Les actualités à Madagascar du Mardi 26 Mai 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara151 partages

Jirama : Double facturation en un mois

Au tout début de la crise sanitaire, le Président de la République Andry Rajoelina  avait pris la décision de ménager les foyers malagasy en invitant la Jirama à accepter un paiement en différé et échelonné  des factures.  Une manière  pour le numéro Un malagasy de penser à l’intérêt de la grande majorité des Malagasy frappée par cette crise du Covid-19. Actuellement, la Jirama semble  malheureusement passer outre cette recommandation présidentielle en  faisant mener la vie encore plus dure à ses abonnés. Et ce, à travers cette double facturation en un mois qu’elle vient d’imposer. En effet, mauvaise surprise pour beaucoup d’abonnés de la Jirama qui ont reçu pendant ce mois de mai deux factures. Qui plus est, avec des montants faramineux. En tout cas,  nombre d’abonnés se posent actuellement la question de savoir comment ils vont payer ces factures. Car même si  le paiement échelonné est encore accordé, il sera toujours difficile de payer ces deux factures arrivées en un mois seulement . Ce, d’autant plus que les services de la Jirama se sont de nouveau dégradés ces derniers temps. Coupures fréquentes et  tension trop basse sont actuellement le lot quotidien des abonnés  qui risquent, en plus de la crise sanitaire, s’exposent aussi à une crise de…nerfs.

R.Edmond.

Midi Madagasikara10 partages

FTAR : Grève des taxis en gestation ?

Rien ne bouge pour les taxis, ou pire, les choses empirent. C’est du moins ce qu’affirme l’association des taxis FTAR (Fikambanan’ny Taxi Antananarivo Renivohitra), par la voix de sa présidente Clémence Raharinirina, face à la situation dans laquelle se trouve le secteur des taxis actuellement. Affirmant avoir été éconduite par les responsables municipaux et par le maire, qui refusent de tenir compte des propositions de la FTAR pour améliorer le secteur des taxi-ville, Clémence Raharinirina – par ailleurs, membre du conseil municipal élue via la liste IRK –  a décidé avec un autre membre du conseil municipal du même bord, de mettre fin à leur collaboration avec le maire Naina Andriantsitohaina, la semaine dernière. Le divorce est ainsi définitivement consommé entre la présidente de la FTAR, qui a marché un moment aux côtés de l’actuel maire de la capitale lors de sa course à la magistrature de la ville, mais depuis, plus rien ne va entre les deux personnalités.

L’association FTAR dirigée par Clémence Raharinirina envisage actuellement de mener un mouvement de contestation face à ce qu’elle estime être une inertie des responsables municipaux, face notamment aux taxis clandestins d’une part, et au développement exponentiel du secteur informel des taxis moto d’autre part, quoique le problème semble aller bien au-delà de ces deux volets. Ce, même si sur le terrain, on constate effectivement la présence des taxis moto qui exercent le métier de manière clandestine. Le secteur est en plein boom. Le dossier serait en cours actuellement, concernant les démarches pour donner une existence légale aux taxis moto.

Ce samedi 30 mai, l’association FTAR prévoit de tenir une réunion afin de discuter de la forme à donner à ce mouvement de contestation. Une réunion à quatre vagues en raison des restrictions sanitaires, et qui se tiendra dans ses locaux à Ankazomanga.

Hanitra R.

Midi Madagasikara4 partages

Etat d’urgence sanitaire : Possible prorogation jusqu’au 27 juin

Retour aux sources avec le défilé militaire sur l’Avenue de l’Indépendance

Face à la propagation du Covid-19, le déconfinement sera de plus en plus encadré.

Proclamé le 21 mars 2020, cela fait plus de deux mois que l’état d’urgence sanitaire est en vigueur sur toute l’étendue du territoire de la République où il a été prolongé à quatre reprises par tranche de 15 jours. La dernière prorogation a été décrétée le 16 mai dernier pour prendre fin le 30 de ce mois. Compte tenu du nombre de cas confirmés qui augmente au fil des tests effectués par différents laboratoires, il faut s’attendre à ce que le conseil des ministres prévu normalement ce samedi, décide de prolonger la situation pour une sixième période de 15 jours qui s’étalera du 30 mai au 13 juin.

Distanciation sociale.  A l’allure où circule le virus à travers le pays, il n’est pas exclu que l’état d’urgence sanitaire vienne même à être prorogé jusqu’au 27 juin. Juste au lendemain de la célébration du 26 juin prévue « à huis clos » car  toutes les portes d’Analakely seront fermées au public pour le retour aux sources du défilé militaire sur l’Avenue de l’Indépendance. Reste à savoir si la distanciation sociale pourra être respectée dans les rangs lors de cette parade placée sous le signe du déconfinement  encadré et devant une assistance réduite dans la tribune officielle installée pour l’occasion sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Pour ne pas dire sur la Place du 13 mai dont le jubilé, enfin presque, a été quasiment confinée, il y a deux semaines de cela. Pour le 60e anniversaire de l’Indépendance, des mesures strictes de sécurité seront de mise sur cette Place où se fait et se défait les régimes.

Miara-manonja. La cérémonie sera évidemment diffusée en direct sur le petit écran et probablement en mode « miara-manonja » puisque la réquisition des stations radio et télé restera en vigueur avec la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. De toute façon, les médias – toutes tendances confondues – couvriront certainement le 60è anniversaire de la fête de l’Indépendance qui appartient à tous les Malagasy. Ce sera même l’opportunité de raffermir l’unité nationale face à la poussée du Coronavirus, un « ennemi invisible » qui risque de circuler insidieusement sur l’Avenue de l’Indépendance en cas de foule contact sur cette voie traditionnellement bondée de monde chaque 26 juin.

R. O

Midi Madagasikara3 partages

Centrale hydroélectrique : 4,02 millions d’euros accordés par le FAD pour le Projet Sahofika

Le Projet Sahofika permettra à la Jirama d’économiser 100 millions d’euros par an en coûts de carburant, soit plus de 416,86 milliards Ariary.

Plus de huit millions de personnes bénéficieront du projet hydroélectrique Sahofika. Ce projet permettra de résoudre le gap de production d’électricité, et également de réduire les coûts de la Jirama de 100 millions USD par an, selon le Groupe de la BAD.

205 MW d’hydroélectricité. C’est la puissance, qui s’ajoutera au Réseau Interconnecté d’Antananarivo (RIA), grâce au projet d’aménagement hydroélectrique de Sahofika. Pour les initiateurs du projet, cette solution amorcera l’essor économique et le développement industriel dans la Capitale. La semaine dernière, le Fonds Africain de Développement (FAD) au sein du Groupe de la BAD (Banque Africaine de Développement) a annoncé l’approbation d’un prêt de 4,02 millions d’euros, avec une composante de subvention, pour financer la prise de participation de l’Etat Malagasy, d’un total de 30 millions d’euros, dans ce projet hydroélectrique. Le reste des financements devrait provenir de l’Union européenne et de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique. Selon les études réalisées, le projet génèrera un budget propre, et permettra de réduire les coûts de l’énergie au profit de plus de huit millions de personnes. A noter que le projet Sahofika est situé sur la rivière Onive, à 100 km au sud-Est d’Antananarivo. Il comprend la construction d’une centrale hydroélectrique de 205 MW et prévoit la construction et la réhabilitation de 110 km de routes d’accès, ainsi que la construction d’une ligne de transmission de 75 km, pour 220 kV. « Une fois mis en service, le projet Sahofika devrait contribuer à éviter 900. 000 tonnes d’équivalent CO2 par an », a indiqué le FAD.

Impacts énormes. Selon les déclarations faites, le Gouvernement malagasy s’est engagé à reverser les bénéfices du projet pour la réduction des tarifs d’électricité au bénéfice de la population de Madagascar. « Le soutien au projet Sahofika illustre l’engagement de la Banque à fournir un accès à l’énergie abordable, et de qualité à travers le continent pour une croissance durable et inclusive, tout en aidant les pays membres à exploiter de manière responsable, leurs vastes ressources énergétiques renouvelables, mais sous-développées. En tant que plus grand projet hydroélectrique en cours de développement dans le pays, le projet Sahofika va libérer le potentiel hydroélectrique de Madagascar, et diversifier son mix énergétique en faveur des énergies renouvelables à 90% », a déclaré le Dr Kevin Kariuki, vice-président de la BAD chargé de l’énergie, du Changement climatique et de la Croissance verte.

Grand partenaire. En décembre 2019, agissant en tant qu’ arrangeur principal mandaté, la BAD a déjà approuvé une garantie partielle de 100 millions de dollars US, pour le projet Sahofika, afin d’atténuer le risque de liquidité. La BAD soutient également le projet de renforcement et d’interconnexion du réseau de transport d’électricité, visant à renforcer et à étendre le réseau de transport à Madagascar, afin d’étendre la distribution de l’énergie supplémentaire générée par ce grand projet hydroélectrique. « Le projet Sahofika est la pierre angulaire du fort soutien de la BAD au secteur de l’électricité à Madagascar. La mise en service de Sahofika permettrait à la JIRAMA d’économiser environ 100 millions d’euros par an en coûts de carburant, tout en éliminant progressivement le besoin de subventions de l’État », a déclaré Mohamed Cherif, directeur national de la Banque pour Madagascar. Par ailleurs, le projet Sahofika, conforme à la politique énergétique de Madagascar, s’aligne au nouveau pacte de la BAD sur l’énergie pour l’Afrique, et le plan d’action de cette institution sur les changements climatiques, dont les objectifs collectifs comprennent le développement des infrastructures énergétiques vertes pour une croissance durable et inclusive.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre le COVID-19 : Mobilisation des OSC dans le suivi des financements

Les Organisations de la Société Civile revendiquent plus de transparence dans la gestion des financements alloués à la lutte contre le Covid-19.

Face à la pandémie du Covid-19 qui n’a pas épargné Madagascar, les Organisations de la Société Civile (OSC) se sont de nouveau exprimés, et ce, notamment relatif aux financements obtenus dans le cadre de cette maladie contagieuse.  Selon le communiqué remis à la presse, « dans le cadre de notre mission de promotion de la transparence et de la redevabilité de lutte contre la corruption, nous, acteurs de la société civile, sommes plus que jamais mobilisés dans le suivi des financements alloués à la lutte contre le Covid -19. Nous considérons que la transparence et la redevabilité ainsi que la lutte contre la corruption doivent faire partie intégrante des interventions et appuis, ce d’autant plus que de nombreux acteurs nationaux  exigent qu’il y ait transparence dans les aides liées  au COVID- 19 ».   

Utilisation. Ces OSC estiment ainsi que l’objectif final est  que chaque dollar attribué et dépensé soit au profit de la lutte contre cette pandémie et parvient effectivement aux citoyens. De ce fait, elles vont travailler, entre autres, pour retracer les allocations dédiées à la lutte contre le Covid-19 selon leur source, obtenir les plans de contingence qui encadreraient l’utilisation de ces fonds, mettre en place un mécanisme de suivi jusqu’au niveau local, notamment de la passation des marchés publics et des allocations qui parviennent effectivement aux bénéficiaires (dont les couches  vulnérables), évaluer les prestations de santé COVID- 19 dans les formations de santé qui y sont dédiées (hôpitaux et CSB), faire une veille informationnelle et communiquer aux citoyens les informations que nous aurons obtenues.

Transparence. Ainsi, dans le cadre de cette veille informationnelle, ces OSC publient le bulletin d’information n°1 relatif à ce suivi intitulé « la transparence et la redevabilité ne sont pas encore au rendez-vous ». Notons que  ces Organisation de la Société Civile sont composées notamment  de CCOC, ONG Ivorary, MSIS Tatao, ONG Saha, ONG Hitsy, le Mouvement ROHY, OIMP (Observatoire Indépendant des Marchés Publics et de  Transparency International –Initiative Madagascar. Toujours d’après ce communiqué, à la date du 15 mai 2020, le total des allocations des cinq Partenaires Techniques et Financiers est monté à 518, 2 millions de dollars, dont 169 millions encore en négociation. Plus de 51% des allocations acquises sont des prêts, déclarés à taux extrêmement concessionnels par les TPF, plus de 90% de ces fonds acquis, soient 311 millions de dollars, sont des appuis budgétaires, gérés par le ministère de l’Economie et des Finances, les autres ministères en charge sont celui de la Santé Publique, le ministère de la Population, Protection Sociale et Promotion de la Femme (11 millions de dollars) et le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics (1 million de dollars). Les 4,2 millions de dollars alloués dans le cadre du fonds fiduciaire ARC du FMI sont des dons permettant de couvrir le service de la dette à mesure que les paiements seront dus ? La prochaine échéance est prévue en juin 2020.             

Recueillis par Dominique R. 

Madaplus.info0 partages

Madagascar : La construction d'un Colisée au Rova d’Antananarivo crée une polémique

Un Colisée est en cours de construction au sein à coté du Palais de Manjakamiadana. Cette construction défraie la chronique depuis plus d’une semaine. Certains condamnent et considèrent cette modification des aspects du Rova d’Antananarivo comme étant un acte allant à l'encontre de la préservation de la culture malgache.
De son côté, la ministre de la culture et de la communication affirme qu'il s'agit bien d'un patrimoine nationale et dans un communiqué, la ministère a récemment partagé que toute construction se faisant au sein du palais étaient faites avec l'accord du comité scientifique composé d'historiens, d'archéologues et de muséologue. Sur un article paru sur le Monde, le Professeur Rafolo Andrianaivoarivony aurait affirmé qu’il démission car cette construction n’a jamais eu l’aval du comité scientifique. Mais la présidence a annoncé dans une publication sur sa page officielle que le professeur Rafolo reste membre de ce comité.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le Président de la République se rend à Toamasina

Pour une deuxième fois depuis le début de la propagation de l’épidémie du coronavirus à Toamasina, le Président de la République Andry Rajoelina se rend les lieux aujourd’hui. La ministre de la culture et de la communication, Lalatiana Andriatongarivo a annoncé la nouvelle la chaine nationale.
Cette fois ci, il y sera avec le ministre de la santé publique, ainsi que des personnels de la santé afin d’apporter du renfort aux personnels déjà en activité à Toamasina. Il apportera également des Covid Organics. La raison principale de sa venue est d’apporter son soutien à la population de Toamasina dans cette guerre contre le Covid-19.
Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusVoa ihany koa i Tsiroanomandidy

Niampy 15 ireo mararin'ny eto amintsika, izay hita tamin’ny fitiliana 201 natao, ka nampiakatra ny isa ho 542 hatramin’ny omaly. Filitiliana 164 no nataon’ny IPM teto Antananarivo, ka nahitana tranga 6 avy any Toamasina, 2 avy eto Antananarivo,

 

 

1 avy any Tsiroanomandidy ao anatin’ny faritra Bongolava, 1 avy any Moramanga. 37 ny fitiliana natao tany Toamasina, ka 5 tamin’ireo no voa. Raha haravona izany dia 11 Toamasina, 2 teo Antananarivo, 1 t, 1 Moramanga. Nisy 5 vaovao sitrana izay 4 teny amin’ny Hopitaly Befelatanana ary 1 tany Tsiroanomandidy, 1 Fianarantsaoa, ka 147 izy ireo hatreto. 393 no mbola manaraka fitsaboana. 6 ny "formes graves" na ireo tena atahorana. Taorian’I Tolagnaro sy Toliara, dia I Tsiroanomandidy izany izao no tanàna vaovao nahitana trangana covid-19. Nanomboka ny 19 martsa hatramin’ny 23 mey, dia miisa 9114 ny fitiliana vita ho an’i Madagasikara, izay ambany dia ambany tokoa raha ampitahaina amin’ny firenena maro aty Afrika. I Rwanda, ohatra, dia 58 477, Afrika Atsimo, Zambie 20 011, Djibouti 23 140, Maorisy 102 247, La Réunion 17 200,…

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Covid-19 eto MadagasikaraTranga 238 tao anatin’ny herinandro

Ny 11 mey no nisian’ilay tenin’ny Filoham-pirenena fa 105 tamin’ny 171 ny sitrana tamin’ireo marary teto Madagasikara nentina nanaporofoana fa tena mahomby tambavy Malagasy CVO

 

 manoloana ny kihana nataon’ny OMS. 171 ny fitambaran’ny voa rehetra, ka 68 no mbola nanaraka fitsaboana ny 11 mey. Tapa-bolana katroka aty aoriana, dia tafiakatra 542 ny voa hatramin’ny omaly 25 mey, ary 145 ny sitrana. Niampy 371 be izao ny olona voa, ary 79 no sitrana tao anatin’ny tapa-bolana. Midika io fa kely ny sitrana ary mitombo be ny isan’ny voa. Tao anatin’ny herinandro farany dia ny alatsinainy 18 mey hatramin’ny omaly 25 mey dia nahatratra 238 ny tranga vaovao, izany hoe 30 isan’andro eo ny voa, raha hatao ny kajikajy, ary 5 isan’andro eo ny sitrana raha kajiana ny tapa-bolana. Mitombo isan’andro ny isan’ny voa, izay tena ambony mitaha amin’ny sitrana na efa manana ny tambavy CVO izay efa fitsaboana sady fisorohana isika. 7 na 8 andro eo fitsaboana amin’ny tambavy CVO, raha ny fanazavana teknika nentina tany aloha sy mbola nohamafisin’ny Minisitry ny serasera omaly, saingy vitsy aloha ny sitrana hatreto. Vao andro maromaro izay no niresaka tamin’ny Sekretera Jeneralin’ny OMS, ary tapaka fa hatolotra hatao andrana na “essai technique” ny CVO sy ny kamba-panafody roa miendrika tsindrona. Andrasana ny mety ho tatitra mahakasika izay andrana izay, fa ny fitsaboana aloha tsy afa-miandry an’izay. Raha mahay mamaky ny antontan’isa ny fanjakana, dia mahay ny zavatra tokony hataony. Marina fa misy ny fepetra fa afaka manaraka izany antsakany sy andavany ve ny olona eo anatrehan’ny fahasahiranana? Mila tohizana sy hitarina ny tohana ara-tsosialy, mila hampitomboina ny fampitaovana, ny serasera,... Miandry fandraisan'andraikitra matotra sy mahomby kokoa avy amin'ny fitondram-panjakana ny olom-pirenena, raha ny resaka re etsy sy eroa.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Lac Alaotra AmbatondrazakaMitontongana ny vidim-bary

Mitongana izay tsy izy ny vidim-bary amin’izao fiakaram-bokatra izao any Ambatondrazaka sompitr’i Madagasikara.

