Les actualités Malgaches du Vendredi 26 Octobre 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara116 partages

Afrobasket 3 x 3 : Elly Randriamampionona en attente de « sa libération »

Elly est le joueur indispensable pour l’équipe nationale.

Ce n’est pas pour la première fois qu’il y a une demande de libération de joueurs dans le cadre du renforcement de l’ossature de leur équipe engagée aux championnats de Madagascar. Cette fois-ci, c’est une affaire nationale car on parle de l’équipe nationale qui va participer à un championnat d’Afrique.

Depuis l’Afrobasket U16 en 2013, Elly Randriamampionona est devenue une valeur sûre du basket-ball malgache. Cinq ans après, Elly reste toujours sur sa lancée et fait partie du gratin de la balle au panier malgache. Médaillé de bronze lors de l’Afrobasket 3 x 3 à Lomé en 2017 et champion du « shoot contest », Elly Randriamampionona a validé sa place pour l’équipe nationale pour l’édition 2018 de cette joute continentale. Tout le monde se souvient de sa belle prestation lors de la phase qualificative au mois de juillet au Palais des Sports où il a enchaîné le score. Il était l’un pour ne pas dire l’artisan de la qualification malgache. La 2e édition de l’Afrobasket 3 x 3 se tiendra à Lomé du 9 au 11 novembre. La Fédération malgache de basket-ball a déjà envoyé l’engagement technique de la participation de Madagascar à la phase finale de ce championnat d’Afrique. Quatre joueurs feront le déplacement à Lomé dont Elly Randriamampionona. Au moment où nous écrivons, la participation d’Elly est toujours incertaine.  « On a envoyé une lettre de demande de libération de Elly au secrétaire d’Etat à la gendarmerie expliquant que, sa participation est très importante pour l’équipe nationale », nous a confié le président de la Fédération malgache de basket-ball, Jean Michel Ramaroson. Une demande qui n’a pas eu une réponse favorable, plaçant la FMBB dans l’incertitude. « Pour toute demande de renfort en vue de libération d’élèves gendarmes, n’est pas possible en pleine formation, telle situation est due à l’importance de continuité d’instructions à dispenser surtout en période de FETTA. Ainsi, sa libération en pleine formation comporte une faille non seulement dans sa carrière professionnelle, mais aussi au détriment de la gendarmerie », tel est la réponse du SEG. Ce n’est pas pour la première fois qu’il y a une demande de libération de joueurs dans le cadre du renforcement de l’ossature de leur équipe engagée aux championnats de Madagascar. Cette fois-ci, c’est une affaire nationale car on parle de l’équipe nationale qui va participer à un championnat d’Afrique. D’autres nations font même recours  à la naturalisation de joueurs, mais là nous disposons d’un joueur qualifié et talentueux, mais, qui risque de faire faux bond à cause d’une décision de son supérieur. Est-ce que le fait de défendre les couleurs nationales ne fait partie d’un devoir envers la nation qui est l’une des devises des forces de l’ordre. Pour la petite histoire, Elly a fait le choix d’intégrer l’Ecole de la gendarmerie à Ambositra au lieu de s’envoler pour l’Egypte pour signer un contrat professionnel avec un club local. La semaine dernière, les Barea ont porté haut les honneurs du pays dont la majorité des joueurs était des expatriés qui ont été libérés par leur club respectif. A une semaine du départ, la fédération attend le fameux feu vert du SEG pour la libération d’Elly Randriamampionona qui fera tout pour sa  patrie.

T.H

News Mada20 partages

Candidats anti – élections: la politique de la honte

Si 26 candidats ont signé l’accord politique à Nanisana, 19 candidats seulement étaient présents hier au CCI Ivato lors d’une conférence souveraine à huis clos. Une résolution a été prise et autant dire que…

Les candidats anti-élection et leurs moutons de panurge continuent à charger la mule. Sans honte aucune et poussé par cette envie aveugle et utopique de faire capoter le processus électoral, ce collectif s’est à nouveau couvert de ridicule en organisant hier, au Centre de conférence international Ivato (CCI) une conférence souveraine. La risée des millions d’électeurs.

En deux temps trois mouvements, ces candidats ont adopté une résolution grotesque réclamant encore et toujours la réouverture de la liste électorale. A ce sujet, ils ont même donné un ultimatum de 72 h au gouvernement avant de passer à l’étape supérieure. Interrogés sur le sujet, les leaders de ce collectif se contentent d’une réponse de Normand.

Et comble de l’ironie, Didier Ratsiraka et consort entendent déposer cette résolution auprès de Rivo Rakotovao, qui à titre de rappel, arbore le statut de président par intérim, doté d’un pouvoir très limité. Alors qu’il appartient au gouvernement de veiller au bon déroulement des élections.

La Ceni et la HCC sont également parmi les destinataires. Alors qu’avant même l’annonce de cette résolution sans fondement légal ni légitime, elles ont déjà fait savoir à ces candidats, conforment à la loi en vigueur, leur disposition inébranlable à donner corps à l’élection du 7 novembre. En un mot, c’est une façon de dire que ni l’une ni l’autre ne vont pas tenir compte des tenants et aboutissants de cette soi-disant résolution. Il ne faut pas demander la lune.

Arrêt de la campagne électorale

Le seul point compréhensible de cette résolution est que ces candidats vont arrêter leur campagne électorale. A quoi bon d’ailleurs car la plupart d’entre eux, après leur éligibilité, n’ont pas vraiment l’intention de battre la campagne. Leur candidature a pour objectif de priver les Malgaches de leur droit fondamental : choisir leur président par le biais d’un processus démocratique.

D’après l’opinion publique, leur présence sur le devant de la scène de la propagande n’est guère indispensable. Quand des candidats n’ayant même de projet de société,  n’ont qu’une seule idée fixe en tête, celle d’instaurer un gouvernement «neutre», il y a anguille sous roche.

Tahina Navalona

Le Premier ministre Christian Ntsay a tenu à rappeler aux candidats qu’ils ont signé un engagement lors de leur dépôt de candidature selon lequel ils respecteraient la Constitution et les textes en vigueur.

Pour le Premier ministre, la décision des candidats de tenir cette conférence souveraine relève du domaine politique et non technique. «Comment se fait-il que ces derniers ne se mobilisent qu’à deux semaines des élections ?», s’est-il interrogé. Selon lui, chacun est libre de s’exprimer, dans la limite toutefois du respect des règles en vigueur. Pour sa part, la Ceni a indiqué qu’elle va se conformer aux textes en vigueur et aux institutions compétentes, à savoir la HCC et le gouvernement.

 

News Mada15 partages

Fotoana fikatonan’ny jono: mihinana poizina ny « sardinels »

Nambara tamin’ny fomba ofisialy tany Toliara fa mikatona ny fanjonoana karazan-trondro « sardinels » any Atsimo Andrefana, manomboka ny 1 novambra ka hatramin’ny 30 avrily 2019. Notsindrin’ny minisitra, Andriamananoro Augustin, ny maha zava-dehibe ny fanajana io fotoana fikatonan’ny jono io. Mandritra izany vanim-potoana izany, mitombo ny « algues » misy poizina hohanin’ireny trondro ireny ka hifindran’izany poizina izany izay mihinana azy.

Mampahafantatra ireo mpanjono ny minisitera amin’ny loza mety hitranga noho ny fihinanana ireny « sardinels » ireny amin’izao vanim-potoana mafana izao. Nandritra ny fihaonana tamin’ireo fikambanan’ny mpanjono, notoloran’ny minisitera sambo 14 namboarina amin’ny « fibre de verre » (7 m ny halavany ; 70 cm ny sakany ; 80 cm ny haavony) ny fikambanan’ny mpanjono, naparitaka any Toliara. Manatsara ny vokatra ho azon’ny mpanjono ny fananana ireo sambo ireo, nisaoran’ny filohan’ny fikambanana, i Dadany, ny minisitra amin’izao fanampiana ny mpanjono izao.

Nilaza ny faniriany hametraka toerana fampangatsiahana fitahirizam-bokatra isaky ny toby misy mpanjono ny minisitra sy hampiditra rano madio fisotro. Tanjona ny hikajiana ny kalitaon’ireo vokatra azo, hanaraka ny fenitra ho fitandroana fahasalamana, takin’ireo mpandraharaha sy ny mpanjifa. Nankatoavin’ny mpanjono ny nataon’ny minisitera satria voalohany teo amin’ny tantara ny nisy minisitra nitarika hanakatonana ny jono any Atsimo Andrefana.

 

R.Mathieu

Midi Madagasikara15 partages

Convention nationale souveraine : 20 candidats donnent 72 heures pour la réouverture de la liste électorale

Didier Ratsiraka, l’un des cerveaux de la conférence souveraine.

Une résolution a été adoptée, mais sa mise en œuvre reste à discuter.

Comme il fallait s’y attendre, la conférence souveraine prévue par l’accord politique de Nanisana s’est tenue hier au CCI Ivato. 20 candidats à l’élection présidentielle du 07 novembre étaient présents dont entre autres l’Amiral Didier Ratsiraka, le pasteur André Mailhol, Fanirisoa Ernaivo, Ny Rado Rafalimanana, Erick Rajaonary, Joseph Martin Randriamampionona dit Dadafara et Tabera Randriamanantsoa. La conférence souveraine a accouché d’une résolution dénommée « Convention nationale Souveraine ». Dans cette convention nationale souveraine, les 20 candidats donnent 72 heures aux autorités concernées dont le gouvernement, la CENI et la HCC, pour la réouverture de la liste électorale. « La moitié des Malgaches en âge de voter est privée de leur droit car ils ne sont pas inscrits dans la liste électorale. Or, l’article 5 alinéa 2 de la Constitution dispose qu’être électeur est un droit. », a rappelé hier la candidate Fanirisoa Ernaivo. Pour sa part, le candidat Erick Rajaonary a déclaré devant les participants de la conférence souveraine d’hier que, le nettoyage complet de la liste électorale s’impose avant la tenue du scrutin.

Arrêt des campagnes. Par ailleurs, la « convention nationale souveraine » demande à tous les candidats à l’élection présidentielle d’arrêter leur campagne de propagande. « S’il y a d’autres candidats qui adhérent à cette convention, qu’ils arrêtent de mener campagne et qu’ils se consacrent à la mise en œuvre de la convention », a lancé le candidat Tabera Randriamanantsoa. Les 20 candidats présents hier au CCI Ivato appellent les tananariviens à les rejoindre ce matin à 10h devant le stade de Mahamasina. Une occasion pour remettre entre les mains des autorités compétentes la convention nationale souveraine. Pour revenir sur ce qui s’est passé hier au CCI Ivato, la conférence souveraine a réuni des participants issus des différents horizons et en provenance des différentes régions de Madagascar. De nombreux représentants de partis politiques et de la société civile ont également répondu à l’invitation des 20 candidats. Par contre, les trois prétendus candidats favoris ont brillé par leur absence. Ils ont préféré poursuivre leur campagne, Marc Ravalomanana dans l’Alaotra Mangoro, Hery Rajaonarimampianina dans le Menabe et Andry Rajoelina dans le Sud.

R. Eugène

Midi Madagasikara14 partages

Film documentaire : Première République, Madagascar de Tsiranana

Toujours  dans la célébration de la naissance de la Première République malgache, L’AEH organise une projection axée sur l’évènement qui entoure la naissance de la première république.   Deux films documentaires   seront projetés aujourd’hui  à 14 heures à l’amphi 24 à Ambohitsaina. Un évènement inédit ! L’un est  «la proclamation de la première République» dont le montage était effectué par   Harlay Ramanana, ensuite il y aura un autre documentaire « l’interview de Monsieur Tsiranana à propos de la   future indépendance de Madagascar ». Professeur Lucille Rabearimanana, spécialiste de l’Histoire du temps présent interviendra pour retracer le parcours du père de l’indépendance.  La projection a pour objectif de rappeler la grande étape historique. «Bien que la Première République soit critiquée, nous ne devons pas nous permettre d’oublier notre histoire. Madagascar de Tsiranana est  mal vue par la génération actuelle, pourtant cela fait partie de notre histoire»,  affirme l’un des organisateurs de cet évènement Alex Randriamahefa.  Ceci suscite la curiosité, la soif de la connaissance ainsi que l’engouement des spectateurs sur l’histoire du pays. A travers l’interview, l’assistance pourra comprendre l’essence de la République.

Un passé douloureux pour les uns, une période prospère pour les autres, la première République est une époque qui  soulève beaucoup de débats. Les historiens veulent montrer d’une manière objective en dépassant les préjugés. Cependant, cela n’empêche pas de porter une réflexion sur cette période.

L’histoire est une étude scientifique d’une évolution. L’histoire de Madagascar doit être connue par ses citoyens. Ces derniers, à leur tour doivent s’en souvenir de leur passé afin de pouvoir faire une perspective  de l’avenir.

Iss Heridiny

News Mada13 partages

Raikitra ny fifidianana: nanome vola i Frantsa sy i Norvezy

Tsy mihemotra. Mitohy ny fanampiana sy fanohanana antsika amin’ny firosoana amin’ny fifidianana. Nitondra ny anjara birikiny sady fanampiany ho amin’ny efa nomeny ny fitondrana frantsay, omaly. Mitentina 100 000 dolara izany raha 500 000 euros kosa avy amin’ny governemanta Norvezianina. Harotsaka ao amin’ilay tahiry fanohanana ny fifidianana (Sacem) iarahan’ny fianakaviambe iraisam-pirenena izany. Efa nialohavan’ny fanohanana sy fanampiana avy amin’ireo firenen-dehibe hafa, toa an’i Etazonia, ny Japoney sy ny eo anivon’ny Vondrona eoropeanina izany. Teo ny lafiny vola fa misy koa ireo nanolotra ho amin’ny fampitaovana. Notanterahina teny amin’ny foiben-toeran’ny Ceni Alarobia ny fanaovan-tsonia izany.

Midika ireo fa tsy mihemotra, araka ny fitakiana, na fivoizin’ny sasany azy, na koa tonga hatrany amin’ny famendrofendroana  ny vahoaka ny fifidianana. Mazava rahateo ny hafatry ny solontenan’ny Pnud eto amintsika, i Violette Kakyomya teny Andraharo, afakomaly fa “Tokony hatao anaty fitoniana sy fanajana ireo andrimpanjakana ary ny lalàna ny fifidianana”, hoy izy.

Synèse R.

News Mada12 partages

Hampisakafoana ankizy 200 000: mila vola 6 tapitrisa dolara ny Pam

Fomba iray ahafahana mitazona ny kilonga any an-dakilasy ny fizarana sakafo isan’andro amin’ny andro fianarana. Sady mitondra fahasalamana ny sakafo nefa manampy ny mpianatra amin’ny fahazoana ny lesona sy ny fahazotoana tsy hanapaka, araka ny fanazavan’ny tale mpanatanteraka ny Pam, i David Beasley.

Eto Madgasikara, manohana sakafo ny mpianatra amin’ny sekoly 1 000 ny Pam ho an’ny any atsimo tratran’ny haintany matetika sy lavareny. Mila vola hatramin’ny 6 tapitrisa dolara ny Pam ahafahana manohy ny fizarana sakafo ho an’ny mpianatra 200 000 ho an’ny taom-pianarana 2018-2019.

Nanomboka ny alahady lasa teo ary nifarana omaly tany Tunis ny fivoriana maneran-tany momba ny fanjarian-tsakafo ho an’ny ankizy. Miompana amin’ny fampisakafoana ny ankizy any an-dakilasy ny adihevitra sy ny fifampizarana ary mandray anjara amin’izany ny Fandaharasan’ny Firenena mikambana momba ny sakafo (Pam) eto Madagasikara. Ao anatin’ny mpisehatra koa ny minisiteran’ny Fanabeazana miara-miasa amin’ny fizarana sakafo any an-tsekoly. Havoitra ao anatin’ny fihaonana ny olana mifandraika amin’ny fanjarian-tsakafo ka handrisihana ny fiaraha-miasa amin’ny firenena maro. “Ampirisihina koa ny firenena mpandray anjara rehetra hanatsara ny fandaharanasa momba ny fanjarian-tsakafo any an-dakilasy sy hamaly ny tanjona maharitra ho an’ny fampandrosoana (ODD)”, hoy ny tale mpanatanteraka ny Global Child Nutrition Foundation, i Arlène Mitchell.

Vonjy A 

Midi Madagasikara11 partages

Hery Rajaonarimampianina : Soutien indéfectible de la population du Sud

Une foule immense a accueilli Hery Rajaonarimampianina dans le Deep-South.

Après Morondava, avant-hier, le candidat n°12 Hery Rajaonarimampianina a rallié hier, le Sud du pays. Il ainsi visité tour à tour, Benenitra, Bekily et Amboasary Sud. Dans le deep-south, le candidat n°12 a parlé effectivement de sa « vision Fisandratana ». Un projet qui a captivé l’attention des habitants des localités susmentionnées.

Le chef d’Etat est le chef de tout le peuple, de tout le pays. Le développement prôné recouvre tout l’ensemble du pays, de la capitale jusque dans les localités les plus éloignées et enclavées. C’est en ces termes que les élus et autorités locales des Régions Atsimo-Andrefana, Androy et Anosy, ont qualifié les actions menées par le régime Hery Rajaonarimampianina, lorsqu’ils ont témoigné de ces réalisations durant la visite du candidat n°12, hier, dans leur localité respective. Et ce, entrant dans le cadre de sa campagne électorale. En effet, en dépit de l’éloignement géographique de ces Régions, le régime Rajaonarimampianina n’a pas pour autant oublié leurs populations et y a apporté le développement de manière, justement, à les sortir de l’enclavement et à améliorer leurs conditions de vie et d’activité quotidienne. Ils affirment que Hery Rajaonarimampianina a été l’unique Chef d’Etat à avoir porté attention aux maux qui rongent leurs Régions tels que la malnutrition, la sécheresse et l’insécurité. Pour cela, ces élus sont persuadés de la continuité de ces efforts de Hery Rajaonarimampianina si celui-ci est réélu. Dans cette perspective, les élus de ces Régions n’ont pas caché leur soutien indéfectible à la candidature de Hery Rajaonarimampianina pour le 7 novembre prochain.

Benenitra. Pour sa part, durant son meeting à Benenitra, le candidat n°12 a déclaré qu’il fera de ses priorités dans la Région Atsimo-Andrefana la multiplication des infrastructures d’adduction d’eau potable et d’irrigation, la lutte contre la malnutrition et contre l’insécurité. Il a fait savoir que le partenariat avec la Communauté Internationale dans le cadre des actions de développement est désormais acquis et qu’il ne reste plus que la réalisation des travaux.

Toujours à Benenitra, la population a rappelé que depuis que Hery Rajaonarimampianina a été au pouvoir, des changements notables ont été apportés dans leur District notamment dans le secteur de la pêche, de l’agriculture, de l’élevage et de l’exploitation minière. Les activités florissantes ont permis à chaque ménage de disposer d’un revenu décent et stable.

Bekily. Après Benenitra, le candidat n°12 Hery Rajaonarimampianina s’est rendu à Bekily, de la Région Androy pour sa campagne électorale, et où il a eu la surprise d’être accueilli par des milliers de gens issus des 20 Communes du District de Bekily. Ce District est connu pour ses importants potentiels agricoles en termes de riziculture, arachides, légumes, entre autres. La population a rappelé durant ce meeting du candidat n°12, les efforts de rapprochement initiés par le régime Rajaonarimampianina pour apporter un développement de proximité par le biais d’infrastructures et de techniques diverses pour améliorer le secteur agricole dans la Région Androy. Toutefois, les habitants de toutes ces Communes du District de Bekily n’ont pas hésité à demander au candidat n°12 d’apporter des solutions urgentes à l’insécurité, à l’insuffisance d’eau potable et d’irrigation ainsi qu’à l’insuffisance de centres de santé publique. Les élus locaux ont souligné qu’ils comptent sur la continuité des réalisations du candidat n°12 pour répondre aux attentes de ces populations du Sud. Pour cela, le candidat n°12 leur a fait savoir que le défi qu’il se doit de relever dès qu’il est réélu est de répondre aux besoins les plus impérieux du peuple malgache dont les populations du Sud.

Amboasary Atsimo. Dans le District d’Amboasary Atsimo, Région Anosy, où il a achevé son périple électoral de cette journée du 25 octobre, le candidat n°12 s’est retrouvé en terrain conquis. Les préjugés de terres arides et de malnutrition aiguë font désormais partie d’un passé révolu. Le candidat n°12 est connu par la population d’Amboasary Atsimo par les réalisations qu’il a apportées durant son régime pour changer radicalement les conditions de vie des villageois. Récemment encore, au mois d’août dernier, les Communes de Sampona et de Tanandava ont été dotées de système d’adduction d’eau. Dans le cadre du projet FIAVOTA, entre autres, la Banque Mondiale a alloué 35 millions de dollars, l’UNICEF pour sa part, a accordé un soutien financier de 865.000 dollars à la lutte contre la malnutrition dans le Sud de Madagascar. Plus de 250.000 individus ont bénéficié directement de ces appuis financiers.

Dans son allocution à Amboasary Atsimo, le candidat n°12 a rappelé que sa Vision porte particulièrement sur l’économie nationale, sur la lutte contre la pauvreté et l’amélioration du pouvoir d’achat des Malgaches sans exception. Ses efforts en ce sens ont été entamés dans la partie Sud du pays, où à l’heure actuelle, 32.000 personnes bénéficient d’eau potable, plus de 140.000 enfants souffrant de diarrhée, de pneumonie, de paludisme ont bénéficié de soins médicaux gratuits auprès de centres de santé dont le nombre a été multiplié, des milliers de jeunes du Sud ont bénéficié de formation professionnelle. Sur cette lancée, les réalisations du régime Rajaonarimampianina ont été énumérées durant ce meeting et pour lesquelles les populations du Sud aspirent toujours à la continuité et à la pérennisation. Il en est ainsi de la mise en place d’un bloc opératoire à Tsihombe, de l’installation de l’USAD, une unité spéciale de sécurisation publique à Betroka, de la réhabilitation de la RN13 qui relie Ihosy et Taolagnaro, la réhabilitation de la route Ambovombe-Taolagnaro qui est toujours en chantier.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara9 partages

World Lemur Day : La SAVA aux petits soins pour le propithèque soyeux lors de son Festival des lémuriens

Le propithèque soyeux ou Simpona comme il est appelé dans le Nord, est une petite merveille de la nature, introuvable nulle part ailleurs. Photo WWF.

Les lémuriens en général et le propithèque soyeux en particulier, seront au cœur des attentions lors de la « Fête des lémuriens » qui se tiendra à Andapa le 31 octobre 2018.

Sur les 111 espèces et sous-espèces de lémuriens connues, existant uniquement à Madagascar, 105 sont menacées avec 95% de leur population en voie d’extinction. Ce constat indiqué par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) en dit long sur l’intensité des pressions qui pèsent sur ces espèces emblématiques de Madagascar, dues essentiellement au braconnage, au changement climatique et à la destruction de leur habitat naturel en raison de la déforestation. A l’occasion de la journée mondiale des lémuriens, célébrée chaque année le dernier vendredi du mois d’octobre, la SAVA, qui abrite un vaste habitat naturel des lémuriens, fêtera aussi ces petits primates à travers l’événement « Fetin’Ankomba » (fête des lémuriens), avec une attention particulière pour le propithèque soyeux ou Simpona. Ce petit primate au pelage dense couleur blanche crème long et soyeux, figure parmi les 25 espèces de primates et les 100 espèces les plus menacées au monde. Sa population, visible essentiellement dans le Parc national de Marojejy et dans la Réserve spéciale d’Anjanaharibe Sud, dépasse à peine le cap des 1000 individus actuellement.

Conservation. WWF qui figure parmi les organisations les plus actives dans le domaine de la protection des lémuriens, travaille avec neuf organisations communautaires dans les forêts humides du corridor forestier Marojejy – Anjanaharibe Sud – Tsaratanàna (COMATSA) pour la préservation de leur habitat naturel. Cette organisation estime, en effet, que la conservation des lémuriens ne peut se faire sans la protection des forêts à travers les patrouilles, les restaurations écologiques et l’éducation environnementale à l’endroit des villageois. « Le propithèque soyeux… est le lémurien emblématique des Hautes Terres du Nord. Nous travaillons sur la protection et la restauration d’environ 25.000 hectares de forêts dans le COMATSA Sud pour constituer un corridor forestier pour ces magnifiques primates entre le Parc national Marojejy et la Réserve spéciale d’Anjanaharibe Sud», affirme Fenohery Rakotondrasoa, landscape manager dans les Hautes Terres du Nord.

« Amis à protéger » ! A l’occasion de cette fête des lémuriens, accueillie par la ville d’Andapa le 31 octobre, l’accent sera mis sur le devenir de ces espèces menacées. Le thème « Les lémuriens : patrimoine national, amis à protéger », choisi cette année encore pour la célébration le festival mondial des lémuriens, parle alors de lui-même. Organisée en partenariat avec Wildlife Conservation Society, Duke Lemur Center, Madagascar National Parks et Lemur Conservation Foundation, la fête des lémuriens à Andapa comptera un certain nombre d’activités, dont le grand carnaval qui traversera la ville avec la participation des élèves issus de divers établissements scolaires, ainsi que des associations et organisations de la société civile. L’objectif étant toujours de renforcer la sensibilisation et de susciter des engagements à plusieurs niveaux en faveur de la conservation des lémuriens.

Hanitra R.

Midi Madagasikara8 partages

Liste électorale : La HCC désavoue le Rassemblement des 20 candidats

Face à la polémique autour de la liste électorale, la HCC a mis les points sur les « i » et les barres sur les « t » dans un communiqué publié hier, afin de faire la part des choses entre le droit de vote et le droit d’être électeur. Et d’expliquer que «  le droit de vote est un droit reconnu par la Constitution. L’inscription sur la liste électorale est un devoir pour tout citoyen remplissant les conditions fixées par la loi (…) afin de lui permettre d’exercer son droit de vote ».

Démarche volontaire. Le juge constitutionnel de souligner le caractère volontaire de l’inscription sur le Registre électoral national et les listes électorales, en faisant remarquer qu’ « il est de la responsabilité de l’intéressé qui aspire à devenir électeur de manifester sa volonté de s’inscrire sur la liste électorale, et de conduire la démarche de l’inscription jusqu’à son terme et non une obligation qui pèserait sur la CENI ». Le vote n’étant pas obligatoire à Madagascar, l’acte volontaire de l’électeur virtuel est justifié. Cette démarche volontaire est le principe appliqué aussi bien pour la procédure de l’établissement des listes électorales (refonte) que pour la révision annuelle des listes électorales.

Projections statistiques. Selon la HCC, « le caractère volontaire de l’inscription sur la liste électorale disqualifie toute démarche qui s’appuie sur des projections statistiques effectuées sur le fondement des données démographiques pour affirmer un nombre d’électeurs à inscrire sur la liste électorale ». Et d’ajouter que « ces données démographiques ne sauraient, en aucune manière, avoir un caractère normatif, c’est-à-dire ayant une valeur juridique ».

Procédure d’établissement. Concernant la notion d’électeurs omis de la liste électorale, la haute juridiction de s’appuyer sur une base jurisprudentielle pour spécifier que « ne peut être considérée comme omise que la personne dont le nom ne figure pas sur la liste électorale, ou a été radié de la liste, par suite d’une erreur purement matérielle ». Ne peuvent donc être considérées comme omises, les personnes qui se sont volontairement abstenues de procéder à la procédure d’établissement de la liste électorale.

Voie démocratique. En tout état de cause, il n’appartient pas à un tiers, autre que l’intéressé de l’inscrire à sa place. Même le Rassemblement des 26 candidats (réduit à 20 hier) qui réclame la réouverture de la liste électorale ne peut non plus être plus royaliste que le roi. A la limite, il lui faut attendre d’être roi si tant est que l’un des candidats dudit rassemblement parvienne à le devenir par la voie démocratique, celle des urnes. Idem pour la « Convention de la Conférence souveraine » au CCI Ivato qui n’a aucune valeur juridique, mais s’inscrit tout au plus dans le cadre de la liberté d’expression garantie par la Constitution.

R. O

News Mada6 partages

Fiokona, fitsaram-bahoaka tany Andapa: nirefotra ny basy, roa no maty, 7 naratra

Sakoroka, fiokoana, fitsaram-bahoaka. Izany no nitranga tao Andapa, omaly, tolakandro. Nitafihan’ny andian’olona nitaky hamoahana tovolahy iray hanaovana fitsaram-bahoaka ny borigadin’ny zandary. Nirefotra ny basy, ka sivily roa no fantatra fa maty, ankoatra ireo olona fito naratra. Naratra vokatr’izany koa ny zandary iray.

Nanao tohivakana ny fitsaram-bahoaka, ny alaorobia teo, ary namoizana ain’olona maro. Ankoatra ireo polisy telo lahy tany Fenoarivo Atsinanana. Nisehoana rotaka indray koa tany Andapa, afakomaly hariva. Resaka fitsaram-bahoaka ihany koa io, ary nirohotra nanafika ny tobin’ny zandary ny olona. Nirefodrefotra ny basy ka zandary iray no naratra, sivily roa no maty ary fito hafa mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly ao Sahamazava. Potika ny biraon’ny zandarimariam-pirenena any an-toerana. Araka ny fanazavana, tovolahy namono zazakely roa tao Andasibe Maheverika, voasambotry ny zandary ny fototry ny olana. Tranga niseho tamin’ny alatsinainy 22 oktobra teo izy io.

Ny alarobia teo, tamin’ny 4 ora hariva, nisy andian’olona avy any Andasibe Mahaverika Andapa nirohotra nanoloana ny tobin’ny zandary, ary nitaky ny hamoahana ilay tovolahy, hampiharana fitsaram-bahoaka.  Tsy eken’ny lalàna anefa izany, ka nanda ny hamoaka izany ny zandary ary izay no nahatonga ny fifandonana.  Saika hirohotra, noho izany, ireo andian’olona ka nitifitra ireo zandary. Roa no namoy ny ainy teo noho eo. Ary nisy ireo naratra nentina tany amin’ny hopitaly. Na izany aza, nisy tafiditra tao amin’ny birao ireo olona marobe ka nandravarava ny tao anatiny. Tao anatin’izany savorovoro izany, nitranga ny tifitra avy amin’ny zandary. Raha tsy nisy izay, tsy niparitaka ireo andian’olona. Tonga tany Andapa ny mpitandro filaminana avy any Sambava nanampy tosika sy namehy ny filaminana.

Nitaky fitsaram-bahoaka ny olona tany Vavatenina

Tsy tany Fenoarivo Atsinanana sy Andapa ihany, fa hatrany Vavatenina nisehoana izay fitakiana fitsaram-bahaoka izay koa, omaly maraina. Lehilahy iray voasambotry ny zandary ny fototry ny olana, ny alarobia hariva teo, taoriana fanafihana nitranga. Voalaza fa jiolahy mpanao fanafihana any an-toerana io notakin’ny olona hanaovana fitsaram-bahoaka.

Omaly maraina, tonga maro nirohotra nankany Vavatenina ireo vahoaka maro avy tao amin’ny kaominina Antanamarina. Niantso ny tao amin’ny distrika hamoaka an’ilay mpangalatra hanaovana fitsaram-bahoaka. Nirohotra nankeny amin’ny biraon’ny polisy taorian’izay. Nisy ny tora-bato nahazo ny biraon’ny polisy. Polisy iray, vaky loha. Niezaka nanazava ny teo anivon’ny kaomisaria fa tsy ao amin’izy ireo ilay olona tadiaviny. Tsy nanaiky ny vahoakan’Antanamarina fa nisisiky hatrany hiditra hisava ny kaomisaria. Voatery nanao tifi-danitra ny polisy.

 Niparitaka niala teo anoloan’ny biraon’ny polisy indray avy eo ireo vahoaka ka nirohotra nankeny amin’ny tobin’ny zandary. Niezaka nitsofoka tao anaty toby. Voatery nanao tifi-danitra ny zandary. Naharitra ora iray teo ho eo no nijanonan’ireo vahoaka teo anoloan’ny biraon’ny zandary tao Vavatenina. Niezaka nandresy lahatra ny vahoakany mba hiala sy hiverina hody ny ben’ny Tanànan’Antanamarina. Niparitaka ihany ny olona, nilamina ny raharaha aloha. Ahina ny hitaran’ity resaka fitsaram-bahoaka ity any amin’ny faritra hafa, raha izao no mitohy.

