Les actualités Malgaches du Dimanche 26 Novembre 2017

Modifier la date
La Vérité112 partages

Amboasary-Sud - 9 morts et plusieurs blessés dans un accrochage

Le District d'Amboasary-Sud revit ses vieux cauchemars avec la violence des bandits de grand chemin. Le matin du 25 novembre dernier, une incursion de 90 « dahalo » puissamment armés, s'est rapidement transformée en un violent affrontement, faisant ainsi 7 morts dont plus de la moitié sont des membres  du « fokonolona » et le reste était des assaillants.

Cela s'est produit dans la Commune de Marotsiraka. Par ailleurs,  7 autres personnes furent  blessées. La localité  d'Ankilitelo dans la Commune de Tsivory, constitua ainsi le  théâtre  de combat. C'était à cet endroit que 8 gendarmes qui ont encadré les membres de l'auto-défense  (« Jado ») ont accroché les  « dahalo ».  Mais avant même d'arriver à ce bras de fer meurtrier, ces derniers ont déjà  exécuté 2 villageois. Malheureusement aussi pour les survivants, l'opération de poursuite et de harcèlement contre les  « dahalo », n'a abouti qu'à la récupération de 20 zébus sur les 75 qu'ils ont razziés.  Ainsi, la déception se mêle à la terreur pour la population de cette Région. Alors qu'elle se réjouissait de la fin du cauchemar grâce à la fermeté de certains commandants de compagnie de Gendarmerie locale ou de l'Armée nationale pour briser l'élan meurtrier des brigands, voilà que ces derniers font à nouveau parler d'eux. Comme à Betroka, ce District situé plus au nord d'Amboasary, l'insécurité a ainsi refait surface. L'approche des fêtes de fin d'année et surtout la prochaine élection présidentielle, expliquent cette situation.  En attendant la promesse du Seg de la gendarmerie, qui fait tout le maximum pour sécuriser toutes les zones rouges, notamment dans le sud, en augmentant les effectifs de gendarmes dans les brigades, les postes avancés ou autres pelotons, les « dahalo » semblent gonfler davantage leurs rangs. Pire, ils sont repassés à l'offensive dans des localités désormais considérées comme sécurisées dont surtout Amboasary-Sud. Lors de sa visite récente dans le Sud-est du pays, le Seg, le Gal Girard Randriamahavalisoa est resté ferme sur ce sujet. Les commandants de brigade, de compagnie ou autres actuellement en service dans tout le pays,   ont jusqu'à fin décembre prochain pour montrer leurs efforts. Ceux qui ont fait preuve de peu d'efficacité dans la guerre contre le phénomène « dahalo », s'attendent ainsi à la radiation de la Gendarmerie.

Franck Roland

Madaplus.info80 partages

Insécurité dans la région de SAVA : les députés demandent le renforcement des éléments de Forces de...

L’attaque des bandits, la vindicte populaire et le phénomène d’insécurité prennent ampleur dans la région de SAVA actuellement. Outre l’insuffisance des effectifs de Force de l’Ordre, la justice est aussi défaillante incitant les gens à pratiquer la vindicte populaire selon un député élu dans la région de SAVA.
Les efforts déployés par le gouvernement dans la lutte contre l’insécurité ne sont pas assez selon toujours ce député. Ainsi, les parlementaires font appel au gouvernement d’augmenter de toute urgence les postes et les effectifs de la gendarmerie dans les zones classées rouge. Il s’agit aussi de leur doter les moyens nécessaires comme les armes de guerres, hélicoptère pour qu’il mener à bien leur mission.
Madagate4 partages

Madagascar. Investiture d’un nouveau président, prévue le 25 janvier 2019 par l’UA

Que va encore dire le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana? Car, en ce qui concerne la récente résolution du Parlement européen, il avait déclaré avec force conviction: «Il s'agit de recommandations et non d’injonctions. Le parlement européen ne peut en aucun cas contraindre l'Etat malagasy à quoi que ce soit. Madagascar  est un pays souverain».

