Les actualités Malgaches du Mercredi 25 Septembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara13 partages

1.600 milliards Ar d’arriérés de la JIRAMA : Hausse des tarifs en vue pour les grands consommateurs

Pour son redressement, la Jirama mise sur l’amélioration de la performance, l’augmentation des revenus tarifaires, et la renégociation des grands contrats permettant de maximiser l’impact de l’investissement dans les grands projets.

On peut parler de progrès si l’on se réfère aux petits problèmes d’approvisionnement en eau et électricité, résolus par la Jirama en un délai de moins en moins long. Mais au niveau financier, sa situation est très critique. Selon le rapport de la Banque Mondiale, la société d’Etat a accumulé des arriérés de plus de 1.600 milliards d’Ariary, au 30 juin 2019. « Les revenus tarifaires n’ont permis de couvrir que la moitié des coûts. Le coût moyen opérationnel était de 983 Ar par kWh, alors que le tarif moyen était de 516 Ar par kWh. La JIRAMA a perdu 290 milliards d’Ar en 2018, malgré une subvention de 315 milliards Ar. Sans intervention rapide, le déficit de l’entreprise va se creuser, et les pertes annuelles culmineront à près de -1 400 milliards Ar en 2025 », ont évoqué les représentants de l’institution de Bretton Woods.

Performance. Avec des améliorations dans la gestion, la JIRAMA peut économiser jusqu’à 366 milliards Ar par an en moyenne entre 2020 et 2030, selon la Banque Mondiale. Cependant, ces améliorations seules ne permettent pas à la société d’atteindre son équilibre financier. En effet, des actions permettant d’améliorer la qualité de service, et de résorber un tiers du déficit de la JIRAMA sont déjà en cours, notamment avec le Projet d’Amélioration de la Gouvernance et des Operations dans le Secteur de l’Electricité (PAGOSE), financé par la Banque Mondiale. Les actions menées dans ce cadre, incluent la lutte contre les fraudes et les détournements, l’optimisation de la production dans les centres isolés, la baisse des coûts unitaires de carburant, la lutte contre les pertes techniques, et l’amélioration du service client, notamment par la dématérialisation du système de paiement.

Hausse des tarifs. L’augmentation des revenus tarifaires protégeant les consommateurs les plus fragiles est également une alternative permettant de combler les deux tiers du déficit restant et assurer l’équilibre à la fin de l’année 2025, selon l’étude de la Banque Mondiale. « La structure tarifaire actuelle, avec un tarif moyen couvrant la moitié des coûts, bénéficie avant tout aux grands consommateurs. L’équilibre financier peut être atteint en ramenant le tarif moyen au niveau de l’année 2008 en termes réels. L’étude d’optimisation tarifaire, en cours de réalisation et financée par PAGOSE, déterminera comment protéger les ménages les plus fragiles et préserver la compétitivité des entreprises malgaches, par exemple avec des mesures d’accompagnement comme l’efficacité énergétique. Cette augmentation des revenus est justifiée si la JIRAMA assure une qualité de service supérieure », ont indiqué les spécialistes. Selon les explications, l’augmentation des revenus tarifaires devra être progressive, selon les explications, permettant ainsi la réduction progressive des subventions.

Grands contrats. Du côté des contrats avec les fournisseurs de la JIRAMA, une renégociation fructueuse permettrait à la société d’Etat d’économiser 193 milliards Ar par an entre 2020 et 2030, soit autant de subvention que le Gouvernement n’aura pas besoin de verser. Le Gouvernement pourra mobiliser les fonds économisés sur d’autres secteurs critiques pour l’émergence de Madagascar, tels que la santé, l’éducation, ou le transport. Par ailleurs, la Banque Mondiale a soutenu que la JIRAMA doit être responsable devant ses consommateurs, les citoyens, et assurer l’équité, notamment par l’optimisation tarifaire. En outre, le Gouvernement reconnait que le déficit de la JIRAMA sera comblé par une combinaison d’optimisation tarifaire visant à augmenter les revenus, et baisser la subvention. Enfin, dans le cadre des réformes, les passations de marchés seront réalisées de manière transparente, structurée, concurrentielle, et selon le Plan de Développement à Moindre Coût, financé par la Banque mondiale. Selon cette dernière, les décisions d’investissement dans les grands projets seront fondées sur des considérations purement économiques.

Antsa R.

Midi Madagasikara6 partages

Quartz Africa innovators 2019 : Joël Andrianomearisoa parmi les porteurs d’idées 

Ils sont 30 femmes et hommes africains  à être choisis  pour participer  au Quartz Africa Innovators 2019. Ces porteurs d’idées et de créativités contribueront à l’amélioration de l’Afrique de demain.  Parmi eux, se trouve l’artiste Joel Andrianomearisoa.

La cinquième édition du Quartz Africa Innovators semble partir d’un bon pied. Entrepreneurs, créateurs, techniciens et artistes issus de toute l’Afrique constituent la cohorte 2019. Parmi les trois dizaines de leaders se trouve l’artiste malgache Joël Andrianomearisoa. D’après Yinka Adegoke, Quartz Africa editor, « tandis que nous examinions des dizaines de candidats à la cinquième édition de notre liste annuelle des innovateurs d’Afrique, nous avons souvent été frappés non seulement par leurs idées, mais également par la créativité dont ils ont fait preuve pour surmonter leurs obstacles locaux. Nous avons trouvé ces femmes et ces hommes africains dans divers secteurs et régions et, chacun à sa manière, ils ont défié le statuquo ou repoussé les limites de leurs marchés locaux et aidé à en amener d’autres ».  Les critères de sélection se basent sur le travail novateur, leurs initiatives d’inventivité et leurs approches créatives par rapport aux problèmes. Chacun adopte une façon originale pour relever de grands défis.

Artiste pluridisciplinaire, Joël Andrianomearisoa combine un peu de tout pour obtenir un art à part entière. Par ailleurs, son éventail de source inspirante se reflète dans son travail. Vidéo, mode, sculpture, et photographie se conjuguent pour donner au final des œuvres qui ont été présentées dans le monde entier au cours de sa carrière. Récemment, il a marqué l’histoire en devenant le premier artiste à créer le premier pavillon de la biennale de Venise à Madagascar. Selon  l’artiste, son souhait est que « l’installation illustre une réalité complexe, loin de l’exotisme souvent associé à la nation insulaire. L’exposition parle également de dialogue entre le monde et Madagascar, et vice-versa».

Abstrait. L’œuvre de l’artiste se développe autour d’une narration non explicite, souvent abstraite que chacun perçoit sans pouvoir autant la nommer. Son monde des formes tisse son ouvrage en séquences souvent dans une profonde tristesse d’une absence impossible à combler. Et pour cela, il utilise sans hiérarchie, le son dans sa dimension immatérielle ou le livre dans son hyper matérialité, le textile soyeux ou le plastique rugueux, le noir ou les couleurs les plus chatoyantes. Le travail de Joël Andrianomearisoa s’est développé au fil du temps au travers de différents médiums et matières. Ces dernières années, ses créations sont souvent réalisées à partir de textiles, de papiers, parfois du bois, des minéraux, ou bien à partir d’objets inattendus, miroirs, parfums, emballages, tampons… avec lesquels il réinvente le magique et provoque l’émotion. Cette « émotion esthétique » souvent recherchée et rarement atteinte, qui se passe du commentaire.

Premiers pas. Ses premiers pas remontent au milieu des années 90, alors qu’il a à peine 18 ans. D’entrée de jeu, son travail s’incarne dans des performances qui lui vaudront la couverture de Revue Noire Madagascar en 1998. Il sollicite de nombreux supports, de la couture au design, de la vidéo à la photographie, de la scénographie à l’architecture, des installations aux arts plastiques. Probablement c’est de là qu’il tire une œuvre polyphonique qui envahit tout l’espace sensible de chacun.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara4 partages

Île de La Réunion : Les marmites malgaches retirées du marché

La préfecture de La Réunion a fait un appel à la vigilance quant à l’utilisation des marmites malgaches.

L’affaire a été relayée par le site d’information en ligne linfo.re. Publiée le 24 septembre dernier, celle-ci fait savoir que « les marmites malgaches vendues sur le marché réunionnais constituent un danger pour la santé de ceux qui les utilisent ». Selon toujours les informations recueillies auprès du site d’information, les marmites venant de la Grande Île présenteraient « du plomb en quantité supérieure aux limites légales ». « Une étude menée aurait révélé la chose. Le plomb libéré dans les aliments serait 3 à 4600 fois supérieurs à la limite autorisée », rapporte-t-on. Face à la situation, la vente des ustensiles en question vient d’être interdite à La Réunion depuis le 20 septembre 2019. Les autorités réunionnaises auraient également demandé le retrait des marmites produites à Madagascar de son marché.

Business. Face à une telle situation, les premiers concernés sont les marchands de marmites malgaches à La Réunion. Les exportateurs de ces produits viendraient en second plan. L’interdiction de leur commercialisation aura des conséquences désastreuses sur leurs activités. Si les réunionnais sont partagés, la réaction malgache (des autorités surtout) ne s’est pas encore faite.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Kick-boxing- Grand combat de défi : 15 victoires pour l’équipe nationale

La cinquième édition du Grand combat de défi s’est bel et bien déroulée ce dimanche au gymnase Ambatomena Fianarantsoa. Vingt-deux combats entre l’équipe nationale et l’équipe puissante d’Analamanga ont été programmés. Il s’agit d’un dernier regroupement pour les combattants malgaches dans le cadre de la préparation à la Coupe du Monde à Sarajevo en octobre. Les protégés de Charicot ont raflé quinze victoires. Les boxeurs chez les moins de 60kg ont brillé, tandis que les plus de 60kg sont tous perdants face à leurs adversaires. En K1 rules, Mathieu et Rosalde ont dominé en s’imposant à Emile et Joel pour les -51kg. Jean Jorès et Lavakely ont battu Francois et Toky pour les -54kg. Tahiry et Dico ont pris le dessus sur Goodfray et Mickael. Chez les filles, Fitiavana, Miora, Emma et Faratiana ont su mettre la pression devant leurs adversaires respectives. En low kick, Vazaha et Figo ont écarté Silvio et Nambinina pour les -51 kg. Black Fianarantsoa et Jessy pour les -60kg ont complété les podiums. Les expériences de Voary Pierre et Berinod, expatriés malgaches étaient très attendues sur le ring. Ils ont fait preuve de leur talent en  écrasant leur opposant.

Selon les informations du directeur Technique, les noms définitifs devraient être tirés de ces 15 combattants qui ont la victoire. En effet, le nombre exact ne sera pas encore défini tant que le ministère tutelle ne dévoilera le budget pour la délégation.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

La structure sociale de la région Sofia de l’ère des Sojabe à la période coloniale

Une photo d’un chef Tsimihety.

Chaque pays ou chaque région a sa propre organisation sociale. Cela répond aux besoins de la société et du contexte de chaque territoire. Enclavée et enfermée en elle-même pendant la  période précoloniale, la région Sofia actuelle avait  une structure sociale particulière.  Pacifiques et travailleurs, ses habitants, les Tsimihety, ont   vécu pendant près  d’un siècle et demi dans une organisation que l’historien Arson Soalahy  Razafimandimby qualifie « harmonieuse ». Mais,  à  l’aube du XXe siècle, la colonisation  change complètement le visage de la société.  

Les Tsimihety partagent  leur frontière  à l’ouest avec les Sakalava, à l’est le Betsimisaraka. Contrairement à ses deux voisins,  ces groupes de personnes  ne disposent pas d’un système de royauté. Ils ont  leur  propre structure sociale qui met en valeur les anciens ou les doyens appelé Sojabe. D’après  le traditionaliste  Patrice Beatrefina,   « Le sojabe et le mpanazary sont une forme d’une institution sociale qui représente la famille ».  Le conseil de sojabe (ancien) est une assemblée de chefs de lignages installés dans le village. Il est également une forme d’un cercle de prise de décision pour les leaders de chaque famille. Ce conseil est limité par quelques chefs de famille et ne contient que les hommes. Il détient un rôle très important dans la société  surtout dans les milieux les plus reculés.  Le conseil nomme le Sojabe. En tant qu’aîné de la famille, le  pouvoir lui est confié pour veiller sur l’intérêt de  la communauté.

La ville d’Antsohihy, actuellement la « capitale Tsimihety »

Sojabe,  le dictateur doux. Le doyen  possède une connaissance importante grâce à leur âge et à leur expérience de vie. Sur ce point, il est  en quelque sorte un « petit vizir » de la société. Il coopère pour défendre l’intérêt du village et de la communauté.  «Raiamandreny an-tanàna»  ou le père du village, il organise ce qu’on appelle  « fivoriampokonolona », une sorte d’assemblée populaire  pour décider  le sort du village. Cette assemblée  est ouverte aux femmes, « mais celles-ci ne constituent que des figurantes ». (JAOTIANA (R), « Le groupe Antivoholava de l’Androna, des origines au XVIIIe siècle). Toutes les décisions concernant   la vie de la communauté comme la sécurité, la coopération avec les autres groupes, le développement économique de la société, doivent être concertées avec les villageois. Le Sojabe ne fait  qu’accepter cette décision de la majorité. Cela  explique qu’il  n’a pas de pouvoir coercitif sur la population. Cette forme de prise de décision s’appelle « Jery ». Toutefois, le Tompotany ou le gardien de la tradition  doit toujours être présent. Celui-ci dicte les « fady » ou les interdits. Il est considéré comme le représentant des ancêtres sur terre.

Le fleuve Sofia arrose presque toute la région.

L’accès au poste de sojabe demande certaines conditions et il ne relève pas d’un ordre dynastique ou social. La nomination se fait seulement après consensus admis entre les membres du groupe social. Elle  est basée sur deux critères : l’âge et le sexe. Tout d’abord, le sojabe doit être un homme parce que, comme dans toutes les sociétés à Madagascar, la masculinité marque la virilité, la  force et la puissance. De plus, outre le critère de sexe, le lignage compte dans la famille. Bref les Tsimihety sont une société patriarcale. L’ancienneté et l’âge sont   des conditions irréfutables pour devenir un sojabe. Un adage malgache le  confirme « ela nihetezana, lava volo ».  La sagesse est aussi un critère important pour  le sojabe. Il  doit également  être un modèle pour les villageois.

A l’avènement de la colonisation, le Sojabe voit son pouvoir diminuer.  Il est devenu impuissant face à l’administration coloniale.

Les femmes Tsimihety habillées en salovana-kisaly.

« Faible » avec « les puissants ». La colonisation est définitivement implantée dans la Grande Ile, après avoir mis toutes formes de dispositions, règle économique, politique, sociale et culturelle. En conséquence, ces mesures provoquent un grand changement dans la vie sociale malgache et en particulier la société Tsimihety. « Les vazaha, a affirmé  l’historien Arson Soalahy  Razafimandimby, ont  chamboulé  l’organisation sociale Tsimihety voire même le désordre social  ». Dans la société Tsimihety, les sojabe disposent un pouvoir important. La prise des décisions restent à leurs mains et aux hommes.  Les colonisateurs s’appuient avec l’organisation traditionnelle pour maîtriser la population enclavée comme Befandriana-Nord, Mandritsara et les alentours. La colonisation est définitivement implantée dans ces contrées.  Pour déraciner ces peuples, les Français ont implanté leur politique d’assimilation. En conséquence, ces mesures provoquent un grand changement dans la vie sociale malgache et en particulier la société Tsimihety. Les Sojabe sont devenus des instruments pour les  colonisateurs.  Ceux-ci  les  servent pour avoir leur notoriété dans le village reculé, afin qu’ils puissent les exploiter économiquement.   Lors des élections 1945-1946, les Sojabe et les notables Tsimihety se sont rangés à coté de l’administration coloniale.

De la colonisation jusqu’à la veille de la quatrième république, les gardiens  de la tradition, les sojabe sont devenus un «outil politique » pour contrôler les peuples des régions enclavées.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Giovanni Di Girolamo :  « L’Union Européenne a envie de coopérer avec ce gouvernement légitime »

L’ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar a envie de travailler avec le gouvernement légitime.

« On veut faire des routes, on continuera à faire des routes ». C’est ce qu’a déclaré hier l’Ambassadeur de l’Union Européenne, Giovanni Di Girolamo lors d’une descente à Toamasina.

