Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Vendredi 26 Février 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara75 partages

Henintsoa Ny Aina, la jeune prodige de l’électronique malgache

Henintsoa Ny Aina incarne l’avenir par excellence de la science malgache.

Lauréate à plusieurs reprises de nombreux concours consacrés à l’électronique et à l’informatique, la jeune étudiante de 20 ans ne compte pas s’arrêter à mi-chemin et vise encore loin dans cette aventure considérée comme celle des hommes.

Prodige. C’est ce qu’on peut qualifier de Ny Aina Henintsoa Ranaivojaona. Après son baccalauréat série D obtenu en 2016, elle a décidé de poursuivre ses études en électronique à l’Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo (ESPA), à Vontovorona. Elle est l’unique fille de sa classe, composée d’une vingtaine d’élèves. Ils étaient près de 2.000 à passer le concours, mais, Henintsoa s’est distinguée et titille les hommes de sa classe. Comme le domaine des sciences et de la technologie est encore taxé comme celui des hommes, Henintsoa veut changer le regard porté sur les femmes dans cette discipline. « Je suis pour l’autonomisation des femmes malgaches dans la science et je souhaite que les jeunes filles aient accès à une meilleure éducation », a-t-elle déclaré.

Médecine électronique. Après ses études à Madagascar, elle ambitionne de continuer ses études sur la médecine électronique à l’étranger, notamment aux Etats-Unis ou au Japon, ces pays qui offrent la meilleure éducation à la robotique et à l’intelligence artificielle. « J’aime bien aider la communauté. Le domaine de la médecine me tient particulièrement à cœur. Plus tard, j’ambitionne de créer des appareils électroniques-médicaux, à l’exemple d’un respirateur artificiel, pour renforcer le système de soin à Madagascar », continue la jeune fille. Passionnée par ce qu’elle fait, Henintsoa engrange les prix. En effet, avec trois autres étudiants de l’ESPA, ils ont remporté le premier prix du concours Sciences, Technologies, Ingénieries, Mathématiques (STEM), dans la catégorie « Dessin Animé » où ils mettaient en avant les femmes et la robotique « Bao et la robotique ». Elle a participé au programme «Let Us Learn» en tant qu’ambassadrice de L’UNICEF en 2018. La jeune fille est très impliquée dans les activités d’Ikala Association STEM. En 2018, Henintsoa et Ny Avo ont remporté un projet organisé par le ministère de l’Eau, de l’Énergie et des Hydrocarbures, qui consistait à l’élaboration d’un traqueur solaire pour l’exploitation de l’énergie solaire. Elle a aussi remporté le deuxième prix du concours de dissertation organisé par Ikala Stem sur le thème « Les jeunes femmes et filles en STEM ».

Leader. Engagée, elle l’est. En novembre 2019, Henintsoa et quelques amis ont décidé de créer le club EIL (Electronics is life) pour initier les jeunes en électronique, en robotique et en informatique. « Notre objectif est de donner de l’opportunité aux jeunes d’étudier l’électronique et de les former sur le coding informatique. Nos séances sont axées sur la formation des membres sur les bases de l’informatique et de les inciter à créer des projets innovants dans les domaines de la robotique, informatique et électronique », a expliqué Henintsoa, la fondatrice d’EIL. Ce sont les collégiens et lycéens qui sont les membres du club. Les 7 et 8 avril prochains, le club organisera une exposition axée sur l’agriculture, l’environnement, la communication, la santé, la lutte contre la Covid-19 et la domotique.

T.H

Midi Madagasikara11 partages

Approvisionnement en eau dans l’Androy : Les machines de désalinisation déjà au port de Toamasina

Les problématiques d’approvisionnement en eau dans le Sud attendent toujours leurs solutions.

La piste du dessalement pour résoudre les problématiques d’approvisionnement en eau dans la région Androy continue. Le Conseil des ministres de mercredi 25 février dernier a donné d’autres informations concernant cette initiative. En effet, « le Conseil des ministres de mercredi 25 février 2021 a adopté la communication sur l’avis d’appel d’offres relatif au transport des machines de désalinisation». Lesdites machines devraient donc être acheminées dans cette partie du pays pour y former une (ou des) usine(s) de désalinisation. Le rapport du Conseil des ministres de mercredi dernier a également fait savoir que les machines en question sont déjà au port de Toamasina. A en croire l’Exécutif, la mise en place de ou des usines de désalinisation ne devrait plus être pour longtemps. Si les quelques informations obtenues à ce sujet donnent de l’espoir aux populations concernées, on ne sait toutefois pas encore le type de désalinisation opté par le gouvernement pour la région Androy. Un choix stratégique qui devrait avoir des impacts sur le coût – pour le gouvernement – non seulement de l’installation de l’usine mais surtout du litre d’eau douce obtenu. Réputée pour être énergivore et très coûteuse, la désalinisation est surtout utilisée dans les pays qualifiés de « riches où l’énergie est abondante et bon marché ». Le projet de mettre en place une (ou des) usine(s) de désalinisation dans la région Androy est donc un défi en tout point pour la Grande Île. A suivre.

José Belalahy

Midi Madagasikara5 partages

Huawei : Rencontre avec les étudiants malgaches de Wuhan

La réunion a eu lieu par vidéoconférence.

Une quinzaine d’étudiants malgaches, dans la ville de Wuhan-Chine, ont eu le privilège de discuter avant-hier avec Jason Xiahesheng le PDG de Huawei East-Africa. Placée sous le thème « Together for a better Madagascar », la réunion par vidéoconférence était surtout une occasion de discuter  sur les activités de Huawei et des possibilités de stages  ou d’emplois pour les étudiants malgache. Ce haut responsable de Huawei n’a pas  manqué d’encourager tous les étudiants malgaches en Chine à œuvrer pour le développement de Madagascar à travers la technologie numérique.  Il a, notamment, partagé différents cas où HUAWEI a fourni des solutions TICs en Afrique, comme au Ghana et à Madagascar, grâce à différents projets qui permettent d’apporter la connectivité en zone rurale.

Jason Xiahesheng a aussi évoqué la réussite chinoise dans la gestion de la crise sanitaire de Covid-19, grâce à la technologie du télétravail.  « Huawei a eu recours à cette technologie  en apportant le numérique à chaque personne, maison et organisation pour un monde meilleur et connecté », a-t-il déclaré. La vision de Huawei est d’apporter le numérique à chaque personne, maison, organisation pour un monde meilleur, connecté et intelligent. Présent lors de cette rencontre, l’ambassadeur de Madagascar en Chine, Jean Louis Robinson n’a pas manqué de parler du rôle important joué par Huawei dans le développement des nouvelles technologies.

R.Edmond.

