Les actualités Malgaches du Mardi 26 Septembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara811 partages

Assemblée nationale : Les députés vont obtenir leur 4×4

Milavonjy Philobert est pour une révision constitutionnelle.

Fin du suspense. Les députés vont finalement obtenir leur véhicule 4×4. C’est ce qu’a fait savoir hier le député d’Ambovombe Androy Milavonjy Philobert. D’après les informations, les voitures atterriront à Tsimbazaza avant le coup d’envoi de la deuxième session ordinaire qui aura lieu au mois d’octobre. L’achat de moyens de transport pour les parlementaires ne figurant ni dans la Loi de Finances Rectificative 2017, ni dans le projet de Loi de Finances Initiale 2018, chaque député va donc devoir payer son 4×4 par ses propres moyens. Cependant, à entendre les explications du député élu à Ambovombe Androy, l’Etat s’engagera auprès des concessionnaires automobiles pour la garantie de paiement. Les membres de la Chambre basse vont donc bénéficier d’une facilité de paiement de 12 à 36 mois. A noter que le prix d’un véhicule 4×4 neuf avoisine les 500 millions de Fmg. Cette nouvelle initiative provoquera certainement de nouvelles polémiques, d’autant plus qu’elle survient juste au moment où les débats font rage autour d’un projet du régime HVM de procéder à un référendum constitutionnel.

Election. Pour ce qui est de l’élection présidentielle, Milavonjy Philobert est contre un éventuel report. « On peut maintenir la date et d’organiser une élection présidentielle avant la fin de l’année 2018 », soutient-il. Ce parlementaire proche du régime HVM dément également l’information selon laquelle les tenants du pouvoir actuel envisageraient de prolonger le mandat du président Hery Rajaonarimampianina. Toutefois, l’élu d’Ambovombe Androy est pour une révision constitutionnelle. « Toutes les dispositions qui risqueraient de provoquer des troubles postélectoraux devraient faire l’objet d’un amendement », a-t-il déclaré. Avant de lancer au passage un appel à l’endroit des politiciens de l’opposition afin de faire preuve de bonne foi et d’avancer leurs propositions pour l’élaboration d’une nouvelle loi fondamentale. Milavonjy Philobert estime que « si l’on organise une élection avec la Constitution actuelle, le pays risque de sombrer dans le chaos».

Davis R

Midi Madagasikara236 partages

Vitres fumées : En deux jours, 86 voitures mises en fourrière

Dans l’application de l’arrêté n°9528\2007 du 16 janvier 2007, la police nationale affirme ne plus tolérer le port illégal de vitres fumées ou teintées. Le Contrôleur Général de Police Herilala Rakotoarimanana, directeur de la Sécurité publique (DSP) l’a annoncé hier à la presse lors de la présentation des résultats des deux jours d’opération orientée dans ce sens. D’après lui, la Police nationale est passée à l’acte dans la mesure où après avoir entrepris des actions de sensibilisation qu’elle a menées avec le Ministère chargé des Transports, l’Agence des transports terrestres et la Gendarmerie nationale. En effet, le 22 et 23 septembre, des policiers sont descendus dans deux points de la capitale, à savoir au Marais Massay et à Anosizato-« Fasan’ny Karana » pour procéder au contrôle des voitures portant ce genre de vitre dont l’utilisation est soumise à une autorisation spéciale selon les dispositions de l’arrêté susmentionné. Résultats, 86 sur les 368 voitures contrôlées sont illégales et ont été mises en fourrière car désormais, la sanction au contrevenant ne se limite plus, selon cet officier supérieur de police, au retrait de papiers. Cette mesure a été prise du fait qu’outre les personnes qui ignorent l’existence de cet arrêté, beaucoup de ceux qui le connaissent l’enfreignent volontairement. C’est pourquoi, le DSP rappelle que les voitures aux vitres fumées sont destinées uniquement aux Chefs d’institution de la République, aux diplomates, aux parlementaires (députés et Sénateurs, mais non pas des assistants parlementaires), aux membres du Gouvernement et aux officiers généraux en activité. A part ces personnalités, l’arrêté recommande à ceux qui veulent utiliser ce genre de vitre à cause de l’exigence de  leur statut et la particularité de leur fonction à demander l’autorisation du ministère des Transports qui est le seul habilité à statuer dans ce sens. Pour les voitures  dont les vitres sont teintées d’origine, les propriétaires doivent avoir l’aval de la direction de la Sécurité routière. Puisque le contrôle devra être poursuivi pour faire respecter la loi et pour la sécurité de tous, la Police nationale souhaite la collaboration et la compréhension de tout un chacun.

T.M.

L'express de Madagascar232 partages

Soavimasoandro – Décès suspect de peste pulmonaire d’une fillette

Antananarivo-ville enregistre son deuxième décès suspect de peste pulmo­naire. Des réunions d’urgence se sont tenues à Ambohidahy, hier.

L’épidémie de suspicion de peste secoue la capitale. Une énième victime a été répertoriée depuis l’apparition de la maladie à Antana­narivo, le 11 septembre. Dimanche, c’est une fillette de 6 ans, habitant à Soavimasoandro, qui a brusquement perdu la vie après avoir été malade, la veille, selon le rapport du ministère de la Santé publique.« Son prélèvement, analysé sur un test de diagnostic rapide, a indiqué qu’elle est porteur de la bactérie de peste pulmonaire. Nous attendons les résultats d’analyse de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), avant de pouvoir le confirmer », souligne une source auprès du ministère, hier.La fillette et sa famille rentraient d’un voyage à Fianarantsoa, où elles auraient assisté à un retournement des morts. Les premières hypothèses de contamination se focalisent sur cet événement. « Souvent, des pesteux sont enterrés dans leur tombeau familial, s’ils devraient être mis dans une fosse commune pour éviter la propagation de la maladie. Si un tel cas se présente, l’ouverture du tombeau est banni pendant sept ans », rajoute la source. Il ne faut pas oublier, toutefois, qu’un cas suspect de peste pulmonaire a été déjà répertorié dans ce même quartier, le 15 septembre, et pas plus tard que la semaine dernière, un autre cas suspect dans le même arrondissement, plus précisément à Manjakaray, a été admis au centre hospitalier anti-pesteux à Ambohimiandra (CHAPA) pour traitement.

Risque de contaminationLa prise en charge de cette fillette a tardé. Sa famille l’a d’abord emmenée chez un médecin libre. Ce dernier l’a envoyée dans un hôpital pour enfants. Soupçonnant la peste pulmonaire, les responsables de ce dernier l’a transférée au CHAPA.Si ce cas est confirmé, toutes les personnes en contact avec elle, sa famille, les passagers du taxi-brousse à bord duquel elle a voyagé pour rejoindre Antananarivo, les médecins qui l’ont traitée, risquent tous d’attraper à leur tour, la maladie. Le ministère de la Santé publique a déjà lancé la recherche active de toutes ces personnes, pour une « chimioprophylaxie de contact ».En outre, des réunions d’urgence entre le ministère et les partenaires techniques et financiers, d’une part, et le ministère et les autorités des chefs de district des arrondissements de la ville d’Anta­nanarivo d’autre part, se sont tenues à Ambohidahy, hier. « L’objectif est de renforcer la lutte contre la maladie, notamment, la sensibilisation sur l’assainissement de la ville très insalubre, ce qui peut favoriser la propagation de la maladie », indique une source. Les campagnes de désinfection, de dératisation et de désinsectisation se poursuivent en ville.

Miangaly Ralitera

Madagascar Tribune169 partages

Le magistrat suspect absent du procès

Le procès concernant le kidnapping à Toamasina des jeunes Arnaud et Annie en novembre et qui s’est soldé par l’assassinat de la jeune fille et la libération du jeune garçon, s’est déroulé sans la présence du magistrat Jackie Rabehaja soupçonné d’être le cerveau de l’affaire. Ce juge de Toamasina, principal suspect dans cette affaire sordide a été placé sous mandat de dépôt à la prison de Manjakandriana puis a bénéficié d’une liberté provisoire. On ne peut même pas dire qu’il se cache car il se promène tranquillement dans la capitale dans un véhicule tout terrain au vu et au su de tout le monde. Mais il n’a pas jugé utile de se présenter à son procès. Et comme il est magistrat, ancien membre du CSM (Conseil Supérieur de la Magistrature) pendant des années, il semble donc aux yeux du commun des justiciables bénéficier de la clémence et du corporatisme de ses pairs. Soixante-douze (72) personnes sont incriminés dans cette affaire de rapt. Tous les accusés présents hier au Tribunal d’Anosy ont plaidé non coupable.

Rappelons que cette affaire qui a mis en émoi le pays entier non seulement par la barbarie des auteurs du crime, car la petite Annie était finalement assassinée par ses ravisseurs, mais aussi par l’implication de nombreux personnels du corps du système judiciaire dans l’affaire : policiers, magistrat, pénitencier. Le SMM avait même demandé la libération de ce dernier en 2016 en avançant que les charges portées contre lui ne sont pas suffisantes et n’ont pas été vérifiées.

Et quand le SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar) exige l’application de la loi, l’indépendance de la justice, la fin de l’impunité… peut-être qu’il devrait aussi commencer par balayer devant sa porte et faire le ménage chez eux.

Midi Madagasikara149 partages

Douanes : 37 caméras de surveillance installées dans différentes régions

Le processus de modernisation et de sécurisation des bureaux des  douanes se poursuit. Et pour y parvenir, l’administration des douanes utilise les grands moyens. Notamment, l’utilisation de caméras de surveillance dans plusieurs bureaux des douanes du pays. « On compte aujourd’hui trente-sept caméras de surveillance opérationnelles» précise-t-on, de source auprès du service de la Communication de la Direction Générale des Douanes. Et les efforts ne resteront pas là, puisque  l’administration  douanière prévoit d’installer, d’ici à la fin 2018, 15O caméras de surveillance dans huit bureaux des douanes dans les principaux ports et aéroports internationaux. « Le défi à venir pour l’administration est de pouvoir optimiser l’ensemble des réformes entreprises afin de faire des NTIC un levier efficace à la performance des activités douanières » les douanes malgaches optimisent ainsi l’utilisation des technologies de l’information et de la  communication dans ses procédures. L’utilisation de la technologie offerte par les caméras de surveillance permet également de contrôler les différents points stratégiques où les agents ne sont pas  présents physiquement, de prévenir efficacement les fraudes douanières,  de

sécuriser la procédure en offrant une meilleure traçabilité des opérations, d’optimiser la transparence et la lutte contre la corruption et enfin, de favoriser le contrôle a posteriori plus efficace grâce à la disponibilité des images archivées. A  noter que les caméras ont été acquises par des ressources propres internes de la Direction Générale et à travers un partenariat public privé.

R.Edmond.

Midi Madagasikara144 partages

Iles éparses : Hery Rajaonarimampianina se contredit

Le Président Hery Rajaonarimampianina n’a pas évoqué la question des îles éparses, lors de son intervention à la tribune des Nations unies. En revanche, le sujet a été abordé, lors d’une conférence de presse. Il a ainsi souligné que «la résolution de l’ONU sur les îles éparses date maintenant de 35 ans, mais rien n’a été fait depuis, c’est nous qui avons pris l’initiative d’en discuter avec le Président François Hollande puis avec son successeur Emmanuel Macron. Nous avons estimé que si les discussions avancent à ce niveau, il était inopportun d’en parler au débat de l’Assemblée Générale de l’ONU ».

Restitution. Faut-il cependant rappeler que lors de la précédente session, la 71e AG des Nations unies, en 2016, le chef de l’Etat malgache a parlé de la situation des négociations entre Madagascar et la France sur la restitution des îles éparses. « Pour notre cas, à l’initiative des autorités françaises, une reprise des négociations concernant les îles malgaches, Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India, a eu lieu le 17 juin dernier (lire en 2016), à Paris », a-t-il soutenu. Au vu de ces différentes déclarations, on a l’impression que Hery Rajaonarimampianina se contredit. Notons que le chef de l’Etat est rentré au pays, hier matin. Il n’a fait aucune déclaration à la presse, lors de son arrivée.

Dominique R.

Midi Madagasikara133 partages

Hery Rajaonarimampianina : Attendu au tournant par la communauté internationale

Hery Rajaonarimampianina n’a pas touché mot à son projet de révision constitutionnelle lors de son intervention devant l’AG des Nations unies à New-York.

La communauté internationale et les partenaires techniques et financiers de Madagascar attendent de pied ferme le régime HVM sur son projet de révision constitutionnelle.

Le périple new-yorkais du président de la République Hery Rajaonarimampianina dans le cadre de la 72e Assemblée Générale des Nations unies a été largement commenté par la presse nationale. Pour certains qui se référeraient au discours prononcé par le chef de l’Etat à la tribune de l’ONU, c’est un succès. Le ministère des Affaires étrangères a même parlé d’une victoire de la diplomatie malgache. Mais pour d’autres, la présence à New-York du président Hery Rajaonarimampianina a été un échec. A ce propos, le chef de l’Etat malgache, actuellement président de la COMESA, n’a pas été invité mercredi dernier à  un déjeuner de travail offert par le président des Etats-Unis Donald Trump aux Chefs d’Etat et ministres des Affaires étrangères de l’Afrique Subsaharienne. A l’Assemblée Générale des Nations unies, le président Hery Rajaonarimampianina a approché le président français Emmanuel Macron pour lui serrer la main, mais ce dernier n’a pas pris la peine de se mettre debout en signe de respect réciproque à l’endroit de son homologue malgache. Chose curieuse, le président de la République n’a pas touché mot à son projet de révision constitutionnelle durant son discours à la tribune de l’ONU.

Attente et réticence. Au pays, le régime HVM continue de travailler l’opinion publique à l’avènement de cette révision de la Constitution. Des députés et des ministres ont pris le relais au président de la République et au premier ministre qui ont annoncé ce projet dont les détails ne sont pas encore dévoilés. Le régime HVM se contente jusqu’ici de laisser entendre que cette révision toucherait les articles 47 et 152 de la Constitution. Du côté de la communauté internationale, c’est l’attente, voire la réticence. Cette communauté internationale qui a toujours contribué financièrement à la tenue d’élections à Madagascar, n’est pas encore officiellement saisie de ce projet qui devrait aboutir à l’organisation d’une consultation populaire directe. Interrogés sur cette éventuelle retouche de la Loi fondamentale, certains diplomates en poste à Madagascar se font attendre avant de réagir. En tout cas, si le régime en place est déterminé à aller jusqu’au bout de son entreprise, le projet de révision doit être débattu ou examiné en Conseil du gouvernement et puis validé ou adopté en Conseil des Ministres avant d’être soumis au vote des députés et des sénateurs. Si le projet en question est approuvé par les ¾ des députés et des sénateurs, il sera soumis à référendum pour approbation populaire directe. A l’allure où vont les choses, l’Exécutif ferait tout pour que son projet de révision constitutionnelle passe au Parlement au cours de la deuxième session ordinaire qui débutera le 17 octobre prochain.

R. Eugène

Midi Madagasikara103 partages

Projet « Nouvelle Rocade d’Antananarivo » : Plus de 20 milliards Ar pour indemniser les ménages affectés

Le plan parcellaire du projet rocade.

Le paiement de ces indemnisations et de compensations a déjà commencé depuis 2016 même si les travaux de construction ne vont démarrer qu’au premier trimestre de 2018.

Le projet « Nouvelle Rocade d’Antananarivo » consiste à la liaison de la route de Marais Masay à la route de Bypass en passant d’abord par Nanisana au niveau de l’Ambassade de Chine et en croisant la RN 2 au niveau d’Ambohimahitsy. Financé par la Banque Européenne d’Investissement, l’Union Européenne et l’Agence Française de Développement, à hauteur de 67 millions d’Euros, l’Etat malgache assure en contrepartie le financement de l’indemnisation et de la compensation des personnes affectées par le projet. Cela touche 1 059 ménages, 505 parcelles et 168 bâtiments. « Plus de 20 milliards d’Ariary seront ainsi déboursés pour pouvoir les indemniser », a annoncé Gérard Andriamanohisoa, le directeur général de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement lors d’une conférence de presse la semaine dernière.

Travaux de démarrage. Et parmi les 1 059 ménages affectés, 599 ménages sont propriétaires de parcelles, 156 autres propriétaires de construction à usage d’habitation et 13 propriétaires de construction à usage commercial. Il y a également 41 ménages qui sont plus impactés  par des pertes de cultures pérennes. « L’Etat par le biais du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement  a élaboré un plan de réinsertion involontaire qui a été déjà validé par les bailleurs de fonds dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet étalé sur trois phases. Et même si les travaux de construction de la nouvelle route à quatre voies d’une longueur de 8,2km ne vont démarrer qu’au premier trimestre de l’année 2018, nous avons déjà commencé à payer les indemnités et les compensations des ménages concernés, et ce, depuis 2016. A titre d’indication, le comité d’évaluation a payé les propriétaires de parcelles à raison de 100 000 Ariary/m² tandis que les propriétaires de rizières sont régularisés pour une somme de 30 000 Ariary/m² en plus de la compensation de la valeur de leurs activités », a-t-il rajouté.

Plaintes. Par ailleurs, il y aura des appuis nutritionnels pour les ménages socialement vulnérables pour une valeur totale de plus de 114 millions d’Ariary dont 78 millions d’Ariary pour le manque à gagner des marchands. Par contre, « les propriétaires des 26% des parcelles touchées par ce projet ne sont pas encore identifiés. Toutefois, ils peuvent toujours en bénéficier même s’ils ne manifestent que des années plus tard et même s’il y a eu changement de régime, car c’est déjà inscrit dans les Lois des Finances. En outre, le ministère de tutelle a reçu trois plaintes concernant cette indemnisation et une autre au niveau du tribunal », a avancé Gérard Andriamanohisoa.

Navalona R.

Midi Madagasikara97 partages

Ambositra : May nisy nandoro ny Epp Alakamisy

Efitrano telo nandalovan’ny afo, “table-banc” miisa 120  sy dabilio potika tanteraka . Izany no tombana vonjimaika vokatry ny hain-trano niseho ny alahady  maraina 24 septambra lasa teo, tao amin’ny « bâtiment préfabriqué » ao amin’ny  EPP Alakamisy-Ambositra. Noho ny fiaraisankina nisy teo amin’ny fokonolona manodidina sy ireo ray aman-drenin’ny mpianatra dia nalaky voavojy ihany io sekoly io. « Fanahininana natao izao zavatra izao », hoy ny talem-paritry ny fanabeazam-pirenena Amoron’i Mania,  Ravelonanolohotsy Andrianasolo Charles, izay tonga tany an-toerana niaraka tamin’ireo manampahefana isan-tokony nijery ny zava-misy. Mpianatra miisa 120 araka izany no tsy manana efitrano fianarana amin’izao fidiran’ny mpianatra izao. Fantatra ihany koa fa mifanakaiky amin’ny tsena  ao Alakamisy sy ny « stationnement » atsimo no misy an’io  EPP io, sady simba ny tamboho no  tsy manana « gardien », ka lasa toerana fialofan’ireo jiolahy amin’ny alina amin’ny fifohana ny zava-mahadomelina, ny fanaovana asa ratsy. Ilaina araka izany ny fandraisana andraikitra eo amin’ireo tomponandraikitra voakasika amin’izany, mba hamerenana amin’ny laonina ny haja sy ny hasin’ny sekoly, izay efa betsaka tamin’ireo olona no nahazo tombontsoa taminy ka anisan’izany ireo zanaka am-pielezana.

Anastase

Tia Tanindranaza92 partages

Hentitra ny SEG“Miala izay tsy mahavita azy”

Tsy toy ilay teo aloha fa dia mazoto manome fanazavana amin’ny mpanao gazety mikasika ny tontolon’ny tsy fandriampahalemana misy amin’izao fotoana eto amin’ny firenena ny jeneraly Girard Randriamahavalisoa, sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria na ny SEG vaovao.

J. Mirija

Madagascar Tribune75 partages

On se plait dans l’inaction

Depuis des années et tout dernièrement encore plus, les biens qualifiés de publics sont en proie à des activités de destruction ou de vols. Que ce soit dans la Capitale Antananarivo, aux alentours ou ailleurs, les biens publics, considérés comme des biens communs et donc appartenant à tous, finissent toujours par être vandalisés et tombent petit à petit en ruine. Trottoirs ; vases ; mobiliers urbains dont chaises, tables et poubelles ; plots et panneaux de signalisation n’y échappent pas. Même les poteaux solaires offerts par les partenaires de Madagascar sont volés et vandalisés quand ils ne servent pas d’endroits prédisposés aux soulagements des besoins de certains. Les routes et les ponts eux aussi tombent ailleurs. Et face à cela, les autorités responsables de la protection de ceux-ci n’agissent presque pas. Pourtant, les dégradations concernent toutes ou presque toutes les infrastructures mises en place par les dirigeants.

En ce qui concerne Antananarivo plus particulièrement, l’usage des trottoirs et des rambardes de protection des piétons à des fins commerciaux en est un parfait exemple. Si l’on se réfère à la loi en vigueur à Madagascar, notamment le Code pénal (CP), des peines sont pourtant prévues pour ce genre d’infraction. L’article 318 du CP malgache dispose en effet que « Lorsque, du fait d’une action concertée, (…) dégradations auront été causées aux biens, les instigateurs et les organisateurs de cette action, ainsi que ceux qui y auront participé volontairement, seront punis, sans préjudice de l’application des peines plus fortes prévues par la loi, d’un emprisonnement de un à cinq ans ». On peut d’ores et déjà avancer le fait que les vendeurs à la sauvette sont au courant qu’ils sont dans l’illégalité. Toutefois, les sanctions prévues par la loi ne sont point appliquées. Le CP prévoit également toutes sortes d’autres manifestations causant la destruction de biens. Outre ceux du CP, les dispositions prises par la Commune elles sont méconnues du grand public.

Dans le concret

Il devient donc difficile d’agir devant des cas de destructions manifeste des biens publics. A titre d’exemple, un accident qui aura causé la destruction de plots ou de balises sur les routes se résoudra uniquement suivant le constat et le devenir des balises ou plots est sciemment ignoré. D’ailleurs, personne ne sait à qui doit-on s’adresser si l’on souhaite rapporter des faits de destruction de biens publics. Selon l’article 29 de la loi 2014-020 sur les collectivités territoriales, « Sous le contrôle du Conseil, le Chef de l’exécutif est chargé, d’une manière générale et dans les formes prévues par les lois et règlements, d’exécuter les délibérations du Conseil et, en particulier de : (1) conserver et administrer les biens et les droits constituant le patrimoine de la Collectivité Territoriale Décentralisée ». Dans les faits, les responsables de la Commune urbaine d’Antananarivo ne font rien pour, que ce soit le conseil ou le chef de l’exécutif lui-même. Par ailleurs, aucune autre disposition ne prévoit les sanctions ou les démarches à suivre pour dénoncer ou réprimer des faits de ce genre. Selon un responsable de la CUA, il est toujours difficile de prendre des mesures du fait que les concernés ne sont jamais pris en flagrant délit. Pourtant, chaque citoyen, chaque habitant peut être celui ou celle qui voit et dénonce le fait. Seulement, on se plait dans l’inaction.

Midi Madagasikara68 partages

Kidnapping d’Annie et d’Arnaud : Une trentaine de personnes devant la barre hier

La salle numéro quatre, destinée à juger les affaires criminelles ordinaires, était bondée. Outre les curieux, les familles des accusés étaient venues nombreuses pour soutenir les leurs.

Première comparution devant la barre de la Cour correctionnelle ordinaire hier pour les présumés suspects et complices du kidnapping d’Annie et d’Arnaud. Ils étaient 30 personnes sur le banc des accusés. A entendre le greffier, les chefs d’inculpation tournent principalement autour de « kidnappping, complicité avec les malfaiteurs, meurtre, détention sans autorisation d’armes à feu » et la liste est longue.  Avec une salle comble et difficile d’accès, les on-dit ont eu raison. Les gens qui ont assisté au procès ont difficilement entendu les discussions, puisqu’aucun matériel de sonorisation n’a été utilisé pendant la séance. Une faille qui ne date pas d’hier pour une audience publique, surtout pour une affaire de taille comme le kidnapping. Hier, les convois de l’administration pénitentiaire sont venus  de partout  de la ville d’Antananarivo. Pour un petit rappel, ces accusés étaient déjà incarcérés à Ambalatavoahangy avant leur transfert dans les prisons sises à Antananarivo (Tsiafahy et Antanimora) et ses environs (Ambatolampy, Manjakandriana et Arivonimamo).

Procès de l’année. Tard dans la soirée d’hier, les interrogatoires allaient encore bon train. Le procès continue ce-jour, mais  risque d’être interrompu  par la grève (illimitée) des magistrats dont le coup d’envoi est annoncé, si rien ne change, pour demain. Dans la longue liste des accusés figuraient des gens déjà décédés et aussi plusieurs fonctionnaires. Dans  tout cela, le nom du juriste, lui aussi, placé sous mandat de dépôt à Manjakandriana avant sa libérté provisoire en juin 2016, n’a fait l’objet d’aucune mention. Les projecteurs se braquent  maintenant sur ce procès de l’année concernant le kidnapping du siècle. La famille des victimes demande que justice soit faite pour que l’âme de la petite Annie puisse désormais reposer en paix. Dans la Grande Île, bon nombre d’enfants ont subi des traumatismes physiques et moraaux durant leur détention par les ravisseurs. Bien que les kidnappings soient des affaires liées aux règlements de compte entre les différentes communautés (parfois indiennes), ou encore entre les mafias des bois précieux, ce sont les enfants qui sont pris en otage et deviennent des objets d’échange. Ces derniers préfèrent quitter le pays pour échapper à leur triste sort.

D.R

Midi Madagasikara62 partages

Androndrakely : Sprinter nivadika, olona iray namoy ny ainy

Nandriaka indray ny rà teny amin’iny lalan’i Bypass, teny amin’iny faritra Androndrakely iny, ny alin’ny alahady teo. Fiara « sprinter » iray no niala lalana ary nivadibadika tany an-tanimbary nony avy eo. Olona iray no fantatra fa namoy ny ainy. Roa tamin’ireo mpandeha kosa no naratra mafy. Tsy nisy afa-tsy izy telo ireto ihany moa tao anatin’ilay fiara tamin’io fotoana io. Hatreto dia mbola tsy fantatra izay antony nahatonga ny loza : fandehanana mafy loatra, olana ara-teknika teo amin’ny fiara sa fahadisoan’ny mpamily ? Raha ny angom-baovao azo aloha dia fiara mpitatitra ity « sprinter » ity saingy tsy niasa tamin’io fotoana io, ny andro rahateo alahady, ka mety azo eritreretina ny hoe mba nandeha nivoaboaka izy ireo. Ary mety ho tsy niala lavitra izany ny fisotrosotroana. Saingy vinavina avokoa izany fa ny fanadihadiana ataon’ireo mpitandro filaminana no ahafantarana marina izay nahatonga ity loza nahafaty olona ity indray. Nentina avy hatrany natao fitsirihana tany amin’ny tranom-paty moa ny razana. Ireo naratra kosa dia nentina novonjena haingana teny amin’ny toeram-pitsaboana.

Fa mbola loza hafa ihany koa no niseho ny alahady hariva teo, teny Ivato. Môtô « scooter », izay nandeha mafy no nanohy ny diany tany anaty rano. Soa ihany fa avotra soa aman-tsara ilay nitaingina fa tsy nisy azo natao intsony tamin’ilay môtô nentiny. Araka ny fantatra dia fahatapahan’ny « frein » ka tsy nahafahany nijanona intsony no nahatonga ity farany nitsoraka tanaty rano.

m.L

L'express de Madagascar59 partages

Économie sociale et solidaire – Des questions de fondement soulevées

Des hypothèses sur le contexte du concept de l’Économie sociale et solidaire dans le pays. Le Forum a permis des échanges entre des hommes et des femmes déjà actifs dans les organisations non gouvernementales, mutuelles, associations et coopératives, des futurs acteurs et des spécialistes dans le domaine, issus des quatre coins de l’île, de Toliara à Antsohihy et Ambanja en passant par des acteurs de Fianarantsoa. « Il est utile de comprendre qu’il y a richesses et fonction de réparation sociale dans le concept de l’Économie sociale et solidaire », explique Tianasoa Razafitsialonina, président de l’Association Afaka, initiatrice du forum.« Seulement, bien qu’introduit depuis des années déjà, le concept qui devrait être un modèle alternatif de résolution du cercle vicieux de la pauvreté à Madagascar, semble être approprié d’une autre manière », ajoute-t-il. Beaucoup de coopératives ne jouent plus leur rôle, mais se transforment en véritables entre­prises commerciales. On apprend l’élévation de la part dans une coopérative de transport de la capitale à deux cent millions d’ariary.  Un coût impliquant l’impossibilité d’un tiers à adhérer à la coopérative. Le concept de solidarité cache des visées commerciales, le phénomène de « greenwashing » gagne du terrain car se dit vert, qui veut. « Comprend-on réellement ce qu’on entend par durable, vert ou écologique ? », se demande un autre intervenant. Des exemples cités afin d’animer les discussions sur le développement du modèle économique qui veut participer à la construction d’une nouvelle façon de vivre et de penser.

Prise de conscienceRamanantsoa, représentant d’une ONG locale qui œuvre pour l’environnement, reconnait pour sa part la dépendance des associations malgaches avec des associations partenaires étrangères. « Nous avons tendance à jouer avec nos activités afin de toujours bénéficier de financements étrangers », constate-t-il.« Nous oublions alors notre rôle de garant de la cohésion sociale pour une prospérité économique durable », poursuit-il.Néanmoins, la semaine du Forum a fait sortir des résolutions et des prises de conscience de la part des acteurs présents (et non présents) à la rencontre nationale. La place du modèle alternatif dans les politiques publiques, l’économie et la finance solidaires, les mutuelles comme solutions solidaires, des stages sur le leadership et gouvernance et montage de projet, la législation financière ont été au programme.« Il est important d’inculquer le modèle de l’Économie sociale et solidaire, d’inciter les jeunes à allier travail rentable et souci d’intérêt général », indique l’association Afaka. Les principes à approprier ont tourné autour des achats responsables, des actions communes, de la consommation bio, des déplacements écolo, des épargnes solidaires et des protections mutuelles. Les outils de mesure et d’évaluation du poids économique des activités de l’économie sociale et solidaire, en tant qu’activités en grande partie non marchandes, ont été scrutés à la loupe.

M.I.

Midi Madagasikara59 partages

Année scolaire à rallonge : 11 mois de travail pour les élèves, cette année

Une année particulièrement longue attend les élèves et les enseignants, cette année. Photo d’archives.

L’année scolaire 2017-2018 jouera les prolongations. A une semaine près, l’année scolaire comptera 11 mois de travail, du moins, pour les élèves qui passeront le BEPC, tandis que pour les candidats au baccalauréat 2018, les 12 mois de travail seront quasiment atteints dans la mesure où le bac se tient environ deux semaines après le BEPC.

Le calendrier scolaire 2017- 2018 publié par le ministère de l’Education nationale (MEN) en mai 2017 fixe la rentrée au 2 octobre 2017. Dans la mesure où les épreuves du BEPC se tiendront du 20 au 23 août 2018, les élèves de 3e auront à travailler pendant 11 mois. En effet, même si l’année scolaire prend fin officiellement le 3 août 2018, les élèves devront toujours continuer à réviser – au collège ou chez eux, c’est selon – jusqu’aux dates des examens. Tel sera également le cas pour les élèves des classes terminales qui passeront le baccalauréat. C’est donc à une année scolaire particulièrement longue que les élèves devront se préparer, car ils auront à maintenir leur niveau de concentration et de performance pendant presque une année calendaire. Il en est de même pour les enseignants qui ont débuté leur année, hier, 25 septembre 2017.

 Public et privé. Cette année, les examens officiels du MEN se dérouleront sur une période de trois mois : entre le 31 juillet et le 31 octobre 2018. Le CEPE (Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires) est, comme chaque année, le premier examen officiel de l’année. Les épreuves se tiendront le 31 juillet 2018. Viendront, ensuite, les épreuves du BEPC (Brevet d’Etudes du Premier Cycle), du 20 au 23 août 2018. Le CAE/EP (Certificat d’Aptitude à l’Enseignement dans les écoles primaires) se tiendra les 2 et 3 octobre 2018 et le CAP/EP (Certificat d’Aptitude Pédagogique dans les écoles primaires), les 30 et 31 octobre 2018. Dans le calendrier scolaire du MEN ne figurent pas les dates des épreuves du baccalauréat, l’organisation de cet examen n’étant pas sous la tutelle du MEN, mais du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Les établissements d’enseignement privés devront, se conformer à ce même calendrier scolaire établi par le MEN. Les élèves de l’enseignement privé et ceux du public seront alors logés à la même enseigne, car les établissements privés devront terminer l’année scolaire avec les établissements publics et les candidats issus du public et du privé passeront ensemble, comme chaque année, les examens officiels.

 Vacances. Pour ce qui est des vacances scolaires, les premières dates annoncées sont les vacances de Noël, du 16 décembre 2017 au 3 janvier 2018. Entre-temps, une pause d’environ une semaine, autour de la Toussaint, est programmée du 28 octobre au 5 novembre 2017. Durant le second trimestre, du 4 janvier au 23 mars 2018, les élèves auront également une pause pendant la journée des écoles, du 21 au 23 février 2018, tandis que les vacances de Pâques, du 24 mars au 2 avril 2018 marquent la fin de ce trimestre. Le troisième trimestre qui commencera le 3 avril 2018 pour finir le 22 juin 2018, sera suivie d’une pause de la fête nationale : du 23 juin au 1er juillet 2018. A ces trois trimestres s’ajoute encore une quatrième et dernière partie de l’année scolaire, du 2 juillet au 3 août 2018 qui marque la fin de l’année, les grandes vacances étant prévues de commencer le 4 août 2018, selon le calendrier scolaire.

39 semaines. Cependant, les livres et cahiers ne seront pas pour autant abandonnés pour les élèves en classe d’examen, hormis les élèves de 7e qui auront déjà passé leur examen le 31 juillet 2018. Les élèves de 3e et de terminales auront encore à travailler quelques semaines de plus. On se le rappelle, le MEN, par la voix du directeur général de l’Education fondamentale et de l’Alphabétisation (DGEFA), a déjà apporté des explications sur ce calendrier scolaire qui « n’est que le changement progressif provenant du consensus des acteurs dans le domaine de l’éducation durant les consultations régionales et nationales ». Un changement qui repousse progressivement le début de l’année scolaire. Dans quelques années, la rentrée se fera au mois de mars. « La proposition de la date de la rentrée en mars ne sera appliquée qu’en 2022 », devait ajouter le DGEFA. Durant la phase de transition, jusqu’en 2022, chaque année scolaire durera 39 semaines. Pour revenir à 36 semaines une fois que l’année scolaire ne se chevauchera plus sur deux années civiles, mais se déroulera sur une seule année.

Hanitra R.

Tia Tanindranaza53 partages

Vondrona EoropeaninaMitaky hatrany fifidianana tsy misy fanilikilihana

Nitsidika am-pomba fanajana ny minisitry ny raharaham-bahiny Henri Rabary Njaka teny amin’ny birao fiasany teny Anosy omaly ny lehiben’ny delegasionin’ny Vondrona Eoropeanina eto Madagasikara Antonio Benedito Sanchez.

RTT

Midi Madagasikara42 partages

Les vacances : La location d’appartement, une formule pratique de plus en plus adoptée par de nombreu...

« La location d’appartement, un investissement sûr ». Photo Anastase

L’époque où les séjours en vacances étaient uniquement réservés aux familles aisées, est désormais  révolue. On est en droit de constater qu’aujourd’hui, de nombreuses familles se cotisent pour adopter le système de location d’appartement, une formule pratique pour passer des séjours agréables avec toute la famille  à des prix abordables dans les différentes localités de l’Ile. Il en est ainsi à Mahajanga, Toamasina, Foulpointe, Marolambo,Mahanoro, etc.

Originale . «Cette formule de location d’appartement, nous convient très bien pour passer des vacances agréables  avec toute la famille » se réjouit pleinement cette mère de famille, lors de son séjour à Mahajanga. Une idée originale, actuellement, très bien partagée par de nombreux foyers, qui des mois auparavant, se sont convenus de cotiser ensemble, pour être présents dans la Cité des Fleurs. La ville de Mahajanga qui ces trois derniers mois a connu une affluence des touristes locaux venus principalement de la Capitale, prendre un peu de chaleur et côtoyer sans précédent, les belles plages de cette région de l’Ile. Ces appartements dont les propriétaires ne lésinent pas sur leurs moyens pour instaurer un autre « chez soi » avec des équipements fournis et un confort approprié à toutes les bourses. « Les occupants de ces appartements se sentent comme chez eux et nous faisons tout pour qu’ils reviennent encore » nous confient ces propriétaires de maison de plus en plus nombreux à s’adonner à ce genre d’activité qui ne cesse de prendre de l’ampleur si l’on se réfère aux multiples constructions en cours dans les différents quartiers de la ville de Mahajanga. Des constructions en dur dont certaines valent des centaines de millions d’ariary. Un investissement sûr si l’on en croit.

