette, la mise en place, la créativité, et bien entendu, l’impression générale.Dans cette bataille de talents, cétaient Mahery Hasina Malalandraibe et Sitraka Nohasoavina Rabetokotany, qui ont su conquérir les yeux et les papilles d’un jury exclusivement composé du public, du chef Miora, Cadet, Vonjy, et de deux représentants  de la station RTA, à savoir le D.G. Naina Andriamananjara et Anjan Andriamorasata. Ce sont donc, Mahery Hasina et Nohasoavina qui ont eu les billets d’avion pour Paris ainsi qu’une formation de perfectionnement en cuisine, au célèbre restaurant Étang des Bois à Vieilles ville sur Joudry et au restaurant Centre de Paris, en France pour une durée de deux mois et toucheront également les indemnités de 800 euros.« Au bout du suspense, le verdict est tombé, j’ai été parmi les grands gagnants.  C’est avec une immense fierté que je remporte cette première édition. Cela a été une aventure extraordinaire avec beaucoup de moments forts, de belles rencontres, des moments de doute mais surtout un immense plaisir de cuisines », s’enthousiasme Nohasoavina. Mais, les autres finalistes ne sont pas partis les mains vides, ils ont  empoché chacun des bons d’achats et des sacs de goodies venant des organisateurs et sponsors de « Sunny Master Cook ».La surprise de la soirée, sacré coup de cœur par le jury, Antonio part aussi pour la France poursuivre un stage de formation avec les deux autres gagnants.

Soirée animéeDans le but de faire de cette finale un grand succès, tous les moyens nécessaires ont été mis en place. Aussi, Koloina le vainqueur du télé-crochet « Feo Tokana gitara iray» et Mamina, ainsi que Nathan gagnant de « The One» ont ils animé la soirée en musique.Ces trois jeunes chanteurs ont présenté leurs propres compositions. À part, les prestations individuelles, ces produits de la station RTA ont offert une version très touchante de la chanson « Rehefa any » du groupe Zay. Ce fut une soirée de détente, riche en couleurs. Dès le lancement du concours, l’équipe de la RTA avait promis que « Sunny Master Cook» ne ressemblerait à aucun  autre concours de cuisine vu à Madagascar, et sur ce point, on ne peut pas la contredire. Pour cause, devant le succès de cette première édition du concours, les organisateurs et sponsors prévoient de  renouveler l’expérience l’an prochain. Ainsi, les inscriptions débuteront au mois d’avril 2018.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Golf – Championnat de Madagascar – Le couple Ratsimbazafy défend son titre

La deuxième édition du championnat de Madagascar se déroule pendant quatre jours à l’Azura Golf Club, Foulpointe. Le sommet national pour les pros se jouera ce jour. 

Aux couleurs des fêtes de Noël et de la fin d’année. Reportée de deux mois à cause de l’épidémie de peste, la deuxième édition du championnat de Mada­gascar de golf se déroule, depuis hier et pour quatre jours, à l’Azura Golf Resort, à Foulpointe.Le coup d’envoi sera lancé ce mardi 26 décembre, et le sommet national pour les amateurs ne prendra fin que le vendredi 29 décembre.Au début, ce championnat a été prévu se tenir fin octobre. Quatre-vingt-dix-neuf golfeurs du pays, professionnels et amateurs issus des cinq clubs du pays, à savoir, le Golf club du Rova Andakana, le Pearl de Nosy be, le Golf Club d’Antsirabe, Malaza Golf Club et Foul­pointe Azura Golf Club sont en lice à cette version 2017 du championnat national.Vingt-sept joueurs, dont cinq pros et vingt-deux caddies sont engagés dans la catégorie des pros. Les caddies sont considérés comme des professionnels de la discipline.Les pros jouent en formule stroke play sur deux tours. Et pour les amateurs, soixante douze golfeurs sont inscrits, dont soixante-et-un chez les seniors, contre onze chez les juniors.La formule et le déroulement de la compétition restent les mêmes que ceux prévus fin octobre. Le cham­pionnat destiné aux pros ouvre le bal ce mardi.Le championnat pour les amateurs se jouera pendant trois jours, du 27 au 29 décembre, en formules stroke play, brut-net et stableford.

Quatre catégoriesEn fait, quatre catégories sont concernées par ce championnat de Madagascar version 2017. Trois d’entre elles figuraient déjà au programme de la précédente édition, à savoir, les seniors, les juniors moins de 18 ans et les professionnels, hommes et dames.Et comme innovation de cette version 2017, la fédération insérera désormais la catégorie des super-seniors, réservée aux golfeurs et golfeuses âgé(e)s de plus de 70 ans.La compétition pour les amateurs qui débutera ce mercredi est réservée aux joueurs de nationalité malga­che résidant à Madagascar. En cas d’égalité, un troisième tour complet de play-off départagera les joueurs, le 29 décembre.Comme à l’accoutumée, en marge du championnat, des gros lots seront en jeu, entre autres pour le fameux trou en un et le longest drive. Une voiture offerte par CT Motors et une moto de Comacat sont à gagner pour les chanceux.Tous les participants engagés pourront tenter leur chance aux trous 9 (127m) et 14 (151m) pour l’épreuve de trou en un d’une part, et au trou 17 pour le longest drive, d’autre part. Les successeurs des cham­pions en titre, Luc et Hanitra Ratsim­bazafy respectivement chez les messieurs et chez les dames, seront connus ce vendredi.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Arivonimamo – Les habitants prennent deux bandits en flagrant délit

Les villageois de Manjakazaza, commune d’Ambohitrambo, district d’Arivonimamo, ont torturé deux dahalo pris sur le fait, samedi, vers 16 heures. Ces bandits à mains nues se sont emparés de huit zébus dans une prairie. Alertée sur ce vol, la gendarmerie d’Arivonimamo a diligenté ses élémentspour intervenir.Le fokonolona les a devancés et a réussi à mettre la main sur les malfaiteurs. Ces derniers ont été déjà torturés et blessés avant l’arrivée des forces de l’ordre. Les bœufs volés ont été récupérés et restitués au propriétaire. « Fous de colère, les habitants ont voulu dicter leur loi à l’encontre des deux bandits. Mais ils ont finalement cédé grâce à une négociation », a indiqué un gendarme qui était sur place.Les blessés ont été d’abord soignés. Ils seront soumis à un feu roulant de questions, ce jour Une enquête a été ouverte sur ce vol. Un notable de Manjaka­zaza a indiqué, hier, au téléphone, que les villageois  n’ont pas porté plainte contre les deux malfrats. « Du coup, nous comptons sur la gendarmerie pour que l’enquête soit menée à terme et que les voleurs soient punis », a-t-il-souligné.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Concert – La poésie musicale de Toko Telo envoûte