Dans la Résolution du Parlement européen sur Madagascar (2017/2963-RSP-), on peut lire, entre autres, qu’il«espère que les élections prochaines auront lieu dans un climat paisible et serein afin qu’elles puissent se dérouler de façon démocratique et transparente; souligne que l’ordre constitutionnel et la stabilité politique doivent être préservés et que seuls le dialogue et le consensus entre tous les acteurs politiques sont susceptibles de garantir la tenue d’élections crédibles dans les délais prévus en 2018; invite la communauté internationale à adopter toutes les mesures utiles pour que les élections présidentielles de 2018 soient libres et régulières».

Olivier Mahafaly et Antonio Benedito-Sanchez étrangement sur la même longueur d'ondes

Donnons alors raison au Premier ministre malgache et même àl’ambassadeur Antonio Benedito-Sanchez (il a déclaré, lui, que «le parlement européen est indépendant de l’Union européenne et que son avis n’engage que lui-même») puisque, de toute façon, Madagascar ne fait pas partie de cette Union européenne. Bien que le président Rajaonarimampianina ait affirmé le contraire, dans un lapsus linguae mémorable à la Tvm, le 27 janvier 2016 («Mpikambana ao amin’ny vondrona eoropeana isika» ICI).

Que va encore dire le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, disais-je plus haut? Car cette fois-ci, c’est l’Union africaine (UA) qui vient de publier un communiqué à propos des élections à venir. Ce, à la suite de la visite de l'Algérien Ramtane Lamamra, Haut représentant de l‘UA, dépêché à Antananarivo, du 20 au 23 novembre 2017. On peut y lire noir sur blanc: «L’investiture d’un nouveau président de la République élu est quant à elle prévue pour le 25 janvier 2019».

Cependant, Ramtane Lamamra a précisé, de manière très diplomatique, que sa mission a permis de «constater un déficit de confiance et de dialogue entre toutes les parties prenantes sur les préparatifs des prochaines élections législatives et présidentielles, prévues avant la fin de l’année2018». Ne pouvant renier directement ce qui est déjà prescrit par la constitution de la IVème république de Madagascar sur laquelle il a prêté serment et qu’il veut tenter de toiletter; conscient que la Grande île est membre à part entière de l’UA, Hery vaovao, comme à son habitude, ne va pas tarder à rejeter la faute sur les autres, tout en étant en pleine propagande déguisée avec les deniers publics. D’un autre côté, il entend faire un forcing pour faire voter par une poignée de députés malhonnêtes et corrompus, des textes électoraux dont personne ne connaît la teneur.

En tout cas, le président Hery est prévenu: s’il persiste à vouloir tripatouiller le futur choix populaire, alors, comme il est écrit avec augure dans le communiqué de l’UA, mais avec réalisme ci-après: le pays replongera dans l’instabilité et l’exacerbation des tensions.

Mahajanga, le 5 novembre 2017. Prélude à la campagne électorale présidentielle avant l'heure de ce week-end: à l'extrême-droite sur la photo, l'inimitable Rolly Mercia, l'homme qui change de couleur de cravate aussi rapidement que Usain Bolt court les 100 mètres. Mais Bolt vient d'être battu par Justin Gatlin. Pour vous dire que tout à une fin ici-bas. Au centre, Rivo Rakotovao, président du parti Hvm mais aussi actuel président du Sénat parachuté en s'asseyant sur le règlement intérieur, sans que la HCC de Jean Eric Rakotoarisoa ne bronche. C'est çà Madagascar sous Hery vaovao: un territoire dirigé par des hommes et femmes sans foi ni loi

En attendant, pour éviter les «tsaho», ces rumeurs dont le Filoha a fait un sujet dans son dernier rendez-vous sur youtube, ci-après le communiqué de l’UA dans son intégralité. Croyez-moi bien, cependant, mais le ministre de la Communication, Harry Laurent Rahajason, alias l’ex-journaliste qui était dans le droit chemin du métier, va tout faire pour que les médias publics (Tvm et Rnm) n’en parle peu, ou pas du tout, mais qu’ils abondent sur la récente descente gouvernementale Hvm à Mahajanga. Encore une fois: le temps n’effacera jamais les crimes commis. Que ce soit envers autrui ou envers son pays.