20 %. Ces propriétaires d’appartement qui à la longue commencent  fortement à inquiéter ces hôteliers et restaurateurs qui voient leurs chiffres d’affaires aller en chute libre. Certaines indiscrétions ont même laissé entendre que les hôtels de luxe dans la Capitale du Boeny depuis ces trois derniers mois, n’enregistrent qu’un taux de remplissage de 20%. Un manque à gagner que ces opérateurs touristiques ont du mal à combler pour les autres mois de l’année où les activités touristiques tournent au ralenti, tout comme les autres activités d’ailleurs.

Horizons. Il faut aussi cependant reconnaître, avouent ces propriétaires d’appartement, que la vie n’est pas toujours rose de notre côté au terme de la saison touristique, avec l’argent que nous gagnions, nous devrons soit faire face à des réparations des dégâts causés par ces locataires ou investir davantage dans l’amélioration des infrastructures pour en tirer profit et se faire un label de la qualité de l’accueil et des services pour des clients de plus en plus exigeants au fil du temps. Parfois, nous allons même jusqu’à offrir des services aux  touristes venus des autres horizons, mondialisation aidant.

Anastase

Midi Madagasikara42 partages

Air Mauritius : Une offensive réussie au « China Exhibition Madagascar »

Le stand d’Air Mauritius au « China Exhibition Madagascar ».

Air Mauritius détient probablement  la  position de leader dans la zone Océan Indien et même au-delà

Un bilan positif. C’est ainsi que se résume la présence d’Air Mauritius au « China Exhibition Madagascar ». Partenaire officiel de l’événement, Air Mauritius a en effet fait le bonheur des visiteurs professionnels ou grand public.

Offres généreuses. La compagnie a ainsi réalisé des offres généreuses durant « China Exhibition Madagascar ». L’événement était en effet l’occasion pour Air Mauritius de conforter sa position de compagnie préférée des voyageurs au départ de Madagascar. Durant cette rencontre économique internationale entre les investisseurs chinois et les opérateurs économiques de Madagascar et des îles de l’Océan Indien, Air Mauritius a mis à la disposition des visiteurs des produits et services de qualité. Pour ne citer, entre autres que les tarifs promotionnels vers Guangzhou, Hong Kong, Shanghai,  Kuala Lumpur et Singapour ; des tarifs spéciaux pour les familles et les étudiants…

Avantages comparatifs. En tout cas, Air Mauritius a réussi à  conquérir, une fois de plus, sa clientèle existante et les potentiels clients qui ont visité son stand. Des clients qui ont découvert les différents avantages comparatifs d’Air Mauritius par rapport à la concurrence. A commencer par la proximité de son hub, puisque à seulement moins de deux heures d’Antananarivo, Air Mauritius constitue un point d’accès aux autres destinations qu’elle dessert, aussi bien en Europe que dans  les pays asiatiques. Sur le plan logistique, outre ses avions modernes et récents, Air Mauritius offre aux clients malgaches à l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam  et à l’intérieur de l’île, plus de confort et un  certain nombre de facilités : « duty free » parmi les moins chers de la zone, programme de fidélisation et surtout exemption de visa jusqu’à 14 jours… Enfin, grâce à son programme de fidélisation Air Mauritius est devenue une compagnie la mieux appréciée aussi bien dans la région Océan Indien que sur le plan international.

Plan de développement. Une performance qui va encore s’améliorer grâce au plan de développement opéré par la compagnie aussi bien au niveau de la flotte que celui du réseau. En effet, Air Mauritius se prépare actuellement pour l’arrivée de deux Airbus A 350-900 prévue en octobre et en novembre prochain. Ces deux avions sont les premiers de la commande de huit autres qui vont moderniser la flotte d’Air Mauritius. Une compagnie qui fait également office de leader en termes de réseau qui va encore s’étendre sur d’autres destinations comme Genève, Amsterdam. Une compagnie au service d’une clientèle et des besoins très variés en somme.

R.Edmond.

Midi Madagasikara40 partages

Approvisionnement en PPN : 10.000 tonnes de riz à Tuléar

Descente du ministre Chabani Nourdine dans un marché de Tuléar.

Les actions en vue de maîtriser les prix des produits de première nécessité se poursuivent au niveau du ministère du Commerce et de la Consommation.

Le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine était en déplacement la semaine dernière à Toliara. Une visite de travail qui a été l’occasion pour la délégation qu’il a conduite de procéder à des réunions avec les opérateurs économiques, mais également de visiter les marchés locaux.

Consommabilité. Une bonne nouvelle, en tout cas pour la zone sud du pays, puisque l’on a annoncé, à cette occasion l’arrivée de 10.000 tonnes de riz importé. « Cette cargaison permettra de couvrir au moins trois mois de besoins de la population de Tuléar et ses environs » assure le ministre Chabani Nourdine. Il s’agit, précisons-le de riz importé qui a reçu un certificat de consommabilité auprès du ministère du Commerce. En tout cas, même s’il est de moindre qualité que le « vary gasy », ce riz importé a le mérite de coûter moins cher et d’être ainsi accessible au plus grand nombre. C’est d’ailleurs l’objectif du ministère du Commerce et de la Consommation depuis le début de cette importation massive de riz.

Partenariat. Faut-il en effet rappeler que l’opération a commencé à Antananarivo lors d’une descente d’une délégation ministérielle au marché d’Anosibe. Sur ce point d’ailleurs, d’importants lots de riz importé sont encore disponibles dans ce marché. La deuxième opération a donc eu lieu à Tuléar. Et une troisième opération est en cours à Toamasina. A terme, l’objectif est d’inonder les marchés de différentes régions de l’île, de riz importé. Une opération qui se fait en partenariat avec les importateurs locaux. Le département ministériel du Commerce et de la Consommation procède également au suivi du système de distribution de ce riz importé, destiné, par ailleurs à stabiliser les prix.

R.Edmond.

Midi Madagasikara38 partages

Bary Rafatrolaza : Pour une révision de la Constitution

La révision ou non de la Constitution focalise l’attention de bon nombre d’observateurs, le Secrétaire d’Etat auprès du Ministère des Affaires étrangères Bary Emmanuel Rafatrolaza n’échappe pas à la règle. A cet effet, l’ancien parlementaire et diplomate en exercice livre son opinion concernant la révision de la loi fondamentale. De prime abord, le Secrétaire d’Etat auprès du Ministère des Affaires étrangères annonce que les anciens présidents démocratiquement élus ont tous eu recours au toilettage de la loi fondamentale. Et lui d’enchaîner que « c’est une pratique reconnue à Madagascar comme ailleurs. Aujourd’hui, l’idée de revoir certaines dispositions de la Constitution fait ressortir toutes les forces vives de la nation en débattant du sujet pour ou contre ».

Légitimité. Faut-il rappelerqu’à l’origine, cette Constitution de la IVe République faisait déjà état de manque de légitimité, car l’adoption a été fait pendant la crise politique de 2009. Et l’idée n’a pas plu à la communauté internationale. Le Secrétaire d’Etat estime, par ailleurs qu’« actuellement, nous sommes à la veille des périodes électorales qui nécessitent une stabilité politique. De par mon expérience d’ancien parlementaire de Kandreho, l’acheminement des résultats des élections vers le district seulement demande 15 jours. Techniquement l’article 47 qui stipule dans ses alinéas 1 et 3 que :« L’élection du président de la République a lieu trente jours au moins, et soixante jours au plus, avant l’expiration du mandat du président en exercice … Le second tour a lieu trente jours au plus après la proclamation officielle des résultats du premier tour » ne rime pas avec les réalités car le délai prescrit ne sera pas suffisant pour le bon déroulement des élections. « D’ailleurs le Président de la République Hery Rajaonarimampianina l’a si bien dit », a-t- il souligné.

« Fokontany ». En outre, la considération du « Fokontany » en tant que base des collectivités territoriales décentralisées ne date pas d’aujourd’hui. C’est aussi une manière de répondre aux aspirations des « Fokonolona » vivant dans les « Fokontany » de participer pleinement au développement à partir de la base. En toute objectivité, il y a donc lieu d’apporter une modification de la loi fondamentale suivant la réalité actuelle afin de préserver la stabilité politique.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar34 partages

Élections CCIA – Un autre comité ad hoc bientôt en place

De nouvelles réorganisations sont en vue pour tenir les élections des membres de la CCIA. Tout est à refaire.

Tiendront, tiendront pas. Les élections des soixante membres titulaires de la Chambre decommerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA) devraient se tenir sous trente à soixante jours après l’annulation de celles prévues se tenir le 27 septembre. Le ministre de tutelle a annulé la tenue des élections en raison de vices de forme et de non respect des textes en vigueur,  outre les réclamations émises par le secteur privé.« Je tiens à préciser que c’est le FivMpaMa et le GEM qui ont demandé d’annuler ces élections », explique Nourdine Chabani, ministre du Commerce et de la consommation. « Et après vérification, nous avons constaté la disparition de trois cents dossiers, le nombre exorbitant de candidats et autres anomalies dans le processus. Aussi, les élections ont-elles étéannulées et de nouvelles dispositions seront prises », précise-t-il.Un communiqué du ministère apporte plus de détails en indiquant que le ministère du Commerce et de la consommation finalisera les détails des prochaines étapes en interne.Une équipe spéciale élaborera un plan de travail, assorti d’un calendrier pour la mise en place d’un nouveau comité ad hoc, chargé de l’organisation des prochaines élections. Il est prévu la gestion informatisée des dossiers, le ministère de tutelle renforcera le suivi tout au long du processus, lit-on.

EnjeuxLe traitement des fiches électorales, le processus de validation des dossiers, la saisie et l’enregistrement des dossiers, la validation et le contrôle physique ont rendu  le respect du chronogramme difficile, indique-t-on dans le comité ad hoc.Nourdine Chabani confirme ces difficultés et ne s’est pas avancé sur une tentative de manipulations politiques derrière ces élections. Il insiste sur le fait que le comité en charge de l’organisation est représenté par les secteurs public et privé, et que c’est le secteur privé qui a dénoncé le non respect dans l’organisation. D’autres observateurs, en revanche, y voient des manœuvres politiques cachées.« L’enjeu est trop grand, des représentants de collèges veulent avancer leurs candidats en vue d’intérêts particuliers futurs et vu que la CCIA assure une mission de représentation des intérêts des entreprises dans le secteur du commerce, de l’industrie et des services auprès des pouvoirs publics et contribue au développement économique », avance un interlocuteur. Les soixante sièges représenteront quinze sièges du collège Industrie, vingt  du Commerce et vingt sièges du collège Service.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara34 partages

Tanambao Ambatondrazaka : Voatafika ny tanàna, olona iray maty voatifitra, telo hafa naratra mafy

Tao anatin’ny 20 minitra tany ho any no nanjakan’ireo jiolahy mitondra basy  sy sabatra ny tananan’i Tanambao Ambatondrazaka,  ny  alahady faha-24 septembre 2017 lasa teo .Tamin’ny 12 ora sy fahefany tany ho any ity tokantrano sady  mpanao mofo dipaina ity, izay  tao amin’ny fokontany Tanambaon ato anatin’ny kaominina Ambatondrazaka renivohitran  no nisy nanafika. Notorahan’izy ireo avokoa ny trano manodidina mba tsy hivoaka ny mponina, nanapoaka basy ny jiolahy. Ny mpiasa tao amin’ilay mpanao mofo no notereny hiantso ny patirao tao amin’ny trano teo ampita. Taitra ny patirao naheno ny savoritaka sy ny fifamaliana ka nivoaka vokatry ny antso, kinanjo vao nivoaka dia niantefa  teny amin’ny zanany lahy ny balan’ireo jiolahy. Niditra ny trano ireo jiolahy,  ka sady nidaroka ny tao an-trano no nanindrona antsy ary nitaky ny vola. Nanambara  ny tao fa ao amin’ny patirao eo amin’ny rihana faharoa ny vola, satria trano misy rihana ilay notafihana. Na dia niezaka nampandositra ny vadiny aza ilay tompon’ny trano raha naheno ny kotaba   dia nanjakan’ireo jiolahy  ny trano sy ny manodidina, fa ny trano nisy ilay patirao no tsy voasokatra fa efa mailo izy ka namoaka ny vadiny hivoaka teo amin’ny varavarankely. Ilay vadiny tafavoaka no nitsoka kiririoka sy niantso vonjy ka izay no nampilefa ireo jiolahy rehefa vory ny vahoaka. Vokany, tsy nisy zavatra very afa-tsy  fahitalavitra iray avo lenta. Raha ny asabotsy faha-23 septembre 2017  no nahavaky ny fonjaben’Ambatondrazaka ka  nandosiran’ireo gadra gaigilahy 11 ,dia izao fanafihana izao no nitranga teto amin’ny renivohitry ny faritra. Fantatra ihany koa fa fokontany iray tao Ambodimanga sy ny tao Antanifotsy ary ny tao amin’ny « Abattoir » Ambatondrazaka no samy nahitana fanafihana ny alin’ny alahady faha- 25 septembre 2017 teo .Miantso vonjy ny vahoaka amin’ny tsy fandriam-pahalemana, satria misokatra indray ny fitrandrahana vato tsy ara-dalàna  amin’izao fotoana izao ary maro ny olona tsy mazava monina sy tonga eto Ambatondrazaka. Mandray andraikitra ny ao amin’ny prefekitiora sy ny mpitandro ny filamainana.

Janus R

Tia Tanindranaza29 partages

Hery Rakotomanana“Mila mahaleotena tanteraka ara-bola ny CENI”

Tsy mora ny mikarakara fifidianana, hoy ny Me Hery Rakotomanana filohan’ny vaomieram-pirenena misahana ny fifidianana (CENI) tany Mahajanga ny sabotsy teo nandritra ny fihaonany tamin’ireo tompon’andraiki-panjakana sy ny firaisamonim-pirenena tany an-toerana.

RTT

Midi Madagasikara24 partages

Front Patriotique pour la Reconstruction de Madagascar : Proposition d’un candidat à la présidentielle ...

Tourner la page! C’est ce que souhaite le Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar (CRAM) dans les années à venir. Tout en agissant dans la légalité, loin du Cram est l’idée de fomenter un nouveau coup d’Etat. Au contraire, il va attendre les présidentielles de 2018 et y participer activement. C’est dans cette optique que le Front Patriotique pour la Reconstruction de Madagascar (FPRM) a été mis sur pied le 22 septembre dernier, dont le but n’est autre que le déclenchement du changement et l’introduction ou l’esquisse d’un développement progressif mais durable. Notons au passage que le Cram fait partie des fondateurs de ce FPRM.

Nouveaux candidats. Dans un communiqué en date d’hier, le Cram n’emprunte pas plusieurs manières pour  démontrer son agacement face aux contextes politique et socio-économique actuels du pays. Pour lui, il faut, entre autres, stopper les pratiques des politiciens qui promeuvent le nomadisme politique, « éviter » ceux qui ont spolié les ressources naturelles du pays et qui, par ailleurs, demandent à être amnistiés. La liste étant loin d’être exhaustive. Face à cette situation, le Cram appelle à faire peau neuve. De surcroît, le régime actuel n’a pas voulu procéder au forum pour la refondation et la reconstruction de Madagascar que le cercle a proposé maintes fois. Il s’ensuit qu' »il faut de nouvelles têtes, de nouveaux candidats à la présidentielle de 2018. Des candidats déterminés à reconstruire le pays et qui s’opposent littéralement à la corruption sous toutes ses formes », lit-on dans ce communiqué.

Politique d’austérité. Le FPRM proposera donc un candidat à la présidentielle de 2018. L’ossature du projet de société sera dévoilée ultérieurement, mais ce qui est certain, c’est que la politique d’austérité sera au rendez-vous. D’après les explications que nous avons reçues, cela consistera, en l’occurrence, en « une réduction du nombre des institutions de l’Etat et une limitation à 12 du nombre des ministères ». Le poste de Premier ministre également sera supprimé et 24 régions autonomes naîtront. Aussi, sera-t-elle créée la Banque Nationale pour la Reconstruction de Madagascar.

Aina Bovel

Madagascar Tribune19 partages

La question du droit de vote à débattre

Dans un mois jour pour jour se tiendra le Forum de la Diaspora malgache à Antananarivo, organisé par le ministère des Affaires étrangères. Une initiative nouvelle de la part des tenants du pouvoir actuel qui semble vouloir mettre toutes les forces de la nation en action et ainsi avoir leur légitimation. Selon les explications fournies par le ministère des Affaires étrangères, il s’agira de reconnaitre « le rôle de la diaspora comme un des piliers de la politique nationale, dans le cadre du développement » -un rôle économique dévolu par le régime avant tout autre chose donc. En découlera de cette organisation qui se tiendra du 26 au 28 octobre prochain la mise en place d’une politique nationale de la diaspora. Il faut savoir en effet que l’ensemble de la diaspora malgache selon le patron du Fivmpama Erick Rajaonary injecte près de 200 millions USD chaque année dans l’économie malgache. Seulement, ces 200 millions USD ne servent pas l’économie étant donné qu’il s’agit surtout d’aides aux familles pour leurs subsistances et d’envoi de matériels en tout genre, notamment les véhicules. Aussi ne peuvent-ils apporter de valeurs ajoutées réelles à l’économie du pays. Outre la question économique, il ne faudrait pourtant pas oublier la question de la participation politique de la diaspora, notamment à travers le vote lors des élections malgache. Plus encore pour les prochaines élections présidentielles. Aussi, l’on s’attend à ce que la question soit évoquée lors de cette rencontre de la diaspora avec les tenants du pouvoir. Peut-être même à inclure dans la prochaine révision constitutionnelle que le régime prévoit d’entreprendre.

L'express de Madagascar18 partages

TJE – Une aubaine pour les jeunes chefs d’entreprise

Le compte à rebours est lancé. Les jeunes entrepreneurs n’auront plus que jusqu’au 16 octobre pour déposer leur candidature au trophée Jeune entrepreneur (TJE), organisé par la BNI Madagascar. Véritable catalyseur, ce trophée a permis, depuis plus d’une décennie, à des jeunes capitaines d’entreprise en quête d’opportunités, de se faire une place dans le microcosme économique du pays. Les res­ponsables de Injet, la Gastro­nomie Pizza, OTI, Teknet Group, Madavision, ne diront pas le contraire. En plus du titre honorifique qu’elle attribue au lauréat de chaque édition du TJE, la banque BNI Madagascar lui accorde un crédit à taux zéro, en guise de soutien pour ses projets de développement de l’entreprise.« L’accompagnement des entreprises est au cœur de notre stratégie. A ce sujet, elle est convaincue d’une chose, l’avenir de Madagascar passe par un tissu entrepreneurial plus étoffé et dynamique. L’esprit d’entreprise mérite donc, plus que jamais, d’être encouragé. Au même titre que sa large gamme de solutions bancaires dédiées aux entreprises, le TJE est une des initiatives de BNI Madagascar dans ce sens », explique Ndrina Ralaimanisa, directeur de la communication institutionnelle et des relations publiques.Maintenant, la banque a allégé les conditions de participation à ce concours. Si l’inscription au concours pour les douze premières éditions était réservée à des entreprises ayant un chiffre d’affaires annuel supérieur à cent millions d’ariary avec plus de deux années d’exercice, à partir de cette année, ces paramètres ont été revus  à la baisse pour permettre à un plus grand nombre d’entreprises d’y participer. Dorénavant, fixées à soixante millions d’ariary et une année d’existence, ces conditions offriront l’occasion aux plus petites entreprises de concourir pour le fameux trophée.Composé d’experts et de spécialistes ayant fait leurs preuves dans le domaine de l’économie et de l’entrepreneuriat, le jury de la compétition va examiner de façon méticuleuse le parcours, la performance ou encore la vision de chaque candidat. Qui va succéder à Andry Raveloson de la société Sodimilk, le lauréat du TJE 2016 ? L’identité de l’entrepreneur de l’année sera connue dans quelques semaines.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara16 partages

Telma Coupe de Madagascar : Hécatombe des ténors !

Le monde à l’envers ! A moins que ce ne soit pas l’esprit coupe qui fait parfois la part belle aux petites équipes. C’était le cas pour les huitièmes de finale de la Telma Coupe de Madagascar disputées durant le week-end. TAM Port- Bergé, FC Ilakaka, OTIV Ambatondrazaka et FC Rabaza seront les héros de ces huitièmes de finale du week-end.

C’est une certitude que le TAM sera accueilli avec les honneurs de retour à Port-Bergé après cette crime de lèse-majesté qu’il a réalisé en battant la CNaPS Sport sur le score de 1 à 0. Un schéma classique, car après avoir marqué l’unique but de la partie devant une CNaPS qui a aligné son équipe réserve, TAM s’est mis à 11 pour défendre.

Exploit. Samedi, le FC Rabaza, un illustre inconnu, avait également eu  raison du COSFA après la séance de tirs au but par 5 à 3. Les deux parties se sont séparées sur le score de 0 à 0 à l’issue des 120 mn.

A Fianarantsoa, le FC Ilakaka a aussi réalisé un exploit d’éliminer par 1 à 0, le FC Zanakala dont la forme laisse à désirer à la veille de la THB Ligue des Champions qui démarre ce vendredi à Fianarantsoa et Mahajanga avec les 12 dernières équipes en lice.

L’USCAFOOT a également subi une humiliation sur sa pelouse dimanche face à une vaillante équipe de l’OTIV d’Ambatondrazaka par 2 buts à 1. « Il n’y a rien à dire, car nous avons eu une équipe qui n’a rien lâché et sa victoire est méritée », commente Joce, un des fervents supporters de l’équipe de la CUA.

Les quatre autres matches ont permis aux favoris de confirmer tous les biens qu’on pensait d’eux et sauf si le tirage au sort ne leur joue de tour, on devrait les retrouver dans le dernier carré.

JET et jet. Il s’agit de Fosa Junior étincelant depuis son retour des Pays-Bas et qui ont passé à la moulinette le Tana Formation par 7 à 2. JET Mada a aussi fait une impressionnante prestation en battant le FC MAMA par 3 à 1 pourtant un des fleurons d’Analamanga.

Une prestation qui suppose que JET Mada n’ira pas à Fianarantsoa pour le compte de la deuxième phase de la Ligue des champions pour espérer se qualifier, puisque ses adversaires directs ne sont autres que les deux équipes d’Analamanga en l’occurrence Elgeco Plus et COSFA. Comme ces derniers avaient eu du mal face au FC Mama durant le championnat d’Analamanga, la logique, même enfantine, veut que JET Mada après avoir montré ce qu’il est capable en coupe, aura un coup à jouer dans cette bataille. De toutes les façons, un JET a l’habitude de rouler très vite.

AS Adema victorieuse de la CNaPS Analamanga par 3 à 1, complète le tableau des quarts avec Elgeco Plus qui n’a fait qu’une bouchée de Black Star par 4 à 0.

Clément RABARY

Midi Madagasikara15 partages

Fiscalité locale : Une vaste campagne de sensibilisation en préparation

Une sensibilisation sera lancée pour améliorer les recettes fiscales locales.

Le civisme fiscal laisseà désirer. En moyenne, le taux de recouvrement fiscal au niveau local pour les Communes se situe aux alentours de 20%, même si certaines Communes rurales comme celle d’Anosizato Ouest arrivent à atteindre un taux élevé jusqu’à 90%. Pour la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA), 60% des citadins manquent à leur devoir. Face à cette situation grave, une vaste campagne de sensibilisation des contribuables débutera le mois prochain, initiée par la Direction Générale des Impôts (DGI), avec le soutien technique du Projet de Développement Communal Inclusif et de Décentralisation (ProDéCID/GIZ) de la Coopération allemande. Pour ce commencement, 16 communes sont ciblées dans la région Analamanga. En effet, cette campagne fait suite aux activités de recensement des contribuables (repérage et enquête), menées par la DGI et ProDéCID/GIZ depuis 2016. Place maintenant à la sensibilisation au niveau des communes en question, entre autres : Ambohidratrimo, Anosiala, Ivato, Itaosy, Andranonahoatra, Anosizato Ouest, Andoharanofotsy, Alasora, Bongatsara, Ambohimangakely, Sabotsy Namehana, Merimandroso, Manjakandriana, Mantasoa, Talata Volonondry, etc. Nous en reparlerons…

Antsa R.

Midi Madagasikara15 partages

Maroantsetra : Formation en Protection sociale

Une vue d’ensemble des participants, lors de la formation en protection sociale à l’hôtel Coco Beach.

La Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) poursuit ses activités de formation sur l’étendue du territoire national. Durant la semaine du 20 septembre dernier, ce fut au tour du district de Maroantsetra d’en bénéficier. La formation, pour les 80 bénéficiaires, s’est déroulée à l’hôtel Coco Beach. Pour un renforcement de capacité plus effectif des agents administratifs en matière de protection sociale, la CNaPS a tenu à entreprendre ce type de formation même dans les zones les plus enclavées, à l’instar de Maroantsetra.

Codes. Ont été développés durant la formation, le Code du Travail et le Code de Prévoyance sociale. Par ailleurs, les obligations socio-administratives des employeurs envers les travailleurs ont été rappelées, telles que la déclaration, l’inscription à la CNaPS et le paiement des cotisations y afférentes. Comme à l’accoutumée, les avantages de l’affiliation à la CNaPS et des droits et devoirs que cela incombe ont été également relevées à l’endroit des participants. Le représentant des participants, Joseph S. Tsimanosy a reconnu l’intérêt d’une telle formation : « Elle nous a permis de dissiper les malentendus et les confusions entre les employés et employeurs en termes de protection sociale, maintenant que les bases sont claires. Le climat de travail ne peut  être que plus productif ».

Luz R.R

Midi Madagasikara13 partages

Nécessité pour le pouvoir de dissiper les doutes

Aujourd’hui, bien malin qui pourrait dire de quoi demain sera fait. A moins d’invoquer les augures ou d’avoir le don de voir dans les boules de cristal, il est difficile de savoir ce que le pouvoir va véritablement faire. Les membres de la communauté internationale sont perplexes et n’osent pas s’avancer. Les nouvelles fournies avec parcimonie par l’entourage du président ne permettent pas de savoir ce que le pouvoir va faire.

Nécessité pour le pouvoir de dissiper les doutes

La révision de la Constitution appuyée par un référendum et éventuellement un report de l’élection présidentielle sont les sujets qui préoccupent l’opinion. Néanmoins, comme il n’y a aucune confirmation ou infirmation, on ne peut que se perdre en conjonctures. On remarque du côté des chancelleries que l’on reste circonspect. Les diplomates se contentent d’affirmer qu’ils veulent la tenue de l’élection présidentielle en 2018 et qu’ils sont hostiles à la tenue d’un référendum. Certains disent que la Grande Ile ne peut pas se permettre de dépenser beaucoup d’argent pour cela.  On sent que le doute s’est glissé dans leur esprit. Autant dire qu’ils ne savent plus quelle contenance prendre à l’égard du pouvoir. Cet embarras est communiqué chez eux au plus haut niveau et la relative froideur qui a été manifestée à l’égard du président Hery Rajaonarimampianina lors de la 72e session de l’AG de l’ONU le montre clairement. C’est tout juste si le président Macron lui a serré la main. Il n’a pas été invité au déjeuner organisé par le locataire de la Maison Blanche en l’honneur de ses homologues africains. De retour au pays, il va devoir dire ce qu’il compte véritablement faire dans les mois à venir. Il est peut-être temps de dissiper les doutes vis-à-vis de la communauté internationale, mais également des Malgaches qui ne peuvent rester dans l’incertitude plus longtemps.

Patrice RABE

Midi Madagasikara11 partages

Rakroots : « Tania tour » et bientôt un premier album

Rakroots continue de sillonner le pays.

Pour Loïc, 2017 a été des plus fructueux. Son succès a entre autres été couronné par sa participation au « Tana in love ». Aujourd’hui, il sillonne Mada pour son « Tania tour » et se prépare également à sortir son premier album.

Avec son dernier titre, Rakroots assied sa notoriété. Actuellement, « Tania » compte un peu moins d’un million de vues en seulement trois mois de diffusion sur youtube. Une excellente nouvelle qui en présage d’autres. Pour Rakroots, l’aventure continue effectivement de plus belle. Après avoir sillonné la partie sud de Madagascar, il a mis le cap en France. Ayant quitté le pays il y a quelques jours, Loïc de son vrai nom va se produire pour quelques dates dans l’Hexagone. Il partagera entre autres la scène avec Tovo J’hay, Arnaah et Jess Flavi One le 30 septembre à Paris. Il continuera ensuite son périple dans la zone Océan Indien , à La Réunion. La « Tania tour » s’invite ensuite au Grand Nord. Cette tournée s’étalera sur plusieurs semaines et passera par Diégo, Ambanja et plusieurs autres villes. Comptant aujourd’hui plus d’une dizaine de titres à son actif, Rakroots, pour l’année 2018, projette de sortir un album qu’il va intituler « Inspi Rak Roots ». Une sortie qui va couronner cinq ans de carrière.

Cinq ans de scène. Pour Rakroots, l’aventure en solo débute en 2013. En 2009, il fait ses premiers pas dans le milieu musical, mais avec Arione Joy. Il intègre le milieu musical dans le groupe MC Lion 110 puis rejoint en 2011 le NorMal Gospel -Norvegien Malagasy Gospel avec les gars de « Mpamanga ». Ce n’est qu’en 2012 qu’il eut un déclic et se dit, pourquoi ne pas tenter l’aventure seul ? Décidé, le jeune homme, en 2013 commence une nouvelle page de son histoire. Son premier  né « Rehefa lasa aho » voit le jour. Un titre qui en envoie ! « Zay tianao », « Ianao my love »… s’ensuivent. Ce n’est toutefois qu’en 2015 que le public découvre Rakroots. Aujourd’hui, il figure parmi l’un des artistes les plus appréciés de sa génération et compte rester sur son piédestal pendant encore longtemps.Mahetsaka

L'express de Madagascar9 partages

Salon Expofinance 2017 – Des Investisseurs à la recherche de projets

La première édition du salon de la monétique, des services financiers et des assuran­ces qui se tiendra à partir de demain à l’hôtel Carlton, propose des financements.

Appel à projets. Cette fois-ci, ce sont les investisseurs qui cherchent des projets à financer. L’association malgache des Investisseurs en capital-risque (AMIC), en l’occurrence, dispose d’un portefeuille de 450 millions de dollars et cherche preneurs. « L’AMIC, composée d’investisseurs et d’action­naires malgaches et étrangers, exposera  la nature et lescritères des financements éli­gibles, lors d’une conférence, le mercredi après-midi au Carlton », a fait savoir Mandimby Randriamisari­soa, de Premium publicix, partenaire en communication du Salon Expofinance Madagascar.L’AMIC appuie déjà une vingtaine d’entreprises à Madagascar et une séance de présentation de « Success stories » de ces entreprises, se tiendra également lors de cet événement. Ce genre d’investissements en capital-risque attend un retour sur investissement rentable, souvent proposé avec des conditions trop contraignantes pour les entreprises innovantes ou en phase de démarrage. Le financement prendra souvent la forme d’une entreprise de participation au capital des entreprises.

Appréhensions« Le coût d’investissement en capital réalisé  avec des capitaux propres ou des crédits d’institutions financières, utile au démarrage ou au développement des entreprises, constitue fréquemment des blocages », avance un économiste, membre du CREM (Centre de réflexions des économistes de Mada­gasca). « Sans négliger la crainte renforcée par l’élévation des taux de remboursement des crédits bancaires », ajoute-t-il.« Tout investissement constitue déjà un risque », apprend-on d’un financier.Le salon Expofinance qui se tiendra du 27 au 29 septembre au Carlton promet d’apporter des réponses à ces genres d’appréhensions. Une vingtaine de stands sur les services financiers, les institutions financières, les assurances et le secteur monétique y seront présents afin de rendre le secteur accessible au grand public. « Des rénovations technologiques, des services innovants et des présentations d’une panoplie de garanties financières marqueront en outre ce salon », précise Premium publicix. L’on apprend que l’obtention des cartes bancaires se fera d’une manière instantanée et n’attendra plus quarante cinq jours comme auparavant. L’événement revêtira un caractère régional vu la participation d’acteurs mauriciens comme Birger, solutions technologiques.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar8 partages

Quatrième pourboire

Stupéfaction à Maurice hier où trois confrères de L’Express Maurice, dont le directeur des publications Nad Simaraven , ont dû se rendre à la police qui a procédé par la suite à la perquisition de leur domicile. Pire, Nad a été carrément arrêté avant d’être libéré sur parole mais doit revenir avec les deux journalistes aux Casernes de la police.Leur tort est d’avoir publié les dénonciations faites par Husein Abdool Rahim à propos de blanchiment d’argent perpétré par le ministre de la Justice Ravi Yerrigadoo, qui a reconnu les faits et a démissionné. L’affaire s’est compliquée par la suite puisque Husein Abdool Rahim s’est rétracté se retournant contre L’Express Maurice qu’il accuse de l’avoir contraint à dénoncer Ravi Yerrigadoo. Il s’est excusé, en présence du ministre, dans les studios de Radio Plus, à chaudes larmes.Une histoire rocambolesque qui nous rapproche de Maurice où les délits de presse ne sont visiblement pas encore dépénalisés. Ce jour, la police va prononcer les charges que l’on reproche aux trois journalistes qui risquent l’incarcération.Le journalisme à Maurice se trouve à quelques longueurs devant nous en matière de professionnalisme, d’éthique et de respect de déontologie. On ne peut pas dire que Nad Simaraven, qui avait passé quelques semaines à L’Hebdo de Madagascar à ses débuts avant de fourbir ses armes aux Etats-Unis, ait manqué de lucidité ou de rigueur dans le traitement de l’information. A-t-il été abusé par ses journalistes ? On ne le sait. À ce niveau, le rédacteur en chef est souvent induit en erreur par leurs propres journalistes malgré toutes les précautions, toutes les manies de la vérification et du recoupement. On se laisse avoir par la bonne foi des journalistes n’ayant aucun élément pour pouvoir apprécier la véracité de l’information n’étant pas sur le terrain.Dans tous les cas, la rétractation de certaines sources d’information est aussi monnaie courante. Des directeurs de ministère n’ont aucune scrupule à renier leurs propos recueillis par un journaliste au cours d’un déjeuner copieux dans un resto lorsque leur poste est hypothéqué. Une information délicate sur la peste pulmonaire ou la peste porcine est difficilement accessible et reste un domaine réservé au ministre concerné. Dans de telles conditions, il est compliqué de bien faire son boulot. Seule la police, pour étaler ses exploits, qui, un bandit notoire non identifié abattu les mains en l’air, qui, un braqueur pris en flagrant délit de préparation d’un coup, fusillé  au préalable, excelle dans la communication.Finalement la situation de la presse est pire à Maurice qu’ici, à en juger cette «Yerrigadoogate» qui secoue toute l’île. Les journalistes mauriciens ne peuvent même pas compter sur un mouvement de solidarité de la corporation pour tenter d’influencer l’État et la Justice. Cela n’a aucun effet dans un petit pays où tout le monde est égal devant la loi et que la presse se situe bel et bien au quatrième pouvoir. Les trois autres sont devant lui et la hiérarchie est ainsi faite depuis un demi-siècle. C’est la nuance avec notre bon vieux quatrième pourboire.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara8 partages

7e congrès des Cadres et professionnels chrétiens : « La lutte contre la dégradation de l’environneme...

Le 7e congrès national du MCCP a été financé par le gouvernement à travers le ministère de l’Environnement et le ministère de la Pêche avec la collaboration de la société Dounia ainsi que la compagnie Vidzar.

S’étant tenu du 7 au 10 septembre dernier à Maroantsetra, le congrès national du mouvement chrétien des cadres et professionnels de l’église catholique s’est focalisé sur la lutte pour la sauvegarde de l’environnement.

« Quel monde laisserons-nous à nos futures générations ? ». C’est sur cette problématique que s’est déroulé le VIIe congrès national du mouvement chrétien des cadres catholiques (MCCP). Un mouvement d’action qui « vise à promouvoir la mise en pratique de la foi et la formation de personnes guides pour les autres ». Tirée de l’encyclique LAUDATO SI du pape François, la problématique avait pour but, pour les plus de cent participants venant de treize diocèses de la Grande Île, de réfléchir sur le thème de l’environnement et de déterminer les champs d’action pour les trois prochaines années. Ainsi, entrant dans le cadre de l’encyclique tiré du Pape François, le mouvement s’engage à se poser en témoin de la Grâce de Dieu dans la vie quotidienne. Ledit mouvement voudrait également effectuer un lobbying auprès des décideurs pour l’application de la justice. Le dernier point consiste également à faire connaître l’encyclique LAUDATOS SI là où il a besoin.

Focus sur l’environnement. L’une des résolutions du congrès national correspondait également à la politique environnementale. Notamment, sur la lutte contre la dégradation de l’environnement. Ainsi, le mouvement chrétien des cadres et professionnels catholiques entend contribuer à la restauration des forêts et de l’environnement humain. Ce qui devrait se faire par des actions de reboisement et de prohibition des produits nocifs à l’environnement. Le MCCP voudrait également développer des actions éducatives environnementales au niveau des établissements scolaires de base, des paroisses et auprès des familles. Ce qui ne se ferait pas sans une application « stricte » des lois relatives à l’environnement. Ladite application requiert toutefois des actions de sensibilisation au niveau des communautés cibles. Et dans ce cadre, de nouvelles approches devraient être adoptées étant donné le nombre d’actions de ce type déjà effectuées…qui n’ont pas vraiment eu de résultats positifs.

