Les actualités Malgaches du Samedi 25 Novembre 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar72000 partages

Mahanoro – La foule exécute quatre individus

Appréhendés par la foule pour tentative de cambriolage, quatre individus ont payé leur acte au prix de leur vie à Masomeloka Mahanoro.Une mort certaine les attendait lorsqu’ils ont été traduits devant la cour villageoise pour être jugés par le fokonolona mercredi après-midi. Le verdict rendu était sans appel, les quatre suspects ont été charcutés à mort.La tentative de cambriolage a été perpétrée lundi dans les villages d’Ampasi­nambo et de Fozabe. Repérés par les villageois, les bandits ont pris la fuite. Suivis à la trace par le fokonolona, les fuyards ont été rattrapés par le fokonolona le lendemain.Sitôt capturés, ils ont été traduits devant le conseil du village  à Isatrana, où une foule en état d’énervement total a décidé de leur sort.En raison  de l’éloignement et de l’inaccessibilité de la localité, théâtre de cet acte de vindicte populaire, les gendarmes ne sont intervenus que tardivement.Une enquête est ouverte bien qu’aucune arrestation ne soit encore signalée sur cet acte de vindicte populaire.

Andry Manase

Midi Madagasikara256 partages

Mananjary : Des exploitants d’or chinois attaqués par des militaires et un policier

Ce qui s’est passé hier dans le district de Mananjary  a de nouveau sali l’image des forces de l’ordre de ce pays. Deux caporaux de l’Armée « malagasy » et un sous-brigadier de Police sont mouillés dans l’attaque des Chinois qui exploitent de l’or dans la rivière de Kianjavato à Ambohibakoly, commune rurale Ambalahosy-Nord, du côté de Tsenavolo.

L’attaque a eu lieu la nuit du jeudi 23 novembre vers 19 heures. Une escouade des 12 individus ont débarqué dans le village d’Ambohibakoly  pour perpétrer l’acte. Leur arrivée avait surpris et terrorisé les habitants. Mais pour calmer ces derniers, les assaillants ont déclaré qu’ils sont venus pour s’en prendre à ces Chinois qui envahissent la localité et  perturbent le gagne-pain de ses habitants. Ainsi, les bandits n’ont pas rencontré de résistance pour accomplir leur mission. Ainsi, aucun blessé ni perte de vie humaine n’est à déplorer même si les malfaiteurs ont pu s’emparer d’une somme d’argent en devises. Selon les informations émanant de la gendarmerie qui se charge de l’enquête, 270 dollars US, 1 438 Yuan et quelques milliers de roupies ont été dérobés.

En effet, les malfrats ont pu s’échapper librement. Mais, alertés la nuit-même, des gendarmes de la Brigade de Tsenavolo se sont lancés dans la poursuite des assaillants, ce  qui a permis d’arrêter trois des bandits, hier dans la matinée. L’examen de la situation des suspects a révélé que l’un d’entre eux est un Caporal de l’Armée en exercice dans la Capitale. Un pistolet automatique muni de huit balles a été saisi sur lui. L’après-midi, trois autres ont été surpris au niveau du barrage monté par les gendarmes à 15 km, à l’entrée de la ville de Mananjary à partir de Tsenavola. L’interrogatoire a permis de constater que deux d’entre eux sont également des éléments des Forces de l’ordre : un caporal de l’Armée en exercice dans la Capitale et un Sous-brigadier de Police travaillant à Mananjary. Un pistolet automatique a été saisi chez le Caporal. Reste à savoir si des éléments de Force de l’ordre figurent encore parmi les six malfaiteurs toujours en cavale.

T.M.

Midi Madagasikara195 partages

Système de parrainage d’élus : Manœuvre d’élimination de candidats à la présidentielle

Deux Conseils des ministres en l’espace de deux jours à Iavoloha avec au menu, les règles du jeu des échéances électorales de 2018, tout particulièrement la prochaine présidentielle. Le même plat de résistance sera probablement servi lors du conseil décentralisé de ce jour à Mahajanga.

Le premier Conseil des ministres s’est tenu le dimanche 19 novembre avec comme ordre du jour : « Première lecture de l’avant-projet de loi organique relative à l’élection du président de la République ». Le second a eu lieu le mardi 21 novembre autour du même sujet  avec la lecture de trois avant-projets de loi organique portant respectivement sur le régime général des élections et des référendums ; de l’élection du président de la République ; et de l’élection des députés de l’Assemblée nationale ».

Ni…ni… déguisé. A l’image des deux communiqués publiés à l’issue des deux Conseils, pas le moindre détail n’a été donné et aucune information n’a fuité par rapport à ces trois avant-projets de loi quand bien même les élections devraient être transparentes et inclusives tel que le dit et le redit ces derniers temps l’ensemble de la communauté internationale comme s’il y avait anguille sous roche. On a d’ailleurs appris de source auprès d’une chancellerie étrangère que le gouvernement serait en train de concocter des règles électorales s’apparentant à « un ni… ni… déguisé ».

Filtrage. Concrètement, le projet consisterait (le conditionnel est de rigueur tant que ce n’est pas adopté) à instaurer un système de parrainage d’élus pour les candidats à la magistrature suprême. « Cela se fait par exemple dans un pays démocratique comme la France », selon un inconditionnel du régime en place qui semble confirmer implicitement l’information parvenue à la chancellerie en question et partagée probablement entre les autres représentations étrangères implantées à Tana. Y compris sans doute au niveau de l’ambassade du pays pris à titre d’exemple par notre « Cravate bleue ». De France. Pour citer ledit pays où les parrainages par des élus constituent un système de filtrage ou une manœuvre de sélection des candidatures trop nombreuses ou farfelues. En tout état de cause, l’objectif n’est nullement d’éliminer des adversaires redoutables ou redoutés.

Clause de représentativité. En France, 500 parrainages (sur environ 15 000 élus) sont requis pour pouvoir être officiellement candidats à la présidence de la République. Il y a en plus une clause de représentativité nationale qui veut que les parrainages doivent émaner d’au moins 30 départements ou collectivités d’outre-mer différents, sans dépasser le 1/10e soit 50 élus au maximum pour un même département ou collectivité d’outre-mer. Par ailleurs, chaque élu n’a droit qu’à un parrainage et en cas de désistement de son candidat, il ne peut plus parrainer un autre. Mais qui sont ces élus ? Il s’agit entre autres de maires, de maires délégués d’arrondissement pour Paris, Marseille et Lyon ; de présidents d’organes délibérants des métropoles, des communautés urbaines et d’agglomération ; de présidents des communautés de communes ; de conseillers départementaux et régionaux ; de conseillers territoriaux ; de conseillers à l’assemblée des Français de l’Etranger… Toujours en France, une proposition de loi de 2007 visait à instaurer un système mixte de sélection des candidats par 500 parrainages d’élus ou 500 000 signatures de simples citoyens.

Verrouillage. Si le système de parrainages d’élus venait à être inséré dans le système électoral malgache, il suffirait pour le régime en place de fixer le nombre de signatures requis en fonction de l’effectif des élus HVM afin d’écarter automatiquement des candidats qui ne comptent pas suffisamment d’édiles à travers tout le pays. Le verrouillage serait presque total si les parrainages doivent émaner d’élus issus de communes, districts et régions de différentes parties du territoire. Un candidat qui n’a pas assez d’ancrage aux quatre coins du territoire serait éliminé d’office de la course à Iavoloha. Même topo au niveau des parlementaires où le candidat du HVM ferait main basse sur les parrainages des membres de la Chambre haute tout en ayant la haute main sur ceux de la Chambre basse. Sans parler du millier de maires élus sous les couleurs du parti au pouvoir qui commence d’ailleurs à déployer son rouleau compresseur sur tout le pays.

Pressions et corruption. Même en France, ce système de parrainage fait l’objet de critiques dans la mesure où leur nombre n’est pas forcément en rapport avec le poids du candidat. En 2017, François Fillon a recueilli 3 635 signatures d’élus. Contre 1 829 pour Emmanuel Macron et 627 pour Marine Le Pen qui sont pourtant parvenus au second tour. Le système est aussi critiquable dans la mesure où il ne laisse pas de place aux candidats issus du peuple ou hors système, c’est-à-dire qui ne disposent pas de parti. Ni d’élus qui ne sont du reste pas à l’abri de pressions surtout dans les petites collectivités. A Madagascar, l’histoire des élections a montré que les élus des localités éloignées ou enclavées faisaient souvent l’objet d’intimidations et de chantages de la part du pouvoir en place. Sans oublier les tentatives de corruption dans les deux sens, c’est-à-dire aussi bien de la part de l’élu qui peut monnayer son soutien ou du candidat qui le sollicite. Il y a enfin la HCC dont le rôle pourrait être celui du Conseil Constitutionnel français qui contrôle toute la procédure de parrainage. Et ce, toutes proportions gardées car la France n’est pas Madagascar. Tout autant que les élus français ne sont pas essentiellement des « olomboavidy ».

d.r.

Midi Madagasikara158 partages

Anosibe : Mpivaro-dasopy voambana antsy, lasa hatramin’ny vilany

Mihamanakaiky ny fety dia mirongatra sy toa romotra mihitsy ireo olon-dratsy sy tontakely amin’izao. Na hatramin’ireo mpivarotra madinika aza dia mitondra faisana tanteraka noho ny afitsok’ireo mpanao ratsy. Toy ity nitranga tetsy Anosibe ity ny alarobia lasa teo, satria dia irony mpivarotra lasopy mandehandeha miaraka amin’ny vilanibe irony indray no nataona telolahy nahita faisana, raha iny handeha hody iny. Lasan’ireto olon-dratsy ny vola matin’ity ranamana ity, izay mitentina eo amin’ny enina alina ariary eo ho eo. Ary tsy vitan’izay fa hatramin’ilay vilanibe aza dia lasan’ireo tsy mataho-tody rehefa tsy nahita zavatra nalaina teny aminy intsony izy telolahy ireto. Niantso vonjy avy hatrany ity farany, ary soa ihany fa mba nisy nanoina ny antsony. Ity farany, rehefa nahatsirakitra tovolahy iray izay mbola mivingitra dia mivingitra ilay vilanibe, no niantso avy hatrany ny pôlisy. Noho ny havesatry ny « entana » dia noraisim-potsiny ity tovolahy ity. Na dia nanoro ny misy ireo namany aza izy dia efa tafaporitsaka ireto farany ary mbola karohina hatramin’izao. Raha ny fanazavàna azo dia izy ireo no isan’ireo mpanendaka rain-dahiny eny amin’iny faritra Anosibe sy ny manodidina iny. Omaly moa no natolotra ny Fampanoavana ity olon-dratsy ity.

m.L

Midi Madagasikara109 partages

Ramtane Lamamra : Mission gênante pour le régime HVM

Pour Ramtane Lamamra, la situation politique à Madagascar a beaucoup évolué depuis le retour à l’ordre constitutionnel en 2013.

Les tenants du pouvoir commencent à prévenir que la prochaine élection présidentielle ne sera pas inclusive comme le préconise la communauté internationale.

La mission d’évaluation et de consultation de trois jours que l’émissaire de l’Union africaine Ramtane Lamamra vient d ‘effectuer à Madagascar n’a pas été appréciée par les tenants du pouvoir. Ce mépris à l’égard de ce diplomate algérien qui connaît bien le pays n’a pas été encore constaté à son arrivée lorsque Ramamtane Lamamra s’est rendu à Anosikely chez le président du Sénat, non moins président national du HVM Rivo Rakotovao, ou à Anosy chez le ministre des Affaires Etrangères, non moins secrétaire général du parti au pouvoir Henry Rabary-Njaka. Mais, les attaques, via la presse, ont été lancées à l’encontre de l’émissaire de l’Union africaine quand celui-ci a fait le déplacement à Faravohitra pour rencontrer l’ancien président Marc Ravalomanana. « J’ai appris beaucoup de choses du président Marc Ravalomanana. » Cette déclaration faite par Ramtane Lamamra à l’issue de son entretien avec le président national du TIM a fait monter le degré de la haine dans le camp du régime HVM. Pour certains tenants du pouvoir, Ramtane Lamamra qui a également rencontré de nombreux dirigeants politiques malgaches durant son séjour a été manipulé par l’ancien président Marc Ravalomanana qui s’est récemment entretenu à Paris avec le président guinéen Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine. Cette rencontre Ravalomanana-Condé s’est déroulée en marge d’une visite d’Etat du président guinéen sur le sol français.

Principe de subsidiarité. Pour le régime en place, la mission de l’émissaire de l’Union africaine n’a pas favorisé la stabilité politique pré-électorale dans le pays. Or, officiellement, c’était une simple mission d’évaluation de la situation pré-électorale à Madagascar. Et si l’Union africaine a choisi ce diplomate algérien, c’est parce qu’il connaît bien Madagascar à l’instar du mozambicain Joaquim Chissano, du Gabonais Jean Ping ou du Sud-Africain Marius Fransman. Ramtane Lamamra connaît bien également les acteurs politiques malgaches. En 2013 et au nom du principe de subsidiarité, la communauté internationale a notamment agi à travers l’Union africaine pour l’organisation d’une élection présidentielle de sortie de crise. Le « Ni…Ni… » a été imposé, car pour la communauté internationale, la candidature de Andry Rajoelina, de Marc Ravalomanana et de Didier Ratsiraka n’a pas été jugée favorable à une sortie de crise apaisée. Le diplomate Ramtane Lamamra a été parmi les artisans de ce « Ni… ni… » qui a permis au candidat de substitution Hery Rajaonarimampianina d’accéder au pouvoir. Quatre ans après, Ramtane Lamamra revient à Madagascar. Il a découvert dans le pays un nouveau contexte politique qui ne permet plus l’application de la formule « Ni…ni… ». Les tenants du pouvoir reprochent à l’émissaire de l’Union africaine de dénaturer la réalité alors que ces mêmes dirigeants HVM affirment que la mission de Ramtane Lamamra n’a pas eu sa raison d’être étant donné que Madagascar n’est plus un pays en crise.

R. Eugène

Tia Tanindranaza90 partages

Fifidianana filoham-pirenenaHaroso amin’ny volana mey 2018 ?

Miha mazava ankehitriny ny paikadin’ny fitondrana HVM fa mety hotanterahana mialoha ny fotoana ny fifidianana filoham-pirenena, raha ny feo mivoaka avy ao an-dapa ao.

RTT

Midi Madagasikara87 partages

Toamasina : Tafakatra 2400 ny kilaon’ny vary

Raha ny zava-misy eny an-tsena dia efa tafakatra ho 2.400 ariary ny kialon’ny vary makalioka eny an-tsena ankehitriny eto Toamasina, ireo vary nafarana ao anatin’izany dia manodidina ny 1.900 ariary hatramin’ny 2.100 ariary arakaraka ny hatsarany sy ny firenena fiaviany. Noho io fidangan’ny vidim-bary tsy mifanaraka amin’ny vidiny nividianana azy tany ivelany sy ny hetra alain’ny fanjakana amin’ny fampidirana azy ireny ary ny fahabetsahan’ny fahatongavany eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina, dia nikasa ny hanao fidinana ifotony hijery ireo magazain’ireo mpandraharaha mpanafatra vary sy mpamongady vary teto Toamasina ny prefe Benandrasana Cyrille ny talata tolakandro teo. Voahomana hiara-hitsirika ireo magazay ireo tamin’izany ny talen’ny varotra sy ny fanjifana atsinanana Rtoa Lambo Nadia ; saingy hagagana ny an’ny prefen’i Toamasina fa raha fitsirihana tampoka no saika hatao hamantarana ny tena zava-misy marina, dia tapitra nantsoin’iyy talem-paritra ity an-tarobia avokoa ireo mpandraharaha vary ka saika nanjavona tampoka sy nanakatona magazay avokoa noho izany ; teo koa ny fahatarana tamin’ny fahatonvany satria raha tamin’ny 03ora ny fotoana nefa 45min taorian’izay vao tonga ity talem-paritry ny varotra sy ny fanjifana atsinanana ity. Midika izany hoy ity solon-tenam-panjakana eto Toamasina ity, fa misy firaisana tsikombakomba avo lenta eo amin’ny talem-paritry ny varotra sy ny fanjifana, sy ireo mpandraharaha sy mpanafatra vary eto Toamasina, ka izao lasa miteraka olana amin’ny fidangan’ny fidim-bary izao.

Malala Didier

L'express de Madagascar62 partages

Justice – Le pole anti-corruption en panne de candidat

Les magistrats trainent les pieds pour intégrer le Pole anti-corruption (PAC). Le comité de recrutement a diffusé une troisième relance, faute de candidats.

Accouchement difficile. La mise en place du premier Pole anti-corruption (PAC) d’Anta­nanarivo piétine. Elle est annoncée être opérationnelle au plus tard le 4 décembre, mais les magistrats qui devraient composer cette structure ne sont pas encore connus. L’appel à candidature au PAC intéresse peu de magistrats. Diffusée  en avril, puis en juin, une troisième relance a été adressée aux magistrats « en raison du faible nombre de candidats conformes aux conditions requises », selon l’annonce du comité de recrutement  dans le site web du ministère de la Justice.Les précédentes annonces s’adressaient aux magistrats ayant  au moins seize années d’expérience. Ayant l’obligation de proposer trois noms pour chaque poste, le comité doit ainsi proposer une liste de soixante personnes  au Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Toutefois, il n’y a pas eu assez de candidats pour certains postes malgré les deux relances. « Certains critères, notamment le nombre d’années d’expériences, ont  été revus à la baisse pour encourager les candidatures », explique Jean Louis Andria­mifidy, directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco).Le comité en charge du recrutement des membres du PAC est constitué par le Bianco, le Service des renseignements financiers (Samifin), le Conseil supérieur de l’intégrité ainsi que le ministère de la Justice.

UrgenceEn addition avec les dossiers déposés durant les deux premières annonces, le comité en charge de la mise en place du PAC dispose de quinze jours depuis hier pour proposer au Conseil supérieur de la magistrature (CSM)  les trois noms pour chaque poste. « Il nous faut environ quinze jours pour traiter les dossiers reçus. Ainsi, il n’est pas possible de respecter l’échéance du 4 décembre », continue le DG  du Bianco.En tant que responsable de la gestion des carrières des magistrats, il appartient au CSM de nommer, en session, le candidat idoine pour chaque poste. Toutefois, la dernière session du CSM s’est tenue à la fin du mois d’octobre. Normalement, il faut attendre la prochaine session, c’est-à-dire la dernière semaine de décembre pour que ce conseil puisse nommer les magistrats membres du PAC. Toutefois, en raison du caractère urgent, « le ministre de la Justice a donné son accord pour organiser une session extraordinaire », poursuit Jean Louis Andria­mifidy.Maillon important dans la Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC), le PAC fait également partie des conditionnalités du Fonds monétaire international. Point soulevé régulièrement pendant les évaluations de cette institution de Bretton-Woods,l’État s’est engagé à le mettre en place. « Sauf incident majeur, le PAC devra-être opérationnel avant la fin de l’année », conclut Jean Louis Andriamifidy.

Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara53 partages

Tsaratanàna : Notafihan’ny olona ny biraon’ny zandary, voatery nitifitra

Niainga tamin’ny nahasamborana lehilahy iray izay nahavita heloka bevava ny raharaha. Namono nahafaty vehivavy io farany ny 19 novambra lasa teo. Rehefa nandeha ny fanadihadiana rehetra nataon’ny zandary dia voasambotra ny nahavanon-doza ny 21 novambra teo raha efa saika hitsoaka tao an-tanàna. Vetivety dia nahoraka ny vaovao ary tonga teny am-poto-tsofin’ny tsirairay tao Tsaratanàna. Ny ampitson’iny ary dia efa tonga tao amin’ny tobin’ny zandary tao an-toerana ny tanora marobe, izay mpiray fiaviana tamin’ilay vehivavy maty. Nitondra kibay sy zava-maranitra izy ireo ary nangataka ny hamoahana ilay lehilahy mba hatao fitsaram-bahoaka. « Niezaka nandresy lahatra azy ireo ny Komandin’ny Kaompania niaraka tamin’ireo Raiamandreny sy Tangalamena ka niala teo izy ireo nanaiky fa hamela ny zandary hanao ny asany » raha araka ny tatitry ny zandary. Ny ampitson’iny anefa dia mbola niverina teo indray ary mainka aza nitombo an’isa, an-jatony maro. « Niverina nandresy lahatra azy ireo indray koa ny tompon’andraikitry ny ZP sy ny raiamandreny rehetra ary ny tangalamena, kanefa dia nanatona hatrany izy ireo ary efa nanozongozona ny varavarana sy varavaran-kelin’ny toby » hoy hatrany ny fanazavan’ny zandary.  Vokatr’izany dia nanao ny fampitandremana ny zandary ny mba tsy hikitihana izany sy tsy hidirana ao, kanefa tsy nanaiky ireo olona. Napoaka ny basy mba hanairana azy ireo,  nisy natifi-danitra ary nisy ny natifi-tany. Tovolahy iray no voakasoky ny bala teo amin’ny ranjony ary naratra. Niala avokoa ireo tanora taorian’izay. Nampidinina any an-toerana nanomboka omaly ny « renfort » marobe an’ny zandary ary mitohy kosa ny famotorana ny nahavanon-doza.

D.R

Midi Madagasikara51 partages

144 nouvelles communes : Monopole des marchés de construction par des députés pro-régime

Des bâtiments administratifs, des marchés et d’autres types d’infrastructures sont à construire au niveau des 144 communes nouvellement créées. Ces constructions sont financées par des subventions octroyées par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Actuellement, des langues se délient et dénoncent que les marchés de construction de ces nouvelles infrastructures seraient actuellement monopolisés par des députés pro-régime. « Des consignes ont été données aux maires concernés. D’après ces consignes, tous les marchés de construction de nouvelles infrastructures au niveau de leurs circonscriptions doivent être attribués aux députés du parti au pouvoir. », a confié un député qui a requis son anonymat.

Fonds de campagne. D’après notre interlocuteur qui a rejeté l’offre qu’on lui a proposée, l’argent collecté par ces juteux marchés de construction servira de fonds de campagne pour les élus pro-régime. « Ce fonds servira à financer les campagnes de l’élection présidentielle et des Législatives de 2018. », a-t-il révélé. Après l’affaire Ambohimahamasina (Ambalavao) qui impliquait la femme milliardaire Claudine Razaimamonjy, un nouveau scandale financier lié à la gestion des subventions spéciales octroyées aux collectivités territoriales décentralisées risque de s’éclater au grand jour. A noter que l’octroi d’un marché public doit respecter la procédure légale prévue dans le code des Marchés publics. L’immunité parlementaire n’y joue pas. A suivre.

R. Eugène

Midi Madagasikara42 partages

Berivotra 5X5 sy Andriba : Nametraka paikady hiadiana amin’ny tsy fandriam-pahalemana ny Zandary sy ny fo...

Na dia voasokajy ho anisan’ny faritra mena amin’ny asan-dahalo aza ny eto Betsiboka, dia miavaka kosa ny ao amin’ny Kaominina Berivotra 5X5 sy ny Kaominina Andriba. Araka ny vaovao voaray nampitain’ny Kaomandan’ny tombim-pileovan’ny Zandariamariam-pirenena ato Betsiboka, ny Lietinà-kolonely Zanelisy Aramand, nandritra ny fihaonany mivantana tamin’ireo vahoaka marobe,ny alarobia lasa teo tany an-toerana mantsy dia nametraka paikady izy ireo ka nahitam-bokany izany. Anisan’izany ny fanaovana dina ifampifehezan’ny mponina. Raha misy fanafihana mitranga ao amin’ny fokontany iray dia tsy maintsy manara-dia ny fokonolona miaraka amin’ireo fokontany sasany manodidina, fa raha tsy izany dia mihatra ny dina. Ny lehilahy izay tsy mety mandray andraikitra kosa,  iharan’ny sazy. Vokatr’izany dia lasa milamina ny tanàna ary nanaiky fa hanatanteraka ny dina hifampifehezana ny olona rehetra, nandritra ny fihaonana mivantana tamin’ny lehiben’ny Zandary . Ahitana fokontany miisa 21 moa ny ao amin’ny Kaominina Berivotra raha 32 kosa ny any amin’ny Kaominina Andriba.

Ratantely

Midi Madagasikara40 partages

SMM : La scission

En ordre dispersé. C’est ainsi que l’on peut qualifier la situation actuelle du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM). De sources bien informées, le Syndicat considéré comme le plus actif de l’année 2017 est désormais frappé par une scission. Bon nombre de membres du bureau du SMM ont démissionné de leur poste. Trois magistrats ont expliqué leur départ par leur candidature à la dernière élection du Conseil Supérieur de la Magistrature. C’est le cas notamment de l’ancien Vice-président Tiaray Fanahimanana qui a d’ailleurs été élu membre du CSM. Certains ont choisi de démissionner pour une autre raison. Pour ne citer que l’ex-vice-présidente du SMM Rojovola Bora qui est actuellement à l’étranger. « J’ai choisi de m’écarter pour des raisons personnelles… Je tiens juste à souligner que je n’utilisais pas le Syndicat pour chercher des intérêts personnels, d’ailleurs je n’étais pas candidate à l’élection du CSM. Je pense juste que j’ai terminé ma mission en tant que vice-présidente », a-t-elle expliqué.

Discordes. Même si pour l’heure, le Ministère de la Justice et le Gouvernement n’ont pas encore donné satisfaction aux revendications du SMM, Rojovola Bora reste optimiste et estime qu’une étape a déjà été franchie pour la réussite du « tolona ». Elle cite notamment la mise en place d’une commission spéciale qui tranchera sur la réforme de la Justice et sur la gestion de carrière des magistrats. « La ministre de tutelle s’est aussi engagée à améliorer le monde de la Justice et les conditions de travail des magistrats », a-t-elle rappelé. Des promesses qui n’ont pas encore été réalisées pour le moment. D’ailleurs, Rojovola estime qu’il reste encore un long chemin à faire pour instaurer une Justice véritablement indépendante. Cependant, elle se dit satisfaite du combat qu’elle a pu mener au sein du SMM, tout en soulignant qu’elle reste toujours membre dudit Syndicat. Elle reconnaît en effet que des discordes entre les membres sont à l’origine de cette démission en masse. A noter qu’au moins sept membres du bureau du SMM ont démissionné. Bon nombre demagistrats n’étaient pas d’accord pour la fermeture des tribunaux lors de la dernière grève illimitée opérée au mois d’octobre dernier. En quelque sorte donc, le SMM est en train de se vider de ses membres. Quid alors de la suite du mouvement et de la plainte su Syndicat contre le Sénateur Riana Andriamandavy VII ?

Davis R

News Mada38 partages

Beko : Tsilira sur les pas de Théo Rakotovao

Un nom très peu connu, voire inconnu, des amateurs de la musique traditionnelle, Tsilira vient de franchir le star-system.

Il y a quelques mois,  Tsilira n’était encore que monsieur tout le monde. Désormais, il est sur le toit national en ayant raflé le premier prix de l’émission de télé-crochet «Kopi kole», dans la catégorie découverte. Il partage un point commun avec l’illustre Théo Rakotovao qui a déjà remporté le concours «Prix découvertes RFI» avec son groupe Mikea en 2008.

Né en 1962 dans la commune rurale Befandriana-sud, il a fait de la musique sa folle passion dès l’âge de 12 ans et porte en lui la tradition du beko Masikoro, ce blues caractéristique du Sud de Madagascar. Du haut de ses 55 piges, Tsilira connaît un certain succès musical sur le tard avec sa soudaine notoriété dans les médias nationaux. Mais l’artiste reste confiant quant à sa carrière. Il entend même porter haut l’étendard de sa culture et sa tradition.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara36 partages

« Loko race » : Une course animée haute en couleur

C’est parti pour un tour et que tout le monde se met sur sa tenue blanche ! « Loko race » revient pour la troisième édition, avec plus de couleurs et d’amusement. Demain, pas moins de 5 000 amateurs de course ludique seront attendus aux alentours du Lac Anosy. Sur un parcours de quatre kilomètres, les milliers de coureurs seront colorés dans les stations de couleurs tous les 800 mètres.

Musique, danse, jeux et ambiance festive seront au programme. Petits et grands y trouveront leur bonheur. Entre les « zumba white », le « funky live color » et le concert avec Stéph Ramb les animations ne manqueront pas. Si la convivialité est de mise, la course implique également des œuvres caritatives. Un chèque d’une valeur d’ 1 million d’Ariary sera versé à l’association Compassion Madagascar. Ceci pour couvrir les besoins en nourritures et en médicaments des enfants de familles démunies, dans les hôpitaux publics de Madagascar.

Aina Maharindra

Midi Madagasikara30 partages

La machine électorale du HVM est en branle

Lentement, mais sûrement, l’équipe entourant le président de la République affirme son emprise sur l’appareil d’Etat. Elle met en œuvre la stratégie qu’elle a élaborée pour l’élection présidentielle de 2018. Elle organise la campagne de ce dernier au vu et au su de tous les candidats potentiels qui ne peuvent évidemment pas protester. Les apparitions publiques et les inaugurations continuent. L’apothéose de cette semaine aura lieu aujourd’hui et demain avec le congrès du HVM à Mahajanga qui verra la présence du chef de l’Etat et des cadres du parti ainsi que tous les membres du gouvernement. Ce sera l’occasion pour le régime de marquer les esprits en montrant la chaleur de l’accueil qui lui sera réservée par la population. C’est en toute quiétude que le premier ministre et ses collaborateurs ont fait leur rapport d’’activités devant les députés. Les problèmes de l’heure ont été évoqués, mais ils l’ont été sans passion. Cette session de l’Assemblée devrait se dérouler dans l’indifférence totale des citoyens. Cette semaine aura été marquée également par le passage de Ramtane Lamamra, l’émissaire de l’Union africaine, en mission d’observation de la vie politique du pays avant les échéances électorales prochaines. Il a rencontré les présidents de l’Assemblée nationale et duSénat, le ministre des Affaires étrangères. Il s’est aussi entretenu avec l’ancien président Marc Ravalomanana.

Sur le plan international, la situation s’est apaisée au Zimbabwe avec l’acceptation par le vieux président Robert Mugabe de démissionner. Sa démission a été saluée par une explosion de joie de la population qui est heureuse de tourner enfin la page d’une dictature ayant laissé exsangue l’économie du pays. L’attention des médias s’est focalisée sur le traitement réservé aux migrants noirs vendus comme esclaves en Libye. Le reportage fait par CNN a mis en lumière les exactions commises par les trafiquants libyens de chair humaine au vu et au su des autorités. Le scandale est devenu international et les protestations venues du monde entier ont fait réagir le gouvernement libyen qui a décidé d’ouvrir une enquête.  Sur le continent africain, l’indignation s’exprime dans toutes les capitales et des pétitions sont lancées un peu partout.

La défaite de DAESH en Syrie et en Irak n’a pas sonné le glas du terrorisme. Bien au contraire, il ressurgit un peu partout dans le monde. Il se manifeste par des attentats sanglants. Le dernier en date a eu lieu hier dans le nord du Sinaï en Egypte. L’explosion d’un camion piégé et des tirs nourris contre les fidèles d’une mosquée  ont fait au moins 235 morts et des centaines de blessés. Un deuil national de trois jours a été décrété par le président égyptien.

En Europe, c’est la crise ouverte après l’échec de constitution d’une coalition de gouvernement par Angela Merkel qui domine l’actualité. L’ancienne chancelière n’avait pas réussi à convaincre les libéraux de la rejoindre et la perspective de nouvelles élections se dessinait. Mais si cela se produisait, cela avantagerait l’extrême droite. Devant ce danger, la SPD a annoncé hier qu’il était prêt à ouvrir des discussions avec le CDU.

C’est un parti HVM en ordre de marche qui est en train de se mobiliser pour soutenir la candidature du président Hery Rajaonarimampianina. La machine électorale est en branle et on le constatera         certainement ce week-end à Mahajanga. Tous les moyens de l’Etat sont mobilisés et vont continuer à l’être dans les mois à venir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara30 partages

Football – Elections Analamanga : Candidature déposée pour Barivo

Barivo affiche encore un bel optimisme même si sa tâche est loin d’être facile.

Barivo, de son vrai nom Rivomanana Ramboasolo, a pu finalement déposer son dossier de candidature au poste de président de la Ligue d’Analamanga.

Prudent et compte tenu des coups tordus dont il déclare avoir été victime, Barivo a délégué un huissier de justice pour effectuer les formalités d’usage tant au siège de la Fédération Malgache de Football qu’à celui de la Ligue d’Analamanga.

« Tout sera question de bon vouloir et de jugement et que la balle est dans le camp des présidents de section avec qui j’entends travailler la main dans la main par le biais de dotation en matériel », déclare Barivo avec une bonne dose d’optimisme lié à ce vent du changement auquel aspirent les férus du ballon rond tananarivien.

« Si le public ne veut plus une compétition avec des tribunes vides comme cela a été toujours le cas lors du championnat d’Analamanga alors le changement s’impose », commente-t-il avant d’inviter tous les présidents des sections à faire un examen de conscience.

