Les actualités Malgaches du Vendredi 26 Janvier 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara478 partages

« Vina 2030 » : Pari impossible

Hery Rajaonarimampianina devrait plutôt songer à améliorer ses résultats pour les 11 derniers mois de son premier mandat.

Hery Rajaonarimampianina veut rester au pouvoir jusqu’en 2030. Son projet « Fisandratan’i Madagasikara » présenté hier à Iavoloha confirme cette intention du Chef de l’Etat qui est un véritable pied de nez à l’endroit de la majorité des Malgaches qui ne cesse de s’enfoncer dans une pauvreté grandissante. Pour bon nombre d’observateurs, le président en exercice est en train de se lancer dans un pari impossible à réaliser. Rien que sur le plan constitutionnel, il ne pourra pas briguer un troisième mandat. La Constitution de la quatrième République, dans son article 45 stipule qu’ « Il (ndlr : le président de la République) est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois ». Un changement de Constitution s’avère incontournable pour la concrétisation du « Fisandratan’i Madagasikara 2030 » car l’actuelle loi fondamentale prévoit que le nombre du mandat du président de la République ne peut faire l’objet d’aucune révision.

Président candidat. Sur le plan politique, la question est de savoir si le peuple malgache est disposé à accorder un nouveau mandat au poulain du HVM. Avant de se projeter en 2030, Hery Rajaonarimampianina devrait d’abord trouver les moyens d’apaiser la tension politique actuelle et de regagner la confiance de la population frappée de plein fouet par l’impéritie des dirigeants, l’inflation galopante, la recrudescence de l’insécurité, la corruption généralisée, la gabegie en tous genres, le non-respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Celui qui apparaît de plus en plus comme un président candidat, devrait penser à soigner les 11 derniers mois de son premier quinquennat. En effet, la fin de son mandat est loin d’être un long fleuve tranquille compte tenu de la situation politique avec notamment le cas Marc Ravalomanana qui pourrait soulever des vagues. Sans parler des luttes d’influence entre les proches collaborateurs et conseillers spéciaux du chef de l’Etat.

Plagiat. Plus d’un analyste estiment que le bilan du premier mandat de l’expert comptable devenu président est moins positif que négatif. Qu’en est-il de la mise en œuvre des axes principaux du Plan National de Développement (PND) 2015 – 2019 ? Moins d’un an avant la fin de son mandat, aucun des grands chantiers, des projets structurants et des infrastructures modernes annoncés n’a été complètement réalisé. Le HVM attend peut-être la campagne électorale pour lancer la réhabilitation de la route Ambilobe – Vohémar et des autres routes nationales. Le fait de tenir un discours-programme quatre ans après son arrivée au pouvoir confirme que Hery Rajaonarimampianina ne s’est pas du tout préparé à diriger le pays, mais donne l’impression de naviguer à vue. A l’image du « Fisandrantana » lancé hier à l’occasion du quatrième anniversaire de l’investiture du président Hery Rajaonarimampianina. Juste la veille de la présentation de l’ « Initiative Emergence Madagascar » prévue ce soir à Paris. Du coup, on se remémore le discours d’investiture du 25 janvier 2014, un plagiat de Nicolas Sarkozy qui n’avait pas réussi à décrocher un second bail de 5 ans à l’Elysée. Reste à savoir si ce sera aussi du copier coller pour l’actuel locataire d’Iavoloha.

Davis R

L'express de Madagascar334 partages

Émergence 2030 – Le Président secoue l’ambition nationale

Le chef de l’État a présenté son plan pour une émergence de Madagascar à l’horizon 2030. Il mise, notamment, sur un élan national pour atteindre cet objectif.

Ambition collective. En matière de leadership, ce terme est défini par certains comme « la combinaison d’une vision et d’une mission, réalisée de manière participative ». C’est à cette ambition collective des Malgaches que Hery Rajaonarimampianina, président de la République, fait appel pour mettre et atteindre les objectifs de son « plan de croissance et transformation », de Madagascar, pour en faire une nation émergente d’ici 2030.Ce plan d’émergence de la Grande île, qu’il a baptisé « Fisandratana 2030 », le chef de l’État l’a présenté officiellement, hier, au palais d’État d’Iavoloha. Pour l’occasion, et afin de marquer également le 4e anniversaire de son investiture, Hery Rajaonarimampianina a fait un one-man-show d’un peu plus de 3 heures. Une conférence présidentielle durant laquelle l’ancien enseignant a démontré qu’il a gardé de beaux restes de sa verve professorale.Outre les paramètres économiques, le chef de l’État explique le « Fisandratana », implique également un volet culturel pour « une renaissance de la nation malgache ».

ExemplaritéUne dimension culturelle qui inculquera « la culture de l’émergence, du renouveau malgache, une transformation », qui établira « un nouveau pacte social et insufflera un refus de la fatalité de la crise cyclique ». Au final, ces étapes devraient mener à « une refondation de la nation autour d’une forte ambition collective », indique le locataire d’Iavoloha.La mobilisation générale devrait, entre autres, hisser Madagascar au 70e rang du classement de l’Indice de développement humain (IDH), d’ici 2030. Réduire le taux de pauvreté jusqu’à 30%, ou encore, augmenter le Produit intérieur brut (PIB), par habitant à 1000 dollars, sont les autres perspectives annoncées par le chef de l’État.Des secteurs porteurs comme l’industrie, l’agriculture et le tourisme, la redéfinition de la carte économique de la Grande île, une transformation de son modèle économique devront, entre autres, être les moteurs du « Fisandratana 2030 ». La conférence présidentielle d’hier, donne toutefois, peu de détails sur la manière dont il compte parvenir aux objectifs annoncés dans son plan. À entendre son exposé, plusieurs réformes sont pourtant, à prévoir.À côté des mesures incitatives pour les investisseurs et les entrepreneurs, pourraient être prises d’autres qui seront contraignantes et impopulaires. Le président de la République affirme que son plan d’émergence conduira à une croissance partagée. L’ambition collective pourrait amener les successeurs du président Rajaonarimampianina à garder le cap de son plan d’émergence. Seulement, l’enjeu premier est de convaincre la population à y adhérer, en faire un objectif commun et travailler dans ce sens.Avec un sentiment de désillusion collective vis-à-vis de la classe politique et des difficultés du quotidien, les verbes pourraient ne pas suffire à impulser cette ambition collective. Surtout qu’il est probable que les ménages seraient amenés à faire preuve de plus d’abnégation. Comme l’a affirmé une des personnes de l’assistance, la vision à long terme ne devrait pas occulter les urgences du présent. Le chef de l’État affirme, pourtant, que l’État a déjà beaucoup fait.Il a soutenu hier que le « Fisandratana 2030 » est la continuité de ce qu’il a déjà entrepris depuis sa prise de pouvoir, dans le cadre du Plan national de développement (PND). L’exécution du PND, en toute vraisemblance, n’a pas permis de soulager les charges quotidiennes des ménages. Pour sa défense, le Président rappelle fréquemment, qu’il fallait réanimer une nation meurtrie par la crise et lever les sanctions internationales. Devant l’assistance, à Iavoloha, il a indiqué qu’il préfère les solutions à long terme à celles ponctuelles servant plus à la clientélisme politique.Certes, ventre affamé n’a point d’oreilles. Là entre en compte l’efficacité et l’efficience du gouvernement qui, selon le locataire d’Iavoloha, tient une place majeure dans la marche vers l’émergence. Comme l’exemple vient d’en haut, pour impulser une ambition collective, les gouvernants « doivent être exemplaires dans leurs actions et leurs comportements ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara278 partages

Portrait : Irina Rafaralahisoa Rabemila, une battante au service des autres

« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ! ». Un adage qu’Irina semble avoir adopté, tant dans sa vie personnelle que professionnelle. Fondateur de sa propre entreprise qu’elle a baptisé « Anao », Irina Rafaralahisoa Rabemila a surmonté un à un les obstacles pour parvenir à l’objectif qu’elle s’est fixé. Journaliste de formation, Irina fait ses premiers pas professionnels au sein du quotidien « La Vérité » où elle est en charge de la rubrique culture. Elle intègre ensuite le Ministère de la Culture puis rejoint l’équipe de Telma. Des milieux dans lesquels elle s’intègre parfaitement. Débordante de créativité et ambitionnant depuis toujours de tracer son propre chemin, elle entame, en 2017, une nouvelle page de son histoire.

« Anao ». En 2017, Irina redevient femme au foyer. « J’ai apprécié ma liberté. Je pouvais m’occuper de ma famille et passer du temps avec mes enfants et profiter de ceux qui me sont proches ». A l’époque, l’idée de créer sa propre entreprise lui a déjà traversé l’esprit, mais comment la concrétiser, là était la question. « J’avais une multitude d’idées. Je ne savais pas par où commencer ». Alors qu’elle s’occupait de dossiers administratifs dans les institutions publiques, le déclic lui était venu. « Ce fut pour moi une journée plus que fatigante et stressante. J’ai fait plusieurs allers-retours. J’ai également dû annuler tous mes programmes. Je me suis dit que ça aurait été génial si quelqu’un avait pu s’occuper de toutes ces paperasses à ma place. ». Mais aucune entreprise de ce genre ne propose un tel service. « C’est là que je me suis dit que je vais en créer un afin d’alléger ceux qui, comme moi, ont connu le même problème ». Les jours suivants, elle se penche sur la possibilité de concrétiser son projet. Quelques mois plus tard, « Anao » est mis en place.

Au service des autres. D’abord membre du Lion’s Club de sa ville natale, à Ambatondrazaka (à 15 ans), puis du Lion’s club Antananarivo Santatra (jusqu’à aujourd’hui), Irina Rabemila a toujours aimé « servir», comme l’indique le slogan de ces clubs. Il ne lui a donc pas été difficile de matérialiser son projet. « Les services que nous proposons ? Nous nous occupons des choses futiles, mais qui prennent du temps comme faire les courses, acheter des fournitures scolaires… aux services des plus sérieux comme l’élaboration d’un dossier de partenariat ou de dossier pour l’obtention d’un visa… En quelques mots, on s’occupe vraiment de tout et de rien. En cas de besoin, les gens peuvent nous consulter, on est là pour les servir ».Mahetsaka

News Mada161 partages

Judo 2018 : deux Grand Slam pour Mihanta Andriamifehy

Début époustouflant de Mihanta Andriamifehy chez les seniors. Pour ses premiers pas dans la catégorie, l’étoile montante du judo malgache disputera deux grandes compétitions internationales en ouverture de sa saison.

Après une fin de saison fructueuse, ponctuée de deux coupes de Madagascar, remportées chez les juniors et chez les seniors filles de -57 kg. Mihanta Andriamifehy fait le grand saut pour bien démarrer la saison, en donnant rendez-vous à son public dans la capitale française, les 10 et 11 février, lors du Grand Slam de Paris.

Et aux dernières nouvelles, 13 jours après le rendez-vous parisien, elle s’envolera pour l’Allemagne, plus précisément dans la ville de Düsseldorf, où se tiendra l’autre Grand Slam européen très réputé, le 23 février.

Que ce soit dans l’un ou dans l’autre, elle fera partie des plus jeunes judokates à monter sur le tatami parisien, du haut de ses 19 ans. Pour autant, de l’expérience sur les plans continental et international, elle en a et ce, dès son plus jeune âge.

Elle a déjà représenté Madagascar aux Jeux africains des jeunes ainsi qu’aux Jeux olympiques de la jeunesse en 2014.

En digne successeur 

A l’allure où va son parcours, Mihanta Andriamifehy se présente comme celle qui succèdera à Asaramanitra Ratiarison. Mais encore faut-il qu’elle réalise des performances dignes de ce nom aux niveaux continental et international.

En tout cas, sa présence dans les grandes compétitions est annonciatrice de sa motivation à aller de l’avant. La présence de Fetra Ratsimiziva à ses côtés, pour son grand début lors du Grand Slam de Paris, est un atout de plus, de par ses expériences et ses 16 tournois internationaux dont 5 au Grand Slam de Paris.

Naisa

News Mada123 partages

ITM 2018 : l’écotourisme à l’honneur

La nouvelle édition de l’International tourism fair Madagascar (ITM), qui se tiendra au village Voara Andohatapenaka du 31 mai au 3 juin, sera axée sur l’écotourisme. Les organisateurs mettront, cette fois-ci, un accent sur l’importance du secteur du tourisme durable dans la région océan Indien, d’autant que l’évènement s’inscrit dans le calendrier des Iles Vanille.

Le lancement officiel de la septième édition de l’ITM s’est tenu, hier, au village Voara Andohatapenaka. Pour ce coup-ci, les organisateurs restent fidèles à leur objectif principal, celui de promouvoir la destination Madagascar sur le marché mondial du tourisme. Par ailleurs, le salon mettra en avant l’écotourisme, qui se trouve être un investissement durable et rentable pour Madagascar, vu l’important potentiel que présente le pays.

Dans ce cadre, plusieurs innovations s’inscrivent au programme de l’édition 2018, entre autres, l’organisation d’un atelier d’échanges entre les opérateurs issus des Iles Vanille et une cinquantaine de tour-opérateurs internationaux, tous spécialistes en écotourisme.  A cela s’ajoute la mise en place d’un pavillon dédié aux opérateurs des Iles Vanille spécialistes

en écotourisme. Ce programme est organisé avec l’appui de l’UCCIOI (Union des chambres de commerce des Iles de l’océan Indien). En outre, une journée de workshop entre les opérateurs exposants et les tour-opérateurs internationaux invités, complètera la liste des activités dédiées aux professionnels du secteur touristique.

Un espace dédié aux petites structures touristiques

Toutefois, le grand public ne sera pas en reste. Un espace sera dédié aux petites structures touristiques, dont l’optique de favoriser l’émergence du tourisme national à la portée de toutes les bourses.

L’an dernier, 10 471 visiteurs sont venus à l’ITM, contre 5 723 en 2016. Soit une hausse de plus de 50% de la fréquentation. Cette année, 15 000 visiteurs sont attendus au salon. En effet, l’ITM a pris un nouveau virage décisif avec un changement du site et une extension considérable de la surface d’exposition. Joël Randriamandranto, président de l’ONTM, d’avancer à ce sujet : «L’édition 2017 était un réel défi pour les organisateurs. De nombreuses leçons ont été tirées et des améliorations sont apportées pour cette nouvelle édition». Roland Ratsiraka, ministre du Tourisme a poursuivi dans ce sens : «Ces opérateurs ont déjà l’habitude de participer aux salons touristiques dans plusieurs pays. Donc, ils savent très bien ce qu’est le standard international d’un salon touristique».

Il est également prévu que l’Afrique du Sud sera le pays hôte cette année. Mais, cela reste encore à confirmer.

Riana R.

Tia Tanindranaza115 partages

Orinasa Tiko AAA Hosamborina ny mpitantana ?

Inona loatra no tian’ny fanjakana HVM hahatongavana amin’ny fanakatonana ny orinasa AAA amin’izao fotoana izao ? Ezahina hafangaro amin’i Marc Ravalomanana amin’ny resaka politika kanefa orinasa mamelona olona mivantana an’arivony io ary misy asa tsy mivantana an’aliny. Ny vahoaka ihany koa tia sy misitraka ny vokatra Malagasy.

Ny higafy sy hamotika an’i Marc Ravalomanana no tanjona, ka any amin’ny zavatra tsy tokony hokitihina no hanaovana antsojay. Tsotra ny nambaran’ny tale jeneralin’ny AAA Lanto Rabenatoandro, fa feno ny fepetra amin’ny fampanarahan-dalàna ny orinasa, fa ny fanjakana no tsy te hahalala. Tsy ekeko ary tsy eken’ny orinasa, hoy izy ny fanakatonana. Maro rahateo ny orinasa tsy manara-dalàna, ary na fanadihadiana savaranonando aza tsy ananany kanefa dia mihodina sy mamokatra. Tsy te hahalala an’izany ny fanjakana, fa tanjona ny tsy hisian’ny vokatra eny an-tsena satria misy tandindon’i Marc Ravalomanana hatrany. Miha lalina ny raharaha satria tsy manaiky lembenana eo anatrehan’ny antsojay ataon’ny mpitondra ny mpitantana ny AAA. Mivoaka ny feo amin’izao fa hosamborina ny mpitantana ity orinasa ity. Ny hamotika an’i Marc Ravalomanana no tanjona, ary raha ny sitrapon’ny mpitondra, dia samborina sy gadraina avy hatrany. Sarotra anefa ny hanao izany, ary efa mandavaka ny lavaka hilevenany ny mpitondra raha miana-kendry eo. Ireo mpitantana ny AAA no tadiavina hosantarina hatao sorona miaraka amin’ny vahoaka mivelona amin’ity orinasa ity, ary mety ho tratran’izany ihany koa ireo manodidina an’i Marc Ravalomanana hafa atsy ho atsy. Potehina miaraka amin’ny orinasa ny mpiasa manodidina ny 900 manodina ny AAA. Saziana sy somparana ny tantsaha mpamokatra ronono an’arivony. Ronono 8000 litatra isan’andro farafahakeliny no jifain’ny AAA amin’ny tantsaha any Antsirabe sy ny manodidina, izany hoe raha kajiana amin’ny 1000Ar isaky ny litatra, dia 8 tapitrisa ariary isan’andro eo ny fampiasam-bolan’ny orinasa amin’ny resaka fanjifana ronono amin’ny tantsaha fotsiny. Ny tantsaha sy ny mpanjifa ny vokatry ny AAA ve no atao sorona noho ny lonilony ara-politika amin’i Marc Ravalomanana ?

Toky R

 

Midi Madagasikara105 partages

HCC : Vers la prorogation du mandat jusqu’en 2025

Le mandat des membres de la HCC serait-il lié à celui de l’actuel locataire d’Iavoloha ?

La durée du mandat des Hauts conseillers actuels pourrait être à la mesure même du « Vina 2030 » développé hier au « Ceremony Buiding » à Iavoloha.

Dans son exposé sur le « Fisandratan’i Madagasikara », le président de la République a souligné d’emblée l’importance du temps hier. Le jour même où il a nommé Mme Rabetokotany Tahina, membre de la HCC en remplacement de Raharison Ranoroarifidy Yvonne Lala Herisoa décédée le 30 mars 2017. Pour l’ancien ministre des Finances et du Budget de la Transition, le temps n’est pas toujours de l’argent. Il a laissé le temps au temps avant de compléter 9 mois après son quota à Ambohidahy. Avec tout ce que cela pourrait avoir un impact sur la durée du mandat des membres de la HCC.

Règlement intérieur. Dans sa délibération n°07-HCC/DB du 19 décembre 2016 portant révision du règlement intérieur de la HCC, il est prévu dans l’article 2 dernier alinéa que « leur mandat est de sept ans pour compter de la date de prise de fonction officielle des Hauts Conseillers dernièrement désignés afin d’éviter le remplacement partiel des membres de la Cour ». Si on prend à la lettre ces dispositions, la date repère pour le début du mandat de 7 ans serait alors la prochaine installation solennelle de Rabetokotany Tahina. En somme, les membres actuels de la HCC conserveraient leurs sièges jusqu’en 2025. Soit à un quinquennat du « Vina 2030 » développé hier par le président de la République qui est pourtant « élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois ».

11 ans. Au cas où la HCC ne réviserait pas son règlement intérieur… révisé, le mandat des membres actuels durerait 11 ans, du moins pour les hauts conseillers désignés en 2014. Ce qui constituerait une violation flagrante de l’article 114 alinéa 1er de la Constitution qui stipule que « La Haute Cour Constitutionnelle comprend neuf membres. Leur mandat est de sept ans non renouvelable ». Un délai constitutionnel qui ne peut être prorogé par une simple délibération qui n’a d’ailleurs pas la force exécutoire d’un arrêt ou d’une décision de la HCC. En tout cas, avec la nomination hier du nouveau Haut Conseiller, Jean-Eric Rakotoarisoa et son équipe sont pris à leur propre – le terme est plutôt impropre – règlement intérieur pour lequel la HCC est juge et partie.

R.O

Midi Madagasikara94 partages

Cérémonie d’hier à Iavoloha : Rajaonarimampianina vise la présidentielle de 2018

Le Président de la République, en plein exposé, sur son plan « Fisandratana 2030 ». (Photo Yvon RAM)

Dans le cadre de la célébration du quatrième anniversaire de son entrée en fonction ( 25 janvier 2014-25 janvier 2018), le Président Hery Rajaonarimampianina a présenté sa vision de développement de Madagascar à l’horizon 2030. Ce fut une occasion pour le chef de l’Etat d’exposer son point de vue sur l’avenir du pays plus ou moins à long terme. Lors de son allocution qui a duré 59 minutes, on a l’impression que le Président a fait un cours magistral, soit dit en passant, se souvenant peut-être du temps où il a enseigné à l’INSCAE. Tellement il se sentait dans son milieu. Une vision bien préparée et ficelée mais l’on se demande pourquoi il a attendu ce moment pour l’annoncer ?On se demande toutefois si le président n’est pas en train de préparer la présidentielle de 2018 ?

Dynamique. Le président de la République est même allé plus loin, hier, car il a parlé d’une vision de développement de Madagascar à l’horizon 2030, c’est-à-dire d’ici à 12 ans (lire article par ailleurs). Selon le chef de l’Etat, ce plan baptisé « Fisandratana 2030 » inscrit le pays dans une nouvelle dynamique de croissance inclusive, et vise le doublement de la richesse par habitant d’ici à 2030. Fruit d’une analyse approfondie des mécanismes sociaux et économiques à l’œuvre dans la Grande Ile, ce plan prolonge le Plan national de Développement (PND 2015-2019) et s’appuie sur les acquis des quatre dernières années pour optimiser les relais de croissance et les potentiels du pays».

Croissance. Toujours dans son exposé, Hery Rajaonarimampianina mise sur son plan de croissance, en déclarant notamment « avec pour ambition de créer 5 millions d’emplois à l’horizon 2030, de multiplier le PIB par 3,5 et d’arriver à la 70e position du classement mondial de l’indice de développement humain ». Notons qu’après l’exposé du Président de la République, la deuxième période a été réservée à la série questions-réponses (11 en tout) allant du social à l’économie en passant par la politique.

Dominique R.

L'express de Madagascar90 partages

Affaire Houcine Arfa – Des fonds saisis difficiles à tracer

Saisis sur le détenu évadé, plus de 315 millions d’ariary ne sont enregistrés ni au trésor public, ni à la Banque centrale sept mois plus tard. L’affaire se corse.

L’évasion d’Houcine Arfa secoue comme un prunier. Ce Français évadé de la maison centrale d’Antanimora, la procureure de la Répu­blique Odette Balisama Razafimelisoa, ainsi que le commissaire Whenss Ostrom, chef de la brigade criminelle, se regardent en chiens de faïence après les intempestives incriminations déclenchant à chaque fois des contre-attaques  médiatiques. Ce qu’il est advenu d’une somme colossale découverte lors d’une perquisition effectuée au domicile du fugitif à Ambolokandrina, à la mi-juin, donne matière à réflexion.En effet, 180 ainsi que 35 millions d’ariary retrou­vés en deux endroits, dont le total s’élève à 215 millions d’ariary, ont été scellés avec 25500 euros avant que le détenu, actuellement en cavale, ne soit placé en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy le 22 juin 2017. Après conversion, plus de 315 millions d’ariary ont donc été au total découverts sur le quinquagénaire français.Sept mois après la saisie, aucune trace de la somme faramineuse n’est relevée dans les comptes du trésor public. « Nous n’avions même pas été informés de l’existence de ces fonds », précise d’un ton surpris une source auprès de cette entité. Après vérification auprès de la Banque centrale, le montant consigné dans le procès verbal de la brigade criminelle, transmis au tribunal ne transparaît pas non plus, même pas en filigrane.Une mégarde procédurale de lourds préjudices financiers s’il y a lieu de le dire, lorsqu’on sait que l’État, aux-abois, a mis en adjudication sur le marché, pasplus tard qu’hier, des bons de trésor d’une valeur totale de 77 milliards d’ariary, et a appelé banques, sociétés et même particuliers à souscrire, ne serait-ce que pour des miettes de vingt mil­lions d’ariary, afin de gérer la flexisécurité.Le pactole pris sur Houcine Arfa a été compté en sa présence, avant qu’il ne soit envoyé sous les verrous. L’argent ainsi que les devises ont été mis dans deux valises codées, gardées en secret au bureau du chef de la brigade criminelle. Une discrétion qui délie les langues, du fait que la police d’habitude loquace au point d’organiser un point de presse pour une simple découverte de pistolet de fabrication artisanale, a laissé lettre morte l’affaire Houcine Arfa sans toucher mot à la presse, bien qu’il s’agisse ici de centaines de millions d’ariary, ainsi que d’équipements de tireur embusqué dont armes et camouflages.

Faits troublantsLes tergiversations à propos du versement de cette somme titillent de surcroît, l’esprit, du fait que le bureau du chef de la brigade criminelle est loin d’être une chambre forte spécialement aménagée pour mettre en sécurité une pareille liquidité. D’autant plus qu’en 2015, le siège de la brigade criminelle a été la cible d’un cambriolage lorsque 25 mil­lions d’ariary, repris sur des ravisseurs du propriétaire du magasin d’électroménagers Conforama, y ont été gardés.Ce qu’il advient des objets saisis, depuis des années, par la brigade criminelle suscite, en tout cas, des remous, lorsqu’on constate que des fonctionnaires de la police nationale utilisent, à titre privé, des véhicules saisis sur des gangs de kidnappeurs, à l’instar de celui du célébrissime Djaffar Younous, ou encore des tout-terrain appartenant à des Chinois assassinés.Il fut même un moment où berline de kidnappeurs faisait office de voiture de fonction de fortune à un ministre de la Sécurité publique, du temps de la Transition.Joint au téléphone à propos de l’argent pris en possession d’Houcine Arfa, le commissaire Whenss Ostrom reste stoïque. « Il faut se référer au service communication du ministère de la Sécurité publique », a-t-il indiqué. Contacté, le responsable en question a été injoignable.Dans cette affaire épineuse, des responsabilités incombent également au Parquet, qui pendant ces sept mois, n’a pas ordonné le versement de cette importante somme d’argent.Par le truchement de la Radio France Internationale, le détenu évadé resserre l’étau sur le chef de la brigade criminelle qu’il accuse d’être son intermédiaire dans les prétendus actes de corruption qu’il met sur le tapis. La déclaration de la Procu­reure de la République jette pour sa part de l’huile feu. « Je ne dis pas qu’il [Houcine Arfa] m’a proposé de l’argent, mais je dis qu’il m’a envoyé trois fois le chef de la brigade criminelle », cite la RFI.

Seth Andriamarohasina

Midi Madagasikara78 partages

Un show présidentiel qui a laissé les Malgaches sur leur faim

Cela a ressemblé à un cours magistral, écouté avec attention par une assistance composée de personnalités venant de divers horizons et censées représenter les forces vives de la nation. L’exposé de ce « vina 2030 » a parfois pris une forme très théorique, proposant des perspectives à long terme et parlant très peu du présent. Il reste à savoir si le Malgache moyen aura été convaincu par ce qu’il a entendu hier après-midi à Iavoloha.

Un show présidentiel qui a laissé les Malgaches sur leur faim

Le président de la République a retrouvé le ton professoral qu’il adoptait lorsqu’il enseignait à l’université ou dans les instituts supérieurs de la Capitale. Il se voulait convaincant, en détaillant cette vision de l’avenir de Madagascar jusqu’en 2030. Il a utilisé des statistiques et montré des tableaux pour être explicite. Néanmoins, il est resté plutôt vague sur la réalité des projets qu’il compte mettre en œuvre. Durant plus d’une heure, il a parlé de cette vision à long terme qu’il propose aux Malgaches. On a compris en filigrane que sa réalisation nécessitait du temps et que le chef de l’Etat, bien qu’il ne le dise pas, pense pouvoir le piloter. L’assistance a écouté presque religieusement le discours de Hery Rajaonarimampianina. ;Nul ne sait si elle a été convaincue par ce qui a été dit, mais on ne peut pas juger de l’intérêt qu’elle y a pris, en écoutant les applaudissements polis à la fin de l’intervention. La séance des questions réponses n’a rien apporté de nouveau. La majorité des intervenants n’a pas poussé le président dans ses retranchements. Ils ont été parfois obséquieux. Seul un jeune étudiant en sociologie s’est montré caustique, en parlant de ces quatre années de présidence. Que retenir de cette prestation du chef de l’Etat ? Ce « vina 2030 » n’a pas permis de se faire une idée précise de ce que ce dernier va faire concrètement. C’est un show présidentiel qui lance véritablement la campagne électorale, mais qui a certainement laissé les Malgaches sur leur faim.

Patrice RABE

Midi Madagasikara73 partages

Salon ITM 2018 : Promotion du tourisme national pour toutes les bourses

Les organisateurs sont confiants quant à la réussite de cette 7e édition du salon ITM. (Photo : Kelly R.)

La 7e édition du salon ITM (International Tourism Fair Madagascar) organisée conjointement par l’Office national du Tourisme de Madagascar (ONTM) et le ministère du Tourisme aura lieu du 31 mai au 03 juin 2018 au village Voara à Andohatapenaka.

Cet événement officiel des Îles Vanille sera placé sous le thème de l’écotourisme et mettra l’accent sur l’importance du secteur du tourisme durable pour la région de l’Océan Indien. Et cette année, les organisateurs veulent promouvoir le tourisme national adapté à toutes les bourses. « Il faut que le grand public puisse profiter autant que les touristes internationaux de la biodiversité de la Grande Ile. Les Malgaches devraient ainsi pouvoir voyager d’une région à une autre, surtout par voie aérienne », a évoqué Roland Ratsiraka, le ministre du Tourisme lors d’une conférence de presse sur le lancement du salon ITM 2018, hier, au village Voara à Andohatapenaka.

De nombreuses innovations. Afin de favoriser l’émergence de ce tourisme national, « nous allons mettre en place un espace dédié aux petites structures touristiques et même au niveau des petits établissements hôteliers dans le cadre de ce salon d’envergure internationale. Il y aura également de nombreuses perspectives de voyages offertes », a déclaré Joël Randriamandranto, le PCA de l’ONTM. Notons que lors de la 6e édition du salon ITM 2017, on a enregistré 10 471 visiteurs contre 5 723 visiteurs l’année précédente, soit une hausse de fréquentation de plus de 50%. Cette fois-ci, les organisateurs prévoient 15 000 visiteurs attendus durant l’événement. En outre, « de nombreuses innovations seront apportées afin de promouvoir le tourisme national. A titre d’illustration, un village sera entièrement consacré aux 22 Offices régionaux du Tourisme avec un podium dédié aux animations culturelles des différentes régions afin que ceux-ci puissent présenter leurs spécificités touristiques et leurs cultures. Les opérateurs spécialistes en loisirs feront également découvrir aux visiteurs sur un même espace les activités outdoors comme le rafting, le quad, le kayak et le parapente et ce, à travers des expositions et des démonstrations d’équipement. En fait, depuis l’organisation du salon ITM, le nombre de touristes nationaux visitant Nosy-Be et Morondava a augmenté surtout que ces sites sont désormais accessibles en voiture, si auparavant Toamasina, Mahajanga et Antsirabe restaient leurs principales destinations préférées », a-t-il poursuivi.