En effet, le Diplomate européen a tenu à mettre les points sur les « i » suite aux polémiques autour d’une lettre qui a fait le tour des réseaux sociaux cette semaine. Une lettre dont certains observateurs, notamment les gens de l’opposition considèrent comme une lettre d’interpellation que l’Union Européenne a adressée au ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo pour lui dissuader d’apporter une modification au Fonds d’Entretien Routier (FER). Certains y voyaient même une suspension du financement UE. Giovanni Di Girolamo s’est d’ailleurs interrogé sur la fuite de ce document qui, selon ses dires, « est une lettre interne qui n’était pas du tout destinée au grand public ».

Démenti. Hier, l’Ambassadeur de l’Union Européenne a démenti cette information. Il n’y a aucun problème sur la coopération entre Madagascar et l’UE. Tout en félicitant le régime et le peuple malgache pour « la période enfin de stabilité politique » qui prévaut au pays, suite au bon déroulement des élections, il a salué l’existence d’un « gouvernement légitime avec lequel l’Union Européenne a envie de coopérer ». Un propos qui dit long sur la situation de la coopération entre Bruxelles et la Grande île. Une relation que l’on peut qualifier de « au beau fixe ».

Coopération. Sinon, SEM Giovanni Di Girolamo n’aurait pas effectué une descente à Toamasina pour une visite de courtoisie auprès des autorités locales, mais aussi et surtout, pour constater de visu l’avancement des programmes financés par l’Union Européenne sur place, ainsi que pour s’imprégner des perspectives de la coopération pour l’avenir. « C’est important puisqu’on s’approche à un nouveau cycle dans le cadre de la collaboration », a-t-il annoncé. Et de soutenir au passage qu’il était à Toamasina pour connaître un peu les possibilités de coopération que l’on peut faire dans cette localité.

Ajustements. En ce qui concerne la lettre à polémiques qui a circulé sur les réseaux sociaux, l’Ambassadeur UE a expliqué qu’elle contient des détails techniques à ajuster par rapport aux changements que le Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics souhaite apporter. « Quand on a des activités de coopération, il y a de temps en temps des questions techniques et des questions financières à régler ». Ce qui est normale puisque le décaissement des fonds nécessite quelques procédures à respecter. « Ce qui est important à comprendre c’est qu’on a un engagement avec Madagascar pour son développement. Simplement il y a de temps en temps des détails techniques que l’on doit résoudre ensemble ». En effet, Giovanni Di Girolamo ne dit pas forcément non au changement que Hajo Andrianainarivelo souhaite apporter dans son département. Il a simplement expliqué qu’il faut tout mettre en œuvre pour assurer la transition. « Entre un type de structure à un autre, il y a inévitablement des ajustements à faire », a-t-il soutenu. Et d’exprimer au passage sa volonté de collaborer pour surmonter le problème.

Davis R

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Tirages au sort des numéros des candidats aux élections communales et municipales.

Le 23 Septembre 2019, au niveau de l’OVEC à Nanisana, tous les candidats ont reçu leurs numéros respectifs sur les bulletins uniques. Ainsi, l’enregistrement de toutes les candidatures a eu lieu. Tous les candidats et leurs représentants ont assisté à ce tirage. Notons certains candidats aux postes de maires n’ont proposés aucun candidat aux conseillers. Inversement, certains conseillers n’ont aucun candidat au maire.
Selon les informations, les propagandes débuteront le 5 Novembre à partir de 6 heures du matin. Elles se clôtureront le 25 Novembre à minuit. Ce qui permet un temps assez considérable pour les précampagnes. Pour la commune urbaine d’Antananarivo, les candidats au maire sont au nombre de 5.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Une démentie de l’Union européenne sur une fuite d’information.

Vers le début de cette semaine, une note sortie par l’Union européenne, à l’intention du Ministère de l’aménagement du territoire de l’habitat et des travaux publics sur la rupture de la coopération entre ces deux corps, a circulé sur les réseaux sociaux. En effet, la note a eu pour but de restructurer la coopération avec Madagascar.
Pour démentir à l’incompréhension, l’ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar a affirmé que l’Union européenne tient à tenir ses engagements avec le gouvernement malagasy sur les activités telles que la réhabilitation des routes. Pour preuve, la construction d’une rocade reliant des villes d’Antananarivo est actuellement en cours, en coopération avec l’Agence Française pour le développement.
Tia Tanindranaza0 partages

7 volana tsy nandray karamaRaikitra ny fitokonan’ny mpiasan’ny FOFIFA

Mpiasa hatrany amin’ny 200 eo anivon’ny FOFIFA na ny FOibem-pikarohana momba ny FIkarohana ampiharina amin’ny FAmbolena no nanao fitokonana teny amin’ny anoloan’ny Birao misy io sampan-draharaha io eny Ampandrianomby omaly talata 24 septambra.

Feno ny kapoaka satria efa ela niandrasana sy ela niaretana izahay, hoy ireo mpiasa. Nambaran-dRandrianarivony Hery Lalao mpitondra tenin’ireo mpiasa fa efa 7 volana izay izy ireo no tsy nandray karama. Maro anefa no nindram-bola tamin’ny banky nentina niatrehana ny fiainana andavanandro, toy ny fandoavana hofan-trano, vidin-jiro, sakafo, saram-pianaran’ny mpianatra,… satria nanantena fa mbola ho azo soa aman-tsara ny karama. “Efa bokan’ny trosa izahay ankehitriny kanefa tsy mbola azo ihany ny karama. Ny sasany efa mahazo fandrahonana avy amin’ny tompon-trano. Efa nisy ny fifampiresahana tamin’ireo lehibe ao amin’ny FOFIFA sy ny minisitera Mpiahy saingy tsy nahitam-bokatra, raha ny fanazavana. Ny lehibenay aza tsy hitany intsony izay hatao, hoy ny mpiasa. Izany indrindra no anton’izao fitokonana izao mba ho fantatry ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny, indrindra ny filoham-pirenena ny zava-misy mba handraisany fepetra sy tsy hiverenan’ny zavatra tahaka izao intsony”, hoy ny solontenan’ny Mpiasa. Nanamafy ireo mpiasan’ny FOFIFA ireo fa tsy hanohy ny asany izy ireo raha tsy azo ilay karama fito volana takiany. 

Toky R sy Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vilany vita gasyVoarara ao La Réunion fa mankarary

Tombanana ho olona 400 isan’andro, maneran-tany no mamoy ny ainy vokatry ny aretina antsoina hoe :

 « saturnisme », izay azo mivantana na an-kolaka avy amin’ny firaka (plomb). Anisan’ny ahitana azy io ny vilany vita amin’ny viraty (aluminium), amboarin’ny mpanao asa tanana malagasy. Tahaka izany koa ireo kojakoja hafa vita amin’ny viraty, toy ny sotro sy ny lapoaly, araka ny fitiliana nataon’ny DIECCTE, izay sampandraharaha iray misahana ny asa sy ny fanjifana ao amin’ny nosy La Réunion. Mihoatra avo 3 hatramin’ny 4.600 heny amin’ny ara-dalàna ny firaka avoakan’ny vilany gasy anankiray, araka io fanadihadiana io. Vokatr’izany dia voarara tsy azo ampidirina ao La Réunion intsony ny vilany sy kojakoja vita amin’ny viraty avy aty Madagasikara. Misy fiantraikany ara-pahasalamana maro mantsy ny fitelemana firaka. Mety miantraika any amin’ny atidoha izany, indrindra eo amin’ny ankizikely, ka miteraka fahataran’ny saina. Miteraka voka-dratsy hafa ihany koa eo amin’ny fiasan’ny voa ary koa any amin’ny fo sy ny lalandra. Nanomboka tamin’ny zoma 20 septambra teo no nandraisan’ny fitondrana renioney an’izao fanapahan-kevitra izao ary nesorina teny amin’ny tsena ihany koa ireo izay efa amidy any an-toerana.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bokan-trosa 1600 miliara Ar ny JiramaHakarina tsikelikely ny vidin-jiro…

Vita ny fanadihadiana lalina nataon’ny Cabinet Castalia Limited hoenti-mamantatra ny tena olan’ny orinasam-panjakana Jirama hahafaha-manarina azy io.

Manana olana goavana ara-bola ny Jirama ary mila vahaolana maika. Ny fampiakarana tsikelikely ny saran’ny herinaratra no isan’ny vahaolana, raha ny tatritr’io fanadihadiana io, ka nambara fa ireo orinasa lehibe no hanaovana izany izay tokony hakarina 10 hatramin’ny 13% eo. Nanomboka ny taona 2018 moa no nampanaovan’ny Banky Iraisam-pirenena fanadihadiana lalina hahafaha-mandrafitra tondrozotra hoenti-manarina ny JIRAMA. Ny saran’ny herinaratra miditra amin’ny kitapom-bolan’ny Jirama, dia zara raha ny antsasaky ny vola saran’ny fiodinany no voaefa amin’izany. Bokan-trosa hatramin’ny 1600 miliara ariary ny Jirama hatramin’ny volana jona teo, ka ho an’ny taona 2018 fotsiny dia 290 miliara ariary ny fatiantoka, na dia nisy aza ny tohana fanentsenam-bidy na “subvention” 315 miliara ariary nampidirina aza tao. Raha tsy misy ny fandraisana fanapahan-kevitra haingana dia hahatratra 1400miliara ariary any ho any ny fatiantoka hatramin’ny 2025. Raha ny tena zava-misy, dia ny vahoaka sy ny tontolon’ny indostria sy ny orinasa mila herinaratra hatrany no mizaka ny tsy eran’ny aina amin’io saran’ny herinaratra sokajiana ho isan’ny lafo indrindra aty Afrika io. Ny fanjakana no tena tsy mpandoa vidin-jiro, ary maro ny fandanilaniam-poana tsy mampidi-bola mila fehezina. Misy rahateo moa hatramin’izay ny fanetsenam-bidy na “subvention” avy any anaty kitapom-bolam-panjakana, ka misy vola mifampiditra mazava ho azy, dia samy vitavita ho azy eo.

Angovo azo havaozina no vahaolana…     

Manodidina ny 15% amin’ny Malagasy no misitraka herinaratra hatreto. Raha ny fanadihadiana lalina nataon’ny “Eonomic Developpement Board of Madagascar” na ny EDBM ny taona 2016, dia saika ny 75,9% amin’ny famokarana angovo eto dia amin’ny alalan’ny milina mandeha amin’ny solika (Thermique), 24,0% amin’ny alalan’ny riandrano (Hydroéléctrique), ary 0,01% avy ny “Biomasse”, ny avy amin’ny masoandro na “Solaire”, ary ny avy amin’ny rivotra na “Eolien”. Tao anatin’ny NPE (Nouvelle Politique Energétique) ny taona 2015, dia fanamby ny hanatsimbadika izany ka ho   15% ny “thermique”, 5% ny avy amin’ny rivotra, 5% ny avy amin’ny rivotra, ary 75% ny avy amin’ny riandrano na ny “hydroélectrique” hatramin’ny 2030.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Sakaraha – AmbalavaoTsy azo handehanana alina fa mandoro fiara ireo jiolahy

Manomboka amin’ny 10 ora alina dia tsy azo handehanana intsony eo anelanelan’i Sakaraha sy Ambalavao, amin’ny lalam-pirenena

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambovombe AndroyZaza tsy ampy taona no atidohan’ny fanafihana

Zaza tsy ampy taona roa tamin’ireo tompon’ny atidohan’ny fanafihana no nidoboka am-ponja vonjimaika niaraka tamin’ireo lehilahy roa hafa.

 

Nitrangana  fanafihana nisesisesy tao an-tampon-tanàna’Ambovombe Androy ny volana septambra lasa teo iny. Nanao ny  fanadihadiana ny polisy mahakasika ireo fanafihana misesy nianjady tamin’ny mponina tany an-toerana ireo. Nisy ny vaovao azo avy amin’ny olona tsara sitrapo tany an-toerana ny 15 septambra lasa teo ka fantatra avokoa ireo olon-dratsy nanao ireo fanafihana.

Nametraka paik’ady ny polisy any an-toerana ka ny 16 septambra lasa teo dia tra-tehaky ny polisy ny lehilahy miisa efatra izay mpanao an’ireo asa ratsy ireo ka tsy ampy taona ny roa amin’izy ireo. Rehefa nohadihadiana tany amin’ny kaomisaria izy ireo dia niaiky ny heloka nataony fa izy ireo no tompon’andraikitra tamin’ny fanafihana nisesy tao Ambovombe. Nidoboka am-ponja vonjimaika izy 4 mirahalahy rehefa natolotra ny fampanoavana. Tsy any Ambovombe irery ihany fa saika manerana ny Nosy no mahazo vahana ny asa ratsin’ny zaza tsy ampy taona.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambanja, Ambilobe, AntsohihySahan-drongony ana hektara maro nopotehina

Mitohy hatrany ny hetsika fiadiana amin'ny Jamala ataon'ny zandarimaria ao anatin'ny distrikan'i Ambanja sy Ambilobe ary Antsohihy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra AtsinananaHambolena zanakazo 10 tapitrisa fototra

Naompana tamin’ny lafiny tontolo iainana ny andiany fahadimy amin’ny hetsika Tagnamaro nandraisan’ireo sehatra maro samy hafa anjara tamin’ny alalan’ny fanomanana zanakazo ka miisa 70.000 fototra no vita tamin’izany.

 

Ho an’ny minisiteran’ny tontolo iainana Atsinanana dia zanakazo samy hafa karazana sy haingam-pitombo miisa 10 tapitrisa fototra no tanjona amin’ity taona 2019 ity,hoy ny Talem-paritra vaovao,Tezena  Lionel Armando izay  hotsinjaraina amin’ireo Distrika mandrafitra ny Faritra Atsinanana. Napetraka koa ny Cite Geante mirefy  5 ha izay hiarahan’ny Tafika sy ny DREED Atsinanana miasa hamolavolana ny zanakazo mialohan’ny hambolena azy tamin’ity herinandro ity satria faritra Atsinanana miverina maitso no tanjona, hoy ny fanazavana. Asa goavana no ho tanterahina ao amin’ity Cite Geante ity izay efa misy ireo voa nafafy ka afaka 15 na 20 andro dia efa azo afindra, hoy ny teknisianina. Ny toerana rahateo mety tsara sy mamaly ny filan’ny famolavolana ny toeram-pamokaran-janakazo. Velaran-tany mirefy 40.000 ha no horakofana ala amin’ity taona ity raha ny vina voalaza ka ny volana novambra izao dia efa hiasa ny Drone hanaparitaka ireo voankazo handrakofana ny ala Atsinanana.Tafiditra anatin’ny politikan’ny minisitera amin’ny ady hiarovana ny tontolo iainana io, hoy ny fanazavana, ary tsy ho tratra ny tanjona raha tsy misy ny fiaraha-mientan’ny rehetra izay mianga amin’ny vahoaka ifotony sy ny minisitera tomponandraikitra.

J. Mirija

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tambajotrana halatra motoSaron’ny polisy tany Toamasina ny atidoha

Nahazo vahana ny halatra moto tao an-drenivohitry ny faritra Atsinanana tato ho ato. Olona miisa efatra no voasambotry ny polisy miasa ao Toamasina ny 21 septambra teo.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Assanati Famo Gidraka“Hanasoa ny mpiarabelona tsy misy tambiny”

Tsy mitsahatra ny fikambanana Assanati Famo Gidraka amin`ny fanampiana ny mpiarabelona. Hanasoa tsy misy tambiny no tena antom-pijoroany, indrindra fa ny vehivavy sy ireo tena sahirana.

 

Hatsangana tsy ho ela eto Antananarivo ny fikambanana raha efa ahitana azy kosa ny ao Mahajanga sy any Antsiranana. Tsiahivina moa fa asa soa maro no efa notanterahin’ny fikambanana Assanati Famo Gidraka. Rehefa fidiran’ny mpianatra tahaka izao moa dia ny fizarana “kits scolaires” ho an’ireo ankizy tena sahirana no tena imasoany. Nisy anefa renim-pianakaviana iray narary mafy no efa navotan`ny fikambanana tany Mahajanga izay may trano tany an-toerana ihany koa no efa nampiany taorian’ny voina nahazo azy. Ankoatra ireo dia efa notolorany kidoro éponge ihany koa ireo mponina etsy La Réunion kely, narahiny fizarana “maillot” maimaimpoana izany nandritra ilay lalao CAN 2019 notanterahin’ny ekipam-pirenena Barea tany Egipta. Nizarany vary, siramamy, menaka…. ihany koa ireo ankizy mpino Silamo tao Mahajanga niharitra nivavaka nandritra ny ramadany farany teo, hampaherezana ireto farany hanatona hatrany ilay Nahary. Raha araka ny fantatra hatrany moa dia ezahina haparitaka manerana ny Nosy ity fikambanana iray ity. Hetahetan’ny maro ny hisiana vehivavy vonona ny hanampy ny mpiarabelona tahaka an-dRtoa Assanati Famo gidraka fa tsy variana hitsikera sy hanenjika azy fahatany fotsiny.