Clément RABARY

Madagascar Tribune29 partages

Le président Rajaonarimampianina insiste

Alors que le président de la République a fait comprendre depuis la cérémonie de réception d’un investissement social du projet Ambatovy, que l’année 2018 sera l’année des élections et qu’il ne dérogera pas aux dispositions constitutionnelles et lois électorales c’est pourquoi il œuvre et appelle tout un chacun à veiller et à travailler pour la stabilité, le syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants de l’enseignement supérieur (SECES) de la section Antananarivo, revient sur les accords convenus avec l’Etat et leurs droits qui ne sont pas respectés. Le SECES prévoit de tenir un sit-in devant le ministère de l’Enseignement supérieur ce mardi 28 novembre 2017 pour faire valoir leurs droits et revendications. Parmi ces revendications figurent selon le président du SECES Tanà, le règlement dans les plus brefs délais des indemnités de recherche pour les chercheurs/enseignants à la retraite -ces derniers ne les ont pas perçues depuis le mois de janvier 2016. Le SECES Tanà réclame aussi le règlement dans les meilleurs délais des indemnités afférant aux heures complémentaires.

En tout cas, ces derniers temps le régime Rajaonarimampianina multiplie les inaugurations dans les régions et les périphéries des grandes villes, démontrant les réalisations et confiance de la communauté des investisseurs envers le régime. Infrastructures agricoles, équipements sanitaires et sociales et appuis aux riziculteurs ont été présentés et offerts aux populations de l’Alaotra. La ville de Moramanga n’est pas en reste car le projet Ambatovy lui a offert en présence du président de la République, le plus grand marché couvert de Madagascar.

Midi Madagasikara29 partages

Journée verte sans circulation : Rendez-vous le 3 décembre

La mobilité urbaine peut se concevoir et se vivre de manière plus respectueuse de l’environnement. En optant par exemple pour des moyens de locomotion moins polluants, écologique à souhait, tels que la marche à pied ou les vélos, etc.

C’est dans le dessein de sensibiliser le plus grand nombre à ce réflexe écologique que le Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts (MEEF), celui de la Jeunesse et des Sports (MJS) et la Commune urbaine d’Antananarivo ont décidé d’organiser pour dimanche prochain une journée verte sans circulation. Cette journée inédite est aussi organisée avec le concours de divers partenaires environnementaux des ministères de tutelle. Pour que la sensibilisation aille au-delà d’Antananarivo bien que la capitale soit la ville pilote, un décret ministériel a été sorti officiellement à son sujet. En outre, les chaînes de télévision locales diffuseront un « spot de sensibilisation » pour que le plus grand nombre adhère à la cause. Ceci afin d’améliorer la santé, l’environnement et le cadre de vie en milieu urbain.

Luz R.R

Midi Madagasikara28 partages

FDA : 40 milliards Ar de subventions octroyés

« Plus de 500 000 bénéficiaires ont été recensés entre la période de 2009 et 2015 », a soulevé Fanja Rahantamalala, le directeur général du FDA. (Photo : Yvon Ram)

Cette institution est un Etablissement public à caractère administratif. Et il compte actuellement 15 FRDA opérationnels éparpillés dans toute l’île.

Le Fonds de Développement agricole (FDA) a été mis en place en 2008 dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie des services agricoles. L’objectif étant de faciliter l’accès des producteurs aux services agricoles en vue de leur permettre d’accroître leur production et leurs revenus. C’est un outil financier servant à mobiliser des financements ou à allouer des appuis financiers et ce, sous forme de subventions. En outre, des Fonds régionaux de Développement agricole (FRDA) ont été créés dans une phase pilote avec l’appui des partenaires techniques et financiers comme l’Union européenne et le FIDA. Depuis son opérationnalisation en 2009, près de 40 milliards Ar de subventions ont été octroyés.

550 000 bénéficiaires. Parmi lesquels, « 35 milliards Ar ont été mobilisés pour satisfaire les 75% des 35 000 demandes reçues par une dizaine de FRDA fonctionnels, entre la période de 2009 et 2015. Plus de 550 000 bénéficiaires ont été recensés. Et l’an dernier, les FRDA opérationnels ont satisfait environ 8 000 demandes en allouant environ 5 milliards Ar de subventions », a annoncé Fanja Rahantamalala, le directeur général du FDA lors de la matinée thématique du PADR qui s’est tenue hier au ministère du Plan à Anosy. Le thème a été axé sur le Fonds d’appui au secteur agricole. Notons que ce fonds couvre trois secteurs, à savoir, l’agriculture, l’élevage et la pêche. Ses domaines d’intervention concernent les services directs aux exploitations agricoles comme l’appui-conseil technique, économique et de gestion, la mise à disposition des résultats de recherche appliquée et l’appui à l’accès au marché.  En outre, l’accès aux facteurs de production notamment aux équipements et aux infrastructures ainsi que le renforcement des organisations paysannes, la structuration et la promotion des filières, l’extension des services financiers et la formation agricole sont également couverts par le FDA. Il en est de même pour le renforcement de capacité de dispositifs d’appui aux producteurs.

Apport bénéficiaire. « Quant aux acteurs éligibles à ce financement, on peut citer entre autres, les producteurs, les organisations paysannes et les opérateurs privés assurant la commercialisation ou la transformation directe des produits agricoles, ainsi que les organismes intervenant dans l’environnement de la production tels que les centres de recherche ou les centres de formation », a-t-elle soulevé. Même s’il s’agit de subventions, les bénéficiaires doivent toujours apporter leurs contributions dans la réalisation de leur projet.  A titre d’illustration, le plafond est fixé à 15 millions Ar pour l’acquisition des équipements collectifs. Les bénéficiaires doivent apporter 30% de ce coût. S’agissant de la mise en place d’un magasin de stockage ou d’un système de transformation ou de traitement des produits, un apport bénéficiaire de l’ordre de 10% du coût du projet avec un plafond de 20 millions Ar est exigé. Concrètement, ces acteurs effectuent des demandes de services agricoles qui seront étudiées par les FRDA. Un Comité régional d’Orientation et d’Allocation étudie ces demandes et alloue ensuite les subventions. Les bénéficiaires mettent en œuvre leur projet ou font recours à des prestataires spécialisés. Le fonds régional assure ensuite le suivi et contrôle.

Navalona R.

Tia Tanindranaza22 partages

Fitsaram-bahoaka tany Tsaratanana100 lahy nanafika tobin’ny zandary

Tovovavy iray 18 taona antsoina hoe Soanarivo monina ao Ambodivala, fokontany Manakana, kaominina Tsaratanàna no nisy namono ny alahady 19 novambra lasa teo.

 

Nivoaka ny trano nandeha nanondraka anana izy, saingy tsy niverina. Taitra ny ray aman-dreniny ka narahina tany an-tanimboly. Ny vatana mangatsiakany efa voafira antsy teo amin’ny lohany ary natao tao anaty rano no novantanina. Nandeha teny an-toerana ny zandary sy ny dokotera nijery ny zava-nisy. Zanak’olona avy any amin’ny faritra Atsimo Atsinanana izy ity. Naneho ny hatezerany ireo mpiray fiaviana aminy. Raikitra ny famotorana, ary nisy olona nahiahian’ny fianakaviana nahavanona ny loza, ka nampandre ny mpitandro ny filaminana izy ireo. Lasa  nandositra efa tany anaty taksibrosy tany Morarano io olona io. Nantsoina ny zandary tany hisakana sy hisambotra azy, ka naverina tany Tsaratanàna, araka ny fanazavan’ny komanda Tsaratiana Edgard Honoré, Lehiben’ny zandary any an-toerana.

100 lahy

Nandeha tao anatin’ny 2 andro ny famotorana. Ny alakamisy 23 novambra tokony ho tamin’ny 2 ora tolakandro anefa dia tonga ny tovolahy maromaro niaraka tamin’ny antsy sy sabatra, langilangy, nitaky ny hamoahana azy. Tsy nanaiky ny mpitandro ny filaminana, saingy tsy resy lahatra izy ireo. Nambarany fa tsy ny zandarimaria no tsy atokisany fa sao votsotra rehefa tonga any amin’ny tribonaly. Tamin’ny 5 ora sy sasany hariva vao vita ny fivoriana, ary resy lahatra ireo ray aman-dreny fa aleo hanao ny asany ny mpitandro ny filaminana. Niarahana tamin’ny OMC, nahitana ny distrika, polisy sy ny zandary ary ny fitsarana  ny fifampidinihana. Omaly zoma tamin’ny 8 ora maraina anefa dia dia tonga indray ireo tovolahy manodidina ny 100 mahery ireo niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana toy ny langilangy sy famaky hamaky ny “cellule” tao amin’ny zandarimariam-pirenena itazonana ilay tovolahy voarohirohy. Nandeha ny fifandresen-dahatra, saingy raikitra ihany ny sakoroka, ka voatery nanaparitaka azy ireo tamin’ny alalan’ny tifi-danitra ny zandary. Tsy nihemotra ireo zatovolahy, nandeha hatrany ny tifi-danitra sy ny fifanjevoana. Nandritra izany no nahatifirana tsy nahy ny tongotry ny lehilahy iray, izay voa teo amin’ny kibon-dranjony, saingy tsy ahiana ny ainy, ary efa nahazo fitsaboana. Voatery noravana ny sekoly rehetra tany an-toerana. Nilamindamina ny raharaha taorian’izay.

Toky R

 

Midi Madagasikara22 partages

S’MBA Madagascar 2017 : Un salon grand public de la Microfinance, des Banques et des Assurances

Les domaines d’activités relatifs au secteur financier, incluant les financements pour la réalisation d’opérations économiques ou pour les besoins des ménages, seront présents au salon.

Prévu initialement de se tenir au Palais des Sports Mahamasina, puis reporté en raison de l’épidémie qui a secoué la capitale, le S’MBA Madagascar  se tiendra cette semaine sur le parvis de l’Hôtel de ville Analakely.

Cette fois, c’est la bonne. Après le rendez-vous manqué du début octobre, pour cause d’épidémie de peste, la toute première édition du Salon de la Microfinance, des Banques et des Assurances ou S’MBA Madagascar, se tiendra bel et bien, ce mois de novembre. Ce sera pour cette semaine, les 28 et 29 novembre 2017. Le Parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely ouvrira ses portes aux visiteurs pendant ces deux jours de salon qui réunira les acteurs opérant dans le circuit financier, notamment les institutions de microfinance, les établissements de crédit, les banques et les compagnies d’assurances ainsi que les établissements se spécialisant dans les services de « mobile banking », de transfert d’argent et d’épargne. Durant ces deux jours, ils présenteront leurs produits et services, s’adressant spécialement au grand public. « Il ne s’agira pas d’un lieu d’échanges entre professionnels de la microfinance, banques et assurances, mais véritablement une ouverture vers le grand public. L’objectif est de contribuer à l’amélioration de l’accès pour tous aux services financiers et de démocratiser encore davantage ce milieu », explique un responsable d’EDITCOM, promoteur de l’événement.

« e-commerce ». Cette première édition du salon sera ainsi beaucoup plus orientée vers les offres de crédit répondant aux attentes d’un public assez large : particuliers, entrepreneurs, fonctionnaires, agriculteurs, commerçants, artisans, transporteurs, salariés privés et bien d’autres. Dans la mesure où le secteur financier à Madagascar est au diapason des évolutions technologiques, la présentation des nouveautés du secteur sera au rendez-vous, tels entre autres, le « mobile banking » et le « e-commerce » qui y seront développés davantage. Il sera, par ailleurs, question de mettre en avant les différents partenariats avec les institutions de Microfinances et des Banques pour faciliter les octrois et remboursements de prêts à partir du téléphone mobile. Sans oublier les opportunités de formation, d’emploi et de conseil et orientation en finances proposées au public.

Avec un nombre conséquent d’établissements participants, le salon proposera ainsi aux visiteurs un vaste panorama des choix adaptés à leurs besoins. Son promoteur à travers sa filiale Madajeune, fort de son expérience en matière d’organisation de salons, veut, cette fois, apporter un plus dans le milieu de la finance.

Hanitra R.

Midi Madagasikara21 partages

« Rima sy mozika » : En souvenir du bon vieux temps !

Les artistes lors des séances de répétition.

Une quarantaine de titres pour enchanter le public et le faire voyager dans le temps ! Demain après-midi, Luk, Zôzô, Lily, Lilie, Salomon, Gothlieb et Nanie vont interpréter des titres des années 60 à 2 000 triés sur le volet pour le bonheur des amateurs de « kalon’ny fahiny » et de « ba gasy ». Les artistes ont répété depuis des semaines pour que le jour J, tout soit parfait. En effet, les artistes ne vont pas simplement aller, venir et chanter. Leur prestation s’apparentera à un spectacle de théâtre avec une mise en scène et des décors inédits.Mahetsaka

Tia Tanindranaza19 partages

Antenimieram-pirenena MalagasyMaty hasina tanteraka

Maty hasina tanteraka ny antenimieram-pirenena Malagasy noho ny ataon’ireo solombavambahoaka miasa ao aminy.

 

 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza18 partages

Tolotra fandefasana vola “E-Mandat Vaovao”Tafapetraky ny Paositra Malagasy ny any Mahajanga

Tanteraka teo anoloan’ny biraon’ny Paositra Malagasy tao Mahajanga ny 23 novambra 2017, ny famoahana ofisialy ny tolotra vaovao fandefasana vola amin’ny fomba nomerika EMV na ny “E-mandat vaovao”.

 Marihina fa ny taona 2014 ny Paositra Malagasy no efa nanao fandaharanasa ara-barotra amin’ny alalan’ny vokatra sy tolotra nomerika izay mitondra fampandrosoana ara-toekarena ho an’ny vahoaka.  Sady tsotra no malaky ary azo antoka araka ny filamatra napetrany. Nampidirin’ny Paositra amin’ny fikirakirana ny taratasim-bola sy vola ihany koa, araka izany, ny haitao ara-kajy mirindra hanamorana sy hanafainganana ny serasera sady mampihena ny fampiasana ny taratasy. Afaka mifaninana amin’ny hafa mikasika ny fandefasana vola ny Paositra malagasy amin’izao fotoana noho ny fananana io EMV io, hoy ny Tale jeneralin’ny minisiteran’ny Paositra sy ny Fifandraisandavitra, Razafimanantsoa Stephanoël. Ny mpanjifan’ny faritanin’i Mahajanga no tena be mpampiasa ny EMV ary voalohany amin’izany ny distrikan’i Besalampy. Faharoa ny distrikan’Ampanihy any Toliara, hoy izy. Nisy ny fanolorana mari-pankasitrahana sy valisoa ho an’ireo mpanjifan’ny EMV avy ato anatin’ny faritra Boeny nandritra ny lanonana. Anisan’ny fampandrosoana entin’ny Paositra Mahajanga, hoy ihany ny tale jeneraly dia nomena tombontsoa manokana ny kaominin’i Mahajanga amin’ny fametrahana ny tambajotra nomerika hiasana ao anatin’ny Lapan’ny tanàna. Nananganana trano fivoriana ara-teknolojia hahafahan’ny fikambanana na olon-tsotra mivory amin’ny alalan’ny “Internet” ihany koa ao amin’ny Baobab City Tsaramandroso. Nambaran’ny Talen’ny Fampandrosoan’ny Faritra Boeny, Randriambololona Marcellin fa andraikitra napetraka amin’ny Faritra ny mandrindra ny fampandrosoana ny toekarena sy ny sosialy ka mifampiankina tanteraka ny filamatry ny Paositra sy ny Faritra.

Toky R

 

L'express de Madagascar18 partages

Le sexe faible

«L’approche genre tant prônée par les nations civilisées n’apporte pas que du bien dans son application stricte. La potion est classée dans la catégorie “à consommer avec modération” si l’on se réfère à l’histoire ». C’est par ces termes qu’un journal de la place ouvre son éditorial jeudi dernier. Bien entendu, cela ne pouvait qu’être un homme pour écrire de cette manière. Une occasion en or pour une réponse de la bergère au berger.Mon confrère s’est bien délecté en citant des exemples qu’il qualifie de « l’histoire » car à vraie dire, ce ne sont que des histoires et non des réalités humaines. Et puis, entre nous, ces petites histoires ont été écrites par…des hommes. Qu’Adam a été « manipulé » par Ève, Samson par Dalila, on constate donc que ces hommes n’avaient pas vraiment le centre de réflexion dans la partie du corps approprié à cela. Autre temps autre mœurs annonce mon collègue, mais il est très peu probable qu’en ce temps-là, les auteurs de ces histoires savaient ce qu’est l’égalité des genres.« Ces femmes dominantes risquent alors de faire perdre la main à leur époux. La chute de l’inamovible Mugabe en est une illustration en matière d’échec de l’approche genre mais d’autres chefs d’Etats suivront certainement la même voie de sortiedans un proche avenir ». Il est tout à fait compréhensible que des fois, le journaliste fasse face à des pages vides, que l’inspiration disparaisse et que de temps à autre, on puisse écrire pour écrire. Mais de là à en arriver à rapporter de pareilles bêtises,  c’est un peu fort de café !Premièrement, comment peut-on mettre si facilement sur le dos de l’approche genre la fin du règne de Mugabe ?  Ce qui se raconte sur Grace Mugabe ne serait que l’eau qui aurait fait déborder le vase. C’est renier l’histoire, la vraie, que de ne s’en tenir qu’à la fin. Durant des années, de déboires en déboires, Mugabe a tout fait pour se faire des ennemis et pour s’ériger en oppresseur de son propre peuple.Mais, si utopiquement, il était vrai que la fin de son règne est dû au fait qu’il a appliqué « l’approche genre » ne devrions-nous pas féliciter, remercier, sacraliser cette fameuse approche ? Elle a mis à terre celui qui a tué des millions de gens pour se maintenir au pouvoir, pillé et dévasté le Zimbabwe pendant des décennies. Dans ce cas, on devrait imposer l’approche genre à tous les couples présidentiels de la planète. Ainsi, ceux qui pensent s’éterniser au pouvoir seront tout de suite mis au tapis par leurs femmes.Mon cher confrère réfléchira peut-être maintenant à deux fois avant du parler du « sexe faible » car par ses propos mêmes, il se dénigre en voulant rabaisser d’une manière simpliste et machiste le combat, depuis des décennies, des hommes et des femmes pour la mise en pratique d’une approche positive des genres. Puis, « grâce » à Grace, le Zimbabwe peut maintenant vivre. Alors, qui est le sexe faible ?

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara17 partages

Nations unies : Trois millions USD pour la consolidation de la paix

On parle surtout des aides du FMI, de la Banque mondiale et de l’Union européenne. Et pourtant, il y a aussi des appuis financiers et techniques très efficaces accordés par d’autres partenaires techniques et financiers.  C’est le cas, notamment d’un projet des Nations unies relatif à l’appui  aux  mécanismes endogènes pour le dialogue communautaire et à l’amélioration des conditions économiques des populations vulnérables. S’inscrivant dans le cadre de l’amélioration de la sécurité dans le Sud,  ce projet des Nations unies a pour objectif principal d’instaurer le dialogue communautaire notamment en renforçant les moyens de subsistance et en favorisant le changement de comportement en faveur de la paix.

Pour un montant de trois millions USD sur le fonds pour la consolidation de la paix, le projet est mis en œuvre dans les régions d’Androy, plus exactement dans la Commune de Beraketa et dans la région Anosy à Betroka, Ianabinda, Ivahona et Mahabo. Le lancement de ce projet qui sera mis en œuvre par la FAO, le Fonds d’équipement des Nations unies, l’UNESCOP et l’UNFPA. Un projet qui sera d’une utilité particulière pour les bénéficiaires dans la mesure  oùil s’agira avant tout de renforcer la cohésion sociale et l’adhésion à la paix de la population, à travers la promotion de mécanismes endogènes de dialogue communautaire. Ici les actions se feront, par exemple sous forme de promotion et d’appui aux rituels et autres formes d’initiatives endogènes et  des  mécanismes de réconciliation de type « titika » ou « sangy » afin d’engager un processus de pardon et de réconciliation communautaire. Le projet visera également à intégrer les communautés, notamment les femmes et les jeunes marginalisés dans la dynamique socio-économique et renforcer leur participation dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix, réduisant ainsi leur vulnérabilité à se faire enrôler au sein des « dahalo ». Le développement communautaire se fera sous forme  d’accompagnement dans les activités agro-pastorales comme l’identification des filières porteuses, la fourniture d’intrants agricoles, d’équipements et outils, la structuration des groupements au marché et à la commercialisation des produits. Pas moins de 8 000 ménages seront concernés par ce projet qui réalisera également une éducation financière pour les bénéficiaires.

R.Edmond

Midi Madagasikara17 partages

IndustrialisationLe : « Document de stratégie pays 2017-2021 » approuvé par la BAD

Le Conseil d’administration du Groupe de la BAD a approuvé le « Document Stratégie Pays 2017-2021 » de Madagascar, pour renforcer l’industrialisation.

L’appui du Groupe de la Banque africaine de Développement (BAD) pour la réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie de la population à travers la création d’emplois à Madagascar est confirmé.

 Le Conseil d’administration du Groupe de la BAD a approuvé le « Document de stratégie pays » (DSP) de Madagascar, le 22 novembre 2017 à Abidjan, Côte d’Ivoire. Ce document vise à contribuer à réduire la pauvreté et à améliorer les conditions de vie de la population, en créant des emplois grâce à une transformation structurelle accélérée et à l’industrialisation. Le DSP orientera les interventions de la Banque dans la Grande Ile au cours des cinq prochaines années. Selon la BAD, l’accent sera dorénavant mis sur la promotion du secteur privé en tant que principal moteur d’une croissance économique forte, transformatrice et créatrice d’emplois à forte valeur ajoutée et sur une croissance géographique équilibrée tenant compte des disparités et des déséquilibres socioéconomiques régionaux. « La Banque se positionnera en tant qu’animateur, connecteur et catalyseur pour la mobilisation de ressources et renforcera son positionnement en tant qu’institution de la connaissance en fournissant des conseils stratégiques à travers des travaux analytiques », a annoncé le siège de la BAD.

Facilitations. D’après le contenu du document, le premier pilier de cette stratégie concerne le développement des infrastructures d’énergie et de transports pour soutenir la croissance inclusive. Son objectif principal est de mettre en place un environnement des affaires favorable, plus compétitif et propice pour attirer le secteur privé dans des activités transformatrices et créatrices d’emplois grâce à des investissements dans les infrastructures énergétiques et de transport. La Banque contribuera au désenclavement des zones rurales qui regorgent d’opportunités économiques à travers des services énergétiques et de transports accessibles, abordables et fiables afin de favoriser l’accès des produits au marché national, régional et international.

Agriculture. Le deuxième pilier a pour but de contribuer à la transformation de l’agriculture et au développement de l’industrie en s’appuyant sur des approches innovantes. La Banque interviendra dans la mise en œuvre de réformes des cadres juridiques et réglementaires pour promouvoir la mise en place de pôles de croissance agroindustrielles et le développement de nouvelles zones économiques spéciales (ZES) à vocation industrielle afin d’accélérer la transformation des chaînes de valeurs agricoles, l’industrialisation et la création d’emplois salariés formels. Le développement de compétences et l’accompagnement des petites et moyennes entreprises feront également partie des activités que la BAD mènera. Cette stratégie est en adéquation avec le Plan national de développement 2015-2019 de Madagascar, les « High-5 » ainsi que la Stratégie à long terme 2013-2022 de la BAD. En outre, les thèmes transversaux, notamment la gouvernance, le genre, les aspects sociaux, l’emploi, les changements climatiques et l’intégration régionale seront pris en compte dans les nouvelles opérations.

Antsa R.

Midi Madagasikara16 partages

Ambassade de Chine : Don pour l’Association des Mères anglicanes d’Antananarivo

Les couvertures offertes par l’Ambassade de la Chine étaient unanimement appréciées par les récipendiaires.

Dans le dessein d’accompagner les mères démunies sur la voie de l’épanouissement, la République populaire de Chine a fait don de 215 couvertures d’une valeur de 10 millions d’ariary à l’Association des Mères anglicanes d’Antananarivo.

Cette association accompagne et réinsère socio-professionnellement les mères vulnérables de la capitale et ce depuis 20 ans. Confessionnelle, l’association œuvre aussi pour le bien-être familial basé sur l’éducation chrétienne. Cette remise de dons cadre également dans la célébration cette année des 45 ans de relations diplomatiques sino-malgache, marquées par une amitié sincère et une compréhension mutuelle. C’est la raison pour laquelle, l’Ambassade de la République populaire de Chine tient à appuyer Madagascar, autant dans le domaine culturel, que socio-économique.

Débrouillardise. D’ailleurs, SE Madame l’Ambassadeur YANG Xiaorong a souligné cette relation amicale et basé sur un soutien et respect mutuels dans son allocution : « Je tiens à rendre hommage à toutes les mères du pays, car elles tiennent une place authentique dans l’épanouissement d’un ménage, voire de toute la nation. Les mères malgaches sont travailleuses, ambitieuses et débrouillardes(…) C’est avec joie que la Chine se veut sœur et fidèle amie de Madagascar  ». De son côté, l’Association des Mères anglicanes d’Antananarivo- comptant actuellement 3 986 membres, a remercié chaleureusement SE Madame l’Ambassadeur YANG Xiaorong et a fait savoir que ce genre d’appui  et de soutien contribue à renforcer davantage leur motivation et leur conviction pour la cause qu’elles défendent : celle de la Promotion de la Femme.

Luz R.R

Midi Madagasikara14 partages

Consulat de Monaco : Don pour le Lycée de Talatamaty

Des représentants des élèves, du corps enseignant et le proviseur du lycée de Talatamaty devant les ordinateurs fraîchement réceptionnés.

Hier, le lycée de Talatamaty a bénéficié d’un don offert par la Principauté de Monaco, à travers son Consulat. Le don était constitué d’un lot de six ordinateurs équipés et opérationnels, dans le dessein de renforcer les capacités des élèves en matière d’informatique. Notons que cette remise de don cadre dans la coopération que la Principauté de Monaco a initié avec la Commune de Talatamaty dans divers secteurs sociaux de base, notamment l’éducation et la santé (construction de Centre de Santé de Base).

Joie. Comme il fallait s’y attendre, les ordinateurs ont été réceptionnés dans la liesse, étant donné qu’auparavant, les élèves étaient initiés à l’informatique et à l’internet, par le biais de tablettes ou de projections. Le proviseur du lycée, Mme Michèle Raharindranto de souligner : « Les élèves et nous, le corps enseignant, accueillons ces ordinateurs avec beaucoup de joie, car nous sommes convaincus qu’à l’ère du numérique, éducation et démocratisation du numérique peuvent et doivent aller de pair. Après l’arrivée de ces ordinateurs, nous projetons d’élaborer des partenariats pour introduire une connexion internet au lycée ».

Luz R.R

Midi Madagasikara13 partages

Elections : Des partis revendiquent l’établissement des règles de jeu

11 jours après leur dernière réunion à l’hôtel Colbert, les partis politiques et la société civile regroupés au sein du «Comité de Vigilance Démocratique pour les Elections» (CVDE) se sont de nouveau donné rendez-vous, hier, toujours au même endroit. Ont été présents, lors de cette rencontre, Marc Ravalomanana, Ihanta Randriamandranto, Alain Andriamiseza, Mahafaritsy Samuel, Guy Maxime Ralaiseheno et Fetison Rakoto Andrianirina. Pour ne citer qu’eux. Ils ont adopté, à cette occasion, un accord politique. Le CVDE estime ainsi qu’il faudrait rétablir les règles de jeu pour une élection acceptée par tous.

Consensuel. Ces partis politiques revendiquent aussi le dialogue concernant la publication de l’avant-projet des lois relatives aux élections avant sa transmission auprès des deux Chambres parlementaires pour adoption. Ils pensent notamment que l’élaboration du code électoral n’est pas du tout consensuel. Ils exigent également le respect sans faille de la Constitution et en particulier le mandat d’un président élu qui ne devra pas dépasser cinq ans, la tenue de l’élection présidentielle se fera en 2018. Reste à savoir s’ils seront entendus. Ils comptent, par ailleurs, sur l’appui de la communauté internationale, quant à leur revendication.

Dominique R.

Midi Madagasikara12 partages

Marathon de Tana : Dernières inscriptions attendues le 1er décembre

Il y aura aussi l’espace « Enfants » au village marathon.

Après l’annulation du celui du mois d’octobre, voici le Marathon de Tana qui nous arrive à grandes foulées pour ce 2 décembre. Ne ratez pas cette journée verte !

Selon VIMA organisateur « Certes c’est une épreuve sportive. Mais pas seulement…il faut profiter de l’événement pour sortir en famille avec plusieurs animations qui sont au rendez-vous dont un espace « Enfants » au Village Marathon les 2 et 3 décembre prochain». Ainsi la 17e édition du Marathon International de Tana partira du Parvis de l’Hôtel de Ville Analakely à 7heures avec les parcours inchangés. Les coureurs auront eu plus de temps pour se préparer. Les retardataires pour l’inscription pourront le faire d’ici le 1er décembre.

1er décembre à 12h. Côté inscriptions, on a déjà 800 coureurs sans compter les listes d’ORTANA et de la fédération. Pour le marathon, le deadline auprès d’ORTANA et FMA est ce jour. Il faudra aller à Ankorondrano auprès de VIMA pour s’inscrire autrement en marathon. Quant aux autres épreuves, cela reste ouvert partout jusqu’au 1er décembre à 12h.  Pour les entreprises inscrites en « Corporate », on a déjà les sociétés telles que BNI, BGFI, SCHNEIDER ELECTRIC, STAR, AIRTEL, BOA, BFV, Ministère de l’Environnement, SGS, etc. Bref presque les habitués des événements sportifs.

Journée verte. Tous ceux qui vont courir se feront une joie de célébrer cette journée verte sans circulation « le meilleur moment pour redécouvrir la Ville des Mille et courir à Antananarivo, en toute sécurité ». Rappelons que le Marathon International de Tana est un événement qui regroupe quatre épreuves de course sur route qui se déroulera le dimanche 15 octobre 2017 dans la ville d’Antananarivo : un marathon, une épreuve de 10 km (« Les Foulées de Tana »), une épreuve de 10 km réservée aux personnes à mobilité réduite (le HandiRun), une épreuve de 1,5km familiale (« Le Maratoon’s »), une nouvelle épreuve pour les entreprises et la 17e édition est organisée par le « World Trade Center Tana » (WTCT) et la Fédération Malgache  d’Athlétisme (FMA).

Le montant des droits d’inscription

Marathon : Natifs : 18 000 Ar / Résidents : 125 000 Ar / Non-résidents : 55 €Les Foulées de Tana : Natifs : 12 000 Ar / Résidents : 55 000 Ar / Non-résidents : 25 €HandiRun : 1 000 Ar

Le Maratoon’s : Natifs : 8 000 Ar / Résidents : 15 000 Ar / Non-résidents : 10 €

Anny Andrianaivonirina

News Mada11 partages

Boeny : le «e-mandat vaovao» inauguré à Mahajanga

La ville de Mahajanga a été dotée d’infrastructures modernes destinées au nouveau service de transferts d’argent numérisés «e-mandat vaovao»(EMV) par la Paositra malagasy, le 23 novembre. L’initiative se conforme au programme de développement économico-social mis en place par la région, selon les intervenants.

Le programme commercial, enclenché par la Paositra malagasy dans la numérisation de ses produits depuis 2014, se poursuit par la mise sur le marché du service de transferts d’argent numérisés «e-mandat vaovao» (EMV), la mettant au même niveau que les autres sociétés de services actuellement. L’offre est destinée à promouvoir le développement par la sécurisation dans ses opérations et sa rapidité, d’après les explications du directeur général du ministère des Postes et  télécommunications,  Stéphanoël Razafimanantsoa, lors de l’inauguration de l’installation du service à Mahajanga.

Le mérite à Mahajanga

Il a été annoncé lors de la cérémonie officielle, honorée par la présence des 22 directeurs régionaux des postes et télécommunications, que les clients de la province de Mahajanga sont les premiers gros consommateurs de ce service EMV à Madagascar par le biais du district de Besalampy. Les meilleurs clients EMV de la région Boeny ont reçu des certificats à l’occasion tandis que la ville de Mahajanga a bénéficié d’un privilège particulier par la mise en place d’une salle de visioconférence au Baobab City de Tsaramandroso et d’un réseau intranet à l’Hôtel de ville.

Manou

 

Midi Madagasikara11 partages

Startimes : Des cadeaux pour les fêtes de fin d’année

L’approche des fêtes de fin d’année est toujours une occasion pour les entreprises d’offrir des cadeaux aux usagers. C’est le cas notamment pour Startimes, qui, lors d’une conférence de presse tenue hier à son siège à Ankorondrano a annoncé différentes offres. On peut citer, entre autres, la Coupe du Monde des Clubs FIFA qui sera diffusée du 6 au 16 décembre. De grands matchs de  Bundesliga seront également programmés. Startimes a par ailleurs rappelé que la meilleure télénovela est toujours diffusée sur ses chaînes. Tout comme les émissions de divertissement et celles éducatives pour les jeunes. Par ailleurs,  des offres promotionnelles sont en cours et les décodeurs, les kits (parabole et câble) ainsi que l’installation sont à 0 ariary. Rappelons que Startimes met également en vente des télés à écran plat avec décodeur intégré et qui sont actuellement en promotion.

