Les actualités Malgaches du Jeudi 26 Juillet 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara23 partages

26 juillet : Journée mondiale de protection des mangroves

Les mangroves fossilisées de la plage d’Antrema, à Majunga

Le 26 juillet est consacré chaque année à la protection des mangroves. Une occasion de mobiliser le plus grand nombre sur la nécessité de préserver ces écosystèmes critiques. Pourquoi ? En raison des services écologiques énormes qu’ils rendent, notamment dans la lutte contre le changement climatique.

Adaptation et atténuation. Nous savons tous que la lutte contre les effets du changement climatique se fait sur deux niveaux, à savoir l’adaptation et l’atténuation. L’adaptation qui, comme son nom l’indique, consiste en les actions, qui permet de s’adapter aux effets irréversibles du changement climatique, tels que le réchauffement, l’érosion des littoraux et l’accroissement du niveau de la mer, etc. L’atténuation ou mitigation, quant à elle renvoie aux actions permettant d’atténuer, réduire considérablement les effets « réversibles » du changement climatique. L’écosystème des mangroves permettent à la fois l’adaptation et l’atténuation des effets du changement climatique : les mangroves stockent le carbone, elles protègent le littoral de l’érosion, etc.

Enjeux nationaux. A Madagascar, les 330.000 ha de mangroves que compte le pays soulèvent bien d’autres enjeux, extérieurs au volet environnemental : des enjeux hautement économiques. Les mangroves jouent en effet un rôle primordial dans le commerce de l’or rose et du crabe serrata (crabe des mangroves). Les bois de palétuviers servent en effet de nidation pour ces crustacés, dont le commerce et l’exportation pourvoient des devises considérables pour Madagascar. De plus, le bois des mangroves sont également surexploités, parce qu’ils ont la réputation-justifiée- d’être de bonne qualité ; mais ils sont aussi transformés en combustibles dans certaines parties de l’île. Une surexploitation et une situation précaire qui ont abouti à l’arrêté interministériel n° 32100-2014 du 24 octobre 2014 interdisant l’exploitation de bois de mangroves au niveau du territoire national.

Restauration et exploitation. Les avis sont partagés au niveau de la communauté scientifique, d’abord, parce que l’arrêté est loin d’être respecté, mais aussi parce que les environnementalistes sont nombreux à proposer une exploitation rationnelle doublée d’une restauration stratégique des mangroves. En septembre 2017, le premier colloque régional ( Océan indien) sur les mangroves couplé avec une école thématique sur la dynamique et la gestion des mangroves a été organisé par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et ses partenaires techniques et financiers à Mahajanga. Tandis que de part et d’autre de l’île, les activités de restauration des mangroves, engagement des communautés locales à l’appui, se multiplient. Cette année, la célébration de la journée internationale de protection des mangroves se tient dans l’Atsinanana.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara16 partages

Omer Beriziky : Des affiches sont déjà placées !

Puisque l’un des candidats a commencé à placer des affiches un peu partout, d’autres vont y procéder également. Vive l’anarchie électorale !

C’est l’une des conséquences du vide juridique propre à la précampagne, car tout le monde part du principe selon lequel tout ce qui n’est pas interdit est permis. En effet, à quelques jours de l’ouverture du dépôt de candidature – le 1er Août prochain – et à quelques mois du début de la campagne électorale – le 7 octobre – des affiches de l’ancien Premier ministre, Omer Beriziky, et non moins candidat à l’élection présidentielle sont déjà placées dans quelques rues de la capitale Antananarivo. Sur ces affiches, on y voit le personnage avec son chapeau de paille, vêtu d’un polo de couleur blanche à manches courtes, avec un petit drapeau malgache pins et la main droite sur le cœur. Tout cela, sur un fond de paysage vert, mettant en exergue le côté campagnard de Madagascar. On voit, notamment, ces affiches au cœur d’Analakely, sur un poteau près du marché de Pochard et sur un autre, près du premier arrondissement. L’iniquité est donc, au rendez-vous. Nos parlementaires avaient eu beaucoup de temps pour rédiger des textes relatifs à la précampagne mais par mauvaise foi, et par calculs politiques malsains, ils l’ont complètement ignorée. Omer Berizikiy n’est pas le seul. Certains s’aventurent dans tout Madagascar pour vendre un patronyme, d’autres passent leur temps à inaugurer des infrastructures…

Aina Bovel

Midi Madagasikara12 partages

Musique urbaine : Mash Manjaka, tout seul comme un grand au Kudéta

Mash Manjaka

C’est parti pour une soirée aux couleurs urbaines avec Mash Manjaka. Ce samedi, le groupe va investir le Kudéta Urban Club.

De la bonne musique et des textes bien réfléchis ! C’est ce qu’offrira Mash Manjaka au menu pour le concert qu’il donnera ce samedi. Une soirée qui s’annonce très prometteuse, du moins, pour les mordus de reggae. Un genre musical que le jeune leader du groupe a choisi pour son message d’unité. « Le reggae n’est pas qu’un genre musical, c’est un mode de vie à travers lequel on avance ensemble, main dans la main. C’est ce qui m’a séduit dans le reggae. Et il n’y pas trop de différences entre ce que disent les reggaemen dans leurs textes et notre façon de voir les choses. Les valeurs malgaches comme la paix et la fraternité y sont souvent abordées. Dans leurs compositions, les grandes figures du reggae invitent également ceux qui les écoutent à ne pas s’entretuer, à ne pas se mépriser ou à partir chacun de son côté. C’est également le message que j’essaie de transmettre dans mes textes ». Ce samedi, le groupe qui compte près d’une vingtaine d’années de carrière à son actif retrouvera donc le public.

Du hip-hop au reggae. Mash Manjaka voit effectivement le jour en 1999. « On a d’abord commencé avec le hip-hop car c’est ce qui était le plus accessible au public bien qu’on ait déjà commencé à faire du sound system à cette époque. Le plus important c’est que jusqu’à maintenant, on peut et on veut encore continuer le mouvement pour promouvoir la musique urbaine, et les textes qui font appel à la conscience. A travers la musique, je parle de mes croyances et de mes racines parce qu’il y a ceux qui étaient avant nous, qu’on appelle les « razam-be » (les anciens) et puis nous, Malgaches. Bien avant tout ce qu’on est en train de vivre actuellement, nos ancêtres étaient déjà croyants. Ils étaient convaincus de l’existence d’un créateur en qui on peut demander pardon et qu’on peut remercier. Nos textes œuvrent dans ce sens. Aussi, on aime parler d’unité. Certes, Madagascar possède dix-huit tribus mais il n’y a qu’une seule Nation malgache. On ne sent pas trop d’unicité dans le pays et c’est notre plus grand problème. Cela se répercute sur plusieurs domaines comme la politique, l’économie et surtout le social. On essaye de traduire tout cela dans nos textes ». Des textes empreints de message sur des rythmes très urbains que les amateurs de musique actuelle apprécieront certainement.Mahetsaka

Midi Madagasikara10 partages

Election présidentielle : Paul Rabary dénonce la « HVMisation » de l’administration

Paul Rabary a expliqué de long en large les raisons de sa démission. (Photo Nary Ravonjy)

L’ancien ministre de l’Education Nationale, de lancer un appel à l’endroit des enseignants, de reprendre leurs activités tout en soulignant au passage que « qui que ce soit le ministre de l’Education Nationale, les problèmes ne seront pas résolus ».

Suite à sa démission au sein du parti HVM, l’ancien ministre de l’Education Nationale Paul Rabary a tenu une conférence de presse hier, à l’hôtel Le Louvre. Il a expliqué de long en large les raisons de cette démission. L’ancien ministre a tenu ainsi à rappeler que, lors du meeting organisé par le HVM à Antsojombe, ses conseillers spéciaux ont réuni le staff, ils ont invité ce dernier à sensibiliser le personnel à remplir le stadium. Motif, il y avait eu 40.000 maîtres FRAM qui ont été recrutés. Et d’enchaîner que « je n’ai pas adhéré à ce point de vue. Il y avait eu également une cotisation pour chaque ministre, je n’ai pas participé ». Et d’enfoncer le clou, que le pouvoir a ordonné qu’« il faudrait procéder à la « HVMisation », étant donné que les échéances électorales approchent ». C’est ce qu’il a contesté, a-t-il dit, « de mon côté, je prône la dépolitisation du ministère».

Déclarations. Le parti présidentiel n’a pas aussi échappé aux critiques de l’ancien Secrétaire Général adjoint du HVM, notamment dans sa structure. « Les dirigeants du HVM n’ont pas la légitimité populaire par les urnes ». Et d’ajouter que « les maires et les sénateurs élus sous la couleur du parti, n’ont pas été considérés ». Mais pourquoi avoir attendu son exclusion ou limogeage, c’est selon, du gouvernement pour faire autant de déclarations ? On a l’impression que l’ancien Secrétaire Général du HVM essaie de se justifier pour expliquer sa démission.

Tournées. A la question des journalistes, s’il va participer à l’élection présidentielle ou du moins législative, il a tout simplement déclaré que « ce n’est pas encore le moment ». Mais il a ajouté de procéder à des tournées dans les régions, mais on se demande si ce n’est pas déjà des signes qui démontrent qu’il va participer à la course à la Magistrature suprême. Toujours à propos de la présidentielle, à lui de se demander, « est-que nous n’avons pas le choix qu’entre trois ou quatre personnes ? ». Mais sera-t-il entendu ?

Dominique R.

Midi Madagasikara8 partages

Projet BoViMa : La relance de l’exportation de viande de zébu en marche

Le zébu joue un rôle de premier ordre dans l’économie malgache

La stratégie de BoViMa contribuera à formaliser la filière de l’élevage à Madagascar, et à renforcer la sécurité alimentaire, tout en approvisionnant les marchés locaux en abats riches en protéines.

« Je suis convaincu que le projet de BoViMa va métamorphoser le sud du pays ». Cette déclaration est de Danil Ismaël, PDG du groupe SMTP dans un article publié sur le site Internet de la Banque Mondiale à Madagascar.

Retombées positives. Une affirmation qui a toute sa raison d’être quand on pense aux retombées positives de ce projet pour le sud malgache en particulier, et pour l’économie nationale en général.  Le zébu jouant un rôle important dans le contexte socioéconomique malgache. « Depuis plusieurs générations à Madagascar, le zébu est symbole de pouvoir et de prospérité. Cet animal de trait à la silhouette caractéristique, avec sa bosse, ses longues cornes recourbées et son immense fanon sous le cou, figure même sur le blason du pays. Dans les rues animées d’Antananarivo, la capitale de la Grande Île, voitures et taxis Citroën brinquebalants, lui cèdent la priorité — et dans les restaurants chics comme dans les petites gargotes, les clients affamés se délectent de ses steaks grillés », rappelle l’article en question.  Et pourtant, ces dernières décennies, le zébu malgache a beaucoup  perdu de sa valeur et de son importance en nombre.  « Malgré l’importance de cet animal, les troupeaux de zébus ont fortement régressé, de 23 millions de têtes au début des années 80 à environ 6 millions aujourd’hui. Un entrepreneur malgache entend pourtant reconstruire la filière et relancer les exportations de viande de zébu qui ont pratiquement disparu, plombées par des décennies de sous-investissement et le manque de soins vétérinaires adaptés ».

Envergue internationale. Du coup, le projet BoViMa du groupe SMTP arrive à point nommé pour relancer la filière. Compte tenu d’ailleurs de son importance, le projet a obtenu le financement d’un important bailleur qu’est la Société Financière Internationale (IFC). « Soutenue par un prêt de sept millions de dollars et d’importants services de conseil de la IFC, la société BoViMa (Bonne Viande de Madagascar) est en train de construire un parc d’engraissement et un abattoir moderne à proximité de Tolagnaro, dans la région pauvre du sud de Madagascar. Le parc s’approvisionnera en zébus et en aliments pour animaux auprès des éleveurs et des agriculteurs locaux, ce qui créera des emplois et génèrera des activités commerciales ». Un projet d’envergure internationale puisque BoViMa vise à la fois le marché local et extérieur.  « Membre du groupe SMTP, BoViMa envisage de produire de la viande de zébus pour le marché national et international, notamment en direction des Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, où la demande explose ».  Selon Danil Ismael, « l’entreprise espère ainsi donner un coup de fouet plus que bienvenu à l’économie malgache, où le chômage est endémique et où 60 % des populations en milieu rural vivent de l’élevage ».

Population locale. Le projet a par ailleurs le mérite d’impliquer la population locale. « Nous achèterons les animaux à des agriculteurs locaux ainsi que les 90.000 à 120.000 tonnes d’aliments dont nous aurons besoin chaque année pour nourrir les bêtes. À terme, nous travaillerons avec un réseau d’au moins 12 000 agriculteurs et éleveurs. » selon toujours Danil Ismaël. Actuellement, le projet BoViMa est déjà dans une phase avancée. « L’activité bat déjà son plein sur le chantier, où quelque 250 ouvriers posent les briques et coulent le béton des futurs bureaux, de l’abattoir et du parc d’engraissement de BoViMa. Pour la plupart d’entre eux, il s’agit de leur premier emploi formel. Une fois les installations opérationnelles, BoViMa deviendra le premier employeur de la région. Par ailleurs, les équipes du projet travailleront en collaboration avec les agriculteurs pour associer leurs pratiques traditionnelles à des techniques modernes et durables qui leur permettront d’agrandir leurs troupeaux et d’augmenter leurs revenus. La IFC aide BoViMa à mettre en place une chaîne d’approvisionnement solide, reposant sur un système de gestion du bétail et d’un programme d’aide aux petits éleveurs et agriculteurs ». La stratégie de BoViMa contribuera à formaliser la filière de l’élevage à Madagascar et à renforcer la sécurité alimentaire, tout en approvisionnant les marchés locaux en abats riches en protéines. L’entreprise entend également développer un système d’énergie renouvelable alimenté au biogaz, à l’éolien et au solaire, dans le but de devenir autosuffisante cinq ans après le démarrage de la production, en 2019.

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara5 partages

Journée de l’éthique : Le parti Freedom réitère la nécessité du renouvellement des pratiques politi...

La présidente du parti Freedom, Lalatiana Rakotondrazafy, se sent redevable et reconnaissante envers Herizo Razafimahaleo qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui politiquement

Hier fut la commémoration des dix ans de décès de Herizo Razafimahaleo, le fondateur du parti Leader Fanilo, par le parti Freedom, dirigé par Lalatiana Rakotondrazafy, à l’Hôtel « Le Grand Mellis » Tsaralalàna.

25 Juillet 2008 – 25 Juillet 2018. Cela fait exactement dix ans que le fondateur du parti Leader Fanilo, Herizo Razafimahaleo, est parti pour un monde meilleur, laissant derrière lui un grand vide, certes, mais surtout, un héritage politique et idéologique très précieux, ancré dans les esprits du parti Freedom. Pour cette occasion, ce dernier a organisé, hier, à l’Hôtel Le Grand Mellis Tsaralalàna, la journée de l’éthique politique, une conférence en hommage à ce grand homme qui faisait de l’éthique politique la première de ses valeurs. Et puisque l’on en parle, tout le monde n’est sans savoir que la plupart des partis politiques et des politiciens qui les composent ne se dotent point de cette éthique politique qu’avait Herizo Razafimahaleo. Peut-être que la plupart ne connaissent pas exactement sa définition et sont arrivés au pouvoir ou dans le monde politique (c’est selon) par nécessité ou par opportunité.

Préparation. Justement, par rapport à ce point, Lalatiana Rakotondrazafy, la présidente du parti Freedom, a rappelé l’importance de la préparation avant de se lancer dans la politique, ou de diriger le pays. « En tant que parti, nous entendons diriger le pays. Et conformément à ce que Herizo Razafimahaleo nous a appris, nous nous préparons au préalable. Ainsi, nous avons – entre autres – notre projet de société, notre programme gouvernemental et les documents directeurs qui régissent notre parti », a-t-elle expliqué. Effectivement, la pratique a toujours fait que c’est seulement une fois au pouvoir que l’on élabore les divers documents stratégiques qui ne correspondent pas forcément aux attentes de la population ou qui ne se concrétisent presque jamais.

Idéologie. Mais ce n’est pas tout. Le culte de la personnalité – qui a été sévèrement fustigé par Herizo Razafimahaleo mais qui est toujours renforcé par les politiciens actuels – ne sera guère un recours pour le parti Freedom. Lalatiana Rakotondrazady précise : « Herizo Razafimahaleo a toujours véhiculé le culte de l’idéologie et non le culte de la personnalité. Il a banni la transhumance et a conseillé que si l’on fait partie de l’Opposition, l’idée n’est pas d’évincer les dirigeants du pouvoir, mais  soit de proposer des critiques constructives, soit d’avancer des propositions. Le parti Freedom milite pour la justice sociale et se revendique de gauche. Il avance également des critiques comme des solutions pour améliorer la gouvernance du pays ».

Renouvellement. De son vivant, Herizo Razafimahaleo prônait une meilleure pratique politique, mais cela demeure un défi herculéen actuellement. La transhumance, le népotisme, le trafic d’influence, les diverses formes d’abus, le culte de la personnalité que l’on a cité supra, la culture du « seza » ; tout cela se produit faute d’éthique politique. Justement, le parti Freedom milite pour le « renouvellement de la classe politique et des pratiques politiques ». Peut-être que cela devrait commencer aussi au sein du Leader Fanilo qui s’est scindé en deux…

Aina Bovel

Midi Madagasikara5 partages

Présence aux meetings politiques : Préfets et chefs de district rappelés à l’ordre

Le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation insiste sur la neutralité politique de l’Administration en cette période électorale.

En cette période de précampagne pour la présidentielle du 07 novembre, le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation rappelle certains principes chers à la neutralité de l’Administration publique.

Le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation vient de mettre les points sur les « i » quant à la neutralité de l’Administration publique en cette période électorale. Hier, une note a été prise par le ministre Razafimahefa Tianarivelo. Dans cette note adressée particulièrement à tous les directeurs provinciaux de l’Intérieur et de la Décentralisation, à tous les préfets de police, à tous les chefs de régions, à tous les chefs de districts et à tous les chefs d’arrondissement administratif, ce membre du gouvernement fait constater que « ces derniers temps, des responsables centraux et territoriaux du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation n’ont pas observé leur obligation de réserve dans l’exercice de leurs fonctions ». La note de rajouter : « Ces manquements se manifestaient par l’expression publique de position politique ou de soutien de candidat aux élections, mais aussi par le non-respect de la déontologie et de l’éthique quant au port d’uniforme. » l’organisation des consultations électorales crédibles, transparentes et fiables étant l’objectif cette année, le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation de déplorer: « Les errements de certains agents de l’Administration quant à la stricte observation de la neutralité politique ne militent pas dans l’atteinte de ces objectifs. »

Traitement de faveur. Pour mettre l’accent sur les obligations de neutralité politique et le devoir de réserve auxquels sont soumis les fonctionnaires, le ministre Razafimahefa Tianarivelo évoque le statut général des fonctionnaires et les textes relatifs aux hauts emplois de l’Etat et au port des uniformes. La note n°1336-MID/SG/DGI/DRH rappelle ainsi aux responsables de l’Administration territoriale à tous les niveaux l’interdiction de participer à toute réunion ou manifestation publique revêtant un caractère de propagande électorale, telle que les meetings et la déclaration de soutien à un candidat, la déclaration officielle de candidature, les réunions politiques organisées à quelque titre que ce soit pour le compte d’un candidat ; l’interdiction de tenir des réunions politiques dans les bureaux et bâtiments administratifs ; et l’interdiction de port d’uniforme en dehors des activités de service. Par ailleurs, l’obligation de respecter le principe d’égalité de traitement de tous les citoyens devant l’Administration est rappelée à ces responsables de l’Administration au niveau territorial. A propos de ce dernier point, il est ordonné aux chefs de circonscription administrative de « veiller à ce que tous les citoyens qui s’adressent à leurs services, pour des affaires relevant de leurs attributions, soient traités sur le même pied d’égalité ». « Toute discrimination, tout traitement de faveur sont à proscrire, notamment lorsqu’il s’agit de donner suite à des demandes des candidats ou des partisans des candidats concernant l’autorisation de faire campagne. La régularité au regard des textes en vigueur doit constituer l’unique critère d’appréciation des dossiers à traiter. », indique la note signée hier par le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation.

Sécurisation et gestion de crise. « Aucune défaillance ne sera tolérée. », conclut la note n°1336-MID/SG/DGI/DRH. En tout cas, malgré le fait que l’organisation de la prochaine élection présidentielle est confiée à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), les responsables de l’Administration au niveau territorial auront leur rôle à jouer avant, pendant et après cette consultation populaire. Ce rôle consiste notamment en la sécurisation des opérations électorales et en la gestion de crise pré-électorale ou postélectorale. C’est aux représentants de l’Etat au niveau des régions et des districts de délivrer les autorisations relatives aux réunions publiques et aux manifestations politiques. En tant que présidents de l’OMC (Organisme Mixte de Conception) au niveau de leurs ressorts territoriaux, ces représentants de l’Etat ont également pour mission de maintenir l’ordre et la sécurité publique. Bref, le rappel à l’ordre du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation arrive à point nommé. Ces derniers jours, force est de constater que l’absence des lois régissant la précampagne électorale favorise le désordre total. Des candidats se permettent déjà de distribuer des tee-shirts à leur effigie et des affiches de propagande, sans être inquiétés. La CENI reste impuissante alors que cette situation ne permettrait pas d’instaurer la stabilité, condition sine qua non d’une élection crédible, démocratique, transparente et fiable.

R. Eugène

Midi Madagasikara4 partages

Conférence de l’UPAP : Madagascar prêt à accueillir la 5e Session Extraordinaire

La « Paositra Malagasy » a été sélectionnée, lors de la 36e réunion du Conseil d’administration de l’UPAP de mai 2017 à Nairobi, pour organiser la 5e session extraordinaire de la Conférence des Plénipotentiaires de l’Union Panafricaine des Postes (UPAP). Madagascar est fin prêt pour accueillir cette rencontre internationale de haut niveau qui se tient ce jour jusqu’à demain au CCI Ivato. Cet événement réunira les Ministres en charge du secteur des Postes issus des 43 Pays membres de l’UPAP, accompagnés de leurs délégations respectives.

Stratégies postales. Ainsi, 200 délégués sont attendus à ces assises internationales. Ces participants sont composés de Ministres en charge des services postaux, de représentants d’Autorités de régulation du secteur postal, d’Administrations postales (Opérateurs désignés), ainsi que d’Organismes et partenaires régionaux et internationaux (Union Postale Universelle, Union Africaine, SADC, etc.). Durant les deux jours, les délégués discuteront des questions liées aux stratégies postales africaines, notamment l’amendement des Actes de l’UPAP (Convention et Règlements) et l’harmonisation des positions africaines, sur les questions clés du Congrès extraordinaire de l’Union Postale Universelle (UPU), qui se tiendra du 3 au 7 septembre à Addis-Abeba. C’est la première fois que ce genre de rencontre de haut niveau liée au secteur postal se tient à Madagascar. « Ces assises amélioreront certainement l’image de Madagascar, et donneront lieu à la prise d’importantes décisions, qui impacteront sur l’avenir des services postaux. L’organisation de l’événement à Madagascar réaffirme également l’image de la Paositra Malagasy, tant au niveau national, qu’international. Elle affirme la volonté et les engagements des décideurs postaux dans le développement du secteur postal », indique Nirina Augustin Rakotomalala, Directeur général de la « Paositra Malagasy ».

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

Amboasary Atsimo : Omby 35 isa lasan’ny dahalo nitam-basy

Noho ny fanafihan-dahalo tsy miova fo saika isan’andro any amin’ny tapany avaratry ny distrikan’ Amboasary Atsimo, Faritra Anosy, dia miferinaina lava ny mponina ary misy amin’izy ireo no miafina matory an’ala. Ny alin’ny 22 jolay teo, tanàna roa samihafa any amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Tomboarivo no notafihan’ny malaso 20 mianadahy nirongo fiadiana, ka omby miisa 25 lasa tao Beadabo, raha folo kosa tao Manjola Tsivory. Araka ny fampitam-baovao voaray, dia maty tsy tra-drano voatifitra nandritra ny fifandonana tamin’ireo mpandroba mpanani-bohitra ny lehiben’ny jado (andrimasom-pokonolona). Manoloana ny vavam-basy mahery vaika moa, dia tsy afa-manohitra hatrany ny fokonolona amin’ny tanàna voatafika sy ireo mpitandro filaminana vitsy an’isa tsy ampy fitaovana miasa any an-toerana, ka mbola tena marefo ny lafiny tsy fandriampahalemana any amin’ity distrika saro-dalana ity.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara3 partages

Morombe : Omby 150 isa voaroban’ny dahalo nitondra Kalach sy Mas 36

Nitrangana fanafihan-dahalo nahery vaika indray tany amin’ny distrikan’i Morombe, Faritra Atsimo Andrefana, afak’omaly, tokony ho tamin’ny sivy ora alina, tao amin’ny fokontany Antsatramalandy, any amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Befandriana Avaratra, ka omby miisa 150 no lasan’ny dahalo am-polony nitam-basy. Voalaza fa nitondra Kalach sy Mas 36 ny sasany tamin’ireo olon-dratsy. Ny nanaitra tamin’ity tranga ity, ireo malaso indray omaly no niantso an-telefaonina ny tompon’omby, nilaza fa mila mandoa vola 5 tapitrisa Ariary, dia haverina tsy misy tomika ireo omby. Mbola nandrahona sy nanafatrafatra ary nanitrikitrika mafy ireo dahalo, fa tsy mila mpitandro filaminana sy mpanara-dia, raha tsy izany dia vonoin’izy ireo rangahy tompon’omby sy ny fianakaviany. Raha ny filazan’ny mponina any an-toerana ny tranga toy izao moa, dia dinan’ny tompony, izany hoe : robain’ny dahalo ny omby dia ny tompony ihany no asain’ireo olon-dratsy mividy azy avy eo. Araka ny tati-baovao voaray, taloha tsy sahy niseho endrika ireo mpangalatra omby, fa ankehitriny kosa tsy miafina intsony izy ireo, ary mirehareha fatratra fa manana olona ambony lava tanana miaro azy. Noho ny tahotra ny valifaty, tsy misy sahy mitory izay lasibatra, fa manaiky sy manaraka ambokony ny baiko sy toromarika lazain’ireo dahalo.