Milatsaka hatrany amin’ny 600 ariary any mihitsy ankehitriny ny vidin’ny vary akotry iray kilao raha tokony ho any amin’ny 750 a na 800 ar izany amin’ny tena izy. Very hevitra noho izany ny tantsaha mpamokatra fa tsy mety hiakatra amin’io 600 a io mihitsy ireo mpanangom-bokatra maka ny vary any an-toerana ka dia mihenahena tsy mety mamokan’ny vokany koa izy ireo.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Alakamisy FenoarivoNisy lehilahy iray voan’ny Covid 19

Raikitra ny fanadiovana sy famendrahana ranom-panafody iadiana amin’ny aretina coronavirus omaly teny Alakamisy Fenoarivo, distrikan’Antananarivo Atsimondrano.

Omaly mantsy vao fantatra fa positif ilay lehilahy iray 45 taona monina ao ambany avaratra, herinandro mahery taty aoriana ny nanaovany test raha araka ny fanadihadiana natao. Tsy niandry ny fitondram-panjakana intsony araka izany ny mponina fa avy hatrany dia nandray ny andraikiny niaraka tamin’ny dokotera Rakitra izay niantoka ny fanafody rehetra namendrahana ny trano fonenany sy ny manodidina azy. Tsy nijanona teo fa namendraka ranom-panafody koa ny sekoly teny an-toerana rehefa nahazoana alalana avy tamin’ny Ben’ny tanàna. Toraka izany koa ny faritra rehetra nolalovany. Nihorohoro avokoa mantsy ny olona teo an-tanana, indrindra fa ireo efa nifampikasoka tamin’ity lehilahy ity. Vokatry ny fifampikasohana koa mantsy no nahazoany io aretina io raha araka ny fantatra. Nanaiky ny hanao test avokoa moa ny fianakavian’ny marary rehetra raha nalefa eny amin’ny hopitaly Fenoarivo kosa ilay lehilahy hanaraka fitsaboana. Marihina moa fa anisan’ny nampitaraina ireo mponina eny Alakamisy ny fahaelan’ny mpamaly ny antso ao amin’ny laharana maintso 913 rehefa nantsoina. Toraka izany koa ny fivalian’ny test izay ahiana hanaparitaka aretina amin’ireo olona mbola salama raha tara loatra tahaka izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

CNaPS – FLMHatomboka ny tetikasa fisotroan-dronono fanampiny

Hiroso amin’ny fisotron-dronono fanampiny ny eo anivon’ny FLM (na ny FiangonanaLoterana Malagasy) ka ny Synoda Atsinanana no natao filamatra amin’izany.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaboana tradisionela MalagasyBe mpitady any amin’ny Faritra

Ankoatra ny fitsaboana ny mpiray tanindrazana amin’ny alalan’ireo karazana zava-maniry haodina hanjary ho fanafody mahasitrana sy ny otra dia manome asa ireo tanora tsy an’asa eto amintsika ihany koa ny FITRAMA na ny Fitsaboana Tradisionela Malagasy.

 

 Tanora miisa 200 hatreto no efa nahazo fiofanana ho tradipraticien ka hiparitaka hiasa eto an-drenivohitra sy any amin’ny faritra. Betsaka ireo mangataka ny hanitarana ny FITRAMA any amin’ny faritra noho izany. Raha efa nanokafana ohatra ny ao Antsirabe sy Fiaranantsoa ary Vohipeno sy Farafangana dia faritra maro no mbola mangetaheta. Anisan’ny nanamafy izany filan’ny olona izany ny fahafantarana fa olona 600 isa hatreto no efa nahita fahombiazana, nanana olana ara-pahasalamana ka tonga nanatona teny amin’ny foiben’ny Hafari Malagasy teny amin’ny 67 ha sy teny Anosizato. Efa nahavita ny essai klinika rahateo izy ireo, izay marihina fa mitsabo ny aretina rehetra. Mankasitraka feno ny mpitondra ankehitriny araka izany ny FITRAMA nanome vahana feno ny fitsaboana nentim-paharazana hitsaboana ny Malagasy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

MaroantsetraNaverin-dàlana ilay fiaramanidina

Niainga omaly ireo mpandeha tamina fiaramanidina madinika niaraka tamin'ny mpanamory hihazo an'i Maroantsetra.

 

 Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahantrana lalina

Midina ny fahefa-mividin’ny valalabemandry. Maro rahateo ireo very asa vokatr’izao krizy izao.

 

 Ankoatran’ny krizy ara-pahasalamana izay efa miha miampy krizy sosialy dia miha marefo hatrany ihany koa ankehitriny ny toekarem-pirenena. Mikatso ny fizahantany, mikatso ny fahafaha-manafatra entana hifanakalozana ara-barotra, kenda ireo sehatra tsy miankina kanefa tsy misy topimaso avy amin’ny fitondram-panjakana akory, raha ny fitarainan’izy ireo mandrak’androany, raha toa ka efa 2 volana mahery izay no nisian’izao krizy izao. Raha ny fanehoan-kevitr’ireo mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny kolontsaina sy ny vakoka ihany koa manoloana ireo lazaina ho fanotana fady sy fanariana ny hasin’ireo toera-mana-tantara eto amin’ny tanana dia misy fikasana ratsy te hamboly krizy ara-kolontsaina koa izany any ho any mba tsy hilazana hoe krizy ara-tsaina satria famotehana ny tantara sy ny kolontsaina ary ny maha izy azy ny fiarahamonina malagasy mihitsy no mandindona hihanaka, raha ny fanahian’ireo mpahalala maro naneho hevitra hatreto aloha. Fehiny dia mandia fahantrana lalina ny firenena satria tsy vitan’ny sosialiny sy ny toekareny, araka ny voalaza teo ihany, no hianjadiam-pahantrana fa hatramin’ny kolontsainy sy ny tantarany ihany koa no tandindomin-doza tsy hisy ho lovain’ny taranany intsony. Izay very tantara anefa ho ratsy fiafara, hoy ilay mpahaifiarahamonina malaza izay. Sanatria ve izany dia mbola ao anatin’ireo firenena afrikanina ampiharana ny politikan’ny taona 70 sy 80 hatrany i Madagasikara dia tsy inona fa ilay hoe ampahantrao, abadoy, foano ny saranga an-tenatenany ao amin’ny firenenao raha tianao ny haharitra eo amin’ny fitondrana? Mampanahy tanteraka raha izany ny ho avin’ireo dimby sy fara.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Androhibe Antsahadinta Olona 29 avy any Ambatolampy tratra niditra an-tsokosoko

Lehilahy miisa 29 avy any Ambatolampy no tratra niditra an-tsokosoko tao Androhibe Antsahadinta omaly.

 

Natao fanadihadiana tao amin'ny kaominina Androhibe Antsahadinta avy hatrany izy ireo niaraka tamin'ireo zandary avy any Fenoarivo. Noheverin'ny vahoaka fa dahalo mantsy izy ireo nandritra ny alina, izay avy nivoaka teny Ambohimandry. Tamin'ny fanadihadiana moa no nilazany fa hamonjy asa lalan-kely ao anatin’ny kaominina iray eny Atsimondrano izy ireo, hiasa amina entreprise. Kamiao iray miloko manga no tonga saika hitsena azy ireo raha ny filazany ka notazomina natao fanadihadiadiana koa ny mpamily ,izay tsy nanana fahazoan-dalana. Andrasana izay mety ho tohin’ny raharaha.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin` ny Coronavirus Izay vao manomboka !

Tsy midika akory fa tsy nisy ny ezaka nandritra izay roa volana nametrahana ny fahamehana ara-pahasalamana teto amin` ny firenena noho ny valanaretina Covid-19 saingy izao vao tena manomboka!

 

 Manomboka azy io i Toamasina. Ny mpiasan` ny fahasalamana moa dia efa manaitra ary manahy fa hihitatra manerana ny nosy raha mbola fandraisana fepetra goragora toy ny naperaka hatramin` izay no horaisina manomboka izao. Noho izany, mila zavatra hentitra sy hevitr` ireo teknisianin` ny fahasalamana ahafahana mamolavola ny hetsika sy drafi-panoherana ny aretina “coronavirus”.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin`i Toamasina “Mila fahatsiarovan-tena”

Tsy mitsaha mitombo ny isan` ny coronavirus any Toamasina. Manoloana io dia miantso ny fandraisana andraikitry ny hery velona rehetra sy ny mponina any an-toerana ny solombavambahoaka voafidy tao Toamasina I,

 

 Famindra Justin. Nambaran`ity parlementera ity fa mila tohana samihafa toy ny fitaovam-pitsaboana, fitaovam-piarovana… Efa misy ny ezaka avy amin` ny fanjakana saingy tsy ampy izany raha tsy misy ny fahatsiarovan-tena avy amin` ny vahoakan` i Toamasina, hoy izy. Miantso ny mponina ity depiote ity hanaraka ireo toromarika rehetra iadiana amin`ny fihanaky ny aretina Covid-19.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominin’i Ranomafana2500 ariary ny CVO

Hatramin’ny fotoana nanaovan’ny filoham-pirenena fa anaty fahamehana ara-pahasalamana isika dia nandray fepetra avy hatrany ny kaominin’i Ranomafana, hoy ny ben’ny tanana ao an-toerana, Barthelemy Samuel Ravelonasy.

 

 

 Mihetsika ny komity misahana izany manentana sy misava ary manasazy ireo olona tsy manaja izany. Lafo anefa ny vidin’ny CVO satria dia 2500 ariary ny tavoahangy. Nisy, noho izany, ny antso natao tamin’ny governoran’i faritra Atsinanana, ary nisy ny ezaka nizarana izany na dia kely dia kely aza no azo, hoy izy. 700 isa eo ny “pack familial” na ilay fonosana isan’olona. Ny fizarana isan’andro kosa dia olona miisa 800 eo no tonga maka izany isan’andro. Etsy ankilany, hoy izy, dia mamely koa ny tazomoka ka antony mbola hanohizanay ny fangatahana amin’ny fanjakana ny amin’ny mbola hanohizany izay famatsiana Covid organics izay. Nisaorany koa ny fiadidiana ny distrikan’i Brickaville izay namatsy fanafody ao an-toerana.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dokotera maty tany ToamasinaMety hitombina ny famonoan-tena, hoy ny zandary

Nisy ny fidinana ifotony tany amin’ny Hopitaly Manara-penitra nataon’ny zandarimariam-pirenena notarihin’ny Kaomandy ambony Jeneraly Andrianjanaka Njatoarisoa.

 

Nitondra ny tsimokaretina ilay mpitsabo, raha tsiahivina. Rehefa nitsirika ny zava-misy tao amin’ilay efitrano, ka natao ny fitsapana ilay fantsona mpitondra oxygène na ilay lamba tao, dia tena azo inoana ny fisiana fihantonana teo, ary ilay lamba dia mafy sy matanjaka, hoy ny fanehoan-kevitry ny Kaomadin’ny zandarimariam-pirenena. Natao fanadihadiana ireo mpitsabo nantsoina an-kamehana namonjy azy. Azo eritreretina ny fisiana fiantonana. Ny hadihadiana lalina dia hoe tena nananton-tena ve izy sa nisy nanantona azy teo. Mandeha ny fanadihadiana lalina, ary miankina amin’izany ny tohiny, hoy ny zandarimariam-pirenena. Efa tonga any Toamasina moa ireo andiana mpitandro filaminana hatrany amin’ny 150 hanamafy ny fampiharana ny fepetra sy ny fanampiana amin’ny fiantsorohana ny covid-19.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaNampitomboana ny isan’ny mpitandro ny filaminana

Lasa lohalaharana amin’ny fiparitahan’ny tsimok’aretina coronavirus ny ao Toamasina amin’izao raha teto Antananarivo no niandohan’izany.

Antony maro no mahatonga izany toy ny tsy fanajana ireo toromarika omen’ny Fitondram-panjakana hahafahana miaro ny aretina tsy hiparitaka. Anisan’ireny ohatra ny tsy fivoahana ny trano raha tsy tena misy antony goavana, ny fampiasana aron-tava, ny fanajana ilay elanelana 1 metatra, ny fanasan-tanana amin’ny savony matetika….Ankoatra ireo sahirana ara-pivelomana anefa dia betsaka ihany koa ireo minia mikipy ka tsy vonon-kanaja ny fepetra napetraka mihitsy. Mba hahafahana mandrindra izany ary dia nidina any an-toerana ireo mpitarika ny "Etat-major mixte opérationnel national" (EMMO.NAT) izay ahitana ny kaomandin'ny zandarimariam-pirenena, ny tale Jeneralin'ny pôlisim-pirenena, ary ny Jeneraly solontenan'ny Filohan'ny Etamazaoron'ny Tafika malagasy (CEMA), omaly alatsinainy . Handrindra ny ady hatao amin’ny COVID 19 no anton-dian’izy ireo any an-toerana izay miisa 150 ka anisan’ireny ny fanaraha-maso ny fiainan’ny mponina hanampy ireo efa miasa any an-toerana. Nanamafy araka izany ny Jeneraly kaomandin'ny zandarimariam-pirenena (Leader Emmo.Nat) fa ho hentitra manomboka izao ny fepetra horaisina amin'ny fivezivezena sy fifampikasohan'ny mponina indrindra amin'ireo toerana mahavory olona sy any amin’ny lalam-pirenena. Hojerena ihany koa ny lalana rehetra mety hivoahan’ny olona mandritra izany toy ireo miondrana amin’ny lakana sy mandeha dia an-tongotra any anaty ala.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vola fisotron-drononoAfaka alaina eny amin’ny Paositra Money

Manomboka ny volana Jona ho avy izao dia efa afaka alaina eny amin’ny Paositra Money ny vola fisotron-dronono.

 

Tanjona hatrany ny hanamaivana ny mety ho flaharam-be hisorohana ny mety ho fiparitahan’ny valan’aretina coronavirus. Tsiahivina fa efa misy masoivoho miisa 250 ny Paositra manerana an’i Madagasikara izay hanafaingana ny fitsinjarana izany. Amin’izao fotoana izao dia hanalafeka ny asan’ny banky indrindra hamaha ny olan’ny filaharam-be misy eny isan’andro ity Paositra Money izao efa misy tolotra maro samihafa ity.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vehivavy hita faty tao FianarantsoaMbola tsy fantatra ny antony

Vehivavy iray no hita faty teny Antarandolo, fiantsonana fiara mpitatitra iray ao Fianarantsoa, afak'omaly.

 

Tonga nizaha ny zavamisy teny antoerana ny BMH sy ny mpitandro ny filaminana, ary taorian'ny fizahana dia nomena ny fiakaviana ny razana, raha ny fampitam-baovao. Vehivavy 43 taona izy io ary mpatory eo isaky ny alina, raha ny nambaran’ny nanatri-maso. Tokony ho tamin'ny 9 ora tany ho any, no nisy nampandre ny fokontany ao an-toerana. Talohan'izay dia mbola tazan'ny olona niaraka tamin'ny namany teo izy. Rehefa nitranga ny fahafatesana ka tonga ny mpitandro ny filaminana dia lasa avokoa ireo namany, raha ny fitantarana hatrany. Voalazan'ny zanany izay tonga naka ny razana fa efa 2 volana izay no nandehan'ny reniny ary mpatory an-dalana, raha eny Ambalatsimanirirano no misy azy ireo, ary efa fanaony ny mandeha dia miverina, hoy hatrany ny zanany. Vehivavy manana fianakaviana sy tanindrazana. Nanana aretina teo amin'ny tongony ratompokovavy. Tsy fantatra anefa na izay no niteraka ny fahafatesany, na aretina hafa. Araka ny fitantaran’ny nanatri-maso hatrany dia nifanesy tato ho ato ny fahitana fatin'olona tao Fianarantsoa. Vao haingana koa no nahitana izany teny amin'ny fiantsonana teo akaikin'ny Magro ka mpibata entana no hita faty, hoy hatrany ity fampitam-baovao ity.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha fampijaliana an’i Speranto Hitory ny talem-paritry ny mponina any SAVA

Tonga nijery ifotony an’i Speranto kely ny talem-paritry ny mponina any SAVA, taorian’ny vaovao niely mikasika ny fampijaliana nahazo azy nanomboka tamin’iny herinandro iny.

