Les actualités Malgaches du Jeudi 26 Avril 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara167 partages

13 mey : GSIS nitifitra olona tamin’ny« fusil à pompe »

Nanohina ny olona ny sarin’ilay zandary misaron-tava miasa eo anivon’ny GSIS nitifitra tamin’ny « fusil à pompe »nandritry ny hetsika, ny asabotsy lasa teo. Niparitaka  haingana ny horonan-tsary mahakasika izany, omaly. Teo akaikin’ny Tahala Rarihasina, eo amin’ny fivarotam-boky sy taratasy amin’ny andavanandro, saingy tsy nisy mpivarotra intsony teo noho ny sahotaka, no nisian’ny tranga. Raha nivoaka nandeha tongotra moramora, tsynisy fitaovam-piadiana na hazokely aza, ny rangahy iray no notsenain’ilay zandary tamin’ny tifitra. Tsy vitan’izay fa « fusil à pompe » no nampiasain’io mpitandro ny filaminana io. Divi-janahary no tsy nahafaty ilay olona izay sendra mba nahay niondrika ka afaka tamin’ny bala. Nitsoaka nihemotra izy mazava loatra ary mbola saika hanohy ihany ilay zandary no niahotra tampoka tamin’ny segondra farany. Azon’ny olona mazava tsara ny horonan-tsary momba izany ary porofo mitohoka amin’ny tendany. Rehefa nohamarinina tamin’ny vavolombelona izay nanatri-maso ny zava-nitranga dia nanazava ireo, fa ilay rangahy dia somary avoavo vava tamin’ilay zandary ary izay no heverina fa nahatonga itsy farany nanapa-kevitra ny hifofo ny ainy. Zandary misaron-tava satria eo anivon’ny herymanokana no iasany  dia  ny GSIS na ny « Groupe de Sécurité et d’Intervention Spéciale ». Izany hoe io no hery mafy indrindra eo anivon’ny vondron’ny zandarimariam-pirenena ary izay rahateo no antony hampanaovinaazy ireo saron-tava rehefa midina an-tsehatra satria tsy any amin’ny fandaminana intsony ny asany fa fisamborana na fampiasan-kery kosa amin’izay mety hilana azy. Saingy tokony ho nampiasaina basy ve ity rangahy izay sady tsy fantatra ny momba azy no tsy nisy fitaovam-piadiana akory tenyaminy, eny fa na dia vatokely iray aza ? Ny « fusil à pompe » no isany mafy indrindra ny fiantefany ary misy aza ny olona no mizara roa mihitsy rehefa voan’nybalany. Dia izay ve no nokasaina tamin’ilay olona tsy manan-tsiny, eny fa na atao hoe nisy nahatohina aza (raha tena ho izanytokoa) ny zavatra nolazainy, ka nahatonga azy nataon’ilay zandary savahao ? Fikasana hamono olona, fa mpiasan-kery amin’ny tsy tokony ho izy ary toetra tsy mifanaraka amin’ny fitsipika anatin’ny mpitandro filaminana. Marobe ny vesatra azo anenjehana an’ity zandary ity raha toa ka mandeha ny raharaham-pitsarana.

D.R

Midi Madagasikara128 partages

Requête aux fins de déchéance de Hery R : Une foule compacte dans les rues de Tana

Les rues du centre ville étaient noires de monde hier. (Photo : Yvon Ram)

Les députés de l’opposition persistent et signent en réclamant le départ de Hery Rajaonarimampianina.

« Démonstration de force ». C’est ainsi que Me Hanitra Razafimanantsoa considère la grande marche des partisans de l’opposition qui s’est tenue hier. Comme prévu, les députés élus sous les couleurs du MAPAR, du TIM, du MMM et des indépendants ont quitté le parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely pour se rendre au siège de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) à Ambohidahy où une requête aux fins de déchéance contre le président Hery Rajaonarimampianina a été déposée à 12h45. Une foule immense a participé à ce « diabe ». Selon les estimations de la vice-présidente de l’Assemblée nationale, environ 100.000 personnes étaient présentes, hier, sur la Place du 13 mai. En effet, les rues du centre ville étaient noires de monde pour cette occasion. Malgré cette affluence, aucun débordement, aucun cambriolage avec effraction n’a été relevé. Les organisateurs ont pris des mesures de sécurité particulière pour éviter tout débordement. Conformément à la déclaration du préfet de Police d’Antananarivo, le Général Angelo Ravelonarivo qui consacre désormais ses interventions sur « une réquisition anti-pillages », les forces de l’ordre ne se sont plus intervenues pour disperser la foule. Les quelques hommes en treillis présents dans les rues d’Analakely vers Ambohidahy n’ont fait que regarder le passage des manifestants.

Article 167. En tout cas, l’opposition persiste et signe en réclamant le départ du président de la République. « Miala Rajao ». Tel est le mot d’ordre. Une requête aux fins de déchéance a d’ailleurs été déposée hier. Dans cette requête, les députés MAPAR, TIM, MMM et indépendants évoquent l’article 167 de la Constitution qui stipule que « Aux fins de respecter le prescrit constitutionnel, le président de la République, dans un délai de 12 mois à compter de son investiture, invite les instances compétentes à désigner les membres qui composeront la Haute Cour de Justice afin de procéder dès l’expiration de ce délai à l’installation de la Haute Cour de Justice. Toute partie justifiant d’un intérêt peut saisir les institutions compétentes de demande de sanction en cas de carence. En ce qui concerne le président de la République, exceptionnellement, l’instance compétente est la Haute Cour Constitutionnelle qui serait autorisée à prendre les sanctions qu’aurait pu prendre la Haute Cour de Justice si elle était installée ».

HCJ. En effet, les députés de l’opposition prévoient d’épingler Hery Rajaonarimampianina par les violations répétées de la Constitution, notamment à propos de son refus de mettre en place de la HCJ, mais aussi par rapport au non-application du Pacte de responsabilité. « Si on se réfère à cet article 167, les Juges constitutionnels ne pourront pas évoquer l’irrecevabilité », a martelé Me Hanitra Razafimanantsoa. La balle est désormais dans le camp des Juges d’Ambohidahy qui devraient se prononcer sur le sort de Hery Rajaonarimampianina, sous la pression de la rue. La députée de Tana I a d’ailleurs évoqué qu’ « avec cette requête, nous entamons la dernière démarche dans le domaine du cadre légal. Après, nous allons passer à l’action car nul n’ignore que personne ne peut supporter la pression et faire face à la voix du peuple ». Une menace à peine voilée lancée à l’encontre des membres de la Haute Cour Constitutionnelle.

« Ampamoaka ». L’hommage aux victimes des violences des forces de l’ordre lors de la manifestation de samedi dernier ayant pris fin, place désormais au règlement de compte politique. Me Hanitra Razafimanantsoa s’est adressée particulièrement au Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana. « Vous êtes impliqué dans les affaires Claudine Razaimamonjy. En tant que ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, vous êtes le premier responsable des détournements commis au niveau de ce département. Vous ne vous en tirez pas comme ça. Tôt ou tard, vous paierez pour vos actes », a déclaré Me Hanitra qui a aussi lancé une même mise en garde à l’encontre du président du Sénat et non moins président du parti HVM, Rivo Rakotovao. Affirmant disposer des preuves incriminant des membres du gouvernement et des proches collaborateurs du président Hery Rajaonarimampianina, les députés de l’opposition menacent de faire un « ampamoaka ».

« Mpijapy train ». Ils demandent également aux responsables ministériels de cesser les intimidations contre les syndicalistes qui souhaitent renforcer le mouvement sur la Place du 13 mai. Lors d’une conférence de presse, les parlementaires TIM, MAPAR, MMM et indépendants ont lancé une mise en garde contre les « Mpijapy train » qui organisent des manifestations dans les régions. « Seuls les 73 députés sont autorisés à organiser des manifs », a-t-on rappelé. En effet, ce mouvement est en train de prendre une envergure nationale. A partir de ce jour, une manifestation parallèle sera organisée entre autres, à Antsirabe, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra, Befandriana Nord, Bongolava et dans la Région Vatovavy Fitovinany. Les ressortissants malgaches à La Réunion ont également manifesté hier pour exprimer leur solidarité au mouvement initié par les députés de l’opposition.

Davis R

Midi Madagasikara76 partages

Mananara-Avaratra : Evacuation par voie maritime des familles de gendarmes après la tuerie de samedi der...

Après l’ échauffourée qui a fait neuf victimes dans la ville de Mananara-Avaratra, les familles des gendarmes qui sont considérés  par la population locale comme étant responsables de cette tuerie auraient dû quitter ce district pour se  réfugier à Toamasina. Selon les informations, cette évacuation en masse des  épouses et des enfants des gendarmes s’était   effectuée par voie maritime. Et cela s’est  déroulé  in extremis dans la mesure où, selon toujours les informations émanant de nos sources, les fugitifs ont dû passer par Soanierana-Ivongo pour  rejoindre Toamasina en voyageant par  bateau desservant cet axe, la nuit du lundi 22 avril. Il est à noter qu’à l’origine de ce problème était le mécontentement de la population face aux agissements d’un opérateur économique de la région vis-à-vis de ses  employés. Les habitants de Mananara-Avaratra se sont soulevés pour dénoncer l’injustice perpétrée par  cet opérateur économique qui a, selon toujours les informations, causé la mort de l’un de ses employés. C’est la raison pour laquelle, cet opérateur a subi la justice populaire. Son  domicile et sa voiture ont été incendiés et son magasin a été saccagé. Nos sources ajoutent que le jour cette émeute, cet opérateur aurait dû  être lynché par la foule. Il s’en est sorti grâce à l’intervention des forces de l’ordre.

La gendarmerie dénonce. Interrogé sur cette situation qui risque de  dégénérer dans le district de Mananara-Avaratra, la Gendarmerie nationale,  selon le responsable du service de communications, affirme que la situation est déjà maîtrisée. «Les gendarmes en poste dans la localité ainsi que leurs familles n’ont jamais quitté leurs domiciles. L’ordre est déjà rétabli et des éléments de renfort sont déjà sur place ». Le chef d’Escadron Herilalatiana Rajaonarison a apporté cette précision pour infirmer  les informations que nous avons rapportées ci-dessus. Espérons que la gendarmerie dit  la vérité car dans le cas  présent , c’est la crédibilité de l’information qui est en jeu.

T.M.

Midi Madagasikara68 partages

JIRAMA : Des milliards d’Ariary de pertes liées aux « vols » d’eau et d’électricité

L’équipe dirigeant les opérations de ratissage a présenté son bilan.

Ce sont notamment des propriétaires de « Karaoké », des hôteliers, des restaurateurs et des entrepreneurs qui effectuent des chaînes de froid ainsi que des promoteurs immobiliers qui font des pratiques frauduleuses.

La JIRAMA a effectué des opérations de ratissage afin de lutter contre les pratiques frauduleuses au niveau du secteur eau et électricité dans tout Madagascar. « La société enregistre des milliards d’Ariary de pertes liées aux « vols » d’eau et d’électricité qui ont eu lieu presque dans tous les quartiers dont entre autres Itaosy, Tanjombato, Analamahitsy et 67ha. Fort heureusement, le Décret adopté en décembre 2016 stipule que ces pratiques frauduleuses sont considérées comme un délit. Et la JIRAMA peut poursuivre en justice les voleurs. Par contre, il n’est pas systématique de porter plainte contre eux. Nous procédons d’abord aux négociations de transactions en rappelant leurs consommations avant leur jugement. Seuls les fraudeurs qui sont de mauvais payeurs seront poursuivis au niveau du tribunal », a expliqué Andriamirado Rakotoseheno, chef de projet de ratissage au sein de la JIRAMA, lors d’une conférence de presse hier.

1 282 compteurs à remplacer.  En parlant du secteur « électricité »,  4 312 clients ont été visités depuis le début de cette année dont 79% d’entre eux résident dans la Capitale. Et parmi lesquels, 372 clients ont pratiqué des fraudes. Il s’agit entre autres de la falsification des compteurs afin de réduire la consommation d’énergie, du piquage avant compteur, des branchements clandestins et des branchements directs via les poteaux sans installation des compteurs. Quant au secteur « eau », 13 587 clients ont été visités. Parmi lesquels, 568 clients ont des compteurs inactifs mais en service, 245 autres ont falsifié leurs compteurs tandis que 126 clients ont effectué des « vols » d’eau sous forme de branchement direct via les réseaux de distribution de la JIRAMA, de branchement illicite via un autre branchement de particuliers et de vol de compteur pour être alimenté. Et le piquage avant compteur constitue un vol très fréquent effectué par des abonnés.  Par contre, la JIRAMA a évoqué que 1 282 compteurs ont été bloqués ou en intermittance et qui doivent être remplacés.

17 procès en cours. S’agissant des clients contentieux, 42 plaintes ont été déposées par la JIRAMA au  niveau du tribunal l’an dernier. Neuf autres plaintes ont été enregistrées depuis le début de cette année. « Quatre agents de la JIRAMA ont été licenciés et emprisonnés en raison de ces « vols » d’eau et d’électricité. Et il y a encore 17 procès relatifs à ces pratiques frauduleuses qui sont encore en cours d’instruction », a fait savoir le chef de projet de ratissage. Par ailleurs, il tient à préciser qu’il n’y aura plus de négociation de rééechelonnement de paiement pour les abonnés ayant été appréhendés lors des opérations de ratissage. « Ceux-ci doivent régulariser le paiement total du rappel de consommation en un mois seulement », a-t-il enchaîné.

Promoteurs immobiliers. Mais qui sont ces clients qui font des pratiques frauduleuses ? – « Ce sont notamment des propriétaires de « Karaoké », des hôteliers, des restaurateurs et des entrepreneurs qui effectuent des chaînes de froid. Il y a également des promoteurs immobiliers pour ne citer que le propriétaire d’un lotissement dénommé « Domaine d’Ankatso » comportant 46 appartements. Celui-ci avait proposé une construction clé en main, soit pourvue d’eau et d’électricité. Ce lotissement a été ainsi alimenté depuis 2011 alors que la JIRAMA n’a pu s’en rendre compte qu’en 2017. Certains propriétaires des appartements ont accepté de régler les rappels de consommation tandis que d’autres ont refusé et sont poursuivis en justice », a révélé Andriamirado Rakotoseheno.  Par ailleurs, la JIRAMA a réitéré que les agents qui effectuent des opérations de ratissage doivent présenter aux clients leur CIN et leur ordre de mission. Et tout paiement doit être effectué uniquement à la caisse de la JIRAMA, et ce, pour bien discerner les faux agents des vrais.

Navalona R.

News Mada60 partages

Tohery Ravaloson : un musicien protéiforme au très beau parcours

Son prénom incarne la force. Tohery Ravaloson, puisque c’est de lui qu’il s’agit, sera au bercail le temps d’un concert et d’un masterclass, à l’occasion d’une édition spéciale du festival international Madajazzcar, qui agitera la capitale jusqu’au 5 mai. Retour sur le parcours d’un musicien protéiforme.

Tohery Ravaloson demeure peu connu du grand public bien qu’il soit une des figures les plus marquantes de l’histoire musicale de la dernière décennie. Tout à la fois batteur et bassiste malgache résidant à l’Hexagone depuis l’année 2007, Tohery et la musique, c’est une  belle histoire d’amour qui a commencé à l’âge de 10 ans. Il participe régulièrement à plusieurs ateliers jazz, organisés par l’Alliance française d’Antananarivo, afin de parfaire sa technique et pour approfondir sa connaissance des divers styles d’accompagnement. A 18 ans, le jeune musicien monte sur la scène du festival international Madajazzcar, un moment décisif pour la suite de sa carrière.

Guitar Pro

Ayant élu domicile en France, Tohery intègre le groupe «Aristide Jean Zégarés» qui rafle le tremplin Fontainazik 2009 et méritant ainsi l’enregistrement de son premier album intitulé «Mes âmes et mes cieux». Dans la foulée, il affûte ses armes dans la classe de batterie jazz du Conservatoire de Lille.

Chez les Ravaloson, la musique a  toujours été une affaire de famille. Dans ce contexte, Tohery adhère Andry Ravaloson Quintet et participe en parallèle à plusieurs projets artistiques entre la France et Madagascar. Porté par cette dynamique des collaborations artistiques réussies et en quête de sensations nouvelles, il a également eu l’opportunité de se produire sur les scènes du New Morning, Tourcoing jazz festival, Jazz en Nord, Jazz à Ved’a et bien d’autres. Tohery est le transcripteur musical et arrangeur du projet «My song book» de la société Arobas Music – Guitar Pro.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara60 partages

CREM : Pour la démission de Hery Rajaonarimampianina !

Les économistes du Crem désavouent le chef de l’Etat. (Photo d’archives)

Après sa première déclaration du 20 avril dernier, le Crem ou Cercle de Réflexion des Économistes de Madagascar a produit une deuxième déclaration ayant trait, généralement, à la conjoncture politique du moment, et aux solutions qui s’imposent à cette impasse, en particulier. Parmi ces solutions, le Crem – las de la torpeur économique qui emprisonne Madagascar et qui empêche la réalisation d’un développement concret – exige la démission du président de la République, Hery Rajaonarimampianina. Mais il n’est pas  le seul concerné. Cette démission, selon la conception du Crem, touche aussi le gouvernement. Pour les économistes membres de ce cercle, « c’est la meilleure issue pour l’intérêt suprême de la Nation ». Mais ce n’est pas tout. Le Crem propose, également, la tenue « d’élections anticipées, acceptées par tous et dans les plus brefs délais », conformément aux dispositions des articles 52 et 53 de la Constitution. En tant qu’économistes, l’impasse politique impacte sur l’économie et plus elle persiste, plus elle bloquera l’économie. « Un an de crise équivaut à une décennie de retour en arrière », conclut le Crem. Rappelons-nous le marasme économique constaté entre fin 2008 jusqu’en 2014…

Aina Bovel

Midi Madagasikara56 partages

Médiation : La SADC dépêche Joachim Chissano

Joachim Chissano (poignée de main avec l’ancien président Marc Ravalomanana) a joué un rôle majeur dans la résolution de la crise malgache de 2009.

Le Sommet de la SADC a approuvé de dépêcher de toute urgence son Envoyé spécial Joachim Chissano à Madagascar.

Pendant que le CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy), une structure officielle censée mener la médiation malgacho-malgache, tergiverse, la SADC a décidé de solliciter le service de l’ancien président Joachim Chissano qui connaît bien d’ailleurs Madagascar. L’urgence a été signalée par sept chefs d’Etat de la Communauté de Développement d’Afrique Australe qui se sont réunis en Sommet à Luanda (Angola) le 24 avril dernier. D’après le communiqué de la SADC, le Sommet « a pris note de la détérioration de la situation politique et sécuritaire à Madagascar et a condamné les pertes en vies humaines et la destruction de biens ». La SADC «exhorte le Gouvernement, tous les partis politiques et les citoyens malgaches de rester calme, de faire preuve de retenue et de prendre des mesures nécessaires afin d’éviter la détérioration de la situation et des tensions politiques et sécuritaires ».

Dialogue national. Malgré cette décision de la SADC de « dépêcher de toute urgence » Joachim Chissano à Madagascar, la communauté internationale n’envisage pas pour le moment d’imposer son schéma. Le communiqué de Luanda précise que le médiateur mozambicain Joachim Chissano, qui sera appuyé dans sa mission par le président du Comité ministériel de l’Organe et du secrétariat de la SADC, aura pour tâche de « faciliter le dialogue national visant à décrisper les tensions politiques et de dégager le consensus autour du processus électoral ». S’il ne l’est pas déjà, un dialogue national sera donc engagé entre les parties protagonistes. L’envoyé spécial de la SADC qui agira au nom du principe de subsidiarité ne sera là que pour animer ce dialogue malgacho-malgache. Tout schéma d’une nouvelle transition tant convoité par des opportunistes et des politiciens en mal de popularité, est pour l’instant exclu. Pour la communauté internationale, trouver un consensus sur les règles qui vont régir les prochaines élections doit être priorisé.

Opinion nationale divisée. Le retour de Joachim Chissano divise l’opinion nationale. Les « souverainistes » sont choqués par ce retour. Tandis que ceux qui aspirent au schéma de sortie de crise de 2009 s’impatientent de rencontrer l’ancien président mozambicain à l’hôtel Colbert ou au Carlton à Anosy. A rappeler que la médiation de la SADC a abouti à la signature d’une feuille de route en 2011. Une feuille de route qui a permis de désigner un Premier ministre de consensus et de mettre en place un gouvernement d’union nationale ainsi que d’autres Institutions qui sont le Conseil Supérieur de la Transition (CST), le Congrès de la Transition (CT) et la Cour Electorale Spéciale (CES). En tout cas, Joachim  Chissano est attendu à Tana dans les prochains jours. Sur la Place du 13 Mai, la manifestation des opposants au régime HVM se poursuit.

R. Eugène

Midi Madagasikara52 partages

Ecotourisme : Formation renforcée pour l’association paysanne partenaire du site SAHA Maitsoanala

Dans le cadre de la promotion de l’écotourisme et l’éducation environnementale, le site SAHA Maitsoanala, sis à 65km d’Antananarivo, sur la RN2, procède au renforcement des capacités de son association paysanne partenaire, en matière de transformation alimentaire. Les paysans regroupés au sein de cette association se sont spécialisés dans la transformation de fruits et légumes, et dans l’apiculture, afin de pouvoir proposer aux visiteurs du site et de la boutique communautaire, des produits de qualité permettant de renforcer la notoriété du site. L’initiative contribue, par ailleurs, à l’amélioration des revenus de ces paysans.

Fréquenté par des visiteurs nationaux et étrangers, ce site écotouristique SAHA Maitsoanala affiche, ces deux derniers mois, une courbe croissante en termes de nombre de visiteurs étrangers. Rappelons que SAHA Maitsoanala a procédé, ces dernières années, à des aménagements du site, entre autres la réhabilitation de son lac artificiel, la mise en place de nouveaux chalets et d’autres infrastructures, ainsi que l’acquisition de nouveaux équipements de literie. Par ailleurs, de nouveaux dispositifs d’éducation environnementale ont été mis en place afin de sensibiliser et de conscientiser les visiteurs sur leurs rôles dans la préservation de la nature, notamment en ce temps où les impacts de la dégradation de l’environnement se ressentent plus en plus au quotidien, tant en milieu urbain qu’en zone rurale.

Hanitra R.

Midi Madagasikara49 partages

67ha : Telo lahy nisandoka ho mpiasan’ny Jirama, tra-tehaky ny pôlisy

Efa isan’ny mampikaikaika ny olona ny resaka vidin-jiro izay niakatra tao anatin’ny volana vitsivitsy izay. Ambon’io anefa, mbola misy tsy valahara ihany, milaza ho mpiasan’ny Jirama mandeha misoloky sy mitaky volabe amin’ny olona, eny amina faritra maro eto an-dRenivohitra sy ny manodidina. Omaly ary dia telo lahy no voasambotry ny pôlisy avy eo amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahefatra teny amin’iny faritra 67ha akaikin’ny Cenam iny. Voalazan’ny tatitra azo avy amin’ireto mpisambotra, fa isan’ireo mpisoloky sy mpisandoka ho mpiasan’ny Jirama izy ireto, izay efa voamariky ny olona ka io niantsoana pôlisy io.

Efa vola an-tapitrisany maro tokoa no lasan’ireto olon-dratsy ireto raha ny tatitra hatrany. Toy ny nahazo ny tompon-trano iray teny amin’iny faritra manodidina iny ihany, ny faramparan’ny volana janoary lasa teo. Roa lahy izy ireo no tonga tao amin’ity tokantrano ity izay milaza fa mpiasa eo anivon’ity orinasam-panjakana ity, ary tonga hanatanteraka fitiliana ireo zavatra mandeha herinaratra hampiasain’ilay tokantrano. Nolazain’izy ireo tamin’izany, fa tsy mifanaraka amin’ny fandaniany akory ny zavatra ampiasain’izy ireo. Nanomboka teo amin’izay ny fandrahonana isan-karazany. Vola manodidina ny 9 tapitrisa ariary no nangatahan’izy ireo, saingy nisy ny adivarotra ka dimy tapitrisa no lasan’ireo olon-dratsy araka ny tatitra azo avy tamin’ny pôlisy. Rehefa nandeha teny anivon’ity orinasam-panjakana ity ireo lasibatra, dia fantatra teo, fa tsy mpiasa ao akory ireo roa lahy naka vola tamin’izy ireo. Nametraka fitoriana avy hatrany moa ny tompon-trano. Tsy ireto olona ireto ihany anefa no efa efa tratra, fa efa betsaka ireo nametraka fitairanana teny anivon’ny pôlisy araka ny vaovao hatrany.

Omaly dia nisy ny loharanom-baovao azon’ireo mpitandro filaminana, fa mihaodihaody teny amin’ny 67ha teny ireto mpisandoka ireto. Nidina avy hatrany teny an-toerana ireto farany ary tra-tehaka teo izy ireo. « Efa saika hitsoaka tamin’ny “moto” ny iray saingy tsy lasa lavitra dia tratra ». Nentina natao famotorana avy hatrany tany amin’iny biraon’ny pôlisy moa izy telo lahy ireto. Nampanantsoina ihany koa ilay tompon-trano efa voan’izy ireo dimy tapitrisa ariary, ka nilaza fa ny iray tamin’izy ireo no ilay tonga tao aminy, telo volana lasa izay. Efa nisy tompon’andraikitra avy eo anivon’ny Jirama ihany koa tonga tany amin’ny pôlisy ary nanamarina fa tsy mpiasa velively eo anivon’ity orinasa ity izy ireo, fa mpisandoka fotsiny ihany. Mila mailo hatrany araka izany ireo mpanjifa manoloana ny toe-javatra toy izao. Marihana, fa dia mandeha tsiroarao toy ireo mpiasa tena izy mihitsy izy ireo ary mampiseho karatra, izay inoana fa sandoka ihany koa.

m.L

Midi Madagasikara42 partages

Lettre de lecteur : Quand la Capitale se réveille, le pouvoir tremble

Dès la colonisation, la Capitale faisait peur à l’administration coloniale. Pendant la Première République, l’AKFM du jeune pasteur Andriamanjato Richard connu comme un marxiste chrétien animait la résistance. Antananarivo s’opposait à la nouvelle forme de la colonisation. Mai 72 voulait un changement radical de la société. Lancé par les étudiants et les lycéens, le mouvement a gagné tout le milieu scolaire, les parents et les syndicats. Il a été réprimé de façon violente. Il y avait des fusillades, des blessés et des morts.

Sous la Deuxième République, fin stratège, le Président Didier Ratsiraka a réuni au sein du Conseil Suprême de la Révolution les leaders de l’opposition : l’AKFM Andriamanjato Richard, le Monima Monja Jaona, le MFM Manandafy Rakotonirina. Le régime socialiste avait réussi à esquiver dans les premières années, la fronde de la capitale. Mais à partir de 1991, après la chute du mur de Berlin et l’éclatement de l’Union  soviétique, Antananarivo s’est soulevé avec les Forces Vives pour mettre fin au régime socialiste.

La Troisième République, sous le Pr Albert Zafy a libéré la parole et l’opposition. Mais bien qu’un vent de démocratie ait soufflé, le Président a été empêché par sa propre majorité. Un empêchement sans fondement, motivé par des calculs politiques.

Le retour de l’amiral Ratsiraka au pouvoir en 1997, offrait l’occasion au maire d’Antananarivo de préparer son accession à la magistrature suprême. En 2002, de  Tiako Antananarivo (J’aime Antananarivo), Ravalomanana est passé au Tiako i Madagasikara (J’aime Madagascar), en tant que candidat à l’élection présidentielle. Nettement en tête au 1er tour, Marc Ravalomanana avait toutes les chances de gagner dès le 1er tour contrairement à la décision de la HCC. S’en est suivie une crise postélectorale d’une extrême violence.

En 2009, le jeune maire de la capitale Andry Rajoelina,  s’est levé contre l’empire du  Président Marc Ravalomanana. Une partie de la population d’Antananarivo et de l’armée l’ont soutenu, obligeant le Président à abandonner le pouvoir et s’enfuir en Afrique du Sud.

En décembre 2013, Hery Rajaonarimampianina, candidat de substitution d’Andry Rajoelina, est élu Président de la Quatrième République. Arrivé au pouvoir sans aucun député de son camp, il a pu constituer une majorité parlementaire instable autour du HVM. Qualifié de traître par le parti MAPAR, il a été empêché en 2015 par plus des deux tiers des députés, mais la HCC l’a sauvé avec « le pacte de responsabilité » qui n’a jamais été appliqué.

Depuis 2017, le pouvoir donnait des signes tantôt d’assurance, tantôt de panique face à l’élection prévue se tenir à la fin de l’année 2018. Les nouvelles lois électorales, élaborées ensemble par le pouvoir, la société civile et des partis politiques ont été globalement rejetées par l’Assemblée  nationale suite à des manœuvres diverses ressenties par la population comme une manipulation de trop. Ces nouvelles lois sont nettement en régression par rapport aux anciennes lois électorales, concernant la garantie du bon déroulement du scrutin, le droit des citoyens de porter plainte sur les résultats du vote et surtout le droit des électeurs de choisir les candidats qu’ils veulent.

Tel est le début de la contestation de la capitale, dirigée par les 73 députés, le samedi 21  avril  2018. Le rassemblement massif de la population devant l’Hôtel de ville s’est heurté à une répression armée, ayant fait des blessés et des morts. Le nouveau régime est averti que quand la capitale se réveille, le pouvoir tremble.

André Rasolo

Midi Madagasikara41 partages

Grève des coopératives de transport au « Fasan’ny Karana » : Axe Grand Sud, la libre circulation des ...

La grève des coopératives de transport des voyageurs terrestres au « Fasan’ny  Karana », depuis plusieurs jours, n’est pas pour arranger les choses. La libre circulation des personnes et des biens se trouve encore une fois de plus bafouée sur l’axe Grand Sud, une violation flagrante de la Constitution.

Aggravation  

La grève des coopératives de transport des voyageurs reliant Antananarivo à l’axe Grand Sud se maintient depuis plusieurs jours, sans que l’Etat, comme d’habitude, ne daigne trouver un consensus pour désamorcer la situation. A titre de rappel, ce bras de fer entre l’Etat et les coopératives de transport terrestre des voyageurs à la gare routière du « Fasan’ny Karana »  vient de la décision unilatérale de l’Etat de transférer cette gare routière à Ambohimanambola. Les coopératives s’insurgent et campent sur leurs positions. Du côté des voyageurs, cette décision de l’Etat ne fait qu’aggraver la conjoncture de crise que traverse actuellement le pays pour ne citer que la hausse des prix du carburant qui ne fera qu’engendrer des frais supplémentaires et exorbitants de transport pour relier Ambohimanambola et le centre ville. Ces voyageurs qui, pour la plupart, voient leur pouvoir d’achat s’effriter de jour en jour et ne peuvent plus se permettre de se déplacer qu’en cas de nécessité absolue.

Journaux

Des décisions de l’Etat dont les impacts ne font qu’appauvrir le peuple comme l’attestent les revendications populaires qui ont cours actuellement à travers toute l’île. L’axe Grand Sud qui se trouve également privé de journaux à cause de cette grève des transporteurs qui ne peuvent plus approvisionner cette partie de l’île. Pour le moment ces lecteurs devront prendre leur mal en patience avec ces actualités brûlantes qui ne cessent de faire la Une des quotidiens. D’autant plus que la mauvaise qualité des services de la Jirama dans de nombreuses localités ne permet pas à la population, de suivre les actualités à la télévision et  laissant libre cours aux rumeurs en tout genre.

Un bras de fer entre les coopératives des transporteurs et l’Etat qui ne demande qu’à être résolu le plutôt possible pour pouvoir faire bonne route et donner plus de crédibilité à un gouvernement en mauvaise posture.

Anastase

Midi Madagasikara32 partages

Vondron’ny vahoaka tsy mivaky eto Toamasina : “Mitaky fifidianana filoham-pirenena faran’izay haingan...

