Les actualités Malgaches du Lundi 25 Septembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara411 partages

Raymond Ranjeva : « Les jeux sont faits pour 2018 »

Le Pr. Raymond Ranjeva est pour un débat de fond.

Sans entrer dans la polémique actuelle autour du projet de révision de la Constitution, le professeur de Droit public et de Science politique n’en a pas moins ses « maux » à dire, notamment sur le paradigme constitutionnel.

Demandez au professeur Raymond Ranjeva sa position par rapport au projet de révision de la Constitution, il refuse d’entrer dans la polémique. A son avis, la question de fond est la suivante : « Une Constitution pour quoi faire et pour conduire où ? ». Le problème d’après lui, c’est qu’« on veut à tout prix introduire le paradigme français alors que la Constitution française est le produit de l’histoire politique et constitutionnelle de la France ».

Stratégie de justification. L’homme fort de l’association « Hetsika Vonjy Aina » qui « reste active malgré son silence » de réitérer ce qu’il avait dit en 2010, lors de l’adoption de la Constitution de la Quatrième République : « Pour moi, c’était un non-événement qui consistait à justifier le coup d’Etat ». Il estime que « la nécessité impérieuse » prévue par l’article 161 de la Constitution, s’inscrit encore dans cette « stratégie de justification ».

Guérison nationale. L’ancien vice-président de la Cour Internationale de Justice à La Haye, de rappeler également la remarque qu’il avait faite à propos de la HCC. « Ce n’est pas un juge de première instance. C’est la conscience juridique du pouvoir politique ». Et d’ajouter dans la foulée que « le droit n’est pas une justification, c’est une pensée de libération et de création ». Aux yeux de cet Agrégé en droit public, « les juristes font actuellement de la glose ». Pour lui, « la priorité est l’engagement du pays sur la voie de la guérison nationale. On se focalise sur la réconciliation qui vire à l’incantation. Il faut que le pays se ressaisisse ».

« Efa vita ny baolina ». Concernant la politique et le politique, le professeur de Droit public et de Science politique de souligner que « la notion de pouvoir politique est toujours celle du temps de la loi cadre. La finalité politique est axée sur les avantages liés à l’exercice du pouvoir, au bien-être matériel ». Tout ceci pour dire qu’« on n’a pas de véritable homme politique ou homme d’Etat. On a des opportunistes ». Poursuivant son constat, Raymond Ranjeva d’ajouter qu’« il y a une crise de la pensée. La société malgache est incapable de penser, elle n’a plus l’audace de réfléchir ». Pour sa part, il pense que les jeux sont faits pour ce qui est de l’élection présidentielle de 2018. « Efa vita ny baolina », déclare-t-il. A son corps défendant de dévoiler expressément le fond de sa pensée. En tout cas, il est contre la pensée unique qui consiste, selon lui, à « penser à la place des autres ».

Propos recueillis par R. O

Midi Madagasikara232 partages

Mahajanga : Le domicile d’un Indo-pakistanais attaqué, 1 kg d’or et 10 millions d’ariary dérobés

Samedi vers 5 heures de matin, cinq bandits armés ont attaqué le domicile d’un Indo-pakistanais dans la ville de Mahajanga. Selon les informations, la victime a un gardien mais ce matin-là, celui-ci n’était pas présent sur les lieux. C’est pourquoi, les assaillants ont agi librement. Reste à savoir s’il s’agissait d’un coup monté avec la complicité du gardien. Heureusement, cette attaque n’a fait aucun blessé ni perte de vie humaine. L’insécurité devient de plus en plus grave dans la Ville de Fleurs malgré les efforts déployés par les forces de l’ordre ces derniers temps.

T.M.

L'express de Madagascar123 partages

Tantely Rahoeliarivahy Rajobson – « L’expert-comptable est le garant de la formalité des entreprises »

La fondatrice et gérante du cabinet Camoi explique que l’expertise comptable est un métier très peu connu, souvent jugé insignifiant. Entretien.

• Définissez pour nos lecteurs, ce qu’est le métier d’expert-comptable ?- C’est un professionnel de la comptabilité chargé de tenir et de certifier lescomptes des entreprises ou d’une entité. L’expert-comptable les conseille, les informe et les assiste pour des choix stratégiques. Il est tenu d’assurer la cohérence et la vraisemblance des comptes. C’est un métier différent d’un commissaire aux comptes qui, quant à lui, exerce de manière libérale, contrôle la régularité des écritures comptables et la vraisemblance des comptes des sociétés émis parl’expert-comptable. Le commissaire aux comptes assure la régularité et la sincérité des comptes.• Pourquoi dites-vous que c’est un métier peu connu ?– Les experts-comptables ne peuvent pas faire de publicité ni pour leur personne ni pour leur propre cabinet. C’est un métier très règlementé qui les oblige à s’inscrire auprès de l’Ordre des experts-comptables et financiers de Madagascar (OECFM).On ne compte que cent quatre-vingts experts-comptables inscrits à l’OECFM. Pourtant, il en existe de nombreux que l’on appelle « comptables marrons », qui contractent auprès des entreprises. Peu d’entreprises reconnaîssent la nécessité de recourir au travail d’un expert-comptable alors qu’il est, en quelque sorte  la pierre angulaire de l’entreprise.• Justement, quel rôle tient l’expert-comptable dans le développement d’une entreprise ?– Il est le garant de la formalité des entreprises et des entités. Il conseille les entreprises sur tout ce qui fiabilise les données fournies, primordiales pour rassurer ses différents partenaires et parties prenantes. L’expert-comptable contribue également à entretenir la confiance dans le système économique car il n’y  a pas de croissance sans confiance. C’est un critère important par rapport aux investisseurs étrangers.

• Comment motiver les entreprises à recourir au travail d’un expert-comptable ?- Il y a deux cas de figure. D’abord, le nombred’ experts-comptables qui manquent cruellement car, si on compte deux cent mille entreprises formelles dans tout le pays, les cent quatre-vingts experts-comptables ne suffisent guère. Ensuite, la plupart de ces entreprises recourent à des « comptables marrons » comme on l’a évoqué plus haut, pour diverses raisons, et notamment en croyant que les honoraires d’un expert-comptable coûtent cher. C’est une question de choix. En revanche, les entreprises formelles qui corrompent les inspecteurs comptables pour obtenir « un redressement » ou autre finalité, ne sont pas à occulter.  Je note au passage que ce phénomène de corruption s’est toutefois calmé depuis les efforts déployés par la direction générale des Impôts. Un autre point à ne pas occulter : les deux millions trois cent mille entreprises non formelles qui auront du mal à faire appel à des experts-comptables.

« L’expert-comptable contribue à entretenir la confiance dans le système économique car il n’y a pas de croissance sans confiance. »

• Quelle est la position du cabinet Camoi face à cette situation ?- Personnellement, je pose des valeurs que les clients peuvent ou ne peuvent pas accepter. Il s’agit de créer un embryon qui va rayonner autour de ce que Camoi entreprend. Éthique, valeurs et méthodologies, une de mes valeurs est la question d’honnêteté. Une honnêteté intellectuelle dans ce que mon équipe et moi entreprenons avec les clients, et une honnêteté mutuelle, réciproque entre nous et le client dans le respect des lois. Courir après l’argent, ne valorisera pas le métier. Le cabinet ne facture pas à la tête du client, mais au temps et à la diligence qu’on doit lui consacrer. Nous sommes, par ailleurs, partisans de la mise en place d’une fédération des comptables où toutes les professions en lien avec la comptabilité, la fiscalité et l’audit seront représentées. Ceci, dans le but de valoriser ces différentes professions tout en assainissant le secteur !

• Il est écrit « Camoi Expertise 2.O » à l’entête de votre carte de visite. En quoi est-ce utile pour votre métier ?– C’est pour marquer que le cabinet utilise la technologie et réfléchit au numérique. Nous avons une technologie qui nous permet de gérer le facteur coût et temps, outre l’utilisation du logiciel Sage Coala.   Toutes nos pièces comptables sont numérisées et chaque écriture est justifiée par une pièce.  Pour une transparence fiscale totale, nous avons tout publié sur notre site. Nous entrerons bientôt dans la digitalisation telle que la signature numérique et électronique.

• Que recommandez-vous pour que le métier trouve sa place dans le pays ?Développer l’enseignement et la formation en expertise comptable. Les bonnes écoles manquent dans ce domaine car il faut que le métier évolue avec le temps, avec les besoins, avec la réalité. Or, c’est ce qui manque chez les étudiants stagiaires que j’ai eu l’occasion de rencontrer au sein de notre cabinet.  Deux millions de jeunes doivent travailler pour faire avancer ce pays. Leur donner la possibilité, après leur baccalauréat, de devenir des comptables opérationnels en entreprises ou de suivre des formations en alternance.  Notre cabinet propose des formations pour des stagiaires, que nous coachons par la suite auprès d’entreprises moyennes ou pour devenir des experts en la matière.  Je préconise l’amélioration de la communication sur le métier d’un expert-comptable en organisant des journées portes-ouvertes ou autres.

Implacable

L’expert-comptable exige de la rigueur dans ce qu’elle entre­prend. Elle est, d’ailleurs, présidente de la Commission éthique et déontologie au sein de l’Ordre des experts-comptables et financiers de Madagascar. Elle a 17 ans d’expérience dans le métier. Elle est associée au cabinet Expert Conseils dédié aux PME. À la fois enseignante et formatrice, elle gère le centre de formation Métier ASFIFO pour les comptables et dirigeants d’entités privées et publiques.

Propos recueillis par Mirana Ihariliva

News Mada95 partages

Robson Zafy F. : « Haverina ny fandriampahalemana sy filaminana »

 Nametraka fanamby. “Laharam-pahamehana ny fampiraisana ny taranaka rehetra avy amin’ny Sakalava manerana ny Nosy. Eo koa ny famerenana ny fandriampahalemana satria anjakan’ny asan-dahalo ny faritra misy azy ireo. Miankina amin’ireo ny fampandrosoana. Hery lehibe eto amin’ny firenena ny vovonamben’ny Sakalava noho ny fiparitahany mahenika faritra maro sy ny isany, ka tokony ho fanoitra hampandrosoana”, hoy ny filoha vaovao eo anivon’ny Vovonana ivondronan’ireo Sakalava (PSGM), Robson Zafy Fihaora. Tontosa ny asabotsy teo, teny Tsimbazaza, ny fifidianana fanavaozana ny birao nasionaly. Voasolo tena avokoa ny fikambanana ara-drazana 52 ivondronan’ireo foko nipoitra avy amin’ny sakalava manerana ny Nosy. Anisan’izany ny taranaka avy amin-dRasalimo eto Analamanga, ny Antesaka, Antanosy, Bara… Ahitana azy ireo daholo ny faritany enina.  Tapitra efa roa taona sy tapany ny fe-potoam-piasan’ny birao teo aloha saingy izao vao tontosa ny fanavaozana noho ny antony maro.

Tsiahivina fa efa nifandimby nitondra ny PGSM ny faritany Antsiranana, Mahajanga ary ho tantanan’i Toliara izany, manomboka izao. Na izany aza, tsy manao politika ny PGSM. “Afaka miara-miasa amin’ny hery rehetra liana amin’ny fampandrosoana ny firenena indrindra ny faritra misy ny mpikambana izahay”, hoy ihany ny filoha vaovao, avy amin’ny “Masikoro Arivolahy”.

Synèse R.

 

Midi Madagasikara88 partages

Tapatapany

# Ambohipo. Voatery nanapoahana basy ireo mpirevy. Nisy ny fidinana ifotony nataon’ireo pôlisin’ny boriborintany faharoa, ny zoma alina lasa teo, hanakatona ireo mpivarotra zava-pisotro mahamamo, izay misokatra aorian’ny fetr’ora izay ara-dalàna. Izany dia mba hisorohana ny resaka tsy fandriampahalemana mirongatra eny an-toerana. Tsy nanaiky izany anefa ny sasantsany tamin’ireo olona nirevy, ary saika niafara tamin’ny sakoroka izany. Voatery nanapoahana basy mihitsy ireto olona nitady hikorontana ireto. Nanampy ireo pôlisin’ny boriborintany ireto moa ny avy ao amin’ny UIR. Nilamina ihany izany toe-draharaha nony nisy ny fifampiresahana.

# Ambohidratrimo. Tranom-barotra voatafika, lasa ny vola iray baoritra. Tranom-barotra iray teny Sabotsikely, ao amin’ny fokontany Ambodisaha, ao amin’ny kaominina Ambohidratrimo, no lasibatry ny fanafihan-jiolahy telo nitondra basy. Lasa tamin’izany ny vola iray baoritra. Tsy nisy kosa ny aina nafoy na ny naratra. Efa mandeha ny fanadihadiana sy ny fikarohana ataon’ireo zandary.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara79 partages

Toamasina : Tokantranon’olona nosavaina, tsy nampisehoana « mandat »

Hatairana ny an’ireto fianakaviana tao amina tokantrano iray tao Tanamborizano, Toamasina, ny marainan’ny zoma teo. Mpitandro filaminana manodidina ny 20  teo, misaron-tava no nanao sarika am-pandriana an’ireo tompon-trano, ary nilaza fa tonga hisava ity tokantrano ity. Ny nahagaga ny rehetra anefa dia tsy nampiseho taratasy filazana izany velively ireto mpitandro filaminana ireto, rehefa nitaky ny tompon-trano. Nilaza fotsiny izy ireo, fa hanao ny asany aloha fa ilay « mandat » dia avy amin’ny Tonia mpampanoa lalàna ary ho hitan’izy ireo miandalana eo ihany. Rehefa nikaroka izay tadiaviny anefa izy ireo, dia tsy nahita n’inona n’inona. Ary niroso indray tamin’ny fisavana ny antontan-taratasin’ireo kodiaran-droa sy kodiaran-telo na Tuc tuc, tao amin’ity trano ity. Ara-dalàna ny an’ireo môtô, saingy ny an’ilay « tuc tuc » no nisy tsy fitoviana teo amin’ny laharan’ny môtera. Teo noho no teo ihany dia norohizana sy nentina tany amin’ny birao nanaovana « enquête » ilay tompon-trano, narahina sy nambenana mafy. Naharitra iray andro maninjitra ny famotorana. Farany dia hita fa ara-dalàna ny taratasy, saingy efa nasiam-panovana fotsiny ny môtera. Nalefa nody ilay lehilahy araka izany nony avy teo. Nahagaga ny maro ihany ilay zava-nitranga, raha toa ka resaka taratasina kodiaran-telo, no nahatongavana 20 lahy misaron-tava sy nisavana tranon’olona vao maraim-be. Ambonin’izay, dia nambenana fatratra ilay tompon-trano nony avy teo. Ny angom-baovao hafa no nahafantarana fa mety ho diso olona tokony hosamborina ireto mpitandro filaminana ireto. Misy olona toa hoe tadiavin’izy ireo mantsy ary mitovy anarana amin’ity farany, saingy any amin’izany Androranga no voalaza fa mipetraka. Eo anatrehan’izany, dia mahatsiaro tena ho afa-baraka ity olona nosamborina ity, noho izay resaka fifandisoana izay, satria dia mason’olona marobe no nahita azy nohodidinina mpitandro filaminana toy ireny jiolahy rain-dahiny ireny.

m.L

Midi Madagasikara62 partages

Averses et rues inondées à Tanà : Un problème sans solution

Scène courante à chaque averse. Photo d’archives.

Les premières gouttes de pluies tombées durant le week-end dans la Capitale, renvoient déjà les Tananariviens à l’image des rues et ruelles inondées et des déboires qui s’ensuivent, dès qu’une belle ondée s’abat sur la ville.

 La Capitale a connu, le week-end dernier, deux jours de pluie. Il s’agissait, en réalité, d’une pluie fine qui a persisté durant la nuit de samedi et de brefs épisodes de pluie sur certaines zones de la plaine d’Antananarivo, dimanche après-midi. Rien de bien consistant qui ait réellement « arrosé » la ville, mais il s’agissait bel et bien des premières vraies pluies qui ont humidifié l’atmosphère et le sol tananariviens. Cependant, ce temps légèrement pluvieux ne persistera pas bien longtemps, car on renouera à nouveau avec les journées bien ensoleillées à partir de mercredi. Dans quelques semaines, cependant, ce sera le début de la saison pluvieuse.

Prévisions. La saison sèche et froide est maintenant derrière nous, depuis la fin août. Ce mois de septembre, les données météorologiques font état d’une pluviométrie normale à légèrement supérieure à la normale dans  toutes les régions situées à partir de la Haute Matsiatra vers le Nord. A partir du mois d’octobre, on s’attendra à davantage de pluies dans la Capitale et les régions alentours, ainsi que dans le triangle Nord de Madagascar. Les prévisions météorologiques annoncent, en effet, une pluviométrie normale ou supérieure à la normale dans ces régions.

Déboires. La Capitale devrait-elle alors d’ores et déjà se préparer à affronter les grandes averses qui inondent les rues et les déboires qui s’ensuivent à chaque saison de pluie ? Car nous sommes bien face à un problème persistant qui reste, pour l’instant, non résolu. Les opérations de curage des canaux, effectuées bien avant l’arrivée de la saison pluvieuse, n’ont pas toujours obtenu les résultats escomptés. Des quartiers entiers, notamment les quartiers situées en zones basses, restent toujours les premiers à subir les conséquences des inondations de leurs rues et ruelles, tandis que les grandes artères de la ville, comme à Anosy et Analakely, se retrouvent sous des dizaines de centimètres d’eau, voire davantage, au moins pendant quelques heures. Nous n’en sommes pas encore là pour le moment, mais cela ne saurait tarder !

Hanitra R.

Midi Madagasikara58 partages

Ambositra : Grogne des utilisateurs du GAB d’une banque primaire…

La ville d’Ambositra.

La galère perdure pour les utilisateurs du GAB (Guichet Automatique de Banque) dans un établissement bancaire de renom de la localité.

En panne. Ces utilisateurs se plaignent incessamment d’être fortement pénalisés par une longue file d’attente. Comme c’est souvent le cas, durant la période de retrait des salaires des fonctionnaires. Puisque l’unique GAB de cette banque tombe souvent en panne et ce contrairement aux GAB des autres banques de cette même ville et dont les clients sont mieux servis. Ces victimes sont alors obligées de faire le va- et vient avec ce que cela engendre comme perte de temps et supplément de frais. Pour les clients de cette banque,  habitant comme ceux venant d’autres localités et transitant à Ambositra, la situation est plus que compliquée lorsqu’ils constatent qu’ils ne peuvent pas retirer leur argent auprès du GAB et faire une longue file d’attente auprès des guichets classiques.

Interpeller. Ces clients majoritairement détenteurs de comptes particuliers, sont les plus concernés par ce genre de problème et en sont venus jusqu’à interpeller les responsables locaux de cette agence, sans que des solutions durables et appropriées ne soient apportées par ces responsables, eux également désemparés. Le cas de cette banque à Ambositra n’est pas un cas isolé et les recours sont légions à travers toute l’Ile-toujours à propos et exceptionnellement de cette banque primaire- et non la moindre de par l’importance de ses réseaux de proximité.

Direction générale. Un contexte qui tend à s’éterniser des années durant, fait remarquer la clientèle frustrée, sans que les hauts responsables au niveau de la Direction générale de cette banque ne réagisse. A la longue, ces clients risquent de débiter à la banque leur mécontentement et fermer tout simplement leurs comptes. Il est donc dans l’intérêt de cette banque de prendre en compte les desiderata de sa clientèle, concernant le mauvais fonctionnement de ses GAB. Elle se doit de trouver des solutions pérennes pour plus de crédibilité vis-à-vis d’une clientèle qui lui est restée fidèle jusqu’alors et ne pas laisser libre cours à des propos malveillants qui risquent de ternir l’image de cette banque, face à une concurrence de plus en plus exigeante.

Anastase

Midi Madagasikara55 partages

Mahitsy : Pasitera notafihana fitolahy nirongo basy tao an-tokatranony

Tokantranona mpitondra fivavahana indray no lasibatry ny jiolahy ny zoma lasa teo tao tany amin’iny faritra Mahitsy iny. Lasa tamin’izay ny vola sy entana maro tao an-trano, araka ny fampitam-baovao. Tokony ho tamin’ny iray ora maraina tany ho any no tonga tao amin’ity tokantranona pasitera ity ny jiolahy fito lahy. Nisaron-tava, ary nirongo basim-borona sy zava-maranitra ireto olon-drasy ireto, izay nanao amboletra tao amin’ity trano ity. Raha ny fantatra hatrany dia tsy tao an-trano ilay mpitondra fivavahana tamin’io fotoana fa vehivavy iray natao hiambin-trano fotsiny no tao. Noho ny tahotra dia tsy afa-nanoatra ilay mpiambina hany ka nanao izay danin’ny kibony ireo olon-dratsy nibata izay zakany tamin’izany trano izany. Vita ny asa ratsy natao ary dia nandositra ireto farany. Na izany aza anefa tsy nisy ny aina nafoy na ny olona naratra tamin’io fanafihana io. Efa eny am-pelan-tanan’ny zandary kosa ny raharaha ary efa mandeha ny fikarohana ireo olon-dratsy atao’ireto farany.

m.L

Midi Madagasikara53 partages

Ambatondrazaka : Onze prisonniers évadés

Dans la nuit du samedi 23 septembre, des coups de feu ont retenti dans la ville d’Ambatondrazaka. Les agents pénitentiaires de la localité ont dû recourir aux armes pour traquer les 11 prisonniers qui se sont évadés de la maison centrale d’Ambatondrazaka, mais en vain. Jusqu’à hier, aucun des fugitifs n’a été attrapé, même si des éléments de la gendarmerie et des militaires ont collaboré avec les agents pénitentiaires dès que l’alerte fut lancée. En effet, des barrages sont montés dans toutes les sorties de la ville sans parler des contrôles de la carte d’identité dans les rue. Selon nos sources, ces détenus ont pu s’échapper après avoir troué le mur de la prison avec leurs cuillères à soupe. Le pire est d’entendre que ces évadés sont des criminels déjà condamnés. C’est pourquoi, les forces de l’ordre souhaitent la collaboration de tous dans la poursuite de la recherche. Hier, les autorités locales se sont réunies pour voir comment résoudre ce problème qui porte atteinte à la sécurité de la région. Ce cas devra faire réfléchir le ministère chargé de la Justice, voire les dirigeants en général sur la sécurisation des centres de détention répartis dans ce pays. C’est honteux d’entendre qu’il suffit de se servir de cuillères pour trouer le mur d’une prison. Et les gardiens n’ont rien vu alors qu’il s’agit d’un travail qui a besoin de beaucoup de temps.

T.M. / Janus

Midi Madagasikara47 partages

Olivier Rakotovazaha : « Je n’ai jamais demandé à être nommé à tel ou tel poste »

Durant la période de Transition de 2009-2013, il était membre du Conseil Supérieur de la Transition (CST). Actuellement, il est sénateur. Il s’agit d’Olivier Rakotovazaha, connu pour son engagement pour le MFM et bien sûr, pour le libéralisme.

Olivier Rakotovazaha est un natif de la Province de Tuléar, fils d’un père Tanala et Vezo et d’une mère Antanosy et Bara. Il est marié et père d’heureux enfants qu’il a mis au monde et d’autres qu’il a adoptés. Dans son quotidien, outre la politique, Olivier Rakotovazaha dépense son temps à lire. « J’aime la lecture », confie-t-il. Mais ce n’est pas tout. Il apprécie aussi de se faire bercé par la douceur de la musique quelquefois. Par contre, il ne partage plus aucune affinité avec le sport ces temps-ci. « Quand j’étais jeune, je faisais du sport. Mais avec l’âge, je ne suis plus en mesure d’en pratiquer », informe-t-il. Et si jamais, le sénateur Olivier Rakotovazaha sera votre invité, préparez-lui un bon plat de « ravim-bomanga » devant lequel il fondra littéralement. « Auparavant, je mangeais beaucoup d’aubergines. Actuellement, je n’en prends plus. Je préfère le « ravim-bomanga » qui est mon plat préféré », rassure-t-il. Au-delà de toutes ces petites choses du quotidien, Olivier Rakotovazaha met Dieu au centre de tout ce qu’il entreprend. « Je suis un catholique pratiquant. Par le passé, j’ai eu l’occasion d’occuper une grande responsabilité au sein de l’Eglise catholique de Manjakaray. Et depuis toujours, je remets entre les mains du Seigneur tout ce que je fais », dévoile-t-il.

Formations. Au lycée, Olivier Rakotovazaha était parmi les crèmes. Avant son entrée à l’université, il enseignait au Collège d’Enseignement Général pour honorer le service national. En ce qui concerne les études supérieures, il a fait de la Météorologie à l’Ecole Supérieure Polytechnique à l’issue de laquelle il est sorti ingénieur. Il a également tâté l’Economie à Ankatso sans avoir pu l’achever. Il a continué, par la suite, par la Gestion à l’INSCAE et il a eu son Master en Administration d’Entreprises, avec les « Petites et Moyennes Entreprises » comme spécialité. Ensuite, Olivier Rakotovazaha a embrassé le Troisième Cycle en Energies Renouvelables et Thermodynamique à l’Université de Perpignan. « C’est la finalisation de thèse que j’ai effectuée à l’Université de Perpignan mais la soutenance s’était déroulée à Madagascar », précise-t-il. Par ailleurs, il s’est formé en Météo statistiques en climatologie agricole et en Développement durable en Angleterre.

MFM perpétuellement. « Quand j’étais au lycée, je suivais déjà de près le cercle d’études du parti MFM », dévoile le sénateur. Après, il s’occupait des jeunes MFM à travers le MAP/KMM puis il était le leader du MFM Tuléar II. Mais cela ne s’est pas arrêté là. Il est devenu le président des jeunes du parti, puis membre du bureau central. « Depuis 2006 jusqu’à maintenant, je suis le SG du MFM », rappelle-t-il. Notons qu’en politique, Olivier Rakotovazaha a déjà occupé beaucoup de postes de responsabilités politico-administratives comme, entre autres, celui de Directeur du ministère de la Jeunesse et du Sport, de Directeur de Cabinet, de ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, du Tourisme, des Transports et de la Météorologie. Actuellement, il est sénateur. Et par rapport à ce point, il n’omet pas la précision subséquente : « Je n’ai jamais demandé à être nommé à tel ou tel poste. Soit, c’est le MFM qui me propose, soit c’est la personne souhaitant me nommer qui me sollicite».

Aina Bovel

Midi Madagasikara43 partages

Port-FCE-aéroport : Leur fermeture pénalise l’économie de Vatovavy Fitovinany

Les autorités locales de la région Vatovavy Fitovinany ne cessent de tirer la sonnette d’alarme afin que l’Etat contribue à l’amélioration des infrastructures de base locale. En effet, « La fermeture du port de Manakara, du réseau FCE et de l’aéroport de Manakara pénalise l’économie régionale », a révélé Andrianjanaka Rémy, le Chef de région, lors d’une conférence de presse sur l’organisation de la foire régionale qui se déroulera du 3 au 5 novembre 2017 à Manakara. L’objectif de cette manifestation économique, sociale et culturelle vise d’ailleurs à présenter la potentialité de la région autantdans le domaine du tourisme que d’agriculture et de l’élevage.

Urgente. « Nous produisons 25 000 tonnes de litchi de bonne qualité chaque année, mais la plupart de la production périssent faute d’écoulement sur le marché. Depuis la fermeture du port en 2008, nous ne pouvons plus exporter ce produit de rente », a-t-il évoqué. En outre, cette situation est aggravée par la fermeture du réseau ferroviaire FCE desservant une dizaine de communes rurales à forte potentialité en matière de production de fruits et bien d’autres produits agricoles et ce, depuis plus de 20 jours. « Les établissements hôteliers sont pénalisés. De nombreuses réservations des touristes ont été annulées. La réhabilitation de la locomotive s’avère urgente », a annoncé Ramanankavana Christian, le nouveau président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Manakara.

Compétitif. Par ailleurs, il a réclamé la réouverture de l’aéroport de Manakara afin de faciliter la libre circulation des biens et des personnes avec les autres régions surtout la Capitale face à la recrudescence de l’insécurité si l’on emprunte la voie terrestre. « Si toutes ces infrastructures de base sont réalisées, le coût des transports des produits et des PPN sera en baisse. Ce qui permettra d’une part d’éviter l’inflation et d’être plus compétitif sur le marché international, de l’autre », a poursuivi le président de la CCI Manakara. Et dans le cadre de ce salon, tous les produits agricoles et de rente comme le café, le girofle, la vanille, le litchi et le miel seront exposés. Les cultures de la région ne sont pas en reste.

Navalona R.

Midi Madagasikara35 partages

Chronique de Mickey : Uber über Taxi

Quand on est dans l’hémisphère sud, a-t-on la tête en bas et donne-t-on un sens contraire de ce qui se fait dans l’hémisphère nord ? Il y a quelques mois, un mouvement social a agité quelques pays d’Europe. Les chauffeurs de taxi ont manifesté avec colère contre la concurrence déloyale faite par la Compagnie UBER à l’encontre de leur corporation. Leurs syndicats sont montés au combat au nom des intérêts de leurs membres et revendiquent purement et simplement l’interdiction pour Uber d’exercer. On peut être ou non d’accord, mais reconnaissons leur légitimité au nom de la défense des intérêts des membres, notons aussi que leur lutte même s’il y a eu des scènes de violence entre les « belligérants » n’a pas débordé dans le champ politique. Les VTC (Véhicules de Tourisme avec Chauffeur) se rapprochent plus des sociétés de location de voitures qu’à une proposition de transport public. Uber, l’entreprise la plus entreprenante utilise au mieux les nouvelles technologies (smartphone entre autres) et joue sur les failles de la réglementation et de la mauvaise conjoncture de l’emploi.

A Madagascar, il en est autrement, les « Taxiteurs », font mine de taire dans leur démarche le refus de la contre-visite effective comme si tout le monde ignorait les défaillances des centres de contrôles techniques, qu’il est inutile de relater ici. Au passage, sachez que dans le passé avant de passer dans le public, le centre de contrôle était géré par l’Automobile Club de Madagascar et les problèmes étaient moindres. Dans l’intérêt des usagers donc, il a été décidé (Toute institution publique a vocation d’être en quête de nouveaux impôts à percevoir) que la contre-visite sera effectuée désormais par l’Omavet (Omnium de maintenance de véhicule de transport). 104 points de contrôle ont été évoqués, puis de marchandages en marchandages, ce nombre a été revu à la baisse pour devenir presque ridicule (04 ?). Ainsi, on tolèrera comme maintenant qu’un feu seulement marche ; qu’on mette un bidon ou une bouteille en plastique servant de réservoir direct à l’intérieur même, ou que les freins soient défaillants. Mais ce qui est tout à fait contraire à la logique syndicale c’est de vouloir donner raison aux vrais faux clandestins (sans visite technique réelle) qui grèvent les revenus des vrais professionnels en règle. Puis parlons de cette intrusion en politique, les chauffeurs de taxi et leurs clients le savent, sont très bavards en politique et pour une fois qu’ils peuvent l’étaler en public leur savoir, ils ne s’en privent pas. Enfin, « über » veut dire au-dessus en allemand et chez nous les « Uber», les déloyaux concurrents veulent avoir le dessus.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara30 partages

« Volambita » : Un « Asaramanitra » très éclectique !

Koezy, parmi les artistes qui ont animé le « Volambita » à l’Hôtel de Ville Analakely. (photo : Kelly)

Musique, mode, gastronomie… « Volambita », l’équivalent du fameux « Asaramanitra » qui s’est tenu à l’Hôtel de Ville Analakely vendredi dernier, a honoré la culture malgache à travers la prestation de divers artistes et de nombreux jeunes et talentueux stylistes malgaches.S’étant parés de leurs habits traditionnels, « Ampanjaka, Ndrenony, Tangalamena, Sojabe, Mpitana hazomanga… » ont investi l’Hôtel de ville Analakely pour se joindre au « Volambita », l’équivalent du fameux « Asaramanitra » des Hautes terres centrales et du Sud-Est de la Grande Ile. Les invités étaient également déjà présents. En coulisses, tout le monde est déjà sur le qui-vive. Les stylistes procèdent aux derniers ajustements. Les modèles revoient leur pose. Les artistes discutent entre eux. Sur scène, « Laka ensemble » s’installe. Les petits chanteurs prennent place. Au menu, le traditionnel « Afindrafindrao » qu’ils revoient et interprètent à leur manière. Une belle prestation qui ravit non seulement l’assistance, mais également et surtout Holy Razafindrazaka. « J’adhère à ce projet. Je suis très contente que nos enfants rencontrent les grandes figures de la culture malgache. Je suis très fière pour les enfants, la chance qu’ils ont de pouvoir participer à un projet d’une telle envergure ». En guise de bonjour, Vahombey chante l’un de ses titres les plus connus « Bezoro ». Des grands noms de la musique et des groupes ayant porté haut le flambeau malgache à l’extérieur se sont également relayés sur scène : Jaojoby, Koezy, Kabôsy spirit, R’imbosa….

Actuels. Mais le « Volambita », ce n’était pas uniquement une fête qui met en avant la musique. Tous ceux qui s’étaient rendus à l’  de Ville Analakely, ce soir-là, ont également pu s’apercevoir du talent et de la créativité des jeunes stylistes malgaches. Les modèles défilaient ainsi fièrement sur le podium avec les collections de Phanala, Vidaa, Tachou, Junior, Lili, Ma Randrianalidera, Sariaka et Gôna. Des modèles aux coutures modernes et tendances, mais dont les matières et les ornements sont typiquement malgaches. Les fins gourmets n’ont pas été en reste. Ils ont pu apprécier le « mofo mangahazo » revisité, le « ramanonaka » moderne avec une présentation et un goût très actuels ainsi que d’autres plats.

Sceptique. Oui, le « Volambita » a ravi ceux qui avaient eu la chance d’être de cette fête inédite prônant le « fihavanana ». Le grand public était quant à lui sceptique. L’avis de Nirina Rakotoniaina, un Tananarivien résume tout: « Comment pouvions-nous nous joindre à la célébration alors que les tickets qu’ils appelaient Andriambolamena, Andriambolafotsy et Andriamanintona étaient hors de prix. En tout cas, pour les gens du petit peuple alors que cette fête, le ‘Volambita’, est censée réunir tous les Malgaches ? L’initiative est louable, mais il faudrait peut-être revoir quelques points pour que tout le monde puisse s’approprier l’évènement et s’identifier à la manifestation ». Car comme l’a martelé le président de l’association « Iray » « Volambita » est sans doute un des plus grands combats que nous puissions mener pour Madagascar. Un des plus beaux. Un des plus importants. Une date. Une date unique pour fêter le Printemps austral. Une date durant laquelle tous les Malgaches vivront à l’unisson ».Mahetsaka

Midi Madagasikara28 partages

Pharmacies à Ambositra : Désormais des tours de garde seront assurés les week-ends et jours fériés

Les pharmacies devront assurer leur tour de garde désormais à Ambositra. Photo Anastase

La ville d’Ambositra dispose de trois pharmacies dont la pharmacie Rakotoarisoa sise à Ianjaka, la pharmacie Tomy à Ampivarotanomby et à Alakamisy, la pharmacie Andriamahefarivo.