 

Marigny A. sy Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahan’ny Base ToliaraAhiana hivadika ra mandriaka…

Manao antso avo amin’ny fitondram-panjakana, ny solontenan’ny mponina sy ny zanaky ny faritra, avy any amin’ny faritra atsimo andrefana, izay mipetraka eto an-drenivohitra,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanodinana tobim-pamokaranaMbola taraiky i Madagasikara

Ny 73%-n’ireo tobim-pamokarana herinaratra eto Madagasikara dia mihodina amin'ny alalan'ny solika avokoa. Ny 27% ihany no mbola azo avy amin'ny angovo azo havaozina.

I Madagasikara anefa dia firenena afaka manankarena amin’ny angovo azo havaozina ary tanjona ny hampiakarana ny tahan’ny fisitrahan’ny Malagasy rehetra herinaratra ao anatin’ny 5 taona ho avy raha toa ka mbola ny 15 %-n’ny Malagasy no misitraka izany ankehitriny. Paikady iray ahafahana miroso haingana ahatratrana izany ny fahaizana mitrandraka ireo angovo azo havaozina eto Madagasikara toy ny rano, ny rivotra ary ny masoandro. Fotodrafitrasa maro no efa an-dalam-pamolavolana amin’izao fotoana ary anisan’izany ny any Volobe sy Sahofika.  Eo ihany koa ny tohadranon’i Farahantsana izay vinavinaina ho vita amin’ny fiandohan’io taona 2019. Tsiahivina fa taraiky hatrany i Madagasikara eo amin'ny sehatry ny famatsiana herinaratra ary anton’izany ny mbola fanodidina ireo tobim-pamokarana herinaratra amin’ny alalan'ny solika sy menaka mavesatra.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famokarana angovoMbola lavitra ny lalana

Tontosa omaly tetsy Ampandrianomby ny fifanaovan-tsonia fifanaraham-piara-miasa teo amin’ny orinasa avy any Afrika Atsimo mamokatra angovo sy ny minisiteran’ny angovo, ny rano ary ny Akoranafo.

 

 Hanao fanadihadiana manokana ireo tompon’andraikitra ny Orinasa avy any Afrika Atsimo ireo ary aorian’izay dia hanomboka hanangana fotodrafitrasa mahakasika ny angovo izy ireo. Ny faritra Analamanga sy Tsiroanomandidy aloha no hisitraka ny tetikasa fametrahana tobim-pamokarana herinaratra mandeha amin’ny herin’ny masoandro raha ny fanazavana nomen’ny minisitra tompon’andraikitra omaly. Ny tobim-pamokarana herinaratra iray dia vinavinaina hamokatra hatrany amin’ny 5 MW. Na eo aza izany rehetra izany dia hita fa sahirana ny fitondram-panjakana ary maro be ireo ezaka mila iantsorohana.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miandry fahagagana

Hita taratra ny tsy firindran’ny fitantanana ny firenena sy ny fikorontanana ao anaty fanjakana ao.Tsy voahaja ny fisaraham-pahefana, hany ka mifanenjana ny minisitry ny fitsarana sy ny Talen’ny rantsana mpandray fitarainana eo anivon’ny Fiadidian’ny Repoblika.

 Ny Minisitry ny raharaham-bahiny lasa kandida ben’ny tanàna, ka ny Praiminisitra no miantsoroka vonjimaika ny toerany. Isan’ireo minisitera iankinan’ny fiandrianam-pirenena anefa io. Tao anatin’ny 9 volana, dia masoivoho any ivelany 4 no voatendry.Tsy misy vola ny fanjakana satria tsy maharesy lahatra ny mpiara-miombon’antoka, hany ka ny eo no ezahina havadibadika, hahafaha-manodina ny firenena aloha.Noroahina ny mpiasa tsy raikitra, nahena ny tetibolan’ny andrim-panjakana,…Mandeha ny pimaso amin’ny mpamatsy vola amin’ny fanehoana fa miady amin’ny kolikoly mba hahafahana mahazo famatsiam-bola, saingy miharihary ny fitanilana na ekena aza fa misy ny fampiharana lalàna. Mahagaga anefa fa fotoan-dehibe ny fivorian’ny firenena mikambana any New York, saingy toa nodian’ny filoha adala. Matahotra ny ho voatehamaina, toy ny tany amin’ny 10 taona lasa ve? Dia inona ihany izany no hatao amin’ity hambo-po diso toerana lava ity toy ilay hoe tsy mila fanampian’ny mpamatsy vola mahazatra?Tsy afaka ny hiala bala na hanilika rihitra any amin’ny hafa intsony satria efa manjaka tokana.Matoa nanao ny farahery sy nanao ny tsy fanao hatrany tamin’ny fandrombahana io fahefana io, dia tokony ho tahaka izany ihany koa ny hafainganana amin’ny fitondrana rivo-baovao sy fivoarana ho an’ny firenena. Hatreto, toa mbola tsy ampy angamba ny fahefan’ny filoha hampandroso sy hanarina an’i Madagasikara,  sa ve miandry fahagagana ?

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby à XV “GOLD TOP20-2019” Fantatra ireo ekipa iray vondrona

Tontosa omaly talata 24 septambra 2019 nanoloana ny solontenan’ireo mpandray anjara sy ny mpanao gazety,

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra Ligue 1 Analamanga 202016 ireo ekipa handray anjara

Raha novinavinaina ho ekipa 18 ireo handray anjara amin’ny fifaninanana fiadiana ny ho tompondakan’ny baolina kitra « Ligue 1 » Analamanga amin’ny taom-pilalaovana 2020 ity izay hanomboka amin’izao 2019 izao,

Tia Tanindranaza0 partages

Fivoriamben’ny ONU any New YorkTsy sahy nankany ny filoha Rajoelina ?

Tanterahina any New York any Etazonia nanomboka omaly 24 septambra ny fivorianambe faha-74 ho an’ny Firenena Mikambana na ny ONU.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fivoriamben’ny Firenena MikambanaNolazaina fa namono olona 4000 ny zandary Malagasy

Voaresaky ny ONG anankiray tao anatin’ny Fivoriamben’ny Firenena Mikambana na ny ONU tanterahina any New York Etazonia ny momba an’i Madagasikara.

 Tao anatin’ny  5 taona dia nisy ny hetsika ara-miaramila nataon’ny zandarimariam-pirenena, ka namonoana olona ankitsirano hatrany amin’ny 4000 na “execution sommaire” tsy mandalo raharaham-pitsarana sy tsy misy fanajana zon’olombelona, raha ny nambaran’io ONG io. Ho an’ny volana aprily-jona 2019, dia tanàna maro tany Betroka no lasibatry ny fanafihana. Any amin’ireo toerana manan-karena harena an-kibon’ny tany, dia nambara fa nisy ny famonoana mba hahakivy ny olona hiala hahafaha-mitrandraka ny harena, hoy ny ankapoben’ny tatitra.

Tsy mitombina

Nandiso tanteraka izany kosa ny avy amin’ny zandarimariam-pirenena fa tsaho izany, raha ny nambaran’ny Kolonely Ravoavy Zafisambatra. Tsy nisy ny famoizana  ain’olona afatsy ny mandritra ny fifandonana amin’ny dahalo. Tsy misy antony mihitsy hamonoana olona tsy manan-tsiny. Ny zandary dia manatanteraka ny asa fampandriana fahalemana no ataony any Atsimo, ary ao anatin’ny fanarahana tanteraka ny lalàna sy ny zon’olombelona. 

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pimaso ho an’AntananarivoTonga ny kamio hanala « fako politika »…

Hita nampiasaina tamin’ny Tagnamaro andiany faha-7 ny sabotsy teo ny « camions multibennes » lehibe, nampiasaina nitaona fako nandritra io hetsika io ny 21 septambra.

 

Tsara ny fananana fitaovana sy ny fanadiovana tahaka ireny. Fanontaniana mipetraka kosa ny hoe : an'iza marina ary ireo fiarabe ireo ? An’ny Minisiteran’ny serasera ? An’ny Fiadidian’ny Repoblika ? Fampitaovana vaovao ho an’ny SAMVA ? Ana orinasa na olona malala-tanana ? Volam-panjakana ve no nividianana izany izay tsy nisy tolo-bidy mazava mikasika ny tsenan’asam-panjakana sa an’iza marina ireo ? Ato anatin’ny fotoana akaiky fampielezan-kevitra eto Antananarivo no nanaovan’ny fanjakana izao fihetsika izao. Hatramin’izay niniana navela nivangongo teny ny fako misavovona, izay anjaran’ny fanjakana amin’ny alalan’ny minisiteran’ny rano ny manala azy. Mipoitra avy any ambadibadika any kosa ny fampitaovana amin’izao fotoana izao, izay heverina fa natao hanehoana fa tonga dia miasa sy mijery an’Antananarivo, mba hakana ny fon’ny vahoaka satria akaiky ny fifidianana. Hatrizay anefa ny nampiainana tao anatin’ny fako sy ny loto ny olona satria ninian’ny mpitondra tsy natao araka ny tokony ho izy ny anjara asany mba hanasoketana ny fiadidian’ny tanàna. Azony natao ihany izany fa niniana tsy natao, dia avy eo mody tonga masiaka mitondra vahaolana. Asa efa tokony ho nataony hatrizay ny mitaona ny fako miala eo amin’ny daban-jaoridira, ary ny teo anivon’ny Kaominina Antananarivo dia nilaza fa voaloa ara-dalàna ny vola tokony haloa amin’ny fanesoran’ny SAMVA ny fako. Tsara ny asa tahaka izao, ary mila tohizana fa tsy salorana ambadika politika foana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Niteny ny CFMBen’ny tanàna mendrika ho ray amandreny no ilaina

Manao antso hatrany ny komitin’ny fampihavanana Malagasy na CFM fa fifidianana ifotony tena ahitana taratra ny hoe fanjakana akaikin’ny vahoaka ny fifidianana ben’ny tanàna.

 

 Tsara ny mijery sy miomana mba ho tena ben’ny tanàna araka ny soatoavina Malagasy eo amin’ny resaka filaminana, fahadiovana, fampandrosoana, fahasalamam-bahoaka sy ny rehetra no hofidiana, hoy ny filoha lefitr’ity rafi-panjakana ity, Gérard Ramamimampionona. Fa indrindra koa mba ho ben’ny tanàna mendrika ny atao hoe Raiamandreny no hofidiana ao anaty filaminana sy fahamarinana. Mikasika ny resaka taom-baovao Malagasy, hoy izy, dia isan’ny antom-pisian’ny CFM ny hamaha io fifandroritana io. tsara jerena miaraka ny ara-tantara sy filozofia niaingana mba hanana taom-baovao iraisana ny Malagasy. Aleo ilay vato tany Toamasina no mizara roa fa ny firaisankinam-pirenena tsy hizara, hoy izy. Manahirana ny maheno hoe samy ho tratry ny ho avy rehefa volana janoary kanefa ny an’ny sasany martsa dia efa misy ho avy indray na septambra. Misy ny fiainana anatiny sy ivelany eo amin’ny zanak’olombelona, hoy izy, ka iny vato nizara iny mety ho vokatry ny tsy fitandremana tokoa fa etsy an-kilany anefa dia ny Malagasy mino ny razana, araka ny tenin’ny Ombalahibemaso hoe, mitoetra ao aminao foana ny fanahiko ry Laidama, hoy hatrany ity mpahay fiarahamonina ity. Ny hirariana dia mba tsy hanaovana resaka lavabe eto amin’ny firenena anefa iny, hoy izy, fa mba hiombona ny Malagasy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana eny ifotonyAfaka mahaleotena amin`ny alalan`ny hetra

Araka ny and. 149 ao anatin`ny lalàmpanorenana, “ny kaominina dia mandray anjara amin`ny fampandrosoana ara-toekarena, ara-tsosialy, ara-kolontsaina sy momba ny tontolo iainana eo amin’ ny fari-pifidianam-paritra misy azy.

 Ny fari-pahefany dia mikasika indrindra ny feni-kevitry ny lalàmpanorenana sy ny lalàna ary koa ny feni-kevitra momba ny fanatonana ny vahoaka, ny fampivoarana ary ny fiarovana ny tombontsoan` ny mponina”. Noho izany, ny asa sahanin` ny ben` ny tanàna sy ireo mpanolotsaina dia iankinan’ny fiainam-bahoaka andavanandro. Manana andraikitra amin`ny fanomezana alalana amin`ny fanonganana fotodrafitrasa na koa handrodana trano… Eo ihany koa ny fitakiana ny trosa na ny hetra miditra amin`ny tanàna. Ireo zavatra voakasiky ny lalàna ankapobeny mifehy ny hetra dia ny tanàna no tokony hizaka azy. Ny toerana misy indostria, ohatra, dia tsy maintsy misy hetra amin`ny ampahany miditra any amin`ny kaominina. Ny harena ankibon`ny tany dia misy ampahany miditra any amin`ny kaominina. Voalaza mazava ao amin` ny lalàna 2014-020 ao amin` ireo andininy 180 hatramin` ny 236 io fahaleovan-tena ara-bola io. Anisan` ny zava-dehibe amin` ny fampandrosoana ifotony sy ny fitsinjaram-pahefana tokoa ny fampidiran-ketra, ka andraisan` ny mponina anjara, ny fitantanana mangarahara. Anisan`izany koa ny fandriampahalemana izay mampiroboro ny fandrosoana ara-toekarena ary mety hampisongadina ny faritra.  Marihana fa mitombo hatrany ny elanelana eo amin` ny mpanankarena sy ny mahantra. Nohararaotin`ny mpanankarena ny krizy toekarena sady mbola mahazo tombony izy ireo amin` ny tsy fandoavan-ketra sahazy azy. Mila harenin`ny fanjakana ny fomba fandoavan-kevtra hahazoana famatsiam-bola hanatsarana ny raharaham-bahoaka.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana IRDEfa manjaka tokana fa tsy mbola mahavita ihany

Midangana ny vidim-piainana, saingy tsy manana vahaolana tena mafonja ny fanjakana.

 Nakarina 200 000Ar ny karama farany ambany, kanefa niakatra nanaraka izany ny vidin-javatra rehetra, indrindra fa ireo ilaina amin’ny fiainana andavanandro. Tafiakatra hatrany amin’ny 90 000Ar ny vary iray gony, misy efa 8000 Ar ny litatry ny menaka, manomboka miakatra koa ny saran-dalan’ny taksibrosy, miroborobo ny sehatra tsy manara-dalàna. Malalaka amin’ny fomba hoentiny mitondra ny firenena ny fanjakana Rajoelina. Tsy misy ny gafy na ny fingampingana ara-politika mahazo ny mpitondra amin’izao fotoana, tsy tahaka ny nataon’ny ekipan’ny TGV sy ny MAPAR tamin’ny andron’i Hery Rajaonarimampianina. Vao nanomboka ny fitondrana tamin’izany, dia natao enjika adala, ary nofinganina hatramin’ny farany kanefa ny zavatra nataon’ny fanjakana HVM ihany hatreto no taingenana sy ezahina lazaina fa velirano. Tsy mitovy mihitsy ny rivotra politika tamin’izany sy ny tamin’izao satria na ireo nijoro ho mpanohitra aza dia mamela malalaka ny fitondrana hiasa an-kalalahana ary tsy manohitra fandrosoana fa manohitra ny zavatra heveriny fa tsy mety amin’ny fomba fitantanana ny firenena. Ny fanjakana indray no mihantsy ady sy manao ho anton-draharaha ny fanenjehana ny mpanohitra, raha jerena amin’ny natao tamin’ny lalàna mifehy ny fanoherana, fanenjehana sy fampandovana onitra hatrany amin’ny 10 tapitrisa ny mpanao gazety,… Naman’ny efa hivalona ny herintaona nitondrana satria ny 3 volana farany amin’ity taona ity, dia ny resaka propagandy sy fifidianana ben’ny tanàna no hitana anjara toerana goavana amin’ny raharaham-pirenena. Izay ambara fa vahaolana sy fampandrosoana mbola lavitry ny kitay ny afo, fa tsy arakaraka ny natao tany amin’ny propagandy hoe tsy miandry zato andro izany, fa tonga dia mandeha ny fampandrosoana. Tsy misy manakana sy mamingana azy, fa ilay fanjakana mihitsy no tsy misy hatokona sy tsy mahazaka firenena, ka ny manangam-pahavalo sy manangon-karena angamba no tena laharam-pahamehana ao.