 

 

Fantatra tamin’izany fa na hitory na tsia ny rain’i Speranto, dia hametraka fitoriana ny avy ao amin’ny faritra. Tena voaporofo anefa fa tamin’ny fotoana nipetrahan’izy mianaka tao Besahona, kaominina Andapabe, dia tena nianjadian’ny herisetra sy fampijaliana tanteraka i Speranto. Ilay Rainy indray anefa no nitonon-tena ho nampijaly azy fa tsy ilay vadiny, hono, ary tsy misy hidiran’ity farany izany. Nilaza ny hiaro ity farany hatramin’ny farany mihitsy ny anaolahy raha misy ny fitoriana azy mandeha. Tsiahivina moa fa any Anjagnoveratra izy mianaka no izao nipetraka ao Besahona izao. Vadin’ity Rangahy ity faharoa io arovany mafy io, izany hoe : Renikelin’i Speranto.

Pati L

 

Tia Tanindranaza0 partages

MahajangaLehilahy roa maty nananto-tena

Nahoraka be tao an-tanànan’i Mahajanga ny nisian’ny lehilahy roa maty samy nananto-tena ambony hazo avokoa.

 

 

 Ny iray dia tovoloha mbola vao tanora hiringiriny tokoa fa vao 20 taona monja nefa notaizana aretina hafahafa ka rehefa alina dia ohatran’ny misy fanahy ratsy mitarika azy hivoaka any ivelan’ny tranony izany foana. Tsy tantiny intsony izany nony farany ka tapa-bolana lasa izay tapakevitra ny hamono-tena izy ka nananto-teny teo ambony hazo ka tapitra ny ainy. Ny lehilahy faharoa kosa dia mbola tapakevitra koa ny hananto-tena tamin’ny famatorany ny tendany teo ambony hazo ny zoma lasa teo rehefa nokarohin’ny polisy sy nanaovany savahao satria fantatra fa avy namono ny vadiny tamin’ny antsy izy tamin’ny alarobia lasa teo ihany koa nefa tsy maty io vadiny io. Maty ihany koa ity lehilahy faharoa ity.

 Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana teny Alakamisy FenoarivoJiolahy 3 azo sambo-belona

Mirongatra ny tsy fandriampahalemana eto amintsika. Mpivarotra mpambongady iray indray omaly maraina tokony ho tamin’ny 07 ora sy sasany teny Alakamisy Fenoarivo no nitafihina jiolahy miisa efatra nitondra moto.

 Ilay Raim-pianakaviana tompon’ity toeram-pivarotana ity nitondra vola niditra tao anaty kamiao no nokendrin’ireo tamin’izany izay notifiriny mihitsy kinanjo ilay kamiao no voa. Avotra soa aman-tsara ity farany noho izany raha lasan’ireo tsy mataho-tody kosa ilay volabe. Nihorohoro vao maraina ny mponina teny Alakamisy Fenoarivo noho izany. Fotoana vitsy monja dia nihatrana avokoa ny mpitandro ny filaminana ka tratra tany amin’ny kaominina Ampanefy ny telo tamin’ireo jiolahy izay fantatra fa nitifitifitr’olona teny am-pandehanana ka olon-tsotra iray no naratra. Navelany teo ny moto iray nentin’izy ka nirifatra sy niafina tany an-tranon’olona izy ireo. Mbola nifampitifitra tamin’ny mpitandro filaminana izy ireo nandritra izany saingy tratra ihany. Somary ratsiratsy rahateo ny lalana niazo ity kaominina ity ka mora foana ny nisambotra azy ireo. Tsy mbola hita ihany koa ny vola sy ny basy izay nampiasain’izy ireo. Tsiahivina moa fa tonga hatreny Ampanefy nanampy ny mpitandro ny filaminana ny Ben’ny tananan’Alakamisy Fenoarivo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tsy fandriampahalemana

Hikaon-doha ireo tompon'andraikitra eny Atsimondrano Mahatratra 900 000 ny isan’ny mponina ao anatin’ny distrikan’Atsimondrano amin’izao, miparitaka amina kaominina miisa 26.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahamasinan’i Madagasikara Natao fitaovana politika fotsiny ?

Heno matetika tao anatin’ny fampielezan-kevitry ny filoham-pirenena ankehitriny,

 

 

indrindra, nanomboka namofompofona ny fivoahan’ny tambavy CVO ny hoe tany masina ity firenena ity na koa hoe firenena voafidy sy notahiana manokana. Isaky ny misy filazan-javatra heno ho mampisongadina an’i Madagasikara sy heverina ho manandratra azy ihany koa, indrindra, rehefa hafa firenena no milaza azy dia manamafy io maha tany masina ny eto io hatrany koa ireo tena misongadina na malaza amin’ny mpitondra malagasy. Rehefa mijery ny manjo ireo toerana tena heverina ho manan-kasina teo amin’ny tantara sy mbola ankalazaina amin’ny vava fa masina ankehitriny anefa dia mipetraka ny fanontaniana hoe natao fitaovana politika fotsiny ve ilay filazana fa masina ny tanindrazana nentina nilazana ny fahamasinan’ity Madagasikara ity? Saika nilaza daholo tsinona ireo mpisehatra momban’ireny heverina ho zava-masina ireny na mpandinika na mpikaroka na andriana na mpandala sy ny hafa rehetra fa fanotana fady no ataon’izao fitondrana izao amin’ny lapan’I Manjakamiadana, ohatra. Raha tena vonona ny hitandro izay fahamasinana izay tokoa ary ny mpitondra antsika, maninona ireny vakoka ireny no avelany zimbazimbaina? Adala ve ny Italianina no tsy mikitika intsony ny Coliseum any Raoma na dia efa rava tamin’ny fahagola aza? Adalan’ny egiptianina koa ve no tsy mikitika ny pyramide intsony na dia mahasarika ny maso aza iny haavony mahatratra 900 metatra rafetina bolongam-bato 1 taonina isanisany iny? Ny pyramide du Louvre ao Frantsa, ny Taj Mahal any Inde, ny Statut de la liberté ao Etazonia sy ny hafa rehetra dia ekena tokoa fa mety vakoka misy kolontsaina avy amin’ny firenen-kafa ivelan’ny toerana misy azy ireny saingy kolontsaina misy rohy ara-tantara vokatry ny fifanarahan’ireo firenena ireo tamin’izany fotoana, ohatra. Inona moa no rohy ara-tantara nisy teo amin’ny malagasy sy ny grika ary ny raomanina?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taombaovan’Imerina 2020Nangadihady ny kianja teny Anosimanjaka

Tontosa tamin’ny sabotsy faha-23 mey ny fanamarihana ny taombaovaon’Imerina 2020 ho an’ny Zanadranavalona Anosimanjaka. Araka ny toromariky ny filohan'ny fikambanana, tsy nisy ny hetsika firavoravoana an-kalamanjana hankalazana ny taona 445 teny Anosimanjaka .

 Nangadihady ny kianja filanonana ho fanajana ny hamehana ara-pahasalamana ary tsy nisy ny famoriana ireo taranaka. Na izany aza, ho fanamarihana ny fiandohan'ny taona amin'ny fanisan-taona hatramin'ny andron-dRalambo izay arahin'ny fikambanana Zanadranavalona dia nisy ny fizarana Mofomamy (koban-dravina) ho solonkena mitam-pihavanana izay natao ivon'ny taombaovaon'Imerina. Marihana fa samy nanao ny fombafomba sy ny lanonana tsirairay avy isan-tokantrano kosa ny mpikambana sy ny tarana-dRanavalotsimitoviaminandriana.

Ntsoavina Evariste \

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Anaty rovan’AntananarivoTandindomin-doza ny maha vakoka azy

Ny gazety iraisam-pirenena frantsay, Le Monde, no namoaka omaly, fa miteraka fifanolanana eo amin’ireo mpahalala momban’ny vakoka malagasy ny zava-manjo ny anaty rovan’Antananarivo ankehitriny.

 

Tandindomin-doza ny filaharan’ity vakoka iraisampirenena ity eo anivon’ny rafitry ny firenena mikambana na Unesco, raha ny voalaza. Toeram-pilalaovana teatra mahazaka olona miisa 400 vita amin’ny lasi-tsimenitra [beton] no natsangana maika nanomboka ny volana martsa eo amin’ny toeram-pilomanosan’ny mpanjaka Andrianampoinimerina, izay ara-tantara, dia misy fombafomba tokony hatao mialohan’ny hikitihana azy fa raha tsy izany dia hitera-doza ho an’ny firenena. Ankoatra ny maha toera-mana-tantara azy dia manan-kasina teo amin’ny malagasy ihany koa ny rova, hoy hatrany ny tati-baovaon’ity gazety ity.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversiten'AntananarivoEfa voaloa ny vatsim-pianarana rehetra

Naloa tamin’ny faran’ny herinandro teo avokoa ny vatsim-pianarana faramparany ho an’ireo mpianatra manovo fahalalana eny amin’ny oniversiten’Antananarivo.

 

Raha tsiahivina kely ny tantara dia tamin’ny volana Janoary lasa teo izy ireo no nandray vatsim-pianarana farany. Vatsim-pianarana 2 volana raha kely no indray nomena azy ireo, hahafahany miatrika ny famaranana ity taom-pianarana ity ho an’ny sasany sy hiatrehana ny ady hatao amin’ny COVID 19. Taorian’ny fizarana ny vatsim-pianarana dia mbola notolorana fanampiana nahitana fotsim-bary sy kojakoja maro samihafa ireo mpianatra ka anisan’ny nisitraka izany ny teny amin’ny amin'ny cité Ambolokandrina. Nandray ny anjarany teny ihany koa ireo mpianatra monina eny amin'ny cité Ravitoto ary mbola hisitraka izany avokoa ireo cité misy ny mpianatry ny oniversite rehetra.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra Bongolava Hotanterahina anio ny fanadinana CEPE andrana voalohany

Faritra mbola tsy misy olona mararin’ny tsimok’aretina COVID 19 ny any amin’ny Faritra Bongolava.

 

Mbola mitohy toy ny teo aloha ihany araka izany ny fiainan’ny mponina saingy efa mandeha mian-dalana kosa ny fampanajana ny rehetra ireo fepetra ara-pahasalamana ho fiarovana amin’ity areti-mandoza ity. Ho an’ny kilonga madinika dia hotanterahina anio talata 26 mey ny fanadinana CEPE andrana voalohany ho an’ny kilasy fahadimy. Na izany aza dia samy manatanteraka izany ny sekoly tsirairay avy isaky ny ZAP ho fitandroana ny fahasalamana fa tsy misy ny fitambaram-be toy ny teo aloha. Tsy afaka nanatitra sy mitsena ireo zanany hiatrika ny fanadinana ihany koa ny ray aman-dreny hisorohana ny fivorivoriana sy ny fitangoronana.

 Pati

Sary nindramina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Matsiatra Ambony Mitaky ny hanokafana ny lalana ireo kaoperativa nasionaly

Nandritra ny fanolorana fanampiana azy ireo, avy amin'ny Governoran’ny faritra no nanambaran'ireo tompon’andraikitry ny fitanterana nasionaly sy rezionaly any an-toerana fa vonona hanaraka ny fitsipika

 

 mipetraka mahakasika ny mbola tsy hisokafan’ny zotra nasionaly sy rezionaly izy ireo ary ho sarotiny amin’ireo mpitatitra hafa izay mitady hirika ihany tsy hanajana izany fepetra izany izay niaraha-nanaiky. Nampanantena moa ny governora fa raha toa ka tsy hahitana soritra an'ity valan’aretina ity intsony any an-toerana dia hangataka ny hamahana ny faritra ny tenany. Hiankina betsaka amin'ny fanajan'ny tsirairay ny fepetra nefa ny fanatanterahana izany. Mahakasika ny tosika fameno any an-toerana kosa dia rahampitso alarobia no hizarana izany ho an'ireo olona rehetra efa nisoratra anarana ara-dalana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voambolana “masoandro”Tena mahasarika ny fitondrana

Tanamasoandro, Kianjamasoandro, angovo azo avy amin’ny herin’ny masoandro sy ny hafa rehetra dia samy teny sy anarana nahenoana matetika ny voambolana hoe masoandro avokoa tao anatin’izao fitondrana izao.

 

 

Samy manana ny dikany arakaraky ny sivilizasionina misy eto ambonin’ny tany io masoandro io saingy amin’ny ankapobeny dia tandindon’ny aina na koa fahavelomana. Izany hoe toerana misy masoandro izany dia hitoeran’ny aina na izay fahavelomana izay ary matoa ny anarany ampombana io voambolana io dia iriana hitoeran’izany aina sy fahavelomana izany ihany koa. Ny mahagaga anefa hatreto dia na tsy mety vanona araka ny niheverana azy matetika izay tetikasa nasiana anarana masoandro izay na mandrava zavatra hafa satria tsy voatery izay hita maso ihany no rava fa na ny tsy hita maso toy ny kolontsaina sy ny tantara koa. Tsy mendrika ilay olona manao ireny foto-drafitrasa ireny ary ve ilay anaran’ny foto-drafitrasa atsangany sa anarana fehy anarana fotsiny fa tsy misy heviny lalina ara-kolontsaina ilay kasainy hatsangana?

 

J. Mirija

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Paul Rabary« Tandindomin-doza ny firenena »

Fahiny talohan’ny nidiran’ny mpanjanaka teto Madagasikara dia ny mpanjaka no mpitazona sy tompon’ny Hasina, hoy ny mpahaifiarahamonina, Paul Rabary. Hasina izay azony avy amin’ny Zanahary sy ny Razana.

 

 

Izay no nanekena azy hanjaka, handidy sy hanapaka teo amin’ny Fanjakana. Ary izay Hasina izay no mampifamatotra azy sy ny olona entiny. Tsy tazominy azy irery ny Hasina fa ny Malagasy rehetra dia manana ny anjara Hasiny avokoa. Ny fitandroana ny Hasina no mahatonga ny Fady. Na ireo rehetra tsy azo atao sy tsy azo eritreretina akory. Manao alafady rehefa handingana olona ary sanatriavina mihitsy ny mandingana ny razana. Betsaka tany fady eto Madagasikara satria betsaka tany masina, hoy izy. Nanana ny anjara toerany lehibe tamin’ny Malagasy ny Razana izay namela antsika ny tany sy ny teny. Ny Tanindrazana dia lova, tsy tompony isika fa mpiandry ary manana adidy hampita amin’ireo taranaka sy faramandimby izany Tanindrazana izany. Fady ny mivarotra ny Tanindrazana. Niezaka mafy ny mpanjanaka nanapotika tamin’ny fomba rehetra ny kolontsaina sy ny sivilisasionina malagasy. Nataony izay nampisara-bazana antsika. Nolazainy fa diso isika fa nanompo sampy fa ny fivavahana sy ny finoany no marina nefa izy izao no maniratsira ny Baiboly. Nolazainy isika fa milalao tapakazo nefa ny ravinkazontsika ihany no naodiny nanaovana fanafody, hoy hatrany izy. Ny vakoka, ny rova, ny doany, ny fasan'ny mpanjaka no vavolombelona fa manana ny tantarany, manana ny Hasiny ny firenena malagasy. Koa ankehitriny, raha misy mitady hanota fady ny lapa sy ny fasan’ny mpanjaka nifandimby teto talohan’ny fanjanahantany dia tandidomin-doza ny firenena ary ahiana ho very Hasina tanteraka ny Malagasy, hoy hatrany i Paul Rabary, ka miantso ireo mpitondra izay mahatsiaro ho nomen’ny vahoaka hasina sy fahefana hamerina izay hasin’ny firenena izay.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rado Rafalimanana Ho atao lavanty ny fananany

Nilatsaka omaly ny fampahafantarana na « affichage » fa ho atao lavanty ny 28 mey izao manomboka amin’ny 9 ora maraina ny fananan’ilay mpandraharaha, Ny Rado Rafalimanana.

 

 

 Eny amin’ny foiben’ny groupe Ny Rado eny Bevalala, toerana izay nanaovana ny fanagiazana na « saisie », an’ireo entana ihany moa no hanatanterahana ity lavanty ity. Ny Rado Rafalimanana, raha tsiahivina dia mpandraharaha filohan’ny fikambanana Fanahy maha olona. Efa maro ny fifanolanana nisy teo aminy sy izao fitondrana izao izay matetika dia mifototra hatrany tamin’ny filazana ho faniratsirana mpitandro filaminana sy manam-pahefana. Ny fiandohan’ny volana aprily teo izy no naiditra vonjimaika am-ponja (MD) teny Antanimora noho izay resaka faniratsirana izay hatrany, raha ny fampitam-baovao, saingy mampametra-panontaniana koa hoe tena hatreo tokoa ve sa mbola misy ambadika hafa? Isan’ireo entana ho amidy amin’ny 28 mey io ny machine imprimante journal « gazety » misy akora miisa 5 mitondra ny marika Hurst bs speed master mitondra ny n° de serie fabi – nr 061 103 sy machine imprimerie journal « gazety » misy akora 5 hafa sy fitaovana feno marika Hurts bs speed avec master sortie f2,machine imprimante grafishe technik gm bh ref. d-8901 stad + bergen marque bvs. Eo koa ireo fitaovana fampiasa amin’ny fambolena toy ny traktera maro samihafa sy fitaovana famokarana ambioka. Ny andiany farany moa dia fitaovana ilaina amin’ny tontolon’ny haino aman-jery sy fakan-tsary hatrany.

