Les actualités à Madagascar du Mardi 26 Novembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara7 partages

Football –  Qualifications Mondial 2022 : « Les Barea privés de match à Mahamasina si rien ne chang...

Le président de la FIFA salue la volonté de l’Etat à s’investir.

L’épisode sur les travaux de rénovation et surtout du problème de la pelouse du Stade de Mahamasina est loin d’être accomplie. Si aucune évolution ne sera constatée jusqu’au début de la phase éliminatoire de la Coupe du monde 2022, la rencontre des Barea sera déplacée.

Une forte délégation de la FIFA conduite par son président, Gianni Infantino est en visite à Madagascar. Le numéro Un de la Fifa est accompagné d’une délégation comprenant Fatma Samoura, la secrétaire générale et déléguée générale de la FIFA pour l’Afrique, Ahmad, le président de la CAF, Samuel Eto’o, FIFA Legend et conseiller spécial du président de la CAF, Youri Djorkaeff, lui aussi FIFA Legend et directeur de la Fondation FIFA, Véron Mosengo-Omba, le directeur régional de la division Associations membres de la FIFA pour l’Afrique et les Caraïbes. “C’est un très grand honneur de recevoir votre visite aujourd’hui. Nous sommes très fiers de la progression de notre équipe nationale et votre présence ici même renforce notre envie de voir le football évoluer à Madagascar. Notre jeunesse fait notre force. Notre population est très jeune et l’investissement dans le sport et en particulier dans le football, est l’une de nos grandes priorités” a déclaré, le chef de l’Etat.

Privés de match. Le patron de la FIFA a qualifié que « Madagascar lui a porté chance », car l’actuelle secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, il l’a rencontré lors de son passage au pays en 2014. Hier matin, la délégation a été reçue par le président de la République, Andry Rajoelina au Palais d’Iavoloha.  “La sélection nationale malgache est une des meilleures équipes en Afrique, avec de vraies chances de se qualifier pour la CAN en 2021 mais aussi, pourquoi pas, pour la Coupe du Monde 2022 », a souligné Gianni Infantino. Mais pour un développement harmonieux du football malgache, la rénovation des infrastructures s’impose. L’état de la pelouse du Stade de Mahamasina laisse à désirer et a fait le tour du monde. Les joueurs des Barea ont déjà tiré la sonnette d’alarme et dimanche dernier c’est à Nicolas Dupuis, de lancer à son tour le cri du SOS. Hier c’est au patron de la FIFA et de la CAF d’annoncer la nécessité des travaux de rénovation du Stade de Mahamasina et de sa mise aux normes.  « Il y a un très beau projet de Stade national dans la capitale. Le stade actuel n’est pas du tout aux normes internationales. On est obligé d’être très strict, si les choses ne changent pas, il n’y aurait plus de match pour les Barea à Mahamasina dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022, et c’est vraiment bien dommage »  a conclu le numéro Un de la FIFA. Le public de Mahamasina pourrait alors ainsi être privé des matchs des Barea et l’équipe serait obligée de jouer à l’étranger.

60.000 places. Le patron de la CAF a lancé également la nécessité de se réunir comme on l’avait fait lors de la CAN. « C’est le football qui nous a réuni lors de la CAN en Egypte et il est temps de raffermir à nouveau cette cohésion. L’Etat a déjà annoncé sa volonté d’entamer les travaux et il faut l’aider », a fait savoir Ahmad.  Les travaux de rénovation du Stade de Mahamasina avec une capacité de 60.000 places ont été annoncés par Andry Rajoelina, lors du retour des Barea, de leur aventure en Egypte, mais, ont été bloqués par l’équipe de la maire d’Antananarivo. Les deux clans se sont lancés dans une campagne de communication par média interposée. Hier soir, le président de la République est revenu à la charge, en donnant un aperçu de ce projet de nouveau stade à Mahamasina, à réaliser en quelques mois.

T.H

Midi Madagasikara5 partages

Violence conjugale : Trop peu de bruits autour des auteurs

Des stars hollywoodiennes impliquées dans des campagnes de lutte contre la violence faite aux femmes.

Deux femmes sur trois à Madagascar sont victimes d’au moins une forme de violence. D’après les statistiques du Fonds des Nations Unies pour la Population, 26%  des femmes à Madagascar subissent des violences physiques, 24 % sont victimes de violences psychologiques et affectives, 11% sont victimes de violences sexuelles et 39 % sont abandonnées par leur conjoint. Autrement dit, la majorité des femmes à Madagascar ont déjà été confrontées, au moins une fois, à la violence perpétrée par un partenaire intime : mari, compagnon, concubin…

Phénomène existant depuis la nuit des temps, la violence conjugale est un véritable problème de santé publique dans la mesure où elle compromet non seulement la santé physique et mentale des victimes, mais influe également sur les enfants. Disposant depuis près de deux décennies, d’une politique nationale de promotion de la Femme, adoptée en 2000, incluant une lutte contre les violences faites aux femmes et aux adolescentes, Madagascar continue de relever des défis majeurs, eu égard de l’inégalité des sexes, persistante dans le pays pour diverses raisons : des facteurs principalement socio-économiques et culturels, demeurent.

Plusieurs éléments peuvent être associés au risque de violence conjugale grave. En font partie la nature du lien entre le couple et le niveau d’autonomie de la femme : une femme d’être en union mais non mariée, a plus de risque d’être confrontée à une ou plusieurs formes de violences, tandis qu’une femme jouissant d’une autonomie financière a moins de risque d’être victime de violence. Il n’empêche, la violence conjugale est présente dans toutes les catégories sociales. Cependant, l’opinion estime qu’il y a encore trop peu de bruits faits autour des auteurs, lesquels doivent pourtant être jugés, ou faire l’objet davantage d’accompagnement. Pour les victimes, briser le silence demeure le début du salut.

Hanitra R.

Midi Madagasikara4 partages

Coopération : Soutien de la Chine à l’industrialisation de Madagascar

Lors de l’ouverture du colloque sur le développement de la Chine hier. (Photo : Nary Ravonjy)

Un colloque sur le développement de la Chine et les relations sino-malagasy a été co-organisé par l’Ambassade de Chine à Madagascar et l’Institut d’Etudes Politiques-Madagascar (IEP) à l’hôtel Carlton. A cette occasion, ce dernier a présenté une étude menée conjointement par les deux parties sur le développement de l’industrialisation de la Chine et la mise en place d’une Zone Economique Spéciale, et des parcs industriels dans le pays. « L’objectif consiste à tirer des leçons et des expériences en matière de développement de l’industrialisation de la Chine, ainsi que de sa coopération avec les autres pays africains comme l’Ethiopie, le Sénégal, le Kenya et le Rwanda, et ce, afin que Madagascar puisse établir son propre modèle de développement », a expliqué Davida Rajaon, le président de l’IEP Madagascar.  Et à part les partages d’expériences à travers la présentation de cette étude, « la Chine va apporter son soutien à l’industrialisation de Madagascar », a déclaré l’Ambassadeur de la Chine à Madagascar, SEMme Yang Xiaorong, lors de l’ouverture de ce colloque hier. De son côté, le ministre chargé de l’Industrie, Lantosoa Rakotomalala, a soulevé que la mise en place des zones d’émergence industrielles et le développement de l’industrialisation régionale constituent parmi ses priorités.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

SAFIDY et communales : 4100 observateurs répartis dans 771 communes

Comme à l’accoutumée, l’observatoire SAFIDY va procéder à l’observation des élections municipales et communales qui auront lieu demain. A cette occasion, il va déployer 4100 observateurs dont 41,62% de femmes et 69,72% de jeunes. En plus des données issues de ses observateurs, SAFIDY va aussi exploiter les signalements faits par les citoyens à travers les numéros verts gratuits. Il entend ainsi couvrir  771 communes, 114 districts répartis dans 22 régions, qui représentent plus de 65% des électeurs. SAFIDY poursuit ses efforts pour maintenir son efficacité en matière d’observation électorale dans le pays afin de pouvoir inciter progressivement à l’amélioration du système électoral à Madagascar.

Encadrement juridique. Malgré la conformité globale aux instruments internationaux, SAFIDY constate qu’à l’instar des dernières élections présidentielle et législatives, la loi électorale du 11 mai 2018 présente des imperfections et des lacunes portant atteinte au principe d’égalité de chance des candidats en compétition durant les élections : tel est le cas de l’absence d’encadrement juridique de la précampagne électorale, ou encore l’inexistence de plafonnement des dépenses de campagne électorales. De même, SAFIDY note que moins de 25% des candidats retenus ont désigné leur trésorier de campagne, et ouvert un compte de campagne.

Guide pratique. Le Maire et les membres du Conseil communal ou municipal sont élus lors d’un même scrutin, mais selon deux modes de scrutin distincts: tandis que le maire est élu au suffrage universel direct au scrutin majoritaire uninominal.  Les membres du Conseil communal ou municipal, quant à eux, sont élus au suffrage universel direct au scrutin de liste à la représentation proportionnelle. A la différence des deux précédentes élections présidentielle et législatives, le contexte a changé : le Tribunal Administratif (TA) est la juridiction compétente pour connaître du contentieux électoral territorial, tandis que le Conseil d’Etat est juge de cassation des décisions rendues par le TA. Ainsi, SAFIDY en collaboration avec l’Association Nationale pour la Justice Administrative (ANJA), a élaboré et vulgarisé un guide pratique sur le contentieux électoral édité en malgache et en français. De même, SAFIDY a collaboré avec l’Ordre des Avocats en matière de contentieux électoral.

Circonscriptions électorales. Après la clôture du dépôt des candidatures le 12 Septembre 2019, suivant la liste définitive arrêtée par la CENI, 6.303 candidats maires et 4.942 candidats conseillers (têtes de liste) ont été retenus dans le cadre des élections communales et municipales, pour les 1.695 communes de Madagascar. Par rapport aux candidatures retenues, les femmes sont très faiblement représentées, représentant 5% des candidatures maires et conseillers municipaux inclus. La date limite de livraison des bulletins uniques par l’Imprimerie Nationale a été reportée jusqu’au 18 novembre 2019. Ce report pourrait avoir un impact sur l’acheminement des matériels de vote sensible vers les circonscriptions électorales.  SAFIDY note la non-représentation des mandataires des candidats au sein du comité non permanent de la CENI, malgré le rappel de cette dernière.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara3 partages

Vol et meurtre à Iavoloha : Deux militaires en exercice et un ex-gendarme à déférer ce jour

L’enquête menée par la section de recherche des affaires criminelles de la gendarmerie sur le meurtre d’un chauffeur du camion ayant transporté une cargaison des cigarettes abandonnée à Andranosoa du côté d’Ambohimalaza, la semaine dernière, a apporté ses fruits. Ce jour, cinq individus impliqués dans cette affaire seront déférés au Parquet du Tribunal de Première instance d’Antananarivo. Deux d’entre eux sont des militaires en activité et portent le grade de sergent-chef. Selon les informations recueillies auprès de la Gendarmerie, le premier est un élément du CAPSAT à Fiadanana en détachement au Ministère des Affaires Etrangères. L’autre est en service au Régiment d’Appui et de Soutien (RAS) à Ampahibe. Ces deux individus sont poursuivis pour avoir directement participé au braquage de ce camion. Reconnu comme auteur principal, le militaire du RAS était le détenteur d’un Pistolet automatique de marque Makarov utilisé dans cette attaque. Le troisième suspect est un ancien gendarme au Centre de formation spécialisée (CFS) de la gendarmerie à Ivato. Il est poursuivi d’être le cerveau et le commanditaire de cet acte. Les deux derniers sont des civils dont l’un serait un responsable auprès de la société propriétaire des marchandises volées. L’autre s’est chargé du guet pendant le déchargement de la cargaison du camion à Andranosoa. L’enquête a révélé que d’autres complices sont toujours en cavale. Pour rappel, la section de recherche des affaires criminelles s’est saisie de cette affaire à partir de la découverte du corps sans vie du chauffeur victime dans un caniveau bordant la RN7 à Iavoloha, le matin du mercredi 20 novembre. Puis la découverte des 700 cartons de cigarettes  abandonnés par des inconnus sur le bord de la route à Ambatolampy, fokontany Andranosoa, commune rurale Ambanitsena. Braqué par les malfaiteurs, le camion incriminé a été retrouvé à Ambohimangakely.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Global Entrepreneurship Week : Une conférence gratuite sur l’entrepreneuriat et les nouvelles technologies

Les parties prenantes à l’organisation de cette conférence gratuite.

Dans le cadre de la célébration du Global Entrepreneurship Week qui s’est tenue du 18 au 24 novembre 2019, les associations Unité d’Incubation Entrepreneuriale et Emploi (UIEE) et Avana Hub ont organisé une conférence à titre gratuit au profit des jeunes entrepreneurs à la CCIA.

Cette fois-ci, « nous avons mis en exergue l’importance de la combinaison de l’esprit d’entrepreneur et les nouvelles technologies. Plus précisément, nous voulons conscientiser les jeunes qui créent leurs propres entreprises sur la nécessité de se mettre à jour dans le lancement de leur business. A titre d’illustration, l’utilisation des nouvelles technologies s’avèrent indispensables pour développer leur réseau commercial ou leur réseau de communication », a fait savoir Randrianasolo Isa, la fondatrice de l’association Avana Hub, qui se spécialise dans l’organisation événementielle et de concours lié aux nouvelles technologies.

Bonne visibilité. En fait, « on a remarqué que bon nombre de jeunes veulent entreprendre mais ils n’ont pas une bonne visibilité sur le marché. Il faut ainsi adapter leur projet par rapport au marché en leur offrant un coaching spécifique », a-t-elle rajouté. Notons que des jeunes en fin de cycle d’études, des jeunes développeurs qui veulent monter leurs propres entreprises et des start-uppers qui sont déjà en activité, ont participé à cette conférence gratuite organisée conjointement par les associations UIEE et Avana Hub. Cet événement a eu lieu samedi dernier à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA) à Antaninarenina.

Indissociabilité. A part les interventions des panélistes sur l’éducation en entrepreneuriat et la combinaison de celui-ci avec les nouvelles technologies, il y a eu également des partages d’expériences des start-uppers au cours de leurs activités. Ceux qui sont complètement intégrés dans les nouvelles technologies, ont entre-temps fait un témoignage montrant l’indissociabilité de ces deux pôles. Les deux associations ont pu réaliser cet événement en faveur des jeunes, grâce aux appuis de leurs partenaires dont entre autres, le Koon Space et NextA.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Conjoncture  économique : Le climat des affaires malgache  vu par la Revue MCI

Raphaël Jakoba : Manager Associé du Cabinet MCI

Dans le cadre de la célébration de ses 15 années d’existence,  la Revue Madagascar Conseil International (MCI) traite d’un sujet brûlant d’actualité : l’environnement des affaires à Madagascar vu par des experts. Extrait

Raphaël JAKOBA Manager Associé du Cabinet MCI,  ancien Conseiller spécial de la Cour Internationale d’Arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale (ICC), Paris  parle des affaires Jovena, QMM et Base Toliara  et de leurs possibles avantages et inconvénients:

Trois événements majeurs ont marqué ces derniers temps le climat des investissements à Madagascar. Le premier est la rupture initiée par l’Etat malagasy de ses relations contractuelles avec Projet Base Tuléar, dont le montant de l’investissement est estimé à 500 millions USD. Le deuxième est la résiliation par la Jirama du Contrat d’Achat d’Energie avec la Jovena, résiliation qui n’a pu se faire qu’avec l’aval de l’Etat malagasy. Le troisième a fait l’effet d’une bombe  car  cette fois-ci, c’est QIT Madagascar Minerals (QMM) qui fait l’objet d’une demande d’audit spécial. Ces trois dossiers sont bien sûr scrutés attentivement par les investisseurs internationaux.