 

Toky RHaut du formulaire

Bas du formulaire

 

 

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA SY TOAMASINA : Ahitana vola sandoka 20 000ar miparitaka

Tsy nanampo inona ilay mpamily fa ny namany tao an-trano no nahatsikaritra fa vola sandoka ilay vola, satria tsy ahitana ny sarin’ny lohan’omby raha tarafina. Mitovy amin’ny tena izy ilay vola sandoka 20 000Ar misy manaparitaka ity, ka mila mitandrina ny vahoakan’Antsiranana mba tsy ho mora voafitaka. 

Manaitra ny tompon’andraikitra isan’ambaratongany voakasika mba hanara-maso akaiky amin’ny fisian’ny vola sandoka 20 000Ar miparitaka eto an-tampon-tanànan’Antsiranana izao. Raha misy ny iray dia tsy maintsy misy ny faharoa, ny tiana hiaviana dia heverina fa tsy iray ihany ny mpanaparitaka vola sandoka ity ka ilaina fandraisana andraikitra. Amin’ny ankapobeny dia laharana mitovy ihany ny vola sandoka, tahaka ity nahavoafitaka ilay mpamily bajaj dia laharana B02550488.

Tsy Antsiranana irery. niverina nahazo vahana tao anatin’ny andro vitsy ihany koa ny fiparitahan’ny vola sandoka ao Toamasina. Mpivarotra maromaro no efa lasibatra tamin’ity herinandro ity. Mbola vola sandoka 20 000 Ar ihany koa. Amin’ny andro hariva no tena famelezan’ireo mpanao izany. Raha ny fitantaran’ny mpivarotra iray izay lasibatra tao Tanambao V ny harivan’ny alatsinainy lasa teo, dia nividy fahana finday miisa dimy amin’ny 1 000 Ar ilay mpanakalo vola sandoka. 

Ny marainan’ny 24 septambra vao tsikariny fa vola sandoka ilay vola azony. Araka ny loharanom-baovao azo avy tamin’ny mpitandro filaminana, dia mpivarotra maromaro no efa naharaisana fitarainana momba ny fisian’ny vola sandoka 20 000 Ar mifamezivezy.  Mila mitandrina noho izany ny rehetra.

Mpanjono sy TH

Ino Vaovao0 partages

LAKANA RENDRIKA : Zaza iray mbola tsy hita, tsy mahatsiaro tena ny reniny

Tsy mafy ny rivotra ary tsy nanao ‘surcharge’ izy ireo, satria tsy maro ny entana. Tonga teny amin’ny lalina akaiky ny sambo izy ireo dia nilentika tampoka ny fanary na ‘balancier’-n’ilay lakana. Tsy lavitra ny tafian’ny baka izy ireo no dobo ary mahatazana tsara ny sisin-dranomasina, saingy tsy nisy nanavotra araka ny nambaran’ireo mpandeha. Tafiala lakana ilay ramatoa ka izay no nahadobo azy sy ilay zaza. Tsy navelan’ny reniny ilay zaza fa notazominy mafy ka io zaza io no tsy hita. Ilay reniny kosa avotra satria nisy olona avy any Sotema tonga teny amin’ny tafia ka nanery ireo coque teo hanavotra ireo olona dobo. 

Avotra soa aman-tsara ny ankamaroan’izy ireo saingy ilay ramatoa renin’ny zaza kosa no efa reraka ary nentina notsaboina any Androva. Nanambara hatrany ireo mpandeha fa nisy coque nandalo nefa dia nijery azy ireo fotsiny fa tsy nanavotra.  Tsy nanavotra toy izany koa ny tompon’andraikitra tokony hanao izany. Rehefa nanontaniana kosa ireo teo anivon’ny Apmf dia mifanohitra tanteraka amin’izay voalazan’ireto mpandeha nambarany. “ Soa ihany fa nisy an’ny “adjoint-n’ny commandant de brigade-n’ny zandary sy ny chef d’opération de sauvetage en mer. Ireto farany no nanome baiko ny vedety roa izay ho any Katsepy nanavotra ireo mpandeha tao anatin’ilay lakana dobo”, hoy ity tompon’andraikitra ity. 

Raha ny fahitan’ny olona sasany izany loza izany dia ny fahabetsahan’ny mpandeha tao anatin’ilay lakana no anisany antony nahatonga ny loza. Nanamafy kosa ireo mpandeha izay nanontaniana fa loza toy ny loza rehetra no niseho fa tsy nisy tandrevaka. Araka ny loharanom-baovao  amin’ny lakana sy coque miasa ao Mahajanga dia ny olon-dehibe ihany no misy salotraina fa ny zaza dia tsy misy ka tsara ihany raha asiana salotraina atokana ho an’ny zaza.

Vanessa sy A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAM-PAHALEMANA : Tovolahy iray 21 taona maty noho ny tsatok’antsy

Maty tsy tra-drano ity tovolahy vao 21 taona monja avy any Antananarivo ka miasa eto Mahajanga ity, rehefa voa teo akaikin’ny fony. Telo lahy izy ireo no niaraka avy nitsangatsangana amin’ny bol de la mer, ka nandalo tamin’iny pont blanc iny mankany amin’ny lalana Amborovy. Vao tamin’ny 7 ora sy sasany teo izany ny alahady teo. Teo anelanelan’ny pont blanc sy bar Néné no nisehoan’izany fanafihana izany. 

Vao tsy ela izay dia tovolahy iray mpiala sasatra avy any an-drenovohitra koa no notafihan’ny andian- jiolahy teo Amboaboaka amin’ny lalana miditra amin’ny Cambil Port iny. Tsy nanampo na inona na inona izy rehefa nifanena tamin’ny andiana zatovo. Tsy misy ahafantarana azy ireo jiolahy, hoy ny fanazavany. Efa dify kely izy no niverenan’ireo jiolahy  notadihana avy ao aoriana ka nokapohin’izy ireo vato ny lohany ary nodarohan’izy ireo hakana ny finday teny aminy sy ny kaskety. Tsy andro alina akory anefa izany fa mbola mazava ary ny nahita dia nitazan-davitra avokoa fa tsy nisy sahy nandray andraikitra noho ny tahotra. Mirongatra indray ny tsy fandriam-pahalemana tato ho ato. 

Manjaka ny fandrobana sy fanendahana ataon’ny jiolahy. Araka ny nambaran’ny mponina dia manomboka eo amin’ny pharmacie Belvedère, mandalo amin’ny maki loc iny midina amin’ny shoprite, mandalo amin’ny gastro Pizza sy pont blanc ary Amboaboaka ka hatreny amin’ny mazava huile no anjakan’ireo jiolahy ireo. Tsy vitan’ny mpandeha an-tongotra fa hatramin’ny bajajy dia sakanan’izy ireo. Efa betsaka ny nitondra faisana. Herinandro vitsivitsy izay dia efa niditra amin’ny famakiana trano koa izy ireo ka trano roa no lasibatra tao anatin’ny alina iray, teo Amboaboaka sy Mahavoky avaratra iny. Araka ny nambaran’ny fokonolona moa dia tanora eny amin’ny manodidina ihany izy ireo ka lasa ny fokonolona indray no mihorohoro fa izy ireo dia tsy misy tahotra mihitsy. Andrasana ny fandraisana andraikitry ny tompon’andraikitry ny filaminam-bahoaka sy ny fandriam-pahalemana satria efa taona maro no fantatra fa mamokatra jiolahy iny fokontany Tsararano sy ny manodidina iny. Ilaina ihany koa ny fiaraha-miasa amin’ny sefo fokontany sy ny ray aman-dreny hamongorana ny asan-jiolahy izay efa mampiteny ny moana mihitsy amin’iny faritra iny. Tamin’ity indray mitoraka ity dia finday iray no namoizana ain’olona.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FITONDRAM-PANJAKANA : Miezaka manome lanja ny Tafika Malagasy hatrany

 “Miezaka manome lanja ny foloalindahy malagasy amin’ny alalan’ny fampitaovana ny fitondram-panjakana ankehitriny mba hahafahantsika manao ny asantsika sy manafoana ny asan-dahalo, mitaky fanetren-tena avy amin’ny tsirairay indrindra amin’ny fanajana ny hafa nefa izany. Misy adidy angatahina hotanterahinareo izay tsy inona fa ny fanatanterahana ny baiko omen’ny lehibe isan’ambaratongany mba hampandry fahalemana ny tany. Ianareo no tandroka aron’ny vozona sy andrin’ny firenena ka tsy tokony hialangalana” .Izay no hafatra nampitain’ny minisitry ny fiarovam-pirenena, ny Jeneraly Rakotonirina Léon Richard, omaly nandritra ny fanatanterahana ny hazakazaky ny firaisan-kina izay nandraisan’ny hery vonjy taitra rehetra eto Madagasikara anjara.

Notsipihin’ity minisitra ity koa fa tokony hanaja ny zon’olombelona mandrakariva ny mpitandro filaminana eo am-panatanterahana ny asany. Natamberiny teto ny tsy nety nataon’ny mpitandro filaminana tamin’ny fitifirana ilay jiolahy efa nilavo lefona tetsy Ampefiloha. “Anjaranareo ny manao ny asanareo ara-dalàna ao anatin’ny fanajana ny zon’olombelona satria tafiditra ao anatin’ny fanekena nataonareo izany”, hoy hatrany ny minisitra.

Notsindrian’ny minisitra koa teto fa tsy tokony hihemotra amin’ireo tsikera sy fanaratsiana ny Tafika Malagasy ny mpitandro filaminana. “Misy karazan’olona manaratsy fotsiny ny Tafika Malagasy satria tsy mifanaraka amin’ny tanjona kasainy ny asan’ny mpitandro ny filaminana. Tsy tokony hihemotra amin’izany nefa ianareo fa mila mijoro sy mampiseho fa manana ny maha izy azy izany Tafika Malagasy izany. Miaro ny vahoaka sy ny fananany, tia ny tanindrazany ary manaja ny zon’olombelona”, hoy ny hatrany ny jeneraly Rakotonirina Léon Richard.

N.A

Ino Vaovao0 partages

LALAM-PIRENENA FAHAEFATRA : Fiara iray nivarina anaty hantsana, iray maty telo hafa naratra

 Fiara Starex iray no nivarina tany anaty hantsana.  Vao mangiran-dratsy no niseho ny loza. Araka ny fantatra, mpiala sasatra avy any Mahajanga hiakatra ho aty Antananarivo ireto niharan-doza ireto.  

4 mianaka no tao anaty fiara, vehivavy iray no fantatra fa maty tsy tra-drano teo noho eo, telo hafa naratra mafy ary tapaka ihany koa ny tongotr’ilay raim-pianakaviana. Araka ny loharanom-baovao voarainay dia teo amin’ny PK48 avy any Mahajanga alohan’ Ambovondramanesy no nisehoan’ity loza mahatsiravina ity. Tsy mbola fantatra mazava hatreto izay niavian’ny loza fa raha ny nambaran’ireo nanatri-maso dia hevirina fa noho ny fahatapahan’ny hisatra no nahatonga izany.

N.A

Ino Vaovao0 partages

ANALAMANGA SY BONGOLAVA : Hisitraka herinaratra avy amin’ny herin’ny masoandro

Hapetraka afaka 6 volana ny fotodrafitrasa ary efa eo am-pandinihana ireo pitsopitsony rehetra ilaina amin’izany ny tompon’andraikitra amin’izao fotoana izao. Ny orinasa “Little Rock” avy any Afrika Atsimo no miantoka ny fanatanterahana ny asa. Vita sonia omaly ny fifanarahana teo amin’ity orinasa ity sy ny minisitra tompon’andraikitra.

Nambaran’ny minisitry ny angovo sy ny rano ary ny akoran’afo, Vonjy Andriamanga fa hampitomboina avo roa heny ny famokarana herinaratra eto Madagasikara, ka tsy maintsy irosoana ny femetrahana tetikasa vaovao sy goavana tahaka izao.Tanjona amin’ny fametrahana izany koa, hoy izy, ny fampidinana ny vidin’ny herinaratra eto Madagasikara sy hanafoanana ny fahatapahan-jiro mateti-pitranga rehefa vanim-potoana maha kely ny rotsak’orana tahaka izao.

“Ireny toby famokarana herinaratra azo avy amin’ny masoandro ireny dia hahazoantsika mampidina ny saran’ny famokarana herinaratra eto Madagasikara. Ritra ny rano rehefa main-tany tahaka izao, tsy mahavita manodina ny milina mamokatra herinaratra akory ka ilaina ny mametraka paikady vaovao hialana amin’ny fahatapahan-jiro”, hoy ny fanazavan’ny minisitra, Vonjy Andriamanga.

Nambarany fa mbola dingana voalohany ihany ity fifanaovan-tsonia teo amin’ny minisiteran’ny angovo sy ny orinasa “Little Rock” ity fa mbola hisy koa aorian’izao ny firosoana amin’ny dingana lalindalina kokoa mahakasika ny fiaraha-miasan’i Madagasikara sy ity orinasa ity. “Omena enim-bolana izy ireo hanaovany ny fanadihadiana rehetra mahakasika ny fananganana ireto toby famokarana herinaratra azo avy amin’ny masoandro ireo ary rehefa tapitra izay enim-bolana izay vao afaka manao tombana isika raha mety na tsia ny fananganana ireo”,  hoy koa ny fanazavan’ny Minisitra.

N.A

La Vérité0 partages

Sécurisation du baccalauréat 2019 - L’identité des candidats assignée au code-barres

Vers l’automatisation de l’organisation du baccalauréat  pour Antananarivo. A partir de cette session des examens de fin d’études secondaires, l’office du baccalauréat met en œuvre un nouveau système technologique portant sur la sécurisation des informations  des  candidats. Désormais, elles  sont assignées au code-barres afin de préserver leur identité jusqu’à la publication officielle des résultats.  Selon Rakotonasy Solonjaka, directeur des examens nationaux, une fois l’inscription clôturée, une base de données a été établie.

En servant du nouveau logiciel, les informations des candidats ont été traduites sous forme de code-barres. Et durant les épreuves écrites, les candidats  auront ainsi droit à une feuille de copie en plus des brouillons et surtout un code-barres sous forme d’autocollant. Depuis de longues années, l’identité des candidats avec leurs notes respectives est connue au cours de la transcription. Désormais, elle ne sera visible que par les informaticiens à quelque temps de l’impression. Même les chefs de centre, les secrétaires, les correcteurs n’auront plus accès à cette information, précise ce premier responsable des examens nationaux.

Toutefois, l’application de cette nouvelle technologie est lancée progressivement. Ce qui veut dire que ce programme n’affecte pas tous les candidats. Mais pour la prochaine année scolaire, elle se portera sur tous les inscrits et  concernera toutes les étapes d’organisation  à commencer par l’informatisation de l’inscription en passant par la convocation jusqu’à la publication des résultats.

Il est à noter que 67806 candidats de l’enseignement général passeront l’épreuve écrite durant la semaine du 30  au 4 octobre  et  seront répartis dans 118 centres et surveillés par 5 906 personnes. Tandis que pour l’enseignement technique qui se déroulera  du 07 au 10 octobre, le nombre de candidats est de 5 488.  Par ailleurs, 10 d’entre  eux sont  des candidats spécifiques à savoir des malvoyants, malentendants et de nationalité étrangère. Le benjamin  est âgé de 12 ans tandis que le senior a actuellement 68 ans. En outre, 283 agents des Forces de l’ordre seront mobilisés afin d’assurer leur sécurité et celle des centres d’examen sans oublier les sujets et les feuilles de copies.  Pour que les résultats puissent sortir le mois d’octobre, 1639 individus procèderont à la correction dès la première journée de l’examen.