Jeannot Ramambazafy – Dimanche 26 novembre 2017

*************

La Vérité1 partages

« Travel Africa » - Madagascar à la 11e place

Une destination à privilégier. Dans sa dernière édition parue cette année, le prestigieux magazine britannique destiné au tourisme, « Travel Africa », a classé Madagascar parmi les 20 meilleures destinations à visiter absolument pour les 20 prochaines années. Avec une faune et une flore que l’on ne retrouve nulle part ailleurs donc, la Grande île se retrouve à la 11e place du classement. C’est l’Ethiopie qui a décroché la première place suivi de la République du Congo.

D’après eux, Madagascar se distingue surtout par ses paysages authentiques et ses imprévisibilités à travers les différentes aventures qui s’offrent aux touristes, sans oublier l’originalité de son peuple. Dans  l’élaboration de ce classement, le magazine a consulté des experts en voyage, des défenseurs passionnés de l’environnement ainsi que des journalistes spécialisés en tourisme et en voyage afin de ne pas fausser sa liste de 20/20. Il faut préciser qu’être compté parmi ces 20 destinations est un vrai prestige pour le pays et contribue à sa promotion en tant que destination touristique. Dans l’attente que ce nouveau classement influencera encore plus les touristes à venir à Madagascar.

Propos recueillis par Rova R.

Madagate0 partages

Madagascar. La Direction générale des Impôts fête ses 20 ans

Vendredi 24 novembre 2017. Au micro, la ministre des finances et du Budget, Andriambololona Vonintsalama Sehenosoa. A sa gauche que la photo: Andriamifidy Jean Louis, Dg du Bianco (Bureau indépendant anti-corruption), et  Razafindrakoto Iouri Garisse

Reportage: Jeannot Ramambazafy, Harilala Randrianarison et Haja Randria

La Vérité0 partages

Football –Telma coupe de Madagascar - Fosa Juniors Fc sacré

Dans un match débridé et débordant d'intensité, Fosa Juniors Fc Boeny s’est imposé devant les militaires à  la finale de la compétition. Vainqueur 2-1 du Cosfa en finale dimanche au stade de Mahamasina, Fosa Juniors Boeny s’adjuge la Telma coupe de Madagascar pour la première fois de son histoire. Trop timide en première période, le Fosa Juniors Fc Boeny a été mené (1-0) à la 29e sur un corner de Ravelinot dévié par Nônô Voambola sur une tête piquée.

Un match particulièrement débridé, comme en témoignent les deux buts inscrits rapidement par les hommes de Bob Koweiczik, coach de Fosa en deuxième période.  Santatra ouvre le score sur un coup franc bien placé, un mètre devant la surface de réparation. Il a enfoncé le cuir dans la lucarne de la case de Cosfa. Cinq minutes plus tard, Jean Yves double la mise sur un rush solitaire à partir de la ligne médiane du centre tout en déjouant tous les défenseurs militaires sur son passage.  Au quart d'heure de jeu, l'affaire semblait pliée. D'autant plus que Fosa n'était alors pas encore rassasié. Dax, trop focalisé sur le ballon, n’a pas cadré son tir dans la surface de réparation à la 82e. S'il ne fallait garder qu'une minute de cette rencontre, ce serait la 61e tant elle résume bien la physionomie du match.  Le tir de Nono servi par Dimby a  été repoussé par le poteau de Kandy.  Le score était bloqué à 2-1 jusqu’au coup de sifflet final. Pour se consoler, l’attaquant du Cosfa a été sacré meilleur buteur  de la compétition tandis que Kandy, le gardien de but et Mario ont été  sacrés meilleurs joueurs, et la logique  veut que Bob Koweiczik ait été élu meilleur  entraineur. Outre les 3 millions d’ariary gagnés par l’équipe, chacun d’entre eux, a empoché 500 mille ariary offerts par le premier partenaire du football. Fosa juniors affrontera donc la Cnaps en super coupe dont le match aller se jouera à Mahajanga le 10 décembre et le match retour à Vontovorona le 21 janvier 2018. 

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Le marché de la honte !

Abjecte. La honte à l’humanité. Des migrants camerounais acheminés en Lybie comme des …bétails vers l’abattoir furent « étalés », à ciel ouvert, à Tripoli et vendus en esclaves sur le marché. Les investigations menées par la Cnn, la célèbre et intraitable  chaine de télévision américaine, déballèrent sur la place publique mondiale l’existence de ce  « commerce » d’un autre millénaire.  