Objectivement, quels sont les coûts et bénéfices pour l’Etat Malagasy ? Bien entendu, ces décisions reflètent la volonté du Gouvernement de rééquilibrer en faveur de Madagascar les accords d’investissement, qui sont interprétés comme étant des contrats léonins. On croit donc transparaître la nouvelle « idéologie »du régime de résilier les engagements d’investissement, et de les substituer par ce qui est considéré comme le point focal de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) : un partenariat Etat malagasy et investisseurs internationaux. Cette nouvelle approche n’est pas condamnable en soi ! Elle est même louable à l’aune des pratiques d’investissements depuis l’indépendance. Cependant, il faudrait faire très attention, car la crédibilité du pays dans le domaine des investissements internationaux est suivie de près par le milieu des affaires internationales.  La réussite des grands projets d’infrastructure, le projet Tana-Masoandro par exemple, ne peut se faire sans l’apport des grands investisseurs internationaux ; ceux-ci se feront notamment dans le cadre de joint-ventures contractuelles entre l’Etat et les partenaires étrangers lesquels sans doute, s’interrogent sur la confiance qu’ils peuvent accorder à la parole de l’Etat Malagasy sur le plan des accords d’investissement.

Car la confiance internationale ne se décrète pas par des lois, mais se mérite grâce à un certain nombre de comportements, notamment le respect de la parole de l’Etat. Les grandes sociétés précitées ont la qualité d’investisseurs internationaux ; il ne faut pas oublier qu’ils sont protégés soit par les principes généraux du droit des investissements contenus dans les contrats d’investissement, soit dans les TBI (Traités Bilatéraux d’Investissements), soit dans les traités multilatéraux. Les relations économiques internationales sont gouvernées par des corpus de règles claires qui protègent les investisseurs. Il faudrait donc que le gouvernement malgache tienne compte des coûts et bénéfices des décisions passées et à venir, et des conséquences de ses comportements sur l’image internationale de Madagascar.

Attention donc aux effets boomerang de cette nouvelle stratégie sur le plan international, au moment où l’Etat malagasy est en train de regagner progressivement la confiance internationale depuis la réussite de l’alternance démocratique des élections présidentielles de 2019.

 

 Noro Rafenomanjato, Ph.D en droit international, Université de Droit et d’Economie de Zhongnan (Chine) LLM en droit américain, Faculté de droit de l’Université de Syracuse (Etats-Unis) évoque la clause « take or pay » dans les contrats  d’achat d’énergie.

La clause « take or pay » est une question d’une actualité brûlante. En effet, jugée « léonine » par certains, cette clause, sa portée et son application semblent être une des causes de litige dans les contrats entre la JIRAMA et ses fournisseurs. Pourtant, contrairement à d’autres clauses telles que  la clause compromissoire ou la clause de force majeure, la clause « take or pay » est moins connue. Trouvant son origine aux Etats-Unis, cette clause prévoit l’obligation pour l’acheteur, de payer le prix que celui-ci prenne ou non livraison d’une quantité prédéterminée de produit ou service objet du contrat.

Si cette clause est relativement méconnue, il ne reste pas moins qu’elle constitue une clause essentielle notamment dans le secteur de l’énergie , et plus précisément en matière de contrats d’achat d’énergie dit « PPA » (Power Purchase Agreement). En effet, cette clause est fréquemment au cœur des litiges en raison notamment du refus de paiement par l’acheteur. Ainsi, il n’est pas rare que l’acheteur conteste la validité d’une telle clause invoquant l’existence d’une clause pénale ou l’absence de cause. Source d’avantages aussi bien pour le fournisseur que pour l’acheteur si elle est maîtrisée, la clause « take or pay » n’est pas sans risque. Aussi, les rédacteurs de contrat devront faire preuve de prudence dans l’insertion d’une telle clause, et veilleront à connaître son régime juridique.

Compte tenu de ce qui précède et eu égard à l’actualité de la notion et l’importance des enjeux, il est paru opportun d’apporter un éclairage sur cette clause jusqu’ici peu connue, sa définition, ses origines, son intérêt, ses enjeux en droit comparé et en droit malgache.

 Nirina Andrianarimanana  Master II en Droit Public Interne et International, Université d’Antananarivo fournit des commentaires sur la nouvelle loi régissant les marchés publics

Douze ans après l’entrée en vigueur de la loi n° 2004-009 du 26 juillet 2004 régissant les marchés publics, dans le cadre de la création d’un environnement des affaires stable, sécuritaire et attractif à Madagascar, un nouveau texte a été adopté en 2016 pour pallier aux imperfections de celle-ci. Il s’agit de la loi n° 2016-055 du 25 janvier 2017 portant Code des Marchés Publics.

A priori, la loi se présente comme un texte porteur de réformes et d’innovations car elle a notamment consacré l’indépendance, ainsi que l’autonomie administrative et financière de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) ; de plus, de nouvelles attributions lui ont été conférées par cette nouvelle loi, en occurrence la possibilité de s’auto-saisir. Par ailleurs, l’une des plus grandes innovations de cette loi est qu’elle autorise expressément le recours à la médiation et/ou à l’arbitrage, interne ou internationale ; ce qui démontre le libéralisme véhiculé par ladite loi car, trancher les différends relatifs à l’exécution des marchés publics a longtemps été l’apanage des juridictions administratives.

Cependant, un certain nombre de critiques peuvent être émis à l’encontre de ladite loi dans le sens où c’est un texte difficilement applicable en raison de l’ambiguïté de certaines notions telles que « l’urgence impérieuse » ou « les motifs d’intérêt général ». D’ailleurs, le renvoi quasi-systématique à des actes règlementaires limite considérablement la force de la loi. En outre, une insuffisance de garanties pour assurer une réelle concurrence libre et ouverte est constatée car de nombreuses exceptions au régime de l’appel d’offres ouvert ont été prévues ; ce qui porte atteinte aux principes régissant la mise en concurrence des marchés publics.

 

Ranty Ambinintsoa  Master II en Droit Privé – Droit des Affaires – Université Catholique de Madagascar résume ce qu’est l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA) :

 

Madagascar a connu une nette progression dans le classement du Doing Business depuis quelques années. Des efforts restent pourtant à fournir si le pays souhaite réaliser les projets de grande envergure inscrits dans le programme général de l’Etat. C’est dans cette optique que l’Etat a augmenté son apport dans le capital de l’ACA en novembre 2018, et a adhéré à la Régional Liquidity Support Facilité (RLSF) en avril 2019, un fonds de garantie créé pour les projets de petites et moyennes dimensions envisageant d’offrir une protection aux producteurs indépendants d’électricité (IPP) contre les éventuels retards de paiement de la part de la JIRAMA.

Créée en 2001 par les pays membres du COMESA, l’ACA réunit chaque année les grands investisseurs, les bailleurs de fonds et les Gouvernements Africains autour d’une « table ronde » pour discuter des risques pouvant être rencontrés dans les pays africains et des moyens pouvant être pris pour les atténuer. Cette agence agit dans plusieurs secteurs et a pu aider de nombreux pays dans la réalisation de leur projet, à n’en citer que le Kenya dans la conclusion d’un projet d’énergie éolienne du lac Turkana qui constitue aujourd’hui l’un des plus vastes parcs éoliens d’Afrique.

L’ACA reste cependant un grand inconnu pour le secteur privé malgache. En effet, très peu d’entreprises ont souscrit à l’ACA, alors que cette agence constitue l’une des institutions les plus importantes en Afrique. En effet,  l’ACA permet aux entreprises tant privées que publiques d’accéder facilement aux crédits et aux meilleures conditions , y compris auprès des banques internationales. Parmi les gammes de solutions proposées par l’ACA figure également l’assurance investissement direct étranger qui protège l’assuré contre toute action ou inaction du Gouvernement susceptible d’affecter négativement son investissement.

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Top Employer Africa : La première place à DHL Express pour la 6e année consécutive 

DHL Express est le meilleur employeur en Afrique, grâce à ses conditions de travail exceptionnelles. Pour la sixième année consécutive, le prestigieux Top Employer Africa Institute l’a reconnu comme un employeur de premier ordre, en soulignant l’engagement indéfectible de la Société à rester un employeur de choix. « Le fait d’être à nouveau reconnu comme un employeur de premier rang représente pour DHL une immense fierté, et plus particulièrement en ce 50e anniversaire de la Société. Ces 50 années d’expérience constituent un véritable jalon. Nous n’aurions jamais pu parvenir à un tel succès sans l’enthousiasme de nos nombreux employés, qui ont consacré leur temps et leur énergie à la Société tout au long du demi-siècle passé. Dans cette optique, nous maintenons donc notre engagement à investir dans nos employés et à les aider à réaliser encore longtemps leur plein potentiel », a déclaré Paul Clegg, Vice-président des Ressources humaines chez DHL Express Afrique subsaharienne.

Palmarès. Cette année, DHL Express a reçu 24 certifications dans 23 pays d’Afrique subsaharienne, incluant Madagascar. Parmi ces certifications figure le très prisé « Prix Intercontinental », qui récompense le détenteur du plus grand nombre de certifications Meilleur employeur du continent. Selon Paul Clegg, les programmes participatifs encouragent la motivation et l’engagement des employés, et font partie intégrante des activités de DHL Express. « Ils sont un moyen de fournir un excellent service à la clientèle, mais ils nous aident aussi à conserver notre culture centrée sur le consommateur, à l’échelle mondiale », a-t-il indiqué. D’après ses explications, l’utilisation commerciale des initiatives et programmes clients de DHL, dont le programme de changement culturel « Spécialiste international certifié » (CIS), a contribué à réaliser le potentiel de ses employés en Afrique subsaharienne. « Nous avons pris la décision, il y a quelques temps, de mettre fortement l’accent sur le perfectionnement professionnel et l’octroi d’un pouvoir de décision aux cadres intermédiaires et aux superviseurs, car cet échelon d’encadrement est essentiel pour soutenir notre croissance dans les années à venir », a-t-il affirmé.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Ils ont fait le buzz : Drako….. Flash….. Chiken 

Des selfies avec les cuisses de poulet de KFC  inondent les réseaux sociaux pendant que  la petite « Drako hely » se fait censurer  par  le Ministère de la Communication et de la Culture. Puis s’ajoute un autre buzz, la  photo de l’interprète de « Fausse Joker » qui a choqué la plupart des Malgaches.   Agréable pour les uns, éprouvante pour les autres, la semaine dernière tout d’abord pluvieuse et pleine de « rumeurs ».

Rijade une étoile montante de la musique tropicale malgache.

Drako « aile » veut s’envoler pour les Etats-Unis… si   on les traduit,  ces mots veulent dire littéralement « petite fille »…  la concernée peut être une gamine  innocente en train de jouer à la dinette ou  à la poupée avec ses camarades de quartier. Mais, « Drako hely » de Rijade est tout à fait différente.  Elle suscite  un débat… si  certains disent  qu’elle  incite les jeunes filles malgaches à la prostitution,   d’autres pensent le contraire.  « C’est une chanson qui évoque la réalité dans la grande île ». Elle est dédiée aux jeunes filles qui sont conscientes du fait que leurs parents ne peuvent plus assurer  leurs frais de scolarité. Celles qui se sentent  abandonnées par leurs pères  et qui sont capables   de s’insurger  si elles voient les larmes sur les joues de leurs mères.  La pauvreté les  ronge. « Il n’est pas question de rester sur les bancs  de la fac… on perd son temps. C’est maintenant qu’il nous faut de l’argent et çà sert à quoi de faire des études ? » Se demande une jeune femme  de 23 ans.   Donc,  l’école n’a rien pu faire !   Elles  rêvent de l’ « américan dream ». Les Etats-Unis sont  l’eldorado. Toutefois, la connaissance est une richesse inestimable. « Drako hely » doit cesser de croire que la vie se base  sur l’argent facile.

L’une des chanteuses plus sexy de Madagascar.

C’était tellement flash que les malgaches n’y ont  pas cru.  On se souvient  de sa chanson qui a fait le tour de l’île : « Fausse Jokera ». Cette semaine, on ne parle  que de Flash B  sur facebook. Cette chanteuse n’arrête pas de surprendre le public. Il y a deux mois, elle avait une bonne réputation. Elle avait  participé à un reality-show d’une télé privée de la capitale. En se déguisant en flamant,  elle avait interprété la chanson de Rihanna  « love on the brain ». Sa voix était tellement mélodieuse qu’on ne l’a pas reconnue.

La semaine dernière, elle a vu sa popularité baisser de manière spectaculaire  à cause d’une photo érotique  circulant dans les réseaux sociaux.   La jeune femme a démenti sur son compte facebook la véracité de la publication. « Arrêtez  de répandre des rumeurs.  Je ne suis pas la femme sur cette photo  » a-t-elle rétorqué.  L’image prend désormais le contrôle de sa personnalité. Le rêve devient réalité et la réalité devient un cauchemar…

Kfc  est bien implanté à Madagascar.

Ce n’est que du poulet.  KFC a ouvert ses portes le 19 novembre  dernier. Le Président de la République Andry Nirina  Rajoelina est même venu pour l’inaugurer. Quelques heures  après, une centaine de personnes faisaient  la queue pour gouter le Poulet frit Kentucky.  KFC est devenu le mot de la semaine. Tout le monde se « KFCise ». Ce « fast food » américain implanté à Madagascar  engendre un débat dans les  rues de la capitale, d’Anosibe en passant par les 67 ha jusqu’Ankadifotsy, le poulet reste du poulet ! Il faut voir d’une autre manière les choses. Ce sera  grâce à KFC  que  les éleveurs de poulets de chair malgaches verront  leurs bénéfices augmenter.

Iss Heridiny

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Visite du Président de la FIFA à Madagascar.

Le 25 Novembre, le Président de la Fédération Internationale du Football, Gianni Infantino et sa délégation composé par Fatma Samoura, Ahmad, Raoul Arizaka Rabekoto, Samuel Eto'o, Youri Djorkaeff, se sont entretenu avec le Président Andry Rajoelina. Le Président de la FIFA a affirmé que le stade Mahamasina ne pourra plus accueillir des matchs internationaux jusqu’à ce qu’il soit réhabilité. Le Président Ahmad a également appuyé cette décision du Président de la FIFA.
Lors d’une émission spéciale télévisée hier soir, Andry Rajoelina a fait découvrir comment Mahamasina sera après les rénovations. Le stade sera baptisé Stade Barea Mahamasina. La pelouse devrait finie avant le mois de Mars. Le numéro un de la FIFA a confié au président Andry Rajoelina à Iavoloha que "Madagascar dispose de nombreux footballeurs de grand talent. Le parcours des Bareas lors de leur toute première Coupe d'Afrique des Nations cette année a été formidable. Avec l'aide de notre soutien continu pour nos amis de la FMF et avec les encouragements du gouvernement malgache, j'espère et je suis convaincu que nous verrons des résultats encore plus positifs dans un avenir proche."
Tia Tanindranaza0 partages

Taom-pambolen-kazo 2019 – 2020Zanakazo 40.900 no efa vonona ho an’ny faritra Atsinanana

Ho fiatrehana ny taom-pambolen-kazo 2019 -2020 sy ho fanatrarana ny tanjona napetraky ny filoham-pirenena handrakofana ala an’i Madagasikara dia iray amin’ireo Faritra 22 nahitana ny tanin-janakazo be velarana indrindra ny tao amin’ny DREDD Atsinanana .

Zanakazo miisa 25 karazana no hita ao, toy ny fihinamboa sy ny hazo kininina. Fanamby  napetraky ny talem-paritry ny tontolo iainaina sy ny fampandrosoana maharitra   Atsinanana, Tezena Lionel Armando ny hamboly zanakazo handrakofana ala  sy hamerenana indray ho tontolo maitso ny faritra atsinanana, raha ny fanazavana. Ankoatra ireo zanakazo hita sy efa vonona ao an-toerana  dia misy ihany koa ireo bolety azo araraka avy hatrany amin’ny alalan’ny fiaramanidina . Tsy hijanona amin’ny fambolena zanakazo ny tanjona fa eo koa ny fiarovana ireo izay efa novolena hatramin’izay ka misy amin’ireo teknisianina avy ao amin’ny sampandraharahan’ny tontolo iainana  sy ny fampandrosoana maharitra atsinanana no efa  midina ifotony mijery sy manara-maso izany, hoy hatrany ny fampitam-baovao. Amin’ireo zanakazo miisa 25 dia ny kakao sy akasia ary kininina no tena miavaka ary haingam-paniry . Nezahina  ny namboly  kakao, hoy ny talem-paritra, noho izy ity sady miaro ny tontolo iainana no ho fampidiram-bola vahiny ihany koa satria ilain’ny firenena vahiny . Fanambin’ny filoham-pirenena, hoy ny fanazavana, ny hamboly zanakazo miisa 60.000.000 amin’io taona ho avy io ka vonona tanteraka ny amin’ny fiaraha-mientana amin’izany izahay, hoy hatrany ny talem-paritra. Zanakazo miisa 40.900 no efa vonona ho amin’ny fanatontosana izany, hoy izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vono olona mampivarahontsanaNalaina ny lela, fo, aty ary betron-dohany

Tranga mampivarahontsana sy mampihoron-koditra no niseho tao amin’ny kaominina Ambanivohitr’i Iarintsena Andranoboboaka, Distrikan’Ambalavao, Faritra Matsiatra Ambony ny alin’ny sabotsy hifoha ny alahady teo.

