Les actualités Malgaches du Jeudi 26 Septembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara83 partages

Corée du Sud : De jeunes volontaires à Madagascar

De jeunes volontaires coréens dans la Grande Ile pour apporter leur savoir- faire.

Grande première pour l’ambassade de la République de Corée à Madagascar. En effet, depuis son ouverture en 2016, c’est la première fois qu’une vague de jeunes volontaires coréens sont arrivés dans la Grande Île.

Ils sont au nombre de 13, jeunes étudiants issus du Korean University Council for Social Service (KUCSS). Toujours est-il que le KUCSS est la plus grande organisation de volontaires en Corée spécialisée dans la promotion du volontariat dans le monde par des étudiants universitaires. Notons que cette organisation a existé depuis 1996.

Missions. Les 13 volontaires sont arrivés à Madagascar au mois d’août dernier et commenceront leurs missions dès le mois d’octobre de cette année pour une durée de 4 mois. Ils seront déployés à Antananarivo et à Antsiranana et donneront des cours d’art, de musique, de taekwondo, de langue coréenne et anglaise, de Kpop dans au « Korea Corner » de l’Université d’Antananarivo. Les bénéficiaires sont notamment quatre écoles primaires dans la capitale, et le Centre des Jeunes d’Antsiranana. Ils prêteront également main  forte  à la Fondation du « Futur de l’Afrique » qui a pour objet d’offrir des soins médicaux mobiles dans les coins reculés de Madagascar et qui est dirigée par Dr. Jae Hoon Lee, spécialiste en chirurgie, et sa femme Jae Yen Park.

Impacts positifs. Cela a été possible grâce à l’initiative conjointe de l’Ambassade de la République de Corée à Madagascar et de l’Agence coréenne de coopération (KOICA). Les 13 jeunes volontaires coréens sont tous enthousiastes à l’idée d’apporter leur contribution qui aura probablement des impacts positifs dans la vie des Malgaches avec qui ils seront en contact. Leur action ne va pas seulement se limiter aux grandes villes mais ils feront également des descentes dans les contrées reculées du pays comme on l’a déjà dit auparavant.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara8 partages

Conseil des ministres : Nomination de 11 gouverneurs hier

Il s’agit de la première vague. Les 11 autres « Ragova » seront certainement connus lors du prochain Conseil des ministres.

Pas question de faire machine arrière. Le TGV persiste et signe pour la nomination des gouverneurs dont la mission est de coordonner la mise en œuvre de tous les projets de développement au niveau des régions. C’est désormais chose faite. Le Conseil des ministres d’hier a pris le décret de nomination de 11 gouverneurs des régions. Aussi, TOKELY Justin vient-il d’être nommé Gouverneur pour la Région SAVA ; Randriantsoa Mong Wai-Tune Serge Lucky, Gouverneur de la Région MENABE ; Hatrefindrazana Jerry, ancien député indépendant élu à Taolagnaro nommé Gouverneur de la Région ANOSY ; Soja Tsimandilatse Lahimaro nommé Gouverneur pour la Région ANDROY ; Tovondrainy Andriantsitohaina Ranoelson Edally nommé Gouverneur de la Région ATSIMO ANDREFANA ; Ramandehamanana Richard, l’ancien Chef de la Région Alaotra Mangoro fait son come back puisqu’il vient d’être nommé Gouverneur de la même Région ; Rasoamaromaka Herilalaniaina, Secrétaire national du TGV, connu et reconnu parmi les fidèles compagnons de lutte du président Andry Rajoelina, nommé Gouverneur de la Région Analamanga ; Andriamanana Solofonirina Maherizo nommé Gouverneur de la Région Itasy ; l’ancien député d’Ifanadiana Razafindrafito Lova Narivelo nommé Gouverneur de la Région Haute Matsiatra ; Mahafaky Justin nommé Gouverneur de la Région Atsimo Atsinanana ; et le Sénateur Lylison René de Rolland Urbain nommé Gouverneur pour la Région SOFIA.

Contrat-programme. Il s’agit donc de la première vague de nomination de « Ragova ». Seuls 11 gouverneurs sur 22 ont été nommés hier. Les autres seront certainement connus incessamment, probablement lors du prochain Conseil des ministres qui aura lieu mercredi prochain. A première vue, le président Andry Rajoelina a choisi de faire confiance à ses fidèles collaborateurs, mais aussi à des techniciens qui ont déjà fait leur preuve au niveau de l’Administration. L’on y aperçoit aussi une ouverture car parmi les gouverneurs nouvellement nommés, il y a un ancien président du groupe parlementaire HVM au sein de la Chambre basse. Si l’on se réfère au décret relatif aux gouverneurs pris hier en Conseil des ministres, la mission des gouverneurs est de veiller au développement harmonieux et équitable de toutes les communes relevant de son ressort territorial, notamment en priorisant les intérêts intercommunaux. En effet, la nomination des gouverneurs fait partie des promesses présidentielles. Durant la campagne électorale, Andry Rajoelina s’est engagé à donner la même chance de développement pour toutes les collectivités territoriales décentralisées. L’ère des « tany lavitra Andriana » ou des « Zanak’Ikala hafa » est révolue. « Toutes les régions seront dotées d’engins pour construire des routes et d’un budget identique, par ailleurs, les gouverneurs vont être évalués périodiquement selon leurs réalisations », a-t-il martelé durant ses descentes sur le terrain. Comme les membres du gouvernement donc, les gouverneurs des régions feront, eux-aussi, l’objet d’un contrat-programme.

CODE. Selon les textes, le gouverneur procède à la planification des activités se rapportant au développement de la Région par rapport à la Politique Générale de l’Etat. Il dispose des pleins pouvoirs de décision concernant le budget de la Région en tant qu’Ordonnateur principal des dépenses de la Région avec faculté de délégation. Il prescrit l’exécution des recettes sous réserve de dispositions particulières du Code général des impôts relatives au recouvrement des recettes fiscales des collectivités territoriales décentralisées. Le décret relatif au gouverneur prévoit aussi la création d’une structure d’appui dénommé « Conseil d’Orientation pour le Développement Economique » (CODE) qui se chargera d’étudier la mise en œuvre des différents projets. D’après les explications, ces gouverneurs nouvellement nommés vont faire leur preuve jusqu’aux prochaines élections régionales. Le fait qu’ils aient été nommés en Conseil des ministres risque de provoquer des polémiques. Force est de constater toutefois que sous la Troisième République et durant le premier quinquennat de la Quatrième République, les Chefs de région ont toujours été nommés.

Davis R

Midi Madagasikara5 partages

Programme Fihariana : 80 milliards d’ariary mis à la disposition de la BNI

Lors de la signature de convention entre les parties prenantes à Ambohitsorohitra.

Une convention sur le financement des projets des entrepreneurs a été signée hier entre le programme national Fihariana et ses partenaires au palais d’Etat à Ambohitsorohitra.

Il s’agit notamment de la banque BNI Madagascar et de la société nationale de participations (SONAPAR). Notons que cette dernière débloque une somme de 200 milliards d’ariary pour la mise en œuvre du programme Fihariana. Parmi lesquels, un montant de 80 milliards d’ariary est mis à la disposition de la BNI Madagascar, dans le cadre de cette convention, en vue de financer directement les projets soumis par les entrepreneurs candidats après études de leurs dossiers. « C’est une somme inédite. Aucun bailleur n’aurait jamais investi autant de moyens financiers auparavant. Ce sont autant de moyens qui sont mis à la disposition d’une banque comme la BNI pour faire en sorte que cet accès au financement se fasse de manière plus rapide, plus fluide et surtout avec un taux avantageux », a déclaré Alexandre Mey, le Directeur général de la BNI, lors de cet événement.

80 .000 dossiers collectés. Cette banque réaffirme ainsi son engagement à appuyer l’entrepreneuriat qui génère de l’emploi à Madagascar, en commençant par le financement des projets touchant le secteur agricole. « Cette étape marque la concrétisation des financements des projets des entrepreneurs après six mois de mise en œuvre effective du programme Fihariana. Ce qui permettra en même temps de réaliser les promesses du Président de la République Andry Rajoelina en matière de promotion de l’entrepreneuriat, de création d’emploi et de développement économique de Madagascar », a expliqué Valéry Ramonjavelo, le Secrétaire général de la Présidence. Notons que plus de 80.000 dossiers de demandes de financement ont été collectés dans tout Madagascar. Parmi lesquels, 3.200 dossiers ont été transmis aux banques partenaires. Par ailleurs, « d’autres partenaires comme le Programme Alimentaire Mondiale et l’Organisation Internationale du Travail, se sont également manifestés pour appuyer le programme national Fihariana, à part les institutions financières. L’objectif commun est le développement de l’entrepreneuriat et la création d’emploi dans le pays », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Musique : J.Love revient avec “Tsy hipody”

JLove chante en lingala,en malgache et en français.

Cela fait un mois que ses inconditionnels ne l’ont pas entendu. « Le silence n’est pas un oubli. C’est un recul pour mieux sauter » a-t-il dit. En fait, J.Love n’a jamais posé sa valise. Il a effectué des tournées dans la partie orientale de Madagascar. De Sambava en passant par Toamasina, jusqu’à Sainte-Marie, ce chanteur infatigable donne tout pour satisfaire ses fans. Récemment, il a sorti un titre qui va sûrement être un tube à la fin de l’année : « Tsy hipody ». Cette chanson parle d’une femme que j’aime, mais qui ne m’aime pas. J’ai appris qu’elle fréquente un autre homme. Elle a cru que cet homme l’aimait, alors que c’était tout à fait le contraire. Le gars lui a brisé le cœur. Elle décide de revenir vers moi. Mais moi j’ai déjà tourné la page » a-t-il raconté. Le chanteur est toujours fidèle à ces thèmes : l’amour et la déception. Quant au rythme, il a changé de style. Si la rumba dominait dans ses précédentes musiques, cette fois-ci J.Love bascule vers l’afro-beat. Sur la mélodie composée par Tidy Kenny, l’artiste a su s’adapter au rythme.

Malgache d’adoption. Amoureux de Madagascar, le chanteur d’origine congolaise apprend la langue du pays actuellement. Hormis « Tsy hipody », il a déjà interprété plus de cinq chansons en malgache :  « Izy », « Fais moi confiance », « Za tsy hiala anao », « Good bye », « Mahatamagna vady ». Il travaillera étroitement avec des artistes et des compositeurs malgaches comme Tence Mena, Black Nadia, Flash B, Davalt et Ratakinga. Le titre de l’album n’est pas encore dévoilé mais, ce qui est sûr, c’est qu’il sera composé de différentes couleurs musicales.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Pétanque : La FSBM fin prête à prendre le relais !

La FSBM de Dolys Randriamarohaja s’est exprimée pour la première fois devant la presse depuis le feu vert du ministère de la Jeunesse et des Sports.

Une conférence de presse où l’équipe a exprimé sa reconnaissance envers le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto, mais également au Comité Olympique Malgache sans oublier la Directrice Générale des Sports, Rosa Rakotozafy, qui a enfin fait ce qu’elle avait à faire.

Dès lors la FSBM, forte du soutien de l’Etat, a décidé de se mettre en bleu de chauffe pour remettre sur orbite la pétanque malgache dont l’image est quelque peu ternie par l’ancienne fédération notamment une FMP qui doit s’expliquer sur beaucoup de choses et notamment sur l’aide de Orange Madagascar dont la FSBM n’a pas vu les couleurs.

Le cas Orange. « Nous ne sommes pas responsables et si Orange veut une explication, il n’a qu’à aller demander à qui de droit pour voir où est parti l’argent du sponsoring », explique Dolys Randriamarohaja qui n’exclut pas l’idée d’avoir un nouveau contrat avec cet opérateur connu comme un des principaux mécènes de la discipline et notamment lors du championnat du monde à Madagascar.

Sur ce chapitre, la FSBM a déjà l’assurance du soutien du ministre Tinoka Roberto pour les championnats du monde féminins et chez les jeunes de mi-novembre au Cambodge.

Un rendez-vous à ne pas prendre à la légère car, au bout, Madagascar vise un titre mondial voire deux pour ce rendez-vous.

Pyramide. D’ailleurs, la FSBM a déjà pris ses dispositions en organisant des championnats de Madagascar en doublette tant chez les dames que chez les juniors dans l’unique dessein de pouvoir ajouter aux champions les boulistes les plus en forme de ce sommet national.

Un choix qui tient la route car cela permet de constituer des équipes capables de rivaliser avec les meilleures nations en pétanque. Rendez-vous est alors pris pour le 5 et 6 octobre à Antsirabe.

En attendant et comme les ligues n’ont plus voix au chapitre, la FSBM qui fait le ménage en interne va s’atteler à régulariser la situation en commençant par l’octroi de nouvelles licences qui est la base même du processus électoral pour former la pyramide section-ligue-fédération. La  seule voie pour faire parler les règles démocratiques.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Vente illicite et contrefaçon de médicaments : Sonnette d’alarme du président de l’AGPM

En marge de la célébration de la Journée mondiale des pharmaciens, le président de l’Association des Grossistes Pharmaceutiques Malagasy (AGPM), le Dr Christian Razanabahiny Marojama, tire la sonnette d’alarme sur la situation à Madagascar en matière de vente de médicaments, rongée par des maux jusqu’ici restés… inguérissables : le marché illicite et surtout la contrefaçon, dix fois plus rentables que le trafic de drogue, selon l’OMS. Une porte ouverte à tous les abus. Interview.

Midi Madagasikara (M.M.) : Quel est précisément le véritable rôle du pharmacien dans le processus de vente de médicaments ?

 Dr Christian Razanabahiny Marojama (Dr C.R.M) : Le métier de pharmacien est beaucoup plus complexe que le simple fait de vendre des médicaments dans une pharmacie. Plusieurs autres volets importants font partie de son métier. Entre autres, les conseils officinaux associés à l’utilisation, à la prise et à la conservation des médicaments, ainsi que la pharmacovigilance.

M.M. : Mais à Madagascar, il semble que ce rôle ne soit pas compris par le grand public, amenant certains patients à se passer du pharmacien pour se procurer des médicaments…

Dr C.R.M. : C’est un fait. Mais il faut savoir que le médicament n’est pas un produit comme les autres et exige un certain nombre de conditions tout au long du circuit qu’il emprunte, jusqu’à son arrivée chez le patient. En ce qui concerne Madagascar, il y a deux circuits. Le premier, qui débute chez les laboratoires pharmaceutiques, en passant par la phase de certification, de contrôle et d’assurance qualité, puis l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché (AMM). Dans ce circuit, le pharmacien exerce pleinement son rôle. Le médicament est, dans ce cas, un remède qui contribue à la guérison. Le second circuit passe par le marché illicite alimenté par des réseaux malveillants. Il peut s’agir de vols ou de détournements de médicaments, ou encore de contrefaçons. Les médicaments peuvent alors être périmés, sous-dosés, ou sans aucun principe actif, ou pire, contenant des substances toxiques. Le « médicament » devient dans ce cas un produit inefficace, voire un poison mortel. Le choix entre ces deux circuits, le patient doit le faire en connaissance de cause.