Eric Manitrisa

News Mada2 partages

Elections-OIF: «Aucun report ne pourrait être envisageable»

 

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) s’engage à accompagner Madagascar dans le processus électoral. Cette annonce résulte de la rencontre du Premier ministre Christian Ntsay et de l’envoyé spécial de l’OIF Hervé Ladsous, hier à Mahazoarivo.

«Nous renforcerons notre soutien au gouvernement malgache afin que les prochaines élections puissent se tenir dans les meilleures conditions et ce, suivant les dates prévues par le calendrier électoral», a souligné ce missionnaire.

L’OIF souhaite par la suite que les élections se passent sans aucune difficulté afin que Madagascar puisse aspirer à un développement.

D’après le chef de mission adjoint pour le suivi du processus électoral, aucun report des élections ne pourrait être envisageable. Ce message s’adresse ainsi à ceux qui s’obstinent à créer des troubles au pays afin d’ajourner les échéances électorales. D’ailleurs, le gouvernement Ntsay fait de son cheval de bataille l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles. Il est soutenu par la communauté internationale qui met tout en œuvre par le biais des financements pour atteindre cet objectif.

Des résultats probants

Par ailleurs, le représentant résident du Fonds monétaire international (FMI), Patrick Imam, a fait ses adieux au Premier ministre. Les deux personnalités ont brossé ensemble le bilan de la mission de quatre années du FMI au pays. Des interventions qui ont été surtout axées sur le développement et la relance économique. Dans ce sens, la FMI a initié des programmes de réformes économiques au titre de la facilité élargie de crédit, dont les résultats auront des  impacts sur la vie de la population.

«Les réformes s’observent essentiellement au niveau de la politique d’augmentation des recettes de l’État et en termes de dépenses, il sera question de promouvoir les investissements notamment au niveau des infrastructures, de l’éducation, et au niveau de la santé», a expliqué Patrick Imam. Les questions relatives aux prochaines élections ont été également abordées.

Nadia

News Mada2 partages

Presidentielle : le Leader Fanilo tarde à se prononcer

Alors que les déclarations de candidature se succèdent, certains grands partis affichent une certaine hésitation à franchir le pas. Cela, à l’instar du Leader Fanilo qui ne s’est toujours pas prononcé, faute d’entente entre ses membres.

Des bruits ont couru depuis quelques temps que le président de la Chambre basse, Jean-Max Rakotomamonjy, serait candidat à la prochaine présidentielle. N’ayant pas réellement démenti les informations, le premier concerné à indiqué devoir s’en tenir à la décision de son parti, le Leader Fanilo, avant de se prononcer.

Qui plus est, «une déclaration officielle devrait être faite et non à travers des rumeurs», avait-il souligné le 19 juin dernier à Tsimbazaza. Et lui d’ajouter que son parti ne pourra s’exprimer qu’après la promulgation du calendrier électoral. Tous attendaient alors une grande déclaration suite à son Congrès national à Ambositra, mais ce ne fut pas le cas. Le Leader Fanilo n’a toujours pas annoncé son candidat.

Soutien indésirable

Cependant, il semblerait que les membres du parti aient quelques réticences quant à la candidature de son président. «Il ne s’agit pas du candidat en question mais plutôt des entités qui souhaiteraient apporter leur soutien à la candidature», a affirmé une source au sein du parti avant-hier.

Elle explique que certains partis envisagent de soutenir le candidat du Leader Fanilo bien que les membres n’y soient pas informés. Cela pourrait alors être une des raisons de cette attente.

Pour dire que le Leader Fanilo tout comme le HVM entretient le suspense quant aux candidatures de Jean-Max Rakotomamonjy et Hery Rajaonarimampianina. Alors que ce dernier ne semble pas faire l’unanimité au sein de son parti du fait de sa cote de popularité en baisse, le président de la Chambre basse semble de son côté assez courtisé.

Les deux partis semblent ainsi se trouver devant un dilemme qui les empêche de prendre une décision. A noter que l’ouverture du dépôt de candidature auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC) débutera le 1er août prochain et sera clôturé le 21 août.

Rakoto

News Mada2 partages

Fiaraha-miasa amin’ny OIF sy UE: “Feno ny fepetra hirosoana amin’ny fifidianana”  

 

Dodona sy maika ho any  amin’ny fifidianana. Nisesisesy ny fihaonan’ny masoivohon’ny firaisamben’ny Frankofonia (OIF), i Herve  Ladsous, amin’ny tompon’andraiki-panjakana.  Tahaka izany koa ny masoivohon’ny Vondrona eoropeanina (UE), Antonio Sanchez Benedito.

Samy  mirona any amin’ny hirosoana amin’ny fifidianana avokoa.   “Manohana sy manampy ny fitondrana izahay amin’ny hanatanterahana ny fifidianana. Ezahina ny hahatsara izany ankoatra ireo dingana efa vita, toy ny fanavaozana ny lisi-pifidianana. Hitondra ny tan-tsoroka hatrany  izahay hahatongavana amin’izany”, hoy izy.  Anisan’ny nihaona tamin’izy ireo ny filoham-pirenena sy ny filohan’ny Antenimiera roa tonta, tamin’ity herinandro  ity.

Efa nanamafy izany koa ny avy amin’ny UE, amin’ny alalan’ny masoivohony, i Antonio Sanchez Benedito.  “Feno ny fepetra rehetra ahafahana miroso amin’ny fifidianana…. Dingana efa vita ny lalàm-pifidianana. Efa nivoaka koa ny tetiandro ary nitsangana ny governemantan’ny marimaritra iraisana”, hoy izy, tamin’ity herinandro ity tetsy Anosy. Nanteriny fa tokony hotohizana izany ho amin’ny fanaingana indray ny toekarena sy hipetrahan’ny fitoniana sy ny demokrasia.

Efa dodona ny hirosoana amin’ny fifidianana

Tsiahivina fa anisan’ny nitondra ny anjara birikiny eo anivon’ny kitapom-bola ho an’ny fifidianana (Sacem) ny UE.  Mpiara-miombona antoka lehibe indrindra amintsika eo amin’ny toekarena sy politika rahateo izy ireo.

Midika izany fa efa dodona ho any amin’ny fifidianana ny rehetra. Anisan’izany ny governemanta sy ireo avy amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena.

Synèse R.

 

Midi Madagasikara2 partages

RN4 et RN7 : L’excès de vitesse a fait deux morts et six blessés graves

L’imprudence des automobilistes a de nouveau fait des victimes sur les routes nationales. En deux jours, la RN4 et la RN7 étaient le théâtre de trois graves accidents. Le bilan fait état de deux morts et six blessés.

Le premier a eu lieu hier à Anjomakely dans la commune rurale de Bongatsara, soit au PK 17+040 à partir de la Capitale. Un homme de 54 ans a dû être évacué d’urgence à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona, à cause de la gravité de ses blessures après avoir été fauché par une voiture à Anjomakely. Roulant à vive allure en provenance d’Antananarivo, cette voiture de marque Hyundai a percuté la victime qui marchait sur le trottoir du côté droit de la chaussée. Le chauffeur aurait perdu le contrôle de son volant à cause d’un excès de vitesse. Le choc était violent dans la mesure où la partie avant de la voiture a été également endommagée. L’enquête a révélé que la Hyundai est partie de Toamasina pour rejoindre Antsirabe. Elle appartient à une entreprise ayant son siège dans la capitale du Betsimisaraka. Survenu le même jour mais sur la RN4, le deuxième accident qui était mortel a eu lieu vers 17 heures à Andakana, dans le district d’Ambohidratrimo. Roulant à vive allure en provenance de Mahitsy, une voiture a fini sa course contre un poteau électrique après avoir fauché une femme. Comme le cas de la Hyundai à Anjomakely, le chauffeur a perdu le contrôle de sa voiture alors qu’il devait négocier un virage.

Toujours sur la RN7, mais cette fois-ci le drame a impliqué deux taxis-brousses. Le 24 juillet vers 15 heures, un Sprinter de la coopérative KOFIAM en provenance de Mahajanga en direction de Fianarantsoa est entré en collision avec un minibus Mazda roulant en sens inverse à Ambohimahasoa. Après le choc, la Mazda a fait une sortie de route avant de se renverser sur son flanc droit. Le bilan était lourd. Cinq passagers de la Mazda ont été grièvement blessés. Malheureusement, l’un d’entre eux a succombé à ses blessures durant l’évacuation à Ambositra. D’après le constat effectué par la brigade de la Gendarmerie d’Ambohimahasoa qui se charge de l’affaire, l’excès de vitesse était ici aussi à l’origine de l’accident.

T.M.

Midi Madagasikara2 partages

Fakàna an-keriny tao Tsaratanana : Efa vonona ny zandray, hamonjy an’ireo mpiasa efa-dahy voatana

Raha ny tokony ho afak’omaly, tamin’ny sivy ora no fetra farany nomen’ireo jiolahy naka an-keriny ireo mpiasan’ny Kraoma efa-dahy tany Tsaratànana, handoavana ny volabe notakian’izy ireo, dia fantatra kosa hatreto fa mbola mandeha ny fifampiraharahana amin’ireto olon-dratsy. Mbola velona ihany koa, araka izany, ireto mpiasa eo am-pelan-tanan’izy ireto, raha norahonany hovonoina, raha ny fampitam-baovao azo farany tany an-toerana, omaly folak’andro. Etsy andanin’izay dia tsy mipetra-potsiny ireo zandary any an-toerana sy ny aty an-drenivohitra fa efa nisy ny fepetra noraisina. Raha ny angom-baovao azo dia efa fantatra  ny toerana misy  ireto mpaka takalon’aina ireto, ny toerana nitazamany ireo mpiasa, ary efa mivonona ny hanavotra ireo olona eny am-pelan-tanan’ny jiolahy izy ireo.

Raha tsiahivina tokoa ny zava-nitranga dia mpiasan’ny orinasa Kraoma efa-dahy, mpanamboatra lalana no nisy naka an-keriny afak’omaly, tany Brieville Tsaratanana. Volabe an-jatony tapitrisa ariary no takian’izy ireo ho solon’ny ain’ireo mpiasa  ireto. Nanome fetr’ora maromaro ireto olon-dratsy handoavana ity vola ity, saingy izao efa dila ilay fe-potoana ary mbola ao anatin’ny fifampiresahana amin’ireo olon-dratsy ny tompon’andraikitra, na ny eo anivon’ilay orinasa izany na ny tompon’andraiki-panjakana. Nandeha tokoa mantsy ny feo fa hoe olom-boafidy iray any amin’iny faritra iny no tena notadiavin’ireto mpaka an-keriny saingy tsy azony izy io, ary dia izao nifatratra tany amin’ireo mpiasa madinika izao. Ity farany izay, araka ny loharanom-baovao samihafa hatrany dia toa hoe efa nanana lonilony tamin’ireo olona mpitazona an’ireo mpiasa ireo. Izany hoe mety mifankahafantatra tsara izy ireo araka izany. Marihana fa 10 lahy ireo mpaka an-keriny ary mitondra fitaovam-piadiana mahery vaika. Andrasana araka izany izay mety ho tohin’ny raharaha.

m.L

News Mada1 partages

Mangarano Toamasina: novonoiny ny vadiny, avy eo norasainy antsy ny tendany

 

Na teo aza ny ratra mafy nahazo azy, avotra ihany ny tovolahy iray namono nahafaty ny vadiny, ary nikasa hamono tena ka nandrasa ny tendany tamin’ny antsy avy eo. Tao Mangarano Toamasina no nitrangan’ity heloka bevava ity, omaly.

Raikitra ny ady teo amin’ireto tanora mpivady tany Mangarano Toamasina ka niafara tamin’ny tsindron’antsy, omaly maraina. Nitsindronin’ilay tovolahy 25 taona, mpianatra any amin’ny oniversite Barikadimy, antsy ny tovovavy miaraka aminy, 25 taona, mpianatra mpitsabo mpanampy. Nolerany antsy teo amin’ny kibony, ny foitrany ary tao an-damosiny ilay tovovavy. Maty tsy tra-drano, noho izany, ity farany. Nakaton’ilay tovolahy ny trano ary nodidiny ny antsy ny tendany fa nikasa ny hamono tena izy, saingy tsy maty.

Henon’ny manodidina ny zava-niseho ka niolomay niditra nijery ny zava-nisy izy ireo. Samy nitsirara tamin’ny tany izy roa, ary nentina tany amin’ny hopitalibe avy hatrany. Notsaboina ilay tovolahy ary naiditra any amin’ny tranom-paty kosa ilay tovovavy.

Araka ny fanazavana, efa telo taona niarahana tokantrano ao amin’ny fokontany Mangarano

manamorona iny lalana mihazo ny biraon’ny prefektioran’i Toamasina iny izy roa ireo ary efa mpivady ny fiantson’ny olona azy. Vao nahavita ny fiofanany ilay tovovavy izay tokony handray asa taorian’ny fianarana ho mpitsambo mpanampy. Nambaran’ny manodidina ao Mangarano rehetra fa saropiaro diso tafahoatra loatra io vadin’Itompokovavy io.

Aorian’ny fitsaboana, miandry azy ny fonja

Nambaran’ny lehiben’ny sampana vonjy taitra etsy amin’ny Hopitalibe, ny dokotera Zafimila Alphonse, fa tsy misy ahina ny ain’ i Thierry, tratra ara-potoana ny fitsaboana azy ary azo porofoina tsara amin’ny fipetraky ny ratra aminy fa izy tenany ihany no nandidy antsy ny

tendany.  “Efa nametrahana fitaovana hahafahany mifoka rivotra sy misotro rano eo amin’ny tendany ka tsy misy hatahorana ny ainy raha ny eto aminay aloha, fa hafindra haka efitra izy aorian’ izao”, hoy ny fanazavana.

Nohamafisin’ity mpitsabo ity hatrany fa nahazo lalandrà lehibe ao anatiny ny tombok’antsy nahazo azy ka nahafaty haingana ilay ramatoa.

Hatreto kosa aloha, fitsaboana ihany ny an’ny mpitsabo ary izay rahateo ny anjara asany manoloana ny maha olombelona sy maha mpitsabo azy. Zon’ny marary no tsaboina fa aorian’izao fitsaboana izao kosa, miandry ity tovolahy ny fonjan’Ambalatavoahangy. Mifanohitra amin’izay koa ny hevitr’olona marobe nanaraka tao amin’ny tranom-paty fa te hanao fitsaram-bahoaka. Nilamina ihany anefa ny raharaha, omaly.

Sajo sy Yves S.

 

News Mada1 partages

Paul RABARY: grand déballage sur le HVM

 

Malaise au sein du HVM. Les membres n’hésitent pas à tourner casaque quitte même à faire un grand déballage sur les mauvaises pratiques au sein de leur ancien parti.

A quelques jours de l’ouverture du dépôt des dossiers de candidature, le HVM affiche un certain silence, assourdissant pour les uns, déconcertant pour les autres alors que les membres quittent peu à peu le navire. Et encore, certains donnent le coup d’envoi d’un grand déballage sur le parti présidentiel.

L’ancien ministre de l’Education nationale, Paul Rabary, veut se refaire une virginité politique en décidant de mettre au grand jour toutes les mauvaises pratiques de son ancien parti. Visiblement son départ au sein du HVM rime avec déballage. Et, il n’a pas mâché ses mots. «Le HVM n’a aucune légitimité car le noyau de son bureau est composé de personnalités désignées», a-t-il indiqué hier à Antaninarenina.

Pour lui, le parti restera affaibli tant qu’il continuera à s’appuyer sur ces personnes. «Ils se disent être des élus comme les maires, les sénateurs et même les députés, semble-t-il, pourtant aucun des membres du bureau du parti n’a été élu», a justifié l’ex-ministre, lui-même ayant été nommé vice-SG par le parti.

Une situation insensée vu que ce sont «les personnes désignées qui commandent les personnes élues», a-t-il déploré. L’ancien ministre parle même de frustration au sein des parlementaires du HVM du fait que ces derniers doivent souvent «Faire des manigances à chaque fois qu’il y a un vote au Parlement».

«Comment expliquer que le président du groupe parlementaire HVM démissionne à chaque fois ?», s’est-il interrogé en laissant entendre qu’il y a une mauvaise gestion au sein du parti. Des transactions financières ne sont pas à écarter. Sans oublier le népotisme qui  règne au sein de cette formation politique et dans la haute sphère de l’Etat.

Politisation à outrance

Les mauvaises pratiques semblent ainsi exister au niveau de chaque ministère. Dans ce registre, le sociologue parle de «Politisation à outrance des ministères».

«J’ai accepté l’intégration de certaines personnes affiliées aux membres du HVM au sein de mon ministère parce qu’on me l’a demandé. Cependant, je n’ai jamais cotisé pour le HVM lorsque les ministres devaient le faire», s’est disculpé l’ex-ministre.

Il explique même que les employés du Men ont été réquisitionnés pour participer au grand meeting du HVM au Coliseum, mais Paul Rabary a précisé qu’aucun d’eux n’y était présent. «J’ai tout fait pour dépolitiser mon ministère», a-t-il déclaré.

L’ancien ministre explique ainsi qu’il a été lié à un engagement politique envers le chef de l’Etat lorsqu’il était encore ministre, raison pour laquelle il n’a pu quitter le parti bien qu’il ne soit pas un membre actif.

Dans tous les cas, sur les réseaux sociaux, les internautes estiment que cette explication ne semble pas tenir la route vu qu’il aurait pu quitter le parti lorsqu’il était encore ministre. Du côté du HVM, il s’agit tout simplement d’une trahison. Cette initiative pourrait être aussi un cinéma destiné à semer le trouble dans l’opinion publique.

En tout cas, bien qu’aucune déclaration officielle n’ait été effectuée, Paul Rabary n’écarte pas le fait d’être candidat à la présidentielle.

Tahina Navalona

 

News Mada1 partages

Revendications : le Seces revient à la charge

L’enseignement reste suspendu à l’université d’Antananarivo, du moins concernant les cours dispensés par les enseignants membres du Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants (Seces), section Antananarivo.

A l’issue d’une assemblée générale, hier à  Ankatso, ces derniers ont campé sur leur position, en décrétant une grève générale et la suspension de l’enseignement à l’université d’Antananarivo à  partir de ce jour et ce,  jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause.

Ainsi, trois universités, à savoir celle d’Antananarivo, Fianarantsoa et Toliara, vont poursuivre leurs revendications communes, dont une bonne partie reste sans suite jusqu’à maintenant. A titre d’exemple, censée entrer en vigueur depuis  janvier 2016, l’application des mesures relatives à l’indemnité de recherche vers la retraite reste jusqu’à ce jour lettre morte.

«Les comptes des enseignants dans la Faculté des Lettres et sciences humaines sont sur le point d’être réglés, d’après les indiscrétions, mais qu’en est-il des enseignants des autres facultés et autres universités ?», s’est interrogé le président du Seces Tanà, le Dr Sammy Grégoire Ravelonirina.

La concrétisation du déplafonnement, stipulé par le Code du travail et la loi sur le statut général des fonctionnaires, accompagnée de son effet rétroactif est également tant attendue par les enseignants.  Le Seces Tanà revendique aussi le paiement à temps des heures complémentaires, qui ne devra pas attendre un an et demi, voire deux ans, comme c’est le cas depuis des années, mais une fois le service rendu.

Ce syndicat juge également nécessaire d’apporter des révisions au Code électoral au sein des universités, notamment l’application d’un système de suffrage universel  relatif aux postes de responsabilité  à tous les niveaux…

Fahranarison

 

News Mada1 partages

Fikarohana momba ny tontolo iainana: 30 taona ny CNRE

 

Feno 30 taona ny ivontoeram-pirenena momba ny fikarohana ho an’ny tontolo iainana (CNRE), singa iray miasa eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony sy ny fikarohana siantifika. Natsangana, ny taona 1988, ny ivontoerana ho fiarovana ny zavaboary ka hitondra fampandrosoana ho an’ny firenena. Tanjona ny hanome lanja ireo voka-pikarohana momba ny tontolo iainana ary atao mifanindran-dalana amin’ny fampandrosoana ny lafiny rehetra.

Betsaka ny voka-pikarohana efa ampiasaina eny anivon’ny orinasa ankehitriny. Anisan’izany ny fanodinana ny rano efa avy nampiasain’ny orinasa ho madio ka mivarina amin’ny rano manondraka tanimboly ary tsy miteraka voka-dratsy ho an’ny mponina sy ny biby amin’ny faritra rehetra manodidina ny orinasa. Fepetra takina amin’ny orinasa miorina eto amintsika ny fananana toerana miaraka amin’ny milina fanadiovana ny rano avy kirakiraina ka ho azon’ny mponina ampiasaina indray. Efa nanorenana io fitaovana manokana io ny orinasa mpanodina sy mpandoko lamba eto Antananrivo, any Antsirabe, any Mahajanga…

Teknisianina sady mpikaroka avy ao amin’ny CNRE no misahana ny fametrahana ny fitaovana fanadiovan-drano ary misy ny fanaraha-maso tsy tapaka ataon’izy ireo. Nomarihina, omaly teny amin’ny Akademia malagasy eny Tsimbazaza, ny Andro siantifika ho fisantarana ny faha-30 taona nijoron’ny CNRE. Nanotrona ny hetsika ny minisitra mpiahy, Rasoazananera Marie Monique. « Firenena maoderina sy mandroso anatin’ny tontolo mahasalama » ny lohahevitra noraisina amin’ny hetsika.

Vonjy A.

News Mada1 partages

Fitokonan’ny mpiasa any Alaotra : “Be loatra ny elanelana sy ny tsy fitoviana…”, hoy ny senatera Day

 

Vaky am-batolampy! “Misy tsy rariny kosa e!”, hoy ny loholona voafidy any Ambatondrazaka, Ranenony Andrianirina, antsoin’ny maro hoe, senatera Day. “Be loatra ny tsy fitoviana eo amin’ny valin-kasasarana raisin’ireo mpiasa amina minisitera”, hoy izy.  “Misy mpiasa any amin’ny minisitera sasany, mandray volabe lavitra miohatra amin’ny raisin’ny mitovy sokajy aminy. Tena misy elanelana be loatra ny tombontsoa sy ny tambiny samihafa”, hoy io loholona io.

Misy mahazo tombony manokana, raisina isam-bolana, isaky ny telo volana, isaky ny enim-bolana… Mitovy amin’ny karama herintaona an’ireo mitaky ny zony ankehitriny”, hoy ihany ny senetera Day. “Nahoana ireo mpiasam-panjakana tena mifandray mivantana amin’ny vahoaka, ny mpiasan’ny fahasalamana sy ny fampianarana no mijaly amin’ny valin-kasasarany?”, hoy izy nanohy ny teniny.

Nambaran’ity senatera mpikambana ao amin’ny vaomieran’ny volan’ny Antenimierandoholona ity  fa ny Cour des comptes, rafitra mitsara ny fandaniana ny volam-panjakana, efa nanao fanamarihana ny amin’ny fisian’io tsy rariny io, tamin’ny governemanta teo aloha. Tratra farany izao ny governemanta Ntsay Chrisitian, miaraka amin’izay ambim-bola navelan’ny teo alohany. Tery ny kianja ilalaovany! ”Tsy vita indray andro anefa ny fanarenana”, hoy ny senatera Day.

Rarivo

News Mada1 partages

Upap-Paositra Malagasy Manaraka ny vanim-potoana

 

Araka ny efa notaterina teto, hatao, anio sy rahampitso eto Antananarivo, ny fivoriambe iraisam-pirenena tsy ara-potoana, andraisan’ny fiombonamben’ny paositra aty Afrika (Upap). Anisan’ny mikarakara azy ny Paositra malagasy, miaraka amin’ny minisiteran’ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny fampiroboroboana ny niomerika (MPTDN).

Fotoana handinihana ny paikady iraisana mikasika ny fitantanana sy ny fandrindrana ny paositra aty Afrika. Hoentina any amin’ny fivoriamben’ny Fiombonan’ny paositra (UPU) hatao any Addis-Abeba, ny 3-7 septambra ho avy izao, ny hevitra tinapaka.

Fifanakalozam-bola elektronika

Manaraka ny fivoaran’ny teknolojian’ny fifandraisan-davitra ny paositra aty Afrika. Ampiasaina ny fifanakalozam-bola elektronika Postransfer, anisan’ny mora indrindra (7%) ny sarany alain’ny Paositra malagasy, raha toa ka 13% ny an’ny banky mahazatra.

Nambaran’ny tale jeneraly (DG) ny Paositra malagasy, Rakotomalala Augustin, fa “mora ampiasaina sy haingana ity tolotr’izy ireo ity satria vita ao anatin’ny minitra vitsy ny fifanakalozam-bola amin’ny any ivelany. Efa mampiasa azy ny masoivoho miisa 55 manerana ny Nosy na androany 26 jolay aza ny fampahafantarana azy amin’ny fomba ofisialy, mandritra ny fivoriamben’ny Upap”. Azo ampiasaina any amin’ireo masoivoho miisa 30 hafa ihany koa ny Postransfer, afaka volana vitsy.

Njaka A.

News Mada1 partages

Antoko Freedom: « Ilaina ny fanomezan-kasina ny fanaovana politika »

 

Nizara ny traikefany sy ny fahaiza-manaony. Nitondra ny heviny ny fahitany ny politika sy ny fomba fanaovana politika, ialana amin’ny fomba fijery ratsy izany, ny eo anivon’ny antoko Freedom, omaly. “Aoka tsy hatao ao anaty harona iray maloto ny mpanao politika sy ny fomba fanaovana politika. Miady mafy ny hamerenana ny hasin’izany izahay mba hadio.  Mitaiza vahoaka ho tia izany politika izany koa”, hoy ny mpanorina ny antoko, Rakotondrazafy Lalatiana, omaly tetsy Analakely.  Nohitsiny fa azo atao ny manao politika ary miditra anaty fanjakana. Tsy azo ihodivirana koa anefa ny fametraham-pialana rehefa tonga amin’ny tsy fifankahazoan-kevitra, araka ny nambarany. Nanteriny fa tokony hiasa ho an’ny vahoaka ny antoko politika. Tsy ho mpameno paosy na koa hiady ho an’ny tombontsoan’ny tenany manokana, araka ny fanamafisany.