José Belalahy

Orange Madagascar7 partages

Pour la préparation apaisée et performante des élections démocratiques de 2018

Le projet de révision de la Constitution continue toujours de susciter des débats. 75 organisation de la société civile membres du Mouvement Rohy issues des 22 régions, ainsi que TI-IM (Transparency International – Initiative Madagascar) et l’ONG Ivorary, dans une déclaration commune, rejettent le projet de référendum électoral, estimant qu’il n’appartient pas à un régime sortant d’en faire la révision.

 

 « Une révision de la constitution, si imparfaite soit elle, pourrait entraîner une nouvelle crise, compte tenu de la désapprobation générale qu’elle provoque, sauf de la part des partisans du régime sortant. Elle révèle une volonté de se prolonger au pouvoir d’une part en remettant en question les articles qui gênent pour viser la victoire à la prochaine élection présidentielle, et d’autre part de faire diversion notamment sur la question du statut et des élections du chef Fokontany qui, contrairement aux argumentations lancées, peut être juridiquement et techniquement mis en œuvre sans toucher à la Constitution », déclarent ces OSCs.

 

Le Mouvement Rohy, TI-IM et l’ONG Ivorary se questionnent sur le réel objectif des actuels dirigeants dans son intention de créer un autre palier de collectivités territoriales décentralisées (CTD).

 

« Pourquoi se précipiter à créer un autre palier de CTD si même avec les quelques 1600 communes, tous les pouvoirs qui se sont succédés et surtout le pouvoir actuel, n’ont jamais voulu leur donner les budgets et ressources nécessaires leur permettant d’assumer leurs rôles de CTD ? La promesse de décentralisation effective n’est que leurre à la veille des élections ou pendant les campagnes électorales. La société civile n’accepte pas les dépenses publiques indues qui seraient générées par ce referendum constitutionnel car elles mettraient à risque la capacité de tous les acteurs concernés et du pays à bien assurer l’organisation et le financement des autres élections nationales déjà prévues par la constitution se dérouler durant l’année 2018. Ces dernières devraient d’ailleurs être l’unique objet du budget, déclaré par le Ministre des Finances et du Budget, déjà alloué pour les élections dans le budget 2018. Nous sommes vigilantes quant à l’égalité des chances de tous les candidats à toute élection, qu’ils soient du régime ou non », déclarent-elles.

 

En tout cas, si la révision de la Constitution doit se faire, elle devra être entreprise de manière approfondie et sans précipitation, dans un réflexion nationale multi-acteurs sur les aspirations de la population issus des 22 régions, sous tous les secteurs socio-économique, environnemental et culturel …, selon toujours ces organisations de la société civile.

 

« Que les candidats du régime ou d’autres souhaitant la révision de la Constitution la proposent et l’intègrent dans leurs programmes de campagne respectifs car ce serait bien sûr un des sujets de débats et de discussions que nous tous devrions aborder en profondeur et dans la sérénité », déclarent le mouvement Rohy, Transparency International – Initiative Madagascar et l’ONG Ivorary.

 

Du cadre législatif et institutionnel

 

Ces organisations de la société civile soutiennent le plaidoyer fait par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) sur le calendrier des élections présidentielles car il doit être connu et annoncé maintenant, afin que toutes les parties prenantes se préparent efficacement.

 

En ce qui concerne le cadre législatif et institutionnel, elles réclament la transparence sur les avant-projets de loi dont l’écriture a été confiée début septembre seulement à un Comité Interministériel composé des 5 ministères. « C’est un droit pour la population et la société civile de prendre connaissance d’avance, avant soumission au Parlement, des textes légaux qui vont encadrer le processus électoral qui lui permettra d’élire le dirigeant de manière libre et équitable. Avec nos compétences juridiques disponibles, nous souhaitons évaluer la qualité et la suffisance des textes, et agir en conséquence », déclarent ces organisations de la société civile. Ces dernières se disent disposées à collaborer avec la Ceni dont elles suivront étroitement la déontologie et le caractère non partisan et indépendant au niveau central et dans ses démembrements. Par ailleurs, elles exhortent la Ceni de supprimer et/ou d’éviter tout risque de conflit d’intérêts en son sein surtout avec les partis politiques, que ce soit à travers ses membres et le personnel/staff, ou par les autres acteurs comme les Organisations de la société civile ou personnes ressources assurant l’observation des élections.

 

Fraudes dans les élections

 

Les organisations de la société civile se disent particulièrement vigilantes sur le traitement législatif de la corruption et toutes les fraudes électorales, d’autant plus que le pouvoir a soustrait délibérément le traitement de la corruption électorale, de la nouvelle loi 2016-020 sur la lutte contre la corruption du 1er Juillet 2016.

 

« Nous OSCs serons attentives ainsi sur le cadre légal concernant le financement des partis politiques et celui des campagnes électorales qui doit être complété par le plafonnement des dépenses, la publication en toute transparence des sources premières de financement, la création de mécanismes multi-acteurs de contrôle à posteriori des comptes de campagne électorale et la définition des sanctions. Nous savons tous que le financement des campagnes électorales doit être légiféré de manière suffisante pour viser une égalité des chances à tous les candidats, lutter contre les fraudes inhérentes (achats de voix, …) et pour réduire significativement la grande corruption pendant les campagnes électorales et les mandats présidentiels. Devraient cesser ces propagandes où nous voyons de manière indécente les moyens pharaoniques ou très élevés de certains candidats dont la contrepartie est opaque et met en danger la situation socio-économique du pays ensuite, sans oublier le mépris exprimé implicitement aux électeurs. En effet, après observation empirique, il y a crainte que la contrepartie des participations financières et matérielles données à certains candidats est l’octroi d’avance aux généreux contributeurs de marchés publics, un laisser-faire devant les divers trafics, la possibilité de ne pas s’acquitter convenablement des impôts et taxes, tout cela entraînant depuis des décennies un manque à gagner et une concurrence déloyale grave portant préjudice aux entreprises privées formelles soucieuses de payer les impôts. Nous n’oublions pas la mainmise sur les ressources naturelles incluant les ressources minières dont l’exploitation régulée devrait apporter un mieux-être et le développement à la population », déclarent-elles.

 

Par ailleurs, les sociétés civiles appellent dès maintenant à la perspicacité et la vigilance de tous les électeurs afin qu’ensemble, l’on réclame la publication des résultats du scrutin, bureau de vote par bureau de vote, et répercutée de sous-totaux en sous-totaux à tous les niveaux (Commune, district, région et national), sur Internet si besoin : une loi y relative sera nécessaire.

 

« D’une manière générale, la société civile va s’attacher dès maintenant à veiller à la mise en place et l’application d’un cadre légal de qualité afin que le processus électoral soit crédible à chacune des étapes du cycle électoral : de l’établissement et la promulgation de la loi , la liste électorale ouverte notamment aux femmes et aux jeunes et non restreinte, jusqu’au décompte des voix, l’annonce du scrutin et même le suivi post-électoral en matière d’éthique et de réalisation de promesses électorales », déclarent le Mouvement Rohy, l’ONG Ivorara et Transparency International – Initiative Madagascar.

 

LDV

Midi Madagasikara7 partages

Salon de la gastronomie : Plus de 5000 visiteurs au rendez-vous !

A l’Alliance française d’Andavamamba, expositions, salons, ateliers et conférences… étaient au menu durant le week-end. Les amateurs de cuisine avaient pu s’initier à la pâtisserie, l’art de la table, les accords mets-vins, le français du tourisme et l’hôtellerie, ou encore la technique de fumage artisanal. Le salon de la gastronomie a vu la participation des industries alimentaires de la capitale, des restaurants, des traiteurs ainsi que d’autres acteurs dans le domaine, sans oublier les articles de décorations d’intérieur et les ustensiles de cuisine. L’exposition, où les meilleures tables de Tana ont fait une suggestion de leurs recettes à découvrir et à reproduire chez soi, a connu beaucoup de succès. Le salon dont le but étant d’être un carrefour des professionnels du secteur agroalimentaire a également fait le bonheur de tous. Pendant ces trois jours de salon, du 22 au 24 septembre, plus de 5 000 visiteurs se sont donné rendez-vous à l’Alliance française Andavamamba. D’ores et déjà, ceux qui veulent participer à la prochaine édition peuvent prendre contact avec l’Alliance française Andavamamba.Mahetsaka

Midi Madagasikara7 partages

30 septembreCélébration de la Journée nationale de la Police

La célébration de la date du 30 septembre, Journée de la Police nationale sera marquée par la prédisposition de cette institution à se rapprocher davantage de la population. L’objectif de la célébration de cette année consiste, selon le Secrétaire général du Ministère de la Sécurité publique, le Contrôleur Général de Police Josoa Andrianomenjanahary, à faire connaître à la population les missions, la structure, l’organisation et la raison d’être de la Police nationale. C’est pourquoi, le thème retenu pour cette année est : « Police nationale, se rapprochant constamment de la population. « Tout cela est entrepris afin de  réinstaurer la confiance de la Population envers la Police », précise-t-il. En effet, plusieurs manifestations sont programmées dans le cadre de cette célébration qui verra la mobilisation de tous les fonctionnaires de la Police nationale aussi bien à Antananarivo que dans toute l’île. Dans la capitale, une cérémonie d’ouverture officielle aura lieu le 29 septembre à 10 heures à la Bibliothèque nationale Anosy (Salle Rado). Des stands d’exposition et une séance de démonstration par les unités spécialisées de la Police nationale seront au rendez-vous. Avant cette date, plus précisément les 26 et 27 septembre, les fonctionnaires de la Police nationale dans la capitale procéderont à un don de sang à l’Hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona. Le 30  septembre, outre les rencontres sportives dans diverses disciplines, la célébration sera marquée par le traditionnel tour du Lac Anosy en tenue de combat, rangers et tee-shirt noir, à partir de six heures du matin pour la capitale, et par des progressions en footing pour tous les services de Police dans toute l’île.

T.M

News Mada6 partages

Développement numérique : plusieurs partenariats en vue avec l’Icann

Quelques projets relatifs au développement numérique à Madagascar ont été discutés lors d’une mission effectuée dernièrement par l’organisation en charge de la coordination des ressources dans le domaine numérique (Icann), dans la Grande île, du 18 au 20 septembre.

La mise en œuvre du projet DNSSEC (Domain name system security extensions) pour le domaine «.mg»  a été  discutée lors du passage d’une mission de l’Icann, l’organisation en charge de la coordination des ressources (adresses, IP, noms de domaine) à Madagascar, du 18 au 20 septembre dernier. En effet, plusieurs partenariats sont en vue entre le gouvernement malgache et l’Icann lors d’une rencontre entre le chargé des opérations de l’engagement des parties prenantes de l’Icann, Yaovi Atohoun et le ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, Neypatraiky André Rakotomamonjy. A part la concrétisation du projet DNSSEC à Madagascar, le renforcement de capacités dans le secteur de la cybercriminalité et les délits liés à internet ont également été discutés. Pour ce dernier volet, des études ont déjà commencé cette année, rapporte le ministère des Postes.

«L’écosystème internet à Madagascar est très favorable pour le développement de l’Icann, par ailleurs, une forte implication du ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique est constatée à travers tous ces projets. Une initiative très prometteuse  pour les futurs partenariats entre les deux parties» a affirmé  Yaovi Atohoun à l’issue des différentes rencontres et visites effectuées durant son séjour.

Développer le marché des noms

La mission de l’Icann à Madagascar s’inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie en Afrique. Une politique  qui a pour objectif de faire développer le marché des noms de domaine en Afrique et d’avoir une réelle participation des parties prenantes de l’Icann. En effet, la Grande île  est l’un des pays africains à mettre en œuvre un protocole de sécurisation des noms de domaine pays (.mg pour Madagascar). Durant ce séjour, le chargé des opérations de l’engagement des parties prenantes de l’Icann pour l’Afrique, a rencontré les différentes parties prenantes dans l’écosystème à Madagascar, entre autres, les registres, les revendeurs et les opérateurs internet, les universitaires, des associations et la Société civile.

Riana R.

 

News Mada4 partages

« Hiragasy makotrokotroka » : antomotra ny dingan’ny famaranana

Rehefa notontosaina nandritra ny volana vitsivitsy, hifarana amin’ny alahady 1 oktobra izao ny « Hiragasy makotrokotroka » fanao eto an-dRenivohitra isaky ny fotoam-pialan-tsasatra lehibe ho an’ny mpianatra. Hifanandrina amin’izany ny tarika Rakotomandimby Pierre avy any Morarano Gara sy Rafaralahy Raymond avy any Ambatoantrano.

« Anisan’ny antony nahatafakatra azy ireo hiady ny famaranana ny fanehoana ezaka sy fivoarana tamin’ny endriny samy hafa », hoy Andrianarivelo Faly avy ao amin’ny Haigasy Production, mpikarakara sady mpandrindra ity hetsika ity, miaraka amin’ny Ortana. Raha ny fanazavany, iray amin’izany ny tononkira sy ny fomba fiakanjo, sns. « Manana tononkira mifandraika amin’ny zava-misy ankehitriny izy ireo. Na izany aza, tsy nanadino ilay maha fitaizana ny hiragasy », hoy hatrany ity tompon’andraikitra ity.

Nomarihiny ihany koa anefa fa « hanandratana ireo talenta sy tarika hita fa manao ezaka kanefa tsy mbola tazana loatra eo amin’ny sehatra sy ny tontolon’ny zavakanto rahateo ny « Hiragasy makotrokotroka » ».

HaRy Razafindrakoto

 

L'express de Madagascar4 partages

Aéroport de Nosy Be – Les travaux de rénovation avancent

Le chantier bat son plein. Deux mois après le lancement du chantier de Nosy Be, les travaux de rénovation de l’aéroport avancent à grands pas selon Ravinala Airports.Les travaux de rénovation du Terminal inter­-national de cet aéroport se poursuivent conformément au calendrier préétabli.« Après une phase préparatoire, l’application des enrobés bitumineux a commencé cette semaine afin de remettre à neuf et renforcer la couche de roulement auparavant fissurée. Ravinala Airports procède également à la rénovation des ouvrages hydrauliques de Nosy Be », rapporte le consortium.Les travaux de piste auront nécessité mille trois cent cinquante tonnes de bitume et vingt mille tonnes d’enrobé. Le coût des investissements annoncé est de l’ordre de 15 millions d’euros.

Autres travauxParallèlement aux travaux de piste, Ravinala Airports a entamé depuis peu, la construction de la station de traitement des eaux qui sera achevée au mois de novembre.L’équipe de CMBI, société chargée de l’exécution des travaux, travaille d’arrache-pied. Ravinala Airports annonce que cent soixante-dix personnes travaillent de nuit pendant onze heures par jour pour assurer les travaux de modernisation de la piste. Les prochaines étapes du chantier porteront sur la réhabilitation du terminal existant.La fin des travaux sur l’aéroport de Fascène Nosy Be est prévue au mois d’août 2018.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara4 partages

JEUX D’ECHECS : Forte participation pour l’ELO Fide

Ce week-end, le tournoi Elo FIDE de la fédération malgache des jeux d’échecs a eu lieu au Live Hotel d’Andavamamba. Après le sommet national, c’est une autre rencontre des échephiles qui a eu du succès. 50 joueurs en tout sont venus sur place, issus de 12 clubs et des ligues d’Analamanga, d’Itasy et d’Atsinanana. D’ailleurs ils sont en préparation du prochain open de Madagascar. Tous les joueurs ont besoin d’affronter d‘autres têtes pour se perfectionner.

Les champions de ce week-end

Catégorie A

Rajaonarison Faniry Harilala

Ralison Milanto Harifidy

Andriamasoandro Miora

Catégorie B

Rambinintsoa Tiavina

Andriamandimbisoa Harison

Rivohenintsoa Finaritra

Catégorie C

Rakotomanana Mamisoa Eric

Razafindrambola Teddy

Rabemananjara Ny Andritiana

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara4 partages

Art visuel : Géraldine Tobe présente « Sang couleur »

Du 28 septembre au 12 octobre, Géraldine Tobe investira l’Is’art galerie pour présenter ses œuvres. Elle explique le concept : « Existe-t-il une race pure ? Y a-t-il une race supérieure aux autres ? Ma créativité ou ma médiocrité résultent-elles du fait que je suis noir, blanc, rouge, jaune ? Cette problématique autour des stéréotypes raciaux, longtemps raisons de discriminations ont été les appendices ou les idées premières entourant ce projet de résidence artistique à Madagascar. Une approche se nourrissant d’une problématique qui plus est d’actualité qui nous a poussée à s’immiscer parmi une population, ayant connu un métissage profond, pour leur permettre de trouver des éléments à exploiter dans leurs domaines respectifs et tirer des conclusions. Au départ, s’attablant sur cette considération physiologique très répressive et perverse, avec ses corollaires, sur l’humain en général et sur Madagascar, une terre multiraciale en particulier, je me suis rendue compte que la couleur de la peau, a une part de responsabilité dans l’état actuel du pays. Les différences, de tous genres, que regorge ce pays sont entretenues par la couleur de la peau et des positionnements géographiques des uns par rapport aux autres. Positionnement géographique dû à l’histoire de cette île partant des origines du peuplement en passant par la période coloniale jusqu’à aujourd’hui… » Et cette exposition présente tant soit peu les idées et les appréhensions perçues sur place, via des tableaux et textes…Mahetsaka

La Vérité3 partages

Responsabilité sociale de l’entreprise - La journée du volontariat du Dhl axée sur l’éducation à l...

Dhl Madagascar a mis en valeur son souci de l’environnement urbain en venant en aide aux élèves de l’Epp d’Isahafa Lazaina pour cette journée du volontariat, qui s’est tenue le 23 septembre. En compagnie des jeunes du Sos villages d’enfants, ils y ont instauré l’agriculture urbaine et ont donné le goût pour le recyclage.  Cette année, la société de transport international, Dhl, en collaboration avec la Commune urbaine d’Antananarivo a initié son personnel à l’agriculture urbaine. Une formation a été faite à Ivato et à Ankorondrano. L’agriculture urbaine est considérée comme une source d’alimentation pour les citadins et un moyen pour améliorer la qualité de l’air. Consciente de l’importance de l’environnement, Dhl a lancé la campagne « Go Teach goes green » ou l’éducation à l’environnement le lundi 18 septembre dernier. La campagne s’est clôturée lors du Global Volonteer Day, ou la journée du volontariat,  avec les élèves de l’Epp d’Isahafa Lazaina.

La contribution de cette société à la vie de la population urbaine se concrétise par le fait que ses employés sachent comment cultiver en ville. Désormais, des plantations sont faites sur les murs de leur lieu de travail.  En même temps, ils ont fait bénéficier les élèves de l’Epp de cette agriculture urbaine. La combinaison de l’agriculture et le recyclage a fait ressortir la créativité des employés. A l’Epp, ils ont utilisé les bouteilles en plastique comme pot pour les plantes. Ils y ont fait des renouvellements de matériels, des jouets ainsi que des salles de classe et ont doté l’Epp d’un nouveau puits. En plus de l’éducation à l’environnement, la philanthropie a été au rendez-vous avec  la donation de kits scolaires aux 25 élèves de la classe préscolaire. Des livres et des effets vestimentaires ont été offerts aux élèves grâce à un vide grenier effectué par Dhl Madagascar. Pour cette journée de volontariat, les employés du Dhl Madagascar ont pu partager leur savoir faire en agriculture urbaine.Propos recueillis par Andrea Razafi.

Madagate2 partages

Ihosy. Le journaliste Fernand Cello condamné mais libéré ce 26 septembre 2017

Ihosy, 26 septembre 2017. Le journaliste Fernand Cello condamné à 2 ans de prison avec sursis, assortis d'une amende de 720.000 ariary. Libre, il est rentré chez lui le soir même. Notons qu'il avait été placé sous mandat de dépôt à la prison d'Ihosy, depuis le 5 mai 2017. La suite? Laissons-le d'abord savourer les retrouvailles avec sa famille.

Jeannot Ramambazafy - Photos: Haja Randria

News Mada2 partages

Musique : Rak Roots emmène « Tania » en Europe

«Tania», c’est à travers ce titre fétiche que Loïc Rakotonorina, Rak Roots une fois au micro, entamera une tournée européenne, à compter de ce 30 septembre.

Après avoir écumé les scènes nationales, Rak Roots enchaîne les spectacles avec son fameux “Tania Tour”.  C’est Paris, la capitale de l’Hexagone qui aura le plaisir d’accueillir cet artiste, le temps d’une soirée, ce samedi, au Millénaire. Une virée musicale sera également prévue à Toulouse et  en Allemagne.

«Effectivement, ce titre suscite plus de questions qu’il n’apporte de réponses. De manière plus précise, Tania est un personnage fictif. Si j’étais un cinéaste, Tania serait l’actrice principale de mon film», argumente-t-il. Rak Roots compte un  agenda plus ou moins chargé  dans les prochains mois à venir jusqu’à la fin de l’année.  «La cité des Fleurs a fait office d’inauguration, au mois d’août, de Tania Tour, qui ne prendra fin qu’en décembre. Après l’Europe, ce sera dans quelques régions de la Grande île», assure-t-il.

Un nouvel opus en gestation

Il y a 3 ans, avec son premier titre «Rehefa lasa aho», qui aurait cru que ce gars d’Antsirabe connaîtrait une ascension fulgurante ?

Amateur de jazz et de gospel depuis l’enfance, il intègre Norvegian Malagasy Gospel plus tard afin d’assouvir sa folle passion  pour la musique. Il a par la suite fondé le groupe MC Lyon 110 avec Pit Léo  et Arione Joy qui évolue dans le rap et le roots. L’objectif: «Apporter beaucoup d’influences différentes à nos chansons», indique-t-il. Entre temps, il s’essaie au cover, ce qui s’avère être un succès  puisque ses reprises récoltent une bonne centaine de milliers de vues sur les réseaux sociaux.

Pour le plus grand bonheur de ses inconditionnels admirateurs, Rak Roots annonce un nouveau clip qui sera diffusé sur nos petits écrans sous peu. Dans la foulée, son premier album sobrement intitulé «Inspi Rak Roots» est en chantier et devra sortir dans les bacs l’année prochaine.

Joachin Michaël

Madaplus.info1 partages

Affaire d’enlèvement d’Arnaud : procès en cours

L’affaire de séquestration d’Annie et d’Arnaud, la nièce et le fils d’Arland Ramiliarison, un opérateur très reconnu dans la filière bois remonte en 2015 et tient toujours l’opinion publique. Les ravisseurs ont demandé une rançon pour plus d’un milliard d’Ariary. Ces derniers ont assassiné Annie pour renforcer la pression tandis qu’Arnaud a heureusement pu être sorti indemne.
Le procès de l’affaire de kidnapping d’Arnaud et d’Annie s’est tenu hier au Tribunal d’Anosy. 33 personnes impliquées dans l’affaire ont comparu, il s’agit entre autres du chauffeur qui a conduit les victimes. Pour sa défense, il a affirmé qu’il a toujours pris l’itinéraire habituel. Il s’est tout de suite rendu à la Police selon ses explications. La propriétaire du hangar a été également entendue par le jury hier, elle de confirmer qu’elle a donné le local en location par un contrat de bail. Elle rejette de ce fait les responsabilités aux locataires, elle d’ajouter qu’elle n’en connaisse rien à l’histoire de la prise d’otage.. Le magistrat inculpé quant à lui n’était pourtant pas présent à l’audience. Arland Ramiliarison, lui aussi a assisté au procès qui se prolongera pour quelques jours vu le nombre des suspects relatifs à l’affaire.
News Mada1 partages

Tsy mbola voafehy… : renim-pianakaviana roa indray no matin’ny pesta

Tsy araka ny voalazan’ny minisitry ny Fahasalamana, tamin’ny herinandro ambony, fa mbola tsy voafehy ny aretina pesta. Vehivavy roa, 30 sy 25 taona indray mantsy no namoy ainy, tao amin’ny hopitalibe Toamasina, ny faran’ny herinandro teo.

 

Renim-pianakaviana roa 30 sy 25 taona indray no namoy ny ainy tao amin’ny hopitalibe Toamasina, sampana PPH ( Pneumologie et phitosiologie), ny asabotsy teo. Raha ny angom-baovao rehetra natao, mitovy tsy misy valaka tamin’ny fisehoan’ny tranga voalohany ny fisehoan’ ity farany.

Mpandeha avy any Ambatondrazaka ireto olona roa ireto ary narary voalohany ny  zokiolona nikarakara ny iray. Narary ihany koa ity mpikarakara ary samy nalefa tao amin’ny hopitaly manara-penitra etsy Morafeno avokoa ny zoma teo.

Tsy afaka nihazona azy ireo ny hopitaly etsy Morafeno  ka nandefa indray tany amin’ny hopitaly be Analankinina. Nandefa azy roa vavy tao amin’ny sampana PPH, izay misahana ny aretina amin’ny tratra sy avokavoka ary areti-mifindra sy mora miparitaka ity ny dokotera tao an-toerana.

Nohamafisin’ny loharanom-baovao fa  pestan’ny havokavoka (peste pulmonaire) ny nahazo azy roa ireto.

Nahitana tranga nampiahiahy ihany koa teny Atsimondrano, kaominina Ankaraobato, Ankadilalampotsy. Nivory haingana ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka omaly ka nambaran’ny tale iray tao an-toerana fa efa voaporofo fa tsy pesta no nahazo ilay narary.

Marihina fa ny mamono afo hatrany no ataon’ny minisitera. Vao tamin’ny herinandro no nilaza ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka fa efa voafehy ity aretina pesta ity kanefa izao nahafaty olona tany Toamasina izao indray.

Vao maika miorohoro ny olona any an-toerana. Miahiahy koa ny eto Antananarivo amin’ny fivezivezen’ny mponina sy ny loto eto Antananarivo.

Tsy nanome fanazavana ofisialy

Niezaka niantso ny tompon’ andraikitra isan’ ambaratongany teo anivon’ny  sampan-draharaham-paritra sy disitrika misahana ny fahasalamam-bahoaka ny mpanao gazety, tao Toamasina hatramin’ny asabotsy sy alahady raha vao nandre ity vaovao ity.

Tsy nandray antso avokoa izy ireo. Milaza fa tsy eto an-toerana kosa ny sasany ka tsy maharaka ny zava-misy.

 Nitohy hatry ny omaly, tonga tao amin’ny biraon’ny « médecin inspecteur » Toamasina I, ny dokotera Zara Hassanaly Patrick, ny tenanay fa saingy nalefan’ ity farany ho any amin’ny dokotera Haja izay misahana ny fitsaboana aretin-tratra sy ny havokavoka.

 Satria tsy tao amin’ny biraony koa ny talem-paritry ny fahasalamana ao Atsinanana,

ny dokotera,  Rakotoarimanana Raymond, dia nantsoina tamin’ny finday saingy tsy nahazoana valinteny. Voatery nanatona tany amin’ny  biraon’ ny dokotera Andriamihaja etsy amin’ny PPH ny mpanao gazety mba hikarohana ny vaovao ofisialy saingy nilaza ity farany fa “tsy anjarany izany fa ny mitsabo ihany no andraikiny ka ny any amin’ny sampan-draharaha sahanin’ny tale no afaka miresaka amin’ny mpanao gazety”.

Sajo

News Mada1 partages

DHL – Journée de volontariat : « Go teach, Go Green, Go help » à l’honneur

Les trois volets d’activité qui font partie intégrante de la responsabilité sociale en entreprise (RSE),

«Go teach, Go Green, Go help» ont été à l’honneur lors de la célébration de la Journée de Volontariat de DHL Madagascar (ou GVD), célébrée samedi dernier à l’EPP Isahafa à Lazaina. A cette occasion, le personnel de cette société a partagé leurs acquis aux élèves lors de la campagne «Go teach, goes green», lancée depuis le lundi 18 septembre à son siège à Ankorondrano, en partenariat avec la Commune urbaine d’ Antananarivo (CUA), via une formation sur l’agriculture urbaine.

L’événement a été une occasion pour quelque 80 employés volontaires de DHL et jeunes de SOS Villages d’enfants Madagascar de rénover les matériels, les jouets et les salles de classe des enfants de cette EPP. Ces derniers y ont également instauré l’agriculture urbaine, qui est aussi un moyen d’améliorer la qualité de l’air, tout en dotant l’école d’un nouveau puits.  Les élèves n’ont pas été en reste car  25 élèves de la classe préscolaire ont été dotés de kits scolaires et d’autres élèves, de livres  et d’effets personnels. Ces derniers matériels sont issus d’un vide grenier fait par les employés de DHL quelques jours auparavant.

Conformément au thème du GVD de DHL, célébré depuis 2011, qui est «Delivering help locally», ladite société a aussi fait des dons de matériel pour le Municipal library english club (MLEC) de la Bibliothèque municipale à Analakely dans le cadre de son 20 ème anniversaire. Le même jour (ndlr, samedi dernier), une vingtaine d’employés volontaires de DHL ont effectué des travaux de rénovation à la Bibliothèque, dont la salle d’eau ainsi que la façade interne et externe.

Recueillis par Fahranarison

News Mada1 partages

Peste pulmonaire : un autre décès suspect dans la capitale

La série noire de la peste pulmonaire se poursuit. Une autre suspicion de mortalité liée à cette épidémie serait survenue avant-hier dans la capitale. L’investigation sur ce cas est en cours.

Les Tananariviens sur le qui- vive. Un cas suspect de peste pulmonaire, qui a été notifié dans le quartier d’Ankadilalampotsy, dans la commune d’Ankaraobato, a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Ayant eu mal au niveau de ses hanches et manifestant une fatigue extrême, le patient n’a pas tardé à consulter un médecin privé, qui l’a par la suite référé au sein du centre de prise en charge des pesteux à Ambohimiandra après avoir constaté un symptôme douteux. Heureusement, la suspicion en question s’était avérée négative après que le patient ait subi le Test de diagnostic rapide (TDR).

Quoi qu’il en soit, la vigilance devrait rester de rigueur dans la mesure où, l’épidémie de peste pulmonaire a fait encore une fois une victime dans la capitale, plus précisément dans le quartier de Soavimasoandro. Un décès suspect a été enregistré avant-hier, selon des sources auprès du ministère de la Santé. Il s’agit d’une enfant de six ans, qui n’a pas survécu après avoir été admis tardivement au sein d’un hôpital sis en ville. «D’après les premiers éléments de l’enquête, cet enfant serait tombé malade après être revenu d’une cérémonie d’exhumation, qui s’est déroulée la semaine dernière à Fianarantsoa. Les responsables compétents sont en train d’identifier les sources de sa contamination, soit sur les lieux de l’événement ou dans le taxi-brousse», a précisé notre source.

Selon des sources locales, la ville de Toamasina n’est pas encore sortie du gouffre,  dans la mesure où l’épidémie de peste pulmonaire y refait surface après quelques semaines d’accalmie. Deux décès suspects ont été notifiés dans la ville du Grand port, samedi.

Réunion d’urgence

Face à cette situation, deux réunions d’urgence ont été tenues hier au ministère de la Santé à Ambohidahy. L’une a vu la participation de la Cellule de crise du ministère de tutelle avec les représentants des partenaires techniques et financiers (PTF), dont l’Unicef, l’OMS, l’USAID ou encore l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM). Une concertation qui a pour finalité de voir, entre autres, les moyens de riposte à mettre en œuvre pour maîtriser la propagation de la peste pulmonaire, qui ne cesse de s’étendre géographiquement parlant. Après avoir débuté dans la région Atsinanana pour atteindre Alaotra Mangoro, Analamanga, Boeny, Sava ou encore Vakinankaratra, l’épidémie aurait  touché actuellement  Matsiatra Ambony.

La deuxième réunion s’est effectuée avec les chefs de district dans la région  Analamanga, à qui des consignes de salubrité et d’assainissement ont été inculpés en vue de limiter la propagation de l’épidémie. Toujours est-il que la prise de responsabilité des entités concernées, dont les communes, les fokontany n’est pas du tout concrète, si on ne cite que les tonnes d’ordures qui s’amoncellent dans les bacs à ordures dans le fokontany de Soavimasoandro, malgré l’urgence de la situation.

Fahranarison

 

News Mada1 partages

Mbola maro ireo tsy nanao fanambaram-pananana : tsy afa-po amin’ny fanjakana tsara tantana ny FMI

 Mbola mipetraka ny fepetra. Tsy narahin’ny fanjakana ireo teboka maromaro iankinan’ny fahazoantsika famatsiam-bola avy amin’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI). Mitaky vokatra avy amin’ny mpitondra izy ireo, araka ny tatitry ny iraka manokana nandalo teto amintsika.

 

Miandry ny ezaka ataon’ny fitondrana sy ny vokatra avy amin’izany ny eo anivon’ny FMI. Anisan’ny nitondran’ny iraka, Marshall Mills, tsikera mivaivay ny momba ny famotsiam-bola sy ny tsy fanaovan’ny olom-boafidy sy ny manampahefana hafa ny fanambaram-pananana. Tafiditra amin’ny fametrahana ny fanjakana tsara tantana izany. “Mitaky fandraisana andraikitra izany hirosoana amin’ny dingana samihafa, ahafahana misoroka ireo teboka roa ireo. Mba ho marin-toerana ny fanjakana tsara tantana”, hoy izy, ny herinandro teo. Nomeny toromarika koa ny tompon’andraikitra hitsirika ny harena azon’ny manampahefana tamin’ny fomba tsy ara-dalàna. Anisan’ny iantefan’izany ny eo anivon’ny Samifin miady amin’ny famotsiam-bola sy ny eo anivon’ny Bianco.

Mpitantana manao bemarenina

Na izany aza, efa manao ny ezaka rehetra amin’ny fampahatsiahivana ho an’ireo olom-boafidy sy manampahefana ny rafitra miady amin’ny kolikoly. Hita ao anatin’ny  lisitr’ireo tsy mbola nanao fanambaram-panana ireo parlemantera miisa dimy, ahitana loholona telo sy depiote roa, raha ny tatitra farany nataon’ny Bianco, ny fiandohan’ity volana septambra ity. Ankoatra izany, ahitana minisitra dimy koa tsy mbola nanao izany. Anisan’ny laharana voalohany amin’ny fandikan-dalàna, tsy nahavita fanambaram-pananana, ireo ben’ny Tanàna sy lehiben’ny faritra. Mpiasam-panjakana mitana toerana ambony kosa ny laharana faharoa. Manodidina ny 46%  izy ireo ary manaraka azy ireo ny lehibe mpibaiko manamboninahitra ambony eo anivon’ny tafika malagasy, eo amin’ny 40%.

Mitsitaitaika ny fahatongavan’ny vola

 Tsy mba mahatsiaro tena anefa mpitondra ambony sy mpitantana azy ireo ary niandrasana nomena roa volana be izao, nampahatsiahivana izany. Mbola nialohavan’ny taratasy fampahatsiahivana koa.

Mifandray amin’ny fahazoana ny vola avy amin’ny mpamatsy vola izany. Tsy ho an’ny FMI ihany fa ny eo anivon’ny Vondrona eoropeanina (UE). Samy mitaky ny fanjakana tan-dalàna sy tsara tantana avokoa. Hanana finiavana hanao ezaka amin’izany ny mpitondra isan-tokony sa hanao bemarenina ? Tsy mahagaga raha mitsitaitaika ny fahazoana famatsiam-bola noho ny tsy fitokisana ny fitondrana sy ireo mpitantana.

Randria

Tia Tanindranaza1 partages

Ady totohondry - Tompondaka nasionaly 2017Mpilalao 11 no hisolotena an’i Matsiatra Ambony

Fantatra, araka ny vaovao voaray avy amin’ny filohan’ny ligy any an-toerana,

L'express de Madagascar1 partages

Agro – Une semaine marquée par des colloques

Le département de l’Agronomie de l’Université d’Antananarivo organise la semaine de l’Agronomie qui se tient à partir d’aujourd’hui. Outre les stands d’exposition des résultats de recherche et d’orientation des nouveaux bacheliers, des colloques internationaux se tiendront pendant deux jours. Des colloques dont les discussions seront notamment axées sur le changement climatique affectant le domaine de l’Agronomie.La semaine a commencé hier par des événements sportifs et culturels, dont l’organisation de marathon et de « Kabary Agro ». La cérémonie officielle, assistée par le ministère de l’Enseignement supérieur et des représentants du secteur de l’Agriculture, se tiendra ce jour à partir de 9 heures. La deuxième partie de la semaine sera marquée par la sortie de la promotion « Andrisa » jeudi, et la réception de la promotion entrante dont les cent étudiants en première année. La remise de distinction honorifique au personnel et aux enseignants, de prix aux étudiants méritants, couronneront la semaine. Une soirée dansante baptisée « Nuit verte de l’Agro » se déroulera à l’hôtel AC à Ivato où les miss et mister du département seront présentés.

M.I.

Midi Madagasikara1 partages

Rugby Analamanga : La bataille fait rage !

La lutte pour le titre de champion d’Analamanga de rugby fait rage. Et cela s’est encore vérifié dimanche dans un stade de Malacam plein comme un œuf.

Une journée intense qui a donné la première place au « Tanora Anosibe Milalao » victorieux des « Besetroka » sur le score serré de 29 à 27. Mieux organisé au milieu, TAM a pu concrétiser sa suprématie sur l’UASC de Deka, mais que c’était dur.

