Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Jeudi 26 Novembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara18 partages

Pédophilie à Tuléar : La Plateforme pour la protection des enfants compte sur la Justice.

La plateforme pour la protection des enfants à Tuléar.

Seules les 14 fillettes sur une quarantaine, toutes  âgées de 9 à 14 ans, ont raconté leur malheur à la Plateforme, composée de 11 associations (ONG BelAvenir, Centre Vonjy, Natanael, Akama Salfa, Mondobibi, etc.), s’occupant de mineurs à Tuléar. Enfin les langues se sont déliées. Tatiana raconte : « le soir, un peu étourdis par l’alcool et la fumée de la  drogue, ils nous ont amenés au bord de la mer, toutes nues, et ont profité de nous selon leurs quatre volontés ».   En un mot : elles ont été abusées sexuellement et ont été victimes de viols collectifs et fréquents par des étrangers, en majorité des ressortissants français, habitants de Mangily (22 km au nord de Tuléar). Un couple de Malgaches recrutait les jeunes filles. Les pervers commandaient, de préférence, des pucelles. Le tarif pour ces vierges est très élevé. C’est le prix de la traite. Ainsi, toute nouvelle recrue et vierge est l’objet d’une attention particulière qui apprivoise les filles dès leur arrivée. Ensuite, elles sont réparties en groupe de cinq par les commanditaires. Une dame à Tuléar raconte que les filles font la queue pour être reçues par les “Vazaha”. Deux,  trois fois par semaine, les retrouvailles s’organisent et la familiarisation trompeuse se déroule dans les chambres  de ces étrangers.

Elles rêvent de se marier avec un “Vazaha”. Cette malheureuse activité subsiste depuis des années. Avec le confinement. Le phénomène s’est amplifié brusquement. Aucune fille maltraitée ne pipait mot car, au bout du compte, elle et ses congénères  espèrent se marier avec leurs prédateurs. Donc, elles étaient prêtes à tout supporter pour pouvoir réaliser leur rêve. A Tuléar et ses environs, épouser un “Vazaha” est un honneur suprême et présume la fin de la misère. Ces pauvres filles sont, souvent, encouragées, par leurs propres parents dans cette perspective, aussi paradoxale que cela puisse paraître aux regards des gens bien pensants. Ainsi, la Plateforme ne peut pas rester les bras croisés et ne rien faire devant cette pratique honteuse qui piétinent le droit des enfants et bafouent les bonnes mœurs. Sentant la menace, les étrangers se sont vite ressaisis, et, ce faisant, ont vite fait de quitter Mangily et ont profité de la campagne de rapatriement officiel des ressortissants étrangers suite à la Covid-19 pour rentrer chez eux. Le Consulat général de France est alerté de l’infraction pénale. La chasse aux pédophiles est enclenchée. Il n’en reste plus beaucoup sur les dix-neuf (19) dans le collimateur de la gendarmerie de Mangily. Trois d’entre eux sont placés sous mandat de dépôt après une enquête préliminaire, ainsi que le proxénète. Les deux parties sont représentées par des avocats. La Plateforme  des 11 associations espèrent la reconnaissance de la protection des mineures.

Charles RAZA

Midi Madagasikara14 partages

Vaccin contre la Covid-19 : Madagascar ne passera pas de commandes de doses

L’Etat malagasy ne passera pas de commandes de vaccin contre la Covid-19.

L’Exécutif estime que cela est contradictoire à toutes les initiatives prises par l’Etat malagasy dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

Madagascar ne fera pas partie des 172 pays et territoires qui participeront au Mécanisme COVAX. Une initiative mondiale qui consiste à collaborer avec les fabricants de vaccins contre la Covid-19 pour garantir aux pays du monde entier un accès équitable à des vaccins sûrs et efficaces, une fois qu’ils seront homologués et approuvés. En effet, selon un membre du gouvernement, le sujet a été évoqué lors du Conseil des ministres qui s’est déroulé hier au Palais d’État d’Iavoloha. Au vu de la tournure des débats, l’on peut affirmer que la Grande-île ne passera pas de commandes de doses de vaccin contre le coronavirus. Cela ne fait pas partie des priorités du moment, vu les difficultés auxquelles l’Etat fait face actuellement, avec notamment le “kere” dans le Sud et tous les problèmes socio-économiques engendrés par la période post-covid . Cela est contradictoire à toutes les initiatives et démarches déjà entamées par les autorités malgaches dans le cadre de la lutte contre la pandémie de COVID-19, estime-t-on du côté de l’Exécutif. Une allusion certainement à l’ouverture de l’usine Pharmalagasy et la découverte des différents remèdes et médicaments que les chercheurs malagasy ont trouvé pour faire face à la pandémie, entre autres, le Covid-Organics, le CVO Plus et le CVO+gélule. Le régime souhaite donc rester fidèle à ses engagements et activités. Une décision plutôt logique car commander des vaccins alors que le pays a déjà annoncé avoir réussi à vaincre la Covid-19 par les moyens locaux et les découvertes locales, serait politiquement incorrecte. D’autant plus qu’actuellement, et ce, contrairement aux autres pays européens qui enregistrent encore plusieurs milliers de cas confirmés par jour, le bilan est plutôt positif pour Madagascar. Selon notre source, les ministres concernés auraient reçu une instruction claire afin de préparer des réponses diplomatiques pour rejeter tout lobbying et/ou pression internationale liés à d’éventuelles offres ou commandes de vaccins contre le coronavirus.

Désaveu. A l’allure où vont les choses, le risque d’un nouveau bras de fer entre l’Etat malagasy et l’Organisation Mondiale de la Santé n’est pas à écarter. En pleine période de pandémie mondiale, une friction a déjà eu lieu à cause de la découverte du Covid-Organics par l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA). Il convient de rappeler, en effet, que le Mécanisme COVAX est coordonné par l’Alliance Gavi, en collaboration avec l’OMS. D’après les informations, 92 pays et territoires à revenu faible ou intermédiaire remplissent les conditions pour bénéficier du système de garantie de marché (AMC) du COVAX. Madagascar figurerait parmi ces pays. Force est d’ailleurs de noter que durant son passage à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandranto a annoncé devant les députés que la Grande-île commandera le vaccin contre la COVID-19. Une rubrique y afférente est même inscrite dans la Loi de Finances initiale 2021. Les débats du Conseil des ministres d’hier se présentent, en quelque sorte, comme un désaveu à l’endroit du Grand argentier.

Réticents. Vu les problèmes socio-économiques post-COVID, l’Etat malgache, classé par l’OMS parmi les pays à revenu faible, ne pourrait pas se permettre de commander des vaccins anti-covid. L’Exécutif encourage plutôt le renforcement des gestes barrières et des mesures sanitaires, et choisit de faire confiance aux résultats des recherches réussies par nos chercheurs. Nul n’ignore d’ailleurs que les Malagasy ont toujours été réticents quand il s’agit de vaccins. Les contestations et les débats autour du vaccin contre la poliomyélite en est un exemple concret. On sait aussi que même en Europe et dans les pays développés, convaincre la population à se faire vacciner contre la Covid-19 n’est pas une mince affaire. En France par exemple, un Français sur trois seulement accepte le vaccin.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Grand Antananarivo : Le Schéma directeur de l’assainissement présenté et signé cette semaine

Assise de l’assainissement et l’aménagement Urbain, à l’Hôtel de ville Analakely.

La gestion durable de l’eau et l’assainissement des grandes villes figurent parmi les grandes priorités du gouvernement et des dirigeants locaux, selon le MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux publics).

Tout comme l’Etat central, les collectivités, la société civile et les partenaires de développement s’impliquent dans les efforts menés pour améliorer l’assainissement de la ville d’Antananarivo et de ses environs. C’est dans cette optique qu’a été lancé le PIAA (Programme intégré d’assainissement d’Antananarivo), actuellement en cours, financé par l’AFD (Agence française de développement), l’Union européenne et l’Etat malgache. Selon le MATP, il s’agit d’un programme qui touche surtout la gestion de l’évacuation d’eaux de pluie, d’eaux usées, la gestion des déchets, l’agriculture, l’élevage et les risques d’effondrement de terre. « De ce fait, l’élaboration du schéma directeur de l’assainissement (SDA) concerne ce programme, pour la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Ce document comprend l’allocation des ressources et la construction d’infrastructures d’assainissement pour les 15 prochaines années, suivant l’élargissement de la Commune sur tous les plans », ont indiqué les représentants du MATP, lors de l’assise de l’assainissement et l’aménagement Urbain, le 24 novembre dernier à l’Hôtel de ville Analakely.

Signature. Le SDA de la ville d’Antananarivo a été présenté durant l’assise ; une présentation suivie de la répartition des tâches entre les différentes parties prenantes, notamment le MATP, le MEAA (Ministère de l’eau, de l’assainissement et de l’Hygiène), ainsi que la CUA. D’après les explications, le SDA est un document qui comporte les propositions de solutions pouvant être adoptées pour définir une bonne organisation permettant d’éviter les inondations et l’accumulation d’eaux usées en période de pluie. Demain, 27 novembre 2020, les résolutions et la déclaration officielle relative à la répartition des rôles de chaque partie prenante dans le SDA, seront signées. En somme, la ville d’Antananarivo et les communes environnantes doivent relever de grands défis pour atteindre les objectifs fixés et le SDA est indispensable dans ce cadre.

Antsa R.

Midi Madagasikara3 partages

Concert : Le beko fusion de Mamina au Mimi Lounge Bar

Artiste de qualité, Mamina va offrir au public d’Antananarivo un évènement inédit. Ce jeune homme peut se targuer de posséder une solide reconnaissance, notamment grâce à ses œuvres.  Depuis  2018, l’année où Mamina a commencé à être connu par le grand public, plusieurs de ses chansons se sont imposées au sommet des hits.

Ce concert propose la découverte de chansons du beko en fusion avec d’autres sonorités.  Chants d’amour, faits historiques, protection de l’environnement, le tout bercé par une musique proche des traditions du Sud mêlée avec un rythme moderne et des arrangements de l’ensemble.

Le jeune artiste transportera le public dans un monde de paix et de lumière. Son répertoire comprend les plus belles chansons jamais enregistrées et les plus touchantes mélodies, faisant de ce concert une fête incontournable. Après plusieurs concerts à travers les centres culturels de la Capitale, il embrasera de sa voix le “Mimi Lounge bar” Ambohibao Antehiroka avec son instrument préféré, la guitare. « Accoustic night », tel est le thème de la soirée. En effet, Mamina sera dans son élément vendredi prochain. Un concert à ne pas rater pour les adeptes de la world music.

Zo toniaina

Midi Madagasikara2 partages

7e édition du salon Voatra : Les produits « Vita malagasy » à l’honneur

: Lors de l’ouverture officielle de la 7e édition du salon de la Créativité Voatra, hier. (Photo : Princy)

Des opérateurs malgaches membres de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA), exposent leurs produits et services dans le cadre de la 7e édition du salon de la Créativité Voatra.

Cet événement se tient depuis hier et ce jusqu’au 28 novembre 2020 à l’annexe de la CCIA à Antanimena. Une quarantaine de stands y sont érigés. Les produits « Vita Malagasy » y sont à l’honneur. On y trouve, entre autres, les compléments alimentaires naturels à base de sésame produits par la Ferme Aina. Le sésame a de nombreuses vertus comme la prévention de certains cancers, des maladies cardio-vasculaires. Il est également riche en calcium, magnésium et fer. Les promoteurs travaillent en partenariat avec des coopératives de producteurs à Farafangana et à Manakara pour la collecte de sésame. La Ferme Aina a, également, su diversifier ses produits en fabriquant, entre autres, de l’huile de sésame et de baobab.