 Seule la pharmacie Rakotoarisoa, depuis bien longtemps, assurait la garde de nuit comme celle des week-ends  et des jours fériés. Des bons et loyaux services que la pharmacie Rakotoarisoa a su préserver depuis des décennies pour le bien-être de la population, non pas toujours en toute sérénité.

Décision. Tout récemment, conformément à une décision prise entre les autorités locales sans nul doute et les pharmaciens, désormais chaque officine de pharmacie doit prendre ses dispositions et assurer son tour de garde. Une initiative qui vient à point nommé répondre aux besoins de la population dans un contexte délétère d’une insécurité sans cesse grandissante, non seulement à Ambositra, mais également sur l’axe RN7 et dans l’ensemble de la région d’Amoron’i Mania. Il est donc prié aux médias locaux d’en faire une large diffusion de ces tours de garde, tout comme les numéros d’appel de la police et de la gendarmerie.

Assiégé. Il n’est pas rare de constater ces derniers temps que le centre hospitalier régional de référence soit constamment assiégé non seulement par des malades, mais surtout par des personnes victimes d’actes de banditisme et d’agression qui nécessitent des interventions chirurgicales d’une extrême urgence. Cette décision est donc saluée de plein gré par le public.

Approvisionnement. L’approvisionnement en médicaments de ces officines se fait hebdomadairement à Antsirabe, en fonction des stocks disponibles des magasins de gros. Exceptionnellement, par la même occasion, ces pharmacies peuvent recevoir également des commandes de médicaments spécifiques émanant de certains patients qui n’ont pas besoin de s’inquiéter pour poursuivre leurs traitements.

Anastase

Midi Madagasikara27 partages

IMT : Une trentaine d’entreprises créées par des étudiants sortants

Les dirigeants de l’IMT lors d’une conférence de presse.

C’est une condition sine qua non pour pouvoir décrocher le diplôme de Master. Cette université privée chrétienne soutient d’ailleurs les étudiants jusqu’à l’autonomie de gestion de leurs entreprises.

Améliorer la qualité de la formation à Madagascar. Tel est l’objectif de l’université privée chrétienne IMT (Institute of Management and Tourism) basée à Antanimena. C’est pourquoi Raharisoa Bako, le Directeur général de l’IMT a déclaré lors d’une conférence de presse organisée dernièrement à son siège : « Nous avons mis en place cette année universitaire la numérisation de la formation avec la facilitation de l’acquisition d’un « laptop » par étudiant grâce à un partenariat avec la société « Technology Chine ». Le professionnalisme de l’équipe n’est pas en reste. D’autant plus, les résultats obtenus jusqu’ici sont satisfaisants. La preuve, nous enregistrons un taux de chômage zéro pour tous les étudiants sortants. Il y a également ceux qui ont pu créer leurs propres entreprises comptant en ce moment une trentaine. » .

Financement. « Leurs secteurs d’activité concernent, entre autres, la publicité, la production industrielle et la restauration. Il y a également un étudiant sortant qui a créé une société en Chine opérant dans le groupage des produits d’importation de Madagascar. En outre, une dizaine de projets de création d’entreprises concoctés par des étudiants de la 5e année sont en cours. C’est une condition pour pouvoir décrocher le diplôme de Master », a-t-elle révélé. Et l’IMT se démarque des autres universités privées par son appui et son encadrement des étudiants sortants au montage de leurs projets. A titre d’illustration, Bako R. enchaîne : « Nous les aidons directement à se formaliser et à se professionnaliser en plus de la formation universitaire. Nous travaillons également en partenariat avec les banques pour pouvoir assurer le financement de leurs projets. L’appui à la gestion et au fonctionnement de leurs entreprises n’est pas en reste. »

Reconnus. Par ailleurs, l’IMT peut garantir des postes de travail pour tous ses étudiants ayant terminé leur cursus. « Nous, diplômés de « Bachelor » et de « Master » sommes d’ailleurs habilités par l’Etat et reconnus sur le plan international. La preuve, il y a des étudiants de l’IMT qui travaillent à Maurice, en Inde, en Indonésie et en Allemagne sans oublier ceux qui ont des postes de responsabilité dans le pays », a fait savoir le Directeur général de l’IMT. Notons que cette université privée chrétienne offre des filières comme le BTP, l’hôtellerie et le tourisme, le management des affaires et l’administration d’entreprise. « Le tourisme est un secteur pourvoyeur d’emplois et de revenus. Mais il est pénalisé par la recrudescence de l’insécurité, le manque d’infrastructure d’accueil et le problème de formation des jeunes », a-t-elle conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara23 partages

« Trass » Tsiadana : « Kiaka » fait faux bond à ses inconditionnels

Grosse déception pour tous les inconditionnels de « Kiaka » qui sont venus au « Trass » Tsiadana vendredi dernier ! Les responsables annonçaient pourtant « une soirée qui s’annonce exceptionnelle et très animée ». Ce soir-là, le groupe « Kiaka » était effectivement prévu à l’affiche. Juste après leur sortie du bureau, à 18h30, des habitués des lieux ont donc rejoint les lieux pour se retrouver entre amis et se mettre dans l’ambiance. Plus de deux heures plus tard, les tables commençaient à se remplir. 20h30, encore personne pour les installations. Ils sont peut-être en retard, se disaient ceux qui avaient été là. 21 heures, toujours rien. Les responsables des lieux essayaient de contacter les membres du groupe. Ils sont injoignables. « Nini a pourtant confirmé la tenue de l’évènement. Raison pour laquelle nous avons même diffusé une publicité dans les quotidiens », affirme le même responsable. 22h, toujours pas de « Kiaka ». « Je suis tellement déçu de l’attitude du groupe. Ils auraient pu prévenir ». Joint au téléphone, Deba a avancé « une annulation, mais que la communication n’est visiblement pas passée ». A qui la faute ? Les fans, en tout cas, en ont payé les frais.Mahetsaka

Midi Madagasikara23 partages

Football : Défaites des équipes de CNAPS

Journée à surprises que les 1/8 de finale de la TELMA Coupe de Madagascar qui se sont tenues les 23 et 24 septembre dernier. CNaPS Sport Itasy se laisse surprendre par TAM Port- Bergé et CNaPS Sport Analamanga est laminé par ADEMA sur 0 à 3. Tojo Fitiavana se paie un carton rouge à la 88e minute de jeu alors que le score était déjà à 2 à 0 pour ADEMA, buts de Ravo à la 7e minute et de Jalm à la 86e minute. Elgeco Plus aussi cartonne face à Black Star de Vatovavy Fitovinany. Les suites du programme auront lieu comme suit : les 1/4 de finale pour le 15 octobre 2017 et les demi-finales pour le 05 novembre 2017. La finale est programmée pour le 26 novembre 2017.

Les résultats

As Adema Analamanga 3 # CNaPS Sport Analamanga

Mama Fc Analamanga 2 # 3 Rts Jet Mada Itasy

Cosfa Analamanga 0(3) # 0(5) Fc Rabaza Atsimo Atsinanana

Zanakala Fc Haute Matsiatra 0 #1 Fca Ilakaka Ihorombe Fianarantsoa

Elgeco Plus Analamanga 4 #0 Black Star Fc V7v Fianarantsoa

CNaPS Sport Itasy 0 #1 Tam Port Berger Sofia Mahajanga

Fosa Juniors Fc Boeny 7 # 2 Tana Formation Analamanga

Anny Andrianaivonirina

Madagascar Tribune22 partages

Annulation sur fond de manipulation politique

Comme nous l’avions craint et annoncé, les élections des membres du bureau lors de l’Assemblée générale de la Chambre de commerce et de l‘industrie d’Antananarivo (CCIA) ont été annulées. Selon les explications émanant du ministère de tutelle, en l’occurrence le ministère du commerce et de la consommation, la décision a été prise suite à de nombreuses réclamations reçues par le ministre Chabani Nourdine lui-même. Des réclamations de la part des candidats sur la conduite de l’organisation des élections. Aussi, la version gouvernementale officielle veut que « de l’entretien tenu entre le ministre avec le comité ad’hoc en charge de l’organisation de l’élection, et des groupements de candidats, il ressort en effet l’existence de plusieurs vices tant sur le fond que sur la forme dans cette conduite électorale, pouvant empêcher de donner les mêmes chances aux candidats ». A titre de rappel, les élections devaient se tenir le 27 septembre prochain.

Selon Erick Rajaonary, président du groupement FIVMPAMA ou Fivondronan’ny mpandraharaha malagasy, l’annulation de ces élections des membres du bureau de la CCIA résulte simplement et purement de manipulation politique. Vu les intérêts et les enjeux que représentent la CCIA, notamment en ce qui concerne la question du développement du secteur privé, certains groupes politiques auraient tout intérêt à y tenir les rênes.

Une élection à Madagascar

L’annulation de ces élections est très dommageable pour le secteur privé a déclaré Erick Rajaonary. En effet, la Chambre de commerce est une plateforme appartenant et œuvrant pour le développement du secteur privé et ce cas elle ne devrait pas être utilisée à des fins politiques ; or, ce serait le cas actuellement.

Selon une autre source proche du dossier, certains membres du Comité ad’hoc eux mêmes feraient jouer des intérêts particuliers dans l’organisation des élections. Outre cela, Erick Rajaonary a également évoqué la question de la corruption dans les élections en général à Madagascar, une plaie qui pourrait toucher ces élections à la Chambre de commerce. La tenue de ces élections a été reportée à une date qui n’a pas encore été précisée mais qui selon le ministère de tutelle se ferait dans les plus brefs délais. Malgré cette annulation, il est difficile de croire qu’un report de date puisse écarter ni même atténuer la question politique à la CCIA. Nous avions d’ailleurs déjà précisé dans un article précédent que certains observateurs, confortés par la presse, avaient scandés que l’élection de la CCIA était devenue un autre champ de bataille entre le parti Tiako i Madagasikara de Marc Ravalomanana et le parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara du président de la République. D’autant plus que sur les 24 chambres de commerce et d’industrie existantes à Madagascar, uniquement celles d’Antananarivo qui est la capitale administrative et de Toamasina qui est la capitale économique n’ont pas encore terminées leurs élections. C’est dire.

Midi Madagasikara21 partages

Lutte – Championnats de Madagascar : Cosfa domine les débats

Les lutteurs du Cosfa Analamanga ont dominé les Championnats de Madagascar 2017 à Mahajanga. Sept médailles d’or ont été remportées par les militaires du Cosfa.

Comme annoncé, deux lutteurs ayant participé aux Jeux de la Francophonie d’Abidjan ont pris part à ces joutes nationales. Tous deux ont justifié leur statut de favoris et se sont emparés du titre national. Il s’agit de Falihery Randrianatoandro chez les moins de 65kg et de Julienne Rasendrasoa du côté des dames – 57kg. Falihery du Cosfa a littéralement écrasé son adversaire par sa supérériorité technique face à Julien du 3FB. Mais le combat qui a tenu le public en haleine était la confrontation entre Tojo Marcel du Cosfa et de Mbola du Cospn en moins de 61kg. Après un combat âprement disputé, Tojo Marcel a marqué le point de la victoire à quelques secondes de la fin du combat. « Beaucoup de lutteurs chez les juniors sont prometteurs. Ils ont du niveau » a expliqué le président de la fédération malgache des luttes, Mamitiana Raveloson. Après ces sommets nationaux, la prochaine rencontre sera prévue au mois de décembre à l’occasion de l’open de Noël dans la Capitale.Les titresJuniors hommes-50kg : Mamy Rakotoniaina, Cosfa.-55kg: Rovasoa Randriamanarivo, Cosfa.-60kg : Merthense Rakotoarisoa, Rossary.-66kg : Michael Fabrice, Cosfa.-84kg : Adrien Rakotomalala, Boeny.Juniors dames-48kg : Fara Salohy, Cosfa.-51kg: Volatiana Raharimalala, Fifa.-55kg: Viviane Randriantsiferana.-63kg : Elodie Rasoarimalala, Boeny.Seniors dames-55kg : Pierette Mamirina, Atsinanana.-58kg: Julienne Rasendrasoa, Rossary.Seniors hommes-57 kg :Frigo Razilalaina, Boeny.-61 kg: Tojo Rakotoarisoa, Cosfa.-70kg : Todisoa Rakotonatoandro, Rossary.-74kg : Rino Razafinjatovo, Rossary.-86kg: Eddy Rakotomalala, Cospn.

T.H

Midi Madagasikara19 partages

Rheg & Dekapy’s band : Ambiance « heavy metal » au CFM

Rega a enflammé la scène du CFM Anosy. (Photo : Kelly)

Chose promise, chose due ! Hier, Rheg et le Dekapy’s band ont tenu un show des plus époustouflants au CFM Anosy. Pour mettre le public dans l’ambiance, Rega a débuté sa prestation par une session acoustique pour rappeler le bon vieux temps. A l’époque, les titres de la bande étaient effectivement plus mélodiques et flirtaient plus avec le blues. Ce n’est que dans sa seconde prestation que le groupe a dévoilé le côté très « métal » qui  envoie du son bien lourd. Dekapy’s band, dans un second temps, a bien évidemment fait vibrer tous ceux qui étaient là au rythme de son « heavy metal » aux riffs bien puissants. Un « live metal » comme les aiment les inconditionnels de rock.Mahetsaka

Madagascar Tribune16 partages

Onze prisonniers se font la belle

Onze (11) prisonniers, des bandits notoires se sont évadés de la prison centrale d’Ambatondrazaka le dernier week-end. Ils ont creusé de trou dans le mur de la prison et ont réussi à s’évader. Les responsables pénitenciers assurent qu’ils sont à pied d’œuvre pour retrouver les fuyards et comptent sur la collaboration de la population et des diverses autorités locales pour donner des informations pour localiser les évadés.

Pour le moment, le syndicat des pénitenciers n’a pas encore annoncé un mouvement de grève comme l’a fait les syndicats des magistrats et des greffiers mais le citoyen craint qu’ils pourraient suivre le mouvement d’ici quelques jours sachant que leurs revendications n’ont pas encore été entièrement satisfaites. Quoi qu’il en soit, l’appareil judiciaire dans sa globalité va être bloqué d’ici deux jours face à ce mouvement de grève illimité annoncée conjointement par les syndicats des magistrats et des greffiers. Ce qui fait que si les pénitenciers réussissent à mettre la main sur les fuyards, ils vont tout de suite rejoindre la prison sans passer devant les magistrats pour enquête comme cela devrait être le cas. La plupart du temps, les évadés des prisons se sont fait attraper au moment des récidives, rarement on peut mettre la main dessus pour diverses raisons. Par contre la grande majorité, sinon tous, ne tardent pas à récidiver. En tout cas, la sécurité des citoyens est au plus mal malgré les stratégies et politique déployées par le régime et les forces de l’ordre.

Midi Madagasikara16 partages

Tennis : Les U14 en lice à partir de ce jour

La fédération a remué ciel et terre pour que les six jeunes joueurs de tennis soient au Caire ce jour pour participer aux championnats d’Afrique des moins de 14 ans. Toky Ranaivo, Lanja Rakotozandriny, Feno­soa Rasendra, Sampras Rakotondrainibe chez les garçons, ainsi que Mialy Ranaivo et Narindra Ranaivo chez les filles.

Trente cinq millions d’ariary pour l’envoi des U14 en Égypte, après trente autres millions pour les U12 au Maroc.

La deuxième édition de l’année des championnats d’Afrique U14, qui se dérouleront au Caire en Égypte du 25 au 30 septembre.La délégation conduite par le coach national Hari­vony Andrianafetra est partie rejoindre le Caire Via Nairobi.

Si la première édition de ces championnats d’Afrique U14 s’est jouée sur terrain dur en Afrique du Sud au mois de mars, la seconde se joue donc sur terre battue, sur les courts de l’hôtel El Solaimaneyah, à une heure du Caire.Ce sommet continental regroupera les vingt meilleurs du classement africain, ainsi que les deux meilleurs joueurs par zone. Durant les championnats d’Afrique en Afrique du Sud, Narindra Ranaivo et Toky Ranaivo ont atteint la phase des quarts de finale. L’objectif de la délégation malgache sera de faire mieux que cette performance.

Midi Madagasikara14 partages

« MVola » : 9 000 points marchands dans tout Madagascar

Depuis sept ans, « MVola » permet à tout Malgache, abonné ou non à son service, de recevoir, retirer et de déposer de l’argent partout à Madagascar. Appuyé par une large couverture réseau couvrant 85% du territoire national, « MVola » a déployé 9 000 points marchands répartis sur toute l’île et conclu d’importants partenariats avec près de 1 500 partenaires pour répondre à tous les besoins. On peut citer, entre autres, les boutiques et commerces, les compagnies aériennes, les stations d’essence, les hôtels et les restaurants. Et depuis 2016, « MVola » étend ses services en autorisant un transfert d’argent direct vers les autres opérateurs.

Salon. Partenaires et complémentaires avec les banques et les institutions de micro finance, « MVola » présente aussi ses services auprès de ses acteurs de la finance tout en soutenant une population non bancarisée par le biais d’un transfert des services bancaires non cash. L’exclusivité « MVola » du retrait auprès des DAB BFV-SG, ou encore le partenariat historique pour un transfert d’argent de l’étranger directement sur son compte avec « Western Union » ne sont pas en reste. Compte tenu de sa performance, « MVola » soutient également le salon « Expofinance » qui se tiendra du 27 au 29 septembre 2017 à l’hôtel Carlton dans le dessein de répondre à ses engagements de favoriser l’inclusion financière tout en contribuant à l’éducation financière et bancaire de la population.

Taux de 40%. En effet, face au faible taux de bancarisation à Madagascar et à une culture financière encore à acquérir, le salon de la monétique, des services financiers et des assurances, « Expofinance Mada 2017 » est un carrefour des acteurs de la finance et du grand public pour une meilleure accessibilité aux services et un développement de toutes les activités liées. Durant ce salon, « MVola » mettra en avant ses services pour en démocratiser les usages et permettre à de plus en plus de Malgaches d’y accéder. Notons que la téléphonie mobile à Madagascar possède un taux de pénétration de plus de 40%. Simple, immédiat et entièrement sécurisé, le « mobile money » est la solution incontournable aux besoins courants de la population tels que les achats de crédits, les courses en ligne, les paiements de factures et les transferts d’argent ainsi que le paiement des impôts et le soutien au développement social.

Navalona R.

Midi Madagasikara13 partages

« Fara west » Faravohitra – Cordes sans cibles : entre jazz, blues et rythmes malgaches

« Cordes sans cibles », un groupe à découvrir absolument.

Dina Mialinelina et sa bande ont donné une prestation magistrale au « Fara West » Faravohitra samedi soir. Un évènement inédit mettant à l’honneur la bonne musique.

Venant d’univers aux antipodes, du classique à la comédie musicale, du baroque au jazz, passée au tamis des couleurs malgaches Dina Mialinelina et Benjamin Le Faucheur créent et partagent une musique originale et métissée. Samedi soir, ils ont investi le « Fara West » Faravohitra et ont fait voyager les mélomanes dans le monde merveilleux des « Cordes sans cibles », car c’est ainsi que leur groupe s’appelle. Une prestation qui restera longtemps dans les mémoires et dont un remake n’est aucunement de refus. Guitariste, compositeur et professeur de musique au Lycée Français de Tananarive, Benjamin Le Faucheur s’inspire de ses nombreuses expériences musicales (conservatoire, rencontres, musique classique, musique baroque, ou encore jazz manouche, etc.) pour créer une musique sur laquelle Dina Mialinelina peut asseoir sa voix et ses paroles. La jeune femme vient surtout du monde de la comédie musicale, mais aussi du blues, du jazz, sans oublier les couleurs malgaches. « A travers mes paroles,  j’essaie de raconter une histoire, de faire rêver, de toucher » dit-elle. Dina Mialinelina et Benjamin Le Faucheur décident donc, en 2013, de mélanger leurs « bagages » pour créer et partager une musique originale et métissée. Ils sont entourés de leurs amis musiciens Henintsoa Andriamasimanana, Njakanirina Rakotonirainy, Tsanta Randriamihajasoa et Andry Sylvano, qui, eux aussi, apportent leurs « touches » personnelles. Le groupe a sorti, en 2015, un album éponyme disponible à la librairie de Tana Water Front Ambodivona et disponible en DVD Live.Mahetsaka

Midi Madagasikara12 partages

A armes égales

Dans deux jours, les portes des palais de Justice et autres salles d’audience, seront fermées. Aucun service minimum n’est prévu. On s’attend à une paralysie totale de l’appareil judiciaire à partir du mercredi 27 septembre 2017, au grand dam des usagers de la Justice.

A armes égales

La tension est donc à nouveau montée d’un cran entre les magistrats et greffiers, d’une part et le gouvernement à travers le ministère de la Justice, d’autre part. Cette fois, les magistrats et les greffiers s’allient pour des causes communes : des revendications à satisfaire. Celles-ci portent principalement sur le respect de l’indépendance de la Justice pour les premiers et de l’augmentation des émoluments pour les seconds. La grève illimitée annoncée vendredi par les syndicats des magistrats et celui des greffiers semble bien être le point de départ d’un nouveau bras de fer entre les deux syndicats qui n’en démordent pas et leurs interlocuteurs. Un bras de fer qui ne sera pas sans conséquences sur les usagers de la Justice. On s’attend, en effet, à ce qu’ils se retrouvent massés devant les portes des Tribunaux pour des audiences qui n’auront probablement pas lieu, ou au mieux, renvoyés. En apprenant, cependant, qu’aucun service minimum ne sera assuré, il y a fort à parier que même les renvois pourraient ne pas avoir lieu.

En attendant la suite de ce feuilleton SMM-SGM vs ministère de la Justice, mieux vaut donc pour les usagers de faire de la patience une seconde nature. Car outre les affaires portées devant la Justice qui resteront en suspens, ceux qui auront besoin de documents administratifs et autres services, devront le faire ce jour, ou au plus tard, demain. A partir de mercredi, ils ne seront plus certains de pouvoir les obtenir et ce, pour une période indéterminée. Victimes collatérales dans cette affaire de revendications non satisfaites, les usagers n’ont d’autres choix que d’attendre. Encore et toujours. D’autres, spectateurs pas forcément silencieux, y voient un combat dans lequel les protagonistes s’affrontent à armes à peu près égales ! Quoique…

Hanitra R.

Midi Madagasikara11 partages

Cyclisme : Sandaniaina primé pour les montagnes

Les 100km de course d’hier sur la route RNA 4 d’Ankazobe a permis à Sandaniaina de s’illustrer sur les montagnes. « Nous avons programmé 100km de route avec plusieurs montées. Les coureurs ont besoin de ces montées pour préparer le Trophée des AS et le Grand Prix de l’amitié que la fédération organisera en novembre » a précisé Ravelonarivo Naly, président de la ligue. Ils étaient tous partis d’Andranotapahana au 12e point kilométrique. Le tour de Madagascar du mois de décembre attendra les meilleurs de ces courses, un tour qui cette fois-ci fera la boucle Toliara – Fianarantsoa – Mananjary – Antananarivo. Dans une quinzaine de jours, les coureurs attaqueront encore des montées, mais cette fois-ci du côté de la RN7 partant d’Ambohimangakely by-pass pour aller à Andriambilany et finir au même point de départ.

Les résultats

1er Rakotondrasoa Jean de Dieu FCSA 2h45’05 »2e Rakotondravao Andriamirado MBIKE 2h46’013e Ramanampisoa Fredy MBIKE 2h46’25 »Prime de montagne : Randriamaharitra Sandaniaina -club TAFITAVTT 70km

1er -Tolojanahary PA 2h10’15 »2e- Andrianahadizamparany Simon 2h20’10 »3e- Rakotonandrasana Hervé PA 2h35’00

Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar10 partages

Dessine-moi un référendum

En guise de préambule, cet extrait d’une précédente Chronique du 31 octobre 2015 : «Il ne suffit pas de parachuter une Constitution pour décréter la civilisation. L’Angleterre est un exemple classique de constitution non-écrite qu’on cite à l’édification des étudiants de première année en droit. Avec la lingua franca anglaise, se sont également propagés les principes de l’Habeas Corpus (1679). Toujours aux mêmes étudiants en droit, on explique que Westminster est la mère de tous les Parlements. (Cependant) à quoi, sinon à la façade, peut servir une Constitution sur le modèle européen dans un pays qui continue de fonctionner sur le mode de la clientèle, des passe-droits et des règlements de comptes ?».Que ce soit pour un amendement constitutionnel ou en faveur d’un plébiscite personnel, j’ai toujours considéré l’exercice du référendum comme hautement suspect. Surtout dans une société comme peut l’être celle de Madagascar depuis la Loi-Cadre (1957), et, ou malgré, l’établissement de la République (votée par le Congrès des Assemblées provinciales réuni le 14 octobre 1958 dans l’amphithéâtre du Lycée Gallieni, à Antananarivo : 26 abstentions, 208 voix pour la République, concept inédit et encore inconnu en 1895, sans qu’entretemps, une seule fois en 60 ans, une éducation à la hauteur de cet enjeu existentiel ait été entreprise). Voilà une société où la fiction démocratique voudrait que les descendants des anciens seigneurs féodaux soient ramenés au niveau des descendants d’anciens esclaves quand bien même dans la réalité les «ankizy», «sauterelles gardiennes des tombeaux» sur le terroir, continuent de dépendre et de s’en remettre aux anciens maîtres «montés» à la ville.Hippolyte Laroche, dernier Résident Général de la France à Madagascar (1895-1896) auquel allait rapidement succéder le Gouverneur Général Joseph Gallieni (1896-1905), s’est grossièrement trompé en croyant abolir l’esclavage d’une signature d’arrêté en août 1896. Cent vingt ans après, en Imerina comme dans les autres sociétés malgaches à castes (ou «groupes statutaires»), la vivacité culturelle du phénomène n’est pas que mémorielle : elle demeure quotidienne, vécue, enracinée, appropriée et transmise.L’autre réalité, induite de la précédente, est l’extrême inégalité dans la culture, l’éducation et l’instruction. Nombre des descendants de seigneurs sont capables de comprendre le concept de représentation démocratique et parlementaire tandis que la plupart des descendants d’esclaves n’ont jamais cessé de personnaliser le pouvoir et l’autorité en une figure tutélaire. Malheureusement, dans la fiction démocratique, que peut bien peser le sens critique d’une poignée de lettrés contre le raz-de-marée démographique d’une population que le système maintient dans son état d’arriération d’avant 1896 ?Le référendum du 28 septembre 1958 avait ceci de particulier que la question fut relativement simple : voter OUI pour le maintien dans la Communauté française ; voter NON pour l’indépendance immédiate (51% de NON dans la province d’Antananarivo, 62% de NON dans la Capitale). Suivirent le référendum du 8 octobre 1972 (96% de OUI), le référendum du 21 décembre 1975 (94% de OUI), le référendum du 19 août 1992 (72% de OUI), le référendum du17 septembre 1995 (63% de OUI), le référendum du 15 mars 1998 (50,98% de OUI), le référendum du 4 avril 2007 (75% de OUI). Le référendum du 17 novembre 2010 (74% de OUI), que tout le monde qualifia d’illégal, convoqué par un pouvoir de facto en dehors du processus de concertation, et qui introduisit des dispositions plus ou moins heureuses : abaissement de 40 à 35 ans de l’âge minimum d’éligibilité, invention du folklorique titre de «chef de l’opposition», création d’un conseil du «fampihavanana», modification de la devise «liberté» laissant place à «amour»…À considérér la fréquence, formidable, de cet «exercice éminemment démocratique», comme nous l’ont enseigné nos profs de droit, Madagascar figurerait en bonne place parmi les démocraties authentiques. Sauf que chaque référendum s’est déroulé dans les conditions sociales, culturelles, intellectuelles, dramatiquement déficitaires, évoquées plus haut. Et l’amenuisement relatif des scores précédemment staliniens ne doit pas non plus faire illusion : s’il est de plus en plus difficile de trafiquer le choix urbain, le gros des électeurs se constitue encore de paysans peu instruits et mal informés en amont, et dont on confisque plus facilement le vote en aval.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Agence de Presse de l'Ocean Indien9 partages

JPM : 3ème édition du Startup Weekend Paris

L’association Juniors Pour Madagascar (JPM) donne rendez-vous aux entrepreneurs en herbe du 20 au 22 octobre prochains à Paris, au SenseSpace. Pour cette 3ème édition du Startup Weekend Paris édition Madagascar, l’association propose un véritable challenge : créer sa startup axée sur Madagascar en 54h.

Les rencontres commenceront par une session de pitch par les porteurs de projet. Les équipes se constituent ensuite par affinité autour des meilleures idées retenues. Elles ont dès lors le restant du week-end pour développer leur startup aussi bien sur le plan technique que commercial. Des coaches apporteront leur expertise en stratégie, marketing, communication ou droit pour épauler les participants. Un jury professionnel issu du monde de l’entrepreneuriat sélectionnera ainsi les 3 projets les plus prometteurs.

A la clé de ce marathon entrepreneurial : un accompagnement, un accès direct à l’oral de la sélection pour l’intégration de l’incubateur Bond’innov et un accompagnement personnalisé d’une valeur de 1 500€ par l’impact Investing fund IP.

L’édition 2016 du Startup Weekend Paris édition Madagascar avait reçu 8 projets et enregistré 40 participants. Les éditions précédentes ont permis de révéler de belles pépites comme Mahazava. Avec sa solution anti-délestages, ce projet finance, distribue et assure le suivi de kits solaires dans tout Madagascar et qui a remporté le prix du public QWANT au concours Startup of the Year Africa 2017.

 

Midi Madagasikara9 partages

Educasport : Quand l’art donne un coup de main au sport

Et dire qu’il y en a qui ne croit pas encore à l’éducation via le sport. « Educasport », association créée pour prendre en main la vie éducative, sportive des jeunes handballeurs de Tana est là pour prouver le contraire. Ils sont une bonne vingtaine à être pris en main par l’association de Martine Pless de l’AKOA. S’il y a des donateurs permanents pour aider afin de mieux faciliter les aides pour la scolarisation de ces jeunes sportifs en système sport- études, d’autres agissent d’une autre façon. C’est le cas des artistes Temandrota et de Gasy Rug. Ils donnent 15% de chaque vente effectuée lors de cette exposition au restaurant Akoa Ivandry actuellement. Les artistes tout comme les acheteurs y contribuent. Madame le Maire de la ville Lalao Ravalomanana en fait partie de par ses achats.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara9 partages

Albain Rabemananjara : « La tension politique monte »

Ayant opté pour la politique du silence depuis un certain temps, le président national du Club Développement Ethique (CDE) fait son « come-back ».Interview.

Midi Madagasikara : Pourquoi êtes-vous décidé de revenir sur la scène médiatique maintenant ?

Albain Rabemananjara : « Effectivement. En tant que président national du Club Développement Ethique, je me suis retiré de la vie publique, pendant un certain moment et ce pour diverses raisons. Certes, je me suis abstenu de la scène publique, mais j’ai toujours suivi avec une attention particulière l’évolution de la vie politique dans le pays. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts pendant ces quatre années de règne du nouveau régime lequel a été érigé après le verdict des urnes en 2013. Au lendemain des élections de 2013, tous les Malgaches ont espéré un avenir meilleur par rapport au passé tumultueux qu’avait vécu le pays pendant plusieurs décennies entières. On espérait qu’une chance est finalement donnée au pays pour qu’il se mette sur les rails d’un réel développement et d’en finir avec les crises. Pourtant, en l’état actuel des choses, Madagascar semble s’éloigner davantage du bout du tunnel de la pauvreté ».

M.M : Comment appréciez-vous la situation politique actuelle ?

A.R : « L’atmosphère politique commence à se détériorer. A quelques mois de la prochaine présidentielle, la tension monte déjà au niveau des états-majors politiques pour annoncer les premiers signes d’une probable crise. Or, une nouvelle crise sera catastrophique pour le pays, pour son économie et son peuple. Et la volonté du régime de changer les règles du jeu électoral à l’approche des échéances ne fait qu’attiser cette tension qui risque d’être explosive. Or, le pays n’a plus intérêt à revivre les conséquences néfastes des crises comme il avait vécu en 1972, 1991, 2002, ou 2009. Il est alors temps que le pays et le peuple malgache pensent à éradiquer ces crises qui vont certainement leur coûter cher ».

M.M : Qu’est-ce que vous avancez alors comme solution ?

A.R : « Nous avons toujours défendu les valeurs réelles d’une vraie réconciliation nationale. Et je réitère encore ici que le pays ne peut pas échapper (et surtout pas maintenant) à cette réconciliation nationale pour pouvoir fonder un socle solide d’un réel développement. Une nouvelle occasion nous est offerte par l’histoire pour mettre en œuvre ce processus. Il faut de la volonté pour éviter de nouvelles crises et penser réellement à l’avenir des millions de Malgaches qui vivent sur nos terres. Si le processus de réconciliation nationale n’aboutit pas à sa logique finale, un réel développement reste un mirage ».

M.M : Quid du processus de réconciliation déjà en cours ?

A.R : « La volonté est plus que louable. Mais une réconciliation nationale ne se décrète pas. C’est un processus tout entier dans lequel toutes les parties prenantes de la vie publique devraient prendre part. Et toute velléité d’écarter ou d’ignorer certains acteurs de la vie publique ne fait que remplir les conditions nécessaires pour faire échouer le processus. Maintenant, si des voix commencent à s’élever pour contester le processus que le régime veut mettre en œuvre, c’est que celui-ci devrait réfléchir profondément sur sa crédibilité. Sinon une telle démarche est vouée à l’échec. Et il n’est aucunement nécessaire d’opter pour le forcing. »

Propos recueillis par Davis R

News Mada6 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

Nafana ny fiarahana tamin-dry Rheg sy Dekapy, tetsy amin’ny CFM Anosy, ny asabotsy teo

Noos” na “Isika” no lohatenin’ny fampisehoana, nentin’ i Justine Berthillot sy i Frédéri Vernier, tetsy amin’ny IFM Analakely, afakomaly.

News Mada5 partages

Referendum constitutionnel : inconnu au bataillon pour les Nations unies

Une rencontre entre le secrétaire général des Nations unies (SGNU) Antonio Guteress et le président de la République Hery Rajaonarimampianina s’est tenue jeudi dernier à New York en marge de la 72e Assemblée générale des Nations unies. La question sur les élections à Madagascar a été soulevée par le SGNU. Ce dernier insiste sur la tenue de la présidentielle en 2018.

Aucune mention sur la révision de la constitution. L’information a été publiée par le service de la communication et de l’information des Nations unies (Cinu). « Le SGNU sollicite la tenue de la réconciliation nationale afin d’organiser des élections transparentes, libres et inclusives ». En résumé, le SGNU, Antonio Guteress, a épousé l’opinion de la Communauté internationale quant à une éventuelle révision constitutionnelle.

« Notre appui financier est destiné à l’élection présidentielle mais pas à autre chose. Nous avons réservé un budget pour les élections prévues selon le chronogramme de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) », a affirmé le représentant adjoint

du Programme des NU pour le développement (Pnud), Marie Dimond. Il n’y a pas si longtemps, l’ambassadeur des Etats-Unis, Robert Yamate, a également insisté sur la tenue de l’élection présidentielle prévue pour 2018.