Invité d’honneur. Par ailleurs, le salon ITM 2018 sera en même temps un lieu privilégié pour nouer de nouveaux contrats, établir des contacts professionnels et entretenir des liens avec des partenaires. C’est également un site de découvertes, d’information et d’échanges pour les visiteurs car les opérateurs œuvrant dans le secteur du tourisme, de l’aérien, des loisirs, de la gastronomie et de l’artisanat seront réunis sur un même lieu. Et ce n’est pas tout, l’organisation d’un programme sans précédent d’Eductours fait partie des innovations apportées lors de cet événement. Au minimum, 75 Tours Opérateurs et Agences de Voyages internationaux vont venir à Madagascar, pour ce faire. Il y aura ensuite une journée de rencontre entre ces professionnels étrangers et les opérateurs exposant durant le salon ITM 2018. Et enfin, « l’Afrique du Sud pourra être le pays invité d’honneur pour cette année », a conclu le ministre du Tourisme Roland Ratsiraka.

Navalona R.

Midi Madagasikara71 partages

Antaninarenina : Arrestation d’un présumé kidnappeur de quatre « Karana »

Objet d’un avis de recherche depuis des années pour des affaires de kidnapping, Colbert Randrianarivelo dit Andry Colbert a été appréhendé par la police à Antaninarenina, lundi 22 janvier dernier. Selon les informations émanant du service central des affaires criminelles de la Police nationale (Brigade criminelle) à Anosy, cet individu serait impliqué dans les enlèvements des trois ressortissants « Karana » dans la Capitale : Rafiq Fidahoussen à Analamahitsy le 21 juin 2016, le jeune lycéen Furoz Nourbay à Andranomena le 11 avril 2017 et John Amin Raza à Ankorondrano le 20 décembre 2017. En effet, son arrestation devrait mener à la traque des autres gangs encore en cavale et faisant l’objet d’ avis de recherche émis par la Brigade criminelle de la Police jusqu’à présent dont le tristement célèbre Sola. Selon toujours les explications, les limiers de la Police sont parvenus à ce résultat en ayant poursuivi les enquêtes sur l’enlèvement d’un « Karana » qui avait été ensuite séquestré par ses ravisseurs dans une villa à Ambohidratrimo en 2014. Un haut responsable de la Brigade criminelle a fait cette précision pour signifier que la mise en place de la Cellule d’enquête mixte anti-kidnapping regroupant la Police, la Gendarmerie et le ministère de la Justice n’empêche pas son service d’œuvrer davantage dans la lutte contre les actes de banditisme en milieu urbain comme les attaques à main armée et les actes de kidnapping. « Nous n’interférons pas dans le travail de cette cellule, mais notre action devrait beaucoup aider cette dernière », a souligné cet officier supérieur de Police. En effet, il affirme que le suspect devra être remis à la Cellule d’enquête mixte pour les deux derniers cas de kidnapping auxquels il est impliqué.

Complicité d’évasion. Parlant de la lutte contre les actes de banditisme et association de malfaiteurs, ce chef de service de la Brigade criminelle apporte des explications sur la personne appelée Hermann qui a été abattue par la Police le 17 janvier 2017 à Ankadimbahoaka. Le décès de cet homme a défrayé la polémique dans la mesure où des proches du défunt dénoncent une dérive policière. D’après lui, Hermann est soupçonné d’être en complicité avec son frère qui s’est évadé de la Maison de force de Tsiafahy avec trois autres détenus la nuit du 7 au 8 octobre dernier. Partis à la filature des fuyards, les limiers de la police auraient repéré le frère du défunt rôdant dans le quartier d’Ankadimbahoaka le samedi après cette évasion. « Ce serait une preuve tangible pour qu’on puisse qualifier Hermann d’être un grand bandit », estime-t-il. Il ajoute que les policiers ont dû tirer sur lui, car au moment de son arrestation, il aurait tenté de s’échapper. La police l’a alors sommé de s’arrêter par deux tirs en l’air, mais il n’a pas obtempéré tout en dégainant son pistolet. C’est pourquoi, la police a réagi en légitime défense. Pour conclure, ce chef de service de la Brigade criminelle affirme qu’une enquête relative à cette affaire est déjà ouverte. Le corps du défunt a déjà passé une autopsie dont le rapport devra être livré d’ici peu.

T.M.

Midi Madagasikara40 partages

Football – Barea : “Faneva Ima, Abel Anicet, Bolida et Mika” sont encore indispensables pour l’équ...

Néné Ralison reste actif dans le monde du football. (Photo Archives).Ancien international, Hery Nirina Ralison dit Néné croit au potentiel des joueurs malgaches du moment. L’expérience des expatriés est encore incontournable et indispensable pour l’équipe nationale.

Les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 au Cameroun reprennent au mois de mars pour les Barea de Madagascar. Les protégés de Nicolas Dupuis affronteront les Lions de la Téranga du Sénégal le 23 mars pour la 2e journée des rencontres éliminatoires.

Le sélectionneur national, Nicolas Dupuis a du pain sur la planche pour la détection des sociétaires des Barea. De passage au pays pour les vacances, Ralison alias Néné, ancien international et joueur du FC BFV nous livre ses impressions. En retraite depuis très longtemps, Néné reste toujours très actif dans le paysage du football malgache en France. Il suit de très près les joueurs expatriés en Europe. Néné était à la première loge lors de la rencontre opposant les Barea expatriés aux Cœlacanthes expatriés des Comores en novembre 2017.

Expatriés expérimentés. « Le niveau des joueurs malgaches a évolué. Il y avait une certaine maturité de la part des joueurs. Je pense que bon nombre de férus du ballon rond sont du même avis que moi sur l’importance des joueurs expatriés, pour ne citer que Faneva Ima, Abel Anicet, Lalaina Nomenjanahary dit Bolida et Mika (en Suisse). Ils sont encore indispensables  pour l’équipe nationale » a-t-il déclaré. Cette rencontre s’est soldée sur un score nul de 1 but partout lors de ce derby de l’Océan Indien. Même s’il s’est décidé de s’expatrier en France, il est toujours à la page de l’évolution du football au pays. « Je suis confiant que les Barea iront loin, si on renforce les joueurs expatriés expérimentés avec les meilleurs éléments locaux » a ajouté Néné. Lui qui croît au potentiel des joueurs du moment. Beaucoup de jeunes d’aujourd’hui ne connaissent pas Néné, mais, il était un des meilleurs « poste 6 » malgache.

T.H

Midi Madagasikara33 partages

Toliara : Mpangala-jaza roa saika matin’ny fitsaram-bahoaka

Nanao tohi vakana tato ho ato ny fangalarana zazakely ao Toliara tampon-tanàna sy amin’ireo kaominina manodidina. Afak’omaly, ramatoa iray sahabo ho 40 taona eo, voalaza fa monina ao amin’ny Fokontany Andakoro no tra-tehaky ny Fokonolona nangalatra zazavavy 6 taona tao Betsingilo Toliara. Raha vantany vao voasambotra ity renim-pianakaviana ity, dia raikitra avy hatrany ny vono sy daroka nihatra taminy, ary saika matin’ny fitsaram-bahoaka ity mpangala-jaza ity raha tsy nalaky tonga ny avy ao amin’ny Dinabe nandamina haingana ny raharaha. Rehefa nofotorana lalina ity ramatoa mpangala-jaza, dia tsy nety nanoro mihitsy ny olona hivarotany ny zaza na ny mpaniraka azy. Ny 20 janoary teo, tokony  ho tamin’ny iray ora maraina, tao amin’ny Fokontany Miary Ankoronga, Kaominina ambanivohitry Miary, Distrikan’i Toliara II kosa, dia tovolahy iray manodidina ny 30 taona eo no niharan’ny hatezeram-bahoaka rehefa sarona nangala-jaza lahy kely vao herintaona monja. Tao anatin’ny torimasony  tanteraka no taitra tampoka ny rain’ity zaza raha nahita an’ilay tovolahy tao an-tranony nifaoka ny zanany. Nifanenjehana eran’ ny tanàna ilay mpangala-jaza ka tratra ihany, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara30 partages

Njila au CCEsca : Reporté pour cause de santé !

Victime d’un malaise cardiaque, Njila ne pourra pas assurer le concert prévu se tenir au CCEsca ce dimanche. Le rendez-vous ne sera cependant pas annulé, mais reporté à une date ultérieure. (photo d’archives)

Les fans de Njila devront prendre leur mal en patience ! Prévu se tenir au CCEsca ce dimanche, le concert n’aura pas lieu finalement. Les organisateurs expliquent : « Njila a été victime d’un malaise cardiaque et a dû être opéré d’urgence à Mayotte. Il est actuellement en convalescence et ne peut aucunement, du moins, pour l’instant, assurer un spectacle. Pour l’heure, nous n’avons donc d’autre choix que de reporter le concert à une date ultérieure. Effectivement, aucune date n’a encore été fixée mais dès que ce sera fait, nous le communiquerons ». Yandy.R de « kalokalo production » de rassurer cependant les fans du groupe et ceux qui se sont déjà procurés leurs tickets que ceux-ci seront toujours valables. « Nous sommes vraiment désolés, mais on n’a pas d’autre choix. Avec le groupe, nous promettons cependant que le concert sera meilleur que ce à quoi ils s’attendaient ». En attendant, le public devra prendre son mal en patience !Mahetsaka

Tia Tanindranaza28 partages

Constant Raveloson« Aoka tsy haverina eto ny 1972 »

Nitafa tamin’ny mpanao gazety omaly alakamisy25 janoary 2018 ny filohan’ny KMMR (Komity Manohana an’i Marc Ravalomanana) Atoa Raveloson Constant. Anisan’ny noresahany ny momba ny raharaham-pirenena eto Madagasikara.

 

Midi Madagasikara23 partages

Antsirabe : Lohan’omby nisy nahita tao an-tanimboly

Lohan’omby iray niampy ilan-tratrany sy tapaky ny feny no nisy nahita tao amina tanimboly iray tao amin’ny fokontany Ampatana, omaly maraina. Tao akaikin’ny fasam-bahiny no nahitana ireo sisan’omby novonoina ireo. Olona nandalo no nahatsikaritra azy ity ka nampandre ny manodidina sy ny sefo fokontany avy hatrany. Niparitaka teo an-tanimboly ireo hena ireo fa tsy niangona tamina toerana iray akory. Heverin’ny manodidina teny an-toerana, fa nafenina tao anaty gony ireo hena ireo fa nailiky ny alika ka io niparitaka io. Tsikaritra mbola teo mantsy ilay gony feno rà tamin’ny fandalovana teny an-toerana. Tsy nisy very omby  anefa teo amin’ny manodidina ny fokontany Ampatana  ny alin’io. Ny hariva vao fantatra fa tao Verezambola no nisy halatr’omby ny alin’ny Alarobia hifoha alakamisy. Tsy lavitra ilay tanimboly no namonoan’ireo jiolahy ity omby ity  satria mbola tavela teo ny taim-boraka sy rà. Taorian’ny fampandrenesana, nanao ny fizahana teny an-toerana ny mpitandro filaminana, ary nalefa eny amin’ny abatoara ireo hena sisa tavela hozahana

Andry N.

Midi Madagasikara22 partages

Anosimasina Itaosy : Mpivady niara-maty, may kila tao an-tranony

Mahatsiravina ! Tsy nisy azo namantarana intsony ireto olona ireto, izay tena may kila tanteraka tao anatin’ny firehetan’ny trano iray, teny amin’iny faritra Anosimasina Itaosy iny ny alin’ny alarobia lasa teo. Ireo olona teo amin’ny manodidina sisa no nilaza fa mpivady izy ireo, ary izy irery ihany no mipetraka ao amin’ity trano ity. Mpivarotra harina eny an-toerana kosa ny asany. Tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany alina teo ho eo no nidonaka ny setroka narahana lela afo tao amin’ity tokatrano iray izay nisy azy mivady ity. Vantany vao nahita ny firehetana ireo manodidina, dia rafitra namonjy sy niezaka namono ny afo. Trano hazo izy io anefa, raha ny fanazavana azo hatrany. Hany ka vetivety monja dia niredareda tsy nisy toy izany ny afo. Nanampy izany rahateo ny toetr’andro izay nisy tsio-drivotra ihany. Nantsoina avy hatrany ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy niaraka tamin’ireo mpamonjy voina. Raha ny vaovao azo, dia naharitra teo amin’ny adin’ny iray mahery teo ho eo vao tena voafehy sy maty tanteraka izany afo izany. Tamin’io ihany koa no nahafantarana fa mbola nisy olona roa tavela tao amin’ilay trano, izay natao ihany moa ny famonjena, saingy tsy nisy azo natao intsony ny amin’izy ireo. Hatreto dia tsy fantatra mazava izay antony nahatonga ny firehetana araka ny fanazavana azo avy tamin’ny pôlisy izay misahana ny fanadihadiana. Mety ho fahamaizana nataon’olona ve sa tsy fitandremana tao an-trano ? Amin’ny toe-javatra tahak’izao, indrindra fa nisy aina roa be izao nafoy, dia tsy maintsy manokatra hatrany ny fanadihadiana ireo tompon’andraikitra amin’izany. Ary tsy misy afa-tsy izay ihany no afaka mamaly ireo fanontaniana ireo.

m.L

Midi Madagasikara21 partages

KMMR 2018 : Contre l’instrumentalisation des forces de l’ordre

Constant Raveloson, président du KMMR 2018.

Le président du KMMR 2018 (Komity Manohana an’i Marc Ravalomanana) Constant Raveloson est monté au créneau hier pour revendiquer une élection présidentielle libre, transparente, démocratique et inclusive en novembre 2018. « Hery Rajaonarimampianina a mis l’accent sur l’Emergence de Madagascar dans sa « Vision 2030 ». Mais, ce discours-programme devrait être prononcé au début de son mandat. Actuellement, c’est-à-dire à quelques mois de la fin de ce mandat, il n’y a comme solution aux échecs sur toutes les lignes du régime en place qu’une élection libre, transparente, démocratique et inclusive. », a-t-il affirmé.

Mauvaise image. Par ailleurs, Constant Raveloson s’insurge contre le fait que des fonctionnaires et des hauts responsables désignés qui exercent le pouvoir au niveau territorial donnent une mauvaise image aux forces de l’ordre. « Ces fonctionnaires et ces responsables désignés qui veulent être bien vus par leurs supérieurs hiérarchiques au niveau central font tout pour contraindre les forces de l’ordre de faire ce qu’elles ne doivent pas faire. Ce que Marc Ravalomanana a enduré lors de sa tournée dans le Sud du pays témoigne de la gravité de la situation.», a-t-il dénoncé. Le président du KMMR 2018 demande ainsi aux forces de l’ordre de garder leur neutralité et de ne pas servir des intérêts politiques particuliers.

R. Eugène

L'express de Madagascar21 partages

Transport urbain – L’association de taxis-ville renie la contrevisite à Ampasampito

L’association des taxis-ville d’Antananarivo (Ftar) compte suspendre la contrevisite si l’accord tenu le 7 décembre entre le Ftar et le ministère des Transports et de la météorologie n’est pas appliqué 15 jours après cette date. « Nous demandons au ministère d’accélérer la décision prise dans l’accord du 7 décembre car nous sommes au 45e jour», affirme Clémence Raharinirina, hier, lors d’une conférence de presse.« C’est la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) qui se charge des taxis-ville d’Antananarivo. La contrevisite est seulement limitée à la vérification de couleur des chaises et à la propreté de la voiture.»Elle parle de forcing de la Commune urbaine d’Antananarivo pour leur transfert à Ampasampito.« Nous avons appris qu’on allait nous transférer  vers la contrevisite à l’Omnium de maintenance des voitures de transports (Omavet). Si cette décision s’applique, nous suspendons toutes les contrevisites. La Commune sait que nous n’acceptons pas l’Omavet. Il est écrit dans le contrat que nous resterons encore à Antsakaviro jusqu’à ce qu’il trouve un lieu pour nous », ajoute-t-elle.Landy Raveloson , directeur de transport et de la circulation urbaine au niveau de la CUA explique qu’il ne s’agit pas de forcing. D’après l’information reçue au niveau de l’Agence des Transports terrestres, la décision de transfert de la contrevisite auprès de cette agence n’est pas encore officielle. Le ministère des Transports et de la météorologie réfléchit encore sur l’application de cette décision.

Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara19 partages

Commerce et concurrence: Changement dans la continuité à la Direction régionale de Tuléar

Changement dans la continuité au sein de la Direction régionale du Commerce et de la Concurrence à Tuléar. Enafason Philibert cède la place à Zafimaniry à la tête de la Direction interrégionale du Commerce et de la Concurrence à Toliara. La passation de service s’est déroulée le lundi 22 janvier au siège du commerce à Tsianaloka en présence du Chef de Région,  le Colonel Jules Rabe et le Directeur du cabinet du ministère du Commerce et de la Consommation, Tombozafy Clermont Eden, dépêché par le ministre Chabani Nourdine. Le Chef de Région a demandé de bien veiller sur leur travail pour que « Les Tuléaroisne soient pas victimes des ruses des commerçants qui arrivent à faire écouler, même des marchandises périmées ». Le Directeur régional entrant, Zafimaniry Rufin, a pour sa part déclaré qu’il fera « tout pour le développement en veillant sur la bonne marche du commerce pour l’intérêt des consommateurs ». Le Directeur sortant, Enafason Philibert est un homme de terrain, donc d’expérience « prêt à aider son successeur en cas de besoin ». C’est un technicien supérieur du commerce de classe exceptionnelle, devenu contrôleur en 1979 puis commissaire en 1990.

Charles RAZA, correspondant

Midi Madagasikara17 partages

Evènement : CYM présente « nos dessins animés en chansons »

Les organisateurs de « nos dessins animés en chansons », lors de la conférence de présentation de l’évènement, au « Fame » Ampandrana, hier.

Un retour en enfance ! C’est ce que propose le groupe CYM (child young music) le temps d’un après-midi au CCEsca. Le 3 février prochain, Océane et ses amis vont interpréter, au plus grand bonheur des tout-petits, mais également des parents, les plus célèbres compositions des dessins animés.

De l’émotion, de l’ambiance, de l’humour, de l’amour… le tout en chansons. Et pas n’importe lesquelles, mais celles qui ont marqué notre enfance et notre adolescence. « Child young music » va faire voyager le public dans le monde merveilleux de Walt Disney à travers le spectacle qu’il donnera au CCEsca le 3 février. « Le répertoire sera spécialement composé des chansons des plus célèbres films d’animation qui nous ont marqués. On citera entre autres Blanche-Neige et les sept nains, la Belle et la Bête, le Roi Lion, Princesse Sofia, Vaiana, Raiponce… Une trentaine de titres au total », explique Océane, membre du groupe CYM. Pourquoi un tel évènement ? Andry. R du comité d’organisation d’expliquer : « On s’est aperçu qu’aucun spectacle de ce genre n’a jamais été organisé à Tana. Etant nous-mêmes des passionnés et des amateurs de dessin animé, on s’est dit pourquoi pas ? L’initiative plairait certainement aux personnes qui, comme nous, aiment les films d’animation ».

Professionnel. Au mois de septembre, un casting a été organisé au « Fame » Ampandrana pour trouver les enfants qui, cinq mois plus tard, allaient devenir les têtes d’affiche de l’évènement. « Quelques jours après le casting, les enfants ont suivi un coaching et une formation dispensés par Hiary Rapanoelina. Aujourd’hui, ils sont prêts à éblouir et à en mettre plein la vue à tous ceux qui viendront les voir à l’œuvre ». Il n’y aura aucune improvisation ! Tout a été calculé au millimètre près afin que le spectacle ressemble comme deux gouttes d’eau à l’original. « Inédit agency » a d’ailleurs collaboré avec des professionnels pour la création et la réalisation des costumes. « Nous allons investir dans les tenues de scènes afin qu’à la seule vue des jeunes artistes, le public puisse tout de suite deviner de quel personnage de dessin animé il s’agit ». Des mascottes, une dizaine en tout, vont également aller et venir dans la salle pour effectuer des animations.Mahetsaka

Midi Madagasikara17 partages

Calendrier électoral : Manœuvres dilatoires du régime

Contre toute attente, le Conseil des ministres d’avant-hier n’a pas pris le décret de convocation d’une session extraordinaire du Parlement (Assemblée nationale et Sénat) au cours de laquelle devraient être adoptés les projets de loi organique sur les élections. Des textes qui ont été déjà soumis par le gouvernement aux consultations de différentes entités politiques et de la société civile susceptibles d’apporter leurs propositions. L’attente se prolonge donc à Tsimbazaza et à Anosikely où cette session extraordinaire a été jugée urgente et nécessaire dès la clôture de la session budgétaire du Parlement de décembre 2017. L’urgence a été d’ailleurs signalée quant à l’adoption de ces projets de loi sur les élections.

Discours-programme. Par ailleurs, si bon nombre d’observateurs s’attendaient à ce que le gouvernement publie le calendrier électoral pour l’élection présidentielle qui devrait se tenir à la fin de cette année 2018, c’est le président de la République Hery Rajaonarimampianina qui a prononcé hier à Iavoloha un discours-programme où il présente son « Vina 2030 ». Une « Vision 2030 » alors que les règles de jeu régissant les élections de cette année ne sont pas encore définies. Ce qui amène certains observateurs à se demander si le président Hery Rajaonarimampianina a réellement la volonté de remettre le pouvoir au peuple malgache à l’expiration de son mandat. Force est cependant de constater que la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) bouscule les préparatifs électoraux qui relèvent de ses compétences.

Eugène
Midi Madagasikara16 partages

Propriété industrielle : Vers un renforcement de la coopération entre Madagascar et la Chine

L’actuel siège de l’OMAPI ne correspond plus à ses ambitions.

Depuis sa création, l’OMAPI entretient des relations bilatérales avec des Offices de propriété industrielle en plus de sa relation privilégiée avec l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle. C’est le cas par exemple de sa relation avec l’Institut national de la propriété industrielle (France), le « Japan patent office »… Actuellement l’OMAPI s’ouvre sur la Chine.

Zhang Mao, le ministre chinois de l’Administration de l’Industrie et du Commerce effectuera une visite de travail à Madagascar à partir de lundi prochain. Une mission très chargée qui comportera notamment un mémorandum d’accord avec l’Office Malgache de la Propriété Industrielle.

Séminaire. Faut-il en effet préciser que cette visite fait suite à la participation de Madagascar au Séminaire 2017 sur la Protection de la propriété intellectuelle pour les fonctionnaires des pays francophones en Afrique, qui a eu lieu à Beijing du 14 août au 7 septembre 2017 dernier. Des projets de collaboration ont été discutés par la délégation malgache conduite par le DG de l’OMAPI Ravoaraharison Christian Claude avec les responsables auprès de l’Administration d’Etat pour l’Industrie et le Commerce de la République Populaire de Chine (SAIC). Dans ce partenariat, l’OMAPI et le SAIC ont l’intention de coopérer, dans leurs juridictions respectives, dans le domaine de l’enregistrement et de la protection du nom commercial et de la marque. Notamment à travers des échanges d’informations relatives aux lois, règlements, règles et développements législatifs; l’étude de la possibilité de tenir des réunions de haut niveau pour discuter de questions importantes d’intérêt commun, ou encore d’organiser des ateliers pour discuter de questions d’intérêt mutuel et de bonnes pratiques.

Nouveau siège. Cette coopération permettra également à l’OMAPI de faciliter la mise en œuvre de sa vision 2015. Une vision tournée vers la modernité, puisque l’OMAPI prévoit notamment la construction d’un nouveau siège qui remplacera le bureau d’Ambanidia et qui priorisera le respect de l’environnement, afin de le soutenir dans ses perspectives de développement. Dans ces perspectives, l’OMAPI envisage de devenir un Office de référence en matière de propriété industrielle au niveau de l’Afrique orientale et l’Océan Indien. Mais surtout un office de propriété industrielle soutenant l’innovation en délivrant des titres de grande qualité, qui stimulera la croissance économique, l’emploi et la prospérité.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza14 partages

Solombavambahoaka MalagasyTsy mba mijery lavitra

Miady mafy ny hantsoina ho “solombavambahoakan’i Madagasikara” voafidy tatsy na taroa ny depiote eto amintsika. Rehefa mandeha anefa ny fihaonana amin’ny governemanta na ny mitovitovy amin’izany, dia mandeha ny hoe: “ny any aminay tahaka izao sy izao”, ka rehefa tsy izay “ny anay sy ny any aminay” izay, dia tsy misy mpiraharaha firy ny zavatra atao.

Tsy mahita afa tsy ny ambany maso, fa tsy mba manana vina sy fijery lavitra, hany ka ny kitoatoa sy petatoko no betsaka. Mandinika ny tolo-dalàna hampandrosoana ny firenena sy mpanao lalàna no tena iandraketan’ny antenimiera, saingy toa mivaona lavitra. Tsy hiverenana intsony ny resaka fandaniana tetibolam-panjakana tsy nisy fanitsiana, kanefa iankinan’ny aim-pirenena. Tsy nisy tomika sy tonga lafatra, hahafaha-mampandroso an’i Madagasikara tokoa izany iny matoa tsy nisy nokitihina ? Nandeha indray ny fandaniana ny lalàna momba ny fananganana ny faritra ara-toekarena manokana na ny ZES (Zone Economique Spéciale). Tena zavatra avo lenta sy hisy fiantraikany ratsy na tsara amin’ny toekarem-pirenena sy ny fiainam-pirenena an-jatony taona maro na mandrakizay mihitsy aza, izany hoe mila fandinihana sy adihevitra lalina. Tsy nisy sahy nijoro sy nanohitra na dia efa maro aza no nilaza, toy ny firaisamonim-pirenena sy ny mpanao politika, fa manome vahana ny fanomezana ny tanindrazana ho an’ny vahiny sy manamora ny fibodoany tany amina velarana tsy hita noanoa. Tsy manana ahiahy akory ny solombavambahoaka Malagasy manangan-tanana mandany ilay lalàna mety ho zioga ho an’ny firenena mandrakizay, tsy te hiraharaha. Tsy nisy na iray monja aza manao tatitra amin’ny vahoaka hoe: inona marina moa ity ZES ity ary inona no tena tombontsoan’ny firenena, fa vita dia samy miala. Efa misy andininy tsipahin’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) vao sanganehana ny rehetra.

Toky R

 

Midi Madagasikara13 partages

Perspectives économiques : La BAD plaide pour l’industrialisation de l’Afrique

Le président de la Banque africaine de Développement (BAD), Akinwumi Adesina, a plaidé pour une accélération de l’industrialisation de l’Afrique, afin de créer des emplois, réduire la pauvreté et d’encourager une croissance économique inclusive. Dans ses perspectives économiques en Afrique pour cette année, les projets d’infrastructures sont au nombre des investissements les plus rentables qu’une entreprise puisse faire. En effet, « ils peuvent sensiblement contribuer à stimuler et à soutenir la croissance économique d’un pays. Les infrastructures, quand elles sont bien gérées, fournissent les ressources financières pour faire tout le reste», a-t-il expliqué.

Avant-garde. En outre, la diversification économique est la clé pour résoudre des difficultés auxquelles se heurte le continent. Il a ainsi appelé les gouvernements africains à encourager une transition vers les secteurs à forte intensité de main-d’œuvre, notamment dans les zones rurales, où résident 70 % de la population du continent. «L’agriculture doit être à l’avant-garde de l’industrialisation de l’Afrique », a-t-il déclaré en ajoutant que des sources d’énergie intégrées et des infrastructures de transport adaptées faciliteraient l’intégration économique, appuieraient le développement de la chaîne de valeur agricole et les économies d’échelle qui sont les moteurs de l’industrialisation.Gagnant-gagnant. Par ailleurs, le président de la BAD a argué que la diversification économique via l’industrialisation, assortie d’investissements matériels en capital humain, permettra à la population des jeunes du continent, en plein essor, de réussir la transition vers des secteurs productifs axés sur les technologies. « L’industrialisation de l’Afrique pourrait avoir un effet “gagnant-gagnant”, relativement méconnu, dans les pays développés. A titre d’illustration, l’augmentation de la part de l’industrie dans le PIB africain ainsi que dans d’autres Pays les Moins Avancés pourrait stimuler les investissements dans le G20 d’environ 485 milliards de dollars et dans la consommation des ménages d’environ 1.400 milliards de dollars», a-t-il enchaîné.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara11 partages

Vendredi Joli

# Mbola Talenta, Fara Gloum et Orad Manalina au « Trass » Tsiadana. Les six cordes à l’honneur ! Ce soir, ce seront trois artistes maniant à la perfection la guitare qui sont à l’affiche du restaurant Telozoro. Mbola Talenta, Fara Gloum et Orad Manalina seront effectivement tous armés de leurs instruments de prédilection et seront à la fois derrière le micro. Avis aux amateurs !

#Luk, Mahery et Rija en trio. Chacun de leur côté, Luk, Mahery et Rija excellent, mais c’est en trio que les gens les apprécient le plus. Ce n’est d’ailleurs pas sans raison que les trois compères partagent la scène depuis aujourd’hui vingt-cinq ans. Ils vont se retrouver autour d’un cabaret concert au « Piment Café » Behoririka ce soir pour arroser leurs vingt-cinq ans d’amitié… en musique. Et bien évidemment, tous les fans sont conviés à cet évènement. Pour ceux qui n’ont pas encore pu se procurer leurs tickets, ceux-ci seront encore disponibles sur les lieux.

#Solomiral signe son retour. Hajazz, Mendrika, Ny Ony et Fanaiky et Rivo Kely se partageront de nouveau la scène. Andry Kely et Seta Ramaroson viendront grossir les rangs de Solomiral pour cette apparition au Cercle germano-malagasy à Analakely. Fidèles à son registre, Hajazz et ses compères présenteront «Vakojazzana» avec chacun à son instrument de prédilection. Hajazz au micro et armé de sa guitare, Mendrika à la batterie, Ny Ony à la guitare solo et Fanaiky à la basse, l’avant est au complet avec Rivo Kely au clavier, Seta Ramaroson au saxophone et à la flûte tandis que Andry Kely sera derrière les percussions.

#Ambiance tropicale avec Sisca. La jeune femme n’a pas encore fini de séduire les Tananariviens ! Ce soir, elle revient donc pour un live encore plus chaud. Un rendez-vous inédit où les amateurs de bonne ambiance ne seront pas déçus, car Sisca n’est nullement une novice dans l’art de mettre le feu à la scène et de créer une ambiance de tonnerre. Outre la reprise de ces grands succès et la reprise de quelques-uns des titres de groupes qu’elle affectionne, la jeune femme dévoilera également ces nouvelles compositions. Pour tous les amateurs, rendez-vous est donc pris au Jao’s Pub.