Créativité. En outre, les produits cosmétiques naturels et fabriqués à Madagascar, se développent également d’une manière plus rapide, même si le pays traverse une crise sanitaire engendrant une crise économique. En effet, de nombreux produits servant de gels désinfectants sont exposés dans le cadre de ce salon de la Créativité Voatra, dans sa 7e édition. Les produits de beauté et de soins capillaires ne sont pas en reste. Mais force est de constater que les produits artisanaux y dominent. Les exposants ont fait preuve de créativité. On peut citer, entre autres, des effets vestimentaires aux modèles spécifiques fabriqués par Mahafaly Création, les différents sacs en raphia comme le « Sandrify » faisant la particularité de Madagascar, ou des sacs en tissus avec des broderies. Les différentes sandales en cuir sont également tendance. D’autres artisans exposent des décorations planes avec des peintures PVO. On y trouve aussi des décorations intérieures. Quant à la société Natur’l, elle a présenté le tambavy (tisane) à base de ravintsara servant à augmenter le système immunitaire humain, ainsi qu’une solution qui est utilisée pour désinfecter tous types de matériels, même les voitures.

La réputation. Par ailleurs, les produits issus de la transformation agro-alimentaire sont mis en avant lors de ce salon de la créativité. Les vins de tomate, les confitures de patate douce à chair orange, les ketchups, les mayonnaises de soja, les vinaigres de cidre, les fruits séchés et les pâtes artisanales aux œufs frais sans conservateur y sont entre autres exposés, sans oublier les haricots mungos ou soja vert qui font la réputation de la Ferme du Boeny. Rapha Madagascar, quant à lui, présente des produits utilisés pour les traitements naturels des maladies. En revanche, Vaniala, qui est une filiale du groupe JCR, expose une large gamme de produits de beauté et de bien-être naturels. On peut citer, entre autres, les huiles essentielles, les thés aromatiques, les produits d’hygiène, les fortifiants naturels, les huiles de massage et les boissons fonctionnelles à base de plantes naturelles.

Innovations. Et ce n’est pas tout ! Les innovations sont également à l’honneur dans le cadre de cet événement économique et commercial. A titre d’illustration, Madacompost se spécialise dans le domaine de la production de pavés autobloquants à partir du recyclage des sachets en plastiques. Cette entreprise y a également présenté un charbon recyclé qui a été conçu à partir du traitement des déchets ménagers. En outre, elle promeut un bio-combustible produit à partir des déchets urbains et un autre bio-combustible performant élaboré à partir de matières organiques densifiées et chauffées. Tous les deux sont destinés à un usage industriel. En tout, « notre objectif est de solliciter les entreprises malgaches à produire localement tout ce dont la population a besoin afin d’éviter la dépendance aux importations. Des échanges entre les opérateurs d’Analamanga et ceux des autres régions périphériques, ne sont pas en reste », a évoqué Noro Andriamamonjiarison, la présidente de la CCIA, lors de l’ouverture officielle de cet événement hier.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Violences basées sur le genre : La Justice déterminée à lutter contre

(photo d’archives)

Lors d’un entretien avec le Secrétaire général du ministère de la Justice, Herilaza Imbiki, avant-hier, il nous a expliqué que le ministère s’engage à lutter fermement contre les violences basées sur le genre, surtout au vu des nombreux cas détectés récemment. D’ailleurs, le ministre de la Justice, Johnny Richard Andriamahefarivo, vient d’établir une circulaire à ce sujet pour l’organisation interne de la Justice. A cela s’ajoute la mise en place de cours criminelles ordinaires dédiées exclusivement aux crimes relevant de la violence basée sur le genre (VBG)  à Antananarivo. De plus, le ministère de la Justice projette aussi de lancer une campagne massive de sensibilisation dans toutes les régions du pays, ceci dans le but de conduire à un changement de comportement au niveau de la population. Pour le SG du ministère, les VBG peuvent avoir plusieurs causes comme la consommation de stupéfiants, des troubles du comportement et bien d’autres encore. C’est pour cette raison que le ministère de la Justice souhaite effectuer des actions de sensibilisation. Ceci dit, toute personne auteure d’une VBG ne sera pas épargnée d’une poursuite judiciaire et des peines qui vont avec. Rappelons que la peine maximale pour ce type de crime peut être des travaux forcés à temps. Par contre, si la personne est poursuivie pour attentat à la pudeur non suivi de violence, un tribunal correctionnel peut suffire.

Le ministère de la Justice invite les concitoyens à travailler ensemble pour endiguer les VBG à Madagascar. Néanmoins, Herilaza Imbiki de préciser qu’il ne faut pas s’adonner à des accusations gratuites et sans preuve. Il demande, également, à la police judiciaire de fournir à la Justice des documents complets pour chaque prévenu.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

RFC à l’université : Hommage aux nationalistes à travers le film “Tabataba”

Tabataba, un film qui a fait couler les larmes des sensibles.

«  Tabataba » de Raymond Rajaonarivelo, un film légendaire historique réalisé en 1988, a été projeté au local d’ADMC-CRAM à l’Université d’Antananarivo hier à 14 heures.

En effet, le film se déroule vers la fin de l’année 1946 pendant laquelle couvent les événements de 1947. L’arrivée d’un leader du parti MDRM pour annoncer la tenue des élections a tout fait basculer. Créé à Paris en février 1946, par Raseta, Ravoahangy et Rabemananjara, le MDRM connaît un succès dans toute l’île. Ce parti est conscient qu’il faut incarner la nation malgache. À part les élections de 1946 qui provoquent des tensions entre les deux principaux antagonistes, notamment, les nationalistes et les pro-coloniaux, une division s’installe entre les nationalistes eux-mêmes. Une partie de la population pense que les élections permettent l’accession à l’indépendance, alors que l’autre estime qu’il faut prendre les armes pour s’affranchir de la domination des Français colonisateurs.

La deuxième moitié de l’année 1940 est une période dure pour Madagascar, la Seconde Guerre mondiale a affaibli la Métropole. Par conséquent, comme tous les territoires d’Outre Mer, les répercussions sont lourdes. À part l’office du riz et le marché noir, l’insurrection de 1947 est un événement marquant de l’histoire de la Grande Ile. Une année durant laquelle la population malgache a souffert. Après l’insurrection vient la réaction des colonisateurs. Ceci est marqué par un cortège d’arrestations. Une démonstration de force pour mater les insurgés. En novembre 1948, l’administration coloniale prétend avoir neutralisé « les rebelles ». Bon nombre de nationalistes sont arrêtés, la presse muselée, le MDRM dissout. La terreur règne dans toute l’Île.

Néanmoins, le film de Raymond Rajaonarivelo n’a pas évoqué que les évènements de mars 1947 ne sont pas aussi bien connus qu’on le pense. Bon nombre de Zones d’ombre subsistent sur ce qui s’est passé, et à propos des autres régions de Madagascar qui ne connaissaient aucune manifestation. C’est ce qu’on appelle une insurrection tuée dans l’œuf.

Maminirina Rado

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Affaire Ahmad Ahmad – Siteny Randrianasoloniaiko prend sa défense

Après avoir été accusé de plusieurs actes frauduleux et sanctionné parFédération Internationale du Football Association (FIFA), le président de la Confédération Africaine de Football (CAF), Ahmad Ahmad, d’origine Malgache a le soutien de Siteny Randrianasoloniaiko.
Siteny Randrianasoloniaiko, président du Comité Olympique Malgache et également président de la Fédération Malgache du Judo affirme que cette décision prise par la comité d’éthique de la Fifa fait partie d’une manœuvre politique, dans l’objectif d’empêcher l’ancien président Ahmad Ahmad de se lancer dans un prochain mandat. Il est à savoir que les élections se préparent au niveau de la CAF et le malgache Ahmad est candidat. Ce dernier a fait appel à la décision de la FIFA.
Ino Vaovao0 partages

FITAOVAN’NY ZANDARIMARIA : Nopotehina ireo baomba tahiry tsy azo ampiasaina intsony

Araka ny angom-baovao voaray dia nanazava ny kaomandin’ny Zandarimaria amin’ny Fari-piadidiana Antananarivo Andry Rakotondrazaka fa  : “efa tsy azo ampiasaina intsony ireo baomba ireo ary efa tahiry am-polon-taonany maro ka tsy maintsy nandraisana fepetra ka izao tontosa soa aman-tsara izao“. 

Nisy ihany koa ny andrana ara-teknika natao tamin’ireo basim-panjakana, izay nogiazana tratra tamin’ireo asan-jiolahy maro nitranga teto amin’ny fari-piadidiana Antananarivo nandritra izay folo taona izay. Ho an’ny eto Madagasikara manokana moa dia efa misy ny fandaharam-potoana izay hotontosaina any amin’ny Faritra tsirairay avy amin’ny fanapotehana sy ny fanaovana andrana teknika ireo fitaovam-piadiana azon’ny Zandarimaria teo am-panatanterahana ny asany izay nampiasan’ireo olon-dratsy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FISOLOKIANA AO AMIN’NY FACEBOOK : Sarona ireo teti-dratsy goavana vitan’i Prudence

Fikambanana iray antsoina hoe "Divine Madagascar", pejy Facebook "Vonjy ho an’ny hafa", mpanao asa soa sy manampy ireny zaza tsy salama mila fitsaboana any ivelany ireny no nametraka fitoriana tao amin’ny Sampana mpikaroka ny heloka bevava an’ny Zandarimariam-pirenena Antananarivo etsy Fiadanana, manoloana ny fisolokiana avo lenta nataon’i Maman’i Iavotiana na i Prudence. 

Raha tsiahivina hatrany am-boalohany ny raharaha dia nolazainy fa tsy salama io zanany io, ka nanangonany fanampiana am-pitaka tamin’ny tambazotran-tserasera “Facebook”. Ny 11 novambra taona 2018 no nanomboka namitaka ny fikambanana voalaza etsy ambony izy ary niangavy fanampiana fa marary mafy mila fandidiana haingana any Frantsa i Iavotiana zanany, niaraka tamin’ ireo taratasy hosoka maro. Nanampy tokoa ary ity fikambanana ity ka nanao fanehoana na “publication” tao amin’ny pejiny. Maro ireo olona nahita izany, nangoraka sy nandray anjara nandrotsaka vola tany aminy mivantana avy hatrany. Hatramin’ny Fitondram-panjakana aza nikarakara ny antontan-taratasy rehetra hanafainganana ny fandehanan’izy ireo tany Frantsa. Ny 06 mey taona 2019 i Iavotiana sy ny reniny no tonga tany Frantsa, niaraka tamin’ireo taratasy rehetra mikasika ny ho fandidiana sy fitsaboana azy dia ny "tétralogie de falot". Nanomboka teo no nampiahiahy ny tompon’andraikitra satria raha nozahana i Iavotiana, ny 07 mey 2019, dia salama tsara tsy misy maninona akory ny fony ary nalefa niverina fotsiny teto Madagasikara. Ny 16 jolay 2019 dia tonga taty an-tanindrazana izy ireo. Taty aoriana anefa dia mbola nitohy ihany ny fisolokiana goavana nataony satria mbola nanao "publication" hafa indray koa manambara fa mbola mila fanampiana, miaraka amin’ny taratasy valim-pitiliana hosoka. 

Ny besinimaro moa tsy nahafantatra fa nangoraka ka dia mbola nandrotsa-bola ihany. Nandritra ny famotorana lalina àry dia fantatra fa hosoka daholo ireo taratasim-pahasalamana nampiasainy mba hanampian’ny fikambanana "Divine Madagascar" azy. Tapitra novainy daholo koa ny taratasim-pahasalamana nomen’ny dokotera malagasy nentiny nambabo ny fikambanana. Nandray an-tanana ny raharaha moa ny zandary, vaky bantsilana taty aoriana ny tena marina rehetra. Niaiky ny heloka vitany ity farany. Natolotra ny Fampanoavana ny faha 23 novambra 2020 teo ary naiditra am-ponja eny Antanimora.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTOBY- MIARINARIVO : Ben’ny tanàna teo aloha tratra anolana zazavavy tsy ampy taona

Teto dia ny Ben’ny tanàna mihitsy no nahavanon-doza, nanolana zazavavy tsy ampy taona, manodidina ny 14 taona tao Imerinimamo, fokontany Ambohimanana, Kaominina Antoby Atsinanana, ny 10 novambra 2020 lasa iny.