M.M. : Le marché illicite reste pourtant florissant. Comment l’expliquez-vous ?

Dr C.R.M. : C’est surtout le pouvoir d’achat qui dicte ce choix. Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que le marché illicite, sans contrôle, est une porte ouverte à tous les abus. Le patient est exposé à des dangers sur sa santé et sa vie. Les données de l’OMS font état de 700.000 morts par an, causés par la contrefaçon de médicaments. Tout un chacun doit être conscient de cet énorme risque. En se procurant un médicament à un prix peut-être moins élevé, le patient risque de dépenser beaucoup plus en cas d’intoxication ou de complication de la maladie quand le « médicament » s’avère inefficace.

M.M. : Y a-t-il une action entreprise avec l’Etat pour éradiquer le phénomène ?

Dr C.R.M. : Avec l’Agence du Médicament, des démarches ont déjà été entreprises en vue de résoudre ce problème. A mon avis, la clé de l’éradication réside avant tout dans la lutte contre la corruption car c’est la corruption qui permet l’expansion du fléau. La lutte contre la corruption menée par l’Etat est alors l’une des principales solutions. Nous, professionnels du médicament, aspirons à davantage de partenariat avec l’Etat pour résoudre le problème. De son côté, l’AGPM est déterminée à mener à bien sa mission. Notre association se fixe, en effet, trois objectifs : lutter contre les ventes illicites de médicaments ; réduire la rupture de médicaments, et contribuer à réduire les flambées des prix des médicaments importés.

Propos recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Ambatondrazaka : Mihatra ny tsy fahazaoana mivezivezy amin’ny alina

Miaina tahaka ny tany miady ny eto   Ambatondrazaka renivohitry ny faritra Alaotra Mangoro amin’izao fotoana izao, satria mihatra ny lalàna amin’ny tsy fahazaoana mivezivezy amin’ny alina (couvre feu) izay nanomboka ny alatsinaina faha-23 septembre 2019 .Mikatona amin’ny 9 ora alina avokoa ny toeram-pisotroana rehetra, ny karaoke, ny toerana fandihizana, foanana ireo fivarotan-taoka  ankalamanjana izay nahazo vahana  hatramin’izay, miato avokoa izany ireo lanonana amin’ny alina. Io no nambaran’ny prefen’Ambatondrazaka, Atoa Rakotondrasoa Daniel, raha nihaona tamin’ny mpanao gazety izy taorian’ny fivoriana  nataon’ny OMC, nahitana ny prefen’Ambatondrazaka, ny lehiben’ny faritra Alaotra Mangoro vonjimaika, ny lehiben’ny zandary sy ny polisy  ary ny miaramila,  ny ben’ny tananan’Ambatondrazaka renivohitra,  ny faha23 septambra 2019 lasa teo. Taorian’ireo fanafihana mitam-piadiana maromaro izay nahitana fandratrana olona sy vono olona, halatra sy vaky trano, taty Alaotra tato ho ato,  ary anisan’ny nahoraka tamin’ireny ny tao Anosindrafilo Ambatondrazaka, no  nandraisana izao fepetra izao. Hosavaina avokoa ny taratasin’ireo vahiny srilankais marobe izay tonga mividy vato aty Ambatondrazaka ka hoesorina izy ireny rehefa tsy ara-dalana. Ny lehiben’ny fokontany miaraka amin’ireo tompon’andraikitra amin’ny filaminana no hanara-maso ireo vahiny miditra sy mivoaka ny tanana ary hidina ifotony eny amin’ny fokontany izy ireo  .Nahafaly ny vahoaka aty Ambatondrazaka izao fandraisana fepetra izao, satria efa niaina tamin’ny tahotra avokoa ny rehetra, fa ny tsy fantatra dia haharitra hatramin’ny oviana indray izao fanapahan-kevitra izao

Janus R

Madaplus.info0 partages

Madagascar. Avis de la Banque mondial sur le redressement de la JIRAMA.

Le 24 Septembre, des représentants de la Banque mondiale ont tenu une conférence de presse sur les faits existant au niveau de la JIro sy RAno MAlagasy. Cela fait des années que la JIRAMA endosse des dettes considérables. Selon les informations reçues, si des solutions de subventions ne sont fixées jusqu’en 2023, les dettes atteindront certainement les 1 400 milliards d’ariary.
Les revenus tarifaires de la société ne couvrent même pas la moitié du budget nécessaire. La Banque mondiale suggère ainsi à la JIRAMA d’adopter des tarifs industriels et inciter ces derniers à optimiser les dépenses énergétiques en utilisant les appareils économiques. Ceci dit, une hausse des prix de l’électricité va surement être appliquée.
Madaplus.info0 partages

TOUS SOLIDAIRES de MADAGASCAR en soutenant SOS MADAGASCAR

Cette soirée festive sera l’occasion de parler de l’île, de sa culture, de ses traditions et de présenter les projets de l’association qui pourraient être soutenus par les participants.
Cette année SOS MADAGASCAR a permis la construction de deux classes à Antsirabe ; la réalisation d’un chantier solidaire à Morondava.
L’association a également reçu l’agrément du service civique permettant ainsi à deux jeunes volontaires, une ergothérapeute et une intervenante sportive d’accomplir une mission éducative pour des enfants et adultes en situation de handicap d’un foyer à Morondava.
En plus de ces actions spécifiques, l’association soutient de manière récurrente deux structures grâce à des aides financières.


à 20 h Accueil
à 20h30Conférence Découverte des croyances et traditions malgaches
à 21h15Dîner et animations musicales
à 2hClôture de la soirée

En adressant vos réservations ou dons (contre reçu fiscal) au siège de SOS MADAGASCAR situé 10 avenue Claude Debussy à Roissy-en-Brie (77680).

Informations sur notre site : www.sos-madagascar.org
Fb @SOS.Madagascar.infos
Mobile : 06-45-65-18-36
Les tarifs de la soirée :
28€ par adulte
15€ pour les moins de 18 ans
Gratuit pour les moins de 6 ans
Tia Tanindranaza0 partages

Asa ratsy amin’ny fesibokyLasibatra ny anaran’ny praiminisitra

Nanamafy ny fanambarana efa nataony ny eiadidian’ny Primatiora manoloana ny fampiasana ny anaran’ny praiminisitra lehiben’ny governemanta amina asa fisolokiana samihafa, indrindra fa ny tambajotran-tserasera.

Noho ny fahitana fampiasana hosoka eny amin’ireo tambajotran-tserasera izay ataon’ny olona manana fikasan-dratsy, indrindra fa ao amin’ny tambajotra facebook, dia manao fanambarana ampahibemaso, amin’ny anarany manokana sy amin’ny maha lehiben’ny governemanta azy, ny praminisitra Ntsay Christian, fa tsy mbola nanana ary tsy nampiasa « facebook » mihitsy ny tenany, ary tsy tompon’andraikitra amin’izay mety ho fampiasana ny anarana « Christian Ntsay » na « Ntsay Christian » ao amin’izany tambajotra izany, hoy ny fanambarana. Misaotra sy manantena ny fahamalinan’ny olom-pirenena rehetra ny praiminisitra, mikasika io resaka io. Lasibatra hatramin’ny lehiben’ny governemanta izany amin’ny resaka fisandohana sy asa ratsy amin’ny tambajotran-tserasera, izay tokony handraisana fepetra hentitra kokoa ary tsy hasiana tombo sy hala. Mila jerena akaiky ihany koa ny karazana fandranitana sy fanalam-baraka amin’ny endriny maro.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Feno Harison“Hatombotsika eto Antananarivo ny fanarenana.”

Tsy vao androany aho no resy lahatra amin’ny fanarenana miainga avy any ifotony ny rafitra rehetra misy eto amin’ny firenena.

Hatombotsika eto Antananarivo izany ary izay toe-po sy toe-tsaina ho an’ny fiaraha-mientana sy firaisankina izay no naharesy lahatra ahy hirotsaka hofidiana ho ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra, hoy ny kandida laharana faha 5 ao amin’ny bileta tokana, Feno Harison. Tsy misy dingana tsy ho tratra sy tanjona azo tanterahana, hoy izy, rehefa ao ny finiavana sy fahasahiana hanova. Miara-miaina eto isika ary mahita ny olan’ny rano, fitohanan’ny fifamoivoizana, ny lafiny sekoly. Mampalahelo ny fotodrafitrasa. Maro ny teboka mila arenina any amin’ny fiarahamonina ka mila ny fiaraha-mientan’ny tsirairay, hoy izy. Mikasika ny fifidianana amin’ny 27 novambra dia efa milaza sahady aho raha maheno siosion-dresaka fa efa miomana amin’ny fomba ratsy fanaony ka dia milaza aho, hoy hatrany izy, fa tsy mendrika ho an’ny firenentsika izany.

J. Mirija

Antananarivo

Tia Tanindranaza0 partages

Niteny ny CFMBen’ny tanàna mendrika ho ray amandreny no ilaina

Manao antso hatrany ny komitin’ny fampihavanana Malagasy na CFM fa fifidianana ifotony tena ahitana taratra ny hoe fanjakana akaikin’ny vahoaka ny fifidianana ben’ny tanàna.

Tsara ny mijery sy miomana mba ho tena ben’ny tanàna araka ny soatoavina Malagasy eo amin’ny resaka filaminana, fahadiovana, fampandrosoana, fahasalamam-bahoaka sy ny rehetra no hofidiana, hoy ny filoha lefitr’ity rafi-panjakana ity, Gérard Ramamimampionona. Fa indrindra koa mba ho ben’ny tanàna mendrika ny atao hoe Raiamandreny no hofidiana ao anaty filaminana sy fahamarinana. Mikasika ny resaka taom-baovao Malagasy, hoy izy, dia isan’ny antom-pisian’ny CFM ny hamaha io fifandroritana io. tsara jerena miaraka ny ara-tantara sy filozofia niaingana mba hanana taom-baovao iraisana ny Malagasy. Aleo ilay vato tany Toamasina no mizara roa fa ny firaisankinam-pirenena tsy hizara, hoy izy. Manahirana ny maheno hoe samy ho tratry ny ho avy rehefa volana janoary kanefa ny an’ny sasany martsa dia efa misy ho avy indray na septambra. Misy ny fiainana anatiny sy ivelany eo amin’ny zanak’olombelona, hoy izy, ka iny vato nizara iny mety ho vokatry ny tsy fitandremana tokoa fa etsy an-kilany anefa dia ny Malagasy mino ny razana, araka ny tenin’ny Ombalahibemaso hoe, mitoetra ao aminao foana ny fanahiko ry Laidama, hoy hatrany ity mpahay fiarahamonina ity. Ny hirariana dia mba tsy hanaovana resaka lavabe eto amin’ny firenena anefa iny, hoy izy, fa mba hiombona ny Malagasy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankizy manana fahasembananaMbola sahirana miditra an-tsekoly

1 638 162 amin’ny mponina miisa 23 812 681 ireo olona manana fahasembanana tamin’ny taona 2015. 2,8% amin’izay no sembana ara-batana, 1% ny ara-pahitana, 1,7% ny amin’ny fihainoana.

11,5% monja no misitraka fanabeazana araka ny tatitry ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena. Araka ny lalàmpanorenena Malagasy anefa dia zon’ny ankizy sy ny olom-pirenena rehetra ny hahazo fanabeazana ary manan-jo hobeazina ny olona manana fahasembanana. Nisy ny fiaraha-mientana tetsy amin’ny Hotely Carlton Anosy omaly niarahana tamin’ny Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara (FJKM), amin’ny alalan’ny departemanta mba ho fandraisana anjara amin’ny fanatsarana ny fampidirana an-tsekoly ny ankizy manana fahasembanana. Notanterahana izany amin’ny alalan’ny tetikasa Mahay izay tohanan’ny Christoffel Blinden Mission (CBM) ka tanjona manokana ny fampitomboana ny isan’ny ankizy manana fahasembanana mba hiditra an-tsekoly avokoa.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoIo resaka rano io

Fitenin’ny Malagasy rehefa mahita olona milingilingy ny miteny hoe milalao afo saingy nalaza tato anatin’ity fitondrana ity moa ny teny hoe Velirano.

Ny mahagaga dia saika mifandraika amin’izay resaka rano izay ihany koa tao anatin’izay 9 volana izay ireo olana hita ho misongadina eny amin’ny fiarahamonina. Efa nandalo tany amin’ireo faritany ny fiakaran’ny rano nandritr’ireo loza voajanahary efa niseho teto amin’ny firenena. Mijaly amin’ny lafiny fahazoan-drano indray ankehitriny ny ankamaroan’ireo fokontany eto Antananarivo ary manomboka mipaka amin’ireo kaominina manodidina izany, raha ny fitarainana manenik’ireo haino aman-jery hatreto. Ny any amin’ny faritany moa tsy lazaina intsony. Mampahatsiahy ny tenin-dry zareo mpiaro ny zon’olombelona izay hoe “mampianjera” ny tsy fahazoana tso-drano. Manana fiainana anaty sy ivelany koa, hoy ny mpahay fiarahamonina, ny Malagasy ary misy akony amin’ny andavan’androny izany. Tsiahivina foana tokoa fa midika zava-dehibe amin’ny Malagasy ny atao hoe “rano” satria tandindon’ny aina. Ny mively rano, araka izany, dia midika hoe mively aina. Midika izany fa miantraika amin’ny aina raha sanatria tsy tanterahana ny atao hoe velirano, raha ny soatoavina Malagasy hatrany. Tsy azo vazivaziana, araka izany io resaka rano io, teo amin’ireo razantsika ka asakasak’izay tia milalao rano sy tsy hanatanteraka ny veliranony fa ny mahay milomano ihany, hono, no maty an-drano.

J. Mirija 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny FaritraVoatendry ho Governora i Lylyson sy Hery Be

Voatendry omaly alarobia 25 septambra nandritra ny filankevitry ny minisitra ny 11 amin’ireo governoran’ny faritra eto Madagasikara, izany hoe ny tapany voalohany. Tahaka izao manaraka izao izy ireo :

 

 

Tokely Justin (SAVA), Randriantsoa Mong Wai-Tune Serge Lucky (Menabe), Hatrefindrazana Jerry (Anosy), Soja Tsimandilatse Lahimaro (Androy), Tovondrainy Andriantsitohaina Ranoelson E (Atsimo andrefana), Ramandehamanana Richard (Alaotra Mangoro), Rasoamaromaka Herilalaniaina (Analamanga), Andriamanana Solofonirina Herizo (Itasy), Razafindrakoto Lova Narivelo (Matsiatra ambony),  Mahafaky Justin (Atsimo atsinanana), Lylyson René de Rolland Urbain (Sofia). Ireo aloha ny fanendrena omaly, mbola misy 11 hafa izany miandry. Efa mandeha ihany koa anefa ny siosion-dresaka fa ho lasa 23 fa tsy 22 intsony ny faritra eto Madagasikara. Ny tombamtombana dia hosarahana ny Faritra Vatovavy Fito Vinany, fa dia ho hita eo ihany moa izay ho fisehony. Raha jery indray mipi-maso dia mpanao politika efa akaiky an’i Andry Rajoelina sy ny MAPAR ireto voatendry ho governoran’ny faritra ireto.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fampielezan-kevitra mialoha ny fotoanaMety hiteraka fanintsanana amin`ny fifidianana

Namamarika ny vaomieram-pirenena misahana ny fifidianana (CENI) fa tsy mbola tafiditra ao anatin`ny fotoanan`ny fampielezan-kevitra ireo kandidà na dia efa misy ihany ireo manatanteraka izany.