K.R.

La Vérité0 partages

Andohatapenaka - Une piétonne meurt poignardée

Les agressions meurtrières semblent refaire surface à Andohatapenaka. Vers 19h mardi, une femme de 35ans, en rentrant chez elle, a perdu sa vie à la suite de son agression par un ou des inconnus. Ce(s) derniers l’ont attaquée avec  un objet tranchant. La pointe acérée de ce dernier s’est enfoncée dans la  région de l’aisselle gauche de la victime, juste à un point situé non loin du cœur, sectionnant ainsi au passage une grosse artère. La victime ne mourut pas sur le coup. Des volontaires l’ont transportée d’urgence à l’HJRA Ampefiloha où elle fut opérée.

 

Malheureusement, les ultimes tentatives des médecins n’ont pu la sauver. Quelques moments après l’intervention chirurgicale, la trentenaire a rendu l’âme. Plusieurs questions restent encore sans réponses pour tenter de percer le mystère sur l’agression de cette piétonne. L’on se demande par exemple pourquoi l’avoir tuée ? Là, personne ne trouve la réponse adéquate. Le téléphone portable et une somme de 100000 ariary  qui se trouvaient  sur la victime n’ont été touchés. L’autre, c’est d’essayer aussi de comprendre si la victime aurait tenté ou non de résister. Sans doute, elle aurait voulu se défendre.Une situation  qui a  poussé l’agresseur à employer les grands moyens : l’éliminer. Des observateurs estiment donc que l’assassin, une fois qu’il eut constaté que la victime s’est effondrée, a pris rapidement la fuite.

Notons que la trentenaire fut célibataire et n’a pas d’enfant. On ne connaît pas grand-chose sur sa vie privée sauf qu’elle serait une proche d’un haut responsable au sein même de l’HJRA. Actuellement, on ignore où on est avec l’enquête. Interrogée, la Brigade criminelle a affirmé n’avoir pas encore reçu de plainte à ce sujet, du moins pour la journée d’hier.  Ce n’est pas la première fois qu’une personne a perdu la vie dans le quartier d’Andohatapenaka. L’année dernière, deux jeunes femmes y ont été assassinées dans des circonstances similaires dont l’une sous les yeux de son petit ami. De son côté, le chef du  fokontany d’Andohatapenaka a souvent  argué que les assaillants viendraient des quartiers voisins comme Ampasika, etc. mais rarement du coin.

Franck Roland

 

La Vérité0 partages

Agriculture - Un nouveau calendrier cultural des paysans

Changement climatique oblige, les paysans s’adaptent. Un film de Movie Mada, financé par le Centre de recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et publié il y a une semaine, met en avant les effets du changement climatique sur l’agriculture. Etant donné que la saison de culture connue dans la période d’avant n’est plus d’actualité, les paysans s’adaptent désormais à un nouveau calendrier. « Auparavant, durant ma jeunesse, on récolte du riz au mois de mai. A cette période, tout le monde se sentait heureux car il y avait suffisamment de pluie.

Or, actuellement, en mai, il n’y a plus une goutte de pluie. Ce qui n’est donc pas favorable aux récoltes. Avant, le calendrier cultural était bien établi. Ainsi, la saison des récoltes a été bien définie. Maintenant, nous devons nous adapter au changement climatique pour survivre au risque de se retrouver dans la famine », explique M. Randriakavy, paysan dans la Région du sud-est.

« L’extrême violence du dernier cyclone a détruit toutes mes rizières que je venais de repiquer ainsi que mes autres cultures dans la colline. De surcroît, après cette période, les paysans de la région ont subi la sécheresse. La pluie n’était pas tombée pendant neuf mois. Dorénavant, celle-ci tombe trop tôt ou trop tard. Cette situation a fait basculer le calendrier cultural », continue M. Michel, cultivateur dans la même Région.  

Migration

Face à cette situation, les paysans font la chasse à la terre fertile. Ils migrent d’une région à une autre. « A cause de l’extrême sécheresse et les vents violents que nous subissons ici depuis de nombreuses années, beaucoup de familles sont parties à la recherche de terre beaucoup plus fertile et immigrent vers le nord.  Dans ma famille par exemple, il a fallu vendre tout ce qu’on possédait, que ce soient nos zébus, nos chèvres, et même les ustensiles de cuisine », explique un paysan du sud.

Les aires protégées restent la première cible de ces migrants pour pratiquer la culture sur brûlis et couper les bois en vue d’en fabriquer du charbon. C’est d’ailleurs le cas du Menabe Antimena et du Parc National d’Ankarafantsika. La forêt de Mikea a également été victime du même sort jusqu’à ce que tous les arbres disparaissent. « Avant, cet endroit a été recouvert de forêt, mais les migrants sont venus la défricher pour subvenir à leurs besoins. Plus tard, quand notre forêt a commencé à disparaître, tout défrichement est devenu formellement interdit. Par conséquent, tous ces migrants sont partis », rapporte M. José, habitant de la forêt de Mikea.

Recueillis par Solange Heriniaina

 

La Vérité0 partages

Naina, le toubib !

La Ville des Mille est malade. Gravement malade ! Tel un patient, à l’état végétatif avancé en réanimation, Antananarivo a besoin des soins intensifs urgents. En l’état actuel des choses, elle nécessite la présence effective d’un médecin traitant compétent et suffisamment expérimenté. Un toubib capable de diagnostiquer l’origine exacte des maux et par la suite prescrire les remèdes requis. L’état de santé de la « patiente » est grave. Obligatoirement, on doit faire appel à un spécialiste. Car il en faut recourir à des traitements en profondeur jusqu’à éradiquer la racine du mal. Les interventions du genre « pommades » ou « pansements » superficiels ne suffisent plus. Le risque de cancer nécessitant à des opérations chirurgicales précises et délicates n’est pas à écarter. Bref, la Ville des Mille va mal, très mal !

 

Antananarivo est la Capitale de Madagasikara et cela depuis la nuit des temps. Andrianjaka le premier souverain ayant pris siège à Analamanga en 1610 décida d’y installer ses mille guerriers et en fit la Capitale de son royaume. La « cité des mille » (Tananan’ny Arivo) restera, par la suite, le siège de la royauté. Le pouvoir colonial qui imposa ses volontés selon la loi d’annexion du 6 août 1896 garda Antananarivo comme Capitale et la Première République après le retour à l’indépendance, en 1960, en fit de même. En dépit de certaines velléités de certains politiciens, en mal d’inspiration, de vouloir déplacer ailleurs le siège du Gouvernement, Antananarivo reste et demeure la Capitale de Madagasikara du moins jusqu’à ce jour.

Jadis et naguère, Antananarivo fut une ville « coquette » et paisible à vivre. Il faut faire honnêtement la part des choses selon quoi le pouvoir colonial avait apporté une touche louable à la modernisation de la ville. Un plan d’urbanisme digne des grandes capitales africaines fit son apparition.

La Première République a su, tant bien que mal, garder la beauté et le charme de la ville. Mais tout s’était balancé à l’avènement du régime socialiste de l’Amiral Didier Ratsiraka plus précisément durant la gestion catastrophique de l’AKFM qui monopolisait le pouvoir à Antananarivo. Après vingt-cinq  ans de règne sans partage, le parti d’Andriamanjato Richard a détruit la ville. Le clientélisme politique de l’AKFM mit à mal la Capitale. Les élus successifs à partir de 1999 n’ont pas ménagé leurs efforts pour redresser la Ville des Mille afin qu’elle retrouve son lustre d’antan. Andry Rajoelina  réussit à ressusciter l’Hôtel de Ville et à construire de grandes infrastructures comme le Coliseum  d’Antsonjombe ou du stade Maki à Andohatapenaka.

Le retour aux manettes du TIM à Antananarivo depuis 2015 avec l’élection de Lalao Ravalomanana au poste de maire signa l’arrêt de mort de la Ville des Mille. En effet, totalement à côté de la plaque, Mme le maire, l’épouse de l’ancien Chef d’Etat qui n’est autre que son conseiller spécial, précipita la déliquescence de la ville.

Antananarivo est malade, très malade ! Les concitoyens doivent nécessairement faire appel à un toubib compétent et expérimenté, doué dans le genre de traitements des maladies compliquées et délicates. Et comme la Ville des Mille ne mourra jamais tout comme son nom l’indique « Ny Arivo lahy tsy maty indray andro », Naina Andriantsitohaina, le toubib recherché, se présente.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Secteur minier - Amélioration du climat des affaires attendue

Après l’affaire Base Toliara, celle de la carrière de Bekiposa Ikalamavony a attiré l’attention du Syndicat patronal malagasy (SPAM). En effet, il y a une semaine, les représentants du ministère des Mines et des Ressources stratégiques ont saisi une tonne de tourmaline d’un opérateur économique œuvrant dans ce District. Face à cette situation, le SPAM interpelle le Gouvernement pour protéger les exploitants nationaux et améliorer le climat des affaires. Les membres dudit syndicat ont alors organisé une conférence de presse mardi dernier à Ambodivona.

« Les opérateurs économiques dans l’industrie extractive s’inquiètent désormais de leur sort suite à l’éclatement de l’affaire Bakisopa Ikalamavony. Nous sommes ravis que le Gouvernement assainisse le secteur mais nous réclamons la protection des exploitants formels, notamment ceux qui respectent leur cahier des charges. Un millier de personnes exercent en ce moment dans l’irrégularité, entre autres les petits exploitants d’Ilakaka. En tant que syndicalistes, nous défendons l’intérêt des entrepreneurs et demandons à l’Etat de regarder de près le climat des investissements pour que le secteur minier devienne vraiment un pilier du développement de l’économie de Madagascar », avance Nirihaja Ratsimbaharimanantsoa, président du syndicat patronal de Madagascar.

Concernant l’affaire de Bekiposa Ikalamavony, le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra a annoncé vendredi dernier dans une chaîne de télévision privée que « l’Etat a déjà pris en main cette affaire, mais la discrétion sur le sujet s’explique par le respect des procédures d’enquête ».

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Décentralisation effective - 11 gouverneurs nommés

C'était une promesse de campagne du Président de la République Andry Rajoelina. Hier en Conseil des ministres, le Président de la République a pris le décret sur les Gouverneurs et celui portant nomination des Gouverneurs. En application de ce texte, onze gouverneurs sur 22 Régions ont été nommés hier même. Hery Rasoamaromaka est ainsi nommé gouverneur de la Région Analamanga. Le sénateur René de Rolland Lylison hérite du gouvernorat de la Région Sofia.

 

Les anciens députés Jerry Hatrefindrazana et Lova Narivelo Razafindrafito sont nommés gouverneurs respectivement de l'Anosy et de la Haute-Matsiatra. Tokely Justin (SAVA), Randriantsoa Mong Wai-Tune Serge Lucky (Menabe), Soja Tsimandilatse Lahimaro (Androy), Tovondrainy Andriantsitohaina Ranoelson Edally (Atsimo Andrefana), Ramandehamanana Richard (Alaotra Mangoro), Andriamanana Solofonirina Maherizo (Itasy) et Mahafaky Justin (Atsimo Atsinanana) viennent compléter la première liste de gouverneurs nommés par le Chef de l'Etat.

Suivant le décret sur les gouverneurs, ceux- ci seront chargés des actions de développement dans les Régions, selon les lois en vigueur. L'objectif de la mise en place de ces gouverneurs est de donner plus d'autonomie aux Régions, selon les promesses du Chef de l'Etat dans le cadre de ses Velirano. Selon le rapport relatant les décisions prises lors du Conseil des ministres, dès leurs nominations, chaque gouverneur sera doté d'un crédit de 1 milliard d'ariary pour effectuer les travaux d'urgence tels que la réfection des routes, la réhabilitation des marchés ou autres infrastructures utiles au quotidien pour la population, et ce dans un délai de trois mois.

Selon l'article 58 de la loi 2014-020 sur les collectivités territoriales décentralisées, les chefs de région, appelés dorénavant, gouverneurs, sur  la  base  du  schéma  régional  de  l'aménagement  du  territoire,   préparent et  proposent  "un  plan  régional  ou  des  projets  régionaux  de  développement  à  intégrer dans  le  programme  d'investissement  public  de  l'Etat".

La rédaction

La Vérité0 partages

Exemption de visa pour les pays de la SADC - Des avantages et des menaces pour Madagascar

Libre circulation. C'est dans cet esprit qu'un accord d'exemption de visa entre Madagascar et les pays membres de la SADC (Southern African Development Community) et de la Commission de l'Océan Indien (COI) est en cours de concrétisation. Le principe est de faciliter le déplacement des ressortissants de chaque pays membre dans cette zone régionale et ce sans la nécessité d'un visa. Rappelons que les principaux pays concernés sont l'Afrique du Sud, l'Angola, le Botswana, le Lesotho, Madagascar, le Malawi, l'île Maurice, le Mozambique, la Namibie, la République démocratique du Congo, les Seychelles, le Swaziland, la Tanzanie, la Zambie, le Zimbabwe, et les Comores. L'île de la Réunion, Mayotte et les Maldives bien qu'elles se trouvent dans la région de l'océan Indien ne figurent pas sur la liste des pays adhérant à cette libre circulation.

 

Une disposition qui présente de nombreux avantages mais également des risques pour la Grande île. Le premier avantage est que tous les Malagasy bénéficieront de cet accord et pourront désormais voyager librement dans les autres pays membres de la SADC. Plus de visa pour faire le tourisme dans ces pays dont certains ont une renommée mondiale dans ce domaine. Sur le point de vue économique, cette disposition ne peut être que bénéfique car facilitera les échanges de biens et de services entre les pays.

Fragilité monétaire

En revanche, Madagascar apparaît comme le plus fragile par rapport à la faible valeur de sa monnaie. Ainsi, les Sud - africains auront, par exemple, plus intérêt à s'installer dans la Grande île que les Malagasy qui désirent travailler ou élire résidence au pays de Nelson Mandela. Il en est de même pour les Mauriciens ou les Seychellois.

Bien que ledit accord prévoie une mesure de suspension temporaire en cas d'urgence dans un Etat membre pour des raisons de sécurité nationale, d'ordre public, de santé publique ou autres menaces graves, Madagascar devrait également revoir ses dispositions de sécurité. En effet, des malfaiteurs pourraient profiter de cette nouvelle libéralisation pour étendre leur champ de forfait. Sans verser dans le pessimisme voire la paranoïa, le fait que le pays a toujours été et demeure une plaque tournante pour les trafiquants de drogue n'est pas non plus à prendre à la légère. A preuve, la grosse prise de drogue dure dans la région d'Atsinanana importée par un Sud Africain.

Bref, la concrétisation de cette nouvelle disposition requiert  la prise de mesures de protection aussi bien au niveau économique que sécuritaire afin de réduire les éventuels « effets pervers » pour le pays.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Elections municipales et communales - 45 candidats élus maires avant l’heure…

La Commission électorale nationale indépendante a publié hier la liste officielle des candidats aux élections municipales et communales du 27 novembre. Sur les 6317 dossiers parvenus auprès des Organes de vérification et d’enregistrement des candidatures, 42 dossiers ont été recalés.  Des candidats aux mairies ont été enregistrés officiellement dans chacune des 1695 Communes que compte la Grande-île. Il est toutefois à signaler que 45 Communes n’auront chacune qu’un seul candidat maire lors du scrutin municipal. Sans adversaires, ces 45 candidats ont déjà plus qu’un pied au sein des mairies.

 

58 dossiers de candidatures pour les élections de conseillers municipaux et communaux sur les 4960 enregistrés et vérifiés auprès des OVEC, ont été recalés par la CENI. Aucune liste de candidat n’est en revanche recensée dans 8 huit Communes. C’est le cas notamment d’une Commune dans le District de Besalampy, de deux Communes dans le District d’Ambatondrazaka et de cinq Communes dans le District de Marolambo. Une seule liste de candidats aux postes de conseillers communaux a été enregistrée dans 148 Communes.

Pour les Communes où aucune liste de candidats aux fonctions de conseillers n’est recensée, aucune élection n’aura lieu le 27 novembre. Des élections partielles devront être organisées dans ces Communes quelques mois après la publication des résultats officiels des élections municipales et communales, par les Tribunaux administratifs du pays.