Ny angom-baovao voaray no nahalalana fa rangahy iray 54 taona, Ben’ny tanàna teo aloha tao Antoby Atsinanana, Distrikan’i Miarinarivo, Faritra Itasy no voalaza sy nahazoana porofo ho nanolana io zazavavy io rehefa nandeha ny famotorana ny raharaha. Ny faha-21 novambra 2020 vao nahazo ny fitarainana tamin’ny solontenam-panjakana tao Miarinarivo ny Zandarimaria. Noraisina avy hatrany, araka izany, ny andraikitra ka nanaovana fanadihadiana lalina. Nahitana porofo maromaro moa ny heloka vitan’ity farany ary efa niaiky ny hadisoany ity Ben’ny tanàna ity, ka natolotra ny fampanoavana ny talata faha -24 novambra 2020 ary naiditra am-ponja vonjimaika.

Manoloana ity herisetra mafampana tato ho ato ity dia tsy mitsahatra manentana ny ray aman-dreny mba hanara-maso akaiky ny taranany avy ka ho sahy hijoro, hitory ihany koa rehefa misy tranga. Na toy inona ireo fomba hanararaotana ireo zaza tsy ampy taona dia tsy azo ekena sy voararan’ny lalàna mifehy eto amintsika ary koa mahavoasazy hanao asa an-tery vozona ao anatin’ny taona maro.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

BOENY SY BETSIBOKA : Mikarakara ny fambolen-kazo sahady ny tontolo iainana

Mikasika ny fametrahana ‘pepinières’ na zanakazo ny fanofanana izay niarahana ihany koa tamin’ny sampan-draharaham-paritry ny tontolo iainana sy fampandrosoana lovain-jafy eto Boeny sy Betsiboka. Manomboka amin’ny famafazana ny voa izany ka hatramin’ny fametrahana azy ireo anatin’ny haron-kely hitsiriany sy hahafahana mitondra azy. Nisy ny fampiharana ny fanofanana azo tany Marohogo, tanin’ny Minisiteran’ny tontolo iainana natao fambolen-kazo izay mirefy 18 000 ha.

Tao Tsianaloka no nanaovana izany. Tsianaloka izay midika fa tsy misy aloka satria teo aloha dia tsy nisy na hazo iray io toerana io. Telo taona taty aoriana dia vita voly hazo ny 2000ha. Efa taona maro no nisy ny fambolen-kazo teto Madagasikara saingy nijanona ho fandevenan-kazo ihany izany hatrizay. Maty nyankamaroan’ireo hazo nambolena. 

Tato aoriana dia nisy ny fikojakojana, fiavana ny fototry ny hazo nambolena sy fanasiana ahitra ‘paillage’ hitazona ny hamandoana sy hiarovana ny tany tsy ho main’ny masoandro haingana. Nisy ihany koa ny fanaovana tatamôtro. Ny zava-misy anefa dia may ny 80%-n’ny hazo nambolen’ny mponin’i Mahajanga tamin’iny taona lasa iny. Midika izany fa misy ezaka tokony hatao amin’ny fisorohana ny afo tsy handoro ireo zanakazo vao voavoly.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

KAOMITIN’NY FAMPIHAVANANA MALAGASY : Nisy fiantraikany ara-tsaina ny fandalovan’ny Covid-19

Manjaka ny fanararaotana eny an-tsena ka midangana izay tsy izy ny vidin’ entana. Etsy ankilany anefa, mirongatra ny fanolanana zaza tsy ampy taona ary miha mahery vaika ny herisetra ara-nofo, ireo rehetra ireo no ilazan’ ny filoha lefitry ny CFM fa simba ny fiarahamonina. Raha ny fanehoan-kevitra noentin’ny filoha lefiny, Ramamimampionona Gerard dia isany takaitra ara-tsaina navelan’ny valanaretina Covid-19 no mahatonga izany. 

“ Nisy akony lehibe eo anivon’ ny fiainan’ ny zanak’ olombelona ny fandalovan’ ny valanaretina Coronavirus. Akony ara-tsaina, ara-panahy, ara-piarahamonina ary ara-pivelomana”, hoy izy. Nambarany fa lasa tsy mikatsaka ny soa iombonana intsony ny ankamaroan’ny olona, ka ny vola no mibaiko ny tsirairay hany ka simba tanteraka ny fiarahamonina, raha ny fanazavana nomeny hatrany. “Very tanteraka ny fikatsahana ny soa iombonana. Rehefa very izay ka tsy mijery intsony ny soa ho an’ ny hafa ny rehetra. Dikan’ izany, miverina amin’ ny fiainana maha-biby ny olona. Antso avo no anentanana ny rehetra fa fotoana tokony hifampitsinjovana izao. Raha amin’ izao fotoan-tsarotra izao dia tsy fanaovana fanararaotana akory ny fahasahiranana”, hoy hatrany ny fanazavany.  Mila hamafisina ny fanajana ny soatoavina

Anisany tranga mahoraka eny anivon’ny fiarahamonina ny fisian’ireo trangana fanolanana marobe. Nivoaka tamin’ny fahanginany ny Kaomitin’ny Fampihavanana Malagasy ary nitondra ny fomba fijeriny manoloana izany. Raha ny fehin’ny nambarany dia ny Soatoavina Malagasy no mila fanamafisana fa tsy tokony hirona mankany amin’ny fanarahana ireny soatoavina vahiny ireny isika, indrindra fa ny tanora. “ Tsy mahagaga raha tonga amin’ izao isika. Efa hita fa miha very ny soatoavina sy fahendrena maha-Malagasy. Manana ny fady isika saingy efa nivaha izany. 

Misy soatoavina avy any ivelany mikisaka mankaty amintsika. Isika mandray azy ireny ka ireo tanora tia andrakandrana no manaotao foana. Iza no tompon’ andraikitra  ? Mila ny fandraisana andraikitry ny rehetra ny fanafoanana izany  », hoy ny fanazavany. Nohamafisiny fa mila miverina amin’ny tena fanajana ny Soatoavina Malagasy isika. «  Potika ny fiarahamonina ka izay no anisany asan’ ny Cfm dia ny fanorenana indray ny fiarahamonina Malagasy  », raha ny nambarany hatrany.

 Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANOMEZANA TOSIKA NY FIZAHANTANY : Hitombo ny sidina avy any ivelany ao Nosy Be

Araka ny fanampim-baovao hatrany dia  manomboka ny faran’ny volana novambra izao sy amin’ny  fiandohan’ny volana desambra izany fitomboana eo amin’ny sidina iraisam-pirenena ao Nosy Be izany.

Araka ny fantatra dia hitombo indroa isan-kerinandro ny sidina  ho an’ny kaompania Ewa avy any Mayotte manomboka ny volana desambra izao raha indray isan-kerinandro izany teo aloha. Raha ny kaompania Air Austral kosa  indray dia hiverina mampitohy an’i Nosy Be amin’ny any ivelany manomboka amin’ny faha-8 ny volana desambra ho avy izao. Araka ny vaovao voaray hatrany dia hiampy Airlinks indray ny kaompania ary amin’ny farany volana novambra izao ny sidina avy any Afrika Atsimo.Raha tsiahivina dia ny kaompania Ethiopian Airlines no nanokatra ny sidina avy any ivelany taorian’ny fikatonana noho ny coronavirus ary mbola mitohy ihany izany ary indroa isan-kerinandro, amin’izao fotoana izao.

Hita, araka izany, fa manome tosika amin’ny sehatry ny fizahan-tany ny Fitondrana  araka ny praograman’asan’ny minisiteran’ny Fitaterana, fizahan-tany ary ny famantarana ny toetrandro. Araka ny fantatra ihany dia hisy ny tolotra manokana homena ireo liana amin’izany ka te hitsidika an’i Nosy Be.

Mazava ho azy fa izany rehetra izany fa tsy maintsy manaja ireo fepetra ara-pahasalamana izay efa nofaritan’ny Fanjakana malagasy amin’ireo sidina avy any ivelany tonga ao Nosy Be .

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY HERISETRA : Nanamafy ny fanentanana tao Bekily Ramatoa Mialy Rajoelina

Ny alarobia 25 novambra 2020 dia tonga tao amin’ny Distrikan’i Bekily Faritra Androy ihany koa izy. Nanamafy ny ady amin’ny herisetra mianjady amin’ny vehivavy sy amin’ireo zaza tsy ampy taona, na lahy io na vavy izy. Marihina moa fa io omaly io no andro iraisam-pirenena iadiana amin’ny herisetra mianjady amin’ny vehivavy, nanamarika izany tao Bekily ny vadin’ny Filoham-pirenena.

Tsy mitsahatra manentana ny mpiara-belona aminy Ramatoa Mialy Rajoelina amin’ny firaisan-kina hamongotra ny herisetra mahazo vahana diso tafahoatra ankehitriny. Nandritra ny fitsidihana tao Bekily dia niara-nihiaka tamin’ny vehivavy tao an-toerana izy tamin’ny hoe  : “Ny herisetra atao aminay, tsy ekenay, aoka izay”. Tsy azo ekena velively ny herisetra na amin’ny endriny toy inona na toy inona. Matetika moa ny any amin’ny Faritra Atsimon’ny Nosy iny dia saika noterena hanambady aloha loatra mialoha ny fotoana ny ankizy. 

Miteraka marobe ary dia voahosihosy tanteraka ny maha-olona. Nanambara noho izany Ramatoa Mialy Rajoelina fa efa endrika herisetra izany ka tokony holavina tanteraka ny fampanjakana azy. Entanina ny vehivavy mba hanatona ny toeram-pitsaboana, hazoto handrindra fiterahana fa mahasoa izany. “Eo anatrehan’ny herisetra fanolanana nisesilany toy ny tao Taolagnaro sy Toliara ireny, hoy izy, dia tokony ho sahy mijoro, mitoroka amin’ny manam-pahefana avy hatrany ny tsirairay”. Vonona mandrakariva kosa izy hiaro ny zaza amam-behivavy eto Madagasikara.Ankoatra io ihany koa dia nanolotra sakafo, koba feno otrikaina ho an’ny zaza sy ny olon-dehibe izay tena miady mafy amin’ny Kere tao Bekily ny Fikambanana Fitia.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : “Manararaotra mampiakatra vidin’entana ny mpamongady”, hoy ny tompon’andraikitra

Hita mantsy fa miakatra ny vidin’ireo vokatra ilaina amin’ny fiainana andavanandro eto Mahajanga. Hita, hoy izy, fa mitombo be ny tombom-barotra alain’ny mpamongady amin’ny entana. Misy ny mpamongady no mampiakatra sahady ny vidin’entana lazainy fa hanonerany ny mety ho fatiantoka ho azony izay mbola tsy fantany. Misy ny fifampiresahana amin’ny mpivarotra sy Fanjakana mba hampidinana ny tombony alain’izy ireo amin’ny mahazatra teo aloha sy mba hahatsapan’izy ireo fa efa ambony io tombony io. 

Na miakatra aza ny vidin’entana eny amin’ny tsena iraisam-pirenena, hoy hatrany ity tompon’andraikitra ity dia nampahafantariny ireo mpambongady fa tsy mihena ny tombony azon’izy ireo raha mijanona amin’ny tombony alainy teo aloha.

Betsaka ihany koa ny tsy manana faktiora ka tsy fantatra ny vidiny akan’izy ireo ny entana amin’ny mpanafatra. Maha voasazy ny tsy fananana faktiora, hoy ity tompon’andraikitra ity amin’ny lalàna mikasika ny fifaninanana ara-barotra. Hanara-maso ireo mpivarotra izy ireo ka hijery ny vidiny ividianana sy amarotana ireo entana ary mangataka ny hitazoman’izy ireo ny tombom-barotra alain’izy ireo fa tsy hampiakarina be araka izay itiavana azy.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FAMATSIAN-DRANO AO FIANARANTSOA : Niditra an-tsehatra namaha ny olana ny Minisitera

Araka ny tombana nataon’ny teo anivon’ny Minisiteran’ny Tontolo iainana sy ny fampandrosoaa lovain-jafy dia simba tanteraka noho ny fanimbana fahatany ny ala ny nofon-tany any amin’iny Faritra iny, hany ka kely sisa ny ampahan-tany afaka mitroka sy mitahiry rano. Vokatr’izany manomboka efa ambany ny fahazoan-drano ao an-tampon-tanànan’i Fianarantsoa. Manampy trotraka ihany koa ny tsy fisian’ny rotsak’orana. Misedra olana sahady ireo mponina eo anatrehan’izany. 

