Les actualités à Madagascar du Mardi 25 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara196 partages

Fermeture des frontières : Mariage repoussé pour des couples franco-malgaches

Cela fait des semaines qu’ils se plaignent de la fermeture des frontières en raison de la Covid-19. Ils, ce sont des couples franco-malgaches qui ont à leur disposition un certificat à capacité de mariage ou CCAM. « Nous sommes un couple franco-malgache qui réside en France et à Madagascar. Nous avons déjà obtenu notre CCAM avant la fermeture des frontières pour un mariage prévu au mois de juin dernier. Mais à cause de la pandémie de Covid-19, nous n’avons pu nous retrouver et ce malgré, une organisation quasi terminée de notre côté. Cela fait maintenant huit mois que nous vivons l’un loin de l’autre. Nous sommes fatigués de cette situation. Nous aimerions être ensemble, surtout en cette période difficile », s’est plainte Landy, une jeune femme malgache retenue au pays, loin de son âme sœur. S’inspirant du mouvement « LoveIsNotTourism » qui fait beaucoup parler de lui ailleurs en ce moment, ces couples demandent une dérogation d’autorisation spéciale pour sortir du territoire au consulat de France à Madagascar. Apparemment, leurs papiers sont en règle et ils ont déjà envoyé plusieurs lettres au consulat mais n’ont encore obtenu aucune réponse jusqu’à présent. En tout cas, ils disent ne plus supporter cet amour à distance et n’ont qu’une envie, se retrouver enfin.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara57 partages

Mutinerie à la prison de Farafangana : Ferme condamnation des défenseurs des Droits de l’Homme

Des dirigeants de la CNIDH. (Photo d’archives)

22 morts et 37 détenus capturés dont 8 blessés graves. C’est le bilan de la mutinerie qui s’est produite à la prison de Farafangana dimanche dernier.

Un incident dont bon nombre d’observateurs considèrent comme un véritable massacre perpétré par les autorités pénitentiaires du District de la Région Atsimo Atsinanana. Il convient en effet de rappeler le communiqué du Ministère de la Justice qui affirme que le Ministère de la Justice a donné l’ordre au Directeur de l’Administration pénitentiaire de la Région Atsimo Atsinanana et au Chef d’établissement de prendre toutes les mesures nécessaires pour maîtriser le mouvement. Si l’on s’en tient à ce communiqué, l’ordre émane donc du ministre Johnny Andriamahefarivo.

Recours aux armes à feu. De leur côté, les défenseurs des Droits de l’Homme n’ont pas attendu longtemps pour réagir. A l’exemple de la représentante du Sénat au sein de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH), Matavimana Ravao Georgine qui s’est prononcée hier sur cette affaire en lançant  » une condamnation ferme pour toutes les actions visant à ôter la vie de quelqu’un qu’ils soient des détenus ou des éléments des Forces de l’ordre « . En quelque sorte, l’affaire Farafangana est en passe d’être considérée comme «  une violation des Droits de l’Homme commise par des agents pénitentiaires et des Forces de l’ordre. Une utilisation abusive et disproportionnée des armes. Ces détenus sont, eux aussi des êtres humains. D’autant plus que bon nombre d’entre eux sont simplement en statut de mandat de dépôt et n’ont pas encore été condamnés « , a-t-elle expliqué. Elle, c’est Matavimana Ravao Georgine qui estime que les agents pénitentiaires, en tant que professionnels, et ayant été formés pour maîtriser ce genre de situation, auraient dû utiliser d’autres alternatives que le recours aux armes à feu. «  Pourquoi les Forces de l’ordre n’ont pas simplement tiré sur les jambes pour maîtriser les fugitifs, mais ont directement visé la tête et lancer des tirs mortels « , se demande-t-elle.