Un moment de douceur, de tendresse, mais aussi de fraternité et de partage. Le tout porté par le rythme d’une musique fédératrice et chaleureuse représentative de la splendeur de la Grande île. Le concert, présenté par le groupe Toko Telo a conquis un auditoire de mélomanes sur la scène du Arena Ivandry  vendredi soir. Sobre et jovial à la fois, c’est un excellent moment de découverte musicale que le groupe a proposé à l’occasion.Affichant une belle rencontre, Toko Telo a retranscrit en scène la splendeur des mélodies du terroir du pays, notamment, celles du Sud sur un fond de « World music » où modernité et tradition se sont conjuguées.En trio, Toko Telo se présente avec Monika Njava au chant et à la tambourine, D’Gary à la guitare acoustique et Joël Rabesolo à la guitare solo, nouveau venu au sein de cette formation prestigieuse. Le fait est que le trio fut complété auparavant par le regretté Regis Gizavo à l’accordéon edont l’aura orne continuellement les membres actuels.D’entrée, le ton est donné par D’Gary vers 20h, au-delà du voyage, c’est une belle histoire que Toko Telo relatera en musique à l’occasion. Après un solo en guitare en guise d’introduction, comme s’il nous récitait un conte traditionnel en musique, D’Gary est rejoint par Monika et Joel Rabesolo. Ainsi, une aventure commence pour plus d’une heure de communion musicale.Trois musiciens émérites, aux parcours exemplaires aussi bien sur la scène nationale qu’internationale. Monika Njava, D’Gary et Joel Rabesolo ont envoûté le public tout au long de cette soirée, aussi bien par leur voix, que par leur charisme, mais surtout par leur maîtrise des instruments.Certes, l’absence de Régis Gizavo se faisait sentir, mais Joel Rabesolo d’ores et déjà réputé pour son talent, a su faire preuve de respect en assurant ses partitions au sein du groupe. Les deux guitaristes qui ont su faire preuve de complémentarité pour l’occasion, tout en affirmant chacun sa personnalité propre.Loin des rythmes enflammés qui nous transcendent le plus souvent, lorsqu’on fait référence au Sud du pays et à son folklore donc, Toko Telo a offert une prestation plus posée et plus poétique en chantant le répertoire de son album « Toy raha toy ». Avec des titres comme« Rôplanina » ou avion dans la langue de Molière, le trio a embarqué le public dans son univers.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Karaté – Coupe MAWADO – Akka et Makawa en démonstration

La première compétition baptisée Coupe MAWADO 2017, organisée par l’association Madagascar Wadoryu (MAWADO) a été marquée par la nette domination des clubs Akka et Makawa.Le premier a raflé en tout dix médailles d’or, dont huit ravies par l’Akka Avaradrano. Ce club a surtout dominé dans la catégorie des jeunes.Chez les très petits, Akka Avaradrano a remporté cinq victoires en finale, dont celle chez les poussins -20kg signée Tamby, chez les pupilles garçons -25kg par Mioty, chez les benjamins -30kg par Fiderana, les benjamins plus de 30kg par Setra et les minimes plus de 35kg par Julio.Du côté des filles, Sarah de l’Akka Avaradrano a aussi brillé dans la catégorie junior open.Ce club a également gagné deux victoires en cinq finales des seniors hommes, entre autres celle des -60kg par Tanjona et des lourds plus 84kg par Romuald. Deux clubs de la grande famille de l’Akka, celui de Mahitsy a pour sa part remporté un titre chez les minimes filles -35kg ravi par Tsiky et Akka Jamal chez les pupilles filles -25kg par Jenina.De son côté, Makawa central brille également avec ses sept médailles d’or, dont une en kumite par équipes dames, une autre en kumite seniors hommes -67kg ravie par Orlando et deux autres chez les dames, dans la catégorie -50kg remportée par Fabie et celle -61kg par Vatosoa.Chez les moins jeunes, Makawa central a gagné un titre chez les cadets open, grâce à l’exploit de Manan­kaja. Ce club a aussi gagné la finale des poussines -20kg signée Tsanta.Quant aux représentants des autres régions, ceux de la Haute Matsiatra n’ont pas démérité en arrachant cinq médailles d’or. Cette région finit troisième au classement des médailles. Deux en or ont été décrochées par le club de Wado Fianarantsoa, dont une en kumite par équipes hommes et une autre chez les minimes filles +35kg par Voahangy.Le club de Jirama Fiana­rantsoa a aussi décroché trois titres remportés par Aina chez les -75kg seniors hommes, et deux autres chez les petits, entre autres celui des poussins +20kg par Najoro et les poussines +20kg par Christel.Les combattants de Boeny ont, pour leur part, ravi trois métaux précieux, dont deux chez les seniors, celui des -84kg seniors hommes par Nantenaina, les -68kg dames par Léontine et un autre chez les juniors open signé Landric.Cette compétition inaugurale de l’association MAWA­DO a réuni deux cent cinquante combattants, vendredi et samedi au gymnase couvert de l’académie nationale des sports à Ampefiloha. Les villes de Mahajanga et Fianarantsoa sont toutes les deux candidates pour abriter la deuxième et prochaine Coupe MAWA­DO en 2018. La commission technique en décidera durant sa prochaine réunion.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Is’Art Galerie Ampasanimalo – Tsimihole se redécouvre 

Un concert festif, créant, à l’occasion, de l’euphorie chez le public tout au long de la soirée. C’est ce que le groupe Tsimihole a proposé au public noctambule, venu le rejoindre à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo vendredi soir.Un moment exclusif, car rares sont les fois où cet antre de la musique et de l’art contemporain accueille des festivités de ce genre. Le fait est, qu’à l’occasion, c’est littéralement toute une liesse populaire que le groupe Tsimihole a créée en ces lieux. Porté par Tsimihole Tovondrafale à qui l’on doit donc le nom du groupe, accompagné de ses musiciens harmonieux, le concert a brillé par le folklore qu’il a instauré sur place durant près de deux heures d’euphorie musicale. Au-delà d’un simple concert du vendredi, c’est toute une grande fête populaire que Tsimihole a proposée à l’occasion.Chantant avec fierté et humilité les valeurs de son Sud natal, le groupe Tsimihole a convié avec dynamisme et fougue le public à danser continuellement aux rythmes de sa musique. Le public hétéroclite de la soirée, dansant, entre autres, sur du « Tsinjake », du « Rodoringa » ou encore du « Mangaliba » au pied de la scène. En général, le groupe a convié le public à s’imprégner des musiques et des danses traditionnelles « Tandroy », en relatant ces moments où l’on veille sur les zébus ou les évènements funéraires dans le Sud.Le tout aux rythmes des compositions de Tsimihole Tovondrafale, issues de ses albums « Lomalifaly » et « Tsimihole ».