#Soirée effrénée avec Fandrama. Attention chaud devant ! Fandrama promet une ambiance de folie au Bonara-Be 67Ha, ce soir. Pour son premier cabaret 2018, le chanteur veut que ce soit un moment inédit et que tous ceux qui soient là n’oublieront pas de si tôt. Oui, Fandrama va mettre le feu, mais comme la fête est également dédiée aux amoureux, le chanteur n’oubliera pas d’intégrer dans son répertoire des titres plus langoureux, des chansons d’amour.

Mahetsaka

Midi Madagasikara11 partages

Andasibe Moromanga : Tovovavy kely roa mpianatry ny CEG, nihetsika “ambalavelona tao am-pianarana

Nisehoana tranga nampihoron-koditra ny mponina omaly, tany amin’ny Kaominina Andasibe Distrikan’i Moromanga. Ankizivavy roa mpianatry ny CEG Andasibe, kilasy “5ème” sy “3ème” no nihetsika aretina hafahafa “ambalavelona satanika” tao an-tsekoly. Raha vao nanomboka kelikely ny fampianarana tamin’ny valo ora maraina, tao amin’ny kilasy fahadimy, dia safotra tampoka teo ity mpianatra iray, ka nentin’ireo mpampianatra novelomina haingana tao amin’ny biraon’ny trano famakiam-boky. Raha mbola samy nanao ny fikarakarana azy ny rehetra, nanomboka teo ny fihetsika mahery sy nitabataba niteniteny toy ny hoe : “satanika izahay, maromaro izahay no miaraka ary amin’ity taona ity 2018 ity dia tsy maintsy ho azonay ny fitondrana . . .”, ary tsy laitra notazonina ity tovovavy kely, fa lehilahy efatra tsy mahatazona azy.  Tonga saina ny sasany tamin’ ireo mpampianatra ka lasa naka baiboly, fa sao dia asan-devoly ny tranga toy itony. Tampoka teo anefa nitsambikina ny varavaran-kely ilay ankizivavy narary ary tafahoatra tany ivelany, ka nifanenjehana ary tany amin’ny 100 metatra miala ny faritry ny sekoly vao tratra. Nanoloana an’ity tranga ity, dia nandray andraikitra avy hatrany ny Talen’ny Sekoly niantso ny Mpitandro filaminana sy ireo manam-pahefana teo an-tanana ary Mpitondra fivavahana isan-tsokajiny. 30 minitra taorian’izay, nihetsika aretina hafahafa ihany koa ny mpianatra tovovavy iray tao amin’ny kilasy fahatelo, ka nanao fiteny sy fihetsika mitovy amin’ilay voalohany.  Nomarihan’ny tati-baovao voaray, fa sady tsy mpinamana no tsy misy mifandray ireto mpianatra roa vavy voan’ity tranga hafahafa ity, ary mbola mifanelanelana efatra kilaometatra eo ny toeram-ponenan’izy roa. Voalazan’ilay mpianatra nihetsika ambalavelona voalohany ihany fa : “io voa io koa efa namanay ary tsy maintsy mbola haka namana maro be eto izahay”. Taorian’ny vavaka nataon’ireo mpitondra fivavahana moa dia nisava ilay tranga hafahafa. Teo anatrehan’ity tranga ity, mba tsy hiparitahan’ny aretina, dia nandray fanapahan-kevitra ny Talen’ny CEG Andasibe, ka nampiato avy hatrany ny fampianarana tamin’ireo kilasy rehetra.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara11 partages

Spectacle évangélique : Louange et célébration en chœur

Fanja, la chanteuse de « Tdl » fait partie de l’affiche.

Louange et prières seront au programme ce week-end. Les amateurs de musique évangélique pourront également jouir de tout un spectacle ce dimanche. Baptisé « Fisaorana  sy Fanandratana», louange, célébration et adoration constitueront la programmation au Palais des Sports Mahamasina.

Le concert de ce dimanche s’annonce convivial et chaleureux. Rija Rakoto, “Tdl”, Asaph, “Pray’F”… Une bonne douzaine de chanteurs et de groupes évangéliques se partageront la scène au Palais des Sports Mahamasina. Ce beau petit monde emmènera les conviés à exalter, honorer et glorifier Dieu à travers les chansons de célébration, de louange et d’adoration. Chacun ayant son propre style, le répertoire s’annonce éclectique. Entre Asaph, le duo qui est toujours très demandé sur les ondes, Rija Rakoto, dont les compositions sont en train d’inonder les stations de radio, et « Tdl », en lice pour la catégorie musique évangélique à la Rdj Mozika, l‘affiche ne peut être qu’alléchante.

Entre autres, une grande partie des morceaux programmés sont des chansons qui ont marqué la foi chrétienne au fil des temps. Des morceaux revisités et arrangés de façon à suivre les courants des dernières tendances musicales.

Selon les propos des participants « Nous voulons surtout faire ressortir les richesses lyriques et musicales qui ont tant marqué la foi de nos parents et des générations avant nous. Cela n’empêchera pourtant pas les jeunes d’avoir leur part dans ce concert. Le but est de permettre également à la jeune génération de découvrir à leur tour ces merveilleux cantiques.»

« Tdl » reprendra ses tubes comme « Lanitra » et « Tsy hanan-javamahory aho » tandis qu’Asaph s’attaquera aux chansons comme « Mila ny ranao » et « Misaotra Jehovah». Quand on parle de musique évangélique, la présence des chorales est incontournable. Pour l’occasion, la chorale de gospel « Ny Koraita » viendra partager la scène avec « Pray’f ». Ces formations se diversifient autant par leurs différents styles. Toute cette variété dans la programmation s’avère être un cocktail musical.

Maharindra

Tia Tanindranaza10 partages

Fiatrehana ny fifidiananaManana adidy lehibe ny mpiara-belona, hoy ny HOPE

Nanatanteraka loabary an-dasy tetsy amin’ny ivontoerana American Center Tanjombato indray, omaly ny fikambanana Hetsika Olom-Pirenena Entanina (HOPE). Anisan’ny nivoitra tamin’izany ny fampahafantarana ny olom-pirenena tsy ankanavaka ny adidy miandry azy ireny mialoha ny hiatrehana ny fifidianana ho filoham-pirenena izay hotontosaina amin’ity taona 2018 ity, tsy nandoavam-bola fa maimaimpoana.

Anisan’ny nampahafantarina azy ireo ny fanatonana ny biraom-pokontany hanamarinana ny anarana na voasoratra anaty lisi-pifidianana  na tsia, ny fanentanana ny manodidina mba hanatonana biraom-pokontany ihany koa. Vao miandoha ny taona dia efa tokony  hatao izany, hoy Ratsiharovala Lila, sekretera mpanatanteraka eo anivon’ny fikambanana. Anisan’ny tanjona kendrena ny tsy hahavery zo ny tsirairay avy sady hahatonga azy ireny ho tompon’andraikitra feno koa manoloana ny adidy tsy maintsy efaina eto amin’ny firenena. Tsiahivina moa fa efa nisy ny loabary an-dasy notanterahin’ny fikambanana ny 30 novambra taona 2017 lasa teo. Anisan’ny nampahafantariny ny olom-pirenena  ny lalàna mifehy ny fifidianana, ny lalàna mifehy ny fampielezan-kevitra, ny  mari-bola tokony hampiasain’ireo kandida mpifaninana. Hisy ato ho ato ny fifaninanana hampanaoviny ireo tanora mpikirakira ny lafiny informatika mikasika ny famokarana logiciel mifandraika amin’izany, ahitana ireo tsara ho fantatra rehetra momba ny fifidianana. “Hackathon” no anarana hampitondraina ny hetsika.

Pati

Midi Madagasikara10 partages

RSE : Airtel Madagascar n’oublie pas les sinistrés d’Ava

En matière de responsabilité sociétale d’entreprise, Airtel Madagascar figure parmi les entreprises les plus actives.

Chaque fois que cela s’avère nécessaire, Airtel Madagascar n’hésite pas à venir en aide à ceux qui sont dans le besoin. Le 3e opérateur mobile mondial s’est montré solidaire avec les sinistrés d’Ava en prêtant main forte aux habitants touchés, notamment dans la région Est du pays. Plusieurs équipes d’Airtel Madagascar de Diégo, Fianarantsoa, Tamatave et d’Antsirabe ont participé à une opération de distribution de produits de première nécessité et ustensiles de base dans les endroits les plus touchés par le cyclone Ava . Plus de 600 personnes et 150 ménages ont ainsi reçu des sacs de riz, des haricots secs, des cuvettes, des bougies, du sucre, de l’huile et d’autres matériels. Un geste allant droit au cœur des bénéficiaires qui n’ont pas manqué de remercier Airtel qui ne s’est pas contenté de la remise de dons. En effet, face à l’ampleur des dégâts, Airtel Madagascar a également apporté son aide en participant à la réhabilitation d’infrastructures avec la Mairie de la ville de Fianarantsoa.

Valeurs. Une manière, en tout cas pour Airtel Madagascar, de démontrer qu’en tant qu’entreprise fidèle à ses valeurs de dynamisme, de solidarité et de respect, elle est toujours concernée par toutes questions économiques ou sociales touchant l’environnement dans lequel elle opère. « Nous sommes aux côtés des communautés que nous servons, dans les bons moments, comme dans les moments difficiles d’où, le secours et l’assistance apportés aux régions touchées par le cyclone Ava » s’est exprimé Maixent Bekangba, Directeur général d’Airtel Madagascar. Engagé dans les causes sociales, Airtel Madagascar confirme à travers ce geste l’application concrète d’une politique de Responsabilité Sociétale d’Entreprise crédible, pertinente et pérenne.

R.Edmond.

Midi Madagasikara9 partages

American School of Antananarivo : Inauguration du nouveau campus

La coupe symbolique du ruban par SEM l’Ambassadeur des Etats-Unis Robert Yamate et les élèves de l’ASA.

L’American School of Antananarivo (ASA) a inauguré hier son nouveau campus sis au « Le Park » Alarobia. 30 nationalités et 241 élèves s’y côtoient quotidiennement dans l’harmonie. Il est bien loin le temps où en 1969, l’ASA était exclusivement réservée aux enfants des diplomates américains travaillant à Madagascar.

Le nouveau campus de l’ASA répond en effet aux normes imposées par l’Association des écoles internationales, dont il fait partie. Pour garantir l’épanouissement des élèves, la culture de l’excellence et du confort se ressentent aussi bien au niveau des infrastructures, que des méthodes d’enseignement et de la pédagogie elle-même. D’ailleurs, il suffit de faire une visite des lieux et d’aller à la rencontre des enfants, pour voir à quel point ils apprécient l’école et qu’y aller représente pour eux, un facteur d’épanouissement. Un développement et un épanouissement personnel favorisés par une pédagogie qui considère la conception de l’être humain dans sa globalité, avec une importance accordée à l’expression artistique et personnelle par le biais de l’Art.

Historique. Rappelons que le conseil administratif de l’ASA est dirigé par les parents d’élèves. Cela fait près de dix ans que l’association des parents s’est préparée à l’acquisition d’un nouveau campus. De fil en aiguille, le projet a pris forme et le nouveau campus siège dans les anciens locaux de Telma, réaménagés aux normes internationales, mais avec en plus, des aires de jeux et un terrain de sport, ainsi qu’un gymnase. L’Ambassadeur des Etats-Unis, Robert Yamate a honoré la cérémonie de sa présence ; les élèves et leurs familles étaient également naturellement présents. Une cérémonie marquée entre autres, par les moments d’émotion suscitée par la prestation musicale magistrale des petits élèves de l’ASA et la coupe symbolique du ruban.

Luz Razafimbelo

News Mada6 partages

AFT – Koombook : pour le développement de la culture numérique

L’Alliance française d’Antananarivo (AFT) a donné une conférence de presse mercredi, d’abord, pour effectuer ses présentations de vœux pour cette nouvelle année, ensuite, pour annoncer officiellement la suite de son programme. Par ailleurs, Jean-Paul Clément, le directeur général de l’AFT, a surtout précisé que désormais cette année, l’AFT mise sur un autre objectif qui est de développer la culture numérique.

«En cette ère de numérique, il est important de s’ouvrir sur le monde», a-t-il annoncé. Sur ce, il propose plusieurs projets. Pour commencer, l’AFT utilise le «Koombook». En fait, c’est une bibliothèque numérique de la nouvelle génération, une plateforme de données qui permet d’avoir accès à des contenus ou données multimédias. Utilisable même sans connexion, elle est destinée aux étudiants et aux enseignants et est désormais disponible auprès

de la médiathèque de l’AFT. «Nous espérons que les 29 Alliances à Madagascar seront dotées de cet appareil, étant donné que dans certaines régions, la connexion est un blocage pour se développer», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, au mois d’avril prochain, l’AFT programme une opération phare sur le livre. «Notre objectif est d’inciter les écrivains à créer des œuvres littéraires», a expliqué Jean-Paul Clément. Il a aussi souligné que durant le deuxième semestre, l’AFT se penchera davantage sur la promotion de livres et l’appui des étudiants à travers le numérique.

Holy Danielle

Midi Madagasikara6 partages

Santé communautaire : Entre avancée et défis à relever

La Dr Chuanpit Chua-Oon recevant la médaille de chevalier de l’ordre de mérite.

10 000 agents communautaires travaillent actuellement dans environ 5.000 « fokontany » du pays. Situation qui témoigne de l’importance des services de santé communautaire pour le développement humain, social et économique du pays.

Tenant une place importante dans le système de santé publique malgache, les services de santé communautaire évoluent tant bien que mal. En effet, les activités de santé communautaire ont connu beaucoup d’avancées depuis la création de la politique de santé communautaire en 2009. “ Des avancées qui se traduisent par l’augmentation du nombre des agents communautaires répartis dans différentes régions de la Grande Ile, leur formation ainsi que leurs encadrements par des chefs de centre de santé de base niveau II “ selon les dires du Dr Chuanpit Chua-Oon, directeur de programme sortant auprès de l’« USAID MAHEFA » lors d’une cérémonie d’au revoir officiel organisé en son nom à Ambohidahy hier. Le Dr Chuanpit Chua-Oon d’ajouter que le nombre d’agents communautaires enregistrés et répartis dans sept régions de l’île est aux environs de 10.000. Profitant de l’interview, le Dr Chuanpit Chua-Oon a offert quelques recommandations entrant dans le cadre de la réforme du système de santé malgache. “ Il faut continuer les efforts déployés pour améliorer le système de santé. Ce, par l’augmentation du nombre des agents communautaires, l’extension des régions concernées par les projets de santé communautaire, mais aussi leur encadrement pour de meilleur service offert aux populations locales ” a-t-elle avancé.

Au revoir. La matinée de la journée d’hier a été consacrée par le gouvernement malgache via le ministère de la Santé publique pour élever le Dr Chuanpit Chua-Oon au grade de chevalier de l’ordre de mérite. Une marque de reconnaissance et de gratitude de l’Etat malgache pour les services qu’elle a rendus au pays durant cinq ans. Organisée en son honneur, lors de la cérémonie,  on a fait un bref résumé des travaux qu’elle a effectués dans le cadre de l’amélioration de la santé communautaire en vue de la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile. Services qu’elle a rendus sous le statut de directeur de programme auprès de l’ « USAID MAHEFA » qui a accompagné plusieurs ministères. La cérémonie d’adieu  officiel a toutefois permis de savoir que les indicateurs de santé des régions (Analanjirofo, Boeny, DIANA, Melaky, Menabe, SAVA et Sofia) pour les femmes et les enfants n’ont cessé de progresser vers les objectifs fixés par le pays.

 José Belalahy

Midi Madagasikara6 partages

Hippisme : L’AHCEL revendique ses 5% de royalties

Le point de presse de l’Autorité hippique et des Courses d’Elevage de Madagascar au Cercle franco- malgache fut une occasion pour sortir leurs revendications.

Selon Rakotoarisoa Michelson, l’AHCEL est le délégué de l’Etat pour les courses hippiques à Madagascar. « PMU Madagascar n’a jamais respecté son contrat avec AHCEL, c’est-à-dire les 5% de royalties et les 20% des actions à rétrocéder ». Et comme selon la loi de 2005, la prise de paris sur les courses de chevaux est soumise à la libre concurrence, l’AHCEL a délivré une autorisation à « Pmu Bet ». Ce qui déclenchera toutes ces dissensions. « La direction générale de PMU Madagascar me signifie d’aller exiger des royalties auprès de la nouvelle compagnie « PMU Bet », étant titulaire de la licence sur les prises de paris hippiques… Et depuis du chantage, des menaces et dénigrements… ». Or le PMU France soutient l’AHCEL. Si bien qu’il y eut « une suspension du contrat entre l’AHCEL et PMU Madagascar le 25 septembre 2017 » et « suspension du contrat entre PMU France et PMU Madagascar avec interdiction d’opérer la prise de paris sur les courses à Madagascar depuis le 2 janvier 2018. Et PMU a passé outre et les jeux qu’ils organisent sont considérés comme clandestins ».

Par Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara6 partages

Natation : Les tables de cotation ont changé

Le monde de la natation bouge, évolue et ses adeptes sont d’une autre génération maintenant. Les dinosaures ou anciens de la natation sont ceux qui ont fait les premiers Jeux des Iles. Et les champions actuels sont les enfants de ces champions normalement. Est-ce que la technique a suivi ?

«Tous les techniciens de toutes les ligues se sont concertés lors de la réunion du 25 novembre dernier sur la manière dont on allait tenir les tests de classement et la saison sportive. Chacun a émis ses idées. Il n’y eut aucun veto. Même les critères et les dates ont été définis ensemble. Donc s’il y a des malentendus ou des mécontents, il faut voir avec les techniciens d’abord, leurs techniciens » a annoncé Harivola Razafindrainibe, directeur technique national. Lors de cette réunion, il a été décidé d’utiliser les minima que la fédération internationale a envoyés, que ce sera le base « time » de la fédération malgache aussi. « Mais il y a quand même des changements dans les tables de cotation ».

Selon un technicien de la natation : « Nous nous sommes toujours basés sur les tables de cotation de la fédération française depuis plus de 20 ans. Utiliser ce qu’on a sous la main est peut-être très pragmatique, mais pourquoi ne pas établir les nôtres ? » La fédération de la natation a une historique de tous les records, tous les chiffres existants pour tous les chronos. Pourquoi ne pas utiliser les statistiques pour évaluer les résultats et ajuster les tables à ces résultats ? « Il faut que ce qu’on fasse reflète les performances et les rangs des nageurs locaux ».

Autre chose, pour être bon dans le classement de la Fédération et surtout avoir plus de chance de participer aux compétitions internationales, il faut faire des performances aux 50m dos ou en 50m brasse. Même si on cartonne sur d’autres nages. L’élite reste l’élite et n’est plus concernéepar la vulgarisation de la natation. Sinon cela fausse le jeu.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara6 partages

Santé pour tous : Implication essentielle du secteur privé

« L’investissement conséquent du  privé dans le secteur de la santé à Madagascar est essentiel pour atteindre les objectifs de la Couverture santé universelle ». Ce sont les termes du directeur du Bureau Santé-Population-Nutrition de l’USAID Madagascar, Daniele Nyirandutiye de l’USAID) à l’Hôtel Ibis hier.

Shop+. Ces propos ont été recueillis lors de l’atelier de restitution des études et évaluations menées dans le cadre du projet Shop+, initié par l’USAID et ses partenaires techniques et financiers, notamment le ministère de la Santé publique et les institutions de micro-finance ( ex : Accès Banque et Microcred, etc.). Rappelons que le but de ce projet est, dans un sens global, de booster l’investissement du secteur privé dans le domaine de la santé pour améliorer la couverture sanitaire de la population. Etant donné que celle-ci a maintenant tendance à se tourner vers le privé. Une tendance naturelle qui s’explique par le manque de ressources du public, alors que le secteur privé lui, possède à sa disposition les « moyens de mobilisation » nécessaires.

Renforcement. Toutefois, les cliniques et les cabinets médicaux privés gagneraient à suivre des formations en renforcement de capacités et aussi des appuis financiers nécessaires qui leur permettraient d’étendre et d’améliorer leurs infrastructures et leurs services, pour offrir ce qu’il y a de meilleur pour le public. En effet, il ne devrait pas y avoir « dichotomie » entre secteur privé et public, en matière de couverture sanitaire à Madagascar, mais plutôt une coordination et un dialogue permanent à renforcer et à pérenniser, sans omettre l’instauration et le respect du cadre juridique correspondant, une législation forte et mise en vigueur. Le ministère de tutelle, à travers son secrétaire général a d’ailleurs déclaré être prêt à renforcer les efforts en ce sens. A titre d’exemple dans la première partie de Shop+, avec Accès Banque, plus de 500.000 dollars de prêts ont déjà été octroyés à des petites et moyennes entreprises œuvrant dans le domaine de la santé.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara5 partages

Les chiffres de la semaine

310.000. Tel est le nombre d’élèves qui devront bénéficier de l’alimentation scolaire pour l’année scolaire 2017-2018. Un volet qui figure parmi les objectifs du ministère de l’Education nationale, cette année. Les cantines scolaires, mises en place dans des établissements publics, notamment dans des écoles primaires publiques, sont des structures contribuant à la fois à l’amélioration de l’état nutritionnel des élèves et au maintien des élèves dans le système éducatif, évitant ainsi la déperdition scolaire.

30%. Tel est le pourcentage des titulaires du permis de conduire qui n’ont pas encore procédé au remplacement de leur permis de conduire en papier en document biométrique. L’échéance fixée par le centre immatriculateur et le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation pour le remplacement du permis de conduire, a de nouveau été repoussée et ce, pour la énième fois, le mois dernier. Prévue d’être fixée au 31 décembre 2017, après avoir été reportée à plusieurs reprises, cette échéance va ainsi au-delà de cette date, mais cette fois, les responsables n’ont plus annoncé de date butoir.

 250.000. En dollars, c’est le montant du financement accordé par la Banque mondiale pour la réalisation des travaux de nettoyage et de réhabilitation, sous forme d’argent–contre-travail, dans le cadre des filets sociaux de sécurité, contribuant au relèvement post-cyclonique des populations des zones touchées par le cyclone Ava. 42.000 personnes issues des districts les plus touchés par les impacts d’Ava  bénéficieront de ce programme. Il s’agit, entre autres, des districts d’Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Atsimondrano, Toamasina I et Toamasina II, Brickaville et Mananjary.

Hanitra R.

L'express de Madagascar4 partages

Un chauffeur fauche un motard et un piéton

Un accident de circulation s’est produit mardi à 22h, à Mamamba, commune d’Ambohibao, district d’Ambohidratrimo. Un automobiliste a foncé droit sur un pilote de scooter et a fini par heurter, encore une fois une à de 54 ans. Ils ont été gravement blessés, selon le constat des gendarmes d’Antehiroka. Le véhicule a été mis en fourrière.

La Vérité3 partages

Initiative pour l’Emergence de Madagascar - Andry Rajoelina propose du concret

Au Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, Andry Rajoelina a rencontré hier à la nuit tombante une pléiade  de personnalités toutes curieuses de rencontrer l’ancien président de la Transition. Face à l’assemblée, l’ex homme fort de la Transition était entouré d’une nouvelle équipe composée principalement de jeune technocrates, dynamiques et volontaires ainsi que des éléments les plus compétents de son ancienne équipe.  Devant un auditoire hétéroclite composé de députés français, des investisseurs internationaux ayant des intérêts communs pour Madagascar, ainsi que des Organisations non gouvernementales œuvrant dans la Grande-île, Andry Rajoelina a ainsi longuement défendu sa démarche « Initiative pour l’Emergence de Madagascar ».  Il a été rappelé que l’Iem est une plateforme de concertation rassemblant des experts nationaux et internationaux, des personnalités étrangères, des partenaires stratégiques et financiers, des fonds d’investissements ainsi que toutes personnes de bonne volonté, en vue d’apporter des solutions concrètes à chaque problème. La plateforme ambitionne ainsi d’apporter des idées phares des projets d’envergure comme moteurs de croissance pour le développement des secteurs clés de l’économique impactant sur la vie sociale de la population afin de transformer notre vision en action. 

 

Du concret

 Annoncée depuis la fin de semaine dernière, la conférence d’hier a également été ponctuée de discours et de témoignages de diverses personnalités issues de tous bords, des hauts fonctionnaires et des personnalités politiques et économiques issus de différents pays et d’une série de questions réponses. Secteurs clés, enjeux majeurs et identification des facteurs de blocage, tout aura été abordé durant la rencontre, avec un objectif annoncé dès le début « apporter des solutions concrètes à chaque problème ».  Une croissance accélérée, des stratégies réfléchies, des réformes en profondeur, le respect des piliers du développement durable, un processus inclusif et la prise en compte de la sécurité économique des investisseurs ont ainsi été préconisés par l’ancien président de la Transition lors de la conférence. Des solutions viables et pérennes, appropriées aux attentes des malgaches. Un projet de société visant donc à  « rattraper les 50 ans de retard » d’après les propos de l’Ancien Président Andry Rajoelina. Ceci semble utopique au premier coup d’œil mais l’ex homme fort de la Transition semble donc déjà donner un avant-goût du développement et du dynamisme qu’il veut apporter au pays.  Cette Emergence nécessite toutefois l’adhésion de tous précise l’ex homme fort du pays. A noter ainsi que la conférence sera sauf changement intégralement retransmise sur la chaîne de télévision privée appartenant à l’ex chef de l’Etat dans les jours qui suivent. Une série de forums sera organisée à Madagascar afin de permettre à tout un chacun d’exprimer ses idées et d’avancer ses propositions. 

La rédaction

News Mada1 partages

Chronique : des infos de quoi effrayer

Vous pensez peut-être à cette évasion du mercenaire Houcine Arfa, même pas ! Dans le registre de scandale éclaboussant l’Etat à forte odeur de corruption rien ne peut plus surprendre. Les coups successifs de mauvaise gouvernance ont eu raison de l’autorité de l’Etat. Au quotidien chacun fait ce qu’il lui plait, plus on monde dans la hiérarchie du pouvoir plus on en fait à sa guise, il en va malheureusement à l’inverse dans l’autre sens plus on descend la hiérarchie sociale moins on peut se permettre, ainsi le gros de la troupe, les gens d’en bas n’ont qu’à la fermer. Ils ont besoin de crier le mauvais sort qu’on leur fait, grand bien leur fasse de hurler dans leur masure mais surtout pas en public ni encore moins dans la rue. Ce n’est pas sympa et généreux de la part du pouvoir qui inonde de désinformation les chaumières ? Donc on ne va pas s’émouvoir de la saleté de l’Etat que met à nu l’histoire d’un barbouze mal embouché, bien  embauché par des gens qui aiment à fricoter avec la pègre des basses œuvres. On s’étonne toutefois de ce que tout le monde évite la vraie question : d’où vient ce fric avec lequel il prétend avoir arrosé de grosses légumes ? On ne la pose pas sans doute parce qu’en bon Malgache chacun s’est fait une raison «ny azy ihany no nanajany azy !». Ainsi va l’argent public.

Décidemment le Président Rajaonarimampianina s’est fait un art de prendre à contre-pied son auditoire et de laisser pantois les jambes flageolantes ceux qui prêtent attention à ses discours. Hardie l’initiative de faire miroiter au public un plan à plus de 10 ans de terme, «Emergence 2030» quand on évite de faire le bilan risquant de signer un fiasco à propos des objectifs posés voici quatre ans promis à être effectifs au cours du quinquennat. L’incapacité à avoir pu réaliser le moins sert ici de caution pour proposer la réalisation d’un grand plus. Même en rêve pas avec le même guide ! Brrr, ça donne froid au dos.

De mal en pis la vie n’a plus de prix face à certains détenteurs d’autorité, s’il faut croire à ce que racontent les journaux. Pas de chance pour un gars qui a eu un différend avec son voisin membre de la brigade criminelle. Deux mois après, une escouade de flics l’abat froidement, élevant la victime au rang de grand bandit dangereux recherché. La messe est dite, les enquêtes n’apprendront rien de plus. Ça hérisse les poils.

Léo Raz

 

La Vérité1 partages

Etre ou ne pas être

William Shakespeare (1564-1616), auteur de « Romeo et Juliette », le plus célèbre dramaturge que l’Europe n’ait jamais connu et figure éminente de la culture occidentale, se rendit populaire par cette tirade de Hamlet, son œuvre « To be or not to be », littéralement « être ou ne pas être », petite phrase qui traverse le temps et intéresse auteurs et cinéastes, etc. L’ancien président de la Transition, Andry Nirina Rajoelina, entretient le flou sur ses réelles intentions pour 2018. Durant les quatre années de pouvoir de l’actuel locataire d’Iavoloha, il choisit de garder le silence. Il s’était mis à l’écart de la fournaise. De ce fait, les moindres mouvements ou déclarations de sa part sont scrutés. Et l’on se demande tout bas : « va-t-il se porter candidat ou non en 2018 ? ». Etre ou ne pas être partant de la course ? Un quotidien de la place fit la « Une » du journal, le samedi 21 janvier 2018, l’interview que le leader de la Révolution Orange de 2009 lui avait accordée. Le confrère du journal avec qui Andry Rajoelina a bien voulu livrer la primeur de ses pensées attirait l’attention du public par l’annonce prochaine de ses « propositions » afin de porter secours au pays. Andry Nirina Rajoelina, être ou ne pas être candidat ! Tel est donc l’enjeu politique majeur en cette période où l’on entame la ligne droite vers l’élection présidentielle. Sur terrain, certains postulants occupent déjà l’espace. Il y en a même qui s’offre le luxe de se faire une longueur d’avance sans qu’il ait « l’amabilité » de se prononcer clairement et que la règle du jeu n’est même pas définie.

 

Andry Rajoelina, candidat à la prochaine élection présidentielle ! Voilà une éventualité qui promet beaucoup et qui risque de bouleverser l’échiquier politique dans la mesure où « zandry kely » fait partie des favoris de la « compétition ». D’autant mieux quand il commença à dévoiler un pan de la stratégie qu’il entend engager à travers ce qu’il appelle « Initiative pour l’émergence de Madagascar » (IEM),  singée quelque part par un certain challenger en mal d’inspiration. Apparemment, il a gardé intact son aura vis-à-vis de la population. Ses partisans, répartis à travers la Grande Ile, ne cessent de réclamer sa candidature. Des « comités de soutien » s’organisent ici et là et s’entretiennent la flamme. Une candidature qui va, sans le moindre doute, gêner les autres. L’actuel Président aurait du pain sur la planche pour affronter le jeune et redoutable adversaire. Lui qui a su garder le silence durant ces quatre longues années, les citoyens seraient impatients de le voir descendre sur l’arène. Cependant, une condition ou un préalable s’impose, à savoir l’unité. Si la classe politique se revendiquant de l’opposition ne réussit pas à unir ses voix autour d’un candidat donné favori, on doit s’attendre à un fiasco. Malheureusement, le cas risque de se produire. Etant donné la volatilité, sinon la versatilité, et pire encore, la vénalité de certains de nos politiciens, on devrait s’attendre à la catastrophe. Ne pas être candidat, Andry Rajoelina offrirait sur le plateau d’argent à Hery Rajaonarimampianina une victoire en or.