Lumière sur cette affaire. Hier, un haut responsable au sein de l’Administration pénitentiaire a expliqué que le recours aux armes est conditionné par des réglementations.  » Les agents pénitentiaires de Farafangana ont utilisé leurs armes car ces conditions ont certainement été remplies « , a-t-il argué. Il convient en effet de rappeler que lors de cette mutinerie, les détenus ont réussi à se procurer d’une arme mais les autorités ont déjà expliqué que cette arme a déjà été récupérée. L’ouverture d’une enquête est réclamée pour faire la lumière sur cette affaire. Hier, des informations dénonçant la corruption au sein de cette prison, ainsi que l’existence de responsables rackettant les prisonniers, ont circulé sur les réseaux sociaux. Des dénonciations qui méritent des éléments d’éclaircissement. Quoiqu’il en soit, cette affaire risque de faire des vagues dans les jours qui viennent. D’autant plus qu’elle a tout de suite été relayée par les médias internationaux. Les défenseurs des Droits de l’Homme vont certainement sauter sur l’occasion pour relancer les débats autour des conditions carcérales à Madagascar. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara35 partages

Corée du Sud : 5,5 millions de dollars pour la biodiversité à Madagascar

Le Professeur Choejae-chun, expert en biodiversité, et l’ambassadeur coréen, Lim Sang-woo.

Une cérémonie virtuelle a été organisée, hier, dans le cadre de la signature du contrat sur le projet « Biodiversity Conservation and Sustainable Natural Resource Management for Integrated Community Development in National Parks of Madagascar – (BIOCOM) » financé à hauteur de 5.5 millions de dollars par l’Agence de Coopération Internationale de la Corée du Sud (KOICA). Cette cérémonie a vu la présence du ministre de l’Environnement et du Développement Durable et du ministre en charge de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, de l’Ambassadeur de la Corée du Sud, de l’UNESCO ainsi que des partenaires de mise en œuvre. Le projet, d’une durée de 5 ans (2020-2024), vise à conserver la biodiversité Malgache dans les parcs nationaux d’Andohahela, Marojejy et de la Montagne des Français tout en fournissant des moyens de subsistance aux communautés riveraines de ces parcs nationaux.

Nouveau souffle. Les deux parcs nationaux, gérés par Madagascar National Parks, présentent des valeurs universelles exceptionnelles qui transcendent les frontières nationales et présentent le même caractère inestimable pour les générations actuelles et futures de l’ensemble de l’humanité. À ce titre, leur protection permanente est de la plus haute importance pour toute la communauté internationale. La signature de ce Contrat avec le ministère de l’Environnement et du Développement Durable, l’Agence de Coopération internationale de la Corée du Sud (KOICA) et l’UNESCO, donne un nouveau souffle à la protection des ressources naturelles d’une valeur universelle exceptionnelle.

Engagement. Ce financement permettra de réduire la pression et les dégradations au sein de ces forêts et de ralentir l’appauvrissement de la biodiversité. L’ambassadeur coréen Lim, Sang-Woo tient ainsi à souligner que « La signature de cet accord intervient à un moment très critique, car l’épidémie de coronavirus a encore plus accentué les défis auxquels Madagascar est confrontée pour la protection de sa biodiversité. Cet accord témoigne de l’engagement ferme de la Corée à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement Malgache et l’UNESCO pour protéger les richesses naturelles de Madagascar ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara7 partages

Faritra Atsimo Andrefana : Développement, lutte contre le Coronavirus et contre l’insécurité galopante

Le gouverneur Edally et le Centre Régional de Commandement opérationnel (CRCO) l’entourant.

Satisfaction du gouverneur, Tovondrainy Edally, par rapport au travail accompli lors du troisième trimestre : des routes, des ponts, mais aussi lutte contre l’insécurité et le Coronavirus en même temps.

Le gouverneur de la région Atsimo Andrefana, Tovondrainy Edally, avait fort à faire depuis la mi-août, lorsque le nombre de patients atteints gravement par la Covid-19 a dépassé les prévisions. Les responsables de la santé publique ne s’alarment pas pour autant. Les techniciens savaient que le nombre de tests avait augmenté, le nombre de cas allait donc forcément augmenter lui aussi. Les trois CSBII venant s’ajouter aux deux hôpitaux existants, ont permis de faire face à l’accroissement inévitable du nombre de cas. Cependant, le gouverneur avait commandé le nécessaire pour parer à la propagation de la pandémie. Une commande qui fut acceptée par le président de la République Andry Rajoelina et livrée quelques jours après. Fort heureusement, avant que la commande ne soit arrivée, le nombre de cas graves avait diminué petit à petit. Le 21 août, la directrice de santé de la région avait annoncé : « cinq autres CSBII sont équipés de matériels et stocks de médicaments pour accueillir les malades, ce qui fait au total huit CSBII opérationnels dans la Cité du Soleil. Les huit autres districts recevront leurs parts ».

