Les actualités à Madagascar du Vendredi 25 Octobre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara130 partages

« Akory e ! » : Les dialectes malgaches mis à l’honneur

Les dialectes des régions de Madagascar se feront entendre à la Bibliothèque nationale.

Sous le haut parrainage de la  Ministre de la Communication et de la Culture, l’association GASIKO présente « akory  e! », un atelier de promotion des dialectes malgaches  qui se déroulera les 29, 30, 31 octobre 2019 à la Bibliothèque Nationale Anosy.

L’organisation de ce projet d’échanges culturo-linguistiques est partie des constats suivants : il y a un manque de connaissances linguistiques et un manque de communication entre le peuple Malgache. Encore, les informations sur les régions tournent souvent autour des faits divers, la beauté de la diversité n’est mise en avant que lorsqu’il s’agisse du tourisme, la culture a été constamment laissée pour morte. Œuvrant pour le développement culturel par le biais de l’humain, Gasiko  entend donner une nouvelle approche pour vraiment concrétiser ce « fihavanana », la cohésion sociale,  par le biais de promotion des quelques dialectes comme Antemoro, Antefasy, Betsimisaraka, Betsileo, Ntandroy, Bara, Antakaragna, Tsimihety, Vezo, et Masikoro. Ces « ethnies » n’englobent pas tous les dialectes de Madagascar, mais ce sont les associations participantes qui ont accepté. Notons que cette première édition est dans le but d’interpeller les autorités concernées sur la revalorisation des dialectes dans le système d’enseignement et le développement local par les dialectes.

Programme29 octobre 2019

La Cérémonie d’ouverture aura lieu à la Bibliothèque nationale Anosy (Salle DOX)

-10 h : Hymne nationale

-10h05: Discours de la Présidente de l’association Gasiko, Damy Govina

-10h10: Représentation théâtrale en dialectes (Fitraofagna)

-10h15: Discours de la Secrétaire générale de l’Académie Malgache, Esther Randriamamonjy

-10h20: Démonstrations de chants et de danses Antakaragna

-10h25: Discours du Ministre de la Culture et de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo

-10h30: Représentation de slam

-10h40: Visite de stands

-11h30: Pause cocktails

-12h à 16 h : Début de l’atelier

30 octobre 2019 – Série de Conférences

-10h à 12h:Les dialectes et le système d’enseignement à Madagascar”

13h à 15 h: “La place des dialectes dans le développement de Madagascar”

12h à 16h : Formation sur les dialectes

31 octobre 2019 – Clôture de l’événement

-10h à 12h : Débat public sur le thème « Que faire des dialectes ? »

-16hà17h : Cérémonie de clôture « Akory e ! » avec les artistes folkloriques

Propos recueilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara66 partages

Délestage persistant : Prévision de retour à la normale non tenue

Le programme de délestage n’est pas respecté. Dans certains quartiers de la Capitale, les coupures d’électricité ont duré jusqu’à huit heures de temps. Dans d’autres, elles durent quelques heures, et sont très fréquentes.

 Le ministre Vonjy Andriamanga, chargé de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, ne maitrise plus la situation à laquelle, la Jirama fait face actuellement. Cela fait plusieurs jours que des coupures d’électricité ont été constatées dans plusieurs zones de la ville d’Antananarivo. Mercredi dernier, la Jirama avait annoncé le retour du délestage dans la Capitale, suite à des « problèmes techniques ». Des problèmes que le ministre Vonjy Andriamanga a qualifiés de cas exceptionnel. « Ce gap dans la production d’électricité a été causé par des problèmes techniques et des soucis d’approvisionnement en carburant. Les techniciens sont déjà en train de les résoudre. Les coupures ne devraient plus se poursuivre. Ce qui s’est passé est un cas exceptionnel », a-t-il affirmé, en marge de la Réunion des ministres chargés de l’Energie issus des pays membres de la Commission de l’Océan Indien (COI), qui s’est tenue hier au Colbert Antaninarenina, sous le thème de la stratégie de la transition énergétique.

Non respecté. Questionné sur la suite du programme de délestage, le ministre de tutelle a annoncé qu’il n’y a plus de délestage. Et pourtant, comme par hasard, à l’heure où il a fait cette déclaration, plusieurs quartiers de la Capitale étaient en train de subir de longues coupures d’électricité. Du côté des pavillons à Analakely, l’électricité a été coupée de 7h jusqu’à 14h. A Ambodivona, les usagers ont été privés d’électricité de 11h30 jusqu’à plus de 18h… et ce ne sont que des exemples. Bref, les usagers en sont témoins, les coupures tournantes sont maintenues. A la différence de l’annonce de mercredi dernier, ces coupures tournantes durent beaucoup plus longtemps que les deux heures indiquées dans le communiqué. En outre, il est désormais confirmé que le problème auquel la Jirama fait face est lié à la crise de carburant. Sur ce sujet, le ministre Vonjy Andriamanga a martelé que les stocks sont suffisants. D’ailleurs, la cargaison pour assurer l’approvisionnement en carburant durant le mois de novembre arrivera au port de Toamasina ce vendredi, d’après ses dires.

Antsa R.

Midi Madagasikara32 partages

« Tavela » : Le parcours d’un « Fanôrolahy »

Réalisateur, cadreur, producteur, Geoffrey Gaspard est fier de lui. Il peut s’applaudir !

Inde, France, Kenya, Royaume Uni, Brésil, le film « Tavela » a fait le tour des cinq continents. Ce film documentaire reflète la tradition malgache : le Morengy, un sport traditionnel pratiqué dans la partie septentrionale de l’Ile. Réalisé par Geoffrey Gaspard, un jeune homme venant de Diégo-Suarez, de 24 ans, “Tavela” sortira officiellement l’année prochaine.

 25 jours de tournage et 6 mois de montage, “Tavela” est le premier film documentaire que Geoffrey Gaspard a réalisé. Relatant tradition malgache en général, il raconte la vie des fanôrolahy, les boxeurs traditionnels dans la partie Nord de la Grande Île. Ces combattants qui n’ont pas peur de se défigurer pour gagner leur vie. Ces guerriers qui espèrent gagner leur vie en serrant les poings. Bref, un fanôrolahy doit être prêt à tout pour sa famille. « Le Morengy, un art de combat populairement pratiqué dans le Nord de Madagascar connaît un changement qui permet aux jeunes villageois de sortir de la misère », a avancé le réalisateur. En outre, Geoffrey illustre que la pratique du vrai morengy se fait rare. « Les fanôrolahy s’entraînent plus dans des disciplines comme la boxe thai ou le karaté pour ainsi utiliser les techniques dans un combat de morengy. Il est confronté à une évolution des techniques de combat». L’art de combat ancestral est en train de changer et risque peut-être de disparaître. L’auteur explore comment cette transition culturelle s’opère. Le réalisateur ne cache pas son inquiétude. Le morengy est une tradition ancestrale qui disparait au profit de la mondialisation. Grâce à “Tavela”, Geoffrey a gagné une mention spéciale au festival Africlap en Août 2019 à Toulouse et a été sélectionné dans des festivals à Londres, au Kenya et à Madagascar. Du 23 septembre au 9 octobre dernier le BRICS Film Festival en était à sa 4e édition. Geoffrey, diplômé en cinématographie de Whistling Woods International à Mumbai, a été sélectionné pour représenter l’Inde à travers son école. « Mon film a été un élément pour ma sélection à ce festival où je représente l’Inde. Dans cette sélection au BRICS Film Festival, les pays Brésil, Russie, Chine, Inde et Afrique du Sud ont été représenté par deux élèves qui étudient dans des écoles dans leurs pays respectifs. Nous étions donc 16 étudiants à participer à cette résidence cinématographique. Nous faisions un film documentaire à Rio de Janeiro ensemble, avec pour but de le présenter à la fin du film festival. J’ai donc eu la chance d’être sélectionné à ce prestigieux évènement pour représenter l’Inde. Étant d’origine indienne mais aussi malgache, c’est une fierté et une richesse d’utiliser le cinéma pour effacer les frontières. C’est une opportunité que je prends pour faire la promotion de Madagascar au Brésil également ». En projetant “Tavela” dans divers festivals de films à travers le monde, le jeune réalisateur a constaté que le public a « apprécié le film et constate de la réalité des fagnorolahy d’Antsiranana ». Geoffrey a débuté dans le 7e art avec son premier clip musical “Happy we are from Diégo-Suarez” en 2014. Il a repris la musique de Pharell Williams “Happy” et a suivi la tendance internationale de montrer sa ville et d’en être fier en dansant. L’œuvre a eu de nombreux commentaires positifs qui lui ont donc inspiré et incité à poursuivre des études de cinéma. Pour Geoffrey, le cinéma est une excellente mais challenging plateforme pour raconter des histoires malgaches.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara24 partages

Andry Rajoelina sur les Îles Eparses : Mise en place d’une commission franco-malgache le 18 novembre

Lors de la visite officielle d’Andry Rajoelina à Paris, les deux Présidents se sont convenus pour une solution commune. (Photo d’archives)

Epineux. C’est le moins que l’on puisse dire du dossier concernant les Îles Eparses.

La visite mercredi dernier du président français Emmanuel Macron sur l’île Grande Glorieuse a provoqué des remous, côté malgache. Durant cette visite, le numéro Un français a déclaré : « Ici c’est la France, c’est notre fierté, notre richesse. Ce n’est pas une idée creuse. Les scientifiques et militaires qui sont là le rappellent. La France est un pays archipel, un pays monde […] On n’est pas là pour s’amuser, mais pour bâtir l’avenir de la planète. Ce que nous préservons ici aura des conséquences sur les littoraux, y compris dans l’Hexagone ».  Une déclaration que bon nombre d’observateurs considèrent comme « de la provocation ».

Résolution. Faut-il rappeler que la Grande île revendique les Îles Eparses depuis les années 70. Tous les régimes qui se sont succédé ont réclamé l’exécution de la résolution des Nations-Unies en 1979 qui confirme que, les Îles Eparses appartiennent à Madagascar. Une résolution que la France ne souhaite pas appliquer à la lettre. La présence de scientifiques et des éléments de l’Armée française sur ces îles en est la preuve. La déclaration mercredi dernier d’Emmanuel Macron risque de refroidir le semblant d’espoir qui s’est installé après la visite officielle d’Andry Rajoelina à Paris au mois de mai dernier. A l’issue de leur tête-à-tête, les deux présidents ont déclaré à la presse qu’une solution commune sera trouvée d’ici le 26 juin 2020. Reste à savoir si cette échéance sera respectée. A l’allure où vont les choses, le consensus risque d’être difficile à trouver.

Dialogue. Hier, en réponse à la déclaration d’Emmanuel Macron, le président Andry Rajoelina a réagi sur les réseaux sociaux en déclarant que « Madagascar est le sanctuaire de la biodiversité mondiale. Le respect de l’intégrité territoriale et la défense de nos intérêts passent par le dialogue ». ‪Il a aussi rappelé qu’une commission mixte sur les îles éparses sera mise en place le 18 novembre prochain. ‪« Ayez confiance en notre détermination et notre patriotisme ! », a-t-il lancé pour rassurer le peuple malgache qui semble avoir été touché par la panique après la déclaration du président français. Cette affaire à fait le buzz sur les réseaux sociaux durant la journée d’hier. En tout cas, le président Andry Rajoelina a déjà affiché sa détermination à revendiquer les Îles Eparses. L’évolution de cette histoire est à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara11 partages

Malnutrition aigüe modérée dans le Sud : 28 tonnes d’aliments spécialisés pour traiter 6600 enfants

44% des décès d’enfants à Madagascar sont liés à la sous-nutrition et un enfant sur deux âgés de moins de cinq ans, souffre de retard de

La remise officielle des aliments de supplémentation, hier, à la Résidence du Japon à Ivandry.

croissance, résultant de la malnutrition chronique, tandis que des milliers d’enfants souffrent périodiquement ou régulièrement de malnutrition aigüe, notamment dans le Grand Sud.

 1884 cartons d’aliments de supplémentation prêts à l’emploi (ASPE), destinés à traiter la malnutrition aigüe modérée de 6600 enfants et femmes enceintes et allaitantes dans le Grand Sud de Madagascar. C’est ce qui a été officiellement remis hier, par l’ambassadeur du Japon à Madagascar, Ichiro Ogasawarta au représentant du PAM (Programme Alimentaire Mondial), Moumini Ouedraogo, en présence du coordonateur national de l’ONN (Office national de nutrition) le Dr Solofonirina Lucie. Ces cartons d’ASPE, représentant 28 tonnes d’aliments spécialisés, s’inscrivent dans le cadre d’un projet financé par le Japon à hauteur de un million de dollars, actuellement en cours de réalisation (depuis avril 2019, pour une période d’une année). Objectif : apporter une assistance alimentaire et nutritionnelle d’urgence aux ménages affectés par l’insécurité alimentaire dans les régions du Sud de Madagascar, et renforcer les capacités des autorités et acteurs nationaux pour la préparation et la réponse aux urgences futures.

Sommet nutrition 2020 à Tokyo. « La malnutrition est malheureusement un problème très répandu particulièrement chez les enfants à Madagascar… Cette situation inquiétante freine la pleine réalisation du potentiel économique du pays », a affirmé l’ambassadeur du Japon, lors de la remise officielle des ASPE, hier.  Le problème, aussi vaste de complexe de la malnutrition, dépasse en effet, le seul domaine de l’alimentation et implique divers secteurs, allant de l’agriculture à la santé en passant par l’éducation, l’eau- assainissement-hygiène, et bien d’autres. Le Japon, intervenu dans le Sud de Madagascar en 2016 lors de la grande sécheresse qui a affecté cette partie de la Grande île, met en œuvre, depuis, plusieurs projets dans le domaine de la nutrition, dont celui auquel est associé cette remise d’ASPE pour soutenir les objectifs de l’IFNA (Initiative for Food ans Nutrition security in Africa), lancée en 2016 à Nairobi lors de la sixième Conférence de Tokyo pour le développement en Afrique ou TICAD VI). En 2020, le Japon organisera le Sommet pour la nutrition à Tokyo, avec dans le viseur, l’état des lieux sur la situation nutritionnelle dans le monde et le renforcement des initiatives internationales déjà mises en place. Un rendez-vous international auquel Madagascar devra répondre présent.

Hanitra R.

Midi Madagasikara3 partages

Police nationale : Recrutement de 20 élèves Commissaires

L’ENSP accueillera 20 nouveaux élèves commissaires de police en 2020.

La police nationale recrute pour le renforcement de ses effectifs. En effet, des avis de concours pour le recrutement de 20 élèves Commissaires, de 30 élèves officiers, de 100 élèves Inspecteurs et de 1000 élèves Agents de police viennent d’être lancés. Les concours auront lieu du 18 au 19 janvier 2020. Les 20 élèves Commissaires et les 30 élèves Officiers de police suivront des formations à l’Ecole Nationale Supérieure de Police (ENSP) à Ivato. Tandis que les 100 élèves Inspecteurs et 1000 élèves Agents de police seront formés à l’Ecole nationale des Inspecteurs et des Agents de Police (ENIAP) à Antsirabe. Le nouveau recrutement permettra au ministère de la Sécurité Publique de se doter des nouveaux éléments pouvant renforcer ceux qui sont déjà opérationnels sur le terrain.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Famatsiana solika : Ho tonga anio zoma amin’ny 6 ora ny sambo hitondra izany

Niteraka filaharam-be tao Antananarivo sy filaharana ihany teto Toamasina ny olana ara-tsolika misy eto amintsika ankehitriny. Raha ny marina raha ny angom-baovao natao dia ny 15 oktobra teo no tokony efa ho tonga teto Toamasina ilay sambo mitondra ny solika ho an’i Madagasikara, dia noho ny olana ao “moyen orient” amin’ny zava-misy any an-toerana izao, dia nisy fahatarana izany ka izao ho tonga anio zoma 25 oktobra 10 andro aty aoriana izao ny solika. Marina fa tokony hanana tahiry 15 andro ny mpaninjara solika raha ny lalana hoy ny fanazavana azo, saingy ilay 10 andro fahatarana fahatongavan’ny no olana amin’ny famatsiana solika eto amintsika satria ilay 15 andro tsy misy afaka manamarina ny tena fisiany marina. Raha angom-baovao hatrany dia anio zoma 25 oktobra amin’ny 6 ora no ho tonga hiantsona ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ny sambo mitondra izany solika izany, ka aorian’ny famindrana ireo solika ao amin’ny tobin-tsolika Galana Manangareza dia ho avy ny famatsiana ireo tombin-tsolika eto amintsika amin’izay. Raha ny fandaminana izany dia tsy tokony hisy olana ny famatsiana solika ny fiandohan’ny herinandro vaovao io eto amintsika indrindra fa ny ao Antananarivo nisiana filaharam-be.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Statut de l’opposition : La proposition de loi de la majorité dans l’incertitude

Les députés TIM n’ont pas voté la proposition de loi « Brunelle ».

Le réexamen de la proposition de loi modifiant la loi de 2011 portant statut de l’opposition est attendu au Sénat.

La deuxième session  ordinaire du Parlement est à son 10e jour aujourd’hui. Une session qui s’est ouverte le 15 octobre. Les travaux parlementaires proprement dits n’ont pas encore démarré, aussi bien à Tsimbazaza qu’à  Anosikely. A l’Assemblée nationale qui attend comme au Sénat le projet de loi de finances pour 2020, la semaine prochaine sera marquée par la mise en place de la fameuse commission chargée de l’examen d’éventuelles demandes de levée de l’immunité parlementaires des députés. Au Sénat, le réexamen de la proposition de loi « Brunelle » modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2011-013 relative au statut de l’opposition se fait attendre. « La balle se trouve dans le camp des sénateurs quant à la suite de l’examen de cette proposition de loi. », a expliqué le vice-président de la Chambre Basse, non moins l’initiateur de ladite proposition de loi, Brunelle Razafitsiandraofa. A rappeler que la majorité à l’Assemblée nationale a déjà adopté en première lecture la proposition de loi en question, mais les sénateurs ont ajourné son examen au motif que le temps ne leur suffisait pas pour l’étudier en profondeur. La question qui se pose est de savoir si le Sénat réexaminera la proposition de loi lors de la session budgétaire en cours.

Deux sièges vacants. A Tsimbazaza, après la mise en place de la commission d’évaluation des politiques publiques présidée par la députée de Vangaindrano Johasy Eléonore, la création de la commission chargée de l’examen d’éventuelles demandes de levée de l’immunité parlementaire des députés attire l’attention des observateurs. « Cette commission se penchera surtout sur le cas des deux députés qui croupissent jusqu’à présent en prison dont ceux de Fandriana et de Mahabo. », a précisé le Questeur III de l’Assemblée nationale Mamy Rabenirina. Avant de rajouter : « Mais à ma connaissance, la commission sera aussi là pour étudier toute éventuelle demande de levée de l’immunité parlementaire des députés. » A rappeler que deux sièges restent vacants à l’Assemblée nationale. Hasimpirenena Rasolomampionona et Ludovic Adrien Raveloson, respectivement élus à Fandriana et Mahabo, ont été incarcérés avant même l’ouverture de la campagne électorale des Législatives du 27 mai 2019. « Leur cas ne concerne pas la haute Cour Constitutionnelle. Car ils ont été emprisonnés pour des affaires pénales. », a expliqué le président de la HCC Jean Eric Rakotoarisoa en marge de la proclamation du résultat officiel de ces Législatives le 02 juillet dernier. En tout cas, la population des districts de Fandriana et de Mahabo n’est pas jusqu’ici représentée à l’Assemblée nationale.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Football- D1 Analamanga : Uscafoot caracole en tête du classement

La troisième journée du championnat Analamanga de football première division se joue ce jour et se poursuit demain au stade de Mahamasina. La tension commence à gagner de terrain pour les quatorze équipes en lice. Après la deuxième journée, l’Uscafoot est en tête du classement provisoire avec six points. L’équipe de la Commune Urbaine a écarté l’As Jet Mada sur le score de 2 buts à 0, grâce à des buts marqués par Andry Lalaina. Elle affrontera la CNaPS Tana à 14 h. Quant à cette dernière, elle est encore au 11e du classement avec un point. Les Disciplines FC se trouvent au second rang avec six points. Ils ont battu Cospn par deux buts à zéro lors de la dernière rencontre. La troupe à Mahery devrait se mesurer au  Mi 20 FC, qui la suit de près à la troisième place.

