Les actualités à Madagascar du Mercredi 26 Juillet 2017

Modifier la date
News Mada273 partages

Depiote Randrianariso Guy Rivo: « Tsy ny minisitra Rakotovao no manapaka eto…”

Nitondra valin-kafatra. “Tsy mpanongam-panjakana ny Tim  fa antoko manaja ny tany tan-dalàna. Hafa ary tsy mitovy ny amin’izao fotoana izao ny tamin’ny 2009. Miandry préfet de Police hamaly izahay fa tsy ny minisitra, filohan’ny HVM?  Rakotovao Rivo? no manapaka eto”, hoy ny depiote Randrianarisoa Guy Rivo, omaly. Nanteriny fa hanao fety, hoatra ny fety rehetra eny Mahamasina ny Tim amin’ny asabotsy 29 jolay izao. Nambarany fa hoatra ny fety rehetra io fa tsy misy resaka politika… Fotoam-pivavahana, hafanain’ny antoko mpihira sy mpanakanto ary dihy ny hetsika hatao. “Tena tsy azo anaovana na inona na inona izany intsony izany eto na fety na inona ?… Efa nohamafisinay ny fitandroana ny filaminana, anisan’ny antony nanakanana ny hetsika farany teo”, hoy ihany ity kestoran’ny Antenimierampirenena ity.

Nanamafy kosa ny depiote sady filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena, Razafimanantsoa Hanitra fa hiantohan’izy ireo tanteraka ny fitandroana ny filaminana ao anatin’ny kianjaben’i Mahamasina amin’io fotoana io. Na izany aza, niantsoan’izy ireo fiaraha-miasa amin’ny mpitandro filaminana ny fametrahana ny fandriampahalemana any ivelan’ny kianja.

Mitsabaka amin’ny andraikitry ny hafa

Tsiahivina fa anisan’ny nambaran’ny filohan’ny HVM, Rakotovao Rivo, ny alatsinainy teo fa ahina hisy korontana ny fankalazana ny faha-15 taon’ny Tim. “Efa misy mikotrika izany eto ka tsy ho voafehin’ny Tim. Miandry kendry tohina fotsiny izy ireo…”, hoy izy. Efa mahalala mialoha ireo mitady hanakorontana koa izany ity ministra ity, tahaka ny mpitandro filaminana, fony ilay jeneraly iray taloha iny nitarika ny Emmo. Tsy misy anefa fepetra henjana sy hentitra raisina na fampitandremana ataony manoloana izany mpanakorontana efa fantatra izany. Tokony hosamborina any am-piketrehana any…

Raha tsy izany, resabe fotsiny ary antony hafa no manosika ity minisitra sady mpitarika ny HVM  ity hiteny mialoha ny OMC, momba ity hetsiky ny Tim amin’ny asabotsy izao ity.

Randria

Midi Madagasikara270 partages

Affaire Claudine : Un maire placé sous MD à Antanimora

Claudine Razaimamonjy est-elle l’auteur principal de ces détournements de subventions exceptionnelles destinées aux communes ?

La liste des personnes placées sous mandat de dépôt s’allonge. Hier, le maire d’Ialananindro a rejoint à Antanimora un directeur au sein du ministère de l’Intérieur.

Comme il fallait s’y attendre, trois autres personnes impliquées dans l’affaire de détournement de subventions exceptionnelles octroyées par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation ont été déférées hier au Parquet de la chaîne pénale anti-corruption par le Bianco. A l’issue de leur audition, une d’entre elles a été placée sous mandat de dépôt à Antanimora hier même. Il s’agit du maire élu dans la commune rurale d’Ialananindro, région de la Haute Matsiatra. Les deux autres ont bénéficié d’une liberté provisoire. Les trois personnes qui ont été auditionnées hier par le Parquet de la chaîne pénale anti-corruption sont inculpées dans les mêmes affaires de détournement qui ont conduit  l’emprisonnement de Claudine Razaimamonjy. A rappeler que le directeur en charge des subventions exceptionnelles au sein du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation est déjà écroué à Antanimora. Reste à savoir en quelle qualité toutes ces personnes ont été entendues par les tribunaux. La conseillère spéciale du président de la République Claudine Razaimamonjy est-elle l’auteur principal de ces détournements de deniers publics qui s’élèvent à plusieurs milliards d’ariary ? Et les autres ?

Jusqu’où ? Bon nombre d’observateurs avertis se posent la question de savoir jusqu’où le Bureau Indépendant Anti-Corruption pourrait-il aller dans ses investigations dans ces affaires de détournement de subventions exceptionnelles destinées aux communes. Certains s’interrogent quand Ambohibao s’attaquera aux autres actes de corruption publiquement dénoncés par la société civile et les simples citoyens. Parallèlement aux enquêtes judiciaires auxquelles sont actuellement soumises les personnes impliquées dans les dossiers de détournement des subventions exceptionnelles octroyées à certaines communes de Madagascar, l’indépendance de la Justice est au centre des travaux de la commission tripartite qui regroupe les représentants du SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar), de la Primature et du ministère de la Justice. Cette Commission qui a débuté ses travaux le 18 juillet a 10 jours pour parvenir à une résolution qui devrait garantir l’indépendance de la Justice dans le pays. La commission a donc jusqu’à demain pour sortir cette résolution. Interrogée sur l’éventuelle issue de cet « dialogue », la présidente du SMM Fanirisoa Ernaivo a souligné qu’il est encore prématuré de s’exprimer là-dessus. « L’essentiel, c’est qu’il y aura une résolution où les parties prenantes s’engagent à agir pour cette indépendance de la Justice », a-t-elle répondu.

Eugène
Midi Madagasikara154 partages

BEPC- Benenitra : Un taux de réussite de 4,72 % !

Le district de Benenitra-Toliara enregistre le record du plus faible taux de réussite aux examens du BEPC. Ayant enregistré 106 candidats lors des récents examens, ledit district n’a vu que cinq admis lors de la sortie des résultats. Un taux plus que faible et qui s’explique par différentes raisons selon Randrianiaina Razafintsalama, chef de la circonscription scolaire (CISCO) dudit district. Ce dernier d’ajouter que « le taux de réussite était de 18% lors des examens de l’année 2016 ». Pour faire face à cette régression, le ministère de l’Education nationale envisage de prendre des mesures. Notamment, entreprendre des réformes telles que « le suivi et le contrôle des enseignants ».  Randrianiaina Razafintsalama, quant à lui a fait savoir que la CISCO de Benenitra envisage « également de sensibiliser les parents d’élèves dans l’inscription scolaire de leurs enfants ».

Recueillis par José Belalahy

Madagascar Tribune125 partages

La brigade de la Gendarmerie attaquée par des dahalo

Les dahalo ne craignent plus rien et n’ont plus aucune limite. Au-delà des attaques de villages et des vols de bovidés, ces derniers osent maintenant défier les gendarmes sur leurs propres terrains, dans leurs propres camps. Hier 25 juillet 2017, des dahalo ont décidé d’attaquer la brigade de la Gendarmerie d’Akondromena, dans le district de Morafenobe, région Melaky.

Un scénario digne d’Hollywood que cette attaque perpétré contre une brigade de la Gendarmerie dans le district de Morafenobe, dans la région Melaky. En effet, des dahalo ont lancé une attaque dans le village d’Akondromena dans un premier temps afin de voler des bovidés mais qui ont ensuite décidé de s’en prendre en même temps aux gendarmes sur place. Selon les informations, ces dahalo se seraient divisés en deux groupes, le premier s’étant chargé des animaux, cibles premières de l’attaque tandis que le deuxième groupe a décidé de faire un forcing dans le camp des gendarmes. Résultats, des centaines de bovidés ont été volés et quelques armes, des kalachnikovs en majorité, ont été emportés par ces derniers dont celui du commandant de compagnie selon toujours ces informations. Des affrontements ont eu lieu entre les deux camps et deux dahalo seraient tombés sous les balles des gendarmes. Les autres ont donc pu partir avec un beau butin.

Aucune prise de mesure

Il se trouve que tout à coté actuellement, dans la région Boeny, à Mahajanga plus précisément se tient une réunion des 46 maires de la région avec les responsables des forces de l’ordre de la région. Une réunion prévue donner une solution à la recrudescence du grand banditisme et des actes des dahalo qui commencent à se faire de plus en plus fréquents. La population des deux régions Melaky et Boeny ayant tout récemment dénoncé les manquements de l’Etat et des forces de l’ordre à leurs responsabilités. Il semblerait qu’aucune prise de mesure concrète n’ait été décidée par ces derniers pour répondre aux dahalo, les encourageants à repousser encore plus les limites de leurs méfaits. De plus, selon les informations, ces dahalo seraient maintenant mieux et plus armés que les éléments des forces de l’ordre eux-mêmes. On ne sait pas comment. Le phénomène des dahalo touche déjà presque toute la Grande ile. Et ces derniers ne choisissent plus ni l’heure ni l’endroit pour agir. A titre de rappel, des actes similaires ont déjà couté la vie à trois maires. Et pas plus tard que la semaine dernière, des dahalo ont effectué un forcing dans une brigade de gendarmerie à Ambatofinandrahana, région Amoron’i Mania, heureusement sans perte de vie humaine.

Midi Madagasikara116 partages

Andraisoro : Tirs en rafale dans la soirée, 1 mort et deux blessés

Le quartier d’Andraisoro était le théâtre de fusillades meurtrières hier vers 19 heures. Des bandits dont le nombre reste à déterminer auraient sévi dans la localité pour attaquer le domicile d’un particulier situé non loin du bureau du « fokontany ». Selon le témoignage du propriétaire qui s’est plaint d’être emprisonné dans sa maison au moment de l’attaque, les assaillants auraient tiré en rafale pour intimider les environs. L’information émanant de la police a fait un bilan de deux blessés et 1 mort. Les victimes auraient été des passants que les bandits ont croisés dans les parages. Selon toujours les informations, des policiers du commissariat de la Sécurité publique d’Antaninandro ont débarqué sur les lieux quelques minutes plus tard, mais les malfaiteurs ont déjà pris la fuite.

T.M.

Midi Madagasikara112 partages

Education : La compréhension de la psychologie de l’enfant est capitale

Devenir des parents parfaits n’est que vaine illusion ; cela est impossible. Toutefois, grâce à la connaissance de la psychologie de l’enfant et son application dans l’éducation de nos enfants, nous pouvons les mener progressivement vers le bien-être et l’épanouissement.

Dans une conférence organisée sur le système éducatif français à la mi-juillet à la Chambre de Commerce internationale (CCI) d’Antananarivo, Christian Berthelot, psychothérapeute et consultant nous expose les fondamentaux de la psychologie de l’enfant et son importance dans la réussite de l’éducation des enfants. Dans son exposé, il a démontré à l’assistance comment distinguer le « savoir », le « savoir-faire de l’être » et du « savoir-être ». Il a notamment expliqué que dans l’optique de réussir l’éducation d’un enfant, prioriser les deux derniers types de savoir serait le plus approprié, car plus respectueux de la nature profonde de celui-ci. Toujours dans cette optique, Christian Berthelot a insisté sur l’importance d’un cadre (spatio-temporel et affectif) bien structuré pour la sécurité affective de l’enfant, primordiale pour son estime de soi.

Blessures émotionnelles. Par ailleurs, le psychothérapeute a également abordé les cinq blessures émotionnelles auxquelles un enfant peut être exposé ; des blessures qui, faute de thérapie ou de travail personnel, le marqueront durant sa vie : l’abandon, le rejet, la trahison, l’humiliation et l’injustice. Ses blessures peuvent être catalysées ou décuplées par un sentiment de frustration. Constat qui a mené vers un débat, plus ou moins animé, sur « l’apprentissage de la frustration ». D’une part, la frustration favoriserait l’imagination et la créativité de l’enfant, car l’incitant à apprivoiser la réalité pour en « créer » une à son image, selon ses envies. D’autre part, ce sentiment peut néanmoins l’inhiber, voire l’avilir, s’il n’est pas exprimé et canalisé. Dans tous les cas, la gestion de cette frustration fait partie des facteurs déterminants dans la qualité de sa vie sociale et de son épanouissement.

Quelques conseils. Le bonheur de leurs enfants, c’est grosso modo, ce dont rêvent tous les parents. Mais comment y parvenir ? Selon le psychothérapeute, « Il n’existe pas de réponse figée, ni de « mode d’emploi type » à cet effet. Toutefois, il importe quelques fondamentaux à respecter pour mieux guider notre enfant vers l’épanouissement de son plein potentiel ». Un accompagnement qui s’accomplit dans les gestes et les petits mots de tous les jours. Concrètement, seraient à bannir dans les échanges avec les enfants des phrases rébarbatives et négatives telles que : « Tu ne vaux rien » ; « Arrête de pleurer » ; « Tu me déçois ; tu n’es pas assez ceci ou cela… » . Plus facile à dire qu’à faire ? Dans tous les cas, il faudrait donner le maximum de temps, d’amour et faire preuve de bon sens ! Tout ceci en nourrissant la curiosité de l’enfant, en dédramatisant ses erreurs et en favorisant ses relations intra et extra-familiales.

Luz R.R

Midi Madagasikara109 partages

Fanafihana mitam-piadiana : Zandary voasazy telo taona am-ponja

Isan’ireo zandary fito nifonja vonjimaika tao amin’ny fonjaben’i Toamasina  Ratsitoherina, noho ilay resaka fampanofana ny basiny tamina andian-jiolahy nanao fanafihana tao Ampasimbe Onibe Toamasina II, ny volana septambra 2016. Ny alatsinainy teo no niakatra fitsarana ady heloka be vava Toamasina ny raharaha, noho ny fitoriana nataon’i Tsarasoa notafihan’izy ireo. Samy niezaka niaro tena teo anivon’ny fitsarana izy valo mirahalahy voaroiroy tamin’ity raharaha ity, afa-tsy i Dadakely izay maty teny amin’ny hopitaly noho ny faharatrany vokatry ny fitsaram-bahoaka nahazo azy. Nandritra izay no nahalalana fa tena an’ity zandary ity tokoa ny basy nampiasain’ireto andian-jiolahy ireto, ka nandritra ny fotoana nihazoany ny lalam-pirenena faha-5 nialany ny asany fiambenany nataony nitondra moto, no nahatraran’ny fokonolona azy nandritra ny fanarahan-dia nataon’izy ireo noho ity fanafihana mitam-piadiana ity, satria hitan’ireo fokonolona tao anatin’ny moto nentiny ilay basy, ka nihazonan’izy ireo mandra-pahatongan’ny lehiben’ny zandary nifanaraka tamin’ny fokonolona hamerenana izany. Taorian’ny famoahan’ny filohan’ny fitsarana ady heloka be vava ny didim-pitsarana, dia telo taona am-ponja sazy mihatra no azon’ilay zandary Ratsitoherina sy Elyse ary Tsiriniaina; dimy taona asa an-terivozona kosa ny an’i William Victor sy Cadrien Fabrice. Izy rehetra ireo kosa dia miampy lamandy roa tapitrisa ariary ihany koa ho an’i Tsarasoa. Ingahy isany Joseph sy Gemaine ary Theo kosa nafahan’ny fitsarana tamim-pisalasalana tamin’izao raharaha izao, noho ny fanenjehana azy ireo tsy mazava tamin’izao raharaha izao…

Malala Didier

Madagate101 partages

Ambatoroka. Clinique Saint Paul : 30 ans au service des médecines préventive et curative

11 juillet 1987 – 11 juillet 2017. 30 ans déjà! Les fondateurs de la Clinique Saint Paul sise à Ambatoroka, ont choisi la date du lundi 24 juillet 2017 pour célébrer ces trois décennies de l’existence de cet établissement hospitalier privé, spécialisé en chirurgie cardio-vasculaire et thoracique et en pédiatrie.

Une cérémonie simple, à caractère familial, mais très révélateur de l’adage pratiqué par le couple José et Julia Razafintsambaina : « acta non verba » ajouté de « mens sane in corpore sano ». Concernant le fameux serment d’Hippocrate, il semble bien que la règle, à la clinique Saint Paul, soit directe: Respectez-le ou quittez la profession.

Cette journée du 24 juillet 2017 a été immortalisée par une vidéo qui sera mise en ligne sur youtube incessamment. Pour le moment, faisons un retour en arrière de 30 ans, grâce à notre confrère Midi Madagasikara.

TRANSCRIPTION POUR LES MAL-VOYANTS

MIDI MADAGASIKARA DU 15 JUILLET 1987, PAGE 8

Inaugurée officiellement samedi dernier (11 Juillet 1987), Saint Paul, la nouvelle clinique privée, commence à fonctionner. Quelque 150 personnes ont suivi avec intérêt le discours du Dr Razafintsambaina, axé sur un message : donner un maximum de soins à la clientèle.

C’est un grand honneur pour nous de pouvoir vous accueillir en ce lieu pour la journée d’inauguration de cette clinique. Nous vous en remercions vivement, malgré diverses occupations, vous avez bien voulu répondre à notre humble invitation. Actuellement à Madagascar, on ne cesse de chercher à améliorer l’infrastructure hospitalière, car il est vrai que la santé est à la base du développement d’une Nation. Les médecines préventive et curative permettent d’avoir des citoyens productifs sains de corps et d’esprit.

C’est dans ce but qu’il existe un effort du gouvernement pour que le pays puisse accéder à la santé pour tous en l’an 2000. Cet effort consiste en la création de différents centres médicaux préventifs et curatifs ainsi qu’à l’amélioration de l’infrastructure déjà existante. Dans cet élan national, le secteur privé, dans le domaine médical, ne doit pas être considéré comme un parent pauvre mais il a également sa part dans la contribution nationale en matière de santé publique.

De là nous est venue l’idée de la création d’une clinique privée. Ce centre, implanté dans la partie sud-est de la Capitale, dans ce quartier d’Ambatoroka, vient apporter ainsi sa contribution à l’amélioration de l’infrastructure hospitalière et complète les formations hospitalières en place, à savoir: l’Hôpital Befelatanàna; l’Hôpital Ravoahangy Andrianavalona Joseph; l’Hôpital Militaire, l’Hôpital des Enfants; la Clinique des Sœurs franciscaines (Nldr: existant toujours à Ankadifotsy).

Cette clinique participe aussi à la création d’emplois avec ses 37 membres du personnel. Et le coût total du projet a été estimé à 227,7 Millions [fmg]. Notre effort serait aussi vain s’il n’y a pas ceux qui nous ont aidés de près ou de loin. Nous remercions plus particulièrement la BFV et Monsieur le Directeur Général, Monsieur le Directeur du Crédit, Messieurs les directeurs qui nous ont écouté patiemment, cette Banque ayant accepté de financer ce dossier.

Nous remercions également: parents, frères et sœurs et amis qui nous ont épaulé tout au long de cette marche. Nous remercions le gouvernement de la confiance qu’il nous a accordée, en la personne de Monsieur le Ministre de la Santé. Notre tâche, il est vrai, a été difficile mais grâce à cette compréhension, nous avons pu surmonter les différents obstacles.

Ce que nous entreprenons consiste à la recherche d’une amélioration de la qualité des soins, à apporter notre contribution à l’amélioration de l’infrastructure hospitalière ainsi qu’à l’effort d’humanisation du séjour hospitalier d’un malade.

Je vous remercie, Mesdames et Messieurs.

********************************

30 ans après, la Clinique Saint Paul Ambatoroka poursuit sa mission, son sacerdoce en modernisant et en étoffant les acquis au départ et se modernisant. Ainsi, face aux délestages intempestifs, la clinique s’est équipée en énergie solaire particulièrement axée sur les blocs opératoires. Et, malgré un emploi du temps assez chargé, le couple Razafintsambaina a procédé à une extension dédiée à des enfants sans parents.

ORPHELINAT SAINT PAUL, ATSONGODONINA AMBOHIPENO, COMMUNE D’AMBOHIMANAMBOLA

"Parce que chaque enfant a droit à des moyens éducatifs et culturels qui pourront influencer leur personnalité, leur éducation et leur avenir". – Olivier José RAZAFINTSAMBAINA

Partant de cette évidence et pour la mettre en pratique, le couple Razafintsambaina achète un terrain de plus d’un hectare, dans la commune d'Ambohimanambola (banlieue d'Antananarivo), le 5 mars 2010.

Si la pose de la première pierre a lieu le 30 avril, la construction de ce qui sera l’Orphelinat Saint Paul débute le 12 mai 2010.

Bien qu’ayant déjà ouvert ses portes le 1er juillet 2011, il est officiellement inauguré le 22 septembre 2012. L’Orphelinat Saint Paul accueille 19 petits locataires, et rémunère 10 personnes (1 gouvernante, 2 éducatrices, 3 aides soignantes-cuisinières et 4 gardiens-jardiniers).

Les enfants de l’Orphelinat Saint Paul apprennent tous la musique, avec chacun un instrument qu’ils maîtrisent. Ainsi, lors de la célébration des 30 de la Clinique, le 24 juillet 2017 un mini-concert a eu lieu. Photos.

********************************

Enfin, après le diner et le rite du gâteau, des primes ont été offertes aux membres du personnel ayant travaillé là, avec 30 ans à 15 ans d’ancienneté.

********************************

********************************

La célébration des 30 ans de la Clinique Saint Paul Ambatoroka ? Une cérémonie simple, à la hauteur de la simplicité même du couple José et Julia Razafintsambaina. Ne ratez pas la vidéo qui sera donc mise en ligne incessamment sur youtube.com/papizano100

 

 

 

 

 

 

 

Jeannot Ramambazafy et Harilala Randrianarison

Midi Madagasikara87 partages

Prison d’Antanimora : Lutte contre la détention préventive abusive

Les participants lors du lancement officiel du projet de lutte contre la détention préventive abusive au DLC Anosy hier.

Selon les statistiques du 30 juin 2017, la prison d’Antanimora comptait 1 649 prévenus pour 3 297 détenus. Un exemple type de la surpopulation carcérale qui est endémique à Madagascar.

La surpopulation carcérale à Madagascar tient son origine, en partie, du phénomène de détention préventive abusive. Récurrent au pays, ledit phénomène « impacte sur les conditions de détention des prévenus ». Entre autres, « l’incapacité pour l’administration pénitentiaire d’assurer les besoins alimentaires des détenus » comme l’a fait savoir maître Maria Raharinarivonirina, présidente d’ACAT Madagascar. Cette dernière d’ajouter « qu’il arrive que les détenus n’obtiennent qu’une seule fois leurs rations alimentaires ». Le phénomène de détention préventive abusive provoque également des « incidences socio-économiques sur les prévenus et leurs familles ». Notamment l’incapacité pour les familles de trouver un avocat pour défendre le prévenu. Il convient de rappeler que la détention préventive consiste en l’enfermement d’une personne avant que son procès ait fait l’objet d’une décision de justice définitive.  Le lancement officiel du projet de lutte contre la détention préventive abusive (DPA) arrive donc à point nommé.

Stratégies. Visant « à réduire les cas de DPA dans le pays pour une durée de 36 mois », le projet entend former le personnel judiciaire, pénitentiaire et celui de la société civile sur les droits des détenus. Mis en place par le partenariat entre l’ACAT (Action Chrétienne pour l’Abolition de la Torture) Madagascar et le FIACAT (les deux organisations œuvrant pour l’abolition de la torture) et appuyé financièrement par l’Agence Française de Développement, le projet entend atteindre ses objectifs par trois niveaux de moyens. Interviewé sur la question, Guillaume Colin, directeur exécutif adjoint de FIACAT (Fédération Internationale de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) a avancé que « le premier consiste en des visites systématiques (tous les deux mois) par des volontaires de l’ACAT, de la prison d’Antanimora ». « La seconde, quant à elle, correspond à l’identification des cas de détention hors délais ou injustifiée »  selon toujours ce responsable. L’ACAT Madagascar va ensuite procéder à la transmission et au traitement (par des avocats référents) des dossiers des détenus. « L’objectif des actions étant de faciliter la libération des prévenus » d’après toujours le directeur exécutif adjoint de la FIACAT.

Garantis.Outre les conséquences socio-économiques, les vraies conséquences de la détention préventive abusive concernent plus le respect des droits des détenus. En effet, la détention préventive qui devrait être « une mesure exceptionnelle » selon Maître Maria Raharinarivonirina, est devenue monnaie courante pour l’administration judiciaire malgache. La lenteur administrative et le manque de moyens (et de personnel dans l’administration pénitentiaire) en seraient les causes. Pour illustration, « le cas de détention touche près de 1 649 détenus sur 3 297 dans la prison d’Antanimora » d’après Guillaunme Collin, directeur exécutif adjoint de la FIACAT. Ladite prison ayant été construite pour environ 1 700 détenus est donc actuellement en surpopulation. Le projet de lutte contre la prévention abusive voudrait donc contribuer à changer cette situation. Consistant en « un accompagnement des autorités malgaches pour mettre en œuvre les recommandations des organisations (et des acteurs) régionales et internationales sur les droits des détenus » selon Maître Haja Raherimiarantsoa  coordonnateur national du projet, il repose sur une collaboration étroite entre l’administration judiciaire, l’administration pénitentiaire et la société civile. Devant aboutir à la production d’un guide sur lesdits droits, il devrait également permettre une meilleure sensibilisation de la population sur le sujet.

José Belalahy

Midi Madagasikara75 partages

Convocation : La HCC recadre les forces de l’ordre

On attend plus que la promulgation et bien évidemment l’application rigoureuse de la loi n°2017-013 modifiant et complétant les dispositions du Code de procédure pénale, relative à la défense des parties, l’enquête préliminaire et la détention préventive au cours de la poursuite et de l’instruction. La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) vient de la déclarer conforme à la Constitution.

Dans sa décision n°19-HCC/D3 du 24 juillet 2017, la HCC informe que la loi relative à la défense des parties précitée « est conforme à la Constitution et peut faire l’objet d’une promulgation ». Qui ne rêve pas de pouvoir expliquer les motifs de telle ou telle infraction devant la barre et d’échapper à la détention arbitraire, mais ne le peut pas.

Espoir. A Madagascar, l’application des droits de la défense reste moins évidente nonobstant le fait que ce soit un droit constitutionnel et universel, c’est-à-dire garanti par la Constitution et par les instruments juridiques internationaux que le pays a signé et ratifié. Comme à l’accoutumée, la Haute Cour démontre les normes de référence sur lesquelles sont fondées sa décision. On peut citer, entre autres, la Constitution de la Quatrième République, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le Pacte International relatif aux droits civils et politiques et le Code de procédure pénale. Mais nous savons que la majorité des dispositions de ces textes n’est pas appliquée. A titre d’exemple, l’article 13 de la Loi fondamentale en dit long : « l’Etat garantit la plénitude et l’inviolabilité des droits de la défense devant toutes les juridictions  à tous les stades (…) » et que « tout prévenu ou accusé a droit à la présomption d’innocence jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie par une décision de justice devenue définitive ». A ce stade, l’affaire Clovis Razafimalala en est une parfaite illustration. En effet, pas plus tard qu’avant-hier, ce militant écologiste de Maroantsetra a pu – après plusieurs mois de détention arbitraire – retrouver sa liberté nonobstant le sursis de cinq ans qui plane sur lui. Car, et ce à titre de rappel, après avoir été taxé d’être le cerveau des troubles à Maroantsetra, il a été détenu pendant dix mois sans procès, sans liberté provisoire et en ayant perdu ses droits. On attend donc que cette nouvelle loi qui cultive l’espoir connaisse une application stricte à l’endroit de tous les justiciables.

« Affaire vous concernant ». Par ailleurs, notons que d’après la HCC, les avocats au Barreau de Madagascar ont avancé des suggestions par rapport à certaines lacunes que renferme le Code de procédure pénale. Par voie de conséquence, la loi sur la défense apporte des innovations. Parmi ces dernières figure l’obligation de mentionner l’objet de la convocation et la qualité du justiciable. « La formule connue de tous « affaire vous concernant » pour occulter le véritable objet de la convocation est désormais dépassée », lit-on dans la décision de la HCC. Et sur ce point, nous n’ignorons pas qu’un des journalistes du Mouvement pour la Liberté d’Expression (MLE) a été convoqué à la brigade criminelle pour des raisons qu’il ignorait. Point n’est besoin d’effectuer une autre interprétation. Et l’on attend et observe que cette décision de la Haute Cour soit appliquée à la loupe et qu’aucune illégalité n’ait lieu.

Aina Bovel

Midi Madagasikara58 partages

Andry Andriamanga : L’AVG demande cinq ans fermes

Le verdict sera prononcé mardi prochain par le tribunal correctionnel après la première comparution hier devant la barre du concerné. L’ONG Alliance Voahary Gasy (AVG) dont l’accusé a été le coordonnateur national pendant des années, a demandé la peine de cinq ans fermes assortie de 100 millions d’ariary d’amende à son encontre. Andry Andriamanga Ralamboson est accusé de deux chefs d’inculpation dont l’abus de confiance et le détournement de fonds. Auprès de l’AVG, il aurait empoché la somme d’environ 58 millions d’ariary sans motif valable. Et ce n’est que la première affaire, puisque trois autres dossiers l’attendent également, a expliqué Ndranto Razakamanarina, Président du conseil d’administration de l’ONG AVG. Le plus désolant dans l’histoire pour les observateurs aura été l’audace du jeune Andry Andriamanga qui montait toujours au créneau pour dénoncer les trafics mafieux du bois de rose. Il a su tenir tête aux barons du cercle restreint des mafias. Et pourtant, derrière tout cela, il y avait un dérapage incontrôlé qui lui a valu la détention provisoire de six mois déjà et un risque d’emprisonnement ferme.

D.R

Midi Madagasikara58 partages

Fiaferana : L’accès à l’eau potable amélioré

Les membres de l’association « Mpisotro rano » travaillant d’arrache-pied pour la réhabilitation du barrage de Fiaferana.

La lutte contre la malnutrition suit son cours à Fiaferana. Se manifestant par l’amélioration de l’accès à l’eau potable, cette continuité se manifeste par la réhabilitation du barrage de la commune rurale de Fiaferana, district Antananarivo Avaradrano. Entreprise par l’Unité-Prévention et sécurisation Nutritionnelle, branche opérationnelle de l’Office national de la nutrition, la réhabilitation va bénéficier à peu près 4 000 personnes (la population des « fokontany » de ladite commune). Ayant débuté le 10 juillet dernier et effectué par une cinquantaine de personnes de l’association « Mpisotro rano » à travers le système Haute Intensité de Main-d’Œuvre, les travaux portent sur la répartition du barrage ainsi que l’aménagement du bassin de stockage d’eau. L’initiative va également permettre une meilleure maîtrise de l’irrigation des champs de la commune de Fiaferana. Ayant subi des dommages après le passage d’un cyclone il y a deux ans, l’amélioration de ce barrage permettra d’alimenter en eau la commune entière. Un pas de plus dans la lutte contre la malnutrition.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara57 partages

Europétanque de Nice : Ambohimahasoa en démonstration !

Incroyable mais on ne sait pas jusqu’où cette équipe du Bouliste Ialatsara Club d’Ambohimahasoa va s’arrêter.

Jex,  Mamy et Tsialonina ont survolé l’Europétanque de Nice qui a vu 512 triplettes s’affronter pendant trois jours en élimination directe.

Une fois de plus, l’honneur malgache est sauf, puisque la formation du BIC s’est montrée intraitable. Mieux encore le public niçois avait eu droit à une finale malgacho-malgache parce que le BIC avait en face une équipe conduite par Paps, mais qui était aussi à 100% malgache.

Malheureusement le spectacle n’était pas au rendez vous, car Jex et ses amis étaient beaucoup trop forts. En seulement six mènes,  ils ont bouclé la partie par 13 à 5 faisant du coup un homme heureux notamment le président d’honneur du BIC, le Dr Zozo Ruchet Rakotovazaha qui a toujours cru en leurs chances et qui a énormément investi pour la pétanque d’Ambohimahasoa en particulier et pour Madagascar en général.

A noter que ce même trio du BIC s’est hissé en quarts de finale de la Marseillaise connue pour ses 2 000 triplettes participantes. Ce qui est énorme et qui illustre bien que Ambohimahasoa n’est pas venu en France pour faire de la figuration. Et c’est tout à l’honneur de ce sacré Zozo.

Clément RABARY

Midi Madagasikara56 partages

Internet : Un taux d’accès de 4,3% à Madagascar

Madagascar a été représenté lors de l’atelier sur l’OpenCellular à Nairobi.

Appartenant à Facebook, la conception, l’amélioration et l’exploitation de l’OpenCellular est ouverte aux investisseurs, aux chercheurs, aux opérateurs et investisseurs des télécoms ainsi qu’aux étudiants du secteur.

Selon Internet Live Stats, le taux d’accès de la population à Internet est de 4,30% à Madagascar. Ce qui place le pays au 44e rang sur les 54 pays d’Afrique. « Le public-cible doit ainsi investir pour améliorer, exploiter et vulgariser l’accès à Internet sans fil ou « OpenCellular » afin d’augmenter ce taux », a sollicité Rakotoarivo Noharintsafidy Sarobidy, board treasurer du conseil d’administration d’AFRILABS, à l’issue de sa participation à l’atelier sur la plateforme d’accès à Internet sans fil ou « OpenCellular », organisé à Nairobi au Kenya dernièrement. Elle est également membre de l’ONG Habaka qui travaille en partenariat avec le Centre d’Information et de Documentation Scientifique et Technique (CIDST). Des hubs membres d’AFRILABS, des étudiants et membres des institutions de Kenya, des opérateurs économiques et le groupement d’entreprises spécialisées dans les Télécoms, Télécom Infra Project, ont également pris part à cet atelier.

Solution « open source ». Et parmi les enjeux de cet « OpenCellular », elle a cité entre autres, l’accessibilité à Internet et surtout au Facebook même dans des zones enclavées qui sont sans électricité et sans connexion conventionnelle à Internet. Il y a également une possibilité de proposer des produits et services à tous via Facebook. En fait, il s’agit d’une solution « open source », soit une solution encore brute. « Ce qui signifie qu’elle peut être améliorée et exploitée par toute personne intéressée, que ce soit pour le design ou pour la programmation. Plus précisément, c’est une sorte de boîte sans fil. Elle constitue un point d’accès à Internet, prenant en charge toutes les générations de téléphone. Appartenant à Facebook, elle fonctionne comme les bandes de radio. Concrètement, le système se compose de deux sous-systèmes, à savoir, l’informatique à usage général et à base de bande (GBC) avec système intégré d’alimentation et d’entretien ainsi que la radiofréquence (RF) avec interface frontale analogique intégrée », a-t-elle expliqué.