 Mbola ao ny fotoana fiomanana mialoha ny fampielezan-kevitra ankehitriny, hoy ny CENI. Nohamafisiny fa aorian`ny famoahana ny lisitra ofisialin ny mpilatsaka hofidiana amin`ity fifidianana ben`ny tanàna sy mpanolotsain` ny tanàna fa nanomboka omaly ny atao hoe: fotoana mialoha ny fampielezan-kevitra (pre-campagne). Fifidanana fahefatra ity hatrehana ity ka enga anie mba hahitana fanarahan-dalàna amin`izay. Ity no fifidianana handraisan` ny vahoaka rehetra anjara mivantana (suffrage universel direct) farany amin`izao fotoana misy antsika izao. Ny fifidianana ho avy rehetra na fifidianana antenimierandoholona, izay mety ho lehiben` ny faritra na koa faritany dia fifidianana ho an`ireo mpifidy lehibe (suffrage universel indirect) no hanatontosana azy, hoy hatrany ny fanazavana. Raha tsy hoe hanatontosa fitsapan-kevi-bahoaka ny fitondram-panjakana izay hanontaniany ny hevitry ny mpifidy. Manantena ny CENI mba hirona amin`ny fanarahan-dalàna, mba ho maodely aorian`izao famohana ny lisitra ofisialin`ireo kandidà. Raha tsiahivina dia 5 hatramin` ny 26 novambra izao ny fotoana hanatanterahana io fampielezan-kevitra io ka tokony hajaina mba hialàna amin`izay tsy fanarahan-dalàna mety hitarika hatramin`ny fampiatonana ny maha kandidà ny kandidà iray. Notsipihany fa tsy azo atao ny manao fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana, ary izay minia manao izany dia tsy afaka handray ajara amin`ny fifidianana. Tsikaritra tato ho ato dia eo anivon`ny tambajotra serasera no ahitana sahady izany fampielezan-kevitra mialohan` ny fotoana izany ary tsy tambo isaina ireo kandidà amin` ny fifidianana manao izany.

 Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ampandrana Bel’AirNisokatra nanomboka omaly ny “PHO Resto”

Nisokatra tamin’ny fomba ofisialy omaly alarobia 25 septambra 2019 ny “PHO Resto” etsy Ampandrana Bel’Air.

 

 

 Mampisongadina ny sakafo sy nahandro vietnamianina, izay no nahatonga ilay anarany satria ny hoe : “Phô” dia lasopy mampiavaka ity firenena iray ity, manasongadina ny tsirona henan’omby.Mikarakara sy mandroso endri-tsakafo hafa ihany koa anefa ny “PHO Resto” ka anisan’izany ny nahandro Malagasy toy ny tripy sy henan-kisoa, ny lelan’omby nohaingoana amin’ny dipoavatra… Manomboka any amin’ny tsakitsaky, ny vary sy ny laoka atoandro, ireo lasopy sy sakafo vita amin’ny hena na akoho sy ny desera dia aroso ao avokoa. 10 minitra raha be indrindra ny fotoana hampiandrasana ny mpanjifa. Atao ho vaindohan-draharaha ny fahafahan’ny mpanjifa misakafo tsara ka hanomezana azy tolotra mifanaraka amin’izany,  hoy Razafitrimo Honty, mpitantana ity toeram-pisakafoana ity. Tombony iray  ho an’ireo mpisakafo ihany koa,  ny fahafahana mitafa amin’ity mpanakanto ity, izay mpitendry gitara beson’ny tarika Ambondrona. Tolotra manokana hanomezana fahafaham-po ny mpanjifa ao amin’ity toeram-pisakafoanana ity ihany koa  ny “Wifi” izay maimaimpoana ho an’ireo sady misakafo no tsy maintsy miasa na ireo mila izany tsy an-kiato. Manomboka amin’ny 11ora sy sasany maraina ka hatramin’ny 9 ora alina no fotoana handraisana ny mpanjifa.

 

RTT

Ino Vaovao0 partages

FIVORIANA ANY NEW YORK : Nihaona tamin’ny Filoha Donald Trump ny Praiminisitra Ntsay Christian

Tsiahivina fa ity no fivoriambe faha74 ataon’ny firenena mikambana ary efa tamin’ny talata 23 septambra 2019 teo izany no nisokatra tamin’ny fomba ofisialy. Mandray anjara mavitrika amin’ity fivoriana ity isika Malagasy ary ny Praiminisitra lehiben’ny governemanta, Ntsay Christian no misolo tena an’i Madagasikara any an-toerana. Nitohy hatrany ny famelabelarana ireo fanekana an-tsitrapo nataon’ireo firenena voakasik’izany. 

Nankalazaina omaly maraina koa ny faha30 taonan’ny fifanarahana mahakasika ny zon’ny zaza. Tsiahivina fa ity fifanarahana mahakasika ny zon’ny zaza ity no nahazo fanamafisana betsaka indrindra teo amin’ny firenena mikambana. Firenena 150 amin’ny 193 dia nanaiky io fifanarahana mahakasika ny zon’ny zaza io avokoa. Ho an’i Madagasikara manokana, tamin’ny taona 1991 isika no nanao sonia io fifanarahana io.

Ny tanjon’ny fampandrosoana lovain-jafy (ODD) fahadimy, miresaka momba ny mira lenta no noresahana omaly. Voarakitra tao anatin’ny fandaharam-potoanan’ny Praiminisitra koa ny fifanankalozana ara-diplomatika teo amin’ny lehiben’ny governemanta Ntsay Christian sy ny solon-tenam-panjakana isan-tsokajiny any an-toerana. Araka ny fandaharana voafaritra dia mbola amin’ny 28 septambra 2019 ho avy izao vao handray ny anjara fitenenany amin’ny alalan’ny Praiminisitra, Ntsay Christian ny fitondram-panjakana Malagasy. 

Mitohy hatrany kosa etsy an-danin’izay ny fihaonana amin’ny tompon’andraikitra ambony sy mpitondra fanjakana any an-toerana. Isan’ireo nihaona tamin’ny Praiminisitra Ntsay Christian tamin’ny talata 24 septambra 2019 lasa teo ny Filoham-pirenena Amerikana, Donald Trump sy ny vadin’ity Filoham-pirenena ity, Melania Trump. Ankoatra ireo ny zon’ny zaza voalaza tetsy ambony, votoatin-dresaka mandritra izao fivoriana izao koa ny olana goavana iraisan’izay tontolo izao toy dia ny fiovaovan’ny toetr’andro sy ny fandraisan’andraikitra manoloana izany, ny fahantrana, ny tontolon’ny fanabeazana sy ny fampandriana fahalemana maneran-tany.

N.A

Ino Vaovao0 partages

KANDIDA BEN’NY TANANA SY MPANOLO-TSAINA : Nivoaka ny lisitra ofisialy neken’ny Céni

Araka ny tatitra farany nataon’ny teo anivon’ny vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana (Céni) omaly dia manana kandida ho ben’ny tanàna avokoa ireo Kaominina miisa 1695 manerana an’i Madagasikara. Tafakatra valo kosa ny Kaominina tsy nahitana mpilatsa-kofidiana ho mpanolo-tsain’ny tanàna. Isan’izany ny kaominina iray ao anatin’ny Distrikan’i Besalampy, Kaominina roa ao anatin’ny Distrikan’Ambatondrazaka ary Kaominina dimy kosa ao anatin’ny Distrikan’i Marolambo. Ireo no fantatra nandritra ny famoahan’ny teo anivon’ny Céni ny lisitra ofisialin’ny kandida teny amin’ny foiben-toerany, omaly maraina. 

Nitondra fanazavana manokana ny filoha lefitry ny Céni, Thierry Rakotonarivo manoloana ny fisiana Kaominina tsy manana kandida ben’ny tanàna afa-tsy tokana. Nambarany fa tsy maintsy hirosoana foana ny dingam-pifidianana rehetra. Tsy maintsy hatao ny latsa-bato, tsy maintsy hatao ny fanisam-bato amin’ny hariva ary tsy maintsy misy ny fanambarana ny vokatra ofisialy. “Ho an’ny Kaominina izay tsy ahitana afa-tsy kandida tokana kosa dia tsy maintsy mandeha ihany ny fifidianana. 

Na dia kandida tokana ihany aza dia mandeha ny fifidianana, mandeha ny latsa-bato, mandeha ny fanisam-bato, mandeha ny famenoana ny fitanana an-tsoratra ary mandeha ny fanambarana ny vokatra amin’ny fomba ofisialy”, hoy ny fanazavana. Ho an’ny Kaominina tsy manana kandida mpanolo-tsaina indray dia tsy misy olana fa hirosoana ny fifidianana amin’ny ampahany 120 andro ao aorian’ny nanaovana fanambarana ny voka-pifidianana ofisialy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

CENI : “Mbola tsy fotoanan’ny fampielezan-kevitra ny mialoha ny faha-5 novambra  izao”

Amin’io fe-potoana io ihany no manan-jo hiseho sy handresy lahatra ny mpifidy ny kandida, raha ankoatra ireo dia adika ho fandikan-dalàna avy hatrany. Hatramin’izay anefa dia fahita  teto Madagasikara hatrany isaky ny vanim-potoana mialoha ny fampielezan-kevitra tahaka izao ny fisian’ny kandida mangalatra depara. Miezaka mampiseho tena etsy sy eroa ary mahavita mambabo fom-bahoaka mihitsy izy ireo. Tranga misy izany amin’izao fiatrehana ny fifidianana ben’ny tanàna sy mpanolo-tsaina izao. 

Nampatsiahy ny teo anivon’ny Céni omaly fa mbola tsy fotoanan’ny fampielezan-kevitra izao fa fotoana iomanana amin’ny fiatrehana amin’ny fampielezan-kevitra. “Aorian’izao famoahan’ny Céni ny lisitra ofisialin’ny   kandidà izao dia miditra amin’ilay fotoana mialohan’ny fampielezan-kevitra isika”, hoy ny filoha lefitry ny Céni, Thierry Rakotonarivo.  Marihana fa maha voasazy ny fanaovana fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana izay miafara hatrany amin’ny fanafoanana ny filatsahan-kofidian’ilay kandida. Misy anefa ny minia mikipy sy tsy te hahalala izany ary manamarin-tena hatrany fa ara-dalàna ny zavatra ataony. Nahitsy ny Céni raha nilaza fa fifidianana efa fanin’efany notanterahina teto amin’ny firenena ity fifidianana hatao amin’ny 27 novambra ity. Noho izany, hoy hatrany ny voalaza, dia tokony ho hita taratra ny fanajan’ny kandida tsirairay ny lalàna. “Efa fifidianana fanin’efany no hataontsika dia enga anie mba hahitantsika fanarahan-dalàna amin’izay. Noho izany dia manantena izahay fa mba hirona amin’ny fanarahan-dalàna isika mba ho maodely. Mamerina izahay fa tsy azo atao ny manao fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana. 

Tsy misy fampielezan-kevitra azo atao mialoha ny faha5 novambra izao”, hoy hatrany ny voalaza. Vita avokoa izay ny fifidianana mifandraika amin’ny fiainam-bahoaka mivantana. Ny fifidianana ben’ny tanàna sy mpanolo-tsain’ny kaominina no fifidianana farany handraisan’ny vahoaka anjara. “Ity izany no fifidianana farany handraisan’ny vahoaka rehetra anjara mivantana amin’izao fotoana misy antsika izao. Ny fifidianana ho avy rehetra toy ny fifidianana ny loholona, ny lehiben’ny Faritra dia fifidianana izay mpifidy lehibe no hanatontosana azy”, hoy hatrany ny Filoha lefitry ny Céni, Thierry Rakotonarivo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANADINANA BAKALOREA : Efa vonona ny pitsopitsony rehetra, mahatratra 174 750 ny mpiadina

Voakasik’io avokoa na ny bakalorea ankapobeny na ny bakalorea teknika. Amin’ny 30 septambra ho avy izao izany no hanomboka ary tsy hifarana raha tsy ny 04 oktobra 2019 ho an’ny fampianarana ankapobeny. Mitohy amin’ny fihodinana faharoa kosa ny fampianarana teknika ny 07 okotobra ka hatramin’ny 10 oktobra 2019. 11 taona no fantatra fa zandriny indrindra amin’ireo hiatrika ity fanadinam-panjakana ity raha toa ka 88 taona kosa no zokiny indrindra, araka ny fanazavan’ny Profesora Raharimalala Eliane, talen’ny fampianarana ambony eo anivon’ny minisiteran’ny fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa.

Mahatratra 174 750 ny isan’ireo mpiadina hiatrika ny fanadinana bakalorera manerana an’i Madagasikara. Ny sokajy A2 no betsaka indrindra satria dia miisa 111 957 izy ireo. Ny Sokajy C kosa no vitsy indrindra,  tsy misy afa-tsy 47 290 izany. Nahatratra 35 606 ihany koa ny sokajy D tamin’ity taona ity ary 13 200 ny Sokajy A1. Ny ambin’ireo kosa dia mpianatra avy amin’ny teknika sy ny teknolojia.

Araka ny fanazavana hatrany, ny Faritra Analamanga no be mpiadina indrindra manerana an’i Madagasikara ary ny Faritra Malaky kosa no vitsy indrindra. 47 358 izany ho an’ny Faritra Analamanga ary 651 monja ho an’ny Faritra Melaky. Hitsinjara amin’ny foibem-panadinana miisa 299 manerana ny Faritra 22 ireo mpiadina miisa 174 750 voalaza tetsy ambony ireo. Nanazava ny talen’ny mpiandraikitra ny fanadinam-panjakana, Rakotonasy Solonjaka omaly, teny amin’ny oniversiten’Antananarivo  fa ankoatra ny famoahana ny fanadinana isaky ny ivon-toeram-panadinana dia hisy koa famoahana izany anatin’ny tranokalan’ny minisitera. 

Tahaka ny mahazatra hatramin’ izay koa dia azo atao ny manontany izany any amin’ireo tambajotra mpiara-miasa amin’ny minisitera. Mbola nanamafy ny filohan’ny Oniversite, ny Profesora Mamy Ravelomanana fa tsy hisy hahafantatra mihitsy ny mombamomba ny mpiadina rehetra mandritra ny fanadinana sy mandritra ny fotoam-pitsarana izany. «  Tsy azo inoana ny hisian’ny kolikoly amin’izany satria ho hentitra tanteraka ny fanaraha-maso  », hoy ny nambarany.