Manao tohivakana ny fanambarana samy hafa mikasika ilay zava-nitranga tao Antananarivo sy sabotsy teo; izay nisiana ain’olona latsaka sy faharatrana olona maro noho herisetran’ny mpitandro  filaminana tamin’ny tsy fanekena ny fanehoan-kevitry ny depiote, noho ilay tatitra omen’ny lalana azy ireo. Taorian’ireo senatera avy amin’ny Hvm eto Toamasina sy ny lehiben’ny Faritra Atsinanana ny alahady teo, ny tsy fanekena ny zava-nitranga nolazain’ny masoivoho japonais imasom-bahoaka nandritra ny fametrahana ny vatofehizoron’ny fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina, dia anjaran’ireo “vondron’ny vahoaka tsy mivaky eto Toamasina” indray no nanao izany omaly antoandro. Ho azy ireto, dia mitaky ny hanaovana faran’izay haingana ny fifidianana izy ireo hisorohana ny fitarazohan’ny krizy indray, nefa fifidianana hahafahan’ny rehetra te-hilatsaka handraisana anjara sy ao anatin’ny mangaraharaha ary fifidianana tsy mitanila no hanaovana izany. Nomarihan’ireto vondrona ireto koa, fa manohana 100% ny hetsika sy herim-po nananan’ireo depiote teto Toamasina manohana ny hetsiky ny fanovana, miaraka amin’ireo namany mameno azy ho 73 koa izy ireo, ary manome fisaorana ny vahoaka Malagasy ao Antananarivo tamin’ny fahasahiany sy ny herim-po nananan’izy ireo ary ny fahendrena nasehony tamin’ny fanohanana ny hetsika ao anatin’ny filaminana. Ankoatra izay, dia noderain’ireto vondron’ny vahoaka tsy mivaky eto Toamasina ireto koa ny finiavan’ny mpitandro ny filaminana nilaza mazava amin’ny fiarovana ny vahoaka sy ny fananany izy ireo, fa tsy herim-pamoretana ny vahoaka intsony ankehitriny. Ao anatin’izany anefa, dia miantso fitoniana ireto vondrona ireto, ka manohana ny fehin-kevitry ny fihaonam-ben’ny K3F sy ny fivondronam-ben’ny Eveka ary ny fanambaran’ny Fjkm farany teo, mba hisian’ny fifanakalozan-kevitra ho fitadiavana vahaolana maika amin’izao toe-draharaha izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara31 partages

CAF : Ahmad Docteur Honoris Causa de l’UPSA Ghana

Ahmad avec les personnalités qui ont rehaussé de leur présence la cérémonie d’hier à Accra.

Après sa nomination comme personnalité sportive de l’année 2017 par le Groupe « Allafrica Global Media », le président de la Confédération Africaine de Football (CAF) a reçu hier le grade de Docteur Honoris Causa de l’ « University Professional Studies Accra » (UPSA).

Les reconnaissances se suivent et ne se ressemblent pas pour le président de la Confédération Africaine de Football (CAF). Ahmad a effectivement reçu hier le titre universitaire prestigieux, Honoris Causa de l’UPSA, Ghana, en présence du président ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo. Ce qui est fort significatif en termes de relations diplomatiques pour le numéro Un de la CAF qui a été reçu cette année par le président français Emmanuel Macron et par l’ancien ballon d’or devenu le numéro Un libérien, Georges Weah. Sans oublier le chef d’Etat rwandais et non moins président en exercice de l’Union africaine, Paul Kagamé.

Rang et protocole. Rappelons qu’au mois de janvier dernier, le choix du Groupe « Allafrica Global Media » basé à Washington et soutenu par des associations de journalistes sportifs et de nombreux médias du continent, s’était porté sur Ahmad pour le prix de la « Personnalité sportive de l’année » pour les « Allafrica Sports Media Awards 2017 ». Comme la CAF est une grande institution continentale, son président a rang de chef d’Etat avec tout le protocole qui lui est dû. Or, dernièrement, le président de la CAF n’a pas eu droit au salon d’honneur à Ivato, c’est-à-dire dans son propre pays. Les autorités malgaches n’ont plus octroyé un passeport diplomatique à l’ancien ministre et ex-vice-président du Sénat qui avait réussi à se faire élire président de la CAF. A l’image du Docteur Honoris Causa qui lui a été remis hier, son élection à la tête de la CAF était un honneur pour Madagascar où l’adage « nul n’est prophète en son pays » semble malheureusement se vérifier.

T.H

Midi Madagasikara15 partages

Joachim Chissano,le revenant

« Bis repetita ! ». La SADC s’inquiète de l’évolution de la situation à Madagascar et a décidé de faire une médiation. C’est donc Joachim Chissano qu’elle a décidé de dépêcher chez nous. Celui qui a œuvré lors de la précédente crise est censé bien connaître la situation dans la Grande Ile, va ainsi damer le pion au CFM ou au FFKM. Pour tous les Malgaches, il s’agit d’une véritable humiliation, la SADC n’ayant aucune confiance dans notre manière de résoudre les crises.

Joachim Chissano,le revenant

Les Malgaches n’ont pas la mémoire courte. Joachim Chissano qui a dirigé l’équipe de médiation durant les cinq années de crise traversée par le pays n’a pas laissé un souvenir impérissable chez nous. On se souvient de ses allers-retours fréquents entre Maputo et Antananarivo. Il avait établi ses quartiers au Colbert à Antaninarenina et multiplié des réunions qui n’ont pas abouti à un dénouement rapide de la crise. Aujourd’hui, la situation est moins dramatique que durant la Transition. Le pays n’est pas sujet à des troubles sanglants, mais il y a une situation politique conflictuelle sans heurt. Le cas de Madagascar a été examiné en même temps que celui de la RDC. Le problème est fort différent car les revendications peuvent être faites librement, sans risque de répression. Joachim Chissano va donc débarquer avec tout son aura de négociateur et essayer, pense-t-il, de rapprocher les points de vue. Sa mission, telle qu’elle est définie dans le communiqué de la SADC, est d’amener les parties aux élections. L’organisation régionale pense donc que la situation peut dégénérer et veut faire en sorte que les « protagonistes » arrivent à un accord. Elle considère donc que Joachim Chissano, du fait de son expérience, est le mieux à même de réussir à dénouer la crise. Il va débarquer prochainement et il sera reçu de manière courtoise, mais sans effusion. Il ne fera qu’accompagner l’évolution d’une situation qui se résoudra sans confrontation.

Patrice RABE

Midi Madagasikara13 partages

EDBM : Un dialogue public-privé dans la région de DIANA

L’ « Economic Development Board of Madagascar » (EDBM) a organisé un dialogue public-privé entre les opérateurs économiques et les représentants des communes rurales à forte potentialité économique dans la région de DIANA du 24 au 26 avril 2018. La rencontre vise à développer le partenariat entre les communes pilotes identifiées par le PRODECID, un projet financé par la GIZ et les membres du secteur privé local. Des maires et des agents de Développement Local issus de neuf communes, à savoir Ambohimena, Andranovondronina, Mangaoko, Marivorahona, Ambolobozobe, Ankarongana, Anketrakabe, Joffreville et Antsalaka, y ont été présents. Du côté du secteur privé, une vingtaine d’opérateurs oeuvrant dans les secteurs de l’hôtellerie, de l’agrobisuness, de la parfumerie, de l’électrification rurale, de la pêche et de la finance ont participé activement à cet événement.

Facteurs de blocage. « D’ores et déjà, le dialogue s’annonce prometteur. Les collectivités locales décentralisées démontrent leur volonté de fournir  des efforts afin de solutionner les facteurs de blocage identifiés par le secteur privé », a déclaré Johary Rajosefa, directeur des Services aux Investisseurs de l’EDBM. En outre, les attentes du secteur public, les engagements et les offres de partenariat du secteur privé ont été évoqués durant ces trois jours de rencontre. En fait, « le dialogue Public-Privé est une composante essentielle du dispositif de l’EDBM en vue d’améliorer le climat des affaires à Madagascar.  Ce dialogue régional constitue ainsi une étape importante dans la mise en place d’un partenariat de confiance et durable entre les acteurs des secteurs public et privé, a expliqué Dina Andriantefinirina, Chargée du Dialogue Public-Privé de l’EDBM.

Recueillis par Navalona R.

News Mada12 partages

Jirama : les opérations de ratissage se poursuivent

Truquage des compteurs, branchements direct et illicite, piquage avant compteur, Shunt derrière tableau, compteur non pris en charge… Ce sont, entre autres, les types de fraudes dominantes relevés par la Jirama, depuis le début de l’année, en matière d’approvisionnement en eau et électricité.

La Jirama a entrepris et continue d’entreprendre des opérations de ratissage pour démasquer les fraudeurs et voleurs d’électricité et d’eau dans les branchements. La présentation des résultats sur les opérations de ratissage effectuées par cette société d’Etat s’est tenue, hier, au siège de la Jirama Ambohijatovo, avec les responsables du projet.

En effet, un dispositif spécial est actuellement mis en place par les éléments de la Tasc force terrain (TFT) de la Jirama pour ne citer, entre autres, que les enquêtes réalisées auprès de certains abonnés pour déterminer leur consommation. Et dans cette opération, la Jirama ne fait pas de distinction entre les usagers.

En termes de branchement électrique, sur les 4.312 clients visités dans l’ensemble du territoire depuis le début de l’année, dont 79% Antananarivo, 611 anomalies ont été constatées, selon les derniers chiffres de la Jirama. Parmi les fraudes dominantes, on a relevé 40% de falsifications de compteurs, 20% de piquages avant compteur, 12% de branchements clandestins, 7% de Shunt derrière tableau ou encore de compteurs non pris en charge.

Concernant les branchements en eau, sur les 13.587 abonnés visités, 1.282 compteurs ont été déclarés défaillants, 568 compteurs inactifs mais en service, 245 compteurs non identifiés et 126 branchements directs et illicites, ou encore non identifiés.

Complicité avec les agents de la Jirama

Apparemment, ces fraudes et vols ne sont pas réalisés par des abonnés de la Jirama seuls mais sont souvent perpétrés en complicité avec d’autres personnes. Nombreux cas ont montré que les usagers travaillent en étroite collaboration avec des agents de la société. Souvent, dans ces affaires de fraudes, ce sont les ménages en situation régulière qui sont victimes et par conséquent, mal desservis. Pas plus tard qu’hier, trois présumés agents de la Jirama ont été interpellés aux 67 Ha pour branchement direct. Ce qui ramène à cinq le nombre des arrestations depuis vendredi dernier.

Andriamirado, chef de ce projet de ratissage de la Jirama, a cependant souligné : «Les plaintes ne sont pas systématiques sauf pour les auteurs et complices de branchements clandestins. En 2017, 42 plaintes ont été déposées avec comme résultats 5 emprisonnements fermes, 6 emprisonnements avec sursis et une liberté provisoire. Et cette année, 17 affaires sont en cours et 9 plaintes déposées».

A terme, l’objectif dans ces opérations de ratissage est de réduire les pertes pour la compagnie d’eau et d’électricité et augmenter le rendement.

Arh.

Midi Madagasikara12 partages

Morarano-Maevatanàna : Fanafihan-jiolahy , lehilahy iray voatetika famaky.

Jiolahy  roa nitondra antsy lava sy famaky no nanafika tokantrano iray, teny amin’ny fokontany Morarano, kaominina Maevatanàna voalohany, ny Alahady 22 Aprily lasa teo, tokony ho tamin’ny 8 ora alina. Tonga dia nodakan’izy ireo ny varavarana nidirany tao an-trano. Taitra avy hatrany ilay raim-pianakaviana raha nandre ny fidiran’ireto olon-dratsy tao an-tranony, ka avy dia nikasa hanohitra. Raha vao hitan’ireto jiolahy anefa ny fihetsiny, dia ny azy ireo no nataony tonga aloha ka notetehiny tamin’ny famaky ilay rangahy antsoina hoe Maidisoa ary naratra vokatr’izany. Tsy nisy afa-nihetsika intsony ny vady aman-janany tao an-trano raha vao nahita izany. Ny tena nahagaga dia tsy nahasahy nikitika ireo entana sy ny omby tao am-bala ny jiolahy. Tsy naharitra ela ireo malaso fa fotoana fohy monja ihany no nijanonany tao amin’ilay trano nanaovany ny asa-ratsiny. Rehefa vitan’izy ireo ny nataony, dia lasa nitsoaka nandositra haingana izy roa lahy. Taorian’izany vao niezaka nitady ny fomba rehetra nahafahana nampandre ny mpitandro ny filaminana ny tompon-trano sy ny olona teo amin’ny fokontany. Efa tsy nisy tratra intsony ireo dahalo tamin’ny fotoana nahatongavan’ny Zandary sy polisy teny an-toerana. Novonjena nentina notsaboina tany amin’ny hopitalibe Morafenokely Maevatanàna ilay rangahy naratra mafy. Mitohy ny fikarohana.

Ratantely

Midi Madagasikara11 partages

« Vazo Miteny » : Samoëla clôture sa tournée européenne à Paris

Samoëla  continue et enchaîne! Monsieur « Bandy akama » terminera en beauté sa tournée européenne. Cette fois, place donc à  ses compères et lui à la scène de musique actuelle  au Marne-la Vallée. Évidemment, la diaspora aura droit aux incontournables de son répertoire mais également à une grande partie de son nouvel album. Après un show 100% « vazo miteny », l’ambiance basculera en « clubbing » avec « Kraddejay », derrière les platines. Ce rendez-vous de Paris met fin donc à deux mois intenses de scènes, des Provinces à Barcelone, en passant par  Carpentras et bien d’autres encore.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara9 partages

Roro Rakotondraibe a le football dans les veines !

Roro Rakotondrabe affiche un sourire presque permanent.

Discret mais combien efficace, notre travailleur de l’ombre de ce jour met en avant un homme qui vit par et pour le football. Un « touche- à- tout » dont la volonté n’a d’égal que l’amour qu’il voue presque les yeux fermés à cette discipline grâce  à laquelle il a tissé sa carrière. Roro  ou selon l’état civil Romuald Félix Rakotondrabe a un CV bien rempli et ce depuis son jeune âge.

De joueur en équipe nationale qui plus est, Roro  est aujourd’hui connu pour être à la tête du club qui porte son nom et qui remplit toutes les fonctions qu’on a attendu dans le volet formation.

L’AS Roro  est un très grand club comportant toutes les catégories allant des moins de sept ans aux seniors qui évoluent en ligue 2. Cerise sur le gâteau, l’AS Roro est l’un des plus réguliers clubs à disputer des rencontres internationales en France. Chaque année, l’équipe se fait un devoir d’envoyer des enfants à l’étranger.

Meilleure saison. Mais bien avant de devenir un éducateur, Roro est devenu entraîneur du FTM en 2001 puis St- Michel et le TFC PMU tout en étant le sélectionneur de la sélection d’Analamanga U20 en 2002 avec des joueurs connus pour ne citer que Faneva Ima Andriatsima. Deux années plus tard, Roro et son ancien coéquipier du FC- BFV, Hery Be, offraient à la sélection d’Analamanga U20 le titre de champion de Madagascar.

Aujourd’hui Roro est aux commandes du COSPN qui réalise sa meilleure saison même s’il admet que son groupe aurait pu faire mieux s’il bénéficiait  d’un terrain d’entraînement.

En tant que joueur, il s’est révélé en 1978 lors des compétitions scolaires organisées par le FOSEB dans son Fianarantsoa natal. Une année plus tard, il signe au « Lazan’ny Tanora Kianjasoa » avant d’aller au VIF puis au « Akon’ny Soa Firegnina » mais ce fut au sein de  l’A3 Ambalavao qu’il a pu disputer sa première finale du championnat de Madagascar en 1984.

Roro aux côtés de ses anciens coéquipers du FC- BFV devenus par la suite entraîneurs avec de gauche à droite Titi Rasoanaivo, le regretté Claude Kely Ralaitafika, et Hery Rabearisoa.

« La méthode  Ntsoa ». Il retourne en 1986 à Fianarantsoa pour le compte de « Maitso Volo » et intègre pour la première fois le Club M de l’époque. L’aventure avec un grand A commence alors pour lui avec le FC- BFV demi-finaliste de la Coupe d’Afrique en 1989 en échouant devant les Nigérians du « Bendel Insurance ».

Le meilleur buteur du championnat de Tana avec 35 buts devient l’incontournable attaquant de l’époque « Raglady » Claude Ravelomanantsoa. Mais il ne se contente  pas de marquer car il s’imprègne dans la foulée de cette méthode « Ntsoa » pour tisser sa carrière internationale naissante.

Car comme la plupart des meilleurs joueurs malgaches, Roro ne tarde pas à partir pour l’eldorado réunionnais. D’abord pour « Rivière Sport » en 1995 puis de 97 à 98 à St- Philippe avant de finir sa carrière au « Junior  Dionysien » jusqu’en 1999.

Une carrière exemplaire qui le place aujourd’hui comme une des valeurs sûres du football malgache. Et c’est tout à l’honneur de cet homme au grand cœur et  facile  à aborder, devenu l’ami de tout le monde.

Clément RABARY

Midi Madagasikara9 partages

Conjoncture politique : L’APM brise le silence !

Des atteintes à la liberté d’expression, à la liberté de réunion, à la liberté de manifestation, des affrontements, le recours à la force, diverses revendications qui portent généralement sur la démission du président de la République, Hery Rajaonarimampianina, lois électorales controversées et la liste est loin d’être exhaustive. Tels sont les aspects généraux de la conjoncture politique du moment. Après avoir gardé le silence durant près de trois mois, l’APM ou « Antoko Politika Madio » – de Rakotoarisoa Faniry Alban dit Bàbà – décide de briser le silence et de s’exprimer sur les points focaux de l’actualité du moment. D’après les éclaircissements que nous avons reçus, il est vraiment difficile pour l’APM qui prône une véritable politique de ne point s’exprimer face à la situation actuelle. Aujourd’hui, il va organiser une conférence de presse à l’Hôtel Le Pavé Antaninarenina à dix heures, à l’issue de laquelle, une déclaration est attendue.

Aina Bovel

Midi Madagasikara9 partages

11es Jeux de la CJSOI : Quatre médailles d’or pour Madagascar

Le podium du relais medley filles.

Trois nouvelles médailles d’or ont été remportées par les athlètes malgaches aux 11es Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI), à Djibouti.

La compétition d’athlétisme s’est achevée, hier, au Stade Gouled, Djibouti. Madagascar a remporté deux médailles d’or, si la compétition a été dominée par les Mauriciens. Au relais medley filles, l’équipe formée par Marie Rose, Haingo, Mazia et Koloina s’est emparée de la médaille d’or en signant un chrono de 2 mn 8 sec 04 devant Maurice et Seychelles. La seconde médaille d’or a été remportée par Fanojo Raheriniavo au 200 m filles créditée d’un temps de 24’43. Au 200 m garçons, Vavaza Cléo s’est contenté de l’argent avec un chrono de 21’79 et Julie Mahzia au lancer du poids finit deuxième avec 11 m 24. Au  tennis de table, la belle moisson se poursuit pour le clan malgache. En double filles,  Ny Antsa-Sarobidy rajoute le compteur des pongistes malgaches à deux médailles d’or après la belle victoire devant les Réunionnaises par 3 sets à 0. Chez les garçons, Luciano-Fahazavana a bataillé dur pour s’ offrir de la médaille face à leurs compatriotes Angelo-Gilberson par 3 sets à 2.

Finale Réunion-Madagascar. En ce qui concerne la pétanque, l’équipe triplette malgache s’est qualifiée pour la finale aux dépens  des Djiboutiens par 13 à 6. Dans l’autre demi-finale, La Réunion s’impose devant Maurice par 13 à 2. La finale sera une affaire entre Madagascar et Réunion. Les boulistes malgaches auront l’occasion de prendre leur revanche face aux Réunionnais pour ce derby final.  » On s’attend déjà à cette rencontre malgacho-réunionnaise. Ce sera une belle finale » annonce Heritiana Andriambelosoa, coach de la sélection nationale. En handball, la sélection malgache a perdu en finale sur le score de 25 à 16. Les filles de Zarina disputeront le match de la troisième place devant les Djiboutiennes. En football, les Barea U17 seront opposés aux  Cœlacanthes des Comores pour la première demi-finale au Stade Gouled et l’autre rencontre mettra aux prises La Réunion à Djibouti.

T.H

Midi Madagasikara9 partages

Impasse politique : L’ACS propose la médiation du FFKM !

Une fois de plus, on fait beaucoup plus confiance au FFKM qu’aux politiciens.

Les évènements du 21 avril ne cessent d’indigner les forces vives de la Nation. Après les partis politiques, les organisations de la société civile, les économistes, et bien évidemment les 73 députés pour le changement, c’est au tour des anciens conseillers supérieurs de la Transition et sénateurs de Madagascar de faire une déclaration. Regroupés au sein de l’ACS, ils condamnent fermement l’usage de la force par les forces de l’ordre, ayant entraîné la mort de six personnes. Ils affichent également leur compassion à l’endroit des familles des victimes. Mais ce n’est pas tout. Face à l’impasse politique dans laquelle vit le pays, les anciens conseillers de la Transition et anciens sénateurs de Madagascar exigent que des « solutions politiques » soient adoptées. Et pour ce faire, ils incitent le FFKM à « inviter les parties prenantes à se mettre autour d’une table afin d’examiner la situation actuelle et d’en établir, par conséquent, les solutions efficaces et durables. Le but étant de pérenniser la stabilité et d’amorcer le changement qui est irréversible ». Cette déclaration a été lue urbi et orbi, hier, à l’Hôtel Le Pavé Antaninarenina.

Aina Bovel

Midi Madagasikara8 partages

Association Sœur Emmanuelle : Pour la réinsertion scolaire des enfants défavorisés

Bilan positif pour l’Asmae (Association Sœur Emmanuelle) et ses partenaires dans le cadre du projet de « promotion de l’éducation des enfants vulnérables exclus du système d’enseignement formel. »

L’éducation reste une grande problématique dans la Grande Île. Le fléau du décrochement scolaire est très présent dans le pays et cela concerne surtout les enfants issus des familles défavorisées. Une situation qui touche aussi bien la Capitale que les autres régions. Leur réinsertion dans le système d’enseignement formel se trouve donc être une lutte que beaucoup d’acteurs s’efforcent de mener. À l’instar de l’Association Sœur Emmanuelle (Asmae) et de ses partenaires Manda et Hardi qui ont mis en place le projet « de promotion de l’éducation des enfants vulnérables exclus du système d’enseignement formel à Antananarivo ». Ayant duré deux ans, le projet a pu permettre la prise en charge de 430 enfants dont les 80% ont pu être réinsérés dans les EPP ou les CEG de la Capitale. Des résultats qui ont été obtenus grâce à la prise en compte de nombreux facteurs entrant dans le cadre de l’éducation et de l’enseignement. Notamment, la dimension renforcement des capacités des éducateurs, des travailleurs sociaux et des partenaires de l’Association Sœur Emmanuelle. Comme l’a fait savoir Xavier Jalby, responsable projet et Partenariat région Analamanga auprès de l’Association Sœur Emmanuelle: « Le plus important bilan du projet initié il y a deux ans est ce côté renforcement des capacités. En effet, les partenaires, les éducateurs renforcés peuvent prendre en charge l’éducation des enfants non seulement dans le sens de l’enseignement, mais surtout de façon globale en prenant en compte le côté humain ».

Besoins. Il convient de noter que le projet de promotion de l’éducation des enfants vulnérables exclus du système d’enseignement formel à Antananarivo a été initié suivant les besoins des organisations de la société civile partenaire de l’Association Sœur Emmanuelle. Comme l’a fait savoir Miarintsoa Razanakiniaina, directeur de l’ONG Manda : « Nous avons éprouvé le besoin de recycler le savoir-faire de nos éducateurs qui participent à l’enseignement et l’éducation des enfants issus des rues de la Capitale ». L’Association Sœur Emmanuelle a donc appuyé ladite ONG de faire en sorte que les éducateurs soient dotés de compétences et de savoir-faire en matière de prise en charge des enfants défavorisés. Ce qui s’est soldé par un bilan positif selon Miarintsoa Razakiniaina. Un bilan positif qui s’est manifesté par « le recul du taux de décrochement scolaire ». Il convient de noter que les enfants pris en charge par l’ONG Manda viennent des marchés d’Isotry, d’Anosy, de Tsaralalàna et d’Analakely. Leur réinsertion scolaire passe par une phase d’une année durant laquelle on leur donne l’envie d’étudier.

José Belalahy

Midi Madagasikara7 partages

Lire en fête : Le prix littéraire pour les ouvrages malgaches

Soirée d’ouverture de « Lire en fête ».

L’euphorie gagne la littérature actuellement. Depuis hier, l’évènement « Lire en fête » fait des heureux  parmi ces passionnés de lecture et de littérature. Toutefois, le grand point restera le lancement de la première édition du « Prix littéraire de l’Alliance française »

Mardi soir, le prix a été communiqué ! Initiative de la Délégation Régionale de l’Alliance française à Madagascar et qui vise à promouvoir la littérature malgache et française. Le prix littéraire de l’Alliance française permettra aux auteurs qui ont été édités en 2017 de  faire connaître leurs œuvres. Pour ce faire, le panel du jury est présidé par Emmanuelle Lehembre,  adjointe du   délégué  général de l’Alliance française. Bruno Rajaonarison et  Perla Raherivololona composeront le jury pour les ouvrages en français, tandis que  Julien Rakotonaivo et Arikomisa Randria constitueront celui, pour les œuvres  en malgache.

Promotion. Selon le délégué général de l’Alliance française, Jean Paul Clément, « L’objectif principal sera de dynamiser la littérature et le secteur de l’édition à Madagascar. En ce sens, « Lire en fête » mettra en lumière  des productions  écrites issues de ce salon avec la collaboration des professionnels du livre de la Grande  Ile. « Lire en fête », lieu de rencontre inter générationnel, avec ses activités réunissant enfants, adolescents et adultes, et conçu comme une plateforme d’échanges la plus large possible entre les différents acteurs du secteur du livre par son envergure nationale et internationale» relate-t-il.

Journée mondiale. Si le prix littéraire est une grande première, exposition, spectacles, ateliers conférences, causeries littéraires rempliront la programmation jusqu’au 27 avril. Effectivement, cette semaine entre dans le cadre de la célébration de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur Cette action vise à rapprocher les lecteurs et les auteurs à travers toute une série d’activités. Parmi elles, des ateliers d’écriture, auxquels des écrivains malgaches et étrangers francophones apporteront leurs concours, seront placés au cœur de l’événement. La production d’écrits par nos apprenants constitue un levier puissant pour donner le goût de lire.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara7 partages

Paludisme : Problèmes de rupture de stock dans certaines formations sanitaires

Si les médicaments sont en quantité suffisante à Madagascar pour la prise en charge du paludisme, leur disponibilité dans certaines formations sanitaires n’est pas toujours une réalité. C’est en tout cas ce qu’indiquent les données recueillies, hier, lors d’une présentation effectuée dans le cadre de la journée de partage, organisée lors de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le paludisme. Ces données font état d’un problème de rupture de stocks de produits de prévention et de prise en charge du paludisme dans certaines formations sanitaires.

 MID et ACT. Ainsi, selon les données présentées, 70% des formations sanitaires ont des problèmes de stock en matière de moustiquaires imprégnées d’insecticides et 10% en médicaments ACT (combinaison thérapeutique à base d’artémisinine). Dans la mesure où la disponibilité des intrants et des équipements de prévention et de prise en charge font partie des clés du succès de la lutte contre le paludisme à Madagascar, des efforts ont déjà été déployés afin de remédier aux problèmes d’acheminement des médicaments et de gestion des stocks, au niveau des formations sanitaires, assure le ministère de la Santé publique.

Sud. Le paludisme, endémique dans la Grande Ile, représente une des cinq causes majeures de morbidité et de mortalité dans le pays. En 2017, 121 décès dus au paludisme ont été enregistrés tandis que 167.223 cas positifs au test de diagnostic rapide (TDR) ont été recensés.

La partie sud du pays est particulièrement touchée par le paludisme. Dans le centre de santé de base (CSB) de Sakaraha, à titre d’exemple, 470 cas positifs au TDR ont déjà été enregistrés depuis le début de l’année ; et 213 cas dans le CSB d’Ankilibe Lamatihy, également sis dans le district de Sakaraha.

SEIE. La journée de partage d’hier a été une occasion de prendre connaissance des innovations et des résultats d’études de recherches sur le paludisme. Parmi les innovations présentées figure la surveillance épidémiologique intégrée à base électronique (SEIE). Utilisant des tablettes et une connexion internet, elle améliore la remontée des données sanitaires au niveau central et permet ainsi la fourniture de données de santé fiables, disponibles à tout moment. La SEIE dispose d’un système d’alerte en cas d’augmentation des cas dans une localité. Ce dispositif permet ainsi un suivi épidémiologique en temps réel et aide à la prise de décision, et facilitant, par ailleurs, la gestion des stocks. Couvrant actuellement le tiers des formations sanitaires, cette innovation devra être généralisée en 2020.

Hanitra R.

Midi Madagasikara7 partages

« Projet Pev » et violences électorales : Quid des activités de la société civile ?

Des tensions, des affrontements, des revendications politiques, des condamnations surgissent de partout en ce moment. Une situation d’ores et déjà « prévisible » par l’Union européenne laquelle, rappelons-le, est la mère du « projet Pev » ou projet d’appui à la prévention de la gestion de conflits et violences potentiels liés aux élections à Madagascar. Où en est ce projet ?

Bien avant le déclenchement de ce « tolona » (combat) par les désormais « députés pour le changement », force est de reconnaître que les signes d’une ambiance préélectorale tendue sont réunis. En effet, et là, il faudrait emprunter les termes utilisés par l’Union européenne dans son « projet Pev » – lancé le 13 mars dernier à l’Hôtel Ibis Ankorondrano – les violences structurelles sont prouvées. A titre de rappel, le politologue Juvence Ramasy, lors du lancement du projet, a précisé que « ces dernières touchent le cadre juridico-institutionnel, se traduisant généralement par des manipulations des lois électorales ». Sur ce point, nous ne sommes pas savoir que l’origine de ce désordre, de ce « tolona » des 73 députés de l’Opposition a trait au vote des lois électorales extrêmement controversées. Non seulement, le vote a été effectué sur fond de corruption mais aussi et surtout, elles éliminent implicitement des candidats potentiels et favoriseront ceux du régime.

Violences physiques. Mais ce n’est pas tout. Il n’y a pas que les violences structurelles qui font rage. Les violences physiques le sont aussi. Toujours d’après les explications de Juvence Ramasy, « elles se manifestent par l’utilisation de la force comme la dispersion des manifestants par des grenades, le kidnapping ou encore l’assassinat des adversaires politiques ». Là non plus, ce ne sont pas les illustrations qui manquent car le mois dernier, un technicien d’une station radio privée de tendance défavorable au régime a été agressé à Ankorondrano. Jusqu’à maintenant, on ignore les motifs de son agression et l’identité de ses agresseurs. Quelques jours après, le président fondateur du parti DHD, Hary Naivo Rasamoelina a été lui aussi victime d’une agression à Ampefiloha. Comme le cas du premier, les mobiles de son agression et ses agresseurs sont inconnus. Par ailleurs, le weekend dernier, après les affrontements du 21 avril qui ont coûté la vie à six personnes, le président national du KMD et secrétaire général du parti Tafa, a également eu sa part. Il a été agressé sur le front et comme les deux autres, l’objet de son agression et ses agresseurs ne sont pas connus.

Violences psychologiques. « Les violences psychologiques sont les résultats des violences physiques, c’est-à-dire un climat de peur, d’intimidations et de terreur », toujours d’après les explications de Juvence Ramasy. Les schémas du moment en disent long par rapport à cette notion. De tout ce qui précède, et vu que le « projet Pev » s’étend uniquement sur une période de vingt mois (Janvier 2018 – Août 2019), l’on constate une certaine latence au niveau des organisations de la société civile lesquelles sont mandatées de signaler les cas de violences, de les confirmer et de les mettre sur le site y afférent, une fois les faits confirmés. Par ailleurs, si la confirmation des faits consomme énormément du temps, et qu’aucune mesure ne peut être prise durant ce processus, les organisations de la société civile auront des difficultés à les gérer à bon escient et à temps. On se demande où en est le projet actuellement après une descente sur les lieux des responsables du « projet Pev » à Fianarantsoa, il y a deux semaines. De surcroît, les violences s’accumulent et s’enveniment. Si les travaux n’ont pas encore commencé, que valent les atermoiements ? Des explications s’imposent.