Aussi dur  que cette autre victoire de Iarivo Rugby Club qui a trouvé sur son passage un XV Family très solidaire et tentant crânement sa chance. Mais l’expérience des joueurs de la Commune a fini par payer pour leur permettre d’arracher une victoire sur le fil de 26 à 25.

Conséquence de ce baroud d’honneur, l’IRC occupe la 2e place du classement de ce championnat chez l’élite tananarivienne avec 19 points. Les mêmes points en fait pour le TAM qui se hisse en tête mais avec un meilleur goal average.

Le TF Anatihazo reste aussi dans le peloton de tête après sa confortable victoire de 18 à 12 devant le Stade Olympique de l’Emyrne. Les protégés de Didi sont à l’affût de la moindre défaillance des ténors pour se hisser dans le dernier carré.

Les deux dernières journées de ce championnat de l’élite promettent de belles bagarres en perspective avec le 3FB qui entend aussi se mêler à l’emballage final. On parie ?

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Développement Numérique : Etroite collaboration avec l’ICANN pour la sécurisation

Rencontre entre le représentant de l’ICANN et le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy, la semaine dernière.

Une délégation de l’Autorité de régulation de l’Internet, ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) était en mission à Madagascar du 18 au 20 septembre.

Une stratégie pour développer le marché des noms de domaine Internet est en cours de mise en œuvre en Afrique. Cette politique requiert une bonne participation des parties prenantes, selon l’ICANN, qui a envoyé une mission à Madagascar, la semaine dernière. En effet, étant parmi les pays africains qui mettent en œuvre un protocole de sécurisation des noms de domaine pays (.mg pour le cas de Madagascar), la Grande Ile a été choisie pour faire connaître cette Organisation internationale. D’après les explications, l’ICANN est en charge de la coordination des ressources indispensables au bon fonctionnement de l’Internet, à l’exemple des adresses IP et des noms de domaine. Durant son séjour au pays, Yaovi Atohoun, Chargé des Opérations de l’Engagement des Parties prenantes de l’ICANN pour l’Afrique, a rencontré les différents acteurs et personnalités dans l’écosystème de l’Internet à Madagascar, notamment les registrars, les revendeurs et les opérateurs internet, les Universitaires, des Associations et la Société civile, etc.

Partenariat. Des partenariats et des projets pourront être lancés par les acteurs malgaches, avec l’ICANN. C’est ce qui est ressorti de la rencontre de Yaovi Atohoun, avec le ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique, Neypatraiky André Rakotomamonjy. D’après les informations transmises, les deux parties ont parlé en détails de divers sujets, notamment la concrétisation du projet pour la mise en œuvre du protocole DNSSEC (Domain Name System Security Extensions) pour le domaine « .mg » ; ou encore le projet de renforcement de capacités – dans le secteur de la cybercriminalité et des délits liés à internet – déjà en cours d’étude et prévu être mis en œuvre dans les mois à venir. Suite à cette rencontre, le ministre Neyatraiky Rakotomamonjy a affirmé que son département ministériel reste ouvert à toute forme de partenariat et de collaboration, dans le cadre de la promotion du développement numérique. De son côté, le représentant de l’ICANN a évoqué les opportunités de collaboration qui se présentent entre cette organisation et les autorités malgaches, dans le cadre du développement numérique. « L’écosystème internet à Madagascar est très favorable pour le développement de l’I-CANN, par ailleurs, le Ministère des Postes, des Télécommunications est très impliqué et suit de près les activités autour du développement numérique dans le pays. Une initiative très prometteuse  pour les futurs partenariats entre les deux parties   » a affirmé Yaovi Atohoun, à l’issue des différentes rencontres et visites effectuées dans le cadre de sa mission à Madagascar.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Inclusion financière : J-1 pour « Expofinance Mada »

A partir de demain jusqu’au 29 septembre, le salon « Expofinance Mada » se tiendra au Carlton. Cet évènement inédit mettra l’emphase sur la démocratisation des services financiers ; mais sera surtout pour les participants et les acteurs de la Finance, l’occasion de saisir et de créer des opportunités d’affaires et de réseautage.

En effet, il s’agit du premier salon dédié à la Finance et à la monétique à Madagascar. Dans l’optique de démocratisation et d’inclusion financière, le salon est ouvert au grand public et se veut, entre autres, être une plate-forme de rencontres entre celui-ci et les professionnels de la Finance. Le prix a été fixé en conséquence : 2 500 Ariary pour le public et 1 500 Ariary pour les étudiants, pour les encourager à baliser leur avenir financier dès maintenant. Seront présents au salon, les acteurs majoritaires du secteur bancaire, de celui des assurances et de la digitalisation de la monnaie, etc. Décideurs politiques et institutions étatiques seront également présents, à l’instar de la Direction Générale du Trésor. D’ailleurs, une conférence sur la « Finance inclusive » est prévue, parmi 10 autres, avec le Ministère des Finances et du Budget (MFB). Ceci pour dire que finalement, la monétique comme l’accès « équitable » aux services financiers est l’affaire de tous, car s’agissant d’un levier incontournable de développement économique.

« Awards » et « Startups ». Pour promouvoir sainement l’esprit de compétition tout en apportant la touche glamour qui n’est pas de refus, des concours agrémenteront le salon. D’une part, le « Expofinance Awards » qui récompense les innovations en matière de Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) et de communication. D’autre part, il y aura le concours « Expofinance start-up awards », qui primera les innovations en matière d’inclusion financière et de démonétisation. Par ordre de mérite, les prix iront de 1.000.000 Ariary à 300 000 Ariary et 250 000 Ariary.

Luz R.R

Midi Madagasikara1 partages

Programme économique : Des défis à relever avant le prochain décaissement de la FEC, selon Patrick Imam

Patrick Imam, représentant résident du FMI à Madagascar

L’exécution du Programme économique, appuyé par la FEC (Facilité Elargie de Crédit), a affiché d’excellents résultats au premier semestre 2017, selon le représentant résident du FMI (Fonds Monétaire International), Patrick Imam. Mais pour le prochain décaissement, l’institution considère également les perspectives futures et des efforts restent à faire dans ce sens. Interview.

 Midi Madagasikara (MM). En quoi consiste cette deuxième mission d’évaluation du FMI ?

Patrick Imam (FMI). La mission qui vient de séjourner au pays avait pour objectif de faire la seconde revue du programme de réformes économiques et structurelles des autorités malgaches et que le Fonds appuie financièrement à travers la Facilité Elargie de Crédits (FEC).

Face aux performances citées à plusieurs reprises par le FMI, peut-on estimer que le prochain décaissement est certain pour Madagascar ?

Seul le Conseil d’Administration du Fonds, qui est prévu se réunir au mois de décembre, peut décider du prochain décaissement ou non à l’issue de la seconde revue. La mission qui vient de se terminer a permis de récolter des informations sur la situation macroéconomique du pays, les avancées dans le cadre de la mise en œuvre du programme FEC et de l’agenda structurel, ainsi que des défis à court et moyen terme, auxquels seront confrontées les autorités. Il a été constaté que la mise en œuvre du programme continue d’afficher une très bonne performance. Les autorités ont atteint tous les critères de performance quantitatifs assignés au programme à fin juin et presque tous les repères structurels qui y sont associés à la même période.

Cependant, comme le programme du Fonds ne se focalise pas seulement aux performances passées, mais accorde aussi une importance égale aux perspectives futures pour assurer la soutenabilité du programme, le budget 2018 ainsi que son financement a été aussi discuté. De la discussion est ressorti le fait que le financement du budget de l’année prochaine souffre encore d’un certain gap auquel il faut trouver le financement correspondant.  Ainsi, les discussions avec les autorités malgaches sont prévues de se poursuivre à Washington au mois d’octobre. Et ce, afin de peaufiner les détails techniques pour clore le gap de financement. Par conséquent, ce ne serait qu’à ce moment-là que les éléments d’informations nécessaires à la décision du Conseil seront disponibles.

Quels sont les défis auxquels le pays doit maintenant faire face ?

FMI. Les défis restent encore nombreux malgré les progrès notables réalisés. Ils consistent notamment à boucler le financement du budget de 2018. Ceci implique à la fois la poursuite des efforts pour accroître les recettes fiscales et douanières mais aussi et surtout l’amélioration de la qualité des dépenses publiques à travers l’accroissement des dépenses d’investissements, la maîtrise des dépenses de salaire ainsi que la réduction des transferts vers les entreprises publiques. En ce qui concerne les autres défis, les priorités restent sur l’amélioration par la Banque Centrale de la conduite de sa politique monétaire, la lutte contre la corruption et l’instauration de la bonne gouvernance, le développement du secteur financier, l’amélioration du climat des affaires avec un accent particulier sur la réforme du système judiciaire et finalement l’amélioration de la gestion des investissements publics ainsi que l’accroissement de la capacité d’absorption. Le dernier défi, c’est bien sûr le maintien de la stabilité politique. Un défi exacerbé par la tenue l’année prochaine de l’élection présidentielle. Du bon déroulement de cette importante échéance dépendra la consolidation des progrès acquis jusqu’ici ainsi que la poursuite de l’agenda de réformes vers le développement et la réduction de la pauvreté.

L’Ariary s’est apprécié ces derniers temps face aux principales devises de transactions. Pourriez-vous nous dire les causes et les conséquences potentielles ?

FMI. L’appréciation de la monnaie nationale sur le marché des devises est notamment attribuée au choc positif du prix de la vanille sur le marché international. Le prix continuant d’être élevé, les recettes d’exportations du produit ont fortement augmenté. A cela s’ajoute, l’afflux de devises liées aux décaissements des appuis financiers des partenaires techniques financiers, incluant le FMI au titre du FEC, ainsi que le bon comportement de certains secteurs exportateurs de l’économie. Tous ces facteurs combinés ont entraîné une affluence des devises sur le marché et ont conduit à l’appréciation de la monnaie nationale. En même temps, il y a également le raffermissement de l’euro vis-à-vis du dollar. Bien que l’ariary soit plus ou moins resté stable vis-à-vis de l’euro depuis le début de l’année, elle s’est appréciée de plus de 10% vis-à-vis du dollar.

Les conséquences pour l’économie =malgache sont à la fois positives et négatives. Positives, dans le sens où le pays paie moins ses principaux produits d’importations tels que les produits pétroliers, le riz, les matières premières et les biens d’équipements. D’ailleurs, l’appréciation de l’Ariary a aidé à contenir l’inflation et à renforcer les réserves en devises à la Banque Centrale. Pourtant, l’appréciation n’a pas que des effets positifs. Elle risque de réduire la compétitivité de certaines entreprises exportatrices du pays, notamment ceux dans le secteur textile qui exporte en dollar, ce qui est le cas pour des compagnies qui exportent sous l’AGOA par exemple. Autres impacts négatifs, les complications générées par l’appréciation dans la gestion du budget de l’Etat et la conduite par la Banque Centrale de sa politique monétaire. Suite à l’appréciation, l’Etat verra ses recettes douanières ainsi que les dons budgétaires en ariary diminuées.

Recueillis par Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Projet de construction d’une nouvelle route : 63 millions d’Euros d’investissement

Le projet rocade peut être réalisé, car il entre dans le cadre du plan de la construction et celui de l’aménagement adopté en 2006, selon les explications émanant du Ministère d’État chargé du projet présidentiel.
89% de la première vague des propriétaires des maisons ou des terrains affectés par le projet de la construction de la nouvelle route bénéficie d’une indemnisation étatique. Le paiement de ce dédommagement avait débloqué en 2016. Le déplacement de ces personnes un millier constitue l’une des conditions revendiquées par les bailleurs de fonds. L’État malgache prend en charge leurs déplacements. Le coût des travaux avoisine les 63 millions d’Euros. La nouvelle route, une rocade est composée de 3 traçons, By Pass – RN2, RN2 – Ankerana et Ankerana – Marais Masai. Le projet est financé par l’Agence française de Développement (AFD), la Banque européenne d’Investissement, et l’Organisation des Nations Unies. Cette route est fonctionnelle à partir de 2020. L’indemnisation de consultation a été effectuée auprès de la population. Les travaux de construction ne débuteront à mesure que tous les dédommagements soient tous réglés.
News Mada0 partages

Teknolojia niomerika : tonga eto amintsika ny delegasion’ny Icann

Tonga eto amintsika ny delegasiona avy amin’ny Icann. Antondian’izy ireo ny hampiroborobo ny teknolojia niomerika aty Afrika ny votoatin’ny asan’ny Icann eto Madagasikara. Tanjona ny hampivelatra ny tsenan’ny niomerika amin’ity sehatra ity ary handraisan’ny mpisehatra isan-tsokajiny anjara. Anisan’ireo firenena hanatanteraka ity paikady ity i Madagasikara, nanao sonia ny fifanarahana miompana amin’ny fiarovana ny anarana manokana famantarana isaky ny firenena (.mg Madagascar). Nihaona tamin’ireo mpisehatra voakasika samihafa i Yaovi Atojoun, miandraikitra ny fanatanterahana ny Icann, nanomboka ny 18 hatramin’ny 20 septambra teo.

Famantarana an’i Madagasikara “.mg”

Nohazavain’ny minisitry ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny fampiroboroboana ny niomerika (MPTDN), Rakotomamonjy Neypatraiky, tamin’ny antsipiriany fiaraha-miasa azo ataon’ny roa tonta.  Ao anatin’izany ny tetikasa DNSSEC*, mikasika ny famantarana ny firenena malagasy “.mg”. Eo koa ny fanamafisana ny fahaiza-manao manoloana ny heloka amin’ny internet (cybercriminalité), ny fandikan-dalàna amin’ny internet. Efa an-dalana avokoa ny fanatanterahana ireo voalaza ireo. Naneho ny fahavonona amin’ny fiaraha-miasa sy fiaraha-miombon’antoka hatrany ny minisitra hampiroboroboana ny niomerika eto amintsika.

Etsy ankilany, niaiky i Yaovi Atohoun fa mety tsara hampiroboroboana ny Icann ny tontolon’ny internet eto Madagasikara. Tsapany koa fa manara-maso akaiky ny fivoaran’ity sehatra ity ny MPTDN ary tena tafiditra ao anatin’ny sehatra. Azo antenaina ny hisin’ny fiaraha-miombon’antoka bebe kokoa.

Njaka A.

News Mada0 partages

Toamasina : tafakatra 2.800 Ar ny kilaon’ny vary

Lazain’ny minisitry ny Varotra sy ny fanjifana fa tokony ho vary amin’ny kaontenera 120 hatramin’ny 150 no hafaran’ny mpandraharaha iray, mba hidinan’ny vidim-bary fa tsy iray na 10 fotsiny.

Tsy mitsaha-miakatra ny vidim-bary eto Toamasina. Tafakatra 2.800 Ar ny kilaon’ny vary avy eto an-toerana, ary 2.000 Ar ny vary hafarana avy any ivelany. Nidina ifotony ary nahita ireo ny minisitry ny Varotra sy ny fanjifana, Chabani Nourdine, ny herinandro lasa teo. Avy eo, nihaona tamin’ny mpandraharaha amin’ny vary ny tenany. Hentitra ny nilazany fa “maitsoahitra isika izao ka tsy vahaolana ny fampiakarana ny vidim-bary. Raha tena mpandraharaha, tsy tokony ho kaontenera iray na 10 fotsiny ny vary hafaranareo mpandraharaha fa tokony ho sahy hanafatra hatrany amin’ny 120 na 150 kaontenera, isaky ny herinandro, isaky mpandraharaha. Koa, aoka hidina sy hampidina an’io vidim-bary io ny tsirairay mandraharaha vary« .

Tsy izao vao nisy fidinana ifotony

Raha iverenana, tsy sambany ny fidinana tompon’ andraikim-pajakana tonga eto Toamasina, niresaka mivantana tamin’ny mpandraharaha, hampidina ny vidim-bary. Anisan’izany ny praiminisitra, ny 11 marsa lasa teo.

Tsikaritry ny minisitra fa maro ireo mpivarotra minia tsy mametraka ny vidin-javatra, na didin’ny lalàna aza izany. Midika izany fa tsy manara-dalàna ny mpivarotra eto Toamasina fa zatra gaboraraka sy mihevitra manao izay tiany.

 

Nahita delestazy ny minisitra

Nahita maso ny fahatapahan-jiro koa ny minisitra. Tapaka tamin’ny 9 ora maraina ny jiro ary tsy tafaverina raha tsy tamin’ny 2 ora sy sasany tolakandro. “Izao ny mahazo anay aty”, hoy ny mpivory. Vokany, voatery nampiasa gropy.

Sajo

News Mada0 partages

Telma : tohanana ny « Expofinance Mada”

Hatao ny 27, 28, 29 septambra ho avy izao etsy amin’ny Carlton Anosy ny “Expofinance Madagasikara”. Hetsika mifantoka amin’ny tontolon’ny fifanakalozam-bola sy ny vola ary ny banky. Tsapa mantsy fa ambany ny tahan’ny fampiasan’ny Malagasy banky eto amintsika, manodidina ny 5% satria tsy mbola tafiditra ny kolontsaina ara-bola, ny fahazoana ny tombontsoa aminy, ny lafiny fiantohana, sns. Fotoana iray ahafahana mahalala bebe kokoa izany ny “Expofinance Mada”, hihaonan’ireo mpisehatra voakasika rehetra sy ny daholobe, manamora ny ahazoana ny tolotra amin’ny tontolo ara-bola isak-tsokajiny avy.

Mandray anjara feno amin’ity hetsika ity ny Telma satria fomba sy fitaovana iray ahafahan’ny mpanjifa misitraka ny lafiny fifanakalozana, fitahirizam-bola ny M’Vola. Tolotra mora ampiasaina, manakaiky ny mpanjifa, mamaly ny filan’ny tsirairay, na an-tanàn-dehibe na any ambanivohitra. Tanjon’ny Telma rahateo ny manakaiky ny mpanjifa, sy manome fahafaham-po isan-tsokajin’ny tsirairay.

Sehatra samihafa

Efa fito taona izao ny tolotra M’Vola. Tanjon’ny Telma ny hanapariahana azy manerana ny Nosy sy hampiasain’ny tsirairay. Azo hametrahana hametrahana sy itahirizam-bola, isintonana vola, ahazoana vola avy any amin’ny olon-kafa. Izany hoe, mamaly ny filan’ny mpanjifa amin’ny lafiny ara-bola samihafa. Misy M’Vola avokoa ny 85%-n’ny toerana eto Madagasikara, ahitana toerana maherin’ny 9.000. Mahatratra 1.500 ny mpiara-miombon’antoka aminy, toy ny toeram-pivarotana madinika, kaompaniam-pitaterana ana habakabaka, fivarotan-tsolika, trano fisakafoana sy/na fandraisam-bahiny, sns. Azo ampiasana M’Vola koa ny toerana lavitra na ambanivohitra tsy ahitana banky, fa ahitana iretsy voalaza etsy ambony, na mpivarotra enta-madinika miara-miombon’antoka aminy aza.

Manampy ireo, miara-miombon’antoka amin’ny fikambanana iaraisam-pirenena koa ny Telma, ampiasana ny M’Vola, toy ny Pnud, ny FAO, ny Unicef-BNGRC, sns. Eo koa ny fandoavan-ketra, ny fandoavana ny Jirama, sns.

Njaka A.

News Mada0 partages

Seranam-piaramanidina Ravinala-Nosy Be : apetraka izao ny tara vaovao 20.000 t manolo ny efa vaky

Toy ny eo Ivato, mandeha ny asa fanamboaranana seranam-piaramanidina vaovao any Nosy Be, ataon’ny Ravinala Airports, hitantana izany seranana izany. Miara-manatanteraka izany asa lehibe izany ny Colas sy ny Bouygues Bâtiment International.

 

15 tapitrisa euros ny vola lanina amin’ny fanaovana ny asa rehetra, manaraka ny fenitra iraisam-pirenena, takin’ny vanim-potoana ankehitriny. Hatramin’izao, mifanaraka amin’ny tetiandro nofaritana ny fizotran’ny asa. Manomboka amin’ity herinandro ity ny fametrahana lafika tara vaovao 20.000 t manolo ny efa vaky teo aloha. Havaozina tanteraka ihany koa ny toby fitahirizan-tsolika, miaraka amin’ny toby fanadiovana rano, ho vita amin’ny volana novambra ho avy izao.

Dingana manaraka ny fanarenana ny fiantsonana efa nisy teo aloha, hahazoana malalaka mandray fiaramanidina amin’ny fotoana rehetra. Ety ivelany, hanamboarana toerana azo handraisana fiarakodia 140. Tombanana ho vita tanteraka amin’ny volana aogositra 2018 ny asa rehetra. Tsy manakorontana ny fiasan’ny seranana amin’izao fotoana izao anefa izany rehetra izany, noho ny fisian’ny ekipa, ahitana olona 170, miasa mandritra ny alina. Nomena fiofanana teknika mifanaraka amin’izay atao ny mpiasa rehetra, tahaka ny atao eo Ivato. Voalaza mialoha amin’izay atao rehetra ireo fiaramanidina tonga eny an-toerana, ho fisorohana ny loza.

Hanome tosika ny sehatry ny fizahantany ny fahavitan’izany fotodrafitrasa vaovao izany any Nosy Be, misokatra bebe kokoa ho an’ny hafa sy hampitombo ny zotram-piaramanidina. Mandeha izany io asa vaovao ho an’ny seranam-piaramanidina io, fa tokony hisy fanamboarana sy fanitarana koa ny seranan-tsambo.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Amoron’i Onilahy : six éco-guides certifiés

Six éco-guides locaux ont été certifiés dans l’aire protégée communautaire d’Amoron’i Onilahy, dans le Sud-ouest de l’île. Le ministère du Tourisme a assuré la formation de ces guides avec l’appui de WWF Madagascar. La certification reconnaît le professionnalisme de ces hommes, qui ont également reçu leur certification en premiers secours, délivrée par la Croix-Rouge malgache.

«C’est une étape importante pour notre communauté. On peut dire que l’Etat a certifié la capacité de notre organisation à prendre en main le développement d’Amoron’i Onilahy, au-delà de la gestion de notre forêt», a expliqué Sitrany Nantoany, l’un des guides locaux nouvellement certifiés, qui est aussi secrétaire général de la communauté de base «Tsifa», qui gère les forêts galeries longeant le fleuve Onilahy. L’organisation communautaire «Tsifa» est leader de la gestion des ressources dans la région Atsimo Andrefana et promeut aussi

l’écotourisme dans un cadre spectaculaire au bord du fleuve, loin du brouhaha des circuits touristiques habituels.

Les initiatives de cette organisation communautaire, soutenues par WWF depuis plusieurs années, mettent le tourisme durable et l’hospitalité Mahafaly au cœur de l’action de conservation des forêts galeries d’Amoron’i Onilahy.

Arh.

 

News Mada0 partages

Basikety – «CCCOI 2017» : samy nandresy ny MB2All sy ny Ascut

 Manohy ny fahombiazany hatrany ny ekipa Malagasy, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (CCCOI), taranja basikety. Samy nivoaka ho mpandresy indray mantsy ny MB2 All sy ny Ascut.

 

Nitohy, omaly alatsinainy, teny amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny andro fahatelo amin’ny fifanintsanana, hiadiana ny ho tompondakan ‘ny ranomasimbe Indianina, taranja basikety “CCCOI 2017”. Hatreto, mbola misongadina hatrany ny ekipa malagasy satria tsy misy mahatohitra azy, ireo ekipa vahiny mandray anjara, amin’ity.

Anisan’izany, ny nanamontsanan’ny MB2 All ny B Challenge avy any Seychelles. Nopotehin’ny MB2 All, tamin’ny isa mazava, 79 no ho 32 ry zareo Seiseloazy. Tsy niady mihitsy ny fihaonana satria toy ny nanaovan’ireo tovovavin’Analamanga, fanazarantena fotsiny. Nitarika an’isa hatrany ny MB2 All, tamin’ireo tapa-potoana efatra nilalaovana, tamin’ity fihaonana ity. Tombony ho an’ny mpilalao malagasy ny teknika nananan’ireo mpilalao tsirairay avy sy ny tanjaka miampy ny hafainganam-pandeha. Tsy nahita mangirana mihitsy ry zareo B  Challenge, na teo amin’ny fanafihana na teo amin’ny fiarovantena. Lasan’ny MB2 All avokoa mantsy ny baolina.

Nahazo fandresena ihany koa ny Ascut Toamasina, sokajy lehilahy, raha nikatroka tamin’ny Beauvallon, Seychelles, izay misy an’i Danz kely. Lavon’ny Malagasy tamin’ny isa, 89 no ho 74 ry zareo, tamin’izany. Lehibe ara-batana ry zareo Seiseloà saingy noverezin-dry Tanjona sy ry Fataka, tamin’ny valim-panafihana.

Teo amin’ireo vokatra hafa, tafavoaka ho mpandresy, tamin’ny isa 73 no ho 55, ny Premium Cobra, ekipa faharoa an’i Seychelles, raha nifandona tamin’ny USONI basket avy any Kaomoro.

Torcelin

 

News Mada0 partages

«Festival Kanetibe 2017» : lasan’i Hery sy i Liva ary i Tahina ny 1 tapitrisa Ar

Norombahin’ny ekipa nisy an’i  Hery sy i Liva ary i Tahiana ny lelavola 1 tapitrisa Ar miampy amboara, teo amin’ny olon-telo miaraka lehilahy, nandritra ny andiany fahatelo amin’ny “Festival kanetibe 2017”. Fifaninanana notanterahina tao amin’ny kianja Paddock Mahamasina. Resin’izy telo mirahalahy, tamin’ny isa 13 no ho 8, teo amin’ny famaranana  i Pensa sy i Lesa ary i Rado.

Nandrombaka ny fandresena teo amin’ny “tirs de précision” kosa Ralison (Radoko), rehefa nahazo isa 56. Faharoa i Lesa kely. Ho an’ny lalao olon-droa miaraka vehivavy, tompondaka i Prisca sy i Tatie, rehefa nanilika an’i Judicaelle sy i Mireille, teo amin’ny famaranana. Tamin’ny isa, 13 no ho 8, ihany koa ny nisarahan’ny roa tonta.

Nisongadina kosa teo amin’ny sokajy zandriny “Junior”, i Aina sy i Cello, izay nandavo an’i Toky sy i Rado, tamin’ny isa mazava, 13 no ho 4. Dingana manaraka ho an’ny federasiona, ny “Doublette Boss”, hotontosaina ny asabotsy 30 sy ny alahady 1 oktobra, ho avy izao, ao amin’ny kianja CBT. Fifaninanana hiadiana ny fiara Matiz.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Bodybuilding-WBPF : Madagascar au championnat du monde

Deux bodybuilders sur les six listés défendront les couleurs malgaches au championnat du monde du World Bodybuilding Physique Federation (WBPF) du 2 au 9 octobre en Mongolie. Il s’agit de Maholy Razafinantoanina, alias Antoine Cutler, et Jhon Mario Randrianarimanana, dit Bigman.

Le bodybuilding malgache va écrire une nouvelle page de son histoire ! Après la mise en place de la commission du bodybuilding, dirigée par Vernier Georges, au sein de la Fédération malgache d’haltérophilie, de musculation et de culturisme, la discipline a pris un second souffle.

Cela se traduit par la première apparition sur la scène mondiale des bodybuilders malgaches, en l’occurrence Bigman chez les -80 kg et Antoine Cutler chez les -90 kg.

«Nous avons tablé sur l’envoi de six athlètes à ce championnat du monde en Mongolie au début. Mais faute de moyens, seulement deux d’entre eux pourront participer à cette rencontre», a expliqué Vernier Georges.

«Certes, nous avons fait des demandes de soutien mais aucune réponse positive n’a été obtenue. De ce fait, seuls ces deux athlètes feront le voyage en terre mongolienne sans les dirigeants», a-t-il poursuivi.

Et d’après les informations recueillies, plus de 13 millions d’ariary par personne sont nécessaires pour ce long voyage vers l’arène mondiale des gladiateurs. Un rêve qui devient une réalité pour les deux meilleurs bodybuilders de leur catégorie respective grâce au soutien d’une boutique spécialisée en bodybuilding de la capitale.

Rien n’est impossible

Si la Grande île a déjà brillé en bodybuilding naturel suite au succès de Mickael Fitiavana dans la catégorie junior en Europe, rien n’empêche les deux représentants malgaches de faire pareil chez le WBPF.

D’ailleurs, les connaisseurs restent optimistes quant à la capacité des Malgaches à se surpasser durant ce championnat du monde où d’autres compétiteurs venus de plus de 60 pays seront également dans la course.

Naisa

 

News Mada0 partages

Tennis – U14 Afrique : les Ranaivo montrent la voie

Le championnat d’Afrique U14 sur terre battue dans la capitale égyptienne commence mal pour les raquettes malgaches. Lors de la journée inaugurale d’hier, sur les cinq joueurs engagés, seuls deux d’entre eux ont passé le premier tour. Ils ont réussi à atteindre les quarts de finale lors de la joute continentale sur surface rapide en Afrique du Sud au mois de mars dernier, en l’occurrence Narindra Ranaivo chez les filles et Toky Ranaivo chez les garçons. La troisième Ranaivo, Mialy, a raté de peu sa qualification pour que le parcours sans faute soit évident pour cette famille. Elle a été battue par l’Egyptienne Abdel Fattah Doaa par 2 sets à 1 (2-6, 7-5, 6-2).

Dans les autres matches, Fenosoa Rasendra, après une âpre bataille face au Sud-Africain Krüger Connor, a lâché prise dans les deux derniers sets après avoir remporté facilement le premier set. Le résultat parle de lui-même : 1-6, 7-5, 6-4.

Quant à Sampras Rakotondrainibe, la rencontre a vite tourné court en sa défaveur devant le Tunisien Abderrahman Wissam. Ce dernier l’a emporté aisément par deux sets à zéro (6-2, 6-2).

Demain, place à la compétition de double où la paire malgache Lanja Rakotozandry-Toky Ranaivo affrontera celle de l’Egypte composée d’Ibrahim Karim et Sadek Youssef.

Elle sera précédée  de l’entrée en lice en simple de Lanja Rakotozandry chez les garçons face à l’Egyptien Sadek Youssef.

Naisa

 

News Mada0 partages

Mamaha ny olana eny ifotony ny VMMM

 Nanampy ny ray aman-dreny sy ny mpianatra any amin’ny kaominina Mandrosoa, distrikan’Andramasina ny eo anivon’ny Vehivavy malagasy miara-miainga (VMMM). “Tena mamaha ny olanay tokoa ny fahatongavan’izy ireo mitondra ny kojakojam-pianarana amin’ny vidiny mirary tahaka izao. Henjana ny fanomanana sy firakarana ny fidiran’ny mpianatra ka mba manamaivana ny fahasahirananay izao”, hoy ny renim-pianakaviana iray nividy izany, teo an-tsena, omaly. Nifandrombahana izany satria efa nahalala mialoha ny mponina. Efa fanaon’ny VMMM isan-taona rahateo izao ary tafiditra amin’ny fiahiana ara-tsosialy sy ny fanohanana ny mpiara-belona. Mifandray amin’ny vinan’ny antoko Malagasy miara-miainga rahateo ny fijerena eny ifotony ny olana ary miezaka mamaha izany.

Hitohy eny Andoharanofotsy sy eny amin’iny faritra Avaradrano iny izany amin’ny ity herinandro ity. Hivadika amin’ny sosialy hafa indray ny VMMM aorian’izao. Anisan’izany ny fampiofanana mamaky teny sy manoratra tanterahina eny amin’ny foiben’ny antoko, eny Ankerana, ankoatra ireo asa sosialy fanampiana ny mpiara-belona.

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Basket-CCCOI : la GNBC inquiète

La troisième n’était pas la bonne ! Chez les hommes, après deux rencontres à succès, la GNBC, contre toute attente, tombe après prolongation devant BCM Mayotte hier au palais des Sports de Mahamasina lors de la phase de poule de la coupe des clubs champions de l’océan Indien sur le score étriqué de 85-87.

De son côté, Ascut continue son retour en force en enregistrant son deuxième succès en autant de matchs devant Real Maurice. Cette équipe occupe seule la tête du classement dans le groupe B.

Chez les dames, MB2All confirme son statut. Les protégées de Ndrato Tagg Rakotonanahary poursuivent leur bonhomme de chemin dans la compétition et caracolent en tête des éliminatoires. Leur deuxième victime n’est autre que les Seychelloises de B Challenge.

Ce jour, la confrontation entre Fandrefiala et MB2All, en ouverture de la quatrième journée de la phase de poule, sera à l’affiche.

Naisa

Programme de la 4e journée

MB2All Madagascar-Fandrefiala Madagascar

Premium Cobra Seychelles-BCM Mayotte

B Challenge Seychelles-Tamifa Madagascar

TCO Mayotte-Beau Vallon Seychelles

COSPN Madagascar-Usoni Basket Comores

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le concours agricole (2)

(Suite et fin.)

Race porcine. – Sans être aussi nombreux que les bovidés, les sujets de la race porcine ont fait fort bonne figure et plusieurs étaient dans un tel état d’engraissement que l’eau en venait à la bouche des amateurs qui les contemplaient. Seuls les disciples de Mahomet détournaient la tête avec horreur.

Oiseaux de basse-cour. – Les coqs, poules, oies, canards, dindons, pintades et pigeons étaient abondamment représentés et offraient des sujets tout à fait remarquables. Car, comme les bovidés, le climat de la côte est tout à fait favorable à leur engraissement.

Seules les races ovines

et caprines n’avaient aucun représentant à cette fête, le climat relativement chaud et humide de la côte se prêtant mal à leur élevage.

Puis ce sont les produits du sol de toutes natures qui ont été abondamment présentés : café, cacao, vanille, épices, manioc, patates, bananes et légumes d’Europe de toute sorte, rendant difficiles les opérations du jury par la bonne préparation des produits exposés.

Enfin l’art indigène s’est révélé par les produits aussi nombreux qu’artistiques qui ont été exposés. La section des broderies exécutées à la main de tous les points connus a été tout à fait remarquable. Un dessus de lit, brodé sur filet avec ramages et personnages d’une perfection absolue, entièrement exécuté à la main, a été vendu séance tenante 150 fr. La femme Hova est une artiste de race, dont l’habileté atteint une perfection absolue.

Cette même perfection, les Hovas l’atteignent dans les divers objets qu’ils fabriquent, et c’est plaisir à examiner les meubles de toute nature, même des instruments de musique, outils en fer, chaussures, etc., etc., exposés par eux. Tous ces objets présentent une perfection qu’il est impossible de dépasser.

Cette race hova se montre perfectible au suprême degré et parfaitement assimilable. C’est avec la plus grande facilité qu’elle prend notre éducation, nos coutumes, nos mœurs et jusqu’à notre religion. Cependant, il faudra encore quelques générations avant qu’elle n’acquière notre mentalité. Toutefois, de toutes les races que la France a conquises, c’est celle qui a adopté avec le plus de rapidité et de facilité les lois et coutumes du vainqueur.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Chronique : des feux de désespérance

«Brûler les stocks de bois de rose saisis ou restitués lors d’une tentative de trafic». Au sein d’une association très engagée dans la lutte pour la  sauvegarde de l’environnement, autant versée dans le combat contre la mise en coupes sombres des richesses naturelles, des militants déterminés avancent la solution extrême d’une destruction par le feu. Ça serait un comble pour un Etat dont la population croupit dans la pauvreté d’être réduit à brûler une réserve importante de l’un des symboles de richesses du pays. Dans le public on fantasme sur le bois de rose. Pratiqué au nez et à la barbe des autorités, florissant rarement sanctionné le trafic parallèlement au fantasme entretient la psychose d’une hémorragie anémiant la population engraissant une minorité de salauds. Envieuse autant que juge sévère tant elle sait de sales histoires, l’opinion  ne s’en laisse plus conter, chat échaudé craint eau froide, dès qu’il retourne de richesses alléchantes elle ne prête confiance à personne.

Tragique conclusion emplie d’une amère désespérance à laquelle aboutit ce constat d’absence de compétence digne de confiance. Grande désolation conduisant à souhaiter l’organisation d’un autodafé en dernier recours. Surréaliste le sacrifice d’avoir à brûler d’immenses fortunes sur un océan d’infortunes. Auto-flagellation en expiation des fautes, ou avis public pour dissuader de la tentation de toucher au bois précieux. Vœu pieux voué à l’inefficacité. Mystères et miracles, style transformer l’eau en vin, le public a vu des supercheries qui ont tenté d’en épouser la forme sans réussir à tromper grand monde. Les producteurs de ces spectacles ratés en ont toujours recueilli bons profits sans jamais avoir subi de représailles en sanction de ces dégueulasseries. Des stocks de bois précieux saisis, à chaque fois le pouvoir en fait tout un cinéma. Une fois sous sa garde toute réserve de richesses fond comme neige au soleil. Il ne rend pas compte des fontes de neige ! En l’absence de compétence digne de confiance, rien ne garantit contre le montage d’un autre écran de fumée : un feu sans joie, alimenté de bois de chauffe en substitution des rondins de bois de rose. Pour ces bois précieux nouvelle occasion de mystérieusement disparaitre, sans qu’ils ne soient perdus pour tous. A la fois victime que complice, coupable de faiblesse, l’Etat s’efface derrière un pouvoir fort volontairement inerte à exercer des poursuites contre les vampires.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : matsiro ny saosy, korontana ao amin’ireo hery mitana fitaovam-piadiana

Tsy misy andro tsy ahenoana na miaramilan’ny Tafika na zandary na pôlisy voarohirohy ao anatin’ny raharaha maloto. Maro angamba ny fitsabahan’izy ireny amin’ny fanaovana izao karazana asa ratsy rehetra izao, ka tsy ilaozan’izay iray sendra ny taolana. Fomba fiteny moa izany hoe iray izany, fa tsy mitsahatra izy ireo no mifandimbidimby ao amin’ny pejin’ ny vaovao mikasika seho mamoafady. Ary na manamboninahitra aza dia misy voasaringotra amin’izany, fa tsy vitan’ireny tratra amin’ny fanorana fiandrasana kendritohina amoron-dàlana. Matsiro ny saosy, samy milela-molotra arak’izay afany ka tsy ilaozan’izay ho sendran’ny patsa iray tsy omby vava. Ny fisakafoana tsotra izao aza misy ihany ny voambary raraka, mainka ho an’ireny manao be am-bosika sy rapa-dango miampy herisetra ireny.