N.A

La Vérité0 partages

Accessibilité  des informations publiques - Une étape vers la lutte contre la corruption

Tous les Centres de documentation d'information (CDI) issus des établissements publics   à  Madagascar renferment des  dossiers communiquant leurs attributions et leurs missions respectives vis-à-vis  de l'Etat et en guise de redevabilité envers les citoyens malagasy. Toutefois, l'accès à ces informations publiques demeure toujours une grande complication. Pour ce problème d'application du droit à l'information, la corruption à Madagascar n'est pas prête d'être déracinée.  

Hier, lors de l'ouverture officielle  de la journée portes ouvertes de l'Etat à la bibliothèque nationale à Anosy, ayant vu la participation de 22ministères et de 5 institutions, Rakotondrazafy Andriatongarivo Lalatiana, ministre de la Communication et de la Culture (MCC) s'est exprimée lors de son discours inaugural que le manque d'information   favorise cette pratique liée au détournement d'un processus. « La méconnaissance des procédures administratives au niveau des branches hiérarchiques  constitue une raison de  la corruption qui se présente actuellement sous différentes formes. Ce qui amène actuellement le Gouvernement malagasy à miser  sur la transparence, redevabilité, intégrité et participation citoyenne. De plus, ces mots clés forment les points importants du « Velirano » ainsi que du programme général de l'Etat (PGE) à mettre en exécution  », souligne-t-elle.

La barrière entre l'Etat et les citoyens malagasy  à briser

Rendez-vous jusqu'à demain. Sous le thème « Fanjakana misokatra ho an' ny olom-pirenena » et dans le cadre des trois jours de portes ouvertes qui s'accordent à la Journée internationale du droit d'accès à l'information célébrée ce 28 septembre, le ministère de la Communication et de la Culture (MCC)  va  œuvrer à l'instauration de confiance des citoyens malagasy envers l'Etat.

K.R.

La Vérité0 partages

Séisme à Madagascar - Une magnitude de plus en plus forte

La magnitude du séisme enregistrée par l’Institut et observatoire géophysique d’Antananarivo (IOGA) ne cesse d’évoluer durant ces 100 ans. Une secousse d’une magnitude de 5,9 sur l’échelle de Richter est la plus puissante enregistrée dans le pays, d’après Ramanantsoa Andry,  responsable du laboratoire séismologie et inflation, au sein de l’IOGA. Cependant, aucun dégât énorme n’a été enregistré jusqu’à maintenant. Face à cette situation, 28 sites sont à surveiller de près dans le pays dont la partie Nord-ouest de Madagascar.

D’ailleurs cette situation a été déjà expliquée par le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes, des volcans se réveilleront entre l’an 2000 et 2050, et comme il y a plusieurs foyers de volcan dans le canal du Mozambique, ces tremblements de terre sont normaux. Mais afin de déterminer la principale cause de cette évolution, des scientifiques sont en pleine recherche. Actuellement, Madagascar dispose de 11 stations de traitement du séisme.  Malgré une évolution, cet institut de recherche sismique est confronté à des  problèmes de matériels.

Colloque international

Dans le cadre de la célébration de ses 130 années d’existence en tant qu’institution scientifique malagasy, IOGA organise un colloque scientifique intitulé : « Géosciences : Ressources, Risques et Technologies ». Il s’agit de faire le point sur la situation actuelle et l’évolution des connaissances dans tous les domaines des géosciences. Plusieurs sections seront traitées durant deux jours, les 26 et 27 septembre,  à savoir les structures profondes concernant une étude fondamentale de la structure de la terre, des implications de ces connaissances sur la vie humaine et en particulier les risques naturels, le sous-sol et superficielles traitant les résultats scientifiques portant sur les méthodes et les techniques de prospection, de détection et d’évaluation des ressources du sous-sol, les études des formations superficielles et ses diverses utilisations, les phénomènes de surface et de l’atmosphère incluant les diverses occupations des sols  et de leurs évolutions, les phénomènes migratoires, les phénomènes associés à l’atmosphère, les effets et les causes du changement climatique, les phénomènes infrasonores et leurs applications, et enfin l’astrophysique qui parle des évolutions des connaissances scientifiques dans le domaine de l’astronomie et de l’astrophysique.

Anatra R. 

La Vérité0 partages

RN1 - Une collision fait 1 mort

Encore une fois, la RN1 et particulièrement la localité d’Ambatomirahavavy, ont été les théâtres d’un accident mortel. Vers 18h30 mercredi, un cycliste a perdu sa vie dans des circonstances effroyables. Un taxi-be assurant la liaison entre la Capitale et Imerintsiatosika l’a percuté. Souffrant de terribles commotions et autres lésions, la victime avait été évacuée d’urgence vers l’HJRA Ampefiloha.

 

Des sources affirment que le cycliste a rendu l’âme au cours de son évacuation, d’autres avancent que c’était à l’hôpital qu’il a succombé. Dans la journée d’hier, aucun de ses proches ne se serait toujours pas manifesté à la morgue pour constater de visu. Le flou et le manque de renseignement n’auraient donc pas permis de connaître l’identité de la victime, laquelle a été inscrite dans le registre de la morgue comme étant un inconnu, du moins pour la journée d’hier.

Pour le moment, les explications avancées  pour déterminer la responsabilité de l’accident restent floues. Mais sur place, beaucoup d’observateurs et des usagers de cette ligne n’ont pas hésité à montrer du doigt les excès de vitesse des minibus des transports en commun reliant la banlieue ouest d’Antananarivo. Les preuves sont nombreuses. En mai de l’année dernière, toujours sur la RN1, et pour n’en citer qu’un exemple,  un taxi-brousse mini-bus Mazda, d’une coopérative, s’était télescopé avec un camion  à Ambohidranomanga, situé au PK21+600 à Ambatomirahavavy. A l’époque, cet accident a fait plusieurs blessés dont les deux chauffeurs et six passagers du taxi-brousse. Il y a deux années de cela, l’opinion a été ulcérée et horrifiée par la collision entre un Mazda d’une autre coopérative et une Hyundai Starex, faisant 3 victimes.

Pour revenir sur la situation à  Ambatomirahavavy, il existe également ce virage à épingle à cheveu où la plupart des accidents, parfois aux conséquences tragiques,  étaient déjà survenus tout au long de ces quatre dernières années. Ce virage perturbe le réflexe et la visibilité des conducteurs et leur faire perdre le contrôle.  Les riverains ainsi que l’ensemble des usagers ont maintes fois proposé de baliser la voie, ou au moins installer un casseur de vitesse. Mais leur réclame demeure lettre morte jusqu’à présent.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Produits de première nécessité - Un prix de référence et des « Tsena mora » pour endiguer l'inflation

La hausse des prix des produits de première nécessité (PPN) frappe le portefeuille des ménages depuis maintenant un mois. Pour le cas de l'huile alimentaire par exemple, le prix est passé de 5000 ariary à 7000 ariary. Outre le contrôle des stocks, le Gouvernement a adopté d'autres mesures face à la situation. Le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat établira un prix de référence des marchandises selon le Conseil des ministres de mardi dernier. « Le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat consultera toutes les parties prenantes notamment les importateurs et les producteurs locaux pour déterminer un prix de référence des produits sur le marché intérieur.

Ce prix prend en compte les marges bénéficiaires des commerçants, les impôts ainsi que le cours du marché international. Cette mesure est prise afin de protéger les consommateurs », note le communiqué officiel. Entre temps, le Tsena mora rouvrira ses portes la semaine prochaine pour approvisionner les ménages vulnérables. Les PPN y sont proposés à prix réduits. L'huile alimentaire sera vendue à 3000 ariary le litre, le riz à 1000 ariary le kilo et le sucre à 2000 ariary le kilo.

Les importateurs sont les plus pointés du doigt dans cette histoire d'inflation des PPN. Les producteurs locaux ont déjà affirmé de leur part qu'ils ont maintenu leur prix. C'est le cas de l'huilerie industrielle de Toamasina ou la société HITA. « Aucune révision à la hausse du prix de l'huile n'a été adoptée depuis 2018. Le litre a été maintenu à 3200 ariary depuis notre usine et nous comptons le garder. La hausse actuelle du prix de l'huile sur le marché n'a rien à voir avec la société », nous communique un responsable.

Les importateurs ont en effet mal réagi face à l'application des droits additionnels sur les produits importés. La mesure de sauvegarde n'étant pas encore appliquée et ces derniers révisent déjà à la hausse les prix des PPN sur le marché. C'est une des raisons pour laquelle l'Autorité nationale des mesures correctives et commerciales (ANMCC) est revenue sur sa décision lundi dernier. « Les mesures de sauvegarde sous la forme de droit additionnel de 19% sur les huiles lubrifiantes, de 21% sur les huiles alimentaires et margarines et de 34% pour les savons, mises en place par l'ANMCC sont supprimées » signe Barthélémy, directeur de l'ANMCC dans un communiqué.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Haro aux intox !

Madagasikara à l’image des pays en proie à la pauvreté ambiante n’arrive pas à se délier de l’emprise des rumeurs ou des intox. Tout le monde sait bien le mythe du « téléphone arabe » ou de la « radiotrottoir » valable dans plusieurs pays du Tiers-monde. Dame rumeur et Monsieur intox font la loi à tel point qu’on assiste à l’enracinement d’une certaine culture dépravante qui prend en otage la sérénité de la vie quotidienne. Madagasikara a été toujours le théâtre de folles rumeurs et des sales intox.

 

A l’époque coloniale, on avait tout entendu des bruits ou rumeurs les plus fantaisistes qui troublaient les esprits. Sans cesse, on faisait circuler presque systématiquement  l’histoire  des « mpaka fo » ou des « mpaka rà » sinon des « biby olona » qui littéralement faisaient peur aux indigènes surtout les enfants. On accusait les membres occultes de la Franc-maçonnerie d’être derrière tous ces macabres « on-dit ».

Au lendemain du retour l’indépendance, tous les régimes successifs ont dû faire face à des rumeurs en particulier des intox visant en première ligne les dirigeants en place. La pratique des intox est le mode opératoire par excellence des faibles ou des lâches. Elle consiste à balancer sur la place publique des informations non fondées ou archi-fausses visant à déstabiliser le régime en place ou à salir les hauts responsables. Evidemment, c’est une pratique durement réprimée par la loi mais on en passe outre. L’objectif essentiel revient à jeter le doute dans l’esprit de simples  citoyens.

Le régime IEM n’en fait pas exception. En neuf mois de prise de pouvoir, Rajoelina Andry affronte presque quotidiennement les frasques désobligeantes des intox. Il a dû gérer avec tact et dignité les fausses informations tirées par les lâches détracteurs sinon les traitres à l’encontre de sa personne ou de la Révolution Orange qu’il dirige. A noter que le jeune Chef de l’Etat Rajoelina ne laissait point du tout ces idioties perturber ni déstabiliser sa détermination à « sauver » le pays. La concrétisation du Velirano, le point focal de la traduction en actes de ces engagements de campagne, constitue pour Zandry Kely un point de non-retour et irrévocable.

Tout récemment, les fauteurs de fausses informations firent circuler sur les réseaux sociaux du revirement des bailleurs de fonds traditionnels plus précisément l’Union Européenne qui n’iraient plus continuer à assumer leurs engagements à financer les grands travaux entamés par le nouveau régime. Un vent de rumeur qui, bien entendu, s’il est avéré exact va damer par un coup dur à la mise en œuvre de l’IEM. Une désolante information qui va faire le chou gras de la presse proche des détracteurs du progrès du pays. Des doutes s’installent chez les concitoyens.

Mais, pas plus tard qu’avant-hier, les partenaires financiers dont l’UE ne tardent pas à réagir. L’ambassadeur et chef de la délégation européenne en poste à Antananarivo Giovanni di Girolamo tenait à rassurer l’Etat malagasy de la disposition sans faille de l’UE et de ses alliés d’accompagner le régime dirigé par Rajoelina Andry dans toutes les actions convenues préalablement entre les deux parties.

Il faut mettre un terme pour de bon à cette vague intolérable d’intox qui va nuire aux intérêts supérieurs de la Nation.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Plan de redressement de la JIRAMA - Augmentation du chiffre d’affaires et non du tarif !

366 milliards d’ariary d’économie possible pour la JIRAMA. La Banque mondiale a récemment publié ses principales conclusions sur l’étude de redressement de la JIRAMA et du secteur de l’électricité. Pour l’institution, cette entreprise se devra alors d’augmenter ses revenus tarifaires afin de combler les deux tiers de son déficit et d’assurer son équilibre d’ici 2025. « Augmentation de revenus tarifaires et hausse de tarif sont deux choses tout à fait différentes. Et la JIRAMA ne compte pas du tout augmenter ses tarifs actuels mais plutôt son chiffre d’affaires. Pour cela, nous nous devons de réduire au maximum les coûts de production tout en améliorant les gains de la compagnie.

Nous devons nous focaliser sur ces deux points si nous souhaitons redresser la JIRAMA » a rassuré Vonjy Andriamanga, ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures lors de la présentation officielle du nouveau président du conseil d’administration de la société nationale d’eau et d’électricité, Soloniaina Andriamanampisoa, au monde de la presse, hier. « Pour renflouer les caisses de la JIRAMA, nous miserons sur l’augmentation des usagers de la compagnie. En effet, l’Etat s’est fixé comme objectif de faciliter l’accès à l’électricité en doublant la production d’électricité et en réduisant le prix d’achat de l’électricité. Aujourd’hui, les gains sont encore limités vu que le nombre des abonnés se limite environ à 450 000, mais en doublant ce nombre, nous pourrons alors doubler en même temps ces revenus », ajoute-t-il. En tout cas, le ministre a annoncé une révision de la grille tarifaire pour le début de l’année prochaine pour que chaque tarif soit adapté à chaque type de client, allant du particulier au professionnel, mais surtout les industriels.

Contrats révisés

Dans cet esprit de réduction des coûts de production, le ministère continue encore les négociations avec les fournisseurs de la JIRAMA. « Sur les quatre gros contrats avec les fournisseurs, deux sont en cours de finalisation. Nous avons notamment atteint notre objectif de réduction des coûts de production et trouvé un point d’entente avec les deux fournisseurs. Quant aux deux autres, l’un des opérateurs est encore en cours de réflexion, tandis qu’avec l’autre, les discussions sont encore rudes », précise le ministre. En tout cas, les parties prenantes feront en sorte de trouver tous les moyens possibles pour permettre à la JIRAMA d’économiser tout en améliorant ses performances.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Jacques Chirac - Mémoire d’une visite historique à Madagascar

L’ancien président français Jacques Chirac a tiré sa révérence hier à l’âge de 86 ans. Le décès de ce grand homme politique est l’occasion pour la presse française de rappeler les moments forts et importants de l’histoire qu’il a marquée. Pour le cas de Madagascar, les souvenirs de Jacques Chirac remontent à près d’une quinzaine d’années, plus précisément lors de sa visite officielle dans le pays les 21 et 22 juillet 2005. D’ailleurs, nombreux sont les Malagasy lambda de cette génération à se remémorer l’arrivée de  cette grande figure de la politique française à Mahajanga.