Communautés. Appartenant à Facebook, la conception, l’amélioration et l’exploitation de cette solution est ouverte aux investisseurs, aux chercheurs, aux opérateurs et investisseurs des télécoms ainsi qu’aux étudiants du secteur. « Afin de faciliter l’accès à OpenCellular, les personnes intéressées devraient se regrouper en une ou des communautés et passer par AFRILABS. Cet organisme regroupe les hubs sur les TIC en Afrique. Et l’ONG Habaka, sis dans l’enceinte du CIDST à Tsimbazaza, en est membre. Bref, AFRILABS a pour but de développer les activités de ses membres », a-t-elle conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara52 partages

Jeux de la Francophonie : Efanomezantsoa en finale du 1 500m

Donné Efanomezantsoa sera sur la ligne de départ du 1500m.

La médaille malgache reste encore à un argent aux 8e Jeux de la Francophonie d’Abidjan. Donné Efanomezantsoa engagé dans la finale du 1 500m tente de remporter une médaille pour l’athlétisme.

Le compteur est encore bloqué à une médaille d’argent après quatre jours de compétition à Abidjan. Les Canadiens mènent la course en tête.

La troisième journée de compétition d’athlétisme a souri à Donné Efanomezantsoa. Il s’est qualifié pour la finale du 1500m. Engagé dans la deuxième série, Donné a terminé 7e de la course en 3 mn 56 sec 10 et se qualifie pour la finale de demain jeudi 27 juillet après-midi sur la piste du Stade Félix Houphouët Boigny. « Le début de la course était un peu compliqué. J’étais le dernier qualifié de notre série il faut que je rectifie le tir demain pour la finale » a-t-il expliqué. La série a été remportée par le Marocain Ouladha en 3 mn 51 sec 39. Toujours, hier, Rabearison Todisoa a terminé 7e de la seconde série du 400m avec un temps de 48 sec 41. Il n’a pas réussi à se qualifier pour la suite de l’aventure.

Elimination. C’était au tour des judokas hier d’entrer sur le tatami du Palais des Sports de Treichville. Chez les hommes des moins de 66kg, Kevin Andriamanoelina a battu le Capverdien, Teixera par ippon. Il a été par la suite éliminé par le Luxembourgeois, Schmit. Dans la catégorie féminine, en moins de 48kg au quatrième tour, Diana Kwan Hu a été battue par Ippon par la Française Aymar et puis repêchée. Elle a disputé la finale de bronze hier très tard contre une Gabonaise.

. En moins de 52 kg, Mirana Rakotovao a été battue par l’Ivoirienne Fofana  sur un shido pénalité.

Deux victoires. Les éliminatoires du « simple » du tournoi de tennis de table ont également débuté, hier. Au premier match, Itokiana Razafindrakoto s’est incliné face au Mauricien, Gukhool par 3 sets à 0, 7-11, 8-11 et 8-11. Il s’est rattrapé face au Nigérien Jabar en s’imposant par 3 sets à 0,  11-4, 11-3 et 11-4. Lors du dernier match, il s’est offert le Burkinabé Tapsoba par 3 sets à 0. C’est le Mauricien Gukhool qui a fini premier du groupe. Anna Malantoniaina a, pour sa part, perdu face à la Canadienne Sieu en 3 sets à 0, 7-11, 4-11 et 9-11, puis elle a été battue par la Libanaise, Khoury par 3 sets à zéro. Elle termine 3e du groupe 3 et éliminée.

T.H

Tia Tanindranaza49 partages

Ravalomanana sy ny Afrikanina tatsimoNifampidinika teny Faravohitra

Nihaona tamin’i Marc Ravalomanana teny amin’ny trano fonenany teny Faravohitra nandritra ny ora iray sy sasany omaly hariva ireo delegasionina avy amin’ny governemanta Afrikanina tatsimo izay mamita iraka eto Madagasikara amin’izao fotoana.

RTT

Tia Tanindranaza47 partages

Fitondrana HVMMitanila sady miangatra

Nivoaka omaly ny didim-pitsarana momba ny raharaha iray mahasaringotra an’i Alain Ramaroson, ka voaheloka higadra herintaona sazy mihatra sy mandoa onitra 950 tapitrisa ariary ho an’ny mpitory ity mpanao politika filohan'ny Antoko Masters ity.

 

 Mikasika ny adin-tany eny Andoharanofotsy io didim-pitsarana omaly io ka fanaovana hosoka no vesatra niampangana azy. Tetsy an-kilan’izay anefa dia tafavoaka an’Antanimora ny alatsinainy teo ireo polisy sy miaramila mpiambina akaiky ny vady sy ny zanaky ny filoham-pirenena  izay voarohirohy tamina fikambanan-jiolahy, fanafihana mitam-piadiana sy vaky trano. Niakatra fitsarana ny 4 jolay teny Anosy moa ny miaramila 2, zandary 1 ary polisy iray miasa eny amin’ny prezidansa ka efa savorovoro ny teny Anosy tamin’izay fotoana izay ka voatery niditra an-tsehatra ny emmo reg. Tsy mbola vita ny fitsarana azy ireo. Nahoana anefa no afaka nivoaka ny fonja izy ireo ? Moa ve nahazo fahafahana vonjimaika kanefa voasokajy ho jiolahy tena nahavanon-doza ? Iza no nanome ny baiko ? Sa nandeha mafy ny tsindry bokotra ka tsy afa-nihetsika ny mpiambina ny fonja sy ny mpitsara ? Ny tranga tahaka izao no mahatonga ny olona tsy mahatoky intsony ny fitondram-panjakana satria matetika no ahitana fitanilana, fiangarana sy mizana tsindrian’ila. Milaza moa ny fitsarana fa hijoro amin’ny fahamarinana sy araka ny lalàna. Ho hita eo izay ho tohin’ity raharahan’ny mpiambina ny fianakavian’ny filoha ity hoe nandeha araka ny tokony ho izy ve ny raharaham-pitsarana sa nisy fanaparam-pahefana sy resaka lava tanana tao ? Raha hiverenana ny raharaha Ramaroson dia efa voavaky ny didim-pitsarana omaly vao tonga teny an-toerana ny tenany noho ny fahataran’ny famoahana azy niala teny Antanimora nihazo ny lapan’ny fitsarana Anosy. Tsy nanatrika ihany koa ny mpisolovava azy. Nikotaba sy nentin-katezerana i Alain Ramaroson nandritra ny fahatongavany teny Anosy noho izay toe-javatra izay. Mbola misy dosie hafa momba ity mpanao politika ity moa eny amin’ny fitsarana raha araka ny fantatra.

  

Toky R

 

Midi Madagasikara46 partages

« Tana in love » : Les artistes prêts à émerveiller le public !

Les artistes lors d’une séance de répétition au Trass hier. (Photo : Kelly)

Poon et Luk se glissant dans la peau des gars de Kiaka, Nanie et de Lilie jouant les rockeuses en reprenant à leur sauce « Mandehana » de Dillie ou encore Noely du groupe Sakelidalana chantant avec entrain et enthousiasme « Tania », le dernier tube de Rakroots… « Tana in love », c’est cela. Des artistes venus de divers horizons réunis sur une même scène, revisitant les titres d’autres groupes, incluant les leurs, à leur manière et suivant un scénario établi à l’avance par les organisateurs. Un évènement qui, après dix ans de silence radio revient à nouveau pour faire vibrer le public. « Suite à la demande de beaucoup de gens, nous revoilà, bien déterminés à émerveiller tous ceux qui seront parmi nous pour notre grand retour », lance Mahery, artiste, mais également membre de Mana events. Ce dimanche 30 juillet, « Tana in love » revient effectivement avec ses lots de surprises, au Palais des Sports Mahamasina.

Hommage. Ils seront une vingtaine, neuf femmes et onze hommes. Il y aura d’un côté les jeunes comme Rakroots, Caylah, Melky, Stéphanie, Bolo et d’un autre, des artistes connus comme Princio, Inah, Elsie, Njila, Goth, Poon, Iary, Lilie, Nanie et Tovo J’hay. Les fidèles de l’évènement pourront également retrouver des chanteurs ayant participé à presque toutes les éditions précédentes, notamment Luk Mahery, Bodo sans oublier Noely. D’ailleurs, un hommage lui sera rendu. « Il y aura une partie pendant laquelle nous mettrons à l’honneur Noely », explique Bodo. Mais pas seulement lui. «  Nous nous remémorerons également tous les artistes qui nous ont quittés ces dernières années : Tata Rahely, Régis Gizavo et Jean Emilien… ». Les artistes, en tout cas, sont déjà prêts à subjuguer le public. « Nous avons travaillé dur. Chacun des artistes se sont donné à fond. Certes, il y a encore des points à revoir et à travailler mais globalement, on est déjà prêt et surtout impatient de retrouver le public », selon toujours Bodo. Pour tous ceux qui rêvent de faire partie de l’aventure « Tana in love », rendez-vous est pris ce dimanche au Palais des Sports. « Pour ne rater ne serait-ce qu’une miette du spectacle, il est préférable d’arriver à l’avance, car à 15 heures tapante, le show débutera ». Avis donc aux amateurs !Mahetsaka

News Mada45 partages

Constant RAVELOSON: “ Nous sommes en train de revivre les années 90 ”

Le refus d’octroyer une autorisation pour l’anniversaire du Tiako i Madagasikara (Tim) est un indicateur de la situation catastrophique politique actuelle. Constant Raveloson tire la sonnette d’alarme et invite le peuple à ne pas se contenter de faux débat.

*Les Nouvelles : Quelles sont vos impressions par rapport au contexte actuel ?

-Constant Raveloson : Tout le débat se focalise maintenant sur l’anniversaire interdit du Tim. Qu’il s’agit du domaine juridique ou administratif, là n’est pas la question. La situation est plus que désastreuse. Je tire la sonnette d’alarme car nous sommes en train de revenir dans les années 90, lors de l’époque du Front national de défense de la révolution (FNDR). Durant cette époque, personne n’avait le droit d’ avoir une politique contraire à celle du régime.

*Vous vous basez sur quels faits ?

-Sur les déclarations du président du parti HVM. Une intervention qui est un véritable danger pour la démocratie. Pourquoi toujours faire référence aux manifestations politiques de 2009 ? Cette manifestation a été conçue pour être une série d’émeutes. Mais actuellement, il s’agit d’une simple célébration. Comment va-t-il se comporter lors des élections si pour célébrer un simple anniversaire, il remue ciel et terre pour l’empêcher ? Le régime est en train de diaboliser ceux qui ne partagent pas ses opinions, son appartenance, sa vision.

*Où voulez-vous en venir ?

-La question est : le parti HVM est-il prêt à une alternance démocratique du pouvoir ? A une concurrence politique ? Si oui, qu’il laisse les autres s’exprimer comme le définit la loi.

*D’après Rivo Rakotovao, le régime veut éviter des troubles qui risquent de conduire à un bain de sang…

 -Il n’y aucun mal à cela, mais ce n’est pas à Rivo Rakotovao de le faire. C’est au président de la République. Et ce dernier, en tant que président, ne doit surtout pas se taire devant ces déclarations du président du HVM. Hery Rajaonarimampianina n’est plus HVM, il est le chef de l’Etat et il doit se comporter en tant que tel. A mon avis, le président du HVM veut instaurer un système de répression au pays. Et c’est là où réside le danger.

*Quelle solution prônez-vous ?

– Que le président de la République prenne ses responsabilités. C’est la République qui l’a voulu qu’il préside alors qu’il soit à la hauteur.

*Un autre sujet, quelle est votre position actuelle par rapport au MFM. Etes-vous officiellement banni du parti ?

-A ma connaissance, non. Le Président du parti, Manandafy Rakotonirina, a déclaré que je ne suis plus le porte-parole et je ne peux pas me prononcer en son nom. C’est tout. Le MFM a été depuis toujours pour le pluralisme d’idée et pour non la pensée unique. Il a toujours laissé la liberté à ses membres de décider de la politique qu’ils veulent suivre. Et je suis cette ligne politique. Je tiens seulement à dire que j’ai choisi de suivre Lalao Ravalomanana lors des élections communales. C’est dans mon droit. Pour répondre à sa question sur ma place actuelle au sein l’équipe de Lalao Ravalomanana, qu’il se détrompe. Je suis motivé par ce qui devrait être bien pour la Nation. Non pas pour obtenir un siège. Et cela, il le sait depuis qu’on se connaît. Et non, je n’ai pas changé.

Recueillis par Nadia

Midi Madagasikara40 partages

Baccalauréat : Quatre candidats aveugles à Ambositra

Un aperçu des candidats pour la province d’Antananarivo.

A l’image de la première journée, les épreuves du Baccalauréat se sont déroulées relativement dans le calme pour la seconde journée d’hier. Dans la région d’Amoron’i Mania, à Ambositra plus précisément, quatre candidats un peu particuliers se sont faits remarqués. Par leur audace et leur volonté de concourir bien qu’ils soient porteurs de handicap, ces quatre jeunes aveugles ont démontré le caractère inclusif du Bac. Toutefois, de sources émanant du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), ces quatre candidats se seraient plaints car ayant obtenu des promesses officieuses quant à l’existence de sujets en braille. Or, le ministère de tutelle n’a aucunement émis de telles promesses, ni encore moins sorti une note y afférente. Monique Rasoazananera, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de souligner : « L’élaboration des sujets en braille figure parmi les innovations envisagées par le MESUPRES dans ses perspectives d’avenir, pour faciliter le déroulement des épreuves pour les porteurs de handicap au niveau de la vue. Toutefois, il s’agit encore d’un projet pas encore effectif pour cette année, donc le MESUPRES n’a aucunement sorti de note officielle à ce sujet. Par contre, ces candidats ont été assistés par un pair, comme cela est d’usage dans des cas comme celui-ci. D’ailleurs, lors des éditions précédentes, des aveugles ont réussi ! ».

Luz R.R

Midi Madagasikara39 partages

Tapatapany – Andohatapenaka : Ankizikely maty voahitsaky ny fiara

Ankizikely iray no namoy ny ainy teo ho no eo omaly antoandro teny amin’iny faritra Andohatampenaka iny. Araka ny filazan’ny olona teny an-toerana dia niampita tampoka izy no sendra nisy fiara roa nitandahatra nipoitra tampoka. Ny iray teo aloha no nandona azy ary ilay taty aoriana no nanitsaka. Nitsoaka kosa ilay voalohany ary nitolo-batana tany amin’ny mpitandro filaminana ny mpamily faharoa. Taorian’ny fitiliana moa dia efa nomena ny fianakaviana ny razana. Efa mandeha kosa ny fanadihadian’ireo mpitandro filaminana.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara38 partages

Cadre de partenariat pays : Lancement officiel avec la Banque mondiale demain

1,3 milliard USD, soit 4 131,4 milliards d’Ariary sur quatre ans. C’est le financement obtenu par Madagascar pour renforcer la résilience, réduire la fragilité et promouvoir la croissance inclusive, à travers le Programme du Cadre de Partenariat Pays (CPP). En effet, le Gouvernement s’est engagé à remédier aux conséquences et aux causes de la crise, dans le PND 2015-2019. De son côté, le CPP vise à capitaliser la relative stabilité politique actuelle pour s’attaquer aux fragilités structurelles qui empêchent le développement humain et économique durable. Approuvé par le Conseil d’Administration du Groupe de la Banque mondiale, à Washington, le 27 juin dernier, ce CPP sera lancé officiellement à Madagascar, demain, 27 juillet 2017, au ministère du Plan Anosy. D’après les informations publiées, ce Programme comporte huit objectifs. Pour le renforcement de la résilience et la réduction de la fragilité, il concerne le développement humain des enfants ; l’amélioration des moyens de subsistance des ménages vulnérables ; la mise en œuvre d’une décentralisation améliorée et efficace ; le renforcement de la transparence et de la redevabilité.

Egalité. En ce qui concerne la croissance inclusive, le CPP se fixe comme objectif, l’augmentation de la capacité fiscale pour financer les dépenses sociales et les infrastructures prioritaires ; l’amélioration de l’environnement des affaires et l’accès au financement ; le renforcement de la productivité rurale et l’amélioration de l’accès à l’énergie et au transport. Pour ce dernier point, le redressement de la performance de la Jirama devrait étendre le taux d’accès à l’électricité de 13% à 25%. Par ailleurs, le Programme du CPP intègre également la promotion de l’égalité des sexes. En effet, les projets relatifs au développement donneront un rôle de premier plan aux femmes. Dans le cadre des Projets d’amélioration de la productivité de l’agriculture et de la pêche, les activités seront adaptées pour favoriser la participation des femmes. En outre, l’IFC (International Finance Corporation) du Groupe de la Banque mondiale, cherche à combler l’écart entre hommes et femmes dans l’accès à l’emploi et aux biens.

Antsa R.

 

Midi Madagasikara27 partages

Constant Raveloson : « Le HVM a tendance à mettre en place un parti-Etat »

Constant Raveloson n’a pas été tendre envers le HVM. (Photo Nary Ravonjy)

Raveloson Constant est sorti de son silence. Ce membre du MFM apporte notamment son point de vue sur la situation qui prévaut dans le pays. Ce politicien, connu comme étant animateur de service, lors des meetings tenus au Magro Behoririka, a riposté aux propos tenus par Rivo Rakotovao concernant la tenue de la célébration du XVe anniversaire du TIM. « Le président national du HVM a tendance à mettre en place un parti-Etat ». Et lui d’enfoncer le clou, « c’est une intolérance et une diabolisation envers le TIM ». Il estime, par ailleurs que « le temps de la pensée unique est révolu ». Il pense ainsi qu’interdire à nos concitoyens d’exprimer librement leur opinion, c’est entraver la liberté individuelle garantie par la Constitution. Il a émis également sa crainte quant à l’allure où vont les choses, « il se pourrait que le parti présidentiel aille gouverner à coups de crosse et d’emprisonnement ». Avant de conclure qu’on va juger le parti TIM sur son audience de samedi prochain.

Dominique R.

Madagascar Tribune26 partages

Nouveau bras de fer entre TIM et HVM

Fort de son succès lors de la célébration interdite de son 15ème anniversaire qui s’est finalement tenue à l’hôtel Carlton Anosy et dans la rue de la capitale, le parti de Marc Ravalomanana veut rééditer son exploit. Hanitra Razafimanantsoa, député TIM explique que tous les préparatifs sont en cours et que tout est prêt pour la festivité qui devra avoir lieu au stade de Mahamasina. L’élue du TIM précise que le parti assure la sécurité à l’intérieur du stade et demande aux forces de l’ordre de s’occuper de l’extérieur. Dans la foulée, elle recommande à Rivo Rakotovao, président national du parti présidentiel HVM de s’occuper de ses affaires et de laisser le TIM célébrer comme il veut son anniversaire. Car la veille, le président du HVM déconseille au TIM de faire la fête à l’entendre pour son bien, car des « gens malintentionnés risquent de perturber la fête du TIM ». Donc c’est un conseil d’ami, pour le bien du TIM. Ce dernier ne l’entend pas de cette oreille et conseille à Rivo Rakotovao de s’occuper de ce qui le regarde. Bref, des échanges d’amabilité comme on l’entend souvent entre politiciens.

Une demande d’autorisation a été déposée au Préfet de police mais à moins d’un miracle il est peu probable que ce dernier accepte. Ce n’est que pour être logique avec lui-même. Et ce sera rebelote : les forces de l’ordre qui s’enfuient à la vue des dahalo vont être mobilisés pour empêcher les partisans du TIM de se trémousser à Mahamasina. Les gens commencent à avoir marre du HVM, TIM, préfet et forces de l’ordre qui au lieu de se concentrer sur les vrais problèmes se querellent inutilement.

Midi Madagasikara23 partages

TENNIS DE TABLE : 50 participants pour huit titres

Le sommet tananarivien  a donné son verdict lors des compétitions de ce week-end au Palais des Sports. 50 pongistes ont participé ils sont issus de 11 clubs.

Résultats

1re série

Championne Rajaonary Rondro Jovenna 3

Vice-championne Ratsimbazafy Tiana Jovenna 0

2e Série

Championne Rakotoarimanana Nandrianina Asut 3

Vice-championne Randriambololona Volana Asut 0

Juniors Garçons

Champion Rakotoarisoa Mamy Setra Galaxyoung 3

Vice-champion Randrianarivony Angelo Asc Aro 0

Juniors Filles

Championne Randrianarisoa Niantsa Asc Aro 3

Vice-championne Ihariana Sarobidy Asc Aro 0

Cadets Garçons

Champion Rakotondrainibe Ndimby Arnaud Asc Aro 3

Vice-champion Rajaofetra Sitraka Asc Aro 2

Cadettes Filles

Champion Randrianarivony Mendrika Asc Aro 3

Vice-champion Razafindramboa Harena ASA 1

Benjamins

Champion Rakotomaharo Loic Asc Aro 3

Vice-champion Randriamora Jonathan Asc Aro 1

Poussins

Champion Randrianantoandro Andy Asc Aro 3

Vice-champion Rakotoarisoa Tanjona ASA 1

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara22 partages

Régis Gizavo : Arrivée du corps ce matin et grand concert de deuil au Palais des Sports !

La dépouille mortelle de Régis Gizavo arrive à l’aéroport d’Ivato ce jour à 6h30.

Le 18 juillet, le monde culturel est plongé dans une grande tristesse. On apprenait la disparition soudaine de Régis Gizavo. La famille annonçait que son corps sera rapatrié au pays une semaine plus tard.

La dépouille mortelle de l’accordéoniste arrive donc à l’aéroport d’Ivato ce jour à 6h30. Elle prendra de suite la direction du Palais des Sports pour les présentations de condoléances. Ses amis artistes lui rendront le plus beau des hommages. Le syndicat des artistes conduit par Rossy va effectivement donner un grand concert de deuil. « Ils parleront, comme ils l’ont toujours fait, prieront, souriront, penseront à lui et prononceront son nom comme ils l’ont toujours été, sans emphase d’aucune sorte, sans trace d’ombre », comme dans ce poème de Charles Péguy. Et puis, comme on dit, l’artiste ne meurt jamais. Les notes, les paroles, la réflexion qu’il laisse après lui sont la continuité de son être et de sa manière d’être. Son corps ne peut que se reposer. Quant à son âme, elle ne s’arrête jamais de vivre, à travers ses œuvres.Le 27 juillet, la dépouille quittera Mahamasina pour reprendre le vol de 11 heures, direction Tuléar.Les artistes tuléarois lui rendront également un hommage digne de sa renommée. Ils donneront un grand concert au Gymnase de Tuléar où sera veillé le corps de l’artiste pendant deux jours de suite. Les obsèques auront lieu le 29 juillet à Andranomena Tuléar.Mahetsaka

Midi Madagasikara22 partages

Port de Toamasina : Les transitaires dénoncent la lenteur de la SMMC

Zèle ou incapacité ? On ne sait pas exactement la cause, mais les transitaires se plaignent des services de la SMMC (Société de Manutention des Marchandises conventionnelles). Depuis plus de six mois, la procédure d’extraction au sein du Grand Port fait l’objet de grogne. D’après les explications, dans le processus de dédouanement, les remorques doivent être débarquées du haut des camions, pour que les douaniers puissent faire le procès-verbal de constatation des véhicules. C’est à ce niveau que la SMMC intervient, étant la seule à disposer de matériel habilité à faire cette tâche. D’après les transitaires, la société ne procède à cette extraction que tous les après-midis entre 14h et 17h, et n’arrive donc à traiter que deux véhicules par jour.

Coûts additionnels. Selon les informations, la SMMC n’a réussi à extraire qu’un camion au cinquième rang, ayant débarqué au port au mois de mai. « Ce problème engendre des conséquences néfastes pour les importateurs de véhicules. Ces derniers qui sont obligés de payer des frais de magasinage supplémentaires à ladite société », nous confie un transitaire. A noter que ce frais de magasinage s’élève à environ 1,5 million d’Ariary pour la première période de sept jours. Ce coût augmente, suivant les périodes prédéfinies, au fur et à mesure que les véhicules restent au port. Face à ce problème, les transitaires ont tenté à plusieurs reprises de fixer un rendez-vous avec les responsables auprès de la SMMC, mais en vain, jusqu’à aujourd’hui, d’après les témoignages. Prétendant être victimes de cette lenteur de la SMMC, les transitaires demandent une prise de responsabilité en haut lieu pour ne pas léser les opérateurs ; et revendiquent un arrêt des paiements de frais de magasinage supplémentaires, dans l’hypothèse où la société SMMC fait face à des problèmes matériels.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara21 partages

Iavoloha : Une délégation du gouvernement japonais chez Hery Rajaonarimampianina

La délégation japonaise reçue par Hery Rajaonarimamapianina.

Une délégation de hautes personnalités du gouvernement du Japon et des représentants de 30 sociétés nippones, conduite par le ministre délégué auprès du ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports, et du Tourisme (MLIT), Shinsuke Suematsu, est en visite de travail à Madagascar. Au lendemain de la tenue de la « Conférence des secteurs public-privé sur les infrastructures de haute qualité », organisée conjointement par les gouvernements japonais et malgache, avant-hier au CCI Ivato, la délégation a été reçue par le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, au Palais d’État d’Iavoloha. Le ministre malgache de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Chabani Nourdine, ainsi que l’ambassadeur japonais, Ichiro Ogasawara, ont également participé à la réunion. A part le ministre adjoint du MLIT, Yoshiyuki Aoki, le président de la Jaïda, l’association regroupant les entreprises japonaises en Afrique dans le domaine des infrastructures figure également parmi la délégation.

Recueillis par Dominique R.

Madagascar Tribune20 partages

37 jeunes appuyés par le Fivmpama et le Bit

37 jeunes entrepreneurs bénéficieront du soutien technique et financier du Fivmpama ou Fivondronan’ny mpandraharaha malagasy et du Bureau international du travail (Bit) à travers le projet « start-up ». Ces derniers ont été sélectionnés parmi de nombreux autres à travers des projets qu’ils ont soumis. Selon les explications du Fivmpama, les idées que ces jeunes ont présentées ont été vu comme celles qui pouvaient le plus répondre aux besoins non-seulement internes du pays mais peuvent aussi bien être compétitif sur le marché international. Le projet « start-up » cherche surtout à rendre plus accessible aux jeunes le monde de l’entreprenariat « manara-penitra » a souligné le représentant du Fivmpama. Quant au représentant du Bit bureau Madagascar, Ntsay Christian, celui-ci a soulevé le fait que seuls les 2% des jeunes entrepreneurs disposent des moyens nécessaires afin de mener à bien leurs projets et mettre en place des entreprises en règle et respectant les différentes normes régissant le secteur. C’est pour cette raison que ces jeunes ont besoin d’aide, surtout financières, pour mener à bien leurs projets. En plus de cela vient la nécessité de mettre en place un marché proposant des produits et des services aux normes exigées, dans l’économie du pays. En effet, nombreuses sont les activités innovantes mais qui manquent de cadrage, de suivi et de normes dans leurs mises en oeuvre. Ce type d’aide au plus méritant est donc une manière d’améliorer le paysage économique et social de Madagascar, à travers des jeunes porteurs de projets prometteurs.

L'express de Madagascar19 partages

Andraisoro – Un mort dans une série de braquages

La terreur s’est installée  à Andraisoro hier en début de soirée. Aux alentours de 18h30, sept bandits  brandissant pistolets automatiques et armes blanches se sont livrés à une série de braquages. Un marchand de glace ambulant a été mortellement blessé par balle.« Les bandits opéraient à visage découvert. Après avoir assailli tour à tour deux épiceries ainsi qu’une boucherie, les malfaiteurs s’en sont pris aux petits marchands de rue et aux personnes qu’ils ont croisées», relate Edouard Mamonjisoa, un habitant du quartier.«Quatre  coups de feu ont secoué les environs lorsque le gang a sévi. Les malfaiteurs semblaient bien organisés. Pendant que les uns se sont emparés des recettes des épiciers pris pour cibles, leurs comparses se sont déployés autour pour faire le guet et s’attaquer aux riverains», poursuit le même interlocuteur.Après cette série d’attaques armées, les assaillants ont pris la fuite en tirant en l’air. Terrifiés, les habitants n’ont pas engagé de poursuite. Alertée, la police a dépêché une équipe d’intervention mais la bande avait déjà quitté les lieux du crime à son arrivée.

A.M.

Midi Madagasikara17 partages

Ady tany ao Belambo : Mampiaka-peo ny tompon-tany, vonona hiaro ny fananany

Tsy mety misy filaminany mihitsy ity raharaha tany ao Belambo Toamasina II ity nanomboka ny taona 2013, teo amin’ny fianakavian’Atoa Philibert sy ny fikambanana “Fagnako”. Niitatra tamin’ity mpandraharaha malagasy nividy ny ampahan-tany izany taty aoriana. Noho izany dia nampiaka-peo ireo tompon-tany sy ny mpividy ny tany amin’ny fampiharana ny lalana.

“Tsy hanaiky ny fakana an-keriny tsotra izao ao anatina tamban-jotra avo lenta, sy fanaovana hosoka sy fampiasana izany izahay, vonona hatramin’ny farany hiaro ny fanananay izahay na inona hitranga eto…” hoy ireo tompon’ny tany “Antoby I” ao Belambo Toamasina II mirefy 148ha, manana ny titra 3583-BA, sy ny tompon’ny tany “Nambinina V” mirefy 500ha manana ny titra 19.817-BA. Noho izany dia namoaka ireo tsiambaratelom-piainany tamin’ny famoahana ny bokim-piankohonany, sy ireo antontan-taratasy maro milaza ny maha-azy ireo ny tany izay notsinontsinoavin’ny fitsarana tamin’ny famoahany ilay “ordonnance” nivoaka farany, noho ny fitorian’ny fikambanana “Fagnako” izy ireo. Nisy tamin’ireo olona am-polony nambaran’ilay didy fa afaka miverina manangan-trano ao anatin’ity tany manan-tompo ity indray izy ireo, anefa efa nisy nifanaraka tamin’izy ireo tamin’ny fanalana azy ireo, ary mbola nomena vola sy fanampiana samy hafa nifanarahana ho fanampiana azy ireo amin’ny fanorenany fiainam-baovao indray.

Milaza ny mbola hiditra haka ireo tany ambarany, fa an’ny vahoaka ny fikambanana “Fagnako”, amin’ny famarotana ny tanin’olona ho 15.000ariary ny “lot” iray 400m2. Manizingizina mafy hiaro ny fananany amin’ny fomba rehetra anefa ireo tompon-tany na tena mihatra aman’aina izany. Koa tena mbola hatahorana ny ho fifandonana hitranga izay mety hiterana faharatrana olona maro…

Malala Didier

Tia Tanindranaza16 partages

Filohan’ny Zah’gasy“Kandida filoha aho raha…”

Ho feno herintaona amin’ny volana aogositra izao ny fikambanana Zah’gasy sahy mandroso, izay tarihin’ny filohany Jean Navandahy Ratiharison.

J. Mirija

Midi Madagasikara15 partages

Autisme : Un autre centre dédié

Photo prise lors de l’inauguration du centre.

La prise en charge de l’autisme devient de plus en plus conséquente à Madagascar, du moins dans la capitale, avec l’ouverture le 20 juillet, d’un nouveau centre, SAMMY’O, dédié aux enfants et parents autistes à Ambohimamory, dans l’Atsimondrano, pour marquer les cinq ans de l’Association des Autistes à Madagascar (AMIS)

« S’épanouir, grandir et pérenniser », tel fut le slogan pour la célébration de ces cinq ans de l’AMIS, créée le 27 juillet 2012 en faveur des autistes et de leur meilleure intégration dans la société. Il convient de rappeler que l’autisme, qu’il soit régressif ou diagnostiqué dès l’enfance, s’apparente à une loterie, car les causes ne sont pas encore clairement déterminées jusqu’à maintenant. Les enfants autistes présentent communément « une altération qualitative de la communication et des relations sociales dénoté d’un caractère restreint, répétitif et stéréotypé. » Ils sont pourtant intelligents et créatifs à leur manière, affectueux et pleins de vie, bien que souvent imprévisibles et peu compréhensibles pour les non-avertis. Des spécificités qui rendent leur scolarisation difficile, voire carrément compliquée ; car ils nécessitent un encadrement individuel et beaucoup d’attention. L’association compte 17 bénévoles permanents, faisant de leur mieux pour soutenir les parents dans l’éducation de leurs enfants autistes. Dans certains cas, ils aident également des parents autistes, car oui, il y en a ! Le centre accueille actuellement 10 enfants autistes. Notons que trois autres activités sont encore prévues, à savoir : des travaux de rénovation du centre incluant l’installation d’un château d’eau, l’organisation d’une manifestation publique intitulée « Elan de solidarité pour l’autisme » à la rentrée et l’organisation d’une levée de fonds via un déjeuner dansant.

Luz R.R

Midi Madagasikara13 partages

CCI de la SAVA : Vers la sécurisation de la filière vanille

Les nouveaux membres de bureau de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de la SAVA ont été mis en place.  « Nous nous engageons à valoriser la rentabilité et les ristournes pour la région. Ce sont les actions prioritaires à entreprendre », a souligné le nouveau président de la CCI Mamodaly Zakirhoussen, élu pour un mandat de quatre ans. Et la  filière vanille est un produit de rente qui constitue le premier levier économique pour la région, en particulier, et pour Madagascar, en général. Raison pour laquelle, une réunion de réflexion entre toutes les parties prenantes a été organisée par le ministère du Commerce et de la Consommation, en présence du ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, qui est le coach de la région ainsi que le ministre de la Justice et celui de la Sécurité Publique et des représentants de la Présidence et de la Primature.

Collectes précoces. L’objectif étant de sécuriser la filière vanille tout en  éradiquant les vols de la vanille et les vindictes populaires, a-t-on évoqué. Dans le cadre de cette réunion qui a vu la participation de tous les acteurs de la filière allant des planteurs, des collecteurs jusqu’aux exportateurs au sein des groupements professionnels, il a été également soulevé que les collectes précoces de vanille verte doivent être arrêtées.   En outre, le débat s’est focalisé sur la manière d’appliquer la loi existante sur tout le territoire national, après l’avoir bien vulgarisée auprès du grand public. Il a aussi été souligné l’importance  du  renforcement du « Dinam-paritra » préalablement homologué, pour le cas de la SAVA. En fait, tous les acteurs concernés se penchent sur le renforcement de la sécurité tout en luttant contre l’impunité. « Un atelier dédié aux planteurs sera organisé prochainement », a avancé le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, coach de la région de SAVA.