Tsy misy afaka hilaza fa tratran’io aretina io daholo ny any anatin’ny Tafika sy Zandarmaria ary Pôlisy, fa raha ny fisehon’ny herotra mandraotra amin’izao fotoana izao dia ahihiana fa mafanafana ny aretina ary mifindra haingana eo amin’ny fifampikasokasohana. Samy olona izao ve dia hifampijery fotsiny ny sasany maimaina ny mandimandina mangiloilo mihitsy aza. Ny ao ambany mahatazana ny raha ataon’ny ao ambony, ny mpibaiko koa mahafantatra ny tsy mety ataon’ireo feheziny. Lasa miray vatsy akamban’ny ratsy mifankahita kilema sy mifankahalala heloka. Ny adidy iombonana tsy efa fa ny fianao ratsy samy manana ny azy no ihavanana. Tsy maintsy mitombo ny isan’ireo tratra noho izany ka ny hany dina dia izay tratra manefa. Iza anefa no tompon’andraikitry ny fanenjehana ny mpanao ratsy ? Mbola adidy ifampizarana koa izany. Eo izao no anton’ny isehoan’ ny disadisa, na mifandefitra ao anatin’ny fitsikombakombana, na manatanteraka adidy ka mety ho voaendrikendrika hoe manao tafahoatra. Izany izao no rahona manaloka eo amin’ ny fifandraisan’ny zandary sy pôlisy. Tsy atao ho olana anefa izany. Ny madio isan-tokatrano no afaka hisava hao any

amin’ny ankohonan’ny rahalahiny. Raha andrasana tsy hifampikosoka fa samy handilotra ny tsikoko amin’ny vatany tsy afaka antenaina ny fiverenana amin’ny fahadiovana. Ny fanambarana an’ireny isan’ny meloka nomena sazy tsy milaza ny fisian’ireo maloto sisa ambiny afaka madiodio tafatsofoka tamin’ny makarakara.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : préférence affichée pour autre unité monétaire – appréciation négative de la monn...

D’un point de vue psychologique, l’annonce d’un milliard frappe davantage que l’énoncé d’une somme de deux cent millions. Normal si pour attirer les parieurs les organisateurs de jeux inclinent à décliner en FMG la communication des gains en ariary. Moins naturelle à la fois que constitutive d’infraction mais à l’abri des poursuites, la publication de certaines annonces libellant en monnaie étrangère leurs propositions, notamment dans les offres relatives à l’immobilier, qu’il s’agisse de location ou de vente. L’ostracisme ne se rencontre pas seulement là où on l’imagine. Dans la rubrique des recherches d’emploi il arrive que des demandeurs nationaux expriment la frasque d’exclure à l’avance toute réponse d’un éventuel patron autochtone.

 

News Mada0 partages

“Raharaha Kidnapping Arnaud sy Annie” : 30 tamin’ireo 75 voarohirohy no niatrika ny fitsarana omaly

 Raikitra tsy raikitra, efa herintaona sy tapany aty aoriana! Saika nahemotra indray ny fitsarana ny raharaha fakana an-keriny an’i Arnaud sy Annie tany Toamasina, omaly teny amin’ny fitsarana Anosy.

Saika nisy indray ny sakana noho ny fitokonan’ireo mpitsara mpanampy ao amin’ny fitsarana ady heloka bevava (CCO) omaly iny. Ireto farany izany nanararaotra ny fisian’ity raharaha goavana ity nanehoana ny fitakiany ny tambin-karaman’izy ireo taona 2012 no ho mankaty.

Ny hariva anefa, raikitra ihany ity fitsarana ny raharaha fakana an-keriny ity. Araka ny vaovao teny an-toerana, olona 30 amin’ireo 75 tafiditra amin’ity fakana an-keriny ity no niatrika fitsarana. Nisy tamin’ireo, raha ny fanononana teny aloha ny polisy maromaro, mpandraharaha ny fonja, mpamily ny fiara nitondra an’i Arnaud sy Annie. Anisan’ny voatonona ihany koa ramatoa Stéphanie. Ity farany izay anisan’ny atidoha tamin’ity raharaha ity.

Nisy ihany koa ny mpitsara tafiditra tamin’ity fakana an-keriny ity izay voatonona ihany koa ny anarany saingy tsy teny an-toerana ny tenany. Marihina fa efa nisy olona 40 nahazo fahafahana vonjimaika tamin’ity raharaha ity. Nisy ny efa naiditra am-ponja vonjimaika tany Tsiafahy, Arivonimano, Antanimora…

Nifarana ny hariva ny fihainoana ny ampahany voalohany tamin’ireto olona ireto. Hitohy, anio, izany raha tsy misy ny fiovana. Tsy mbola voaresaka ihany koa ny momba ireo basy Kalachnikov miisa efatra niaraka tamin’ny bala marobe sarona nandritra ny fikarohan’ny mpitandro filaminana ireo mpanao kidnapping tany Toamasina. Mbola misy ihany ny olona karohina amin’ity fakana an-keriny ity. Andrasana anio ny tohin’ny fitsarana ny raharaha.

Yves S.

News Mada0 partages

Fanafihan-jiolahy – Ambatondrazaka : raim-pianakaviana iray maty voatifitra, iray hafa voafira antsy

 Taorian’ny vaky fonja tany Ambatondrazaka, ny asabotsy alina teo, nisehoana fanafihan-jiolahy nahafatesana olona any amin’ny fokontany Tanambao Ambohimasina, omaly alina, tokony ho tamin’ny 12 ora teo.

Araka ny vaovao voaray, tokantrano vao iray notafihana efa-dahy nirongo fitaovam-piadiana tamin’izany. Noteren’ireo jiolahy hanokatra ny varavarana ny mpiasa tao amin’ity trano ity. Raha vao nahare izany ny tompon-trano, nanokatra ny varavarana kanjo notifirin’ireo jiolahy avy hatrany. Maty tsy tra-drano ilay raim-pianakaviana vao 24 taona. Ity farany izay vao vita mariazy iray volana talohan’izao. Tsy vitan’izay, nofirain’ireo jiolahy ny zava-maranitra ilay mpiasa ka naratra mafy vokatr’izany. Nentina tany amin’ny hopitaly ity farany.

Araka ny fanazavana azo ihany, televiziona iray monja no lasan’ireo olon-dratsy. “Nihevitra izy ireo fa nisy volabe tao an-trano. Ny olona no novonoiny tsy nananany antra”, hoy ny filazan’ny olona avy any Ambatondrazaka. Nihevitra ny mponina fa ireo gadra nitsoaka sahady ireo namono olona ireo. Mbola eo am-panaovana fanadihadiana ny mpitandro filaminana.

 

Ahiana ho isan’ireo gadra nandositra…

 Araka ny fanazavan’ny talem-paritry ny fandraharahana ny fonja any Ambatondrazaka, tsy mbola nisy vaovao momba ireo 11 lahy tafatsoaka ny fonja nitanana azy. Ny avy eo amin’ny zandarimaria kosa nilaza fa nisy lehilahy iray noahiahina ho anisan’ireo gadra nitsoaka tratra tany Ididy. Ny olona no nisambotra azy io, ka rehefa nosavaina, nahita dikana karapanondro hosoka tany aminy. Hoentina any Ambatondrazaka izy io hofantarina raha anisan’ireo gadra. Nilaza ny zandary fa efa eo am-pelatanan’izy ireo ny mombamomba ireo 11 lahy tafatsoaka ny fonjan’Ambatondrazaka. Mandeha ny fikarohana azy ireo, araka izany.

Yves S. sy Rarivo

News Mada0 partages

Zandarimaria : « Esorina izay tsy mahavita ny asany »

Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy, omaly, ny fivorian’ireo lehibena zandarimaria manerana ny Nosy, teny amin’ny Toby Ratsimandrava. Notarihin’ny Seg, ny Jly Randriamahavalisoa G., izany, izay nanamafisan’ity farany fa mitohy ny asa fanadiovana eo anivon’ny zandarimaria. “Diovina aloha ny eo anivon’ny zandary. Hatramin’ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandary aza, voakasika amin’izany. Omena telo volana izy ireo hiasany ka miala rehefa tsy mahavita azy,”, hoy ny fanamafisana.

Mandritra ny herinandro ity fivoriana eny amin’ny Toby Ratsimandrava ity. Misy ny tomban’ezaka ataon’ny rehetra mandritra izany. Eo ihany koa ny fanamafisana sy ny fametrahana paik’ady amin’ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana.

Ho lava ny herinandro hanaovan’ny zandary dinika. Hisy ny famoahana tatitra ho an’ny rehetra amin’ny farany. Andrasana koa izay fampiharana izany avy eo.

Yves S.

 

News Mada0 partages

DHL Madagascar : nanentana momba ny tontolo iainana

Namarana ny fanentanana momba ny fampianarana mikasika ny fiarovana ny tontolo iainana na ny “Go teach goes Green” ny faran’ny herinandro teo ny mpiasa ao amin’ny DHL Madagascar. Nandritra ny herinandro ny fanentanana izay niarahana tamin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

Nisy ny fampiofanana momba ny fambolena an-tanàn-dehibe ho an’ny mpiasan’ny DHL teny Ivato sy Ankorondrano. Nahay namboly karazana legioma tao anaty tavy ireo mpiasa taorian’ny fiofanana. Nahay nanodina ny tavoahangy plastika ho azo ambolena voninkazo sy legioma ihany koa izy ireo tamin’izany.

Azo atao ny mamboly na dia ao anaty birao sy ny toeram-piasana aza satria sady ravaky ny trano no miaro ny tontolo iainana ary indrindra manampy amin’ny sakafo.

Nisitraka ny fahaizana ity fambolena tsotra nefa azo ampiharina ity ihany koa ireo tanoran’ny SOS Village, mianatra asa ao amin’ny DHL Madagascar.

Nifarana ny faran’ny herinandro teo nandritra ny Global Volunteer Day (GVD) de DHL ny fanentanana momba ity fiarovana ny tontolo iainana ity.

Nisy ny fanolorana fitaovana ho an’ny tranomboky ao Analakely ao anatin’ny fanamarihana ny faha-20 taona. Nohavaozin’ireo mpiasa an-tsitrapo avy amin’ny DHL ihany koa ity tranomboky ity haha te honina sy hahasarika indray ireo mpitia vaky boky.

Tatiana A

News Mada0 partages

Kaominina Ivato : nizarana “kit scolaire” ny zanaky ny mpiasa

Manodidina ny 700 ireo zanaky ny mpiasa ao amin’ny kaominina Ivato no nizaran’ny ben’ny Tanàna Randrianarisoa  Penjy fitaovam-pianarana omaly. Nahitana kahie, penina, penisilihazo, gaoma… ny fitaovana nozaraina.

Tanjona ny fitsinjovana ireo ray aman-dreny amin’izao ankatoky ny fidiran’ny mpianatra izao. “Iaraha-mahalala ny fiakaran’ny vidin’ny fitaovan’ny mpianatra isan-taona. Tsy azo hodian-tsy hita koa ny fahasahiranana ka izany indrindra ny anton’ny fandraisana anjara atao amin’ireo mpiasa toy izao”, hoy ny ben’ny Tanàna.

Nambarany ihany koa fa mandray anjara feno amin’ny fampandrosoana ny kaominina avokoa ny mpiasa rehetra ary antoka mampihodina ny raharaham-bahoaka izy ireo ka mendrika ny tolo-tanana  hampaherezana azy hitombo hatrany amin’ny asa fanompoana ny vahoaka eto Ivato.

Tsy mitarain-tana-miepaka ny mpiasan’ny kaominina eto Ivato amin’ny fampandrosoana ny Tanàna. Miara-mientana maneho firaisankina amin’ny asa atao ary mifanampy amin’ny ben’ny tanàna amin’ny fanatanterahana ireo asa marolafy.

Nanolotra mari-pankasitrahana ny ben’ny Tanàna ireo zanaky ny mpiasa ho fisaorana amin’izao fanampiana izao. Tsy mijanona eo fa mbola hitohy ny asa sosialy ataon’ny kaominina amin’ireo mpiasa ao aminy.

Nampahafantarina ny mpiasa omaly koa ireo asa rehetra hatomboka amin’ity herinandro ity. Anisan’izany ny fananganana ny Tranompokonolona vaovao ao Ankadindravola, ny fananganana ny EPP vaovao ahitana efitrano enina ao Tanambao, fanamboarana ny lalana ao amin’ny K7, ny lalana any Andraondrikely sy Ankadindravola.

Nanentana ny mpiasa ny ben’ny Tanàna  mba samy hazoto amin’ny asa ary tsy hikely soroka amin’ny andraikitra napetraka aminy avy.

Tatiana A

News Mada0 partages

Toamasina : nankasitrahana ireo atleta mendrika

Noraisin’ny « préfet”- n’ i Toamasina, Banandrasana Cyril, tao amin’ny efitrano malalaky ny

Faritany, teo aloha, ny alarobia 20 septambra lasa teo, ireo atleta sy ekipa nitondra avo ny lazan’i Toamasina, ka nandrombaka ambora iraisam-pirenena sy tompondaka  nasionaly, ho an’ity taona 2017 ity.

Voalohany amin’ izany ny Ascut teo amin’ny basikety izay nandrombaka ny amboaran’i Madagasikara, sokajy U18 lehilahy, raha lefitra kosa ny vehivavy. Toy izany koa ny sokajy U14, U16, U20 ary ny N1A. Tompondakan’i Madagasikara fanimpolony kosa, ny Stef’Auto, taranja Volley, vehivavy izay feno 15 taona. Marihina fa  efa tompondakan’ny ranomasimbe Indiana  ihany koa ny Stef’Auto. Tsy nikely soroka manoloana ny zava-bitany ihany koa ny taranja lomano, sokajy zandriny izay nandrombaka amboara sy nanamontsana zava-bita, teo amin’ny halavirana 25 m. Nohamafisin’ny taranja tenisy ambony latabatra ny maha andrarezina azy ireo, satria mpilalao vao 12 taona, no nandrombaka amboara eran-tany ary 7 kosa ny amboaran’i Afrika. Tompondakan’i Afrika, sokajy 59 kg, ihany koa ny ady totohondry. Tsy latsa-danja koa ny atletisma, izay nahazo medaly volamena miisa 14,  nandritra ny fifaninanana natao tany Antananarivo. Marihina fa notoloran’ny “préfet”, fankasitrahana avokoa ireo rehetra mendrika.

Sajo

News Mada0 partages

Personnes du troisième âge : «La société nous ignore»

Georgette Rabarivololona est une octogénaire pensionnaire de l’ONG «Masoandro mody» à Fenomanana Mahazoarivo. Selon elle, la société actuelle ignore et met sur la touche les personnes du troisième âge. Interview.

. Les Nouvelles : Comment êtes-vous devenue pensionnaire de l’ONG «Masoandro mody» ?

– De mon propre gré. Au vu de ces personnes âgées qui y sont pensionnaires, dont la plupart souffrent de la maladie d’Alzheimer, j’ai décidé d’apporter ma modeste contribution pour les aider. Avec

la société actuelle qui nous ignore, voire nous exclut, il n’y a que les semblables qui s’entraident pour partager leur sort.

. Pourquoi dites-vous cela ?

– Mais cela se remarque au quotidien avec le comportement des gens autour de nous, notamment, les jeunes générations. Non seulement on nous met en dehors de la vie active, vu qu’on nous considère comme des êtres dépassés, mais surtout on ne nous porte plus aucun respect. Par exemple, en passant devant une personne plus âgée que soi, on nous a appris à demander pardon avant de poursuivre son chemin. Or, actuellement, les adultes et les jeunes oublient tout simplement de prononcer ce simple mot, même s’ils leur arrivent de nous marcher dessus.

Il en est de même sur le fait de se saluer si on se croise. De simples gestes insignifiants, peut-être, mais qui sont la base d’une vraie entente et d’une harmonie sociale, la vraie signification du mot «Fihavanana». De mon temps, le fait d’oublier ou d’ignorer de tels gestes équivalait au moins à une gifle car les concernés étaient tout de suite qualifiés de «mal élevés». Et cette considération se référait aux parents.

. D’après-vous, quelles sont les raisons de cette situation ?

– Dans la société actuelle règne l’individualisme qui a comme devise «chacun pour soi». Une situation où les avancées de la technologie et les conditions socio-économiques, dans lesquelles nous vivons, en sont, en grande partie, responsables. En effet, l’utilisation des nouvelles technologies n’a  fait que développer l’individualisme, à l’exemple de ces jeux vidéo et réseaux sociaux qui sont exploitables sur les tablettes et téléphones portables.

De plus, comme les parents n’ont plus assez de temps pour s’occuper entièrement de l’éducation de leurs enfants, trop investis dans leur dur labeur du quotidien, les jeunes mènent leur vie selon leur propre entendement.

. Que proposez-vous donc comme solutions ?

– En ce qui nous concerne, nous essayons de développer notre association de doyens, afin de démontrer que nous

faisons encore partie de la société. Dans cette optique, l’ONG «Masoandro mody» envisage de fonder bientôt un hospice qui accueillera à plein temps les personnes du troisième âge.

Mais en ce qui concerne l’éducation des jeunes, honnêtement, je n’ai rien à avancer, à part le fait d’introduire de nouveau comme matière obligatoire l’instruction civique dans les établissements scolaires. Et ce, à tous les niveaux.

En effet, j’ai toujours essayé d’éduquer mes enfants en m’adaptant, tant bien que mal, à l’évolution des choses. Ce qui est déplorant pour moi pour arriver avec des résultats pareils actuellement. Cela ne m’empêche pas cependant de prier chaque jour le Seigneur pour que les choses s’améliorent.

Propos recueillis par Sera R

 

News Mada0 partages

Kidnapping d’Arnaud et d’Annie : le juge Jacky absent au procès

Tant attendu, le procès sur l’enlèvement de Jean Arnaud Ramiliarison et de Kwenty Andréa Annie Rajerison a eu lieu hier, devant la Cour criminelle ordinaire d’Anosy.

Suite à un retard de paiement des indemnités des assesseurs, le procès a failli être renvoyé sine die mais après l’intervention du ministère de la Justice, il a finalement eu lieu. Sur les 75 accusés inscrits dans l’acte d’accusation, seule une trentaine d’entre eux  étaient présents à l’audience.

Mais l’absence au prétoire du juge Jacky, impliqué dans l’affaire, a surpris plus d’un observateur. Non seulement ce magistrat qui a été entendu dans le cadre de cette affaire n’était pas présent, mais son nom ne figure pas dans l’acte d’accusation. A l’époque, le SMM a demandé sa libération arguant sur le fait qu’aucune poursuite réelle ne pèse sur lui. Par contre, la tristement célèbre Lala Roger Stéphanie était présente à l’audience d’hier.

« Je plaide non coupable »

Poursuivis pour association de malfaiteurs, enlèvement, séquestration, détention illégale d’armes, meurtre, évasion, complicité de kidnapping et complicité d’évasion, les accusés ont été entendus tour à tour par la Cour. A l’instar de leurs co-accusés, les policiers, les agents pénitentiaires impliqués dans l’affaire, le chauffeur des deux enfants ainsi que le couple  propriétaire de la maison où ont été séquestrés Annie et Arnaud, ont nié en bloc les accusations portées contre eux. La deuxième journée du procès se tiendra ce jour, toujours à la Cour criminelle.

Rappel des faits

Dans la matinée du 23 novembre 2015, Annie (14 ans) et Arnaud (17 ans) ont été enlevés par des individus armés à l’entrée du pont Verrerie, Toamasina, alors qu’ils étaient sur le chemin de l’école. Le lendemain du kidnapping, les ravisseurs se sont manifestés et ont réclamé 4 millions d’euros en échange de la libération des deux otages. Malgré le paiement d’une partie de la rançon, les kidnappeurs n’ont pas libéré les deux enfants. Pire encore, ils ont assassiné la petite Annie. Le corps sans vie de la fillette a été retrouvé le 20 décembre 2015.

Après 50 jours de séquestration, le 11 janvier 2016, Arnaud a été libéré après une intervention de la police.

Mparany

 

News Mada0 partages

Santé publique : le traitement de l’hépatite hors de portée

Inaccessible. Le coût du traitement de l’hépatite reste onéreux par rapport au revenu de la majorité des ménages malgaches. La plupart des patients sont laissés à leur sort, faute de moyen pour couvrir les frais médicaux, malgré qu’ils soient fortement exposés à la mort. Alors que l’effectif des personnes touchées, notamment par l’hépatite B, a connu une nette augmentation ces dernières années, avec un taux de mortalité s’élevant à 6,43% en 2016, d’après des sources auprès du Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB), joint, hier, au téléphone.

Une initiative visant à inverser cette tendance, notamment la mise en œuvre d’une campagne de vaccination contre l’hépatite B à coût réduit, a été organisée récemment, mais bon nombre de gens ne peuvent s’offrir le luxe d’en bénéficier. Sachant qu’une séance de vaccination coûte 40.000 ariary alors qu’il faut achever trois vaccins successifs pour que cela ait effet. La requête des malades, lancée il y a quelques années, relative à la contribution financière de l’Etat au dépistage, lequel n’est non plus à la portée de tous, et à l’achat de médicament, reste sans suite.

Une société indienne, leader dans la production de médicaments génériques, Gallene Sciences, compte apporter sa contribution dans l’allègement des charges des patients liés au traitement, en proposant ses médicaments, accessibles à tous, notamment dans les pays d’Asie du Sud et d’Afrique, dont Madagascar. Mis à part les médicaments pour soigner l’hépatite, l’accessibilité de ces pays aux traitements du VIH/Sida et d’autres maladies quotidiennes figure également parmi les objectifs de ladite société, officiellement enregistrée par le ministère des Affaires corporatives en Inde.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Miaraka amin’i Hil Chaffre. : maneho ny talentany ny mpitendry malagasy

 Zamba, mpitendry valiha ; Tinakely, mpitendry angorodao ; Bera, havanana amin’ny kabosy sy gitara beso ; Rina, mpitendry gitara beso ihany koa ary i Mendrika, tsy zovina intsony amin’ny fivelesana ampongamaroanaka…

…Tanisaina eto ireo mpitendry zavamaneno malagasy ireo, satria notsongaina mpanakanto renione, Hil Chaffre, hiara-hiasa aminy. Namolavola tetikasa iray ity mpihira renione ity, izay efa nivahiny sy nanatontosa rakikira teto amintsika. Navondrony anaty tarika iray izy ireo ary namokatra hira maromaro. Anisan’izany ny hira mitondra ny lohateny hoe «  Ti fleur fanée … », niarahan’izy ireo tamin’ny ankizy mpianatra ao amin’ny sekoly Philibert Commerson, any Bretagne-Frantsa. Hita ao anatin’ny vokatra ny fironana samihafa amin’ireo Nosy aty amin’ny ranomasimbe Indianina. Misongadina kokoa ny valiha sy ny angorodao.

Notanterahina, ny asabotsy teo, ny dingana manaraka ao anatin’ity tetikasa ity. Tsy inona izany fa ny fanehoana an-tsehatra ireo hira niaraha-nanatontosa. Tany Bretagne io fampisehoana io ary tafiditra ao anatin’ny hetsika antsoina hoe « Kabarkartié ».

Hatramin’ny 29 septambra izao, handeha hitety toerana maromaro any Bretagne ny tarika, hampahafantatra ny mombamomba azy ireo. Hamarana izany ny « cabaret », ny 1 oktobra tolakandro.

Landy R.

News Mada0 partages

CCCOI : Telma lance un concours de Selfie

Alors que la Coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) bat son plein cette semaine, au palais des Sports et de la culture de Mahamasina, Telma Madagascar lance par la même occasion le concours «Selfie CCCOI» jusqu’au 1er octobre.

Le selfie, nouvelle tendance la plus pratiquée sur les réseaux sociaux depuis un certain temps, reste pas moins un moyen promotionnel. C’est justement à l’occasion de la CCCOI que l’opérateur téléphonique lance ce concours qui consiste à prendre des selfies durant le championnat, avec un fond Telma, et envoyer sur la page officielle de l’opérateur la meilleure photo.

A cet effet, un album «Concours Selfie CCCOI» sera créé et publié sur la fanpage de Telma, à compter du 3 octobre, et sera soumis au vote des internautes jusqu’au 8 octobre. La photo qui récoltera le maximum de «j’aime» jusqu’au 8 octobre décrochera la timbale. Les résultats seront publiés le 9 octobre.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Salon de la gastronomie : un succès savoureux !

Point final sur la 4e édition du Salon de la gastronomie, à l’issue d’un week-end riche en goût et en saveur, à Andavamamba. Une édition sous le signe du succès, qui s’est traduit par diverses animations, expositions inédites, conférences et ateliers.

L’affluence est toujours plus grande à chacune des éditions. Un peu plus de 5 000 visiteurs se sont donné rendez-vous à l’Alliance française d’Andavamamba pour une fin de semaine gastronomique, du 22 au 24  septembre dernier. Avec une cinquantaine de stands à découvrir, le Salon de la gastronomie a mis en avant les recettes des grands chefs et restaurants de la capitale. Les exposants ont aussi proposé divers produits qui ont étonné plus d’un pour ne parler que du «koba» et de la fameuse saucisse qui fait la renommée de Talata Volonondry.

 Beaucoup ont pu profiter des ateliers culinaires gratuits, dont la cuisine européenne, donnés par des chefs cuisiniers. Le Salon de la gastronomie a également été marqué par le passage des candidats au concours de téléréalité Pazzapa, le week-end dernier. L’organisateur promet «une édition encore plus intéressante l’année prochaine».

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Referendum Constitutionnel : le régime joue son va-tout

Pour plaider en faveur de la révision de la Constitution, le régime déploie son armada, notamment les membres du gouvernement. L’initiative continue, cependant, de diviser.

Après les acteurs politiques, c’est au tour des membres du gouvernement de plaider en faveur de la révision de la Constitution. Par intérêt ou par détermination, ces jours-ci, les rencontre avec la presse se suivent et se ressemblent pour l’équipe d’ Olivier Mahafaly Solonandrasana. Tous plaident pour le changement de la loi fondamentale de 2010, tout en insistant sur la stabilité. L’argument est cependant loin d’être convaincant dans la mesure où le contexte est loin d’être favorable à un référendum. D’autant que si les régimes qui se sont succédé ont choisi le toilettage de la Constitution, ce n’est pas pour autant une raison de choisir cette option.

A titre d’illusration, le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et du développement a fait savoir hier lors d’une conférence de presse que de par son expérience d’ancien parlementaire, «l’acheminement des résultats des élections dans un district demande 15 jours». A ce titre, il estime que techniquement, l’article 47 qui stipule dans ses alinéas 1 et 3 que «L’élection du président de la République a lieu trente jours au moins, et soixante jours au plus, avant l’expiration du mandat du président en exercice (…) que le second tour a lieu trente jours au plus après la proclamation officielle des résultats du premier tour», ne rime pas avec les réalités car le délai prescrit ne sera pas suffisant pour le bon déroulement des élections.

Règle démocratique

Ce à quoi Fetison Rakoto Andrianirina, président du parti RDS, a soutenu hier sur une station privée de la capitale que le moment n’est pas idéale pour changer la loi fondamentale. «Il existe encore d’autres sujets auxquels les dirigeants devraient s’occuper, comme la sécurité de la population ou encore la lutte contre la pauvreté. Il faut respecter la règle démocratique, c’est la concrétisation d’une élection », a-t-il soutenu.

Pour rappel, l’éventualité de la révision de la Constitution initiée par le régime a fait monter au créneau un groupe de la société civile. Ce dernier, à travers un communiqué commun, avait fait savoir que  cette initiative est inutile et dangereuse. «Attendre d’avoir une légitimité électorale pour réviser la Constitution conforterait également le souci de stabilité politique. Un changement constitutionnel avant même la fin du premier mandat du premier Président de la IVe République serait synonyme de cette instabilité tant décriée par nos dirigeants eux-mêmes», avait indiqué la société civile dans une déclaration commune.

Rakoto

 

Ino Vaovao0 partages

TSARARIVOTRA - MAMPIKONY : Zazakely iray maty tamin’ny lozam-piarakodia

Ny zoma maraina lasa teo tokony ho tamin’ny 4 ora, tao Tsararivotra 22 km tsy hidirana ny Distrikan’i Mampikony no nitrangan’ny loza. Araka ny fitantaran’ireo niharam-boina dia mety rendriky ny toromaso ilay mpamily nitondra azy ireo ary tsy voafehiny intsony ka nifatratra tamin’ny tranon’olona miorina amin’ny sisin-dalana. Voalaza fa avy any Ambilobe hihazo an’i Mahajanga izy ireo izao niharan-doza izao.

Vokany, zaza iray no voadonan’ity fiara fitateram-bahoaka ity tao anatin’ilay tokantrano ka maty tsy tra-drano potsika tao. Naratra mafy kosa ny roa tamin’ireo tao anaty fiara ka noentina haingana teny amin’ny hopitaly tao Mampikony ary dia mbola voatazona ao avokoa izy ireo ankehitriny manaraka fitsaboana.

Voalaza ihany koa fa salama tsara avokoa ny mpandeha sisa rehetra ary efa tonga ao Mahajanga.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

AMBANJA TAMPON-TANANA : Mpamily kamiao anakiray hita faty tao anatin’ny fiarany

Araka ny loharanom-baovao dia tonga tao an-toerana, ny alahady maraina vao mangiran-dratsy, ity lehilahy mpamily ity ary natory tao anaty kamiao. Ny mampily namany mifanila teo aminy no nijery azy rehefa nahita fa miha antoandro ny andro nefa tsy nety nivoaka ny fiara ity farany. Hatairana ny an’io namany io rehefa nanaitra azy io tamin’ny torimasony nefa tsy nifoha ary rehefa notsapainy dia efa tsy nitempo intsony koa ny fony.

Nampandre ireo mpamily rehetra manodidina teo ny lehilahy ka vory tampoka ny olona nijery ny zava-nitranga, ny sasany kosa nampandre ny mpitandro filaminana sy mpitsabo tao an-tampon-tanànan’Ambanja. Nidina ifotony ilay mpitsabo nijery ny razana ka nilaza ity farany fa nihinana sakafo tsy zakan’ny vavoniny io namoy ny ainy io, araka ny loharanom-baovao. Voalaza fa olona avy eto an-drenivohitra ity lehilahy mpamily kamiao mpitondra entana ity.

Misokatra ihany anefa ny fanadihadiana na dia eo aza ny filazan’ny dokotera amin’ny nahafaty azy.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FARITRA VATOVAVY FITOVINANY : Lehilahy roa sarona niaraka tamin’ny vola sandoka 12 tapitrisa ariary

Noho ny fiparitahan’ilay vola iray alina ariary teo aloha teny an-tsena no nahatratrarana izany ka niafara tamin’ny fanadihadiana avy hatrany. Fantatra àry fa nisy tambajotra mpanao vola sandoka ao an-toerana ka ireto roa lahy ireto aloha no sarona saingy mbola mitohy ny fikarohana ataon’ny mpitandro filaminana hatreto . Araka ny fijoroana vavolombelona nataon’ireo voasoloky tamin’izany dia nilaza fa atakalon’ireto olon-dratsy amin’ny vola vaovao ankehitriny izy io ka izay nifanaiky ny hanao izany dia saika nahazo ity vola sandoka ity avokoa.

Nomarihan’ireo voafitaka fa tsy nahafantara izy ireo hoe vola tsy izy ka roboka nanao ny fifanakalozana. Niparitaka izay tsy izy teo an-tampon-tanàna io vola io ka tsy maintsy nampanantsoina daholo ireo nahazo izany . Teo vao raikitra ny fisamborana ka tratra tao amin’ny trano fonenany ihany ireto roa lahy ny farany. Rehefa natao ny fisavana dia hita tao ireo fitaovana fanamboarana sy fikirakirana izany toy ny taratasy fotsy marobe.

Mitentina 12 tapitrisa ariary ireo efa vita navadika vola sy efa tonga teny am-pelatanan’ny mponina saingy raha natao kosa ny vinavina manoloana ireo taratasy fotsy mbola havadika dia mitentina any amin’ny 20 tapitrisa Ariary any ho any ny fitambaran’izy rehetra.

Mbola mitohy ny famotorana azy ireo raha ny loharanom-baovao voaray teo am-panoratana ka aorian’izay dia atolotra ny Fampanoavana.

Andrasana ny fivoaran’ny toe-draharaha ankehitriny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

DFP : Hanohitra marindrano ny fikitihana ny lalàmpanorenana

Nanao fanambaràna ihany koa ny Dinika ho an’ny Fanavotam-pirenena na ny Dfp izay nilaza fa manohitra marindrano an’izay fikasana hanova ny lalàmpanorenana izay izy ireo. Finiavana te hifikitra eo amin’ny toerany no betsaka ao am-pon’ny mpitondra manoloana io fikasana hanova ny lalàmpanorenana io sy ny fananganana ny rafitra Ffm, araka ny fomba fijery noentin’ny Dinika ho an’ny fanavotam-pirenena.

Ankoatra izay, nilaza ihany koa ny mpitondra teny eo anivon’ny Dfp, Ratolojanahary Maharavo fa hanohy hatrany ny hetsika izay efa nataony hatramin’izay ny fikambanana. Raha tsiahivina dia anisany nikasa hanao famoriam-bahoaka lehibe tetsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina ny Dfp ny volana aogositra lasa teo saingy nosakanan’ny prefektioran’ny tanànan’Antananarivo hatramin’ny farany izany.

Tanjona tamin’izany ny hampiseho masoandro ny fahorian’ny vahoaka amin’izao fotoana izao sy ny tsy fahombiazam-pitantanan’ny mpitondra intsony. Nanamafy ny mpitarika fa tsy hihemotra manoloana ireo hetsika izay efa natombony ny Dfp.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TONTOLON’NY FAMBOLENA : Efa lany andro ny lalàna mifehy ny fampiasana fanafodim-biby

Saika ny ankamaroan’ireo faritra manerana ny Nosy dia samy manana ny voka-pambolena mampiavaka azy avokoa ary heverina ho anisany singa mampandroso ny faritra iray izany. Raha ny voka-pambolena no jerena, ankoatra ny tsena anatiny izay hita ho miroborobo tokoa, dia maro amin’ny vokatra no aondrana mankany ivelany.  

Manoloana izany indrindra dia mila fitandremana sy fahamalinana ny sehatry ny fanondranana entana mba tsy hiteraka fatiantoka. Fantatra mantsy fa maherin’ny 1 tapitrisa taonina ny vokatra naondran’i Madagasikara no naverin’ireo firenena mpanafatra, araka ny antontanisa tao anatin’ny folo taona. Anisany antony lehibe nahatonga izany tranga izany ny tahan’ny fanafodim-biby nampiasaina izay ambony loatra ka tsy nampanara-penitra ireo vokatra. Araka ny fanadihadiana dia ny voamaina sy ny voanjo ary ny “cannelle” no betsaka tamin’izany. 

Raha ny fanazavana hatrany dia lalàna efa tamin’ny taona 1986 no mbola mamaritra ny fampiasana fanafodim-biby atao amin’ny voly amin’izao. Vokany, tsy mifanaraka amin’ny tolotra sy ny tinady ary ny fenitra iraisam-pirenena intsony izany lalàna izany ka mila fanavaozana. Ny Fao sy ireo mpiara-miombon’antoka maro kosa no hiara-hiasa amin’i Madagasikara amin’ny famaritana izany lalàna vaovao izany.

Araka ny fanazavana dia ilaina ny fanavaozana ny lalàna mamaritra ny fampiasana fanafodim-biby mba hahafahana manatsara sy mampitombo ny vokatra mba hamaly ny filàn’ny tsena anatiny sy ny any ivelany. Araka ny fantatra mantsy dia ny fiovaovàn’ny toetrandro ankehitriny no miteraka biby kely vaovao na ihany koa aretina vaovao. Etsy ankilany dia misy ihany koa ireo aretim-biby kely azo avy amin’ny vokatra avy any ivelany. 

Hatao laharampahamehana araka izany ny hamaritana indray ny lalàna mifehy ny fampiasana io fanafodim-biby io, mifanaraka amin’ny toetrandro. Anisany olana lehibe eo amin’ny lafiny toekarena raha toa ka mamokatra be nefa ny tsena eto anatiny ihany no manjifa ny vokatra fa tsy mivoaka avy ivelany raha ny fanazavana hatrany. 