Yves S. sy Sajo

News Mada6 partages

Trafika sokatra miisa 10 072: migadra 6 taona ireo telo voampanga

Afa-po tamin’ny didim-pitsarana migadra enin-taona avyhoan’ireo voampanga nanao trafika sokatra miisa 10 072 tany Toliara ny WWF, ny Durrell ary ny TSA. Andrasana ny an’ny hafa, sy ny fandraisana fepetra hentitra any ifotony, hamongorana ity fanapotehana zavaboahary ity.

Nivoaka ny didim-pitsarana mikasika ireo sokatra miisa 10 072 tratra tany Toliara, ny volana avrily farany teo. Naiditra am-ponja, sazy mihatra, mandritra ny enin-taona, ireo olona telo tratra (ny tompon-trano sy ny mpiambina roa), miampy fandoavana lamandry mitentina 100 tapitrisa Ar, miampy lamandy mitentina 30 tapitrisa Ar ho an’ny minisiteran’ny Tontolo iainana sy ny Ala.

Anisan’ny sazy henjana indrindra nampiharina teto Madagasikara ity nivoaka ity. Raha ny fantatra farany, nigadra roa taona ireo voampanga tamin’ny fitsarana taty Antananarivo, ny taona 2017.

Nankasitraka ny minisiteran’ny Fitsarana ny fikambanana iraisam-pirenena miaro ny tontolo iainana, ny WWF, ny Durrell ary ny TSA amin’ity didim-pitsarana ity, mba ho anisan’ny sazy famaizana ho anatra ho an’ny hafa. Mankahery ny mpiaro ny tontolo iainana, ny mpitandro filaminana, ny fitantanam-paritry ny Tontolo iainana sy ny ala (Dreef) Atsimo Andrefana ihany koa amin’ny ezaka ataony hiadiana amin’ny trafika sokatra. Ho azy ireo, tsara tohizana ny ezaka toy izao, ary tsy amelana ireo mpanao heloka na izay mitady ny hanao. Vonona hanohana sy hiara-kiasa hatrany ireo fikambanana telo ireo, hiarovana ny sokatra eto Madagasikara.

Njaka A. sy CMS

Midi Madagasikara5 partages

Divorce consommé entre partisans et adversaires du scrutin du 7 novembre

Ils ne reculeront pas en dépit de toutes les pressions et tous les appels qui leur ont été adressés. Les 20 candidats qui ont participé à la conférence nationale souveraine du CCI  demandent avec la plus grande fermeté la réouverture des listes électorales. Par ce biais, ils refusent la tenue du scrutin du 7 novembre . Le Premier ministre leur a répondu tout aussi fermement en leur opposant une fin de non recevoir.

Divorce consommé entre partisans et adversaires du scrutin du 7 novembre

Les résolutions adoptées hier au CCI Ivato ont le mérite d’être claires : il n’est plus question de maintenir le scrutin du 7 novembre. Les 20  candidats qui ont  participé à cette conférence nationale souveraine veulent une refonte de la liste électorale qu’ils considèrent comme imparfaite et qui ne permettront pas de faire une élection libre et transparente. Pour le moment, on n’en est qu’au stade des affirmations, mais  on devrait assister dans les jours à venir à une véritable escalade verbale. Les organisateurs de cette conférence nationale souveraine  comptent bien faire un véritable travail de sape pour parvenir à leurs fins. Tout dépend de leur capacité de nuisance, mais en face, on est tout aussi déterminé. On ne sait pas comment le Premier ministre va faire pour leur couper l’herbe sous les pieds. L’outil de la communication qui devrait être utilisé est à double tranchant car il peut desservir celui qui l’utilise. Les  propos du chef du gouvernement sont courtois, mais fermes et ne laissent aucune alternative aux adversaires de l’élection. Il  renvoie ces derniers à la lecture de la charte africaine pour la démocratie qui « promeut la tenue régulière d’élections libres, transparentes et démocratiques ». Cette charte a été adoptée en 2015 et tout le monde aurait dû se préparer depuis. Cette année-là toutes les élections à Madagascar ont connu les mêmes problèmes et le Premier ministre  précise que ce  n’est pas à quinze jours du scrutin que tout doit  être remis  en cause. En tout cas, on peut dire que le  dialogue est rompu  et que l’on est en train de s’acheminer vers une confrontation.

Patrice RABE

News Mada4 partages

Fête des lémuriens: le propithèque soyeux à l’honneur

Chaque année, la Journée mondiale des lémuriens est célébrée le dernier vendredi du mois d’octobre. A cette occasion, la ville d’Andapa (Sava), en partenariat avec Wildlife conservation society (WCS), Duke Lemur Center, Madagascar national parks (MNP) et Lemur Conservation Foundation, organisera le « Fetin’ Ankomba » ce 31 octobre. Le propithèque soyeux sera singulièrement à l’honneur.

« Le propithèque soyeux ou Simpona, classé parmi les 25 espèces les plus menacées du monde, est le lémurien emblématique des Hautes terres du nord. Actuellement, nous travaillons avec les partenaires pour protéger et restaurer 25.000 ha de forêts afin de constituer un corridor forestier pour ces magnifiques primates entre le Parc national Marojejy et la réserve spéciale d’Anjanaharibe Sud », a indiqué  le Landscape Manager des Hautes Terres du Nord, Fenohery Rakotondrasoa, un des organisateurs du « Fetin’Ankomba ».

Un grand carnaval sillonnant la ville d’Andapa marquera le début de l’événement, placé sous le thème, « Lémuriens, patrimoine national, amis à protéger ». Il qui verra la participation d’une vingtaine d’associations et d’ONG ainsi que des établissements scolaires. Des sensibilisations sur la protection de ces primates et diverses animations s’ensuivront par la suite.

Sera R.

 

News Mada4 partages

Imex-Douane: polémique autour des 12 conteneurs scellés par la Douane

La Douane a scellé 12 conteneurs de la société de transit Imex, le 12 septembre dernier. Les gérants font appel à l’Administration de reconsidérer leur situation.  Par ailleurs, les 200 entreprises propriétaires des marchandises ont exprimé leur désolation, hier, à l’occasion d’une rencontre avec les responsables de la société Imex.

Le torchon brûle entre l’Administration douanière et la société de transit Imex. Alors que le directeur général des douanes a expliqué le 24 octobre dernier, qu’il existe un écart entre la quantité de marchandises déclarées et la réalité constatée par les agents des douanes, suite à la  visite effectuée au magasin de stockage de la société à Tanjombato, les gérants de la société  Imex rétorquent qu’ils ont respecté toutes les procédures de dédouanement.

A ce sujet, la principale gérante de la société, Claudine Rajaonarivelo explique, «Sur quelle base, la douane peut-elle parler de fausse déclaration alors tous les dossiers relatifs à ce sujet ne sont pas encore sortis. Plus encore, nous n’avons été notifiés d’une quelconque infraction, alors que notre magasin de dépôt privé a été scellé».

Avant de poursuivre que «les 12 conteneurs ont déjà fait l’objet d’une visite dans notre dépôt sous-douanes à Akorondrano. Puis, les agents de la Douane ont fait une contre-visite dans notre magasin de stockage privé à Ankorondrano et ont décidé par la suite de sceller les conteneurs».

Blocage

Quoi qu’il en soit, les 200 opérateurs qui ont confié leurs marchandises à Imex sont maintenant dans l’expectative.

«Cela fait déjà un mois et dix jours que nous attendons le dédouanement de nos produits. En tant que fournisseur d’établissements publics, il y a un délai à respecter dans les engagements pris, auprès de mes clients. Avec le blocage qui n’est nullement de notre faute, les clients vont certainement me facturer des intérêts moratoires», déplore un fournisseur.

Un autre opérateur de se plaindre : «Nous louons notre boutique à des Chinois. Ils ne veulent rien entendre par rapport au retard du loyer à honorer à chaque début du mois. Le blocage de notre marchandise nous crée de véritables problèmes».

Au niveau de la Douane, Eric Narivony Rabenja précise que «le traitement du dossier contentieux prend du temps en raison de la quantité des marchandises. A titre d’exemple, une déclaration comprend jusqu’à 50 pages».

Riana R.

 

News Mada3 partages

Guide du week-end

Ce soir

Tambour Gasy au CGM/GZ

Pour clôturer en beauté cette semaine, le Cercle germano-malgache / Goethe Zentrum (CGM/GZ) Analakely propose un spectacle spécial percussion ce soir, à partir de 19h30. Tambours Gasy sera à l’affiche après plusieurs années d’absence sur la scène malgache. Fondé et dirigé par Tiana Rainitelo et sous la houlette de Rajery depuis l’an 2000, le groupe joue au rythme des battements des cœurs, sans oublier la mélodie qui enivre le tout. La soirée s’annonce d’ores et déjà entraînante.

Iary au Fatapera Antaninarenina

La soirée rock de la semaine mettra sous les feux de la rampe la chanteuse Iary. A partir de ce mois d’octobre, l’interprète de «Modia amin’izay» a décidé de renouer avec ses fans. Ainsi, pour commencer, elle se produit ce soir, au Fatapera Antaninarenina. Au programme, la chanteuse à la voix rauque va  interpréter ses titres phares tels que «Aoka ihany»… Par ailleurs, elle prévoit aussi de dévoiler quelques extraits de ses nouvelles compositions.

Fara Gloum en solo à l’Amitié Fandian 67 Ha

Si la chanteuse Fara Gloum a toujours été accompagnée d’autres chanteurs durant ses cabarets, ce soir à l’Amitié Fandian sis à 67 Ha Sud, elle se lancera dans une prestation en solo. Adepte du folk song, elle n’effectuera que des reprises des anciens titres qui ont marqué le genre. Durant les interludes, Mamina, l’interprète du titre «Mila voonjy ny kanto gasy» renforcera l’ambiance. Des duos guitares – vocales seront probablement au programme.

Eka zaho à l’Is’art galerie

Comme tous les vendredis, Is’art galerie à Ampasanimalo organise une soirée inédite. Cette fois, la scène sera investie par Eka Zaho. Adoptant le reggae, le groupe a su restructurer le genre et présente ainsi un mélange harmonieux de ce style musical venant de l’occident, avec la musique typique de Sakalava, Betsileo et Vakinankaratra. Par ailleurs, le  chanteur proposera des nouveautés à son public en restant toujours fidèle aux principes de l’électro-dub.

De l’humour avec Sokaf’Hehy au CGM

Pourquoi ne pas passer la fin de la soirée à rire ? Effectivement, ce soir, le Cercle germano-malgache / Goethe Zentrum (CGM/GZ) propose une scène ouverte, à partir de 17 heures, pour ceux qui désirent partager leurs blagues et sketchs, à l’occasion de l’évènement «Sokaf’hehy». L’objectif est non seulement de diversifier le genre de spectacle, mais aussi de détecter des jeunes talents.

Samedi

Des films d’animations de Ramilijaona à l’IKM

A l’occasion de la Journée mondiale du cinéma et des films d’animation, l’Ivon-toeran’ny kolontsaina malagasy (IKM) Anrsahavola propose une matinée spéciale, demain. Au programme : Deux projections de films d’animation réalisés par Herizo Ny Aina Ramilijaona. Le premier s’intitule «Selemanana» et parle de l’histoire d’un garçon originaire du Grand sud qui est tombé amoureux d’une jolie fille qui n’est pas de son milieu. Le second film, «Ray» relate l’histoire d’un instituteur et ancien combattant de la deuxième guerre qui possède un objet  de valeur très convoité par les tirailleurs sénégalais.

Dekapy’s Band au CFM

HRS Event, DB prod et Best Prod présenteront un évènement rock, demain, au Cercle franco-malgache (CFM) Anosy avec le groupe Dekapy’s Band. Actuellement au pays, Thierry Dekapy, le fondateur du groupe, multiplie ses shows. Au programme, il propose d’interpréter tous ses titres incontournables tels que «Fakam-panahy» ou encore «Fanenenana»… Deux autres groupes seront aussi invités durant l’évènement, à savoir Limitless et Aurora.

News Mada3 partages

Hevitra mandalo; resaky ny mpitsimpona akotry: fiarahabana ny Barea

Tsy kisendrasendra izao fahombiazan’ny ekipa nasionaly amin’ny baolina kitra izao. Voalohany izao no nahatafitany ny fifanintsanana mialoha ny fahatongavana eo amin’ny sehatra famaranana ny fifaninanana ho tompon-daka anivon’ny Afrika, CAN. Fahombiazana mendrika ho soritana sy atao antony hifaliana izany.

Fantatra fa fomba vaovao no nitantanana ny ezaka nahatongavana tamin’izany. Tsy hita ho tanisaina daholo ireo olona sy sokajin’olona nandray anjara tamin’izany, ka atao safo be mantsina amin’ny filazana fa samy mendrika ho deraina avokoa na ny fitantanana na ny mpanazatra sy ny mpiara-miasa aminy ary tsy hay adinoina ireo nitete hatsembohana teny an-tsehatra na nandritra ny fanazaran-tena na tamin’ny fihaonana tamin’ny ekipam-pirenena hafa. Mandalo fotoan-tsarotra moa ny federasiona noho ny fifidianana izay ho mpitantana. Fifidianana izay hatao amin’ny faha-telon’ny volana novambra. Fifidianana izay antenaina tsy hampisara-bazana an’ireo mpifaninana izay samy mampiseho ny fahavononany noho ny fitiavany ny baolina kitra. Tsy hiverenana koa ilay disadisa voalaza fa niseho teo amin’ny fizarana tambiny sy valisoa ho an’ny mpilalao.

Ny manintona ny sain’ny maro ankehitriny dia ny ahafantarana ny antony tena nampahomby ny Malagasy. Angamba noho ny fanamafisana ny ezaka mifanandrify amin’izany. Eo ihany angamba ny teknika sy tetika nampiasain’ny mpanazatra fa ny tena nahitana fiovana dia ny fifantenana ireo mpilalao nandrafitra ny ekipa. Tazana izao fa tsy ny mpilalao manan-talenta sy nandalina tekinika no tsy ananan’i Madagasikara. Ireny izy fa nipoipoitra avy any ivelany. Mpilalao matihanina nofantenana. Ekipa mandray anjara amin’ny ambaratonga samy hafa any amin’ny firenena maro na ao Erôpa izany na any Azia. Efa nisy ihany moa tany aloha mpilalao kalazalahy tany ivelany (PSG, Auxerre, Lens) izay nampiseho fahavononana nefa simba hatrany ny fiaraha-miasa noho ny antony tsy fantatra mazava. Izay fiaraha-monina ao anatin’ny ekipam-pirenena izay no nahitana fandaminana ka izao nody ventiny toy izao.

Ao moa no milaza fa ilay mpanazatra frantsay no nahay nandresy lahatra an’ireo mpilalao malagasy any ivelany nahatonga an’ireto farany hanana fanetren-tena ka hanaja ny firaisan-kina ao anatin’ny rafitra. Araky ny feo mandeha dia mirindra ny firaisan-kina ka mavitrika toy izany ny toe-tsaina eo amin’ny fiaraha-mientana eny an-tsehatra. Tsy mety ny saina fa mikarokaroka ihany ny antony tsy nahafahan’ny mpanazatra teratany nandresy lahatra an’ireo mpilalao any ivelany. Tsotra angamba. Tsy manana ary tsy nomena fahalalahana toy io mpanazatra ankehitriny io, hivezivezy any ivelany nahafahany nifanakalo hevitra amin’ireo mpilalao mielim-patrana any amin’ny tanàna maro samy hafa.

Léo Raz

 

Midi Madagasikara3 partages

Antanetibe Zazamanga : L’âme oubliée de l’Afrique

Maçon de génie, travailleur hors-pair de la pierre et de la menuiserie, Rainitratra, fondateur du village séculaire d’Antanetibe Zazamanga était un esclave « importé » d’Afrique. Des traces du grand continent sont restées dans la localité, même après 120 années d’existence.

Le village d’Antanetibe Zazamanga, le village fondé par Rainitratra

Ce week-end, Danielson Rakotomanampisoa aura probablement un petit pincement au cœur. L’église anglicane qui trône à l’entrée de son village, fête ses 120 années d’existence. Cet édifice en brique rouge, surmonté d’un clocher blanc éclatant, cristallise l’histoire peu commune d’Antanetibe Zazamanga. Localité d’environ 80 toits à 40 km à vol d’oiseau au nord de la Capitale. Avec ses maisons élevées, ocres, et ses petites fenêtres. Ses zébus qui constituent la première force productrice des habitants, grands agriculteurs.

La genèse d’Antanetibe Zazamanga revient à rappeler le passé esclavagiste, l’expansion économique et l’ouverture des relations diplomatiques de Madagascar depuis Radama I (1793-1828). Après le règne de son père Andrianampoinimerina, qui a préféré tenir les blancs étrangers à l’écart, le fils s’en est rapproché, surtout avec les anglais. « Le souverain savait qu’ils avaient aussi le savoir comme les techniques militaires. Le monarque parlait à la fois le français et l’anglais », souligne le professeur titulaire et directeur du musée d’Art et d’archéologie, Michel Razafiarivony. Toutefois les anglais exigeaient une contrepartie avant de collaborer avec le monarque.

Dans son article paru au Japon dans le très réputé Journal of Asian And American Studies en 2005, intitulé « Les descendants des anciens esclaves importés d’Afrique à Madagascar : Tradition et réalité », Michel Razafiarivony souligne « deux traités signés le 14 janvier 1817 et le 11 octobre 1820, par le roi de Madagascar et le gouvernement de l’île Maurice alors territoire britannique, mirent officiellement fin à la traite des esclaves de la Grande Île vers les îles voisines et plus particulièrement celle de la Réunion ». Comme le marché des esclaves constituait une ressource économique pour le royaume de Madagascar. En échange, les anglais se sont engagés à compenser le manque à gagner.

Dadabe Rakotondrasoa, un des derniers gardiens de l’histoire de Rainitratra

Diplomatie et esclavagisme. Malgré tout, le trafic subsistait grâce au commerce illicite. Bien que la vente des esclaves malgaches vers l’étranger a drastiquement diminué. La relation entre les anglais et Radama I a été au beau fixe. L’économie du royaume se portait bien, tandis que l’armée se modernisait réussissant durant son règne à « pacifier » les 2/3 du pays. Naissait ainsi le royaume unifié de Madagascar.

Par contre, les commerçants arabes continuaient de fournir les villes maritimes de Madagascar en hommes, femmes et enfants à vendre. Des personnes capturées en Afrique, sur les côtes et parfois venant de l’intérieur des terres. Comme la loi anti-esclavage a été appliquée en interne à Madagascar, ces nouveaux arrivants étaient du pain béni.

Il a fallu attendre Ranavalona II et sa loi énoncée le 20 juin 1877, pour que l’esclavage soit interdit que ce soit entre les malgaches mais surtout envers les africains. « Tous les Masombika du royaume sans exception de date d’arrivée sont libres et les éventuels récalcitrants qui refusent d’appliquer cette loi seront condamnés ». Par condamnation, il s’agissait de voir sa tête rouler à terre comme une baudruche après un bon coup de cisaille du bourreau.

L’effet a été immédiat, que ce soit dans les hautes terres ou les régions maritimes, des centaines d’esclaves ont été libérés. Des hommes sont devebus sans terre ni avenir. « Comment ils pouvaient retourner chez eux ? », s’interroge le professeur titulaire Michel Razafiarivony, signalant au passage le paradoxe de cette liberté retrouvée.

Une mère de famille d’Ambohijatovo retournant des champs

Fondation d’Antanetibe Zazamanga. Antanetibe Zazamanga a été investi par Rainitratra, en mars 1898. Quand l’administration coloniale française lui a donné ces terres et ce village, ancien lieu d’habitation des malgaches fuyant la répression coloniale, pour fonder sa descendance, Rainitratra a emmené six de ses compagnons avec lui, tous des africains, des anciens esclaves libérés. Il a ensuite emmené d’autres familles, également des africains. C’est ce groupe qui a fondé trois villages, dont Antanetibe est la « maison mère ». Ensuite, la communauté s’est agrandie, d’autres localités comme Ambohijatovo sont nées.

Il y aurait eu un « kabary au palais au nord du Rova », selon Bébé Razary, octogénaire et mémoire du village qui a suivi son mari à Ambohijatovo, un patelin situé sur une colline au nord de la maison mère. « Les autorités ont demandé à Rainitratra de rassembler les zazamanga. Elles leur ont offert des terres. Certains ont accepté, comme notre ancêtre qui a fondé le village. Tandis que d’autres sont restés, ces derniers se sont établis à Miandrarivo, à l’est du Rova. D’autres ont intégré la fanfare du gouvernement, tel un certain Randriantoa », ajoute t-elle. A partir de là, il a fondé sur environ 2 000 ha de champs et collines, une communauté qui ne s’est vraiment ouverte à l’extérieur qu’à l’indépendance en 1960.

Le passé de Rainitratra. Le jeune Makoa était arrivé à Antananarivo lors « du début du deuil de Ranavalona I », la reine décédée en 1861. Rainitratra a plus tard , écrit dans le journal de la mission anglicane en 1924 qu’« il croyait qu’il allait être exécuté, les Malgaches étant réputés être des cannibales dans son pays d’origine ». De servitude en servitude, Bi, son nom africain, a gagné la confiance d’un dignitaire à Ambohimanga. Selon la communication du professeur Michel Razafiarivony dans le Journal of Asian And American Studies, « son travail n’était pas bien fatiguant, au contraire, il avait largement le temps de se reposer… Aussi préféra t-il demander un angady ».

A en croire ces propos, il est fort probable que Rainitratra venait d’une peuplade qui pratiquait la culture. C’est ce gène de cultivateur qui quelque part, fait qu’Antanetibe Zazamanga est aujourd’hui une région hautement productrice, alimentant les marchés d’Ivato et des villages alentours. D’ailleurs, la terre, Rainitratra y tenait comme à la prunelle de ses yeux. « Il nous a transmis l’amour de la terre et a ordonné que les descendants n’en vendent jamais, même pas une petite parcelle », confirme Danielson Rakotomanampisoa.

Puisque Rainitratra n’avait pas d’enfant, ce sont ses premiers compagnons, des pionniers en quelque sorte, qui ont donné naissance à la lignée jusqu’à la génération actuelle. Le meneur a préféré en adopter.

Une famille descendant des premiers Zazamanga

Une mémoire fugace. Les traces du grand continent, l’Afrique, une partie des habitants du village en gardent. Que ce soit leur teint, que ce soit leurs traits du visage… Un chant tribal, sans doute un refrain a aussi perduré malgré les siècles. Dadabe Rakotondrasoa, un grand gaillard de plus de 80 ans, descendant de la cinquième génération, n’hésite pas à l’entonner à ses heures perdues.

« Talikomi, tari mawele, napakorah/ tari mawele, napakorah – ensuite il criait : alalalalalala » chante-t-il phonétiquement. Avant d’ajouter fièrement « vous n’étiez pas sans doute né à cette époque, j’en suis sûr. Mais moi je l’ai vu et entendu ».  A chaque fête dans le village, cette chansonnette a  toujours été reprise et transmise comme pour rappeler les lointaines origines.

Très lointaines, à entendre le vieil homme. « Aïe ! Aïe ! Aïe ! Comme moi ? A quatre vingt-trois ans et y aller ? Même, comment vivre là-bas, je ne saurai pas », s’amuse Dadabe Rakotondrasoa, en pensant à l’idée de visiter un de ces quatre matins l’Afrique. Selon les histoires transmises par les anciens, Rainitratra viendrait de la région où se trouve l’actuel Afrique du Sud.

Les trois Mampikambana

Le 3 mars 1898, Rainitratra et ses compères arrivent à Antanetibe Zazamanga. D’abord le leader et six de ses compagnons s’installent sur la parcelle de terrain qui leur est proposée par le missionnaire Coles  de l’église Anglicane d’Ambatoharanana. Son choix s’est porté sur Antanetibe en raison de sa proximité avec son lieu de travail. A l’époque, Rainitratra et les autres Zazamanga travaillaient encore sur l’édifice de l’église Anglicane d’Ambatoharanana. Au fur et à mesure, d’autres Zazamanga les rejoignent, soit 12 hommes et leurs familles y élisent domicile. Finalement, d’autres arrivent et le village s’agrandit et se partage entre 32 hommes plus exactement.  Actuellement, les descendants des Zazamanga occupent dorénavant le village délimité par Ankafotra, Antanetibe et Ambanimaso, qui lui a valu le nom de « trois Mampikambana ». Pour sa part, Antanetibe reste le « vohitra »   de rencontre de tous les villageois que ce soit pour les jeunes, qui étudient dans les écoles publiques ainsi que collèges et lycées anglicanes. L’anglicanisme reste la religion traditionnelle des Zazamanga, symbolisée par  un édifice vieille de 120 ans.

Autres temps. En regardant les étendues, on ressent le travail acharné à travers la fertilité des terres grasses et repues des rizières d’Antanetibe Zazamanga. Au mois d’octobre, entre 8 h et 15 h, il suffit d’aller aux champs pour retrouver  un oncle, un mari, une mère…  Bref, toute la famille, même l’évangéliste.  « Plusieurs amis de ma génération ne s’intéressent presque plus à notre histoire. Il serait possible que d’ici dix ans, l’histoire de ce village sera oubliée », fait-il remarquer, d’un ton égal, un brin résigné. Une histoire dont le rôle principal est tenu par Rainitratra. L’« ancêtre » commun, sans enfants, dont la seule image, un croquis assez primaire est gardé fièrement.

Une pincée d’amertume semble pourtant s’être refugiée dans les tréfonds de l’âme de ces villageois joyeux, accueillants et bienveillants. « Vous savez, nous sommes une catégorie d’hommes perdus. Nous sommes perdus, nos ancêtres étaient des hommes perdus », lâche Dadabe Rakotondrasoa. Relevant la tête, il continue. « Mais nous n’allons pas nous lamenter la-dessus maintenant, c’étaient nos ancêtres».

Une présence assumée. Ce week-end, Danielson Rakotomanampisoa aura donc pour insigne honneur de déclamer des poèmes et de raconter, de ce qu’il sait, l’épopée du fondateur Rainitratra et de la naissance de son village. C’est la seule manière pour le moment de transmettre aux jeunes et aux petits l’héritage de leur passé, de serviteurs à hommes libres.

La grande église anglicane fête ses 120 ans

Antanetibe Zazamanga, vers 14 h 30, les femmes reviennent des champs. Une apparition soudaine, au détour d’une allée bordée de broussailles et d’arbustes nappée  de poussière virant au rouge. Une mère tenant son fils par la main. Sur la tête, un semblant de panier, probablement pour porter le déjeuner aux champs. On a tout de suite l’impression de se retrouver face à une femme Khoïkhoïs. Le teint dégage une infime lueur bleue. Lui donnant une aura particulière, presque mystérieuse. Elégante et calme, elle passe la route d’une démarche élancée après un bonjour chaleureux, sans en faire trop, « Manahoana tompoko ô… salama ê ! ».

Il faut attendre la fin de l’après-midi pour que les habitants soit au complet. Et les héritiers historiques de Rainitratra animent le village. Sur les épaules de Danielson Rakotomanampisoa reposent tout ce passé, leur patrimoine… Ce week-end, il recherchera peut-être dans l’assistance un petit jeune qui voudrait bien prendre le relais.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara3 partages

Culture : Fréderic Dragon Rouge, «à cœur vaillant, rien d’impossible »

Frédéric le dragon rouge le rassembleur

A 18 mois seulement, un camion lui a passé dessus, il est vivant sans handicap. « Zanahary  m’a permis de vivre » dit –il. Depuis 20ans il a sillonné la Grande île. Rassembleur, il rêvait dès son jeune âge d’être un animateur culturel. Né à la Réunion, il est amoureux de Madagascar.  Grâce à ce Monsieur, la Réunion devient un lieu de festivité Malgacho-Réunionnais à travers son Night Club Schiva. Surnommé Mahavitazy, cet homme a économisé pour atteindre son but créer  une association pour promouvoir la culture malgache.

« La réunion est un fief de brassage culturel », affirme Frédéric Dragon rouge. Champion de moraingy en 2009 et de club karaté, cet homme de 40 ans veut rehausser la culture malgache.  « Mon but est de sauvegarder la culture, le patrimoine immatériel » rajoute-t-il. Né d’un père malgache et d’une mère réunionnaise, Fréderic a le brassage culturel dans le sang.  Désormais, il est le fondateur d’une association Mahavitazy à la Réunion.  L’échange culturel est le but de son travail.  Son association formera des jeunes intéressés par la culture malgacho-réunionnaise. Après avoir vécu à Madagascar pendant plusieurs années,  Dragon Rouge s’est attaché à la patrie du coté de son père. « Je soutiens les malgaches  depuis 20 ans à la Réunion à travers  des plateaux artistiques », dit-il. Depuis son jeune âge, il organisait des cabarets lors de la fête nationale malgache à la Réunion avec son ami DJ Kany.  Pendant toute sa vie, avec son père, il s’intéressait à la culture malgache. Il a fait pratiquement tout pour voir les différentes culturesde Madagascar. Du nord au Sud , de l’Est à l’Ouest, il constate que la Grande île, bien qu’elle soit étendue, la population a un point commun, qui est la culture.

Les recettes de l’association seront attribuées aux enfants malgaches pour qu’ils puissent étudier.  Selon lui, la culture est un moyen pour se réunir.  Dorénavant, Fréderic compte faire une grande activité à la Réunion et à Madagascar. « Je me concentre sur la mise en place d’un grand projet pour Madagascar ».  l’art, la musique, le sport traditionnel malgache, seront  mises en valeur.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara3 partages

Famonoana polisy tao Fenerivo atsinanana : Mpandraharaha mpangalatra lavanilina nosavaina trano niteraka ny...

Miteraka resa-be eo anivon’ny fiarahamonina tsy ao Fenerivo atsinanana sy Toamasina ihany, fa manerana ny Nosy mihitsy ilay famonoan’ny olona ireto polisy telo lahy voairaka nanao asa tao Ambodihazinina Fenerivo atsinanana, ny alarobia teo. Tsy iza izy ireo, fa ny inspektera isany Andriamahefantsoa Hajarinofy, i Be Jacques Abdi, ary i Ndrasana Briand Simon.

Taorian’ny tranga niseho ity, dia nentina nanaovana fizahana teo anivon’ny hopitaly ben’i Fenerivo atsinanana izy telo lahy namantarana ny tena antony nahafaty azy ireo; ka ny alakamisy maraim-be tamin’ny 4ora no tonga teto Toamasina ny vatana mangatsiakan’izy telo lahy. Nampandalovina sy nandrasana tao amin’ny biraon’ny tale provensialin’ny polisy eto Toamasina izy ireo, omaly alakamisy mialoha ny nakan’ny fianakavian’izy ireo avy nomem-boninahitra amin’ny maha-polisy inspektera maty am-perinasa azy telo lahy ireto. Omaly ihany dia nentin’ny fianakaviany nihazo an’i Mahanoro ny inspektera Abdi, nentina nihazo an’Antananarivo ny inspektera Haja, raha mijanona eto Toamasina kosa ny inspektera Briand.

Nanana taratasy mazava tamin’ny hiraka nampanaovina azy ireto polisy ireto, hoy ny tale provensialin’ny polisy Toamasina ny Kaomisera divizionera Ramampandry Nicolas, koa tsy maintsy hisy ny fanadihadiana hataon’izy ireo hamantarana ny tena tompo-marika tamin’izao famonoana polisy am-perinasa sy manao ny asa ara-dalana ary nomen’ny lalana azy izao. Resaka mpandraharaha mpangalatra lavanilina nahazoan’ny polisy ekonomika fitarainana no nanaovana ny iraka, nefa izao fitsaram-bahoaka izao no nitranga noho ity mpandraharaha niantso vonjy indray nandritra ny fakana am-bavany azy sy ny fisavana ny tranony. Nilaza kosa ny tale provensialin’ny polisy Toamasina, fa tsy mbola misy ny fisamborana hatreto, satria mbola mandeha ny fanadihadiana, sy mbola mikarakara ireo namany maty izy ireo.