Calendrier :

Vendredi : As CT # Kinga Sport/ Disciplines FC # Mi 20 FC/ CNaPS Tana # Uscafoot/ Samedi: AS St Michel # Five FC/ COSPN # AS Jet Mada/ CF Tfc # Net Foot

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Transition énergétique : Validation d’une stratégie régionale en vue

Lors de la réunion entre toutes les parties prenantes hier.

Une réunion des ministres en charge de l’Energie des Etats membres de la Commission de l’Océan Indien (COI) s’est tenue pendant deux jours à l’hôtel Colbert.

« L’objectif consiste à valider une stratégie régionale sur la transition énergétique en vue d’entrevoir une nouvelle perspective de coopération entre ces pays membres avec les partenaires techniques et financiers ».  Le Chargé de mission de la COI, Marc Maminiaina, l’a évoqué lors de l’ouverture de cette réunion ministérielle. En fait, de nombreux projets touchant le secteur de l’énergie, notamment la promotion des énergies renouvelables ont été financés dans ces pays de l’Océan Indien dont à Madagascar, dans le cadre de la mise en œuvre du programme Energie par la COI sur financement de l’Union Européenne. « Ce programme d’une durée de quatre ans, touche sa fin cette année. D’où, la nécessité de la validation de cette nouvelle stratégie régionale », a-t-il poursuivi.

Echanges. De son côté, l’Ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar, SEM Giovanni Di Girolamo, a soulevé que cette nouvelle stratégie vise à aider les pays membres de la COI à faire la transition énergétique avec la promotion des énergies renouvelables pour lutter contre le changement climatique. « Cela permet en même temps de réduire la dépendance en énergie fossile tout en luttant contre les risques liées aux aléas du marché international. Et avec cette stratégie régionale concertée, les pays membres de la COI pourront sauvegarder le potentiel naturel de la région tout en améliorant les conditions de vie de la population  », a-t-il enchaîné. Ainsi, dans le cadre de cette réunion entre les ministres en charge de l’Energie des pays de l’Indianocéanie, des échanges d’expériences et de partage de bonnes pratiques en matière de l’utilisation des énergies renouvelables, ont eu lieu afin d’assurer une efficacité énergétique.

Défis. Notons que cette stratégie régionale sur la transition énergétique sera soumis au conseil des ministres de l’Energie des Etats membres de la COI à la fin de cette année. « Cette coopération régionale est très importante. En effet, l’énergie représente un enjeu décisif pour le développement et l’émergence de Madagascar. Il y a un impact direct sur la vie de nos concitoyens. Les objectifs de l’Etat sont ambitieux. Il s’agit de donner l’accès à l’énergie à plus de 50% de la population contre 15 % à la fin de 2018 et de doubler la capacité de production en électricité dans le pays dans les cinq ans à venir. En outre, 70% de l’électricité produite doivent se faire avec des énergies renouvelables. Ce sont des défis importants », a conclu le ministre de l’Energie, Vonjy Andriamanga.

Navalona R.

La Vérité0 partages

Salon de la créativité « Voatra » - Les entreprises rurales à la recherche de partenaires

La 6ème édition du Salon de la créativité « Voatra » a ouvert ses portes, hier au Jardin emblématique d’Anosy. Cette année, en axant cette édition sur le thème de « la transformation rurale, créatrice de chaîne de valeur vers la compétitivité », la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA), organisateur de l’événement, s’est alors focalisée sur le monde rural. « Jusqu’à maintenant, la question de la recherche de débouchés demeure le principal problème des paysans, plus particulièrement aux environs de la Capitale. Pourtant, les besoins du marché sont bien présents. Ils rencontrent en effet des difficultés à trouver les bons partenaires de commerce.

Ils restent donc en retrait, empêchant alors le développement de leurs activités. Ce genre d’événements est alors une grande opportunité pour eux de solutionner ces problèmes et de nouer des relations d’échange », a soutenu Nasolo Razafindramaso, chargé de mission auprès du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, hier, lors de l’ouverture officielle de l’événement. Ainsi, cette édition de « Voatra » vise particulièrement à faire rencontrer les micro-entreprises rurales (MERs) et les petites entreprises rurales (PERs) avec les grands enseignes industriels présents dans la Région Analamanga. « En participant à « Voatra », je veux surtout devenir fournisseur d’une grande industrie. Grâce au programme PROSPERER, j’ai déjà pu développer de nouvelles techniques de culture en même temps que ma production, il me reste juste à trouver le bon partenaire pour pouvoir les vendre maintenant », soutient Rajean, un des paysans participants.

Production et vente

 Toutefois, pour pouvoir convaincre ces industries de s’associer avec elles, les entreprises rurales se doivent d’améliorer et d’augmenter leur production. « Cette année, ce salon se concentre sur la filière agricole regroupant l’agriculture et l’élevage.La créativité et l’innovation qui émergeront de cet événement devront donc contribuer au développement de ces secteurs. Toutefois, le développement ne devrait pas se limiter seulement à la production, il devrait aussi s’étendre vers la vente pour une évolution plus conséquente du marché national. Comme cela, les paysans des environs pourront véritablement approvisionner les marchés de la Capitale », précise Noro, présidente du Groupement des entreprises de Madagascar (GEM). Des rencontres sont déjà prévues par les organisateurs afin de favoriser la collaboration entre les différents acteurs.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Fausse pénurie, fausse panique

La cybercriminalité sévit encore et toujours. Des gens mal barrés, fidèles serviteurs du mal, balancèrent impunément sur les réseaux sociaux, le week-end dernier, des informations gratuites sur le risque imminent de la pénurie de stock de carburants dans la Capitale. La « fumée »  fit le tour de la Toile et déclencha la panique ! Le comportement des consommateurs sur les stations-service ne se fait attendre. Le mauvais réflexe de la période de soudure du régime socialiste resurgit, à savoir « faire le maximum de réserve ». Du coup, les cuves des stations-service sont à sec. Prises d'assaut, elles sont débordées. Les longues files de voitures en témoignent. Les « lanceurs de bombe » sur les réseaux sociaux ont réussi leur coup. La machination atteignit la cible. La psychose assaillit les consommateurs.

 

Les responsables publics réagissent immédiatement. Les stocks suffisants pour au moins 30 jours existent. Il n'y a aucun risque de pénurie à Tanà. Le directeur général de l'Office Malagasy des Hydrocarbures (OMH), Laurent Rajaonarivelo, rassure et confirme. Les professionnels des produits pétroliers montent aussi au créneau en martelant qu'ils disposent de la quantité nécessaire et suffisante pour servir les besoins des consommateurs de la Capitale. Le Groupement des pétroliers de Madagascar (GPM) a été clair et net, le stock existant suffit largement. Il n'y a rien à paniquer ! Avec 7.220.000 litres de gasoil et 1.000.000 litres d'essence, les consommateurs n'ont rien à craindre. Certes, il y a eu un petit retard du débarquement du tanker au grand Port de Toamasina des produits, qui devait se faire le 15 octobre, mais ce gap ne devait pas influer sur la distribution à la pompe. En tout cas, le tanker Gulf Coral accoste normalement ce jour. Et tout rentre dans l'ordre comme c'est déjà le cas.

Ce bref moment de fausse pénurie causant de fausse panique rappelle quand même les périodes sombres de l'Histoire du pays. Didier Ratsiraka nationalisait tous les secteurs d'activité stratégique tels le secteur bancaire (BFV, BTM et BNI), celui de l'énergétique (JIRAMA), du pétrolier (SOLIMA), du commercial (ROSO, COROI), de l'agricole (SINPA) et bien d'autres. Radidy avait entre les mains toutes les cartes devant ou pouvant faire tourner la machine économique. Seulement voilà, toutes ces unités d'activité étatisées ont toutes périclité l'une après l'autre. Le cas de SOLIMA (SOLITANY MALAGASY) dont le domaine d'activité nous intéresse fut l'organe chargé de gérer en amont et en aval des produits pétroliers à Madagasikara. Il nous avait fait vivre des moments difficiles. De vraies pénuries de stock récurrentes. Après la chute de la dictature rouge, les grandes compagnies pétrolières  (Shell, Total, Galana, Jovena) reprirent le contrôle de ces produits stratégiques. Tandis que l'Etat garde la haute main sur le processus en amont par le biais du ministère de l'Energie, de l'Eau et des Hydrocarbures (MEEH) et son bras droit l'Office Malagasy de Hydrocarbures (OHM).

En coordination étroite avec le GPM, l'OHM veille au grain sur la gestion de ce produit hautement stratégique qu'est le pétrole. L'objectif visé consiste à stabiliser les prix et les stocks des carburants dans toute l'île. Le récent incident n'est au final qu'une fausse pénurie ayant causé d'une fausse panique que les « ennemis » de la Nation profitent pour créer des vagues inutiles.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Entrepreneuriat - La gent féminine marque sa présence

Parmi les dix candidats sélectionnés, une seule personne représente la gent masculine. Il faut dire que les femmes s’investissent de plus en plus dans le domaine de l’entrepreneuriat. Le service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’ambassade de France à Madagascar a présenté, hier, les pépites d’or qu’ils ont trouvées parmi les 144 candidatures reçues au départ. L’événement a été honorée par la présence du ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala, l’ambassadeur de France à Madagascar, Christophe Bouchard, ainsi que Valérie Zafindravonona, secrétaire exécutif du programme « Fihariana ».

« Global entrepreneurship Monitor rapporte tous les deux ans l’évolution de l’entrepreneuriat. Pour le cas de Madagascar en 2017, le taux d’activité entrepreneurial est plus élevé au niveau des hommes  avec un taux de 23% contre  20% chez les femmes. Le ministère travaille déjà de concert avec le programme « Fihariana » pour soutenir plus particulièrement les startuper féminin. La présence de ces femmes représente déjà  un grand pas pour le pays », remarque Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat durant son discours à l’Institut Français de Madagascar.

Ces candidats bénéficient d’un accompagnement pendant une année et peuvent également déposer leurs dossiers dans le programme présidentiel « Fihariana » s’ils le souhaitent.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Assemblée nationale - Les députés face aux défis en faveur des enfants

Une première fois. L’Assemblée nationale a ouvert la porte à l’UNICEF, hier à Tsimbazaza. A l’ordre du jour figurait la présentation de la situation des enfants à Madagascar ainsi que les analyses budgétaires des secteurs sociaux clés pour l’enfant. L’objectif étant d’expliquer aux députés nouvellement élus les défis en faveur des enfants dans le pays ainsi que de les indiquer les voies à suivre pour améliorer leurs situations. Outre la malnutrition chronique qui touche un enfant âgé de moins de 5 ans sur 2, l’accès à l’éducation et le maintien scolaire font partie des défis à lever. A cela s’ajoute l’accès aux soins de santé des enfants.

 

En tant qu’initiateur de cette rencontre, l’UNICEF n’a pas manqué de présenter ses actions aux parlementaires. Ses interventions dans les secteurs programmatiques comme la santé, l’éducation, l’eau, la protection et la protection sociale ont ainsi été exposées aux élus de Tsimbazaza. Cet organisme onusien appuie également la transparence des finances publiques en faveur des enfants. Pour ce faire, il s’implique afin d’instaurer un dialogue entre les parties prenantes pour améliorer la capacité et l’engagement à la planification et la budgétisation des politiques sociales inclusives. D’ailleurs, le représentant de l’UNICEF en la personne de Michel Saint- Lot a souligné l’importance des fonctions du Parlement et les opportunités que ses fonctions offrent pour améliorer la situation de l’enfant à Madagascar.

L’échange d’hier servira d’outil aux élus et leur aidera, lors de l’examen du projet de Loi de Finances 2020. Celle-ci sera incessamment soumise par le Gouvernement pour approbation auprès des parlementaires. Les débats des enfants, organisés le 20 novembre prochain dans la même enceinte, dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l’enfant suivront cette rencontre à Tsimbazaza. Notons que des membres du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar, ceux du Collectif des citoyens et organisations citoyennes, des acteurs de la société civile luttant pour des budgets des secteurs sociaux améliorant le bien- être de la population, dont l’enfant, y étaient aussi au rendez-vous.

Recueillis par Patricia R.

La Vérité0 partages

Îles éparses - Réactions pathétiques de certains malagasy « intellectuels » !

Aberrant. Tel est le premier adjectif qui vient à l'esprit à la vue des nombreux commentaires qui circulent sur les réseaux sociaux au lendemain de la visite très médiatisée du Président de la République français, Emmanuel Macron, sur les îles glorieuses avant - hier. Rappelons que parmi les propos du Chef de l'Etat français, les citoyens ont surtout retenu la fameuse déclaration « ici c'est la France ! ». Une manière pour le numéro un français de souligner que pour le moment, les îles éparses font encore partie du territoire français.

 

Au lieu de se constituer en un seul bloc pour mener cette grande bataille diplomatique contre la France, les langages s'éparpillent dans les rangs des « intellectuels » malagasy. En effet, il est surprenant voire choquant de constater que la restitution de ces fameuses îles ne semble pas faire l'unanimité au sein des concitoyens malagasy. Cette revendication n'est pourtant pas le combat du Président de la République mais devrait être celui de tout un peuple.

En quête d'une solidarité nationale

Pire, l'abondance des commentaires haineux à l'endroit du Président de la République laisse sans voix. Des commentaires qui viennent, de surcroît, des personnes qui veulent apparaître comme des « intellectuels » mais qui n'agissent nullement comme tel. « Bien fait pour toi », ironisent certains, « qu'est-ce que tu vas faire à présent ? », lancent les autres. Pourtant, la réalité devrait être différente. Gagner un tel combat nécessite une solidarité sans égal puisque la question des îles éparses est avant - tout une histoire d'identité et de souveraineté nationale. Voir des ressortissants malagasy se réjouir que la France s'approprie encore davantage les îles éparses défie toute logique. A l'heure où tous les Malagasy devraient faire preuve d'un patriotisme sans faille, certains laissent encore leur haine politique gagner sur tous les plans. « Madagascar est le sanctuaire de la biodiversité mondiale. Le respect de l'intégrité territoriale et la défense de nos intérêts passent par le dialogue.  Je rappelle qu'une commission mixte sur les îles éparses sera mise en place le 18 novembre. Ayez confiance en notre détermination et notre patriotisme ! », a déclaré le Président Andry Rajoelina sur sa page officielle Facebook hier. Une manière pour lui de rassurer l'opinion publique et de solliciter le soutien de tous. De son côté, la volonté semble donc encore intacte quant à la demande de restitution de ces îles éparses. Reste à espérer que tous les Malagasy se rangent derrière lui car sans une grande preuve de solidarité, le combat risque d'être perdu d'avance.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Drogue dure - Le revendeur placé sous mandat de dépôt

Récemment, la brigade des stupéfiants de la Police a pris un revendeur d’héroïne dans ses filets à Anosy. Une récente information provenant de la Police a avancé que le concerné avait été placé sous mandat de dépôt, et ce,  avant son  jugement prévu le 25 novembre prochain. La source policière apporte également une précision sur la quantité réelle d’héroïne trouvée sur le concerné. En réalité, il a transporté en tout et pour tout 349 grammes et non 49g de cette drogue comme on l’a annoncé au début. Notons que la Police a monté un piège dans lequel le revendeur est tombé facilement à l’issue d’une fausse promesse de transaction avec lui.

 

Lors de l’enquête, le concerné a reconnu les faits. Il a affirmé chercher à revendre le gramme pour 120 000 ariary. Le trafic d’héroïne commence à gagner du terrain chez nous, notamment dans la Capitale. S’il se déroule le plus souvent dans certains clubs branchés ou autres boîtes de nuit de la ville, les revendeurs prennent de plus en plus le risque de trafiquer à tous les coins de rue actuellement. De nombreux jeunes du pays souffriraient maintenant d’une addiction à la drogue dure dont l’héroïne mais aussi de la cocaïne durant des soirées entre amis ou bien sûr dans ces boîtes sélect.

Franck R.

La Vérité0 partages

Marché d'Analakely - Naina Andriantsitohaina à l'écoute des commerçants

Le candidat de l'IRD à la Mairie d'Antananarivo continue son périple dans la Ville des mille. Là où il passait, Naina Andriantsitohaina  écoute les desiderata des habitants et discute avec eux des problèmes vécus dans le quotidien. Hier, l'opérateur économique candidat a effectué une descente au cœur de la Capitale et lieu incontournable de la ville. Il s'agit d'Analakely qui, avec ses centres commerciaux, boutiques, ses places historiques et son marché, est l'endroit le plus fréquenté d'Antananarivo ville. Cependant, Analakely est également l'un des lieux les plus insalubres et insécurisés de la Capitale et où règnent, malheureusement, l'incivisme et l'indiscipline. Circulation infernale, vols à la tire, détritus de tous genres et bien d'autres figurent sur la longue liste des maux qui minent le centre-ville.

 

Naina Andriantsitohaina, accompagné par des candidats conseillers municipaux et des habitants du 1er Arrondissement, y est venu pour entendre les souhaits des principaux acteurs à savoir les commerçants. Lors de cette rencontre avec le candidat, ces derniers ont soulevé quelques points entre autres la réorganisation des marchés, le cas des marchands illégaux qui inondent le centre et le problème des parkings. Ce dernier point s'avère nécessaire pour booster le commerce. Les commerçants ont soufflé mot également au candidat Naina Andriantsitohaina l'insécurité dans leur zone. L'installation des caméras de surveillance paraît la solution efficace pour lutter contre ce phénomène. Par ailleurs, la remise aux normes des infrastructures telles que le « fast food malagasy » appelé communément « zaimaika » et l'esplanade sont aussi souhaités par les habitants et les commerçants rencontrés, lors de cette visite à Analakely. Il en est de même de la multiplication des toilettes publiques et la fluidité de la circulation.

Les interlocuteurs du candidat Naina Andriantsitohaina ont eu devant eux une oreille attentive et un homme qui a des idées réalistes pour solutionner les problèmes évoqués.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Eau, électricité, carburants, baccalauréat - Tests grandeur nature pour les dirigeants

Le régime Rajoelina doit faire face, depuis quelques semaines, à de nombreux foyers de tension. Citons entre autres, les problèmes chroniques d'approvisionnement en eau potable, la contestation Tanamasoandro, les problèmes d'approvisionnement en carburant des stations-service et dernièrement les coupures d'électricité et le délestage. Le Président de la République, le Premier ministre et les membres du Gouvernement ont fort à faire. Des tests grandeur nature pour l'Exécutif. Bon nombre d'observateurs attendent de voir comment le pouvoir va résoudre ces problèmes.