Antoko miomana hitondra firenena

Etsy andaniny, anisan’ny antom-pijoroan’ny antoko Freedom ary fotokevitra ijoroany ny fiomanana handray ny fitantanana ny firenena. “Tsy maintsy mivonona sy miomana ao anatin’ny fotoana ela raha te hitantana. Mitondra ny vina sy ny fandaharanasa…”, hoy ihany izy.

Ankoatra izany, tsy afaka ny hitazam-potsiny izy ireo fa nitondra tolo-tanana eo anivon’ny governemanta ho amin’ny tombontsoan’ny vahoaka sy ny firenena. Tsiahivina fa anisan’ny nitondra ny fomba fijeriny ny antoko Freedom tamin’ny famelabelaran-kevitra sy adihevitra nahatsiarovana ny mpanorina ny Leader fanilo, Razafimahaleo Herizo.

Synèse R.

News Mada1 partages

Mamohaela sy ny IKM: hasongadina ny taovolo

 

Midadasika i Madagasikara. Manana « velarana » lehibe, tahaka izany, ihany koa ny kolontsaina sy ny fomba amam-panao ao anatiny. Hanasongadina izany indrindra ny fampirantiana hotontosain’ny fikambanana Mamohaela, esty amin’ny Ivontoeran’ny kolontsaina malagasy (IKM) Antsahavola, manomboka rahampitso tolakandro. « Taovolo nentim-paharazana malagasy », hanehoana izay fananan’ny kolontsaina malagasy harena goavana izay ity fampirantiana ity satria ho hita ao avokoa ireo karazana taovolo fanaon’ny Malagasy isam-paritra.

Marihina fa anisan’ny firenena manana karazana taovolo maro i Madagasikara raha oharina amina firenena hafa eto ambany masoandro. Mahavariana fa ankoatra ny maha haingo na fisehoana ivelany azy, midika ho zava-dalina maro ny endriky ny taovolo fanaon’ny Malagasy fahiny. Tsy eo amin’ny vehivavy ihany fa eo amin’ny lehilahy koa. Tsy nanavahana sokajin-taona. Hafa ny taovolo teo amin’ny Malagasy raha toa ka misaona izy, hafa raha hamonjy lanonana, hafa raha haneho ny maha mbola mpitovo azy izy, sns.

Ankehitriny, madiva tsy ho hita intsony izany noho ny firimorimon’ny « fandrosoana ». Na mety ho hita ihany fa miampy taovolo hafa. Jereo ny manodidina anao!

HaRy Razafindrakoto

Midi Madagasikara1 partages

CNRE : Valorisation des résultats de recherche

Dans le cadre de la célébration de son 30e Anniversaire (1988 – 2018), le Centre National de Recherches sur l’Environnement (CNRE), a organisé une Journée Scientifique, hier à l’Akademia Malagasy. A cette occasion, la valorisation des résultats de recherche était à l’honneur. « Cela constitue un atout pour favoriser le développement socio-économique de Madagascar », a réitéré le directeur du centre, le Pr Ramanankierana Heriniaina. A titre d’illustration, des chercheurs du CNRE ont développé une recherche sur la filière haricot par le biais de l’amélioration des semences servant à augmenter la production.

Clé de développement. En outre, les lonbricomposts ont été promus afin d’améliorer la qualité des alimentations. Récemment, les chercheurs du Centre ont également effectué une récupération des déchets marins, en vue d’améliorer la qualité de l’eau et pour avoir par la suite de l’eau potable. Le projet de restauration écologique dans les zones minières n’est pas en reste. « Bref, plusieurs activités sont menées auprès du Centre », a-t-il résumé. De son côté, le Pr Rasoazananera Marie Monique, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a soulevé que la valorisation des recherches est désormais l’une des priorités du Gouvernement, et ce, dans tous les domaines, que ce soit l’environnement, la nutrition ou encore la santé. Le but en effet est de faire de la recherche, une clé de développement économique et social de la Grande Ile.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Partenariat : L’Inde octroie 10 milliards USD de lignes de crédit aux pays africains

L’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar, SEM Subir Dutta, rapportant le discours de son Premier ministre, Narendra Modi. (Photo : Nary Ravonjy)

Un instrument de préparation de Projet pour les Lignes de Crédit est mis en place pour aider ses pays partenaires de développement à monter des projets viables susceptibles d’obtenir un financement concessionnel.

« L’Afrique sera au sommet de nos priorités. Nous continuons d’intensifier et d’approfondir notre engagement envers l’Afrique. Et notre partenariat de développement sera guidé par les priorités des pays africains. En outre, nous garderons nos marchés ouverts et faciliterons le commerce avec l’Inde ». C’est un extrait du discours du Premier ministre indien Narendra Modi au parlement ougandais hier et qui a été rapporté par l’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar, SEM Subir Dutta, lors d’une conférence de presse. Dans ce cadre, l’Inde octroie ainsi 10 milliards USD de lignes de crédit aux pays africains, dont Madagascar. Ses connaissances, notamment en matière de révolution numérique, seront exploitées afin de soutenir le développement de l’Afrique.

Consultants indiens. Ce n’est pas tout ! Un instrument de préparation de Projet pour les Lignes de Crédit est mis en place pour aider ses pays partenaires de développement à monter des projets viables susceptibles d’obtenir un financement concessionnel. « Il y aura ainsi un appui en matière de conseil aux gouvernements demandeurs pour la formulation de projets. La demande de disponibilité de Projet pour les Lignes de Crédit peut être faite au niveau du ministère des Affaires Etrangères par l’intermédiaire de la mission Indienne concernée par un partenaire. En plus, des consultants indiens vont aider les gouvernements africains en matière d’identification de projets selon leurs priorités respectives, de la formulation de ces projets et de l’étude de pré-faisabilité, entre autres », a expliqué l’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar.

Défis. Par ailleurs, le Premier ministre de l’Inde a évoqué que l’Afrique possède de nombreuses ressources naturelles sous-exploitées, pour ne citer que l’existence de 60% terres arables du monde actuellement. Ce pays veut ainsi nouer un partenariat en vue d’améliorer l’agriculture en Afrique tout en se souciant des défis du changement climatique. Il vise également un renforcement de la coopération entre les deux parties dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme. Et enfin, « l’Afrique et l’Inde ont combattu ensemble la domination coloniale. Nous travaillerons ensemble pour un ordre mondial juste, représentatif et démocratique et qui a une voix et un rôle pour un tiers de l’humanité vivant chez nous », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

MTPI : Reprise des travaux avec les entreprises chinoises

Les responsables d’entreprises de travaux publics chinoises avec le ministre Ulrich Andriantiana

Aller vite et bien. C’est le leitmotiv du Ministère des Travaux Publics et des Infrastructures (MTPI) dans la gestion des projets d’infrastructures structurantes, indispensables au développement du pays. Et c’est dans cette perspective que le MTPI a tenu avant-hier une séance de travail avec les entreprises chinoises titulaires de plusieurs projets en cours. Il s’agit en l’occurrence de CRBC, SOGECOA, CHEC, Zuongmei Engenering Group Limited. Des entreprises qui réalisent d’importants projets comme la route Tsarasaotra-Ivato, la rocade Ouest, la route des œufs à Mahitsy… La rencontre qui a vu la présence du ministre des Travaux Publics et des Infrastructures, Ulrich Andriantiana, le Secrétaire Général du MFB, Falihery Rajaobelina, Conseiller Economique et Commercial auprès de l’Ambassade de Chine, était une occasion de mettre en œuvre les actions qui permettront d’accélérer les travaux, dont certains seront inaugurés avant la fin de l’année. « Ce sont des projets structurants qui vont contribuer au développement, et notre rôle est de faciliter leur exécution », a fait remarquer le ministre Ulrich Andriantiana.

R.Edmond.

News Mada0 partages

Agrobusiness: le cacao malgache à la cote

Le cacao malgache se démarque sur le marché international de par sa qualité et son authenticité et ce, malgré le fait que la Grande île ne peut fournir que 0,3% de la production mondiale. Or, la qualité du produit tend à régresser ces dernières années.

Le goût du cacao en provenance de Madagascar a obtenu une note fruitée et acidulée. La Grande île est le 20e producteur mondial de cacao. C’est dans la vallée du Sambirano, dans le nord-ouest du pays que 95% du cacao de Madagascar est produit. Seules 8.000 tonnes de fèves par an sont récoltées, une goutte d’eau comparée aux deux millions de tonnes produites par la Côte d’Ivoire.

Mais, il semble que la qualité du cacao de Madagascar tend à régresser ces dernières années. Cela en raison de la vieillesse des cacaoyers qui ont plus de 50 ans. Les arbres donnent moins de cacao, 300 kilos à l’hectare contre 500 kilos en Côte d’Ivoire ou en Ouganda. Aussi, les mauvaises pratiques gagnent du terrain, mais aussi le vol qui contraint les producteurs à cueillir prématurément les fèves.

Au mois de février, des responsables au niveau de l’ICCO sont venus à Madagascar pour discuter ensemble avec les producteurs, transformateurs et exportateurs sur la relance de cette filière porteuse à Madagascar. En outre, la filière cacao à Madagascar bénéficie également de l’appui du projet Pôle intégré de croissance (Pic), un projet financé par la Banque mondiale dont la deuxième phase a été lancée en 2016.

Pour une meilleure qualité

Dans ce sens, un centre de contrôle qualité devrait être prochainement mis en place par le Conseil national du cacao (CNC) pour augmenter la quantité tout en gardant la qualité du cacao fin de la Grande île. Une augmentation de la production qui pourrait aussi aider les planteurs à compenser la chute du prix du cacao.

Le fait est que les producteurs demeurent jusque-là de simples fournisseurs de matière première tributaire du prix, très souvent à leur désavantage. Sous la pression, il est alors difficile pour une coopérative de s’imposer dans la filière comme acteur économique indépendant.

A Madagascar, seules deux entreprises agroalimentaires se spécialisent réellement dans le domaine du cacao et du chocolat en dépit des atouts majeurs de cette filière. Et avec le développement du marché du chocolat, celles-ci approvisionnent également le marché local. Seulement le prix du chocolat à exporter est supérieur à celui mis en vente sur le marché local.

Arh.

News Mada0 partages

FCCIM- CCPIT : ensemble pour la promotion du commerce

Le Conseil chinois pour la promotion du commerce international (CCPIT), la Fédération des chambres de commerce et d’industrie de Madagascar (FCCIM) et la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA) ont signé un protocole d’accord pour la promotion du commerce international à Antanimena le 20 juillet, comme l’indique la CCIA dans sa Newsletter publié hier.

Ces entités ont été respectivement représentées par Jiang Zeng, Chairman du CCPIT, Félicité Mananjara, directeur général de la FCCIM et Noro Andriamamonjiarison, président de la CCIA.

Jiang Zengwei a déclaré à cette occasion que la Chine et Madagascar ont des ressources complémentaires, des structures industrielles et des potentiels de coopération considérables. L’initiative de la Chine en matière de ceinture et de route ainsi que la stratégie de développement de Madagascar sont compatibles entre elles. La coopération économique et commerciale mutuellement bénéfique fait face à de nouvelles opportunités.

L’objectif du protocole est effectivement d’étendre et de renforcer la coopération. Pour la Chine, il s’agit de mettre en place conjointement des formations sur le système d’information, la promotion du commerce, les compétences professionnelles et le renforcement des capacités des entreprises.

Autant les membres de la FCCIM que de la CCIA s’accordent à dire que les progrès économiques réalisés par la Chine au cours des dernières décennies, relèvent d’un exemple édifiant. Néanmoins, Madagascar est disposé à accroître ses exportations vers la Chine et à apporter des capitaux et des technologies pour renforcer ses capacités de production et pour parvenir à un développement durable.

Arh.

 

News Mada0 partages

Ressource  halieutique : le crabe de mangrove victime de son succès

La forte hausse des exportations de crabe vers l’Asie présente un réel risque pour l’avenir de cette filière porteuse à Madagascar.

Alors que les exportations de crabe de mangrove ont été multipliées par trois en l’espace de cinq ans dans la Grande île, cette ressource halieutique est victime de son succès actuellement. En fait, les risques de surexploitation planent toujours aujourd’hui, en dépit des mesures prises par le ministère de tutelle et les autorités locales depuis 2015. En plus, la dégradation des mangroves qui sont les habitats naturels des crabes, est également à craindre.

Dans l’optique de revaloriser cette filière à Madagascar et de promouvoir une gestion durable de cette ressource halieutique, un atelier interrégional est organisé à Morondava, à partir de ce jour par le ministère des ressources halieutiques et de la pêche (MRHP), en collaboration avec le réseau Mihari, WWF et l’ONG Blue Ventures, regroupant les pêcheurs d’Atsimo Andrefana, Menabe et Melaky, c’est-à-dire les principales zones de production de crabe dans le pays.

En effet, les enquêtes menées par le programme Smartfish  montrent que le prix du kilo du crabe auprès des pêcheurs est passé de 950 ariary en 2011 à 3150 ariary en 2015. Par conséquent, la majorité des pêcheurs actifs dans les mangroves se sont convertis, au moins périodiquement, à la pêche aux crabes ou à la pêche multi spécifique qui vise trois principaux groupes de produits halieutiques, notamment le crabe, le poisson et les crevettes.

Les mesures de protection peinent à être respectées

Malgré tout, la pression sur cette ressource halieutique ne cesse d’augmenter. A cela s’ajoute la croissance démographique et la migration vers les côtes, ou encore l’accès libre à cette ressource.

En 2015, des mesures de gestion ont été appliquées, notamment  les quotas de pêche et d’exportation, la taille minimale autorisée, le respect de la saison de pêche, la protection des femelles ovées et des crabes mous, ainsi que l’interdiction de la coupe et la vente de bois de mangrove.

Mais, un certain relâchement est de plus en plus constaté auprès des opérateurs ces dernières années. En outre, l’insuffisance de l’effectif des inspecteurs du Centre de surveillance des pêches ne facilite par le contrôle sur le terrain.

Le potentiel de production de Madagascar pour le crabe des mangroves, Scylla serrata ou «drakaka», est de 7 500 tonnes par an. La production nationale est inférieure à 4 500 tonnes par an. L’exploitation du crabe à Madagascar s’étale de septembre à juin. Selon les  réglementations en vigueur, la pêche est fermée sur tout le territoire entre juillet et août pour permettre le renouvellement des stocks.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Riziculture : la réduction des pertes post-récolte à l’étude

 

Les pertes post-récolte du riz chez les producteurs malgaches sont estimées entre 15% et 20%. Afin de pallier ce déficit, le Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice) compte apporter son soutien en menant une étude pour réduire ces pertes.

Le sujet a été abordé à l’occasion d’une rencontre entre le nouveau  représentant résident de l’AfricaRice à Madagascar, Gaudiose Mujawamariya et le ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Harison Randriarimanana, la semaine dernière. A noter que l’AfricaRice a obtenu un accord de siège dans la Grande île en 2017.

Etant membre de l’AfricaRice depuis 2011, plusieurs projets ont été menés ensemble entre la Grande île et le centre, dont le principal objectif est d’améliorer la productivité rizicole au niveau national. C’est en effet à travers un partenariat  avec l’AfricaRice que le gouvernement  malgache a pu distribuer près de 60 tonnes de semences à cycle aux paysans fortement touchés par la grande sécheresse de 2017.

Par ailleurs, les deux nouvelles variétés de riz irrigué, résistantes au froid sont  introduites dans le pays, grâce aux études menées par le Centre national de recherche appliquée au développement rural (Fofifa) qui est l’institution de recherche agricole représentant Madagascar à l’AfricaRice.

Riana R.

News Mada0 partages

Financement : l’Inde accorde  une ligne de crédit

10 milliards de dollars. C’est le montant de la ligne de crédit de développement, accordé par le gouvernement indien aux pays africains, a fait savoir le Premier ministre indien Narendra Modi, lors du sommet Inde-Afrique en 2015, regroupant 54 pays africains, dont Madagascar.

Pour aider ses partenaires à préparer des projets viables et susceptibles d’obtenir un financement, le gouvernement indien a mis en place un instrument de préparation de projet pour les lignes de crédit (PPF). A ce sujet, à part ces 10 milliards de dollars, le gouvernement de l’Inde a également prévu 600 millions de dollars.

Selon les explications de l’ambassadeur de l’Inde à Madagascar, Subir Dutta, «cet instrument permettra rapidement et facilement de répondre aux besoins prioritaires des gouvernements demandeurs. La demande peut être faite auprès du ministère des Affaires étrangères des pays respectifs».

A noter que le Premier ministre indien, Narendra Modi effectue une visite en Ouganda actuellement. Et, lors de son intervention au parlement ougandais hier, il a annoncé que collaborer avec l’Afrique sera au sommet des priorités indiennes. «Nous continuerons d’intensifier et d’approfondir notre engagement envers l’Afrique», a-t-il conforté.

Cette intervention a été retransmise à l’ambassade de l’Inde à Madagascar au cours de laquelle ont assisté les représentants du gouvernement malgache ainsi que des opérateurs économiques.

Nadia

News Mada0 partages

10 ans apres la disparition de Herizo R.: l’éthique politique en question

A l’initiative du parti Freedom, la commémoration des dix ans de la disparition d’Herizo Razafimahaleo, fondateur du parti Leader Fanilo et opérateur économique reconnu, a eu lieu hier à Analakely, à travers une rencontre et débat sous le thème de l’éthique politique.

Connu par ses réflexions keynésiennes et ses analyses politiques pointues, cette personnalité avait aussi bâti son image et celle de son parti sur le concept d’éthique politique. A une certaine époque, l’éthique politique en question se reflétait aussi bien à travers les comportements des ténors de cette formation que les valeurs qu’ils défendent. Des valeurs qui semblent pourtant en dérive ces jours-ci.

En tout cas, comme le souligne les personnalités présents lors de ce rendez-vous, les politiciens ont beaucoup à apprendre du fondateur du Leader Fanilo. A noter que la commémoration initiée par le Freedom a vu la présence de plusieurs personnalités ayant côtoyé Herizo Razafimahaleo, entre autres, Manassé Esoavelomandroso, Rabesa Zafera Antoine, Toto Alphonse ou encore Alphonse Randrianambinina.

Rakoto

News Mada0 partages

SSM: la lutte continue

Le mouvement de la plateforme syndicale à Madagascar (SSM) a décidé de poursuivre la lutte jusqu’à satisfaction totale de ses revendications. Hier, ses membres se sont regroupés à l’INFP à Mahamasina pour un conseil national extraordinaire.

Les résolutions finales de ce conseil seront connues incessamment mais le membre du SSM et non moins président national du Sempama, Claude Raharivohitra, a fait déjà savoir qu’un projet de décret est en cours d’élaboration. Ce décret apportera des solutions pérennes aux crises récurrentes au pays.

Le SSM a souligné que son mouvement n’est aucunement lié à celui du HFI.

Rakoto

News Mada0 partages

CNRE : valoriser les résultats des recherches

Dans le cadre de la célébration du 30e anniversaire (1988-2018) du Centre national de recherche sur l’environnement (CNRE), une journée scientifique a été organisée hier à l’Académie malgache à Tsimbazaza.

A cette occasion, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Marie Monique Rasoazananera, a souligné que «la valorisation des recherches est désormais l’une des priorités du gouvernement à l’heure actuelle, dans tous les domaines, que ce soit l’environnement, la nutrition ou encore la santé».

De son côté, le directeur du CNRE, le Pr Heriniaina Ramanankierana, a ajouté que «la journée d’aujourd’hui est dédiée à la valorisation des résultats des recherches. Ces dernières sont très importantes. C’est un atout pour favoriser le développement».

De citer comme exemple que des membres du CNRE ont promu d’effectuer des recherches sur la filière des haricots dans la région Menabe afin d’améliorer la semence et surtout, d’augmenter la production. Le Centre a aussi noté que leurs chercheurs ont procédé à la récupération des déchets marins pour améliorer la qualité de l’eau, dans le dessein d’avoir de l’eau potable. Plusieurs projets ont été également réalisés, comme la restauration écologique dans les zones minières.

Le CNRE dispose de 4 départements composés de  systèmes aquatiques et côtiers, l’écosystème terrestre, l’environnement et sciences sociales, ainsi que l’environnement et qualité de la vie. Le centre dispose également de deux laboratoires, à savoir le Laboratoire d’analyse et de contrôle des aliments et des eaux (Lacae) et le Laboratoire de microbiologie de l’environnement (LME).

Sera R.

News Mada0 partages

Santé: ruée vers les médicaments contre la grippe

Au niveau des centres de santé de la capitale, le nombre des patients atteints de la grippe a nettement augmenté ces derniers temps. Une situation qui survient généralement en plein hiver.

«Sur les quelques 800 patients que nous accueillons quotidiennement, au moins 8 sur dix présentent les symptômes de la grippe», a fait savoir hier le médecin chef de l’Ostie Behoririka, le docteur Roland Ratavilahy. Elle se manifeste en général par une hausse de la température, accompagnée parfois de toux. En majorité, les patients sont composés d’enfants et de nourrissons, si on a à peu près le même effectif chez les adultes.

D’après les explications du docteur Roland Ratavilahy, l’adaptation du corps humain face au froid crée une certaine vulnérabilité, ce qui favorise l’état grippal. D’ailleurs, comme cette maladie est provoquée par virus, elle se propage vite au moindre contact.

Ruée sur les antigrippaux

Actuellement, les médicaments antigrippaux sont les plus demandés dans les pharmacies. Ils s’obtiennent à partir de 600 ariary la plaquette et jusqu’à 38.000 ariary la boîte de 30 comprimés. La vitamine C, un antioxydant qui est nécessaire pour le renforcement du système immunitaire, est proposée entre 1.500 et 2.000 ariary la plaquette de 10 comprimés.

«En général, cette variation de prix dépend du médicament s’il est générique ou non, ainsi que de sa provenance», selon les explications d’un pharmacien du côté d’Ampitatafika. Quant au prix d’un vaccin antigrippal, il avoisine les 10 euros, (40.000 ariary).

Sera R.

 

News Mada0 partages

Kidnaping à Tsaratanàna: le sort des otages reste incertain

 

Les jours passent et les quatre employés de la société Kraoma restent toujours entre les mains des dahalo. Le Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar hausse le ton face à la situation.

Rassurant ! Alors que le délai fixé par les bandits pour la remise de la rençon, une somme de 100 millions d’ariary, en échange de la libération des otages, a expiré, aux dernières nouvelles, du moins jusqu’à hier soir, l’on sait que les quatre employés de la société Kraoma sont toujours bien en vie. Mais d’après les explications données par la famille, les quatre otages sont séquestrés dans d’atroces conditions depuis lundi, le jour de leur enlèvement. «Un des otages doit prendre des médicaments tous les jours. Ce qui est impossible à cause de la situation», a indiqué un membre de la famille.

D’après la gendarmerie, les investigations ont déjà été menées et sûrement renforcées par la mobilisation d’un hélicoptère qui a été envoyé à Tsaratanàna la semaine dernière dans le but de lutter contre la recrudescence de l’insécurité sur place. «L’endroit où les bandits séquestrent les otages est déjà à peu près localisé. Une collaboration avec les opérateurs téléphonie mobile à même été déjà engagée pour tracer le cellulaire utilisé par les kidnappeurs», selon des sources concordantes.

Par rapport aux évènements, le CFOIM se dit choqué par cette prise d’otages qui se déroule actuellement à Brieville Tsaratanana. «Nous ne pouvons pas tolérer ces agissements criminels et nous exhortons les autorités à prendre toutes les mesures nécessaires pour que ces victimes soient libérées saines et sauves, et que la sécurité soit rétablie», indique le CFOIM.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

INSTN :«La mise en place d’une  centrale nucléaire est faisable»

Les infrastructures vétustes et les centrales existantes qui ne produisent pas assez de puissance, sans oublier les délestages et les coupures fréquentes d’électricité, handicapent largement l’accès de tous à l’énergie. C’est un défi à relever, malgré les investissements déjà entrepris.

Comme solution pérenne, l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) propose le recours à l’énergie nucléaire.  Sur ce point, le Directeur général de l’Institut, le Pr. Joël Rajaobelison, a souligné lors d’une interview que,  “La mise en place d’une centrale nucléaire est faisable à Madagascar”.

Certes, un tel projet nécessite des investissements colossaux au départ et plusieurs années d’études. Pourtant, selon toujours les explications, en plus de sa stabilité et son moindre coût de consommation, une centrale électronucléaire générera une production optimale, qui peut aller en moyenne jusqu’à  900 Mégawatts, soit le double de la production d’une centrale hydraulique.

D’ailleurs, «ce ne sont pas les matières premières qui manquent, dans la mesure où la Grande île dispose d’énorme quantité d’uranium, qu’on peut explorer dans la partie centrale jusqu’au Sud du pays», a ajouté Joseph Lucien Zafimanjato de l’INSTN. Mis à part le volet formation des spécialistes et les enjeux financiers en jeu, la concrétisation d’un tel projet dépend de la volonté politique des dirigeants.

En outre, cet institut se lance depuis quelques temps dans des recherches sur le recyclage de combustibles nucléaires, ce qui permet d’optimiser l’usage des matières premières.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Toliara : une expulsion a failli mal tourner à Tsianaloka

Situation explosive dans le fokontany de Tsianaloka, dans la commune urbaine de Toliara I, suite à une tentative d’expulsion résultant d’un litige foncier entre deux opérateurs Karana.  La suspension requise par les autorités locales peine à apaiser la tension suite  aux manifestations menées par des portefaix et des employés de l’actuel occupant des lieux.

Les autorités administratives ont dû intervenir pour suspendre l’exécution d’un mandat d’expulsion à l’encontre d’un opérateur Karana marié à une Malgache, propriétaire d’un entrepôt sis à Tsianaloka, hier, pour éviter le pire et afin de préserver l’ordre public.

L’objet de la discorde entre les deux ressortissants indiens, qui sont pourtant issus d’une même famille, est un terrain où est bâti un entrepôt. Dans la matinée d’hier, un huissier de justice, accompagné par des éléments des forces de l’ordre mandatés par un autre opérateur Karana, s’est présenté à Tsianaloka en vue de procéder à l’expulsion.