Les grands commis de l’Etat optent pour une élection anticipée

Le débat sur la révision constitutionnelle fait rage actuellement. La classe politique est divisée. Celle qui est pour cette révision avance des raisons qui semblent ne pas convaincre le camp d’en face. Sur les réseaux sociaux, le groupement des technocrates et les grands commis de l’Etat ont émis ce week-end leur avis sur les moyens de « partager la poire en deux ».

Pour cela, ils ont avancé une solution qui, selon eux, permettra au pays d’éviter une crise.

« Pourquoi ne pas organiser une élection présidentielle anticipée en juillet 2018 ? Le président élu aura par la suite la tâche de toiletter la Constitution, proposer une nouvelle vision et refonder la société. Cela départagera tout le monde sur le plan calendaire. D’ailleurs, la Commission nationale électorale indépendante (Ceni) s’est dit fin prête et la nouvelle loi électorale sera présentée lors de la prochaine session en octobre prochain », selon le communiqué.

Une autre forme d’opposition

Dans ce débat sur la révision constitutionnelle, une autre forme d’opposition se dessine. D’un côté, ceux qui sont pour la tenue des élections puis une éventuelle révision de la Constitution avec le nouveau président élu. De l’autre côté, les partisans de la révision et non moins adeptes au régime actuel qui font des pieds et des mains pour convaincre la population sur l’utilité d’une modification constitutionnelle.

Pour les opposants, la responsabilité de la Haute cour constitutionnelle (HCC) est vivement sollicitée surtout sur la question de l’article 161 stipulant « Aucune révision de la Constitution ne peut être initiée, sauf en cas de nécessité jugée impérieuse ».

Pour ceux qui s’opposent à cette révision constitutionnelle, il s’agit tout simplement d’une façon pour prolonger le mandat de Hery Rajaonarimampianina. Les partisans à la révision pensent cependant que « cette révision, surtout de l’article 47 est au bénéfice des candidats. Seul le président de la République aura les moyens de visiter les districts et les communes en 15 jours de campagne. C’est un exemple parmi tant d’autres », a-t-on avancé.

« Les candidats se sont déjà préparés à cette éventualité car cette Constitution ne date pas d’hier », a rétorqué l’opposition.

Et ce n’est que le début d’une rivalité entre les deux camps. La suite appartiendra au sein des deux parlements lors de la prochaine session qui seront les acteurs principaux pour l’adoption ou non de l’avant-projet.

Une crise se profile à l’horizon

Une nouvelle crise, c’est à cela que craint la population dans ce débat houleux sur la révision constitutionnelle. Depuis l’annonce faite par le Premier ministre, relayée par le président de la République sur l’éventualité d’une révision de la Constitution, politiciens, partis politiques, société civile, juristes ont respectivement donné leur avis. La majorité se pose la question sur la nécessité de réviser la Constitution à l’aube d’une élection présidentielle prévue selon la Loi.

Nadia

Madaplus.info2 partages

SMM et SGM annoncent une grève continue

Issus d’une Assemblée générale, le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et le Syndicat des Greffiers Malagasy (SGM) ont pris la décision de déclencher une nouvelle grève à partir du mercredi prochain. Les deux syndicats ont pour raison de reprendre une nouvelle manifestation d’intérêt, suite à leurs revendications sans suite et sans réponse jusqu’à présent auprès de l’Exécutif.
A titre de rappel, les syndicats ont déjà entamé une grève afin d’alerter l’État, mais en vain. Les revendications des Magistrats se fondent principalement sur la demande de l’indépendance judiciaire effective, mais aussi l’application des décisions du Tribunal, même celles qui dérangent le pouvoir et ses alliés. Quant aux Greffiers, ils revendiquent notamment une augmentation de leurs émoluments et le paiement de ce que l’État leur doit déjà, selon les précisions du président du syndicat des greffiers. Après l’entrevue des deux syndicats, ils entreront en grève à partir de ce mercredi et cette fois-ci, ce sera une grève continuelle et sans service minimum. Les présidents des deux syndicats ont aussi annoncé qu’ils n’accepteront pas les représailles de leurs supérieurs hiérarchiques. Ils ont affirmé qu’ils restent ouverts à toute discussion, mais ne se contenteront plus pour des promesses.
L'express de Madagascar2 partages

Plante – L’« Ananambo » a sa place en Europe

En poudre, ou encore sous forme d’huile cosmétique, l’« Ananambo » est très prisé sur le marché international. Elle fait un tabac en Europe.

L’« Ananambo » s’exporte bien. Même si elle n’a pas encore trouvé sa place dans les habitudes alimentaires des Malgaches, des chercheurs ont réussi à exporter l’« Ananambo » ou bien le « Moringa », sur le marché international. La société Moringa Wave travaille depuis quelques années dans cette plante miraculeuse dont les vertus sont mondialement reconnues. « Nous sommes spécialisés dans la plantation et la transformation de “moringa” ou “ananambo”. Les produits transformés sont, par la suite, exportés sur le marché local et international, essentiellement l’Europe », explique Vonimihaingo Ramaroson, co-fondatrice de cette entreprise sociale.La société dispose de sites de production dans les régions de Vatovavy Fitovinany, Ihorombe, Atsimo Andrefana et Atsinanana. Une autre unité de production est basée à Antana­narivo, pour les traitements compliqués, le conditionnement et le stockage. À part les produits commerciaux, Moringa Wave consacre une partie de sa production à la lutte contre la malnutrition.

VertusD’après les informations obtenues auprès de la société, elle travaille avec l’Office nationale de nutrition (ONN) dans divers projets de cantine scolaire. Utilisé depuis des siècles dans la médecine traditionnelle indienne pour soigner plus de trois cents maladies, le « moringa » trouve peu à peu sa place dans les foyers grâce à ses nombreuses vertus, désormais reconnues. La particularité du « moringa » et sa haute teneur en nutriments, en acides aminés, en vitamines et en antioxydants, font de lui un aliment idéal pour combler les différentes carences de l’organisme.Lors de la foire internationale de l’agriculture, les produits de Moringa Wave ont surpris plus d’un. Ils ont été présentés sous toutes les formes. « Que les Malgaches l’adoptent facilement. De nombreuses personnes se posent des questions sur le mode de consommation de cette plante, alors nous avons mis au point plusieurs formes de produits, en poudre fait à partir de ses feuilles séchées, d’huile cosmétique à partir de graines, ou même encore du chocolat », continue d’expliquer cette chercheur titulaire d’un PhD en science des aliments de l’Université de Bougogne en France.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar2 partages

Infrastructure – Le Grand Tana se profile enfin à l’horizon

Initialement prévu en 2008, le projet de désengorgement de l’axe Est de la capitale dénommé « Nou­velle rocade d’Antananarivo » ne se fera finalement que dix ans après. Annoncé par la direction générale de l’aménagement du territoire et de l’équipement, jeudi dernier, lors d’un point de presse, les premières phases des travaux seront effectives à partir du premier trimestre de l’année prochaine. Déjà intégré dans la loi de finances de 2016 et 2017, tout en bénéficiant d’un cofinancement à hauteur de 67 millions de dollars, de la part de la Banque européenne d’investissement ainsi que l’agence française de développement, le projet fait partie intégrante du plan d’urbanisme directeur et du plan de déplacement urbain de l’agglo­mération de la ville d’Antananarivo.Sur la totalité de ce financement, près de six millions de dollars, seront alloués à l’indemnisation des personnes affectées de près ou de loin par le projet. En tout, un peu plus d’un millier de ménages, cinq cents parcelles de terrain et cent soixante bâtiments bénéficieront de ces indemnisations et compensations.

Harilalaina Rakotobe

Madaplus.info1 partages

Le président du HAFARI MALAGASY libéré de la prison

Le Président de l’Association HAFARI MALAGASY, Jean Nirina Rafanomezanstoa été sorti du barreau du Centre de détention d’Antanimora le 22 septembre 2017 dernier.
Il est libéré sous la grâce du verdict de la Cour d’Appel prononcé le même jour, après un emprisonnement pendant une période de 13 mois. Il a été évacué à l’Hôpital et ensuite retourné en prison après avoir reçu les soins appropriés. 104 plaintes avaient été déposées contre lui. Il a comparu devant le Tribunal maintes fois pendant son séjour en prison. D’après ses explications, l’Association qu’il préside a confiance à la justice malgache dans le traitement de ces plaintes. Il a promu la reprise au cours normal des activités de l’Association, à l’instar de l’exode urbain, la prise en charge des habitants défavorisés du bidonville « la réunion kely », la transformation des constructions en bois en durs. Le président reprendra son poste à compter d’aujourd’hui selon ses dires. Il a réitéré que l’Association HAFARI MALAGASY fonctionne toujours.
News Mada1 partages

Chronique : Sida, cancer, etc.

Les grandes idéologies du siècle dernier devaient laisser la place à un retour du religieux. Le vingt-et-unième siècle devait être spirituel. Il est beaucoup mieux que cela. Notre siècle allie sans vergogne les croyances, les superstitions et le goût du profit dans un même élan qui se manifeste jusqu’ici, tout près de chez vous.

Tenez par exemple ce prospectus qui vous assure «neutraliser le VIH-Sida» après six mois d’une cure associant des produits naturels et une «psychothérapie biblique». Il faut oser. Les «Missions d’Amitié» l’ont fait. C’est, d’après le prospectus, une organisation non gouvernementale qui a entre autres projets fantasques, celui de «construire une maison pour soins naturels».

Non contents de guérir les malades du Sida, les membres de cette extraordinaire ONG se proposent de soigner  «le cancer, la drépanocytose, etc.». A la bonne heure ! Si vous souffrez de cette curieuse affection nommée «etc.», courez donc vous inscrire pour six mois de cure intensive. Vous aurez, au moins dans un premier temps, la satisfaction d‘avoir échappé au pire, que vous laisserez généreusement aux mécréants.

La suite sera sans doute plus douloureuse… pour votre porte-monnaie plus que pour votre corps…

Si les missionnaires, prodigieux modèles d’altruisme et d’abnégation, n’oublient pas de citer la Bible en exergue de leur prospectus – «Ce sont nos souffrances qu’’IL (= Jésus-Christ) [les missionnaires ont jugé la précision utile] a portées… par ses meurtrissures…nous sommes guéris…», ils n’oublient pas de demander une modique contribution pour mener à bien à leurs bonnes œuvres.

On les comprend : charité bien ordonnée commence par soi-même. Dans la foulée, la Mission d’Amitié, qui connaît ses classiques, vous invite à trouver cinq autres pigeons, pardon ! cinq autres cotisants parce que, c’est bien connu, «plus on est de fous, plus on rit».

Kemba Ranavela

News Mada1 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : lasa omaly dia tonga indray

Tsy mbola nisinda akory ny farasisa, mbola mivandravandra ny tako-pery dia io mandondona sahady ilay aretim-be atao hoe krizy. Toy ny rivo-doza mifofofofo mandravarava, loza no aterany. Tsy mora ny fanarenana izany fa mitaky ezaka. Tsy mora toy ny filazana azy fa mandany fotoana. Tsy misy ifandraisany amin’ny fahaingan’ny fandalovany.

Raha topaza-maso toy ny fangalana sary indray mipika ny fandehan-draharaha sy ny fizotran’ny fiarahamonina dia  mahaketraka be ihany. Ny vidim-piainana midangana efa tsy ho araky ny maro nefa ao anatin’ny fotoan-tsarotra isedrana fahasahiranana manokana eo anivon’ny fahasahiranana mahazatra. Eo an-daniny moa ny maitso ahitra fa eo an-kilany koa ny fahasarotana noho ny tsy fahaizan’ny fanjakana maka fepetra mialoha entina hisorohana ny fahasahiranana ateraky ny tonon’andro tsy famokarana. Manaraka izany koa ny fiavosan’ny adidy tsy maintsy efaina eo amin’ny fanomanana ny fidiran’ny mpianatra ho an’ny fianakaviana manana ankizy maro. Olana izay toa nifamotoana tamin’ny fisehon’

ny aretina pesta izay tsy tongatonga ho azy. Izy mirongatra toy izao, tsy mitory fandrosoana hany fa toa maneho porofo manambara fihemorana. Inona anefa no azo antenaina avy amin-dRafanjakana? Raha vao nanangasanga ilay resaka “fitsaboana ny Lalampanorenana” dia rafitra ny ady ao amin’ny sehatra pôlitika. Ady miitatra aty ivelany, manambana hampitresaka roa ny firaisa-monina. Fampihavanam-pirenena no ventimbetesina fampisarahana no miseho.

Nanazava ny antony nitarika ny fikasana hanaovana fanitsiana ao anatin’ny Lalàmpanorenana ny tompon’andraikitra, ny fisorohana olana mety itranga manodidina ny fifidianana ny filohampirenena manaraka mitaky ilay faninginana aroso hoy izy ireo. Ny hita miseho anefa dia ilay aro-afo kasaina hapetraka anefa toa vao miha toy ny fitsofana vain’afo  tonga dia nampiredareda lela afo.

Mivaibaitra noho ny fahasarotam-piainana ny vahoaka tototry ny fahasahiranana, manginy fotsiny ny fitaintainana andro aman’alina na hitakoko ao an-trano na irahan’ny adidy any ivelany dia tsy afa-bela amin’ny fitandondonan’ny herisetra mety hitranga tsy mila fametraham-potoana rehefa toy izao tsy voafehin’ny lohany dia lasa tsy zakan’ny tsenan’ny fitondrana ny fandriampahalemana. Izao indray lasa matahotra ny ampitso noho ny toe-draharaha mitady hivadika biby tsy ho ela.

Léo Raz

 

Ino Vaovao1 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA : Olona roa maty navadiky ny fiara Sprinter tamin’ny lalam-pirenena faha-7

Tao Andamaka avaratry Camp Robin no nitrangan’ny loza. Voalaza fa noho ny fandehanana mafy no nampivadibadika ity fiara manao zotra mampitohy an’ Antananarivo sy Toliara ity. Avy any Toliara hihazo eto an-drenivohitra ity fiara ity ka niafara tamin’izao loza namoizana ain’olona sy naharatrana mpandeha maro ity. Araka ny loharom-baovao dia tovovavy iray sy tovolahy ireo olona roa maty tsy tra-drano. Valo tamin’ireo naratra no nalefa notsaboina ao amin’ny CSBII Camp Robin ny ambiny kosa voatery nalefa namonjy hopitaly ao Ambositra. Mbola manaraka fitsaboana avokoa izy ireo ankehitriny.

Raha tsiahivina dia ny sabotsy 16 septambra lasa teo efa nitrangan’ny lozam-piarakodia nahatsiravina tao Manankazo, 26 km miala ny Distrikan’Ankazobe ka mpampianatra telo no namoy ny ainy tamin’izany ary 22 hafa naratra mafy. Nifanesy tokoa ny lozam-pifamoivozana na teto an-drenivohitra izany na amin’ny Faritra ka ilaina ny fitandreman’ny tsirairay manoloana izany. Fantatra fa tao anatin’ny telo volana teo ho eo no tena nifanesy tokoa ny lozam-piarakodia. Ny lalam-pirenena fahaefatra sy fahafito no tena matetika itrangan’ny lozam-piarakodia amoizana ain’olona betsaka hatrany.

Pounie

Tia Tanindranaza1 partages

Ady amin’ny mahadomelinaHitety sekoly ny Ong Ny Sahy

Efa saika miverina any an-dakilasy avokoa ireo ankizy mpianatra eto an-drenivohitra sy ny manodidina amin’izao fotoana.

 

 Mbola olana goavana hatrehin’ireo fikambanana maro mandray an-tanana azy ireny anefa ny ady amin’ny fandraisana sy ny fidorohana zava-mahadomelina, antony manosika ny fikambanana Ong Ny Sahy hanohy hatrany ny asany.  Hitety sekoly indray izy ireo amin’izao fidiran’ny mpianatra izao, hoy ny filohany, Haja Ramamonjisoa ka hahazo tombontsoa avokoa ireo sekoly rehetra tonga miantso ny fikambanana sy mangataka fiaraha-miasa aminy. Hitety Faritany ihany koa izy ireo toy ny any Mahajanga, Toliara, Antsirabe, Toamasina izay hanaovana fanentanana manokana mihitsy hiarovana ny ankizy. Tsiahivina fa nanohy hatrany ny asany izy ireo nandritra ny vakansy lehibe toy ny fanatanterahany ilay tetikasa niarahana tamin’ny  “Fondation Telma” antsoina “cyber class”, fampianarana ny ankizy informatika maimaimpoana mba tsy hanaovany zavatra hafa. Nisy ihany koa ny tetikasa Grass Roots, niarahana tamin’ny federasionan’ny lalao baolina kitra nampianarana ankizy  mpianatra an-jatony  ny teknika fototra momba ny filalaovana baolina kitra. Tsiahivina fa vao 13 taona monja ny ankizy eto amintsika dia efa misy mifoka sigara.

Pati

 

Tia Tanindranaza1 partages

Olona hasin’ny tanyMiomana hitondra firenena

Tontosa ny sabotsy teo teny Antaninarenina rehefa naharitra roa andro ny filankevi-pirenena notanterahin’ny fikambanana Olona Hasin’ny tany.

Pati

 

Tia Tanindranaza1 partages

Marc Ravalomanana“Vitantsika ny mampandroso an’i Madagasikara”

Nitsidika ny tapany avaratra atsinanan’ny nosy ao anatin’ny faritra Analanjirofo amin’ny lalam-pirenena faha -5 (RN5) iny ny faran’ny herinandro teo Atoa Marc Ravalomanana.

 Tafiditra tao anatin’ny diany ny tao Mahavelona (Foulpointe), Fenoarivo Atsinanana, Soanierana Ivongo ka tafiditra tao anatin’ny fandaharam-potoanany ny fanatrehana ny isan-kerintaonan’ny Synodam-paritany atsinanana afovoany 02 (SPAA02) amin’ny maha ny filohan’ny komitin’ny fankalazana ny jobily faha-50 taonan’ny FJKM ka nanentanany ny mpino hifanotrona sy hifanohana amin’ny fiatrehana io fotoan-dehibe io sy ny fananganana ny tsangam-bato eny amin’ny kolejy Teolojika Ivato. Nohamafisin’i Marc Ravalomanana ihany koa fa manana vina ny hanorina trano ho an’ireo mpitandrina ny komity fankalazana ny faha-50, trano moderna sy mafy izay haharitra 50 taona.

 

Tsy hihemotra

 

Ankoatra izay, nifanerasera sy niresaka mivantana tamin’ny olona sendra azy teny an-dalana teny ihany koa ary nanokana fotoana nihaonana tamin’ireo mpikatroka TIM i Marc Ravalomanana. Nandritra izany no nametrahan’ny olona fanontaniana noho ny resaka be mandeha fa tsy avela hilatsaka hofidiana izy amin’ny 2018. Miahiahy izahay, hoy ireo niresaka taminy. Nanamafy ny tenany fa kandida izy, tsy matahotra ny don-tandroka sy ny fandrahonana, tsy mihemotra amin’ny fanapahan-keviny ihany koa. Efa eto aho izao ka aza be fanahiana intsony. Mila mpitondra sahy i Madagasikara satria tena tafalatsaka anaty fahantrana loatra ny Malagasy. Tsikaritra nandritra ny diany tany atsinanana fa mbola mamy hoditra eo amin’ny vahoaka amin’iny faritra iny i Dada ary tsy misalasala ny olona miresaka aminy sy milaza ny hetahetan’izy ireo. Miteny ihany koa ny soso-kevitra hanatsarana ny fomba fiasa rahatrizay tafaverina eo amin’ny fitondrana indray. Voaray ny hetahetanareo ary atao solika hanomanana ny ho avy izay mahatoky fa ho avy ny fotoana hahafahany indray mitondra ny fahaizany sy ny traikefany hanampiana ny Malagsy sy hanarenana izao fahavoazan’i Madagasikara izao, hoy izy. Vitantsika tsara ny mampandroso an’ity Madagasikara ity, hoy izy satria manana vina sy fandaharanasa mazava isika ary mahafantatra tsara ny tena filan’ny mponina amin’ny faritra rehetra.

 

 

RTT

 

L'express de Madagascar1 partages

Bots for Messenger Challenge – Trois jeunes garçons brillent

Le concours de Bost for messenger challenge a permis d’émerger les trois meilleurs et les organisateurs les ont récompensés.

Une équipe de trois jeunes garçons a brillé dans le concours de Bots for messenger challenge dans le cadre de l’évènement « Vacances numériques » initié par le ministère des Postes et des télécommunications en collaboration avec Orange Madagascar du 16 août au 22 septembre.Il s’agit de Natolonam­poina Andrianomenjanahary, Hasina Andrinantenaina et Avotra Fitia Mandimbisoa. Ils ont été récompensés, hier à Ankorondrano en tant que première parmi le top 10 des Bots for messenger challenge de l’Orange Madagascar mais également parmi le top 10 de Bots for messenger challenge en Afrique dans la catégorie productivité et utilité, organisé par facebook.Les concours contribuent au développement numérique à Madagascar mais surtout introduire le numérique dans le quotidien des personnes. « Nous avons créé une application multifonction que tout le monde peut utiliser au quotidien. Les gens peuvent s’informer, trouver des nouveautés sur la musique, trouver la biographie d’une personne, regarder des vidéos. Ce qui la différencie des autres moteurs de recherche c’est que cela se passe sur messenger », explique Natolonampoina Andrianomenjanahary.

Animation numériqueAfin de pouvoir réaliser des projets de création, plusieurs jeunes ont participé à diverses formations durant cinq semaines. « Les jeunes ont participé activement à une journée webdev, qui vise à développer des sites web, une création de bot ou robot ou intelligence artificielle à partir du messenger, des séances de création de jeux sur mobile, mini-hackaton, challenge application, outil sur le thème partage », explique Valérie Ranaivoson, responsable de la communication et de social business au sein d’Orange Madagascar. À travers cette animation numérique, Orange repère les développeurs afin de les appuyer dans leur projet. « Nous appuyons les communautés dans l’engagement pour le développement numérique à Madagascar. Soit on intègre le projet à l’Orange soit on offre le projet aux bailleurs de fonds ainsi que des intérêts pour l’initiateur de projet et pour d’autres entreprises », ajoute-t-elle.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

Assainissement – Collecte de lampes usées

Le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH), le service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo (SAMVA) et le Fonds mondial pour la nature (WWF), ont conjointement mis en place un système de collecte des lampes usagées afin d’éviter que ces lampes ne soient mélangées avec les ordures ménagères. Elles ont besoin d’être traitées de manière adéquate.« Lorsque ces lampes sont brisées, le mercure contenu dans les lampes fluorescentes compactes peut s’échapper et entraîner des impacts négatifs sur la santé humaine et l’environnement d’où la nécessité de mettre en place un système de collecte approprié. Des bacs où les ménages pourront déposer leurs lampes seront mis en place dans les fokontany. Par ailleurs, une machine dénommée «Bulb eater» sera installée à Andralanitra pour le traitement et la destruction de ces lampes », explique Augustin Randrianarivony, directeur des énergies alternatives auprès du MEEH.Cinq cent dix huit mille lampes fluorescentes compactes (LFC) de bonne qualité à Antananarivo, ont été distribuées auprès d’environ cent vingt mille foyers, entre le mois de septembre 2013 et décembre 2014.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Commander in tweet

«Trump n’est peut-être pas toujours conscient de ses propos mais nous allons nous assurer qu’il paie les conséquences de ses paroles au-delà même de ce à quoi il est prêt à s’attendre », discours de Ri Yong Ho, ministre des Affaires étrangères de Corée du Nord, avant-hier à la tribune des Nations Unies. Entre-temps, les présidents américain et nord-coréen, en pleine joute verbale devant un micro onusien ou via internet, se sont déjà respectivement qualifiés de «rocketman» et de «dotard» - dotard, mot vieillot de XIVe siècle qui n’a pas su perdurer dans le langage courant et qui désigne une «personne en état de déclin mental, voire de sénilité».S’ils n’avaient pas été les numéros 1 de deux pays dont les actions sont potentiellement dangereuses pour l’équilibre mondial, ils auraient pu incarner quelques personnages un peu farfelus de dessins animés. Sauf que même les dessins animés les remettent à l’ordre. «Pour la sécurité de tous, lâche ton portable», chantent les enfants lors d’une récente épisode de la série South Park, dans un message dédié au président américain. Ce, pendant que celui-ci, entre deux échanges d’amabilité avec son homologue nord-coréen, s’en prend avec une vulgarité inouïe aux joueurs du NFL qui ont décidé de dénoncer le racisme en s’agenouillant pendant l’hymne national américain.La permanence de la communication rend-t-elle l’exercice du pouvoir plus volubile? Le fait de pouvoir communiquer n’importe où, n’importe quand et en toutes circonstances démystifie sans doute, le caractère sacré du pouvoir. Et le fait d’avoir des millions de personnes qui suivent ses moindres propos doit être bien grisant. Sur tweeter, Donald Trump est si prolixe et si peu regardant sur le choix de ses mots et les moments de les dire, qu’on se demande s’il n’utilise pas ces réseaux sociaux pour évacuer manu militari tout ce qui l’énerve sur l’instant. Comme ça. Parce qu’il a un compte tweeter. Parce qu’il peut parler. Et parce que, bon sang, ça se fait.Et puisque la menace nucléaire est présente, puisque l’attitude nord-coréenne est agaçante, pourquoi ne pas verser dans la surenchère de provocation et brandir l’idée de la «destruction totale» d’un autre pays, membre de la même organisation  - organisation dont la nature et la raison d’être est d’éviter, justement, ce genre de scénario. C’est si enivrant, sans doute, de pouvoir sortir «virilement» la bile au fond de soi, devant un parterre de gens importants qui sont obligés de tenir compte de chacun de ces mots parce qu’on représente un pays si fort et si puissant. En 2002, George W. Bush, avait annoncé devant  l’Assemblée générale, la guerre que son pays allait mener contre l’Irak : annonce qui avait marqué les mémoires, mais qui, brusquement, en comparaison avec les propos de Trump, paraissait… mesuréé, presque…raisonnable.À croire que la surenchère est devenue une nouvelle tendance de la diplomatie !Car à bien y penser : oui, le monde change, mais l’Amérique n’a pas changé. Elle reste toujours cette brave et bienveillante nation, avec  ses satellites qui gravitent tout autour, tandis que les «États voyous» chancellent de loin en loin, dans une liste noire qui n’a pas beaucoup changé, elle non plus. Elle ne change pas, elle fait de la surenchère. Ce qui ne passe pas inaperçu, puisque le monde a migré d’une idée glamour de l’Amérique d’Obama à une autre idée, plus «musclée», signée Trump. À défaut de trouver le qualificatif idéal, disons que c’est une Amérique «cofveve».L’ère de la communication qu’est notre siècle est formidable. Elle permet à toutes personnes connectées d’exprimer un avis et pour certains, à la tête de puissants pays détenteurs dunucléaire, de complètement se lâcher. La joute verbale est   de faire la pluie et le beau temps sur le reste de la planète. La joute verbale qui se joue entre Donald Trump et Kim Jong-un transcende toutes les attaques, même person­nelles, qu’on a entendues sur le sol malgache - ou pourtant la langue acérée est un sport national. L’escalade des mots a vite pris, en particulier parce que le président américain les a prononcés à la très honorable tribune onusienne où les yeux du monde se tournent.

Par Mialisoa Randriamampianina

News Mada0 partages

Taorian’ny fihaonana tany Nosy Be : hapetraka ny politikam-pirenen’ny harena an-dranomasina

Mbola tsy manana politikam-pirenena mazava momba ny fikarohana ireo harena an-dranomasina i Madagasikara hatramin’izao, nefa manana morontsiraka mirefy 5 200 km. Amin’izao fotoana izao, mijery akaiky ny fomba hamolavolana izany ny ivontoerana roa ny Institut des sciences halieutiques et maritimes (ISHM) sy ny foibe nasionaly momba ny fikarohana momba ny ranomasina (CNRO)”, hoy ny tale jeneralin’ny fikarohana ara-tsiansa ao amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony, Ramiarison Claudine, tany Nosy Be. Hanampy amin’ny fitantanana mahomby ny harena an-dranomasina amin’ireo morontsiraka malagasy ireo ny fametrahana ny politika. Anisan’ny tanjon’ny fihaonana teo amin’ireo mpikaroka malagasy sy vahiny tany Nosy Be ny fandrafetana paikadim-pirenena ho an’ny zavaboahary any an-dranomasina. Nifampizarana tao anatin’ny hetsika ny olana miseho toy ny fiakaran’ny haavon’ny ranomasina, ny fitomboan’ny maripanan’ny ranomasina, ny loto samihafa toy ny fako madinika plastika, ny fiovan’ny toetr’andro ary ny fakana tsy ampiheverana ireo hazan-dranomasina misy. 65 ny famelabelarana siantifika naroso ny mpanatrika nandritra ny roa andro. Iveloman’ny Malagasy maro ny harena omen’ny ranomasina eto amintsika ka tokony harovana amin’ireo olana samihafa mitranga.

Manana CNRO koa i Nosy be ao Sarodravay, misahana ny fikarohna momba ny harena any anaty ranomasina.

Nanatrika ny fivoriana faharoa momba ny harena an-dranomasina ny minisitry ny Fampianarana ambony, Rasoazananera Monique. Nifarana ny asabotsy teo ny fihaonana siantifika teo amin’ireo mpikaroka maro.

Vonjy  A.

News Mada0 partages

Tanora –YLTP : mila mivonona miatrika fiovan’ny toetr’andro

Nanokanan’ny Friedrich-Ebert-Stiftung (Fes) fotoana nanaovana adihevitra ny fiatrehana ny fiovan’ny toetr’andro, tao amin’ny Café de la gare Soarano, ny tontolo andron’ny 21 septambra. Fotoana nanentanana indrindra ny tanora ao anatin’ny fandaharanasa fanomanana ny tanora hitantana ny ho avy (YLTP)*.

Fiovan’ny toetr’andro, tsy takona afenina intsony izany ankehitriny na aiza na aiza manerana ny vazantany efatra. Mety tsy tsapan’ny maro izany, saingy efa iainan’ny rehetra. Noho izany, zava-dehibe ny fananana politika fiatrehana azy, anisan’izany ny firosohana miandalana any amin’ny fampiasana angovo azo havaozina. Tsy vita ao anatin’ny fotoana fohy anefa izany, raha ho an’i Madagasikara, nefa tsy maintsy hirosoana raha tsy tiana ny hikatsoan’ny toekarena sy fiantraikany ratsy amin’ny fahasalaman’ny olombelona. Jerena sy hampifandraisina amin’izay mety ho sakana amin’ny fampandrosoana maharitra ny  tetezamita mankany amin’ny fampiasana angovo vaovao.

Maro ny tanora mivoaka avy amin’ny sehatra samihafa, afaka miatrika ny fiovan’ny toetr’andro, hirosoana miandalana any amin’ny fampiasana angovo vaovao. Nanentanan’ny Fes azy ireo ny tokony hanarahan’izy ireo ny vaovao momba ny fiovan’ny toetr’andro. Hifandresen-dahatra izay mety azo trandrahina, indrindra raha tanora mitantana orinasa na sampandraharaha, tsy miankina na amin’ny fanjakana. Ny lalàna vaovao momba ny angovo rahateo, manome alalana malalaka ny rehetra afaka mamokatra herinaratra.

Tsy tambo isaina ny olana

Azon’ireo nandray anjara ny hoe fiovan’ny toetr’andro amin’izao taonjato faha-21 izao, eto Madagasikara na maneran-tany. Tsy tambo isaina ny olana aterak’izany, indrindra eo amin’ny fambolena, andry lehibe iray iankinan’ny toekarena, eo amin’ny fahasalamam-bahoaka sy ny maro hafa. Hita ankehitriny ny fiantraikan’ny fampiasana angovo nahazatra hatramin‘izay, avy amin’ny solika, amin’izao androntsika izao, koa resy lahatra ireo tanora tamin’ny fanazavana sy famelabelaran-kevitra nentin’ny Fes.

Fifanakalozana eo amin’ny samy tanora nandia fianarana ny YLTP, eo amin’ny samy tanora mpitantana amina sehatra samihafa. Heverina hipoiran’ny tanora mitondra toe-tsaina sy hevi-baovao any amin’ny fiaraha-monina sy ho an’ny firenena ny YLTP, ka afaka manaporofo fa misy tanora vonona mandray anjara ho fampandrosoana ny firenena.

R.Mathieu

YLTP* : Youth leadership training program

News Mada0 partages

Marché des devises : appréciation de l’ariary

L’ariary a connu une appréciation allant de 6 à 8% ces trois derniers mois. L’augmentation des réserves en devises ainsi que la hausse des cours de la vanille sur le marché international ont entre autres contribué à cette appréciation.

L’euro est resté stable face à l’ariary ces trois derniers mois. Les cours de la devise européenne a oscillé autour des 3.600 ariary sur le Marché interbancaire des devises (Mid). «L’augmentation des réserves en devises ainsi que la hausse des cours de la vanille sur le marché international ont entre autres contribué à cette appréciation», a indiqué Alain Rasolofondraibe, gouverneur de la «Banky foiben’i Madagasikara (BFM)», à la presse la semaine dernière. «L’ariary a connu une appréciation allant de 6 à 8%. On note ainsi une appréciation accentuée  de la valeur du dollar face à l’euro. Cela a également eu un effet amplifié de l’appréciation de l’ariary face au dollar», a-t-il expliqué.

En tous cas, l’appréciation de l’ariary face aux devises étrangères s’avère être une situation positive sur l’économie en général. Les importateurs et exportateurs qui utilisent des facturations en euros sont avantagés par cette situation du fait que les cours euros sont restés stables. Les opérateurs peuvent augmenter leur volume d’importation et surtout les exportations.

C’est pourtant beaucoup moins avantageux pour ceux qui utilisent le dollar comme monnaie d’échange, notamment ceux qui exportent vers les pays du marché de l’Agoa. L’appréciation du dollar diminue la compétitivité des opérateurs dans ces pays.

Situation conjoncturelle

Toutefois, la BFM affirme que des solutions y afférentes devrait être élaborées. Il est primordial de mettre en place une politique de soutien aux secteurs touchés par l’appréciation du dollar. Malgré cela, la BFM a tenu à préciser qu’il s’agit d’une situation conjoncturelle. Avec la hausse actuelle des cours de la vanille, Madagascar devrait bénéficier de multiples rapatriements de devises qui devraient augmenter les réserves en dollars et ainsi équilibrer ses cours au niveau des changes.

Le prix de l’or noir a atteint un niveau record cette année, là où 80% de la production mondiale provient. La vanille est 25 fois plus chère qu’il y a dix ans. Il faut compter 500 euros pour se procurer un kilo de vanille préparé sur le marché international.

Arh.