 

Le plus chaud concerne notamment les services défectueux de la JIRAMA, la compagnie nationale de distribution d'eau et d'électricité. Aux coupures d'eau quasi-permanentes, dans plusieurs quartiers de la Capitale, sont venus se greffer ces derniers jours les délestages ou les coupures d'électricité, c'est du pareil au même pour les usagers. Les explications sans cesse différentes de la JIRAMA pour expliquer ces coupures ne sont pas pour apaiser les esprits. Beaucoup se demandent si ces coupures n'ont pas un lien avec les négociations entre les pétroliers et l'Etat, ces derniers mois.

En parlant de pétroliers, l'autre dossier brûlant imputé aux dirigeants concerne notamment l'approvisionnement des stations-service. Depuis la fin de la semaine dernière, de longues files d'attente sont visibles au niveau des stations-service, lorsque celles-ci sont ouvertes. En effet, la plupart d'elles ont fermé leur porte ces derniers jours, faute de carburants. Un dossier en passe d'être résolu manifestement car les files d'attente ont été moindres par rapport aux précédents jours. Un dossier dans lequel la part de l'Etat malagasy est dédouanée, car le problème, s'il y en a, concerne surtout les pétroliers.

 En tout cas, la gestion des foyers de tension, autour notamment de la fuite de sujets au baccalauréat ou encore les contestations autour du projet, a été saluée par l'opinion. Dans le cadre du projet de nouvelle ville Tanamasoandro, le Chef de l'Etat a suspendu le démarrage des travaux et favorisé le dialogue avant tout. Il a déjà donné des consignes dans ce sens à l'endroit de tous les ministres concernés. Des descentes d'émissaires du Chef de l'Etat et des ministères concernés ont lieu ces derniers jours, sur le site du projet de ville nouvelle, pour rencontrer les habitants contestataires. Et pas plus tard qu'hier, des représentants d'Iavoloha se sont rendus à Ankadimanga.

Pour ce qui est de la fuite de sujets au baccalauréat et de la désorganisation qui s'en est suivie, des enquêtes ont été diligentées et le Président de la République a décidé de tenir une session spéciale, qui se déroule actuellement jusqu'à samedi, afin de donner une seconde chance aux recalés. Une initiative également saluée par l'opinion.

Pour bon nombre d'observateurs, la solidarité gouvernementale est en tout cas de rigueur, pour la gestion de ces foyers de tension.

La Rédaction

Ino Vaovao0 partages

ANJANAHARY - ASAN-JIOLAHY : Mpanendaka gaigilahy efa nifonja matetika voasambotra

Ireo mpody  hariva, na koa amin’ny andro  mazava manakaiky  ny mitatao vovonana iny no  tena  lasibatry ny fanendahana ny  mponina eny an-toerana, ankoatra ny vaky  trano  misesy  lany. Ny  vehivavy sendra mandeha irery  amin’ny  toerana mangina no  tena sahin’ireo  olon-dratsy. Araka ny  tatitra  voaray,  omaly, dia tovolahy  iray manodidina  ny 17 taona no voasambotry ny Polisy miasa ao amin’ny CSP3 Antaninandro, ny 23 oktobra 2019 lasa teo, tokony ho tamin’ny 11ora antoandro, teny Anjanahary. 

Voalaza fa olona roa samy hafa no niharan’ny asa ratsin’ity tovolahy ity tamin’izany ary vehivavy avokoa izy ireo. Lasa tamin’izay  fotoana izay  ny finday sy ny volan’ny  iray  tamin’ireo vehivavy voaendaka. Nampandre ny mpitandro filaminana avy hatrany izy ireo ka nidina teny an-toerana ny Polisy miasa ao amin’ny Csp3. Taorian’ny famotorana sy ny fanadihadiana dia  voasambotra  ilay tovolahy izay fantatra  fa nanatanteraka  izany asa ratsy izany.  Tao  anatin’ny  famotorana  no  nahalalana fa efa nifonja matetika noho ny  resaka  fanendahana hatrany  io lehilahy  io.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Voasembantsembana ny famatsiana jiro sy rano tato ho ato

Tapaka dia miverina indray, dia tapaka afaka 5mn, dia miverina dia toy izany hatrany. Eo anelanelan’ny 1mn ka hatramin’ny 30 mn eo ny fahatapahana amin’ny antoandro. Manimba fitaovana mandeha amin’ny herinaratra izany, indrindra ho an’ny olona tsy mipetraka an-trano, nefa ny Jirama dia tsy manonitra ny simba, toy ny taloha intsony. Ny alina kosa dia delestazy ka ny 8 oktobra teo dia nandefa fampandrenesana ny Jirama fa noho ny olana teo amin’ny milina lehibe  miisa roa dia hisy ny delestazy eo amin’ny 2megawatts eo ka ho tapaka manomboka amin’ny enina ora hariva ka hatramin’ny valo ora sy sasany hariva ny jiro amin’ny fokontany sasany. 

 Ny alarobia teo kosa dia voalaza fa mbola nisy olana ihany koa ny milina  iray ka nisy ny delestazy 1,5megawatts, amin’ny hariva. Nilaza moa ny talen’ny Jirama fa io alarobia io ihany ny delestazy.

 Ankoatra izany dia betsaka ny fokontany eto Mahajanga no mijaly rano. Saika ny fokontany rehetra mihitsy aza, fa misy ny manana olana famatsiana amin’ny alina ary misy koa ny tsy misy rano mandeha amin’ny alina.  Ny alina no mba misy rano mandeha amin’ny fokontany maro ary zara raha misy adiny roa izany, indrindra ho an’ny fokontany toa an’ Ambondrona, Tsararano ambony, Antanimalandy. Noho izany dia filaharam-be amin’ireny paompy natao ho an’ny daholobe ireny. Ireo manana paompy an-trano kosa dia amin’ny alina no mitaty ny rano ampiasaina andro sy alina. Anisany mijaly rano ny mponina amin’ny fandalovan’ny fantsona avy any Andranotakatra iny. 

Voalaza moa fa tsy maharaka ny filan’i Mahajanga intsony ny rano voapaompin’ireo “station de pompage” misy eto Mahajanga, na noho ny tsy fahampian’ny rano, na noho ny fahasimban’ny milina. Efa misy moa ny fanamboarana ireo milina mpampiakatra rano sy fanafarana milina hafa hanampy ny efa miasa ao. Misy ihany koa fanamboarana siniben-drano vaovao sy fanadiovana rano izay nambaran’ny Filoham-pirenena tamin’ny fandalovany farany teto. Nambarany fa anisany hahazo tombony amin’izany ny fokontany Amborovy izay mijaly rano hatramin’izay, ka hatramin’izao. Isan-taona dia tsy maintsy miverina foana ny olana famatsian-drano sy jiro eto Madagasikara hatramin’ny taona 2004 niantombohan’izany. 

Mbola tsy nisy Filoham-pirenena tamin’ireo telo farany afaka namaha ny olana. Anisany tafiditra ao anatin’ny veliranon’ny Filoha Rajoelina anefa izany ka antenaina ny vahaolana mahomby amin’ny famatsian-drano fisotro madio ho an’ny rehetra.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

JIRO SY RANO : Tsy mbola voavaha tanteraka ny olana na nisy aza ny andraikitra efa noraisina

Tonga ihany koa ny solika hampihodinana ny herinaratra eto Antananarivo. Ireo no anisany ezaka tsy maintsy nirosoan’ny orinasa Jirama manoloana ny fahatapahan-jiro lavareny nampimenomenona vahoaka nandritra ny andro vitsivitsy lasa izay. Nitafa tamin’ny mpanao gazety izy ireo omaly ary nilaza fa tsy hisy intsony ny delestazy na fanapahan-jiro iniana atao. Olana ara-teknika noho ny fahasimban’ny fotodrafitrasan’ny Jirama sisa no mahatonga ny jiro any amin’ny faritra sasany mbola tapatapaka, hoy ny fanazavana.

Saika hita nanerana ny faritra rehetra teto an-drenivohitra ny fahatapahan-jiro lava. Betsaka ny olon-tsotra sy orinasa no nimonomonona sy nampiaka-peo mahakasika ity tranga ity. Raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra teo anivon’ny orinasa Jirama, omaly, dia ny fahasimban’ny milina lehibe miisa efatra tantanan’ny orinasa “Axaf Power” ao Mandroseza sy ny fahataran’ny fahatongavan’ny famatsiana solika teo anivon’ny Orinasa no nahatonga io fahatapahan-jiro io. Vokatr’izany, tsy maintsy niroso tamin’ny fampiharana ny fanapahan-jiro iniana atao na Delestazy isam-paritra izy ireo. Tamin’ny afak’omaly sy omaly ihany anefa no nampiharina io fanapahan-jiro niniana natao io, raha ny fanazavan’ny talen’ny seresera eo anivon’ny Orinasa Jirama, Andriamampionona Francesca.

Tsy misy ifandraisany amin’ny olana ara-tsolika eto Antananarivo

Nanamafy ity talen’ny serasera ity fa tsy misy ifandraisany amin’ny olana ara-tsolika eto Antananarivo amin’izao fotoana izao ny fahatapahan-jiro eo anivon’ny Orinasa Jirama. “Tsy fahatomombanana sy fahasimbana milina miisa efatra tao amin’ny Axaf Power no nahatonga ny olana. Resaka ara-teknika mihitsy izany. Efa mivaha tanteraka ny mahakasika izay olana ara-teknika izay satria efa miasa ny roa amin’ireo milina ireo nanomboka omaly maraina, ary ny roa hafa kosa dia efa an-dalam-panamboarana. Menaka mavesatra no mampihodina ny milin’ny Jirama etsy Mandroseza. Ny fahataran’ny famatsiana io menaka mavesatra io no nahatonga ny olana sy ny fahatapahan-jiro niniana natao. Raha toa ka mbola misy ny faritra misedra fahatapahana amin’izao fotoana izao dia olana ara-teknika sy vokatry ny toetr’andro fa tsy delestazy intsony“, hoy hatrany ny talen’ny serasera Andriamampionona Francesca.

Mila fanapahan-kevitra hentitra…

Na teo aza anefa ity fanambaràna nataon’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny Orinasa Jirama, omaly maraina ity dia tsikaritra hatrany fa mbola nandrakotra an’Antananarivo sy ny manodidina ny fahatapahan-jiro hatramin’ny omaly hariva. Mila mandray fanapahan-kevitra hentitra, araka izany ny mpitantana sy ny tompon’andraikitra voakasika mba tsy hisy fiantraikany any amin’ny fiainam-bahoaka ny tranga tahaka izao. Maherin’ny 80 isan-jaton’ny mponina eto an-drenivohitra no mampiasa herinaratra ary misy mihitsy aza no mivelona amin’izany raha tsy hilaza afa-tsy ny mpanao sakafo sy ny mpivarotra mila mampiasa vata fampangatsiahana.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FAMATSIANA HERINARATRY NY JIRAMA : Tsy manana ahiahy intsony ny Faritra Analanjirofo

Izany hoe tafakatra 520 Kw ny herinaratra vokarin’ny Jirama ao Vavatenina amin’ izao fotoana izao. Nanomboka tamin’ny fahatongavan’io milina vaovao  avy tamin’ny Jirama foibe io dia foana tanteraka ny delestazy ao Vavatenina. Tsy misy ahiana ny jiro mandritra ny festival Jerijery.

Ho an’ny ao Soanierana-Ivongo, dia efa tonga tamin’ny 14 septambra teo ihany koa ny milina vaovao izay manana tanjaka 200 Kw mahazaka 160 Kw. Efa nanana milina 200 Kw sy 160 Kw ny Jirama Soanierana-Ivongo mialoha an’ io. Efa tsy hain’ny mponina ao Soanierana-Ivongo izany delestazy izany ankehitriny. Ampy tsara ny herinaratra. Ao Mananara-Avaratra, tsy misy olana intsony ny herinaratra. Toraka izany ihany koa ny ao Maroantsetra. Ho avy ny milina vaovao ho an’i Sainte-Marie. Rehefa tonga io, dia tsy hisy intsony ilay delestazy isaky ny maraim-be ao Sainte-Marie. 

Nitondra fisaorana ho an’ny Tale jeneralin’ ny Jirama sy ny fitondram-panjakana foibe ny lehiben’ny Jirama ao Analanjirofo amin’izao fitsinjovana manokana ny Faritra Analanjirofo izao. Porofo mivaingana izao zava-misy izao fa miasa ny Jiro sy Rano Malagasy.

TH

Ino Vaovao0 partages

ASAN-JIOLAHY ENY 67 HA : Voajonon’ny polisy manao fanamiana sivily indray ny mpanendaka roa hafa

Manohy ny ezaka ataony ny tompon’andraikitra eny an-toerana entina hiadiana amin’ny tsy fandriam-pahalemana ka mampiasa paik’ady amin’ny fandefasana ireo Polisy manao fanamiana sivily.  

Nahitam-bokany  tokoa izany,  ka lehilahy miisa roa  no voasambotra teo am-panatanterahana ny asa ratsiny.  Ny iray dia voasambotra teo amin’ny tetezan-dRamala, tokony ho tamin’ny 3 ora tolakandro teo. Ny iray kosa dia tra-tehaky ny Polisin’ny  FIP teo anoloan’i Mada hotel 67ha teo am-pakana finday tao anaty poketran’ny vehivavy iray.  Mbola  tanora vao erotrerony  avokoa  moa ireto  farany,  izay  eo amin’ny 20 sy 29 taona eo avy  ny taonan’izy ireo. Mitohy  hatrany  ny  hetsika tanterahin’ny Polisy  eny  amin’ny  manodidina  ny  67ha iny  ankehitriny.

Tatiana R.

Ino Vaovao0 partages

MPIANDRY FONJA NIVAROTRA HEROINE : Hiakatra Fitsarana amin’ny 25 novambra ho avy izao

Manao  antso  avo eny  anivon’ny fiarahamonina  ihany  koa ny  mpitandro  filaminana  mba   hanome azy  ireo  loharanom-baovao raha sendra  ka  mahita tranga mampiahiahy. Hamafisina hatrany  mantsy  fa  ny  fiparitahana zava-mahadomelina no anisany  antony  mampahazo  vahana ny  tsy  fandriam-pahalemana any amin’ny  Fariatra maro  eto  Madagasikara. Tatitra  avy  amin’olona tsara sitrapo izao  no nahafantarana  ilay  lehilahy nivarotra “Heroine “ teny  Anosy. 

Voalaza rahateo koa fa  mpiandry  fonja eny  Tsiafahy  ity tovolahy  tratra ity, saingy izy  indray  no naiditra am-ponja noho ny  famarotana zava-mahadomelina.  Raha ny  tohin’ny  fanadihadiana  voaray  omaly  avy  eo anivon’ny  Polisim-pirenena dia  naiditra  am-ponja  vonjimaika ity farany   amin’izao fotoana izao ary amin’ny 25 novambra  ho avy  izao  kosa ny  fitsarana  azy. Raha  tsiahivina moa  ny  zava-nitranga  dia  ny alatsinainy 21 oktobra 2019  lasa teo tokony ho tamin’ny 12ora sy 30mn tetsy Anosy no  voasambotry ny  Polisy  misahana ny ady amin’ny  zava-mahadomelina ilay lehilahy. Raha vao naheno io vaovao io   ny Polisy dia nanao ny fanadihadiana ka natao ny vela-pandrika hisamborana azy. Nomena fotoana  teo  Anosy  izy  io ary vao tonga teo amin’ilay fotoana nifanomezana  dia tonga dia  noraisim-potsiny. 

 “Heroine” milanja 349 grama  no hita tany aminy nandritra ny fisavana. Niaiky ny heloka vitany  izy  ary nilaza  fa  roa alina sy  iray hetsy  ariary  ny  fivarotany  ny  1 grama.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA IVATO : Notokanana tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo ny foiben’ny IRK

Noho izany indrindra dia notokanana tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo ny foiben-toerany  na ny QG. Tonga teny an-toerana nitokana izany moa ny Kandida Goddfrein sy ny mpandrindra ny Ird eny amin’iny faritra iny. Tsiahivina fa efa ben’ny tanàna nitondra ny kaominina Ivato izy teo aloha. Noho ny fangatahan’ny mponina eny an-toerana sy ny fahitana ny fahapotehan’ny tanànan’ Ivato, vokatry ny gaboraraka nisy dia nanapa-kevitra ny hirotsaka hofidiana indray izy. 

“Ivato miarina, Ivato vaovao”, izay no teny filamatra entiny mandritra izao fifidianana ben’ny tanàna izao.

Nitontongana tanteraka ny tanànan’Ivato, hoy izy, satria laharana fahatelo ity kaominina ity nandritra ny fotoana nitantanany azy saingy efa nihemotra laharana maro be izany ankehitriny. “Laharana fahatelo nanerana an’i Madagasikara ity kaominina ity nandritra ny fotoana nitantanako azy, potika tanteraka anefa izy amin’izao ka tsy maintsy arenina indray”, hoy ny fanambarany.  Notsindriany teto fa Ivato no vavahadin’i Madagasikara ka tsy maintsy ampandrosoana sy diovina araka izay tratra. Raha mikorontana ny tanàna dia tsy ny kaominina Ivato irery no voatondro molotra fa ny sarin’i Madagasikara iray manontolo mihitsy. 

Nanaraka ny fiainam-pirenena…

Nanambara ihany koa ity kandida ity fa na tsy teo amin’ny fitondrana aza izy nandritra ny fotoana nialany tsy ho ben’ny tanàna dia nanaraka ny fiainam-pirenena hatrany. “Raha jerena ny fandehan’ny raharam-pirenena eto Ivato sy ny manodidina dia tsapa fa betsaka ny olona nitaraina. Maro izy ireo no maniry ny hiverenan’ity kaominina ity ho tahaka ny teo aloha nandritra izay ary vonona hampandroso amin’izao fotoana izao”, hoy hatrany izy. Notsindrian’ny Kandida Goddfrein koa fa manana tombony lavitra ny kandida miaraka sy manohana ny fitondrana raha oharina amin’ireo hafa. “Ny Filoha, Andry Rajoelina dia misokatra ho an’ny rehetra, izay olom-pirenena mahatsapa fa tokony hitondra ny anjara birikiny ho an’ny firenena sy hitondra fampandrosoana dia ilaina avokoa”, hoy koa izy.  

Tafiditra ao anatin’ireo asa hataon’ity kandida ity ny fandrindrana ny fiainam-bahoaka sy fitsinjovana ny sosialin’izy ireo, famoronana toeram-pialam-boly vaovao ho an’ny tanora, fanatsarana sy fananganana tsena vaovao, fanamboarana ireo lalan-kely anaty elakelan-trano rehetra ao Ivato ary ny ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana. Amin’izao fotoana izao moa dia efa manadio ny kaominina Ivato manontolo ity kandida ity. Misy ny asa tagnamaro tarihiny miaraka amin’ireo mpiara-dia aminy. Tsy mionona fotsiny amin’ny fanadiovana izy ireo fa mampiasa kamiao maromaro koa hitaterana ny fako.

Tahirisoa Y.