Mais la situation a failli dégénérer en émeute car des portefaix ainsi que des employés de l’actuel occupant ont effectué un sit-in devant l’entrepôt en question. Ils ont également brandi des banderoles en vue de manifester leur mécontentement. L’origine du litige opposant les deux opérateurs Karana provient de la situation domaniale de ce terrain d’implantation de l’entrepôt, selon les parties concernées.

L’occupant dénonce des faux et usage de faux dans la procédure d’acquisition du terrain par le mandataire de l’expulsion. Ce dernier aurait usé des documents en sa possession, mentionnant l’acquisition par vente de la propriété effectuée auprès des parents de l’actuel occupant, pour l’en déloger.

Des démarches ont été engagées auprès du tribunal de Toliara et d’Antananarivo afin de régler le différend. Le procès de cette affaire se tiendra dans quelques jours.

Manou

News Mada0 partages

SAVA : la SLC à la commune de Sambava

Les bases de la bonne gouvernance sont lancées dans la commune urbaine de Sambava. L’atelier de mise en place de la Structure locale de concertation (SLC) devant garantir cette pratique a été clôturé dans cette localité, hier.

Le maire de Sambava présidera désormais la structure de concertation et d’orientation de sa circonscription qui devait être mise en place, suite à l’atelier y afférent qui a été clôturé hier, après deux journées de discussions intenses conduites par l’équipe de l’exécutif de la commune. Les forces vives de la circonscription ont été invitées aux séances de concertation pour une efficience de la structure décrétée par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation.

Des consultants ont animé l’atelier destiné à la mise en place d’un pilier de la bonne gouvernance et du développement de cette commune de la région Sava dont les dirigeants ont fait l’objet de suspicion de corruption ces derniers temps.

Manou

News Mada0 partages

”Kidnapping”: mampiaka-peo, manaitra ny fanjakana ny CFOIM

 

Nampiaka-peo amin’ny firongatry ny fakana an-keriny ny CFOIM taorian’ilay Karana nisy naka an-keriny farany teo sy ireo mpiasan’ny orinasa Kraoma efa-dahy tao Brieville Tsaratanàna…

Tapitra omaly ny fe-potoana nomen’ireo mpaka an-keriny ireo mpiasan’ny Kraoma efa-dahy. Nandrahona hamono tsirairay ireo takalon’aina ireo mpaka an-keriny raha tsy tanteraka ny fitakiany vola 100 tapitrisa Ar, sy fihaonana amin’ny depiote iray any an-toerana ho tamin’ny famotsorana azy ireo. Hatramin’ny omaly, tsy misy ny vaovao ofisialy mikasika ny tohin’ity raharaha ity. Fantatra kosa anefa, araka ny loharanom-baovao hafa fa nisy ny fivoriana niarahan’ny depiote Ratefiarivony Jaona (izy mantsy, araka ny fantatra, ilay depiote voalazan’ireo mpaka an-keriny) sy ny mpiasan’ny kraoma ary ny mpitandro filaminana. Ity depiote ity no tena nokendren’ireo mpanao takalonaina tany Brieville Tsaratanàna, araka ny loharanom-baovao hafa, saingy ny tsy fahazoan’ireo mpaka an-keriny azy no nahatonga azy ireo haka takalonaina ireo mpiasan’ny Kraoma miisa efatra. Fantatra fa mpiandraikitra ny Tily ao amin’ny FLM Brieville ny iray amin’izy ireo antsoina hoe Kaiky Miadana.

Raha ny vaovao farany azo momba ireo efa-dahy takalonaina, mbola velona izy efatra mirahalahy ary mbola mitohy ny fifampiraharahana, hatramin’ny  omaly. Nanamafy rahateo koa ny zandarimariam-pirenena fa hanao ny asa tandrify azy ireo satria efa vonona rahateo ny ekipa sady efa voafaritra koa ny toerana misy ireo mpaka an-keriny mitazona ireto mpiasa efa-dahy ireto, raha ny fanazavana hatrany.

Manao antso ny CFOIM

Manoloana ny firongatry ny fakana an-keriny, nanao antso avo indray ny CFOIM (collectif des citoyens français d’origine indienne de Madagascar) momba ity raharaha ity. « Tafitohina tanteraka izahay amin’ny zava-mitranga, ary tsy manaiky ny toe-javatra tahaka ity any Brieville Tsaratanana ity ihany koa. Manaitra ny tompon’andraiki-panjakana amin’ny fandraisana andraikitra, indrindra amin’ny fanavotana ireo olona ireo velona sy salama tsara. Manana adidy amin’ny fiarovana ny olona sy izay mipetraka eto Madagasikara ny fanjakana », hoy izy ireo.

Etsy andanin’izany, namoaka fanambarana koa ny CFOIM, araka ny vaovao hita tao amin’ny gazety boky Paris Match, nivoaka ny 22 jolay 2018 lasa teo, miresaka ny fakana an-keriny mirongatra eto Madagasikara. Manaitra ny fanjakana ny CFOIM mba handray ny andraikiny, raha ny fanazavan’izy ireo ao amin’ity gazety boky ity hatrany. Nohamafisin’izy ireo hatrany fa maivana ny vokatra azon’ny Cellule mixte d’enquête anti-kidnapping na CME nanomboka hatramin’ny nametrahana azy ity, ny septambra 2017. Miisa sivy ny trangana fakana an-keriny noraisin’ny CME ka 106 ireo olona nohadihadiana. Olona miisa 21 amin’ireo naiditra am-ponja raha ny tatitra hatramin’ny tapaky ny volana jona lasa teo, raha ny fanazavan’izy ireo hatrany ao amin’ny gazety boky Paris Match. Miahiahy izy ireo fa ahina ho misy firaisana tsikombakomba amin’ireo mpitandro filaminana sy ny tompon’andraiki-panjakana ambony, ity raharaka fakana an-keriny miseholany ity. Miaiky rahateo ny CFOIM fa jiolahy miaraka amin’ny fitaovam-piadiana mahery vaika hatrany no manatanteraka ny fakana an-keriny.

J.C sy Yves S.

News Mada0 partages

Tsianaloka – Toliara: ady tany saika niteraka savorovoro

 

Saika nisehoana korontana tao Tsianaloka Toliara I, omaly, noho ny disadisa teo amin’ny mpandraharaha teratany karana roa lahy. Fototry ny olana teo amin’izy roa lahy ireto ny tany iray misy trano fitobian’entana, raha ny loharanom-baovao voaray. Karana mpihavana ihany izy ireto, saingy nilaza ilay Karana iray fa efa novidiany tamin’ny ray aman-drenin’ilay Karana havany ny tany nanorenana ity trano fitobian’entana ity. Tetsy ankilany anefa, nilaza ilay Karana iray fa misy hosoka sy fampiasana hosoka tao ambadik’izany.  Raha ny zava-nitranga tany an-toerana, omaly, nitondra vadintany sy zandary ilay Karana iray hanala ilay Karana havany tao amin’ny tany misy ity trano fitobian’entana sady orinasa ity. Manoloana izany, voatery nirotsaka an-tsehatra nandamina ity raharaha ity ny manam-pahefana any an-toerana ka nampiato ny fandroahana ny iray amin’ireo Karana ireo mba hisorohana ny korontana sy hitandroana ny filaminana. Tsy nanaiky rahateo ireo mpiasany sy mpibata entana miasa ao amin’ilay trano fitobian’entana ka nanao fihetsiketsehana teo ivelan’ny orinasa ho fiarovan’izy ireo ny asany noho ity raharaha ity.

Taorian’ny fampiatoana ny fandroahana, mbola hita ho somary mafampana ihany ny toe-draharaha. Fantatra anefa fa efa mandeha eo anivon’ny tribonaly ao Toliara sy eto Antananarivo ny raharaha ary ny fiandohan’ny volana aogositra 2018 ho avy izao ny fitsarana.

J.C

News Mada0 partages

By Pass: mpitaingina moto voahitsaky ny kamiao

 

Maty tsy tra-drano ny vehivavy iray nentina tamin’ny moto ka voahitsaky ny kamiao, teny amin’ny tetezana Ivanja, lalana By Pass, omaly hariva. Araka ny fanazavana, moto iray nifanehatra tamin’ny kamiao. Nianjera ireo mpitaingina ka maty voahitsaka tao ilay tovovavy. Potika mihitsy ny lohany, voalaza fa tsy nanao aroloha. Ilay mpitondra kosa tafapitika lavitra ka niheren-doza, na naratra aza. Raha ny fanazavan’ny olona teny an-toerana, nikasa ny nisongona fiara ilay moto no nifanena tampoka tamin’ilay kamiao. Tsy tafala intsony ary izao nitera-doza izao. Tapaka naharitra ora maro mihitsy ny lalana teny an-toerana vokatr’ity loza ity.

Loza tahaka izay koa no niseho tany Mahitsy, omaly, nahafatesana olona iray. Fiara kely iray nandeha mafy ka tsy tafavily ary nifatratra tamin’ny andrin-jiro, vehivavy iray avy nivavaka no tery teo ka nitarika ny fahafatesany. Tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana nanao ny famotorana.

Yves S.

News Mada0 partages

Tsy fandriampahalemana: misy lamina manokana ny RN 44

 

Ho fisorohana ny tsy frandriampahalemana amin’iny lalam-pirenena mampitohy an’Ambatondrazaka sy i Moramanga iny, nandray ity didim-pitondrana faha-011 /PREF/Azaka/Transp ny prefen’Ambatondrazaka, ny 20 jolay teo. Ireo fiara mpitatitra olona no voakasik’ity fandaminana ity. Toy izao izany fandaminana izany: ao Moramanga ny fiara mpitatitra olona avy aty Antananarivo sy avy any Toamasina ho any Antsihanaka. Raha tonga ao Moramanga aorian’ny amin’ny 4 ora tolakandro, “tsy maintsy” miandry ny fialan’ny fiara andiany voalohany amin’ny 7 ora hariva. Izay tonga aorian’io fialàn’ny andiany voalohany io, “tsy maintsy” miandry ny fiaingan’ny andiany faharoa amin’ny 9 ora alina. Ao Vohidiala kosa indray, ny fiara mpitatitra olona avy any Andilamena, avy any Amparafaravola, avy any Ambatondrazaka, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro, tsy maintsy miandry ny fialan’ny andiam-piara voalohany amin’ny 4 ora sy 30 mn hariva. Miandry ny fialana faharoa  amin’ny 6 ora sy 30 mn hariva izay tara iny fialana voalohany iny.

Manan-kery nanomboka ny faha-20-n’ny volana jolay 2018; vanin’andro nivoahany ity didim-pitondrana ity. Efa nampahafantarina azy ity ireo mpitandro filaminana sy ny kaoperativam-pitaterana ary mandray ny andraikitra tandrify azy avy.

Rarivo

News Mada0 partages

Seces Antananarivo: hanao fitokonana faobe ny mpampianatra sy mpandraharaha

 

« Hiditra amin’ny fitokonana faobe ny mpandraharaha sy ny mpampianatra eny amin’ny oniversiten’Antananarivo, manomboka anio, rehefa tsy mety ho tonga saina ny mpitondra hamaly ny fitakiana ataon’izy ireo », araka ny fanambaran’ny filohan’ny Seces sampana Antananarivo, Ravelonirina Grégoire Sammy, omaly taorian’ny fivoriamben’ny mpikambana ao anatin’ny Seces Antananarivo. Efa nitokona rahateo ny mpandraharaha teny amin’ny Esplanade Ankatso ny tapak’andro maraina. Vonona hatrany hiresaka sy hijery ny vahaolana miaraka ny mpampianatra ary hiverina hiasa raha vao mivaly ny fitakiana. Nanomboka ny zoma lasa teo, nampanao fanadinana sy nampianatra ny mpampianatra, teo am-piandrasana ny fihetsiky ny fanjakana. Hiato avokoa izany, manomboka anio, ary hanampy ny fitokonana faobe efa ataon’ny mpandraharaha sy ny mpampianatra any Fianarantsoa (nanomboka ny alarobia lasa teo) ny eto Antananarivo izany. Efa miomana hiditra amin’ny fitokonana koa ny sampana Toliara. Ankoatra ny fitakiana sendikàly, mangataka koa izy ireo mba ho fifidianana azon’ny rehetra handraisana anjara no hisafidianana ny filohan’ny oniversite, ny sojabe… mampihodina ny asa eny amin’ny oniversite.

Nanamafy koa ny filohan’ny Seces eto Antananarivo fa manohana ny tolon’ny mpanabe ary manohitra ny fihetsiky ny fanjakana mandrahona izay mitokona.

Samy manana ny olany ny telo tonta (mpampianatra, mpianatra ary mpandraharaha) eny amin’ny oniversite ka andrasana ny vahaolana mifanandrify amin’ny olana isan-tsokajiny.

Misavoritaka tanteraka ny fanabeazana manomboka aty amin’ny fototra ka hatreny amin’ny ambaratonga ambony ary miandry ny fanjakana hamaly ny fangatahana tombontsoa samihafa.

Vonjy

News Mada0 partages

Cram: « Tokony hazava ny volan’ny antoko mandrotsaka kandidà »

 

« Tokony hisy andininy iray vaovao ny didim-panjakana lah. 2013-057, ao amin’ny Toko I: ny amin’ny fananganana antoko politika, milaza mazava ny tsy maintsy hananan’ny antoko politika iray kaonty any amin’ny banky aorian’ny fahazoan-dalana amin’ny fijoroany. »

Io ny fanambaran’ny birao nasionalin’ny Faribolana fandinihana ny hoavin’i Madagasikara (Cram) nosoniavin’ny filohany, i Joël Harison Marie René, momba ny vola ampiasain’ny antoko amin’ny fifidianana.

Aorian’ny fametrahan’ny antoko iray efa tafatsangana taloha na vaovao ny laharan’ny kaontiny eo anivon’ny sampandraharahan’ny raharaha politika, eo anivon’ny minisiteran’ny Atitany, vao mahazo miasa sy mandray anjara amin’ny fifidianana isan’ambaratongany ny antoko.

Tsy vitan’izany, tokony hisy andininy iray vaovao hafa koa milaza ny tokony hananan’ny antoko iray mandrotsaka kandidà amin’ny fifidianana filohan’ny Repoblika bokim-bola mirakitra ny vola miditra sy mivoaka. Mba hisian’ny fangaraharana amin’ny mpifidy izany. Manara-maso izay bokim-bola izay ny Samifin, mialoha ny fampielezan-kevitra sy aorian’ny fifidianana.

Misy vahiny maro any amin’ny foiben’ny antoko

Raha misy ny fampiasan’ny antoko iray vola tsy fanta-piaviana, tsy mifanaraka amin’ny petra-bola tao amin’ny kaontiny ny vola ampiasaina mandritra ny fampielezan-kevitra: anjaran’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) ny mandray ny fepetra mifanaraka amin’izany.

Feno fanahiana ireo mpanara-maso ny raharaham-pirenena amin’izao fotoana izao, mahita ireo vahiny maro avy amin’ny firenen-dehibe any amin’ireny foiben’ny antoko efa nilaza fa handrotsaka kandidà ho filohan’ny Repoblika ireny. Tsy fantatra mazava izay fifanarahana miafina ataon’ilay kandidà sy ireo vahiny ireo momba ny harem-pirenena iombonan’ny vahoaka malagasy rehetra rehefa lany izy.

« Azo ambara fa mbola tsy nisy fanomanana ny fifidianana filohan’ny Repoblika toy ny amin’ity taona ity, raha mahita ireo vahiny maro avy amin’ny firenen-dehibe izay samy miaro ny tombontsoany eto Madagasikara », hoy ny Cram.

R.Nd.

News Mada0 partages

Manohy ny tolona ny depiote  Tim

Tantara sisa. Nilaza ny mbola manohy ny hetsika, saingy amin’ny fomba hafa, ny depiote Tim. “Tsy mbola vita ny tolona. Midina eny ifotony ny depiote 73, indrindra fa ny antoko Tim amin’izao fotoana izao. Tsy mijanona izany raha tsy mivaly ny hetahetam-bahoaka”, hoy  ny  depiote voafidy etsy amin’ny boriborintany fahefatra, Randriamandimbisoa Felix, omaly. Anisan’ny mbola tsy tanteraka ary tafiditra amin’ny fanovana notakina ny momba ireo rafitra sy ny an-tanan-tohatra mikarakara sy manomana ny fifidianana. Noraisiny ho ohatra amin’izany rafitry ny Ceni eny ifotony, ny mpitantana sasany any anivon’ny fokontany.

Hamory vahoaka eny amin’ny fokontany 

Hametrahan’izy ireo ahiahy tsy hampandeha ara-dalàna ny fifidianana na koa ho tonga amin’ny hala-bato  avokoa izany. Manampy ireo ny tokony hijerena indray ny hanatsarana ny lisi-pifidianana. “Hamory vahoaka eny anivon’ny fokontany izahay hijerena izany rehetra  izany”, hoy ihany izy.

Tsiahivina fa tompon’ny fanapahan-kevitra nialana teny amin’ny kianjan’ny 13 mey ny depiote Tim.  “Sosokevitra fotsiny ihany ny an’ny mpanorina, Ravalomanana, ny amin’ny tokony nampitsaharana ny tolona teny an-kianja  fa tompon’ny  teny farany izahay”,  hoy ity depiote Tim ity.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Fanjonoana gaboraraka: aondrana velona any Azia ny drakaka

 

Hazandrano ahina ho lany tamingana koa ny drakaka. Ankoatra ny fanapotehana ny ala honko, toeram-ponenany, mihoa-pampana ny fanjonoana azy hatramin’ny fanondranana drakaka velona any Azia, Sina.

Tandindomin-doza! Araka ny tatitry ny fandaharanasa Smartfish, be loatra ny fanjonoana ny hazandrano drakaka, karazana “scyylla serrata” avy eto Madagasikara, satria mitombo izaitsizy ny fanondranana any ivelany, indrindra ny drakaka velona. Marihina fa aondrana any ivelany ny 75%-n’ny drakaka ka voalohany ny mankany Azia, indrindra ny any Sina, firenena tena mpanafatra drakaka velona. Manodidina ny 3 000 Ar hatramin’ny 3 500 Ar ny hividianan’ny mpanangom-bokatra ny kilaon’ny drakaka any amin’ny mpanjono ary tafakatra 12 000 Ar/kg  ny hivarotan’ny mpaninjara amin’ny mpanjifa aty Antananarivo.

Mitombo, araka izany, ny tsindry mpahazo ny drakaka satria mirongatra manatona ny toeram-ponenany, ahitana ala honko, ny mponina. Saika ahitana izany tranga izany avokoa ny morontsiraka andrefan’i Madagasikara miainga avy any avaratra hatrany atsimo.

Maro ny drakaka maty eny antenantenany

Samy hitan’ny rehetra ny drakaka velona atao anaty fotaka taterin’ny taksiborosy avy any Ambanja mankaty Antananarivo. Lazain’ny mponina fa teratany sinoa ny mividy azy ireny ary aondrany any ivelany, ankoatra ny fihinanany azy sy mamatsy ireo toeram-pisakafoana sinoa eto Antananarivo.

Araka ny fanadihadian’ny Smartfish, ny taona 2015, maty ny 32%-n’ny drakaka miainga any amin’ny mpanjono mandra-pahatonga any amin’ny mpanangom-bokatra na ny mpamongady na ny orinasa hatrany amin’ny mpanjifa. Voalaza fa nihena ho 17,5% io taha io taorian’ny fanentanana ireo mpisehatra ireo. Nanadihady indray anefa ny fikambanana iraisam-pirenena Blue Ventures tany amin’ny helodranon’ i Mahajamba, ny desambra 2017. Nahita izy ireo fa ambony hatrany ny taham-pahafatesan’ny drakaka, tafakatra 37,5%.

Tsy ampiharina ny lalàna

Mahatsapa ity loza mitatao ity ny minisiteran’ny Harena anaty rano sy ny jono. Maro ny fepetra sy ny fanapahan-kevitra noraisina, nanomboka ny taona 2015, mamaritra ny fihariana drakaka. Anisan’izany ny famerana ny lanjan’ny drakaka azo aondrana any ivelany, ny famerana ny habeny farafahakeliny, ny fametrahana fe-potoana tsy azo anjonoana, ny fiarovana ny drakaka vavy manatody, miampy ny fandrarana ny fikapana ny hazo honko.

Raha ny tatitry ny Smartfish, anisan’ny tsara rafitra sy fitaratra aty Afrika ny lalàna mikasika ity sehatra ity eto Madagasikara, saingy tsy ampiharina. Tsy voahaja ny fatra tokony haondrana any ivelany, ny haben’ny drakaraka farafahakeliny, ny fiarovana ny drakaka manatody, sns. Mitohy koa ny fanapotehan’ny mponina ny ala honko.

Atrikasam-paritra

Manoloana ireo, hatao anio sy rahampitso any Morondava ny atrikasam-paritra (Atsimo Andrefana, Menabe, Melaky) mitondra ny lohahevitra hoe: “Lalam-pihariana drakaka anio sy rahampitso, fanomezan-danja ny famokarana sy fitantanana tompon’andraikitra”. Hisy atrikasa toy ity koa hatao any Ambanja (Diana), ny volana septambra ho avy izao. Miara-mikarakara azy ny minisiteran’ny Harena anaty rano sy ny jono, miaraka amin’ny tambajotra Mihari, ny WWF ary ny Blue Ventures.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Miantoka ny fifidianana: laharam-pahamehana ny toekarena sy ny sosialy

 

Notsiahivin’ny ao amin’ny minisiteran’ny Vola sy ny tetibola fa na eo aza ny governemanta fiaraha-mitantana ankehitriny, laharam-pahamehana tapaka amin’ny tetibolam-panjakana 2018 ny fampandrosoana ny lafiny sosialy, ny fiantohana ny fandriampahalemana ary ny fifidianana. Mifantoka tanteraka amin’ny fanatanterahana ny fifidianana aloha izao ny governemanta. Nambaran’ny teknisianina iray ao amin’ny minisiteran’ny Vola anefa fa raha tsy mifandanja ny toekarena ankapobeny sy ny sosialy, tsy antenaina firy ny hizoran’ny fifidianana ara-dalàna.

Efa misy aloha ny fiovana amin’ny ankapobeny, raha tombanana ny fisondrotry ny harinkarem-pirenena, 4,3 % tamin’ny taon-dasa ; 5,1% amin’izao 2018 izao. Saingy iaraha-mahita ankehitriny fa vao mainka mahazo vahana ny tsy fandriampahalemana any amin’ny faritra maro, ary misy fiantraikany lehibe ao amin’ny lafiny sosialy izany. Porofon’izany ny fitombon’ny isan’ny mponina miala any ambanivohitra mifindra monina amin’ny tanàn-dehibe; hita mibaribary koa izany amin’ny halatr’omby ataon’ny dahalo.

Lalàna amin’ny tetibolam-panjakana amin’izao taona 2018 izao ny fanondrotana karama sy ny tambiny hafa. Hita anefa izao ny fitokonana tsy misy farany ataon’ny mpampianatra maro. Tsy tokony ho an’ny mpiasam-panjakana ihany izay fanondrotana karama izay fa ho an’ny tsy miankina ihany koa. Saingy, tsy afa-mitokona maharitra toy ny hita ataon’ny mpiasam-panjakana ny avy amin’ny sehatra tsy miankina. 9,3 % amin’ny harinkarena faobe anefa ny fampiasam-bola avy amin’ny tsy miankina, mbola manantombo no ho ny ataon’ny fanjakana, 8,1%.

Lalana, herinaratra, fandriampahalemana

Voamarika tamin’ny taona 2017 ny fitombon’ny vola niditra amin’ny fanjakana avy amin’ny hetra sy ny fadintseranana, 4.811 miliara Ar. Azo amaritana tetikasa maro izany, raha jerena ireo vola niditra amin’ny fanjakana ireo. Koa  tokony ho laharam-pahamehana mialoha ny fifidianana ny fanamboaran-dalana, ny famatsiana herinaratra, ny fiantohana ny fandriampahalemana, araka ny torohevitr’io teknisianina ao amin’ny minisiteran’ny Vola io. Tokony hitohy hatrany ireo asa ireo miampy izay sehatra hafa, hanaporofoan’ny fanjakana ny vola miditra aminy ho tombontsoam-bahoaka.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fanodinana mangahazo: Sakafo mahavelona ny gari

 

Karazan-tsakafo vita avy amin’ny fanodinana ny mangahazo ho fekiola ny gari. « Volamena fotsy » ny anarany any amin’iny faritra andrefan’i Afrika iny. Ho an’i Madagasikara manokana, ny Taza Pro Ambovombe Androy no mikarakara sy mamokatra ny gari. Maro ny karazan-tsakafo azo atao amin’ny gari, toy ny hohanina avy hatrany, paty hasiana laoka, lasopy, karaza-mofo maro, sns. Manana loharanon-kery anisan’ny ambony indrindra izy ity satria mahatratra 330 Kkal/100g ny angovonkery hoentiny.

Raha ny fanazavana azo avy amin’ny tomponandraikitra eo anivon’ity toeram-pamokarana sy fanodinana ity, miezaka ny hanaparitaka ny fomba fanodinana ny mangahazo ho tonga gari ry zareo noho ny fahatsapana fa hamelona ny toekarem-pirenena ny fanaovana izany. Sehatrasa maro ny hiforona miainga hatrany amin’ny fambolena mangahazo, mandalo amin’ny mpanangom-bokatra, mpanodinana izany ho gari, ny mpivarotra, sns.

Marihina fa tsy hita ao amin’ny gari intsony ireo poizina amin’ny mangahazo toy ny filazana fa « manala kalsioma ny mangahazo, mamparary vavony ny mangahazo », sns.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Ramamimampionona Gérard: « Tsy miady ny Malagasy, nefa tsy mihavana « 

Ahoana ny amin’ny fampihavanam-pirenena nohetsehina indray tato ho ato. Maneho ny fijeriny ny filoha lefitry ny Komitin’ny fampihavanam-pirenena (CFM), avy amin’ny faritany Antananarivo, Ramamimampionona Gérard: « Mila fampihavanana fa tsy miady ny Malagasy, nefa tsy mihavana. » Dinidinika…

Gazety Taratra (*): Ahoana  ny fijerinao ny ady sy fandrobana tany mirongatra etsy sy eroa tato ho atao?