R.Edmond.

Midi Madagasikara10 partages

Football – Telma Coupe Trois millions ariary à gagner pour le vainqueur

La Fédération malgache de Football a mis le paquet pour la finale de la Telma Coupe de Madagascar de ce dimanche à Mahamasina. Selon le responsable de la Commission d’Organisation des Compétitions, Helly Zafimanga, le vainqueur de cette finale touchera une prime de trois millions d’ariary contre un million pour le perdant.

Le meilleur joueur, le meilleur buteur, le meilleur entraîneur de cette coupe ainsi que le meilleur gardien recevront chacun 500 000 ariary.

Un geste rendu possible par l’implication de Telma dans cette épreuve. Cette dernière va d’ailleurs organiser un jeu de pronostic de la finale avec un téléphone Titan 4G à la clé.

Le SMS y afférent, au numéro 0343403536, coûtera 500 ariary.

Abdoul Kanoso, auteur d’une prestation remarquable durant la THB Ligue des Champions, officiera ce match avec deux assistants internationaux dont Basile et Eric.

En marge de cette finale, l’équipe du ministère de l’Education nationale affrontera celle de la FMF à 10 h c’est-à-dire à une heure après l’ouverture du stade de Mahamasina.

Les supporters du COSFA occuperont le côté droit des gradins et de la tribune latérale tandis que ceux du Fosa Juniors entreront du côté du court de tennis.

Une précaution supplémentaire en fait, car la FMF s’attend à voir un stade de Mahamasina rempli à ras bord. Les Tananariviens ont d’ailleurs intérêt à venir, car le sort de Mahamasina pour les rencontres africaines est lié au résultat financier.

Clément RABARY

Madagate9 partages

Madagascar. L’illusion rajaonarimampienne des kits scolaires face à la réalité

«Misaotra fa nahazo kitapo.Rahoviana indray zany le seza sy latabatra?

Décidément, le régime HVM actuel -qui se comporte comme au temps du parti PSD du président Tsiranana où il n’y avait qu’une radio captée en ondes courtes- prend vraiment le monde entier pour un ramassis d’attardés mentaux, en regard de l’information en temps réel. Au lendemain de la théâtrale distribution de kits scolaires au Coliseum d’Antsonjombe, certains kits scolaires ont atterris dans une EPP (École primaire publique) que nous vous présentons en photos ici. Elles ont été prises dans la journée du 23 novembre 2017.

Les seuls commentaires que je publie, ici, à ce sujet, viennent des élèves eux-mêmes: «Misaotra fa nahazo kitapo.Rahoviana ndray zany le seza sy latabatra?». Merci de nous avoir donné des sacs. Mais à quand les bancs et les tables ? Il s’agit de l’EPP d’Ambahimalitsy, dans la commune de Miary Lamatihy, district de Sakaraha, région Atsimo Andrefana. Mais je ne peux m’empêcher de rappeler que Sakaraha est à proximité d’Ilakaka, l'eldorado du saphir malgache… Alors? Alors, rien si ce n’est que ‘lavenir de ces enfants est foutu. Et bientôt le CEPE (certificat d’études primaires élémentaires) va (aussi) disparaître.

Jeannot Ramambazafy – Photos : Clarck Hervé Ralaivao

Midi Madagasikara9 partages

Rugby – TOP 9 : Une petite finale 3FB – TAM Anosibe

Le stade de Malacam sera le théâtre de joute acharnée.

Des affiches alléchantes attendent les férus de l’ovale ce dimanche au Stade des Cheminots à Antanimena. Une place pour les demi-finales du Top 9 sera en jeu.

Une finale avant la lettre. Comme annoncé depuis le début du championnat, la ligue Analamanga de rugby organise une « petite finale » du Top 9 demain dimanche au Stade des Cheminots à Antanimena. Une rencontre opposant l’équipe du 3FB, classée première de la phase de poule à celle du TAM Anosibe, deuxième au classement général. Ces deux équipes se connaissent très bien et veulent à tout prix remporter ce derby avant la fin de la saison. Si 3FB est déjà assuré de disputer la demi-finale, la bande à Coco du TAM Anosibe sera obligée de passer par le match de barrage contre TFA la semaine prochaine. Une occasion pour les joueurs d’Anosibe de confirmer leur statut de « grande équipe ». Un zébu sera à la clé lors de cette rencontre selon le président de la ligue d’Analamanga, Andry Ravelojaona. « Ce match a été organisé dans l’objectif de récompenser les deux meilleures équipes des rencontres éliminatoires » a fait savoir le président de la ligue.

Barrage. Mais le clou du spectacle sera sans doute la confrontation entre les gars de la commune de l’Iarivo Rugby Club (IRC) aux joueurs de l’Union Amicale et Sportive des Cheminots. Deux équipes qui devront passer par le match de barrage pour espérer de se qualifier pour les demi-finales. L’équipe victorieuse affrontera la formation du 3FB au prochain tour.  Autre barrage en vue, l’équipe TFMA (3e au classement) sera opposée au XV Family (6e au classement). Deux autres tickets pour les demi-finales du championnat d’Analamanga Top 9 seront encore à pourvoir dimanche prochain. Autant dire que les empoignades s’annoncent intenses et que le public ne sera pas déçu.

Calendrier

07 h 30 : 3FAI contre RCAM.

09h 00 : FITASOA contre TFMA.

1re division dames

11h00 : FANJA contre JSM.

Match de barrage

13 h 00 : IRC contre UASC.

Finale « Zébu »

15 h 00 : 3FB contre TAM Anosibe.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Le pot de terre contre le pot de fer

C’est l’adoption probable par le Parlement du projet de code électoral présenté par le gouvernement qui préoccupe au plus haut point les partis politiques et les représentants de la société civile. La demande de ces derniers d’avoir un droit de regard sur les textes qui vont être présentés se sont jusqu’à présent heurtés à une fin de non recevoir. Ils ont donc décidé de revenir à la charge, mais leur espoir d’être entendu s’amenuise de jour en jour.

Le pot de terre contre le pot de fer

Le président de la République lors de son  « fotoambita » a affirmé avec force qu’un code électoral donnant toutes les garanties d’une élection libre et transparente était nécessaire et que le projet de loi qui serait présenté au Parlement allait dans ce sens. Cela n’a évidemment pas effacé les doutes des partis politiques et des représentants de la société civile qui ont à plusieurs reprises alerté l’opinion. Le conseil national consultatif a élaboré des propositions de refonte du code électoral qui ont été ignorées par l’exécutif. Le premier ministre a même manifesté un certain dédain à son égard. Malgré ce refus du régime de les écouter, les hommes et les femmes de bonne volonté ne baissent pas les bras et ont, lors d’une réunion qui a eu lieu au Colbert, réitéré leur demande. Ils sont conscients de la volonté manifestée par l’exécutif de passer en force, mais ils veulent prendre à témoin l’opinion publique. Le régime n’a que faire de leurs préoccupations. Il a établi un calendrier bien précis. Il a évidement en tête la mise en œuvre de sa stratégie électorale. L’adoption de ce code électoral façonné par l’exécutif n’en est qu’une étape. Cependant, cela ne peut pas empêcher les voix des opposants de se faire entendre. Quel résultat peuvent-ils escompter de leurs protestations ? Aucun, puisque l’affaire semble déjà entendue du côté du régime. On peut aujourd’hui parler de la parabole du pot de terre contre le pot de fer.

Patrice RABE

News Mada7 partages

Fanafihana Sinoa mpitrandraka volamena : miaramila roa, polisy iray efa voasambotra

 Enina tamin’ireo 12 lahy nanafika sy nandroba ireo Sinoa mpitrandraka volamena, ao Morarano, Mananjary, afakomaly alina, hatramin’izao no efa voasambotry ny zandary, niaraka tamin’ny basy nampiasainy. Voalaza fa miaramila kaporaly ny roa lahy, ary polisy ny iray.

 Isan’ireo tompon’antoka tamin’ity fanafihana ny toeram-pitrandrahana volamena an’ny Sinoa ao amin’ny reniranon’i Mananjary, fokontany Morarano, kaominina Ambalahosy Atsimo, distrikan’i Mananjary, faritra Vatovavy Fitovinany, afakomaly hariva tamin’ny 7 ora ireto miaramila roa lahy sy brigadier de police iray miasa ao Mananjary. Araka ny fampitam-baovao marim-pototra voaray avy any an-toerana, jiolahy miisa 12 miaraka amin’ny fitaovam-piadiana mahery vaika indray niditra an-keriny tao amin’ity toby fitrandrahana ity. Nisy tamin’ireo mponina teo an-tanàna no nahatsikaritra ny fahatongavan’ireo jiolahy, saingy niteny tamin’ireo mponina ry zalahy hoe “aza mikoropaka ianareo fa ireto Sinoa mitrandraika ny harenantsika ireto no hotafihanay. Tsy hikasika ny Malagasy izahay fa haka ny anjaran’ny Malagasy any amin’ireo Sinoa ”, araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana.

Voalazan’ny loharanom-baovao hatrany fa mpiambina tompon’andraiki-panjakana ambony eto amin’ny firenena sy olom-boafidy ao amin’ny faritra Vatovavy Fitovinany ireto miaramila Kaporaly roa lahy ireto nefa izao tratra nanao asan-jiolahy izao.

Lasan’ireo mpanafika nandritra ny fanafihana ny volamena,  vola gasy, vola sinoa izay tsy mbola fantatra mazava ny tombany. Fotoana fohy taorian’ny fanafihana, nanao fanarahan-dia avy hatrany ny zandary avy ao Antsenavolo ka olona telo indray tratra niaraka tamin’ny basy PA iray sy bala miisa valo, omaly alina ihany. Nanao sakana teny amin’ny lalana mety handalovan’ireo jiolahy ny zandary taorian’izay ka jiolahy telo hafa indray tratra faharoa, 15 km tsy hidirana an’i Mananjary. Nahitana basy PA sy bala ihany koa tany amin’izy ireo.

Mitohy hatry ny omaly alina any anaty ala ny fikarohana ireo jiolahy enina naman’izy enin-dahy tratra ireto.

Mampiasa sambo sy fitaovana avolenta ireo Sinoa…

Araka ny fitantaran’ireo mponina ao an-toerana, manana masinina fitrandrahana volamena any anaty rano ireto Sinoa ireto miaraka amin’ireo sambo miisa dimy ahitana fitaovana avolenta manao ny fanivanana volamena. Mirefy eo amin’ny 20 km eo ho eo ny halavan’ity renirano misy ny toeram-pitrandrahan’ireto Sinoa ireto.

Velon-taraina ny ankamaroan’ireo mponina ao an-toerana satria tsy avelan’ireo Sinoa hitrandraka volamena eo amin’ilay renirano izy ireo nefa io no mba fiveloman’izy ireo. Ny Sinoa indray no nomen’ny fanjakana vahana hitrandraka ny volamena ao Mananjary.

Asan-jiolahy sa tena haka ny anjaran’ny Malagasy tokoa ireto jiolahy nahitana miaramila sy polisy nanafika Sinoa mpitrandraka volamena ireto? Ahoana itony miaramila sy polisy tratra manao fanafihan-jiolahy itony? Tokony hojerena akaiky ny fanadihadiana ara-moraly mialoha ny handraisana ireny ho ao anatin’ny fianakaviamben’ny mpitandro filaminana fa manjary manaratsy endrika ny Foloalindahy ny toy izao. Lasa fialokalofan’ireo tsy mahita asa, hay jiolahy ny sasany amin’izy ireny.

J.C

Midi Madagasikara6 partages

Symposium international d’Histoire : La première édition rendra hommage au Dr Joseph Rasamimanana

D’où vient le peuple malgache ? Le « Symposium international d’histoire, civilisation et de culture » répondra à cette question. Regroupant chercheurs et scientifiques nationaux et internationaux, cet évènement majeur se tiendra au CCI Ivato du 28 au 30 novembre.

Une grande première ! 40 savants et chercheurs venus de plusieurs pays, entres autres la France, le Vietnam, le Cambodge, l’Australie, le Kenya, l’Allemagne… et bien sûr de Madagascar seront réunis dans un même endroit pour des conférences. Un évènement sponsorisé par le Groupe Star dont l’accès est libre et non payant. Orange Madagascar, à travers son site, permettra à tout un chacun de suivre la retransmission en direct. Ce, au niveau mondial, de l’ensemble des conférences qui seront prononcées lors de ce premier Symposium International d’histoire, civilisation et de culture à Madagascar. Un hommage au Premier savant de Madagascar (dixit le Pr Albert Rakoto Ratsimamanga) sera également rendu.

Premier savant. Joseph Rasamimanana n’est autre que le premier Malgache à avoir étudié dans une université française. En 1891, il fut envoyé par la Reine Ranavalona III comme boursier de la Résidence Générale de France pour embrasser la carrière militaire. Changeant d’orientation, il entra à l’Ecole de Santé Militaire de Lyon et obtint en 1891, le grade de Docteur en médecine avec une thèse devenue célèbre sur le tanin. Habile expérimentateur, on peut dire qu’il fut le premier savant malgache. Joseph Rasamimanana publie plusieurs ouvrages sur les Andriatompokoindrindra (les grands nobles seigneurs), sur la caste des Andriamasinavalona dont il est issu. Sous les Ranavalona, il était dignitaire de 12 honneurs, grade correspondant à celui d’un Général. Après l’occupation, malgré son attitude réservée, mais pleine de dignité, la Croix de Mérite, la Croix d’Anjouan et la Légion d’Honneur lui ont été attribuées successivement par le Gouvernement français. Membre de l’Académie malgache, en dehors de sa fonction de Professeur chirurgien, il était médecin des prisons et soignait les déshérités. C’est une des plus grandes figures de Madagascar.Mahetsaka

News Mada5 partages

Exploitation et commercialisation de drones : un accord de joint-venture signé

Un projet d’exploitation et de commercialisation de drones est lancé à travers un partenariat sino-malgache. L’accord a été signé, hier, entre les deux parties.

Le déploiement de drones dans plusieurs secteurs d’activités a ses avantages. Par le biais d’un joint-venture entre l’Etat malgache, représenté par la Société nationale de participation (Sonapar) et la République populaire de Chine, représentée par la SDOC (un établissement spécialisé dans le domaine de la topographie, l’environnement et la sécurité), une entreprise d’exploitation et de commercialisation de drones sera bientôt opérationnelle à Madagascar. Le comité ad hoc relatif à ce projet sera mis en place d’ici trois mois. Le calendrier pour l’installation de l’entreprise sera ensuite élaboré, a-t-on indiqué hier.

Utilisé dans plusieurs secteurs

Le drone peut être utilisé dans plusieurs secteurs à Madagascar, notamment, le secteur minier, la sécurité, la santé, la gestion des risques et des catastrophes. C’est effectivement le cas du Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) qui a acquis trois drones, l’an dernier,  pour joindre les zones isolées, sauver des vies et évaluer plus rapidement les dégâts après des catastrophes, comme les inondations ou les cyclones qui touchent périodiquement la Grande île. Le marché régional facilité par l’intégration de la Grande île aux marchés communs, entre autres, le Comesa et la Sadc, est également dans la ligne de mire.

«Le déploiement de ce matériel innovant peut très bien accompagner les réformes apportées ces dernières années, à savoir la lutte contre l’insécurité, la modernisation de la conservation foncière», a précisé Benjamina Ramanantsoa, ministre auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement.

«Plusieurs encadrements juridiques ont été mis en place dont la loi sur ZES, la lettre de la politique foncière… Il s’agit des instruments permettant de doter le pays des équipements de haute technologie», a-t-il poursuivi.

Riana R.

 

L'express de Madagascar5 partages

Partenariat – Une usine de drones verra le jour

Une société étatique chinoise dénommée « Shanxi Dikuang Overseas Engineering Construction Co. Ltd ou SDOC », prévoit de bâtir une de ses usines de production technologique et de services UAV à Madagascar pour le marché Africain. La signature de protocole d’accord de coopération entre le ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE), le ministère de la Défense nationale et la société nationale de participations (SONAPAR) ainsi que la société SDOC a été effectuée hier à l’hôtel Colbert.Une signature qui engage l’État à se doter d’équipements de technologie avancée. « L’État malgache participe à la signature, mais la SONAPAR et SDOC sont les deux entités opérationnelles de ce projet », selon le ministre auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, Benjamina Ramanantsoa.

Entité communeL’État est très motivé car ce projet apportera une création d’emplois à forte valeur ajoutée. Il va aussi intégrer Madagascar dans le marché africain en se dotant des capacités technologiques et de transfert de compétences. Mais si le lieu d’implantation de l’usine de produc­tion est encore inconnu, et que les lois en vigueur sur les drones sont assez complexes, l’entité commune sera créée dans le consortium entre l’État, la SONAPAR et la SDOC d’ici trois mois. Tandis que les activités principales sur le territoire malgache sont déjà connues, comme la recherche et le développement technique et technologique des produits, la fabrication et l’assemblage, la commercialisation des produits, et exclusivement la distribution des produits en Afrique par l’entité commune.Les domaines d’application des drones peuvent être très diversifiés avec le foncier et la topographie, l’environnement, la santé, l’exploration et l’exploitation minière, le relevé hydrologique et le forage et la sécurité qui sont primordiaux pour la Grande île. « C’est une nouvelle manière, moderne, pour nous de nous réapproprier notre vaste territoire, de le couvrir, de le planifier et de la capitaliser », termine le ministre.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar5 partages

British Petroleum – La phase d’exploration va commencer

Une visite significative. Brithish Petroleum semble être déterminée à procéder à la phase d’exploration dans le bassin de Mahajanga. La déclaration de l’un de ses dirigeants va dans ce sens lors d’une rencontre avec le Président Hery Rajaonari­mam­pianina jeudi à Iavoloha. « Comme nous avons déjà commencé des activités dans le bassin offshore de Mahajanga, nous travaillons en ce moment avec le ministère de tutelle à l’élaboration du contrat, et effectuons les démarches nécessaires afin de procéder au démarrage de la phase d’exploration », a déclaré Jasper Peijs, vice Président pour l’Afrique en charge de l’exploration de British Petroleum.C’est la deuxième fois en l’espace d’une année qu’une délégation de BP effectue un séjour dans la Grande île. En décembre 2016, celui-ci a annoncé l’intention du groupe de travailler avec le pays dans l’exploration des blocs pétroliers. Maintenant, le projet semble être de plus en plus mature.Cette visite n’a rien d’insignifiant. C’est une suite logique de la visite de la délégation présidentielle au siège de BP à Londres au mois de septembre.

L.R.

L'express de Madagascar4 partages

Planification des villes – Vers un changement radical de vision

La journée mondiale des Villes a été célébrée pour la première fois à Mada­gascar, cette année. Les enjeux sont de taille.

Transformation. Le développement effectif des villes passe par une nouvelle vision de planification. La vision expliquée hier, lors de la journée mondiale des Villes, célébrée au village Voara Andohapatenaka, est plutôt avant-gardiste mais réaliste et innovante. « Déve­lopper les villes veut dire abandonner le modèle classique actuel qui se cantonne à la gestion des problématiques ponctuelles », lance Gérard Andria­manohisoa, directeur général de l’Aménagement du territoire et de l’équipement (DGATE) du ministère en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE). « Les problèmes sociaux, les squatterisations, les embouteillages, les constructions illicites et autres sont à transformer en possibilités économiques viables », ajoute-t-il. « Ils sont à transformer en opportunités car les villes sont le noyau des créations des richesses », précise-t-il. Les villes génèrent près de 42% du PIB national à Madagascar, mais celles-ci sont confrontées à la forte croissance de la population et à la migration urbaine.

Grand TanaLe modèle actuel conduirait le développement des Villes jusqu’à 90% de créations de bidonvilles, une zone de refuge de la pauvreté et non d’une ville prospère.« Sept millions d’âmes vivraient dans la capitale d’ici 2030 et la planification de la ville d’Anta­nanarivo doit absolument passer par une économie urbaine qui dépasse la gestion du territoire », a-t-on encore fait savoir.Pour soutenir la vision, un plan d’urbanisme directeur du grand Tana 2033 a été présenté. Celui-ci va de pair avec le plan d’urbanisme de Toamasina. « Le noyau économique est à élargir afin de créer des pôles économiques et afin de régenter les sept millions de population urbaine d’Antananarivo. L’axe sud nord (Tanjombato-Ankoron­drano-Ivato) sera exploité pour le noyau industriel, et quis’accroîtra jusqu’au port de Toamasina, car l’exportation se trouve au bout de la chaîne », explique Felana Olisoa, chef de service du développement des Villes auprès du M2PATE. « La périphérie de la capitale, appelée actuellement  »périphérie dortoir » est à changer encentralité économique et administrative », a-t-elle fait savoir.Quelques sept cent mille individus sont à la recherche de logements dans le pays. Aussi, les défis se rattachent-ils de prime abord à la gouvernance innovante telle que l’application des lois et règlementation ainsi qu’à la collaboration avec d’autres communes. « Voir au-delà du Territoire implique un raisonnement d’agglomération qui laisse de côté les couleurs politiques », ont martelé les conférenciers hier dans l’après-midi. « La création de richesses des Villes sera tirée de l’épargne déja existante dans les villes, la migration urbaine doit être sélective, les lois devront être suivies par tous », renchérit le ministère.Des célébrations parallèles se sont tenues à Toliara et à Toamasina dont le thème s’est basé sur comment rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables.

Mirana Ihariliva

News Mada2 partages

FJKM Ambohidratrimo : 40 ans au service de l’éducation des jeunes

La branche des scouts du «Sampana mpanazava sy tily» (Sampati) du FJKM Ambohidratrimo-Marovatana Fanavaozana renouvelle ses engagements en faveur de l’éducation des jeunes dans le cadre de la célébration de ses 40 ans d’existence, sous l’égide du pasteur Delhia Balthazar Rakototiana.

«Notre vision est de faire des jeunes des citoyens responsables, aussi bien à l’endroit de l’église qu’au niveau de la société, conformément au slogan du jubilé, sois  un modèle pour les fidèles», a souligné  la présidente du comité du  jubilé Fy Andrianarison. L’objectif est d’augmenter le nombre des enfants et des jeunes membres. Si l’on compte 121 scouts actuellement, ce chiffre sera doublé en 2018.

Plusieurs activités vont marquer cette célébration, qui s’étalera       sur un an, soit de novembre 2017 à août 2018. La branche Sampati prendra part au carrelage de l’Akany. En outre, une stèle de Baden Powel sera implantée dans la cour de l’Eglise en hommage à ce fondateur international du scoutisme. La célébration sera clôturée par un grand camp au bord de la mer.

Fahranarison

 

L'express de Madagascar2 partages

Exportation – Début timide de la campagne de litchi

La campagne de litchi a démarré mercredi dans la région Atsinanana. Le chargement des bateaux devrait commencer ce jour.

La pluie gâche la fête. La campagne de litchi a démarré en catimini mercredi dans la région Atsinanana. Selon les informations recueillies sur place, les conditions météorologiques ont empêché les collecteurs d’effectuer correctement la récolte. « Les routes étaient glissantes à cause de la pluie. Ils n’ont  pu rattraper le retard que ce jour (ndlr : hier). Le chargement des bateaux conventionnels devait commencer ce week-end », explique une source locale.Les premiers litchis en provenance de Madagascar devraient arriver sur le marché européen dans les prochains jours. Environ 300 tonnes de ce fruit aux petites écailles ouvriront le bal dans les rayons des grandes surfaces en Europe. Cette année, les exportateurs prévoient d’envoyer vers le vieux continent 17 000 tonnes de litchis, contre 20 000 tonnes en 2016.Cette contre performance est le résultat de conditions climatiques défavorables au développement des fruits. D’après le rapport du centre technique horticole de Toamasina (CTHT) après plusieurs missions de prospection, « la pluviométrie journalière durant le mois d’octobre a été particulièrement faible cette année avec une répartition dans le temps qui n’a pas permis d’avoir d’impact sur le développement des fruits ». Par conséquent, le climat a entraîné une floraison tardive et impacté la qualité du fruit. Résultat des courses, les arbres sont beaucoup moins chargés de fruits et la campagne a accusé du retard.Chaque année, le démarrage de la campagne de litchi est un véritable évènement festif pour les régions productrices.

SoufrageDepuis hier, la ville de Toamasina et toute la région Atsinanana sont en effervescence. Les stations de soufrage commençaient à réceptionner les premières livraisons. Le chargement du premier bateau conventionnel devrait commencer ce jour. Et pour le marché local, ces fruits devraient garnir les étalages des marchés de la capitale à partir de la semaine prochaine.La zone ayant le plus fort potentiel de production est le littoral Est de Mada­gascar. Plus de la moitié de la production provient de la région de Toamasina soit 55% tandis que 40% de la production viennent de Manakara et les restes proviennent de Fort-Dauphin au sud du pays, et des autres régions.

Lova Rafidiarisoa

News Mada1 partages

Kitra : hatao lalao mandroso sy miverina ny “Super coupe”

Hiavaka fa tsy ho toy ny mahazatra ny fanatanterahana ny “Super coupe”, taranja baolina kitra, ho an’ity taona 2017 ity. Araka ny fanambaran’i Debon Jean François, tale teknika nasionaly, hatao lalao mandroso sy miverina ny fihaonana. Raha tsiahivina, fifandonan’ny ekipa tompondaka sy ny tompon’ny amboara ity “Super coupe” ity.

Raha toa ka ny Cosfa no mahazo ny amboaran’i Madagasikara, eto Analamanga ny lalao mandroso ary manana safidy ny Cnaps Sport, tompondakan’i Madagasikara, eo amin’ny fihaonana miverina, na any amin’ny kianjany eny amin’ny Centre complexe sportif Vontovorona na amin’ny kianja hafa.

Raha ny Fosa Juniors indray no lasa tompon’ny amboara, tsy maintsy any amin’ny kianja Rabemananjara ny lalao mandroso ary eny Vontovorona ny fihaonana miverina. Hatreto, tsy mbola fantatra ny daty hanatontosana ity “Super coupe” ity.

Tsiahivina fa nandrombaka ity “Super coupe” ity, tamin’ny taon-dasa, ny Cnaps Sport Itasy. Andrasana indray izany amin’ity ny hahazo izany amin’ireo ekipa telo ireo : ny Cnaps Sport, izay efa tompondakan’i Madagasikara, sy ny iray amin’ny Fosa Juniors na ny Cosfa.

Torcelin

News Mada1 partages

Startimes : des offres spécifiques proposées

Le fournisseur de chaînes de télévision Startimes propose des offres spéciales à l’approche des fêtes de fin d’année. Plusieurs chaînes dédiées aux familles seront ainsi intégrées dans les bouquets. Et les offres promotionnelles pour ceux qui prévoient de s’abonner, sont aussi disponibles.

Présent dans près de 30 pays d’Afrique, ce groupe chinois propose des chaines destinées essentiellement aux  publics africains, ont avancé les responsable de Startimes à Madagascar, à l’occasion d’une rencontre pour la présentation de ces nouvelles offres, hier, à Akorondrano.

A Madagascar, Startimes couvre actuellement presque la totalité des régions de Madagascar. La société a également spécifié ses offres selon les attentes des clients. Aina Ralai, directeur marketing de Startimes à Madagascar a expliqué à ce sujet que «les offres de Startimes ne sont pas seulement destinées aux particuliers. Il y a celles réservées au groupe Café-Hôtel-Restaurant (CHR), aux entreprises et associations ayant un espace clients, à ceux qui veulent effectuer des achats groupés».

Concernant le volet social, Startimes a apporté son appui à la lutte contre l’épidémie de peste en attribuant des pesticides et des pulvérisateurs au ministère de l’Education nationale (MEN) et à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) pour l’assainissement des établissements publics et des quartiers de la capitale.

R.R.

 

News Mada1 partages

Accès aux avant-projets de loi électoraux : 35 partis mettent la pression

Face au monopole étatique relatif  à l’élaboration des lois électorales, 35 partis politiques se coalisent à l’issue d’une réunion tenue hier à Antaninarenina. Un accord a été élaboré sans l’engagement du HVM qui a snobé cette rencontre.

Même revendications, même motivations pour un même objectif. Celui de pouvoir instaurer à Madagascar une vraie démocratie, une bonne gouvernance et un Etat de droit. C’est dans cette perspective que 35 chefs de parti ont organisé cette rencontre au cours de laquelle ils ont rédigé un accord commun.

A l’unanimité, ces partis politiques dénoncent cette mainmise qui risque de porter atteinte non seulement à la stabilité politique, mais surtout à la sûreté de la nation.

«Le pouvoir insiste toujours à prendre des mesures unilatéralistes, malgré les efforts de tous les partis politiques et les organisations de la société civile, depuis les concertations régionales et nationales et le rapport présenté par le comité de consultation pour la réflexion et la proposition d’encadrement de la loi électorale, en partenariat avec le comité de suivi du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). A ce profil nébuleux s’ajoutent toutes les défaillances et les violations répétées des textes en vigueur, notamment la Constitution», ont-ils martelé dans l’accord.

Des revendications justifiées

Les principes généraux de cet accord se focalisent sur plusieurs revendications qui exigent la neutralité des forces armées et de l’administration. On cite le dialogue et l’élaboration conjointe de tous les textes relatifs aux scrutins, les élections inclusives, la transparence, la vérité des urnes, la sincérité des votes…

 «Nous avons entendu les réponses du Premier ministre, des réponses qui ne nous convainquent pas. Nous exigeons un code consensuel. Où est le problème si nous jetons un œil à l’avant-projet. Nous acquiesçons comme quoi nous ne faisons pas la loi mais en tant que citoyen nous avons le droit de savoir ce que nous réserve ce code. Si il répond à notre objectif, il pourra être soumis à l’adoption, si ce n’est pas le cas, alors nous allons émettre une fois encore nos suggestions», a expliqué Ihanta Randriamandranto du parti Teza.

Dans ce même communiqué, ils exigent le respect sans faille de la Constitution et en particulier le mandat d’un président élu qui ne devra pas dépasser cinq ans sans oublier que la tenue de la présidentielle en 2018.

Des engagements

Les chefs de parti présents à la réunion se sont engagés, à travers trois articles. «L’exercice du pouvoir doit se faire dans l’intérêt exclusif du peuple, pour construire et entretenir une société où l’intérêt général prime sur toute autre considération», stipule le premier. .

Quant au second article, il parle que «la liberté d’expression, la pluralité politique, le dialogue sont des valeurs fondamentales de la République. Toute tentative d’entrave, de détournement ou de contournement de ces valeurs et de tous les principes susdits est une trahison envers la Nation».

«Nous nous accordons que chaque parti signataire du présent pacte, s’engage  à respecter les disciplines, les règles de jeux et la consensualité dans l’application des décisions communes, et à former un front uni des forces vives jusqu’à l’instauration de la vraie démocratie pour l’intérêt du peuple Malagasy, à prendre toutes les dispositions nécessaires pour trouver des solutions qui n’entraineront pas une crise pré et postélectorales, à prendre ses responsabilités pour épargner aux peuples Malagasy les conséquences désastreuses d’une crise sans précédent ; – à garder une forte solidarité jusqu’à l’aboutissement de nos objectifs».  Tel est l’objet de l’engagement de ces chefs de parti, dans le troisième article.

Nadia

 

News Mada1 partages

Telenovela : «Ne me quitte pas» sur Kolo TV

Une bonne nouvelle pour les férus de feuilletons quotidiens de soirée.  La telenovela mexicaine fraîchement intitulée «Ne me quitte pas» sera diffusée sur la chaîne Kolo TV à compter de ce lundi.

Un titre qui parle déjà de lui-même, «Ne me Quitte Pas»  raconte l’histoire d’amour tumultueuse entre Paulina et Adrian. Tumultueuse puisque les familles des deux protagonistes les empêcheront de toutes les manières envisageables de s’unir pour la vie. «D’une part, le père de Pauline qui rejette leur relation pour de sombres considérations sociales, et d’autre part, la sœur d’Adrian qui met des bâtons dans les roues de son frère pour éviter toute relation stable possible avec Pauline», résume le synopsis.

Longue de 248 épisodes, la série fera sans aucun doute chavirer les cœurs d’autant que c’est une histoire inédite signée par deux grands piliers de ce genre cinématographique.

Joachin Michaël

 

News Mada1 partages

Vendée-CUA : coopération entre sapeurs-pompiers

Après avoir été suspendue en 2014, la coopération entre les sapeurs-pompiers de Vendée France et Antananarivo reprend de plus belle. Une rencontre a eu lieu  hier à l’Hôtel de ville d’Antananarivo entre une délégation de l’association des sapeurs-pompiers de Vendée, conduite par son président.