J. Mirija

 

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA : Nirefodrefotra ny basy teny Ampanefy, jiolahy 3 azo sambo-belona

Raha ny tatitra voaray, mpamongady iray teny Fenoarivo no notafihin’ny andian-jiolahy nitam-piadiana, tokony ho tamin’ny valo ora maraina tany ho any. Teo anatrehan’izany, raha vao nahare ny zava-niseho ny mpitandro filaminana dia nifanome tanana ka nanatanteraka fidinana ifotony teo no ho eo ihany mba hisamborana ireo olon-dratsy.

Nifanampy avy hatrany ny Polisy sy zandary ary ny Ben’ny tanàna niampy ny fokonolona teny an-toerana. Tamin’izay fotoana izay no raikitra ny fifampitifirana rehefa nanaraka ny lalan’ireo jiolahy ireto farany. Vokany, tapi-dalan-kaleha ihany ireto mpandroba na dia nanao tari-dositra tonga hatreny Ampanefy aza taorian’ny fanafihana. Miisa telo ireo jiolahy voasambotra raha toa ka tafaporitsaka hatrany ny iray.

Araka ny fanazavana, navelan’ilay jiolahy ny moto noentiny nandritra ny fifanenjehana, ka nitsoaka tany an-tranon’olona, mbola nanohy nifampitifitra tamin’ny mpitandro filaminana saingy nilavo lefona ka noraisim-potsiny. Avy hatrany dia nofatorana tamin’ny moto hihazo ny biraon’ny Zandary avokoa moa ireto tra-tehaka. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ny iray tafatsoaka ankehitriny.

Tsy nisy ny aina nafoy na ny naratra nandritra ny fifanenjehana, nisaotra ny fahakingan’ireto mpitandro filaminana moa ny mponina tao Ampanefy tamin’ny fotoan-tsarotra io omaly maraina io.

Tatianà R

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’ANTSALOVA : Voasambotry ny fokonolona sy zandary ilay mpimasy mpitaiza dahalo

Miezaka kosa ny mpitandro filaminana tato ho ato ny amin’ny famongorana azy ireo. Miara-miasa akaiky amin’ny fokonolona hatrany mba hahazoana loharanom-baovao mikasika izany. Toy ny tranga tao amin’ny fokontany Manavony, Kaominina Bekopaka, Distrikan’Antsalova, lehilahy iray malaza ho mpitaiza dahalo no voasambotry ny Zandary ny faha 24 mey lasa teo.

Mpamatsy fanafody ireo olon-dratsy io lehilahy io raha ny fanazavana voaray avy amin’ireo olon-tsotra monina ao an-toerana. Nifarimbona araka izany ny mponina sy ny Zandary avy ao amin’ny CSAO Beravina ary ny avy ao amin’ny Borigadin’i Bekopaka nisambotra ity farany.  

Rehefa natao ihany koa ny fisavana ny trano fonenany dia nahitana karazana fanafody gasy maro niampy tapakazo ary kahie fampiasa amin’ireo tapakazo ireo. Notazomina ao amin’ny Borigady Bekopaka hatreto ilay mpimasy mba hatao famorana lalina mialoha ny hiakaran’ny raharaha eo anivon’ny Fampanoavana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAMPIJALIANA ZAZAKELY AO ANDAPABE : Hitory ilay renikely ny Talem-paritry ny mponina Faritra Sava

Monina ao Besahona, Kaominina Andapabe ao anatin’ny Faritra Sava iny io zaza io, ka ny rainy niteraka azy sy ny renikeliny no nitaiza azy, raha ny loharanom-baovao. Miaritra ny mafy vokatra ny vono sy fampijaliana ataon’ilay renikeliny ity farany raha ny fitantaran’ny mponina eo amin’ny manodidina. Saika ho isan’andro ny famonoana ilay zaza ary hita amin’ny endrika sy eny amin’ny vatany ireo ratra manjo azy. Manoloana ity tranga ity, niditra an-tsehatra mihitsy ny Talem-paritry ny mponina Faritra Sava, nidina ifotony nijery ny tena zava-misy marina. 

Ankehitriny dia nanamafy sy nanaporofo tokoa fa ianjadian’ny herisetra marina i Speranto, hany ka nanapa-kevitra ny handray andraikitra ary hametraka fitoriana eo anatrehan’ity tranga ity ny Talem-paritra amin’izao fotoana izao na dia tsy mbola nametraka izany aza ny raim-pianakaviana. Etsy ankilany, taitra ny fokonolona hatreto raha nanao fanambaràna indray ny rain’ity zaza fa izy ihany no nampijaly ny zanany fa tsy ity renikely .

“Raha misy fitoriana ny vadiko, hoy ity farany dia afaka madiodio izy satria tsy misy idirany mihitsy ny resaka fampijaliana zaza.” Marihina moa fa vady faharoa an’ilay rangahy io arovany mafy io. Arahina akaiky ny tohin’ny raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

CISCO ANTSOHIHY : Mitohy ny fizaràna fifanarahana araka asa ho an’ny mpampianatra

Araka ny fampanantenana nataon’ny minisitra Andriamanana Rijasoa Josoa  nandritra ny fandalovany tao Antsohihy, renivohitry ny Faritra Sofia tamin’ny talata 19 mey 2020 teo dia nozaraina tamin’ity herinandro ity tokoa ny taratasy fifanarahana araka asa ho an’ireo mpampianatra miisa 56 any an-toerana. 

Araka ny fantatra,  mpampianatra miisa 100 mahery no horaisina ho mpiasam-panjakana ao amin’ny Faritra Sofia saingy izy 56 ireto aloha no nizaràna izany. Nanatrika izao lanonana izao moa ny solon-tenam-panjakana any an-toerana izay nahitana ny Govenoran’ny Faritra Sofia sy ny talem-paritry ny fampianarana any an-toerana, ny prefe, ben’ny tanàna ary ny solombavambahoaka voafidy tao amin’ny Faritra Sofia.

Nanantitra ny Govenoran’ ny Faritra Sofia fa tokony hanome endrika sy kalitaon’ny fampianarana ireo mpampianatra vao noraisina ho mpiasam-panjakana ireo ; "Ianareo no kiadin’ny Firenena,  ka aoka tsy ho ianareo mpampianatra vao nizaràna ’’ contrat " androany no hanimba ny endrika sy kalitaon’ny fampianarana ato amin’ny Faritra Sofia. Matoa ianareo voasivana tao anatin’ny maro dia isan’ireo ampy traikefa ", hoy ny Governoran’ny Faritra Sofia. 

Ankoatra izay, nangatahan’ireo mpampianatra mbola karamain’ny Ray aman-drenin’ny mpianatra any an-toerana koa ny mba hanampiana azy ireo, indrindra amin’izao ady atao amin’ny Covid-19 izao. Noho ny fahasahiranana mantsy dia tsy araka ny Ray aman-drenin’ny mpianatra intsony ny fanohanana ireo mpampianatra.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FIVERENANA AN-TSEKOLY SY FANADINANA : Very hevitra ny ray aman-drenin’ny mpianatra

Raha ny hita mantsy, toa tsy mitsaha-mitombo ny olona voamarina fa mitondra ny valanaretina Coronavirus eto Madagasikara na dia efa manao ny ezaka rehetra hanakanana izany aza ny Fitondram-panjakana. Hatreto koa, mbola ny mpianatra hanala fanadinam-panjakana ihany aloha no niverina nianatra an-tsekoly. Antony nandraisana io fanapahan-kevitra io moa ny fiparitahan’ny valanarertina Coronavirus izay efa miha manenika Faritra maro eto Madagasikara amin’izao fotoana izao.

Tsy mbola namoaka naoty fampilazana ny fe-potoana hiverenana an-dakilasy  ny Minisiteran’ny fanabeazam-pirenena sy ny fampianarana ara-teknika ary ny fanofanana arak’asa. Ny fanatanterahana ny adina ara-panatanjahantena no efa nanaovana dinik’asa saingy tsy nisy vahaolana matotra tapaka nandritra izany. Tsikaritra koa nandritra ny famerenana ireo kilasy hanala fanadinam-panjakana fa betsaka ny lesoka mila fanarenana hitandrovana ny ain’ny zaza Malagasy sy hiarovana azy ireny tsy hifindran’ny tsimokaretina.  Maro tamin’ireo sekoly teto an-drenivohitra, ohatra, no nitaraina fa tsy nahazo ny tambavy CVO avy amin’ny Fitondram-panjakana. Tsy voahaja koa ny fepetra ara-pahasalamana toy ny fanasana tanana amin’ny rano sy savony matetika satria na ny rano aza mbola ifampitadiavana sy ilaharana eto an-drenivohitra.

Araka ny fanadihadiana natao, misy ihany ireo sekoly manohy ny fampianarana sy mikasa hanapitra ny taom-pianarana amin’ny volana jona ho avy io. Tsy mampianatra mivantana akory izy ireo fa amin’ny alalan’ny fanomezana enti-mody ny mpianatra sy amin’ny alalan’ny fanomezana karazana laza adina miafina, ampitondraina ny Ray aman-drenin’ny mpianatra no heveriny hanatanterahana izany. Tsy mahafa-po ny Ray aman-drenin’ny mpianatra sasany anefa izany. Ho an’ireto farany, tsy ampy hanombanana ny fahaizan’ny ankizy ny fanomezana entimody sy ny fanaovana fanadinana any an-trano.

N.A

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY COVID-19 ANY MAHAJANGA : Nidina an-dalambe nanao fanentanana ny mpitandro filaminana

Ankoatra ny fanentanana dia misy koa ny fampianarana ny fametrahana azy eny amin’ny tava. Misy mantsy ny mametraka azy eny ambany saoka. Misy ny vava fotsiny no takonany. Ny an’ny sasany moa dia ahantona amin’ny sofina fotsiny. Nohazavaina azy ireo fa fiarovana ny tenany aloha voalohany indrindra ny fitondrana aron-tava, ka raha mitondra tsimokaretina ny olona mifanerasera sy miresaka aminy dia tsy hamindra aminy. Miaro ny hafa ihany koa satria raha mitondra tsimok’aretina koa izy dia tsy hamindra amin’ny hafa.

Amin’ireo toerana ifaneraserana amin’ny olona maro, ka tsy ahafahana manaja ny elanelana iray metatra no tena ilàna ny aron-tava. Efa mampihatra ny fampiasana azy io ny ao an-drenivohitra sy ny Faritra Vakinankaratra... ary manasazy mihitsy raha misy tsy manao aron-tava ireo mivoaka an-dalambe. Tokony hanao azy io daholo ireo Faritra fantatra fa misy olona mitondra ny tsimok’aretina Covid-19.  Manempotra anefa izy io ho an’ny tsy zatra azy ka mahatonga ny olona hampidina azy ambany saoka, raha ireo aron-tava vita amin’ny lamba ihany koa dia midina rehefa miresaka ka mila averina matetika amin’ny toerany. Mila fahazarana avokoa izany rehetra izany.

Sasàna isan’andro

Ireo mponin’i Hong Kong  izay nipoiran’ny “grippe aviaire” tamin’ny taona 2000 iny dia efa nizatra tanteraka amin’ny fanaovana aron-tava isan’andro rehefa mivoaka ny trano. Toy izany koa ny mponina amin’ny tanàna maloto rivotra... Misy karazany ny aron-tava ary misy fenitra arahina... Ny bandana sy ny “echarpe” dia miaro amin’ny vovoka sy ny “pollen”. Ny “masque de chantier certifié EN 149” dia mety mahomby amin’ny fiarovana  amin’ny viriosy raha mipetraka tsara ny fitondrana azy. 

Tsy manaraka tsara ny tarehy izy io ka mety idirany ihany... ny “masque chirurgical  » dia mitazona izay avoakan’ny mitondra azy ihany... ny «  masque FFP2  » dia mitatavana ny rivotra fohina sy avoakan’ny manao azy. Ny “masque FFP 3  » kosa dia miaro amin’ny "particules d’amiantes sy plombs" saingy vitsy ny manaraka ny fenitra izay efa tena avo lenta. Ny aron-tava vita amin’ny lamba dia arakaraka ny akora sy ny fomba anjairana azy. Ny tena tsara dia ilay afaka anisihana mosoara fanarany ao anatiny, izay tokony hovaina isaky ny adiny efatra. Tokony hosasana isan’andro ihany koa. Ny aron-tava vita amin’ny lamba no tena ampiasaina eto Mahajanga satria tsy ahitana loatra ireo fampiasa indray mandeha.  Raha misy dia 4000 Ariary fara fahamorany ny aron-tava chirurgical nefa tsy maintsy ariana adiny efatra aty aoriana.

Ny zoma teo moa no namoaka  fanapahan-kevitra ny Cco_Boeny, fa ho fiarovana ny amin’ny fiparitahan’ny valanaretina Covid-19, dia tsy maintsy manao aron-tava avokoa ny vahoakan’i Mahajanga rehefa hivoaka ny trano manomboka ny 25 Mey 2020. Mbola fanentanana no ataon’ireo mpitandro filaminana fa mbola tsy misy fanasaziana. Manentana ny rehetra mba hanaraka izany toromarika sy hahatsapa tena.

Vanessa

La Vérité0 partages

Produits « Vita malagasy » - Les nouveau-nés du coronavirus

Malgré la crise sanitaire qui sévit actuellement dans la Capitale, cette pandémie est aussi une opportunité pour faire preuve de créativité. Le coronavirus a en effet généré plusieurs problématiques, que ce soit dans le domaine de la santé, du social mais aussi de l’économie. Les entrepreneurs et les scientifiques de Madagascar se démènent ainsi pour proposer des solutions innovantes et fabriquer des produits « Vita malagasy » répondant aux besoins immédiats par rapport à la situation actuelle. Avec l’étendue de cette crise, toutes les solutions pour contibuer à la lutte contre le Covid-19 et assurer la relance de l’économie du pays sont les bienvenues. Le premier exemple de référence est le Covid-Organics. Il est suivi de RespiMada, le premier respirateur artificiel non-invasif. Les projets en perspective sont encore nombreux.Dossier réalisé par Rova Randria et Solange HerniainaCovid-Organics : le remède miracle découvert par les chercheurs malagasyLe Covid-Organics (CVO) a fait la grande fierté des Malagasy en cette période de crise sanitaire. Lors de l’annonce de la pandémie dans le pays, les chercheurs malagasy - en collaboration avec le Gouvernement - a mené une recherche concernant les remèdes naturels pouvant soigner efficacement la maladie. C’est ainsi que l’Institut Malgache de la Recherche appliquée (IMRA) a mis au point le Covid-Organics à base d’artemisia. Le produit a ensuite reçu un certificat de consommabilité auprès de l’Institut Pasteur de Madagascar. Il a été introduit dans le traitement des patients contaminés dont certains d’entre eux ont été guéris, pour ne citer que le cas de Tence Mena. Convaincus de son efficacité, les autres pays africains ont commencé à importer le remède dans leur pays. A l’heure actuelle, près de 300 000 bouteilles de CVO ont été envoyées dans le continent africain malgré toutes les polémiques sur la scène internationale. « Les scientifiques étaient réticents au départ concernant le traitement à base de plante naturelle. Ils sont habitués aux médicaments conventionnels. Nous menons actuellement une observation clinique dans tout le continent avec les chercheurs africains. L’Organisation mondiale de la santé a également donné son feu vert et a signé une close de confidentialité avec l’IMRA », explique Charles Andrianjara, DG de l’IMRA. Selon toujours le DG, c’est la dose prescrite qui différencie la prise à titre préventif ou à titre curatif du « tambavy ». RespiMada : Un respirateur artificiel des jeunes ingénieurs  Une bonne initiative durant ce contexte de coronavirus. La propagation de la pandémie a poussé plusieurs jeunes malagasy à se lancer dans des projets révolutionnaires. Sept ingénieurs de l’Institut Supérieur de Tananarivo (IST) créent un respirateur artificiel non-invasif. Ils ont présenté le fruit de leur travail à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), vendredi dernier. Une démonstration du matériel a été réalisée notamment en présencedu Dr Ramarolahy, chef du service de réanimation médicale, accompagné du Professeur Rajaonera, vice-président de la société d'anesthésie et réanimation de Madagascar. D’après les professionnels de la santé, ce réspirateur représente un véritable espoir pour Madagascar, car fondamentalement nécessaire non seulement dans le contexte actuel du Covid-19, mais également au quotidien. Ils ont aussi ajouté des informations complémentaires pour que dans les prochaines semaines, ces respirateurs puissent être prêts et fonctionnels dans les hôpitaux.Il faut savoir que certaines maladies comme l’asthme et la situation de coma entrainent une détresse respiratoire du patient. Il est nécessaire d’aider le patient à respirer, cela peut-être fait manuellement, ou à l’aide d’une machine. En effet, ce respirateur se charge d’assurer la survie du patient souffrant de problèmes de respiration en le plaçant sous ventilation artificielle, prêtant ainsi main-forte aux poumons endommagés jusqu’à leur rétablissement. Il délivre une quantité donnée d’oxygène avec un débit et une pression régulée. La fabrication de ce matériel a duré trois semaines de travail sans relâche. Les entreprenuers ont terminé leur prototype il y a environ deux semaines. « Bien entendu, nous avons eu des difficultés à trouver des pièces de rechange ici à Madagascar. Toutefois, nous avons contourné le problème, soit en les dessinant et en les imprimant avec notre imprimante 3D, soit en faisant autrement », raconte Mahefa et Niantsa, les chefs du projet. A l’heure actuelle, RespiMada  devient une entité qui fait la fierté de Madagascar en matière de fabrication de respirateurs « 100 % Vita malagasy », un secteur qui n’a pas encore été exploré jusqu’à ce jour.Alt Soap : Une mousse lavante sans rinçage en développementAlt Soap est une marque de savon éco-responsable, développée par l’association et entreprise sociale Green N Kool. Ce savon est fabriqué à base d’huile alimentaire usagée. « Selon l’UNICEF, trois personnes sur quatre ne disposent ni d’eau ni de savon de manière régulière dans le pays. Difficile dans ce contexte pour les plus vulnérables de se protéger contre le virus avec ce geste pourtant si simple, tandis que les gels sur le marché ne sont pas accessibles à tous. C’est pour cette raison que nous avons décidé de créer ce savon à base d’huile alimentaire usagée. La vente de ce produit va ensuite nous permettre d’en offrir aux plus démunis dans les prochains jours », a expliqué Marie Christina Kolo, la représentante d’Alt Soap. Ce projet a obtenu la première place dans le premier hackathon en ligne « HacKoragnavirus », organisé au mois d’avril dernier afin de trouver des solutions durables face aux problèmes générés par la pandémie de coronavirus. Aujourd’hui, Alt Soap essaie de développer une mousse lavante sans rinçage, toujours dans cet esprit de faciliter l’accès aux populations vulnérables aux gestes barrières, notamment le lavage des mains. Effectivement, plusieurs personnens n’ont pas accès à l’eau. Pourtant, le respect de l’hygiène figure parmi les moyens les plus importants pour lutter contre la propagation du virus. Ce nouveau produit a été surtout conçu services pour favoriser les gens les plus démunis,  et cela dans le respect de l’environnement. Vaniala et Jovena : Des pastilles imbibées d’huile essentielle de « Ravintsara »Vaniala figure parmi les entreprises de cosmétique à avoir élargi sa gamme de produits pour répondre aux besoins des consommateurs en termes de gel hydroalcoolique et d’autres produits relatifs aux mesures de protection contre le coronavirus. Dernièrement, elle a collaboré avec Jovena pour développer des pastilles imbibées d’huiles essentielles de « Ravintsara ». Distribuées gratuitement à tous les clients de la Jovena dans toutes ses stations-services jusqu’au 1er juin prochain, ces pastilles, avec leur doux parfum, serviront surtout pour l’assainissement des véhicules. L’objectif étant de préserver la santé des automobilistes. Connu pour ses propriétés anti-virales et anti-bactériennes, le « Ravintsara » figure parmi les principaux alliés dans cette lutte contre la propagation du Covid-19 à Madagascar.