Ino Vaovao0 partages

NOSY VARIKA : Manana tombony amin’ny fahavitan’ny lakandranon’i Pangalana

Ho an’ny Depioten’i Nosy Varika, Baofeno Micheline. nambarany fa efa misy ny dingana vita nandritra izay telo volana niasany izay ary misy koa ny mbola an-dalam-panatanterahana. “Isaorana ny fitondram-panjakana fa efa azo lazaina ho misokatra ny anjara masoandro ho an’i Distrikan’i Nosy Varika noho ireo tetikasa napetrany”,  hoy ny nambarany. Raha tsiahivina dia manana tombony amin’ny fanamboarana ny lakan-dranon’i Pangalana ny ao amin’ny Distrikan’i Nosy Varika. Tena ilaina ny fanamboarana indray ity lakandranon’i Pangalana ity, raha ny nambaran’ny Depiote satria efa afaka mampiasa izany an-kalalahana ny mponina any an-toerana amin’izao fotoana izao.

Mizotra araka ny tokony ho izy ny tetikasa fanadiovana ity lakan-drano ity raha ny tatitra nataony hatrany ary efa tonga eo amin’ny 30 km tsy hahatongavana ao Nosy Varika izy amin’ izao fotoana izao.

Fantatra koa amin’izao fotoana izao fa hamboarina ny lalam-pirenena faha-11 mampitohy an’i Mananjary sy Nosy Varika ary Nosy Varika sy Mahanoro. Anisany zava-baovao napetraky ny Minisiteran’ny Serasera any amin’ity Distrika ity ihany koa ny famerenana indray ny haino aman-jerim-panjakana, TVM sy RNM. Notsindriany manokana fa tsy nisy nijery nandritra ny taona maro izy io. Efa an-dalam-panamboarana koa amin’izao ny mahakasika ny jiro any amin’iny Faritra iny. Noho ny tsy fahampian’ny angovo manodina ny milina tany an-toerana moa teo aloha dia tsy afaka nisitraka io jiro io nandritra ny tontolo andro ny mponina fa ora 8 na 10 ihany no nandehanan’izany raha be indrindra.

Nitondrana fanatsarana ny mahakasika izany raha ny tatitra nataon’ny Depiote hatrany ary efa nisy ny fihaonana mivantana tamin’ny Minisitra tompon’andraikitra mba hahafahana mampandeha ny jiro 24 amin’ny 24 ora. Anisany hisitraka ny angovo azo havaozina tamin’ny alalan’ny tetikasa Johary koa moa ity Distrika ity, raha ny fanazavana hatrany.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

KANDIDA NAINA ANDRIANTSITOHAINA : Nidina ifotony nijery ny olan’ny mpivarotra tetsy Analakely

Nidina ifotony tao amin’ny tsenan’ Analakely izy sy ireo kandida mpanolotsaina miaraka aminy, omaly. Tahaka ny fanaony tamin’ny faritra rehetra efa nolalovany dia nisy ny fihainoany ny hetahetan’ny mpivarotra sy ny mponina ao amin’ny Boriborintany voalohany tafaresaka taminy.

Nangatahan’ny mpivarotra eny an-toerana nandritra ny fihaonana ny tokony hametrahana fandaminana vaovao mahakasika ny tsena eo Analakely sy ny manodidina. Gaboraraka tanteraka ny fitantanana io tsena io, raha ny nambaran’ireo mpivarotra satria tsy misy fandaminana maty paika mihitsy hatramin’izay napetraky ny mpitantana ny tanàna ankehitriny. Mitohana tanteraka ny lalana vokatr’io fitantanana tsy mahomby io ary samy mizaka ny vokany avokoa ny rehetra.

Tokony havahana tsara koa ny tsena sy ny lalan’ny fiara ary ny lalan’ny mpandeha an-tongotra mba hampilamina ny fifamezivezena, hoy ny mponina sy ny mpivarotra.Nangatahan’ireto farany koa moa ny tokony hampitoviana ny mpivarotra rehetra. Mitaraina mantsy ny mpivarotra manara-dalàna ao amin’ny “Pavillon” Analakely satria maro loatra ny mpivarotra sasasantsasany  tsy manara-dalàna mivarotra eo anoloan’ny tsenan’izy ireo. Nilaza ny kandida Naina Andriantsitohaina fa hojerena akaiky ity olana ity ary hatao izay hampidirana ny mpivarotra rehetra eo amin’ny sehatry ny ara-dalàna.

Mahakasika ny tsy fandriam-pahalemana kosa indray dia nambarany fa hametrahana “Caméra de surveillance” avokoa ny toerana rehetra anjakan’ny sinto-mahery sy ny asan-jiolahy eto an-drenivohitra. Mila ampitomboina koa, hoy izy, ny isan’ny toeram-pivoahana ao Analakely sy ny manodidina hitandrovana mandrakariva ny fahadiovan’ny tanàna.

N.A

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiana herinaratraNy fampiasana angovo azo havaozina no tena vahaolana

Misitraka herinaratra amin’ny alalan’ny herin’ny masoandro na « système solaire photovoltÏque manana tanjaka 11KWc mitentina 31 000 euros ny Tranoben’ny minisiteran’ny angovo sy ny rano ary ny akoran’afo na ny MEEH eny Ampandrianomby nanomboka omaly.

Ankoatra ny takelaka lehibe dia misy ny fanazavana anatiny sy ivelany. Mampihena ny fandaniana herinaratra avy amin’ny Jirama ampiasaina ao amin’ny ivontoeram-pitantanana ankapoben’ny angovo io. Io tetikasa io izay nampisalorana ny anarana hoe :”Projet de demonstration” io, dia novatsian’ny Vondrona Eoropeanina vola, ary ny UE-COI Energies kosa no nanatanteraka ny asa teo ambany fiahian’ny Kaomisionin’ny Ranomasimbe Indianina. Manampy betsaka amin’ny tetikasa mifandraika amin’ny angovo azo havaozina ny programa UE-COI Energies, ka anisan’ny hisitraka izany ny any Sarobaratra, Akamasoa, Itasy. Eo ihany koa ny Biogaz any Ambilobe, Ambanja, indrindra ny IOSnet iarahana amin’ny Méteo Malagasy. Irosoana eto Madagasikara amin’izao ny fiampitana tsimoramora mankany amin’ny fampiasana ny angovo azo havaozina. Ny atrik’asa roa andro tetsy amin’ny Hotely Colbert ny 23-24 oktobra teo, dia nentina nankatoavana ny tetikasa momba ny paikady rejionaly ho amin’izany. Nanantitrantitra omaly ny minisitry ny angovo fa vahaolana maharitra amin’ny olan’ny angovo eto Madagasikara ny firosoana amin’ny angovo azo havaozina ary ireo tooeram-pamokarana herinaratra vaovao haorina dia hifantoka amin’izany mba hialana amin’ny fampiasana solika.

 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny JIRAMATsy fantatra intsony izay tena marina

Tato anaty andro vitsy izay dia hita taratra ny fanapahan-jiro lavareny tamina toerana samihafa teto an-drenivohitra.

 

Voalazan'ny tompon’andraikitra eo anivon'ny JIRAMA fa vokatry ny fahasimban'ny gropy miisa 04 no nahatonga izany. Fantatra fa efa nisy fahasimbana ireo gropy ireo sady nanampy trotraka ihany koa ny olana ara-tsolika izay tsy nahatosika ireo gropy teny Ambohimanambola, nisy ihany koa ny fahasimbana teo amin’ireo tambajotra manaparitaka ny herinaratra. Ireo no fanamarihana nentin'ny orinasa JIRAMA manoloana ny delestazy. Fantatra ihany koa fa efa voavaha omaly maraina ary tsy tokony hisy intsony izay fanapahan-jiro izay ankoatra ny olana ara-teknika. Io omaly io ihany anefa, ny maraina dia faritra maro no tratry ny delestazy, naharitra adiny roa, ohatra, ny teny Itaosy sy ny manodidina, ny tolakandro tapaka nanomboka tamin’ny 3 ora sy sasany tolakandro ka hatramin’ny 6 ora latsaka fahefany hariva ny herinaratra teny Soanierana…ary na ny fampitam-baovao tao amin’ny pejy facebook ofisialin’ny jirama aza ny alarobia sy omaly alakamisy dia toa misy zavatra mifanohitra. Nambara aloha fa olana ara-teknika no nahatapaka ny herinaratra, avy eo nolazaina indray fa noho ny tsy fisian’ny solika. Mialoha izao ny minisitry ny angovo sy ny tale jeneralin’ny OMH dia nanome toky fa tsy tokony hisy hampikoropaka satria ampy tsara ny solika. Fa inona izany no tena marina ? Sa efa tsy mifampita ny vaovao tena izy koa ny samy mpiara-miasa ka lasa diso na tsy ampy ny serasera atao ?

Marigny A

Tia Tanindranaza0 partages

Seranan-tsambon’i ToamasinaHo tonga anio ny solika 56 tapitrisa litatra

Ho tonga ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina anio zoma amin’ny 6 ora maraina ny sambo lehibe mitondra solika.

Lasantsy 16 tapitrisa litatra sy gazoala 40 tapitrisa litatra no ho tonga, izany hoe mitotaly 56 tapitrisa litatra. Io no hiantoka ny solika ampiasaina eto Madagasikara mandritra ny volana novambra raha ny fanazavan’ny minisitry angovo omaly. Eny amin’ny tobin-tsolika  Alarobia moa no miainga ny  fitsinjarana mankany amin’ireo toby fivarotan-tsolika, ary hiasa amin’ny alina mihitsy ireo fiara be mpitatitra mba hahatonga azy ireny ara-potoana. Aoka tsy hividy solika be mihoatra ny fanjiafana mahazatra isika fa io no mahatonga ny filaharam-be, hoy ny minisitra. Etsy an-kilan’izay anefa dia mbola tsikaritra ihany omaly ny filaharana tamina toby fivarotan-tsolika teto Antananarivo, ary nisy ireo nikatona fa hoe lany ny solika tahiry tao aminy. Raha ny fantatra dia efa nisy ampahan-tsolika tahiry avy any Mahajanga ihany koa nalefa aty Antananarivo ary re fa efa nalefa ihany koa ny kaomandy manaraka mba tsy hiverenan’ny olana intsony.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fanatsarana ny fiahiana ny ankizyManantena ny fampiakarana ny tetibola ny UNICEF

Tsy mitsahatra mitotongana ny taham-pahalalana fototry ny ankizy nahavita ny taona fahadimy ao amin'ny ambaratonga fototra, araka ny tatitra navoakan'ny Tahirin'ny Firenena Mikambana ho an'ny ankizy,

 

na ny UNICEF, tamin'ny volana aogositra teo. Maro ny antony mety mahatonga izany. Fa tsy azo tsinontsinoavina ny hakelin'ny tetibola natokana ho an'ny fanabeazana eto amintsika. Ho an'ity taona 2019 ity dia mitentina 1.193 miliara izy io, ho an'ny minisiteran'ny fanabeazam-pirenena, ny fampianarana teknika sy ny fanofanana arak'asa. Raha ny tarehimarika dia niakatra io vola io, saingy raha ampitahaina amin'ny tany aloha dia nihena ny isan-jato. Tany amin'ny taona 2005, ohatra, dia ny 22%-n'ny tetibolam-panjakana manontolo no natokana ho an'ny fanabeazana, fa nilatsaka ambanin'ny 15% kosa, ho an'ity taona ity. Ampahany fotsiny amin'ireo olana sedrain'ny ankizy ny momba ny fanabeazana, fa ahitana tsy fahatomombanana ihany koa, ohatra, ny sehatry ny fahasalamana. Ankizy 59 amin'ireo 1.000 teraka, ohatra, no tsy mahatratra ny faha-5 taonany akory dia mamoy ny ainy. Ankizy 1 amin'ny 2 no tratran'ny tsifanjariantsakafo mitarazoka... Tranga mila arenina daholo ireo ary mila fahavononana pôlitika ny fanovana ny zava-misy. Azo atomboka amin'ny alalan'ny fandaniana tetibolam-panjakana mifanaraka amin'ny filàn'ireo sehatra misy ny ankizy rehetra izany. Tonga nandresy lahatra an'ireo solombavambahoaka teny amin'ny Antenimieram-pirenena eny Tsimbazaza indrindra ny avy ao amin'ny UNICEF, omaly, niaraka tamin'ny vondron'ireo mpahay toekarena malagasy (CREM) sy ny CCOC, ikambanan'ireo firaisamonim-pirenena miady mba hitsinjovana ny sehatra sosialy. Ankoatra ny fampahafantarana an'ireo olom-boafidy, ny momba ny zava-misy iainan'ny ankizy malagasy, dia nampahalala ny asa ataony ihany koa ny UNICEF. Nandritra ny fandraisam-pitenenana nataony moa dia nanipika Atoa Michel Saint-Lot, solontena maharitry ny UNICEF eto amintsika, fa manan-danja sy afaka mitondra fanatsarana ny parlemantera, amin'ny maha fahefana mpanao lalàna azy. Antenaina, noho izany, ny hiakaran'ny tetibola hatokana ho an'ny ankizy, ao anatin'ny tetibolam-panjakana 2020.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mampidi-kizo hatrany!!!

Mifanontany tena ny fiarahamonina hoe inona no mba zavatra voafehin’ny fanjakana amin’izao fotoana ?

 

 Ny hita aloha dia tsy voafehy ny zava-drehetra na ny jiro na rano na dahalo na miaramila na ny diplaomasia na toekarena na politika na katolika na datin'andro,… Mbola mihantsy ady sy manao vava be tamin’ny diany tany Ambatondrazaka sy Antsirabe. Manomboka miaka-pofona ny olona, fa rehefa tsy mahavita dia miala. Naka ny seza sy fahefana nanao izay fomba rehetra, eny fa nisy ny tetika namohehitra, saingy nekena mba tsy hisian’ny korontana sy ny savorovoro. Tonga eo tsy misy hapoaka, fa ny fampanatenana sy fampiesonana no betsaka. Tahaka ny tamin’ny 2009 sy ny tetezamita ihany, dia tena nidi-kizo ny firenena ankehitriny. Mila mandinika ny filoha ary mila mihaino sy mijery ny olana, ny tokony hahitsy. Izay mba miteny sy manakiana anefa lazaina fa fahavalo. Ny filoha no fantatry ny rehetra manoloana ny olana samihafa eto amin’ny tany sy ny fanjakana. Mety ny ekipa no misy tsy mahavita azy na misy mihitsy ny manana ny hambo-po politika handingana ilay filoha, ka mamingana sy manipy hoditr’ankodro. Mila mahay manavaka ny vary sy ny tsiparifary satria tena harapak’ireo ekipa mpamadika, raha tsy mahay mamindra eo. Ekena fa mahay serasera Atoa Andry Rajoelina ary miezaka maneho sary tsara amin’izay zavatra hataony, indrindra rehefa mivoaka ny faritra. Mipatrapatraka ny fampanantenana hanao zavatra. Ny olana anefa, dia toa tezaina amin’ny sarasera sy resaka tsara lahatra fotsiny ny vahoaka, ary manomboka mahatsapa fa lasan-ko vavany ny mpitondra matetika. Betsaka ny zavatra goavana hampanantenaina, kanefa ny zavatra heverina ho madinika aza tsy voafehy sy tsy voavaha. Toa vao misokatra ny vava, dia fantatra ny hambara, ka sao tokony hiova famindra sy fomba fanao fa efa vakiana fotsiny, hoy ny tanora e !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mampidi-kizo hatrany!!!

Mifanontany tena ny fiarahamonina hoe inona no mba zavatra voafehin’ny fanjakana amin’izao fotoana ?

 

 Ny hita aloha dia tsy voafehy ny zava-drehetra na ny jiro na rano na dahalo na miaramila na ny diplaomasia na toekarena na politika na katolika na datin'andro,… Mbola mihantsy ady sy manao vava be tamin’ny diany tany Ambatondrazaka sy Antsirabe. Manomboka miaka-pofona ny olona, fa rehefa tsy mahavita dia miala. Naka ny seza sy fahefana nanao izay fomba rehetra, eny fa nisy ny tetika namohehitra, saingy nekena mba tsy hisian’ny korontana sy ny savorovoro. Tonga eo tsy misy hapoaka, fa ny fampanatenana sy fampiesonana no betsaka. Tahaka ny tamin’ny 2009 sy ny tetezamita ihany, dia tena nidi-kizo ny firenena ankehitriny. Mila mandinika ny filoha ary mila mihaino sy mijery ny olana, ny tokony hahitsy. Izay mba miteny sy manakiana anefa lazaina fa fahavalo. Ny filoha no fantatry ny rehetra manoloana ny olana samihafa eto amin’ny tany sy ny fanjakana. Mety ny ekipa no misy tsy mahavita azy na misy mihitsy ny manana ny hambo-po politika handingana ilay filoha, ka mamingana sy manipy hoditr’ankodro. Mila mahay manavaka ny vary sy ny tsiparifary satria tena harapak’ireo ekipa mpamadika, raha tsy mahay mamindra eo. Ekena fa mahay serasera Atoa Andry Rajoelina ary miezaka maneho sary tsara amin’izay zavatra hataony, indrindra rehefa mivoaka ny faritra. Mipatrapatraka ny fampanantenana hanao zavatra. Ny olana anefa, dia toa tezaina amin’ny sarasera sy resaka tsara lahatra fotsiny ny vahoaka, ary manomboka mahatsapa fa lasan-ko vavany ny mpitondra matetika. Betsaka ny zavatra goavana hampanantenaina, kanefa ny zavatra heverina ho madinika aza tsy voafehy sy tsy voavaha. Toa vao misokatra ny vava, dia fantatra ny hambara, ka sao tokony hiova famindra sy fomba fanao fa efa vakiana fotsiny, hoy ny tanora e !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Areti-mifindraOlona 5 matin’ny pesta

Miseho hatrany izao karazana loza sy fahasahiranana samihafa izao. Raha ny tatitra azo,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Salon de l’étudiant-Spécial TamataveMandray anjara feno ny IT University

Hotanterahina ao Toamasina anio zoma sy rahampitso sabotsy ny andiany faharoa amin’ny “Salon de l’Etudiant-Spécial Tamatave”, karakarain’ny Madajeune.

 

Sekoly ambony sy ivontoeram-piofanana maro be no mandray anjara amin’izany, hahafahan’ny tanora Malagasy indrindra ireo vao afaka Bakalorea mahazo torolalana sy tan-tsoroka momba ny fanohizana ny fianarana, na eto Madagasikara na any ampitan-dranomasina. Mandritra io fotoana io no hivoaka voalohany eto Toamasina ny Guide des Études et Formations 2019-2020, hoy ny Mada Jeune mpikarakaraza. Toy ny tamin’ny taon-dasa, dia mandray anjara feno amin’izany ny IT University. Sekoly ambony anisan’ny sangany eto Madagasikara, ary efa namoaka tanora manampahaizana maro eo amin’ny tontolon’ny informatika. Nanomboka ny taona 2011, dia efa maro be ireo tanora navoakany misandrahaka amin’ny sampandraharaha samihafa eto Madagasikara sy any ampitan-dranomasina. Mampiavaka azy ny fanofanana momba ny informatika toy ny programmation, bases des données, réseaux,… Tsy mena-mitaha amin’ny avy any ivelany ny tanora nandalim-pahaizana tao. Nisy mihitsy aza ireo nandray anjara sy tsy nitsanga-menatra tamin’ny fifaninanana iraisam-pirenena momba ny tontolon’ny teknolojia sy ny informatika. Tadiavina maneran-tany ny manampahaizana Malagasy amin’ny tontolon’ny Informatika ankehitriny ary mivelatra amin’izany tsenan’asa izany ny IT University. 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiana solikaKarohana ireo mpanaparitaka vaovao tsy marina

Hatramin'ny volana oktobra, 20 mahery ny isan' ireo antontan-taratasy efa nalefa eo amin'ny rafitra miady amin'ny heloka fampiasana fitaovan-tserasera noho ny fanelezana vaovao tsy marina.