Le lieutenant Eric Chaupin, à la tête des soldats de feu de Vendée, accompagné par le commandant Lionel Guéraine et le secrétaire générale de la commune urbaine d’Antananarivo, Heriniaina Razafimahefa, assisté par le chef de corps des sapeurs-pompiers, le commandant Jean Fidel Rakotondrabe, ont officialisé cette reprise de collaboration. Cette coopération qui date de 1998, a été caractérisée par des échanges d’expérience entre les deux corps.

Tia Tanindranaza1 partages

Fitsaram-bahoaka tany Tsaratanana100 lahy nanafika tobin’ny zandary

Tovovavy iray 18 taona antsoina hoe Soanarivo monina ao Ambodivala, fokontany Manakana, kaominina Tsaratanàna no nisy namono ny alahady 19 novambra lasa teo.

 

 Nivoaka ny trano nandeha nanondraka anana izy, saingy tsy niverina. Taitra ny ray aman-dreniny ka narahina tany an-tanimboly. Ny vatana mangatsiakany efa voafira antsy teo amin’ny lohany ary natao tao anaty rano no novantanina. Nandeha teny an-toerana ny zandary sy ny dokotera nijery ny zava-nisy. Zanak’olona avy any amin’ny faritra Atsimo Atsinanana izy ity. Naneho ny hatezerany ireo mpiray fiaviana aminy. Raikitra ny famotorana, ary nisy olona nahiahian’ny fianakaviana nahavanona ny loza, ka nampandre ny mpitandro ny filaminana izy ireo. Lasa  nandositra efa tany anaty taksibrosy tany Morarano io olona io. Nantsoina ny zandary tany hisakana sy hisambotra azy, ka naverina tany Tsaratanàna, araka ny fanazavan’ny komanda Tsaratiana Edgard Honoré, Lehiben’ny zandary any an-toerana.

100 lahy

Nandeha tao anatin’ny 2 andro ny famotorana. Ny alakamisy 23 novambra tokony ho tamin’ny 2 ora tolakandro anefa dia tonga ny tovolahy maromaro niaraka tamin’ny antsy sy sabatra, langilangy, nitaky ny hamoahana azy. Tsy nanaiky ny mpitandro ny filaminana, saingy tsy resy lahatra izy ireo. Nambarany fa tsy ny zandarimaria no tsy atokisany fa sao votsotra rehefa tonga any amin’ny tribonaly. Tamin’ny 5 ora sy sasany hariva vao vita ny fivoriana, ary resy lahatra ireo ray aman-dreny fa aleo hanao ny asany ny mpitandro ny filaminana. Niarahana tamin’ny OMC, nahitana ny distrika, polisy sy ny zandary ary ny fitsarana  ny fifampidinihana. Omaly zoma tamin’ny 8 ora maraina anefa dia dia tonga indray ireo tovolahy manodidina ny 100 mahery ireo niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana toy ny langilangy sy famaky hamaky ny “cellule” tao amin’ny zandarimariam-pirenena itazonana ilay tovolahy voarohirohy. Nandeha ny fifandresen-dahatra, saingy raikitra ihany ny sakoroka, ka voatery nanaparitaka azy ireo tamin’ny alalan’ny tifi-danitra ny zandary. Tsy nihemotra ireo zatovolahy, nandeha hatrany ny tifi-danitra sy ny fifanjevoana. Nandritra izany no nahatifirana tsy nahy ny tongotry ny lehilahy iray, izay voa teo amin’ny kibon-dranjony, saingy tsy ahiana ny ainy, ary efa nahazo fitsaboana. Voatery noravana ny sekoly rehetra tany an-toerana. Nilamindamina ny raharaha taorian’izay.

SARY BD Rivo

Toky R

 

L'express de Madagascar1 partages

Femelles bovines – Un arrêté dérange les éleveurs

Le face-à-face entre le gouvernement et l’Assemblée nationale de jeudi dernier a été une occasion pour les députés de soulever la décision relative à la suspension de toutes activités de commercialisation des femelles bovines, prise par le ministère de l’Agriculture et de l’élevage. « Nous sommes en pleine saison culturale et la commercialisation de femelles bovines est monnaie courante en campagne. Mais l’interdiction imposée n’arrange guère les éleveurs et agriculteurs », a fait remarquer entre autres Germain Boniface Razafimandimby, élu de la circonscription d’Ihosy, dans la région Ihorombe.

Nouvel arrêtéUn arrêté règlementant l’abattage de femelles bovines et de jeunes animaux de l’espèce bovine interdit en effet, depuis 2010,l’abattage et la vente de femelles bovines, de génisses âgées de moins de trente mois, et de veaux de race locale ou améliorée.Une décision peu suivie dans le pays, contraignant le ministère à sortir un autre arrêté de suspension de tout acte de commercialisation de femelles bovines pendant six mois à compter du mois d’août. Une mesure prise pour préserver la race bovine, actuellement en  inquiétant déclin. « Nous sommes tenus de trouver des solutions pour la  sauvegarde de cette espèce tant convoitée mais faisant l’objet de  beaucoup de délits dans le pays », a expliqué le ministre de l’époque.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Partenariat public privé – La bancarisation des fonctionnaires au centre des priorités

C’est dans l’optique d’amélioration du système administratif que BNI Mada­gascar a entamé une signature de convention avec le ministère du Commerce et de la consommation. Le document de partenariat, paraphé ensemble par Chabani Nour­dine, Ministre du commerce, et Alexandre Mey, Directeur général de la banque, aura été le symbole de la vision commune des deux institutions. Cette alliance permettra aux fonctionnaires au service de la population de remplir convenablement leur mission.Intitulée « Pack Mpiasam-panjakana », l’offre commerciale avancée par la BNI est personnalisable selon les conditions préférentielles des fonctionnaires. « À travers cette collaboration, l’installation des nouveaux fonctionnaires du ministère sur l’ensemble du territoire national sera ainsi facilitée », explique le ministre.Le directeur général de la banque, quant à lui, a mis en exergue les actions déjà effectuées par la BNI Madagascar à l’endroit des acteurs principaux du secteur du commerce. Il parle, entre autres, du partenariat effectif avec la fédération des chambres de commerce et d’industrie (FCCIM), initié avec Chabani Nourdine, alors même qu’il était le président de cette fédération. Des collaborations qui se sont alors perpétuées pendant la période où le ministre était encore en charge du département de l’industrie et du développement du secteur privé. Des initiatives saluées par le ministre, dans la mesure où cela permettra aux agents de son département d’accéder à un monde de bancarisation plus profitable.

Harilalaina Rakotobe

Madaplus.info0 partages

Séisme : menace des secousses plus fréquentes et plus violentes à Madagascar BNGRC

Les manifestations sismiques deviennent de plus en plus un risque pour Madagascar selon le BNGRC ou le Bureau National de la Gestion des Risques et de Catastrophes.
Les tremblements de terre seront plus fréquents et plus violents surtout dans les zones dites sismiques. Le changement climatique figure parmi les causes de la manifestation sismique d’après le BNGRC. Vu la fréquence des tremblements de terres ayant entrainé des dégâts matériels depuis l’année dernière, le Général Rambolarison de confirmer la mise en place d’un plan de risque sismique. Ce plan circonscrit les zones potentielles de manifestation de tremblement de terre à Madagascar. L’atelier de mise à jour du Plan de Contingence National aura lieu le 22, 23 et 24 novembre 2017.
News Mada0 partages

Kitra – «Telma coupe de Mada» : hahazo 3 tapitrisa Ar izay ho mpandresy

 Anisan’ny fihaonana ifantohan’ny sain’ny rehetra, amin’ity faran’ny herinandro ity, ny famaranana  hiadiana ny amboaran’i Madagasikara “Telma coupe de Mada”. Hiady izany  ny Fosa Juniors Boeny sy ny Cosfa Analamanga.

 

Hifantoka, etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, avokoa ny sain’ny mpitia fanatanjahantena rehetra, indrindra fa ireo mpankafy ny baolina kitra, rahampitso alahady. Ho fantatra amin’io mantsy izay handrombaka ny amboaran’i Madagasikara “Telma coupe de Mada 2017”, eo amin’ny Fosa Juniors Boeny sy ny Cosfa Analamanga.

Efa vonona ny ekipa roa tonta. Sambany ny tompondakan’i Boeny vao tonga amin’izao sehatra, raha toa ka efa ampolo taony kosa vao tafaverina amin’izany indray ny Miaramila. Hangotraka tokoa, araka izany, ny lalao satria hanolotra lelavola 3 tapitrisa Ar ho an’ny mpandresy ny orinasan-tserasera Telma, ankoatra ny amboara omen’ny federasiona. 1 tapitrisa Ar kosa ny an’ny resy. Ankoatra izay, samy hotolorana 500.000 Ar avy ireo mpilalao mendrika sy ny nahafaty baolina be indrindra ary ny mpiandry tsatoby tsara. Tsy hadino koa ny mpanazatra izay hahazo 300.000 Ar.

Hitsasra ny fihaonan’ny roa tonta  i Abdoul Kanoso sy i Basile ary i Eric ary mpitsara fahefatra  i Andofetra. Izy efatra mirahalahy ireo izay samy mpitsara iraisam-pirenena, avokoa.

Hiavaka kely ny fidiran’ny mpanohana ny ekipa roa tonta. Eo amin’ny vavahady manoloana ny sekoly Ste Famille ny an’ny Fosa ary eo amin’ny “Paddock” ny an’ny Miaramila.

Hisy lalao ihany koa ataon’ny Telma, ho an’ny mpijery hahazoana finday hiaka farany. Amin’ny  alalan’ny SMS ny fandraisana anjara, amin’ny sarany 500 Ar. Alefa any amin’ny laharana 0343403536 ny hoe TCM miampy ny anaran’ny ekipa heverinao fa handresy. Hanokatra ny lalao ny fihaonana firahalahiana, hikatrohan’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena sy ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF).

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Toamasina-Vary : vaky ny adin’ny prefet sy ny talem-paritry ny varotra

 Tsy mety voafehy ny fidangan’ny vidim-bary eto Toamasina. Mibaribary koa ny tsy fifankahazoan’ny tompon’andraikitra ary ahina misy ny firaisana tsikomba amin’ireo mpandraharaha sasany.

Raha tsorina, mety manamarina ny fomba tsy mazava ataon’ny talem-paritry ny Varotra sy ny fanjifana eto Toamasina, Rtoa Lambo Nadia sy ireo vondron’ny mpandraharaha vary, ny zava-nitranga ny alatsinainy 20 novambra teo. Nilaza tamin-dRamatoa talem-paritra ny préfet-n’i Toamasina, Benandrasana Cyrille, fa hanao fidinana tampoka any amin’ ireo magazay fitahirizam-bary hafarana avy any ivelany (stock). Antony, mitaraina ny vahoaka amin’ny fidangan’ny vidiny, ka ilaina ny fanaovana fitiliana tampoka ny tahirin’ireo mpandraharaha.

Tamin’ny telo ora tolakandro ny fotoana nifanomezana hiaingana teo anoloan’ny lapan’ny faritra Atsinanana. Tsy tonga anefa ramatoa tale raha tsy tamin’ny 3 ora sy 45 minitra.

Nalainy ny lisitry ny mpandraharaha

Nandritra ny fitsidihana ireo magazay, akory ny hagagan’ny rehetra fa nivantana trano foana, tsy nisy olona na tompon’andraikitra ny nitondran-dRtoa tale azy ireo ary mbola nampandrenesiny mialoha koa ireto farany fa ho avy ny prefet. Nanoloana izany, tezitra mafy ny prefet-n’i Toamasina, Benandrasana Cyrille nilazany fa “efa hoe fidinana tampoka ny hatao nefa nilazanao ry zareo. Omeo ahy ny lisitry ny mpandraharaha mpanafatra vary,  hanaovanay ny asa samirery amin’ny manaraka”. Mety manahy ve ity tompon’andraikitra ambony ity fa misy tsikomba eo amin-dRtoa talem-paritry ny Varotra sy ireo mpandraharaha vary eto Toamasina?

Sajo

News Mada0 partages

Nohavaozina ny lalàna : tanjaka 5Mw vao afaka mamokatra herinaratra

Nampitomboina ny tanjaky ny herinaratra afaka vokarin’ny orinasa. Nohamoraina koa ny fikarakarana ny antontan-taratasy ary azo atao ny mamokatra, mitatitra ary mizara herinaratra mivantana amin’ny mpanjifa.

Nohavaozina! Nankatoavina teny amin’ny antenimierandoholona, tamin’ity herinandro ity, ny fanavaozana ny lalàna vaovao (lalàna 26-2017 sy 27-2017) mifehy ny herinaratra. Anisan’ny fiovana lehibe ao anatin’izany ny mikasika ny famokarana herinaratra ho an’ny orinasa tsy miankina.

Tsikaritra mantsy fa niteraka sakana ho an’ny fampiasam-bola ny lalàna teo aloha, laharana 98-032. Ao anatin’ny lalàna vaovao, nampiakarina ho 5 Mw ny fetra farany ambanin’ny tanjaka herinaratra  farafahakeliny azo vokarina, ho an’ny angovo avy amin’ny tohodrano,  raha toa ka 150 Kw tamin’ny lalàna teo aloha. Nohamaivanina koa ny fikarakarana ny antontan-taratasy. Tsy mandalo any amin’ny filankevitry ny minisitra sy ny governemanta intsony ny fankatoavana ny fangatahan’ny orinasa tsy miankina, fa dinihin’ny Antokon-draharaha mandrindra ny herinaratra (ORE) ary ankatoavin’ny minisitry ny Rano, ny angovo ary ny vokatra ara-tsolika (MEEH).

Tsy sahanin’ny Jirama irery intsony

Nasiam-panavaozana koa mikasika ny fanomezan-dalana mamokatra, mitatitra ary mitsinjara herinaratra ho an’ny mpanjifa. Raha ny mahazatra mantsy, sahanin’ny Jirama avokoa ny famokarana (na mividy amin’ny tsy miankina), ny fitaterana ary ny fitsinjarana ny herinaratra avy amin’ny tohodrano manana tanjaka mihoatra ny 500 kw. Ankehitriny, notsinjaraina ny fahazoan-dalana, na ny an’ny Jirama aza, ho an’ny famokarana, ny fitaterana ary ny fitsinjarana amin’ny mpanjifa.

Manampy ireo, hafindra any amin’ny Tahirim-pirenena ho an’ny angovo maharitra,  (Tahirim-pirenena ho an’ny herinaratra teo aloha) ny fitantanana ny vola mikasika ny herinaratra, fa tsy alefa any amin’ny Tahirim-pirenena intsony. Mahaleo tena tanteraka ity rafitra ity, manana ny filankevi-pitantanana sy ny rafitra mpanatanteraka. Afaka mampiasa vola ao aminy avokoa ny fanjakana, ny fikambanana ary ny mapamatsy vola samihafa.

Nilaza ny minisitra MEEH, Rasoloelison Lantoniaina, fa “hanome vahana bebe kokoa ny mpampiasa vola ireo lalàna vaovao ireo, hiteraka asa ho an’ny Malagasy”.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Secteur maritime : la planification de l’espace maritime avance

Afin de gérer de manière durable les ressources marines, restaurer les écosystèmes et assurer la pérennité des activités, le gouvernement malgache s’est engagé à utiliser la Planification spatiale marine (PSM) comme outil de base pour la promotion de l’Economie Bleue à Madagascar.

Il s’agit d’une cartographie et règlementation des activités économiques en mer. C’est un outil d’aide aux prises de décisions politiques pour une meilleure gestion intégrée de l’espace marin. En incluant les connaissances scientifiques du milieu océanique et la préservation des écosystèmes marins, la PSM permettra d’optimiser les activités en mer et leur coexistence, pour éviter les conflits d’usage et assurer une exploitation durable.

 Avec une ZEE deux fois plus grande que son espace terrestre (1.140.000 km2), Madagascar peut miser sur un développement durable basé sur le potentiel océanique. L’avancée de l’Etat vers la PSM appuie cette volonté d’institutionnaliser l’Economie Bleue. Il s’agit également d’une réaffirmation des droits souverains et des prises effectives de responsabilité sur toute l’étendue marine sous juridiction nationale.

Depuis le mois de septembre de cette année, le ministère auprès de la Présidence chargé des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) et le Secrétariat d’Etat chargé de la Mer (SEMer) sont mandatés pour mettre en place et gérer conjointement  la PSM à Madagascar.

Haja R.

 

News Mada0 partages

Faribolana Sandratra : hantsaina ny « Kirimba 2 », anio tolakandro

 « Kirimba 2 », antsa tononkalo sy riankalo atolotry ny Faribolana Sandratra Antananarivo, anio tolakandro etsy amin’ny Cercle germano-malagasy (CGM) etsy Analakely. Hilomanosana, mandritra izany, ny asa sora-dRanöe sy i Nirihaja, hifandimbiasan’ireo mpanao teatra, avy ao amin’ny Faribolana Sandratra, hoentina an-tsehatra. Harahin’ny mozikan’ny tarika Moajia, miampy ireo ravaka tena miavaka. Toy ny isam-bolana, miara-dalana amin’ny famoahana boky ny antsa tononkalo ; boky mitondra io lohateny io ihany.

Notanterahina tamin’ny taona 2002, volana mey, ny « Kirimba1 ». Mahakasika ireo mpanoratra kosa, Rakotomahafaly Norbert Eugene no tena anaran-dRanöe. Nanoratra tononkalo, sombin-tantara, riankalo, tantara an’onjampeo, nanomboka tamin’ny taona 1972 izy. Manavanana ary tena ahafantarana azy ihany koa ny famakafakahan-kevitra. Iray amin’ireo nanorina ny Faribolana Sandratra Ranöe, izay nanangana ihany koa ny gazety Ambioka. Izy no nitondra voalohany ny riankalo teo amin’ny literatiora ary namorona io teny io. Mpanao velakevitra momba ny literatiora, manerana Nosy izy ary niara-namoaka boky maro tamin’ireo mpiray Faribolana.

I Zafindratiana Haja Nirimalala kosa ny tena anaran’i Nirihaja, nanomboka nanoratra ny taona 1993. Niditra mpikambana ao amin’ny Faribolana Sandratra ny taona 1993 izy ary efa niaraka namoaka boky maro tamin’ny mpiray Faribolana. Anisan’izany ny boky Saramba mikalo, Kirimba, Antsa tamberina, Kindriandriana. Manoratra tononkalo, tantara tsangana ary lahatsoratra ihany koa i Nirihaja.

Landy R.

News Mada0 partages

Filankevitra mitety faritra : handany vola sy hiliba any Mahajanga indray ny mpitondra

Hotanterahina anio,  any Mahajanga ny filankevitry ny minisitra mitety faritra. Midika ho fandaniam-bola  fotsiny anefa izany ary karazan’ny fisehosehoana miaraka amin’ny filibana ny volam-bahoaka. Hampiarahana amin’ny kongresim-paritry ny HVM  any amin’iny  faritra iny rahateo izao filankevitry ny minisitra izao. Hifangaro voraka  eo izany ny raharahan’antoko sy  ny asam-panjakana. Fa mba nitondra inona amin’ireny  faritra efa nanaovana filankevitry ny  minisitra ireny izao  ny nanaovana izany hatramin’izay ? Ho voavaha any amin’ireny toerana ireny ve ny sosialim-bahoaka ? Ohatra ny vidim-bary efa tafakatra 700  Ar  ny kapoaka eto Antananarivo raha 800 mahery izany any Marolambo ?  Ho hita amin’izany filankevitra izany ny  vahaolana momba  io  vidin’ny jiro hiakatra ary hotsenain’ny vahoaka malagasy amin’ny taona vaovao io ?   Ahoana  ity delestazy miverina tato ho ato mamely ny tanàna maro eto an- dRenivohitra ity ?

Adihevitra azo atao eny Iavoloha… 

Fotoana koa ny anio, hitokanana lalana sy tranom-boky any an-toerana. Asa tokony ataon’ny ben’ny Tanàna izany,  tsy  liana ny filoham-pirenena akory nefa izao hisehosehoana  izao.

Fotoana lany sy volam-bahoaka very ny fanaovana ny  tahaka izao. Eo  ohatra  ny solika, ny fiaramanidina,  ireo mpiasa amin’ny minisitera isan-tokony lasa any Mahajanga. Miampy ny  fanetsehana  ireo tompon’andraikitra any amin’ny faritra… Ny hotely  sy ny sakafon’izy rehetra  ireo ao anatin’ny  telo andro… Resaka na adihevitra tokony  ho vita eny Iavoloha nefa hirongoana delegasiona mafonja sy andaniana volabe tahaka izany… … Mbola eo koa aza ny fakana mpanakanto hamoriana vahoaka fa sao hitafy henatra eo, tsy mahazo olona.

Lasa any avokoa ireo depiote HVM…

Tsy vitan’izany. Fantatra fa lasa nihazo any an-toerana  koa ireo depiote HVM rehetra,  taorian’ny fivoriana  teny Tsimbazaza,  afakomaly. Novatsina volabe avy izy ireo  ankoatra ny fiantohana ny saran’ny fiaramanidina.Hatreto anefa, tsy mazava ny loharanom-bolan’ny antoko hiatrehana izany rehetra  izany? Volam-panjakana sy ny fitaovam-panjakana  ihany amin’izao ny nampiarahana ny filankevitry ny minisitra sy ny kongesin’ny HVM izao ?

Randria

News Mada0 partages

« Konferansa momba ny soratra 2017 » : hanjaka ny fifanakalozan-kevitra

Tontosaina anio tontolo andro, eny amin’ny Haitsiron’Iarivo, etsy Alarobia ny « Konferansa momba ny soratra 2017 » na ny « KMS 2017 ». Raha ny fandaharam-potoana sy fandaminana, hitana ampaham-potoana lehibe ny fifanakalozan-kevitra miainga avy amin’ireo velakevitra hotontosain’izy 6 mianadahy hanatanteraka izany. Arahina fifanakalozan-kevitra avy hatrany ny velakevitra tsirairay. Anisan’ny tanjona tratrarina amin’izany ny hitsirihana ny olana mahazo ny tontolon’ny soratra sy ny mety ho vahaolana. Ao ihany koa ny toerana misy ny soratra manoloana  ny zava-misy ankehitriny.

Ireo lohahevitra hovelabelarina mandritra ny « KMS 2017 »

« Ny Malagasy tsy tompon’ny teniny sy ny tenany manoloana ny asa fanoratana » (Aja), « Teknika sy torohevitra fomba fanoratana tononkira (Endrika isehoan’ny asa soratra ao anatin’ny mozika rap) » (Farah), « Ny hoavin’ny poezia sy ny toeran’ny mpamaky manoloana ny firoboroboan’ny mpanoratra sy ny asa soratra ankehitriny » (Ny Andriniela), « Ny asa soratra sy ny teknolojia vaovao » (Rima), « Ny lanjan’ny soratra ao anatin’ny filazam-baovao » (H.R) ary ny « Asa soratra sy ny fanatontoloana » (Poète Rebelle).

Marihina fa ny Koloiko sy hajaiko ny teniko (KHT) no mikarakara ny hetsika. Manohana ity vondrona ity amin’izany ny Zoromanga sy ny Librairie Antso FJKM ary ny Haitsiron’Iarivo.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Lokorace : une troisième édition haut en couleur

Organisé par Okalou, l’évènement Lokorace entame sa troisième édition cette année et se déroulera le 26 novembre au lac Anosy. Une conférence de presse s’est tenue, hier, au Skate Park Antanimena. Selon  les organisateurs, quelques innovations seront ajoutées au programme.

Fort de son succès, l’évènement Lokorace s’annonce grandiose cette année. «Notre objectif est surtout de divertir  encore plus les Tananariviens, en leur proposant des activités hors du commun», a annoncé Andy Rasoanarivo, directeur général d’Okalou. L’inscription est encore ouverte jusqu’à dimanche. Selon les responsables, Lokorace prévoit 5 000 participants environ cette année.

Le programme prévu 

Par rapport aux précédentes éditions, l’évènement commence cette année par un zumba géant qui se tiendra, au stade annexe Mahamasina, à partir de 9h30. Un concert intitulé «Live color» sera assuré par le chanteur Steph Rambi, l’un des grands spécialistes d’interprétation. Ensuite se déroulera la course de 4 km non chronométrée, autour du lac Anosy.

«Le but n’est pas d’arriver premier mais plutôt de s’amuser entre amis ou famille», a-t-il ajouté. Ainsi, des lanceurs de couleurs seront installés à chaque 800 m avec plusieurs autres animations  au rendez-vous. «L’autre partie de la route au lac Anosy sera coupée, dimanche, à partir de 10h30 jusqu’à midi environ», a annoncé Andy Rasoanarivo. La course se terminera au stade annexe Mahamasina où des DJ chaufferont la piste. «A l’entrée de l’annexe, nous allons partager des poudres colorées, pour plus de fun», a-t-il ajouté.

L’association Compassion Madagascar

«Une partie de la recette de Lokorace, plus précisément 1 000 000 d’ariary, sera versée à l’association Compassion Madagascar», a-t-il ajouté. En effet, cette dernière s’occupe des familles défavorisées qui rencontrent des problèmes financières dans les hôpitaux publics. «Beaucoup de  familles n’ont même pas de quoi payer les médicaments de leur proche hospitalisé. Soutenir cette association est plus qu’une bonne cause», a expliqué notre interlocuteur.

Notons qu’un autre grand évènement se déroulera aussi à Mahamasina, dimanche. Il s’agit de la finale de la Coupe de Madagascar de football. «Nous avons déjà eu des réunions avec des responsables. Il n’y aura ni problèmes ni  confusions entre ces deux évènements parce que l’entrée sera différente. De plus, les activités de Lokorace se termineront tôt et la finale de la Coupe de Madagascar ne commencera qu’à partir de 14 heures», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

« Kirimba » : va pour la deuxième édition

Fort du succès de sa 1ère édition en 2002, l’événement littéraire intitulé  «Kirimba» de Faribolana Sandratra,  va de nouveau emmener les poésiphiles dans un voyage onirique au CGM Analakely ce jour.

Comme à l’accoutumée, à chaque 4e samedi du mois, Faribolana sandratra va investir ce lieu devenu incontournable pour les passionnés de la littérature pour dévoiler les ouvrages de ses membres. Deux plumes unies par la passion intarissable pour la poésie seront sous les feux de la rampe.

«Kirimba», fait allusion au langage des jeunes qui signifie littéralement, virée, dans la langue de Molière.  «Il est de coutume pour le cercle des poètes  de mettre un point d’honneur à la fratrie.  Dans ce sens, c’est l’aîné qui guide le benjamin dans le cercle. Lors de la toute 1ère édition Kirimba en 2009, Faribolana Sandratra a décidé de mettre sur une même scène Ranöe et Nirihaja», ont fait savoir nos poètes. Un recueil de poèmes éponymes y sera aussi dévoilé.

Les comédiens du cercle viendront en renfort sur scène pour cette prestation qui alliera récital de poèmes et pièce théâtrale.  Et comme Faribolana Sandratra se veut être une plateforme pour promouvoir les jeunes talents, il convie à cette occasion le groupe Moajia pour apporter son lot d’éclectisme.  Fidèle à son registre «Free roots», la bande à Jiary et Njaka va présenter son premier opus intitulé «Aody e!».

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : simple question de dignité

Les premiers indignes dit-on sont ceux qui ne respectent pas la dignité d’autres personnes. Ici, particulièrement en ville à cause de l’anonymat, certains hommes, dans la catégorie d’âge des jeunes, ne se soucient d’aucun principe pour harceler dans la rue par de propos graveleux les femmes surtout celles de leur âge, parfois sans se gêner jusqu’à s’autoriser des attouchements des plus obscènes. Dans des pays où le droit de tout individu au respect de sa personne est inhérente à sa liberté de façon codifiée, le sens du respect de la dignité de la personne a évolué ces dernières années et les révélations de harcèlements dans le beau monde particulièrement dans celui du show-biz ont mis fin à une complaisance hypocrite de la société campée dans un silence complice. Profitant d’une accélération du changement de la mentalité, et d’une conquête de liberté de parole des victimes, en raison de cette actualité, la France prépare une loi qui pénalise le harcèlement dans la rue permettant ainsi de poursuivre les voyous.

Cette actualité mondiale, avec la révélation de ces scandales d’Hollywood jusque dans les usines, ne peut pas dans le pays, laisser l’opinion indifférente. Il n’y a pas que le harcèlement.

Comportements contradictoires à d’autres pratiques

Un prétendu recul d’influence des majors des églises chrétiennes (Ekar catholique, FJKM luthérienne, FLM calviniste, et anglicane) ne se vérifie pas par une diminution du nombre de leurs fidèles, ce recul attire simplement l’attention et sur des églises chrétiennes qui se disent les mineures mais qui parallèlement conquièrent des espaces non négligeables, et sur les organisations islamiques celles-ci manifestant chaque jour plus en plus de dynamisme, conquérantes en terre de mission. En somme les Malgaches restent dans leur majorité des personnes apparentées à une religion, même si les chrétiens ne constituent que difficilement 50% de la population malgré la multitude de religions reliées au christianisme. Qu’importe la répartition entre les diverses religions, on considère ici le rattachement d’une forte majorité à une religion. Cette appartenance se traduit-elle par une grande religiosité de la mentalité au quotidien ? Le respect de la dignité de la personne d’autrui serait justement un des aspects qui témoignerait d’une élévation de la mentalité. Eh bien non ! Sans l’idée de généraliser, sans l’intention de stigmatiser toute la population masculine, il est patent que les filles et femmes ne sont pas, sur les places publiques, à l’abri de toutes sortes d’agressions verbales ou gestuelles. Si ce sont les femmes qui sont à ce propos victimes, presque en corollaire les lieux publics fleurissent de langages grossiers qui devraient heurter les chastes oreilles d’une population en majorité pieuse telle que vue plus haut.

La loi du plus brutal

Là aussi, à l’expérience la majorité est réduite à être spectatrice pleine de tolérance. Cette forme d’acceptation n’est tolérance que faute d’avoir la force ou le courage de faire autrement. Il n’y a pas que sur les places publiques du reste mais souvent aussi sur les lieux de travail (bureau, atelier…) où nombreux se doivent de ne rien manifester tant les plus brutaux par le verbe laissent croire posséder des actes de violence en réserve. « N’entends pas et passe » tel semble être la menace des grossiers personnages, faire la sourde oreille devient le dernier recours de sagesse.

Quand simuler un handicap, ici la surdité, recèle la seule formule de sagesse pour éviter le constat ou plutôt pour déjouer le contact avec un phénomène, c’est que la société est malade. Tout revient à cette obligation de rendre à l’Etat puissance et autorité qui lui permet d’exiger l’application de la loi.

Certes en ce qui concerne ces questions, aucune loi n’existe ni pour qualifier d’infraction le harcèlement dans la rue et les grossièretés proférées en des lieux publics, ni pour sanctionner autant les uns que les autres. De plus personne ne réclame ces lois. Aucun mouvement ne se manifeste en ce sens, outre le fait que les gouvernants évitent de légiférer autour de tout ce qui touche à des comportements dénonciateurs d’une mentalité, l’opinion ne se fait aucune illusion quant à l’application des lois actuellement. Peine perdue que de se dépenser pour réclamer une loi réglementant tel ou tel domaine, les efforts doivent se concentrer à exiger l’application des lois. Qu’importe à la société d’avoir des lois qui dorment dans les tiroirs, la population attend que les lois fassent loi et ainsi protègent les personnes et les biens au quotidien.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : les ports de la Grande Île

Nos colonies songent toutes à s’organiser pour l’après-guerre afin de reprendre leur essor, arrêté par la guerre, et le premier objectif dont elles se préoccupent est l’outillage de leurs ports.

C’est ainsi qu’à Madagascar, l’importance du port de Tamatave tend à s’accroître d’année en année.

L’exploitation des nombreuses richesses des hauts plateaux et de la côte, favorisée par le chemin de fer, l’amélioration du port sont de nature à faire de Tamatave la capitale commerciale de la colonie.

La présence de gisements aurifères très riches dans la région de Diego-Suarez, l’exploitation régulière et féconde de vastes salines, l’existence de troupeaux de bœufs qui s’accroîtront considérablement lorsque l’hydraulique agricole aura fait les progrès voulus, sa situation de port d’escale et de ravitaillement par excellence font de Diego-Suarez un centre commercial très important. Le commerce de ce port a plus que doublé depuis six ans et promet de s’accroître à mesure que l’exploitation des richesses locales sera favorisée par un outillage économique dont le perfectionnement se poursuit.

À Majunga, l’exploitation intensive de l’industrie des viandes a provoqué dans cette région une activité incessante, source de richesses pour la population européenne et indigène. Les exportations de riz et de raphia contribuent à augmenter ce mouvement économique.

Par la richesse de la région dont il est le débouché et par la situation qu’il occupe par rapport aux pays de la côte africaine, le port de Majunga a acquis une importance qui ne peut plus s’accroître. Du moins, les Majungais sont-ils déterminés à maintenir cette enviable situation.