Le gouverneur contrôle et suit également de près la réalisation, sur la RN9, du plus long pont de Madagascar (900 m) qui enjambe la rivière Bevoay, près de Manja, qui mène vers Morondava. En passant par Morombe, il a posté des sections des forces de l’ordre partout où les voleurs de zébus sont susceptibles de tendre des embuscades, tout en portant des améliorations au Dinabe (convention entre communautés) pour être plus efficace.

« A une cinquantaine de kilomètres de Toliara, sur la RN7 qui mène à Tana, la commune rurale d’Andranovory n’a jamais bénéficié d’eau potable. Ce sera bientôt le cas », rassure le gouverneur. De l’autre côté de Sakaraha, vers le District d’Ankazoabo, le pont d’Antaralava sera réhabilité d’ici trois mois. Le bac Fiavota va également reprendra de nouveau du service entre Toliara et Anakao, ainsi que les quatre autres communes rurales, partenaires du Sud. Plusieurs routes intercommunales seront elles aussi bientôt achevées, ainsi que celle qui mène au gouvernorat. Le gouverneur tient au développement de cette région qui l’a vue naître, et pour laquelle il a été désigné par le président de la République.

Charles RAZA

Midi Madagasikara2 partages

Tsaradia : reprise des vols domestiques à partir du 1er septembre

Tsaradia reprend son envol.

Les usagers des transports aériens peuvent souffler. Après plus de cinq mois de suspension pour cause d’urgence sanitaire, les compagnies aériennes reprendront du service dès le 1er septembre.

Le lendemain de l’annonce de cette reprise par le président Andry Rajoelina, Tsaradia, la filiale d’Air Madagascar pour les vols domestiques, annonce en effet une reprise dès le 1er septembre.

Progressive

« La compagnie Tsaradia observe de près l’évolution de la pandémie Covid-19 dans le pays et respecte rigoureusement les mesures instaurées par l’Etat malagasy. C’est dans le contexte de déconfinement progressif annoncé par le président de la République de Madagascar dans son allocution du 23 août 2020, que la compagnie ouvre ses lignes à compter du 1er septembre », déclare la compagnie aérienne dans un communiqué. Les vols qui reprendront progressivement desserviront Toliara, Morondava, Sambava, Nosy Be, Toamasina, Sainte-Marie, Taolagnaro, Mahajanga, Maroantsetra, Antsiranana. « Nos agences en provinces et à Antananarivo sont à pied d’œuvre et sont à la disposition de la clientèle pour les opérations de réservation et d’achat des billets. Il est aussi possible d’effectuer les opérations sur le site web Tsaradia, où le programme de vol est disponible en temps réel », précise Tsaradia. Au niveau de la sécurité, toutes les dispositions sont prises pour éviter la propagation du Coronavirus, à savoir : port du masque par l’agent de comptoir ; gel hydroalcoolique à la disposition du client ; respect de la distanciation sociale ; test PCR trois jours (72h) avant le vol au départ d’Antananarivo ; certificat à présenter à l’enregistrement ; prise de température avant l’embarquement ; contrôle du port de masque avant embarquement ; passage dans un tunnel désinfectant ; désinfection des appareils après chaque vacation ; port de masque durant le vol ; suspension du service à bord ; bouteille d’eau à disposition des clients ; gel hydroalcoolique à la disposition des passagers durant le vol.

Compagnies privées

En somme, il s’agit de mesures strictes pour assurer la sécurité et la santé des passagers. Des mesures qui sont également appliquées par  les autres compagnies privées qui assurent des vols réguliers ou privés et qui se réjouissent, par ailleurs, de cette reprise. « Cette réouverture des liaisons aériennes domestiques est une bonne décision de la part des autorités », déclare la responsable d’une compagnie aérienne privée. « Toutes nos équipes sont prêtes pour cette reprise », a-t-elle continué. Le secteur des transports aériens fait partie des secteurs les plus touchés par cette crise sanitaire.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Assemblées annuelles de la BAD : L’édition 2020 en mode virtuel, les 26 et 27 août  

Un mécanisme de réponse rapide à la Covid-19, doté d’un montant maximal de 10 milliards de dollars, a été mis en place par le Groupe de la BAD. Durant ses Assemblées annuelles, les discussions tourneront encore autour de la reconstruction post-crise.