 

 

Miisa 2 na 3 isan’andro no fantatra fa voarain'ity rafitra ity. Tao anatin’ny volana maromaro dia mitobaka eo anivon'ny tambajotra serasera ny famoahana vaovao tsy marina entina hanakorontanana saim-bahoaka. Ny fampiasana kaonty tsy tena izy na "compte fake" no fomba hamoahan'ireo olona ireo izany vaovao izany. Azo arahina anefa izany "compte fake" izany, hoy ity rafitra ity amin'ny alalan' ny fanadihadiana ataon'ny manampahefana. Tranga farany dia iny fanelezana tsaho teo amin' ny famatsiana solika eto an-drenivohitra izay niteraka fanakorontanana firenena. Efa miroso amin'ny fikarohana ny atidoha mikotrika iny raharaha iny. Tsiahivina fa fampidirana am-ponja 6 hatramin'ny 10 taona sy fandoavana lamandy 600 000 ariary hatramin'ny 1 080 000 ariary no vesatra amin'ireo izay minia manao izany, araka ny voalazan'ny lalàna eo amin'ny andininy faha-19.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Amboteiazy, solika tsy misy, delestazyHovonoina ve ny mponin’Antananarivo ?

Ekena fa tena ilaina ny fanatsarana sy fanamboarana fotodrafitrasa tahaka ny lalana, tetezana, trano. Tsy lavinna fa mety misy ny tampoka saingy misy kosa angamba ny fandaminana asa tokony hatao fa tsy atao hitsin-dalana fotsiny ilay izy.

 

 Ny zava-misy tato anatin’ny roa herinandro mantsy izao dia tena voaelingelina tanteraka ny fiainan’ny olona, indrindra fa ny mponin’Antananarivo Renivohitra sy ny manodidina azy. Tsy misy fampandrenesana mazava fa tonga dia mikatona tampoka io lalana io satria mandrakotra tara ny mpanao lalana, fitohanana tsy hita noanoa no mitranga. Maraina, atoandro, hariva. Samy raikitra ao avokoa na ny mpianatra na ny mpiasa. Miaraka amin’io, ady saritaka vao mahita solika, milahatra hatramin’ny adiny 3. Tonga any am-piasana, vao mihodinkodina kely mandamina ny birao , indro fa tonga radelestazy, tonga dia lany eo indray aloha ny ora 2 na 3. Miaritra mamita asa eo, ka tara fodiana. Efa tsy misy intsony ny taksibe satria reraky ny amboteiazy ny tontolo andro ny fiara sy ny mpamily ary ny resevera ka efa nody tamin’ny 6 ora hariva. Alim-be vao tafody, mety amin’ny  9 ora alina, vao mandrapaka iray sotro misakafo dia miala any indray ny delestazy. Labozia no narehitra ... sady miezaka manangona rano ihany hampiasaina amin’ny ampitso satria tapaka isan’andro ny rano amina faritra maro ka amin’ny alina no manangon-drano ny isan-tokantrano. Ankapoben-javatra ireo fa mety mbola misy tranga hafa. Raha fintinina, miantraika mafy amin’ny fiainan’ny isam-batan’olona sy ny isan-tokantrano ary efa manomboka misy akony ratsy any amin’ny fiainan’ny orinasa ny karazan-krizy misy teo. Mbola azo antenaina hahita vahaolanna ve ny mpitondra fanjakana sa samy mihafy aloha fa efa izao no zava-misy vokatry ny gaboraraka niainana teto efa ho 10 taona izao ?

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo Rakotovao“Ny hanambatra ny mpikambana no tanjona amin’io kongresy io”

Hanambatra ireo mpikambana izay tsy nivadika palitao ny tanjon’ny antoko Hvm amin’io kongresy izay ho tanterahin’izy ireo io, amin’ny volana novambara ho avy izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’Ambohitrimanjaka Manizingizina fa tsy manaiky ny hanotofana ny taniny

Very fanahy mbola velona ny ankamaroan’ireo mponina voakasik’ilay tetikasa tana-masoandro kasain’ny fitondram-panjakana hanotofana tany an’arivony ha ao anatin’ny distrikan’Antananarivo Atsimondrano.

 

Nivory sy nikaon-doha tetsy amin’ny tranompokonolona Ambohitrimanjaka izy ireo omaly nahitana ireo solontena maro avy any Ankadimanga, Ambohidrapeto ary Fiombonana. Nambaran’izy ireo fa ny fihaonany mivantana amin’ny filoham-pirenena ihany no tena  mety ahitany ny tena marina. Ny mampalahelo mantsy, hoy i  Eric Randrianaivo, solontenan’ny mponina dia tsy araka ny tokony ho izy ny vaovao naelin’ireo nilaza fa solontenan’ny filoha nihaona tamin’izy ireo tamin’ny talata lasa teo, tao  anatin’ny tambajotran-tserasera.  Naely ny vaovao fa nanaiky ilay tetikasa tana-masoandro izahay mponina eto Ambohitrimanjaka, hoy izy vaovao mbola haely amin’ireo mponina eny Ankadimanga ihany koa ka lasa miteraka fifandonana eo amin’ireo mponina voakasiky ny tetikasa.  Ekena hoy Atoa Eric Randrianaivo fa tsy manda ny asa fampandrosoana kasain’ny filoham-pirenena hatao izahay toy ny fampidirana herináratra….saingy sa tsy manaiky ary tsy hanaiky velively ny hanotofana ny tanimbarinay, kosa. Ankoatra izay hoy hatrany ity solon-tenan’ny mponina ity dia nolazaina fa haato aloha ny asa  kasaina hatao eny Ambohitrimanjaka saingy mbola tazana eny amin’ny lalana hiditra ao an-toerana  hatrany  ireo karazama kaontenera hatao solona trano hipetrahan’ny mpiasa hanatanteraka ilay tetikasa tana-masoandro. Nomarihin’ireto mponina eny Ambohitrimanjaka sy Atsimomdrano ireto moa fa raha toa ka mbola minia manatanteraka ilay tetikasa tana-masoandro ao amin’izy ireo ihany ny fitondram-panjakana dia haneho ny heriny ihany koa izy ireo. Mandrapaha anefa dia fantatra fa hampiato ny tolona aloha izy ireo satria mahatoky ny fahendren’ny filoham-pirenena izay nanantitrantitra fa haka ny tanin’ny gasy lasan’ny vahiny aza fa tsy sanatria hivarotra izany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny “ Iles Eparses”Hatsangana tsy ho ela ilay vaomiera manokana

Nitondra fanampim-panazavana taorian’ny fanambaran’ny filoha Frantsay Emmanuel Macron nataony tany amin’ny nosy Glorieuses ny filoha Malagasy Andry Rajoelina tamin’ny alalan’ny tambajotra sosialy tweeter sy facebook omaly .

 

Hoy indrindra izy  : “ mampiaiky an’izao tontolo izao ny fananan’i Madagasikara harena voajanahary . Ny fanajana ny fiandrianam-pirenena sy ny fiarovana ny tombontsoantsika dia tsy maintsy takiana amin’ny alalan’ny fifampiresahana. Ampahatsiahiviko fa hajoro alohan'ny 18 novambra izao ny Vaomiera iombonana momba ireo nosy éparses ireo. Vonona ary matoky isika fa hiaro ny hambompom-pirenena”.Hijoro ato anatin’ny 3 herinandro izany ilay vaomiera iombonana handinihan’ny firenena roa tonga dia i Frantsa sy Madagasikara ny aminn’ny fitantanana ny Iles Eparses. Hatreto aloha, raha ny fizotry ny resaka sy ny fanehoan-kevitra dia ny fiaraha-mitantana no mety hitranga, io rahateo no efa voaresaka nandritra ny fitondrana teo aloha…Tsy hisy ny hoe haverina manontolo amin’i Madagasikara ny Nosy manodidina. Tsy maintsy iaraha-mitantana amin’ny Frantsay io. Miankina amin’ny fizotry ny fifampidinihana avokoa anefa izany rehetra izany.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Rajoelina – HajoHifamingana anatiny

Manomboka mifampiahiahy ireo samy mpomba an’i Andry Rajoelina sy ireo mpanajary ny IEM (Initiative pour l'Emergence de Madagascar).

 

Efa vaky vava aza ny sasany raha ny heno amin’ny fanehoan-kevitra mivantana amin’ny radio tsy miankina sasany eto an-drenivohitra fa toa avy ao anatiny ihany no hamingana ity fitondrana ity. Nanao basy atifi-kavana tamin’ny fanambarana nataony tao amin’ny pejy fesibokiny i Andry Ratsivahiny, solombavam-bahoaka IRD voafidy tao Antananarivo Atsimondrano, mitsaingoka an’ny praiminisitra lehiben’ny governemanta Ntsay Christian « hanazava ny zava-misy : jiro tapaka, ny rano tsy misy, ny solika tsy misy tampoka » fa « manjary ny miahiahy ny olona », ary «esory izay tompon' andraikitra tsy mahavita !», hoy izy. Ny tranga niseho tato anatin’ny herinandro ihany koa toa fambara fa marisarisa ny fiarahamonina eo amin’ny samy tompom-pahefana mpanatanteraka. Nanamarika ny mpanara-baovao fa tsy tazana tampoka eny an-kianja ny minisitry ny fanajariana ny tany sy ny toeram-ponenana ary ny asa vaventy Hajo Andrianainarivelo, tamin’ireo vava asa samihafa ho fanatanterahana ny veliranon’ny filoha Andry Rajoelina. Tsy niara-dia tamin’ity farany tao Antsirabe izy tamin’ny sabotsy 19 oktobra 2019, nefa maro ny tetikasa mahakasika mivantana ny ministerany, toy ny fanorenana trano fonenana eny Vinaninkarena, Antsirabe II. Misy ifandraisany sa tsy faly tamin’ny nampidirana am-ponja an-dRazanakolona Paul Ramasitera, Ben’ny tanànan’Antsirabe, izay olony, mpikambana MMM (Malagasy Miara Miainga), iray andro talohan’ny nidinan’i Andry Rajoelina tao Antsirabe ve ny tsy nipotrany. Voampanga no nanodinkodina volam-bahoaka, nanao hosoka tamin’ny haban-tsena ary koa namoaka volan’ny Kaominina tamina asa tsy hita fototra ity Ben’ny tanàna ity. Nihalangalana tsy tazana niaraka tamin’ireo iraky Fiadidiana ny Repoblika nidina ifotony nifampidinika nivantana tamin’ny vahoaka teny Anosibe Zaivola, Ambohitrimanjaka, Ankadimanga Ambohidrapeto mikasika ny tetikasa Tanà-Masoandro ihany koa i Hajo Andrianainarivelo, nefa asa vaventy tandrify ny andraikiny no heverin’ny fanjakana hotanterahina eny. Tranga izay vao maika mampitombo ny ahiahin’ireo mpomba an’i Andry Rajoelina fa avy ao anatin’ny andrim-panjakana mpanatanteraka ihany no hifamingana. Ho sarotra, hoy ny mpomba an-dRajoelina izay efa betsaka no kivy, ny hahitana vokatra amina mpiara-miasa nefa olona samy efa kandida tamin’ny fifidianana filoham-pirenena, ary mety mbola samy miomana ho amin’izany amin’ny manaraka ka mety hifamingana ary tsy ferana ho efa anisan’izany ity olana amin’ny solika eto an-drenivohitra efa hananika ny herinandro ity.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Mamy Rabenirina"Ara-drariny ny fandavana ny Tanà-masoandro"

Raha nampiato ny tetikasa Tanà-masoandro ny filoham-pirenena dia mbola mitohy hatrany ny fanehoan-kevitra mahakasika izany.

 

Lojika ny fanitarana ny tanàna, araka ny vinan'ny filoham-pirenena saingy tokony hiverenana hodinihana ny toerana hanatanterahana izany, hoy i Mamy Rabenirina, solombavambahoaka voafidy tao Ambohidratrimo. Tsy fanotofana tanimbary, izay fiveloman'ny olona no vahaolana tokana hanatratrarana ny tanjona hanitarana tanàna. Ara-drariny ny fandavan'ny olona ny tetikasa Tanà-masoandro raha ny eny Ambohitrimanjaka satria tanimbary hivelomany no esorina aminy. Nomarihany hatrany fa ny voly vary izay manana anjara lehibe ara-toekarena sy fototra hivelomana mihitsy. Raha tena hikatsaka ny tombontsoan' ny vahoaka ny filoham-pirenena dia fanatsarana sy fampiroboroboana ny fambolem-bary aza no tokony hataony, hoy hatrany ny fanazavana.

 

 

Marigny A.

La Vérité0 partages

5ème Conférence sur le développement des services aériens - Une vingtaine de compagnies attendues à Ma...

La 5ème édition de la conférence de l’AviaDev (« Aviation Development Conference ») Afrique se déroulera en mai 2020 à Antananarivo. Madagascar, par le biais de Ravinala Airports, gestionnaire des aéroports d’Ivato et de Nosy Be, aura en effet l’honneur d’organiser la plus importante conférence sur le développement des services aériens en Afrique. Celle-ci réunira ainsi les compagnies aériennes africaines, mais aussi toutes les autres compagnies qui souhaitent desservir sur le continent africain, sans oublier les aéroports et tous les acteurs du tourisme. « AviaDev est un événement de taille mais aussi une grande opportunité pour le pays. Nous sommes particulièrement contents d’avoir remporté l’organisation de cette conférence de rang international, et cela afin de promouvoir Madagascar et montrer que nous avons les infrastructures adéquates pour accueillir les conférenciers. Depuis l’annonce de cette prochaine édition, quatorze compagnies aériennes se sont déjà inscrites », a précisé Patrick Collard, directeur général de Ravinala Airports, hier, lors d’une rencontre avec la presse à Ivato. Une liste déjà longue vu que les organisateurs attendent au moins une vingtaine de compagnies aériennes pour cette édition à Madagascar dont Mango ou encore Africa World Airlines. 

« Open sky »AviaDev est un réel catalyseur de partenariats. Depuis sa création, elle a généré de nombreuses collaborations contribuant à la croissance du trafic en provenance et à destination du continent dont l’exploitation depuis le mois de juillet dernier de la nouvelle route par Mango, reliant l’aéroport international de Lanseria, Johanesburg à Port Elizabeth, en Afrique du Sud. « En organisant ce salon, nous pourrons rendre effectif l’ "Open sky" dans le pays. Nous pourrons ainsi trouver de nouvelles compagnies qui vont desservir sur Madagascar à partir du mois de novembre de l’année prochaine. Il ne faut pas oublier que dans le cadre du partenariat stratégique entre Air Madagascar et Air Austral, l’Etat nous a demandé de restreindre les compagnies opérant sur la Grande île, durant trois ans. Et cette restriction devrait donc prendre fin d’ici novembre 2020 », a soutenu le DG de la concession. En tout cas, les travaux au sein du nouveau terminal entamment la dernière ligne droite. Il reste notamment la formation des employés et l’installation des sous-concessionnaires. Selon les estimations du gestionnaire, cette nouvelle infrastructure sera donc livrée au premier trimestre de l’année prochaine.  Rova Randria

La Vérité0 partages

Football - Pro - League L’ouverture officielle ce weekend

Six provinces vont vivre pleinement l’ouverture officielle du nouveau championnat de Madagascar de football, Pro League. Il se jouera notamment ce jour et dimanche dans six sites de compétitions.  A Vontovorona, la CNaPS Sport Itasy recevra le FCA Ilakaka Ihorombe à 10h. Un match qui précèdera la confrontation Fosa Juniors et le RS Berkam du Maroc pour le compte du 16ème de finale Aller de la Coupe de la CAF de football. Le samedi 26 octobre, COSFA va rencontrer le Tia Kitra Toamasina à Mahamasina. A Toliara, le 3FB Atsimo Andrefana sera face à l’AS Adema Analamanga, dans un match plein de suspens.  Les Tuléarois ne comptent pas faire une simple figuration dans cette joute surtout que cette équipe est difficile à battre dans son jardin. L’As Adema doit être sur sa garde devant l’équipe du ministère de la santé Toliara. A Fianarantsoa, l’autre choc au sommet mettra aux prises le Jet Mada Itasy et le Zanak’Ala FC de Haute Matsiatra. Ce match sera diffusé en direct sur Viva Tv.  A Toamasina, le Club M Mananara de la ligue Analanjirofo recevra Elgeco Plus dans une bataille sulfureuse. Le Club M, vainqueur de la D2 national, fera preuve de détermination devant l’équipe repêchée de la compétition, le club  Elgeco Plus Analamanga. Tous les regards des amateurs du football seront tournés vers Toamasina ce dimanche. 

Les joueurs sont plus que motivés, car ils ne joueront non seulement pour leurs clubs mais pour les supporters dans leurs ligues respectives. «  Nous avons besoin de cette ligue professionnelle. Il faut qu’on s’aligne aux compétitions internationales », avance Baggio Rakotoarisoa, capitaine des Fosa Juniors Boeny.  Rappelons que 6 matches se tiennent toutes les journées dont au total 122 matches au programme à partir du 26 octobre jusqu’au 21 juin 2020. Tout le monde affrontera tout le monde en match Aller-Retour. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Arnaques par téléphone - Le présumé auteur entre les mains de la Police

Un homme de 45 ans, trempé dans différentes opérations d’escroquerie, avait été arrêté par la Brigade criminelle (BC2)  le 21 octobre dernier à Antsohihy. Son mode opératoire consiste à piéger ses victimes avec son téléphone portable.  Il leur envoie des Sms comme quoi leur numéro de téléphone est l’heureux gagnant d’un véhicule 4x4 ou d’autres lots, et ce, suite à une tombola organisée par une société. Et afin de prendre possession de son bien, le chanceux doit s’acquitter d’une certaine somme pour les formalités. Une fois que la victime dupée lui paie, l’arnaqueur demeure désormais injoignable. L’autre mode opératoire du quadragénaire consiste à contacter par téléphone le maire ou une autre personnalité importante d’une localité. Là, il affirme appartenir à une organisation caritative œuvrant dans la construction gratuite d’infrastructures dont des écoles. Un maire  dans la Région du Bongolava en est victime. Le suspect invite le maire à chercher puis à coopérer avec une entreprise ou le maître d’ouvrage acceptant de répondre à l’offre. Or, une fois que ce dernier est connu et s’engage dans le projet, l’escroc n’hésite donc pas à le contacter à l’insu du maire.