La Vérité0 partages

Football- Orange - Pro league Les clubs en difficulté

Les clubs qui évoluent en championnat national, division Pro league, se trouvent dans une situation de plus en plus désagréable vu l’arrêt de la compétition depuis le début du confinement à cause de la Pandémie de Covid-19. Comme les îles sœurs, l’Etat malagasy a aussi décrété l’arrêt de toute activité sportive dans le pays à cause de l’urgence sanitaire.Presque la moitié des clubs qui évoluent en division Elite et deuxième division nationale n’ont pas caché leur  difficulté financière. Bien entendu, cela aura beaucoup d’impacts sur les résultats. Pour la Pro league, il est difficile d’arrêter la saison et d’offrir le trophée à mi-parcours. Rappelons qu’il reste 7 journées alors que la CNaPS Sport Itasy (33 points), Cosfa (31 points) et Ajesaia (30 points) sont à égalité des points mais Fosa Juniors (30 points) et Elgeco Plus (26 points) ne sont pas loin du compte. Rien n’est encore décidé dans le championnat. Jouer les matchs restants à huis clos sera aussi calamiteux pour ces clubs qui n’ont pas assez de revenu. En effet, lors d’un déplacement, un club dépense au minimum 8 millions d’ariary d’après un dirigeant. Dans la Grande île, le nombre d’équipe sponsorisée se compte sur le bout des doigts, la plupart dépend des particuliers qui ont des moyens financiers. Effectivement, la survie du club en dépend de la possibilité du président du club et de son partenaire. Comme le football est depuis devenu une affaire d’Etat, la seule issue pour sortir de cette situation et évoluer le niveau du football à Madagascar d’un cran serait d’intégrer massivement la participation des entreprises par le biais de loi ou de décret imposé par l’Etat.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette ...

Trois semaines après sa visite à Toamasina, le 07 mai plus précisément, le Président de la République est de retour dans la capitale du Betsimisaraka pour « montrer que la population de Toamasina n’est pas seule ». Il n’est plus à rappeler qu’en quelques semaines, la courbe illustrant le nombre de victimes est ascendante. Le nombre de cas n’a cessé de grimper, à cela s’ajoute ceux qui ont propagé l’épidémie dans les autres Régions. Ce qui fait que la ville portuaire compte le plus de cas positifs dans tout Madagascar.Malgré cette situation alarmante, le Chef de l’Etat a déclaré qu’il est encore possible de maîtriser l’épidémie à condition que tout un chacun prenne ses responsabilités. « Il faut des responsables qui font preuve de fermeté et de courage dans le respect de toutes les mesures », a souligné le numéro un de l’Exécutif. Ses propos justifient, quelque part, la vague de limogeages de responsables à Toamasina à la suite d’une décision du Conseil des ministres le weekend – end dernier. Et lui d’ajouter que « nous faisons face à une guerre sanitaire. Si tout le monde accepte de respecter les mesures, nous pouvons combattre cette épidémie ».Des stratégies à revoirPour lutter efficacement contre le Covid-19 et face à l’augmentation des cas à Toamasina, le Président préconise un changement de stratégie. Actuellement, le laboratoire mobile établi dans la ville effectue en moyenne une quarantaine de tests par jour. Le Chef de l’Etat propose ainsi une amélioration des méthodes de test en séparant les cas symptomatiques et ceux asymptomatiques. Pour plus de rapidité, les résultats doivent être obtenus après 48 heures.Le Président annonce aussi un projet d’installation d’un nouveau laboratoire permanent au sein de l’hôpital « manara – penitra » à Morafeno. « La santé de la population est une priorité pour moi (…) Notre objectif est que le Covid-19 fasse le moins de victimes et de morts possibles », martèle l’homme fort du pays. Il informe que le protocole de traitement propre à Madagascar sera révélé très bientôt. Des essais cliniques dans le cadre du protocole de traitement utilisant la solution injectable à base de CVO seront aussi effectués à Antananarivo et Toamasina.Le Président a donné consignes aux Forces de l’ordre pour contrôler rigoureusement les déplacements et stopper la délivrance d’autorisation de circuler. Il dénonce les faits de corruption tout en insistant sur la nécessité d’établir une forte discipline.Renforcement des moyens matériels et humainsDurant son passage, le Président a remis un don de 20 véhicules 4x4 et 05 ambulances à la ville de Toamasina. 29 membres du corps médical dont 13 médecins et 14 internes sont également venus renforcer l’équipe locale. Parmi eux des médecins investigateurs pour procéder au « tracing contact », des médecins psychiatres et des biologistes.Le numéro un de la Municipalité a remercié le Président pour sa visite qui, selon lui, est le signe que l’Etat n’oublie  pas la population du Grand port. Il n’a pas manqué de rappeler la présence du coordonnateur général du CCO national, Général Elack  et de 150 éléments des Forces de l’ordre en guise de renforts aux autorités locales. Depuis dimanche, la ville a bénéficié d’ambulances ainsi que de 80 000 doses de Covid -Organics.La Rédaction   

La Vérité0 partages

Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina

Malgré le titre pompeux de certaines agences de presse internationale, il n’y a pas eu de cadavres ramassés dans la capitale de la Région Atsinanana, Toamasina. Des cadavres auraient été ramassés ces derniers jours dans les rues de Toamasina, sans qu’on ne connaisse les causes de ces décès, indiquent en effet des dépêches, publiées sur les sites web de ces agences de presse connues. Ces agences laissent entre autres entendre que l’envoi de renforts de militaires et de médecins à Toamasina auraient un lien avec ces corps retrouvés dans les rues…Il faut souligner d’emblée que les éléments des Forces de l’ordre, tout comme les médecins déployés à Toamasina, seront chargés de maintenir l’ordre et de faire appliquer les mesures sanitaires ordonnées par le pouvoir central. La distribution du  tambavy CVO pourrait également faire partie des attributions de ces éléments des Forces de l’ordre. En outre, il est utile de souligner la mauvaise foi de ces dépêches. En effet, des propos du porte-parole du Centre de commandement opérationnel – Covid-19 ont été sortis de leur contexte par l’auteur de la dépêche pour étayer son propos. Dans les propos attribués au Professeur Hanta Marie Danielle Vololontiana, la doyenne de la Faculté de médecine de l’université d’Antananarivo parlait notamment de la comptabilisation des morts du coronavirus à Madagascar et en particulier, les patients positifs au coronavirus, mais morts d’une autre pathologie. Des propos qui ont été repris par les agences de presse en question pour étayer leurs articles. En tout cas, aucun cadavre n’a été ramassé dans les rues de Toamasina. Faire un amalgame entre les personnes ayant perdu connaissance pour diverses raisons et retrouvées inconscientes dans les rues, et des décès de personnes atteintes de coronavirus est totalement déplacé de la part de ces agences. Officiellement, seuls deux patients sont morts du coronavirus à Madagascar, tous recensés à Toamasina. Il est vrai qu’une crainte d’une flambée de l’épidémie se fait sentir sur le territoire, toutefois les affirmations de ces médias laissent perplexes. La question est de savoir quel est l’objectif de ces agences de presse ou plutôt de leurs correspondants à Madagascar ? Un rappel à l’ordre de la part des autorités compétentes pour des cas de désinformation flagrants tels que celui-ci serait compréhensible, si certains détracteurs du pouvoir crieraient eux encore une fois à l’atteinte à la liberté d’expression à Madagascar… La Rédaction

La Vérité0 partages

Transport illicite de voyageurs - Une ambulance du CHU de Befelatanana interceptée à Antsirabe

Les ambulances disposent d’une autorisation de circulation exceptionnelle. A cause de leur fonction, elles peuvent circuler librement sur tout le territoire national. Cependant, les conducteurs ambulanciers abusent souvent de leur statut pour accomplir des actes irréguliers. C’était le cas d’une ambulance appartenant au Centre hospitalier universitaire (CHU) Joseph Raseta Befelatanana. Le véhicule a été appréhendé lundi dernier à Ampiaviana, Antsirabe, en train de transporter des voyageurs clandestins. Un contrôle a été effectué dans cet endroit et plusieurs voitures ne respectant pas les barrières sanitaires ont été coincées dont cette ambulance. D’après une source auprès de la Gendarmerie de Vakinakaratra, trois passagers clandestins ont été à bord de ce véhicule. « Lors d’une constatation, ces personnes ont quitté la Capitale et ont payé une certaine somme pour rejoindre Antsirabe », avance le responsable au sein de la Gendarmerie locale. Le conducteur mis en cause fait encore l’objet d’une enquête au poste de la Gendarmerie.Sans attendre, le CHU de Befelatanana a mis en place une nouvelle organisation afin d’éviter qu’une telle situation se reproduise. Sur ce, tous les ambulances en service durant cette crise sanitaire seront équipées de GPS afin de connaître tous leurs mouvements et itinéraires.Depuis le début de ce mois, le nombre des cas de déplacements illicites dans les Régions concernées par la propagation du Covid-19 ne cesse d’augmenter, autant que les arrestations. Le week-end dernier, trois taxis-brousse transportant une trentaine de voyageurs clandestins ont quitté la Capitale pour rejoindre la Région d’Itasy, celle de Bongolava et Faratsiho, dans la Région de Vakinankaratra. Ils ont pris la route de Vontovorona menant vers Imerintsiatosika, en espérant pouvoir échapper au barrage sanitaire installé sur la RN1. Cependant, la ruse n’a pas fonctionné. Tous les véhicules ont été mis en fourrière et 5 personnes dont les 3 conducteurs et leurs aides sont interrogés au sein de la Brigade de gendarmerie de Fenoarivo. Par ailleurs, une vingtaine de personnes ont fui Ambatolampy en voulant entrer clandestinement dans la Région d’Analamanga. Elles ont été arrêtées à Antsahadinta. Quant aux véhicules transportant des marchandises, leurs chauffeurs cachent les passagers clandestins entre les marchandises.Anatra R.

La Vérité0 partages

Centre immatriculateur de Madagascar - La délivrance des permis biométriques suspendue

En suivant les règles du confinement à Antananarivo et Toamasina, appliquées dès le 23 mars dernier, la délivrance des permis de conduire et cartes grises biométriques est suspendue provisoirement au niveau des 6 Centres immatriculateurs dans tout Madagascar. Selon Dieudonné Razafindrazaka, directeur général de Hephalu Mada, fournisseur en produits biométriques auprès du CIM, toutes les opérations s’effectuent en ligne et les informations sont reliées entre elles. « La base de données qui stocke l'intégralité des informations a été momentanément clôturée en raison du décret lié à l’état d’urgence sanitaire. Or, tous les CIM au niveau des Provinces dont les activités demeurent interdépendantes s’en servent pour rester opérationnels. (…) Par exemple, pour une mutation de carte grise suite à une vente ou un achat, ou encore une cession de véhicule dans la Province d’Antsiranana, les responsables doivent vérifier toutes les informations inscrites dans la base de données reliée aux autres CIM avant de passer à la délivrance du document. Or, une fois que cette forteresse d’informations est impénétrable pour la sécurité des données, aucun de ces centres ne peut pas traiter des dossiers »,  souligne-t-il.  En outre, par rapport aux gestes de barrières sanitaires, il est impossible de réduire le nombre de dossiers à traiter avant 13 h. Pire encore, cette pratique favorise les activités malsaines des intermédiaires et rehaussent le taux de corruption.  Le calendrier de la délivrance des cartes à modifier Vu cette disposition prise par le ministère de l’Intérieur de la Décentralisation à travers le Centre immatriculateur de Madagascar portant sur l’interruption des opérations, le calendrier  de la délivrance des nouvelles cartes biométriques récemment établies va être automatiquement modifié. Comme il a été publié dans une note officielle en janvier dernier, les usagers disposent de 4 années pour remplacer les faux permis biométriques par les vrais. Les imprimés se terminant par 0 ont été prévus d’être traités en premier, notamment durant le premier trimestre. Malheureusement, plus de deux mois se sont déjà écoulés, et même les deux tiers des dossiers à remplacer n’ont pas été reçus à cause des mesures de confinement. Il est à noter qu’environ 500 000 imprimés devraient être régularisés dans tout Madagascar.  K.R.

La Vérité0 partages

Cybercriminalité - Un internaute recherché pour escroquerie

L’affaire a démarré par une récente publication sur Facebook par un internaute. Actuellement, il a eu maille à partir avec les services de  cybercriminalité du pays à la suite d’une annonce, ou plutôt de son communiqué qu’il a diffusé sur les réseaux sociaux, précisément en date du lundi dernier. Le suspect est donc incriminé pour escroquerie. Dans sa publication, le suspect prétendait être en mesure d’aider ceux qui ont perdu leurs permis de conduire ou autres cartes grises, et donc de les remplacer, surtout en cette période de confinement. Car le concerné l’a d’ailleurs précisé sur sa page Facebook.  Et comme le gage supposé de sa bonne foi, il a demandé à tous ceux qui sont intéressés par son service de le contacter par MP sur les réseaux sociaux. Du coup, le « centre immatriculateur » d’Ambohidahy, qui se sent particulièrement arnaqué, a réagi. Dans leur plainte, les responsables en son sein ont  alerté un service  de cybercriminalité de la place. Il n’a pas fallu longtemps pour les enquêteurs de la cybercriminalité d’avoir les indices nécessaires pour identifier assez rapidement  le suspect. Depuis hier même, sa photo   circule déjà sur Facebook, histoire de mettre les différents services de recherche  des Forces de l’ordre, mais aussi le public au parfum de l’affaire.  A n’en pas douter, et en attendant confirmation, le public a affaire à un rabatteur ou « mpanera », qui a l’habitude de racoler sinon proposer ses prestations, déjà  « douteuses » auprès des personnes, qui doivent régler leurs formalités au « centre immatriculateur » d’Ambohidahy. De toute façon, c’est ce service qui est ici le plaignant dans cette affaire. L’affaire a surtout un relent d’arnaque du fait que le « centre immatriculateur » n’a procédé à aucune délivrance de permis, ni de carte grise depuis la proclamation par le Président de l’état d’urgence sanitaire, pour cause justement de la pandémie de Covid-19 au pays, il y a de cela près de deux mois. Affaire à suivre.Franck R. 