La 55e session annuelle du Conseil des gouverneurs de la Banque Africaine de Développement (BAD) et la 46e session annuelle du Fonds africain de développement (FAD) – le guichet concessionnel de la Banque – se tiendront en ligne, à partir de demain. Sous le thème « Mieux reconstruire l’Afrique après la pandémie de Covid-19 », ces événements de très haut niveau se tiendront, pour la première fois dans l’histoire,en mode virtuel,dans le respect des consignes de distanciation physique liées à la pandémie de Covid-19. Depuis que la pandémie de Covid-19 a gagné le continent en début mars, l’Afrique a enregistré plus d’un million de cas confirmés d’infection au virus. La pandémie a durement frappé les économies de la région après la chute des prix des produits de base et les mesures de confinement imposées par les gouvernements qui ont entraîné la fermeture des frontières de nombreux pays du continent. Depuis plusieurs mois maintenant, la BAD apporte un soutien aux pays membres de la région afin de protéger leurs économies, leurs systèmes de santé et les moyens de subsistance de leurs populations contre les répercussions induites par la Covid-19 sur la santé publique et l’économie.

Appuis. Un mécanisme de réponse rapide à la Covid-19, doté d’un montant maximal de 10 milliards de dollars, afin d’apporter un soutien flexible aux opérations souveraines et non souveraines en Afrique. Le 20 août, 2,29 milliards de dollars de fonds de ce mécanisme avaient été approuvés pour les pays membres de la Banque. Quelques $1,186 milliards de dollars supplémentaires ont été décaissés en faveur des pays membres du Fonds africain de développement, avec des approbations en cours, selon l’institution financière. En mars dernier, la BAD a également mobilisé un montant record de trois milliards de dollars lors de l’introduction de son emprunt obligataire social « Combattre la Covid-19 » à la Bourse de Londres. « Malgré cette période difficile de confinement, la Banque est parvenue à franchir quelques étapes clés majeures, et les agences de notation internationales Fitch et Standard Poor’s ont confirmé la note AAA de l’institution assortie d’une perspective stable », a communiqué la BAD.

Election. Au programme des Assemblées annuelles du Groupe de la BAD figurent également le Dialogue des gouverneurs et l’élection d’un président. Selon les informations, le président en exercice, Akinwumi Adesina, est le seul candidat en lice pour un nouveau mandat quinquennal. Vue la haute performance de l’institution depuis son mandat, sa réélection semble n’être qu’une formalité. Durant ces Assemblées annuelles 2020, les gouverneurs devraient recevoir des informations sur l’évolution des diverses activités de la BAD, depuis l’édition 2019 tenue à Malabo, en Guinée équatoriale. Ces informations porteront notamment sur la septième augmentation générale du capital de la Banque, que le Conseil des gouverneurs a approuvée le 31 octobre 2019 à Abidjan, en Côte d’Ivoire,et qui a permis d’accroître d’un montant historique le capital de la Banque, passant de 115 milliards à 208 milliards de dollars.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Covid-19 : 75 nouveaux cas et 81 nouvelles guérisons en 24h

Tendance à la hausse.

A la baisse. C’est en général la tendance de l’évolution de l’épidémie si l’on se réfère aux statistiques communiquées par le Centre de Commandement Opérationnel Covid-19 hier. Et ce, malgré les 75 nouveaux cas observés ces dernières vingt-quatre heures. En effet, les chiffres officiels révèlent que le nombre des personnes en traitement a diminué passant de 794 à 788. La même tendance est également observée chez les personnes souffrant de formes graves. Hier, le nombre de personnes souffrant de la forme sévère de la Covid-19, chiffre de ces 24 dernières heures, était de 74 en tout et pour tout. Enfin, et selon les statistiques officielles d’hier toujours, on n’a déploré aucune perte humaine.

Gestes. La publication des chiffres officiels sur la Covid-19 hier était l’occasion pour le Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle d’interpeller sur l’importance pour les Malgaches de respecter les gestes barrières. Et ce, en dépit de la tendance à la baisse. La porte-parole du CCO préconise donc la vigilance en insistant sur l’importance de respecter les gestes barrières une habitude de vie. Le Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle est même allée à dire que « nous allons vivre avec la Covid-19 comme nous vivons avec d’autres maladies ».