Etre ou ne pas être candidat ? C’est la question !

Ndrianaivo

Madaplus.info0 partages

HoucineArfa : « Je n’ai pas peur d’affronter la justice »

Le fugitif Houcine Arfa figure actuellement dans la liste des personnes à rechercher en France.
Les réactions relatives à l’affaire Houcine Arfa fusent de toutes parts depuis une semaine après la déclaration du président de la République à Brickaville suivi de la déclaration sur les médias publics du ministère de la Justice concernée par cette affaire. Ainsi, dans le cadre de l’accord de coopération entre les deux pays, le Ministère de la Justice française répondant à la demande du Ministère de la justice malgache a répondu par une note verbale le lundi 22 janvier dernier que HoucineArfa fait objet d’une inscription au fichier des personnes recherchées en France. Une réponse favorable à la demande de la justice malgache. Pour la diffusion du mandant d’arrêt international lancé le 8 janvier dernier, HoucineArfa qui s’est évadé le 28 décembre, 2017 dernier a été condamné à trois ans de prison ferme pour usurpation de fonction et tentative d’extorsion de fonds.
News Mada0 partages

Kitra – Lalao fitsapana : resin’ny AFC Léopard ny KCCA Angola

 Ao anatin’ny fanomanantena, eo amin’ny fiatrehana ireo lalao iraisam-pirenena koa ankehitriny ireo klioba roa hifanandrina amin’ny klioba sonlotena malagasy, taranja baolina kitra. Resin’ny Léopard ny KCCA Angola.

 Niatrika lalao tsapa sy ara-pirahalahiana ireo ekipa roa AFC Léopard Kenya sy ny KCCA Angola, izay hifanandrina amin’ny Fosa Junior sy ny Cnaps Sport, eo amin’ny fifaninanana afrikanina, ho an’ity taona 2018 ity. Nanafika an-dry zareo Kenyanina tao amin’ny zaridainany ny Angoley, ny alarobia lasa teo.

Resin’ny AFC Léopard, tamin’ny isa 2 no ho 1, ny KCCA tamin’izany. Efa nitarika tamin’ny isa 2 no ho 0 ny Kenyanina. Baolina voalohany tafiditr’i Kuria, teo amin’ny minitra faha-25 ary ny matin’i Owiti, mpilalao mpisolo toerana, teo amin’ny minitra faha-88. Efa tany amin’ny fanampim-potoana (90 mn + 5) kosa vao nahafaty ny baolina tokana ho azy ry zareo Angoley, tamin’ny alalan’i Herbert Achai.

Tsiahivina, fa hifandona amin’ny Fosa Junior ry zareo Kenyanina, eo amin’ny fiadiana ny amboaran’i Afrika, ka any Nairobi, ny lalao mandroso, hatao ny asabotsy 10 febroary 2018. Mila mitandrina sy miomana tsara ny Fosa Junior satria manana ny fahaiza-manaony tanteraka ireto AFC ireto, izay manomantena fatratra, ankehitriny.

Etsy ankilany, mandalo fotoan-tsarotra ihany ny KCCA tompondakan’i Angola, mpifanandrina amin’ny Cnaps Sport. Manana olana izy ireo, raha ny angom-baovao eo amin’ireo mpilalaony. Misy fihemorana be mantsy ny zava-bitan’ireo izay heverina fa andrin’ny klioba ankehitriny. Tsiahivina fa hatao eto Madagasikara ny lalao mandroso, ny asabotsy 10 febroary ho avy izao ary any Ogandà kosa afaka herinandro.

Inoana fa tsy maintsy efa mijery sy manaraka ny lalao ataon’ireto ekipa roa tonta ireto, ny mpanazatran’ny Fosa Junior sy ny Cnaps Sport.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra vehivavy : hanomboka anio ny dingana fahatelo farany

 Hiditra amin’ny fihodinana fahatelo, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja baolina kitra ho an’ny sokajy vehivavy « Division elite ». Hanomboka anio, eny amin’ny kianja Carion Manjakandriana ny fifaninanana, ka ireo ekipa 8 niatrika ireo dingana roa voalohany ihany no hiady ny lohany amin’ity. Hanana ny lanjany ity dingana fahatelo ity, satria hamaritra izay ho tompondakan’i Madagasikara. Hatreto aloha, mitarika ny Askam avy any Itasy, izay efa manana isa 16 arahin’ireo ekipa roa avy amin’ny ligin’Analamanga dia ny Sab-Nam sy ny Asot, samy manana isa 13 avy. Efa any amin’ny anarana maha tompondakan’i Madagasikara azy, tongotra ilan-dry zareo Itasy. Na izany na tsy izany, tsy maintsy mbola hiady mafy ireo ekipan’Analamanga, amin’ity.

Tafara-bondrona, amin’ny Askam rahateo, ny Asot Analamanga. Izy ireo rahateo, no hifandona voalohany eo amin’ity andro voalohany ity. Hiendrika famaranana araka izany ny fihaonan’ny roa tonta. Raha toa ka mivoaka ho mpandresy ny Askam, dia efa any am-paosiny ny ho tompondakam-pirenena ho an’ny taom-pilalaovana 2017. Tsiahivina, fa tokony ho natao tamin’ny taon-dasa ity dingana farany ity saingy noho ny zava-nisy teto amin’ny firenena, nisian’ny valanaretina pesta, voatery nahemotra izany.

Marihina fa haharitra hatramin’ny asabotsy 3 febroary ny fihaonana, izay hanatanterahina ny famaranana.

Tompondaka

Ny fizaram-bondrona :

Sokajy « A » : Som Boeny ; Mifa Analamanga ; Ascuf Matsiatra Ambony ; Sab-Nam Analamanga

Sokajy « B » : AS Comato Atsimo Andrefana : Asot Analamanga ; Askam Itasy ; Prescoi Vakinankaratra.

Fandaharan-dalao anio :

08:00 – Som # Sab-Nam

10:00 – As Comato # Prescoi

12:00 – Mifa # Ascuf

02:00 – Asot # Askam

 

News Mada0 partages

Fakana an-keriny teratany karana : voasambotry ny polisy i Colbert mpanao kidnapping

  Voasambotry ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) teny Antaninarenina, ny alatsinainy teo ny jiolahy raindahiny amin’ny fakana an-keriny, antsoina hoe Randrianarivelo Colbert na i Andry Colbert. Tompon’antoka tamin’ny fakana an-keriny Karana teto an-drenivohitra izy…

 Tohin’ny fihazonana an-keriny karana iray tao amin’ny villa iray eny Ambohidratrimo, tamin’ny taon-dasa ity raharaha nahasamborana an’i Colbert ity ka voatery niditra an-tsehatra tamin’ny famoahana io karana io ny polisin’ny BC tamin’izay. Nanao fikarohana hatrany ny polisy, ka tratra teny Antaninarenina, ny alatsinainy teo ity jiolahy raindahiny amin’ny fakana an-keriny ity. Miisa efatra ny raharaha itondrana azy eo anivon’ny fitsarana. Araka ny fanazavan’ny, lehiben’ny sampandraharaha misahana ny heloka bevava, ny kaomisera Rakotondrasoa Jean de Matha, miara-misalahy amin’ny fanaovana fanadihadiana ity jiolahy ity ny polisy sy ny zandary. Jiolahy efa nanaovana didy fikarohana ity, ary tratra ihany taorian’ny fikarohan’ny polisy. Nambarany fa anisan’ny paikadin’ny polisim-pirenena ny ady amin’ny asan-jiolahy amin’ny endriny rehetra na an-tanàn-dehibe izany indrindra ny momba ny fakana an-keriny sy ny fanafihana mitam-piadiana. Isan’ny tompon’antoka tamin’ny fakana an-keriny teratany karana maromaro teto an-drenivohitra i Colbert.

Natolotra ny fampanoavana, omaly, izy taorian’ny famotorana nataon’ny polisy.

Nitondra fanazavana koa ny polisy momba ilay jiolahy antsoina hoe Herman voatifitra teny Ankadimbahoaka, ny 17 janoary 2018 teo. Raha ny antontan-taratasy nanenjehana azy eo anivon’ny polisin’ny BC dia ampy ilazàna fa anisan’ny jiolahy efa notadiavina hatry ny ela sy niray tsikombakomba tamin’ny rahalahiny izy, nitsoaka ny fonjan’i Tsiafahy, ny alin’ny 7 hifoha 8 oktobra 2017 lasa teo. Nandritra ny roa andro no nanao fanarahan-dia ity jiolahy ity ny polisy, araka ny fanazavan’ny polisy. Rahalahin-dRandriamparany David Rolland na Ibontsina (gadra nitsoaka an’i Tsiafahy) i Herman.

J.C

News Mada0 partages

Tselatra

Manana andraikitra amin’ny fanaraha-maso ny fivezivezen’ny teratany Malagasy mankany ivelany sy ny fivezivezen’ny teratany vahiny eto Madagasikara, araka ny nambaran’ny lehiben’ny sampandraharaha misahana ny fivoahana sy ny fidirana eto Madagasikara, i Samy Harison Olivier. Momba ny fivezivezen’ny teratany malagasy mankany ivelany dia pasipaoro no antontan-taratasy voalohany takina amin’izany. Nanomboka ny taona 2013, somary nanahirana ny fivezivezena satria maro ireo zanaka malagasy mila ravinahitra any ivelany ary fantatsika fa misedra olana izy ireny any momba ny vono ataon’ny mpampiasa azy. Ny sasany kosa tahaka ny tranga tany Chine, izany hoe nomena toky ireo ankizy hoe hiasa, kanjo noterena hanambady Sinoa kilemaina na efa antitra nony tonga any an-toerana, araka ny fanazavany hatrany. Ao anatin’ny politikan’ny polisim-pirenena ny miady amin’izany fanaovana trafikana olona izany. Noho izany, notakina ny taratasy fanamarinana ny anton-dia any amin’ilay firenena izay hivahiniana. Natao izao mba hiarovana ny zanatsika, hoy izy. Betsaka koa ireo firenena efa hita fa tena tsy azo andehanana intsony tahaka an’i Liban, Koweit, Arabie Saodita, Chine ary Kaomoro satria voarara ny fivezivezen’ny olona tsy ara-dalàna.

J.C

News Mada0 partages

DGSR : hanangana toeram-pitsarana fiarakodia eny By Pass

Nividy tany malalaka eo amin’ny sampanana mihazo an’Ambohimanambola, somary manamorona ny By Pass, ny foibe fitsarana fiarakodia na DGSR izay manana ny foibeny eny Alarobia Amboniloha hanorenana toeram-pitsarana fiarakodia manara-penitra. Hanomboka rahampitso (anio io) ny asa ary ezahina ho vita mialoha ny 26 jona 2018 izany ka hiasa avy hatrany”, hoy ny tale jeneralin’ny foibe fitsarana fiarakodia, ny Jly Ratelo André nandritra ny fambolen-kazo notontosain’izy ireo omaly teo amin’ity toerana hanorenana toeram-pitsarana fiarakodia ity.

Ankoatra izay, niresaka ny fandaminana vaovao eo amin’ny toerana fitsarana fiarakodia, ny tale jeneralin’ny ny foibe fitsarana fiarakodia. Manomboka ny 2 febroary 2018 ho avy izao, tsy misy fitsarana fiarakodia na “visite technique” intsony eny Nanisana ao amin’ny “Mikoja” izay nitsarana ireo taksiborosy sy taxi-be fa nafindra eny Betongolo sy eny amin’ny By Pass ary eny Ivato. “Koa entanina ny manjifa mba hanaraka izany fandaminana izany”, araka ny fanazavany. Toy izao ny fandaminana vaovao momba ny toerana fitsarana fiarakodia.

Eny amin’ny foibe annexe Betongolo : Ireo taxi-be ao anatin’ny kaoperativa mpitatitra eto an-drenivohitra. Eny amin’ny foibe annexe By Pass sy Ivato : kamiaobe manana vesatra milanja 3 500 kg noho mihoatra miaraka amin’ny entana. Taxi-be ao anatin’ny kaoperativa mpitatitra olona manodidina ny renivohitra. Ireo taksiborosy, ny traktera ary ireo kamiaobe mitondra remorque.

Noraisina hatrany nandritra ny fambolen-kazo, omaly, ny teny filamatra ho an’ny zandarimariam-pirenena tamin’ity taona ity manao hoe : “Zandarimaria mamboly hazo ho fanoitra hampisandratra ny fihariana maharitra ara-toekarena”

J.C

News Mada0 partages

CEG Andasibe : miverina indray ny resaka satanika…

 “Satanika izahay, ary maromaro izahay no miaraka ka tsy maintsy ho azonay ny fitondrana amin’ity taona ity”. Toy izany ny rediredin’ireo ankizivavy nihetsika ambalavelona tao amin’ny CEG Andasibe, omaly.

Nahitana mpianatra roa vavy nihetsika aretina ambalavelona indray tany amin’ny CEG Andasibe, omaly. Tsy iray kilasy izy ireo saingy nitovy ny fisehoan’aretina. Kilasy 5ème ny iray ary kilasy 3ème ny iray. Safotra tao anatin’ny minisitra vitsy ary lasa nanao krizy matanjaka be indray avy eo.

Sady nirediredy izy ireo nilaza fa “satanika izahay ka tsy maintsy ho azonay ny fitondrana amin’ny 2018”. Ny iray nilaza fa “mbola haka namana marobe izahay hanaraka anay”.  Taorian’izay, nitsoaka ary nianika varavarankely ilay mpianatra mihetsika aretina iray ka tafavoaka ny tokontanin-tsekoly. Tratra ihany anefa izy rehefa nifanenjehana.

Olona efa-dahy no efa mifampitolona aminy tsy hitroatra saingy tsy nahavoatazona azy velively noho ny tanjany.

Aretina tsy fahita ity aretina ity raha ny filazan’ny mpampianatra tao an-tsekoly. Niantso ny mpitandro filaminana avy hatrany ny talen-tsekoly Randrianoelina Jean Gabriel handamina satria sahirana tanteraka tamin’ny fitazomana azy roa vavy.

Nantsoina ihany koa ireo mpitondra fivavahana tao an-toerana hanao ny asa fanesorana demony tamin’izy ireo. Tony ny krizy sy ny tabataba nataon’izy roa vavy rehefa nanao ny asany ireo mpitondra fivavahana.

Vao tamin’ny herinandro teo no nisy ankizivavy fito tao amin’ny CEG Ankotrabe, Cisco Fenoarivo nihetsika ambalavelona. Fiasan’ny mpitondra fivavahana ihany koa no nampitony ny krizin’izy ireo.

Manomboka miseho matetika indray ity tranga ity tato ho ato. Naneho ny heviny moa ireo ray aman-dreny mpanaraka ny vaovao fa samy matahotra avokoa, indrindra ireo manan-janaka vavy.

Ny sasany koa naneho hevitra sy niampanga fa mitana ody ny ray aman-drenin’ireny ankizy ireny matoa mihetsika aretin-dratsy toy izany ny zanany.

 Miverina ny teny hoe “satanika”

Nanaitra ny mpanara-baovao indrindra koa ny fiverenan’ny teny hoe “satanika”. Efa nisy fotoana nampalaza io teny io ary nahitana porofo fa misy ireo andiana tanora voageja tao anatin’izay ekipan’ny satanika izay.

Niteraka ahiahy teo amin’ny ray aman-dreny indrindra ny teto Antananarivo ny fisian’io vondron’ny satanika io tamin’izany ka izao miverina mivoaka ny vavan’ireo ankizy nihetsika ambalavelona ireo indray.

Samy mametra-panontaniana ny rehetra ny antony mahatonga ity aretina ity sy ny mety ho fifandraisany tokoa amin’ny ketrika maloto ataon’ireo mpanao politika amin’ny fifidianana hisesy manomboka amin’ity taona ity.

Randria

News Mada0 partages

Toamasiana : mirongatra ny dahalo, miakatra ny vidin-kena

Tsy hihinan-kena intsony ny sarambabem-bahoaka noho ny fidangan’ny vidin-kena ao Toamasina. Manginy fotsiny asan-dahalo izay isan’ny mampitondra faisana. Vokatr’izay, tsy mitsaha-miakatra ny karazan-kena amidy eny an-tsena : omby, kisoa, akoho, trondro. Raha ny henan’omby, 18 000 Ar ka hatramin’ny 20 000 Ar ny kilaon’ny nofy raha 15 000 Ar ka hatramin’ny 18 000 Ar ny kg mifangaro. Ny henan- isoa, 20 000 Ar ka hatramin’ny 24 000 Ar ny iray kg. 13 000 Ar ka hatramin’ny 15 000 Ar ny kilaon’ny henan’akoho. 20 000 Ar ny kilaon’ny gana. Vokatr’ireo rehetra ireo, mirongatra izaitsizy ny asan-jiolahy amin’ireny karazam-biby fihinana sy amidy eny an-tsena ireny raha tsy hilaza ny halatr’omby tahaka ny fifanenjehana narahina tifitra nataon’ny polisin’ny Fip tao Ankirihiry, ny alin’ny 15 janoary 2018 lasa teo. Nisy koa ireo andian’olona nandroaka omby tao Antanandava, RN 2 Bis tamin’io fotoana io ihany. Raikitra ny fifanenjehana teo amin’ny polisy sy ireo mpangalatra ka  niafara tamin’ny fifampitifirana.

Sajo

News Mada0 partages

Taorian’ny rivodoza Ava : mirongatra ny valanaretina isan-karazany

Saika mirongatra izay tsy izy ny valan aretina samihafa eto Toamasina, taorian’ny  fandalovan’ny rivodoza Ava farany teo. Mbola ahiana ny mety hiverenan’ny valanaretina pesta vokatry ny loto. Nandritra ny fanadihadiana natao tetsy amin’ny hopitaly kely Tanambao sy hopitaly be Analankininina aloha dia saika valanaretina fivalanana, kohaka, aretin-doha mampandoa sy mahafanina, ary tazo mahery no betsaka tonga ao amin’ny hopitaly. Ho an’ny etsy amin’ny hopitaly be, hita taratra tamin’ny fahafenoan’ny efitranon’ny marary izany nandritra ny fanaovana ny fanadihadina tao an-toerana.

Hatramin’ny fahadimin’ny volana janoary andro voalohany taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Ava ka hatramin’ny faha-16 janoary nanaovana ny fanadihadiana, tsy latsaky ny 24 ny matin’ ireo karazan’aretina ireo raha ny fanambaram-pahafatesana voasoratra etsy amin’ny kaominina. Nahatratra dimy isan’ andro kosa ireo niditra hopitaly teo anelanelan’ io daty io ihany.

Fantatra koa izao fa tsy naharaka ny filan’ny marary ny fanafody eo amin’ny mpivaro-panafody nahazo alalana hisahana an’ izany ao amin’ny hopitaly be Analankininina. Voatery lasa mivoaka ivelany mitady mpivaro-panafody hafa ny mpanaraka marary. Misy fiantraikany amin’ny asan’ny mpitsabo sy ny marary ilana ny fanafody izany satria misy fahatarany.

 » Efa miezaka izahay manao tsara ny asanay hamonjena ny ain’olona tonga eto amin’ny sampana vonjy taitra fa olana  ny tsy fahampian’ny fanafody eo anivon’ny mpivaro-panafody ao anatin’ny hopitaly be Analankininina » hoy ny dokotera mpiandry raharaha any nadritra ny fanadihadiana natao.

Sajo

News Mada0 partages

Itaosy : un couple meurt dans un incendie

Un incendie mortel s’est produit à Itaosy avant-hier, peu avant minuit. Cette nuit là, les riverains ont été réveillés par les flammes épaisses de l’incendie d’une habitation en bois servant de commerce du charbon de bois. En attendant l’arrivée des sapeurs-pompiers, ils ont beau essayer de circonscrire le sinistre avec les moyens du bord mais ce fut peine perdue car les flammes, alimentées par les bois et les sacs de charbon, ont rendu difficile la lutte contre l’incendie.

A l’intérieur, un jeune couple a été pris au piège par le feu : un homme âgé de 20 ans et une jeune fille de 17 ans. Ce n’est qu’après plus d’ une heure de lutte acharnée que l’incendie a été maîtrisé. Fort heureusement, le feu ne s’est pas répandu sur les maisons attenantes.

La police et les villageois ont eu la désagréable surprise de découvrir deux corps complètement dévorés par les flammes, l’un allongé sur le lit et l’autre assis sur une chaise. A l’heure actuelle, la police enquête sur l’origine du sinistre afin de déterminer s’il s’agit tout simplement d’un accident domestique ou d’un incendie criminel.

ATs.

News Mada0 partages

Beroroha : un chef de fokontany sauvagement tué

Le chef du fokontany d’Ankazoabokely, district de Beroroha, à été sauvagement tué par des bandits armés de fusil et d’armes blanches dans la nuit du dimanche. Une autre personne a également été abattue.

Un crime qui dépasse l’entendement humain. C’est ce qu’on peut qualifier de l’attaque perpétrée dans le domicile du chef du fokontany d’Ankazoabokely, district de Beroroha, dimanche dernier. Vers 20 heures 30, quatre individus munis de plusieurs armes ont pénétré dans la maison du chef de fokontany. A cette heure, les habitants  sont déjà enfermés chez eux, plongés dans le sommeil. Aussitôt infiltrés dans la propriété, les bandits ont menacé les occupants en toute discrétion pour ne pas être entendu par le voisinage. Les bandits ont donc pu opérer en toute quiétude. Le chef du fokontany qui a osé leur tenir tête pour défendre son foyer n’a pas pu faire grand-chose. Il a reçu une balle  à la cuisse et des coups de sagaie à la poitrine. Les assaillants ont donné le coup de grâce en lui frappant la nuque à coup de machette. Un autre père de famille qui s’est retrouvé sur les lieux à été également tué. Ce dernier a reçu une balle dans le dos alors qu’il a tenté de prévenir les voisins.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Pediatrie : la première chirurgie ambulatoire au CHUJRA

Réduire les longues semaines d’attente pour la chirurgie programmée, tout en apportant une meilleure qualité de vie aux patients et au personnel médical. Tels sont entre autres les avantages du bloc opératoire de chirurgie pédiatrique ambulatoire qui vient d’être mis en place  à l’hôpital universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA).

L’implantation de cette infrastructure, la première de ce genre à Madagascar, est le fruit de la collaboration entre le ministère de la Santé et Vivo Energy Madagascar. Inauguré officiellement hier, en présence du ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo et le DG de Vivo Energy Madagascar, Kader Maiga, le bâtiment comprend une salle de préparation, une salle d’opération, une salle de réveil, une salle d’attente, une salle de garde et des toilettes. Cette unité de chirurgie pédiatrique ambulatoire est conçue spécifiquement pour les enfants et permet de sécuriser leur prise en charge et surtout de garantir de meilleurs soins.

La particularité de ce bloc est de centraliser la plupart des opérations chirurgicales des enfants dans un même service plutôt que de les répartir sur le site hospitalier, notamment des opérations réparatrices de  bec de lièvre ou d’ablation de hernie. «La chirurgie ambulatoire est aussi sûre, voire plus, que la chirurgie en hospitalisation classique, car elle implique une organisation irréprochable de l’équipe de soins, basée sur la gestion des risques, la maîtrise des suites opératoires et l’information du patient», a informé le Dr Romain Raherison, chirurgien pédiatrique.  Ainsi, «grâce à cette structure, la durée d’hospitalisation est plus courte. Les patients peuvent rentrer chez eux le jour même de l’opération, sans passer une seule nuit à l’hôpital», a-t-il ajouté. La chirurgie ambulatoire réduit ainsi les risques d’infections associées aux soins et de phlébites, car ceux-ci augmentent avec la durée d’hospitalisation. Selon les informations, 1.734 enfants ont été opérés en 2017, dont 1.008 en urgence, sur un total de 5030 interventions chirurgicales.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Transports en commun : des efforts restent à déployer

Un nouveau souffle a été donné au monde du transport en commun à l’issue de deux années de plaidoyers et d’actions plus poussées en vue de promouvoir une meilleure mobilité des usagers, dont les Personnes en situation de handicap (PSH). Mais, ce n’est pas encore le moment de lâcher prise dans la mesure où des améliorations restent à faire pour atteindre les objectifs.

Des changements de comportement avérés. Une bonne partie des opérateurs dans le domaine du transport en commun, dont des chauffeurs, receveurs et pointeurs de bus, a adopté les bons gestes pour rendre un peu plus facile la mobilité des PSH dans la capitale. Par ailleurs, les plaidoyers menés en la matière dans le cadre du projet «Lalan-jotra mampiaty ny namana», en abrégé «Lamina», mis en œuvre par l’ONG Lalana en cofinancement avec l’union Européenne, ont porté leurs fruits, sur la dégradation d’une bonne portion des chaussées, à la suite des intempéries.

Engagements

En dépit des changements apportés, le coordonnateur du projet «Lamina», Nathalie Rasamison,  reconnaît le besoin de la poursuite des actions entamées dans ce cadre, surtout le contrôle et le suivi de la mise en œuvre des engagements de toutes les parties prenantes. Même si ledit projet a pris fin, l’ONG Lalana reste fidèle à ses engagements de promouvoir une meilleure mobilité à tout un chacun, surtout les PSH.

Grâce à «Lamina», la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA)  s’est engagée à considérer l’amélioration de la mobilité des PSH, via la réinstauration de la place réservée dans le cahier des charges des transporteurs urbains. De son côté, la Direction générale des Transports terrestres a procuré une note de service relative à l’insertion de la dimension d’handicap dans le module de la formation dans les autoécoles.

Le projet a prévu d’installer quatre types de travaux pilotes dans un axe urbain et dans un axe suburbain, à savoir l’axe reliant les 67 Ha à celui d’Ankatso et la ligne G reliant Tana ville – Fenoarivo, selon les besoins des PSH.  Les infrastructures issues de ces travaux pilotes sont installées à chaque abribus et arrêt reliant ces 2 axes : plaques d’indicateur pictogramme avec avertisseur, guides cannes pour les malvoyants, insertion d’escaliers amovibles antidérapants et rampe d’accès pour aider les PSH à monter et descendre du taxibe. Les infrastructures implantées dans les arrêts de la ligne G sont maintenant prêts à être utilisées. Par ailleurs, la pose des travaux pour l’axe urbain attend l’autorisation de la CUA.

Fahranarison

News Mada0 partages

Analamanga : manifestations au marché de Mahitsy

La tension risque de monter à son paroxysme, demain, à Mahitsy, dans le district d’Ambohidratrimo. Les marchands menacent d’intensifier les manifestations, contre la commune, qu’ils ont entamées depuis mercredi.

Les occupants du marché communal de Mahitsy, appuyés par les riverains, campent sur leurs positions, en s’opposant contre la décision de la commune d’attribuer une parcelle de terrain sur son marché aux membres du Conseil communal. Ils ont manifesté sur les lieux, mercredi, pour exiger des explications sur cette initiative qu’ils ont qualifiée de népotisme et de tentative de détournements de biens publics. Pourtant, le chef de division du marché, niant toute implication dans cette décision, n’a pu leur fournir aucune information, les obligeant à envisager d’intensifier les revendications par d’autres manifestations, ce samedi. Ils ont aussi menacé de saisir le Bianco dans le cas contraire pour contraindre les autorités locales à s’expliquer publiquement sur la gestion de ce marché. Les marchands de Mahitsy déplorent, en effet, la vétusté de l’infrastructure et le manque d’entretien de ce marché malgré les taxes et impôts versés par ses occupants. La redevabilité de la commune est donc mise en cause et ce, dans plusieurs domaines puisqu’aucun projet de développement n’a été réalisé dans cette circonscription à forte potentialité économique, depuis ce nouveau mandat du maire.

Des riverains du marché ont par ailleurs déclaré devant les manifestants, mercredi dernier, que le terrain alloué aux membres du Conseil municipal n’a jamais appartenu à la commune rurale de Mahitsy. «La parcelle longeant notre clôture nous appartient mais nous l’avons volontairement cédée pour servir de servitude de passage aux usagers du marché et refusons de l’octroyer à des particuliers dont ces membres de l’actuel Conseil municipal qui semblent profiter de leur position pour s’emparer des biens d’autrui», a annoncé le porte-parole des propriétaires du terrain mis en cause.

Plusieurs sujets relatifs à la gestion des biens publics restent à élucider alors dans la commune rurale de Mahitsy.

Manou

News Mada0 partages

Alaotra – Faritra arovana : mandray anjara feno ireo mpamboly vary jeby

  “Tsy manohitra ny hampanjariana an’Alaotra sy ny momba azy izahay”, hoy ireo ao amin’ny fikambanan’ny mpamboly vary jeby manodidina an’Alaotra. Rehefa maintany, misintona ny rano ka mamela fotoka, koa azo volena vary jeby io ary mahavokatra. “Vary loteriekoa ny filaza azy ity, satria mety hiala maina ilay namboly raha tonga aloha sy mirotsaka betsaka ny orana. Azo lazaina izany fa manahirana ihany ny misafidy manao azy ity, ho an’ireo voatery manao azy, noho ny tsy fahampian’ny tany  azo volena intsony.

Tsy misy tanimbary firy ny morona atsinanan’Alaotra ka saika manao vary jeby ny maro an’isa. Tsy ratsy ny vokatra tamin’ity ka nampidina ny vidim-bary teny an-tsena sy tany an-toerana mihitsy aza. Tsorina fa mihafeno vary jeby ny faritra misy bararata sy zozoro sy ny sisa, tondroina amin’ny hoe zetra, noho ity fomba fambolena ity. Iankinan’ny hahalavavelona ny farihy ny zetra.

Manohana ny atsanga tsy hanototra ny farihy ny zetra ka mahatonga ilay toerana ho faritra mando. Mila arovana satria mitahiry zava-mananaina manana toerana lehibe eo amin’ny tohiaina ifampiankinan’ny zava-mananaina maro hafa mahatonga ny farihy sy ny hamandoana arovana.  

“Aoka hiaraha-mamaritra”

 Isan’ny resy lahatra ny amin’izany ny ao amin’ny Fikambanan’ny mpamboly vary jeby manodidina an’Alaotra.”Nahavoly zanakazo 2.000 teny amin’ny sahandriaka mihitsy izahay tamin’ity, anehoanay an’izany,” hoy Rakotondrajay Germain, filohan’ny fikambanana. ”Efa miezaka mametraka fiaraha-miasa amin’ny Durrell Wildlife Conservation Trust izahay, izay hitanay ny finiavany. Koa raha misy ny fametrahana ireny tsatoka famantarana mamaritra ny faritra arovana ireny, miangavy izahay mpamboly vary jeby mba aoka hiaraha-mamaritra ” Mifanaraka rahateo amin’ny tolo-kevitra naroson’ny Loholona, Rabenony Andrianirina izany.