Ramamimampionona Gérard (-): Raha misy zavatra masina indrindra ho an’ny Malagasy dia ny tany, ataony hoe tanindrazana: ao no ipoiran’ny aina. Maha sarotiny indrindra ny Malagasy io tany io. Manahirana rehefa tsy voahaja toy izao ny tany.

Hiverenako ny hoe: fantatsika Malagasy àry ve ny atao fihavanana? Rehefa tsy fantatsika izay: misy ny mamono olona, mangalatra tany… Lasa fitaovana fitadiavam-bola izay: tsy mipetraka amin’ny hasiny intsony ny tany fa lasa entam-barotra. Rehefa very izay hasina izay, rava ny tany. Samy miezaka maka vola ao… Na tomponandraiki-panjakana izany na mpanera… Tsy tokony ho lasa « bizina » ny tany.

* Ahoana ny amin’ny fijerin’ny olona sasany hoe fampihavanana politika fotsiny no mahamaika amin’izao fotoana izao?

– Amiko, tokony hiaraha-miainga hatrany ny fampihavanana. Tsy manjary ny fampihavanana raha tsy mihavana amin’ny tenany aloha ny isam-batan’olona. Tsongoy fon’olona, tsongoy fon-tena: rehefa mahatsapa izy fa marary ny an’ny tena, marary ny an’ny olona. Tsy tokony hanao izay marary azy amin’ny hafa izy.

* Aiza ho aiza an’izay ny politika?

– Fisehoan’izay ny politika, na vokatry ny tsy filaminana politika izao zava-misy iainantsika izao. Raha hampihavanina politika fotsiny, ohatra: tsy izay ihany ny zava-misy eto. Lazaiko ho ren-tany ho ren-danitra, be dia be ny olona miteny hoe tsy misy olona niady teto. Rehefa tena misaina isika: ampy ve ny miteny hoe tsy miady, nefa tsy miaina ao anatin’ny fifankatiavana?

Tsy miady ny Malagasy, nefa tsy mihavana. Raha misy olona marary, ohatra, tsy misy mifampitsinjo. Izany ve no atao hoe mihavana? Raha misy fananan’olona mipetraka eo, misy maka; zanak’olona, aolana; olona mandeha, sakanana… Hiandry hifamono ve vao hihavana?

Na izany na tsy izany, ara-tantara eto: miady… Mipetraka koa ny vokatry ny fanjanahantany ka tsy azo jerena maimaika ka lemena amin’ny hoe tsy misy olona niady izany teto ny saim-bahoaka.

* Aiza ho aiza amin’izany ny lafiny kolontsaina?

– Manoloana ny fandroson’ny haitao izao isika… Mandeha avokoa izao karazam-pifandraisana rehetra izao. Efa lasa mifanalavitra ny olona amin’izany. Toy ny lasa fahavalon’ny fihavanana io, fa lasa mifanalavitra ny olona. Ao anatin’ny fandroson’ny haitao, lasa fitaovana entina mifanaratsy, miady… Mila dinihina izany, raha tena te hiaina amin’ny hoe fahendrena malagasy isika. Miverina amin’ny fahendreny avokoa izao, ohatra, ny Japoney, ny Afrikanina sasany toy ny Ivorianina, ny amin’ny tena fahendren-drazana.

Tsy midika hoe fiverenana izany fa fankanesana any an-doharano. Rehefa voasavasava ny any an-doharano, mandeha ho azy ny renirano. Tsy mety ny tonga dia mandeha amin’ny renirano nefa tampina ny any an-doharano.

Mila jerena aloha ny vahaolana izao na anio fa tsy maintsy eo koa ny any ifotony ho amin’ny vahaolana maharitra. Aleo mandeha miadana, azo antoka fa ho lasa lavitra: tonga amin’izay tokony haleha. Fa tsy maika hanao an’izao na izatsy…

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Akany Avoko : l’art de recyclage  à l’honneur

Des boucles d’oreilles réalisées avec des chutes de tissus, des petits poufs fabriqués à partir des bouteilles en plastique et des papiers recyclés transformés en cadres ou encore en albums photos … Ces derniers temps, le centre d’accueil Akany Avoko sis à Ambohidratrimo se lance dans l’art du recyclage afin de préserver l’environnement.

«Notre objectif est d’éduquer les jeunes filles à l’art du recyclage et surtout de les sensibiliser à la protection de notre environnement», a expliqué Lalasoa Andriandanja, directrice du centre Akany Avoko.

Les objets recyclés sont non seulement décoratifs, mais apportent aussi une touche originale, unique et écolo, surtout pour les accessoires de mode, comme les sacs à main brodés. La plupart des œuvres recyclées par les jeunes filles utilisent surtout des tissus flashy, qui sont tendance de nos jours. «Nous travaillons sur des tissus qui ne sont pas encore utilisés», a-t-elle expliqué. Par ailleurs, le centre propose aussi des charbons à partir  des débris de papiers et d’autres matériaux.

Pour le financement des frais de scolarité des enfants

«Les filles sont toutes enthousiastes en créant ces objets», a-t-elle ajouté. Effectivement, ces activités permettent d’exploiter leur talent en artisanat, de stimuler leur création pour préserver l’environnement. «Actuellement, nous lançons la vente des boucles d’oreilles et la recette obtenue financera les frais de scolarité  de ces jeunes filles», a ajouté notre interlocuteur.

L’Akany Avoko ne prend en charge que des enfants orphelins ou victimes de maltraitance. Il s’occupe de plus d’une centaine d’enfants pour les aider  à devenir autonomes. Actuellement, grâce à ces diverses activités, le centre d’accueil est sur le point d’acquérir son indépendance financière.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Lokanga Köln Quartet : deux cultures, une identité

Lokanga Köln Quartet foulera la scène du CCESCA pour la toute première fois ce vendredi et samedi, en compagnie d’Erick Manana, Mino Manana et Passy Rakotomalala.

Les protégées d’Erick Manana ont foulé le sol malgache, mardi dernier, à la découverte d’un pays dont elles connaissent déjà en partie sa culture et sa richesse musicale. La formation a trouvé sa genèse en Allemagne grâce à des amis d’enfance réunis par la même passion immuable pour la musique classique.

«Nous avons appris des cours de musique baroque, pour la plupart. Cela fait maintenant 12 ans que nous rêvions de mettre sur pied ce projet qui nous tient à cœur qu’est Lokanga Köln Quartet», se remémore la violoniste Jenny Fuhr et non mois le meneur du groupe.

Le lauréat du Prix Découvertes RFI 1994 a alors pris sous son aile ces musiciennes au talent inégalable. «La musique classique et malgache sont deux disciplines à la fois différentes et complémentaires rythmiquement comme mélodiquement. Le défi majeur auquel la formation a fait face, a été de concilier ces deux cultures», argumente la contrebassiste Katharina Strein.

Philharmonie de Berlin

Le quatuor dévoilera au public du CCESCA son premier album fraîchement intitulé «Takalo» pour témoigner de cet échange artistique qu’il s’évertue à véhiculer depuis toujours.

«A l’image du Hiragasy, cet opus emprunte quelques-unes des compositions d’Erick Manana à l’instar de Ilay tany niaviako et Ambanitsena, avec en prime un répertoire instrumental», détaille Miriam Lormes à l’alto.

Fort du succès des deux concerts donnés à l’Olympia de Paris, Erick Manana projette aussi de monter sur les planches de la Philharmonie de Berlin avec Katharina Hoffmann et ses compagnons de route. C’est toute une autre histoire.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

“Vazo gasy takariva”:hiaka-tsehatra etsy amin’ny IKM ry Ny Any Aminay

“Mahereza”, “Manjakamiadana malala”, “ny fitiavantsika”, sns. Sanganasan’ny tarika Ny Any Aminay, anisan’ireo “vazo gasy” hozarainy an-tsehatra, ny alahady izao, ireo.Anisan’ireo tarika miezaka hatrany manandratra ny kanto malagasy ny Ny Any Aminay. Elaela tsy hita sy tsy re, kanefa nanohy nitrandraka sy nizara hatrany ny mozika malagasy ny tarika. Fantatra fa hisy ny seho “Vazo gasy takariva”, hontosain’izy ireo ny alahady 29 jolay izao, manomboka amin’ny 2 ora sy sasany etsy amin’ny IKM Antsahavola.“Entina indrindra hanandratana ny kanto malagasy, izay mitady ho resy tosiky ny kolontsaina avy any ivelany, ny seho. Hatolotra ihany koa hisarihana ireo tanora sy ny mpitia ny mozika gasigasy rehetra”, hoy ny fanazavana nomen’i Dadanaivo ao amin’ny tarika Ny Any Aminay.Araka ny fanazavana hatrany, “vazo gasy” satria hita tsy afaka am-bavan’ny olona iray raha sendra manembona izy, na misy fahatsiarovana iray, na tany niaviana io na olon-tiana, vazoiny ary tsy afaka am-bavany ny hira mifandraika amin’izany. Koa satria ny tarika Ny Any Aminay, manana izany ireo hira misy aingam-panahy izay, tonga ny fotoana hizarana izany.Tsiahivina fa mivoy ny lohahevitra manodidina ny fanantenana, ny fitiavan-tanindrazana, ny fitiavana ary ny hira fiderana ny tarika Ny Any Aminay. Rehefa mampiasa zavamaneno mavesatra izy ireo, manampy azy ny mpitendry ao amin’ny aorikesitra The Magnific Sonor. Rehefa amin’ny endriny akostika kosa, efa eo ireo zanaka mpandimby, mahafehy tanteraka izany. Miisa 12 ireo mpikambana ka vehivavy ny telo. Eo am-pandrafetana ny rakikira manaraka ny tarika amin’izao fotoana izao. Anisan’ny hoentina an-tsehatra ny santionany amin’izany, ankoatra ireo hira taloha.Marihina fa tafiditra anatin’ny hetsika “Sehatra Bà Gasy”, natao hamelomana aina ireo hira sy mozika malagasy, ity fampisehoan’ny tarika Ny Any Aminay ity.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Chronique: dites-moi, le Mexique, c’est bien au Liban ?

 

La mondialisation s’invite partout, jusque dans les détails de notre quotidien. Une flânerie dans les rues de nos villes en apporte la preuve tous les jours, notamment sur les enseignes des restaurants et leurs menus. En  matière de restauration, la norme malgache est depuis longtemps au grand écart sur trois continents : les cartes proposent presque toujours des «spécialités» malgaches, de la cuisine française et de la cuisine chinoise. Pour souligner le caractère résolument local des spécialités, on pourra d’ailleurs préciser qu’elles sont « malagasy ».

La restauration n’est pas le seul domaine touché par cette récente inclination à utiliser le mot « malagasy » dans une phrase en français. De plus en plus d’étrangers se sentent obligés de la suivre, peut-être pour se faire pardonner la pauvreté de leur lexique en … malgache, pas en malagasy, la chronique est écrite en français. Le mot « français » n’étant pas encore passé de mode, il arrive même que « miteny français izy ».

Pour en revenir à la restauration intercontinentale, on remarquera que dans nos assiettes, la cuisine de la vaste Chine est souvent réduite aux sautés de mine, invariablement servis avec du pain, au riz cantonais et à La soupe, laquelle a probablement connu de nombreuses adaptations depuis la lointaine Canton. Quant à la cuisine française, elle ne s’embarrasse pas de spécialités régionales. Cuisiner à la française, c’est très simple : en guise de laoka, il suffit de servir la viande et les légumes dans deux plats différents.

Les temps changent et le classique trio doit aujourd’hui affronter une concurrence des plus audacieuses. On peut varier les plaisirs de la table et tenter des expériences gustatives originales.  C’est ainsi que depuis Tananarive, Antananarivo?, on peut faire tour du monde en franchissant la porte de « Shawarma city, cuisine mexicaine ». Olé !

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Vol

La semaine dernière, vers cinq heures du soir, M. Caruso, pour descendre dans la cave, ôta son paletot dans la poche duquel se trouvaient une montre et sa chaine en or, d’une valeur de 250 francs.

Quelques minutes après, il remonta, remit son paletot, appela le boto pour lui porter un parapluie pour sortir ; mais le boto pas plus que le parapluie n’étaient là. Il mit alors la main dans sa poche pour regarder l’heure, la montre et sa chaîne avaient aussi disparu.

Il porta plainte à la police, mais sans aucun résultat.

Deux ou trois jours plus tard, un bijoutier hova se présentait au Service des Mines pour faire marteler un tronçon de chaîne en or. L’employé des mines crut reconnaître dans le tronçon présenté une partie de la chaîne dérobée à M. Caruso, alla avertir ce dernier qui reconnut aussi que ce morceau de chaîne était bien la sienne, et s’en alla de nouveau porter plainte contre le bijoutier hova. Ce dernier déclara avoir acheté ce morceau de chaîne d’un autre hova nommé B. On appela B. qui déclara à son tour qu’il avait acheté à un Malgache dont il donna le nom une montre et sa chaîne en or pour la somme de 20 francs, qu’il avait coupé la chaîne en trois parties, en avait vendu un tronçon au bijoutier, un autre à un ami et avait gardé le troisième pour lui.

Le lendemain matin, l’agent de police Naivo, N° 36, arrêtait près du marché le boto qui avait disparu de chez M. Caruso et qui était bien le voleur de la montre et de la chaîne en or.

Le parapluie n’a pas été retrouvé.

Après avoir fait des aveux complets, le voleur a été condamné le 22 juillet à 3 ans de prison et 100 francs d’amende. Il avait été condamné l’année dernière à 6 mois de prison pour vol et vagabondage.

Le torpillage du « Djemnah »

Le Consul de France de Port-Saïd a télégraphié à M. le Gouverneur Général que le Djemnah, parti de Marseille le 1er juillet, a été torpillé le 15, vers 3 heures du matin, à 300 milles d’Alexandrie. Il y a de nombreuses victimes. Les naufragés étaient attendus à Alexandrie où ils sont arrivés. M. le Gouverneur Général a demandé d’autres renseignements qu’il fera connaître dès qu’ils lui parviendront.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo, resaky ny mpitsimpona akotry, ady eran-tany

Tsy vao androany no nahenoana fa mananontanona ny ady ifanaovan’ny firenena rehetra eran-tany, ady mikasika ny toe-karena. Tsy vaovao izany, hatramin’ny nahatany ny tany dia na ny fiarovana na ny fikarohana na ny fandrobana harena no mitarika disadisa hatrany, disadisa lasa miteraka ady rehefa samy mihenjana. Tany aloha ary mandrak’izao dia rehefa raikitra ny ady ny fampiasana hery no ifanandramana ka izay mandresy no mametraka ny didiny, fa samy mahatsapa ankehitriny fa raha samy miditra an’

ady daholo ireo firenena matanjaka dia tsy hisy na ry zareo aza no ho afa-maina amin’ny loza be mety hitranga vokatry ny fampiasana an’izao karazana fitaovam-piadina izao izay samy miha mahery setra hatrany. Eo amin’ny lafiny toe-karena noho izany no samy mampiasa fahaizana hafetsena sy hery (herin’ny fananana), eo ny fametrahana fitsipika fa tsy mahefa izany fitsipika izany rehefa mihenjana mandika an’izany ry zalahy sady mpanana no matanjaka. Amin’izao fotoana izao iza moa no tsy mahafantatra fa Etazonia no anisan’ireo firenena matanjaka indrindra eran-tany na ara-toe-karena izany na araky ny tanjaky ny tafika sy ny fananana fitaovam-piadiana, na atao aza no tsy iresaka ny toetran’ny filohany amin’izao fotoana izao, dia raha miresaka ny rahona mitatao eo ambonin’ny filaminana eran-tany sarotra ny tsy hisin’ny fanipazan-teny indraim-bava mikasika ny toetran’io filoha io izay manampy trotraka ny faharatsin’ny andro eo

amin’ny sehatry ny fifandraisan’ny firenena eran-tany. Isak’izao iray minitra izao noho ny vava tsy tandrina dia mety ho raikitra ny sakoroka. Tsy fantatra na aiza na aiza na ahoana ny fisehon’izany loza izany, hany fantatra dia ny fandalovan’ny rahona matetika amin’ny fandrahonana momba ny fanapotehana tanteraka amin’ny alàlan’ny fandatsahana oran’afo mandoro tany aman-danitra.

Ny firenena madinika na mareforefo, anisan’izany Madagasikara, na naman’ny mpitazana tsy manan-kambara no tsy tompo-teny aza dia mihatra ny vokatr’izany ady izany ary anjakan’ny didy jadona ataon’ny vaventy. Inona moa ny mba ho fiarovan-tena manoloana an’izany trangan-javatra izany ? Matetika koa ny tompom-pahefana natao ho mpiaro ny fireneny dia ataon’izy ireo mpanampy amin’ny fanentsenana ny vavany amin’ny lelavola sy potipotika tombontsoa madinika. Atody miady amam-bato angamba, na izany aza anefa anjaran’ny olom-pirenena tsirairay no misafidy an’izay olona mety ho filoha mafy hoditra tsy ho azon’ny fakampanahy amin’ny fiarahana mitsikombakomba amin’ny hery avy any ivelany na tsy maintsy misy aza ny fifampiraharahana na amin’ny avy any andrefana na amin’ny avy any antsinanana.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : monstrueux marché

 

Souvenez-vous du plus grand marché à ciel ouvert du monde ! C’était le nôtre, nous en étions fiers. Il avait disparu pour renaître morcelé dans plusieurs quartiers de la capitale. A chaque marché son jour disions-nous. Laxisme et Permissivité, les nouvelles divinités auxquelles nous rendons un culte fervent, répondent à nos offrandes : le plus grand marché du monde renaît de ses cendres. Tentaculaire, il s’étend de jour en jour, recouvrira bientôt la ville d’un seul tenant et ne connaîtra plus de pauses, pourtant nécessaires pour nettoyer les rues.  Pour arrêter le monstre, une seule option : trouver d’autres divinités à honorer.

News Mada0 partages

Foot-Coupe de Madagascar: les ténors prêts à en découdre

Les différentes compétitions nationales se succèdent et les ténors du football malgache restent toujours à l’affût ! Après la ligue des Champions, les 1/8e de finales de la Coupe de Madagascar ce dimanche attendent les grosses écuries.

Le trio infernal du ballon rond malgache se nomme Cnaps Sport (Itasy), Fosa Juniors (Boeny) et Elgeco Plus (Analamanga). Uniques formations encore en lice pour un doublé au championnat, ces trois équipes sont de retour sur le terrain de la coupe de Madagascar pour confirmer leur bonne dynamique du moment.

Fortuitement, ces équipes favorites évolueront dans leur antre respectif. En effet, vainqueur de la coupe en 2017, Fosa Juniors (Boeny) recevra au stade Rabemananjara de Mahajanga l’une des équipes d’Analamanga, en l’occurrence CFFA (Analamanga).

De son côté, Cnaps Sport (Itasy) affrontera Racing Sôma Beach (Boeny) sur son stade ultramoderne de Vontovorona. Elgeco Plus (Analamanga) n’est pas en reste en accueillant au stade de Mahamasina Tam Port-Bergé (Sofia). Tous les ingrédients sont réunis pour que ces trois équipes fassent la différence devant des formations largement à leur portée.

Pas le choix

Evincées de la course au titre du Champion de Madagascar, deux équipes feront de cette affiche leur principale priorité. Il s’agit d’Ajesaia (Bongolava) et Jet Mada (Itasy) qui auront à cœur de mater la concurrence.

En un mot, l’obtention d’un succès lors des 1/8e de finales face à leurs adversaires respectifs constitue un premier pas vers la reconquête du sommet.  Ce qui n’est pas chose facile car Cosfa (Analamanga) sera un gros client pour Ajesaia (Bongolava), au même titre qu’Uscafoot (Analamanga) face à Jet Mada (Itasy) d’autant plus que l’équipe de la Commune évolue sur son propre jardin à Mahamasina.

Naisa

Les autres rencontres des 1/8e de finales :

VA Ambatondrazaka-HZAM Amparafaravola (Ambatondrazaka)

Tia Kitra FC-AS Adema (Toamasina)

FC AZ-FC Ilakaka (Fianarantsoa)

News Mada0 partages

Raid Isalo : 150 coureurs sur la ligne de départ

L’inscription n’est pas encore clôturée, mais déjà 150 participants figurent déjà sur la liste de départ de la 12e édition du Raid Isalo, organisée par Randorun de l’océan Indien ce samedi à Ranohira. Certes, la majorité des coureurs sont des Malgaches, mais d’après les informations fournies, des athlètes venant de 5 pays étrangers, à savoir la France, La Réunion, l’Allemagne, la Suède et Mayotte braveront les circuits du Parc national d’Isalo.

A travers les canyons, les faunes et flores…un véritable cocktail de paysage, le parc d’Isalo offre aux engagés un défi envers eux-mêmes, mais également une découverte inouïe de cette nature pas comme les autres. Deux catégories de courses sont au programme, d’abord, la randonnée sportive de 45 km à réaliser en 15 h au maximum et celle de 25 km à boucler dans un  temps imparti de 10 h au maximum.

Miarintsoa R.

News Mada0 partages

Athletisme : Agnès Raharolahy en lice sous le maillot des Bleus

Agnès Raharolahy, une athlète d’origine malgache défendra de nouveau les couleurs de la France lors du championnat d’Europe qui se déroulera à Berlin du 6 au 12 août prochain. La Fédération française d’athlétisme a annoncé cette nouvelle mardi dernier. En fait, il s’agit  de sa 15e sélection  au sein de l’équipe de France.

Chef de file de Nantes Métropole Athlétisme (NMA), Agnès, double championne d’Europe du relais sera sur la piste du 4×400 m. « L’objectif sera de me faire plaisir après une saison compliquée individuellement en espérant avoir la chance de courir et de viser même le titre », a souligné Agnès Raharolahy.

Miarintsoa R.

News Mada0 partages

Hippisme : Magique Etoile magistrale, l’Oiseau Bleu déploie ses ailes

Malgré un froid de canard, la journée des fleuves comptant pour la 8e réunion, sous la férule de l’Autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux à Madagascar (Ahcel), a comme d’habitude réuni une foule des grands jours le 22 juillet dernier à l’hippodrome de Mahazina à Ambatolampy. Les parieurs et les mordus de la course hippique en général ont eu droit à quatre épreuves palpitantes.

Après son retour en force sur la haute marche du podium lors de la dernière réunion, Patrick Rakotoarivelo, à l’issue du prix Sisaony a de nouveau fait retentir son nom à Mahazina grâce à Magique Etoile. Imprenable dès le départ, cette dernière a dominé de la tête et des épaules les 4 autres chevaux au galop. Navigateur de Falinirina Nomenjanahary a fini deuxième loin derrière le vainqueur. Nouvelle Star piloté par Eric Ravelonjanahary a formé le tiercé gagnant devant Mioranasoa sous la selle de Fenohasina Ralaiarijaona qui a constitué le quarté spécial.

Et comme toujours, l’Ahcel réserve le meilleur pour la fin. Après avoir été à maintes reprises au seuil de la consécration durant les réunions précédentes, l’Oiseau Bleu aux commandes de Nicot Ramiliarimanga a enfin pris son envol lors du prix Onilahy, la dernière course de la journée. Cette fois, elle a pris de court Mascotte de Star de Patrick Rakotoarivelo, à la deuxième place devant Kathy Pleasure monté par Michel Randriamanantena. Une belle revanche qui a brisé l’image d’Oiseau Bleu comme étant l’éternel second à Mahazina.

L’Ahcel a souligné que lors de cette affiche, l’effectif des chevaux engagés a diminué, c’est pourquoi quatre courses ont été au programme. « Les propriétaires et entraîneurs ménagent leurs chevaux en vue de la grande journée des Mimosas qui se disputera dans trois semaines », a expliqué un responsable.

RA

 

News Mada0 partages

Kitra  – «Telma Coupe de Madagascar»: hanafika ny Uscafoot ny Jet Mada Itasy

 

Hiditra amin’ny dingana ampahavalon-dalana ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara, taranja baolina kitra na ny «Telma Coupe de Madagascar». Anisan’ny lalao hanamarika izany ny fihaonana eo amin’ny Uscafoot sy ny Jet Mada Itasy.

Kianja fito: i Mahajanga, i Fianarantsoa, i Tsiroanomandidy, i Toamasina, Ambatondrazaka, i Mahamasina, i Vontovorona no hampiantrano ny lalao ampahavalon-dalana eo amin’ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara, taranja baolina kitra «Telma coupe de Mada». Anisan’ny fihaonana goavana ary tena andrasan’ny rehetra ny fifandonan’ny Uscafoot sy ny AS Jet Mada Itasy. Fihaonana, hotanterahina etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, rahampitso zoma 27 jolay. Ekipa samy manana ny fahaiza-manaony ny roa tonta ary samy ity fiadiana ny amboara ity ny hany sisa fifaninanam-pirenena hiadian’izy ireo. Hiendrika famaranana kely izany ny fifandonan’ny roa tonta, amin’ity, satria mangoron-damba avy hatrany izay resy.

Hanana tombony ny Uscafoot satria hilalao eo amin’ny kianjany ary hanoloana ireo mpijery azy. Na izany aza, tsy mifidy tany iadiana ny Jet Mada,  efa kalazalahy avokoa ary manana mpilalao tanora sy be traikefa. Anisan’ireo ekipa nahavita dingana goavana ny AS Jet Mada, raha tsy hilaza ny nahazoany ny tompondakan’ny ligin’Itasy tamin’ity taona 2018 ity.

Hialoha ny fihaonan’izy ireo ny fikatrohan’ny Elgeco Plus sy ny Tam Port-Bergé. Heverin’ny rehetra fa mety hanantombo amin’ny traikefa sy ny fahazarana kianja lehibe ny Elgeco Plus, raha mitaha amin’ny Tam. Any Tsiroanomandidy indray, hifanandrina ny Ajesaia sy ny Cosfa, izay samy goavana ihany koa.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Atletisma – «Mada 2018»: hiadiana toerana ao anaty ekipam-pirenena

 

 Taorian’ny an’ny sokajy zandriny, natao ny faran’ny herinandro lasa teo, hiditra amin’ny fifaninanam-pirenena, sokajy rehetra, indray ny federasiona malagasin’ny atletisma (FMA). Fihaonana, hotanterahina eny amin’ny kianjan’Alarobia, manomboka rahampitso zoma. Hanan-danja tanteraka ity fihaonana ity satria ankoatra ny anaram-boninahitra hiadiana ho an’ny atleta tsirairay, eo koa no hitiliana izay handrafitra ny ekipam-pirenena, amin’ny fiatrehana ny « Lalaon’ny Nosy » (JIOI 2019), andiany faha-11, hatao atsy Maorisy. Hangotraka tanteraka, araka izany, ity fihaonana ity, satria samy haneho ny fahaizany avokoa ny tsirairay. «Halaina ao anaty fampivondronana voalohany avokoa ireo rehetra mahavita fe-potoana tsara amin’ireo taranja rehetra, hifaninanana sy voalahatra, izay hisy eo amin’ny 40 eo ho eo ho an’ity taona ity», hoy i Mahatana Jean de La Croix, mpanazatra.