Midi Madagasikara5 partages

Association des femmes 8 mars Ambositra : Liva Oelson Ramangason nouvelle présidente

Le journalisme mène à tout. Un adage qui a été encore une fois prouvé, lors de l’Assemblée générale de l’association des femmes du 8 mars d’Ambositra qui s’était tenue dernièrement. Liva Oelson Ramangason, une consœur journaliste, succède donc à Haingo Nambinina (maire de la municipalité à ce poste de leadership. La première tâche de la nouvelle présidente est, sans nul doute, de maintenir la cohésion et la solidarité de la gente féminine au sein de cette association, comme l’ont fait tous ses prédécesseurs. Une gente féminine très présente dans l’Amoron’i Mania si l’on se réfère à leur présence au sein de l’administration publique où elles occupent des postes de responsabilité. Ce qui est également le cas au sein du secteur privé, dans le monde des affaires. Liva Oelson Ramangason, puisqu’il s’agit d’elle, n’aura pas la tâche facile dans un monde en perpétuelle mutation pour trouver un juste consensus bien que l’association soit apolitique. Pour sa part, en tant que femme, la gouverneur d’Amoron’i Mania, Madame Mamiarisoa Aline a affirmé son plein soutien à la nouvelle présidente qui prendra ses fonctions le 08 mars prochain pour un mandat de deux ans renouvelable. A notre consoeur Liva Oelson Ramangason, nous lui souhaitons bon vent !

Anastase

Midi Madagasikara1 partages

Marc Ravalomanana : Appel à la libération des manifestants arrêtés le 20 février

Marc Ravalomanana estime que la stabilité politique garantit l’essor économique.

L’ancien président affirme que l’opposition ne restera pas les bras croisés devant la situation actuelle. Il appelle à la solidarité dans le camp de l’opposition.

Dans une déclaration publiée hier, à son bureau à Faravohitra, Marc Ravalomanana dénonce les « abus de pouvoir » perpétrés par le régime. Il lance, notamment, un appel à la libération des manifestants emprisonnés à la suite des événements du 20 février dernier. Onze personnes, qui sont actuellement en détention préventive, ont été arrêtées, samedi dernier, dans le cadre de la manifestation avortée des députés de l’opposition à Analakely.

Coups bas. Devant la situation qui prévaut, l’ex-président sort de son silence. Dans sa déclaration, Marc Ravalomanana a dénoncé, hier, tour à tour les formes d’ « abus d’autorité » qui ont fait la une des actualités de ces derniers jours. Surtout, les « coups bas » reçus par l’opposition. Notamment, l’emprisonnement de 11 personnes qui ont voulu assister à un rassemblement avorté de l’opposition, samedi 20 février dernier.  « Ils n’ont rien fait d’illégal », a soutenu l’ancien Marc Ravalomanana qui exige ainsi leur libération « sans condition ». L’ancien président a également condamné la récente répression qui a provoqué un mort par balle lors d’une manifestation estudiantine à Toamasina, ainsi que le déploiement d’éléments des forces de l’ordre suffisamment équipées lors de la tentative de manifestation des députés de l’opposition à Analakely. Marc Ravalomanana estime, par ailleurs, que les dirigeants devraient plutôt se focaliser sur la « recherche de solutions aux difficultés quotidiennes de la population » au lieu de s’acharner sur les opposants. Il soutient également que « la stabilité politique garantit l’essor économique ».

Manipulations politiques. Le leader de l’opposition n’a pas manqué de soulever le cas de sa chaîne audiovisuelle qui ne peut plus diffuser sur satellite depuis le 05 février dernier suite à une décision de justice. Il a, en effet, dénoncé les « manipulations politiques » dont est victime la station MBS, pour avoir diffusé l’émission « Miara-manonja », animée par les députés et les hommes politiques de l’opposition, sans oublier de mettre l’accent aussi sur les sabotages techniques. « La démocratie et la liberté d’expression sont bafouées », affirme Ravalomanana. « Il faut respecter la liberté d’expression car le pays est actuellement en train de se verser vers  la dictature », poursuit-il. L’ancien président a, en outre, attiré l’attention de tous sur les intimidations dont il fait l’objet. Car, depuis plusieurs semaines, des membres des forces de sécurité sont postés près de son domicile à Faravohitra pour suivre de près les allées et venues des personnes qui s’y rendent. En tout cas, Marc Ravalomanana a affirmé que « l’opposition ne restera pas les bras croisés ».

Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Issa Sanogo : Pour la stabilité politique à Madagascar

Le coordonnateur des Nations Unies soutient que l’instabilité politique compromet les efforts de développement.

La situation politique mouvementée par la persistance du choc entre les partisans du régime et l’opposition inquiète les acteurs du développement. Et si certaines voix font déjà appel à un dialogue entre les protagonistes pour désamorcer la crise qui se trame, d’autres, et ce ne sont pas des moindres, clament haut et fort les risques qui peuvent être encourus par le pays si la situation dégénère. Il s’agit, notamment, du coordonnateur résidant des Nations-Unies à Madagascar, Issa Sanogo, qui a tiré sur la sonnette d’alarme. « Le développement durable a horreur de l’instabilité sociopolitique », a-t-il martelé. « Que ce soit la communauté internationale, les politiciens, la société civile, ou la population, on a tous intérêt à ce que la quiétude des Malgaches soit préservée, que la consolidation de la paix ou plutôt la stabilité soit préservée, pour qu’on puisse regarder de l’avant pour le développement qu’on recherche tous », a soutenu, hier, Issa Sanogo, à l’issue de son entretien avec le président du Conseil du Fampihavanana Malagasy.

Prévention. Depuis deux semaines, la tension politique est à son comble. Les tenants du pouvoir et les opposants se sont engagés à une bataille qui risque de dégénérer. La crise a déjà pointé son nez, redoutent beaucoup d’observateurs, mais jusqu’à présent, elle est évitée de justesse. Le mouvement mené par l’opposition, qui a failli mettre le feu aux poudres, s’essouffle. Mais ses leaders promettent de poursuivre « sous une autre manière ». C’est dans ce cadre que ce représentant permanent du Secrétaire général des Nations Unies dans le pays a rendu visite, hier, au président du Conseil du Fampihavanana Malagasy. On a « à cœur la question de la prévention et de la stabilité sociopolitique », a annoncé Issa Sanogo.

Crédibilité. Les Nations Unies tendent alors la main au CFM pour essayer de tuer dans l’œuf la crise qui se plane à l’horizon. « Il est tout à fait normal que nous travaillions ensemble  parce que la principale attribution du CFM concerne la consolidation de la paix et, la représentation des Nations-Unies qui a un agenda clair sur le développement durable », a soutenu hier le coordinateur résident des Nations Unies. « Il vaut mieux prévenir la crise plutôt que de laisser le pays s’y enfoncer pour finalement prendre des mesures adéquates. Mieux vaut prévenir que guérir », a quant à lui, annoncé, le président du CFM, Alphonse Maka. Toutefois, faut-il rappeler que cet organe aura encore fort à faire pour gagner en crédibilité au sein de la classe politique.