Ankoatr’izay dia hisy ihany koa ny fampitomboana ny fahaiza-manaon’ireo teknisianina eny anivon’ny seranan-tsambo na ihany koa seranam-piaramanidina. Tokony tsy ho adino mantsy fa any amin’ireny no mivezivezy ireo vokatra miainga avy any ifotony. Hatsangana ihany koa ny toeram-pitiliana efatra izay efa nahazo fankatoavana avy amin’ny vondrona eropeana hanao fitiliana ireo vokatra alohan’ny hanondranana azy, araka ny fanazavana hatrany.     

Lucien R.  

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I VANGAINDRANO : Manomboka ny tsenan...

Midika izany fa tokony hotrandrahana tsara io seha-pihariana io fa manana ny toerany eo amin’ny sehatry ny fampandrosoana, indrindra any amin’ireo faritra mpamokatra.

Ny faritra Atsimo Atsinanana iny dia anisan’ireo manana kalitao tsara raha izay vokatra jirofo izay no resahana. Ankehitriny dia ivon’ireo mpandraharaha misehatra eo amin’ny vokatra fanondrana ny any amin’iny distrikan’i Vangaindrano iny satria dia efa manomboka ny tsenan’ny jirofo. Feno vahiny ny tanàna ary mifanaretsaka ny olona hihazo ireo kaominina izay tena efa misy tsena any an-toerana. 

Ankoatra ireo mpanangom-bokatra avy any amin’iny faritra iny dia misy ihany koa ireo avy lavitra no tonga any an-toerana. Anisany ain’ny toekaren’ny faritra Atsimo Atsinanana ny vokatra jirofo satria dia manodidina ny 3 000 taonina eo ho eo ny jirofo voasoratra fa miala ny faritra izay mampiditra tamberim-bidy 600 tapitrisa ariary ho an’ny faritra sy ny kaominina. Araka ny fantatra dia tokony ho mbola hihatsara kokoa izany seha-pihariana jirofo izany raha voafehy tsara. 

Mba tsy hiverenan’ny zava-nisy tamin’ny vokatra lavanila izay tsy nahazoan’ny faritra tamberim-bidy mihitsy vokatry ny fanjakan’ny varo-maizina dia hentitra ny lehiben’ny faritra Atsimo Atsinanana amin’ny fifehezana ny fivezivezen’ny vokatra jirofo amin’ity taom-piotazana ity ka tsy maintsy manara-dalàna ny rehetra misehatra amin’ity seha-pihariana ity.

Misy fomba fiasa vaovao hampiharina

Nisy hatrany ireo atrikasa nentina nandaminana ny seha-pihariana jirofo niaraka tamin’ireo mpisehatra rehetra sy ireo mpitondra any ifotony mba hananan’ny faritra Atsimo Atsinanana kalitao tsara sy hifehezana ny tamberim- bidy. Araka ny fanazavan’ny lehiben’ny faritra Atsimo Atsinanana dia efa misy fomba fiasa vaovao hampiharina amin’ity taona ity hanatsaràna ny tsenan’ny jirofo any amin’iny faritra iny. Anisan’izany ny paikady vaovao hihatra eny anivon’ireny barazy ekonomika ireny. 

Nanazava ity tompon’andraikitra ity fa samy voafehin’ny lalàna ny rehetra ka tsy tokony hisy handika izany mba hisian’ny fomba fiasa milamina. Mahakasika ny kalitaon’ny vokatra indray dia nambara fa arakaraky ny ezaka ataon’ireo mpamboly no mahatsara na maharatsy izany. Raha te hahazo vidiny tsara rahateo dia mila kalitao manaraka ny fenitra araka ny tokony ho izy ny vokatra. Ankoatr’izay dia voalaza ihany koa fa hamafisina ny fanarahamaso ireo fiara vaventy mitondra vokatra na an’iza na an’iza. Efa nahazo baiko hentitra araka izany ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny any an-toerana ka samy manao ny asany araka ny tokony ho izy.

11 000Ar ka hatramin’ny 13 000Ar ny kilao amin’izao vao manomboka izaoFantatra fa efa manomboka manitra jirofo tanteraka ny ao Vangain- drano amin’izao fotoana izao. Tsara rahateo ny vokatra satria dia fototra jirofo iray dia manome 10 ka hatramin’ny 15 kilao. Ny iray kilao kosa dia manodidina ny 11 000Ar ka hatramin’ny 13 000Ar amin’izao vao manomboka izao. Miainga amin’izay dia tsapa fa vola amina miliara maro no miodina amina tsena iray. 

Manoloana izany àry dia mila manana lamina ny kaominina amin’ny fifehezana ny fivezivezen’ny vokatra mba hahafahana mitaky ireo tamberim-bidy sy ireo taratasy isankarazany ilaina amin’izany.  

Etsy ankilany, maro ihany koa ireo mpivarotra maro samihafa izay tsy mpisehatra mivantana amin’ny sehatry ny jirofo fa manararaotra ny fisian’ny tsena any an-toerana satria dia mandeha tokoa izany amin’izao fotoanan’ny jirofo izao. Eo ihany koa ireo mpanakanto mitety tsena manao fampisehoana. Manoloana izany rehetra izany anefa dia manao ny asany ihany koa ireo mpanao asa ratsy ka efa andraisan’ny mpitandro filaminana any an-toerana fepetra manokana.

Lucien R.  

Ino Vaovao0 partages

TOBY GADAREANA AO MITSINJO : Mitsabo ireo olona marary saina sy voan’ny androbe

Vavaka fandroahana devoly no atao amin’izany, tsy ferana anefa ny ampahan’ny fanafody avy amin’ny mpitsabo ho an’ireo tsy maintsy mila izany. Tsy ny rehetra anefa no mitelina io fanafody io fa ny sasany ihany fa ny vavaka no miantoka ny zato isan-jato ny fanasitranana.

7 taona izay no nijoroan’ny toby fanasoavana gadareana iraka iraisam-pinoana ao Ampasitanatana kaominina Bekipay, 54 Km miala ao Mitsinjo. Miefitra telo ny toby ary misy toeram-pambolena ireo voly avotra, izay entina mamatsy ny sakafon’ireo marary manaraka ny fitsaboana ao, amin’ny alalan’ireo vokatra azo. Satria tokoa dia tsy manana mpamatsy vola manokana ny toby fa miahy tena hatramin’izay, izay iantsoana ireo terem-panahy ny amin’izany mba hiahiana ireto marary saina ireto.

Mpitandrina miisa telo no miahy ireto marary ireto ary solompitandrina iray ka i pasitera Ravonjiarimanitra Joseph Simon no tompon’andraikitra voalohany ao amin’ity toby ity, izy raha teo no tompon-kevitra tamin’ny fanorenana ity toby ity.

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA TAMPON-TANANA : Olona 2 indray no matin’ny pesta ny faran’ny herinandro teo

Ny zoma 22 septambra, dia olona iray no naiditra hopitaly tao amin’ny Hopitaly Manara-penitra Morafeno ( Chu Morafeno). Ny tao amin’ny Hopitaly Manara-penitra indray avy eo no nandefa an’ilay marary tany amin’ny « pph (Pneumologie et Phtisiologie) » Hopitaly Be.

Ny sabotsy 23 septambra no fantatra fa nodimandry ilay olona ary fantatra fa pestan’ny havokavoka (peste pulmonaire) no nahazo azy. Ny sabotsy 23 septambra indray, dia nisy olona iray hafa ihany koa naiditra tao amin’ny Pph, nodimandry ihany koa ilay faharoa. Ny angom-baovao hatrany no nahafantarana fa 30 taona sy 25 taona ireto olona roa matin’ny pesta tao Toamasina ireto.

Nanoloana ireo tranga ireo, ny antoandron’ny alatsinainy 25 septambra, niezaka niantso an-telefaonina ny talem-paritry ny fahasalamana Atsinanana Dr Rakotoarimanana Raymond ny mpanao gazety tao Toamasina nangataka fanampim-panazavana rehetra saingy tsy nandray antso mihitsy ity farany.

Azo heverina fa miezaka manafina fatratra io trangana pesta vaovao eto Toamasina io ity tompon’andraikitra voalohany amin’ny fahasalamam-bahoaka ao Atsinanana ity. Ny pesta izay aretina tsy tokony hafenina velively mba hahafahan’ny mponina mandray ny fepetra rehetra mifanaraka amin’izany. Mbola ahiana hahery vaika noho ny teo aloha araka izany izao fiparitahan’ny pesta ao Toamasina izao indray.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

NAMAKIA : Nomen’ny Complants Ouest sucre paompin-drano ny vahoaka

Io velaran-tany io no natao hambolen’ny mponina vary hamatsy ny fokonolona sy ny mpiasa ao amin’ny orinasa ouest sucre. Tamin’ny herintaona dia ratsy ny vokatra noho ny tsy fahampian-drano. Taorian’ny fametrahana io paompy io dia velaran-tany mirefy 620ha no efa voavoly. Miezaka manampy ireo mponina any an-toerana ity orinasa mpanodina siramamy ity. Ankoatra ny rano dia nanome trakitera ihany koa izy hiasana tany no sady nanome zezika.

Efa misy paompy ihany koa amin’i Mahavavy sy Matsabory. Mampiasa olona miisa 2300 ity orinasa ity, nanomboka tamin’ny fisokafany tamin’ny taona 2007. Siramamy 20 000taonina sy toaka 20 000hl no vokarin’izy ireo tamin’ny herintaona. Izany dia noho ny tsy fahampian’ny rano ka tsy ampy ny saccharose amin’ny fary. Hanatsarana ny vokatra dia nametrahana paompin-drano manampy amin’ny fanondrahana ny renirano sy Matsabory ka dia vinaniana ho 30 000 taonina any ho any ny vokatra amin’ity taona ity farafahakeliny. Marihina fa voafetra ny vokatra azon’izy ireo aondrana fa amatsiana ny tsena anatiny ny ankamaroan’ny vokatra ao.

Ny faikam-pary kosa dia anodinana ny milina mpamokatra herinaratra mamatsy herinaratra ny tanànan’i Namakia iray manontolo.

Misy hatrany ny tsy manaraka fandaminana

Betsaka ireo fokonolona no manorim-ponenana amin’ny tanin’ny Ouest sucre. Noho ny fisian’io ozinina io dia mandroso ny tanàna ary misy toekarena mihodina ao. Manampy betsaka amin’ny sosialim-bahoaka ny orinasa ka ankoatra ireo mpiasa ao aminy dia misy koa ireo mamboly amin’ny taniny, tsy mamboly fary ihany fa mamboly vary sy vokatra fihinana hafa.

Araka ny ifanarahana amin’ny orinasa dia an’ny mpamboly ny roa ampahatelon’ny vokatra fa ny iray ampahatelony kosa an’ny orinasa, hanaovana ny fandaniana amin’ny fanatsaràna. Toy ny solika am-pandehanana ny paompin-drano, ny famatsiana ara-pitaovana ary ara-jezika. Toy ny mahazatra anefa dia misy hatrany ireo manoa randrana ka mamaly ny fandaminana izay napetraka ary milaza fa azy ny tany fa efa namboly teo ny dadilahiny.

Marina tokoa izany saingy samy mahafantatra ny rehetra fa tanin’ny Sirama Namakia taloha ireo tany ireo izay novidian’ny ouest sucre complants. Marihina ihany koa fa hatramin’izay dia tsy mandoa vidin-jiro ny mponina any fa mahazo herinaratra maimaimpoana. Izao vao jerena ny fomba hahafahana mampandray anjara ny mpampiasa herinaratra rehetra ho fanatsarana hatrany ny toerana. Ny olana anefa dia maro ny mpanararaotra sy zatra omem-potsiny ka manohitra ny lamina izay apetraka.

Araka ny nambaran’ny mponina mahatsapa ny soa ataon’ity orinasa ity ho azy ireo anefa dia vitsy an’isa ireo mpanakorontana ireo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

VONDRON’NY TIA TANINDRAZANA : Handrotsaka olom-baovao amin’n...

Manana vina ny handrotsaka kandida tokana amin’ny fifidianana izay ho filoham- pirenena, hotanterahina amin’ny taona 2018 ho avy izao ity vovonana mpanao politika ity araka ny nambaran’ireo tompon’andraikitra fa olom-baovao tanteraka mihitsy.

Tsotra ny tanjona voizin’ny vondron’ny Tia Tanindrazana dia ny hametraka olom-baovao eo amin’ny fitondrana. Ampy izay, hoy ireo mpikambana, ny fisian’ireo mpanao politika mpamadika palitao sy tsy matimanonta tahaka ny ankamaroan’ireo mpanao politika amin’izao fotoana izao. Maro tamin’ireto farany no  nigalabona tamin’ny harem- pirenena kanefa mbola mahazo avara-patana ihany eo amin’ny fitantanana ny firenena. 

Manoloana izany indrindra dia tsy misy afatsy ny fahatongavan’ny olona vaovao eo amin’ny fitondrana no afaka hamaha izao olana mianjady amin’ny vahoaka Malagasy izao. 

“Mila mamadika pejy vaovao ho fiarovana ny fiandrianampirenena sy ho fanarenana an’i Madagasikara ny vahoaka Malagasy”, hoy ny Fprm. Araka izany hentitra ny fanambarana nataon’ny Fprm fa olom-baovao no ilain’i Madagasikara sy ny vahoaka ao aminy hanarina azy. “Mitaky  olom-baovao  ny fifidianana Filoham-pirenena amin’ny 2018. Olom-baovao matahotra an’Andriamanitra, vonona amin’ny fanovàna ny rafitra sy ny toe-tsaina”, hoy ny fanambaràna nataon’ireo mpikambana. Hamoaka ny firenena ao anatin’ny ngidin’ny fahantatra isan’andro no tanjon’ity vovonana ity sy ny fandatsahany olona vaovao hitantana an’i Madagasikara.

 “Ny ady amin’ny fahantrana sy ny kolikoly avo lenta marina ary ny fametrahana firenena tsara tantana sady tan-dalàna, hanangana firenena vanona, manana vinam-piarahamonina matipaika amin’ny fanorenana ifotony sy ny fanarenana an’i Madagasikara”, hoy hatrany ny fanazavana voaray. 

Ankoatra ireo dia manana tanjona lavitr’ezaka ho an’ny fampandrosoana an’i Madagasikara ihany koa ity vovonana mpanao politika vao nitsangana ity. Anisan’izany, ohatra, ny fanavotana ny tanindrazana iombonana amin’ny famerenana ny hasin’ny firenena  sy ny firaisam-pirenena amin’ny fananganana ny Tranoben’ny Fihavanana Malagasy. Nanambara hatrany ny Fprm fa tsy izy ireo ihany no mahatsapa fa mila olom-baovao ny fitantanana an’ity firenena ity fa ny vahoaka iray manontolo mihitsy. Anisany nanampy tamin’ny fananganana an’ity vovonana mpanao politika ity ny mpandika ny fiainana ara-politika Cram.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

POLITIKA

Navoaka tamin’ny fomba ofisialy omaly tetsy amin’ny sekoly ambony momba ny fitantanana raharaham-panjakana (ENAM) eny Androhibe ireo 48 mianadahy niofana momba ny fananan-tany teo anivon’ity sekoly ambony ity.

Nanotrona ny lanonana teny an-toerana ny minisitra Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, ary hafany tamin’ireto mpisehatra vaovao eo amin’ny tontolon’ny fananan-tany ireto ny hoe Madagasikara no tokotany hilalaovanareo fa aza mieritreritra ny hivangongo eto Antananarivo eto. Mila anareo ny vahoaka ka hampio fa aza hambakaina, hoy hatrany ny hafany.

Nitaraina ireo mpisehatra amin’ny fananantany fa tsy ampy ny fitaovana sy enti-manan’izy ireo hahafahany manatanteraka an-tsakany sy an-davany ny asany. Isan’ny tanjona goavana hapetraka anefa, raha ny fanazavana, ny ady atao amin’ny kolikoly ary ireo injeniera misahana ny fananantany miisa 25 sy tompon’andraikitra misahana izany 13 navoaka omaly moa  dia tena nilaza ho vonona tokoa hiady  sy hanadio ny tontolon’ny fikirakirana ny resaka fananantany.

POLISIM-PIRENENA

Nanao fitsidiham-paritra tany fenoarivo atsinanana ny minisitry ny filaminam-bahoaka Jean Jacques Andrianisa. Nanome toromarika ny polisy izy fa iray tsy mivaky ary akaikin’ny vahoaka hatrany ny polisim-pirenena. Ny fahamendrehana ao anatin’ny asa no tarigetra iombonana.

 Hankalazaina ny 30 septambra ho avy izao ny andron’ny polisim-pirenena. Hisy ny fampahafantarana misimisy kokoa ity sehatr’asa iray ity ka hovoaboasana ao anatin’izany ny hoe : fa inona marina moa ny polisim-pirenena, ny  rafitra sy ny  asany ? Miezaka  manakaiky hatrany ny vahoaka ny  polisy ary mikaroka ny hevitra hanamafisana ny  fahatokisan’ny vahoaka azy.

FIFAMOIVOIZANA

 Nahatratra 86  ireo fiara misy Fitaratra maizina  (vitre fume) nampidirina fourrière avy hatrany tao anatin’ilay hetsika manokana nataon’ny polisim-pirenena teny  Marais Masay sy ny Digue Fasan’ny Karana ny  zoma sy sabotsy lasa teo. Tokony ho fitaratra mazava foana ny amin’ny fiara. Azo atao ihany anefa ny fitaratra maizina aoriana sy sisiny aoriana.

Ireto avy ireo olona afaka mandeha fiara misy fitaratra mainty ranoray : ny filohan’ny andrimpanjakana, parlemantera, izany hoe depiote senatera, ny minisitra, ny masoivoho vahiny, ny jeneraly am-perinasa, ny lehiben’ny faritra. Afaka maka fahazoan-dalana eny amin’ny minisiteran’ny fitaterana kosa anefa ireo olom-pirenena hafa  raha maniry hampiasa fitaratra mainty amin’ny fiarany noho ny antony maro samihafa.

 

TRANGAM-PIARAHAMONINA

Nambaran’ny mpiantso an-telefaonina tamina radio tsy miankina iray teto an-drenivohitra omaly tolakandro fa misy olona voan’ny pesta eny Soavimasoandro –Antananarivo.

Ahiana ho misy ifandraisany tamin’ireo gadra nitsoaka avy any Ambatondrazaka ny fanafihana mahery vaika tao Tanambao Ambohimasina sy  Antanifotsy ny alahady lasa teo. Olona iray no maty ary iray naratra mafy tao anatin’izany.SARY Olona Maratra

Dahalo 2 azo sambo-belona,  omby 23 tafaverina amin'ny tompony ary  mpanaradia iray no maty. Ireo no vokatry ny fifandonana nitranga tany Ivolo sy Antsihara fokontany Ankazosoaravina, kaominina Anjoma, distrika Ambalavao ny alahady lasa teo. Fiaraha-miasa teo amin'ny zandary sy ny fokonolona no nahatrarana ireo olon-dratsy izay efa notazonina ao amin'ny biraon'ny zandary ao Mahaditra ary hatolotra ny fampanoavana anio.SARY Dahalo tratra

Tany be ana hektara maro no fantatra fa efa lasan'ny  sinoa any atsimo akaikin'i Andranolava Sakaraha any. Mponina maro no voatery tsy maintsy niala teo amin'ny toerana ity volana vitsivitsy lasa izay. Fitrandrahana goavana no kasain'ireto Sinoa atao eo amin'ilay toerana, ary efa manomboka ny asan'izy ireo.

 Nidoboka am-ponja ilay teratany Kameroney, Clinton Emery, izay havanana amin’ny asa fisolokiana eto Madagasikara. Dosie marobe no indray mitambesatra aminy ka anisan’izany ny fitsipaham-pitokisana tamin’ny tompon’andraiki-panjakana iray. Efa in-droa noroahina teto amintsika izy saingy tafaverina ihany.  Nisy nandoro ny EPP Alakamisy-Ambositra. Efitrano telo no kila forehitra niaraka tamin’ny fitaovana tao anatiny. Vokany, mpianatra miisa 120 no voatery naato vonjimaika tamin’ny fianarany noho ny tsy fisian’ny fotodrafitrasa. Amin’ny talem-paritry ny fampianarana dia niniana natao io doro trano io. Inona anefa no antony ? Ny alin’ny alahady izay nitrangan’ny fahavakisan’ny fonja tao Ambatondrazaka dia efa fanafihana telo nisesy sahady no niseho tao an-tampon-tanàna. Anisany ny nitranga tao Antanambao ka nandroban’izy ireo tamin’ny basy ny tranon’ny orinasa mpanao mofo dipaina. Maty voatifitra ny zanany lahy. Tany Ambodimanga, Antanifotsy ary tany amin’ny “abattoir” koa dia nisy fanafihana hafa. Manahy mafy ny ainy ny mponina ao an-toerana amin’izao fotoana. Andro faharoan’ny fiandrasam-paty dia nivadika ho alim-pandihizana no nitranga. Efa samy reraky ny alina ireo olona maro ka nanapa-kevitra fa ho fifaliana amin’izay no hatao. Nivadika loza anefa izany satria niakatra koa ny toaka ary nitarika rombo teo anivon’ireo mpiandry. Maromaro ny naratra vokatr’ity tranga ity.

 

 

TOEKARENA

Manara-maso akaiky ny vidim-bary ny fanjakana amin’ny alalan’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana, 63 000Ar no tokony ho vidin’ny gonim-bary iray. Tany Toamasina ny minisitra Chabani Nourdine nijery ifotony ireo vary nohafarana, omena sazy henjana, hoy izy,  izay tratra manararaotra.

136 000 taonina ny filana ara-bary eto Madagasikara amin’ny fotoanan’ny maitso ahitra, izany no antony efa iomanana dieny izao. Tokony ho ampy tsara ny tahirim-bary eto Madagasikara amin’ny faran’ny volana novambra, hoy ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana.

Ny fahasarotan’ny kipitsopitsony amin’ny fikarakarana taratasy no nahatonga ny mpandraharaha narisarisa amin’ny fanafarana vary avy any ivelany ampidirina eto Madagasikara. Nisy ny fifampidinihana teo amin’ny minisitry ny varotra sy ireo mpandraharaha amin’ny resaka vary tany Toamasina mba nandinihana ny vahaolana amin’izany.

Maha lasa saina ihany hoe ny fiaramanidina Ethiopian Airlines no miara-miasa akaiky amin-dry zareo sinoa amin’ny fampiroboroboana ny fanampiana ireo mpandraharaha madinika eto amintsika amin’ny alalan’ilay tetikasa China exhibition izay nifarana ny herinandro teo ny fampiratiana izany teny Ivato. Miisa 100 raha tsiahivina ireo mpandraharaha sinoa tonga teto ary dia nametrapetraka fa hitohy tsy hisy rahoraho ny fiaraha-miasa amin’i Madagasikara sy Sina.

Mitohy ny fanamboarana ny lalana mampitohy an’i Sorombo amin’ny renivohitr’i Manakara mba hahafahana manatsara ny fampiakaram-bokatra any an-toerana ho aty an-drenivohitra. Mirefy 8 km ny lalana mila ny fanamboarana ary asa tanamaro no hanatanterahana azy. Ny depiote voafidy tany an-toerana, Urbain Andriantsizehena no manara-maso ny asa. Araka ny fanazavany, hisy tombony goavana ho an’ireo mponina izao satria efa akaiky ny taom-piotazana Lodsy. Ankoatra ilay 3 000 ariary horaisin’ireo mponina dia hahazo zava-pisotro sy zavatra ilaina amin’ny andavanandron’ireo mponina.

 

SOSIALY

Hiverina handray ny andraikiny amin’ny fanohanana ny ekipan’ny FTN Nanoowa, mpanao Rugby eny amin’ny faritra iva ny fikambanana HAFARI Malagasy manomboka izao. Ny hahafahana mampiroborobo ny sehatry ny fanatanjahantena ho an’ny isam-paritra no tanjon’ny fikambanana.

 

Vehivavy iray  avy namadika no nianjera ary tsy nahatsiaro tena tampoka ka nofonosin’ny olona tsihy teny amin’ny digue avy eny Anosipatrana hihazo an’Anosizato omaly.  Tokony ho tamin’ny 12 ora teo no nahitan’ny mpandalo izany izay samy nilaza fa efa maty io renim-pianakaviana iray io.

Tsy manaiky ny hitrandrahan’ilay orinasa Kanadiana iray ny taniny ireo mponina ao amin’ny distrikan’i Brickaville. Sady mankarary ireo mponina mantsy no tsy hahazoany tombony ihany koa ny fisian’ity orinasa iray ity any an-toerana koa hanaovan’izy ireo antso avo amin’ny fitondram-panjakana.

Notoloran’ny  minisitry ny paositra sy ny fifandraisan-davitra fitaovam-pianarana avokoa ireo mpianatra eo anivon’ny EPP  Anatihazo Isotry kaominina Antananarivo Renivohitra. Ny mba hahafahan’izy ireo mianatra araka ny tokony ho izy no tanjona, eo ihany koa ny fanohanana ny ray aman-dreny isam-baravarana manoloana ny olana sedrain’ny isan-tokantrano ankehitriny.

Maika ny asa fanamboarana ireo karazana lalankely hifamezivezen’ny mponina amin’ny andavanandro ao amin’ny fokontany Ambohikely Avaratra kaominina Andranonahoatra, distrika Atsimondrano. Hatramin’ny niavian’ny ranon’orana ny faran’ny herinandro teo mantsy dia mahatsiaro ho sahirana ny isan-tokantrano noho ny fiavosan’ny fotaka  koa hanaovana antso avo amin’Atoa ben’ny tanàna.

 

FANJIFANA

Tafakatra 800 Ar ny iray kapoaka amin’ny fotsimbary amin’izao any amin’ny distrikan’Antalaha raha 16.000 Ar ny iray kilao amin’ny henan’omby. Antony mahatonga izany ny fiakaran’ny vokatra lavanila any an-toerana izay voalaza fa tsy ireo mpamokatra no tena mahazo tombontsoa fa ireo mpanera eny amin’ny sisiny.

TSY FANJARIAN-TSAKAFO

Tafakatra 49 % ny tsy fanjarian-tsakafo mihatra amin’ireo ankizy latsaky ny dimy taona amin’izao fotoana any amin’ny distrikan’i Faratsiho. Noho ny tsy fahaizan’ny isan-tokantrano mahandro ireo karazan-tsakafo misy any aminy no mahatonga izany. Ankoatra izay dia hamidin’izy ireo havadiny ho vola daholo ihany koa ny ankamaroan’ny vokatra ka ireo ambiny sisa tsy lafo no hohanina ao an-trano. Misy ny asa tanamaro tanterahin’ny ONN any an-toerana ankehitriny ho fanampiana azy ireo.

NAHANDRO

Fahombiazana tanteraka no azo tamin’ilay “Salon de la gastronomie” andiany fahefatra notanterahina tetsy amin’ny AFT Andavamamba ny faran’ny herinandro teo. Olona an’arivony no tonga nitsidika sy nandray anjara tamin’izany izay marihina fa renim-pianakaviana avokoa ny ankamaroany. Niezaka ny nanararaotra nanatrika ilay atrikasa maimaimpoana momba ny fampianarana nahandro ny ankamaroan’izy ireo hahafahany mampitombo ny fidiram-bola eo anivon’ny tokantranony.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Andina AmbositraHiara-kiasa ny vahoaka sy ny mpitandro ny filaminana

Tontosa soa aman-tsara omaly tany amin’ny kaominina ambanivohitra Andina, distrikan’Ambositra ny fivoriambe faharoa amin’ity taona 2017 ity notarihin’ny ben’ny tanàna ny dokotera Rakotozandrindrainy Raphael.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra mena AmbatondrazakaTsy mbola hita popoka ireo gadra tafatsoaka

Hentitra dia hentitra ny fitandroana ny filaminana sy ny fanaraha-maso ireo olona rehetra mivezivezy any Ambatondrazaka sy ny manodidina amin’izao fotoana.

 

 Misy ny fisavana karatra sy fisavana fiara, indrindra fa amin’ny hariva sy ny alina. Lasa faritra mena mihitsy ny any an-toerana. Mandeha ny hazalambo atao amin’ireo gadra 11 mirahalahy tafavoaka ny fonja ny alin’ny sabotsy teo. Gadra sokajiana ho jiolahy raindahiny ireto tafaporitsaka ireto, araka ny angom-baovao natao tany Ambatondrazaka. Sotro no fantatra fa nampiasain’izy ireo nandavahana tsikelikely ny rindrindra ka nahafahan’izy ireo nitsoaka rehefa antonona olona ilay rindrina. Somary nahagaga ihany ny tsy nahitan’ny mpiambina ny fonja ny zavatra nataon’ireo gadra ireo satria tsy vita vetivety ny mandavaka rindrina fa fotoana maharitra. Tsy nisy mihitsy ve ny fitsirihana tampoka na fanaraha-maso ny tao anatin’ny efitra  (efitrano laharana faha-3) nisy ireto voafonja ireto ? Tombanana fa efa voaomana izao fitsoahana izao. Raha ny marina dia efa lasa lavitra fa tsy any Alaotra intsony ireto gadra tafatsoaka ny fonjan’Ambatondrazaka ireo. Manaporofo koa izao fa efa tena tsizarizary ny fonja eto Madagasikara ka mora ho an’ireo gadra no mitsoaka, indrindra fa any amin’ireo toerana lavitra tanàn-dehibe. Tsy ampy koa ny fitaovan’ny mpiambina fonja ka manahirana ny fikarohana rehefa misy tranga tampoka tahaka izao.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaOlona 2 indray no matin’ny pesta

Efa nandalo tany Toamasina ny ekipan’ny “institut pasteur” sy ny ekipan’ny “OMS” Antananarivo, nanao fanadihadiana ifotony sy nanao fitiliana ny tena zava-nisy marina ny herinandro lasa iny.

 

 Ny faran’ny herinandro teo dia nisy olona roa indray matin’ny pesta amin’ny tratra. Raha ny fanazavana azo, ny zoma lasa teo no nisy olona 30 taona niditra hopitaly tao Morafeno, Rehefa nozahan’ny mpitsabo dia fantatra fa pesta amin’ny tratra no nahazo azy ka nalefa haingana teny amin’ny hopitaly be Toamasina. Maty izy ny sabotsy ary efa nofantsihana tsy azo andraisana marary ny efitrano nandraisana azy teo anivon’ny hopitalin’i Morafeno. Ny faharoa kosa olona 25 taona avy hatrany dia nentina teo anivon’ny sampana mpitsabo ny aretin-tratran’ny hopitaly be. Ny sabotsy ihany koa dia maty izy. Efa samy nalevina amin’ny fepetra ara-pahasalamana avokoa izy roa ireo. Tamin’izao tranga izao dia tsy nandray ny antso an-tariby nataon’ny mpanao gazety taminy mihitsy ny talem-paritry ny fahasalamana atsinanana, raha nakana vaovao sy nangatahana mba hamoaka ny heviny. Ireo mpîtsabom-panjakana nanontaniana kosa dia manilika ny fanazavana any amin’ny talem-paritra avokoa, teo kosa ireo milaza ny tsy mahalala noho tsy fitiavan’izy ireo hanome vaovao “marina” ny mpanao gazety.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

EditoHanompo sa hisolelaka ?

Saika isan’andro dia ahenoana tsy fandriampahalemana manerana ny nosy. Ahenoana kolikoly,

 vaky fasana, fakana an-keriny sy izay rehetra mety hanohintohina ny fitoniana sy ny filaminam-bahoaka ary dia manakona ny ezaka ataon’ny governemanta izany, hoy ny tompon’andraikitry ny zandarimaria omaly. Efa nekena foana hatramin’izay fa nisy ny ezaka ary nolazaina hatrany ihany koa fa manao zavatra ny fitondrana. Ny fanontaniana mipetraka anefa dia hoe ampy ve ny ezaka ? Mendrika ireo malagasy izay nofitahina lava sy nohararaotina nangalara-bato noho ny halemeny sy ny fiheverana azy ho bado ve ? Aoka tsy ianareo, hoy ny minisitra misahana ny fitaterana, no hanararaotra ny tsy fahaizan’ireo 70%-n’ny tantsaha tsy mahay mamaky teny sy manoratra raha nananatra ireo tompon’andraikitra misahana ny fananantany vaovao, navoaka tamin’ny fomba ofisialy omaly. Ianareo aza no tokony hanampy azy, hoy izy. Anisan’ny nitsikerana ny filoham-pirenena nandritry ny fivahinianany tany New york farany teo nandritry ny fihaonana an-tampon’ny firenena mikambana ny tsy nitsanganan’ny filoham-pirenena frantsay akory niarahaba azy. Filazana an-kolaka ve iny fihetsika iny fa tena efa marionetin’ny frantsay tokoa ny malagasy ka na toy inona fanambaniana dia tsy hanaitra ny hambompony ?  Tsikera nandeha koa ny hoe nidera tena fotsiny no nataon’ny filohantsika fa tsy nilaza ny zava-misy marina akory. Anjaran’ny filoha no misafidy na hanompo ny malagasy na hisolelaka vahiny ¡

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kick boxing - AntsirabeFahombiazana ny hetsika “Mazana 110”

Fahombiazana tanteraka ilay lalao iraisam-pirenana nampitondraina ny anarana « Mazana 110 » notontosaina tao amin’ny kianja Tsarasaotra Antsirabe ny sabotsy 23 septambra lasa teo.

 

Ny Ligin’ny taranja Kick Boxing Vakinankaratra no nikarakara ny hetsika. Lalao niisa 17 no notontosaina. Nisy ny fifandonana tamin’ireo mpilalao avy tao Vakinankaratra sy Analamanga nahitana ny 3FB sy ny COSFA ary ny COSROM 14, ary i Toamasina izay nanana solontena iray. Ankoatra an’ireo dia nisy ireo mpilalao vahiny avy atsy amin’ny nosy La Réunion nanafika teto Madagasikara ka ny taranja « Pancrace » no nifaninanan’izy ireo. Anisan’ny taranja vaovao moa ity taranja ity izay ny fikambanana SPV Felana, efa mpiara-miasa amin’ireo vahiny no nampiditra azy tao Antsirabe. Araka ny fanazavana nomen’Andriambahoaka Luc Désiré, mpitantana ny fikambanana dia nampahafatariny fa hifangaroan’ny taranja maro ny Pancreace sady hitaizana ireo tanora beazin’izy ireo ary antony nisafidianan’izy ireo sy nanafarany ireo mpilalao avy any La Réunion. Fa nandray anjara tamin’ny fanohanana ny hetsika ny Fikambanana « Ho maitso ny tontolo » mpisehatra eo amin’ny asa sosialy sy ny fiarovana ny tontolo iainana, saingy mpanohana sy nitondra anjara biriky ho an’ireo tanoran’i Vakinankaratra. Araka ny fanazavana nentin’Atoa Razakarivo Armando, filohan’ny fikambanana dia  fanabeazana ireo tanora ihany koa ny fanohanana nentin’izy ireo niantoka manontolo ny amboara goavam-be niisa 34 nozaraina tamin’ireo mpandray anjara rehetra. Nampanantena ireo mpikarakara fa hisy ny andiany faharoa sy ny manaraka ary ny fiaraha-miasa amin’ireo vahiny ireo raha mbola mety ny fiaraha-miasa ho fampivoarana sy fampiakarana ny lentan’ny fanatanjahantena ao Vakinankaratra sy i Madagasikara mihitsy.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basket CCCOI 2017 – Andro faha-4Hifanehatra anio ny vehivavy Malagasy Mb2All sy Fandrefiala

Miditra amin’ny andro faha-4 anio talata 26 septambra etsy amin’ny Lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina ny fifaninanana basikety CCCOI na fiadiana ny ho tompondakan’ny Ranomasimbe Indiana amin’ireo ekipa tompondaka.

 

Fandaharan-dalao anio talata 26 septambra 2017 :

 

10:00-MB2ALL Madagascar # FANDREFIALA Madagascar (V)

12:00-PREMIUM COBRA Seychelles # BCM Mayotte (L)

14:00-B CHALLENGE Seychelles # TAMIFA Madagascar (V)

16:00-TCO Mayotte # BEAU VALLON Seychelles (L)

18:00-COSPN Madagascar # USONI BASKET Comores (L)

 

Ntsoavina Evariste

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Resaka ady tany70 sahady ny taratasy voarain’ny HAFARI

Tafakatra 70 isa sahady hatramin’ny omaly ireo taratasy fitarainana momba ny ady tany eto amintsika voarain’ny fikambanana HAFARI Malagasy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Asa tanana MalagasyLasan’ny Sinoa ny ankamaroan’ny akora

Misedra olana tanteraka ireo mpanao asa tanana eto amintsika amin’izao fotoana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina IvatoNomena fitaovam-pianarana ny zanaky ny mpiasa

700 mahery ireo zanaky ny mpiasan’ny kaominina Ivato nizaran’ny ben’ny tanàna Randrianarisoa Penjy fitaovam-pianarana omaly alatsinainy nandritra ny fananganan-tsaina maraina fanao isaky ny alatsinainy.