Navalona R.

Midi Madagasikara13 partages

Référence

Une fois de plus, Madagascar est à l’honneur dans le domaine de l’aviation civile internationale. Après la sortie de l’annexe B et l’obtention par l’ACM du certificat du Président du Conseil de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), un autre événement d’envergure internationale se passe à Madagascar dans le domaine de l’aviation civile.

Référence

Il s’agit en l’occurrence de la réunion du Conseil d’Administration des Autorités Africaines et Malgaches de l’Aviation Civile ou AAMAC. Cette 38e réunion du CA de l’AAMAC revêt en tout cas, une importance particulière pour le secteur aérien du continent africain, et malgache bien évidemment. Sur ce point d’ailleurs, Madagascar est devenu une référence en matière de sécurité aérienne. Depuis la sortie du pays de l’annexe B de l’Union européenne. Mais également et surtout après que James Andrianalisoa, le D.G de l’ACM a reçu le 27 septembre 2016 au siège de l’OACI à Montréal, le fameux Certificat du Président du Conseil. Deux événements qui ont marqué le sérieux avec lequel a été menée la politique de redressement du secteur aérien et qui ont fait que beaucoup de pays africains ont voulu s’inspirer du modèle malgache pour remettre de l’ordre dans la gestion de la sécurité. Et le choix de Madagascar comme  hôte de la réunion du Conseil d’administration de l’AAMAC est une marque supplémentaire de cette reconnaissance internationale en ce qui concerne la capacité de l’aviation civile malgache à mettre un point d’honneur sur la sécurité. Cette réunion est d’autant plus importante dans la mesure où il y sera notamment question d’élaboration et d’harmonisation du dispositif réglementaire et des procédures de mise en œuvre des systèmes de sureté et de sécurité aérienne. Une sécurité qui est d’ailleurs l’un des points de départ du redressement de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar. Un redressement qui se fait lentement, mais sûrement. Et tôt ou tard, Air Madagascar considéré malgré tout comme le porte-étendard du pays retrouvera son statut de référence dans l’industrie aéronautique.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza11 partages

Rabetsara Lita“Tsy ara-dalàna ny fampiakarana ny vidin-jiro ankehitriny”

Tsy ara-dalàna mihitsy ny fampiakaran’ny orinasa JIRAMA ny vidin-jiro iainan’ny mponin’Antananarivo amin’izao fotoana izao, raha ny fanazavan-dRabetsara Lita, filohan’ny fikambanana mpiaro ny zon’ny mpanjifa RNDC.

 

 15 andro mialoha ny hampiharana izany mantsy dia tokony hisy ny fampilazana hataon’ity orinasam-panjakana ity amin’ny vahoaka mpanjifa, hoy izy. Tokony hisy ihany koa ny fihaonana mivantana eo amin’ny roa tonta, eny  fa na dia amin’ny fikambanana mpiaro ny zon’ny mpanjifa toy ny RNDC aza mba hijerena izay marimaritra iraisana. Tsy nisy anefa io fa ilay fiakarana 7 % ao anatin’ny faktiora no  efa  vita soratra ka tsy hita intsony izay azo natao. Nomarihin-dRabetsara Lita fa ankoatra ny olon-tsotra any an-tokantrano dia anisan’ny mitondra faisana amin’ity fiakaran’ny vidin-jiron’ny JIRAMA ity ihany koa ny orinasa sy ireo manao asa tenany, mivelona amin’ny herinaratra.

Pati

 

Midi Madagasikara10 partages

Moramanga : Doté d’un nouvel établissement pénitentiaire

Le conseil de gouvernement, d’hier, a procédé à la communication verbale relative à la pose de la première pierre des travaux de construction d’un nouvel établissement pénitentiaire à Moramanga, région d’Alaotra Mangoro, le 31 juillet prochain.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar9 partages

Région Sofoa – Une foire en ajustement des projets

Les actions des projets de développement des cinq districts attendent beaucoup de cette édition.

Résorber l’incapacité des paysans  de la région Sofia à assurer leurs besoins alimentaires,  notamment pendant les cinq mois de période de soudure. C’est l’idéal des projets de développement. C’est aussi l’objectif de la prochaine foire Ankolagny, qui en est à sa cinquième édition. Anko­lagny, qui est emprunté à un terme local utilisé en appellation d’un instrument pour épauler les bagages, se tiendra à Mandritsara, du 11 au 13 août. L’occasion surtout de montrer et de vendre les résultats des appuis de Prospérer aux activités génératrices de revenu ou AGR.En effet, le programme de Soutien aux pôles de micro-entreprises et aux économies régionales (Prospérer) du ministère de l’Agriculture et de l’élevage a soutenu, depuis 2008, près de cinq mille micro-entreprises rurales sur les quinze mille recensées dans toute la région Sofia.Des appuis, notamment techniques, financiers et matériels. « Prospérer contribue dans l’amélioration des activités au­tres que l’agriculture et l’élevage au moyen desquels, les paysans en font déjà leur travail. Nous soutenons spécialement les activités génératrices de revenu ou AGR », précise Redeck Rafara­lahy, coordonnateur du Prospérer Sofia, lors de la présentation de la foire régionale, au ministère de l’Agriculture et de l’élevage à Anosy, hier.« Le miel de Befandriana, les oignons de Mampikony, l’huile d’arachide de Port-Bergé et le black eyes, entre autres, seront exposés aux opérateurs économiques, aux fournisseurs de services public et privé d’appuis techniques, ainsi qu’aux autres visiteurs », a fait savoir le coordonnateur.

Résultats insuffisantsLa région est riche de 8500 ha de surface de manioc, 2000 ha pour le black eyes et 15000 ha pour le maïs. « L’objectif est de créer une plate-forme pour faire rencontrer les organisations de producteurs et les différents opérateurs de marché face aux potentialités », précise encore l’interlocuteur. Ce dernier affirme, en outre, qu’une famille moyenne est, désormais, capable de gagner près de 500 000 ariary par mois en transformant des fruits en confiture, en produisant du miel ou encore en élevant des poulets. Les interventions futures doivent être réajustées en fonction du dynamisme de cette foire régionale qui se déroulera à 200 kilomètres d’Antsohihy, soit à une journée du chef-lieu de région de la Sofia, car seul le black eyes arrive encore à s’exporter au-delà des frontières.Une édition qui tend à infléchir la tendance révélé par les résultats d’un rapport d’analyse de cette région du Nord-Ouest qui indique  qu’une dizaine de projets-programmes, opère ou a opéré dans les cinq districts mais que les résultats ne sont pas toujours satisfaisants.« 85% des paysans font toujours face à l’insuffisance de matériel  agricole, la réduction du cheptel à cause de l’insécurité,  aux dégradations des parcelles  cultivées, l’endettement et les faire- valoir indirects et surtout au degré d’enclavement et les difficultés de communication », constate le rapport.

Mirana Ihariliva

News Mada8 partages

Surpopulation carcérale: les prévenus en surnombre

En général, le nombre des détenus en attente de jugement est nettement supérieur à ceux déjà condamnés dans les établissements pénitentiaires.

«En moyenne,  plus de 55%», selon le coordonnateur national de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat) à Madagascar, Mihantsa Raherimiarantsoa, en marge de l’atelier de formation et de validation du manuel sur les garanties judiciaires du prévenu au DLC Anosy hier. Rien qu’à la Maison centrale (MC) d’Antanimora, sur les 3 300 détenus enregistrés, environ 2 000 d’entre eux sont des prévenus (60%).

Un m2 par détenu

La capacité d’accueil de la MC d’Antanimora est de 800 détenus. Cependant, le nombre des personnes incarcérées tourne en moyenne dans les 3 000 tout au long de l’année ces derniers temps. Au vu de la surface occupée par les détenus dans chaque quartier le soir venu, chacun d’eux n’a droit qu’à un mètre carré de surface au dortoir, si le minimum recommandé par la Croix-rouge internationale (CICR) est de 3,4 m2.

«Cette situation est presque identique à toutes les maisons de détention existant à Madagascar», a confié un haut responsable de l’Administration pénitentiaire (AP) avant de souligner ensuite «Qu’une telle situation ne permet pas à l’AP de répondre aux besoins réels humanitaires de base des personnes détenues, malgré les efforts déployés».

Réduire le nombre

L’atelier d’hier a pour but d’essayer de réduire le nombre des prévenus et pour désengorger les prisons. Cela, en sus de la considération de la présomption d’innocence en tant que prévenu. «L’objectif est de faire travailler conjointement l’administration judiciaire et pénitentiaire, ainsi que la société civile, pour la rédaction d’un guide sur la détention préventive abusive», a indiqué le directeur exécutif adjoint de la Fédération internationale de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Fiacat), Guillaume Colin.

De ce fait, des bénévoles de l’Acat Madagascar effectueront des visites régulières à la MC d’Antanimora pour identifier d’éventuels cas de détention arbitraire et de transmettre les dossiers à des avocats.

Sera R

 

News Mada8 partages

“Tana in Love”: hasongadin’ireo mpanakanto i Noely

Ho fampisehoan’ny taona 2017. Izay no fanamby lehibe apetraky ny mpiara-mikarakara sy ireo mpanakanto marobe mandray anjara amin’ny “Tana in Love”…Noely mihira ny “Tania” an’i Rak Roots. Noely mitarika ny soradihy amin’ny “Mandry ve ny ao an-tanàna”… Tsy fahita firy ary tsy tazana an-tsehatra raha tsy mandritra ny “Tana in Love” izany. 10 taona aty aorian’ny seho farany, hiverina indray ny hetsika, ny alahady 30 jolay izao, manomboka amin’ny 3 ora, etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina.“Hasongadina i Noely amin’ity seho ity. Efa teo izy taloha ary izy no zokiny indrindra amin’ireo mpandray anjara ireo. Mahavita tsara ilay lalao miaraka amin’ireo tanora anefa izy”, hoy ny fanazavana nomen’i Bodo, nandritra ny fampahafantarana ny hetsika tamin’ny mpanao gazety, omaly.“Misy ireo mpanakanto fototra izay nandray anjara hatramin’izay: Bodo, Luk, Gothlieb, Tovo J’Hay, Noely, Radanz ary ny tenako. Misy kosa ireo tanora misongadina, toa an-dry Bolo, Rak Roots ary Caylah, izay nosafidina manokana. Eo koa ry Stéphanie, Melky, Elsie, Inah, Iary, Lilie, Nanie, Princio ary Poon. Nasaina manokana amin’ity seho ity i Njila”, hoy kosa ny fanazavana nomen’i Mahery, avy amin’ny Mana Event, izay misahana ny lafiny ara-javakanto.“Fanombohana ny eto Antananarivo, fa hoentina mivoaka any Frantsa ny “Tana in love” aorian’izao”, hoy kosa ry zareo avy amin’ny Ilomboaary Vision, mpiara-mikarakara izao fiverenan’ny hetsika izao.Hotsaroana ireo efa lasaTsy ho latsaky ny ora efatra ary mety ho tonga hatrany amin’ny adiny dimy any ny fampisehoana. “Fampisehoana maroloko, mirindra toy ny teatra miaraka amin’ny hira ary manaraka lohahevitra hatrany ny “Tana in Love”. Hahatsiaro manokana ireo mpanakanto efa nodimandry, na vao haingana na efa elaela, toa an-dry Tata Rahely, Jean Emilien, Om-Gui, Régis Gizavo, sns, izahay amin’ity”, hoy hatrany i Bodo.“Fanamby goavana no hapetrakay eo amin’ny lafiny teknika, fanamafisam-peo sy jiro. Ezahina hanakaiky ny lafatra mba hahafa-po ny mpijery izany. Fangatahanay kosa, aoka ho tonga aloha, satria hanomboka amin’ny 3 ora tolakandro tsy diso ny seho. Vao fanombohana rahateo dia efa hatsiro ny seho”, hoy kosa ny avy amin’ny mi’Ritsoka Production.

Zo ny Aina Randriatsiresy

Midi Madagasikara8 partages

Rado Andriamanisa : « Showcase » en toute intimité au Craam

Rado Andriamanisa

Rado Andriamanisa sera en concert cet après-midi au Craam à Ankatso. Un « showcase » entrant dans le cadre du mois qui lui est consacré et durant lequel il a présenté toutes ses œuvres, allant de l’audio-visuel en passant par les tableaux et par la musique.

C’est rare, et c’est donc une opportunité à ne pas rater. Rado Andriamanisa, alors qu’il est plus connu pour sa casquette de réalisateur et d’excellent cadreur, sera en concert cet après-midi au Craam à Ankatso. Une représentation en toute intimité vue la surface de la salle, mais en tout cas un moment de privilège avec l’artiste. Ce concert entre dans le cadre du mois consacré à ses œuvres et durant tout le mois, le public a eu droit à des projections de ses vidéoclips, des films qu’il a réalisés, des petites séries Kozy Vain qui ont été diffusées sur une télé locale. Et bien sûr à une exposition de ses tableaux. Le public a donc pu discuter et échanger avec Rado Andriamanisa qui a partagé son parcours professionnel et ses passions. Cet après-midi, place à un chanteur et à un musicien qui charme par sa voix et son style mélodieux.

Programmation. Rado Andriamanisa, un artiste complet a chanté depuis plusieurs années. Il joue du clavier et compose ses propres chansons. Il écrit également, partage ses émotions, ses délires de jeunesse, les relations amoureuses et amicales. Depuis, il a enregistré plusieurs titres, tous dans un même genre. Et très loin du style de Naty Kaly, son frère, Rado Andriamanisa est plus doux, plus charmeur, entre r’n’b et électro, avec des effets qu’il crée lui-même. Ses chansons aussi le sont d’ailleurs. Depuis toutes ces années, il a fait chanter d’autres voix féminines. L’une d’entre elles, Baboo, a posé sa voix sur une de ses chansons. Certaines ont aussi illustrées ses propres réalisations. En tout cas, avec un style propre à lui, des effets électro et une pincée de mélodie, Rado Andriamanisa sait faire passer ses sentiments à travers ses chansons. Et ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de l’écouter pourront se délecter cet après-midi.

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar6 partages

XVè anniversaire – Le sort du TIM entre les mains de l’OMC

Sauf changement, l’Organe mixte de conception (OMC), décidera de la réponse à donner au TIM, demain. La proposition d’un autre endroit est fort probable.

Les jeux sont faits ? L’Organe mixte de conception (OMC), d’Antana­narivo, s’est réuni, hier. La nouvelle demande d’autorisation formulée par le « Tiako i Madagasikara », (TIM), d’utiliser le stade municipal de Mahamasina, le 29 juillet, pour y célébrer le 15e anniversaire du parti, était, notamment, au menu.Selon le général Angelo Ravelonarivo, préfet de police d’Antananarivo, « aucune décision n’a été prise durant cette réunion. Je pense que la réponse à la demande d’autorisation du parti TIM sera donnée, jeudi ». Contacté, lundi, l’officier général a indiqué, que la décision d’acquiescer, ou non à la requête de la formation politique présidée par Marc Ravaloma­nana, ancien chef d’État, se ferait « collégialement », au sein de l’OMC.La décision de cette entité en charge de la conception de stratégies pour préserver l’ordre public dans la capitale, est ainsi, fortement, attendue, par le TIM et ses ouailles, mais aussi, par l’opinion publique. Surtout qu’au motif de prévenir d’éventuels troubles à l’ordre public, le général Ravelo­narivo, a décidé de retirer l’autorisation qu’il a accordée au « Tiako i Mada­gasi­kara », de célébrer son 15e anniversaire, au stade municipal de Mahamasina, le 8 juillet.

Un autre endroitAu-delà des passes d’arme politique que cette décision de retrait a engendrées, elle a, surtout, mis en lumière le fait qu’au motif de protéger l’ordre public, l’exercice des libertés garanties par l’article 10 de la Constitution, tend à être systématiquement, en péril. Sur ce sujet, suite à une requête en sursis à exécution, entre autres choses, de la décision du préfet, formulée par le parti TIM, le tribunal administratif a tranché en faveur du principe que « la liberté soit la règle », et les restrictions ne sont que des « exceptions ».Le tribunal administratif, par ailleurs, a prononcé le sursis à exécution de la décision du préfet, le 7 juillet. Dans sa nouvelle tentative d’avoir accès au stade de Mahamasina, la formation politique du résident de Faravohitra, mise sur cette décision de justice et du principe retenu par les juges, pour convaincre le préfet de police de lui accorder l’autorisation. Confiant en l’issue de cette nouvelle démarche, les ténors du TIM affirment leur optimisme dans la presse.D’autant plus, que dans la demande d’autorisation, il a été indiqué que le parti assurerait la sécurisation à l’intérieur du stade, et une collaboration avec les forces de l’ordre y est sollicitée, pour la sécurité à l’extérieur. Interviewé par la TV Plus Madagascar, hier, par exemple, maître Hanitra Razafi­manantsoa, députée TIM, et vice-présidente de l’Assemblée nationale, a soutenu que les préparatifs allait bon train. Elle demande, du reste, au préfet de police, qu’il n’attende pas le dernier moment pour donner sa réponse.Sur les réseaux sociaux, la page officielle de Marc Ravalomanana, donne rendez-vous à ses partisans, au stade de Mahamasina, pour « une répétition générale de la chorégraphie de zumba », prévue pour samedi. Les indiscrétions de couloir avancent, cependant, que la tendance durant la réunion de l’OMC, hier, va dans le sens « d’un nouveau refus », pour l’usage du stade de Mahamasina. Elles indiquent que l’OMC pourrait proposer un autre endroit au « Tiako i Mada­gasikara ».

Garry Fabrice Ranaivoson

News Mada5 partages

Festivanille Satrahagna : Toofan sera de la partie

La 87e édition du festivanille Satrahagna se déroulera du 27 au 30 juillet prochain à Sambava avec la participation d’une quinzaine d’artistes dont le groupe togolais Toofan. Ce dernier sera à l’affiche d’un spectacle le 29 juillet prochain au stade municipal de Sambava. La première partie sera assurée par Lar’Son et Ngiah Tax Olo Fotsy.

Samedi dernier, à travers une soirée discothèque avec Bamboula Antalaha, les organisateurs ont organisé  le concours de danse téré téré. En fait, après le gweta, le téré téré est la nouvelle tendance actuelle lancée par le groupe Toofan.

A part Toofan, d’autres artistes internationaux participeront à ce festival, entre autres le Mauricien Clif Azor, le Réunionnais François Dal’s. Ils investiront la scène le 28 juillet prochain avec Ninie Doniah et Vaiavy Chila. A part les concerts, le festival propose aussi diverses activités, à savoir un carnaval, une foire de l’artisanat, des expositions, des conférences-débats et un concours de beauté.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara4 partages

Marc Ravalomanana : Rencontre avec la délégation de la SADC hier

L’ancien président Marc Ravalomanana a reçu hier à son domicile à Faravohitra une délégation de la SADC en mission dans le pays. Même si rien n’a filtré de la rencontre, force est d’affirmer que la situation politique qui prévaut actuellement à Madagascar a été au centre des discussions. Le président national du TIM aurait évoqué devant les émissaires de la SADC le problème d’autorisation que son parti rencontre dans le cadre de la célébration de son XVe anniversaire. On a appris hier que cette délégation de la SADC effectue une mission d’observation à Madagascar. A propos de ce XVe anniversaire du TIM, des proches de l’ancien président persistent et signent qu’ils occuperont le stade municipal de Mahamasina samedi prochain.

R. Eugène

News Mada3 partages

MLE : “Mbola hanao hetsika izahay”

Tsy mbola mifarana eo. “Mbola hanao hetsika izahay ary hambara amintsika eo ihany. Tokony hatao ny 29 jolay izao izany. Nahemotra indray anefa noho ny fanadinana bakalorea sy ny hetsiky ny Tim ny asabotsy izao”, hoy ny eo anivon’ny Hetsika ho an’ny fahalalahana maneho hevitra (MLE), Joel Ralaivaohita, omaly. Nanteriny fa tsy maintsy mbola hatao izany hetsika tsy fanekena ny lalàm-pamoretana sy fanampenam-bava apetraky ny fanjakana izany.

Etsy andaniny, tsy eken’izy ireo ny fanitsakitsahana ny fahalalahana maneho hevitra mahazo laka amin’izao fotoana izao sy ny fanaovana antsojay ny mpanao gazety. “Aoka hatsahatra ny fampitahorana sy ny fampihorohoroana”, hoy ihany izy, manoloana ireny fanadihadiana natao amin’ny mpanao gazetin’ny Viva sady mpitondra tenin’ny MLE, Fetra Rakotondrasoa, ireny.  Nanao fanambarana koa ny eo anivon’ny Ilontsera, sehatra mpanara-maso ny serasera sy ny fifandraisana ary ny haino aman-jery. Nambaran’izy ireo fa tsy azo ekena velively ny fampihorohoroana sy ny fanohintohinana ara-batana sy saina atao amin’ny mpanao gazety na koa ny olon-kafa. “Zon’ny tsirairay ny maneho hevitra an-kalalahana “, hoy izy ireo.

Synèse R.

L'express de Madagascar3 partages

Environnement – Les pêcheurs se mobilisent pour conserver la mangrove

Une douzaine de pêcheurs, leaders des communautés gestionnaires de mangroves de Manambolo-Tsiribihina, ont rencontré les pêcheurs Vezo d’Andava­doake, Salary et Ambon­dro­lava dans la ville de Moron­dava et de Toliara. Ces pêcheurs ont atterri dans cette zone après un long périple de 1 500 km de Tsiribihina vers la pointe Sud de Mada­gascar depuis le 17 juillet.Il s’agit d’un road trip appuyé par le World Wide Fund (WWF) dans leurs zones d’intervention pour un partage et un échange d’informations. Chaque peuple adopte une façon de protéger les mangroves. « Le peuple Vezo du littoral Mahafaly  fait un suivi régulier des prises de pêche dans son village. Ce suivi permet de connaître l’abondance de poissons et leur taille pendant l’année. C’est une technique très utile que nous, peuple Sakalava des mangroves, pourrions utiliser  dans la pêche de poissons et des crabes des mangroves », explique Pima Fihereza, président de la communauté de base «Tafitasoa» dans le delta de la rivière de Tsiribihina.La gestion des mangroves est confiée aux pêcheurs car ils sont les premiers utilisateurs de cette surface humide dans l’exploitation des crustacés. D’ailleurs, les mangroves sont des lieux de ponte des crustacés, surtout les crabes. Elles jouent un rôle critique pour l’équilibre de l’écosystème côtier car elles deviennent aussi la source d’approvisionnement pour l’alimentation et l’activité économique de la population locale.Par conséqent, la préservation intense se fait par plusieurs organismes tels le WWF. Depuis 2007, une campagne de plantation de mangroves a été lancée par cet organisme, dont environ 340 ha de mangroves à planter en 10 ans. La séance  de partage de techniques et d’informations se poursuivra  à Tolagnaro, du 27 juillet au 1 août avec la participation de cent soixante pêcheurs dans tout Madagascar.

Mamisoa Antonia

News Mada2 partages

« Tsy mahaleo ny sampona »: la quatrième méditation by Sareraka

Et de quatre. Après 3 émissions à succès de «Tsy mahaleo ny sampona», le Mouvement pour la liberté d’expression annonce que la 4è projection sera également du jamais vu cette semaine. D’autant que Sareraka sera sur le devant de la scène.

«Nous déplorons la convocation des membres du MLE par la gendarmerie nationale, cela n’a pas de sens dans un pays qui se veut être démocratique et respectueux des principes de la liberté d’expression, conformément aux articles 10 et 11 de la Constitution de la République de Madagascar», a déclaré Joël Ralaivaohita dans un entretien hier. Et malgré les diverses intimidations à l’encontre du Mouvement pour la liberté d’expression (MLE), la diffusion du prochain numéro de l’émission «Tsy mahaleo ny sampona», très suivie sur les réseaux sociaux, ne connaît pas une pause.

Le MLE a été clair sur le sujet. Il n’arrêtera pas la production et la diffusion du programme. D’ailleurs, prochainement, plus précisément cette semaine, la 4e émission sera balancée sur les réseaux sociaux en mettant sous le feu des projecteurs Sareraka, à ne plus présenter aussi bien sur le devant de la scène que dans la sphère politique.

D’après les informations reçues, Sareraka, l’artiste engagé connu pour sa verve et sa vivacité dans les chansons à texte s’attaque au problème foncier à Madagascar. Une véritable méditation sans complaisance. Le MLE n’a pas fourni plus de détails, mais à l’entendre, la liberté d’expression se reflète bien à travers cette émission inédite. Il faut rappeler que la première émission «Tsy mahelo ny sampona» a créé un véritable buzz sur le net avec des milliers de vues.

Reportée

Le MLE a également fait savoir que la manifestation qui devait se tenir cette semaine sera reportée à une date ultérieure. «En raison des épreuves du baccalauréat, pour plus de sérénité, et en raison de la manifestation prévue par le parti Tim dans le cadre de la célébration de son quinzième anniversaire le 29 juillet prochain», ont signifié les membres.

Sous cet angle, le MLE veut peaufiner cette manifestation afin que tous les citoyens épris de liberté d’expression puissent y participer sans contrainte et sans peur. Le MLE espère une collaboration avec les forces de l’ordre pour les assister et parer à d’éventuels débordements concoctés par des gens malintentionnés.

Rakoto

L'express de Madagascar2 partages

Détournement de subventions exceptionnelles – Un maire placé sous mandat de dépôt

Un de plus. Les déferrements des accusés dans l’affaire de détournement de subventions spéciales destinées à plusieurs communes, s’enchaînent. Trois nouveaux prévenus ont été auditionnés par le juge d’instruction de la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC), aux 67 ha, hier.À l’issue de la comparution devant la CPAC, l’une des trois personnes a été placée sous mandat de dépôt. Les deux autres ont été mises en liberté provisoire. L’accusé ayant écopé d’une détention provisoire est, selon les informations « le maire d’une commune rurale dénommée Ialananindro ». L’élu dirige l’Exécutif d’une localité sise dans la région Haute Matsiatra. Le ou les chefs d’inculpation retenus par la Chaîne pénale contre les trois prévenus auditionnés, hier, n’est pas connu.Des indiscrétions indiquent juste que, les soupçons de malversations financières dans la commune de Iala­nanindro, figurent dans le dossier présenté à la CPAC, le 7 avril, durant l’audition de Claudine Razai­mamonjy, femme d’affaires. Durant cette semaine du début avril, où l’affaire Razai­mamonjy avait tenu la nation en haleine, il a été indiqué par le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), que des personnes concernées par le dossier à présenter à la Chaîne pénale, étaient encore recherchées.Les trois prévenus présentés au juge d’instruction, hier, ont été appréhendés, par la branche fianaroise du Bianco, à la fin de la semaine dernière, après une longue période de cavale.

G.F.R.

L'express de Madagascar2 partages

Une rivière qui affaiblit l’ennemi

En feuilletant le « Lexique des noms géographiques de Madagascar » réalisé par Georges Kling, nous avons une confirmation du sens de Mahanoro, ville de la province de Toamasina. Le mot signifie « qui rend heureux », « qui réjouit ».La première explication de ce nom qui vient à l’esprit, est simple : c’est la petite rivière  qui l’arrose qui le lui a donné. « Noro s’employant en parlant de la circoncision, il est possible que cette rivière ait joué un rôle dans certaines cérémonies. »Et il y a la légende qui attribue également l’origine de ce nom à l’influence heureuse du clan Zafindranivy sur les destinées de la ville. Ifondrainy, roi des Zafindranivy, la sauve en effet de la destruction en se rendant aux armées de Radama Ier, lors de la conquête de la côte orientale par le roi merina. Ce dernier- dont la sœur d’Ifondrainy, Soamahanoro, est la maîtresse- « accorda aux Zafindranivy, en récompense de leur soumission, les mêmes droits qu’aux notables hova, pour la plus grande prospérité de la petite ville » (P. Latu).Puisqu’on parle de voie d’eau, parlons de Mahavavy, dénomination donnée à deux fleuves, l’un au sud de la Betsiboka, l’autre au nord, qui veut dire « qui rend femelle » ou « qui rend faible ». Georges Kling cite deux explications à cette dernière version, mais, dit-il, « la première paraît tout aussi valable pour la Mahavavy du Sud ».La première interprétation  avance que le nom aurait été donné par une magicienne antakarana, Tsimatahodrafy, afin de protéger ce peuple par ce « moyen prophylactique ». Il est ainsi entendu que la rivière doit rendre faibles les ennemis qui éprouvent des difficultés pour la traverser lorsqu’ils attaquent ».Une seconde légende propose une autre raison à l’appellation. À 80 km d’Ambilobe, il existe un site célèbre et sacré composé de deux énormes rochers dénommés Zarandahy (la part de l’homme) et Zarambavy (la part de la femme) entre lesquels cascade la Mahavavy. Les autochtones y viennent offrir des sacrifices « en sollicitant l’exaucement de leurs vœux », car leurs deux étranges rochers ont leur histoire.Un jour, deux époux, voyageant avec leurs enfants et leurs bagages, campent près du ruisseau. Le repas terminé, l’homme traverse l’eau avec les bagages, tandis que la femme achève de ranger les marmites en gardant les deux enfants. Brusquement, la pluie survient, si terrible que le ruisseau devient rapidement une rivière impossible à franchir.« Et les deux époux, ne pouvant plus se rejoindre, moururent sur place où ils forment aujourd’hui les deux rochers à la silhouette si étrange, l’un rappelant un homme chargé d’un fardeau, l’autre une femme avec ses enfants. Et c’est pourquoi le ruisseau devenu rivière, prit le nom de Mahavavy- qui rend faible- car malgré tous leurs efforts, les deux époux ne parvinrent jamais à se rejoindre. »Mahavelona, un autre ruisseau mais qui traverse Foulpointe, signifie « qui rend la vie ». Ce nom aurait été donné par le chef Ratsimilaho à la localité parce que, très malade, il y aurait recouvré la santé, malgré la réputation très mauvaise à l’époque, du climat de la région.« Selon la tradition orale, bien avant l’occupation merina, au cours d’un enterrement, l’un des parents du défunt baigne le corps dans le ruisseau. À peine le mort eut-il touché l’eau qu’il ressuscite. »Autre cours d’eau qui mérite attention, Mananara. C’est le nom de plusieurs rivières, mais l’une donne son nom à une ville de laprovince de Toamasina. Deux explications sont données à ce nom. La première est « qui a des roches», ce qui s’explique sans difficulté ;la seconde est « qui a des roseaux », « nara » étant le nom betsimisaraka d’une espèce de roseau voisine du « penja » et quelquefois appelée « mita ».Si cette dernière interprétation peut être admise pour la Mananara-nord située en pays betsimisaraka, elle s’applique difficilement à la rivière de Vangaindrnao, en pays antesaka.Mananjary est une autre rivière du Sud-est qui a pris ce nom après s’être appelé Masindrano (où l’eau est sacrée). Plusieurs sens sont donnés au mot : « qui est respecté, honoré », « qui est confortable » et peut-être, que ce serait une déformation de Mananjara, « qui a des arbres » (zara).

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Midi Madagasikara2 partages

Famitahana amin’ny Facebook : Olona iray karohina, voafitaka ny mpanao asa soa

Voafitaka avokoa na ny olon-tsotra mba vonona ny hanome tànana, ny mpanao asa soa ary hatramin’ny mpanao gazety   aza dia nentin-kafanam-po ny mba hanoratra sy nanentana ny olona handray anjara amin’ilay tetikasa kely entina hitadiavam-bola ho an’ny  ankizy misendra ny  autisme. Kinanjo ny  tao ambadik’izay rehetraizay dia fisolokiana  avolenta tsotr’izao. Ny niatombohany dia ny fisian’ny fikambana nampianatra eo amin’ny fampianarana ambony vahiny. Niainga tamin’ny tambanjotran-tserasera avokoa ny fampahafantarana ny  hetsika izay kasain’izy ireo. Tao anatin’izay no nisy an’i E.R izay voalaza fa handrindra ny tetikasa. Izany dia mahakasika ny varotra fitadiavam-bola homena ny ankizy tratran’ny autisme. Efa nomena ny daty ary efa fantatra ny toerana. Tonga ny olona tao amin’ny hotely lehibe iray etsy Antaninarenina mba hividy izay azo   vidiana, ho mariky  ny fanomezan-tànana ireo zaza. Kinanjo tsy tao ny mpandrindra fa nilaza ho marary mafy. Teo dia efa ha  hafahafa  ny fandehan-javatra saingy tsy mbola nisy nieritreri-dratsy loatra ny olona satria asa soa no hatao. Voatery ny mpikambana iray teo anivon’ny ray aman-drenin’ny zaza autiste  izay niara-nientana nanampy tamin’ny  fikarakarana no nandoa ny lany, isan’izany ny hofan’ny hotely. Na entana iray aza tsy nisy  tao amin’ilay hotely kanefa ny olona maro no saika handray anjara.Tsynety hita  mihitsy i E.R ary izany no nisintona ny mpikambana nanao fikarohana lalindalina            kokoa. Hita  tamin’ny Internet ary fa sarin’olona  hafa izay tany ivelany   tany no nampiasany. Nazavateo ny baolina fa mpisoloky i E.R. Tsy vitan’izay ihany fa sady mpanao « piratage » henjana ihany koa ny tenany. Olona tsy fantany akory dia vitany ny mamoaka amin’ny tamba-jotran-tserasera  fa olon-tiany. Artista iray  malaza no voany tamin’izany ary nisara-bady mihitsy. Karohina ity mpisoloky sy mpanimba fiainan’olona ity ankehitriny taorian’ny fametraham-pitoriana nataon’ny olona maromaro.