Rija R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Neuf personnes brûlées vives - les enquêtes sont ouvertes

La tragédie s'est déroulée ce dimanche dernier, dans le district de Betroka dans le village de Vohimary, à environ soixante kilomètres du district. Une maison du village a été incendié, entraînant la mort de neuf personnes, brûlées vives.
Les enquêtes ont été ouvertes, et six personnes ont été suspectés d'avoir été responsable du drame. La raison pourrait être « un litige foncièr », selon le commandant de la gendarmerie nationale, le général Njatoarisoa Andrianjanaka.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Peste - encore quelques décès à Madagascar

En plus de l'épidémie du covid-19, le paludisme et d'autres encore, Madagascar fait également face à la peste, chaque année, exceptionnellement pendant les saisons pesteuse. Les chiffres de la saison pesteuse 2020 - 2021 ont été dernièrement communiqués par le ministère de la santé.
Selon ce dernier, 40 nouveaux cas ont été enregistrés depuis la dernière saison. Quatorze décès, également, ont été recensés dans toute la grande île. Les responsables parlent d'une baisse des chiffres, par rapport aux saisons précédentes, s'ils étaient d'une vingtaine de décès et d plus de 80 cas pendant la saison 2019 - 2020.
La Vérité0 partages

Tension à l’université de Toliara
 - 2 blessés, 2 arrestations, une infrastructure endommagée


Comme la veille déjà, ou précisément la journée du jeudi dernier, le campus universitaire de Maninday, à Toliara, a été de nouveau le théâtre de vives tensions dans la matinée d’hier. Elles se traduisaient par un affrontement entre les Forces de l’ordre et les étudiants grévistes sur une portion de la RN7 qui borde le campus.  
Deux étudiants furent arrêtés. Selon plusieurs sources concordantes, l’EMMONAT les a surpris avec des morceaux de brique ou autres pavés dans leurs sacs. Les Forces ont embarqué presque manu militari les suspects vers un poste afin de les soumettre à un interrogatoire.  Et preuve que le heurt était assez violent, deux membres des Forces de sécurité furent blessés malgré le recours par celles-ci au jet de bombes lacrymogènes. Ils ont reçu des projectiles lancés à toute volée par les émeutiers. Mais il n’y a que des arrestations ou autres victimes. Les manifestants s’en étaient
violemment pris à des infrastructures internes dont le pylône du réseau TELMA situé dans l’enceinte même du campus. En réalité, ils ont mis le feu au générateur qui assure le fonctionnement du matériel.  Outre donc l’intervention musclée de la Police anti-émeute, qui a tenté à la fois de faire disperser les manifestants et les refouler dans le campus, il a fallu aussi celle des sapeurs-pompiers. L’action de ces derniers, a permis de limiter les dégâts, sinon empêcher les flammes de détruire l’ensemble de l’installation de TELMA. Comme la veille, les grévistes ont réclamé quatre mois d’impayés de leurs bourses, selon l’information. Après les tensions observées sur place toute la matinée d’hier, un calme trompeur semblait régner dans le secteur de l’université dans les heures qui ont suivi ces affrontements. Toutefois, des Tuléariens ont affirmé que durant plusieurs heures encore, l’accrochage se serait   débordé hors du périmètre du campus, du fait de la traque des lanceurs de pierres par les Forces de l’ordre.
Déjà donc jeudi dernier, un affrontement a secoué le campus de Maninday. Là, ce sont deux factions rivales d’universitaires se mettaient face-à-face. Si l’une a voulu se faire entendre des autorités, toujours à propos de cette affaire de bourses, une autre était hostile à ces manifestations violentes. Cette dernière a voulu continuer et à étudier et proposé de ne réclamer le paiement d’un mois de retard de ces bourses. Les tensions entre ces étudiants ont fait deux autres victimes, toutes des étudiants, et elles étaient donc telles que les deux camps rivaux ne pouvaient que s’affronter,   obligeant ainsi les Forces de sécurité à intervenir pour s’interposer.


Franck R.

Midi Madagasikara0 partages

Université de Toliara Deux blessés dans l’affrontement entre les étudiants

Une photo qui a circulé sur le réseau social Facebook.

Les étudiants de l’Université Maninday entendent sortir de l’enceinte universitaire ce jour pour se rendre à Andatabo pour revendiquer le paiement de quatre mois de bourses d’étude et de leur équipement.

Échauffourée dans l’enceinte universitaire de Maninday hier. Une manifestation estudiantine a viré en un affrontement entre les étudiants de ladite université. En effet, des groupes d’étudiants des facultés de l’université Maninday auraient voulu manifester publiquement leur revendication en ce qui concerne les allocations d’études et d’équipements. Pour ce faire, les groupes d’étudiants en question auraient voulu faire sortir les étudiants de l’Ecole Normale Supérieure de leurs salles de classes afin que ceux-ci puissent grossir leur rang. Ce qui aurait eu comme conséquence, l’arrêt de toutes les activités pédagogiques auprès de l’école en question. Une intention non partagée par certains étudiants de l’Ecole normale supérieure qui auraient manifesté leur refus de cesser leurs cours mais surtout de perturber la bonne marche des activités au sein de l’Université. D’autant plus qu’ils y auraient eu des étudiants en pleine soutenance de mémoire auprès de l’Ecole normale supérieure. Des rixes auraient ensuite éclaté entre les Normaliens et les universitaires.

Récurrent. Les étudiants des facultés de l’université Maninday Toliara ne compteraient pas en rester là. «Si les quatre mois de bourses et l’équipement ne sont pas payés, on va sortir de l’enceinte universitaire pour aller manifester à Andatabo», fait savoir un étudiant joint au téléphone hier. La problématique de la situation qui prévaut auprès de l’Université de Toliara est toujours la même que celle des universités du pays où l’on a vu récemment des revendications estudiantines. Cela concerne le retard dans le paiement des bourses d’études et le mauvais état des infrastructures universitaires. En effet, les étudiants de l’université Maninday réclament également la fin des travaux de construction de la cité universitaire R+3, la réhabilitation des infrastructures sanitaires et la validation de leur diplôme. De son côté, le gouvernement entend changer la donne, du moins pour les retards de paiement des bourses, avec «la digitalisation du processus». Ce qui devrait être bientôt opérationnel si l’on s’en tient aux communiqués officiels.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi Joli

Entre chant, musique, danse et arts visuels, il y a de quoi s’évader ce vendredi 26 février 2021 avec les événements culturels prévus se tenir à divers endroits.

Les vétérans à l’honneur

Trois événements culturels vont mettre à l’honneur des grands noms de la musique malgache ce soir. Tselonina, Ifanihy, Filah, et Belahy sont par exemple programmés à l’Alliance Française d’Andavamamba(AFT) pour le spectacle de Vazo Miteny « Revy Glita ». Les portes de l’AFT seront ouvertes à 18 heures 30 pour les adeptes de ce style de musique. Pour les personnes qui souhaitent une ambiance plus cosy et jazzy, Rija Ramanantoanina chantera à partir de 17 heures à l’Oleo Tanana Talatamaty. Et à 171,2 km de la Capitale, le groupe Rebika, fera revivre ses tubes des années 90 au Restaurant Le Rêve Antsirabe à compter de 20 heures ce soir.

Concerts de Rap, de Rock et de Soul

Dans l’univers de la musique populaire, quelques concerts sont également prévus pour ce jour. A 19 heures, un collectif de rappeurs nommé ‘Ray Lasy est à l’affiche à La Teinturerie Ampasanimalo. Retour d’Age, un groupe proposant des interprétations des chansons des années 90 à 2000, performera à partir de 21 heures au Lapa RN7 Ampasanimalo, avec un répertoire plus rock qu’autre chose. De la soul en version acoustique, c’est ce que propose le duo Morgane et Dô Andria au Metro 2.0 Ankadindramamy lors d’un afterwork qui débutera à 19 heures. Et à l’Alliance Française d’Antsirabe, Kanna Jihe présentera ses compositions Beko-Rock.