 

 Lehilahy iray notetitetehan’ny jiolahy: niboraka ny taova, ary tapatapaka hatramin’ny taolana; niala ny tarehiny ary nokapaina nipitika mihitsy ny nify niaraka tamin’ny hihiny, nesorina ny saokany sy ny vavany sy faritry ny tarehiny manontolo, ka ny hodi-dohany sisa teo. Notapahana ny sandriny, nesorina ny taolan-tratrany, ka niranirany teo ny taova tao anatiny. Tsy tao intsony ny lelany, fo, aty, betron-dohany,… Mampanahy ny resaka halatra taova amin’ity raharaha ity. Ny antony hampiasana azy kosa tsy fantatra mazava satria raha taova hampiasaina amin’olon-kafa dia mila fitaovana sy toeram-pandidiana manokana mihitsy, ka toa tsy dia mampino loatra. Mety ho resaka odigasy na zavatra hafa no hilana ireo taova.

Nivoaka dia tsy niverina intsony

Raha ny voalazan’ny fianakaviany dia niambina vary izy ka misafo izay vary mbola eny an-tanimbary no nisy namono io. Raha tamin’ny 8ora alina izy no nivoaka, dia gaga ny vadiny fa tsy niverina mihitsy tsy tahaka ny fiverenany isan’andro. Tokony ho tamin’ny 11ora alina izy tsy niverina, ka nanapa-kevitra ny hanaitra ny raiamandreny ny vadiny, ka rehefa nitady ny olona dia tamin’ny 2ora maraina tany ho any no hita, ary efa vatana mangatsiaka novonoina tamin’ny fomba feno habibiana no hita. Efa misy ny olona ahiana amin’ity trangana habibiana ity.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandaharan’asa FEC faha-6Famatsiam-bola sisa andrasana

Nanomboka tamin’ny 11 hatramin’ny omaly 25 novambra ny fijerena ny tomban’ezaka andiany fahenina sady farany nataon’i Madagasikara amin’ny fandaharan’asa Facilité Elargie de Crédit (FEC).

Nanambara ny teo anivon’ny Tahirim-bola Iraisam-pirenena (FMI), izay notarihin’i Charalambos Tsangarides fa mihatsara ny toekarena Malagasy nanomboka tamin’ny fahazoana ny tahan’ny fitomboana ara-toekarena ho 4,8% ny taona 2019 noho ny ezaka natao tamin’ny fandraharahana sy ny sehatra harena ankibon’ny tany ary ny fitaterana. Na izany aza dia nisy fiantraikany ratsy tamin’ny toekarena ny fidinan’ny vidin’ny lavanila sy ny fahataran’ny tetibola fandaharan’asa (execution budgétaire), hoy izy ireo. Na dia ambony aza ny tahan’ny sondro-bidim-piainana ny taona 2017 dia tokony hotazonina ho 6% amin’ity faran’ny taona 2019 ity izany. Nambaran’izy ireo fa ilaina hatrany ny ezaka amin’ny fandaniam-bolam-panjakana amin’ny fotodrafitrasa ho an’ny fahasalamana sy ny fampianarana ary ny fampiroboroboana ny sehatra tsy miankina sy ny fizahantany. Tohizana ny fikatsahana ny fanjakana tsara tantana, ny ady amin’ny kolikoly ary ny fanatsarana ny tontolon’ny fandraharahana manontolo. Mila jerena ihany koa hoy izy ireo ny olana mahakasika ny orinasa JIRAMA sy ny vidin-tsolika izay mbola ahitana elanelana hatrany amin’ny vidiny tena izy. Hoentina eo amin’ny filankevi-pitantanan’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI) moa izany amin’ny faran’ny volana janoary 2020 ary nampanantena izy ireo fa tsy maintsy hisy ny famatsiam-bola ho azon’i Madagasikara aorian’izay.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiovaovan’ny toetr’androTsy maintsy ampivadiana amin’ny fambolena

Miha mivoatra hatrany ny fahapotehan’ny tontolo iainana kanefa tsy dia hifantohan’ny fiarahamonina.

 Efa misy tetikasa mandeha iarahan’ny minisiteran’ny tontolo iainana sy ireo mpiara-miombon’antoka mba hampidirana bebe kokoa ny fanabeazana ara-tontolo iainana eny amin’ny ambaratonga fototra amin’izao, hoy ny tompon’andraikitra misahana ny fampiofanana sy fanabeazana ary serasera ara-tontolo iainana eo anivon’ny minisiteran’ny tontolo iainana, Claude Rakoto. Tetikasa efa mandeha io. Ezaka koa ny hampidirana ny fampifandrindrana ny asa andavanandron’ny olona amin’ny fiovaovan’ny toetr’andro toy ny sehatry ny fambolena sy fiompiana amin’ny alalan’ny fanamboarana ny masomboly ampiasaina sy ny fotoana hanatontosana ny asa. Efa misy ny fikarohana manokana ataon’ny FOFIFA, ohatra, eo amin’ny lafiny masomboly ary ny masomboly vokarina izao dia ezahana aparitaka ny fomba fampiasana azy. Misy fikambanana izay izarana ny tetiandro ahafahana mamboly arakaraka ny toetr’andro misy koa. Tsy maintsy ampivadiana amin’ny fambolena ny fiovaovan’ny toetr’andro, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mahavoky, Andravoahangy, Faravohitra5 andro nisesy nijaly rano ny mponina

Tao anatin’ny 5 andro dia nisedra olana tamin’ny fahatapahan-drano ny mponina teny amin’ny faritra Mahavoky, Andravoahangy, ary Faravohitra.

Tia Tanindranaza0 partages

Fihariana sy fandraharahanaHohamoraina ny findraman’ny Malagasy vola

Hiasa eto Madagasikara ny Birao manelanelana ny banky sy ny mpihindram-bola (BIC) hanamorana ny fahazoan’ny Malagasy findramam-bola.

 

 Mbola ambony hatrany ny tahan’ny zana-bola sy ny saran’ny fahafahana mindram-bola amin’ny banky eto Madagasikara raha oharina amin’ny firenena hafa. Eo ihany koa ny fahasarotana amin’ny findramam-bola izay saika mifototra amin’ny antokin’ny mpanjifa ny ankamaroan’ny Banky sy ny mpampindramam-bola madinika. Misy ny tsy fahatokisana ny orinasa sy ny olona mihindram-bola ary tsy fantatry ny mpandraharaha amin’ny sehatra fampindramam-bola akory ireo antotan-kevitra  mahakasika ireo orinasa ampindramina vola ka izany no hakàna antoka maro be. Ho fanampiana ny banky amin’ny fampahafantarana ireo mpanjifa izay mikasa hihindram-bola ao aminy ka hizotra amin’ny fanarahan-dalàna sy ny filaminana antom-pisian’ ny biraon’ ny fanelanelanana ny banky sy ny mpihindram-bola. Mihena araka izany ny mety ho risika amin’ny fampindramam-bola ary hiteraka fanamorana amin’ny findramam-bola izany. Ankoatr’izay dia hahazo tombony amin’ity BIC ity ihany koa na ireo tsy mbola nisehatra tamin’ny Banky mihitsy aza satria ahafantarana ny antontam-baovao rehetra mihitsy izany. Ny fifanakalozana ara-bola nataon’ny olona iray anaty finday, ny fandoavana ny jiro sy rano sy ireo fandoavam-bola rehetra notanterahana dia afaka hanontanian’ny Banky ao amin’io BIC io avokoa saingy tsy maintsy mila fahazoan-dalana avy amin’ilay olona. Eo ihany koa ny ahafahana mijery ny fitondran-tenan’ireo olona efa nihindram-bola tamin’ny Banky ahafahana mandray fanapahan-kevitra mifanaraka amin’izany. Tombony ihany koa ny tsy fitakiana antoka be mihoampampana tahaka ny fanaon’ny Banky sy ny mpampindram-bola madinika noho ny antotan-kevitra efa ananana. Fiaraha –miasa amin’ny Banky Foiben’i Madagasikara sy ny Banky Iraisam-pirenena no hanatanterahana izany ary efa nahazo toerana 43 sahady i Madagasikara amin’ny fahazoana findramam-bola tamin’ny fametrahana izany. Mbola ampahafantarina sy ho velabelarina anio etsy amin’ny CCI Ivato moa ny atrikasa manerantany manodidina izany ahafahan’ny Malagasy rehetra hisitraka findramam-boma 

Tsirinasolo

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Foara vidy varotra andiany faha-11Tsy mandoa fidirana izay hitondra alika hanao fampisehoana

Hotanterahina ny alakamisy 28 novambra haharitra efatra andro ilay Foara Vidy Varotra andiany faha-11, karakarain’ny Vondrona Vidy Varotra

 

 

 

 etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina.  Hampiavaka ny hetsika ny fisian’ny fampisehoana ny fahaiza-manaon’ireo alika na “chiens de race” izay tena be mpankafy tokoa. Tsy mandoa vidim-pidirana ny olona iray mitondra alika fa miditra maimaimpoana ka sady afaka miantsena mankafy ireo karazan’entana hamidy mandritra ny foara izy no tsy mila misoratra anarana amin’ilay hetsika. Hisy koa ny fifaninanana hatsaran-tarehy ho an’ny alika, ny fijerena manokana ireo alika mahalala baiko… Hizarana loka isan-tsokajiny avy ireo telo mendrika indrindra, arahin’ny torohevitra maimaimpoana omena ny mpandray anjara rehetra. Tafiditra ao anatin’izany ny fitaizana ny alika tsirairay avy miankina amin’ny taranaka (race), ny sakafo tokony hohaniny, ny fitsaboana azy raha sanatria ka marary izy….  Mandritra ny efatra andro  hanatanterahana ny foara moa no hisian’ity hetsika  fampirantiana alika ity.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hambom-po diso toerana

Samy nanana ny nandraisany ny resaky ny filoham-pirenena omaly hariva tamin’ny fahitalavitra ny olom-pirenena tsirairay.

 

May volon-tratra ve ka tsy maintsy niditra an-tsehatra, toa nanao propagandy ankolaka? Nabaribarin’ny filoha fa mikatona ao anatin’ny rindrin’efatry ny hambom-po politika ny tenany, raha dinihina tamin’ilay fivoizana mivantana na ankolaka fa tsy afa-miara-miasa amin’ny olom-boafidy tsy mitovy hevitra aminy. Adinony ve fa Filohan’ny Malagasy rehetra izy fa tsy filohan’ny vondron’antokony ? Adinony ve fa tany demokratika sy manaja ny safidim-bahoaka amin’ny alalan’ny fifidianana i Madagasikara fa tsy fanjakan’olon-tokana, ka rehefa tsy metimety aminy izay lany dia tsy hampandrosoina sy tsy hampian’ny fanjakana foibe izy sy ny vahoakany ? Olona iray na antoko ve no tsy tiana dia fahavalo hatramin’ny vahoaka mpiara-dia sy mpanohana azy ? Henjana ity resaka politika avo lenta ity, indrindra ho an’ny renivohitra, izay toa tadiavina hatao takalon’aina. Efa hatramin’izay no niainga io fifanaovana don-tandroka io, ka nisy ny mety ho tsy nahatafavoaka baolina, ary teo ny afaka nanao zavatra na nisy sakantsakana aza. Efa nisy teto toy ny zava-nisy tany amin’ny 20 taona lasa ny tahaka izany, fa nandroso ny tanàna rehefa nifanome tànana ny mpitantana ny tanàna sy ny entina. Efa nisy ihany koa izany olon’ny fitondrana nitantana fa tsy arakarak’izay ny zava-nisy. Manan-danja ny safidim-bahoaka, ka enga anie mba hahay handinika sy hamakafaka fa tsy ho diso safidy noho ny fanasana atidoha. Irariana mba ho lalao madio tokoa, ka ny safidim-bahoaka izay masina tokoa no hivoaka fa tsy sanatria ho voahitsakitsaka indray. Masina io safidy io, ka samia mahavita be amin’ny adidy, izay mila harovana e !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny FIFA eto Madagasikara“Zava-dehibe ny baolina kitra any an-tsekoly”

Eto amintsika hatramin’ny alahady 24 novambra alina teo ny filohan’ny FIFA, Atoa Gianni Infantino, hotronin’ny delegasiona miisa 10 miaraka aminy ka anisan’izany ny Sekretera jeneraliny,

 Rtoa Fatima Samoura, ny filohan’ny CAF, Atoa Ahmad sy ilay kalazan’ny kitra Kameroney, Samuel Eto sy hafa ihany koa. Nizotra tsara, araka ny nanomanan’ny FMF azy, ny ampahana fandaharam-potoana natrehany omaly ka anisan’izany ny fihaonany tamin’ny filohan’ny Repoblika teny amin’ny Lapan’Iavoloha sy ny fihaonana tamin’ny mpikambana FMF teny Isoraka ary ny firesahana fohy tamin’ny mpanao gazety Malagasy teny amin’io toerana io ihany. Omaly ihany izy dia nihazo an’i Mahajanga hanatrika ny fivorian’ny“Commission Association Membre” ao amin’ny FIFA hotanterahana any an-toerana anio talata 26 novambra. Nisongadina tamin’ny nambarany tamin’ny besinimaro omaly ny hifantohana ao am-pony ny resaka baolina kitra any an-tsekoly ka hampiharina eto Madagasikara io tetikasa io izay hahakasika ankizy 5-15 taona ka hiaraha-miasa amin’ny FMF sy ireo minisitera voakasika . Hisy ny fanampiana ara-pitaovana ho azon’ny zaza Malagasy amin’izany ka ao anatiny ny baolina filalaovana  .. .  Ny fampianarana fiainana anefa no tena votoatin’ilay tetikasa . Marihana fa ankizy mahatratra 700.000 isa maneran-tany no ho voakasik’ity tetikasa ity ary lelavola 100 tapitrisa dolara no hoenti-manana azy.

Ntsoavina Evariste

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Varotra sy fanjifanaNiaka-bidy ny menaka mandry

Tena mandeha ny varotra menaka eny amin’ny tsenan’Anosibe. Mahalany 40 ka hatramin’ny 60 litatra isan’andro mantsy ny mpivarotra iray rehefa tena mandeha ny tsena,

 

 mitotaly roa barika isan-kerinandro ho an’ny menaka mandry ( gezetala) sy tsy mandry vita amin’ny soja. Midina ho 20 litatra isan’andro kosa izany rehefa maina ny tsena.  Amin’ny ankapobeny dia ny menaka mandry no tena be mpividy na dia niakatra aza ny vidiny, hoy hatrany ny mpivarotra iray. Raha 3.600 Ar mantsy ny iray litatra tamin’ny herinandro  dia niakatra 3.800 Ar izany tamin’ity herinandro ity, fiakaram-bidy hatrany am-potony mihitsy.Anisan’ny antony hampiasain’ny mpivarotra hani-masaka menaka fanendy maharitra loatra io fiakaran’ny vidiny tsy mitsahatra  io, hoy ny fanazavana. Misy amin’izy ireny mantsy no mahatratra telo herinandro mbola hampiasaina ihany, hanendasana nem, sambos, ovy endasina, indrindra fa ny menaka mandry. Raha ny eny an-tsena manokana mantsy dia nilaza ireo mpivarotra fa tsy maka menaka be loatra tsy ho lafony ao anatin’ny fotoana fohy izany izy ireo. Tokony ho malina hatrany ny rehetra noho izany indrindra amin’izao andro mafana mampahazo vahana ny fahapoizinana ara-tsakafo izao. Ny  fampiasana menaka maharitra loatra mantsy amin’ny ankapobeny no tena fototra hipoiran’izany ankoatra ny maionezy.