Aina Bovel

Midi Madagasikara7 partages

Syndicat des Entrepreneurs du BTP : Réunion d’information ce soir, à l’Ibis Ankorondrano

« Ensemble pour le renouveau de la profession de la construction ». C’est le thème de la réunion de ce jour, organisée ce soir par le SEBTP (Syndicat des Entrepreneurs du BTP) à l’Ibis Ankorondrano. L’objectif est d’informer les professionnels de la construction sur l’existence d’un syndicat dédié au BTP, de générer des adhésions au syndicat et de présenter le projet afin d’aboutir à une Fédération de la construction à Madagascar, selon les organisateurs de la rencontre. A noter que les quelques cinquantaines d’entreprises du SEBTP contribuent actuellement à environ 90% du chiffre d’affaires total des entreprises professionnelles du BTP à Madagascar. Environ 0,85% de ces ressources sont alloués à la formation, dont 60% pour le volet HSSE. En outre, toutes les entreprises du BTP certifiées ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001 sont membres de ce syndicat. D’après ses membres, le SEBTP a été créé en 1961, au lendemain du retour de l’indépendance de Madagascar, par les entrepreneurs nationaux et étrangers opérant dans la Grande Ile. Au fil des décennies, le syndicat est devenu un interlocuteur privilégié de l’Etat, des différents organismes et des bailleurs de fonds, dans le secteur des bâtiments et travaux publics.

Profession. D’après le président du SEBTP, Hary Andriantefihasina, les personnes exerçant la profession d’entrepreneurs du BTP ou les professions connexes concourant aux mêmes buts sont invitées à adhérer au syndicat. « Le SEBTP doit peser de tout son poids pour défendre la profession auprès des décideurs politiques, des Bailleurs de fonds, et de l’Administration », a-t-il déclaré. Il a indiqué que des actions concrètes ont été initiées aussi bien dans la préparation de la relance économique que dans la défense immédiate des intérêts du secteur, notamment la subvention de cinq millions d’Euros de l’AFD (Agence française de développement) pour la formation professionnelle du BTP, l’élaboration d’un plan de relance économique avec le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM), l’initiative pour alléger les contraintes fiscales et administratives qui pèsent sur les entreprises, et la rencontre avec les investisseurs miniers afin de dynamiser le secteur.

Antsa R.

News Mada6 partages

« Za’gasy » : la dissolution du CFM réclamée

L’association Za’Gasy réagit face au contexte actuel. Son président national, Jean Navandahy Ratiharison, dénonce l’inertie du Conseil

du fampihavanana malagasy (CFM) et exige sa dissolution.

Cette institution étatique, dont la moitié des membres ont été désignés par le chef de l’Etat, n’est pas à la hauteur de la mission qui lui a été attribuée par son incapacité à gérer la situation conflictuelle dans laquelle est plongée la nation, a révélé le bureau national de l’association, lors d’une conférence de presse organisée dans la capitale, hier.

Le président de l’association a aussi déconseillé le recours à la médiation du FFKM, pour préserver la laïcité de l’Etat stipulé dans la constitution, mais souhaite une éducation spirituelle approfondie axée sur le civisme et le patriotisme.

L’association s’est déclarée contre toute effusion de sang sur le territoire national quelle qu’en soit la raison.

Manou

Midi Madagasikara6 partages

Ambohidratrimo : Poleta roa nandrobana mpivarotra

Lasa ny vola mitentina 500.000 ariary. Roa lahy izay nandeha  scooter ary samy nitondra poleta iray no nanatontosa an’izany, tao Ambohidratrimo. Mbola mazavabe nanahary, amin’ny efatra ora sy sasany, no nitranga ny fanafihana. Nambanana basy ilay rangahy izay vao avy nanaterana vola natao, tao anatin’ny sakaosy kely. Tamin’io fotoana io indrindra no nipoitra ireo olon-dratsy izay nitifitra azy avy hatrany. Tsy voa izy, saingy nianjera kosa teo am-pitsoahana. Nalain’ireo olon-dratsy fotsiny ny vola tao anatin’ny fitoerany. Vita izay dia lasa ireo olon-dratsy. Raha ny fantatra, dia vola avy amin’ny toeram-pivarotana fitaovana fanamboatrana trano izay azy ka naterina tany aminy io lasan’ny olon-dratsy io. Nanao ny fisafoana ny manodidina ny zandarin’Ambohibao rehefa tonga teny an-toerana.

D.R

Midi Madagasikara6 partages

Concours de « business model » : Trois projets primés sur les 31 présentés au Newcopark 5e édition

Les gagnants de la 5e édition de Newcopark, avec les organisateurs du concours.

Plusieurs startups ont déjà vu le jour, grâce au concours Newcopark. Pour la 5e édition, 31 projets ont été présentés par les candidats désireux de se lancer dans la vie entrepreneuriale. Le premier prix du concours, une enveloppe de 500 Euros, a été attribué au projet « Entreprise de soutien scolaire à domicile ». Le deuxième prix a été décerné au projet « Cabinet de Sagefemme à FortDauphin ». Et enfin, le projet « Elevage des vers de farine pour l’alimentation des animaux de compagnie et d’élevage » a remporté le troisième prix du concours. L’équipe organisatrice, composée de la JCI Antananarivo (Jeune Chambre Internationale), de l’ESSCA, de Smartelia Madagascar, de François Lisambert et de Cedric Donck, ont affirmé que cette 5e édition de Newcopark est un grand succès. « Les projets présentés par les candidats allaient dans  l’amélioration de la vie urbaine à la finance en passant par les jeux vidéo. Ils attestent de la richesse intellectuelle de la jeunesse de notre pays », ont-ils indiqué. A noter que chacun des finalistes du concours ont pu bénéficier de coaching de fond, qui leur permettront à long terme ‐ à défaut d’avoir gagné le concours ‐ d’améliorer leur projet pour leur donner vie dans l’avenir.

Antsa R.

Midi Madagasikara6 partages

Commerce extérieur : Réunion extraordinaire du Comité National sur la Facilitation des Echanges, ce jour.

Les échanges internationaux jouent un rôle important pour le développement économique.

Une étape importante pour l’Accord sur la Facilitation des Echanges à Madagascar (AFE). Une réunion extraordinaire du Comité National sur la Facilitation des Echanges se tient ce matin au Carlton, avec au menu, la mise en place de la feuille de route de l’AFE.

Pour rappel,  Madagascar a  déjà ratifié l’AFE et devient ainsi le neuvième pays moins avancé  à l’avoir fait, ce qui porte le nombre total de ratifications à 83.

Sept mesures. La Grande Ile  a déposé son instrument d’acceptation de l’AFE auprès du Secrétariat de l’OMC le 20 juin 2016. Le 18 novembre 2016,  Madagascar a déjà notifié les sept mesures qu’on peut mettre en œuvre au plus tard  dans un délai d’un an après l’entrée en vigueur de l’Accord (22 février 2018). Comme l’article 23.2 de l’AFE prévoit que chaque membre de l’OMC établira et/ou maintiendra un Comité national sur la facilitation des échanges (CNFE) ou désignera un mécanisme déjà en place pour faciliter la coordination interne et la mise en œuvre des dispositions de l’AFE, Madagascar a créé, par Décret N°2016-1349 du 15 décembre 2016, un Comité National sur la Facilitation des Echanges qui est  déjà opérationnel. Ce comité regroupe des acteurs provenant du secteur public  ainsi que  du secteur privé. Le Comité dont le siège se trouve dans les locaux du ministère du Commerce et de la Consommation, est co-présidé par le Directeur Général du Commerce Extérieur et du Directeur Général des Douanes.

Douanes. La bonne mise en œuvre de l’AFE repose sur un Comité national sur la facilitation des échanges (CNFE) efficace impliquant toutes les instances gouvernementales concernées et notamment, eu égard au rôle essentiel joué  par les douanes aux frontières pour faciliter et sécuriser le commerce mondial, une participation totale et active des administrations des douanes. Les douanes sont chargées de garantir la conformité des échanges avec les accords commerciaux internationaux et les législations et politiques nationales ayant trait directement aux règles de commerce multilatérales, jouant ainsi un rôle de catalyseur pour améliorer la compétitivité d’un pays et de sa communauté économique. Les dispositions techniques de l’AFE, en particulier sa Section I (Articles 1 a 12), sont étroitement liées aux douanes avec quelque 98 % de ces dispositions dont la mise en œuvre incombe entièrement ou partiellement aux douanes, les plaçant ainsi au cœur des efforts nationaux pour la mise en œuvre de l’Accord.

Effet considérable. L’entrée en vigueur de cet Accord n’est qu’une première étape. Effectivement, même si des reformes ont été déjà entreprises sans l’AFE telles que la dématérialisation, le guichet unique, l’observatoire de délai de dédouanement, le droit de recours, l’admission temporaire et le perfectionnement actif…, beaucoup reste à faire. C’est la plus grande réforme du commerce mondial en une génération. Elle peut avoir un effet considérable sur la croissance et le développement partout dans le monde. L’AFE et la volonté politique de mettre en œuvre les mesures prévues par l’Accord et de poursuivre l’agenda de la facilitation des échanges donneront une impulsion pour la coopération de tous les services frontaliers concernés et leur coordination grâce à la gestion coordonnée des frontières (GCF). Dans ce sens, des travaux de sensibilisation et de vulgarisation des 40 mesures prévues par l’Accord font partie des priorités du Comité pour permettre d’analyser les écarts dans la mise en œuvre dudit accord et permettant ensuite de déterminer les actions et les assistances  nécessaires.

R.Edmond.

News Mada5 partages

Jirama : lafo ho an’ny mpanjifa ny sarany

 Na nametraka saran-jiro hafa indray aza ny Jirama, lafo foana izany ho an’ny mpanjifa. Endriky ny fidangan’ny vidim-piainana, ny taratry ny halafosan’ny solika ary ny fitotongan’ny sandam-bola Ariary avokoa izany rehetra izany.

Hihatra amin’ny fandaniana volana mey, hivoaka amin’ny faktiora jona ny saran’ny herinaratry ny Jirama hafa fahatelo vaovao, sokajiana tarif 18, manampy ny tarif 14 sy ny tarif 16. Sandaina 236 Ar ny 1 kwh ho an’ireo mandany eo anelanelan’ny 70 kwh hatramin’ny 130 kwh isam-bolana. 500 Ar kosa ny vidin’ny 1 kwh ho an’ny mihoatra ny 130 kwh, ampahany faharoa (2 è tranche). Mila manatona ny masoivohon’ny Jirama ny mpanjifa te hisafidy io sokajy vaovao io. Tsiahivina fa 141 Ar ny vidin’ny 1 kwh ho an’ny mandany latsaky ny 25 kwh isam-bolana (tarif 14), raha 370 Ar/kwh ho an’ireo mandany mihoatra ny 130 Kwh isam-bolana.

Raha aravona ireo saran’ny herinaratra ireo, tsikaritra fa lafo, tsy zakan’ny mpanjifa avokoa izy rehetra satria mihena ny fahefa-mividin’ny isan-tokantrano. Raha ampitahaina, manodidina ny 6 tapitrisa Ar (1.500 euros) ny karama farany ambany any Frantsa raha 168.000 Ar (50 euros) ny eto Madagasikara, nefa mitovy ny litatry ny lasantsy, samy 1 euro (4.000 Ar). Endriky ny fidangan’ny vidim-piainana, mahatonga ny hatezeram-bahoaka mahatonga azy ireo midina an-dalambe izany.

Hitohy ny fisondrotam-bidy sy ny fahantrana

Raha hiverenana ity saran-jiron’ny Jirama ity, tsy hijanona eo satria mbola tsy hitsaha-hiakatra. Tsy mbola nihemotra amin’ny tanjony ny fitondrana, nilaza fa tsy hanampy vola ny Jirama intsony ny fanjakana amin’ny taona 2020 araka ny toromariky ny mpamatsy vola vahiny. Raha ny vinavinan’ny fitondrana, tokony indroa isan-taona ny hanondrotana ny saran’ny jiro sy/na ny rano vao ho tratra ny tena vidiny tsy haha matiantoka ny Jirama intsony, na hifandanja ny vola miditra aminy sy ny mivoaka. Izany hoe, atao ho toy ny vidin-tsolika, voalaza etsy ambony. Vokany, vao mainka hitombo ny fahantrana efa tsy zaka intsony ankehitriny.

Randria

Midi Madagasikara5 partages

Place du 13 Mai : Réouverture de la MBS réclamée

« MBS, sokafy izao dia izao ».

Des affichettes réclamant la réouverture de la station de télévision et de radio MBS étaient brandies hier, sur la Place du 13 Mai. Des manifestants ont rappelé, au président de la République, sa promesse sur cette réouverture. L’affaire se trouve actuellement en instance au niveau du Conseil d’Etat. Une requête a été déposée auprès de cette juridiction par des responsables de la MBS en 2015. Il y a déni de justice car le Conseil d’Etat refuse jusqu’à présent de se prononcer sur la requête en question. A rappeler que Marc Ravalomanana a accepté à l’époque d’arrêter les manifestations de ses partisans au Magro Behoririka en contrepartie de la promesse du président de la République d’autoriser la réouverture de la MBS. La promesse n’étant pas tenue jusqu’ici, la revendication est actuellement portée sur la Place du 13 Mai. Et quand une revendication est lancée sur cette place historique quotidiennement envahie par une foule immense et en colère depuis quelques jours, il serait difficile de l’ignorer.

R.Eugène

News Mada3 partages

Amoron’i Mania : manifestation contre le régime ce jour à Fandriana

Le mouvement de contestations contre le régime s’étend dans les régions. Une manifestation pacifique est prévue dans le district de Fandriana pour dénoncer les fausses promesses du couple présidentiel dont la venue dans cette localité est annoncée ce jour. Un comité d’accueil particulier a été organisé par la population à cet effet.

Le couple présidentiel risque une grande désillusion à son arrivée à Fandriana, dans la région Amoron’i Mania ce jour. Des représentants des 15 communes du district se sont organisés pour tenir une manifestation publique, parallèlement à la cérémonie d’inauguration du centre de formation féminine, objet de la visite présidentielle, selon nos sources locales. Des ports de banderoles dénonçant la démagogie du chef de l’Etat sont prévus pour accueillir, à l’occasion, les personnalités présentes.

Les initiateurs de la manifestation rappellent que la réfection de la RN 41, reliant la commune urbaine de Fandriana à la RN 7, au niveau d’Ikelikampona, et des 12 kilomètres de rues à travers la ville de Fandriana, avant la tenue de la manifestation régionale «Volambetohaka» du mois d’août 2016 annoncée publiquement par Hery Rajaonarimampianina, au cours de sa visite dans la localité le 27 juin 2015, n’a pas été tenue. Le district s’est au contraire de plus en plus enclavé puisque cette bretelle d’une quarantaine de kilomètres s’effectue en plus de deux tours d’horloge pour les véhicules tout-terrain actuellement.

Ce passage du couple présidentiel dans le district de Fandriana vient à point nommé, selon la population, qui attend de pied ferme cette rencontre pour lui déballer son mécontentement. D’ailleurs, la circonscription se considère parmi les plus lésées du régime malgré la présence de plusieurs natifs de la région dans le giron du pouvoir. La manifestation de ce jour inaugurera l’extension des contestations populaires de la Place du 13 mai qui feront désormais tache d’huile dans les différentes régions de Madagascar.

Manou

 

News Mada2 partages

Parlemantera teo aloha : « mahatsapa tena dieny tsy mbola tara… »

Nanao fanambarana  koa ireo parlemantera  teo aloha,  loholona, CST sy CT ary depiote. « Koa satria  feom-bahoaka,  feon-janahary, mahatsapa tena dieny mbola tsy tara : miala », hoy izy ireo, omaly.  Notanisain’izy ireo  tamin’izany  fa nisy ra latsaka,  aina nafoy. Mahery vaika ny hatezeram-bahoaka.  Tsy nanana zo na fahefana intsony hitantana  firenena  efa tamin’ny  taona 2005 ny filoham-pirenena noho  ny tsy fananganany ny Fitsarana avo (HCJ). Notsiahivin’ireto olobe teo aloha ireto ny fivarotana tanindrazana. Eo  koa ny fanaovana tantely afa-drakotra sy gaboraraka  ny  harem-pirenena. Manampy izany ny filazan’izy  ireo  fa tena  fadiranovana   tanteraka  ny  vahoaka. “Tsy voatanisa ny  tsy  fanarahan-dalàna nataon’izao fitondrana izao sy ny  tsy  fahaiza-mitantana f eno kolikoly”, hoy izy  ireo.  Nisaoran’ireto tompon’andraikitra teo aloha ireto ny hetsika nataon’ireo  depiote 73 namaky lay miaraka amin’ny olom-pirenena mikatsaka ny rariny, ny marina. Noderain’izy ireo ny mpitandro filaminana  tamin’ny fanapahan-kevitra feno fahendrena noraisiny  ho fiarovana ny vahoaka  sy ny  fananany.

Ankoatra  izany, mitaky ny  ady gasy izy  ireo mba  hizakana ny fiandrianam-pirenena  ary hitady  vahaolana sy ny  fandaminana mifanaraka amin’ny  hetahetam-bahoaka.

Synèse R.

La Vérité2 partages

Football - Confédération Africaine - « Honoris Causa » pour le Président Ahmad

Ahmad, le président de la Confédération Africaine de football, a reçu hier le titre prestigieux de Doctorat Honoris Causa. C’est l’University of Professional Studies d’Accra (UPSA) qui lui a octroyé cette distinction dont la remise effectuée hier dans la capitale ghanéenne a été honorée par le président de la République, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, en personne . A preuve qu’une fois de plus, l’ex président de la fédération malagasy de football, devenu numéro 1 de la CAF depuis l’année dernière, est apprécié sous d’autres cieux.

Ce qui n’est pas malheureusement le cas dans son pays où l’Etat malagasy, pour des raisons qui frisent la bassesse d’esprit, lui a retiré ses avantages et ses prérogatives entre autres le passeport diplomatique et l’accession au salon d’honneur de l’aéroport d’Ivato. Des faveurs qui devraient lui revenir pourtant dans la mesure où le Président de la CAF a un rang d’une haute personnalité. Lors de son dernier départ du pays, Ahmad a fait la queue comme tout le monde pour accéder dans la salle d’embarquement et ce au grand étonnement des autres passagers dont certains ont été choqués par ce traitement.En dépit de cette non considération dans son pays natal, le président de la CAF bénéficie tout de même d’une reconnaissance internationale à l’instar de cette distinction de Honoris Causa remise par l’UPSA. Les raisons invoquées quant au choix d’Ahmad  ont trait d’un côté à son parcours et sa contribution à la société de l’autre. En effet, avant de devenir le numéro un de l’instance suprême du ballon rond africain, Ahmad a effectué un parcours exemplaire tant dans le secteur économique que politique et évidemment dans le milieu sportif. Un succes-story apprécié à juste valeur et ponctué par cet exploit d’avoir délogé sur le fauteuil de la présidence de la CAF, Issa Hayatou, après plus de deux décennies de règne. Désigné comme personnalité sportive  africaine de l’année 2017 par All Africa Global Media, basé  aux Etats Unis, Ahmad est la première autorité sportive à qui l’UPSA a octroyé cette distinction. Durant son séjour à Ghana, le président de la CAF a été reçu par Asantehene, le Roi des Ashanti, une grande figure très respectée dans le pays. 

La Vérité2 partages

Fandriana - Vers un face à face C.Razanamahasoa et Voahangy Rajaonarimampianina

La fin de semaine réserve bien des surprises à la Première Dame, Voahangy Rajaonarimampianina. Après un déplacement avec son époux à Toamasina lors de la cérémonie de pose de la première pierre pour l’extension du port de Toamasina lundi dernier, la « First Lady » aurait prévu d’effectuer un déplacement à Fandriana, dans la région Amoron’i Mania demain.Sauf changement, l’épouse du Président inscrirait dans son programme l’inauguration d’un nouveau centre de formation pour les femmes dans cette localité.Une inauguration qu’elle était censée faire au mois d’octobre 2017 mais qui n’a pu avoir lieu pour diverses raisons. Cette fois, elle risque pourtant de se trouver face à la députée Mapar, Christine Razanamahasoa.

Cette élue d’Ambohimahasoa a également prévu de faire un déplacement dans ce même district accompagnée de plusieurs députés élus dans la région Betsileo et ce, dans le cadre de la manifestation en vue de la déchéance du Président Hery Rajaonarimampianina menée par « les parlementaires du changement ». Des rassemblements hostiles au régime Hvm à la même allure que celle tenue par les députés à Antananarivo seront donc à l’ordre du jour.  Des manifestations qui pourraient sans nul doute perturber la visite de Voahangy Rajaonarimampianina.Attendue de pied fermeEn outre, la Première Dame est déjà attendue de pied ferme par les habitants de Fandriana suite aux promesses non tenues de son président de mari. Lors d’une cérémonie d’inauguration de l’électricité sur les lieux le 27 juin 2015, Hery Rajaonarimampianina a, en effet, promis à la population que la route nationale n°41 ainsi que les autres axes routiers dans la localité de Fandriana feront l’objet de travaux de réhabilitation. Le Président a même donné une échéance, c'est-à-dire que les routes précitées seraient réhabilitées avant la tenue du Volambetohaka (Festival local) en août 2016. Pourtant, la promesse du président comme tant d’autres est tombée dans l’oubli mais pas celui de la population locale. Il n’est donc pas à écarter que celle – ci demanderait des comptes à la Première Dame où du moins fera connaître son ressenti selon des sources locales. Ajouté au climat politique tendu du moment, le déplacement de Voahangy Rajaonarimampianina pourrait donc être rempli de rebondissements. Reste à savoir si en connaissance de cause, l’épouse du locataire d’Iavoloha va quand même oser affronter la réalité en face ou décidera de faire machine arrière  en envoyant, comme d’habitude, son équipe à cette cérémonie d’inauguration à Fandriana.Sandra R.

Midi Madagasikara2 partages

Art plastique : Bientôt une première exposition pour Sarhà la gauchère

Un tableau de Sarhà qui retranscrit à la perfection la réalité, son préféré !

Nouvelle venue dans le milieu artistique,  Sarhà, Sarah Randriamalandy de son vrai nom, ne tardera certainement plus à se faire connaître. Auteure, compositrice, parolière à ses heures perdues, la jeune femme vient d’ajouter une corde à son arc : celle de peintre. Talent qu’elle dévoilera prochainement au grand public à travers une exposition qu’elle projette de tenir au mois de mai.

Grande émotive, Sarah a toujours été mélomane. Ses émotions, elle les retranscrit et les reflète dans sa musique et ses compositions. La jeune femme est d’ailleurs entrée en studio pour enregistrer quelques- uns de ses titres, avec la collaboration de Solo Andrianasolo. « Je joue de la guitare et je compose aussi. Quand j’ai pris la décision d’avancer et qu’il me fallait trouver une chanteuse, je me suis dit, pourquoi pas moi ? », raconte-t-elle. Et le résultat est plutôt bluffant. Avec  des ballades aux airs parfois un peu jazzy, Sarhà se découvre et laisse l’inconnu, à travers sa musique, entrer dans sa bulle, son monde. « Des chansons que je partagerai certainement un de ces jours, mais pour l’instant, je veux me consacrer à ma nouvelle passion. Avec la peinture, je me sens enfin complète, moi-même ».Autodidacte. « Quand j’assiste à une exposition, je sens comme un sentiment de bien- être, de réconfort, d’apaisement et de plénitude. Il y a quelques mois, je me suis donc particulièrement prise de passion pour la peinture. Je voulais devenir plus qu’un simple spectateur. Je voulais maîtriser cet art ». Il y a quelques mois, elle s’est donc lancée dans une aventure artistique. « J’ai réuni toutes les informations nécessaires pour pouvoir faire mes premiers pas dans cette discipline. Toutes les conditions étant réunies,  je me suis essayée à la peinture ». Elle a fait sa première expérience avec un tableau qu’elle a intitulé « Femme à la guitare face à l’inconnu ». Une toile qui la représente et qu’elle a dessinée sans aucun support, juste son imagination à l’appui. « Le résultat me laissait un peu perplexe. Je n’étais pas vraiment satisfaite ». Elle poursuit avec un autre tableau qui lui  satisfait plus qu’elle n’en espérait. Celui-ci figure même parmi ses préférés. Aujourd’hui, elle a réalisé une dizaine d’œuvres. Des toiles qui reflètent son amour pour la nature et l’environnement que le public pourra également découvrir… prochainement.Mahetsaka

News Mada1 partages

Vahaolana amin’ny krizy : miantso fifampidinihana ny FFKM

« Manaitra ny feon’ny fieritreretan’ny olona isan-tsokajiny avy ny FFKM mba samy haneho finiavana hampandefitra ny hambom-po ka handray andraikitra tandrify azy avy, hifampidinika sy hifampiresaka hikatsahana fiadanana sy fahamarinana ho an’ny soa iombonana eto amin’ny firenena. »

Io ny fanambaran’ny Fiombonan’ny fiangonana kristianina eto Madagasikara (FFKM), nosoniavin’ny filohany, ny Mgr Ranarivelo Samoela Jaona, ny 23 avrily lasa teo. Hamafisiny fa mbola manohy hatrany ny fanatanterahana ny fehinkevitra tapaka nandritra ny fivorian’ny komity foibe faha-40 natao tany Antsirabe ny FFKM, iantsoana sy ampihaonana ny zanany izay tomponandraikitra samihafa eto amin’ny firenena.

Mandalo fotoan-tsarotra tokoa ny firenena ankehitriny. Vokatry ny fifandroritana politika misy, izay miteraka fahasimbana sy faharatrana ary namoizana ain’olona mihitsy aza. Miombona alahelo sy mirary fampiononana tanteraka ho an’ny fianakaviana namoy havan-tiany ny FFKM, ary mirary fahasitranana feno ho an’ireo naratra naterak’izany.

Heverin’ny FFKM fa tsy mendrika ny vahoaka malagasy sy ity tanindrazana iombonana ity intsony izany sady tsy ankasitrahan’Andriamanitra rahateo. Ampy izay ny aina latsaka sy ny fahantrana vokatry ny fifandroritana nisy hatramin’izay. « Ny vahoaka tsy manan-tsiny hatrany no mizaka ny voka-dratsin’ireny », hoy ny fanambarana.

R. Nd.

La Vérité1 partages

Régime HVM - Tiraillé entre faucons et colombes

Le chaud et le froid. La Communication du régime en place adopte un double langage face à aux derniers événements. En 24 heures, certaines publications ou propos tentent de jouer la carte de l'apaisement tandis que d'autres durcissent le ton en brandissant des menaces à peine voilées. Dans la première catégorie figure la dernière édition de la publication périodique du Président de la République « Fotoam-bita » qui, en la forme et au fond, tranche sur les précédentes.

D'habitude en effet, ladite publication est censée livrer le point de vue du Chef de l'Etat sur un sujet d'actualité et dans ce cadre, c'est ce dernier qui s'adresse donc au lecteur. Hier, c'était totalement différent puisque le texte s'adresse à Hery Rajaonarimampianina pour, à maintes reprises, lui prodiguer des conseils ou suggestions sur les possibles portes de sortie à la crise actuelle. Mais il est apparu aussi qu'à un moment, le locataire d'Iavoloha a été tout bonnement cloué au pilori à travers un constat sans appel de l'échec de sa gouvernance.Ainsi un passage, repris en encadré en grands caractères, se pose la question « Si un accord politique pourrait sauver le pays et la démocratie, pourquoi repousser une telle opportunité ? Pourquoi refuser de se mettre autour d'une table avec tous les acteurs politiques si cela pourrait éviter le chaos ? » On aura remarqué que la deuxième suggestion est adressée indiscutablement au Président de la République. Dans tous les cas, ceci laisse supposer l'existence, au Palais,  de courant hostile à toute ouverture au dialogue ainsi qu'à l'éventualité d'un accord politique pour résoudre la crise actuelle.   Mais un autre passage de la publication « Fotoam-bita » d'hier, mis en évidence en gras, apporte carrément de l'eau au moulin des adversaires du locataire d'Iavoloha, à un tel point qu'on a l'impression que c'est un opposant qui s'exprime. « Tous ceux qui ont risqué leur vie à Analakely ne l'ont pas fait pour le rapport des parlementaires essentiellement mais ont voulu faire passer le message du désespoir, du ras- le- bol, du dégoût devant beaucoup de situations qui ne se sont pas améliorées depuis des années ». Une manière, visiblement, d'ouvrir les yeux de Hery Rajaonarimampianina sur la réalité toute crue de son impopularité. Personne, dans ce régime, n'est plus totalement cleanDe son côté, le Communiqué du Conseil du Gouvernement, la veille, continue d'adopter un ton franchement hostile à l'endroit des meneurs du mouvement populaire de la place du 13 mai. Après avoir rapporté que les 73 députés leaders de la manifestation réclament désormais la démission de Hery Rajaonarimampianina, le communiqué de soutenir que « (…) tout ceci dévoile que ce mouvement politique ne se rapporte plus à une séance d'infirmations sur les dispositions des lois électorales, comme ces Députés de l'opposition l'ont annoncé, mais est carrément attenant à des opérations de déstabilisation du régime en place et à un coup d'Etat »,  avant de continuer : « un constat qui a amené  les autorités compétentes à renforcer davantage les mesures prises pour que la Capitale, et la Nation en général, ne soient de nouveau confrontées à des actes de pillage et d'incendies. », histoire d'essayer de mettre à l'avantage du régime la décision du Préfet de Police et des chefs militaires de ne plus mater la manifestation initiée par les députés.Auparavant, on aura remarqué que les appels au dialogue lancés durant le weekend dernier par le président du Sénat, Rivo Rakotovao, et le Premier ministre, Solonandrasana Olivier ont été violemment contredits par la teneur du discours du Chef de l'Etat du dimanche qui s'ensuivit ainsi que celle du Communiqué du Conseil des ministres du lendemain. La presse pro-régime, pour sa part, semble avoir reçu pour consigne de diaboliser à l'extrême le mouvement du parvis de l'Hôtel de ville, non seulement en vue de l'affaiblir mais aussi pour exacerber l'antagonisme afin de couper court à toute possibilité de dialogue.A tout ceci, il faut ajouter la rumeur persistante selon laquelle certains membres du Gouvernement, des modérés vis-à-vis de la situation, envisageraient déjà de démissionner mais ils n'ont pas encore pu aller jusqu'au bout de leur décision. La raison de cette tergiversation serait que ces « colombes » sont tenues en respect par des « faucons », lesquels évoluent aussi bien au sein du Gouvernement que dans l'entourage proche de Hery Rajaonarimampianina. « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette », en somme. Ce qui signifie que, personne dans ce régime, n'est plus totalement « clean » pour avoir, à un moment ou un autre, trempé dans les magouilles Hvmesques.La Rédaction

La Vérité1 partages

Obligation non respectée - Rajaonarimampianina attaqué auprès de la HCC

« Les députés pour le changement » usent de tous les artifices qui leur sont offerts par la Constitution pour désarçonner Hery Rajaonarimampianina de son fauteuil. Comme annoncé, les 73 parlementaires de ce mouvement ont effectué une marche depuis le parvis de l'Hôtel de Ville d'Analakely vers Ambohidahy hier. En parallèle à leur demande de démission de Hery Rajaonarimampianina, ils ont déposé une requête aux fins de déchéance du Président de la République auprès de la Haute Cour constitutionnelle (HCC).