Après un accueil chaleureux des habitants de la ville des fleurs, il avait alors assisté à la pose de la première pierre de la réhabilitation du marché de Marolaka, financée par l'Agence française de développement (AFD) avant de rallier la Capitale. A cette époque, il fut alors le 2ème Chef d’Etat français à faire le déplacement dans la Grande île après l’indépendance. Il a marché sur les traces de François Mitterrand qui est venu à Madagascar en 1989 tandis que son homologue Charles de Gaulle avait proclamé officiellement l’indépendance du pays en 1958.

Officiellement, l’appui à la politique de démocratisation, de décentralisation et d'ouverture économique ainsi que le renforcement de la coopération économique bilatérale entre les deux pays furent les principaux objets de cette visite.

Moments douloureux de la répression coloniale

Mais de manière officieuse, ce déplacement dans une ancienne colonie était qualifié de « visite de la réconciliation » par la presse de l’époque. En effet, la France n’a reconnu que tardivement la prise de pouvoir de Marc Ravalomanana en 2002. Une arrivée à la Présidence qui fut précédée par une grande crise politique de plusieurs mois et ayant fait de nombreux morts. D’ailleurs, le Gouvernement français a répondu absent lors de la cérémonie d’investiture du fondateur du « Tiako i Madagasikara » à Mahamasina.

Jacques Chirac fut d’ailleurs parmi les rares personnalités françaises à avoir reconnu le caractère inacceptable des « répressions engendrées par les dérives du système colonial » en 1947. Il avait alors fait allusion à la répression violente par l'armée française contre le mouvement d’insurrection anticoloniale des nationalistes malagasy.  Un combat qui avait fait plusieurs dizaines de milliers de morts.

Pour sa part, Marc Ravalomanana s’était attiré la foudre des nationalistes invétérés et avait été la cible de nombreuses critiques pour ses propos déplacés sur le sujet. Interrogé par les journalistes sur cette période sombre de l’histoire de Madagascar, le Président  avait tout simplement rétorqué qu’il n’était pas encore né en 1947.  

S.R.

La Vérité0 partages

Décentralisation effective - Pas de chèque en blanc pour les gouverneurs !

Condamnés à réussir. Le Président Andry Rajoelina l’a promis durant la campagne électorale et l’a réalisé avant-hier en Conseil des ministres. Il s’agit de la mise en place du gouvernorat dans chaque Région, synonyme du début de la décentralisation effective et de la pose de la première pierre du rattrapage du retard accumulé en développement de Madagascar en 59 ans d’indépendance.  La nomination des 11 gouverneurs, la première vague, donne ainsi le coup d’envoi à ce vaste projet qui tient à cœur le Président de la République. « Il n’y aura plus de développement des Régions en deux vitesses.

J’aimerais qu’il se fasse simultanément avec la nomination d’un Gouvernement proche de la population et qui pourrait connaitre la réalité sur terrain et d’apporter de suite les solutions idoines », aimait répéter Andry Rajoelina. On va donner, expliquait-il, à ces gouverneurs le pouvoir, les moyens matériels et financiers pour solutionner les problèmes quotidiens de leur population respective et de réaliser les travaux adéquats. Des promesses qui ne sont pas restées en l’air. A preuve, dans la foulée de la nomination des 11 gouverneurs, l’Etat malagasy  a octroyé à chacun un crédit d’un milliard d’ariary pour les travaux d’urgence. Trêve de blabla, le peuple et le Président de la République attendent du concret de ces heureux élus. Avant d’accepter cette nomination d’être à la tête du gouvernorat les Hery Rasoamaromaka, René de Rolland Lylison, Razafindrafito Lova, Tokely Justin, Serge Lucky et consorts, savent certainement les vécus de la population locale. Ils ont déjà répertorié les travaux à réaliser pour atteindre les objectifs fixés  par le Président de la République  et annoncés pendant la campagne électorale. Des engagements dont la réalisation d’une grande partie  est confiée désormais aux gouverneurs. A charge pour ces derniers de réaliser les promesses présidentielles dans le plus bref délai.

 A l’instar des ministres du Gouvernement et des hauts fonctionnaires de l’Etat, les gouverneurs passeront un examen dans quelques mois. Leur grand patron les interrogera de leurs réalisations et de l’avancée des chantiers convenus. A l’issue de l’évaluation, le Président Andry Rajoelina récompensera chacun  de ses efforts ou dans le cas échéant sanctionnera de ses incompétences. Pas de chèque en blanc en sorte pour les 11 nommés de la première vague, et les autres qui seront désignés bientôt, bien qu’ils soient tous réputés  proches du Président de la République. Un gouverneur averti en vaut deux…

La rédaction

Madagate0 partages

Jacques Chirac. Décès ce 26 Septembre 2019 à presque 87 ans

L'ancien Président de la République française, Jacques Chirac, est décédé ce jeudi 26 septembre 2019, à Paris. Il est né le 29 novembre 1932. Il est parti “paisiblement”, selon les membres de sa famille.

A l'époque où il était Président de la République en exercice, M. Chirac a eu deux fois l'occasion de venir à Madagascar.

1. Le Président Jacques Chirac était arrivé le jeudi 21 juillet 2005 à Mahajanga à bord de l'Airbus présidentiel s'est posé peu avant 9h à l'aéroport Philibert Tsiranana. M. Chirac avait été accueilli par le président malagasy Marc Ravalomanana.

Les Présidents Chirac et Ravalomanana

A son arrivée, un point de presse avait été organisé. Parmi les questions qui lui ont été posées, ce 21 juillet 2005, en voici une qui est plus que d'actualité en cette année 2019, 14 ans après...

Question - Le différend entre la France et Madagascar concernant les frontières maritimes entre la Réunion et la Grande Ile a été réglé par un accord signé à la Réunion il y quelques semaines. Qu'en est-il des Iles Éparses ?

Président Jacques Chirac - C'est un sujet que nous allons aborder tout à l'heure avec le Président, sur lequel je ne ferai pas de commentaires aujourd'hui. Vous connaissez la position de la France : elle veut une négociation et une discussion franches et amicales, dans le respect de ses intérêts historiques et traditionnels.

Bain de foule à Anosibe pour Jacques Chirac

2. Le 27 juillet 2004, Jacques Chirac avait déjà fait une escale de quelques heures dans la capitale Antananarivo. Lui et son homologue de l'époque avaient procédé à l'inauguration de la route traversant le quartier populaire d’Anosibe, réhabilitée grâce à l’aide financière de l’Agence française de développement.

Jacques Chirac aura été le troisième président français en visite officielle à Madagascar, après Charles de Gaulle à Antananarivo, en 1958, et François Mitterrand en à Antananarivo et Toamasina, en 1989.

Jeannot Ramambazafy

Madagate0 partages

New York ONU. Intervention du PM Christian Ntsay sur les ODD

Sommet sur les ODD. Dans le cadre de la thématique « Dialogue n°5 : Partenariat pour le développement durable », les dirigeants du monde ont présenté des mesures pour la décennie d’action, sous le regard des jeunes qui « demanderont des comptes ».

CONTEXTE

ONU New York, 25 Septembre 2019. En clôturant le Sommet sur le suivi de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 (AG/12188), le Président de l’Assemblée générale a rappelé que les Objectifs de Développement Durable (ODD) visent à « garantir aux personnes du monde entier d’avoir les mêmes chances non seulement de survivre, mais également de prospérer ».

Alors qu’il mettait fin au premier Forum politique de haut niveau pour le développement durable placé sous les auspices de l’Assemblée générale, M. Tijjani Muhammad-Bande a estimé que l’engagement exprimé par les dirigeants du monde à cette occasion, matérialisé par une Déclaration politique adoptée hier, n’est que le début des efforts que le monde attend. En parlant de la « décennie d’action » à venir, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina J. Mohammed, a promis que l’ONU allait y mettre du sien pour la concrétisation des objectifs.

Pour sa part, le Premier Ministre de Madagascar, M. Christian Ntsay, a mentionné les projets que les autorités entendent mettre sur pied dans les prochaines années, avant de préciser que le pays compte sur la solidarité internationale pour atteindre les ODD. Cette solidarité internationale a permis de mobiliser 2.100 chambres de commerce du monde entier, a souligné le Secrétaire général de la Chambre de commerce internationale (CCI), M. John Denton. Ainsi, s’est réjoui M. Denton, ce sont plus de 10 millions d’entreprises qui peuvent investir dans le développement durable. Il a néanmoins déploré les cadres politiques et réglementaires dissonants qui constituent un obstacle à l’implication du secteur des affaires dans les questions de développement durable.

Ci-après la transcription intégrale de l'intervention du Premier ministre malagasy, M. Christian Ntsay, le 25 septembre à 15h, heure de New York:

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire Général,

Excellences Mesdames et Messieurs,

Madagascar, que je représente ici aujourd’hui, se réjouit de prendre part à ce dialogue sur l’Agenda 2030, notamment sur le volet relatif au partenariat pour le développement durable. En effet, les Objectifs de Développement Durable constituent un des agendas internationaux auxquels le plan de développement de mon pays s’aligne entièrement.

Madagascar se trouve aujourd’hui dans une nouvelle dynamique de son cheminement vers l’émergence comme il est défini par la vision de Son Excellence Monsieur Andry RAJOELINA, Président de la République ; la Politique générale de l’État repose sur les 13 engagements du Président de la République dont l’objectif principal vise essentiellement à rattraper les retards de développement dont Madagascar souffre depuis bientôt 60 ans. Le Plan Émergence Madagascar 2019-2023 conduira le pays dans sa transformation structurelle et dimensionnelle pour accélérer le processus de son émergence.

Promouvoir la sécurité humaine en combattant la pauvreté, l’insécurité alimentaire, la malnutrition, le chômage des jeunes et des femmes, la précarité des conditions de vie, les actes criminels et d’insécurité dans les villes et dans les campagnes, la corruption et les inégalités tout en promouvant les valeurs de la paix, de la justice sociale, des droits humains, de la gouvernance responsable, de la fierté et de la dignité de la populationMalagasy, constitue le socle de la Politique générale de l’État.

Dans un cadre stratégique de 5 ans, Madagascar vise pour l’essentiel à :

doubler sa production de l’électricité en valorisant ses capacités en énergie renouvelable ;

aménager de nouvelles superficies de 100.000 hectares pour atteindre son autosuffisance en riz ;

construire de nouveaux écoles et hôpitaux de proximité et de qualité sur tout le territoire ;

promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes ;

construire 50.000 nouveaux logements éparpillés sur tout le pays ;

construire des routes et des pistes rurales, des marchés dans toutes les régions de Madagascar ;

faire bénéficier les populations de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, de nouvelles constructions des infrastructures sportives et culturelles ;

poursuivre sans relâche les efforts de préservation et de conservation de la biodiversité, des ressources naturelles et environnementales tout en s’engageant à la reforestation de 40.000 ha par an soit une superficie d’au moins 200.000ha en 5 ans ;

apporter des réponses ambitieuses aux effets du changement climatique dans le Sud du pays. La Table ronde organisée probablement en décembre prochain pour la mise en œuvre de la Stratégie intégrée de développement du Grand Sud avec la co-présidence des Nations Unies aux côtés des autorités nationales, constituera sans nul doute un engagement concret pour valoriser le partenariat mondial.

Les ambitions de Madagascar pour atteindre les ODD sont réelles et le gouvernement de mon pays s’attèle à travailler dans l’efficacité des méthodes et approches utilisées ainsi que dans l’efficience de l’utilisation des ressources.

L’État a décidé de compter sur ses propres forces pour mobiliser des ressources intérieures pour financer son plan de développement. Madagascar compte néanmoins sur la solidarité et les opportunités internationales pour l’aider à accélérer la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

Il est évident de souhaiter que le partenariat mondial favorise le développement des mécanismes innovants, selon la nature des investissements promus, alliant les financements traditionnels bilatéraux et multilatéraux à des coûts socialement et économiquement acceptables avec la mobilisation des partenariats publics-privés de qualité et mutuellement avantageux.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Certes, beaucoup reste à faire et le partenariat constitue un élément essentiel pour l’optimisation et la réussite de notre agenda pour le développement durable afin que personne ne soit laissée de côté.

Je vous remercie.

Christian L. NTSAY

Premier ministre de Madagascar

Transcription : Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

Visites techniques : Délocalisées à Ivato, Alasora et Betongolo

Les visites techniques des véhicules administratifs débuteront le 15 novembre prochain.

Les activités du centre de sécurité routière d’Alarobia ont diminué depuis la fin du mois de juillet dernier. Situation confirmée par le général de division Nicolas Tsirivelo, directeur général de la sécurité routière (DGSR) lors d’une interview organisée à Alarobia hier. « Les visites techniques ont été suspendues depuis que les travaux de réhabilitation du tronçon de route Ankorondrano-Tsarasaotra ont débuté. Les usagers de la route ont sûrement pu observer ces faits » a noté le responsable. Avant d’expliquer : « la coupure de cette route a conduit les responsables étatiques et les responsables auprès de la direction générale de la sécurité routière à prendre la décision de délocaliser les visites techniques à Alasora (By-Pass), à Betongolo et à Ivato ». Le directeur général de la sécurité routière toutefois de préciser que « le centre d’Alarobia ne fermera pas pour autant ses portes. Le centre va continuer de fonctionner et assurera la coordination des centres de sécurité routière éparpillés dans les régions ». Il conviendrait de noter que les réceptions techniques ont été également été délocalisées depuis mardi dernier.

 Publics. L’interview organisée à Alarobia a également été l’opportunité pour le général de division Nicolas Tsirivelo de faire savoir que « les visites techniques des véhicules administratifs vont se faire à partir du 15 novembre prochain ».Le DGSR de renchérir qu’une disposition spécifique a été mise en place pour « faciliter les visites techniques desdits véhicules». Les coordonnées téléphoniques des centres de sécurité routière des régions auraient donc été dispatchées auprès des responsables administratifs des régions. Ce, dans le but de « permettre à ces derniers de prendre rendez-vous auprès des centres de sécurité routière régionaux pour la tenue des visites techniques de leurs véhicules». Pour en revenir à la capitale, les délocalisations du centre de sécurité routière situées à Ivato, Alasora et Betongolo sont fonctionnelles.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Andavamamba : Trois individus arrêtés pour vol et tentative de viol

Une bande de malfrats ayant tenté d’attaquer un couple et de violer la femme a été attrapée par la Police d’Ilanivato la nuit de mardi dernier. La scène s’est déroulée sur le pont Séoul  Hôtel Andavamamba aux environs de 22 heures. Un couple rentrant tard à pied a été attaqué par trois malfaiteurs. Ces derniers ont tabassé l’homme et projeté de violer la femme après avoir pris toutes les choses de valeurs sur eux. Des policiers issus du poste avancé d’Ilanivato, qui étaient en train de faire la ronde dans les environs ont entendu les cris d’alerte lancés par les victimes, se sont alors précipités sur les lieux. Dès que les malfaiteurs ont aperçu les policiers, ils ont pris tout de suite la fuite. Aux termes de la poursuite, un des malfrats a été arrêté et conduit au poste de police. Interpellé, il a dénoncé ses complices qui ont été cueillis à leur domicile, le lendemain. L’affaire est déjà entre les mains des autorités concernées.