Comme à ses habitudes, l’arnaqueur pousse l’entreprise à lui payer une certaine somme sous prétexte de préparer les formalités nécessaires. Là, il trouve l’astuce de demander à être payé par le système « mobile banking ». Or, une fois qu’il a empoché l’argent, l’escroc reste désespérément introuvable.  C’était dans ces circonstances que deux entreprises de construction  se sont fait avoir. Elles déplorent la perte d’une somme de 8 millions d’ariary et ont décidé de déposer une plainte auprès de la BC2. Sitôt informés, les limiers de cette Brigade de la police ont déclenché les recherches et ont réussi à remonter la piste du suspect jusqu’à Antsohihy. Les Forces de l’ordre s’étaient alors dépêchées sur place et y ont interpellé l’individu lundi dernier vers la fin de l’après-midi. Durant son audition, le concerné a avoué avoir arnaqué ces deux entreprises de  bâtiment. Franck Roland

La Vérité0 partages

Droits de l’Homme - Une centaine de réfugiés à Madagascar

PHOTO D’ILLUSTRATION (« LE FIGARO »)

75 à 80 familles composées d’environ 150 personnes. Tel est l’effectif des réfugiés enregistrés à Madagascar, selon les chiffres émanant du CDA, confirmés par le ministère de la Justice. Environ 50 % d’entre eux se composent de Pakistanais mais il y a également des réfugiés d’autres origines, comme des Syriens, des Afghans, des Iraniens, des Ethiopiens, des Somaliens, des Congolais, etc. La majorité d’entre ces réfugiés résident à Antananarivo et le reste se répartit dans les autres Régions, depuis Mahajanga jusqu’à Ampanefena, du côté de Morondava. « Environ 80 % de ces familles ne disposent pas de papiers d’identité. A la place, ils détiennent des attestations de demandeurs d’asiles ou celles de réfugiés. Dans la plupart des cas, ils vivent cachés et préfèrent rester loin des projecteurs, y compris les médias », informe Daniel Anaclet, directeur exécutif du CDA. Cette ONG bénéficie d’un financement du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) depuis 2015 pour mener un projet de protection et de prise en charge de ces derniers.

20 familles bénéficiaires d’allocationsLa vulnérabilité comme principal critère. 20 familles de réfugiés bénéficient actuellement d’allocations mensuelles émanant de l’UNHCR. « Le montant varie entre 198 000 ariary pour un célibataire sans enfant jusqu’à 500 000 ariary par mois pour une famille composée de 5 à 6 membres. A cela s’ajoute leur prise en charge sanitaire et sociale, touchant entre autres l’éducation des enfants et la formation professionnelle des jeunes. Côté juridique, nous leur accompagnons dans les démarches de délivrance d’acte de naissance, entre autres », détaille le directeur exécutif du CDA. Cette ONG s’assure également de l’apprentissage de la langue malagasy afin que ces réfugiés aient un minimum de connaissances pour communiquer ou entretenir des relations avec leur voisinage. Les autres s’abritent et jouissent du soutien de leurs communautés religieuses respectives, tandis que certains effectuent des « petits boulots » pour survivre. A noter que bon nombre d’entre eux retournent dans leur pays une fois que les persécutions à leur égard s’atténuent ou prennent fin.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Non-respect du stock de sécurité - Andry Rajoelina passe un savon aux pétroliers !

Le Chef de l’Etat s’est fendu d’une sévère mise au point, vis-à-vis des pétroliers. Andry Rajoelina est apparu remonté. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la colère du Président de la République c’est la pénurie de carburants dans les stations-service du pays ces derniers jours.  De retour de son voyage à Sotchi, en Russie, le Président de la République de Madagascar a convoqué, hier après-midi, au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra les membres du Groupement pétrolier de Madagascar, à savoir Galana, Vivo, Jovena, Total, Logistique pétrolière S.A.  Une rencontre à huis clos d’une cinquantaine de minutes pour voir de près les problèmes liés à l’approvisionnement en carburant de ces derniers jours. Le constat du Président est sans équivoque, il y a eu une défaillance ou pire une négligence de la part des compagnies pétrolières. Le numéro Un du pays soutient que les pétroliers n’ont pas respecté le cahier des charges pour la constitution d'un stock de sécurité de 21 jours en cas de problème ou éventuels soucis du marché. « Ils ne disposaient que de 5 jours à 10 jours maximum de stock de sécurité pour faire face aux besoins de la population ces derniers jours. Les conséquences, les usagers ont souffert pendant près d'une semaine et la psychose s'était installée vite auprès des consommateurs à cause de ce manquement aux obligations légales des pétroliers », précise le Président Andry Rajoelina.  Il a vivement critiqué les compagnies pétrolières et leur a rappelé la loi en vigueur en cas de non-respect des stocks de sécurité, telle que mise en demeure et une suspension du permis et de la licence d’exploitation des hydrocarbures.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a annoncé le lancement prochain d’un appel d'offres en importation directe des produits pétroliers afin d'approvisionner en carburant Madagascar. Il invite tous les pétroliers à soumissionner s'ils le souhaitent.  De leur côté, les pétroliers ont proposé comme solution la construction en cours des dépôts de stockages qui auraient une capacité de 20.000 m3 au lieu de 18.000m3 actuellement à l’horizon mai 2020 et d’autres dépôts de stock de 29.000 m3 en 2025 à Toamasina. L’arrivée d’un deuxième bateau d’approvisionnement, le 15 novembre prochain, est également avancée comme solution par les pétroliers, après l’arrivée d’un cargo pétrolier au port de Toamasina hier dans la matinée, avec à son bord 17 millions de litres d’essence, 52,2 millions de litres de gasoil et 2,6 millions de litres de pétroles lampants. Toutefois, le Président Rajoelina a été clair, fustigeant un manquement inadmissible aux obligations et insistant auprès de tous les opérateurs du secteur sur l’obligation de construire des nouveaux dépôts dans les 24 dépôts de tout Madagascar, pour à la fois répondre aux besoins de la population mais aussi respecter leurs engagements de constitution de stock de sécurité qui reste non négociable. La Rédaction

La Vérité0 partages

La carte de l’apaisement

Le régime joue la carte de l’apaisement. Sur les cinq personnes arrêtées et placées en détention provisoire, deux ont bénéficié d’une LP (liberté provisoire) tandis que trois autres mises sous contrôle judiciaire. Visiblement, la Justice aurait pris, dans la discrétion, faudrait-on le souligner, cette décision pour ne pas envenimer la situation, encore tendue. Le gendarme stagiaire durement touché lors des échauffourées se bat encore contre la mort. Des suites des coups violents encaissés, il a dû subir des interventions chirurgicales au niveau de la tête. Entre la vie et la mort, il suit toujours des soins intensifs au service de la  réanimation. Le haut commandement de la Gendarmerie décida de lui octroyer des gratifications dont entre autres l’avancement en classe. Le débat sur cette triste « affaire », ayant défrayé les chroniques, reste toujours ouvert. Certes, l’Etat joue l’apaisement mais d’autres  paramètres sont à considérer. Rajoelina Andry qui mise sur la sagesse de nos Ancêtres basée sur le « Fihavanana » écarte toute option priorisant ou préconisant le forcing. Avec ou sans les gestes de bons offices de certains, offre de médiation des uns ou invitation au dialogue des autres, le Président Rajoelina comptait déjà rétablir le contact. La preuve, il a dépêché sur place des hommes et des femmes de confiance, de hauts responsables auprès de la Présidence. Leur mission consiste à écouter les paysans « victimes » et surtout leur faire part de long et en large des tenants et aboutissants du Projet présidentiel autour de la ville nouvelle « Tana-Masoandro ». On doit parvenir, par tous les moyens, à calmer l’atmosphère et à dépassionner la question. Vraiment, on est loin, très loin, du mode opératoire du genre fasciste d’un certain Ravalo ou de Rajao qui mettait toujours en avant l’usage de la force sinon privilégiait la confrontation. Les « affaires » d’Andohatapenaka et de Soamahamanina n’ont rien à voir avec Ambohitrimanjaka. Il ne faut pas oublier que des contacts ont été déjà effectués par les responsables directs des Départements chargés de la réalisation du Projet présidentiel auprès des paysans concernés directement. Des accords furent déjà établis. Seulement la réalité sur terrain est une chose et le micmac politique au sein de certain état-major en est une autre. Des observateurs avertis de la vie politique nationale s’interrogent sur quelques points saillants : « y a-t-il des limites à observer dans ce processus de dialogue ? » ou bien « à quel moment du débat doit-on faire valoir la primauté des intérêts du plus grand nombre ? ». C’est bien beau de dialoguer mais il faut admettre que l’intérêt supérieur de la Nation prime sur celui de la minorité. La démocratie passe par là ! Sinon, il n’y a pas eu des digues, de routes nationales, d’aéroports, de By-Pass ou d’Avenue de l’Europe et on en passe ! Evidemment, tout doit se faire dans le respect de la dignité humaine. L’Etat joue la carte de l’apaisement. Néanmoins, le développement soutenu du pays et l’amélioration de la qualité de vie chacun exigent des actions de grande envergure dans le cadre de la bonne gouvernance de la part des dirigeants mais aussi des actes de sacrifice et de dévouement de la part des concitoyens et le tout dans l’intérêt général.

La Vérité0 partages

Sommet de Sotchi - La Russie efface les dettes des pays africains

Lors de la séance plénière du sommet Russie- Afrique, qui s’est tenu à Sotchi du 23 au 24 octobre derniers, Vladimir Poutine, Président de la Russie, a décrété un effacement de la dette des pays africains à hauteur de plus de 20 milliards de dollars. Moscou a annulé plus de 20 milliards de dollars de dettes accumulées par les pays africains à l'époque soviétique, a annoncé mercredi le Président russe Vladimir Poutine. "Ce n'était pas seulement un acte de générosité, mais aussi une manifestation de pragmatisme, car de nombreux États africains n'étaient pas en mesure de payer les intérêts sur ces emprunts", avait déclaré Poutine à TASS à la veille du sommet. S'adressant au forum Russie-Afrique à Sotchi, il a appelé à un doublement du commerce entre la Russie et les pays africains au cours des quatre à cinq prochaines années. Poutine a également déclaré que la Russie avait l'intention d'accroître sa présence en Afrique au niveau des Etats. Remerciant son homologue russe, le Président Andry Rajoelina, à la tête de la délégation malagasy à ce sommet, a souligné que l’effacement de ces dettes permettra aux pays africains d’investir dans des projets sociaux dans le domaine de l’énergie, de l’éducation, de la santé, des infrastructures et du transport.

Il affirme que ce sommet tombe à pic puisqu’il intervient à l’heure où les regards sont tournés vers l’Afrique grâce à la volonté de nos peuples, de nos acteurs économiques et de nos dirigeants à s’affirmer et à se développer enfin. Notre regain de dynamisme  économique inspire et convainc. Le Sommet de Sotchi, permettra de formaliser, redynamiser, les relations économiques entre l’Afrique et la Russie. Des relations appelés à se consolider, soutient-il, avant de rajouter que, les deux parties clarifient les termes de leur partenariat et élargissent les champs d’intérêts communs. « Nous allons coopérer et nous demandons à ce que ce soit mutuellement bénéfique, dans un esprit gagnant-gagnant », soutient-il. Rajoelina affirme entre autres que « pendant longtemps, l’Afrique a été la main-d’œuvre du monde, mais aujourd’hui, il est temps que nous soyons les maîtres d’ouvrage de notre destin ». Le tout premier sommet Russie-Afrique a réuni plus de 40 dirigeants africains à Sotchi. La Rédaction

La Vérité0 partages

Ambanja - Découverte d’un champ de cannabis de 60ha !

Le quartier des 67 ha, un champ de cannabis. C’est la totalité de la superficie  de la plantation de chanvre malagasy découverte par la Gendarmerie nationale dans la partie Nord de la Grande île. C’est dans le cadre de l’opération « Jamala » effectuée durant ce mois d’octobre que les Forces de l’ordre ont pu faire main basse sur cette « affaire juteuse » connue de tous à Analabe Ambanja Sambirano (DIANA).  Bien que cette plantation soit camouflée dans la forêt, il est insensé de croire que personne n’est au courant de son existence. Equivalente de 60 terrains de football, la superficie totale où est cultivé le chanvre pourrait bien être visible en hauteur. Mais, personne n’a pipé mot et tout le monde n’a vu que du feu sinon comment expliquer la quiétude des planteurs et des collecteurs en faisant  leurs sales besognes durant ces années. Pareillement pour le transport des produits dont la récolte avoisine 60 tonnes à chaque période de « cueillette » et empaquetée dans des sacs jutes avant d’être transbordée dans d’autres lieux.

Un rendement d’une tonne par hectare en somme. Il a fallu les cris de détresse  des habitants dans cette partie de l’île sur  l’insécurité galopante qui y sévit pour que des langues se délient. D’où  cette opération diligentée  par la Gendarmerie ayant abouti à la découverte de la vaste plantation. Les Forces de l’ordre ont procédé à la destruction de celle-ci et brûlé la production saisie sur place.Au début du mois, la Gendarmerie a aussi découvert dans la même zone 2,5 ha de plantation de cannabis et autant de tonnes de produits. Dans la partie sud de l’île, plus précisément à Ampanihy Ouest, les gendarmes de la localité ont, eux aussi, réussi un joli coup le mois de juillet dernier par la découverte et destruction d’une plantation de 25ha de cannabis.  A priori, les autorités livrent une lutte sans merci contre ces individus sans scrupules qui s’adonnent à des pratiques illégales.La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Grande Braderie : Une première journée plutôt calme

La grande braderie de Madagascar a débuté, hier au Palais des Sports Mahamasina.  Une première journée plutôt calme que d’habitude. Un calme qui s’explique notamment par  le changement de programme puisque la manifestation prévue débuter  mercredi n’a commencé qu’hier.  Ce changement de programme a bien évidemment impacté sur l’organisation générale de la manifestation. Certains participants ont même décidé de se désister pour cette raison. Du coup,  l’organisateur enregistre un manque à gagner en étant également privé des recettes d’une journée. Quoiqu’il en soit, la Grande Braderie de Madagascar se poursuit aujourd’hui au Palais des Sports pour ne prendre fin que dimanche prochain.

Trois journées où les visiteurs auront l’occasion de se procurer des marchandises dont ils ont besoin au meilleur prix. Faut-il en effet rappeler que tous les participants de la Grande Braderie sont des professionnels de leur secteur d’activité.  La remise d’au moins 15% demeure encore la règle.  Mieux, la majorité des participants procèdent à un véritable déstockage pour se préparer pour les fêtes. Car déjà on est à un peu plus de deux mois de Noël et du nouvel an. En somme, l’événement à ne pas rater est probablement la Grande Braderie de Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Rugby Spirit Festival : 8 jeunes malgaches au cœur du mondial au Japon

Ils sont dans la cour des grands.

Ils sont bien arrivés au Japon. Les huit jeunes malgaches pourront vivre pleinement leur aventure de Coupe du monde. Angeline, Jean-Edmet, Lina, Perinné Brichelle, Moustapha, Mélanie, Hovah Lina et Giraldo ont fait le déplacement grâce à la Fondation Société Générale, au ministère de la Jeunesse et des Sports  et à l’association Terres en Mêlées. Hier, ils ont vécu leur premier jour du Rugby Spirit festival aux côtés des jeunes de Chine, de Corée, de l’Inde, d’Hong Kong, d’Australie, de Taïwan et du Vietnam. Ils ont visité le collège Nakaodai où les enfants des huit pays du programme ont pu faire connaissance autour de jeux de coopération mais surtout échanger avec de jeunes japonais autour d’une initiation au kendo et à la calligraphie. Dans l’après-midi,  ils se sont rendus au Stade Yokohama où vont se tenir les rencontres des demi-finales de ce week-end. Ils ont fait le tour du stade en visitant les vestiaires aux gradins, en passant par la zone mixte. Les 8 jeunes malgaches ont entonné le haka malgache  sur la pelouse au grand bonheur des autres participants. Cette aventure ne prendra fin que le 27 octobre prochain.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Exécution budgétaire : Bonnes performances au troisième trimestre

La préparation du projet de loi de finances 2020 se poursuit. A cet effet, le ministère de  l’Economie et des Finances a  organisé une séance de revue de l’exécution budgétaire du troisième trimestre. La séance s’est déroulée à l’immeuble Plan Anosy.

Bonnes performances

Cette revue démontre les bonnes performances économiques enregistrées actuellement.  Les recettes  douanières ont  par exemple dépassé  les objectifs fixés, avec un taux de réalisation de 102,63%, soit, 2 041,90 milliards d’ariary contre 1 989,60 milliards d’ariary prévus.  Quant aux recettes fiscales, elles affichent un taux de réalisation de 97,50%, soit 4 146,71 milliards d’ariary contre 4 253,22 milliards d’ariary prévus par la loi de finances rectificative (LFR).  Quant aux dépenses, les taux d’engagement sont respectivement de 54,54% pour le budget général, 22,11% pour le budget annexe et 46,86% pour le compte particulier du trésor. Concernant la performance des secteurs, l’administratif vient en tête avec 366 indicateurs atteints contre 33 pour le secteur productif, 34 pour les infrastructures et 31 pour le volet social. Le taux de réalisation des indicateurs de performance dans les quatre secteurs est de 44%.

Investissements publics

Cette revue de l’exécution budgétaire a notamment été axée sur les Programmes d’Investissements Publics. Dans son discours d’ouverture, le Directeur Général des Finances et des Affaires Générales, Oliva Emmanuëlla Randimbiarisoa a mis l’accent sur l’importance des investissements publics. « La population qui vit aujourd’hui dans la pauvreté doit bénéficier des impacts directs des investissements publics. C’est pourquoi nous devons faire attention à la qualité de ces investissements»,  a-t-elle déclaré. La situation globale des projets d’investissements publics montre que 54,50% des projets disposent aujourd’hui d’inscriptions mais sont sans engagement. Et jusqu’au 3e trimestre 2019, le montant total des crédits disponibles de ces projets non engagés s’élèvent à 1 403,97 milliards d’ariary.  Il est à rappeler que l’application effective du guide de l’exécution budgétaire contribue largement à l’amélioration de la gestion des deniers publics. Elle permet entre autres de mener à bien l’exécution du budget et la réalisation des différents projets.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Kick boxing- Championnat du Monde : Les Malgaches rentrent les mains vides et désespérés

En effet, la délégation malgache n’a pas pu rejoindre Sarajevo Bosnie pour le Championnat du Monde de kick-boxing faute du Visa. Ils étaient bloqués en Egypte depuis le début de cette semaine. Ils n’ont pas pu quitter ce pays que Mercredi. Cependant, ils sont retournés et arrivés bel et bien au pays. A savoir que le problème a commencé dès leur départ d’Ivato, vendredi dernier. Par l’intervention du ministère de tutelle, la délégation a pu tout de même décoller l’après-midi, mais seulement trois parmi les six combattants devaient y aller faute de moyens financiers, puisqu’ils étaient pénalisés d’une amende de sept millions d’ariary chacun. Quand ils étaient en Egypte, leurs Visa ne leur permettaient pas de rejoindre la destination. Ils ont essayé de contacter la Fédération internationale et la fédération en Bosnie, mais ces dernières ne leur avaient pas répondu, selon les explications. Un coup dur donc pour les protégés d’Anigael Gastros Maronirina, qui avaient préparé pendant plusieurs mois à ce sommet international.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Préparation de la rentrée scolaire : Une routine pour les enseignants chevronnés

A une semaine de la nouvelle rentrée-scolaire, une enseignante a bien voulu nous accorder une entrevue afin de nous raconter comment elle se prépare pour aborder la nouvelle année qui s’annonce. C’est donc dans une ambiance détendue et conviviale que Rachel Ramanantseheno, professeur de français du haut de ses soixante ans, nous reçoit dans son logement.

Midi Madagasikara : Comment se passe la préparation de la nouvelle année scolaire ?

Rachel Ramanantseheno : Comme tous les ans. Vous savez, cela fait maintenant 33 ans que j’exerce ce métier, ce qui fait qu’aujourd’hui, me préparer pour une nouvelle année-scolaire est devenu une routine !

Midi Madagasikara : Donc, vous refaites la même chose chaque année avant la rentrée des classes ?

Rachel Ramanantseheno : A peu près ! On planifie l’année, on prépare les cours. La seule chose qui change, c’est le programme parce qu’en trente ans, le programme scolaire a été modifié à plusieurs reprises.