Pour les Communes où un seul candidat à la mairie ou une seule liste de candidats au conseil municipal et/ou communal est enregistré, les élections devront se dérouler conformément à la procédure, signifie le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo.

La CENI précise toutefois que ces chiffres pourraient être amenés à subir des changements jusqu’à ce samedi. En effet, des dossiers de candidatures rejetées font encore l’objet d’instruction auprès des Tribunaux administratifs du pays et attendent les décisions de justice.

Des cas particuliers auraient été enregistrés dans quelques Communes. C’est le cas notamment pour trois circonscriptions où des candidats aux élections municipales et communales sont décédés, entre le dépôt de leurs dossiers de candidature auprès des OVEC et la publication de la liste officielle par la CENI.  Deux sont candidats à des postes de maire tandis que le dernier est tête de liste pour devenir conseiller. Etant donné que les décès sont intervenus au-delà du délai légal de dépôt de candidatures, la liste demeure valide, le candidat décédé est remplacé par son suivant dans la liste.

Suite à la publication de cette liste officielle et définitive, la prochaine étape pour les candidats consiste à l’ouverture officielle de la campagne électorale, prévue débuter le 5 novembre et clôturer le 26 novembre.

La rédaction

La Vérité0 partages

Programme « Fihariana » - Accélérer le déblocage du financement de projets

Un pas vers la concrétisation du programme national. La Société nationale de participations (SONAPAR), la banque BNI Madagascar, l’association Tahiry et le programme national « Fihariana » ont donc procédé, hier au palais d’Etat d’Ambohitsorohitra, à la signature de convention sur le financement de projets des entrepreneurs. Cette signature marque une étape importante dans l’avancement de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes. Effectivement, l’objectif étant d’accélérer le déblocage des financements pour les projets permettant ainsi la formalisation des entreprises, surtout au niveau du paysannat.

« "Fihariana" est un programme structurant pour notre économie. En promouvant la création d’entreprises, ce programme favorisera la création de valeurs et d’emplois, et en même temps l’accroissement des revenus de l’Etat à travers les différents impôts et taxes. C’est pourquoi le Président de la République attache une attention particulière à sa mise en œuvre. Cette signature cadre ainsi dans cette attention », soutient Valéry Ramonjavelo, secrétaire général de la Présidence de la République. « Nous voulons favoriser l’accès au financement, surtout aux paysans - œuvrant seuls ou groupés au sein d’une association. Nous faisons en sorte donc que cet accès soit plus rapide et plus fluide à travers notre réseau d’agences et nos agents ouverts aux besoins de chaque entrepreneur », rajoute Alexandre Mey, directeur général de la BNI Madagascar, banque partenaire du programme.

Toujours dans cet esprit, cela fait 6 mois que toute l’équipe de « Fihariana » travaille jour et nuit pour la mise en œuvre de ce programme national. A titre de rappel, plus de 80 000 dossiers ont été recueillis, et près de 3 200 autres ont été remis aux banques partenaires. Hormis les banques et autres partenaires, le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation internationale du travail (OIT) ont également exprimé leur volonté d’appuyer le programme national « Fihariana ». D’autres partenaires prévoient également de grossir les rangs de ceux qui veulent œuvrer pour le développement de Madagascar à travers l’entrepreneuriat et la création d’emplois.

Rova Randria

Madagate0 partages

New York. Le PM Ntsay Christian à la 74è AG de l'ONU

 

Au centre, le Premier Ministre, Chef du gouvernement de Madagascar, Christian Ntsay

Une délégation conduite par le Premier Ministre, Chef du gouvernement, Christian Ntsay, représentant le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, a quitté le pays le week-end dernier, pour participer aux travaux du débat général de haut niveau de la 74ème Session ordinaire de l’Assemblée générale de l'ONU qui se tient à New York, depuis le 24 septembre 2019. A l’ordre du jour, une multitude de questions politiques, sociales, économiques et de sécurité internationale urgentes qui focaliseront l’attention des leaders mondiaux et des délégations de haut niveau participant à ce rendez-vous mondial annuel.

Parmi les priorités de cette 74ème session de l'Assemblée générale, citons la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD), en particulier l’éradication de la pauvreté et de la faim dans le monde, une éducation de qualité, l’action pour le climat et l’inclusion socio-économique.

Cette rencontre annuelle des Chefs d’Etat et de gouvernement membres des Nations Unies, constitue une opportunités pour ceux-ci de renforcer les acquis diplomatiques, de consolider les relations bilatérales et, dans la foulée, de tisser des liens économiques. Dans ce contexte, des rencontres avec plusieurs personnalités de haut rang et une prise de parole devant la tribune des Nations unies, figurent dans l’agenda du Premier ministre, Christian Ntsay. Nous y reviendrons.

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

Journée mondiale des pharmaciens : Jour J pour « des médicaments sûrs et efficaces pour tous »

Les médicaments ne sont pas des produits comme les autres.

L’univers de la pharmacie et du médicament sera au centre des attentions ce jour, à la Gare Soarano où se tient la première célébration à Madagascar de la Journée mondiale des pharmaciens.   

Que savoir sur les médicaments ? A quoi consiste véritablement le métier de pharmacien ? A ces questions, les éléments de réponse seront à découvrir, ce jour, au parvis de la gare Soarano où se tient la cérémonie de célébration de la Journée mondiale des pharmaciens. Une grande première à Madagascar qui donnera au public, l’occasion d’en apprendre davantage sur ce métier qui va bien au-delà du simple fait de vendre des médicaments. Co-organisée par le ministère de la Santé publique et plusieurs autres entités, notamment l’Ordre National des Pharmaciens, l’Associations des Pharmaciens de Madagascar, le Syndicat des Pharmaciens de Madagascar, les grossistes pharmaceutiques, et plusieurs autres associations en lien avec la profession, ainsi que les étudiants en pharmacie, cette journée durant laquelle sont attendus plus de 300 professionnels, est placée sous le thème « Des médicaments sûrs et efficaces pour tous ». Elle prévoit une série de manifestations, notamment l’exposition et les stands ouverts au grand public, les conférences et les animations.

Espaces public et professionnel. Les manifestations se dérouleront dans deux espaces différents, destinés respectivement au public et aux professionnels. C’est ainsi que l’espace public recevra les visiteurs à l’endroit desquels, les professionnels du médicament expliqueront, entre autres, « Les dix commandements de l’utilisation des médicaments ». Une autre communication, intitulée « Médicament ou poison ? », sera plus axée sur les volets sécurité et efficacité des médicaments.  Ceux-ci n’étant pas des produits comme les autres, leur commercialisation suit des normes et réglementations strictes. Quant à l’espace professionnel, il abritera une série de conférences sur plusieurs thématiques, allant de l’état d’avancement de la lutte contre la résistance aux antimicrobiens, à l’assurance qualité en officine, en passant par l’intérêt des compléments alimentaire pour la santé familiale.

Cette journée sera également le jour J pour les nouveaux pharmaciens de la 5e promotion baptisée « Iloaina » qui prêteront serment durant la cérémonie officielle de ce matin.  Rappelons que la Journée mondiale des pharmaciens a été lancée en 2009 à l’initiative de la Fédération Internationale de la Pharmacie (FIP), et a pour but d’informer et de sensibiliser sur le rôle et les missions des pharmaciens.

 Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Soanierana : Nirehitra ny trano, lehilahy iray maty

Namoy ny ainy ny lehilahy iray tanatin’ny hain-trano ; izay nitranga tetsy Andrefan’i Mananjara. Raha ny fanazavan’ny olona dia mipetraka amin’ny trano hazo izay naoriny teo an-toerana izy. Nirehitra izany noho ny antony tsy fantatra, ny alin’ny alatsinainy teo. Efa niledaleda ny afo vao nisy nahita ary neazahana ny niantso maika ny mpamonjy voina no  sady nanondraka  rano ny toerana. Maty ihany ny afo kanefa efa olona kila forehitra sisa no hita tao. Nentina teny amin’ny tranom-paty tetsy amin’ny hopitaly Hjra ny razana, ny alin’iny ihany. Tsy mbola nisy fianakaviany nijery azy na naka hatramin’ny omaly.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ankorondrano : Moto nofaohin’ny taxi, nisy naratra mafy

Manodidina ny tamin’ny valo ora alina no nitranga ny lozam-pifamoivoizana izay nandratra olona. Raha ny filazan’izay nahita dia moto scooter izay avy Ankazomanga ny lalany, ary raha hiditra teo amin’ny fihodinana mifanandrify orinasa Fraise no nofaohin’ny taxi iray. Tapapitika lavitra ilay kodiaran-droa ary nijanona teo ambonin’ny fandehanan’ny mpandeha an-tongotra ny potiny. Vetivety dia nitangorona ny olona izay mbola nisy ny nifamezivezy, indrindray izay mipetraka eo amin’iny fokontanin’Ankorondrano iny. Noentina haingana tany amin’ny hopitalin’ny Hjra ilay lehilahy naratra mafy. Isan’ny nahavoa mafy ny lohany ny tsy nanaovany aroloha tamin’io fotoana io. Loza roa izany no nitranga ary saika nitovy ny fitrangany. Ny iray tetsy amin’ny By-pass (jereo lahatsoratra etsy ankila) ary ny iray dia io teo Ankorondrano io. Mitovy satria fiara sy scooter  no nifandona ary samy naratra mafy ny mpandeha moto. Isan’andro no misy toa izany eto Antananarivo ary saika mitovitovy avokoa ny fitrangany. Ny toerana fotsiny angaha no mety miovaova. Sao mba tokony mila taratsy fahazoana manamory amin’izay ny scooter ary koa tsy avela hoentin’ny olona tsy ampy taona ?

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Foire Renala 5ème édition et festival Rifatse  2019

L’aspect festif sera de nouveau au rendez vous au Beach Municipal de Morondava avec la tenue de la 5ème édition de la foire Renala qui sera couplée avec le festival Rifatse durant 4 jours d’affilés du 26 au 29 septembre prochains.

Joindre l’utile à l’agréable, c’est le léitmotiv que s’est fixé les organisateurs de ces manifestations en prônant l’aspect économique, social et culturel pour faire davantage connaître les richesses de la région du Ménabe et son peuple sur toutes ses facettes. Les échanges commerciaux, culturels seront favorisés pour promouvoir l’identification dans la diversité.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Communales : Deux bulletins, deux urnes et deux isoloirs dans un bureau de vote

La CENI vient de décider d’installer un deuxième isoloir dans un bureau de vote pour renforcer le caractère séparé des deux élections.

La CENI arrête aujourd’hui la liste définitive des candidats maires et conseillers aux Communales et Municipales du 27 novembre. Après cet arrêtage de la liste, les OVECs élaboreront les types des bulletins uniques qu’ils doivent faire parvenir à Alarobia au plus tard vendredi prochain. « L’impression de ces bulletins uniques débutera lundi prochain. », affirme le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo qui vient de rentrer au pays après avoir suivi à Paris une formation de haut niveau sur la communication politique et la gestion de crise. Par rapport aux inquiétudes de certains candidats et leurs partisans sur les risques de confusion entre les numéros des candidats et ceux des conseillers de leurs listes, le vice-président de la commission électorale d’expliquer: « La CENI ne peut que se conformer aux dispositions légales en vigueur.  D’après ces dispositions légales, il y aura deux élections différentes le 27 novembre, d’une part l’élection des maires, et d’autre part celle des conseillers. Puisqu’il y aura deux scrutins différents organisés le même jour, il y aura deux bulletins uniques et deux urnes dans un bureau de vote. Et pour renforcer ce caractère séparé des deux élections, la CENI vient de décider qu’il y aura un deuxième isoloir dans un bureau de vote. Avec cette nouvelle mesure, les électeurs peuvent voter pour l’élection des maires, et s’abstenir pour celle des conseillers ou vice versa, ou les deux à la fois. Par ailleurs, il faut respecter l’égalité de chances des candidats.  Car il y a des candidats maires qui n’ont pas des listes de conseillers et vice versa. »

Logos. Le vice-président de la CENI  estime que ce souci de confusion n’est pas tellement justifié avec le nombre restreint des candidats dans les circonscriptions électorales. «A ma connaissance,  Il n’y a qu’une seule commune où l’on rencontre plus de dix candidats maires. Dans la plupart des circonscriptions électorales, on a en moyenne entre deux et quatre candidats maires. », fait remarquer Thierry Rakotonarivo. Ce dernier propose aux candidats qu’il serait cette fois-ci plus facile de mener campagne sur les logos que sur les numéros des candidats. En tout cas, la commission électorale nationale indépendante va tenir aujourd’hui une conférence de presse pour présenter la situation actuelle des préparatifs des scrutins du 27 novembre. A rappeler que le délai de recours contre les décisions des OVECs sur la recevabilité des candidatures a expiré hier. Ce recours devait se faire à deux étapes, auprès de la CENI centrale et puis devant les tribunaux administratifs. Quant aux contentieux liés aux prochaines Communales, les tribunaux administratifs implantés au niveau des six chefs-lieux de province seront compétents. La même juridiction sera chargée de proclamer les résultats officiels ou définitifs des deux scrutins. La HCC ne sera pas donc impliquée cette fois-ci, contrairement aux élections présidentielles et législatives.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Asan-dahalo any Betroka : Iray voasambotra niaraka tamin’ny ody gasy, iray hafa maty voatifitra

Dahalo rain-dahiny iray, isan’ny nampitondra faisana iny distrikan’i Betroka sy ny manodidina iny no voasambotry ny zandary tany an-toerana. Sarona teny aminy ihany koa ny basim-borona iray niaraka tamin’ireo moara (ody gasy marobe) fentiny manao ny asa ratsiny. Mbola misy roa kosa, araka ny fampitam-baovao azo no karohina fatratra amin’izao fotoana io; izay voalaza fa lefitr’ity voasambotra ity. Raha ny loharanom-baovao, dia avy nanafika tao amina tanàna iray tao amin’ny kaominina Beapombo II izy ireo. Nisy iray hafa aza fantatra, fa maty notifirin’ny tompon’omby tamin’ny fotoana nitrangan’ny fanafihana. Taorian’io fanafihana io, dia nanao fitarainana teny anivon’ny Fitsarana ilay tompon’omby voatafika.  « Fantatra mantsy ireo dahalo nanafika taorinan’ny fangatahan’ny havany ny fatin’ilay iray lavo teo am-panaovana ny asa ratsiny ». Nanome alàlana ny zandary tany an-toerana ny teo anivon’ny Fitsarana ny hisamborana avy hatrany ireto olon-dratsy efa fantatr’endrika ireto; izay isan’ny tompon’antoka tamin’ilay fanafihana tao Beapombo. Ny iray tamin’ireo olon-dratsy ihany anefa no io voasambotra io, raha tafaporitsaka ny roa ambiny. Tsy mikely aina tokoa ireo mpitandro filaminana any amin’iny faritra, izay voalaza fa mena amin’ny resaka asan-dahalo iny, amin’ny famongorana hatramin’ny fakany ity  asan-dahalo ity. Saingy ao ireo tena miasa ary ao kosa ireo lasa manampatra ny fahefana; izay ananany. Hany ka velon-taraina tsy fidiny ireo niharan’izany. Toy ny zava-nitranga tao amin’ny fokontany Taperapia, kaominina Tsaraiso, distrika Betroka, ny voalohandohan’ny volana teo. Ny saonjo iray lohasaha tokoa tsy hilaozan’izay hamarara, hoy ny fitenenana. Voalaza, fa efa tafapaka any amin’ireo tompon’andraikitra ny toe-javatra toy io ary efa misy ny fanadihadiana sy fandraisana fepetra nifandraika tamin’izay. Na izany aza anefa, dia miantso fiaraha-miasa amin’ireo mponina hatrany ireo mpitandro filaminana, hahafahana miara-mametraka tsara izay fandriampahalemana izay. « Isany manampy betsaka ny zandarimariam-pirenena aty Betroka moa , ny fiverenan’ny fitokisam-bahoaka azy ireo , izay miteraka fahazoam-bokatra matetika », hoy ny vaovao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

CNaPS à Andapa : Promotion de la sécurité sociale aux employeurs et employés

Cinquante employeurs et employés dans le district d’Andapa ont reçu une formation sur la sécurité sociale de la part de la CNaPS pendant ce mois de septembre. C’est par le biais de son Service d’action sanitaire et sociale que la caisse nationale de prévoyance sociale a mené ses actions de sensibilisation  dans la partie nord-est du pays. Au départ de la formation, les participants ont d’abord été instruits sur les notions de travail et de contrat de travail. C’est ensuite qu’ils ont obtenu de plus amples explications sur les procédures administratives à suivre, afin de profiter des diverses prestations de la protection sociale : allocation familiale, prise en charge des frais médicaux en cas d’accident de travail ou encore la pension de retraite. Et bien sûr, ils ne sont pas sans savoir que ces prestations ne sont octroyées que si la personne est affiliée à la caisse de solidarité et qu’elle règle ses cotisations.