Voarisoa Davidson

Midi Madagasikara0 partages

BNI Madagascar : Succès du KRED à Fianarantsoa et Antsirabe

KRED présenté par la BNI Madagascar à Fianarantsoa et Antsirabe.

Opérationnel depuis quelques mois, KRED a déjà séduit des milliers de clients dans différentes villes, tandis que son déploiement à travers le pays suit son cours. C’est ce qu’ont affirmé les représentants de la BNI Madagascar, qui ont présenté officiellement KRED, la deuxième marque dédiée aux TPE et PME semi-informelles et informelles, avec son slogan « KRED, Hafamihitsy ». Cette présentation s’est tenue à Fianarantsoa le 17 septembre et à Antsirabe le 19 septembre dernier, en présence des autorités locales, des opérateurs économiques et des acteurs du développement de ces deux zones. « KRED vise à assurer une présence permanente auprès des entrepreneurs semi-formels et informels et contribuer au développement de leurs activités, grâce à un mécanisme d’appui financier, accessible et simple, pour répondre efficacement à leurs besoins de financement. Cela, avec des taux d’intérêts parmi les moins chers du marché et des délais relativement courts », a soutenu Adrian Chindris, DG adjoint Stratégie de BNI Madagascar. Pour le PCA de la banque, Henri Rabarijohn, le fait que le bureau de KRED soit chez les clients traduit déjà un gain important de temps. En effet, l’équipe commerciale de KRED travaillent exclusivement sur terrain, directement à la rencontre des clients pour proposer des solutions de financement.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Palais de Mahazoarivo : Le PM Ntsay Christian déménage

Le PM Ntsay Christian posant avec le président Donald Trump et son épouse lors d’une séance photo avant la réception diplomatique du 24 septembre dernier au Lotte New-York Palace.

Le bâtiment qui abrite le bureau du Premier ministre est en cours de réhabilitation depuis le début de cette semaine.

Le site de Mahazoarivo est habité depuis le XVIe  siècle, sous le règne d’Andriamanelo (1530-1570). Vers 1800, il servait de lieu de villégiature pour Ilaidama. D’illustres personnalités y furent reçues, entre autres, la mission Chardenoux envoyée de Sir Robert Farquar, gouverneur de l’Ile Maurice en 1816; Commissaire Meyer, Ambassadeur de France en 1881 ; Hick Groves, Ambassadeur de Grande Bretagne en 1884 ; le missionnaire William Ellis de la LMS en 1855. C’est le gouverneur général Galliéni qui fit bâtir le pavillon actuel de Mahazoarivo qui était d’ailleurs la maison d’été des gouverneurs généraux français avant de devenir la résidence du président de la République au lendemain de l’indépendance.

New-York. En somme, le domaine remonte du temps de la monarchie, de la colonie et de la Première République. Ce qui explique les travaux de réhabilitation du bâtiment abritant le bureau du Premier ministre qui vont durer 3 mois. S’agissant d’un monument classé, la restauration se fera probablement à l’identique. En attendant, le PM Ntsay Christian va déménager à la Villa basse qui se trouve, comme son nom l’indique, en contrebas du Palais. Des travaux de réaménagement sont actuellement en cours, en attendant le retour du locataire de Mahazoarivo qui représente Madagascar à la 74e Assemblée Générale (AG) des Nations Unies à New York. Il a participé hier au dialogue de haut niveau sur le financement du développement (FdD). Aujourd’hui, l’AG va tenir une autre réunion de haut niveau consacrée à l’examen des progrès accomplis dans le traitement des priorités des petits Etats insulaires en développement grâce à la mise en œuvre du processus des modes d’action accélérés pour les PEID.

Trano kintana. A son retour prévu la semaine prochaine, le Premier ministre Ntsay Christian prendra possession de son nouveau bureau sis au bord du lac. De leur côté, ses proches collaborateurs ont déjà emménagé dans le bâtiment du Collège des Conseillers qui surplombe la Villa basse. En revanche, les conseils de gouvernement hebdomadaires se tiendront toujours au « Trano Kintana ». Histoire peut-être d’être sous une bonne …étoile.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Des candidats jugés sur leur capacité à réaliser de grands projets

C’est un quotidien plutôt morne auquel les Malgaches sont confrontés aujourd’hui. Il n’y a pas de véritable bouleversement de la vie politique avec ce face-à-face convenu entre Andry Rajoelina et Marc  Ravalomanana. La domination de l’IRD dans tous les secteurs de la vie publique laisse très peu d’espace au TIM. Néanmoins, le parti de l’ancien président n’entend pas rendre les armes et fait tout pour montrer qu’il est toujours là. Les communales sont l’occasion idéale de montrer qu’il peut constituer une force d’opposition crédible, sachant dénoncer quand cela est nécessaire.

Des candidats jugés sur leur capacité à réaliser de grands projets

L’actualité, aujourd’hui, se résume à la préparation des élections communales. La CENI a fait un compte rendu assez complet de la situation qui prévaut à un peu plus d’un mois du scrutin. Aucune anomalie n’a été constatée. On peut donc maintenant assister au déroulement normal du processus électoral. On devrait assister à une campagne sans surprise. Les électeurs font d’ailleurs preuve d’un certain attentisme car ils veulent des actes. Les candidats ne se dévoilent pas et restent prudents. Aucun d’entre eux n’est véritablement entré en précampagne. Seuls certains partisans de l’IRD font allusion au bilan de la mairesse actuelle. Cependant, c’est sur les perspectives d’avenir que la majorité des citoyens de la capitale va fonder son choix. Aujourd’hui, les Tananariviens se contentent du quotidien qu’on leur propose. Les travaux de réfection des rues de la capitale continuent. Il  y a encore beaucoup à faire, mais les progrès sont indéniables. Celui qui s’installera à la mairie d’Antananarivo devra faire beaucoup plus. Et c’est sur sa capacité à réaliser de grands projets pour la ville qu’il sera jugé.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Amélioration du capital humain : Lancement officiel du CREFOI à Madagascar

Lancement officiel du CREFOI à Madagascar, mardi dernier, à la salle de conférence du MENETP à Anosy.

Madagascar dispose désormais du Centre REgional Francophone pour l’Océan Indien (CREFOI), en vue d’atteindre les objectifs de développement, notamment ceux liés à l’ingénierie de formation.

 Assurer et fournir une formation de qualité afin d’améliorer l’enseignement dans la zone de l’océan Indien. Tel est l’objectif du CREFOI, qui vient d’intégrer dans l’organigramme du MENETP (Ministère de l’Education et de l’Enseignement Technique et Professionnel) de Madagascar, suite au lancement officiel qui s’est tenu, mardi dernier à Anosy. Il s’agit d’une direction composée de cinq services dont le Service du secrétariat polyvalent, le Service de la programmation, le Service des études et de la formation, le Service administratif et financier et le Service de la communication. « Cette nouvelle Direction rattachée directement au Ministre se chargera d’assurer et de fournir une formation de qualité afin d’améliorer l’enseignement du et en Français dans la zone de l’océan Indien surtout à Madagascar.

L’objectif du CREFOI est de fournir aux enseignants la maîtrise de la langue française et de son apprentissage par le biais des formations englobant le monde du français à savoir la formation pédagogique, la formation didactique et la formation linguistique », ont indiqué les responsables du Centre.

Améliorations. Selon les explications, tous les enseignants en allant du Préscolaire jusqu’au niveau Lycée bénéficieront des activités de formation issues de cette nouvelle Direction. D’après le programme indiqué, la première vague de formation des enseignants du français et des enseignants des autres disciplines non linguistiques se tiendra après avoir effectué un état des lieux et des séances de conception des programmes de formation à partir des situations enregistrées. D’après ses promoteurs, la mission du CREFOI se focalise sur six grands axes, notamment, l’organisation, la coordination et la supervision des activités en vue d’atteindre les objectifs  en matière d’ingénierie de formation ; l’organisation et la participation à l’amélioration de l’apprentissage de la langue française dans la zone de l’océan Indien ; la contribution à l’élaboration des méthodologies et à la définition des contenus des formations ainsi que les évaluations des programmes de formations ; le soutien de la conception des matériels didactiques pour l’apprentissage du français et pour la formation présentielle et à distance des enseignants de français ; l’élaboration des guides pour l’apprentissage du français de spécialité ; et la mise en place d’une base des données sur l’enseignement de la langue française dans l’Océan Indien (experts, actions de formation, offres, demandes, etc.). A noter qu’outre Madagascar qui vient d’adhérer au CREFOI, d’autres pays de la zone de l’Océan Indien sont également membres, comme l’île Maurice, les Comores, Djibouti et les Seychelles.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – COSAFA U17 : Madagascar s’incline face à l’Afrique du Sud

La dernière campagne de l’équipe malgache au Cosafa Cup U17 filles s’est soldée sur une défaite. La troupe de  Lalasoa a perdu par trois buts à un face à l’Afrique du Sud, hier. Déjà à la pause, les Sud- Africaines ont mené par deux buts d’avance. Les deux équipes ont marqué un but respectivement à la seconde période. Madagascar termine alors ce COSAFA U17 avec un bilan de deux défaites et une victoire.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Théâtre : Partage d’ expériences avec Njaka Randriambololona

Njaka Randriambololona accompagne les jeunes comédiens.

Membre du « Fikambanan’ny Mpanao Teatra Malagasy » ou FMTM, Njaka Randriambololona rencontre les jeunes acteurs de théâtre. Depuis lundi, l’artiste assure des séances de partages artistiques avec de jeunes passionnés au CEMDLAC Analakely. Sortant du centre des arts de la scène et de l’école internationale de théâtre Jacques Lecoq, Njaka Randriambololona combine danse, chant, mime et musique au service du théâtre. Essentiellement basée sur la réalisation de création, l’initiative de l’acteur est d’introduire le jeu de mouvement et le jeu de masque pour créer des personnages et améliorer les jeux d’acteurs. L’idée est de faire en sorte que chaque comédien soit porteur de langage quelque soit le jeu physique présenté. Avec leurs expériences théâtrales, la combinaison avec d’autres disciplines apporte beaucoup aux comédiens.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Agence capsule : Le seul cabinet certifié ISO 20 252 à Madagascar

La représentante de l’AFNOR a remis à Eugénio Raniriharinosy, le DG de l’agence capsule, la certification ISO 20 252.

L’agence capsule est une agence indépendante créée en 1994, qui se spécialise dans la collecte et l’analyse des données à Madagascar. Ses activités portent notamment sur les études marketing au profit des entreprises commerciales et les études sociales pour l’évaluation des projets des ONG (Organisation Non Gouvernementale) ou des associations ainsi que sur les sondages d’opinions. Ayant plus de 25 ans d’expériences dans ce domaine, cette agence qui a déjà réalisé plus de 700 études, est à la recherche permanente d’une meilleure performance. Raison pour laquelle, elle a obtenu la certification ISO 20 252 délivrée par l’AFNOR (Association Française de Normalisation) après quatre années de démarche. « Nous sommes le ainsi seul cabinet certifié ISO 20 252 dans le pays. Il s’agit d’une norme internationale relative aux études de marchés, études sociales et sondage d’opinions », a déclaré Eugenio Raniriharinosy, le directeur général de l’agence capsule lors d’une rencontre avec la presse. Et lui de rajouter que cette certification offre une garantie de qualité. En effet, « nous appliquons les meilleures pratiques et démarches aux normes internationales en termes d’études et d’enquêtes à Madagascar. Nous assurons également une mise à disposition de données précises et fiables permettant à tous les utilisateurs de prendre des décisions. En fait, nous employons des outils high-tech en matière de contrôle et vérification dans la collecte des données. Le respect de l’éthique n’est pas en reste », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

50 ans de l’ASA : Reconnaissance du travail accompli par les employés

L’ASA est une école internationale reconnue pour sa diversité culturelle.

Distinctions honorifiques et médailles du travail ont été décernées à des employés de l’American School of Antananarivo (ASA), hier, en reconnaissance de leur travail et des années passées au sein de cette première école internationale anglophone de Madagascar qui fête, cette année, ses 50 ans. L’ouverture, hier, de cette célébration, a ainsi été une occasion pour l’établissement de témoigner envers ces heureux récipiendaires, la reconnaissance du travail accompli durant toutes ces années et les sourires partagés au sein de l’ASA. Une telle cérémonie de remise de médailles est une première organisée par l’école depuis sa création en 1969. Ces employés, ainsi récompensés, ont consacré entre 10 et 30 années de leur vie à l’établissement. Ils sont enseignants, personnel administratif, et agents d’entretien, qui « ont contribué à faire de l’ASA un environnement sûr et accueillant pour apprendre et vivre ». Ce sont ainsi 11 diplômes et médailles de Chevaliers de l’Ordre National Malagasy, qui ont été remis par la représentante de la Grande Chancellerie, Donatella Rakotonarivo, tandis que 65 médailles du travail ont été remises par les membres du Conseil d’administration de l’ASA, Kathleen Edgin et Raul Barrameda, et la directrice de l’ASA, Dr Caroline Brokvam.

