Les actualités à Madagascar du Lundi 25 Novembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara65 partages

Projet Miami à Toamasina : Rajoelina présente l’architecte espagnole en charge de sa réalisation

Andry Rajoelina a annoncé à Toamasina que le projet Miami va démarrer incessamment.

Les travaux de construction du projet Miami débuteront incessamment. C’est ce qu’a déclaré le président Andry Rajoelina hier lors de sa descente à Toamasina.

« Contrairement aux rumeurs véhiculées par les détracteurs du régime, le Miami malgache ne sera plus un rêve ni une utopie. Sa concrétisation se fera bientôt », a-t-il annoncé. Et de révéler au passage que la durée de construction est de un an et demi. La population de Toamasina pourra donc constater de visu le changement que Miami va apporter au sein de la Ville du Grand Port d’ici au mois de juin 2021. Mis à part l’embellissement de la ville, ce projet vise aussi à apporter le développement à Toamasina, notamment par le biais de l’amélioration du secteur touristique, le commerce, l’économie et les infrastructures. A entendre le chef de l’Etat, le projet comportera entre autres, une piscine géante et des terrains aux normes pour le beach soccer, le volley-ball et différentes autres disciplines sportives, une rue piétonne qui s’étalera sur 7 km, des parcs de loisirs et une aire de jeu pour enfants, des magasins et des lieux de détente.

Nouvelle ère Rajoelina. Durant sa descente hier à Tamatave, Andry Rajoelina a présenté à la population locale l’architecte qui se chargera de la concrétisation du projet Miami. Il s’agit d’Amos Casas, un architecte espagnole, qui a déjà fait ses preuves et réalisé de nombreux monuments et infrastructures connus mondialement dans plusieurs pays, entre autres, à Dubaï, France, Espagne, Qatar, ainsi que dans quelques pays européens. Accession au pouvoir. Décidément, la province de Toamasina est particulièrement gâtée par le régime Rajoelina. C’est la province qu’il a le plus visité depuis son accession au pouvoir. Hier, il a assisté à la cérémonie d’ouverture officielle du stade « manara-penitra » de Barikadimy. La Ville du Grand Port est donc la première ville à bénéficier de ce projet sous la nouvelle ère Rajoelina. A l’occasion, il a annoncé que tous les districts de la Grande Ile seront dotés d’un stade aux normes de ce genre.

Réalisation du 13e ‘Velirano’. Cette semaine, le régime a donné le coup d’envoi des trente premiers stades manara-penitra. Des projets rentrant dans le cadre de la réalisation du 13e ‘Velirano’ qui consiste à faire du sport, une véritable fierté nationale. Il a aussi visité l’école publique Tsiry à Analakininina. Cet établissement est la première EPP « manara-penitra » dans tout Madagascar, dotée d’une bibliothèque numérique, d’une salle informatique équipée de plusieurs ordinateurs, de cantine scolaire, d’une aire de jeux et d’un terrain de sport. Comme tous les autres élèves des écoles et collèges publics, ceux de Tamatave auront aussi droit à des « Rakibolana » et des kits scolaires. Les districts de Toamasina I, Mahanoro, Sainte-Marie, Maroantsetra et Fenerive-Est ont reçu chacun un véhicule 4×4. Par ailleurs, le chef de l’Etat a aussi fait don de cinq camions bennes et des bacs à ordures pour la Commune Urbaine de Toamasina. Le numéro Un d’Iavoloha a aussi visité la pépinière géante de Tamatave. 4.900.000 jeunes plants y sont actuellement produits pour un objectif de production de 10.000.000 de jeunes plants, 5.000.000 de boulettes et 10.000.000.000 de graines forestières par bombardements aériens. L’année prochaine, la Grande Ile tentera de battre le record du monde par la plantation de 60.000.000 de jeunes plants en une seule journée.

Davis R

Midi Madagasikara12 partages

Pétanque – Championnats du monde Jeunes et Dames : Madagascar rentre les mains vides !

Incroyable mais hélas, vrai, la délégation malgache qui a participé aux championnats du monde chez les dames et les jeunes au Cambodge, rentre avec un zéro pointé. Bien trop forts pour espérer aller en Coupe des Nations en se hissant jusqu’aux quarts de finale, mais bien trop faibles devant le talent des Thaïlandais, les Malgaches ont tout perdu.

Madagascar a perdu la guerre et la bataille au sommet mondial de la pétanque au Cambodge du 16 au 23 novembre dernier.

Seul Iarotiana Rakotoarivelina a quelque peu sauvé la face mais, il a radicalement échoué en demi-finale par 33 à 41 devant le vainqueur de ce concours de tirs de précision, en l’occurrence le Thaïlandais Rinkeaw Peempod. Le jeune joueur de Pétanque Ampitatafika Club a pourtant fait une très forte impression en terminant en tête des qualifications sur un score d’anthologie de 44 points pour un junior.

Chauvinisme asiatique. Mais alors qu’on croyait qu’il allait survoler ce concours, il accusa une baisse de régime inexpliquée même s’il a battu l’Allemand Justin Neu lors des quarts de finale par 33 à 18.

Devant l’énorme pression de la foule acquise au Thaïlandais, chauvinisme asiatique oblige, Iarotiana Rakotoarivelina a chuté en demi-finale au grand dam de la délégation malgache pourtant hissée dans le lot des favoris après le sacre de 2017 avec, tenez-vous bien, Dolys Randriamarohaja au poste d’entraîneur de ces juniors.

Certes, ce dernier était présent au Cambodge mais dans l’habit de président de la Fédération de Sports Boules Malgache, tout en choisissant de se mettre au service des dames et en confiant les jeunes à Nanou Andrianirina qui est certes un grand champion, mais qui n’a jamais fait ses preuves en tant que membre de l’encadrement. D’ailleurs, on ne pense pas qu’il a la capacité pour être entraîneur tout comme Amir également dans le groupe mais qui s’était autoproclamé vice-président.

Le bon grain. La logique des choses après ce naufrage à Cambodge veut que la FSBM procède véritablement à une mini révolution, et renforcer son équipe à défaut de passer directement par les élections dont l’organisation dépend des ligues. Il serait temps pour Dolys Randriamarohaja de séparer le bon grain de l’ivraie avant le championnat du monde séniors hommes de l’année prochaine en Suisse.

En attendant, retour sur les mondiaux de Cambodge où tour à tour, les Malgaches ont échoué en quarts de finale devant les Thaïlandais.

D’abord chez les dames et après la 17e place de Tita au concours de tirs de précision, Hasina et ses amies ont battu la République Tchèque par 13 à 3 lors des huitièmes de finale.

Les quarts de finale d’après furent un calvaire pour les Malgaches battues 9 à 13 par les Thaïlandaises au cours d’une partie où on n’a pas vu la puissance de feux des joueuses de la FSBM.

Nouvelle hiérarchie mondiale. La même mésaventure est arrivée aux juniors qui ont, comme les dames, réussi à sortir des matches de poules. Mais le temps de battre les Polonais par 13 à 7 aux huitièmes de finale où Naivo, Iarotiana et Rojo sont allés droit au mur face à une équipe thaïlandaise par 13 à 8.

Cette double défaite malgache face à la Thaïlande illustre bien la révolte asiatique car il va maintenant falloir compter sur des pays comme le Laos et le Cambodge dans la nouvelle hiérarchie mondiale.

Contrairement à Madagascar, la France a su retrouver tout son punch en battant en finale les juniors du Laos sur le score incroyable de 13 à 1.

Chez les dames, la Thaïlande s’est imposée par 13 à 4 devant le Laos.

Comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, Dolys Randriamarohaja aura à cœur de s’entourer des gens qu’il faut à la place qu’il faut. Le succès est à ce prix.

Clément RABARY

Midi Madagasikara12 partages

127 maisons brulées à Ankaramalaza : Des habitants soupçonnent un incendie criminel

Les habitants du village d’Ankaramalaza, dans la commune de Lokomby, district de Manakara, attendent impatiemment les résultats de l’enquête sur l’origine de l’incendie qui a détruit 127 maisons dans la localité, samedi après-midi. Survenu vers 16 heures, les feux se sont propagés vite et ont ravagé la majeure partie du village. Cela s’est produit alors que la majorité de la population n’était pas chez elle. La présence de bouteilles de gaz de cuisine dans certains foyers a favorisé la propagation des flammes qui auraient dû dévorer la totalité des maisons dans la localité. Les habitants soupçonnent la possibilité d’un incendie criminel en voyant deux maisons mitoyennes, l’une entièrement détruite, et l’autre intacte alors qu’elles sont presque côte-à-côte. Si telle était le cas, quel est le mobile du crime ? Cette question se pose vu la réputation de ce village, berceau de la foi chrétienne. Les profanations des lieux chrétiens sont d’ailleurs devenues presque répétitives et les raisons ne sont pas élucidées pour le moment. Aura-t-elle une liaison avec le contexte politique du moment, notamment cette période électorale. Presque les tenants du Pouvoir qui se sont succédé dans ce pays ont reconnu la suprématie de ce village. Malgré tout, les conditions climatiques en cette saison chaude sont favorables aux départs de feu. Heureusement que le drame n’a fait ni blessé ni perte de vie humaine. Ankaramalaza est un lieu culte pour les chrétiens. Des milliers de gens y viennent chaque année pour les pèlerinages et autres rendez-vous chrétiens. Il est à noter que la gendarmerie nationale se charge de cette enquête.

T.M.

Midi Madagasikara4 partages

Veterinera tao Amparafaravola : Nandoa Ar. 60 tapitrisa vao navelan’ny mpaka an-keriny

Raim-pianakaviana fotsy volo iray 70 taona, antsoina hoe : Rakotozandriny, fantatry ny maro amin’ny solon’anarana hoe : « Veterinera Robin », no nalaina efa-dahy nitam-piadiana an-keriny tao an-tranony, ny harivan’ny 18 novambra teo, tokony ho tamin’ny fito ora sy fahefany, tao amin’ny Fokontany Analakely, Kaominina Morarano Chrome, any amin’ny Distrikan’ Amparafaravola, Faritra Alaotra Mangoro. Nitaky volabe tamin’ny fianakavian’ny Dokotera Robin ireo jiolahy ho takalon’ny ain’ity mpitsabo biby ity. «  Atero haingana ny vola, fa vonoinay ny havanareo, fa tsy handany andro aminareo izahay », hoy ireo mpaka an-keriny niantso ny fianakaviana. Rehefa notazonin’ireo mpaka an-keriny azy, ary nampihorohoroina ho faty nandritra ny telo andro ity lahy antitra ity, dia navosotr’ireo jiolahy ihany rehefa nandoa vola 60 tapitrisa ariary (marimaritra niraisana farany) ho tambin’ny famotsorana azy ny havany.

Mpikaraman’ady. Raha ny vaovao voaray, naloa tsy lavitra ny Fokontany Ampandriatsara, any amin’ny Kaominina Ampasikily ny vola. « Rehefa tonga ny vola, roa lahy no naka izany, ary ny roa lahy ambiny kosa namotsotra ahy tao amin’ilay toby nitazonana ahy », hoy Rakotozandriny. Raha ny nambaran’ireo mpaka an-keriny, « nokaramain’olona 10 tapitrisa ariary izy ireo hanao « kidnapping » ahy, satria izaho hono olona manam-bolabe any amin’ny banky, manana toeram-pivarotam-panafody, ary fiara, . . . , ka tsy maintsy mahazo vola amiko izy ireo », hoy hatrany Dr Robin nanohy ny fanazavany. Ankoatr’izany, ny zoma teo, dia voasambotry ny zandary avy ao amin’ny « Poste avancé » Morarano Chrome ireo mirahalahy isany voarohirohy tamin’ny vono olona nahatsiravina nitranga tao Morarano Chrome, ny 28 aogositra lasa teo. Afak’omaly ireto jiolahy no natolotra ny Fampanoavana, ary mitohy hatrany kosa ny fikarohana an’ireo mpaka an-keriny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara4 partages

RN44 : Taxi-brousse efatra, indray voatafika tao anatin’ny alina

« Miverina indray ny tamin’ny enin-taona lasa »  hoy ny ahiahian’ireo mponina. Raha efa nilamindamina mihitsy ity resaka fanakanan-dàlana ity tamin’iny lalam-pirenena faha-44, mampitohy an’i Moramanga sy Lac Alaotra iny, dia manahy ireo mponina ny amin’ny fiverenany indray. Ny alin’ny sabotsy hifoha alahady lasa teo mantsy, dia taxi-brousse efatra be izao no nataon’ny andian-jiolahy lasibatra teo amin’ny lalam-by teo Ambohidray. Samy niala avy any Ambatondrazaka ireto taxi-brousse ireto ary tao anatin’ny tandavana fiara soa aman-tsara, saingy mbola sahin’ireo mpanakan-dalana ihany ny nanafika azy ireo. Marihana, fa ny roa tamin’ireo fiara ireo dia handeha hiakatra aty an-dRenivohitra ary ny roa kosa hihazo ny renivohitr’i Betsimisaraka.

« Passage à niveaux » na hoe làlana tapahana lalam-by io toerana, hany ka tsy maintsy mandeha mora foana ireo fiara rehefa tonga teo amin’ilay toerana. Tamin’izay no nohararaotin’ireo dahalo, izay nahatratra am-polony maro tany ho any, nanao ny asa ratsiny tamin’ireto fiara ireto. Tao ireo nitora-bato ary tao ireo nitifitra. Raha ny angom-baovao azo, dia niravaka fitaovam-piadiana isan-karazany ireto olon-dratsy ireto tamin’izany : zava-maranitra isan-karazany ka hatrany amin’ny basy mahery vaika. Mazava ho azy, izany fitaovam-piadiana izany no nentin’izy ireo nampitahorana ny mpamily hampijanona ny fiara, ary nataon’izy ireo fandrahonana ho an’ireo mpandeha. Teo anatrehan’ny zava-nisy, dia tsy nisy sahy namaly ireto andian’olon-dratsy ireo mpandeha fa dia nanaiky hatramin’ny farany izay zavatra notakian’izy ireo. Tsy nisy tsy voaroba araka izany ireo mpandeha rehetra tao anatin’ireo fiara efatra : vola, entana, firavaka ary zavatra sarobidy, lasa avokoa. Marihana moa, raha ny angom-baovao azo hatrany fa tsy nisy ny naratra na ny aina nafoy tao anatin’izany fanafihana izany. Rehefa azon’ireo olon-dratsy mantsy ny zavatra notakian’izy ireo dia lasa nitsoaka toy ny tsy teo ireto farany. Ireo lasibatra kosa, nanohy ny diany ary tao Moramanga vao afaka niantso vonjy sy nampilaza ny fianakaviana. Efa eny am-pelan-tanan’ireo mpitandro filaminana ny raharaha amin’izao ary efa mandeha ny fanadihadiana.

m.L

Midi Madagasikara4 partages

KFC Qu’est ça fait ?

Nous ne sommes pas à la sortie d’une période de pénurie de style ratsirakien (1982-1988), où tout manquait, mais plutôt un temps d’abondance des biens où pour beaucoup il ne manque que de l’argent. La venue du géant du fast-food américain KFC (Kentucky Fried Chiken), qui, malgré un produit plus que banal, du poulet frit, mais vendu hors de prix, nous met devant un paradoxe. La vue de l’engouement des clients du KFC au Water front nous rend pantois. A croire que les Malgaches ne sont pas si pauvres quand tant de monde se rue sur un morceau de poulet et débourse plus de 20.000 ariary. Les apprentis économistes diront que c’est ce qu’on appelle l’Effet Veblen, ou tout simplement que plus les prix de certains produits augmentent, plus on en demande, c’est le cas des parfums de luxe par exemple, si leurs prix baissent s ils se dévalorisent aux yeux des consommateurs. Un Ploum Ploum qui ne coûte que trois fois rien n’aura grâce devant personne.

« J’y étais » pavoise-t-on dans les réseaux sociaux pour cet amour soudain de cette volaille, il est fort à parier que cet effet Veblen sera éphémère quand comme dans les 22.000 autres restaurants KFC on y ira simplement pour manger (remplir sa panse) et non pour parader et l’on verra que la ruée n’était qu’un effet de snobisme.

Autre chose, on sait que c’est un groupe mauricien spécialisé dans l’aviculture qui a acheté la franchise de KFC pour Madagascar, on ne peut que louer cette initiative ne serait ce que pour la bonne visibilité de notre économie avec la venue de cette enseigne d’envergure mondiale.

Mais l’on ne peut s’empêcher de parler des tracasseries dont sont victimes les opérateurs malgaches quand ils veulent s’implanter à l’île Maurice. Le groupe Gastropizza aurait été une de ces victimes en voulant investir là-bas. Ou, encore de cette mansuétude dont font preuve les autorités de l’Île sœur quand les draps ou nappes brodés manuellement par des artisans malgaches sont affublés abusivement de « Made in Mauritius », ou encore de ces produits agricoles ayant toutes les peines du monde pour passer à travers les règles phytosanitaires. Et pourtant, les deux pays sont actifs dans l’intégration régionale au sein des organisations régionales et continentales. Notre propos est de ne pas passer le savon (mauricien !!) sur quiconque, mais que l’amour entre les deux îles sœurs soit seulement comme celle entre le poulet et sa peau qui dure jusqu’à la mort. (Toy ny lamban’akoho (KFC) ka faty no isarahana.)