Rarivo

News Mada0 partages

Carburants : négociations difficiles pour la structure de prix

Depuis le mois d’octobre dernier, l’Etat est en phase de négociation avec les pétroliers pour la mise en place d’une nouvelle structure de prix des carburants. La prochaine révision dépendra des négociations entre les deux parties. Pourtant, les négociations s’avèrent complexes.

A la différence de la révision mensuelle des prix, les pourparlers entre l’Etat et les pétroliers ont abouti au maintien des prix à la pompe pour le mois de janvier. Le super carburant se vend à 3.840 ariary le litre, le gasoil à 3.190 ariary et le pétrole lampant à 2.370 ariary. Les négociations entre les deux parties se poursuivent.  « Les négociations sont assez complexes dans la recherche de consensus pour la mise en place d’une structure pérenne », a soutenu Laurent Rajaonarivelo, secrétaire général du ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH), lors de l’atelier de formation des journalistes sur la structure des prix des carburants, hier, à Ampandrianomby. Un atelier organisé conjointement par le MEEH et la Banque mondiale.

Madagascar a toujours été un pays importateur de produits pétroliers. Le désengagement de l’Etat et la libéralisation du secteur en 2004 ont changé la donne. Depuis ce temps, plusieurs facteurs déterminent les prix à la pompe des carburants. Il s’agit tout d’abord, du cours du brut sur le marché international puis, des frais pour les logisticiens, des frais de stockages, des frais de distributions, des taxes et redevances ou encore des marges bénéficiaires pour les distributeurs mais aussi et surtout, du taux de l’ariary par rapport au dollar, la monnaie d’achat du brut auprès des pays producteurs du Golf Persique, comme l’a toujours expliqué Laurent Rajaonarivelo.

Tendances haussières

L’Etat a décidé d’arrêter les subventions pour l’administration des prix dès que la vérité des prix a été atteinte en septembre 2015. Depuis mai 2016, il a été décidé l’adoption d’un système de lissage des prix, c’est-à-dire que les autorités essayent d’atténuer les impacts de la fluctuation des cours de l’ariary et ceux du baril, au niveau des consommateurs.

Le cours du baril a commencé à chuter de 100 à 40 dollars vers la fin de l’année 2014 et début 2015. Cependant, l’ariary a commencé à se déprécier par rapport au dollar. Une dépréciation qui ne joue pas en faveur d’une éventuelle baisse des prix à la pompe.

Bien loin des 55 dollars du mois de décembre, les cours du baril ont tourné, hier, autour des 66 dollars et suivent une tendance haussière. Les analystes parlent même d’un «réveil des cours» pour cette année. Depuis le 1er janvier, les taxes sur le super carburant sont passées de 390 ariary par litre à 503 ariary et pour le gasoil de 120 ariary/ litre à 228 ariary/litre, soit le double.

Les indicateurs laissent entrevoir une hausse des prix à la pompe pour le prochain mois, à moins que les négociations n’aboutissent à l’adoption d’une formule adaptée au contexte.

Arh.

News Mada0 partages

« Alatsinainy mainty », 26 janoary 2009 : mila fitsarana toy ny « Raharaha 7 febroary »

Mandeha ny fotoana… Efa ho folo taona izao ny nipoahan’ny « Alatsinainy mainty », 26 janoary 2009. Nirongatra tamin’izany ny fandrobana sy fandoroana orinasa aman-tranombarotra faobe, saika manerana an’i Madagasikara. Tsara omana sy lamina mialoha, fa saika niara-niainga avokoa, nitovitovy fiseho.

Nanomboka tamin’ny haino aman-jerim-panjakana, RNM sy TVM, Anosy, izany. Nahazo ny radio sy televiziona MBS an’ny filoha teo aloha, Ravalomanana, teny Anosimpatrana. Nanenika ny tranombarotra lehibe teny Tanjombato, Ankorondrano, Behoririka… Niitatra hatrany Antsirabe, Fianarantsoa, Toamasina, Toliara, Antsiranana…

Tsy misy ny tarehimarika ofisialy, fa ampolony maro ireo namoy ny ainy sy tsy hita popoka, anarivony ireo very asa, anjatony ny rava fananana, amina miliara maro ny fatiantoka ara-toekarena… Politika ny raharaha? Heverina ho vitavita ho azy amin’izao. Na « faty be mora efaina »: rehefa be dia be no indray manao heloka, sarotra enjehina ka saika vitavita na tsy hitahita ho azy amin’izao.

Ny « Raharaha 2009«  no tsy mazava 

Trangan-javatra iray tao anatin’ny « Raharaha 2009 » iny « Alatsinainy mainty » iny. Maro ireo raharaha tsy mazava, iniana afenina, tsy sahy hadihadiana… Politika ka miankina amin’ny fifandanjan-kery sy ny ady tombontsoa. Raha hetsehina indray, ohatra, ny « Raharaha 7 febroary » amin’izao ankatoky ny fifidianana izao: aiza ho aiza ny amin’ny « Alatsinainy mainty », izay nisy faty olona, fandravana fananana… ?

Be ny tsy mazava tamin’ny « Raharaha 2009 ». Iza marina, ohatra, ny tao ambadika: na mpanao politika na firenen-dehibe, tena hetsi-bahoaka tokoa sa fanonganam-panjakana, antony politika fotsiny sa lafiny toekarena… ? Ny tantara tsy hitsara, fa mila tsaraina hakana lesona sy hialana amin’izany lesoka miverimberina eto amin’ny firenena: tsy mety ho tafarina, fa sasatry ny miarina.

Raha hetsehina àry ny « Raharaha 7 febroary« , tsy mila jerena koa ve, ohatra, ny amin’ny tena marina momba ny « Alatsinainy mainty« ? Mba tsy hisy tokoa ny tsimatimanota, tsy atao sorona sy fitaovana amin’ny politika maloto hatrany ny vahoaka, hisy hitandremana amin’ny fiainam-pirenena amin’ny ho avy… Hisy mpitondra sahy hanao izany ve?

R. Nd.

News Mada0 partages

Ni session ni lois électorales : la précampagne privilégiée, l’essentiel oublié

Attendue lors du conseil des ministres de mercredi dernier, la convocation d’une session extraordinaire du Parlement n’est toujours pas officialisée. Les préparatifs électoraux risquent ainsi d’accuser un sérieux retard.

Les acteurs politiques ont-ils raison de penser que le régime veut retarder le processus électoral ? Il semble que ces temps-ci, la réponse à cette interrogation est vraisemblablement  affirmative. Et pour cause, en dépit des déclarations contraires de la part des responsables étatiques, les faits peuvent donner raison aux appréhensions.   En effet, après avoir été attendues lors de la deuxième session ordinaire du Parlement, les lois électorales, ou plutôt les règles du jeu qui déterminent les dispositions à respecter concernant les futures consultations populaires ne sont toujours pas connues.

A titre d’illustration, le conseil des ministres du 24 décembre dernier n’a pas donné d’indication sur ce point. Au contraire, comme à l’accoutumée, la rencontre hebdomadaire de l’Exécutif s’est limité à des communications verbales sur les déplacements des membres du gouvernement ainsi que la traditionnelle nomination aux hauts emplois de l’Etat. Le seul texte qui y a été examiné concerne, encore une fois, un projet de loi modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2014-020 du 27 septembre 2014 relative aux ressources des Collectivités territoriales décentralisées, aux modalités d’élections, ainsi qu’à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes. Ce texte a été d’ailleurs, en passant, maintes fois charcuté durant la IVe République.

Ailleurs

Pendant ce temps, le plus étonnant dans tout cela c’est qu’au lieu de plancher sur le sujet, le régime semble obnubilé par des guerres de communication sur d’autres thèmes. C’est le cas hier à Iavoloha. Les débats autour de la disposition de la Constitution relative au président candidat ne sont plus soulevés, ainsi que la consultation de la société civile à propos des textes électoraux. A l’inverse, les réunions du parti présidentiel et les opérations de charme en province se multiplient. Alors que le plus important est ailleurs.

Ce qui inquiète les observateurs avertis, c’est qu’il faudrait à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) au moins huit mois (en février au plus tard) avant la date des élections pour se préparer. Il faut souligner d’ailleurs que même si le Chef de l’Etat et le président du Sénat avaient déjà indiqué que la présidentielle aura lieu cette année, c’est encore le statu quo à propos des textes y afférents. Et pourtant, en novembre dernier, le conseil des ministres décentralisé qui s’est tenu à Mahajanga avait adopté trois projets de textes : un projet de loi organique relative au régime général des élections et des référendums ; à l’élection du président de la République ; ainsi qu’à l’élection des députés à l’Assemblée nationale.

En tout cas, les acteurs politiques sont aux aguets et suivent de près les manœuvres du régime. A travers un communiqué, mercredi dernier, la plateforme politique Armada avait d’ailleurs averti le régime que «Les manœuvres politiques dilatoires visant à détourner les esprits pour faire accepter au peuple un report des élections» ne seront pas acceptés. D’autant que la population est consciente de l’existence des diverses manipulations et diversions faites pour masquer les incompétences et les défaillances du régime.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

La réhabilitation de la route d’Ankorondrano créé des embouteillages monstre.

Inauguration en grande pompe de l’American School d’Antananarivo (ASA) hier.

Cérémonie de lancement officiel du projet sur la Convention cadre de la lutte anti-tabac (CCLAT) 2030.

L’équipe de la direction générale de la sécurité routière a effectué du reboisement du côté de By Pass.

Décoration d’Alexis Dédé Razafindratsira, au rang de l’Ordre du soleil levant, Rayons d’or en sautoir, à la résidence du Japon.

Remise de don de matériel et d’équipements pédiatriques pour l’hôpital mère et enfant d’Ambohimiandra.

Photo : – Mamiherison, Fanou et Tina

News Mada0 partages

Razafindratsira Alexis D. : nosaloran’i Japana mari-boninahitra

Maro ny manampahaizana malagasy nandray anjara betsaka tamin’ny fampiroboroboana ny fifandraisana eo amin’i Madagasikara sy i Japana. Anisan’ireny Razafindratsira Alexis Dédé. Noho izany zava-bitany izany, notoloran’ny mpanjaka sy ny governemanta japoney, tamin’ny alalan’ny ambasadaorony eto amintsika mari-boninahitra izy. Notontosaina omaly, teny Ivandry, ny lanonana mifandraika amin’izany ka misalotra ny anarana « Ordre du soleil levant, rayons d’or en sautoir » ny mari-boninahitra nasalotra azy.

Ny taona 1967 Razafindratsira Alexis Dédé no nalefan’ny fanjakana malagasy hanohy ny fianarany momba ny fambolena sy ny fiompiana tany amin’ny oniversite any Tokyo. Porofo nanehoan’ny governemanta tamin’izany fotoana izany ny fahavononany hampitombo ny fifandraisana eo amin’i Madagasikara sy i Japana.

Efa-taona  taorian’io, rehefa tafaverina teto ity manampahaizana ity, nanorina ny fikambanana « Nippo-Malagasy », izay lasa « Association des anciens et amis du Japon ». Filohan’ity fikambanana ity, nandritra ny 24 taona, Razafindratsira Alexis Dédé ary filoham-boninahiny, amin’izao fotoana izao.

Tsara ny manamarika fa maherin’ny 1.500 ireo malagasy mianatra teny japoney, izany hoe, isika no firenena afrikanina faharoa liana amin’ity tenim-pirenena iray ity. Notsiahivin-dRazafindratsira Alexis Dédé moa ireo kolontsaina sy fahaiza-miaina ampiharin-dry zareo japoney ka nampahomby ny fampandrosoana ny fireneny.

Landy R.

News Mada0 partages

Seho miavaka… : hamerina an-tsehatra ireo hira anaty sarimiaina ny CYM

Child young music, fantatry ny maro kokoa amin’ny hoe CYM. Tetikasa iray, nifantenana ankizy vitsivitsy manan-talenta amin’ny mozika izy ity. Lasa tarika kosa ankehitriny, ary hizara ny ketrika voalohany.

“Nos dessins animés en chansons”. Lohahevitra iompanan’ny fampisehoana, hotontosain’ny CYM, ny 3 febroary ho avy izao etsy amin’ny CCEsca Antanimena, io. « Seho matihanina, izaran’ireo ankizy ao amin’ny CYM ireo hira anaty sarimiaina hatramin’izay io. Misy hira efa taloha ary misy kosa anatin’ireo sarimiaina taty aoriana, izay hatao mitovy tsy misy valaka hatramin’ny fitafiana », hoy ny ampaham-panazavana nentin-dRamananarivo Andry, tompon’andraikitra voalohany ao amin’ny In’Idea Agency, mpikarakara ny hetsika.Fantatra fa hira 30 eo ho eo no notsongaina hoentin’ny CYM an-tsehatra amin’io fotoana io. Haharitra ora 2 sy sasany eo ho eo ny seho, raha ny tombana. Haka endrika “comédie musicale” kokoa, satria hampiaina ireo hira toy ny anaty sarimiaina mihitsy ireo ankizy. Ankoatra azy ireo, hisy mpandihy matihanina sy ireo “mascottes” haka ny endrik’ireo mpilalao sarimiaina ankafizin’ny ankizy.“Mety hoe nahay nihira fotsiny izahay tamin’ny fifantenana. Taorian’ny fiofanana matetitetika nomen’ny “coach” kosa, tena mahatsapa fa nahazo traikefa ary vonona hizara izay vitanay. Misy ary maro amin’ireo hira ireo no nanamarika anay ary tena iainanay mihitsy ilay izy”, hoy ny nambaran’i Océane, iray amin’ireo ankizy mandrafitra ny CYM.“Mora mandray torohevitra ary manan-talenta ireo ankizy ireo. 6 hatramin’ny 18 taona izy ireo, izany hoe, ao anatin’ny fotoana famolahana ny talentany mihitsy. Tanjona rahateo ny haha matihanina azy ireo, satria efa mpanakanto ireo ankizy ireo”, hoy kosa ny filazan’ny coach Ihary Rapanoelina.Fanombohana ihany ity fampisehoana ity. Mbola hisy ireo hetsika hafa, ary anisan’izany ny famoahana ireo hira noforonina manokana hiangalian’ny CYM. Hanome sombiny vitsivitsy rahateo izy ireo, mandritra ny fampisehoana.Marihina fa hisy ampahany hatokana hanampian’ny CYM ireo ankizy kamboty eo amin’ny fianarany ny vola ho azon’izy ireo amin’ny tetikasa rehetra hataony.Zo ny Aina

News Mada0 partages

Hennessy Café : hanohy sy hanatsara ireo hetsika hatramin’izay

Manatsara hatrany ireo hetsika efa nahafantarana azy hatramin’izay ny Hennessy Café, etsy Ivandry, ho fanomezana fahafaham-po ny mpankafy zavakanto sy hampialana voly ny rehetra, indrindra rehefa faran’ny herinandro.

Mitohy hatrany ny fisokafan’ity toerana ity amin’ny seha-javakanto rehetra. Araka izany, mbola hisy ny fampirantiana hosodoko, kanto araka endrika amam-bika, sokitra, sns. Eo koa ny varotra fampirantiana asa tanana malagasy voakaly sy mendrika. Tsy ho latsa-danja ny mozika, amin’ny alalan’ny « live », efa nahazatra hatramin’izay.

Mikasika izay tontolon’ny mozika izay ihany, nahitam-pahombiazana ny fifaninanana « cover », nokarakarain’ny Hennessy Café, tamin’iny taon-dasa iny. Nampanantena ny mpitantana ny toerana fa hitohy izany hetsika izany, amin’ity taona vaovao ity.

Ankoatra ireo voalaza ireo, mbola nahafantarana ny Hennessy Café ihany koa ny « Ciné-dimanche », fotoana iray iarahan’ny mpianakavy, mpinamana, mpifankatia, sns, mankafy horonantsary, ao amin’ny toerana tsy mahazatra, fotoana mamy sy hafa mihitsy. Hotohizana izany rehetra izany, araka ny nampanantenain’ny mpitantana.

Nanentana ireo Malagasy mpanatontosa sarimihetsika moa ito farany mba tsy hisalasala handefa ny sanganasany ao amin’ny Hennessy Café. Raha fintinina, tanjona ny hisian’ny hetsika ara-javakanto ao an-toerana, mandritra ny volana.

Landy R.

 

News Mada0 partages

CCESCA : « Cym » chante les dessins animésCCESCA « Cym » chante les dessins animés

Une après-midi tout particulièrement enchanteresse, c’est ce que  Child and young music (Cym) propose au public du Centre culturel Esca Antanimena, ce 3 février, lors de son premier spectacle baptisé « Nos dessins animés en chansons ».

Cym sort le grand jeu pour son premier spectacle de l’année. La formation va s’en donner à cœur joie avec les costumes des personnages de dessins animés qui ont marqué les générations, pour le bonheur des petits et grands. On notera, tout particulièrement, La Reine des neiges, la Belle et la Bête, Raiponce, Clémentine, les Chevaliers du Zodiaque, le Roi lion ou encore Hercule. La genèse de Cym  remonte au mois de septembre, durant lequel l’initiateur du concept a lancé un casting dans la capitale. Sept filles et deux garçons, dont l’âge varie de 6 à 18 ans, ont su séduire les membres du jury de leurs talents. Une fois formé, l’ensemble a suivi une séance de coaching de haute volée avec Hiary Rapanoelina, l’un des piliers du groupe a capella AVM.

«La séance allie technique vocale et expression scénique. Il faut reconnaître que ce jeune groupe recèle d’immenses talents qui ne demandent qu’à être révélés. Effectivement, la jeunesse a une capacité d’assimilation importante. Nous avons beaucoup avancé au fur et à mesure des répétitions», reconnaît le coach Hiary Rapanoelina.

Caritatif

Au delà d’un simple spectacle, «Nos dessins animés en chansons» sera un moyen pour lancer un regard particulier à l’endroit des nécessiteux. En fait, une partie du fonds récolté à l’issue de cet événement servira à soutenir un orphelinat.  «Voilà 6 mois, nous nous sommes posé la question, pourquoi ne pas créer à Madagascar un événement tout à l’image de Disney en concert ou bien un spectacle classique d’animation ?», avance Andry Ramananarivo. «Nos dessins animés en chansons ne constituent qu’un prélude. Outre une tournée régionale, Cym ambitionne de mettre sur pied un projet artistique à long terme afin de percer dans le star-system», conclut Fenitra Rakotoniaina.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Hennessy Café : carte blanche aux artistes !

L’année démarre sous le signe de l’éclectisme chez Hennessy Café Ivandry, qui va accueillir, chaque mois, des artistes d’horizons très divers, pour réaliser de nouvelles performances.

Soucieux de la promotion des artistes émergents qui méritent d’être connus et reconnus sur l’échiquier culturel, Hennessy Café donne libre cours à leur création, tout en organisant des évènements ponctuels en son sein. Poursuivant ses actions, l’établissement a accueilli, hier matin, le «Goûter des artistes», pour renouveler sa fructueuse collaboration avec les acteurs culturels, en ce début d’année.  Musiciens, peintre, cinéastes, photographes et artistes de tout horizon ont répondu généreusement à l’appel le temps d’un moment d’échange et de partage autour d’un bon café.

 «Ce sera un plaisir renouvelé d’accueillir, à compter du mois de février, un événement mensuel qui mettra sous les feux de la rampe nos jeunes talents. A titre de rappel, le Ciné Salon  a mis au premier plan le 7e art occidental l’année dernière. On ambitionne de mettre en valeur les œuvres des cinéastes malgaches tout au long de cette nouvelles saison», avance Karine Rabefaritra.

Dans ce dessein, «Click and Chill» va inaugurer la saison le 2 février. A cette occasion, Didier Law se plaira à échanger son vécu en tant que photographe globe-trotter.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Manakhasy : le groupe en quête de nos origines

Véritable ovni musical, le groupe Manakhasy va livrer un concert empreint d’airs traditionnels, ce samedi après-midi, au Jamaïca Chill, By Pass.

Manakhasy, ce nom en dit déjà long sur la manière dont le groupe vit son art. La formation valorise l’opulence et la magnificence de l’invention divine qu’elle qualifie de «Izaignahary». Manakhasy s’est donné comme mission, de redorer le blason des traditions anciennes par le biais de sa musique. Le groupe, dans sa singularité, joue de la musique traditionnelle, en utilisant comme instrument de prédilection la valiha ainsi que le djembé et bien d’autres accessoires. Avec une composition cosmique, le groupe véhicule la restitution des valeurs traditionnelles malgaches et les vestiges pour la vie future. Dans ce dessein, il contribue généreusement à la protection de l’environnement grâce à la revalorisation des bois sacrés et des plantes médicinales endémiques de Madagascar.

Pour la petite histoire, Vony Azriel et Mananjara ont démarré le groupe en combinant instrument traditionnel et musique urbaine. Andriamihaja a par la suite grossi les rangs et décidé de perfectionner son style dans le «free roots trad gasy».

Manakhasy a tout récemment dévoilé une toute autre facette de son identité à travers une exposition d’artisanat traditionnel, avec comme matières premières, les perles. Mais pour ce samedi après-midi, le trio va faire étalage de son nouvel opus qu’est «Izaignahary mahery».

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Guide du week end

Ce soir

Une soirée acoustique et folk au Trass

Pour clore la semaine en beauté, il n’y a rien de plus indiqué que d’assister à une soirée dans une ambiance conviviale. Et c’est ce que propose Trass, sis à Tsiadana, ce soir, avec la participation de trois artistes exceptionnels, à savoir, les deux guitaristes et chanteurs Mbola Talenta et Fara Gloun ainsi que Orad Manalina qui donnera une touche plus mélancolique et originale avec son mélodica. La soirée sera donc très acoustique, le trio interprétera quelques reprises de grands titres malgaches.

Kabôsy Kabasy à l’Is’art galerie

Depuis l’année dernière, Is’art galerie à Ampasinimalo a aussi ouvert ses portes aux chanteurs en leur attribuant une scène spéciale qui se tient tous les vendredis, dans la soirée. Ainsi, ce vendredi, le projet Kabôsy Kabasy sera exploité. Composé de Doda, le Kabôsy Player et Fefy Bassiste, le groupe envisage d’emmener son public en voyage musical, entre la tradition et le moderne.

Le grand retour de Solo Miral au CGM

Après un long moment d’absence dans l’univers musical, le groupe, composé des frères Solo Miral, est de retour cette année. Sur ce, il donnera un concert en guise de retrouvailles avec ses fans, ce soir, au Cercle-germano malgache (CGM), Analakely. Selon les membres du groupe, il est difficile pour eux d’être au grand complet parce certains n’habitent pas au pays. Ainsi, pour satisfaire davantage ses fans, le groupe interprétera ses anciens tubes, tels que «Bako», ou encore «Hafatra»

Fandrama au grand complet aux 67 Ha

Le chanteur tropical Fandrama a décidé d’inaugurer sa nouvelle année musicale dans la capitale. Se produisant rarement sur la scène de Tana, il sera sous le feu des projecteurs du restaurant Bonara Be, sis aux 67 Ha, ce soir. Son objectif est d’enflammer la scène, en interprétant des titres tels que «Bonne année 2018», «Lalitra koa adala», ou encore «Radoko»… Par ailleurs, le chanteur a assuré ses fans que le groupe sera au grand complet durant cette soirée.

Demain

Deuxième édition «Sketch’n’rap»  à Antsakaviro

Ayant eu de bonnes critiques durant la première édition, certains rappeurs et passionnés de rap ont décidé de réitérer l’évènement dénommé «Sketch’nrap» au Fili’in Antsakaviro. Pour cette fois, avec la participation de plusieurs artistes, tels qu’Epistolier, Eklyps, Yremar, Kiady Rivo, Tsutsu Apolad’art, Jay B, Gatia, Iharanatsoa, l’objectif est d’associer le rap et l’humour dans une seule soirée.

Chœur d’hommes de Madagascar célèbre ses 10 ans à l’AFT

Pour inaugurer l’année, l’AFT organise toujours des concerts évangéliques ou lyriques. Et pour cette année, il propose le groupe Chœur d’hommes de Madagascar. Dans le cadre de la célébration de ses 10 ans d’existence, le groupe investira donc la scène de l’AFT, demain. Composé d’une trentaine de chanteurs lyriques, il revisitera quelques titres standards malgaches, entre autres, quelques morceaux de Mahaleo ou encore de Lôlô sy ny tariny… Bref, l’objectif est de démontrer que la musique classique peut aussi s’harmoniser avec d’autres styles musicaux.

Du RnB des années 90 avec Steph Rambi 

Célèbre pour son talent de chanteur spécialiste en reprise, Steph Rambi propose cette fois-ci une soirée pour les fans du RnB des années 90 au début de l’an 2000. Ainsi, demain, au Le Complexe Antanimena, il se mettra tout aussi bien dans la peau de Babyface, Brian Mcknight que Usher… Il élargira même son répertoire en interprétant des titres de Boyz II Men, Kci and Jojo ou encore Blackstreet…

Jaojoby en tête d’affiche au Jao’s Pub

????????????????????????????????????

Propriétaire du lieu, Jaojoby a décidé d’ouvrir la saison en se produisant, demain, au Jao’s Pub Ambohipo. Selon l’affiche, le groupe sera au grand complet. L’objectif est d’envoûter son public avec ses titres incontournables, et comme l’année est nouvelle, il dévoilera aussi quelques nouveautés durant la soirée.

Dimanche

Njila offre du «Voandalana» au CCEsca

Ayant baptisé le spectacle «Voandalana no entinay», le groupe Njila se produira, dimanche, au CCEsca Antanimena. Le chanteur sera accompagné sur scène de Mahery du groupe Johary et de Lilie. La petite chanteuse mais toute aussi talentueuse, Ravaka, l’ex Pazzapa, sera l’invitée spéciale. Le répertoire ne sera donc composé que des titres du groupe Njila qui ont cartonné dans les années 80 et 90. L’ambiance s’annoncera de ce fait nostalgique.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Natation : Amahr Club voit le jour

Le sujet planait dans l’air depuis un certain temps. C’est maintenant officiel. L’année débute en beauté pour les passionnés de la natation malgache. En effet, un autre club vient de voir le jour dans la capitale. Il s’agit d’Amahr club, fondé par un couple de nageurs malgaches, Mahery et Mya Rakotomavo. Deux spécialistes en brasse qui ont conjugué passion et performance pour arriver à ce stade. «Entraîne-toi comme les autres et tu auras peut-être le même niveau que les autres, entraîne-toi plus que les autres et tu auras peut-être un niveau plus élevé que les autres». C’est, en quelque sorte, le leitmotiv de ce nouveau club qui prendra part aux différentes compétitions à partir de cette saison.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Pour manger

Les journaux de la Réunion sont unanimes sur ce point : les docks de la Colonie voisine regorgent de sucre, de tapioca, de rhum, de vanille, d’essences, de géranium et d’ylang-ylang.

Mais le riz est rationné à 400 grammes ; le pain est un article de luxe ; le maïs vaut 0 fr. 60 la livre et il est réservé aux chevaux de prix ; le bœuf – quand un navire en apporte quelques têtes de Madagascar – se débite à 1 fr. 40 la livre ; le poisson, à 1 fr. 80 ; la volaille et le porc ont disparu.

C’est la famine.

Et pourtant, il existe encore quelques Créoles – actuellement fort avancés en âge – qui disent que jadis leur pays exportait moins de sucre et de vanille, mais qu’il produisait beaucoup plus de viandes, de grains, de légumes, le tout sain, abondant, à prix abordables. Une locution s’était établie pour exprimer le fait – très commun – de l’ancienne longévité des Réunionnais ; on disait : Un créole du bon vieux bois !

Tout cela a disparu devant l’ambition féroce, d’ailleurs illusoire, de l’exportation à tout prix.

Mais ne nous hâtons pas de nous moquer de l’état de nos voisins ; considérons l’état lamentable de notre propre marché quotidien ; nous souffrons des mêmes privations, presque à la même intensité et par suite des mêmes causes.

Dans l’Est, tout le monde s’est rué sur la vanille, le café et, depuis quelques années, sur le graphite.

Tout cela est très bien ; mais il n’empêche que nous en sommes, nous aussi, à nous procurer difficilement ce qui se mange.

Il y a encore des Tamataviens qui se rappellent l’ancien Tamatave, avec ce qui est devenu la rue du Commerce occupé par un canal qui amenait, de diverses directions, des produits de toutes sortes ; alors, c’était le pays de l’abondance ; poisson, viandes, grains, tout ce qui se mangeait était en grande quantité et à vil prix.

Tout cela s’est transformé et a fait place à un embryon de ville moderne ; on a bien fait, c’est le progrès. Mais, ce qu’on a mal fait, c’est de n’avoir pas remplacé ce qui était. Les T. P. ont dépensé beaucoup dans la région ; mais il faut reconnaître que ça n’a guère été que dépenses somptuaires, sans coordination, sans but pratique. Peu à peu Tamatave s’est habitué à recevoir presque tout son sakafo… de la Réunion et, depuis le chemin de fer, de l’Émyrne.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo, Resaky ny mpitsimpona akotry : samy miaro ny lohany tsy ho tapaka

Sangy mihoatra ny loha efa  tsy rariny no ataon’ilay mpikarama an’ady atao hoe Houcine Arfa. Ny nenina tsy aloha fa aorina. Dia tsy ampy olona manam-pahaizana azo itokisana ve ao amin’ny tafika na zandarimaria na polisy, no nahatonga ny tena nipingapinga nanarama faikan’olona toy ireny? Tsy mba hoe lohany anisan’ireo mahiratra akory fa tena mpanao asan-jiolahy. Hoatrinona moa ny vola nifanarahana tamin’ny sandan’ny torohevitra sy ny firotsahany amin’ny fandaminana ny fiarovana manodidina ny filoha? Vola no hany manentana an’ireny karazana jiolahy ireny. Rehefa nokakeriny toy izao vao tonga saina. Inona ny tena antony naniraka hitaiza bibilava an-trano ? Tonga an-tsaina tsy nahy ny vola nikararana tamin’izany. Tsy olona toy ireny tonga handranto harena na hirongo volabe tany am-pahatongavana. Nefa vola anie izao nolazaina fa tratra tao aminy izao. Manginy fotsiny ireo euro voalaza hoe nanondrahana an’ireo tompom-pahefana sy tompon’andraikitra isan-tsokajiny mba hiray petsapetsa aminy eo momba ny fisavana làlana nahafahany nitsoaka. Vola azony teto an-toerana daholo izany rehetra izany. Tonga amin’ilay fitenenana hoe ny an’ny tena ihany no nanajana ny tena. Dia sanatria ve volam-panjakana no nampiasaina toy izany? Na efa mampiferinaina aza ny mikasika ny vola ho an’ny vahoaka, sarotra samborina mora laniana dia mbola misy ihany any amin’ny fitantanana ny fahasahiana manao goragora anaovana fanambatambazana jiolahy toy ireny. Mody samy manadino daholo fa ny fifanarahana tamin’izy teny am-piandohana no loharanon’izao zava-doza izao. Miseho ny nafenina : ny tsy fahampian’ny fitokisana ny mpiray tanindrazana. Haka fanampiana avy any ivelany dia tsy mba ny sangany no nifampiresahana fa ary amin’ny fakofakon’olona no nijabajaba ! Akory izay, hoy ireo fahavalo. Kely sokatry ka afaka ho aiza, ireny aza jiolahy efa teo am-pelatanana tafaporitsaka tsy voasakana. Mahery vaika toy inona aza ity vola maloto ity, mila hanan-kery noho ny vola madio araky ny fitazana azy. Sao efa maloto toy izay avokoa ny tontolo fitondrana ? Mampihoron-koditra.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : solution éminemment politique

Ouf ! Un groupe a lancé le pavé dans la mare. Les adversaires de cette initiative ne manquent pourtant pas, avançant le fallacieux prétexte que le pays a

d’autres priorités, comme si des priorités diminuaient d’importance et de gravité les autres problèmes tel le danger à traiter l’avortement de manière hypocrite. Les militants pour un changement montrent combien il

s’agit d’un fléau entrainant de graves dégâts humains. Malheureusement là comme en d’autres domaines, il faut bien se rendre à l’évidence que notre société se réfugie souvent sous les apparences refusant de débattre du fond. Le combat risque de s’éterniser, alors que le fléau nécessite des mesures au plus vite. La manière efficace consisterait peut-être à déplacer le problème et à mener le combat sur le terrain politique. Dans l’instant tout dirigeant au pouvoir n’est pas libéré de la responsabilité relative à chaque blessure, à chaque décès consécutif à un avortement clandestin. Coupable de non-assistance à personne en détresse.