 

 Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetibolam-panjakana lasitra« Nisy fomba fandrafetana vaovao »

Mizara roa ny tetibolam-panjakana isaky ny minisitera raha ny voafaritra ao anatin’ny volavolan-dalàna mifehy ny tetibolam-panjakana taona 2020.

 

Voalohany, ny fampandehanan-draharaha anatiny mahakasika ireo minisitera. Faharoa dia ny « Budget d’investissement » ao anatin’ny « programme d’investissement publique ». Samy nahitana fampitomboana 20 hatramin’ny 30% ny roa tonta. Ny zavatra tena hojerena, hoy Imbiki Herilaza, mpahay lalàna, dia ny fametrahana fotodrafitrasa eo anivon’ny vondrom-bahoakam-paritra itsinjaram-pahefana. Izany hoe, atao bebe kokoa ny fisian’ny fanapariaham-pahefana eny anivon’ny distrika maro samihafa. Nisy rahateo ny fomba fandrafetana vaovao natao tamin’ity taona ity hoentina hiatrika ny fampiasana ny tetibolam-panjakana. Isaky ny minisitera dia nanao ny fanontaniana ifotony amin’ireo mpiaramiombon’antoka sy mpiara-miasa rehetra.  Avy eo nentina teny amin’ny minisitera foibe dia nampiharina tamin’ny « contrat-programme »an’ny minisitry tsirairay ka nampiarahana tamin’ny « plan annuel de travail » ho an’ny taona 2020. Natao ny fandrafetana ny tetibola mba ho tonga dia  hisy fiantraikany mivantana any amin’ny vahoaka. Misy ihany koa ny fomba fiasa vaovao eo amin’ny fanaraha-maso ny tetibolam-panjakana. Eo anivon’ny primatiora dia hisy ny atao hoe « coordination d’action gouvernementale ». Ho an’ny fiadidian’ny Repoblika dia manara-maso ny fandaniana ny tetibola mba hanaraka ny vina ; apetraka isaky ny distrika ny fitsirihana ; arahina maso ihany ny « budget d’investissement publique », hoy hatrany ny fanazavana. Ny irariana dia mba tsy ho anisan’ireo mitavana ny tombontsoa manokana ny mpitondra ha hanao ho vaindohan-draharaha ny fiarovana ny  tombontsoan’ny rehetra. Raha tsy izany dia sarotra ny hanantena fivoarana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana ben’ny tanànaKandida 5 namoy ny ainy

Nikatona tanteraka halina tamin’ny 12 ora ny fampielezan-kevitry ny fifidianana ben’ny tanàna.

 

Fotoana isaintsainana anio mialoha ny latsa-bato rahampitso. Raha ny antontanisa dia miisa 1695 ireo kaominina eto Madagasikara hanatanterahana izany ka mahatratra 2588 ireo birao fandatsaham-bato. Ny 45 amin’ireo kaominina ireo dia kandida tokana no mirotsaka hofidiana, izany hoe efa naman’ny lany fa sarintsarim-pifidianana sisa hatao. 6 275 ny isan’ny kandida ben’ny tanàna izay manome salan’isa 3 isaky ny kaominina eo, ary 4902 kosa ireo kandida mpanolotsaina. Nisy kandida miisa 5 namoy ny ainy tamin’ireo mpilatsaka hofidiana ben’ny tanàna, toy ny kandida iray tao Mahanoro izay maty noho ny lozam-pifamoivoizana. Lohalisitra iray ihany koa no maty ho an’ny kandida mpanolotsaina monisipaly. Kandida iray ihany koa no naiditra am-ponja tany amin’ny distrikan’i Mananjary no nigadra ka tsy hay na efa nivoaka amin’izao na tsia.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Zandarimariam-pirenenaTena mila fanadiovana tokoa

Vita soa tao anaty fanarahan-dalàna sy fangaraharana ny fifaninanana ho mpianatra zandary andiany faha-75, izay natao nanerana ny nosy isaky ny faritra nandritry ny andron'ny 23 sy 24 novambra 2019.

 Naneho fisaorana ho an'ireo mpikarakara sy mpanara-maso ary ireo mpifaninana naneho firaisankina sy fandraisan'andraikitra ary fahamendrehana ny Jeneraly sekreteram-panjakàna eo anivon'ny minisiteran'ny fiarovam-pirenena miadidy ny Zandarimaria sy ny Jeneraly komandin'ny Zandarimariam-pirenena. Hanomboka tsy ho ela ny fitsaràna ireo fanadinana ary mbola mirary fiaraha-miasa sy fahamendrehana ary fahadiovam-piasa ho antsika rehetra. Tsy azo ekena ny risoriso sy kolikoly, hoy, izy ary ho henjana ny sazy ho an'izay tratra. Zandary 64 naiditra amponja noho ny fanaparam-pahefana tamin’ity 2019 ity. Ny zandary anefa dia olona tena mianatra lalàna, ka inona tsy ilaina ny fihoaram-pefy sy zandary migadra. Lasa mifanahantsahana amin'ny jiolahy satria efa zandary 4 isam-bolana izany no migadra. Hadalana faramparany nataona zandary ilay fitifirana vehivavy tany Ambohimahasoa, izay voalaza fa tanam-polo nampandoalihana tonga dia notifirina. Raharaha hafa ilay anjomara nataona masoivoho vahiny iray noho ny fahitany tsy fanajana zon’olombelona. Izany ve no mpitandro filaminana ? Tsy misy resaka etika sy fanajana soatoavina satria mitovy amin’ny olona tsy nianatra ihany ny zandary sasany, izay lasa fandoto iray tandroka. Miha tsy voafehy ny lalàna satria mety mahita ny tsy mety ataon'ny lehibeny, dia mba manao ny ataony. Taloha anefa reharehan'ny fiarahamonina sy ny fianakaviana ny lasa zandary noho ny fahaizana amam-pahalalana sy ny fahaiza-miaina ary ny fahalalam-pomba. Ankehitriny tena misy lasa jiolahy ny zandary.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanenjehana olom-panjakana ambonyNy lalàna no mbola mananosarotra

Tamin’ ny volana jona 2018 no nanao fianianana ireo mpikambana eo anivon’ ny Fitsarana avo (Haute cour de justice) saingy tapitra tamin’ny 05 febroary 2019 ny fe-potoam-piasana ireo depiote nandrafitra izany ka miandry indray ireo mpikambana vaovao.

Hatreto aloha dia mbola nahemotra ny fifidianana ireo mpikambana eo anivon’ny Antenieram-pirenena. Tsy ny HCJ ihany anefa no tsy  mahafeno fepetra. Lava loatra ireo dingana vao tonga any amin’ny fitsarana. Ny lalàna lah. 2014-038 no somary mavesatra ary tokony hasiana fanitsiana. Ny lalàna nataon’ny fitondrana tamin’izany no mananosarotra ny fanenjehana : ny fanalefahana ny fomba fitsarana, ny fomba fanenjehana… Laharam-pahamehana no mametraka ny fanjakana tany tan-dalàna sy fitsarana mangarahara amin’ny vahoaka any ifotony. Irariana mba ho vaindohan-draharahan’ny rehetra ny hijery ny fototry ny olana. Rehefa hitantsika mazava ny olana, inona fa hifanaraka amin’izany ny vahaolana sy atao rehetra ? Avela any ny fanao tsy nahomby fa ny tena votoatiny no himasoana.

Raha filohan’ny repoblika na koa filohana andrim-panjakana no hiantefan’ny fitoriana dia ny filohan’ny Antenimieram-pirenena no milaza raha azo atao ny fanokafana fanadihadiana na tsia.  Raha tompon’andraikitra ambony dia ny tonia mpampanoa ambony amin’ny fitsarana an-tampony no manao izany.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antsirabe INametrahana PDS

Notendrena ho filohan'ny delegasiona manokana (PDS) vaovao ao amin’ny kaominina Antsirabe Ranivomboahangy Lalanirina Emmanueline.

 

 Izy no misolo an'i Paul Razanakolona hitantana vonjimaika ny kaominina mandram-piandry ny ben'ny tanàna vaovao izay hofidiana afaka iray andro izy. Ny ben’ny tanàna teo aloha, izay marihina fa nidoboka am-ponja vonjimaika noho ny raharaha fanodikodinam-bola teo anivon’ity kaominina ambonivohitra ity. 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mba handresena ny hala-batoHefao ny adidy, mandehana mifidy …

Miantoka ny ho avy politikan’ny firenena ny fifidianana izay hotanterahina rahampitso alarobia 27 novambra. Fifidianana miisa roa izay no efa notanterahina teto, dia ny nifidianana filoham-pirenena sy solombavambahoaka.

 

 Maro ny adihevitra sy ny tsy fahafaham-po naterany noho ny karazana lalao maloto, ka niteraka fahakiviana teo amin’ny mpifidy niteraka fitotonganan’ny taham-pandraisana anjara. Fifidianana hafa mihitsy noho izy tena manakaiky kokoa ny vahoaka (élèction de proximité) ka tokony hiakatra ny taham-pahavitrihana. Ny vao mainka manome lalana ny ratsy ny fahakiviana sy ny firaviravizana tanana ka tsy handehanana mifidy. Hahazo vahana ny ratsy ary afaka hilalao sy hanatsimbadika ny vokatra. Hahafaha-misoroka kokoa ny hala-bato ny fahamaroan’ny mpifidy mampiakatra ny taham-pandraisana anjara. Rehefa resy amin’ny elanelam-bato lavitra ny kandida tsy tiana ho lany, dia sarotra ny hangalatra sy hanatsimbadika io voka-pifidianana io. Sarotra ihany koa ny hilalao ny lisitra sy ny vokatra rehefa mandray anjara sy manao andrimaso ny safidiny ny olom-pirenena. Betsaka izay ampamoaka sy ahiahy mombana tetidratsy samihafa izay, mirarakopana ny fandikan-dalàna sy ny endri-pitanilana ataon’ireo mpitantana ny raharaham-panjakana,… izay mametraka ny ahiahin’ny rehetra fa efa vita ny kajy fa sarintsarim-pifidianana no atao. Azo resena tsara io rehefa manatanteraka ny zo sy ny adidiny ny rehetra, ka tsy tokony hiraviravy tànana fa manefa ny adidy ho an’ny rahampitso.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

SolombavambahoakaTokony hiala rehefa tsy hiasa…

Ao anatin’ny fivoriana ara-potoana ny eo anivon’ny Antenimieram-pirenena ankehitriny. Betsaka ny zavatra andrasana amin’izy ireo toy ny fandaniana ny LFI 2020, fandrafetana ireo mpikambana eo anivon’ny HCJ…

 

 Ny lalàmpanorenana dia mamaritra ny fizarana telo eo anivon’ny fahefana : mpanatanteraka, mpanao lalàna, fahefam-pitsarana. Matoa napetraka ireo dia mila fifandajana ireo fahefana ireo mba handeha ilay firenena. Inona moa no asan’ny solombavambahoaka ? Voalohany, manara-maso ny fanatanterahana ny asa eo anivon’ny fahefana mpanatanteraka sy fitsarana. Faharoa, mandany ny tetibolam-panjakana hiasan’ny firenena ao anatin’ny taona iray. Farany, mitondra fampandrosoana maro samihafa any amin’ny distrika nandany azy. Ny zavatra tokony hataony dia ny fanajany andraikitra nomena azy. Nofidiana hisolotena vahoaka sy hanara-maso ireo zavatra voatanisa etsy ambony izy ireny fa  tsy natao hanangan-tanana fotsiny. Raha tsy hanao izany dia tsara raha mametra-pialana na atao izay hahatonga saina azy ireo.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rina RandriamasinoroHitory noho ny fanaratsiana azy

Manoloana ny fanaratsiana sy fanosoram-potaka azy mialoha izao fotoana hanatontosana ny fifidianana ho ben’ny tanàna izao dia nilaza omaly ny talen’ny fampielezan-kevitry ny kandida ho ben’ny tanàna,

 

laharana faha 2, Rina Randriamasinoro, eto Antananarivo renivohitra, Julien Andriamorasata, fa tsy hipetra-potsiny fa hametraka fitoriana ny kandida tohanan’izy ireo. Fanosoram-potaka ny kandida Rina, hoy ny talen’ny fampielezankevitry ny kandida laharana faha 2, no nataon’ny gazety iray izay namoaka fa nisy fanodinkodinam-bola ana miliara tao amin’ny kaominin’Antananarivo renivohitra nandritry ny fitondran’ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana. Efa nisy ny fanadihadiana natao ary raha mitombina izany dia mbola azo hamarinina ireo solosaina. Ny zava-misy izao, hoy ity talen’ny famoahana ity, dia ny fihorohoroan’ireo mpivarotra amoron-dalana rehefa naheno ny filazan’ny kandidam-panjakana fa hesorina tsy misy hatak’andro izy ireo kanefa tsy misy vahaolana akory.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo Rakotovao“Mila manara-dalàna ny rehetra”

Sesilany ireo fandikan-dalàna nandritra ny fampielezan-kevitra. Betsaka no tsy mankasitraka ny fomba amam-panao ataon`ny fitondram-panjakana.

 

Maro ny lalàna eto amintsika ka mila hajaina, hoy i Rivo Rakotovao, filohan`ny Antenimierandoholona. Tsy zava-baovao izany. Ny  lalàna no mifehy antsika, ny fanjakana no atao ohatra. Mazava ny lalàna mifehy ny fifidianana voalaza ao anatin`ny and. 61 fa tsy mahazo mitokana zavatra intsony ny fitondram-panjakana mandritra ny fotoan`ny fampielezan-kevitra. Tamin`ny herintaona toy izao dia fady mihitsy izany mba tsy hitongilana ny fanjakana. Nomarihany fa ny fanjakana no manome ohatra tsara. Ilaina ny fahamatorana ary izany no andraikitry ny mpikarakara fifidianana sy fiarahamonim-pirenena, nandritra ny fitsidihan`ireo parlemantera avy any Korea Atsimo tetsy amin`ny lapan`Anosikely.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Politika sy fitantanana firenenaMarina ny an-dRavalomanana

Na i Hery Rajaonarimampianina na Rajoelina dia samy mikofoka manorina sekoly, manao “kits scolaires”, mandray mpampianatra, manofana. manamboatra lalana, manamboatra fotodrafitrasa, miaro ny tontolo iainana,...

 

 Hamboly hazo sy hametraka angovo azo havaozina e ! Ireo anefa dia efa tao anatin'ny MAP navoaka tamin’ny taona 2006 avokoa, ka nifantohana tamin’izany ny Madagasikara Voajanahary. Nifantoka kokoa tamin’ny fampivelarana ny fampandrosoana fa tsy nionona tamin’ny kirendrarendra. Nahatonga ny mpiara-miombon’antoka nahatoky sy tonga nampiasa vola teto. Ny rafitra rahateo moa dia i Marc Ravalomanana no nanomboka nametraka azy toy ny “guichet unique” na ny Birao ifoton’ny fananantany izay niarahana tamin’ny MCI, ny EDBM (Economic Board of Madagascar) natao ho tosika sy tantsoroka ho an’ny mpandraharaha, ny BIANCO ho an’ny ady amin’ny kolikoly, ny SAMIFIN hiadiana amin’ny famotsiam-bola ... Ankehitriny, dia laharana 161/190 isika amin’ny fahatokisan’ny mpandraharaha mpampiasa vola na ny “doing business”. Manampy trotraka izany ny fomba fiasa, toy ny fakana “architecte” vazaha ihany hamadika ho Miami an’i Toamasina ? kanefa io koa nanakianana an-dRavalo ho maka vazaha foana, kanefa  ireny no manana ilay traikefa tadiavina. Isika no taitaitra sy tsy maharitra ary tia vao. Izao tara efa ho 15 taona amin’ny fampandrosoana tsy ho tratra indray ny tanjon'ny taona arivo ho an’ny fampandrosoana na ny ODD. Mitombina ny zavatra rehetra nataon-dRavalo momba ny ady amin'ny fahantrana sy ny fampandrosoana isam-paritra. Izay no maha mahay lavitra na “visionnaire” azy. Efa hitany tany amin’ny 20 taona lasa mialoha ny naha filoha azy izao atao izao. Mila mieritreritra tsara ny Malagasy fa tsy taitaitra isaky ny mihetsika. Ny mahasoa aloha vao ny mahafinaritra. Miasa sy mamokatra dia mihinana sy miaina tsara, ary miezaka ny hivoatra sy hanana ambim-bava, fa tsy hampanofinofisina amin’ny ariary zato am-pandriana dia resy lahatra.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaTsy mila an’i Rina ho ben’ny tanàna ?