 

News Mada0 partages

Fihaonana tany New York : tsy te hahalala afa-tsy fifidianana filoham-pirenena ny ONU

Vaky barara tanteraka izany izao fa tsy misy mankasitraka ny hanitsiana ny lalàmpanorenana.  Hatrany anivon’ny Firenena mikambana (ONU) aza mitsipaka izany. Nihaona mivantana ny filoha Rajaonarimampianina sy ny sekretera jeneralin’ny ONU,  Antonio Guterres tamin’ny fihaonana an-tampony faha-72 ny herinandro teo, tany New York. Tsy misy resaka fikitihana lalàmpanorenana mihitsy ny dinika. “Voaresaka ny fomba hirosoana amin’ny fampihavanam-pirenena. Ilaina izany mba ahafahana miatrika fifidianana ao anatin’ny fitoniana ary fandraisan’ny rehetra anjara”, hoy i Antonio Guterres, araka ny fampitam-baovaon’ny Firenena mikambana (Cinu). Nambaran’ny fampitam-baovaon’ny fiadiana ny Repoblika kosa fa noresahina tamin’izao fihaonana izao ny lafiny filaminana. “Nahitana fivoarana izany na tsy mbola ampy aza ny ezaka… Eo koa ny fisian’ny fahasarotana amin’ny fametrahana fandriampahalemana sy filaminana”, hoy ihany ny ONU. Tsy mifanalavitra amin’izany koa ny nambaran’ny tompon’andraikitra amerikanina, misahana an’i Afrika raha nihaona tamin’ny filoham-pirenena tany New York. Mitaky fifidianana malalaka sy andraisan’ny rehetra anjara izy ireo. Tsy noresahina mihitsy ny fitsapan-kevi-bahoaka.

Hanampy amin’ny fifidianana filoham-pirenena ny Pnud

 Araka izany, mbola manamafy ny voalazan’ny solontena maharitry ny Firenena mikambana eto amintsika, ny herinandro lasa izany, ny sekretera jeneraly, Antonio Guterres. Mirona any amin’ny fifidianana fa tsy fitsapan-kevi-bahoaka izy ireo, ary itovian’ny sehatra iraisam-pirenena  avokoa izany hevitra izany. “Mifantoka amin’ny resaka fifidianana filoham-pirenena ny fanampiana ataonay fa tsy any amin’ny fifidianana zavatra hafa, hametrahana fanontaniana. Efa nanokananay famatsiam-bola ny fifidianana efa nambaran’ny Ceni”, hoy ny solontena lefitry Pnud, i Marie Dimond. Ny an’ny masoivoho amerikanina indray nilaza fa tsy azo atao ambanin-javatra ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona ho avy. Mbola maromaro rahateo ireo tokony hatao sy hotanterahina eto amin’ny firenena. “Efa mijoro ny Filankevitry ny fampihavanana (CFM) ary hanomboka hiasa. Eo koa ny fanisam-bahoaka amin’izao fotoana izao ary koa ny hanaovana fifidianana filoham-pirenena », hoy i Robert Yamate.

Randria

News Mada0 partages

Manampahaizana sy avara-pianarana : “Aleo hirosoana ny fifidianana filoha mialoha ny fotoana…”

 Zary miteraka adihevitra hatramin’izao ny resaka fanitsiana na fanovana lalàmpanorenana. Miala any koa anefa ny vahaolana sy tolokevitra entin’ireo avara-pianarana sy manampahaizana ary teknisianana (technocrate) sy ny “Grand commis de l’Etat” amperinasa sy efa misotro ronono.

 

Mampizara ny mpanao politika ary lasa mahatonga adihevitra tsy misy farany ny amin’ny fanitsiana lalàmpanorenana. Miseholany ny tsy fitovian-kevitra etsy sy eroa. Aminay, vahaolana ny handrosoana mialoha ny fifidianana filoham-pirenena ny volana jolay 2018 mba tsy hifandroritana momba ireo andininy sasantsasany amin’ny lalàmpanorenana », hoy ny fanehoan-kevitr’izy ireo.  Natsidik’ireto avara-pianarana sy teknisianina ary manampahaizana ireto fa anjaran’ny filoham-pirenena vaovao voafidy eo ny manadio sy manitsy ny lalàmpanorenana ary mitondra ny vina sy ny fanorenana ary fananganana indray ny firenena. « Tsy miova Repoblika akory isika amin’izany ary tsy misy Tetezamita ihany koa… », hoy ihany izy ireo. Na atao ankilabao aza ireto avara-pianarana sy teknisianina ary manampahaizana ireto, mahatsiaro tena ho manana adidy eto amin’ny firenenena sy ny tanindrazana iombonana. « Entinay izany mba tsy hisehoan’ny korontana eto indray ary hampitsaharana ny adilahy politika mahazo faka amin’izao fotoana izao eto amin’ny firenena », hoy izy ireo.

Governemanta iraisana sy fanalavana fe-potoana

Tsiahivina fa mivaky tanteraka ny mpanao politika. Ao ireo mitovy hevitra sy miketrika fiaraha-mitantana. Anisan’ny andaniny amin’izany ny ADN, tarihin-dRazafindravaha Edgard, mivoy ny ambara fa fanorenana ifotony.  Ny DFP, miara-dia amin’i Doudou, mitady ny fiaraha-mitantana  ary Rakotonirina Manandafy, MFM, te hametraka ny fokontany ao amin’ny lalàmpanorenana. Samy avy amin’ny “Mafana” ireo farany ireo ary samy eo anivon’ny International Libéral kosa ny AND sy ny MFM. Miara-dia amin’izy ireo ny filoha Rajaonarimampianina.  Miray feo, te hanalava ny fe-potoam-piasan’ny filoham-pirenena ireo ary miketrika governemanta iraisana.

Ankilany ho mpifanandrina amin’izy ireo kosa ny ampahany avy amin’ny Armada. Ho voailika ao anatin’izany rehetra izany anefa ny Mapar sy ny HVM, samy tsy ho raharahan’ny filoha Rajaonarimampianina.

Manoloana ireo rehetra ireo, tokony hirosoana ny fifidianana mialoha ny fotoana, tsy hahatongavana amin’ ny olana sy fifandrohizana politika eto amin’ny firenena indray. Efa vonona rahateo ny Ceni ary haroso ny parlemanta, amin’ny fivoriana ny oktobra izao, ny volavolan-dalàna hifehezana ny fifidianana.

Randria

 

News Mada0 partages

Basikety – «CCCOI 2017» : misongadina ny zandary, izay nandresy ny polisy

 Niditra tamin’ny andro faharoa ny fifanintsanana eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe indianina (CCCOI), taranja basikety. Hatreto, misongadina ny ekipa malagasy. Anisan’izany, ny zandary.

 

Fandresena fanindroany, tamin’ny lalao roa nataony sahady no azon’ny zandary (GNBC), eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (CCCOI 2017), taranja basikety, ho an’ny sokajy lehilahy. Fihaonana tanterahina etsy amin’ny lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina.

Taorian’ny nandreseny ny Usoni, Kaomoro, teo amin’ny andro voalohany, mbola nandavo ny Cospn, indray izy ireo, omaly. Tamin’ny isa, 91 no ho 67, ny nanilihan’izy ireo ny ekipan’ny polisim-pirenena. Ekipa efa diso mifankahalala tsara ny roa tonta, ka tsy nifampitsitsy. Hita vonombonona hatrany amboalohany anefa ny zandary, raha somary mbola natoritory ny polisy. Porofon’izany, nitarika an’isa hatrany teo amin’ireo tapa-potoana efatra nilalaovana, ny GNBC, nahitana an’i Constant. 23 no ho 16 nisarahana teo amin’ny 10 mn voalohany. 44 no ho 41 kosa teo amin’ny am-pialan-tsasatra ary 67 no ho 57 teo amin’ny tapa-potoana fahatelo. Niezaka nanao ny ho afany hatrany ry Jules sy ry Ricky, saingy betsaka loatra ny baolina tsy matin’izy ireo, ka nivadika ho valim-panafihana, ho an’ny zandary izany.

Teo amin’ny vokatra ho an’ny vehivavy, nahazo fandresena voalohany ho azy, amin’ity fifaninanana, ity ny Tamifa, rehefa nandavo ny BCM Mayotte, tamin’ny isa 65 no ho 54. Hitohy anio, ny fifanintsanana ka mbola etsy amin’ny lapan’ny Fnatanjahantena Mahamasina, hatrany ny hanatontosana izany.

Torcelin

News Mada0 partages

Analamanga rugby : resin’ny Tam ny Cheminots

Toy ny mahazatra, nanohy ny fifaninanany, tetsy amin’ny kianja Malacam Antanimena ihany koa ny ligin’Analamanga, taranja rugby. Fihaonana tafiditra ao anatin’ny fiadiana ny ho tompondaka, izay notontosaina, omaly alahady. Nahazo fandresena  indray ny Tam Anosibe, rehefa nanilika ny UAS Cheminots, tamin’ny isa 29 no ho 27, ho an’ny “Top 9”.. Nampitsanga-mitoetra hatramin’ny farany ny lalaon’ny roa tonta, satria nifanenjehana, hatrany amboalohany ka hatrany amin’ny farany ny isa.

Ankoatra izay, resin’ny IRC tamin’ny moka fohy, 26 no ho 25, ny XV Family. Nitovy ny herijikan’ny roa tonta saingy fahadisoana tsy nahy no naharesy ny XV Family.

Tsy mbola tafavoaka indray ny TFA Anatihazo tamin’ity satria resin’ny Stade Olympique de l’Emyrne, tamin’ny isa 18 no ho 12. Efa manomboka mahazo ny hafainganana, eo amin’ity fifaninanana  ity, ry zareo Stade. Teo amin’ny lalaon’ny “Elite II” indray, resin’ny RCL tamin’ny isa 16 no ho 13, ny Savage Rose ary tamin’ny moka fohy, 14 no ho 13 ny nanilihan’ny SCM/CFM ny Wallabie.

 Torcelin

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : mbola mitarika hatrany ny FTM Manjakaray

Na teo aza ny orana, tsy nahasakana ny fitohizan’ny fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga, taranja rugby, izay karakarain’ny “commission technique fédérale”. Natao ny asabotsy sy omaly alahady, tetsy amin’ny kianja Makis Andohatapenaka, izany. Mbola misongadina hatreto ny FTM Manjakaray, ho an’ny “élite fédérale”, izay nanamontsana, tamin’ny isa mavesatra, 60 no ho 7, ny VTM Antsalovana. Nanohitra ihany ny VTMA, saingy mafy teo amin’ny traikefa sy ny tanjaka ny Manjakaray.

Niezaka nanafaingana ny lalao ry Tsôla sy ry Nantenaina saingy tsara fiarovantena ny Manjakaray, nahitana an-dry Koroka sy ry Zo ary ry Gervais. Ankoatra izay, lavon’Ankady, tamin’ny moka fohy, 21 no ho 19 Ambondrona. Fihaonana tena niady satria efa tany amin’ny minitra farany vao afaka ry tapany maintso rehefa nitarika an’isa hatrany ny JSTA.

 

Tompondaka

Asabotsy 25 septambra

Toy izao ireo voka-dalao :

Vehivavy

FTVL (15) – (11) CRAI

“Elite federale”

STM (36) – (09) 3F5

US Ikopa (18) – (20) UIRC

Cosfa (41) – (14) XV Fa

US Ankadifotsy (21) – (19) JSTA

 

Alahady 24 septambra

Vehivavy

RFA (05) – (07) XV Beravina

“Elite régionale”

FTAM (16) – (05) XV Soldats

Mang’Arts (10) – (9) Tam 67 ha

FTA (16) – (18) XV Black

 

 

News Mada0 partages

Kitra – «Telma coupe de Mada» : votso-droa ny ekipan’ny Cnaps Sport

 Nitranga ny tsy nampoizina teo amin’ny lalao ampahavalon-dalana, amin’ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara, taranja baolina kitra “Telma coupe de Mada”. Nihintsana ny Cnaps Sport, tompon’ny anaram-boninahitra farany.

 

Tontosa, omaly alahady,  ireo lalao ampahavalon-dalana amin’ny “Telma coupe de Mada”, taranja baolina kitra. Votso-droa ny Cnaps Sport, satria samy resy avokoa na ny avy any Itasy na ny avy eto Analamanga. Anisan’ny tsy nampoizin’ny rehetra  ny nihintsanan’ny Cnaps Sport Itasy, tompon’ny amboara farany. Resin’ny Tam Port-Berger, tamin’ny isa tokana, 1 no ho 0, mantsy izy ireo. Fihaonana  notontosaina, tany Mahajanga.

Nanantombo teo amin’ny fanafihana, ny Cnaps Sport saingy tsy nety nahatafiditra baolina. Tetsy ankilany, nahay nanararaotra ny “occasion” tsara azony ry zareo Tam, ka nahafaty ny baolina tokana, ka nitondra azy ireo any amin’ny ampahefa-dalana, i Bernardin, teo amin’ny minitra faha-58.

Nihintsana ihany koa ny Cnaps Analamanga, rehefa lavon’ny AS Adema, tamin’ny isa, 3 no ho 0. Mbola nipetraka tamin’ity ny fahazaran’ny mpilalaon’ny seranam-piaramanidina, lalao goavana. Ny Cosfa, lavon’ny FC Rabaza Atsimo Atsinanana, tamin’ny fandakana ny “tirs au but”, 5 no ho 3, rehefa nisaraka ady sahala samy tsy nisy nitoko, tao anatin’ny 90 mn nilalaovana.  3 no ho 2 ny nandresen’ny RTS Jet Mada ny Mama FC.

Tapitra hatreo ihany koa ny dian’ny Uscafoot, izay niondrika teo anatrehan’ny Otiv Ambatondraza, tamin’ny isa 2 no ho 1. Nandavo ny Zanakala FC, tamin’ny isa, 1 no ho 0 ny FCA Ilakaka,. Nomontsanin’ny Fosa Junior Boeny, tamin’ny isa, 7 no ho 2 kosa ny Tana Formation ary nandresy ny Black Star Vatovavy Fitovinany, tamin’ny isa 4 no ho 0 ny Elgeco Plus.

 Torcelin

News Mada0 partages

Tenisy – «Afrique U14» : 6 mianadahy hanafika an’i Egypta

Hanomboka,  anio alatsinainy 25 septambra, any Egypta ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ny sokajy U14. Enina mianadahy, roa vavy sy enin-dahy no hiaro ny voninahi-pirenena, amin’ity fifaninanana ity. Nanainga, omaly, ny delegasiona Malagasy, notarihin’ny mpanazatra, Andrinafetra Harivony.

Marihina fa mandray anjara, amin’ity fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika  ity,  ireo mpilalao 20 voalohany, aty Afrika na ireo «Top 20 Afrique», miampy ireo mpilalao mendrika indrindra isaky ny faritra. Tsiahivina fa tafita teo amin’ny dingan’ny ampahefa-dalana, Ranaivo Narindra sy Ranaivo Toky, nandritra ny fiadiana ny ho tompondakan ‘i Afrika, natao  tatsy Afrika atsimo, ny volana marsa, lasa teo. Amin’ity, anisan’ny mbola manana herijika hahazo vokatra tsara indray, Ranaivo Toky, atleta miofana any Casablanca Maraoka. Tsiahivina fa niantohan’ny federasiona malagasy avokoa ny saran-dalana sy ny pitsopitsony rehetra, amin’izao dian’ny ekipa malagasy izao, izay mitentina 30 tapitrisa Ar.

Torcelin

Ireo mpilalao malagasy 

–U14 Vehivavy : Ranaivo Narindra ; Ranaivo Mialy.–U14 Lehilahy : Ranaivo Toky ; Rakotozandriny Lanja ; Rasendra Fenosoa ; Rakotondrainibe Sampras.

News Mada0 partages

Cyclisme : Ravoatabia inébranlable

La relève est là mais les élèves auront du mal à dépasser le maître à l’allure où vont les choses. En effet, Jean de Dieu Rakotondrasoa, plus connu sous le pseudonyme de Ravoatabia, a encore fait parler de lui en remportant la course en ligne sous la houlette de la ligue d’Analamanga, hier, sur une distance de 100 km sur l’axe RN 4. Le fer de lance du club FCSA a devancé le jeune coureur de Mbike Andriamirado Rakotondravao et son coéquipier Fredy Ramanampisoa. Par contre, Jean de Dieu a beau être le vainquer de cette étape mais le coureur de Tafita, Sandaniaina Randriamaharitra, a remporté le prix du meilleur grimpeur. Du côté des vététistes, Tolojanahary et Simon ont fait honneur au club de PA au bout des 70 km en se mettant respectivement en 1ère et 3e position.

Rojo N.

RN 4 (100 km) :

1-Jean de Dieu Rakotondrasoa (FCSA) : 2h 45′ 05″

2-Andriamirado Rakotondravao (MBike) : 2h 46′ 01’’

3-Fredy Ramanampisoa (MBike) : 2h 46′ 25″

VTT (70 km) :

1-Tolojanahary (PA) : 2h 10′ 15″

2-Simon Andrianahadizaoparany : 2h 20′ 10″

3-Hervé Rakotonandrasana (PA) : 2h 35′ 00’’

 

News Mada0 partages

Handball : le championnat d’Analamanga bat son plein

Les équipes masculines de la ligue d’Analamanga sont en pleine course pour le titre régional. Après deux journées de compétition, quatre des cinq formations en lice sont au coude à coude, à savoir Cosfa, l’AS Saint-Michel, Ascaf et Sporting. Elles ont enregistré une victoire chacune mais avec un match en moins par rapport aux autres, les militaires partent avec une légère avantage. Sporting les suit de près après leur entrée réussie samedi dernier grâce à son succès sur Saint-Michel Itaosy : 46-34.

Ce dernier, suite à ce revers, occupe la dernière place avec deux défaites d’affilée.

Les meilleurs équipes masculines à l’issue de ce championnat représenteront Analamanga lors du championnat de la Zone centre dans la catégorie senior qui se tiendra dans la capitale du 16 au 22 octobre prochain.

Elles affronteront les représentants des autres ligues comme Alaotra Mangoro, Atsinanana ou encore Itasy.

Pour la Zone Nord, Antsohihy accueillera pour la première fois la compétition, du 28 septembre au 4 octobre prochain. Toutes les ligues de la partie Nord et Nord-Ouest de la Grande île sont concernées.

Une fois les tournois de zones terminés, la Fédération malgache de handball (FMHB) invite les leaders des joutes zonales au championnat national, du 26 octobre au 4 novembre à Antananarivo.

Naisa

Résultats :

1ère journée :

Cosfa-ASSM: 44-31

Ascaf-SM Itaosy: 27-19

2e journée:

ASSM-Ascaf: 41-26

Sporting-SM Itaosy: 46-34

News Mada0 partages

Imerintsiatosika : enin-dahy mpanao fanafihana tratra niaraka tamin’ny basy

Ny faran’ny herinandro lasa teo, olona enina no saron’ny zandarimariam-pirenena ao amin’ny borigady Imerintsiatosika. “Ireto jiolahy ireto dia anisan’ny mampitondra faisana amin’iny fokontany Antongona, Morafeno amin’ny faritra Imerintsiatosika iny. Tamin’ny fikaroham-baovao izay nohamarinin’ny olona tsara sitrapo ny nahafahana nisambotra ireo jiolahy ireo”, hoy ny zandary. Misy avy any Imerintsiatosika ihany ary misy namany koa avy aty Antananarivo ireo olon-dratsy ireo. Nandritra ny fanadihadiana natao azy ireto sy ny  fisavana ny tranony no nahatratrana basy P.A miaraka amin’ny bala iray ary ireo fitaovana entina mamaky trano. Niaiky tokoa izy ireo amin’ny asan-jiolahy maromaro vitan’izy ireo tany amin’iny faritra iny ka fianakaviana telo tonta, izay voatafika tamin’ny volana aogositra sy septambra ity ny efa tonga nanatitra ny taratasy fitoriany teny anivon’ny zandary . Misy ireo olona milaza fa mbola hitory ihany koa. Natolotra ny fampanoavana ireo olona ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Ambatondrazaka : vaky ny fonja, gadra 11 tafatsoaka

Tafaporitsaka ny fonja nitanana azy ny gadra 11 lahy, any Ambatondrazaka, ny asabotsy teo, tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany alina. Raikitra ny fikarohana ary tsy mbola nisy tratra na iray aza ireo. Nivory maika ny tompon’andraikitra tany an-toerana.

Araka ny vaovao avy any Ambatondrazaka, nohadin’ireo voafonja ny rindrina ka tamin’izany ny nahafahany nivoaka, io asabotsy tamin’ny 11 ora sy sasany alina io. « 11 lahy ireo no tafavoaka tao an-toerana. Efa mety andro maro ny nandavahan’izy ireo ny rindrina ary izao niafara tamin’ny fahavakisan’ny fonja izao”, hoy ny fanazavana azo.

Raha ny fanazavana azo ihany, efa ny maraina vao raikitra ny fanairana tao an-toerana. Tamin’izany no nahalalana fa 11 lahy ireo gadra tafatsoaka. Voalaza fa nokarohina avy hatrany ireo ary nisy ny fivoriana teo amin’ny tompon’andraikitra rezionaly tany Ambatondrazaka, omaly. Nilaza ny lehibem-paritry ny fandraharahana ny fonja  any an-toerana fa manentana ny olona izy ireo mba hanome vaovao raha misy mahatsikaritra ireo gadra tafatsoaka ireo. Hisy, araka izany, ny fampahafantarana ny mombamomba azy ireo.

Raha ny fanampim-baovao ihany, iray efitra ireo gadra ireo. Samy efa raindahiny amin’ny asan-jiolahy ireo niketrika fitsoahana ireo. “Mety nisy tafavoaka ihany ny sasany raha nanampy azy ireo saingy mba tsy nihetsika ireo voafonja sasany”, hoy ny fanazavana.

Antitra ny fonja

Amin’ny ankapobeny, efa antitra ny fotodrafitrasan’ny fonja rehetra eto amintsika. Atahorana ny fahavakisan’ireo, ary tsy vao voalohany ity any Ambatondrazaka ity, fa efa maromaro ireo fonja nitrangana fahavakisana talohan’izao, toy ny tany Toliara ny taona 2016, ny tany Maroantsetra… Ankoatra ny maha antitra ny fotodrafitrasa, manampy trotraka ihany koa ny isan’ny voafonja efa mihoatra ny tokony hozakan’ny fonja, raha tsy hilaza afa-tsy ny eny Antanimora.Loza mitatao ho an’ny fiarahamonina ny tranga toy izao. Ireo voafonja tafatsoaka izay mety hiverina hanao asan-jiolahy avy eo. Ireto any Ambatondrazaka ireto, miteraka horohoro ho an’ny olona sasany amin’ny tahotra ireo olon-dratsy. Na izany aza, nilaza ny tompon’andraikitra fa efa manao izay ho afany izy ireo amin’ny fanenjehana ireo gadra ireo. Andrasana ny tohin’ny raharaha.

Rarivo sy Yves S.

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le concours agricole (1)

Le concours agricole qui s’est déroulé à Tamatave du 6 au 9 septembre a obtenu le succès le plus complet, succès qui a dépassé les prévisions les plus optimistes, et résultat des plus encourageants pour renouveler dans les années à venir des joutes pacifiques de cette nature. Elles offrent un double avantage.

D’abord, elles excitent l’émulation entre les producteurs. Ensuite, elles permettent de constater les progrès obtenus d’une année à l’autre dans les diverses branches

de la vie économique de la Colonie. Le Chef de la Province, M. de Laborderie, peut être fier de son œuvre, et ce succès le dédommagera amplement du mal qu’il s’est donné pour l’organiser.

Il est vrai qu’un temps splendide et la présence de M. le Gouverneur Général et de Madame Merlin ont contribué pour leur part au succès de ce concours.

Faire l’énumération des objets et animaux exposés demanderait un volume. Le résumé ci-après en donnera une idée.

Bovidés. – Les animaux présentés ont été plus de deux mille, et leur classification pour les prix à décerner a été des plus difficiles, car dans le nombre, il a été présenté des sujets remarquables.

Le bon état dans lequel se trouvaient ces animaux, bien que l’hiver se termine à peine (+ 20° centigrades en moyenne, hiver de Tamatave), montre que l’élevage et l’engrais des animaux peuvent être pratiqués toute l’année sur la côte Est. C’est là un avantage que peu de contrées présentent et qui favorise énormément les industries frigorifiques dans ce pays. En Amérique, les «saladeros», les usines Liebig entre autres, sont obligés d’interrompre leurs opérations pendant la saison d’hiver, où le froid et le manque de pâturages ont mis les animaux en mauvais état.

Parmi les animaux présentés se trouvaient des bœufs porteurs de forte taille, sans cornes. Ils ont fait l’admiration des personnes présentes par la docilité avec laquelle ilsse couchaient à l’instar des chameaux pour recevoir leur charge ou leur cavalier. S’ils étaient plus nombreux, ils pourraient rendre de précieux services pour voyager dans la brousse et il serait à désirer que leur nombre en fût considérablement accru, en attendant que la Colonie soit dotée d’un nombre suffisant de chevaux et mulets.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Toamasina : « Hapetraka ny fitokisan’ny vahoaka ny fitsarana sy ny mpitsara »

Tafapetraka tamin’ny toerany, ny zoma faha 22 septambra teo, nandritra ny fotoam-pitsarana manetriketrika nametrahana azy, araka ny didy fanendrena azy, laharanaa faha 2017-721 ny 24 aogositra 2017, tetsy amin’ny lapan’ny fitsarana ambony Toamasina, ny filoha vaovao Andriamboavonjy Emmanuel Faustant. Nilaza izy fa haverina amin’ny laoniny ny fahatokisan’ny vahoaka ny fitsarana sy ny mpitsara. “Tsy ekena intsony  ny fitsaram-bahoaka sy ny kolikoly. Mazava ny lalana mikasika ny resaka vono olona. Satria masina ny fitsarana ka mila mametraka izany maha-masina ny fitsarana izany ny mpitsara”, hoy Andriambohavonjy Emmanuel Faustant. Ireo no anisan’ny tanjona apetrany amin’ny mahalehiben’ny mpitsara

mpamoaka didy sy mpanao fanadihadiana azy eo anivon’ny fitsarana ambony. Nohamafisiny hatrany fa tsy ny olona no tsy tia mpitsara na tsy mahatoky ny fitsarana, fa olan’ny mpanao politika sy ireo mpandinika politika izany. “Ny fahantrana sy ny fahatezeram-bahoaka amin’ny ara-politika no mahatonga izao olana izao”, hoy izy.

Ho an’ny minisitry ny Fitsarana kosa Rasolo Elise Alexandrine, nohazavainy fa efa nisy fepetra manokana noraisin’ny governemanta nandritra ny filan-kevitry ny minisitra, izay hisian’ny fiaraha-miasan’ny minisiteran’ny Fitsarana sy ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka ary ny minisiteran’ny Fiarovam-pirenena izay misy ny sekreteram-panjakana misahana ny zandarimariam-pirenena, amin’ny hetsika fametrahana filaminam-bahoaka ifotony. Eo ihany koa ny fanentanana ny olona momba ny tsy mahaara-dalana ny fitsaram-bahoaka ary ny famerenana ifotony ny fahatokisan’ny vahoaka ny fitsarana sy ny mpitandro filaminana noho ny zava-misy eto.

Ankoatra izay, isan’ny olana miseho matetika ihany koa ny fampidirana am-ponja izay misy mpitory ka heverin’ny sasany fa rehefa torina dia tsy maintsy haiditra am-ponja.Nomarihin’ny tonia mpampanoa lalana ambony any Toamasina, Andriamihangy Georges Florence, fa

tsy voatery miditra amin’izany ny mpitsara arakaraka ny zava-misy sy ny vokatry ny famotoran,a eo ihany koa ny  momba ny fahateren’ny fotodrafitrasa itazonana ny voafonja  .

Sajo

News Mada0 partages

60 lahy indray nanafika tany Miandrivazo : dahalo valo matin’ny zandary, Kalachnikov iray tratra

Nanafika tany Manambina Miandrivazo ireo dahalo 60 lahy. Nangalatra omby 100 ireo ka taorian’ny fifandonana tamin’ny zandary, valo lahy indray maty. Nitsoaka ny ambiny…

Tafaverin’ny zandary manontolo amin’ny tompony, ora vitsy monja taorian’ny nangalaran’ny dahalo azy ny omby miisa 100, ny herinandro teo, tany Miandrivazo. Azon’ireo zandary ireo ihany koa ny basy Kalacknikov iray rehefa tsy nahatohitra ny hery sy ny fahaizan’ny zandary miatrika fifandonana ireo dahalo. Vokatr’izay fifandonana izany, dahalo valo tamin’izy ireo nanafika no lavo tsy afa-manohy ny asaratsiny intsony.Araka ny filazan’ny zandary, tamin’ny 5 ora maraina, notafihin’ireo dahalo tokony ho 60 ary nirongo FC tokony ho 3O sy Kalacknikov iray ny kaominina ambanivohitra Manambina, ao amin’ny distrikan’i Miandrivazo ka lasan’izy ireo ny omby miisa 100 an’ny ben’ny Tanàna ary nentiny nianatsimo andrefana.Zandary miisa 13 avy ao amin’ny Borigady Ambatolahy no niainga haingana namaly ny antson’ny mponina tany an-toerana, ka niroso tamin’ny fanarahan-dia nampian’ireo mponina, sy ny fiambenana ny kizo. Teo amin’ny toerana iray atao hoe Ambalaketsa izay mbola ao amin’ny kaominina Manambina ihany, nifankatratra ny roa tonta ka tsy nanaiky mora foana ireo dahalo fa avy hatrany dia nitifitra ireo mpanara-dia ka raikitra ny fifandonana. Nafana ny fifampitifirana ka lavo ny dahalo miisa valo. Azo koa ny basy Kalachnikov nampiasain’ireo dahalo. Zandary iray koa no voatifitr’ireo olon-dratsy, fa rehefa nahazo fitsaboana, dia tsy misy atahorana ny ainy.Fanafihana ravan’ny zandaryAnkoatra ity tany Miandrivazo ity, tsy tanteraka hatramin’ny farany ny fanafihana nataon’ny dahalo maro nirongo basim-borona, ny herinandro lasa teo, rehefa nanao ny vonjy taitra ka nanohitra hatramin’ny farany niaro ny mponin’ny fokontany Miandrarivo, Tsiroanomandidy ireo zandary tao amin’ny « poste fixe » ao an-tanàna. Vaky nandositra, noho izany, ireo jiolahy ireo na dia nisy tamin’izy ireo aza no naratra ka mbola nentin’ny namany. « Tsy mikoso-maso ny zandarimariam-pirenena fa na andro na alina dia ny hiaro ny mpiray tanindrazana no nanirahana azy ireo, ka vonona ny hanatontosa ny adidiny izy amin’izany », hoy ny fanamafisana.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Olona hasin’ny tany (OHT) : « Ilaina ny fanajana lalàna »

 Hevitra tsotra nefa mahitsy. “Tsy miditra lalina amin’ny resaka fanitsiana na tsia ny lalàmpanorenana izahay. Na izany aza, ilaina ny fanajan’ny mpitondra ny lalàna. Tsy misy firenena mandroso raha tsy voahaja izany”, hoy ny mpandrindra nasionalin’ny Olona hasin’ny tany (OHT), tetsy Antaninarenina, ny asabotsy teo. Namarana ny filankevi-pireneny ity fikambanana ity ary nahatonga solontena avokoa ny faritra 22.  Nivoitra tamin’izany fa hanova ny fomba fanaovana politika izy ireo. “Ilaina ny fanovana foto-pisainana sy ny rafitra eto amin’ny firenena. Mila fiomanana ny fitantanana firenena ary miainga amin’ny mpanao politika izany. Hanomboka izany izahay izao ary mivonona haka fitondrana rahampitso…”, hoy ihany izy. Notsiahiviny fa tonga tampoka hatrany eo amin’ny fitondrana avokoa ireo mpitondra nifandimby ka ilaina ny mpanao politika voavolavola amin’ny fotokevitra handray andraikitra hanangana ny firenena. “Avadika ho hery ny fahasamihafana ka hanavaozana ny fomba fanaovana politika izany. Hametraka fandaharanasa sy vina izahay ka afaka hifaninana amin’ny sehatra rehetra”, hoy ihany ny OHT.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fitsaboana ny tazo, aretin’ny taovam-pisefoana : tokony ampiana traikefa ny mpitsabo any amin’ny CSB

 Nisy fanadihadiana natao momba ny fitsaboan’ny olona any ambanivohitra sy amin’ny tanàn-dehibe maromaro mikasika ny aretina tazo, tiberkilaozy ary ny aretin’ny taovam-pisefoana. Anisan’ny toerana niantefan’ny fikarohana ny tao Ankazobe, teto Antananarivo Renivohitra, tany Moramanga ary i Brickaville. « Fantatra fa vitsy ny mponina amin’ny ankapobeny no manatona mpitsabo eny amin’ny CSB na hopitaly na koa tobim-pahasalamana tsy miankina rehefa tratran’ireo aretina ireo. Misafidy ny mitsabo tena amin’izay fahafantarany azy ny maro na mieritreritra koa fa afaka amin’izao tsy ilana fihinanna fanafody ny aretina voalaza », hoy ny dokotera Andrianasolo Andry Herisoa, tomponandraikitra avy ao amin’ny Institut pasteur de Madagascar, ny faran’ny herinandro teo, teny Tsiadana.

Raha alaina ohatra ny aretin’ny taovam-pisefoana, 45% amin’ny marary monja no mamonjy mpitsabo avy hatrany raha vao mitranga ny aretina. 41% manao dokotera tena, ny 7% tsy manatona mpitsabo mihitsy.

Raisin’ny vahoaka ho aretina maivana ny kohaka nefa mety ho fambara aretina mahery vaika na aretina efa mitarazoka ary ahina hitarika loza ho an’ny marary, araka ny fanazavany ihany.

Maimaimpoana ny fandraisana an-tanana amin’ny aretina telo eny amin’ny CSB na hopitalim-panjakana nefa koa ankoatra ny fanafody mbola mila vola ny fianakaviana mandefa ny marary amin’ny hopitaly raha sarotra ny aretina.

Ny mpanaraka ny marary koa etsy andaniny tsy maintsy misakafo sy mipetraka amin’ny trano manakaiky ny toeram-pitsaboana raha avy any ambanivohitra izy ireo.

 

Mila mifanampy ny AC sy ny mpitsabo

Taorian’ny fanadihadiana, nanome soso-kevitra amin’ny tokony hanamafisana ny traikefan’ny mpitsabo eny anivon’ny CSB rehetra, ka ho azon’ny eo an-toerana karakaraina avy hatrany ny mararin’ny tazo mahery, ohatra, fa tsy ho voateray alefa eny amin’ny hopitaly. Tokony ampiarahana amin’ny fampiofanana ny fitaovana takina amin’ny fandraisana an-tanana. Mila ampitomboana koa ny fahaiza-manaon’ny mpanentana ara-pahasalamana (AC) eny ifotony satria mitety fokontany maro sy fantatry ny vahoaka izy ireny. Vahaolana iray naroson’ny mpanao fanadihadiana ny fanampianan ny isan’ny tobim-pahasalamana mitily ny tiberkilaozy indrindra ireo toerana saro-dalana. Tokony ho afaka maka ny rehoka isan-tokantrano ny AC ary mitondra izany eny amin’ny toeram-pitiliana akaiky. Manamora ny asan’ny mpitsabo koa izay.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Nihaona ny CUA sy ny taxi : hisy fidinana ifotony, anio

Nihaona voalohany teny amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina ny mpitantana ny kaominina Renivohitra sy ny mpitondra taxi miasa eto Antananarivo, araka ny fanasan’ny kaominina. Voalaza fa voasolo tena avokoa ny “secteur 39” eto an-dRenivohitra. Tapaka fa hatao isaky ny telo volana ny fihaonana ary hiara-hisalahy ny roa tonta hanatsarana ny fifandraisana.