Ambiance tropicale et dancing

Impossible de se passer de la musique tropicale pour une soirée de vendredi. Ce soir encore, quelques ambianceurs promettent du rythme et de la sueur. La sulfureuse Black Nadia sera derrière le micro du Jao’s Pub Ambohipo cette nuit à compter de 21 heures. De l’autre côté de la ville, Jim Co offre un cabaret dancing à l’hôtel restaurant les Cygnes Mandrosoa Ivato à partir de 20 heures ; la compagnie sera soutenue par le groupe Reko Fy. En outre, un événement un peu particulier pour célébrer la Journée des écoles, le chanteur tropical Ngiah Tax Olo Fotsy est annoncé pour un showcase à Mananara Nord cette nuit à 21 heures au Volume 5.

Arts visuels et performance

« EKA », une performance multi-disciplinaire se tiendra au Custom Café Ampasamadinika ce soir à 20 heures. A l’IKMalagasy Antsahavola, la jeune peintre MARAA continue d’exposer et de mettre en vente ses œuvres sur le thème INTROSPECTION ce jour, tout comme Bodo Razafindrazaka à l’Alliance Française avec sa collection « Me and Myself, mon autre Moi ».

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Mahamasina : Tanora 24 taona matin’ny mpanendaka

Jiolahy maromaro no nanaraka azy avy taoriana. Tao anatin’ny fotoana fohy dia nampiasa herisetra ireo mba hangalàna ny finday sy ny kitapo teny amin’ilay tovolahy. Raha araka ny fantatra dia vola mitentina iray hetsy ariary no lasan’izy ireo. Ilay lehilahy kosa naratra mafy ary nitarika ny fahafatesany ny fahavoazana nanjo azy. Izany herisetra miampy vonoan’olona izany no nitranga tetsy Mahamasina ny alin’ny talata teo. Manodidina ny tamin’ny valo ora alina, raha nandalo teny an-toerana ity tovolahy ity no nohararaotin’ireo mpamono olona nanamparana ny habibiany. Vola izay hizara maromaro ary heverina fa ho lany amin’ny toaka indray alina fotsiny ary finday izay hamidy mora eny amin’ny mpandray halatra, izay no antony namonoana ilay tanora. Io farany izay manana ho avy mamiratra, satria ankoatra ny fianarana ambony norantoviny dia efa nisokatra tsikelikely ho azy ny sehatry ny asa. Tsy vitan’izany fa ao anatin’ireny fikambanana miompana amin’ny asasoa ireny izy. Izany zavatra rehetra efa nisoritra izany dia maloka tao anatin’ny indray mipi-maso monja. Ontsa sady nihorohoro ny olom-pantany. Oviana ihany izany vao mba hiaina am-pilaminana ny mponin’andrenivohitra manoloana ny afitsoky ny jiolahy? Vao mody ny masoandro dia efa tsy milamin-tsaina intsony raha tsy ao an-trano, ankoatra ireo izay manana mpiambina manokana angamba na koa manana fitaovam-piadiana. Ny antoandro indray dia kaodikaody avokoa ny eny an-dalambe noho ny harom-paosy sy ny mpanendaka. Vao tamin’ity herinandro ity koa no nisy voaendaka amin’ny andro antoandro, tokony ho amin’ny efatra ora, teo Analakely. Ramatoa izay vao avy niantsena no niharan’ny herisetra mba nahazoana ny poketrany izay sady nisy vola no nisy finday. Tsy nisy sahy namonjy ny olona noho ny tahotra sao ho voatsindrona antsy. Mila haparitaka erak’Antananarivo ny mpitandro ny filaminana manao fanamiana sivily ary manara-maso sy miditra an-tsehatra raha ilaina, mba hiarovana ny olona sy ny fananany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Vohipeno et Sambava : Recrudescence des vols de vanille immature

Les vols de vanille prennent de l’ampleur dans certaines zones. Les “fokonolona” ont ras-le-bol de ces voleurs qui menacent la plantation de la vanille. Le mois de janvier dernier à Maromandia, un planteur de vanille a été victime d’un vol de lianes de vanille avec gousses immatures. Le poids total des produits volés était de 4,4 kg. La victime a demandé l’aide des habitants de la localité afin retrouver les voleurs. Suite aux recherches effectuées, le “fokonolona” a retrouvé dans le champ un homme domicilié à Ambohimasina, “fokontany” Maromandia. Interpellé par le “fokonolona”, ce dernier a dénoncé un autre individu, comme co-auteur du vol. Un autre homme est aussi suspecté d’être l’auteur du vol. Jeudi dernier vers 15 heures, les quartiers mobiles de Maromandia, commune rurale de Vohipeno, district de Fénérive-Est se sont présentés au bureau de la brigade de Fenerive-Est en conduisant les trois hommes soupçonnés d’être auteur et co-auteurs du vol des lianes de vanille. Après enquête préliminaire auprès de la gendarmerie, les présumés coupables ont été gardés à vue dans la chambre de sûreté de la brigade de Fenerive-Est. Les gendarmes continuent leur enquête pour faire la lumière sur ce vol.

De même dans le district de Sambava, le vol de vanille verte immature est en recrudescence.

La brigade de la gendarmerie d’Amboangibe a été avisée, tardivement la semaine dernière, sur un cas de vol de vanille verte, survenu la nuit du samedi vers 22 heures au lieu Ambignany, district de Sambava. Un voleur a été surpris par le propriétaire de la vanille, il était en train de cueillir et voler environ 9 kg de vanille verte dans le champ. Le voleur a pris la fuite et reste introuvable malgré les recherches et poursuites entreprises. Trois gendarmes se sont dépêchés sur les lieux en vue de faire une constatation et récupérer la vanille. Les 9 kg de vanille verte sont saisies à la brigade d’Amboangibe. La recherche de l’auteur ainsi que l’enquête sont en cours.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Société Générale Madagasikara : Un espace dédié aux PME opérationnel

Le DG de Société Générale Madagascar Zdenek Metelak.

Société Générale Madagasikara poursuit les actions pour le développement des petites et moyennes entreprises. La banque met en place la Maison de la PME dont la mission, comme son nom l’indique, réside dans l’accompagnement multidimensionnel des PME et la mise en place d’un financement adapté.

Réponse concrète. Née d’une volonté conjointe du Groupe Société Générale et de ses partenaires locaux d’apporter une réponse concrète aux problématiques de suivi et de financement des PME à Madagascar, la Maison de la PME est ouverte à toute personne souhaitant créer ou développer son entreprise ainsi qu’à toutes les PME existantes, qu’elles soient clientes de SG MADA ou non, bancarisées ou pas. L’un des avantages majeurs de la Maison de la MPE réside dans l’accompagnement et la prise en charge des besoins de l’entreprise depuis l’étape de création, en passant par la structuration, la formalisation et l’appui à la recherche de financement. Il s’agit aussi d’un espace d’accueil convivial pour des rendez-vous avec d’autres PME, la maison dispose d’un espace de coworking pour faciliter les réunions à distance. La Maison de la PME joue, par ailleurs, le rôle de canal d’accès à de multiples partenaires, un espace aménagé afin de faciliter le réseautage via des animations et des formations sur place, avec un suivi des modules de formation.