Nifantoka betsaka tamin’ny propagandy an-kolaka hoenti-mandresy lahatra ny vahoakan’Antananarivo hisafidy ny kandidam-panjakana ny votoatin’ny fandaharan’ny filoha Rajoelina tamin’ny fahitalavi-panjakana omaly.

HALA-BATO

Nilaza ho tsy mieritreritra hala-bato Rajoelina. Mino sy mahatoky aho fa tsy misy intsony izany. Tsy manomboka ve ny lalao dia lazaina fa mangalatra ny mpitsara ? Ny milaza fa misy ny hala-bato dia ireny no mpangala-bato. Efa resy izy izany. Sarotra ny hangala-bato eto Antananarivo izany. Tsy mahay mangala-bato sy tsy mpangala-bato izahay, hoy izy. Iza moa no hiteny hoe hangala-bato izahay fa ny ho avy no hamaritra azy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rongony milanja 60 kilaoRoalahy saron’ny polisy

Rongony milanja 60 kilao, efa vita karaoty no saron’ny polisim-pirenena, tao amin’ny kaomisaria Soanierana Ivongo, ny alahady hariva lasa teo, tokony ho tamin’ny 5 ora sy 05 minitra.

Tia Tanindranaza0 partages

AndravoahangyTra-tehaka ireo mpanendaka amin’ny alina

Andrenesana antso vonjy hatrany eo Andravoahangy ampitan’ny mpivarotra solomaso mihazo an’ny Look’s isan’alina manomboka amin’ny 9 ora alina.

 

 Lehilahy roa no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahatelo, afak’omaly 24 novambra tokony ho tamin’ny 10 ora sy sasany alina teo amin’ny Pompier  sy mpivarotra solomaso Andravoahangy noho ny resaka fanendahana. Nisy tovovavy nametraka fitarainana teny amin’ny CSP3 ny alin’io 25 novambra io fa nisy nanendaka teo amin’ny Pompier Andrahavoangy izy ka lasa tamin’izany ny poketrany. Avy hatrany dia nidina teny an-toerana niaraka tamin’ilay vehivavy ny polisy ka mbola hita nihaodihaody teo ireo lehilaly maromaro izay nolazainy fa nanendaka azy. Vao nahatsikaritra ny polisy izy ireo dia vaky nandositra avokoa ka rehefa natao ny fisamborana dia roalahy no tra-tehaka ka nentina avy hatrany nanaovana ny fanadihadiana. Niaiky izy roa lahy ireto fa izy ireo tokoa no nanendaka ilay vehivavy saingy tsy tany amin’izy ireo kosa ny entana fa tany amin’ny namany.

Haja Nirina

Mbola andrasan’ny polisy kendritohina ny naman’ireto jiolahy mpanao sinto-mahery eny Andravoahangy ireto

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra MalagasyResy tetsy Mahamasina avokoa ny Fosa Juniors omaly

Samy resy avokoa ny ekipan’ny Fosa Juniors omaly alatsinainy 25 novambra tetsy amin’ny kianjan’i Mahamasina.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Pro League : Un coup d’arrêt pour la CNaPS Sport

La 5e journée du Pro League a mis fin à la belle série de victoires de la CNaPS Sport qui s’est déplacée à Toliara, au stade Maître Kira.

Contre toute attente en effet, les caissiers ont été tenus en échec par le 3FB (1 à 1) qui signe dans la foulée une série d’invincibilité dans son stade.

Le coup d’arrêt pour la CNaPS Sport n’a pas été mis à profit par ses poursuivants car JET Mada et Adema se sont aussi séparés sur le score de 1 à 1 au stade de Mahamasina vendredi dernier.

Par contre, le Zanakala poursuit sa descente aux enfers en échouant devant Elgeco Plus par 3 buts à 0. Les Fianarois restent donc lanterne rouge car la FCA Ilakaka a profité de la venue à Ampasambazaha des Tamataviens du Tia Kitra pour marquer ses trois premiers points.

Un coup dur pour le football tamatavien car dimanche et dans le nouveau Stadium de Barikadimy, l’AJesaia a infligé une sévère correction de 6 buts à 1 au Club M Mananara.

Dans le match en retard d’hier, COSFA a créé la surprise en battant Fosa Juniors pourtant au grand complet mais, ni Besna en attaque et remplacé au retour des vestiaires, ni Jean Yves et Dahery n’ont pu rien faire devant ce trait de génie de Dimby qui savait que pour marquer contre les Majungais, il fallait contourner Théodin et prendre le gardien Fabrice à revers d’un pointu.

Cet unique but de la partie marqué à la demi-heure de jeu permettait ainsi aux militaires de se hisser parmi le peloton de tête, contrairement à Fosa qui a plusieurs matches en retard en raison des matches des Barea. Mais sur ce point, on n’arrive pas à expliquer le long report dont bénéficie Fosa alors qu’immédiatement après le match de mardi à Niamey, Morel, Bolida et Mombris ont joué samedi dans le championnat de France de Ligue 2.  A moins qu’il y a Pro League et ligue professionnelle…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Ambalavao Tsienimparihy : Faty voarasarasa : tsy nisy lela, fo, aty ary atidoha

Tranga nampihoron-koditra ny maro no niseho tany amin’ny Kaominina ambanivohitra Iaritsena Andranoboboaka, distrikan’Ambalavao Tsienimparihy, faritra Matsiatra Ambony, omaly. Raim-pianakavina iray novonoina tamin’ny fomba feno habibiana no hita faty vao naraina, tany amin’ny 6 km andrefan’ny tampon-tanànan’Ambalavao. Raha ny voalazan’ny fianakaviany, niambina ny variny teny an-tsaha ity raim-pianakaviana ity no nisy namono, ny alin’ny alahady hifoha omaly alatsinainy, tokony ho tamin’ny iray ora naraina tany ho any. Raha ny nambaran’ny vadin’ny maty kosa, tamin’ny valo ora alina rangahy no nivoaka ny tranony handeha hisafo vary eny an-tanimbary. Nigadona anefa ny tamin’ny 11 ora alina, tsy niverina toy ny fanaony mahazatra isan’andro ity raim-pianakaviana ity, ka gaga sy taitra ny vadiny.

Halatra taova ! Taorian’izay, nanaitra ny havan-drangahy avy hatrany ramatoa. Nojerena tany an-tsaha ity lehilahy namoy ny ainy, nefa tsy hita tany, ary naharitra ora roa teo ny fikarohana azy. Nony naraina ny andro, ankona ny rehetra fa vatana nivalampatra nihosin-drà efa voarasarasa no hita, ary tsy hita teo amin’ity fatin-dehilahy ity intsony ny taovany maromaro toy ny lelany, ny fony, ny atiny, ary ny atidohany. Niala nipitika lavitra ny razana ihany koa ny valanoranony amboniny misy ny nifiny iray manontolo. Ary mbola hita tsy lavitra ny vata-mangatsiakany ireo zava-maranitra namonoana azy. Manoloana an’izao trangana habibiana tsy roa aman-tany izao, dia manahy amin’ny mety ho halatra taova ny havan’ny maty. Efa misokatra moa ny fanadihadiana ataon’ny mpitandro filaminana any an-toerana, ka ho hita eo ny zava-miafina marina mahakasika an’ity raharaha ity.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Le MCC sur divers projets

La ministre a échangé avec l’association des femmes Antesaka lors de son passage à Mahajanga.

La ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo était dans la région de Boeny  la semaine dernière et les raisons de son passage sont multiples. Tout d’abord, elle y était pour la campagne « Ndao Hamaky Boky », un programme qu’on a déjà évoqué dans nos colonnes et qui concerne la promotion des livres et de la lecture via une malle tournante. Pour Mahajanga, c’est au Centre Régional de l’Institut National de Formation Pédagogique que la ministre a décidé de mener sa campagne le vendredi 22 novembre. Diverses personnalités ont assisté à cet événement, notamment le chef de région par intérim de Boeny. Puis le lendemain, c’est-à-dire le samedi 23 novembre, l’équipe du ministère de la communication a tenu une conférence à l’Hôtel de Ville de Mahajanga sur la transition du pays vers la TNT ou Télévision Numérique Terrestre avant de visiter l’évolution des travaux sur la maison de la Culture et de la Communication située à Mangarivotra.

La suite de la journée du ministère de la Communication a été marquée par un carnaval qui portait sur la promotion du programme « Iray ihany isika » qui, rappelons-le, vise l’unicité dans la diversité, c’est-à-dire l’union de l’ensemble des malgaches sans distinction de culture ni d’origine. Après avoir traversé la ville, les nombreuses personnes menées par la ministre ont terminé leur périple devant la chambre des commerces et de l’industrie au bord de la mer.  C’est là que l’équipe du ministère a informé la population de Boeny sur son programme « Iray ihany isika » et sur ce que cela implique. Puis la fête a continué dans la soirée avec divers animateurs et chanteurs locaux.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Imeritsiatosika : Tsy hijaly rano intsony

Mangetaheta fiovàna ny vahoaka ao amin’ny faritra Itasy, indrindra fa ireo ao Imeritsiatosika iny. Tanteraka ara-bakiteny tokoa mantsy io noho ny olan’ny rano any an-toerana ka izany indrindra no namalin’ny Governoran’ny faritra Itasy, nidina ifotony teny an-toerana nanala izay hetaheta nahazo azy ireo izay. Paompy eletrika miisa efatra no natolotra ny vahoaka, hanampiana ny tosiky ny tanjaky ny rano fisotro ao an-toerana, ny faran’ny herinandro teo. « Ny Faritra Itasy dia tsy maintsy midina ifotony mijery ny olan’ny vahoaka ao anatin’ny faritra » hoy ny kabarin’Andriamatoa Governoran’Itasy nandritry ny fanolorana ireto paompy ireto. Tsy misy andraso andraso fa nanome baiko avy hatrany ity tompon’andraikitra ity ny hampiasàna ireo fitaovana vaovao ireo. Nanisy teny ihany koa izy ny amin’ny fitantanana ny rano, mba tsy ho tombotsoan’olom-bitsy no aterak’izany fa mba ho an’ny vahoaka iray manontolo.

Fa tsy ny rano ihany akory no nitondra vahaolana fa teo ihany koa ny lafin’ny fandriampahalemana. Notoloran’ny faritra Itasy milina fanoratana ihany koa mantsy ny tobin’ny zandary ao Ampahimanga, distrika Arivonimamo. Izany dia mba hanamora kokoa ny asan’izy ireo. « Efa nisy ny paikady napetrakaniaraka tamin’ireo tomponandraikitry ny fandriampahalemana rehetra atyItasy hampandriana fahalemana ny faritra hiadanan’ny vahoaka mba hanaony asa fampandrosoana am-pilaminana » hoy izy.

nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

CFAR Analamanga : Lancement d’un concours de projet

Le Conseil Régional de la Formation Agricole et Rurale (CFAR) d’Analamanga lance un concours de projet au profit des jeunes qui ont été formés au niveau des centres de formation dans la région Analamanga. « Les inscriptions sont ouvertes depuis 22 novembre jusqu’au 05 décembre 2019. Et le concours se divise en trois catégories », a expliqué Randriamanana Livaniaina, la correspondante de la FAR au niveau de la direction régionale du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche à Analamanga.

Kits offerts. En fait, la première catégorie concerne les jeunes formés et qui ont bénéficié des kits de démarrage offerts par le programme FORMAPROD (Programme de formation professionnelles et d’amélioration de la productivité agricole). « On va notamment évaluer leur production, l’extension de leur projet et l’impact de leurs activités sur leur niveau de vie », a-t-elle précisé. Pour la 2e catégorie, ce sera la volonté des jeunes entrepreneurs ruraux qui sera jugée, étant donné qu’ils n’ont bénéficié des kits d’application que plus tard. Et enfin, la 3e catégorie de concours porte sur la méthode d’application, l’outil de travail, les expériences et la qualité de la formation des tuteurs, qui sont en même temps des exploitants agricoles.

Remise des prix. Il faut savoir que ces jeunes participants ont été formés pendant un an pour être professionnels. « On leur sollicite ensuite à monter des projets qui pourront être financés par le programme FORMAPROD », a-t-elle rajouté. La sélection des dossiers des dix meilleurs candidats aura lieu du 09 et 10 décembre 2019. « Une descente sur le terrain aura ensuite lieu. Et la remise des prix se tiendra le 22 décembre 2019 », a-t-elle conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Journées nucléaires 2019 : La science nucléaire pour le développement de Madagascar

Madagascar est protégé contre la radioactivité même s’il faut rester vigilant car l’exposition à des éléments radioactifs entraîne diverses maladies dont le cancer. (crédit photo : Princy)

La cérémonie d’ouverture des Journées nucléaires 2019 a eu lieu hier à l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires à Ankatso. L’occasion pour les experts dans ce domaine de mettre en valeur et d’exposer au grand jour les impacts positifs de l’énergie nucléaire.

« L’objectif de ces journées est la promotion de la science nucléaire mais aussi de ce qu’elle peut apporter au développement du pays », a expliqué le Directeur Général de l’INNSTN, le Pr. Joël RAJAOBELISON pendant son discours lors de la cérémonie d’ouverture officielle des Journées Nucléaires 2019. Il s’agit ici d’une utilisation pacifique des sciences nucléaires pour le développement de Madagascar, notamment dans le secteur de l’agriculture, de l’élevage, de l’eau, des mines et de la santé selon les intervenants rencontrés sur place. Le Pr. Joël RAJAOBELISON a d’ailleurs notifié que la science nucléaire a une très mauvaise réputation auprès de la population, le plus souvent associée à des bombes dévastatrices. « Or, cette science comprend de nombreux points positifs qui permettent de servir les intérêts du peuple malgache, et c’est ce qu’on devrait promouvoir », a-t-il dit. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr. Blanche Nirina RICHARD a rejoint cette idée en disant que via ces journées, le public pourra progressivement comprendre  les impacts positifs de l’utilisation pacifique des techniques nucléaires. Elle a également ajouté que la coopération entre Madagascar et l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) permet l’atteinte des objectifs du MESUPRES qui sont l’enseignement de qualité pour tous, et une recherche scientifique de haut niveau pour le développement.

Contribution de l’AIEA. L’Agence Internationale de l’Energie Atomique dont Madagascar est membre depuis 1976, à travers ces journées, a fait un don d’équipements et matériels pour les laboratoires malgaches. Ainsi, des équipements de terrain pour la recherche agronomique et pour la productivité animale ont été officiellement remis au Laboratoire de Physiologie Végétale de la Faculté des Sciences d’Antananarivo, et à la FOFIFA (Centre National de la Recherche Appliquée au Développement Rural). Scintillomètre et spectromètre avec logiciel de traitement ARGIS pour l’exploration et l’exploitation de l’Uranium, ont été également offerts à l’OMNIS (Office of National Mines and Strategic Industries). Mais encore, l’INSTN et le Service de Médecine Nucléaire du CHU Andohatapenaka recevront aussi d’autres matériels utiles pour la protection contre la radioactivité et divers analyseurs d’éléments. Puis outre les appareils, il convient de noter que plus de 500 techniciens malgaches ont suivi les différents ateliers proposés par l’AIEA ces dernières années. Ceci dit, le Programme Management Officer de l’AIEA a demandé au gouvernement malgache de faciliter la mission de son collègue, responsable du service communication de la coopération technique, qui consiste à évaluer les impacts des projets de la coopération technique à Madagascar. Une demande qui a été bien reçue par la ministre. Mais ce n’était pas l’unique requête de la journée puisque le Directeur Général de l’INSTN a lui aussi évoqué les longues procédures à la douane concernant l’arrivée des dons de l’AIEA au pays, il invite le gouvernement  à voir s’il existe des solutions de dédouanement pour faciliter les transferts des équipements et matériels.