La Vérité0 partages

Prix de la vanille - Un abus perpetré par les collecteurs

La campagne de vanille vient d’être lancée à Ambanja. Et les paysans peinent à trouver des preneurs de leurs produits. En effet, les collecteurs proposent le kilo de la vanille à 20 000 ariary alors que les paysans fixent leur prix à 300 000 ariary. Les deux parties ont commencé le marchandage. Au final, les collecteurs ont monté leur prix à 50 000 ariary tandis que l’autre partie a baissé son prix à 220 000 ariary. Vu la rigidité entre l’offre et la demande, l’échange n’a pas a eu lieu. Les photos ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux concernant cette situation, lundi dernier. « Pour le moment, tout le marché fonctionne selon la loi de l’offre et de la demande entre ces deux entités. Aucune disposition règlementaire ne stipule la fixation du prix pour les paysans et les collecteurs. Afin de rémédier aux profiteurs, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a établi un prix plancher lors de la précédente campagne. Le prix de référence minimum à l’exportation s’élève à 350 dollars par kilo, tandis que le prix sur le marché local pour la vanille préparée est fixé à 900 000 ariary le kilo. Nous étudions actuellement le prix pour les paysans et les collecteurs pour que toutes les parties prennates tirent profit de cet or vert dans tout le circuit de distribution », explique un membre du groupement des exportateurs de vanille à Madagascar. Selon un responsable auprès du ministère de tutelle, un tel abus peut être dénoncé auprès des organismes rattachés dans les Régions. Rappelons que la campagne précédente s’est avérée morose pour les opérateurs. Non seulement, la pandémie a touché de plein fouet l’exportation à cause du ralentissement de l’économie mondial, mais le prix du produit a baissé considérablement. La recette issue de ce produit phare de Madagascar était réduite de 50 %. Ainsi, les opérateurs craignent que la même situation se reproduise, surtout en ce contexte de crise sanitaire.Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

A la croisée

La cinquième quinzaine du confinement tire déjà à sa fin d’ici quelques jours. Le Gouvernement se prononcera sur la suite à réserver de cette mesure tant décriée, le confinement, mais  vitale pour la survie de la population. Ainsi que les nouvelles consignes que le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina  donnera aux concitoyens. Une chose semble certaine, compte tenu de l’évolution inquiétante de la pandémie dans l’ensemble du territoire national, ce ne sera pour demain ni pour le lendemain la veille du déconfinement. La tâche n’est pas de tout repos mais en tant Chef de la magistrature suprême de la Nation, il lui incombe de droit et la tâche de décider ce qui est utile pour le bien de tous et de ce qui est nécessaire pour les intérêts majeurs du peuple.Le pays se trouve à la croisée des chemins. Il n’y a pas trente-six directions auxquelles il faut choisir pour dénicher la meilleure voie qui mène sûrement vers la porte de sortie. Au fait, deux options uniquement s’offrent devant : le chemin de la réussite ou celui de l’impasse. Les dirigeants du pays en général et le Président en particulier sont appelés à choisir parmi les deux avec discernement et vigilance.Evidemment, sur le point du croisement, le chemin qui conduit vers la réussite s’impose. Mais attention, un bon itinéraire n’est pas exempt d’embûches et de pièges ou encore d’embuscades. Si le chemin de l’impasse se résume par la solution de facilité, du moindre effort et de l’anarchie, la voie qui mène sûrement vers la porte de sortie n’est pas du tout repos. Certes, il s’agit d’un choix difficile à traduire en actes mais le prix à payer en vaut la chandelle.Sans doute, le Président Rajoelina optera, comme il l’a déjà fait auparavant, pour la bonne voie, celle de la réussite. Discipline et sacrifice sont la clé incontournable pour y aboutir. Bien entendu, le chemin à faire sera long et difficile. Au stade où nous en sommes,  il faut d’abord se débarrasser de ce « hôte indésirable » et menaçant, le Covid-19. Et le court chemin pour y  parvenir passe par le respect strict des mesures qui s’imposent à savoir le confinement, le port de masque à bouche/nez,  le geste barrière et se laver les mains en permanence. Des fois, les gens se trompent en choisissant la voie de la facilité et de l’anarchie. On évite la discipline et le sacrifice. Or que si l’on veut repousser et vaincre, dans les meilleurs délais, cet ennemi invisible et redoutable, nous n’avons qu’une seule option : le respect total des consignes. C’est là que le bât blesse !Il faut avoir en conscience qu’à travers le chemin de la réussite, un autre combat aussi âpre que rude nous attend après le Covid-19 à savoir la dure bataille pour le redressement moral de la population et surtout la relance économique du pays. Un sacré combat qui nécessite de gros efforts et d’immenses sacrifices de tous. Nous ne sommes pas tous sans savoir que le pays se trouve, en ce moment précis, coincé dans une situation de mauvaise passe. La participation et la solidarité de tous les concitoyens sont les bienvenues.A la croisée des chemins, un tournant décisif pour l’avenir du pays.Ndrianaivo 

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Et maintenant le Bongolava

15 nouveaux cas confirmés hier, sur  201 tests réalisés le 24 mai 2020, dont 167 par l’Institut Pasteur de Madagascar à Antananarivo et 37 à Toamasina via le laboratoire mobile. 

La ville du Grand Port observe toujours le plus grand nombre de cas confirmés par jour, avec 11 nouveaux cas annoncés hier. Antananarivo compte également deux nouveaux cas, un cas à Moramanga et un cas dans le Bongolava. Si les régions Atsinanana, Analamanga, Alaotra Mangoro figurent déjà depuis plusieurs semaines parmi les régions fréquemment citées pour abriter de nouveaux cas confirmés de Covid-19, les régions Atsimo-Andrefana et Anosy, ainsi que le Vakinankaratra ont elles aussi déjà abrité des personnes contaminées par le coronavirus. La région Bongolava vient de s’ajouter à la liste avec la survenue de ce cas annoncé, hier. Cependant, la localisation exacte du cas dans le Bongolava n’a pas été précisée par le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19. Cette localisation exacte serait-elle alors inconnue du CCO pour que celui-ci ne l’ait pas communiqué ? L’opinion n’en est pas convaincue si l’on se réfère aux commentaires faites sur la question dans l’après-midi d’hier aussi bien dans les cercles privés que sur les réseaux sociaux. Dans tous les cas, il convient de souligner que la progression du coronavirus se poursuit et l’ennemi invisible continue d’élargir ses espaces de conquête ces dernières semaines. Outre Analamanga, Atsinanana, Alaotra Mangoro et Haute Matsiatra, qui font l’objet de mesures spécifiques dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, les régions Atsimo-Andrefana et Anosy, où respectivement trois et six cas viennent d’être confirmés dimanche dernier, font elles aussi l’objet de dispositions particulières afin d’éviter la propagation du coronavirus dans ces régions, notamment à Toliara et Tolagnaro, chef-lieux de ces deux régions.

Equipes supplémentaires. Au total, Madagascar compte 527 cas confirmés de Covid-19 depuis le début de l’épidémie dans le pays. Actuellement 393 personnes sont en cours de traitement, majoritairement à Toamasina où se trouvent également les six patients présentant une forme grave de la maladie. Des équipes de soignants supplémentaires sont ainsi dépêchées sur place afin de renforcer celles déjà à pied d’œuvre depuis plusieurs semaines dans la capitale de l’Atsinanana. Outre les centres hospitaliers, d’autres sites de prise en charge ont été également aménagés à Toamasina comme le foyer Canada d’une capacité de 50 lits, qui abrite déjà une trentaine de malades, et bientôt le gymnase de Toamasina pour accueillir les prochaines  vagues de malades. A ce jour, 147 personnes sont guéries du Covid-19 à Madagascar. Les dernières à sortir de l’hôpital et annoncés hier, sont 4 patients du CHU Befelatanana à Antananarivo et un autre à Fianarantsoa.

Hanitra R. 

Midi Madagasikara0 partages

Handball : Les programmes chamboulés par le Covid-19

Les handballeurs devraient être encore plus patients.

L’épidémie de Covid-19 ralentit tout le système. Comme les autres tournois internationaux, le tournoi de la zone 7 de handball dénommé Challenge Trophy IHF (International Handball Federation), programmé initialement se dérouler du 20 au 25 mai à Maurice est aussi reporté à une date ultérieure. Pourtant, l’équipe nationale était au deuxième regroupement avant que l’instance nationale avait annoncé l’arrêt de tous les évènements et activités sportives dans toute l’île. En effet, cela engendre des impacts négatifs sur le handball en particulier et le sport en général à Madagascar, selon les explications du président de la fédération Aimé Razafintsalama, qui lui, était invité du forum sportif pour le handball africain ou «Africa Hand United». « Au niveau sportif, la pandémie a tout chamboulé. On a dû arrêter tout le calendrier annuel, des questions d’informations et de compétitions. On était même en plein regroupement pour la préparation des cadets, juniors pour l’Ihf/Trophy à Maurice. Puis, on aurait dû tout arrêter », a-t-il fait savoir. Ainsi, le président a expliqué que les programmes se sont déroulés comme prévu avant la dernière semaine du mois de mars. « Avant ça, on avait déjà pu faire des formations des techniciens. C’est la Direction technique malagasy qui avait organisé des formations des entraîneurs, des arbitres et puis de la formation administrative. On a déjà pu les faire sur les deux ligues. Et en même temps, on était en plein regroupement. Mais tout d’un coup, on a tout arrêté », a-t-il ajouté. Outre de cette joute indianocéanique, le championnat de Madagascar catégorie jeune devrait s’étaler en juillet à Fianarantsoa tandis que les seniors à Majunga en août. A l’heure actuelle, la Fédération n’a pas encore annoncé sa décision pour la tenue ou non de ces compétitions. Une assemblée générale élective et diverses formations seront aussi dans l’agenda pour cette saison.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Crise du coronavirus : Un médecin à la tête de la préfecture de Toamasina

Jean Jugus Razafiarison, nouveau préfet de Toamasina.

La ville de Toamasina est devenue l’épicentre de la pandémie dans le pays. Les dispositions sanitaires sont renforcées dans la ville, a-t-on appris après la tenue d’un conseil des ministres spécial dédié au cas de la ville du grand port. Face au défi sanitaire énorme que devrait alors affronter l’administration dans cette ville, l’équipage de la préfecture ainsi que de la région a été remanié. Jean Jugus Razafiarison a pris les commandes de la préfecture de Toamasina. Administrateur civil de carrière, le nouveau préfet de Toamasina est un médecin de formation qui a longtemps servi l’administration. Avant de rejoindre la ville du grand port, il a occupé le poste de directeur de réponses aux urgences au niveau du bureau national de la gestion des risques et catastrophes. Jean Jugus Razafiarison est un technicien reconnu dans son domaine. Bref, l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Cependant, ses missions à la tête de la préfecture de Toamasina s’annoncent difficiles dans un contexte exceptionnel. 

Rija R.  

Midi Madagasikara0 partages

Fitaterana an-dranomasina : Miteraka olana ho an’ireo mpitatitra olona ireo mpitatitra entana afa-miasa

Hatramin’ny nandraisan’ny fanjakana ny fepetran’ny fihibohana sy hamehana ara-pahasalamana noho ity valanaretina covid-19 ity, dia mahatsiaro tena ho voa mafy amin’ny asany ireo mpanao fitaterana olona an-dranomasina, mpampitohy an’i Toamasina renivohitra sy Soanierana Ivongo amin’ny ilany avaratr’i Toamasina iny, Mananara avaratra sy Maroantsetra. Lasa miteraka fialonana ho an’ireo mpitatitra olona ny fahazoan’ireo mpitantitra entana amin’izao fotoana izao, hany ka saika mahazo fandrahonana hatrany ireo mpitatitra entana an-dranomasina, indrindra ho an’ireo mampitohy an’i Maroantsetra. Isan’ny niharan’io fandrahonana hodorana io fa soketaina mitondra mpandeha ny sambo « M/S VOLASOA EXPRESS ». Nanamarika anefa ny tompon-tsambo fa tsy mbola nitondra olona izany ny sambony, na izy ireo aza no mamatsy entana ny ao Mananara avaratra sy Maroantsetra amin’ny enta-madinika ilain’ny vahoaka andavanandro. Vokatra io fikasana andian’olona “voakarama” handoro sambo madinika mpitatitra entana io, dia tafahitsoka ao Soanierana Ivongo ireo sambo madinika ireo amin’izao fotoana izao, nefa izy ireo no mpitatitra ireo entana tena ilain’ny vahoaka amin’ny tapany aravatra analanjirofo iny amin’ireo entana ilain’ny vahoaka amin’ny fiainany andavanandro. Raha hitohy izao fandrahonana ireo sambo madinika mpitatitra entana mianavaratra izay, dia ahiana atsy ho atsy ny famatsiana ireo enta-madinika andavanandro ny mponina ireo any amin’ny faritra Ambatosoa Mananara avaratra sy Maroantsetra iny. Ankoatra izany anefa dia tsy ahenoan-teny fa mangina ireo olom-panjakana ao Maroantsetra sy Mananara avaratra, ka miady irery ireo tompon-tsambo mpitatitra entana amin’ny zava-misy iainan’izy ireo.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Société Générale Madagasikara : Lancement du système de paiement sans contact

Le paiement sans contact est effectif pour les clients de la Société Générale Madagasikara

Une nouvelle façon de payer, Société Générale Madagasikara se différencie et se démarque avec le paiement sans contact.

Avec plus de 65% de sa clientèle actuelle équipée de cartes, la banque innove en mettant au service de ses clients le mode de paiement sans contact, une expérience de paiement toujours plus simple et sécurisée

Gain de temps. Plus besoin d’insérer la carte bancaire dans le terminal de paiement électronique. Les clients de la Société Générale Madagasikara ont juste à poser leur carte au dessus du TPE, puis composer leur code et l’opération d’achat est effectuée. Un grand avantage en termes de gain de temps en somme aussi bien pour l’acheteur que pour  le commerçant.  « Plus rapide que les transactions classiques, le paiement sans contact s’effectue en quelques secondes. Ce gain de temps permettra à nos commerçants équipés de TPE sans contact de fluidifier le passage de leurs clients en caisse », explique la Société Générale Madagasikara, dans un communiqué.  Les cartes SG Madagasikara équipées de cette nouvelle fonctionnalité sont les VISA VARONGY, EBENE et ÉBÈNE OR produites depuis juin 2019, ainsi que toutes les prochaines souscriptions ou renouvellement : ces cartes portent le logo sans contact.

Garanti. Ce nouveau mode de paiement offre plusieurs avantages, aux clients équipés des cartes mais aussi aux commerçants disposant de TPE dédié. En plus de faire gagner du temps aux porteurs lors des paiements, le règlement des transactions sans contact est garanti dans les mêmes conditions que celui des opérations par carte bancaire classique, ainsi chaque transaction est sécurisée. Quant aux commerçants, avec le TPE sans contact, ils bénéficieront d’une rapidité d’encaissement, avec  moins d’espèces à gérer. Le paiement sans contact offre également l’avantage de limiter les manipulations de la carte au moment du paiement. Le système est également  disponible  via Smartphone avec Google Pay, Apple Pay, …. En effet, l’application  peut enregistrer les identités de la carte, permettant aux détenteurs d’utiliser son Smartphone comme moyen de paiement qu’on approche juste du TPE.

Dématérialisation. En somme, le lancement du paiement sans contact sur le marché offre une nouvelle façon de payer et un nouveau mode d’encaissement rapide qui favorise la consommation. Aussi, il augmente le taux d’utilisation des cartes par rapport au paiement par espèces, et constitue ainsi un pas supplémentaire en matière de dématérialisation des moyens de paiements dans le pays »  « En tant que première banque à lancer cette innovation à Madagascar, nous sommes confiants qu’elle satisfera nos clients en termes d’expérience et ,contribuera ainsi à améliorer l’usage des services financiers et moyens de paiement à Madagascar. », déclare Guillaume Lecompte , Directeur commercial Entreprises adjoint et Responsable Banque transactionnelle de la SG Madagasikara. Avec le lancement de la solution sans contact, Société Générale Madagasikara poursuit sa stratégie d’innovation pour offrir à ses clients plus d’autonomie et de simplicité au quotidien.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Jeux de la CJSOI : Quid de la 12e édition à Maurice en 2021 ?

Dans14 mois, l’Ile Maurice sera l’hôte de la 12e édition des Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI). Ce grand rassemblement des jeunes athlètes réunissant Comores, Djibouti, Madagascar, Mayotte, La Réunion, Seychelles et  Maurice, se tiendra du 16 au 25 juillet 2021. Neuf disciplines sportives à savoir l’athlétisme, le beach-handball, la boxe, le football, la pétanque, le tennis de table, le tennis, la voile et le triathlon, et trois activités de jeunesse comme l’Assemblée des Jeunes, le spectacle vivant et la danse traditionnelle. Pour le moment avec la pandémie de coronavirus, toutes les activités sportives sont interdites sur le territoire malagasy. Ces jeux sont réservés aux jeunes âgés entre 14 et moins de 18 ans (nés entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2007). « Une réunion des experts a été prévue au mois d’avril à Maurice, mais, a été reportée à cause de la pandémie de coronavirus où tous les pays membres de la CJSOI sont frappés par la covid-2019. Aucune décision de report n’a été avancée pour le moment », a annoncé Aina Andrianterakandriana du ministère de la Jeunesse et des Sports. Même si les dates des jeux de la CJSOI coïncident avec celles des Jeux Olympiques de Tokyo en 2021, cela ne devrait pas causer un problème car les jeux de la CJSOI sont réservés au moins de 18 ans.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Education : Le maintien des examens officiels divise l’opinion

La déclaration du ministre de l’Education la semaine dernière lors de la remise des contrats de travail aux enseignants non fonctionnaires était ferme : « il n’y aura pas d’année blanche et les examens auront lieu ». Décision qui fait beaucoup discuter les enseignants et les parents d’élèves actuellement. Ceux qui n’y adhèrent pas avancent que la sécurité des enfants est minimisée et qu’il s’agit là d’une décision politique qui ne prend pas en compte le risque auquel sont exposés les enfants. Idée qui n’est pas partagée par d’autres qui estiment que les examens doivent avoir lieu en adoptant les mesures nécessaires afin de garantir la santé des candidats et qu’une année blanche signifierait des pertes considérables pour tous. 