Niditra an-tsehatra nitondra vahaolana manoloana ny fahasarotan’ny fahazoan-drano ao Fianarantsoa ny Minisiteran’ny Rano, fidiovana ary ny fanadiovana. Fantatra fa hisy ny fametrahana milina ao Ambatomena izay toerana misy renirano saingy rano maloto, ka amin’ny alalan’io milina io no hanadio izany ho rano fisotro madio azo ampiasaina amin’ny fiainana andavanandro. Ankoatra izay, hisy ihany koa tetikasa ny fitarihan-drano ao Antarambiby, izay mbola lavitr’ezaka hatreto. Ho an’ireo toerana tena tsy maintsy mila rano isan’andro toy ny trano fonenann’ny mpianatry ny Oniversite, ny hopitaly manara-penitra sy ny hopitaly ao Tambohobe dia amin’ny alalan’ny kamiao siterna no hamatsiana rano azy ireo.

Marihina fa anisany miara-miasa akaiky amin’ny famahana ny olan’i Fianarantsoa ny Minisiteran’ny Rano sy ny Minisiteran’ny tontolo iainana izay samy manao ny asa manandrify azy avy. Ity farany izay mitady ny fomba rehetra ahafahana manamafy ny ady amin’ny doro tanety ary mba hahafahana mampitombo ny velaran-tany azo hambolena hazo. 

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Ramassage des ordures - La Municipalité d’Antananarivo passe à l’action

Les ordures s’entassent dans plusieurs quartiers de la Capitale, depuis des semaines. Le ramassage des déchets au niveau des bacs se fait de plus en plus rare voire inexistant. Outre les odeurs nauséabondes, les riverains vivent dans des conditions très difficiles. D’après les explications au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo, le Service autonome de maintenance de la ville d'Antananarivo (SAMVA) est actuellement confronté à des grandes difficultés techniques et financières.

A cause des problèmes mécaniques, l’insuffisance d’approvisionnement en carburant et le manque de matériels et équipements, bon nombre d’entre les camions ne sont plus opérationnels. Cependant, la période des pluies approche à grands pas.

Durant une descente effectuée par une équipe de la Municipalité, mercredi, pour constater de visu la réalité, le maire Naina Andriantsitohaina a réitéré que la restitution du SAMVA à la CUA est incontournable. « Plusieurs efforts ont déjà été déployés. Jusqu’ici, le SAMVA n’est pas encore sous la responsabilité entière de la CUA. Mais nous sommes très impatients de reprendre le ramassage des ordures dans la Capitale. En attendant, nous devons réagir vite », a-t-il soutenu. Dans ce cadre, les agents de la CUA ont procédé, depuis mercredi dernier, à la collecte des ordures dans les 6 Arrondissements de la ville des Mille. Tous les moyens disponibles de la Commune ont été mobilisés dont une dizaine de camions- bennes. L’opération ne prendra fin que mardi prochain et se tient toutes les nuits de 20h jusqu’au petit matin. « Antananarivo sera nettoyée. C’est un défi. Et ensemble, nous le surmonterons », a conclu le maire.

 Anatra R.

La Vérité0 partages

Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu

Aucune procédure d'évaluation des risques , faible productivité, tarifs élevés pour les passagers, une qualité de service qui laisse à désirer... Et la liste est encore longue. La Cour des comptes a mis à nu toutes les défaillances de la compagnie aérienne nationale, après un audit réalisé sur la période de 2016 à 2019. Cet audit a surtout pour objectif d'analyser la performance de la compagnie ces quatre dernières années. Présenté hier, à Anosy, le rapport d'audit présente alors point par point autant les aspects positifs que négatifs, ainsi que les réalisations et les manquements empêchant jusqu'à aujourd'hui le redressement d'Air Madagascar. « En définitive, et au vu des enjeux, le redressement d'Air Madagascar constitue un défi important nécessitant d'explorer différentes pistes pouvant assurer à la compagnie de disposer de socles solides supportant son développement » défendent les responsables en charge de l'audit.

 

Au cours des investigations, les enquêteurs ont pu constater que les risques sont, plus ou moins, pris « à la légère » au niveau d'Air Madagascar. « Des défaillances ont été constatées notamment dans les domaines de l'évaluation des risques, des activités de contrôle et de la fonction d'audit interne, lesquels impactent la gestion opérationnelle de la compagnie et freinent son redressement. (...) La compagnie aérienne ne dispose pas de procédures d'évaluation, d'identification et de traitement des risques au niveau des fonctions supports telles que les fonctions ressources humaines, commerciales, finances, programme, juridique, logistique ou système d'information », mentionne le rapport. Par conséquent, le personnel est moins impliqué et responsabilisé : un véritable frein dans l'atteinte des objectifs fixés. La Cour recommande alors d'opérationnaliser la fonction audit interne de la compagnie conformément aux normes requises.

En termes de qualité de service, la compagnie devrait également renforcer le système de suivi et de recouvrement des créances clients et améliorer le délai des traitements des réclamations à travers la formation du personnel dans la gestion des retards et des annulations. Toutefois, la Cour des comptes a aussi relevé que le redressement d'Air Madagascar nécessite fortement l'appui de l'Etat principalement dans le renouvellement de sa flotte mais aussi  dans la promotion de la compétitivité de la compagnie nationale en respectant la clause de non-octroi de droits de trafics à d'autres compagnies pour un délai convenu. « Pour le renouvellement de la flotte, l'Etat devra tenir compte des spécificités techniques des avions et des avis des techniciens », précisent les auditeurs. Il reste à voir si ces recommandations vont être considérées dans l'élaboration du nouveau plan de redressement d'Air Madagascar prévue être finalisée la semaine prochaine.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa

Mardi dernier, les policiers ont procédé à la fouille d'un camion du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes), à Ankidona à Fianarantsoa. Au cours de la fouille, ils ont découvert 19 tortues de type Radiata. Le camion était censé apporter des vivres et des aides aux personnes victimes du Kere dans le Sud de Madagascar. Cinq personnes ont donc été appréhendées dont un militaire, un policier, un employé du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme ainsi que le chauffeur et son aide-chauffeur.

Selon les informations communiquées par la branche de l'Alliance Voahary Gasy à Fianarantsoa , elles ont toutes été déférées au Parquet hier. Conformément à la loi 2005-01 du 17 octobre 2015, les membres de la société civile de la Région ont réclamé un jugement exemplaire pour ces personnes. Les quatre trafiquants ont alors été placés sous mandat de dépôt à Fianarantsoa. « Seul l'employé du ministère a été relâché. Selon les explications obtenues, il a dû changer de voiture parce que sa mère était morte et qu'il devait rejoindre au plus vite la Capitale. Plusieurs personnes sont également intervenues pour disculper le policier sauf que les autorités au niveau du Parquet n'ont pas cédé», rapporte le représentant de l'AVG. En tout cas, l'affaire ne devrait pas s'arrêter là. Les trafiquants devront encore être jugés vers le 10 décembre prochain.

La société civile s'attend à ce que les trafics de ce genre ne restent pas impunis. Il ne devrait y avoir aucune discrimination, surtout avec la politique de tolérance zéro mise en place par le ministère de l'Environnement et du Développement durable. Concernant le camion, ce dernier est retenu au commissariat de police d'Ampasambazaha, dans l'attente d'un chauffeur. Mais le BNGRC ne s'est pas encore exprimé sur la situation. Affaire à suivre.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Branchements illicites à Ankatso - 19 foyers pris en flagrant délit, un agent de la JIRAMA en garde à vue

La JIRAMA a effectué une descente en force hier, à Ankatso et ses environs. En effet, une équipe composée de la cellule de lutte anti-fraude et vol, au sein de la JIRAMA, de la  Direction de la protection de revenu et de la lutte contre les fraudes (DPRLF), ainsi que de la Direction de l'audit et du contrôle interne (DACI) et la Direction principale des affaires juridiques (DPAJ) sans oublier la branche territoriale de la Gendarmerie à Antananarivo a effectué une opération de ratissage dans les quartiers d'Antsahameva et d'Antsahamamy.

Sur une centaine de ménages contrôlés, les responsables ont identifié dix-huit foyers en situation irrégulière. « Et un autre foyer a même été pris en flagrant délit, branchant directement son système électrique au poteau de la JIRAMA pour ensuite servir de relais à cinq autres ménages », rapporte un responsable au niveau de la compagnie. Après les enquêtes menées auprès des différents foyers, les autorités ont identifié un agent de la société nationale d'eau et d'électricité comme étant le cerveau de ces branchements illicites. Il a donc tout de suite été appréhendé pour être placé en garde à vue à la brigade territoriale de la Gendarmerie à Betongolo.

Cette descente fait notamment suite à la convention de partenariat de la JIRAMA avec l'université d'Antananarivo. Cette collaboration se focalise notamment sur la détection et l'assainissement de l'usage des ressources en eau et en électricité au sein du campus universitaire d'Ambohitsaina, autant dans les zones pédagogiques qu'au niveau des cités universitaires. Il faut noter qu'avant cette convention, les agents de la JIRAMA se sont toujours confrontés à des contestations au niveau du campus. Près d'un mois après sa signature, les résultats sont mesurables. Cette descente n'est alors que le début. En tout cas, la JIRAMA ne fera preuve d'aucune tolérance envers ceux qui commettent de tels actes.  

Rova Randria

La Vérité0 partages

Exportation de vanille - La ministre de l'Industrie dresse un bilan positif en deux mois

Un retour à la normale de la consommation annoncé. La ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (MICA) Lantosoa Rakotomalala a établi un bilan positif de l'exportation de la vanille, hier, à Anosy. Deux mois après le lancement officiel de la campagne d'exportation, les opérateurs ont déjà exporté près de 515 tonnes de vanille vers 23 pays importateurs. « Contrairement à ce que l'on fait croire, la vanille de Madagascar reçoit des commandes malgré la crise sanitaire et la fixation du prix de référence.

La Grande Ile a déjà exporté 515 tonnes de vanille au cours des deux derniers mois dont les principaux acheteurs viennent de l'Europe, 14% des Etats-Unis et 11% de Canada. Nous avons déjà atteint 30% de notre objectif annuel qui s'élève à 1 500 tonnes pour cette campagne 2020-2021. Ces vanilles proviennent de SAVA puisque la Région assure 80% de la production totale », annonce le numéro un du département.

Concernant la contestation du prix de référence de la vanille préparée et stabilisée à 250 dollars le kilo à l'exportation  et 650 000 ariary sur le marché local, la ministre a souligné que ce tarif est maintenu jusqu'à la fin de la campagne. « Ce prix de référence évite la chute brutale de l'or vert comme a été le cas il y a quelques années où le kilo des vanilles préparées est descendu jusqu'à 20 dollars. Malgré les polémiques et les vagues de contestations, la précédente campagne a également témoigné que le pays arrive à dépasser sa performance moyenne en passant de 1 300 tonnes à 1400 tonnes ». Le Gouvernement reste toujours en position de leader mondial sur le marché international et surveille de près la filière puisqu'elle génère près de 500 millions de dollars de devise.

Solange Heriniaina 

La Vérité0 partages

Bonne gouvernance et transparence des services publics - ... Et l’IVOTORO fut !