D.R

Madaplus.info1 partages

4 bandits avaient semé la terreur à Andraisoro hier avant de tuer une personne

Triste sort pour un marchand d’arachides dans le quartier d’Andraisoro dans le 5e Arrondissement de la ville d’Antananarivo hier. Il a été tué pendant une attaque en série.
Andraisoro et ses environs restent encore dans le rouge coté sécurité. Pas plus tard qu’hier, quatre bandits lourdement armés et à visage découvert ont attaqué plusieurs épiceries et grossîtes dans ce quartier. L’attaque a été menée vers 18 heures, moment d’affluence la population d’Andraisoro. Les bandits se présentent comme des simples clients avant de sortir leurs armes. On ignore pourquoi le vendeur d’arachides a été tué. Certains affirment qu’il a reconnu les bandits, d’autres de dire qu’il aurait barré le chemin des bandits. Après l’attaque, les bandits ont pris la poudre d’escampette sur une ruelle menant à Ankatso. De leur coté, les forces de l’ordre ont affirmé qu’ils ont reçu un appel, mais très tard. C’est pour cela qu’elles n’ont pas pu intervenir à temps.
News Mada1 partages

Chronique: le recul en progression

L’implantation d’un centre commercial sur l’esplanade d’Analakely signe un symbole du recul de l’économie. Pourtant on imagine à l’avance l’empoignade opposant les diverses autorités pour se disputer l’honneur de présider le jour venu la cérémonie d’inauguration.

Il n’est pas loin le moment où le pays comptera plus de commerçants et marchands qu’il n’existe d’individus enrôlés dans des activités de production. Comment espérer un enrichissement tant que l’on ne fasse pas de l’autosuffisance l’objectif prioritaire, qu’il s’agisse de production agricole qu’industrielle. Le déficit de la balance commerciale témoigne d’une hémorragie, ce déséquilibre n’alarmerait pas si les importations n’avaient pas concerné des biens de consommation courante pire des produits de première nécessité. On mange du riz d’importation, on s’habille de tissu venu d’ailleurs, on se déplace dans des véhicules importés roulant avec du carburant puisé d’on ne sait où raffiné à l’extérieur depuis que l’on a dû fermer la raffinerie que l’on n’a su bien entretenir pour mieux pouvoir la rajeunir.

Ce n’est pas faute du Président de la République de ne pas prendre  son bâton de pèlerin. On critique suffisamment ses multiples déplacements à l’étranger, alors qu’à ces occasions il enfile le costume d’un VRP de luxe et joue les rabatteurs pour séduire les investisseurs. Certains disent qu’il n’excelle pas en ce domaine, et qu’ainsi il aurait très mal vendu l’article Madagascar à des Chinois : contrat objet de la divergence de point de vue à laquelle l’ex Ministre des Finances faisait allusion pour justifier sa démission.

Les éventuels investisseurs disposent sur site d’yeux pour voir et d’oreilles pour entendre. Ils savent la situation des industriels dans la place, obligés de jongler ( !) pour pouvoir résister aux conditions que leur réservent les foucades du pouvoir, entre traques et harcèlements exercées par des administrations domestiquées à cet effet et récompensées en conséquence. Aucune politique ne semble favoriser la production locale, sauf en ce qui concerne l’exploitation des richesses naturelles, encore qu’outre des exceptions comme Ambatovy, on assiste à une évaporation brute des richesses sans qu’elles ne fournissent au pays le bénéfice d’une valeur ajoutée par un traitement sur place.

Léo Raz

 

News Mada1 partages

Sofia: la foire « Ankolagny » sur les rails

La région Sofia sera le point de rencontre des opérateurs économiques lors de la 5e édition de la foire «Ankolagny» au stade municipal de Mandritsara.

Cette manifestation économico-commerciale sert de baromètre aux actions menées par le programme Prosperer dans le milieu paysan de la Sofia depuis 2008, d’après les responsables. Les bénéficiaires du programme dans les districts de Mandritsara, Port-Bergé, Antsohihy, Befandriana Nord et Mampikony – intégré récemment dans le circuit – feront connaître leurs produits qui seront présentés à la vente durant la foire «Ankolagny» du 11 au 13 août prochain dans la ville de  Mandritsara.

Plate forme

La manifestation est destinée  à créer une plateforme de rencontre entre les organisations de producteurs et les opérateurs de marchés afin de promouvoir des relations commerciales entre les deux entités. Le coordinateur régional du programme Prosperer, Richardin Redeck Rafaralahy, a toutefois assuré lors d’une conférence de presse dans la capitale, hier, que des innovations seront incluses dans cette édition afin de donner plus d’économicité à la manifestation.

La foire «Ankolagny 2017» fournira plus d’ouverture aux participants venant des autres filières et des opérateurs des autres régions, a-t-il précisé. Les organisateurs s’efforceront de favoriser le contact entre les partenaires et les producteurs et les informer sur les possibilités d’intervention technique ou commerciale dans la région.

Une vitrine des activités du Prosperer

Le programme Prosperer offre aux partenaires techniques et financiers du secteur une vitrine pour leurs activités et pour celles des bénéficiaires de leurs interventions.  Plus de la moitié des ruraux ayant bénéficié du programme ont pu améliorer leur niveau de vie pour dépasser le seuil du niveau de pauvreté dans les 5 districts d’intervention du Prosperer dans la région Sofia, d’après les statistiques officielles.

Outre les promotions commerciales de produits agricoles, artisanaux, intrants et matériels de production tenues en marge des ventes expositions des produits ruraux, des conférences-débats et des projections de films de sensibilisation se tiendront durant les journées de cette foire régionale de la Sofia organisée à Mandritsara.

Manou

Tia Tanindranaza1 partages

Fiatrehana ny loza voajanaharyHanatsara ny fomba fiasany ny Croix-Rouge Malagasy

Nitondra horohoro teto amintsika ny fandalovan’ny rivodoza Enawo farany teo iny, hoy Rakotonanja Claude, filoha nasionalin’ny fikambanana Croix-Rouge Malagasy.

Pati

L'express de Madagascar1 partages

Industrie – Les zones franches dynamisent le secteur

En bonne santé. C’est de cette façon que l’on pourrait considérer le domaine de l’industrie malgache, ces derniers temps. Un fait que le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Chabani Nourdine est venu constater de visu, la semaine dernière à Andra­haro. Pour l’occasion, c’est en compagnie du Président du Groupement des opérateurs en télécommunication (Goticom), Jean Luc Rajaona qu’il a tenu à visiter deux importantes sociétés, dites  franches, dans ce quartier industriel de la capitale dont la société Floréal Madagascar et Vivetic, respectivement, deux des entreprises leaders dans le domaine du textile et des NTIC dans la Grande île.Le choix de ces deux entreprises s’explique, entre autres,  par leur rayonnement international mais surtout parce qu’elles font partie des plus importants pourvoyeurs d’emploi pour les jeunes diplômés actuellement. En effet, rien que pour le cas de Vivetic, la société affiche un effectif de plus de mille cinq cents employés, voire deux mille en période de rush et majoritairement jeune. De son côté, Floréal Madagascar emploie environ trois mille cinq cents employés qui sont majoritairement des femmes. Installés à Madagascar depuis deux décennies, ces deux enseignes reflètent le potentiel et le dynamisme du secteur industriel en matière d’externalisation et de création d’emploi.

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara1 partages

Médias : Ilontsera dénonce les intimidations à l’endroit des journalistes

L’Observatoire des médias et de la communication Ilontsera sort de son silence. Par rapport aux différents cas de figure qui dénotent une certaine intimidation à l’endroit des journalistes, il tape du poing sur la table et dénonce « tout acte d’intimidation, de harcèlement et d’atteinte à la personne (physique, psychologique, morale) à l’encontre des journalistes ». Effectivement, après les différents obstacles rencontrés par le Mouvement pour la Liberté d’Expression (MLE) pour ses activités dont l’émission « Tsy mahaleo ny sampona », en réplique à celle du Chef de l’Etat « Fotoam-bita », les actes d’intimidation des journalistes ne décroissent pas. Ilontsera prend également la défense de « toute autre personne désirant faire valoir leurs droits à la liberté d’expression et d’opinion ».

Report sine die. Par ailleurs, l’on apprend également de la part d’un journaliste faisant partie du MLE que la mobilisation qui devait avoir lieu, d’abord le 8 juillet puis le 22 juillet sera reportée sine die. En effet, d’après les explications reçues, compte tenu du fait que la date du 22 juillet coïncidait avec les préparatifs du baccalauréat pour certains et avec la mobilisation du parti « Tiako i Madagasikara » pour d’autres, le MLE a fait preuve de retenue mais promet que la mobilisation aura lieu. Notons que toute manifestation dans la capitale doit faire l’objet d’une demande préalable auprès de la Préfecture de police.

Recueillis par Aina Bovel

Madaplus.info0 partages

Énième report sine die de la manifestation du MLE

Le rendez-vous pour la manifestation contre la loi liberticide, pour son premier anniversaire, est encore annulé pour la énième fois. Compte tenu du déroulement de l’examen national Baccalauréat cette semaine et celle de la manifestation du parti politique TIM ce samedi, le jour de la manifestation est donc reporté ultérieurement selon les membres du mouvement ce jour.
D’ailleurs, Joel Ralaivaohita, membre actif du MLE réclame à l’État de cesser les convocations des journalistes pour des enquêtes qui n’ont rien donné jusqu’à maintenant. À part le journaliste chroniqueur Fetra Rakotondrasoa, un autre journaliste a été convoqué vendredi dernier, au niveau de la Direction de la Police judiciaire. Déjà, cela illustre une entrave à la liberté d’expression selon toujours ses propos.
Madaplus.info0 partages

Les contrôleurs de commerce ont effectué une visite inopinée au Marché d’Anosibe

Des agents vérificateurs au sein du Service de Contrôle de Commerce ont effectué un contrôle inattendu hier au Marché Public d’Anosibe, pour voir la stabilité du prix du riz sur le marché.
Lors de cette visite imprévue, les contrôleurs examinent les produits locaux et ceux des importés. Le Directeur du Service de Contrôle de Commerce de confirmer que des mesures seront prises en vue de garder le juste équilibre du prix du riz. Un grand fournisseur a promis de proposer un prix stable pour prévenir la hausse. Les commerçants de ce marché ont souligné qu’il n’y aura aucun risque d’augmentation du prix du riz cette année et il n’y aura aucune inquiétude à se faire pour la période de soudure. D’autres descentes seront à investir également dans d’autres marchés publics de la capitale.
Madaplus.info0 partages

4 bandits ont semé la terreur à Andraisoro avant de tuer une personne

Triste sort pour un marchand d’arachides dans le quartier d’Andraisoro dans le 5e Arrondissement de la ville d’Antananarivo hier. Il a été tué pendant une attaque en série.
Andraisoro et ses environs restent encore dans le rouge coté sécurité. Pas plus tard que mecredi, quatre bandits lourdement armés et à visage découvert ont attaqué plusieurs épiceries et grossîtes dans ce quartier. L’attaque a été menée vers 18 heures, moment d’affluence la population d’Andraisoro. Les bandits se présentent comme des simples clients avant de sortir leurs armes. On ignore pourquoi le vendeur d’arachides a été tué. Certains affirment qu’il a reconnu les bandits, d’autres de dire qu’il aurait barré le chemin des bandits. Après l’attaque, les bandits ont pris la poudre d’escampette sur une ruelle menant à Ankatso. De leur coté, les forces de l’ordre ont affirmé qu’ils ont reçu un appel, mais très tard. C’est pour cela qu’elles n’ont pas pu intervenir à temps.
News Mada0 partages

Coopération: le Japon à la rescousse

La ministre des Affaires étrangères, Béatrice Atallah, et l’ ambassadeur du Japon, Ogasawara Ichiro, ont procédé lundi dernier à la signature de l’échange de notes et de l’Accord de don japonais pour la réhabilitation du système d’irrigation et de la gestion de bassins-versants dans le sud-ouest du lac Alaotra.

Selon les informations partagées, le montant de la réhabilitation s’élève à 3.048 milliards de yens, soit environ 82 millions d’ariary. D’après l’ambassadeur japonais, ce don non remboursable entre dans le programme du renforcement de sécurité alimentaire de l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica), «c’est pourquoi elle voudrait poursuivre cet élan afin de faire face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans la Grande île».

Par ailleurs, au niveau de la construction, selon le calendrier prévisionnel, les travaux qui débuteront en avril, durera quatre ans, c’est-à-dire jusqu’en mars 2021. A noter que le représentant résident du  bureau de la Jica Hironobu Murakami a également assisté à cette cérémonie.

Rakoto

News Mada0 partages

Gadra an-terivozona 3 taona: zandary mpampanofa basy sady mpanao asa-jioahy

 Gadra telo taona anterivozona, miampy fandoavana onitra roa tapitrisa ariary. Izay no sazin’ity zandary iray, miasa ao amin’ny vondrontobim-paritry ny zandary, faritra Atsinanana, voaheloka ho mpanao asan-jiolahy sady ao anatina fikambanan-jiolahy. Izy ihany koa no mpampanofa basy ampiasan’ny jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana.

Fikambanan-jiolahy sy fampanofana fitaovam-piadiam-panjakana noentina nanatanterahana asan-jiolahy no nanenjehana ity zandary antsoina hoe Ratsitoherina Fenohery Galson. Tamin’ ireo voapanga miisa sivy mirahalahy niaraka notsaraina taminy tamin’ ity raharaha ity, gadra mandritra ny dimy taona miaraka amin’ny asa an-terivozona kosa ny an’ i Makatina Cadien sy Ralaimahefa Wiliam, raha afaka noho ny fisalasalana kosa ny hafa.

Raha iveranana ny raharaha, ny 25 septambra 2016 nitrangana fanafihana mitam-piadiana tao Tanambao Nosibe, kaominina Foulpointe. Nanohitra ireo jiolahy mpanafika ny fokonolona ary nifanejehana ireo olon-dratsy ka voasambotry ny fokonolona ny iray nitondra ny basy ary niharan’ny fitsaram-bahoaka. Taitra noho izany ilay zandary ka tonga tany an-toerana nilaza fa azy, hono, ilay basy ka haka izany izy. Nosamborin’ny fokonolona,  ka raikitra teo ihany koa ny fitsaram-bahoaka nahazo ity zandary ity.

Taorian’izay nitondrana azy io notsaboiana ary natao famotorana. Naiditra am-ponja vonjimaika taorian’izay ary izao niatrika fitsarana izao.

Mpitandro filaminana jiolahy

Manaporofo hatrany ity tranga ity fa misy ny mpitandro filaminana miray tsikombakomba amin’ny jiolahy. Maromaro izay efa tratra tamin’ny asan-jiolahy izay na polisy na zandary. Ny teo anivon’ny SEG efa nilaza hatrany ny amin’ny fanadiovana ny zandarimariam-pirenena, ary tsy izahana tavan’olona izany. Heverina fa anisan’ny iharan’izany fepetra izany ny nahazo ity zandary tany Toamasina ity.

Raha misy ny fepetra raisin’ny tompon’andraikitra tahaka izao, mety hihena ny asan-jiolahy na ny fitaovam-piadiana eny am-pelatanan’izy ireo. Mbola maromaro ny mpitandro filaminana miandry fitsarana.

Sajo sy Yves S.

 

News Mada0 partages

PPN-Grossistes: légère baisse du prix du riz

Une baisse moyenne de 50 ariary par kilo du prix du riz est constatée au marché de gros d’Anosibe. Les prix varient entre 1.340 et 1.800 ar/kg selon le type de riz. Mais pour les  consommateurs, ces prix affichés sont encore au-dessus de la moyenne.

Suivant tout simplement la variation des prix au niveau des fournisseurs, les grossistes déclarent ignorer les raisons exactes de cette baisse de prix. Les commissaires au sein du ministère du Commerce et de la Consommation (MCC) sont descendus sur les lieux hier pour constater de visu l’état de l’approvisionnement et la tendance des prix ainsi que la situation des stocks.

A l’issue des contrôles au niveau de quelques grossistes, les contrôleurs du commerce ont conclu que les prix sont actuellement stables et qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir pour la période de soudure. Une situation qui ne semble pas avérée pour les consommateurs qui à leur tour jugent que ces prix affichés sont encore au-dessus de la moyenne.

Quid des importations ?

Tazafy Armand, ministre du Commerce et de la consommation se veut rassurant, en déclarant  que «Les prix commencent à baisser et que les stocks de sécurité devrait suffire  jusqu’en janvier 2018». Il a rappelé qu’un importateur a promis de collaborer pour importer près de 200 tonnes pour 390 dollars la tonne, soit environ 1.200 ar/kg.

Selon les statistiques des douanes malgaches et relayées par l’Observatoire du Riz (ODR) dans son bulletin d’information et d’analyse Horizon n°67, cette année est une année record pour les importations de riz à Madagascar. Durant le premier semestre de cette année, nous avons importé 247.000 tonnes, une quantité bien supérieure à celle de la totalité des importations de l’année dernière.

Malgré tout, certains commerçants affichent encore des prix qui ne sont pas à la portée de toutes les bourses. Les prix restent aux alentours de 1.700 et 2.000 ariary au niveau des détaillants. Ceci pour dire que les contrôles doivent être renforcés. A ce sujet, d’autres vérifications seront effectuées de façon régulière au niveau des autres marchés de la capitale selon les responsables du ministère du Commerce et ce, afin de se préparer à la période de soudure.

Arh.

News Mada0 partages

Pêcheurs Vézo: en road trip dans le Sud

Une douzaine de pêcheurs Vezo, leaders des communautés gestionnaires des mangroves de Manambolo-Tsiribihina, entreprennent actuellement un périple de 1.500 km de sable et de forêts épineuses pour un road trip dans le grand Sud. En laissant derrière eux leurs pirogues ils ont laissé leurs pirogues derrière eux pour monter dans des 4×4. Ils ont quitté Manambolo, leur village au bord d’une 4X4, le 17 juillet dernier pour rencontrer leurs confrères du peuple Vezo qui gèrent des forêts et des aires marines le long du littoral Sud.

Une quinzaine de pêcheurs Vezo seront de l’aventure et la caravane se dirige maintenant vers Taolagnaro où plus de 160 pêcheurs de Madagascar sont attendus pour le quatrième Forum national du réseau «Mihari», réseau des communautés gestionnaires d’aires marines à Madagascar, qui débutera demain jusqu’au 1er août.

Autant que les récifs, les mangroves, dont la Journée internationale sera célébrée ce jour, jouent un rôle délicat dans l’équilibre des écosystèmes côtiers de la Grande île. Ce sont aussi des sources importantes d’approvisionnement pour la population. Une des raisons ayant poussé les Vezo du littoral Mahafaly de faire un suivi régulier des prises de pêche dans leur village.

Appuyés par WWF, ces pêcheurs ont visité les communautés côtières d’Andavadoake, Salary et Ambondrolava, entre Morondava et Toliara. La route a continué vers Ranomay, au bord de la rivière Onilahy, puis vers Beheloke et Itampolo, longeant le littoral Mahafaly, traversant le célèbre tropique du Capricorne. Ainsi, les échanges d’expérience sont une force pour les communautés appuyées par WWF.

Arh.

News Mada0 partages

Foot – COSAFA U17: les Barea plient bagage

Le carré d’as du tournoi Cosafa cup U17 est formé à Maurice. L’acharnement des jeunes Barea de Madagascar n’a pas été suffisant pour repousser les Bafana Bafana de l’ Afrique du Sud qui se sont imposés sur le score de 5 buts à 3 au terme d’un match fou. L’équipe de Mamisoa sort ainsi par la grande porte après avoir vainement résisté aux assauts des Sud-africains.

Ces derniers ont tout d’abord maintenu les brides durant la première période et ont mené par deux buts à rien avant que Dillan, Stéphane et Mamitiana ne fassent la différence en offrant trois buts au camp malgache. Au retour des vestiaires, Nare a permis à son équipe d’égaliser. Da Silva et Shahabodien ont permis aux Bafana Bafana Juniors de remporter la partie à l’arrachée. Du coup, Madagascar peut se consoler avec le titre remporté par Johary Rakotonirina, élu homme du match.

Rojo N.

News Mada0 partages

Jeux de la Francophonie: Madagascar touche déjà le fond

Les jeux de la francophonie battent leur plein en ce moment en Côte d’Ivoire, mais du côté malgache, les déconvenues continuent en ne laissant qu’une lueur d’espoir.

Loin du sacre, de la haute marche du podium, la chance des athlètes malgaches de briller en or s’amenuise au fil de la compétition. Les uns après les autres à quelques exceptions près, nos porte fanions essuient un revers. Une fois de plus, la journée d’hier a été morose pour le camp malgache. En lice dans trois disciplines à savoir l’athlétisme, le judo et le tennis de table, les athlètes de la Grande île ont échoué d’une manière générale.

La grande déception est venue du judo où les trois judokas malgaches engagés n’ont pas fait le poids  dès la phase éliminatoire. Dans la catégorie féminine, Kwan Hu Diana s’est fait éliminée par la Française, Aymard Virginia par ippon. Chez les -52 kg, Mirana Rakotovao peut s’en mordre les doigts à cause des shidos qui l’ont pénalisée et donnant la victoire à l’Ivoirienne, Fofana Salimata.

Dans la catégorie masculine, Herikanto Kevin Andriamanoelina (-66 kg), a connu un moment de gloire en battant le capverdien Teixeira Wilson par ippon. Mais lors du 4è tour, le Luxembourgeois, Schmit Bobbat a mis fin à son rêve. Les autres judokas qui entreront en lice à partir de ce jour sont prévenus, la bataille s’annonce rude.

Des lueurs d’espoir

Coup de tonnerre pour l’ athlétisme malgache, après l’élimination précoce de Franck Todisoa Rabearisoa sur le 400 m. Grand espoir de médailles à ces Jeux, il a carrément réalisé une contre performance en terminant au 6e rang, juste derrière le dernier qualifié avec un chrono catastrophique de 48’’41, loin de son meilleur temps (47’’64). Seul Efanomezantsoa Donné redonne le sourire sur 1500 m en arrachant son ticket pour la finale dans la catégorie masculine grâce au dernier chrono qualificatif de la phase éliminatoire en 3’56’’10 à 6 minutes de son record.

L’autre espoir est venu du tennis de table masculin suite à la qualification d’Amboarasoa Itokiana Razafindrakoto  pour la 8e de finale en simple. Andy Olivia Malantoniaina quant à elle, quitte définitivement les Jeux sans la moindre victoire.

Naisa

Résultats d’athlétisme :

400 m garçon : 1-Ayesu-Attah Benjamin (46’’89) , 2-Sawadogo Bienvenue (47’’13), 3-Mbengue Ibrahima (47’’19), 4-Bachir Mahmat Ahmat (47’’21), 5-Mkrtchyan Tigran (48’’36), 6- Todisoa Rabearison (48’’41), 7-Bouali Arthur Epsilon (49’’90)

1500m garçon :

Les qualifiés de la série 2: Ouladha Hicham (3’51’’39), Kaazouzi Brahim (3’51’’57), Falk Nicholas: (3’52’’75), Mahdi Djama Hassan (3’53’’06), Dookun Mohammad Ilshad (3’54’’88), Bertemes Bob (3’55’’43), Donné Efanomezantsoa (3’56’’10)

Judo fille :

-48kg : Aymard Virginia (France) bat Kwan Hu Diana: Ippon

-52 kg : Fofana Salimata bat Mirana Rakotovao: Shido

Garçon :

-66 kg : Herikanto Kevin Andriamanoelina R bat Teixeira Wilson (Cap Vert): Ippon

4e tour : Schmit Bobbat (Luxembourg) bat Herikanto Kevin Andriamanoelina : Ippon

Tennis de table :

Simple fille :

-Sieu Vida (Quebec)- Andy Olivia Malantoniaina (11-5, 11-4, 11-7)

-Khoury Malak (Liban) – Andy Olivia Malantoniaina (11-0, 11-0, 11-0)

Simple garcon :

-Amboarasoa Itokiana Razafindrakoto -Tapsoba Oussen (Burkina Faso) (11-6, 11-7, 11-9)

-Amboarasoa Itokiana Razafindrakoto -Jabar Abdoul (Niger) (11-4, 11-3, 11-4)

-Gukhool Wasiim (Maurice)- Amboarasoa Itokiana Razafindrakoto (11-7, 11-8, 11-6)

 

News Mada0 partages

Hippisme: Patrick signe un beau triplé

Il a toujours fait couler beaucoup d’encre dans cette discipline à Madagascar. Son parcours et sa farouche volonté à protéger son fauteuil de numéro un font saliver plus d’un féru de courses hippiques vu son palmarès bien garni. Il, c’est le jockey malgache Patrick Rakotoarivelo qui vient encore une fois d’ajouter une autre étoile à son tableau de chasse dimanche dernier, à l’hippodrome de Mahazina à Ambatolampy, en réalisant un beau triplé digne de sa réputation. Sedera Ranaivoarisoa a tout d’abord remporté la première épreuve de 1.600 m sur le dos de Littissia en devançant sur le poteau Nuage de Fanorona associé à Eric Rivoson Andriamparany et Hejerenasoa de Roméo Radotiana (tiercé : 5-3-6).

Patrick a pris le relais lors de la seconde course avec Orchidée à la grande déception de Jean Baptiste Rakotohanja (Ministar) et Michel Randriamanantena qui a tenté sa chance avec Luna Bella (quarté spécial : 4-2-1-3). Quant à Eric Ravelonjanahary, il a essayé de briser l’hégémonie de Patrick Rakotoarivelo en arrachant la première place de la 3e course avec Miorenasoa qui a pris le dessus sur Osarus et Negus de Rivoson Andriamparany (quinté spécial : 2-1-6-4-5). L’ homme a ensuite bouclé la journée en remportant les deux dernières courses respectivement sur le dos de Nouvelle star et Nabab. La grande famille de l’autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux à Madagascar (Ahcel) réserve son lot de surprises le 6 août prochain avec l’entrée en lice des chevaux de 2 ans pendant la journée des Mimosas.

Rojo N.

News Mada0 partages

Vibe Party: la musique urbaine au menu

Les futurs bacheliers n’auront que l’embarras du choix avec les événements culturels après la fin des épreuves du bac.  Fidèle à son rendez-vous annuel festif, «Vibe party» entame sa 3è édition ce vendredi au Dôme Ankorondrano.

Comme à l’accoutumée, une ribambelle d’artistes représentatives de la jeune génération et de la musique urbaine vont se relayer sur la scène de Dôme Ankorondrano. Parmi eux, on citera Babs, Kim’jah, Tsota, Mijah, Jiolambups, Elodie, Andriann, Kougar et Jiunyi. Seront derrières les platines Dj Sniper, Dj Willy et Didd’Deejay. Il n’y aura pas que la musique, le public pourra également faire valoir son talent à l’occasion d’une série de concours de «sexy show», «dab» et «bendo».

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Tana in love: un week-end à l’eau de rose s’annonce !

De l’amour, de l’humour, mais également et surtout de la musique à souhait, c’est ce que promet Tana in love ce dimanche au public du palais des Sports et de la culture de Mahamasina.

Tana in love, c’est Noely Sakelidalana chantant les oeuvres de Rak Roots, Luc interprétant Nabaoh, Stephanie fredonnant les morceaux de Ny Ainga, Iary campant sur Unik… Cette année encore, ce ne sont pas moins de 28 artistes et musiciens qui sont attendus sur la scène du palais des Sports. Pour l’instant, l’heure est à la répétition au Trass Tsiadana. «D’après la  sélection des œuvres musicales et des artistes, nous nous sommes fixé comme objectif de rendre ses lettres de noblesse à nos pairs de leur vivant», confie Bodo.

Hommage à Régis Gizavo

Au-delà d’un simple concert, la mise en scène originale et déroutante emmène le public dans un univers inédit. Cet après-midi dominical mettra particulièrement à l’honneur Noely Sakelidana. Un vibrant hommage aux regrettés artistes malgaches à l’instar de Régis Gizavo, Tata Rahely et Jean Emilien ainsi que la représentation de la nouvelle génération, pour ne citer que Bolo et Caylah sera également au programme.

«Il faut reconnaître que gérer une bonne vingtaine d’artistes sur scène n’est pas une mince affaire, organiser un événement de telle envergure est à la fois pour nous un privilège et une lourde responsabilité. Pour ainsi dire que Tana in love ambitionne de devenir le spectacle de l’année», poursuit Hery, de Miritsoka Production.

Après cette représentation à domicile, les artistes de Tana in love vont s’envoler vers d’autres cieux pour faire chavirer le cœur des membres de la diaspora malgache à l’Hexagone à l’occasion de quelque dates.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Les Malgaches regrettent M. Garbit

Le dernier courrier de l’océan Indien nous apprend que la nouvelle du départ  de M. Garbit n’a pas été accueillie avec enthousiasme.

Tous les colons, à l’unanimité, regrettent fort, non pas par question d’individualité, mais par simple effet de logique, qu’un gouverneur général qui avait tant fait pour la Grande Île et avait fini surtout par s’identifier avec elle, soit rappelé, au moment où gouverneur et gouvernés, étroitement unis, allaient recueillir le fruit de cette heureuse collaboration. Sans vouloir mettre en doute les hautes qualités de M. Merlin, les colons souhaitent que ce changement de personnalités n’aille pas compromettre l’œuvre si laborieusement accomplie.

Mauvais effet des allocations

Les allocations accordées aux familles des engagés malgaches a eu un mauvais effet : en invitant ainsi les indigènes à la paresse, l’administration a compromis l’intensification des cultures vivrières qui rendront moins, dans certaines provinces, que l’année dernière.

Les indigènes comprendront, mais trop tard, qu’ils seront les premières victimes de leur apathie.

La banque d’émission de la Grande Île

La question de la création d’une banque d’émission à Madagascar est toujours à l’étude et fait l’objet des discussions des Chambres consultatives ; ces dernières, notamment celles de Diégo-Suarez et de Tananarive, n’en reconnaissent pas l’urgence et concluent à ce que, jusqu’à nouvel ordre, on s’en tienne au statu quo.

Les miettes de l’Histoire

On ne s’est jamais tant occupé de la petite reine de Madagascar que depuis sa descente au tombeau.

Voici encore une anecdote que les journaux locaux content sur elle, mais, du moins, celle-ci a-t-elle l’avantage de sortir des lieux communs pour entrer dans ce qu’on est convenu d’appeler les miettes de l’Histoire.

Au Kabary de Mahamasina, le jour de son couronnement, la petite reine présenta son époux, le premier ministre Rainilaiarivony, comme le véritable souverain d’Émyrne, et regagna son trône ; malheureusement, le mouvement qu’elle fit occasionna la chute du diadème qui ceignait son front.

Les assistants considérèrent cet incident comme un fâcheux présage de la chute de la royauté hova et l’on sait quels événements se chargèrent de le ratifier.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo,resaky ny mpitsimpona akotry: filalaovana aretina

Fantatra fa ny fahantrana dia anisan’ny antony mitarika ny tsy fisian’ny fandriampahalemana. Tsapa koa fa raha mbola toy izao fitavozavozana izao no fomba fiady entina hanoherana an-dRafahantrana dia mbola ho lava andro hiainana izy io. Ny tsy fahaiza-manao izany ady izany tsy manakana kosa ny fandraiketana ny ady amin’

ireo jiolahy na tontakely na dahalo sy karazany hafa. Samy olon-dratsy avokoa ireo, manangana fikambanana sy mirongo fitaovam-piadiana, mampitombo ny fampihorohoroana noho ny fampisehoany hatrany fahasahiana tsy manam-petra sy habibiana tsy mahalala fady.

Resaka ka resaka, fa raha momba ny vondron’olona sy tahirim-pitaovam-piadiana, moa tokony hisy sahy hifampitaha amin’ny mpitandro filaminana ? Inona ary ny antony ahazoan’ireo olon-dratsy vahana toy izao ? Dia izy ireo indray anefa tsy vitan’ny manani-bohitra fotsiny fa miseho azy ho tompon-daka tsy hay tohaina ka tonga manafika tobin’ny zandary ! Efa milaza loza, misikotra biby an-davaka. Biby kerisay angamba ny fiheveran’izy ireo ny fanjakana sy ny forongony toy ny Tafika. Any anefa no mila kokoa ny fampiasana hery fa tsy amin’ny fitsitokotokoan’ny vahoaka izay tsy mitana fitaovam-piadiana fa miray hina fotsiny mba haneho ny tsy fankatoavany an’ity fanapahan-kevitra ity na itsy fomba faneriterena itsy, na koa ny fanaovana tandrevaka sy filibalibana eo amin’ny fampiasana ny volam-panjakana…

Araky ny lalàna, tsy manana fahefana hirotsaka amin’ny sehatry ny fiarovana fandriampahalemana iadidian’ny “police judiciaire” ny miaramila ao amin’ny Tafika.

Ity lelo mitarozaka ity anefa tsy resaka sery intsony fa aretina efa ela nikiky, tsy vitan’ny fitaizataizana intsony amin’ny sakamalaho fa mitaky fitsaboana mahery vaika. Atavezina fotsiny ao am-pisoko ve ilay vantotr’akoholahy lazaina fa mpiady. Toy izany ireo Arivolahy an-dakazerina ! Sanatria ve ho voky am-pitoerana fotsiny ? Sarin’ady aza foronina atao ho fanazarana azy ireo. Tonga amin’ilay fitenena hoe nitady toko ka sendra vato. Na tsy misy maniry ny fidirana an’ady aza, na tsy fidiny aza, tonga izao ny fotoana tokony hakana izany andraikitra izany. Tsy ny vahoaka midina an-dalambe no fahavalom-pirenena na tokony hatao fanazarana ny hery fiarovana, ireo ny andian’olon-dratsy izay mendrika hosorana ny anaran-dratsy hoe fahavalo ka ilana ananganana ady tena izy. Fahasahiana pôlitika no hany andrasana.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes: méprise à propos d’un mépris

L’incident ayant abouti à une décision de refouler des étrangers à peine débarqués à Ivato ne fait pas événement, on en a fait tout un fromage parce que l’outrage a concerné un fonctionnaire. Ce genre de scène se produit plus de fois que l’on ne veut le croire, souvent ça ne flagelle que des indigènes anonymes. La population a perdu de considération auprès du public international, nombreux étrangers débarquent ou séjournent en terre malgache comme en terrain conquis. La superbe des gens du pouvoir par des comportements donquichottesques cache mal l’affaiblissement d’un Etat aussi voyou en scène que reptile en coulisses, épousant des attitudes mendigotes face aux« financeurs ».

News Mada0 partages

BEPC: un résultat national médiocre

Un échec généralisé. Seul 33,80% des candidats à travers le pays ont empoché leur Brevet d’études du premier cycle (BEPC). La Circonscription scolaire (Cisco) de Benenitra, dans la région Atsimo Andrefana, affiche le résultat le plus médiocre, avec un taux de réussite de 4,72%.