Deux points de vue compréhensibles. Les craintes de ceux qui s’opposent à la reprise des cours et au maintien des examens semblent fondées.En effet, commentcroire à la sécurité optimaledes enfants lorsque les infrastructures ne sont pas adaptées pour accueillir plus d’une trentaine d’élèves par classe ou être certains qu’aucun enfant n’est porteur du virus, surtout quand ce dernier a une période d’incubation d’une dizaine de jours avant de manifester de réels symptômes. De plus, ces derniers jours, le nombre de contaminations ne cesse de croître, franchissant même le cap des 500 cas avérés. D’un autre côté, les ménages les plus vulnérables voient mal où trouver les moyens pour que leurs enfants refassent une année avec tout ce que cela implique. Déjà qu’au début de cette année scolaire, beaucoup se sont plaints du manque de moyens pour régler les frais de scolarité de leurs enfants, même si la gratuité de l’enseignement des écoles primaires publiques a été annoncée. 

Admis en classe supérieure. Dans certaines écoles privées de la capitale,le problème est déjà en grande partie résolu en faisant passer en classe supérieure les élèves sauf cas vraiment exceptionnel. En d’autres termes, les examens pour les classes intermédiaires ne sont qu’une formalité permettant de sélectionner les élèves ayant besoin d’un cours d’appui.  Une initiative qui ravit une grande partie des parents. Quant aux enfants scolarisés dans les établissements publics, leur sort n’est pas encore fixé jusqu’à la prochaine déclaration du ministère de l’Education. 

Après le débat sur le confinement et le déconfinement, celui de la tenue des examens semble dorénavant ouvert. Mais comme pour le premier, les autorités se sont déjà prononcées en affirmant qu’il n’y aura pas d’année blanche. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Manja : Zaza « albinos » nalain’ny dahalo an-keriny

Nitrangana fakàna an-keriny zaza varira, na irony ankizy tratran’ny aretina « albinos » irony indray tany amin’iny faritra Menabe iny. Soa ihany anefa nandray ny andraikiny avy hatrany ireo mpitandro filaminana tany an-toerana ka avotra soa aman-tsara teny am-pelatanan’ny dahalo ity zaza tsy manan-tsiny ity. Nisy fotoana tokoa, nirongatra izay tsy izy ny fangalàna an-keriny ireny zaza ireny. Raha ny feo mandeha dia toa hoe alain’ny dahalo atao sorona hanamafisana sy hanamasinana ny ody gasin’izy ireo ny taovan’ireny olona na ankizy ireny. « Marihina hatrany fa ny olona na zaza varira dia tsy manana hery manokana na miafina (pouvoir surnaturel) araka ny eritreretin’ireo dahalo ka ampiasainy amin’ny asa-ratsiny »hoy ny vaovao voaray. Ny zava-misy. Ny alakamisy lasa teo no nitranga izy ity, tao amin’ny tanana iray antsoina hoe Somenda, kaominina Ankiliabo, distrikan’i Manja. « Raha vao nandre izany ireo zandary misahana ny distrika Morombe sy Sakaraha ary Toliara dia nidina ifotony avy hatrany nanao ny ara-dia hanavotana ny ain’ilay zaza ary koa hanentana haingana sy hanaitra ireo fokonolona, Jado, Dinabe mba hiandry ny kizony avy. Nohamafisina ihany koa ny sakana rehetra fanaovana fisavana hentitra izay fiara na moto mandalo ». Tsy niandry ela tokoa ny fisian’ny vokatra satria ny sabotsy lasa teo, izany hoe roa andro taty aoriana dia nifankatratra ireo jiolahy nitondra ilay zaza sy ireo mpanenjika, tao amin’ny tanana iray antsoina hoe Antanamanitsy, kaominina Ankatsakatsa Atsimo, distrikan’i Morombe. Nisy ny fifandonana teo amin’ny roa tonta, ka nilavo lefona tamin’izany ireo olon-dratsy namela ilay zaza ary rafitra nitsoaka. Nentina nody nihazo ny fianakaviany avy hatrany moa ity zaza ity taorian’ny fitsirihana nataon’ny mpitsabo azy : salama tsara. Mbola mitohy moa ny fanadihadiana hikarohana ireo olon-dratsy tompon’antoka tamin’ity fakàna an-keriny ity any an-toerana

m.L

 

Midi Madagasikara0 partages

Vatsy pour les étudiants malagasy : Distribution de la troisième vague dans toutes les universités

La sécurité sociale des étudiants figure parmi les priorités du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Les universitaires malagasy sont considérés parmi les populations vulnérables dans la mesure où ils dépendent de leurs parents pour vivre. 

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique continue ses actions de protection sociale en faveur des étudiants malagasy. Et pour cette troisième édition de distribution des « vatsy pour les étudiants », les étudiants de l’université d’Antananarivo ont bénéficié de leurs kits de nourritures samedi dernier. Une initiative qui vise à alléger aussi bien les parents que les étudiants face à la crise sanitaire et sociale que traverse actuellement le pays. Et qui arrive à point nommé pour les étudiants éparpillés à travers les cités universitaires du pays qui sont confrontés à des difficultés majeures comme le manque de vivres. Comme l’a témoigné Hervé, un étudiant originaire de la région Haute Matsiatra et qui vit à Ambolokandrina : « le fait pour le ministère de tutelle de penser aux étudiants du pays est louable. La situation a commencé à être difficile pour nous les étudiants, nos parents ont des difficultés à nous envoyer des vivres. Ce n’est pas évident d’autant plus que beaucoup d’étudiants ont perdu leur petit boulot ». Des kits alimentaires composés de riz, de bouteilles d’huile, ainsi que de légumineuses ont été ainsi distribués aux étudiants dans les cités d’Ankatso, d’Ambolokandrina, d’Ambatomaro et d’Ambohipo depuis samedi 23 mai dernier. 

Double. Les autres étudiants des universités du pays devraient également bénéficier de leur part de « vatsy » venant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. « Pour les universités des autres régions, la distribution des vatsy pour les étudiants devrait commencer vendredi prochain », a fait savoir une source fiable auprès dudit ministère. Outre la distribution des vatsy, les étudiants de l’université d’Antananarivo ont également eu droit au paiement de leurs « bourses d’études ». Une initiative qui n’a pas déplu aux étudiants étant donné que le dernier paiement date du mois de janvier 2020. Il conviendrait de noter que ce paiement des bourses était le dernier pour l’année universitaire 2018-2019. Une année qui finit en beauté donc pour les universitaires malagasy durant cette crise sociale et sanitaire.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus à Toamasina : 150 militaires, gendarmes et policiers envoyés en renfort

Veiller au respect strict des mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. C’est la mission attribuée aux autorités étatiques à Toamasina. Le Conseil des ministres exceptionnel de dimanche dernier a décidé de remercier des hauts responsables au niveau de la Région Atsinanana et de la Direction Régionale de la Santé Publique. L’Exécutif estime donc qu’ils ont failli à leurs missions. La Ville du Grand Port dispose désormais d’un nouveau Préfet de Police, un nouveau Secrétaire général de la Région et un nouveau Directeur Régional de la Santé Publique. Le même Conseil des ministres a aussi pris la décision d’envoyer à la rescousse à Toamasina l’Etat-Major Mixte Opérationnel National (Emmo-nat).

Une force mixte composée de 150 éléments de la Gendarmerie, de l’Armée et de la Police nationale vient d’arriver dans la Ville du Grand Port non seulement pour faire régner l’ordre, mais aussi et surtout pour superviser l’application des mesures de confinement au niveau de tous les quartiers de Toamasina et sur les routes nationales. Un hélicoptère a même été envoyé sur place pour renforcer la surveillance du Canal des Pangalanes où des transports clandestins sont encore opérés. Le Commandant de la Gendarmerie Nationale (COMGN), le Directeur général de la Police Nationale (DGPN) et un Général représentant le Chef d’Etat-Major des Armées (CEMA) sont dans la capitale de la Région Atsinanana pour diriger l’opération. Ces 150 hommes ont déjà été déployés sur le terrain depuis hier.

Mis à part ce déploiement des Forces de l’ordre, plusieurs autres décisions ont également été prises durant le Conseil des ministres de dimanche dernier pour contenir la propagation du coronavirus. D’après les informations, le président Andry Rajoelina se rendra à Toamasina ce jour pour constater de visu la mise en œuvre de toutes ces mesures. Durant sa dernière visite à Toamasina, le Chef de l’Etat a haussé le ton pour dénoncer l’indiscipline de la population locale. Pourtant, depuis, le nombre des cas contacts n’a cessé d’augmenter dans la Région Atsinanana.

Davis R.

Midi Madagasikara0 partages

Concours de nouvelles : Parution dans L’encrier renversé à la clé

Sophie Chalandre, la lauréate 2019 fait partie du jury de cette année

Vous avez la passion d’écrire, et voudriez être lu? Le 32è concours francophone de nouvelle, de la revue de nouvelles. L’encrier renversé sera décerné en France en mars 2021 par un jury international composé d’auteurs francophones reconnus. L’encrier renversé  attribue un prix annuel récompensant des œuvres en proses inédites telles que des  nouvelles, contes, récits, écrites en langue française par des auteurs du monde entier. Cette 32è édition de concours est ouverte à tout horizon, mais surtout aux jeunes des pays francophones.  Une belle occasion pour les auteurs malagasy de se démarquer parmi tant d’autres.

 A savoir que les malagasy font partie de ceux qui ont la plume bien trempée mais seulement ce sont les opportunités qui manquent. A ce titre, il est bien pensable que des compatriotes puissent percer dans ce concours. Par ailleurs, les organisateurs ont donné une grande marge pour que les concurrents puissent rendre un travail peaufiné, vu que la date limite est fixée pour le 14 juillet 2020. Les lauréats seront avertis au début du mois d’octobre. Les dix premiers textes ainsi que ceux des lauréats du prix Marie-Schembré, et du prix Lycéens seront publiés dans le numéro « concours » 2020 de l’encrier renversé.

Avec quatre prix à la clé, si vous avez la plume aguerrie, si la langue française est votre arme de prédilection, à vos  plumes ou claviers plus précisément, pour cette nouvelle édition d’un événement littéraire révélateur de jeunes talents !

Recueillis par Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Andavamamba : Ramatoa nandeha moto maty voatifitry ny jiolahy

Olona roa, mpivady izy ireo, izay hamonjy fodiana no nataon’ny jiolahy lasibatra tetsy Ambilanibe-Andavamamba. Ilay kodiaran-droa notaingenan’izy ireo no tena nokendren’ireo olon-dratsy raha araka ny fanazavana azo. Nosakanana teo akaikin’ny fiolànana mifanakaiky amin’ny kaoperativam-pitaterana iray, ary teo no nitranga ny herisetra. Rehefa tazan’ilay rangahy nitondra ny moto mantsy fa olon-dratsy ireo nanakana dia avy hatrany dia notohizany ny diany mba hialàna haingana teo an-toerana. Nahita izany ireo olon-dratsy dia namoaka ny basy teny aminy ary tsy nisalasala ny nitifitra. Rangahy voa teo amin’ny tongony ary ramatoa kosa teo amin’ny kibony. Rehefa nidaraboka tamin’ny tany ireo dia nitsoaka koa ny jiolahy ary navelany teo fotsiny. Tsy nisy nokitihany na ny olombelona na ny moto. Ny olona nahita ny zava-nitranga no nifanome tànana tamin’ny fanavotana azy mivady. Notaterina maika tany amin’ny hopitaly ireo mba ho fanavotàna ny ainy. Indrisy anefa fa ny alin’iny asabotsy iny ihany dia namoy ny ainy ilay ramatoa noho ny tifitra nahazo azy. Ny vadiny kosa dia mbola manohy fitsaboana. Raha ny fanazavan’ny mpitandro ny filaminana dia tsy alim-be akory no nitranga ity fanafihana ity, satria manodidina ny tamin’ny fito ora hariva. Izany hoe mbola misy olona mifamezivezy ihany teny an-dàlana, iny kartie iny rahateo dia tsy tapaka olona na dia eo aza ny fihibohana. Tsy nanakana ny olon-dratsy tsy nanao ny asany anefa izany. Tsy vitan’izay fa tsy nisalasala akory na dia iray segondra aza ireo nitifitra ny olona. Ary tifitra tsy natao hampitahoràna akory izany fa tifitra natao hamonoana. Tsy nisy hita ireo jiolahy nony avy eo satria rifatra niala ny toerana. Ireo olona nihoson-drà sy niady tamin’ny fahafatesana no navelany teo. Miverina mafampana ny asan-jiolahy ary mifanesy mihitsy aza hatramin’ny faran’ny herinandro teo. Mila miparitaka ny mpitandro ny filaminana fa tsy variana fotsiny eny amin’ny barazy.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Évènement : « Morning jazz » fait le lièvre à Antananarivo

Un public de choix au « Morning Jazz », à l’extrême gauche, le chef de file du groupe Rapp Atlas, à l’extrême gauche, Mamina, le chouchou musical d’Erick Manana(crédits photos : Medley Mozika)

Le brunch « Morning Jazz » au Point d’Exclamation Lounge Bar Analakely permet de savoir le future du spectacle et de l’évènementiel à Antananarivo. Le concept, alliant musique et bonne chair, résiste bon gré mal gré.

Déjà deux week–end et trois brunchs, le bilan actuel du « Morning jazz » au Point d’Exclamation Lounge Bar à Analakely apporte une petite lueur d’espoir aux fêtard(e)s et mélomanes de la capitale. Il en a été de même durant samedi et dimanche. Dès 8h, les premières notes ont été jouées avec une bande de jeunes révélations, « des amateurs de gospel ayant des affinités avec le jazz », signale Mampiray Rasolofoniaina, l’initiateur de cet évènement.

A y voir de plus près, le « Morning jazz » servirait aussi de lièvre pour les lieux festifs qui rêvent d’ouvrir leur porte. « Avant tout, ce n’est pas un concert ni un spectacle, il s’agit plutôt de brunch en musique. Les gens vont au restaurant, et le jazz se joue comme une musique d’ambiance », assure toujours l’initiateur. Ainsi, la formule est encore à ses premiers balbutiements. Mais, il faudrait tout de même cravacher dur pour faire entrer cet évènement dans les habitudes.

Mais l’initiative est louable. « Il est presque sûr que des artistes vont se trouver dans la rue, si ça continue. Alors, il faut créer des choses pour qu’ils ou elles se retrouvent un peu. Quitte à payer de notre proche », ajoute Mampiray Rasolofoniaina. Une goutte d’eau dans l’océan, cependant, il faut commencer par quelque chose. Toutes les mesures de sécurité sont prises pour que les gourmets et les mélomanes se concentrent à la musique ou profiter de leur brunch.

Dimanche, les musiciens ont offert un joli récital en reprenant à la sauce soul et jazz des tubes de « Mahaleo ». Ensuite, les grands standards de la variété internationale ont été repris pour continuer sur la lancée. Tandis que le personnel veille scrupuleusement à ce que chaque personne présente ait lavée les mains avec du désinfectant. Il est difficile de croire ensuite qu’après plus de trois heures de musique, l’amateur de jazz sorte et se rend compte qu’il est encore 13 h.

Décidément, le Covid–19 bouleverse les certitudes festives. En attendant de nouvelles dates du « Morning jazz », cette initiative démontre que le secteur de l’évènementiel et du spectacle redoute aussi l’après-confinement. « Les prix risquent de grimper parce que les artistes vont faire du rattrapage, quand les choses reviendront à la normale », redoute Mampiray Rasolofoniaina. Le lièvre est donc sorti de sa tanière, le champ semble quelque peu calme ces premiers jours.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Le pouvoir face à de multiples écueils

C’est une situation très délicate que le pouvoir affronte en ce moment. Tous les ennuis semblent arriver en même temps et il doit faire preuve de réactivité pour ne pas laisser la défiance s’installer.  Tout d’abord l’idée qu’il n’arrive plus à maîtriser la propagation du coronavirus se fait de plus en plus insistante au sein de  la population et  toute l’assurance montrée par l’équipe chargée de la lutte contre le Covid -19 est en train de s’effriter  sur un  tout autre plan, l’affaire du « kianja masoandro » qui suscite  la controverse, risque de créer le divorce  entre le président de la République et  une partie importante de l’opinion.  Le régime est en train  d’affronter ses difficultés les plus sérieuses depuis son avènement  et les jours à venir, doivent montrer comment  il arrivera à se sortir de cette impasse.