Politique de proximité. La sécurité sociale est un droit fondamental et non facultatif. Ainsi, tous les travailleurs devraient en bénéficier. Mais à Madagascar, le taux d’affiliation est encore très faible, seulement 12% des salariés bénéficient d’une sécurité sociale et ce, malgré les efforts de rapprochement initiés par la CNaPS. Selon le coordonnateur de services au sein de la caisse, Yvan RAKOTOMALALA, cette descente à Andapa est définie dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de proximité de la CNaPS. L’objectif est de faire en sorte que tous les travailleurs salariés du secteur privé soient affiliés et cotisés. En tout cas, cette formation à Andapa s’est terminée le 19 septembre dernier avec une distribution de certificats et de kits CNaPS pour les participants. Et pour finir, il faut noter la promesse de la CNaPS de doter une antenne de la caisse à Andapa, bientôt si toutes les conditions sont remplies.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Socioscopie

*Petite baisse de température, ce jour, dans la partie Sud de Madagascar. Météo Madagascar prévoit 11°C dans le Vakinankaratra, et 14°C autour de la capitale le matin. Les températures seront, en revanche, assez  élevées l’après-midi, avec  respectivement 24°C et 25°C dans ces localités. La température maximale est de 35°C, localisée à Mahajanga. Quant au temps qu’il fera ce jour, il est à prévoir des pluies orageuses en raison du passage du front au sud de Madagascar. Elles persisteront pendant deux jours. C’est ainsi que les averses seront à prévoir dans les régions Vatovavy-Fitovinany, Atsimo-Atsinanana, Anosy, Androy. La capitale ne sera ainsi pas concernée dans la mesure où le temps sec sera observé sur le reste de l’île. Dans l’après-midi, les averses orageuses seront localisées dans les régions Atsimo-Atsinanana, Anosy et Androy, et des averses dans la région DIANA et dans la moitié nord des régions Sofia, Vatovavy-Fitovinany, ainsi que la partie Est des régions  Vakinankaratra, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra et Ihorombe. Là encore, point de pluie dans la capitale où le temps sera sec.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Lakana rendrika, olona iray maty, iray tsy hita popoka

Lakana iray, nitondra mpandeha sy entana no dobo an-drano raha niala avy ao amin’ny seranan-tsambon’Aranta, Mahajanga omaly maraina. Vokany olona iray no namoy ny ainy, iray no tsy hita popoka hatramin’ny ora nanoratanay omaly ary saika latsaka an-drano tsy nisy azo noraisina ireo entana nentiny. Na izany aza anefa dia mpandeha 23 kosa no avotra soa aman-tsara, araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Handeha hamonjy an’i Sankoany, Katsepy ity lakana ity no izao tra-doza izao. Voalaza moa fa vokatry ny vesatra be loatra, mihoatry ny lanja tokony ho zakany no nahatonga azy dobo an-drano toa izao. Tonga teny an-toerana moa ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy, niezaka namonjy ireo tra-doza ary nisy ny fanokafana ny fanadihadiana mahakasika ity loza an-dranomasina ity.

nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ankadindratombo : Sôla, un kidnappeur recherché depuis 2010 abattu par la gendarmerie

Des coups de feu ont retenti la nuit d’avant-hier vers 21 heures 30 dans le quartier d’Ankadindratombo, du côté de by-pass. Cet axe qui constitue depuis ces derniers temps un lieu dangereux quand on parle d’insécurité. Cette terreur s’est vite dissipée quand tout le monde  s’est rendu compte qu’il s’agissait d’une intervention des Forces de l’ordre. Des gendarmes de la brigade de recherche de Fiadanana aurait dû recourir aux  armes pour arrêter un fugitif. A bord d’une moto, celui-ci a tenté de riposter  en tirant sur ses poursuivants. Des échanges de tirs ont alors eu lieu durant lesquelles, le fugitif a été grièvement blessé. Emmené à l’hôpital, il a succombé à ses blessures vers 22 heures. Selon les informations, cet individu est déjà recherché par les Forces de l’ordre depuis des années. Il est soupçonné d’avoir participé dans plusieurs actes de kidnapping commis dans la capitale depuis l’année 2010. La gendarmerie s’en est chargé car il est reconnu être parmi les complices du kidnappeur tristement célèbre, Djaffar. C’est pourquoi, Sôla est soupçonné d’avoir à son actif une dizaine d’actes d’enlèvement dont ceux qui ont été commis à Besarety et à Ankadindramamy en 2016. Plusieurs de ses complices ont été déjà arrêtés et croupissent actuellement en prison.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Bypass : Scooter voafaokan’ny fiara indray

Isan’andro izany dia tsy maintsy misy hatrany ny fifandonan’ny fiara sy ny scooter. Omaly, dia tetsy amin’ny Bypass no nitranga izany. Fiara iray izay nivily kanefa tsy nanome marika tamin’ny jiro no voafaokan’ny  scooter iray ; izay nanaraka azy tato aoriana. Koa satria nalalaka ny làlana dia samy nandeha mafy ny roa tonta. Nihevitra ny hisongona avy tato amin’ny toerana misy ny mpamily ilay scooter kinanjo nivily tampoka ilay fiara ary tsy vitan’ilay mpanamory moto intsony ny niala an’izany. Naratra mafy teo amin’ny lohany ary nentina haingana tao amin’ny hopitalin’Ambohimiandra mba hanavotana ny ainy.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Energies renouvelables : Une société Sud-africaine veut investir à Madagascar

Une convention de partenariat a été signée hier entre le ministre de l’Energie, Vonjy Andriamanga et le représentant de la société Little Rock, Robert Remesha Bangerezako.

Nombreuses sont les conventions de partenariat signées par le ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, dans le domaine de la production des énergies renouvelables.  Cette fois-ci, une société Sud-africaine veut investir dans la Grande lle pour construire des centrales solaires photovoltaïques. « Elle va entamer une étude de faisabilité sur une période de six mois pour pouvoir mener à bien ce projet. Deux sites à Analamanga et à Tsiroanomandidy, ont été choisis pour ce faire. Cette compagnie prévoit ainsi de produire une puissance électrique de 5 Mégawatts dans chaque centrale solaire », a expliqué le ministre de tutelle, Vonjy Andriamanga, lors de la signature de la convention de partenariat hier dans ses locaux à Ampandrianomby. De son côté, le représentant de la société Sud-africaine dénommée Little Rock, en la personne de Robert Remesha Bangerezako, a fait savoir qu’il veut contribuer à l’atteinte de l’objectif fixé par le gouvernement, qu’est le doublement de la production de l’énergie en l’espace de cinq ans.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambositra : Insécurité, le quartier d’Ampivarotanomby toujours pour cible

Ces derniers temps, l’insécurité en milieu urbain refait surface à Ambositra, en particulier dans le quartier d’Ampivarotanomby sur le bord de la RN7. Le quartier d’Ampivarotanomby qui semble être privilégié par ces malfaiteurs à maintes reprises, rien que pour ce mois de septembre. Le mardi 24 septembre vers 2h du matin, ces malfaiteurs ont opéré dans un magasin. L’on ignore si ces voleurs ont pu emporter des butins, par contre, notre source de signaler que les policiers sont intervenus à temps et les malfaiteurs ont pris la fuite. Le week- end dernier dans la nuit, toujours à Ampivarotanomby, le propriétaire d’un scooter a eu moins de chance. Les malfaiteurs ont dérobé le véhicule à deux roues. Points communs de ces voleurs, ils opèrent tous dans le quartier d’Ampivarotanomby, sur les bords de la RN7 entre 23h et 2h du matin.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Ambassadeur de France à Madagascar : Une trentaine de coopérations décentralisées

Poignée de mains entre l’ambassadeur de France et le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation.

L’ambassadeur de France, Christophe Bouchard a entamé, hier, une visite de courtoisie auprès du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa. Une occasion durant laquelle, les deux parties ont abordé les questions liées à la coopération franco-malgache dans le secteur de la décentralisation, de la gouvernance, ainsi que du développement local. Le gouvernement malgache met en œuvre des projets liés au développement des collectivités avec l’appui du gouvernement français. A travers l’Agence Française de Développement, le projet Gouvernance urbaine du grand Tanà, lequel est mis en œuvre avec l’Institut National de Décentralisation et de Développement Local, figure parmi les projets phares de cette coopération entre les deux pays.

Amélioration. Par ailleurs, la coopération franco-malgache en matière de décentralisation et de développement local est aussi  concrétisée à travers les partenariats entre les collectivités malagasy et française. Dans ce volet, le partenariat s’élève à hauteur de près de sept millions d’Euros par an dans le cadre de la mise en œuvre d’une trentaine de coopérations décentralisées couvrant de vastes domaines, notamment la gouvernance, le renforcement de capacités, l’amélioration des ressources financières, le développement économique local, les infrastructures socio-économiques, les activités génératrices de revenus, l’adduction en eau potable. Et on peut citer ci-après entres autres, différentes coopérations entre les collectivités franco-malgaches : La Nouvelle Aquitaine et l’Itasy, Le Grand Lyon et Fianarantsoa, La Normandie et l’Antsinanana, le département de Finistère et la région Diana, l’Ille- et- Vilaines et l’Alaotra Mangoro.

Nouvelle orientation. Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a souligné durant l’entretien avec l’ambassadeur français que le gouvernement actuel adopte une nouvelle orientation de la décentralisation à Madagascar, et ce conformément au Velirano du Président de la République, ainsi qu’au Plan Emergence Madagascar. Dans cette optique, le ministre a rappelé les défis à relever dans le cadre de la décentralisation pour atteindre l’objectif Emergence. Les régions doivent être dynamiques, équipées et émergentes. A cet effet, elles exercent pleinement leurs rôles de pôles de croissance et d’espace de solidarités.  Les communes quant à elles, devraient être bien ancrées. Elles doivent disposer des ressources humaines, techniques et financières leur permettant de fournir les services publics de bases de qualités aux citoyens. Selon toujours le ministre, l’administration territoriale sera optimisée et assurera efficacement la coordination de l’action publique territorialisée, l’animation du développement sur toute l’étendue du territoire, ainsi que l’accompagnement systématisé aux collectivités locales décentralisées.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Revitalisation de la vaccination de routine : Alaotra Mangoro et Ihorombe choisis comme régions pilotes

Les faits démontrent que les coûts alloués aux ripostes sont supérieurs à ceux affectés aux actions de veille et de surveillance.

La dernière campagne de vaccination de routine a enregistré un taux de refus et de réticence de 13%.

La résurgence des épidémies tire sa première cause du faible taux de couverture vaccinale de Madagascar. En effet, Madagascar enregistrerait un taux de couverture vaccinale bien au-dessus des 95% recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé. « Le taux de couverture vaccinale du pays peut aller jusqu’en dessus de 90%. Ce qui ne nous permet pas de maitriser les épidémies », explique Roumana Raharinoro, chargée de la communication auprès de l’OMS lors d’une interview effectuée à Andraharo hier. Pour changer la donne, l’OMS en partenariat avec le ministère de la Santé publique de Madagascar, vont mettre en œuvre le projet de revitalisation de la vaccination de routine dans les régions d’Alaotra Mangoro et Ihorombe. Interrogée sur le pourquoi du choix desdites régions, notre interlocutrice de noter « les deux régions présentent un faible taux de couverture vaccinale. La population est composée à 40% d’enfants de moins de cinq ans dont 5235 ne sont pas vaccinés. Les régions Alaotra Mangoro et Ihorombe ont respectivement enregistré un taux d’abandon de 6% et 9% lors de la récente campagne de vaccination de routine ». Par ailleurs,d’autres paramètres tels que les finances, la logistique ou encore la durée de la réalisation du projet – qui ira jusqu’à la fin de l’année – expliqueraient également le choix de deux régions.

Stratégie. Les enfants non vaccinés de huit (8) districts des régions Amoron’i Mania et Ihorombe seront dans les cibles prioritaires du projet de revitalisation de la vaccination de routine. Roumana Raharinoro toutefois de préciser « le fait que ces enfants soient priorisés, ne veut aucunement dire que les autres ne seront pas pris en compte. Ce qui va se passer c’est que des contrôles vont être opérés auprès des CSB, CHU et CHRR des régions concernées. Les carnets de vaccination des enfants vont être vérifiés pour combler les lacunes en matière de vaccination. Pour ce faire, une nouvelle stratégie a été adoptée par les parties prenantes. « La nouvelle approche consiste à faire en sorte que les vaccins viennent vers les enfants. En ce sens que le projet va mobiliser toutes les ressources nécessaires afin que les vaccins puissent atteindre le plus d’enfants possibles », note notre interlocutrice. Diverses activités seront prévues dans le cadre de la mise en œuvre dudit projet. Entre autres, la mise en place de points vaccinaux au niveau des centres de santé de base public et privé, auprès d’entreprises mais également auprès des centres hospitaliers universitaires (CHU) et centres hospitaliers régionaux de référence (CHRR). La collaboration avec des partenaires comme des organisations de la société civile en vue de mettre en place des dialogues communautaires, la dotation de véhicules de transport aux agents communautaires ou encore autre, entre également dans la liste des activités prévues. Divers facteurs tels les poids de la culture ou de la religion, ou encore la propagation des rumeurs font que, le taux de couverture vaccinal est encore faible pour la Grande Île. Si l’État ambitionne de rattraper les retards cumulés par le pays depuis les cinquante dernières années, il serait plus judicieux de commencer par freiner la résurgence des épidémies. Le renforcement du système de veille et surveillance épidémiologique en serait une première étape. Ce, pour faire en sorte que les sommes allouées aux ripostes soient attribuées aux actions de développement.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Rallye International de Madagascar : Le spectacle sera au rendez-vous !

Le 40e Rallye International de Madagascar a choisi pour cadre Moramanga et ses environs. Un choix dicté par ce désir de faire plaisir aux pilotes qui vont très certainement s’en donner à cœur joie.

C’est parti pour la 6e manche du championnat de Madagascar des rallyes qui aura lieu du 11 au 13 octobre à Moramanga. Une manche en trois étapes mais a cette particularité de comporter des parcours de nuit, histoire de pimenter les débats.

Rivo en embuscade. Le public sera d’ailleurs royalement servi avec deux parcours de nuit dès la 1re étape du vendredi 11 octobre, dont un en pleine forêt et un second dans l’enceinte même de Fanalamanga.

C’est une certitude que la bataille va faire rage notamment entre les deux équipages qui se trouvent devant. Pour l’instant, c’est le jeune Fred Rabekoto aux côtés de Andry Tahina, qui sont à la première place du classement général après avoir remporté le Tour de Tana avec leur Subaru, mais Rivo et Ando également sur Subaru, restent en embuscade.

C’est dire qu’il va falloir attaquer dès le début pour espérer remporter le titre de champion de Madagascar 2020. Et sur ce chapitre, rien n’est gagné avec les autres pilotes qui en font de ce RIM 2020 leurs priorités.

Le talent de Mathieu. C’est le cas de Tahina Razafinjoelina trahi par la mécanique de sa Subaru, mais qui tentera de faire le tout pour le tout dans cette dernière manche pour espérer boucler une saison magnifique.

Mais attention car sur un parcours réputé difficile, la nouvelle vague de 4×4 ne fera pas le déplacement pour faire de la figuration. On citera notamment la Ford de Teddy Rahamefy ou encore la Foton Tunland de Davonjy, sans oublier la Ssangyong de Haja Danielson.

Le plus, enfin on l’espère, c’est de voir le retour de Mathieu Andrianjafy dont on connait la fougue et le talent, et qui fait figure de favori pour peu qu’il arrive à trouver une voiture puissante. Mais même avec une 2C, ce Mathieu là est bien capable de livrer le plus beau des spectacles.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Protection des entrepreneurs malgaches : Le SPAM interpelle les autorités compétentes

Suite à l’affaire de saisie de produits miniers à Bekisopa durant la soirée du 11 septembre dernier, le Syndicat Patronal Malagasy (SPAM) a décidé de convoquer les journalistes hier afin de lancer un appel aux autorités compétentes concernant la protection des entrepreneurs malgaches.