M.ranarivao

Midi Madagasikara2 partages

Incendie à Ankaramalaza : Le PM Christian Ntsay au chevet des sinistrés

Il a été constaté que les explosions des bouteilles de gaz de cuisine des foyers de certains villageois ont favorisé la propagation du feu, et que la majorité de la population n’étaient pas chez eux lorsque la catastrophe a surgi.

Ayant été mis au courant du terrible incendie qui a frappé le village d’Ankaramalaza dans la commune de Lokomby du district de Manakara, vendredi dernier, une délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre Christian Ntsay, représentant le Président de la République, s’est rendue le lendemain même au chevet des sinistrés pour leur témoigner le soutien et leur apporter des aides de l’Etat, et ce, afin qu’ils puissent faire face à cette malheureuse situation.

Catastrophe. L’incendie a duré deux heures de temps où la majeure partie du village a été ravagée par les flammes. Il a été constaté que les explosions des bouteilles de gaz de cuisine des foyers de certains villageois ont favorisé la propagation du feu, et que la majorité de la population n’était pas chez elle lorsque la catastrophe est arrivée. Pour le moment, une enquête sur l’origine du feu est ouverte par la Gendarmerie nationale. D’après le bilan enregistré, aucune vie n’est à déplorer, toutefois, il y avait eu 127 maisons calcinées, environ 320 sans abris, un homme grièvement blessé qui suit actuellement des traitements médicaux à Manakara.

Distribution de kits. En somme, le Chef du gouvernement a offert une tonne de riz, 500 kg de légumineuses, et 1.000 tôles. Il a été communiqué sur place que des camions du BNGRC sont en route pour Ankaramalaza, afin de procéder à la distribution de kits de survie, ainsi que des ustensiles de cuisine. Notons que deux camions du BNGRC ont pris la direction d’Ankaramalaza transportant notamment des tentes pouvant abriter plus de 300 personnes, 4 tonnes de riz blanc, 2 tonnes de légumineuses, des ustensiles de cuisine et des balles de vêtements.

De façon équitable. Il y a également lieu de faire savoir que le sinistre fait suite au retard des actions de maîtrise du feu, car force est de reconnaître que le village en question n’est équipé d’aucun dispositif permettant d’intervenir à temps en cas d’incendie. Ainsi, le Premier ministre a réuni les membres des comités régionaux de gestion des risques et catastrophes, pour mettre au point des plans de prévention et de gestion des urgences liées aux incendies, avec les éventuelles possibilités d’y accroître l’adduction en eau potable. Il a été ferme quant à la distribution des aides reçues qui devrait s’effectuer de façons équitable et à bon escient, afin que toutes les sinistrés sans exception puissent en jouir. Le Premier ministre n’a pas manqué d’adresser sa reconnaissance à la population locale qui n’a pas hésité à prêter main forte devant cette tragédie.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Guerre des bondillons : Superprofit des importateurs dénoncé par la Savonnerie Tropicale

Les producteurs locaux de bondillons soutiennent l’application du droit de douane de 20% sur l’importation de bondillons de savon.

Les producteurs locaux de bondillons de savon mettent en avant le rendement d’échelle croissant, pour soutenir l’importance de l’industrie locale dans la création de richesses nationales.

 La Savonnerie Tropicale compte doubler sa production, lorsque le droit de douane de 20% sur l’importation de bondillons de savon, sera appliqué. Selon son directeur de ventes, Henintsoa Henri Rakotomanga, la capacité de production de cette industrie malgache est aujourd’hui exploitée à 20% seulement. « Si l’on double notre production en exploitant 40% de notre capacité, cela permettra de réduire le coût de revient de 15%. Mais notre objectif à terme est de produire 60% de notre capacité productive. Nos prix pourront baisser considérablement grâce au rendement d’échelle, et nous pourrons produire de nouveau le savon Ravinala », a-t-il déclaré lors d’une entrevue avec les médias, vendredi dernier. De son côté, le directeur général de cette entreprise industrielle, Thierry Ramaroson, n’a pas hésité à dénoncer un superprofit des importateurs de bondillons, dans une pratique de concurrence déloyale. « A l’époque où la Savonnerie Tropicale a été fondée, le droit de douane sur les bondillons était à 20%. Tous les calculs étaient basés sur ce niveau. En 2011, ce taux a baissé à 10%, sans aucune concertation. Il est évident que les producteurs locaux de bondillons sont lésés », a-t-il souligné.

Comparaisons. D’après le DG Thierry Ramaroson, l’écart entre le droit de douane des matières premières et celui des bondillons est important dans les pays émergeants. Il a cité les cas du Brésil, où les matières premières pour la fabrication de bondillons sont taxées par la Douane à 2%, et les bondillons finis à 18% ; au Maroc, à 2% pour les matières premières et 19% pour les bondillons, soit un écart de 17 points ; en Egypte à 2% pour les matières premières et à 30% pour les bondillons, soit 28 points d’écart ; au Nigéria qui affiche 20% d’écart, etc. « Ces écarts visent à protéger la production locale à partir de matières premières. Le Brésil est un pays qui a réussi son émergence. Maintenant que Madagascar ambitionne une émergence par l’industrialisation, il est normal de porter le droit de douane sur l’importation de bondillons à 20%, si les matières premières sont taxées à 5%. C’est un minimum par rapport à ceux des autres pays, car cela ne fait que 5 points d’écart », a-t-il soutenu.

Importation croissante. Selon les statistiques présentées par les producteurs locaux de bondillons, les importations de ce produit ont augmenté de 166%, depuis 5 ans. La production locale, par contre, a baissé de -35% sur cette période. « 77% des savons utilisés à Madagascar sont importés. Ce qui n’est pas normal, car la capacité de production dans ce pays dépasse largement la demande locale. Nous pouvons satisfaire la demande et exporter en même temps. De plus, le rendement d’échelle permettra de réduire les coûts considérablement. Mais si on veut inciter les activités industrielles, il faut mettre en place un bon environnement favorisant la production locale », a souligné le DG de la Savonnerie Tropicale. Questionné sur la lutte commune contre les savons barre importé des pays du COMESA, celui-ci a noté que les importateurs de bondillons ne sont pas sérieux en faisant appel à cette lutte commune. « Ils veulent cacher la forêt derrière un arbre. Madagascar importe 18.000 tonnes de savon chaque année et les savons barres ne représentent que 600 tonnes, dans cet ensemble. Ce sont eux-mêmes qui font ces importations et en nous prenant pour des naïfs, ils nous demandent de lutter contre les 600 tonnes et donc, de laisser passer le reste. Nous savons pourtant qu’ils font du superprofit avec ces importations favorisées. C’est de la tromperie », a fustigé le DG Thierry Ramaroson. D’après ses dires, 90% des savons importés sont sous forme de bondillons. Si les importations ne sont pas aussi favorisées, la production locale peut très bien les battre, selon les représentants de la Savonnerie Tropicale, qui ont profité de l’occasion pour inviter les importateurs à s’approvisionner sur le marché local de bondillons.

Antsa R.

Madagate0 partages

Madagascar WMG. Discours de Patricia Rabe lors du Bazar de Noël 2019

 

La Président Patricia Rabe se trouve à gauche, sur la photo, de Madame Ginette Andriantsitohaina, au centre, Présidente-Fondatrice du Wednesday Morning Group Madagascar

Mireille Rajaonary, au micro, annonce l'intervention de leur Présidente

*************************

Discours de la Présidente du WMG, Patricia Rabe

Bazar de Noël

Carlton Anosy, 23 Novembre 2019

 

Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et leurs épouses respectives,

Mesdames et Messieurs les Consuls,

Madame Ginette Andriantsitohaina, Présidente Fondatrice du Wednesday Morning Group Madagascar,

Messieurs les Directeurs généraux,

Mesdames et Messieurs les sponsors, partenaires et donateurs,

Mesdames et Messieurs les exposants,

Nos amis de la presse,

chères membres du WMG,

Honorables invités.

Le message que WMG a choisi de transmettre cette année, pour son 56ème Bazar de Noël est : AMOUR et PARTAGE. 56 ans est un âge mature durant lequel la génération à venir est au cœur de la pensée d'une personne. Et c'est pour cette raison que toutes les activités que WMG réalise seront focalisées sur l’Éducation. Le village rural de Betsizaraina a pu bénéficier de la plantation d'arbres fruitiers, symboles d'avenir, et de la rénovation complète de son École primaire publique -EPP- dont l'inauguration se fera le 14 décembre 2019.

Les initiatives entreprises par notre association comprennent également l'apport de compléments alimentaires riches en protéines pour les enfants, ainsi que le renforcement de leur éducation civique et, ce, tout au long de l'année scolaire à venir, à l'image de ce qui a été fait l'EPP d'Ankorondrano l'année précédente.

J'ai une question pour chacun de vous : quel est ce sentiment auquel nous donnons volontairement tout notre temps et notre attention? C'est l'AMOUR. L'Amour pour notre famille; l'Amour pour nos enfants ou encore l'Amour pour notre âme sœur. Cet Amour se traduit par les notions de Partage et de Don.

Partager est un grand privilège et cet acte de donner, pour nous Malagasy, est une valeur très importante: “manome fa tsy manome tsifohifohy akory”. Cela veut dire que, quand on donne, on n'attend rien en retour sinon on ne donne pas vraiment. Le slogan de WMG est “NOUS PENSONS AUX AUTRES”. Tout ce que nous recevons de vous, nous le donnons à nos compatriotes les moins privilégiés et chanceux.

Noël est le symbole d'Amour et Partage. Vous êtes, aujourd'hui, présents à notre Bazar pour acheter les cadeaux que vous allez partager aux personnes qui prennent toute votre attention et votre temps quotidiennement, tout en contribuant à des œuvres de bienfaisance. Donc, achetez sans modération.

Je tiens donc à vous remercier et à remercier nos partenaires : Carlton Hôtel ; Groupe Sodiat, partenaire média; Air France, sponsor officiel; Dookan, Orange, Bni, Société générale, sponsors, qui rendent la réalisation de ce Bazar de Noël possible.

Nathalie RABE

Photos : Harilala Randrianarison

NB : un album de photos sera mis en ligne très prochainement

Tia Tanindranaza0 partages

EditoHaingo ambony tsikoko lava

Hifarana ity ny fampielezan-kevitra. Hiroso amin’ny fifidianana isika rahafakampitso. Samy nanao izay ho afany nanao

faradoboka ireo kandida efa nahavita ny anjarany. Nisy ihany koa moa ireo nisafidy ny hiandry ity tena andro farany anio. Nisy tamin’ireo kandida no tsy niala tamin’ny mahazatra fa nanohy hatrany ny fampisehoany ny tanjany sy ny fahafahana manolotolotra etsy sy eroa. Tsy asiana resabe intsony ny amin’iny fa izay no hitan’izy ireo fa ampy hanjonoana ny ankamaroan’ny Malagasy. Ho hita eo amin’ny 27 novambra. Somary nahagaga kosa ny fihetsiky ny filoham-pirenena hatramin’ny omaly. Ireo olompirenena sy mpanara-baovao indray no mahatsiaro ny tenany ho menatra raha nijery ny zava-misy. Ao anatin’ny fiafaran’ny fampielezan-kevitra ny tenany no tonga nitokana ny kianja manara-penitr’i Barikadimy ao Toamasina ary nanatontosa fandraisam-pitenenana izay hita ho mandrisika an-kolaka ny mpifidy hiandany amin’ireo kandidam-panjakana. Fa tsy tafiditra ao anatin’ny tetikasan’ny federasionina iraisampirenen’ny kitra ho an’ny faritra 22 ve moa ity ao Barikadimy ity ? Fa taiza ny filohan’ny FIFA ? Taiza ny filohan’ny federasionina Malagasy ? Tsy nisy andraikitra mafonjafonja kokoa tokony ho niandraiketan’ny filoham-pirenena ve omaly mba hanavotana izao fasahiranam-bahoaka izao ? Zary zatra haingo ambony tsikoko lava ny Malagasy ankehitriny ary aleo tsy asiana resaka intsony koa iny fiara vaovaon’ny filoha nahavariana omaly iny. Ny vahoaka mbola fadiranovana foana fa ny filoham-pirenena sy ny ekipany toy ny mbola manao fampihelezankevitra mandava-taona.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AndoharanofotsyEfa niasa, ary mbola hiasa I Gasy

Manomboka voarain'ny mponin'Andoharanofotsy ireo foto-kevitra 3 lehibe ijoroan'ny Tia Tanindrazana dia Fanabeazana, fitsinjaram-pahefana ary teknolojia.

Lanonana tsy manampaharoa io tamin'ny sabotsy io nohafanain'ireo artista fanta-daza toa an'i Rebika sy Green. Teo ihany koa ireo tanora mpanakanto avy eo an-tanàna miara-dia amin'i Gasy. Asa fa tsy kabary ny an’ny kandidà Gasy, hoy ny sekretera jeneralin’ny antoko Tia Tanindrazana, raha nandray fitenenana. Tsy ben’ny tanàna akory i Gasy, dia efa hita sy mivaingana ny asa nataony, toy ny fanamboarana tetezana, ny toerana fanasan-damba, ny fametrahana “panneaux solaire”, jiro isaky ny fokontany, ny fanomezana solosaina ny lisea, Ceg ary ny Epp. Efa I Gasy no ben’ny tanànay, hoy ny vahoaka naneho ny fanohanana azy. Teo koa ny fanampiana ny tanora tamin’ny fanatanjahantena. Maro ny zavatra vitan’ny kandidà, hoy ny sekretera jeneraly ary mbola hanao zavatra betsaka izy rehefa ho lany ben’ny tanàna, toy ny fametrahana tobin-janaparitra “poste avancé” amin’ny faritra mafana. Hasiana toerana famakiam-boky ny lisea sy ny Ceg. Omena fiofanana arak’asa ny tanora sy ny zanak’Andoharanofotsy. Niantso ireo delege koa izy mba hanara-maso ny lisi-pifidianana. Nanamafy ny mpitariky ny mpanolotsaina Feno na Sisi, fa olona vaovao ary manana ny maha izy azy ny kandidà sy ireo mpiray lisitra aminy. Hiova endrika Andoharanofotsy rehefa lany i Gasy, hoy izy ireo. Mahatoky ary manana fanantenana aho fa ho lany, hoy Ranary Lala na Gasy.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominin’Andriambilany, distrikan’i VakinankaratraHatao filamatry ny fihavanana

6.000 isa mahery ireo kandida ben’ny tanàna ary 5.000 eo ny mpanolotsaina amin’izao fifidianana izao,

 hoy ny filoha lefitry ny komitin’ny fampihavanana Malagasy, Gérard Ramamimampionona. Sarotra noho izany no hahita azy rehetra ary eo koa ny enti-manana. Izay afaka nampanao sonia toy ny tao Itasy, Vakinankaratra, Analamanga no nanao. Ny tany Bongolava izao tsy afaka nampanao sonia noho ny tsy fahampian’ny enti-manana. Toy izay koa ny tao Toamasina. Saika nampanao sonia amin’ny ankapobeny ny faritra Alaotra, Atsinanana, Analanjirofo, Anosy. Anaty fanangonana ny vokatra ny komity mpandrindra ankehitriny. Ny tsara marihina dia saika nanao sonia avokoa ny 90%-n’ireo nahita iny teny ierana hanompo vahoaka iny saingy teo amin’ny fanaparitahana azy moa no olana, hoy hatrany ity filoha ity. Raha fintinina ny takiana ho ekena ao anatin’ity teny ierana ity dia ben’ny tanàna manaja zon’olombelona, manaja lalàna ao anatin’izany ny andininy 2014-020, manaja ny soatoavina Malagasy ary indrindra mametraka fa ny fampandrosoana ifotony no fanoitry ny fampandrosoana. Hifarana ity ny propagandy ary ny CFM dia manome toky, hoy izy, fa ho hitan’ny malagasy eo ny ezaka ataony hametrahana fitoniana politika toy ny famerenana amin’ny laoniny ny fiarahamonina Malagasy amin’ny alalan’ny fanaovana ho filamatra sy fampahafantarana ny fiarahamonina ao amin’ny kaominin’Andriambilany, distrikan’I Vakinankaratra, raha ny nambarany hatrany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

FISOROHANA NY LOZAM-PIFAMOIVOIZANATsy azo ampiasaina ny jiro “Led” an’ny fiara

Manomboka mandray andraikitra amin’ireo jiro « LED » ny mpitsirika fiara.

 Nisy tamin’ireo fiara voasava ny atoandron’ny zoma teo no nandraisana fepetra. Araka ny fampitam-baovao ofisialin’ny fitsirihana fiara, mpamily sy tompona kamiô iray no nanazavana ny tsy fetezan’ireo jiro be “Led” mahajemby  izay telo teo aminy. Nanentana ny mpitondra fiara rehetra mba tsy hampiasa izany ny talen’ny fandraharahana ny fampiasan-dalana sady nitondra ny toromariky ny Tale jeneralin’ny foibe fitsarana fiarakodia. Marihina fa fadiranovana ireo mpandeha an-tongotra jembin’ireny Led ireny. Ny loza aterany ho an’ny fiara mifanena moa efa loza mitatao fa ny lalàna matetika tara noho ny fandrosoana. Tany Analamalotra amin’ny lalam-pirenena fahadimy iny no nanatanteraka fitsirihina fiara 40 ny  service des opérations et contrôles routiers, nandritra ny  ora 6  ka nahitana 19 tsy ara-dalàna na tsy tomombana ara-mekanika sy teknika ka ny 3 naiditra ambalam-pamonjana.  Anisan’ny tratra tamin’ireny ireo mpampiasa “lampe stroboscopique”.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ofisim-pirenen’ny fizahantanyMankalaza ny faha-15 taonany

15 taona ny nisian’ny Ofisy nasionalin’ny fizahantany eto Madagasikara (ONTM).