La région de Fort-Dauphin ne manque pas de produits. Les légumes secs, le manioc, la cire, le caoutchouc peuvent y être exploités avec succès. Les troupeaux de bœufs, fort nombreux, peuvent apporter au commerce des peaux un appoint sérieux. Ces considérations laissent supposer que, lorsque le calme sera rétabli, le port de Fort-Dauphin sera le point de sortie de produits aussi riches que variés. Il conviendra pour cela que les courriers annexes le fréquentent régulièrement, ce qui est peut-être beaucoup demander, et que les exportateurs trouvent ailleurs qu’en Allemagne le placement de ces produits.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Betroka : tratra ny mpamatsy basy ireo dahalo

Lavon’ny balan’ny zandary ao Betroka nandritra ny fifandonana tao Bekilojy, kaominina ambanivohitra Analamary ny dahalo roa tompon’antoka tamin’ny fanafihana niseho tao an-toerana ny 22 novambra 2017 lasa teo. Azo sambo-belona kosa ny dahalo telo izay nahitana mpiray tsikombakomba sy mpimasy iray ary mpamatsy fitaovam-piadiana sady mpanadio omby halatra. Tratra tany amin’izy ireo koa ny basy miisa roa miaraka amin’ny bala.

Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, nahazo antso ny zandary avy ao amin’ny kaompania an’i Betroka fa misy dahalo maromaro mangalatra omby ampolony tao amin’io toerana voalaza etsy ambony io ny alin’ny 22 hifoha 23 novambra 2017. Nanao sakana ireo dahalo avy hatrany ny zandary taorian’izay. Nisy ny fifandonana ka lasa nandositra ireo malaso ary navelany ny omby. Nisy ny fifampitifirana ka lavo tamin’izany ny dahalo roa. Lasan’ny rano ny dahalo iray ka tsy mbola hita ny fatiny. Isan’ireo namoy ny ainy koa ny dahalo nokarohina iray isan’ny namono nahafaty ny GPHC Pila tao Betroka, ny 29 jona 2017 lasa teo. Azon’ny zandary koa ny basim-borona miaraka amin’ny bala miisa 16.

Rehefa nojerena io basy io dia fantatra fa an’ny lehilahy iray ao Betroka izay olona nipetrahan’io dahalo io teo aloha. Nosavaina ny tranony ka nahatrarana taratasy mirakitra kaonty famarotana bala miisa 230 (famatsiana bala dahalo) sy “fiche individuelle de bovin” na Fib miisa 33 (fanadiovana ireo omby halatra).

J.C

News Mada0 partages

Fikasana fitsaram-bahoaka : andian’olona nikasa hanafika ny borigadin’ny zandary

Nohodidinina andiana tovolahy efa anjatony nirongo fiadiana ny tobin’ny zandary tany Ambodivala Tsaratanana ny Alarobia sy alakamisy teo, ka saika niafara tamin’ny fanafihana ny toby izany saingy nirefodrefotra ny basin’ny zandary nanaparitahana ireo olona marobe. Nisy ny tovolahy iray naratra teo amin’ny tongony vokatr’izany.

Araka ny fanazavana, noho ny fitakiana fitsaram-bahoaka tovolahy iray ahina ho namono tovovavy iray vao 16 taona no anton’izao. Ny fiandohan’ny herinandro teo, nisy namono io tovovavy io ary nariana tany anaty rano ny fatiny. Nanao ny famotorana ny zandary ka lehilahy iray nahina ho nahavanon-doza. Nitsoaka niala tao an-tanàna izy io ary efa tany anaty taksiborosy no nosamborina ary naverina tany amin’ny zandary.  Vao henon’ny olona izany, nirohotra tany amin’ny zandary ireo nitaky ny hanaovana fitsaram-bahoaka, ny alarobia.

Tonga nivory anjatony nanoloana ny tobin’ny zandary ny tanora iray fiaviana amin’ny maty sy ny mpamono ihany, nitondra kibay sy zava-maranitra ka nangataka ny hamoahana ny voarohirohy mba ho vonoin’izy ireo. Niezaka nandresy lahatra azy ireo ny kaomandin’ny kaompania niaraka tamin’ireo raiamandreny sy Tangalamena ka niala teo izy ireo nanaiky fa hamela ny zandary hanao ny asany.

Niverenan’ireo tanora

Ny ampitso anafa, niverina teo indray ireo tanora ireo ka lasa anjatony maro izy ireo ary mbola nitondra kibay sy zava-maranitra.  Nangataka hatrany ny mba hanomezana azy ireo ilay voarohirohy. Niverina nandresy lahatra azy ireo indray koa ny tompon’andraikitry ny zandary sy ny raiamandreny rehetra ary ny Tangalamena kanefa nanantona hatrany izy ireo ary efa nanozongozona ny varavarana sy varavarankelin’ny toby.

Nanao fampitandremana ny zandary ny mba tsy hikitihana izany sy tsy hidirana ao kanefa tsy nanaiky ireo olona ireo. Nanapoaka basy hanairana azy ireo ireo zandary, izay nisy nitifi-danitra ary nisy ny natifi-tany ka nisy tovolahy iray no voakasoky ny bala teo amin’ny ranjony. Niala avokoa ireo tanora ireo taorian’izany ka tsy tanteraka ny fikasan’izy ireo hiditra ao amin’ny borigady. Nidina any an-toerana nitondra « renfort » ny kaomandin’ny zandary Betsiboka. Misy zandary avy any Antananarivo avy amin’ny CFS Ivato koa nalefa nidina any an-toerana hampandry tany. Mitohy ny famotorana ary hoentina any amin’ny fampanoavana any Maevatanana ny voarohirohy aorian’izany.

Yves S.

News Mada0 partages

Vendée, Frantsa : notohizana ny fiaraha-miasan’ny mpamonjy voina

Nihaona tamin’ny sekretera jeneralin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra,  Razafimahefa Heriniaina, omaly, tetsy amin’ny lapan’ny Tanàna Analakely, ny fikambanan’ny mpamonjy voina ao Vendée Frantsa.

Notarihin’ny filohany, ny Lt Eric Chaupin, sy ny Cdt Lionel Guérain ireo ekipa tonga teny an-toerana. Nanatrika ny fihaonana koa ny lehiben’ny sampandraharaha mpamonjy voina eto an-dRenivohitra, ny Cdt Rakotondrabe Jean Fidel.

Tanjon’ny fihaonana ny hitohizan’ny fiaraha-miasan’ny roa tonta amin’ny fanampiana ny mpamonjy voina eto Antananarivo Renivohitra izay nitsahatra efa hatramin’ny taona 2014. Efa tamin’ny taona 1998 no nisian’ny fiaraha-miasa ary fiara 37 sy “Containers” sivy misy fitaovana fampiasan’ny mpamonjy voina  no efa nomen’ny fikambanana mpamonjy voina avy ao Vendeé, Frantsa, tamin’izany.

Ankehitriny, tsapany  fa mety tsara ny fiaraha-miasa amin’Antananarivo Renivohitra ka vonona indray izy ireo hanohy izany raha ny fanazavana avy amin’ny CUA.

Tatiana A

News Mada0 partages

Tetikasa Sahala : hatomboka eny Antaninarenina ny 16 andro iadina amin’ny herisetra

 Efa sahanasa atao isan’andro ny ady amin’ny herisetra atao amin’ny vehivavy sy ny ankizy ho an’ny tetikasa Sahala. Ny 16 andro manomboka anio kosa hanamafisanan ny asa efa vita rehetra sy hanairana ny sain’ny daholobe fa mbola misy ny herisetra ka ilaina ny fandraisana anjaran’ny rehetra indrindra ny lehilahy voatonona ho mpanao izany matetika, hoy ny tomponandraikitra. 

Hosantarin’ny mpiandraikitra ny tetikasa Sahala sahanin’ny CForC eny amin’ny zaridainan’Antaninarenina,  anio, ny fanokafana ny 16 andro iadiana amin’ny herisetra mifototra amin’ny maha lahy na maha vavy. Tanjon’ny hetsika ny hampandray anjara mivantana ny lehilahy izay voalaza matetika fa mpanao herisetra amin’ny ady atao rehetra. Lohahevitra raisina ny hoe : tokony hiaraka hiady amin’ny herisetra ny rehetra fa tsy misy ailika hanafoanana  izany.

Mandritra ny tontolo andro, anio, hisy tantsoroka ho an’ny lehilahy eny an-toerana ho fampahafantarana ny fandraisana ireo lehilahy izay voakasika anaty trangana korontana ao an-tokantrano. Eo koa ny fitiliana ny tsimokaretina VIH/Sida sy dinika ara-pahasalamana ho an’ny lehilahy toy ny mikasika ny diabeta, homamiadana, sy ny fikarakarana ny zaza…Ho an’ny Sahala,  hiavaka ny fampahafantarana ny tetikasa sy fanentanana ny lehilahy hirotsaka an-tsehatra bebe kokoa ho fampitsaharana ny herisetra. Hisy lalao ahazoana mari-pahatsiarovana mandritra ny hetsika.

Eny amin’ny Falda Antanimena, anio hariva ihany, ho hita eny ny fanentanana ireo lehilahy- izay mpiantsehatra sosialy, eo amin’ny sehatry ny ady amin’ny herisetra.

Manomboka, anio ary tsy hitsahatra intsony, ny hetsika samihafa hatramin’ny 10 novambra, andro hanamarihana ny zon’olombelona amin’ny ankapobeny.

Ny ampitso, hihaona voalohany amin’ireo lehilahy vonona isaky ny fokontany hiady amin’ny herisetra ny tomponandraikitra. Anisan’ny fokontany miara-miasa ny eny Manjakaray IIB, Anjanahary IIS, Besarety, Anosizato Atsinanana II, Madera Namontana ka hidina eny ny mpisahana ny fanentanana ao amin’ny tetikasa. Ny tapak’andro hariva ny alatsinainy, mbola hidinidinika momba ny asa manodidina ny fiarahana manao odiambavafo ny lehilahy isaky ny fokontany voakasika.  Hiompana amin’ny fifanentanana momba ny fitaizana ny ankizy indray ny fihaonana ny talata isaky ny fokontany.

Vatsin’ny Vondrona eoropeanina vola ny tetikasa Sahala entina hampihenana ny tahan’ny herisetra atao amin’ny vehivavy sy ny ankizy amin’ny ankapobeny.

Vonjy A

News Mada0 partages

Hanampiana ny foibe misahana kamboty : nanolotra bodofotsy ho an’ny reny anglikanina ny masoivoho sinoa

Nanolotra bodofotsy 215 mitentina 10 tapitrisa Ar ho an’ny reny anglikanina ny masoivohon’ny Sina eto amintsika, omaly. Hampiasain’ny reny sahirana sy ny zaza kamboty raisina an-tanana eny amin’ny foibe mpiahy ny kamboty mahatratra 22 eny Ivato ny fanampiana vao azo. 3 986 ny isan’ny mpikambana ahitana fikambanan’ny reny manam-bady na tokan-tena izay vonona hihoitra amin’ny fiainana. Mivondrona ao anaty tambajotra ny fikambanana rehetra amin’ny faritra vitsivitsy eto Antananarivo sy any Toamasina.

Mifanaraka amin’ny vinan’ny fikambanana reny any Angletera ny tetikasa atao rehetra eto amintsika. Anisan’izany ny fampiroboroboana sy fanohanana ny fiainan-tokantrano, famporisihana ny ray aman-dreny hampitombo ny finoan’ny zanany, fanomanana ny tanora hiditra amin’ny tokantrano. “Ezahina ny hanome lanja ny andraikitry ny vehivavy izay sady reny no vady ao an-tokantrano mba hanana taranaka vanona ny fiarahamonina. Andraikitra sahanin’ny fikambanana ny fampianarana mamaky teny sy manoratra, fampiroboroboana ny fihariana amin’ny alalan’ny fampindramam-bola madinika ary ny fiarovana ny tontolo iainana”, araka ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanana, Rahetilahy Jacqueline.

Manamafy ny fifandraisana eo amin’ny vahoaka roa tonta malagasy sy sina ny fanomezana ny fanampiana omaly, hoy ny masoivohon’i Sina, Yang  Xiaorong, nandritra ny lahateniny teny Nanisana. Indrindra miditra amin’ny faha-45 taony ny fiaraha-miasa eo amin’ny firenena roa. Mendri-piderana ny reny malagasy rehetra satria manana anjara toerana lehibe amin’ny fampivelarana ny tokantrano sy ny firenena iray manontolo. Tia miasa sy mahay mikarokaroka ny vehivavy malagasy ary tsara hotohanana hatrany ny ezaka ataon’izy ireo. Izay no antony nanoloran’ny masoivohon’ i Sina ny bodofotsy 215 hanampiana azy ireo amin’ny asa sosialy tontosainy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

FJKM Ambohidratrimo Marovatana : feno 40 taona ny Sampati

Natomboka tamin’ny fanompoam-pivavahana ny fankalazana ny faha-40 taona ny sampana Mpanazava sy Tily (Sampati) ao amin’ny fiangonana FJKM Ambohidratrimo Marovatana Fanavaozana. Natolotra tamin’ny fomba ofisialy tamin’io fotoana io koa ny birao sy ny komitin’ny fankalazana, ka filohany Rtoa Andrianarison Fy.

Haharitra herintaona ny fankalazana ity taon-jobily ity, ka anisan’ny handraisan’ny Sampati anjara ny famitana ho bakoly (carreaux) ny gorodona ao amin’ny akanin’ny fiangonana. Hametrahana tsangambaton’i Baden Powel koa eo an-tokontanim-piangonana. Hanao lasy lehibe any amorontsiraka koa ny Sampati ao anatin’izao fankalazana izao.

Hampitomboina avo roa heny

Nambaran-dRtoa Andrianaarison Fy, filohan’ny fankalazana, fa vinan’ny Sampati FJKM Ambohidratrimo Marovatana ny hamolavola zazavavy sy zazalahy mandray andraikitra eny amin’ny fiarahamonina ho vavolombelon’i Jesoa Kristy. Tanjon’ny Sampati ny hampitombo avo roa heny ireo beazina. Kendrena ho 242 ny isan’izy ireo raha 121, ankehitriny.

Nitarika ity fotoam-panokafana ny taon-jobily ity ny mpitambolan’ny komity jobily, Randrianarimalala Hanta ary nitondra ny tenin’Andriamanitra, ny mpitandrina Rakototiana Delhia Balthazar. Teny faneva ny faha-40 taona ny Timoty I/ 4;12b: “Aoka ho tonga fianarana ho an’ny mino ianao”.

Njaka A.

News Mada0 partages

Fetin’ny krismasy sy faran’ny taona : maro ny tolotra omen’ny Startimes ny mpanjifa

Efa anetsiny ireo tokantrano mampiasa ny “decodeur Startimes” manerana an’i Madagasikara. Manome fahafaham-po ny mpanjifany ny Startimes amin’izao ankatoky ny fetin’ny Krismasy izao. Nampahafantarina, omaly teny Ankorondrao, ireo fanomezana marobe atolony ny mpanjifa, mpijery.

Ho an’ireo vao hanjifa ny Startimes, 0 Ar ny saran’ny “decodeur DDT/DTH” (TNT/Satellite). Tsy andoavam-bola ihany koa ny “kits” sahafa  na DTH (Parabol+cable). Ankoatra ireo, maimaimpoana ny fametrahana ny “kits”.

Tolotra faharoa ho an’ireo rehetra mividy ny fahitalavitra Startimes. Misy ny fihenam-bidy eo amin’ny vidin’ny fahitalavitra “ecrans plats” izay efa misy “décodeur” ao anatiny. Fanomezana avy hatrany miaraka amin’ilay fahitalavitra ny “kits” ary maimaimpoana koa ny fametahana azy. Mahazo “abonnement” 60 andro amin’ny “bouquet Super” koa izay mividy ilay fahitalavitra.

Tolotra manokana ny ho an’ireo efa mpanjifa ny Startimes. Fanomezana 15 andro ho an’ireo manao “reabonnement” roa volana. Fanomezana 30 andro kosa ho an’ireo manao “reabonnement” telo volana. Tolotra manan-kery ho an’ny antenne hertzienne sy antenne sahafa ireo.

Marobe ny karazan-javatra hita amin’ny Startimes ary samy mahazo ny anjarany avokoa ny salan-taona rehetra. Anisan’izany ny ankizy amin’izao fetin’ny Krismasy izao amin’ny alalan’ny  sary miaina maro azo isafidianana. Eo koa ireo mpitia fanatanjahantena izay afaka misitraka ny lalao baolina kitra malaza eran-tany sy ny lalao hiadiana ny tompondaka eran-tany Fifa, ny 6 ka hatramin’ny 16 desambra ireo.

Tatiana A

News Mada0 partages

Mères Anglicanes : 215 couvertures de la Chine

L’ambassade de la République populaire de Chine ne cesse d’apporter son appui en faveur de la population malgache à travers différentes interventions touchant différents domaines dans le volet socio-économique. A note que les deux nations célèbrent cette année le 45e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques.

Des représentants du gouvernement chinois ont apporté leur contribution à l’association des Mères anglicanes, qui œuvre pour les causes de la femme et de la famille. Ils ont offert 215 couvertures d’une valeur de plus de 10 millions d’ariary à cette association, lors d’une cérémonie au siège de l’ambassade de Chine à Nanisana.

Une partie de ces dons sera remise aux 42 orphelins pris en charge au sein du Centre sis à Ivato.  «Les mères malgaches sont travailleuses, ambitieuses et débrouillardes. Elles méritent d’être écoutées, accompagnées et épaulées. La Chine veut apporter sa part à leur épanouissement.  Leurs efforts méritent reconnaissance et encouragement», a souligné l’ambassadeur de Chine, Xiaorong Yang.

«Un tel coup de pouce ne peut qu’encourager les 3.986 membres de l’association des Mères anglicanes, éparpillés dans des régions de la province d’Antananarivo et de Toamasina, à aller de l’avant dans leurs actions», a déclaré sa présidente Jacqueline Rahetilahy.

Les membres se conforment aux principes initiés par l’association-mère basée en Angleterre qui consistent à valoriser le rôle de la femme-mère au sein du foyer familial et promouvoir la femme et l’enfant dans la société…

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Braquage à Mananjary : deux militaires et un policier incriminés

La ville de Mananjary a été la scène d’une attaque à main armée jeudi dernier. Les bandits ont jeté leur dévolu sur l’argent et l’or appartenant à des ressortissants chinois. Une série d’ arrestations a eu lieu.

Six individus suspectés d’être derrière l’attaque de ces Chinois qui exploitent un site aurifère dans la rivière de Kianjavato, situé dans le fokontany de Morarano, ont été capturés par les gendarmes. Parmi les suspects figurent deux militaires, portant le grade de caporal, et un brigadier de police.

Dans la soirée d’avant-hier, vers 19 h, 12 individus armés de fusils et de pistolets automatiques ont pris pour cible le site d’exploitation de pierres précieuses «attribué» à ces Chinois. D’un ton menaçant, les bandits ont forcé les étrangers à leur remettre tout l’argent et l’or qu’ils possédaient. Sous la menace des armes braquées sur eux, les Chinois ont obtempéré et leur ont remis plusieurs grammes d’or ainsi qu’une certaine somme en monnaie malgache et en devise chinoise.

Des gardes du corps

Informés de la situation, les éléments de la gendarmerie se sont déplacés sur les lieux. La nuit même de l’attaque, trois suspects ont été arrêtés. Seules les devises chinoises ont été retrouvées sur eux. Les limiers ont également mis la main sur un pistolet automatique de fabrication artisanale et 8 balles. En procédant à un contrôle sur les routes, hier encore au petit matin, les gendarmes ont arrêté trois autres bandits à 15 km de la ville. Un pistolet automatique et plusieurs balles ont été également découverts sur eux.

Selon les explications d’une source locale, les deux militaires sont respectivement garde du corps d’une haute personnalité et d’un élu.

Toujours d’après la source, des villageois ont vu l’arrivée des bandits mais  ces derniers leur ont dit de ne pas s’inquiéter. « Ils ont dit qu’ils étaient là pour que ces étrangers restituent ce  qu’ils ont pris aux Malgaches », a expliqué un témoin.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Raid des dahalo dans la partie sud : des femmes victimes de violences

Les attaques des dahalo, notamment dans la partie sud du pays, n’affectent pas seulement la sécurité dans les zones concernées. Elles ont également laissé des séquelles d’ordre économique, psychologique, physique et émotionnel aux victimes, dont des femmes.

La survie de nombreuses familles dans le sud du pays est préoccupante. Privés de leurs principaux moyens de subsistance dont les zébus,  à cause de pillages perpétrés par les dahalo, bon nombre de ménages sont exposés aux problèmes économique et psychologique, avec des conséquences plus dévastatrices chez les femmes.

Ce sont les résultats d’une  étude sur le phénomène de violence basée sur le genre (VBG) suite aux attaques  des dahalo dans cette partie de l’île, plus précisément dans les zones à risque d’insécurité chronique comme les districts de Betroka, d’Iakora et d’Ankazoabo Atsimo.

Cette étude, réalisée et financée par l’UNFPA, dans le cadre de l’appui à la Réforme du secteur de la sécurité à Madagascar, fait la lumière sur la situation du VBG dans les zones frappées par l’insécurité en ce moment en cette Journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Selon les résultats, plus de quatre femmes sur dix enquêtées, soit 45% d’entre elles, auraient subi dans ces circonstances une forme quelconque de violence. Selon une majorité relative des femmes, avec un taux de 42%, la violence économique est la plus fréquente, suivie de la violence psychologique et émotionnelle (21,5%) et celle physique (4%).

La violence sexuelle masquée

Faisant partie du sujet tabou dans cette partie de l’île, la question sur la violence sexuelle n’a été évoquée par aucune des femmes enquêtées, c’est pourquoi sa véritable ampleur durant les raids de dahalo reste une énigme, même si l’existence d’un tel fait n’est pas à écarter.

Même les autres sources en dehors des enquêtées n’ont pas voulu donner de plus amples informations sur ce sujet. Ceux qui déclarent «en avoir entendu parler» restent rares.

Les acteurs qui ont contribué à cette étude proposent à ce que des réponses spécifiques accompagnées d’actions préalables de sensibilisation soient menées pour lutter contre cette forme de VBG, dans la mesure où le fait de ne pas en parler n’efface pas les plaies.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Alaotra : hausse des frais de transport en vue

Plusieurs districts de la région Alaotra-Mangoro risquent l’enclavement suite à la dégradation de la RN44. Une hausse des frais de transport  est envisagée en compensation des pertes occasionnées par la durée prolongée du voyage.

La circulation sur la RN44 devient problématique, particulièrement en cette saison de pluies. De longues files de véhicules se forment en plusieurs endroits de cet axe à cause du blocage dû au mauvais état de la route dont la réfection a été annoncée à maintes reprises par les régimes successifs.  Les problèmes de surcharge aidant, les camions en sont les premières victimes en portant parallèlement préjudices aux autres usagers qui peinent à passer dans les parties défoncées par leurs passages.

Une flambée de l’inflation est attendue dans la région puisque les opérateurs la desservant envisagent une hausse de leurs  frais de transport actuellement à cause des charges financières supplémentaires liées à la situation.

Manou/Solo

 

News Mada0 partages

Radanoara Julien : « Resaka ihany ny hoe fananana fiandrianam-pirenena »

 Niteraka resabe ny fehinkevitry ny parlemantera eoropeanina momba ny an’i Madagasikara. « Resaka ihany ny hoe fananana fiandrianam-pirenena », hoy ny mpahay fifandraisana iraisam-pirenena, Radanoara Julien.

 

« Fomba filazan’ny firenena rehetra, na matanjaka na osa, ny hoe manana fiandrianam-pirenena. Ao anatin’ny fifanarahana Cotonou, 23 jona 2000, ange misy ny hoe dinika politika, izay fanavaozana ny dinan’i Lome teo aloha. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny mpahay fifandraisana iraisam-pirenena, Radanoara Julien, momba ny fehinkevitry ny parlemantera eoropeanina, nilazan’ny fitondram-panjakana malagasy fa tsy fanerena fa manana fiandrianana i Madagasikara.

Fanavaozana voalohany ao amin’ny fifanarahana Cotonou ny dinika politika: fanajana ny fanjakana tsara tantana, fanajana zon’olombelona, fanajana ny fanjakana tan-dalàna, ary fanajana ny foto-kevi-dehibe amin’ny demokrasia.

« Ny dinika politika hifanaovan’ny Vondrona eoropeanina sy ny governemanta malagasy ato ho ato izany izao, azo antoka fa hiverenan-dry zareo ireo zavatra ireo: raha te hahazo vola fanampiny, mila hatao ireo », hoy izy.

Takin’ny Vondrona eoropeanina ny tsy hisian’ny « Ni… Ni… « 

Ny fifidianana filohan’ny Repoblika tsy misy « Ni… Ni…  » io izany izao no takin’ny Vondrona eoropeanina, araka ny fanazavany. Manaraka: ahoana koa ny fanajana ny foto-kevi-dehibe amin’ny demokrasia? Eo koa ny amin’ny fanjakana tan-dalàna: ny amin’ny « Raharaha Antsakabary », ny  raharaham-pitsarana…

Tsy miteny ampahibemaso mivantana izy hoe mitsabaka amin’ny raharahan-tokantranon’ny Malagasy. Fomba filaza ara-diplaomatika avokoa izany, fa manana anjara toerana amin’ny fanaraha-maso ry zareo amin’ny fampiharana ny Fifanarahana Cotonou. Manitsy izany ny mpanara-maso, rehefa mivilana amin’izay tokony handehanana ny tena.

Raha manao di-doha tsy manaraka ireny rehetra ireny ny fitondram-panjakana malagasy, ho hitany eo ny vokany: nefa tsy manam-bola ny tena… Fanerena hanaraka antsakany sy andavany izay dinika politika izay ny fanomezana vola hanatanterahana ny zotram-pifidianana. Milaza fa tsy mitsabaka izy, fa miditra ao…

Manana ny fiandrianam-pirenena sy azo terena, maninona no manolotra ny Drafi-pirenena momba ny fampandrosoana (PND) tany aminy, ohatra? Na mikoropaka be nony tsy mahazo vola…

R. Nd.

News Mada0 partages

Antoko UNDD sy ny fifidianana : “Tsipahinay ny fanilihana kandidà…”

 Mitovy hevitra amin’ny  sehatra iraisam-pirenena. « Tsy ekenay ny fanilihana kandidà. Tokony afaka mirotsaka avokoa ny rehetra amin’io fifidianana amin’ny  taona ho avy io.. Midika ho demokrasia izany », hoy ny mpikambana eo  anivon’ny  antoko UNDD, ny Dr Randrianarisoa Joseph, omaly. Nohitsiny fa hiteraka olana amin’ilay kandidà tokony  hirotsaka  izany nefa koa tsy azo hadinoina fa manana ny vahoaka mpanaraka azy izy ireny ka hanahirana sy hiteraka korontana ny tsy famelana ny filatsahan-kofidiny. Na izany  aza, misy ny fepetra  farafahakeliny tsy  maintsy arahina amin’ny maha kandidà. « Raha tsy ampy taona kosa,  tsy tokony hirotsaka.  Na koa olona migadra…Manana zo hilatsaka avokoa ny  rehetra raha ny tokony  ho izy », hoy ihany ity  olon’ny Pr Zafy Albert ity.

Manolotra an’i Beriziky ho kandidà ny UNDD

Etsy andaniny anefa, manahy ny tenany fa mety efa miketrika kajijajy  politika sy lalao maloto ny mpitondra amin’izao fotoana izao ka tokony ho mailo  ny rehetra.

Tsiahivina  fa nanolotra ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky Omer, ho kandidà amin’ny fifidianana filoham-pirenena ny UNDD. Efa nampahafantatra izany sy ny foto-kevitry ny filatsahany  tany amin’ny faritra izy  ireo. Anisan’izany ny tany Fianarantsoa ny herinandro  teo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Minisitra Andriambololona Vonintsalama : « Mandeha ny fanadihadiana ny Villa Elisabeth “

Mba tsy ho maty momoka na ho  very an-javony tahaka  ny raharaha hafa indray. “Efa mandeha ny fanadihadiana momba ny “Raharaha Villa Elisabeth”.. . Efa nofoanana amin’ny alalan’ny didim-panjakana koa ny fifampivarotana momba azy io”, hoy   ny minisitry ny Vola, Andriambololona Vonintsalama, omaly. Nanteriny fa efa miverina tanteraka eo anivon’ny fanjakana izany toerana izany amin’izao fotoana izao.

Etsy andaniny, notsiahiviny  fa tsy mijanona eo amin’io tany sy trano eny Ivandry io izany. “Maromaro  ny tranga mitovy amin’io Villa Elisabeth io ka efa jeren’ny fitondrana avokoa ny momba izany”,  hoy  ihany izy  na  tsy  nilaza ny antsipiriany aza.

Manoloana izany,  tsy fantatra hoe oviana ny nandefasan’ny fanjakana  ny fitoriana sy ny tohin’ny raharaha eny anivon’ny Bianco, na efa  nambaran’izy ireo aza fa hiroso amin’izany  izy ireo.

Tsy tokony hisy ho afa-bela…

Ny  eo anivon’ny Komitin’ny fampihavanam-pirenena (CRN) anefa efa nahafeno ny anton-taratasy rehetra sy nanatitra izany fitoriana izany eny amin’ity rafitra miady amin’ny kolikoly  eny Ambohibao ity,  herinandro vitsy lasa izay. Efa namoaka  ny heviny koa  ny solontenan’ny fianakaviana amin’ny alalan’i Zafimahova Serge.

Araka izany, tsy tokony ho afa-bela ireo rehetra tompon’antoka sy ao ambadik’ity raharaha fivarotana ny fananam-panjakana ity. Mba tsy ho vitavita ho  azy tahaka ny “Raharaha Antsakabary”  na koa ilay fipoahana nahafaty  olona tetsy Mahamasina, ny 26 jona tamin’ny  taon-dasa.

Synèse R.

News Mada0 partages

Election présidentielle : Omer Beriziky candidat de l’UNDD

Le parti «Union nationale pour le développement et la démocratie» (UNDD) a trouvé son candidat en vue de la présidentielle de 2018. Il s’agit de l’ancien Premier ministre Jean Omer Beriziky. Ce choix a déjà été officialisé lors d’une rencontre à Fianarantsoa la semaine dernière.

Depuis un certain temps, l’UNDD commence à faire parler de lui dans le paysage politique. D’ailleurs devant la conjoncture actuelle, un de ses membres, le docteur Joseph Randriamiandrisoa dénonce un calcul politique de la part des dirigeants et appelle tout un chacun à s’armer de vigilance.

Ce membre de l’UNDD est également contre l’exclusion d’un candidat lors de l’élection présidentielle. «Chacun doit pouvoir se présenter aux élections, c’est cela la démocratie», a-t-il poursuivi. Et de conclure que les critères de candidature sont définis par la loi.

Nadia

 

News Mada0 partages

Handball-CCOI : THBC hérite du lourd

Unique représentante de Madagascar à la Coupe des clubs de l’océan Indien (CCOI), qui se tient à Maurice du 25 au 3 décembre, l’équipe féminine de THBC débute sa campagne demain. D’emblée, l’aventure s’annonce laborieuse pour les handballeuses malgaches qui héritent des adversaires d’envergure, comme les Réunionnaises de l’USBBRH ou du JSB.

En tout cas, pour espérer une qualification pour la phase finale, THBC est dans l’obligation de terminer parmi les deux premières de sa poule. Pour cette édition, une fois la phase éliminatoire terminée, les équipes qualifiées joueront directement les demi-finales,  jeudi prochain.

Chez les hommes, en l’absence d’équipes malgaches, huit formations seulement lutteront pour le titre. Les quatre premières disputeront les demi-finales le vendredi.

Naisa

Programme

Samedi 25 novembre

Dames:

Case Cressonnière vs MF Storm

BBRH Plaisance SC vs HBC Combani

Dimanche 26 novembre

Dames:

PC Boueni vs THBC

JSB vs USBBRH

Hommes:

AJH Tsimkoura vs Super 8

USBBRH vs Uhuru

AS Château Morange vs CSSC

ASHB Tamponnais vs ASVP

 

News Mada0 partages

Foot – Telma coupe de Madagascar : une finale inédite à Mahamasina

Les Fosa Juniors ont sorti leurs griffes depuis le début de la compétition. De leur côté, les militaires ont affûté leurs armes et sortiront l’artillerie lourde dans le but de renouer avec le titre après avoir remporté la Coupe nationale en 1992.

En voilà un derby final qui réserve son lot de surprises, demain, au stade de Mahamasina au grand bonheur des férus du ballon rond de la capitale, qui auront l’occasion de savourer une finale hors pair entre deux formations qui ont placé la barre haut pour arriver à ce stade. De leur côté, les éléments de Cosfa ont donné de fausses illusions à l’AS Adema qui est tombée de haut après sa victoire tonitruante en demi-finale.