D’après les statistiques, seules 12 Cisco sur 114 enregistrent un taux de réussite de plus de 50% au BEPC. C’est notamment le cas de Tsihombe où 85,45% des candidats ont empoché leur diplôme. Cette Cisco, qui a affiché le meilleur résultat est suivie de loin par celles de Bekily et de Morombe, ayant respectivement un taux de réussite de 70,23% et 68,83%. En dépit de ces bons résultats, en plus d’être médiocre, le taux de réussite au niveau national qui se situe à 33,80% a connu une nette baisse par rapport à celui de l’année dernière, qui était de 35,25%.

«Les faibles taux de réussite dans une cinquantaine de Cisco, qui se situent à moins de 30%, ont contribué à la régression du résultat national», selon le directeur de la Technologie d’information et de la communication (Dtic) au sein du ministère de l’Education nationale (Men), Serge Thierry Tsitohara, joint hier au téléphone.

Aucune importance à l’éducation

Le chef Cisco de Benenitra, Randrianiaina Razafimanantsoa, a évoqué  le faible niveau académique des élèves et des enseignants comme cause du faible taux de réussite de ladite Cisco, où seul cinq candidats sur 106 ont réussi au BEPC, contre 18% l’an dernier. Ayant occupé ce poste depuis neuf mois, ce responsable a reconnu qu’il reste beaucoup à faire pour redresser la situation dans cette partie de l’île, où les élèves, tout comme leurs parents, n’accordent  pas une place importante à l’éducation. «Les apprenants s’absentent fréquemment, avec l’approbation de leurs parents, même sans motif valable, notamment lorsqu’ils sont punis à l’école», a-t-il soulevé.

Fahranarison

News Mada0 partages

Vondrozo: mort suspecte de deux directeurs d’école

Une enquête a été ouverte dans le district de Vondrozo où deux directeurs d’école ont été retrouvés morts.

Edouard Soamara, directeur de l’Ecole primaire publique (EPP) de Maroteza et non moins épicier, a été froidement abattu par des bandits à son domicile, tandis qu’Emmanuel Randrinambinina, directeur du Collège d’enseignement général (CEG) d’Ambanimaso a été retrouvé mort dans le canal des Pangalanes.

L’attaque meurtrière a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi. Vers 21 h, des individus équipés d’armes à feu et d’armes blanches ont fait irruption dans son domicile. L’un des bandits lui a planté la lame acéré de son sabre en pleine poitrine. Un autre a donné le coup de grâce en lui tirant dessus.

Ayant entendu le coup de feu, les riverains ont accouru pour voir ce qui se passait mais n’ont découvert que le corps ensanglanté et la silhouette de trois individus se fondant dans la nature. D’après les premiers éléments de l’enquête, une certaine somme d’argent a été dérobée chez Edouard Soamara.

Noyad

Quant à l’autre directeur, l’hypothèse d’une noyade est privilégiée. L’on sait que le corps était en état de décomposition avancée. Le défunt avait encore sur lui une somme d’un montant de 200.000 ariary, un téléphone portable et une torche. L’on sait qu’Emmanuel Randrianambinina venait d’assister à une formation des enseignants au Centre de régional de l’institut national de formation pédagogique (CRINFP).

Une délégation du ministère de l’Education nationale s’est rendue à Vondrozo pour présenter ses condoléances aux familles éplorées.

Mparany

News Mada0 partages

Boeny: l’insécurité à la loupe

Les maires de la région Boeny sont débordés par la recrudescence de l’insécurité dans leur circonscription.

La réunion mensuelle des 46 maires de la région a été axée sur l’insécurité. Ces élus ont relancé à cet effet un appel pour renforcer le partenariat entre la population et les forces de l’ordre. Des maires ont dénoncé l’afflux massif des migrants originaires du sud de l’île dans leur circonscription d’être à l’origine de l’insécurité. Ils sont les auteurs d’attaques de taxi-brousse sur la RN4 dans le district d’Ambato Boeny où ils mènent une vie de nomades le long de cet axe, selon ces maires. En plus des occupations illégales du parc national d’Ankarafantsika et de la déforestation massive, les vols de bovidés dans ce district ont été aussi attribués à cette communauté. Dans le district de Soalala par contre, les vols de bœufs sont commis par des dahalo provenant de la région Melaky, selon des rapports parvenus au chef de région qui l’a révélé à l’assistance puisque la lutte contre l’insécurité fait partie intégrante des stratégies de développement de la région, selon ses déclarations.

Des stratégies particulières ont été adoptées à l’issue de cette réunion.

Manou

News Mada0 partages

Kitra – «Cosafa U17»: Afa-baraka ny Barea de Madagascar

Tsy mbola nisy ohatr’ity hatramin’izay nanaovana baolina. Faharesena intelo misesy no azon’ny ekipam-pirenena malagasy sokajy U17, teo amin’ny fiadiana ny “Cosafa U17”, natao tany Maorisy.

Tsy toy ny zava-bitan’ny Barea zokiny, ny an’ny Barea zandriny, fa mifanohitra sy mifanipaka toy ny trano atsimo sy avaratra. Montsana tanteraka ary mitafy henatra ho an’ny firenena, ny vokatra azon-dry zalahy. Faharesena telo, tamin’ny lalao telo nataony, ny azon’izy ireo, teo amin’ny lalao niadiana ny “Cosafa cup”, ho an’ny sokajy U17. Fihaonana, tanterahina tatsy Maorisy.

Nitana ny rambony, tao amin’ny sokajy nisy azy ny Barea de Madagascar. Mbola resin’i Afrika Atsimo, tamin’ny isa 5 no ho 3 indray mantsy ry zandrikely, omaly, teo amin’ny andro farany, amin’ny fifanintsanana. Nampimenomenona ny mpanara-baovao ity faharesena mihoa-pampana ity satria anisan’ny voakiana ny ligin’Analamanga, teo amin’ny fifantenana ireo mpilalao izay voalaza fa tsy nanaraka ny lojika. Tsy nisy mpilalao avy amin’ny ekipa tompondaka mantsy tao anatiny. Ny nanoloana ny mpilalao sasany, andro vitsy mialoha ny niaingana teto an-tanindrazana ihany koa dia fanontaniana tsy nahazoam-baliny, tamin’ireo tomponandraikitra. Nisy tamin’ireo raiamandrenin’ireo mpilalao najanona, tsy mahalala ny antony nampijanonana ny zanany, izay efa namoy ny fianarany sy ny fotoany, tamin’ny fanazarantena, ho an’ity “Cosafa” ity saingy tsy nandeha akory.

Betsaka ihany koa ny nanome tsiny ny federasiona, tamin’ny tsy mba nanaovana fifantenana isam-paritra fa nomena an’Analamanga irery.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra: tsy mbola naharesy ny Barea i Angola

Tafaverina soa aman-tsara eto an-tanindrazana ny Barea de Madagascar. Nambaran’ny mpanazatra fa tsy mbola tonga amin’ny zavatra irin’ny rehetra ny vokatra na efa antomotra aza. Dingana iray sisa no mila hifikirana mafy vao afaka misioka fa tafavoaka ny ala ny baolina kitra malagasy.

Zana-tohatra farany tsy maintsy dinganina ny fihaonana amin’i Angola vao afaka hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo mpilalao tsy matihanina (Chan 2018), hatao any Kenya, ny Barea de Madagascar.

Hatreto aloha, tsy mbola naharesy ny Barea ry zareo Angoley, raha jerena ny antontanisa. Raha tato anatin’ny roa taona farany nikatrohan’ny roa tonta, ady sahala hatrany ny nisarahana, saingy nihintsana hatrany ny Barea, satria voa teo amin’ny “goal average”. Raha tsiahivina, ady sahala samy tsy nisy nitoko ny fihaonana, nataon’ny roa tonta, ny 6 septambra 2015, lalao mandroso ary herintaona taorian’io, tany Angola, nisaraka 1 sy 1 ka nihintsana ny Barea. Eto amintsika indray amin’ity ny lalao mandroso, ny 13 aogositra, ary afaka herinandro ny fihaonana miverina, any Angola. Mbola manana telo herinandro ny mpanazatra, hiomanana amin’izany. Tsy ekipa vaovao akory i Angola fa efa fantatra tsara.

Tompondaka

News Mada0 partages

Hosoka amin’ny resaka tany: migadra herintaona sy mandoa 900 tapitrisa Ar Ramaroson Alain

Tsy afa-bela mihitsy. Nivoaka, omaly tetsy Anosy, ny didim-pitsarana momba ny raharaha tany ifandroritan’ny fianakaviana Ramaroson, eny Andoharanofotsy. Mbola misy raharaha hafa koa anefa miandry ity mpanao poilitika ity.

Voasazy hidagra an-tranomaizina herintaona sy mandoa onitra 900 tapitrisa Ar Ramaroson Alain, araka ny didy. Tara, tsy naharatra ny fivoahan’ny didy anefa ity mpanao politika ity noho ny fahataran’ny fiaingany tany amin’ny fonjan’Antanimora ka tsy faly rehefa tonga teny Anosy. Tsy tonga teny an-toerana rahateo ny mpisolovava azy amin’izao raharaha izao.

Manoloana io sazy io, tokony hivoaka ny fonja amin’ny herinandro ny mpitarika ny Master’s satria efa notanana vonjimaika teny Antanimora ny tenany, nanomboka ny 3 aogositra 2016. Izany hoe, tokony ho vita ny saziny. Mbola misy raharaha hafa, momba ny tany eny Ambohimangakely, koa anefa mahavoasaringotra an-dRamaroson Alain ary mbola hiakatra fitsarana ny 1 aogositra izao. Efa nangataka ny hampiarahana ireo antontan-taratasy roa ireo ihany ny voampanga sy ny mpisolovava tamin’ny fotoan’ny fitsarana ary nanaiky izany ny eo anivon’ny fampanoavana. Nolavin’ny filohan’ny fitsarana anefa izany.

Tsindry politika any ambadika any

Tsiahivina fa nitaky onitra iray miliara Ar ny mpitory, ny rahalahiny sy ny zana-drahalahiny, amin’io raharaha iray namoahana didy fampidirana am-ponja herintaona an-tranomaizina io.

Midika izany fa tsy hahita mangirana mihitsy  aloha, hatreto, Ramaroson Alain. Mbola miverina eny am-ponja miandry ny raharaham-pitsarana manaraka. Mandeha koa ny tombantombana fa tena ho sarotra ho an’ity mpitarika ny Master’s  ity ny ho tafavoaka amin’izao raharaham-pitsarana izao. Mpanao politika henjankenjam-piteny rahateo ity CST teo aloha ity ka mety tsy mahafaly ny sasany… na ny mpitondra mihitsy no manao tsindry politika any ambadika any ?

Randria

News Mada0 partages

Manakara: naratra mafy ilay mpiandry fonja notahifin’ny jiolahy

Notafihin’ny andian-jiolahy miisa dimy nisaron-tava tao an-tranony ao Mangarivotra Andrefana Manakara, ny alin’ny alahady teo ny mpiandry fonja iray. Naratra mafy izy ka voatery naiditra hopitaly…

Tampoka ho an’ity mpiandry fonja ity ny fanafihana nihatra taminy tamin’io fotoana io. Andian-jiolahy nitondra zava-maranitra indray niditra an-keriny tao an-tranony, ny alahady alina. Nandrahona ny hamono avy hatrany ireo olon-dratsy raha vantany vao tafiditra tao an-trano. Nitaky vola tamin’ilay mpiandry fonja ry zalahy, saingy tsy nanaiky lembenana ilay niharam-boina. Vokany, norasarasain’ireo jiolahy tamin’ny antsy ny lohany sy ny tarehiny ka naratra mafy izy. Torana tsy nahatsiaro tena, araka izany, izy ka nanjaka tanteraka nanao ny asa ratsy ireo jiolahy. Lasan-dry zalahy avokoa ny ankamaroan’ireo entana sarobidy tao an-trano, niampy vola izay tsy mbola fantatra ny totaliny, araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana.

Nisy naheno ity fanafihan-jiolahy ity ihany ny olona eo amin’ny manodidina, saingy tsy sahy nivoaka ny trano noho ny tahotra. Lasa nitsoaka kosa ry zalahy rehefa nahazo izay notadiaviny tao amin’ilay mpiandry fonja. Nentina haingana eny amin’ny Hopitalibe ao Manakara ilay niharam-boina ka mbola manaraka fitsaboana hatramin’izao.

J.C

News Mada0 partages

« Raharaha Razaimamonjy Claudine »: nidoboka am-ponja ny iray, roa hafa nahazo LP

Nisesy ny fampidirana am-ponja. Niakatra tetsy amin’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny kolikoly (CPAC) 67 ha, omaly, ny tohin’ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ». Naiditra am-ponja vonjimaika (MD) ny iray amin’ireo telo nanaovana famotorana, anisan’ireo nosamborin’ny Bianco. Anisan’ny mpiray tendro sy nahatonga an-dRazaimamonjy Claudine, ho MD hatramin’izao any Manjakandriana io iray nalefa any Antanimora, omaly io.

Etsy andaniny, nahazo fahafahana vonjimaika (LP) kosa ny roa hafa ka anisan’izany ny ben’ny Tanàna, avy any amin’ny kaominin’Ialanindro, faritra Matsiatra Ambony.

Ankoatra izany, efa naiditra am-ponja vonjimaika (MD), afakomaly, kosa ilay tale iray eo anivon’ny minisiteran’ny Fitsinjaram-pahefana rehefa avy nohadihadiana sy nofotorana teny amin’ny Bianco ary nitohy tetsy amin’ny CPAC 67 ha.  Anisan’ny tompon’andraikitra amin’ny fanapahan-kevitra farany momba ireo vola fanampiana tokony ho an’ny kaominina io tale io ary anisan’ny mpiray tendro koa amin-dRazaimamonjy Claudine.

Tsy ho MD fa hampiakarina fitsarana

Hatreto aloha izany, roa ireo MD, ankoatra an-dRazaimamonjy Claudine efa nialoha lalana azy ireo, momba ity fanodinkodinam-bola tokony hanampiana ny kaominina ity.

Tsy voafaritra mazava anefa na anisan’ireo antontan-taratasy efatra mbola miandry io mpandraharaha io na tsia ireo vita ireto hatreto. Maromaro rahateo ireo kaominina nahitana fanodinkodinam-bola sy tsy mazava momba ny tsenam-baro-panjakana. Na izany aza, anisan’ny andrasan’ny maro ny hiakaran’ny raharaha rehetra eny amin’ny fitsarana amin’izay na ny ampahany koa aza mba hahitana ny ho tohiny sy ny marina… Mba tsy hijanona ho MD hatramin’ny rahoviana ity resaka volam-bahoaka voahodinkodina ity.

Randria

News Mada0 partages

Ady tany any Belambo: mirefodrefotra basy marovava nanaparitahana ny olona

Manoloana ny didy vonjimaika nivoaka teo anivon’ny fitsarana ambaratonga voalohany nilaza fa mahazo miverina manorin-trano amin’ny ampahan-tany iadiana ao Belambo ireo mpikambana amin’ny fikambanana « Fagnako », tsy nanaiky ny lembenana tamin’ izany ihany koa ny andaniny ary naka didy savaravina manohitra iry voalohany laharana faha 864AG/17. Vokany, voatohana, noho izany, ilay didy nilaza fa mahazo manorina trano ao Belambo iretoandiam-pokonolona ireto.

Tsy nanaraka izany anefa ireo fokonolona, izay nandeha nanao andiany anjatony maro fa nanao amboletra ihany nandrefy ilay tany malalaka.

Tsy nilefitra amin’ny taniny ihany koa ny hoe tompony fa tonga teny an-toerana niaraka tamin’ny andian-jatovo mirongo fiadiana toy ny antsy sy kibay ary ny mpiambina manokana azy.

Na ny andaniny na ny akilany, efa samy vonona ny hifandona.  Nisy noho izany ny poa-basy avy amin’ny tompon-tany nampitahorana ireo olona nikasa haka tany, ka nitsoaka nandositra ireo. Mifamahofaho eo ny raharaha, noho izany, satria samy milaza ho tompon’ny tany ny roa tonta.

Sajo

News Mada0 partages

Cisco Vondrozo: matin’ny dahalo ny talen’ny EPP sy CEG

Mandry andriran’antsy ny mpampianatra any ambanivohitra. Tamin’ity herinandro ity, matin’ny dahalo ny talen’ny EPP sy CEG any amin’ny Cisco Vondrozo. Mitaintaintaina ny tontolon’ny fanabeazana any an-toerana.

Anjakan’ny tsy fandriampahalemana ny tontolon’ny fampianarana any amin’ny faritra Atsimo Atsinanana, Cisco Vondrozo. Maty tamin’ny fanafihan-dahalo ny talen’ny EPP Maroteza, Soamara Edouard, sy ny talen’ny CEG Ambanimaso, Randrianambinina Emmanuel.

Mihorohoro ny mpianatra sy ny ray aman-drenin’ny mpianatra amin’ny hoavin’ny fampianarana any an-toerana. Tsy milamin-tsaina ireo mpiatrika fanadinana bakalorea noho ny afitsoky ny dahalo.

Marihina fa mbola mandeha mamonjy tanàn-dehibe ny ankamaroan’ny mpianatra manala fanadinana ka mitaintaina noho ny afitsoky ny dahalo.

Anisan’ny antony tsy haneken’ny mpampianatra nahavita fianarana mamonjy ny toerana hanendrena azy ny tsy fandriampahalemana miseholany any amin’ireny faritra be dahalo ireny.

Vitan’ny fiaraha-misaona ny an’ny fanjakana fa ny hoavin’ny vady aman-janak’ireny mpampianatra matin’ny dahalo ireny no tena baraingo.

Aleon’ny mpampianatra, araka izany, mitady ny karama kely amin’ny sekoly miahy tena toy izay hivarotra aina any ambanivohitra miaraka amin’ny vady aman-janany.

Maro amin’ireo mpampianatra maneho hevitra no milaza fa tokony ireo mpitandro filaminana ihany no hofanina hampianatra any amin’ireny toerana lavitra andriana ireny ka izy ireo ihany no miaro ny ainy rehefa tsy hiaro ny hafa.

Ny sasany kosa milaza malahelo fa manapofo izao fa ankilabao hatrany ny mpampianatra, tsy mba manana fiarovana.

Miaritra ny mafy ny mpampianatra amin’ny lalan-dratsy, tsy ampy ny fitsaboana ny ankohonany tsy fandriampahalemana, kely karama…

Tatiana A

News Mada0 partages

Fitaterana: niova ny vola aloan’ny taxi sy taxi-be

Nanomboka tamin’ity volana jolay ity, novaina araka ny didim-pitondrana monisipaly laharana 574-CUA/CAB.17 ny vola aloan’ny taxibe sy taxi eto Antananarivo. Lasa 5 000 Ar isaky ny efa-bolana ny saran’ny « contre visite » ho an’ny fiarakaretsaka sy taxi be.

30 000 Ar isaky ny efa-bolana kosa ny sara-piantsonana ho an’ny taxi-be raha 10 000 Ar izany ho an’ny fiarakaretsaka. Ankoatra ireo ny sara-pandrarahana fanafody mamono ny otrkaretina izay 5 000 Ar isaky ny efa-bolana  ho an’ny taxibe ary 3 000 Ar isaky ny efa-bolana kosa ho an’ny taxi.

Anisan’ny ilana fanaraha-maso akaiky ny fahadiovan’ny taxibe indrindra indrindra izay mampitaraina ny mponina eto Antananarivo. Betsaka amin’izy ireny no lasa fitaterana entana fa tsy fitaterana olona.

Tsy rehefa mahaloa ireo sora-bola ireo amin’ny kaominina dia tokony ho afaka miasa fa mila hentitra amin’ny kalitaon’ny tolotra omena ny mpanjifa.

Misy mihitsy ny taxibe sy taxi misy bibikely any anatiny. Tsy manam-pidiny anefa ny mpanjifa fa tsy maintsy mandeha.

Tatiana A

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA NAHATSIRAVINA : Bevohoka maty nofaohin’ny fiara

Raha ny tatitra voaray dia tsy lavitry ny Biraon’ny Kaominina no niseho ity loza ity saingy ny zava-doza dia tafatsoaka ilay mpamily taorian’izay. Hatramin’ny nanoratana aloha dia mbola tsy hita ny nanjavonan’ilay mpamily ilay namoa-doza.

Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana kosa ny fanadihadiana ny raharaha amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TANY SOALALA : Dahalo efatra maty voatifitry ny mpitandro filaminana

Raha ny zava-nitranga, ny faran’ny herinandro lasa teo, àry dia nitrangana asan-dahalo mahery vaika tao Beroboka Antsirabe Avaratra, Kaominina Andranomavo Distrikan’i Soalala, ka malaso miisa efatra no lavon’ny bala tamin’izany. Araka ny fanazavana voaray avy any an-toerana dia andiany maromaro ireo mpanafika no tonga tao an-tanàna saingy tsy nampilefitra ireo fokonolona sy ny Zandary izany fa nanohitra hatrany izy ireo.

Vokany, tsy tafavoaka ireo omby saika halain’ireo olon-dratsy tamin’io fotoana io noho ny fiambenana henjana nataon’ireo mponina sy ny Zandary. Raikitra ny fifampitifirana, araka izany, ka maty tsy tra-drano teo ihany ireo malaso efatra ireo, Zandary iray kosa no voan’ny bala teo amin’ny tanany ary olon-tsotra voatifitra teo amin’ny tongony.

Marihina fa samy efa nahazo fitsaboana tany amin’ny Hopitalin’i Mahajanga avokoa ireto naratra ireto ary tsy misy atahorana intsony ny fahasalamany. Ireo dahalo ambiny kosa dia tafaporitsaka, ka mbola nohamafisina hatrany ny fitandroana ny filaminana hatramin’izao sao atahorana hamaly faty indray ireto olon-dratsy noho ny fahafatesan’ireo namany.

Raha tsiahivina ny zava-nitranga tany amin’ny Distrikan’Ambohimahasoa, roa herinandro lasa izay, dia niverenan’ireo malaso ny tanàna nanafihana rehefa lavon’ny bala ireo ekipa nandritra ny fandrobana. Tranona fianakaviana miisa valo mianaka no nodoran’izy ireo tamin’izany, ka tapitra may kila tao ny ankohonana iray nahitana olona valo.

Tsy maintsy mandray fepetra hentitra noho izany ny ao an-toerana ka namoaka fanambarana ny Solombavam-bahoaka Abdalah Houssen fa « mila mifankahery ireo fokonolona sy ny Zandary eo anatrehan’ny fanafihana ataon’ireto dahalo, izay tsy misy fiafarany mihitsy, ka tokony havaozina hatrany ny paik’ady hamongorana azy ireo ».

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VAKY TRANO TAO MANAKARA : Mpiandry fonja nofirafirain’ny jiolahy ny antsy

Andian-jiolahy nirongo zava-maranitra no nanao amboletra niditra an-keriny tao an-tranony tokony ho tamin’ny 11 ora alina. Tratran’ny be noho ny vitsy ity voatafika ka tsy afa-nanohitra, ireo jiolahy ihany koa avy hatrany dia nandrangaranga antsy maranitra sy nandrahona ny ho faty avy hatrany. Notereny hamoaka ny vola tao an-trano ilay raim-pianakaviana.

Niziriziry tsy nety nanaiky mora foana izany anefa ity farany, ka teo no nahatonga ireo olon-dratsy nampiasa hery. Nofirafirainy tamin’ny antsy maranitra ny lohan’ity mpiandry fonja. Nandriaka ny rà tao an-trano, tsy nahatsiaro tena ity lasibatra vokatr’izany, ka teo amin’izay no nanararaotra naka ny vola sy ny entana izay zakany tao an-trano ry zalahy. Najifa ny vola rehetra niaraka tamin’ireo fitaovana maro isan-karazany mora avadika vola. Nandritra ny an-tsasak’ora no nanao izay danin’ny kibony tamin’ny fandravana ireto andian-jiolahy, nangina ny tanàna vao tonga ny fokonolona teo amin’ny manodidina.

Noentina namonjy hopitaly ilay naratra ary mbola manaraka fitsaboana hatramin’izao. Mateti-pitrangana tato ho ato ny fanafihan-jiolahy tao Manakara izay mampatahotra ny mponina andro aman’alina, tsy vitan’ny mandrava fotsiny mantsy ireo jiolahy fa mamono amin’ny fomba feno herisetra ihany koa.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIFANINANANA HATSARAN-TAREHY : Lasan’ny tovovavy malagasy ny Miss Stroïatriad tany Rosia

Fifaninanana izay natokana ho an’ireo tovovavy mpianatry ny «  Université de l’amitié des peuples  » efa miasa.

Ny orinasa rosianina Stroïatriad no mpikarakara ity hetsika efa fanao isan-taona ity. Lasan’ny tovovavy malagasy mandranto fianarana any an-toerana ny Miss Stroïatriad 2017. Izy izay nisolo tena an’i Afrika iray manontolo. Teratany rosianina efatra no nifaninana taminy ary izy irery ihany no teratany vahiny nifaninana tamin’ireo tompon-tany. 

Ankoatra ny bika aman’endrika, dia ny fanazavana ny faritany enina eto Madagasikara sy fampisehoana ireo fitafy Betsimisaraka ary fandihizana tamin’ny hira malagasy no tena nampi- songadina azy, ka naharesy lahatra an’ireo mpitsara.

I Dovo Phasilas Maxime, tovovavy 25 taona avy ao Fenoarivo-Atsinanana teraka tao Toamasina ary mandranto fianarana any Moscou manaraka ny lalam-piofanana fifandraisana iraisam-pirenena ity voahosotra ho Miss Stroïatriad 2017 ity. Ny taona 2015 no nahatongavany tany Moscou. Misongadina ity tovovavy malagasy mandranto fianarana any Rosia ity. Tsy vao sambany ny nahazoany voalohany tamin’ny fifaninanana tahaka izao ary mitondra avo hatrany ny lazan’i Madagasikara ny tovovavy. 

Ny volana avrily lasa teo, dia efa voahosotra ho Miss Intelligence ny tenany ary mbola izy koa no «  1ere dauphine  » nandritra ilay Miss Madagascar-Russie 2017. Ny Miss Madagascar Russie 2017 izay nokarakarain’ny fikambanan’ny mpianatra malagasy ao Rosia sy ny masoivohon’i Madagasikara any an-toerana ary ny Air Maroc.

Na ny fahazoany ny Miss Stroïatriad, ny zoma lasa teo, na ny fandresena azony tamin’ilay Miss Madagascar-Russie ny volana avrily dia samy natolony ho an’i Madagasi- kara iray manontolo ny fandresena azony. Mitondra laza tsara ho an’i Madagasikara any Rosia ireo fandresena rehetra azon’i Dovo Phasilas Maxime.

Nangonin’i Kamy

Ino Vaovao0 partages

DIDIM-PITSARANA : Migadra herintaona sy mandoa onitra 900 tapitrisa Ariary i Alain Ramaroson

Nivoaka omaly maraina ny didim-pitsarana momba ity raharaha ity, ka  herintaona an-tranomaizina, miampy fandoavana onitra  900 tapitrisa Ariary no azony sazy nomen’ny Fitsarana azy.

Raha ny zava-nisy nandritra ny famoahana izay didy izay anefa dia fantatra fa tsy tonga nanatrika izany ny mpisolovava azy ary taraiky ihany koa ny fahatongavan’ny voampanga avy any am-ponja, ka tsy nahatratra ny famakiana ny didy momba azy intsony ny tenany. Efa raharaha hafa indray no nandeha tao amin’ny efitrano namoahana ny didy vao tonga ity lehilahy mpanao politika ity, ka nikotaba sy nampiseho hatezerana tanteraka izy noho  izany.

Marihana fa efa ho tapitra ny sazy mandritra ny herintaona tokony hoefainy raha ny fanazavana voaray momba izany satria nanomboka tamin’ny 3 Aogositra 2016 no naiditra am-ponja vonjimaika izy. Izany hoe efa ho herinandro roa anyho any sisa dia ho feno ny famitàna ny saziny raha ny didy nivoaka. 

Ankoatra izay anefa dia mbola misy ny raharaha ady tany  eny Ambohimangakely izay miandry azy hatramin’izao, ka manomboka amin’ny voalohan’ny volana aogositra izao indray ny hikirakiran’ny Fitsarana izany. Io tany io no tena anisany nitoriana azy satria tany midadasika izy io mitaha amin’ny teny Andoharanofotsy. Ny fikasana ny fivarotana manontolo ity tany ity no nanataitra ny fianakaviana ka nitarika ny raharaha hiakatra eny amin’ny Fitsarana izao. 

Manoloana ny zava-misy dia namoaka fanambaràna i Alain Ramarosona ka nilaza fa ”misy ambadika politika ny antony hitoriana azy”. Andrasana indray izay mety ho tohiny.

Tatianà R.

Tia Tanindranaza0 partages

VARY

Nisy ny fidinana 50 ariary isaky ny kilao ary tokony ho marin-toerana amin’izay ny vidim-bary hoy ny avy ao amin’ny ministeran’ny varotra.

Nisy omaly ny fitsidihana tsena tampoka nataon’ny teknisianin’ny ministera teny amin’ny tsenan’Anosibe.Natao izany mba hamanttarana ny zava-misy marina sy ifampiresahana amin’ireo mpivarotra mba hamantarana ny mety hifanampiana.Nanamafy ihany koa ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana Tazafy Armand omaly fa ratsy ny vokatra tamin’ity taona ity ka izay no antony nampiakatra ny vidin’ny vary.Tsy azo terena io fa dia manaraka ny lalànan’ny tsena, hoy izy ka rehefa tsy ampy vary eny an-tsena dia miakatra ny vidiny; rehefa mitobaka kosa ny vary eny an-tsena dia midina ny vidiny.20 000 taonina ny vary nafaran’i Madagasikara tato anatin’ny enim-bolana ary mbola hiampy io.

 

POLITIKA

MLIT). Niara-dalàna ireo solontenan’ny mpandraharaha matanjakana miisa 30, izay maneho ny fahavononany hizara sy hampihatra ny traikefany eto Madagasikara amina sehatra maro: fotodrafitrasa, angovo, teknolojia,… Isan’ny fiaraha-miasa goavana amin’ny Japonais ny fanitarana ny seranantsambon’I Toamasina. Marihina fa nialoha izao dia nisy ny atrik’asa lehibe niarahan’ny Malagasy sy ireto vahiny ireto teny amin’ny CCI Ivato, ary mbola hisy ny toy izany amin’ny janoary 2018. 

Antoko miisa 47 no tonga nivondrona tetsy Andrefan’ambohijanahary omaly. Ny tena tanjon’izy ireo dia hanome vahana ny rafitry ny mpanohitra mba hahamafy izany, na eo aza ny tsy fanomezan’ny fanjakana didim-pitondràna mankato ny fisian’ny mpanohitra. Hanova rafitra ny tena tanjon’izy ireo ary tsy mbola mieritreritra  hanolotra kandidà tokana avy amin’ny mpanohitra.

                        Tsy mbola amin’ity herinandro ity indray ny hetsiky ny MLE noho ireto antony ireto: mba tsy hifangaroana amin’ny hetsiky ny antoko Tiako I Madagasikara amin’ny sabotsy, fanajàna ny fitoniana mandritry ny fanadinana bakalorea ary koa ny fisian’ny mpanao gazetin’izy ireo izay mbola misedra antsonjay amin’ny fanjakana. Tsy eken’ity fikambanana ity ny fampiantsoana isaky ny mihetsika ny mpanao gazetiny eny amin’ny zandary.

 

Rahapitso alakamisy 27 jolay no ho tontosaina ny famerenanana farany ny dihy Zumba ho an’ny eo anivon’ny antoko Tiako I Madagasikara izay hankalaza ny faha 15 taonany etsy Antsahamanitra, raha tsy misy ny fiovana. Anio moa no ho fantatra izay ho fanapahan-kevitry ny avy eo anivon’ny prefektiora, raha efa tokony ho fantatra omaly, mikasika ny fanomezana alalana na tsia indray ity fety ity.

 

 

TRANGAM-PIARAHAMONINA

 

 Voafitaky ny anarana tsy mitombina antsoina hoe Elia Rason, piraty amin’ny facebook,  ny mpanome asa soa ho an’ny zaza autiste. Nilaza izy fa mpandrindra tetikasa izay avy any ivelany, izany dia mahakasika ny famarotana entana tsy ampiasain’ny vazaha intsony ka hamidy eto amintsika mba hahazoana vola hanaovana asa soa. Kinanjo tsy mitombina akory ny fisian’i Elia Rason ary marobe ny voafitaka. Karohina izy ankehitriny.

Voasazy an-tranomaizina telo taona ilay zandary izay namatsy basy jiolahy tany Ampasimbe, Toamasina II. Nampanofainy ny fitaovam-piadiana mba entina hanaovana fanafihana teny amin’ny lalam-pirenena fahadimy. Raha hiverenana kely dia nisy olona voasambotra sy maty tamin’ireo jiolahy.Izay no niaingan’ny fanadihadiana izay nizotra nankany amin’ilay zandary mpamatsy basy.

Vehivavy roa no nosamborin’ny BC Anosy  taorian’ny fahafatesan’ny  lehilahy 70 taona tetsy Manakambahiny. Novonoina iolehilahy io dia nafenina tao ambany fandriana,saingy rehefa tena nozohiana dia tsy kapoka tamin’ny lohany ny fomba namonoana azy fa kosa poizina tamin’ny alàlan’ny zava-pisotro. Niboridana tanteraka izy no hita faty.Ny mpanampy an-tranony sy ny vehivavy sakaizany no nosamborina ireo voasambotra ireo.

Tifitifitra tsy nifandrenesana tetsy Andraisoro omaly nanomboka tamin’ny fito ora latsaka fahefany hariva. Nisy andian’olona tsy fantatra izay nanafika ny tokantrano iray. Olona roa no voalaza fa voatifitra teo amin’ny manodidina, ary tsy tafavoaka tao an-trano kosa ireo olona hotafihina. Tsy mbola tonga teny an-toerana ny mpitandro ny filaminana tamin’ny fotoana nanoratana.

 

Alevina anio, rehefa namoy ny ainy vokatry ny tifitra nahazo azy ilay lehilahy iray notafihin’ny dahalo mirongo fitaovam-piadiana,  tao amin’ny toeram-pivarotana enta-madinika iray teny Andranoro Antehiroka. Ny alahady nifoha  alatsinainy teo no nitrangan’izany. Very tamin’izany ny lelavola mitentina 8 hetsy Ar, raha olona iray hafa ihany koa no fantatra fa naratra.