 

Nahitana kahie, penina, penisilihazo, gaoma ny fitaovana nozaraina. Mitsinjo ireo ray aman-dreny amin’izao ankatoky ny fidiran’ny mpianatra izao ny kaominina. Iaraha-mahalala ny fiakaran’ny vidin’ny fitaovan’ny mpianatra isan-taona. Tsy azo hodian-tsy hita koa ny fahasahiranana ka anton’ny fandraisana anjara atao amin’ireo mpiasa toy izao, hoy ny ben’ny tanàna. Nambarany ihany koa fa mandray anjara feno amin’ny fampandrosoana ny kaominina avokoa ny mpiasa rehetra ary antoka mampihodina ny raharaham-bahoaka izy ireo ka mendrika ny tolo-tanana toy ny hampaherezana azy hitombo hatrany amin’ny asa fanompoana ny vahoaka eo Ivato. Tsy mitarain-tana-miempaka ny mpiasan’ny kaominina Ivato amin’ny fampandrosoana ny tanàna. Miara-mientana maneho firaisankina amin’ny asa atao ary mifanampy amin’ny ben’ny tanàna amin’ny fanatanterahana ireo asa marolafy. Nanolotra mari-pankasitrahana ny ben’ny tanàna ireo zanaky ny mpiasa ho fisaorana amin’izao fanampiana izao. Tsy mijanona eo fa mbola hitohy ny asa sosialy ataon’ny kaominina amin’ireo mpiasa ao aminy. Omaly ihany koa nampahafantarana ny mpiasa ireo asa rehetra hatomboka amin’ity herinandro ity. Anisany ny fananganana ny Tranompokonolona vaovao ao Ankadindravola, ny fananganana ny EPP vaovao ahitana efitrano enina ao Tanambao, fanamboarana ny lalana ao amin’ny K7, ny lalana any Andraondrikely sy Ankadindravola. Nanentana ny mpiasa ny ben’ny tanàna samy hazoto amin’ny asa ary tsy hikely soroka amin’ny andraikitra napetraka aminy avy.

Jean D

Tia Tanindranaza0 partages

Misavorovoro i BetrokaNampidirina am-ponja ny ben’ny tanàna teo aloha

Notanana am-ponja vonjimaika ny ben’ny tanàna teo aloha tany amin’ny kaominin’i Betroka Faritra Anosy, Atoa Jocelyn, noho ny fanelezana tsaho ampahibemaso nilaza fa ao ambadiky ny tsy fandriampahalemana miseho any Betroka ankehitriny ny depiote Randrianasolo Jean Nicolas voafidy tany an-toerana.

 Nitory azy ity farany noho io fanelezana tsaho nataony io. Rehefa natao ny fanadihadiana dia tsy nitombina velively izay voalazany ary mbola niantso vahoaka hanao fihetsiketsehana miaraka aminy izy mba hiavotany. Voatery ny lehiben’ny fampanoavana any amin’ity distrika ity nampiditra vonjimaika azy am-ponja hiandry ny fitsarana atao aminy. Voamarin’ny OMC any an-toerana ny fisian’io famorian’olona nataon’Atoa Jocelyn io.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalam-baovao By Pass – Marais MasayHo vita amin’ny 2020

Nampahafantarina omaly tetsy amin’ny minisiteran’ny fitaterana etsy Anosy ny tohin’ny tetikasa fanamboarana ny lalam-baovao mampitohy ny By Pass amin’ny Marais Masay.

 Mizara telo goavana ny fanatontosana ity lalana mirefy 8,2 km ity. Ny dingana voalohany dia By Pass mitohy amin’ny RN2, avy eo RN2 mitohy amin’Ankerana ary ny tapany fahatelo farany dia Ankerana mankeny amin’ny Marais Masay. 63 tapitrisa euros no tentim-bidin’ny asa hanorenana ny “nouvelle rocade”. Hamatsy vola ny fotodrafitrasa ny banky eoropeanina momba ny fampiasam-bola (BEI) sy ny sampandraharaha Frantsay misahana ny  fampandrosoana (AFD). Olona 1.000 mahery no tsy maintsy miala amin’ny tranony sy manome ny taniny vokatr’ity asa ity. Hisy, araka izany, ny vola tambiny omena azy ireo. Ny 89% n’ireo olona ireo no efa nahazo ny anjara volany hatreto. Tsy hanomboka kosa ny asa raha tsy tapitra mahazo ny volany ny rehetra. Manodidina ny 20 miliara ariary ny bolongam-bola hozaraina. Ny taona 2020 moa no heverina hovitaina ny asa.

J. Mirija

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Le premier salon de la monétique à Madagascar

Une première à Madagascar. La première édition du salon, des services financiers et des assurances se tiendra à l’Hôtel Carlton à Anosy du 27 au 29 septembre. Intitulé « ExpoFinance Mada 2017 », cet évènement sera le carrefour entre tous les acteurs et futurs acteurs de la finance sur le marché malagasy. A travers des expositions, des conférences et autres manifestations, le grand public connaîtra davantage le domaine de la finance et tout ce qui va avec. Pour cette première édition, les organisateurs ont choisi le thème de « L’inclusion financière et la dématérialisation de la monnaie »

Certes, en termes de bancarisation, le taux de pénétration est encore très faible à Madagascar. Et c’est justement pour renverser cette tendance que les organisateurs ont mis sur pied l’ExpoFinance Mada 2017. « Nous trouvons qu’il serait opportun d’aller tout de suite à la dématérialisation de la monnaie. C’est la tendance mondiale, nous n’allons plus nous attarder sur l’argent physique, qui est en voie d’être désuet », ont-il expliqué lors de la rencontre avec la presse à Andraharo, vendredi dernier. Mais en plus de cela, basculer vers la monnaie dématérialisée pourrait contribuer à la sécurité de tout un chacun puisqu’on n’aura plus à garder chez soi son argent, au risque de se faire dérober. « Imprimer des billets de banque coûte une fortune », ont-ils encore ajouté.

Cet évènement se tourne aussi bien vers les simples citoyens que vers les employeurs et investisseurs. On y trouvera des banques, des opérateurs téléphoniques qui se sont lancés depuis une décennie dans le « mobile money », mais aussi des sociétés de nouvelles technologies qui proposent des outils pour simplifier la manipulation et surtout les échanges monétiques.

Solofo Ranaivo

La Vérité0 partages

Du leurre… !

Du leurre, rien que du leurre ! Les grands  dirigeants du régime viennent de « pondre » un nouvel artifice pour tromper, encore, les gens. Une messe solennelle s’était tenue à Ivato au Centre de conférence international (Cci) pour présenter, officiellement, le document relatif à la réforme du secteur de la sécurité (Rss) en présence du Chef de l’Etat et des autorités civiles et militaires du pays ainsi que les représentants des Partenaires  techniques et financiers (Ptf). Le Président Hery Rajaonarimampianina, en tant que chef suprême des Forces armées (Ny foloalindahy) tenait à honorer de sa présence  cette cérémonie, hautement, militaire voire stratégique.  Il a été question, en effet, de la défense et de la sécurité du pays.

L’Armée et la Gendarmerie, fortement, critiquées par la population, en général, et mises à mal  par l’opinion, en particulier, cherchaient à redorer le blason. Elles éprouvent toutes les difficultés pour assurer la sécurité des personnes et leurs biens. Le phénomène dahalo dans le Sud, sinon, le banditisme sévissant sur tout le territoire national sont en passe d’atteindre le niveau apocalyptique à tel point que les Forces de l’ordre se trouvent entièrement  débordées ou submergées. Au niveau de la population, c’est la panique générale. Toutes les tentatives préconisées, jusque-là, étaient vouées à l’échec. Les opérations « Tandroka », « Fahalemana », « Coup d’arrêt » … s’avéraient inefficaces. Elles ont montré leurs limites à telle enseigne que les dahalo et les jiolahy de tout acabit osaient défier ouvertement les militaires et les gendarmes dépêchés sur place. Pire, les malfrats, au stade où nous sommes, s’adonnèrent à des actes de violence mortelle les plus atroces. Pointées du doigt pour leur impertinence, sinon, incapacité à affronter l’ « ennemi », les Forces de l’ordre tentent de se refaire une beauté ou image d’intégrité. A l’heure où l’on parle, l’Armée et la  Gendarmerie ne « séduisent » plus. Méconnaissable, on n’en fait plus confiance. En fait, elles ont perdu leur lustre d’antan. Combien de fois n’a-t-on pas constaté de visu des éléments en treillis qui  participaient à des actes de barbarie aux côtés des dahalo ou des bandits de grand chemin, ou bien, louant leurs armes à ces voyous sans âme ni foi ?Par ailleurs, la Police nationale (Pn) ne baisse pas les bras et traque les délinquants, souvent, armés qui sèment la terreur en milieu urbain. A Antananarivo, en particulier à Analakely, lieu de prédilection des vols à la tire, à l’esbroufe, le quadrillage des éléments de la Pn commence à porter fruit. A vrai dire, on est, encore, très loin du compte, notamment, sur le plan national mais ça bouge quand même ! Pour en revenir à la Rss, un cadre qui se veut être stratégiquement propice et convaincant pour la lutte contre toute forme de banditisme. Beaucoup estiment et doutent qu’elle ne fasse simplement l’effet de la poudre aux yeux. Pas plus qu’un calmant, du genre gel chauffant pour une arthrose ou d’une  pommade ou embrocation pour une foulure, sinon d’un vulgaire produit de beauté. Tout juste pour attirer l’attention !  Militaires et  gendarmes, s’ils voudraient soigner leur image, doivent incessamment s’atteler, les manches retroussées, à combattre ce fléau et cesser toute gesticulation qui n’est, en fait, que du leurre.  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Projet d’assasinat - Un contrat sur la tête de Rajaonarimampianina !

Un contrat a été lancé sur la personne de Hery Rajaonarimampianina  Président de la République de Madagascar, depuis samedi dernier. « Si quelqu’un est prêt à se sacrifier, à donner sa vie pour son pays en éliminant le Président de la République malagasy Hery Rajaonarimampianina, venez en message privé car il y a un contrat pour ceux qui sont prêts ». Telle est la teneur du message rendu public par un compte sur le réseau social Facebook qui porte le nom de Steve Andrianiaina Rajaonah Tafaray. Ce message a fait le buzz sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Publié le 23 septembre dernier dans le groupe « Ny vaovao malaza sy ireo dossiers secrets mafana maloto eto Madagasikara », ce commentaire était accompagné de deux photos montrant ce  qui ressemble à des  gilets explosifs munis  de détonateur.  Une blague de très mauvais goût ou une menace sans  équivoque ?   Des internautes penchent plutôt pour une plaisanterie. Beaucoup d'entre eux ont d’ailleurs accepté, avec humour, le contrat de cet individu. D’autres ont cru avoir affaire avec un « drogué » ou un « dérangé mental ». Certains internautes se sont par contre insurgés contre ce « contrat » lancé sur la tête du personnage numéro Un de l’Etat malagasy. Si beaucoup admettent ne pas porter  le Chef de l’Etat Hery  Rajaonarimampianina dans leur cœur, de là à mettre un contrat de ce dernier, il y a un pas que ceux-ci n’oseraient jamais franchir. Ces derniers  ont été nombreux à juger la publication de  « déplacée » tandis que d’autres ont appelé au respect des valeurs « malagasy »… Il serait difficile de penser que les services d’informations du régime Rajaonarimampianina n’aient pas connaissance de cette publication qui fait planer une menace virtuelle ou réelle sur le Chef de l’Etat.  Force est donc de se demander pourquoi il ne bouge pas le moindre petit doigt contre l’auteur de cette publication. Pourquoi les services cybercriminalité n’ont pas pris le temps d’effacer le post en question trois jours après sa publication. Jusqu’à hier dans la soirée, la publication était encore disponible sur le réseau social.  En tout cas cette inertie étonne d’autant plus que, pour des cas beaucoup moins graves, le régime Rajaonarimampianina a fait mettre en prison certains utilisateurs du réseau social. Faut-il rappeler qu’un individu avait été placé en prison inculpé d’avoir lancé la rumeur selon laquelle le tunnel d’Ambanidia s’est effondré faisant des morts, pour laquelle un individu avait été placé en prison. Est-il également nécessaire de remémorer la peine d’un an d’emprisonnement ferme prononcée contre Hiary Rapanoelina, administrateur d’un groupe facebook, pour diffamation, d’atteinte aux bonnes mœurs et à l’intégrité  d’autrui ou encore de menace de kidnapping. Quid également des administrateurs du groupe dans lequel l’annonce a été publiée ? De nombreux internautes ont fait remarquer que des comptes fakes ou des profils piratés incitent régulièrement à la haine dans ce groupe. Ces comptes utilisent parfois la notion d’ethnie ou provoquent des débats entre habitants des hauts-plateaux et ceux des régions côtières. En tout cas, l’inertie des gens du pouvoir donne du crédit à ceux qui pensent que le facebooker auteur de l’annonce serait téléguidé par des personnes au sein même des proches du cercle dirigeant. Notons que le contrat lancé contre le Président Hery Rajaonarimampianina n’est pas le premier. Quelque temps avant celui-ci un contrat a également été lancé à l’encontre du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier.   Recueillis par  A.R.

La Vérité0 partages

Liberté de la presse - Trois journalistes mauriciens inquiétés

Décidément, les soucis liés à la liberté de la presse ne demeurent pas le lot quotidien des journalistes malagasy. Trois journalistes de l’Express Maurice sont actuellement dans la tourmente : il s’agit de Nad Sivaramen, directeur des publications de l'Express, et les journalistes Yasin Denmamode et Axcel Chenney. Ce dernier est bien connu des journalistes malagasy car a déjà dispensé d’une formation dans la Grande île. Pour en revenir à l’origine de leur tourmente, un article révélant un scandale de blanchiment d’argent et de trafic d’influence impliquant de hautes personnalités mauriciennes connues de la sphère politique et économique connu sous l’appellation d’affaire Bet365. Une affaire qui fait des vagues sur l’île au sein de la presse mauricienne notamment par le traitement des journalistes.

En effet, les domiciles de ces journalistes ont fait l’objet d’une perquisition. Puis, ils ont fait l’objet d’un interrogatoire auprès des Forces de l’ordre dans le cadre d’une enquête sur l’affaire Bet 365. Des méthodes qui présentent certaines similitudes avec le sort subi  par certains membres du Mouvement pour la liberté d’expression (Mle) à Madagascar. Faut – il rappeler l’affaire de port de tenue militaire illégal qui a été montée pour épingler les journalistes à la suite d’une parodie sur l’affaire Claudine Razaimamonjy. Outre un interrogatoire, le domicile d’un journaliste a également été perquisitionné. « Le journaliste est un justiciable comme les autres et doit répondre de ses actes devant n’importe quelle institution du pays si besoin est. Mais cela doit se passer dans les règles de l’art et le respect d’une profession indispensable à une démocratie. Toute intervention, présence  intimidante ou même  pression — aussi subtile  soit-elle — du pouvoir, qu'il soit politique ou économique, constitue un acte répréhensible à l'exercice de la liberté de la presse. Encore plus répréhensible est le recours au pouvoir des professionnels du contre-pouvoir pour faire taire la presse même si les raisons sont aussi légitimes », peut – on lire dans un article paru dans un autre quotidien mauricien en signe de solidarité pour les journalistes inquiétés.Recueillis par S. R.

La Vérité0 partages

Marathon international de Tana Les atouts dévoilés !

A moins d’un mois de la 17e édition du marathon international de Tana, tout semble en place pour la réussite de l’événement. Hier  l’organisateur en l’occurrence World Trade Center  a présenté à la presse les entreprises parties prenantes dans la réalisation de ce marathon international de Tana qui ambitionne cette année de drainer 2 000 participants contre 1 500 à la précédente édition. De la réussite de la 16e édition,  les sponsors et partenaires rempilent en renouvelant leur confiance aux organisateurs. Crbc, Brasseries de Madagascar, les différents établissements bancaires à l’instar de la Boa, Bni, Bfv Sg, Bgfi, ainsi que Soredim, Sodeam, Taf, Socolait et bien d’autres ont répondu à l’appel des organisateurs en apportant, sous diverses manières, leur contribution.

A part le fait d’être un événement sportif, le marathon international de Tana a été choisi également par d’autres secteurs pour véhiculer des messages sociaux. C’est le cas notamment du Centre national de la lutte contre le sida (Cnls) et Onusida qui profitent de la manifestation pour sensibiliser les participants et les spectateurs sur la lutte contre cette maladie. Il en est de même pour la société Fanalamanga qui apportera son soutien à la journée verte sans circulation. Toutes les cartes entre les mains, il n’y a aucune raison majeure pour que les deux journées du 14 et 15 octobre ne soient festives. Voilà pour le côté jardin.Côté cour…eurs, les organisateurs ont annoncé la venue de 10 athlètes étrangers. Seuls les Ethiopiens n’ont pas encore confirmé leur arrivée. Par contre les marathoniens des îles sœurs à savoir Maurice, Seychelles et La Réunion seront bel et bien sur la grille de départ. Pareillement pour le milieu du marathon de l’Afrique du Sud, représenté par un athlète dans la catégorie féminine.A noter qu’à part le marathon, trois épreuves sont au programme. Il s’agit des Foulées Ecolo, le Handirun et le Maratoon’s.Rata

La Vérité0 partages

Grève des magistrats et des greffiers - Point de rencontre avec la ministre, grève maintenue

Le Syndicat des magistrats de Madagascar et le Syndicat des greffiers de Madagascar n’ont pas eu satisfaction par rapport à leurs multiples revendications jusqu’ici. Les deux structures syndicales ont ainsi pris ensemble la résolution d’une grève illimitée à compter d’aujourd’hui. La décision a été prise vendredi dernier à la suite  des assemblées générales respectives des deux syndicats.  Cette grève simultanée des magistrats et des greffiers  découle de l’échec des négociations entamées avec le Gouvernement. Pour rappel, une première rencontre prometteuse avec la ministre Rasolo Alexandrine Elise avait eu lieu à la fin du mois d’août  quelques jours après la nomination de cette dernière à Faravohitra dans le but de trouver une solution aux griefs des deux corps. Un délai d’une semaine avait ensuite été donné à  la ministre de la Justice Rasolo Alexandrine Elise pour la concrétisation des revendications. Jusqu’à aujourd’hui, aucune avancée palpable n’a cependant été enregistrée. 

Malgré les relances des syndicats, aucune autre rencontre avec la ministre n’a été tenue.  Les responsables au niveau du Smm ont d’ailleurs tenu à démentir l’information sur l’existence d’une rencontre avec la ministre ces dernières 48heures. Depuis l’annonce de la tenue de la grève générale vendredi dernier et jusqu’à hier dans l’après- midi, aucune rencontre n’a eu lieu selon les précisions fournies. Une politique de la sourde oreille que dénoncent les syndicats.  En l’absence de toute avancée dans leur négociation, le mot d’ordre de grève des magistrats et des greffiers est donc bel et bien maintenu.  A l’instar des deux journées d’indignation déjà tenues par les magistrats les 8 et 9 juin derniers, ou encore de la grève de 7 jours, ce débrayage général sera caractérisé par la fermeture de toutes les juridictions de la Grande île et sans service minimum des activités.  Le personnel  n'exécutera aucun acte de justice et de n'émettre aucun document émanant des Cours et Palais de justice.Fanahimanana Tiaray, vice-président du Smm  de dénoncer pour sa part les éventuelles pressions dont pourraient être victimes les magistrats qui souhaiteraient faire grève. Le vice-président du Smm de faire savoir en effet  que « des chefs de juridiction ont été invités à faire travailler les juges sous leurs tutelles ».  Une éventualité dénoncée par le syndicat qui appelle les victimes de pression à prendre contact avec le syndicat pour dénoncer ce genre de pratiques.  La grève est motivée par une demande acharnée pour l’indépendance de la Justice.  Le bras de fer semble désormais engagé avec l'Etat pour une satisfaction des revendications des syndicalistes. Le secteur de la Justice sera à l’arrêt total. Reste à savoir si avec ce débrayage, l’Etat fera un geste pour contenter les syndicalistes.A.R.

La Vérité0 partages

Double-kidnapping à Toamasina - Le présumé cerveau abattu, l’exécutant en cavale

Acte II ! Deux  noms de bandits très liés au double-kidnapping d’Arnaud et d’Annie à Toamasina en novembre 2015, ont été souvent évoqués lors des débats à l’audience marathon au Tribunal d’Anosy, hier.  Il s’agit de Freddo, le présumé cerveau du double-rapt, et Ravola, pointé de doigt comme était l’interlocuteur des parents des victimes après le rapt. Freddo a été abattu lors d’un affrontement avec les Forces de l’ordre, a été donc maintes fois soulevé. La fusillade qui lui a coûté la vie s’est produite près de la maison où le jeune Arnaud, a été séquestré puis délivré à Andranomadio. « On l’a éliminé de façon à ce qu’on ne puisse jamais  remonter la piste du commanditaire ! », enrage-t-on du côté de la partie de la défense des intérêts de la famille du jeune otage Arnaud Ramiliarison.

Tout de go, même les propos tenus devant la barre par l’un des gros gibiers, en la personne de Roger Lala Stéphanie, effaceraient toute ambigüité à propos du rôle joué par Freddo dans le double-rapt à Toamasina. « J’ai vraiment jubilé en apprenant que Freddo avait été abattu ! », a-t-elle lancé, provoquant ainsi une grande surprise parmi l’auditoire. A la question du Juge pour savoir la cause de sa satisfaction, Stéphanie a répondu : « Je me réjouissais de sa mort parce qu’on entend  toujours son nom chaque fois qu’un kidnapping se produit à Toamasina », a-t-elle renchéri.   De son côté, l’avocat des victimes  a martelé que Freddo faisait  notamment partie d’une association de malfaiteurs. Ils ont planifié le double-kidnapping. Dans la charge contre le concerné, ce dernier se serait maintes fois réuni avec 4 autres accusés plusieurs jours avant les rapts.  Tous sont des suspects potentiels dont surtout   un certain Etienne, l’un des 12 personnes incriminées qui ont comparu devant le Juge, hier.  Dans sa déposition faite auprès du doyen des juges, un autre prévenu a même précisé que Freddo lui aurait payé 400 000 ariary à titre de salaire pour l’exécution du funeste plan.  Ce que le même accusé a par la suite rejeté devant le Juge, hier.  Cependant, c’est là où le bât blesse. Les trois femmes dont la prénommée Nathalie,   incriminées pour avoir hébergé les otages tout en leur préparant la nourriture, ont formellement nié avoir fréquenté, ni vu Freddo.  Le cas de Ravola mérite également les attentions. Il serait l’interlocuteur des parents des victimes pour négocier le versement des 4 millions d’euros que le gang a exigé contre la liberté des adolescents. Cependant, ce lieutenant de Freddo a mystérieusement réussi à s’évader de sa cellule de détention à Ambatolampy. Ce qui a à la fois irrité et intrigué le plus les plaignants dans cette affaire, c’est que son évasion s’est produite juste la veille de la tenue du procès lundi dernier au Tribunal d’Anosy ! « Comment se fait-il que cet homme qui a été arrêté et pris en flagrant délit ne se retrouve-t-il pas ensuite à Tsiafahy ? », s’écria presque l’avocat des victimes. La version d’Arlan Ramiliarison, le père d’Arnaud a été explicite sur l’implication indiscutable de Ravola en tant qu’exécutant :  « C’est toujours celui-ci qui a donné ses directives à ma femme sur ce que nous avons dû faire pour le paiement de la rançon », déclare le chef de famille, qui a précisé détenir les preuves indéniables de la main de Ravola dans le drame.  Enfin, Arlan Ramiliarison, lors de son intervention, a maintenu ses accusations contre tous les incriminés, ceux qui ont comparu depuis lundi dernier. Tout encore meurtri par la fin atroce d’Annie  (14 ans à l’époque), son avocat a fait savoir la décision de la famille d’exiger  4 millions d’euros à titre  de dommages dans cette affaire. Ce jour, les plaidoiries vont se poursuivre dont celle de Stéphanie Roger Lala. Cette dernière s’est défendue qu’au moment du kidnapping, elle était en prison et ne connait rien de cette affaire.Franck Roland

La Vérité0 partages

Relèvement dans le Sud - Difficile mobilisation des ressources

Un des grands défis à relever. La mobilisation des ressources, notamment financières, s’avère difficile pour soutenir le relèvement des familles dans le Sud de Madagascar. Ceci après une situation d’insécurité alimentaire aggravée par le phénomène climatique « El Nino ». « Convaincre les bailleurs à s’investir dans la phase de relèvement et de résilience n’est pas du tout facile », reconnait une responsable au sein d’un organisme international intervenant dans cette partie de l’île. Effectivement, ils ont beaucoup investi pour les réponses humanitaires, ces 3 dernières années, au point de mettre fin à cette période d’urgence. Actuellement, les financements tardent à arriver à cause de cette « réticence » des bailleurs. « Si on aurait alloué une partie des financements accordés pour les urgences humanitaires dans la résilience, la situation actuelle dans le Sud serait différente, voire nettement meilleure », ajoute notre source dudit organisme onusien.

La réticence des bailleurs à s’investir pourrait se traduire par leur intention de voir le Gouvernement s’engager davantage à venir en aide à son peuple. En fait, la majorité des interventions menées jusqu’ici résultent de la mobilisation des partenaires techniques et financiers. La participation des dirigeants reste infime. Mais cette situation devrait se renverser, d’autant plus que le moment le plus dur est passé. Les habitants ont besoin de soutien dans plusieurs domaines, dont l’agriculture, l’approvisionnement en eau potable, la sécurité ou encore l’entretien routier. Le Gouvernement devrait renforcer ses interventions, par exemple dans la réhabilitation des routes nationales Rn 10 et Rn13 reliant Fort Dauphin, Ambovombe et Toliara. La multiplication des forages et des barrages d’irrigation devrait aussi être privilégiée. Dans le domaine de la sécurité, la redynamisation du « Dina » (pacte) homologué en 2008 est en cours pour l’Androy, avec l’appui du Pnud. Il en est de même pour l’élaboration de son plan régional de développement. Par ailleurs, le relèvement et la résilience de la population du Sud restent encore ardus dans la mesure où elle est habituée à l’assistanat et ce depuis des années. « « Pourquoi nous donnez-vous tout ce travail ? Donnez-nous juste à manger comme le font certains intervenants », nous demandent les habitants. Tant que cette mentalité demeure, leur aider à se préparer pour affronter de nouveaux chocs reste un parcours du combattant », nous confie une autre source. Rappelons que des activités de relèvement et de résilience sont mises en œuvre dans les régions du Sud depuis 2016, focalisées surtout sur les transferts monétaires et l’épargne. Ces interventions de protection sociale sont menées sous forme d’argent contre travail, entre autres. A cela s’ajoutent les activités parallèles sur l’éducation financière afin d’inculquer à la population l’habitude de planification. Dans tous les cas, se relever commence par la volonté des habitants. Ces derniers ont besoin d’encadrements pour y arriver, outre la responsabilisation et l’appropriation des autorités locales.Patricia Ramavonirina

L'express de Madagascar0 partages

Rapt d’Arnaud et Annie – Le juge Jackie Rabehaja absent au procès

Soixante-douze accusés dont Stéphanie sont entendus par la cour criminelle. L’ancien substitut général de la Cour d’appel a brillé par son absence. 

Coup d’envoi du procès sur le rapt meurtrier d’Arnaud Ramiliarison et de sa sœur Annie, hier, au palais du tribunal à Anosy. L’absence à l’audience du juge Jackie Ernest Rabehaja, un magistrat figurant parmi les soixante-douze personnes incriminées dans cette affaire de kidnapping, n’était pas passé inaperçue. Stéphanie, une mère de famille soupçonnée d’être la protégée du magistrat poursuivi, lequel était à l’époque substitut général auprès de la Cour d’appel de Toamasina, a, pour sa part, comparu. Cette quadragénaire est parmi les principaux suspects ayant tiré les ficelles dans cette affaire. Deux policiers, trois agents pénitentiaires étaient également au banc des accusés. Se défendant, quitte à duper la cour, tous les accusés ont plaidé non coupable.L’audience a bien eu lieu malgré l’annonce de grève par le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) ainsi que les greffiers.Hier après-midi, la cour a procédé, entre autres, aux auditions du chauffeur d’Arnaud Ramiliarison et de sa sœur, d’un agent pénitentiaire ainsi que de l’un des policiers mouillés dans cette histoire. Vu le nombre de personnes au banc des accusés, rien ne semble joué à l’avance pour le déroulement ainsi que la durée du  procès. Le verdict qui va sceller le sort des prévenus est toutefois attendu cette semaine.

RelâchésParmi eux, certains ont bénéficié d’une mise en liberté provisoire si d’autres ont été placés sous mandat de dépôt dans cinq lieux de détention de la province d’Antanana­rivo. Le juge Jackie Ernest Rabehaja a été incarcéré au pénitencier de Manjakan­driana avant d’être remis en liberté.L’enlèvement a été perpétré le 21 novembre 2015 lorsque les deux adolescents allaient rejoindre leur établissement scolaire. Les kidnappeurs leur ont tendu une embuscade à la sortie du pont à Antanambao Verrerie, où ils ont bloqué la voie avec une camionnette de marque Peugeot 404. Les ravisseurs  se sont emparés manu militari du pick-up 4×4 de marque Mitsubishi Sportero, avec lequel chauffeur incriminé devait conduire jusqu’à leurs établissements scolaires Arnaud et sa sœur.  Peu de temps après, les malfaiteurs ont réclamé la rançon colossale de quatre millions d’euros.Au terme d’un mois de guerre d’usure avec les proches des captifs sans réussir à arracher un versement de rançon, le gang a souillé puis exécuté la fillette, pour ensuite balancer sa dépouille à la cité Valpinson. Cette collégienne avait quatorze ans lorsqu’elle a été assassinée avec sadisme. En poussant les investigations, les enquêteurs ont réussi à cueillir vingt-sept personnes. Ils ont ensuite localisé l’endroit où Arnaud, a été séquestré, puis libéré. Des Kalachnikov, une centaine de munitions ainsi que des grenades offensives ont été saisies lors de l’opération et huit autres personnes ont été appréhendées. Les arrestations ont ensuite continué jusqu’au corps de la police, de l’administration pénitentiaire et de la magistrature.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Constitution – Les partisans de la révision donnent de la voix

Ministres et parlementaires pro-pouvoir entament une contre-offensive pour défendre le bien fondé d’une révision de la Constitution. Les arguments du chef de l’État sont martelés.

Contre-attaque. En réponse aux feux croisés vers l’initiative du pouvoir de réviser la Constitution, les ministres membres du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM), mènent une contre-offensive médiatique.En fin de semaine, Rivo Rakotovao, ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’élevage, également président du parti au pouvoir, et André Neypatraiky Rakotoma­monjy, ministre des Postes, de la télécommunication et des nouvelles technologies, ont dégainé contre les détracteurs de l’initiative de retouche de la Loi fondamentale. Dans leurs répliques, les deux membres du gouvernement et ténors des Bleus ont repris les arguments de Hery Rajaonarimampianina, président de la République.Lors du petit-déjeuner de presse, à Iavoloha, le 16 septembre, ce dernier a défendu l’initiative d’une révision constitutionnelle en tablant sur la nécessité d’ériger les Fokontany en collectivités territoriales décentralisées. L’insuffisance du délai imposé par les alinéas 1 et 3 de l’article 47 de la Constitution, pour tenir une élection à deux tours, a aussi été soulevée par le président Rajaonarimampianina. Que cette disposition est en incohérence avec l’article 46.L’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice. (…) Le second tour a lieu trente jours au plus après la proclamation officielle des résultats du premier tour, dispose, entre autres, l’article 47 de la Constitution.

IncertitudeL’article 46, lui, prévoit la démission préalable du Président candidat à sa propre succession, soixante jours avant la date du scrutin.Le locataire d’Iavoloha a également argué de l’enjeu d’une stabilité durant la présidentielle. Un argument repris par Rivo Rakotovao, dans une interview diffusée, vendredi. « Ceux qui critiquent cette initiative ne sont pas au pouvoir. Sur qui sera rejetée la faute si jamais une crise se produit ? », lance-t-il. Le ministre auprès de la Présidence a, par ailleurs, touché mot de l’article 46 de la Loi fondamentale.Il table sa défense sur l’incertitude. Qu’il s’agit d’évi­ter qu’un Président non élu ne soit à la tête du pays pour une durée indéterminée, une durée qui pourrait être relativement longue. Dans une réaction partagée sous forme de communiqué de presse à quelques journalistes, dimanche, Barry Rafatrolaza, secrétaire d’État chargé de la Coopération et du développement, est aussi monté au filet, pour défendre l’opportunité d’une révision constitutionnelle.« De par mon expérience d’ancien parlementaire de Kandreho, rien que pour l’ache­minement des résultats vers le chef-lieu de district, il faut quinze jours. Techniquement, le délai prescrit par l’article 47 de la Constitution ne correspond pas à la réalité malgache. Il ne sera pas suffisant », soutient-il notamment. Dans un échange par mail, au début de la semaine dernière, Sahondra Rabenarivo, juriste, a donné son opinion, entre autres au sujet de l’application de l’article 46.« (…) Il ne faut pas oublier que la démission a été incluse parce que les clauses du code électoral sur l’utilisation des biens publics, sur l’interdiction des inaugurations officielles, sur la répartition des temps d’antenne à la télévision et la radio nationale, ont toujours été systématiquement, bafouées. Il n’y a pas de mal à essayer d’appliquer la Constitution telle qu’elle existe, et si çà ne marche pas, seulement à ce moment-là il y aura un argument pour la changer », indique-t-elle.L’initiative de révision de la Constitution, si elle est adoubée par le Parlement, passera par un référendum. Dans un communiqué conjoint, en date du 12 septembre, des organisations de la société civile ont, quant à elles, soutenu qu’étant donné la proximité de la présidentielle, en 2018, le temps nécessaire à un large débat démocratique sur les changements envisagés, impliquant toute la population, sera manifestement insuffisant.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Traitement – Les médicaments génériques très pris

La plupart des médecins ne prescrivent plus que des médicaments génériques, de nos jours. « C’est à la portée de tous. Les médicaments de spécialité ne sont pas accessibles », révèle hier, un médecin d’un cabinet médical à Ankadifotsy. Ils coûteraient 25 % de moins, par rapport à celui des spécialités.Il n’y aurait plus que les grandes pharmacies à Antananarivo-ville, ainsi que les pharmacies des centres hospitaliers universitaires et de très rares dépôts qui en vendent. « Ce sont les dépôts de médicaments qui ont des médicaments de spécialité sur leurs étalages, chez nous. Les touristes en demandent », explique le Dr Dauphin Radesy, médecin chef du Centre hospitalier de référence du district à Ranohira.

Autres viséesEn outre, le ravitaillement de certains médicaments, même les génériques, connaîtrait un problème, mettant ainsi en péril l’accès aux soins pour les couches les plus vulnérables. Gallene sciences private limited, une société leader dans la production de médicaments génériques en Inde, souhaiteraient pallier cette lacune. Les traitements du sida et de l’hépatite, dont le coût est exorbitant, seraient leurs principales cibles.« On veut bousculer le marché des médicaments génériques et les rendre accessible à tous », explique une source auprès de la société.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Jazz – Samy Thiébault se découvre avec « Rebirth »

Une perle du jazz international transcende l’ouïe des mélomanes grâce à une musicalité éclectique qui émerveille. Samy Thiébault et son quartet seront bientôt dans nos murs.

Un artiste du jazz au charisme et à la musicalité bien à lui, Samy Thiébault du haut de ses 14 ans de carrière délectera le public de sa musique, dans le cadre du festival international Madajazzcar, lors de son passage dans la Grande île. Même s’il reste encore méconnu des profanes, nul doute que dès les premières notes qu’il jouera sur scène avec son instrument de prédilection, le saxophone, il n’aura pas de mal à conquérir la majorité du public.À l’occasion, il se découvrira à travers son quartet qui se compose de musiciens tout aussi talentueux que lui. Rendez-vous est ainsi donné le 4 octobre à partir de 19 heures pour un concert d’exception à l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely. Un antre de l’art et de la culture, grandement approprié à la créativité musicale de cet artiste, et où ses compositions peuvent aisément prendre vie.C’est un véritable privilège que Samy Thiébault accorde ainsi aux mélomanes qui répondront présent à cette soirée, puisqu’avec son quartet il jouera principalement des compositions de son récent sixième album « Rebirth ».

Saxophoniste philosopheAvec des morceaux de jazz tout aussi enivrants les uns les autres, le saxophoniste raconte son histoire en musique, retranscrivant ainsi aux rythmes de son instrument une renaissance pleine de vie, de saveur et d’influence.Depuis près de trente ans, grâce à Madajazzcar qui signe cette année sa 28e édition, le public national a su s’imprégner du jazz dans toute sa splendeur, le jazz qui est devenu au fil des ans, un genre musical populaire apprécié à sa juste valeur. De même, les artistes malgaches de jazz en maîtrisent brillamment les codes, se hissant même aux côtés de leurs pairs internationaux.La musique du Samy Thiébault Quartet s’affirme comme un véritable hommage au jazz, autant par sa technicité que par ses mélodies. Ainsi, le public qui rejoindra l’IFM à Analakely ce 4 octobre, aura le plaisir d’être bercé et surpris par un jazz, un tantinet nostalgique et contemporain, ancré dans la personnalité même de Samy Thiébault.Sortant du prestigieux « Conservatoire national supérieur de Musique » de Paris dans la classe de jazz en 2008, il est réputé pour sa maîtrise de philosophie mention « Très bien » acquise  en 2001 en Sorbonne. Depuis, ses pairs l’adoubent comme étant « le saxophoniste philosophe » et cela se ressent dans ses compositions, sur ses morceaux comme « Riders on the storm », « Blue train » ou « Clear fire» qui se savourent comme ces illustres morceaux de jazz des années 30 et 40 qui subliment un polar noir ayant lieu dans le cœur de New York, mais qui se voit égayé d’une teinte de modernité. Adrien Chicot l’accompagnera au piano, Sylvain Romano à la contrebasse et Philippe Soirat à la batterie. Marquez vos agendas !