Recueillis par José Belalahy

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les Bareas se préparent pour leur prochain match

Apres des mois de pause, la reprise est envisagée pour le monde du football. L'équipe nationale malgache jouera bientôt son match de qualification pour la Coupe d'Afrique des Nations, qui est prévue pour 2021, mais a du être décalée en 2022 à cause des contre-temps provoqués par l'épidémie.
Il s'agit d'un premier match pour les Bareas, depuis le début de cette pause. Les dates sont prévues entre le 9 au 17 novembre. Ces dates sont de la FMF ( Fédération Malagasy du Football). Ce match confrontera Madagascar à la Côte d'Ivoire.
Madagate0 partages

Madagascar. Le Consulat de Monaco remet des équipements médicaux à la petite enfance

Madagate0 partages

Joseph Raseta. Iza moa io Dokotera nampitondraina ny anaran’ny Hopitaly ao Befelatanana io ?

Efa nosoratako ombieny ombieny fa ny firenena tsy manana Tantara dia tsy azo atao ho firenena fa faritra tsy misy fotony (tsy teny ratsy mihitsy io fa milaza fa tsy manana fototra niaingana). Ary ny Firenena kosa dia ny vahoaka mifandimby monina ao aminy. Amin’ireo mponina ireo dia misy ny misongadina ary nandrafitra, mandrafitra ary handrafitra ny Tantaram-pirenena malagasy amin’izay nataony tamin’ny androm-piainany.

Amin’izao fotoanan’ny coronavirus mitondra ny aretina Covid-19 izao dia voaresaka matetika ny hopitaly Joseph Raseta ao Befelatànana ao. Androany ary dia mba ampahafantarako ananareo mpamaky, ary koa anareo tanora malagasy amin’izao fotoana izao sy ireo ho avy hoe : iza moa io olona io ? Mialoha izany anefa dia tsy mety raha tsy tantaraina eto amboalohany ny anarana nifandimby mikasika io hopitaly ao Befelatànana io. Andaoa ry ô !

Tamin’ny fanjanahan-tany dia «Hôpital indigène» no anarany. Izany hoa natokana ho an’ny vahoaka malagasy. Ny Jeneraly Joseph Gallieni no namorona azy io, ny 20 Avrily 1899 fampiarana ny hoe AMI na «Assistance médicale indigène». Rehefa niverina ny Fahaleovantan’ny firenena malagasy dia natao hoe « Hôpital Principal de Befelatànana» ny anaran’io toerana fitsaboana olona marary. Avy aiza koa moa io hoe « Befelatànana » io ? Anarana karazan-javamaniry be ravina izy io ary naniry tao amin’io toerana io. Borassus madagascariensis sy Medemia nobilis no anarany ara-siantifika.

Ny taona 1978 indray dia niova ho « Hopitaly Général d’Antananarivo » io hopitaly io. Ny taona 1986 kosa, rehefa nisokatra ny CHU («Centre hospitalier universitaire ») Joseph Ravoahangy Andrianavalona, ao Anosy Ampefiloha,dia maro ireo sampanana nafindra tany ary dia lasa CHU koa i Befelatànana ka ny sampana ORL sisa no nampiavaka azy. Ny taona 1999 anefa dia nafindra eny Anosy Ampefiloha ihany koa ny ORL any ka ny fitsaboana ankepobeny («Médecine générale») sisa no tao Befelatànana. Aza adino kosa fa mbola tao amin’io toerana io foana ny Toeram-piterahana («Maternité») sy ny Toerana fianarana ho dokotera («Ecole de médecine»). Ny taona 2003 vao raikitra fa lasa «CHU-Hôpital Joseph Raseta de Befelatànana» ny anarany ka ny 29 Marsa 2004 no natao andro fitokanana azy. 29 Marsa… Tsy tonga tonga ho azy io daty io. F’iza marina moa io Malagasy nampitondrana ny anaran’io Hopitaly io ? Lasa izao !

I Joseph Delphin Raseta dia teraka tany Marovay, Faritra Boeny, ny 9 Desambra 1886, talohan’ny nanjanahan’ny Frantsay an’i Madagasikara. Ny rainy dia Deka («Aide de camp») ny Praiminisitra Rainilaiarivony, sady Governora tany Boina. Ny raibeny kosa dia manamboninahitra tao amin’ny Lapan’i Manjakamiadana ary nandray anjara tamin’ny ady tamin’ny mpananim-bohitra frantsay, ny taona 1883 ka hatramin’ny taona 1885.