TOEKARENA

Taraiky amin’ny resaka tolotra ara-bola amin’ny Banky i Madagasikara mitaha amin’ny firenen-kafa. Zara raha misy 17% rahany tarehimarika tamin’ny 2015. Zara raha misy 315 ireo masoivohona banky eto Madagasikara. Miisa 2 isan-taona ny masoivohona banky vaovao misokatra manerana an’I Madagasikara.

Mila mitady famatsiam-bola hatrany amin’ny 925 tapitrisa dolara ny fanjakana amin’ny fikojakojana ny làlana eto Madagasikara eo anelanelan’ny 2015-2020, araka ny voarakitry ny programan’ny Minisiteran’ny Asa vaventy.

Anisan’ny distrika iray hanaovana ilay faritra ara-toekarena voatokana ny ao Moramanga. Asa manodidina ny 2.000 isa no hoforonina  amin’izany ka ny orinasa Textile City no  fantatra  fa  hiantefan’ny safidin’ny fanjakana. Na izany za dia mbola handalo eo ambany mason’ireo solombavambahoaka eny amin’ny Antenimieram-pirenena eny Tsimbazaza  sy ireo loholona eo anivon’ny Antenimieran-doholona ny fandaniana izany.

Mandeha araka ny tokony ho izy ny asa fanamboarana ny bazar kely ao Toamasina amin’izao fotoana izao. Mihoatra ny 100 ny box hatsangana amin’izany, asa haharitra telo volana. Raha araka ny fantatra moa dia ny kaominina no handray madiodio ny asa fanamboarana izay natao indrindra hanampiana ireo mpivarotra mbola tsy manana toerana.

Hotontosaina ny 14 aogositra 2017 ny fikaonandoha mikasika ny volavolana tetibolam-panjakana 2018. Manana hatramin’ny 7 aogositra 2017 kosa ireo minisitera rehetra hanolorana ireo antontan-taratasina tetikasa mifandraika mivantana amin’ny fampandrosoana hisitraka fampiasambola eo anivon’ny minisiteran’ny Fitantanana sy ny Tetibola.

Tsy mari-toerana hatramin’izao ny vidin’ny kafe eny an-tsena. Efa tafakatra 20.000 ariary ohatra ny kilao tamin’ny volana jona 2017. Nidina 12.000 ariary izany roa herinandro lasa izay ary niakatra 13.000 ariary indray nanomboka ny herinandro lasa teo. Nosandaina 5.000 ariary moa hatramin’izay ny kilaon’ny kafe.

Hahatratra 4.007 miliara ariary na 11,4% ny tahan-ketra eritreretina hiditra ao amin’ny kitapom-bolam-panjakana amin’ity taona 2017 ity. Vinavinaina hiakatra 4.642,9 miliara ariary na 11,6% kosa izany hoan’ny taona 2018 ka hetra anatiny ny 2.473 miliara ariary raha 2.169,9 miliara ariary ny vola miditra avy amin’ny fanondranam-bokatra.

Mitentina hatrany amin’ny 189 tapitrisa dolara ny vola ilaina amin’ny fampiharana ilay drafitra fanarenana PRR (Plan de Relèvement et de Résilience) ny ilany atsimon’i Madagasikara mandritra ny 3 taona. Nampanantena 1,5 tapitrisa dolara hoan’ny taona voalohany ny fandaharanasan’ny Firenena mikambana misahana ny fampandrosoana miaraka amin’ireo tetikasa efa misy any an-toerana.

Arifomba ny fitaovana fitsaboana ny nify sy ativava ao amin'ny CSBII Ambodirano ao amin’ny kaominina Ivato. Fiaraha-miasa amin'ny kaominina tarihin'ny ben'ny tanàna Penjy Randrianarisoa sy ny fanjakana izany.Tonga tsikelikely ny fampitaovana ity CSBII ity. (Sary: CSB Ivato)

Mampitandrina ny rehetra amin’ny resaka torohevitra any amin’ny tambajotran-tserasera ny holafitry ny mpitsabo tamin’ny alalan’ny filohany Eric Randrianasolo. Mety hitera-doza ho an’ny fahasalamana izany satria tsy mitovy ny fahasalaman’ny olona tsirairay ary tsy voatery handaitra amin’ny tena ny zavatra nandaitra tamin’ny hafa. Isan’ireny ny fanafody na akora momba ny fitsaboana ny tarehy amam-bika.

 

Ankoatra ny resaka fahasalamana dia eo ihany koa ny fisolokiana isan-karazany. Mpisandoka ho mpitsabo 2 isam-bolana no voatsiriky ny holafitry ny mpitsabo eto amin’ny faritra Analamanga, raha ny fanazavan’ny filohan’ny holafitry ny mpitsabo Eric Randrianasolo. Misy ireo tsy tena dokotera mihitsy no manao asana mpitsabo, fa misy kosa ny mpitsabo saingy tsy misoratra ao anatin’ny holafitra.

ASAN-JIOLAHY

Mirongatra ny vono olona any amin’ny faritra Atsimo Atsinanana, ka ireo tompon’andraikitra momba ny fampianarana no lasibatra ny herinandro lasa teo. Namoy ny ainy vokatry ny fanafihan-dahalo ny alin'ny 20 Jolay lasa teo mantsy ny talen'ny EPP Moroteza CISCO Vondrozo, Soamara Edouard. Hita faty ny 23 Jolay kosa ny talen'ny CEG Ambanimaso, Randrianambinina Emmanuel.

Mahazo vahana hatrany ny asan-dahalo any amin’iny Faritra Itasy iny.Ny any  amin’ireo kaominina ambanivohitra no tena voakasik’izany toy ny any Mahasolo sy ny manodidina. Miakatra an-tanana hatrany ny dahalo isan-kalina raha araka ny vaovao azo  mitady omby sy  vola ka ho an’ireo tsy ahitany izany dia  dorany ny tanana.

SOSIALY

Tsy haingitraingitra ny fahazoana rano fisotro-madio any Bekily, any atsimo atsinanan'i Madagasikara fa tena famonjena. Vokatry ny tetikasa EAPROM izay vatsian'ny “Office of U.S. Foreign Disaster Assistance” vola, dia lava-drano maro no nasiam-panavaozana any amin'io faritra io amin'izay tsy voatery mandeha lavitra intsony ny mponina ao aminy hitady rano. Mahazo rano fisotro madio ary tomady tsara izy ireo ankehitriny.

Tsy mbola voahaja ny zon’ny voafonja na dia efa misy aza ny lalàna iraisam-pirenena. Hisy ny famoahana boky momba ny zon’ny voafonja. Ny Me Mamy Haja Raherimanantsoa no mpandrindra izany, ary misy ny solonten’ny rafitra isan-tsokajiny: minisitera fitsarana, ny mpiraki-draharaha, ny mpandraharahan’ny fonja, eny fa hatramin’ny any ivelany.

 

 Hikaon-doha mandritra ny 2 andro ireo, ka isan’ny horesahina ny fitazonana am-ponja vonjimaika. Olana ny tsy fahampian’ny fotodrafitrasa. Ny firaisamonim-pirenena no hanampy betsaka amin’ny fiarovana sy ny famerenana ny zon’ny voafonja. Jerena aloha ireo olona voahosihisy ny zony, toy ny fitazonana mihoatra ny voalazan’ny lalàna.

 

Mahatratra 247 207 ny vary nafarana avy any ivelany tao anatin’ny enim-bolana voalohan’ny taona 2017 raha toa ka 86 000 izany tamin’ny taon-dasa, tao anatin’ny fe-potoana mitovy. Mihoatra ny totalin’ny vary rehetra nafarana ny taona 2016 ny nampidirina teto Madagasikara tamin’ny enim-bolana voalohan’ity taona ity. Antony ny hain-tany niteraka olana tamin’ny famokarana anatiny. Ny zavatra hita sy tsikaritra anefa dia toa tsy misy fiantraikany amin’ny vidim-bary eto amintsika izany fa va mainka midangana hatrany ny vidiny.

Niakatra fitsarana omaly I Andry Andriamanga,mpandrindra ny Fikambanana ny Alliance Voahary Gasy teo aloha saingy voatendry ho Tale teo anivon’ny Minisiteran’ny tontolo iainana, saingy nesorina. Resaka fanodinkodinana vola 50 tapitrisa no hanenjehana azy. Mbola misy resaka hafa mombana vola 1 hetsy Euros tokony hanampiana ny AVG tamin’ny asan’ny ihany koa voalaza fa voahodikondina.

Matahotra ny handeha  hivoaka any amin’ny faritra avokoa amin’izao fotoana izao ireo mponina eto Antananarivo, indrindra fa ireo handeha hanao vakansy. Ny any amin’ny lalam-pirenena fahafito no tena voakasik’izany ka ho an’ireo taxi-brousse  mivoaka etsy amin’ny fasan’ny karana tsy misy mpitandro ny filaminana manaraka dia tsy misy mpitaingina izy ireny.

Mpianatra miisa 50 mianadahy avy amin’ny ambaratonga samihafa no notoloran’ny Pacte Madagascar, rafitra iray eo anivon’ny orinasam-pitrandrahana, QMM, vatsim-pianarana tamin’ny alalan’ilay tetikasa antsoina hoe “Rise plus” na fisandratana miabo tao amin’iny faritra Anosy iny. 15 amin’izy ireo moa dia mpila ravinahitra miparihaka amin’ireo faritra manerana ny nosy. 35 kosa dia manohy ny fianarany ao an-toerana ihany.

Quartier mobile 12 lahy indray no nahazo fiofanana avy amin’ny zandarimariam-pirenena tao amin’ny kaominin’Ankarinoro, distrikan’I Fandriana.Ny fomba fifandraisana amin’ireo zandary rehefa misy mampiahiahy ho olon-dratsy sy ny fomba ankapobeny hiarovana ny tanàna moa no isan’ny fototra nampiofanana. 64 isa izany izao ireo quartier mobile nisitraka izay fiofanana izay, ho an’ireo kaominina 3 ao amin’ity distrika ity.

Dia an-tongotra 50 kilaometatra nitetezana ny vohitr’Iharanandriana izay ao Vakinankaratra no notontosain-drizareo avy eo anivon’ny ofisin’Analamanga momban’ny fizahantany ny faran’ny herinandro teo. Ho fisitrahana ny hankaton’ireo vakom-pirenena moa no tanjona ary tohizana hatrany amin’ilay hetsika Hira gasy makotroka izay atao eo ambohijatovo isaky ny alahady izany.

KOLOTSAINA

Higadona eto an-tanindrazana anio amin’ny 6 ora maraina ny vatana mangatsiakan’ilay mpanakanto fanta-daza teo amin’ny fitendrena angorodao, izay nodimandry tany Frantsa ny 17 jolay. Homem-boninahitra eny amin’ny Lapan’ny Kolontsaina sy ny Fanantanjahantena Mahamasina ny vantana mangatsiakany anio alina, ary hoentina ny marainan’ny rahapitso 27 jolay ary andrasana 2 alina any an-toerana mialohan’ny handevenana azy ao Andranomena Toliara. Natokana ho fisaonam-pirenena kosa ny andro rahapitso 27 jolay.

Hanatanteraka seho goavam-be eny amin’ny kianjan’ny Saint Michel Itaosy ny Alahady ho avy izao ny tarika Mahaleo. Tafiditra ao anatin’ny Malaza azy vita baka entina hampialana voly  ireo tanora eny amin’iny faritra Atsimondrano iny ny hetsika. Tsiahivina moa fa anisan’ny tarika mbola tena be mpankafy tokoa ny tarika Mahaleo ary mahalana ny fivoahany ivelan’Antananarivo tahaka izao.

TEKNOLOJIA

Hatsahatra ilay programa ao anatin’ny solosaina dia ilay karazana logiciel amin’ny fikirakirana sary antsoina hoe “Paint”, araka ny fampahafantarana ataon’ny orinasa Amerikanina Microsoft. Hisy ny fanaovazana azy amin’ny endriny tsaratsara kokoa.

FIZAHANTANY

Hotontosaina ny 27 hatramin’ny 30 jolay 2017 ao Sambava ny andiany faha-8 amin’ny «Festivanille-Satrahagna». Ankoatra ny fanomezan-danja ny sehatry ny lavanilina dia natao hampisongadinana ny tontolon’ny fizahantany amin’ny ankapobeny ihany koa ny hetsika.

FIFAMOIVOIZANA

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voafonja eto MadagasikaraTsy ara-dalàna ny 50% mahery

Nisokatra omaly tetsy amin’ny DLC Anosy ny atrikasa mandritry ny roa andro hijerena izay fomba ahafahana miady amin’ny famonjana tsy ara-dalàna eto Madagasikara.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tsapao aloha ny herinareo !

Efa vorona azon’adala ity fanaratsiana ny an’i Marc Ravalomanana sy ny Antoko Tiako i Madagasikara ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanan-draharaha eny anivon’ny kaomininaMety hampiditra am-ponja raha tsy voafehy

Saro-pady ny asa eny anivon’ny kaominina, indrindra fa ny fitantanan-draharaha.

 

Tsy mbola misy sekoly  manofana tompon’andraikitra ho amin’izany anefa eto amintsika,  hany ka efa am-perinasa avokoa ireo tompon’andraikitra vao mianatra. Amin’ny ankapobeny dia adidin’ny fanjakana ny manokatra sekoly hanofanana ireny  vondrom-bahoaka hitsinjaram-pahefana ireny na misy mihitsy ny fotoana hatokana mba hanofanana azy ireny hisorohana ny olana mety hitranga. Anisany ny fanaovana kolikoly. Mba hahafahana manampy ireo mpiasa eny anivon’ny kaominina ary dia nisy omaly ny atrikasa notanterahina tetsy amin’ny tranoben’ny varotra Antaninarenina niarahana tamin’ny birao mahaleotena iadiana amin’ny kolikoly sy ny tetikasa PRODECIDE. Nambaran-dRakotonirina Gervais, tale jeneralin’ny minisiteran’ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana fa mety hampiditra am-ponja ny fitantanan-draharaha eny anivon’ny kaominina ka mila miofana ireo tompon’andraikitra voakasika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Andro iraisam-pirenen’ny ala honkoHotanterahana any Tolagnaro anio

Mpanjono am-polony, mpitarika fikambanana mitantana ireo ala honko any Manambolo-Tsiribihina no niala ny tanànany, ka namakivaky halaviran-dàlana hatrany amin’ny 1500 km.

 Hamonjy ny fanamarihana ny andro iraisam-pirenena ho an’ny ala honko any Tolagnaro, izay hisokatra manomboka anio 26 jolay izy ireo, saingy tombony ho azy ny fahafahana nisitraka ny hakanton’ny zavaboary.  Angady nananana sy vy nahitana azy ity ny sampana iraisam-pirenena momba ny fiarovana ny tontolo iainana na ny WWF.  Afaka nihaona sy nifampiresaka tamin’ny fikambanan’ny mpanjono any amin’ny faritra Vezo, izay mitantana ny ala sy ny fari-dranomasina izy ireo. Nitsidika ireo vondron’olona monina ao Andavadaoka, Salary, ary Ambondrolava ihany koa, ary nihazo an’i Morondava, Toliara,…Ho an’i Pima Fihereza, 81 taona, izay filohan'ny vondron’olona ifotony "Tafitasoa"  tao amin'ny vinan'ny renirano Tsiribihina, dia nilaza izy, fa ny Vezo dia olona manara-maso tsy tapaka sy mpikajy ny kalitaon’ny fanjonoana, izay miantoka ny fahombiazana sy fahatsaran’ny vokatra. Anisan’ny teknika lehibe sy miantoka ny fahombiazana ny fikajiana ny ala honko, izay hiveloman’ny trondro sy ny foza. Ny fifanakalozana traikefa dia hery ho an'ny vondrom-piarahamonina tohanan'ny WWF eto Madagasikara, ka tombondahiny ny fihaonana teo amin’ny vondrona samihafa. 15 kosa ireo mpanjono Vezo no nanatevin-daharana  hihazo an'i Tolagnaro, ka mihoatra ny 160 ny mpanjono eto Madagasikara andrasana amin’ny fihaonam-pirenena « MIHARI », hihaonan’ny tambajotra rehetra eto Madagasikara, izay hatao rahampitso 27 jolay hatramin’ny 1 Aogositra 2017.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fakana tany sy valanjavaboary ao Fenoarivo Atsinanana

Fanaratsiana ahy, hoy ny sekretera jeneralin’ny kaomininaMahoraka ao amin’ny kaominin’i Fenoarivo Atsinanana amin’izao fotoana fa tanin’olona no nalain’ny sekretera jeneraliny, Marc Rajaonarivo, akany ranon-tany hanorenany trano.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rado Rabarilala Sendikalista“Olona mahay mifandray amin’ny vahoaka no ho tompon’ny ampitso”

Feno roa taona katroka amin’izao volana jolay 2017 izao no nanombohan-dRado Rabarilala sendikalista ao amin’ny orinasa Air Mad sy ny namany ary nampiatoana azy ireo tamin’ny asany avy.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Filankevitry ny Fampihavanana MalagasyMila mangarahara, hoy ny Voifiraisana

Nandefa taratasy any amin’ny filohan’ny komity mpifantina ireo ho mpikamban’ny Filankevitry ny fampihavanana Malagasy (CFM) ny Vovonana Iombonan’ny Firaisamonim-pirenena eto Madagasikara (VOIFIRAISANA) mba hanolorana soso-kevitra amin’ny sivana sy fifantenana hatao.

 

Nandefasana dika mitovy ny rafitra isan-karazany toy ny Firenena Mikambana, Vondrona Afrikanina, Bianco, minisiteran’ny serasera … Vonona hitondra ny traikefany ny Voifiraisana, izay efa hita tamin’ny sehatra fitadiavam-bahaolana maro teto amin’ny firenena. Tsy ampy traikefa sy tsy nanaraka ny etika tokony hananana ireo rafitra hampiavana miisa roa efa natsangana teo aloha, ka izay no antony hananganana vaovao indray, izay ilàna fitandremana mba hisian’ny fahombiazana satria eo am-pelatanan’izy ireo ny hoavin’ny firenena. Manolo-kevitra amin’ny fomba hifantenana ireo olona handrafitra ny CFM ny Voifiraisana. Tokony hifanaraka amin’ny voalazan’ny lalàna lah. 2017-37 (andinin-dalàna 12,13,14,15 ary 16) momba ny fampihavanam-pirenena ny fantina voalohany. Kandida 2 na 3 isaky ny faritra no raisina amin’ny fantina voalohany, ary hampandalovina fanadihadiana ara-moraly sy ara-pitondran-tena eo anivon’ny BIANCO izy ireo avy eo. Tokony hitovy ihany koa ny kandida rehetra amin’io sivana io : vaovao mitovy amin’ny fotoana mitovy ho an’ny rehetra. Tsy tokony hanana zo amin’ny fandinihana ny antontan-taratasin’ny kandida ny olona mpikambana ao amin’ny komity mpifantina iray raha misy ny rohim-pihavanana eo amin’ny roa tonta. Tokony hisy ny vondrona mpanara-maso hatsangana mba hitazona ny toeran’ny mpanelanelana manoloana ny mety ho tsy fetezana sy toe-javatra tsy ara-dalàna, ka tokony ho hita ao ny Bianco, CSI ary ny Voifiraisana. Mila mahalala vaovao momba ny dingana rehetra sy ny antanatohatra rehetra narahina ihany koa ny herivelona rehetra eto amin’ny firenena.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dr Randriamiarisoa JosephMila havaozina ny fanaovana politika

Heno sy ventesina eny anivon’ny fiarahamonina Malagasy isan’andro ny demokrasia, ny fanjakana tsara tantana, ny tany tan-dalàna na koa ny maro an’isa parlemantera.

Nangonin-dRamano F.

La Vérité0 partages

Education à Madagascar - L'ouverture d'une école est devenue un business

Chaque année, le nombre des établissements scolaires privés ne cesse d'augmenter dans tous les coins de la rue de la Capitale. Ce secteur attire de nombreux investisseurs, puisque la demande est très forte. D'une part, le nombre d'élèves inscrits dans les écoles publiques est limité. Et d'autre part, les parents veulent offrir à leurs enfants un enseignement de qualité. Ainsi, ils les inscrivent dans des écoles privées. Durant la rentrée, certaines familles vont jusqu'à s'endetter pour faire scolariser leurs enfants dans des établissements de renommée.

Pour certaines écoles, l'éducation est devenue un business. Dans les quartiers les plus défavorisés, par exemple, des établissements proposent des frais de scolarité réduits au minimum. Certains investisseurs ne se préocupent pas de l'importance de la bonne qualité des infrastructures telles que la cour, les salles de classe, les manuels scolaires, de même que le niveau des élèves. De plus, beaucoup de classes sont surchargées et ne disposent pas d'équipements nécessaires. Le terme « éducation »  est fait pour camoufler celui de « business ». Dans la plupart des cas, ces gens font appel à des enseignants peu qualifiés et donc moins payés. Ceci, afin de minimiser les dépenses et de maximiser les recettes. Il faut savoir qu'une école privée d'enseignement préscolaire, primaire ou secondaire est soumise à des normes réglementaires et un cahier des charges bien précis. Ce dernier fixe les obligations de construction suivant les normes et les qualifications requises pour le corps des enseignants. En outre, la création d'une école privée exige l'accomplissement d'un certain nombre de démarches administratives. Anatra R.

La Vérité0 partages

Projet « Hope For Autism » - Aveux de l’instigatrice de l’arnaque

Une excuse publique. Après avoir été démasquée et identifiée par la Police, l’auteur du faux compte « Elia Ralison » ayant mené le projet « Hope For Autism » a passé aux aveux. Elle a reconnu sa faute et a présenté ses excuses aux victimes. Dans une lettre adressée à la rédaction, A.R.T., les initiales de l’instigatrice de l’arnaque, s’est déclarée l’unique responsable de tous les préjudices et conséquences de cette usurpation d’identité.

Elle a avoué avoir usurpé l’identité d’« Elia Ralison » et dégage toute responsabilité des personnes ayant organisé l’événement à l’hôtel Le Louvre, le 23 juin dernier. Ces principales victimes qui croyaient à une œuvre sociale sont entre autres Hary Rabefaniraka, Alain Harimaka Andriamalala, Rakotozafy Hariniaina Fabrice, Michou Raharimino, Ramamonjisoa Tiana, Niry Rasoarinoro, Joon Ravel, Rova Mahery Rabezanahary, Fitia Marie Ange et Jade Iris. « Ces personnes ne sont ni instigatrices, ni responsables des faits », martèle A.R.T. En effet, elle a mené tout ce beau monde en bateau et a finalement remplacé le vide dressing caritatif, fruit de son imagination, par une séance d’information et de sensibilisation sur l’autisme et les prières. Rappelons que A.R.T., depuis quelques mois dans le cadre de son soi-disant projet au profit des enfants autistes, a essayé de soutirer de l’argent à travers un vide dressing via « Facebook ». Des articles de luxe qu’elle déclare avoir obtenu grâce à des donations sont vendus à petit prix. A cette occasion, les acheteurs se sont multipliés de jour en jour. La date du 23 juin a été déjà prévu des mois à l’avance que tous ses amis, ses abonnés, ainsi que d’éventuels acheteurs ont cru à toutes les informations publiées à travers le faux compte. Des versets bibliques sont également publiés afin d’affirmer son identité. Toutefois, le rendez-vous fixé pour la livraison des objets réservés a été annulé. Elia Ralison, la personne dont l’identité est usurpée par A.R.T., aurait subi une opération chirurgicale.Recueillis par Kanto R.

La Vérité0 partages

Assassinat d’un couple à Antsiranana II - La perpétuité pour 6 accusés, leurs proches contestent

Un ressortissant européen et son épouse, une malgache, ont été assassinés chez eux par balles par des bandits à Ramena, dans le district d’Antsiranana II, l’année dernière. Après leur  comparution devant la Cour d’Antsiranana, mardi, le verdict était tombé  pour les six incriminés. Ils ont écopé de la  réclusion criminelle à vie tandis que trois autres ont écopé de 5 ans d’emprisonnement.

Devant la décision de justice, la réaction des proches et des personnes de connaissance des 6 condamnés à vie, ne s’était pas fait attendre. Evidemment, ils contestent ce verdict tout en clamant l’innocence de la plupart des inculpés. Les familles ont alors cité en exemple le cas d’un prévenu qui se trouverait à Nosy-Be au moment de l’agression fatale du couple. « Un évangéliste de Nosy-Be peut témoigner du fait que l’accusé était bel et bien dans la capitale de l’Ylang-ylang », a avancé un père de famille de Tanambao Tsena. Autre quiproquo  dans les motifs de la poursuite globale, l’on n’aurait trouvé que des armes blanches ou autres outils destinés à chercher de l’or à Ambilobe, mais aucune trace d’armes à feu  chez les  accusés lors des perquisitions à leurs domiciles respectifs, selon toujours la doléance des familles. « Or, les époux ont été tués par balles », déclare le plaignant.Mais il y a un fait plus grave, selon toujours les proches des incriminés : leur dénonciation par un certain G., un autre suspect potentiel dans l’affaire ! Les plaignants voient en ce dernier un traître mais surtout l’ambigüité de son arrestation. Ils déplorent le côté non éludé  sur le compte de G., déclaré mort criblé de balles lors de sa tentative d’échapper aux gendarmes venus l’emmener au poste de gendarmerie. « Or, cet homme est en vie et les gens l’ont vu en compagnie des forces de l’ordre afin de les guider vers les domiciles des autres personnes incriminées dans l’affaire », avance le même chef de famille. Pour rappel, plusieurs suspects, dont les incriminés, ont été arrêtés quelques jours à peine ayant suivi le double-assassinat d’Ampasira à Ramena, tandis que beaucoup d’autres ont été relâchés. Mais vives protestations ou pas, nul ne pourra faire revenir la Justice sur sa décision.F.R

La Vérité0 partages

Quid d’une indépendance !

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à l’heure du bilan de mi-parcours ! Avant d’entamer la ligne droite vers les grandes échéances électorales de 2018, les commissaires en charges des élections à Madagascar présentèrent les rapports d’activité, à l’issue desquels et par la même occasion ils soumirent auprès des autorités compétentes leurs vifs souhaits afin de pouvoir organiser un scrutin crédible et accepté de tous.

 

Lors de la séance de travail, à Mahazoarivo, où il fut question de présenter les tenants et aboutissants des activités de la Commission, devant le Premier ministre, Olivier Solonandrasana Mahafaly, le numéro deux de l’Exécutif, Me Hery Rakotomanana, avocat de son état, tenait à faire état de la quête de la Ceni de jouir une réelle indépendance, notamment vis-à-vis du pouvoir central. En effet, dans l’exécution des difficiles et complexes tâches qui leur sont, normalement, dévolues, ils se sentent à l’étroit, particulièrement sur le plan budgétaire. Selon eux, le poids de l’Exécutif pèse trop sur la Ceni qui lui impose d’interminables et barbares procédures avant tout déblocage. Parfois, si l’on veut être satisfait, à temps, on doit subir les caprices des responsables administratifs ou financiers des services concernés.

 

Au-delà de ce piètre micmac qui ne dit pas son nom, on distingue de façon nette la volonté du Gouvernement de garder la haute main sur la Ceni. En fait, les caciques au pouvoir ne cachent point leur « désir » de voir cette Commission vidée de son « âme »,  à savoir l’indépendance. Ils ne veulent pas, à tout prix, lâcher le commandement des opérations et garder la Commission sous leur coupe. Le fait de débloquer aux « compte-gouttes » le budget permet à l’Exécutif de maintenir la pression. Ainsi, la Ceni demande à ce qu’on vire la totalité de son budget vers un compte spécial, de telle sorte qu’elle puisse l’utiliser librement en temps réel. La vraie indépendance passe, forcément, par là.

 

Il n’y a pas que la Ceni qui veut s’émanciper. Bien avant la démarche des commissaires, les magistrats militent depuis toujours pour avoir leur indépendance. Ils crient au scandale sur l’« entêtement » de l’Exécutif à vouloir phagocyter la Justice. La Commission tripartite mise sur place pour tenter de décanter la situation qui fait tourner en rond et en bourrique l’opinion. Les deux têtes au pouvoir tergiversent. Le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm), devenu par la force des circonstances l’icône de l’indépendance ou de la liberté, maintient la pression. L’avenir nous le dira qui des deux forces en présence remportera la… médaille !

 

Et que dire du combat mené par le Mouvement pour la liberté d’expression (Mle). Une lutte acharnée, ni moins ni plus, pour acquérir l’indépendance de la presse malagasy. Les journalistes et tous les acteurs évoluant dans le monde de la communication continuent, contre vents et marées, de s’engager au front pour obtenir ne serait-ce qu’un minimum de liberté d’expression, d’opinion et de pensée.

 

En somme, la bataille conjointement menée par les différentes entités, quels que soient leur forme et leur objectif, s’inscrit dans la ligne droite du respect des dispositions légales contenues dans les lois en vigueur et en parfaite osmose avec l’esprit de la Constitution, elle-même qui stipule et défend scrupuleusement la liberté et l’indépendance de chacun dans l’exercice de son droit.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Entreprise Sika - Des produits pour une meilleure qualité de la construction

En partenariat avec la compagnie Madecasse, la société Sika a organisé hier une journée technique à la Chambre de commerce et d’industrie France-Madagascar, sise à Ankorondrano. Cette journée a été une occasion pour l’entreprise de présenter ses produits en développant leurs compositions chimiques et leurs utilisations dans la construction. Le thème s’est surtout focalisé sur les techniques liées au collage et l’étanchéité.

Durant la présentation, il y a eu un volet théorique qui développe les nombreux points forts et points faibles des différents composants des mastics, ainsi qu’un volet pratique où les participants ont pu tester les différents produits et recevoir du formateur et applicateur des produits Sika, Cédric Mercier, des méthodes pour une meilleure utilisation des produits. Cette journée a ainsi été un moment d’échanges avec les experts de Sika sur les nouvelles avancées techniques que l’entreprise a apportées à sa gamme de produits. Sika, une grande marqueSika est une marque de rénommée internationale présente dans plus de 90 pays dans le monde. Elle a plus de 100 ans d’expérience. Par conséquent, ses produits suivent les normes internationales et sont très compétitifs sur le secteur du bâtiment. Depuis sa création, l’entreprise de production Sika essaie de toujours satisfaire ses clients qui sont également des experts en matière de construction.Le responsable de l’entreprise Sika dans la zone de l’océan Indien, Didier Husson, a affirmé que « le marché malgache est en évolution » et qu’il essaie d’accompagner cette évolution « dans la qualité de la construction ». Et c’est dans ce sens que Sika « présente des produits de haute qualité et essaie de former les gens à des bonnes pratiques pour améliorer cette qualité au niveau de la construction ».Une large gamme de produitsLes produits Sika sont surtout réputés pour leurs qualités qui répondent aux exigences les plus sévères, mais également pour leur continuité dans l’apport de solutions au niveau de la construction. Le responsable de Sika océan Indien a même ajouté que cette marque est la seule disposant d’une large gamme de produits mis à disposition des clients. Ces produits vont du béton au masctic, en passant par les mortiers. Pour cette journée technique, les produits mis en valeur sont les mastics et les joints de façade, et plus particulièrement la « Sikacryl Pro » qui a pour avantages de s’appliquer sans coulage, de resister au vieillissement et la possibilité d’être peinte.Rova R.

La Vérité0 partages

Subventions exceptionnelles bidons - Olivier Mahafaly Solonandrasana mouillé jusqu'au cou

L'actuel Premier ministre et non moins ministre de l'Intérieur et de la décentralisation, sera-t-il le prochain sur la liste du Bianco? Après Claudine Razaimamonjy, un Directeur au niveau du ministère de l'Intérieur et de la décentralisation ainsi qu'un maire ont été également placés sous mandat de dépôt à l'issue de leurs auditions à la chaîne pénale anti-corruption suite à des enquêtes menées par le Bureau indépendant anti-corruption.

Ces personnages sont mis en cause dans des affaires concernant des subventions exceptionnelles dans lesquelles la responsabilité du ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation ne saurait être dégagée. En effet, ce département assure la tutelle des communes à qui ont été allouées les subventions spéciales. Le ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation et non moins Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana est donc bel et bien mouillé jusqu'au cou dans ces affaires de détournements de subventions exceptionnelles. Logiquement, le chef du Gouvernement devrait donc être le prochain à tomber.Soulignons par ailleurs que le directeur récemment placé sous mandat de dépôt est le premier responsable des subventions exceptionnelles auprès du ministère de la décentralisation. D'après les précisions, ce directeur des concours financiers de l'Etat au niveau du bâtiment à la Patte d'éléphant, qui pour l'anecdote serait marié à une actuelle sénatrice, est accusé de détournement de subventions exceptionnelles à des communes de la Région Sofia, dans le Nord du pays. Celui-ci est chargé de traiter les demandes de subventions  formulées par les communes. Aucune demandeLe dernier mot en matière d'attribution de subventions exceptionnelles revient en revanche au ministre de l'Intérieur. En tant qu'ordonnateur principal de son département, il est le signataire de toutes les décisions d'octroi des subventions exceptionnelles. Pour beaucoup ainsi, le directeur jeté en prison ne serait donc qu'un simple menu fretin, un simple bouc émissaire, et le principal responsable ne serait donc que le Premier ministre.Des informations qui tendraient à enfoncer encore plus le ministre de l'Intérieur et de la décentralisation viennent par ailleurs de faire surface. Il faut savoir que pour bénéficier de subventions exceptionnelles, les communes doivent normalement faire une demande auprès du ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation. Or, des sources dignes de foi confient que certaines communes rurales ont vu les fonds correspondant à des subventions exceptionnelles être crédités à leurs comptes, sans pour autant en avoir fait la demande… Ces fonds ont par la suite été transférés vers des comptes de tierces personnes sur ordre venant d'en « haut lieu ». Depuis l'éclatement de l'affaire Claudine, aucunement le ministre et à la fois Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly n'a toutefois été inquiété pour des raisons qu'on ignore. Une impunité flagrante qui révèle une drôle de manière de lutter efficacement contre la corruption à Madagascar !Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

Judo - Jeux de la Francophonie - Deuxième médaille de bronze pour Madagascar

Le compteur des médailles s’est débloqué pour Madagascar. Après avoir perdu son premier combat, Kwan Hu Diana  a rattrapé le temps perdu dans le repêchage et gagne la deuxième médaille  pour Madagascar. En effet, après la médaille d’argent trustée par Emma Rasoanantenaina en lutte libre, elle a offert une autre de bronze pour la Grande île. Celle-ci espérait certes décrocher l’or, mais elle est tout de même heureuse de son retour au premier plan. 