 

Tollé général et vives réactions en chaîne de presque tous les grands dirigeants et simples citoyens du monde pour le condamner, sans ménage et avec la plus grande fermeté. Ce « marché de la honte » qui, d’ailleurs, devrait être déjà éradiqué pour toujours. Mais le voilà, il réapparait ! La traite des Noirs, un commerce fort juteux du XVII au XIXe siècle,  fut l’un des effets dévastateurs des grands déplacements des navigateurs éhontés entre l’Europe, le Continent du Nouveau-Monde et l’Afrique. Cette dernière étant le principal  pourvoyeur de presque la totalité des « produits ».  L’Afrique subsaharienne, en l’occurrence noire, fut particulièrement touchée. Les départs, sans retour, des côtes occidentales de l’Océan Atlantique du Sénégal, de la Guinée, du Sierra-Léone, du Libéria, de Ghana, du Nigéria, etc… vers l’Europe et les Amériques n’avaient pas eu de répit que lorsque la bataille contre l’esclavage commençait à porter ses fruits vers le XIXe siècle. Les côtes orientales africaines, y compris  Madagascar, avaient connu également le même sort. Des Malagasy, en quantité préoccupante, étaient « exportés » vers les îles voisines jusqu’à en Amérique. L’arrivée au trône d’un jeune monarque visionnaire, Radama 1er, en 1810, mit un coup d’arrêt, sous la pression de l’Angleterre, à ce trafic de la honte.

En réalité, la traite d’esclaves n’a jamais été exterminée dans le monde. A Madagascar, en dépit de l’Edit royal décrétant l’abolition, le «commerce » continua et ce furent les grands du royaume, eux-mêmes, qui le pratiquèrent. Et jusqu’à nos jours, traversant les régimes successifs et avec celui en place, la chose immorale persiste, bien entendu, en sourdine. Certains responsables publics du régime au sein du ministère de la Fonction publique, du Travail et des Lois sociales sont impliqués en faisant partie du réseau contractant avec quelques pays arabes. Et un peu partout dans le monde, l’infâme activité, apparue sous d’autres formes, résiste. Dans les pays dits avancés notamment sur le respect des droits humains, il en existe bel et bien.   Le fait d’avoir eu affaire à un pays arabe de 

l’Afrique du Nord, du Maghreb, donc blanche, à savoir la Lybie pour constater de visu le marché de la honte, ne devrait pas étonner personne. Depuis  toujours, les Noirs n’étaient pas considérés comme tels dans les milieux sociaux arabes…blancs du Proche et Moyen-Orient (le Liban ou la Syrie ou autres) et dans certains pays du Golf Persique (Arabie  Saoudite).  La traite des Noirs sous des aspects  « modernes » n’y est plus un secret. Les  jeunes filles malagasy en savent trop. Elles subissent les pires sévices sexuels ou autres « dignes » des esclaves noires des siècles derniers au péril, même, de leurs vies. Un sacro-saint devoir attend les dirigeants du monde entier afin de mettre en branle, ensemble, toutes les mesures et stratégies efficaces pour déraciner de la surface de la terre ce marché de la honte.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

« Wednesday Morning Group » - Bazar de Noël réussi

L’édition 2017 du Bazar de Noël, organisée par l’association « Wednesday Morning Group » (Wmg), s’est tenue hier à l’hôtel Carlton, Anosy. Cet événement est réputé comme étant la plus importante levée de fonds de cette association féminine, organisée annuellement. Durant la journée, les amateurs de produits d’artisanat malagasy de haute qualité étaient au rendez-vous. Une soixantaine d’artisans ont proposé un vaste choix d’articles pour les cadeaux de Noël.