Anio, hidina ifotony ny kaominina hijery sy hanazava ny olana misy ka hametraka paikady hiadiana amin’ny taxi tsy ara-dalàna.

Nilaza ny mpitondra taxi, nandritra ny fivoriana, fa tokony hahazo fanampiana mitovy amin’ny taxi-be ho famenon’ny banga vokatry ny fiovan’ny vidin’ny solika matetika. Nangataka koa izy ireo fa tokony hoesorina ny haba amin’ny vidin’ny kojakoja ampiasain’ny taxi. Rehefa tafapetraka ny « central d’achat » eo amin’ny Omavet, tokony hofoanana ny « taxe d’importation » amin’ny kojakoja fampiasan’ny taxi. Raha ilaina ny fidinana an-dalambe ho fitakiana ireo amin’ny fitondrana mahefa, hanao izany ny mpitondra taxi toy izay efa niseho tamin’ny herinandro lasa teo. Nodinihina nandritra ny fihaonana ny momba ny « lanterne » sy ny « contre visite ».

Nanambara ny filohan’ny FTAR fa tsy mpikambana ao amin’izy ireo ireto nivory niaraka tamin’ny kaominina ireto ary tsy tompo-marika amin’izay tapaka tao izy ireo.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Maison centrale d’Ambatondrazaka : onze détenus se font la belle

La maison centrale d’Ambatondrazaka a été le théâtre d’une évasion massive en fin de semaine. Onze détenus ont réussi à se faire la belle.

Ayant eu lieu dans la nuit de samedi, peu avant minuit, l’évasion n’aurait été constatée que le lendemain matin. Selon une source locale, les détenus ont creusé un trou dans le mur de leur cellule. «Onze détenus ont réussi à s’échapper. Assurément, ils ont préparé ce coup depuis plusieurs jours», a-t-on expliqué. L’alerte a été donnée au niveau de la maison centrale d’Ambatondrazaka mais aussi curieux que cela puisse paraître, les responsables n’ont pas avisé leurs frères d’armes.

Naturellement, ce fut une surprise pour tous, à l’instar du commandant du Groupement de gendarmerie de l’Alaotra Mangoro qui n’a appris l’évasion qu’en apercevant le déploiement des éléments de la maison centrale d’Ambatondrazaka.

Très tôt dans la matinée de dimanche, ces derniers ont en effet procédé à des contrôles routiers. Ils ont également ratissé les environs et passé au peigne fin le quartier. Sitôt informé, le commandant du Groupement de gendarmerie de l’Alaotra Mangoro a alerté les unités se trouvant dans sa circonscription.

Recherches infructueuses

Une source sécuritaire a indiqué que jusqu’ici, les recherches engagées se sont révélées infructueuses, aucun des fugitifs n’a été capturé. Pour l’heure, ni le ministère de la Justice ni l’administration pénitentiaire n’ont fait de déclaration sur cette évasion.

Toujours d’après la source, les 11 évadés se trouvaient dans la même chambre de détention. Certains d’entre eux seraient des bandits dangereux impliqués dans des affaires criminelles. Les membres de l’Organe mixte de conception se sont réunis d’urgence afin de discuter des mesures à prendre.

Mparany

News Mada0 partages

Analamanga : problèmes concernant la «route des œufs»

Le projet de construction de la « Route des œufs » crée des polémiques dans la commune rurale de Mahitsy et ses environs. Les riverains protestent contre les démolitions envisagées dans le projet en programmant un sit-in.

Les bénéficiaires de la « Route des œufs » approuvent le projet mais exigent l’instauration d’un dialogue pour la délimitation de son tracé. La population du fokontany d’Antandrokomby s’oppose ainsi au manque de transparence de la part des autorités locales,  induisant en erreur les concernés qui n’ont aucune information fiable sur le projet. Ils réclament de ce fait des explications sur les variations de la dimension de la route qui s’élargit jusqu’à une douzaine de mètres dans les zones habitées, nécessitant de démolitions massives,  contre 7 à 8 mètres à la sortie du village. Le chef du fokontany Dieudonné-Marie Ratsimbazafy a incité les habitants d’Antandrokomby à participer au sit-in hebdomadaire sur la place publique du village pour réclamer des négociations sur le tracé de cette route. « Nous nous opposons au manque de transparence mais non à la construction de cette route entrant dans le cadre du projet présidentiel », a-t-il déclaré lors du premier sit-in d’hier.

Touchée également par ce problème, la population du fokontany de Bemandomba a annoncé son soutien à Antandrokomby pour renforcer son mouvement vendredi prochain. La méthode d’approche dans la réalisation de ce projet routier financé par le gouvernement chinois, quoique bénéfique pour les producteurs d’œufs de la commune, risque de leur porter préjudice.

Manou

News Mada0 partages

Basket-CCCOI : bon début des équipes malgaches

Prophètes en leur pays ! Ce fut le cas des équipes malgaches lors des dernières éditions de la coupe des clubs champions de l’océan Indien de basket-ball. Cette année, on est près d’entonner le même refrain.

Début en fanfare des équipes malgaches au palais des Sports de Mahamasina. Que ce soit chez les hommes ou chez les dames, les locaux ont fait forte impression lors des deux premières journées qui se sont déroulées le week-end dernier. Ils n’ont laissé que des miettes aux équipes visiteuses.

Chez les hommes, la gendarmerie (GNBC) montre la voie en réussissant deux matchs à succès de suite le week-end dernier face respectivement à Usoni et COSPN. Ce dernier a néanmoins enregistré un début fructueux samedi devant Dagué et sa bande de Permium Cobra des Seychelles avant de s’incliner devant les gendarmes.

Ascut a également fait un bon début de compétition hier en dominant les Seychellois de Beauvallon sur la marque de 89-74. Fataka, Lalason et Dids ont marqué de leurs empreintes cette rencontre victorieuse.

Côté dame, la situation est encore plus reluisante. Aucune des trois équipes malgaches en lice n’ont perdu lors des deux premières journées. MB2All a démarré le festival offensif en balayant facilement BCM de Mayotte : 88-60. Fandrefiala lui a emboîté le pas ensuite en donnant une vraie leçon de basket aux Seychelloises de B Challenge. 100-17, ce sera le score final au profit de Vola et consorts.

Tamifa aussi n’a pas à rougir de sa prestation pour son entrée en la matière en faisant subir aux Mahoraises de BCM leur deuxième défaite de rang.

Une force en moins

Une mauvaise nouvelle pour les Mahorais ! Golden Force de Chiconi a manqué à l’appel. Une équipe en moins dans la catégorie féminine au détriment de Mayotte. De ce fait, la rencontre qui aurait dû  opposer cette équipe à Fandrefiala a été supprimée du programme de la deuxième journée.

Dorénavant, elles ne sont plus que 5 équipes à briguer le titre de Champion chez les dames.

Naisa

Résultats de la 1ère journée :

Homme :

COSPN Madagascar-Premium Cobra Seychelles : 86-78

GNBC Madagascar-Usoni Comores : 85-48

TCO Mayotte-Real Basket Maurice : 87-64

Dame :

MB2All Madagascar-BCM Mayotte : 88-60

Fandrefiala Madagascar-B Challenge Seychelles : 100-17

Résultats de la 2e journée :

Homme:

GNBC Madagascar-COSPN Madagascar : 91-67

BCM Mayotte-Usoni Comores : 91-62

Ascut Mada-Beau Vallon (Seychelles) :

89-74

Dame :

Tamifa Amoron’i Mania-BCM Mayotte : 65-54

 

News Mada0 partages

Tennis – Afrique U14 : les Malgaches entrent en lice

Les yeux sont désormais rivés sur le championnat d’Afrique U14 après le bilan mitigé au championnat d’Afrique par équipe U12. Les Ranaivo, Toky, Narindra et Mialy, Fenosoa Rasendra et Sampras Rakotondrainibe se sont envolés hier pour rejoindre la terre battue de l’Egypte. Et c’est loin d’être un jeu d’enfant si l’on ne tient compte que de la somme allouée par la Fédération malgache de tennis (FMT) pour ce séjour qui prendra fin le 5 octobre prochain. Mais le jeu en vaut la chandelle. Ce beau monde abordera cette échéance sous les ailes du coach Harivony Andrianafetra.

Rojo N.

 La délégation malgache :

Les joueurs :

– U14 filles : Narindra Ranaivo et Mialy Ranaivo

– U14 garçons : Toky Ranaivo, Lanja Rakotozandriny, Fenosoa Rasendra et Sampras Rakotondrainibe

Coach : Harivony Andrianafetra

News Mada0 partages

Slalom – 6e manche : Laza (re)prend le devant

La 6e manche du championnat de Madagascar de slalom a tenu toutes ses promesses le week-end dernier sur le circuit TMF à Ivato. Challenge, suspenses, incidents mécaniques…Pilotes et passionnés en ont vu de toutes les couleurs. Pour ce qui est de la bataille rangée pour le titre de champion national, Laza Randriamifidimanana (Peugeot 106) s’est adjugé la première place devant Hugo Louvel (Citroën C2) et Teddy Rahamefy (Peugeot 205).

Le premier a fait un cumul de 2’46,13’’ contre 2’46,85’’ pour Hugo Louvel et 2’53,43’’ pour Teddy. Laza a déjà annoncé la couleur dès les essais avec un chrono de 1’25’’95. Le pilote du club Asa Tana a été talonné par trois membres du club hôte, notamment Tina, Gérard, Teddy et Hugo.  Le classement provisoire après cette étape n’a pas encore été dévoilé à l’heure où nous glissons ces quelques lignes mais l’homme a gagné une bataille, mais pas la guerre.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Foot – Telma Coupe : Cnaps Sport tombe de haut

Une chute vertigineuse. La Cnaps Sport Itasy est hors course pour la Telma Coupe de Madahascar. Elle a été éliminée en huitième de finale par Tam Port-Bergé. Il en est de même pour Cnaps Sport Analamanga, sortie par l’AS Adema.

Les Caissiers de l’Itasy, tenants du titre, ont été renversés par les footballeurs de Tam Port-Bergé sur le score de 1 but à rien. Cnaps a tout de même mené la valse durant la première période et raté quelques occasions. Contrairement aux éléments de Tam Port-Bergé qui ont trouvé le chemin du filet à la 58e minute suite à une contre-attaque bien exploitée par Bernardin devant le public du stade Rabemananjara, hier à Mahajanga.

Et comme un malheur ne vient jamais seul, Cnaps Sport Analamanga a également mis fin à sa campagne nationale. Une chose est sûre, les éléments de l’AS Adema sont revenus de loin et ont sorti l’artillerie lourde pour faire sortir le camp adverse sur le score sans appel de 3 à 0. Dans l’autre affiche, il a fallu procéder aux séances de tirs au but pour départager FC Rabaza (Atsimo Atsinanana) et Cosfa (Analamanga) après un match nul durant les temps réglementaires. Le représentant de la capitale s’est finalement incliné sur le score de 5 buts à 3.

Mama FC et RTS Jet Mada ont également égayé le public durant une rencontre très serrée qui s’est soldée par la vioctoire bien méritée de RTS Jet Mada par 3 buts à 2. Uscafoot a également rejoint le rang des malheureux perdants de la ligue d’Analamanga en s’inclinant sur le score de 2 buts à 1 face à l’équipe de l’Otiv Ambatondrazaka. Et à la grande surprise du stade moderne de Fasambazaha, à Fianarantsoa, Zanakala FC a concédé une défaite dans son propre jardin face à FCA Ilakaka.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Acoustic Cover Contest : Nondescript triomphe

La finale de « acoustic cover contest » s’est tenue hier chez Hennessy Café à l’issue de laquelle Nondescript a remporté haut la main le concours.

Un tremplin musical entièrement dédié à la promotion de la créativité et du talent, « acoustic cover contest » s’est déroulé dans une atmosphère joyeuse et passionnante. Après une première phase d’audition, quatre prétendants se sont présentés samedi dernier devant les membres du jury, à savoir 3 Voices, Nondescript, Valisoa Sandy et Josiie Gabrielle. En duo comme en solo, nos jeunes talents se sont relayés sur scène.

Nondescript s’est vu remettre le premier prix avec notamment un chèque de 300 000 ariary, et  un contrat pour une soirée musicale. Les membres du jury ont unanimement apprécié sa créativité, sa présence scénique sans pareil et sa performance impressionnante. Par ailleurs,  les autres finalistes ont également empoché la somme de 100 000 ariary chacun.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

CFM Anosy : Dekapy’s band se découvre

Après une première prestation remarquable au Piment Café Behoririka, Dekapy’s band a enchaîné les concerts de promotion hier  au CFM Anosy en partageant le micro avec Rheg.

Effectuant un court séjour au pays, Thierry Ratsimbazafy, alias Dekapy, a retrouvé les férus du rock de la capitale le temps d’un concert tout au long de cet après-midi dominical.

Avec sa nouvelle bande fraîchement formée, l’ancien guitariste de Green et d’Apost a fait forte impression avec des compositions auprès de ces groupes mentionnés supra comme « Manantena » ou encore « Nilaozany ». Un aperçu de son premier opus qui sortira dans les bacs sous peu.

Même lieu, même concept, « Metal break free » investira la salle ce samedi.  Seront également sur scène avec Dekapy’s band, le groupe Inox, Thierry Power Trio, Bloody Park et The Hornstone.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Hiragasy makotrokotroka : Rakotomandimby et Rafaralahy en finale

Les finalistes sont connus. Jean-Pierre Rakotomandimby de Morarano gare et Raymond Rafaralahy d’Ambatoantrano vont chanter pour la dernière fois au jardin d’Ambohijatovo, ce 1er octobre. Ils constituent le dernier carré de la 8e édition de Hiragasy Makotrokotroka. Après plus de trois mois de compétition, de représentation et de duels de haut niveau, deux candidats sont sortis du lot et accèdent enfin à la finale de l’édition 2017  de Hiragasy Makotrokotroka. Pour la deuxième demi-finale d’hier, la troupe de Jean-Pierre  Rakotomandimby s’en est donné à cœur joie pour défier Ratovoson, issu d’Ampahimanga. 

Spectacle hebdomadaire

Comme arme de séduction face au membre du jury et au public, la troupe de Morarano gare a mis en avant l’harmonie, que ce soit au niveau de la musicalité que le spectacle en soi. « Rehefa ny olona no samy maminavina fa ny sanjila no tompon’ny fandidiana », c’est à travers ce leitmotiv que Rakotomandimby a conquis tout Ambohijatovo en faisant étalage des problèmes de couple, le non respect de la tradition et même l’abus de mode.

En revanche, la bande à Ratovoson a clamé sur un ton humoristique et décalé l’absence de pluie et son impact sur l’agriculture avec comme thème : « Efa io aloha no misy dia ho aiza eo ianao ». Grosse déception, cependant, pour  ce dernier pour qui l’aventure se termine aux portes du dernier live de cette saison.

A chacun de ce spectacle hebdomadaire,  Hiragasy makotrokotroka draine un peu plus du public au jardin de verdure d’Ambohijatovo.  Les représentations font écho que les passants d’Ambohijatovo n’ont pas pu s’empêcher de jeter un œil et d’admirer le talent invétéré de ces précurseurs  d’art oratoire.

« Il n’y à pas à dire, l’évènement gagne en notoriété tout comme le niveau de nos artistes s’améliore également au fil de ses éditions », résume un membre du jury en marge de ces demi-finales.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Hiditra amin’ny andiany faha-28 : manakaiky ny rehetra ny « Madajazzcar »

Mivoatra isan-taona ny « Madajazzcar », hetsika tsy zovina intsony, indrindra ho an’ny mpankafy mozika. Misongadina amin’izany ny fanakaikezany kokoa ny sokajin’olon-drehetra, izay fototra niaingany rahateo.

Hotanterahina ny 2 hatramin’ny 14 oktobra izao ny andiany faha-28 amin’ny «Madajazzcar », « festival » tokana sady goavana miompana tanteraka amin’ny tontolon’ny mozika jazz. Raha ny fandaharam-potoana amin’ity andiany ity no jerena, tsikaritra ho manome hasina sy lanja  ny Malagasy, ny sarambabem-bahoaka, fototra niaingan’ity mozika ity, ny hetsika.

Teo ny fiheverana fa tsy an’ny rehetra ny jazz. Ny mifanohitra amin’izany anefa no marina ary porofoin’ny mpikarakara ny « Madajazzcar ». Miezaka manatona hatrany ny vahoaka ireo fampisehoana samihafa. Mihamitombo ny eny ankalamanjana, toy ny eny Antsahamanitra sy ny eny amin’ny Oniversiten’Antananarivo, izay samy tsy andoavam-bola.

Etsy ankilan’izay, ampitomboina hatrany ny mpanakanto mandray anjara, na Malagasy na vahiny. Ny antony, ny hanolorana talenta sy kanto samihafa, « hotsakotsakoin’ny mpankafy » mozika. Lava dia lava ny lisitr’izy ireo : maherin’ny 60. Ho an’ny vahiny, misy ny avy any Frantsa, Norvezy, Etazonia, Alemaina, Soisa, sns.

Tolotra iray, inoana fa andrasan’ny tanora manan-talenta, ny fifaninanana « Tremplin Madajazzcar », mandritra ity hetsika ho an’ny jazz ity. Tsy diso anjara ireo manantena izany, amin’ity andiany faha-28 ity. Miofana, nanomboka ny 18 septambra teo, ireo mpandray anjara, mialoha ny hiatrehana ny fifaninanana. Tsy ho an’io ihany anefa no nanaovana izany fa hanomanana azy ireo sahady hiatrika seho an-tsehatra.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Volley-Zone 7 : le championnat des clubs réservé aux meilleurs

La fin de la coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) et l’avènement du championnat des clubs de la Zone 7 (CCZ7) n’ont pas amené de grandes modifications sur le règlement de la compétition contrairement aux informations véhiculées.

En effet, pour la 2e édition du CCZ7 à Seychelles du 2 au 9 décembre prochain, le règlement stipule que «Les équipes classées première et deuxième  des ligues nationales de leur pays respectif seront qualifiées automatiquement».

Autrement dit, les autres formations qui n’ont pas atteint la finale du championnat national devront attendre le désistement des qualifiés d’office pour pouvoir postuler.

Ainsi, pour Madagascar, chez les hommes, l’équipe de la gendarmerie nationale de volley-ball (GNVB) et Cnaps Sport sont qualifiés tandis que chez les dames, Stef’Auto et VBCD ont validé leur ticket.

Ces quatre clubs auront jusqu’au 30 octobre pour faire parvenir leur formulaire d’engagement au secrétariat de la Zone 7.

Naisa

 

Ino Vaovao0 partages

VAKY NY FONJAN’AMBATONDRAZAKA : Gadra 11 lahy nandositra

Voalaza fa ny rindrin’ny tambohon’ ny fonja no novakian’ireo voafonja ka teo no nivoahan’izy ireo. Araka ny loharanom-baovao kosa dia tsy nisy sahy nampandre ny manam-pahefana tao an-toerana ireo mpiandry fonja fa niroso tamin’ny fikarohana ireo jiolahy avy hatrany aloha.

Omaly maraina tokony tamin’ny 6 ora mahery teo vao nampandre ny lehiben’ny Kaompanian’ny Zandary tao an-toerana ireo mpiandry fonja manoloana ity tranga ity. Efa mandray ny andraikitra manandrify azy ny tompon’andraikitra ambony ao Ambatondrazaka ary dia efa nampandrenesina ihany koa ny mpitandro filaminana rehetra any amin’iny Faritra Alaotra Mangoro iny.

Misy araka izany ny fepetra noraisin’ireo mpitandro filaminana ka nasiana sakan-dalana avokoa ny lalana mivoaka an’Ambatondrazaka sy Amparafaravola. Savaina avokoa ankehitriny ireo fiara miditra na mivoaka ny Faritra, na ny fiara manao fitateram-bahoaka izany na ho an’olon-tsotra ihany koa dia savaina. Mampiahiahy araka izany ity fahavakisan’ny fonjan’Ambatondrazaka ity. Amin’izao ora nanoratanay izao dia mbola tsy misy tratra ireo gadra nandositra na iray aza, araka ny vaovao voaray avy any an-toerana. Mitohy hatrany ny fikarohana ataon’ny mpitandro filaminana any an-toerana azy ireo.

Tsy fantatra hatreto na anisan’ireo andian-jiolahy tena gaigy lahy ireo tafatsoaka ny fonja ireo.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

MAROKISO FENOARIVO-ATSINANANA : Nahitana fatin-dehilahy tsy fanta-piaviana

Nahitana fatin-dehilahy natsingevan’ny rano. Sahabo ho 40 taona ity rangahy hita faty tao anaty rano ity. Tsy nahitana taratasy mombamomba azy teny aminy. Tsy nisy nahalala azy koa ny mponina manodidina. Na izany aza dia nandray andraikitra tamin’ny fikarakarana ny razana ireto farany.

Raha ny fizahana nataon’ny mpitsabo, dia fantatra fa tsy vono olona no nahazo azy. Tombanana ho manana aretina androbe ilay rangahy ka nianjera tany anaty rano tamin’ny fotoana nihetsehan’izany aretiny izany.

Raha ny fanazavan’ny mponina any an-toerana, dia tsy mbola nisy tranga tahaka izao teny amin’izy ireo.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

AMBINANINONY - BRICKAVILLE : Lavin’ny mponina ny asa fitrandrahana ataona orinasa vahiny

Simba ny tontolo iainana, simba tahaka izay ihany koa ny seha-piharian’ireo mponina izay mivelona amin’ny fambolena satria manimba ny tany volen’izy ireo ny akora simika mikoriana avy amin’ilay asa fitrandrahana.  

Efa tao anatin’ny fotoana maromaro izay no fantatra fa nanatanteraka asa fitrandrahana vy ao anatin’ity tanàna ity ny orinasa vahiny iray. Hatramin’ny voalohany no efa tsy nankasitraka izany ny ankamaroan’ny fokonolona teo an-tanàna saingy noho ny hery sy fahefana tsy mitovy dia afaka nanohy an-kalalahana ny fitrandrahana ihany ilay orinasa. 

Araka ny vaovao voaray hatrany dia tany amina hekitara maromaro no efa nalain’ilay orinasa nanaovana ny fitrandrahana kanefa mbola mitady hanitatra izany ho amin’ny tany midadasika hafa indray ireo tompon’andraikitra ao anatin’ilay orinasa. Nambaran’ireo mponina anefa fa tsy misy afa-tsy ny saha sy ny tanimboly fiveloman’izy ireo sisa, nefa mbola kendren’ireo mpitrandraka halaina hatrany izany, ka lavin’ireo tantsaha marindrano.

Ambenana mpitandro filaminana mafy

Tandindomin-doza ny fiainan’ireo mpamboly any an-toerana, voalaza fa efa mihangazana mihitsy ny tontolo iainana noho ny akora simika mivoaka avy amin’ireo milina ampiasaina mandritra ny asa fitrandrahana. Fantatra fa ambenana mpitandro filaminana mafy mihitsy io toerana isian’ny fitrandrahana io amin’izao fotoana, araka ny vaovao voaray hatrany. 

Mananontanona ny mosary raha tsy misy fandraisan’andraikitra faran’izay haingana amin’ny fampiatoana an’io asa fitrandrahana io. Manoloana izany indrindra no anaovan’ireo mponina antso avo amin’ny manam-pahefahana mba hijery akaiky io raharaha io.

Tsy vao sambany anefa fa efa mateti-piseho manerana ny Nosy ny fisiana orinasa vahiny manjakazaka amin’ny tanin’ny Malagasy tahaka izao, raha tsy hilaza afa-tsy ireo orinasa sinoa izay mieli-patrana manerana ny Nosy. Hatreto tsy hita mazava izay fandraisan’andraikitra ataon’ny fanjakana fa toa manamafy ny fifanarahana amin’izy ireo aza no vaindohan-draharaha fa tsy hita intsony ny fahoriana mianjady amin’ireo olona very tany voatery miala eo amin’ny tanindrazany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

CACAO : Hitsidika an’Ambanja ny delegasionan’ny Antenimierandoholona

Mialoha lalana an’ity delegasiona ity ny filoha lefitry ny Antenimierandoholona ho an’ny faritanin’Antsiranana, Amido.

 Nambaran’ity farany fa anisany anton-dian’izy ireo ny olana mianjady amin’ny vokatra cacao, izay latsaka ambany dia ambany ny vidiny any an-toerana na dia fantatra aza fa tsy ampy nefa tsara kalitao maneran-tany.  Tokony hampitomboina ny vokatra cacao eto Madagasikara, indrindra any Ambanja mba hahafahantsika hisintona ireo mpandraharaha avy any ivelany. 

Tsy mahagaga raha any Côte d’Ivoire ireo mpandraharaha no manafatra ity vokatra fanondrana ity. I Côte d’Ivoire izay isan’ireo firenena mamokatra cacao be indrindra maneran-tany. Vinavinaina ho maherin’ny 175 000 000 t ny cacao hovokarin’i Côte d’Ivoire amin’ity taona ity  », hoy Amido. «  Hijery ny fomba hampandrosoana ny Vondrom-bahoaka itsinjaram- pahefana sy ireo Vondrona ara-toekarena sy sosialy ao amin’ny faritra Sambirano no tena anton-dianay  », hoy ity farany.

A.Lepêcheur  

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Misy orinasa manangona eny am-potony ny vokatra manga

Amin’izao dia efa ahitana ny vokatra manga masaka ny ao bazary fa azo lazaina ho mbola lafo ny vidiny. Mahatratra hatrany amin’ny 4000 Ariary ny kilaon’ ny manga any Diego, raha amidy 1000 Ariary na 500ariary ny iray. Araka ny vaovao voaray avy amin’ny mpamboly iray avy any Namakia dia efa ahitana mpividy any am-potony ny manga.

Izay voalaza fa avy any Nosy-Be ireo midina any an-toerana ireo. Araka ny fantatra hatrany dia ireny manga efa ho masaka ireny no vidian’izy ireo 800ariary ny iray kilao. Ny mpividy ihany no manakarama ireo mpioty sy mpitatitra izany. Tsy vitsy ireo manana vodimanga no mahazo tombotsoa amin’izany, satria mahatratra hatrany amin’ny 4 taonina ny manga voaangon’ireo mpanangom-bokatra ireo. Araka ny loharanom-baovao hatrany dia orinasa iray izay manao ranom-boakazo avy any Nosy-Be no mpanangona ireo vokatra ireo. Anisany mahatonga ny fahalafosam-bidin’ny manga masaka ny fisian’izany.

Misedra olana araka izany ny mpankafy manga ao an-tsena fa ny mpamboly kosa indray dia faly mahazo tombony amin’ny fisian’ny mpaka maro. Mahita izy ireo fa tsy ampy ny vokatra noho ny fisian’ireo mpaka any am-potony. Marihina fa ireny manga izay efa nisy rango tamin’ny faha vazaha no mamatsy ny mponina ireo.Tsikaritra fa variana ny tsy nanampy namboly izany ireo tantsaha taloha teo. Amin’ny fisian’ny tsena amin’ny vokatra toy izao dia azo ambara fa hahasarika ireo tantsaha ny hamboly manga.

Tsy mahatsiaro ho matiantoka koa izy ireo ka raisin’izy ireo ho tombotsoa ny fisian’ireo mpanangona eny am-potony sady tsy simba ihany koa no ahazoana vola mivaingana.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

LALAM-PIRENENA VOALOHANY : Mampitaraina ny mpitatitra ny fitakian’ny zandary vola

Nambaran’ireo mpitatitra fa manjaka loatra ny kolikoly amin’iny lalam-pirenena iny satria tsy maintsy omena vola isak’izay mandalo ireo zandary mpanao fisavana ny taratasin’ny fiara. Ankilany saika isaky ny kilaometatra vitsy dia misy zandary manao izay fisavana izay ka mampihoapampana ny vola alain’izy ireo amin’ireo fiara mpitatitra izany.

"Isaky ny folo andro raha atao ny kaonty tsotsotra dia mandray hatrany amin’ny roa hetsy Ariary ny zandary iray. Raha atao ihany izany ny kajy tsotsotra dia mandray betsaka noho ireo fiara mpitatitra izy ireo", hoy ny fanazavana noentin’i T. R mampily manao zotra Tsiroanomandidy-Antananarivo.

Mahavelon-taraina an’ireo mpamily sy mpitatitra vokatr’izany ny zavatra mihatra amin’izy ireo satria lasa ireo zandary no mandray betsaka ka idiran’ny fatiantoka iray lavaka ireo mpitatitra. Raha ny tanjona eo anivon’ny zandarimariam-pirenena anefa dia hanafoana ny trangana kolikoly amin’ny lalam-pirenena no tena vain-dohan-draharahan’izy ireo saingy hatreto mbola tsy tratra ny tanjona.

Mazava tao anatin’ny fitarainan’ireo mpitatitra fa mihoapampana ny fitakiana vola ataon’ireo mpitandro filaminana amin’iny lalam-pirenena voalohany iny sady maro loatra ihany koa izy ireo kanefa tsy maintsy vola isak’izay mandeha. Manoloana io trangan-javatra io indrindra no angatahan’ireo mpamily sy mpitatitra mba hisian’ny fandraisan’andraikitra avy amin’ny lehibe ao amin’ny zandarimariam-pirenena. Ny fangatahan’izy ireo dia ny mba hampihenana ny isan’ireo zandary misava ny taratasin’ny fiara na manao P.R amin’iny lalam-pirenena iny satria miteraka fatiantoka be loatra ho azy ireo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Tafapetraka ny zoma teo ny filoha vaovaon’ny Fitsarana ambony

Izy no nisolo an-dRamananjatovy Harison Henry filoha teo aloha. Ity farany izay lasa nisotro ronono nanomboka ny volana jona 2017 rehefa niasa nandritra ny 14 taona tao Toamasina.

Tontosa ny zoma 22 septambra ny lanonam-pitsarana nametrahana tamin’ny fomba ofisialy ny filoha voalohan’ny Fitsarana ambony vaovao. Lanonana natao tao amin’ny lapan’ny Fitsarana ambony ao Toamasina. Nandritra ny lahateny nataon’ny filoha vaovao dia nisongadina ny ady atao amin’ny fitsaram-bahoaka amin’ny maha lehiben’ny mpitsara mpamoaka didy sy mpanao fanadihadiana azy eo anivon’ny Fitsarana ambony. 

Nambarany nandritra izany fa tsy ny olona no tsy tia mpitsara na tsy matoky ny fitsarana intsony fa olan’ny mpanao politika sy ireo mpandinika politika izany. Ny tena zava-misy dia ny fahantrana sy ny fahatezeram-bahoaka amin’ny ara-politika no mahatonga izao olana izao. «  Tsy azo ekena intsony ny fitsaram-bahoaka eto Toamasina, satria mazava ny lalàna mikasika ny vono olona. Masina ny fitsarana ka mila mametraka izany fahamasinan’ny Fitsarana izany ny mpitsara  », hoy hatrany ny lahateniny.

Ho an’ny minisitry ny Fitsarana, Rasolo Elise Alexandrine, dia nanazava nandritra ny fandraisam-pitenenana tamin’izao lanonam-pitsarana izao ny tenany fa efa nisy fepetra manokana mikasika izany noraisin’ny governemanta nandritra ny Filan-kevitry ny minisitra. 

Fepetra amin’ny hisian’ny fiaraha-miasan’ny minisiteran’ny Fitsarana sy ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka ary ny minisiteran’ny Fiarovam-pirenena izay misy ny sekreteram-panjakana misahana ny Zandarimariam-pirenena, amin’ny hetsika fametrahana filaminam-bahoaka ifotony sy ny fanentanana ny olona momba ny tsy maha ara-dalàna ny fitsaram-bahoaka ary famerenana ifotony ny fitokisan’ny vahoaka malagasy ny fitsarana sy ny mpitandro filaminana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

PARTI LIBERAL DEMOCRATE : « Ny fijerena ny fahoriam-bahoaka aloha tokony himasoan’ny fitondrana »

Ity farany izay nanamafy indray ny fanambaràna izay efa nataony manoloana ilay raharaha fikitihana ny lalàm- panorenana izay tena mampirehitra ny hambom-pon’ireo mpanohitra ankehitriny. 

Raha ho an’ny antoko Pld manokana dia tsy laharam-pahamehana mihitsy io fanapahan-kevitra io manoloana ny zava-misy iainan’ny vahoaka amin’izao izay tena latsaka an-katerena tanteraka noho ny tsy fandriam-pahalemana sy ny fahasahiranana isan’andro. 

Ankoatra izay nanambara ihany koa ny filohan’ny antoko fa tsy fotoana tokony hanovàna ny lalàmpanorenana mihitsy izao. «  Afaka iatrehana fifidianana tsara io lalàmpanorenana amin’izao fotoana izao io ary io ihany koa no nampandany ny filoha ankehitriny  », hoy ny voalazany. Raha tsiahivina dia efa nisy ihany koa ny fitambaramben’ireo antoko mpanohitra  nahitana ny antoko Malagasy Miara-Miainga, ny antoko tarihin’i Eliane Bezaza izay nanao fanambaràna iraisana amin’ny fanoherana an’io fanapahan-kevitra io. 

Mitovy fomba fijery ny avy amin’ny mpanohitra fa tsy hitondra na inona na inona akory eo amin’ny fiainan’ny vahoaka malagasy ny fanovana ny lalàm- panorenana fa misy kajikajy politika maloto ao ambadika.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Tahirim-bola iraisam-pirenenaTsy afa-po amin’ny fitantanana eto Madagasikara

Nivoatra ny zava-misy amin’ny ankapobeny eto Madagasikara raha ny programa Fec (Facilité Elargie de Crédit) no resahana, hoy ny FMI (Fonds Monétaire International).

Nangonin-dRamano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsarana ny raharaha “ANNIE SY ARNAUD”Hipoitra ve ny marina ?

Efa ela niandrasana ny fitsarana ny raharaha fakana an-keriny an’i “Annie sy Arnaud” ny maro. Raha ny fandaminana teo anivon’ny fitsarana ady heloka be vava ny fitsarana ambonin’Antananarivo sy ireo taratasy voarain’ireo “vavolombelona” sy ireo “voarohirohy”,

 

Rakoutou

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kick boxing - AntsirabeFahombiazana ny hetsika “Mazana 110”

Fahombiazana tanteraka ilay lalao iraisam-pirenana nampitondraina ny anarana « Mazana 110 », notontosaina tao amin’ny kianja Tsarasaotra Antsirabe ny sabotsy 23 septambra lasa teo.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vahoaka MalagasyEfa tena noana sy reraka

Efa tena noana ny vahoaka Malagasy ankehitriny, hoy Rabetsara Lita, filohan’ny fikambanana RNDC mpiaro ny zon’ny mpanjifa.