Ankoatra izany, araka ny angom-baovao natao ihany dia ilay mpandraharaha ahiahiana tamina halatra lavanilina indray no niantso vahoaka tamin’ny fahatongavan’ny polisy nanao ny fakana am-bavany sy nisava ny tranony ; izay niaraka tamin’ny filoham-pokontany nandritra izany. Nampangain’ny fokonolona ho jiolahy ireto polisy manao ny asany ireto na efa nampiseho ny taratasy sy ny karatra maha-polisy azy ary efa nohamafisin’ilay filoham-pokontany aza noho ny fandrisihana nataon’ilay mpandraharaha lavanilina. Teo dia tsy nisy intsony ny alaharo, fa avy hatrany dia daroka no natao, tafatsoaka nandritra izany i Briand sy i Abdi, saingy tao anaty ala na kafe no tratran’ny fokonolona i Briand ka notaritarihin’izy ireo, efa lasa kilaometatra maromaro kosa vao niverina hamonjy ny namany i Abdi. Izay no nahatonga azy telo lahy ho niara-maty nandritra izao raharaha Ambodihazinina Fenerivo atsinanana izao.

Malala Didier

News Mada2 partages

Energies renouvelables: miser sur les mini-réseaux et les hybrides

Les opportunités d’investissements restent énormes dans le secteur énergie, étant donné que le taux d’électrification global du pays ne dépasse pas les 15%. Outre les grands projets d’investissement entrepris dans le cadre des partenariats public-privé, les mini-réseaux et les hybrides intéressent davantage les opérateurs et associations.

Pour booster le développement du secteur des énergies renouvelables, les promoteurs misent sur le renforcement de la compétitivité du secteur privé. Pour ce faire, l’Economic development board of Madagascar (EDBM), en partenariat avec le Programme de développement de projet de la German energy solutions initiatives et le Projet de promotion de l’électrification par les énergies renouvelables (Perer), mis en œuvre par l’agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ), a organisé du 23 au 25 octobre un atelier d’échanges et de formation à l’hôtel Carlton Anosy.

Informer les acteurs du secteur privé sur les initiatives et opportunités possibles dans le domaine des énergies renouvelables, notamment les mini-réseaux et les hybrides, a été à l’ordre du jour.

«L’atelier était une occasion pour renforcer la compétitivité du secteur privé malgache dans le secteur énergie, en

augmentant ses connaissances techniques et en favorisant le partage d’expériences entre les professionnels nationaux et internationaux», a expliqué Verohanitra Andriambolanoro, chargé du portefeuille sectoriel Energie de l’EDBM. D’où, la mise à jour également de l’annuaire des acteurs du secteur énergie – édition 2019 à Madagascar.

Besoin de financement

Depuis 2016 à ce jour, 67 nouvelles entreprises œuvrent dans le secteur énergie dont 26 se sont spécialisées dans la production, selon les chiffres fournis par l’EDBM. Mais, les coûts d’investissement demeurent souvent importants.

Concernant les problèmes du transport et de la logistique rencontrés par les investisseurs, les participants à cet atelier en ont touché un mot. Ils ont également évoqué un besoin de fortes subventions pour les petits investissements, surtout pour les localités très éloignées. Le besoin de financement pour les études sur terrain ou encore le conflit d’intérêts des bénéficiaires sont une autre paire de manches. Les opérateurs demandent aussi des assurances d’investissement.

Arh.

 

 

News Mada2 partages

Kandidà Rajoelina: “Tsy mandainga ary tsy mamitaka izany isika …”

Nihazo ny tany Ampanihy sy tany Ambovombe Androy indray ny dian’ny kandidà Rajoelina amin’izao fampielezan-kevitra izao. Nanome toky ny vahoaka ny tenany tamin’ny lahateniny.

Matokia ahy ianareo … Tsy mandainga sy tsy mamitaka ary tsy mangalatra izany Rajoelina Andry. 36 ny kandidà, saingy mila tanora mavitrika sy vonona ary mahavita azy sy tia tanindrazana ny firenena. Matoa aho tonga eto, hampandroso an’i Madagasikara”, hoy izy tao amin’ireo toerana ireo. Notsiahiviny fa tsy maintsy mandresy ny miaraka aminy satria resiny avokoa ireo nifaninana taminy fony fahazaza nanaovany “karate”. “Mino sy matoky aho fa handresy isika miaraka amin’ny vahoaka”, hoy ihany izy… Notsindriny fa naka bahana ny tenany nandritra ny dimy taona ary nanomana ny hanavotana ny firenena…

Fampandrosoana anaty fotoana fohy…

Tsy fahefana na vola na voninahitra ny tadiavina fa ny hanavotana ny vahoaka malagasy, araka ny nambarany. Nanteriny, tahaka ny efa nivoizany izany tamin’ny faritra hafa, fa hovitaina ao anatin’ny fotoana fohy ny fampandrosoana tsy hita teto hatramin’izay.

Nitanisa ny vina hoentiny hampandrosoana ny tenany ka anisan’izany ny vahaolana amin’ny delestazy na koa ho an’ireo tsy manana herinaratra. Hananganana orinasa hanamboatra angovo mandeha amin’ny masoandro any an-toerana ka haloa tsikelikely izany ho an’ireo tsy mbola manana. Nampanantena ny tenany manoloana ny fijalian’ny any atsimo amin’ny rano fa hahazo izany ao anatin’ny herintaona ny ankamaroan’ny fokontany, amin’ny alalan’ny fitaovana manara-penitra ary hovitaina vetivety izany. Hamboarina hanara-penitra ny kianja filalaovam-baolina ao Ambovombe Androy. Hahazo fitaovana raitra hanamboarana lalana koa ny any an-toerana, raha vao lany ny tenany.

Miantso fahamalinana amin’ny hala-bato

Homena fitaovana ireo mpitandro filaminana ary hividy helikoptera 10 ny fitondrana hotarihiny ka hapetraka any amin’iny faritra iny ny iray hiadiana amin’ny asan-dahalo. Eo koa ny fametrahana vondron-kery manokana. “Hoesorina amin’ny toerany ireo mpitandro filaminana tsy mahavita miaro ny vahoaka sy ny fananany…”, hoy ihany izy.

Ankoatra izany, niantso fahamalinana ny tenany amin’ny fanisam-bato mba tsy hisy hiala fa hanara-maso izany hatramin’ny farany noho ny fiketrehan’ny sasany hala-bato.

Etsy andaniny, nitodika amin’ireo kandidà, sadasada manan-tsoratra,ny mpanorina ny IEM. “Maro ireo nirotsaka hofidina. Vonona hiatrika fifidianana matoa nirotsaka. Tsy mbola vonona ho amin’izany anefa ny sasany amin’izy ireo”, hoy izy.

Randria

Midi Madagasikara2 partages

Antananarivo : Près de 616 millions d’Ariary de faux billets saisis , 18 personnes interpellées

Grosse prise de la gendarmerie. 616 ,600 millions d’ ariary de faux billets viennent d’être saisis par la gendarmerie du groupement d’Analamanga. Alors que les forces de l’ordre se penchent contre les actes de banditisme, comme les attaques à main armée et les vols de bœufs, cette fois-ci, on dirait qu’elles sont tombées sur une grande surprise. Tenant ferme des ordres donnés par le SEG et le COMGN en respectant la ligne de conduite définie par le gouvernement, à savoir l’apaisement avant – pendant et après les élections, l’insécurité semble loin d’être maitrisée dans le pays. La Gendarmerie Nationale vient d’interpeller un réseau de faussaires de monnaies. Suite aux explications du Lt  Colonel  Annicet  Randrianarivelo, commandant du groupement de la gendarmerie Analamanga, des 18 suspects, dont huit femmes, ont été arrêtés avec les matériels comme une photocopieuse, une imprimante, des autocollants utilisés pour la fabrication de ces faux billets. Selon la gendarmerie, ces faux monnayeurs profitent des attroupements en cette période de propagande pour écouler ces faux billets.

TM

Midi Madagasikara2 partages

Mpanondrana sokatra : Sazy mihatra enin-taona sy lamandy 100 tapitrisa ariary

Enin-taona an-tranomaizina, miampy lamandy 100 tapitrisa ariary ary koa fandoavana 30 tapitrisa ariary hafa izay homena ny minisiteran’ny tontolo iainana. Izay no didy navoakan’ny fitsarana ambaratonga voalohany ao Toliara ho an’ireo olona telo; izay nahatrarana sokatra aman’aliny tao an-tranony, ny volana avrily teo. Enim-bolana taty aoriana izany, efa notazonina am-ponja vonjimaika avokoa ireo voakasika, dia nandeha ny fitsarana omaly. Hatreto izany, dia io no didim-pitsarana navesatra indrindra ho an’ny mpanondrana sokatra teto Madagasikara. Ho an’ny olona sy vondrona mpiaro ny tontolo iainana, dia fandresena lehibe ity didim-pitsarana izay navoaka tao Toliara ity, amin’ny ady izay tontosain’izy ireo isan’andro. Na izany aza anefa, dia mbola betsaka koa ny dosie  mbola miandry fitsarana na koa ireo hafa izay vitavita ho azy fotsiny. Efa betsaka izay sokatra sarona teo amin’ny seranam-piaramanidin’Ivato izay ary betsaka koa ireo tany ivelany izay vao saron’ny ladoany tany an-toerana. Misy ny Malagasy sy vahiny notazonina am-ponja vonjimaika, mahakasika izany ary mbola miandry ny fitsarana azy. Biby arovana ary tsy mipetraka anaty faritra arovana ny sokatra ary heloka avy hatrany ny fisamborana, indrindra koa ny fanondranana azy ireo. Voafaritra amin’ny lalàna manan-kery eto Madagasikara izany, fa mbola voafaritry ny lalàna iraisam-pirenena avy amin’ny fifanarahana Cites koa. Arahan’ny vondrona iraisam-pirenena maso arak’izany ity karazana fanondranana ity ary mety hahavoasazy ny firenana iray raha toa ka lasa baranahany.

D.R

Midi Madagasikara2 partages

Travail des enfants et droits de travail : Six projets de lois à voter durant la session parlementaire

Renforcement du respect des droits des travailleurs. Description de la mise en œuvre des conventions internationales ratifiées par Madagascar : 143,189,181,151,154, et du protocole 29 de l’OIT. Renforcement du respect des droits des travailleurs domestiques aussi bien à Madagascar qu’à l’étranger. Tels sont les objectifs fixés dans les six projets de loi présentés par le gouvernement à l’assemblée nationale durant l’actuelle session parlementaire selon un responsable du ministère de la Fonction publique lors de l’ouverture officielle de l’atelier nationale sur la lutte contre le travail des enfants, l’esclavage moderne et la traite des êtres humains au Carlton Anosy hier. Un évènement important pour la Grande-Île qui marque la volonté du gouvernement malagasy d’être le pionnier dans l’alliance 8.7. Un évènement marquant également du fait que, Madagascar est le premier pays au monde à avoir organisé un tel atelier qui vise à mettre en commun les actions des diverses parties prenantes afin de mener à bien la lutte. Il convient de noter que Madagascar, en plus d’être le pionnier, dispose de divers atouts conséquents. Entre autres, le fait pour le pays d’avoir un Plan Sectoriel de lutte contre le travail des enfants, le plan d’action de lutte contre la traite d’être humain. Le pays dispose également d’un Conseil National de lutte contre le travail des enfants. Des paramètres qui placent Madagascar au devant de la scène dans l’alliance 8.7, mais qui devraient également permettre à celui-ci d’avancer encore plus. Ce, dans l’atteinte des objectifs 2025 dont la reforme du système éducatif et la mise en place d’un système de protection sociale.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Andry Rajoelina : « Nous allons choisir notre avenir dans 13 jours »

Andry Rajoelina, le fer de lance du développement

Le “Tanora malaGasy Vonona” continue inlassablement sa voie avec des arrêts hier à Ampanihy Ouest, Ambovombe, Amboasary Sud et Manakara, où la population était toujours au rendez-vous.

« Nous allons choisir notre avenir dans 13 jours », a rappelé le candidat numéro 13. C’était hier à Ampanihy où le député Tinoka Roberto a clamé haut et fort que « les élections ne seront pas reportées car les citoyens sont prêts à se rendre aux urnes le 7 novembre ». Et de remémorer que « ce sont Hery Rajaonarimampianina, Mahafaly Olivier et Jean Max Rakotomamonjy qui sont les artisans des lois électorales ». Une manière de dire qu’ils ne peuvent se prévaloir de leur propre turpitude. « C’est un coup d’Etat que vous êtes en train de fomenter », a déclaré l’élu du Sud à l’adresse de ces anciens chefs d’Institution et non moins actuels candidats à la magistrature suprême.

Souveraineté au peuple.  « La durée du mandat du président de la République est de cinq ans. Vous auriez dû vous préparer en conséquence », a-t-il ajouté. Battant en brèche les initiateurs de la « conférence souveraine », le député MAPAR de citer l’article 5 alinéa 1er de la Constitution qui dispose que « La souveraineté appartient au peuple, source de tout pouvoir, qui l’exerce par ses représentants au suffrage universel direct ou indirect, ou par la voie du référendum. Aucune fraction du peuple, ni aucun individu ne peut s’attribuer à l’exercice de la souveraineté ».

Solutions concrètes. En tout cas, le peuple était massivement rassemblé hier à Ampanihy pour faire part de leurs attentes et problèmes à Andry Rajoelina qui a des solutions concrètes. Et ce, sous forme d’unité spéciale d’intervention dotée d’équipements adéquats (hélicoptères, quads, 4 x 4…) pour lutter contre l’insécurité ; des plaques solaires pour apporter la lumière ; d’hôpital « manara-penitra » avec bloc opératoire et dentisterie pour éviter les évacuations sanitaires à Toliara … « Andry Rajoelina n’est pas du genre à vous mentir ni à vous tromper. Ce que je promets, je le réalise. C’est le « velirano » que je vous fais », a martelé le fondateur de l’IEM. Il sera « le plus jeune président en Afrique » s’il est élu à la magistrature suprême. « Aidez-moi pour que je puisse vous aider », a-t-il prôné. En attendant, il a aidé la population à comprendre le fonctionnement du bulletin unique tout en invitant les uns et les autres à cocher « la 7e case à gauche à partir du haut qui correspond au numéro 13 ».

Contre le report des élections. A Ambovombe Androy, le stade Andaboly s’est avéré trop exigu pour contenir la foule immense qui a scandé « Izahay tsy miala aminao » à l’endroit d’Andry Rajoelina. « Malgré de multiples embûches, la population est venue en masse. Ambovombe est prêt à voter pour le candidat numéro 13 », a signifié le député Jean Michel Henri. Avant de faire savoir que « l’eau est le problème majeur de l’Androy ». « Si je suis venu ici, c’est pour apporter des solutions », a répondu le candidat numéro 13 qui compte battre ses 35 adversaires dans la course à Iavoloha. Pour y parvenir, le TGV a poursuivi sa voie hier à Amboasary Sud où la population est également « contre les manœuvres visant à reporter les  élections ». Pour que le créateur de l’ « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » puisse rattraper le retard de développement de Madagascar – y compris d’Amboasary – en un temps record. « Les solutions à vos problèmes sont prévues dans l’IEM », a spécifié le candidat

Foule immense à chaque passage du candidat n°13

numéro 13.

 Gilet de sauvetage Orange. « Partout où je vais, la population a soif de développement », a souligné hier Andry Rajoelina à Manakara où l’on attendait sa candidature depuis 2013. Ce qui explique la foule nombreuse et enthousiaste venue l’accueillir à l’aéroport. « Fitiavako anao efa vita sonia », a-t-il lancé à l’endroit du « vahoaka ». Appelant ce dernier à se rendre massivement aux urnes le 7 novembre et à voter pour le candidat numéro 13 car il y va de l’avenir du pays. « Le bateau Madagascar a besoin d’un gilet de sauvetage de couleur Orange pour le sauver du naufrage ».

R. O

News Mada1 partages

Ortana: incursion en Alaotra Mangoro

Pour sa prochaine randonnée,  l’Office régional du tourisme d’Analamanga (Ortana) propose aux randonneurs  une incursion dans l’Alaotra Mangoro le 27 octobre, le long de la nationale 2.

Le site abrite une attraction touristique encore méconnue : la fameuse chute d’eau d’Andriamamovoka, avec une hauteur de 120 m, ainsi que sa piscine naturelle qui, paraît-il  n’a jamais connu d’assèchement. Aussi, ce site fut fréquenté par le roi des Bezanozano qui vivait aux alentours.

Le point de départ de cette randonnée sera à Sabotsy Anjiro, localisé à 78 km à l’est d’Antananarivo, passage obligé pour rejoindre le village d’Andriamamvoka. D’ailleurs, une visite du marché hebdomadaire d’Anjiro est au programme.

Arh.

News Mada1 partages

44,90% ny taham-pahafahana nasionaly: 82 979 ny mpiadina afaka bakalorea

Efa miroso amin’ny fanomanana ny fidirana amin’ny fampianarana ambony na koa ny sehatry ny asa ny mpiadina nahazo mari-pahaizana bakalorea farany teo.

Nahatratra 82 979 ny mpiadina afaka tamin’ny fanadinana izay manome taha 44,90% ho an’ny faritany enina. Nahitana fisondrotana 3% mahery kely ny taham-pahafahana satria tamin’ny taon-dasa, 41,13 % izany, araka ny fanazavan’ny talen’ny fampianarana ambony miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana, Razafimahatratra Dieudonné, omaly teny Fiadanana. Ho an’ny fampianarana ankapobeny, 44,43% ny taham-pahafahana ka mpiadina 78 025 ny nahazo ny maripahaizana bakalorea. Betsaka afaka indrindra ny sokajy A1 nahatratra 50,35%, manaraka ny sokajy D izay 49,08%. Ho an’ny sokajy A2, 42,56% ny taha ary farany ny sokajy C, 39,02% manerana ny Nosy. Ho an’ny sampana teknika, 53,94% ny taham-pahafahana ahitana mpiadina 4 954.

Tsy tokony hiakatra amin’ny renivohi-paritany

Efa vonona ny oniversitem-panjakana handray ny mpiadina maniry hanohy amin’ny fampianarana ambony. Ho an’Antananarivo, manodidina ny 10 000 ny fahafahana mandray taona voalohany amin’ny sekoly ambony sy ny fakiolte samihafa misy. Nanao ezaka koa ny minisiteran’ny Fampianarana ambony nanorina oniversitem-paritra ary mitovy lenta amin’ny oniversite mahazatra ny fampianarana sy ny mari-pahaizana omena ny mpianatra aorian’ny fiofanana. Tsy tokony handany andro hiakatra aty amin’ny renivohi-paritany intsony ny mpianatra fa afaka misafidy ny hanohy fampianarana amin’ny onivesitem-paritra akaiky azy. Antsirabe, i Mandritrsara, i Fandriana, Antsohihy, i Soavinandriana… efa ahitana izany avokoa. Ho an’ireo nisafidy ny sekoly ambony tsy miankina kosa, ny ivontoeram-pampianarana nahazo « habilitation » ihany no afaka mandray mpianatra ka tokony hamantatra ireo sekoly ambony ireo aloha ny ray aman-dreny sy ny mpianatra sao ho voafitaka. Hifarana anio eny amin’ny Esplanade Ankatso ny fampahafantarana ny andiany fahadimy amin’ny lalam-piofanana rehetra misy amin’ireo sekoly ambony sy fakiolte ao anatin’ny oniversiten’Antananarivo.

Vonjy A.

Midi Madagasikara1 partages

Portrait : Nadjmah Mamode Ismaël, la volleyeuse hors-pair de Stef’Auto

Nadjmah recevant le 11e trophée pour Stef’Auto à Toliara.

Pour certains, elle est l’une des meilleures joueuses de volley-ball malgache.  Elle a baigné dans cette discipline depuis 1998. Portrait d’une joueuse qui fait la joie des passionnés de volley.

Son palmarès est bien fourni : elle a dix titres de championne de Madagascar avec Stef’Auto. Elle a vu passer les générations, mais, Nadjmah Mamode Ismaël est restée fidèle à cette équipe du Grand Port.  Elle a commencé à jouer au volley-ball à l’âge de 13 ans. Jusqu’à son arrivée à l’Ecole de l’avenir, Nadjmah pratiquait également le basket-ball et le javelot. «  A la suite de  ma sélection dans  l’équipe nationale de volley-ball, j’ai donc décidé de mettre le basket-ball et le javelot de côté pour  me concentrer uniquement sur le volley-ball. Pour la petite histoire, je n’ai jamais été mise  dans la liste définitive de l’équipe nationale de basket alors que j’ai été retenue dès ma première  présélection en volley. Et depuis, je suis restée très attachée à ce sport  ». Trois ans après ses débuts, elle a été sélectionnée dans  l’équipe nationale U17 lors des Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI).  Elle a remporté la médaille de bronze en 2001 dans la capitale avec sa bande.

De performance en performance malgré son jeune âge, elle devient l’une des meilleures joueuses en équipe junior et intègre en 2008 l’équipe de Stef’Auto. Elle avait alors 21 ans. Elle évolue au poste de passeuse. Commence alors une vraie carrière de volleyeuse qui lui fera gagner dix fois le championnat de Madagascar, une fois la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien et  terminera à la 5e  place avec son équipe au Kenya à la Coupe d’ Afrique des Clubs Champions.

Elle a été à plusieurs reprises sociétaire de l’équipe nationale.

Aventure seychelloise. Capitaine de l’équipe de Toamasina, elle reste fidèle à ce club où elle a vécu une belle aventure. « J’avais  déjà une proposition de jouer aux Seychelles mais, à la demande de notre président, j’ai décidé de rester avec Stef’Auto. Un choix que je n’ai pas regretté », a-t-elle continué. Avec son tempérament très chaud et un caractère entier, Nadjmah  ne mâche pas ses mots quand quelque chose ne lui convient pas, mais, elle est appréciée pour sa gentillesse et sa générosité. Cela ne l’empêche pas de donner du plaisir à des milliers de passionnés de volley-ball malgache. Comme quoi, tout le monde a ses qualités et défauts. « Dans une partie de volley, l’ensemble des joueuses présentes sur le terrain doit contribuer à l’effort collectif, si elles veulent  marquer des points et gagner le match». Pour remporter le titre à dix reprises, il faut beaucoup de sacrifices et de travail. « Nous nous entrainons deux fois par jour pour garder la forme ».  Nadjmah doit beaucoup au sport. Elle a bien vécu l’adage qui dit que le sport mène à tout. « J’ai un problème cardiaque et la pratique du sport a amélioré ma santé. Je peux dire que c’était la plus belle des victoires pour moi. C’est grâce aussi au volley-ball que j’ai pu découvrir de nouveaux pays et de nouvelles rencontres ». A 33 ans, Nadjmah ne compte pas encore s’arrêter. « Le volley-ball est plus qu’un sport, une passion et la flamme n’est pas encore éteinte », a-t-elle conclu.

T.H

Midi Madagasikara1 partages

Andapa : Attaque de la brigade de la gendarmerie

Après les attaques par la population de la brigade de la gendarmerie d’Andapa, l’on achemine vers un calme précaire. Des renforts ont été dépêchés sur les lieux .Le commandant de compagnie de la gendarmerie de Sambava, sur place à Andapa, semble avoir la situation en main, nous indique-t-on.

Néanmoins, la brigade de la gendarmerie d’Andapa a été saccagée par une population farouchement déterminée et les dégâts sont conséquents. Quant aux affrontements qui ont eu lieu entre les gendarmes et les manifestants, les conséquences  sont lourdes : deux civils ont été tués, un gendarme blessé et sept personnes se trouvent encore à l’hôpital pour des soins intensifs.

Pour rappel, l’affrontement a pour mobile le meurtre de deux enfants à Andapa. Les investigations menées par la gendarmerie ont abouti à l’arrestation d’un présumé assassin. Ce dernier a été gardé à vue à la brigade de la gendarmerie, et la population exige sa libération pour être lynché. Face à la détermination des gendarmes de ne pas céder aux exigences de la population, les affrontements de part et d’autre se sont déclenchés.

Anastase

Midi Madagasikara1 partages

Marovoay : Tafakatra 11 ireo olona hita faty hatreto, mbola am-polony no tsy hita

Hatramin’ny omaly antoandro, dia fantatra fa tafakatra 11 ireo olona namoy ny ainy, noho ilay loza an-dranomamy, niseho tao Marovoay, ny talata lasa teo. Raha ny fampitam-baovao azo, dia mbola misy eo am-polony any ho any ireo olona mbola tsy hita popoka hatreto.

Miezaka hatrany ireo tompon’andraikitra any an-toerana, ampian’ireo zandary amin’ny fitadiavana ireo olona tsy hita popoka, nandritra ny faharendrehan’ilay lakam-by mampitohy an’i Manaratsandry sy Marovoay, ny talata lasa teo. Araka ny fantatra, dia ny maraina hatramin’ny antoandro ihany izy ireo no afaka mikaroka, fa ny hariva kosa dia efa manomboka misamonta sy misondrotra ny rano. Ankoatr’ireo olona fito namoy ny ainy, efa hita ny alarobia lasa teo dia niampy efatra indray izany omaly. Raha ny fampitam-baovao hatrany, dia tany amin’ny 3 km miala ny toerana nisian’ilay loza no nahitàna ireto vatana mangatsiaka hafa ireto, izay ny sasany, hita teny an-tsefatsefan’ny hazo sy ny moron-drano teny. Misy milaza ihany koa aza milaza, fa mbola misy olona tavela ihany koa tao ambanin’ilay lakana nivadika, saingy mbola manano sarotra ny mitady azy ireo. Ilay lakana moa, raha ny fantatra, dia mbola tavela eny am-povoan-drano ary efa manomboka ho difotry ny fasika sy ny fotaka.

Hatreto dia mbola tsy voafaritra mazava izay tena isan’ny olona nentin’ity lakam-by ity. Ny kapitenin-tsambo ihany koa, araka ny voalaza dia tsy nanaraka velively ny tondrozotra napetrak’ireo tompon’andraikitra mahakasika ny fifamoivoizana an-dranomamy. Vinavinaina ho any amin’ny 50 mahery any araka izany no isan’ireo olona, niaraka tamin’ny entana isan-karazany. Antony iray nampavesatra ilay lakana ka izao nampahadobo rano azy izao. Ny rivotra ihany koa tetsy an-danin’izay nanampy trotraka ny fahavoazana. Tsiahivina, fa olona 33 no avotra soa aman-tsara tamin’ity loza ity. Efatra tamin’izy ireo no tsy nahatsiaro tena tamin’ny fotoana nitrangan’ny loza, saingy efa nahazo fitsaboana ary mbola mitohy manaraka izany any amin’ny hôpitaly izy ireo.

m.L

Madaplus.info0 partages

Madagascar : 18 faux monnayeurs arrêtés par les forces de l’ordre

Le groupement de la Gendarmerie d’Analamanga a arrêté 18 individus qui allaient écouler des faux billets. Ces derniers sont estimés à raison de 616 600 000 Ar. La gendarmerie à travers cette arrestation a fait une grosse prise. Les 18 individus inculpés dans cette affaire ont été présentés devant le parquet hier.
Des matériels utilisés par ses faussaires ont été également saisis comme une imprimante, une photocopieuse… ils ont même pus refaire les filigranes des billets de banque. Par contre, si on fait attention on arrive à faire la différence entre les vrais billets et les faux. Ces derniers ont une couleur plus vive. Tout le monde doit être vigilant, en effet, surement, ils ont déjà pu répandre certains billets avant cette arrestation.
Madaplus.info0 partages

Les sympathisants de DAMA de la DIASPORA et les Amis de MADAGASCAR présentent AFTERWORK VALIMBABENA 2è...

Les sympathisants de DAMA de la DIASPORA et les Amis de MADAGASCAR
présentent
AFTERWORK VALIMBABENA
2ème EDITION
Pour l’Ile-de-France,
Vendredi 26 octobre 2018 à partir de 19h
Restaurant Cacao Des Iles - 9, rue Truillot - 94200 Ivry Sur Seine (Metro Mairie D'Ivry)
valimbabena16mai@gmail.com - Tél : 06 17 94 04 50
Possibilité de réserver sur https://www.weezevent.com/afterwork-vox-dama
ou de venir sur place directement.
ENTRÉE GRATUITE - VENEZ NOMBREUX
--------------------------------
Le Comité de soutien VALIMBABENA Paris
Les Comités VALIMBABENA de toutes les Villes du MONDE
Valimbabena.org
Le Club DAMA EUROPE
Le Think & Do Tank Cercle VOXMADA
News Mada0 partages

Le « CITE » Ambohimiandra en difficulté: privés de salaire, les employés entrent en grève

Les employés de l’ONG Centre d’Information économique et technique (Cite) sortent de leur silence. Privés de salaire depuis neuf mois, ils réclament actuellement leurs dus, après les dialogues infructueux entamés avec les responsables.

Le personnel de cet organisme, au nombre d’une cinquantaine, est entré en grève depuis hier. « Nous avons travaillé sans recevoir de salaire pendant neuf mois successifs. Nous avons vainement essayé de chercher des solutions avec les responsables, tout en avisant l’Inspection du travail sur la situation. Maintenant, la coupe est pleine », a fait valoir le porte-parole des employés, Rolland Randriambololona, hier à Ambohimiandra.

Mis à part le règlement de leurs arriérés de salaire, ils réclament également l’annulation de la décision de mettre le personnel en chômage technique.  « Ce n’est ni plus ni moins qu’une mesure de  licenciement déguisé », a ajouté la source. « D’ailleurs, les responsables nous ont refusé l’entrée à l’enceinte du Cite depuis lundi. Ce qui traduit leur manque de volonté à dialoguer », a souligné l’un des employés.

Mauvaise gouvernance

Malgré la détermination des employés à contester le chômage technique, lequel s’avère incontournable d’après l’administrateur de cet organisme. « L’aperçu des résultats des états généraux du Cite, qui sont actuellement en cours de finalisation, n’augure pas quelque chose de positif. L’envoi du personnel au chômage technique est ainsi inévitable, étant donné que même les matériels pour travailler sont insuffisants », a-t-il déclaré.

La situation risque ainsi de s’envenimer étant donné que les employés  ne comptent pas accepter de subir « les impacts de la mauvaise gouvernance des anciens responsables expliquant la difficulté financière à laquelle cet organisme fait face en ce moment », d’après leurs dires. Le cas échéant, les concernés envisagent d’entrer à la prochaine phase de leur revendication, en portant l’affaire devant la justice.

Fahranarison

News Mada0 partages

Permis de conduire: les auto-écoles en perte de vitesse

Depuis la suspension temporaire de la délivrance des permis de conduire au début de ce mois, les activités des auto-écoles de la capitale tournent au ralenti. Certaines d’entre elles affirment même que depuis deux semaines, une baisse de 60 à 70% du nombre des apprentis a été enregistrée.

« Face à cet effectif réduit, nous enregistrons une perte. On n’arrive plus à honorer nos charges fixes. Si cette situation perdure, on sera obligé de fermer boutique », a indiqué un responsable d’une auto-école du côté d’Atsimondrano.

Pour rappel, après avoir constaté que les imprimés biométriques délivrés jusqu’à cette date ne sont pas reconnus au niveau international, le ministère de l’Intérieur a décidé de suspendre la délivrance des permis de conduire depuis le 5 octobre.

A l’heure actuelle, on est encore en attente de la réponse de l’appel d’offres d’un nouveau prestataire qui devrait fournir des imprimés biométriques répondant aux normes.

A partir de 100.000 ariary

Les frais de scolarité pour obtenir le permis de conduire B proposés par les auto-écoles avoisinent les 100.000 ariary actuellement pour 7 séances de conduite de 15 mn chacune et 5 h de cours du code de la route. Combiné au permis A (moto), il va falloir ajouter 30.000 ariary de plus.

Quant aux permis C et D, qui nécessite un délai d’un an de validation du permis B avant de passer les examens, il faut prévoir également 100.000 ariary de chaque. « En cette période de vache maigre, ces montants sont négociables », a souligné une responsable d’une auto-école.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Emission de faux billets: saisie de plus de 616 millions d’ariary

Plus de 616 millions d’ariary en faux billets ont été saisis par le groupement de la gendarmerie Analamanga, en fin de semaine dernière. 18 personnes ont été interpellées.