La non mise en place de la Haute Cour de justice est le motif premier évoqué par les parlementaires. Ces derniers tablent sur l'article 167 de la Constitution qui dispose que : « Afin de respecter le prescrit constitutionnel, le Président de la République, dans un délai de 12 mois à compter de son investiture, invite les Instances compétentes à désigner les membres qui composeront la Haute Cour de justice afin de procéder dès l'expiration de ce délai à l'installation de la Haute Cour de justice ».La même disposition constitutionnelle indique que: « Toute partie justifiant d'un intérêt peut saisir les institutions compétentes de demande de sanction en cas de carence ».  A 9 mois de la fin du quinquennat de Hery Rajaonarimampianina, cette haute instance judiciaire n'est toujours pas opérationnelle. Faut-il pourtant noter que tous les membres de l'organe ont été désignés, à l'exception de celui proposé par le Haut conseil de la démocratie et de l'Etat de droit (HCDED). Ce Haut Conseil n'a pas pu être opérationnel jusqu'ici et n'a pas pu désigner son représentant car le Chef de l'Etat avait pris son temps avant de signer, il y a un mois seulement, le décret de nomination de ses membres.  En ce qui concerne le Président de la République, exceptionnellement, l'instance compétente est la HCC qui serait autorisée à prendre les sanctions qu'aurait pu prendre la HCJ si cette dernière avait été installée.Pacte de responsabilitéDeuxième motif évoqué par les députés : le pacte de responsabilité. Rappelons que la non mise en place de la HCJ était un des motifs de la proposition de résolution de mise en accusation aux fins de déchéance du Président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, votée par 121 députés au mois de mai 2015. Une demande que la HCC avait rejeté le 12 juin 2015 estimant que  « pour le Président de la République, il existe une obligation de moyen et non de résultat aux termes de l'article 167 alinéa 1er de la Constitution ».Dans l'article 5, de sa décision rejetant la mise en accusation du Chef de l'Etat, l'instance d'Ambohidahy avait également indiqué que : «  - Les institutions de la République œuvrent en faveur d'un pacte de responsabilité, garant du bon fonctionnement de l'Etat, dans le cadre de la Constitution en vigueur ». Aucune précision n'avait été donnée sur les contours de ce pacte de responsabilité qui, du reste, n'a pas vu le jour jusqu'ici. Rien n'a d'ailleurs changé dans les pratiques anticonstitutionnelles des tenants du régime.La Constitution précise pourtant dans le dernier alinéa de l'article 120 que « les arrêts et décisions de la Haute Cour Constitutionnelle sont motivés ; ils ne sont susceptibles d'aucun recours. Ils s'imposent à tous les pouvoirs publics ainsi qu'aux autorités administratives et juridictionnelles ». Près de trois ans après, la décision relative à la résolution de mise en accusation du président de la République n'est pas appliquée… En tout cas, la balle est une fois encore dans le camp de la HCC de Jean Eric Rakotoarisoa, dont la décision sur la conformité ou non à la Constitution des lois électorales, source des revendications des députés pour le Changement, reste attendue. La Rédaction

News Mada0 partages

Toamasina : any am-ponja ilay ramatoa mpanao trafikan-drongony

Naiditra am-ponja vonjimaika ao amin’ny fonjaben’Ambalatavoahangy, ny faran’ny herinandro teo ilay ramatoa voarohirohy ho mpanao trafikan-drongony. Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny Commissariat central Toamasina izy ny herinandro teo. Tratra teo am-pivarotana rongony tao Tanambao fahadimy Toamasina izy. Raha ny tatitra avy amin’ny polisy, hafa kely mihitsy ity ramatoa mpivarotra rongony ity. Tsy ireo mpifoka rongony no manatona azy fa izy mihitsy no manatona ireo mpanjifany any amin’izay toerana misy azy. Tsy vao izao fa efa ela nanaovana ity asa ity ilay renim-pianakaviana saingy izao kosa vao tratra. Marobe ireo olona manjifa sy fanaterany rongony ao Toamasina. Mbola nahatrarana rongony milanja 1,5kg tany aminy nandritra ny fisamboran’ny polisy azy. Rongony vao saika haterina mihitsy ity tratra tany aminy ity. Tratra niaraka taminy koa ireo mpiray tsikombakomba aminy. Lasa mahazo vahana ao Toamasina indray ny trafikana zava-mahadomelina ary lasa miditra amin’ny fandraharahana itony zava-mahadomelina itony hatramin’ny vehivavy koa aza tato ho ato.

J.C

News Mada0 partages

Mananara Avaratra : tafakatra sivy ny olona maty vokatry ny tifitry ny zandary

Araka ny vaovao avy any Mananara Avatra, tafakatra sivy ny olona maty voatifitry ny zandary, ny asabotsy lasa teo. Izany hoe niampy ny isan’ireo maty ny andron’ny asabotsy. Nanda izany kosa ny teo anivon’ny zandarimaria.

Nisy ny maty tany amin’ny hopitalin’i Maroantsetra sy tany Toamasina, raha ny fanazavana azo. Misy dimy ny mbola maratra mafy amin’izay, izay voalaza fa tsy ampy ny fanafody hitsaboana azy ireo.

Nilaza kosa ny teo anivon’ny zandarimaria rehefa nanontaniana fa tsy mitombina io isa io, fa mbola ireo dimy maty nandritra ny fanafihana lakazery ihany ny maty. “Efa nandefa iraka ny tompon’andraiki-panjakana nanamarina izany, fa tsy mitombina”, hoy ny fanazavan’ny avy amin’ny seraseran’ny zandary.

Mandeha ihany koa ny filazana fa efa niala tany an-toerana ny vady aman-janak’ireo zandary miasa any Mananara noho ny tahotra valifaty. Mandeha mantsy ny feo fa hisy ny valifaty aorian’ny fandevenana ireo maty. Nisy niteny mihitsy fa nandeha sambo manokana nankany Toamasina izy ireo vokatr’izany.

Nanambara ny teo anivon’ny zandarimaria fa efa milamina ny any Mananara Avaratra. “Misy roa ny lakazery any an-toerana, ny iray ny birao fiasana ary ny iray ny trano fonenan’ny zandary. Nisy fotoana niala tany ny fianakaviana ary namonjy ny toby. Tsy misy ny resaka valifaty izany amin’izao ary efa milamina”, hoy ihany ny fanamafisana.

Voalaza fa efa manao ny fanadihadiana rehetra momba ity tranga ity ny zandary, ary manaraka ny fepetra rehetra mifanaraka amin’izany.

Tsy mbola hita ilay mpampiasa

Raha tsiahivina, lehilahy iray mpampiasa no namono lehilahy iray hafa mpiasany ny 19 avrily teo tany amin’ny fokontany Antananivo, Mananara faritra Analanjirofo ka nandositra izy io avy eo. Naratra mafy io mpiasa io ka maty telo andro taty aoriana. Nandre izany ny zandary avy ao Mananara ka nidina tany an-toerana hizaha ifotony ny raharaha sy hanao fitsirihana ny razana. Raha vao nahita ireo zandary miisa telo tonga tany an-toerana ireo olona tao an-tanana ka tezitra satria nihevitra izy ireo fa efa voasambotr’izy ireo ilay mpamono olona matoa izy ireo tonga tany. Nitaky ireo olona ireo ny hanolorana azy ireo ilay mpamono saingy nilaza ireo zandary fa tsy mbola hita ny mpamono. Nenjehin’ireo olona ireo zandary izay nolazain’izy ireo fa miaro mpamono olona ka nandositra. Nandeha namonjy tany Mananara ireo olona anjatony maro ireo nitondra antsy lava sy lasantsy tamin’ny « bidon » handorana ny lakazeran’ny brigady io maraina io. Teo no nitranga ny olana, ka nahatonga ireo resabe manodidina ity raharaha ity. Mbola tsy hita ilay mpampiasa io, ary milaza ny zandary fa efa mikaroka azy.

Yves S.

News Mada0 partages

Ambohijanahary Antehiroka : jiolahy nandeha Scooter roa nanafika mpanangom-bola

Nisehoana fanafihana mitam-piadiana teny Ambohijanahary, kaominina Antehiroka, ny talata teo tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany antoandro. Voalaza fa jiolahy efatra nandeha moto scooter roa, nitondra PA roa ny nanao ny fanafihana tamin’izany. Olona iray mpanangom-bola amin’ireny toeram-pivarotana fitaovana fanamboarana trano eny amin’ny faritra Talatamaty ity voatafika. Vao avy naka vola 500.000 Ar tamina toeram-pivarotana iray eny an-toerana ilay tovolahy io no notafihin’ireo jiolahy.

Nilaza ny zandary fa notifirin’ireo olon-dratsy izy, saingy tsy voa ka afaka nitsoaka. Tsy lasa lavitra anefa, nianjera ka tratran’ireo mpanafika. Lasan’ireo ny kitapo nisy ny vola, ary nitsoaka tamin’ny moto ireo ka tsy tratra intsony. Tonga teny an-toerana ny zandary, saingy tsy hita ireo jiolahy. Mandeha ny fikarohana azy ireo.

Miseho hatrany ny fanafihana

Raha variana amin’ny tolona eny Analakely ny rehetra, hatramin’ny mpitandro filaminana, mandeha hatrany ny fanafihan-jiolahy na eto an-dRenivohitra na amin’ny manodidina, toy ity teny Antehiroka ity. Mitaraina ny olona kanefa efa manao izay ho afany ihany ny  mpitandro filaminana. Toy izany koa ny fanafihana any amin’ny faritra anjakan’ny asan-dahalo. Tsy mahagaga raha nilaza ireo mpitolona eny Analakely fa tokony halefa hanenjika jiolahy sy dahalo ireo mpitandro filaminana marobe fa tsy hiandry eny an-toerana fotsiny.

Yves S.

News Mada0 partages

Efa nahazo 5 tapitrisa Ar… : saron’ny polisy ireo telo lahy nisandoka ho mpiasan’ny Jirama

 Voasambotry ny polisy teny amin’ny Cenam 67 Ha, omaly antoandro ireo telo lahy nisandoka ho mpiasan’ny Jirama. Efa marobe ireo tokantrano lasibatr’ireto mpisoloky ireto. Tokantrano iray nahazoan’izy ireo vola 5 tapitrisa Ar…

 Ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahefatra eny Isotry  no nahasambotra ireto jiolahy voarohirohy nisandoka sy nisoloky ho mpiasan’ny Jirama ireto. Ny 29 janoary 2018 lasa teo, nisy olona nametraka fitoriana tao amin’ny biraon’ny polisy eny Isotry nilaza fa nisy roa lahy tonga tao amin’izy ireo nilaza ho mpiasan’ny Jirama. Rehefa tafiditra tao an-trano ry zalahy dia nijery ny fitaovana rehetra mandeha amin’ny herinaratra nampiasain’ny tompon-trano ary mody nampitaha izany tamin’ny jiro lanin’izy ireo isam-bolana tao anaty “relevé”-n’ny faktiora. Nilaza tamin’ny tompon-trano ireo mpisoloky fa tsy mifanaraka amin’ny fitaovana ampiasain’ny tompon-trano ny vola aloan’izy ireo any amin’ny Jirama fa hoe misy halatra herinaratra ao ambadik’izany. Nanomboka nampihorohoro ny tompon-trano izy roa lahy taorian’izay. Nilaza ireo mpisoloky fa raha tsy manome vola 9 tapitrisa Ar ny tompon-trano dia entin’izy ireo ny kaontera ary hampiakarin’izy ireo ny raharaha. Natahotra ny tompon-trano ka raikitra ny adivarotra. Tapaka taorian’izay fa 5 tapitrisa Ar no haloan’ny tompon-trano. Lasa avy hatrany izy roa lahy rehefa azon’izy ireo ny vola.

 Voamarina fa tsy mpiasan’ny Jirama…

Nanatona teny amin’ny biraon’ny Jirama avy hatrany nanamarina momba ny fisian’ireto lehilahy nilaza ho mpiasan’ny Jirama ireto ny tompon-trano taorian’izay. Voaramarina tamin’izany fa tsy mpiasan’ny Jirama velively izy roa lahy ireto fa mpisandoka. Nametraka fitoriana teny amin’ny polisy ireo niharan’ny fisolokiana. Taorian’izay, marobe koa ireo olona tonga nametraka fitairanana teny amin’ny polisy momba ireto mpisandoka ho mpiasan’ny Jirama ireto. Omaly maraina, nahazo loharanom-baovao ny polisy milaza fa mihaodihaody eny akaikin’ny Cenam 67 Ha eny ireto mpisoloky ho mpiasan’ny Jirama ireto. Natao ny vela-pandrika ka noraisim-potsiny izy telo lahy. Nilaza ny polisy fa efa saika hitsoaka tamin’ny moto ny iray saingy tsy lasa lavitra dia tratra. Nandritra ny famotorana azy ireo no nahafantarana fa miaraka tsiroaroa izy ireo rehefa manao ny asa ratsiny. Fantatra ihany koa fa misy fitoriana momba azy ireo koa eny amin’ny polisy misahana ny heloka bevava eny Anosy sy any amin’ny zandarimaria eny Ampitatafika. Tonga tao amin’ny kaomisarian’ny polisy eny Isotry mihitsy ny tompon’andraikitry ny Jirama nijery ireto olona voasambotra ireto ary nanamafy fa ry zalahy ireto tokoa no voalazan’ireo olona nitaraina any amin’izy ireo ho misandoka ho mpiasan’ny Jirama. Tonga nijery ireto mpisoloky ireto koa ilay olona nametraka fitoriana, ny 29 janoary 2018 lasa teo ary voamarina fa ny iray amin’izy telo lahy ireo tokoa no tonga nisoloky tao amin’izy ireo.

Jean Claude

News Mada0 partages

Saika manerana ny Nosy : tsy ampy ny tahirim-panafodin’ny tazo eny amin’ny CSB

 “Matetika ny fahatapahan’ny tahirim-panafody ACT sy ART ary ny lay misy fanafody eny amin’ny CSB, araka ny tatitra ny fanaraha-maso momba ny fanafody sy ny kojakoja eny amin’ny toeram-pitsaboana nataon’ny USAID/MCSP, tao anatin’ny telo volana voalohany amin’ny taona”, hoy ny tomponandraikitra ao aminy, Andriamiharisoa Haja, teny Ankorondrano, omaly.  Nomena “tablette” avokoa ny CSB manerana ny Nosy ahafahany mandefa ny tatitra sy ny “commande” amin’ny fanafody ilain’ny tobim-pahasalamana. Amin’ny CSB 100 nanao tatitra avy amin’ny fandefasana sms, ny 70% amin’izy ireo, tsy manana tahiry amin’ny lay misy fanafody, 52% ireo tsy manana fanafody ART ampiasaina hitsaboana ny tazo mahery ary ny 6% efa lany ny fanafody ACT ho an’ny tazo tsotra. Anisan’ny mampiakatra ny tahan’ny olona voan’ny aretina tazo ny tsy fahampian’ny lay zaraina amin’ny olona eny amin’ny CSB. Natao ny fanaraha-maso ahafahan’ny mpiandraikitra eny amin’ny distrika maka fanapahan-kevitra momba ny famatsiana maika avy amin’ny tatitra tonga isaky ny CSB.

Nandritra ny taona 2017, nahatratra 167 223 ny trangana tazo voatily avy amin’ny fampiasana “test de diagnostic rapide” (TDR). 121 ny isan’ny olona namoy ny ainy ary vehivavy mitondra vohoka  sy zaza madinika ny ankamaroany. Anisan’ny faritra nahitana tranga betsaka ny ao Atsimo Andrefana, araka ny fanazavan’ny talen’ny ady amin’ny aretina tazo, Andriamananjara Nambinisoa.

 Niakatra ny isan’ny mararin’ny tazo

7% amin’ny olona notilina no hita fa voan’ny aretina tazo. Niakatra ny taha raha miohatra ny taona 2016 satria efa tsy nandaitra intsony ny herin’ny fanafody tao amin’ny lay izay maharitra telo taona. Hisy fizarana lay vaovao amin’ny volana jolay sy septambra hanoloana ireo lay taloha.

Nandritra ny volana janoary lasa teo, nahatratra 470 ny tao amin’ny CSB II Sakaraha ary 213 ho an’ny CSB II Ankilibe Lamatihy ny olona voatily fa voan’ny tazo. Aretina iray amin’ireo dimy mitarika ny fahafatesan’ny marary eny amin’ny hopitaly sy ny tobim-pahasalamana ny tazomoka eto Madagasikara.

Vonjy

Ino Vaovao0 partages

FAKANA AN-KERINY TAO MIANDRIVAZO : Nitaky hanao fitsaram-bahoaka ny mponina

 Tsy mbola voafehy ara-dalàna ny fiverenan’ny fandriam-pahalemana hatreto, hany ka saika lasibatra tsikelikely ireo zaza amam-behivavy raha  ny tatitra voaray  avy any  an-toerana. Vadin’ny mpitsabo  iray  tao an-toerana indray  araka izany no fantatra fa nisy naka ankeriny  ny herinandro lasa teo iny ka  ny alahady lasa teo ihany dia  efa nanomboka fantatry ny fokonolona  ireo olon-dratsy nahavanon-doza. 

Vatan-dehilahy miisa dimy  no voalaza fa tompon’andraikitra tamin’ny fakana an-keriny io renim-pianakaviana io, ka avy hatrany dia nosamborin’ny mpitandro filaminana mba hatao fanadihadiana. Nahidy tao amin’ny Biraon’ny  zandary  ao amin’ ny Kaominina Dabolava aloha izy ireo ny alahady alina , ka nanomboka teo  no naneho ny tsy fahafaliany ny  mponina. Vonona hanao fitsaram-bahoaka azy dimy lahy ny fokonolona ka nirohotra nandeha nihazo ny biraon’ny Zandary, io alina io ihany. Raikitra ny tora-bato sy ny ny fandravaravana ny birao  ary niangavy ny mpitandro filaminana mba hamoaka ireo olona ireo hampiharana ny fitsaram-bahoaka. Nandray fepetra moa ireo zandary taorian’izay ka namindra haingana ireto olona tratra ireto tany amin’ny Borigadin’i Miandrivazo,  ny alina io hatrany. Vao mainka nampitombo ny hatezeran’ny fokonolona izany ka nitohy hatramin’ny alatsinainy lasa teo ny savorovoro. 

Noezahin’ny Ben’ny tanàna sy ireo zandary noresena lahatra moa ireo vahoaka  mba tsy hanatanteraka  izany satria voararan’ny lalàna tanteraka ny famonoana olona. Vokany, nanaiky tsy tamin’ny sitrapony ny mponina ka nodoran’izy ireo ny fiaran’ny zandary marika “golf type5” mba hanalany ny fony. Mbola mitohy ny  famotorana lalina ny raharaha ankehitriny, ary azo lazaina  fa tsy mbola miverina amin’ny laoniny tanteraka  ny fandriampahalemana.  Raha tsiahivina kely dia efa tafaverina eo amin’ny fianakaviany io vadin’ny dokotera iray miasa ao an-toerana io saingy  mbola tsy dia salama loatra. Arahina akaiky ny fivoaran’ny toe-draharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANDRIAMPAHALEMANA AO MAHAJANGA : Misaron-tava ireo tanora mpanakan-dalana

Voalaza fa eo amin’ny Fokontany Amboboka Jirama no fanaovan’ireo andiana tanora mpanao ity asa ratsy ity. Misaron-tava ary mitondra fitaovam-piadiana mihitsy ireto farany rehefa manakana mpandalo mandeha an-tongotra na mpamily fiara sy moto rehetra mihazo lalana mampitohy ny tampon-tanàna sy Amborovy iny rehefa alina. Manomboka amin’ny 7 ora hariva dia efa misy izay fanakanan-dalana izay eo amin’io toerana io. 

Efa betsaka ny olona lasibatra ka nitondra fitarainana teny anivon’ny biraon’ny Polisy ao Mahajanga. Manendaka, mandroba ary mamono mihitsy ireo jiolahy rehefa tsy mamoaka vola na zavatra lafo vidy eny aminy izay voasakana. Araka ny vaovao azo dia tanora avokoa ny ankamaroan’ireo manao asan-jiolahy sy fanakanan-dalana ao amin’io Fokontany io. Voalaza ihany fa eo Manapatana no tena faritra mena amin’ny asan-jiolahy teo aloha fa ankehitriny miha manatona tanàna ireo jiolahy manao ny asa ratsiny. 

Noho ny habetsahan’ny fitarainana voarain’ny mpitandro filaminana manoloana ny fanakan-dalana ao amin’ny Fokontany Amboboka Jirama dia nandray fepetra hentitra izy ireo ka misy ny fisafoana eny an-toerana amin’ny alina ho famongorana ny asan- jiolahy.  

Pounie

Ino Vaovao0 partages

AMBALAVAO TSIENIMPARIHY : Trano miisa telo lasibatry ny jiolahy, foana tanteraka ny tao anatiny

Araka ny loharanom-baovao azo tamin’ ireo niharam-boina dia  mpihavana ireo voatafika ireo ka tapitra lasa avokoa ny entana rehetra tao anatiny. Nandeha namonjy  lanonana tany ambanivohitra ireo fianakaviana ireo, ny sabotsy lasa teo ka tsy niverina raha tsy ny talata vao maraim-be.

Efa nisy ihany ireo tonga ny alatsinainy saingy tohina tsy nahateny rehefa nahita ny trano tsy nisy inona na inona ka niandry ny fianakaviana rehetra. Avy hatrany dia nampiantso ny mpitandro filaminana izy ireo mba hijery ny raharaha ka hanokatra ny fanadihadiana. Marihina mantsy   fa somary manalavitra ny tanàna ny toerana misy azy ireo ka mety ho izay no nanararaotan’ny mpanao ratsy handroba ny zavatra rehetra tao anatiny. 

Tahirim-bola tsy voafaritra, miampy fanaka maromaro sy ireo entana sarobidy no lasa tamin’ireo trano telo. Raha ny vinavinan’ireto niharan’ny  herisetra aloha hatreto dia karazany vao lasa niala ny tanàna izy ireo  dia efa nisy nahatsikaritra ka nanomboka  nisy nitaona tsikelikely ny entana. 

Tsy nisy niambina rahateo ny tanàna, etsy andaniny ka sady  mitokatokana ilay toerana ka nanaram-po ireo olon-dratsy. Ireo olona teo amin’ ny manodidina ihany koa nilaza fa  tsy nahare tabataba nandritra izay fotoana izay ka gaga raha nahare fa nisy vaky trano nitranga tao an-tanàna. Mampiahiahy ny zava-misy saingy mbola tsy misy aloha ireo olona tratra.  Eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana ny fanatanterahana ny famotorana lalina, amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO UNRRM : Miantso ny Hcc hamoaka ny fanapahan-keviny amin’ilay lalàm-pifidianana

Teny anivon’ny lapan’ny antenimieram-pirenena Tsimbazaza no nanomboka ny disadisa voalohany rehefa nandà hatramin’ny farany ny tsy fanarahan-dalàna sy ny bontolo nataon’ireo depiote Hvm noentina nandaniana an’iny lalàna iny izy ireo.Manoloana izany indrindra dia mangataka sy miantso ireo mpahay lalàna mandrafitra ny fitsarana avo momba ny lalàm-panorenana (Hcc) ireo mpikambana ao anatin’ny antoko Unrrm na ny firaisankina ho amin’ny fanarenana sy fanorenana an’i Madagasikara (union national pour la refon dation et la reconstruction de Madagascar) mba hilaza amin’ny fomba ofisialy izay fanapahan-keviny mahakasika an’iny lalàm-pifidianana na mifanaraka amin’ny lalàm-panorenana na tsia. Iny lalàm-pifidianana iny, hoy ity antoko ity no nitondra ho amin’izao disadisa politika izao koa heverina fa ao anatin’izany ihany no hitondra ho any amin’ny filaminana. 

Nivoitra izany nandritra ny fanehoan-kevitra nataon’izy ireo manoloana ny disadisa nateraky ny fandaniana an’iny lalàm-pifidianana iny. «  Resaka lalàm-pifidianana no niandohan’ izao raharaha izao, ka manao antso avo amin’ny Filohan’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana izahay hilaza ny heviny na mifanaraka marina amin’ny Lalàmpanorenana na tsia ny volavolan-dalàna fehizoro laharana 05/2018 mahakasika ny fepetra ankapoben’ny fifidianana sy ny fitsapan-kevi-bahoaka. Ny laharana 06/2018 mahakasika ny fifidianana Filohan’ny Repoblika ary ny laharana 07/2018 mahakasika ny fifidianana solombavambahoaka izay nolanian’ny Antemieram-pirenena sy ny Antenimierandoholona  », hoy ny fanambaràna nataon’izy ireo.

Soson-kevitra araka izany no atolotry ny antoko Unrmm, ka na ireo lalàm-pifidianana nifehy ny fifidianana tamin’ny taona 2013 no ampiasaina na averina dinihina eny anivon’ireo andrim-panjakana iny volavolan-dalàna iny, ka averina ampidirina ao ireo tolo-kevitra nomen’ny antoko politika, fikambanana sy ny fiarahamonim-pirenena.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TANGALAMENA AO MORONDAVA : Manohana ny tolom-bahoaka eto Antananarivo nanomboka ny sabotsy teo

Namory vahoaka sady nanao fanambaràna fa manohana ny hetsika ataon’ny solombavambahoaka sy ny vahoaka etsy Analakely ny fivoriana notontosain’ireo tangalamena, tao amin’ny Maison des Jeunes. Miantso ny vahoakan’i Morondava izy ireo mba hanara-dia ny tolona saingy am-pilaminana no fanaovana izany. 

Tsy nanonona andro sy fotoana mety hiantombohan’ny rodobe na tolona izay kosa ireo tangalamena ao Morondava fa nanamafy fotsiny ny tsy maintsy hisian’ny fidinana an-dalambe. Ankoatra izany dia nangataka ny fiaraha-miasan’ny mpitandro filaminana sy tompon’ andraiki-panjakana ao an-toerana izy ireo. 

Mba hiaro ny vahoaka sy ny fananany ireo mpitandro filaminana fa tsy hisakana sy hampiasa hery mandritra ny fitakiana tanterahin’ny vahoaka sy ny fikambanan’ny raiamandreny mijoro ao Morondava ity. Nalefan’ireto raiamandreny mialoha ny fanambaràny mba hisian’ny filaminana sy hahafantaran’ny fiitondram-panjakana ao an-toerana fa fitakiana no hataon’ny mponina fa tsy fanakorontanana.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA HO AMIN’NY FANOVANA : Manomboka ny antsojay amin’ireo mpiasam-panjakana sahy mijoro

Manaporofo izany ny fanerena azy ireo tsy maintsy mitsena ny filoha, tsy maintsy manatevin-daharana manatrika ny lanonana  hataon’ny fitondrana amin’ny toerana iray, ny fitsenana minisitra.

Amin’izao toe-draharaha mafampana eto amin’ny firenena izao dia efa tsy vitsy amin’ireo mpiasam-panjakana no resy lahatra manoloana ny tolona izay tarihan’ ireo solombavambahoaka ho amin’ny fiovana.   Fantatra fa manomboka midina tsikelikely amin’izao fotoana ny karazana antsojay sy ramatahora mihatra amin’ireo mpiasam-panjakana sahy mijoro. Taorian’ny fanentanana nataon’ireto farany mba hiavian’ireo mpiasam- panjakana hanohana ny hetsika sy ny fanairana nataon’ny firaisankinan’ny sendikan’ny mpiasa eto Madagasikara na ny Ssm dia marobe ireo sendika mivondrona any anivon’ny minisitera, ny polisim-pirenena sy ny mpiasa ao amin’ny orinasa jirama. Ireto farany dia samy namoaka fanambaràna fa manameloka ny fihetsika feno herisetra niseho tamin’ny sabotsy lasa teo, ary nilaza ihany koa ny fahavononany ho amin’ny fandraisana anjara amin’ny hetsika. 

Araka ny loharanom-baovao voaray dia iharan’ny fahirano izy ireo ankehitriny taorian’ny fanambaràna nataony ary tonga hatrany amin’ny fanapahana karama mihitsy izany indrindra fa ho an’ny sendikan’ny inspekiteran’ny polisy sy ny brigadien’ny polisy izay nanao fanambaràna miezinezina afak’omaly. Fantatra ihany koa fa arahi-maso akaiky ireo mpiasam-panjakana eny anivon’ny minisitera ka ny minisitra tompon’andraikitra mihitsy no midina isaky ny birao manamarina  ny mpiasa sao lasa nisy nandeha nitolona. 

Na izany aza anefa, tsikaritra fa tsy mahasakana ny ankamaroan’ireo mpiasam-panjakana sahy mijoro izany. Omaly nandritra ny diabe ho eny amin’ny Fitsarana nataon’ireo mpitolona dia vory maro ireo sendika ary mbola nisy ihany koa aza ny sendikan’ny mpiasa eo anivon’ny minisiteran’ny tanora sy ny fanatanjahantena nanao fanambaràna ho fiaraha-mientan’izy ireo amin’ity tolona iaraha-manana ity.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

LTP MAHAJANGA : Tonga hatrany amin’ny fikasihan-tanana ny provizera sy mpampianatra

Araka ny fanazavana azo avy amin’ny provizera  Rasoahanitriniaina Téophile kosa dia nohararaotin’ ireo mpampianatra sasany ny zava-misy eto amin’ny firenena, hitakiany ny tombontsoany manokana. Voalaza mantsy fa mampiasa ny herinaratry ny sekoly ho azy ireo manokana ireo mpampianatra ireo, ka misy ny manao “atelier de soudure” ao an-tranony. Misy koa ireo mivarotra ka mampiasa vata fampangatsiahana hatramin’ny fito.

Ny Ltp avokoa no mandoa ny herinaratra amin’izany ka nahatonga ny filan-kevi-pitantanana hanapa-kevitra ny hanapaka ny jiro ampiasain’izy ireo. Misy amin’ireo mpampianatra mantsy no mipetraka ao amin’ny tanin’ny sekoly ary misy mihitsy ireo manorina trano fonenana tsy ara-dalàna. Efa nandefasana fampahafantarana ireo mpampianatra minono ny herinaratry ny sekoly ireo ny volana oktobra 2017, amin’ny tokony hanajanonana ny fampiasana izany herinaratry ny sekoly izany ary nisy ny tolo-kevitra amin’ny hampidirana kaontera manokana ho azy ireo ary izy ireo no mandoa ny lany.

Nitory teny amin’ny fitsarana

Tsy nanaiky izany anefa izy ireo fa nitory teny amin’ny fitsarana, saingy nilaza ny Fitsarana fa tsy mahatapaka ahitra. Niroso tamin’ny fanapahana ny herinaratra ihany ny tompon’andraikitra ny 10 ny volana janoary teo saingy naverin’ireo mpampianatra mampiasa izany an-keriny io ny 13 janoary. 

Naka vadintany ny filan-kevi-pitantanana nijery ny zava-misy ary nanapaka indray ny herinaratra ny 10 febroary teo. Tsy lanin’ny vavonin’ ireo mpampianatra izany, ka nohararaotin’izy ireo ny fandalovan’ny mpanao politika iray tao amin’ny sekoly nitarika ny mpianatra hitokona, saingy tsy tombontsoam-bahoaka no notakiana ankoatra ny fanalana ny tompon’andraikitra voalohany eto amin’ny faritra mikasika ny fampianarana teknika fa ny famerenana ny jiro ampiasain’izy ireo. 

Nandritra ny hetsika nataon’izy ireo moa dia nikasi-tanana ny provizera, izay vehivavy io mpampianatra mpitarika grevy io, ary nandaroka sy nitarika ny mpianany handaroka ihany koa ny talen’ny sampam-pampianarana ‘charpenterie marine’. Nisy ny fanimbana fananana iombonana tahaka ny dabilio sy ny zaridaina vao namboarina sy nohatsaraina tsy ela.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA MAHAJANGA : Haparitaka amin’ny fokontany ireo dabam-pako miisa 25

Fiaraha-miasa avy amin’ny mpiray miombon’antoka amin’ny kaominina Mahajanga no nahazoana azy ireo. Efa betsaka simba ireo dabam-pako lehibe napetraka teny amin’ny fokontany fony nitantanan’ny ben’ny tanàna, Naivo Rahamefy sy ny dokotera Nirina. Teo aloha rehefa tara ny fanalana ny fako amin’izy ireny dia doran’ ny olona ao anatiny ka mahatonga ny fahasimbany haingana… 

Saika tsy misy miasa intsony ihany koa ny fiarabe natokana haka azy ireny fa fiarabe tsotra ankehitriny no mba maka fako eto amin’ny tanànan’i Mahajanga. Vao tsy ela dia nahazo fiarabe manokana tamin’ny filohan’ny tetezamita Andry Rajoelina ny tanànan’i Mahajanga ankehitriny afaka manala ireny dabam-pako lehibe ireny, vaovao tsara ho an’ny vahoakan’i Mahajanga izany fa hihatsara ny fanesorana ny fako eto amin’ny tanàna.