  Miseho amin’ny endriny maro izy io toy ny fisian’ny tsy fandriampahalemana, ny tsy fifanajana eo amin’ny mpiara-belona, ny hasarotan’ny fiainana hateraky ny fiakaram-bidy eny an-tsena…Rariny raha natsangana etsy araben’ny fahaleovantena ny tsangambato mampiray ny faritra 22 satria ny fahavalon’ny mpanjaka voalohany dia ny mosary. Tena zava-dehibe loatra ny fisian’io tsangambato io, antoka iray hamelona ny maha Malagasy indray any am-pon’ny tsirairay. Amin’ny maha taranaka Mpanjaka Zafimananga Antaifasy azy  avy any Volompary Vangaindrano  no antony nanosika azy hanatrika sy hanatevin-daharana ny taom-baovao Malagasy sy ny fametrahana tsangam-bato tetsy Analakely izay notanterahina ny faran’ny herinandro teo. Mikasika ny tolona tanterahin’ny RNDC manokana dia nambarany fa mitohy hatrany ny hetsika, indrindra ho fiarovana ireo vahoaka hiharan’ny tsindry hazolena.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny tontolo iainanaNandefasan’ny Mpamaky vato taratasy

Velon-taraina ireo fokonolona mivelona amin’ny famakiana vato ao amin’ny ala arovan’i Maromizaha, Andasibe, noho ny fisiana taratasy voarain’izy ireo avy amin’ny minisiteran’ny tontolo iainana mandidy ny fokonolona hampitsahatra ny asany ao anatin’ny faritra arovana ity.

 Nandefa taratasy miantefa amin’ny minisiteran’ny tontolo iainana ireo mponina hilazan’izy ireo ny tsy fankasitrahany ny fanapahan-kevitra fampitsaharana natao. Ny avy eo anivon’ny Gerp sampan’asa manokana miaro ny tontolo iainana sy ireo karazan-gidro eto amintsika no tena mahazo tsikera ho tompon’antoka tamin’ny fampitsaharana ny asan’ireo mponina. Nandà io tsikera io avy hatrany kosa ny avy eo anivon’ny Gerp ary nilaza fa ny minisiteran’ny tontolo iainana no nandray ny fanapahan-kevitra noho ny fahitany fa manimba tontolo iainana ao anatin’ny valanjavaboary ny asa ataon’ireo fokonolona.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Maka toerana tokoa !

Mampalahelo ny maheno sy mahita teratany Sinoa mampiditra malagasy any am-ponja, hoy ny mpitarika fikambanana iray. Raha tsy olo-meloka ilay teratany Malagasy, rariny ve raha izay no zava-miseho ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha mafampana eto MadagasikaraTsy ampy tetibola hanaovan’ny mpanao gazety fanadihadiana

Nifarana tamin’ny herinandro teo ny fiofanana nomena ireo solontenan’ny mpanao gazety avy amin’ny faritra 22 mikasika ny fomba fanaovana fanadihadiana lalina eo amin’ny asa fanaovan-gazety na ny « Journalisme d’investigation ».

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahana ao Ambinaninony - AmbatolampyMety hivadika Soamahamanina 2

Mitohy hatrany ny fanoheran’ireo mponina ao amin’ny fokontanin’Ambatolampy, kaominina Ambinaninony, ny asa fitrandrahana harena ankibon’ny tany ataona orinasa kanadianina iray any an-toerana.

 

Araka ny fanazavan’ireo mponina dia tsy zakan’izy ireo ny etona simika ateraky ny fitrandrahana. Sady manimba fahasalamana izy io no manimba ny fihariana any an-toerana ihany koa. Saika simba daholo amin’izao fotoana ny fambolena ao an-toerana, raha ny nambaran’ireo tantsaha, izay mipetraka manamorona ity toeram-pitrandrahana ity. Tsy misy afaka miditra ao amin’ilay toeram-pitrandrahana hatramin’ny mpanao gazety satria dia miatrana eo am-bavahady ireo zandary. Am-bolana maro no efa nampitaraina ireo mponina any an-toerana ity zava-misy ao Ambatolampy – Ambinaninony ity izay hita ho miha Soamahamanina faharoa hatrany ka atahorana hitarika ny fihetsehan’ireo mponina.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanAleo mifampiresaka

Miarahaba Jean a ! Mankasitraka ny fampandeferana ny hambom-ponareo aloha ka nanaiky ilay fifampidinihina natao tamin’ny sabotsy e ! Izay foana ianareo !

Rehefa misy tsy mazava dia aleo mifampiresaka. Tsy mitondra mankaiza anie fa mandratra sy mapitombo ny volan’ny dokotera fotsiny ny totohondry e ! Mino aho fa efa mazava aminareo ilay kinasanay ary samy hahazo tombony amin’io isika fa aza matahotra. Mbola afaka mifampiresaka isika eny an-tsefatsefany eny. Santatra am-bavarano ihany iny fa mbola ho avy ny manetsabe ka dia manantena anao fa tsy hivadibadika ohatran’ilay tamin’indray mandeha iny. Mba mahaiza mijery lavitra fa aza dia ny ampotomoty foana. Aleo mifampiresaka foana dia mifanazava e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana sefom-pokontany« Mazava ny ambaran’ny lalàna”, hoy i Thierry Rakotonarivo

Teboka iray noresahan’ny filohan’ny Repoblika nandritra ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety herinandro lasa izay ny mikasika ny sata mifehy ny fokontany.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

POLITIKA

Rehefa avy nanatrika ny fihaonana an-tampony faha 72-n’ny firenena mikambana tany New york, Etazonia, ny filoham-pirenena malagasy, Hery Rajaonarimampianina, dia vina manaraka indray ankehitriny ny famitranana ny fifandraisana diplaomatika eo amin’ny fanjakana malagasy sy Italianina

. Hisy moa ny fihaonana izay hataony amin’ireo tompon’andraiki-panjakana Italianina hatao any Roma ny 17 sy 18 oktobra izao. Anisan’ny ho resahana betsaka, raha ny fampitam-baovao azo, ny lafiny fifandraisana eo amin’ny fampiroboroboana ny toekarena. Haverina sokafana amin’io fotoana io ihany koa ny masoivoho malagasy any an-toerana izay efa hita ho miha simba.

Mifandraika amin’izay resaka fifandraisana diplaomatika izay lesoka hatrany teo amin’ny fifandraisan’i Madagasikara sy Italia ny tsy fahampian’ny fahampahafantarana ny tantaran’i Madagasikara tamin’ity firenena vahiny ity, raha ny nambaran’ny manampahaizana mikasika izay, fa eo indrindra ihany koa ny tsy fahatomombanan’ny serasera teo amin’ny fifandraisan’ny firenena roa tonta. Ankoatr’ireo manampahefana moa dia hihaona amin’ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina, any Roma koa ny Papa François, izay raiamandrenin’ny eglizy katolika Romanina maneran-tany.

Anisan’ireo firenena nanao sonia ny fandrarana ny fampiasana ny fitaovam-piadiana nokleary i Madagasikara nandritry ny fandalovan’ireo delegasionina malagasy tany New York ny faran’ny herinandro teo. Nolavintsika ihany koa ny fisiana fanamelohana ho faty amin’izao vanim-potoana izao ary handray anjara feno ny firenena malagasy amin’ny ady hatao amin’ny fidorohana zava-maha domelina.

FAHASALAMANA

Trangana pesta 60 no hita manerana ny Nosy tao anatin’ny herinandro faha-36 sy faha-37 nisian’ity aretina ity teto Madagasikara, hoy ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka. Voatsabo ary sitrana tanteraka ny 50 amin’ireo, hoy ny talen’ny fampiroboroboana ny fahasalamana. Namoy aina kosa ny 10 ambiny ka 2 no maty tao Toamasina, 1 tao Moramanga, 1 tao Faratsiho ary 1 tao amin’ny hopitaly miaramila Soavinandriana, araka ny fanazavany.

SOSIALY

Tonga nitaraina tany amin’ny minisitry ny fambolena sy ny fiompiana sady filoha nasionalin’ny antoko HVM ny antsoina hoe “Fikambanan’ny mpivarotra afovoan’ny arabe” eto Antananarivo Renivohitra  izay nilaza fa ampijalian’ny kaominina. Tsy  azo ekena ary tsy mety ny mivarotra ao anaty arabe, hoy izy. Rariny sy hitsiny, hoy i Rivo Rakotovao raha mandamina sy manadio ny tanàna izy ireo.

Na dia teo aza ny disadisa nisy teo aloha teo amin’ny fiadidiana ny tanànan’Antananarivo Renivohitra (CUA) sy ireo mpikamban’ny mpitatitra fiarakaretsaka (FTAR) nitokona noho ny tsy faneken’izy ireo ny hitantanan’ny Omavet ny tontolon’ny fitsarana fiara eto an-drenivohitra ary nahatonga ireo nitokona nilaza fa tsy hamaly ny antson’ny CUA amin’ny fifanakalozan-kevitra natao ny sabotsy teo dia tontosa ihany ny fihaonan’ny roa tonta. Teny amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina no nandraisan’ireo tompon’andraikitra misahana ny fitaterana eto an-drenivohitra ny FTAR nanazavana ny antsipiriany kokoa ny tetikasan’ny kaominina ho fanatsarana ny tontolon’ny fitaterana eto an-drenivohitra. Nilamina tamin’ny ankapobeny ny fihaonana ary andrasana ny ho tohiny.

Tetsy amin’ny Akademia malagasy Tsimbazaza hatramin’iny omaly dia nisy ny kaonferansa lehibe nanazavana mikasika ny asa azo atao sy izay rehetra azo ampiharana ny taranja Siantifika maro, toy ny Fizika, mba tsy hijanonan’izany ho teoria be fotsiny. Ireo tanora maniry hanohy fianarana eny amin’ny anjerimanontolo sy izay efa eny ihany koa kanefa tsy mahita veroka hoe mitondra azy ireo mankaiza ny fianarana ataony moa no tena nokendrena tamin’ny hetsika. Heverina, hoy ny fanazavan’ny profesora Narson Stephane, anisan’ireo mpampianatra mpikaroka nitondra ny anjara fanazavany, fa mba hisy tondrozotra amin’izay hitarika ireo mpianatra hahamatotra kokoa ny safidiny aorian’izao.

Ny 28 septambra ka hatramin’ny 1 oktobra izao no hotontosaina eto Antananarivo ny tompondakam-pirenena eo amin’ny ady totohondry ary amin’ny ankapobeny dia efa tomombana avokoa, hoy ireo tompon’andraikitra, ireo pitsopitsony rehetra handraisana izany. Efa vonona ny ligin’Analamanga sy ny federasionina ary toy izany koa ireo toerana handraisana ireo lalao, toy ny eny amin’ny ANS Ampefiloha sy ny eny amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina. Atleta miisa 34 moa no handray anjara izay miparitaka anatina ligy miisa 13.

Nandeha moa ny feo teo aloha fa tsy mifanara-tsaina ireo mpikambana eo anivon’ny federasionina mitantana ny taranja ady totohondry eto Madagasikara. Mikasika izay indrindra dia nanazava ireo mpikambana anatin’ny birao mandrafitra ity FMB ity fa tsy misy tsy fifankahazoana velively akory amin’izy ireo. Ny olana misy kosa anefa dia tsy fananam-bolan’ny federasionina satria raha ny fanazavana dia ny filoha Gégé Bosco hatrany matetika no mamoaka vola am-paosy hamenoana izay tsy feno ka hangatahan’izy ireo mafy ny fanohanana avy amin’ny minisiteran’ny fanatanjahantena sy izay malalatanana.

Stéthoscope sy  thermomètrer miampy fanafody samy hafa entina hanatsarana ny tontolo ny fitsaboana any an-toerana no natolotry ny solombavam-bahoaka Andrianirina Maro Hajaniaina ny tobim-pahasalamana ao Amparihitsokatra. Nanentana  ny mpitantana ny tobim-pahasalamana ny solombavambahoaka mba hikojakoja ireo fitaovana sy hampiasa ireo fanafody araka ny tokony ho izy.

TRANGAM-PIARAHAMONINA

Gadra 11 no fantatra fa tafavoaka  ny fonjan’Ambatondrazaka ny sabotsy alina tokony ho tamin' ny 11ora. Tamin' ny rindrina no nivoahan' izy ireo ary efa voarindran' izy ireo tsara ny fomba hitsoahana tao. Efa mandeha moa amin’izao fotoana ny fikaroahana azy ireo ataon’ny mpitandro ny filaminana ao amin' ny faritra Alaotra Mangoro .SARY Fonja alaotra

 

Fiara 4x4 Ford pick up  iray mitondra ny laharana 98..TBF nandona fiaran' olona teny Ambohibao no nitsoaka avy hatrany. Nanao vavabe, araka ny filazan’ny nanatri-maso, ny mpamilin’ilay fiara ary nilaza fa mpiasan' ny Fiadidiana ny Repoblika .

Olona 2 no maty, 12 naratra ka ny 8 nalefa any Ambositra, 4 tsaboina ao amin’ny CSB2 Camp Robin. Izay no vokatry ny lozam-pifamoivoizana tamin’ny RN7 ny zoma alina teo .Taksibrosy sprinter an’ny koperativa KOP FMM avy any Toliara hihazo an'Antananarivo ity nivadika tao Andamaka, avaratry ny Camp Robin ity.

Fianakaviana 30 mahery amin’izao fotoana no tsy manan-kialofana vokatry ny hain-trano niseho tao amin’ny fokontany Andreba kaominina Ambatosoratra ny alakamisy lasa teo tokony tamin’ny 10 ora sy sasany antoandro. Ankoatra ny fitafiana sy ny kojakoja fampiasa ao an-tokantrano dia may kila forehitra avokoa ny fitaovam-pianarana tao amin’ilay trano dimy tratry ny firehetana. Marihina fa trano zozoro avokoa izy ireo. Tonga nampahery azy ireo ny depiote Maro Hajaniaina niaraka tamin’ny Rotary Club sy ny Soroptimist. Nanolotra kitapo ho an’ny ankizy mpianatra izy ireo tamin’izany sady nitondra lamba fitafy ho an’ireto traboina. Taorian’ny Rotary club dia nijery ireo traboina ny Prefen’Ambatondrazaka Rakotondrasoa Daniel.

TOEKARENA

Tontosa ny iraka tomban’ezaka fizahana andiany faharoa mikasika ny programa Fec (Facilité Elargie de Crédit) nataon’ny delegasiona avy amin’ny Tahirimbola iraisampirenena teto Madagasikara. Ny volana desambra 2017 kosa vao haroso sy hodinihan’ny filankevi-pitantanan’ny FMI ny tatitra avy amin’ny ekipan’ny Marshall Mills ahafahana mamoaka ny ampaham-bola manaraka.

Niakatra ny fampiasam-bola ho an’ny fiainam-bahoaka eto Madagasikara nanomboka ny taona 2016, hoy ny Tahirimbola iraisam-pirenena. 5,2% io taha io ny taona 2016. Nahatratra 6% maherin’ny harin-karena faobe kosa ny salan’isa ho an’ity taona 2017 ity, hoy ny FMI.

Efa miisa 500 ankehitriny  ny toeram-piompiana akoho manatody lava eny mahitsy. 250 ka hatramin’ny 300 Ar no vidin’atody iray  miainga any am-potony. Mitaraina anefa ireto mpandraharaha amin’ny sehatry ny atody ireo fa lafo ny provandy izay 1500 ar ny kilao ka iantsoan’izy ireo fanampiana avy amin’ny fitondram-panjakana.

Firenena 10 farany amin’ireo 54 eo amin’ny lafiny fampiasambola vahiny mivantana eto Afrika i Madagasikara, hoy ny tondro «Africa Investment Index 2016». Milahatra amin’ny firenena Malagasy amin’izany i Somalie, Erythrée, Repoblikan’i Centrafrique, Soudan Atsimo, Sierra Leone, Libéria, Malawi, Guinée Equatoriale ary i Gambie.

Miketrika volavolan-dalàna roa hanatsarana ny politikan’ny vola ankehitriny ny Banky Foiben’i Madagasikara. Voalohany ny lalàna mikasika ny famatsiam-bola madinika. Faharoa ny fananganana ny birao fanomezam-baovao sy fampindramam-bola.

Miisa 1.935 ireo sokatra saika haondrana an-tsokosoko sarona tamin’ity taona 2017 ity, hoy ny minisitry ny Tontolo Iainana Johanita Ndahimananjara. Mahatratra 28 kosa ireo olona voarohirohy ka efa nisy ny voatsara, misy ireo voatazona vonjimaika ary eo koa ireo eo am-piandrasana ny antontan-taratasy avy amin’ny minisitera, araka ny fanazavany.

Ahiana hampihena ireo mpizahatany tonga eto amintsika ny firongatry ny tsy fandriampahalemana manerana ny nosy, raha ny fanazavan’ny mpitantana sekoly ambony tsy miankina misehatra eo amin’ny tontolon’ny fizahantany. Firenena mahafeno fepetra tsara anefa isika ahafahana mampiroborobo azy ity saingy ilaina ny famongorana ny tsy fahandriampahalemana. Entanina ny tanora hiditra amin’ny lalam-piofanana momba ny fizahantany satria dia ahitana fidiram-bola mahavelona izy ity kanefa vitsy ireo manampahaizana misehatra aminy eto amintsika.

 FITSARANA

Fanapahan-kevitra goavana no noraisin’ny Sendikan’ny mpitsara sy ny Sendikan’ny mpiraki-draharaha eto Madagasikara taorian’ny fivoriana niombonan’izy ireo teny Anosy ny faran’ny herinandro teo. Hiroso amin’ny fitokonana tsy voafetra izy ireo manomboka ny alarobia 27 septambra 2017 izao.

AVY ANY IVELANY

Vokatry ny fandalovan’ny rivodoza Maria tao an-toerana dia vaky ny tohadranon’i Gwarataka ao Porto rico. Vokatr’io dia dibo-drano ny tanàna ary mahatratra 300 isa amin’izao fotoana ireo traboina any an-toerana. Miisa 13 kosa ireo namoy ny ainy. Manohy ny diany any amin’ny ilany atsinanan’i Bahamas amin’izao fotoana ity rivodoza izay niteraka fahavoazana mitentim-bidy hatramin’ny 30 miliara dolara tao Porto rico.

248 no isan’ireo maty ary maherin’ny 200 ihany koa ireo naratra mafy vokatry ny fandalovan’ny horohorontany hafa indray tao Meksika ny faran’ny herinandro teo. Marihina fa 17 andro teo alohan’io dia efa nisy horohorontany nahafatesan’olona 100 koa tao an-toerana sady naharatrana olona miisa 200. Mahatratra 8,2 amin’ny maridrefy Ritchter ilay horohorontany voalohany raha toa ka 7,2 ilay farany teo.

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taom-baovao iraisan’ny MalagasyTsy mifanipaka amin’ny fomba Kristianina

Efa niroso ihany ilay fankalazana ny “Taom-baovao Iraisan’ny Malagasy”, raha tarafina tamin’ny hetsika tao Antsirabe.

Caius R

 

La Vérité0 partages

Filière soja - Beaucoup de potentialités mais sous-exploitées

Des conditions « adaptables ». Madagascar est tellement riche que les conditions naturelles dont il dispose coïncident avec les besoins de nombreuses plantes. Toutefois, les agriculteurs malagasy n’arrivent pas à saisir ces opportunités et développer leurs activités en variant les cultures dans leur plantation. Il faut développer la pluralité des cultures à travers l’île, comme cela, les agriculteurs pourront subvenir eux-mêmes à leurs besoins alimentaires. Sauf que certaines cultures sont mises de côté, voire même sous-exploitées alors qu’elles pourraient contribuer activement au développement du secteur agricole. Le soja compte parmi ces cultures. En effet, même si sa culture est pratiquée dans le pays depuis longtemps, elle n’a connu aucune évolution. Au contraire, la production a diminué d’année en année. Pourtant, la filière soja regorge d’énormes potentialités.

Le soja est un produit encore méconnu des consommateurs ce qui fait que le marché et la production ne sont pas vraiment développés. Cependant, il faut rappeler que le soja est à l’origine de nombreux produits comme le lait de soja, l’huile de soja ou encore le tofu. Et avec les nutriments et les valeurs nutritives qui le composent, il peut même remplacer la viande de porc ou encore de bœuf à des coûts moins élevés. Dans ce cas, en développant la filière soja, Madagascar pourra assurer sa propre production en huile et ne plus importer mais aussi fournir une meilleure alimentation à sa population. Toutefois, les agriculteurs ont encore besoin de bon nombre de mesures d’appui pour arriver à améliorer leur production et à trouver des débouchés. Et ce seront ces débouchés qui pourront alors les transformer en produits manufacturés. Mais là, ce n’est plus l’agriculture qui est remise en cause mais également le secteur industriel. Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Football-Chan Total 2018 - L’organisation retirée au Kenya

Une fois de plus, les choses politiques devancent celles du sport. C’est le cas de le dire de cette décision du comité exécutif de la Confédération africaine de football (Caf) de retirer au Kenya l’organisation de la phase finale du Championnat d’Afrique des Nations (Chan) de l’année prochaine. Occupées par les élections présidentielles de cette année, les autorités du Kenya ont complètement oublié que leur pays s’est porté candidat et désigné pour héberger cette compétition réservée aux sélections nationales composées exclusivement des  joueurs locaux. Sinon comment expliquer l’inertie des dirigeants kenyans à exécuter dans le temps les exigences de la Caf pour un tel événement. 

En effet, la dernière inspection effectuée par les experts de la Caf, du 11 au 17 septembre, a mentionné un retard important dans la réalisation des infrastructures d’accueil. La Caf a ainsi décidé lors de la réunion du comité exécutif « du retrait de la compétition au Kenya des retards accumulés et de différents rapports des missions d’inspection ». Afin de pallier cette défaillance du Kenya, la Caf lancera d’ici peu un appel à candidatures pour un nouveau pays  hôte. « Instruction à été donnée au secrétaire général de la CAF,  d'ouvrir immédiatement un appel à candidatures pour un nouveau pays hôte. La date limite de recevabilité des candidatures est de sept jours à compter du dimanche 24 septembre. L'identité du pays hôte sera dévoilée dans un délai de 15 jours maximum à compter de l'ouverture de l'appel à candidatures », lit-on sur le communiqué de la Caf. A noter que l’équipe des Barea de Madagascar s’est alignée sur la grille de départ de la course à la qualification à cette phase finale du Chan. Cependant, sa route a été arrêtée à un tour de l’objectif par son homologue angolais mettant ainsi fin à la belle série de 11 matchs sans défaite, toutes compétitions confondues de la Caf. Avec cette décision du comité exécutif de la Caf, plus d’un malagasy aspire à ce que Madagascar dépose sa candidature pour l’organisation du Chan à la place du Kenya, permettant ainsi à la sélection malagasy de figurer parmi les 16 nations en lice à la phase finale. Mais entre le souhait des citoyens et l’engagement de l’Etat à franchir le Rubicon, il y a tout un fossé, pour ne pas dire tout un océan.Par ailleurs, le comité exécutif de la Caf a encensé une ressortissante de la Grande île durant cette réunion tenue à Accra (Ghana) la semaine dernière et présidée par Ahmad, numéro un de l’instance suprême du continent du ballon rond africain. Patricia Rajeriarison, membre du comité exécutif de la fédération nationale , a été désignée membre du comité d’organisation du symposium sur le football féminin prévu au Maroc dans le courant du 1er trimestre 2018. La présidente de la commission du football féminin malagasy fait partie des 6 membres dudit comité qui a comme principale mission d’organiser cet événement  dans les règles de l’art.Rata

La Vérité0 partages

Zero Waste Festival - Un Festival pour vivre sainement et sans gâchis

Une grande première à Madagascar, le Zero Waste Festival incite à la préservation de l’environnement et à un mode de vie loin des gaspillages. Il se déroulera les 29 et 30 septembre prochains au jardin d’Ambohijatovo dans le cadre du Dago Festival organisé par le DagoTeamzara. Cette fois, le DagoTeamzara s’oriente vers le bio, l’utilisation de la nature  à bon escient. Les organisateurs du Zero Waste Festival rassemblent en un seul lieu tous les acteurs qui se soucient de cette nature. Les participants viennent des quatre coins de Madagascar. Et ils y présenteront leurs projets qui tendent vers l’économie verte, un moyen qui permet de vivre avec son environnement sans détériorer celui-ci.

Ces participants sont entre autres des entreprises locales qui fournissent des produits naturels locaux et des organisations non gouvernementales qui aident la population à valoriser les produits de leur terroir et à redonner vie aux objets usés. Parmi eux, Sokajio,  une entreprise qui fabrique des objets recyclés, le Bijoux Green Tocco réalise des bijoux à base de papier recyclé, l’ONG Maharitra qui oriente la population à s’adapter au changement climatique et à délaisser les pratiques improductives. La première édition du Zero Waste Festival permet à tous de découvrir l’importance de l’environnement et les impacts de nos actions quotidiennes sur son état. L’entrée est gratuite et il y aura diverses animations proposées aux visiteurs.Andrea Razafi.

La Vérité0 partages

Exploitation forestière illicite - Le sort de l’élu du Menabe très attendu

Quel sort sera réservé au parlementaire de la Région du Menabe actuellement dans le viseur de la justice ? Cet élu est soupçonné d’abus de fonction. D’après les informations répercutées dans la presse locale en fin de la semaine dernière, ce parlementaire serait soupçonné de s’adonner à des activités d’exploitation forestière illicite.  Les enquêtes menées dans ce dossier auraient également faire ressortir des actes corrompus d’abus de fonction accomplis par l’élu.  Les enquêtes closes, le dossier y afférent a été transmis au Tribunal de première instance de Morondava. Les informations laissent entendre que la levée de l’immunité parlementaire est attendue dans les prochains jours afin de permettre à la justice de faire son travail.

La balle serait donc dans le camp des parlementaires de la chambre  d’où est issu l’élu. Néanmoins, deux cas de figure se présentent en ce moment, et ce, dépendamment de l’obédience politique du parlementaire.   Si l’élu du Menabe en question est proche du régime, l’opinion pourra s’attendre à ce que le dossier incriminant le parlementaire soit soigneusement rangé dans les placards.  Le cas du sénateur Riana Andriamandavy VII est l’exemple le plus frappant de ce cas de figure.  Pour rappel, une plainte pour diffamation, injure et menace de mort à l'encontre d'une magistrate du Parquet, assortie d'une dénonciation d'une infraction concernant une incitation à la rébellion au siège d'un organisme officiel, en l'occurrence le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), a été déposée contre ce sénateur par le Syndicat des magistrats de Madagascar auprès de la Justice.  Plusieurs mois après son éclatement, l'affaire n'a toujours pas été instruite par la Gendarmerie. Le sénateur à la cravate bleue n'a ni été convoqué ni entendu par les enquêteurs.  Le dossier aurait transité de mains en mains au niveau des hauts responsables au niveau du tribunal du ministère de la Justice et des forces de  l’ordre.  La dernière information serait que le dossier aurait été à la brigade spéciale de la gendarmerie. Des péripéties qui laissent craindre à l’opinion une velléité d’étouffer l’affaire.  Il y a deux ans exactement, un député issu d’une faction opposante au régime actuel avait été accusé d’être impliqué dans un trafic illégal de zébus. Des fusils de chasse auraient été saisis à son domicile au cours d’une perquisition. Cependant, l’affaire semble avoir été mise au fond des tiroirs une fois que le parlementaire ait rejoint le camp des zélateurs du président…  Deuxième cas de figure : si l’élu est un opposant au régime, le traitement de son dossier sera mené avec une certaine célérité à son terme. Le cas du sénateur Lylison René de Roland est là pour le prouver. Le sénateur élu à Mahajanga sous les couleurs du Mapar  avait fait l’objet d’un mandat d’arrêt et aussi celui d’une poursuite judiciaire après avoir lancé un appel à la ville morte à l’endroit de la population tananarivienne au mois de mai de l’an dernier.   En cavale depuis près d’un an et demi actuellement, l’ancien directeur de la Force d’Intervention Spéciale (FIS) avait été jugé par contumace et condamné en février dernier à un an d’emprisonnement ferme assorti d’un mandat d’arrêt à l’audience à l’issue d’un procès  tenu en catimini. Atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et appel à la déstabilisation sont, entre autres, les chefs d’inculpation retenus contre ce Colonel de la  Gendarmerie.  Jusqu’ici des zones d’ombre entourent cette affaire. Pour bon nombre d’observateurs, le régime ne s’était visiblement pas encombré de la procédure: Quid notamment de l’immunité parlementaire du sénateur ?A.R.

La Vérité0 partages

Aux abois !

Le régime HVM de Rajaonarimampianina se trouve coincé. Une situation désespérée et diamétralement opposée avec le discours pompeux prononcé d’il y a quelques jours sur le haut de la tribune des Nations Unies. Les réalités vécues sur terrain contrastent, en tout point de vue, aux déclarations, parfois insensées, clamées par nos dirigeants à l’extérieur du pays. Des fois, ils oublient que la plupart de ces pays qu’ils visitent ont des chancelleries bien représentées sur place. De par leur insane manière de voir et de gérer les choses, surtout de leur entêtement à continuer sur des fausses et dangereuses pistes, tout va de travers dans le pays. Les gros ennuis s’accumulent et  la population végète dans des conditions de vie misérables.

La pauvreté s’intensifie de jour en jour. Elle atteint presque la totalité des habitants de la Grande île. 96% des malagasy vivent sous le seuil de pauvreté. Le fossé s’agrandit entre la minorité des nantis et les couches les plus défavorisées. N’en parlons plus de l’abîme qui nous sépare des pays riches. En  Allemagne, seuls 15% de la population vivent sous le seuil de pauvreté ! L’insécurité s’aggrave, au fil des jours, et monte de plusieurs crans. Le terme « sécurité » n’a plus aucun sens. Une coquille vide ! Seuls les palais d’Etat avec leurs forteresses, apparemment inapprochables,  peuvent se targuer d’être en sécurité. Le reste se bat, quotidiennement, entre la vie et la mort, suite aux  invasions des « barbares ». Et rien ne les arrête ! Les bisbilles infantiles mais risquées entre éléments des Forces de l’ordre noircissent le tableau. Différend qui a tendance à s’amplifier entre la Gendarmerie Nationale (GN) et la Police Nationale (PN), des Unités chargées de mener la lutte contre l’insécurité sur  terrains complique, davantage, les opérations. L’atmosphère politique sombre et s’achemine vers un schéma de confrontation inévitable au cas où  les dirigeants d’Etat s’obstineraient à foncer  dans certains de leurs projets machiavéliques.  Décidément, à ce projet de grignoter la Constitution, nos barons auraient les reins brisés s’ils continuent à ignorer les appels à la raison de toute part. Et la Nation va en pâtir. Les vieux contentieux  entre le pouvoir central et les différents Corps de l’Administration couvent et courent toujours. En effet, les feux des revendications sont loin de s’éteindre. Les grévistes s’offusquent des vaines promesses des tenants du pouvoir. Ils sont prêts à boire la coupe jusqu’à la lie. Sauf, des signes positifs venant des hauts  responsables, les Magistrats et les Greffiers ne reculeront plus. Sans service minimum, l’appareil judiciaire sera totalement bloqué.  A nous tous d’imaginer, avec la discorde qui ne dit pas son nom entre gendarmes et policiers et les  portes fermées de la Justice, à quel genre de  situation nous devrions- nous tous affronter ?  Certainement, il faut envisager le pire. Une ambiance générale qui déçoit la Communauté internationale en général, les Partenaires techniques et financiers (Ptf) en particulier. Le FMI, par des termes très diplomatiques, ne cache pas son dépit. La lutte contre la corruption, le point focal des conditionnalités, aura encore du long chemin à faire. En somme, embourbés dans une situation désespérée, aux abois, les titulaires du régime en phase de fomenter l’irréparable s’apprêtent à commettre des actes de folie. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Peste - Deux nouveaux décès à Toamasina

Après quelques jours de retour au calme, les habitants de la ville de Toamasina sont de nouveau angoissés suite aux cas suspects de peste pulmonaire. Selon les informations émanant de nos sources locales, un patient aurait été hospitalisé d’urgence dans le centre hospitalier de Morafeno, vendredi dernier, avant son transfert dans le service pneumologie de l’Hôpitaly Be de Toamasina. Le patient aurait toutefois décédé d’une peste pulmonaire, le lendemain.  D’un autre côté, un autre patient admis dans ce même service aurait succombé, le même jour.

En tout, les deux personnes âgées de 25 et 30 ans seraient mortes de la peste pulmonaire dans cette ville du grand Port, le week-end dernier, toujours d’après nos sources locales. Questionné à ce sujet, le Directeur régional de la Santé (Drs) de l’Atsinanana en la personne de Dr Raymond Rakotoarimanana a démenti ces informations. « Aucun décès lié à la peste n’a été enregistré au niveau de l’hôpital, le week-end dernier. Effectivement, l’on nous a informés de l’admission d’un homme voyageur dans le centre hospitalier à cause d’un cas suspect de peste, mais il n’en est pas mort. Les résultats du test de diagnostic rapide ont été négatifs », a avancé ce premier responsable, joint au téléphone hier. Dans tous les cas, la polémique engendrée par la peste s’enchaîne non seulement à Toamasina mais aussi dans d’autres villes, dont Antananarivo.  Recueillis par  Patricia R.

La Vérité0 partages

Double-kidnapping à Toamasina - Acte I, comparution de 33 accusés devant le Juge

 Plus d’un an et demi après l’éclatement de l’affaire du double-kidnapping d’Annie Rajerison (14 ans), qui avait été éliminée de façon atroce, et de son cousin Arnaud Ramiliarison, 16 ans à l’époque, l’affaire a été jugée à la salle 4 du tribunal d’Anosy, hier.  33 accusés dont la tristement célèbre Roger Lala Stéphanie, présumée commanditaire du  double-rapt, le couple   chez qui les deux adolescents victimes avaient été séquestrés  ainsi qu’un des ravisseurs ayant été surpris avec des fusils-mitrailleurs kalachnikov, de 119 munitions et une grenade.    Beaucoup parmi les 75 prévus être entendus dans cette affaire seraient en liberté provisoire et ont décidé de ne pas comparaître. Après une longue attente qui a duré toute la matinée, les débats n’ont pu débuter que vers 13h à cause de la grève des assesseurs. Les plaignants dont le père d’Arnaud et celui de la pauvre Annie étaient également présents. 