 

 

 Misehatra amin’ny fanatsarana ny tontolon’ny fizahantany ary miezaka ny mampahafantatra ny hakanton’i Madagasikara amin’ny mpizahatany eto an-toerana sy ny any ivelany ny ONTM. Ho santatry ny fankalazana dia nikarakara fifaninanana misokatra ho an’ny daholobe ny eo anivon’ny ONTM. Fifaninanana horonantsary fohy mitondra ny lohahevitra “ Harena ho an’ny Malagasy ny fizahantany”. 2 hatramin’ny 5 minitra ihany ny faharetany ary alefa amin’ny adiresy mailaka 15ansontm@gmail.com. Azo atao amin’ny teny Malagasy na teny frantsay ny horonantsary alefan’ny mpifaninana ary hita ao amin’ny fesiboky “Madagascar Tourisme” ny andinindininy. Hahazo tapakilana fiaramanidina Antananarivo-Parisy-Antananarivo ny mpandresy.

 

 

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa JIRAMA« Tsy hiaina trosa sy fatiantoka any amin’ny taona 2021 »

Ny olan-drano sy herinaratra mitarazoka efa hatramin’ny taona maro ny famahana azy.

 

 Ny orinasam-panjakana JIRAMA dia mibaby trosa maro noho ny tsy fahaiza-mitantana. Efa miasa mafy ny filankevi-pitantanana ka heverina hampidi-bola, hoy Ramaroson Andry, tale jeneralin’ny angovo ao amin’ny ninisiteran’ny angovo sy ny akoran’afo. Raha orinasa kely ny JIRAMA dia efa namidy na lasan’izay orinasa manana trosa aminy. Atao koa ny fampiasam-bola satria orinasam-panjakana. Hohatsaraina ny fomba fitantanana sy fampiasana vola eo anivon’ny orinasa. Ireny trosa ireny dia misy fomba hitantanana azy mba ahafahana mifampidinika fa tsy voatery hiandry ny banky iraisam-pirenena, hoy izy. Tsy fanomezana amin’ny tsy miankina no vahaolana na dia mibaby trosa aza ny JIRAMA. Nomarihany kosa fa tsy misy orinasa hahomby raha tsy mampiasa vola. Mety ho anisan’ny nibaby trosa. Noraisiny ohatra ireo fotodrafitrasa roa samihafa izay amboarina any Antsiranana. Fampiasam-bola izany satria fotodrafitrasa ho an’ny rano, jiro, solika… Nanamafy ihany i Andry Ramaroson fa tsy hiakatra ny vidin-jiro. Manantena ny tale jeneralin’ny angovo sy ny akoran’ afo eo amin’ny minisitera fa tsy hiaina trosa sy fatiantoka intsony ny orinasa JIRAMA any amin’ny faran’ny taona 2021.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

FANANGANANA TRANON’NY MPANJIFANahasola sy nahafotsy volombava, hoy Ralita Be

Ny minisitry ny Indostria sy ny varotra ary ny asa tanana Malagasy (MICA), Rtoa Rakotomalala Lantosoa, notronin’ny Talen’ny

kabinetran’ny kaominina Antananarivo Renivohitra sy ny filoha nasionalin’ny RNDC, Rakotorova Rabetsara Lita na Ralita Be, no nitarika ny lanonam-panokafana ny Tranon’ny Mpanjifa “Maison des Consommateurs”, miorina etsy Mahamasina, tamin’ny zoma 22 novambra 2019. Avy amin’ny fanomezana natolotry ny fianakaviana Ravelojaona Rambeloson 5 mianaka mpikambana RNDC monina any dilambato no nenti-nanana an’ity trano ity izay misy rihana 3 handraisana ny fitarainan’ny olona mikasika ny olan’ny fanjifana eto Madagasikara sady ho “Gîte d’étape” handraisana an’ireo fikambanana mpanjifa avy any amin’ny Faritra sy avy any ivelan’i Madagasikara. Izy ity ihany koa, hoy Atoa Rabetsara Lita, dia natao ho tetezamita mankany amin’ny tokony hisian’ny minisiteran’ny fanjifana mitokana eto amintsika. Taorian’ny nahalany teny amin’ny Antenimieram-pirenena Malagasy ny lalàna 2015-014 hiaro ny mpajifa tamin’ny 2015 izay mbola miandry didy fampiharana hatramin’izao dia ity no dingana lehibe faharoa vitan’ny RNDC hatramin’ny nitsanganany tamin’ny taona 1998 “mbola naha Rasta ahy”, hoy hatrany Rabetsara Lita, “nefa izaho izao efa sola sy fotsy volombava”. Dingana manaraka ny hananganana  Tranon’ny Mpanjifa isaky ny Faritra sy isam-paritany ary ny hanatontosana ny Kongresim-paritry ny mpanjifa eto amintsika.

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

CORPS DE PROTECTION CIVILE16 taona namonjena ain’olona

Efa hofanina amin’ny famonjena ain’olona ihany koa ankehitriny ny miaramila.

 

 

 Lohalaharana amin’izany ny fanampiana ireo latsaka an-drano, ny fanavotana ireo tototry ny vatobe na trano nihotsaka toy ny nitranga teny Ampamarinana, ny hain-trano goavana…. Nivoitra ireo nandritra ny fankalazana ny faha-16 taona nijoroan’ny “Corps de protection civile” eny Ivato teto amintsika ny sabotsy lasa teo. Fantatra tamin’izany fa anjaran’ity CPC ity ny miandraikitra ny vonjy voina any amin’ny sehatra rezionaly raha an’ny sampana mpamonjy voina kosa ny eto Antananarivo sy ny manodidina. Na izany aza mifamatotra ny roa tonta ary samy manana tanjona hanavotra ny ain’olona sy ny fananany. Narahina fampisehoana ny traikefa efa hananan’ireo miaramila izany. Tsiahivina moa fa olona an-jatony no efa nahazo tombontsoa tamin’ny fijoroan’ity CPC ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

RADO RAMPARAOELINAEfa azo antoka ny vato 85 %

Efa azo antoka ny isam-bato 85 % ho an’ny kandida Rado Ramparaoelina, mpifaninana ho Ben’ny tanàna ao anatin’ny kaominina Ampitatafika.

Afa-po tamin’ny ezaka nataony izy sy ireo mpanara-dia azy tao anatin’izay tapa-bolana niatrehany ny fampielezan-kevitra izay ary efa voarainy any am-pelatanany avokoa ireo maharary ny vahoaka. Anisan’izany ny asa fanamboaran-dalana, ny fanatsarana ny sehatry ny fanabeazana, ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana. Voatetin’ity kandida iray ity avokoa ireo fokontany 13 mandrafitra ny kaominina iadidiany raha vao nampahafantarina ny faran’ny herinandro teo ny fitantanana mangarahara tamin’ny zava-bitany izay nahazoany salan’isa 64 %, fanaraha-maso takian’ny vondrona Eoropeanina.Toy ny tamin’ny fanokafana ny fampielezan-kevitra dia fotoam-pivavahana nentina nanomezam-boninahitra an’Andriamanitra ihany koa no namaranany ny fampielezan-keviny omaly alahady teny amin’ny tanimenabe Ampitatafika na ilay antsoina hoe : faradoboka, nafanaina mpanakanto malaza maro toa an’i Kougar. Mikasika ilay tany nohajarian’ny fokonolona 100 taona ao Erana zozoro navadika ho an-tsokosoko tana-masoandro moa ny anarany ankehitriny dia nambaran’ity Ben’ny tanàna ity fa tany an-damosin’ny kaominina avokoa no nikarakarana izany taratasy rehetra izany.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanondranana makambaNahatratra 9.287 taonina ny taona 2019

Sehatra anisan’ny mampidi-bola anatin’ny kitapom-bolam-panjakana ny lalam-pihariana makamba.

 

 

 Hikatona ny fanjonoana manomboka ny 1 desambra ho avy izao araka ny didim-panjakana nivoaka tamin’ny 14 novambra lasa teo. Voakasik’izany avokoa ireo orinasa lehibe na ireo mpanjono madinika. Ireo orinasa na mpanangom-bokatra kosa dia tsy maintsy manao ny fanambarana mahakasika ny tahiriny ny 30 novambra hatramin’ny 18 desambra ho avy izao . Raha 10.000 taonina ny makamba azon’i Madagasikara folo taona lasa dia nihena ¼ izany noho ny fiovaovan’ny toetr’andro. Na izany aza dia nihatsara ny vokatra makamba tanatin’ny 2 taona farany ary niakatra ny tahan’ny fanondranana tamin’ity taona ity. Raha  8.666 taonina no naondrana tamin’ny taona 2016 dia tafakatra 9.287 taonina kosa izany tamin’ity taona 2019. Nampidi-bola hatrany amin’ny 500 miliara Ariary tamin’ny kitapom-bolam-panjakana ny sehatra jono tary ny 200 miliara amin’izany dia avy amin’ny makamba avokoa.

 

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanànan`AnkaramalazaNisitraka fanampiana ireo traboina

Taorian`ny fahamaizana nitranga tao amin’ny tanànan’Ankaramalaza,

Tia Tanindranaza0 partages

Tahina RazafinjoelinaHanampy ny kandidà Gasy rehefa lany

Ny sabotsy teo no faradoboka niarahan’ny kandidà Gasy N°3 ao anaty bileta tokana, niarahana tamin’ny vahoakan’Andoharanofotsy.

Tia Tanindranaza0 partages

Augustin AndriamananoroNijoboka sy tsy nahafehy tena…

Mila olona afaka miara-miasa amiko aho amin’ny fampandrosoana, hoy ny filoham-pirenena Andry Rajoelina nandritra ny fitokanana ny kianja ao Barikadimy omaly.

Fiteny sy firesaka izay maneho sy mitarika an-kolaka ny olom-pirenena hifidy ny kandidan’ny IRK amin’ny alarobia ho avy izao. Toa efa milaza izany ny filoha fa hanao ankilabao ny tanàna sy ny ben’ny tsy avy amin’ny antokony. Fa angaha tsy filohan’ny Malagasy rehetra ny tenany ? Angaha tsy voararan’ny lalàna ny fitokanana fotodrafitrasa amin’izao vanim-potoanan’ny fampielezan-kevitra izao ? Ny kandidan’ny IRK ao Toamasina dia i Nantenaina mihitsy no niaraka tamin’ny filoha nandritra io. Tsy voahaja intsony ny tsy fitanilan’ny fitantanana ny raharaham-panjakana. Ny governoran’Analamanga nitarika ireo kandida teny Ivato sy Ambohidratrimo hiara-kametraka vato fototra fanombohan’asa. Ny Tale jeneralin’ny tetikasan’ny filoham-pirenena Atoa Augustin Andriamananoro dia manao doka manokana ho an’ny kandida Naina Andriantsitohaina, ary nisy mihitsy aza ny fanaparitahana izany tao amin’ny kaonty facebook-n’ny DGPP (Direction Générale En Charge Des Projets Présidentiels), izany hoe pejy momba ny fitantanan-draharaham-panjakana io, ary tompon’andraikitra ara-panjakana izy, raha tsy hoboriboriana amin’ny hoe toerana politika no tazoniny. Nofafana haingana izany avy eo, saingy efa azo tamin’ny alalan’ny “capture” nataon’ny mpikirakira facebook. Mbola nisolotena kandida tamina fandaharana tamin’ny fahitalavitra koa ny tenany. Fanjakana tan-dalàna no eto sa efa fanjakan’i Baroa ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Safidin'AntananarivoHamaritra ny tohin’ny tantara…

Manana anjara toerana manokana amin'ny politika sy ny tantaram-pirenena foana ny ben'ny tanànan’Antananarivo Renivohitra. Sokajiana ho manana toerana goavana ara-politika izay ho lany eo.

 

Ny kandidan’ny TIM dia Rina Randriamasinoro sy ny kandidan’ny IRK Naina Andriantsitohaina no sokajiana ho “favoris” eto. Hamaritra ny ho tohin’ny tantara politika eto io fifidianana io, na ho an’ny MAPAR eo amin’ny fitondrana na ny TIM, izay manohitra. Hiezaka hatramin’ny farany hitazona an’Antananarivo ny TIM, izay raha ny ara-taratasy dia manana tombony lehibe satria raha ny tamin’ny fifidianana depiote teo, dia nanatombo 45 000 tamin’ny vato azon’ny IRD no azony, raha hatambatra. Izaho tsy handeha hampanofinofy anao, fa zavatra azo tanterahina no handeha hataontsika. Hitantsika ny fahantran’ny vahoaka tamin’ny alalan’ny “porte à porte” natao. Hitsangana ny rafitra hijery an’ireny ary hotohizana ny fidinana ifotony hahafaha-manatanteraka ny asa ho an’ny vahoaka, hoy izy nanoloana ireo vahoaka an’aliny. Manana fanantenana fa isika no ho lany. Hanatanteraka an-tsakany sy an-davany ny asa tokony hatao aho, ary mila hery sy tanjaka ny fampandrosoana an’Iarivo, hoy izy. Fantatro fa tiantsika Antananarivo ary tsy tiantsika havotsotra. Mampitandrina amin’ny hala-bato fa tsy hisangy izahay, ary samy nosoran-dreniny menaka ka tsy misy matahotra izany eo, hoy i Rina Randriamasinoro. Vitantsika ny manarina satria isika manana programa feno sy matotra, ary manana ekipa matanjaka, hoy i Naina Andriantsitohaina omaly nandritra ny fihaonany tamin’ny mpanohana azy tetsy amin’ny Lapan’ny kolontsaina Mahamasina. Ataon’Antananarivo inona programa tsotra ? Hitondra fandrosoana tsy miangatra isika, ary izay no nahatonga anay nitety fokontany nandritra ny roa volana, hoy izy. Kandida iray ihany no afaka mifanaraka amin’ny fanjakana, dia izaho ihany. Ilaintsika haverina ny jiro, ny biraon’ny mpitandro ny filaminana ary mila ny mpitondra isika amin’izany. Na an-kolaka aza dia nanenjika mafy an’i Marc Ravalomanana noho ny fanohanana an’i Rina Randriamasinoro ny kandida Naina.  Hafana ity raharaha ity !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

STADIUM BARIKADIMY TOAMASINANosantarin’ny Ajesaia ny fandresena

Taorian’ny lanonana fitokanana ny Stadium na kianja manara-penitra ao Barikadimy Toamasina notarihan’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina, omaly alahady 24 novambra 2019,

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara raitra lasa resabeAn’olon-kafa sa an’ny Filoha ?

Niteraka resabe tany anaty tambajotran-tserasera ny fiara raitra dia raitra marika Range Rover nitondra ny filoham-pirenena tany Toamasina ny faran’ny herinandro teo.

 

 

Nisy marika manokana « Filoha » sy misy ny sainam-pirenena Malagasy ka nahatonga ny rehetra hilaza fa nahazo fiara vaovao indray izy. Naely ihany koa ny resaka avy eo fa tsy an’ny Filoha iny, fa an’olon-kafa nampiasaina fotsiny. Tsy nisy ny serasera ofisialy na fampitam-baovao avy amin’ny mpitondra, ka maro no tsy mino. Aiza tokoa moa no hahalalan’ny besinimaro fa misy olon-tsotra hampindrana fiara ny filoha? Mitentina 500 000 Euros (2 000 000 000Ar) eo ho eo ny vidiny amin’izy efa voarafitra ho tsy laitram-bala. Ny 19 janoary 2019 teny Mahamasina no niteraka resabe ilay fiara vita Amerikanina marika Cadillac Escalade tsy laitram-bala marika V8 amin’ilay hiaka farany, mety hahatratra 4 400 000 000Ar. Ny Cadillac dia sokajian’ny gazetiboky Forbes ho anisan’ireo fiara raitra sy lafo vidy indrindra eto ambonin’ny tany. Niampy iray raha azy tokoa ilay Range Rover, ary andrasana ny fanazavana matotra sy mafonja kokoa raha tsy azy. Ny Malagasy sahirana tanteraka etsy an-kilany. Ny delestazy mampahory tsy misy vahaolana, ny rano fisotro mampijaly sy lasa miloko mavo indraindray, ny vidim-piainana miha midangana,… Anisan’ny fitaovana nanonganana an’i Marc Ravalomanana tamin’ny 2009 ny fifidianana fiaramanidina Air Force One, kanefa tsy tahaka izao ny harinkarena sy ny faripiainan’ny Malagasy tamin’izany. Volan’ny filoham-pirenena manokana sa volam-bahoaka no hividianana an’ireny ? Manam-bola be ny fanjakana sy ny filoha mazava ho azy. Hihazakazahana anefa ny fitakian-ketra ary hiakatra be ny hetra takiana amina entana samihafa : labiera, ranom-boankazo, sigara, varim-bazaha, katsaka,… mba hampiditra volabe ao anaty kitapom-bolam-panjakana ho an’ny taona 2020. Hitohy izany ny fiakaran’ny ny vidim-piainana!