Madagascar et la technologie nucléaire. La technologie nucléaire n’est pas chose nouvelle pour Madagascar. « Madagascar est membre de l’AIEA depuis 1976 et a déjà une tradition nucléaire » a tenu à préciser le PMO de l’AIEA, Abdou NDIATH. Et cela va sans doute s’améliorer puisque la journée d’hier était également l’occasion pour l’INSTN de dévoiler une nouvelle promotion de jeunes étudiants désormais radioprotectionnistes. Enfin, le gouvernement malgache représenté par le ministre en charge de l’Enseignement supérieur et l’AIEA a fait savoir que, la rédaction du Programme Cadre National pour le cycle 2020-2024 sera finalisée durant ces journées qui prendront fin le 29 novembre 2019.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Karaté : La fédération met  les points sur les « i »

Le président de la fédération avec le directeur technique national au siège du COM à Ivandry.

Le président Solofo Barijaona Andrianavomanana sort de son silence vis-à-vis d’une compétition et d’un passage de grade sans autorisation de la part de la fédération ces derniers temps, qui auraient un impact négatif pour le karaté malgache et le niveau technique des athlètes. Les membres de la fédération ont fait un rappel à l’ordre hier lors d’une conférence de presse au siège du Comité Olympique à Ivandry. « En sport, il y a une hiérarchie que tout le monde devrait prendre en considération », a souligné le numéro Un du karaté malgache. De ce fait, il tient à préciser la règle au groupement de personne qui veut sortir du territoire pour représenter le pays à l’étranger.  « Cela devrait passer d’abord sous l’avis favorable de la plus haute instance fédérale. Et que tout le monde sache qu’uniquement, une équipe nationale devrait porter le drapeau et être porte-fanion Malgache à l’extérieur »,  poursuit-il. Ainsi, le président a averti tout événement de passage de grade sans être passé par les dirigeants. Un cas était suspect à Vatomandry pour faux et usage de faux du logo de la fédération. « Seule la fédération peut délivrer le grade à un karateka, avec une licence sportive. Ceux qui détiennent le 3e Dan pourraient créer un club », a-t-il fait savoir. La fédération portera plainte et donnera une lourde sanction si ces genres de situations persistent. La décision était prise pour le bien de cette discipline et surtout que, le karaté est actuellement admis parmi les disciplines olympiques selon les explications. Entre autres, Solofo Barijaona Andrianavomanana a profité de cette rencontre avec la presse pour annoncer quelques programmes majeurs de l’année 2020. En début d’année, plus précisément en mois de février, Madagascar participera aux championnats d’Afrique au Maroc. Ensuite, la Grande Ile arbitrera le 1e championnat d’Afrique de la Région Est en juin. Enfin, le Championnat du Monde sénior et les Jeux Olympiques seront également au menu.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : Halte aux faux débats et à la politique politicienne

A chaque problème il y a toujours une solution. C’est le mot d’ordre du président Rajoelina. Lors de l’émission spéciale diffusée hier sur la télévision nationale, le Chef de l’Etat a apporté des éléments d’explication, entre autres, sur les problèmes d’approvisionnement en eaux et les coupures de courant qui continuent à Antananarivo.

Selon ses dires, c’est la vétusté des infrastructures qui est l’origine de ces problèmes. Il ne devrait plus y avoir de délestage. S’il y en a, c’est plutôt un sabotage. Comme solution, le Chef de l’Etat avance des mesures d’urgences par des travaux de rénovation des sous stations. Comme solution à l’approvisionnement en eau, le régime prévoit l’augmentation de la production à Mandroseza de 40 000m3 par jour et l’installation sur le lieu d’une grande usine de traitement et d’épuration d’eau. Les travaux seront achevés au mois de février – mars 2020. Mahajanga, Morondava et Antsirabe bénéficieront également des mêmes infrastructures. Pour ce qui est d’Antananarivo, des travaux de construction de nouvelles infrastructures sont en cours afin d’accroître la production. Pour ne citer que les stations de distribution d’eau à Amoronakona, Ambohidrapeto et Laniera.

Faire preuve de patience. Il a aussi évoqué le projet Tana Water Free prévu avec l’Union Européenne à Ambohitrimanjaka et à Ankadindratombo qui consiste à produire 60 000m3 d’eau par jour. Dans quelques mois, les problèmes d’approvisionnement en eau seront résolus, a-t-il déclaré. Et d’exhorter au passage la population tananarivienne en particulier et les Malgaches dans son ensemble, à faire preuve de patience car tous les engagements prononcés seront réalisés pendant les 5 ans de mandat. Andry Rajoelina a aussi exprimé sa déception par rapport au bilan de l’équipe sortante au niveau de l’Administration communale à Antananarivo. Le fameux sioka tokana n’a pas eu lieu. En tant que capitale, Antananarivo doit être un modèle en matière de développement. Est-ce que c’est le cas aujourd’hui ?, se demande-t-il. Il, c’est le Chef de l’Etat qui a profité de cette intervention télévisée pour lancer un appel à l’endroit des Tananariviens afin de laisser de côté la politique politicienne et de se donner la main pour concrétiser les actions au développement. Quant à lui, il entend apporter sa contribution à l’assainissement et au changement à Antananarivo. Aussi, tout en encourageant la population à faire preuve de maturité politique lors des élections communales qui auront lieu demain, et d’élire les candidats qui vont s’entendre avec le régime dans la réalisation des velirano et du développement de la ville, Andry Rajoelina a annoncé que de nombreux projets vont être apportés dans la capitale.

Véritable changement. Pour l’assainissement de la ville, il a offert 15 camions bennes et 15 bacs à ordures pour la CUA. Par ailleurs, avant Noël, des poteaux solaires vont être installés le long de l’Avenue de l’indépendance à Analakely pour embellir le centre-ville. Afin que la population tananarivienne puisse parvenir au véritable changement et de sortir la capitale de la situation insalubrité actuelle, le président de la République envisage de débloquer un budget de 10 milliards d’Ariary à la Commune Urbaine d’Antananarivo. Andry Rajoelina a aussi mis les points sur les « i » par rapport aux rumeurs de fraudes véhiculées autour des élections communales. Il fustige les « zanak’i Dada » qui crient déjà au «halabato ». C’est la stratégie des faibles, estime-t-il. Et de faire savoir dans la foulée qu’Andry Rajoelina n’est pas un fraudeur et n’encouragera pas non plus la fraude. Durant cette émission, il a encouragé tout un chacun à arrêter tous ceux qui envisagent d’opérer des fraudes électorales.

Tana-Masoandro et la réhabilitation du stade de Mahamasina étaient les points les plus importants de cette émission spéciale. A entendre le président Andry Rajoelina, le régime ne fera pas machine arrière face aux contestations autour de la réalisation de ces deux projets phares du premier quinquennat du Volomboasary. Conformément aux nombreuses demandes émanant entre autres, des joueurs et de l’entraîneur des Barea, les travaux de rénovation du stade de Mahamasina, qui sera baptisé stade des Barea, va commencer d’ici peu et seront finalisés avant le 26 juin 2020. En effet, les travaux dureront 18 mois. La maquette du futur stade a même été dévoilée durant l’émission. Le futur Mahamasina aura 28 portes d’entrée et d’une capacité d’accueil de 40 000 spectateurs. Cette semaine, le régime a donné le coup d’envoi de la construction de 32 terrains manara-penitra.

40.000 logements. En ce qui concerne Tana-Masoandro, Andry Rajoelina a annoncé que plusieurs propriétaires à Ambohitrimanjaka ont déjà accepté de céder leurs terrains à l’Etat, conformément aux principes de l’expropriation. Cette émission a aussi permis de savoir qu’une grande majorité de ce domaine a déjà été vendue aux karana par les propriétaires. Quoiqu’il en soit, le Chef de l’Etat était clair. Les travaux pour la première phase qui consiste à la construction d’une cité ministérielle débuteront bientôt. La durée prévue est de deux ans et demi. Il a aussi fait savoir qu’à cause des contestations, le remblayage et la construction de la route d’accès, prévue être finalisée d’ici le mois de janvier, a accusé un retard. Parallèlement au projet Tana-Masoandro, le régime va aussi commencer les travaux pour la construction de 36 buildings mora à Ivato. L’objectif de construire 40 000 logements en 5 ans sera atteint, a-t-il réitéré. Afin de parvenir au développement, Andry Rajoelina appelle tous les Malgaches à laisser de côté les guéguerres politiques et les faux débats, mais de favoriser plutôt la solidarité et l’unité nationale.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Route des Hydrocarbures : Le réaménagement des quatre voies Tsarasaotra-Antanimena réceptionné, hier 

Le MAHTP et l’ARRHP ont inauguré hier, la route des hydrocarbures, réaménagée en quatre voies.

Jusqu’ici, plus de 8,2 milliards Ariary ont été alloués à ce projet, qui se poursuit encore au niveau d’autres tronçons liés à la Route des hydrocarbures. Un succès du partenariat public-privé.

Un partenariat fructueux ! C’est ce que l’on peut dire de la collaboration entre l’Association des Riverains de la Route des Hydrocarbures et de ses Prolongements (ARRHP) et l’Etat représenté par le ministre de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics (MAHTP), pour le projet de réaménagement de la route des hydrocarbures en quatre voies. Lors de l’inauguration qui s’est tenue hier, le ministre Hajo Andrianainarivelo a indiqué que le projet a été initié depuis la Transition, mais son exécution a été suspendue pendant cinq ans. « Deux tronçons ont déjà été réalisés auparavant, reliant le rond point La City au rond point Jesosy Mamonjy. Après les années de suspension, nous avons relancé le projet cette année et voilà le résultat. Les tronçons vers le rond point Tsarasaotra, ainsi que vers le rond point Antanimena sont également achevés. Cela témoigne de l’efficacité de l’approche 3P (Partenariat public-privé). Outre leurs contributions dans le financement du projet, ces riverains ont également cédé une partie de leurs terrains pour l’intérêt général, car ils comprennent que ce projet bénéficie à tous », a soutenu le ministre.

Suite du projet. Pour sa part, le président de l’ARRHP, Fredy Ranohisoa a indiqué que trois tronçons restent à réaliser dans le cadre de ce projet financé par l’Etat Malagasy et l’ARRHP. Il s’agit du segment Rond point Ivandry La City jusqu’au croisement Pullman ; du segment Rond point Toyota Rasseta jusqu’au Gymnase Ankorondrano ; et enfin la Route du Pape. « Nous remercions le MAHTP d’avoir initié le projet et d’avoir été notre partenaire dans la réalisation. L’ARRHP comprend l’importance de cette route qui est parmi les plus fréquentées à Antananarivo. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui nous ont poussés à fonder l’association en octobre 2010 et qui regroupe 80 membres composés généralement d’entreprises basées à Ankorondrano, jusqu’à Andraharo », a affirmé le président Fredy Ranohisoa.

Autres routes. Pour les autres chantiers de réhabilitation des routes de Tanà, le ministre Hajo Andrianainarivelo a noté que les travaux devraient tous être achevés avant la fin de l’année. « Il faut la collaboration des usagers, car les entreprises ne peuvent pas travailler correctement si les chantiers ne sont pas libérés. Pour Besarety, le MAHTP s’est occupé de la réhabilitation de la route, mais pas de l’assainissement, car c’est du ressort d’une autre entité. Cependant, face à la situation, l’Etat central a décidé prendre en main le travail sur le caniveau au niveau de la Rotonde. Des actions ont déjà été initiées par le Gouvernorat d’Antananarivo, avec le MAHTP, dans ce cadre. Cela, afin de faciliter l’évacuation d’eau. C’est après cela que nous allons achever les travaux de réfection de la route vers Rasalama. Normalement, tout cela se fera avant Noël », a-t-il affirmé. En ce qui concerne la RN44, le ministre Hajo Andrianainarivelo a déclaré que le projet de réhabilitation s’inscrit dans le cadre des Vélirano du président Andry Rajoelina. « Ce projet doit être fait, même s’il y a des mécontents, ceux qui souhaitent pour leurs intérêts personnels, que la RN44 ne sera jamais réhabilitée. La Banque Mondiale a déjà accordé un fonds de 140 millions USD. Il reste des mesures et des détails techniques, car l’objectif est de bien faire, pour avoir des infrastructures de qualité », a-t-il souligné. En bref, les divers projets d’infrastructures routières avancent à grand pas.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Faire tout  pour ne pas freiner l’ascension du football malgache

Les éloges du président de la FIFA , Gianni  Infantino, témoignent de l’estime que les instances internationales portent  au football  malgache. L’exploit des Barea à la CAN 2019  n’est pas  un  feu de paille, et l’ élan impulsé doit porter l’ensemble de ce sport roi dans la Grande île. La  renommée de nos footballeurs s’est  consolidée après les premiers matches de qualification de la CAN 2021.  Si on en  doutait le fait que   Madagascar  soit nominé dans le classement des meilleurs joueurs,  du meilleur coach et de la  meilleure équipe d’Afrique, ne peut que nous conforter dans ce sentiment de reconnaissance de notre valeur. Mais pour tenir ce rang, il est nécessaire de fournir beaucoup d’efforts tant sur  les plans matériels et sportif.

Faire tout  pour ne pas freiner l’ascension du football malgache

Le président de la FIFA  a  affirmé clairement la nécessité pour les Malgaches d’avoir un stade de Mahamasina refait aux normes internationales. Il rejoint en cela les doléances du coach Nicolas Dupuis et des joueurs des Baréa. Gianni Infantino a même enfoncé le clou en disant que, si cela ne se faisait pas, Madagascar ne pourrait pas accueillir de matches internationaux. Ces propos confortent ceux des dirigeants qui ont assuré que les travaux débuteraient bientôt et qu’ils seraient achevés au mois de décembre. A présent, aucune excuse ne sera  admise pour en retarder l’échéance.  Ce sera un grand pas  de  fait pour le rayonnement de ce sport sur le plan international. Mais sur le plan local, le projet de construction de  32 stades modernes  est en train de se réaliser. L’inauguration  de celui de Barikadimy par le chef de l’Etat en est une concrétisation. Les infrastructures mises en place vont permettre aux nombreux jeunes talents de s’exprimer et de se hisser au niveau de leurs glorieux aînés.  Cela signera les bases du renouveau qui ont été posées. L’élan impulsé par les Barea ne  doit pas être freiné. Et il faut qu’il  porte le football malgache au sommet en Afrique.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Taxes sur les bondillons : La hausse à 20% fatale pour les producteurs, selon la SAHVA

Les producteurs de savon se manifestent les uns après les autres, contre l’augmentation du droit de douane sur les bondillons de savon, prévue dans le Projet de loi de finances. Une telle mesure entraînera une inévitable hausse de prix de PPN, selon la SAHVA.

Rude bras de fer entre les producteurs et les importateurs de bondillons de savon. Selon la Savonnerie Huilerie du Vakinankaratra (SAHVA), productrice du savon Soba, des transformations sont encore entreprises sur les bondillons, avant d’avoir du savon commercialisable. Une manière de soutenir que ses activités sont à caractère industriel, et que leur importation de matières premières ne doit pas être frappée par des barrières tarifaires. Suite aux propos des dirigeants de la Savonnerie Tropicale, le PDG de la société SAHVA, Richard Sadroudine n’a pas manqué de mettre les points sur les i.  « Nous avons trois sites de production à Antsirabe, Tamatave et Taolagnaro. La société dispose de 200 employés et opère dans l’industrie de la transformation depuis 2003. Nous ne faisons pas de super profit comme le dit la Savonnerie Tropicale. Nos marges sont de 6% brut. Une augmentation de 10% de droit de douane serait fatale  pour notre activité. Cela entraînera une inévitable augmentation du prix du savon blanc sur le marché », a-t-il noté.