Après avoir été battue par la française Aymar Virginia au premier combat, elle s’est qualifiée pour les quarts de finale du repêchage avant de battre Diarrassouba Kenza sur Ippon. Elle a également battu en demi-finale de bronze la Burkinabè Da Salamata sur wazari. Kwan Hu Diana a ainsi remporté la médaille de bronze sur ippon devant la Gabonaise Ewala Bondine Esther, dans sa catégorie des moins de 48kg. Dans la discipline tennis de table simple, les deux représentants malgaches en lice aux Jeux sont malmenés. Chez les dames, Andy Olivia Malantoniaina a pris une raclée devant la Canadienne Sieu Vida en s’inclinant 3 sets à 0 (11/5, 11/4, 11/7). Avec le moral au plus bas, elle a été humiliée par la Libanaise, Khoury Malak en 3 sets à 0  (11/00 11/00 11/00). Chez les hommes,  sur trois matchs, Amboarasoa Itokiana Razafindrakoto a inscrit deux victoires sur autant de sorties. Il a fini deuxième du groupe 8 mais ne disputera pas la phase finale après avoir terminé deuxième derrière le Mauricien Gukhool Waslim. Ce dernier l’a battu lors de son premier match simple en 3 sets à rien (11/7 11/8 11/6). Une défaite qui n’a pas eu son influence sur son moral car il dominé tous ses adversaires par la suite. Il a battu le Nigérian Jabar Abdoul par 3 sets à zéro  (11/4, 11/3, 11/4). Au troisième match du groupe 8, il s’est imposé face au Burkinabé Tapsoba Ousseni en 3 sets à rien (11/6 11/7 11/ 9).Elias Fanomezantsoa

Madagascar Tribune0 partages

Un marin malgache décédé à bord du palangrier « Le Grand Morne »

Un marin malgache a été décédé en mer mardi au large de l’océan Indien. Le mardi 24 juillet, vers 04h50, heures de Madagascar, le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de La Réunion, a été informé par le capitaine du palangrier de 16m, « Le grand Morne » de la perte de connaissance à son bord d’un marin malgache.

La veille, ce marin malgache a été pris d’une forte fièvre. Dès lundi soir, le capitaine du navire avait décidé la suspension de ses activités de pêche pour faire route vers la Réunion afin de débarquer ce marin ayant une forte fièvre et une altération de la conscience. Une consultation médicale par téléphone a ensuite été conduite par le Centre de consultation médicale maritime de Toulouse qui a préconisé une évacuation médicalisée du marin malade.

« Le Grand Morne » était positionné à 05h05 locale à 260 milles nautiques (480 kms) à l’ouest de la Réunion et poursuivait sa route vers le port Ouest, avec des conditions de vent et de mer difficiles, pour une arrivée prévue le mercredi 25 juillet en fin d’après-midi. Alors qu’une évacuation médicalisée par l’hélicoptère de la marine nationale (FAZSOI) réunionnaise était à l’étude pour un treuillage t en matinée, à sa limite du potentiel d’intervention, le capitaine du navire a annoncé le décès du marin malade à 15h50, heures de Madagascar.

Suite au décès de ce marin malgache, une enquête judiciaire sera diligentée par la gendarmerie maritime à la demande du Parquet de Saint-Denis (La Réunion). Une cellule d’urgence médico-psychologique sera également activée par le SAMU de La Réunion afin d’apporter un soutien à l’équipage après l’arrivée du navire à quai.

Madagascar Tribune0 partages

La valeur d’exportation de crabes vers l’Asie a triplé en cinq ans

Dans le cadre du développement durable de la filière Crabe, des ateliers inter-régionaux visant une meilleure valorisation de ces ressources auront lieu à Morondava les 26 et 27 juillet. . Ces ateliers s’intitulent : « Filière du crabe aujourd’hui et demain, meilleure valorisation de la production et gestion responsable ».

Depuis quelques années, la filière du crabe à Madagascar, autrefois considérée comme une activité secondaire, tant par les pêcheurs et collecteurs que par l’administration chargée des pêches, s’est particulièrement développée. Ceci, grâce au développement de l’exportation des crabes à l’état vivant vers l’Asie. La valeur d’exportation au cours de cinq dernières années a été multipliée par trois. Ce bond spectaculaire en valeur d’exportation a été réalisé, dans une moindre mesure, grâce à l’augmentation des captures mais, avant tout, grâce aux meilleurs prix d’exportation des crabes vivants par rapport aux produits congelés.

Cette situation a eu comme impact l’entrée de plus de devises, mais pas seulement. Une amélioration significative du revenu des acteurs de la filière du crabe (pêcheurs, sous-collecteurs/collecteur) a été enregistrée. D’après l’enquête de SmartFish effectuée fin 2015, le prix de vente des crabes par les pêcheurs est passé, en moyenne, de 950 ariary/kg en 2011 à 3 150 ariary/kg en 2015. Presque tous les pêcheurs actifs dans les mangroves se sont convertis, au moins périodiquement, à la pêche aux crabes ou à une pêche multi spécifique qui vise trois des principaux groupes des produits halieutiques : crabes, poissons et crevettes.

Vu la forte demande pour les crabes sauvages vivants, la pression sur les ressources va augmenter, accélérée par la croissance démographique et la migration vers la côte où l’accès aux ressources reste en accès libre.

Risque de surexploitation

Tous ces changements, à moyen et long terme, peuvent avoir un impact négatif sur la ressource, à savoir : la surexploitation des crabes et la dégradation des mangroves. En parfaite connaissance des risques encourus, le ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche a pris plusieurs décisions concernant la régularisation de l’exploitation des crabes en 2015. Ces mesures de gestion doivent assurer le développement harmonieux et durable de la filière du crabe. L’administration des pêches a tiré, également, les conclusions de la gestion inefficace de la filière crevettière, qui s’est soldé par la surexploitation de cette ressource et la chute de production.

Parmi les mesures de gestion introduites dans la filière du crabe on trouve les quotas de pêche et d’exportation, la taille minimale autorisée, la période de fermeture, la protection des femelles ovées et des crabes mous, ainsi que l’interdiction de la coupe et vente de bois de mangrove. La conception du système législatif malgache peut servir comme modèle pour plusieurs pays africains dotés de mangrove. Malheureusement, son application laisse encore à désirer (respect du quota de pêche, de la taille minimale des captures, protection des femelles ovées et des crabes moues ainsi que des palétuviers).

L’effectif limité des inspecteurs du Centre de Surveillance des Pêches ne facilite pas le contrôle sur le terrain. Dans cette situation l’engagement des pêcheurs et autres opérateurs, sous forme de surveillance communautaire et de gestion concertée, devient primordial. Sans engagement réel des opérateurs, aucun système administratif, même optimum, ne peut garantir l’obtention des résultats escomptés.

Taux de pertes après capture

L’importance du taux de pertes après capture figurait parmi l’un des problèmes majeurs rencontrés par cette filière. 40 ans plus tôt, l’expert Louis Le Reste a chiffré le taux de mortalité chez les crabes « de l’ordre de 30%. Les enquêtes réalisées par le Programme SmartFish en 2012-2015 ont démontré que le taux cumulé de mortalité des crabes (depuis le stockage au village jusqu’à la commercialisation, en passant par le transport vers l’usine ou des marchés locaux) se situe, en moyenne au niveau national, autour de 32%, et peut monter jusqu’à 40-50% en saison des grosses pluies.

Les actions de sensibilisation, vulgarisation et démonstration menées entre 2013-2015 par le programme SmartFish/UE ont permis de réduire le taux cumulé de mortalité des crabes à 17,5% fin 2015. Ce taux concerne l’année entière, donc la saison sèche et celle de pluies, et les zones couvertes par le programme. Une nouvelle enquête réalisée par Blue Ventures en décembre 2017 dans la Baie de Mahajamba, montre que la mortalité est toujours très élevée pendant les mois de pluies (37,5% au total pour les pêcheurs, collecteurs et vendeurs).

Madagascar Tribune0 partages

Paul Rabary tacle les barons du HVM

Les hostilités sont lancées entre l’ancien secrétaire général adjoint du parti présidentiel, également ancien ministre de l’Education nationale, Paul Rabary et les barons du régime actuel. Le premier, après avoir remis sa démission et donc son départ du parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara, a effectué une autre sortie médiatique hier en taclant sévèrement ceux qui constituaient, il y a quelques mois encore, sa famille politique. En effet, Paul Rabary a déballé les secrets du HVM en commençant par rendre public les mauvaises pratiques au sein du parti.

L’ancien ministre de l’Education nationale s’en est d’abord à son successeur, Gatien Horace, qui est aussi vice-président au sein du parti présidentiel. « Vous avez sans doute remarqué que j’ai été le seul ministre à ne pas avoir effecteur de cérémonie de passation. La raison en est que l’actuel ministre a tout simplement refusé de le faire et ce malgré les efforts du staff du ministère (…) il a déclaré que je n’ai pas voulu faire la HVMisation du ministère de l’Education nationale et que le parti n’a pu tirer un profit politique de mon passage dans ce département », a déclaré Paul Rabary. « Je n’étais pas là pour HVMiser le ministère, ni pour remplir le Coliseum mais pour prendre en main l’éducation nationale ».

Aucune légitimité

Paul Rabary a également dénoncé le népotisme de certains proches du président de la République. « On m’a imposé de recruter en tant que conseiller spécial au MEN la sœur de Jaobarison Randrianarivony, le frère d’Henry Rabary-Njaka et la sœur d’Herisoa Razafindrakoto », a-t-il alors poursuivi. Des propos qui assurément vont faire couler beaucoup d’encre et notamment entrainer la colère de ces barons du parti présidentiel cité par l’ancien ministre. La réplique de la part de ces derniers étant attendue.

En s’en prenant direct au parti, il a dit que le HVM n’a aucune légitimité et n’en a jamais eu. « Il n’y a jamais eu d’élus HVM au sein de l’Assemblée Nationale, le groupe parlementaire a été formée dedans. Le HVM ne dispose d’aucun élu mais est composé de personnes nommées. Or, ceux qui sont élus ont plus de légitimité vis-à-vis de la population contrairement à ceux qui sont nommés et qui se servent uniquement de l’autorité qui leur a été octroyé », a-t-il souligné. Pour lui, le parti présidentiel ne peut se targuer d’avoir le soutien de la population malgache, parce qu’il ne dispose que de quelques maires. « Un parti politique a besoin de base solide, ce que n’a pas le HVM », indique-t-il.

La suite de ce feuilleton politique qui vient alourdir la tache du parti présidentiel déjà impopulaire est attendue par la population en entier. Il en est de même pour la riposte du HVM. 

Madagascar Tribune0 partages

La valeur d’exportation de crabes vers l’Asie a triplé en cinq ans

Dans le cadre du développement durable de la filière Crabe, des ateliers inter-régionaux visant une meilleure valorisation de ces ressources auront lieu à Morondava les 26 et 27 juillet. . Ces ateliers s’intitulent : « Filière du crabe aujourd’hui et demain, meilleure valorisation de la production et gestion responsable ».

Depuis quelques années, la filière du crabe à Madagascar, autrefois considérée comme une activité secondaire, tant par les pêcheurs et collecteurs que par l’administration chargée des pêches, s’est particulièrement développée. Ceci, grâce au développement de l’exportation des crabes à l’état vivant vers l’Asie. La valeur d’exportation au cours de cinq dernières années a été multipliée par trois. Ce bond spectaculaire en valeur d’exportation a été réalisé, dans une moindre mesure, grâce à l’augmentation des captures mais, avant tout, grâce aux meilleurs prix d’exportation des crabes vivants par rapport aux produits congelés.

Cette situation a eu comme impact l’entrée de plus de devises, mais pas seulement. Une amélioration significative du revenu des acteurs de la filière du crabe (pêcheurs, sous-collecteurs/collecteur) a été enregistrée. D’après l’enquête de SmartFish effectuée fin 2015, le prix de vente des crabes par les pêcheurs est passé, en moyenne, de 950 ariary/kg en 2011 à 3 150 ariary/kg en 2015. Presque tous les pêcheurs actifs dans les mangroves se sont convertis, au moins périodiquement, à la pêche aux crabes ou à une pêche multi spécifique qui vise trois des principaux groupes des produits halieutiques : crabes, poissons et crevettes.

Vu la forte demande pour les crabes sauvages vivants, la pression sur les ressources va augmenter, accélérée par la croissance démographique et la migration vers la côte où l’accès aux ressources reste en accès libre.

Risque de surexploitation

Tous ces changements, à moyen et long terme, peuvent avoir un impact négatif sur la ressource, à savoir : la surexploitation des crabes et la dégradation des mangroves. En parfaite connaissance des risques encourus, le ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche a pris plusieurs décisions concernant la régularisation de l’exploitation des crabes en 2015. Ces mesures de gestion doivent assurer le développement harmonieux et durable de la filière du crabe. L’administration des pêches a tiré, également, les conclusions de la gestion inefficace de la filière crevettière, qui s’est soldé par la surexploitation de cette ressource et la chute de production.

Parmi les mesures de gestion introduites dans la filière du crabe on trouve les quotas de pêche et d’exportation, la taille minimale autorisée, la période de fermeture, la protection des femelles ovées et des crabes mous, ainsi que l’interdiction de la coupe et vente de bois de mangrove. La conception du système législatif malgache peut servir comme modèle pour plusieurs pays africains dotés de mangrove. Malheureusement, son application laisse encore à désirer (respect du quota de pêche, de la taille minimale des captures, protection des femelles ovées et des crabes moues ainsi que des palétuviers).

L’effectif limité des inspecteurs du Centre de Surveillance des Pêches ne facilite pas le contrôle sur le terrain. Dans cette situation l’engagement des pêcheurs et autres opérateurs, sous forme de surveillance communautaire et de gestion concertée, devient primordial. Sans engagement réel des opérateurs, aucun système administratif, même optimum, ne peut garantir l’obtention des résultats escomptés.

Taux de pertes après capture

L’importance du taux de pertes après capture figurait parmi l’un des problèmes majeurs rencontrés par cette filière. 40 ans plus tôt, l’expert Louis Le Reste a chiffré le taux de mortalité chez les crabes « de l’ordre de 30%. Les enquêtes réalisées par le Programme SmartFish en 2012-2015 ont démontré que le taux cumulé de mortalité des crabes (depuis le stockage au village jusqu’à la commercialisation, en passant par le transport vers l’usine ou des marchés locaux) se situe, en moyenne au niveau national, autour de 32%, et peut monter jusqu’à 40-50% en saison des grosses pluies.

Les actions de sensibilisation, vulgarisation et démonstration menées entre 2013-2015 par le programme SmartFish/UE ont permis de réduire le taux cumulé de mortalité des crabes à 17,5% fin 2015. Ce taux concerne l’année entière, donc la saison sèche et celle de pluies, et les zones couvertes par le programme. Une nouvelle enquête réalisée par Blue Ventures en décembre 2017 dans la Baie de Mahajamba, montre que la mortalité est toujours très élevée pendant les mois de pluies (37,5% au total pour les pêcheurs, collecteurs et vendeurs).

Madagascar Tribune0 partages

Laza Eric Donat Andrianirina à la tête du Bianco

C’est durant le conseil des ministres tenu hier au palais d’Iavoloha que le président de la République a nommé Laza Eric Donat Andrianirina au poste de directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). Il succède ainsi à Jean-Louis Andriamifidy dont le mandat a expiré le 23 juin dernier. Il a fallu un peu plus d’un mois à Andry Rajoelina pour décider de cette nomination, le comité chargé du recrutement lui avait remis une liste de trois noms depuis le 2 juin.

Laza Eric Donat Andrianirina n’est pas un novice en matière de lutte contre la corruption. Il faisait partie de la branche territoriale du Bianco à Mahajanga. Ancien officier supérieur de la gendarmerie, ce colonel membre de l’académie malgache, est également un administrateur civil qui a fréquenté l’École Nationale d’Administration (ENA). En 2018, il a également officié comme directeur général de la promotion de l’emploi auprès du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.

Le nouveau homme fort du Bianco connait bien les rouages du bureau en étant un ancien de la maison. Il maitrise également les enjeux de la lutte anti-corruption, c’est un choix fiable estime ceux qui l’ont côtoyé.

Avec cet énarque, à la tête du Bianco, il est à espérer que la lutte contre le fléau de la corruption va s’intensifier davantage dans le pays. Parmi les lourdes tâches qui attendent ce nouveau directeur général du Bianco, il y a notamment les dossiers de détournement de deniers publics révélées dernièrement par la Direction Général du Contrôle Financier (DGCF) et qui concerneraient pas moins de trois cents personnes.

Il doit également assumer et prouver la véritable indépendance de cette structure étatique en évitant de céder aux éventuelles pressions de tout part dans le cadre des affaires délicates pouvant mettre en cause soit les dirigeants ou leurs proches. D’autant plus que cette indépendance de Bianco a déjà été maintes fois critiquée par les organisations de la société civile du fait que la nomination de son directeur général échoit au président de la République.

Par ailleurs, Laza Eric Donat Andrianirina devra afficher une rigueur et compétence exceptionnelle dans la gestion de cette institution au vu de la restriction budgétaire appliquée par l’État au niveau de certaines institutions et organismes rattachés à la présidence et aux ministères comme le Bianco. Néanmoins, en matière de loi qui régit la lutte contre la corruption, il pourra désormais bénéficier, entre autres, de l’existence du pôle anti-corruption (PAC) et de la loi sur le recouvrement des avoirs illicites fraichement adoptées.

Madagascar Tribune0 partages

Laza Eric Donat Andrianirina à la tête du Bianco

C’est durant le conseil des ministres tenu hier au palais d’Iavoloha que le président de la République a nommé Laza Eric Donat Andrianirina au poste de directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). Il succède ainsi à Jean-Louis Andriamifidy dont le mandat a expiré le 23 juin dernier. Il a fallu un peu plus d’un mois à Andry Rajoelina pour décider de cette nomination, le comité chargé du recrutement lui avait remis une liste de trois noms depuis le 2 juin.

Laza Eric Donat Andrianirina n’est pas un novice en matière de lutte contre la corruption. Il faisait partie de la branche territoriale du Bianco à Mahajanga. Ancien officier supérieur de la gendarmerie, ce colonel membre de l’académie malgache, est également un administrateur civil qui a fréquenté l’École Nationale d’Administration (ENA). En 2018, il a également officié comme directeur général de la promotion de l’emploi auprès du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.

Le nouveau homme fort du Bianco connait bien les rouages du bureau en étant un ancien de la maison. Il maitrise également les enjeux de la lutte anti-corruption, c’est un choix fiable estime ceux qui l’ont côtoyé.

Avec cet énarque, à la tête du Bianco, il est à espérer que la lutte contre le fléau de la corruption va s’intensifier davantage dans le pays. Parmi les lourdes tâches qui attendent ce nouveau directeur général du Bianco, il y a notamment les dossiers de détournement de deniers publics révélées dernièrement par la Direction Général du Contrôle Financier (DGCF) et qui concerneraient pas moins de trois cents personnes.

Il doit également assumer et prouver la véritable indépendance de cette structure étatique en évitant de céder aux éventuelles pressions de tout part dans le cadre des affaires délicates pouvant mettre en cause soit les dirigeants ou leurs proches. D’autant plus que cette indépendance de Bianco a déjà été maintes fois critiquée par les organisations de la société civile du fait que la nomination de son directeur général échoit au président de la République.

Par ailleurs, Laza Eric Donat Andrianirina devra afficher une rigueur et compétence exceptionnelle dans la gestion de cette institution au vu de la restriction budgétaire appliquée par l’État au niveau de certaines institutions et organismes rattachés à la présidence et aux ministères comme le Bianco. Néanmoins, en matière de loi qui régit la lutte contre la corruption, il pourra désormais bénéficier, entre autres, de l’existence du pôle anti-corruption (PAC) et de la loi sur le recouvrement des avoirs illicites fraichement adoptées.

L'express de Madagascar0 partages

Le gouvernement au combat – Haro sur l’insécurité, la corruption et l’inflation

La création de trois commissions au sein du gouvernement, a été décidée, hier. Elles seront chargées du suivi-évaluation de l’application des stratégies de lutte contre l’insécurité, la corruption et l’inflation.

Des fléaux. C’est ainsi, que le gouvernement qualifie l’insécurité, la corruption et l’inflation, à en croire la terminologie utilisée dans le communiqué de presse du conseil du gouvernement d’hier, au palais d’État de Mahazoarivo. Aussi, selon ce rapport remis à la presse, trois commissions gouvernementales concernant ces trois fléaux, ont elles été mises en place.« Ces trois commissions ont comme principale attribution de suivre et d’évaluer l’application sur terrain des stratégies gouvernementales attenant à ces trois chantiers de taille. Trois commissions qui seront tenues de rendre compte hebdomadairement au conseil, les résultats de leurs actions respectives afin de permettre au dit conseil de prendre instamment les dispositions qui s’imposent et dont le but étant de mettre un cran d’arrêt à ces trois fléaux », rapporte la missive gouvernementale.Le général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre la Défense nationale, pour la lutte contre l’insécurité, Armand Tazafy, ministre du Commerce, pour l’inflation et Charles Andriamiseza, ministre la Justice, pour la lutte contre la corruption, sont les points focaux respectifs des trois commissions. Elles seront composées par des membres du gouvernement.Selon les explications d’Harry Laurent Rahajason, ministre de la Communi­cation, et des relations avec les institutions, des stratégies pour renverser la tendance ascendante de ces trois fléaux, ont été validées par l’équipe gouvernementale, il y a, à peu près, dix jours. Le rôle des commissions, d’après celui qui est aussi, l’un des porte-paroles du gouvernement, est de suivre la mise en œuvre de ces stratégies, par les responsables, à tous les niveaux, de l’administration publique.

Sanction« L’objectif est d’affirmer la présence de l’État. De faire en sorte que les stratégies décidées et appliquées produisent des résultats dans les plus brefs délais », déclare le ministre Rahajason. Dans chaque discours, la lutte contre les fléaux, que sont la corruption, l’inflation et l’insécurité est, systématiquement, martelée par les chefs de l’Éxécutif, à savoir, Hery Rajaonari­mam­pianina, président de la République, et Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre.Depuis le temps, pourtant, les réalités auxquelles font face quotidiennement la population et la perception de ces derniers plaident contre la détermination affirmée par les décideurs. « Il est constaté que, quoi qu’il se décide au niveau du pouvoir Exécutif, lorsque les mesures ne sont pas suivies d’actes aux différents échelons de l’administration, les décisions restent lettres mortes », soutient le porte-parole du gouvernement.Aussi, l’Exécutif semble-t-il décidé à appliquer un marquage à la culotte des responsables, à tous les niveaux de l’administration publique, pour que les directives gouvernementales soient suivies d’actes et produisent des résultats palpables par la population. Selon le ministre de la Communication, une certaine discrétion est gardée, sur les détails des stratégies décidées par le gouvernement. Ceci, selon ses dires, pour éviter que certains plans soient contrariés.Le ministre Rahajason avance, néanmoins, que parmi les actions figurent les descentes inopinées de responsables, pour surveiller les prix sur le marché. Pareil acte impromptu serait, aussi, valable pour la surveillance des secteurs réputés les plus corrompus. En ce qui concerne l’insécurité, la mise en place d’un bataillon interarmes, à Ihosy, s’inscrirait dans la stratégie gouvernementale visant à produire des résultats rapides.Dans le cadre de l’amélioration des actions et des services de l’administration publique, par ailleurs, les chefs de l’Exécutif, ont, aussi, brandi, à plusieurs reprises, la menace de sanctions sévères, contre les défaillants. D’après les explications du ministre Rahajason, des rapports de ces trois commissions devraient, également, découler les mesures à prendre contre ceux au sein de l’administration publique dont la défaillance est constatée.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Vondrozo – Mort dramatique de deux directeurs d’écoles

Deux directeurs d’école ont péri dans des circonstances tragiques à Vondrozo. L’un a été abattu chez lui par un gang armé alors que le deuxième a été retrouvé mort sur le canal des Pangalanes.

Série noire. Mort brutale de deux directeurs d’école à Vondrozo. Alors qu’Edouard Soamara, directeur de  l’École Primaire Publique (EPP) de Maroteza a été froidement tué à son domicile par une escouade de bandits armés dans la soirée de mercredi, le corps inerte d’Emmanuel Randria­nambinina, directeur du Collège d’Enseignement Général (CEG) d’Ambani­maso, toujours dans la Circonscription Scolaire  (CISCO), a été rejeté par le canal des Pangalanes à Farafangana dimanche aux alentours de midi, au niveau d’une embouchure.Le meurtre du directeur de l’EPP de Maroteza relève d’une barbarie pure et simple de source auprès de la brigade territoriale de la gendarmerie d’Ankarangana, chargée de l’enquête. Selon les informations communiquées, un gang armé a fait irruption chez le défunt dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 21 heures, pour le frapper avec un sabre en pleine poitrine et l’abattre à coups d’arme à feu de fabrication  artisanale. L’homicide a été commis sans témoins. Des riverains affirment en revanche avoir aperçus les silhouettes de trois individus disparaître dans la pénombre totale après que le crime a été perpétré.La victime tenait une épicerie. Un vol de numéraires est signalé à la gendarmerie mais la valeur dérobée n’est pas pour autant déterminée. La thèse d’un règlement de compte n’est pas en revanche écartée. A la lumière des premiers éléments de l’enquête, un litige foncier opposait la victime à des personnes de son entourage. Aucune arrestation allant vers ce mobile n’a encore été en revanche effectuée.Le directeur du CEG d’Ambanimaso Emmanuel Randrianambinina semble pour sa part avoir trouvé la mort dans une noyade. La mort l’a happé à l’âge de trente-cinq ans. Une somme de deux cent mille ariary, son téléphone cellulaire ainsi qu’une lampe de poche étaient encore sur lui lorsque sa dépouille mortelle a été repêchée dans l’embouchure.

Piste criminelle«Les premières personnes interrogées indiquent que le défunt a quitté la maison où il a séjourné à Farafangana jeudi. Quelques individus affirment l’avoir croisé une dernière fois le lendemain, puis après, il n’a plus donné signe de vie. C’est son corps qu’on a  découvert quarante-huit heures plus  tard», indique le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Farafanga.«Aucune blessure n’a été relevée sur la dépouille. Pour l’instant, aucun indice n’ouvre sur la piste criminelle», poursuit le commandant de compagnie.Interrogé, Donald Raymond Tsaramanana, directeur régional de l’Éducation nationale de l’Atsimo Atsinanana explique que le défunt directeur du CEGd’Ambanimaso a fait le déplacement de Vondrozo à Farafangana pour assister à une formation des enseignants recrutés au titre de l’année 2015, organisée en cette période de vacances au Centre Régional de l’Institut National de Formation Pédagogique (CRINFP).«Pratiquer une autopsie sur la dépouille aurait été fort utile pour lever  un pan de voile sur le mystère autour de cette découverte macabre mais ceci n’a pas malheureusement pu se faire. Vu l’état du corps, la famille a d’emblée organisé les funérailles», continue le directeur régional de l’Education. Une délégation du ministère de l’Education Nationale est venue présenter ses condoléances aux familles endeuillées.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Accident mortel – Délit de fuite en présence de la police

Happé par une Volks­wagen Golf roulant à tombeau ouvert, un garçonnet de dix ans n’a pas survécu. Le conducteur de la citadine a commis un délit de fuite selon les témoins oculaires. Cet accident mortel est survenu dans la matinée d’hier, aux alentours de 9 heures, sur la route digue à la hauteur d’Andohatapenaka.Des policiers de la circulation étaient postés non loin. Selon les informations recueillies sur place, le gamin était en train de traverser la chaussée lorsque le véhicule l’a fauché. Projeté, il s’est retrouvé sous le châssis d’une camionnette stationnée sur l’accotement.D’emblée, les policiers sur place ont réquisitionné ce même véhicule pour évacuer à l’hôpital d’Andoha­tapenaka le petit garçon agonisant. A son  arrivée, le personnel médical sur place a néanmoins préconisé son transfert à l’hôpital d’Ampe­filoha où il a succombé à ses blessures.Un violent choc à la tête lui a été fatal. Son corps sans vie a été placé à la morgue pour autopsie. La brigade de accidents auprès du commissariat central de la police à Tsaralalàna est saisie de l’affaire.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Santé bucco-dentaire – Les prothésistes jouent les odonto-stomatologistes

Des prothésistes dentaires exercent illicitement la profession d’odonto-stomatologistes. Un décret portant sur la réglementation de leur fonction vient d’être adopté.

La santé bucco-dentaire est en danger. Des prothésistes dentaires exercent illicitement la fonction d’odonto-stomatologistes. Le communiqué du conseil de gouvernement, portant sur l’adoption du décret fixant les conditions et les réglementations de la profession des prothésistes dentaires, a même précisé, hier, que ce phénomène a tendance à s’étendre, surtout dans les grandes villes. « Je dirais que 80% d’entre eux ne respectent pas leur fonction. Dès qu’ils affichent une plaque annonçant qu’ils ont un local quelque part, c’est illégal. Ils doivent toujours travailler avec les dentistes », explique le Dr Eva Ranivoharilanto, vice-présidente de l’ordre des odonto-stomatologistes.Certains font des soins et vont jusqu’à extraire des dents. D’autres ne se gênent pas de tromper leurs clients en portant des blouses blanches, en aménageant leur local comme un cabinet dentaire, en exhibant de faux diplômes ou encore, en inscrivant de fausses ordonnances, si on se réfère à ce qui a été indiqué dans le conseil du gouvernement, hier. « C’est tout à fait hors de leur compétence », souligne l’Ordre des odonto-stomatologistes.

ComplicationsDes odonto-stomatologistes constatent une abondance des cas de compli- cation, suite à cet exercice illicite. «Les patients arrivent chez nous, les gencives très enflées. En examinant de plus près, on constate que c’est une résine qui a été placée dans le trou. C’est inadmissible, un vrai dentiste ne ferait jamais cela. D’autres placent la prothèse, même si des racines n’ont pas été extraites. Cela ne se fait pas », donne comme exemple le Dr Eva Ranivohari-lanto.Le métier de prothésiste dentaire et celui d’odonto-stomatologiste sont différents, mais complémen- taires. Les prothésistes dentaires ne doivent s’occuper que de la conception des prothèses dans les laboratoires. Ce sont les odonto-stomatologistes qui prennent le moule d’empreinte, font l’essayage et la mise en bouche. « L’hygiène buccale est délicate. Une petite inattention peut engendrer la multiplication des microbes dans la bouche », soulignent les professionnels du métier.Les cibles soulignent, toutefois, que ce ne sont pas tous les prothésistes dentaires qui ne respectent pas leur fonction.Un décret fixant les conditions et les règles d’exercice de la profession de prothésiste dentaire et de technicien de laboratoire de prothèses dentaires a été adopté, hier, lors du conseil du gouvernement. Il ne s’agit point d’éliminer la profession de prothésistes dentaire et de technicien de laboratoire de prothéses dentaires, mais plutôt de la réglementer, afin que ces derniers soient de vrais « compagnons de travail » pour les odonto-stomatologistes », indique le communiqué. Le détail de ce décret n’a pas encore été communiqué.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Dôme RTA – La troisième édition du « Vibe Party » s’annonce grandiose

Difficile d’annoncer un programme plus alléchant. Après deux éditions réussies, la troisième édition du Vibe Party s’annonce tout aussi grandiose, avec des artistes éclectiques et aux univers variés.

Après la pression des épreuves et pour atténuer celle de l’attente des résultats, place à la fête. Pour célébrer la  fin des épreuves du baccalauréat, un grand show de défoulement aura lieu ce vendredi à partir de 20 heures au Dôme RTA Ankoron-drano. Une soirée qui s’annonce chaude et bruyante avec « Vibe Party », le meilleur affranchissement after Bacc dans la capitale organisée par la station télévision RTA. L’an dernier, l’organisateur l’avait gratifié d’une grande soirée avec la venue d’une multitude d’artistes et plus de mille personnes qui avaient répondu présents à cette invitation. Pour cette troisième édition, la soirée sera une nuit de folie dans un esprit de fête et de folie musicale avec de jeunes chanteurs à l’instar de Jiolambups, Elodie, Kougar, Jiunyi, Babs, Kim’jah, Tsota, Mijah et la jeune Andriann qui commence à s’affirmer en tant qu’étoile montante dans le monde musical. « Comme à chaque édition, l’idée est d’organiser un concert où tout le monde se sentira à l’aise, avec de la musique qui fait vibrer. Cette année encore, nous avons décidé de réunir les différents rythmes afin que chacun puisse profiter du spectacl», explique Anjan Andriamora-sata, un responsable au sein de la RTA.

Programme alléchantÀ cette occasion, le Dôme se transformera en un vrai champ de fête. Au menu, des show case, quatre ambiances différentes, c’est à dire une discothèque géante  animée par des Dj professionnels à l’instar de Dj Didds Deejay, Dj Willy Akademix et le fameux Dj Sniper. Pour les férus de danse, un battle de sexy show et des concours de genre « Dab » et « Bendo » seront proposés durant la soirée. D’autre part, il y aura d’autres animations à l’égal du « Live outdoor » et une discothèque en plein air. Des places VIP seront également disponibles pour ceux qui veulent garder une part d’intimité tout en participant à la fête.Une soirée multi thème destinée aux jeunes est accessible à  tous pour un prix unique. « Il faut mentionner qu’un invité peut avoir accès à toutes ces ambiances  avec un billet de 4000 ariary à l’exception de la place VIP », souligne Anjan Andriamorasata. La troisième édition du « Vibe party » renchérit donc sur les deux autres éditions précédentes en faisant le pari d’être encore plus grandiose. Les organisateurs promettent un show inédit dans une ambiance conviviale et sécurisée.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Jean Michel Ramaroson – « On était médaillable à Maurice »

Malgré une cinquième place, le président de la Fédération malgache de basket-ball croit en l’avenir des jeunes. Il positive la déception de Maurice.