Effectivement, Cosfa s’est imposé sur le score de 3 buts à 2 devant le camp adverse. Trois buts signés par Jeannot Vombola, alias Nono, qui est vraiment au top de sa forme et dans ses éléments, après qu’il a rejoint les rangs des militaires. L’homme a tout d’abord marqué le premier but à la 14e minute avant que Ruffin n’égalise à la 52e minute. Nono a ensuite fait un retour en force deux minutes plus tard avant de donner le coup de grâce à la 64e minute. L’AS Adema devait réduire l’écart à la 74e minute grâce à Onia mais les deux formations se sont séparées sur le score de 3 buts à 2.

Pour sa part, Fosa Juniors (Boeny) a remporté le ticket pour la finale au stade Rabemananjara aux dépens de RTS Jet Mada (Itasy). La rencontre entre les deux équipes s’est soldée sur le score de 2 buts à rien. Force est de constater que l’entrée de Dax a complètement changé le cours du jeu car celui-ci a été l’auteur de la passe décisive pour Jean-Yves à la 64e minute. Et ce, avant d’inscrire le second but des Fosa Juniors à la 71e minute.

Chose promise, chose due. L’opérateur en télécommunications, Telma, distribuera des lots alléchants aux vainqueurs ainsi qu’aux malheureux finalistes. Celui qui brandira la coupe nationale empochera 3 millions d’ariary tandis que l’équipe finaliste recevra une somme d’1 million d’ariary. En outre, les meilleur buteur, meilleur joueur et meilleur gardien de but recevront une enveloppe de 500.000 ariary. L’équipe du ministère de l’Education nationale (Men) et celle de la Fédération malgache de football (FMF) ouvriront le bal le temps d’un match amical.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Boxe : le Com souffle le chaud et le froid

La Fédération malgache de la boxe olympique dans la tourmente! En fait, le Comité olympique malgache (Com) la somme d’évincer le vice-président, Gégé Bosco, suite à la lettre émanant de l’association internationale de boxe amateur (Aiba). La FMBO a jusqu’à la fin de ce mois de novembre pour exécuter la décision de l’instance internationale de ce noble art.

Or, malgré la demande de la fédération et les ligues régionales d’avoir au moins une copie de cette missive pour vérification, le Com fait la sourde oreille et refuse de dévoiler les tenants et les aboutissants de son contenu. Cela laisse à songer. A vrai dire, la FMBO aurait dû être la première à être au courant de cette décision et recevoir en priorité la lettre officielle y afférente. Ce qui n’est pas le cas apparemment. Du coup, la fédération doute de la véracité de cette ordonnance.

D’ailleurs, pourquoi le Com a mis trop de temps avant d’annoncer l’existence d’un tel jugement visant  à  radier à vie le vice-président de la FMBO ? Car à entendre les informations qui circulent, cela ne date pas d’hier. Selon même les indiscrétions, le Com a en sa possession cette lettre depuis belle lurette, bien avant même de la tenue de l’élection fédérale l’année dernière. Chose étonnante, ni le Com ni le ministère de tutelle, présents lors du scrutin n’ont pas empêché Gégé Bosco d’être candidat. L’assemblée générale élective de la fédération s’est même déroulée sans anicroche.

Rakoto

Tia Tanindranaza0 partages

Alaotra MangoroGoragora ny fandriampahalemana

Olona iray namoy ny ainy, iray hafa naratra mafy. Io no vokatry ny fanafihan-jiolahy tamin’ny toeram-pivarotana iray ao Ambatondrazaka ny alin’ny alarobia 22 novambra hifoha ny alakamisy 23 novambra tokony tamin’ny 1 ora maraina.

                                                       Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tarika RadjurNamoaka ny rakikirany voalohany « Aingan’i Dada »

Vao sivy taona Randrianindrina Zafitsiresy dia efa nilalao gitara niangaly ny ba gasy niaraka tamin’ny tarika Lefona. Tsy nijanona teo ny fankafizany ny mozika Malagasy, antony nanosika azy namorona vondrona iray tamin’ny taona 1979 saingy niparitaka.

 

Nihetsika indray izy ny taona 1998 ary efa nisy mihitsy ny fakana feo  nataony tamina studio iray. Ankehitriny  tonga amin’ny tanjona nokendreny ihany ny lehilahy ka hamoaka ny rakikirany voalohany mitondra ny lohateny hoe : « Aingan’i Dada ». Mampiavaka io rakikira io ny fahitana ireo karazana gadona malagasy rehetra toy ny kaiamba,  ny pop music sy ny folk. Ankoatra izay dia nosafidiana manokana ireo hira 12 mandrafitra ity album izay nalaina tao anatin’ireo karazan-kira marobe efa nahafantarana ny tarika hatramin’izay. Maro ny lesona sy anatra ary fahaiza-miaina azo raisina ao anatin’ny hiran-dRandrianindrina Zafitsiresy, raha ny tafa nifanaovany tamin’ny mpanao gazety omaly. Sady ahitana ny fiainana eny anivon’ny fiarahamonina no manitsy ny dian’ireo solafaka ihany koa ny hirany. Ao koa ny fitoriana ara-pilazantsara entina hiderana sy hanomezana voninahitra an’Andriamanitra. Anisan’ny toerana ahitana ity rakikiran-dRadjur vaovao ity ny eny amin’ny Super Music Analakely.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa StartimesHamalifaly ny fianakaviana Malagasy mandritra ny fety

Iray volana latsaka sisa dia hianoka tanteraka ao anatin’ny fankalazana ny fetin’ny noely sy ny faran’ny taona isika.

Pati

Legende : Aina Ralay, tompon’andraikitra misahana ny ara-barotra eo anivon’ny orinasa Startimes miaraka amin’ireo écran plat tsy mila décodeur intsony

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenaben’ny sakafo sy ny lakoziaHampihaonina mivantana ny mpamokatra sy ny mpanjifa

Ny 30 novambra ka hatramin’ny 03 desambra ho avy izao indray no hotontosaina etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina ilay tsenaben’ny Sakafo sy ny lakozia andiany fahavalo,

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’i Betafo Antsirabe“Havereno tsy misy hatakandro ny rano fisotro madio any aminay”

Tsy mbola misy mandeha amin’ny laoniny ny fitantanana sy fandaminana ny fampandehanana ny rano fisotro madio ao amin’ny Kaominina Ambonivohitra Betafo Antsirabe tato anatin’ny volana maromaro izay.

 Misy aza ny « borne fontaine » ho an’ny sarambabem-bahoaka, izay nampanantenaina fa handeha tsara avokoa hatramin’ny 15 novambra 2017 teo  nefa hatramin’izao mbola misy tsy mandeha mihitsy. Nanapa-kevitra ny mponina any amin’ity kaominin’i Betafo ity miaraka amin’ny fikambanana Fibemih (Fikambanan’i Betafo Miray) sy ny Carduc Madagasikara mpiaro ny zon’ny mpanjifa hanangana fikambanan’ny mpanjifa rano fisotro madio ao Betafo, izay hiantsoana ireo mpanjifa isaky ny Ilot na quartier rehetra isam-pokontany, ka hisy ny biraon’izany ho solontenan’ny mpanjifa ifotony hiaraka amin’ ireo herivelona ao an-tanàna handrafitra Komity iray hiaraka hivory sy hifandinika ary hifanakalo hevitra mivantana sy malalaka tsy hisy fanampenam-bava intsony amin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny hijery ny vahaolana iaraha-manapaka ho amin’ny fanatsarana sy ny fanamorana ny fahazoan’ny vahoaka rehetra ny rano fisotro madio ao Betafo. Tapaka fa ao anatin’ny fivoriana izay hatao ny alarobia 29 novambra 2017 tolakandro ao amin’ny Tranompokonolona Betafo no hanaovana izany sy handinihana ihany koa ny hoavin’ny orinasa mitantana ny ranon’i Betafo nampidirin’ny ben’ny tanàna tamin’ny fomba tsy nazava nefa tsy manana traikefa velively amin’ny asa fampidiran-drano ary farany hitakiana ny fandraisan’ny ao amin’ny minisiteran’ny rano fanampahan-kevitra hentira sy haingana mifandraika amin’izany fomba fiasa izany sy hitakiana ihany koa ny hamerenana tsy misy hatakandro intsony ireo paompin-drano rehetra notapahina nefa nandeha tsara tao Betafo hatramin’izay.

                                                                                    

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ho avy ny fahagagana !

Efatra taona izao no nitondran’ny fanjakana HVM antsika, ka raha fiovana sy fanarenana ny firenena no nandrasana dia vao mainka ny ratsy kokoa taorian’ny fitondran’ny mpanongam-panjakana no nisy.

 Marina fa  tsy hisy hahavita fahagagana ao anatin’ny efatra taona monja izany, saingy kosa mba tokony ho fitaratra ny mpitondra, fa tsy tahaka izao misy izao. Tsy misy zavatra voafehy, fa mena avokoa ny tondro rehetra : vidim-bary midangana, tsy fandriampahalemana manjaka, kolikoly mahazo laka… Any amin’ny zavatra marary indrindra ny Malagasy no hanaovana fampanantenana poakaty, fa izay tena fandraisana andraikitra tsy misy. Am-bolana maromaro izay ny fidangan’ny vidim-bary, saingy ny hoe efa mandray andraikitra no hasesy. Efa notenenina foana ny hoe azon’ny fanjakana atao tsara ny manafatra vary mivantana sy miandraikitra an’izany, saingy inona no tsy hanaovana izany ? Rehefa misy ny vary moran’ny fanjakana midina ho azy ny hafa, saingy nofy izany handray andraikitra izany. Tsy efa mazava ve izany fa lalaovina mihitsy ity tantara ity satria malemy ny Malagasy, ary mody hotairina tampoka ao anatin’ny hanoanany, ka hotambazan-kanina kely dia ho faly sy handrotsaka ny vaton’ilay efa mampikolay azy. Mbola rahateo no babon’ny balarora sy ny vola hatao fafy katrana amin’ny fifidianana satria efa ela tsy nihinana ! Tsy atao mahagaga raha mety mody hasiana ny vahaolana tsy ampoizina atsy ho atsy, toa io mody fitokanan-javatra etsy sy eroa io ! Ho maro indray no ho voafitaky ny fahagagana amboamboarina!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby à XV rahampitso alahadyHangotra ny kianjan’i Makis sy Malacam

Samy hahitana lalao rugby goavana tahaka ny mahazatra ny eny amin’ny kianja Makis eny Andohatapenaka sy ny etsy amin’ny kianja Malacam Antanimena rahampitso alahady 26 novambra 2017.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby à XV rahampitso alahadyHangotra ny kianjan’i Makis sy Malacam

Samy hahitana lalao rugby goavana tahaka ny mahazatra ny eny amin’ny kianja Makis eny Andohatapenaka sy ny etsy amin’ny kianja Malacam Antanimena rahampitso alahady 26 novambra 2017.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Cosfa Analamanga sy Fosa Junior BoenyHotoloran’ny Telma sy Fmf 3.000.000 Ar izay mandresy

Fantatra tamin’ny fitafan’ny tompon’andraikitry ny serasera, Elly Razafinimanga sy ny tale teknikan’ny FMF, Debon Jean François ary tompon’andraikitry ny marketing sport ao amin’ny Telma,

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

FJKM Ambohidratrimo Marovatana FanavaozanaFeno 40 taona ny SAMPATI

Feno 40 taona ny SAmpana MPAnazava sy TIly (SAMPATI) ao amin’ny Fjkm Ambohidratrimo Marovatana. Haharitra herintaona ny fanamarihana ny fankalazana ny jobily.

 

 Natomboka tamin’ny fanompoam-pivavahana ny hetsika ary narahina ny fanolorana tamin’ny fomba ofisialy ireo birao sy komitin’ny faha-40 taona ka filoha i Fy Andrianarison. Maro ny hetsika hanamarika ny fankalazana ny faha-40 taonan’ny SAMPATI  Fjkm Ambohidratrimo Marovatana : handray anjara amin’ny famitana ny « carreaux amin’ny akanin’ny fiangonana ny SAMPATI. Hisy ny fametrahana tsangambaton’i Baden Powel eo an-tokotanim- piangonana ary ny lasy lehibe izay hotanterahina any amoron-dranomasina. Vinan’ny Sampana Mpanazava sy Tily ao amin’ny Fjkm Ambohidratrimo Marovatana ny hamoaka zazavavy sy zazalahy mandray andraikitra hatrany eo anivon’ny fiarahamonina ary koa ho vavolombelon’i Jesoa Kristy, hanompo an’Andriamanitra mandrakariva. Tanjona ny hampitombo avo roa heny ny isan’ny beazina. 121 ny isan’ny ankizy tinaiza amin’izao fotoana izao. Kendrena ho tafakatra 242 izany ary tsy hilatsaka intsony io tarehimarika io. Nitarika ny fotoana fanokafana tamin’ny fomba ofisialy faha-40 taonan’ny SAMPATI Fjkm Ambohidratrimo Marovatana Fanavaozana ny mpitambolan’ny komity jobily Hanta Randrianarimalala ary nitondra ny tenin’Andriamanitra teto kosa ny mpitandrina Rakototiana Delhia Balthazar. Notsiahivin’ny pasitera teto ny teny fanevan’ny faha-40 taona izay notsongaina tao amin’ny Timoty I 4 : 12b manao hoe : « Aoka ho tonga fianarana ho an’ny mino ianao ». Ankoatra ny fanompoam-pivavahana dia nisy ny fampirantiana naneho ny fiainana any an-dasy narahina rindran-kira sy seho skoto nentina nitoriana ny Filazantsara.

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Ankiranomena FenoarivobeTsy hita izay fandrosoana, mitaraina ny mponina

Efa ho telo taona izao tsy misy endri-pampandrosoana hita taratra mihitsy eo anivon’ny kaominina ambanivohitra Ankiranomena, distrikan’i Fenoarivobe.

 

Tsy mandeha araka ny tokony ho izy ihany koa ny fidiram-bola eo anivon’ny kaominina, raha araka ny fitarainan’ireo solontenan’ny mponina izay tonga nitondra fitarainana teo anivon’ny minisiteran’ny Atitany omaly. Efa nisy, hoy Atoa Raherison Adele, solontenan’ny mponina ny resaka nifanaovana tamin’ny Ben’ny tanàna saingy zary lasa fifamaliana izay arahin’ny fanamparam-pahefana. Nisy moa ny fampisehoan’izy ireo ny taratasy  nanangonan’ny mponina sonia omaly, narahin’ny fampisehoana ireo déliberation nataon’ny mpanolotsaina kaominaly izay  nanambaran’ireto farany fa tsy misy ny fampandrosoana, tsy mety ny fiaraha-miasa ka tokony haato amin’ny asany ny Ben’ny tanàna. Miandry ny fanapahan-kevitra horaisin’ny fitondram-panjakana ireo mponina any amin’ity kaominina iray ity.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ramatoa 60 taonaMatin’ny toaka, nitsirara teny amoron-dalana

Nahitana olona maty indray tao Mahazoarivo Antsirabe ny atoandron’ny alakamisy 23 novambra 2017 lasa teo, tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany.

  Ramatoa manodidina ny 60 taona izy io, mirenireny ary mangataka no ataony. Nambaran’ireo manodidina fa ny maraina dia mbola hitan’ny olona niankin-drindrina tsy lavitra io toerana nahafatesany io izy, ary efa roa andro no nijanonany teo. Voalaza fa hitan’ny olona tsara ny nikodiavany teo amin’ilay toerana nisy azy saingy tsy taitra ny maro raha tsy ora maromaro taty aoriana. Mamo foana mantsy izy. Nambaran-dRtoa Raveloarisoa, lefitry ny sefom-pokontany fa avy any amin’ny fokontany atsinanan’Ivohitra no fiaviany. Manan-katao ihany ny sasany amin’ireo zanany 8 mianadahy. Tombanan’ny maro fa matin’ny toaka ity ramatoa ity. Izay vola azony mantsy dia hividianany toaka sy tsaky be sakay hatrany fa tsy mba sakafo. Mbola nisy vola nofihininy teny an-tanany tamin’ny nahitana ny razana.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Herisetra mahazo ny vehivavyMbola maro be ireo tsy sahy manatona “centre d’écoute”

Ny 70 %-n’ny vehivavy dia hiharan’ny herisetra avokoa saingy ny endrika hisehoany no samihafa. Mbola betsaka amin’izy ireny anefa no tsy sahy manatona ivontoerana fandraisana fitarainana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenan’ny Petite VitesseFanatsarana no atao fa tsy fandroahana mpivarotra

Hisy amin’io herinandro ambony io ny fanazavana ara-teknika ataon’ny tompon’andraikitra eny anivon’ny boriborintany sy ny kaominina Antananarivo Renivohitra momba ny fanatsarana heverina hatao ao amin’ny tsena Petite Vitesse.

 

Aoka tsy ho taitaitra amin’ny resabe etsy sy eroa isika fa ho avy ny fanazavana amin’ny andinindininy momba io raharaha io, hoy ny tompon’andraikitra iray eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) nanontaniana omaly hariva. Efa nisy ny fampahafantarana an-taratasy ireo mpivarotra momba ny fanatsarana. Nihaona mivantana tamin’ny solontenan’ny mpivarotra omaly ny iraky ny CUA ary dia ho avy ny fanazavana fanampiny amin’ny herinandro. Fanatsarana sy fandaminana ny tsena fa tsy famitahana na fandroahana mpivarotra no irosoan’ny kaominina, araka ny angom-baovao natao. Misy moa ireo mpanatsatso ka miteraka ahiahy eo amin’ireo mpivarotra sasany. Ao anatin’ny fandaharanasan’ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana ny fanatsarana ny tsena eto an-drenivohitra ary tsy maintsy jerena ny fomba milamina hanatanterahana azy. Manodidina ny 1400 ny mpivarotra ao amin’ny tsena  Petite Vitesse ankehitriny ary milaza izy ireo fa mandoa hetra ara-dalàna. Nambaran’izy ireo ihany koa fa tsy ny fanatsarana no olana fa tokony hisy fifampiresahana mazava tsara kosa anefa. Vonona izahay hanatsara na dia hamoaka vola avy amin’ny paosinay aza, hoy ireo mpivarotra fa aoka hifanaja sy hifampitsinjo. Manaiky fifampiresahana ihany koa ny kaominina.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

« Sapeurs Pompiers Vendée France »Hamerina ny fiaraha-miasany amin’Antananarivo

Mitohy ny fiaraha-miasa sy ny fifanakalozana traikefa amin’ny avy any ivelany ny sampan-draharaha mpamonjy voina eto amin’ny Kominina Antananarivo. Nihaona tamin’ny Sekretera Jeneralin’ny CUA, Atoa Razafimahefa Heriniaina, izay nisolo tena ny Ben’ny Tanànan’Antananarivo Lalao Ravalomanana,

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Monique RakotoanosyNahazo ny diplaoma ambony HDR

Nahazo ny mari-pahaizana HDR (Habilitation à Diriger des Recherches) ny mpampianatra mpikaroka Rakotoanosy Monique, Filohan’ny Filankevi-pitantanan’ny ONG Ilontsera (Ivom-pandalinana ny Tontolon’ny Serasera marolafy eto Madagasikara).

 Tontosa tao amin’ny Efitranon’ny Amphi 24 ao amin’ny Fakiolten’ny Teny aman-tSoratra sy ny Siansan’ny Mahaolona eny amin’ny Oniversiten’Antananarivo ny 22 novambra lasa teo ny fanohanany ny voka-pikarohany mitondra ny lohateny hoe : « De la déconstruction au jeu des possibles : itinérance d’une chercheure transdisciplinaire en Education ». Nanapa-kevitra tamin’ny fanafahana azy ary nanome naoty ambony ny vondron’ny mpitsara izay nahitana an-dRalalaoharivony Baholisoa (Doyenne de la FLSH), Randriamarolaza Louis Paul (Garant scientifique), Razafindrakoto Lucien (Rapporteur interne), Manorohanta Cécile (Rapporteur externe), Rabenoro Irène (Juge), Rabearimanana Lucile (Juge). 500 pejy latsaka kely ity voka-pikaroahana ity. Anisan’ny mivoitra ao anatiny ny lalana nodiavin’ny asa fikaroahana tao anatin’ny 30 taona sy ny fampiharana ny fomba fijery malalaka eo amin’izay sehatra izay. Natomboka tany amin’ny taona 1968 izy io. Noho ny tsy fisian'ny rantsam-piofanana haifiarahamonina (Sociologie) sy ny tontolon’ny fanaovan-gazety (Journalisme), izay isan’ny manintona ny tanora maro vao afa-panadinana bakalorea, dia fanamby napetrany ny hivoy ny fandalana ny maha olombelona hahatakatra ny tokony hanompoany sy hanasoavany ny tontolo misy azy, ny vahoakany. Resy lahatra amin’ny tombontsoa amin’ny maha anatin’ny vondron’olona mandalina ny soratra sy ny adidy handray anjara amin’ny  fihenan'ny tsy rariny sy ny tsy fitovian'ny fiarahamonina Malagasy, amin'ny alalan’ny fandalinana ny rafitra ara-tsosialy sy ny fanabeazana fiarahamonina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famahana ny olan’ny ady tanyHotohizana ny fifampiresahana

Tsy hitsahatra intsony ny firesahana momba ireo karazana ady tany eto amintsika izay efa saika mihatra amin’ny isam-batan’olona mihitsy ankehitriny.

 

 Lohalaharana amin’izany ny fibodoana tanin’olona tanterahin’ny sasany izay hahazoany taratasy mazava sy ara-dalàna amin’ny anarany mihitsy na dia efa nolovain’ireo taranaka tamin’ireo ray aman-drenibe taloha aza, ny fahasarotan’ny fikarakarana taratasy eo anivon’ny sampandraharahan’ny fananan-tany etsy Anosy… Nivoitra io nandritra ny famaranana ilay atrikasa nentina nandinihina manokana ny resaka fananan-tany eto amintsika tetsy amin’ny DLC Anosy nokarakarain’ny  Sehatra Iombonana ho an’ny Fananantany sy ny Transparency International. Efa misy ny rafitra napetraka, hoy Randrianomenjanahary Haingoarison, filohan’ny SIF hahafahana manatevina ireo efa eo am-pelatanana, taorian’ny asam-baomiera natao. Ezahina hotohizana ny fifampiresahana  mialoha ny handraisana fanapahan-kevitra. Tonga nandray anjara tamin’izao atrikasa izao avokoa  ireo mpisehatra rehetra momba ny fananantany eto amintsika toy ny topo, ny domaine, ny observatoire foncier, ny solombavambahoaka, ny solontenan’ny minisitera, ny FFKM, ny silamo…

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny MICTSL ao ToamasinaManambana hitokona ireo “Transitaires”

Manome fe-potoana herinandro, izany hoe 7 andro ny orinasa Mictsl misahana ny fandraharahana ny kaontenera ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ireo vondron’ny mpandraharaha mpamoaka entana na “Transitaires”

 

 ao anatin’ny GTM mba hamahana ny olana mampitarazoka ny asa. Nihaona tao amin’ny foiben’ny Mictsl Ampasimazava Toamasina omaly ny tompon’andraikitr’ity orinasa ity sy ny solontenan’ny fikambanan’ny Transitaires eto Madagasikara. Tsy mbola nisy ny marimaritra iraisana nivoaka tamin’ny fihaonana saingy namerina nilaza ny marary azy ireo “transitaires”. Lasa misy akony ratsy amin’ny asanay ny faharatsian’ny fitaovan’ny Mictsl sy ny fitarazohan’ny fomba fiasa, hoy izy ireo. Lasa 4 andro be izao mantsy vao tafavoaka ny kaontenera amin’izao fotoana, raha 2 andro teo aloha.Misy vola aloa sazy isan’andro anefa raha vao tsy tafavoaka ara-potoana ny entana izay 40 000 Ar ka hatramin’ny 80 000 isan’andro arakaraky ny hadirin’ny kaontenera. Miteraka olana eo amin’ny mpandraharaha mpamoaka entana sy ireo olona miara-miasa amin’izy ireo avy eo io fahatarana io sady mampitombo ny vola lany ihany koa, izay mitarika avy hatrany fiakaran’ny vidin’ireo entana rehefa tonga eny amin’ny tsena. Mahatsapa tena ireto mpandraharaha mpamoaka entana ireto fa misy endrika fanararaotana ilay fomba fiasa mitarazoka ataon’ny Mictsl. Hiroso amin’ny fitokonana ireo “transitaires” aorian’io 7 andro io raha toa ka tsy mahita vahaolana mahomby ny orinasa Mictsl.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Izahay tsy bado a !

Miarahaba jean a.Efa ao anaty ambiansy mafana tanterakka izanyianareo amin’izao fotoana a.Mandeha ny fivoriana, ny fitokanana, ny fizarana zavatra etsy sy eroa, mandeha daholo izay mandeha rehetra.

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Didy jadon’ny fanjakana HVMTsy hanaiky lembenana ny antoko maro

Na eo aza ny fandrisihan’ny mpiara-miombon’antoka amintsika, toy ny PNUD amin’ny fanatanterahana amin’ny hisian’ny fifampidinihana sy ny fifanarahan’ny samy mpanao politika mialoha ny fifidianana, dia tsy miraharaha izany ny fanjakana ankehitriny.

 Mbola nanindry ireo mpanao politika ivelan’ny fitondrana nifampidinika teny amin’ny Hotely Colbert omaly, fa misisika handray fanapahan-kevitra tsy iombonan’ny rehetra ny antoko eo amin’ny fitondrana. Maro ireo lesoka sy ny fanitsakitsahana ny lalàna manan-kery, indrindra fa ny lalàmpanorenana. Eo ihany koa ny resaka namolavolana lalàm-pifidianana, izay tsy niarahan’ny rehetra saingy teren-ko masaka sy hatao izay haneken’ny rehetra azy. Tsy hitondra filaminana eto amin’ny firenena izany, ka manameloka sy mampitandrina ny fitondrana dieny izao izy ireo. Mitaky ny hisian’ny fifampidinihana hatrany amin’ny hiaraha-mamolavola ny lalàna mifehy ny fifidianana ireo antoko politika sy ny herivelona maro. Manameloka marin-drano ny fanapahan-kevitra letrezana katsahina hatao eto amin’ny firenena. Takiana ihany koa ny fahalalahan’ny fanehoan-kevitra eto amin’ny firenena, ny fisian’ny antoko politika, ny fifampiresahana, dia mandatehezan’ny demokrasia. Mitaky hatrany ny hametrahana fitsipi-dalao mazava sy ny fanapahan-kevitra iraisana eto amin’ny firenena izy ireo. Mitsangana sy mivondrona ho vovonana herivelona hanohitra ny fanapahan-kevitra an-terisetra hoenti-mamotika ny firenena, ka tsy hijanona raha tsy tena mipetraka ny fifanarahana sy ny fitsipi-dalao mazava. Miha mahazo hery hatrany ity vondrona iaraisan’ny herivelona maro eto amin’ny firenena ity, saingy mbola minia bemarenina. Mikendry ny hanao letrezana sy hanatanteraka ny kajy malotony hatrany, saingy mino ve izy ireo fa hahomby izany, ary hanaiky lembenana ny maro an’isa efa mamondron-kery ? Efa naman’ny mangady lavaka hilevenana !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2018 - Fikambanana Za’Gasy“Mila faritana ny vola azo ampiasaina”

Ny olona tokony hitondra firenena, tsy filoha ihany fa ireo te hofidiana, dia tsy maintsy manana traikefa ary tsy misy olona tokony hitantana ny firenena raha tsy efa avy nisedra fifidianana, ka nahavita an-tsakany sy an-davany ny vanim-potoana nametrahana azy tamin’ny toerana nifidianana,

  raha ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny fikambanana Za’Gasy, Jean Navadahy Ratiharison. Olona tsy nahitana lesoka hatrany amin’ny fanesorana azy na tsy fahombiazana tamin’ny sehatra notantaniny no ilaina, araka ny nambarany. Ohatra amin’izany ny fifidianana solombavambahoaka, dia farafaharatsiny efa nitantana fokontany iray, ary efa nahita fiainam-bahoaka. Hapetraka tsara ny lalàna hoe tsy maintsy nahavita fe-potoana ara-dalàna, ary nahavita soa aman-tsara tsy nisy fandikan-dalàna vao miakatra amina sehatra iray. Tsy hay aloha na misy olona tiana hopotehina manokana ao anatin’izany satria raha ny filoha nitantana teto izao, dia saika nisy olana ny ankamaroany ary nisy tsy nahavita fe-potoam-piasana hatramin’ny farany, toa an’i Marc Ravalomanana tamin’ny fe-potoam-piasana faharoa. Ankoatra izay, tokony hofaritan’ny CENI mitovy ny vola ampiasaina isaky ny kandida hilatsaka hofidiana amin’ny fifidianana. Harotsaka ao anaty kitampom-bolan’ny CENI io vola io, ka tsy tokony hisy hahazo mampiasa vola ivelan’izany ny kandida rehetra, mba hitovian’ny herijika. Tsy maintsy manana vinam-piarahamonina mazava ihany koa ireo hilatsaka raha ny nambarany hatrany. Raha tsy tanteraka ny 75 isan-jaton’ny vina nomeny dia tokony hametra-pialana ny kandida lany eo, ary tsy ilàna fidinana an-dalambe. Tokony hipetraka ny lalàna momba izay, ka miato na miala avy hatrany ny filoha, ary miditra amin’ny fifidianana manaraka. Tokony hosoratana mazava ny programan’asa, ka raha vao miteny ivelan’izay dia voasazy tsy ho anisan’ny mpifaninana satria efa midika izay fa kobaka am-bava. Mba programan’asa no fidian’ny olona amin’izay fotoana izay.

Toky R

 

 

L'express de Madagascar0 partages

Assemblée nationale – L’inégalité d’accès aux soins soulevée

Des députés réclament l’amélioration de la prise en charge de la population rurale. Ils ont dressé une longue liste de tâches à faire, pour le ministère de la Santé publique.

Face à face intransigeant. L’inégalité d’accès aux soins pour la population rurale et urbaine a suscité de vives réactions chez certains députés, lors de la séance d’information sur la peste à l’Assemblée nationale, mercredi, et lors du face à face gouvernement-députés, le lendemain.Certains ont tiré la sonnette d’alarme sur l’énorme insuffisance d’agents de santé dans les milieux ruraux. D’autres ont soulevé le manque d’infrastructure de santé. « Pourquoi continuer à construire des blocs opératoires, à affecter du personnel dans la capitale alors que dansles milieux ruraux, on en souffre ? », s’interrogent quelques-uns.La liste de réclamations des députés au ministère de la Santé publique a été longue. « Ce sont des bénévoles qui assurent les soins dans certains de nos centres de santé de base niveau II (CSB II)», affirme le député Tovonay de Manja. À Brickaville, six CSB II seraient également gérés par des bénévoles. Dans le district de Moramanga, le centre de Campagne d’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale (CARMMA) ne fonctionnerait pas, faute de personnel. À Marolambo, la population ne bénéficierait pas de soins, toujours à cause de l’inexistence d’agents de santé. D’autres seraient obligés de parcourir 35 kilomètres à pied pour être pris en charge. Le député du district d’Ankazobe a aussi soulevé l’insuffisance de médecins et de paramédicaux dans sa zone. Il n’y aurait pas non plus de médecins à Tampoketsa. A Benenitra, des médecins qui y ont été affectés, n’auraient pas rejoint leur poste. Beaucoup sont ceux qui ont réclamé la construction de formations sanitaires, telle que la construction de blocs opératoires, de centres de santé de base, mais aussi, l’installation de radiologie dans leur localité.

PrioriserCes réactions des députés n’englobent certainement pas toutes les problématiques de prises en charge sanitaire dans les milieux ruraux et dans les zones enclavées. A Mahanoro, comme dans les régions de Bongolava, d’Atsimo Andrefana, un malade fait près d’une centaine de kilomètres à pied, pour pouvoir profiter d’un soin. Dans les régions d’Anosy, d’Androy, des femmes enceintes doivent parcourir plusieurs dizaines de kilomètres pour accoucher en sécurité au sein des formations sanitaires. En outre, le taux de couverture vaccinale est très faible dans les zones reculées. «Vous devriez prioriser la santé des gens dans les milieux ruraux. Ils méritent d’avoir des soins comme ceux des villes », s’est adressé au ministre de la Santé publique, le député de Benenitra, Théophile Christian Randrianandraina, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo.En réponse à toutes ces remarques, le ministre a souligné que des efforts sont déjà entrepris au niveau de son département, pour le recrutement d’agents de santé dans les formations sanitaires publiques. « Des paramédicaux sortant des établissements privés seront recrutés via des concours », avance-t-il. Il a fait appel aux médecins sans poste, à postuler. Ils seraient recrutés en tant que fonctionnaires. En outre, la construction de formations sanitaires, à l’instar de CSB, de bloc opératoire, serait projetée par ce ministère pour réduire cette inégalité d’accès aux soins.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Crime à Ambositra – Le patron du motel auditionné

Le patron du motel Violette et sa famille ont été soumis un par un à un interrogatoire à la brigade de la gendarmerie d’Ambositra, hier.