Rehefa avy nianatra tao amin’ny sekolin’ny «Frères des écoles chrétiennes» sy tao amin’ny kolejy «Friends Foreign Mission Abroad» i Joseph-Delphin dia niditra mpianatra ho dokotera tao amin’ny Ecole de médecine ao Befelatànana ka ny taona 1908 izy no nahazo diplaoma manamarika fa dokotera feno ny tenany. Ny taona 1909 ka hatramin’ny taona 1922 dia dokotera mpiasam-panjakana tao amin’ny «Assistance médicale indigène» na AMI (efa noresahina teo ambony) teto Antananarivo izy. Ny taona 1915 dia nanomboka niditra teo amin’ny sehatry ny politika izy ka lasa mpikambana tao amin’ny VVS (Vy, Vato, Sakelika) izay fikambanana miafina malagasy naorina mpianatra mpitsabo maromaro tamin'ny taona 1912, hanetsika ny fitiavan-tanindrazana. Ny taona 1916 dia vosambotra daholo ireo lohandoham-pisorona tao amin’ny VVS ary voaheloka higadra fa nanomana teti-dratsy hanohitra ny fanjakana («complot contre l’Etat»).

Ny taona 1922 dia nifindra monina tany Toliara ny Dokotera Raseta ary tsy niasa ho an’ny fanjakana intsony fa ho an’ny tenany («Médecin libre»). Ny taona 1926 izy dia lasa mpanao gazety satria solotenan’ny gazety «l’Opinion de Diego Suarez» izay manohitra ny fanjanahana. Teo anelanelan’ny taona 1927 sy 1935 ny Dokotera Raseta dia im-pito kely ny nenjehin’ny fanjakana mpanjanaka amina antony tsy dia mitomba loatra satria afaka foana izy teo anatrehin’ny tribonaly. Anisan’ny nampiangana azy, ohatra, ny hoe : nanangom-bola ho fanampiana an’i Jean Ralaimongo izay mpitolona tia tanindrazana tsy nanam-paharoa, hatreto, teto Madagasikara… Tantara hafa ihany koa izany…

Nanomboka ny taona 1934 dia tena niseho tamin’ny endriny maro ny fomba nitoloman’ny Dokotera Raseta ho an’ny tanindrazana. Ireto ny fikambanana nidirany mpikambana : «Secours rouge international» izay misolo ny antoko kaominisita frantsay («Parti communiste français») izay misy rafitra ao amin’ireo tany voazanaka ; «Ligue anti-impérialiste en France». Nanoratra ihany koa izy ho an’ireto gazety ireto : «L’Aurore malgache », «Nouvelle Opinion», «L’Humanité» sy «Prolétariat malgache ». Ity farany ity dia gazetin’ny Antoko Kaominista faritra Madagascar («Parti Communiste, Région Madagascar - PCRM»). Fa na dia mpitolona mafana fo («Militant») aza ny Dokotera Raseta, fa tsy kaominista velively, dia nogadraina roa taona tao Moramanga izy rehefa avy noravan’ny fanjakana kôlônialy io PCRM io.

Ny taona 1943 ny Dokotera Raseta no nafahana tamin’ny fanagadrana azy ary dia notohiziny hatrany ny tolony ho fanafahana an’i Madagasikara. Nahomby izany fikelezan’aina izany satria indroa miantaona izy no voafidy ho Depiote tamin’ny alalan’ny «Assemblée constituante» na Antenimiera misahana ny fandrafetana Lalampanorenena. Dia tamin’ny taona 1945 sy ny taona 1946 izany. Ary ny 22 Febroary 1946 dia tao Parisy, renivohitry Frantsa, no nananganany, ny MDRM («Mouvement démocratique de la rénovation malgache») izay izy no lasa filohany ihany koa. Anisan’ny mpikambana tao amin’io MDRM io, ohatra : ny Dokotera Joseph Ravoahangy Andrianavalona, ny mpanoratra Jacques Rabemananjara, ny Dokotera Joseph Rakotonirainy, ny mpanao gazety Ranaivo Paul, Talen’ny gazety «La Nation malgache» … Ny 9 marsa 1947 dia nody aty an-tanindrazana ny Dokotera Raseta rehefa voatendry hisahana ny kaomisiona momban’ny finakaviana, ny Vahoaka sy ny Fahasalamam-bahoaka («Commission de la famille, de la population et de la santé publique») ao amin’ny Antenimieram-pirenena.