Finir cinquième aux championnats d’Afrique des U16. Quel bilan pouvez -dresser?Personnellement, je peux vous dire que notre équipe nationale était médaillable. Elle a été victime d’un accident de parcours qui s’est traduit par deux mauvaises gestions de match contre l’Algérie mais surtout durant le second match contre le Rwanda qui s’est montré très fort. Quelque part il y a eu manque d’expérience de l’ensemble de nos joueurs mais aussi de notre coach national. On a perdu au goal average sur une défaite cuisante du Rwanda contre l’Algérie Après, le fait que Sitraka était parmi les cinq majeurs d’Afrique et que Marco a été sacré meilleur marqueur à trois points, demeure tout de même très significatif pour nous.

Comment voyez-vous l’avenir de cette équipe nationale U16 garçons?Cette équipe nationale U16 a du potentiel. Les membres ont été détectés au mois de janvier. Certains joueurs n’avaient même pas de club. Depuis, un travail a été réalisé qui a fait que nous avons atteint une cinquième place africaine. Il faut juste plus de compétitions internationales à cette sélection nationale U16 garçons. Au niveau de la fédération malgache de basket-ball, on se démènera pour accueillir l’Afro­basket U18 garçons pour l’année 2018. Nos joueurs aiment le spectacle et pourront être très motivés pour évoluer devant un public malgache euphorique. Le résultat suivra en conséquence.

Madagascar n’est pas représenté en basket-ball féminin aux Jeux de la Francophonie. Quelle est l’explication ?. Je ne sais pas ce qui s’est vraiment passé pour que le basket-ball n’ait pas été retenu pour une participation aux Jeux de la Francophonie. J’ai demandé aux instances internationales du basket-ball s’il y avait des qualifications ou non. Leur réponse a été négative dans le sens où nous n’avons pas été sollicités pour une quelconque qualification. Le comité d’organisation des Jeux de la Francophonie a peut-être instauré une commission interne, ou alors ce sont les dirigeants du sport malgaches qui ont jugé que le basket-ball féminin n’avait pas sa place à ces Jeux. Si c’est le cas, ils sont les seuls responsables pour ne pas avoir donné la chance à nos basketteuses de s’exprimer. Pourtant, Madagascar a toujours participé en basket-ball durant les précédentes éditions des Jeux de la Fran­cophonie. L’État malgache doit être conscient que c’est par les échéances internationales que nous progresserons.

En parlant d’échéances internationales. Quel sera le grand rendez-vous de cette deuxième moitié de l’année?Madagascar sera hôte de la Coupe des clubs cham­pions de l’océan Indien hommes et dames au mois de septembre. Un évènement qui sera très attendu par tous, car le basket-ball dans l’océan Indien a connu et connaît actuellement une bonne dynamique avec un niveau de jeu assez élevé. Il y aura une vingtaine d’équipes qui seront en compétition et nous nous donnerons les moyens pour être à la hauteur de cette joute régionale. Le championnat national prévu en octobre identifiera les clubs qui seront en lice pour les échéances africaines.

Propos recueillis par Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Cyclisme - Championnat national – Les ligues régionales livrées à elles-mêmes

Une situation qui, forcement ne plaît pas à tout le monde. La fédération malgache de cyclisme (FMC) organisera, les 29 et 30 juillet prochains, son championnat de Madagascar 2017 à Anta­na­narivo et chaque ligue régionale participante devra se prendre totalement en charge.Ceci commencera par le droit de licence de trois mille ariary par coureur, puis le droit d’inscription de deux mille ariary. Pour couronner le tout, les coureurs pour certains, les clubs et les ligues pour d’autres, se chargeront de la restauration et de l’hébergement mais aussi de l’assurance qui, normalement, devrait être couverte par l’obtention de la licence fédérale.Jusqu’ici, sur les dix ligues régionales existantes, seule celle d’Analamanga est officiellement inscrite pour le sommet national avec une présence massive de quarante huit coureurs.Cette semaine, la ligue régionale de Vakinankaratra a annoncé également à la FMC qu’elle alignera cinq coureurs pour ce sommet national.« On est dans le désarroi. Sans aucune prise en charge par la FMC, les ligues régionales sont obligées de participer pour soutenir du mieux que possible leurs coureurs. Une aide qui ne suffira pas pour couvrir la totalité des dépenses. Les cinq coureurs, que nous allons aligner, devront débourser de leur poche pour une franche participation au sommet national », déplore Bienaimé Andriamarohaja, président de la ligue régionale de cyclisme de Vakinankaratra.Outre les grands coureurs d’Analamanga où figurent Mazoni Rakotoarivony, champion régional en titre, Emile Randrianantenaina et consorts, la concurrence sera donc au rendez-vous avec ceux du Vakinankaratra qui alignera Roger Randria­nam­binina, Hasina Rako­tonirina, Joharivelo An­drian­jaka, Harinala Faly Andrianasolo et Jean Juste Ramarosandratana.

Performance obligeDu coté de la FMC, on s’attend a une grande manifestation où la recherche de performance primera sur tout le reste. « Cette année, nous misons vraiment sur la performance de l’ensemble des coureurs. Nous attendons la confirmation de la participation des ligues régionales, qui devront se prendre en charge. Nous comptons sur une participation d’au moins six ligues régionales pour cette édition 2017. Après ce sommet national, nous organiserons deux autres manifestations telles le trophée des As et le grand prix de l’amitié. Ces trois courses, que la FMC organise, feront l’objet d’une sélection en vue de la quatorzième édition du Tour cycliste international de Madagascar au mois de décembre », rappelle Jean Claude Relaha, président de la FMC.Pour les deux journées du championnat national, le samedi 29 juillet concernera l’épreuve de la course contre la montre individuelle de vingt kilomètres au by-pass. La course en ligne, quant à elle, est prévue sur la RN4 et sera longue de cent quarante kilomètres avec un départ à Andranotapahana.

D.R.

L'express de Madagascar0 partages

Examen national – Résultat catastrophique du BEPC

Médiocre résultat. Seuls les 33,80% des trois cent quarante neuf mille candidats qui se sont présentés à l’examen du BEPC l’ont réussi, en cette session 2017. Il faudra voir le détail des résultats par Circonscription scolaire (Cisco), affiché dans la page facebook du ministère de l’Éducation nationale, hier, pour être vraiment étonné. Celle de Benenitra, dans la région d’Atsimo-Andrefana enregistre un taux de réussite de 4,72%. Elle se situe à la dernière place sur les cent quatorze Cisco dans tout Madagascar. À la cent treizième place se trouve la Cisco de Vavatenina, dans la région d’Analanjirofo, avec un taux de réussite de 6,45%. Ensuite, la Cisco d’Ambatomainty, dans la région de Melaky, qui a enregistré un résultat de 7,03%, et Tanambao Manampotsy, dans la région d’Atsinanana, avec un taux de réussite de 9,09%. Les résultats de la plupart des Cisco de l’Est de la Grande île, de Vohémar, à Vangaindrano, en passant par Nosy Varika, Mahanoro n’ont pas dépassé les 25%.Le chef Cisco de Benenitra, Randrianaina Razafimanan-tsoa, a évoqué le problème de corruption dans sa zone. «Notre résultat  est passé de 18% en 2016, contre  4%, cett année. C’est évident. L’année dernière, une grande corruption a été décelée. Certains ont acheté leur réussite. Cette année, des tentatives de fraudes ont été mises à nu, à savoir des cahiers et des téléphones portables pris dans les toilettes. Des mesures ont été prises », explique-t-il.Ce cas serait exceptionnel, pour Benenitra. Ce résultat catastrophique ne pourrait s’expliquer que par le faible niveau des enseignants, selon des chefs Cisco et des anciens enseignants, qui ont gardé leur anonymat. « Il y a des enseignants qui ont réussi le BEPC et le baccalauréat, en même temps. Peu après, ils ont été recrutés. Ils ont déjà participé à la correction de l’examen, cette année, alors qu’ils ont à peu près le même niveau que les candidats », confie un enseignant. Un chef Cisco de souligner que certains enseignants n’ont ni la conscience professionnelle ni la vocation à enseigner.Antananarivo-ville est à la dix-septième place dans ce classement, avec un taux de réussite de 48,05%. Elle est dépassée de loin par Tsihombe, qui a remporté la première place, avec un résultat de 85,45%. Bekily, Morombe, Mahabo, Ampanihy, Amboasary Sud, Ambovombe, sont dans les quinze premières places.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Masters – Hery remplace Luc 

Changement de composition pour la sélection malga­che, aux Masters de pétanque, en France. Hery Razafim­ahatratra remplacera Luc Rahaingoson, pour la troisième étape de ce jeudi, qui se jouera à Clermont-Ferrand.Hery, champion du monde en titre en décembre, rejoint donc Christian Andrianiaina, alias Nanou, et Tojo Rahasintsoa, alias Cobra, pour ce troisième rendez-vous de la tournée 2017. « C’est une question de stratégie, par rapport au terrain de Clermont-Ferrand, où nous devons nous renforcer en pointe », évoque notamment Nanou à propos du remplacement de Luc par Hery.Lors des deux premières étapes, la Grande île a été éliminée à chaque fois en demi-finales. À Romans-sur-Isère, le jeudi 13 juillet, la formation malgache a disposé du Bénin en quarts de finale (13-0), avant de s’incliner devant l’équipe Rocher (5-13). À Wissem­bourg, le jeudi 20, la sélection malga­che a réussi son entrée en matière face à l’équi­pe locale (13-5), avant de perdre devant l’équi­pe Gire (3-13).Après deux étapes, Mada­gascar occupe la quatrième place du classement général, avec dix points à son compteur. Devant, il y a les équipes Fazzino (12 pts), Gire (12 pts) et Fournié (10 pts). Derrière, l’on retrou­ve Rocher (7 pts), le Bénin (5 pts) et l’équipe de France (4 pts).« C’est du très haut niveau. Mais sur le terrain, on est tous sur le même piédestal et on peut rivaliser avec eux », affirme Nanou à propos de ses adversaires.Vu ce classement, Rocher constitue la première menace pour la Grande île. Pour s’assurer de garder sa quatrième place, cette dernière doit faire mieux qu’une demi-finale, ce jeudi. Rappelons que seuls les quatre premiers du classement seront qualifiés pour le Final Four, au terme des sept étapes de la tournée.

Haja Lucas Rakotondrazaka 

L'express de Madagascar0 partages

Litige foncier – Un an ferme pour Alain Ramaroson

Le verdict est tombé. L’homme politique et ancien membre du Conseil Supe­rieur de la Transition (CST) Alain Ramaroson écope d’un an d’emprisonnement ferme et une amende s’élevant à neuf cent millions d’ariary. Lors du procès du 18 juillet, concernant le litige foncier à propos du terrain d’Ando­ha­ranofotsy où il est accusé de faux et usage de faux par des membres de sa famille, ces derniers ont demandé des dommages et intérêts de deux milliards d’ariary.Alain Ramaroson est accusé de faux et usage de faux par son frère et les enfants de deux de ses au­tres frères déjà décédés. Entre autres, on l’accuse d’avoir falsifié des documents afin de s’accaparer les terrains, sources de litige. Il les aurait ensuite vendus en son propre nom. Cependant, d’après des personnes se disant « proches » de l’accusé, il n’a aucun moyen de contrer les accusations. Les papiers qui prouveraient qu’Alain Ramaroson a hérité légalement de ces terrains ont brûlé durant un incendie en 2015, sans parler du fait que les notaires et les responsables du partage et de la vente de ces terrains seraient tous décédés.Après près d’un an passé sous mandat de dépôt et plusieurs reports du procès pour finalement aboutir à ce verdict, Alain Ramaroson n’est pourtant pas au bout de ses peines. Un autre dossier de même nature dans lequel les mêmes plaignants l’accusent de faux et usage de faux à propos d’un terrain à Ambohimangakely l’attend encore et les informations tendent à penser que le procès sur cette seconde affaire est programmé pour le mois d’août, soit pratiquement un an après son placement en mandat de dépôt.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Défis démographiques

Récemment, une déclaration du Président français Emmanuel Macron avait fait bondir les chercheurs, les démographes, les analystes et les faiseurs d’opinion en Afrique. C’était à propos du lien entre la natalité et le développement du continent africain. C’était le 8 juillet, en marge du sommet du G20. À la question, « combien les pays du G20 sont prêts à mettre dans l’enveloppe pour sauver l’Afrique ? », le Président français a alors répondu, entre autres, que « quand des pays ont encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien ».Comme il fallait s’y attendre, les réactions ont été à la hauteur de la déclaration, notamment en Afrique Francophone. Et pour cause, les liens « indéfectibles » entre la nation française et l’Afrique font que, chaque pas, d’un côté comme de l’autre, soit scruté à la loupe. La thèse sur le développement du continent africain et la démographie ne datent d’ailleurs  pas d’aujourd’hui, mais chaque fois que le sujet est remis sur le tapis, une polémique sans que l’on arrive à se mettre d’accord.À la suite de cette déclaration, il y a, toutefois, un fait à prendre en compte. En effet, lorsqu’un pays nous offre des aides, des dons ou encore des soutiens, quels que soient les termes utilisés, il est courant qu’il scrute de près où va son argent, et par ricochet donne parfois, si ce n’est souvent, des leçons de gouvernance. Il appartient, par la suite, au pays concerné de suivre ou pas à la lettre ses « recommandations » avec tous les risques que cela comporte.Au-delà de la polémique, il faut aussi arrêter de se voiler la face et faire face à une évidence. L’Afrique, les démographes s’accordent sur ce point, c’est le taux de fécondité le plus élevé du monde, dont la moyenne globale est de 2,5. Dans la région méditerranéenne, le taux est de 3,5, tandis qu’en Asie, le taux est de 2,4. Il semble, par ailleurs, que le taux de renouvellement de population, permettant de rester à un niveau similaire, est de 2,05 enfants par femme. Sauf que le taux africain est lui-même très variable d’un pays à l’autre. Ainsi le Niger détient le record avec un taux de fécondité de 7,6 enfants par femme, tandis que celui de l’Afrique du Sud, de la Tunisie, du Maroc et de la Libye est à 2,4. L’île Maurice a le taux de fécondité le plus bas du continent avec 1,4 enfant par femme.Quoi qu’il en soit, s’il y a une part de vérité dans cette assertion, il faut, toutefois, arrêter cette manie de mettre l’Afrique dans un même sac. Car, s’il est vrai que le Continent continue de renfermer une grande partie des pays qui accumulent des retards, il existe quand même ceux qui arrivent à assurer leur développement.Comme le disait Nicolas Meda, le ministre burkinabé de la santé, « C’est aux femmes africaines de décider combien elles veulent d’enfants, quand et avec qui ».D’ailleurs, les milliards d’euros dépensés en Afrique ne vont pas directement à cette population dont le président français en parle. Pour le cas de Madagascar, une grande partie est engloutie au sein des sociétés d’État, un tonneau de Danaïdes selon l’expression de l’ancien ambassadeur François Goldblatt, dont les résultats sont connus de tous aujourd’hui.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Europétanque – Victoire du trio  Jex-Tselonina-Mamy

Une fois de plus, les boulistes malgaches ont démontré leur supériorité. La finale de l’Europétanque de Nice, lundi soir en France, a opposé deux triplettes composées uniquement de boulistes de la Grande île.D’un côté, il y avait le trio Jex-Tselonina-Mamy, qui a éliminé Kerdjou-M.Molinas-J.Molinas en demi-finales (13-3). De l’autre, la formation Paps-Andry Kely-Mamy, victorieuse de Lacroix-Dubois-Bonetto dans l’autre rencontre du dernier carré (13-11).Et en finale, Tselonina et ses équipiers ont pris le dessus sur leurs compatriotes en six mènes. Score final 13 à 5. Les passionnés de pétanque à Madagascar, ayant accès aux chaînes par satellite, ont pu suivre la phase finale en direct. Celle-ci a été retransmise sur la chaîne L’Equipe 21.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Concours de beauté – La miss Stroïatriad 2017 est une Malgache

Elle s’appelle Dovo Phasilas Maxime et elle est originaire de Fénérive Est. Du haut de ses vingt-cinq ans, elle a remporté l’élection de Miss Stoïatriad 2017 qui  tenue vendredi dernier à Moscou en Russie. Cette étudiante en relations internationales a représenté le continent africain lors de ce concours. Elle était en lice avec quatre Russes pour disputer la couronne. Comme dans les concours de beauté, la mise en avant de la culture du pays d’origine de chaque candidate est une étape très importante. Et Dovo Phasilas Maxime a su montrer brillamment les tenues traditionnelles Betsimisaraka à laquelle elle appartient, ainsi que les danses traditionnelles malgaches tout en expliquant les six provinces qui composent la Grande Ile. Les traits physiques aussi comptent sur la notation du jury et son sourire, sa beauté et son physique ont fortement impressionné l’assistance.Dovo Phasilas Maxime adore les défis. « Je dois vivre à fond. Rien n’est impossible. Pas de plan B, un seul chemin suffira », résume sa philosophie. Les concours de beauté sont sa manière de valoriser son pays aux yeux des Russes. Elle était la première dauphine de Miss Madagascar-Russe 2017 organisé par les étudiants malgaches en Russie en collaboration avec l’ambassade de Madagascar en Russie et Air Maroc. Au mois d’avril, la belle Phasilas a remporté la couronne de Miss Intelligence de son campus.Le concours de Miss Stroïatriad se tient annuellement et est ouvert aux étudiantes de l’Université de l’amitié des peuples. Par son brillant parcours, Dovo Phasilas Maxime a su démontrer qu’elle est à la fois belle et intelligente.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement – Cent écoles privées à fermer

Définitif. Cent six écoles privées dans tout Madagascar devront fermer leurs portes, dès la prochaine rentrée scolaire. Elles n’ont pas régularisé leur situation, malgré la sollicitation de l’Office national des écoles privées (ONEP), depuis avril. Au début, cent soixante et onze écoles ont été concernes par cette mesure. « Très peu d’entre elles ont entamé la procédure de régularisation. Malheureusement, les demandes de quelques-unes n’ont pu être accordées. Leur bâtiment se situe trop près d’un bar », explique le directeur de l’Onep, Fara Hanitra Randrianatoandro, hier.Vendredi 21 juin a été la date limite de cette régularisation. L’Onep passera à la prochaine étape, la semaine prochaine, celle de l’affichage de la liste des établissements irréguliers au niveau de chaque fokontany.Le ministère de l’Éducation nationale a toujours précisé qu’il n’allait pas procéder directement à la fermeture. « Le nom de ces établissements  sera affiché au niveau des fokontany. En voyant cette liste, il est certain que les parents d’élèves ne vont pas inscrire leurs enfants dans un établissement irrégulier. Sa fermeture se fera automatiquement», renchérit Fara Hanitra Randrianatoandro.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Consolidons la paix

Colonisation, décolonisation, mouve­ments populaires de 1972, de 1991, de 2002, de 2009, élection présidentielle ni…ni de 2013, ces temps forts de la vie politique malgache ont entraîné mobilisations et déceptions, blessures et morts d’homme, ruptures et fractures sociales. La voie d’une paix durable est parsemée d’embûches.Madagascar s’apprête à organiser une élection présidentielle en 2018. La CENIT s’y prépare sérieusement. Cependant, des doutes de détournement du verdict des urnes planent. Ni les règles de jeu, ni les organisateurs, ni les arbitres de cette compétition électorale ne rassurent les joueurs. Le terrain de jeu chaotique, décrit ci-après, ne se prête pas davantage à recevoir une compétition de cette envergure.Les abus des prérogatives de puissance publique, la corruption, le non-respect de l’État de droit, l’interdiction de manifestation publique sauf pour le parti au pouvoir, l’insécurité, inquiètent. Des bandits de grand chemin osent attaquer et tuer nos policiers et gendarmes en service sur terrain. Comme un bateau sans boussole, en plein océan, la Grande Ile perd ses repères et chavire au gré des vagues dont le commandant de bord minimise les dangers.Quatre ans après la sortie de crise, les victimes ruminent, avec amertume, leurs blessures et attendent leurs droits. Alors que les vainqueurs de l’élection ni… ni sont profondément divisés, les parties, jadis en conflit, n’arrivent pas à se rapprocher. La méfiance et la dramatisation dénaturent la démarche du pardon. Par ailleurs, le pouvoir parle beaucoup du défi de développement, mais dialogue à peine avec les acteurs poli­ti­ques et sociaux qui lui demandent plus d’informations sur les Îles éparses, les affaires de Soamahamanina et d’Antsakabary, et nos relations avec la Chine et la Turquie. Pourtant, la majorité des Malgaches ne veut plus rééditer la crise de 2009, ni refaire l’élection ni… ni de 2013. En évitant de standardiser les spécificités des conditions locales, il est temps de s’inscrire dans la justice transitionnelle, une quête à la fois difficile et indispensable.À la croisée des chemins, évitons de faire fausse route. Comme dit le proverbe malgache : « Toko tapaka, vilany mitongilana, izay tsy mety arenina », acceptons de voir et de redresser ensemble ce qui ne va pas. Certes, vous détenez le pouvoir, oui, vous êtes dans l’opposition. À présent, cherchez ensemble la voie qui évitera de tomber dans une nouvelle crise, fatale pour notre économie. Œuvrons ensemble pour assurer une alternance démocratique au pouvoir. Celle-ci ne se décrète pas, elle est conditionnée par la liberté de l’opposition et la sincérité de l’élection.Les Malgaches aspirent à vivre ensemble et en paix. Les jeunes ont le droit de trouver du travail. La société civile et les syndicats méritent plus de considération et d’écoute. Les journa­listes sont la voix et la conscience de la société. Les courants d’opposition traduisent la vitalité de la démocratie. Ensemble, en respectant nos différences, nous trouverons le moyen d’aller de l’avant et d’asseoir enfin une paix durable.

Par André Rasolo

L'express de Madagascar0 partages

Mort dans un puits

Tombé dans un puits la tête la première à Ambohi­bao Bongatsara avant-hier, un homme de quarante-huit ans y a laissé la vie. Le rapport de la gendarmerie indique qu’il aurait aurait commis l’irréparable en regardant dans le puits après avoir bu.

L'express de Madagascar0 partages

Rallye Haute Matsiatra – La qualité des nouvelles pistes fait l’unanimité

Certains itinéraires des rallyes passaient par Fiana­rantsoa, dans le temps. Mais pour la première fois, la capitale de la Haute Matsiatra a accueilli en son centre un tel événement. Après trois jours de course, les coureurs ont tous affiché leur satisfaction.« Il n’y a rien à dire sur l’état des pistes, c’était au top. Personnellement, j’ai surtout apprécié l’épreuve spéciale numéro 4 (Ndlr : Antanifotsy – Talata Ampano, 18,86 km). On y retrouve des lignes droites, des parties sinueuses et plus techniques, des sauts… Sans oublier des changements de revêtement avec des portions couvertes de gravillons. A ma connaissance, il s’agit d’une route provinciale datant de l’épo­que d’avant-indépendance », souligne notamment Alain Rasamimanana, copilote de Haja Danielson sur SsangYong Actyon Sports, avec lequel il a terminé à la troisième place du classement général.Sur le baquet de droite, il était aux premières loges. « Vu la qualité du tracé, chaque équipage a attaqué à outrance et a pris des risques. Le rythme était très soutenu, ce qui est, entre autres, à l’origine des quelques sorties de route de vendredi et samedi. Je tiens également à souligner l’entraide entre les concurrents, vu qu’on était loin d’Antananarivo et que c’était plutôt compliqué de trouver des pièces de rechange », rajoute-t-il.Les spectateurs, eux aussi, se sont bien régalés, avec notamment les quatre super-spéciales sur le circuit JMJ. Des milliers de personnes se sont déplacées pour assister aux trois jours de rallye. Et les coureurs leur ont offert un show unique. A tel point qu’ils en ont redemandé pour une prochaine édition en 2018.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Captif libéré

Rapt contre rançon d’un éleveur bovin à Ankazom­borona Mahajanga la semaine passée. Les ravisseurs ont réclamé vingt millions d’ariary. Saisie, la gendarmerie a lancé une opération. Une fusillade a éclaté lorsque les gendarmes se sont heurtés aux malfaiteurs. L’otage a été libéré après paiement d’une rançon s’élevant à quatorze millions d’ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Quintuple incarcéra­tion

Traduits devant le parquet d’Ankazobe hier, cinq suspects ont été placés en détention préventive. Ils sont poursuivis pour tentative d’attaque de taxi-brousse et cambriolage. Une trousse de clés ainsi qu’une somme s’élevant à cinq cent mille  ariary ont été découvertes lors de leur arrestation dans la nuit de samedi à dimanche.

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Mpitsabo maty notifirin’ny jiolahy

Mpitsabo iray tao an-drenivohitr’i Toliara tao no maty nisy nitifitra ny harivan’ny alatsinainy lasa teo, teny Tsianaloka. Araka ny fantatra, dia an-dàlana hody izy tamin’io fotoana io no sendra ny jiolahy. Notifirin’ireto farany avy hatrany ity farany ary maty tsy tra-drano. Vao lavo ity farany dia lasa nitsoaka ireto olon-dratsy ireto. Tsy nisy zavatra lasan’ireo mpamono afa-tsy ny findain’ity mpitsabo ity raha ny fampitam-baovao azo avy an-toerana. Hatreto dia tsy fantatra mazava na famonoana olona tsotr’izao ity nitranga tao an-tampon-tanan’i Toliara ity na fanendahana niafara tamin’ny vono olona. Raha ny fandinihana ny zava-nisy, hoy ny fanazavàna nomen’ny tompon’andraikitry ny filaminana any an-toerana dia mety ho zavatra efa nosaintsainina sy nomanina ity famonoana mpitsabo ity. Hita mihitsy mantsy, hoy hatrany izy fa nampiasana fitaovana ilay vono olona fa tsy vitan’ny hoe kisendrasendra, ary efa nomanina ny ora sy ny fotoana. Raha ny fampitam-baovao tokoa mantsy dia efa nisy môtô niandry ireo mpitifitra tsy lavitra teo, ary nitondra ireto farany nitsoaka. Tsy hipetra-mora amin’izao famonoana ny havanay izao izahay hoy ny fianakaviana fa tsy maintsy hanara-maso akaiky ny fanadihadiana. Efa nandray an-tanana ity raharaha vono olona ity avy hatrany ihany koa ireo mpitandro filaminana any an-toerana. Marihana, fa ambonin’ny maha-pitsabo azy dia fantatra fa sady mpampianatra any an-toerana ity namoy ny ainy no efa olom-boafidy ihany koa.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Clovis Razafimalala : Hampiakatra fitsarana ambony ny mpiaro azy

Raharaham-pitsarana narahan’ny maro maso akaiky, ilay tranga mahakasika sakoroka tany Maroantsetra, ny volana septambra ny taon-dasa. “Fikomiana amin’ny fanjakana, fanimbana ny biraon’ny distrika sy ny fitsarana, fandorana taratasim-panjakana”, ireo ny heloka nanenjehana ireto olona 8 nosamborina tamin’izao raharaha izao, ka isan’izany  Razafimalala Clovis, izay narahan’ny fiarahamonim-pirenena mpiaro ny tontolo iainana sy ny zon’olombelona akaiky.

Telo hatramin’ny dimy taona. Naharitra adin’ny roa sy sasany ny fifandaharana teo anivon’ny fitsarana ady heloka be vava Toamasina nandritra ny foam-pitsarana. Tao anatin’izay dia samy namoaka ny fiarovan-tenany avokoa ny rehetra; nefa ho an’ny mpiaro ireto olona nosamborina tany Maroantsetra ireto dia “fitsarana politika” ny zava-misy, satria natao maimaika ny fanakatonana ny antontan-taratasin’ady raha voasambotra ireo olon’ny TIM nokendrena sy ireo ankahalaina tiana hofaizina nefa raharaha sarotra no hotsaraina. Raha namoaka ny didim-pitsarany anefa ny filohan’ny fitsarana ady heloka be vava sy ireo mpitsara mpanampy efatra niaraka taminy, dia nafahana noho ny fisalasalana ingahy André 75 taona sy  R. Clovis, saingy nahazo sazy miantoka 05 taona kosa ity farany noho resaka “fikomiana”, samy mandoa onitra iray hetsy ariary amin’ny fanjakana kosa izy mianaka. Voasazy asa an-terivozona sy 5 taona tsy mandia faritany kosa ingahy isany Mandimby sy Nicoles ary Constant, izay samy mbola miampy onitra dimy tapitrisa isany avy ihany koa. Asa an-terivozona 5 taona sy 5 taona tsy mandia faritany kosa no azon’i Ernest sy Rodrigue ary Martial, mbola niampy onitra dimy tapitrisa ariary sy didy fampisamborana izy ireo noho ny tsy fahitana azy nandritra ny fitsarana azy ireo omaly.

Gadra nitsoaka. Tsy afa-po tamin’izao didy nivoaka izao ny fianakavian’ireo voarohirohy sy ireo fiarahamonim-pirenena, saingy nambaran’ireto vahoaka maro nameno ny efitranom-pitsarana omaly dia “atody miady amim-bato izahay amin’izao raharaha izao, ka nekena na marary anay aza ny manjo ny havanay”. Ny nanaitra ihany koa tao anatin’ny fitsarana ady heloka omaly ity dia tao anatin’ny fotoam-pitsarana vao nanatitra ny taratasy milaza ny fandosiran’ingahy Martial tao am-ponja ny fandraharaha ny fonja; ingahy Rodrigue kosa na nandefasan’ny fanjakana “komando” sy mpitandro filaminana maro be nikaroka azy dia tsy hita hatramin’izao ny toerana misy azy eto amintsika. Ankilan’izay dia natao tsy fantatra nandritra ny fifandaharana teo anivon’ny fitsarana sy tao anaty antontan-taratasin’ady ilay tovolahy iray maty voatifitry ny zandary, nandritra ity raharaha ity; sy ilay ady misy eo amin’ireto mpandraharaha lavanilina roa niteraka ny olana, ary ny fahalemen’ny fanjakana any ifotony nisoroka ity sakoroka lasa “fikomiana” tao Maroantsetra ity.

Nandritra ny fotoam-pitsarana dia tazana nanaraka akaiky ny raharaha ny fiarahamonim-pirenena eo anivon’ny vovonan’ny fiarovana ny tontolo iainana, ny solontenan’ny AVG, ny komity misahana ny fiarovana ny zon’olombelona eto amintsika, ary ireo iraka manokana nalefan’ireo vondrona iraisam-pirenena eto amintsika. Nilaza ny hampiakatra fitsarana ambony izy ireo, indrindra ny AVG; izay isan’ny niantoka mpisolovava ho an’I Clovis.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Alain Ramaroson : Voasazy 1 taona an-tranomaizina, 9 andro sisa alainy

Nivoaka omaly ny didim-pitsarana mikasika ilay raharaha mahavoarohirohy an’Atoa Alain Ramaroson ka nanenjehana azy ho nanao hosoka sy fampiasana hosoka tamin’ny varotra tany teny Andoharanofotsy, ny taona 2009 teo. Herintaona an-tranomaizina sy fandoavana onitra 950 tapitrisa Ariary no sazy nomen’ny Fitsarana ambaratonga voalohany eto Antananarivo azy. Sazy an-tranomaizina izay azo lazaina fa efa madiva ho vitan’ny voaheloka ihany raha oharina amin’ny fotoana, izay nitazonana azy am-ponja vonjimaika nanomboka ny 3 Aogositra 2016.  9 andro sisa araka izany no mbola alainy.

Raha tsiahivina ny raharaha izay nitsarana ity mpanao politika tsy zohina amin’ny maro ity dia fanaovana hosoka tamin’ny fivarotana tany mirefy 1 ha izay lova nifampizarany tamin’ireo rahalahiny telo no anejehana azy. Nitory azy ny zanak’ireto rahalahiny ireto noho Alain Ramaroson nivarotra izany an-tsokosoko ka nampiasa taratasy fanomezan-dalana hosoka izay voalaza fa manome alàlana azy hivarotra ny anjaran’ireto farany. Ho setrin’izany fitaka izany dia nitaky onitra 2 lavitrisa Ariary ireo mpitory.

Hosoka satria, araka ny fiampangana nataon’ny fampanoavana nandritra ny fitsarana ity raharaha ity tamin’ny 18 jolay teo, olona efa maty tamin’ny 2002 sy 2008 ny roa tamin’ireo nolazaina fa nanao sonia ity taratasy ity, izay nosoratana tamin’ny 2009. Nanda izany mafy anefa ny voampanga sy ny mpislovava azy nandritra io fotoam-pitsarana io. Tao amin’ny fiarovan-tenany no nanizingizinany fa tsy izy mihitsy no nangalatra ireo sonia ireo. Nanaporofo izany ny mpisolovava azy ka nilaza fa voamarin’ny fitiliana natao tamin’io taratasy io izany. Tsy nanafina ny mety hisian’ny ambadika politika amin’izao raharaha izao ihany koa ny mpisolovava azy. Fantatra fa mbola misy raharaha hafa  mitovy tsy misy valaka amin’ity Andoharanofotsy ity  ihany ka ifanolanany amin’ny fianakaviany, tsy maintsy hitsarana azy amin’ny voalohan’ny volana Aogositra ho avy izao.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Manakambahiny-Ambatomaro : Un septuagénaire meurt empoisonné par sa copine

Poursuivies pour homicide volontaire, deux femmes sont placées sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora après avoir été entendues au Parquet du Tribunal de première instance d’Antananarivo, samedi 22 juillet. Elles sont soupçonnées d’avoir empoisonné le septuagénaire retrouvé mort à son domicile à Manakambahiny-Ambatomaro le 9 juillet dernier. Très jeune, l’une des suspectes était la copine du défunt. Soupçonnée d’être complice, l’autre est la femme de ménage de ce dernier. Puisque le constat du corps du défunt a révélé qu’il s’agit d’une mort suspecte, la brigade criminelle de la Police nationale à Anosy a ouvert une enquête. La suspicion est tombée sur la copine du septuagénaire, qui aurait été avec ce dernier la veille de la découverte macabre. Durant le constat sur les lieux, la police a trouvé un verre contenant du Coca-cola que la victime aurait bu avant sa mort. Les enquêteurs de la police ont alors procédé à l’expertise du contenu du verre dont le résultat a montré l’existence d’un produit toxique qui aurait causé le décès du septuagénaire. Ainsi, la jeune femme a été arrêtée le 19 juillet à Mandroseza.  S’agit-il d’un crime passionnel ou d’un meurtre dont le mobile est de dévaliser la victime ?

T.M.