Toky R

 

 

Ino Vaovao0 partages

“NDAO HAMAKY BOKY-TNT” : Fandaharan’asan’ny Minisiteran’ny Serasera sy ny kolontsaina

Tafiditra tao anatin’ izany ny fampahafantarana ny tetikasa “Iray ihany isika”, fanombohana ny hetsika “ndao hamaky boky” ho an’ny Faritra Boeny rehetra ary ny fanazavana ny mahakasika ny fidiran’i Madagasikara eo amin’ny tontolo nomerika amin’ny fampiasana fahitalavitra na ny TNT. Teo amin’ny torapasik’i Mahajanga no natao ny hetsika “iray ihany isika.” Nampahafantarina tamin’ ny alalan’ny horonan-tsary teto ny hetsika “iray ihany isika.”  Ankoatra ny dihy mirindra niraisana, nisy koa ny kabary nifandimbiasana narahina diabe namakivaky ny tanàna. Nandray anjara tamin’izany ny fikambanana maro, ny sekoly, ny sampan-draharaham-panjakana. Niainga teo amin’ny Lapan’ny tanàna ny diabe natao ary nifarana teny amin’ny “torapasik’i Mahajanga. Nivoitra nandritra ny hetsika fa hery sy fanoitra ho an’ny fampandrosoana ny fahasamihafana satria "Iray ihany isika Malagasy".

‘Ndao hamaky boky…

Hetsika ao anaty fandaharan’asan’ny minisitera koa ny “’ndao hamaky boky.” Mizara telo miavaka tsara ity hetsika ity  : Eo ny, «  ‘Ndao hamaky boky an-tsekoly  » : entina hampahafantarana ny tranom-boky eo anivon’ny minisitera, fametrahana ny atao hoe «  malle tournante  » ary fanomezana fampiofanana ny mpitantana ny tranom-boky an-tsekoly mahakasika ny fitantanana sy fanentanana ny tranom-boky. Eo koa ny fanomezana sehatra malalaka ny tanora, toy ny fametrahana toeram-pamakiana boky ankalamanjana, ny fametrahana toeram-pivarotam-boky manakaiky ny olona ary ny fikarakarana hetsika manodidina ny boky eny an-kalamanjana. Navoitran’ny minisitera nandritra ny hetsika koa ny fampiroboroboana ny vaky boky anaty biraom-panjakana. Hisy koa ny fametrahana ivon-toerana momba ny angom-baovao sy ny fampahalalam-baovao eny anivon’ny andrim-panjakana rehetra sy  fametrahana ny mangarahara amin’ny fitantanana ny raharaham-panjakana. Nanohizan’ny minisitera ny hetsika ny aty Mahajanga noho ny fahitana fa manana tombony manokana ity Faritra ity. Ho fanampiana ny kilonga mpianatra ao amin’ny EPP Mahabibo, niroso tamin’ny fanampiana boky ho an’ny sekoly ny minisitera. Boky natao manokana hisarihana ny mpianatra hitia izany vaky boky izany mba ho fanolokoloana ny sain’izy ireo. Miisa 400 ireo boky ireo ary azon’ny   sekoly rehetra ao Mahajanga ampiasaina ihany koa.

TNT…

Nitondra fanazavana momba ny «  Télévision Numérique Terrestre  » (TNT) tao amin’ny lapan’ny tanàna nandritra ny fandalovany tany Mahajanga  koa ny  Minisitry ny Serasera sy kolontsaina, Lalatiana Andriantongarivo. Nambarany  tamin’izany fa fanamby napetraky ny fitondram-pankakana ankehitriny amin’ny alalan’ny minisitera izay tantaniny ny fitsimbadihan’i Madagasikara ho amin’ny TNT, ny volana  jona 2020.  Maro  ny tombony  azon’ny haino aman-jery misafidy hiditra ao anatin’ny rafitra vaovao io, hoy ny Minisitra. Ilaina nefa ny fanazavana azy io mba ho fantatry ny besinimaro. Ankoatra izay, nijery ny fizotran’ny asa fanorenana ny Tranoben’ny serasera sy kolontsaina  izay ezahina  vitaina amin’ny volana jona 2020 koa ny minisitra nandritra ity diany ity.

Ny.

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA KAOMINALY : Nomena fiofanana ireo hikirakira ny voka-pifidianana ofisialy

Ny Fitsarana avo momba ny Lalàm-panorenana no nanofana azy ireo mba tsy hisy lesoka na tsy fahatomombanana ny fandraisan-tanana ny fikirakirana ny fifidianana ben’ny tanàna sy mpanolo-tsaina. Ho an’ireo fifidianana roa efa tanteraka teo aloha, ny fifidianana Filoham-pirenena sy ny fifidianana solombavambahoaka dia ny Hcc niaraka tamin’ny Céni no misahana ny fampandehanana ny fifidianana hatrany amin’ny famoahana ny vokatra ofisialy.

Miavaka tsy tahaka izany kosa ny fifidianana ben’ny tanàna izay fifidianana eny ifotony ka ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana no mandray an-tanana izany. Efa nisy ny fiofanana nomena ny tompon’andraikitra tamin’ny andiany voalohany. Fiofanana nanomezana toromarika azy ireo amin’ny fomba hiatrehana an’ireo fifanolanana mety hitranga mandritra ny fifidianana. Tamin’ity andiany faharoa ity kosa dia ny lafiny ara-teknika indray no nomena azy ireo. Ny Fitsarana avo momba ny Lalàm-panorenana hatrany no nampiofana nandritra ny roa andro, izay nifarana ny sabotsy lasa teo.

Ity farany izay efa manana traikefa feno amin’ny famoahana voka-pifidianana ofisialy sy ny fikirakirana ny rindram-baiko samihafa. Nanampy tamin’ny fanohanana nahafahana nanatanteraka izany kosa ny vondron’ny mpamatsy vola ao anatin’ilay tetikasa “sacem”. Ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana raha tsiahivina  no hamoaka ny voka-pifidianana ofisialy amin’ny fifidianana ben’ny tanàna sy mpanolotsaina kaominaly. 

Manoloana izany dia nomena fiofanana ihany koa ny  filohan’ny Fitsarana tsirairay miaraka amin’ny teknisianina ara-informatika  amin’ireo Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana miisa enina eto Madagasikara. Tanjona amin’ny fampiofanana ny hisian’ny fifidianana mangarahara ary ho eken’ny rehetra ny vokatra ofisialy mivoaka.  Ankoatra izay dia efa tonga eny am-pelatanan’izy ireo ihany koa ny fitaovana ara-informatika hampiasaina mandritra ny fifidianana toy ny solosaina sy ny pitsopotsiny rehetra mifanaraka aminy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FARADOBOKA : Resy lahatra amin’ny kandida Naina Andriantsitohaina ny vahoakan’Iarivo

Hita soritra nandritra ity faradoboka nakotrokotroka ity sahady ny fandresen’ny Kandidan’ny volom-boasary eto Antananarivo renivohitra. Mbola nanamafy ity kandida ity fa vonona tanteraka izy hamerina ny hasin’ny tanànan’Antananarivo. “Mila ben’ ny tanàna mahay mampiray sy mahay mampivondrona isika. Ben’ny tanàna tsy mpanavakavaka fa mahay miara-miasa amin’ny rehetra. Antananarivo dia tanàna iraisana ary renivohitr’i Madagasikara ka tsy maintsy arenina amin’ny fomba rehetra”, hoy ny nambarany.

Novelabelariny nandritra ny fandraisam-pitenenany ireo veliran’Iarivo miisa 8 enti-manarina indray an’ Antananarivo. Novakiany bantsilana koa ny endrika kolikoly sy kitranoantrano nataon’ny mpitantana teo aloha. Nambarany fa an-jatony ny mpiasan’ny kaominina amoaham-bola isam-bolana nefa tsy misy asa vanona akory. Tsy mandeha araka ny tokony ho izy ny volan’ny kaominina araka izany satria lany amin’ny tsy amin’antony. Nanteriny koa fa tsy maintsy hofoanana ny fifanarahana tamin’ny “Easy Park”. Averina eo ambany fiahian’ny Kaominina koa ny SAMVA izay notsoahin’Ingahy Ravalomanana tao nandritra ny fotoana nitantanan’i Andry Rajoelina ny kaominina. Nanipika koa ny kandida laharana faha4 fa mila ovaina ny fomba fitantanana ny kaominina rahatrizay ka tonga eo amin’ny toerana izy. Niharihary tahaka ny vay an-kandrina ary niaraha-nahalala ny gaboraraka nataon’ny ekipan-dRavalomanana nandritra izay efatra taona izay. Tsy ny ben’ny tanàna no tena nitantana ny tanàna fa ny vadiny ka tsy mahagaga raha latsaka tany anaty hantsana ny tanàna, hoy ny Kandida laharana faha4. 

Fantatra koa fa tsy mbola voafaritry ny ben’ny tanàna ankehitriny, ramatoa Lalao Ravalomanana hatramin’izao ny tetibolan’ny kaominina hiasana amin’ny taona manaraka.   “Manana fandaharan’asa feno hanarenana an’Antananarivo isika, tsy maintsy averina amin’ny laoniny ny tanàna. Hanangana fotodrafitrasa maro isika, fotodrafitrasa manara-penitra fa tsy fotodrafitrasa kitoatoa. Firaisan-kina no ilaintsika, aza misalasala mifidy ny kandida laharana faha4 sy ny mpanolo-tsaina miaraka aminy”, hoy hatrany ny kandida Naina Andriantsitohaina.

Ny.

Ino Vaovao0 partages

KOMITY MOZILIMANA ANTSIRANANA : Manohana ny kandida Miradji Velo

Araka ny fantatra dia manohana ny kandida Miradji Velo, laharana fahatelo, izay natolotry ny vovonana miaraka amin’i Andry Rajoelina ny komity mozilimana aty Antsiranana. Araka izany dia nanao hetsika ireto farany ny sabotsy 23 novambra teo. Izany dia niarahana tamin’ny vehivavy mpanao «  wadraha  » taty an-toerana. Natao izany hetsika izany mba ho fanohanana ny Kandida Mradji Velo laharana fahatelo sy ny mpanolotsaina izay tarihin-dRamatoa  Velo  Cathy, laharana voalohany.

Nilaza ny avy amin’ny komity mozilimana aty Antsiranana fa ny kandida izay  natolotry ny vovonana Isika Rehetra Miaraka amin’i Andry Rajoelina ihany no azo antoka fa hitondra fampandrosoana haingana sy maharitra aty Antsiranana. Araka izany dia nanentana ny rehetra mba hifidy ny kandida laharana faha3 Miradji Velo sy ny mpanolo-tsaina laharana 01 Velo Cathy, amin’ny alarobia 27 Novambra, ny avy amin’ny komity mozilimana aty Antsiranana, fa izy ireo miaraka amin’ny fanjakana ankehitriny no hamaha ny olana rehetra.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FITAKIANA IREO NOSY MALAGASY : Hisy fakan-kevitra lehibe hataon’ny Fanjakana

Efa nisy ny dinika savaranonando niarahan’ny  delegasionina malagasy, izay notarihin’ny Praiminisitra Ntsay Christian tamin’ny delegasionina Frantsay. Na mbola tsy nisy aza ny hevitra mivaingana azo noraisina dia efa dingana lehibe sy goavana mankany amin’ny fahazoana ireo Nosy malagasy no vita. Tsy ho adidin’ny fitondram-panjakana irery ihany anefa, na adidin’ny delegasionina mandray anjara amin’ilay dinika fa ny vahoaka Malagasy iray manontolo mihitsy no tokony hiara-hientana amin’ny fitakiana ny hahazoana an’ireo Nosy kely ireo.

Manoloana izany indrindra dia hisy ny fakan-kevitra lehibe karakarain’ny fitondram-panjakana foibe. Fakan-kevitra miompana indrindra amin’ireo Nosy malagasy izay giazan’ny Frantsay efa an-taonany maro. Ao anatin’io fakan-kevitra io no hiantsoana ny rehetra izay manana hevitra na manana fahalalana mikasika an’ireo Nosy miisa dimy mandrafitra ny “Iles Eparses”. Izany dia tafiditra ao anatin’ny dingana harahina mba hahazoan’i Madagasikara ny fitantanana an’ireo nosy kely ireo. Hiantsoana ihany koa ny fifanampiana sy ny fanehoan-kevitry ny tsirairay. Raha tsiahivina dia efa nisy ny fanambarana nataon’ny firenena mikambana izay nilaza fa an’ny Malagasy madiodio ireo nosy kely ireo, tamin’ny taona 1979.

Taorian’io, nangina tanteraka ny fitakiana ary tsy nisy sahy nijoro nitaky intsony ireo mpitondra nifandimby teo aloha. Ny Filoha Andry Rajoelina, efa taty amin’ny Repoblika fahaefatra no sahy nitaky izany raha nihaona mivantana tamin’ny Filoha Frantsay, ny volana mey lasa teo. Ho tohin’io nantsagana ny Kaomisionina iombonan’ny Malagasy sy Frantsay izay niara-nivory teny amin’ny lapan’Andafiavaratra ny herinandro lasa teo. Nijanona teo amin’ny fizirizirin’ny andaniny sy ankilany amin’ny fiandrianam-pirenena izay ananany ny dinika. Voalaza fa hitohy any Parisy amin’ny fotoana mbola tsy fantatra indray ity fifampidinihana ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

“WEDNESDAY MORNING GROUP” : Fahombiazana ny hetsika Bazar de Noel hanampiana ireo mpiara-belona

Teo ambany fiahian’ny vadin’ny Filoham-pirenena, Ramatoa Mialy Rajoelina moa ity hetsika ity ary natao hanampiana sy hanasoavana ny mpiara-belona amin’ny alalan’ny fanaovana asa sosialy. Niavaka tanteraka ity andiany faha56 ity satria niroborobo sy nomena sehatra nandritra ny hetsika ny asa tanana vita malagasy. Ankoatra ireo teto an-toerana anefa dia nomena sehatra sy nandray anjara tamin’ny hetsika koa ny orinasa avy any ivelany.

Araka ny fanazavana, entina hanaovana asa sosialy ny vola azo mandritra ny hetsika ka fananganana sekoly any Betsizaraina no hatao. Tsy hionona fotsiny amin’ny fanolorana sekoly nefa ny WMG fa hamatsy fitaovana ny mpianatra handrato fianarana amin’izany sekoly izany koa hanamaivanana ny vesatry ny ray aman-dreny.

 Teny filamatra noraisina nandritra izao WMG izao rahateo ny hoe  : “Fitiavana sy fifampizarana.” Tsiahivina fa mifantoka amin’ny sehatra telo lehibe ny asan’ny WMG, tafiditra ao anatin’izany ny fanatsarana ny fahasalamam-bahoaka, fampiroboroboana ny fanabeazana ary ny fiarovana ny tontolo iainana.

Ny

Ino Vaovao0 partages

FAHAMAZAINA TAO ANKARAMALAZA : Nanampy ireo tra-boina ny fitondrana foibe

Ny sabotsy lasa teo no tonga tany an-toerana ny Praiminisitra Ntsay Christian, iraky ny Filoham-pirenena niaraka tamin’ny delegasionina notarihiny. Nifanatri-tava tamin’ny fianakaviana niharan-doza izy ireo, nampahery azy ireo manoloana ny loza nitranga ary nitondra fanampiana ho azy ireo ihany. Vary, tafo fanitso,  trano lay, kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro, ireo no natolotry ny fanjakana foibe ho azy ireo, izay naterin’ny Praiminisitra tany an-toerana. Noporofoin’ny fitondram-panjakana fa tsy irery intsony ny vahoaka fa manana mpitondra afaka hiahy azy ireo raha sendra misy ny patsa iray tsy omby vava tahaka izao. Miampy ireo efa tonga tany an-toerana tamin’ io fotoana io dia fantatra fa ho avy tsy ho ela ny Kamiaon’ ny Bngrc izay hitondra ny fanampian’ny fanampiana ho azy ireo. 

Raha tsiahivina dia harivan’ny zoma lasa teo, tokony ho tamin’ny 4 ora no niseho ny loza tao Ankaramalaza. Afo nolalaovin’ ny ankizy no niandohan’ny fahamaizana. Nifanandrify indrindra tamin’ny fanaovan’ny mponina raharaha any an-tsaha io ora io ka saika tsy nisy tao an-tanàna ny olon-dehibe. Nanampy trotraka izany ihany koa ny fitsoky ny rivotra ka nanamarona ny fihanaky ny afo. Tao anatin’ny minitra vitsy monja dia trano 127 no hotohoto tsy nisy noraisina izay namela tra-boina maherin’ny 300 isa. Tsy nisy noraisina ny entana tao an-trano. 