C’est un important réseau de contrefacteurs de faux billets de banque que les enquêteurs au niveau du groupement de la gendarmerie d’Analamanga viennent de démanteler samedi et dimanche dernier, dans le centre ville.

Au total, des faux billets d’un montant de 616,6 millions d’ariary de l’ancienne coupure de 10.000 ariary ont été saisis par les gendarmes. 18 individus, dont 8 femmes, ont été interpellés dans le cadre de cette affaire, quelques uns à Mahamasina et d’autres à Anosy, selon les explications du lieutenant-colonel Jean Anicet Randrianarivelo, commandant de groupement de la gendarmerie Analamanga, lors de l’exposition de la prise record devant la presse, hier.

Réseau bien équipé

«Les individus faisaient partie d’un réseau de trafiquants de faux billets», a appuyé le lieutenant-colonel Jean Anicet Randrianarivelo. De nombreux  appareils ont été saisis sur eux, des imprimantes de dernier cri, des photocopieurs, des cachets…  Par ailleurs, parmi les individus arrêtés figurent des gérants de cyber-café de la ville.

Bien qu’ils utilisent des appareils de la dernière génération, des taches d’encre étaient visibles sur un bon nombre des billets. Ils ont eu également recours à des autocollants.

Les malfaiteurs voulaient écouler les faux billets dans la capitale puis dans les autres régions, en profitant de la période de campagne électorale. Quelques fausses coupures ont même déjà circulé à Itasy mais la gendarmerie a pris en main à temps la situation.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Affaire des 10.000 tortues: le verdict est tombé

Le verdict est tombé concernant le dossier des 10.196 tortues saisies dans une villa à Betsinjaka Toliara II, le 9 avril dernier : 6 ans d’emprisonnement ferme pour chacun des trois trafiquants et 100 millions d’ariary d’amende, ainsi que 30 millions d’ariary à titre de dommages et intérêts au ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts. Selon WWF, c’est la peine la plus lourde jamais enregistrée à Madagascar contre des trafiquants de tortues.

En effet, après l’appel qu’ils ont lancé à l’endroit des autorités compétentes, WWF, Durrell Wildlife Conservation Trust et Turtle Survival Alliance (TSA) félicitent le ministère de la Justice, en particulier le tribunal de première instance de Toliara, pour le courage et la détermination dont il a fait preuve tout au long de l’instruction et du jugement de ce dossier. «Ce jugement marque une étape cruciale dans la lutte contre les trafics de ressources naturelles», a déclaré WWF dans son communiqué d’hier tout en notant que, «Ces efforts doivent être poursuivis sans relâche afin que tous ceux qui avaient participé à ce crime subissent le même sort et que ceux qui ont encore intention de s’y adonner y réfléchissent à deux fois avant de faire quoi que ce soit (…)».

Arh.

 

News Mada0 partages

Ramilijaona: la photographie à l’épreuve du temps

Tout au long des six mois à venir, le musée de la Photographie de Madagascar invite les amoureux de la photographie à une exposition éclectique, mettant un accent particulier sur le travail de Ramilijaona.

De tous les grands personnages qui ont révolutionné la photographie à Madagascar, Ramilijaona est sans doute l’un des plus célèbres, si ce n’est le plus célèbre. La vingtaine tout juste consommée, il avait déjà immortalisé des monuments, comme les installations ferroviaires de Tananarive ou encore la construction de la gare en 1909.

Il faut reconnaître qu’à l’époque, occuper les fonctions d’un photographe n’était pas donné à tout le monde, mais à l’orée des années 30, Ramilijaona disposait déjà d’un studio professionnel. Il était très populaire pour sa maîtrise de la lumière et les mises en scène de ses modèles. Il a laissé un ensemble de photos dites «Les naïades» d’une sensibilité artistique très singulière, dans le patrimoine photographique malgache. Ce qui lui avait d’ailleurs valu de participer à des expositions coloniales d’envergure internationale et de décrocher plusieurs récompenses, comme celle d’Anvers et de Paris en 1931.

«Dans une période où la photographie en noir et blanc a connu son heure de gloire, le jeune photographe qu’il était, avait déjà mis au point une ingénieuse technique de colorer ses photos avec un pétale de fleur», a rappelé Helianta Rajaonarison, présidente du musée de la Photographie, lors d’une conférence portant sur  «Les usages sociaux de la photographie à Antananarivo du milieu de XIXè siècle au milieu de XXè siècle».

Rétrospective

L’exposition propose une rétrospective sur le «Filanjana», un moyen de transport le plus utilisé à Madagascar dans le temps, même après l’arrivée de l’automobile en 1902. «Cette installation présente une dizaine de photographies ou cartes postales anciennes et deux filanjana prêtés par le collectionneur Michel Pain», rapporte un communiqué. Le musée de la Photographie propose par la même occasion une série de clichés des rois et reines de Madagascar.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Paris: Ener L., Célestin A. et E.D Andrimalala dans « Muse et musique »

Le monde de la littérature malgache marque d’une pierre blanche cette année le centenaire de trois grandes plumes qui sont Ener Lalandy, Célestin Andriamanantena et Emilson Daniel Andriamalala. L’hommage s’étend à Paris ce jour à travers l’événement intitulé «Muse et musique».

A l’initiative de l’Association internationale des femmes de France et de Madagascar (AIFM) et la Promotion de l’art et de la culture de la Grande île (P’art Ile), ce voyage poétique et musical sera une occasion pour la diaspora de clamer haut et fort la richesse et la diversité de la littérature malgache.

«Voilà une belle occasion d’honorer la Femme et de rendre hommage à trois grands poètes et écrivains qui ont marqué la littérature de l’Ile Rouge, car on fête cette année le centenaire de leur naissance : Ener Lalandy (1918-2005), Célestin Andriamanantena (1918-2002) et E.D. Andriamalala (1918-1979)», a fait savoir l’association.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

BD: ouverture d’une librairie spécialisée

Sise à Ampasamadinika, la première librairie réservée aux bandes dessinées, baptisée «Le Maki a bonne mine», a ouvert ses portes cette semaine. Elle présente surtout les œuvres des artistes malgaches ayant déjà été éditées par Des Bulles de l’océan Indien, entre autres, Pov, Dwa, Farahaingo, Catemouse, Tojo Alain, Liva Rajaobelina et Rafally…

«Beaucoup d’artistes malgaches travaillent en collaboration avec cette maison d’édition, mais peu de Malgaches ont pu voir leurs œuvres. C’est ainsi que Dominique Aiss de l’Indigo et Jean-Luc Schneider des Bulles dans l’océan indien ont eu l’idée d’installer cette librairie à Madagascar», a expliqué l’une des responsables de la boutique.

Avant, il était difficile de se procurer les œuvres de ces artistes. Parfois, les vrais passionnés de BD demandent directement aux bédéistes pour pouvoir s’en procurer. «A partir de cette semaine, quand la maison d’édition sortira un nouveau livre, Madagascar aura la chance de l’accueillir, comme tous les autres pays francophones», a-t-elle ajouté.

Actuellement, depuis mercredi, le show room dévoile déjà une dizaine de bandes dessinées. Un autre bédéiste est en pleine collaboration avec Des Bulles de l’océan Indien qui présentera bientôt son œuvre.

 

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Lalan-davitra no nizorana: hanao pao-telo ny tarika R’Imbosa

Mampiavaka an’i Madagasikara sy ny Malagasy ny fananana ny ba gasy. Misy kolontsaina voarakitra ao anatiny. Efa miha mitombo hatrany ireo miezaka mampahafantatra izany. Iray amin’ireny ny tarika R’Imbosa…

Fampisehoana, famoahana rakikira faha-6 ary fivoahan’ilay boky Tiona Bagasy 2. Ireo no indray hitambatra amin’ny « Dia veloma Ikaky sy Ineny », seho an-tsehatra hotontosaina eny amin’ny Espace Nambinintsoa Talatamaty, ny alahady 28 oktobra izao. Hetsika tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny faha-20 taon’ny tarika R’Imbosa rahateo. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana amin’io ny fiantsana tononkalo sy ny fikaloana hira tranainy. Ny boky Tiona Bagasy indray, ahitana ireo hira vita solfezy sy solfa miaraka amin’ny kapila mangirana (Cd) mirakitra ny feonkiran’ireo hira vita sorapeo ireo.

Roa ny fikasana lehibe ho fanamarihana ny faha-20 taon’ity tarika ity, ho fampiharana ny vinan’ny Sehatra Ba Gasy (SBG) ka iainan’ny Malagasy ny kolontsaina ba gasy sy ny lohahevitra “R’imbosa mizara”. Ezaka hahatonga ny ba gasy ho harentsaim-pirenena sy eran-tany tsy mivainga (patrimoine culturel immatériel national et mondial). Faharoa, fananganana ivontoerana fikarohana sy fitahirizana ary fampianarana momba ny ba gasy.

Tany amin’ny 50 taona lasa…

Nandia lalan-davitra vao tonga amin’izao dingana izao, raha ny fanazavan’i Mbosa. 50 taona no efa nitrandrahany  ny bagasy avy tao amin’ny tarika Ataum (taona 1968) ka hatraty amin’ny Sehatra bagasy (SBG) niforona ny taona 2009. « Nitondra ny kalon’ny fahiny tao amin’ny Ataum izahay », hoy Mbosa. Tao anatin’izany sehatra izany i Prosper Ralaiarimanana sy i Eugène Rahaingoson. Taona 1988 niara-nanangana ny tarika Solika tamin’i Prosper Ralaiarimanana i Mbosa ka izy no filoha voalohany tamin’izany. Folo taona taorian’izay (taona 1998), nitsangana ny tarika R’Imbosa. Saika Maintimolalin’ny Ataum avokoa ny mpikambana ao ankoatra an’i Tojo. Taona 2009, niaraha-nanangana tamina tarika sy mpanakanto maromaro ny Sehatra Ba Gasy ahafahana mampivelatra ny tontolon’ny ba gasy. Ao ny seho sehatra, ny atrikasa sy ny fifanakalozana samihafa, sns.

Tsetsatsetsa tsy aritra no ilazana fa eo amin’ny 70 ny hira efa novelomin-dry R’imbosa anatina rakikira, nampitondrainy ny lohateny “Kalon’Imerina” ary roa ny rakitsary. Rakikira miavaka satria misy boky kely amin’ny fiteny malagasy sy frantsay ary anglisy, manolotra ireo namorona ny hira, ny tononkira, manazava ny tantara manodidina ny hira, sns.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

« KMS » 2018: nivoaka ny fandaharam-potoana

Efa nivoaka ny anaran’ireo hamelabela-kevitra mandritra ny « Kôferansa momba ny soratra » 2018 (KMS 2018). Nivoaka nanaraka izany koa ny lohahevitra hohazavain’izy ireo. Ankehitriny, nivoaka ny fandaharam-potoana raikitra hotanterahina amin’io « KMS » 2018 io. Ny 10 novambra izao, ao amin’ny Haitsiron’Iarivo Infra etsy Alarobia ny hanatanterahana ny hetsika rehetra.

Hanomboka amin’ny 7 ora sy sasany maraina ny fizarana ny « kits » sy ny « badges ». Raha vao mipaika ny amin’ny 8 ora sy 30mn, hisesy tsikelikely ny velakevitra hiresahana lohahevitra marolafy. Haharitra adiny iray isanisany ny famoaboasana ny lohahevitra ka ny 20mn famelabelarana ny lohahevitra ny 40mn famaliana ny fanontanian’ny mpanatrika. Telo ny velakevitra maraina, roa kosa ny tolakandro. Mialoha ny famaranana, hisy ny fifanakalozan-kevitra malalaka.

« Mba hifantohan’ny tsirairay amin’ny zavatra rehetra atao eny an-toerana, ao amin’ny Haitsiron’Iarivo ihany no hanatanterahana ny sakafo antoandro sy ny fialana hetaheta eny antsefantsefam-potoana… Hentanina avokoa ireo rehetra mahatsiaro fa manana adidy amin’ny fikoloana ny teny sy ny soratra ho tonga marobe… », hoy ry zareo avy ao amin’ny vondrona Koloiko sy hajaiko ny teniko (KHT) mikarakara isan-taona ity hetsika ity. Ny Zoromanga sy ny Haitsiron’Iarivo kosa no mpiara-miasa amin’ny hanatanterahana izany.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Les Souillés du fond de cale: hijanona iray volana eto

Tarika iray manana ny mampiavaka azy ny Les Souillés du fond de cale, avy any Côtes-d’Armor (Frantsa) noho izy mivoy ireo hiran’ny tantsambo. Ahitana mpikambana dimy mirahalahy ny tarika, niorina ny taona 1991, nandritra ny « Festival du chant de marin » tany Paimpol.

Hanatontosa fitetezam-paritra eto amintsika ny Les Souillés du fond de cale, ny 2 hatramin’ny 25 novambra izao. Tsy hijanona amin’ny lafiny zavakanto ny foto-dian’izy ireo fa hirona ihany koa amin’ny fanentanana sosialy, noho ny fiaraha-miasany amin’ny fikambanana « Solidarité Trégor Madagascar ».

Hisy, ohatra, ny fihaonan’ireo mpanakanto amin’ny mponina ao Ambatomanga. Arahina fampisehoana miavaka izany. Miavaka satria hiaraka amin’ireo tarika mpanao vakodrazana ao an-toerana. Ankoatra izany, fampisehoana miisa roa ihany koa no fantatra fa hotanterahin’ny Les Souillés du fond de cale, eto Antananarivo sy any Toliara, mandritra izao fandalovany eto Madagasikara izao. Hisy ny fampahafantarana ny tarika, fampirantiana sy fampianaran’izy ireo karazan-dihy avy any amin’ny toerana niaviany.

Handray feo ny rakikiran’izy ireo fahafito ny tarika, aorian’ity diany eto amintsika ity. Tany am-boalohany, namerina ireo hira nentim-paharazana avy any aminy ny Les Souillés du fond de cale. Rehefa nandeha teny fotoana, namorona ny hiran’izy ireo manokana izy dimy mirahalahy ka tazoniny hatrany ny hoe hiran’ny tantsambo, saingy ahenoana lanto kokoa.

Landy R.

 

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA AMBODIHAZININA : Tonga hanavotra ny namany ilay polisy fahatelo maty

Raha tsiahivina, dia polisy telo avy amin’ny polisy ekonomika Toamasina no tonga hanadihady momba ny halatra lavanila tao amin’ny fokontany Ambodi-hazinina no maty niharan’ny fitsaram-bahoaka. Samy inspektera avokoa izy ireo  : Andriamahefantsoa Hajarinofy Andrianasolo, Be Jacques Fidèle Abdi  ary Nandrasana Briand Simon.

Ny maraimben’ny alakamisy 25 oktobra tamin’ny 4 ora no tonga tao Toamasina ny razana. Nampandalovina tao amin’ny birao provinsialin’ny polisy ny vata mangatsiakan’izy telolahy mialoha ny nakan’ny fianakaviana azy. Ny marainan’ny alakamisy io ihany, dia efa nentin’ny fianakaviany nihazo an’i Mahanoro toerana fiaviany ny vata mangatsikan’ny inspektera Abdi. Nentina nihazo an’Antananarivo kosa i Inspektera Haja raha ao Toamasina ihany no andevenana an’i Inspektera Briand.

Nanana taratasy mazava

Araka ny fanazavana nentin’ny Tale provinsialin’ny polisy Toamasina, Kaomisera divizionera Ramampiandry Nicolas, dia nanana taratasy famitana iraka mazava izy telolahy ireo ary nanana taratasy mazava manome alalana hisava tranon’ilay mpandraharaha ahiana ho mpangalatra lavanila. Efa misokatra ny fanadihadiana lalina momba izao raharaha izao, hoy hatrany ny fanazavany. Nilaza kosa ity tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny polisim-pirenena Toamasina ity fa tsy mbola nisy aloha ny fisamborana hatreto.

Ny angom-baovao no nahalalana fa nanomboka tao amin’ny tranon’ilay mpandraharaha hatao fanadihadiana sy hosavaina trano noho izy ahiahiana amin’ny raharaha halatra lavanila, dia efa nitangoronan’andian’olona ireo polisy sy ny sefo fokontany. Nisintaka tao amin’ny tranon’ilay mpandraharaha avy eo ireo polisy telo sy ny sefo fokontany ary namonjy ny tranon’ny sefo fokontany. Nirohotra nankany indray ny vahoaka. Nolazain’izy ireo fa olon-dratsy ireo polisy tonga manao ny asany. Izy ireo izay nampiseho taratasy sy karatra saingy tsy nino mihitsy ny vahoaka. Nanamafy tamin’ny vahoaka ny sefo fokontany Ambodihazinina fa tena polisy tokoa ireo olona ireo. Tsy resy lahatra mihitsy ireo vahoaka efa nitangorona. Tsy nisy resaka intsony rehefa tonga teny amin’ny tranon’ny sefo fokontany fa tonga dia vono avy hatrany no nahazo azy telolahy. 

Novakian’ny vahoaka ny tranon’ny sefo fokontany nahafahan’izy ireo niditra. Ny iray novonoin’ izy ireo tao an-dakozian’ilay sefo fokontany. Ny iray tany anaty alan-kafe no notaritarihina sy novonoina. Tafatsoaka kosa ny fahatelo, dia i Inspektera Abdi. Efa tonga tany amin’ny 5 km tany ho any izy, dia tapa-kevitra niverina hanavotra ireo namany. Tonga tao Ambodi-hazinina, dia tsy afa-nanohitra noho ny hamaroan’ny vahoaka izay nanapa-kevitra namono azy koa. Tsy nampiasa ny basy teny an-tanany i Abdi. Tamin’ny fomba feno habibiana no namonoana azy telolahy. Nahitana diam-pamaky maro ny vatan’izy ireo. I Haja sy Abdi, dia fisaka mihitsy ny lohany.

 Efa nanohitra mpitandro filaminana tamin’ny taon-dasa

Tsy vao sambany no nisy tranga fanoherana mpitandro filaminana nataon’ny mponina ao Ambodihazinina Fenoarivo-Atsinanana toy izao. Tamin’ny taon-dasa, dia zandary tonga hisambotra mpangalatra sy mpanao varo- maizina lavanila manta tany amin’io fokontany io no nanaovan’ny vahoaka barazy. Tsy nisy kosa ny aina nafoy tamin’izany fotoana izany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

KORONTANA NAMOIZANA AINA : Nandefasana zandary fanampiny ireo any Andapa

Raha tsiahivina dia nikasa hanao fitsaram-bahoaka lehilahy iray  voarohirohy ho namono zazavavikely miisa roa tao amin’ny kaominina Mahaveroka izay voasambotry ny zandary, ny fianakavian’ny maty sy ny fokonolona ka niafara tamin’ny korontana. Raikitra ny doro kodiarana sy ny tora-bato, zandary iray araka ny fantatra no naratra ka voatery niaro tena, araka ny nambaran’ny lehiben’izy ireo. 

Na izany aza, nilaza ity tompon’andraikitra ity fa nanao tifi-danitra nampitandremana ny fokonolona ny zandary fa tsy nihemotra, ireto farany ka niafara tamin’ny fitifirana izay nahafatesana sy naharatrana olona, hoy hatrany izy. Araka ny loharanom-baovao dia nandefasana miaramila fanampiny na «  renfort  » ny zandary any Andapa. Fantatra ihany koa fa amin’ireo olona miisa 9 naratra notsaboina tamin’ny hopitalim-panjakana ao an-toerana dia iray sisa no mbola manaraka fitsaboana ao dia ny renin’ny zazavakely iray maty. 

Ny ambiny efa nasaina nody daholo. Olona miisa 6 hafa izay naratra mafy kosa nentina tao amin’ny hopitaly tsy miankina iray ka ny 2 amin’izy ireo voatery naiditra ao amin’ny hopitaly fandidiana omaly. Ny azo ambara dia tsy mbola milamina tsara ny ao an-tampon-tanànan’ Andapa.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

VOLA SANDOKA AMINA-MILIARA TRATRA TETO AN-DRENIVOHITRA : Olona miisa 18 voasaringotra

Ny vondron-tobim-pileovan’ny zandarimariam-pirenena  teto amin’ny Faritra Analamanga no nisahana ny famotorana ny raharaha ka nanomboka ny sabotsy sy alahady lasa teo no nahajokoana tsikelikely ireo  olona niray petsapetsa tamin’ny fanaovana  izany. Fantatra omaly  nandritra ny valan-dresaka niarahana tamin’ny zandarimaria teny Ankadilalana, omaly àry fa mitentina  616.600.000 Ariary ny   fitambaran’ny vola sandoka tratra, ka olona miisa 18 no  voasarin-gotra tamin’izany ary  nampiakarina Fitsarana omaly. 

Miandahy, miambavy ary karazana tambajotra kely mihitsy izy ireo no hita tao  anatin’izany. Fiparita-hana “encre” sy fahitana vola nitovy laharana no nanaitra ny mponina ka avy hatrany dia nitondra fitarainana teny anivon’ny mpitandro filaminana. Tsy nikely soroka rahateo koa ny tompon’andraikitry ny mpitandro filaminana  atmin’ity raharaha ity fa tonga dia nandray andraikitra ny tandrify tokony hataony, hany ka mora foana ny  fisamborana ireo  namolavola ny teti-dratsy. Tranga matetika misy eto amintsika ihany koa ny fanamboarana vola tsy tena izy toy izao hatramin’ izay. Manainga ny rehetra araka izany mba samy ho mailo ary koa hampandre ny mpitandro filminana raha toa ka mahita zavatra hafahafa, indrindra amin’izao vanim-potoanan’ny fampielezan-kevitra izao.

Tatianà R.

News Mada0 partages

Nogiazana ny fitahirizan’entana: kaonteneran’ny Imex miisa 12 mihitsoka

Mitaraina ny tompon’andraikitry ny orinasa mpanafatra sy mpanondrana entana any ivelany, Imex, fa tsy mazava ny fepetra noraisin’ny sampandraharahan’ny ladoany ho azy ireo. Namory ny mpanjifany maherin’ny 200 ity orinasa ity, omaly tetsy Antanimena, nanazava ny zava-misy. Nogiazan’ny fadin-tseranana ny toerana sy trano fitahirizan’entana an’ny Imex eny Tanjombato, nanomboka ny 12 septambra 2018 teo. Nambaran-dRtoa Rajaonarivelo Claudine, mpitantana ity orinasa ity, fa “tsy nahazo fanazavana ny antony izy ireo, sady mbola any amin’ny ladoany rahateo ny antontan-taratasy (déclaration) milaza ny mombamomba ny entana. Efa nanao fitsirihana voalohany ny ladoany Antanimena, ary tsy nahita na nahatsikaritra tsy fahatomombanana.

Misy entana mora simba

Entana avy any Sina sy avy any Azia ny ankamaroan’ireo mihitsoka ao amin’ny fitahirizan’entana sy anaty kaontenera miisa 12 an’ny Imex ireo. Maherin’ny 200 ny mpanjifany tompon’entana ary tokony hotsinjaraina any amin’ny mpivarotra mpaninjara manodidina ny 1 000. nambaran-dRtoa Rajaonarivelo Claudine fa misy saropady sy ahina ho potika ny sasany amin’ireo entana ireo, toy ny kojakoja ilaina amin’ny vatana sy ny tarehy, ny fonosana plastika, sns.

Njaka A.

News Mada0 partages

NO COMMENT: Andry Rajoelina lors de sa tournée électorale à Ampanihy, Ambovombe, Amboasary et Manakara.

News Mada0 partages

Songadina an-tsary CCI Ivato

Ireo kandidà miisa 17 mianadahy mianaka tarihin’i Deba tamin’ilay ambara fa fihaonambe mahatapaka, teny amin’ny CCI.

Novokisana tapa-mofo ireo andiana tanora maromaro nasaina nameno isa ny efitrano fivoriana.

Soratra sy sary : Tiana sy Synèse R.

News Mada0 partages

Nitsefotra ny fihaonambe mahefa teny amin’ny CCI: hidina an-dalambe sy nanome 72 ora ny mpitondra ireo ka...

Tsy ho lasa lavitra. Namoaka fehinkevitra ny fihaonambe nambara fa mahefa (conférence souveraine). Eo ny nanomezana 72 ora ny Ceni sy ny HCC ary ny filoham-panjakana hanokatra indray ny lisi-pifidianana. Izany hoe, afaka telo andro. Dila izany, haka fanapahan-kevitra tsy mbola nambara izy ireo. Manampy izany, hampitsahatra ny propagandiny ireo kandidà 17 ireo. Hanentana ny vahoaka koa izy ireo hanara-dia amin’ny hetsika mety hataony. Mandra-piandry izany, hifamotoana etsy Mahamasina izy ireo, anio, miantso vahoaka ary hanatitra izany fitakiana izany eny amin’ny HCC Ambohidahy.

Tsy misy lanjany sy dikany akory…

Mazava izany izao fa fiketrehana fanakorontanana ny zotram-pifidianana izao hetsika tarihin’ny kandidà, ny amiraly Ratsiraka, izao. Efa mazava ny voalazan’ny lalàna ny amin’ny tsy fahazoana intsony mikitika izany lisi-pifidianana izany. Efa namaly ny momba io ny HCC. Etsy andaniny, tsy araka ny anarany ho fihaonambe mahefa ilay fihaonana fa filam-baniny tsotra izao ary tsy mahafeno ny fepetra amin’ny maha mpanapaka azy. Izany hoe, tsy tokony ho nanome fe-potoana ny mpitondra raha tena mahefa fa nampihatra avy hatrany ilay fehinkevitra tapaka. Tsy misy lanjany sy dikany eo anatrehan’ny lalàna sy ny raharaham-panjakana. Tsy mahatapaka koa satria tsy namaly ny fanasana ny andrimpanjakana na ireo mikarakara fifidianana. Raharahan’ny samy kandidà ihany ny fivoriana… Diso fanantenana izany ireo andian’olona voaasa teny Ivato.

Fiketrehana politika maloto eto amin’ny firenena

Ankoatra izany, tsy manova ny zotram-pifidianana ny tsy hanaovan’izy ireo intsony fampielezan-kevitra. Efa tsy nanao izany rahateo ny maro amin’izy ireo. Tsy miova koa ny biletà tokana satria tsy manala azy ireo amin’ny maha kandidà ny tsy fanaovany propagandy.

Midika ireo rehetra ireo fa fialana ilany fotsiny iny ambara fa fihaonambe mahefa iny. Fiketrehana politika maloto hatao eto amin’ny firenena ny ao ambadik’izany…

Randria  

News Mada0 partages

Foot-Classement Mondial: les Barea de Madagascar dans le Top 100

Les bonnes nouvelles ne viennent jamais seules ! Après avoir obtenu leur première qualification pour la Coupe d’Afrique des Nations (Can) 2019, les Barea de Madagascar viennent d’intégrer le Top 100 du classement mondial.

Loin des polémiques futiles relatives à leur prime, les Barea de Madagascar continuent à faire le bonheur des Malgaches d’ici ou d’ailleurs, grâce à leur performance. En témoigne le dernier classement de la Fifa qui mettra certainement du baume au cœur des férus du ballon rond national. D’après,  le ranking mondial des équipes nationales masculines, sorti hier, les protégés de Nicolas Dupuis font maintenant partie du Top 100.

Forts d’une campagne de qualification africaine irréprochable, ponctuée par les deux dernières victoires de suite contre la Guinée-Equatoriale, qui les ont propulsés pour la première à la Can, les Barea de Madagascar ont réalisé une des meilleures progressions de ce mois d’octobre. Ils ont gagné six places.

Ainsi, après avoir galéré au bas du classement depuis 25 ans, l’équipe nationale malgache rejoint le cercle des 100 meilleures équipes nationales du moment et retrouve des couleurs.

La dernière fois que Madagascar s’est positionné dans le Top 100, c’était en 1993. A l’époque,  la sélection nationale avait atteint la 89e position, mais n’avait obtenu aucune qualification à la joute continentale.

Sur sa lancée

A l’heure où les Barea de Madagascar font une progression phénoménale sur la scène africaine, qui leur a permis de briller au classement mondial, la Fédération malgache de football (FMF) est dans l’obligation de mettre tous les atouts du côté de l’équipe nationale pour que Faneva Ima Andriatsima et sa bande puissent poursuivre sur leur lancée. Et c’est dans son intérêt.

D’ailleurs, comme l’adage le dit, «on ne change pas une équipe qui gagne», à moins que la FMF continue d’aller à contre-sens.

Naisa

 

News Mada0 partages

Basket: les entraîneurs n’y voient que du bleu

Alors que les férus de basket croyaient vivre la fin de la mainmise du HVM depuis que Mbola Rajaonah a quitté le navire, une autre figure de cette partie continue de perpétuer la pratique actuellement sans que la Fédération malgache de basketball (FMBB) ne s’y oppose.

En effet, le chef de région Analamanga, Ndranto Rakotonanahary est élu à la tête du Comité des entraîneurs de basketball à Madagascar (CEBB). Déjà, plus d’un craint une interférence politique aussi bien sur le terrain qu’au sein de ce comité et même au niveau de la Fédération malgache. Les entraîneurs viennent de donner carte blanche à Ndranto Rakotonanahary.

Durant les deux prochaines années, les entraîneurs en particulier et le ballon orange en général ne verront que du bleu au grand dam de ceux qui luttent pour du basket propre, loin de la politique. D’autant que le nouveau président du CEBB n’est pas exempt de tout reproche.

Connu pour être proche du président de la FMBB, Jean Michel Ramaroson, Ndranto R. fait partie des amis privilégiés de la fédération, au même titre que certains hommes politiques influents. Une rélation qui lui a permis de se comporter comme un intouchable.

Dorénavant, les entraîneurs doivent cohabiter avec ce personnage aussi ambitieux qu’impétueux. 61 votants sur les 72  en ont décidé ainsi.

 

Rakoto

 

News Mada0 partages

3X3 Afrique: Elly a fait son choix

Les jeux sont faits ! Madagascar disputera la Coupe d’Afrique 3×3 du 9 au 11 novembre au Togo, sans son meilleur élément, en l’occurrence, Elly Randriamampionona. Ce dernier  est engagé en tant qu’élève-gendarme à Ambositra.

Un choix qui le prive toute activité en dehors de sa formation, y compris la participation à la joute africaine. Et apparemment, la Fédération malgache de basketball (FMBB) a été prise au dépourvu, au vu des agitations qui entourent cette absence du meilleur tri-pointeur de l’édition 2017.

Ainsi, Madagascar abordera ce principal rendez-vous africain avec un gros handicap. Pourtant, l’équipe masculine malgache n’est autre que la médaillée de bronze de l’année dernière et qui, par conséquent, a un statut à défendre.

Après le problème administratif qui a privé l’équipe nationale de Kakay, voilà qu’un autre coup de massue s’abat sur le 3×3 malgache, à quelques jours du Jour J. A moins d’un miracle, l’ossature de la sélection connaitra un chamboulement. La FMBB est à la recherche de la perle rare, qui possède un passeport conforme au règlement.

 

Naisa

News Mada0 partages

Karting-4GP: fihodinana 13 no miandry amin’ny famaranana

Efa vonona ny mpikarakara ao amin’ny kaomisiona ny karting eo anivon’ny federasiona (FSAM), amin’ny fandraisana ny dingana farany amin’ny fifaninanam-pirenena amin’ity taranja ity. Fifaninanana, hotontosaina ny alahady izao eny amin’ny lalana “Total Karting” eny Imerintsiatosika.

Fantatra, omaly, ny fitsipika sy ny fandaharam-potoana rehetra, mandritra io alahady io. Araka izany, hifaninana ao anatin’ny halavirana 1000 metatra ireo mpanamory amin’ny sokajy rehetra. Io halavirana io no hifanandrinana amin’ny dingana 3 mifanesy. Ho amin’ny lalao famaranana kosa, hiodina in-13 eo amin’ny “Total Karting”, mirefy 1000 metatra io izy ireo. Hafana ary ho mafy, araka izany, ny ady hatrehan’ny mpanamory amin’ity 4GP, ambaratonga farany amin’ny fiadiana ny ho tompondaka 2018, amin’ny karting.