Une initiative du ministère de la Communication et de la Culture (MCC) avec l’appui de nombreux partenaires. Le centre d’informations administratives et d’orientations (IVOTORO), une sorte de « call center étatique », est désormais opérationnel. Cet établissement a été mis en place pour asseoir une administration de proximité, transparente et accessible. « Depuis des décennies, les citoyens ont des difficultés pour effectuer des démarches administratives. Même chose pour l’obtention des informations claires et précises facilitant ces démarches.

Cette situation explique le fait que bon nombre d’habitants ont la phobie de l’administration, un fait favorisant la tentation élevée de la corruption », affirme Lalatiana Andriatongarivo, ministre de tutelle. IVOTORO informera, orientera et conseillera les citoyens sur les formalités et procédures administratives. Ils seront assistés sur les éventuelles difficultés qu’ils pourraient rencontrer. Il s’agit d’un système qui œuvre d’une part pour la bonne gouvernance et dans la lutte contre la corruption et de l’autre, qui assure une communication pour les citoyens. « Une administration plus accessible atténuera la peur des citoyens », souligne le numéro Un du MCC.

Réalisation du Velirano n°3

La mise en place de l’IVOTORO entre dans la réalisation du Velirano n°3 du Président de la République Andry Rajoelina, axé sur la lutte efficace contre la corruption dans l’administration et de la rapprocher des citoyens. « L’opérationnalisation de ce centre est une étape importante vers l’atteinte de nos objectifs (…) Je tiens ainsi à adresser mes remerciements particuliers au ministre de la Communication et de la Culture ainsi qu’à ses collaborateurs », indique à ce sujet le Chef de l’Etat. D’ailleurs, le Président malagasy a largement contribué dans la concrétisation de ce projet ambitieux, révolutionnant le rapport des citoyens avec l’administration. « IVOTORO reste en contact permanent avec les responsables ministériels à chaque niveau et dans chaque département étatique. Ceci pour mettre à jour les différentes informations et changements dans les démarches administratives que les citoyens seront amenés à effectuer auprès des services administratifs », avance la ministre de tutelle. Fruit d’un partenariat public-privé, la mise en place du centre étant un projet conçu, financé et soutenu entièrement par les Malagasy, y compris les entreprises citoyennes partenaires. Ces dernières profiteront des retombées positives d’une administration plus proche des citoyens. « Notre pays a besoin d’ambition et d’audace tandis que le système a besoin d’une perpétuelle amélioration technologique et informationnelle », renchérit le ministre de la Communication. « C’est une première dans l’histoire du pays qu’un projet d’ampleur tel que l’IVOTORO est mis en œuvre », salue le Chef de l’Etat. Le lancement dudit centre implanté à Nanisana s’est tenu hier.

Patricia Ramavonirina 

La Vérité0 partages

Prison d’Antanimora - Un condamné à perpétuité se suicide

Drame à la maison centrale d’Antanimora vers 13h, mercredi dernier.  Un détenu condamné à une peine de travaux forcés à perpétuité, et qui est connu sous le sobriquet de Mainty (34 ans), s’est suicidé sous les yeux de ses camarades de cellule. D’après une source auprès de l’administration pénitentiaire dudit centre, il a utilisé la manche d’une cuillère après l’avoir transformé en une sorte d’objet contendant, pour se trancher la gorge.

 

Transporté d’urgence à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona d’Ampefiloha, il a succombé des suites de ses blessures quelques moments après son admission dans une unité de soins. La victime n’aurait pas supporté le poids de sa condamnation, et surtout de son imminent transfert à la maison de force à Tsiafahy.  “Le prisonnier n’aurait surtout pas supporté l’idée d’être transféré à Tsiafahy. Hier, nous nous préparions à son transfert quand il a mis un terme à son existence”, confie une source auprès de l’administration pénitentiaire à Antanimora.  A celle-ci d’ajouter encore qu’une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances du suicide de ce condamné à perpétuité. “Les versions de ses codétenus ont été identiques. Ces derniers ont été unanimes sur un point : la victime s’est suicidée”.

Hier même, les responsables au sein du centre de détention d’Antanimora s’étaient occupés des procédures ou autres formalités nécessaires, et en relation avec cet évènement. “Le problème, c’est que Mainty n’a plus jamais vu aucun proche depuis qu’il a été incarcéré il y a quatre ans de cela”. Actuellement encore, la dépouille de Mainty devrait être encore autopsiée à la morgue d’Ampefiloha.   

Mainty a été trempé dans le double kidnapping survenu en décembre 2015 à Toamasina, de feue Annie et d’Arnaud, des cousins germains.  Les ravisseurs ont transporté les victimes à bord d’un pick-up Mitsubishi après les avoir enlevées près de leur école. Pendant sa captivité, Annie fut simplement assassinée par les bandits. En février 2016, les Forces de l’ordre ont réussi à délivrer Arnaud.

La délivrance de l’otage s’est soldée par l’arrestation de cinq ravisseurs.

Franck R.

 

La Vérité0 partages

Journée internationale des Régions - Pour une autonomisation et valorisation équitables

La Région Analamanga accueille la première édition de la Journée internationale des Régions (JIR), qui se déroule les 26,27 et 28 novembre au Palais des sports de Mahamasina. De nombreuses autorités locales dirigées par le Premier ministre Christian Ntsay ont honoré de leur présence la cérémonie officielle d’inauguration, hier. Cette première édition se déroule sous le thème : « Madagascar dans une nouvelle décennie : valorisation des potentialités des Régions et promotion du partenariat pour le développement ».

 

Le projet « JIR » vise à accélérer le développement local des Régions et à identifier les forces et les faiblesses de l’économie des Régions, réduire l’écart de développement entre les Régions, promouvoir les Régions de Madagascar, donner des informations sur l’accès aux marchés du secteur privé malagasy dans les Régions (les producteurs, les artisans, les agriculteurs…) « Le développement économique, social et culturel n’est plus une option mais une obligation pour notre pays.  Une autonomisation régionale qui est conforme aux principes d’équité et d’égalité sur le développement régional doit être instaurée », annonce le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa durant ses allocutions.

Pour le Premier ministre Christian Ntsay, la décentralisation des pouvoirs est l’une des bases de développement pour atteindre l’objectif de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM).

Cette année, chaque Région recevra 2 milliards d’ariary contre un milliard l’année dernière pour assurer son budget de fonctionnement et la construction de différentes infrastructures au niveau des Districts comme les écoles et les hôpitaux. En plus, cinq engins seront distribués dans chaque Région pour réhabiliter les routes intercommunales. Le Premier ministre veille à ce que l’argent du peuple soit utilisé à bon escient et non pas pour l’intérêt personnel des gouverneurs.

Des stands d’exposition des produits « Vita malagasy » sont présents au Palais des sports durant l’évènement. L’objectif est de faire connaitre aux agriculteurs malagasy les normes et d’inciter les investisseurs locaux et internationaux à investir dans les Régions.

E.F.

La Vérité0 partages

Mialy Rajoelina dans le Sud - Honneur à cinq localités les plus affectées par le « Kere »

Ifotaka, Tsivory, Bekily, Ampanihy et Beraketa. La délégation de l’association Fitia conduite par la Première Dame Mialy Rajoelina a pu sillonner ces 5 Communes des Régions Anosy, Androy et Atsimo Andrefana lors d’une descente de 3 jours, depuis mardi jusqu’à hier. Ce périple a pour but non seulement de constater de visu la situation du « Kere » et ses impacts mais aussi de mener des actions concrètes pour venir en aide aux victimes en détresse. Outre les personnes âgées et les enfants, les femmes se trouvent au centre des préoccupations de la Première Dame, d’où les actions pour contribuer à leur autonomisation.

 

Quinze jours de repas chauds

Plus d’un millier de bénéficiaires par jour par localité. Les victimes d’insécurité alimentaire à Tsivory, Bekily et Ampanihy Ouest sont dotées de repas chauds concoctés sur place. Cette distribution quotidienne de nourriture, une solution d’urgence pour faire face à la famine, se fera pendant 15 jours. Ce soutien alimentaire fait partie de la contribution de l’association Fitia pour alléger les maux et la faim de la population, d’après sa présidente. « Les personnes âgées sont épuisées. Les parents et jeunes se trouvent en situation de précarité. Les enfants souffrent de la famine. Tout ceci puisque la terre s’assèche et les récoltes sont absentes à cause du défaut des pluies depuis longtemps. Autant de raisons pour lesquelles la lutte contre le « Kere » constitue une priorité nationale de l’Etat, avec l’appui des partenaires », a déclaré la Première Dame lors de sa visite à Ampanihy Ouest. 15 Communes sur les 19 composant ce District d’Atsimo Andrefana sont gravement affectées par l’insécurité alimentaire. A Bekily, dans la Région Androy, nombreuses victimes quittent leurs villages pour trouver de quoi se nourrir ailleurs. Pourtant, certains d’entre elles tombent malades ou décèdent en cours de route à cause de la famine et du manque d’eau. La distribution de repas chauds pourra alléger cette situation.

Pour l’autonomisation des femmes

Soutien à travers l’agriculture. Après celle menée à Ifotaka, la délégation conduite par Mialy Rajoelina a poursuivi la dotation d’équipements agricoles, dont des motopompes et des kubotas, ainsi que des semences améliorées de légumes, de maïs ou encore de boutures de manioc pour les femmes et les mères de famille à Beraketa, Région Androy. Les bénéficiaires pourront désormais commencer la culture, notamment après les pluies de la semaine dernière. « Plus de 600 000 personnes pourront bénéficier des récoltes après 6 mois », suppose la Première Dame. « Les femmes qui s’activent dans l’agriculture pourront sauver leurs familles du Kere et devenir autonomes », ajoute t-elle.

La descente à Beraketa a clôturé hier le périple de la délégation dans le Sud. Une occasion pour la présidente de l’association Fitia d’exprimer sa reconnaissance envers les autorités locales, les partenaires qui se mobilisent pour lutter ou faire face au « Kere » ainsi qu’envers la population. Cette dernière a su bien accueillir les missionnaires, malgré leur détresse.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Madagate0 partages

FIFA-CAF. L'équipe d'Ahmad fera appel devant le TAS

R A P P E L

legal.fifa.com

Midi Madagasikara0 partages

Sénat : Proposition de loi contre l’ordonnance présidentielle

Un mois après l’ouverture officielle, les sénateurs ont finalement décidé d’aborder des sujets durant cette session ordinaire du parlement.

Fini la grève mais place maintenant au service minimum à Anosikely. Les sénateurs ont finalement accepté de travailler durant la session ordinaire qui a ouvert il y a un mois. Dans l’ordre du jour qu’ils ont adopté hier, les parlementaires de la Chambre haute vont, en effet, aborder le premier sujet le 30 novembre prochain, c’est-à-dire d’ici quatre jours. Un examen de textes chaque semaine s’en suivra. Avec ce rythme, les sénateurs choisissent de rouler au ralenti étant donné le retard conséquent qu’ils ont pris pendant ces cinq dernières semaines de tergiversation avec l’Exécutif sur l’histoire de coupe budgétaire.

Réforme. La session devrait se terminer le 18 décembre prochain. Mais les sénateurs ne veulent pas rater l’occasion pour s’en prendre pour la dernière fois sur le terrain institutionnel à l’ordonnance présidentielle relative au fonctionnement du sénat et aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs. Ce texte a mis fin à la configuration actuelle du Sénat et révise à la baisse le nombre de sénateurs. Mais ces derniers ont du mal à digérer cette réforme. Ils sont partis pour engager des attaques contre l’ordonnance présidentielle. En effet, l’ordre du jour adopté hier prévoit l’examen de la proposition de loi organique 001/2019 du 15 novembre 2019, avancée par Olivier Rakotovazaha, portant modification de certaines dispositions de l’ordonnance 2019-006 relative au fonctionnement du sénat et aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs. L’adoption de cette proposition de loi est prévue pour se tenir le vendredi 4 décembre prochain.