Familles et proches des récipiendaires ont assisté à la cérémonie ainsi que les parents et élèves de l’établissement, et plusieurs membres du corps diplomatique, dont l’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Michael Pelletier. Rappelons que l’ASA compte actuellement une centaine d’employés, principalement des enseignants expatriés, mais également des personnels administratifs et techniques, et des agents d’entretien. Plus de 30 nationalités y sont représentées.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Tandrok’elefanta fanomezana tamin’ny taona 1963, nanjavona ny taona 2019

Nisavoritaka ny teo anivon’ny kaominina ny alatsinainy teo raha nahita fa nanjavona tao amin’ny kaominina ireo tandrok’elefanta roa izay fanomezana avy amin’ny fanjakana kenyana an’i Toamasina ny taona 1963, tao anatin’ny foara iraisam-pirenena nokarakarain’ny ben’ny Tanana Bezaka Alexis tamin’izany fotoana izany. Raha ny zava-nisy dia nesorina tamin’ny toerana nametrahan’i Bezaka Alexis azy ilay tandrok’elefanta roa ireto, tamin’ny fotona hoe hamboarina ny lapan’ny tanana. Nony vita anefa ilay lapan’ny tanana dia tsy niverina tamin’ny toerany intsony ireto tandrok’elefanta avy amin’ny fanjakana keniana ireto, fa natao toy ireny entana tsy misy ilana azy (débarras), ka natao tamin’ny toerana iray nifangaro tamin’ireo fitaovana efa tsy ilain’ny kaominina intsony. Taty aoriana anefa nisy nahatsikaritra ilay tandrok’elefanta tena izy fa natao dika mitovy avy any keniana ity, ka nisy mpiasa tao amin’ny kaominina izay mahalala ny vidiny sy lanjany eo amin’ny sehatra iraisam-pirenana ary ireo mpanjifa izany any sina, nangalatra izany. Tsy fantatra mazava ny fe-potoana tena nahaverezany, fa ny alatsinainy teo no nisy nahatsikaritra ny tsy fahitana azy ny teo anivon’ny kaominina. Fanontanian’ny olona amin’izao ny hoe, “fanahiniana ve ny tsy nemerenana azy taorian’ny fahavitan’ny lapan’ny tanana mba hahamora ny fangalarana azy?”; ao koa ny milaza fa “tsy ho mpiasa madinika ao amin’ny kaominina no mahavita izao fa ireo mahalala tsara ity tandrok’elefanta ity any ivelany”. Efa mandeha ny fanadihadiana anatiny eo anivon’ny kaominina, alohan’ny hametrahan’izy ireo fotoriana ara-panjakana ara-dalana momba izao fahaverezana tandrok’elefanta fanomezana ho an’i Toamasina izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Journée mondiale des pharmaciens : Les visiteurs ont répondu présents

Les membres de l’Ordre des pharmaciens avec la foule venue assistée à la Journée mondiale des pharmaciens. (crédit photo : Tsilavo Rakoto)

La première célébration de la Journée mondiale des pharmaciens a connu le succès attendu par les organisateurs. S’ils espéraient 500 visiteurs, ils étaient plus nombreux à s’être rendus à la gare Soarano hier afin de découvrir l’univers du pharmacien et des médicaments. L’ambiance était particulièrement animée dans l’espace dédié au grand public où diverses animations ont eu lieu : chorégraphies, slam ou chansons de la part des étudiants en pharmacologie et de quelques artistes ; des concours de dessin et des expositions portant sur l’histoire de l’industrie pharmaceutique à Madagascar. Et bien évidemment, la sortie de la 5e promotion ILOAINA, parrainé par le Dr Michel Rakotondrainibe, figurait aussi parmi les événements marquants de cette journée des pharmaciens.

Les professionnels. Outre la présentation au public des différents produits pharmaceutiques et du métier de pharmacien, les professionnels du métier se sont également concertés à l’intérieur (dans un espace dédié non accessible au public) pour présenter leurs produits et échanger autour d’une série de conférences axée sur différents thèmes. Et comme on pouvait s’attendre, la majorité des laboratoires pharmaceutiques y ont tenu des stands. On a pu voir quelques représentants malgaches comme l’IMRA ou Homeopharma parmi les exposants lors de cette journée.

Satisfaction. Les organisateurs ont avoué qu’ils sont satisfaits du résultat de cette journée. Ce qui laisse espérer qu’une autre deuxième édition aura lieu l’année prochaine. En tout cas, le public ayant assisté à cet événement a pu obtenir les informations dont il avait besoin.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

« Donak’afon’ny baolina kitra » : Augustin Baovola pour les championnats des jeunes

La mini-conférence “Donak’afon’ny baolina kitra” qui s’est tenue samedi dernier au stade municipal d’Arivonimamo fut marquée par des échanges et discussions entre les anciennes stars et les acteurs du football malgache. On y voyait la participation des anciens membres de l’équipe nationale, à savoir Augustin Andriamiharinosy “Baovola” et Alban Rabemananjara, ainsi que des journalistes venant de la Capitale et de la région d’Itasy, dirigés par Martial Randrianarison, le directeur de la radio H@JI.Radio (FM 98.4). Les discussions étaient centrées sur la recherche des points d’améliorations de cette discipline. En effet, trois points ont été soulevés. Premièrement, ils ont parlé de la cohésion des journalistes sportifs pour faciliter le transmission des bonnes informations en temps réel sur ce sport. La deuxième discussion tournait autour des infrastructures comme les stades de la ligue, surtout dans la section Arivonimamo. Il y a déjà eu une restructuration à une certaine époque mais il faut les renouveler pour que ces stades puissent accueillir des compétitions internationales. Le dernier point était axé sur le développement du football en général. Cela devrait commencer par la préparation de la relève. « Il faut initier en priorité les championnats nationaux des jeunes. Une compétition pour les U15 devrait avoir lieu, jusqu’à la catégorie senior », a suggéré Augustin Baovola. En match amical pour clore cette journée de samedi, les journalistes de la Capitale se sont imposés sur le score de 5 à 2 face à l’équipe d’Itasy.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Circulation : Recrudescence des accidents sur les routes nationales

La semaine en cours est marquée par la recrudescence des accidents de circulation sur les routes nationales. Ce qui s’est passé durant ces deux derniers jours en serait la preuve. L’information recueillie auprès de la gendarmerie fait état de trois cas. Il est triste d’entendre que l’excès de vitesse était à leur origine. Le plus récent a eu lieu hier sur la RN3 vers 14 heures 40. Un taxi-brousse a fini sa course dans une rizière après avoir fait deux tonneaux. Le drame s’est produit au lieu appelé Andranovao, dans la commune rurale de Mangamila, soit à près de 66 km d’Antananarivo. Ce «Sprinter » roulait à vive allure sur une ligne droite quand un autre taxi-brousse qui tentait de le dépasser l’a percuté par derrière. La violence du choc l’a fait chambarder vers hors de la route avant de le renverser dans la rizière. Le bilan est lourd. La carrosserie du « Sprinter » a été complètement détruite. Trois occupants de ce véhicule dont le chauffeur ont été blessés.

Survenu dans la Capitale, le deuxième a eu lieu sur le Bypass au niveau du fokontany de Merimanjaka, commune Ambohijanaka, la nuit du mardi vers 22 heures 15. En provenance d’Iavoloha en direction d’Ankadimbahoaka, un véhicule « Sprinter » a percuté de plein fouet une moto montée par deux personnes roulant devant lui dans la même direction. Après la collision, le véhicule s’est enfui. En effet, des riverains, qui ont trouvé les deux motards gravement blessés et complètement inconscients, ont alerté la gendarmerie. Selon les informations, les blessés sont des agents de contrôle d’une société de sécurité et de gardiennage de la Capitale. Ils étaient en plein travail quand ils sont tombés dans cet incident. Selon la gendarmerie, le véhicule incriminé est toujours en cavale. L’affaire est actuellement entre les mains de la gendarmerie d’Andoharanofotsy.

Le troisième s’est passé sur la RN4, dans une agglomération appelée Antongobato, dans le district de Mahitsy, soit au PK 27+800. Le 24 septembre vers 04 heures du matin, un taxi-brousse « Sprinter » en provenance de Maevatanàna pour rejoindre Antananarivo a été heurté par un camion de marque DAF roulant dans le même sens. La violence du choc a fortement endommagé la partie postérieure du « Sprinter ». Deux passagers du taxi-brousse ont été blessés. Evacués à l’hôpital, ces deux personnes sont actuellement hors de danger.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Fédération – Natation : Hary Jaona Rabary, candidat à la présidence

Jaona Rabary n’est plus à présenter dans le monde de la natation.

Quarante- huit heures avant la clôture du dépôt de candidature pour le poste de président de la fédération malgache de natation, le commissaire Hary Jaona Rabary est le premier à déposer son dossier.

Il est le premier candidat au poste de président de la fédération malgache de natation. Hary Jaona Rabary, ancien président du club de Saint-Michel de natation a déposé son dossier de candidature pour l’élection du président de la FMN, hier, à 10 h 50 à l’Académie nationale des Sports, Ampefiloha. Il a remis de ses propres mains son dossier à Ramy Randrianasolomanana, Secrétaire général de la FMN, lequel document contient son CV, son casier judiciaire, la copie certifiée de sa carte d’identité nationale, une lettre de motivation et un projet professionnel pour le développement de la natation. Promoteur du tournoi Vive l’Avenir, Jaona Rabary veut continuer ce qu’il a déjà commencé pour la natation malgache. « Une fois élu à la tête de la FMN, les partenaires et les sponsors sont déjà prêts à nous soutenir. Ces sponsors ne seront pas limités à Antananarivo, mais, pour toutes les ligues régionales. La collaboration avec les ligues régionales sera renforcée ; ces dernières seront intégrées au sein de l’équipe dirigeante de la fédération. La promotion de la natation est au cœur de notre projet à travers la mise en place de nouvelles ligues notamment dans les chefs-lieux de provinces » a déclaré, Hary Jaona Rabary. L’élection se déroulera le samedi 05 octobre à 9h30 à l’Académie nationale des Sports. Seul, le président élu choisira son équipe. Actuellement, sept ligues composent la fédération dont deux nouvellement constituées à savoir Alaotra-Mangoro et Haute-Matsiatra en plus d’Analamanga, Boeny, Vakinankaratra, Vatovavy-Fitovinany et Atsinanana.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ambovombe Atsimo : Dahalo roa maty, azo avokoa ireo omby an-jatony nangalarina

Omaly maraina, raikitra indray ny fifandonana mahery vaika teo amin’ny andian-dahalo marobe sy ireo mpitandro filaminana niaraka tamin’ny fokonolona, tany amin’iny tapany Atsimon’ny nosy iny. Vokany, nisy roa tamin’ireo olon-dratsy no maty voatifitra, ary azo teny am-pelatanan’izy ireo ireo omby an-jatony any ho any vao avy nangalarina. Tao amin’ny kizon’Ankalilanavato, distrika Ambovombe,  no nitrangan’io fifandonana mahery vaika io. Araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandary dia nitrangana fanafihan-dahalo tao amin’ny tanan’Analamboro, ao amin’ny kaominina Imanombo, distrika Ambovombe, ny alin’ny talata hifoha alarobia lasa teo. Am-polony maro any ho any ireo dahalo, niravaka ody gasy sy fitaovam-piadiana, nandroaka omby mitotaly eo amin’ny 160 mahery teo tao amin’io tanana io. Rehefa azon’ireo moa ireo omby dia nitsoaka avy hatrany izy ireo. Nampandre haingana ny zandary kosa ireo fokonolona voatafika. Tsy nisy andraso andraso fa tamin’io alina io ihany dia nandefa zandary avy amin’ny vondrona manokana miady amin’ny asan-dahalo (Usad) ny kaomandin’ny vondron-tobim-paritra Ambovombe, ho any amin’ny toerana iray (kizo), izay tsy maintsy ho lalana nandehan’ireo andian-dahalo nitondra ireo omby halatra. Nampian’ireo zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Beraketa moa izany niaraka tamin’ireo fokonolona nanara-dia avy ato aoriana. Nifanehatra tao tokoa ny roa tonta io omaly maraina io ary raikitra ny fifandonana. Ka na dia teo aza ny hamaroan’ireo olon-dratsy dia vonona niatrika izany hatramin’ny farany ireo mpanara-dia efa tsara ofana. Roa tamin’ireo mpanafika no lavo sy tsy afa-manao ny asa ratsiny intsony. Nahita izany moa ireo andiana malaso ka nanao tsoa-pe namela ireo omby azon’izy ireo. Hain’izy ireo mantsy fa tsy ho resy tosika mihitsy ireto mpanara-dia. Naverina tamin’ny tompony avokoa moa ireo omby mitotaly 158 azo teny am-pelatanan’izy ireo. Fantatra kosa fa nisy omby telo novonoin’ireo mpangalatra tamin’izany. Efa mandeha moa ny fanadihadiana atao, hikarohana olon-dratsy tafatsoaka izay inoana fa tsy maintsy hanohy ny asa ratsiny any an-kafa, rehefa nandamoka io tao Imanombo io.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Festival : Madajazzcar, 30 ans, une rétrospective

Présentation hier du festival Madajazzcar 2019 hier au Kudeta Carlton

Le festival international Madajazzcar débutera le 03 octobre jusqu’au 17 octobre. Le grand rendez-vous des mélomanes, mais surtout des Tananariviens.

Pour cette 30e édition du festival international Madajazzcar, du 03 au 17 octobre, il est nécessaire de faire une rétrospective. Trente ans, c’est « la maturité », signale Désiré Razafindrazaka, président du comité d’organisation, hier, lors de la présentation publique de l’évènement de cette année. Dans son discours, la nostalgie était au rendez-vous. « Cette édition est particulièrement dédiée à Haja Ravaloson, sans oublier tous ceux qui sont partis durant l’aventure Madajazzcar ». Parmi ces pionniers du festival se trouve Arly Rajaobelina, « qui a donné le nom Madajazzcar ». Sans oublier, Arnaud Razafy, Hervé Razakaboana, Eckehart Olszowski, l’ancien directeur du Cercle germano-malagasy/Goethe-Zentrum, Jeannot Rabeson, un grand ami du festival.

Comme chaque année, les deux concerts « Podium jazz » en plein air d’Antsahamanitra sont les plus attendus par les Tananariviens. Le 05 octobre, le théâtre de verdure accueillera sept groupes à partir de 13h. A savoir « Sax Machine » venu de France et des Etats-Unis, Dominique Di Piazza, Louis Matute et Bara Ravaloson, Louis Matute, Samy Andriamanoro, Full Vao Band, BBK ou « Big Band Kely et enfin Mendrika Quartet. Pour le second « Podium jazz » du 12 octobre, le plateau musical sera composé de Lina Stalyte Quintet, il s’agit d’une formation venant de la Lituanie et de France, Silo, Datita Rabeson, Andy Razafindrazaka et Rolf et Imiangaly. Cette année par contre, le dernier concert à Antsahamanitra ne fera pas office de clôture.

Par ailleurs, l’ouverture du festival international Madajazzcar aura lieu au Carlton Anosy le 03 octobre à partir de 19h. Avec Dominique Di Piazza, le bassiste qui sera avec Fy Rajaofetra, Joro Rakotozafiarison, Andry Michaël Randriantseva et Bolo Rakoto David. Le second groupe sera composé de Samy Andriamanoro, Datita Rabeson, Eric Rakotoary, Tahiry Andriamanoro et Lalah Rakotorahalahy. Le dernier groupe pour cette soirée sera le BBK « Big Band Kely », qui nous réservera des surprises. Comme à l’accoutumée également, les activités connexes vont animer ces deux semaines où les mélomanes et les apprentis musiciens vont baigner dans le jazz. Le 04 octobre se tiendra un atelier rencontre avec « Sax Machine » qui mêle sonorité rap et jazz à l’Ifm Analakely à 9h.