Soa kosa anefa fa tsy nisy ny aina nafoy fa lehilahy iray teo an-tanàna no naratra nandritra ny fifanjevoana tao anatin’ny famonoana ny afo. Nankasitraka feno an’izao fihetsiky ny fanjakana izao ireo tra-boina satria tsy mba nihainohaino izy ireo fa tao anatin’ny iray andro monja nisehoan’ny loza dia efa tonga ny tolo-tanana sy fanampiana

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

LALAM-PIRENENA FAHA-44 : Mizotra araka ny tokony ho izy ny fanatanterahana ny asa

Fantatra fa efa tonga ao Ambatondrazaka amin’izao fotoana izao ny orinasa hanamboatra ity lalana ity. Tsy niandry ela fa avy hatrany dia nanomboka ny asa izy ireo taorian’ny fametrahana ny foibeny tao Morarano Gara ao Moramanga. Tsiahivina fa ny orinasa CGC, orinasa manana ny maha izy azy avy any Sina no hiantoka manontolo ny fanamboarana azy ity. 

Nisy ny fihaonana teo amin’ny governoran’ny Faritra Alaotra Mangoro sy ny lehiben’ny orinasa izay hanatanteraka ny asa. Nivoitra nandritra ny fihaonan’ny roa tonta ny tsy maintsy hanajana ny lalana mahakasika ny kalitao sy ny fenitra takiana amin’ny fanamboaran-dalana.

Mizara telo mazava tsara ny fanamboarana ity lalana ity raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra. Eo ny fanaovana ny fampitovian-tantana ny lalana sy fanalehibeazana azy, arahin’ny fandrakofana vato kely ary farany ny fandrakofana tara. Velom-pisaorana ny fitondram-panjakana ny mponina any an-toerana satria tsy mba nisy nijery izany nandritra ny taona maro fa nataon’ny sasany fanaovana fampielezan-kevitra fotsiny ihany. Rehefa lany anefa izy ireo dia mihantona eo ny lalana fa tsy namboarina akory. 

Efa velirano nataon’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina ny fanamboarana azy ity ka tsy maintsy vitaina, hoy ny Minisitry ny Fanajariana ny tany raha nitsidika tany an-toerana herinandro vitsy lasa izay. Araka ny fantatra, haharitra 18 volana ny asa. Atao tara avokoa ny lalana rehetra amin’izao fanavaozana azy izao raha toa ka tsy nisy afa-tsy rarivato sy lalan-tany izany teo aloha. Ny lalana mampitohy an’i Vohidiala sy Marovoay kosa dia hanomboka ny taona 2020.

N.A

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA BEANDRAREZINA : Efa manomboka ny fanamboarana ny EPP manara-penitra

Tamin’ny volana oktobra lasa teo no napetraka tamin’ny fomba ofisialy ny vato fototra fananganana izany. Ahitana efitra 12 ity EPP vao haorina ity, misy rihana, birao ho an’ny mpampianatra, trano famakiam-boky ary kianja filalaovam-baolina sy toeram-pialam-boly.

Nidina tany an-toerana Ramatoa minisitra tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo. Notsipihiny nandritra izany fa zon’ny ankizy ny mianatra ary anjaran’ny minisitera sy ny ray aman-dreny ny fampidirana ny zaza an-tsekoly.  Misitraka ny fahazoana fitaovam-pianarana avy amin’ny fitondram-panjakana koa ny mpianatra ao amin’ity kaominina ity. Mbola nanentana ny ray aman-dreny handefa ny zanany any an-tsekoly koa ny Minisitra ary nanamafy fa ny fampianarana no lalan-tokana hivoahana amin’ny fahantrana ka ampirisihina ny mpianatra hilofo amin’izany.

Ny.

La Vérité0 partages

CAF Awards 2019 - Madagascar en lice pour trois titres

Il y a un an si quelqu’un avait prédit cela, sérieusement on aurait rigolé. Mais maintenant, les Barea de Madagascar continuent de faire rêver tout un peuple. Ils ont su faire taire les mauvaises langues. L’équipe nationale malagasy de football est en lice pour trois titres pour les CAF Awards de cette année. Dimanche dernier, la Confédération africaine de football (CAF) a dévoilé une liste des nominés pour les trophées. Et Madagascar compte parmi les 5 meilleures sélections d’Afrique qui seront recomposées le 7 janvier à Hurghada Egypte, durant la cérémonie CAF Awards. Parmi les meilleures  sélections masculines figurent logiquement l’équipe tenante du titre de la CAN 2019, l’Algérie, le finaliste Sénégal, les demi-finalistes : Nigeria et Tunisie.

Et bien évidemment la surprise Madagascar. L’année dernière, ce titre a été décerné à une autre révélation du football africain, il s’agit de la Mauritanie. Cette année-là, la chance n’a pas souri à la Grande île. Mais cette fois-ci, les hommes de Nicolas Dupuis ont plus de chance de le remporter, vu son statut dans l’arène du football continental. Etant quart-de- finaliste lors de la CAN 2019, Madagascar a fini premier du groupe K devant l’Ethiopie, la Côte d’Ivoire et le Niger et ce, à l’issue de la deuxième  journée des éliminatoires de la CAN 2021. Mais par rapport aux autres pays en lice, seul Madagascar a réussi à marquer 5 buts de différence. Dans la foulée, Madagascar est également en compétition pour les autres trophées entre autres, celui du meilleur entraîneur avec Nicolas Dupuis et Carolus Andrea pour celui de meilleur joueur.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Lutte contre les violences faites aux femmes - Le premier centre spécialisé à Mahamasina

« Oui à la bienveillance ! Non à la violence ! ». Mialy Rajoelina, Première dame de Madagascar et non moins ambassadrice du Fonds des Nations unies pour la Population (FNUAP) dans la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) et le mariage précoce, n’a pas manqué de célébrer l’« Orange day », hier. Il s’agit du premier jour de mobilisation en marge de la Journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes, célébrée le 25 novembre. Pour Madagascar, la journée d’hier s’est démarquée par l’inauguration du premier centre spécialisé dans la prise en charge des victimes de VBG, outre les multiples interventions y afférentes.Implanté à Mahamasina, en face du portail du parking du Palais des Sports et de la Culture. Le premier centre spécialisé fournira des services de prise en charge intégrée aux survivants des VBG. « Ouverte au grand public, ce centre spécialisé est mis en place pour renforcer la dénonciation et le signalement des cas de violences. Il offrira également le soutien et la prise en charge adéquats aux victimes », déclare Mialy Rajoelina, à la fois Première dame, présidente de l’association Fitia et ambassadrice du FNUAP dans la lutte contre les VBG. « Ce centre spécialisé dispose d’une salle d’écoute, d’un centre de formation socio-professionnelle, d’une salle de consultations médicales, de bureaux pour les avocats et la Brigade féminine de proximité (BFP), ainsi que d’une salle pour la prise en charge psycho-sociale des victimes », ajoute la Première dame, engagée dans cette lutte. Divers partenaires vont se donner la main pour assurer les multiples interventions auprès du centre. 8 associations et ONG, qui ont exprimé leur engagement hier au Petit Palais des Sports, en font partie. L’Ordre des avocats de Madagascar se chargera de l’accompagnement juridico-judiciaire pour les victimes de VBG, à en croire Charlotte Ramanase, membre du Conseil. Pour leur part, les éléments du BFP déployés au sein du centre s’occuperont de l’accueil, de l’écoute, de l’accompagnement et de l’orientation des victimes. Ces femmes policières pourront également lancer une convocation des auteurs pour un rappel au cadre de la loi, à travers les procédures d’administration, d’après l’inspecteur Fetrasoa Andriamanantsoa, adjointe auprès de la BFP Antananarivo.

Des réalisations concrètesZéro VBG d’ici 2030. « Madagascar a déjà enclenché la vitesse supérieure grâce aux actions de la Première dame, également ambassadrice dans la lutte contre les VBG, ainsi qu’avec l’implication du Président de la République et du Gouvernement actuel. Au niveau juridique, le pays pourra donner l’exemple à l’Afrique et au monde entier en étant l’un des pays à se doter d’une loi importante dans la lutte contre les VBG », affirme Constant Serge Bounda, représentant résident du FNUAP. « Avec l’instauration d’un cadre juridique ainsi que les activités de prévention et de répression, Madagascar pourrait atteindre l’un des objectifs fixé par le FNUAP dans le monde, avec plus de responsabilité et d’engagement à la fois individuel et collectif. Nous avons 12 ans pour y parvenir », ajoute ce responsable. La mise en place du centre spécialisé fait partie de la célébration des 16 jours d’activisme à travers des réalisations concrètes. « Ce centre intégré pourra accueillir les victimes et survivants de violences, lesquels pourront jouir d’un service juridique, de la protection de la Police, de la prise en charge médicale et tout ce qui concerne leur réinsertion socio-professionnelle à travers les formations », résume le représentant résident de l’UNFPA. Aussi, l’opérationnalisation des numéros verts 813 et 147 a été renforcée. Rappelons qu’une femme sur 3 est victime de VBG à Madagascar, d’où les multiples interventions pour remédier à ce fléau. La Première dame s’est beaucoup impliquée pour y parvenir durant ces 7 mois en tant qu’ambassadrice de lutte, en collaboration avec divers partenaires publics et privés…Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Obtention d’un prêt - Le secteur informel bientôt inclus

Donner la chance à tout le monde en matière d’obtention d’un prêt. La Banque centrale de Madagascar (BCM) travaille actuellement avec une société italienne nommée CRIF. Elles collaborent ensemble dans la mise en place du Bureau d’information de crédit (BIC). Henri Rabarijohn, le gouverneur fraîchement nommé, a détaillé de long en large cette nouvelle plateforme, hier, à Antaninarenina. D’un côté, l‘existence de ce système d’information facilite le travail des banques et des microfinances puisque ces derniers possèdent des données plus élaborées sur la solvabilité de leurs clients. D’un autre côté, les personnes non bancarisées peuvent obtenir du crédit même si elles travaillent dans le secteur informel. « 90% des personnes œuvrent dans le secteur informel. Dans un pays comme Madagascar où le taux de bancarisation reste très faible, nous allons aider les personnes hors radars des institutions financières  à obtenir du prêt.  Et ce, en regroupant toutes les données les concernant dans plusieurs domaines notamment leur habitude de paiement dans les autres entités comme la JIRAMA, le secteur de la télécommunication et les grands manufacturiers. Ces données servent ensuite à estimer leur capacité de remboursement. Nous évaluons par exemple les factures de la JIRAMA.

Si une personne paie ses factures pendant 36 mois, il y a une chance qu’elle s’acquitte de ses prêts. Le risque se trouve ainsi réduit pour les institutions financières », explique Oscar Madeddu, expert dans la société financière internationale (SFI) auprès de la Banque mondiale. En effet, la centrale de risque qui existe actuellement ne traite que des informations des clients des microfinances. Mais avec le crédit-bureau du BIC, toutes les informations sont inclues. Une fois enregistré dans leur base de données, les informations ressemblent aux renseignements d’un client d’une banque. Ces informations garantissent la solvabilité d’une personne. Pour cette fois, il ne s’agit pas d’une garantie matérielle mais plutôt de garantie de réputation afin de justifier la capacité de remboursement. Mais cela ne signifie pas pour autant que les emprunteurs obtiennent automatiquement des crédits, le dernier mot appartient toujours aux banques. Le BIC met simplement à la disposition des institutions financières les données. Pour l’instant, le Bureau coopère avec deux microfinances. Et cette nouvelle plateforme sera opérationnelle en janvier 2020. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Méditation !

Silence radio. Le rideau de la campagne électorale pour les scrutins des Communales et des Municipales est tombé. Après 21 jours d’intenses campagnes de sensibilisation et de mobilisation auprès des électeurs, les candidats et leurs états-majors se taisent. La loi leur interdit, à partir de lundi 25 novembre à minuit de s’exprimer ou d’inviter les concitoyens à jeter leur dévolu à leur endroit. Le silence radio total s’impose. Place à la méditation ! Le célèbre parolier chanteur Yvon Randrianjanakolona alias « Sareraka », spécialiste de la chanson du terroir, ensorcèle le petit peuple par ses airs « militantistes » dont entre autres « Méditation ». Ce fils des pays betsileo possède, en lui, le don particulier de galvaniser la lutte par ses paroles « vraies » et « simples » qui fustigent les réalités invivables de la vie quotidienne subies par le « vahoaka madinika ». Sareraka fut le moteur incontournable de la réussite de la Révolution de 2009. Le vazo miteny  « Méditation » version 2018 décrit de façon implacable les  énormités du régime HVM. Il invite le peuple à réfléchir sinon à méditer sur ses conditions d’existence. La loi organique relative au régime général des élections et référendum, votée à l’Assemblée nationale et promulguée par le Président de la République Hery Rajaonarimampianina le 11 mai 2018 définit, dans le Titre IV, le rôle de la CENI à toutes les opérations électorales et référendum sur toute l’étendue du territoire de la République Malagasy. A ce titre, elle organise de façon indépendante les élections à Madagasikara. Selon les dispositifs calendaires émis par la CENI relatifs aux scrutins  des Communales et Municipales du 27 novembre 2019, la campagne électorale s’achève le lundi 25 novembre à minuit.

De ce fait, au jour d’aujourd’hui, les tam-tam et les discours se taisent. Le silence total s’impose ! Avant la date fatidique du 27 novembre, c’est forcément le temps de la réflexion ou de la méditation. Mais, réfléchir à quoi ? Méditer sur quel sujet ? Le processus se fait à deux niveaux : au niveau du peuple (l’électorat) et niveau des états-majors politiques de chaque camp et celui des dirigeants du pays. Pour le peuple, en même temps qu’on vaque aux activités quotidiennes et journalières, parce qu’il faut bien se nourrir, on murit le choix déjà arrêté pour tel ou tel candidat. Une fois qu’on a pris la décision, on le maintient fermement. Pour les indécis, c’est le moment idéal  de définir, dans le calme et sans précipitation mais pas trop tard non plus, l’identité du candidat auquel on va élire demain.  Etant dit l’importance vitale des deux scrutins de ce mercredi 27 novembre, il ne faut jamais le prendre à la légère. Il s’agit d’une élection de proximité ainsi les résultats impactent directement sur la vie de la Cité et celle de chaque ménage. Dans tous les cas de figure, il ne faudrait nullement envisager de ne pas se présenter au bureau de vote pour effectuer son devoir de citoyen. Ce serait une démission tout court ! Une désertion au front, en plein champ de bataille. Pour les états-majors politiques, il est grand temps de s’offrir l’opportunité de « s’asseoir » un tant soit peu. Le repos d’un guerrier ! En attendant l’issue du vote, on médite.

La Vérité0 partages

Président de la FIFA - « Plus aucun match international à Mahamasina ! »

Et vlan ! Le coup de semonce sur le stade de Mahamasina vient d’être donné par le président de la FIFA, Gianni Infantino. « Le stade de Mahamasina ne respecte plus les normes internationales. Ainsi, il ne pourra plus accueillir dorénavant des rencontres officielles de la FIFA », révèle le président de la fédération sportive la plus puissante au monde, à l’issue de la visite de courtoisie effectuée auprès du Président de la République, Andry Rajoelina, hier au Palais d’Etat d’Iavoloha. Après les joueurs des Barea et le coach Dupuis qui ont tiré la sonnette d’alarme quant à l’urgence de réhabiliter le stade de Mahamasina, voilà que Gianni Infantino, lui, tire à boulets rouges. Accompagné par le président de la CAF, Ahmad, la secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura,  les légendes du football mondial, le Camerounais Samuel Eto ‘O, et le champion du monde français, Youri Djorkaeff, ainsi que le président de la fédération nationale, Arizaka Raoul Rabekoto, Gianni Infantino a fait part de cette décision au Président Rajoelina lors de l’audience qui a duré plus d’un tour d’horloge. « La FIFA est devenue très stricte sur ce sujet. Si les choses ne changent pas, il n’y aura pas de matchs de qualification des Barea au stade de Mahamasina pour la prochaine coupe du monde. C’est un peu dommage pour l’équipe nationale malagasy, devenue une grande formation en Afrique et qui a une réelle chance de se qualifier non seulement à la coupe d’Afrique de 2021 mais également à la coupe du monde en 2022. Madagascar est aujourd’hui un pays dynamique à l’image de son football », souligne le président de la FIFA qui, il y a quatre ans, était témoin de l’Etat désastreux de la pelouse de Mahamasina lors de la rencontre Madagascar- Sénégal (2-2). A l’époque, Gianni Infantino est venu pour faire campagne auprès d’Ahmad, président de la fédération nationale, pour l’élection à la présidence de la FIFA et c’est durant cette visite qu’il a fait connaissance avec Fatma Samoura, représentant résident du PNUD à Madagascar. Ahmad, le président de la CAF, a  confirmé face à la presse  les dires du président de la FIFA.