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

 Noël à Ankamasoa

Andry Rajoelina, ancien président de la Transition et sa famille ont assisté à la messe de Noël du centre Ankamasoa, hier. Un rendez-vous auquel l’ancienne famille présidentielle n’a pas dérogé depuis la période transitoire. Selon les informations, le leader de la révolution Orange, sa femme et ses enfants ne seraient à Madagascar que depuis peu, probablement juste pour les fêtes. Des indiscrétions indiquent cependant qu’ayant une ambition présidentielle, l’ancien chef d’État, devrait revenir incessamment sur la scène politique.

L'express de Madagascar0 partages

Un évadé meurt dans un affrontement

Un détenu s’est fait la belle de la prison et a volé six zébus à Andilambe, commune rurale d’Angoaka, district d’Analalava. Il a été passé à tabac lorsque son complice et lui ont tenté de défier le fokonolona, vendredi 22 décembre, vers 5 heures du matin. Le coauteur a pu s’échapper. Le bétail a été récupéré. Quatre gendarmes se sont rendus sur place pour traquer le fuyard.

L'express de Madagascar0 partages

Une agence de BNI à Mampikony

La politique de proximité de BNI Madagascar a franchi une étape importante avec l’inauguration de sa nouvelle agence à Mampikony, dans la région Sofia. Située à Mahiagogo Mampikony, sur l’axe de la RN6, cette agence offre confort et proximité à l’ensemble de la population de cette région, en quête de services et de solutions bancaires de qualité.

L'express de Madagascar0 partages

Les pavés du Chemin de Jérusalem

Dans «Le Chemin de Jérusalem» (Fayard, 1997), Boutros Boutros Ghali raconte comment il occupa ses pensées pendant que le président égyptien Anouar el-Sadate et sa délégation priaient à la mosquée Al-aqsa de Jérusalem : vingt-six ans plus tôt, en 1951, le roi Abdallah de Jordanie y avait été assassiné par un Palestinien l’accusant de collaborer avec Israël ; ce dimanche 20 novembre 1977, des milliers d’autres Palestiniens se tenaient devant la mosquée pour protester contre la visite de Sadate en Israël et à Jérusalem.Moins d’un mois plus tôt, Boutros Boutros Ghali avait été nommé Ministre d’État des Affaires étrangères : dans l’organisation égyptienne de l’époque, le Ministre d’État s’occupait de problèmes diplomatiques spécifiques confiés par le Président de la République tandis que le Ministre des Affaires étrangères administrait des questions plus globales. Son témoignage de ces années 1977-1978 est particulier parce qu’il émane d’un Arabe, de religion copte chrétienne, dont l’épouse est juive.Ainsi, il raconte ses souvenirs de sa mère se préparant pour le pèlerinage du Caire à Jérusalem, «un pèlerinage aussi important pour un copte que le hadj pour un musulman» (pp. 30-31). Mais, son appréhension d’une perte définitive de Jérusalem est celle d’un Arabe, inquiétude que peuvent partager d’autres Arabes sans nécessairement les outrances des arabo-islamistes.Ce jour de Noël 2017, le président du Guatémala a décidé de suivre Donald Trump en faisant déménager l’ambassade de son pays à Jérusalem. Le Premier Ministre israélien, Benyamin Netanyahou, prétend, de son côté, être en pourparlers avec de nombreux États pour concrétiser la même démarche. En novembre 1977, Sadate avait décidé de prendre la parole devant la Knesset, le Parlement israélien, pour sortir de l’impasse diplomatique et asséner un choc psychologique.«Israël de retour en Afrique» fut le slogan-choc de la tournée est-africaine de Benyamin Netanyahu, en juillet 2016, à la rencontre de ses homologues de l’Ouganda, du Sud-Soudan, de la Tanzanie, du Rwanda, du Kenya et de l’Éthiopie. En juin 2017, le Premier Ministre israélien avait été invité à l’ouverture du Sommet de la CEDEAO (communauté économique de l’Afrique de l’Ouest). Une prochaine visite israélienne dans l’Océan Indien éclairerait mieux les esprits que des menaces de sanction pour vote dissident à l’ONU.Expliquer quoi ? Que, vers 1760 avant J.-C, Abraham «le père de la multitude», quitte Sumer pour la terre de Canaan, située entre le Jourdain et la Méditerranée, ce qui correspond géographiquement à l’actuelle Palestine. Chassés de Canaan par la famine, ils se fixent en Égypte à l’appel de Joseph, un des douze fils de Jacob surnommé «Israël». Sous la conduite de Moïse, les douze tribus sortent d’Égypte vers 1300 avant J.-C.. Après le règne de Salomon (970-930), le royaume se scinde en deux : Israël dans le Nord de Canaan, Juda dans la partie méridionale. En 722 avant J.-C., Israël est détruit par les Assyriens tandis que Juda est battu par Babyone en 586 avant J.-C.. Les Hébreux retrouvent leur indépendance en 165 avant J.-C. Jusqu’à l’arrivée des Romains, qui détruisent le temple de Jérusalem en l’an 70 avant d’annihiler l’État juif antique en l’an 135 de notre ère. Mais, se souvenir également avec humilité que même à Abraham, père d’Isaac, grand-père de Jacob, arrière-grand-père des douze tribus d’Israël, les pyramides des Pharaons pourraient dire «nous étions là avant».Pendant que Sadate se rendait à Jérusalem pour faire bouger les lignes, Madagascar aimait à s’afficher comme progressiste : ce groupe de pays avec le Bénin, la Libye et l’Algérie, que Boutros Boutros Ghali qualifie d’agressifs et provocateurs. Au contraire des alliés modérés de l’Égypte, comme le Sénégal ou l’île Maurice. À cette époque, de non-alignement engagé derrière l’URSS, Cuba et la Corée du Nord, les relations américano-malgaches étaient du niveau du chargé d’affaires : «l’ennemi principal est l’impérialisme américain, avec ses alliés sud-africains sur le continent (africain) et sionistes au Moyen-Orient».La rupture avec Israël ouvrira Madagascar aux capitaux arabes, dans ces années 1976-1977 de nationalisation du secteur pétrolier : Banque arabe de développement économique en Afrique (1250 mil­lions FMG dans un projet routier, intérêts dans le barrage d’Andekaleka), Fonds koweitien pour le développement (créé en décembre 1961, apport de capitaux dans la société de pêcherie FAMAKO et 1650 mil­lions FMG pour la construction de la route Fénérive-Soanierana-Ivongo), Fonds saoudien (créé en septembre 1974, participe au montage financier multinational pour la construction du barrage hydro-électrique d’Andekaleka : une station hydrométrique dite Rogez-Andekaleka, était active depuis 1928, sur la rivière Vohitra), Fonds de l’OPEP pour le développement international (créé en août 1976, apporte 775 millions de FMG de soutien à la balance des paiements en janvier 1977), prêt libyen de 3 millions de dollars en février 1977.Le 6 octobre 1981, Anouar el-Sadate, le premier dirigeant arabe à reconnaître Israël, sera tué en assistant à un défilé militaire. Pour avoir voulu faire bouger une nouvelle fois les lignes, le Premier Ministre israélien Itzhak Rabin sera à son tour assassiné, le 5 novembre 1995. Avec son initiative du 6 décembre 2017, Donald Trump dit vouloir, lui aussi, sortir de l’impasse. Le chemin de Jérusalem, et au-delà de Jérusalem, le chemin de la paix…Le professeur Boutros Boutros-Ghali (1922-2016) était membre de l’Académie malgache. Il fit trois voyages à Madagascar : en 1974, en tant que membre de la Commission internationale des juristes ; en 1987, pour son admission à l’Académie malgache ; et en tant que premier Secrétaire Général de la Francophonie. Il aurait pu nous prodiguer de vive voix cette leçon de neutralisme : «Les États faibles cherchent à employer la neutralité pour leur propre protection. Les États forts, au contraire, y voient souvent un témoignage d’hostilité. Il est extrêmement difficile de rester effectivement neutre : Thucydide l’a montré dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse. Mais, il est possible de se servir de la neutralité habilement et avec succès, comme les États-Unis ont su le faire à divers moments de leur histoire».