Mialoha ny hiatrehana io fifaninanana farany, efa niomana ary vonona ny hiady hatramin’ny farany mba hitazomany ny toerany amin’ny maha tompondaka azy Rajoelison Tommi. Ity mpanamory ity izay manana isa 240 amin’izao ary nisalotra indroa nisesy ny anaram-boninahitra amin’ny karting. Tsy hanaiky lembenana etsy ankilan’izay ireo kalaza toa an-dRakotomalala Haja, manana isa 186. Mila miady mafy kosa i Nathan sy i Menja, na dia nahazo isa ambony aza tamin’ny dingana farany teo satria mifanalavitra ihany ny isa  raha mihoatra amin’i Tommi sy i Haja.

Marihina fa toy  ny tamin’ny 3GP (3ème Grand Prix) farany teo, hivantana amin’ny Televiziona Malagasy ny hetsika rehetra hiseho eny Imerintsiatosika ny harivan’ny faha 28 oktobra io. Hiaina mivantana, araka izany, ireo mpakafy karting, na tsy ho afaka hanatrika eny an-toerana aza.

Aorian’ity dingana farany ity, mbola hisy ny hetsika amin’ny faran’ny  volana novambra, amin’ny taranja karting. Hetsika mitondra ny anarana hoe “Trophée International de Madagascar”, entina hamaranana amin’ny fomba mendrika ny taom-pilalaovana 2018.

 

Mi.Raz

News Mada0 partages

Basikety – CEBB: lany ho filoha Rakotonanahary Ndranto

Tontosa, omaly alakamisy 25 oktobra, ny fifidianana eo anivon’ny CEBB (Commission des Entraineurs du Basket-Ball), eo anivon’ny federasiona malagasy taranja Basikety. Lany ho filoha, araka izany, Rakonanahary Ndranto, antsoina ihany koe hoe Tagg. Izao fifidianana izao no natao dia mba ho fanajana ny sata mifehy ny federasiona.

Mpifaninana miisa roa no nirotsaka hofidina filohan’ny CEBB tamin’ity indray mitoraka ity, dia Rakotonanahary Ndranto sy Ramallingom Jean Claud na i Daclo. Rehefa natao ny tambatr’isa dia nahazo  ny isam-bato 61 i Tagg ka izao lany ho filoha mpitantana izao. Tetsy ankilan’izay, isam-bato miisa 9 no azon’i Daclo. Ity farany izay mpanazatra ny ekipan’ny COSPN2 Atsinanana. Raha nandraindraina kosa ny hirotsahan’ny Razafindrakoto Maminirina, antsoina hoe Kim’s, nefa tsy hita tao anatin’ ny lisitry ny hofidina, nandritra ny fifidianana omaly izy.

Marihina fa nahatratra 72 no isan’ny mpifidy tonga nandatsa-bato ary saika nahatonga solontena avokoa ireo klioba sy ratsa-mangaika rehetra, na ny teto an-dRenivohitra izany, na ny tany amin’ny faritra.  Nanamafy ity filoha vaovao ity fa adidy mafy no iandraiketany ka ilàny ny fanohanan’ireo mpanolotsaina sy ny mpikambana rehetra ao anatin’ny CEBB.

Ankoatra ny fifidianana izay notontosaina, omaly, nifanindry an-dalana tamin’izany ny fivoriambe izay nanaovan’ireo mpitantana teo aloha ny tatitra rehetra, nandritra ny fotoana nitantanan’izy ireo.

 

Mi.Raz

News Mada0 partages

Basikety N1A: ekipa 16 hiatrika ny ampahefa-dalana

Mifanome fotoana eny amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina indray, anio, ireo ekipa 16 tafakatra hiatrika ny lalao ampahefa-dalana amin’ny fifaninanam-pirenena N1A lahy sy vavy, taranaja basikety, rehefa avy niala sasatra kely omaly.

Ekipa kalaza avokoa ireo voafantina nandritra ny lalao fifanintsanana dingana faharoa ireo. Ho amin’ny anio, hisantatra ny fifanandrinana ny ekipa vehivavy, ny SBBC Boeny izay hifanandrina amin’ny ASA Analamanga, ao amin’ny efitrano kely etsy Mahamasina. Hifanindry an-dalana amin’izay ny lalao eo amin’ny ekipan’ny Fandrefiala Analamanga sy ny Tamifa Amoron’i Mania, sokajy vehivavy ihany, hatao ao amin’ny efitrano lehibe. Hifandimby hiakatra an-kianja ny ekipa tsirairay lahy sy vavy, aorian’izay, ka ho tafita amin’ny dingana manasa-dalana, hotanterahina rahampitso asabotsy ireo mivoaka mpandresy rehetra.

Marihina fa nasiana vidim-pidirana amin’izay ny fijerevana ny lalao, manomboka amin’izao ampahefa-dalana izao ho fanohanana ny ekipa mpandray anjara.

Mi.Raz

Fandaharan-dalao, anio zoma 26 oktobra

Efitrano kely:09 ora maraina- V: SBBC boeny # ASA Analamanga10 ora 45 min- V: MB2All Analamanga # BCEst Atsimo Andrefana

Efitrano lehibe:09 ora maraina-V: Fandrefiala Analamanga # Tamifa Amoron’i Mania10 ora 45 min-V: Ascut Atsinanana # JEA Vakinakaratra12 ora 30 min-L: CosPN Analamanga # Sebam Boeny2 ora 15 min-L: Cosfa Analamanga # Cosmos Diana4 ora hariva-L: GNBC Vakinakaratra # ASCB Boeny5 ora 45 min: L: Ascut Atsinanana # MB2All Analamanga

News Mada0 partages

Chronique: plaidoirie aggravante

Projets, programmes et autres objectifs font l’essentiel de la panoplie d’arguments que développent les candidats à l’élection présidentielle. En prime les anciens chefs de l’État et anciens premiers ministres disposent du bilan de l’exercice de leur mandat respectif, bilan qu’ils ont loisir de rappeler au bon souvenir des électeurs. Arme à double tranchant évidemment, parmi ces vernis il en est l’un ou l’autre dont la balance penche davantage du côté des résultats peu flatteurs. Ces résultats se mesurent certes de façon objective, on peut même procéder à des constats pour en prouver la matérialité et à des études pour en évaluer l’efficacité. L’un de ces candidats, un peu paniqué peut-être par sa campagne de séduction patiner dans la conquête de la sympathie de la population, interpelle l’opinion à faire preuve d’objectivité, et plaide pour un jugement dans lequel on tient compte des réalisations. Quelles réalisations, Monsieur mon frère l’Ex ? Ainsi que s’insurgeraient à le dire les cousins du Continent. Même en ce domaine il y a matière à discuter, qu’il s’agisse de la rectitude des procédures et de l’usage des financements que de la bonne forme de la réception de conformité des ouvrages… Mais au-dessus de ces réalités, il est une perception, peut-être subjective, mais essentielle, le ressenti qu’en éprouvent les gens. Souvent pour convaincre on se réfère à ce fameux taux de croissance en le présentant comme une preuve indiscutable, aussi souvent pourtant ça ne parle pas plus à la population que la mesure dont chacun dispose et qui est celle de la quantité de riz pour remplir son assiette. Ces messieurs-dames les candidats oublient parfois qu’une fois élu celui qui aura cette chance n’aura pas la seule charge d’aligner des chiffres, mais que le peuple lui donne pour première mission de lui assurer les conditions d’un mieux-vivre. Qu’importerait en effet à la population de savoir que l’économie du pays prend de belles couleurs si dans sa majorité elle broie du noir en raison des conditions de vie qu’on lui fait siennes. C’est le cas actuellement, la totalité des réalisations sur lesquelles Monsieur notre frère l’Ex veut retenir l’attention, ne pèse pas lerche face aux difficultés croissantes qui sont aux yeux de l’opinion les conséquences d’une mauvaise gouvernance voire d’une coupable gestion. Il faudrait faire fissa pour espérer convaincre autrement, peut-être à trouver de quoi provoquer d’avance un frisson à défaut de pouvoir se référer à un ressenti qui n’a été que négatif.

 

Léo Raz

 

 

News Mada0 partages

Madagascar il y  a 100 ans: inauguration du monument élevé à la mémoire du Général Gallieni à Tamat...

(Suite.)

En un temps où l’utilisation de plus en plus répandue des machines décuple la valeur de l’homme, nos établissements feront ainsi de leurs élèves ces ouvriers qu’il comptait voir à la sortie de « l’école, trouver aussitôt un emploi dans l’agriculture ou l’industrie ».

D’ailleurs, bien que les besoins n’augmentent que lentement, le prix de la vie hausse. Désormais, l’ouvrier qui produira davantage devra sans difficulté être mieux rétribué qu’il n’a pu l’être par le passé.

Aux employeurs de ne l’affecter qu’aux seules besognes qu’il doit accomplir. Là où il fait l’office d’une machine, il faut que l’animal ou la machine, quelle qu’elle soit, le remplace.

N’est-ce pas un décevant spectacle que celui du travail qui, dans bien des industries modernes ou sur des routes récentes, admirablement tracées, s’effectue selon des pratiques primitives, gaspillant l’effort humain alors que la nature a doté le pays des forces innombrables, que la science de nos ingénieurs et les ressources de nos capitalistes pourraient utilement discipliner.

« L’absence de bonnes voies à grand rendement dans ce pays où les communications entre les régions côtières et celles du centre sont rendues difficiles par les obstacles naturels, constituait la plus grosse entrave à une exploitation raisonnée des richesses agricoles et minérales de la Grande Île ».

En moins de quatre ans, Gallieni faisait construire la route de l’Est, de Tananarive à Mahatsara ; en moins de trois ans, la route de l’Ouest, de Tananarive à Maevatanana ; dans le même temps, la route du Sud, de Tananarive à Fianarantsoa, que devait continuer peu après la prolongation de Fianarantsoa à Mananjary et qui devra se compléter dans le plus proche délai possible jusqu’à l’extrême Sud d’une part, et jusqu’au Sud-Est de l’autre : desservir Tulear et Farafangana. Il y a là des régions qui à tous les points de vue méritent de n’être pas négligées.

Combien d’autres routes furent entreprises ou ouvertes simultanément, qui font partie du réseau qu’il appelait secondaire, mais qui n’en ont pas moins présenté un réel intérêt, mettant en communication entre eux des centres importants, et développant considérablement le mouvement des affaires.

 

(À suivre.)

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

 

News Mada0 partages

Melaky: le Dren accusé de mauvaise gestion

Des parents d’élèves de Melaky déplorent les attitudes du directeur régional de l’éducation nationale, lors du déplacement des représentants de la région au Championnat national des sports scolaires, clôturé à Toliara le 7 octobre dernier.

Le directeur régional de l’éducation nationale (Dren) de Melaky et ses collaborateurs ont été taxés de mauvaise gestion sur le budget alloué au déplacement de la délégation au Championnat national des sports scolaires à Toliara.

 «Disposant d’un fonds avoisinant les 50 millions d’ariary pour leur voyage, les athlètes n’ont pas mangé à leur faim, durant les 6 jours du voyage à l’aller, et n’ont bénéficié que d’un plat quotidien durant les 5 jours du retour», ont révélé leurs parents. Les élèves, entassés à cinq par rangée dans une vieille guimbarde pour avaler les 3.054 kilomètres du voyage, étaient obligés de dormir par terre durant les 10 jours de compétitions, ont-ils ajouté.

Deux poids deux mesures

Les victimes ont rapporté que les responsables ont par contre mené la belle vie parallèlement, en amenant leurs proches pour ce voyage aux frais de la princesse. Ils ont ensuite abandonné ces élèves d’âge mineur à leur sort au retour, pour poursuivre leur périple avec leurs familles respectives vers Mahajanga où ils ont prévu passer des vacances.

«Epuisés et dépourvus de prises en charge convenables, des élèves ont été pris de malaise au retour de ces compétitions», ont témoigné des parents qui exigent la transparence sur la gestion du fonds affecté à ce voyage.

Le ministère de tutelle est donc sommé d’intervenir dans cette irresponsabilité flagrante de ces éducateurs officiant dans les zones enclavées.

Manou

 

News Mada0 partages

Us et coutumes: excuses accusatrices

Parfois, comme les exemples, les motifs excusants tombent d’en haut. Les manœuvres pour effectuer un demi-tour en pleine rue ne font plus spectacle tant ces scènes deviennent banales. Il arrive cependant qu’un citoyen (ça existe) réagisse face à ce genre de conduite condamnée par le code. Comme un boomerang pareille réaction revient à la gueule du mal-appris. Les gens s’offusquent d’une telle intolérance prétentieuse qui dénote d’un manque de savoir-vivre.  Peccadille en effet que cette manœuvre de tourner de sens à 180° au milieu de la circulation,  aux yeux d’une population qui ne s’offense plus des retournement de veste auxquels l’ont habituée les barons de la classe politique.

News Mada0 partages

Atsimo Andrefana: fermeture de pêche aux sardinelles

Le ministère anticipe par la fermeture de la pêche aux sardinelles, dans la région Atsimo-Andrefana, à l’approche de la saison chaude. Le ministre Augustin Andriamananoro a  expliqué l’importance du dispositif aux acteurs locaux.

Le ministère des Ressources halieutiques et de la pêche a décrété la fermeture officielle de la pêche aux sardinelles, dans la région Atsimo-Andrefana, du 1er novembre 2018 au 30 avril 2019. Le ministre Augustin Andriamananoro l’a annoncé sur les lieux, en sensibilisant les pêcheurs et la population des risques d’intoxication résultant de la consommation de ce produit durant la saison chaude, favorisant le développement des algues toxiques pouvant être ingurgitées par ces poissons.

Le ministre a aussi remis 14 bateaux en fibre de verre aux associations de pêcheurs, en leur annonçant un projet  d’installations frigorifiques pour le stockage des produits halieutiques et d’adduction d’eau potable au niveau des débarcadères, pour se conformer aux normes sanitaires exigées par les exportateurs et les consommateurs.

Manou

 

 

News Mada0 partages

Efa tonga ao Toamasina ireo razana: novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ireo inspekitera telo lahy

Tonga any Toamasina ny razan’ireo polisy telo lahy niharan’ny fitsaram-bahoaka tany Ambodihazinina Fenoarivo Atsinanana, omaly. Nisy ny “autopsie”, tsy mbola nisy ny fisamborana sy ny valifaty ataon’ny polisy, araka ny feo nandeha…

Tamin’ny 1 ora marain’ny alakamisy 25 oktobra no ningadona tao amin’ny biraon’ny sampandraharaham-paritany misahana ny filaminana anatiny ny delegasionan’ny polisy nitondra ny nofo mangatsiak’ ireo inspekitera telo lahy: Andriamahefantsoa Hanjarinafy Andrianasolo, i Nandrasana Briand Simon ary i Be Jacques Fidele Abdy. Ity farany taorian’ny fahatongavany teo amin’ny biraon’ny tale iraisam-paritra, efa noraisin’ ireo mpiray finoana aminy amin’ny silamo ka nentina tany amin’ny moske ary tany ny nampandroana azy taorian’izay. Nihazo an’ i Mahanoro avy hatrany fa tsy nisy fiandrasam-paty natao tao Toamasina. Ireo roa lahy sisa no afaka nijanona niandrasam-paty tao amin’ny efitrano malalaka amin’io toerana voalaza etsy ambony io.

Akory ny hatairan’ny rehetra taorian’ny fahatongavan’ny razana raha nahita ny fahavoazana ka samy niaiky fa tena novonoina tamin’ny fomba feno habibiana tanteraka ireo polisy telo lahy.

Raha ny hita amin’ i Abdy sy i Hanja manokana, notapahina ny tanany, potika tanteraka ny lohan’ izy roa lahy ary feno dian’antsy ny tenany iray manotolo. Nisy ny fanaovana “autopsie” tany Toamasina, omaly maraina, nanamarinan’ny dokotera fa tena novonoina tokoa ireto polisy ireto.

Mifamahofaho be ny raharaha

Raha ny voalazan’ny tale iraisam-paritry ny filaminana anatiny, ny kaomisera divizionera, Ramampiandry Nicolas, nilaza tsotra izao izy fa iraka ara-dalàna ary misy taratasy ara-dalàna ny nataon’izy telo lahy ireto fa misy mpandraharaha lavanila iray nametrahan’olona fitoriana ho mpividy vanila halatra ao an-toerana. Nirahina hisambotra ry zalahy. Efa nampiseho ny taratasy manambara ny iraka nampanaovina azy ireo ny sefo fokontany ry zareo ary nitondra teny amin’ny olona hanaovana fanadihadiana sy heverina hosamborina ny sefo fokontany.  Tsy nanaiky ny fokonolona ary nambaran’ny sefo fokontany fa polisy ireo, olom-panjakana, saingy tsy nanaiky hatrany ny andian’olona.

Nanomboka ny savorovoro ka nafenin’ny sefo fokontany tao an-tranony ireo polisy nefa norobain’ny fokonolona marobe ny tranon’ity farany. Matin’izy ireo tao ny inspektera Hanja. I Briand kosa, niezaka nandositra ihany ka tratran’ny be no ho vitsy ary matin’ny olona ihany koa teny anaty alan-kafe. Tafaporitsaka ihany, efa tany amin’ny 5 km i Abdy, saingy niverina nihevitra ny hanavotra ny namany ary izao matin’ny fokonolona izao ihany koa. Tena nanamparan’izy ireo ny habibiana. Tokony ho tamin’ny iray ora antoandro avokoa izany rehetra izany no niseho. Mandeha ny famotorana, ary nilaza ny tale iraisam-paritra fa tsy nisy aloha ny fisamborana, tsy manao valifaty araka ny feo aely ny polisy. “Ny tohin’ny fanadihadiana no ahafantarana ny marina”, hoy ny fanazavana.

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Saika haparitaka eto Antananarivo: vola sandoka 616 600 000 Ar tratra, olona 18 natolotra ny fitsarana

Volabe sandoka mitentina 616 600 000 Ar amin’ny 10 000 Ar teo aloha, sarona, saika haparitaka eto an-dRenivohitra. Sarona ny alahady teo ireo niaraka tamin’ny olona 18. Nisamborina tsikelikely ireo olona ireo. Teny Mahamasina sy Anosy ny nahatrarana azy ireo. Nisy ihany koa ny olona nosamborina tany Itasy. Araka ny voalazan’ny zandary, efa manakaiky ny vola tena izy mihitsy ireo. Arifomba ny fitaovana nampiasain’ireo olon-dratsy. Tratra niaraka tamin’ireo ny fitaovana efa avo lenta, toy ny “imprimante” efa raitra.

“Tamin’ny alalan’ny fanomezan’ny olona vaovao ny nahafantarana ny fisian’ireo vola ireo. Rehefa nandeha ny fanadihadiana, nanomboka tamin’ny asabotsy sy alahady teo. Folo lahy sy vehivavy valo ireo tratra ireo”, hoy ny lehiben’ny vondron-tobim-pileovana Analamanga, ny lietna kolonely Randrianarivelo Annicet.

Natolotra ny fampanoavana, omaly hariva, ireo olona ireo. Voalaza fa efa tambajotra goavana mihitsy ity rava ity, ary mbola misy ny karohina. “Nozarazaraina tamin’ny olona nitangorona teny Anosy sy Mahamasina, ny asabotsy sy alahady, ireo vola ireo”, hoy ny zandary.

Izany hoe, rehefa misy olona mitangorona amin’izao anaty propaganda izao no hizarana ny vola. Tsy nety nilaza kosa anefa ny zandary raha tamin’ny resaka propagandy ny nanaparitahana ireo vola ireo. Nisy ihany koa ny mpiasam-panjakana sy polisy voatonontonona amin’ity raharaha ity, ary anisan’ireo voasambotra, saingy nilaza ny zandary fa ny fitsarana no afaka manambara ny momba azy ireo. Andrasana ny tohin’ny raharam-pitsarana.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Ankorahotra: olona narary noho sakafo lany daty

Hiakara fitsarana, ny alatsinainy izao, ny raharaha fitoriana trano tailandey fisakafoana iray eny Ankorahotra. Ny polisy izay miandraikitra iny boriborintany iny no nametraka ny fitoriana ny alahady lasa teo. Araka ny fitantaran’ny mpitory, nisy ranomboankazo  efa lany daty nomen’ilay toeram-pisakafoana. Rehefa nisotro izay vao nahatsikaritra fa misy tsiro hafahafa ilay rano fanalana hetaheta ity farany. Nangataka fanazavana amin’ny tompon’ny hotely ireto mpisakafo. Tsy nanaiky ny hihaona amin’izy ireo ity farany, raha ny fitarainan’ilay fianakaviana hatrany. Nahatsapa ireo fianakaviana fa tsy mba nisy fanajana mihitsy satria valy boraingina hatrany sady miendrika fanambaniana ny valin’izay rehetra nanontaniana tamin’ny ramatoa solon’ny tompon’andraikitra voalohany.

Tsy nanaiky hatramin’ny farany ireo fianakaviana narary koa ny roa amin’izy ireo ny alin’iny. Ny iray, tsy maintsy nentina teny amin’ny Clinique rehefa nandoa tsy an-kijanona. Ny faharoa kosa, tsy maintsy naiditra hopitaly ary nahazo taratasy fanamarinana fa voapoizina. Nivoaka zavatra nibontsimbontsina ny tenany iray manontolo. Nipetraka ny fitoriana noho ny fandrahonana, ny fivarotana entana lany daty ary ny fampiasana hosoka.

Omaly, nisy ny fanadihadiana ny roa tonta, ka amin’ny alatsinainy izao no hiakatra eny amin’ny fitsarana ny raharaha.

Yves S.

News Mada0 partages

Foibe FJKM: hetsika « Haona Fi » andiany voalohany

Sady fitoriana ny Filazantsara no fijoroana vavolombelona ny hetsika lehibe karakarain’ny Foibe FJKM, eny amin’ny Village Voara, Andohatapenaka, haharitra hateloana, ny 1 hatramin’ny 3 novambra izao. Araka ilay teny fanevan’ny FJKM izany hoe « koa aza menatra ny ho vavolombelon’ny Tompontsika » (2 Timoty 1.8a). « Haona Fi », izay ny anaran’ity hetsika lehibe ity. Hi-« Haona » ho fijoroana vavolombelona, fitoriana ny Filazantsara. Ho fiombonana sy fifankatiavana.

Tranoheva hatrany amin’ny 200 ny fantatra fa hajoro eny, hahitana ireo fitaovana ilaina amin’ny fiainana andavanandro, fahasalamana, fitaovam-pianaran’ny mpianatra, informatika, fitafiana, kiraro,voninkazo, indrindra ny sakafo sy ny kojakoja fampiasa an-dakozia… Eo koa ny momba ny fitsaboana, fitiliana, …

Ankoatra ireo, hisy ny sehatra, hanaovana fifaninanana Soratra Masina sy fahalalana ankapobeny, fiaraha-mihira, fialamboly samihafa, indrindra ny fiaraha-misakafo.

Araka izany, tsy ho an’ny zanaky ny FJKM irery ihany fa natokana sy hanasana ny besinimaro ity hetsika “Haona Fi”, andiany voalohany, ity.

M.R.

Ino Vaovao0 partages

DEPOT ANALANKINININA - TOAMASINA : Amidy 5 000 Ariary ny taolana trozona

Nirohotra nankeny amoron-dranomasina nandidy sy naka izay zakany ny olona maro. Nanomboka ny tolakandron’ny alarobia io ka hatramin’ny tolakandron’ny alakamisy io dia nandidy hena tamin’ilay trozona hatrany ireo mponina manodidina, ka tsy nisy tavela na ny kely aza. 

Misy ireo naka hatao sakafo, misy kosa naka hanamboarana menaka. Mena-trozona izay misy mampiasa amin’ny fitsaboana aretina maro. Nahavariana koa fa misy olona izay tsy afaka naka no niandry teo amin’ny tora-pasika. Niandry izay nitondra taolan-trozona. Novidiny 5 000 Ariary ny taolan-trozona kely iray. Ilay mpividy izay nilaza fa misy tena ilàna azy tokoa ny taolan-trozona saingy tsy nomeny valiny izay rehetra nanontany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

SOCIETE IMEX : Mangataka ny hamoahana ireo kaontenera 12 nogiazan’ny Ladoany

Nivoaka tamin’ny fahanginany izy ireo manoloana izany, nisy ny dinika faobe niarahan’ny tompon’andraikitry ny orinasa sy ireo mpanjifa ao aminy, tetsy Antanimena omaly. Angatahin’izy ireo tsy misy hatak’andro ny hamoahana ireo kaontenera nogiazana ireo.

Tsindry hazo lena. Io no azo amehezana ny zava-manjo ny orinasa Imex etsy Tanjombato amin’izao fotoana izao. Ny 19 septambra lasa teo no fantatra fa tonga tao amin’ny seranan- tsambon’i Toamasina ireo kaonteneran’entana miisa 12 avy any Azia. Misy ny lalàna tsy maintsy arahina amin’ny fanatanterahana ny famoahana entana eo anivon’io seranan-tsambo io, ary nanaraka izany tamin’ny an-tsakany sy an-davany ireo tompon’andraikitra teo anivon’ity orinasa iray ity. 

Tafavoaka soa aman-tsara avokoa ireo kaontenera ireo kanefa rehefa tonga teny amin’ny toby fitahirizan’entana (dépôt) tetsy Tanjombato dia niverina nanao fitsirihana indray ny teo anivon’ny ladoany, ka taorian’izay dia nogiazana tsy navela navoaka ireo entana rehetra tao anaty kaontenera. Nanamafy anefa ny tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny orinasa Imex, Rajaonarivelo Claudine fa tena nanara-dalàna tanteraka izy ireo tamin’ ny namoahana ireo kaontenera ireo. “Ireo kaontenera miisa 12 ireo dia nanara-dalàna ary manana ny valin’ny fitsirihana avy amin’ny inspektera eo anivon’ny Ladoany vao tonga teny Tanjombato. Efa nomarihanay tamin’ireo tonga nanao fitsirihana, ireo entana teny amin’ny toby fitahirizan’entana fa efa vita fitsirihana tamin’ ny inspekitera “sous douane” ireo entana ireo. Tsy maintsy nataony ihany anefa ilay fitsirihana ary tsy nahasarotiny anay izany saingy ny mahagaga anefa dia mbola nogiazana ihany ny “depôt” hatramin’izao”, hoy ny fanazavana voaray. 

Mahatratra hatrany amin’ny roanjato isa anefa ireo mpanjifa nanafatra entana tao anatin’ireo kaontenera nogiazana ireto. Vokatr’izany, fiainan’ olona maro no simba satria ny asa fiveloman’izy ireo amin’ny andavanandro no rava, noho io fanagiazana kaontenera miisa 12 io. Mizaka ny tsy eran’ny aina vokatr’izany ihany koa ireo tompon’ andraikitra eo anivon’ny orinasa Imex, satria izy ireo indray no iharan’ny hatezeran’ireo mpanjifa manana ny entana nogiazana. “Tonga eto izahay tsy mihantsy ady akory fa ny mahatonga anay tonga amin’izao iresahana amin’ny mpanao gazety izao dia betsaka ny fandrahonana azonay”, hoy hatrany ny fanazavana nomeny. 

Marihina fa saika ireo entana mora simba ary atahorana ho lany daty ny ankamaroan’ireo entana ao anaty kaontenera ka anaovan’izy ireo antso avo amin’ny tale jeneraly eo anivon’ny ladoany ny famoahana ao anatin’ny fotoana fohy io toby fitahirizan’entana misy kaontenera 12 isa io.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

SAMPAN-DRAHARAHAN’NY FIOMPIANA SY FAMBOLENA : Hanao hetsika vaksiny ho an’ny biby fiompy

Anio 26 oktobra dia misy ny hetsika fanaovana vakisiny fanefitry ny haromotana ny biby fiompy toy ny alika, saka ary gidro. Eo amin’ny Lapan’ny tanàna ampitan’ny tobin-tsolika Shell ireo dokoteram-biby manomboka amin’ny valo ora maraina ka hatramin’ny 4ora hariva. Amin’ny vidiny mirary 10 000 Ariary ny vaksiny iray amin’io andro io ihany.

 Ho an’izay tsy afaka mitondra ny bibiny eo kosa dia azo atao tsara ny maka ireo mpitsabo mitondra azy ireo any an-trano manao ny vaksiny, saingy ny tompon’ny biby no miantoka ny saran-dalana amin’izany. Aretina tsy misy fanafana ny haromotana ka ny misoroka no mety. Raha vao tratry ny haromotana dia miafara amin’ny fahafatesana hatrany. Ankoatra ny alika sy ny saka ary ny gidro voan’ny haromotana dia misy ihany koa omby voan’ity aretin-dratsy ity.

Vanessa  

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany fahefatraHiezaka hizara sakafo hatrany

Olona sahirana miisa 300 no nisitraka ny fanomezan-tsakafo maimaimpoana teny amin’ny fokontany Ankazotoho Anosimahavelona, izay nokarakarain’ny boriborintany fahefatra, ao amin’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA).

Ny sampandraharahan’ny fiahiana ny fokontany moa no nandray andraikitra feno tamin’izany. Vary amin’anana miampy laoka no natolotra ireo mponina sahirana. Tonga nanatrika teny an-toerana, nisolotena ny ben’ny tanàna, Lalao Ravaloanana, ny mpanolotsain’ny tanàna voafidy teny amin’iny boriborintany iny, Ezekiela Ralaimoria. Ny fitsinjovana ny sahirana ara-pivelomana toy izao, hoy izy, dia ao anatin’ny toromarika nomen’ny Ben’ny tanàna. Ny ezaka dia mbola hotohizana hatrany manerana ireo fokontany izay mandrafitra ny boriborintany fahefatra.

J. Mirija

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fanandevozanavehivavy ny 70 %-n’ireo lasibatra

Mahatratra 150 tapitrisa ireo olona hiharan’ny asa fanandevozana sy ny tsy fanajana ny zon’olombelona maneran-tany raha araka ny fanazavana azo omaly tetsy amin’ny Carlton Anosy.

 Ny 70 %-n’izy ireo dia vehivavy avokoa ka anisan’ireny ireo alefa miasa an-tsokosoko any  ivelany toy ireo miasa any amin’ny firenena Arabo…Tsy hanaiky ireny karazana tranga ireny intsony ny Fitondram-panjakana, hoy ny praiminisitra Ntsay Christian fa tsy maintsy hiady amin’izany miaraka amin’ireo mpiara-miombon’antoka maro isan-tsokajiny toy ny OIT, ny UNICEF, ny OIM ary ny HCDH. Ho an’ny fampiasana zaza tsy ampy taona, ohatra, dia nambaran’ny praiminisitra fa efa nihena hatrany amin’ny 9,6 % ny salan’isan’ireo ankizy voakasika tamin’ny taona 2016 raha nahatratra 16 %  tamin’ny taona 2000.  Tany amin’ny sehatry ny lavanila sy lodsia no tena nahitana betsaka izany ankoatra ireo  terena hanambady mialoha ny fotoana. Ho an’ny fandefasana mpiasa mankany ivelany indray, indrindra fa ny vehivavy dia nanamafy ny minisitry ny asa sy ny asam-panjakana Atoa Pierre Holdera omaly fa efa eo am-pitadiavana vahaolana mifandraika amin’izany ny Fitondram-panjakana ankehitriny. Efa nandalo ny filankevitry ny minisitra izany, hoy izy ka misy ny volavolan-dalàna miisa enina alefa holaniana eny anivon’ny Antenimeram-pirenena. Tafiditra ao anatin’ireo volavolan-dalàna enina ireo ny  lalàna mifehy ny fandefasana mpiasa mankany ivelany sy ny fiarovana ny zon’izy ireny. Ao koa ny fampiasana zaza tsy ampy taona . Tontosa omaly ny atrikasa nokarakarain’ny primatiora nentina nandinihina sy hanatsarana ny asa fanandevozana olona eto amintsika.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana TOUS UNIManoro hevitra ny mpiara-belona hiady amin’ny fahantrana

Mbola olana goavana eto amintsika ho an’ny fikambanana Tous –uni ny tsy fahaizan’ny ankohonana mifanampy sy mifanohana, antony mampihanaka be ny fahantrana tahaka izao.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fivangongoana eto an-drenivohitraTsy hampandroso mihitsy ny toekarena

Marobe ny olona manorim-ponenana eto an-drenivohitra noho ny antony fitadiavana. Mahazo tombony kokoa mantsy ny olona tafapetraka eto amin’ny fitadiavana asa noho ny any ambanivohitra.