Passés au peigne fin. Les indices prélevés marquent le démarrage de l’enquête de la gendarmerie concernant le viol doublé d’assassinat, dans la nuit de mercredi à hier au motel Violette, à Ambositra. Le propriétaire de l’auberge, sa famille ainsi que le gardien ont été auditionnés l’un après l’autre. Un couteau-scie utilisé par le tueur a été retrouvé sur le lieu du crime, selon le commandant de brigade (CB) locale, joint au téléphone, hier à 14h. Il a indiqué qu’aucun coup de filet n’a été jusqu’ici réalisé. Quarante-huit heures après le meurtre, l’auteur principal n’est toujours pas démasqué. Interrogé, un responsable au sein du motel qui affiche toujours plein, comme jeudi, ne s’est pas exprimé.D’après les premiers éléments de l’investigation, le patron de l’hôtel a proposé à Rosalie Rafitoharimaka, la victime, un stage mais, cela a mal tourné. Un voisin a signalé qu’un tapage nocturne a été déjà constaté dimanche dernier dans ce motel. Ni la police ni lagendarmerie n’ont pourtant été prévenues. « Nous n’étions pas informés », se désolent le commissaire de police et le CB.

Crime barbareCe crime barbare auquel Rosalie, âgée de 25 ans n’a pas survécu a fait scandale à Ambositra, depuis jeudi. « Le motel et le karaoké étaient ouverts dans la journée d’hier alors qu’un deuil vient de les frapper », a précisé un confrère local. La victime, étudiante en troisième année à l’institut national du tourisme et d’hôtellerie (INTH), a été martyrisée avant d’être violée et froidement tuée. Son père et son frère ont été mandés depuis Arivonimamo pour la levée du corps après l’intervention du médecin légiste.Elle a été lardée de sept coups de couteau. Des morsures et des griffades ont été également découvertes sur son corps, selon une source à l’institut médico-légal. Les yeux du public se tournent à présent vers la gendarmerie, pour voir si elle justifie sa fonction dans cetteenquête.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Présidentielle 2018 – Jean Omer Beriziky tâte le terrain 

L’ancien Premier ministre de la Transition se trouve à Toliara. C’est sa deuxième sortie comme candidat officiel de l’UNDD à la prochaine présidentielle.

C’est en sa qualité de futur candidat à la présidentielle 2018 que Jean Omer Beriziky s’est trouvé à Toliara depuis le week-end, d’abord pour rencontrer sa famille politique, l’Union nationale pour le développement et la démocratie, locale (UNDD), les notables, des entités politiques, différentes associations, ensuite et surtout pour tâter un ancien fief du parti. Une façon de prendre le pouls de la population à son égard avant le début officiel de la campagne électorale, selon ses proches.L’ancien Premier ministre a débuté dimanche matin, ses retrouvailles avec les adhérents et sympathisants de l’UNND à l’hôtel-restaurant « Le Sisal » à Amborogony, pour confirmer sa ferme volonté de porter très haut les couleurs de leur formation politique en 2018. L’annonce a été confirmée par le président national du parti, le Dr Emmanuel Rakotovahiny qui l’accompagne dans cette tournée.

Bénédiction« Notre parti a décidé de présenter un candidat à la prochaine échéance électorale, en l’occurrence Jean Omer Beriziky. Cette candidature a déjà eu le Tsodrano ou bénédiction du Pr Albert Zafy de son vivant », précise-t-il. Et d’ajouter : « Il est désormais temps pour l’UNDD de montrer sa véritable force et valeur, et celui qui peut incarner véritablement l’idéologie prônée par le fondateur du parti ne peut être être que notre actuel candidat. »Pour sa part, Omer Beriziky a souligné que sa présence à Toliara « marque l’importance que j’attache à votre région, pour proposer un projet de société afin de faire face à la pauvreté, l’insécurité, et pour plus de justice et de réforme économique afin de mettre notre pays sur la voie de l’émergence ». Il a alors lancé un appel à une centaine de militants présents, « car j’estime que, dans mon projet d’un grand dessein pour la Grande ile, dont nous projetons actuellement les bases, vous devez avoir une place de choix ».Lors de sa rencontre avec les notables et les « Olobe » dans l’après-midi du dimanche, à l’hôtel Amazone, il a présenté les dix engagements par lesquels il envisage, avec toutes les bonnes volontés, de bâtir une nation prospère et souveraine, dans le respect de ses diversités. Il compte sillonner d’autres districts du Sud-ouest avant de rejoindre la capitale.

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Le comité central du FFKM en conclave 

L’organe décisionnaire du FFKM se réunit à Antsirabe. Une résolution sur les affaires œcuméniques et nationales est attendue à l’issue des cogitations. 

Discret. Le Comité central du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), tient une réunion cette semaine, au foyer de la charité à Antsirabe.À l’issue de cinq jours de travaux et de cogitations, cette instance décisionnaire du FFKM devrait adopter une résolution qui sera la nouvelle ligne de conduite du Conseil œcuménique.Outre les points concernant la vie œcuménique, des recommandations, voire des prises de position sur les affaires politiques, sociales et économiques de la nation, devraient être mis en exergue dans cette résolution. Un acte qui, sauf changement, devrait être adopté lors de la dernière journée de la réunion d’Antsirabe, soit demain.« Il est probable que cette résolution ne soit pas immédiatement publiée. Sa publication pourrait être faite, à Antananarivo », indique toutefois, une source proche du dossier.Cette source ajoute que le comité central du FFKM devrait faire part de son point de vue sur la mise en place du Conseil du fampihavanana Malagasy (CFM), et la démarche de réconciliation nationale qu’elle compte engager.

ÉchoAprès l’échec relatif des sommets devant jeter les bases d’une réconciliation axée sur les 4F (vérité, reconnaissance des torts, repentance et récon­ciliation), qu’il a organisés en 2015, le Conseil œcuménique s’est gardé d’entrer dans la reprise du processus par l’État.La nécessité d’une réconciliation nationale est répétée systématiquement dans les homélies et discours des chefs des églises du FFKM. Monseigneur Samoela Jaona Ranarivelo, évêque de l’égli­se anglicane et président en exercice du Conseil œcuménique, lors du culte marquant la fête d’indépendance, le 25 juin, l’a par exemple, rappelé. Seulement, l’église ne semble pas approuver la méthodologie étatique.« Le processus de réconciliation nationale est supposé apporter une stabilité durable au pays mais, la population a le sentiment qu’on continue de lui confisquer la parole par un cadre biaisé limitatif et non souverain, par une représentation non représentative car, non choisie par le fokonolona », a entre autres, déclaré monseigneur Razanakolona, dans un discours prononcé en ouverture de la journée scientifique de l’Université catholique de Madagascar (UCM), à Ambatoroka, le 9 novembre.Durant cette allocution, l’archevêque d’Antananarivo a été particulièrement acerbe sur la défaillance des politiciens, de la société civile et même des partenaires internationaux dans la lutte contre la pauvreté. Le chef religieux a appelé les élites et dirigeants à aller vers la population. À ce que les politiques du développement et autres démarches soient faites avec l’adhésion populaire. Lors de son homélie du 25 juin, le président du FFKM a également, demandé aux tenants du pouvoir de se tourner vers la population.Selon la source contactée, la tendance à Antsirabe serait que la résolution du comité central du FFKM se rapproche ou fasse écho aux déclarations des chefs d’égli­ses et entités religieuses de ces derniers temps. Parmi les thèmes ayant fait l’objet d’une conférence durant le conclave au foyer de charité par exemple, figurent celui sur l’insécurité juridique, l’insécurité foncière et l’insécurité des investissements. Des sujets fréquemment soulevés dans les observations faites par l’église catholique, notamment.La réunion du Comité central du FFKM se déroule au lendemain de celle de la Conférence épiscopale de Madagascar (CEM). Le recentrage sur la foi, la probité, l’amour de l’autre, le respect de la vie et un patriotisme sincère ont été les maîtres mots du message du CEM. Des indiscrétions avancent que la tenue de la réunion du Comité avant le début de l’année 2018, qui sera une année électorale, n’est pas fortuite. Le Comité devrait également donner son avis sur les prochaines élections à venir, notamment la présidentielle.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

Comme à son habitude, Tom Andriamanoro nous surprend avec des sujets qui ravivent notre mémoire. Il passe ainsi de l’hebdomadaire catholique « Lakroa » et Sœur Cyclone qui, à certaine époque, l’a dirigé de main de maître, à la célébration des 40 ans de l’Église FJKM, en 2008, marquée par le puissant tandem Marc Ravalomanana-Lala Rasendrahasina ; et de l’importance de la friperie sans laquelle bon nombre de Malgaches ne pourraient s’habiller « importé », au rat géant de la forêt de Kirindy, le Vositse, une espèce en grand danger de disparition.

Églises et société – Plus près de Toi mon Dieu…

Quand la presse malgache fêtait ses cent ans qui faisaient d’elle, l’une des plus anciennes d’Afrique subsaharienne, sa doyenne, l’hebdomadaire catholique Lakroa était un alerte septuagénaire ayant surmonté bien des épreuves qui ont eu raison de beaucoup de ses  confrères, dont son vis-à-vis protestant Fanasina. Sa longévité s’explique au moins par deux raisons majeures : d’abord le fait de posséder en la hiérarchie catholique un support qui n’hésitait pas à s’engager, même dans les cas les plus délicats. Le deuxième avantage était d’avoir à sa disposition une très bonne imprimerie, même si sa délocalisation sur les hauteurs d’Ambozontany à Fianarantsoa était synonyme d’une véritable gymnastique en matière de fonctionnement. Mais cette bizarrerie permit aussi à Lakroa d’avoir une véritable vision nationale que ne possédaient pas nécessairement les autres titres agglutinés dans la capitale. Pout cette raison, Lakroa était craint, du moins regardé avec méfiance par les pouvoirs successifs. Sous  sa mise respectable, il abordait en profondeur les préoccupations de toutes les strates de la société malgache. Ses colonnes  ont maintes fois été une sorte de clignotant, dont la méconnaissance a été fatale à ceux qui avaient des yeux, mais ne voyaient point.Lakroa a toujours occupé une place de choix dans l’univers de la presse malgache : celle passée du lointain journalisme militant des Arsène Ratsifehera, Ralaiarijaona, et autres Gabriel Ramananjato à celui qui s’apprend désormais sur les bancs des écoles et instituts. Dans ce monde où, de plus en plus, tout s’écrit secrètement en chiffres et en courbes, Lakroa poursuit une route en solitaire, peut-être synonyme de pureté originelle. Mais peut-être aussi que le journal a toujours oublié de vieillir : alors qu’il avait 75 ans, sa relance a été confiée par l’Épiscopat à une Sœur Claire, surnommée Sœur Cyclone par ses amis. Également professeur d’Informatique et de Communication, elle n’hésitait pas à conduire seule son 4×4  pour rejoindre son « fief » à Antsakabary. Il est vrai que Sœur Cyclone n’avait encore que 80 ans…

Les plus importants postes laïcsEn face chez la concurrence, la FJKM est née le 18 août1968 d’une fusion entre la London Missionary Society (LMS), le Fiangonana ara-Pilazantsaran’i Madagasikara (FPM), et le Fiangonanan’ny Firenjy Malagasy (FFM). Malgré une demande pour être reconnue en tant qu’association cultuelle, la FJKM a été quelque peu ignorée jusqu’en 1972. Qu’à cela ne tienne, c’est avec faste que l’Église célébra ses 40 ans sur le bord de mer de Mahajanga devant cinq mille fidèles venus des trente six synodes de l’île. L’élection des premiers responsables de l’Église pour les quatre années à venir, se déroule par un suffrage au deuxième degré, les trente six synodes désignant des représentants au nombre de quatre cents. Ces derniers forment à leur tour une assemblée chargée de désigner les grands électeurs. Le vice-président Marc Ravalomanana qui occupait le poste le plus important ouvert à un laïc, créa la surprise en se représentant après avoir soutenu le contraire quelques mois auparavant. Autre volet de la surprise, une semaine avant l’élection du Président, un poste réservé à un ecclésiastique, Marc Ravalomanana jurait qu’il n’était pour rien dans l’élection de Lala Rasendrahasina en 2004 à Ambatondrazaka, et que cette année il ferait pareil en évitant d’être à Mahajanga. Ce 20 août 2008, il était effectivement quelque part en Europe après un crochet en Afrique du Sud. Mais c’est oublier que la présence physique du vice-président laïc n’était nullement indispensable avec les technologies de l’information, le réseau de lobbying qu’il a mis sur place, et sa surface financière indispensable aux besoins de financements de l’Église et des… églises qui la composent. Et ce qui ne pouvait qu’arriver arriva : le tandem Marc Ravalomanana-Lala Rasendrahasina se reconstitua avec son poids et ses excès politico-religieux qui finirent par fatiguer et aboutir à l’effet contraire : celui de porter quelqu’un de plus classique aux commandes. Et peut-être que cette prestigieuse Église, héritière des  martyrs, au lieu de servir des ambitions personnelles, retrouvera le sens de sa mission et du  sacerdoce de ses dignitaires. Comme du temps de… Rasendrahasina Titosy.

Le « Vositse », le rat géant est en voie de disparition à cause de son habitat devenu dangereux pour lui.

Curiosités – Des rats qu’on aime

Ces quelques lignes ne se proposent pas d’ironiser sur le pourquoi de l’épidémie de la honte, que l’on dit maîtrisée. Si tel est le cas, que demander de mieux ? Leur propos est simplement de véhiculer cette incroyable vérité : les rats ne sont pas exécrés partout. Quelque part en Asie, beaucoup d’adeptes d’une grande religion les considèrent comme la réincarnation des disparus.  Les temples se transforment ainsi en lieux de concentration de rats que les familles se font un devoir d’approvisionner : fromage, croutons, viande… Quand on aime on ne lésine pas sur la dépense. Le prêtre se charge de la distribution en circulant avec aisance  parmi toute cette faune insatiable.À Madagascar même, tout le monde ne sait pas tout sur les régions, leurs richesses, leurs coutumes. Des noms principalement de sites circulent sur le Menabe : Belo-sur-Mer et ses chantiers navals traditionnels, l’Allée des Baobabs, promue premier monument naturel de l’île, Antalitoka, Mangily, Ankevo et leurs cimetières sakalava et vezo, le lac Bedo, et bien sûr les Tsingy de Bemaraha… La forêt de Kirindy à 50 km de Morondava est  l’habitat de mammifères et de rongeurs endémiques, dont le rat géant sauteur Vositse qui bénéficie de la même protection que tous les autres. Le Vositse est même devenu en quelque sorte la mascotte de la région, en donnant son nom à un Marathon qui attire même des coureurs de l’extérieur car programmant sur son tracé tous les hauts-lieux touristiques.La question se pose : l’endémicité d’une espèce prime-t-elle sur les dangers potentiels qu’elle peut couver ?

Lu pour vous – La fripe, un négoce d’importance

Vous passez devant tous les jours, il  vous arrive plus souvent que les autres le croient, d’y mettre à jour votre garde-robe  (dans le malgache non académique on parle d’aller faire un tour « eny amin’ny mitsongoloka », là où il faut se plier en deux car la marchandise est souvent placée à même la chaussée, mais vous parlez rarement de « friperies » en public.  Honneur oblige.  « La Lettre du Mercredi », un excellent hebdomadaire diffusé par mailing dont nous souhaitons vivement  la réapparition, l’a fait en 2008  pour tous les grands hypocrites dont vous voyez le portrait chaque matin dans votre miroir. Extraits.

Des vêtements de toutes les tailles et pour tous les goûts,les clients ont l’embarras du choix.

 

La provenance exacte de ces tonnes de déchets que sont les fripes n’est jamais claire, et c’est un univers où il serait plus adéquat de parler de filière que de circuits commerciaux, lesquels existent cependant bel et bien, mais où les apparences dissimulent des réalités pour le  moins troubles. On compte du reste de grosses fortunes qui se sont édifiées sur le commerce légal ou non des fripes. C’est la « société de consommation » qui a amplifié le phénomène de la fripe, originalement issue de la redistribution des riches à l’égard des nécessiteux, et qui passaient par la récupération des vêtements usagés sous forme de dons par les organismes de charité religieux ou non, qui se sont multipliés dans les pays développés ( Secours Catholique, Croix Rouge, Armée du Salut….)Traditionnellement, les « œuvres », telles qu’on les appelait jadis, étaient générées par les paroissiens et les communautés religieuses qui recueillaient les vêtements dont leurs ouailles ne voulaient plus, pour en faire don aux  personnes âgées ou démunies. Ce principe du don a été repris par ces organismes caritatifs qui font appel au bénévolat pour opérer les ramassages, le tri, le classement et la redistribution. Les irrécupérables trop usés, trop sales sont vendus à des usines fabriquant du papier, du carton, du tissu recyclé, mais ces associations se retrouvent quand même avec des tonnes de vêtements, dont seule la vente peut servir à financer leurs œuvres. C’est alors qu’intervient le côté « business » organisé par les plaques tournantes de la friperie, des centaines d’entreprises groupées qui rassemblent, trient et stockent les habits, chaussures, et autres articles achetés aux organismes de charité de diverses provenances, et les réinjectent dans le circuit commercial des importateurs et grossistes, les  pays en voie de développement principalement. Auparavant, la récupération aura été plus systématique et plus organisée : du haut d’une passerelle côtoyant un tapis roulant chargé de vêtements à quelques mètres du sol, des ouvriers jettent pantalons, jeans, chemises, jupes dans de grands paniers. À peine 10% de ces articles réapparaîtront sur le marché des vêtements, le reste vendu au poids prenant la destination de pays moins développés. Les rebuts de ces rebuts se retrouveront sur les marchés ruraux, la marchandise ayant été à nouveau « écrémée » plusieurs fois localement, mais réapprovisionnée par l’apport local, l’état froissé de la fripe permettant d’y mêler sans problèmes de nouveaux « arrivages » souvent issus de transactions plus que douteuses. Un des principes sacro-saints de la fripe au détail est de conserver précieusement les griffes et étiquettes d’origine qui seront recousues sur les articles les plus spéculables.Le vêtement est un « agent double » qui révèle ou dissimule le physique et le caractère, les peurs comme les désirs, il n’y a que l’embarras du choix sur les étals à la criée de la fripe. Choisir son vêtement c’est non seulement se situer socialement, mais également s’y différencier, par un détail, c’est se proposer et se protéger, escalader les frontières de l’âge, rajeunir ou vieillir. La fripe ajoute encore plus de piment à ce mythe de Janus à moindre frais, et aucune jeunesse n’a jamais échappé à l’attrait des « fringues ». Les jeunes et moins jeunes de nos régions côtières snobent généralement tout ce qui n’est pas « d’or » (Ndlr : diminutif de « d’origine ») et détectent à coup de reniflements offusqués ces  vêtements débusqués par l’odeur caractéristique des désinfectants utilisés, qui les  imprègnent de manière indélébile. La fripe habille de pied en cap, depuis les chaussures de pointures bébé en passant par les chaussettes à peinetombantes, les sacs, ceintures et blousons en « véritable » cuir synthétique, passe-montagnes et mitaines … Elle représente, dans tous les cas une aubaine pour les jeunes cadres surtout féminins, qui ont moins de mal à s’offrir un look vestimentaire plus varié chaque jour.Les jeans ? À vos souhaits ! Rien qu’aux États Unis, il se vendait déjà 500 millions de jeans par an il y a trente ans, soit plus de deux paires par habitant. On estime aujourd’hui que plus de trois vêtements sur cinq sont des jeans. La demande avait même tellement augmenté à une certaine époque qu’on a vu s’instaurer un véritable marché noir. Les « vrais » jeans de fabrication américaine sont encore si recherchés que beaucoup de productions d’autres pays  sont des contrefaçons flagrantes des grandes marques « made in Usa », jusqu’aux étiquettes falsifiées avec un art consommé. Beaucoup d’inconditionnels hantent toujours les fripes à la recherche du légendaire « Rica Lewis 501 », le top label, dans les amas de bleu délavé.

Le Brésil est connu pour être un des pays les plus croyants du Monde.

Rétro pêle-mêle

2004, par une matinée d’hiver bien fianaroise. Les « inquisiteurs » déchantent à l’énoncé du verdict : l’affaire des brûleurs de Bible de Fianarantsoa n’est pas devenue l’affaire de l’Église Universelle du Royaume de Dieu. Avec six mois de prison ferme pour les principaux acteurs, et quelques condamnations avec sursis pour les lampistes, les juges ont su garder raison malgré les pressions des « anti-brûleurs » qui ont tout fait pour chauffer l’atmosphère. Parmi eux figurent les plus hautes autorités de la ville, voire de la Province, mais en vain. Il ne peut en effet y avoir trente six logiques : de toutes les Églises « christianisantes » qui fleurissent dans le pays, l’EURD est, en effet, celle qui colle le plus à l’esprit et à la lettre de la Bible, et elle ne peut  se contredire en décidant un autodafé contre son propre livre de référence. Mais des considérations politiques ne sont peut-être pas étrangères à ce geste d’apaisement de la Cour : la présentation des lettres de créance de l’ambassadeur Rajaonarivony au président Lulla est en effet programmée la même semaine. Or l’EURD est l’une des plus puissantes Églises du pays vert et or. Aussi limpide qu’autrefois un but de Pelé sur une passe de Garincha, non ?

Lettres sans frontières

Tahar Ben JellounIn « Les amandiers sont mortsde leurs blessures »

La Pierre et la Peau

Il avait emporté avec lui une poignée de terre du pays, il la sentait et s’en mettait sur la figure pour dissiper sa solitude.Il est arrivé à Marseille dans une caisse d’orange. L’œil agrafé sur une carte d’identité périmée et un extrait d’acte de naissance. Il s’était nourri d’oranges pendant le voyage. Il se portait bien, mais puait un peu. La fatigue, la sueur et l’attente. Il avait camouflé l’argent français, procuré au marché  noir, dans sa peau : une  simple ouverture à peine visible dans le ventre lui servait de portefeuille. Il portait sur lui sa fortune : quelques billets de cent francs, une bague en argent, une montre-bracelet, une photo de ses enfants, une réserve de courage et de clandestinité, un feu dans la gorge, une mémoire fatiguée, une balle qui s’était incrustée dans sa jambe droite au début de l’année 1954 et qui  lui avait valu le titre de résistant, ainsi qu’une douloureuse solitude.Il sortit un papier plié en quatre et se mit à déchiffrer l’adresse du cousin. Gennevilliers…Empruntant les gestes du voleur, il monta dans le wagon et présenta son ticket à tout cheminot. L’indifférence, c’était déjà du métal. Il  resta debout dans le couloir accroché à un coin du ciel. Comme un bandit repenti, il semblait s’excuser d’être là, face  aux arbres et villages qui défilaient.Comme un regard coupable,l’étranger.Comme un corps découpé au laser, l’étranger.Comme une plante ambulante,l’étranger malade.Comme une fente dans un œil enporcelaine,L’étranger vient avec du plâtre dans les veines.L’étranger regardait à travers la buée de la vitre les arbres s’accrocher au ciel, ou plutôt les racines de la vigne se retourner et noircir à sa vue. Le train roulait sur les rails qui sortaient directement du ventre de l’étranger. Les veines de ses jambes avaient fait des trous dans l’acier du sol. Elles ne cessaient de sortir de la plante des pieds. Il restait immobile, ruminant sans bruit le projet du rêve bleu mais aigre.… Gennevilliers…L’âme périphérique.L’entrée de la ville.

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : Archives – AFP- waza.org

 

L'express de Madagascar0 partages

Élections – Les chefs de partis signent un pacte

Les partis membres du Comité de vigilance démocratique pour les élections (CVDE) ont conclu un pacte hier, a l’hôtel Colbert, dont le but est d’aboutir à la tenue des élections en bonne et due forme. Selon Ihanta Randria­mandrato, chef de file du CVDE, ce pacte découle des précédentes réunions des chefs de partis politiques durant le passage des lois sur les élections au sein du gouvernement. À cet effet, les signataires du pacte se sont engagés à respecter plusieurs points.Dans les grandes lignes, les chefs de partis politiques s’engagent à respecter les disciplines, les règles du jeux et la consensualité dans l’application des décisions communes et à former un front uni des forces vives jusqu’à l’instauration de la vraie démocratie pour l’intérêt du peuple malgache. Ils s’engagent aussi à prendre toutes les dispositions pour trouver des solutions qui n’engendreront pas une crise pré et postélectorales et à prendre leurs responsabilités pour épargner au peuple malgache les répercussions dévastatrices d’une nouvelle crise. Enfin, les signataires s’engagent à rester solidaires jusqu’à l’aboutissement de leurs objectifs.Le CVDE revendique notamment le dialogue et l’élaboration conjointe de tous les textes relatifs aux élections, ainsi que la tenue d’élections inclusives, la transparence, la vérité des urnes, la sincérité des votes en matière électorale en respectant toutes les formes démocratiques, qui exigent la neutralité des forces armées et de l’administration.

Un semblant d’ingérenceMalgré son appellation, le pacte ne prévoit, cependant, aucune sanction à l’encontre des signataires qui ne le respecteront pas. « Avant de conclure le pacte, nous nous sommes mis d’accord sur le fait de ne pas signer si on ne peut pas respecter le pacte jusqu’à l’aboutissement des objectifs », a souligné Ihanta Randria­mandrato.D’après Yves Ramaro­jaona, membre du CVDE, ce pacte est également lié à la résolution proposée par le parlement européen afind’exiger du Président Hery Rajaonarimampianina la tenue d’élections présidentielles « libres et crédibles » en 2018. « Il faut se dire que la tenue de la présidentielle de 2018 est notre objectif principal, qu’elle soit acceptée par tous et sans ni-ni », a-t-il soutenu.Une résolution du parlement européen envers laquelle Ihanta Randria­man­drato reste favorable malgré des dénonciations d’ingérences soulevées par plusieurs observateurs. « Le plus grand des souhaits est que la communauté internationale ne se mêle pas de nos affaires. Pourtant, compte tenu des efforts qu’elle a fournis dans la mise en œuvre et le financement d’ateliers sur les élections, nous pensons qu’il est temps de leur montrer que leurs efforts n’ont pas été vains », a-t-elle expliqué.Le 15 novembre, le Parlement européen a en effet adopté plusieurs propositions de résolutions concernant Madagascar, dont la deuxième touche notamment l’organisation d’élections dans le calme. Dans cette partie, on peut lire que le parlement européen « espère que les élections prochaines auront lieu dans un climat paisible et serein afin qu’elles puissent se dérouler de façon démocratique et transparente; souligne que l’ordre constitutionnel et la stabilité politique doivent être préservés et que seuls le dialogue et le consensus entre tous les acteurs politiques sont susceptibles de garantir la tenue d’élections crédibles dans le délai prévu en 2018; invite la communauté internationale à adopter toutes les mesures utiles pour que les élections présidentielles de 2018 soient libres et régulières ».

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Danse – Antsirabe – « Kilokolo » émeut grands et petits

Un instant de communion exceptionnelle à travers la danse, « Kilokolo » a envahi le théâtre municipal d’Antsirabe.

Sensationnel, aussi bien au sens propre qu’au sens figuré. La plateforme artistique « Kilokolo » qui valorise la créativité des jeunes à travers la danse, a enchanté le public d’Antsirabe, capitale de la région Vakinankaratra, jeudi après-midi. Éveillant littéralement tous les sens des jeunes qui y participaient, l’événement a sublimé la scène du « Tranobem-pokonolona » ou théâtre municipal d’Antsirabe.Moment privilégié pour la jeunesse de la Ville d’Eaux, « Kilokolo » a laissé la part belle aux émotions auprès d’un public venu nombreux admirer la passion et la patience dont chaque groupe de danseurs a fait preuve. Un événement d’envergure nationale initié par la compagnie de danse Lovatiana, il fédère les jeunes élèves des écoles primaires publiques (EPP), mais aussi les jeunes enfants en situation de handicap. Bravant le handicap sous toutes ses formes, il prône surtout l’inclusion sociale de ces jeunes pour qu’ils se surpassent au quotidien en valorisant leur talent pour la danse. Les jeunes d’Antsirabe ont fait preuve d’assiduité, de dévotion et de créativité à l’occasion. En tout, une bonne centaine de jeunes se sont retrouvés au « Tranobem-pokonolona ».

Égalité et fraternité« Kilokolo » accorde, depuis ses débuts, une grande place aux partages et aux échanges à travers la danse. En amont du rendez-vous à Antsirabe, la compagnie Lovatiana a formé les enseignants de chaque institution ayant participé à cette plateforme, pour qu’ils sachent inculquer les valeurs d’égalité, de fraternité et de sociabilité auprès des jeunes. Ces enseignants se sont  joints sur scène pour ouvrir les festivités en dansant sur une chorégraphie d’ensemble retranscrivant cette solidarité entre eux.Six EPP ont ainsi participé à l’événement, à savoir l’EPP Garbit, Mahazoarivo I, Tomboarivo, Ambavahadi-mangatsiaka, Ampatana et Sabotsy Ivory. Dans leur majorité, ces jeunes élèves ont tenu à se distinguer en illustrant la vie paysanne au quotidien, à travers leur chorégraphie.En partenariat avec le « Christian Blind Mission » (CBM), « Kilokolo » a surtout émerveillé par la prestation des jeunes en situation de handicap qui y ont participé. Les enfants du Centre d’éducation des malentendants d’Antsirabe (Fo.Fa.Ma) ont conquis l’auditoire en dansant aux rythmes des vibrations de la musique qui faisait trembler la scène. À l’unisson, ils étaient une douzaine à impressionner le public par leur aisance sur scène et leur bonne humeur, en dansant sur « Betina » de Feon’Ala et en s’affichant comme étant tout aussi doués que leurs pairs normaux. S’ensuit la prestation des jeunes atteints de cécité du Centre Vohatr’Asa qui ont ému aux larmes le public. Même non-voyants, ils se sont plu à communier sur scène en enchainant réciproquement des mouvements simples, sublimés par une certaine harmonie pour se rejoindre bras dessus, bras dessous vers la fin, comme pour confirmer leur solidarité. Moment exquis grandement salué par le public de tous âges ainsi que par les autorités présentes, « Kilokolo » à Antsirabe, mérite une seconde édition.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Concours et tests d’accès – Calendrier modifié à l’université d’Antananarivo

Quelques modifications ont été apportées aux dates des tests et des concours d’entrée à l’université d’Antananarivo, suite aux vacances de peste ayant engendré la suspension des activités de l’université pendant un mois. Les tests d’accès à la Faculté des Lettres et des sciences humaines ont été repoussés au 20 février 2018, s’ils ont été prévus pour le mois de janvier. Le concours d’entrée à l’École supérieure des Sciences agronomiques (ESSA) se tiendra les 6 et 7 décembre.Le calendrier des tests d’accès n’a pas vraiment changé pour la faculté de Droit, de l’économie, de la gestion et de la Sociologie (DEGS), il est prévu pour les 14 et 15 décembre. Et ce sera au cours de la semaine prochaine, le 28 novembre, que l’École normale supérieure (ENS) organisera son concours d’entrée.L’École supérieure Polytechnique à Antananarivo (ESPA) a maintenu son calendrier. Son concours d’entrée a été déjà effectué le 23 novembre.L’université d’Antanana-rivo n’accueillera pas plus de dix mille étudiants en première année, pour l’année universitaire suivante, faute de capacité d’accueil. Ceux qui n’auront pas leur chance d’y accéder devraient chercher des universités privées avec des mentions habilitées.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Telma Coupe de Madagascar – Cosfa-Fosa Juniors, finale inédite

La finale de Telma Coupe de Madagascar aura lieu ce dimanche à Mahamasina. Un ticket pour l’Afrique est en jeu. 

Duel de choc entre un Old et un tout jeune club. Déterminés, les deux finalistes, Cosfa Analamanga et Fosa Juniors FC Boeny ont le même objectif, c’est de remporter le titre.La finale de la Coupe de Madagascar se tiendra ce dimanche 26 novembre au stade municipal de Maha­masina à partir de 14 heures et demie. Les militaires auront l’avantage de jouer à domicile. Ce club d’Anala­manga alignant à la pointe l’intenable, Jeannot Vonim­bola, a l’habitude de jouer sur la pelouse de Mahama­sina.De son côté, après deux ans d’existence, ce sera la toute première finale en compétition nationale pour Fosa juniors FC qui évolue au championnat de Boeny. Éliminés en demi-finale lors de la précédente édition, Kandy Rambelomasina, capitaine de Fosa Juniors et consorts sont aussi prêts à ravir leur premier titre national ainsi que le ticket pour la campagne africaine, après cinq séances d’entraînement et deux matches amicaux à Mahamasina.Le vainqueur de cette finale, qui se jouera en aller et retour, disputera contre la CNaPS la Super Coupe. « Le club détenteur de la Coupe accueillera le match aller et la CNaPS recevra celui retour à Vontovorona. Ces clubs y seront autorisés à aligner leurs renforts pour les compétitions africaines », a annoncé le directeur technique national, Jean François Debon.