Le pouvoir face à de multiples écueils

La lutte contre le Covid- 19 est le problème principal auquel  le régime doit faire face  actuellement. Alors que les dispositions prises pour empêcher la propagation du virus avaient été prises, la situation s’est dégradée. En fait, les signaux se sont multipliés depuis une dizaine de jours. La multiplication des cas de contamination et les premiers décès ont  commencé à susciter le doute  dans l’esprit de la  population .  C’est de Toamasina que s’est  propagée  l’épidémie, la porosité des barrages sanitaires en étant la cause. Le déplacement vers  d’autres régions d’habitants venant de  cette ville a provoqué la création de nouveaux foyers  de propagation. Le limogeage de plusieurs responsables  et leur remplacement ont été immédiats. Un renfort important  des forces de l’ordre a été envoyé pour  faire appliquer de manière très stricte les dispositions prises dans le cadre de  cette lutte contre le  Covid 19.  Le président de la République va venir sur place aujourd’hui pour assurer la population de son soutien. La décision de réagir a été prise assez vite, et l’on attend de voir  son effet, le plus haut personnage de l’Etat  sentant  le danger. Mais  il doit aussi maintenant essayer de calmer le vent de fronde qui s’est levé après le pavé lancé par des journalistes à propos de ce  fameux « Colisée » ou « kianja masoandro ». Les explications données par les  communicants de la présidence de la République n’ont pas convaincu l’opinion. Le pouvoir va devoir faire face. Le cap va être difficile à franchir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Transformation agro-alimentaire : Des ateliers pour tous organisés par la Chocolaterie Ecole Edenia

La vente-exposition de chocolat naturel fabriqué de façon artisanale attire de nombreux visiteurs.

La Chocolaterie Ecole Edenia a été créée dans le cadre du concept « Autoroute du chocolat », initiée par ASASOA France-Madagascar.  

« Ce concept vise à redynamiser la filière cacao en soutenant les planteurs de ce produit phare destiné à l’exportation de la Grande île. La Chocolaterie Ecole Edenia est ensuite née dans le but de former des artisans chocolatiers. L’objectif consiste principalement à augmenter la transformation agro-alimentaire dans le pays afin de créer plus de valeur ajoutée locale. Cette initiative contribue d’ailleurs à la concrétisation de la vision du Président de la République de ne plus exporter des matières premières sur le marché international. Nous prônons ainsi la fabrication du chocolat ici même à Madagascar, étant donné que ce produit qualifié de luxe a une grande renommée sur le plan mondial ». Achille Rajerison, le président de l’association ASASOA France-Madagascar, qui plus est, le directeur de la Chocolaterie Ecole Edenia, l’a évoqué lors d’une journée porte-ouverte qui s’est tenue samedi dernier à son siège à Nanisana.

Créativité. A cette occasion, le Consultant Pâtissier Chocolatier, le Chef Joelina RJ, qui assure la formation au sein de la Chocolaterie Ecole Edenia, a annoncé que des ateliers de fabrication de chocolat pour tous y sont organisés.  « Il s’agit notamment d’un atelier d’initiation qui durera une semaine pour tous les passionnés du chocolat même si ce sont des profanes. Un autre atelier de découverte en une demi-journée est en même temps organisé au profit des enfants, surtout pendant la période de vacances. A l’issue de ces deux types d’ateliers, les apprentis pourront connaître le métier d’un chocolatier tout en fabriquant leur propre chocolat. Compte tenu de la situation actuelle, nous allons limiter entre cinq et dix personnes pour chaque atelier », a-t-il poursuivi.  A part cela, « nous prodiguons une formation professionnelle à toutes les personnes intéressées qu’elles soient débutants ou exercent déjà cette activité de transformation agro-alimentaire, pour devenir des vrais artisans chocolatiers.  Les apprentis doivent avoir au moins un niveau de la classe terminale. En effet, ils doivent avoir un minimum de connaissances en matière de dosage, d’arrangement et de mélange des ingrédients, entre autres. Les stagiaires passeront leur examen officiel après avoir reçu la formation professionnelle pendant six mois. Et ils seront bien évidemment sanctionnés d’un diplôme. Notre particularité, nous promouvons leur créativité dans l’art du métier. En revanche, ce type de formation appliquée ne démarrera qu’après cette crise sanitaire qui prévaut dans le pays », a-t-il enchaîné.

Vente-exposition. Toujours dans le cadre de cette journée porte-ouverte, une visite guidée de la Chocolaterie Ecole Edenia a été organisée, et ce, par vague de dix personnes afin de respecter tous les gestes barrières face à cette pandémie de Covid-19 qui affecte le pays. En effet, on y trouve une salle dédiée à la formation théorique, et un laboratoire répondant aux normes internationales et comportant des équipements et matériels spécifiques utilisés par des professionnels chocolatiers. Et enfin, « une vente-exposition des chocolats fabriqués par les apprentis qui ont déjà reçu la formation à courte durée chez la Chocolaterie Ecole Edenia, a eu lieu, et ce, grâce à la collaboration avec le Club des Amoureux du Chocolat de Madagascar (CLAC) », a fait savoir Achille Rajerison, le promoteur de ce projet. Une dizaine de variétés de chocolats mélangés avec des fruits et des épices de Madagascar qui sont bien valorisés, y sont présentées, sans oublier les chocolats artistiques à titre de décors. Une forte affluence de visiteurs a été observée lors de cet événement.

Produits naturels. Rappelons que les promoteurs de ce projet et leurs partenaires prônent la qualité naturelle du chocolat de Madagascar.  Ils valorisent tout ce qui est produit naturel se trouvant dans le pays. Des expositions de ces produits naturels et transformés se sont également tenues dans le cadre de cette journée porte-ouverte. A titre d’illustration, Ethanolab y a présenté l’éthanol qui est une source d’énergie propre pour la cuisson. Le Centre de bien-être Hanitrin’ny Ala a exposé la thérapie à base des fruits et légumes transformés ainsi que des plantes aromatiques et médicinales. Les produits de l’agriculture naturelle y étaient également à l’honneur.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Taolagnaro vers un confinement partiel

(crédit photo : Anja)

Durant le week-end, six cas de contamination à la Covid-19 ont été signalés à Taolagnaro. Une situation alarmante qui a poussé le gouverneur de la région Anosy, Jerry Hatrefindrazana, à annoncer le confinement partiel pour cette ville du Sud-Est de la Grande île, jusqu’ici épargnée par cette pandémie.  Les mêmes mesures adoptées à Antananarivo et Toamasina ces deux derniers mois s’appliquent dorénavant à Taolagnaro. Le port de masque y est désormais obligatoire, les entrées et sorties de la ville ne sont plus permises sauf pour les autorités et les véhicules transportant des marchandises, couvre-feu de 21h à 4h est appliqué, fermeture des commerces et des services publics à 13 h, pas plus de trois passagers par taxi, et surtout interdiction d’entrée des convois funèbres dans la région. Ce dernier point est particulièrement important puisque selon les autorités, l’importation de la Covid-19 à Taolagnaro serait due à un convoi funèbre en provenance de Toamasina.

Par ailleurs, les barrages sanitaires au niveau de la RN3 et de la RN12 A seront renforcés. Les lieux publics comme les boîtes de nuit ou les bars doivent fermer également durant cette période de confinement partiel, et ce jusqu’à nouvel ordre. Une situation difficile pour une région qui mise énormément sur le tourisme pour son développement, mais qui n’a pas le choix que d’adopter des mesures fermes à l’heure actuelle.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

De Fenoarivo à Ampanefy : Course poursuite et échange de tirs après l’attaque d’un grossiste

Hier matin, la commune d’Ampanefy, district d’Antananarivo Atsimondrano était en effervescence. Vers 9 heures, des coups de feu ont semé la terreur auprès des habitants qui étaient tous en train de s’occuper de leur tâche quotidienne. Cela s’est produit suite au débarquement des groupes de personnes dont des éléments des forces de l’ordre qui étaient à la poursuite d’une escouade des bandits en fuite dans la localité après avoir perpétré une attaque dans une commune voisine. Vers 8 heures du matin, les malfaiteurs ont braqué un magasin de gros dans le chef-lieu de la commune de Fenoarivo. Ayant réussi leur coup dont le bilan fait état d’une personne blessée par balle et d’une importante somme d’argent dérobée, ils s’échappaient en direction d’Ampanefy en laissant derrière eux la moto qu’ils ont utilisée dans cette attaque. C’était à ce moment que des éléments des forces de l’ordre composés des policiers, des gendarmes appuyés par des fokonolona sont partis à leur trousse. Encerclés à Ampanefy, les fugitifs ont tenté de résister en ouvrant le feu. Ce qui a obligé les poursuivants de riposter avec leurs armes. Après quelques minutes d’échange de tirs qui n’a fait aucune victime, trois bandits ont été capturés vifs. Pris au dépourvu, ils ont été obligés de se rendre. Liés pieds et mains par une foule en colère  avant d’être embarqués et amenés au bureau de la brigade de la gendarmerie de Fenoarivo qui va s’occuper de l’enquête sur cette affaire. La recherche de leurs complices continue. 

T.M

Midi Madagasikara0 partages

Ady amin’ny coronavirus eto Toamasina : Hanampiana ny “foyer social Canada” ny kianja mitafo ny CRJS

Tamin’iny herinandro nivalona iny dia niakatra be ny tahan’ny olona mitondra ny tsimokaretina covid-19 ity eto Toamasina. Vokatr’izay dia misy ireo olona efatra mila famelomana aina, ka ny roa eo anivon’ny vonjy aina mihitsy noho ny hamafin’ny fahavoazana, ny roa hafa kosa eo amin’ny sampana famelomanaina tsotra. Ankilan’izao fiakaran’ny tahan’ny voan’ny coronavirus eto Toamasina izao dia efa ho feno amin’ny fandraisana ireo voan’ny valanaretina tsy misy soritraretina ny eny amin’ny “foyer social Canada”, an’ny seranan-tsambo amin’izao. Noho izany dia nitady toerana hafa hametrahana sy hitsaboana ireo voan’ny covid-19 tsy misy soritraretina hafa ny tompon’andraikitry ny CRCO Atsinanana sy ny CCO foibe, ka ny kianja mitafon’ny CRJS no hitan’izy ireo fa mifanaraka amin’ny fepetra napetreka izao. Vokatr’izany dia efa mandeha ny asa fanatsarana ity kianja mitafon’ny CRJS ity amin’izao, izay lasa mampisy ahiahy amin’ireo mpampiasa ity ivontoerana ara-panatanjahan-tena ity, sy ireo mpianatra ao, ary ireo onjam-peo sy fahitalavitra manofa trano amin’izany ivontoerana CRJS izany. Saika ao amin’ity ivontoerana ity avokoa mantsy no misy ireo onjam-peo sy fahitalavitra manana ny foibeny ao Antananarivo, ka isan’izany ny RNM – TVM, ankoatra ny FMA eto an-toerana ihany. Ankoatra izay dia nampiana 02 ny fiara fitondrana marary tokana eto Toamasina, entina mitatitra ireo olona ahiahiana sy efa mitondra ny covid-19 eto Toamasina. Nomena fanampiana amin’ny fiarovana sy fitaovam-pitsaboana ihany koa ny hopitaly manara-penitra Morafeno mpandray ny olona mararin’ny coronavirus, sy ny hopitaly be Analakininina izay tsy mpandray ireo marary fa mazana kosa mandray ihany ireo olona marary noho ny fahazarana. Teo koa ireo sakafo sy ny rano ho an’ny marary sy ny mpitsabo. Ny vokovoko mena sy ny Bngrc no nanolotra ireo fitaovana ireo teo anivon’ny CRCO Atsinanana ny alahady teo.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz : Tous les chemins mènent à Anatirova

Une vue en façade du futur « Colisée » d’Anatirova

La « mission » d’installer une structure flambant neuve à Anatirova, à l’architecture d’amphithéâtre grecque ou romaine antique, d’ici la fête nationale a réussi à raviver certains « démons » auprès des malagasy. En témoignent  les réseaux sociaux, devenus un baromètre acquis du tempérament de la population. « Colisée ou pas Colisée, la vraie question n’est pas là. Elle demeure plutôt dans la discrimination ouverte et sans hypocrisie de la valorisation sans cesse du royaume d’Imerina à Madagascar », s’insurge un internaute averti.

Suivi de plusieurs commentaires, où le dangereux et ambigu schéma de l’archaïsme politique refait surface : « côtier / merina ». Et ces derniers temps, certains individus se plaisent à le remettre en avant. Si ces racistes de De Gaulle et de Gallieni étaient encore de cette époque, ils auraient dansé de joie jusqu’à l’aube à cause de toute cette ripaille nauséabonde du numérique suscitée par ce « colisée » d’Anatirova. Voilà un projet décrié, mais maintenant, commence à diviser. « Même si vous détruisez ce Rova, on s’en fout… l’urgence est ailleurs », une plainte mêlée de colère d’un « facebookers » du Grand Port. La ville martyre du Covid–19.

Donc, pour les malagasy des autres régions, cette affaire du « colisée » est à la limite strictement tananarivienne. Un levier pour une frange quelque peu arrogante de vociférer les « anti–colisée », et seuls les cieux savent si ces derniers sont nombreux. « Le Rova a toujours été là, sans aucun égard venant de vous, sans que vous y prêtez attention. Maintenant, quand on cherche à améliorer les choses, vous vous prenez pour ses plus grands défenseurs. Voilà la mentalité malagasy qui ne veut jamais évoluer », sermonne une internaute sur « facebook ».

Elle semble oublier, qu’« un patrimoine comme le Rova, c’est quelque part comme l’arbre à palabre, c’est comme le phare. Elle est là, on ne l’ignore pas mais on vit avec elle. On ne manque pas une fois dans la journée, de la retrouver dans notre champ de vision. Quand on fait un tour à la Haute Ville, on ressent cette sensation bizarre dès qu’on voit son portail, son toit, sa prestance. Et les tananariviens ayant un réel attachement à la cité croient sans motif valable, qu’elle restera là à jamais comme un symbole de l’éternité de la Ville des Mille. Y intégrer une autre structure, un objet nouveau, c’est comme chercher à ébranler cette éternité. C’est tout cela un patrimoine », répond un autre « facebookeur » illuminé.

Cette affirmation renchérit par un autre commentaire « en plus, c’est une structure complètement hors–sujet ». Ce qui est bizarre sur « facebook » c’est que, quand une affaire rend « furax » la majorité, elle ne reste pas longtemps un sujet sur lequel s’étaler. Plusieurs affaires semblent l’attester. Il n’a fallu que quelques semaines à Fana, le jeune homme malheureux, pour être rangé au sous–sol  des oubliettes. D’autres y voient une résignation. « Il faut s’y faire, si nous ne pouvons plus rien faire ». Cette phrase se retrouve souvent sur les réseaux sociaux, face aux prix de l’essence, aux délestages, à l’insécurité, à la cherté de la vie, et face au chômage…

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Équipementier des Barea : Encore un autre coup de bluff !

Jusqu’où cette bataille relative à l’équipementier des Barea va-t-elle s’arrêter ? C’est la question qui se pose car après avoir demandé l’annulation de l’appel d’offres, les proches d’une certaine marque reviennent à la charge en informant l’opinion par le biais d’une presse à sensation, pour ne pas dire plus, que tout va être repris depuis le début. 

Retour à la case départ. C’est l’essentiel de la publication dans un quotidien de la place. Une publication démentie aussitôt par la SG de la Fédération Malgache de Football, Ranja Mahatovo, qui affirme que rien de tout ce qui se dit n’est vrai. Remettre à plat. En clair, la publication en question affirme que le processus pour choisir le futur équipementier des Barea a été purement et simplement annulé. Et de citer que certains membres du comité exécutif ne sont pas à Tana , et que cela empêche la consultation d’usage. Selon ce comité restreint dirigé par le second vice-président Alfred Randriamanampisoa que, certains voient déjà dans le fauteuil du président, il va falloir tout remettre à plat. Un souhait dit-il, relayé par l’opinion publique. Mais quel public ? C’est tout juste si le capitaine des Barea, Abel Anicet Randrianantenaina a émis le souhait de voir une grande marque s’impliquer dans cette affaire. Or il sait très bien que dans ce monde là, le choix dépend uniquement des équipementiers. Les grandes marques n’attendent personne pour s’impliquer dans une équipe nationale en rapport avec les performances. Logique donc si le Brésil, l’Allemagne ou encore la France sont sollicités par les meilleurs équipementiers sportifs. Autant le dire, on s’arrache à voir les meilleurs sportifs ou les meilleures équipes pour plus de visibilité. C’est plutôt commercial. Accord de la FIFA. A notre connaissance, c’est Nike qui est venue vers notre Dally Randriantefy, nationale quand elle se trouvait dans le top 50 mondial. C’est comme cela que cela marche et ce serait une erreur de vouloir s’entêter dans une fausse piste. Une entorse au règlement en fait car on ne connaît pas sur quelle base juridique on parvient à annuler un appel d’offres qui a reçu au préalable l’accord de la FIFA et auquel des marques ont sollicité. Et quand on sait que ce projet sera financé par l’instance suprême du football l mondial, on n’arrive pas à expliquer ce qui est, pour ne pas avoir peur du mot, un forcing. Le même procédé en fait qui nous a valu la sanction de la FIFA et de la CAF, et qui a été à l’origine de la mise en place d’un Comité de Normalisation. Pour dire ce qui est à dire, est-ce que cette frange saura-t-elle se défendre si les soumissionnaires légaux portent l’affaire devant la justice pour rupture abusive d’un contrat qui concerne toutes les équipes jeunes et féminines mais pas seulement les Barea seniors ? On notera que devant l’urgence de la situation avant la CAN 2019, Garman a été choisi par le président, mais ce ne sera plus le cas aujourd’hui car la FMF, l’aile légale, a choisi de faire les choses en toute transparence.

Clément RABARY