NY MARINA TAMIN’NY RAHARAHA 29 MARS 1947 SY NY MDRM

Nivory tao amin’ny biraony teto Antananarivo ireo mpikambana ao amin’ny MDRM ny andron’ny 27 martsa 1947. Niompana tamin’ny fanomanana ny kongresy saika hatao ny 6, 7, 8 aprily ny fivoriana. Nisy anefa vaovao voaray tamin’izay fa misy korontana hiseho eto Madagasikara mba hiampangana ny MDRM ho mpanohintohina ny filaminam-bahoaka. Nanoratra telegrama haingana i Jacques Rabemananjara mba hampitandrina sy handidy ny mpikamban’ny antoko ho tony sy tsy hamaly izay mety ho fiantsiana atao amin’izy ireo. Toy izao no vakin’izany telegrama izany :

« Prière diffuser et afficher, ordre impératif est donné à toutes les sections, à tous les membres du MDRM. Garder calme et sang-froid absolu devant manœuvre et provocation de toute nature destinées à susciter troubles sein population malgache et à saboter politique pacifique MDRM ».

Raseta, Ravoahangy, Rabemananjara

Bureau politique MDRM

Nisy nanafika ny toby miaramila tao Moramanga ny alin’ny 29 martsa 1947. Maro ny miaramila senegaly maty tamin’izany ka dia namaly faty izy ireo; novonoiny ny olona tao Moramanga, nodorany ny trano…

Noraisin’ny Frantsay ho fikomiana ny zava-niseho. Tsy nipetra-potsiny izy ireo fa avy hatrany dia nanao haza lambo ny mpikamban’ny MDRM sy ireo mpitarika izay voampanga ho tompo-marik’izao hetsika izao.

Toa tsy niely firy anefa io telegrama io kanefa fantatry ny fitondrana kôlônialy… Ary dia niazakazaka ny fandehan-javatra… Taorian’ny raharaha 29 mars 1947 dia nangataka fanazavana tamin’ny governemanta frantsay ny Depiote Joseph Raseta momba ireny vonon’olona nahatsiravina ireny. Inona no setrin’izany ? Izy indray no nanaovana famotorana teo anivon’ny Parlemanta («Enquête parlementaire») ny 20 Mey 1947. Ary ny 4 Jona 1947 dia nesorina taminy ny « Immunité parlmentaire ». Nosamborina izy ary nogadraina niaraka tamin-dry Ravoahangy sy Rabemananjara sy ny hafa voatonona anarana ary ny 4 Oktobra 1948 izy ireo no voaheloka ho faty, tamin’ny fitsarana naharitra telo volana mahery izay natao tao Andafiavatra.

Ny 7 Jolay 1949 dia novain’ny Filoha frantsay, Vincent Auriol, ho fanagadrana mandrapahafaty izany fanamelohana ho faty izany. Nalefa tany Comores aloha ny Dokotera Joseph Raseta ary avy eo tany Calvi (Nosy Corse) ny volana Oktobra 1950. Noho ny antony ara-pahasalamana dia nafahana izy ny 6 Aogositra 1955 ka nalefa tany Grasse ary farany tany Cannes (Frantsa). Ny taona 1956, tany izy no nitolona tamin’ny fanohanana an’i Stanislas Rakotonirina (Dadaben’i Désiré Razafindrazaka Madajazzcar) izay voafidy ho Ben’ny Tanànan’Antananarivo malagasy voalohany, ny taona 1956). Ny taona 1957 indray dia niaraka tamin’i Jacques Rabemananjara ny Dokotera Raseta sy ny tia tanindrazana rehetra mba hanao hetsika tokana sy ao anatin’ny firaisan-kina amin’ny fifidiana provinsialy tamin’izany fotoana izany. Ny taona 1958 dia nanampy be an’ny Pastora Richard Andriamanjato izy, tamin’ny fanorenena ny antoko AKFM (Antoko'ny Kongresin'ny Fahaleovantenan'i Madagasikara) izay nanohatra an’i Philibert Tsiranana sy ilay hoe Firaisam-be Frantsay («Communauté française»).