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Leçon de botanique dans les rues de la capitale

Après être passés à Analakely  puis montés à Antaninarenina, Elie Jouve, qui se transforme en guide, et Rakoto, qui s’intéresse aux diverses espèces d’arbres visibles dans la capitale, descendent Ambohitsorohitra vers Ambohidahy pour rejoindre Mahamasina (lire précédente Note).• Rakoto : Sur le talus de l’escalier qui descend vers Ambohidahy, ces grands arbres à feuilles découpées, rouges à la fin de la saison sèche, qu’est-ce que c’est ?• Elie Jouve : Ce sont des Liquidambar, remarquables par leur port majestueux et la beauté de leur feuillage rougissant à l’automne. Viens maintenant, descendons à Mahamasina. Vois-tu le lac Anosy, entouré de sa ceinture mauve de jacaranda ? Au milieu  de l’ile, entourant le Monument aux Morts, regarde la couronne sombre des thuyas du Canada ou Thuya occidentalis, dont le port, en forme de globe, s’harmonise si bien avec ce cadre imposant. Isolés sur une pelouse, ces thuyas constituent un bel ornement. Sur la digue qui donne accès au Monument aux Morts, les touffes d’arbustes que tu remarques, sont constituées par des Érables negundo ou érables à feuilles de frêne, des Althea et Bauhinier aux jolies fleurs blanches ou roses, des Tephrosia aux fleurs jaunes…• R. : N’y a-t-il pas d’eucalyptus ici ?• E.J. : Si. Entrons à l’intérieur de la Place Richelieu et admirons les magnifiques eucalyptus d’espèces diverses qui la peuplent. Voisinant avec eux, des « rotra » dont les Malgaches recherchent, pour les manger, les fruits noirâtres à saveur acidulée et qui ressemblent à des olives. Tu trouveras les plus beaux spécimens sur la Route circulaire, à Ambodirotra. Et voici, ici même, toutes sortes d’essences : de grands filaos, des Grevillea, des Liquidambar, des Jacaranda, des chênes encore, enfin des lilas de Perse que vous, Malgaches, nommez « voandelaka », mais dont le nom scientifique est Melia Azedarach. C’est un bon arbre pour le reboisement ici, car il résiste bien à la sécheresse en perdant précocement son feuillage. Quant à son bois d’une teinte jaune clair, il est utilisable en menuiserie et même en ébénisterie. Et puis, voici des pins de Jeffrey et même, assez rares à Tana, des platanes, le climat leur étant plutôt défavorable.• R. : Mahamasina et ses environs sont aussi très arborés.• E.J. : Oui. Autour du stade de Mahamasina, les peupliers de Caroline ou peupliers suisses, les mêmes que ceux déjà vus Place de la Gare de Soarano, attirent l’attention par leur taille imposante et leur belle ramure. Leurs feuilles, malheureusement, tombent trop vite et nous laissent  six mois sans ombrage.• R. : Et si nous allons Place d’Ambohijatovo, Vazaha ?• E.J. : C’est vrai, nous y retrouverons la plupart des espèces déjà citées, mais qui y sont prospères : eucalyptus variés, jacaranda, liquidambar, grevillea, filaos, camphriers et chênes. De nouveaux spécimens s’offrent, cependant à la vue : des cyprès de Lawson Pendulata aux rameaux pendants, un cyprès chauve à feuilles caduques, des cyprès de Lambert aussi qui peuvent atteindre de grandes dimensions. À côté d’eux, des pins de Jeffrey ; des Lagerstroemia appelés ici goyaviers-fleurs, charmants arbustes dont les inflorescences disposées en panicules à l’extrémité des nouvelles pousses, sont d’un beau coloris rose ; des Catalpa, espèce américaine très ornementale par son large feuillage e ses grappes de fleurs aux couleurs tendres, blanche, crème ou mauve ; des peupliers d’Italie fusiformes, espèce rare à Madagascar ; des niaoulis à l’écorce ignifuge, originaires de la Nouvelle-Calédonie ; des palmiers Vonitra qui donnent en forêt du crin végétal.• R. : Et cet arbre aux rameaux épineux mais très branchu, garni en ce moment de grosses et belles fleurs rouges, comment l’appelle-t-on ?• E.J: Tu devrais le connaitre, Rakoto, il a un nom facile à retenir pour un Malgache, « Hazom-boay » ou arbre du caïman, car il abonde dans l’Ouest, sur les berges des fleuves. Et les caïmans s’étalent sous lui pour la sieste. Les botanistes l’appellent Erythrina Crus Galli. À côté, le bel arbre, épineux également, à frondaison très développée, au feuillage léger et qui porte de grosses gousses dont les graines, comme des petites fèves, sont bonnes à manger, est un févier: Gleditschia tricanthes.