 

Ny ankamaroan’ny Malagasy anefa dia tantsaha mivelona amin’ny fambolena ka rehefa hitany ho tsy mahavelona izany dia mitsoaka miakatra izy. Rehefa izay dia mihena ny famokarana ary miditra amin’ny sehatra saika tsy ara-dalàna avokoa izy ireo rehefa tafakatra an-tanàn-dehibe. Tsy mahasalama ny toekarena anefa izany ary antony mahalafo ny tany aty an-drenivohitra raha mihoatra ny any ambanivohitra. Sahirana hatrany ny olona ny amin’ny fividianana na ny fikarakarana ny taratasy. Nanome vahaolana ny orinasa IVANA izay misehatra ny famarotana tany sy trano efa vonona tetsy amin’ny trano Jean Laborde Andohalo omaly alakamisy 25 oktobra. Tanjona ny fanalana ny ahiahin’ny olona izay mba manana tetikasa amin’ny fananganana ny tranony. Tanterahin’ity orinasa ity avokoa na ny vinavinan’ny tetikasa tian’ny tsirairay atao na ny fandraisana an-tanana ny fahazoan-dalana sy ireo taratasy maro samihafa ilaina amin’ny fananangana trano. Nampahafantariny ny fisian’ny tetikasa “Arahaba Soa” hananganana trano villa miisa 12 eny Ambohitrarahaba. 8Km monja miala amin’ny renivohitra ary tena manome lanja ihany koa ny tontolo ambanivohitra ny toerana. Tanjona ny hampandrosoana ara-toekarena ny faritra lavidavitra an’Antananarivo sahala amin’itony, hoy ireo tompon’andraikitra ary tsy voatery hitangorona an-drenivohitra ny olona raha te hampandroso ny firenena.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fambara loza…

Tsy finoanoam-poana fa tena mitombina tokoa ny voalazan’ny Baiboly amin’izao fotoana, raha hampifandraisina amin’ny tontolo politika sy ny fiainam-piarahamonina Malagasy ankehitriny.

 

Rehefa ny demonia no mitondra sy mandrisika dia misy ireto zavatra ireto foana matetika miseho. Ny faty olona : mba hanoherana ny didy hoe aza mamono olona, mba hanaovana sorona hiakarana avoavo, ary koa mbahampaloto ny lalao satria ny faty dia maloto raha ny Soratra masina no jerena. Ny lainga :mba entina hamitahana ny olona, hanoherana ny didy hoe azamandainga, mba hamadihana ny marina ho diso ary hanamarinana ny diso sy meloka. Ny fanompoan-tsampy : mba hanoherana ny Avo Indrindra, hitaritana ny olona hivily tsy hanaraka ny Avo Indrindra, mba hahazoana ny fanjakana eto amin'izao tontolo izao ity. I Mamona na ny vola no sampy lehibe hampanompoana ny olona amin'izao fotoana izao, indrindra fa mandritra ny propagandy. Ny Fanandratan-tena : mba tsy hananan'ny olona mitarika na tarihina-fanetren-tena, ka tsy hanekeny ny fahadisoany fa mitady ny hevitra rehetra hanamarinan-tena, mba hanoherana  ny soratra masina milaza fa aza manandra-tena, mahaiza manetry tena ary aza manamarin-tena. Ny vokatr’izany rehetra izany dia, loza, ozona, fahavoazana, fahaverezana, ka mila fifohazam-panahy. Tsy hanonona ny anaran’iza na iza, ary tsy mitsaratsara fahatany, fa misy mpanao politika eto efa nanitsoka lalina ny firenena, efa nambotry an’i Madagasikara tamin’ny alalan’ny fanaovana tantely afa-drakotra ny harem-pirenena, kanefa dia mbola midingin-drambo hatrany e! Mbola mirehareha sy miriaria fa tompon’ny vola sy harena, hono, ka mahavidy vahoaka amin’ny fifidianana. Efa fambara loza ho an’ny firenena izao ary tsy atao mahagaga raha misy ny tsy fifampatokisana miteraka fisamatsamahana toy io fizaran-kevitra amin’ny hirosoana na tsia amin’ny fifidianana io. Ny tsy azo lavina dia efa nisy ny afo efa nandoro ny lamba, ka sao hidiran-doza eto indray noho ny tsy fiheverana kely jamban’ny sehoseho sy vola kely tsy mankaiza e! Soa kenda hahay hitsako, ary soa lavo hahay hamindra, fa raha amin’ity no mbola ho solafaka dia any an-davaky ny liona no hiafarana!

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vola sandoka 616 tapitrisaMisy ifandraisany amin’ny propagandy ?

Vola sandoka 10.000 Ar miloko maitso mitentina 616.600.000 Ar no saron’ny zandarimariam-pirenena teny Anosy sy Mahamasina ny faran’ny herinandro teo nokasaina haparitaka teto an-drenivohitra.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpikambana vaovaon’ny CEBBLany ho filoha i Tiaraniaina Ndranto

Tontosa omaly tetsy amin’ny lapan’ny kolontsaina Mahamasina ny AGE sy ny fifidianana ny mpikambana vaovaon’ny CEBB « Comité des Entraîneurs de Basket-Ball» Malagasy. Ahitana mpikambana 15 ao anatin’ity rafitra ity ka toy izao avy ny toeran’izy ireo :

Tia Tanindranaza0 partages

Olom-pirenena leo vidim-piainana midanganaHihetsika amin’ny sabotsy

Taorian’ny fandavan’ny minisiteran’ny angovo ny vahaolana natolotr’izy ireo mikasika ny tokony hampidinana ny vidin-tsolika ny 13 septambra teo dia nilaza ny avy eo anivon’ny MCI na ny hetsik’ireo olom-pirenena leo vidim-piainana midangana fa tsy mijanona akory ny tolon’izy ireo.

 

 Ny sabotsy 27 oktobra izao, hoy ny filohan’izy ireo, Lalaina Razafindralambo, dia hanao fitokonana etsy Ambodifilao indray izahay, satria ivon’ny fiantsonam-piarakodia eto Antananarivo io. Tsy miova ny fitakianay dia ny hoe ampidino ny vidin-tsolika sy vidim-bary ary mangataka izay filoham-pirenena ho lany vaovao eo mba hijery ny sosialim-bahoaka amin’izay. Tsy manao politika, hoy izy, ny MCI saingy miombon-kevitra kosa fa loharanon’ny krizy ny fanakorontanana ka noho izany dia andeha isika aloha hiroso amin’ny fifidianana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Disadisan’ny tontolon’ny fitantanana RugbyMila vahaolana haingana hoy Maharitra Ali Petera

Nambaran’Atoa Maharitra Ali Petera filohan’ny fileovana rugby Hiza 17 hatramin’ny taona 2017, tamin’ny firesadresahana taminy teny amin’ny kianja Malacam Antanimena raha nanotrona ity ekipa

Tia Tanindranaza0 partages

Atao fitaovana politika ny resa-pakoNanazava ny tena marina ny kaominina

Eo anatrehan’ny fisian’ny olona manaratsy ny ben’ny tanànan’Antananarivo amin’ny resaka, izay atao fitaovana politika hanaratsiana an’i Marc Ravalomanana kandida filoha, dia nanamafy ny eo anivon’ny CUA tamin’ny alalan’ny Lefitra voalohan’ny ben’ny tanàna,

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana ny biraon’ny zandary AndapaOlona 2 no maty, maro ireo naratra

Nokasain'ny andian-jatovo maromaro halaina an-keriny ny lehilahy iray ahiana ho nahafaty olona izay voatana nanaovana famotorana tao amin'ny borigadin’ny zandarimariam-pirenena Andapa .

 

 

Nandeha ny tora-bato ary niditra an-keriny tao amin’ny biraon’ny zandary ireo andian-jatovo. Niezaka ny nanakana hatramin'ny farany izany ireo zandary tamin'ny fifampiresahana. Nisy anefa ireo tsy resy lahatra fa niziriziry hatrany ny haka io olona io na dia maro aza no efa nandeha nody, indrindra ireo raiamandreny.  Potiky ny tora-bato ny varavaran'ny borigady Andapa sy ny varavarankely ka nirohotra ny hiditra tao anatin'izany ireo tanora ireo. Noho ny fiarovana ny tsy hahavery ireo fitaovam-piadiana saro-pady, noho ny fiarovana ny ain'izy ireo dia voatery nampiasa ny fitaovam-piadiana teny aminy ireo zandary vitsivitsy niaro ny birao. Zandary iray moa no naratra mafy voan'ny vato.Nisy ny lehilahy 2 maty tamin'ireo tanora ireo, raha nisy koa ireo naratra. Nanamafy ny zandarimariam-pirenena fa faritra mena tsy azo hihoarana sy hanaovana amboletra ny lakazerna, indrindra rehefa noferan'ny tompon'andraikitra tamin'ny alalan'ny fampitandremana naverina im-betsaka tamin'ny feo avo. Ny Zandarimariam-pirenena , araka ny fampitam-baovao voaray dia mirary fiononana feno ho an'ny fianakavian'ny namoy ny ainy ary mirary fahasitranana feno ho an'ireo maratra. Mamerina hatrany koa anefa izy ireo ny tokony hialàna amin'ny kolontsaina tia fitsaram-bahoaka satria raha ny zandarimariam-pirenena manokana dia efa mikely aina amin'ny fanatanterahana ny asany ary mba hanaovana famotorana ka hanolorana ireo voarohirohy eny amin'ny fitsarana.Vao 2 andro moa izay no nisy polisy telo mirahalahy namita iraka ara-dalàna tany Fenoarivo Atsinanana no niharan’ny fitsaram-bahoaka ka namoy ny ainy.

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fikatonan’ ny fitobian’entan’ny orinasa IMEXManodidina ny 200 ireo mpandraharaha matiantoka

“Avoahy izao dia izao ny entanay”, hoy ny antsoantson’ireo mpandraharaha mpanjifa tamin’ny fihaonan’izy ireo tamin’ny orinasa IMEX eo ambany fanaraha-mason’ny fadin-tseranana tetsy amin’ny Salle d’oeuvre EKAR Antanimena omaly alakamisy 25 oktobra.

 

Nohidiana ny fitobian’entan’ity orinasa tantanan’olon-tsotra eny Tanjombato ity nanomboka ny 12 septambra lasa teo. Nilaza anefa ny  teo anivon’ny orinasa  fa ny entana rehetra lasa eny dia efa vita fitsirihana avokoa. Nanara-dalàna ny kaontenera miisa 12 izay nogiazan’ny fadin-tseranana ary manana ny valin’ny fitsirihana avy amin’ny inspektoran’ny fadin-tseranana teny amin’ny sampandraharaha teny Ankorondrano mialoha ny nahatongavany tao Tanjombato. Hatramin’izao anefa, dia nohidiana izy io ary nolazaina fa nisy ny fanambarana diso natao izay nolazain’izy ireo fa tsy mitombina. Noho ny fahataran’ny fivoahan’entana dia betsaka ny fampitahorana azon’ny orinasa IMEX amin’ireo mpandraharaha mpanjifa ka nahatonga ity fihaonana ity nanazavana ny tena zava-misy marina. Nanambara izy ireo fa noho ny fahatarana be loatra amin’ny famoahana ny entan’izy ireo dia efa marobe ny fatiantoka. Manginy fotsiny ny fanerena ataon’ny banky, izay tsy miraharaha izany olana izany, ny amin’ny famerenam-bola tokony hataon’izy ireo. Tsy mahafantatra izay tena olana mazava ifandroritan’ny orisana IMEX sy ny fadin-tseranana izahay, hoy hatrany ireto mpanjifa fa mila avoaka  haingana ny entanay satria io no asa fivelomanay. Tsy mpambongady na mpanondrana fa saika mpandraharaha madinika avokoa ireto mpanjifa ireto ary avy any Sina ny ankamaroan’ny entana. Maro ny manahy mafy ny amin’ny fahapotehan’ny entana satria betsaka ny mora simba ao anaty kaontenera ao.  Nanao antso avo tamin’ny tale jeneralin’ny fadin-tseranana izy ireo mba hijery ny tombontsoan’ny mpanjifa. Efa nisy ihany ny fifanatonana, hoy ny teo anivon’ny orinasa IMEX saingy tsy mbola mivaha ny olana ary ny mpanjifa no mizaka ny tsy eran’ny aina. Vao mainka mihapotika hatrany ny toekarena satria mitohana sy miato hatramin’ny fandraharahana amin’ireo mpiara-miombon’antoka any Azia.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Seces sampana AntananarivoMiantso fifampidinihana

Nanao fanambarana omaly ny avy eo anivon’ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka eto Antananarivo na ny SECES Antananarivo.

 

Notanisain’izy ireo fa manara-maso akaiky sy mandinika hatrany ny raharaham-pirenena ry zareo. Rariny, hoy izy ireo, ny Seces raha miantso ny vahoaka malagasy rehetra hisoroka krizy vaovao satria efa mahamenatra ny maheno fa anisan’ireo firenena mahantra indrindra maneran-tany isika. Manao antso avo amin’ireo kandida mba hifampidinika mikasika ny fifidianana rehetra ho avy, araka izany, ny SECES. Miantso ny vahoaka malagasy rehetra ihany koa moa ity sendika ity mba hitandro hatrany ny firaisankinam-pirenena.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aza diso nimerao !

Aza disoina ny nimerao ry Jean a ! Izay aloha no tonga dia hafatro aminao mialoha ny hiarahabako anao.

Tena tonga saina be aho mantsy omaly fa adinoko tany anaty fiara ny finday. Io maraina io vao azoko. Teneniko anao fa maty antoka aho satria mba nindrana findain’olon-kafa kanjo tany amin’ny nomerao tsy izy no voatsindry. Rava ny ketrika. Henjana be hay ilay diso nomerao a ! Amin’izao koa mantsy hitanao fa efa misy an’ilay mpampilalao sandoka ireny. Lazainy fa hahazo building ianao rehefa maka ny nomerao omeny kay ity nomerao omeny ity tena tsy vitan’ny sady manonto vintana fa mainka aza mampahantra ihany koa. Mahazo fiaramanidina, hono, e ! Angidimby e ! Tandritandremo ihany ry Jean fa izaho aloha efa voan’io tamin’ny 9 taona lasa e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

JEUNE TIM Ambodihady AmbohimanarinaMasaka ara-potokevitra amin’ny fanohanana ny kandida n° 25

Teny Ambodihady Ambohimanarina omaly alakamisy 25 okotobra no nanao « meeting » ny mpanohana ny kandida n° 25 Marc Ravalomanana notarihan’ny JEUNE TIM Boriborintany faha-6 notronin’ny depiote TIM voafidy teny

amin’ity Boriborintany ity, Rasoanoromalala Marie Horace, ny delegen’ny Boriborintany faha-6, Andrianjafimahatratra Solofo izay zanak’Ambodihady rahateo, ny mpanolotsaina Jeune TIM Analamanga, Rabezanahary Lalaina, ny mpandrindra Tanora KMMR, Jocelyn, ny SG Distim, Tahina. Noporofoin’ireto JEUNE TIM Boriborintany faha-6 tamin’ity fihaonana ity fa matanjaka ara-potokevitra izy ireo amin’ny fanohanana ny kandida n° 25 ary vonona handresy lahatra an’ireo namany hafa mbola variana amin’ny zavatra hafa.

Tia Tanindranaza0 partages

Kandida laharana faha 25Mibosesika ny olona manampy azy

Voarain’ ny olona ny hafatry ny kandida laharana faha 25 , ankoatra ny fanohanana ara-bola efa mibosesika amin’ilay kaonty Tahiry ho fampandaniana an’i Marc Ravalomanana dia misy ihany koa ny fianakaviana tsara sitrapo izay nanolotra T shirt miisa 500 omaly.

 

Lanonana tsotsotra no nandraisana izany teny amin’ny foiben’ny KMMR Belair Ampandrana omaly.Mazava ny resaka fa maharesy lahatra olona ilay fomba fiasa nentin’i Marc Ravalomanana ary tafita tsara ny hafatra amin’ilay hoe miasa miaraka.Efa hita tamin’ny fihaonana teny Ambohijatovo moa fa maro ireo olona, misy tena fianakaviana iray manontolo mihitsy samy niantoka ny fanamiana T shirt sy ny kipitsopitsony miaraka aminy hanehoana’izy ireo ny fanohanana ny kandida Marc Ravalomanana, ka tena nandany vola sy fotoana mihitsy nikarakarana izany.Tsy ny eto Antananarivo ihany no ahitana ny olom-pirenena manampy tahaka izany fa saika amin’ny faritra rehetra maneraa ny nosy.Tianay, atokisanay ka tohanany ny kandidanay laharana faha 25, hoy izy ireo …zavatra tsy maintsy atao izany ary efa santatry ny fandraisana andraikitry ny olom-pirenena sahady amin’ny fiarahana manarina ny firenena rahatrizay lany filoha soamantsara i Dada.

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Praiminisitra Ntsay Christian“Tsy maintsy atao ny fifidianana”

“Malalaka ny sehatra fanehoan-kevitra eto Madagasikara, ary ataoko fa ao anatin’izany toe-javatra izany, na olom-bitsy izany, na vondron’olona izay mivory dia malalaka ny sehatra amin’ny fanehoan-kevitra, saingy tsy maintsy hajaina ny lalàmpanorenana”

 

hoy ny praiminisitra Ntsay Christian raha nanontaniana ny heviny mikasika ny fisian’ny « conférence souveraine » teny amin’ny CCI Ivato omaly. Tsy maintsy hirosoana ny fifidianana satria amin`io no ahafahana maneho ny safidin`ny vahoaka amin`ny fomba demokratika ary io ihany koa no vaoafaritra ao anatin`ny lalàna misy eto amin`ny firenena. Manoloana ny fitakiana an`ireo lesoka amin`ny fikarakarana fifidianana dia nambarany fa tamin`ny antontan-taratasy izay naterin`ireo rehetra hirotsaka ho filoham-pirenena dia nisy ny taratasy fanekena feno  ny rijan-teny sy ny didy aman-dalàna izay mifehy. Tsy maintsy miroso isika amin’ny zotram-pifidianana hahafahantsika manatanteraka ny fifidianana amin’ny 7 novambra, hoy hatrany ny praiminisitra lehiben`ny governemanta. Notsiahiviny ny rijan-teny mahakasika ny loi organique 008/2018 izay mametra mazava tsara ao amin’ny andininy faha-121, ny adidy sy andraikitr’ireo nilatsaka hofidiana; ary tao anatin’ny antontan-taratasy izay napetrany dia nisy fanekena ny firosoana ao anatin’ny fanajana ny rijan-teny sy ny didy aman-dalàna misy eto amin’ny tany sy ny Firenena, hoy hatrany ny fanazavana.  Mino sy manantena aho, hoy ny praiminisitra Ntsay Christian fa izay olona rehetra na vondron’olona mivory dia hanaja izany sata fototra izay nankatoavin’i Madagasikara izay.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sefom-pokontany atao olom-boafidyEfa ao anatin`ny lalàmpanorenana…

Tafiditra ao anatin`ny fotoam-pifidianana ny firenena amin`izao fotoana izao ary maro ny lesoka amin`ny fikarakarana azy. Miainga avy amin`ny fokontany ny fikarakarana fifidianana.

 Ny rafitra rehetra toy ny fikarakarana lisi-pifidianana, fanisana olona, fametrahana biraom-pifidianana dia miainga avy amin`ny sefom-pokontany avokoa. Ny lalàmpanorenana dia mazava fa tafiditra ao anatin`ny vondrona itsinjaram-pahefana na “collectivités territoriales decentralisees”, ny fokontany, ny kaominina, ny faritra, ny faritany dia mbola mipetraka tsara ao anatin`ny lalàmpanorenana an`ny repoblika. Diso ny mpanao politika tsy mitaky izany kanefa efa nametraka ny lalàmpanorenana, ny fitsarana miady amin`ny fanjakana fa tokony ho olom-boafidy no hisahana ny asan`ny sefom-pokontany. Olana apetraky ny sefom-pokontany voatendry izay satria solontenan'ny fanjakana foibe izy ary tsy manana fahalalana feno amin`ilay asa satria arahin`ny lehiben`ny distrika maso ny fanatanterahana ny asany. Midika izany fa ny tamberin’andraikitra ataony dia any amin`ireo olona nanendry azy kanefa raha olona lany hofidiam-bahoaka dia ny tamberin’andraikitra dia any amin`ny vahoaka ary indrindra manana fe-potoana mazava iasana dia ao anatin`izay izy raha toa ka manaja ny lalàna velona dia tsy azo hozongozonina eo amin`ny toerana misy azy. Noho izany, ny fokontany no vondrom-bahoaka fototra, ny kaominina antanantohatra anivo ary ny faritra no mpanapa-kevitra. Tafiditra ho isan`ny lamin`asan`ny kandidà Filoha Marc Ravalomanana rahateo ny fitsinjaram-pahefana tena izy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Olom-pirenenaLeo krizy…

Tsy dia mahataitra ny olona ny kajikajy politika mandeha eo amin`ny tontolon`ny fifidianana.

 

 Tsy dia miraika amin`ny adilahy politika intsony fa miandry fotsiny ny tohin`ny tantara. Na dia niaiky ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana fa nisy ny tsy fahatomombanana teo amin`ny fikarakarana fifidianana dia milaza ny CENI fa aleo ny mpifidy no tompon`ny teny farany. Na mitombina aza ny tsikera avy amin`ny kandidà sasany momba ny fanomanana ny fifidianana dia toa nohenoina fotsiny fa tsy nisy fiantraikany amin`ny dingana hanatontosana fifidianana. Nisy ny fifanarahana politika nataon`ireo kandidà mpitsikera ny zoma lasa teo mitaky ny fanovana na fanamboarana ireo rafitra efa misy momba ny fifidianana kanefa nampizarazara ny hevitra. Nisy ireo mangataka ny fanemorana ny fifidianana fa misy kosa mankasitraka. Ao ny mihevitra fa tsy tokony hahemotra fa amboarina kosa ny lisitra. Eo ihany koa ireo mihevitra fa tsy azo kitihana ny lalàmpanorenana. Samy mikendry ny fivoahan`i Madagasiaraka amin`ny krizy efa lalim-paka ny rehetra. Leo krizy rahateo koa ny vahoaka ka tsy dia tena miray hevitra amin`izy ireo ny ankamaroan`ny olona.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandehanana mifidyFandraisana andraikitra ho an’ny olom-pirenena

Amin’izao ankatoky ny fifidianana izao dia tsara ny mampahatsiahy fa zo sy adidy ny mifidy.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanao politika MalagasyTsy mbola ampy fahamatorana

Mizarazara be ny hevitr`ireo mpanao politika amin`izao fotoana. Mahakasika ny fifidianana ho filoham-pirenena, misy no tsy marisika firy ary misy ireo vonona hiatrika hatramin`ny farany.

Mahavariana tokoa fa misy amin`ireo kandidà manohitra fifidianana no mbola manohy ihany ny fampielezan-kevitra. Mbola mitohy ihany koa ny fivoahany amin`ny haino aman-jery sy gazety samihafa. Mila faritana mazava ny antsoina hoe mpanao politika, antoko politika, ny fiarahamonim-pirenena ao anatin`ny firenena iray. Ny fanaovana politika dia ny fanarahana amin`ny andavanandro mahakasika ny raharaham-pirenena,  ny raharaha politika, ny raharaha ara-toekarena… mikasika  ny vahoaka fa tsy miandry fifidianana vao mitsangana ny mpanao politika sy antoko politika na hoe misy fanendrena amina toerana (remaniement). Olana tamin`ity fifidianana 2018 ity ny fikirakirana lisi-pifidianana na fametrahana biraom-pifidianana izay tokony ho tany amin`ny volana mey no nandray andraikitra ny mpanao politika na ny antoko politika. Tokony ho anjaran`izy ireo no nanara-maso hoe tsy manara-penitra ny fizotran`ny fifidianana mahakasika ny lalàm-pifidianana izay nampisy ny olana hatramin’ny voalohany. Efa antomotra ny fifidianana, efa nekena fa ho hirotsaka hofidiana ny kandidà kanefa izao vao mitsikera ny fanatsarana ny lisi-pifidianana kanefa ny lalàna dia mamaritra fa tsy azo atao intsony. Tokony hametraka fomba fiasa sy rafitra mazava tsara ny antoko politika dia ny fananana vinam-piarahamonina,  fitondrana ny anjara-biriky amin`ny fitantanan-draharaham-panjakana, fitsikerana, fanomezana vahaolana maro isan-karazany amin`ny andavanandro. Tena mbola olana goavana eto Madagasikara ny fitiavan-tsezan`ny mpanao politika, tsy mbola matotra. Ohatra ratsy ho an`ny vahoaka io ka mety maha sarotra ny fametrahana ny fitoniana eto, tsy mahari-pery fa miovaova fisainana sy foto-kevitra isaky ny mihetsika.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fikasana hanemotra fifidiananaFitadiavana hanaisotra fahefam-bahoaka, hoy ny AKFM

Nivoaka tamin’ny fahanginany tetsy amin’ny biraony etsy Andravoahangy ihany koa omaly ry zareo avy eo anivon’ny antoko politika AKFM, tarihin’ny filohany Eric Rakotomanga, manoloana ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny.

Ankoatra ny fanambarana izay nataon’izy ireo mikasika ny fanohanany kandida ho filoham-pirenena iray dia nilaza kosa ny AKFM fa fitadiavana hanaisotra fahefam-bahoaka ny fikasana hanemotra ny fifidianana tsy ho amin’ny 7 novambra izao. Mazava, hoy izy ireo, ny voalazan’ny andininy fahadimy ao amin’ny lalàmpanorenana fa ny vahoaka izay ipoiran’ny fahefana no masi-mandidy ka mampiasa izany amin’ny alalan’ny solontenany lany amin’ny alalan’ny fifidianana andraisan’ny rehetra anjara mivantana na tsy mivantana, na koa amin’ny alalan’ny fitsapan-kevi-bahoaka. Tsy misy mihitsy ampahany amin’ny vahoaka, na olon-tokana mahazo manendry tena hampiasa izany fahefana feno izany, hoy hatrany ny fampatsiahivan’ity antoko ity. Tsy ekena, hoy izy ireo, araka izany, ny fanemorana fifidianana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Firaisankinan’ireo kandidaTsy maintsy hahitsy ny lisi-pifidianana fa feno hosoka

Tsy maintsy haverina ny fanaovana ny lisi-pifidianana satria ny 50%- n’ny mpifidy no tsy tafiditra ao, hoy ny kandida Fanirisoa Ernaivo nandritra ilay fihaonamben’ny firaisankinan’ireo kandida teny amin’ny CCI Ivato omaly.

 

 Be loatra ny tandrevaka sy ny zavatra mampiahiahy ary tena misy akony any amin’ny voka-pifidianana io olom-pirenena maro be tsy tafiditra ao anaty lisitra io, hoy izy. Miisa 20 mianadahy izy ireo no tonga teny Ivato omaly. Nitombo ny isan’ny mpifidy sy ny birao fandatsaham-bato saingy hosoka avokoa izany. Diovy fa feno hosoka ny fifidianana, hoy ireto kandida ireto. Nanamafy io fanadiovana tanteraka ny lisi-pifidianana io ihany koa ny kandida Patrick Rajaonary. Mety hitarika savorovoro aorian’ny fivoahan’ny voka-pifidianana mantsy io tsy fetezana io, hoy izy. Atrehana eo ambany fitantanan’ny CENI izany asa izany ary hanana solontena ao ireo kandida, hatao faran’izay haingana ihany koa ny fihaonambem-pirenena mba handinihana sy hanapahan-kevitra ny amin’ny fanitsiana ny zava-drehetra mifandraika amin’ny fifidianana. Tafiditra ao anatin’ny fehin-kevitra nivoaka teny amin’ny CCI Ivato omaly ihany koa ny fananganana rafitra iray hitsara momba ny fifidianana tahaka ny CES nandritra ny fitondrana tetezamita. Mila fotoana maharitra anefa io fanokafana sy fanitsiana ny lisi-pifidianana io ary azo antoka fa hampihemotra ny datim-pifidianana. Hifanao fotoana eny Ambohijatovo anio ireo kandida ireo ka hanatitra ny fehin-kevitra eny amin’ireo andrim-panjakana. Milaza ny hampitsahatra ny fampielezan-kevitra ihany koa izy ireo. Tsy nisy tonga nanatrika ny fihaonana teny Ivato moa ny CENI sy ny governemanta ary ny FFKM izay samy nasain’ireto kandida ireto.

Nangonin’i RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vonona sy sahy RavalomananaAleo handeha ny fifidianana

Nitohy tany andrefan’ny Nosy ny fampielezan-kevitry ny kandida laharana faha-25 Marc Ravalomanana omaly 25 oktobra, dia tao Mahajanga, Marovoay, Ambatoboeny, Madirovalo, Mazomà, Bevilany ary Maevatanana.

 

Nasiany resaka tao Mahajanga ny tsy fananan’asa, izay noho ny tsy fihodinan’ny orinasa nitsangana teo aloha sy ny tsy fananan’ny te hanangana orinasa renivola (fonds) ary ny tsy fahitana mpiara-miombon’antoka (partenaire) no antony, ary nanome toky fa manana vahaolana amin’izany i Marc Ravalomanana. Naneho ny heviny mikasika ny fifidianana ny tenany, ka nilazany fa efa mamatsy vola ny Frantsay, ny Norveziana,… amin’ny alalan’ny SACEM, ka raha tsy tanteraka amin’ny daty voatondro ny fifidianana dia tsy hamatsy vola intsony ny avy any ivelany, ary hihemotra telo volana, iray taona, dimy taona, toy ny tetezamita indray izany, raha ny fanehoan-keviny. Tao Marovoay kosa dia ny fanamboaran-dalana sy tetezana ary ny famerenana ny fanapariahana sy fitsinjaram-pahefana tena izy no nohamafisiny. Raha fanapariahana sy fitsinjaram-pahefana (déconcentration et décentralisation), dia azo hampatsiahivina fa nisy famatsiam-bola avy amin’ny PNUD sy UNICEF ny taona 2006 sy 2007, ka minisitera fito no nanombohana ny fanadihadiana sy nametrahana tetikasa hanatanterahana izany. Tany Madirovalo kosa, dia nanome tsodrano sy nampahatsiahy ireo zava-bitan’ny kandidà Marc Ravalomanana ny ray aman-dreny tao an-tanàna ka hiverina eo amin’ny fitondrana indray izy, hoy izy ireo. Tsiahivina ihany ny teniny teny Faravohitra ny 23 oktobra teo, fa misy ny fetra azo leferina ary misy ny tsy azo leferina rehefa hita miharihary momba io fifidianana io. Ny kandidà laharana faha-25 kosa dia nanamafy ny tokony hikajiana ny soatoavina, haverina ny fitsaboana ary omena sakafo avokoa ny vahoaka. Hanangana orinasa madinika sy salantsalany amin’ny alalan’ny fiaraha-miasa Alema dia ny GIZ isika, hoy izy. Mipetrapetraka ny fanatanterahana ny fanamby ao anaty “manifesto”, ka nohamafisiny, fa efa voarafitry ny manampahaizana eto an-toerana sy avy any ivelany ary hita ao avokoa ny vahaolana amin'ny fiainantsika ary efa ahitana famatsiam-bola izany, hoy izy tao Manerinerina. Nitohy tany Alaotra ny dia, tao Morarano Chrome, Amparafaravola, Ambatondrazaka, izay nanamafisany ny hanamboarana ny RN44 ka hivoaka ny vokatra, hitombo ny fidiram-bola, manaraka ho azy ny fandriampahalemana.  Tany Toamasina avy eo ny takariva, ka ka na efa hariva aza ny andro ary efa reraka ny feon’i Marc Ravalomanana dia nafana ny fihaonana tamin’ny vahoaka. Amboarina ny lalana mankany Toamasina sy ny ao an-tanàna, haverina ny fandriampahalemana, hokarakaraina ny fahasalaman’ny olona, ny fampianarana hoavin’ny taranaka. Ny zanakareo, dia zanako ihany koa, ka aza matahotra minoa fotsiny ihany, fa tsy havelan’i Dada hahantra intsony ny zanany, ary hanao ny faraheriko aho hanarina ny firenena, hoy izy. Hatao izay hitsanganan’ny orinasa madinika sy salantsalany, hahafahan’ny vahoaka miasa sy mihary.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

MANAMPAHEFANA VOAROHIROHY

Mitombo hatrany ny ahiahy apetrak’ireo mpandinika raharaham-pirenena manoloana ny zava-miseho rehetra eto amin’ny firenena ankehitriny.