« C’est navrant de constater que de telle pratique existe encore de nos jours, ce sont toujours les entrepreneurs qui respectent la loi et qui disposent de tous les documents légaux qui deviennent victimes de ces poursuites incessantes » , a déclaré le Président du SPAM, Nirihaja Ratsimbaharimanantsoa lors de la conférence de presse qui s’est tenue hier à Ambodivona. En effet, d’après Laly Andrianariveloharisoa, la propriétaire de l’exploitation : « des polices des mines accompagnées d’un préfet de région ont fait une descente sur le site d’exploitation de tourmaline, de béryl et autres pierres précieuses à Bekisopa pendant la soirée du 11 septembre ». Toujours selon cette dernière : « ces quelques personnes ont procédé à la saisie des produits trouvés sur les lieux en disant qu’il s’agit d’une exploitation illicite. En tout, 26 sacs et 4 cartons de pierres ont été embarqués et ce sans scellage ».

Demande d’appui. Face à cette situation, le SPAM souhaite alerter les autorités, le gouvernement et tous les acteurs dans le domaine de l’entreprenariat sur la protection des entrepreneurs malgaches. « Les entrepreneurs malgaches méritent un appui et un encouragement de la part des autorités, et non à des séries de poursuites », a dit Nirihaja Ratsimbaharimanantsoa. « Nous sommes dans une période où l’amélioration du secteur de l’entreprenariat à Madagascar est un défi qu’il faut relever ! », a-t-il ajouté. Pour sa part, l’exploitante de la carrière de Bekisopa demande au gouvernement de porter un regard veillant sur les opérateurs miniers et les entrepreneurs locaux. Pour ce qui est de la suite de cette affaire de saisie, on espère de plus amples informations et éventuellement d’autres versions des faits bientôt.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – Analamanga : Le derby final des seniors ce week-end

Le championnat Analamanga de volley-ball aborde la phase des demi-finales et finales ce week-end pour les seniors hommes et dames.  Les affiches demi-finales programmées pour samedi au Gymnase couvert de Mahamasina s’annoncent alléchantes. Chez les dames, Bi’As sera opposé à la formation de l’Akon’i Mandroseza Volley-Ball (AMVB) 1, et VBCD sera au prise de JMVB. Trois de ces demi-finalistes ont atteint de ce stade de la compétition l’année dernière. Au vu de la prestation des équipes, on s’attend vers le remake de la finale de 2018 entre Bi’As et VBCD. Du côté des hommes, Jeunesse Sport d’Ambatonilita arrive à qualifier deux clubs pour les demi-finales. JSA  défiera la Gendarmerie Nationale Volley-ball (VBCD), tenante du titre et septuple champion de Madagascar. L’autre calendrier des demi-finales sera l’explication entre les militaires du Cosfa et JSA b. Et le bouquet final de ce samedi est la confrontation en finale des juniors de la GNVB et l’Akany Sambatra Itaosy volley (ASI). Deux équipes qui se connaissent très bien et ont réalisé le doublé dans la catégorie jeune le week-end dernier. Les finales des séniors dames et hommes se disputeront dimanche au Gymnase d’Ankatso. En attendant, ci-dessous les résultats :

RésultatsBenjamin filles

BIAS 2 – ASI 0

Minime filles

BIAS 2 – CCVB 0

Minime garçons

ASI 3 – GNVB 1

Cadette  filles

GNVB 3 – BIAS 0

Junior filles

VBCD 3 – GNVB 1

U 23 Garçons

ASI 3 – MAMA 2

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Fara West : « Retour de voyage » du trio Tsanta,  Harty et Bolo Rakoto David

Bolo Rakoto David, un des meilleurs batteurs de sa génération. (Bolo Rakoto David)

Bolo Rakoto David, Tsanta Randriamihajasoa et Harty Andriambelo vont investir la scène du Fara West à Faravohitra samedi à partir de 20 h. Issu d’un projet italo-malgache « New Generation Connection » rencontre sous le signe du jazz et de l’improvisation musicale libre, le trio Bolo Rakoto David- Tsanta Randriamihajasoa-  Harty Andriambelo, nous revient de  pérégrination de Nosy- Be Jazz Festival, en passant par le festival Bari en jazz en Italie et la France. Cette soirée poursuit l’aventure qu’ont partagée les trois jeunes musiciens malgaches. Une aventure qui mêle et explore des histoires, des cultures, des univers et des répertoires dans un mélange explosif et poétique, dans lesquels les racines du jazz rencontrent les traditions mélodiques malgaches.

Pour le public de Fara West, ils partageront les compositions de chacun ainsi que des standards de jazz rarement joués au pays. Complicité, jeu, virtuosité seront à la base de ce concert. Tsanta Randriamihajasoa est un multi- instrumentiste que nous avons eu la joie d’accueillir plusieurs fois sur notre scène. Il est certainement le plus jeune des musiciens prometteurs du moment. S’il a été applaudi à la trompette et au clavier, il a bien d’autres facettes talentueuses. Bolo Rakoto David est un batteur assez atypique dont la particularité et le charme sont très à l’écoute de la « mélodie ». Harty Andriambelo, habitué de Fara West, revient régulièrement  au gré de ses envies de voyage, toujours entouré d’amis. Talentueux, virtuose de son instrument, il adore se promener dans  différents univers.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Rugby-Gold Top 20 : COSFA et CNaPS dans la même poule

Lors du tirage au sort, en présence des représentants des vingt clubs et du président du Malagasy Rugby.

Et c’est parti pour le Championnat de Madagascar élite fédéral 1 du rugby ou Gold Top 20. Les tirages au sort et la répartition des groupes pour les vingt équipes se sont déroulés hier  lors d’une conférence de presse au centre de formation à côté du stade des Makis Andohatapenaka.

Pour sa première participation au championnat Gold Top20, la CNaPS a hérité du tirage compliqué, hier à Andohatapenaka.  Les Caissiers et les Militaires du Cosfa tenant du titre se croiseront dans la poule C. La rencontre entre ces deux clubs sera très attendue. SC Besarety, US Ikopa et USCAR se trouvent aussi dans ce groupe de la mort. Avec une envie de  rattraper  ceux qu’ils ont perdu en 2018, le FT Manjakaray n’a pas le droit à l’erreur cette fois-ci, ce dernier qui est en tête de la poule A. Le Dakar devrait faire la différence pour prendre sa revanche, face aux US Ankadifotsy, 3FAI, TAM Anosibe et STM. Ces deux derniers ouvriront la première journée ce samedi. Des matches sous-tension seront au rendez-vous puisque les autres clubs se sont tous préparés pour ce sommet national. Dans les autres poules, notamment dans la poule B, le choc entre l’ogre 3FB et FT Andavamamba. Longuement attendus, ils se retrouvent enfin dans une sérieuse compétition. XV FA Ampasika, FTBA et 3F5 Amboditsiry ont complété ce groupe. La poule D est composée de TF Anatihazo,  JST Ambondrona, TFMA, XV Avenir et VTMA.

La compétition commencera dès ce week-end au stade Makis Andohatapenaka et ne prendra fin qu’en décembre. Les quatre premiers de chaque poule joueront les huitièmes de finale, tandis que les autres seront de nouveau dans l’élite fédérale 2 pour la prochaine saison. Comme l’année dernière, l’équipe finaliste de ce championnat fédéral 1 représentera Madagascar aux Championnats des clubs Champions de l’océan Indien (CCCOI).

Quatre Millions d’ariary à gagner. Comme le nom du championnat l’indique, la Star est le partenaire privilégié du Malagasy Rugby depuis des années. De ce fait, Gold offrira une somme de quatre millions d’ariary pour l’équipe championne. La vice-championne aura pour sa part,  deux millions d’ariary et un million d’ariary pour la troisième place. Il y aura aussi une récompense pour le meilleur joueur et meilleur marqueur, selon les explications du responsable évènementiel de la compagnie Star, Setra Ramanakoraisina.

Poule A: FTM-USA-3FAI-TAM-STM

Poule B : FTA-XVFA-FTBA-3FB-3F5

Poule C : COSFA-SCB-USI-USCAR-CNaPS

Poule D : TFA-JSTA-TGMA-XV Avenir-VTMA

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Jirama : un plan de redressement qui exige des efforts

Le  chiffre de 1.600 milliards d’ariary  a  de quoi donner le vertige. Les dettes de la Jirama doivent être épurées pour que la société nationale puisse repartir sur des bases solides. Pour le consommateur, ça va être une potion amère car il devra prendre sa part dans les  efforts à fournir pour assainir des comptes qui sont au rouge depuis des années. Le rapport de la banque mondiale est sans complaisance  et il est accompagné d’un  plan de redressement qu’il  va  financer. Si le salut est à ce prix, les efforts  et sacrifices nécessaires doivent être supportés une bonne fois pour toutes.

Jirama : un plan de redressement qui exige des efforts

La grogne des consommateurs est toujours présente. Elle se comprend  aisément car ces derniers ont longtemps souffert   des  délestages. Malgré  les améliorations constatées,  il y a toujours des coupures comme celle d’avant-hier à la périphérie de la ville. C’est  un des derniers impondérables qui survient dans le réseau électrique  de la  Jirama, du moins on l’espère. Le rétablissement du  courant  s’est fait dans la matinée du lendemain. Le redressement de la société va s’opérer et elle nécessite des ajustements tarifaires pour les consommateurs les plus aisés. Ces derniers verront leur facture augmenter, mais il s’agit d’un effort à  fournir pour  assainir des  comptes qui sont dans le rouge. Mais dans le même temps, le plan de redressement permettra de répartir sur des bases saines. Il  devrait être mené avec rigueur, la banque mondiale étant l’une des parties prenantes. La volonté politique semble réelle. Les responsables savent qu’ils doivent réussir après les années de laisser aller  qui ont mené la Jirama au fond du gouffre. A présent, les consommateurs vont suivre l’évolution de la situation très  attentivement. La pilule sera certainement difficile à  avaler , mais le redressement de la société d’Etat est à ce prix.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Salon et festival : Deux évènements signés Dagoteamzara à Anosy et au Cgm

La légende malgache de l’accordéon a été présent lors du dernier Dago Festival (crédit photo : Ricard Andrianamanana/Dago Festival 2018/Dagoteamzara)

Il est temps de laisser l’histoire aux jeunes, voilà ce que tente d’effectuer Dagoteamzara à travers « Salon des industries culturelles et créatives » et « Dago festival » pour conclure le mois de septembre. 

Deux endroits connectés entre le 25 et le 29 septembre, les jeunes de l’association Dagoteamzara proposeront un salon et un festival durant cette période. Le premier se tiendra sur les jardins d’Anosy, au bord du lac, avec le « Salon des industries culturelles et créatives ». Le second aura lieu au Cercle germano malagasy ou Cgm à Antaninarenina, toujours prêt dans un bon esprit à soutenir les jeunes qui veulent mettre en avant la culture malgache, avec le festival « Dago festival ». L’initiative de s’installer sur les bords de l’ancien lac des rois et reines de Madagascar reflète une certaine symbolique. Il fallait oser.

Au temps des monarques, ce lieu respirait selon la légende une certaine quiétude. Ce lac est aussi un témoignage des premiers pas de l’urbanisation de la ville, pour ainsi dire la ville basse. Puisque ce bassin a été le fruit d’une construction humaine du temps de Radama I. Ce lieu a aussi inspiré des légendes urbaines de toute sorte. Voilà quelques éléments constituant la représentation de ce lieu chez les tananariviens. Amener un évènement de la dimension du « Salon des industries culturelles et créatives »,du 27 au 29 septembre, est une idée assez novatrice pour se réapproprier un lieu historique, même si cela est loin de se ressentir dans l‘affiche.

10 000 visiteurs. Selon la programmation, il y aura des expositions, des ventes, des concerts, des échanges avec des artistes et créateurs… Ce sera trois jours à découvrir ce qui se crée et se transforme actuellement en matière d’art et de culture à Antananarivo, voire dans tout le pays. « Durant l’édition précédente, nous avons organisé le salon dans un endroit fermé. Alors, nous avons pensé que les gens estiment que c’est un évènement fermé, et sont réticents. A Anosy, c’est un endroit en plein et l’entrée est gratuite », fait savoir Hanta Razafimanantsoa, de l’équipe Dagoteamzara. Pour cette édition, les organisateurs espèrent une affluence de 10. 000 personnes.

Pour le « Dago festival », la machine semble être déjà sur le taquet. Le Cgm sera le centre névralgique de l’évènement, mais il se déplacera également sur les jardins du lac Anosy, dans le cadre du « Salon des industries culturelles et créatives », aussi au Kudeta Anosy. Rien que pour aujourd’hui, le festival accueille trois concerts avec Mamina et Fetrakely, Epistolier et Le Rêv’errant. Trois artistes représentant la nouvelle vague. A 17 h, le lieu accueillera une conférence intitulée « Projet innovateur ??? ». Enfin, il est temps de poser les bonnes questions au lieu de croire, connaitre, et donner toutes les réponses. Sans doute la maturité qui se dessine chez les initiateurs de ces évènements.

Le « Salon des industries culturelles et créatives » et « Dago festival », des évènements qui valent l‘attention et le détour.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

FOFIFA : Plus de 200 employés en grève illimitée

Les employés du FOFIFA sont en grève depuis hier dans l’enceinte du centre à Andraisoro.

Plus de 200 employés contractuels du Centre National de la Recherche Appliquée au Développement Rural ou FOFIFA, éparpillés dans tout Madagascar, entament une grève générale illimitée.

Ce sont notamment des techniciens en laboratoire ainsi que des agents travaillant dans certains services administratifs comme la logistique. Le non paiement de leurs salaires pendant sept mois, a été à l’origine de cette manifestation. « Nous avons perçu nos salaires du mois de mars en juin dernier. Nous n’envisageons pas d’arrêter cette grève générale  tant que tous ces arriérés ne soient pas réglés en totalité », d’après les explications des grévistes. Entre temps, ils déplorent qu’il est anormal qu’au sein d’un même lieu de travail, certains employés dont les chercheurs, sont payés régulièrement tandis que d’autres subissent un tel cas.

Aucune solution. Il faut savoir que cette principale institution de recherche agricole à Madagascar fonctionne avec un budget autonome. « Nous avons eu presque tous les ans un retard de paiement de salaires de deux à trois mois. Mais cette fois-ci, la situation n’est plus tolérable. Les retombées négatives sur nos familles se font sentir. A titre d’illustration, nous n’avons pas pu payer nos loyers et les factures de la JIRAMA. Des enfants n’ont pas pu passer aux examens officiels ou examens de passage. Bon nombre d’entre nous sont surendettés. C’est également la période de la rentrée scolaire. Mais vu notre situation, nous ne nous permettons même pas d’acheter des fournitures scolaires », selon toujours leurs dires. Notons que la plupart de ces employés contractuels de FOFIFA ont plus de dix ans d’ancienneté de travail. « Certains d’entre nous sont partis à la retraite sans pouvoir toucher leurs pensions. Nous avons déjà entrepris un dialogue avec la direction générale mais, aucune solution n’a été trouvée. C’est pourquoi, nous menons cette grève générale afin d’interpeller les dirigeants de ce pays », ont-ils conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ikopa : Nisy namono tena indray

Rangahy iray manodidina dimampolo taona no nitsoraka tao amin’ny reniranon’Ikopa izay manamorona an’i Saropody-Ivanja. Tsy fantatra izay antony, fa amin’ny andro antoandrobe no nisaoty tampoka tao anatin’ny rano mandeha izy, ary dia nilentika tao. Teo imason’ny mpanasa lamba marobe izany no nitranga, saingy tsy nisy nieritreritra fa handeha hamoy fo ilay rangahy fa noheverina ny handeha hisasa sy hanasa ny fitafiany izay feno loto kosa. Samy niezaka teo ny vatan-dehilahy ny nitady azy kanefa tsy afaka nanoatra noho ny halalin’ny rano sy ny fandehany. Nantsoina ny mpamonjy voina ary hita ihany ny razana, adim-pamantaranandro telo taty aoriana.

D.R