Recueillis par Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Swimming Defoul – Ambiance de fête  à l’ANS Ampefiloha

Une toute première, le mutuel des employés de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha a organisé un évènement sportif et festif baptisé Swimming Defoul 2017, ce vendredi dans l’enceinte de l’ANS. Les Antananariviens ont pu se défouler à la Piscine Party en nageant dans la piscine, avec une animation en compagnie des trois disc-jockeys que sont DJ Kjay, DJ Masino et DJ Tojay.La piscine a été ouverte au public à partir de 11 heures et demie. L’ambiance discothèque s’est ensuite poursuivi l’après-midi dans la grande salle de l’ANS, où s’est tenu le Defoul Party, toujours animé par ces mêmes deejays. La mutuelle de l’Aca­démie nationale des sports est actuellement présidée par Andrianiaina Randriama­simanana, alias Doda, ancien directeur technique national de la fédération malgache de natation.La mutuelle organise ce genre d’évènement en guise de levée de fonds, pour pouvoir distribuer cadeaux et friandises aux membres en cette période de fête.

S.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Festivités – Noël moins fêté à Antsiranana

La fête de la Nativité n’a pas tellement la cote à Antsiranana, où la religion musulmane est plus suivie. D’autant plus que les gens se réservent pour la Saint-Sylvestre et le réveillon de fin d’année pour faire la bombe.

Comme chaque année, le mois de décembre est synonyme de fêtes, mais dans la capitale du Nord, Noël est timidement marqué par rapport à la Saint-Sylvestre et le Nouvel An. En fait, l’ambiance n’était guère à la fête, du moins jusqu’à hier. Les habitants vaquent à leurs activités comme si de rien n’était.Les préparatifs y afférents ont été ainsi  timides et sobres dans beaucoup de domaines. À l’exception des écoles qui ont fêté la Nativité dans la tradition et la coutume plus ou moins chrétiennes.Quelques hypothèses sont avancées pour expliquer la situation. Les uns argumentent sur la question religieuse car la ville d’Antsiranana est apparemment dominée par la religion musulmane, tandis que les autres raisonnent sur les habitudes de la population. Depuis des lustres, seules la fête du Nouvel An et la fête nationale du 26 juin attirent et motivent le plus les « Antankarana ». En fait pour eux, ce sont les plus grandes fêtes de l’année et ils osent  dépenser beaucoup d’argent pendant  ces jours festifs.Mais, comme il s’agit d’une fête familiale, une frange de cette population, même les musulmans, marquent la fête de Nativité à leur manière. Pour ces derniers, Noël est un jour de repos, une journée d’ambiance et de plaisir, la fête des enfants avec le père Noël, ainsi qu’une occasion de faire la fête dans les bars et les restaurants de la ville et  de partager avec les proches des moments festifs et gourmands par des repas conviviaux, des brochettes-parties, par des distributions et dégustations de biscuits et de chocolat.

Les enfants adorent particulièrement le moment de distribution de cadeaux de la part du père Noël

Nativity playCette année, la plupart des écoles privées de d’Antsiranana ont fêté Noël au cours des deux dernières semaines du mois de décembre. Cas similaire pour les entreprises, les ONG, les associations ou autres. Comme ailleurs, ils ont donné satisfactions aux enfants des personnels et des membres respectifs en leur distribuant des jouets et des cadeaux.Dans de nombreuses écoles publiques et privées, surtout au niveau du primaire, la « Nativity play », mise en scène théâtrale de la naissance du Christ, reste un événement important du calendrier scolaire. Comme chaque année, la plupart des écoles organisent des prestations ludiques pour marquer l’évènement. Même les enfants des Indo-pakistanais, censés être de religion musulmane, n’hésitent  pas à participer aux festivités proposées.Pour les Églises chrétiennes, certes, la doctrine et la théologie diffèrent, mais la formule reste la même. L’origine religieuse de la fête n’est pas oubliée. Depuis presque un mois, elles ont préparé les enfants à monter des spectacles de chants, de danses et de récitations lors de la journée du 25 décembre. En outre, elles sont unanimes sur la formule « Arbre de Noël », la veillée de prière et la messe de minuit pour le 24 décembre, tout en invitant toutes les communautés chrétiennes à prier en faveur de la vie naissante.

De timides préparatifs

Les préparatifs sont timides dans beaucoup de foyers antsiranais pour cause de faible pouvoir d’achat. Ainsi, peu nombreux ont participé à l’illumination de leurs habitations. Plusieurs parents témoignent avoir instruit leurs enfants sur la médiocrité de la situation financière actuelle de leurs familles. D’autres, par contre, ont serré la ceinture pour célébrer solennellement les fêtes.Interrogés à ce sujet, une quadragénaire, mère de sept enfants, affirme être trop préoccupée à subvenir aux besoins quotidiens de la famille pour se plonger dans des préparatifs coûteux.« Nous ne pouvons pas dépenser plus que nous gagnons. Les enfants comprennent la réalité et ils attendent des jours meilleurs pour fêter les fêtes de fin d’année comme il se doit », confie-t-elle.Une autre frange de la population d’Antsiranana se dit prête, cependant, pour les festivités. Mais au prix d’énormes sacrifices selon les témoignages recueillis.« Noël, la Saint-Sylvestre et le Nouvel An, constituent des occasions qui ne se présentent qu’une seule fois tous les ans, et les enfants se réjouissent toujours pour faire la fête avec leurs amis et leurs parents. Nous avons déjà acheté des habits neufs, des jeux ainsi que du riz et des vivres frais pour eux. Auparavant, on a essayé de se serrer la ceinture pour leur offrir une belle fête de Noël », explique Saida, une mère de trois enfants rencontrée dans un shop de la rue Colbert.