PAC. Lundi prochain, les sénateurs vont également adopter la résolution 001/2020/R sur la création de la commission d’enquête parlementaire auprès de la Chambre haute. Cette commission serait chargée, selon certaines sources, d’enquêter sur certains dossiers brûlants actuels et servirait de moyen pour les sénateurs, dont la majorité est issue de l’opposition, à affronter le gouvernement sur le terrain politique. Mais, certains observateurs pensent que la commission aura de fortes chances de ne jamais voir le jour. Par ailleurs, le nouvel agenda du Sénat prévoit de traiter, le 15 décembre prochain, la proposition de loi relative au Pôle anti-corruption. Ce texte initié par le député d’Ampanihy Ouest, Idealson, a créé une vague de contestation de la part des membres du système anti-corruption, notamment le Bureau indépendant anti-corruption, le service de renseignement financier, le comité de sauvegarde de l’intégrité ainsi que les pôles anti-corruption.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Société civile : Contre le projet d’exploitation de terres rares à Ampasindava

Depuis 2015, les organisations de la société civile et les communautés affectées par le projet d’exploitation de terres rares à Ampasindava, dans le district d’Ambanja, n’ont cessé d’alerter les autorités malgaches sur les dangers de ce projet de la société Tantalum Rare Earth Madagascar (TREM), qui a été renommée RREM après que la société d’Etat chinoise REENOVA en soit devenue l’actionnaire majoritaire.

Selon le communiqué, un tel projet aura des impacts désastreux sur des milliers d’hectares d’espaces naturels, notamment la pollution extrêmement toxique qui menace les moyens d’existence des populations affectées et riveraines ainsi que la biodiversité terrestre et marine exceptionnelle de la région. L’extraction des terres rares et son raffinage ont un terrible coût pour l’environnement et les écosystèmes en général.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Madagascar – Indonésie : vers l’accréditation d’un ambassadeur à Tana.

De g à d , Benny Yan Pieter Siahaan et Christine Razanamahasoa présidente de l’Assemblée nationale.

Le nouveau chargé d’affaires de la République d’Indonésie, M. Benny Yan Pieter Siahaan, a rendu visite à la présidente de l’Assemblée nationale assistée par son staff et le vice-président Jean Brunelle Razafitsiandraofa hier après-midi à Tsimbazaza. Une occasion pour Christine Razanamahasoa de faire connaître à ce diplomate la mission et la composition de cette Institution à forte majorité présidentielle et le fonctionnement des diverses commissions. Cette visite témoigne de la volonté des deux parties de renouer davantage les liens fraternels séculaires entre les deux pays et propose l’extension d’agro business et d’exportation de vanille et de girofle dans le cadre de la relation économique. Le chargé d’affaires a, par ailleurs, rappelé la visite de la ministre des sociétés d’Etat indonésiennes l’année dernière, il a aussi mentionné que son pays était toujours prêt à travailler avec le nôtre dans le cadre de relation bilatérale et voulait renforcer la coopération interparlementaire entre les deux pays.

Lors de la conférence à Bali, le mois de juillet de l’année dernière, la ministre des Affaires indonésiennes Retno Marsudi a exprimé la volonté du gouvernement indonésien d’élever au rang d’ambassadeur le chargé d’affaires en pied à Madagascar qui s’occupe aussi des Seychelles, des Comores et de Maurice. En contrepartie, elle a souhaité l’ouverture du consulat honoraire de Madagascar à Jakarta pour faciliter les échanges entre les deux pays.

NARY .

Midi Madagasikara0 partages

Hauts emplois 18 nominations hier

Le Conseil des ministres a procédé hier à 18 nominations aux hauts emplois de l’Etat au titre de 10 ministères. A savoir, le chef District de Tsaratanana, Rabenandrasana Nicolas ; le chef District de Midongy du Sud, Ilainirina Vanondahy Tatsara ; le directeur financier de l’APIPA, Seva Judicaël Cedrik ; les directeurs régionaux de l’Education nationale, Nastina Rampanjato (Amoron’i Mania), Rasoafiononana Christine Manassé (Anosy), Randriamparalaimaharavo Aimé Martin (Haute Matsiatra) ; le directeur de SAMVA, le colonel Andrianaivo Ravoavy Jaona Lalaina ; le directeur régional de l’Eau à Sofia, Ranaivoson Tahirisoa ; le directeur de l’Office National de l’Emploi et de la Formation (ONEF), Ranaivomanana Hery Liva ; le directeur financier du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, Ragalison Nicolas ; le DG de l’Institut Supérieur de Technologie (IST), Rakotondrajaona Holy Nirina Jean Luc ; le directeur du Parc Botanique et Zoologique de Tsimbazaza (PBZT), Randrianirina Jasmin Emile ; le directeur du Centre National de Recherche Industrielle et Technologique (CNRIT), Randrianirainy Huchard Paul Berthin ; le directeur du Centre National d’Enseignement de la Langue Anglaise (CNELA), Rakotoniera Zoly Harilala Avotiana ; le DG de l’Office National de l’Environnement (ONE), Rakotoson Rija Herisolo ; le directeur financier du ministère de la Population, Jean Paul ; le directeur de la Communication du ministère de la Jeunesse et des Sports, Andrianina Tiavina Arnaud ; le directeur de la Programmation du Suivi et de l’Evaluation auprès du ministère de la Communication et de la Culture, Rakotomalala Vonimananarivo Maminirina.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara0 partages

Soirée Africaine : L’art africain embellit le Neptune Havana Club

Les organisateurs de la “Soirée Africaine” mettront la barre encore plus haut à la prochaine édition.

La soirée africaine a eu un énorme succès à Toamasina au Neptune Havana Club. Elle s’est déroulée le samedi 21 novembre et dès 20 heures le public a commencé à arriver.

La décoration à base de raphia coloré a transporté l’assistance en Afrique. Une banderole avec la carte de l’Afrique et de Madagascar sur laquelle était marqué Africa a été mise à l’entrée, pour que chacun puisse y prendre une photo et immortaliser cet événement marquant.

L’équipe comprend des jeunes créateurs d’origines camerounaise, dont Afrik Style de Ginette Maliaka, Klinton Ngoune de Kmiss Afrostyle, Sean John Ondo, Christy Vhoko, des danseurs africains dont Arthur Noah et Fanny Messanga et enfin la fondatrice Prisca Maka. L’objectif était surtout de partager des cultures, mais aussi des créations que les organisateurs voulaient transmettre.

« Le continent n’art ». Certains disent que la notion d’art africain, comme celle d’artiste africain, est une notion floue. Pourtant, elle connaît un succès en flèche depuis le début du 21e siècle. Ses traits caractéristiques varient selon qu’il s’agisse de l’art traditionnel ou de l’art contemporain de l’Afrique. Identifier quelque chose comme de l’art ou comme une conduite artistique suppose une projection de nos propres concepts. L’art africain de nos jours est un art hybride. Il renvoie en général à la modernité universelle qui est liée à la question de l’identité de l’art et de l’artiste africains. Les artistes africains sont, en effet, dans une nouvelle quête identitaire et réfléchissent sur le phénomène du métissage et de l’hybridité. Parler de l’identité des stylistes africains, c’est s’interroger sur leur identité au niveau continental, mais également sur l’identité d’exil des artistes africains immigrés dans les autres continents. Leur identité est multiple, elle est en mouvement et en devenir. Avec l’émigration de masse et les déplacements de population, de nouveaux récits sont en train de s’écrire à propos des arts de l’Afrique noire.

C’est d’ailleurs ce que l’assistance a ressenti lors de la soirée africaine à Toamasina. L’Afrique est consciente de sa diversité et sa jeunesse est bourrée de talent.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Champ de tirs de Langaina : Destruction de tous les matériels explosifs saisis par la gendarmerie

Le 24 novembre dernier au champ de tirs de l’Armée malgache à Langaina, la gendarmerie nationale a procédé à la destruction des tous les matériels explosifs saisis et conservés auprès de la circonscription inter-régionale de la gendarmerie (CIRGN) d’Antananarivo. Composés de grenades offensives et défensives ainsi que de bombes dont l’utilisation est destinée aux forces armées, et des bombes de fabrication artisanale, la majorité de ces armes ont été saisies au début de la Transition où il y avait la recrudescence d’attentat à la bombe pour déstabiliser le régime en place, a souligné le Général Andriatsarafara Rakotondrazaka, commandant de la CIRGN Antananarivo lors d’un point de presse qu’il a tenu hier à Ankadilalana, pour apporter des explications sur cette opération. Il ajoute que la journée de ce 24 novembre, la gendarmerie a également effectué des essais sur des armes de guerre, appartenant aux forces de l’ordre qui ont été récupérées chez des malfaiteurs et conservées durant des années auprès de son unité. Les armes qui sont encore utilisables seront affectées aux unités de la gendarmerie dans les zones rouges pour renforcer leurs matériels afin d’éradiquer l’insécurité dans ces localités. D’après lui, l’opération de destruction a été réalisée suivant les procédures militaires et en présence des représentants de la population et cela a fait l’objet d’un procès-verbal. Comme il a été ordonné par le Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie auprès du Ministère de la Défense nationale, les autres CIRGN et Groupements de la gendarmerie répartis à travers l’île devront entamer les mêmes actions selon un programme déjà établi.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Patience et résignation de la population malgache

Actuellement Madagascar est tiré d’affaires en ce qui concerne cette Covid-19 qui continue de préoccuper de nombreux pays dans le monde. La propagation du virus semble maîtrisée comme en témoigne le bilan hebdomadaire fait par le CCO, mais cette embellie ne doit pas dispenser la population de la vigilance nécessaire. Ceci étant, débarrassés de ce souci, ce sont d’autres problèmes tout aussi préoccupants auxquels la population doit faire face. Les difficultés du quotidien viennent troubler le bon déroulement d’une vie qui, décidément, n’est pas « un long fleuve tranquille ».

Patience et résignation de la population malgache

Pour le Malgache moyen, ce ne sont pas les manœuvres des députés défendant leurs avantages qui importent, mais la reprise de l’inflation, l’insécurité et la dégradation de son cadre de vie sont beaucoup plus importants. La pollution qui envahit la ville est en train de miner la santé d’une population luttant pour sa survie. Cette chaleur torride ne peut pas être compensée par une saison pluvieuse qui se fait attendre. Le Sud continue de subir les conséquences de cette pluviométrie déficiente. De nombreuses régions du pays ont vu leurs sources se tarir. Fianarantsoa est en situation d’urgence climatique. C’est une nouvelle crise qui est en train de surgir et qui peut perturber un équilibre social déjà fragilisé. C’est vers les dirigeants que les Malgaches finissent par se tourner dans les moments difficiles. Pour l’instant, ils n’arrivent pas à apporter de réponses satisfaisantes. C’est avec un certain stoïcisme que les citoyens subissent ces épreuves quotidiennes. Aucune voix ne s’élève pour se plaindre d’une situation qui est particulièrement éprouvante. L’opposition émet des critiques feutrées et elle se veut responsable. Personne n’a envie de mener une contestation qui pourrait devenir contre productive.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Afrobasket 2021 : L’équipe malgache au grand complet

Tout ira bien pour l’équipe malgache de basket-ball. La délégation dirigée par le président de la commission au sein de la Fédération malgache de basketball, Jimmy Désiré Randriamandimby est bel et bien arrivée à Kigali capitale du Rwanda hier après-midi. L’expatrié, Rija Lahontana, a rejoint la délégation et est aussi déjà sur place. Sur le plan sanitaire, les joueurs doivent passer un test PCR à deux reprises avant de quitter le pays et dès qu’ils sont arrivés à destination. La délégation sera aussi sous quarantaine pendant 24 heures en attendant les résultats du test. Le premier match pour Elly et ses coéquipiers est prévu pour demain à 11 heures. Ils rencontreront l’équipe de la Tunisie, championne en titre. Cette dernière n’a qu’un objectif légitime, défendre son titre. Cependant pour y arriver, ses joueurs devront dans un premier temps finir à l’une des trois premières places du Groupe A, qu’ils partagent avec la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et Madagascar.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Ampasampito : Braquage à main armée d’un 4X4