Le nombre des incriminés ayant pris parole à la barre, n’a guère encore dépassé les 5  au cours de l’après-midi, hier. Parmi ces derniers, mentionnons le chauffeur de service  d’Arland Ramiliarison, père de l’ex-otage Arnaud. Le chauffeur de la Mitsubishi Sportero s’est défendu ne s’être pas dévié de sa route. Le locataire de la maison a aussi rejeté l’accusation en arguant qu’il n’a plus occupé ladite maison au moment des faits. En général, leur façon de se défendre face aux questions du juge, a présenté des similitudes. Si certains  ont nié  devant le juge d’instruction, ils ont déclaré devant la présidente de la Cour avoir été obligés de passer à l’aveu à cause de l’interrogatoire musclé de la police à Toamasina.  L’un des faits marquants de cette première partie du procès d’hier, c’était également l’absence du magistrat J. basé à Toamasina.  Des bribes de renseignements, glanées auprès de certaines sources, ont avancé que le magistrat en question aurait obtenu la liberté provisoire depuis des mois. Tous les prévenus, provenant de différents  lieux de détention à titre provisoire comme Miarinarivo,  Ambatolampy ou encore Toamasina, ont rejoint la capitale vers 4h du matin, hier. Aussitôt, décision  fut prise de les mettre à Antanimora à l’issue de la première journée du procès.  Franck Roland

La Vérité0 partages

Saison des pluies - Les Tananariviens s’y préparent

Plus que quelques semaines. La saison des pluies débutera au mois de novembre prochain pour Madagascar mais les étapes préparatoires se mettent déjà en place. Cette année, pour y faire face, plusieurs méthodes de prévention sont à adopter dans le milieu rural et dans  celui  urbain. Pour la ville d’Antananarivo, un changement se constate au niveau des marchés. Les accessoires indispensables pour se parer contre  la pluie commencent à y être disponibles. Les marchands de rue s’orientent vers la vente des parapluies, des imperméables,  bottes de pluie ainsi que des bonnets pour les femmes. Ces accessoires sont encore coûteux  en ce début de saison notamment ceux qui sont vendus dans les magasins.  « Les prix varient de 5 000 Ariary à 20 000 Ariary. Les clients sont encore moins nombreux à se décider d’acheter ces marchandises », explique un commerçant opérant à Ambodin’Isotry. 

Réhabilitation des maisons en milieu ruralDans le milieu rural, c’est au niveau de l’infrastructure qui préoccupe. « Le renforcement de la fondation, des angles de murs, le système de toiture en sont primordiaux », indique un habitant de la commune rurale d’Ambatolampy Tsimahafotsy. « Cela constitue des grands travaux de construction obligatoire compte tenu du mauvais état du bâtiment », poursuit-il.  Kanto R.

La Vérité0 partages

Marc Ravalomanana - Des déplacements sous surveillance

Les autorités malgaches surveillent de très près les moindres mouvements de Marc Ravalomanana. Les services de renseignements normaux sont toujours mobilisés à ses déplacements dans les régions. C’est le cas le week-end dernier où le résident de Faravohitra a pris la liberté de sillonner la partie sud de l’Analanjirofo. Les gendarmes et policiers y ont reçu l’ordre de tout signaler sur son passage.

L’ancien président s’est en effet rendu à Vavatenina et Soanierana Ivongo vendredi et samedi. Les éléments assurant la police de la route sont enjoints de noter les heures de son passage, les caractéristiques du véhicule l’ayant transporté, les personnes en sa compagnie…  « Tout le monde est étonné quand on ne l’a pas vu passer au barrage. Pourtant, il était encore à Soanierana Ivongo », a indiqué une source locale. Dimanche, il a assisté au culte dominical au temple FJKM Betela Fénérive Est où une double cérémonie religieuse s’est déroulée : consécration des mpiandry et des catéchistes. « Toute l’église s’est mise à applaudir dès qu’il s’est présenté à la porte. Aucune place n’est trouvée à l’intérieur de l’édifice dès 8 heures du matin. Même à l’extérieur, les fidèles se sont bousculés à tel point que les moins résistants ont préféré rentrer chez eux bien avant la fin du culte pour éviter la fatigue excessive », a-t-on rapporté.Manou Razafy

Madagascar Tribune0 partages

Député Jaona Elite : « L’Etat est très riche »

Le député élu sous la bannière « indépendant » dans la circonscription d’Atsimondrano, Harijaona Randriarimalala dit Jaona Elite, invité de l’émission dominicale de la radio ACEEM a été clair : « le régime qu’il soutient a de l’argent, beaucoup d’argent !  » En gros déclare-t-il, un simple député touche mensuellement (y compris, carburant et crédit téléphonique) neuf (9) millions d’ariary. Quant à un membre du Bureau Permanent de l’Assemblée nationale, il touche au minimum, vingt (20) millions d’ariary par mois. Ce que corroborent les déclarations de l’ancien questeur de l’Assemblée nationale devenu ministre de l’Industrie, Guy Rivo Randrianarisoa, qui a avoué dans une autre émission radiophonique que s’il était question d’argent et de revenus, il aurait préféré demeurer premier questeur à l’Assemblée nationale où il gagnait davantage qu’en tant que ministre de l’Industrie de ce gouvernement. En somme, les parlementaires et les gouvernants ne vivent pas comme leurs électeurs empêtrés dans la gestion de leur maigre sinon dérisoire revenu journalier/mensuel. A preuve sans doute, cet accident de la route des Hydrocarbures qui traduit le manque d’humilité de leur part alors même que rien ne presse pour ce cortège qui ramenait son hôte à son domicile.

Interrogé par l’animateur de l’émission à propos des comportements des députés par rapport à tous les projets de loi de finances qui passent comme une lettre à la poste, Jaona Elite s’en défend. Certes, il y a une majorité qui est toujours prête à adopter quoi que ce soit, par ignorance/méconnaissance peut-être ou par indifférence, mais il y a aussi d’autres qui réagissent, exigent des explications claires et font des propositions. Ainsi en 2015 beaucoup de députés ont réclamé que le budget alloué à la Présidence de la République soit réduit et qu’on affecte une partie au ministère de la Santé. Mais le gouvernement a refusé arguant que ce budget n’est pas destiné au seul Président mais aussi aux organismes et aux ministères qui lui sont rattachés.

L’Etat est très riche renchérit le député qui révèle entre autres les caisses noires. C’est à croire que les gouvernants ne sont pas concernés par les difficultés du pays et de son peuple. Le député Jaona Elite fait remarquer qu’il est tombé des nues en voyant circuler des voitures plaques rouges de type « coupé » à la disposition de ministère. Il n’est donc pas étonnant que les institutions de la République dépensent mensuellement pour le carburant sept milliards quatre cents millions (7,4 milliards) ariary. Une dépense folle qui aurait pu être réduite en faveur des matériels et consommables dans les hôpitaux et centres de santé.

Le calvaire du malade et de ses accompagnateurs

En tout cas, les émissions de phoning des stations radio de la capitale sont instructives de ce calvaire vécu par les malades et leurs accompagnateurs dans les hôpitaux de la capitale. Aux urgences/réanimations d’abord, il faut s’attendre à tout acheter : alcool, coton, gants en plus des médicaments, sérum et accessoires, clichés des radiographies et scanner, et les poches de sang qu’il faut remplacer ; car seuls les soins sont gratuits. Tous les malades admettent que les personnels n’y sont pour rien et beaucoup parmi eux exercent consciencieusement et de manière professionnelle leur métier, excepté quelque fois des étudiants en stage. D’ailleurs par peur d’être accusé d’impoli et traité en conséquence par les personnels, les malades et accompagnateurs appellent quiconque de « dokotera » quand une personne en blouse verte ou violette ou blanche intervient auprès d’eux. « Il faut faire très attention car nous sommes dans les urgences et salle de réanimation et la vie de notre patient est entre leurs mains », chuchote une dame. Toujours est-il que certains aides soignants et hommes à tout faire affectés dans ces services ne manquent pas de réclamer en silence des contreparties pour avoir ramené le patient sur lit roulant dans sa chambre, soit sur chaise roulante au parking à la sortie d’hôpital du patient.

Recueilli par Fanambinantsoa

Madagascar Tribune0 partages

Le couple présidentiel Rivo Rakotovao à New-York

Madagascar assistera à la 73ème assemblée générale des Nations Unies à New York qui débutera ce jour. La délégation malgache dirigée par le Président de la République par intérim, Rivo Rakotovao et son épouse, est arrivée aux Etats-Unis, lundi après-midi. Elle est composée, entre autres, du ministre des Affaires étrangères, Dovo Eloi Maxime et de son homologue de la Santé publique, Harinirina Rantomalala.

Cette nouvelle assemblée générale des Etats membres de l’ONU se déroule sous le thème, « Rendre les Nations Unies pertinentes pour les peuples : leadership mondial et responsabilités partagées pour les sociétés pacifiques, équitables et durables ». Le plus haut sommet de l’ONU durera jusqu’au 1er octobre, et au vu du planning de l’événement, le président malgache ne prendra pas les paroles dans les tribunes des Nations Unies avant le 27 septembre prochain.

Dans la soirée de lundi, le couple présidentiel malgache a participé au diner offert par le président des Etats Unis Donald Trump, avec d’autres invités.

Dans la journée, les dirigeants et représentants des pays membres de l’ONU ont participé au « Sommet de la Paix Nelson Mandela » qui a également marqué le centenaire du leader sud-africain disparu en 2013. La Déclaration politique adoptée au Sommet de la paix Nelson Mandela exhorte tous les États Membres, pendant les 10 prochaines années, à « redoubler d’efforts en faveur de la paix et de la sécurité internationales, du développement et des droits de l’homme ».

Madagascar Tribune0 partages

Un accord entre le gouvernement et les pétroliers pour la gestion des hausses de prix

Un protocole d’accord entre le gouvernement malgache et les représentants du secteur pétrolier opérant à Madagascar a eu lieu à Mahazoarivo hier, sous l’égide du Premier ministre Ntsay Christian. Ce protocole entre dans le cadre de la gestion des hausses de prix à l’international des produits pétroliers et ses impacts sur l’économie malgache, sans que l’on sache vraiment son contenu.

La limitation des prix à la pompe a causé des passifs au niveau des opérateurs, selon Mahazoarivo. Cette convention permet d’étudier, d’une part, l’amoindrissement des coûts supportés par les opérateurs du secteur pétrolier, et d’autre part, les mesures d’accompagnement qui maintiendront la balance budgétaire des finances publiques.

La vérité des prix était prévu être atteinte en octobre 2018 selon les informations sur le site le l’Office Malgache des Hydrocarbures mais au mois d’août, les prix sont encore situés à -440Ar/L en dessous de cette vérité des prix. Le prix actuel du super carburant est de 4150 Ar/L et le gazoil de 3500Ar/L.

Quatre compagnies pétrolières (Galana, Jovena, Vivo Energie, Total) se partagent le marché de l’importation des produits pétroliers à Madagascar, 100% du carburant importé est déjà raffiné. Ces opérateurs pétroliers assurent eux-même la commande à l’étranger et l’acheminent jusqu’à tous les stations d’essence dans tout le pays.

Décomposition des prix des carburants affichés à la pompe

Source : OMH (août 2018)

Madagascar Tribune0 partages

Les « Ray aman-dreny mijoro » sortent de leur silence

Les « Ray aman-dreny mijoro », regroupant de citoyens qui se sont distingués dans divers domaines, sociaux, économiques et artistiques, sortent de leur silence. A la veille du premier tour de la présidentielle, cette association appelle à la responsabilité de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Que celle-ci fait preuve d’une organisation irréprochable pour permettre de publier des résultats impartiaux, permettant d’éviter les crises pré et post électorales, déclare l’association lors d’une conférence de presse.

Cette association interpelle également la Haute cour constitutionnelle (HCC) sur son rôle qui ne devrait pas s’écarter de la veille du respect de la Constitution. Pour les « Ray aman-dreny mijoro », les hauts commissaires de cette institution ne devraient pas prendre des décisions politiques ou s’en immiscer pour éviter le pays replonge dans un nouvel gouffre de la crise. Qu’aucune autre décision prise par cette juridiction n’occasionnerait pas une nouvelle crise politique dans le pays, souhaite-t-il.

Pour cette association, l’Etat doit assurer un climat serein et paisible lors de cette pour qu’elle se déroule dans le calme et en toute sécurité. Il en appelle également à la responsabilité de tout un chacun, avant, pendant et après l’élection. Mais l’accent est surtout mis sur le rôle de la CENI qui ne devrait pas uniquement se contenter sur le jour du scrutin, mais également sur le comptage des voix, et le recomptage si nécessaire.

Comme beaucoup de citoyens et d’associations, ces doyens de Madagascar s’inquiètent beaucoup sur le risque d’une nouvelle crise notamment post-électoral dans le pays. La crainte d’une manque de transparence au niveau de la CENI, les agressivités avec lesquelles des partisans des candidats agissent, les provocations diverses peuvent, entre autres, favoriser un climat délétère aggravant un climat politique déjà fébrile, témoin d’une stabilité très précaire dans le pays.

Pour les « Ray aman-dreny mijoro » comme pour beaucoup d’autres associations et organisations de la société civile, la balle est dans le camp de la CENI et de la HCC. Mais il est également juste de dire que ces derniers n’ont qu’à assurer leur rôle et mission avec impartialité, le reste est une question de responsabilité citoyenne des candidats et de leur partisan respectif. Nouvelle crise ou non, chacun d’entre les Malgaches en est responsable.

Madagascar Tribune0 partages

Conjoncture politique : Alarmant

A la demande de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) a effectué l’audit de la liste électorale d’après le président de la CENI. L’OIF a rendu publiquement compte de son travail et promet prochainement son rapport avec ses recommandations.

D’après cet audit, 32 inscrits sur 10 000 sont des mineurs. L’OIF a aussi recensé 12 000 doublons et a instruit la CENI de la manière de les corriger ; une liste rouge est donc apposée à la liste électorale. Pour le président de la CENI, ce ne sont que de petites erreurs qui peuvent être corrigé. L’objectif réel de l’audit d’après ses dires consistait surtout à détecter des manœuvres et manipulations de la liste électorale. D’ailleurs rien n’est parfait et même aux États-Unis, la liste électorale ne l’est pas. Cela n’empêche poursuit-il que l’OIF a déclaré que l’on peut poursuivre le processus. Le président de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) confirme que le calendrier est immuable.

Pendant ce temps, les initiateurs de la Charte de bonne conduite multiplient leurs interventions et donnent rendez-vous dans quelques jours à tous les candidats pour la signature de cette Charte. Mais qu’attendre des candidats par rapport à cette Charte qui n’est pas une loi ? La loi oblige les candidats à désigner et à remettre les noms de leur trésorier. L’ont-ils tous respecté cette loi ? A ce jour, ils ne sont qu’une quinzaine sur les trente six (36) à s’y conformer.

Et quand la Charte interdit aux candidats la publication de résultats officieux mais qu’ils doivent attendre dans le calme la proclamation des résultats officiels par la HCC, c’est-à-dire quand les carottes sont cuites, le scepticisme est grand. Le scénario de 2001-2002 avec les revendications de confrontations pèse lourd dans le ciel brumeux. Les grandes manifestations des partis politiques et de partisans du candidat contestataire hantent les esprits.

C’est ce désarroi ambiant qui a certainement poussé les Raiamandreny Mijoro et l’ancienne présidente de la CENI-Transition et ancienne ministre des Affaires étrangères Béatrice Atallah, à sortir de leur mutisme. Ils ont appelé au calme, à l’humilité des candidats et à leur patriotisme. A l’endroit de la HCC et de la CENI, ils les encouragent de résister aux tiraillements d’origine politique et d’observer la neutralité dans l’exercice de leur mission. Par rapport aux autres entités impliquées dans le processus électoral (gouvernement, forces de l’ordre) ils les appellent à œuvrer pour la patrie et de veiller à la sécurité avant, pendant et après les élections. Béatrice Atallah n’a pas oublié les représentants des candidats auprès de la CENI et de ses démembrements qu’elle a exhortés à la vigilance pour la sincérité des votes et des résultats.

La géopolitique en coulisse

Au vu des ces interventions simultanées la tentation d’adhérer ou du moins d’évoquer les craintes de troubles durant les élections ou après les élections est grande. Des analystes politiques et des mauvaises langues prédisent un avenir proche encore plus difficile pour le pays. L’ancien ministre de la Communication, Vonison Andrianjato ne donne que deux (2) ans de stabilité politique au prochain président de la République pour plusieurs raisons mais surtout parce que la convoitise entre les multinationales et les grandes puissances étrangères pour les ressources du sous-sol de Madagascar se fera plus intense et leur pression plus grande. Tout cela par rapport aux supposés accords tacites avec l’étranger conclus par la grande majorité des candidats qui sont en lice. Il est convaincu que presque tous ces candidats sont aidés, appuyés par des étrangers. Il note les gisements de fer de Madagascar d’autant que la production de l’acier tend à la baisse en raison du tarissement des grands gisements dans le monde. L’ancien ministre de la Communication et ancien co-porte-parole du gouvernement rappelle toujours les milliards de milliards de mètres cube de gaz, les gisements de diamants et de pétrole du Plateau continental dans le sud de Madagascar.

En tout cas, que signifie ce paragraphe de la Charte qui évoque la refondation ? Un changement de constitution est déjà dans les programmes de certains candidats si certains ont déjà déclaré que le Sénat est inutile. Et puis aux dernières nouvelles, un candidat à la magistrature suprême est traîné par dix individus, dont quatre ont finalement désisté, devant le tribunal à Anosy hier 24 septembre 2018 pour une affaire nébuleuse d’usurpation de titre et une question de cent millions (100 0000 0000) ariary.

Bref, politiquement il n’y aura pas de miracle dans le pays. Il faut compter sur les égos des candidats, les incompatibilités d’humeur et rancœurs tenaces.

Madagascar Tribune0 partages

Le couple présidentiel Rivo Rakotovao à New-York

Madagascar assistera à la 73ème assemblée générale des Nations Unies à New York qui débutera ce jour. La délégation malgache dirigée par le Président de la République par intérim, Rivo Rakotovao et son épouse, est arrivée aux Etats-Unis, lundi après-midi. Elle est composée, entre autres, du ministre des Affaires étrangères, Dovo Eloi Maxime et de son homologue de la Santé publique, Harinirina Rantomalala.

Cette nouvelle assemblée générale des Etats membres de l’ONU se déroule sous le thème, « Rendre les Nations Unies pertinentes pour les peuples : leadership mondial et responsabilités partagées pour les sociétés pacifiques, équitables et durables ». Le plus haut sommet de l’ONU durera jusqu’au 1er octobre, et au vu du planning de l’événement, le président malgache ne prendra pas les paroles dans les tribunes des Nations Unies avant le 27 septembre prochain.

Dans la soirée de lundi, le couple présidentiel malgache a participé au diner offert par le président des Etats Unis Donald Trump, avec d’autres invités.

Dans la journée, les dirigeants et représentants des pays membres de l’ONU ont participé au « Sommet de la Paix Nelson Mandela » qui a également marqué le centenaire du leader sud-africain disparu en 2013. La Déclaration politique adoptée au Sommet de la paix Nelson Mandela exhorte tous les États Membres, pendant les 10 prochaines années, à « redoubler d’efforts en faveur de la paix et de la sécurité internationales, du développement et des droits de l’homme ».

Madagascar Tribune0 partages

Député Jaona Elite : « L’Etat est très riche »

Le député élu sous la bannière « indépendant » dans la circonscription d’Atsimondrano, Harijaona Randriarimalala dit Jaona Elite, invité de l’émission dominicale de la radio ACEEM a été clair : « le régime qu’il soutient a de l’argent, beaucoup d’argent !  » En gros déclare-t-il, un simple député touche mensuellement (y compris, carburant et crédit téléphonique) neuf (9) millions d’ariary. Quant à un membre du Bureau Permanent de l’Assemblée nationale, il touche au minimum, vingt (20) millions d’ariary par mois. Ce que corroborent les déclarations de l’ancien questeur de l’Assemblée nationale devenu ministre de l’Industrie, Guy Rivo Randrianarisoa, qui a avoué dans une autre émission radiophonique que s’il était question d’argent et de revenus, il aurait préféré demeurer premier questeur à l’Assemblée nationale où il gagnait davantage qu’en tant que ministre de l’Industrie de ce gouvernement. En somme, les parlementaires et les gouvernants ne vivent pas comme leurs électeurs empêtrés dans la gestion de leur maigre sinon dérisoire revenu journalier/mensuel. A preuve sans doute, cet accident de la route des Hydrocarbures qui traduit le manque d’humilité de leur part alors même que rien ne presse pour ce cortège qui ramenait son hôte à son domicile.

Interrogé par l’animateur de l’émission à propos des comportements des députés par rapport à tous les projets de loi de finances qui passent comme une lettre à la poste, Jaona Elite s’en défend. Certes, il y a une majorité qui est toujours prête à adopter quoi que ce soit, par ignorance/méconnaissance peut-être ou par indifférence, mais il y a aussi d’autres qui réagissent, exigent des explications claires et font des propositions. Ainsi en 2015 beaucoup de députés ont réclamé que le budget alloué à la Présidence de la République soit réduit et qu’on affecte une partie au ministère de la Santé. Mais le gouvernement a refusé arguant que ce budget n’est pas destiné au seul Président mais aussi aux organismes et aux ministères qui lui sont rattachés.

L’Etat est très riche renchérit le député qui révèle entre autres les caisses noires. C’est à croire que les gouvernants ne sont pas concernés par les difficultés du pays et de son peuple. Le député Jaona Elite fait remarquer qu’il est tombé des nues en voyant circuler des voitures plaques rouges de type « coupé » à la disposition de ministère. Il n’est donc pas étonnant que les institutions de la République dépensent mensuellement pour le carburant sept milliards quatre cents millions (7,4 milliards) ariary. Une dépense folle qui aurait pu être réduite en faveur des matériels et consommables dans les hôpitaux et centres de santé.

Le calvaire du malade et de ses accompagnateurs

En tout cas, les émissions de phoning des stations radio de la capitale sont instructives de ce calvaire vécu par les malades et leurs accompagnateurs dans les hôpitaux de la capitale. Aux urgences/réanimations d’abord, il faut s’attendre à tout acheter : alcool, coton, gants en plus des médicaments, sérum et accessoires, clichés des radiographies et scanner, et les poches de sang qu’il faut remplacer ; car seuls les soins sont gratuits. Tous les malades admettent que les personnels n’y sont pour rien et beaucoup parmi eux exercent consciencieusement et de manière professionnelle leur métier, excepté quelque fois des étudiants en stage. D’ailleurs par peur d’être accusé d’impoli et traité en conséquence par les personnels, les malades et accompagnateurs appellent quiconque de « dokotera » quand une personne en blouse verte ou violette ou blanche intervient auprès d’eux. « Il faut faire très attention car nous sommes dans les urgences et salle de réanimation et la vie de notre patient est entre leurs mains », chuchote une dame. Toujours est-il que certains aides soignants et hommes à tout faire affectés dans ces services ne manquent pas de réclamer en silence des contreparties pour avoir ramené le patient sur lit roulant dans sa chambre, soit sur chaise roulante au parking à la sortie d’hôpital du patient.

Recueilli par Fanambinantsoa

Madagascar Tribune0 partages

Une conjoncture politique alarmante

A la demande de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) a effectué l’audit de la liste électorale d’après le président de la CENI. L’OIF a rendu publiquement compte de son travail et promet prochainement son rapport avec ses recommandations.

D’après cet audit, 32 inscrits sur 10 000 sont des mineurs. L’OIF a aussi recensé 12 000 doublons et a instruit la CENI de la manière de les corriger ; une liste rouge est donc apposée à la liste électorale. Pour le président de la CENI, ce ne sont que de petites erreurs qui peuvent être corrigé. L’objectif réel de l’audit d’après ses dires consistait surtout à détecter des manœuvres et manipulations de la liste électorale. D’ailleurs rien n’est parfait et même aux États-Unis, la liste électorale ne l’est pas. Cela n’empêche poursuit-il que l’OIF a déclaré que l’on peut poursuivre le processus. Le président de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) confirme que le calendrier est immuable.

Pendant ce temps, les initiateurs de la Charte de bonne conduite multiplient leurs interventions et donnent rendez-vous dans quelques jours à tous les candidats pour la signature de cette Charte. Mais qu’attendre des candidats par rapport à cette Charte qui n’est pas une loi ? La loi oblige les candidats à désigner et à remettre les noms de leur trésorier. L’ont-ils tous respecté cette loi ? A ce jour, ils ne sont qu’une quinzaine sur les trente six (36) à s’y conformer.

Et quand la Charte interdit aux candidats la publication de résultats officieux mais qu’ils doivent attendre dans le calme la proclamation des résultats officiels par la HCC, c’est-à-dire quand les carottes sont cuites, le scepticisme est grand. Le scénario de 2001-2002 avec les revendications de confrontations pèse lourd dans le ciel brumeux. Les grandes manifestations des partis politiques et de partisans du candidat contestataire hantent les esprits.

C’est ce désarroi ambiant qui a certainement poussé les Raiamandreny Mijoro et l’ancienne présidente de la CENI-Transition et ancienne ministre des Affaires étrangères Béatrice Atallah, à sortir de leur mutisme. Ils ont appelé au calme, à l’humilité des candidats et à leur patriotisme. A l’endroit de la HCC et de la CENI, ils les encouragent de résister aux tiraillements d’origine politique et d’observer la neutralité dans l’exercice de leur mission. Par rapport aux autres entités impliquées dans le processus électoral (gouvernement, forces de l’ordre) ils les appellent à œuvrer pour la patrie et de veiller à la sécurité avant, pendant et après les élections. Béatrice Atallah n’a pas oublié les représentants des candidats auprès de la CENI et de ses démembrements qu’elle a exhortés à la vigilance pour la sincérité des votes et des résultats.

La géopolitique en coulisse

Au vu des ces interventions simultanées la tentation d’adhérer ou du moins d’évoquer les craintes de troubles durant les élections ou après les élections est grande. Des analystes politiques et des mauvaises langues prédisent un avenir proche encore plus difficile pour le pays. L’ancien ministre de la Communication, Vonison Andrianjato ne donne que deux (2) ans de stabilité politique au prochain président de la République pour plusieurs raisons mais surtout parce que la convoitise entre les multinationales et les grandes puissances étrangères pour les ressources du sous-sol de Madagascar se fera plus intense et leur pression plus grande. Tout cela par rapport aux supposés accords tacites avec l’étranger conclus par la grande majorité des candidats qui sont en lice. Il est convaincu que presque tous ces candidats sont aidés, appuyés par des étrangers. Il note les gisements de fer de Madagascar d’autant que la production de l’acier tend à la baisse en raison du tarissement des grands gisements dans le monde. L’ancien ministre de la Communication et ancien co-porte-parole du gouvernement rappelle toujours les milliards de milliards de mètres cube de gaz, les gisements de diamants et de pétrole du Plateau continental dans le sud de Madagascar.

En tout cas, que signifie ce paragraphe de la Charte qui évoque la refondation ? Un changement de constitution est déjà dans les programmes de certains candidats si certains ont déjà déclaré que le Sénat est inutile. Et puis aux dernières nouvelles, un candidat à la magistrature suprême est traîné par dix individus, dont quatre ont finalement désisté, devant le tribunal à Anosy hier 24 septembre 2018 pour une affaire nébuleuse d’usurpation de titre et une question de cent millions (100 0000 0000) ariary.

Bref, politiquement il n’y aura pas de miracle dans le pays. Il faut compter sur les égos des candidats, les incompatibilités d’humeur et rancœurs tenaces.

L'express de Madagascar0 partages

Prison d’Ambatondrazaka – Évasion discrète de onze détenus

Onze prisonniers ont réussi à s’échapper en catimini de la maison centrale d’Ambatondrazaka sans encombre. Les fuyards restent introuvables. 

Coup de théâtre à Ambatondra­zaka. Dans la nuit de samedi à dimanche, la maison centrale du district a été le théâtre d’une évasion massive. L’alerte a été donnée lorsque onze détenus ont manqué à l’appel. À l’aube, un déploiement tape à l’œil d’éléments de l’administration pénitentiaire a saisi la ville et ses banlieues, mettant ainsi la puce à l’oreille des habitants. Sur les principales artères ainsi que les ramifications périphériques, des agents pénitentiaires armés, en tenue réglementaires ont effectué des contrôles routiers et passé au peigne fin les  environs.Les  prisonniers se sont faits la belle, samedi, aux alentours de 23h 30. Les gardes semblent n’y avoir vu que du feu. Aucun coup de feu n’a été de surcroît signalé au moment des faits, laissant ainsi croire que les  fuyards n’ont rencontré aucune résistance.Jusqu’ à hier, en fin d’après-midi, ni l’administration pénitentiaire ni le ministère de la Justice n’ont fait de déclaration officielle sur cette affaire. Du coup, aucune information précise ne filtre sur les circonstances de l’évasion ainsi que la saga criminelle des fugitifs.

CriminelsDes sources sur place évoquent, néanmoins, que les évadés se sont extirpés en pleine nuit de leur chambre de détention pour s’engager dans un périlleux parcours du combattant et escaladé les murailles du vieux pénitencier.Bien que les identités des prisonniers qui se sont faits la malle n’aient pas été publiées, de dangereux individus, placés à l’ombre pour actes criminels y figurent selon les informations communiquées.Le personnel de la maison centrale a eu beau mobiliser les moyens du bord avec tout l’effectif disponible pour  essayer de rattraper à lui seul les évadés, mais en vain. Au lever du jour, vers 6h 30, la nouvelle a fait le tour des environs. C’est alors que les forces de police, celles de la gendarmerie, ainsi que l’armée ont participé aux recherches.Hier, plusieurs unités ont remonté les pistes des détenus en fuite, mais ces derniers semblent avoir réussi à s’évanouir dans la nature.Dans l’après-midi, l’Organe Mixte de Conception (OMC) de la région Alaotra Mangoro a tenu une réunion d’urgence pour mieux concentrer les recherches.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Hery Rajaonarimampianina – Le référendum se précise

Contestée par la société civile et les partis de l’opposition, vue d’un mauvais œil par la communauté internationale, jugée comme « nécessité impérieuse » par les partisans du régime, la révision constitutionnelle semble se préciser envers et contre tout.

Suggestifs. Ces propos du président de la République, Hery Rajaonari­mam­pianina, lors d’une interview accordée à Radio Onu Info, le 21 septembre, confirment que la voix du peuple sera sollicitée l’année prochaine. Dans ses interventions, Hery Rajaonari­mam­pianina a utilisé systématiquement le pluriel en évoquant le calendrier ainsi que le processus électoral. « Les élections sont déjà bien déterminées pour se tenir en 2018 », répond-il à la journaliste de Radio Onu Info. Cela suppose qu’il y aura au moins un autre scrutin, hormis la présidentielle.Une intention qui confirme les discussions en cours évoquées lors de sa rencontre avec BBC Afrique, pendant son séjour londonien en début septembre. Lors du déjeuner de presse à Iavoloha, le président de la République s’est focalisé sur le contenu de la révision, notamment sur le calendrier électoral ainsi que sur le statut des fokontany, tout en affirmant que la date du 24 janvier 2019, fin de son quinquennat, serait respectée.La tenue d’un référendum dépendra de l’avis des Parlementaires, lors de la deuxième session d’octobre d’autant que le projet ou la proposition de révision doit être approuvée par les trois quarts des membres de l’Assemblée nationale et du Sénat, stipule la Constitution. L’accord de cent quatorze députés et de soixante-huit sénateurs est donc nécessaire pour que l’Exécutif puisse convoquer les électeurs pour un référendum. Étant majoritaire au Sénat, le parti présidentiel n’éprouvera aucun mal à faire adopter son projet de révision. Ceci n’est pas le cas de l’Assemblée nationale où les groupes parlementaires sont réputés pour être à majorité variable.

Session déterminanteSur le plan technique, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni)reste évasive sur les moyens à mobiliser au cas où un référendum serait organisé. Nos activités sont concentrées sur les préparatifs de la présidentielle car il n’y a rien d’autres d’officiel, explique Hery Rakotomanana, président de la Ceni lors d’une interview parue dans L’Hebdo de l’Express de Madagascar. Une posture dictée par les moyens d’autant plus que les contributeurs du basket fund au projet Soutien au cycle électoral à Madagascar (Sacem), sous le leadership du PNUD sont prudents. « Les moyens sont limités. Il faut donc être très prudent dans le choix à faire, vu les ressources disponibles », soutient Marie Dimond, représentante résidente adjointe du PNUD à Madagascar, en marge de la présentation du rapport de mise en œuvre du projet Sacem, le 15 septembre.Du côté de l’État malgache, Vonintsalama Andriam­bololona, ministre des Finances et du budget confirme la prévision d’une ligne budgétaire pour les élections dans le projet de loi de finances 2018. Toutefois, elle s’est abstenue de préciser le nombre et le type de scrutins prévus. « Lorsque l’on définit une ligne budgétaire, l’on n’est pas obligé d’indiquer à quel type d’élection ell est destinée », soutient le grand argentier, lors d’une conférence de presse conjointe tenue par son ministère et le Fonds monétaire international, la semaine passée.La prochaine session parlementaire est donc déterminante pour la tenue ou non d’un référendum. En attendant, le débat est ouvert sur l’opportunité, le contenu et les moyens à mobiliser.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – CCCOI – Les gendarmes en ballade

La GNBC et l’ASCUT ont effectué un parcours sans faute à l’issue de la deuxième journée de la CCCOI. Les gendarmes ont arraché leur deuxième victoire, hier. 

Parcours sans faute pour la Gen­darmerie nationale basketball, deux victoires en autant de matches. Le club champion de Madagascar en titre a défait, d’entrée, lors de la première journée de la coupe des clubs cham­pions de l’océan Indien, l’USONI des Comores sur un score net de 85 à 48.Les gendarmes ont maîtrisé tous les quart-temps et ont déjà mené largement 39 à 14 à la pause. Les protégés d’Olivier Ratsimizao ont gagné leur deuxième match, hier, face au Cospn. Ces deux clubs ont disputé la finale du championnat national version 2016 pendant laquelle le titre est revenu à la GNBC.Hier, la bande à Chancy confirme sa suprématie et sort vainqueur sur un score de 91 à 67. L’équipe de Mandimbison, pièce maitresse de la GNBC, et meilleur marqueur du match avec 35 réalisations a mené 44 à 41 à la fin de la deuxième quart-temps.Les gendarmes ont surtout creusé l’écart en dernier quart-temps, 24 points marqués contre 10 des policiers. Les Guy, Donné et Nasser n’ont pas fait le poids face aux Saka et Mandim­bisoa déterminés à remporter le titre à domicile.En première journée, COPSN a battu, d’entrée, Premium Cobra des Seychel­les sur un score de 86 à 78. Le club vice-champion de Madagascar a bien entamé en menant 21 à 16 à la fin du premier quart-temps.L’équipe de Danz be, a tout fait pour remonter la pente et reduire l’écart à la pause, 42 à 39 en faveur tourjours de COSPN. Avec une bonne condition physique, les locaux ont su garder l’avantage. Bon début également pour le club champion en titre. L’ASCUT a enregistré sa première victoire hier face à Beauvallon des Seychelles sur un score de 87 à 74.

Malgacho-malgacheDu côté des dames, finalement cinq formations sont en lice après le desistement de Golden Force Chiconi de Mayotte. La bataille sera plutôt malgacho-malgache vu le rythme des deux premières journées.Le club de BCM de Mayotte a déjà encaissé deux défaites, contre MB2ALL, tenant du titre samedi sur un score de 60 à 88 et face à Tamifa hier, par 54 à 65. Fandrefiala était pour sa part en démonstration lors de son premier match, samedi, face à Basket Challenge des Seychelles.Ce club champion de Madagascar et finaliste de la précédente édition de CCCOI a laminé la formation seychelleoise sur un score fleuve de 100 à 17. « Ce n’est pas notre niveau qui est très élevé… C’est plutôt l’adversaire qui n’était pas à la hauteur. C’était la première fois qu’on arrivait à marquer plus de cent points lors d’un tel match » a confié Andry Rakotomanantsoa, coach de Fandrefiala. Quatre rencontres seront au programme de ce lundi dont, en tête d’affiche, le choc GNBC face à BCM Mayotte de Daguet, précédée du match entre l’ASCUT et Real Basketball de Maurice.