 « Tant que la pelouse de Mahamasina n’est pas réhabilitée, les Barea joueront ailleurs leur match retour aux éliminatoires de la Coupe du monde au mois de mars prochain. Nous savons tous pourtant l’union sacrée des malagasy, sans distinction d’origine ni de religion, autour de la sélection nationale. Maintenant, il est temps d’unir la voix de la population pour que cette réhabilitation du stade de Mahamasina soit effective. Le Président de la République affirme sa disponibilité à la réaliser même dès demain. Je vous exhorte, vous les journalistes, à faire pression à qui de droit », martèle l’ancien président de la fédération nationale qui en son temps prêchait dans le désert sur la situation du stade de Mahamasina. Et face à cette décision de la FIFA, il y a de forte chance pour que la CAF lui emboite le pas en interdisant également la tenue des rencontres africaines, compétitions interclubs ou des sélections nationales, au stade de  Mahamasina qui, lors du dernier match des Barea face à l’Ethiopie, a eu une mauvaise note des inspecteurs de la CAF.Gianni Infantino est revenu à la charge et a salué l’enthousiasme du Président de la République  pour le développement du sport et du football en particulier. En effet, Andry Rajoelina a fait savoir à ses hôtes le projet de construire 32 terrains ou stades dans tout Madagascar et dont le coup d’envoi vient d’être donné la semaine dernière par l’inauguration du stade Barikadimy à Toamasina. Pour le stade de Mahamasina, selon Gianni Infantino, le Président de la République a un très beau projet. « Le stade national est un symbole et une fierté de tout un peuple. Les dirigeants actuels ont la volonté d’investir sur ce stade de Mahamasina mais il y a toujours ces soucis bureaucratiques », reconnait le président de la FIFA qui, apparemment, était au courant du refus du camp d’en face à l’envie de l’autre de réhabiliter totalement le stade de Mahamasina. C’est désormais la course contre la montre…La Rédaction

La Vérité0 partages

Buildings à Ivato - Début des travaux avant la fin de l’année

Bel et bien d’actualité. C’est en résumé la réponse du Président de la République Andry Rajoelina à une question relative à la construction de buildings et de logements sociaux, hier au cours d’une émission spéciale diffusée sur les chaînes nationales et quelques stations privées de la Capitale. Le Chef de l’Etat s’exprimait, durant environ 75 minutes sous la houlette de journalistes de la TVM, de la TV plus Madagascar et de Viva Madagascar, sur les sujets d’actualité dans le pays. Une prestation intervient une dizaine de mois après son investiture. Parmi les promesses de campagne du Président de la République, la construction de buildings et les logements sociaux semble avoir été relégué au second plan, ces derniers temps. Selon le Président de la République, le sujet est plus que jamais d’actualité. Il affirme ainsi que les premiers buildings à Antananarivo vont sortir de terre à Ivato avant la fin de cette année. Des terrains appartenant à l’Etat de plus de 50 hectares, vendus de façon illégale auparavant, seront utilisés pour bâtir les 36 buildings qui verront le jour et dont la construction devrait durer une année seulement. Ces immeubles, destinés aux citoyens de plus de 35 ans, travaillant aussi bien dans le privé que dans le public, font partie d’un programme plus large de construction de 40 000 logements sociaux à Madagascar en cinq ans, rappelle le Chef de l’Etat. Ces immeubles seront construits en attendant les travaux de construction de la nouvelle Ville Tana Masoandro. Un projet retardé notamment à cause des agissements de certains politiques.

La première phase du projet devait être terminée en début du mois de janvier 2020 mais a été retardée par les contestations, regrette le Chef de l’Etat. La cité ministérielle à installer sur le site devrait être terminée en deux ans et demi tandis que le boulevard principal devrait l’être en un an et demi.  Face aux coupures d’électricité et difficultés d’approvisionnement en eau potable dans la Capitale notamment, le Président Rajoelina a également réagi. Il avance notamment des solutions. Pour Antananarivo en particulier, la capacité de production de Mandroseza sera augmentée de 40 000 m3 pour combler le gap entre la production actuelle et les besoins des abonnés. Des travaux ont débuté et seront terminés d’ici trois à quatre mois, stipule-t-il. Une usine de traitement d’eau sera installée pour offrir de l’eau potable aux Tananariviens. Dès le début de l’année prochaine, le projet Tana Water Free, qui aura une capacité de 30 000 m3, sera lancé sur les fonds propres de l’Etat en attendant l’Union européenne, lance-t-il. En outre, en ce qui concerne le problème d’électricité, des travaux d’urgence seront menés pour le résoudre  notamment causé par la vétusté des infrastructures. Un numéro vert sera installé pour permettre notamment à la JIRAMA d’être plus rapide dans ses interventions. Réagissant notamment au problème relatif au stade de Mahamasina, le Président de la République dispose d’un plan pour rénover cet écrin. Un stade de 40 000 places aux normes, dont la première phase devait être achevée avant le soixantième anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar, est notamment envisagé. A la polémique suite à sa présence lors de l’ouverture de l’entreprise KFC la semaine dernière, Andry Rajoelina estime que cela est un débat qui ne devrait même pas avoir lieu…La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

ESD : Sortie de la promotion « Sahy et Fiorenantsoa »

Les enseignants à l’ESD lors de la conférence de presse présentant cette première promotion.

C’est la pleine saison des mémoires et des soutenances, les étudiants sont dans tous leurs états pour présenter le fruit de leurs années de travail pour l’obtention des diplômes de fin d’études, afin de pouvoir intégrer le marché du travail avec les meilleures armes. Comme dans tous les instituts, la soixantaine d’étudiants de la promotion « Sahy et Fiorenantsoa », de l’Ecole Supérieure de Droit, qui a, par ailleurs, déménagé dans des locaux plus spacieux à Nanisana. L’ESD se prépare pour la sortie de sa première promotion qui se tiendra le 05 décembre prochain lors d’une cérémonie très officielle à l’espace ‘Yandy’ au By-Pass. Avec une méthode pédagogique interactive et propre à développer l’esprit critique, dispensée par des enseignants chevronnés et passionnés, qui sont prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes. Ces étudiants en Droit et en Science Politique rejoindront bientôt un secteur qui a fortement besoin de grandes ressources pour faire régner l’Etat de droit à Madagascar.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Golf- Ringer Score 2019 BNI : Hiridjee Djawad rafle la mise !

Hiridjee Djawad reste le golfeur à suivre

Le tournoi de golf dénommé Ringer Score de la BNI a rendu son verdict hier au Golf Club d’Andakana. Une réussite, une de plus pour cette banque qui a su mobiliser tous les golfeurs de toutes les générations.

Une belle bataille en fait où il a fallu le dernier jour pour partager les concurrents.

C’était le cas chez les hommes où Hiridjee Djawad a terminé en tête devant un Sylvain Rabetsaroana pourtant en tête durant l’aller, avant de céder au retour notamment aux quatre derniers trous.

Une fin de parcours où Hiridjee Djawad est resté imperturbable montrant ainsi qu’il a le potentiel pour réussir.

Douessy Mathéo auteur d’un égal au 13e trou se hissait à la troisième place.

Chez les dames, Riana Raveloson a encore dicté sa loi en prenant de la marge devant Hanitra Ratsimbazafy.

Noyon Monique ravissait la troisième place montrant qu’elle n’est pas prête de lâcher prise.

Chez les juniors, Tamby Rakotonjanahary s’est imposé de justesse face à Jonathan Ramarolahy.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Ambatofinandrahana : Dahalo roa mitam-basy, azo sambo-belona

Rehefa nahazo fanairana ny Kaomandin’ny Vondron-tobim-paritry ny Zandarimaria ao Ambatofinandrahana, fa misy andian-dahalo mitam-piadiana mikasa hanafika tokantrano iray ao amin’ny Fokontany Atsimontsena, an-tampon-tanànan’ Ambatofinandrahana, dia nidina ifotony avy hatrany hanao vonjy taitra niaraka tamin’ireo olom-peheziny ity Lehiben’ny zandary. Vao nahita ny mpitandro filaminana ireo jiolahy, dia nanao tifitra variraraka sady nanaotari-dositra nitsoaka, ka tsy tanteraka ny asa ratsin’izy ireo. Raikitra ny fanenjehana sy hazalambo taorian’izay, ka rehefa nampiasa tetika mahomby ny zandary, omaly maraina tokony ho tamin’ny iray ora, dia voasambotra tao an-tranony tao Ampisorohana Fokontany Andrahalana i Takotomanolo (papan’i Lijery) sy i Likoto, ary tra-tehaka niaraka tamin’ireto dahalo roa raindahiny azo sambo-belona ireto ihany koa ny basim-borona iray sy basy vita gasy iray nampiasain’ireo olon-dratsy niaraka tamin’ny bala « calibre 12 » sy « calibre 16 » ary lefona maro. Raha ny vaovao voaray hatrany, dia mbola mitohy hatramin’izao ny fikarohana an’ireo dahalo tsy mbola voasambotra miaraka amin’ny basy mahery vaika.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Cyclisme – Tour de Mada : Un parcours limité par l’état des routes !

C’est un fait. Indéniable comme quoi il faut une route en parfait état pour permettre à une compétition de cyclisme. Et quand on parle du Tour de Mada après une année de break, Francis Ducreux ne pouvait faire mieux que de choisir un ancien parcours axé sur trois grandes villes dont Mahajanga, Moramanga et Tana.

Mais c’est mieux que rien où il faut encore au patron de Sporpub faire preuve de tact pour motiver les coureurs malgaches à venir, un gage de la réussite de cet événement.

C’est parti pour le Tour de Mada cycliste 2019. Un rendez-vous qui a mis du temps à se dessiner tant les conditions ne sont pas encore réunies notamment sur l’état des routes où Francis Ducreux était confronté à un sérieux problème puisqu’il a fallu faire avec ce qu’on a. A cela s’ajoute la démission des cyclistes malgaches qui ont boycotté le dernier championnat de Madagascar pour protester contre les agissements de la fédération présidée par l’inamovible Relaha Jean-Claude.

Parcours de montagne. Du coup, le Tour de Mada 2019 se résume presque à un total de 1988 km dont 680 km de compétition incluant deux parcours de montagne à Manerinerina mais aussi à Mandraka.

Un choix taillé sur mesure sur le talent de nos grimpeurs dont Emile Randrianantenaina, du moins s’il consent à venir, ou encore des Antsirabéens tels Jonarivelo, le vainqueur surprise de l’étape Antsampanana- Moramanga mais aussi Dama, le médaillé de bronze des Jeux des Iles.

Une belle bagarre en perspective en somme car tout va se jouer sur ces parcours de montagne. Sauf peut-être si Francis Ducreux va réussir à faire venir des Belges ainsi que certains coureurs africains de talent.

Comme on ne connaît pas encore les noms des participants à ce Tour de Mada 2019, on attend donc de voir ainsi que la résolution de cette crise qui mine le cyclisme à Madagascar.

En attendant, voici le tracé de ce Tour 2019.

7 décembre : Réunion technique8 décembre : Critérium de Mahajanga (90 km)9 décembre : Mahajanga-Ambondromamy (155 km)10 décembre : Ambondromamy- Maevatanana (85 km)11 décembre : Andriba-Ankazobe (140 km)12 décembre : Antsampanana- Moramanga (107km)13 décembre : Moramanga- By Pass (113 km)14 decembre : Ampitatafika –Analavory (100 km)15 décembre : Critérium Anosy (90 km)

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : Soja-Be et Diojay préparent leur « Art Mur »

Les « Archi-tek » sont prêts pour le live du 30 novembre prochain.

Le week-end dernier, Soja Be, Diojay et les membres d’Architeck Label ont effectué leur répétition à Ambohijatovo pour préparer leur live au CFM Anosy le 30 novembre prochain. La salle de répétition était pleine d’énergie. Les participants sont près et attendent avec impatience le jour J.

« Art Mur » est l’intitulé du show. Un live de promotion de double album, celui du rappeur Soja Be « mpanazary » et le talentueux Dj Diojay « diska Jokera ». Sortis il y a un mois et demi, les deux artistes membres d’Architek label décident d’organiser un live auquel leurs frères d’arme participeront. La rappeuse KJB, Ksad la pierre angulaire du groupe, U-neff le leader du groupe Revolt’art, succèderont sur scène. A part les artistes qui ne figurent pas sur l’affiche, bon nombre de surprises seront concoctées pour le public.

Créé au début des années 2000, Architek est un groupe qui n’a jamais tourné sa veste. C’est un groupe très engagé du rap malgache après Takoda sy Ngia B. Soja be, Ksad, Etni-k, sont les fondateurs du groupe. U-neff, KjB rejoignent la bande en 2013. Le label est formé par une belle bande de bonhommes qui a un savoir-faire, la technique et le « flow ». Architek ne compte pas abdiquer.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Stade de Mahamasina : Une réhabilitation prioritaire !

La victoire des Barea de 6 à 2 contre le Niger dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations de mardi dernier, nous ramène à une triste réalité comme quoi, il leur est difficile de réaliser un score pareil au stade de Mahamasina.

D’ailleurs, le coach Nicolas Dupuis l’a déjà dit que, pour avoir de meilleurs résultats et espérer aller le plus loin possible, il faut d’abord réhabiliter le stade de Mahamasina, et plus particulièrement l’état de la pelouse sans parler de sa capacité car comme on l’a vécu lors du match contre l’Ethiopie, ce stade ne peut plus contenir cette foule des passionnés réunis autour des Barea.

Une foule qui a montré un bel élan de solidarité autour de Carolus Andriamahitsinoro et cette sacrée troupe qui n’hésite pas à mouiller le maillot pour le grand bonheur de tous les Malgaches.

C’est fou mais la victoire des Barea est source de joie immense pour tout le monde sans exception plus que jamais solidaire qu’il soit de droite ou de gauche.

Une unité retrouvée qui motive aujourd’hui le président Andry Rajoelina à aider le football et qui va le conduire à réaliser ce vœu pieu des Barea de voir un Stade de Mahamasina remis au goût du jour grâce notamment à la pose d’un gazon naturel importé d’Angleterre, là où tous les grands stades du monde tels le Stade de France, le Stade Bernabeu, l’Allianz Arena de Munich et le Nou Camp à Barcelone passent commande car il n’y a rien de mieux que ce gazon anglais. Mais ce serait encore mieux de confier la plantation à un Anglais.

Reste à espérer que tout le monde soit d’accord pour réaliser ce qui serait aujourd’hui des travaux d’intérêt général.Mais pour garder en état la qualité de la nouvelle pelouse, la construction d’un stade annexe dans l’enceinte même de Mahamasina pour les entraînements, est aussi vivement souhaitée. Et cette fois avec une couverture en pelouse synthétique pour permettre une utilisation maximale.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Pratiques familiales essentielles : Engagement des ministères pour la promotion des droits des enfants

Les enfants sont les acteurs du développement de tout pays, ainsi il est naturel de promouvoir et de respecter leurs droits. (crédit photo : Princy)

Des enfants qui ne sont pas scolarisés, qui souffrent de malnutrition ou qui ne peuvent profiter d’une hygiène adéquate quotidiennement, on peut les trouver en ville comme en zone rurale. Les droits des enfants sont en effet encore méconnus de nombreux parents à Madagascar. Raison pour laquelle, les différents ministères ont décidé d’unir leurs forces pour lancer une campagne de promotion des pratiques familiales essentielles à l’approche des fêtes de Noël.

La plateforme nationale de communication pour le développement (C4D), sous la direction du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, le ministère de la Communication et de la Culture, et le ministère de la Jeunesse et des Sports, organisent une Campagne Nationale Multimédia pour la promotion des pratiques familiales essentielles (PFE) du 29 novembre au 1er décembre, au Parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely. A noter que cette initiative est appuyée par les autres ministères sectoriels, à savoir le ministère de l’Education nationale, le ministère de la Santé publique, le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme ou encore le ministère de l’Energie, de l’eau et des hydrocarbures. Divers projets et programmes œuvrant dans le domaine des PFE contribuent aussi à la mise en place de cette campagne avec l’appui financier et technique de l’UNICEF.

6 sur 17 pratiques. En tout, il existe 17 pratiques ou gestes simples que les parents doivent adopter pour sauver la vie des enfants. Mais pour cette action commune des ministères, les organisateurs ont décidé d’insister sur 6 pratiques. La première est l’allaitement maternel exclusif des enfants jusqu’à son sixième mois. Ensuite, il y a l’alimentation riche en vitamine A, et le déparasitage régulier pour les enfants et les nourrissons. Puis, la vaccination complète de chaque enfant avant l’âge de un an. Un point sur lequel la directrice de la santé de reproduction et de protection de la jeunesse, Noro Haingo Rakotoseheno a mis l’accent sur « la dernière enquête MICS (enquête par grappes à indicateurs multiples) 2018 indique que, seuls 17% des enfants de 12 à 23 mois sont complètement vaccinés avant l’âge de 12 mois » [Ndlr]. Pour en revenir aux pratiques, le quatrième point est le lavage des mains avec de l’eau propre et du savon après défécation, avant la préparation du repas et avant de nourrir un enfant. La cinquième pratique concerne la scolarisation de l’enfant, faisant référence à l’aide et l’accompagnement de l’enfant pour qu’il puisse au moins terminer le cycle primaire. Et enfin, la protection de l’enfant contre les mauvais traitements, les abus et le mariage précoce.

« Voyage dans la vie de l’enfant ». La réalisation de cette campagne se fera à travers un concept baptisé « Voyage dans la vie de l’enfant ». Un taxi-brousse va donc sillonner la ville en prenant à chaque escale une PFE afin de la promouvoir. Pour cela, tous les animateurs ont préalablement une formation avant ledit événement, et les enfants participeront eux aussi à la promotion des pratiques familiales essentielles , selon les explications des organisateurs. Et bien évidemment, comme tout événement digne de ce nom dans ce pays, divers artistes seront de la partie pour ne citer que le célèbre chanteur Samoëla.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Polibrèves

*Dans le cadre du cas des Iles éparses, le ministère des Affaires Etrangères aurait demandé l’avis des citoyens. Et ce, faisant suite à la commission mixte sur les Iles éparses qui s’est tenue récemment dans la Grande Ile. Des points de vue diamétralement opposés pour les deux parties.