Somary nanaitra, ohatra, ny naheno fa misy tompon’andraikitra ambony eto amin’ny firenena voarohirohy amin’ilay raharaha vola sandoka tratra omaly.

MATANJAKA I RAVALOMANANA

Nisy ihany koa ny fanadihadiana izay nataona sehatra tsy miankina iray nahitana fa tena mbola mamim-bahoaka ny kandida ho filoham-pirenena laharana faha-25, Marc Ravalomanana. Tombana hatreto dia ny hoe ho lasan’ity kandida ity ny 75%-n’ny vato eto Antananarivo ary tsy mifanalavitra amin’izay ihany koa ny tapany atsimon’ny nosy.

VAHOAKA MANGINA

Ny 39%-n’ny Malagasy kosa, hoy ny mpitarika fikambanana iray izay mitonona ho anisan’ireo antsoina hoe maro an’isa tsy miteny na “majorité silençieuse” no tafiditra ao anatin’izay vahoaka mangina izay. Haneho ny heriny, hoy izy ireo, ato ho ato.

Tia Tanindranaza0 partages

TONGA ANY TOAMASINA IREO RAZANA

Tonga omaly tao Toamasina ny razan’ireo insepktera telo izay matin’ny fitsaram-bahoaka tany Fenoarivo Atsinanana.

 

 

 Nandrasana tao amin’ny biraon’ny tale provinsialin’ny polisy tao an-toerana ny nofo mangatsiakan’izy ireo ary avy eo dia nalefa any Mahanoro ny inspektera Abdi, Antananarivo ny inspektera Haja ary nijanona ao Toamasina ihany ny inspektera Briand. Tsy maintsy hatao ny fanadihadiana lalina mikasika ity raharaha ity, hoy ny talem-paritry ny polisim-pirenena ao Toamasina. 

SAVOROVORO TANY VAVATENINA

 

Nosaritahan’ny olona koa ny kaomisarian’ny polisy ao Vavatenina. Izany dia mba hijeren’izy ireo ny jiolahy iray izay azo sambo-belona ka hamonoana azy avy hatrany. Rehefa tsy tao amin’ny polisy ilay olon-dratsy dia nirodorodo tany amin’ny zandary indray ny fokonolona marobe. Teo dia voatery nanao tifi-danitra ny zandary nanaparitahana ny olona. Naharitra adim-pamataran’andro roa izany vao nilamina ary niditra an-tsehatra hatramin’ny Ben’ny tanàna. MPANAO TRAFIKANA SOKATRA

 

Notsaraina omaly ireo mpanondrana sokatra voasambotra tao Toliara tamin’ny volana aprily lasa teo. Enin-taona sazy an-tranomaizina ny didy navoakan’ny fitsarana ambaratonga voalohany ao Toliara omaly, miaraka amin’ny fandoavana onitra izay mitentina 100 tapitrisa ariary. Raha tsiahivina dia sokatra miisa 10.000 mahery no sarona tao an-tranon’ireo olona ireo. Io izany no sazy mafy indrindra hatreto, momba ny fanondranana sokatra. FAMONOANA THAILANDAIS

 

Amin’ny alatsinainy ho avy izao no hiakatra fampanoavana ilay raharaha nitorian’ny mpanjifa restaurant Thailandais iray etsy Ankorahotra. Izany dia noho ny fanomezan’ilay toeram-pisakafoanana ranom-boankazo izay efa lany daty ireo olona. Avy hatrany dia novakian’ny tompon’ilay hotely ny tavoahangy raha saika haka sary ireo narary mba hatao porofo. Fanambaniana tanteraka ny mpanjifa ary indrindra koa ny gasy no zava-niseho. Baranahiny tanteraka ny sehatra toy itony satria tsy mba misy ny fanaraha-maso matotra avy amin’ny fanjakana. 

 

 

 

 

BIANCO

 

Naka olon-tsotra amin izay ny bianco hanao famotorana fa tsy niantehatra amin'ny polisy sy ny zandary irery intsony. Andramana avokoa ny fomba rehetra ahafahana miady amin'ny kolikoly, hoy ny tale jeneralin’ny bianco. Miisa 31 ireo sivily nofanina ho mpanao famotorana tany Moramanga. Hafahafa ihany ilay fanandramana satria eran-tany dia olona nahavita fianianana ary koa manana fahaizana manokana momba ny “police judiciaire” izay vao afaka manao fanadihadiana.VOAENDAKA

 

Teo am-pijerena valim-panadinana bakalorea no mbola nisy nanendaka ihany ireo mpianatra tao amin’ny lisea Rabemananjara ao Toamasina. Vaky hatramin’ny lohan’ireo ary tsy vitan’izay fa mbola lasa koa ny moto sy ny kitapo. Ambony loatra ny tahan’ny tsy fandriampahalemana ao Toamasina, hany ka na toerana be olona aza dia mbola sahy hatrany ny olon-dratsy ny manatontosa ny asany.

 

 

 

 

Madonline0 partages

Présidentielle 2018 : Des candidats jettent l’éponge avant la fin de la campagne électorale

Une vingtaine de candidats qui n’ont plus aucune chance de figurer parmi les finalistes à l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 ont décidé de manière précoce de mettre un terme à leur campagne électorale.

A l’issue d’une conférence qu’ils considèrent comme « souveraine » au Centre de conférence internationale d’Ivato, en périphérie d’Antananarivo, les candidats ont soulevé les irrégularités sur la liste électorale, qui a été déjà clôturée au mois de mai dernier et qui ne permet plus à toute personne n’étant pas inscrite sur la liste, après cette clôture de la liste, de participer au vote lors du premier tour de l’élection présidentielle.

Les candidats ont ainsi formulé au moins trois revendications majeures à moins de deux semaines du scrutin : le réajustement de la liste électorale, le remplacement des membres de la Commission électorale nationale et le report de l’élection.

La revendication des candidats récalcitrants a cependant coïncidé avec la finalisation du budget pour l’organisation de la présidentielle, dans le cadre de l’appui des partenaires techniques et financiers de Madagascar. Le projet « Soutien au cycle électoral à Madagascar » (SACEM) a été mis en œuvre et le gouvernement de la Grande Ile a lancé une demande d’appui financier pour sa concrétisation.

A noter que la tenue d’élection présidentielle nécessite un budget d’environ 25 millions d’euros, dont 15 millions d’euros apportés par le gouvernement malgache. Les partenaires financiers de la Grande Ile devaient combler le manque. Et au moment où une vingtaine de candidats ont exigé le report du scrutin, le budget nécessaire à l’organisation de l’élection a été réuni, avec l’apport de la France et de la Norvège.

En réalité, les membres de la Communauté internationale attendent la tenue d’élection crédible et transparente à la suite de leur apport financier. Mais les candidats récalcitrants voient la réalité autrement.

Afin de bloquer le processus électoral qu’ils jugent « peu crédible », les candidats qui rechignent à jouer le jeu ont lancé un ultimatum de 72 heures au gouvernement pour la révision de la liste électorale. Mais leur influence sur l’échiquier politique est plutôt limité, en sachant que les candidats les mieux placés pour remporter la course sont favorables à la tenue du scrutin du 7 novembre 2018.

La Vérité0 partages

Investissements - Une extraordinaire extension du secteur immobilier

,Une valeur sûre. Le secteur immobilier malagasy, plus particulièrement dans la Capitale, connait une extension extraordinaire. Après les mauvaises passes subies par le pays, le secteur semble être le seul à avoir tenu le coup. De ce fait, le nombre des investissements se multiplie d'année en année. Cette extension s'explique surtout d'un côté par le retour rapide des investissements. Et d'un autre côté, il y a l'accroissement constant des besoins et demandes en logements.

« Selon les études réalisées par le Cabinet Knight Frank, le taux de rendement locatif dans la ville d'Antananarivo s'élève à 12 %, soit le plus élevé dans la zone indianocéanique, ainsi que dans le monde entier. Pour le cas de l'île Maurice par exemple, le taux de rendement locatif s'élève à seulement 4 %, tandis qu'il est de 5 % pour l'Afrique du Sud. Ce sont ces résultats qui poussent les opérateurs à investir dans le secteur », explique Gaylord Toto, responsable marketing d'IVANA, société de construction et de promotion immobilière. Pour précision, ce taux de rendement renvoie aux bénéfices obtenus annuellement dans la mise en location d'un appartement, d'une maison ou d'un local. Effectivement, une personne peut investir 30 millions d'ariary dans la construction d'une maison. En la louant à 300 000 ariary mensuellement, elle arrive sans difficulté à atteindre ce taux de rendement. Toutefois, l'investissement reste de grande envergure, surtout en centre-ville. Mais actuellement, comme la ville d'Antananarivo est plus que saturée, les investisseurs commencent à s'étendre sur les périphéries ou le « Grand Tana », soit 15 à 18 kilomètres plus loin du centre-ville, avec une vision plus élargie.  Les projets de luxe privilégiésMalheureusement, cette extension ne profite pas à tout le monde, étant donné que seuls les projets immobiliers dits « premium » sont privilégiés. Les constructeurs ont des cibles précises. Et les projets vont dans ce sens, d'où la naissance des différents quartiers résidentiels. « S'acheter une maison ou un appartement est un luxe, surtout avec notre pouvoir d'achat actuel. Même avec un prêt immobilier, l'accessibilité reste difficile », témoigne Hantasoa Rajaonarivelo, fonctionnaire. Pour acheter une maison clé en main, il est nécessaire d'avoir entre 300 et 600 millions d'ariary pour le centre-ville, et 150 à 300 millions d'ariary pour la zone périphérique.Construire soi-même sa maison génère également de grosses dépenses, vu la fluctuation du prix des matériaux de construction. Pourtant, tout le monde rêve de devenir propriétaire un jour.       Rova R.

La Vérité0 partages

Question de sacerdoce

Larousse définit le terme « sacerdoce » comme suit, « Fonction qui présente un caractère éminemment respectable en raison du dévouement qu'elle exige ». L'exemple le plus courant est celui du prêtre ou de l'éducateur. Et comme nous sommes en pleine phase électorale pour désigner le titulaire au poste de Chef de l'Etat. Ainsi, se référer au concept de « sacerdoce » n'a rien de déplacé et ne nous écarte point du vif du sujet.

En homme aguerri, Andry Nirina Rajoelina (ANR) n'hésita pas de se porter candidat à l'élection présidentielle du 7 novembre 2018. En réalité, il s'était préparé durant quatre bonnes années car il s'agit pour lui non seulement d'un défi à relever mais surtout une question de sacerdoce qu'il entend mener, si le peuple malagasy le veuille bien, à terme.ANR, aguerri, à travers son parcours personnel, a vu toutes les couleurs des épreuves. Dès son jeune âge, autour de vingt ans, le jeune Andry se lançait déjà dans des activités professionnelles exigeant des prestations normalement dévolues aux adultes. Tenace, ANR ne comptait jamais abandonner, à mi-chemin, ce qu'il décidait d'entreprendre, et ce, quels que soient les difficultés rencontrées comme il l'avait bien noté dans son livre « Par amour de la patrie ». En 2005, à trente-deux ans, seulement, il briguait la Mairie d'Antananarivo, la Capitale. Une rêverie d'un ivrogne disait-on pour les uns, un caprice d'ado selon les autres ! Le Chef de l'Etat, de l'époque, l'ancien Maire de la Ville des Mille, rit sous cape. Mais, on savait la suite ! Durant les deux ans et demi où il avait passé à la Mairie, Ravalomanana lui fit vivre le calvaire. Mais, il s'en sortait toujours.En 2008, ANR défiait le tout puissant régime TIM de Marc Ravalomanana. Ayant le don de leadership et le talent de meneur d'hommes hors-pair, le jeune leader fit vibrer la foule et réussit à ébranler la toute-puissance du dictateur. Ce dernier finit par abandonner et fuit loin du pays. Les cinq années de la Transition qu'il dirigeait, en connaissance de cause, traversait des étapes les plus dures. Au final, le jeune chef de la Transition parvenait à faire sortir le pays de cette terrible crise et passait le pouvoir à un Chef d'Etat élu.  Durant quatre années consécutives, l'ancien président de la Transition, gardait le silence absolu et acceptait sans broncher la « traversée du désert ». Il se disciplinait de ne rien manifester ni sa douleur ni sa colère en voyant son peuple souffrir. En effet, ANR n'a pas pipé mot. Très dure comme épreuve mais il l'a enduré.Arrivant au terme du mandat de l'homme fort, en place, ANR jugea que le temps est venu de se manifester et annoncer publiquement sa volonté de se porter candidat au poste de président de la République car il faut sauver Madagascar. Il est prêt, plus exactement, il s'était préparé depuis 2013. Une question de sacerdoce que le candidat n° 13 compte porter très haut mais en toute humilité et par amour pour la Patrie.Le poste de premier magistrat du pays exige, effectivement, un dévouement et une abnégation. ANR s'était donné bien le temps de s'y préparer. Il s'agit pour lui d'une question de sacerdoce !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Hery Rajaonarimampianina - Des journées noires pour lui

Le candidat du parti HVM Hery Rajaonarimampianina a passé une journée noire jeudi. La propagande ne n’était pas déroulée comme prévu à Ambovombe Androy hier. La caravane de trois hélicoptères a atterri au lieu et à l’endroit indiqués. Mais les instruments de sonorisation étaient défaillants, au grand malheur de tous.

L’incident a provoqué non seulement la colère du public mais aussi la déception du candidat. Il était manifestement fâché à la suite du problème qui est resté irrésolu, selon des témoins oculaires. Pris de court par le contretemps, le candidat fut incapable de tenir un discours qui pourrait capter l’attention de l’auditoire. Le rassemblement n’a duré qu’environ une demie heure seulement.Episodes houleux« Les gens étaient en réalité venus pour le spectacle gratuit. Mais comme la sonorisation était trop mauvaise, ils s’en étaient allés », a raconté notre informateur. L’attroupement n’était donc pas motivé par l’intérêt porté sur un quelconque programme de société du prétendant. Les problèmes du Sud sont bien connus depuis des siècles. Pourtant, les régimes successifs se sont tous montrés incapables d’y apporter une solution idoine.Le même candidat a aussi connu des épisodes houleux à Morondava dans l’après-midi de mercredi. L’habitué des huées en public y a encore subi de rudes épreuves en pleine campagne électorale. Son discours était étouffé par des vacarmes hostiles émanant des groupes mécontents.Voix hostilesSe targuant de sa modeste performance politique, le Président démissionnaire a évoqué les microréalisations de son régime dans les plaines de Dabaraha. Il a promis d’en faire encore plus davantage pour les paysans locaux en termes d’infrastructures pour courtiser l’électorat régional. Pourtant, son offre s’est heurtée à des voix hostiles s’élevant dans la foule.Le mécontentement venait de plus de la tromperie des organisateurs du meeting. Les fonctionnaires locaux du parti ont promis de l’argent aux répondants. Mais le montant perçu n’était pas celui convenu pour certains. « Le paiement était un problème grave tel que je l’ai constaté ici », a rapporté un collègue journaliste local.M.R.

La Vérité0 partages

Andry Rajoelina en campagne - « Je serai le plus jeune Président en Afrique »

Viser plus haut et plus loin ! Les ambitions d'Andry Rajoelina pour le développement de Madagascar est sans limite. Des ambitions qui sont à l'image de son jeune âge. Comme il l'a d'ailleurs annoncé à plusieurs reprises depuis le début de la campagne électorale, en briguant la magistrature suprême, le candidat °13 prévoit de devenir le plus jeune Président en Afrique. Un rêve qui sera tout à l'honneur de la Grande île et qu'il a réitéré durant sa journée de campagne hier. « Si vous votez pour moi, Madagascar aura le plus jeune Président en Afrique », a - t - il déclaré.

Farafangana, Vohipeno, et Ambalavao ont été les zones de destination du président de l' « Initiative pour l'Emergence de Madagascar » et son équipe, hier. Très tôt dans la matinée, la place Fénérive située au bord de la mer était déjà noire de monde à Farafangana. Le meeting fut initialement prévu se tenir au stade mais finalement a été déplacé à cet endroit à cause d'un empêchement de dernière minute. Dès son arrivée sur les lieux, le couple Rajoelina a obtenu une déclaration de soutien indéfectible des Ampanjaka.13 jours au compteurPour sa part, Andry Rajoelina a rappelé qu'il ne reste plus que 13 jours avant le jour J du 07 novembre. « Dans 13 jours, nous allons sortir de la souffrance qui sévit dans le pays », a - t - il déclaré. Et de poursuivre que « Madagascar occupe une place spéciale par rapport aux autres pays voisins car nous disposons de toutes les richesses, des jeunes mais nous sommes pourtant encore pauvres ». Pour redresser la situation, le candidat du TGV a fait part de ses projets pour Farafangana dont l'amélioration du système éducatif, la réhabilitation des établissements publics (EPP, lycées, CEG), l'augmentation de la production en électricité, la mise en place d'une centrale solaire, etc. Il a également affirmé qu'il ne laissera pas une minorité empêcher la majorité à aller de l'avant. Le leader de l'IEM a profité de l'occasion pour donner quelques consignes sur l'utilisation du bulletin unique au moment du vote.La délégation a, par la suite, pris la direction de Vohipeno où une foule en liesse toute vêtue d'orange lui a réservé un accueil chaleureux au stade municipal. Plusieurs personnalités politiques dont des députés pour le changement ont également répondu présent. Promesses de voteLe député Tsabitokay a rappelé dans son discours la déception de la population en apprenant la-non candidature d'Andry Rajoelina en 2013. Cette fois - ci, Vohipeno ne ratera pas son coup et promet d'accorder le maximum de voix possibles au candidat n°13. La dernière visite de l'ex - président de la Transition dans cette localité c'était il y a quelques mois, lors de la béatification de Ramose Botovasoa. En s'adressant à ses partisans, il a mis l'accent sur ses engagements sous forme de pacte (Velirano) qu'il conclut avec la population. Ainsi, Vohipeno bénéficiera d'un stade « manara-penitra », d'un retour à la sécurité, et un accès à l'électricité pour tous.Ambalavao, a été le dernier endroit visité hier. Comme durant les autres déplacements, le stade a été plein comme un œuf. D'emblée, les partisans ont scandé un « premier tour dia vita » à l'endroit du candidat du TGV et son épouse. Andry Rajoelina a promis de résoudre le problème de l'insécurité, la construction d'infrastructures, etc. Il n'a pas manqué d'inviter les citoyens d'Ambalavao à voter à la date du 07 novembre pour le numéro 13.La Rédaction

La Vérité0 partages

Mahajanga - Trois détenus s’évadent de la prison, l’un fut capturé

La prison de Marofoto à Mahajanga, a été le théâtre d’une triple évasion, jeudi vers le milieu de la journée. Si deux fugitifs prénommés Tovo et Josoa ont réussi à s’évaporer dans la nature, et ce, jusqu’au moment où nous mettons sous presse, un troisième était moins chanceux. Il s’était fait prendre à un moment où il a tenté à passer par-dessus le mur d’enceinte du centre de détention. Les gardes pénitenciers l’avaient littéralement tiré du sommet du mur et il a fait une mauvaise chute, ce qui lui a valu d’avoir une jambe cassée.

En revanche, les mutins n’avaient pas été tendres envers un garde. Pour passer, ils l’ont si molesté que la victime a failli mourir en recevant des coups. Pire, les prisonniers, ceux qui ont réussi à se faire la belle, ont essayé de voler son arme de service mais ils ont échoué au dernier moment. A défaut d’arme, ils ont dû se contenter des cartouches.Bien que l’administration pénitentiaire de la Région ait préféré garder le silence sur cette affaire, cela ne l’a pourtant pas empêché de prendre des mesures d’urgence. Tous les gardiens   de prison ont été ainsi consignés. A un certain moment, les visiteurs ont été refoulés hors de l’enceinte de la prison, tandis que la réception des nourritures apportées par les proches des prisonniers, a été accélérée. Ce n’est donc que tardivement que le directeur du centre de détention est finalement sorti du silence en précisant que la triple évasion s’est produite vers 13h le même jour. De même, il a reconnu qu’un geôlier a été victime d’agression et qu’il fut sérieusement blessé à la tête. Pourtant, il a reçu les soins nécessaires et qu’il serait hors de danger. Pour revenir brièvement dans les circonstances de l’évasion, gageons que les mutins l’auraient longtemps planifiée. Cela se voit dans le choix du moment pour passer à l’action. Et surtout, la fuite s’est déroulée à un moment où il n’y avait que quelques surveillants de prison sur les lieux. Cependant, une certaine complicité au niveau même de ces derniers, n’est pas non plus à écarter, selon une information locale. Pour cette fois, celle-ci ne confirme toutefois pas s’il y avait réellement cette complicité ou non. Les gardes et les candidats à l’évasion jouent la comédie en feignant de déclencher une altercation suivie d’un pourparler, tel en est le scénario classique. Pour le moment, l’enquête est encore en développement. Pour l’administration pénitentiaire locale, l’essentiel c’est de retrouver à tout prix les deux fuyards. Car les autorités locales craignent que si elles échoueront, ces derniers seront amenés à récidiver encore.F.R.

La Vérité0 partages

Tennis-Coupe d’Afrique des Nations - Miary Zo relance son appel au secours

Prévu à cinq athlètes, ce ne sont que deux tennismen malagasy qui feront le voyage au Botswana, pour la Coupe d’Afrique des Nations de tennis du 5 au 10 novembre prochains. Il s’agit de Miary Zo Rakotondramboa et Sariaka Radilofe.  La raison est simple, chaque athlète doit mettre la main à la poche pour assurer les frais et dépenses y afférents.  Dans ce sens, Miary Zo relance son appel au secours aux personnes de bonne volonté et notamment au ministère de la Jeunesse et des Sports de lui venir en aide financièrement.

Disputer un rendez-vous continental est le rêve de tout athlète de haut niveau. Mais là, il s’agit aussi de défendre l’honneur d’un pays. C’est la raison pour laquelle l’athlète fait également appel à l’Etat malagasy. « Tout est prêt dans les préparations de cette compétition continentale. Mais je relance encore mon appel à l’aide à l’Etat malagasy et à toute personne de bonne volonté pour me donner un coup de main. Car, l’honneur du pays est en jeu. Malgré mes ambitions, les charges sont lourdes », se plaint le jeune athlète. Rappelons que Madagascar est absent de ce rendez-vous continental depuis 2006. La triste réalité ne permet pas aux athlètes d’entamer leur progression dans la sérénité. Pour cause, le sport est loin d’être une priorité de l’Etat. Un ancien ministre du Sport a toujours dit que «  le développement d’un pays se reflète par le développement de son sport ». Mais cela ne reste qu’une parole. Et l’Etat malagasy ne prend jamais de leçons de ce qui s’est passé avec les Barea. Ces derniers se battaient seuls durant toutes les phases éliminatoires et l’Etat n’a fait son apparition qu’après que l’équipe a décroché le sésame pour l’Afrique. Mais où va ce pays ? Or, 60% de la population constituent des jeunes…E.F.

La Vérité0 partages

Filière cacao - L'un des meilleurs chocolatiers au monde de passage à Nosy Be

Le Salon du chocolat ouvrira ses portes le 31 octobre prochain à Paris où l'on attend 120 000 visiteurs. A cette occasion, la chaîne France 2 est venue à Madagascar où est cultivée la fève blanche. Savoureux et généreux, le chocolat est un petit péché qui fait tourner bien des têtes. Tout vient d'une petite fève qui fait les grands crus. Au large de l'Afrique, au milieu de l'océan Indien, le cacao a trouvé son paradis : Madagascar. François Pralus est l'un des meilleurs chocolatiers au monde. En France, il possède 14 boutiques de chocolat. Ses produits se vendent aux quatre coins de la planète. Très loin de Roanne (Loire), sa ville d'origine, il n'hésite pas à payer de sa personne s'il le faut. Une aventure qui a commencé pour cet artisan il y a presque vingt ans, à Nosy Be, cette île paradisiaque au nord-ouest de Madagascar.

Plusieurs fois dans l'année, François Pralus emprunte un chemin chaotique pour se rendre jusqu'à sa plantation de cacao. Après avoir acheté une parcelle de 17 hectares, il a fallu la défricher et planter les 17 000 cacaoyers. Aujourd'hui, ces arbres commencent enfin à dévoiler leur générosité. La cueillette est une affaire de femmes et se fait toujours de la même façon. Les cabosses sont immédiatement vidées de leurs fèves. Dans la plantation de François Pralus à Nosy Be (Madagascar), 20 personnes y travaillent. Une aubaine pour cette zone où le travail manque. Dans ce petit coin de paradis, le chocolatier roannais a fait le voyage avec quelques-uns de ses plus proches collaborateurs. Une expérience importante pour cette brigade d'artisans du goût. Améliorer les revenus des ouvriersEn tout cas, pour la fin de ce feuilleton consacré à Madagascar, France 2 s'est penchée sur ce cacao d'exception que l'île abrite, recherché par les plus grands spécialistes du monde. A la fin de son séjour, le chocolatier français organise un gigantesque banquet sur sa plantation. Cette fête est très attendue par les ouvriers malagasy. « On sacrifie un zébu, et on prie pour avoir de bonnes récoltes de cacao », explique l'une des ouvrières. A  Madagascar, le zébu est un symbole de puissance et de richesse. Pour les paysans, si la céréale est la nourriture de base, le cacao est leur source de revenus. Sur cette autre exploitation d'un hectare, ces femmes ont toujours cultivé du cacao. Mais depuis quelque temps, elles sont confrontées à des attaques de cochenilles, apparues après les inondations. Elina, chercheuse en agronomie, est venue les aider avec un traitement simple et écologique. Ces petites exploitations produisent l'essentiel du cacao de Madagascar. Pourtant, cette culture leur permet à peine de vivre, le prix d'achat de leur production étant trop bas. « On a du mal à payer les écolages et les soins médicaux pour les enfants. Ainsi, on a créé un syndicat dans l'objectif d'améliorer nos revenus quand on vend du cacao », explique l'une des ouvrières. Première victoire pour ces femmes : le prix au kilo est passé de 26 à 53 centimes d'euro. Recueillis par T.A.

Madagascar Tribune0 partages

Le collectif des candidats opposé à la tenue des élections et le Premier ministre se toisent

« Il faut arrêter la campagne électorale », « trouver les moyens pour améliorer la liste électorale » et « porter plainte auprès de la juridiction compétente pour imperfections du processus électoral » et pour cela, se donner rendez-vous devant le stade de Mahamasina ce vendredi matin. Ce sont, entre autres, les résolutions des participants à la « Conférence souveraine », initiée par un collectif de candidats à l’élection présidentielle qui dénoncent les « graves erreurs » de la liste électorale. Ils sont une vingtaine à assister à cette réunion qui a vu la participation des citoyens venus des quatre coins de la Grande île.

Joseph Martin Randriamampionona alias Dadafara soutient que presque 50% de liste électorale contiennent des erreurs. Ce sont notamment des doublons et des omissions. A cela s’ajoutent des bureaux de vote fictifs qui se chiffre à 4 000 voire 5 000, regrette ce candidat. Fanirisoa Ernaivo, pour sa part, a déclaré que l’insistance de l’organisme en charge de l’élection à la tenir peut être considérée comme une complicité à un détournement de voix.

Le Premier ministre, Christian Ntsay, qui a réagi pour la première fois par rapport à la tenue de cette "conférence souveraine" a affirmé jeudi qu’ « Il ne s’agit pas tout simplement de discuter pour discuter, il faudrait savoir qu’on devrait respecter le cadre légal, c’est la moindre des choses. Aujourd’hui, le cadre de concertation qui existe c’est entre la CENI et les candidats. La possibilité de discuter compare le passé avec tout le monde, mais il faut d’abord qu’il existe un cadre légal, quel qu’il nous soit offert aujourd’hui pour qu’on puisse discuter directement avec eux sans pourtant être taxé d’avoir violé ou de se mettre en infraction par rapport à la loi électorale et par rapport aux textes réglementaires législatives qui existent à Madagascar ».

Concernant la liste électorale, le Chef du gouvernement rétorque : « S’ils sont candidats, ils ont aussi la possibilité d’évoquer des irrégularités, cela relève de leur droit. Ils sont autorisés par les lois à émettre, justement, des avis. Dans ce cadre là, il existe un cadre de concertation entre la CENI et les candidats. S’ils soulèvent des questions techniques, laissons cela à la CENI. La CENI a déjà répondu sur un certain nombre des questions notamment sur le doublon, sur la liste des bureaux de vote ».

« La CENI est au centre de l’organisation des élections et le rôle des candidats est de soulever des préoccupations », ajoute le Premier ministre. « Ces préoccupations ont été prises en compte par la CENI. Maintenant s’il y a encore des améliorations techniques à apporter et si cela dépasse les moyens d’intervention de la CENI, le gouvernement est disposé à le faire. D’ailleurs, par exemple, pour la sécurisation de l’acheminement de matériels électoraux, et la sécurisation du jour du scrutin, le gouvernement a déjà pris des dispositions pour accompagner la CENI. Ce sont des questions techniques auxquelles nous sommes toujours disposés à trouver des solutions techniques ».

En substance, la tenue de cette conférence souveraine à Ivato n’entravera en rien alors la tenue de l’élection dans moins de deux semaines pour le Gouvernement. « Le gouvernement a dit que nous sommes toujours dans le processus qui a été amorcé, déjà depuis maintenant trois mois de cela. Le gouvernement prend ses responsabilités par rapport à la sécurisation des candidats, par rapport à la sécurisation des « meetings » politiques », a déclaré Christian Ntsay.

Concernant les revendications de suppression de la Haute cour constitutionnelle (HCC) ou du gouvernement, il a indiqué qu’il « s’agit d’un jeu politique que je laisserai aux politiciens », après avoir dit « comment voudriez-vous que je vous réponde ? »

Midi Madagasikara0 partages

Airtel Madagascar : Partenaire du 1er congrès international de la société malgache de Neurologie

Le DG d’Airtel Maixent Bekangba (deuxième à droite), parmi les officiels lors de l’ouverture du premier congrès international de la Société Malgache de Neurologie ».

Le troisième opérateur mobile mondial prête main-forte à l’organisation du premier congrès international de la société malgache de la neurologie placé sous le thème « Perspectives de la neurologie du 3e millénaire»

 Le premier congrès international se poursuit actuellement à l’Hôtel Panorama  pour ne se terminer que  samedi prochain.  Cet événement, rappelons-le a entre autres objectifs, d’offrir un retour d’expériences concernant le domaine de la neurologie, de renforcer les compétences des praticiens malgaches et internationaux, d’ouvrir la neurologie malgache  vers le continent africain, ainsi que de promouvoir la neurologie malagasy comme incontournable au niveau de la neurologie panafricaine.

Dispositif de communication

Des enjeux qui ont convaincu Airtel Madagascar à s’y associer en tant que partenaire.  « Engagé dans les actions de développement du capital santé de la population malgache, Airtel Madagascar apporte, cette fois-ci, sa contribution dans l’atteinte des objectifs visés par plusieurs experts internationaux et nationaux de la neurologie », indique un communiqué d’Airtel Madagascar.  En tant que partenaire de ce congrès,  Airtel Madagascar met en place un important dispositif de communication qui permet de relayer les informations relatives aux échanges de ces spécialistes de la médecine.  Une couverture Internet  est également établie durant les six jours du congrès afin d’amplifier les échos de l’évènement sur la toile.