Tsy mbola ao anatin’izany ireo atleta miatrika fiofanana any Sina. Na izany aza, misy atleta mpila ravinahitra handray anjara amin’ity fifaninanam-pirenena ity, miaraka amin’ireo avy any amin’ny faritra. Anisan’ireny Rabeharison Franck, atleta miofana any amin’ny ivontoeram-piofanana any Maorisy (Ciam), eo amin’ny halavirana 400 m. Hifampitana aminy i  Damien Lorin, avy amin’ny COSPN Analamanga. Tsy afaka ny hifaninana kosa i Vatomanga Gardiner Rija, tompondaka eo amin’ny sokajy U20, noho ny ratra nahazo azy.

Andrasana ihany koa ny eo amin’ny 100 m vehivavy, hifanandrinan’i Tsaravola Dedy, atletan’ny Taf Analamanga, tompon’ny anaram-boninahitra farany sy Andrianandrianina Santatra, nandrombaka ny medaly volamena, tany amin’ny “Meeting Maorisy”. Anisan’ireo hiakatra kianja koa i Ali Kamé, tompondakan’i Afrika 2012, eo amin’ny decathlon, izay mipetraka any Frantsa, ankehitriny. Amin’ity, hifaninana eo amin’ny fanipazana lefona (javelot) ny lehilahy.

Torcelin

News Mada0 partages

Vakinankaratra: voizina ny fanabeazana mampiaty

 

Nandritra ny roa andro ny atrikasa notanterahin’ny fandaharanasa Miara-mianatra ao Antsirabe. « Samihafa Miara- mianatra : Zo-mety amiko-samy tafita  » io ny teny filamatra novoizina tamin’izany.

Hotanterahina amin’ny faritra efatra : Antsirabe, Antsinana, Matsiatra Ambony ary Amoron’ Imania ny fandaharanasa.  Voizin’ny faritra Vakinankaratra ny fanomezana lanja ny harena maha olona ary tafiditra ao anatin’izany ny fampiroboroboana ny zon’ny olona manana fahasembanana, ka izay no antony hanohanana izao fandaharanasa izao.

Nambaran’ny mpandrindra nasionalin’ny fandaharanasa « Miara mianatra » ao amin’ny foiben’ny fiangonana loteranina malagasy,  Randrianarivony Radasy Rolland fa modely i Vakinankaratra satria efa mandrakotra ny kaominina 15 ny tetikasa.

Tanjona ny hanentana ny vahoaka malagasy rehetra tsy hanilikilika ny olona manana fahasembanana ary hisitraka ny zo hianatra sy hivelatra eo anivon’ny fiaraha-monina avokoa ireo ankizy manana fahasembanana.

Efa betsaka ireo toerana narindra sy nohavaozina ao Vakinankaratra ka afaka mivezivezy ireo olona manana fahasembanana. Anisan’izany ireo biraom-panjakana sy sekoly…

Amin’ny faritra sasany eto Madagasikara kosa, mbola betsaka ny ezaka tokony hatao hanalefahana ny fahasahiranan’izy ireny.

Tatiana A

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny IndostriaMaro ny asa vita tao anatin’ny iray volanaTaorian’ny nahavitan’ny fifamindr...

Taorian’ny nahavitan’ny fifamindram-pahefana ny 14 jona 2018 dia niroso avy hatrany amin’ny asa sy fandaminana anatiny ny ministeran’ny indostria sy ny fampiroboroboana ny sehatra tsy miankina ny minisitra Guy Rivo Randrianarisoa.

  Tafapetraka tao anaty fotoana fohy ny kabinetrany. Tsy nokitihiny na novainy kosa anefa ireo mpiasam-panjakana efa niasa tao mba hampidirana « namana » fa ny fitohizana sy fihodinan’ny asa no tarigetrany. Nisy ny fifampiresahana mivantana sy ny fifanakaikezana tamin’ireo mpiara- miasa nampitoviana ny tadin-dokanga amin’ny tanjona tsy maintsy tratrarina sy hanesorana izay mety ahiahy. Ankoatra izay dia efa am-perinasa avokoa amin’izao fotoana izao ireo tale jeneraly vaovao ampiandraiketana ireo sampandraharaha samihafa miankina amin’ny ministera. Tsy niandry ela ny ministra vaovao taorian’ny fanapahana navoakan’ny lehiben’ny governemanta fa avy hatrany dia nanome toromarika hanovana ho takelaka mena (« plaque rouge») avokoa ireo fiaram-panjakana ao amin'ny minisitera. Fampiroboroboana ny indostria sy ny sehatra tsy miankina no fanamby apetraky ny ministera mba ho tena fanoitra ho an’ny fampandrosoana. Tsy nitsahatra nanao fidinana ifotony ny ministra sy ny ekipany. Tao anatin’ny iray volana mahery dia orinasa maro no efa notsidihina. Isan’izany ny orinasa SIRAMA ao Dzamandzar, Nosy Be (zoma 13 jolay) ka nihainoan’ireo tomponandriakitra ao amin’ny inistera ny olana sy fahasahiranan’ireo mpiasa marobe, tsy mandray karama efa antaonany maro. Tany Mahajanga ihany koa ny ekipan’ny ministera nitsidika orinasa maro toy ny “ Ferme Riantsoa » izay miompana amin’ny fiompiana akoho, ny toerana fambolena fary sy hananganana orinasa mpanokatra siramamy ao amin’ny Kaomina ambanivohitra Ambalakida, ny orinasa Pak Foam, manao kidoro vita amin'ny «mousse»… Namangy ny renivohitrin'ny faritra Atsimo Atsinanana, Farafangana, ihany koa ny ministra Guy Rivo Randrianarisoa nankalaza sy nanokatra ny andro iraisampirenena ho an’ ny kaoperativa. Izany dia hamerenana indray ny hasin’ny kaoperativa mba hivondronan’ny mpamokatra hafahan'izy ireo mifehy ny vidin'ny vokatra ka hahitany tombontsoa.Zava-dehibe ihany koa ny fihaonana sy fifanakalozan-kevitra tamin’ireo orinasa afaka haba. RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fanampiana an’i MadagasikaraEfa an-dalana ny famatsiam-bolan’i India

Efa eo an-dalam-pijerena ny momba ny fanampiana nangatahan’ny governemanta Malagasy i India, araka ny tatitra nataon’ny Ambasadaoro Subir Dutta tetsy amin’ny foibeny Tsaralalàna. 80, 7 tapitrisa dolara na 271 099 545 000 Ariary (1dolara=3359,35Ar) izy io, hanampiana amin’ny sehatra fambolena.

 Nanazava Andriamatoa Subir Dutta fa miankina amin’ny tetikasa asehon’ny firenena tsirairay no hanomezan’izy ireo ny fanampiana. Taorian’ny fanampiana namitana orinasa mpamokatra zezika nanomezana 2,5 tapitrisa an’i Madagasikara tamin’ny 2009 dia tsy nisy tetikasa vaovao intsony. Amin’izao fotoana dia hamafisina ny fiaraha-miasa ary efa an-dalam-pamolavolana ny fanampiana homena an’i Madagasikara i India. Fanampiana ho fampandrosoana ara-toekarena ary miainga amin’ny laharam-pahamehana atolotry ny fanjakana Malagasy. Miezaka ny manakaiky an’ny firenena afrikanina i India ary omaly aza moa dia nihaona tamin’ny parlemanta ao Ouganda ny praiminisitra India Narendra Modi. Manoloana ny fihoaran’i India an’i Frantsa eo amin’ny laharana amin’ny hery ara-toekarena maneran-tany dia nilaza mazava ny ambasadaoro fa efa 20 taona lasa no niomana mafy ary niompana be dia be tamin’ny fampandrosoana ny olona tsirairay mihitsy ny firenena. Rehefa izay dia niasa mafy ny vahoaka iray manontolo ka nahatazona hatrany ny fitomboan’ny harinkarena ho 7 hatramin’ny 8% tanatin’ny taona maro. Mila maka tahaka ny firenena matanjaka tahaka itony ny mpitondra fa tsy faly hangata-bola mandrakariva tahaka ny mahazatra.  

Tsiry

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza mihantona

« Ny ratsy atao loza mihantona, ny soa atao ilevenam-bola », hoy ny Ntaolo. “ Izay nafafy no hojijaina ary misy farany ny zava-drehetra”.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Sisin-dranomasin’i MadagasikaraTsy voafehy ny fiarovana azy

Mivelatra sady midadasika ny fari-dranomasina Malagasy satria avo telo heny mihoatra ny velaran-tanin`i Madagasiakra. Antony tsy hahafehezana ny fifindra-monina sy ny fanondranana an-tsokosoko ny fidadasiny. Olana goavana ny tsy fahampian`ny fitaovana anatanterahana ny asa na efa nanomboka manampy amin`ny fampitaovana aza ny fanjakana.

 

Mandeha an-dranomasina ny 80%-n`ny entana

Ny lakandranon’i Mozambika sy ny Oseana Indiana dia feno mpitatitra iraisam-pirenena ary feno mpitrandraka solika sy entona  ary harena an-dranomasina sy ny jono. Ny 80%-n`ny fifanakalozana ara-barotra maneran-tany dia mandalo ranomasina avokoa. Ohatra ny solika, izay fototra iray iankianan`ny toekarena. Tokony hifantohana ankoatra ny varotra ireo harena an-dranomasina ireo raha tsy hilaza afa tsy ny solika ambanin`ny ranomasina tombanana hatramin`ny 10,8 miliara barila. Mifamatotra ihany koa amin`ny ranomasina mampihodina ny toekarena ny seranan-tsambo. Tokony hotanterahina ny fametrahana seranan-tsambo, araka ny fenitra avy amin`ny OMI. Fotodrafitrasa miantoka fiarovana sy fisorohana ny loza. Raha eto amintsika misy ny morontsiraka na seranan-tsambo tsy ampy na tsy misy io fiarovana sy fisorohana ny loza an-dranomasina io. Manamarina izany ny fanondranana an-tsokosoko andramena sy ireo harena maro hafa.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainana ao anaty lotoLasa fahazaran’ny tokantrano sasany

Lasa fahazaran’ny tokantrano Malagasy sasany ankehitriny ny miaina ao anaty loto.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asan’ny “médiateur”Tsy fantatry ny ankamaroan’ny Malagasy

Nahavita ny tatitra momba ny asa nataony ny taona 2017 ireo mpiahy ara-drariny (médiateur). Sampandraharaham-panjakana najoro araka ny didy hitsivolana mitondra ny laharana 92-012 tamin’ny 29 aprily 1992 ary manana andraikitra ny amin’ny fiarovana ny zon’ny isam-batan’olona ny mpiahy ara-drariny.

 

 Araka izany dia mandray ireo fitarainana maro maimaimpoana tonga eny amin’ny sampan-draharaha isanisany izy araka ny nambaran’i Ramatoa Monique Andreas Esoavelomandroso, Médiateur de la République, izay manana ny birao fiasany etsy Isoraka. Maro ireo fitarainana tonga tahaka fijaliana amin’ny fandraisana ny fisotron-dronono. Ankoatr’izay dia maro loatra ny taratasy tadiavina amin’izany ka mampivezivezy sy mahaketraka ireo mahazohazo taona ireo. Tsy vitsy ihany koa ny fitarainana ny amin’ny fanoratana ny tany sy ny resaka fangalana titra. Fa na dia eo aza izany rehetra izany dia hita fa tena vitsy ny Malagasy mahafantatra ny fisian’ity  andrim-panjakana ity ka tokony hisy ezaka fanehoana ampahibemaso ny andraikitra iantsorohany. Ny fanontaniana mipetraka koa dia ny hoe tena afaka mamaha olana ve ity rantsana ity  sa voafetra tahaka ny BIANCO sy ny SAMIFIN ihany ny andraikiny ka tsy maharototra ny Malagasy?

Tsiry   

Tia Tanindranaza0 partages

Sorona isaky ny hanao zavatra Misy tandindona lazainy, hoy ny manampahaizana

Ny firenena tsirairay avy, hoy ny manampahaizana momba ny fomba malagasy, Eddy Jean Philippe sady filoha lefitry ny fikambanana Tandroharena, dia samy manana ny fomba amam-panao mampiavaka azy avokoa.

 

J. Mirija

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondron’Olon-Tsotra« Avoahay aloha ny tantara ! »

Samy ilain’ny Malagasy daholo, hoy ny filohan’ny Vondron’Olon-tsotra (VOT), Sarah Zoe, na ny fanorenana ifotony na ny fifidianana saingy mila hay ny mametraka ny laharam-pahamehana sao zava-doza no hitranga.

 Avoahay aloha ny tantara, hoy izy, mba hahafahana mametraka ny soatoavina sy hasina. Aza afangaro amin’ny finoana ny fomba fa zavatra napetrak’Andriamanitra hampiavaka ny firenena tsirairay avy izany. Hitanareo mpanao politika fa samy mila ireo zavatra 2 malaza amin’izao fotoana ny vahoaka kanefa aza hararaotina. Mila mamoaka ny tantara isika vao afaka mamoaka ny hasina ary tsy maintsy miainga amin’ny kolontsaina no hahafahana mametraka izay lalàmpanorenana. Antony nanohananay ny filoha Ravalomanana io, hoy izy, satria izy dia nametraka fa tsy tokony hoekena ho filoham-pirenena izay tsy malagasy madiodio. Manoloana ny resaka fikasana ny fanilihana ity filoha teo aloha ity tsy ho kandida filoham-pirenena moa dia nilaza ny VOT fa tsy tokony hiditra amin’izany intsony isika satria tsy hiteraka fitoniana ary tsy hisy firenena handroso anaty tsy fitoniana. Hanara-maso ny fifidianana ny VOT, hoy izy, ary hanentana eny ifotony mihitsy ny rehetra mba ho mailo. Tsy mila famatsiana amin’iza na iza ihany koa moa ry zareo, raha ny nambarany fa hanaporofo fa hahavita zavatra rehefa tena entin’ny fitiavan-tanindrazana marina.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Solonandrasana MahafalyHisintaka amin’ny HVM ihany koa ?

Tsy re feo firy intsony ny praiminisitra teo aloha Mahafaly Solonandrasana Olivier taorian’ny fifamindram-pahefana teo aminy sy ny praiminisitra ankehitriny. Tsaroana tsara kosa ny teny nataony tamin’izay ka nilazany hoe: “mametraka ny mandrapihaona vetivety” ny 6 jona lasa teo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Krizin’ny fampianaranaMifampizirizy ny fanjakana sy ny mpanabe

Miverina tsikelikely ny fampianarana manerana ny Faritra maro eto Madagasikara, anisany ny eto Antananarivo Renivohitra, hoy ny vaovao navoakan’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena izay nahely tamin’ny tambajotram-pifandraisana, indrindra tamin’ny haino aman-jery, toy ny haino aman-jerim-panjakana TVM sy RNM.

 

 Ny  talata 24 jolay dia nolazaina fa miisa 107 amin’ny 115 ireo sekoly miverina misokatra, ka 88/93 ny EPP, 15/15 ny CEG, ary 4/7 ny Lisea teto an-drenivohitra raha ny nambaran’ny minisitera. Tsy nankasitrahan’ny mpampianatra mbola mitolona izany, ary nosokajiany ho famonoana ny tolona sy fanelezana vaovao tsy marina mba hamonoana afo, ka raikitra ny diabe nihazo ny ORTM teny Anosy, izay tsy lavitra ny Kianjan’ny 90Ar omaly. Nisy ny fihaonana teo amin'ny tompon’andraikitra sy ny filohan'ny sendikaly. Nambaran'izy ireo fa antontan'isa tany amin'ny minisitera no nambaran'ny ORTM fa tsy vaovao diso, hoy ny tatitra nentin'ireo filohan’ny sendika.  Na teo aza ny endrika famonoana afo nataon’ny fanjakana nampiadiana ny samy mpampianatra, izay nisy nanao fanambarana fa miverina ny fampianarana, dia tsy tena tonga amin’izay aloha ny zava-misy. Saika manerana ny Nosy no mbola mihamafy ny hetsika ho an’ny omaly, raha tsy hilaza afa tsy ny tany Nosy-Varika, Ambatondrazaka, Fenoarivo Atsinanana, Mananjary, Ambalavao, Haute Matsiatra, Belo Tsiribihina, Anivorano Nord,… Tapitra tanteraka aloha izao ny 72 ora nomen’ny mpanabe ny praiminisitra, ka andrasana indray izay mety hiseho. Raha naneho ny heviny ny minisitra teo aloha Paul Rabary, dia niantso ny mpampianatra hiverina amin’ny asany, fa tazomy any am-po aloha ny fitakiana, hoy izy, fa efa any aminy ny lakile, ary izy no mahavaha an’io saingy mena ambanin’ny mena izy fony teo.

Toky R

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Oniverisiten’AntananarivoHikatso ny fampianarana manomboka anio

Tontosa omaly alakamisy 25 jolay tao amin’ny Amphi 24, FLSH Ankatso ny fivoriamben’ny Sendikan’ny mpampianatra mpikaroka na ny SECES Antananarivo, niresahana ny vokatry ny fifampidinihana tamin’ny tompon’andraiki-panjakana sy ny tohin’ny fitakiana.

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika tetsy amin’ny 13 meyFahombiazana ireny, hoy ireo nitari-tolona

Tsy ny Parvis irery akory no atao hoe kianjan’ny 13 mey, hoy ry zareo avy eo anivon’ny antoko Tambatra.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Paul Rabary“Tsy hahavaha ny olan’ny fanabeazana ity fitondrana ity”

Nivoaka tamin’ny fahanginany omaly ny minisitry ny fanabeazam-pirenena teo aloha Paul Rabary manoloana ny fialany tsy ho mpikambana ao anatin’ny antoko HVM intsony. Nambarany fa fampifangaroana ny asam-panjakana sy ny politika no antony.

 

 Efa-taona no naha minisitra ahy ary iraka handray ireo mpampianatra FRAM miisa 40.000 sy hametraka ilay rafi-pampianarana vaovao PSE no nametrahana ahy ho minisitra fa tsy hampifangaro izany amin’ny raharaha politika. Ny nahavariana anefa, hoy izy tamin’ny fotoana izay nanatanterahana ny famindram-pahefana tamiko sy ny minisitra ankehitriny izay sady filoha lefitry ny filohan’ny antoko HVM dia nambaran’ity farany fa nampiditra ireo mpampianatra FRAM ho mpiasam-panjakana no nametrahana ahy teo amin’ny toerako nefa tsy nahafeno ny Coliseum ny HVM nandritra ny hetsika nataony teny an-toerana. Efa hatramin’ny ela anefa aho no nanaporofo tamin’ny HVM fa tsy iraka politika no nampanaovina ahy fa asa fanabeazana. Maro ireo zaikabe notanterahin’ity antoko ity saingy tsy nipoitra hatrany aho toy ny tany Toamasina, Fianarantsoa… sady tsy nandoa ny tsipaipaika mifandraika amin’izany ihany koa satria tsy natao handoa ekolazy ny minisitra. Ankoatra izay, tsy manana fifandraisana amin’ny tena vahoaka marina ny HVM satria olom-boatendry avokoa ny olony fa tsy misy olom-boafidy, hany ka tsy sarotra ny mampifandray ireto roa farany. Tsy tokony hanerena olona tahaka izany anefa ny politika tahaka ny tsy hanerena olona iray hivavaka ihany koa fa rehefa hitany fa mety ny hataonao dia manaraka ho azy izy. Nomarihin’i Paul Rabary fa efa ela no nisy disadisa tao amin’ny HVM saingy tsy nataony ho sakana tamin’ny asa fanabeazana niantsorohany. Na ny samy HVM aza tsy mahay mifampiresaka raha oharina amin’ny MAPAR sy ny TIM. Mikasika ny olan’ny mpampianatra manokana dia nomarihiny fa any aminy ny laklé satria tsy hahavaha izany mihitsy  izao fitondrana mijoro  izao.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Moto nisongona “sémi-remorque”Vehivavy 1 maty tsy tra-drano

Nisehoana loza mahatsiravina indray teny amin’ny lalàn’i By Pass, tsy lavitry ny tetezan’Androndrakely omaly hariva tokony ho tamin’ny 4 ora tany ho any.

 

Lehilahy sy vehivavy nanao taingin-droa no lasibatra, ka ny iray maty tsy tra-drano, ary ny iray kosa naratra mafy ka voatery nentina haingana teny amin’ny hopitaly. Tsy fantatra mazava izay tena anton’ny loza, fa raha ny fanazavana tsotsotra sady vonjimaika, dia nisongona fiarabe “sémi-remorque” ireo lehilahy sy vehivavy nitaingina ity sovaly vy ity, kinanjo tafasisika sy nianjera, ka ilay lehilahy tafatsambikina. Ilay vehivavy kosa lasa tao ambanin’ilay fiarabe, ka vodona ary maty tsy tra-drano. Niteraka fitohanana lavareny ho an’ny fifamoivoizana teny an-toerana sy tamin’ny faritra manodidina mihitsy ity loza nahatsiravina ity satria hatrany Ankadimbahoaka ny fitohanany. Tsy vao izao no nisehoana loza mahatsiravina tamin’iny lalan’i By Pass iny, fa efa matetika. Tsara iny lalana iny, ka halaim-panahy handeha mafy ny mpamily amin’ny ankampobeny. Nialoha io loza nahafatesana olona io, dia fiara tsy mataho-dalana iray mitondra ny laharana 2042T… voalaza fa nentina mpamily mamo mbola tanora herotrerony ihany koa no nandona fiara iray nitondra mpandevina nijanona teo amoron-dalana sy kalesy natosiky ny tovolahy iray nivarotra ireny “coco” ranony teny Ambohimanambola, ka nifatratra tao anaty toerana somary lavaka akaiky tambohon’olona ary nivadika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitakiana sy fitokonanaHihenjana sy hampiasa hery indray ny fanjakana

Miverina ny fandrangarangana hery sy famoretana ataon’ny fanjakana eo anatrehan’ny fitakiana sy fitokonana samihafa mbola misy eto amin’ny firenena amin’izao fotoana.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fifaninanana nasionaly ASIEF 2018Vonona amin’ny fandraisana ny hetsika i Toamasina

Nambaran’ny filoha nasionalin’ny ASIEF (Association Sportive Interministérielle pour l'Entretien des Fonctionnaires),

Tia Tanindranaza0 partages

Ambohiboromanga-Ambatondrazaka4 mianaka indray novonoin’ny dahalo

Olona miisa 4 no indray matin’ny dahalo tany amin’ny kaominina Ambohiboromanga any amin’ny distrikan’Ambatondrazaka ny talata teo tokony ho tamin’ny 8 ora alina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basket Africa Cup Qualifiers – MadagascarVonona tanteraka izy 12 mianadahy Malagasy

4 andro mialoha ny hiatrehana ny lalao basikety Africa Cup Qualifiers etsy amin’ny Lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, hahazoana hiatrika ny famaranana hatao any Lomé Togo amin’ny novambra 2018, ho an’ny vondrona A misy an’i Madagasikara mpampiantrano ka handraisana vahiny Afrikanina toa an’i Egypte, Ouganda, Rdc, Seychelles,

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana K2HB Baolina KitraTsy ara-dalàna avokoa ireo fifidianana efa vita

Tsy ara-dalàna avokoa, hoy ny K2HB « Komity Hamerina ny Hasin’ny Baolina Kitra Malagasy” tarihan’Atoa Ramasy « Jean-Ignace Randrianirina » nivory tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo teto Antananarivo,

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Paikady amin’ny aroloza sy fampandrosoanaMila arindra tsara

Notanterahana tetsy amin’ny hotely Panorama Andrainarivo ny atrikasa nanamafisana ny fomba fiasa avy amin’ny fitondrana malagasy hanatsarana ny fisorohana sy fiatrehana ny loza any atsimon’ny nosy.

 Araka ny fanazavana dia navondrona ny fomba fiasa ka nasaina avokoa ireo mpiantsehatra avy any atsimo sy ireo minisitera voakasika ao anatin’ny raharaha. Tsikaritra, hoy ny fanazavana, fa tsy dia hita loatra ny fifamenoan’ny ezaka fampandrosoana sy ny paikady ka anton’izao atrikasa izao mba hampifanindran-dalana ireo. Misy kaominina miisa 21 hatao laharam-pahamehana any atsimo ary hifarana anio moa ity atrikasa ity.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenan’Ambohidahy AnkadindramamyNodiovina sy notondrahan’ny CUA fanafody

Tsy mikely soroka amin’ny asa fanadiovana sy fandaminana ny tanàna ny Kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA).

Ho an’ny eo anivon’ny Boriborintany fahadimy, dia nisy ny asa fanadiovana faobe teny amin’ny tsenan’Ambohidahy Ankadindramamy omaly alarobia 25 jolay 2018. Nitarika ny hetsika ny delegen’ny Boriborintany Atoa Rakoto Emmanuel Richard. Ny tanjona dia tsena madio sy milamina araka ny toromariky ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Lalao Ravalomanana. Nosokirina ny tatatra, nofafana ny lalana ary nisy fanondrahana fanafody famonoana bibikely sy ireo otrikaretina maro nandritra ity hetsika ity. Niara-nisalahy tamin’izany moa ireo ekipa teknika, mpamafa lalana ary ireo mpivarotra. Tsy mitsahatra fa mitohy isan’andro ny asa fanadiovana ataon’ny avy eo anivon’ny boriborintany fahadimy, ary manentana ny rehetra hatrany mba hitandro ny fahadiovana ny fiadidian’ny tanàna.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo AvaradranoNahazo fotodrafitr’asa vaovao 5

Mila mifanome tanana isika mba hahafahana manaisotra ny firenena amin’ny krizy niainana nandritra ny 50 taona, hoy ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina nandritra ny fitokanana ireo fotodrafitrasa fototra miisa 5 teny amin’ny distrikan’Antananarivo Avaradrano omaly.