*Faradoboka à Tana. Naina Andriantsitohaina et Rina Randriamasinoro occupent le devant de la scène. Le premier a procédé à un carnaval de voitures et motos tandis que le second a défilé avec ses partisans à travers la Ville des Mille samedi dernier. Quant à Feno Harison, le benjamin des candidats dans la Capitale, de déplorer l’utilisation de moyens financiers importants lors de la campagne électorale.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

CGM Analakely : Fantsy 2 salué par le public

Faribolana Sandratra organisera un autre « Antsa tononkalo » très bientôt.

Les poètes, écrivains et les passionnés de la littérature se sont réunis au CGM samedi dernier à partir de 15 heures. La salle était noire de monde. « Tout se passe comme prévu », a dit Ratsifa. La plupart de l’assistance était des jeunes. La preuve concrète que la littérature malgache attire de plus en plus les adolescents. Fantsy 2, ou ergot, tel est le thème choisi par Ratsifa et Tsy Avahana. « Écrire pour dire les choses telles qu’elles sont » est le slogan de ces deux jeunes poètes. Ils étaient accompagnés par leurs amis, notamment Vahela, Haingohaja, Raozy, Tiavina, Andrianiela, Kangasy, Riambola.

Des poésies dédiées au gouvernement comme Vao misy fitokonana, Mpitondra hono izy ont été récitées lors de la première partie du spectacle. A la deuxième partie, les participants ont raconté la vie quotidienne des Malgaches à travers les poèmes de Ratsifa. Et enfin la troisième partie est consacrée à l’amour, l’humour et à la nostalgie.

En sortant de la salle, le public est convaincu que la littérature malgache a franchi un nouveau palier. Elle n’est pas statique ni figée. Elle avance à grand pas. « Certains sont inquiets pour la langue malgache qu’elle ne survivra pas. Moi je ne suis pas de cet avis, notre langue maternelle ne cesse d’évoluer et les étrangers commencent à s’y intéresser», a constaté Ravaka Raholimalala une étudiante. « Chaque troisième vendredi du mois, je viens ici pour écouter leur poésie, je trouve que les jeunes poètes malgaches ont du talent. J’ai aussi remarqué que les femmes sont très actives dans le domaine littéraire» a remarqué Dolph Ramahandry, un passionné.

En ce qui concerne l’œuvre de Ratsifa, le livre Fantsy 2 sortira au plus tard le 10 décembre prochain. C’est le deuxième livre ‘griffonné’ par cette jeune plume de Faribolana Sandratra.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Iarotiana Rakotoarivelina, : une fine gâchette !

Le jeune Iarotiana Rakotoarivelina, à côté de son entraîneur Nanou Andrianirina.

Iarotiana Rakotoarivelina a établi au Cambodge le meilleur score du concours de tirs de précision en réalisant d’entrée 44 points.

Une entrée fracassante qui n’a pas été, malheureusement, suivie car, il n’a été par la suite que l’ombre de lui-même. L’encadrement sans doute mais c’est juste si le bouliste du PAC a pris la mesure, en quart de finale, de l’Allemand Justin Neu par 30 à 19 avant de céder devant le Thaïlandais Rinkeaw Peempod par 41 à 30. Et de fine gâchette, on a eu droit à du beau… gâchis.

C.R.

Midi Madagasikara0 partages

Insécurité : Recrudescence des signalements de disparitions d’enfants

Le marché de Noël, c’est aussi des enfants égarés par leurs parents dans la cohue et les bousculades. (photo d’archives)

On se souvient de la façon dont les parents faisaient peur aux enfants avant : « ne t’éloigne pas de la maison ! Une méchante personne (Kakabesola) rôde dans le coin ! ». Un système qui en a traumatisé plus d’un, mais qui était pourtant efficace pour garder leur progéniture loin des dangers. Actuellement, dès qu’on se connecte sur les réseaux sociaux, des photos d’enfants kidnappés ou qui se sont égarés sont publiées et partagées, et ce presque quotidiennement. De quoi rester en état d’alerte et exacerber la vigilance des parents. En effet, beaucoup de rumeurs ont circulé ces deux dernières années, il y avait des kidnappeurs par ici, des trafiquants d’organes par là. Mais cependant, il ya des cas où l’enfant s’aventure un peu trop loin sans prévenir ses parents (le cas des fugues) et où la disparition relève d’une querelle familiale.

Le seuil des 1 000 signalements d’ enfants disparus atteint. En effet, la déclaration des autorités du 21 novembre fait état de plus de 956 enfants déclarés disparus au cours de cette année. Les causes peuvent varier d’une situation à une autre. Toutefois, une grande majorité de ces enfants a été retrouvée selon la police des mœurs. Face à cela, les internautes n’hésitent pas à partager les posts sur Facebook dès qu’un nouveau cas apparaît. Ce qui permet de sensibiliser davantage aussi les parents à travers des commentaires et des conseils du type « n’arrivez pas en retard pour récupérer vos enfants à la sortie des classes ! ».

Noël vigilance. Noël arrive dans un mois, et la ville sera inondée de monde dès le début du mois de décembre. Les parents vont ainsi faire les courses avec leurs enfants, ce qui n’est pas une mauvaise idée du moment qu’on reste très vigilant pour ne pas égarer sa progéniture dans les magasins ou au marché. Et comme l’attention d’un enfant peut être facilement détournée par tout ce qu’il voit, autant que possible gardez les yeux sur lui et tenez lui constamment la main.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Joueur africain de l’année 2019 : Carolus parmi les nominés !

Un match, un seul, a suffi aux jurys du joueur africain de l’année pour mettre Carolus Andriamahitsinoro dans la liste des nominés pour le joueur africain de l’année.

Certes il avait marqué lors de la Coupe d’Afrique des Nations au Caire mais son match contre le Niger reste un exemple qui fait de lui, un incontournable.

Carolus Andriamahitsinoro a rempli à merveille le rôle d’un seul attaquant de pointe en se faisant à chaque fois menaçant pour le portier d’en face.

Et après avoir repris victorieusement un ballon mal renvoyé par le gardien de but nigérien, il a apporté le penalty sur un plateau pour Abel Anicet en dribblant le même portier qui commettait ainsi l’irréparable. Si ce n’est pas la grande classe, c’est tout comme, et cette nomination va encore booster sa carrière même s’il se sent déjà bien dans son nouveau club du Al Adalh en Arabie Saoudite où il est le titulaire indiscutable en attaque.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

127 maisons brulées à Ankaramalaza : Des habitants soupçonnent un incendie criminel

Les habitants du village d’Ankaramalaza, dans la commune de Lokomby, district de Manakara, attendent impatiemment les résultats de l’enquête sur l’origine de l’incendie qui a détruit 127 maisons dans la localité, samedi après-midi. Survenu vers 16 heures, les feux se sont propagés vite et ont ravagé la majeure partie du village. Cela s’est produit alors que la majorité de la population n’était pas chez elle. La présence de bouteilles de gaz de cuisine dans certains foyers a favorisé la propagation des flammes qui auraient dû dévorer la totalité des maisons dans la localité. Les habitants soupçonnent la possibilité d’un incendie criminel en voyant deux maisons mitoyennes, l’une entièrement détruite, et l’autre intacte alors qu’elles sont presque côte-à-côte. Si telle était le cas, quel est le mobile du crime ? Cette question se pose vu la réputation de ce village, berceau de la foi chrétienne. Les profanations des lieux chrétiens sont d’ailleurs devenues presque répétitives et les raisons ne sont pas élucidées pour le moment. Aura-t-elle une liaison avec le contexte politique du moment, notamment cette période électorale. Presque les tenants du Pouvoir qui se sont succédé dans ce pays ont reconnu la suprématie de ce village. Malgré tout, les conditions climatiques en cette saison chaude sont favorables aux départs de feu. Heureusement que le drame n’a fait ni blessé ni perte de vie humaine. Ankaramalaza est un lieu culte pour les chrétiens. Des milliers de gens y viennent chaque année pour les pèlerinages et autres rendez-vous chrétiens. Il est à noter que la gendarmerie nationale se charge de cette enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Evaluation des risques financiers : Le Bureau d’information sur le crédit, opérationnel en janvier 2020

Le Crédit Bureau permet de favoriser l’obtention de crédits, grâce à la garantie de réputation, selon Oscar Madeddu, expert de l’IFC.

Absence de garantie, difficultés d’accès au crédit, taux d’intérêt élevé, procédures trop lourdes, etc. Autant de problèmes favorisés par l’asymétrie d’information représentent un frein à l’inclusion financière à Madagascar, selon Oscar Madeddu, expert de l’IFC. Selon lui, la mise en place du Bureau d’information sur le crédit (BIC) sera la solution à ces problèmes. Interview.

Midi Madagasikara (MM). Comment le BIC a été créé ? Quel est l’intérêt ?

Oscar Madeddu (IFC). En 2005, la Banque mondiale et Société Financière International ou International Finance Corporation (IFC) a créé le Credit Bureau Program ou Bureau d’Information sur le Crédit (BIC). Le but est d’aider les Gouvernements et les régulateurs dans le monde à créer de l’infrastructure financière, à la base de l’inclusion financière, de l’accès au crédit. Avant, il n’y avait que 3% de la population qui étaient considérés par les banques. Les 97% étaient oubliés car faute d’information, ils présentaient beaucoup trop de risques. Après la mise en place du Programme Crédit bureau, lancé dans 80 pays, les crédits accordés ont considérablement augmenté. Nous savons qu’il y a beaucoup de demandeurs de crédits qui peuvent rembourser, qui peuvent lancer des activités productives, et ont des besoins de financement. Mais les banques ne peuvent pas les financer si elles ne disposent pas d’informations. En Afrique, il y a déjà 33 pays où le Crédit Bureau est appliqué, ou en cours de développement.

Pour Madagascar, où en est-on exactement ?

IFC. La mise en place du BIC est un projet qui s’opère sur trois ans. Il est complexe et nécessite beaucoup d’éducations financières. Il faut faire comprendre aux régulateurs et aux banques l’importance de partager les informations. Il faut un peu de temps pour comprendre qu’il y a un résultat de bien commun en partageant les résultats. Depuis le début du processus à Madagascar, nous avons mené 21 activités avec la Banque Centrale de Madagascar (BFM), notamment la création de la capacité de la BFM à être un superviseur de Crédit bureau, par exemple. Le développement du Crédit bureau a pris 12 mois. Ensuite, un appel d’offre international a abouti au choix du fournisseur international appelé CRIF, un des cinq grands Crédits Bureaux internationaux dans le monde. Le démarrage est prévu en janvier 2020. Une Conférence internationale sera organisée mardi prochain, et sera assistée par les Banques, les IMF, les entités de téléphone mobile, etc. Pour montrer à ces fournisseurs de services, quels sont les bénéfices réels de l’utilisation du BIC.

L’accès au crédit reste difficile surtout pour les petits et moyens agents économiques, même les entreprises. Que peut-on espérer du BIC pour résoudre ce problème ?

IFC. Les PME (Petites et moyennes entreprises) ont des difficultés à avoir accès au crédit à cause de trois problèmes principaux. D’abord, parce que ces entreprises sont opaques. Ils n’ont pas d’états financiers précis. Ils préparent juste les documents pour la banque, donc les données ne sont pas réelles, pas de garanties. Ensuite, les banques ont besoin de garanties comme les immeubles, les terres, etc. Les PME ne peuvent pas fournir tout cela. Le problème est la faute d’informations sur les PME. Donc si on est capable de remplacer cette garantie par une garantie de réputation, on a une masse de possibilité d’engager les PME. Cela veut dire que l’entreprise est en mesure de prouver qu’elle est bon payeur vis-à-vis de ses débiteurs, durant les deux dernières années, par exemple. Cela aide beaucoup les invisibles dans le secteur informel à montrer sa capacité de s’acquitter de leurs obligations. Ces données ne sont pas disponibles dans les centrales de risques, mais on peut les avoir avec le Crédit Bureau. On peut bâtir un système de score que les banques peuvent utiliser. Aux Philippines, le système d’historique de crédit est utilisé par les opérateurs de banque mobile. Ils accordent des petits prêts à travers le téléphone mobile. Au départ, c’est de 200 euros sur 3 mois, par exemple. Si c’est bien payé, ils doublent le montant, ainsi que la durée de remboursement. Le client dispose de 400 euros sur 6 mois ; ensuite de 800 euros sur un an… Cela est basé sur la réputation du client, et cette solution permet de résoudre le problème de garantie. Par ailleurs, avec l’accroissement des crédits, la concurrence réelle sera créée entre les institutions financières et permet donc de baisser le taux d’intérêt. Avec la disponibilité d’informations, il permet également de réduire les coûts d’octroi de prêt. On peut automatiser 70% à 90% des prêts accordés par les banques, tout en réduisant les mauvaises créances pour les banques.

Comment le BIC peut recueillir les informations ?

IFC. Les fournisseurs d’informations sont obligés par la loi à envoyer des rapports. Il s’agit des banques, des institutions de micro-finance, des opérateurs de mobile banking, les grandes compagnies comme les fournisseurs en électricité, téléphonie, etc. De leur côté, les consommateurs doivent être informés. Ils doivent donc signer un acte de consentement, stipulant par exemple que, sa banque peut partager les informations avec le BIC. Ces informations sont confidentielles et ne peuvent être utilisées que pour l’évaluation des risques financiers. Elles ne peuvent en aucun cas être utilisées pour le marketing ou autre chose. C’est pour cela que le CRIF dispose d’un serveur sécurisé. Il a investi 6 millions USD seulement pour la sécurité. En effet, un crédit bureau coûte à peu près 5 millions USD, et sa mise en place nécessite au moins 5 ans. Il faut aussi une base légale pour qu’une société de Crédit Bureau veuille travailler à Madagascar. Après des années de mise en place, toutes les banques à Madagascar seront connectées au BIC et enverront les informations sur les crédits en deux secondes, à partir de janvier 2020. De même pour la micro-finance.

Les banques sont-elles enthousiastes à l’idée de mettre en place le BIC ?

IFC. Cela est confirmé dans tous les pays. Au départ, les banques se méfiaient un peu car elles ne connaissaient pas vraiment comment cela fonctionne. Mais maintenant, au Maroc par exemple, il y a deux BIC car les institutions financières se sont rendu compte des avantages. Maintenant, ces banques ne peuvent plus travailler sans ces informations proposées sous forme de service. Il y avait un pays qui a essayé de supprimer le BIC, mais au bout d’une semaine, il n’y avait plus aucun crédit octroyé, car il n’y avait plus d’information. Le gouvernement était obligé d’annuler la loi supprimant le BIC. C’est pour dire que ces informations sont indispensables pour la finance, pour l’inclusion financière et pour promouvoir l’accès au crédit. On espère d’ici 5 ans, avoir 60% de la population dans le système.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Sécurité et navigation aérienne : Les performances de l’ASECNA mises en avant

Journée portes-ouvertes de l’ASECNA, le 22 novembre à Ivato.

Efficacité, solidarité et coopération ! C’est ce que l’ASECNA (Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar) a mis en avant, durant la journée portes-ouvertes de vendredi dernier, dans le cadre de la célébration de son 60e anniversaire. Selon ses représentants, cette agence a toujours servi de modèle en matière de coopération interétatique en Afrique. Des représentants de l’Autorité de l’Aviation Civile, des compagnies aériennes, des gestionnaires d’aéroports, des fournisseurs de services de navigation aérienne, étaient au rendez-vous. Outre les expositions et conférences, une démonstration sur le simulateur 3D pour la formation des contrôleurs de la circulation aérienne, et sur un exercice de feux réels par les pompiers d’aérodromes était au programme.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Botozaza et Roland Ratsiraka aux côtés de Rajoelina

Les élections communales auront lieu dans deux jours. Roland Ratsiraka, candidat à Toamasina sous les couleurs de son parti, le Malagasy Tonga Saina (MTS), même s’il sera le principal adversaire du candidat du régime, a tenu à être présent à la tribune du nouveau stade « manara-penitra » de Barikadimy. Ayant soutenu le candidat « numero 13 » lors du second tour de la Présidentielle, Roland Ratsiraka a choisi de rivaliser contre le candidat Nantenaina, le porte-fanion du MAPAR. Pourtant, il a profité de cette cérémonie d’ouverture du stade de Barikadimy pour discuter avec Andry Rajoelina. Certainement pour lui expliquer son choix et pour réitérer son soutien au régime en place. A noter aussi la présence aux côtés du chef de l’Etat de l’ancien vice-Premier ministre, Botozaza Pierrot qui était présent lors de l’accueil du président à l’aéroport d’Ambalamanasy et lors de toutes les visites des sites. L’ancienne grande figure du clan Ravalomanana a choisi de soutenir le régime et d’apporter sa contribution aux actions visant au développement de Toamasina.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Tourisme et événementiel : Un site de référencement international, lancé à Madagascar

Le choix des hôtels, restaurants ou d’autres prestataires est un vrai casse-tête pour les touristes. En effet, il est difficile de trouver des prestations sur mesure dans une zone inconnue. C’est pour apporter une solution à ce genre de difficulté qu’une plateforme de référencement annuaire basé en France a été lancée, selon Iantsa Nirina Ramanambola, représentante de la plateforme internationale à Madagascar. « Nous allons présenter officiellement cette plateforme de référencement à Antananarivo, la semaine prochaine. Figurer dans l’annuaire sera impératif pour les professionnels qui souhaitent étendre leurs activités, car la plateforme de référencement est accessible partout dans le monde. En d’autres termes, les touristes, les entreprises, les investisseurs, etc, se réfèreront à l’annuaire pour identifier leurs partenaires potentiels à Madagascar », a-t-elle expliqué.