Vanessa

News Mada0 partages

USAID sy Coca Cola : miara-dalana amin’ny fahazoana rano madio

Tontosa, omaly, ny fanamarihana ny fanombohanan’ny tetikasa hanatsarana ny fahazoana rano madio fisotro sy fidiovana ho an’ny olona aman’anarivony, amin’ny tanàn-dehibe telo eto Madagasikara. Nosafidina manokana ny EPP Lazaina, eny Anosy Avaratra, nametrahana voalohany ny vato fototra ho an’ny fotodrafitrasa fidiovana.Fanombohana ihany io, satria hiantefa amin’ny mponina maherin’ny 450.000 eto Antananarivo, any Mahajanga ary any Toliara ny tetikasa, izay iarahan’ny USAID sy ny The Coca Cola Foundation manatontosa amin’ny alalan’ny Water and Development Alliance, izay tetikasa iraisam-pirenena ho an’ny fahazoana rano madio.« Andrin’ny fahasalaman’ny tsirairay ny rano madio sy ny fahadiovana », hoy ny nambaran’ny tale jeneraly mpisolo toeran’ny USAID eto Madagasikara, i T.Christopher Milligan, omaly. « Niara-niasa tamin’ny WSUP sy ny Jirama hatrany ny Coca Cola tao anatin’ny 10 taona, hahazoan’ireo kaominina 18 rano madio fisotro. Mahafaly fa hitombo maro ireo mponina hisitraka izany amin’ity tetikasa ity », hoy kosa ny talen’ny Coca Cola aty amin’ny faritr’i Afrika Afovoany sy ny ranomasimbe Indianina.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Afrika sy ny ranomasimbe Indianina : komity iray manadihady ny angovo azo havaozina

Nanomboka, omaly mitohy anio, any Namibia, ny fivoriana momba ny fanamafisana ny tsenan’ny angovo azo havaozina any amin’ny faritra atsinanana sy aty amin’ny ranomasimbe Indianina. Fantarina avy amin’izany fivoriana izany ireo olana sy fanamby mifandraika amin’ny fomba fitantanana ny angovo azo havaozina, ary ny fepetra momba ny varotra hampandrosoana io sehatra io, amina firenena afrikanina maro, toy ny eto Madagasikara. Fito tapitrisa euros azo tamin’ny Fed faha-11 io tetikasa io, mandritra ny efa-taona, sonia nifanaovan’ny mpamatsy vola (eoropeanina) sy ny Comesa, ny volana mey 2017.

Fivoriana ataon’ireo komity teknika amin’izao ny manadihady fampiharana ny tetikasa ho an’ny taona voalohany sy manoro lalana hiantohana ny fanatanterahana izany, miaraka amin’ireo ekipa vaovao mpitantana ny tetikasa. Ao anatin’izany fandaharanasa izany ny lalàna mamaritra azy iombonan’ny faritra sy ankatoavin’ny tany mpikambana. Kendrena ny fampiharana izany eo anivon’ny fikambanana samihafa ho fampandrosoana ny sehatry ny angovo azo havaozina. Sarihina, noho izany, ireo mpampiasa vola hiditra amin’ity sehatra ity amin’ireo faritra voalaza ireo.

Vondrona toekarena dimy ny mandray anjara amin’ny fivoriana : ny Comesa (1), ny EAC (2), ny Igad (3), ny COI (4) misy an’i Madagasikara, ary ny Sadc (5). Mandray anjara koa ireo fikambanana na orinasa mitrandraka ity sehatra ity, mahatsapa ny maha laharam-pahamehana ho an’ny tany afrikanina izany angovo azo havaozina izany.

R.Mathieu

Legende: Mbola mila ezaka ny angovo azo havaozina eto amintsika.

Comesa (1) : Marché commun de l’Afrique orientale et australe

EAC (2) : Communauté est-africaine

Igad(3) : Autorité intergouvernementale pour le développement

COI(4) : Commission de l’océan Indien

Sadc (5) : Communauté de développement de l’Afrique australe

News Mada0 partages

Jeneraly Ramakavelo Désiré : « eo an-tanan’ny HCC ny hoavin’ity firenena ity »

 Hanao ahoana ny ho tohin’izao toe-draharaha izao… efa nahina ela?Maneho ny fijeriny ny mpandalina tantara sady minisitry ny Fiarovam-pirenena teo aloha, ny jeneraly Ramakavelo Désiré: «  Eo an-tanan’ny HCC ny hoavin’ity firenena ity. » Dinidinika, mitombina ihany na taloha kelin’ny « Raharaha 21 avrily » aza …

Gazety Taratra (*): Ahoana ny fahitanao ny toe-draharaham-pirenena amin’izao fotoana izao?   

 Jeneraly Ramakavelo Désiré (-): Misavoritaka… Ny itenenako izany, ireny zava-nitranga teny amin’ny Antenimierampirenena ireny. Endriky ny firenena eo amin’ny lafiny politika ireny, ary tena mampatahotra. Tsy ny fisavoritahana no hahatafavoaka ity firenena ity.

Manao antso avo: tsy ny fanakorontanana, tsy ny fametrahana tetezamita, tsy ny tsy fisian’ny fifidianana no hanampy sy hampilamina antsika. Tena hiteraka korontana… Tsy misy manana tombontsoa amin’izany na ny mpitondra na ny vahoaka. Efa mitsidika indray izao ny Sadc…. Vao mahita an’ireo aho, mihorona ny hodi-dohako: inona indray no hanerena ny Malagasy? Hanao tondrozotra indray, dia hiara-kitantana… ?

* Ahoana ny amin’ny lalàm-pifidianana miteraka resabe amin’izao?

– Ny tsotra indrindra, ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) ihany no afa-manapa-kevitra amin’io. Rehefa milaza ny HCC hoe tsy mety io fa tsy mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana, tsy misy afa-kitabataba. Eo an-tanan’ny HCC ny hoavin’ity firenena ity. Mikorontana ny firenena, rehefa tsy izy no mandray andraikitra; milamina ny firenena, rehefa izy no mandray andraikitra. Tsy mahita vahaolana hafa aho, afa-tsy izy nomena andraikitra hampanaja ny lalàmpanorenana.

Matoa misavoritaka toy izao ny raharaha, tsy hajaina ny lalàmpanorenana. Misy zavatra be dia be tsy ara-dalàna. Maninona no mitazam-potsiny amin’izany ny HCC? Efa nanatitra ny fitarainany tany izao ireo depiote mpanohitra noho ny kolikoly avo lenta. Mbola tsy hihetsika ihany ve ny HCC?

* Ahoana tokoa ny amin’izay hoe kolikoly avo lenta izay?

– Tsy iadian-kevitra intsony ny fisian’io. Hitam-poko hitam-pirenena io, fa tsy hoe misy fombafomba diso arahina. Raha tsy misy fandraisan’ny Bianco fepetra io raharaha io, ka tena hita izay tomponandraikitra tsy ijerena tavan’olona na inona toerana misy azy amin’ny  andrimpanjakana na hoe olom-boafidy: aleo foanana fa toy ny mamita-bahoaka fotsiny.

Mino aho fa tena vonona handray andraikitra ny tale jeneralin’ny Bianco, izay mpitsara manana ny grady voalohany, manam-pahaizana sy fahalalana ary traikefa. Sao lasa tsy misy hasiny sy dikany ary fotony ny fitsarana. Raha tsy mandray andraikitra amin’ny fahitam-bahaolana amin’io ny HCC tsy hampisy korontana, raha tsy mandray andraikitra ny Bianco noho ny kolikoly avo lenta: aleo foanana…

* Ahoana ny amin’ny fanahiana korontana amin’izao fotoana izao? 

– Raha vao misy korontana io, mihemotra ny fifidianana. Raha vao mihemotra ny fifidianana, satria tapitra ny fe-potom-piasana: tetezamita no eo. Iza no milaza fa ho iray na roa volana izany fa tsy an-taony? Vao mainka ho sahirana eto isika, raha vao tetezamita io. Eritreritra ity: misy olona mihevitra fa rehefa tsy hita ny fomba hanakanana kandidà roa na telo tsy hirotsa-kofidina, ataony izay hisian’ny korontana. Rehefa tonga ny korontana, tsy azo atao ny fifidianana: tetezamita izany…

Raha hita fotsiny hoe atao amboletra sy anaovana kolikoly ny lalàm-pifidianana, tsy maintsy atao izany fa eo amin’ny toerana ihany ny tena. Mba mieritrereta ihany ary jereo ny vahoaka! Ny taranaka no ho fadiranovana eto.

* Amin’izany, nilaza hanao fanentanana hisorohana ny mety hisian’ny korontana ny Filankevitry ny fampihavanana malagasy (CFM).

– Famerenana ny fifampitokisana eo amin’ny vahoaka sy ny mpitondra ny hoe fampihavanam-pirenena. Raha mbola tsy matoky ny fitondrana ny vahoaka, tsy misy fampihavanana eo. Tsy fampihavanana ny Malagasy fa fampihavanana politika na fivavahana, angamba, no hatao? Rehefa matoky ny fitondrana ny vahoaka, mihavana ho azy ny Malagasy.

* Amin’izany rehetra izany, inona no tokony hatao amin’izao fotoana izao?

– Any amin’ny tomponandraikitra voalohany amin’ny andrimpanjakana izay mampanaja ny lalàmpanorenana ny raharaha. Rehefa milaza ny HCC fa tsy araka ny lalàmpanorenana io lalàm-pifidianana io: mangina avokoa ny rehetra. Tsotra ary azo atao izany. Aoka ny tantara no hitsara azy amin’izany. Tsy misy hahita tombontsoa amin’ny fikorontanana eto Madagasikara. Tsy misy mampalahelo toy izany hoe tazonin’ny tantara amin’ny fahatsiarovana ratsy ny anaran’ny tena.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Fikaroham-bahaolana : nirahin’ ny Sadc ho eto amintsika i Chissano

Mihazakazaka ny raharaham-pirenena. Nivory maika tao Angola ny eo anivon’ny Troika  ao amin’ny  Sadc amin’izao  tranga miseho eto amin’ny firenena izao.  Tapaka tamin’izany fa hirahina maika hijery  sy hanelanelana izao zava-misy eto amintsika izao ny filoha mozambikanina  teo aloha, Chissano. Anisan’ny anton-diany  eto ny  handrindra  sy hitady ny marimaritra  iraisana amin’ireo mpisehatra politika.  “Tanjona ny hahatongavana amin’ny fifidianana eken’ny  rehetra…”, hoy ny fanambarana.   Helohin’ny Troika eo anivon’ny Sadc ny ra nandrika  sy ny  faty olona… Eo  koa  ny fiantsoana fitoniana mba tsy ho tonga amin’ny  korontana hialana koa amin’ny  disadisa maharitra.

Andrasana izany ny dingana  rehetra hiarahana amin’i  Chissano indray  manomboka  eto.

Synèse R.

News Mada0 partages

Hetsika Rohy, Andriamoraniaina Harijaona : «aoka tsy haka fanapahan-kevitra hampikatso ny firenena n...

Nivahiny  tao amin’ny fandaharana « Ambarao »  ao amin’ny onjampeo Alliance 92  FM ny mpandrindra teknika eo anivon’ny Hetsika Rohy, Andriamoraniaina Harijaona. Anisan’ny nitondrany hevitra ny toe-draharaha mafampana amin’izao fotoana izao. Ampahany amin’ny  resadresaka.

 Navoitrany ny tokony  hijeren’ny HCC ny fomba nentina nandaniana sy nifidianana io lalàm-pifidianana io satria asany ny mijery  izany. Miantoka ny tokony hijerena ny tombontsoa ambonin’ny firenena sy ny olom-pirenena, araka  ny nambarany. “Mety hanaraka izany ve  io lalàna  io ? Manentana  ny HCC  izahay mba  handray andraikitra an-kalalahana sy  ao anatin’ny  fahaleovantena tanteraka amin’ny fijerena ny  tombontsoa  ambonin’ny firenena  sy  ny vahoaka. Tsy sanatria ka ho fanapahan-kevitra vao mainka hampitombo sy hampikatso ny firenena anaty  krizy lalina  mandritra ny fotoana maharitra  indray  izany », hoy  izy.

Manoloana izao tranga  eto amin’ny firenena izao,  nambarany  fa betsaka ny lesona azo tsoahina.

Fahalalahan’ny TVM/RNM

Anisan’izany ny  tokony  handraisan’ny mpikatroka  rehetra andraikitra. Eo koa ny tokony  hifampihaino.  « Tanterahina antsakany sy andavany ny fampanantenana sy ny lokaloka tamin’ny mpifidy. Hahay hihaino  ireo kandidà  nifaninana  ka mety ho lasa mpanohitra, manana  hevitra tsara .  Raisina ny heviny hanatsarana ny fomba fiasa fa tsy ezahina hidiana avokoa avokoa ny  sehatra itenenan’ny  tsy mitovy hevitra aminao », hoy ihany izy. Notsindriny manokana ny fomba fiasan’ny RNM /TVM .  Tokony halalaka sy mamaly  ny filan’ny  vahoaka ary sehatra hanehoana  hevitra.  « Zary lasa eny an-dalambe ny resaka rehefa  tsy mahazo izany ny hafa », hoy ny mpandrindra teknikan’ny Hetsika Rohy. , Miantso izy ireo ny tokony  hihainoana ny fiarahamonim-pirenena satria  raha mba noraisina  sy nifampidinihana ny tolokevitra avy amin’izy ireo,  tsy tonga amin’izao  tranga izao isika,  araka ny  fanehoan-keviny ihany.Fifidianana  ho amin’ny fifandimbiasam-pahefana

Niantso ny  vahoaka koa ny tenany mba hahay manavaka ny fanehoan-kevitra  mamaly ny hetaheta ho fotoana maharitra.  « Tsy amin’ny fotoana  fohy sy  tsy mijery  lavitra. Miaina ny anio noho ny vola kely . Aoka isika hisaina  sy  hanavaka ny lalana sy ny  hevitra politika hitondrana ny firenena,  mamaly ny tombontsoantsika vahoaka », hoy ny Rohy.  Notsiahiviny fa  mandalo fotoan-tsarotra tokoa  ny  firenena ary mbola anaty fihetseham-po ny maro. Ahafahana mijery ny tombontsoantsika  izany amin’ny fiandrasana ny fifidianana, araka  ny  fanamafisany. « Miaraka amin’ny fifandimbiasam-pahefana, hivoahana amin’ny krizy sy hananantsika  mpitondra manana  vina mihevitra ny demokrasia sy ny  fampandrosoana. Mametraka fanjakana tsara tantana sy demokratika », hoy izy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Crise politique : Joachim Chissano reprend du service

La Communauté de développement des Etats d’ Afrique (Sadc) vient de dépêcher son émissaire Joaquim Chissano pour dénouer la crise politique à Madagascar. Qu’il le veuille ou non, le régime sera contraint de lâcher du lest.

Le développement de la crise malgache inquiète les partenaires internationaux. Principe de subsidiarité, c’est à la Sadc de mobiliser ses cadres pour suivre de près la situation. C’est à ce titre que des Chefs d’État et de gouvernement de la Sadc se sont penchés sur la situation à Madagascar avant-hier lors d’un sommet qui s’est tenu à Luanda (Angola).

A cet effet, il a été décidé de dépêcher «de toute urgence» son envoyé spécial en la personne de Joaquim Chissano, ancien Président de la République du Mozambique, «en vue de faciliter le dialogue national visant à décrisper les tensions politiques et de dégager un consensus autour du processus électoral». Il s’agit d’une personnalité bien connue dans le microcosme politique malgache pour avoir fait plusieurs allers-retours dans le pays en tant que médiateur de la Sadc durant la crise de 2009 à 2013.

Le déplacement de l’ancien Chef d’Etat mozambicain, dont la date n’est pas encore fixée jusqu’ici, intervient dans un contexte sous haute tension où le pouvoir maintient son intransigeance par rapport  aux revendications des élus de l’opposition. Sauf que cette fois le régime sera contraint de lâcher du lest, l’arrivée du médiateur de la Sadc  n’est pas fortuite. C’est que la situation est délicate et que par conséquent, le régime devrait dialoguer et trouver des compromis afin de trouver une issue favorable. La missive sortie de la rencontre dans la capitale angolaise n’a pas manqué d’exhorter aussi toute les parties prenantes dans la situation actuelle à  faire preuve de retenue et de prendre des mesures nécessaires afin d’éviter la détérioration de la situation et des tensions politiques et sécuritaires.

Élections libres et transparentes

C’est dire qu’en dépit de l’intransigeance lancée à travers le communiqué du conseil des ministres et du conseil de gouvernement ces jours-ci, la voie menant vers les élections libres et ouvertes est irrémédiable. A ce titre, comme le souligne les élus de l’opposition, les textes électoraux adoptés par le Parlement, à l’origine de la tension politique de ces derniers jours, devraient être remis sur la table. En effet, la société civile, les acteurs politiques ou encore les partenaires internationaux s’accordent à dire que les élections à venir devraient être la consolidation de la démocratie acquise en 2013, donc transparentes, crédibles et inclusives. Sauf que le gouvernement a voulu décider autrement en faisant adopter des textes scélérats.

Quoi qu’il en soit, la Sadc a pris note de la détérioration de la situation politique et sécuritaire à Madagascar et a condamné  «les pertes en vies humaines», comme c’est le cas samedi dernier. Du reste, il a été décidé de mandater le Président de l’Organe de coopération en matière politique, de défense et de sécurité de consulter l’Union africaine (UA) et l’Organisation des Nations unies (ONU) en vue d’adopter une approche commune permettant de soutenir Madagascar.

Rakoto Dernière heure :

Selon un site d’information locale,  une rencontre entre le parti présidentiel HVM et les « Députés du changement » s’est tenue hier au Bureau de l’Union africaine à Ankorondrano. Une source précise que la rencontre a bien eu lieu mais elle n’a pas encore abouti à des choses concrètes.  Il semble que les deux camps ont choisi de camper sur leurs positions respectives. Toujours est-il que, malgré les annonces officielles, le régime a choisi de dialoguer avec l’opposition.

News Mada0 partages

« Festival Madajazzcar » : hisongadina ny « podium » roa lehibe

Miavaka tamin’ny mahazatra ary mivelatra hatrany ny fandaharam-potoana entin’ny Madajazzcar, izay voatery nofoanana, tamin’ny herintaona, noho ny aretina pesta.

Nosantarina, omaly, tetsy amin’ny Plaza Ampefiloha, ny andiany manokana amin’ny “Festival Madajazzcar”. Nanafana izany ry Samy Andriamanoro, Fanja Andriamanantena, Silo (niaraka tamin-dry Rakoto Frah Junior) ary ny tarika Iz’Avy. Ho marobe ny fampisehoana sy “cabarets”, tafiditra hatrany ao anatin’ity “festival” ity, manomboka androany. Anisan’izany ny eny amin’ny Kudeta Anosy, ahitana an’i Datita Rabeson sy i Elsie. Ny eny amin’ny Buffet du jardin Antaninarenina, miaraka amin’i Malalanirainy sy ry Jazz Quart. Ary ny etsy amin’ny Café de la Gare Soarano, hafanain’i Gérard Ratsimiseta Quartet. Samy anio hariva avokoa ireo.

Ho an’ny rahampitso, ao amin’ny Le Louvre Antaninarenina ny fotoana amin’ny Thüryn Mitchell Trio, i Tsanta Randriamihajasoa sy ry Andry Razafindrazaka Quartet. Hanafana ny « cabaret », ao amin’ny Karibotel, kosa ny Trio Raoelison.

Hisongadina kosa, amin’io faran’ny herinandro io, ny « podium » roa lehibe. Voalohany amin’izany, ny asabotsy izao, etsy amin’ny zaridainan’Antaninarenina. Maromaro ireo tarika handray anjara amin’izany : ny Jazz Club ao amin’ny Alliance française sy ny ao amin’ny Cercle germano-malagasy, ny tarika Angroov, ny Tower, i Michel Rabedasy ary ry Niaina Razafindraibe Quartet.

Hitohy eny Antsahamanitra ny « podium jazz » ny ampitson’io, saingy hampiavaka izany ny fampiarahana ny jazz amin’ny hira gospel. Ho marobe ihany koa ny tarika hanafana izany : Larry Browe (avy any Etazonia), Andry Ravaloson, The voices of God (VOG), Voahirana Andriambelo, Silo, Nully Ratomosoa ary i Rolf sy Imiangaly.

Landy R. 

 

News Mada0 partages

Spectacle : Antsa an’i Kristy et Joseph D’Af à Antsahamanitra

En ce temps de crise, les Malgaches ont besoin de communier avec Dieu. Sur ce, l’association An’i Kristy propose un spectacle évangélique, di-manche prochain à Antsahamanitra, à partir de 14h30. Ayant baptisé le concert «Malagasy mandova lanitra», cette association accueillera deux grands groupes évangéliques, à savoir Antsa an’i Kristy et Joseph D’Af.

Ce n’est pas la première fois que ces deux groupes investissent l’amphithéâtre. Une fois de plus, l’association les a choisis pour animer la journée du dimanche prochain. A part la musique, An’i Kristy propose aussi une projection de film sur le Christ, qui sera diffusé en version malgache.

Selon le communiqué de presse relatif à l’évènement, le spectacle sera gratuit et l’association se réservera même d’offrir quelques cadeaux au public. Les portails seront ouverts à partir de 12 heures.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Tosca : l’opéra du Met en projection

L’opéra fraîchement intitulé «Tosca» sera projeté en différé depuis Metropolitan Opera de New York, ce samedi, à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely.

Composé par Giacomo Puccini, sur un livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa, cet opéra en trois actes tisse une histoire d’amour entre Floria Tosca et Mario Cavaradossi sur laquelle plane la figure du terrifiant chef de police Scarpia. «La cantatrice Floria Tosca et le peintre Mario Cavaradossi s’aiment d’un amour tellement fort et passionné mais le chef de la police romaine, Scarpia, qui convoite Tosca, pourchasse un prisonnier politique que Cavaradossi cache chez lui. Faisant l’objet d’un chantage du policier corrompu, si elle ne se donne pas à Scarpia, Cavaradossi sera mené sur le champ à l’échafaud…», selon le synopsys.

Après l’Afrique du Sud et l’île Maurice, Madagascar est le troisième pays d’Afrique à avoir accès aux prestations du prestigieux Metropolitan opera de New York (Met).

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Chronique : une leçon de sagesse de Maître Tchouang

En 2006, une étude publiée par l’université d’Helsinki (Finlande) rapporte que plus un candidat est beau, plus il est perçu comme compétent, digne de confiance et appréciable. Les électeurs commentent l’apparence du candidat, surtout si c’est une candidate, et peuvent porter un jugement négatif sur la personne selon des critères sans rapport avec le programme qu’elle  défend ni avec ses compétences supposées.

Les électeurs occidentaux sont saturés d’informations au nom d’une transparence toute relative. Et chez nous ? Si l’adresse de son coiffeur ou de son conseiller en tenue vestimentaire ne suscite l’intérêt que d’une infime minorité de la population (encore que…), le candidat ou la candidate n’oubliera pas de préciser qu’il est un bon croyant, un paroissien particulièrement assidu et que son plat préféré sent bon le terroir.

Pour plaire à un électorat, les méthodes varient à travers les siècles. Mais on retrouve des constantes : «Le pouvoir est fragile, donc inquiet, donc hésitant, donc incohérent, donc fragile». C’est ce qu’affirme Jean-Claude Carrière dans son recueil de contes philosophiques Le cercle des menteurs. Entre autres contes aussi savoureux les uns que les autres, il cite une histoire racontée par Maître Tchouang a vécu à l’époque des rois combattants, dans la Chine du quatrième siècle avant notre ère. Lisons donc avec lui Les singes et les glands qui montre que «le pouvoir est méprisant et [que] ce pouvoir ne va pas sans une certaine habileté».

Un éleveur de singes dit à ses singes, au moment de leur donner à manger :

– Je vous distribuerai trois glands le matin et quatre le soir. Qu’en pensez-vous ?

Tous les singes, hautement irrités, protestèrent.

– Très bien, dit l’éleveur. Alors je vous distribuerai quatre glands le matin et trois le soir. Qu’en pensez-vous ?

Tous les singes se déclarèrent enchantés.

Autres temps, autres mœurs ?  La sagesse de Maître Tchouang pourrait en remontrer à bien des directeurs de campagne d’aujourd’hui.

Kemba Ranavela

*Carrière, J-C., Le cercle des menteurs, Plon, 1998.

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Mesures à prendre pour ramener le cours du riz à un taux normal (1)

Tananarive, le 3 avril 1918.

– Hausse des cours du riz. – Ses conséquences

Il m’a été donné de constater que le cours du riz a atteint presque partout, au cours de l’année 1917, des taux qui n’étaient nullement en rapport avec la raréfaction de cette céréale. Même en tenant compte des circonstances d’ordre économique qui devaient normalement amener une hausse, il n’en demeure pas moins que l’élévation exagérée des prix a été le plus souvent le résultat de la spéculation, de l’accaparement et d’approvisionnements exagérés dépassant les besoins d’une période normale.

Ces manœuvres ont troublé profondément la vie économique de la Colonie, et elles auraient pu, s’il n’y avait été mis un terme, avoir des conséquences plus graves ; il convient en effet de ne pas oublier que les salaires, bien qu’ayant augmenté, n’ont cependant pas suivi la progression des cours du riz, c’est-à-dire que l’élévation de ces derniers a pesé presque exclusivement sur la population laborieuse et la moins fortunée, qui a comparé avec amertume la gêne considérable qu’elle subissait avec les bénéfices exagérés réalisés par des intermédiaires et des profiteurs sans scrupule. J’ai donc été amené, peu de temps après mon arrivée, à prendre un certain nombre de dispositions telles que l’obligation de la déclaration des stocks, l’interdiction de vendre le riz en dehors des marchés, l’achat à caisse ouverte de cette denrée dans les zones productrices et son transport dans les centres de consommation.

Ces mesures eurent pour résultat, sinon d’enrayer complètement la hausse des cours, du moins d’en retarder la marche ascendante. Il était permis de penser, dans ces conditions, que l’apparition des nouvelles récoltes sur le marché allait amener une détente. Ce fut le contraire qui se produisit. Dans toutes les zones de production, le cours du riz nouveau dépassa le prix de l’ancien. Ce résultat inattendu établissait nettement la spéculation et l’accaparement, et était de nature à inspirer les plus légitimes appréhensions sur les cours que le riz était appelé à atteindre.

(À suivre.)

M. Merlin.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : Ny fanajana ny Lalàmpanorenana no sarotra raha toa ka…

Mizara roa ny hevitry ny mponina manoloana ny fizotry ny toe-draharaha taorian’ny korontana tamin’ny sabotsy. Ny solombavam-bahoaka nitarika ny hetsika dia tsy hamela raha tsy mametraka fialàna ny filoham-pirenena amperin’asa. Maro ny vondrona sy antoko ary ny olon-tsotra miomba an’izany hevitra izany.

Andaniny koa anefa, tsy azo odian-tsy jerena fa tsy vitsy ireo olona na tsy manohana ny fitondrana na tsy afa-po

amin’ny fitantanany no maniry ny hitadiavana fomba hafa mba hitsinjovana ny tsy hiverenan’ny krizy. Efa zava-dehibe raha tsy tia hanandrakandrana ny fisedrana ny hatezeran’ny vahoaka manontolo ny fitondrana ka mampiseho fanetren-tena amin’ny fanambarana ny fahavononany hamerina ny fandinihana ireo lalàna mifehy ny fifidianana izay fantatra fa Rangory fototry ny afo.

Nofinofy hono izany, raha ny fitiavan-tena tazana hatramin’izay dia tsy hita ho antenaina hisy hono ny fiovam-panahy tampoka. Tsy fiovam-panahy anefa no ilaina fa saina matsilo dia ampy ahitana mivandravandra fa izay sisa lalana tokana azo aleha mba tsy hitondran’ny tena takaitra.

Ny fametrahan’Andriamatoa Rajaonarimampianina fialana amin’ny toerana misy azy, dia tsy mahavaha tanteraka ny olana. Raha hanaraka ny didy apetraky ny Lalampanorenana dia ny filohan’ny Antenimieran-doholona no mandimby eo amin’ny maha filohan’ny Repoblika. Heno avy hatrany ny fanenon’ny olona maro tonga dia manda amin’ny filazana an’izany ho fitaka be «miala Ankatso ka Ambohidempona». Efa mandeha hatramin’ny adihevitra momba izay ka ao ireo milaza fa tsy olomboafidy ny filohan’ny Antenimieran-doholona ankehitriny ka tsy azo anankinana izany adidy faratampony izany.

Ny olona maro aty amin’ny sisiny izay mananjo mitovy amin’ny rehetra ao anatin’ny fiarahamonina dia tsy mankato intsony ny fanolakolanana ny Lalampanorenana ifanamboamboarana amin’ny fanaovana resaka kiantrano antrano. Ny hany tena vahaolana dia ny fanafoanana an’ireo lalàna nampidi-doza ireo sy ny fananganana komisiona manokana hiandraikitra fanadihadiana momba ireo herisetra nandatsa-drà ka nandratra ary nahafaty olona mihitsy. Ny momba an’

izay dia tsy misy fanafody afa-tsy ny fanamelohana an’izay tompon’andraikitra tsy ankanavaka.

Na ho tafajanona amin’ny toerana aza anie ireo tompom-pahefana ankehitriny dia tsy maintsy tonga saina raha manantena hamarana ny fe-potoana omen’ny lalàna azy. Vita hatreo ny fanjakazakana. Tapitra ny fanaovana rapadango. Anatra ho an’ny manaraka raha toa tafita ny fiala-nenina amin’ity toraka farany ity.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : fidèles cherchent colocataire accommodant

Qui sont ces mauvais coucheurs qui n’aiment pas que les Eglises et l’Etat cohabitent ? Sûrement pas les fidèles de l’église de l’Esprit de Gloire. Pour leur rassemblement du samedi matin, ils ont trouvé un local qui répond parfaitement à leurs attentes : en bord de route, visible et accessible à tous ceux qui  pourraient être attirés par la ferveur de leurs chants. Ce local abrite aussi, les autres jours de la semaine sans doute, un charmant bureau de fokontany. A moins qu’on puisse, entre deux prières, se faire délivrer un certificat de résidence ou un certificat de vie? On n’arrête pas le progrès…

 

News Mada0 partages

“Football for friendship” : ho any Rosia i Irintsoa sy i Itokiana

Notanterahina, omaly, teny amin’ny kianja St Michel Amparibe, ny fankalazana ny andro iraisam-pirenena, ho an’ny baolina kitra ho an’ny fifankatiavana « football for friendship ». Teny voizina ao anatin’izany ny fifankatiavana, ny fitoviana, ny fahasalamana, ny fandriampahalemana, ny firahalahiana, ny fandresena, ny voninahitra, ny hitsiny, ny fomba ary ny fanoloran-tena.

Nandritra izany fotoana izany, no nanararaotana nampahafantarana sy nanolorana an-dRatsimbarison Itokiana sy Rakotomamonjy Irintsoa, hanatrika ny atrikasa iraisam-pirenena, hatao any Rosia, ny 8 ka hatramin’ny 15 jona, ho avy izao. Fandaharanasa izay napetraky ny orinasa, Gazprom, any Rosia, manana tanjona eo amin’ny fampivoarana ny baolina kitra eo anivon’ny tanora.

Handray anjara amin’ny fifaninanana baolina kitra, « équipe de l’amitié », i Itokiana ka ao amin’ny ekipa Dama Gazelle » no misy azy. Hisy ekipa 32 hifaninana amin’zany. Ankoatra izay, hanatrika ny lalao fanokafana eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany « Mondial 2018 », izy mianadahy ny 15 jona 2018. Raha tsy misy ny fiovana, hisy fihaonan’izy mianadahy amin’ireo mpilalao sangany eran-tany, amin’ny baolina kitra. Marihina fa anisan’ny nifantenana azy mianadahy ny fahaizana miteny anglisy, izay takina amin’ireo ankizy. Marihina fa natokana ho an’ny ankizy latsaky ny 12 taona izy ity. « Misaotra an’Andriamanitra aho fa voafantina ho any Rosia. Vonona aho, hanandratra avo ny lazan’i Madagasikara. Hararaotiko ny fandehanana any hahitana namana vaovao ary raha misy ny « occasion » dia hihaona amin’ny Neymar sy Ronaldo. Faniriako mantsy ny ho tonga mpilalaon’ny Real de Madrid », hoy Itokiana.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra any Eoropa – «Ligue des champions» : nampandohalihin’i Mohamed Salah ny Romana

 Nampitondrain’ny Anglisy faisana tanteraka ny romana, nandritra ny lalao manasa-dalana mandroso, hiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa «Ligue des champions», taranja baolina kitra. Resin’ny Liverpool ny AS Roma.