Calendrier

12h00 : USONI Comores-Premium Cobra Seychelles14h00: B Challenge Seychelles-MB2ALL Madagascar16h00: Real Basketball Maurice-ASCUT Madagascar18h00: GNBC Madagascar-BCM Mayotte

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Mission – Des cadres chrétiens prônent la conversion écologique

Le Mouvement chrétien de cadres et de professionnels (MCCP), qui regroupe des cadres chrétiens de l’Église catholique se mobilise en faveur de la promotion de l’évangélisation du milieu professionnel, social et familial. Du 7 au 10 septembre, des membres du mouvement, issus de treize diocèses, ont profité de leur assemblée générale à Maroantsetra pour tenir un congrès axé sur le thème de la protection de l’environnement suivant l’ Encyclique Laudoto Si du pape François : « Quel monde laisserons-nous à nos futures générations ? ». Les participants ont réfléchi sur l’enseignement du souverain pontife qui incite tous les citoyens à s’évertuer à la conversion écologique.Les conférences-débats, marche pour l’environnement et atelier de réflexion, ont permis aux cadres chrétiens de prendre des engagements à partir de trois résolutions sur la politique environnementale, la spiritualité écologique et le travail décent ainsi que sur l’Encyclique du pape. Le MCCP contribuera alors à la restauration des forêts et de l’environnement humain en optimisant le reboisement et la prohibition des produits nocifs à l’environnement, développera des actions éducatives environnementales au niveau des établissements scolaires de base, des paroisses et dans la famille puis veillera à l’application des lois sur l’environnement à travers des sensibilisations.Pour y parvenir, le mouvement encourage tout un chacun à mettre la foi au service des actions visant à lutter contre la dégradation de la Maison commune et pour un travail décent. Pour répondre à l’appel du pape sur l’Encyclique, le mouvement témoignera de la grâce de Dieu quotidiennement marquée par une vie de prière, fera un lobbying auprès des décideurs pour l’application de la justice et fera connaître l’encyclique Laudoto Si au grand public.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Tradition – « Volambita » célèbre le Nouvel An malgache

Le centre ville d’Antananarivo a été le théâtre d’une célébration particulière ce week-end. Un Nouvel An malgache inédit pour de l’Asaramanitra y a été prôné pour la première fois.

Une ode aux us et coutumes traditionnels, mais également au folklore malgache. C’est un événement à part qui a surpris et envahi la capitale, vendredi. Une date consensuelle du Nouvel An malgache, mais qui pour cette fois, se réfère à l’Asaramanitra, a égayé le tout Analakely. C’est une célébration d’un Nouvel An malgache fédérateur, placé sous l’égide du « Fihavanana» qui a animé le centre ville. Le folklore culturel malgache dans toute sa splendeur a ainsi écumé Analakely.Fervents défenseurs du fameux « Fihavanana », et tous venus pour rendre respect aux valeurs de l’Imerina, plusieurs hauts dignitaires ou « Ray aman-dreny » représentatifs des vingt-et-un tribus reconnus de la Grande île, ont fait le déplacement pour l’occasion. Des Ampanjaka, des Ndrenony, des Tangalamena, des Sojabe et des Mpitana hazomanga se sont retrouvés vers 10 heures pour ériger le « Orimbaton’ny fihavanana» sur la place d’Analakely.Une stèle symbolique représentera, à partir de ce jour, pour les générations à venir, cette solidarité intemporelle entre la population. S’ensuit le rituel de sacrifice d’un zébu, inédit en ville, sur la place de cette stèle et dont le sang orne la stèle comme pour marquer cette alliance entre chaque tribu, pour la célébration de ce Nouvel An.Les festivités du Nouvel An du 22 septembre, entre autres initiées par l’association « Iray Madagasikara » et la Commune urbaine d’Antananarivo, ont enchanté un public d’horizons divers.

Convivial et festifEntre manifestations traditionnelles ou autres rituels ancestraux, des manifestations plus contemporaines où tradition et modernité se conjuguent, se sont ajoutées dans la soirée. Si la matinée a laissé la part belle aux pittoresques qui ont surpris les Tananariviens, la soirée à l’Hôtel de Ville a été plus cossue et guindée.Mettant en avant le prestige de l’Imerina et sublimant de ses couleurs cette bâtisse d’Analakely, la soirée « Volambita » a tenu à faire voyager les Tananariviens à travers la Grande île. À l’affiche de la soirée, les sommités de l’art et de la culture nationale ont été conviées. Bercée par les mélodies du groupe Rakoto Frah Junior, la soirée débute vers 19 heures. Plusieurs animations haut en couleurs s’enchainent ensuite, introduites par le « Sahobin’ny kanto ». Au-delà, des coutumes de célébration traditionnelle, la célébration du 22 septembre ne se prive pas d’imposer ses propres codes.Vers 20 heures, c’est tout un concert qui a ravi l’auditoire de l’Hôtel de Ville, avec à l’affiche, des artistes de renom comme Bodo, Vahombey, Théo Rakotovao, Élodie, Koezy, Manjaka­benitany ou encore l’illustre Jaojoby. À leurs côtés, la jeune génération à travers Caylah, Rak’Roots et la compagnie Tontolo Mirza, s’est aussi retrouvée au devant de la scène. À 21 heures, un défilé haute couture, en ode aux habits traditionnels a débuté, retraçant la diversité culturelle du pays. « Tsiron’i Gasikara » a clôturé la soirée, comme pour rattraper une soirée de réveillon du Nouvel An, tout en exposant pour le plaisir des papilles, la richesse de la gastronomie malgache grâce au Chef Mariette Andrianjaka.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Slalom Hankook Motul – Laza retrouve le chemin de la victoire

Laza Randriamifidimanana a signé son troisième succès de la saison, hier sur le circuit d’Ivato, avec sa Peugeot 106. Il a devancé Hugo Louvel et Teddy Rahamefy sur le podium.

Il fallait que Laza Randriamifidimanana (Peugeot 106) reprenne la main, après trois revers consécutifs face à son jeune rival, Hugo Louvel (Citroën C2). Et il l’a fait, en remportant le Slalom Hankook Motul sur le circuit d’Ivato.Laza s’y était imposé lors des deux premières courses de la saison. Et il y a signé une nouvelle victoire, hier, sa troisième de l’exercice 2017 donc. Le champion sortant a terminé la course avec un cumul de 2min 46,13sec, soit 1min 20,72sec au départ de la piste A et 1min 25,41sec au départ de la piste B comme meilleurs chronos.Comme à l’accoutumée, il a livré une bataille serrée avec Hugo Louvel. Le leader du classement général du championnat ne s’est incliné que de 72 centièmes de seconde. Il a bouclé cette sixième et avant-dernière manche de la saison avec un cumul de 2min 46,85sec, soit 1min 26,56sec au départ de la piste A et 1min 20,29sec au départ de la piste B comme meilleurs chronos.Teddy Rahamefy a complété le podium de ce Slalom Hankook Motul. Au volant de sa Peugeot 205, il a fini avec un cumul de 2min 53,44sec, soit 1min 24,44sec au départ de la piste A et 1min 29sec au départ de la piste B comme meilleurs chronos.

Ultime affrontementLes partenaires du club FMMSAM, qui a organisé cette course, ont gracieusement récompensé les lauréats. Entre autres, Hankook a offert un train de pneus à Laza, premier du général. Tandis que Motul a offert un pack de vidange avec filtre à huile pour les premiers de chaque catégorie.Comme cité précédemment, il s’agissait du sixième et avant-dernier rendez-vous de l’exercice 2017. Grâce à ce succès, Laza a nettement réduit son retard. Hugo est toujours en tête avec 129 points, mais il ne possède plus que trois longueurs d’avance sur le tenant du titre.La septième et dernière échéance du calendrier, organisée par le club ACCT et fixée pour les 9 et 10 décembre, promet une fin de saison en apothéose, avec l’ultime affrontement entre les deux prétendants à la couronne nationale.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimahasoa – Deux morts à bord d’un taxi-brousse

Embardée meurtrière de taxi-brousse sur la RN 7. Dans la nuit de vendredi à samedi aux alentours de 23 heures, un véhicule de transport en commun de marque Mercedes Sprinter a fait une sortie de route à la hauteur d’Andamaka  Camp Robin, à quelques encablures d’Ambohima­hasoa. L’accident est survenu sur un tronçon réputé dangereux, à l’approche du point kilométrique 313.  Deux des occupants  du minibus n’ont pas survécu et huit autres ont été grièvement blessés. Dans  un état préoccupant, ces rescapés ont été évacués à l’hôpital d’Ambositra.Le constat de la gendarmerie révèle qu’une imprudence de la part du chauffeur serait à l’origine de cet accident mortel. Ayant eu plus de peur que de mal, celui-ci a été placé en garde à vue et auditionné. La brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Ambohimpi­haonantsoa est saisie de l’affaire.La Mercedes Sprinter impliquée dans cet accident dramatique venait de quitter  Fianarantsoa et allait rejoindre Tana avant qu’elle ne plonge dans les décors au bout d’à peine 90 kilomètres de route.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Hira gasy makotrokotroka – Rakotomandimby Jean Pierre en finale

Après la troupe de Rafaralahy Raymond qui a remporté son ticket pour la grande finale du concours « Hira gasy makotrokotroka » la semaine dernière, c’est au tour de la troupe de Rakotomandimby Jean Pierre de Morarano Gara de le rejoindre après avoir triomphé de la troupe Ratovoson d’Ampahimanga, hier après-midi sur la place d’Ambohijatovo. Malgré une météo grisâtre, ce rendez-vous incontournable qui égaye les férus d’art oratoire de la capitale depuis deux mois, a une fois encore, enchanté le public. Apportant comme toujours un vent de fraîcheur, de joie et d’allégresse pour son auditoire, « Hira gasy makotrokotroka » a délecté le public d’un duel fraternel jovial et taquin. On peut dire que les deux troupes ont chacune donné le meilleur d’elle-même, se donnant littéralement en spectacle tout en scandant des valeurs propres à notre culture.Ratovoson d’Ampahi­manga a ouvert le bal en interprétant sa chanson intitulée « Contentons-nous de ce que nous avons ». De là, elle relate en musique ces soucis du quotidien que subissent principalement les paysans en périphérie.« Notre terre est de plus en plus difficile à cultiver, face au climat de plus en plus asséché. Que faire pour y remédier ? Les gars, il faut faire quelque chose et ne plus tarder! » scande-t-il, le tout sublimé par les pas de danses modernes du jeune Tantely, 7 ans. Ceci-dit, cela n’a pas suffi pour conquérir le cœur du public face à la troupe de Rakotomandimby de Morarano Gara et son aisance à caricaturiser la société. Avec sa chanson « Inutile de tout prévoir, la chance se chargera toujours du reste », elle a ravi grands et petits. « Dans la vie il y a des hauts et des bas, il faut donc toujours savoir faire le bon choix.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Olympiades des motards – Mad’Bikers remporte la première édition

Les passionnés de deux-roues de la capitale se donnaient rendez-vous samedi, au domaine des Frères Capucins, à Ambohimalaza Imerikasinina, à l’occasion des Olympiades des Motards. Le basketball 4 contre 4 était retenu comme l’unique discipline au menu pour cette première édition, mais d’autres viendront s’y rajouter à l’avenir. La victoire est revenue à l’équipe numéro 1 du club Mad’Bikers, avec Spy D-Hans-Romuald-Jarvis-Andra-Loulou. En finale, elle a disposé de l’équipe du Gasy Motards Club, sur le score de huit à six. Dans une rencontre très serrée, les joueurs de Mad’Bikers ont pris un avantage décisif grâce à leur efficacité offensive, dans les derniers instants, mais aussi grâce à une défense de fer. Un contre spectaculaire de Spy D sur un tir adverse longue distance a notamment été l’une des actions du match.La petite finale a également été très disputée, entre Team Bikers Gasikara et l’équipe numéro 2 de Iarivo Moto Club. Le club TGB s’est imposé sur le score de 13 à 11, pour s’adjuger la troisième place.Le trophée du Fair Play est revenu à KTM Ready To Race Madagascar. Plusieurs membres du club n’ont pas pu se libérer, samedi. Ils n’étaient que quatre joueurs présents à Ambohimalaza Imerikasinina, tous roulant en KTM Duke, sans aucun remplaçant donc. Mais ils ont tenu à honorer l’invitation des organisateurs coûte que coûte.Pour orner l’événement, dix motards tirés au sort ont participé à un concours de tir du milieu de terrain. Les neuf premiers se sont cassé les dents sur cette épreuve atypique. Mais la chance a finalement souri au dernier tireur, dénommé Lucas Rasolofoniaina, qui est rentré avec le gros lot, à savoir un casque Scorpion d’une valeur d’un million d’ariary.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Karibotel Twenty Six – Tovo J’hay toujours aussi apprécié

Le grand spectacle pour la célébration du Nouvel An malgache qui s’est déroulé vendredi soir à l’Hôtel de la ville, tout près du Karibotel Analakely, n’a pas empêché Tovo J’hay de faire son show. Ses admirateurs ont envahi la salle, malgré le fait que l’autre spectacle soit gratuit.À peine le chanteur monte sur la scène qu’une onde de chaleur se propage dans la salle. Le spectacle vient réellement de commencer. « Je vous remercie d’être toujours là », confie le chanteur, avant de poursuivre avec « Mahatsiaro ». S’ensuivent, « Mbola hafa », son premier single sorti en 2001, puis « Teny Mamy », ainsi que le fameux « Naleoko izy ho any » que le public reprend en chœur. Que ça fait bizarre d’entendre des titres qui n’avaient pas été joués depuis une dizaine d’années. Dans tous les cas, Tovo J’hay ne cache pas son plaisir. À chaque introduction, au premier accord, l’audience frémit et chante les paroles jusqu’à s’époumoner. Mention spéciale au morceau « Angolanao » qui gagne la palme de la meilleure ambiance.Le public arrive à peine à le croire, mais le spectacle est bel et bien terminé. À force d’exulter, il n’a pas vu le temps passer. Sans répit, en plus de deux heures de temps. Monsieur « Poétic lover » a offert les plus beaux fleurons de son répertoire. Ses mélodies très chantantes et colorées ont procuré beaucoup de joie à son public, conquis. Les chansons immortelles de ce chantre ont bien ravivé de beaux souvenirs.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Football – Telma Coupe – CNaPS Sport Itasy éliminée

Grosse surprise hier, au stade moderne d’Ampasam­bazaha de Fianarantsoa. La CNaPS Sport Itasy a été éliminée en huitièmes de finale de la coupe de Madagascar de football.Le bourreau de la tenante du titre se nomme Tam Port Berger Sofia, victorieux sur la plus petite des marges (0-1). Plusieurs cadres de la CNaPS Sport ont été laissés sur le banc durant cette rencontre. Ce qui a entrainé le mécontentement de certains fans. Pas de doublé cham­pionnat-coupe nationaux comme l’an passé donc pour les Caissiers.De son côté, Fosa Juniors a aligné ses meilleurs joueurs, de retour de leur tournée au Pays-Bas. Et ça s’est ressenti sur le terrain, avec une nette victoire sur Tana Formation Analamanga, au stade Rabe­mananjara de Mahajanga (7-2).Avec le Tam Port Berger, trois autres clubs ont également créé la surprise durant ces huitièmes de finale de la Telma Coupe. Le FC Rabaza Atsimo Atsinanana a sorti le Cosfa Analamanga (0-0, 5-3 tab), le FCA Ilakaka Ihorombe a disposé du Zanakala FC Haute Matsiatra (1-0) et l’Otiv Ambato Alaotra Mangoro a battu l’Uscafoot après prolongation (2-1).Dans les autres matches, Elgeco Plus a assuré devant le Black Star Vatovavy Fito­vinany (4-0), tout comme l’AS Adema Analamanga face à la CNaPS Sport Anala­manga (3-0) et RTS Jet Mada s’est qualifié pour les quarts en écartant Mama FC Analamanga (3-2).

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Lutte – Championnat de Madagascar – Analamanga cartonne  à Mahajanga

Les lutteurs d’Anala­manga ont brillé au cham­pionnat de Madagascar de lutte à Mahajanga. Cette ligue régionale termine en tête du tableau des médailles en remportant douze titres sur les seize en jeu devant Boeny qui a obtenu trois ors.Chez les seniors hommes, Analamanga a gagné cinq finales sur six dont celles -61kg par Tojniaina Rako­toarisoa, le titre des -65kg ravi par Falihery Randrianan­toandro, l’or des -70kg par Todisoa François Rakotonan­toandro, la catégorie -74kg par Rino Razafinjato Anala­manga et celle des -86kg par Nirina Eddy Rakotomalala. Seule la catégorie -57kg échappe à Analamanga et revient à Fredo Razafilazaina de Boeny.Chez les seniors dames, seul un combat de défi dans la catégorie des -57kg a eu lieu et la victoire a été ravie par Julienne Rasendrasoa d’Analamanga face à Pierrette Ramaminirina d’Atsinanana. Chez les juniors, les lutteurs d’Analamanga ont arraché quatre médailles d’or signées Herimamy Rakotoniaina (-50kg), Rovasoa Randria­manarivo (-55kg), Mertez Rakotoarison (-60kg) et Michael Randriamiarisoa (-68kg).La ligue d’Analamanga a rajouté deux titres de plus chez les filles, remportés par Fara Saholy (-48kg) et Viviane Randriantsiferana (- 55kg). Rideau pour les sommets nationaux seniors et juniors, « les championnats nationaux pour les jeunes et écoliers se tiendront dans la capitale en décembre », a annoncé Mamitiana Raveloson, président de la fédération malga­che des luttes.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Grossiste attaqué

Braquage de magasin de gros à Sabotsikely Ambohi­dratrimo vendredi en début de soirée. Une somme évaluée à quatre millions d’ariary est tombée dans l’escarcelle des voleurs, selon les  préjudices déclarés aux gendarmes. Une dizaine d’éléments ont lancé une poursuite et effectué un bouclage  mais en vain.

L'express de Madagascar0 partages

Le Rova d’Antananarivo, un livre d’histoire

«Témoin de l’évolution historique d’un royaume, il porte les traces des différentes étapes d’une construction politique ; c’est un document historique. Mais ces traces s’inscrivent aussi dans l’espace, l’évolution des formes traduit les différents choix, les diverses influences qui ont marqué le pays : le Palais de la Reine est aussi un livre d’histoire.» C’est ainsi que Vincent Belrose Huygues débute sa présentation du Rova de Tananarive, d’Andrianjaka à Radama Ier : un exemple de syncrétisme esthétique au XIXe siècle.Deux siècles séparent Andrianjaka et Andrianampoini-merina, le Rova du premier s’est transformé par agrandissement et ajout. L’auteur commence par une description sur le Rova qui, dans une ville ou un village, est l’enceinte délimitée par un mur ou une palissade, réservée au souverain ou à son représentant. Dans cette enceinte, se dressent les Lapa, demeures royales du souverain, de ses épouses, de son entourage.Sous Andrianjaka, seul existe le Rova Sud : « Celui-ci fut aménagé le premier ; c’est là que se trouvent les Tranomasina Fitomiandalana (les sept tombeaux alignés) » (R.P. Callet, Tantara ny Andriana , traduction de Chapus et E. Ratsimba). « D’Andrianjaka date le Rova Sud où se trouvent les Fitomiandalana et les cases royales Masoandrotsiroa et Besàkana » (le Rova du Nord est l’enceinte construite par Radama Ier autour de la Tranomasina).Andrianjaka choisit l’endroit le plus élevé du site d’Antanana-rivo (1 463m), l’actuelle terrasse de l’Église du Palais. Le roi déboise le sommet de la colline nommée alors Analamasina, les arbres coupés serviront à bâtir des cases et un Lapa. Pour reconstituer le Rova primitif, Belrose Huygues se réfère, aux seuls repères qui restent, les Tranomasina. « Jusqu’à une époque récente, ils ont substitué à l’endroit où les successeurs d’Andrianjaka les avaient placés», c’est-à-dire la tombe d’Andrian-jaka (la première) se trouvait à 30m plus au sud et à quelques mètres à l’est du mur actuel de Manjakamiadana (le Palais de la Reine).L’architecte Anthony Jully( L’habitation à Madagascar  dans  Notes, Reconnaissances et Explorations, 1898), auteur de cette translation en 1897, relève avec précision les emplacements précédents, ce qui permet de remettre les édifices du Rova plus ou moins à leur place. Car mis à part les tombeaux, « il est certain que tous les édifices du Rova ont subi des translations ». Leurs emplacements anciens se situent toujours les uns par rapport aux autres. Ainsi, à partir du Tranomasina, Belrose Huygues localise deux cases du Rova d’Andrianjaka.Masoandrotsiroa au sud de la Tranomasina (…), Besàkana est à l’ouest de la grande place et à l’est du parc à bœufs » (R.P. Callet). Mais ajoute l’historien, le Kianja (grande cour ou arène) apprend-on plus loin, est au sud de la Tranomasina. « Ces deux constructions comme les cases qui devaient les entourer ont disparu. »Masoandrotsiroa est reconstruit par Andrianampoinimerina puis déplacé à Ambohimanga par Ranavalona Ire, puis détruite dans un incendie « au moment de sa mort ». Mais précise l’historien, « des Masoandro n’ont cessé de se succéder au Rova, chaque reine construisant le sien ». Concernant Besàkana, une tradition attribue sa première construction à Andriamasinavalona. « Ces deux Lapa ont sans doute été reconstruits par Andrianampoinimerina à qui sont attribués généralement les constructions que l’on peut voir aujourd’hui » (c’est-à-dire avant l’incendie de 1995).À l’époque d’Andrianjaka, outre  Besàkana et Masoandro, un Kianja avec une pierre sacrée, Vatomasina, et un enclos à bœufs à l’extérieur de l’enceinte se trouvent à l’ouest. Son tombeau est installé au nord, selon une coutume généralisée à Madagascar.Ainsi, « le Rova possédait les structures de tous les Rova suivants jusqu’en 1865-1888, moment où l’on ajoutera un temple. Il y avait un modèle structural du Rova dès le règne d’Andrianjaka et, sans doute, avant ». La preuve réside dans la similitude de la conception et des appellations au Rova d’Ambohi-manga et à celui d’Antananarivo, «tous deux restaurés par Andrianampoinimerina », précise Belrose Huygues.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Analamanga – TAM prend les commandes

Petit chamboulement au classement du championnat d’Analamanga ou Top 9 à l’issue de la huitième journée.TAM Anosibe s’installe en tête du classement provisoire. Après sa victoire sur un score de 29 à 27 face à l’UAS Cheminots, hier au stade de Malacam à Antani­mena, le club d’Anosibe grimpe de la cinquième position au sommet et compte 19 points. Iarivo Rugby club a, pour sa part, souffert pour ecarter les XV Family sur un score serré de 26 à 25. L’équipe de la commune urbaine se trouve en deuxième position avec également 19 points et sept matches disputés.TFA Anatihazo a pu, lui aussi, améliorer son classement à deux marches de la lanterne rouge après avoir battu SOE par 18 à 12. Deux matches comptant pour les éliminatoires élite 2 du championnat de la section de Tanà ville ont ouvert la journée d’hier.RCL Anosibe bat Savage Rose Andavamamba par 16 à 13 et FCM/CFM Mandia­laza écarte de justesse sur un score de 14 à 13 Wallabies Ankaditoha.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Cas suspect de peste à Antananarivo

Le centre hospitalier anti-pesteux d’Ambohimiandra (CHAPA) a été calme, vendredi. Aucun nouveau cas n’a été admis dans cet hôpital. L’état de santé des six malades, suspects de peste pulmonaire à Ambohimiandra se serait amélioré. La campagne de désinfection, de désinsectisation et de dératisation se poursuit à Antananarivo-ville, pour lutter contre la propagation de la maladie.

L'express de Madagascar0 partages

Villageoise abattue

Des gendarmes du groupe­ment du Bongolava ont repoussé des voleurs de bétail à Anjanakazo Ankadi­nondry Sakay, samedi. Les malfaiteurs ont abandonné leur butin. Une villageoise a trouvé la mort lorsqu’ils ont sévi.

L'express de Madagascar0 partages

Mort écrasé

Écrasé sous un véhicule, vendredi après-midi, un scootériste de trente-deux ans n’a pas survécu. Il roulait sans casque en direction d’Ambohibao avant que la mort ne le happe d’après la gendarmerie.

L'express de Madagascar0 partages

Pasteur attaqué

Munis de fusils de chasse et d’armes blanches, sept bandits encagoulés ont assailli le foyer d’un pasteur à Mahitsy dans la nuit de vendredi à samedi. L’homme d’église n’était pas chez lui. Des ustensiles de cuisine et des effets vestimentaires ont été dérobés.

Midi Madagasikara0 partages

RN3-RN7 : Fiara nivadika, olona telo namoy ny ainy, am-polony naratra

Ain’olona telo indray no nafoy, nandritra iny faran’ny herinandro iny, tamin’ireo lalam-pirenena teto amintsika. Tamin’iny lalam-pirenena fahafito iny, dia taxi-brousse « sprinter », avy any Toliara hitodi-doha aty Andrenivohitra no nivadika teo amin’ny PK 312+10, teo amin’ny toerana antsoina hoe Andamaka, kaominina Camp Robin, ao amin’ny distrikan’ Ambohimahasoa, ny alin’ny zoma lasa teo. Vokany olona roa no namoy ny ainy, raha am-polony any ho any ireo mpandeha naratra. Raha ny fanazavana azo, dia mety ho tratry ny torimaso fotsy ny mpamily, kanefa nandeha mafy ny fiara ary dia  nivoaka ny làlana. Nidona tamin’ny rindrin-tany ary dia nivadika nony avy eo. Ireo naratra moa dia efa nentina avy hatrany tany amin’ny toeram-pitsaboana. Nentina tany amin’ny tranom-paty kosa ireo namoy ny ainy, ary nomena ny fianakaviany nony avy teo. Fantatra moa fa notazonina nanaovana fanadihadiana tany amin’ny biraon’ny zandary ilay mpamily. Fa mbola lozam-pifamoivoizana hatrany, nitranga teny amin’iny lalam-pirenena fahatelo iny indray. Fiara kely marika « golf » no niala lalana ary latsaka tany amina hady izay lalina am-polony metatra eo ho eo, teny Talata Volonondry, ny alin’ny sabotsy teo. Telo izy ireo no tao anatin’ity fiara ity, ka ny iray tamin’izy ireo no namoy ny ainy avy hatrany, raha naratra kosa ireo roa ambiny. Hatreto dia mbola tsy fantatra ny  anton’ny loza, fa ny azo antoka aloha dia mety ho fandehanana mafy. Efa nalefa notsaboina ireo naratra ary nomena ny fianakaviana kosa ilay namoy ny ainy. Misokatra kosa ny fanadihadiana ataon’ireo mpitandro filaminana

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Belambo-Ambatolampy : Trois personnes mortes asphyxiées par la fumée d’un groupe électrogène

Le « fokontany » d’Ambondrona-Est dans la commune rurale de Belambo district d’Ambatolampy a connu une tragédie vendredi 22 septembre. Trois personnes, deux hommes et une femme enceinte de quatre mois ont perdu la vie suite à une asphyxie, la nuit de ce vendredi. Selon l’information émanant de la gendarmerie qui s’est chargée de l’affaire, ces personnes qui étaient d’une même famille ont été victimes de la fumée d’un groupe électrogène qu’elles ont utilisé pour éclairer leur maison. Cette nuit-là, leur pétromax était à cours de pétrole. C’est pourquoi, cette famille s’est servie de ce générateur d’électricité qui était placé au rez-de-chaussée de leur maison juste en bas de la pièce où ces trois personnes dormaient. C’est pourquoi, la fumée de l’échappement du groupe qui est fortement toxique, vu sa teneur en gaz carbonique, est montée dans la chambre qui était fermée.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Fédération de Taekwondo : Boto Tsaradia Lamina aux commandes

La fédération malgache de taekwondo WXTF a son nouveau président depuis une semaine. Il s’agit de Boto Tsaradia Lamina.

Ceinture noire en Taekwondo, karatéka aussi, le nouveau président de la fédération de taekwondo n’est pas un novice dans sa discipline. Il était déjà aussi dans la fédération et dans les instances dirigeantes du milieu sportif. Boto Tsaradia Lamina, DG de Samifin dans sa vie professionnelle, est décidé à changer les choses et ce, par les échanges et les discussions. « Depuis belle lurette que le Taekwondo est en veilleuse. Nous allons agir par le dialogue, mais aussi par les activités techniques » a-t-il dit. Car d’activités techniques, la fédération pointe presque à zéro ces derniers temps. Après le flottement, les ligues venues voter, soit cinq ligues, lui ont fait confiance. « J’ai été sollicité par les ligues et elles ont voté ». Dans son programme à court terme « aplanir les problèmes à tous les niveaux. Il faut trouver des solutions pour que la discipline avance. On a des bons combattants, devenus seniors maintenant et qui ont raté des catégories d’âge de compétition. On manque de compétition internationale aussi ». Il est en train de concocter une belle réforme pour son équipe technique et administrative. « Le Taekwondo est une discipline que nous adorons et où nous excellons. Je pense que chacun peut donner le meilleur de lui-même ».

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

3es Universiades : L’Université d’Antananarivo termine première

Les footballeurs de l’Université de Toamasina sacrés chez les hommes.

Avec 13 « or », l’Université d’Antananarivo arrive en tête du classement des médailles à la 3e édition des Universiades qui a pris fin samedi à Mahajanga. Pari tenu. Les titres ont été partagés à Mahajanga lors des Universiades. Au classement des médailles, l’Université d’Antananarivo termine première grâce surtout aux tournois de tennis et tennis de table. Les pongistes d’Ambohitsaina ont tout raflé sur leur passage. En athlétisme, les athlètes de Toamasina, Antananarivo et Toliara ont remporté respectivement quatre médailles d’or. Jean Olivier Manampy, l’athlète ayant participé aux derniers Jeux de la Francophonie d’Abidjan a confirmé son statut de favori en remportant la médaille d’or. Mariola, celui qui était engagé aux Universiades de Taipei s’est emparé de l’or dans le tournoi de saut en longueur. Autres combattants de haut niveau, Mahandry et Fanja, deux judokas de l’Université de Fianarantsoa ont tous remporté la médaille d’or. Sans faute. Parmi les disciplines de compétition, le football a vu la participation de toutes les délégations plus l’équipe de l’Université des Comores.

Ce sont les footballeurs de l’Université de Toamasina qui se sont offert la médaille d’or aux dépens des Majungais. Il a fallu passer aux séances de tirs aux buts pour départager les deux équipes où les Tamataviens ont marqué 4 buts à 1 face à leurs adversaires, si le score était de un but partout à la fin de la prolongation. Il est à signaler que l’Université de Toamasina n’a engagé qu’une seule équipe aux Universiades à savoir le football et réalise un sans-faute. Chez les dames, les footballeuses de l’Université d’Antananarivo ont battu celles de Toliara en finale. Dans le tournoi de basket-ball, l’équipe de l’INSPAM de Mahajanga s’est imposée en finale face à la formation de l’Université de Mahajanga sur le score de 89 à 67. Les Fianaroises ont été sacrées chez les dames contre les Tananariviennes.

En volley-ball, les deux équipes de l’Institut de Formation Technique (IFT) Antananarivo ont ravi les titres. Dans le tournoi du handball, les Majungais ont remporté le titre chez les hommes après une finale âprement disputée face aux Tuléarois par 38 à 37 et les Tananariviennes chez les dames. Rideau alors sur la 3e édition des Universiades qui a vu la participation de plus de 1300 étudiants sportifs issus des six Universités, l’ Institut Supérieur de Technologie (IST), l’Institut de Formation Technique ( IFT ) , l’ INSPAM et l’Université des Comores. Au classement des médailles, l’Université d’Antananarivo termine première avec 13 « or », l’Université de Mahajanga avec 12 « or » et l’Université de Fianarantsoa avec 10 « or » complète le podium. « Nous remercions tous les participants. Le sport et la culture sont deux éléments fédérateurs et ces jeux l’ont encore démontré » a fait savoir Emmanuel Rakotoarivony, président de l’université de Mahajanga. Le rendez-vous est alors pris pour 2018 à l’Université d’Antsiranana pour la 4e édition des Universiades.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

« Organisation Humani-Terre » : Pour un développement durable et équitable du pays

Le conseil national de l’« Organisation Humani-Terre » (OHT) s’est tenu, samedi dernier, à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina. Une occasion pour l’organisation de discuter des principaux axes qui intéressent le pays tels que le socioculturel, l’économie, le développement et effectivement le pouvoir et la politique. Ce conseil national a été réalisé dans le cadre d’un processus d’enclenchement du développement à Madagascar. D’ailleurs, c’est ce que Hery Raharisaina, président de l’organisation, a déclaré lors de son allocution : « Ces aspects sont incontournables pour mener le pays dans un développement durable et équitable ». Pour ce faire, « le comité de réflexion (ndlr : au sein de l’OHT) s’engage à redorer l’image des politiciens malgaches, d’être une force de proposition dans l’intérêt de la nation et d’œuvrer toujours dans la mise en place d’un Etat fort », et ce, sur la base des explications que nous avons reçues. Pour cela, l’organisation s’est dotée d’un nouveau slogan n’étant autre que « Madagascar un Etat fort, un pays émergent » qui sera aussi le défi à relever. Notons que l’OHT concocte plusieurs activités y afférentes comme, entre autres, la proposition des solutions adéquates concernant les problèmes du pays et surtout la contribution au développement de Madagascar dans tous les domaines.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball / CCCOI : Les équipes malgaches au-dessus du lot

Nous survolons les débats de cette coupe des clubs de l’Océan Indien. La deuxième journée a été faste avec des victoires malgaches sur tous les plans. En bonus, Fandrefiala est allé loin au score avec 100 contre 17 face au Challenge Seychelles. Presque toutes les équipes prévues sont là sauf le Golden Force de Chiconi de Mayotte. Les Mahorais de TCO ont aussi surpris les basketteurs du Real basket Maurice (87 à 64) qui seront au menu de l’ASCUT ce jour. Une ASCUT en pleine forme et ayant eu le dessus sur Beauvallon Seychelles en 89 à 74

Les résultats

Dames

Mb2All (88) # Bcm Mayotte (60)

Fandrefiala (100) # B. Challenge Seychelles (17)

Bcm (54) # Tamifa (65)

Hommes

Tco Mayotte (87) # Real Basket Maurice (64)

Cospn (86) # Premium Cobra Seychelles (78)

Gnbc (85) # Usoni Basket Comores (48)

Bcm (91) # Usoni Basket (62)

Gnbc (91) # Cospn (67)

Ascut (89) # Beau Vallon Seychelles (74).

Le programme du jour

10h : (D) Tamifa # Golden Force de Chiconi Mayotte

12h : (H) Usoni Basket C # Premium Cobra Seychelles

14h : (D) B. Challenge Seychelles # Mb2All

16h : (H) Real Basket-Ball Maurice # Ascut

18h: (H) Gnbc # Bcm Mayotte.

Anny Andrianaivonirina