On dirait qu’actuellement, les voitures 4X4 de marque coréenne sont dans le collimateur des malfaiteurs. Hier, deux publications sur facebook ont annoncé la disparition de deux véhicules : un Hyundai Galloper long chassis de couleur verte et un 4X4 de marque Kia. Le Kia a été volé, hier, à Imerinafovoany à lire la publication qui n’a pas mentionné les circonstances. Tandis que l’Hyundai a été braqué à Ampasampito, dans la nuit du mardi 24 au mercredi 25 novembre. L’acte s’est produit vers minuit. Utilisé comme voiture de transport de personnel, le véhicule venait de déposer des passagers à Ambohimangakely. Sur la route, le chauffeur et son aide sont en route pour déposer le dernier passager quand celui-ci se lève et les menace avec un couteau à Ampasampito avant de jeter l’aide-chauffeur dehors. Depuis, il a pris les commandes de la voiture en ordonnant au chauffeur d’aller en direction de Mandroseza. Passant dans ce quartier, le braqueur a abandonné le chauffeur dans la rue, avant de prendre la fuite avec le 4X4. Saisie de cette affaire, la gendarmerie a alors ouvert une enquête en alertant toutes ses unités à travers l’île. Hier, vers midi, le Galloper a été retrouvé à Maevatanana. La gendarmerie locale est tout de suite intervenue et a réussi à arrêter deux suspects dans ce vol. Selon toujours les informations, ces individus devront être livrés à la Section de recherche criminelle de la gendarmerie de Fiadanana pour la suite de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Miarinarivo Itasy : Un ancien maire emprisonné pour avoir violé une adolescente

Une nouvelle ahurissante a choqué les habitants de la commune Antoby Antsiranana, district de Miarinarivo, région Itasy. Un ancien maire de 54 ans a été arrêté après avoir agressé sexuellement une fillette de 14 ans à Imerinimamo, fokontany Ambohimanana, le 10 novembre dernier. D’après les informations recueillies sur les lieux, vendredi dernier, la gendarmerie a reçu une plainte sur un cas de viol dont une fille de 14 ans a été la victime. Les limiers de la gendarmerie ont ouvert une enquête. L’investigation a donné ses fruits. L’agresseur de la fillette est un ancien élu de ladite commune. Il a avoué son crime durant son interrogatoire devant les faits. Les villageois restent sans voix face à ce fait, ils ne pouvaient pas croire qu’un homme respectable et, de surcroît, un ancien premier magistrat de la ville est un violeur. Derrière son masque d’homme vertueux se cache une perversité indéniable. L’affaire a été déférée au parquet avant-hier et le violeur a été placé sous mandat de dépôt. Les forces de l’ordre appellent les parents à veiller au bien-être de leurs enfants pour éviter que ce genre de méfait ne se produise. Elles invitent aussi la population à porter plainte dès qu’elle constate toute sorte de violences familiales ou sexuelles à l’égard des enfants.  La gendarmerie explique que la détention provisoire du suspect est déjà une mesure de prévention et de protection de la victime et de sa famille. Toute tentative ou attouchement sexuel faits à un enfant de moins de 15 ans est répréhensible, non seulement, considéré de détournement de mineurs mais également de viol. La loi prévoit une peine de prison à perpétuité pour l’agresseur en fonction du degré de gravité de son infraction.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Ressources des collectivités : Les mécanismes de transferts financiers vont être améliorés

L’autonomie et la responsabilisation des collectivités territoriales décentralisées est une des priorités choisies par la Politique générale de l’Etat. Et pour mettre en œuvre cette politique, le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a mis en place un cadre de coopération, avec la participation du ministère de l’Economie et des Finances ainsi que la coopération allemande à travers le projet ProDécid dont l’objectif principal est de définir les mécanismes et d’identifier les moyens en vue de l’amélioration des ressources financières des collectivités territoriales décentralisées. Ainsi des études ont été menées, a-t-on annoncé, avec l’élaboration d’un recueil des textes sur les finances locales ainsi que la standardisation et l’harmonisation des mécanismes des transferts financiers aux collectivités, notamment les communes et les régions.  « Ces outils et mécanismes constitueront des outils stratégiques qui nous permettront d’une part, de disposer d’éléments pertinents pour enrichir les réflexions actuelles en matière de décentralisation émergente, et d’autre part, de renforcer les appuis envers les collectivités territoriales décentralisées en vue de leur autonomie financière », a noté un communiqué du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Finances publiques : Une session plénière en ligne le 7 décembre

Des économistes, chercheurs et décideurs politiques examinent les mesures appropriées que les gouvernements africains peuvent prendre pour la gestion des effets de la pandémie et du redressement économique post Covid-19. Le 7 décembre prochain, le Consortium pour la recherche économique en Afrique tiendra sa 53e session plénière sur le thème « Impact de la pandémie de Covid-19 et finances publiques en Afrique – défis et opportunités ». Selon les organisateurs, ces sessions se tiendront par visioconférence et permettront aux chercheurs, universitaires, décideurs politiques et acteurs non étatiques de discuter de l’impact de la Covid-19 sur les finances publiques en Afrique, en termes de défis à venir et d’opportunités offertes. Plusieurs sujets seront abordés durant la rencontre virtuelle, entre autres, la politique économique et la capacité d’un État à mobiliser les impôts, la fiscalité et la construction de l’État, les technologies de l’information et mobilisation fiscale en période de Covid-19 et la viabilité des finances publiques.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Jiolahy avy nanafika, efatra maty, roa azo sambo-belona

Vola nitentina 15 tapitrisa ariary, niaraka tamina entana sarobidy maro samihafa no azon’ireto andian’olon-dratsy tao amina tokantrano iray tao Ambohijanahary Didy, ny voalohan’ny herinandro teo. Voatifitr’ireo jiolahy tamin’izany ny tompon-trano. Soa ihany, teo ireo zandary. Tsy niandry ela dia nandray ny valin’ny nataony ireo olon-dratsy. Efatra no maty voatifitra,roa voasambotra niaraka tamina Mas 36 roa, ody gasy sy karazana fitaovana maro. Raha ny fampitam-baovao avy amin’ny Kaomandin’ny Vondro-tobim-paritry ny zandary avy ao Ambatondrazaka, raha vao nahavita ny asa ratsiny ireto andian’olon-dratsy no nifanehatra tamin’ireo peloton mobile avy ao amin’ny zana-tobi-paritry ny zandary ao Manakambahiny Atsinanana, izay teo am-panaovana fisafoana indrindra. Raikitra teo ny fifanjevoana satria tsy nisalsala nampiasa ireo fitaovam-piadiana mahery vaika teny an-tanany ireo olon-dratsy. Voatery niaro tena sy namaly ihany koa araka izany ireo mpitandro filaminana. Tsy nahaleo ny maha-matihanina sy tsara hofana ireto zandary anefa ireo jiolahy, eny fa na dia azo lazaina fa manana fitaovam-piadiana mitovy aza. Efatra be izao tamin’ireo andian-jiolahy no voan’ny bala ary maty tsy tra-drano. Nisy roa tamin’izy ireo kosa no voasambotra ary efa manao famotorana mahakasika izany ireo tompon’andraikitra. Mandeha sahady anefa ny feo amin’izao fotoana izao fa toa hoe misy olona ambony mitady ny lalana rehetra hanao izay hamotsorana ireto olon-dratsy ireto. Siosion-dresaka ihany anefa aloha izany fa hohita eo izay tohiny. Ny zandarimariam-pirenena rahateo efa nilaza fa tsy hanaiky velively ny toe-javatra tahak’izany ary tsy hamela mahazo na iza io na iza …

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de la Justice et OIF Trois jours de concertation sur l’Etat de droit et la démocratie

Un guide d’orientation pour les justiciables devrait voir le jour suite à cet atelier. (crédit photo : Princy)

Depuis mardi jusqu’à ce jour, le ministère de la Justice, les organisations de la société civile, l’Organisation internationale de la francophonie et des avocats et la police judiciaire, se concertent à “Le Hintsy” Ambohimanambola pour essayer de résoudre le problème de l’accès à la justice pour tous les Malgaches. « Tous les citoyens malgaches devraient pouvoir défendre leurs droits devant la Justice », a expliqué le directeur de cabinet du ministère de la Justice lors de la cérémonie d’ouverture de cet atelier ; en ajoutant que « cet atelier a pour but de voir si la Justice est accessible à tous. Si ce n’est pas le cas, nous nous devons d’en identifier les raisons et apporter des solutions concrètes ».  En recueillant tous les avis sur le sujet, le ministère de la Justice et l’OIF envisagent de sortir à la fin de cet atelier un guide d’orientation pour les justiciables, de manière à ce que tout le monde puisse accéder à toutes les procédures disponibles auprès de la Justice.

L’OIF. L’organisation Internationale de la Francophonie qui a toujours appuyé le système judiciaire à Madagascar, notamment pour le renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit, reste à côté du ministère dans ce programme à travers son appui financier et son expertise dans la préparation des ateliers. Selon la Représentante résidente de l’OIF à Madagascar, « il ne s’agit que du premier atelier mais nous espérons que ces activités vont se poursuivre dans le futur ». Elle a expliqué que l’OIF s’est engagée depuis plusieurs années à soutenir la démocratie et l’Etat de droit dans plusieurs pays dont Madagascar. « Nous avons plusieurs programmes dans ce domaine, un programme pour appuyer les processus électoraux, un autre pour appuyer les systèmes judiciaires, et également des programmes pour renforcer les capacités des organisations de la société civile qui œuvrent pour la démocratie et l’Etat de droit ». Quant à la situation actuelle, elle n’a pas souhaité s’exprimer, jugeant que l’OIF n’a pas le droit de se mêler des affaires internes du pays, « néanmoins, nous sommes contents de constater tous les efforts entrepris pour répondre à ces préoccupations nationales », a-t-elle dit.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Tendance et mode : Les femmes au corps généreux à l’honneur

La reine de l’Afro pop malgache Denise sera présente lors de l’évènement.

Curvy-chic fashion connu pour une ligne de vêtements « Made in Madagascar » conçue spécialement pour les femmes rondes aux formes généreuses, revient en force pour cette année. De ce fait, pour bien marquer ce retour, la présidente et styliste Hasimalala Razafie Khelie accompagnée de l’ambassadrice Denise, la chanteuse talentueuse de Madagascar, envisagent d’organiser un défilé ce vendredi 27 Novembre à partir de 19 heures. « Femme ronde à croquer» tel est le thème choisi. Ainsi, les femmes rondes décoreront le tapis rouge par leurs talents de défilés en portant différentes créations signées  Curvy-chic fashion. Par ailleurs, « cet évènement sera une bonne opportunité d’échange entre les organisateurs et les invités », a souligné la directrice.

Puisque Denise fait partie de la grande famille de cet établissement, elle prendra part à une séance de photo, l’occasion pour les selfies! A noter que, pour Tana Hôtel cette collaboration sera le deuxième événement de cette année. Cela signifie que tous les projets sont les bienvenus, l’hôtel peut accueillir de nombreux artistes, des expositions de peintres, des défilés, et différents évènements. Curvy-chic fashion ou Bôgasy n’est pas à son premier coup de maître!

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Perspectives de l’industrie : Importance de la transition énergétique soutenue par l’AEC

L’évolution de la Covid-19 et la transition énergétique sont les déterminants les plus importants des perspectives de l’industrie. C’est ce qu’a soutenu l’AEC (African Energy Chamber) dans sa publication d’hier. « La Covid-19 est sans aucun doute le plus gros choc de l’histoire du secteur pétrolier et gazier. L’effondrement de la demande a fait disparaître des investissements de 690 milliards de dollars. L’impact de la transition énergétique sur les perspectives de demande à long terme met en évidence les perspectives d’allocation du capital et de décision dans le temps présent », a noté la Chambre africaine de l’énergie. En effet, cette année a défié l’industrie des hydrocarbures comme aucune autre année ne l’avait jamais encore fait. Une croissance relativement stable de la demande de liquides a en effet été observée au cours des 20 dernières années. Même pendant la crise financière de 2008 et 2009, la demande dans son ensemble a été très résiliente. Cependant, en 2020, la demande devrait actuellement être d’environ 10 millions de barils de liquides de moins par jour que les attentes pré-Covid-19, selon l’AEC.