 Nomontsanin’ny Liverpool, tamin’ny isa mazava, 5 no ho 2, ny AS Roma, teo amin’ny lalao mandroso, hiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”, taranja baolina kitra. Fihaonana, notanterahina tany Anfield Angletera, ny talata lasa teo. Tsy nisy nanampo mihitsy ny vokatra satria noheverina fa hanohitra tanteraka ny Italianina.

Ny nifanohitra tamin’izany ny zava-nisy satria tena nampijalian’ny Liverpool ry zalahy. Efa nitarika tamin’ny isa 5 no ho 0 mantsy ny Anglisy vao nahafaty ireo baolina roa ho azy ny AS Roma. Anisan’ireo mpilalao nisongadina ilay Egyptianina, i Mohamed Salah, izay nahafaty ny baolina roa ho an’ny Liverpool.

Tena nampandohalihiny mihitsy ny Romanina satria ankoatra ireo baolina matiny ireo, mbola tolotra avy any aminy ihany koa ny nahafatesan’ilay Senegaley, i Mané sy i Firmino. Nanao fampisehoana mihitsy ny Anglisy, nandritra ny fihaonan’ny roa tonta. Hain’izy ireo ny namezivezy ny baolina. Teo koa ny fiarovantena natevina tsy voavakin’ny Romanina mihitsy. Nisantatra ny baolina maty i Mohamed Salah, teo amin’ny manitra faha-35 sy ny faha-45. Io isa 2 no ho 0 io no nentin’ny roa tonta niala sasatra.

 Niampy ny baolina maty

Mbola nampian’i Sadio Mané izany teo amin’ny minitra faha-56 ary nofaranan’i Firmino, tamin’ny baolina roa izany.

Efa tany amin’ny 10 mn tsy hifaranan’ny lalao vao nahatafiditra ireo baolina roa ho azy ny Romanina, tamin’ny alalan’i Edin Dzeko (81 mn), sy ny an’i Diego Perotti, tamin’ny alalan’ny “penalty”, teo amin’ny minitra faha-85.

Efa any amin’ny famaranana ny tongotra an’ilan-dry zareo Liverpool aloha, hatreto. Mbola handray ny lalao miverina kosa ny Romanina, afaka herinandro. Mila mandresy 3 no ho 0 ry zareo vao tafita. Efa noporofoin’izy ireo fa vitany izany, tamin’ny nanilihany ny FC Barcelone, teo amin’ny ampahefa-dalana. Andrasana izany ny “remontada”, hataon’ny Italianina, amin’ity.

Tompondaka

News Mada0 partages

Basikety lehilahy – «Mada N1B» : ekipa 19 hifaninana izay ho tompondaka

Mitohy hatrany ny fifaninanana ho an’ny taranja basikety. Taorian’ny fahavitan’ny fiadiana ny “Amboaran’ny filoha”, hiditra amin’ny fiadiana ny ho tompondakam-pirenena indray ny sokajy N1B lehilahy. Fihaonana, hotanterahina etsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina, manomboka ny asabotsy 28 avrily ho avy izao, ka tsy hifarana raha tsy ny alahady 6 mey. Ekipa 19 avy amin’ny ligim-paritra 11 no hiady izay ho tompondaka, amin’ity. Anisan’ireo manana solontena betsaka ny ligin’Analamanga, misy ekipa efatra. Anton’izany, nisy ireo ligy tsy nandefa ekipa ka noraisin’ny federasiona ireo vonona hisolo azy ireo. Tsiahivina, fa tompondaka, tamin’ny taon-dasa, ny AS Victoire Boeny.

Marihina fa hiadiana ny tapakila hiakarana ao amin’ny sokajy N1A ity fifaninanam-pirenena ity izay tohanan’ny orinasan-tserasera Telma.

 Torcelin

News Mada0 partages

Consulat de Monaco : nahazo latabatra ny EPP Faravohitra

Mitohy ny fiaraha-miasan’ny consulat de Monaco sy ny mpiandraikitra ny EPP Faravohitra. Nanomboka ny taona 2010 ny fanampiana nentin’ny consul de Monaco ho fampivoarana ny fotodrafitrasa ao amin’ny EPP sy ny fitaovana toy ny latabatra sy ny seza ho an’ny mpianatra. Ny taona 2016, efa nisy fanolorana latabatra miaraka amin’ny seza 15 nanoloana ireo efa tranainy. « Omaly, mbola nanatitra latabatra miaraka amin’ny seza 30 isa vaovao indray ny consulat de Monaco », hoy ny talen-tsekoly, Raharimanana Céline, omaly teny Faravohitra.

Anisan’ny fanatsarana vita noho ny tohana ny fandokoana ny solaitrabe, ny atitrano sy ny ivelany, fanoloana ny tafon-trano sy ny valindrihana. Nohavaozana koa ny jiro sy ny vavahady ary ny toeram-pivoahana. Nisy ny vola azo ho fanampiana amin’ny fizarana sakafo any an-dakilasy sy fanomezana entona fandrehitra.

Mampivoatra ny fizotry ny fianaran’ny mpianatra ny fivoaran’ny fotodrafitrasa vantanina isan’andro ary tanjona ny haha maodely ny EPP Faravohitra, hoy ny solontenan’ny consulat de Monaco. Mbola hitohy amin’ny taom-pianarana manaraka ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta.

Vonjy

News Mada0 partages

Asmae-Hardi-Manda : 430 ireo ankizy marefo nobeazina

430 ireo ankizy noraisina an-tanana miaraka amin’ny ONG Hardi sy Manda ary ny Association Sœur Emmanuelle (Asmae) ao amin’ny tetikasa fampivoarana ny fanabeazana ny ankizy marefo na voailika amin’ny rafi-pampianarana eto Antananarivo, hoy ny tomponandraikitry ny Asmae, Natacha Seret. Tao anatin’ny roa taona naharetan’ny tetikasa izay tohanan’ny Vondrona eoropeanina teo amin’ny vola, 100 mahery isan-taona ny ankizy nitsoaka an-daharana na mbola tsy nianatra noraisin’ny fikambanana roa mpiray ombon’antoka ary nobeazina. Eo ny fanohanana momba ny fampianarana mamaky teny sy manoratra sy fampianarana ho an’ny ankizy 7 ka hatramin’ny 18 taona. Manampy izay ny kilasy Asama ho an’ireo efa be taona ary homanina hanala ny fanadinana CEPE afaka herintaona. Haverina eny amin’ny rafi-pampianarana an-tsekoly (EPP sy CEG ) izy ireo avy eo. 80% amin’ireo ankizy nokarakaraina, tafiditra eny anivon’ny EPP sy CEG avokoa.

Niantso mpanolotsaina teknika amin’ny fampianarana mamaky teny sy manoratra sy momba ny fanabeazana manokana ny Asmae. Nisy ny fampivondronana ny mpanabe sy mpanentana sosialy isam-bolana ao amin’ny ONG roa hanamafisana ny fahaiza-manao amin’ny fandraisana an-tanana ny ankizy. Tafiditra tamin’ny fampiofanana ny famoronana fitaovana hampiasana ao an-dakilasy, eo koa ny fikarohana fomba fampianarana mampandray anjara ny ankizy.

Vonjy

News Mada0 partages

Paludisme : des CSB en rupture de stock de médicaments et de Mid

Les Centres de santé de base (CSB) sont souvent confrontés à une rupture de stock d’intrants de lutte contre le paludisme, qui demeure un problème de santé publique dans le pays. Une telle défaillance ne manque pas d’entraîner la hausse des cas et de morbidité dans les zones concernées.

Des problèmes récurrents. La rupture de stock de médicaments, à savoir l’ACT (Artemisinin-based combination treatment) et l’Artesunate injectable (ART) pour le traitement de paludisme grave, ainsi qu’en Moustiquaires imprégnés d’insecticides (Mid), touche une bonne partie des CSB à travers le pays. D’après  les données recueillies auprès des CSB, dans le cadre d’un suivi effectué par l’USAID/MCSP, la rupture des stocks de ces intrants touche respectivement 60%, 52% et 70% des formations sanitaires enquêtées. La situation se généralise presque à travers le pays. Ces statistiques ont été partagées par un responsable au sein de l’USAID/MCSP, le Dr Haja Andriamiharisoa, à l’occasion de la  Journée de partage sur le paludisme qui s’est tenue hier à l’hôtel Ibis Ankorondrano.

Un événement qui entre dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, célébrée chaque année le 25 avril. L’objectif étant d’informer toutes les parties prenantes, dont les thèmes abordés cadrent avec les orientations du nouveau Plan stratégique national (PSN) qui véhiculent des innovations, à savoir l’usage de la technologie pour améliorer les impacts de l’intervention…La dotation de tablettes numériques aux CSB en vue de faciliter la remontée des données au niveau central pour accélérer la prise de décision est également prévue.

Pic dans la partie sud-ouest

«Ces ruptures de stock sont dues essentiellement au retard des rapports de situation et l’acheminement des commandes vers les zones concernées», a souligné le numéro un de la Direction de lutte contre le paludisme (DLP) au sein du ministère de la Santé, le Dr Nambinisoa Mauricette Andriamananjara. Le suivi de la situation de stock a justement pour objectif d’alerter à temps les responsables à tous les niveaux pour accélérer l’approvisionnement des CSB.

Des efforts allant dans ce sens devraient être menés en vue de réduire le taux de prévalence de la maladie, qui a connu un pic l’an dernier notamment dans la partie sud-ouest du pays. «Cette situation s’explique également par le fait que la durée d’efficacité des Mid (trois ans) a pris fin l’an dernier», a fait valoir notre source. Raison pour laquelle le ministère de la Santé, avec l’appui des partenaires dont l’USAID et PSI Madagascar, procède cette année à la campagne de distribution de masse de Mid à travers le pays. Pour cette année, plus de 13 millions de Mid seront distribués dans les 106 districts, entre le mois d’août et septembre, d’après les informations.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Panneau solaire : 1.500 à 5.000 ariary le watt

Un panneau solaire se vend actuellement entre 1.500 et 5.000 ariary, s’il y a trois ans de cela, un panneau de 20 watts ne s’obtient qu’à partir 500.000 ariary. Une chute de prix avoisinant un taux de 150%.

De source auprès d’un magasin spécialisé dans la vente de panneaux solaires à Behoririka, il faut prévoir dans les 600.000 ariary pour disposer quotidiennement pendant 12 heures, l’équivalent d’une dépense en énergie domestique de 300 watts. Incluant par exemple l’utilisation de 5 ampoules Led de 7,5 watts et la télé, mais à condition que son écran soit plat, et ne dépassant pas les 21 cm. Le pack proposé comprend un panneau solaire de 100 W, une batterie de 65 ampères, un régulateur de 10 ampères, ainsi qu’un convertisseur de 500 W. D’après les explications d’un technicien de vente, «Le taux de perte en production d’un panneau solaire est autour de 1% par an durant les cinq premières années, mais ce taux devient ensuite variable pour les années suivantes, selon les marques, pouvant aller jusqu’à 5% ».

En tout cas, le panneau solaire est l’énergie renouvelable la plus prisée actuellement, notamment en milieu rural. A tel point qu’ils sont vendus par des colporteurs, mais non seulement au niveau des magasins spécialisés comme auparavant. Les plaques solaires de fabrication chinoise sont les plus prisées à cause de leur prix qui est devenu très abordable. Un panneau solaire de 20 watts est par exemple proposé à 50.000 ariary dans les gares routières.

A noter que selon les dernières statistiques de la Banque mondiale, le taux d’électrification à Madagascar est de l’ordre de 25%, et seuls 7% de la population rurale en bénéficient.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Accès a l’eau et a l’assainissement : un projet ciblant plus de 450.000 personnes sur les rails

Un partenariat d’envergure entre l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) et The Coca-Cola Foundation / Company (TCCF / C) en vue d’améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement dans le pays vient d’être lancé hier, en marge d’une cérémonie qui s’est déroulée hier à l’EPP Lazaina, dans la commune rurale d’Anosiavaratra.

Les deux parties envisagent via ce projet de fournir de l’eau potable à plus de 450.000 personnes dans les villes d’Antananarivo, de Mahajanga et de Toliara, dans le cadre du partenariat mondial Water and development alliance (Wada) qui est soutenu financièrement avec un investissement  cumulé de plus de 5,3 millions de dollars. Le projet Wada-Madagascar se concentrera sur le renforcement des capacités des institutions nationales et des communautés locales à fournir et gérer efficacement les services d’eau et d’assainissement.

L’accès universel à l’EAH en ligne de mire

«L’initiative contribuera à l’objectif du gouvernement malgache de réaliser un accès universel aux services d’Eau, d’hygiène et d’assainissement (EAH) d’ici 2030 et d’éliminer la défécation en plein air cette année. Des services essentiels pour la santé et le bien-être de tout le monde», selon la déclaration du Directeur général par intérim de l’USAID à Madagascar, T. Christopher Milligan. «Le projet permettra d’apporter un changement au niveau de la santé, des moyens d’existence et de la dignité de centaines de milliers de Malgaches», a fait remarquer Sylvie Ramanantsoa, directeur du programme Water and sanitation for the urban poor (Wsup) à Madagascar, l’entité qui assurera la mise en œuvre du projet.

Ce projet n’est nullement la première action menée par la fondation Coca-Cola, dans le pays dans la mesure où elle travaille déjà en partenariat avec Wsup et la Jirama depuis six ans pour assurer l’accès à l’eau potable dans 18 communes de Madagascar, selon les informations. «Nous sommes honorés d’étendre cette activité à travers notre nouveau partenariat avec l’USAID pour servir une moitié de millions de gens», a souligné Julius Ambah, directeur de Coca-Cola pour l’Afrique Centrale et l’Océan Indien. Luc Razafimahefa, le maire d’Anosiavaratra, l’une des communes bénéficiaires du projet, reconnaît l’importance d’un tel projet qui constitue des modèles innovants d’amélioration des services d’eau,  nécessaires pour créer un changement durable dans les communes.

Recueillis par Fahranarison

News Mada0 partages

Escroquerie : trois faux agents de la Jirama arrêtés

En s’arrogeant le titre d’agent de la Jirama, un trio d’escrocs empoche 5 millions ariary. Les trois membres de la bande ont été pris dans les mailles du filet de la police du 4e arrondissement, hier aux 67 Ha.

Maurice 40 ans, Rivo Elie 36 ans et Tojo Harivelo 32 ans, des individus qui usurpent le titre d’agent de la Jirama ont finalement été capturés par les policiers du commissariat d’Isotry hier au quartier des 67 Ha.

Selon la police, les trois compères sont recherchés depuis le mois de janvier dernier.

Ayant fait les frais des agissements de ces escrocs, une des victimes a déposé une plainte au commissariat d’Isotry le 29 janvier dernier. D’après le plaignant, les escrocs ont pénétré dans sa maison en se faisant passer pour des contrôleurs de la compagnie d’électricité. Après avoir inspecté toutes les pièces, ils ont fait savoir que l’abonné volait à la Jirama car la facture est trop basse par rapport au nombre d’appareils utilisés quotidiennement dans cette maison. Menacé de la saisie de son compteur d’électricité et par peur d’être dénoncé aux autorités, le propriétaire de la maison a remis 5 millions d’ariary alors que les escrocs ont réclamé 9 millions d’ariary.

Après le départ des prétendus agents, la victime s’est rendue au bureau de la Jirama pour avoir plus d’explications. Etant informée qu’elle s’est fait avoir par des escrocs, la victime a déposé plainte.

Hier, vers 11 h, les trois escrocs se sont affairés du côté du Cenam. Informés de leur présence sur les lieux, des policiers se sont dépêchés sur place afin de les piéger. Lors de l’arrestation, l’un d’eux a encore tenté de s’enfuir au guidon de sa moto mais il a été rapidement rattrapé.

A l’issue de l’enquête, l’on sait que les escrocs opèrent par équipe de deux. Selon les explications, la brigade criminelle d’Anosy et la brigade de la gendarmerie d’Ampitatfika ont déjà reçu des plaintes à leur encontre.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

CREM : pour une élection acceptée par tous

Face à la situation qui prévaut dans le pays, le Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (Crem) s’est prononcé pour la deuxième fois, après la déclaration du 20 avril dernier. «Un an de crise équivaut à une décennie de retour en arrière», rapporte le Crem dans sa déclaration officielle.

«Le Crem tient à présenter ses condoléances aux familles victimes de l’affrontement du samedi 21 avril 2018, qui a causé des pertes humaines. Au vu de la situation actuelle, le Crem estime que la meilleure issue pour l’intérêt suprême de la Nation est la démission du président de la Hery Rajaonarimampianina et du Gouvernement, ainsi que la recherche urgente d’une solution pour l’organisation d’une élection anticipée, acceptée par tous, dans les plus brefs délais», peut-on lire dans la déclaration officielle signée par le président du Conseil d’administration, Rado Ratobisaona.

Pour le Crem, Madagascar  est de nouveau menacé par un haut risque de crise. Compte tenu de l’importance des coûts économiques, engendrés par une crise politique, la stabilité reste la condition sine qua non pour lutter contre  la pauvreté et lancer le développement économique dans le pays.

R.R.

News Mada0 partages

Investissement : un dialogue régional organisé à Antsiranana

Opérateurs et autorités locales comptent mettre en avant les potentialités économiques de la région Diana.

Un dialogue public-privé se tient actuellement dans la ville d’Antsiranana, regroupant les opérateurs privés et les communes rurales à potentialité économique de la région Diana. La rencontre vise à développer le partenariat entre les communes pilotes identifiées par le Projet de développement communal inclusif et de décentralisation (ProDéCID), de la coopération technique allemande GIZ,  et les opérateurs économiques de la région Diana. Cette rencontre de trois jours, qui a débuté mardi dernier, a vu la participation des maires et agents de développement, issus de neuf communes, notamment Ambohimena, Andranovondronina, Mangaoko, Marivorahona, Ambolobozobe, Ankarongana, Anketrakabe, Joffreville et Antsalaka ainsi qu’une vingtaine d’opérateurs économiques provenant des secteurs de l’hôtellerie, l’agrobusiness, la parfumerie, l’électrification rurale, la pêche et la finance.

Amélioration du climat des affaires

D’après les allocutions de Johary Rajosefa, directeur des services aux investisseurs de l’Economic development board of Madagascar (EDBM), «Le dialogue s’annonce prometteur. Car les communes ont démontré leur volonté de faire les efforts nécessaires pour  les facteurs de blocages identifiés par le secteur privé. Ce dernier est également à l’écoute et propose des pistes de partenariat avec les communes». Dina Andriantefinirina, chargée du Dialogue public- privé de l’EDBM a poursuivi dans ce sens que «le Dialogue public-privé est une composante essentielle du dispositif de l’EDBM pour améliorer le climat des affaires à Madagascar. Ce dialogue régional constitue une étape dans la mise en place d’un partenariat durable entre les acteurs des secteurs public et privé au niveau régional.»

Du côté du secteur public, les autorités locales s’attendent, entre autres, à un partenariat pour la réhabilitation des infrastructures communales, l’appui au projet d’électrification rurale dans la région et l’accès au service financier. Pour leur part, les membres du secteur privé, présents à cette rencontre, ont relancé les autorités pour la réhabilitation du port d’Antsapano (Ambanja), de meilleurs services économiques communaux, ou encore la maîtrise des compétences communales…

Riana R.

News Mada0 partages

Huiles essentielles : l’offre ne suit pas la demande

Madagascar exporte près de 1200 tonnes d’huiles essentielles par an, selon les chiffres officiels. L’huile essentielle de girofle constitue 70% de la valeur des exportations en la matière pour Madagascar. Selon les dernières statistiques en date, la part d’exportation de 0,91 %, en 2008, sur la totalité des produits exportés de Madagascar, est arrivée à 2,91 % en 2011 (Instat). Malgré cette nouvelle donne, la Grande île n’arrive à satisfaire que seulement 1 % de la demande internationale.

Le manque de professionnalisme du secteur, comme dans la majorité des filières à Madagascar, pénalise celle des huiles essentielles. Les plantations ne sont pas encore industrielles et les distilleries le sont encore moins. Or, le volume et la valeur des exportations des huiles essentielles ne cessent d’augmenter. On estime actuellement à plus de 60 millions de dollars chaque année les recettes générées par leur exportation.

Madagascar figure depuis toujours comme le pays exportateur de référence des huiles essentielles. Mais, le marché européen semble ne plus, aujourd’hui, vraiment absorber les huiles malgaches à cause de leur production locale et de l’augmentation du nombre des pays exportateurs. La France, où Madagascar exporte près de 60% de ses huiles, se classe au 3e rang dans l’exportation de ce produit, derrière les Etats-Unis et l’Inde.

Outre le maintien du marché européen, Madagascar a le choix entre viser le marché asiatique, dont la production n’arrive pas à satisfaire la demande, ou exploiter à fond les potentialités des plantes aromathérapiques de la Grande île qui ne subissent pas encore la pollution des autres pays et leur culture est 100% bio et végétale.

Arh.

News Mada0 partages

Foot – COSAFA cup : l’ossature des Barea est formée

L’équipe nationale malgache est constituée de revenants et nouvelles recrues au grand dam des uns et au grand bonheur des autres, en vue du Cosafa Castel cup en Afrique du Sud, du 27 mai au 9 juin. On notera la présence de l’ancien portier Jean Dieu Donné Randrianasolo, dit Leda, qui a porté haut le flambeau de la Grande île pendant les précédentes éditions de cette échéance continentale.

La détection de potentiels joueurs, qui pourront intégrer l’équipe nationale en vue du Cosafa Cup, débutera à partir du regroupement dont le coup d’envoi sera donné, le 14 mai, au Centre technique national de Carion. D’après les responsables au sein de la Fédération malgache de football (FMF), «Nicolas Dupuis va superviser les joueurs locaux ayant le profil requis pour défendre les couleurs de la Grande île. La délégation malgache sera logée au Solim Hotel, à partir du 20 mai, tandis que les séances d’entrainement se dérouleront à Mahamasina».

Contrairement à ce qui a été dit, Nicolas Dupuis jouera le rôle d’observateur tandis que le DTN, Jean François Debon, endossera le rôle de superviseur de l’équipe nationale. La formation malgache évoluera sous les ailes du head coach Franklin Andriamanarivo qui sera assisté par Mamisoa Razafindrakoto.

Par ailleurs, le staff technique a eu le droit de constituer une équipe de joueurs locaux et expatriés, à l’instar du défenseur Pascal Randrianantenaina (Bapasy), Zotsara Randriambololona, Carolus Andriamahitsinoro ou encore Faneva Ima. Par ailleurs, on notera la présence de Jean Dieu Donné Randrianasolo, alias Leda, qui devra faire preuve face à Andoniaina Rakotoson et Andrianirina Rajomazandry.

Rojo N.

 

 

News Mada0 partages

Judo-jo : les candidats se dévoilent peu à peu

Sur les traces de ses aînés, le judoka Royal Rakotoarivony entre dans la course à la qualification aux Jeux olympiques (JO) de 2020. Résidant en France depuis deux ans, le jeune champion malgache va toutefois attendre l’année 2019 avant de se lancer dans le bain.

«Après ma participation aux championnats départementaux et régionaux de la première division, je poursuivrai mon apprentissage chez les -81 kg, lors du prochain Championnat de France de deuxième division. Entre-temps, je continuerai les entraînements, notamment la musculation, pour que je puisse entamer de la plus des manières la saison 2019 durant laquelle je participerai à un maximum de compétitions dans le but d’engranger le plus de points possibles», a-t-il fait savoir.

Apparemment, sauf incident, Fetra Ratsimiziva débutera les qualifications aux JO la même année que Royal Rakotoarivony à cause d’une opération chirurgicale effectuée sur son genou qui nécessite une longue convalescence de près de 7 mois.

De ce fait, la quête d’une qualification aux JO des judokas malgaches démarrera tard par rapport aux autres. Pour cause, la course vers l’obtention d’un ticket pour le Japon commencera ce mois de mai lors

du Grand Prix de Hohhot en Chine.

Naisa

La Vérité0 partages

Paludisme - Des médicaments en rupture de stock !

Hausse du nombre de cas dans certaines localités. Les Régions Sud-ouest et Vatovavy-Fitovinany figurent parmi celles où le paludisme fait encore rage. A l’exemple de Sakaraha, 470 cas ont été enregistrés au mois de janvier dans son CSB II, contre 213 cas dans celui d’Ankilibe Lamatihy. Les tests de diagnostic rapide (TDR) faits aux patients étaient positifs. Cette recrudescence des cas s’explique par les pluies abondantes et le passage des cyclones, lesquels favorisent la stagnation des eaux ainsi que l’invasion des moustiques, y compris les anophèles femelles.

D’un autre côté, bon nombre de centres de santé de base (CSB) dénoncent une rupture de stock des moustiquaires imprégnées d’insecticides (MID) ainsi que des médicaments destinés pour le traitement du paludisme. « Sur les 100 CSB qui ont répondu aux demandes, 70 % enregistrent une rupture de stock en MID. De plus, 52 % de ces centres de santé ne disposent plus d’ART, destiné pour le traitement des cas de palu grave, tandis que 6 % notent une rupture de stocks d’ACT, le médicament recommandé pour le traitement des cas normaux », rapporte le Dr Haja Andriamiharisoa, de l’USAID-MCSP. C’était lors de la journée mondiale de lutte contre le paludisme, hier à Ankorondrano. Une occasion pour les acteurs locaux et les partenaires de discuter de la situation actuelle, y compris les innovations et les résultats des études-recherches entreprises, ainsi que les actions à entreprendre pour renforcer la lutte contre cette maladie.Des bons résultats« Madagascar se trouve au-devant des autres pays en matière de réduction du prévalence du paludisme », reconnait Daniele Nyirandutiye, directeur du Bureau de santé auprès de l’USAID. D’ailleurs, les partenaires collaborent étroitement avec la Direction de lutte contre le paludisme (DLP) et apportent leur soutien pour accentuer les efforts déployés sur terrain, à en croire cette responsable. Selon le rapport émanant du numéro Un de la DLP, le Dr Mauricette Andriamananjara Nambinisoa, le taux de prévalence du palu tournait autour de 7 % en 2017, avec une légère hausse par rapport aux années précédentes. Cette responsable avance 121 décès et 167 223 cas positifs en 2017. Toutefois, les chiffres émanant de l’ancien directeur de la DLP sont différents, avec 300 décès sur les 500 000 cas enregistrés l’année dernière. Pour faire face à la recrudescence des cas, le pays dispose et met actuellement en œuvre un plan stratégique de lutte contre le paludisme pour 2018-2022. D’un autre côté, des campagnes de distribution de MID seront menées en juillet et septembre dans 106 Districts sanitaires en phase de contrôle et à forte endémicité. Menées tous les 3 ans, ces campagnes toucheront cette année plus de 21 millions de personnes, avec environ 13 millions de MID à distribuer. Une campagne d’aspersion intra-domiciliaire d’insecticides a également été faite depuis le mois de janvier dans les hautes-terres, plus précisément dans 19 Districts sanitaires.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

" Savoir améliorer son histoire " - Hanta Ramakavelo en mode mentor au Plaza Ampefiloha

Hanta Ramakavelo Châteaux, qui est la fille du Général Ramakavelo, a plusieurs casquettes à son actif. Propriétaire de « Référence Consulting », auteur-compositeur mais aussi éducatrice de renom, elle a déjà donné plusieurs formations de management et de commercialisation dans différentes entreprises de Madagascar. Il y a quelques années de cela, après une vingtaine d'années passées en France pour ses études en marketing et une carrière dans les centres d’appel, Hanta éprouve l’ardent désir de revenir à Madagascar pour contribuer à son développement. Elle a au tout début commencé par une formation dispensée à des artisans pendant laquelle elle perçoit les raisons pour lesquelles ces petits entrepreneurs ne peuvent, bien souvent, guère évoluer.

C'est ainsi qu'elle a créé I-madagascar, conjuguant la commercialisation équitable de produits artisanaux via internet et l’accompagnement des artisans. Jusqu'à maintenant, sa ferveur à aider les cocitoyens pour pouvoir emmener un développement brûle encore en elle. ConseilsProchainement, plus précisement le 29 avril prochain, elle donnera une conférence entièrement en malgache ouverte à tout public intitulée " Mahay manatsara tantara" ou " Savoir améliorer son histoire " dans la langue de Molière. Agrémentée de chants, la conférence, organisée par Ivenco et sponsorisée par Mass'in et Airtel Madagascar, se déroulera au Plaza Ampefiloha et aura comme but de développer l'esprit d'entreprise, la confiance en soi... Durant la conférence, elle va démontrer comment savoir tirer des leçons de tout, de la vie, garder son enthousiasme pour toujours s'améliorer, traverser les circonstances difficiles et en sortir fortifié, orienter ses pensées vers les solutions. Bref, des conseils que tout le monde, jeunes ou parents auront besoin pour pouvoir réussir dans la vie. Des chants, des petites histoires, diverses méthodologies et surtout beaucoup d'humour...pour aider le public à se surpasser. En ce qui concerne le développement de l'esprit d'entreprise, l’objectif est d’expliquer aux jeunes la signification de l’acte d’entreprendre, de leur faire découvrir le fonctionnement concret du monde professionnel, des différents secteurs d’activité et, au-delà, leur faire réaliser qu’il existe d’autres opportunités et pistes d’épanouissement. Une conférence intéressante à ne pas rater. Les tickets d'entrée sont déjà disponibles. Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Isotry - Trois faux agents de la JIRAMA empochent 5 millions d’ariary

Usurpation, chantage, menace, pression et extorsion, etc. Tels ont été les motifs d’inculpation de Tojo (32 ans), Elie (36 ans) et Maurice (40 ans), arrêtés par des limiers du Commissariat du 4ème Arrondissement au CENAM 67 ha, hier. Tout a démarré le 29 janvier dernier lorsqu’avec de tels moyens pas très catholiques,  le trio infernal a pu obtenir de leurs victimes un pactole de 5 millions d’ariary avant de s’enfuir avec ! D’ailleurs, les victimes ont porté plainte.

Ces gens malhonnêtes se qualifient d’agents de la JIRAMA au moment d’aborder les locataires victimes. Une fois que ces derniers leur ont donné le feu vert pour entrer chez eux, les trois larrons ont feint de chercher à contrôler tous les matériels électriques utilisés. Continuant toujours de jouer leur petit jeu, ils ont ensuite constaté et annoncé une soi-disant surconsommation d’électricité, anomalie non rapportée sur le relevé de compte de la JIRAMA, annoncent-ils aux locataires médusés. Enfin, le verdict tombe : ces derniers sont soupçonnés de vol !Ils ont alors commencé à accabler les propriétaires de menaces comme quoi, ils allaient devoir enlever le compteur et porter l’affaire devant la Justice si ces derniers ne paient pas 9 millions d’ariary ! Cédant à la panique, les pauvres occupants de la maison ont été immédiatement poussés à marchander le prix avec leurs inquiétants interlocuteurs. L’objectif était de tenter la chance d’obtenir au moins un prix plus réduit. Finalement, il était convenu que les premiers ne paieront que 5 millions. Or, une fois que « nos » agents de la Jirama aient empoché l’argent, ils ont détalé comme des lapins.Pour en avoir le cœur net, les locataires s’étaient rendus au bureau de la JIRAMA pour rapporter les faits. On leur a donc fait savoir qu’ils ont affaire à des arnaqueurs car ces derniers sont loin d’être des employés de ladite entreprise. Comme concours de circonstances, de nombreuses autres personnes se déclarant être victimes du trio ont porté plainte pour le même motif auprès de la Police.Pour revenir dans les circonstances de l’arrestation d’hier, la Police était renseignée sur le fait que les suspects ont rôdé dans ce quartier du 4ème Arrondissement, précisément près du CENAM.La Police a donc monté un piège. L’un des trois lascars a encore essayé de fuir avec sa moto mais il n’a pas pu aller plus loin. Durant leur audition, ils ont expliqué avoir opéré par pair chaque fois qu’il fallait passer en action.  Mieux, ils ont également d’autres dossiers sales à la fois à la Brigade criminelle et à la Brigade de gendarmerie d’Ampitatafika, toujours pour imposture. De son côté, la JIRAMA a dépêché ses agents, les vrais cette fois au Commissariat d’Isotry, histoire de voir les suspects qui y sont placés en garde à vue et de les reconnaitre comme imposteurs et escrocs. Enfin, leur victime d’Isotry s’était également rendue au Commissariat et a immédiatement reconnu le visage de l’un de ceux qui l’ont arnaqué.Franck Roland

La Vérité0 partages

L’étau se rétrécit

Les marges de manœuvre du régime, en place, s’amenuisent au fil des jours. Les chances du président Hery Rajaonarimampianina de sortir indemne de ce traquenard dans lequel  il se fit lui-même piégé s’effritent inexorablement. A moins d’un miracle, le pouvoir HVM se dirige vers la chute. Sauf intervention inespérée et acceptée par le Kianja de nature à décrisper la tension, la fin inéluctable du règne de Rajaonarimampianina s’approche. L’étau se resserre !