 

News Mada0 partages

Baseball/softball : vers la création d’une fédération

Un rêve qui deviendra bientôt une réalité. Les passionnés de baseball/softball à Madagascar sont en train d’écrire une nouvelle page de leur histoire. En effet, les quelques pionniers de la discipline, encore peu connue dans la Grande île, viennent d’enclencher la vitesse supérieure dans le processus de mise en place de la Fédération malgache baseball/softball (FMBS). Armand Varnat, très impliqué dans le projet de développement du baseball/softball malgache, a annoncé que les négociations avec le ministère de tutelle vont bon train.

Trois membres de bureau ont eu une réunion de travail avec la directrice du sport fédéral, Rosa Rakotozafy, pour concrétiser les démarches à effectuer pour la mise en place de cette structure. Un autre entretien aura lieu, dans une dizaine de jours, pour présenter les dossiers qui seront étudiés par la Direction du sport fédéral auprès du ministère de la Jeunesse et des sports. Notons que la fédération doit être au moins constituée d’un président, d’un vice-président, d’un secrétaire général et d’un trésorier.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Boxe olympique : les ligues mal en point

Conscientes du danger qui les guette en cas de collaboration avec l’ancien vice-président de la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO), Bernard Andriamanampisoa, dit Gégé Bosco,  radié à vie de la discipline par l’instance internationale (Aiba), les ligues refusent de refaire la même erreur.

En effet, lors de la réunion qui s’est déroulée au sous-gradin de Mahamasina, hier, les 11 ligues présentes ont prié Gégé Bosco de quitter les lieux, pour ne pas risquer d’être taxées de complices. D’ailleurs, les présidents de ces ligues cesseront d’insister sur la tenue de l’Assemblée générale extraordinaire si dans 48 heures, le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) ne donne pas suite à leur demande après une première tentative avortée.

Et pour arrondir les angles vis-à-vis de leur bailleur, les ligues ont demandé à voir la lettre signifiant la radiation à vie de Gégé Bosco.

Naisa

 

News Mada0 partages

Foot féminin : la phase 3 de la division élite, enclenchée

Le championnat national division élite de football féminin arrive à un tournant décisif. C’est-à-dire, la phase 3 qui déterminera la place définitive de chaque équipe au classement final. Les premiers chocs auront lieu, ce jour, à Carion.

Le début de la compétition s’est fait en catimini mais la Fédération malgache de football (FMF), via la Commission football féminin, a annoncé haut et fort, hier, au siège de la FMF à Isoraka, que la phase 3 du championnat division élite du football féminin sera électrique. Et ce, suite aux deux précédentes phases qui se sont déroulées à Mahajanga, du 4 au 12 août, et au Centre technique national de Carion, du 25 août au 2 septembre dernier. Le coup d’envoi de cette 3e phase sera donc donné, ce jour, à Carion, avec les huit clubs considérés comme les grands favoris de cette édition, notamment, l’Askam Itasy, l’Asot Analamanga, l’AC Sabnam Analamanga, Mifa Analamanga, le FC Prescoi Vakinankaratra, l’Ascuf Haute-Matsiatra, Som Boeny et l’AS Comato Atsimo Andrefana.

«Pour rappel, le cumul des points pour les trois phases déterminera la position finale de chaque équipe et celle qui figurera en tête de ce classement sera déclarée équipe championne de Madagascar de football féminin 2017», ont déclaré les membres de la Commission football féminin auprès de la FMF.

Dans la poule A, Som Boeny affrontera, ce jour, AC Sabnam tandis que Mifa défiera Ascut Haute-Matsiatra. Dans la poule B, AS Comato retrouvera FC Prescoi. La dernière affiche opposera l’Askam à l’Asot. Jusqu’ici, Sophie Irène Farafanirina demeure la meilleure buteuse de la compétition à l’issue des deux phases. La dame de fer de l’AC Sabnam a inscrit 13 buts lors de la première phase et 9 lors de la seconde phase.

Rojo N.

Classement provisoire

1-Askam : 16 points

2-Asot : 13 points

3-AC Sabnam : 13 points

4-Mifa : 9 points

5-Som : 7 points

6-FC Prescoi : 6 points

7-Ascuf : 6 points

8-AS Comato : 2 points

 

Ino Vaovao0 partages

FIOMPIANA DRAKAKA SY DINGADINGA : Homen-tanana ny eto amin’ny Faritra Boeny

Marihina moa fa anisan’ireo otrikarena be mpitrandraka izy ireo ary anisany atahorana ho lany taranaka ka nahatonga ny fanjakana naka fepetra manokana amin’ny fiarovana azy, dia ny fanakatonana amin’ny fitrandrahana drakaka sy ny fandrarana ny fanjonoana miaraka amin’ny tavoahangy misy rivotra ho an’ny dingadinga. Ankehitriny dia ny fiompiana mihitsy no ampirisihina.

Taona vitsivitsy izay dia maro ireo mpandraharaha teto Mahajanga no nanao ‘bassins’ fitaizana drakaka saingy mbola tsy nisy ny fenitra sy toromarika napetraky ny ministera mikasika ny fomba fanorenana sy ny halavirana tokony hisy eo amin’ny bassins roa. Niteraka olana teo amin’ny mpiompy drakaka izany satria efa maro ny fandaniana vita vao tsy nahazo fankatoavana.

Raha ny fahitanay azy, hoy ny mpandraharaha sasany dia na ny teknisianina ao amin’ny ministera dia mbola tsy mahafehy loatra io fitaizana makamba io. Mbola olana be, ohatra, ny fampanatodizana makamba izay takian’ny lalàna satria betsaka ny maty noho ny velona ny atody foy. Ho an’ny dingadinga kosa dia efa misy mitaiza azy io any amin’ny faritr’i Toliara iny. Sambany kosa no hatao eto Mahajanga izy io.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I MAEVATANANA : Zandary iray nanara-dia omby maty novonoin’ny dahalo

Dahalo am-polony maro nitondra basim-borona no nandrava omby miisa 12 tao Berotra, fokontany sady Kaominina , ny marainan’ny 22 janoary tamin’ny 01 ora maraina. Avy hatrany dia nanara-dia ireo fokonolona, nampian’ireo zandary miisa 4 izay sendra namita iraka tao Ankazoambo. 

Nanaovan’ireo dahalo vela-pandrika ireo mpanara-dia ka nisy ny fifandonana tao amin’ny fokontany Andranofasikakely, kaominina ambanivohitr’Ambalanjanakomby, Distrikan’i Maevatanàna tokony ho tamin’ny 4 ora sy sasany maraina. Araka ny tatitra avy amin’ny zandary dia miisa 30 mahery ireo dahalo nanao vela-pandrika.  Tafasaraka ireo mpanara-dia rehefa voatery tsy maintsy namonjy toerana azo antoka mba hahafahana mamaly tifitra sy mijery ny paikady hiatrenaha sy hanohizana ny fanarahan-dia. 

Tsy tafaraka tamin’ny maro anefa ary tsy hita ny G1C Razanadranava Maharavo Jackson ka natao ny fikarohana azy. Ny 23 janoary 2018 tamin’ny 11 ora 30 dia hita teo Ambovokalanoro fokontany Bevilany, kaominina ambanivohitr’i Tsararano, distrikan’i Maevatanàna 15km miala ny toerana nahitana azy farany ny vatana mangatsiakan’io zandary io. 

Efa tsy teny aminy intsony na ny basiny MAS 36 na ny bala maromaro niaraka taminy. Mbola mitohy ny fikarohana ireo jiolahy sy ny basy very. Efa tonga tao amin’ny Kaompania Ambato-Boeny tamin’ny 10 alina ny 23 janoary 2018 ny razana niaraka tamin’ireo fokonolona nanara-dia sasantsasany. Lavo teo am-panatanterahana ny asany amin’ny fiarovana ny olona sy ny fananany ity zandary ity. Vitsy loatra ary tsy ampy fitaovana ireo mpitandro filaminana. Ireo dahalo kosa efa mandeha andiany maro no sady mitana basy ihany koa. Adidin’ny fanjakana  ny mamatsy fitaovana raitra sy arifomba ireo mpitandro filaminana ireo satria raha io MAS 36 io dia basy efa am-polon-taona maro, tamin’ny ady lehibe faharoa tany no nampiasana azy. 

Miha mahazo vahana ny tsy fandriampahalemana ankehitriny ary andraikitry ny fanjakana no misahana izany, saingy tokony mba ho ampy fitaovana kosa ireo mpiaro ny vahoaka sy ny fananany. 36 taona ity zandary ity izao nindaosin’ny fahafatesana izao, namela mananon-tena iray sy kamboty roa. Fantatra tamin’ny toetrany tsy manaiky resy Ratompokolahy. Nanambara moa ny kaomandin’ny zandarimariam- pirenena eto Mahajanga fa tsy havelan’izy ireo ho velona ireo dahalo namono ny naman’izy ireo izay nanao ny asany,  niaro ny vahoaka sy ny fananany. Tsy maintsy tadiavina ireo tsy mataho-tody ary averina aminy ny nataony… Hanao haza lambo ireo dahalo any amin‘iny faritr’i Maevatanàna sy Ambato Boeny iny ireo zandary.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA MAHAJAMBA : Mitady fanampiana hahafahana mamokatra

Fantatra mantsy izao fa anisany nitondra faisana tanteraka ireo tantsaha monina ao amin’ny kaominina ambanivohitr’i Mahajamba ao amin’ny distrikan’i Mahajanga faharoa ao anatin’ny Faritra Boeny vokatry ny tondra-drano tamin’ny fandalovan’ny rivodoza Ava farany teo. Maro dia maro tokoa raha ny olona rava trano sy tsy manan-kialofana any amin’izany kaominina izany no asian-teny ankehitriny. Araka ny fantatra dia lafin-javatra maro no voa mafy tamin’izany fa tsy ny olombelona ihany. Tafiditra ao anatin’ireo niharan-doza ihany koa mantsy ny voly sy fiompiana izay nokaohin’ny riaka ka tsy nisy noraisina intsony.

Manoloana izany, ny mponina any an-toerana dia nangataka fanampiana sy fanohanana avy amin’ny fitondram-panjakana mijoro sy ny Biraom-pirenena misahana ny fitantanana ny loza voajanahary (Bngrc). Mitodika amin’ireo tsara sitrapo sy ireo malala-tanana ihany koa ity kaominina ity amin’izao fahavoazana izao mba hanampiana azy ireo. Sakafo sy ireo kojakoja ilaina amin’ny fampandehanana ny fiainana andavanandro ihany koa aloha hatreto no tena tadiavin’ireo mponina, araka ny fanazavana. 

Na izany na tsy izany aza anefa dia mila ny fanampiana ihany koa ireo tantsaha ao Mahajamba amin’ny lafiny famokarana satria na ny atao masomboly aza izao efa manahirana. Manoloana izany indrindra dia miandrandra ny fanampiana eo amin’ny sehatry ny vary akotry,  ny katsaka, ny voanjo ary ny voamaina ireo mponina. Ireto farany izay hahafahana mamerina amin’ny ampahany ny famokarana avy any an-toerana. Araka ny fanazavan’ireo mponina mantsy dia tsy mbola tara ny fambolena ireo masomboly raha mbola misy hatrany ny rotsak’orana any amin’ny faritra misy azy ireo. 

Ny ben’ny tanàna any an-toerana rahateo dia efa nanao ny ezaka rehetra amin’ny fanaovana antso avo amin’ny tompon’andraikitra rehetra mba hikaroham-bahaolana amin’ny zava-misy any amin’ny toerana misy azy. Tsara ho fantatra fa tapaka izao ny lalana mihazo ity kaominina ity fa amin’ny alalan’ny sambo no hifamezivezen’ny ankamaroan’ny olona makany an-toerana.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA IKALAMAVONY : Miakatra zato isan-jato ny vidin’ny Ppn amin’izao fotoana izao

Isan’izany ny tanànan’Ikalamavony izay tojo fahasahiranana tanteraka amin’izao fotoana izao. Araka ny fantatra mantsy izao dia nanapa-kevitra ny hitokona ny mpivarotra sy ny mpandraharaha ao an-tampon-tanànan’Ikalamavony ka nanakatona ny fivarotan’izy ireo. Araka ny fanazavana dia fitakiana ny fandriampahalemana sy fiarovana ny ain’izy ireo no anton’izao. 

Olana goavana atrehin’ity kaominina ity mantsy amin’izao fotoana izao ny fahatapahan’ny lalam-pirenena faha-42, mampitohy an’i Fianarantsoa sy Ikalamavony. Izany dia mbola vokatry ny fandalovan’ny rivodoza Ava farany teo, izay nahatapahana tetezana roa be izao any amin’iny lalam-pirenena iny. Manoloana izany dia mandeha ao anatin’ny ora telo fara fahahaingany amin’ny lalana 50Km ireo vahoaka hihazo an’Ikalamavony. 

Manoloana ny fahasimban’ny lalana mantsy dia tsy maintsy amin’ny alalan’ny “transbordement” no hahafahana mifamezivezy. Amin’izao fotoana izao, araka ny fantatra, dia tafakatra 20 000Ariary ny saran’ny fitondrana menaka 20litatra amin’ny fiara. Miraviravy tanana tanteraka ny mponina eo anatrehan’izany satria dia miakatra 60% ka hatramin’ny 100% ny vidin’ny Ppn na ireo entana ilaina amin’ny fiainana andavanandro any an-toerana amin’izao fotoana izao. Andrasana izay mety ho fandraisana andraikitry ny fanjakana foibe amin’izao zava-misy ao Ikalamavony izao.

Lucien R.  

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Anjaranao sisa no misafidy izay metimety aminao

Valirombon’ny bonne année

Fandrama sy ny ekipany hanafana ny toeram-pilanonana Bonara-be chez Sa-Yah 67ha, anio. Valirombon’ny bonne année andiany faharoa ity hotanterahin’ity mpanakanto ity. Hampifaly ireo mpankafy azy eto an-drenivohitra ny tenany amin’io fotoana io. Hanomboka amin’ny 9 ora alina ny fety ary ny gadona salegy gouma tanteraka no hanjaka ao. Ity ihany koa ny alim-pandihizana voalohany hotanterahin’ny tarika Fandrama eto an-drenivohitra amin’ity taona vaovao ity. Mampanantena ambiansy ho an’ireo tonga hanotrona azy ny mpanakanto ary tsy voafetra ny ora fa ho mandra-paraina ny andro.

Triple ambiansy

Hangotraka ny etsy amin’ny Le Glacier Analakely anio, mpanakanto telo avy amin’ny Faritra Sava no hanafana ny sehatra. Triple ambiansy no hoentin’ny mpikarakara hanafanana ny alim-pandihizana hiarahana amin’i Simonda, Stanros ary Nancy ity. Hanomboka amin’ny 8 ora ary tsy hifarana raha tsy maraina ny fety. Hifandimby hiaka-tsehatra haneho ny talentany izy telo ireo mandritra ny alim-pandihizana. Fantatra eo amin’ny gadona salegy i Simonda ka hitondra ireo hira nahafantarana azy hatramin’ izay hampitsinjaka ireo mpankafy, toy ny “Atakalo” sy “Bouger bouger”. Etsy ankilany i Stanros tanora vao misondrotra eo amin’ny sehatry ny mozika ka hanasongadina ny zava-bitany ny tovolahy mandritra ny fotoana andraisany anjara. Hitondra ireo mozika mafana sy milamindamina nampisongadina azy tao anatin’ny roa taona nahitana taratra azy teo amin’ny sehatry ny mozika ny tovovavy amin’ity alim-pandihizana miavaka ity. Noho izany dia ambiansy tropikaly tanteraka no hanjaka amin’io ambiansy Triple io.

Fifampiarahabana nahatratra ny taona

Hanatanteraka fifampiarahabana nahatratra ny taona hiarahany amin’ireo mpankafy azy eto an-drenivohitra i Sisca. Ny zoma alina izao etsy amin’ny Jao’s Pub Ambohipo ny fankalazana izany ary hanomboka amin’ny 9 ora ny lanonana. “Ambiansy miavaka dinidiniky aoe !” no hitondrany ity alim-pandihizana goavana hatolotry ny andriambavilanitra fantatra eo amin’ny gadona salegy ity. Hitondra ireo mozika mafana nahafantarana sy nampalaza azy teo amin’ny sehatry ny mozika i Sisca, toy ny “Aba chéri” sy “Tour-nao koa”. Hahazo fahafaham-po avokoa ireo tonga hanotrona amin’io fotoana io.

Vazo an-gitara

Hanome vazo an-gitara ireo mpankafy azy etsy amin’ny Piment Café Behoririka i Rija Ramanantoanina ary Mahery, Luk, ny zoma izao. Manomboka amin’ny 9 ora alina ka samy haneho ny talentany sy hampiara-peo amin’ireo mozika nampalaza azy, izy telo lahy ireto. Fantatra eo amin’ny mozika milamindamina ba-gasy ireo mpanakanto hampifety sy hampiala voly ireo mpankafy. Tazana matetika manatanteraka seho takariva izy telo ireto.

Seho takariva

Hampiala voly etsy amin’ny Trass Tsiadana anio i Mbola Talenta, Fara Gloum sy Orad Manalina. Seho takariva tsy fahita matetika ity hotanterahin’izy telo ity noho izany mampanantena ambiansy ho an’ireo mpankafy hira gasigasy ireo mpanakanto. Hanomboka amin’ny 8 ora alina ny lanonana ary ho heno mandritra ny fotoana ireo mozika nahafantarana ireto mpanakanto manana ny maha izy azy eo amin’ny fanatanterahana seho takariva. Hisy ihany koa ny fampiaraham-peon’izy telo ireto amin’io fotoana io.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

RINDRAMBAIKO OPENFLEX : Ankasitrahan’ireo mpampiasa azy eto Madagasikara

Mampiavaka ny Openflex manokana sy mampiroborobo azy eo amin’ny lafiny fitantanana orinasa moa ny tombontsoa aterany izay tsapan’ireo olona mampiasa azy ankoatra ny fahaizana arateknikan’ireo mpamolavola ity rindrambaiko ity.Toy izany indrindra Ramatoa Sarah, izay manana tobin-dasantsy Jovena anakiroa. Mampiasa manokana ny Openflex izy mba hitantanany ireo tobin-dasantsy ireo. Tany am-piandohana moa dia nitady vahaolana izy ho fanamorana ny fiandraiketana ireo tobin-dasantsy roa ireo. 

Ankehitriny, ampiasainy ny Openflex hitantanany ny resaka varotra ara-tsolika, ny entona fandrehitra sy ireo entana maro samihafa hita ao amin’ny toeram-pivarotana.Nanampy be dia be azy tokoa moa ny Openflex ka na aiza toerana misy azy dia azony atao foana ny manaraka akaiky ny zava-misy ao amin’ny toeram-piasany.Ramatoa Jho Rabarioelina, tompon’ny Résidence Ankerana, kosa nisafidy ny Openflex noho izy tsotra sy mora ampiasaina. 

«  Mampiasa azy avokoa ny ao am-piasana rehetra. Sady feno no afaka hitantanako ny asako rehetra ny Openflex  », hoy Ramatoa Rabarioelina. Aminy manokana, dia ilainy tokoa ny rindrambaiko Openflex satria ahafahany manaraka akaiky ny asa ataon’ny mpiasa tsirairay ao am-piasana mba tsy hisian’ny fifandirana mety hitranga. BETC Nanala dia toerana iray mpamokatra herinaratra azo avy amin’ny rano. Manana toerana maromaro afaka mamatsy ity karazana herinaritra ity io orinasa io, indrindra any amin’ny Faritra Alaotra-Mangoro. 

Nisafidy ny Openflex ireo tompon’andraikitra ao amin’ity orinasa ity satria mifanaraka amin’ny zavatra ilainy ny rindrambaiko noho izy ireo mandeha matetika noho ny antony arak’asa. Ho azy ireo dia tena mety aminy ny Openflex  : «  na tsy dia tsara aza ny tambanjotram-pifandraisana dia azo atao tsara ny miasa amin’ny Openflex  ». Tsipihan’ny BETC manokana ny kalitaon’ireo mpanolotsaina ho an’ny mpanjifa izay haingam-piasa tokoa, eo ihany koa ny vaovao farany amin’ny lafin’ny fampiasana ny rindrambaiko izay maimaim-poana tsy toy ireo hafa.https://stileex.xyz/logiciel-crm-gr...

News Mada0 partages

Stileex.xyz : tsipika vaovao amin’ny famoahana lahatsoratra

Ankoatry ny asa momba ny Openflex, dia manana tambazotra-tserasera ihany koa i Simon Lee. Ary herinandro vitsy lasa izay dia niova tanteraka ny fomba fanoratana ao amin’izany ka nahatonga azy ho « webzine ».

Voizina manokana ao ny lafiny ara-toe-karena misy eto amin’ny firenena. Anefa Stileex.xyz dia miresaka ihany koa fampandrosoana (eo amin’ny lafiny fandraharahana, olana ara-toekarana) izay miendrika « dossiers », fa eo koa ny fanaraha-maso ny vaovao mivoaka isanandro.

Nohon’ny traikefa manokana ananany amin’ny fananganana sy fitantanana orinasa izay misoritra amin’ny alalàn’ny Openflex, Stileex dia mitodika manokana amin’ireo mpandray anjara amin’ny fampandrosoana ny firenena.

Toy izay indrindra ny resaka farany navoakan’ny webzine izay mahakasika ny boky iray izay

navoakan’ny mpikaroka telo avy ao amin’ny Institut de Recherce pour le Développement.

Resahin’ireo mpikaroka teny amin’ny anjerimanontolo ao amin’ity asa soratra ity ny olana arapolitika izay nitranga teo amin’ny firenena nandritry ny fitondrana nifandimby tao anatin’ny folo taona.

Noresahin’ny Stileex ihany koa ny tetik’asa fitrandrahana harena an-kibon’ny tany tao Ranobe faritra Toliara. Nametra-panontaniana koa ny tonian’ny fanoratana ao amin’ny webzine ny amin’ny toeran’I Madagasikara eo amin’ny resaka herinaratra azo amin’ny angovo azo avy amin’ny fôsily. Eo ihany koa ny resaka famokarana ny loharano azo avy amin’ny menaka mavesatra izay hita any amin’ny faritra Tsimiroro.

Ireo ohatra telo ireo dia maneho ny fanirian’ny Stileex ny fampivoarana ny fomba fanoratana.

Madagasikara dia manana tombony na dia maro aza ny kilemany. Izay indrindra no tian’ny Stileex ho voizina sy arovana amin’ny alalan’ny fanoratana eto amin’ny tambazotra-tserasera.

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny fampianaranaMiverina indray ny ambalavelona sy satanika

Nahenoana vaovao hafahafa tao amin’ny CEG Andasibe omaly, araka ny vaovao nalefan’ny radio iray any an-toerana tamin’ny alalan’ny tambajotran-tseraserany. Ankizivavy roa, taona fahafito sy fahasivy no nidiran-javatra toy ny voan’ny ambalavelona sady nanao fihetsika sy fiteny hafahafa.

Tia Tanindranaza0 partages

Valanaretina pestaNampihena ny mpizahatany tamin’ny 2017

Omaly no natao tetsy amin`ny village VOARA Andohatapenaka ny fampahafantarana ny ITM (International Tourism Fair Madagascar) andiany fahafito izay hotanterahina ny 31 mey ka hatramin`ny 3 jona 2018.

Anisan`ny firenena fantatry ny mpizahatany i Madagasikara kanefa vitsy no resy lahatra mankaty amintsika, hoy ny minisitry ny fizahantany, Atoa Roland Ratsiraka ary izany no anisan`ny antony hanaovana ny fampirantiana izay iarahana amin`ny Ofisy Nasionalin`ny Fizahantany eto Madagasikara (O.N.T.M). Vitsy ny Malagasy mahafantatra ny vokatra tsara ateraky ny fizahantany eto Madagasikara, hoy izy ka io no fotoana mety hampahalalana amin`ny vahoaka ny momba izany. Eo amin`ny lafiny tsy fisian`ny asa dia hisy ihany koa ny fandraisana tanora manampahaizana amin`io sehatra aorian`ny fampiratiana izay atao. 60 000 ny mpizahatany andrasana amin`ity taona 2018 ity ary 15 000 ireo mpitsidika antenaina ho avy amin’io fampiratiana io raha 10.000 no tonga tamin’ny taona 2017. Nomarihan’ny minisitra ihany koa ny fihenan’ny mpizahatany tamin’iny taona 2017 noho ny fisian’ny valanaretina pesta teto Madagasikara. Ilaina ny fahatongavan’ny vahiny hitsidika eto saingy tokony hojerena akaiky ihany koa ny momba ny Malagasy izay mbola maro no tsy mahafantatra ny fireneny. Misy aza moa tsy mbola nahita ny renivohitra akory any amin’ireny faritany na ireny toerana any ambanivohitra lavitra ireny.

Tsiry 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrohana ny etona karbônaVola be ho an’ny fanjakana, ahoana ny fanaraha-maso ?

Nahazo famatsiam-bola mitentina 2,150 tapitrisa dolara ny minisiteran`ny Tontolo iainana sy ny haivoary ary ny ala, ho fanomezan-danja ny tontolo iainana tamin`ny alalan`ny FEM na Fonds de l`environnement mondial sy ny PNUD.

 Nahazo famatsiam-bola mitentina 2,150 tapitrisa dolara ny minisiteran`ny Tontolo iainana sy ny haivoary ary ny ala, ho fanomezan-danja ny tontolo iainana tamin`ny alalan`ny FEM na Fonds de l`environnement mondial sy ny PNUD. Ho tratra ny tanjona amin`ilay fanapahan-kevitra tamin`ny COP 21 tany Parisy, hoy ny minisitry ny tontolo iainana sy ny haivoary ary ny ala, Dr. Johanita Ndahimananjara, satria efa nahavita fambolen-kazo amin`ny velaran-tany 20 000 Ha raha 35 000 hatramin`ny 40 000 ha isan-taona no tokony hohenjehina. Tamin`ny taon-dasa dia nalamina sy narindra ny fanatanterahana izany ary hita fa miroso amin`ny fahombiazana. Nanaiky ny handray anjara amin’ilay tetikasa “Puits de carbone” mantsy i Madagasikara izany hoe hitroka ny setroka maloto  avoakan’ireo firenena matanjaka amin`ny alalan`ny fambolen-kazo raha faritana tsotsotra. Efa nisy ny vokatra azo tsapain-tanana toa an`Ankeniheny-Zahamena, ohatra, dia nitentina 1,5 tapitrisa dolara no azo ary nanombana ny tahiry karbona 430 000 taonina. Raha ny vokatry ny fanadihadiana natao dia efa talohan`ilay fihaonambe Cop 21 tany Paris roa taona lasa izay ny fanjakana Malagasy no nikasa ny hitroka Karbona. Tamin`ny taona 2014 dia nanao fifanarahana tamina orinasa roa any ivelany ny fitondrana ka nitentina 400 000 dolara ny vola azo ary ny ala ao Makira any Avaratry ny nosy, izay afaka mitahiry Karbona 710 000 taonina, no nanombohana azy. Tsara ho fantatra fa sarotra ny manatanteraka ny fitrohana setroka maloton`ny firenenan-kafa satria ny fitondrana dia tsy manaraka rindran-damina ara teknika. Manao fambolen-kazo manerana an`i Madagasikara kanefa ny zana-kazo volena dia tsy mety amin`ny toe-tany eto satria vao mainka mandavaka ny tany. Ny hazo zanatany toy ny kininina, ohatra, be velarana ny fakany ary miteraka fandavahan`ny tany. Ny olana goavana mantsy dia tsy hisy intsony ny fiarovana ny sahan-driaka ary tsy ho ampy intsony ny rano. Mila manomana tetibola mantajaka amin`ny fanaraha-maso ny fitondram-panjakana raha tsy tiana hivadika hofatiantoka ity tetikasa fitrohana Karbona ity

Marigny A.

 

Tanjona ny hampihenana 2°C ny hafanan`ny tany ka mitentina 90 tapitrisa dolara ny famatsiam-bolan`ny banky iraisam-pirenena ary ireo firenena vaventy sy indostrialy tena mpandoto. Manome toky izy ireo fa hanolotra 100 tapitrisa dolara mba hanatanterahana ny paikadin`ny COP 21, 2016-2020. Marihana fa i Etazonia dia nisitaka tamin’ity fifanarahana ity satria hamerina ny indostria an`ny saribao araka ny vinan’ny filoha Donald Trump.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rajaonarimampianina« Mila mampiseho ohatra tsara ny mpitondra »

Nilaza ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina fa te hiroso lalina kokoa amin’ny fampandrosoana an’i Madagasikara rehefa avy nanatsara ny fitantanana sy nametraka ny fahamarinan-toeran’ny rafi-panjakana misy eto.