Pluie de primesLa fédération et son partenaire numéro un, Telma, promettront une pluie de primes pour les méritants. L’équipe gagnante de la finale recevra un chèque géant de 3 millions d’ariary et un million pour la dauphine. La fédération offrira aussi 500 000 ariary chacun au meilleur joueur, au meilleur buteur et au meilleur gardien de but.Comme d’habitude, l’entraîneur du club vainqueur gagnera  300 000 ariary. Côté organisation, deux accès séparés seront réservés aux spectatrices des deux camps.Celui de Cosfa se trouve en face du collège Sainte Famille et celui de Fosa Juniors du côté de Paddock. Les prix d’entrée sont fixés à 3000 ariary pour le gradin, 5000 ariary pour les tribunes latérales et 10 000 ariary pour celle centrale.Un match d’ouverture est prévu dans la matinée entre l’équipe de la fédération et celle du ministère de l’Éducation nationale. Dans la foulée, Telma propose un jeu pronostic sms jusqu’au coup de sifflet final dont un téléphone Titan 4G est à gagner.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Mananjary – Une station aurifère chinoise attaquée

Douze bandits ont pris d’assaut une station d’exploitation aurifère chinoise. S’insurgeant contre une contamination de l’eau et un pillage des ressources, les villageois ont laissé faire. 

Une colère latente qui brise l’élan de solidarité. Des exploitants miniers chinois ont été abandonnés à une meute de bandits armés à Ambalahosy-Mananjary, avant-hier en début de soirée. S’opposant à une extraction industrielle de ressources aurifères sur le fleuve nourricier Mananjary, sur lequel repose le quotidien ainsi que les activités de la population locale, celle-ci s’est gardée d’intervenir lorsque les Chinois en question ont été les proies d’une douzaine de bandits armés, jeudi vers 18 heures.La compagnie aurifère chinoise qui en a fait les frais, a installé une drague en plein fleuve. Tournant à plein régime de jour comme de nuit, le mastodonte remonte des tonnes de minerais pour les vanner à la surface et en rejeter le résidu.De similaires exploitations  chinoises ont déjà  suscité des insurrections qui ont dégénéré en virulentes manifestations dansd’autres localités, à l’instar de Vohilava-Mananjary. Des dragues ont été installées sur le fleuve Saka en cinq points d’extraction. Dénonçant un déversement de matières fécales des exploitants dans le cours d’eau, une contamination de la seule eau utilisable a provoqué des diarrhées ainsi qu’une maladie de la peau, outre une exploitation à grande échelle, privant de leur gagne-pain les orpailleurs locaux. Les villageois de Vohilava se sont insurgés.

Profond fosséLes autorités ont  décidé de réagir lorsque les voix se sont élevées, aboutissant au scellage du matériel chinois faute de permis environnemental. Le 26 septembre, Raleva, la tête de front villageois, principal artisan de l’arrêt de l’exploitation chinoise, a été arrêté puis jeté en prison le 3 octobre, creusant encore plus le fossé qui sépare les habitants des Chinois.Alors que les extractions sont interrompues à Vohilava, elles battent son plein à Ambalahosy, à 80 kilomètres du chef-lieu de district de Mananjary.Les informations recueillies auprès de la compagnie territoriale de la gendarmerie révèlent que les villageois se sont figés dans l’indifférence lorsque les assaillants ont frappé.Munis de pistolets, ils ont rejoint à la nage la station d’exploitation chinoise au milieu du fleuve, pour tenir en respect les personnes qui s’y trouvaient. Affirmant ne rien comprendre, ni français, ni anglais et encore moins le malgache, les Chinois pris pour cible affirment avoir été délestés d’or en paillettes et en pépites lors de cette attaque à main armée. Les gendarmes sont en pleine poursuite.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Un Symposium international pour honorer nos origines

Une grande première pour un événement d’une telle envergure, c’est un rendez-vous fédérateur des scientifiques et intellectuels émérites de la Grande île qui égayera le Centre de conférence international (CCI) Ivato, du 28 au 30 novembre. Un Symposium international autour de l’histoire, de la civilisation et de la culture prendra place à l’occasion. Ce moment privilégié verra la participation d’une quarantaine de savants nationaux et internationaux qui discuteront ensemble des fondements même de notre identité culturelle. Mené par des scientifiques compétents et reconnus par leurs pairs, ce Symposium international apportera plus de lumière sur ce qui constitue les fondamentaux de l’histoire de ce pays. Entrevoir l’avenir, en se penchant sur le passé, c’est à travers ce leitmotiv que cet événement fédère ainsi ses participants à contribuer à cette valorisation de l’histoire.Initié par l’Académie nationale malgache, le symposium convie également le public et les entités de tous horizons à se joindre à lui, notamment le Groupe Star, qui du haut de ses 65 ans d’existence, occupe une place dans l’histoire de la Grande île. Il est, en effet, l’une des premières entreprises agro-alimentaires du pays, à réserver des actions pour la promotion de la culture. En outre, l’événement qui se tiendra au CCI Ivato, s’affirme comme l’occasion d’entendre, d’écouter et de visualiser les fondements, ainsi que les origines-même du peuple malgache.Parmi les principaux participants à ce symposium, on retrouve, entre autres, le professeur Rafolo Andrianaina-rivony de l’Académie mal- gache, Lucile Rabearimanana de l’université d’Antananarivo, Alexandre Adelaar de l’université de Melbourne ou encore Sophie Goedefroit de l’université de Sorbonne, Paris.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Cyclisme – Trophée des as – VCA contre FCSA, duel au sommet

Une course qui promet. Le Trophée des As 2017, organisé par la fédération malgache de cyclisme sera l’une des principales attractions sportives du week-end.Ce jour, l’épreuve qui mettra en jambes l’ensemble des participants sera le contre la montre individuel de 20 km qui va se courir sur le by-pass. Jean Marc Rako­tonirina, qui a des expériences dans cette épreuve est le grand favori mais peut également s’attendre à une belle résistance des jeunes coureurs du moment.La course la plus attendue par tous sera celle qui sera longue de 140 kilomètres partant d’Ambohiman­gakely, qui passera par Iavo­loha, Behenjy, Andriam­bilany avant de revenir sur Iavoloha, au by-pass et finir sur la montée d’Imerinkasinina.Les deux clubs vedettes qui présenteront des coureurs chevronnés et qui vont s’acharner pour aller chercher la victoire sont le FCSA (Force cycliste sportive d’Analamanga) et le VCA (Vélo club d’Anta­nanarivo). D’une part le FCSA a déjà montré sa force durant le championnat de Madagascar où ils ont pu gagner par l’intermédiaire de Julien Rakotondravony.

Course tactiqueIl a pu sortir du lot grâce à la parfaite stratégie d’équipe où il y avait Jean Marc Rakotonirina, le grand rouleur, Jean de Dieu Rako­tondrasoa, alias Ravoatabia, et Emile Randria­nantenaina qui sont à la fois rouleur et grimpeur mais aussi le jeune Tojonirina Rabemananjara qui s’affiche comme un véritable joker.De l’autre, on aura Mazoni Rakotoarivony qui, pour sa part a pu trouver les jambes pour s’imposer devant Emile Randrianantenaina durant le championnat d’Ana­la­manga. Il a tout de même payé le prix fort durant les championnats de Madagascar où il s’est trouvé tout seul contre quatre coureurs du FCSA, dans sa roue, qui ont réussi à le contrôler tout en ayant déjà Julien Rakoton­dravony en tête à plus de trois minutes.« Tout dépendra vraiment du travail d’équipe. Je compte sur mes coéquipiers pour m’épauler au mieux cette fois-ci et on verra bien le résultat », rappelle Mazoni Rakotoarivony, qui devra donc compter sur les efforts de ses coéquipiers du VCA à savoir Célestin Rakotohasimbola, Joharivelo Andrianjaka ou encore Dama Miarantsoa, le médaillé de bronze des derniers Jeux des îles de l’océan Indien en 2015.Malgré la présence de ces deux clubs vedettes, les autres clubs peuvent jouer les troubles fêtes. On parle ici du club Mbike qui recense Jean Freddy Andriama­nampisoa, Andriamirado Rakotondravao et Bruno Randrianarimanana ou du club Tafita avec Michel Andriamitantsoa et consorts.Ce trophée des As reste la dernière sélection pour la fédération malgache de cyclisme avant d’établir la liste finale des coureurs qui prendront part à la XIVe édition du Tour cycliste international de Madagascar qui s’étalera du 7 au 17 décembre avec un départ à Toliara.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Servir la communauté  en priorité

Fonctionnel depuis le 15 juillet, le lavoir public situé au bord du lac Andraikiba a été construit en premier lieu, pour servir les lavandières qui s’activent chaque jour, au bord du lac, et en second lieu, afin de préserver le plan d’eau qui assure la moitié des besoins en eau de la population d’Antsirabe. « Grâce à cette infrastructure, les lavandières peuvent travailler dans de meilleures conditions tout en évitant de polluer le lac avec de l’eau savonneuse », se réjouit José Andriamboavonjy, président du Lions club Antsirabe Ranovisy. C’était jeudi,  durant la visite du gouverneur du district 403b2, Georges Chane-Tune.Outre les domaines de la santé et de l’éducation, la promotion de la femme et la protection de l’environnement figurent également dans le programme de ce club de service. Celui-ci projette ainsi de collaborer avec quelques établissements scolaires pour inculquer aux élèves les bonnes pratiques et le comportement qu’ils doivent avoir pour protéger l’environnement.Durant son séjour en terre malgache, le gouverneur du district 403b2 qui regroupe soixante dix clubs dans l’océan Indien, visitera la quarantaine implantée dans la Grande ile. Une occasion pour lui de rappeler aux membres, le principe du club qui est de servir davantage la communauté, surtout ceux qui en ont le plus besoin, en œuvrant dans le social. Ainsi, mis  à part la construction du bassin-lavoir, le club d’Antsirabe a déjà procédé à la distribution de nourritures aux défavorisés et, dans le domaine de la santé, au dépistage et au traitement des problèmes de vue, l’appui du service de la maternité au sein du Centre hospitalier de référence régional, au dépistage du diabète.Pour raffermir la collaboration du club avec les autorités, le gouverneur a été reçu par le préfet d’Antsirabe.

 Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Natation – Fédération – AGO et compétition  en ouverture

Trois en un. La fédération malgache de natation organisera trois événements ce week-end à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha. Après un mois de report, ce sera le coup d’envoi des activités de la fédération pour la saison 2017-2018.La matinée de ce samedi sera consacrée à l’assemblée générale ordinaire où le comité exécutif de la fédération effectuera devant les ligues les rapports technique, financier et moral. Les cinq ligues existantes y seront toutes représentées à savoir Atsinanana, Vakinankaratra, Boeny, Vatovavy fitovinany et Analamanga.Dans l’après-midi aura lieu une réunion des techniciens, c’est-à-dire le face à face entre la direction technique nationale et les entraîneurs ainsi que les officiels techniques. Ce sera une sorte d’échange et mise au point technique avant d’entamer la saison.Le deuxième jour du dimanche sera consacré entièrement à la compétition d’ouverture officielle de la saison. Les courses se tiendront à la piscine de l’ANS Ampe­filoha. « Une distance unique, celle 50 m, sera au menu de tous les participants qui pourront, par contre, choisir leur style de nage », a précisé le directeur technique national de la fédération, Harivola Razafin­draibe. Dans le cadre de la promotion et la vulgarisation de la discipline, « cette compétition d’ouverture sera ouverte au public sans distinction d’âge ni catégorie, et bien sûr aux licenciés… Cette première mise à l’eau ne devrait pas être trop stressant pour les nageurs mais cela n’empêche pas les élites d’actualiser des records ou des meilleures performances », a poursuivi le DTN Vola.Après le coup d’envoi de ce week-end, la deuxième compétition, la coupe de Noël se tiendra le 17 décembre et le premier test de classement est programmé en début de l’année 2018, le 14 janvier.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Rentrée scolaire – Peu d’impact psychologique chez les élèves 

Le report de la rentrée scolaire n’a pas eu d’impact psychologique chez les élèves en général, mais il existe quelques exceptions pour certains parents. Et Manitra Rakotonirina, mère de famille de raconter, Il n’y a aucun problème. Mes enfants travaillent bien et font des révisions à la maison. À l’école de mon fils, il n’y a pas de rattrapage mais les élèves sont invités à venir 30 minutes avant le début des cours. Certains parents ont du mal à inciter leurs enfants à être plus réactifs en classe. « Mon enfant n’est pas très motivé. A son école, des séances de rattrapage sont instaurées tous les mercredis pour le premier cycle et tous les samedis pour le second cycle. Cependant, j’ai constaté qu’actuellement, il a du mal à retenir certaines notions qu’il avait déjà acquises auparavant», affirme une mère de famille.D’après Moise Randrianari- vony, responsable de l’école Saint Louis Soavina, il n’y a pas beaucoup d’absence. Les élèves sont assidus, cependant quelques-uns d’entre eux ont besoin d’être recadrés pour pouvoir réussir l’année scolaire. Aucun impact non plus pour certaines écoles comme l’école Sacré-Coeur Antanimena où rien n’a changé, mis à part les deux examens prévus par trimestre mais qui seront remplacés par un seul, cette fois-ci. Ce dernier se déroulera le 11 décembre.La plupart des parents font confiance aux responsables de l’établissement. « Il n’y avait pas tellement de vacances car notre rentrée était prévue pour le 17 octobre et a été reportée le 30 de ce mois. De plus, les enfants avaient hâte de reprendre l’école. Par précaution, les cours de natation sont encore suspendus mais nous priorisons le sport comme activité parascolaire, surtout le volleyball », souligne Jean Elie Randrianantenaina, directeur de l’école Sacré-Coeur Antanimena (Esca).

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Divertissement – « Loko Race » affiche sa 3è édition

Un rendez-vous qui s’affirme désormais comme étant incontournable pour ses inconditionnels, « Loko Race » égayera de nouveau la ville des Mille ce week-end, pour une troisième édition qui s’annonce encore plus festive. Fort de cette formule gagnante qu’il adopte depuis ses débuts, Okalou, initiateur de cet événement voit une nouvelle fois les choses en grand. Au-delà du quartier de Mahamasina où il a brillé par ses couleurs, « Loko Race » entamera également, tout au long de la journée de demain, une course autour du lac Anosy. Conjuguant amusement et activité sportive, le rendez-vous de demain promet de ravir un public de tous âges.Dans la matinée de demain, rendez-vous est donné au Stade Annexe Mahamasina pour une séance de Zumba dès 9h30. En guise de nouveauté, un show-case inédit où le chanteur et interprète Steph Rambi revisitera à l’occasion, les grands standards du funk anglo-saxon. De quoi échauffer suffisamment les participants qui enchaineront tout de suite après, une course joviale et haute en couleurs, durant plus d’une heure. Vers midi, après que chacun se soit satisfait de cette belle course de 4km environ, Okalou réserve une grande fête pour tous, avec des animations DJ au Stade Annexe Mahamasina où « Loko Race » débutera, puis fera le tour du Lac Anosy pour s’y clôturer. « Il s’agit là d’un moment de convivialité unique qui, on l’espère, aidera la population à s’évader de son tracas quotidien » confie Andry Rasoanarivo, responsable au sein de Okalou. À vos marques !

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Précipitations sur toute l’île.

Toute la Grande île bénéficiera de précipitations dans les 72 heures, selon un technicien du service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby, hier. À Toliara et dans la région du Menabe, les précipitations sont attendues dès cette matinée. La saison d’été aurait déjà commencé dans quelques localités, comme à Antananarivo et dans la partie Nord de l’île

L'express de Madagascar0 partages

Deux morts et trois suspects arrêtés

La gendarmerie de Betroka a arrêté trois dahalo dont un fournisseur d’armes, mercredi à Bekilojy, commune d’Analamary. Deux autres bandits sont tombés sous leurs balles lors d’un affrontement violent. L’un d’entre eux avait pris part à l’assassinat d’un gendarme au mois de juin. Deux fusils de chasse ont été saisis sur eux.

L'express de Madagascar0 partages

Coût élevé de la vie

Le prix des PPN grimpe à Sambava. Un kapoaka de riz s’achète à près de 1500 ariary, une bouteille d’eau 5000 ariary et une pièce de mangue s’achète à 3000 ariary. Une cherté due notamment à  une campa­gne fructueuse de la vanille car un kilo séché se vend à pas moins d’un million d’ariary. Les commer­çants ambulants taxent également fort le coût du transport élevé entre Ambilobe et Vohémar, les contraignant à l’impacter sur leur prix de vente.

L'express de Madagascar0 partages

Coopération japonaise – Le Seikatsu Kaizen pratiqué à Antsirabe II

Développer le niveau de vie et améliorer le portefeuille des paysans dans le district d’Antsirabe II, c’est l’objectif de l’approche de Seki Natsuko. La volontaire japonaise a passé deux années dans le district d’Antsirabe II pour partager  ses expériences et transférer les connaissances qu’elle a sur le Seikatsu kaizen. C’est une approche japonaise qui vise le changement de comportement des cibles, en les incitant à prendre en main leur vie socioéconomique et ce, en s’adaptant a ce qu’ils possèdent et aux matières existantes.Après avoir identifié leurs problèmes, Seki Natsuko a travaillé en collaboration a des techniciens de la direction régionale de l’agriculture et de l’élevage et les agents communautaires de l’Office régional de la nutrition du Vakinankaratra pour mobiliser les paysans. Outre la formation sur la préparation de repas équilibrés et l’élaboration d’un ouvrage sur l’art culinaire comprenant une cinquantaine de recettes, la volontaire japonaise a également  initié les villageois à la construction d’un four économique et écologique, afin de réduire les dépenses familiales, mais aussi dans le cadre de protéger l’environnement.« Pour améliorer les rentrées familiales et éviter la pénurie, ils ont aussi reçu des cours sur la transformation et la conservation de fruits et de légumes durant ces deux années. Des produits réalisés par les femmes sont déjà disponibles sur le marché », affirme Seki Natsuko, lors de la présentation de son rapport final aux autorités du Vakinankaratra, le vendredi 24 novembre.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Le calvaire de l’épouse par héritage

S’il existe des relations particulières entre le mari et le (ou les) frère(s) de sa femme, dans certains clans tsimihety et sakalava, on en remarque aussi entre le mari et ses belles-sœurs. Mais elles ne peuvent être assimilées aux premières. La femme, en effet, est toujours une épouse éventuelle, du moins lorsqu’elle est de même classe d’âge et « ce fait semble avoir influé pour leur refuser la qualité de parentes à plaisanterie » (Hebert, Études d’ethnologie juridique).Cependant, avec les sœurs de son épouse, un homme a le droit de badiner s’il s’agit de cadettes. Car l’aînée de la famille doit être, au contraire, respectée, tandis que les cadettes ont une vocation éventuelle au mariage. Du reste, chez les Tsimihety, pour échapper à la répudiation et permettre à son mari d’avoir « une lignée indispensable à la continuation du culte familial », la femme stérile tolère, sinon va jusqu’à offrir à son mari, en qualité de concubine, sa sœur cadette ou encore sa nièce.Les relations sexuelles avec les belles-sœurs sont tolérées même si l’épouse ne donne pas expressément son accord. C’est ainsi qu’Alfred et Guillaume Grandidier écrivent : « Sont autorisées à Madagascar les relations sexuelles d’un homme avec les sœurs et les cousines non mariées de sa femme, et avec les femmes de ses frères et de ses cousins. » D’après Hébert, la réciproque est également vraie.Toutefois, ces affirmations, excessives dans leur généralité, doivent être tempérées par le principe que « ce qui est permis n’est cependant pas la règle ». Ainsi, avec la femme de son frère, un homme peut aussi se permettre certaines plaisanteries, sans qu’il y ait à proprement parler relations à plaisanterie. Dans ce cas aussi, la belle-sœur est une épouse éventuelle.Jadis,  dans la plupart des ethnies malgaches, en cas de décès du mari, la veuve est obligatoirement mariée au frère de son mari décédé ou, à défaut, au cousin le plus proche. Chez les Merina, cette institution porte le nom de « entin-doloha » (charge sur la tête). « C’était un droit et une obligation pour le frère d’épouser la veuve de son mari », affirme Frotier de la Messelière (« Du mariage en droit malgache »).À l’origine, cette obligation semble avoir été strictement impérative, ainsi qu’il en résulte du proverbe merina : « Mandeha tsy fidiny ohatra ny zaobavim-boka » (aller contre son choix comme la belle-sœur d’un lépreux) ! Par la suite, des atténuations sont apportées au principe. S’il y a incompatibilité entre la veuve et son second mari/beau-frère, ce dernier peut remercier sa femme, divorcer, en se conformant à la coutume. Ce n’est qu’après cette formalité que la veuve devient libre de sa personne et peut se remarier hors de la famille de son défunt mari.En principe, la veuve est considérée malheureuse, laissée à l’abandon par son époux décédé. « Elle était tenue d’accepter l’union ; la seule liberté qui lui était permise, était de choisir parmi ses beaux-frères celui qui lui agréait le plus. » Cette coutume est abolie par l’article 52 du Code des 305 articles qui dispose ainsi pour les Merina : « Les mariages ne peuvent plus être forcés entre beaux-frères et belles-sœurs si telle n’est pas la volonté des intéressés. »Cette même coutume existe en droit tsimihety. Le nom de « vady lova » (épouse par héritage) y est donné à la veuve. Mais elle ne semble pas exister en pays sakalava, « où les mœurs correspondent à des principes plus individualistes que communautaires ».En ce qui concerne la femme du beau-frère dénommé « ravetro » en sakalava, elle ne participe pas à la qualité de parente à plaisanterie dont bénéficie pourtant son mari. Néanmoins, avec elle certaines familiarités qui peuvent aller jusqu’aux relations intimes, sont permises, ainsi qu’en fait foi ce proverbe sakalava: « Ravetro tsy faly, fa tamby valia », c’est-à-dire : la femme du beau-frère n’est pas taboue, mais on respecte l’union. Cela signifie que l’on s’abstient de rapports dont le mari pourrait prendre ombrage. Ce proverbe se termine par cette autre phrase : « Rafoza tsy faly, fa anany an-trano. » Autrement dit, la belle-mère n’est pas taboue, mais son enfant est dans lamaison. Évidemment, il ne faut pas tout prendre à la lettre !

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Nanie rejoint  « Rima sy Mozika »

À moins d’un jour de ce grand concert mélodieux et nostalgique qu’est « Rima sy Mozika », les répétitions vont bon train. Promettant par la même occasion un excellent moment de détente pour les mélomanes de toutes les générations au CCESCA Antanimena. Rendez-vous est ainsi donné demain après-midi à partir de 15h30 pour ce concert peaufiné aux petits soins par Gasy Events. Laissant la part belle aux chansons d’antan, aux grands standards nostalgiques de la chanson malgache des années 50 aux années 2000, « Rima sy Mozika » réserve à l’occasion son lot de surprises et d’émerveillement pour le public. Parmi tout ce florilège de belles surprises, la participation de l’une des divas de la variété malgache, Nanie, n’a pas échappé au public qui a hâte d’assister au concert.Nanie retrouvera à l’affiche Gothlieb, Luc, Salomon, Zozo, Lily et Lilie, des camarades talentueux qui, imprégneront de leur personnalité chaque chanson, chacun à sa manière. « C’est un véritable plaisir pour moi, d’autant plus que le répertoire que l’on chantera se compose principalement de ces douces chansons qui m’ont bercé tout au long de ma carrière musicale et qui m’ont fait aimer la musique en général » confie Nanie. Accompagnés de leurs musiciens et des poètes et orateurs qui se chargeront de sublimer de leurs poésies, et de leurs vers le spectacle, les artistes peaufinent pour une dernière fois, cet événement mélodieux ainsi que sa mise en scène particulière.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Handball – CCCOI – THBC, unique porte-fanion malgache à Maurice 

Un seul sur quatre prévus. La Grande île n’aura qu’un seul club représentant, le Tanà handball club (THBC), à la Coupe des clubs Champions de l’océan Indien. Le sommet régional se tiendra du 26 novembre au 3 décembre à l’île Maurice.Ce club quintuple cham­pion de Madagascar, depuis sa création en 2012, vise un quatrième titre de l’océan Indien à Maurice. La délégation de THBC quittera le pays ce matin. Les deux porte-fanions chez les hommes, l’ASSM et Cosfa ont déjà avoué hier leur désistement faute de moyen.« On a beau essayé mais vu que l’organisation de la CCCOI prévue se tenir à Madagascar a été confiée tardivement à Maurice à cause de l’épidemie de peste, nous n’avons plus eu assez de temps pour collecter le budget nécessaire pour le déplacement », a confié une source auprès du club St Michel. La deuxième formation féminine a encore tout fait pour trouver les moyens mais a finalement décidé de rester à quai, hier.Trois îles y seront représentées à savoir la Réunion et Maurice qui vont chacune présenter deux équipes masculines et deux féminines. Madagascar sera de son côté représenté par un seul club.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Rectification de réception technique et carte grise   

La réception technique ainsi que la carte grise des voitures transportant des marchandises vont être rectifiées. À part l’usage de la nouvelle lanterne, c’est également un moyen de lutter contre les taxis clandestins. D’après Landy Raveloson, directeur du transport et de la mobilité urbaine au sein de la CUA, cette recommandation demande une collaboration avec les entités qui s’occupent de la carte grise et de la réception technique, par la réalisation demande un peu de temps. Plusieurs voitures de couleur beige crème mais de type « Mazda » ou « Express » exercent le métier de taxi à Antananarivo.

L'express de Madagascar0 partages

Pris sur le fait

La police de l’unité d’intervention rapide a pris un voleur à la tire en flagrant délit dans un bus à Vatobe-67ha, mardi. Ce dernier a été conduit à la sûreté urbaine de Tanana­rive (SUT) à Tsaralalàna pour enquête. Il a été mis à l’ombre après sa compa­rution au parquet, mercredi.

L'express de Madagascar0 partages

Un gang de voleurs neutralisé 

Deux voleurs âgés de 18 et 20 ans, membres d’un gang opérant aux environs d’Antohomadinika, ont été mis aux arrêts, jeudi. La police est toujours sur les traces d’un complice qui a réussi à s’évanouir dans les labyrinthesdu quartier lors du coup de filet. Une opération anti pickpocket a été redémarrée.

Midi Madagasikara0 partages

Mahanoro : Jiolahy efatra matin’ny fitsaram-bahoaka

Io indray ! Lehilahy efatra izay voatondro ho jiolahy, nanafika tao amin’ny tanàna iray tany amin’iny distrikan’i Mahanoro iny no nianjeran’ny hatezeran’ny fokonolona. Niafara hatramin’ny famoizan’izy ireo ny ainy mihitsy izany, raha ny fampitam-baovao azo tany an-toerana. Ny zava-nitranga : nitrangana fanafihana tao amin’ny tanànan’Ampasinambo sy Fozabe, samy ao amin’ny kaominina Ambohibonera, ny alin’ny alatsinainy lasa teo. Efa-dahy izy ireo, no voamariky ny fokonolona ho nanao izany fanafihana izany. Noho io tanàna io lavitra andriana sy tobin’ny zandary dia ireo fokonolona tao ihany no samy nanao izay ho afany tamin’ny fiarovana ny fananany sy ny fikarohana ireo olon-dratsy. Satria tsy niafina ihany koa ireo olon-dratsy dia fantatr’ireto fokonolona endrika izy efa-dahy ireto. Andro vitsy monja taty aoriana dia hitan’ireo mponina nihelina teny amin’ny manodidina ny tanànan’Isatrana ireto olon-dratsy ireto. Raikitra teo ny fanenjehana ary dia voasambotra izy efatra ireto. Nentina niakatra tao an-tanàna. Tsy nisy alaharo alaharo fa samy nanampatra ny hatezerany teo avokoa ny rehetra. Ireo mponina rahateo efa leo tanteraka amin’ny resaka tsy fandriam-pahalemana manjaka any amin’io toerana. Tsatoka antsy maromaro no niantefa tamin’izy efa-dahy ireto ary dia io niafara tamin’ny fahafatesana io. Raha ny angom-baovao hatrany dia efa malaza loatra tamin’ny asa ratsy any amin’iny faritra iny ireto voasambotra sy niharan’ny fitsaram-bahoaka ireto. Izay ihany koa no nahatonga ireto fokonolona ho romotra tanteraka. Voalaza aza moa fa dia namela malalaka ny fokonolona hanao izay tiany hatao tamin’ireto efa-dahy ireto, ny ray aman-drenin’izy ireo. Izy ireo moa izay samy mbola tanora fanahy avokoa : manodidina ny 25 taona eo ho eo. Etsy andanin’izay, mbola kilaometatra maromaro amin’ny lalan-dratsy vao misy ny tobin’ny zandary akaiky indrindra, dia ny ao Masomeloka. Ireto farany, izay ny ampitso moa vao tonga tany an-toerana. Nisy avy hatrany taorian’izay ny fanadihadiana nataon’ireto farany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Andilamena : Un Kalachnikov et un Mas 36 saisis chez des « dahalo »

Le 22 novembre, la gendarmerie a saisi un fusil d’assaut Kalachnikov et un fusil de précision  MAS 36 dans la commune rurale d’Andilamena. Ces armes de guerre qui sont destinées exceptionnellement aux Forces de l’ordre ont été récupérées chez les trois « dahalo » abattus lors d’un accrochage entre ces derniers et les gendarmes suite à un vol de zébus commis dans le village d’Antananambo dans le  « fokontany » Ankaiafo-Sud, à Andilamena.  Des poignards, des sifflets, 0,5 kg de cannabis et des « ody gasy » (« Mohara ») ont été également découverts chez les défunts. La gendarmerie ajoute que l’un de ces « dahalo » tués portait des vêtements militaires (tenue de combat complète). La question se pose alors. D’où viennent ces effets militaires ? Pourquoi sont-ils tombés entre de mauvaises mains ? La prolifération des armes détenues par les « dahalo », laquelle est à l’origine de l’insécurité  grandissante aussi bien dans les villes qu’en milieu rural ces derniers temps, devrait éveiller l’attention des autorités. Récemment, les députés ont de nouveau interpellé les membres du gouvernement sur ce phénomène, lors du face-à-face entre les deux parties, jeudi dernier.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Fenoarivo : Efa-dahy nanafika « épicerie » nanapoaka basy

Lasa ny vola mitentina 1,5 tapitrisa ariary. Nobatain’ireo koa ny fitaovana mora entina toy ny « lecteur cd » sy ny finday miisa telo. Tao anatin’izay fotoana izay dia tsy vitan’ny nandrahona tamin’ny basy nentiny ireo jiolahy fa nampiasa izany mihitsy. Nirefodrefotra ny basy nandritra ny fanafihana. Izany no nitranga tao Ambohibary-Fenoarivo ny alin’ny alakamisy hifoha zoma, tokony ho tamin’ny 11 ora. Tsy nijanona teo ihany ireo olon-dratsy fa mbola nitety ny trano fivarotana teo amin’ny manodidina. Vitany ny namaky ny toeram-pivarotana enta-madinika iray hafa saingy efa nanomboka taitra ny olona hany ka tsy nanam-potoana firy handrobana intsony ireo. Vokatr’izany, sigara iray fonosana monja no lasan’ireo tao. Ny olona kosa dia nihorohoro vokatry ny feom-basy ary koa noho ny tahotra sao hiverina indray ireo olon-dratsy. Matetika loatra ny fisian’ny « épicerie » sy « bar » vaky, indrindra amin’ireo toerana manodidina an’andrenivohitra. Eny Ilafy dia saika isan-kerinandro no misy fanafihan-jiolahy ary ireny hatrany no lasibatra. Ny tsikaritry ny olona aza dia olona mitovitovy, mba tsy hilazany hoe mitovy hatrany, no tompon’antoka amin’ny fanafihana. Vao ny herinandro teo koa no nisy toeram-pivarotana enta-madinika voatafika tany Andramasina ary nampiasa basy hatrany ireo olon-dratsy tamin’izany. Lasa mora loatra ny fanafihana raha vao misy basy ary ny olona koa efa an-kavitsiana sisa no miditra an-tsehatra ka manampy rehefa mitranga ny asan-jiolahy. Isan’ny vahaolana, na an-drenivohitra na any ambanivolo, ny fanasiana ireny mpitandro ny filaminana ireny eny amin’ny faritra iverenan’ny jiolahy matetika, na koa « éléments pré-positionnés ». Na ny fahitàna an’ireo fotsiny aza dia efa mampieritreritra indroa ny jiolahy ary koa raha raikitra ny fanafihana dia mba afaka mampita faran’izay haingana ny zava-misy any amin’ny biraony ireo ka manafaingana ny fidinana an-tsehatra. Tsy mila fitaovana betsaka izany na koa olona marobe fa resaka fandaminana fotsiny…

D.R