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – CCCOI – BCM de Dagué fait chuter la GNBC

Les gendarmes se sont inclinés face à la bande de BCM de Mayotte. ASCUT et MB2ALL sont quant à eux lancés. 

Défaite amère de la GNBC. Après ses deux victoires, la Gendarmerie nationale basketball a encaissé sa première défaite, hier, face au Basketball M’tsapere de Mayotte.La bande à Dagué a remporté sa deuxième victoire en autant de matches. Les deux formations se sont neutralisées sur un score de 78 partout au terme des temps réglementaires. Les Mahorais ont par la suite gagné le match par 87 à 85 à l’issue de la prolongation. Dagué et consorts ont impressionné le public dès le premier quart-temps, où ils ont mené 16 à 11.À la fin de cette première période, l’ancien meneur de Sebam a déjà inscrit sept points et neuf réalisations pour son coéquipier, Ahmed. Cette domination n’a pas duré car les hommes d’Olivier Ratsimizao ont maîtrisé la situation en cours du deuxiè­me quart-temps et ont devancé les Mahorais 43 à 30 à la pause. Au bout du suspense, le club mahorais arrivait à égaliser au terme des quatre quart-temps.Le club de BCM de Mayotte a donc surpris la GNBC et se trouve en tête du classement du groupe A. La GNBC pour sa part chute en deuxième position.

MB2ALL en têteDans le groupe B, après son succès face à Beauvallon des Seychelles, l’ASCUT, cham­pionne en titre a largement remporté sa deuxième victoire face au Real Basketball de Maurice sur un score de 105 à 65. L’équipe de Heri­lanto Randria­manalina, dit Bomba, se trouve en pôle position de la poule B.En match d’ouverture, après sa première défaite face au Cospn lors de la première journée, Premium Cobra des Seychelles gagne sa deuxième rencontre face à l’USONI Basket des Como­res par 74 à 55. Le Premium Cobra de Danz Be et le Cospn de Madagascar ont tous les deux obtenu une victoire et encaissé un défaite chacun. Les Comoriens quant à eux plient bagages après trois défaites en trois matches.Du côté des dames, MB2ALL, club champion en titre, enregistre son deuxième succès après sa victoire contre le Basket Challenge des Seychelles. L’équipe hôte a largement défait sur un score de 79 à 32 la formation seychelloise. Après un parcours sans faute en deux matches, Madagascar basketball to all s’installe en tête du classement provisoire devant son rival, Fandrefiala et Tamifa qui ont obtenu chacun une victoire en autant de macth disputé.Cinq matches seront au programme de la quatrième journée ce jour. Le remake entre les finalistes dames, MB2ALL et Fandrefiala ouvre le bal à 10 heures, et en clôture la rencontre entre Cospn et l’USONI Basket des Comores.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Tsiadana – Un trentenaire retrouvé pendu chez lui

Un chef de famille âgé d’une trentaine d’années a été retrouvé mort à son domicile à Tsiadana, hier, aux petites heures. La victime était suspendue à une corde lui serrant le cou.La thèse d’un suicide est évoquée. Des personnes de l’entourage du défunt révèlent que des scènes de ménage auraient embrasé son foyer avant la découverte macabre. Le malheureux aurait eu une violente dispute avec son épouse avant que celle-ci n’aille se coucher. Les secours ont été alertés tôt le matin. Toute tentative de réanimation était  vaine lors de la découverte macabre. Jointe au téléphone, l’équipe de permanence du Bureau Municipal d’Urgence (BMH) auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) s’est dépêchée sur place pour récupérer la dépouille. Celle-ci a été d’emblée transportée à la morgue de l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona à Ampefiloha où une autopsie a été pratiquée dans la matinée d’hier.Une marque de strangulation qui de visu pourrait bien être celle d’une pendaison a été relevée à la gorge du chef de famille.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Transport public – Véronique Vouland dans les marchés de Mahajanga

En visite dans la cité des Fleurs, l’ambassadeur de France a entrepris un périple à travers les bazars de la ville, réhabilités par l’Hexagone.

Ce n’est pas tous les jours qu’un ambassadeur se promène dans un marché à Mahajanga. Mais Véronique Vouland Aneini, ambassadeur de France à Madagascar, l’a fait dimanche matin. Elle a même visité les trois marchés principaux de la ville, accompagnée du maire de la commune urbaine de Mahajanga, Mokhtar Andriantomanga et de la représentante de Gescod à Mahajanga, Cécile Sicard.Présente à Mahajanga durant le Colloque régional francophone sur les mangroves, la semaine dernière, la diplomate a tenu à faire l’état des lieux sur les projets de coopération décentralisée dans la cité des Fleurs. « Je suis très agréablement surprise et impressionnée par l’organisation et la richesse des étalages des marchés et de l’ambiance qui y règne. J’ai tenu à visiter ces marchés car l’Agence française de développement (AFD) a participé à leur réhabilitation. Ils sont un modèle de la réussite de la coopération régionale décentralisée », se réjouit-elle.La délégation a commencé le tour des marchés, par celui des producteurs à Marolaka, puis a rejoint Tsaramandroso où une démonstration de paiement par mobile banking a été effectuée.

Résistance« Le recouvrement des taxes dans les marchés de Mahajanga s’est amélioré, mais nous avons dû faire face à de la résistance. Nous avons commencé avec les petits commerçants  car nous avons procédé par étape et aujourd’hui, il nous reste les plus gros à mobiliser, ceux de Marolaka. Mais avec la crise économique nationale, tout le monde est devenu commerçant », explique le maire, Mokhtar Andriantomanga.Le Projet de réhabilitation des marchés de Mahajanga a été mis en œuvre de 2003 à fin décembre 2008. Le budget de financement du projet était évalué à 9,8 millions euros, cofinancé par l’AFD à hauteur de 8 millions euros, l’État malgache (1,44 millions euros), la commune urbaine de Mahajanga (0,2 million euros), l’Institut régional de coopération-développement (Ircod devenu Gescod) pour 0,05 million euros, et la ville de Mulhouse (0,05 million euros). Le projet a abouti à la réhabilitation de trois marchés contenant 2 401 places en tout. Soit 828 places pour celui de Tsaramandroso  488 places  pour Mahabibo et 1 095 places Marolaka.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnats d’Afrique U14 – Toky et Narindra passent

Confirmation pour les uns et déception pour les autres. La délégation malgache en lice au Caire en Egypte pour la deuxième édition des championnats d’Afrique U14 de l’année 2017 sur terre battue a enregistré autant de défaites que de victoires.Toky Ranaivo et Narindra Ranaivo ont pu réaliser l’essentiel des choses en passant le cap du premier tour. Toky Ranaivo, face au talentueux égyptien Michael Sobby Bassem qui évolue en Europe a su s’imposer durant toute la rencontre comme en témoigne le score 6/2, 6/0.Quart finaliste durant les championnats d’Afrique sur surface rapide en Afrique du Sud au mois de mars, Toky Ranaivo, pensionnaire du centre de la Fédération internationale de tennis de Casablanca est assez déterminé pour aller chercher au moins une place dans le carré final, si ce n’est pas mieux.Il affrontera en huitièmes de finale le Tunisien Zribi Mohamed Rayan, tombeur du Camerounais Paul Wamba, pensionnaire du centre de la fédération internationale de tennis de Nairobi par abandon après abandon (6/3, 4/2)Pour sa part, Narindra Ranaivo s’est payée quelques frayeurs face à la Sud-Afri­caine Naledi Manyube, qui entame sa première année chez les U14. Narindra perd le premier set sur 3/6 puis s’emploie pour arracher le second set sur 7/6 puis arrive finalement à boucler la rencontre sur 6/0 au troisième set. Elle aura comme adversaire, la gagnante du match de ce jour qui opposera la Kenyane Nicole Agufana et l’Égyptienne Zeina Shaban.

CrampesPour les autres joueurs, on notera la prestation de Fenosoa Rasendra qui était tout près de signer un exploit contre le Sud- Africain Connor Kruger, tombeur de Toky Ranaivo aux championnat d’Afrique de Pretoria au mois de mars. Fenosoa s’incline avec les honneurs en trois sets 6/1, 5/7, 4/6. « J’ai pu faire une bonne entame de match et j’ai tenu bon durant le début du second set. Malheureusement, à trois jeux partout, j’étais victime d’une crampe. Ensuite j’ai mené 5/3 et je rattrape 5/5 mais la crampe est revenue et je cède 7/5. Début troisième set je crampe encore au début et mon adversaire prend le large sur 5/1. Je gère ma douleur et je remonte 4/5 en sauvant au passage trois balles de match à 2/5. Je m’offre même une balle d’égalisation à 5/5 mais je capitule finalement 4/6 », explique Fenosoa Rasendra en fin de rencontre.Si Fenosoa a pu livrer un match épique, Sampras Rakotondrainibe, quant à lui a dû subir les assauts du Tunisien Wissam Abder­rahman en deux petits sets 2/6, 2/6. Pour Mialy Ranaivo, c’était un peu le même scénario que le match de Fenosoa Rasendra mais sans les problèmes de crampes. Pas très stable sur le côté émotionnel, Mialy s’est inclinée en trois sets 6/2, 5/7, 2/6.Pour la seconde journée d’aujourd’hui, on aura la rencontre Lanja Rakotozandriny contre l’Egyptien Youssef Sadek, tête de série numéro six du tournoi. Un adversaire qui l’avait déjà battu au mois de mars sur surface rapide en Afrique du Sud. Ensuite, l’après-midi sera consacré aux matches de doubles. Le duo Lanja-Toky sera opposé aux Egyptiens Youssef Sadek et Karim Ibrahim.Fenosoa et Sampras auront quant à eux une bonne carte à jouer contre le Nami­bien Connor Van Schalkwyk et le Zimbabwéen Ethan Sibanda. Enfin les jumelles Mialy et Narindra quant à elles auront les Kényanes Cynthia Cheruto et Nicole Agufana comme adversaires.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Responsable sociétale – Quand la civilité s’allie au volontariat

Semaine de volontariat réussie pour la société de transport internationale DHL. Pendant une semaine, du 18 au 23 septembre, elle a organisé une campagne d’initiation à l’agriculture urbaine au bénéfice de ses employés à Ivato et Ankorondrano, et des élèves de l’École primaire publique d’Isahafa Lazaina. Le programme « Go teach, Go Green, Go help » adopté pendant une dizaine d’années lui a permis de choisir le nouvel angle « Go Teach Go Green », une fusion qui allie savoir-faire et savoir-être à l’entraide et l’éducation environnementale.Dans un premier temps, les employés ont suivi une formation sur la mise en place d’un potager vertical répondant au système « Low space-no space ». Les plantations de légumes et de plantes aromatiques se font désormais dans des bouteilles en plastique, lesquelles seront suspendues sur les murs de leur lieu de travail. Ce projet touche également les jeunes de l’asso­ciation SOS Village d’enfants Madagascar.La journée des volontaires (lors du Global Volunteer Day (GVD) de DHL), a clôturé la campagne. Environ quatre-vingt employés volontaires et jeunes de l’association SOS Village ont participé à la rénovation des salles de classe et du matériel pédagogique de l’EPP Isahafa, à la dotation d’un puits, à l’initiation à l’agriculture urbaine, à la réhabilitation de la Biblio­thèque municipale et à la remise de dons à l’endroit du Municipal library English club.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Transport public – Un dangereux car envoyé à la fourrière 

Révolu le temps de la gabegie dans le transport public de Mahajanga. Après la série d’accidents qui a causé la mort de dizaines de personnes, ces derniers temps, la police nationale représentée par le  directeur provincial de la Sécurité publique, le commissaire divisionnaire, a décidé de réagir.Elle a ainsi envoyé à la fourrière, à Analakely, un véhicule de transport dans un état lamentable qui dessert l’axe Mahajanga-Betsako, dans le district de Mahajanga 2, à plus de 40km de la cité des Fleurs. Pire, le propriétaire n’a aucune licence d’exploitation et le car n’est même pas doté d’un système d’éclairage adéquat.Son état délabré et complètement inexploitable ne lui permet plus d’assurer le transport des passagers. Les forces de l’ordre traquent ce genre de véhicules dangereux. «Nous lançons un avertissement aux propriétaires qui refusent d’entretenir leurs véhicules : vous devez respecter la loi sinon nous enverrons vos voitures à la fourrière », martèle-t-il.Le responsable de l’Agence des transports terrestres de Mahajanga, Toky Rahaingo, a aussi mis en garde contre le respect du code de la route et des règlements concernant les taxis-brousse des zones régionales et nationales. Le contrôle au départ de la hauteur des bagages et des pneus est mené depuis quelques mois.En outre, en application du communiqué du ministère des Transports du 6 septembre, les chauffeurs doivent observer un repos de douze heures chaque fois qu’ils arrivent à destination avant de reprendre le volant. Enfin, les permis de conduire doivent être déposés dans les guichets dès l’arrivée à destination, pour un pointage de l’horaire d’arrivée et de départ.

V.A.

L'express de Madagascar0 partages

Androy – Vers une culture industrielle du ricin

Grâce aux appuis et accompagnements des paysans, l’Androy remet en valeur le ricin, tout en améliorant sa production.

En plein essor. La production de ricin dans la région Androy ne cesse de croître depuis 2013. En trois ans, elle est passée de 250 à 430 tonnes, soit une augmentation d’environ 72%. Et avec un rendement variable, allant de 350 à 600 kilos par hectare, le plan de développement de la chaîne de valeur ricin s’est fixé comme objectif de produire au moins 1 000 tonnes de graines à la fin de cette année.De ce fait, le ricin tend à devenir une alternative à l’amélioration du niveau de vie des paysans au pays des épines. « La majorité des habitants est touchée par l’insécurité alimentaire, aussi le ricin se présente-t-il comme une source de revenus prometteurs aux paysans vulnérables. C’est pour cette raison qu’il a été choisi dans le projet résilience par chaînes de valeur », explique Solofohariniaina Ludovic, responsable de la chaine de valeur Ricin auprès de GIZ Madagascar, antenne de Fort-Dauphin. Ce projet, cofinancé par l’Union Européenne et le ministère de la Coopération allemande, est mis en œuvre par GIZ Madagascar.

TransformationÀ ce jour plus de six mille cinq cents ménages sont intégrés dans cette chaîne de valeur. Et six cents groupements se sont structurés et ont été appuyés en technique de production et commercialisation. « À travers l’utilisation des semences de qualité, la dotation en matériels et les formations en technique de culture améliorée, ces paysans sont devenus des partenaires commerciaux fiables», précise-t-il.L’existence des unités de transformation met les paysans à l’abri de la chute des cours. « Maintenant, on peut parler de culture industrielle pour le ricin et non plus culture de rente. Les paysans approvisionnent les entreprises de transformations », souligne le responsable de l’antenne de Fort-Dauphin. En effet, les produits à base du ricin sont désormais très prisés tant sur le marché national qu’international, en particulier l’huile de ricin, les lubrifiants industriels, l’huile cosmétique et médicinale. De surcroît, six coopératives de femmes transformatrices ont reçu à leur tour des appuis et des renforcements de capacité surtout sur la commercialisation de leur produit.Enfin, une plateforme a été créée afin de piloter tous les travaux de promotion de la filière et de jouer le rôle d’interface entre le secteur privé, l’État et les partenaires techniques et financiers. Elle aura surtout à garantir la pérennité des activités.

Moïse Fanomezantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Rak’ Roots continue le « Tania Tour » dans l’Hexagone

En deux ans, ce jeune chanteur originaire d’Antsirabe continue à déchaîner les passions chez les férus de variétés et de musique urbaine. On parle ici de Rak’ Roots ou Loic Rakotonirina à l’état civil qui enchaîne tubes sur tubes depuis « Izay tianao » à « Efiko parsi » jusqu’à « Tania » qui ne cesse d’enivrer le public depuis sa sortie, il y a trois mois de cela. Continuant ainsi àgravir les échelons du milieu musical, Rak’ Roots, porté par un charisme et une modestie propre à lui, s’affirme autant auprès du public national que la diaspora Outre-mer. En deux ans, il compte effectivement deux tournées nationales et internationales également.Le « Efiko parsi tour », d’il y a un an, a ainsi fait le tour du pays et a comptabilisé onze dates dans l’Hexagone. Rak’ Roots entend ainsi rempiler cette année avec son « Tania tour », une belle épopée débutée au mois d’août, et à travers laquelle il a déjà conquis Sambava, Mahajanga et Toamasina. Ce week-end, le chanteur s’envolera de nouveau pour la France, où il se sera sur scène pour le grand plaisir du public local. Rendez-vous est ainsi donné à Savigny Le Temple à Paris ce 30 septembre avec Rak’ Roots. « Je suis particulièrement enthousiaste à l’idée de retrouver le public local et de partager un bon moment de convivialité avec eux. J’amènerai avec moi un vent de fraîcheur du pays pour qu’on puisse festoyer ensemble à l’occasion » souligne Rak’ Roots.Par la suite, le chanteur espère enchaîner sur trois dates à Toulouse et en Allemagne avant de revenir au pays pour continuer le « Tania Tour » vers le Nord, à Nosy Be, Ambanja et Antsiranana. Il prévoit sortir son premier album sobrement intitulé « Inspi Rak’Roots », vers le début de l’année prochaine.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Ranty tient tête aux Sud-Africains

Le jeune pilote malgache, Ranty Ernest, disputait sa toute première course en Afrique du Sud, dimanche, à North West plus précisément. Et ce, pour le compte de la Vision Racing Team, en catégorie juniors 125 cm3.Malgré des conditions de course peu favorables, il a impressionné tout le monde. Au terme de la première manche de quinze minutes, il a pris la septième place sur vingt-cinq concurrents, avec son Husqvarna TC-125. Un résultat encourageant, sachant qu’il s’est retrouvé embourbé dans le peloton au départ, avec plusieurs pilotes à terre autour de lui.« J’ai pris un mauvais départ. J’étais avant-dernier au premier hoop », a-t-il déploré. Mais grâce à son talent, il a réussi une superbe remontée. Dans la seconde manche, une chute au premier virage a été l’origine d’un nouveau départ raté.Mais encore une fois, Ranty a remonté tout le peloton, pour prendre finalement la sixième position. Si la course avait duré trente minutes et non quinze, il aurait certainement pu remonter jusqu’au podium, et pourquoi pas se battre pour la victoire, sachant qu’il n’avait que trois secondes de retard sur le vainqueur à l’arrivée.D’un autre côté, Ranty aurait également pu réaliser de meilleures performances avec une Husky préparée, sachant qu’il roulait sur une moto « full stock » pour cette première sortie. L’instal­lation d’un pot kit du genre FMF aurait pu l’aider par exemple.Il se faisait distancer de quelques mètres à chaque ligne droite, alors qu’il était en fond de butée sur la poignée d’accélérateur, en raison du manque de puissance de sa machine.Suite à cette première sortie, le multiple cham­pion de Madagascar junior a le moral gonflé à bloc. Il croit fermement qu’il pourra batailler pour la victoire à Terra Topia, le dimanche 14 octobre, lors de la prochaine course. Et ce, avec une meilleure préparation et s’il roule dans de meilleures conditions.Pour sa part, le boss de la Vision Racing Team, Grant Foley, se dit déjà convaincu de son potentiel : « Je suis content de ses performances. On va travailler pour améliorer sa vitesse en courbe et ses procédures de départ. Il a le potentiel pour devenir pilote professionnel. »

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Début de la deuxiè me phase

La phase II de la THB Champions League de football débute ce vendredi. HZAM Alaotra Mangoro, CNaPS Sport Itasy, USSK Diana, Varatraza Sofia, FC Maeva Betsiboka et Ajesaia Bongolava s’affronteront au stade Rabemananjara. Cosfa Analamanga, Elgeco Plus Analamanga, Top Dom Amoron’i Mania, Zanakala FC Haute Matsiatra, FC Angele Anosy et RTS Jet Mada Itasy joueront au stade Moderne d’Ampasambazaha.

L'express de Madagascar0 partages

Service national en cours

Une centaine de jeunes ont répondu à l’appel pour le service national, il y a une semaine à la commune d’Ambohimanambola. Cette opération a commencé début septembre dans les Communes avoisinant Antananarivo mais aussi dans d’autres régions comme Mahajanga. Le service national ayant stagné depuis 2009, le ministère de la Défense nationale a voulu le reprendre cette cette année. Tous les jeunes garçons de 18 ans sont appelés à servir leur pays. Cent dix neuf districts sont concernés. Le but est de pouvoir passer au recrutement de nouveaux jeunes militaires pour pallier l’insécurité dans la plupart des zones rouges.

L'express de Madagascar0 partages

Évadé rattrapé

Les recherches continuent après l’évasion de onze détenus à la maisoncentrale d’Ambatondrazaka dans la nuit de samedi à dimanche. L’un des fuyards a été rattrapé à Ambohi­manjaka, à 67 kilomètres d’Ambaton­drazaka.

L'express de Madagascar0 partages

Une petite ville des femmes au sein du Rova

Depuis Andrian-jaka jusqu’en 1869-1888, époque où l’on y ajoute un temple, le Rova d’Antananarivo possède les structures de tous les Rova suivants. Vincent Belrose Huyghes cite alors le R.P. Callet dans son Tantara ny Andriana : « À Ambohimanga, il y a trois enceintes : Mahandrihono, Nanjakana et Bevato. Elles sont séparées les unes des autres… Elles sont disposées en gradins (…) Les Tranomasina étaient au nombre de douze formant une rangée. »Trois fonctions essentielles sont définies par les  Tantara, reprend l’auteur du Rova de Tananarive d’Andrianjaka à Radama Ier. Un exemple de syncrétisme esthétique au XIXe siècle » (lire précédente Note). « Mahandrihono est habité par Andrianampoinimerina, la Tranomasina se trouve dans la même enceinte ; Nanjakana appartenait à ses enfants et est cédé à Radama ; Bevato est la résidence des douze femmes d’Andrianampoinimerina. » Belrose Huygues reprend les Tantara  en affirmant que l’enceinte la plus importante est Mahandrihono qui rassemble la demeure du grand roi, les tombeaux royaux, le Kianja et un parc à bœufs sacré (Fahimasina).Les informateurs du père Callet connaissent la similitude entre les deux Rova, mais seuls les Européens ont accès à Antananarivo. En 1828, le missionnaire Bennet écrit : « Il y a plusieurs cours, chacune renfermant un Dou plusieurs palais séparés l’un de l’autre par de hautes barrières en bois. » David Jones remarque lui aussi la présence de plusieurs enceintes qu’il appelle enclos. Leminier précise : « Le palais du roi Radama domine les autres édifices et se compose d’une grande quantité de cases pour lui, ses femmes, les gens de sa suite, ses arsenaux, etc. » Et Coppalle confirme : « Le palais ou Rouvy occupe le mamelon le plus élevé de la montagne. C’est un enclos assez vaste formé de trois enceintes particulières. La première et la plus remarquable est celle où demeure le roi. La seconde sert de logement aux femmes du roi et à quelques étrangers (…) L’enceinte qui sert de demeure aux reines est la plus vaste. C’est une petite ville qui contient, outre la maison des princesses, une douzaine de petites cabanes, appelées par les naturels Tranomasina. »Belrose Huygues apporte cependant une petite correction : « En réalité, il n’y a que deux Rova et ce que Coppalle considère comme une troisième enceinte (un sérail) n’est qu’une dépendance de Tranovola. Le Rova sud, celui d’Andrianampoini-merina, n’a pas été modifié, il recoupe assez exactement, quant aux principes, celui d’Ambohimanga. » Se basant sur cette étude de Coppalle, l’historien retrace l’évolution qui se fait dans le Rova par rapport à celui d’Andrianjaka. Le Rova d’Andrianampoinimerina comme à Ambohimanga est composé de plusieurs enceintes. La première comporte les tombes de ses prédécesseurs depuis Andrianjaka (sept tombes) et les cases où seul le souverain peut résider.« Manjakamiadana nommé aussi Felatanambola se trouve à l’extrémité N » (quelque part à l’emplacement de l’actuel Palais de la Reine, suggère Belrose Huygues). « Manatsara en haut et à l’E du tombeau royal… les femmes du souverain et ses enfants n’y habitent pas… Soaniadanana au S de Manjakamiadana est une habitation d’Andria-nampoinimerina… qui s’y trouvait continuellement… » Cette première enceinte correspond tout à fait à Mahandrihono d’Ambohimanga. Dans la seconde enceinte, la différence tient au nombre important de demeures à Antananarivo. Attribuée aux femmes, elle correspond néanmoins par sa fonction, au Bevato d’Ambohimanga. À noter qu’il n’y a pas de troisième enceinte à Antananarivo.Il est à préciser que les femmes sont exclues de l’enceinte du roi : elles peuvent y aller, mais n’y couchent pas. Les Mainty et les Andevo également. Les demeures des femmes du grand roi sont nombreuses, plus de douze, dont Besàkana et Masoandrotsiroa. « Besàkana n’était aucunement la demeure d’Andrianampoinimerina qui y plaça Ralesoka et Rabodonandrianampoinimerina, future Ranavalona Ire. » Le palais se trouve d’ailleurs à la limite S du quartier des reines.

L'express de Madagascar0 partages

Un corps sur la route digue

Le corps d’un septuagénaire a été retrouvé, gisant sur la route digue non loin de la station de pompage d’Ambodimita. La dépouille a été conduite à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha. Un éclatement de la boite crânienne a été relevé lors de l’autopsie.

L'express de Madagascar0 partages

Ambatondrazaka – Passation de service  à la circonscription scolaire

La matinée de la journée d’hier a été marquée par la passation de service entre les deux chefs de la circonscription scolaire (Cisco) d’Ambatondrazaka, entrant et sortant, en présence de Todisoa Andriamampandry, directeur général de l’Éducation fondamentale et de l’alphabétisation au sein du ministère de l’Éducation nationale, et d’Olivier Nomenjanahary Rakotozafy, directeur régional de l’Éducation nationale de l’Alaotra-Mangoro, et ses collaborateurs.La cérémonie, purement pédagogique et administrative, s’est déroulée dans les locaux du collège d’enseignement général Razaka, situé dans le quartier Antsaha­tanteraka. Les chefs de zones administratives pédagogiques ainsi que des conseillers pédagogiques en service dans la Cisco d’Ambatondrazaka, y ont assisté.Après la lecture de l’arrêté N°22 892/2017/MEN portant nouvelle nomination de chef de la Cisco d’Ambatondrazaka dans l’Alaotra-Mangoro, Fanja Tadiavintsoa Rakotomalala a souligné que sa mission principale n’est ni de sous-estimer ni de rabaisser son prédécesseur et tous les efforts qu’il a faits pour le bien de l’éducation dans la circonscription concernée. « Il a tout fait, mais il me reste encore des choses à réaliser », articule-t-il.Auparavant, Harivosoa Randriantiana a cité toutes les activités effectuées, le rôle et les attributions des collaborateurs/partenaires/compagnons, dans la recherche de l’amélioration de la performance de la Cisco et des établissements scolaires sur toute l’étendue de la circonscription.À noter que c’est la première fois qu’aucun politique ni autorité en dehors du cercle de la pédagogie n’a assisté à un tel évènement que le monde de l’éducation de la zone a qualifié de grandiose. Dans les parages, visiblement, plus d’un s’en est demandé la raison. Aucune explication n’a été fournie … jusqu’ici.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Rallye virtuel à  Andohatapenaka

Après plusieurs mois de trêve, le championnat de Madagascar de rallye virutel reprendra en fin de semaine. Le village Voara Andohatapenaka, ex-francophonie, accueillera la quatrième manche de la saison, samedi. L’événement portera l’appellation de Contest XXL Energy Orange.

L'express de Madagascar0 partages

Un blessé succombe

Percuté de plein fouet par une moto à Ankasina mercredi après-midi, un quadragénaire a succombé. Un choc à la tête lui a été fatal. Placée sous soins intensifs à l’hôpital d’Ampefiloha, la victime a rendu l’âme quatre jours après l’accident.

L'express de Madagascar0 partages

Leçon dramatique

Une leçon de conduite a viré au drame à Androndra­kely dimanche après-midi. Une quadragénaire qui était au volant d’un minibus de marque Mercedes Sprinter a trouvé la mort. Son mari se trouve dans un état préoccupant.

Midi Madagasikara0 partages

Alarobia Amboniloha : Saika raikitra ny sakoroka, tsy nanaiky ny fananganana « pylone » ireo mponina

Tapaka tao anatin’ny fotoana vitsy ny lalana teny Amboniloha omaly antoandro. Izany dia noho ny fidinana an-dalambe nataon’ireo mponina teny an-toerana, ho fanoherana ny fananganana « pylône » teo ambonina trano lehibe iray. Vetivety tokoa dia vory marobe ny olona, ary efa saika raikitra mihitsy ny sakoroka teny an-toerana, raha tsy tonga malaky ireto tompon’andraikitra isan-tsokajiny, nampian’ireo mpitandro filaminana, nandamina ny raharaha. Mazava ny tenin’ireo fokonolona : « tsy mila an’io « pylone » io mipetaka eo izahay, raha tsy izany dia hisy raharaha eo ». Efa ny faran’ny herinandro teo no narahin’ireo mponina maso ny fikonokonanana teny ambonin’ny tafon’ity trano lehibe ity. Tsy nampiraika firy ny maro anefa izany, raha tsy io omaly io rehefa tena hitan’ny besinimaro fa mivonona ny hanangana ilay « pylone » indray ireo mpiasa. Raikitra teo ny tabataba isan-karazany, ny tsoka kiriorioka sy ny fivelesana ny vavahady vy nankao amin’ilay trano. Tsiahivina tokoa mantsy fa fanindroany amin’ity izao no nisy nikasa hametaka an’izany fitaovana izany teny an-toerana. Saingy tamin’ny voloahany dia fantatra fa tsy nahazo alalàna ireo tompon’izany tetikasa izany, ka noraràn’ny fokontany ilay asa. Manginy fotsiny ny fandavàna ankitsirano nasetr’ireo mponina. Noheverin’ny maro fa hilamina iny resaka iny taorian’ireo fotoana saingy dia izao miverina izao indray. Araka ny angom-baovao teny an-toerana moa, dia tamin’ity indray mitoraka ity dia nisy ny fahazoan-dalana nomen’ny kaomina ny tompon’izany tetikasa izany ka nahatonga azy ireo hametraka indray ilay fitaovana. Hatreto, araka izany, dia mbola tsy fantatra izay tohiny. Fa raha ny omaly aloha, ho fandaminana ireo mponina izay efa nisavorovoro be ihany dia tsy notohizana intsony ny asa ary nasaina nody ireo nametraka izany. Ny amin’ireo fitaovana kosa dia voalaza fa hoesorina eny an-toerana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Brigitte Rasamoelina : Pour l’élaboration d’un cadre juridique précis sur les « fokontany »

La présidente nationale du parti « Ampela Manao Politika » soutient la tenue d’un référendum constitutionnel. Interview.

Midi Madagasikara : Pensez-vous que les « fokontany » doivent faire partie des Collectivités Territoriales Décentralisées ?

Brigitte Rasamoelina : « Oui, je pense qu’il est tout à fait judicieux de mettre dans un cadre juridique précis la situation des « fokontany » qui, selon la constitution, ne font pas partie des CTD. Cette situation provoque des divergences de points de vue et des problèmes au niveau pratique, car des responsables veulent nommer les chefs de « fokontany » tandis que d’autres veulent les élire. On peut sûrement légiférer sur ce point par voie d’ordonnance ou de décret, mais pour ma part, j’opte pour la légifération par la Constitution vu l’importance du rôle que jouent les « fokontany » en matière de développement ».

M.M : Pensez-vous qu’organiser un référendum constitutionnel est opportun à un an de la Présidentielle ?  

B.R : « S’il faut le faire, autant le faire aujourd’hui tant qu’on se rend compte de l’importance de la situation ! Ou, est-ce qu’on veut que cela se passe juste au début du mandat du prochain Président ? C’est encore plus embêtant à mon avis car cela va freiner les efforts de développement. De toutes les façons, ça va toujours piétiner un peu sur le temps d’un mandat, donc je préfère positiver et ne pas polémiquer. A mon avis, l’Etat est le mieux placé pour apprécier l’opportunité d’un référendum. Les politiciens ont aussi leur mot à dire, mais ce sont les électeurs qui ont le dernier mot. Quant au risque de prolongation du mandat du Président en exercice, je ne peux rien avancer, car je n’ai pas le calendrier électoral ».

M.M : D’autres préconisent d’inclure les amendements à la Constitution dans les programmes de Société des futurs candidats à la Présidentielle.

B.R : « Moi, je pense que c’est trop lourd, les attentions des électeurs souvent se concentrent surtout sur les promesses et les projets de société d’autant plus que ce ne sera pas facile avec le nombre probablement élevé de candidats. Et ce sera l’idée d’un seul candidat tandis que si c’est l’Etat qui le fait, toutes les institutions mises en place vont y apporter leurs contributions et comme le proverbe africain dit, « deux têtes pensantes valent toujours mieux qu’une seule tête pensante quelle que soit la grosseur de la tête qui pense ».

M.M : Pensez-vous que le Président actuel va tailler la Constitution «  à sa pointure » comme ce qui a toujours été le cas ?

B.R : « A mon avis, c’est impossible avec tous les observateurs qui surveillent tous ses faits et gestes. D’ailleurs c’est le peuple qui va trancher par la voie des urnes. Notre parti, l’AMP propose aussi que l’article 54 de la Constitution soit supprimé et changé par « Le Président nomme  le Premier Ministre ». Si un Président est élu, donnez-lui la liberté de choisir ses proches collaborateurs sans compliquer les choses, car n’oublions pas que l’article 45 de la constitution stipule qu’il est LE GARANT du bon fonctionnement de l’Etat (il n’y a pas d’autres garants mentionnés), donc laissons le assumer aussi ses choix. Le priver de ces prérogatives risque de frustrer et de retarder beaucoup de choses, nous avons l’expérience. Au pire des cas, si on maintient cet article au nom de la démocratie, comme cette Constitution a été inspirée du français et traduite en malgache, nous proposons de faire ressortir l’esprit et la culture malgache et proposons comme suit «  Le Président nomme le Premier Ministre sur PROPOSITION ou TOLOKEVITRA du parti ou groupe de partis majoritaires, qui n’a pas de connotations d’ordre ou d’obligation au lieu de « PRESENTER OU MANOLOTRA » à la démocratie occidentale ».

Recueillis par Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Pesta eto Toamasina : Nisy olona roa maty indray ny faran’ny herinandro teo

Nahoraka sy nahazo vahana tamin’ny resaky ny olona teny rehetra teny, hatrany am-piangonana, izay nohamafisin’ny angom-baovao natao ihany koa, ny fisian’ny olona matin’ny pesty ny havokavoka niisa roa, ny faran’ny herinandro teo teto Toamasina. Raha io angom-baovao io ihany dia nisy olona iray tokony ho 30 taona niditra hopitaly tao Morafeno (hopitaly manara-penitra teo aloha) ny zoma 22 septambra. Nandritra ny fizahana azy dia fantatra fa pesta amin’ny avokavoka no nahazo azy ka nafindra teo anivon’ny hopitaly mitsabo ny aretin-tratra teo anivon’ny hopitaly be, saingy ny fahatongavany teny no ela ny sabotsy teo dia maty ilay marary. Ny faharoa, izay 25 taona, ny sabotsy 23 septambra teo io ihany dia nisy olona iray hafa ihany koa niditra ny hopitalin’ny marary tratra teo anivon’ny hopitaly be. Noho ny efa fihombon’ny aretina tamin’ny famonjeny hopitaly dia maty ihany koa ity marary ity ny sabotsy alina ihany. Efa samy nalevina izy ireo raha ny vaovao.  Vokatr’ireo tranga ireo dia niezaka niantso ny talem-paritry ara-pahasalamana atsinanana ny mpanao gazety, saingy tsy namaly ny antson’ny mpanao gazety hakana ny heviny sy fanazavana mikasika ity olona roa matin’ny pesta ny faran’ny herinandro ity izy ireo. Ireo mpitsabo hafa nanontaniana mikasika ity raharaha ity kosa, dia teo no nilaza ny tsy fahalalany izao olona roa matin’ny pesta teto Toamasina izao. Ny tena olana anefa amin’ity raharaha ity dia taorian’ny fahatongavan’ny ekipan’ny “institut Pasteur” sy ny “OMS” teto Toamasina nanao fanadinadiana, sy nijery ifotony ity aretina ity, no nitrangany indray…

Malala Didier