Nomenclature. Le PDG de la SAHVA a évoqué l’exemple du savon en poudre. Depuis la taxe valorem, a-t-il affirmé, ce produit a connu une flambée de prix sur le marché. Par ailleurs, l’importation des bondillons est sous la nomenclature 034021910 (liquide, poudre, granulés à usage industriel). « A partir de 2013, il y a eu un changement de nomenclature. C’est pour dire que le droit de douane n’est jamais passé de 20% à 10%. Au contraire, ce droit est passé de 5% à 10%. Actuellement, on veut encore le doubler à 20%, alors que la loi indique clairement nos matières premières classées comme produit semi-fini. Il faut préciser que la nomenclature actuelle référencée 034012010, ne correspond pas aux bondillons, car  cela indique un produit fini déjà conditionné pour la vente au détail. Voyez le processus de production dans nos usines, il est évident que nous ne faisons pas qu’emballer les bondillons. Nous produisons à partir de matières premières importées. Même la Savonnerie Tropicale importe également ses intrants », a-t-il soutenu.

Lutte contre les importations. Poursuivant ses explications, le PDG Richard Sadroudine a souligné que cette augmentation de 10% favoriserait l’entrée des savons en morceaux et des savons barres venus des pays COMESA, sur le marché local malgache. D’après ses dires, aucune industrie à Madagascar n’a la possibilité de fabriquer  le savon blanc (Snow White). « Il y a des aspects qu’on ne peut ignorer. La Savonnerie Tropicale se dit contre les importations, mais elle importe par exemple de la graisse provenant d’Australie, pour réduire son coût de production. Si les dirigeants de cette société pensent vraiment que nous faisons de meilleurs profits, qu’est-ce qui les empêche d’abandonner ses procédés archaïques, et d’investir dans des machines comme les nôtres ? Il faut préciser qu’il s’agit d’une guerre de profit. En fait, les industries locales de bondillons veulent le monopole des savons à Madagascar, en éliminant celles qui importent des bondillons. Ils ne prennent pas compte des répercutions que cela pourrait avoir sur la population malgache. D’ailleurs, même au niveau de la qualité, nos bondillons sont entièrement végétales, nous n’utilisons pas de graisse animale provenant d’Australie », a martelé le PDG de SAHVA. Bref, chaque partie soutient ses arguments dans cette guerre de bondillons. La hausse de droit de douane étant déjà dans le Projet de loi de finances, le dernier mot appartient donc au Parlement…

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Corps de Protection Civile : Des nouveaux équipements pour marquer son 16e anniversaire

23 novembre 2003-23 novembre 2016. Le Corps de Protection Civile (CPC) de l’Armée Malgache a célébré le 16e anniversaire de sa création, samedi. Une cérémonie dédiée à cette occasion s’est déroulée au camp de cette unité à Ivato durant laquelle, le Premier conseiller de l’Ambassadeur de France confirme la détermination de son pays à soutenir ce corps en matière de formation et d’appui matériel. En effet, la cérémonie du samedi a été profitée par le colonel Philippe Virgès, chef du projet entrant dans le cadre de cette coopération pour remettre au Commandant du CPC, colonel Michel Rabemanantsoa des nouveaux équipements de lutte contre les incendies (trois camions citernes, une véhicules Pick up, deux pompes à eau portatives …) et des matériels de sauvetage, dons de l’Ambassade de France. En rappelant l’histoire et l’évolution du CPC durant ses 16 années d’existence, le colonel Michel Rabemanantsoa affirme qu’actuellement, ce corps d’intervention de l’Armée Malgache des trois unités (Toamasina, Tolagnaro, et Manakara) sont en dehors de la capitale. Quoiqu’il en soit, il a la compétence nationale, c’est-à-dire, il peut intervenir dans tout le territoire national en cas de catastrophe de grande envergure. Il collabore étroitement avec le Bureau national de gestion de risques et catastrophes(BNGRC). La cérémonie a été clôturée par une démonstration de sauvetage réalisée par des éléments de la section nautique du CPC. Le Chef d’Etat-Major Général de l’Armée Malgache, Le Général Théophile Rakotonirina a été représenté par son Deuxième adjoint chargé de la  formation et de la coopération, le Contre-Amiral Ramarosaona à cette cérémonie.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

FEC :  Satisfecit du FMI  pour la sixième tranche

Charalanbos Tsangarides, Chef de mission  du FMI pour Madagascar estime que la croissance économique devrait  rester proche de 5% cette année.

Examen de passage réussi pour le gouvernement qui vient d’obtenir le satisfecit du Fonds Monétaire International (FMI)  sur l’exécution du programme soutenu par  la Facilité Elargie de Crédit (FEC).  Normalement, le FMI et Madagascar devraient parvenir à un accord sur la sixième revue du programme.

La mission de revue  que vient de réaliser une équipe du FMI conduite par Charalanbos Tsangarides, Chef de mission pour Madagascar , se termine sur une conclusion positive.  « La mise en œuvre du programme soutenu par la FEC qui expire au début 2020 est restée satisfaisante »  a déclaré hier, le Chef de mission du FMI, lors d’une conférence de presse organisée dans l’enceinte de la Banque centrale.

Efforts

Une performance qui témoigne en tout cas des efforts réalisés par le gouvernement en général, et le ministère de  l’Economie et des Finances en particulier lequel a pu  par exemple, atteindre les objectifs de recettes publiques. « Les autorités ont rempli tous les critères de réalisation de juin 2019, ainsi que l’objectif indicatif relatif à la collecte des recettes fiscales »  selon toujours le FMI qui  félicite la Banque Centrale  qui « a continué avec succès à limiter la volatilité du taux de change et à soutenir l’accumulation progressive de réserves, ainsi qu’à gérer la liquidité bancaire au moyen d’interventions ciblées  contribu              ant  à la stabilité macroéconomique ».  Une manière en tout cas pour le FMI de saluer « la détermination  des autorités à renforcer la croissance, à améliorer la collecte des recettes, et à favoriser l’inclusion sociale ».

Carburants

Le FMI  constate cependant quelques points à améliorer. « Toutefois, l’objectif indicatif relatif aux dépenses sociales prioritaires financées sur ressources intérieures a été manqué, avec un écart important malgré une exécution récemment améliorée ».  Par ailleurs, « le programme  de réformes structurelles a progressé à un rythme toutefois plus lent que prévu. Malgré la renégociation réussie des marges de distribution sur les prix des carburants, l’écart persistant entre le prix de référence et les prix à la pompe, a conduit à l’accumulation continue d’un léger passif envers les distributeurs ». En somme, le FMI constate que le principe de la vérité des prix n’est pas encore correctement appliqué.  Il souligne ainsi  « la nécessité d’adopter un mécanisme de tarification  reflétant l’évolution des prix  mondiaux sur les pompes, et de régler le passif existant envers les distributeurs afin d’éviter des coûts budgétaires.  Y aura-t-il prochainement une hausse des prix à la pompe ? Attendre et voir.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

K1-Combat Pro :  Troisième participation de Farazaly au WLF

Fazaraly se prépare pour sa troisième participation au WLF.

Le succès de l’expatrié malgache, Fazaraly Razanajatovo alias Super Badboy poursuit au combat professionnel en Chine. Il participera pour la troisième fois au combat privilégié dénommé Wunlingfeng en K1 le 18 janvier 2020 prochain. Cela est dû grâce à la victoire qu’il a remportée lors de son dernier combat au MAS Fight en muay thaï le 3 novembre dernier. La victoire à ce combat devrait être arrachée uniquement par KO. Défi relevé, Fazaraly a remporté la victoire de cette façon face au chinois Chang Jiu chez les catégories  moins de 63kg. « Tous mes rêves sont en train de se réaliser. J’espère que j’en ferais encore mieux pour ce prochain combat, puisque j’ai déjà commencé à travailler dur même s’il ne me reste que quelques semaines de préparations. Ce sera un beau cadeau de nouvel an pour moi, pour ma famille et pour tous ce qui sont derrière moi », a-t-il expliqué. A savoir qu’il a battu par K.O ses adversaires lors de la première et la deuxième participation au WLF. Une conférence de presse s’est tenue la semaine dernière pour la présentation officielle de ce combat, dont Fazaraly et son coach y avaient assisté.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Miarinarivo : Mpibizina taolam-paty saron’ny zandary

Ingahy R. mpisera taolam-paty no voasambotry ny zandary tao Miarinarivo ny faran’ny herinandro lasa teo, tao an-tokantranony. Araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandary tany an-toerana dia nisy loharanom-baovao azon’izy ireo mahakasika lehilahy iray efa malaza ratsy fa mpivarotra sy mpandray taolam-paty tao Ambohitandindona, fokontany Sarobaratra, distrikan’i Miarinarivo. Napetraka avokoa ny paik’ady rehetra ary rehefa azo ny fahazoana alalàna dia niroso tamin’ny fisavàna ny tranon’Ingahy ireo mpitandro filaminana. Tamin’izany tokoa no nahitàna taolan-dava miisa 60 tra-tehaka tao an-tokantranony. Milanja eo amin’ny 60 kilao eo ho eo no totalin’izy ireo rehefa nolanjaina, hoy ny fanazavàna azo. Nosamborina teo no ho eo moa ity mpibizina taolam-paty ity, nentina natao famotorana, hamantarana ny niavin’ireto taolambalo ireto : ireo olona nividianany izany sy izay olona kasainy hamarotana azy. Aorian’izay no hatolotra eny anivon’ny Fampanoavana ingahirainy. Hatreto tokoa dia mbola mampametra-panontaniana ny maro ny antony ilàna ny taolam-paty, ary iza avy ireo olona mila azy. Voalaza mantsy fa sahy mividy lafo dia lafo ireto farany. Nambaran’ny sasany tamin’ireo mpangalatra kely voasambotra mantsy fa hoe mety mahatratra hatrany amin’ny folo tapitrisa ariary ny kilaon’izany taolam-paty izany, ka izay indrindra no manosika azy ireo hanao ny asa ratsiny, hanimbazimba ny maty, tsy handry am-piadanana intsony.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Deci-delà

Soirée Vaovy sur tous les fronts

Plus en forme que jamais, le groupe Vaovy enchaine les soirées. Samedi, la bande du sud se retrouvera au No Comment Bar Isoraka. Avec le large répertoire de Gabin Fanovona, la soirée s’annonce déjà festive. Au menu, du Lahimora, “Androy , tane mileven-drano” ou encore du “Talignere”. S’ils ont fait profil bas bien des années sur la scène malgache, 2019 aura été le grand moment de leur retour à la source. Une opportunité d’apprécier cet héritage musical et culturel que le fondateur du groupe a laissé derrière lui, et que ses complices de scène partagent toujours un peu partout dans le monde.

Kristel« I Got you » sort en exclusivité

Après « V » et quelques dates en dehors de nos contrées, Kristel  revient avec un tout nouveau son.

« I Got you », un titre qui résonne bien dans les oreilles. Si les détails n’ont pas encore filtré, le trio dévoilera le single lors de leur dernier concert de cette année à Madagascar.  Si le clip sortira le jour de l’anniversaire de la chanteuse Christelle Ratri, le 6 décembre, il y aura une diffusion en avant première du clip pour tous ceux qui seront présents. Le tout sera suivi d’un Show non stop de 1H30 ce vendredi à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo.

Z.T

Midi Madagasikara0 partages

Ampahibe : L’ambassadeur d’Egypte chez le ministre de la Défense Nationale

Le Général de Division Rakotonirina Richard, ministre de la Défense Nationale, a reçu en audience Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la République Arabe d’Égypte à Madagascar, hier, en son bureau à Ampahibe. Leur rencontre s’est focalisée sur le renforcement de la coopération militaire entre les deux pays. Dans la même foulée, l’ambassadeur a invité le ministre de la Défense Nationale d’assister au sommet des ministres de la défense des pays africains qui se tiendra au Caire le mois de décembre prochain.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Exposition : « Intimement vôtre », ou la femme sous toutes ses facettes

Le vernissage «  d’Intimement vôtre » le 23 novembre à Andraharo (Credit photo : Felana Rajaonarivelo)

A chacune sa vision, mais une seule mission. Mettre en avant la figure féminine sous de multiples facettes.

Elles sont quatre personnes de talents qui entonnent une voix en chœur. A travers “intimement vôtre”, Felana Rajaonarivelo, Miora Acker, Sleeping Pop et Aina Zo Raberanto, entraînent le public dans un monde de grande diversité de femmes. À travers leurs regards, leurs voix et leurs talents cette exposition introduite dans les univers intimes d’une grande diversité de femmes. Images inédites, poétiques, réalistes ou abstraites, essentiellement centrées sur la femme. Selon les artistes, « ici la pudeur est paradoxale, elle se dévoile sans s’exhiber. À la croisée des regards humains  sur la femme, ses secrets, son quotidien, l’exposition «  Intimement vôtre » dévoile des bribes d’intimité des femmes. Intimité du cœur, intimité de l’esprit et parfois, intimité du corps, sans jamais montrer ce qui est attendu. La figure féminine est mise en avant sous de multiples facettes ». Femmes artistes, activistes, conscientes, engagées, célibataires, épouses, mères, généreuses, sensuelles, libres, sensibles, fragiles, complexes, élégantes, émancipées, fortes, joueuses, audacieuses, combattantes, inspirantes…Rien n’est laissée au hasard. « Intimement vôtre » laisse transparaitre des détails, des figures, des évidences dans lesquels, chaque femme peut se reconnaitre. Exposées à la Galerie de la Fondation H Andraharo jusqu’au 20 décembre, toutes les œuvres  sont à voir dès aujourd’hui.

Si Miora Acker est une artiste-plasticienne, Sleeping Pop est une grande illustratrice de sa génération. Quant à Aina Zo Raberanto et Felana Rajaonarivelo, elles sont toutes deux photographes. Cette dernière a été bercée depuis sa plus tendre enfance par un univers artistique pluridisciplinaire. Passionnée de danse et de musique, elle a fait de la photographie, son domaine de prédilection. Sa marque de fabrique ? Plus c’est simple, mieux c’est. Elle aime faire des photos simples, naturelles, dépeindre des scènes de vie sans artifices, être en somme plus proche du réel. Son credo : mettre en valeur l’émotion avant la technique.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Bekily : Dahalo efa-dahy azo sambo-belona, saika matin’ny fitsaram-bahoaka

Taorian’ny fanafihan-dahalo nahery vaika nitranga tao an-tanànan’i Sonjorano, fokontany Bemelo, kaominina ambanivohitra Tanambao Tsirandrany, distrikan’i Bekily, ny alin’ny asabotsy teo, izay nahaverezana omby miisa folo, dia nanao ny fanarahan-dia avy hatrany ny tompon’omby. Raha vao naheno an’ ity halatra omby ity ny solombavambahoaka voafidy tao Bekily, dia nandeha nanara-dia niaraka tamin’ ireo Kalony (Andrimasom-pokonolona). Afak’omaly, tokony ho tamin’ny iray ora tolakandro, nifanena teo amin’ny tendrombohitra iray avaratr’i Mieba, any amin’ny kaominina ambanivohitra Beraketa ny mpanara-dia sy ireo dahalo, ka raikitra ny fifampitifirana teo amin’ny roa tonta. Tsy nahatanty ny feom-basy nirefodrefotra ny dahalo efatra ka nilavo lefona. Tratra teny amin’ireto malaso azo sambo-belona ireto ihany koa ny basim-borona « calibre 12 » iray sy basy vita gasy iray, ary ody gasy maro miisa 16. Rehefa voasambotra ireto dahalo, dia nangataka ny hitifirana azy ireo avy hatrany atao « au poteau » ny mponina izay matahotra ny valifaty hataon’ireto malaso ireto. « Raha sanatria ka votsotra eo indray ireo malaso ireo, dia tsy maintsy hamaly faty anay », hoy ny fokonolona.  Nanda mafy izany fihetsika mamoehatra izany Ingahy Depiote, ary nanamafy teo anatrehan’ny vahoaka fa hanara-maso akaiky ny raharaha, hatreny amin’ny Fitsarana mba tsy hahavotsotra an’ ireto dahalo. Efa natolotra ny zandary ao Beraketa atao fanadihadiana lalina ireo olon-dratsy niaraka tamin’ireo fitaovam-piadiana tratra teny amin’izy ireo. Tafaverina soa aman-tsara any amin’ny tompony kosa ireo omby norobain’ny dahalo.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Andraisoro : Fitombokase hosoka an’ny olona ambony, nisy fisamborana

Olona mamo no nosamborina tao an-tokantranony. Izany dia vokatry ny fitorian’ny vadiny azy tany amin’ny polisy misahana ny boriborin-tany, momba ny fidaroham-badiny azy, tao an-tokantranony ao Andraisoro. Tamin’io fihaonan’ilay ramatoa io tamin’ny polisy koa no nampitainy ny ahiahiny momba ny asa izay hafahafa ataom-badiny. Natao tokoa ny fidinana tany an-toerana ary ankoatra ny hamamoan-drangahy dia nahitàna fitombokase karazany maro tao an-tokantranony. Rehefa nojerena akaiky dia mahakasika asam-panjakana ambony ny ankamaroany ary efa nisy nampiasaina aza tamin’ireo satria namela marika. Teo no ho eo ihany dia nosamborina ilay rangahy sy ny namany iray izay niara-mamo taminy tao amin’ilay tokantrano. Voatazona ho mpiray tsikombakomba aminy amin’ny fanamboarana na fampiasàna ireo fitombokase hosoka ilay lehilahy. Nosokafan’ny polisy avy hatrany ny fanadihadiana ny amin’ireo fitaovana ireo, izany dia ankoatra izay mety ho fanenjehana ilay rangahy raim-pianakaviana tamin’ny vono sy daroka izay nataony tamim-badiny. Mahakasika ny fampiasàna fitombokase dia tena mora eto amintsika ny manao sandoka azy ireny. Na ny mpanao asa tànana, na ny mpampiasa teknolojia, dia samy mahavita izany avokoa. Izany matetika no tena mahatonga ny taratasy hosoka amin’ny asam-panjakana. Azo raisina ohatra akaiky ny firongatry ny ady tany izay ny tena fototra iaingany dia ny fampiasan’ny mpisoloky taratasy hosoka izay vitany ho mitovy tanteraka amin’ny tena izy izay mivoaka any amin’ny sampan-draharaham-panjakana ireny. Indraindray aza dia hatrany anatin’ny tahirin’atontan-taratasy ofisialy no mbola tongan’ny hosoka ihany. Mazava hoazy fa misy firaisana tsikombakomba amin’ny tambajotra matanjaka izany. Dia ireo rehetra ireo no mitambatra no lasa olana lehibe izay saro-bahana na miakatra fitsaràna aza.