Comme d’autres grandes villes, Antsiranana a instauré un bazar de Noël pour les fêtes de fin d’année.

Fête de fin d’année – Les marchés se préparent

D’une manière générale, le côté commercial des fêtes de fin d’année a pris le dessus. Les marchands ambulants avec diverses marchandises ont  sillonné les artères de la ville d’Antsiranana. Les trottoirs sont  envahis par des petits commerçants informels. D’un seul coup d’œil, les vitrines des boutiques des bords de rue ou au marché sont décorées sur différents thèmes. En outre, un grand magasin de jouets et d’articles pour enfants vient d’ouvrir ses portes.Au Bazarikely, malgré la flambée des prix, la vente de volailles est dominante. Suite à la consommation de sardinelles toxiques qui a tout dernièrement tué huit personnes, la population évitent autant que possible de consommer du poisson. Aussi, les poissonniers sont ils obligés de brader leurs marchandises.Pour sa part, la commune urbaine d’Antsiranana a pris l’initiative de transformer le jardin  historique de la Place Foch en marché de Noël. Des stands y sont installés. Une initiative non appréciée par des parents qui sont habitués, chaque année, de se promener dans ce jardin avec leurs enfants pendant l’après-midi de Noël. Mais selon les responsables municipaux, participer au marché de Noël constitue un moyen de dynamiser, voire redynamiser le commerce de proximité, un savoir-faire, un service.De fait, l’on a quand même constaté que l’ambiance n’est pas la même dans la capitale du Nord. Un grand engouement est observé dans quelques rues et quartiers du centre-ville. Les agences de transfert d’argent sont remplies de personnes qui viennent, pour la plupart, toucher l’argent envoyé par les membres de leurs familles vivant à l’étranger. Selon un employé d’une agence de transfert de fonds, cette situation est effectivement observée à la période des fêtes de fin d’année. Devant  les distributeurs automatiques des banques, de longues files d’attente sont visibles depuis quelques jours.Sur la rue Colbert surnommée la Rue des riches, les magasins sont investis par des parents accompagnés de leurs enfants pour faire des emplettes de Noël. Ils ont sillonné les magasins et les boutiques en quête, notamment, d’habits, de jouets ou d’autres produits.

Le réveillon risque d’être perturbé par la pluie.

Par contre, d’autres endroits de la ville d’Antsiranana, comme la rue Justin Bezara, ou le Point-six, sont fréquentés. De nombreux commerçants de la place se plaignent des maigres recettes qu’ils ont réalisées cette année par rapport à celles des années antérieures. Un vendeur d’articles de décoration et de jouets affirme que ces produits s’écoulent d’habitude facilement en cette période. Ce qui n’était pas le cas, cette année.« Nous vendons toujours des jouets. Mais en cette fin d’année, la vente est morose. Dès que les gens prennent connaissance des prix, ils disent qu’ils n’ont pas assez d’argent et ils sortent vite du magasin. Je ne veux plus refaire le stock, de peur qu’après la fête de Noël, je reste avec des invendus sur les bras », a-t-il expliqué.

Les à-côtés

Côté sécurité, les forces de l’ordre ont déjà commencé la patrouille de routine depuis quelques jours. Les riverains ont constaté la présence effective d’éléments mixtes dans quelques quartiers de la ville d’Antsiranana.Comme Noël est aussi un moment de partage, la région Diana a pris l’initiative de venir en aide aux détenus. En effet, le chef de région Eddie Tongazara a fait un déplacement à la Maison Centrale d’Antsiranana pour leur apporter des produits alimentaires, du riz et de la viande de bœuf.

Textes et photos : Raheriniaina

 

L'express de Madagascar0 partages

Action sociale – Le couple présidentiel  au chevet des malades

Hery Rajaonari­mampianiana, le chef d’État, et sa femme ont apporté leur soutien aux malades nécessiteux, la veille de la fête de Noël. Ils ont financé le traitement de six malades. La remise des enveloppes s’est tenue, vendredi. Les familles de ces malades auraient demandé de l’aide à la Première Dame, Voahangy Rajaonari­mampianina, en tant que mère du peuple malgache. Ce don fait partie des actions sociales entreprises par le couple présidentiel, dans le cadre de la célébration de la fête de Noël et du Nouvel An.Hery et Voahangy Rajaonarimampianina ont, par ailleurs, présenté leurs condoléances aux familles des neuf militaires, polices et gendarmes, décédés lors d’une mission dans le district d’Ikongo. Ils ont également présenté leurs condoléances à la grande famille de l’État Major au palais de l’État à Mahazoarivo, samedi. Ces éléments des forces de l’ordre ont perdu la vie dans un accident de circulation d’un poids lourd qui les a transportés vers Ikongo, le samedi 16 décembre. Ils devraient renforcer les équipes pour apaiser la tension dans ce district, après une émeute et une attaque de prison qui ont vu le jour.Le Secrétaire d’État en charge de la Gendarmerie a profité de cette présentation de condoléances pour déclarer que le calme est revenu à Ikongo, depuis.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ruée vers les Églises. 

Les Églises catholiques dans le centre-ville d’Antananarivo étaient pleines, pendant la nuit du 24 décembre. Les précipitations n’ont pas empêché les chrétiens d’assister à la messe de veille de Noël. Quelques-unes ont, toutefois, clôturé leur messe plus tôt que les autres comme à Antanimena et à Faravohitra, contrairement à Tsaramasay et à Andohalo.