Espace conseil. Cet espace offre plusieurs services permettant d’accueillir et d’accompagner tout entrepreneur local et étranger désireux d’accroître le potentiel de son entreprise, en mettant à sa disposition un espace-conseil adapté, avec l’appui de plusieurs partenaires. Comme les organismes, institutions et programmes offrant des appuis aux PME, les organisations intermédiaires regroupant les entrepreneurs malgaches, les cabinets de conseils et centres de formation, les compagnies d’assurance. « Les petites et moyennes entreprises africaines sont au cœur du développement des économies africaines, elles représentent 90% des sociétés privées et une ébauche de la majorité de la population. C’est pour cette raison qu’elles sont incontournables, notamment dans l’émergence du croisement africain et dans l’accès large à l’emploi. C’est pour cette raison que la Société Générale se donne pour objectif de mieux les accompagner et de les financer, et inscrit cette ambition dans le cadre de son initiative stratégique pour l’Afrique, «Grow With Africa » a déclaré Zdenek Metelak DG de la Société Générale Madagasikara lors de l’inauguration de cet Espace PME.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Kick-boxing : Le premier rendez-vous national à Fianarantsoa

Les grands combattants malgaches seront présents à ce rendez-vous.

Après l’année 2020 paralysée par la pandémie de Covid-19, la Fédération malgache de kick-boxing compte démarrer la saison 2021 à partir du mois prochain. Une partie du programme d’activités est connue.

En effet, les adeptes du sport de combat, plus précisément de kick-boxing, se retrouveront à nouveau à l’occasion du combat de défi « Grand Prix », organisé par la Fédération malgache de kick-boxing le 28 mars au gymnase couvert de Fianarantsoa. Il s’agit d’une première compétition nationale en K1 pour les garçons de -51kg, -54kg, -57kg, -60kg, -67kg, -71kg et les filles de -52kg et -60kg, après une longue pause engendrée par la Covid-19. Ce rendez-vous devait initialement se dérouler en décembre pour clôturer la saison mais a été décalée. Cependant, les quatre combattants malgaches habitués aux combats internationaux affichent leur volonté et sont à la recherche de leurs adversaires. Miora Tiana, la championne du monde junior, sera engagée chez les -52kg. Zafy Mariamo très connu sous le nom de Lavakely Pro, champion du monde, attend son adversaire dans la catégorie des moins de 57 kg. Tahiry la star du Cosfa, ancien champion d’Afrique est, pour sa part, à la recherche de son rival pour les moins de 57kg tandis que le champion de l’Océan Indien, Gladys est prêt chez les moins de 60kg. « On attend encore la liste des combattants de chaque ligue. Dès qu’on aura tous les noms, chaque combattant connaîtra sans tarder son adversaire respectif», a fait savoir le Directeur technique national. La deuxième édition de ce combat de défi aura lieu dans la Capitale au mois de mai. Quant au championnat de Madagascar, cette joute nationale est prévue se dérouler en septembre. Cependant, chaque ligue devra terminer son championnat avant le mois d’août. Ainsi, la fédération envisage d’aligner des tireurs malgaches aux championnats du monde senior de Moscou, en Russie en novembre. Pour la ligue Analamanga, un tournoi « Combat de défi » sera organisé le 14 mars au petit palais des Sports Mahamasina dans l’objectif de détecter ses représentants à cette rencontre à Fianarantsoa fin mars. Pour cela, 25 combats, en low kick et en K1, seront au programme, selon les explications du président de la ligue, Mino Harifetra Rakoto.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Fanolanana : Zaza 13 taona bevohokan’ny lehilahy 30 taona

Nidoboka am-ponja vonjimaika ny alarobia teo ny lehilahy 30 taona mipetraka ao Andapanangoy, fokontany Vohilava, Nosy Boraha, rehefa niakatra fampanoavana tao Fenoarivo Atsinanana, noho ny fanolanana zazavavy vao 13 taona monja. Taorian’ny famotorana natao taminy, niaiky ny heloka vitany ity farany, ka tamin’izany no nilazany fa efa niaraka taminy ilay zazavavy nanomboka ny volana oktobra 2020. Ary fantatra fa mitondra vohoka dimy volana ilay zazavavy amin’izao fotoana izao. Tsy nitsitsy ny fitsarana fa nandefa ilay lehilahy tompon’antoka any am-ponja avy hatrany. Ilay zazavavy kosa mbola anaovana fanaraha-maso sy fanadihadiana eo anivon’ny ray aman-dreniny. Anisan’ny mirongatra be ny tranga fanolanana any amin’ny faritra noho ny antony maro. Anisan’izany ny fahantrana ka hararaotin’ny lehilahy ireo ankizivavikely. Eo ihany koa ny ray aman-dreny sasany mandrisika mihitsy ny zanany vavy, indrindra fa ireo zaza maroroka. Misy koa anefa ny fanolanana zaza mbola voatavo tsy mifandraka ataon’ny olona akaiky azy ihany, toy ny ray kely sns. Ity tranga farany izay vokatry ny fandraisana zava-mahadomelina. Eo ihany koa ny tsy fandraisana andraikitra ataon’ny reny sasany. Efa nazava ny fepetra noraisain’ny fanjakana fa any am-ponja avy hatrany, ary tsy misy raharaham-pihavanana ho an’ireo izay tratra amin’ny fanolanana sy ny fanodinkondinana zaza tsy ampy taona, ary fanararaotana ara-nofo.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Commerce : Inauguration du nouveau marché à étages à Behoririka

Cette nouvelle infrastructure peut accueillir jusqu’à 800 marchands.

Défi relevé ! C’est avec une immense fierté que le premier magistrat de la Ville des Mille, Naina Andriantsitohaina, a inauguré hier le nouveau marché à étages à Behoririka , hier. Cette infrastructure d’une capacité de 800 places a été construite pour accueillir les marchands de rue qui se situent entre Soarano et Behoririka. Le maire a indiqué que la construction de grands marchés à étages figurait parmi ses priorités dans le programme « veliranon’Iarivo ».  « Pendant plusieurs années, il n’y a pas eu de projet d’infrastructures de ce genre dans la Capitale » , se félicite-t-il. Il a également annoncé dans la foulée que le recensement des marchands qui squattent les rues et les trottoirs entre le pont Behoririka jusqu’au building Ramaroson Soarano est déjà achevé. Les concernés seront dotés d’une carte professionnelle à partir de la semaine prochaine et pourront ainsi s’installer à cet endroit dans les jours suivant cette opération.

Concernant les tickets à payer journellement auprès de la CUA, Naina Andriantsitohaina a tenu à rassurer les marchands, le montant y afférent ne sera pas augmenté et restera à 500 ariary. Tout comme les marchands, les clients ont eux aussi droit à un lieu propre, éclairé et ordonné et ce marché fraîchement inauguré coïncide bien avec les attentes des deux parties, a-t-il indiqué.  Il a annoncé dans la foulée que d’autres projets similaires à celui-ci seront également réalisés d’ici quelques mois tels que le marché d’Anosy et celui du Coum 67ha.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

La menace tourjours présente de la Covid-19

Les événements politiques de ces derniers temps nous ont fait oublier que la Covid-19 est toujours une menace insidieuse. Le bilan hebdomadaire présenté à la TVM a semblé passer inaperçu alors que les chiffres de contaminations et le nombre de décès ont crû de manière spectaculaire.