Midi Madagasikara : Que conseillerez-vous à un jeune enseignant qui fait face pour la première fois à la rentrée des classes ?

Rachel R. : Enseigner demande beaucoup d’énergies et de travails. Il ou elle doit donc bien se préparer sur tous les plans ; corps, esprit et âme. Il faut aussi s’assurer qu’on maîtrise la matière qu’on va enseigner.

Midi Madagasikara : Et concernant l’évolution du niveau des enfants pendant ces trente ans de carrière ?

Rachel R. : Le niveau a beaucoup baissé d’année en année. C’est déplorable !

Midi Madagasikara : Qu’est-ce qui explique cela ?

Rachel R. : Je pense que c’est l’arrivée d’Internet, la solution en un clic fait que les enfants n’ont plus le goût de la recherche. Et avant Internet, je dirais également que les jeux vidéo occupaient beaucoup trop de places dans la tête des enfants.

Notre rencontre s’est conclue par quelques anecdotes desquelles est ressorti le fait qu’auparavant, les enseignants avaient largement le temps de pratiquer des activités ludiques en classe, ce qui ne se fait plus aujourd’hui. Non pas parce que le temps ne le permet pas, mais parce que les élèves ont de plus en plus de mal à comprendre et à assimiler.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ankatso : Nivarotra lasantsy tanaty tavoahangy, roalahy nosamborina

Delegasiona mafonja, nahitàna solon-tena avy eo anivon’ny Sampan-draharaham-panjakana misahana ny akoran’afo (OMH) sy ny mpitandro filaminana no nidina teny Ankatso omaly, rehefa naheno tamin’ny alalan’ny loharanom-baovao fa misy olona manao varo-maizina lasantsy sahady. Tra-tehaka teo tokoa ny roalahy, izay mbola nivimbina ireo tavoahangy plastika anakiroa feno lasantsy  mitotaly teo amin’ny … telo litatra  teo ho eo. Nosamborina avy hatrany izy roalahy ireto ary nentina natao famotorana. Rehefa nangataham-panazavana nahakasika an’io moa ireo tompon’andraikitry ny mpitandro filaminana misahana iny faritra dia nilaza fa « lasantsy nihoatra tao anaty « reservoir »n’izy ireo izy io ka nokasain’izy ireo hamidy ho an’izay mila ». «Mampanofa fiara izy ireo. Nisy mpanjifa saika haka ny fiarany ary nanao ambim-bavana solika izy ireo kanjo tsy raikitra ilay izy ka io nokasain’izy ireo hamidy io ilay ambina solika » hoy hatrany ny fanazavàna azo. Fantatra fa nalefa nandeha ireto olona ireto, rehefa vita ny fakàna am-bavany azy. « Nomena fampitandremana am-bava fotsiny izy ireo dia navotsotra omaly ihany ». Marihana fa voararan’ny lalàna tokoa ny fivarotana an-tsokosoko solika eny an-tsisin-dalana ankoatry ny eny anivon’ny toby fivarotan-tsolika ara-dalàna, indrindra fa « ho an’ireo izay mety halaim-panahy hanararaotra izao  fotoan-tsarotra izao ». Mampitandrina mafy azy ireo ity sampan-draharaha ity ary nilaza fa tsy hisy indrafo ho an’ireo tratra manao izany.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Assemblée nationale : Les défis rencontrés par les enfants présentés

L’accès à l’eau constitue encore un grand luxe pour des milliers d’enfants malgaches.

La situation des enfants à Madagascar a été présentée aux députés de Madagascar hier. Une première en son genre dans la Grande Île.

« Deux enfants sur trois vivants dans les zones rurales n’ont pas accès à des sources d’eau améliorées ». C’est ce qu’on a avancé lors d’une séquence explicative organisée à l’Assemblée nationale malgache hier. Un moment durant lequel, les élus malgaches ont été mis au courant des réalités de milliers malgaches répartis dans toutes les régions du pays. Ainsi, un enfant de moins de cinq ans sur deux souffrirait de malnutrition chronique tandis qu’un enfant de 13 à 15 ans sur deux n’a pas achevé le cycle primaire. Le taux d’abandon à la fin de la première année du primaire étant de 30%. La présentation faite par Michel Saint-Lot, Représentant de l’UNICEF à Madagascar a également permis de savoir que sur « 1000 naissances vivantes, 22 enfants décèdent avant d’atteindre un mois ». Aussi 59 enfants sur 1000 naissances vivantes décèderaient avant l’âge de cinq ans. Par ailleurs, « seulement 1,5% des enfants sont couverts par une assurance maladie, et seulement 1,8 % de la population a bénéficié de transfert monétaire lors de la dernière enquête MICS (Multi Indicateur Cluster Survey) conduite par l’INSTAT en collaboration avec l’UNICEF ».

Budget. Outre les informations relatives aux enfants, la journée d’hier a été également l’opportunité pour l’UNICEF de mettre le point sur « l’importance des fonctions du parlement et les opportunités que ces fonctions offrent pour améliorer la situation de l’enfant à Madagascar ». Dans le sens que l’échange consistait en un outil devant permettre aux élus de faciliter l’examen du projet de loi de finances 2020. Il conviendrait de noter que la séance a également vu la participation du CREM ou Cercle de Réflexion des Économistes de Madagascar, le Collectif des Citoyens et Organisations Citoyennes (CCOC), des acteurs de la société civile luttant pour des budgets des secteurs sociaux améliorant le bien-être de la population, dont l’enfant. Les informations relatées et distribuées par tous les acteurs révèlent des situations inhumaines pour des milliers d’enfants Malgaches. Les réalités dépasseraient en effet, lesdites informations.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : La gendarmerie nationale fête ses titres

Fiary, Mory, Fabrice et Elly ont marqué la saison basket-ball 2019.

Les équipes de la gendarmerie nationale ont frappé fort cette saison. Les basketteurs et les volleyeurs ont été sacrés champions de Madagascar. Ils sont qualifiés pour les compétitions régionales et continentales.

Belles moissons pour cette saison 2019 pour les équipes de la gendarmerie nationale.  Hier, les champions et championnes ont été reçus par le secrétaire d’Etat en charge de la gendarmerie nationale, le Général, Richard Ravalomanana, à Betongolo.

Africa Basket-ball. Après une restructuration dans l’objectif de redynamiser l’équipe de basket-ball, la Gendarmerie Nationale Basket-ball Club (GNBC) renoue avec le titre national et sur la plus belle manière. La bande à Mory a réalisé le carton plein cette saison en remportant 15 matchs sur autant de sorties. Ce sacre qualifie la GNBC pour les éliminatoires de l’Africa Basket League prévus du 29 octobre au 3 novembre au Palais des Sports de Mahamasina. « A cette compétition, la GNBC ne sera plus les porte-fanions de la gendarmerie nationale, mais, de tout le pays. Nous sollicitons ainsi la collaboration de tout le monde » a souligné, le Général Rakotobe, président du club. Pour la GNBC, quatre joueurs de l’équipe à savoir Fiary, Elly, Fabrice et Mory ont été médaillés d’or aux Jeux des Iles à Maurice, Elly et Fiary ont remporté la médaille d’or aux Jeux Africains. Elly et Fabrice vont de nouveau porter les couleurs nationales à Kampala au Championnat d’Afrique de basket 3 x 3 ou Afrobasket 3 x 3.

13 titres. Depuis sa création en 2012, le titre n’a pas échappé à l’équipe de la gendarmerie chez les seniors. Les protégés de Thierry Ranaivoson ont remporté leur 8e titre d’affilé à Mahajanga. Au total, 13 titres ont été remportés par la Gendarmerie Nationale Volley-ball (GNBV) cette saison au niveau régional et national. « En plus de l’école de volley-ball, la GNVB dispose de toutes les catégories d’âges à commencer par les minimes au séniors hommes à l’exception du séniors dames. Au-delà du volet compétition, 14 joueurs et joueuses ont réussi aux examens officiels », a déclaré le colonel Hery Rakotomalala, président de la GNVB. Au mois de février, la GNVB disputera à domicile la Coupe des Clubs Champions de la Zone 7 aux côtés de la Jeunesse Sportive d’Ambatonilita « B ». Lors des retrouvailles de la grande famille sportive de la gendarmerie d’hier, une enveloppe de cinq millions d’ariary a été par le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie Nationale, le Général Richard Ravalomanana. Deux millions d’ariary pour les deux équipes en guise de prime, deux millions d’ariary pour la GNBC en vue de l’Africa Basket League et un million pour ceux qui ont réussi aux examens officiels. Les deux sections basket-ball et volley-ball ont tous demandé sur le recrutement des joueurs civils comme élève gendarme ou personnel civil au sein du SEG. Une demande qui a reçu un avis favorable du SEG, mais, qui doit respecter les règles de l’art. « Je vous félicite d’avoir porté haut les honneurs de la gendarmerie nationale au plus haut niveau. Continuez dans cette lancée », a conclu le Général, Richard Ravalomanana.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ambatofinandrahana : Dahalo efatra maty voatifitra, efatra hafa azo sambo-belona

Na dia eo aza ny ezaka fampandrian-tany iadiana amin’ny asan-dahalo any Ambatofinandrahana, dia mbola faritra mena amin’ny asan-dahalo ity Distrika saro-dalana any amin’ny Faritra Amoron’i Mania ity. Taorian’ny fanafihan-dahalo nahery vaika niseho tao Natoriana, Kaominina ambanivohitra Mandrosonoro, ny zoma teo, izay nahaverezana omby, vary, fanaka saro-bidy ary nahafatesana vehivavy roa mpiray tampo, dia nanao ny fanarahan-dia ny Zandary nampian’ ireo Lambamena (andrimasom-pokonolona) rehefa naharay antso vonjy (koka). Tao anaty fanarahan-dia, nifanehitra tamin’ny mpitandro filaminana ireo dahalo, ka raikitra ny fifadonana teo amin’ny roa tonta. Vokany : dahalo efatra maty voatifitra, efatra hafa azo sambo-belona. Lambamena mpanara-dia telo kosa naratra mafy voatifitry ny dahalo, raha ny vaovao voaray.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Corée du Sud : Don de matériel de haute technologie à l’Université d’Antananarivo

Remise de don par la Corée du Sud à l’Université d’Antananarivo.

La coopération bilatérale entre Madagascar et la Corée du Sud s’intensifie davantage. Une fois de plus, l’Université d’Antananarivo bénéficie de l’appui de ce pays asiatique, qui était jadis, dans la même situation socioéconomique difficile que Madagascar, mais qui figure aujourd’hui parmi les pays avancés, après son émergence. Mercredi dernier, un microscope numérique haute définition d’une valeur de 20 000USD a été attribué par la Korea University à la Faculté de Médecine de l’Université d’Antananarivo. Selon les présentations, il s’agit d’un matériel de haute précision, fruit des technologies avancées les plus récentes. « Ce don constitue une aubaine et contribuera à améliorer l’évolution de la recherche scientifique à Madagascar. Il demande à l’établissement bénéficiaire de l’utiliser à bon escient, avec prudence et délicatesse, car il s’agit d’un matériel de haute technologie d’une grande valeur », a annoncé le président de l’Université d’Antananarivo, Pr Mamy Raoul Ravelomanana, lors de la cérémonie de remise de don. Selon les représentants de la Faculté de Médecine, ce matériel de haute précision servira d’outil de recherches pour les chercheurs, d’outil d’étude pour les étudiants en médecine et d’outil de travail pour les médecins en fonction, notamment dans le domaine de l’anatomie, sitiologie et pathologie.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Mpandroba sady mpanamboatra basy

Manan-talenta ny lehilahy saingy nampiasainy tamin’ny asaratsy. Voasambotra ihany izy rehefa nifampitadiavana ary olon-tsotra no nanondro izay misy azy. Nanaovana bemidina tao an-tranony ary sarona tao ny basy vita gasy iray sy ny fitaovana fanamboarana an’izany. « Nandritra ny fanadihadiana no nahafantarana fa avy any Tsiroanomandidy ity lehilahy ity ary efa nanaovany fanafihana mitam-piadiana tany an-toerana io basy io, saingy tafatsoaka izy rehefa nenjehin’ny fokonolona » raha araka ny fampitam-baovaon’ny polisy. Efa nampiasainy arak’izany io basy io ary raha ny fijerin’ny mpitandro ny filaminana ilay fitaovam-piadiana dia tena mahafaty olona tokoa izany. Sady manafika izany no manamboatra basy ity lehilahy ity ary izay no anto-pivelomany amin’ny andavananondrom-piainany. Mitobaka ny basy vita gasy ary tsikaritra aza fa ny firoboroboan’izany no mitarika ny asan-jiolahy etsy sy eroa, indrindra any amin’ny tontolo ambanivohitra. Tsy ny basy ihany no misy mahavita fa ny bala izay ampiasaina amin’izany koa. Raha tsy voafehy haingana izany dia vao mainka mananosarotra ny fiadiana amin’ny asan-jiolahy. Momba ity iray izay voasambotra tany Toamasina dia mbola teo am-pikasàna ny hanamboatra basy iray hafa izy no sarona. Midika izany fa mampidi-bola hoazy ny orinasany. Orinasa izay loza mitatao amin’ny sehatry ny filaminam-bahoaka raha tsy sarona teo.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Les chiffres de la semaine

2esession du baccalauréat qui a débuté mercredi avec 57,25% des candidats inscrits au baccalauréat 2019,attendus dans les centres.

350 kits scolaires au profit des élèves des fokontany Mandialaza Ambatomitsangana et Antaninandro Ankadivato, un don de la STAR.

12 ha, la taille de la nouvelle université manara-penitra prévue être construite dans la région de Vakinankaratra.

0 ariary, voilà le montant du droit d’inscription demandé aux parents d’élèves des EPP pour cette nouvelle année scolaire. Une annonce qui a ravi les parents.

24 octobre est la date fixée pour la célébration de la journée mondiale de la lutte contre la polio.

26 octobre 2019, une conférence-débat sera organisée sur le thème « la protection des femmes et des jeunes filles contre la violence à Madagascar ».

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Aéroport international d’Ivato : Un gendarme arrêté pour corruption

Les résultats réalisés par les forces de l’ordre à Ivato ces derniers temps laissent penser que dorénavant la lutte contre la corruption, une des priorités du programme du gouvernement actuel, est sur la bonne voie. Les actions de sensibilisation publique menées jusqu’ici commencent à apporter des fruits. Cela s’explique par le fait que désormais, les victimes n’hésitent plus à dénoncer cette pratique malsaine auprès des autorités compétentes censées de prendre immédiatement de mesures. Tel est le cas des trois ressortissants étrangers survenu à l’Aéroport international d’Ivato, la nuit du mercredi 23 octobre. Ces individus ont porté plainte auprès de la Police de l’Air et des Frontières ( PAF) de cet aéroport pour dénoncer l’existence d’un gendarme qui leur a illégalement réclamé de l’argent. Ce gendarme les aurait obligés de lui verser 70 euros pour la réglementation de leur visa. Des policiers sont immédiatement intervenus. Ainsi, le suspect a été pris en flagrant délit. Pour le moment, aucune information sur la manière par laquelle, les policiers ont procédé pour l’attraper. Selon nos sources, ce gendarme en question n’est autre qu’un élément de la brigade de la gendarmerie dans cet aéroport.

Permissionnaire. L’information recueillie auprès d’un haut responsable auprès du Secrétariat d’Etat chargé de la Gendarmerie qui a confirmé l’existence de cette arrestation, affirme que ce mercredi,  le gendarme incriminé n’était pas en service car il était en permission. Il aurait profité de son statut pour se permettre de se balader  dans cet aéroport  en dehors de ses heures de travail pour commettre son forfait. Le temps serait alors venu pour recadrer le mode de fonctionnement de tous les services institués dans cet aéroport en matière d’accès et de circulation. Cela serait de mise car minimiser un petit détail comme-cela constitue un blocage au développement. Ce n’est pas étonnant si des éléments de forces de l’ordre qui sont censés  d’appliquer la loi sont tombés dans des mauvaises pratiques comme la corruption. Poursuivis du même crime dans cet aéroport, deux policiers de la PAF se trouvent actuellement en prison après avoir été également pris en flagrant délit la semaine dernière. Le pire est d’entendre que les présumés ont sacrifié leur métier pour des sommes insignifiantes.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Histoire : Les Mahaleo vus à travers Fafah

La voix de Fafah, Famantanantsoa Rajaonarison dans le civil, est devenue une des marques de fabrique du groupe Mahaleo. A travers ce portrait/histoire, on comprend mieux comment les mythes naissent.

« Je me souviens, dans notre jeunesse, Fafah jouait les entremetteurs entre ma grande sœur et son grand frère », se souvient une ancienne habitante du quartier d’Ampefiloha, installée depuis en France. Ces petites anecdotes, ceux qui connaissent Famantanantsoa Rajaonarison, membre du groupe Mahaleo connu sous le nom de Fafah, depuis son enfance, en possèdent des dizaines. Lui qui jouait souvent durant son enfance à Ampefiloha, la cité au centre de la capitale. D’ailleurs, il y possède des proches-parents.

Cependant, comme la vie réserve souvent des surprises, le chanteur est forcé de déménager à Antsirabe. Et c’est là-bas que la légende commence. Un « ado » rencontre des jeunes musiciens du secondaire, Raoul, Nonoh, Dadah et Dama. Bekoto aussi y était, mais ce dernier aurait déjà été un petit rebelle, impossible à dompter à cette époque. Charles complète l’équipe. De ballades à bicyclette en apprentissage chevronné de la guitare, Raoul arrivait déjà parait-il à en fabriquer, le groupe est né. Mahaleo, le mythe.

La voix unique. Dans tout cela, Fafah possédait déjà une voix extrêmement souple, se distinguant dans les aigus et fidèle dans les basses. Avec ce côté enveloppant, chaque titre du band s’entendait comme une gracieuse confidence quand il le chantait. Aux alentours des années ‘70, la période choisie par le destin pour mettre sur la selle du succès la petite bande d’Antsirabe. Pourtant, Fafah est absent de « Adin-tsaina ». Le morceau faisant entrer les Mahaleo à jamais dans l’histoire musicale contemporaine malgache. Tout le monde saura plus tard l’intervention de Latimer Rangers, journaliste célèbre, qui a poussé ce titre à devenir un tube.

Le succès est immédiat. « Adin-tsaina » est un Ovni à l’époque. La variété acoustique, inspiré du folk américain et des envies de raviver les titres du terroir, régnait de plus en plus dans le paysage musical. Ce n’est pas seulement Mahaleo qui chantait le genre. Pourtant, « Adin-tsaina » chanté par Dama et Dadah, ne vivifiait ni les valeurs malgaches, ni les luttes contre les oppressions, ni la majetsé du monde rural…le morceau était une abstraction de la morale ambiante. Une femme sans colère,pourtant avec beaucoup d’amertume et ses cinq enfants à charge, délaissés par son mari parti pour une autre. Avec ce tube aux textes réalistes, sans oublier la complainte accompagnatrice de Dadah, le public adhère.

Aux prémices d’un mythe. Si Fafah est aujourd’hui considéré comme la voix des Mahaleo, au tout début, les autres membres se débrouillaient quelque peu au micro. Il suffit d’écouter les premiers disques de la formation. « Adin-tsaina », « Vololona », etc… Par ailleurs, Famantanantsoa Rajaonarison était déjà un visage indélébile  du groupe. Au-delà de la musique, Mahaleo exprimait également la génération montante de l’époque. Fafah probablement plus que les autres en étant le petit gars de la ville, le branché venu de la capitale. D’autant qu’il sortait d’une bonne famille.