L'express de Madagascar0 partages

Restaurant Telozoro – Tarika Johary s’illustre 

Ses inconditionnels de toujours auraient sans aucun doute préféré de loin des retrouvailles avec plus d’envergure, mais le groupe a, quant à lui, préféré opter pour la sobriété. Le Tarika Johary a enchanté le public noctambule de la capitale ce week-end, le temps d’un cabaret-concert au restaurant Telozoro Andrefan’ Ambohijanahary.Un retour gagnant pour la bande à Gothlieb, Luk, Mahery et Sefo, qui avec près d’une trentaine d’années de carrière au compteur, resplendit toujours autant de ce charme qu’on lui reconnaît. Sans paraître grandiloquent, mais en étant plus modeste, le Tarika Johary, fidèle à lui-même, s’est plu à satisfaire ses fans de toujours venus le rejoindre pour cette soirée unique. Tout aussi bien habitué de ce genre de rendez-vous, où il est, d’ailleurs, des plus à l’aise, le groupe l’est tout autant sur de plus grandes scènes.Ceci-étant, fort de cet esprit taquin qu’on lui reconnaît, Tarika Johary ne s’est donc pas privé de faire vibrer à pleine voix les murs du Telozoro vendredi soir. Dans une salle pleine à craquer, le groupe était très attendu. Le public impatient a pris continuellement les devants en accompagnant chaque morceau du groupe et ce dès les premières notes.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Un vol aggravé fait un mort

Un cultivateur a été tué par balle, dimanche, à 11h 58, à Ankabokimaty, commune de Sakena, district de Beroroha. Sept bandits armés de trois fusils de chasse ont dérobé son fusil de calibre douze, marque Baïkal. Cinq gendarmes se sont dépêchés sur les lieux, mais les malfaiteurs se sont déjà enfuis. La recherche se poursuit.

L'express de Madagascar0 partages

Sept blessés dans un accident

Un chauffeur de taxi-brousse de la cooperative Anjara Trans a somnolé et a fini par faire une sortie de route, selon la gendarmerie. L’accident s’est produit à Andranobevava, commune de Beanana, district de Maevatanàna, samedi, aux environs de 13 heures. Le conducteur a fauché un tricycle « Bajaj ». Le bilan s’est établi à sept blessés graves qui ont été déjà transportés à l’hôpital.

L'express de Madagascar0 partages

Dragon Fashion Wear habille le « Samouraï »

Les huit titres mondiaux en boxe chinoise lei-tai de Jean Christian Randriamalaza intéressent finalement les partenaires. La marque vestimentaire Dragon Fashion wear/YAKKUZA a annoncé qu’elle va habiller le samouraï  à ses prochains combats de mixed martial arts. Jean Christian, engagé dans la catégorie -75kg, a décroché son huitième titre de champion du monde en full kick boxe lei-tai pro du WTKA (World Traditionnal Kickboxing Association), fin octobre à Carrare, Italie. Le Malgache le plus titré mondial a déjà déclaré, après son combat en Italie, qu’il s’orientera vers le combat professionnel à partir de la nouvelle saison 2018.

L'express de Madagascar0 partages

Montée des eaux à  lhtel de ville dAnalakely. 

Les précipitations dans la nuit du 24 décembre ont suffi pour transformer les rues aux alentours de l’hôtel de ville à Analakely en rivière. L’eau est même montée à l’entrée principale de ce bâtiment. Les interventions de la CUA dans le curage des canaux n’ont pas permis d’éviter cette montée d’eau.

Midi Madagasikara0 partages

Fin d’année : Saint-Sylvestre et Nouvel An sous la pluie

Dame pluie s’invitera certainement au rendez-vous des réveillonneurs cette année, du moins, ceux de la capitale et des Hautes Terres. Les prévisions météorologiques pour les trois prochains jours annoncent un temps couvert et des soirées pluvieuses jusqu’au début de la semaine prochaine. Un temps humide qui s’est déjà installé avant Noël et qui perdurera probablement jusqu’au Nouvel An. La présence d’une zone de convergence intertropicale au Nord Est du Canal de Mozambique est à l’origine des activités orageuses dans plusieurs régions de Madagascar. Quant à la masse nuageuse présente dans l’Est de l’Océan Indien, elle reste à surveiller, mais n’influe pas, pour l’instant, sur le temps qu’il fait dans la Grande Ile. Elle pourrait peut-être évoluer en tempête dans le courant de la semaine prochaine. Mais nous n’en sommes pas encore là. Pour le moment, c’est le temps qu’il fera dimanche 31 décembre 2017 et lundi 1er janvier 2018 qui importe aux candidats aux sorties le soir du réveillon de la Saint-Sylvestre. Au vu des prévisions météorologiques, ils devront se préparer à diverses précautions, car la soirée sera plus ou moins abondamment « arrosée ». Mais il en faut davantage pour décourager les plus enthousiastes pour une sortie dimanche soir.

Côté température, le mercure oscillera entre 15°C et 19 °C le matin. Une petite baisse donc, en comparaison avec la température de la semaine précédente. L’après-midi, en revanche, on retrouvera des températures assez élevées, entre 24°C à 28°C sur les Hautes Terres et entre  34°C du côté de Morondava.

Hanitra R.

 

Midi Madagasikara0 partages

Brickaville : Voalaza fa nanapoizina ankizy, rangahy iray niharan’ny fitsaram-bahoaka

Io vava tsy ambina io ihany matetika no ahitan-doza. Rangahy iray monina ao amin’ny fokontany Andranokoditra, ao amin’ny kaominina Hoavimamiratra, any amin’iny distrikan’i Brickaville iny no niharan’ny fitsaram-bahoaka. Voalazan’ireo mponina tany an-toerana mantsy fa nanapoizina zaza iray, 13 taona, tamin’ny manga io lehilahy io. Namoy ny ainy vokatr’izany fanapoizinana nahazo azy izany ilay ankizy. Antony nampirongatra ny vahoaka, hampianjera ny hatezerany tany amin’ilay rangahy. Ny faran’ny herinandro teo no niseho ity tranga ity. Raha ny zava-nisy tokoa mantsy, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandarimarim-pirenena dia misy mangalatra foana ny manga maniry eo an-tokotan’io rangahy 63 taona. Nahavoaka vava mihitsy izy tamin’izay fotoana izay, ary henon’ny manodidina, fa hoe hovonoina izay ankizy mbola tratrany mangalatra ilay manga. Niseho tokoa ary ny tsy nampoizina. Zaza iray, izay nambara fa isan’ny fianakavian’ity rangahy ity ihany no namoy ny ainy, efatra andro taorian’ny nihinany manga, izay nalainy teo amin’ilay hazo naniry. Fifanandrifin-javatra sa tena nopoizinina tokoa ilay manga? Tezitra noho io ireo olona ka novonoin’izy ireo ilay rangahy. Soa ihany anefa fa tonga haingana tany an-toerana ny zandary nanala izany rangahy izany ka avotra soa aman-tsara, eny fa na dia naratra mafy tokoa aza. Nisy ny fifandaminana teo amin’ny roa tonta ka afaka nitondra an’ity lahiantitra ity tany amin’ny mpitsabo ny zandary. Notanana moa izy io avy eo natao famotorana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Noël et Urgences chirurgicales : 16 hospitalisations et 2 décès au CHU Ravoahangy Andrianavalona

Beuverie, ivresse et accidents en tout genre font souvent bon ménage durant les périodes de fête. Hier au Centre hospitalier universitaire (CHU) Joseph Ravoahangy Andrianavalona, le bilan (provisoire jusqu’à 18h) fut toutefois moins lourd que l’an dernier.