Drafitra goavana ny « Fisandratana 2030 », novelabelariny nandritra ny ora iray latsaka kely teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha omaly hariva nanoloana ny solontenan’ny herivelona rehetra eto Madagasikara nahitana mpitondra fanjakana, mpanao politika, mpandraharaha, mpianatra, mpamboly sy mpiompy, mpiasan’ny serasera sy ireo masoivoho vahiny monina eto. Mieritreritra ny hamorona asa hatramin’ny 5 tapitrisa hatramin’ny 2030 i Hery Rajaonarimampianina, hanetsika sy hanavao ny seha-pihariana rehetra, indrindra fa ny fambolena izay iasan’ny 80%-n’ny Malagasy. Raha 70% ny tahan’ny fahantrana ankehitriny dia ampidinina ho 30% afaka folo taona. Ho lohany aty amin’ny ranomasimbe Indianina i Madagasikara amin’ny 2030 raha ny vinan’ny filoham-pirenena, handrakotra ny tsenam-paritra ary havitrika amin’ny fanondranana entana eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Tsy maintsy miara-mientana anefa isika, hoy izy. Tena ilaina ny sehatra tsy miankina. Tsy maintsy mahay miasa sy mahavita asa ny fitondram-panjakana. Nohamafisiny fa tsy misy fijerena tavan’olona na fiaviana fa araka ny mason-tsivana apetraka amin’ny fahaizana sy ny asa vita tsara (Méritocratie) ihany no hanomezana andraikitra ny olona iray. Aoka ny mpitondra hanome ohatra tsara eo amin’ny fitantanana, fiaina, fijery, fiteny eo amin’ny fiarahamonina (exemplarité), hoy ny filoham-pirenena. Nilaza koa izy fa hanohy ny fampihavanana, izay tsy misakana antsika hiasa. Maro ireo olona nametraka fanontaniana teny Iavoloha omaly no velon’ahiahy ny amin’ny hoe tena mitombina marina ve io Vina io, ary hahavita hanatanteraka izany ve ny ekipa miaraka amin’i Hery Rajaonarimampianina ? Ahoana ny momba ny « Taux de change » satria efa tena latsaka ambany ny sandan’ny vola Malagasy, hoy Atoa Fredy Rajaonera filohan’ny Sendikan’ny Indostria eto Madagasikara. Tsy ho tanterakao io programanao io, raha tsy ovaina mihitsy aloha ny lalàmpanorenana ary mihavana ny Malagasy, hoy i Tabera Randriamanantsoa (CRN). Tsara sy nahaliana ny famelabelaran-kevitra nataon’ingahy filoha saingy tsy mbola maharesy lahatra ny hahatrarana azy rehefa mijery ny fomba fitantanana ny firenena sy ny zava-misy ankehitriny, hoy ny resaky ny olona maro teny Iavoloha omaly. Nilaza ny hitety faritra hanao famelabelaran-kevitra tahaka izao moa i Hery Rajaonarimampianina, fomba fiasa izay azo antoka fa misy ifandraisany amin’ny fifidianana ho avy ary mbola mampiahiahy ny maro hatrany amin’ny hafetsen’ny filoha maka tombony amin’ny tsy rariny amin’ireo kandida hafa.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaManara-dia an-dRavalomanana

Hamory ireo Malagasy mpanara-dia azy mila ravinahitra any Frantsa miaraka amina olona ambony mpiara-miombon’antoka aminy i Andry Rajoelina anio zoma 26 janoary 2018. Efa nilaza ny tenany fa nandalim-pahaizana sy nihaona tamina karazan’olona isan-karazany mba hitadiavam-bahaolana ho an’ny firenena, hono.

Fanambiny, ny  hanala an’i Madagasikara ao anatin’ny sokajin’ny firenena fadiranovana, ho lasa mandroso sy misongadina aty Afrika. Ny efa nataony tsaroan’ny rehetra kosa dia nampikorosy fahana an’i Madagasikara ho mahantra indrindra eran-tany. Anio no fotoana voalaza fa hanehoany sy hampahafantarany any Paris, ny paik’ady hoenti-manarina ny firenena. Tsara ny mampahatsiahy fa, nihaona sy namondrona ireo Malagasy mpila ravinahitra any Frantsa sy Eoropa i Marc Ravalomanana ny 13 janoary lasa teo, ka dia nanara-dia ny nataony izany i Andry Rajoelina 13 andro aty aoriana. Nambaran’ny filoha teo Marc Ravalomanana ny fanambiny sy tanjony dia ny hanala ny vahoaka Malagasy ao anaty gejan’ny fahantrana satria mendrika ny ho sambatra ny Malagasy. Nanome toky ny hiara-kanatratra ny tanjona aminy ireo Malagasy mpila ravinahitra. Inoana  fa tsy hivaona firy amin’izay no hambaran’ny filohan’ny tetezamita teo aloha. I Marc Ravalomanana dia efa nilaza ampahibemaso ny hirotsahany hofidiana filoham-pirenena, raha toa ka tsy mbola hay izay ataon’i Andry Rajoelina. Tsiahivina hatrany fa  ny 12 febroary 2017 no nisian’ny fanambarana lehibe farany nataony momba ny politika, fa tsy hisy hahasakana azy hofidiana filoha, saingy nangina rehefa nandeha ny antsojay isan-karazan’ny HVM. Toa manomana ny ho avy politikany i Andry Rajoelina, saingy re kosa fa tsy ny 2018 no mahamaika azy. Mivoaka ihany koa ny resaka momba ny fisian’ny tsindry sy toromarika ho azy, dia ny miandry ny 2023 na ny aoriana. Midika zavatra maro eo amin’ny tontolo politika eto Madagasikara kosa ny nilazany fa, tsy manana olana amin’i Marc Ravalomanana izy.

26 janoary 2009 - 26 janoary 2018

 Asa na fifanandrifian-javatra fa feno 9 katroka anio ny 26 janoary 2009 nisian’ilay “alatsinainy mainty” na ny “lundi noir”, naha mainty tanteraka ny lanitr’Antananarivo noho fandorana sy fandrobana, nisiana faty olona maro be teto an-drenivohitra. Ny anaran-dRajoelina sy ny fanonganam-panjakana niampy ny famotehana nataony avy hatrany no tsaroan’ny rehetra. Tsy ho voakosiky ny tantara velively, fa namotika sy nitondra an’i Madagasikara tany anaty lavaka mangitsokitsoky ny krizy 2009, saingy aty aoriana, dia toa mamendrofendro sy milaza hampandroso. Tsara ny manana vina, saingy fiaiken-keloka sy fifonana amin’ny Malagasy angamba no tokony handeha mialoha.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Enseignement supérieur - Le Seces national rejette la suspension des membres du bureau

Le problème entre les membres du bureau national du Syndicat des enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur (Seces) et ceux de la section Antananarivo s’intensifie.  En effet, après que les syndicalistes réunis à l’université d’Antananarivo ont décidé par vote secret la suspension de quelques membres du Seces national, contrairement aux énoncés des responsables, la tension monte entre les deux parties. Hier, le président du Seces national, Dr Dimby Ralambomanana, assisté par les membres de bureau, a tenu à expliquer que cette décision a été illégale.  « Il s’agit d’un verdict sans fondement. Un représentant élu au congrès national avec la participation des syndicalistes, et possédant une structure syndicale, ne peut être suspendu étant donné que cette assise nationale constitue une plateforme  respectant la loi », martèle le Seces national.  D’après les explications, le Seces dans chaque section dispose respectivement des responsabilités à tenir compte. Et il est contraint de les exécuter. De ce fait, les personnes dont les noms ont été cités occupent encore leur poste respectif. La prochaine élection qui définira les nouveaux membres ne se déroulera qu’en 2019 à Antsiranana. En outre, la division au sein de l’université d’Antananarivo a été également mise en exergue. « Les enseignants-chercheurs et les chercheurs-enseignants ont  une décision à prendre et des responsabilités à honorer, soit revendiquer leurs arriérés, soit continuer à dispenser des cours.  Il s’agit même d’un droit fondamental.   Actuellement, la section de l’université d’Antananarivo est en pleine délibération », explique le Seces national.  

 

« Toutes les revendications sont déjà réglées », dixit Dimby Ralambomanana 

Par ailleurs, il a été déjà annoncé dernièrement par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (Mesupres) que toutes les revendications des enseignants- chercheurs et les chercheurs-enseignants  sont déjà réglées. Hier, le président du Seces national a tenu à confirmer cette information. Il a précisé que les trois décrets ministériels qui datent de 2009/2014, 2009/2015 et 2009/2016 ont été considérés. Le paiement des indemnités supplémentaires a déjà commencé depuis le début du mois de cette année comme il a été prévu lors des différentes entrevues. Pourtant, il a été convenu que cela s’effectuera étape par étape. Quant à l’exécution des procédures de paiement des indemnités des enseignants-chercheurs retraités à compter du mois de janvier 2016, le ministère de tutelle, le ministère des Finances et du Budget (Mfb) et les  personnes concernées se sont réunis régulièrement. La somme sera allouée très prochainement. 

Kanto R.

La Vérité0 partages

Trafic d’or - Le commanditaire frappé d’un mandat d’arrêt

Actuellement,  Baritsialonina Andriafanantenana Alisoa, le commanditaire local supposé du trafic d’or à l’échelle internationale, est recherché. C’est du moins ce qu’a affirmé la brigade criminelle, hier.  Se sentant traqué, le concerné,  ce haut responsable au sein d’une entreprise privée locale a préféré quitter son travail pour se cacher ailleurs, selon l’information. Du coup, les enquêteurs ont momentanément perdu ses traces. Tout a débuté le 29 novembre dernier lorsque la police a tenu en échec  une tentative par des trafiquants de faire sortir clandestinement 10 kg d’or à l’aéroport d’Ivato. Depuis, les investigations menées par celle-ci ont été de plus en plus approfondies. Finalement, elles ont  permis de remonter la piste de ce dirigeant de société. 

« En réalité, nous avons affaire à un vaste réseau incluant tout une panoplie d’acteurs issus de différentes fonctions », a encore précisé cette source. Et de poursuivre :  « Le mode opératoire de ce réseau commence à  être connu ».  Ces temps-ci,  plusieurs personnes ont été alors convoquées à la BC à Anosy toujours dans le cadre de l’enquête sur cette même affaire. Sans fournir de plus amples détails, l’information avance que les concernés sont essentiellement formés d’agents aéroportuaires (civils mais aussi officiels) d’Ivato, d’employés de sociétés prestataires  de service privées dans ce même aéroport,  mais aussi des membres du personnel navigant de la compagnie aérienne nationale.... La police affirme que l’enquête à propos des multiples affaires d’évasion du métal précieux du pays a démarré en 2011. Pour revenir finalement dans le cas dudit Alisoa, toute personne susceptible de l’identifier ou le reconnaître est priée  d’informer le poste de police le plus proche ou de contacter rapidement le numéro 034 05517 26. Dans la même foulée, la police prévient que la loi punit toute tentative par quiconque  d’ héberger ou cacher le  fugitif. 

 Franck Roland

La Vérité0 partages

Carburants - L’Omh rassure sur la qualité des produits

Une question de qualité. Madagascar importe plus d’un million de m3 de produits pétroliers par an. A leur entrée aux frontières de la Grande île, « un contrôle rigoureux est effectué pour s’assurer de la qualité des produits », affirme le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (Omh). Toutefois, des clients se plaignent que certains additifs utilisés par les pétroliers nuisent considérablement à leurs véhicules. Les pétroliers utilisent effectivement des additifs pour améliorer la qualité de leurs produits, des substances qu’ils ajoutent avant la commercialisation. Cet additif pétrolier peut être par exemple une solution destinée à augmenter l’indice d’octane d’une essence qui permet de réduire les risques de corrosion du moteur, de lubrifier certaines pièces contribuant à l’amélioration de l’efficacité énergétique ou encore de rendre le moteur moins polluant.  Mais pour les consommateurs, ces additifs n’ont pas toujours les effets voulus.

« Je me suis approvisionné à une station-service il y a une semaine et mon 3 Cv a rencontré des problèmes au niveau du moteur », affirme Solo, un transporteur. Il a également ajouté : « J’ai un doute sur la qualité des produits étant donné que ma voiture était en très bon état avant cet achat de carburant. Pourtant, je ne peux dénoncer ces méfaits nulle part ». Cependant, lors de sa dernière rencontre avec les journalistes, jeudi dernier, le Dg de l’Omh a fait part que « les clients non satisfaits de la qualité des produits pétroliers qu’ils consomment sont tenus d’informer l’Omh au jour le jour afin de nous permettre de vérifier les faits auprès des distributeurs concernés ». Dans ce cas, la contribution des clients prend une place considérable dans la vérification des produits afin de satisfaire tous les consommateurs.

Rova R.

La Vérité0 partages

Industrie du kidnapping - Le patronat accuse les hautes sphères !

Choqué par la succession d’enlèvements de ces derniers temps, le patronat de Madagascar tape sur la table. Le kidnapping perpétré la semaine dernière sur un homme d’affaires Indo-pakistanais, le bijoutier Kalidas, semble la goutte d’eau qui a fait déborder le vase des groupements professionnels opérant dans la Grande île. Une opération réalisée en plein jour comme celle d’un adolescent à la veille de Noël. « Ces bandits n’ont plus aucune limite, aucun scrupule », lit-on sur le communiqué du patronat. Celui-ci n’y est pas allé de main morte pour pointer du doigt les hautes sphères du pouvoir militaire et politique où se trouveraient les ramifications de la mafia des enlèvements. « Si de hautes personnalités censées nous gouverner ou nous protéger versent dans des pratiques aussi crapuleuses que criminelles, il y a lieu….de craindre le pire », lancent sans la moindre hésitation  les 26 groupements professionnels.

 

En effet, des victimes de kidnapping doutent fort l’implication des gros bonnets dans ce véritable business. Non seulement par les rançons demandées mais également par l’utilisation des armes lourdes. Face à des adversaires  « coriaces et intouchables  », certaines familles, ayant déjà passé la douloureuse épreuve du kidnapping,  ont pris le choix difficile de quitter le pays en attendant mieux. Par contre ceux qui n’ont pas l’intention de s’exiler pour diverses raisons, notamment par manque de moyens, subissent les lots quotidiens de la violence et des actes de barbarie.  Kidnappings touchant toutes couches sociales confondues, attaques  des villages et des taxis-brousse par les dahalo constituent le vécu de la population de Madagascar. « Tout le monde est en danger, trop c’est trop ! », grondent les groupements professionnels face à l’inertie, pire à la complicité de l’Etat.  Ces groupements se  sentent également  comme la vache à lait de l’Etat à travers les différentes taxes fiscales, douanières et autres.  Ils confortent leur thèse du fait que  les impôts payés servent à rémunérer les fonctionnaires  censés servir l’intérêt général de la population, dont la sécurité et la justice. Or dans ces deux domaines, clament-ils, l’Etat faillit lourdement à ses responsabilités. C’est peut-être judicieux que le régime actuel met un frein à ce fléau du présent avant de se masturber intellectuellement sur « la vision 2030 »…

 La rédaction

Midi Madagasikara0 partages

« Vina 2030 » : Changement incontournable de la Constitution

« Fisandratan’i Madagasikara » à l’horizon 2030. C’est la vision du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina qu’il a présentée hier à Iavoloha. D’après les dispositions constitutionnelles en vigueur, notamment, celles de l’article 45, il est écrit, noir sur blanc, que « le Président de la République est le Chef de l’Etat. Il est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois ». Si Hery Rajaonarimampianina est candidat à la prochaine présidentielle et qu’il remporte l’élection, il devra terminer son second mandat en 2023. Il ne pourra plus donc se présenter une troisième fois et réaliser sa vision à l’horizon 2030, sauf s’il change carrément de Constitution. Et pour cause, l’article 163 de la Loi fondamentale habituellement transgressée précise que « (…) la durée et le nombre du mandat du Président de la République ne peuvent faire l’objet de révision ». Pour pouvoir rester en place jusqu’en 2030, une révision constitutionnelle ne suffit pas. Il faut changer de République. La 5e du nom.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Antalaha : Mpandraharaha lavanila nahatratrarana lavanila manta 250 kg, nadoboka am-ponja

Rehefa natolotra ny Fitsarana tao Antalaha afak’omaly ilay lehilahy voalaza fa mpandraharaha lavanila ao Sambava, voatondro ho nividy lavanila mialoha ny fotoana fisokafan’ny tsena, ary mbola nahatratrarana lavanila manta tsy matoy milanja eo amin’ny 250kg, dia nadoboka am-ponja vonjimaika. Noho ny fanomezam-baovao mari-pototra avy amin’ny olona tsara sitrapo, dia ny zoma 19 janoary lasa teo, raha tsiahivina, no voasambotry ny Zandary mpikaroka fandikan-dalàna tao amin’ny trano fonenany ao Antanifotsy II Sambava ity patiraon-davanila tanora ity, ary nopotehina sy nalevina kosa ireo lavanila tratra tao aminy.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Série de kidnappings : Colère des groupements professionnels

Halte à la violence quotidienne, halte au développement de l’industrie du kidnapping et halte à l’insécurité généralisée ! Une triple halte qui en dit long et qui exprime l’indignation des groupements professionnels sur la répétition des cas d’enlèvements dans la Grande Ile. A travers leur communiqué, les 25 groupements signataires doutent de l’implication de la société politique et militaire dans des affaires de kidnapping. « Les enlèvements sont devenus un véritable business d’une mafia dont les ramifications sembleraient atteindre les hautes sphères du pouvoir militaire et politique, créant une situation de terreur nationale. Si de hautes personnalités censées nous gouverner ou nous protéger versent dans des pratiques aussi crapuleuses que criminelles, il y a lieu, non seulement de tirer la sonnette d’alarme, mais également de craindre le pire » a-t-on tiré de l’extrait du document. Pour eux, les enlèvements sont devenus un véritable business mafieux dont les cerveaux ne sont jamais clairement identifiés et encore moins condamnés. Les groupements de professionnels en question sont issus de presque tous les secteurs : industriel, tourisme, bâtiment et travaux publics, opérateurs économiques et encore d’autres.

« No limit ». Ils unissent la voix pour tirer la sonnette d’alarme face à cette faiblesse de l’Etat pour lutter contre le « kidnapping no limit ». Trop c’est trop ! , dénoncent-ils. « L’Etat faillit lourdement à ses responsabilités (…) cette situation mine considérablement le moral des chefs d’entreprises et de leurs salariés, obligeant les entreprises à investir des moyens importants aussi bien dans leur propre sécurité que dans celle de leurs salariés » continuent les 25 mêmes organisations professionnelles. Et si eux, ils avertissent du danger, le message mérite d’être pris au sérieux et les affaires de kidnappings doivent être traités par des professionnels, vraiment des professionnels. Les structures ne manquent pas, il y a la brigade criminelle au niveau de nos polices judiciaires et récemment, des gens sélectionnés issus de deux corps des forces de l’ordre (Gendarmerie-Police) ont été regroupés au niveau d’une cellule anti-kidnapping. On attend, encore et toujours les résultats. Les gens se lassent d’entendre l’explication classique telle que la non-coopération des proches des victimes ne laisse pas l’enquête avancer. C’est un signe d’incompétence sinon une fuite de responsabilité. Du déjà vu…

D.R

 

Les 17 organisations signataires : GEM – SIM – GEFP – FIVMPAMA – Confédération du Tourisme à Madagascar – EFOI – APB – CCI France – AMIC – GAPCM – CFOIM – GOTICOM – GEVM – GFEM – GOTO – JPM – GPCAD – GTM – SEBTP – FIOVA – GEPAM – GENOM – GEPAT – GOANA – GES

L'express de Madagascar0 partages

Santé infantile – Un bloc opératoire ambulatoire à Ampefiloha

La chirurgie ambulatoire sera opérationnelle à Madagascar, très prochai-nement. Le malade pourra rentrer chez lui le jour même de son opération.

Accéléré. Le temps d’attente à une opération chirurgicale sera réduit pour les enfants, au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) à Ampefiloha. Un bloc opératoire ambulatoire pédiatrique a vu le jour dans cet hôpital. Il devrait accélérer le traitement d’un patient, selon l’explication du ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, hier, dans le cadre de l’inauguration de l’infrastructure. « Notre service est souvent saturé. Notre agenda est, par exemple, déjà complet jusqu’en avril. Grâce à ce bloc, le malade peut rentrer chez lui le jour même de son admission à l’hôpital et de son opération, ce qui n’est pas le cas pour le moment », a ajouté le Dr Romain Raherison, chirurgien-pédiatrique au CHU-JRA.

Respirateur pédiatriqueLa chirurgie ambulatoire est réservée aux patients qui présentent un faible risque d’hémorragie et qui ne risquent pas de présenter des complications après l’opération. Il s’agit entre autres, de l’opération de l’hernie, du bec de lièvre, des fractures. La majorité des patients du service de la Chirurgie pédiatrique au CHU JRA, c’est-à-dire, autour de 65 % des malades, auraient besoin d’une chirurgie ambulatoire. Seules les grandes interventions nécessiteront , une hospitalisation, lorsque ce bloc sera opérationnel.Le personnel d’appui du service de la Chirurgie pédiatrique bénéficiera encore de formations sur l’utilisation des salles de réveil, avant l’ouverture du nouveau bloc qui compte deux salles de réveil, chacune contenant six lits.La sécurité des patients devrait être assurée. Un respirateur pédiatrique dernier cri y sera utilisé. « Avec ce matériel, le risque anesthésique est réduit. Nous utilisons souvent le gaz anesthésique chez les enfants, alors qu’un problème de dosage peut entraîner une détresse opératoire. Ce respirateur pédiatrique règle automatiquement tout », renchérit le Dr Romain Raherison. 45 % des personnes opéréesau CHU-JRA seraient des enfants. Jusqu’ici, ils sont opérés dans les mêmes blocs que les adultes.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Port de Toamasina – MICTSL refuse les conteneurs vides

MICTSL, annonce la cessation de réception de conteneurs vides. Une grave situation pour les usagers.

Des problèmes à n’en plus finir. La dernière décision  de MICTSL (Madagascar International Container Service Limited),  le concessionnaire gestionnaire du  terminal à conteneurs au port de Toamasina, de ne plus recevoir de conteneurs vides risque d’engendrer une situation catastrophique. MICTSL a lancé un avis annonçant aux transitaires et transporteurs que «la réception des conteneurs vides appartenant à des compagnies maritimes est suspendue à partir du mercredi 24 janvier pour MSC et depuis hier jeudi pour les conteneurs de la compagnie MAERSK, et ce, pour une durée indéterminée».Un avis qui ne mentionne que ces quelques phrases sans apporter plus de précisions sur les raisons ni la durée de cette cessation de réception de conteneurs vides, mais qui veut juste informer les usagers «afin que ces derniers puissent prendre les dispositions nécessaires», lit-on. Puisqu’ aucune précision n’a pu être obtenue, les raisons sont peut-être à chercher du côté du fait que le terminal à conteneurs a eu du mal à gérer le flux d’importation de fin d’année 2017, provoquant la grève des transitaires et transporteurs, et qu’il veut réduire le nombre de conteneurs déposés au terminal. Au mois de décembre, une entente a été trouvée avec le ministère des Transports et les autorités locales, suite à l’engagement écrit de MICTSL de tracer les heures d’entrée et de sortie des camions pour éviter tout malentendu sur le coût de magasinage, le rallongement  des heures et du délai de magasinage. Un engagement qui prendra la forme d’essai tout au long de ce mois de janvier.

PertesLes conteneurs vides sont ainsi envoyés sur les terre-pleins des compagnies maritimes, propriétaires des conteneurs. Des conteneurs vides en attente d’arrivage ou en attente de départ sont réceptionnés sur leurs terre-pleins.  «Cela entraînera encore des surcoûts», explique un transitaire basé sur Toamasina. «La location de matériel tels que les tracteurs de dépotage des conteneurs vides et pleins peut s’élever jusqu’à 1 400 000 ariary. Alors que les tracteurs de SMMC (Société de manutention de marchandises conventionnelles), responsable, des opérations de manutention à l’embarquement et au débarquement des conteneurs ne peuvent pas sortir du port. Nous sommes alors sommés de payer le transport de ces conteneurs vides vers les terre-pleins des compagnies à qui on loue les conteneurs à Betainomby», ajoute cette source. Un transport qui coûte encore 200 000 ariary par conteneur, sans oublier les 160 000 ariary par conteneur, frais de restitution  aux compagnies qui se chargeront des débarquements des conteneurs au sol. Pour l’heure, l’on ne sait comment va se dérouler l’organisation pour le chargement sur les terre-pleins des compagnies. «Cette situation exaspérante finira par provoquer une grève générale des transporteurs et transitaires lassés du désordre et de l’incapacité à gérer les milliers de conteneurs au terminal», avance un autre avis.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Escroquerie à grande échelle – Un couple arnaque deux sociétés

Un couple prévenu a été extrait de la prison pour être enquêté sur une escroquerie à grande échelle. Ils ont extorqué des millions d’ariary, selon la police d’Ankorondrano.

Duo super-escroc. La police judiciaire d’Anko­rondrano (PPA2) a extrait, mercredi et hier, un couple détenu à Antanimora pour une nouvelle enquête sur une escroquerie à grande échelle. Ces époux, âgés d’une trentaine d’années, ont fait l’objet de deux dernières plaintes déposées par l’Uditec Madagascar et la Sodirex. Deux agents commerciaux de la première société ont été également auditionnés à la police. À la lumière d’informations fournies par les enquêteurs, ces deux employés ont fait confiance en ces escrocs et ont signé plusieurs achats à crédit s’élevant à 80 millions d’ariary. «Le couple les a conduits jusqu’à chez lui, à Ambohibao et leur a montré ses biens pouvant être donnés en gage en cas de non-remboursement. C’était pour endormir leur attention », a indiqué un détective du PPA2. Les marchandises ont été ensuite acquittées avec un chèque frauduleux et sans provision.Mis en examen, les deux commerciaux ont révélé qu’ils avaient découvert une belle villa et trois voitures Citroën flambant neuves appartenant à ces aigrefins. Du coup, ils ont été convaincus et ont réalisé la vente en pure perte.

ReportéEnquêtée par la police, la deuxième société concessionnaire d’automobiles a affirmé, après vérification, que les trois véhicules lui appartiennent. La valeur de leur préjudice reste, pour l’heure indéterminée du fait que plusieurs automobiles ont déjà été subtilisées par le couple multirécidiviste.Le jour de la comparution de ces quatre individus au parquet, qui devrait se tenir hier, a été reporté pour la semaine prochaine, selon une source judiciaire. Le couple a été renvoyé à la maison centrale d’Antani­mora. Une pile de plaintes a été déposée à la police et à la gendarmerie à son encontre. «Ces escrocs sont poursuivis et impliqués dans des dizaines d’affaires à part l’escroquerie à grande échelle», a indiqué un policier judiciaire.Les époux ont été placés sous mandat de dépôt à Antanimora depuis quel­ques mois. Ils ont été arrêtés à l’aéroport international d’Ivato en provenance de Chine. «Presque tous les jours, soit la gendarmerie ou la police vient pour les extraire de la prison pour des enquêtes spécifiques », a précisé une source proche de l’administration pénitentiaire d’Antanimora, hier.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Coupe du Président – Cinq villes abritent les éliminatoires

Vingt-et-une ligues seront représentées à la phase éliminatoire de zones de la Coupe du président version 2018. Le coup d’envoi sera lancé début février. 

Chaque année, la Fédération malgache de basketball démarre la saison par la Coupe du président. Cette compétition d’envergure nationale, qui en est à sa quatrième édition, verra la participation de vingt-et-une ligues. Les éliminatoires des zones s’étaleront en deux mois. Comme d’habitude, cette phase se jouera sur cinq zones. Les éliminatoires de la zone Nord, qui regroupent cinq ligues régionales, à savoir Boeny, Diana, Sava, Sofia et Betsiboka, se tiendront du 3 au 11 février au gymnase d’Antsiranana. La ligue de Diana, sous l’égide de la fédération, assurera donc l’organisation des éliminatoires de la zone Nord.Celle du Sud, à l’autre extrême de l’île, prendra ensuite le relais. Sa phase éliminatoire aura lieu du 10 au 18 février à Ambovombe Androy dans la ligue d’Androy. Quatre ligues y seront représentées, en l’occurrence Sud Ouest, Anosy, Androy et Ihorombe. La troisième semaine de février sera au tour de la zone Ouest de procéder à sa phase éliminatoire. La ville d’Arivonimamo de la ligue d’Itasy abritera les matches de la zone Ouest, constituée par les représentants des quatre ligues environnantes entres autres Vakinankaratra, Bongolava, Itasy et Menabe, du 17 au 25 février.Deux zones, à savoir celle centre et celle du centre-sud joueront leurs éliminatoires aux mêmes dates, du 24 février au 4 mars. La phase éliminatoire de la zone centre sud se tiendra au gymnase couvert d’Ambatomena Fianarantsoa, dans la ligue de la Haute Matsiatra.

Deux phases finalesQuatre ligues y seront représentées dont celles de la Haute Matsitra, de Vatovavy Fitovinany, d’Amoron’Imania et du Sud Est. Quant à la zone centre, quatre ligues également à savoir Analamanga, Alaotra mangoro, Atsinanana, Analanjirofo seront en quête de qualification pour la deuxième étape de la Coupe du président. Les matches se dérouleront pour la zone centre au gymnase couvert Soavita Toamasina.Les six meilleures équipes du dernier championnat national seront exemptées des deux dernières phases de la compétition. Les deux meilleures formations de chaque zone, c’est-à-dire dix équipes, seront qualifiées au play-off, deuxième étape de la compétition. Deux autres clubs, les cinquième et sixième au classement du dernier championnat national N1A compléteront la liste des douze équipes qui disputeront le Play-off, au gymnase couvert de Toliara du 17 au 25 mars.Quatre tickets seront en jeu pour se qualifier par la suite à la prochaine phase dénommée Top 8. Ce sera la troisième avant la grande finale. Outre ces quatre qualifiés à l’issue du play-off, les quatre meilleurs clubs au championnat national N1A version 2017 entreront en lice au Top 8. Cette phase  sortira les deux meilleures équipes qui joueront la grande finale. Le Top 8 ainsi que la Grande finale se dérouleront au palais des sports à Mahamasina  du 7 au 15 avril. Après un mois et demi de compétitions décentralisées à trois étapes, les successeurs de l’association sportive de Boeny et Fandrefiala Analamanga, respectivement champion et championne en titre seront connus, à la mi-avril.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Andasibe – Deux collégiennes possédées par un esprit « démoniaque »

Incontrôlables. Deux adolescentes sont tombées dans l’inconscience totale pendant les heures de cours, dans le collège d’enseignement général (CEG) d’Andasibe. « Elles ont été hors d’elles. Comme si un esprit démoniaque les a possédées », témoignent ceux qui étaient présents. Les victimes sont deux collégiennes de la classe de 5e et de 3e de cet établissement public.L’incident s’est produit, hier matin, peu après le début des cours. L’un d’elles s’est évanouie brusquement. On l’a emmenée à la bibliothèque pour la ranimer. Pendant qu’on  s’occupait d’elle, elle a commencé à s’agiter violemment et à dire n’importe quoi. Elle a dit entre autres « Nous sommes des sataniques, nous sommes nombreux et nous obtiendrons le pouvoir, cette année », ajoute une source.Le personnel de l’établissement n’est pas arrivé à contrôler l’adolescente. Plus on s’occupait d’elle, plus elle  continuait à hausser le ton, à être encore plus violente et incontrôlable. « Elle a sauté par la fenêtre et s’est enfuie en courant. On n’a pu l’arrêter qu’à une centaine de mètres de l’école. Les quatre hommes qui l’ont tenue, avaient du mal à la contrôler », continue-t-elle.Le calvaire des responsables de cet établissement ne s’est par arrêté là. Une autre jeune fille de la classe de 3e a présenté les mêmes symptômes, une trentaine de minutes après le premier incident. La première victime aurait dit : « elle est aussi des nôtres. Et nous allons continuer à faire beaucoup d’amis ici ».Les responsables de l’établissement ont fait appel à des hommes d’église pour calmer les deux jeunes filles. Leur intervention a réussi, elles se sont calmées au bout de quelque temps. Ces victimes ne se seraient souvenues de rien.Le calme est donc revenu au sein de l’établissement dont la fermeture était inévitable. « Les autres élèves ont été traumatisés. Tout le monde est donc rentré. Les cours reprendront demain (ce jour)», explique Harinaivo Ratrimoarikoto, chef de la Circonscription scolaire (Cisco) de Moramanga qui définit ce phénomène d’« Ambalavelona». « Ce n’est pas la première fois que l’Ambalavelona s’est produit chez nous. L’année dernière, le phénomène a touché quelques établissements scolaires », décrit-il.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Bande dessinée – Madagascar à l’honneur au Festival d’Angoulême

C’est sans aucun doute le berceau de la bande dessinée francophone. Angoulême accueille la Grande île en ce début d’année, représentée, entre autres, par « Tangala ».