La capitale, Mahaleo allait vraiment la conquérir après les tumultes de mai 72. « Nous ne sommes pas nés grâce à ce mouvement », répète souvent les membres du band. Tandis que Fafah, issu d’une famille mettant les études en haute estime, a décidé de se consacrer à la musique. On imagine la réaction d’un père. Selon la légende, il aurait passé un mauvais quart d’heure en apprenant la nouvelle. Bon gré mal gré, le rendez-vous avec le destin est souvent truffé d’incompréhension. Le succès grandissant de son groupe l’appelait à devenir ce qu’il est jusqu’à son dernier souffle, une légende.

Eclaireur. Il suffit de sauter dans les années 80 et 90 pour comprendre l’empreinte laissé par Fafah dans la musique malgache. Surtout celle jouée dans les terres centrales. Sa manière de chanter est devenue une véritable école. Au-delà de tout cela, le style Mahaleo a été retravaillé se manifestant parfois chez les Rebika, une version plus électronique de la bande à Dama avec plusieurs « Fafah » en puissance. Un concours de téléréalité, « Mahaleo Zandriny » organisée par une télévision privée, a aussi démontré le nombre de jeunes chanteurs se claquant sur Fafah.

Une trace comme ce dernier a laissé, il y en a peu. Il a réussi à donner à la musique malgache une voix, au même rang que les Tianjama, les Fanovona Jean Gabin… Dans un pays où la tradition musicale est plus instrumentale que vocale, le chanteur du groupe Mahaleo a apporté une voix au terroir du petit peuple. Comme l’a souvent chanté sa formation. Décédé le 20 octobre, Famantanantsoa Rajaonarison a laissé un héritage inestimable. Un départ qui inscrit encore un peu plus le groupe Mahaleo dans la légende de la musique malgache.

MaminirinaRado

Midi Madagasikara0 partages

Café-histoire : Jean Beigbeder un médiateur culturel

Fidèle à son rôle de passeur d’histoire, le Musée de la Photographie de Madagascar propose pour ce mois-ci, un deuxième Café-histoire qui se tiendra ce samedi 26 octobre 2019 à partir de 10h dans ses locaux, à Anjohy. Elle portera sur les «Lettres de Tananarive, Jean Beigbeder à son père: 1924-1927».

Faraniriana Rajaonah, spécialiste en histoire sociale et culturelle de Madagascar au XXe siècle et Claire-Lise Lombard, responsable de la Bibliothèque du Défap-Service protestant de mission  à Paris, interviendront sur ce sujet. Ces deux intervenantes ont réalisé un travail éditorial pour éclairer cette correspondance.

Jean Beigbeder séjourne à Madagascar de 1924 à 1927 en tant que laïc en mission. Il y initie des mouvements de jeunesse (Unions chrétiennes, scoutisme). Au cours  de son séjour à Madagascar, il écrit des lettres à son père en France qui évoque la vie quotidienne, son apprentissage du malgache et les pratiques qui fondent le fihavanana. Le 9 juillet 1924, il écrit à son père: Je ne t’ai pas parlé dans mes dernières lettres de mes leçons de langue malgache. J’en prends une à deux par semaine avec M. Ranjavola, et j’y travaille seul une ou deux heures par jour. Mais mes progrès sont très lents, parce que je n’ai l’occasion ni de parler malgache, ni de l’entendre parler : cela peut paraître bizarre ! Mais les jeunes gens tiennent à parler français avec moi et au Foyer, et ce n’est pas à moi de les en empêcher. Il faut pourtant que j’apprenne la langue.

Le récit de ses voyages en Imerina contribue à la richesse de cette correspondance, à la croisée de l’individuel et du social. Sans remettre en cause la colonisation, il est pris d’attachement pour Madagascar et sa culture. Médiateur culturel, Beigbeder  a pour ambition de créer un «espace franco- malgache», il a ainsi marqué plusieurs générations de Malgaches et de Français.

Ce Café-histoire animé par Faraniriana Rajaonah et Claire-Lise Lombard sera clôturé par une passionnante séance de partages et de questions.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Andrin-jiro nianjera nahafaty olona : Mitory ny Jirama ireo fianakavianan’ny niaram-boina

Andrin-jiron’ny JIRAMA iray ao Fokontany Maromoka Vavaraoly, Kaominina ambanivohitra Ambohimandroso, Distrikan’ Antanifotsy no nianjera ny alin’ny alatsinainy lasa teo. Latsaka tamin’ny tany ny tariby mitondra herinaratra ka nitondra loza teo amin’io fokontany io. Tovolahy 24 taona no namohy ny ainy, lehilahy tokony ho 49 taona kosa maratra mafy.

Lehilahy 24 taona nandeha bisikileta no maty tsy tra-drano teo amin’io toerana io ny alarobia lasa teo tokony ho tamin’ny valo ora maraina. Araka ny loharanom-baovao dia saika ho an’ny Ambohimandroso rahalehilahy haka ronono ho amidy. Rehefa nanitsaka tsy nahy ny ariby mitondra herinaratra anefa izy dia maty teo no ho eo. Nitsipaka niaraka tamin’ny bisikileta sy ny “bidon” saika ho asiana ronono izy. Nampandre aingana ny manam-pahefana ny mponina ka nidina teny an-toerana ireo nanao ny fanadihadiana manontolo. Avy eo naterina tany amin’ny fianakaviany ny razana.

Ankoatra io, dia raim-pianakaviana iray hafa tratra alina, nandeha tongotra no navoahitsaka ny tariby ka may ny tratrany, ny tongony, ny tarehiny ary ny filahiany. Voa mafy tokoa izy ka nalefa tao amin’ny hopitalin’Ambohimandroso. Voatery nalefa any amin’ny hopitalin’Ambatolampy anefa izy noho ny fery be loatra. Araka ny fanadihadiana dia ny fahateran’ny foto-drafitr’asa no anton’ny loza. “Efa antitra dia antitra tokoa ilay andrin-jiro ka izany no heverina nahatonga ny loza”, hoy ny manam-pahefana iray nanatri-maso nitantara. Tohana dia tohana ny fianakavian’ireo niaram-boina ka nitory ny JIRAMA. Ny mpitandro filaminana ao Ambohimandroso no mandray an-tanana ny raharaha. Mitohy ny fanadihadihana.

Voarisoa Davidson

Midi Madagasikara0 partages

Hippisme : Un doublé de Nomenjanahary !

Un départ sur les chapeaux des roues montrant ainsi la hargne des chevaux de Bevalala

Les courses de chevaux organisées par l’AHCEL touchent à leur fin. C’est donc logique si les propriétaires ont mis au repos leurs meilleurs éléments en vue des deux dernières courses de la saison. Mais comme une victoire est toujours bonne à prendre, Nomenjanahary Faliniriana en a profité pour mener à la victoire deux de ses chevaux habituels.

D’abord lors de la 3e course avec Klara de Luna qui a mené de bout en bout durant ce parcours devançant ainsi le favori du lot, en l’occurrence Jovialité sous la selle de Fenohasina Ralaiarijaona.

Ensuite dans la course phare de cette journée où Nomenjanahary a assuré le spectacle avec L’Oiseau Bleu. Osarus sous la selle de Maminirina Randriamaheninina et Pointe de Flèche avec Patrick Rakotoarivelo complètent le podium.

Dans la première course,  Nuage de Fanorona a volé très haut avec l’aide de Patrick Rakotoarivelo obligeant ainsi les concurrents à rester à l’écart. Toutefois Lutteur d’Or est parvenu à remporter la seconde place sous la conduite de Nicot Ramiliarimanga, tandis que Regina Lightening occupe la troisième place avec l’aide d’Eric Ravelonjanahary

La seconde course de dimanche à Bevalala a été remportée haut la main par Silhouette de Borelli sagement menée par Jean Baptiste Rakotohanja.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Inde-Madagascar : Mise en place d’une nouvelle stratégie maritime

Le Premier ministre Christian Ntsay, en pleine discussion avec le Professeur Indien Raja Mohan, en présence de l’ambassadeur de l’Inde, SEM Abhay Kumar.

De passage à Madagascar, le Professeur Indien Raja Mohan, chroniqueur et analyste de politique étrangère, a rendu une visite de courtoisie auprès du Premier ministre, et non moins ministre des Affaires Etrangères par intérim, Christian Ntsay, hier, à Mahazoarivo, et ce, en présence de l’ambassadeur de l’Inde, SEM Abhay Kumar. De fait, la rencontre a été orientée vers l’extension et le raffermissement de la coopération bilatérale existante, aux fins d’un partenariat durable et efficient, qui sera bénéfique aux deux pays. En somme, le domaine maritime en faisait partie, où le Premier ministre a mentionné que des étapes de préparation de la stratégie pour la mise en place d’une nouvelle politique maritime ont déjà été initiées.

Energie solaire. Le Premier ministre, de mettre en exergue l’excellence de la relation qui nous lie à l’Inde, mais il faut dire que les possibilités d’approfondissement sont encore sous exploitées, a-t-il ajouté. Aussi, la faculté d’étendre la coopération sur d’autres domaines nous est-elle offerte, pour ne parler que de l’exploitation de l’énergie solaire dont la maîtrise constitue une renommée internationale pour l’Inde, et que ce pays devrait faire office de pilote en la matière. Il y a également l’éventualité d’ouverture à la coopération militaire, suite au passage du Président de la République Indienne, à Madagascar. Notons que par la suite, selon de sources concordantes, le Premier ministre a rallié l’île de la Réunion pour assister à un dîner offert par le Président français Emmanuel Macron.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ramatoa maty voadona tetsy Ivandry : Mbola karohina ny mpamilin’ilay zotra 150

Hatreto, araka ny fampitam-baovao azo avy tamin’ny polisim-pirenena, dia mbola tsy hita ilay mpamily fiara mpitatitra zotra 150, nahafaty olona tetsy Ivandry.

« Maty tsy tra-drano ilay ramatoa lehibe voadona ary ny mpamilin’ilay fiara nandona kosa dia nirifaratra nandositra raha vantany vao nahatsikaritra izany (…) Niroso avy hatrany amin’ny fikarohana ity mpamily ity ny pôlisy taorian’izany,  araka ny fantatra hatreto dia avy any Ambatolampy ity lehilahy karohina ity » hoy ny fampitam-baovao azo avy amin’ny pôlisy. Raha tsiahivina ny zava-nisy, ny alin’ny alarobia lasa teo, tokony ho tamin’ny valo ora latsaka tany ho any dia nitrangana lozam-pifamoivoizana namoizana ain’olona tetsy Ivandry, akaikin’ny « rond point », ampitan’ireo mpivarotra voninkazo. Ramatoabe iray, avy niantsena, an-dalana hamonjy ny tokantranony no voafaokana taxibe  mampitohy an’ Analakely sy Mahatony. Voalaza fa niampita tampoka ilay ramatoabe, ary tsy hitan’ilay mpamily. Voadona mafy mihitsy izy ary nipitika lavitra ny toerana niampitany. Ilay fiara mpitatitra kosa efa tafavoaka an’ilay « rond point » vao tafajanona. Maty tsy tra-drano teo moa ity vehivavy lehibe ity, noho ny dona nahazo azy.

Ho an’ireo mpindrana iny làlana iny, dia mahatsikaritra fa somary maizina izany ny làlana, raha vao mirotsaka ny alina, eny fa na dia eo aza ny hazavan’ireo andrin-jiro. Mazana dia tsy ahitana akory izay olona miampita tampoka, indrindra moa fa hoe efa somary vitsy ny fiara mandalo ary voataratry ny jiron’ireo fiara hafa mifanena. Na izany na tsy izany anefa, efa mampiaiky volana ny rehetra mihitsy ny ataon’ireo mpamily sasantsany ao amin’ity zotra iray ity : ny fandehanana mafy, ny fifanenjehana eny an-dalana, fa indrindra ny fitsoahana andraikitra raha vao mahavoadona fiara na olona. Vao tsy ela akory mantsy izay, teny Amboniloha, fiara kely iray no nodomina taxibe zotra 150 nifanenjika. Tsy nijanona akory ilay fiara mpitatitra vao mainka nanamafy ny hafainganam-pandehany, nanohy ny diany nandositra mihitsy. Sendran’izay mpamily tsy vanona, moa etsy andanin’izay, ilay laharana hiantsona ny kaoperativa mipetaka amin’ny fitaratra efa misy rovitra, ka hany herin’ny tompon’ny fiara dia nanamboatra izay simba sisa. Iarahan’ny rehetra mahalala rahateo ihany koa, ny fahasarotan’ny fikarakarana ny fiantohana eto amintsika. Lany andro amin’ny fivezivezena sy fikarakarana antontan-taratasy maro kanefa tsy misy vokany akory. Tsy maintsy mahita hirika hialàna foana ireo tranom-piantohana sasany. Zary haingona taratasina fiara sy fampiseho amin’ny mpitandro filaminana sisa hilàna ny taratasim-piantohana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Délestage : peut-être la fin du calvaire

« Les délestages ont pris fin ce matin », a affirmé  hier soir le service de communication de la Jirama. Après la journée éprouvante que  de  nombreux consommateurs ont passé hier, cette déclaration est la bienvenue. Les propos se veulent rassurants, mais les usagers vont rester prudents et ne vont pas se réjouir tout de suite. Tout est bien qui finit bien, du moins on l’espère.

Délestage : peut-être la fin du calvaire

Les problèmes de ravitaillement- en carburant sont  les plus épineux  car les centrales électriques de la Jirama ne peuvent pas, à cause de cela, alimenter tout le réseau électrique. Les délestages ont donc repris de plus belle avant-hier, mais la  promesse d’un  retour à la normale n’a pas été honorée. La  situation a même empiré hier, la majorité des quartiers de la capitale étant touchée par ces coupures qui ont duré plusieurs heures. Les excuses faites sur facebook n’ont pas atténué l’exaspération des usagers qui ont vécu un véritable calvaire. Les réponses du ministre de l’Energie  harcelé de questions ont été évasives. Les citoyens sont obligés de se résigner et doivent vivre la situation avec philosophie. Les déclarations faites hier en fin de journée  par le service de communication de la Jirama se veulent rassurantes. Ils semblaient signifier que les  tourments des usagers sont terminés. On verra donc ce qui va se passer aujourd’hui, mais  les  citoyens  ont l’habitude de ne plus prendre pour argent comptant ce qu’on leur dit.  Après les explications fournies à propos de la pénurie d’essence, ils préfèrent rester sur leur réserve. Les promesses faites par les responsables n’ont pas été tenues et ils doivent supporter tous les inconvénients d’un véritable rationnement. Les Malgaches sont durs à la douleur et savent rester stoïques dans l’épreuve. C’est encore le cas cette fois-ci.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

EPP Ambanilalana : Les inscriptions interrompues

Malgré l’annonce de la gratuité de l’inscription dans les écoles primaires publiques (EPP), certaines écoles continuent de demander un droit sous forme de cotisation  selon les parents d’élèves qui nous ont contactés. Alors que les pronostics concernant l’augmentation du nombre d’enfants qui vont pouvoir être scolarisés grâce à cette mesure prise par le ministère de l’Education, ont été évoqués dans nos colonnes il y a deux jours, cette nouvelle cotisation réclamée aux parents freine ce projet. « La rentrée est pour lundi mais nous sommes contraints de garder nos enfants à la maison parce que nous ne disposons pas des moyens nécessaires pour les envoyer à l’école car, la somme réclamée par l’école est semblable au droit d’inscription des années précédentes : 35000 ariary »,  ont confié certains parents. Et dans les CEG et les lycées, des parents du côté d’Ankadivato nous ont également dit qu’ils souhaitent que les frais d’inscription soient allégés. Une négociation serait prévue dans les prochains jours toujours d’après ces parents.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

Bessa à l’honneur

Un trio inédit, Njakatiana, Inah et Fanja Andriamanantena, sera sur la scène du Canal Olympia Andohatapenaka ce soir à partir de 19 h. C’est la chorale Maintimolaly Ambohitantely qui se trouve derrière l’organisation de cet évènement qui sera consacré à un hommage à Bessa, parolier et compositeur célèbre de la variété malgache. Pour parfaire le tout, les violonistes de Quator Squad seront aussi de la partie. Pour ceux ou celles qui veulent passer une soirée nostalgique de l’époque des diffusions télévisées en noir et blanc, cette soirée mérite de s’y attarder. L’occasion aussi de goûter aux « alléluias » en chanson.

Dadah Rabel se reprend au Plaza Ampefiloha

Une soirée qui sera sûrement riche en émotion avec « Ny fihavananay » au Plaza Ampefiloha à 19 h 30’ ce soir avec DadahRabel, un membre fondateur du groupe Mahaleo, FaraKely et Ony. Deux hommes et une femme donc pour offrir une nuit d’évasion en musique avec toute la poésie dont Dadah est capable d’insuffler dans tous ses titres. Ce sera fort probable que cette soirée soit aussi dédiée à Fafah, un autre membre fondateur du groupe Mahaleo ,décédé il y a encore quelques jours. Du côté de la musicalité, les voix de la jolie FaraKely et de Ony peuvent bien porter les chansons de cet auteur compositeur.

Fy and his band sur une scène réputée

Fy and his band seront sur la scène du Point d’Exclamation Analakely ce soir à partir de 20 h. Cela aurait été étonnant de ne jamais voir ce chanteur à succès de ne pas faire un passage sur l’une des meilleures scènes de la capitale. Ce sera donc chose faite aujourd’hui, d’autant que le lieu pourra bien contenir les inconditionnels de ce chanteur entouré de bons musiciens jeunes et créatifs. Avec des titres comme « Mitonia », « Tiako ianao » et encore d’autres, Fy Rasolofoniaina a réussi à se hisser sur les hauteurs des hits parades locaux. Le retrouver sur la scène du Point d’Exclamation sera donc une conformation de plus du succès de cet artiste.

Du rap conscient à l’Aft

Le rap va investir la scène de l’Alliance française d’Andavamamba avec l’évènement « Play lisitra » à partir de 19 h. Il y aura au moins cinq formations et chanteurs qui vont se succéder sur scène, à savoir, Epistolier, Eklyps, My Men Kaid, Septic, Yremar et Krimo. Apparemment, les organisateurs ont fait le choix de se baser sur la génération montante du rap tananarivien pour cette soirée. Mais comme invités, il y aura des rappeurs comme Mista, Boska, Mbl et Tovolah. Ces derniers appartiennent plutôt à la génération «  old school ». A l’animation, le public retrouvera les manieurs de platines : Dj Natty et Dj Mister T.

Lion Hill et Gaei investi le Jao’s Pub

Soirée faste au Jao’s Pub Ambohipo cette nuit à partir de 21 h. A l’affiche, une pointure de la variété malgache, Lion Hill, et un chanteur qui attend d’être découvert par les amateurs du genre, Gaei. Le premier possède déjà une notoriété bien établie, grâce à des titres comme « Lamban’akoho », « Ataovy tonga any », « Witry »… A lui seul, il réussira sûrement à remplir la salle sans problème. Mais comme cette scène est aussi réputée pour faire découvrir les talents en devenir, le moment est venu pour Gaei de se montrer dans une salle reconnue des hauteurs de la capitale. Pour ceux ou celles qui souhaitent se retrouver dans un endroit festif et sans complexe, c’est le lieu indiqué.

MaminirinaRado