195 consultations. Au total, le service d’urgences chirurgicales du CHU Joseph Ravoahangy Andrianavalona a reçu 195 consultations durant les fêtes de la Nativité. Le 24 décembre, le service a reçu 73 consultations dues pour la plupart à des accidents de conduite en état d’ivresse et d’accidents de responsabilité civile. Tandis que le jour de Noël, ce nombre a presque doublé ; 122 consultations ont été reçues jusqu’à 18h (où nous étions sur les lieux). 16 d’entre ces consultations ont nécessité une hospitalisation si deux d’entre eux se sont soldées par la mort.

 Typologie des causes.

Accidents de responsabilité civile : 58 consultations et 2 hospitalisationsAccidents de la circulation : 18 consultations et 3 hospitalisationsAccidents de travail : 1 consultation et 0 hospitalisationAccidents de voie publique : 11 consultations et 3 hospitalisationsAccidents scolaire : 00 consultation et 00 hospitalisationAccidents sportives : 1 consultation et 1 hospitalisationAutres causes d’accident : 19 consultations et 7 hospitalisations.

 

Luz R.R

Midi Madagasikara0 partages

Noël 2017 : Gigantesque cohue dans la Capitale , Foule imense, voitures ayant eu du mal à circuler

Les rues de la Capitale ont été bondés les vendredi et samedi avant Noël.

Cohue. C’est l’expression qui a le plus défini l’ambiance post-christmas. En effet, les Malgaches se sont rués dans les marchés et supermarchés pour faire les dernières courses d’avant les fêtes. La foule qui s’est réunie à Analakely-Antananarivo durant la journée du samedi en est une parfaite illustration. Une ambiance folle a été observée à Analakely durant laquelle les gens présentaient ouvertement l’envie de faire la fête. Une envie partagée par la majorité des Malgaches qui n’hésitent pas une seconde à profiter de chaque occasion pour échapper à leurs difficultées quotidiennes.  Les gens se sont empressés à acheter des choses et à dépenser dans l’espoir de vivre un joyeux Noël. Conséquence, il était quasiment impossible de circuler, en voiture, dans la cette partie de la Capitale malgache durant les journées du vendredi et samedi précédant Noël.

Joyeux. L’ambiance a été plutôt festive durant la journée d’hier. Un lundi loin de la lourdeur des habituels débuts de semaine. Une heureuse journée qui était toutefois le fruit de beaucoup de sacrifice pour les milliers de familles malgaches. Sacrifices, oui car pour un ménage moyen (faut-il qu’il y en a dans le pays…on préfère cependant utiliser l’expression pour faire précis), il a fallu dépenser environ 100.000 ariary pour pouvoir s’offrir un sapin de Noël digne de ce nom. Une somme à qui doit s’ajouter les traditionnels habits de Noël (sacrés pour les Malgaches en cette période de l’année), les repas qui doivent être différents de ceux des jours ordinaires, ou encore les sorties en famille pour les ménages aisés. Bref, une journée de dépense “folle” pour les familles malgaches qui n’ont pas hésité à s’offrir  et à offrir des “cadeaux”. Ce, pour apporter et vivre “ la joie de Noël ”. Une joie de vie qui n’est plus qu’annuelle et qui semble avoir été disparu pour de nombreux malgaches. Par ailleurs, chrétien par excellence, la fête de la Nativité a été partagée par les nons-chretiens ou encore les non-croyants qui y ont trouvé une occasion pour échapper aux difficultés de la vie. Une escapade qui n’a toutefois duré qu’une journée.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Fivadiham-pitokisan’ny orinasa “MICTSL” : Hanao fitokonana manomboka anio ireo mpitatitra entana sy i...

Niverina nihenjan-droa tanteraka ny tady eo amin’ireo mpitatitra entana sy ireo “transitaires” Toamasina, amin’ny orinasa “Mictsl”, izay efa noezahan’ny minisitry ny fitaterana novahana ny alatsinainy 11 desambra lasa teo; nahatonga ny fivoriana indroa miantoana niarahan’ny minisitra tamin’ny andaniny sy ankilany tao amin’ny efitrano fivorian’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Taorian’ny fivoriana notarihan’ny minisitra dia nisy ny hevitra nifanarahan’ny rehetra nivoaka. Isan’izany ny fampiakarana ny fetr’andro tsy hitataovan-ketra ho 07 andro fa tsy ho 05 andro intsony mandra-pivahan’ny olan’ny “Mictsl”, ny fanofana fitaovana fibatana entana noho ny fahasimban’ireo fananan’ny orinasa ka miteraka tsy fahampiana sy fitarazohana eo amin’ny fisahanana ny famoahana ireo kaontenera, ny fametrahana ny ora fidiran’ny kamiao maka ireo kaontenera sy ny ora fivoahan’izy ireo ny “Mictsl”. Nanomboka tamin’io alatsinainy 11 desambra io hatramin’ny faran’ny herinandro teo, dia tsy nisy na iray tamin’ireo nifanarahan’ny “Mictsl” tamin’ny minisitry ny fitaterana ireo aza notanterahina. Nambaran’ireto mpitatitra entana sy ireto “transitaires” ireto fa fanambarana goavana an-gazety indray no navoakan’ny orinasa toa milaza fa “mandainga” ny minisitra, sy “mpamita-bahoaka” ny mpitatitra entana sy ny “transitaires” no nisy. Vokatr’ireo antony rehetra ireo, sy ny tsy fahitana vahaolana teo anivon’ny minisitera raha nangataka famahana haingana ny olana ireto mpitatitra sy ireto “transitaires”, ary ny fanapahana niaraka nifanaovan’ireo iharan’ny “fivadiham-pitokisana” ataon’ny “Mictsl” ireto taorian’ny fivorian’izy ireo, dia hitokona tsy voafetra izy ireo manomboka anio talata 26 desambra ka tsy hiverina hiasa raha tsy vita sonia ny fifanarahana eo amin’ny telo tonta ireto hialana amin’ny fitapitaka. Tsy hisy entana hivoaka sy hiditra izay eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina manomboka anio.

Malala Didier