Dès la soirée du samedi 21 avril 2018 jusqu’à ce jour, les condamnations des actes de violences perpétrées par les Forces de l’ordre, sur la Place du 13 mai, ayant entrainé des pertes de vies humaines et de nombreux blessés ne cessent d’affluer. Les interventions disproportionnées des éléments de la Gendarmerie et de la Police choquèrent les esprits et les consciences de l’opinion nationale et internationale. Les discours du Chef de l’Etat à Iavoloha et à Toamasina, totalement à côté, jetèrent de l’huile au feu. Au lieu d’apaiser la tension et d’un ton arrogant et provocateur, il « s’amusait » à tirer par obus de gros calibre les Soixante-treize Députés, élus du Mapar, du Tim, du MMM et des Indépendants désormais connus sous l’appellation de combat « Députés pour le Changement ». Les professionnels de la plume médiatisée n’ont pas été, aussi, épargnés par les « rafales » d’Iavoloha. Il les accuse par tous les mots et de tous les maux, comme étant les principaux auteurs de cette « insurrection générale ». Il ne se sent aucunement responsable de sa chute. Les voix s’élèvent dans tout le pays. Tous les syndicats de tous les secteurs privés et publics dénoncent la tuerie du 21 avril sur le Kianja et annoncent leur soutien effectif et indéfectible aux revendications des « Députés pour le Changement », à savoir la démission, sans condition et immédiate, du Chef de l’Etat et tous les hauts responsables du régime. Ils ont tous décidé à descendre au Kianja pour étoffer le mouvement.Société civile, Mouvements associatifs de bonne volonté, les formations politiques évoluant en dehors de la sphère du pouvoir et les citoyens conscients à travers toute l’île unissent leurs voix pour rejeter en bloc les méthodes de gouvernance du régime HVM. Quand la lutte prend la tournure légale et saisit la Haute Cour Constitutionnelle en déposant une requête pour la déchéance du Chef de l’Etat, les « mpitolona » manifestèrent ainsi leur détermination.Quand la lutte se nationalise et s’internationalise, toutes les voies de sortie honorable des barons au pouvoir sont pratiquement bouchées. Les dirigeants se trouvent ainsi dans l’impasse. Une voie sans issue !Mais pourquoi en est-on arrivé là ? Si le président et ses fidèles valets n’ont pas interdit la tenue de la séance de rapport d’activités des onze députés, Mapar et Tim, de Tanà-Ville, on ne serait jamais là. Si le président n’avait interdit les députés Mapar du Faritan’i Toamasina à rencontrer leurs électeurs pour rendre compte de leurs activités, la situation ne se serait pas détériorée ainsi. Si le régime HVM n’avait pas fait adopter, par force, les projets de lois organiques relatives aux élections, les 73 députés n’auraient pas eu l’idée d’agir de cette manière. Et la liste est longue ! En tout cas Monsieur, l’étau se rétrécit.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Prix de l’électricité - Entre satisfaction des consommateurs et réduction des charges

Avec sa nouvelle tarification intermédiaire, la société Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) se retrouve encore  aujourd’hui prise entre la satisfaction des consommateurs et la réduction de ses charges. Effectivement, les consommateurs se sont énormément plaints suite aux révisions tarifaires effectuées au sein de cette entreprise durant le premier trimestre de l’année. Face à cela, elle, assistée par le Ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, a ainsi effectué des études afin de dégager des nouveaux tarifs outre ceux déjà existants.

Le ministre de tutelle, Lantoniaina Rasoloelison, a donc présenté ces nouveaux tarifs mardi dernier lors d’un point de presse à Ambohijatovo. Ce seront des tarifs intermédiaires, compris entre le tarif 14 et le tarif 16. Il regroupera donc les usagers dont la consommation d’électricité est inférieure à 70 kWh. Le prix du kWh s’élèvera à 236 ariary pour la première tranche et à 500 ariary pour la seconde. Ces tarifs supprimeront l’alignement des consommateurs moyens aux grands consommateurs. Chaque changement tarifaire a, soi-disant, pour objectif principal de fournir une consommation répondant aux besoins des consommateurs, sans nuire aux affaires de l’entreprise. Cette fourniture d’énergie requiert un certain coût de production. Ainsi, le ministre a évoqué la réduction des charges, notamment en termes d’approvisionnement en carburant ou encore en achat d’électricité auprès des différents fournisseurs, comme contrepoids de cette réduction de prix. « L’application de ces nouveaux tarifs ne doit pas générer d’autres hausses. La JIRAMA doit donc trouver d’autres compensations et ajuster sa production ainsi que ses dépenses afin de ne pas toujours faire des ventes à perte », explique-t-il.Avec l’approbation de l’Office de régulation de l’électricité, ces tarifs seront déjà applicables pour la consommation de ce mois-ci. Les relevés se feront en mai pour être ensuite facturés le mois suivant.Rova R.

Tia Tanindranaza0 partages

Tolom-panafahana nifandimbyTsy mahay maka lesona ny antoko HVM

Ny zavatra nitranga teny Analakely ny sabotsy 21 aprily 2018, izay nitarika faharatrana sy fahafatesan` olona, dia mampatsiahy ireo tolom-panafahana nifandimby teto Madagasikara tamin`ny taona 1972, 1991, 2002, 2009.

 Leo ny geja ataon`ny mpitondra ny vahoaka satria latsaka any anaty lavaky ny fampahantrana ny faripainan`ny Malagasy ankehitriny. Amin`ny maha tolom-panafahana ataon`ireo solombavambahoaka dia mazava ho azy fa misy ny zavatra itovizana amin`ireo tolona nifandimby teto hatrizay ary maro ny lesona azo tsoahina amin`ireo toe-draharaha mampalahelo.

Voageja

Amin`ny maha tolom-panafahana ataon`ireo solombavambahoaka nitsipaka ireo volavolan-dalàna miteraka resabe dia misy ny zavatra itovizana amin`ireo tolona nifandimby teto hatrizay. Tamin`ny taona 1972, hita fa taratry ny fangejana sy tarazon`ny fanjanahantany ihany notohizan`ny mpitondra nifandimby teto, izany hoe karazana saribakoly ihany ny fiainan`ny vahoaka Malagasy. Izany no niadiavan`ny vahoaka aloha ka aleo alaina madiodio ny fitakiana toy ny fampiasana ny tenim-pirenena, ny fanomezana vahana fomba rafi-pitantanana ho an`ny Malagasy ... Taty aoriana, mbola nisy ihany ny fanjanahana fa somary an-kolaka ny endriny. Ny fomba ara-toekarena sy fomba fandraisana fanapahan-kevitra teo amin`ny firenena kosa no somary misy hery avy any ivelany mifehy amin`ny fangalana fanapahan-kevitra ka nisy fiantraikany amin`ny safidy politika ataon`ny mpitondra. Izay no mahatonga ny mpitondra mitazona an`ilay fahefana hifehezana an`ilay vahoaka satria ahafahana manome fahafaham-po an`ireo vahiny. Hiaraha-mahita tokoa fa izy ireo no tompon’ny seha-piariana voalohany sy fahatelo eto amin`ny firenena. Izy ireo no mifehy ny toekarentsika ary milalao ny aim-pirenena. Vokatr`izay dia izy no mampifandray an`ireo tolom-panafahana nifandimby hatrizay, izany hoe ny tena Malagasy tokony hizaka feno ny zony, ny fahafahana mihary malalaka ny fanapahan-kevitra amin`izay hitondrana ny firenena. Tsapan`ny Malagasy fa tsy ho tompony izy amin`ny fanapahan-kevitra. Ohatra ny fifidianana, toa zara lasa fomba amam-panao fotsiny ilay mifidy fa tsy misy intsony ilay hoe zo ankehitriny.

 

Karazana mpitondra

Efa saika nandalo teo amin`ny fitondrana avokoa ireo karazan`olona rehetra. Tao ny mpampianatra, ny profesora, ny miaramila, ny mpandraharaha, ny manampahaizana manokana amin`ny kaonty. Teo amin`ny fitondrana avokoa ny manampahaizana na ireo mpandraharaha manana maha izy azy. Mipetraka eto ny fanontaniana : maninona isika no tsy mety tafavoaka ? Betsaka ny olona mahay saingy vitsy ny olomanga. Rehefa manao fifanarahana amin`ireny mpamatsy vola ireny kanefa tsy mahay mandanjalanja izay zavatra hifamatorana dia atahorana hatrany ny fiverenan`ny krizy eto amintsika na afaka dimy na folo taona. Amin`izao vanim-potoana fivoaran`ny teknolojia sy serasera mantajaka izao no hitiliana izay mpitondra mahafehy ny fitondrana.

Takian`ny vahoaka

Nandritra ireo tolom-panafahana nifandimby teto dia nitaky fandriampahalemana, famelana alalana amin`ny fampianarana, fanamorana ny fidirana amin`ny sampandraharaham-panjakana, raha toa ka takiana hetra dia tokony hazava ny tamberin`izay mankany aminy. Mifanohitra amin`izany ny miseho ankehitriny satria raha sendra olana ohatra ka mitory ianao dia ahiana ianao indray no tsy hahazo rariny. Ireo zavatra ireo foana no hifamohafaho amin`ny famotehana ny fiarahamonina satria vokatry ny fitiavan-tenan`ny mpitondra na ireo firenena ao ambadik’izy ireo no milalao ireo mpilalao politika. Izany indrindra no mahatonga ny firenena tsy mety tafarina ary leo ny olona.

Mila maka lesona

Lasa toerana fanaovana fitakiana politika ny toeran`ny 13 mey eo Analakely ny taona 1972, 1991, 2002 ary 2009. Maro ireo tranga mampifandray ireo tolona voalaza ireo amin`ny vanim-potoana ankehitriny. Mampatsiahy ny toe-draharaha politika tamin’ny 1991 izay nananganana « Mandatehezana Miaro ny Sosialisma Malagasy » (MMSM), rehefa akaiky hirodana ny fitondrana, izao vanim-potoana diavintsika ankehitriny izao. Lasa manohana ny fitondrana ireo mpanao politika mpamadika palitao fanta-daza ny volana aprily 2018. Lalana efa nodiavin’ny Antoko AREMA izao mbola miseho masoandro izao satria tsy mahay maka lesona amin’ny tantaram-pirenena hatrany ny mpitondra. Ary ho lesona ho an`ny rehetra mihitsy izao toe-draharaha izao, ka tsy ho ny Malagasy intsony ilay vahoaka mpiasabe diso be fandeferana toa mbola voazanaka, na sanatria koa mora jonoina amin’ny variraiventy, fa hanara-maso sy hitsikera mandavan-taona izay tsy mety ataon’ireo hitondra ny firenena na olom-boafidy na olom-boatendry. 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Masomboly vary safiotraManomboka maharesy lahatra ny tantsaha any Alaotra

Efa misandrahaka amin'ny faritra maro any Alaotra ny masomboly vary safiotra na hybride. Ireo tantsaha ao amin'ny kaominina Ilafy amin'izao dia efa liana amin'ny fampiasana azy ity noho ilay izy vetivety foana dia efa miakatra ary tsy dia betsaka masonkarena.

 

Nambaran’ny ben'ny tanànan’ny kaominina Ilafy Rtoa Rasoarinirina Jaqueline fa efa betsaka ireo tantsaha ao amin'ny kaominina hiadidiany no niroso tamin'ny fampiasana io masomboly io. Tsara ny vokatra niakatra raha mitaha amin'ny vary isan-taona, hoy izy. Manodidina ny 9 taonina isaky ny hektara ny vokatra niakatra raha tsy nisy afa tsy 2 na 3 taonina isaky ny hektara ny masomboly mahazatra ny tantsaha. Nanentana ny tantsaha namany Rtoa ben'ny tanàna mba samy hanaraka ny toromarika omen'ireo teknisianina amin'ny fampiasana ny masomboly vary safiotra. Ho tratra ny tanjona amin'ny fahavitantena ara-tsakafo raha samy mampiasa io masomboly io ny vahoaka malagasy, hoy izy.

                                                           

Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanakanto MalagasyIharan’ny famotehana marolafy

Eo ihany ny fanakatsakanan’ireo ben’ny tanàna sy solombavambahoaka sasantsasany ny fampisehoana ataon’ireo mpanakanto malagasy rehefa tsy mampiasa ny fanamafisam-peom-panjakana, raha ny nazavain’ireo sendikan’ny artista tetsy amin’ny kianjan’ny kanto tamin’ny herinandro, fa amin’izao fotoana izao koa dia mitaraina izy ireo fa mirongatra be ny fangalarana ny tsangan’asany any anaty tambazotran-tserasera any.

  Ny mpanakanto mpiangaly ny gadona R’N’B iray, raha ny fanazavan’ny avy eo anivon’ny Gasy ploit, no niharan’io voalohany ny taona 2012. Ity trano famokarana manome ny fanazavana ity kosa dia nanjavonana rakitsary miisa 536 tao anaty Youtube nanomboka ny alatsinainy teo. Ny mailak’ireo mpanakanto no hangalarin’ireo jiolahin-tambazotra hahafahany milaza any amin’ny Youtube avy eo fa azy ireo rakitsary fa ilay tompony indray no lazainy ho nangalatra. Vokatr’izay dia fafan’ny Youtube tao ireo sangan’asa ka ny vola tokony hiditra amin’ireo mpanakanto vokatry ny fijeren’ny olona azy ireo amin’ny Youtube dia lasan’ireo jiolahy.  Mpanakanto mpiangaly Rap iray koa no nitaraina fa very rakintsary miisa arivo be izao. Mampitaraina ireo mpanakanto ny zava-misy satria ireny rakitsary ireny no mba hany lalana mety hahatafita azy ireo eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Ireo hetsika iraisam-pirenena mantsy, hoy ny fanazavana, dia manara-maso ny fitombon’ireo mpanaraka azy ireny ka rehefa latsaky ny fenitra takiana dia tsy ho tafiditra na oviana amina hetsika goavana eto ambonin’ity tany ity ireo mpanakanto ankoatry ny hoe mihena be ny vola miditra aminy ary mety hamono antoka mihitsy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

ANDRIANJAKA RAJAONAH

Amin’ny alahady ho avy izao no ho tonga eto an-tanindrazana ny nofo mangatsiakan’i Andrianjaka Rajaonah, filoha mpanorina ny antoko Otrikafo.

 Omaly kosa dia nanazava ny mpiray antoko aminy fa tsy ilaina ny fitsabahan’ny vahiny ny famahana ity olana mitranga eto amin’ny firenena ity. Voatsipika koa fa ela loatra ny fandraisan’ny fitondrana andraikitra manoloana ny zava-misy ary mila mivoaka faran’izay haingana ny fanapahan-kevitry ny fitsarana ambony momba ny lalàmpanorenana.

SEKOLY ENY ANALAKELY

Nanomboka niverina tsikelikely namonjy sekoly ireo mpianatra eo amin’ny manodidina an’Analakely. Na izany aza dia tsy mbola feno ny lakilasy satria mbola betsaka ny ray aman-drenin’ny mpianatra izay manahy ny ain-janany. Ho an’ireo lehiben-tsekoly dia efa afaka miverina mianatra ny ankizy satria tsy misy akony intsony amin’ny fampianarana ny hetsika eo Analakely ankehitriny noho ny tsy fisian’ny fampiasan-kery avy amin’ny mpitandro ny filaminana intsony.

ZANDARIN’NY GSIS NITIFITRA OLONA

Tezitra amin’ilay zandarin’ny GSIS izay nitifitra ilay rangahy tsy manan-tsiny izay sady tsy nisy fitaovam-piadiana no tsy nanao na inona na inona akory ny olona. Basy mahery vaika no nitifirana azy ary nokendrena ny lohany. Soa fa nahay niondrika ka afa-doza. Nihodina eraky ny tambajotra sosialy ilay horonantsary ary nitarika hatezeram-bahoaka. Raha ny fantatra dia somary avo vava tamin’ny zandary ilay rangahy ary izay no antony nikasany hamono azy. Handrasana ny hisian’ny fanadihadiana momba azy raha tsy misy ny kiantranoantrano eo anivon’ny zandarimaria.

NANJAVONA NY VOLA BE

Lasa tao anatin’ny segondra vitsy ny vola dimy tapitrisa ariary tetsy Ambohidratrimo. Roa lahy izay nandeha scooter ary nitondra basy PA miisa roa no tompon’antoka. Raha ny fantatra dia tompon’ny toeram-pivarotana kojakoja fanamboaran-trano ilay voatafika. Vao avy nahazo ilay vola tamin’ny mpiasany izy no tonga ireo jiolahy nanafika sady nitifitra. Mba tsy voa izy saingy ny sakaosy nisy ny vola no lasa. Amin’ny atoandro be nanahary no nitranga izany ny talata teo, tokony ho tamin’ny efatra ora sy sasany tolakandro.

LANY FITAOVANA

Mandeha ny feo ankehitriny fa lany ny fitaovan’ny mpitandro ny filaminana ka izay no mahatonga an’ireo tsy maintsy nandray fanapahan-kevitra ny nilefitra taorian’ny sabotsy teo. Voatery nanafatra faran’izay haingana any Afrika Atsimo  ary rehefa tonga ny entana dia mety hanenjana indray izy ireo. Mila manamafy ny lohandohan’ny mpitolona ny amin’ny mba tsy hivadihan’ireo indray atsy ho atsy raha toa ka mitombina tokoa ity resaka mandeha ity.

DAHALO MATIN’NY FOKONOLONA

Matin’ny fokonolona ny iray tamin’ireo dahalo fito izay nikasa hampihorohoro sy handroba an’i Miarinarivo-Itasy. Nanohitra ny olona ary nanampy betsaka koa ireo komity mpiaro ny tanàna na ny « Zazamena ». Endrika iray izay manampy amin’ny asan-jiolahy ny fandraisana andraikitra ataon’ny andrimasom-pokonolona toy izao, eny fa na dia manao vy very ny ainy ihany aza izy ireo noho ny tsy fisian’ny fitaovam-piadiana entiny miady.

NALEFA NITSOAKA

Nalefa nitsoaka an’i Mananara-Avaratra ary nalefa sambo ny fianakavian’ireo zandary izay miasa ao an-toerana. Ny antony dia satria mikotrika valifaty ny havan’ny maty tamin’ny sabotsy lasa teo. Niakatra sivy ny maty raha enina izany ny talata lasa teo. Nitombo telo indray mantsy ny namoy ny ainy tany amin’ny hopitaly raha araka ny vaovao farany azo tany an-toerana.

Tia Tanindranaza0 partages

Vola alaina amin’ny mpampianatra hanampiana ny DRENTsy marina, hoy ny tompon’andraikitra

Velon-taraina ireo mpampianatra eny anivon’ny sekoly ambaratonga fototra sy ambaratonga faharoa teto amintsika tato ho ato fa misy vola alain’ny fitondram-panjakana amin’izy ireo isam-bolana mba hanampiana ny DREN amin’ny fampandehanan-draharaha, hono.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Izay manina manatona

Mitohy hatrany ny dingan’ireo vahoaka marobe sy ireo solombavambahoaka manohitra ny fampandaniana lalàna amboletra eto amin’ny tany sy ny firenena. Raha tsiahivina, anisan’ireo niantso fifampidinihina efa ela izy ireo saingy voarindrim-baravarana hatrany.

 

 Naterina teny amin’ny toerana sahaza azy moa iny omaly iny ny fangatahana ny fametraham-pialan’izay heverina ho tompon’andraikitra amin’izao zava-manjo ny firenena izao. Tsiahivina indray kosa anefa fa tao ho ao koa izay ny naman’izy ireo dia mba niantso fifanatonana sy fifampiresahana satria tsy misy tsy vitan’izany, hono. Tsaroana anefa talohan’izay raha tsy mbola nisy ny nitroatra na dia nampandeferina lava izao aza fa ireo mampiantso fifampidinihana ankehitriny dia nanizingizina matetika mihitsy fa tsy ilaina izany satria efa miroso amin’ny « fampandrosoam-pirenena » isika. Ankehitriny rehefa miharihary fa tsy maintsy hisafoaka izay nahatsiaro ho nasaina nanaiky lembenana vao miolomay miantso fifampiresahana ireo nahita « fisandratana » azy ireo samirery. Mbola mampametra-panontaniana ihany anefa hoe tena vonona ny hifampiresaka sy hifanatona tokoa ve ireto nampiantso ireto ary tena mila izany ? Sao dia misy fandrika ambadika kosa ? Tsy nampoizin’ny fitondrana HVM ve fa manam-petra ny  vola sy ny hery izay tsy hahaleo ny fanahy na oviana ? Ny azo antoka aloha dia mba miandry izay fihetsika maneho fahendrena farany avy amin’ny mpitondra azy ireo ankehitriny Ramalagasy. Hametra-pialana ve sa hiziriziry ? Farafaharatsiny misy ny fomba fiteny hoe « Izay manina manatona ».

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra D-1 tompondakan’Amoron’i ManiaHiditra amin’ny dingana faharoa ny fifaninanana

Vita soa amantsara, hoy ny filohany Randriantsoaniaina Nirilanto na Dona, ny dingana voalohany tamin’ny fifaninanana fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’ny baolina kitra any Amoron’i Mania.

Tia Tanindranaza0 partages

Journée Internationale du Football et de l’amitiéNanamarika izany tetsy Amparibe i Madagasikara

Nanamarika ny andro iraisam-pirenena « jourrnée Internationale du Football de l’amitié » niaraka tamin’ireo firenena miisa 211 mandray anjara amin’ny tetikasa Football For Friendship 2018 karakarain’ny orinasa Gazprom any Rosia i Madagasikara.

Tia Tanindranaza0 partages

Cosafa Cup 201825 ireo mpilalaon’ny Barea voafidy

25 no isan’ireo Barean’i Madagasikara handray anjara amin’ny fifaninanana Cosafa Cup hotanterahina any Afrika Atsimo ny 27 mey ka hatramin’ny 09 jona ho avy izao.

 

 

 

 

-

Tia Tanindranaza0 partages

Ahmad – filohan’ny CAFNahazo “Docteur Honoris Causa” tany Ghana

Nosaloran’ny University Professional Studies Accra (UPSA) any Ghana ny mariboninahitra ambony Docteur Honoris Causa ny filohan’ny CAF, ilay teratany Malagasy Ahmad.

 

Nanatrika ny lanonana manetriketrika nanolorana izany ny filohan’ny repoblikan’i Ghana, Atoa Nana Addo Dankwa Akufo-Addo. Marihina fa efa voahosotry ny Groupe Allafrica Global Media izay manana ny foibeny any Washington – Etazonia ho « personnalité sportive de l’année 2017 » mialoha izao Atoa Ahmad. Anisan’ireo vahiny manan-kaja voaasa manokana nihaona tamin’ny filoha Frantsay Emmanuel Macron sy ny filoha Liberianina sady efa « ballon d’or » Afrikanina George Weah ihany koa izy tao amin’ny lapam-panjakana Elysée tamin’io taona io ihany. Midika izany fa manomboka manana ny toerany eo amin’ny sehatry ny fifandraisana iraisam-pirenena ny filohan’ny CAF ary atokisan’ny olona. Ny mampalahelo anefa, hoy ireo olona akaiky azy dia eto Madagasikara indray Atoa Ahmad no toa voailikilika satria fantatra fa tsy manana ny antsoina hoe : « Passeport diplomatique » intsony amin’ny maha teratany Malagasy manampahefana azy sy avy efa nitana andraikitra ambony (filohan’ny FMF, Loholona) teto Madagasikara ny tenany. Ary raha nanainga teto Madagasikara ny 8 aprily 2017 hamonjy ny toeram-piasany any Ejipta aza izy dia tsy nomena salon d’honneur teny Ivato.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiana rano fisotro madioToerana telo lehibe eto Madagasikara no hahazo

Malagasy miisa 450.000 no ezahina hahazo rano fisotro madio ato ho ato, tetikasa hiarahan’ny USAID sy ny Fondation Coca Cola. Raha ny fantatra, mbola vao ny 35 %-n’ny mponina manerana ny Nosy no mahazo hatreto, antony mampahazo vahana ny aretim-pivalalana sy ny tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika mahazo ireo ankizy latsaky ny dimy taona eto amintsika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fédération Nationale des Agents de l’EtatHanao hetsika fitolomana amin’ny alatsinainy

Nanao fanambarana ny FNAE ny amin’izao toe-draharaha misy eto amin’ny firenena izao fa mety ho potika sy rava ny fihavanana izay fototry ny soatoavina Malagasy.

 Manameloka ny famonoana sy fandratrana vahoaka ireny izy ireo. Miantso ny FFKM ihany koa mba handray andraikitra ary hanatanteraka fihaonambem-pirenena amin’izao olana mahazo ny firenena izao. Takian’izy ireo ny fandravana ny governemanta misy ary handinika lalàmpanorenana sy lalàm-pifidianana vaovao. Ankoatra izay, mangataka ny fampiakarana ny karamam-panjakana ho 15 % ary mitaky ny famerenana ny orinasa SOLIMA izy ireo. Eo ihany koa ny tokony hanafoanana avy hatrany ny fitrandrahana tsy manara-dalàna ny volamena, safira ary ny vatosoa. Hohamafisina amin’ny hetsika amin’ny alatsinainy 30 aprily eny amin’ny tranompokonolona Isotry izany, araka ny tatitra nataon’ny fikambanana.

Tsiry sy Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankizy voailika amin’ny fianaranaMisy ny ezaka ho fampivoarana

Omaly no nofaranana tamin’ny fomba ofisialy ilay tetikasa momba ny fampivoarana ny fanabeazana ny ankizy marefo izay voailika anaty rafi-pampianarana eto Antananarivo.

 Nokarakarain’ny fikambanana Soeur Emmanuelle sy ireo mpiara-miombon’antoka izany ary notohanan’ny Vondrona Eoropeanani. Raha tsiahivina dia nizara telo ity tetikasa ity, nisy ny momba ny haitaratasy ho fampianarana ara-tsekoly ho an’ireo ankizy 7 hatramin’ny 18 taona. Faharoa ny fampandrosoana ankapobeny ny ankizy ary farany ny fanamafisana ny fiaraha-miasa amin’ny mpiara-miombon’antoka hampivoatra ny sehatry ny fanabeazana. Fantatra fa ankizy 100 mahery nitsoaka na tsy nianatra mihitsy no raisin’ireo mpiara-miombon’antoka tahaka an’i Hardi sy Manda amin’ny ivontoerana isan-taona. Ireo dia ezahina averina ao anatin’ny sehatry ny fampianarana ka ampidirina eny amin’ny sekoly fanabeazana fototra sy ambaratonga voalohany. Manoloana izany dia mpanabe matihanina 12 no handray an-tanana ankapobeny ireo ankizy ireo ary 430 ny isan’ireo tokony horaisina an-tanana. Noho izany ezaka izany dia 80% amin’izy ireo no tafaverina an-tsekoly  ary sekoly 30 mahery sy fianakaviana miisa 350 no mandray tombontsoa amin’ity tetikasa ity.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Manakaiky ilay ora farany

Mitady ho rendrika ny sambonao r'ilay JeanMiala tsikelikely ireo nipetraka teo amin'ny "devant"Manomboka mandà baiko ireo foloalindahyIreo Polisy ihany koa tsy vavy tsy lahy.

 Mangataka fametraham-pialana ireo vahoaka sesehena

Ho hita eo tokoa hoe aiza ho aiza ilay fitiavan-tena ?

Misy manao be marenina sy miziriziry foana anefa

Nefa ao koa ireo fatsoralahy efa mitady hirika hilefa.

 

Mitaraina ny tany, mitabataba ny vahoaka

Ela ny ela tsy zaka intsony ka mitady hipoaka

Ny fahantrana nateraky ny kolikoly

Ireo mpitondra fahefana nahatonga ny lonilony.

 

Io ilay efa nolazaiko ombieny ombieny

Fa tsy maintsy hisy farany ireny ratsy natao ireny

Ny vahoaka masi-mandidy no tompon'ny teny farany

Masina ny Tanindrazana tsy azo atao ankasomparana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

IMBEH SergeMiantso ny tafika hikarakara fifidianana

Manahirana tokoa ny mamaritra ny tranga iainana eto Madagasikara mialoha ny fifidianana izay ho filoham-pirenena amin’ity taona 2018. Fifidianana mangarahara sy tsy mampisavorovoro, indrindra, eo amin’ny Malagasy no ilaina ankehitriny.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko MaitsoMitaky fifidianana mialoha ny fotoana

Olan’ny samy Malagasy, aleo samy Malagasy ihany no hamaha azy, hoy ny filohan’ny antoko politika Maitso, Alexandre Georget, omaly, tetsy amin’ny biraon’ny antoko etsy Ambohitsoa.

  Naneho ny fiaraha-mioriny tamin’ireo niharam-boina nandritry ny tolona tetsy Analakely ny sabotsy teo ny tenany ary nisaotra ireo miaramila nahatsapa ny hadisoan’izy ireo ka nandray ny fanapahan-kevitra nifanaraka tamin’izay. Tandindomin-doza ny demokrasia, hoy izy, ary tsy fanajana ny demokrasia no nitranga. Tsy misy vahaolana hafa ankoatra ny fanatontosana fifidianana mialoha ny fotoana. Raha mbola hifanatona sy hifampiresaka mety ho sady lany fotoana no hamboly krizy vaovao, hoy hatrany izy. Aleo mametra-pialana ny filoham-pirenena sy ny governemanta dia mandray ny toerany ny filohan’ny antenimierandoholona ary mikarakara izay fifidianana izay mandritra ny 2 volana. Eo ny lalàm-pifidianana tamin’ny taona 2013, hoy hatrany izy, azo hanatanterahana izany. Efa neken’ny sehatra iraisam-pirenena iny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tolom-bahoaka ho an’ny fiovanaMino ny fahatafitany ny ankamaroan’ireo olon-tsotra

Miditra amin’ny andro fahenina anio alakamisy 26 aprily ilay tolom-bahoaka tanterahina etsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely hanoherana ny kolikoly sy ny jadona natao amboletra teto amin’ny firenena.

 

Haja, renim-pianakaviana :Mety ilay tolona satria mitaky fahamarinana sy ny  tsy hisian’ny kolikoly ny vahoaka. Tsy ny  depiote ihany no mitolona fa  ny vahoaka efa  reraky ny fahasahiranana ihany koa.  Inoana fa raha mitohy io tolona io dia hisy fiovana eto  Madagasikara.

Rado, mbola mpitovo :  Ireo mpitandro ny filaminana no hitany ho olana kely. Tsy hita mazava ny heviny. Mino ihany aho fa kely.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanamben’ny sendika sy ny mpiasam-panjakanaTsy mila fifidianana raha tsy voalamina ny lalàna rehetra

Nivoaka tamin’ny fahanginany ihany koa omaly ny fikambanamben’ny sendika sy ny mpiasam-panjakana Malagasy na ny CSAEM manoloana ny toe-draharaham-pirenena misy ankehitriny.

  Nambaran’ny filoha nasionalin’izy ireo Atoa Rakotondrainibe Simon Richard fa matoa tafiditra anaty fahapotehana sy fahalovana tahaka izao ny firenena dia nisy ny  fanilihana  olona, anisan’ireny ny sendikalista. Izahay  anefa manana adidy amin’ny fitantanana ny raharaham-pirenena koa fa tsy mijanona fotsiny eo amin’ny asa. Noho izany, tokony hitondra firenena ihany koa. Vahaolana aroson’izy ireo ny tokony hamondronan’ny Raiamandreny FFKM  ny mpanao politika rehetra, ny raiamandreny ara-drazana ary ny mpitondra fanjakana mba hiara-kitady vahaolana. Ilaina ny fanarenana ifotony sy ny famerenan-kasina ny firenena izay tsy ampy teto amintsika hatramin’izay, hoy ny CSAEM. Nomarihin’izy ireo ihany koa fa tsy tokony hasiana fifidianana eto amin’ny tany sy ny firenena raha tsy voalamina ny lalàna rehetra hisorohana ny adilahy politika. Tsiahivina fa anisan’ny nandray anjara tamin’izao hetsika izao ireo tompon’andraikitra avy eo anivon’ny orinasa afaka haba izay mitaky ihany koa ny hanokafana ny orinasa afaka haba efa nikatona rehetra hahafahana miady amin’ny tsy fananan’asa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2018Mpanatanteraka ihany izahay, hoy ny CENI

Samy manery an-kolaka ny amin’ny tokony hanatanterahana ny fifidianana amin’ity taona ity daholo ny vondrona iraisampirenena miara-miasa amin’i Madagasikara. Anisany ny vondrona afrikanina sy firenena mikambana.