Ralentissement de la demande. Cette différence est d’autant plus extrême que l’essentiel de cette réduction s’est produit lors des confinements généralisés au deuxième trimestre pour enrayer l’épidémie de coronavirus. Selon les explications, un changement aussi radical de la demande a créé des ondes de choc sur les marchés en exerçant une énorme pression négative sur les prix. Certes, les marchés pétroliers se sont désormais rééquilibrés, mais la pandémie a déclenché une importante révision négative à court terme des anticipations des prix du pétrole. Les perspectives à moyen et long terme indiquent, elles, toujours un prix au moins au-dessus des 50 $/ bbl sur l’hypothèse qu’une solution sera trouvée à la pandémie, poussant l’activité économique mondiale vers les niveaux pré-Covid-19. En raison de la baisse des revenus, les différents opérateurs dans le monde ont également considérablement réduit leurs perspectives d’investissement.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Coupe du monde féminine 2023 : Pélagie Rakotozafinoro parmi les arbitres présélectionnées

La Confédération Africaine de Football (CAF) a dévoilé une  première liste des arbitres présélectionnées pour officier à la neuvième édition de la Coupe du monde féminine 2023.

La participation de l’équipe malgache de football féminine à la Coupe du monde n’est pas encore envisageable. Pourtant, Madagascar pourrait être représenté, d’une autre manière, lors de la 9e édition en 2023 prévue en Australie et Nouvelle-Zélande. Pas plus tard que la semaine dernière, la CAF  a publié une liste des 19 arbitres présélectionnées originaires du continent africain, qui iront officier lors de ce sommet planétaire. L’arbitre internationale malgache Pélagie Lidwine Rakotozafinoro est pressentie au poste d’arbitre assistante. Elles sont 11 candidates dans la liste. Pélagie Lidwine Rakotozafinoro a déjà arbitré plusieurs matches internationaux. En 24 ans de carrière internationale, elle aura tout vu.

À l’heure du bilan en effet, elle est la seule arbitre malgache à avoir arbitré aux Jeux Olympiques, à une Coupe du monde, sans parler des finales de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) féminine. On peut y ajouter bien sûr les Jeux olympiques de la jeunesse, ou encore la CAN U17 chez les garçons. Preuve si besoin est que Pélagie est une perle rare en termes d’arbitrage du football. Elle a commencé à arbitrer en 2004. Elle n’a jamais cessé de progresser en perfectionnant au passage son anglais, devenue une langue essentielle en football international. En effet, 156 arbitres et arbitres assistantes issues des quatre coins du monde y seront en lice. Toutefois, toutes les candidates vont encore intégrer le projet « Road to AUS/NZL ». Ce sera à travers ce programme que l’instance internationale choisira les meilleures.

Recueillis par Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Judo : Le championnat d’Afrique à huis clos

Afin de protéger les athlètes contre la Covid-19, il a été décidé lors du Conseil des ministres d’hier, que le Championnat d’Afrique de judo, prévu se dérouler du 17 au 20 décembre dans la Capitale se fera à huis clos. La délégation de chaque pays devra passer aux tests PCR avant d’entrer à Madagascar, tandis que ce test sera obligatoire pour tous les judokas avant de monter sur le tatami.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

ENAM Androhibe : Navoaka ny talata teo ny andiany « TSINJO »

Notontosaina ny talata 24 novambra 2020 teny amin’ny Ecole Nationale d’Administration de Madagascar na ENAM ny famoahana ara-pomba ofisialy ireo mpiofana miisa 121 mianadahy tao amin’ny andiany fahatelo mitondra ny anarana « TSINJO » izay nanaraka ny cycle expertise. Izany anarana « TSINJO » izany dia notsoahin’izy ireo tamin’ny tarigetra napetrany toy izao : « Travailler Sérieusement pour l’intérêt de la Nation avec des Jeunes Organisés » Tonga nanome voninahitra ny lanonana ny Minisitry ny Fiarovam-Pirenena, Jénéraly Jean Richard Rakotonirina izay Ray mpiahy ny andiany nivoaka ka nanome voninahitrra ny fotoana Ramatoa Minisitry ny Asa sy ny Fampananan’asa ,ny Asam-Panjakana ary ny Lalàna Sosialy Gisèle Ranampy izay mpiahy ny Sekoly sy ambasadaoron’i Inde miasa sy momina eto Madagasikara ry ireo olo-manan-kaja maro sivily sy miaramila. Telo sosona ny lanonana notanterahina izay nitsinjara toy izao : fanolorana mari-pahaizana « diplôme de hautes études en administration » ho an’ireo mpihofana nahafeno ny fepetra rehetra napetrakin’ny Sekoly ; famindrana ny Fanevan’ny Sekoly ho any amin’ny andiany fahaefatra zandrinyizay vao manomboka ny fihofanana; fanehoana ampahibe-maso takelam-pahatsiarovana ny andiany “TSINJO”. Tsiahivina fa ny 02 aprily 2019 no nanomboka ny fiofanana. Nandalo fifanintsanana an-tsoratra sy am-bava izy ireo talohan’ny nandraisana azy ireo. Raha toa ka 173 no nifaninana dia 139 no voaray ary 121 mianadahy no nahafeno ny fepetra rehetra hazahoana diplaoma. Mitsinjara sampana telo ny fihofanana izay mitsinjara toy izao : 48 no avy amin’ny sampam-piofanana “Administration financière” ; 46 avy amin’ny sampam-piofanana Admnistration publique” ; 27 kosa no avy amin’ny sampam-piofanana “Diplomatie et relations internationales ». Sivy folo isan-jato mahery tamin’ireo mpihofana no avy amin’ny fanjakana sy ny ratsamangaikany. Ny ambiny dia avy amin’ny sehatra tsy miankina Nandritra ny fandraisam-pitenenana nataon’Andriamatoa Minisitry ny Fiarovam-Pirenena, ray mpiahy, dia nampatsiahy ny tamberin’andraikitra takian’ny Firenena amin’ireto andiany nivoaka ireto izy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque : Place au Grand Open du CBF

Le président du CBF Bassir Karmaly a l’amour de la pétanque dans le sang.

Un grand club ne meurt jamais. C’est le cri de fierté de l’inamovible président du Club Bouliste de Fianarantsoa, Bassir Karmaly, en annonçant la tenue de son traditionnel Grand Open du CBF. Une organisation connue pour son sérieux et ce soutien accru des sponsors. Puisque c’est Bassir, nous allons l’aider, confie un des fidèles de l’événement car c’en est un. Les sponsors sont d’ailleurs présents massivement à ce rendez-vous du 13 décembre au boulodrome de Vohimasina. On citera en premier Vista, SMOC, Holcim, Minech Auto Pièces, les quincailleries Rémi et Comète mais aussi Zomatel et la bijouterie Tsakou. Le concours sera en triplettes constituées avec un Boss et deux joueurs de l’élite avec des éliminatoires par poules. Les vainqueurs recevront un trophée et 1.500.000 ariary ainsi que trois maillots CBF. Les finalistes recevront pour leur part 400.000 ariary de primes et trois maillots CBF. Les troisièmes et les quatrièmes auront 80.000 ariary. À noter que le droit d’inscription à ce Grand Open du CBF est de 80.000 ariary par équipe.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Association Fitia : Mialy Rajoelina exhorte les femmes à dénoncer les violences

Mialy Rajoelina n’est pas indifférente face à la situation de la population du Sud.

Actuellement, l’association Fitia lance une campagne de sensibilisation pour l’arrêt des violences infligées aux femmes, jeunes filles et enfants au niveau des écoles primaires publiques.

L’autonomisation des femmes, la lutte contre toutes les formes de violences infligées aux femmes et aux enfants sont les causes chères, à Mialy Rajoelina, présidente de l’association Fitia. Et dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale pour l’élimination de la violence faite aux femmes, la Première dame a lancé un message fort pour soutenir cette cause. « En tant qu’ambassadrice de la lutte contre la violence à l’égard des femmes, je milite pour l’arrêt total de toutes les formes de violence. Elles ne sont plus tolérées et acceptées. Beaucoup de femmes sont encore victimes et en souffrent quotidiennement, soit de la part de leur mari ou de leur famille. Elles sont nombreuses à avoir brisé le silence, surtout par rapport aux viols et violences physiques et j’exhorte les jeunes filles et celles qui sont victimes de violences à les dénoncer », a fait savoir Mialy Rajoelina dans son discours, hier, à Bekily. Actuellement, l’association Fitia lance une campagne de sensibilisation sur l’arrêt des violences infligées aux femmes, jeunes filles et enfants au niveau des écoles primaires publiques. Et toujours dans le cadre de cette journée spéciale pour les femmes, l’association Fitia a fait don de machines à coudre au nombre de 10 pour les associations de femmes de l’Aero Village de Taolagnaro. Deux coopératives, à savoir Kanto et Lovasoa, ont bénéficié de cet appui de l’association Fitia, qui contribuera sans doute à l’émancipation et à l’indépendance des femmes.

Aide alimentaire. La sécheresse et le “kere” sont les problèmes auxquels les habitants du district de Bekily font face actuellement. Cela fait un an qu’il n’a pas plu au niveau du district qui compte environ 100.000 habitants répartis dans 20 communes. La saison agricole n’a pas encore débuté vu le problème de sécheresse et surtout de l’eau. Les agriculteurs sont obligés de vendre les semences pour nourrir leurs familles. A Bekily, la situation est généralisée et toutes les communes sont touchées. Et face à l’alerte lancée par la population, l’association Fitia a distribué des repas pour les adultes et les enfants dans le fokontany Ambalanosy, Bekily. Par la même occasion, les Barea de Madagascar ont également fait don de 1.500 repas pour la population du district. Les joueurs de l’équipe nationale ne sont pas restés indifférents face à l’insécurité alimentaire qui frappe le Sud du pays. Ce geste redonne de l’espoir à la population qui espère sa pérennité dans la durée.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Antalaha : Novonoin-dreniny ny zanany vao 10 taona

Novonoin’ity reniny tsy nanany hantra ity zanany vavy vao 10 taona monja, tany Anaborano, fokontany Masoala, kaominina Vinanivao, Antalaha ny talata teo. Nosamborin’ny zandary avy hatrany ilay renim-pianakaviana raha vao naha-fantatra ity tranga ity izy ireo. Nandritra ny fanadihadian’ny mpitandro filaminana no nilazany fa noho izy tsy manambady no antony namonoany an-janany. Voalaza fa tsy velony intsony izy io satria mbola manan-janaka roa hafa izy io, ankoatra ity zazavavy vao 10 taona monja ity. Nambaran’ny mpanao fanadihadiana ihany koa fa anisan’ireny ankohonana nahazo fanampiana tamin’ny fanjakana ireny hatrany izy io, saingy manana fitondran-tena tsy mendrika. Nilaza ny zandarimaria fa ny mpiara-belona dia tokony hampandre mialoha azy ireo na hampita vaovao tsy tapaka mba hisorohana ny loza tahaka izao, ary mba ahafahany mandray andraikitra ihany koa. Ny toe-javatra tahaka izao dia mampiseho hatrany fa tsy ny lehilahy ihany no fototry ny herisetra na famonoan-janaka fa ny vehivavy ihany koa dia tena mahavanon-doza. Miseho lany ny karazana herisetra eto amintsika. Potika ny fiaraha-monina, vokatry ny fahantrana manaonao foana ny olona. Manao izay ho afany amin’ny fanentanana sy ny fampahafantana ny lalàna ny fanjakana, na ny lalàna momba ny herisetra mahazo ny olona mitovy zo na ny ankizy ny fanjakana. Raha ity tranga ity anefa dia ilay reny tokony hiaro ny zanany amin’ny herisetra indray no manao herisetra. Mitovy daholo ny fampiaharana ny lalàna ho an’ny rehetra.

Yv sam