Choix. Selon ses promoteurs, le site de référencement est un lieu de rencontre avec les savoir-faire dans le domaine de la culture, de l’événementiel, du spectacle et du tourisme. En effet, chaque membre présente ses activités et prestations. « Le site permet à ses adhérents de se faire connaître à un plus grand public à la recherche d’idées, de nouveautés pour réaliser leurs événements publics ou privés ; ou tout simplement découvrir des artistes, des hôtels et des sites à visiter lors de voyages privés ou de déplacement professionnel. Il s’agit d’une plateforme internationale en ligne où l’on trouve toutes les catégories susceptibles d’organiser un événement ou d’y intervenir, soit près de 13.000 acteurs professionnels de l’événementiel, d’hébergement, d’espaces dédiés à l’événementiel et de sites touristiques…», soutiennent-ils. A noter que cette plateforme de référencement international est déjà très utilisée dans plusieurs pays comme la France, la Suisse, la Belgique, le Luxembourg, l’Italie, la Grande Bretagne, et également dans plusieurs pays d’Afrique.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Sortie de film : « La reine des neiges 2 » éblouit

Tant attendu par le large public, le second volet de « La reine des neiges » a marqué le week-end dernier. Au Cinépax Ambodivona, les aventures d’Elsa et Anna ont rassemblé petits et grands. Et l’aventure continue pour les deux sœurs tout à fait opposées. En quête de réponse à sa question, le pourquoi du comment est-elle née avec des pouvoirs magiques, elle tente de déterrer des réponses qui mettent en danger son royaume. Si avant elle craignait que son pouvoir ne menace le monde, cette fois-ci il faut espérer qu’il soit assez puissant pour le sauver.

Avec l’aide d’Anna, Kristof, Olaf et Sven, Elsa part à l’aventure et entreprend un voyage aussi périlleux qu’extraordinaire. C’est alors qu’ils passent par la forêt enchantée pour sauver à tout prix le peuple d’Arendelle qui court un grave danger. En 1h44, le public plonge dans un monde magique qui sort du scénario classique de Walt Disney. Entre les flocons de neiges, le monde des glaces et des côtés plus sombres, cette fois c’est Anna qui protège Elsa. Des dangers les guettent et la peur est au rendez-vous.

Les thématiques de la mort, du traumatisme, de dévouement et de lutte interne sont là. La cadette étant devenue plus sage et plus réfléchie, son cheminement rappelle cette transition entre l’insouciance de l’adolescence et la responsabilité de l’âge adulte. Un conflit intérieur dans lequel, la vingtaine n’y échappe pas, incluant le fait de s’aventurer dans l’inconnu, tout en vivant dans le doute. Elsa et Anna se rapprochent finalement des personnages réels et complexes à travers lesquels, le public peut s’identifier, car elles dirigent avec passion et émotion et ont du mal comme beaucoup de gens. Bref, « La reine des neiges 2 » est un conte de fée tout à fait de notre époque, toujours à l’affiche pour ces deux semaines à venir.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Mahamasina : Découverte macabre d’un corps en décomposition

Hier, une forte odeur nauséabonde a attiré l’attention des habitants de Mahamasina. Ils ont en cherché la source et c’est ainsi que le corps sans vie d’un homme a été découvert dans un caniveau qui se trouve pas loin de l’église catholique. A première vue, il s’agit d’un homme, la quarantaine. Il était presque méconnaissable puisque son corps était en état de décomposition avancée. L’eau qui circulait dans le caniveau n’a fait qu’accélérer son altération et faciliter la putréfaction. Les gens ont alerté les autorités et un médecin légiste a fait, sur place, son constat d’usage. Une fouille du corps a permis de trouver sa pièce d’identité. Sa famille a alors été informée du fait avant le transport du corps à la morgue de l’HJRA pour autopsie. Ses proches ont expliqué qu’il a été vu pour la dernière fois mercredi dernier. Il disait avoir un rendez-vous avec des amis pour prendre un pot et depuis il a disparu. Son autopsie est prévue pour aujourd’hui. La famille n’écarte pas la thèse du meurtre. La brigade criminelle a été saisie vu qu’il s’agit de mort d’homme.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Mettre fin à l’insécurité en dehors de la Capitale

L’insécurité reste l’une des préoccupations majeures des Malgaches. Certes, les efforts déployés par les responsables des forces de l’ordre ont été importants et personne ne peut nier les résultats sur le terrain, mais les faits divers rapportent régulièrement les méfaits de malfaiteurs de mieux en mieux organisés. Les attaques à main armée ont lieu malgré les rondes incessantes des patrouilles, Les attaques de taxi-brousses continuent, les rapts avec demandes de rançon se multiplient. Les autorités sont parfaitement conscientes de cela et elles font tout pour améliorer leurs méthodes de travail et ainsi éradiquer l’insécurité.

Mettre fin à l’insécurité en dehors de la Capitale

Les Tananariviens ne vivent plus la hantise des kidnappings. Il n’y a plus eu de rapts avec demande de rançon depuis bientôt deux ans. Les réseaux de kidnappeurs ont été démantelés et le maillage serré de la Capitale par les forces de l’ordre empêche toute action allant dans ce sens. Mais si le phénomène a disparu à Tana, il existe bel et bien dans différentes localités du pays. Ces derniers temps, différentes affaires ont été rapportées par la presse. Ce sont des gens ordinaires qui sont la cible des malfaiteurs. Cela fut le cas à Betroka où une adolescente enlevée n’a été relâchée qu’après le paiement d’une dizaine de millions d’ariary. C’est le cas aussi de ce vétérinaire d’Amparafaravola dont nous relations dans notre édition d’aujourd’hui la mésaventure et qui n’a été libéré qu’après paiement de soixante millions d’ariary. L’insécurité dans ces endroits est palpable. On se rend compte qu’il s’agit parfois de zones de non-droit où la loi n’est pas respectée. C’est un véritable appel à l’aide que les habitants de ces contrées lancent aux plus hautes autorités pour restaurer un ordre qui n’existe plus chez eux.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Handisport : Madagascar accueillera la CCCHOI 18e édition

La présentation officielle de la CCCHOI à l’ANS Ampefiloha.

La Réunion, Maurice, les Comores et Madagascar vont disputer la Coupe la Coupe des Clubs Champions Handisports de l’Océan Indien (CCCHOI), édition 2019.

La Grande Ile accueillera une nouvelle fois la Coupe des Clubs Champions Handisports de l’Océan Indien (CCCHOI) cette année. L’événement aura lieu du 03 au 08 décembre prochain au Palais des Sports Mahamasina. Les délégations mauriciennes, réunionnaises et comoriennes sont attendues incéssament. Le Madagascar Paralympic Commitee (MCP), dirigé par le président, Monja Dinard a organisé une conférence de presse, samedi dernier à l’ANS Ampefiloha, pour la présentation officielle de ce rendez-vous phare.

En effet, quatre disciplines sportives seront à l’honneur durant ces cinq jours dans la Capitale, à savoir le basket-ball sur fauteuil, la pétanque doublette hommes et dames, le tennis hommes et dames et la boccia. Les porte-fanions malgaches sont désormais connus après les sommets nationaux à Toamasina en septembre dernier. En tant qu’organisateur, Madagascar pourra en aligner non seulement les champions, mais aussi les vice-champions nationaux.« Le handisport a été pratiqué à Madagascar il y a 30 ans, mais ce sera la première fois qu’une grande compétition comme celle-ci aura lieu au Palais des Sport. En marge du sport, cet évènement va nous donner une opportunité d’échange et de partage avec les autres délégations de la prise en charge des personnes handicapées en général, et de voir ensemble la possibilité de promouvoir beaucoup plus la pratique du handisport au niveau des pays de la commission de l Océan Indien. Ainsi, nous allons démontrer au public que les personnes en situation d’handicapes ont une autonomie, et une capacité de pratiquer du sport. A travers ce tournoi, la perception de la société sur l’ handicap devrait changer », a expliqué le président. C’est ainsi que les Nations Unies ont choisi le thème « Promouvoir la participation des personnes handicapées et leur leadership : Agir pour le programme de développement à l’horizon 2030 », pour la célébration de la Journée internationale des personnes handicapées le 03 décembre, en parallèle avec l’ouverture officielle de cette CCCHOI. Durant ce tournoi international, des expositions artistiques faites par les associations qui s’occupent des personnes en situation d’handicap auront lieu devant le Palais des Sports.

Le programme 2020 sera chargé pour le MCP. Parmi les plus attendus seront les Jeux africains, et les Jeux Olympiques à Tokyo en 2020. Le Maroc et la Tunisie seront aussi au programma en 2020. « Nous devons assurer notre qualification en haltérophilie, athlétisme et basket-ball » a estimé le président.

Pour l’Ong Special Olympics, qui fête son premier anniversaire en ce mois de novembre, son programme en 2020 se focalise sur les recensements des athlètes dans tout Madagascar, l’initiation des disciplines sportives, la réalisation des compétitions régionales et nationales, ainsi que la participation aux Jeux africains en Egypte en début de l’année.Sur un autre sujet, Mahefa Harihaja Randrianarivelojaona, un athlète malgache est invité à visiter la ville d’Ube au Japon le 14 décembre. Une invitation de la part du Maire de cette ville pour qu’il puisse assister à un évènement, et aussi un tournoi de natation auquel il prendra part.Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Education à la citoyenneté : Objectifs atteints pour le MUSEA

Savoir voter, savoir faire le bon choix parmi les prétendants à un poste électoral, sensibiliser sur l’importance du vote, quelques pas menant vers le développement d’après les organisations de la société civile.

Un taux de participation de 48,09% seulement, lors de la dernière élection présidentielle, soit moins de la moitié des inscrits. (photo d’archives)

« Les gens se désintéressent du processus électoral, des élections en général alors qu’ils aspirent au changement ». Ce sont là les propos de Andry Rasolofomalala, trésorier auprès de le MUSEA (plateforme regroupant des associations de jeunes ayant bénéficiés de bourses d’études de la part du gouvernement américain) pour résumer la situation actuelle en matière d’éducation civique et citoyenne. En effet, les dernières élections organisées dans le pays ont démontré que les Malgaches n’accordent pas beaucoup d’importance à leur droit de vote. Une défaillance manifeste en matière d’éducation civique, en particulier, et du système éducatif malgache, en général, d’après les dires de beaucoup d’observateurs. Un projet tendant à renverser la vapeur a été initié en 2018. Trois associations malgaches ont été, dans ce cas, mandatées par le MUSEA bord sur les élections. Le projet en question entend raviver la flamme du patriotisme malgache par l’incitation de la population à aller voter et instaurer des élections justes, transparentes, inclusives et acceptées par tous. Diverses activités ont été menées pour atteindre cet objectif. La formation d’une centaine d’enseignants auprès de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) sur les élections, des séances de renforcement de capacités de 101 jeunes leaders d’association sur l’importance des élections. Enfin, la sensibilisation d’éducateurs auprès des écoles primaires de quelques régions. Objectif atteint d’après les dires de Andry Rasolofomalala qui note « une volonté chez les Malgaches d’asseoir les bonnes bases d’un processus électoral répondant aux normes et aux besoins du pays. Des éducateurs de diverses régions sont venus dans le but de bénéficier des formations. Ayant entendu parler du projet, ils sont venus par leurs propres moyens et ont manifesté leur volonté d’apprendre et de participer à l’atteinte des objectifs du projet, c’est-à-dire, redonner aux Malgaches le sens du scrutin », avance notre interlocuteur avec fierté.

Perspectives. Financé par le gouvernement américain d’une valeur de 15.000 dollars, le projet entend s’ouvrir sur d’autres régions du pays. L’idée étant de faire bénéficier, le maximum de citoyens malgaches possibles, des outils permettant de sensibiliser et d’informer sur l’importance des élections. Un défi de taille, compte tenu de la situation actuelle mais qui serait possible à relever d’après les explications d’Andry Rasolofomalala. La clé de voûte de cette entreprise résiderait dans la façon de faire comprendre aux gens que, le développement auquel ils aspirent commence par la voie des urnes, le vote, leur voix. Un changement positif qui devrait se manifester par un choix justifié, conscient et étudié du ou des prétendants à un poste électoral. Comme l’a fait savoir le trésorier du MUSEA « les gens semblent parfois oublier que les élus devraient disposer de programmes concrets devant permettre d’initier le développement tant espéré. Ainsi, la moindre des choses est de choisir celui ou celle qui répond à cet espoir et non celui ou celle qui a le plus d’argent ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Hira sy poezia : lbada surprend l’assistance à l’IKM

Ouardathie met en extase l’assistance à l’IKM.

Le groupe lbada a livré un concert au centre culturel malgache IKM à Antsahavola samedi dernier. Un coup de maître pour le collectif. Pour un baptême de feu, Abia et ces Compères ont réussi leur défi.

 « On ne s’ y attendait pas à ce que les gens soient reconnaissants envers nous. Beaucoup s’intéresse à ce que nous faisons. Je crois que on a atteint notre objectif » a affirmé Ouardathie, membre du groupe lbada . « On voit bien que la formation passe au niveau supérieur » a ajouté Abia , le leader

du groupe. De son coté, l’assistance était admirait la prestation de ces jeunes artistes.  Une musique exceptionnelle, un style original, des poésies, ils ont donné l’éssentiel. En fait, lbada c’est Abia Jasabady, le parolier du groupe, Sedy, Micka à la guitare, Jo Sia au clavier et Ouardathie les accompagne avec sa voix mélodieuse.

La formation a vu le jour en 2015 à Faravohitra avec Abia Jasaby et Ouardathie. lbada est le nom de famille de cette dernière. « Avant j’étais conquis par ce nom et tout le monde se moquait de moi. Alors, j’ai dû faire un énorme travail personnel pour en arriver  là. C’était mon défi à relever...

Abia Jasab y ma aidé et nous avons choisi lbad a comme nom de notre groupe » a-t-elle raconté. Ouardathie est passé d’une femme complexée à une femme fière.

D’ailleurs, c’est l’un des messages que le groupe veut faire passer à son public, « il faut être fière de soi-même » . Comme tous les artistes malgaches, le but principal est de promouvoir la révolution de la culture malgache et celle du sud -ouest de !’Océan Indien. Née d’un père comorien et d’une mère malgache, Ouardathie rassemble en elle deux cultures. Le fait d’avoir cette jeune chanteuse comme membre du groupe est un atout pour Abia et ses compagnons. Un échange interculturel s’impose constamment entre eux.

Transmettre une vibration positive. Au début, le groupe faisait du rap. Ensuite, les membres s’orientent vers un rythme plus traditionnel. C’est ainsi que le groupe décide de fusionnée plusieurs sonorités musicales notamment le roots et le beko. Les mélodies d’lbada sont accompagnées par des paroles émouvantes et attendrissantes . « C’était dans un milieu calme que l’inspiration nous était venue dans le but de créer une musique mais pas n’importe quelle musique. L’objectif est de vraiment transmettre au public une vibration positive…» a affirmé la jeune chanteuse.

lss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Inauguration du Stadium Barikadimy : Andry Rajoelina remet le football Tamatavien sur orbite !

L’inauguration du Stadium de Barikadimy, à Toamasina, s’est tenue hier devant une foule monstre. Logique car les Tamataviens n’attendaient que cela pour espérer raviver la flamme et remettre son football sur orbite comme l’ont été leurs clubs de légende tels le MMM, le Fortior de la Côte Est, Ecoredipharm et même l’AS Port.

Ils n’ont pas caché leur joie en remerciant chaleureusement le président Andry Rajoelina qui a réitéré son ‘Velirano’ 13, en promettant de tout mettre en œuvre pour aider le football malgache.

Un pari qu’il attend réaliser dans un premier temps avec la construction ou la réhabilitation de 30 stades, c’est selon. Une manière pour lui de viser haut pour servir les intérêts de cette discipline sans nul doute la plus populaire.

La défaite du Club M dans ce nouveau stade par 1 à 6 devant l’Ajesaia dans le cadre de la 5e journée du Pro League montre mieux l’écart qui reste à combler entre les équipes de Toamasina et celles de l’élite.

Et en attendant les fruits de cet investissement pour la génération future, le président Rajoelina entend mettre les bouchées doubles avec quatre stades en couverture synthétique à Diégo, Morondava, Toliara.

La réhabilitation concerne les stades de Sambava, Ambilobe, Nosy-Be, Port-Bergé, Antsohihy, Befandriana, Mandritsara, Fénérive-Est, Mahanoro, Brickaville, Moramanga, Ambatondrazaka, Ambositra, Manakara, Vohipeno, Ambalavao, Ihosy, Ambovombe, Ankazobe, Mahitsy, Ambohidratrimo, Ambatolampy, Antsirabe, Betafo et Tsiroanomandidy.

Clément RABARY