 

Mila mandray andraikitra isika tsirairay avy mba handresena ny fahantrana, hoy izy ary ny fananganana fotodrafitrasa tahaka izao no manaporofo fa misikimponitra amin’ny fampandrosoana ny tontolo ambanivohitra ny fitondram-panjakana. Efa vonona ihany koa ny vola hanamboarana ireo lalana rehetra miditra an’Antananarivo ka anisan’izany ny avy eny Sabotsy Namehana. Hanomboka tsy ho ela ny asa, hoy izy. Notokanana omaly moa ny birao vaovao ho an’ny kaominina Anosy Avaratra izay nandaniana 130 tapitrisa ariary. Teo ihany koa toeram-panofanana arak’asa ho an’ny vehivavy ao Antsofinondry ary ny efitrano fianarana vaovao ho an’ny CEG Sabotsy Namehana niampy ampahan-dalana ary toeram-pivarotana ho an’ny tsena.

RTT

La Vérité0 partages

Rapport sur le développement humain - Dix huit régions malagasy à la traîne

Madagascar au 158è rang sur 188 pays. Le dernier rapport mondial sur le développement humain, sorti en 2016 par le PNUD, informe que l'Indice de développement humain (IDH) de la Grande île étant de 0,512. Ce dernier reste faible par rapport à celui des autres pays africains, à l'exemple de l'Afrique subsaharienne avec un IDH de 0,523. Apparemment, les avancées sur le plan social, notamment dans la santé et l'éducation, sont insuffisantes face à l'écart de revenu entre le pays et l'Afrique subsaharienne, soit respectivement de 1320 dollars par tête et de 3383 dollars par tête.

D'ailleurs, le rapport national sur le développement humain (RNDH) de 2018, publié récemment par le PNUD à Madagascar, confirme ces faits. « Outre l'IDH au niveau national, celui auprès des régions démontre que seules Analamanga, Itasy, Diana et Sava enregistrent un indice supérieur à la moyenne, soit plus de 0,550 », avance Adamson Rasolofo, économiste national auprès dudit organisme onusien. C'était lors d'un café média organisé hier à la maison commune des Nations unies à Andraharo. Autrement dit, 18 régions malagasy sont encore à la traîne en matière de développement humain. D'ailleurs, les régions Amoron'i Mania n'atteindra l'IDH moyen que d'ici 57 ans, contre 19 ans pour Ihorombe et 3 ans pour Atsimo Andrefana. Cette situation s'explique par le fait que la majorité des régions sont délaissées par rapport à d'autres. De plus, seules 4 ou 5 régions disposent actuellement d'une politique régionale de développement alors qu'il s'agit d'un document stratégique pour solliciter l'intervention des bailleurs.Face à cette situation, Madagascar doit opter pour la mobilisation des ressources internes, au lieu de dépendre des financements extérieurs. Les recettes fiscales et non fiscales, notamment tirées de l'exploitation minière et forestière ou encore de la licence de la pêche maritime, sont à réviser, voire à contrôler. Réformer la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), qui constitue la principale source de recettes fiscales intérieures, est aussi recommandée. Elle est définie à 20% à Madagascar alors que d'autres pays de l'Afrique l'ont révisée entre 12 et 15%. En tant qu'outil de plaidoyer et catalyseur de réflexions, le RNDH recommande l'effectivité de la décentralisation, par exemple en facilitant la collecte d'impôts locaux. La priorisation des secteurs sociaux s'avère aussi indispensable. Notons qu'en 2017, plus de 67% du budget de l'Etat sont concentrés autour de 6 ministères. Les 31 ministères restants se contentent ainsi des 33%. Dans tous les cas, le manque de volonté politique reste un problème à résoudre.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Grève des enseignants - Les lycéens soutiennent leurs professeurs

 Les lycéens entrent en scène. Des étudiants du lycée Jean Joseph Rabearivelo Analakely, du lycée moderne d’Ampefiloha et du lycée Jules Ferry Faravohitra, ont effectué hier une manifestation dans les rues de la Capitale. Banderoles à l’appui, ils ont annoncé leur alliance avec la revendication de leurs enseignants. « Nous sommes prêts à soutenir les enseignants puisque c’est le prix à payer pour que nous puissions travailler dans la tranquillité. Nous voulons que le droit des enseignants soit respecté.

C’est aussi la raison pour laquelle nous avons participé à cette grève », avance Tantely, représentant des élèves. Après avoir fait le tour de la ville, ils ont rejoint le ministère de l’Education nationale avec les enseignants et les étudiants de l’Ecole normale supérieure. L’objet de la discorde est toujours la somme de 100 000 ariary au lieu de 25 000 ariary comme l’a promis le ministre. D’après Nirina R., professeur au lycée Jules Ferry, la grève continue jusqu’à ce que les enseignants obtiennent gain de cause. D’après leur propos, les enseignants qui travaillent actuellement sont sous pression ou ont reçu des menaces de suspension de solde « Retourner en classe n’est pas leur volonté, mais ils ont reçu des menaces de la part de leur chef hiérarchique. Ces derniers qui ont déjà eu leur part de gâteaux », avance- t-elle.Fausses statistiques ?Cette situation a prouvé que la plupart des élèves ne sont pas encore repris le cours, avancent les enseignants. Le ministère de tutelle ne fait que publier des fausses statistiques. Une information qui a provoqué la colère des enseignants. Sur ce, ils demandent un face à face entre les deux parties adverses, notamment les enseignants grévistes et le ministre de l’Education nationale, Horace Gatien. Ce jour, le SEMPAMA et le SYFEMA auront l’opportunité de se présenter sur la scène de la Télévision malagasy (TVM), dans une confrontation avec le ministre Horace Gatien ou son représentant. Cette émission intitulée « Kaondalina » se tiendra après le journal télévisé à 20h30. D’après une source locale, les cours dans les provinces de Mahajanga et Fianarantsoa sont encores suspendus. Pour Mahajanga, les professeurs de gymnastique ont décidé d’annuler l’épreuve d’Eps du Baccalauréat qui devrait commencer lundi dernier. A Toamasina, cinq élèves sont hosptalisés  à cause du manque de  préparation à l’épreuve.Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Délestage à Ambanja - La population menace de descendre dans la rue

Près d’un mois que le délestage sévit dans la ville d’Ambanja et jusqu’à ce jour le mal persiste. La vétusté des groupes électrogènes de la JIRAMA selon nos sources est la principale cause de ce délestage. Les techniciens de la JIRAMA ont mis tout en œuvre pour faire marcher les machines désuètes en leur possession mais jusqu’ici ladite société n’arrive à fournir que 500 kw sur les 2 000 kw  nécessaires aux usagers. Il n’y aura pas de solution miracle. Il faut de nouveaux groupes électrogènes pour la JIRAMA d’Ambanja. Mais à l’allure où se présentent les choses, il ne faut pas trop y compter. En fait, rien ne va plus au sein de la JIRAMA et le problème de la ville de Sambirano est loin d’être un cas isolé.

Quoi qu’il en soit, les habitants de ladite ville en colère ont clairement fait savoir que cette situation n’a que trop duré et que si les autorités compétentes n’arrivent pas à solutionner ce problème de délestage, ils vont descendre dans la rue. « Espérons qu’il n’y aura pas de grève contre la JIRAMA à Ambanja parce que, à coup sûr, comme la dernière fois, il y aura des casses », ont déclaré des observateurs de la localité. Au lieu d’inaugurer les moindres « zava-bita » afin de gagner la sympathie de la population à quelques mois des élections présidentielles, Hery Rajaonarimampianina fera mieux de se soucier des problèmes de ce genre. Encore faut-il qu’il en soit capable. A moins de 1 mois et ? de sa démission de son poste de Président de la République, s’il se porte candidat bien sur, Hery Rajaonarimampianina met en œuvre une offensive de charme mais les gens ne sont pas dupes ni aveugles. Le locataire d’Iavoloha se rend sans doute compte des erreurs qu’il a commises durant les 5 années de son règne mais le mal est déjà fait. Il ne peut s’en prendre qu’à lui-même. En tout cas , les rats commencent à quitter le navire bleu.A.Lepêcheur

La Vérité0 partages

Brieville - Les 4 otages libérés contre 50 millions d'ariary de rançon

Près de 72 heures après leur enlèvement, les quatre employés de Kraoma sont finalement libres, provoquant ainsi la joie à Andriamena Brieville District de Tsaratanàna, hier. Les ravisseurs les ont relâchés vers 11h du matin après bien sûr le paiement d'une  rançon de 50 millions d'ariary, donc la moitié du montant prévu initialement. Une rançon révisée à la baisse puisqu'au départ, les malfaiteurs ont exigé 100 millions d'ariary. Sitôt libérés, les 4 hommes ont été soumis à un contrôle médical avant qu'ils puissent rejoindre leurs familles respectives. Selon toujours la Gendarmerie de Mahajanga, c'est la société « Kraomita malagasy » (KRAOMA) qui a décaissé cette somme. Et les habitants du Fokontany de Bemavo, endroit où les otages ont été relâchés, ont pu pousser un grand ouf de soulagement. 

« Tous les quatre sont visiblement en bonne santé et ils ont été bien traités et nourris pendant leur détention », ajoute une source de la Gendarmerie à Mahajanga. Ce qui paraît bien contraire aux informations véhiculées au lendemain de l'enlèvement et rapportant que les victimes avaient été torturées.   La scène de libération des victimes était digne d'un film policier. Rusés, les assaillants auraient menacé et conseillé le fokonolona de ne pas assister à la scène se déroulant en pleine forêt, selon une source auprès de la Gendarmerie.  « Les ravisseurs ont ordonné qu'une seule  personne est autorisée à  leur remettre l'enveloppe et que le fokonolona doit se tenir sagement à l'écart et surtout de ne pas faire accompagner celui qui a transporté les liquidités par des gendarmes sous peine de voir les victimes exécutées », relate cette source de la Gendarmerie. En fait, le commissionnaire a dû effectuer une heure de marche pour rejoindre le point fixé pour l'échange des otages contre rançon. Et encore, tout cela s'est passé dans une zone inaccessible aux voitures, donc totalement isolée.  Le seul moyen d'y aller était donc à pied. Intrigant La stratégie des bandits a également consisté à faire perdre du temps aux gendarmes que les premiers cherchent à empêcher d'intervenir ou tenter un coup de force.  Toujours est-il que le temps pour le commissionnaire, un autre employé de Kraoma,  de retourner rejoindre les villageois où il lui a fallu encore une heure de marche de plus et les ravisseurs étaient déjà loin. Cependant, les gendarmes ont pu les localiser grâce à la réquisition de leur numéro de téléphone pendant qu'ils ont donné ainsi les différentes instructions à ceux qui devaient leur remettre la rançon. Vers le début de soirée, les Forces de l'ordre ont encore ratissé ces vastes zones de cette pénéplaine où les otages furent relâchés.  Ces secteurs seraient encore entièrement bouclés afin que les gendarmes puissent monter un piège et attraper les assaillants. Rappelons que les quatre employés de Kraoma furent enlevés par  5  individus armés alors que les victimes  travaillaient encore sur un chantier sur une portion de  route reliant Tsaratanàna et Andriamanena, lundi soir. Un fait intrigue dans cette affaire : l'identité des ravisseurs serait connue et ils seraient localisés. Les observateurs se demandent donc pourquoi on ne les arrête pas rapidement ! Comme dans la Capitale, kidnapping risque de devenir une dangereuse banalité à Tsaralalàna.  Faut - il rappeler les rapts de deux opérateurs économiques de Tsaratanàna dont l'un s'étant produit le lundi de Pâques dernier, et qui ont préludé à celui des employés de Kraoma. A l'époque, les proches des deux victimes ont dû payer respectivement 10 millions d'ariary contre leur liberté.Franck Roland

La Vérité0 partages

Manifestation pour la non-tenue de l'élection - Christian Ntsay dénonce une forme de « violence »

Les manifestations pour la non-tenue de l'élection présidentielle à Madagascar sont antidémocratiques, a martelé le Premier ministre hier en marge d'une rencontre avec les chefs de district et les préfets  au ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation à Anosy. Christian Ntsay parle d'une forme de « violence » derrière les actes des organisateurs de ces manifestations. « Dans un pays qui place la démocratie parmi ses valeurs pour faire fonctionner l'administration, les divergences de point de vue autour d'une élection sont tout à fait normales. Les boycotts des élections sont des choses tout à fait normales.

Cela existe dans tous les pays, en Afrique, en Asie, en Europe ou aux Etats-Unis. (…) Cependant, l'élection est l'issue à la crise actuelle. Nous respectons le fait d'exprimer ses opinions pour convaincre la population à adhérer à une cause, toutefois empêcher la tenue d'une élection par la violence est un jeu antidémocratique », a fait savoir le Premier ministre sans toutefois citer de qui il s'agit. Le chef du Gouvernement qui appelle par ailleurs les responsables étatiques à faire preuve d'impartialité pour parvenir à des élections propres.Pour les observateurs, le Premier ministre fait sans doute référence au mouvement pour la refondation de base. Pour rappel, les membres de ce mouvement ont voulu tenir une manifestation devant le parvis de l'Hôtel de ville d'Analakely mardi dernier. Téléguidé depuis en haut lieu, ce mouvement a pour visée principale l'annulation de la tenue de l'élection présidentielle prévue cette année, estiment la plupart des analystes politiques de la place.En tout cas mardi dernier, les leaders du mouvement sont rentrés bredouilles. La manifestation n'a pas pu avoir lieu. Plus tôt dans la matinée, alors que les manifestants n'étaient pas encore sur les lieux, plusieurs éléments des Forces de l'ordre avaient déjà quadrillé le secteur. Ce ne fut que quelques heures plus tard qu'un groupe composé de quelques dizaines de personnes munies du drapeau malagasy ont été aperçues auprès du lieu prévu pour la manifestation.  Une poignée de leaders syndicaux étaient également aperçus aux alentours d'Analakely. En effet, à défaut de partisans, le HFI a décidé de rallier les syndicats qui sont en pleine revendication à leur cause en créant une nouvelle appellation : mouvement pour le changement et la refondation. Les leaders de mouvement ne sont arrivés sur place que tardivement. Ils soutiennent avoir dû faire le détour au siège de la Préfecture à Tsimbazaza pour réclamer une autorisation d'entrée dans le parvis de l'Hôtel de ville. Le préfet, alors absent de son bureau, leur a conseillé de déposer une demande d'autorisation en bonne et due forme. Rappelons que lundi, la Préfecture a déjà proposé le stade Maki à Andohatapenaka aux partisans de la refondation pour tenir leur rassemblement. Une proposition qui a été vigoureusement refusée par les concernés. En dépit de l'échec de mardi et de l'absence massive d'adeptes, les membres du HFI prévoient de donner un nouveau rendez - vous à leurs partisans ce jour.La rédaction

La Vérité0 partages

Conférence des plénipotentiaires de l'Union panafricaine des postes - Focus sur le développement du sect...

Une grande première pour Madagascar. La 5e session extraordinaire de la Conférence des plénipotentiaires de l'Union panafricaine des postes (UPAP) a débuté hier au Centre de conférence international (CCI) d'Ivato. Durant deux jours, les 200 participants, dont 35 hautes personnalités et 178 délégués issus de 43 pays, vont ainsi discuter des meilleures stratégies et politiques pour le développement du secteur postal dans le continent africain, mais aussi de l'amendement des actes de l'UPAP. L'harmonisation de la position africaine sur les questions clés du congrés extraordinaire  de l'Union postale universelle (UPU), qui se déroulera au mois de septembre prochain, fera également partie des sujets à débattre.

« Il est important de discuter, d'harmoniser et de finaliser la position tenue par l'Afrique face aux différentes évolutions auxquelles nous faisons face actuellement. Effectivement, la dernière réforme sur l'organisation de la poste s'est faite il y a déjà 30 années de cela. De ce fait, notre organisation est aujourd'hui dépassée, d'où la nécessité d'un renouveau », a expliqué le repésentant du président de l'UPAP. Des séances plénières, des ateliers thématiques ainsi que des rencontres bilatérales seront alors au programme de l'évènement. Pour une meilleure positionAvec la montée en force de la concurrence, la poste se doit d'améliorer la qualité de ses services pour pouvoir obtenir une meilleure position dans le système économique. « Pour la Grande île, les usagers utilisent de moins en moins les services postaux. Ils préfèrent se tourner vers les technologies et les autres services privés. C'est pour cette raison que nous essayons d'augmenter notre professionnalisme tout en proposant une poste moderne, dans l'air du temps, à la population », a souligné Augustin Rakotomalala, directeur général de la « Paositra malagasy ». Pour se repositionner, cette dernière doit donc exploiter à son avantage les différentes infrastructures à sa disposition et proposer ainsi de nouveaux services conformes aux besoins des consommateurs. La question de l'e-commerce a par exemple été évoquée. Après une étude sur le sujet, il a été déduit que la poste occupe une place prépondérante dans le processus de développement du secteur. De ce fait, la poste peut exploiter plusieurs aspects et secteurs d'activité.  Rova R.

La Vérité0 partages

Présidentielle - L’ANG réitère ses appels pour la candidature de Rajoelina

L'association Action pour la nouvelle génération ou Andrin'ny Gasikara (ANG) a réitéré hier son appel à une candidature de l'ancien président de la Transition Andry Rajoelina à la magistrature suprême du pays. Au cours de ces différentes sorties médiatiques, les membres de cette association avaient publiquement fait part du souhait et du désir de voir Andry Rajoelina retrouver Iavoloha en 2019.

« Les descentes à la base, menée par l'ancien président de la Transition dans le cadre de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar, nous confortent dans notre idée que travailler avec lui est profitable pour nos actions sociales. C'est pour cette raison que, jusqu'à aujourd'hui, nous appelons de tous nos vœux, comme lors de l'installation de nos différents démembrements, à sa candidature. Ses actions sociales et son programme sont avantageux pour nous », a déclaré hier à Anosy, Rakotoarisinina Andriamanalinarivo, président de la branche tananarivienne de l'ANG. C'était lors de la mise en place officielle de la branche de l'association dans la province d'Antananarivo. Composée de plus de 3000 membres « jeunes  et principalement des femmes », l'ANG œuvre principalement dans le domaine du social. Concrètement, elle travaille pour l'amélioration de la condition de vie des Malagasy en général, selon Rakotoarisinina Andriamanalinarivo. « Le secteur dans lequel évolue l'association nous oblige à avoir un regard sur la politique et sur les couleurs politiques.  Voilà pourquoi nous appelons également l'ancien président de la Transition à travailler avec nous dans les actions sociales que nous faisons. Il a sa vision qui semble correspondre à la nôtre », indique le président de l'ANG section Tana.  Luttant également pour la condition féminine et l'approche genre, cette organisation non gouvernementale compte des démembrements à travers la Grande-île, notamment à Mahajanga Toamasina et Sambava. En tout cas, cette association vient rallonger la liste de ceux qui appellent la candidature de l'actuel président de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar. Les appels à la candidature de l'ancien président de la Transition Andry Rajoelina à briguer la magistrature suprême sont en effet nombreux, ces derniers temps. Le premier concerné entretient toutefois toujours le suspens sur le sujet.

La Vérité0 partages

Quid des projets !

Le premier régime ayant cours de l'IVème République, issu des élections de 2013, apporta un fait nouveau dans la structure du Gouvernement avec la création d'un portefeuille chargé essentiellement et uniquement de la réalisation des projets du Chef de l'Etat. Le département dont il est question, un poste-clé du régime, a été confié à des hommes de confiance, de premier plan, du Président en même temps un cadre dirigeant sinon le dirigeant même du parti présidentiel. Ainsi, le ministère d'Etat chargé des Projets présidentiels et de l'Aménagement du Territoire (M2PAT) occupe une place d'une importance non négligeable dans le régime. Le titulaire du poste est, selon la préséance protocolaire, le numéro deux du Gouvernement.

Trois hommes de confiance totale du locataire d'Iavoloha occupèrent successivement le poste du M2PATE. Rivo Rakotovao, étant le président du HVM, le parti au pouvoir, sa nomination à ce portefeuille répond à la logique. Le tenant du M2PATE revient de « droit » à un bras droit du grand Chef. Il sera appelé à traduire en concret les grands projets chers à Iavoloha. Narson Rafidimanana, ancien ministre de l'Industrie, le deuxième occupant de ce délicat ministère, un natif ou plutôt un « valovotaka » du Grand Port et proche parmi les proches du Président, prenait la suite et s'efforçait de relever le défi. Mais jusque-là, le Chef de l'Etat semblait ne pas être pleinement satisfait des résultats effectués et craignait le pire. C'est  ainsi, lors de l'avant dernière retouche de l'équipe gouvernementale, il avait placé un troisième « larron» qu'il jugeait plus efficace en la personne de Benjamina Ramanantsoa, l'ancien ministre des Transports et de la Météorologie. Une nomination qui étonnait quelque peu les observateurs et même certains membres influents aux cravates bleues, dans la mesure où le nouveau nominé n'est pas un HVM de première heure. C'est un transfuge du MTS de Roland Ratsiraka. Un « mpijapy train », pire encore, un traître diraient certains ! Il (Herivelona Ramanantsoa) ne ratait jamais à tous les menus ou les râteliers. Pendant toute la durée de la Transition, il réussissait toujours à figurer parmi les hôtes sur la « table à manger ». Les Gouvernements successifs ont vu sa participation jusqu'au moment où les mouvements populaires d'avril-mai 2018 chassèrent Mahafaly Olivier Solonandrasana et son équipe.La nomination d'un nouveau PM, de consensus, en l'occurrence Ntsay Christian, changea la donne et créa des interrogations sur l'avenir du M2PATE. D'abord, le ministère change de main. Ensuite, Mme Christine Razanamahasoa qui débarque, magistrat de son état, est un cadre dirigeant du MAPAR. Le département tant convoité des cravates bleues s'échappe et échoit entre les mains d'un élément du parti d'Andry Rajoelina. De ce fait, selon les analystes, les fameux projets dits « présidentiels » font débat. S'agit-il des projets d'Etat, financés par le budget de l'Etat, les deniers publics, et cela, dans l'intérêt de tous, par conséquent, il ne faudrait pas le lâcher ou plutôt du trompe-l'œil en vue de s'assurer d'un deuxième mandat ?  De toutes les manières, quelles que soient les appréciations données, lesdits projets étaient et seront financés par l'argent public, le fruit de la sueur des contribuables, il faut donc les continuer mais les dénaturer de tout intérêt partisan ou de couleur partisane.Ndrianaivo

Midi Madagasikara0 partages

Isaac Mamonjisoa : Contre l’exploitation illicite de l’or dans la région de Maevatanàna

Le président du FTSV est très attaché à la région de Maevatanàna

Dans un arrêté en date du 06 mars 2018, le ministère auprès de la Présidence chargé des Mines et du Pétrole avait déclaré zone réservée la zone se situant dans le District de Maevatanàna, Région Betsiboka, avec la liste des carrés miniers définis par leurs coordonnées.

Pendant la durée de validité de cette classification en zone réservée, aucun octroi d’autorisation ou de droit minier ne peut y être accepté. Selon l’article 2 dudit arrêté ministériel, « la classification permettra aux services chargés de l’encadrement, la formation et l’information des petits exploitants miniers installés dans la zone, d’informer sur les procédures à suivre pour obtenir et maintenir des droits miniers ainsi que sur les techniques fondamentales de recherche et d’exploitation des substances minières ». L’article 3 d’ajouter que « l’Assistance technique et l’encadrement des petits exploitants miniers seront assurés par le Service de l’Assistance des Mines Artisanales (SAMA) au sein de la Direction de la Gestion des Activités Minières ». D’après l’article 4, « la durée de classification de cette zone en zone réservée est de six (06) mois à partir de la date de promulgation du présent arrêté ». C’est-à-dire jusqu’au 06 septembre 2018.

Convention. Les groupements des petits exploitants miniers et l’Administration minière ont signé une convention qui fixe les conditions de coopération entre les deux parties pour la mise en œuvre de la délimitation des zones d’encadrement, de l’Assistance technique et du suivi des activités minières. D’après l’article 2 de ladite convention, cette dernière « a pour objet d’assister les opérations minières des groupements et de partager les expériences des deux parties prenantes. La collaboration se base sur les engagements effectués entre les deux parties et la concertation permettant un enrichissement mutuel de chaque entité ».

Manœuvre. Le SAMA, en collaboration avec le BCMM, la Direction régionale et/ou interrégionale, assure la délimitation des zones proprement dites, l’assistance et l’encadrement technique des petits exploitants, les formations nécessaires, le suivi et le contrôle de leurs activités (environnement, production, engins utilisés, action sociale…). « J’ai été surpris de voir qu’une société chinoise ait signé la convention au titre des groupements », déclare Isaac Mamonjisoa. En tant que politicien très attaché à la région de Maevatanàna, il dénonce « pareille manœuvre qui se fait au détriment des véritables petits exploitants miniers et qui constitue une exploitation illicite d’une zone réservée contenant des ressources minières, notamment l’or ». Le président du FTSV de faire savoir, pièces à l’appui, que « les ressortissants chinois qui exploitent la zone ont des visas de touriste ». Et de montrer même leurs photos sur des engins qui ne cadrent pas avec le statut de petit exploitant minier.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme- Championnats toutes catégories : Vers un duel entre Lorin Damien et Franck Todisoa au 400 m

Lorin Damien veut marquer son retour à la compétition.

Les jeunes et les seniors se livreront bataille à partir de demain pour les championnats de Madagascar d’athlétisme toutes catégories au Stade d’Alarobia.

Les choses sérieuses vont commencer demain, et ce jusqu’à dimanche pour l’édition 2018 des championnats nationaux toutes catégories. 250 athlètes de 12 ligues se partageront leurs joutes pendant trois jours. Les Jeux des Iles de l’Océan Indien (JIOI) à l’Ile Maurice 2019 seront en ligne de mire de cette joute nationale. Les techniciens au sein de la fédération vont saisir l’occasion pour détecter les futurs sociétaires de l’équipe nationale. « Une liste de quarante athlètes sera publiée après les championnats en vue du premier regroupement prévu pour la fin de l’année. Seuls les meilleurs dans chaque catégorie d’épreuve seront retenus » a indiqué Mahatana Jean de La Croix, entraîneur national et conseiller au sein de la Fédération malgache d’athlétisme.