(De g. à dr.) Le quatuor de bédéistes malgaches, Tojo Alain illustrateur de « Tangala », Rafally Razafindrakoto de « Chapeau noir », Pov et Dwa de « Lundi noir sur l’île rouge » et « La Réunion kely ». Tous les quatre édités chez « Des bulles dans l’océan Indien », fins prêts à aller conquérir la 45e édition du Festival d’Angoulême.

La grand’messe des bédéistes francophones, mais aussi internationaux, a officiellement débuté hier avec la 45e édition du Festival international de la bande dessinée (BD) d’Angoulême. Jusqu’au 28 janvier, l’évènement promouvra, dans la pure tradition festivalière, les talentueux artistes du  neuvième art. Entre expositions, débats, rencontres et nombreuses séances de dédicaces, les principaux auteurs et illustrateurs francophones présents présenteront leur création et représenteront leurs origines.

« Tangala » de Tojo Alain, dont le tome 1 intitulé « L’aristo gasy » et le tome 2 intitulé « Valin’ady malgache » connaît un franc succès au sein de la maison d’édition « Des bulles dans l’océan » de La Réunion.

Dans ce joli bouquet d’artistes, Madagascar se distingue particulièrement dans le cadre de cette 45e édition du Festival d’Angoulême. Grâce, notamment, à la maison d’édition réunionnaise, « Des bulles dans l’océan », qui y exposera une belle pléiade de bédéistes malgaches. Ainsi Tojo Alain y présentera le tome 2 de sa BD « Tangala » accompagné de Motus, mais aussi Eric Andriantsialonina dit Dwa et William Rasoanaivo dit Pov qui y présenteront « Lundi noir sur l’île rouge » et « La Réunion kely », ainsi que Rafally Razafindrakoto pour le tome 2 de « Chapeau noir ».L’année passée s’est ainsi affirmée comme un grand cru pour la bande dessinée malgache. Ces artistes particulièrement productifs ont, d’ores et déjà, présenté leur création à La Réunion, fin 2016.

Un extrait de la bande dessinée « Tangala » de Tojo Alain, illustrant la ville d’Antananarivo dans les années 40.

 

Madagascar compte parmi les têtes d’affiche de la 45e édition du Festival d’ Angoulême et y brille par le talent de ses bédéistes tout au long de ce week-end.

« Chapeau Noir » de Rafally Razafindrakoto et Nary se redécouvre avec son tome 2 au Festival d’Angoulême cette année. Alvarez rejoint les deux artistes dans ce nouveau tome. Retranscrivant en bande dessinée le genre polar, la bande dessinée se lit comme si on regardait les bons vieux films noirs des années 40 et 60.

« La Réunion Kely » scénarisé par Dwa et illustré par Liva, raconte l’histoire de Fabrice. C’est un homme fier et déterminé qui habite « La Réunion Kely », un bidonville où sont nés ses deux enfants. L’album raconte son histoire, ses combats quotidiens, mais aussi ses espoirs et sa volonté d’un avenir meilleur. « Lundi noir sur l’île rouge » est la suite d’une trilogie que Pov et Dwa ont entamé avec « Méga complots à Tananarive » et « Coup d’État à Tamatave ». Il raconte l’histoire de Looms, jeune musicien qui rêve de vivre de son art et prépare le concert qui va enfin lancer sa carrière dans le cadre de la crise de 2009 à Madagascar.

Andry Patrick RakotondrazakaPhotos fournies

 

 

 

 

L'express de Madagascar0 partages

CCESCA Antanimena – « Child young music » chante les classiques de l’animation

Un projet artistique inédit vise principalement à réjouir le jeune public. « Child young music » se découvre en présentant des dessins animés en chanson.

Féérique avec un brin de fantaisie, tout en promettant d’être des plus mélodieux. « Nos dessins animés en chanson » comme il s’intitule est un concert unique en son genre qui honore l’enfance dans toute sa splendeur. Jouant à la fois sur la nostalgie et les émotions remplies d’innocence du jeune public, c’est tout un spectacle haut en couleurs que In’Idea Agency, organisateur de l’événement, présentera sur la scène du CCESCA Antanimena, ce 3 février, à partir de 15 heures, porté par un groupe, composé essentiellement de jeunes enfants, aussi bien talentueux au chant qu’ils sont forts d’un certain jeu d’acteur, le « Child young music » ou CYM.Le concert promet d’émerveiller grands et petits, puisque ce sont les grands classiques des films d’animation qu’ils revisiteront à l’occasion. Sur la scène du CCESCA Antanimena, vous aurez ainsi le privilège de voir, mais surtout d’entendre vos personnages de dessins animés préférés, prendre vie sous vos yeux, le temps d’un spectacle. Et ce, grâce aux jeunes du CYM qui reprendront les fameuses chansons des classiques de Disney comme Aladdin, la Belle et la Bête ou encore le Roi Lion, mais aussi La Reine des neiges et Raiponce. D’autres chansons de film d’animation, seront  reprises.

Jeunes et professionnelsLe CYM, bien au-delà d’être un groupe de jeunes enfants talentueux, s’affirme surtout comme une plateforme de découverte pour les jeunes passionnés de musique. Andry Ramanana-rivo, responsable au sein de In’Idea Agency affirme qu’ « Il s’agit là d’un projet d’envergure à long terme que l’on présentera au public à travers ce concert. Après, le CYM ne cessera de s’épanouir  grâce à plusieurs autres projets artistiques qui seront organisés ».En amont de ce concert, un casting et une formation des jeunes sélectionnés pour donner vie au spectacle ont eu lieu. Ils sont ainsi deux garçons et sept filles à composer le groupe, ayant tous été encadrés et formés par Hiary Rapanoelina, en vue de leur première prestation scénique. « Ce n’était pas une mince affaire, mais je peux dire qu’on tient là de jolies graines de talent. Ils se sont tous rapidement imprégnés de chaque chanson » confie-t-il.Lors de ce concert, les jeunes se relayeront sur scène en interprétant chacun ces chansons qui ont enchanté notre enfance, à travers ces films intemporels d’animation.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Kidnapping – Un multirécidiviste placé  à Tsiafahy

Alors que les escouades de ravisseurs continuent à faire des ravages, de son côté la brigade criminelle ne lâche pas prise. Recherché dans deux affaires de rapts contre rançon dont celui de Rafik Fidahoussen, propriétaire du comptoir Fidahoussen enlevé à Tsaralalàna le 21 décembre 2016 ainsi que du directeur général de la ligne d’entreprises Caromad, opérant dans les services industriels et le bâtiment, kidnappé quant à lui à Tanjombato en janvier 2017, un repris de justice a été placé sous mandat de dépôt, hier, à la maison de force de Tsiafahy au terme de sa comparution devant le juge d’instruction. Le prévenu est également incriminé dans un autre dossier portant sur une saisie d’armes automatiques et de grenades à bord d’un véhicule immobilisé à Ambodi­vona.Le prévenu a un casier judiciaire chargé. Avant qu’il ne se retrouve mouillé dans cette histoire de rapt, il a écopé, à trois reprises de condamnations fermes pour vol de voiture. Pour cette affaire naissante, laquelle lui a coûté un séjour carcéral à Tsiafahy, le quidam s’est fait arrêter à Antaninarenina par les limiers de la brigade criminelle.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Administration – Ruée vers les demandes de copie d’acte de naissance 

Une longue attente se profile au niveau des arrondissements actuellement. « Revenu deux fois au 3e arrondissement pour obtenir un acte de naissance, je ne suis malheureusement pas encore servi jusqu’à présent. Déjà, il faut faire la queue pour acheter une fiche de demande d’acte de naissance à 200 ariary. Ensuite, il faut se munir d’un certificat de résidence sinon on risque d’être renvoyé à un autre jour. Il ne suffit plus de laisser une copie de l’acte de naissance pour en avoir un nouveau actuellement, on doit assister jusqu’au bout. Lorsque mon tour est arrivé, le personnel  a décidé de me renvoyer sous prétexte qu’il n’y avait plus de jeton. Je me demande combien de copies les arrondissements délivrent en un jour. Je retenterai ma chance demain en quittant la maison un peu plutôt. Mais cela n’arrange nullement les salariés qui sont obligés de demander la permission à leur employeur tous les jours », raconte un sexagénaire.Il n’y a qu’au 3e arrondissement et au 5e que les gens se plaignent. « Nous sommes ici depuis des heures. Il nous faut l’acte de naissance pour compléter le dossier pour l’examen CEPE de mon enfant », souligne Jenny Ralalaharisoa, une mère de famille. D’après Harilaza Raharivelo, délégué du1er arrondissement, c’est la caisse de Trésorerie nationale qui provoque une longue file d’attente tous les jours, car il n’en existe qu’une dans chaque arrondissement. Ce n’est pas le traitement des papiers qui est lent. De plus, c’est la haute saison pour les demandes de copie d’acte de naissance car les parents préparent les dossiers pour les examens officiels de leurs enfants.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Hippisme – AHCEL déclare son divorce avec PMU Madagascar

La guerre est déclarée. Les membres du comité de l’autorité hippique pour les courses et élevage de chevaux à Madagascar (AHCEL) ont décidé, à l’unanimité de suspendre son contrat avec PMU Madagascar, en date du 25 septembre 2017. « Cette société de paris hippiques n’a pas respecté la convention, le paiement des royalties de 5% des recettes sur les enjeux ainsi que les 20% des actions à rétrocéder » a fait savoir Michelson Rakotoarisoa, président de AHCEL. En novembre 2016, ce dernier a fait le déplacement à Paris dans le but de contacter PMU France pour en savoir plus sur le produit «masse commune» dont plus de trente pays sont membres. Le démarrage de la masse commune en mai 2017 a entrainé le blocage des royalties de la part de PMU Madagascar selon toujours l’association. Ainsi, PMU France a suspendu son contrat avec l’entité malgache avec interdiction d’opérer la prise de paris sur les courses françaises depuis le 2 janvier dernier. L’AHCEL est liée à PMU Madagascar par un  contrat d’exclusivité de 25 ans depuis 1996. PMU Madagascar a décidé de geler les royalties qu’elle doit à l’AHCEL depuis que le contrat d’exclusivité a été rompu unilatéralement. « C’était PMU Bet qui nous a soutenus dans l’organisation de nos activités pour la saison 2017 en nous versant les 3% de royalties» a poursuivi  Michelson Rakotoarisoa. L’association, membre de la fédération internationale des autorités hippiques (FIAH) depuis plus de trente ans, a donc pu tout de même organiser des réunions et courses comptant pour la saison 2017, dont dix à l’hippodrome de Bevalala et huit à Ambatolampy. Plus qu’une vingtaine de jockeysdisputent ces derniers temps les courses organisées par l’AHCEL. Trois sur les cinq  hippodromes du pays à savoir ceux d’Antsirabe, Ambohimandroso et Toamasina ne sont plus fonctionnels.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Didy Ambatondrazaka – Saisie d’un bloc de cristal d’une demi-tonne

Une demi-tonne  de cristal extrait des entrailles d’une aire protégée. La semaine dernière, les éléments du groupement de la gendarmerie de  l’Alaotra Mangoro ont intercepté, dans la réserve naturelle de Didy, un bloc de cristal pesant à lui seul un peu plus de 500 kilogrammes.« Des individus se sont introduits dans l’aire protégée pour le déterrer. Effectuée en catimini à l’abri des regards, l’opération leur a pris sûrement quelques jours », lance le lieutenant Fabrice Raoelison, commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Amba­ton­drazaka.Sitôt informée de cette infraction perpétrée en pleine forêt, la gendarmerie est d’emblée  intervenue. Mis au parfum de l’arrivée des gendarmes, les personnes qui ont tenté de mettre la main sur le cristal ont quitté les lieux. Dans leur fuite éperdue, elles n’ont pas eu le temps d’emmener leur butin encombrant pour l’abandonner aux forces de l’ordre.Les fuyards se sont évanouis dans la nature sans laisser de traces. D’après les informations communiquées par la gendarmerie, ce sont des renseignements apportés par des personnes des environs qui lui ont permis de prendre à contre-pied cette extraction illicite de pierre industrielle.

Libéralisation sauvageLe lieu de saisie se trouve à une cinquantaine de kilomètres du chef lieu de district d’Ambatondrazaka.  Laissé aux bons soins de la direction régionale de l’Environnement et des forêts de l’Alaotra Mangoro, le cristal retrouvé a été transporté à Ambatondra­zaka, vendredi, sous escorte des forces de gendarmerie.Il est prévu être acheminé à Tana pour être gardé au ministère des Mines qui va décider des procédures qui vont s’ensuivre.« L’enquête judiciaire se poursuit. Nous sommes actuellement  sur la piste des personnes se trouvant derrière cette affaire. Les recherches continuent », met en exergue le lieutenant Fabrice Raoelison.Depuis le début de ce mois, la fièvre du saphir semble avoir saisi une peuplade d’individus dans le corridor d’Ankeniheny Zahamena où se trouve l’aire protégée de Didy. Une ruée est signalée. Face à ce phénomène, la sécurisation de la réserve a été renforcée. Pour sa part, le maire appelle les exploitants miniers et chercheurs de pierres précieuses à ne pas céder à cette fausse rumeur d’une prétendue libéralisation sauvage des exploitations dans le site.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Salon ITM 2018 – Les petits opérateurs  au-devant de la scène 

Reprise. À peine l’année entamée, l’Office national du tourisme (ONTM) présente déjà le concept de l’édition 2018 de l’International tourisme fair (ITM). L’équipe de l’ONTM a dévoilé, hier, au village Voara Andohatapenaka, les grandes lignes définissant l’organisation de cette septième édition du salon qui se déroulera du 31 mai au 3 Juin. Pour ce qui est des infrastructures, le volet reste inchangé. Après le succès de la dernière édition, qui s’est tenue pour la première fois au Village touristique, soit quinze mille mètres carrés d’espace qui accueillera un peu plus de deux cents exposants, le comité d’organisation ambitionne de mettre en avant le concept de tourisme d’intérieur.« Malgré l’épidémie qui a mis à mal le secteur, l’année dernière, entraînant la réticence des touristes étrangers à venir au pays, la plupart des opérateurs ont affirmé avoir enregistré leur meilleur mois de décembre en matière de recette. Quelque part, ce mini succès a donc pu se faire grâce aux touristes locaux », explique Rolland Ratsiraka, ministre du Tourisme. Raison pour laquelle, l’ONTM a choisi de promouvoir la destination Madagascar à travers la mise en avant des petits opérateurs locaux à fort potentiel. « Ils n’ont pas forcément les moyens d’attirer les touristes de haut standing, mais d’un autre côté, ils sont capables d’offrir un service de haut niveau en misant entre autres, sur les avantages éco-touristiques de Madagascar », ajoute Joël Randriamandranto, PCA de l’ONTM.Avec plus de dix mille visiteurs en 2017, contre une demi-dizaine de milliers en 2016, le salon enregistre donc une hausse de fréquentation de près de 50% chaque année. Pour pouvoir maintenir cette cadence, des innovations en matière d’organisation seront entreprises. Notamment la mise en place d’un espace dédié à la présentation de toutes les activités outdoor existant à Madagascar tels que le rafting, le quad, le kayak ou encore le parapente. Par ailleurs, le dispositif de communication à l’international sera aussi renforcé à travers des partenariats avec des médias internationaux.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Hery Rabeharisoa – « Un style de jeu basé sur les efforts collectifs »

Hery Rabeharisoa se lance dans une nouvelle aventure. Il vient d’être nommé entraineur d’Elgeco Plus Analamanga. Il a débuté sa prise en main de l’équipe, cette semaine, lors des séances à Alarobia et à Bevalala.« Elgeco Plus veut aller loin. C’est un grand club, qui a déjà représenté Madagascar à plusieurs reprises sur la scène internationale. C’est un club bien structuré, ce qui permet de réaliser de grandes choses au haut niveau, au niveau international. Les dirigeants m’ont choisi et j’ai accepté », affirme-t-il à propos de son nouveau club. Pour rappel, Elgeco Plus est double champion d’Analamanga 2016 et 2017. Il a également remporté la Telma Coupe de Madagascar deux années successives, en 2013 et 2014. Au niveau africain, il a disputé la Coupe de la CAF à trois reprises, en 2014, 2015 et 2017.Hery Be veut, avant tout, mettre l’accent sur la discipline. Et ce, avant de penser à proposer son style de jeu spécifique. « L’équipe change d’entraineur. Le nouvel entraineur apporte donc quelque chose de nouveau avec lui. Avant tout, je veux instaurer une discipline plus stricte. Et après, je veux imprégner mon style de jeu, plus basé sur les efforts et la réussite collectifs », poursuit-il.Comme cité précédemment, l’ancien coach de la CNaPS Sport a pris en main l’équipe cette semaine. « Les joueurs m’ont très bien accueilli. D’après ce que je sais, ils voulaient de moi comme entraineur et ont exprimé leur désir de travailler avec moi », ajoute Hery be. « Beaucoup de choses peuvent se passer durant une saison. On a du suspense, des surprises et des rebondissements. L’objectif est le même pour tout le monde, c’est de gagner des titres. Pour ma part, je peux assurer que je vais donner le meilleur de moi-même, afin d’aller le plus loin possible. Après, c’est en voyant les résultats qu’on pourra juger de mon travail », conclut-il.Elgeco Plus débutera la défense de son trône régional, dans deux semaines, après avoir repris l’entrainement il y a une quinzaine de jours. La Ligue d’Analamanga prévoit d’ouvrir la saison le samedi 3. Par la suite, le coup d’envoi de la Ligue 1 est fixé pour le samedi 10.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Sport mécanique – Gymkhana signé WIMS

Women In Motorsport Madagascar projette d’organiser un gymkhana. La branche féminine du sport automobile a choisi la date du 8 mars, soit la journée de la femme, pour tenir cette course. En vue de cet événement, WIMS donne rendez-vous pour le mercredi 14 février, pour une soirée Saint-Valentin au Kudeta Carlton Anosy. Une soirée de levée de fonds donc, accessible à hauteur de 20.000 ariary, pour réaliser le projet gymkhana. Au programme, ambiance clubbing, défilé de lingerie fine et diverses surprises en guise d’animations, le tout sans s’éloigner du thème du sport automobile toutefois.WIMS avait déjà organisé ce genre de soirée, auparavant. Les pilotes, copilotes et sympathisantes, qui forment le groupement, apportent ainsi une touche de glamour et de féminité dans l’univers des sports mécaniques.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

L’Ancove vu par La Salle

Quittant la côte Est malgache, les Notes sur Madagascar» du traitant Jacques de La Salle recueillies par d’Unienvielle en 1816, pénètrent dans le Centre de la Grande ile. J.-C. Hébert continue d’en donner des extraits dans la revue historique Omaly sy Anio  du premier semestre 1980.La Salle, en décrivant les peuples de l’intérieur, cite les Bezanozano, les Antantsianaka (Sihanaka), les Hova pour les Merina et les Andrantsay ou Betsileo. Bezanozano et Sihanaka vivent en républiques dans lesquelles chaque chef de village est maitre chez lui. Les villages des Bezanozano sont sur des hauteurs entourés de fossés et de palissades, « ce qui ne les a pas empêchés d’être subjugués par les Hovas ». Tandis qu’Andrianampoinimerina peut vaincre les Sihanaka en pénétrant sur leur ile établie au milieu de son lac « au moyen d’une grande quantité de pirogues ».Les Notes de La Salle accordent une grande place aux Hova, plus exactement aux Merina. Elles débutent par « le pays d’Ancove ou des Hovas du Nord réunis avec les Hovas du Sud autrement dit Antanpatana (Antampatrana) est sous la domination d’un roi absolu (1783-1810) dont la résidence est à Antananarivo ». La Salle décrit le peuple comme étant « le plus guerrier et le plus industrieux de toute l’ile, très commerçant, laborieux, ayant déboisé son pays pour planter des vivres ».L’auteur des Notes remarque que les Merina conduisent et maitrisent les eaux par les canaux et le pays est rendu fertile par leur travail. L’aïeul (Andriamasinavalona) du roi actuel (en 1816 c’est Radama Ier, fils d’Andrianampoinimerina) fait construire deux digues sur la rivière Ikopa pour assécher le marais et arroser des rizières. L’Imerinaproduit du riz, des haricots, des ambrevades, mais possède peu de bœufs qu’ils prennent chez les Sakalava. En revanche, ils ont beaucoup de moutons et de cabris. « Le roi ne mange pas de porc, mais le peuple en fait usage. ». J.-C. Hébert commente : « Cette remarque est très intéressante et tendrait à prouver que l’interdit était d’origine récente et étrangère. D’Unienville, jugeant peut-être l’information douteuse, ne l’a pas reproduite dans son Essai. »Poursuivant la description, La Salle parle de culture de coton et de bananiers qu’ils utilisent pour fabriquer des étoffes. Ils élèvent aussi une sorte de ver à soie sur les ambrevades, dont ils tirent des fils pour faire du tissu et qu’ils travaillent avec art. « Au pays des Hovas, on trouve également de la vigne qui produit d’assez bon raisin (ce que Mayeur avant lui et d’autres auteurs par la suite signalent) et des limonadiers dans les collines. » Les marchés y sont très bien organisés.Dans le Sud-ouest du territoire, on trouve des mines de fer très riches qu’ils emploient pour forger toutes sortes d’outils dont ils font commerce. « Ils font de la monnaie et contrefont les nôtres. » Jacques de La Salle le fait déjà remarquer en 1787, ainsi que Mayeur dix ans plus tôt et Dumaine en 1790. Ils travaillent aussi l’or, l’argent et le cuivre avec beaucoup d’art, mais ne font pas de poudre. « Cette poudre leur vient de Mascate par les Arabes, mais ne vaut rien », ce que les propos de Lebel recoupent.La Salle affirme que « le roi est héréditaire, a droit de vie et de mort sur son peuple qui est esclave du roi, mais il a la propriété de la terre qui s’y vend souvent fort cher ». À l’époque, précise Hébert, « c’est seulement chez les Merina que la terre se vendait à prix d’argent ». Leurs villages sont très nombreux, très rapprochés, la population est considérable. Ces villages sont fortifiés par deux à trois fossés successifs très profonds jusqu’à 40 pas de largeur. « La couleur (de peau) est mélangée de noir et d’olivâtre, les premiers à cheveux crépus, les autres à cheveux longs. »Par ailleurs, ce n’est point l’enfant du roi qui hérite de la couronne. « C’est le premier enfant mâle de la plus proche parente. C’est pourquoi, ordinairement le roi épouse la fille de sa sœur ce qui assure la couronne à ses enfants. » L’ethnographe Hébert commente : « Cela indiquerait que le système matriarcal commandait jadis la dévolution à la couronne. En fait, la règle est plus compliquée et ce n’est pas le neveu utérin qui succède automatiquement au roi défunt. » Dans le cas de neveux, « le roi s’en venge en faisant couper la tête ou sagayer 50 de ses sujets plus ou moins. »

Texte : Pela Ravalitera - Carte: J.-C. Hébert

L'express de Madagascar0 partages

Contes pour enfants – Un spectacle de conte attend les enfants à l’IFM

Trois belles histoires écrites par Fela Razafiarison, comédienne et conteuse, seront relatées dans un décor spécialement monté afin d’accroître le plaisir des marmailles. « Les premiers hommes», « La petite Ravinala», et « Karijavola », trois registres différents leur sont destinés et vont les transporter dans un univers magique, le samedi 27 janvier à 10 heures 30. La musique que Zonirina Nantenaina Ratsiandavana  jouera pour accompagner chaque histoire, va accentuer ce moment de bonheur qui durera quatre-vingt-dix minutes.Chaque histoire contient un message intéressant qui s’adresse aux enfants de plus de trois ans. La séance du samedi sera la première avec  Fela, pour cette année. « Les contes sont une forme d’éducation de l’ancienne société malgache. Ils tiennent une place importante pour transmettre les valeurs que les enfants doivent savoir et apprendre. Il fut un temps où, les grandes personnes racontèrent des histoires autour du feu, le soir en attendant le dîner. Ces histoires  prennent souvent une forme de légende. Et tous les enfants adorent ce moment convivial. Actuellement, les parents n’ont  plus de temps à consacrer à leurs bambins, avec le rythme de la vie quotidienne. Ces derniers sont souvent laissés devant un écran pour se distraire. Leur redonner goût aux contes est le principal objectif de ces séances qui vont se tenir à l’Institut Français de Madagascar. La décoration et la musique servent à les attirer davantage. Les enfants vont apprécier tout ça. On incite les parents à amener leurs enfants . Il y aura des histoires en français et aussi en malgache », a expliqué Jeanne Ralimahenintsoa, responsable de la section enfants de la médiathèque de l’IFM.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Fusillade à Ankadimba­hoaka

Le chef du service central des affaires criminelles (SCAC), le commissaire principal Jean de Matha Rakotondrasoa a tenu à préciser, hier dans un point de presse, à Anosy qu’une enquête sur la mort d’un présumé bandit à Ankadimbahoaka est en cours. La victime a été longtemps recherchée, ce qui a été toujours nié par la famille dans un entretien, hier.

L'express de Madagascar0 partages

Émerurgence

Un procès pour plagiat est dans l’air. Ils sont au moins trois citoyens qui aiment bien leur pays à rêver de l’émergence de Madagascar dans le concert des Nations. Le plagiat n’est pas forcément condamnable. Si la copie vaut mieux que l’original, il n’y a pas à s’en plaindre. Qu’importe la paternité du concept et de l’idée, l’essentiel est que, visiblement, tout le monde, de quel bord qu’il soit, pense du bien du pays.Ainsi depuis plusieurs années, Holijaona Raboans, l’ancien conseiller du Président Albert Zafy lance Émergence Madagascar qui est une vision pour mettre Madagascar parmi les pays émergents. Créer cent mille emplois en cent jours est un des projets d’émergence Madagascar parmi les soixante et une actions d’urgence à entreprendre.Hier à Iavoloha, le Président Rajaonarimampianina a développé Émergence 2030, une vision de développement qui englobe les grandes lignes de sa politique pour les dix prochaines années. Pendant une heure, retrouvant tableau blanc et estrade, cadre idéal du métier où il excelle le plus, celui d’enseignant, il a montré que Madagascar a tout le potentiel pour réussir et démontré que cela peut se faire. Rien à dire sur sa dissertation qui ferait pâlir d’envie les meilleurs pasteurs des sectes aussi bien en élocution qu’en conviction. Mais autant on peut croire les yeux fermés la bonne parole sans avoir besoin de la prouver selon l’évangile de Saint-Marc, autant il est facile de tracer un plan, de fixer des objectifs sans annoncer comment y parvenir. Didier Ratsiraka n’avait-il pas claironné en 2013 qu’il avait trois solutions pour sauver le pays et peut trouver facilement des millions de dollars de dons mais cela n’engageait que ceux qui croyaient.Il manquait des précisions, un cadrage chiffré, des actions claires, des décisions volontaristes dans Émergence 2030. Il fallait dire comment faire pour atteindre une croissance de 7% dans une conjoncture de plus en plus difficile où aussi bien la balance de paiement que la balance commerciale sont nettement déficitaires.Il fallait annoncer combien de milliards de dollars l’État allait investir, d’ici douze ans pour booster l’industrie, pour pousser l’agriculture en général et la riziculture en particulier. Quelle part du Pib l’État consacrerait à l’éducation, à la santé, aux infrastructures routières ? Quelles actions seront entreprises pour lutter contre la corruption, pour lutter contre le chômage, pour réduire la pauvreté, pour instaurer la bonne gouvernance, pour lutter contre l’insécurité…? C’est du moins ce que l’opinion attendait dans ce « show présidentiel » .Il y avait toutes les lettres mais il manquait surtout les chiffres qui rendent un projet concret et précis.On verra, ce jour, à Paris si l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina pourra faire mieux dans son Initiative Émergence Madagascar qu’il présentera à la diaspora. On se demande quelles solutions il va proposer pour les problèmes qu’il a laissés au bout de cinq ans de Transition. Ce qui est certain, c’est qu’il conçoit peut-être mieux aujourd’hui ce qu’est un État ou une nation après s’être retourné sur les bancs de l’école pour combler ses lacunes à l’image de Goerges Weah. L’ancienne vedette de Paris SG a compris que la notoriété, la popularité ne suffisent pas pour diriger un pays. Le nouveau président libérien est allé décrocher trois Mba aux États -Unis pour compléter son « ardoise ».On verra laquelle de toutes les copies convient à la situation qui prévaut à Madagascar où il faut, d’abord et surtout, trouver des solutions aux urgences du moment. Oui pour un plan de développement à long terme mais une Émerurgence 2018 ne serait pas mal.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Football féminin – Askam et Asot dans le groupe B

La troisième phase du championnat de Madagascar de football féminin 2017 débute finalement ce vendredi 26 janvier, sur la pelouse de Carion. Le tirage au sort a été effectué, hier, au siège de la Fédération Malgache de Football à Isoraka. L’Askam Itasy, vainqueur des deux premières phases, se retrouve dans le groupe B, avec son principal dauphin, l’Asot Analamanga. Les deux clubs cumulent respectivement 16 et 13 points. Le FC Prescoi Vakinankaratra et l’AS Comato Atsimo Andrefana complètent ce groupe. Du côté de la poule A, l’on retrouve l’AC Sabnam, troisième du classement général, avec aussi 13 unités. Le tenant du titre y affrontera le Mifa Analamanga, le SOM Boeny et l’Ascuf Haute Matsiatra.

H.L.R.