La menace tourjours présente de la Covid-19

Nosy-Be, pôle touristique par excellence, est en alerte car on a constaté un nombre de cas positifs élevés. Le préfet a lancé un véritable branle-bas de combat après l’annonce de 48 cas de contamination. L’île est une porte d’entrée dans le pays car son aéroport reçoit des vols de l’extérieur. Les contrôles vont être plus sévères et les mesures appliquées seront très strictes, mais la région de la SAVA est elle-même sous haute surveillance. L’occasion est donc trouvée pour rappeler que le virus est toujours une épée de Damoclès suspendue sur nos têtes. Le bilan hebdomadaire présenté le week-end dernier fait état de 233 nouveaux cas et de cinq décès, et souligne que le virus couvre les 22 régions. Madagascar ne peut pas échapper à la menace représentée par les nouveaux variants du virus, notamment celui appelé « sud-africain ». Nos voisins de Mayotte, des Comores et de La Réunion sont sur le qui-vive et leurs autorités ont pris des mesures radicales pour endiguer la pandémie. On ne doit donc pas s’étonner de la migration de ce virus chez nous. Les Malgaches, du moins les plus conscients, ont parfaitement compris la nécessité du port du masque et l’adoption des gestes barrières, mais on constate parfois un relâchement. Il y a des rassemblements qui se font sans aucune précaution. On l’a vu lors des manifestations politiques récentes. C’était le cas le week-end dernier à Tana et à Toliara. On ne reviendra pas sur ce qui s’est passé à Analakely, mais il y a eu aussi l’accueil triomphal des sénateurs par de nombreux partisans à Toliara. Ce sont des exemples que l’on peut citer car ils ont été médiatisés, mais il ne s’agit pas de cas isolés. Il est donc nécessaire de rester vigilant et d’avoir à l’esprit que nous devons respecter une certaine discipline pour rester en bonne santé.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

Street photography : « Miaina », une bouffée d’air photographique par Nantenaina Fifaliana

Nantenaina Fifaliana lors de l’exposition collectif « Malagasy People » à la Fondation H en février 2020.

La période de la covid-19 ? Incontestablement, les sept mois les plus intenses que Madagascar ait jamais connus. Angoisse, attente, deuil, frustration, claustrophobie, repos, combat… il a fallu être fort. Et pour les artistes, cela a été une grande source d’inspiration. La créativité a pris le dessus pour leur permettre de survivre et être témoin de l’histoire. Entre les peintres, les écrivains et les cinéastes, les photographes ont également tutoyé la situation. Parmi eux se trouve Nantenaina Fifaliana. Réalisateur de film, il porte également la casquette de photographe et donne une bouffée d’air à travers son expo-photo « Miaina ». Une exposition de street photography mettant en avant une population en action, montrant plusieurs facettes sous de multiples coutures.

Faire beaucoup avec presque rien, a été le lot de presque tout le monde. « Miaina » relate à travers dix clichés une période avant, pendant et après confinement. L’artiste ne change pas de registre et montre une fois de plus la beauté dans la simplicité. Tout comme le titre de l’exposition, Nantenaina Fifaliana de raconter que « j’ai choisi “ miaina ” parce que cela a été un moment très difficile à vivre. Parce que, quand les choses assez difficiles de 2020 sont derrière nous, nous pouvons nous permettre enfin de respirer. Pratiquement, la bouffée d’air quand on enlève le masque est salutaire. » A partir de ce soir, durant le vernissage, les photos de Nantenaina Fifaliana trônent sur les murs du Chick’n Art Ankorondrano. Passionnés, soyez au rendez-vous !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Art contemporain : Beyond All You Are Mine à Hakanto Contemporary

Une œuvre permanente installée à Hakanto Contemporary. Une autre se trouve au nouvel aéroport d’Ivato.

Les œuvres de trois artistes sont exposées à Hakanto Contemporary, sis à la Galerie Alhambra Ankadimbahoaka du 27 février 2021 au 16 mai 2021. Il s’agit, entre autres, de mentalKLINIK, de Temandrota et de Rina Ralay Ranaivo.

Ils sont trois pour affirmer, à travers cette exposition de groupe, que nous sommes toujours ensemble, inspirés et vivants. Beyond all you are mine, signifie : au-delà de tout, tu es mien pour les plus francophones d’entre nous. « Une affirmation joyeuse dans un temps où le futur est incertain… » selon les mots de Joël Andrianomearisoa, l’artiste qui a proposé cette exposition. Pour découvrir cet univers étrange mais envoûtant, le vernissage se tiendra ce samedi 27 février 2021 de 14 h à 18 h. Ensuite, les portes de Hakanto Contemporary resteront ouvertes jusqu’au 16 mai 2021 pour ceux qui ont soif de voyages et d’explorations.

Les artistes. Le premier, MentalKLINIK est un duo, basé à Istanbul et Bruxelles. Yasemin Baydar et Birol Demir privilégient les contrastes et les contradictions dans leurs installations afin d’interpeller le spectateur et l’emmener vers une expérience festive, mais toujours suggestive. Le duo invite les visiteurs à se questionner sur son amour pour Antananarivo. Lors de la visite de l’exposition hier, on est tombé sur une œuvre de MentalKLINIK inspirée du manque de lumière dans la ville des Mille. Temandrota quant à lui est localisé à Antananarivo. Cet artiste aime jouer avec des matières peu conventionnelles comme les bouses de zébu et les déchets pour créer des œuvres au caractère paradoxal. Et enfin, Rina Ralay Ranaivo, plus connue dans le milieu de la photographie et de l’installation, est également de cette exposition. « L’artiste invoque dans sa pièce Chapitre I, ses fantasmes, nos ancêtres, et l’Histoire, le long d’un fleuve imaginaire à traverser » d’après la description faite par Joël Andrianomearisoa.

Concernant Hakanto Contemporary, il s’agit d’un espace assez récent. Selon Joël Andrianomearisoa, initiateur de ce lieu, l’objectif est de contribuer aux dialogues entre les scènes artistiques locales et internationales, tout en affirmant le caractère unique de la culture malgache.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme : Claudine et Franck partent demain

Après plusieurs mois d’attente, les deux athlètes malgaches pensionnaires du Centre International d’athlétisme de Maurice vont pouvoir partir. Franck Calin et Claudine Nomenjanahary quittent le pays demain pour rejoindre l’île Maurice et les championnats d’Afrique de cross 2021.  » Leur départ est confirmé. Ils devront faire 14 jours et une semaine de quarantaine à leur arrivée à l’île Maurice », a souligné Norolalao Andriamahazo, présidente de la Fédération malgache d’athlétisme. La 6e édition des championnats d’Afrique de cross-country, initialement prévue les 6 et 7 mars 2021 à Lomé (Togo), a été reportée à une date ultérieure. L’annonce a été faite par la Confédération africaine d’athlétisme (CAA), à la suite de la demande des autorités togolaises qui ont évoqué des mesures sanitaires pour contenir la propagation de la pandémie de la Covid-19. On rappelle que l’événement avait été déjà reporté en 2020 en raison de l’élection présidentielle au Togo. Les deux athlètes Mampitroatse et Marthe Ralisinirina devront, une fois de plus, patienter avant de goûter à la joute africaine.