Louis Matute, un virtuose de la guitare, va aussi s’y mettre le 07 octobre au Conservatoire nationale de Madagascar à Ampefiloha à partir de 10h. Sans les séries de concerts, Madajazzcar ne sera pas Madajazzcar. Quelques perles sont à citer, comme avec Nully Ratomosoa sera à l’Hôtel de l’Avenue Analakely le 05 octobre à partir de 21h. C’est l’un des meilleurs bassistes de la place actuellement, fusionnant plusieurs sonorités sous la houlette du funk. Issiksera au Kudeta Anosy à 20h, un ensemble composé de Sanda Ranaivosoa, Titan Randriamasindrazana, Henintsoa “Hents” Andriamasimanana, Irinaf et Pio Benja Gasy aux instruments traditionnels malgaches. Pour cette édition, Madajazzcar proposera des ateliers et des conférences et plus de 45 concerts, dont un qui se tiendra au Mafana B à Mahajanga.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Séminaires : Les jeunes capitaines et les leaders sportifs à l’honneur

Une grande première. Des séminaires régionaux sur « Les métiers du sport et entrepreneuriat » avec les jeunes capitaines et leaders sportifs seront organisés par l’Ambassade de France à Madagascar- SCAC, l’Académie nationale des Sports, en collaboration avec La Maison du Sport. Un programme qui concerne les jeunes sportifs, filles et garçons de 15 à 25 ans, toutes disciplines sportives confondues, désireux de renforcer leurs compétences en matière de « métiers du sport et entrepreneuriat » pour leur faire découvrir les différents métiers du sport, comment créer son entreprise, les exemples de métiers du sport. Ainsi, l’appel à candidature est ouvert aux jeunes remplissant les conditions suivantes à savoir jeunes sportifs de 15 à 25 ans issus d’un club de sport légalement constitué et enregistré au niveau des DRJS, être intéressé et avoir la volonté de se former en entrepreneuriat pour le développement du pays, curieux de voir et d’apprendre l’organisation du travail dans un milieu géré par un ancien compétiteur reconverti dans le métier du sport. La fiche de participation est à retirer auprès de la Maison du sport (Page Facebook ou à l’Académie  nationale du Sport ou auprès des directions régionales de sport et elle sera dûment visée par le responsable du club ou de la section ou de la ligue ou de la fédération ou du responsable de la DRJS d’où le sportif est issu. Une lettre de motivation justifiant l’engagement du candidat est nécessaire. La candidature est adressée à La Maison du Sport et à déposer au bureau du Portail francophone du sport à l’Académie nationale du Sport à Ampefiloha, ou auprès des directions régionales Analamanga, Itasy, Bongolava ou à envoyer à l’adresse mail lamaisondusport@gmail.com au plus tard le 27 septembre 2019 à 16h00.

Recueillis par T.H

Midi Madagasikara0 partages

Election des maires : Candidats uniques dans 45 communes

Thierry Rakotonarivo a insisté sur la nécessité d’une autorisation spéciale d’absence pour les fonctionnaires candidats.

La CENI a présenté hier la situation actuelle du processus électoral dans le cadre des Communales et des Municipales du 27 novembre prochain. « Pour l’élection des maires, 6275 candidatures réparties au niveau des 1695 communes ont été acceptées. Et pour l’élection des conseillers communaux et municipaux, 4902 listes de candidats ont été validées. », a déclaré le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo. Avant de rajouter : « Par contre, pour l’élection des maires, des candidats uniques sont enregistrés dans 45 communes. Et pour l’élection des conseillers, on rencontre la même réalité au niveau des 148 communes. » A entendre le vice-président de la CENI, les élections seront toujours organisées dans ces communes à candidature unique. Mais, on sait déjà l’issue des scrutins. Puisque les textes sont muets, les élections seront toujours également organisées au niveau des trois communes où des candidats ont décédé en cours de la procédure d’enregistrement des candidatures. Ces trois communes se trouvent dans les districts de Mananjary, de Vatomandry et de Lalangiana.

R.Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Arivonimamo : Tokantrano voaroba tamin’ny basy vita gasy

Tsy alim-be akory fa manodidina ny tamin’ny sivy ora sy fahefany alina no tonga ny jiolahy. Tao amin’ny fokontany iray antsoina hoe Ambohibe, ao Arivonimamo no nitranga izany. Fito lahy izay mitondra basy vita gasy no tompon’antoka. Mba tsy nisy ny herisetra nianjady tamin’ilay fianakaviana. Tsy nisy rahateo ny fikasàna hamaly avy amin’ny notafihana ary dia samy nanao ny asany teo. Ny andaniny nandroba ary ny ankilany nipetraka nanaraka ny baikon’ny jiolahy. Tao anatin’ny minitra vitsy dia vita ny fanafihana. Lasa tamin’izany ny vola izay mitentina iray tapitrisa ariary ary ny findain’ireo olona tao an-trano. Vita izay dia niala moramora, tsy nihazakazaka akory ireo olon-dratsy ary nianavaratra ny tanàna ny dian’izy ireo raha araka ny fanamarihan’ny iray trano. Mbola mampirongatra ny asan-jiolahy any amin’ny tontolo ambanivohitra ny fisian’ny basy vita gasy. Efa betsaka ihany ny voasambotra ary koa nopotehina ny fitaovana rehetra izay fanamboarana izany, fa mbola misy ihany ny basy mivezivezy. Hatramin’ny bala aza dia efa misy mahavita izany koa ireo olon-dratsy. Tsy ny dahalo akory no mampiasa an’izany fa ireo mpandroba tokantrano sy toeram-pivarotana. Ny an’ny dahalo mantsy dia ny basim-borona hatrany no tena manavanana azy ireo ary vidiany lafo. Na izany aza dia samy fitaovam-piadiana mahafaty avokoa ireo ary mila hamafisina ny ady amin’ny fiparitahan’izany avy amin’ny fampitomboana ny fisavàna.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

JIRAMA : Un nouveau PCA

Le conseil des ministres d’hier a procédé à de nouvelles nominations. Il s’agit d’un nouveau Président Conseil d’Administration pour la JIRAMA, en la personne d’Andriamanampisoa Solo. Une grande tâche l’attend notamment pour le redressement de cette société d’Etat qui traverse actuellement des moments difficiles. Quant à Lova Hasinirina Ranoromaro, elle occupe désormais le poste de directeur de cabinet du Président de la République. Elle remplace ainsi à ce poste Stéphanie Delmotte. Cette dernière pourrait notamment occuper d’autres postes, pourquoi pas au ministère des Affaires étrangères ?

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Gangstabab : Un nouvel album pour la fin de l’année

Il n’arrête pas d’écrire, de chanter, et de dire tout haut ce que le les autres pensent tout bas. Gangstabab chante pour les opprimés, pour les sans abris, bref pour les pauvres. Son nouvel album « Fangady » est sorti officiellement hier, lors de la conférence de presse à Antohomadinika. Incisif, teinté d’humour et de sarcasme, « Fangady » parle beaucoup de la vie quotidienne à Madagascar. Pour ce poète-chanteur, le dernier trimestre est une période idéale pour faire un bilan afin de pouvoir projeter une perspective d’avenir. En d’autres termes, à travers « Fangady » il fait une évaluation de l’année 2019. A part les paroles poignantes, divers airs mélodiques composeront cet album. On voit bien que l’artiste s’ouvre à d’autres rythmes. D’ailleurs, depuis 2014, Gangstabab compose des chansons plus ou moins populaires pour gagner le cœur de tout le monde. Slameur au début de sa carrière, il se «tropicalise» de plus en plus depuis la sortie de ses tubes « Ianao iny » et « Hody ». Souvent contestataires et transgressifs, les paroles et les clips de l’interprète de « Mampijaly jean » provoquent bon nombre de Malgaches, « Atosika tsara » en est un exemple concret. Pourtant, en 2017, il voit sa popularité monter en flèche. Il espère que « Fangady » sera un succès et animera les fêtes de fin d’année.

IssHeridiny

Midi Madagasikara0 partages

Baccalauréat 2019 : 174 740 candidats seront mis à l’épreuve lundi.

Les épreuves du baccalauréat débuteront ce lundi. Les candidats sont actuellement en pleine session de révision. Pour cette année, il y aura 174.740 candidats qui vont passer les épreuves dont 47.358 pour Analamanga et 651 pour Melaky selon les chiffres donnés par la directrice de l’Office du baccalauréat, Laurence Eliane Raharimalala. La majorité des candidats a opté pour la série D, en tout, on compte 35.606 candidats pour cette série tandis que la série A1 affiche 13.200 candidats, 11.957 pour la série A2 et 4.290 pour la série C. Et toujours au sujet des candidats, le plus âgé de cette année a 88 ans et il serait originaire d’Antsiranana.

Les résultats. Lors de la conférence de presse qui s’est tenue hier à l’Université d’Antananarivo, il a été dit que le grand changement pour le baccalauréat de cette année concerne le nombre des présidents de jury. Si auparavant, ils étaient au nombre de 06, cette année ils seront 10. Même chose en ce qui concerne le nombre des correcteurs, ils seront aussi plus nombreux par rapport aux années précédentes, ceci dans le dessein d’accélérer la sortie des résultats. En effet, la publication officielle des résultats du baccalauréat 2019 est prévue pour le mois d’octobre selon les explications des responsables entendus à Ankatso hier.

Un nouveau logiciel. Le président de l’Université a également fait savoir qu’un nouveau logiciel sera utilisé pour le traitement du baccalauréat cette année. Ainsi, tous les noms des candidats resteront anonymes, cryptés jusqu’à la parution des résultats. Cela va permettre d’éviter les fraudes et les tentatives de corruption pendant la correction et la transcription des notes. L’identité de chaque candidat sera donc chiffrée et remplacée par un code-barres. Toutefois, cela ne signifie pas que l’ancien logiciel sera mis de côté, « avec ces deux logiciels, on pourra comparer leur performance » a dit le président de l’Université d’Antananarivo.

Enfin, la conférence était également l’occasion de rappeler les matériels admis pendant les épreuves. Les candidats doivent donc savoir que seul le stylo bleu est autorisé et qu’ils ne peuvent recourir qu’à la calculatrice scientifique. Tout autre appareil électronique (lecteur mp3, téléphone mobile, etc.) est interdit durant les épreuves.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Football- Coupe de la Confédération : La CNaPS Sport continue d’y croire

Le match retour du second tour des éliminatoires de la Coupe de la Confédération entre la CNaPS Sport et le TS Galaxy FC aura lieu ce dimanche à Vontovorona. Un duel qui ne fait pas peur aux caissiers qui entendent tout donner.

 “Nous avons les moyens de remonter ce but concédé à la 4e minute et donc à froid car même en jouant très technique comme une école de football, ce TS Galaxy FC est prenable.” C’est la conviction profonde du président du club, le docteur Ratovo.

Sur un nuage. Une position partagée par l’ensemble des joueurs qui ont hâte d’être à dimanche pour faire ce qu’ils auraient dû faire en Afrique du Sud en bousculant cette jeune équipe sud-africaine, attendue vendredi, qui vit sur un nuage après avoir remporté la coupe devant des clubs légendaires tels Bidvist ou Kaiser Chiefs. Mais cette fois et devant cette hargne de la CNaPS Sport, elle doit descendre sur terre. Ce serait le cas ce dimanche à partir de 14h30 sous la direction d’un trio kenyan. Le seul bémol, c’est cette incertitude sur Lalaina blessé dimanche lors du match face à la Namibie. Mais le staff technique avoue avoir plusieurs cordes à son arc avec la jeune génération dont Arnaud qui sera en pointe. Légèrement en retrait, l’équipe est plus fournie au milieu avec Kalusha, Rija et Tojo Kely en sentinelle. La charnière centrale est plus solide avec le capitaine Ando et Ricky.

Inona ny tarigetra. Toby sur le flanc droit de la défense est plus un quatrième attaquant avec ses fréquentes remontées. Autant dire, le club qui doit choisir entre Leda et Ando comme gardien, est mieux armé aujourd’hui que lors de la saison dernière. À charge pour le coach Tipe Randriambololona de trouver la formule gagnante dans cet effectif pléthorique. Le plus c’est bien sûr ces fougueux supporters conduits par Rica et Sahondra avec leur chanson fétiche “Inona ny tarigetra”. En clair, leur but est la victoire. L’objectif de tous les Malgaches qui se respectent. Vivement donc dimanche à Vontovorona où la CNaPS a mis en place une organisation pour que le public puisse rallier le site sans trop de problème !

Clément RABARY 

Madagate0 partages

New York ONU. Le PM Christian Ntsay rencontre la PM Erna Solberg

Erna Solberg, PM de Norvège, et Christian Ntsay, PM de Madagascar

New York, 25 Septembre 2019. En marge de la 74è session de l'Assemblée général des Nations Unies, le Premier ministre, Chef du gouvernement, Christian Ntsay, représentant le Président de la République de Madagascar, s’est entretenu avec la Première ministre du Royaume de Norvège, Norvégienne (bokmål Norgesveldet ), Erna Solberg.

Avec 5.258.000 d'habitants (recensés en 2017), pour une superficie de 385.199 km², dont 307.860 km² de terre,  la Norvège est un pays scandinave comprenant montagnes, glaciers et fjords côtiers profonds. Oslo, la capitale, regorge d'espaces verts et de musées. La Norvège est  renommée pour la pêche, la randonnée et le ski.

Lors de cet entretien entre les deux Premiers ministres, l'accent a été mis sur le raffermissement des relations bilatérales déjà tissées par  les deux pays. Ainsi, hormis son appui à la Grande île pour l’effectivité de la bonne Gouvernance et de la lutte contre la corruption, le gouvernement norvégien entend élargir sa contribution sous des formes à établir, dans les autres secteurs que sont l’Éducation, l’Agriculture, la Santé publique, l’Industrie et l’Économie.Par ailleurs, la Première ministre Erna Solberg a fait part au Premier ministre Christian Ntsay de l'invite de la Norvège à Madagascar pour sa participation à des foires internationales qu’elle organisera durant le mois d’octobre prochain, et, particulièrement, le Congrès centré sur le développement durable des ports et terminaux maritimes.

Enfin, lors de cet entretien, il a été question du soutien de Madagascar à la candidature de la Norvège en tant que membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies, dont les prochaines élections auront lieu en juin 2020.

A titre d'information pure, faites connaissance avec ce Conseil de Sécurité de l'ONU

Le Conseil de sécurité de l’ONU est formé de 15 membres : 5 membres permanents avec droit de veto (Chine, France, Russie, Royaume-Uni et États-Unis) et 10 membres non permanents. Ces derniers sont élus pour un mandat non renouvelable de deux ans et leurs sièges sont répartis équitablement entre les groupes régionaux de l'ONU. Des élections sont tenues pour cinq sièges chaque année, selon qu’il s’agit d’une année paire ou impaire :Années paires :Groupes des États d’Asie et d’Afrique : deux sièges Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes (GRULAC) : un siège Groupe des États d’Europe occidentale et autres États (WEOG) :  deux sièges Années impaires :Groupes des États d’Asie et d’Afrique : trois sièges GRULAC : un siège Groupe des États d’Europe orientale : un siège

Jeannot Ramambazafy