On peut citer entre autres les produits cosmétiques, habillements et accessoires, bijoux, livres, articles de décoration. Sept ambassades ont également présenté leurs spécialités en art culinaire ou encore en articles vestimentaires. Outre les enveloppes surprises « toutes  gagnantes », une vingtaine de gros lots seront distribués comme un billet Tana- Paris-Tana,  un billet  Tana- La Réunion-Tana, des Smartphones, des bracelets « Vangovango » en argent, des chaînes en argent avec pendentif, … Les résultats du tirage au sort seront publiés dans les journaux La Vérité et l’Express de Madagascar le mercredi 29 novembre, et dans la page « Facebook » de Wmg. Ce Bazar de Noël a pour objectif de réaliser les projets communautaires de l’association Wmg en faveur des plus démunis.  D’ailleurs, cette association collabore avec le « Fokontany » d’Ankorondrano, dans le cadre du projet  « assainissement, hygiène et environnement ». « Nous travaillons ainsi avec l’Ecole primaire publique (Epp) d’Ankorondrano. Depuis quelques temps, l’association mise sur la rénovation des salles de classe. Nous avons déjà fini la reconstruction du bâtiment principal. Pour l’année prochaine, l’objectif est la construction des toilettes et la réfectoire pour cette école », avance la vice-présidente de Wmg.  « Wednesday Morning Group » est une association qui rassemble des femmes de différentes nationalités. Elle a pour but d’aider les gens défavorisés à travers les activités sociales. L’association a vu le jour en 1963.

 Anatra R.

La Vérité0 partages

Election présidentielle 2018 - Le Hvm claironne un « Premier tour dia vita »

Un opérateur économique très proche du Président de la République Hery Rajaonarimampianina a claironné il y a quelques mois que l’élection présidentielle de 2018 ne sera qu’une formalité pour le parti au pouvoir et qu’un tour de scrutin seulement suffira pour réélire l’actuel locataire d’Iavoloha.  Une information qui a de nouveau été entendue dans les couloirs du côté de Mahajanga en fin de semaine dernière lors du congrès régional du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara.  Certains proches du Chef de l’Etat préparent visiblement l’opinion en vue d’une victoire à la Ravalomanana : « Premier tour dia vita ». Leur poulain Hery Rajaonarimampianina gagnerait haut la main avec plus des 51% requis dès le premier tour du scrutin présidentiel qui devrait avoir lieu, sauf changement, le 24 novembre 2018. En effet, même si l’actuel Président de la République Hery Rajaonarimampianina ne l’a pas encore affirmé de manière officielle, tous les signes convergent vers une candidature de l’homme fort d’Iavoloha à l’élection présidentielle de 2018.  

 

Les discours du Chef de l’Etat à Mahajanga résonnent d’ailleurs aux yeux des observateurs comme des simples citoyens comme une confirmation de cette candidature du numéro Un du Hvm. « De nombreuses choses ont été déjà faites, cependant je vous le dis, si vous me donnez du temps supplémentaire, plus de choses seront faites », a clamé le Président de la République Hery Rajaonarimampianina samedi au cours d’un de ses discours lors d’une inauguration du côté de Mahajanga où il a présidé un Conseil des ministres décentralisé. Le fait pour le Hvm de faire de la propagande ou de la campagne avant la lettre pour Hery Rajaonarimampianina à travers ses congrès régionaux dont les résolutions sont, la plupart du temps, axées sur l’appel à la candidature de l’actuel Président, tend également à conforter l’idée d’une candidature de l’actuel Chef de l’Etat. 

Concernant ce « 1er tour dia vita » bon nombre d’analystes de se demander comment le régime compte-t-il procéder, notamment au vu de sa cote de popularité, qui tend toujours plus vers le néant… Notons que jusqu’ici, deux autres personnalités de taille pourraient affronter Hery Rajonarimampianina, à savoir Marc Ravalomanana, qui a déjà annoncé sa candidature et Andry Rajoelina dont la candidature n’est pas à écarter. Le régime Hvm semble écarter toute idée d’un nouveau  « Ni…ni » ces temps-ci. En revanche, il fait preuve d’un manque manifeste de transparence en ce qui concerne les lois électorales. Bon nombre de partis politiques craignent ainsi une manœuvre politique en vue de favoriser le candidat du pouvoir... Hery Rajaonarimampianina s’efforce de mener une propagande ou une campagne avant la lettre par le truchement d’inauguration et de remises de dons en tout genre dans les quatre coins de l’île.  Le Hvm espère-t-il réellement que de simples inaugurations et des dons suffiront à convaincre les futurs électeurs ? Des votants qui vivent avec résignation dans un climat marqué par l’insécurité, la cherté du coût de la vie, du jamais vu dans les annales, les problèmes fonciers, la hausse du prix du riz, la présence des immigrés dans le pays, le délestage ou les coupures ou encore la dégringolade de l’ariary, la braderie des sociétés malagasy ? 