T. H

Midi Madagasikara0 partages

Rap : Psykopasy au No comment

Demain sera le jour où, Psykopasy, le rappeur de la soi-disant « vieille école », montera sur la scène du No comment Isoraka à partir de 20 heures. Un concert sous le signe de la confirmation. Puisqu’il n’est presque plus nécessaire de présenter cet artiste. Issu du clan X-Crew, rassemblement des rappeurs du côté de l’Atsimondrano, il a toujours prôné un rap conscient et contemporain. Psykopasy a aussi prôné un rap vecteur de message représentatif de la jeunesse actuelle. Dans le milieu de cette musique, de la culture hip hop tananarivienne en général, il est aussi connu pour son ouverture d’esprit. Il n’a pas vraiment besoin de montrer l’exemple, ses textes sont là pour cela. Avec des chansons comme « Tsipi-panohizana », « Eto dago aho n’ miaina », « Iarivo amin’ny alina ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Behoririka : Mpanendaka tratran’ny polisy vao maraina

Voasambotry ny polisy vao maraina teny ambanin’ny tetezan’ny Behoririka ny tovolahy iray mpanendaka omaly. Araka ny fanazavana azo, nanendaka vehivavy iray nandeha tamin’iny lalana iny izy io, izao tratra izao. Niantso vonjy ilay voaendaka ka sendra ny polisy niasa vao maraina teny ka tsy lasa lavitra dia tratra. Voalaza fa ireo vehivavy andeha hiasa maraina no tena lasibatr’ireo jiolahy eny Behoririka sy Andravoahangy iny. Efa mateti-piseho mihitsy izany, ary mampitaraina ny fisintonana finday anaty fiara, fanendahana poketra sns. Maro mihitsy ny efa tratrany raha ny filazan’ny olona eny an-toerana, indrindra rehefa alarobia tsenan’Andravoahangy iny. Tratra ny iray aloha tamin’ity, izay fantatara fa mbola misy namany maro mihaodihaody eny. Tsy eny eny amin’iny faritra iny ihany  fa maro amin’ireo toerana eto an-denivohitra no isehoana fanendahana na maraina, na antoandro na alina. Mitaraina ny mponina manoloana izany, ary hita fa nirongatra izany tato ho ato. Teny analakely, ny talata lasa teo, vehivavy mpanao gazety iray noendahina telo lahy nitondra antsy nanoloana ny tranom-pokonolona Analakely, amin’ny andro amin’ny 4 ora tolakandro. Jereny olona fotsiny kanefa amin’ny fotoana mahabe mpandeha eny mihitsy. Tsy tahotra tsy henatra ireo jiolahy amin’izany, ary efa fanaon’izy ireo mihitsy ny asa fanendahana eny amin’ny tsena. Efa hain’ireo mpivarotra sy tovolahy mpiasan’ny tsena mijorojoro eny ireo, saingy jerem-potsiny. Mety mpiray tsikombakomba ihany koa ny sasany amin’ireo olona ireo.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Faux et usage de faux : Un ressortissant étranger condamné à un an de prison ferme

Le procès qui s’est déroulé mardi dernier au tribunal Anosy confirme que les décisions judiciaires publiées à Madagascar ne sont pas toujours dignes de foi. Cette situation porte atteinte à l’image de la justice malgache. Le procès concerne une affaire d’héritage et de transaction de biens y afférents. Un ressortissant étranger  s’est approprié des biens mais a rencontré des problèmes pour les obtenir et a fini par transgresser la législation en vigueur. Ayant combattu depuis des mois devant la justice et en sortant toujours perdant, ce ressortissant étranger est allé jusqu’à commettre un acte fortement répréhensible au vu de la loi. Il a falsifié la signature et le cachet du Greffier en chef du tribunal de Première Instance d’Antananarivo. Actes qu’il a reconnus quand il a comparu à la barre le mardi 23 février dernier. C’est pourquoi le juge l’a condamné à un an de prison ferme, assorti d’un mandat d’arrêt à l’audience. Ce serait un jugement tout à fait logique, mais cette affaire qui devait être jugée en cour criminelle a été traduite en correctionnelle. Les investigations menées par les journalistes ont, en effet, montré que la personne incriminée n’est plus étrangère à la justice malgache en matière de ce genre.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Accident de la route : Collision mortelle entre une moto et un taxi-brousse

Les accidents de la route sont devenus le quotidien des Malgaches. Un accident de la circulation routière a fait un mort à Analavory, mardi dernier vers 17 heures, sur l’axe routier RN 43 au pk 04+960 dans le fokontany Maromena Marosoka, commune rurale d’Analavory, région Itasy. Sur un virage non masqué, une moto cross sans immatriculation venait d’Analavory vers Ampefy, le deux-roues roulait à vive allure en double montée, un homme âgé de 41 ans le conduisait et avait un passager à l’arrière. Selon la gendarmerie, sous l’emprise de l’alcool et sans casque, la moto s’est heurtée sur la partie avant droite d’ un taxi-brousse venant en sens inverse. Le choc violent a instantanément provoqué la mort du pilote du deux-roues. Propulsés par la violence du choc, les deux motards se sont écroulés sur la route. Grièvement blessé au crâne, le conducteur a perdu la vie. La femme qui l’accompagnait a également été grièvement blessée. Elle a été évacuée d’urgence au CHR Miarinarivo, après des soins d’urgence au Csb2 Analavory. Selon un témoin oculaire, roulant à pleine vitesse, le conducteur n’a pas aperçu l’arrivée d’une Mazda venue en sens inverse. Alertés de ce fait, des gendarmes de la brigade d’Analavory se sont rendus sur place. Puisqu’il s’agit d’un accident mortel, le chauffeur a été arrêté et placé en garde à vue pour la suite de l’enquête. Le corps du défunt a été remis à sa famille et une enquête a été ouverte par la brigade d’Analavory. Les forces de l’ordre sensibilisent les usagers sur le respect du code de la route. Un renforcement des contrôles routiers a été réalisé afin de prévenir les accidents sur les routes nationales.

 Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Ancien membre du CT : « Des partis ont été écartés du pouvoir »

Le quartier administratif à Anosy. (Photo archives)

« L’opposition en fait à sa tête actuellement face au régime, pourtant ce dernier est majoritaire au sein des Institutions telles que l’Assemblée nationale et le Sénat ». Des remarques émanant d’un ancien membre du Congrès de la Transition (CT). Ce dernier déplore, en outre, que « les partis et plateformes qui ont soutenu le Président de la République du temps de la Transition ont été écartés (UDR-C, Les AS, ESCOPOL…). Ils ne sont représentés ni au niveau du gouvernement, ni au niveau de la Présidence ». Il n’a pas manqué de citer le cas du président national des AS, Voninahitsy Jean Eugène, qui commence à élever la voix concernant les affaires nationales.

Point commun. En revanche, a-t-il indiqué, les partis qui ont pu faire élire des députés, des maires et des conseillers se font discrets. Il s’agit entre autres, de l’AVI, du RPSD et du Leader-Fanilo. Le point commun, entre eux, c’est qu’ils ont soutenu le président Andry Rajoelina depuis 2007 jusqu’à ce jour. Toujours d’après cet ancien membre du CT, « les politiciens et les élus sous les couleurs de l’IRD estiment que le Président devrait avoir le courage de  prendre des décisions à limoger ceux qui ne sont pas capables dans son entourage et dans son gouvernement ». Il estime, par ailleurs, que certains Départements ministériels devraient être départagés sur plusieurs portefeuilles. Il a cité ainsi le ministère des Travaux Publics et de l’Aménagement du Territoire, le ministère des Transports et du Tourisme, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Sab Nam : Manjaka Lalao et AST Tana champions