 

Toa mampahatsiahy ny savorovoro nateraky ny “Ni … ni” tamin’ny fotoan’androny ny fiandohan’ny zava-mitranga saingy mbola hanaiky hanaraka an-jambany ny baikon’ireo vahiny kosa ve anefa isika ? Ry zareo avy eo anivon’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana na ny CENI moa dia nanamafy fa mpanatanteraka ihany izy ireo fa tsy mpanapa-kevitra. Efa voadin’izy ireo raha vao nandray fahefana ny 29 oktobra 2015, hono, izany. Izany hoe na tsy mbola anaty fitoniana aza ve no hisy fanapahan-kevitra milatsaka amin’ny hanatanterahana ny fifidianana dia hoekena hatrany ? Matetika ny toe-draharaha toy izay mitranga ankehitriny anefa dia eo amin’ny 3 hatramin’ny 6 volana eo hatrany vao ahitana marimaritra iraisana. Ho tony ve amin’izay fotoana izay ny firenena ? Takiana, araka izany, ny mokon-doha ambonin’ny samy Malagasy na ny mpitondra io na ny mpanohitra rehefa mifandresy lahatra amin’ireo vahiny mba tsy horaisina ho toy ny tenin’Andriamanitra intsony ny baikon’ireo milaza azy ho mpanelanelana avy any Dilambato.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fandaminana an’i MadagasikaraHo avy indray ny SADC sy ny “Feuille de route”

Voaresaka tamin’ny fivoriana SADC tany Luanda Renivohitr’i Angola ny 24 aprily lasa teo ny toe-draharaha politika mikorontana eto Madagasikara.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2013Nandany 138 miliara Ar Rajaonarimampianina

Tamin’ny alalan’ny fanadihadiana nataon’ny mpandinika vahiny, Manuel Wally ka namoahana ilay boky mitondra ny lohateny hoe “Etude comparative des pratiques en espace francophone”,

 izany hoe fampitahana ireo fomba politika aty amin’ny tany miteny frantsay no nahafantarana fa nampiaiky izao tontolo izao ny fandaniam-bolan’ny filoha ankehitriny nentina nandaniana azy tamin’ny fifidianana filoham-pirenena teto Madagasikara ny  taona 2013 iny. Izy no lohalaharana  tamin’ny habetsaky ny vola lany isaky ny vato azo, raha ny voalazan’ity fanadihadiana ity, satria dia nandaniany 21,50 dolara izany (dépenses par voix obtenu). 21,16 dolara isaky ny vato azo kosa ny an’ny filoha kenianina, Uhuru Kenyatta, kanefa tafiditra ao anatiny ny azy ny  fifidianana solombavambahoaka sy fifidianana isam-paritra (élections législatives et locales). Ny kandida amerikanina, Hilary Clinton, kosa no fahatelo raha nahalany 19,92 dolara isaky ny vato azo. Ny an’ny filoha amerikanina, Donald Trump aza mbola 12,62 dolara. Raha atotaly kosa ny vola rehetra lanin’ny filoha ankehitriny, Hery Rajaonarimampianina dia mitentina 43.000.000 dolara na 138 miliara ariary mahery, raha toa ka nanodidina ny 2.000.000 ny totalim-bato azony tamina taham-pandraisan’anjarana mpifidy 47%. Avy aiza ny loharanom-bolan’ity kandida Malagasy ity tamin’ny fotoan’androny ? Tsiahivina moa fa kandida notohanan’ny filohan’ny tetezamita Andry Rajoelina izy tamin’izany fotoana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Depioten’ny Fanovana“Miala ny filoha, hadihadiana ny praiminisitra”

Tafapetraka tamin’ny fomba ofisialy omaly teny amin’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana na ny HCC ny fitoriana mitaky ny fialan’ny fanalana ny filoham-pirenena amin’ny toerany noho ny fandatsahan-dra sy famonoana ny Malagasy mpiray tanindrazana, ka notakian’ny depiote ny fialan’ny filoha Hery Rajaonarimampianina.

 

 Raha ny voalazan’ny andininy faha-167 ao amin’ny lalàmpanorenana moa, dia io andrim-panjakana sady rafi-pitsarana ambony indrindra io no hany fahefana afaka manasazy ny filoham-pirenena sy mandray io fitoriana io noho ny tsy mbola fijoroan’ny “Haute Cours de Justice” na ny HCJ hatramin’izao. Mifanaraka amin’ny lalàna manan-kery sy ny lalàmpanorenana ny fitoriana ary manana zo hanao izany izahay, izay mangataka ny fialan’ny filoham-pirenena, hoy ny depiote Hanitra Razafimanantsoa. Ankoatra io, mitaky ny fanadihadiana ny praiminisitra noho ny raharaha kolikoly avo lenta nahasaringotra an’i Claudine Razaimamonjy ireto solombavambahoaka ireto. Mampametra-panontaniana ny tsy nisian’ny fanadihadiana, hoy hatrany izy ireo. Ianao no nihinana sy nampirisika, nefa izy ihany no henjehina, hoy ny depiote Christine Razanamahasoa. Voatonona hatrany tamin’ny kolikolin’i Claudine ny praiminisitra amin’ny maha minisitry ny atitany azy, ary tsenan’asa mifandraika amin’io minisitera io ny ankamaroan’ny raharaha nanenjehana azy. Miitatra ny raharaha ary mifoha ka raikitra amin’izay ny fitoriana ny praiminisitra. Tsara ny manamarika, fa niara-dia hatrany tamin’ireto depioten’ny fanovana ireto ny vahoaka, izay nilanja sorabaventy isan-karazany, toy ny hoe “Miala Rajao”, fanjakana mihosin-dra miala, sokafy ny MBS,… Raha ny fivoaran’ny fitakiana eny an-kianja, dia hiitatra isaky ny faritany, ka ireo depiote 73 mitsinjara isaky ny faritany misy azy no hitarika ny tolona, toy ny natao teto Antananarivo. Any Antsirabe no hanombohana azy anio. Manao antso avo ho an’ny sendika rehetra izy ireo araka ny nambaran’ny solombavambahoaka Tinoka Roberto, ary mampitandrina amin’ny sakantsakana. Mampitandrina ny mpanolotsain’ny filohan’ny Repoblika, izay ambarany ihany koa fa mbola mamatsy vola mandany volabe. “Miala Rajaonarimampianina amin’ny fotoana haingana dia haingana. Izahay tsy mila resaka hafa intsony, tsy mila fifanarahana ary ampy ny fotoana niandrasanay fifanarahana politika. Tsy mila izany intsony izahay, fa ianao miala no tadiavinay”, hoy hatrany ity depiote ity. Raha tsy misy ny fiovana, dia hanatitra fitoriana eny amin’ny fitsarana Anosy indray ny solombavambahoakan’ny fanovana sy ny vahoaka anio.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Pasitera Roger Andriamisata“Mila ravana io CENI io”

Tafiditra tao anatin’ny fanambarana nataon’ny Hetsiky ny Mpitondra Fivavahana na ny HMF ny hoe : « Ny mpitondra fanjakana dia natao hiaro ny ain’ny vahoaka entina koa rehefa solafaka toy izao dia antsoina mba hanam-pahendrena hiala am-pilaminana »,

 

 nanoloana ny ra mandriaka sy ny olona maty vokatry ny tifitra teny Analakely ny 21 aprily teo. Samy manontany tena ny rehetra hoe inona no hitranga raha toa ka tontosa tokoa ny fanalana na fialan’ny filoha ? Izay hifanarahana  no atao fa tsy misy aloha ny tena famaritana izany, raha ny fahitan’ny Pasitera Roger Andriamisata, mpitarika ny HMF azy. Ao anatin’ny fihavanana no tokony hanohizana ny tantara, ary tsy tokony hivaona amin’ny lalàmpanorenana, hoy izy. Mila ifanarahan’ny rehetra kosa ny atao ary tsy ela be fa hiheverana ny fifidianana fotsiny satria mijaly ny vahoaka. Raha miala ny filoha, efa misy ny zavatra voafaritry ny lalàmpanorenana. Raha ny hevitro, tokony horavana hatramin’ny Vaomieram-pirenena misahana ny fifidianana (CENI) satria efa tsy hifampitokisana intsony io. Toy izany ihany koa ny Filankevitry ny Fampihavanana Malagasy na ny CFM satria tsy misy ilana izany intsony eo, hoy hatrany ny Pasitera Roger Randriamisata. Ny FFKM no rafitra heverina fa azo antenaina hitondra ny tena fampihavanana. Na iza na iza mety hitondra eo dia mila manaraka ny voafaritry ny lalàmpanorenana hatrany. Ny tena mahamaika anefa dia ny hoe mila vitaina mialoha ny faran’ny taona ny fifidianana, eken’ny rehetra sy hahafahan’ny rehetra mandray anjara. Mila madio sy tsy misy eritreri-dratsy io saingy ny amin’izao, dia hatramin’ny lisitry ny mpifidy aza tsy mazava. 7 izao izahay no ao an-trano, kanefa izahay mivady ihany no voasoratra any, ka na efa naverina aza dia mbola ireo roa ireo ihany no voasoratra, hoy izy. Raha tsy mety miala ny filoha, ka mahita lalana iombonana ny rehetra, dia  mety hiverina ihany ny sarisary toy ny tamin’ny 1991 izany hoe ahena ny fahefany, mipetraka ho raiamandreny eo izy, fa ny praiminisitra sy ny governemanta no manana ny fahefana feno hitondra ny raharaha, raha ny hevitr’ity mpitondra fivavahana ity. Governemanta iombonana io, ary tokony hiala ny praiminisitra ankehitriny, raha ny fanehoan-keviny. Mety hivadika ihany koa ny maro an’isa ao amin’ny parlemanta, hoy hatrany izy tamin’ny fakan-kevitra natao taminy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanelanelanan’ny vazahaNotsipahin’ireo depiote 73

Mitady hanjakazaka indray ny vazaha ! Te hametraka dian-tanana, hifehezana ny Malagasy amin’ny famahana izao krizy politika lalovan’i Madagasikara izao.

 

Nisy omaly hariva, tetsy Ankorondrano, ny fampiantsoan’ny Vondrona Afrikanina, ny Fandaharanasan’ny Firenena Mikambana momba ny fampandrosoana (PNUD), ny Vondrona Eoropeanina ary ny Frantsay nampihaonana an-databatra boribory ny mpitondra fanjakana nosoloin’i Rivo Rakotovao tena, filoha nasionalin’ny antoko HVM sady filohan’ny Antenimierandoholona, an-daniny sy ireo avy amin’ny Solombavambahoakan’ny fiovana misy ny TIM, MAPAR, MMM ary Tsy miankina, an-kilany. Manao tsindry ireo vazaha manoloana ny toe-draharaha, manery ireo depioten’ny fiovana hanaja ny rafitra sy ny andrimpanjakana misy ary koa handamina ny mpiara-dia amin’izy ireo, fa hiroso amin’ny fifanarahana politika hisian’ny fitoniana. Naharitra adim-pamantaranandro roa teo ny fifandaharana. Niakatra ny feo, nifanenjana ny an-daniny sy ny an-kilany. Tsy arakaraka ny teny malefadefaka nataony ny harivan’ny sabotsy 21 aprily i Rivo Rakotovao, hoy ny loharanom-baovao, fa dia naneho indray ilay toetra feno fieboeboana efa ahafantaran’ny maro azy. Tsy azo nohozongozonina koa anefa ireo depioten’ny fiovana. Tsy mihevitra ireo vazaha ireo ho mpanelanelana ny depiote ary dia notsipahin’izy ireo marindrano izany. Rava maina ny fihaonana ary nilaza ny tsy hanohy izany ireto depioten’ny fiovana ireto, fa hitazona ny efa nambaran’izy ireo tamin’ny vahoaka teny an-kianja tao anatin’izay dimy andro niandohan’ny hetsika izay.

 

 

Jean D.

 

 

La Vérité0 partages

Fusillade meurtrière à Mananara Avaratra - Une révolte soudaine à craindre

L'adjoint du commandant du Groupement de la gendarmerie d'Analanjirofo et un autre officier de la compagnie ont été dépêchés à Mananara Avaratra. Tous les deux sont chargés de mener l'enquête sur la fusillade meurtrière sur le domaine du bureau de la Brigade de la gendarmerie dans cette ville. Six personnes sont décédées à la suite d'un affrontement qui s'y produit dans la journée de samedi 21 avril, d'après le rapport reçu au bureau du colonel Florentin Ndrianamboarina, commandant du groupement, à Fenoarivo Atsinanana.

« Quatre individus ont trouvé la mort durant les échauffourées. Un autre a rendu l'âme sur son lit d'hôpital tandis qu'un autre sixième a perdu la vie en cours d'évacuation par voie aérienne sur Toamasina », a indiqué l'officier supérieur. Ce jour, une foule en furie, qui a réclamé vengeance contre un patron ayant tué un de ses employés, s'est présentée devant la caserne. « Les gens ont pensé que l'assassin y a pris refuge alors qu'il n'y était même pas », a précisé notre informateur.RévolteNe croyant pas aux dires des gendarmes, la foule a forcé l'entrée de la zone militaire. Quelques-uns munis d'armes blanches ont même réussi à franchir la ligne rouge. Cela a obligé les occupants du lieu à ouvrir le feu. « Le premier responsable de la brigade a déjà fait le nécessaire pour engager la discussion à quelques mètres de la zone interdite. Mais il s'en est fallu de peu qu'il ait reçu un coup de coupe-coupe fatal à la tête tellement ses vis-à-vis étaient hors de soi », a ajouté le colonel Florentin Ndrianamboarina.Profitant peut-être de la conjoncture actuelle, des politiciens à Antananarivo sont montés au créneau. En conférence de presse qui a vu la présence du Premier ministre de consensus sous la transition Jean-Omer Beriziky (2011-2014), l'ancien député Boniface Zakahely a dénoncé la violence perpétrée par des éléments de la Gendarmerie. La tragédie a causé la mort d'une dizaine de personnes, selon ses dires. Le cas de certains des blessés graves reste préoccupant en même temps.Rencontre malencontreuseL'affaire a créé de vives émotions chez la population locale. Les politiciens craignent qu'elle puisse déclencher une révolte soudaine à tout moment. Le haut responsable militaire, quant à lui, a déploré que la situation en soit arrivée là. « Nous, les gendarmes, avons aussi le mal au cœur lorsqu'il y a mort d'homme. Il n'y a meilleure chose que de vivre en harmonie et dans la sérénité avec ses voisins », a-t-il reconnu.Le jour du drame, deux autres gendarmes ont été déclarés morts. Information formellement démentie par l'officier supérieur. « Ces deux gendarmes ont été en mission dans la brousse ce jour-là. Une fois de retour en ville, ils ont dû se terrer quelque part afin d'éviter toute rencontre malencontreuse pouvant compromettre leur propre sécurité. Voilà pourquoi ils ont manqué à l'appel », a-t-il indiqué. L'assassin à l'origine de la tragédie est toujours en cavale.M.R.

La Vérité0 partages

Ankorahotra - Un bandit abattu, un autre touché d’une balle

Scène de guerre  dans la nuit du mercredi dans le quartier d’Ankorahotra. Un gang composé de 6 bandits armés et cagoulés,  s’étaient affrontés à des éléments de l’Unité d’intervention rapide (UIR) et de l’Unité spéciale d’intervention (Usi). Bilan, un assaillant fut abattu tandis qu’un autre fut touché d’une balle au niveau des aisselles au cours de ce violent échange de tirs.  La victime fut évacuée à l’Hjra Ampefiloha. Quant aux 4 autres, ils ont pu prendre la poudre d’escampette et sont encore recherchés par la Police. Cette force promet bientôt  de les attraper.

 

A part donc la neutralisation de ces bandits, les Forces de l’ordre ont saisi les armes qu’ils ont utilisées afin d’attaquer des membres d’une famille du quartier : un fusil Mak 35 encore chargé de 3 munitions ainsi qu’un revolver au chargeur complètement épuisé. Son propriétaire était tombé à court de munitions  à force  de riposter aux tirs des policiers. De leur côté, les locataires visés sont sains et saufs. Ils s’étaient retranchés à l’intérieur tout au long de l’accrochage.

Précisons toutefois que les assaillants ont pu emporter divers objets dont des ordinateurs portables, des bijoux ainsi que des téléphones portables. Quant aux moyens utilisés par les premiers afin de pénétrer en force chez les victimes, ils étaient dignes de la barbarie. Les bandits ont d’abord sectionné le système de barbelés de protection, leur permettant d’accéder dans la courette. Puis, ils ont fracassé une fenêtre, leur offrant ainsi un passage à l’intérieur de l’appartement.

Pendant tout cela, les locataires n’ont rien entendu, dormant encore à poings fermés. Lorsqu’ils s’éveillaient, c’était déjà trop tard ! Les agresseurs les ont soumis à la menace en pointant leurs armes sur eux. Puis vint le pillage. Tout cela s’est déroulé pendant au moins une dizaine de minutes sans que les victimes n’aient pu esquisser le moindre geste, ni parole. Or, les malfrats n’ont pas réalisé que des voisins des victimes les ont vus en train de détruire les barbelés sur la clôture et ont rapidement prévenu la Police. D’ailleurs, ses éléments étaient dépêchés sur place en quelques minutes seulement. A l’arrivée des membres des forces, un bandit qui faisait le guet à l’extérieur de la maison les a menacés avec son arme. Mais il  s’engouffrait rapidement à l’intérieur pour rejoindre ses camarades. Ne s’étant guère attendus à une telle tournure, les malfaiteurs ont  tenté de prendre la fuite. Mais une fois qu’ils ont voulu s’échapper en sautant du mur, ils se trouvaient nez à nez avec la Police. C’était dans ces circonstances que l’échange de coups de feu a éclaté, débouchant finalement ainsi sur la mort d’un assaillant. L’enquête suit son cours.

 Franck Roland

La Vérité0 partages

Foire internationale de Madagascar - Une voiture pour le 50ème salon de Première ligne

En 20 ans de performance, l’agence Première ligne célèbrera son 50ème salon à l’occasion de l’édition 2018 de la Foire internationale de Madagascar (Fim). Pour marquer le coup, une voiture sera donc tirée au sort lors de la clôture de l’évènement. Et tout le monde pourra participer via leur invitation.  La Fim aura ainsi lieu la semaine prochaine, plus précisément du 3 au 6 mai prochain au parc d’exposition Forello Tanjombato. Les organisateurs sont déjà très enthousiastes, vu qu’ils ont perçu plus de 90 entreprises malagasy nouvellement inscrites pour cette édition. En plus, exceptionnellement cette année, la Fim accueillera Marie Christine Ohgly, la présidente de femmes chefs d’entreprises mondiales (FCEM), une association qui promotionne l’entrepreunariat féminin. Les femmes entrepreneurs seront particulièrement mises en avant pour cette année avec la participation du groupement des femmes entrepreneurs de Madagascar. 

 

Le rendez-vous des entrepreneurs de la région

Cette foire sera une occasion pour les entrepreneurs malagasy mais aussi étrangers d’exposer leurs produits et de nouer des relations d’affaires entre eux. D’après Michel Ramiaramana, directeur de Première ligne, « tous les pays de l’océan Indien seront représentés sur les lieux ». Pour les aider à étendre leur réseau professionnel et les partenariats entre les différents entrepreneurs, un forum des entrepreneurs sera organisé en partenariat avec la Chambre de commerce et de l’industrie France-Madagascar (CCIFM). « Ce carrefour se fera sous la forme d’un speed dating mais en Business to Business (BtoB)», explique la représentante de la CCIFM. Pour faciliter ce réseautage, l’accès à cette plateforme de rencontre sera complètement gratuit. 

Rova R. 

La Vérité0 partages

Peine perdue

Le vol 370 de « Malaysian Airlines » (code AITA MH370), un vol international régulier reliant Kuala-Lumpur à Pékin, un Boeing 777-200 ER avec à bord 239 passagers, est porté disparu depuis le 8 mars 2014. Malgré le ratissage « par mètre carré » du grand océan Indien, les recherches intensives échouèrent. Finalement, les autorités malaysiennes ont dû arrêter toutes les opérations de localisation ou d’identification. Dommage, ce fut une peine perdue !

Les experts en aéronautique et des accidents d’avions tentèrent de comprendre et de donner des éclairages à cet insolite et grave incident aérien. Toutes les hypothèses scientifiques et techniques pour donner le maximum de lumière ont été revues. Certains experts se penchent sur une hypothèse probable, à savoir la désorientation spatiale due, entre autres, à un phénomène naturel que l’on appelle la « déviation de Coriolis ». Coriolis, un physicien français (1792-1843), a mis en évidence la force de déviation due à la rotation d’un repère, la Terre par exemple, s’exerçant sur un corps en mouvement à la surface. Pour ce qui est de l’avion, la déviation de Coriolis pourrait être provoquée et aggravée par un infime petit moment d’inattention ou d’imprudence, ou surtout par l’inobservance par le pilote d’un certain détail technique sur son tableau de bord. En d’autres termes, un aléa naturel compliqué par l’absence de maîtrise technique du pilote ou encore par une volonté malveillante de sa part pourrait entraîner d’énormes dégâts, notamment humains. 

 

Hery Rajaonarimampianina, élu à l’issue du scrutin de décembre 2013, a pris les commandes de l’Etat à partir de 25 janvier 2014 à Mahamasina, date de son investiture. Sitôt installé dans le cockpit de l’aéronef et à peine que l’appareil décolle, le pilote dévie de la bonne direction. Au lieu de suivre le couloir aérien menant à bon port, il s’écartait du droit chemin et empruntait un autre itinéraire. A terme, l’« avion » est porté disparu. L’appareil échappe totalement au contrôle des radars et les contrôleurs aériens n’arrivent plus le localiser. Face à l’ineptie du pilote principal, les passagers à bord perdent tout espoir et s’affolent.

En effet, dès le premier jour de son mandat, le Président annonçait qu’il allait « quitter » sa famille politique pour rejoindre les autres. C’est le tout début de l’écart ! Et au moment où l’on devait nommer le Premier ministre, il a évité de respecter l’Art. 54 de la Constitution et parvenait à désigner un autre selon son caprice. Un autre écart du droit chemin ! Et les écarts de conduite, pour ne pas dire violations, se suivent et se ressemblent. Au bout du compte, il a complètement dévié et perd totalement le contrôle de l’appareil, c’est-à-dire, le pays. Le comble du malheur, le pilote n’écoute aucune des mises en garde. En dépit de la gravité de la situation et par des diktats innommables, il impose ses caprices. 

Heureusement, soixante-treize des membres de l’équipage se sont mobilisés pour reprendre le contrôle de la situation. Dieu merci, ils sont sur le point d’aboutir et de pouvoir maîtriser de nouveau l’appareil et le remettre vers la bonne direction. Maintenant, ils se trouvent sur le point de chasser du cockpit l’indigne et incompétent « pilote ». Lui qui tente par tous les moyens de récupérer la chose, mais ce serait peine perdue.

 

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Pétanque : Jeux de la Francophonie - Madagascar en or

La pétanque reste encore une affaire des Malagasy. L'équipe nationale malagasy en lice au 11ème  jeu de la Commission de la jeunesse et des sports de l'océan Indien ( CJSOI), qui se déroule à Djibouti, vient de remporter la finale face à La Réunion. Composé de Garry (pointeur), Hasina (milieu) et Tendry ( tireur) , Madagascar vient de monter sur la plus haute marche du poduim de pétanque en se parant de la médaille d'or.

Ils ont écarté aux Réunionnais, Mael Grodin (tireur), Quentin Thiancourt (pointeur) et Dylan Madeleine leur rêve de gagner la breloque en 13-4. Madagascar a remporté le match en 12 mènes. A la 6ème mène, Madagascar menait déjà au score de 10-2 après avoir mené 7-0 à la troisième mène tandis que les Réunionnais ont tenté de réduire l'écart et parviennent à serrer l'écart 10-4 à la 9ème mène. Le trio malagasy n'a pas lâché l'affaire en pliant le score final 13-4. Les Réunionnais se consoleront donc de la médaille d'argent. Devant son public, l'équipe de handball de Djibouti n'a pas raté son rendez-vous en décrochant son ticket pour la finale, hier soir, au gymnase du lycée d'État. Face aux Mauriciennes, les requins se sont imposés sur le score de 26 à 9 lors de cette demi-finale. Les Djiboutiens affronteront  à la finale les Mahorais. Et ces derniers avaient battu les handballeurs djiboutiens lors des phases de poule. Alors, les Djiboutiens lorgnent leur revanche face aux Mahorais qui sont favoris.  Chez les dames, l'île de La Réunion a assuré son billet pour la finale en écrasant les Malagasy 25 à 15. Les handballeuses de La Réunion affronteront à la finale les Mahoraises.En football, Madagascar disputera la finale face aux Réunionnais, samedi prochain, après avoir battu les Comores hier en demi-finale au Stade Gouled Djibouti.  Les hôtes se sont inclinés devant l'île de La Réunion par 2 buts à 0.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Après la plainte pénale déposée à Anosy hier - Vers une autre pour crime contre l’humanité ?

Les « députés pour le changement », renforcés par une foule toujours compacte de partisans, se sont déplacés hier au Tribunal de première instance d’Antananarivo (TPI) pour déposer une plainte pénale suite à la répression violente du mouvement du samedi 21 avril dernier et ayant entraîné des décès et des blessés dans les rangs des manifestants. Dirigée « contre X », la plainte a été reçue en mains propres par le Procureur de la République en personne. Il appartiendra donc aux enquêteurs de déterminer qui sera ou seront tenus pour responsables de ces agressions caractérisées sur des personnes non armées (voir infra). Mais toujours durant la journée du samedi 21 avril, un fait tout aussi grave que particulièrement révoltant s’est déroulé et mérite également d’être suivi d’une action en justice : le gazage délibéré avec des grenades lacrymogènes de l’hôpital des enfants de Tsaralalàna. Outre le fait qu’il s’agit d’un acte d’une extrême lâcheté -  s’attaquer avec une arme à des enfants, de surcroît malades  -, signalons que le site, frappé du signe de la Croix- Rouge, est protégé par le droit international humanitaire (DIH). De ce fait, on est incontestablement en face d’un crime contre l’Humanité.

 

S’abstenir de s’en prendre à toute personne, bâtiment ou véhicule arborant le signe de la Croix-Rouge est un sacro-saint principe universel. Celui-ci s’appliquant particulièrement en période de conflit armé, il va de soi qu’elle est obligatoirement enseignée dans toute école militaire qui se respecte. De ce fait, le ou les auteurs de cette barbarie ne peuvent valablement pas prétendre l’ignorer. Intervenant sur les ondes des stations « Miara-manonja » peu après l’acte, le responsable de la Croix-Rouge Malagasy, après avoir confirmé le fait, n’a pas manqué de rappeler ce principe fondamental.

S’agissant d’une violation de conventions internationales que Madagascar a ratifiées, donc déjà incorporées dans l’ordonnancement juridique malagasy, l’éventuelle plainte dans ce cadre pourra être déposée aussi bien auprès d’une juridiction nationale qu’une instance internationale. En ce qui concerne l’initiative de l’action, étant donné la gravité de l’acte, point n’est besoin d’avoir une qualité particulière (victime ou ayant droit de victime) pour avoir le droit de saisir l’instance compétente. Néanmoins, les organismes et entités (publics ou privés) œuvrant pour la protection des droits de l’homme ou des enfants sont particulièrement indiqués pour agir. 

Que ce soit pour la première plainte déjà déposée hier par les « députés pour le changement » que pour celle qui le sera éventuellement pour crime contre l’humanité, une fois les auteurs des actes identifiés, s’agissant de militaires, se posera la sempiternelle question du véritable coupable : l’exécutant ou le donneur d’ordre ? Etant donné cependant le principe de la baïonnette intelligente qui veut qu’un subalterne a le devoir de ne pas exécuter un ordre manifestement illégal, aussi bien l’auteur de l’acte que son supérieur hiérarchique peuvent être poursuivis. Et pour le cas qui nous intéresse, de fil en aiguille, on aboutira fatalement au… Chef suprême des Armées. 

La Rédaction

La Vérité0 partages

Crise à Madagascar - Les députés pour le changement rejettent la médiation internationale

« Démission du Président, du Premier Ministre et son Gouvernement, de tous les membres du régime HVM, et rien d'autres ! ». Tels ont été les propos de la députée Hanitra Razafimanantsoa, devant un parterre de sympathisants venus nombreux devant le parvis de l'hôtel de ville à Analakely, hier. Les parlementaires qui portent désormais l'appellation de « députés pour le changement » coupent court aux négociations entamées par la Communauté internationale. Une décision confirmée par la députée d'Ambatofinandrahana, Christine Razanamahasoa, hier après consultations de la foule sur la place du 13 Mai.

Les membres de la cellule de coordination de ce nouveau groupement des députés ont fait part à l'assistance de l'appel au dialogue de la Communauté internationale, dont l'Union africaine (UA) entre autres. D'après leurs dires, ils ont été invités par cette organisation à venir au bureau de l'UA sis au village des jeunes à Ankorondrano. « Moi et le député Guy Rivo Randrianarisoa étions venus hier (mercredi) vers 17h 30 tandis que les députés Christine Razanamahasoa et Djaosera Irenée étaient déjà sur les lieux. Curieusement, nous avons été placés séparément pour que nous ne puissions pas discuter », raconte Hanitra Razafimanantsoa. A leur grande surprise, le président du Sénat Rivo Rakotovao y était également présent. La représentante de l'UA à Madagascar, Ahmed Youssouf a dirigé les pourparlers aux côtés de plusieurs ambassadeurs. D'emblée, elle aurait remercié toutes les parties d'avoir « répondu à l'appel et accepté la démarche ». Rupture des négociations De son côté, Hanitra Razafimanantsoa, selon toujours son compte-rendu, a répliqué que la manifestation actuelle est « une affaire des députés ». Les députés du changement soutiennent que Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina n'ont rien à voir avec leur démarche et ne font qu'entendre leurs comptes-rendus respectifs. Sur cette lancée, les députés ont fait savoir que la communauté internationale est le premier responsable de la situation actuelle. « Vous êtes les premiers responsables de l'élection de ce Président car vous avez imposé le "Ni…ni" sans quoi il n'y aurait pas eu de candidat de substitution », a martelé Hanitra Razafimanantsoa. A l'entendre, les députés pour le changement refusent catégoriquement de revenir sur les lois électorales adoptées à Tsimbazaza et qui ne sont autre qu'une forme de « Ni…ni légalisé », selon leurs termes. Les députés déplorent, par ailleurs, l'attitude du président du perchoir d'Anosikely et non moins leader du parti HVM, Rivo Rakotovao, qui ne serait pas en accord avec ses propos de recherche d'apaisement. « Il nous a qualifié de spécialistes du terrorisme », lance l'avocate. A l'entendre, le numéro un de la Chambre haute est encore revenu sur les faits de corruption qui ont entouré l'adoption des lois électorales et a demandé des preuves. « Il demande un dialogue. Pourtant, il ose encore tenir de tels propos », tonne la vice-présidente de l'Assemblée nationale. La démission du Président Rajaonarimampianina et consorts restent donc la condition sine qua non pour les députés en vue d'une éventuelle reprise des pourparlers. Les députés ont donc décliné l'invitation pour la 2ème rencontre initiée par la Communauté internationale prévue hier à 17h. De son côté, les chefs d'église préparent également leur propre médiation en commençant par une messe ce dimanche à l'église luthérienne d'Ambohimanoro.Sandra R.

Madagate0 partages

Madagascar. Mamasoa, gamme de produits culinaires de JB, sur le marché

Reportage photographique: Hajaniaina RANDRIAMANANARIVOARIVONY (Haja Randria)