Soutien durable

Grâce à sa vision novatrice du développement, apporte ainsi  un soutien durable et effectif au domaine de la santé. « Airtel Madagascar est une entreprise citoyenne et responsable fière de véhiculer l’importance de la  mission qui incombe aux acteurs majeurs de la santé à travers le monde. Notre politique de Responsabilité Sociétale d’Entreprise décrit d’ailleurs cette approche qui démontre la continuité  et la valeur ajoutée de nos actions. Cet engagement nous permet d’apporter notre pierre à l’édifice et nous rapproche davantage de la communauté malgache»,  déclare le DG d’Airtel Madagascar  Maixent Bekangba. C’est d’ailleurs dans le cadre de cette politique de Responsabilité Sociétale d’Entreprise qu’Airtel Madagascar réalise de nombreux partenariats avec d’autres entités engagées dans le développement socioéconomique du pays.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

PM Ntsay Christian : Pour le maintien du scrutin du 7 novembre

Le Premier ministre Ntsay Christian est pour le maintien du scrutin du 7 novembre.

En marge de l’atelier national sur la lutte contre le travail des enfants, l’esclavage moderne et la traite des êtres humains, qui s’est tenu hier au Carlton, le Premier ministre Ntsay Christian s’est exprimé sur la conférence souveraine organisée par les 25 candidats, au CCC Ivato. Il a tenu tout d’abord à faire savoir que chacun est libre d’exprimer son opinion tout en soulignant au passage que Madagascar est un pays qui respecte la démocratie. A lui de réitérer que le premier tour de l’élection présidentielle aura bel et bien le 7 novembre prochain. Le Premier ministre s’est d’ailleurs référé à la charte africaine sur la démocratie et de la bonne gouvernance que Madagascar a ratifié en 2015. Il se demande, en outre qu’en 2013, la tenue de l’élection en 2018 a été déjà connue. Ceux qui ont eu l’intention de se présenter à la course à la Magistrature suprême ont ainsi eu le temps de se préparer. Malgré tout, le locataire de Mahazoarivo reste ouvert au dialogue.  Un message adressé à tout un chacun en général et aux politiciens en particulier car le pays a besoin d’un apaisement.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambositra : Les locaux de l’I S T A ont pris feux

Si l’Institut Supérieur de Technologie d’Ambositra (I S T A ) avait son propre dispositif de lutte contre les incendies , le sinistre aurait pu être technologiquement maîtrisé.

Des locaux de l’ISTA ont été, la proie d’un incendie, le jeudi 25 octobre dernier, vers 8h 30, . Heureusement, qu’on ne déplore aucun blessé et encore moins aucune perte en vie humaine, mais les dégâts sont considérables. L’origine de ce sinistre serait un court-circuit qui a pris de cours un bâtiment préfabriqué et ses locaux, endommageant de nombreux matériels et mobiliers qui ne seront pas reconstitués de sitôt. Alors que l’ISTA est prévu accueillir les prochaines universiades d’ici peu.

L’intervention des 1100 éléments de l’école de la gendarmerie d’Ankorombe et des habitants ont permis de maîtriser les flammes dans un délai raisonnable avec les moyens du bord. Une situation  qui remet encore en cause la nécessité vitale pour la commune urbaine d’Ambositra avec ses 70 000 habitants , d’être dotée d’un véhicule de pompier.  Pour l’heure c’est l’ironie du sort si l’on se réfère que le BNGRC a doté la préfecture d’Ambositra d’un véhicule de pompier qui ne sert pas à grand-chose. Puisque ce véhicule n’est pas muni de citerne d’eau. La préfète d’Ambositra présente sur les lieux a exhorté le public  à faire preuve de vigilance.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Basketball- CEBB : Ndranto Rakotonanahary en rassembleur

: Ndranto Tagg, le nouveau président du CEBB.

L’entraîneur de MB2ALL Analamanga, Ndranto Rakotonanahary est le nouvel homme fort de la Commission des entraîneurs de basketball (CEBB), hier au Palais des Sports Mahamasina, lors de l’Assemblée générale élective. Avec 61 voix contre 9 pour Jean Claude Ramallingon, entraîneur du Cospn 2 d’Atsinanana, Ndranto succède ainsi à Maminirina Razafindrakoto dit Kims pour un mandat de deux ans. Le nouveau président a dix ans d’expériences dans le coaching et détenteur du diplôme d’entraîneur niveau 2 de la Fédération internationale de basketball association (FIBA). Le renforcement de la solidarité de tous les  entraîneurs, l’élaboration et la mise en place d’une base des données ainsi que la catégorisation des entraîneurs figurent parmi ses priorités. « Il serait important de catégoriser les entraîneurs selon leur niveau, de savoir s’ils sont en activité au pas afin de mieux proposer des entraîneurs nationaux. Cette base des données permettra également de mieux organiser les différentes formations à venir », a-t-il expliqué. En vue des échéances internationales à venir, le CEBB proposera les noms des entraîneurs qui vont être à la tête des sélections nationales.T.H

Midi Madagasikara0 partages

Transport ferroviaire : Nouveau moteur pour Draisine et soutien aux retraités de la ligne FCE

La ligne FCE se développera davantage selon le Ministère des Transports et de la Météorologie.

La deuxième Draisine sera bientôt opérationnelle pour la desserte de la ligne FCE (Fianarantsoa-Côte Est). Il ne reste que les essieux à monter, selon le ministre des Transports et de la Météorologie, Beboarimisa Ralava.

 Attractifs pour les touristes, utiles pour la population et bénéfiques pour l’économie des zones bénéficiaires, etc. Autant d’avantages découlent du transport ferroviaire de Madagascar, qui reste opérationnel comme c’est le cas de la ligne FCE. En effet, de nombreux villages pourraient disparaître et des villes seraient en difficulté, sans cette desserte. Cette semaine, le ministre Beboarimisa Ralava a exprimé son attachement à cette ligne et a également mis en exergue le travail mené par le Ministère des Transports et de la Météorologie pour le développement de la FCE. Une délégation qu’il a conduite a fait une descente à Fianarantsoa pour la remise officielle d’un moteur pour Draisine. D’après les explications, la deuxième Draisine sera opérationnelle pour desservir la ligne FCE, dès que les essieux seront montés. A noter que ces Draisines sont utilisées dans le cadre de l’inspection des lignes, des dépannages et des entretiens des rails. En outre, la ligne FCE ne possède actuellement qu’une seule locomotive ayant trois moteurs de traction. Dans un esprit de progrès et de développement, le Ministère a remis deux induits et portant à quatre le nombre de moteurs de traction de la locomotive avec un moteur de plus en réserve. « Il est à rappeler que la locomotive était au  3/4 de sa puissance et si l’un des moteurs venait à lâcher, il fallait se délester des wagons des voyageurs et des marchandises. Avec une locomotive 4/4 de sa puissance, même si l’un des moteurs lâchait, elle pourra continuer sa route avec ses wagons », ont expliqué les techniciens du Ministère.

Mon dernier train. Concernant la retraite des employés de la FCE, le ministre Beboarimisa Ralava a mené une réunion, le 16 octobre dernier, avec le directeur des Pensions auprès du Ministère de Finances et du Budget, la CNaPS et le directeur de la FCE. D’après les informations, il a été convenu que le paiement des retraites sera proposé dans la nouvelle loi de finances 2019. Le ministre a promis de se charger personnellement du cas des retraités de la CRCM. Par ailleurs, dans le cadre de la réalisation de la Cérémonie « Mon dernier train », et en attendant le résultat de ces nombreuses procédures, le ministre Beboarimisa a apporté sa contribution personnelle pour les retraités de la FCE. Durant son discours, il a souligné que cela n’était certainement pas pour des raisons politiques, mais qu’il tient surtout compte de  l’importance du travail effectué par ces retraités pour la Nation.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

ACMIL : Miaramila manamboninahitra frantsay, nampiofana momba ny fitifirana

Isan’ny fiaraha-miasa amin’ny firenena avy any ivelany, toa an’i Frantsa, ny fahatongavan’ireo miaramila manamboninahitra avy ao amin’ny Nosy La Réunion ao amin’ny Acmil Antsirabe . Hampianatra miaramila ao amin’ny Akademia sy ENSOA no anton-dian’izy ireo. Naharitra folo andro ny fampianarana ka niompana tamin’ny resaka taktika sy fitifirana ny fampiofanana ; izay nifarana ny Alakamisy 18 Oktobra  lasa teo. Manamboninahitra , sy manamboninahitra lefitra ary miaramila tsotra no nandray ity fampianarana ity ankoatra ny ao amin’ny ENSOA. Ireo mpiofana ireo avy eo no hizara ny fahaiza-manaony any amin’ny miaramila sy ny mpianatra . Misy in-dray isan-taona ity fampianarana ity araky ny fanazavan’ny kaomandin’ny sekoly.

Isan’ny tombontsoa azon’ireo miaramila amin’ity fampianarana ity, ny fanarahana toetr’andro amin’ny taktika fitifirana, iraha-mahalala hoy hatrany ny Kaomandin’ny sekoly, fa efa lasa raha  i Frantsa amin’io reseka taktika io. Mivoatra sy miova noho izany ny fahaiza-manao ary miova amin’ny nahazatra hatrizay .

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Musique du monde : Bilan international positif pour Tokotelo

Le groupe Tokotelo, composé de D’gary, Monika Njava et de Joël Rabesolo est sur le point de conclure une année de tournée internationale. Monika Njava, qui joue les portes paroles dresse un bref récapitulatif, entre les hauts et les bas, notamment la disparition de l’accordéoniste Régis Gizavo, qu’a connu cette formation. Mais également, elle divulgue quelques perspectives pour l’année à venir.

Où en est maintenant Tokotelo avec sa tournée internationale ?

Nous sommes en train de finaliser notre tournée, ce sera par un concert en Espagne et au Womex. Ainsi ces séries de représentations concluront notre année. Pour ce qui est d’un concert à Madagascar, cela dépend de chacun mais nous envisageons en faire un au pays au mois d’avril 2019.

Le Tokotelo des débuts a vécu la disparition tragique de Régis Gizavo. Ensuite, c’est Joël Rabesolo qui a repris le flambeau. Comment les gens ont appréhendé ce changement ?

C’est vrai que nous étions très ravis de la réception des gens pour notre nouvelle composition. Bien sur, cela a été dur de remplacer feu Régis Gizavo. D’ailleurs personne n’arrivera pas à faire ce qu’il est capable de faire. Cela a aussi généré quelques soucis. Comme vous savez, ici, les dates et les programmations sont déjà effectuées un an à l’avance. Après le décès de Régis Gizavo, nous n’avons pas pu honorer plusieurs rendez vous. Pour rattraper le coup, nous avons sorti un album « Diavola ».

Cela a ensuite marché, mieux que vous l’espérez même. Est-ce que ce ne serait pas mieux de l’affirmer par un troisième album ?

Tokotelo est donc maintenant à son deuxième album. Pour le troisième ? Allez, on va un peu se reposer d’abord (Rires). Je vous ai déjà dit que la réaction du public nous a étonnée, et cela nous a apporté beaucoup de choses. Ce n’était pas évident de créer une nouvelle approche, mais Joël Rabesolo a su apporter son génie du jazz avec la manière sublime de jouer de D’gary.

Vraiment autres choses, qu’est ce que vous espérer aux Malgaches pour les futures élections présidentielles ?

Personnellement, beaucoup de choses ne vont pas changer, voire même, se dégrader encore plus. Tout le monde connait l’ensemble de ces gens qui se présentent aux élections. Maintenant qu’ils veulent courir pour améliorer la vie des malgaches. Peut être s’ils ont changé comme ces dahalo qui ont changé d’âme vont se mettre enfin à penser au quotidien des citoyens.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Lenteur du ramassage d’ordures : Risques sanitaires accrus et sous-bassement politique

En pleine saison pesteuse et à l’aube de la saison des pluies, nous assistons au problème récurrent de la lenteur du ramassage d’ordures dans la capitale. Elle est attribuée à des lacunes en organisation, mais aussi en coulisses, on lui attribue un sous-bassement politique. Quoi qu’il en soit, les risques sanitaires pour la population sont énormes.

« La peste et le choléra ». Déjà que la population tananarivienne ne brille -généralement pas- pour ses gestes éco-citoyens, les ordures s’entassent aux quatre coins de la ville (qu’il s’agisse de quartiers résidentiels comme la Cité Planton ou populaire comme Ambodivona par exemple). Après «  l’opération coup de poing, » du mois dernier, les montagnes d’ordures recommencent à décorer tristement la capitale, ce qui favorise l’insalubrité, la pollution et l’invasion des rats, principale vecteur de la bactérie yersinia pestis, à l’origine de la peste.   Alors que depuis le 1er août et le 23 octobre, la peste bubonique a déjà fait plus de trois victimes sur 28 cas, contre cinq décès sur cinq cas pour la peste pulmonaire. Plus grave encore, avec la saison des pluies qui pointe son nez et la saison pesteuse encore en cours, l’expression « la peste et le choléra » pourrait devenir plus qu’une expression et se traduire en réalité.

Obstacles. A l’origine de cette lenteur, les principaux moyens avancés sont : le manque de coordination et de moyens logistiques (camions, carburant, paiement des prestataires, etc.). Toutefois en coulisses, il est connu que les leaders du Service autonome de maintien de la ville d’Antananarivo (SAMVA) et la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA)ainsi que le ministère de tutelle, en raison de leurs couleurs politiques divergentes et rivales (celles des deux présumés favoris à la présidentielle) ne s’entendent ni comme larrons en foire, ni comme la peste et le choléra. Pourtant, quels que soient leurs couleurs politiques, l’intérêt public doit primer, la capitale doit être assainie et les bacs à ordures vidés convenablement et régulièrement.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Dadafara n°20 : Améliorer le niveau de vie des Malgaches

Le niveau de vie des Malgaches n’a cessé de se détériorer ces 40 dernières années. Le pouvoir d’achat est au plus bas et le nombre des Malgaches qui s’appauvrissent, au point d’être obligés de fouiller dans les poubelles pour survivre, ne cesse d’augmenter. Ce sont ces raisons qui ont poussé Joseph Martin Randriamampionona, candidat n°20, à s’aligner dans la course à la présidentielle. Il dispose d’une stratégie permettant de sortir la population malgache de la pauvreté et de rehausser son niveau de vie.

Selon lui, son programme comprend la création d’emplois pour les jeunes qui constituent la majorité de la population. En effet, l’absence d’occupation est une des raisons de l’insécurité. Nous pouvons constater qu’il n’y a pas que les racailles qui font du pickpocket et autres vols à la tire, mais que des femmes et enfants s’y mettent aussi.

Dadafara n°20 persiste à dire que l’une des voies pour sortir de la pauvreté est l’emploi. C’est un des problèmes fondamentaux de chaque individu auquel il faudra trouver une solution rapide et urgente. Il en fera sa priorité quand il accédera au pouvoir.

Il persiste aussi à dire que la mentalité égoïste des dirigeants qui se sont succédé, qui ne pensaient qu’à leurs intérêts, a précipité Madagascar dans la pauvreté.  Et pourtant, Madagascar possède d’importantes richesses, minières et halieutiques. Malheureusement, seule une petite frange de la population en profite, mais pas la population en générale.

La solution à ces problèmes est de mettre sa confiance en Joseph Martin Randriamampionona, candidat n°20.

Fy

Midi Madagasikara0 partages

Les chiffres de la semaine

50% à 90% de prévenus. Dans la  plupart des lieux de détention à Madagascar, plus de 50% des détenus sont encore en attente de leur jugement (dont une large partie depuis plus de cinq ans). Dans certaines prisons, comme celle de Manakara, ce pourcentage frôle même les 100% en atteignant les 90%. Pour cause(s), le mandat de dépôt devenu systématique arrive en premier, suivi de près par l’insoutenable lenteur des procédures judiciaires ; et la corruption dans le milieu de la Justice. Comme conséquences dramatiques, soulignons la surpopulation carcérale à l’origine de conditions de détentions inhumaines (malnutrition sévère, violences, morts, etc.), comme dans celle d’Antanimora, initialement prévue pour 700 détenus, mais qui accueille plus de 2800 actuellement.

28 cas de peste pour 10 districts. Du 1er août au 23 octobre, la situation épidémiologique de la peste fait état de 28 cas de peste, dont 23 de forme bubonique (avec trois décès) et cinq de forme pulmonaire qui se sont tous soldés par la mort. Les dix districts jusqu’à ce jour concernés sont : Ambalavao, Ambatofinandrahana, Anjozorobe, Ankazobe, Befotaka, Betafo, Manandriana, Miarinarivo, Midongy Atsimo et Atsimondrano.

Trois lauréats. Fierté nationale et coup de boost pour l’entrepreneuriat des jeunes. Trois jeunes entrepreneurs malgaches ont été primés à Paris lors de l’évènement « Startup Week-end Paris, Editions Madagascar », qui a eu lieu le week-end dernier au SenseSpace dans la capitale française.

21 000 tortues. Plus de 21 000 tortues terrestres ont été exportées illicitement en Asie entre 2009 et 2016, selon le WWF (Fonds mondial pour la Nature), et une étude menée par le TRAFFIC (Réseau de surveillance du commerce des espèces sauvages, programme conjoint du WWF et de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Par ailleurs, il a été annoncé que le mois d’avril de cette année, fut celui de la « plus grande saisie de tous les temps » en ce qui concerne le trafic de cette espèce, avec plus de 10 000 tortues radiées saisies.

800 Ariary. Certaines coopératives comme celles des lignes Fifiabe, Fanantenana et Kofiamo qui desservent l’axe d’Ivato se dirigent vers ce tarif depuis cette semaine ; notamment ceux de l’axe Vassacos-Anosiala fixé à 800 Ariary et à 600 Ariary pour le  « tapa-dalana » ou demi-trajet.

Trois policiers lynchés. Vindicte populaire à Fénérive-Est. Trois inspecteurs de la police économique ont été lynchés à mort par une foule en furie et mal informée. En tenue civile et paraît-il sans ordre de mission légal- alors qu’ils étaient bel et bien en mission commandée- ils ont été pris pour des cambrioleurs par la population. Ce qui a conduit à leur lynchage, devant des éléments de force de l’ordre en infériorité numérique. Une barbarie qui n’est pas sans rappeler Antsakabary ; ce qui prouve une fois de plus la frustration psychosociale ambiante et le manque de confiance de la population en l’autorité de l’Etat.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli : Mamada au Glacier

Mamada chauffera ses inconditionnels au Glacier Analakely aujourd’hui. Le rythme tropical, il le maitrise. Tsapiky, quelque fois  du kilalaky, un peu de « slow music », Mamada  maîtrise ces rythmes musicaux.  Il est sûr que tout le monde aura sa part ce soir à 21 heures.  Moramora avao, Namako, Many,  seront sans doute dans son répertoire. L’amour, la vie, la famille, sont les principes de ce chanteur. Avec sa voix  tantôt grave, tantôt aigue, Mamada peut faire tous les genres de musique. C’est un des chanteurs incontournable dans le monde de la musique tropicale.

 

Iary au  Fatapera  Antaninarenina

Energique,  active, dynamique, Iary est une Rockeuse qui a du charme. Elle va certainement mettre le feu au Fatapera Antaninarenina. Un évènement à ne pas rater pour les amoureux de rock en général et la musique lourde d’Iary en particulier. Il est sûr que les signes de cornes seront en l’air ce soir à 21h. Une soirée à ne pas s’en faire d’une miette.

 

THE web à l’Hôtel  l’Avenue à Analakely

Quand on parle de the web, il y a le Rock et un peu de jazz qui sonnent avec ! L’Hôtel del’Avenue sera animé par une ambiance émouvante. Ce groupe franco-malgache chante en Anglais. Une formation exceptionnelle qui va  sans doute éblouir ses  fans.  Entre Rolling Stones et Jimmy hendrix, the Web est une bande qui a un style de rock indé et le rock classique comme l’un de ses membres précis. Alors rendez-vous à l’Hôtel de l’Avenue.

 

Ariane au Jao’s Pub

Ambohipo va être dans une ambiance de Tsinjaka avec Ariane au Jao’s Pub à 21 heures.  Ce jeune homme à une voix remarquable.  Séduisant et charmant, Ariane est une nouvelle génération pesant dans le monde de la musique variété à Madagascar.  Mandany vola, Mamilafila, du « salegy soft » à l’Afrobeat, le beau Ariane embrasse tous  les rythmes.

 

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Telma : 100 nouveaux collaborateurs recrutés par an.

Telma est présente au Salon de l’Etudiant.

Le groupe Telma continue d’étendre ses activités, aussi bien sur le plan local que régional, et même  international. Une extension qui fait bien évidemment le bonheur des chercheurs d’emploi puisque le groupe recrute chaque année plus de 100 nouveaux collaborateurs.  C’est d’ailleurs dans le cadre de son programme de recrutement que Telma participe au Salon de l’Etudiant qui se tient à Ankatso depuis le 24 octobre dernier.  Sponsor de l’événement, Telma y  met à la disposition des étudiants, une équipe de ressources humaines pour leur présenter les postes à pourvoir et pour expliquer les évolutions de carrière possibles.  En plus, Telma offre sur place tout son savoir-faire en matière d’offre mobile et Internet. Notamment son offre spéciale rentrée  qui propose le très haut débit 4 G avec le Wingle, la Power Box 4 G et même la fibre. Une équipe d’experts sont disponibles au stand Telma du Salon de l’Etudiant qui prend fin aujourd’hui sur l’Esplanade Ankatso.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Roland Ratsiraka : RIR n’est pas une aventure mais une success story

Roland Ratsiraka est un fervent sportif notamment pour la moto cross.

En Général le « Résultat Impact Rapide » (RIR) est basé sur des programmes qui ont connu un succès et ont construit la réputation de Roland Ratsiraka dans certaines villes et régions. RIR n’ est donc pas une aventure mais une success story sur beaucoup de sujets.

Roland Ratsiraka lorsqu’il était maire, avait créé l’athlétisme semi-professionnel et l’Ascut Basketball, il s’agit d’avoir une politique défendant la jeunesse et le sport. Les athlètes qui avaient des résultats au championnat de Madagascar étaient pris en charge par le maire au niveau de leurs frais de scolarité ou s’ils étaient sans emploi, ils étaient recrutés à la Mairie.

Les résultats étaient un rêve pour les athlètes qui ont enregistré plusieurs titres au niveau national et de l’océan indien. De même que l’Ascut Basketball a ravi plusieurs fois le titre de champion de Madagascar à l’instar de l’équipe de  volley-ball Stef auto, qui est proche de RIR, plusieurs fois championne de Madagascar également.

Dispositions. Au niveau de l’emploi et de la formation, Roland  Ratsiraka a créé le SAMAFI (Sampana Monisipaly momba asa sy fiofanana) ou Agence Municipale pour l’emploi et la formation. Il s’agit d’identifier les chômeurs et de leur donner du travail temporaire de deux ou trois jours. Des dispositions qui touchent des milliers de personnes. Cela a permis de prévenir la déliquescence, de lutter contre la pauvreté et de leur donner de l’espoir que la pauvreté n’est pas une fatalité. Le RIR a aussi à son actif le programme ECISE (éducation civique sécurité et emploi) et FaMa (Sport semiprofessionnel).  Partout dans les fokontany en ville comme en campagne la jeunesse est désemparée et se disent sans avenir. Ils sont diplômés ou pas mais en majorité sans occupation, pourtant ils constituent 60% de la population. .L’exceptionnelle richesse de Madagascar est une vraie opportunité pour les jeunes mais souvent ils l’ignorent et surtout attendent passivement que les choses viennent vers eux plutôt que d’être actifs et se créer des opportunités.

Insécurité. Concernant l’insécurité, il s’agit ici par exemple de responsabiliser les colonels et autres officiers qui sont sans postes, ils peuvent transmettre la discipline, la notion de sécurité pour améliorer la défense villageoise, tout ceci sans manipulation d’armes.

Sur un tout autre sujet, le candidat n°33 propose le sport semi- professionnel en choisissant les disciplines  qui peuvent apporter des résultats. A cet effet, toutes les entreprises intéressées pourraient apporter leurs contributions. C est- à dire que les sportifs joueront en même temps qu’ils travailleront et toucheront leurs salaires. Et d’enchaîner que les compétitions internationales devraient être encouragées car elles créent du dynamisme dont notamment touristique. D’ailleurs Roland Ratsiraka n’hésitera pas à avoir de l’ambition afin que des Rallyes Raid soient organisés à Madagascar au même titre que le rallye Dakar ou autres.

Disciplines. Roland Ratsiraka champion de Madagascar si…. En dehors des autres disciplines sportives appuyées par candidat, il participe également au championnat de Madagascar de Motocross. Vice champion de Madagascar l’an dernier, car il lui manquait quelques courses, il sera peut- être champion de Madagascar 2018, car il vient de remporter Le Grand Prix de l’Est qui se déroulait à Tamatave dans le sable très rude, une compétition que beaucoup  fuient. RIR entre deux meetings a tenu à participer et  ces enfants également. Damien huit ans a été  2e classe de la catégorie 65cc et Gerald 12 Ans 5e en 85cc, et le Papa a été imbattable, malgré la crevaison en première manche. Roland Ratsiraka tient à souligner que peu importe ses fonctions et activités, il faut rester simple et vivre de ses passions.

Le candidat n°33 toujours prêt à la course à la magistrature suprême.

Il compte participer et si possible gagner toutes les courses qui restent dans le calendrier du championnat et donc être champion de Madagascar 2018 si tout va bien. En politique il n’a pas peur des adversaires et connaît ses points forts et compte bien créer la surprise.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball N1A : Des quarts très chauds !

Les championnats de Madagascar de basket-ball en N1A aborderont ce jour les quarts de finale avec des affiches très alléchantes qui prendront l’allure de finale avant la lettre.

De belles affiches ! Ce sera le cas de ce duel au sommet entre la GNBC et les Majungais de l’ASCB. Une rencontre qui pourrait être la finale chez les hommes mais le tirage au sort en a décidé autrement.

Premier rôle. Ce sera au Palais des Sports à 16h, mais auparavant et pour rester chez les hommes, on verra,à 14h15, une franche explication entre le COSFA et le Cosmos qui s’améliorent au fil des matches.

A 12h30 et dans un degré moindre, le COSPN partira avec la faveur des pronostics face aux Majungais du SEBAM.

Le dernier match de cette journée mettra aux prises l’ASCUT au MB2All. Une occasion pour les Tamataviens de confirmer tous les biens qu’on pensait d’eux.

Chez les dames, le premier match au petit palais opposera le Soma Beach BC, bien décidé à jouer le premier rôle dans ce sommet national, à l’AS Ambohimanarina.

L’autre prétendant au titre en l’occurrence le MB2All affrontera à 10h45 aux Tuléaroises du BC Est.

Les deux autres affiches chez les dames offrent une belle bataille puisque, Fandrefiala croisera le fer avec TAMIFA vers 9h, tandis que l’ASCUT tentera de battre la JEA Vakinankaratra, à 10h45 toujours à la petite salle du Palais des Sports.

Tout compte fait, ces quarts de finale s’annoncent somptueux et permettraient de faire une large revue d’effectifs avant les demi-finales de samedi. Des rencontres à ne pas rater sous aucun prétexte.

Clément RABARY

Le calendrier des quarts

Hommes

12h30 : COSPN contre SEBAM

14h15 : COSFA contre Cosmos

16h00 : GNBC contre ASCB

17h45 : ASCUT contre MB2All

Dames

09h00 : SBBC contre ASA

10h45 : MB2All contre BC Est

09h00 : Fandrefiala contre TAMIFA

10h45 : ASCUT contre JEA

Midi Madagasikara0 partages

Scellage de douze containers : Plus de 200 petits importateurs victimes

La Douane a scellé douze containers de produits importés de l’Asie notamment de la Chine, depuis le 12 septembre 2018 jusqu’à maintenant, dans l’entrepôt privé de la société IMEX à Tanjombato. Celle-ci est un prestataire de service qui assure le groupage des produits importés par les petites et moyennes entreprises, tout en facilitant leur dédouanement avec l’accompagnement de la Douane. « Cette fois-ci, plus de 200 petits importateurs qui ont fait le groupage de leurs marchandises via notre service en sont victimes. Ils réclament immédiatement leurs biens car cela leur porte préjudice. Nous avons même reçu des menaces de la part de certains d’entre eux. Il faut reconnaître, en effet,  qu’ils font vivre en tout à peu près 1 000 personnes. Raison pour laquelle, nous interpellons le directeur général de la Douane à trouver une voie pacifique tout en respectant la loi afin de desceller ces containers. D’ailleurs, le service de la Douane a déjà fait une visite en sous-douane de ces containers et tout a été en règle », a expliqué Rajaonarivelo Claudine, gérante de la société IMEX lors d’une réunion d’informations avec ces petits entrepreneurs victimes, hier à la salle d’œuvre de l’ECAR à Antanimena.

Fausse déclaration. Une contre-visite par un autre service de la Douane a eu lieu dans l’entrepôt de cette société de groupage. « Et on nous dit que ces containers sont scellés en raison d’une fausse déclaration.  Nous démentons formellement.  Sur quelle base prétendent-ils conclure ainsi alors que nous n’avons pas reçu jusqu’à ce moment la déclaration en douane constatant qu’il y a réellement une infraction », a-t-elle fait savoir. De nombreux importateurs victimes qui ont assisté à cette réunion  revendiquent  le descellage de leurs marchandises  car ils doivent les revendre au plus vite pour pouvoir rembourser à l’échéance leurs dettes au niveau des institutions financières. Certains se trouvent en ce moment en grande difficulté, tandis que d’autres craignent si le groupage des autres marchandises importées il y a deux semaines, est confronté à ce même problème. La société IMEX, de son côté a évoqué que, toutes les opérations d’importations venant de l’Asie sont bloquées à cause de cette affaire. Elle a cependant entamé des négociations auprès de la Douane pour pouvoir enlever  au moins les marchandises périmées. Il s’agit entre autres, des produits cosmétiques.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Marc Ravalomanana : Elan populaire effréné à Mahajanga et Toamasina

Une foule immense convaincue par le « Manifesto » et le MAP2.

Journée marathon hier pour le candidat n°25 qui concilie désormais, accélération et campagne de proximité. En effet, Marc Ravalomanana a pu tenir en une journée 11 meetings dans 11 endroits différents. Après avoir clôturé ses meetings de mercredi à Mahajanga, le bâtisseur a débuté hier à Ambato-Boeny et a terminé sa journée à Toamasina. Entre Ambato-Boeny et la capitale des Betsimisaraka, Marc Ravalomanana s’est rendu successivement à Bevilany, Manaratsandry, Manerinerina, Mampikony, Madirovalo, Amparafaravola, Morarano Chrome, Ambatondrazaka et Andilamena. Il est jusqu’ici  le seul candidat qui a osé tenir pendant des jours ouvrables des meetings à Mahajanga et Toamasina. On a constaté au cours du passage du candidat n°25 dans ces deux grandes villes du pays, un élan populaire effréné propulsé par la pertinence des solutions proposées par le « Manifesto » et la MAP2. Le même constat s’est imposé dans la région Alaotra Mangoro où le bâtisseur se sentait en terre conquise.

Sur le point de non retour. Visiblement, la campagne du candidat n°25 s’accélère à l’approche de la date du 07 novembre. Il se lance en même temps dans une campagne contre l’éventuel report des élections. Devant une foule immense avant-hier à Mahajanga, Marc  Ravalomanana a déclaré que le processus électoral est irréversible. « Nous ne pouvons plus faire marche arrière. Il faut avancer. Il faut mettre fin à la crise d’emploi et d’insécurité à laquelle est confrontée la population de Mahajanga depuis le coup d’Etat de 2009. », a-t-il martelé. Par ailleurs, le candidat n°25 a fait savoir que nos partenaires techniques et financiers dont la France et la Norvège ont déjà octroyé leurs financements dans le cadre du SACEM. « Si nous reportons cette élection, ces bailleurs de fonds n’auront plus confiance en nous. », a fait prévenir Marc Ravalomanana. Bref, le bâtisseur poursuit son chemin vers la victoire. Une victoire qui ne sera pas seulement la sienne, mais aussi celle de tout le peuple malgache.

R. Eugène