Présence des expatriés. Présents au pays, les athlètes évoluant en France et à Maurice participeront aux épreuves à Alarobia. Une présence des expatriés qui va sans doute rehausser le niveau de la compétition. Le pensionnaire du Centre International d’Athlétisme de Maurice (CIAM), Franck Rabearison, sera engagé dans la course du 400 m. Il sera très attendu par ses adversaires locaux, notamment Lorin Damien du Cospn d’Analamanga. A 09h45 seront courues les demi-finales alors que la finale se déroulera dans l’après-midi à 14h50. Ayant brillé au Meeting international de l’Ile Maurice, Santatra Andrianandrianina est la grande favorite de l’épreuve reine du 100 m féminin. La tenante du titre, Dedy Tsaravola de TAF Analamanga sera de la partie pour défendre son trône. L’athlète évoluant en France, Ali Kame participera au concours de javelot. Comme il s’agit des championnats nationaux toutes catégories, les jeunes athlètes qui ont brillé la semaine dernière vont titiller les grands.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Des critiques et des remarques justifiées

Quitter un parti où on a occupé de hautes fonctions pour ne pas sombrer avec lui, est un pari qui risque de ne pas être payant. L’histoire fourmille d’exemples d’hommes politiques ayant agi de la sorte, mais ceux qui ont réussi à tirer leur épingle du jeu sont peu nombreux, et pour arriver à  effacer le passé, il faut être un homme d’une grande valeur. L’ancien ministre de l’éducation Paul Rabary  s’engage dans cette voie et croit en son destin.

Des critiques et des remarques justifiées

L’exemple que l’on a en tête est celui d’Emmanuel Macron. Mais Celui qui est devenu le sixième président de la Ve république n’était pas un homme de parti et il a toujours manifesté son indépendance vis-à-vis de François Hollande. Il a su dire ses vérités quand cela était nécessaire et se trouver en contradiction avec  le gouvernement dont il était membre. Il a su valoriser son image d’homme politique différent de celui de tous ceux qui l’entouraient. Il a démissionné au moment opportun, un an avant l’élection présidentielle. La démarche avait été jugée hasardeuse par beaucoup d’observateurs, mais il avait également avec lui beaucoup de personnes convaincues. Son mouvement a pris de plus en plus d’ampleur et la marche du candidat vers l’Elysée s’est faite de manière triomphale. Le parallèle avec l’ancien ministre de l’éducation ne peut pas s’établir car ce dernier n’a jamais fait entendre sa différence au sein du parti présidentiel. On n’arrive pas à comprendre pourquoi son départ du HVM n’intervient qu’aujourd’hui. Les critiques et les remarques qu’il fait à propos de son ancien parti sont justifiées, mais sa démarche paraît hasardeuse. Elle s’apparente à une déclaration de candidature à l’élection présidentielle. On ne sait pas s’il va arriver à convaincre les citoyens de sa bonne foi. Mais s’il a décidé de s’affirmer, il croit en son étoile.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Sekoly Telma : Un nouveau bâtiment pour le CEG d’Avaradrano

Lova Bordes de la Fondation Telma, le Président Hery Rajaonarimampianina et le député Benjamin Andriamitantsoa en compagnie des élèves lors de l’inauguration du nouveau bâtiment hier

Dans le cadre du projet d’amélioration de l’accès à l’éducation intitulé « Sekoly Telma » de la Fondation du même nom, un nouveau bâtiment du CEG de Sabotsy Namehana dans l’Avaradrano vient d’être inauguré hier, dans le contexte de crise qui frappe actuellement le secteur de l’éducation.

Le projet de construction du bâtiment a été réalisé en partenariat avec l’association Avaradrano Tafa, et son inauguration s’est déroulée en présence de Hery Rajaonarimampianina, président de la République et non moins natif de la région, et de Benjamin Andriamitantsoa R, député de l’Avaradrano et président de l’association. Notons que ce bâtiment compte six salles de classe et 100 élèves supplémentaires pourront intégrer le CEG pour l’année 2018-2019. Par ailleurs, les blocs sanitaires du CEG qui servent aux 1 117 élèves et au corps enseignant du CEG.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Handball – ASSM 55 ans : Des équipes mahoraises en course

Les seniors auront trois adversaires lors de cette compétition.

1963-2018. Cela fait 55 ans cette année que l’Association Sportive Saint-Michel (ASSM) section handball est présente sur la scène sportive malgache. Ce club mythique a formé plusieurs joueurs qui sont devenus par la suite de grands champions. 55 ans, ça se fête. Plusieurs manifestations sont prévues par le club pour marquer le coup. Outre la traditionnelle messe, une exposition photo sera organisée au Tahala Rarihasina pour raconter l’histoire du club, sans oublier la soirée dansante pour inviter les amis et la grande famille de l’ASSM handball.

Mais au grand bonheur des férus de cette discipline, une compétition internationale sera organisée du 31 juillet au 03 août au Gymnase Couvert d’Ankorondrano, avec la participation des équipes U15 de Mayotte. En plus des équipes de l’ASSM, ASCAF et Mon Ecole, une équipe mahoraise défiera les hôtes. Chez les filles, Hbca, Hbcd, Bongolava et une équipe mahoraise en découdront. Les seniors ne seront pas en reste avec la confrontation de quatre équipes. Il s’agit de l’ASSM (organisateur), Sporting, Saint-Michel Itaosy et l’équipe nationale U20.  Pour la petite histoire, l’ASSM handball est née avec la fédération. Le club a remporté le titre de champion de Madagascar 23 fois, 4 fois du côté des dames et 10 fois pour les jeunes.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Karierana safira vaky ao Soanierana Ivongo : Andian’olona efapolo isan-kerinandro no tonga ao

Hatreto dia mionona amin’ny tatitry ny sefom-bohitra ao Soamalaza, ny filoham-pokontany ao Soatanana, ary ny ben’ny tanana ao Antenina, distrikan’i Soanierana Ivongo, ny rehetra mikasika ilay voalaza fa karierana safira vaky any an-toerana. Raha io fanazavana io dia efapolo isan-kerinandro ireo andian’olona tonga any an-toerana, ka ao ny mpitrandraka, ao ihany koa ireo mpibizina, ary ao ireo mpividy ny vokatra. Manakaiky vondron’ala voaaro ao Antenina, ao anatin’ny tandavan’ala Zahamena, ity toerana misy karierana safira voalaza fa vaky ity, raha ny fanazavana azo hatrany. Sarotra anefa ny fahazoam-baovao sy ny fitsirihana tokony hatao raha ny fanazavan’ny tale iraisam-paritry ny harena ambanin’ny tany sy ny solika, izay naira-nivory tamin’ireo tompon’andraikitra ara-panjakana tao Soanierana Ivongo ny faran’ny herinandro teo, satria lalana telo no fomba hahatongavan’ny olona ao amin’ny kaominina Antenina sy ny fokontany Soatanana ary ny vohitra Soamalaza misy ilay kariera. Ny voalohany dia ny miainga ao Soanierana Ivongo izay hanaovana dia an-tongotra efatra andro anaty fotaka sy renirano ny lalana 150Km. Izay no tsy hahatsapana ny fisian’ireo voalaza ho andian’olona mirohotra mihazo ity vohitra Soamalaza misy ny karierana safira voalaza fa vaky ity. Ny faharoa dia ny mandeha sambo kely mihazo an’i Mananara avaratra, avy eo manofa moto amin’ny 150.000 ariary izay atao adiny 08 ora hatramin’ny 12 ora eo, arakaraka ny toetr’andro, ka ao Antanibe no miantsona izay mbola miampy dia an-tongotra adiny 03, vao tonga ao Soamalaza , vohitra mampisaraka ny distrikan’i Soanierana Ivongo amin’ny distrikan’i Mananara avaratra. Ny fahatelo farany dia ny lalana miainga ao amin’ny kaominina Marotandranon’i Mandritsara, izay dia an-tongotra roa andro dia tonga ao amin’ny fokontany Soatanana ary tsy lavitra ao ny vohitra Soamalaza. Hatreto aloha tsy mbola nisy ny nitonona ho nahita sy nivarotra safira azo tao amin’ity karieran’Antenina ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Lefitry ny ben’ny tanana, maty voatifitry ny jiolahy

Nitrangana fanafihan-jiolahy mitam-piadiana nahery vaika indray tany amin’ny distrikan’Ambatondrazaka, ny alin’ny talata hifoha omaly alarobia, ka olona miisa efatra tao an-tanànan’i Feramanga Atsimo no indray niara-maty voatifitra, anisan’ireo lavo nandritra ny fifadonana tamin’ireo olon-dratsy ny lefitry ny Ben’ny tananan’ny kaominina ambanivohitr’Ambohiboromanga. Raha vao tafiditra teo an-tanàna ireo dahalo dia nanapoaka basy nentina nampihorohoroana ny mponina. Niezaka niantso vonjy ireo olona tao anaty tokantrano voatafika, saingy noho ny tahotra ny ho faty, dia nifanilihan’ny manodidina ny famonjena azy ireo, raha ny voalazan’ny tati-baovao voaray.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

By pass : Mpitaingina moto maty nohitsahin’ny kamiao

Maty tsy tsa-drano rehefa niafara tao ambanin’ilay fiara.

Omaly tolakandro no niseho ny lozam-pifamoivoizana. Moto scooter iray izay nifanehatra tamin’ny kamiao tetsy amin’ny tetezan’Ivanja, mifanandrify amin’ny By-pass. Nitera-doza tanteraka izany satria maty tsy tsa-drano ny vehivavy izay nentina tamin’ilay moto. Ilay mpitondra kosa indray tafapitika ary dia afa-doza na dia teo aza ny faharatràna nanjo azy. Potika hatramin’ny lohan’ilay vehivavy izay voahitsaky ny kamiao taorian’ny fifandonana. Raha ny fanazavan’ny olona dia nikasa ny nisongona fiara ilay moto no nifanena tampoka tamin’ilay fiarabe. Tsy nisy aroloha ilay olona ary mainka koa niteraka ny fahafatesany avy hatrany izany. Tapaka tanteraka ny làlana teny amin’ny By-pass izay mifanandrify amin’ilay toerana satria rehefa misy ny lozam-pifamoivoizana izay niteraka fahafatesana na ratra dia tsy azo akisaka aloha ny fiara mandra-pijerin’ny mpanao fanadihadiana ny zava-nitranga izay hanaovany tatitra sy ny pitsony ilaina amin’ny raharaham-pitsaràna manaraka. Isan’ny miteraka lozam-pifamoivoizana betsaka eto an-drenivohira ny moto na dia manampy betsaka aza izy amin’ny fivezivezena. Eo ihany ny tsy fitandremana sy ny fisetrasetrana indraindray fa misy koa ny mpamily fiara mihitsy no mankahala ny moto ka manao ny tsy mety. Dikan’izay, toe-tsaina hatrany no isan’ny tena mitarika ny lozam-pifamoivoizana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Météo : Remontée attendue de la température

Le froid glacial et les pluies fines sur Antananarivo, ces derniers jours, devraient laisser la place à davantage d’ensoleillement à partir de ce jour.

Après plusieurs jours de froid glacial à Antananarivo, et l’ensemble des Hautes terres centrales, un léger mieux est attendu à partir de ce jour avec la baisse de régime de l’alizé. En effet, la température pourrait à nouveau grimper pour laisser place à davantage de soleil, bien que risquant encore d’être masqué par un temps assez nuageux. Si hier, les températures étaient situées à des niveaux allant de 7°C à 18°C au cours de la journée et de la nuit, avec des crachins, voire des pluies fines accompagnant le vent frais qui abaisse la température ressentie, le mercure devra augmenter de quelques degrés, soit autour de 9°C à 22°C ce jour. Idem pour demain, avec environ 10°C à 22°C. La semaine prochaine, à partir de mardi, des températures maximales allant jusqu’à 25°C sont attendues à Antananarivo. De quoi permettre aux habitants de la Capitale de réduire le nombre de pulls superposés et de baisser légèrement le chauffage d’appoint, très utilisé ces derniers jours.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo : Les représentants du FMI et de l’OIF chez le PM, hier.

Poignée de main entre l’envoyé spécial du FMI et le Premier ministre.

Au terme de sa mission à Madagascar, Patrick Imam, le Représentant résident du Fonds monétaire international, a rendu une visite d’adieu auprès du Premier ministre Ntsay Christian, hier, à Mahazoarivo. Une revue en diagonale des résultats significatifs des actions du FMI durant les quatre dernières années a orienté l’entrevue dans les perspectives de la tenue prochaine de l’élection présidentielle, et ce dans les mois à venir. Concernant les interventions du FMI sur le développement du pays, impulsé par la relance de l’économie, des programmes de réformes économiques au titre de la facilité élargie de crédit ont été initiés, dont les résultats auront des impacts sur la vie de la population.

Entretien. Toujours dans la journée d’hier, Hervé Ladsous, envoyé Spécial et Chef de Mission de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), a été reçu ce matin par le Premier ministre, Ntsay Christian. L’entretien a permis à Hervé Ladsous d’exprimer l’engagement résolu de la Francophonie, à accompagner Madagascar dans le processus électoral, pour que les prochaines élections puissent se tenir dans les meilleures conditions, et ce, suivant les dates prévues par le calendrier électoral.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Hery Rajaonarimampianina : Inauguration du CEG et du marché de Sabotsy-Namehana, hier

Inauguration du nouveau bâtiment du CEG de Sabotsy-Namehana par le président Hery Rajaonarimampianina.

De nouvelles infrastructures ont été remises par le président de la République, hier, aux populations des communes rurales d’Anosy Avaratra et de Sabotsy Namehana, dans le district d’Antananarivo Avaradrano. Il s’agit des nouveaux bureaux de la commune d’Anosy Avaratra, du centre de formation pour femmes d’Antsofinondry, du Collège d’Enseignement Général (CEG) ainsi que du grand marché de Sabotsy-Namehana.

La commune rurale d’Anosy Avaratra possède désormais ses propres bureaux, ce qui évite à la population de se déplacer à Sabotsy-Namehana pour les démarches administratives. La construction de ces nouveaux locaux, à hauteur de 130.000.000 Ariary, s’inscrit dans l’effort fourni par l’Etat pour améliorer les services publics au niveau local.

Vision. Le président de la République a encouragé le maire d’Anosy Avaratra dans sa mission, notamment en ayant à l’esprit la vision du « Fisandratana », et a offert un ordinateur complet pour l’administration de la commune, ainsi qu’une ambulance pour l’hôpital d’Anosy Avaratra. Par ailleurs, il a visité le chantier de construction du lycée local. En outre, le ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle, et l’association Tosika sy Asa Fampandrosoana an’Avaradrano (TAFA), ont mis en place un Centre de formation professionnelle pour les femmes à Antsofinondry, dans la commune de Sabotsy- Namehana.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambanja : Rongony milanja iray taonina sy sasany, saron’ny mpitandro filaminana

Lehilahy roa nitondra rongony milanja 200 kg eo, no voasambotry ny mpitandro filaminana, tao Ambanja, ny talata teo. Araka ny fanazavana azo, dia nafatratra tamina valizy gony lehibe miisa fito ireo zava-mahadomelina. Fantatra fa avy any ambanivohitra ireto jamala tra-tehaka, saika amidy tao an-tampon-tanànan’ Ambanja sy Ambilobe. Omaly no natolotra ny Fampanaovana izy mirahalahy ireto. Noho ny firongatry ny fiparitahan’ny rongony any amin’ity distrika renivohitry ny voly « cacao » ity, dia nanatanteraka « opération » nandritra ny herinandro, nanomboka ny 13 hatramin’ny 20 jolay lasa teo ny polisim-pirenena any an-toerana, ka rongony milanja 1,5 taonina sy zatovo maditra miisa 54 no voasambotra tamin’izany, araka ny tati-baovao voaray.  14 (12 lahy, 2 vavy) tamin’ireo « Foroches » no natolotra ny fitsarana, ka dimy tamin’ireo mpibizina sy mpidoroka rongony no naiditra am-ponja vonjimaika, ny fiandohan’ity herinandro ity. Omaly moa no nodorana teo an-tokotanin’ny biraon’ny Polisy ireo rongony marobe sarona, ka nidonan-tsekotra ny tanàna.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Théâtre : Place au « Lakile Roa » d’Arsène Randrianavony

Lycéens, amis du théâtre

Juillet est le mois dédié au Théâtre ! Dimanche encore, les amis du théâtre malgache redonneront vie à la pièce « Lakile Roa » d’Arsène Randrianavony.

Faire découvrir l’univers du théâtre au jeune plus réel et plus passionnant ! C’est le but premier des troupes d’aujourd’hui. En dépit du problème majeur du sixième art, les comédiens investiront l’Alliance française d’Andavamamba dimanche, pour la représentation de la pièce d’Arsène Randrianavony. Sans réellement faire allusion à la conjoncture, l’histoire relate la pratique politicienne, les mauvaises habitudes des politiciens lors de l’élection communale à Marofototra.

Les disputes et divergences de vues entre Monsieur Radona le Maire élu, et Monsieur Ratsimba, candidat malheureux qui réclame justice et annulation pure et simple du résultat de vote. Si les deux sont rivaux, leurs enfants vivent une histoire d’amour et ne facilitent en aucun cas la situation. Radona vient d’être élu Maire de la Commune de Marofototra, et se vante auprès de sa femme et de sa fille qui le conseillent d’être discret et modeste. La visite inopinée de Ratsimba le Dépositaire de médicaments chez l’opérateur économique, là où il y a eu une forte dispute entre les deux protagonistes qui s’accusent mutuellement de falsifier les voix des électeurs, ou de les corrompre par d’autres moyens. La colère de Radona tombe sur Marcel, le fiancé de sa fille, qu’il accuse d’être le complice de son père.

Amour et divergence. Comme on dit souvent, le mal ne vient jamais seul, d’autres problèmes s’abattent dans la ville. La maladie de Radona, l’incendie de la maison de Ratsimba et la coupure du pont dans la ville tombent en même temps. Heureusement que Marcel et Perle ainsi que les femmes des deux politiciens, mesdames Robine et Rafara, ont trouvé des solutions pour résoudre tous les problèmes dans la société. Une entente cordiale et durable, non seulement pour sauver la vie de l’un comme de l’autre, mais aussi pour changer l’ancienne pratique politique habituelle, et les autres mauvaises habitudes de tout un chacun. Le premier a besoin de médicaments dont Ratsimba possède la clef, le second a besoin d’une maison d’habitation dont Radona est le propriétaire. La réconciliation réussie, les deux responsables ont juré de ne plus pratiquer de mauvaises habitudes en échangeant les clefs pour se sauver la vie mutuellement.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Emeute évitée de justesse à Tsianaloka

Le quartier a été en effervescence hier

La tension a atteint son paroxysme dans la matinée d’hier, entre les employés d’un entrepôt sis à Tsianaloka et un auxiliaire de justice accompagné par des éléments de la gendarmerie. Les dockers et autres travailleurs de l’entreprise ont refusé leur expulsion des lieux en vue de sceller le bâtiment logistique. Le problème est basé sur un litige entre deux ressortissants indopakistanais qui sont pourtant issus d’une même famille. Le premier qui est l’occupant actuel des lieux a refusé de céder l’endroit au second. Il, le premier, dénonce l’usage de faux dans l’acquisition du titre foncier par l’autre partie en conflit. Sur ce point, une procédure judiciaire est en cours, et grande fut la surprise lorsque l’auxiliaire judiciaire et les forces de l’ordre débarquaient à Tsianaloka en vue d’une expulsion manu militari. Il a fallu l’intervention des autorités locales pour que la situation n’ait pas viré à une émeute. Dans le souci de préserver l’ordre public, tellement l’atmosphère était délétère hier, ces autorités ont donné l’ordre de suspendre l’expulsion. Un procès sur cette affaire se tiendra début août, et beaucoup trouvaient très sage cette décision des autorités. Les riverains ont craint le pire hier puisque les passants, les curieux et peut-être les casseurs qui ont afflué sur les lieux mettaient le quartier en effervescence. Marié à une femme de nationalité malgache, l’occupant actuel de l’entrepôt dit qu’il ne craint rien sur la xénophobie et espère par ailleurs que justice soit faite sur cette affaire.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Coupe du Monde U20 : Pélagie Rakotozafinoro à Rennes

L’arbitre assistante Pélagie Rakotozafinoro officiera à sa cinquième Coupe du monde de football féminin. Après deux Coupes du Monde chez les seniors et deux autres chez les cadettes, elle va cette fois arbitrer une Coupe du Monde des moins de 20 ans en France.

Elle sera à Rennes du 5 au 24 août prochain, où elle fera équipe avec la Zambienne Gladys Lingwe comme arbitre centrale, et la Malienne Bernadette Kwinbira sur l’autre flanc.

Cette désignation de Pélagie Rakotozafinoro fait honneur au football malgache dans son ensemble et plus particulièrement, au corps arbitral malgache dont le savoir-faire est maintenant reconnu au sein de la FIFA.

Elle quitte la Grande Ile ce samedi pour Paris où elle retrouvera avec plaisir cette canicule qui l’a vu grandir à Ambanja.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Mozika tropicale : Firmin à l’affiche du Glacier

Firmin de nouveau sur le devant de la scène.

Laisser un temps les caméras au profit du micro ! Ces derniers temps, Firmin n’a surtout brillé que dans les émissions des téléréalités plutôt que sur le devant de la scène. Mais le chanteur reprendra le chemin de cette dernière, plus précisément celle du Glacier Analakely. Le temps d’une soirée, le chanteur reprendra vendredi ses tubes qui lui ont valu sa notoriété de fer dans la sphère du showbiz malgache.

Ce précurseur du Tsapiky balance reviendra donc à ses premiers amours qu’il a dévoilés à travers « Tsanga bôbô », « Tsy ho vitavita » ou encore « Maman’i Cotktail ». Toutefois, il reprendra également les chansons en mode slow sans pour autant plomber l’ambiance rythmée qui fait la réputation du Glacier. Avec Firmin sous les feux des projecteurs, c’est de l’ambiance assurée. Avec lui, aucun risque de s’ennuyer. Effectivement, il prépare le meilleur pour faire de ces retrouvailles avec son public un moment unique fait de complicité avec les habitués des lieux. Pour cette étoile de la musique tropicale qui a connu la gloire, des moments de complicité, de convivialité et de partage avec ses fans en liesse.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Hippisme : L’Oiseau Bleu prend sa revanche

Les préparatifs du départ de la 4e course de dimanche à Mahazina

Un duel des titans. C’est ainsi qu’on pourrait qualifier la course phare de dimanche à l’hippodrome de Mahazina où l’AHCEL a mis les petits plats dans les grands, en offrant un grand spectacle pour les amateurs de courses de chevaux.

La quatrième course réservée aux chevaux des catégories I et II était un vrai régal avec cette belle revanche prise par L’Oiseau Bleu avec la montée de Nicot Ramiliarimanga. Une fin de course magnifique qui lui a permis de coiffer Mascotte de Star pourtant confiée à Patrick Rakotoarivelo.

Kathy Pleasure de Michel Randriamanantena forme le tiercé gagnant.

Dans la première course, Pachamama du Val n’a laissé aucune chance aux autres chevaux avec l’aide de Rabearivelo.

Dans la deuxième course qui servait de support au quinté spécial, l’apprenti Roméo Radotiana a fait sensation en conduisant à la victoire Madona devant une farouche opposition,conduite par Pistolet Flamme qui termine deuxième devant Kalvernium, Litissia et Kibaovola lors d’une arrivée dans un mouchoir de poche.

Patrick Rakotoarivelo se distinguait encore lors de la troisième course en franchissant la ligne d’arrivée en premier avec Magique Etoile.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

AG du Seces Tana : Trois membres radiés, arrêt des cours jusqu’à satisfaction des revendications

Les membres du Seces Tanà lors de la déclaration à Ankatso hier.

Une assemblée générale du Seces Tana a été organisée hier à Ankatso. Dans sa déclaration Sammy Grégoire Ravelonirina, président dudit syndicat a interpellé les responsables étatiques quant à leurs revendications non satisfaites.

«  Nous allons arrêter les cours jusqu’à satisfaction de nos revendications » . Ce sont là les propos du président de la branche tananarivienne du Seces à Ankatso hier. Une déclaration effectuée suite à la clôture d’une assemblée générale organisée. Ainsi, il a été décidé par les enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants d’Antananarivo  «  d’intensifier leurs mouvements » .  «  Nous avons décidé de raffermir nos revendications. Une décision que nous partageons avec les universités de Fianarantsoa et de Tuléar »  a lancé Sammy Grégoire Ravelonirina. Profitant de l’occasion, le président du Seces Tana a interpellé les responsables étatiques pour que ceux-ci prennent leurs responsabilités quant aux revendications des syndicalistes de l’enseignement supérieur.  «  Si les responsables prennent leur responsabilité et agissent dans le sens de la satisfaction des revendications, le syndicat va organiser une assemblée générale pour décider de la reprise des cours à l’université d’Antananarivo » . Par ailleurs, le président de rappeler que le syndicat soutien la grève du personnel technique et administratif (PAT) auprès de l’université d’Antananarivo et que trois membres ont été radiés du syndicat.

Déplafonnement. Interrogé sur leurs revendications, Sammy Grégoire Ravelonirina de rappeler que les indemnités de recherche des retraités chercheurs n’ont pas encore été payées.  «  Nous exigeons le paiement des indemnités de recherche des retraités chercheurs. Pour rappel, le paiement desdites indemnités aurait dû être effectué depuis le mois de janvier 2016. Le paiement a donc connu 31 mois de retard » , s’est-il lamenté. Sammy Grégoire Ravelonirina a également fait mention du déplafonnement.  « Le Seces Tanà attend l’application du décret 2009-2016 relatif au déplafonnement. Et nous exigeons une application rétroactive contrairement aux bruits que nous avons entendus comme quoi l’application prendra uniquement en compte les années à partir de 2015 »  s’est-il exprimé. Par ailleurs, même si les cours vont être arrêtés, le Seces Tanà  « n’envisage pas de recourir à une année blanche » . Une annonce plutôt rassurante pour les étudiants.

José Belalahy