Recueillis par  A.R.

La Vérité0 partages

Meilleur contribuable fiscal - Le trophée pour la Smc

Toujours dans le cadre de la célébration de son XXe anniversaire, la direction générale des impôts (Dgi) a jeudi dernier organisé un dîner dansant et soirée de récompense des entreprises et contribuables méritants au Carlton. Après le découpage du gâteau d’anniversaire,  le directeur général des impôts a procédé à la remise des certificats et des trophées aux entreprises et sociétés méritantes de chaque région.

Dans un premier temps, des certificats de mérite ont été décernés à des nombreuses entreprises et sociétés de chaque région de la Grande île. Après quoi, la Dgi a procédé à la remise des trophées du meilleur contribuable de chaque région. Pour ce qui est de la Région Boeny c’est la société malgache de communication (Smc) dont fait partie la M3Tv qui l’a remporté. Les entreprises ou sociétés qui ont déclaré à temps leur obligation fiscale ou qui ont un pourcentage élevé entre le ratio de chiffres d’affaires et de recettes payé et bien sur celles qui n’ont pas fait des fausses déclarations pour ne citer que ceux-là ont été ainsi  récompensées selon le directeur général des impôts dans son allocution.                                                              

A.Lepêcheur

Madagate0 partages

Zimbabwe. Emmerson «le crocodile» succède un temps à Robert Mugabe

Robert Mugabe sort par la grande porte de l’Histoire

Le Tchadien Moussa Faki Mahamat, actuel Président de la Commission de l'Union africaine

Addis Ababa, le 21 novembre 2017: Le Président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, se félicite de la décision du Président Robert Mugabe de démissionner de son poste de chef de l'État au terme d’une vie consacrée au service de la nation zimbabwéenne.

Le Président Mugabe laissera le souvenir d'un combattant courageux de la cause du panafricanisme et de la liberté, et celui de père de la nation zimbabwéenne indépendante. La décision d'aujourd'hui restera dans l'histoire comme un acte de haute portée qui ne peut que renforcer l'héritage politique du Président Mugabe.

L'Union africaine reconnaît que le peuple zimbabwéen a exprimé sa volonté d'un transfert de pouvoir pacifique d'une manière qui préserve l'avenir démocratique de leur pays. La décision du Président Mugabe de démissionner ouvre la voie à un processus de transition, approprié et dirigé par le peuple souverain du Zimbabwe.

Tout au long de ces années, les Zimbabwéens ont fait preuve de résilience et d'ingéniosité, ainsi que d'un attachement remarquable à leur pays. Le Président de la Commission est convaincu qu’ils persévéreront, avec l’ensemble de leurs dirigeants, dans leur détermination à réaliser leurs légitimes aspirations.

L'Union africaine forme l’espoir que le Zimbabwe continuera à jouer un rôle de premier plan dans les affaires du continent africain, en tant qu'État démocratique et prospère répondant aux aspirations de son peuple.

Le Président de la Commission, rappelant les instruments pertinents de l’Union africaine, notamment la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, affirme le plein soutien de l'Union au peuple et aux dirigeants zimbabwéens dans la phase qui s’ouvre. A cet égard, l’Union africaine continuera à œuvrer étroitement avec la Communauté de développement de l’Afrique australe dont elle salue les efforts et l’engagement.

Notes

Le 24 novembre 2017, EmmersonMnangawa, 75 ans, surnommé «le crocodile», pour son caractère impitoyable, ancien bras droit de Robert Mugabe, a prêté serment comme étant le nouveau président du Zimbabwe. C’est dans le National Sports Stadium plein comme un œuf qu’il a sentencieusement déclaré: «Moi, Emmerson Dambudzo Mnangagwa, jure qu'en tant que président de la République du Zimbabwe je serai loyal à la République du Zimbabwe et obéirai, soutiendrai et défendrai la Constitution et les lois du Zimbabwe».

Déclarations de Morgan Tsvangirai, chef du principal parti d'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), au Zimbabwe: «J'espère que le président Mnangagwa va démontrer que la nation a changé de direction. J'espère qu'il évitera de tomber dans la tentation de garder seul le pouvoir». Les prochaines élections présidentielles au Zimbabwe sont prévues en 2018.

Jeannot Ramambazafy – 26 novembre 2016