L’équipe de Manjaka Lalao et celle de l’AST Tana ont remporté la victoire du tournoi de football organisé par l’association MPIKITRA et la Commune Rurale de Sabotsy Namehana. Les grandes finales de la catégorie vétéran ont eu lieu le week-end dernier sur le stade Herisetra Rafanodina. Chez les Supers vétérans  plus de 45 ans, Manjaka Lalao a défait AMI Mahamasina sur le score de trois buts à un, tandis qu’AST Tana a laminé KFA Analamahitsy par deux à un, chez les plus de 50 ans. Une somme de 900.000 ariary a été offerte aux clubs champions accompagnée d’une coupe et des médailles pour chaque joueur. Les vice-champions, eux-aussi, ont eu leur récompense. Cette dernière journée du tournoi a été exceptionnelle puisque deux grands footballeurs, à l’instar de Njiva qui venait de terminer son bail avec le Nong Bua en Thaïlande et Christian Kely, qui  était une ancienne star de l’équipe nationale, ont honoré les matches par leur présence. La prochaine saison va commencer bientôt, tandis que celle des jeunes a été déjà ouverte depuis le mois de février. Le tournoi de football se poursuit donc dans la commune avec le tournoi baptisé « Avotra » pour les catégories jeunes, notamment les U13, U15 et U17. La commune de Sabotsy Namehana est une des communes experte en éducation des jeunes dans le sport. Ainsi, la commune possède même un club nommé AC Sabnam, qui a déjà été sacré champion de Madagascar de football féminin à plusieurs reprises. Cette implication pour le sport ne se limitera pas uniquement au football car le rugby sera également de la fête à partir de ce week-end.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

BTP – Génie civil : Cinq étudiants primés par la Fondation Hiroshi Uchida

Les meilleurs étudiants de la filière des BTP (Bâtiments et Travaux Publics) et de Génie civil sont récompensés, chaque année par la Fondation Hiroshi Uchida. Pour cette année, cinq étudiants ont bénéficié de la bourse d’études d’une valeur d’un million d’ariary, chacun. En effet, la fondation a augmenté le nombre de bénéficiaires, qui était auparavant de trois par an. Les bénéficiaires sont Pierrot Rafanomezantsoa de l’IST (Institut Supérieur Technologique d’Antananarivo), Tony Rakotondrahaja de l’ISPM (Institut Supérieur Polytechnique de Madagascar), Marcello Rajoarisaony de l’Ecole Supérieure Polytechnique d’Antsiranana, Alice Fanomezanjanahary de l’Université de Toliara filière Ecologie et Environnement, ainsi qu’un étudiant de l’ESPA (Ecole supérieure polytechnique d’Antananarivo). A noter que la fondation compte depuis 2004, plus d’une cinquantaine de bénéficiaires, soit plus de 50 millions d’ariary octroyés aux étudiants performants.

Action RSE. Selon ses représentants, Daiho tient un grand rôle dans la pérennisation de ce projet d’appui aux étudiants. « La Fondation a choisi les quatre établissements supérieurs polytechniques, car DAIHO Corporation est une société de Travaux Publics et de Bâtiment, mais il y a une étudiante méritante en Écologie et Environnement, qui est également bénéficiaire », a indiqué l’ambassadeur du Japon à Madagascar, Higuchi Yoshihiro, présent à la cérémonie de remise de bourse, qui s’est tenue hier au Grand Hôtel de Chine Antanimora. A noter que la Fondation a été créée en 1997, par l’ancien PDG de la société Daiho Corporation, feu Hiroshi Uchida. A l’époque, les fondateurs ont déposé 250 millions Fmg à la Caisse d’épargne. Chaque année, une partie des intérêts de ce capital est octroyée aux étudiants témoignant d’une bonne performance et le reste s’ajoute au capital, qui augmente donc d’année en année, depuis maintenant 22 ans.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Haute Matsiatra : Reconstruction du Pont Soanierana Andrainjato

Les travaux d’infrastructures routières avancent à grand pas, dans les diverses régions à travers la Grande-île. À Matsiatra Ambony, un pont de 20m de longueur a été reconstruit en béton armé. Pour la durabilité de cette infrastructure, les parties à l’entrée et à la sortie du pont ont également été réhabilitées en pavés autobloquants. Selon le MATP (Ministère chargé de l’Aménagement du territoire et des Travaux Publics), les travaux ont duré trois mois, depuis le mois d’octobre 2020 jusqu’à février 2021. À noter que plusieurs infrastructures routières ont été réalisées sur cet axe, pour favoriser le développement de la région. Une stratégie adoptée pour tout le territoire national, qui a conduit le MATP à réaliser durant l’année dernière, 14.343,03 Km de construction, de réfection et d’entretien de route, grâce à un taux d’engagement de 119,29%, contre 65,36% en 2019. En d’autres termes, les projets routiers s’accélèrent de plus en plus sur la voie de l’émergence. Bien que la performance en 2020 soit impressionnante, le ministère de tutelle affirme que les réalisations prévues pour cette année 2021 seront meilleures.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

COVID-19 : Hausse vertigineuse des contaminations à Nosy-Be

Les tests PCR ainsi que les médicaments sont gratuits pour les personnes présentant des signes suspects.

Le nombre des personnes testées positives à la Covid-19 a connu une augmentation à Nosy-Be. Pour apaiser les inquiétudes face à la hausse des cas confirmés ces derniers temps, le ministre de la Santé publique a tenu à rassurer, la souche mutante est encore absente dans la Grande Ile.

Alarmant ! C’est le moins que l’on puisse dire de la situation de la Covid-19 dans la région Diana, particulièrement dans le district de Nosy-Be. Durant les dernières 24 heures, 38 personnes ont été testées positives à cette maladie dans cette localité, sur les 173 tests effectués. Quatre patients ont par contre recouvré la santé. Concernant le cumul enregistré du 19 au 24 février pour la région Diana, 969 cas confirmés sont répertoriés si 52 malades sont encore sous-traitement dont six pour Antsiranana I, trois pour Antsiranana II, 42 pour Nosy-Be et un autre pour Ambanja. 28 personnes ont par contre succombé à cette maladie sur la période indiquée.

Mesures renforcées. Pour briser la chaîne de transmission, les autorités locales ont mis en place quelques dispositifs à travers un arrêté préfectoral qui a été adopté mardi. Les attroupements ainsi que les organisations festives et culturelles comme les karaoké, cabarets ou spectacles sont interdits d’après cet arrêté. Les marchés seront désinfectés et doivent fermer à 15 heures tous les mercredis et samedi. La durée des veillées mortuaires ne devrait pas dépasser les 24 heures et pour les personnes décédées de la Covid-19, l’enterrement devrait se faire dans les heures suivant le décès.

Pas de souche mutante. Le ministre de la Santé publique, le Pr Hanitrala Jean Louis Rakotovao, a réitéré, encore une fois, l’absence des souches mutantes à Madagascar. Il ira même jusqu’à dire que des tests ont été effectués dans ce sens dont la première vague s’élève à 60 contre 20 pour la seconde. « Les résultats de ces tests ont confirmé l’absence de la souche mutante de la Covid-19 à Madagascar. Malgré tout, nous restons toujours vigilants dans la mise en œuvre des mesures qui ont été déjà instaurées », a-t-il souligné. C’est dans cette optique qu’a été aussi organisée la journée d’échanges sur la Covid-19 qui s’est tenue à l’académie nationale Tsimbazaza hier. L’objectif étant de perfectionner les mesures prises dans la lutte contre cette pandémie grâce aux suggestions des acteurs issus de plusieurs secteurs.

Narindra Rakotobe