D.R

Madagate0 partages

Mialy Rajoelina. Speech de l'Orange Day 2019 à Mahamasina

25 Novembre.« Orange Day » : Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. « Consacrer une journée entière dans l’année pour cette lutte est un geste symbolique et fort de sens, mais c’est tous les jours, sans relâche au quotidien que nous devrions œuvrer pour éradiquer ce fléau qu’est la violence à l’égard des femmes ».

25 Novembre 2019. Allocution de Madame Mialy Rajoelina, Première Dame de Madagascar et Ambassadrice de la FNUAP pour la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), ayant précédé l'ouverture du Centre spécialisé sis à Mahamasina Antananarivo.

«Excellences,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

 

Permettez-moi de dire quelques mots pour nos amis francophones venus en nombre pour cette journée du 25 novembre. Un grand merci à vous.

Je voudrai vous partager une citation qui m’a saisie et que je trouve adéquate pour inviter tout un chacun à comprendre l’existence de cette journée :

« Consacrer une journée entière dans l’année pour cette lutte est un geste symbolique et fort de sens, mais c’est tous les jours, sans relâche au quotidien que nous devrions œuvrer pour éradiquer ce fléau qu’est la violence à l’égard des femmes. ».

J'aimerai vraiment, en ce jour, apporter une touche de chaleur et de poésie pour mettre un peu de baume au cœur de toutes ces femmes qui souffrent.

Pour encourager et faire entrevoir un horizon d'espoir à chacune, je veux rendre un vibrant hommage, en lui disant des paroles de réconfort.

A toi femme courageuse qui lutte pour que chaque jour ton sourire soit ton plus bel étendard,

Pour toi, voici aujourd'hui mon admiration car tu es capable de voir la lumière au-delà de l'ombre apportée par les nuages,

Pour toi, voici aujourd'hui mes mots pour que tu te souviennes que tu es source d'amour, source de courage, source de grandeur.

A toi la femme courageuse, qui, malgré tout ce qui t'arrive, décide d'aller de l'avant, qui malgré les peurs, les incertitudes et parfois même la souffrance, reste déterminée à vivre, reste accrochée à cette envie de rester en vie.

A toi la femme courageuse, dont tous ignorent les blessures, dont personne ne connaît les craintes engendrées par les coups que tu as subis,

Oui, personne ne sait à quel point cela te fait mal, personne ne sait ce que tu penses, et encore moins ce que tu ressens.

Mais n'oublie pas qui tu es et jusqu'où tu peux arriver.

N'oublie jamais cette force que tu as en toi ni toute l'étendue de tes possibilités. Tu portes tellement plus en toi. Bien plus que ce que l'ont peut te faire croire.

Surtout ne te dis jamais que ce qui t'arrive est de ta faute, tu mérites de vivre !

Alors, prends ton courage à deux mains.

Tu n'es pas seule, tu peux t'en sortir, et tu vas t'en sortir.

Garde toujours présent à l'esprit que "l'avenir de l'Homme est la Femme"»./.

Madagate0 partages

Mialy Rajoelina. Kabariny tamin'ny Orange Day, 25 Novambra 2019

Lapan'ny Fanatanjahantena, Mahamasina, 25 Novambra 2019. Isan-taona dia natokan'ny Firenena mikambana ho “Andro Volomboasary” na “Orange Day” ny 25 Novambra. Izany dia fotoana natokana iadivana amin'ny erisetra isan-karazany mianjady amin'ireo vehivavy. Ity manaraka ity ny kabarin'ny vadin'ny Filoham-pirenena, Mialy Rajoelina, izay Ambasadaoron'ny FNUAP eo amin'ny ady amin'ny herisetra mifototra amin'ny maha lahy na maha vavy na ny mira lenta.

“ Hafaliana lehibe ho ahy ny miarahaba sy mifankahita aminareo eto androany. Nahafoy fotoana ianareo, namaly ny fanasana ka tonga marobe eto amin’ity toerana ity.

Fotoan-dehibe ny andro androany satria Anio 25 Novambra dia manana ny lanjany manokana. Antsoina ihany koa hoe “Orange day”, andro natokan’ny Firenena Mikambana ho « Andro iraisam-pirenenena ho amin’ny famongorana ny herisetra atao amin’ny vehivavy ». “Orange day” satria ny volomboasary no loko ofisialy amin’ity hetsika ity ary natao ho marika famantarana ny hoavy mamiratra sy ny tontolo ara-drariny tsy misy herisetra mihatra amin’ny vehivavy sy ny ankizy vavy.

Zava-dehibe sy mavesa-danja loatra ny fanokanana andro iraisam-pirenena toy izao. Raisiko ho fandraisana andraikitra lehibe izany satria tena mendrika eto amin’ny Firenentsika.

Kanefa, heveriko fa ny andro iray ao anatin’ny taona dia tsy ho ampy. Tsy ho ampy satria isan’andro isika no mila mientana, amin’ny andavanandrom-piainana isika no mila miady sy manohitra ny herisetra izay hita fa mbola mihatra eo anivon’ny fiarahamonina misy antsika.

Lohahevitra mandona manokana ny foko ny fiarovana ny vehivavy sy ny ankizy ka nijoroako hatramin’izay ary mbola hijoroako eto androany manoloana anareo. Ary raha mbola hita sy hiainana ny herisetra mihatra amin’ny vehivavy eo anivon’ny fiarahamonina dia mbola ho hitanareo ihany koa aho hijoro, hiady sy hanohitra an’izany.

Loza mikiky ny fiarahamonina misy antsika rehetra ny herisetra. Ka antony nandraisako andraikitra satria vehivavy aho, vady, reny ary efa mba avy ankizy ihany koa. Maharary ahy loatra ny fisian’izany toe-javatra mamohehitra izany. Raha ny ara-tantara no jerena dia ao ireo kolontsaina nametraka ny vehivavy tsy mba ho tompo-tsafidy amin’ny lafim-piainanana maro. Misy koa ireo fomba fisainana entina mihevitra ny vehivavy ho toy ny fanaka ao an-tokantrano. Ao ny fanaovana ny vehivavy toy ny entam-barotra amin’ny alalan’ny fanondranana azy an-tsokosoko. Ao ny fikasihan-tanana izay miafara amin’ny famoizana aina mihitsy aza.

Maneran-tany dia 650 tapitrisa ireo vehivavy noterena hanambady na dia mbola tsy ampy taona aza, mbola maro ireo ankizy vavy iharan’izany ka tsy afaka manohy fianarana fa voageja ao an-trano. Toe-javatra hita sy hiainana ihany koa eto amin’ny fiarahamonina misy antsika tsirairay avy izany.

Marihiko hatrany fa ny vehivavy dia manana ny zo feno amin’ny maha-olom-pirenena azy, manana ny hasiny manokana amin’ny maha renim-pianakaviana azy, manana saina, hai-tao, hai-raha handray anjarara amin’ny fampandrosoana maharitra ny Firenena ny vehivavy. Tsy misy afaka hilaza fa miaina ao anatin’ny fiara-monina anjakan’ny rariny sy ny mira lenta raha mbola manjaka ny herisetra izay atao amin’ny vehivavy. Satria mino aho fa tsy misy fampandrosoana tena izy raha tsy mandray anjara feno ao anatin’izany isika vehivavy.

Mitodika aminareo rehetra manatrika eto aho androany, mitodika amin’ireo renim-pianakaviana rehetra, amin’ireo vehivavy mpiray tanindrazana tsy ankanavaka manerana ny Nosy. Ny herisetra dia tsy mifidy saranga, tsy mifidy taona ary marolafy ny endrika hisehoany. Voakasika amin’izany avokoa isika rehetra, na lahy na vavy, na kely na lehibe.

Ho anao izay mahafantatra na mahita olona miaina ao anatin’ny herisetra dia manana adidy amin’izy ireny ianao, tsy tokony hipetraka hitazam-potsiny, hihevitra fa tsy anjarantsika ny mihetsika rehefa sendran’ny toe-javatra toy izany.

Tsapako fa tsy mora izany, mety eo ny tahotra : inona no azoko atao ? Sao manahirana fa fiainan’olona ? Mahasadaikatra na dia atao hoe olona akiaky ny tena aza.

Tsarovy anefa fa isika izay mijoro sy manolo-tanana an’ireny olona ireny no afaka manova zavatra.

Raisintsika ny ohatra : Inona no azonao atao manoloana ny vehivavy iray tonga mizara aminao ny herisetra manjo azy ?

Ny zava-dehibe voalohany (an) dia ny mampafantatra azy fa mino azy ianao, mino izay tantarainy aminao. Maro dia maro mantsy ireo vehivavy mangina satria mihevitra izy ireo fa tsy hisy hino raha mizara ny herisetra iainany andavanandro. Ataovy tsapany fa eo ianao hiaino azy fa tsy sanatria akory hitsara azy. Olona mila tohanana izy, olona mila fankaherezana. Ampahafantaro azy fa tsy misy toe-javatra afaka manome rariny ny herisetra sy ny fikasian-tanana. Ambarao azy ombieny ombieny fa tsy misy nateraka hiharan’ny herisetra. Efa misy izao ny laharana maitso azo antsoina vonjy rehefa sendran’ny herisetra (na 813 na 147). Misy ny lalàna velona mifehy izany isaky ny tany sy ny Fanjakana, ka anisan'izany ny lalàna manokana izay novolavolain'ireo teknisiana sy mahay lalàna ary handalo tsy ho ela eo anivon'ny Antenimiera roa tonta.

Fihetsika tsotra fa mety hanova zavatra izany. Fihetsika maneho ny tsy fanekena ny anjakan’ny herisetra, fihetsika tokony anantsika rehetra satria isika rehetra no handray andraikitra sy hijoro, hiady amin’ity trangam-piarahamonina ity. Arak’izay tandrify ny tsirairay mba tsy ho heno sy ho re intsony fa misy any vehivavy toa ahy sy ianao mizaka izany herisetra izany isaky ny andavanan’androm-piainany.

Fito volana izao no nosafidian’ny UNFPA ho Masoivohon’ny ady amin’ny herisetra sy ny fampanambadiana ny ankizy eto Madagasikara ny tenako. Tao anatin’izay fotoana izay dia niara nientana tamin’ny Fikambanana Fitia hatrany ireo mpiara-miasa maro. Ka eto aho dia manolotra fisaorana anareo rehetra tamin’ny fifanomezan-tanana an-kitsipo : ny UNFPA, ny Ministeran’ny Filaminam-bahoaka sy ny Brigade Féminine de Proximité (BFP); ny Ministeran’ny Mponina, ny fiahiana ara-tsosialy ary ny fampiroboroboana ny vehivavy; ny Ministeran’ny Fitsarana sy ny sampana manokana eo anivon’ny Fitsarana Antananarivo izay mikirakira ny ady amin’ny herisetra; ireo rehetra nifarimbona tamin’ny famolavolana ny lalàna manokana entina manenjika sy manasazy ireo tompon’antoka amin’ny herisetra; ireo fiarahamonim-pirenena sy Fikambanana maro avy eto an-toerana sy avy any ivelany; ary ianareo olon-tsotra tsara sitrapo samihafa.

Ho fanamarihantsika ny andro anio dia apetraka sy hisokatra ny ivontoerana voatokana na « centre spécialisé ». Araka ny maha-ivontoerana azy, dia hisokatra ho an’ny rehetra ity toerana ity afahana mametraka fitarainana sy fitorohana. Toerana hahafahan’ireo olona ianjadian’ny herisetra mamboraka ny alahelony ao anatin’ny tsiambaratelo tanteraka, hahazoany fatosikan-tena, hahatsapany fa misy mihaino izy, ary indrindra ahafahany manao dingana manoloana ny herisetra izay niotrika tao anatiny, na ara-tsaina na ara-batana. Misy ny « salle d’écoute » voatokana ho an’izany. Ny “centre spécialisé” dia mijoro ihany koa hiaro azy ireo, hampahafantatra ny zony. Misy ny birao ho an’ny mpisolo-vava sy ny BFP. Misy ny fandraisana an-tanana ara-psikolojika sy ara-tsosialy, fizahana ara-pahasalamana ho an’ny reny sy ny zaza, fandraisana vonjimaika ireo hiharan’ny vono sy ratra. Misy ihany koa ny toeram-piofanana eto amin’ity “centre” ity. Natao izany mba hanorona lalana sy hanomezana azy ireo fahatokisan-tena sy fahafahana hiverina eny anivon’ny fiarahamonina.

Misy ireo Fikambanana maro, sy ireo mpandray anjara, mpiantsehatra mavitrika eo anivon’ny fiarahamonina amin’ny fanampiana ara-tsosialy isan-karazany. Ny fahatongavanareo eto androany dia porofo mivaingana fa lohahevitra mandona anareo ihany koa ny fiadina amin’ny herisetra, izany hoe mitovy fomba fijery isika. Koa mamerina ny fisaorana anareo tonga marobe eto androany.

Afaka mandray anjara mavitrika amin’ny fanomezana fampiofanana eto anivon’ity “centre spécialisé” ity ianareo.

Ary anio dia am-pifaliana lehibe no andraisako anareo hifampizara sy hifanoro hevitra, ampafantatra ihany koa ny hetsika rehetra izay ataonareo.

Tompokolahy sy Tompokovavy,

Mbola ho lavitra ny lalana, mbola maro ny dingana miandry. Hoy ny vadiko izay hoe : “raha izahay irery no mihazakazaka dia mandeha haingana fa raha isika rehetra no miara-mientana dia handeha lavitra”. Afaka manova ny tantara isika, ndao hifanome tanana, hiaraka hibanjina ho avy mamiratra ho an’ny zanantsika vavy, ahafahan’izy ireo mivelatra ara-tsaina eo amin’ny fiarahamonina.

Koa ndao àry hiaraka hanoratra ny tantara isika.

Ary ho vohizintsika ny hoe : “Melohiko ny herisetra”!

Mankasitraka Tompokolahy, mankasitraka Tompokovavy !”./.