Ny volana Jolay 1959, rehefa nikasa hody antsokosoko aty Madagasikara ny Dokotera Raseta dia tratra tao Djibouti ary naverina tany Frantsa. Herintaona katroka taorian’izay, ny 19 Jolay 1960, taorian’ny niverina ny fahaleovantenan’i Madagasikara (26 Jona 1960) dia afaka nody soa aman-tsara izy. Ny volana Aogositra 1960 dia niditra mpikambana ao amin’ny AKFM izy ary dia lany ho Solombavam-bahoakan’Antananarivo. Ny taona 1963 dia niala tao amin’ny AKFM izy ary nanorina ny antoko FIPIMA (Firaisankina nasionaly malagasy). Tamin’ny fifidianana izay ho filoham-pirenena, ny 30 Marsa 1965, dia nandray anjara ny Dokotera Raseta. Izao manaraka izao no vokatra azo : Philibert Tsiranana : 97%- ny vato manan-kery. Joseph Raseta : vato 54.814 izany hoe 2%-ny totalim-bato manan-kery ; Alfred Razafiarisoa : vato 812 tamin’ireo mpividy 2.583.051 voasoratra anarana tamin’izay fotoana izany. Ny totalin’ny mponina tamin’izany dia 5.764.000.

Nanomboka teo dia nisintaka tanteraka tamin’ny resaka sy raharaha politika ny Dokotera Raseta. Rehefa tonga teo amin’ny fitondrana i Didier Ratsiraka dia nasandratra ho Mahery fon’ny Revolisiona («Héros de la révolution») izy ary dia nomen’ny mari-boninahitra « Grand Officier de l’Ordre des combattants de la révolution malgache». Ny 5 Oktobra 1979 no nandao ity tany fandalovana ity ny Dokotera Joseph-Delphin Raseta. Misy làlana mitondra ny anarany any Tanambao Toliara sy eto Andraharo Antananarivo.

Nandalo tokoa ny Dokotera Joseph-Delphin Raseta fa ny tantarany kosa tsy ho voafafa na oviana na oviana. Ary ny anao ry mpamaky, ry tanora, ry ?

Jeannot Ramambazafy

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusNy lehilahy no betsaka voa eto Madagasikara

Efa eo am-pamolavolana ny sokajin’isan’ireo marary azo nandritra ny fihibohana no mankaty nateraky ny fiparitahan’ny tsimok’aretina Covid 19 ny eo anivon’ny Ministeran’ny Fahasalamam-bahoaka.

 

 Anisan’ireny ny isan’ireo marary ka hanavahana ny lahy sy ny vavy ary ny ankizy sy ny zokiolona lasibatra….Na izany aza anefa dia efa hita taratra sahady fa ny lehilahy no betsaka voan’ity areti-mandoza ity teto amintsika raha oharina amin’ny vehivavy ka ireo eo anelanelan’ny 25 ka hatramin’ny 39 no tena betsaka voa. Noho ireo lehilahy izay tsy saron-tahotra raha oharina amin’ny vehivavy no antony mahatonga izany raha ny vinavina. Ny lehilahy ihany koa no tena mahavita dia an-tongotra amin’ny fandehanana miasa mivoaka isan’andro ka mifanerasera amin’ny olona betsaka raha manampy trotraka izany ny tsy fivakiana loha loatra ho an’ny sasany hoy hatrany ny fanazavana azo. Fantatra ihany koa fa nahatratra 6 ny distrika vaovao nahitana ny tsimok’aretina tato anatin’ny roa herinandro raha 20 no tsy voamarina fa nisy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha « écran plat 216 tapitrisa » Hafa ny resaky ny PNUD, hoy ny Transparency International

Tsy mbola vita eo ny resaka “écran plat” nahasaringotra ny minisitry ny atitany sady Filohan’ny CCO Covid-19, fa mbola mitohy, raha ny fanehoan-kevitry ny Transparency International Initiative Madagascar (TI-IM), izay nanapa-kevitra hanontany ny PNUD.

 Rehefa nifandray tamin’ny lehiben’ny PNUD, nandefa taratasy tany nanontany hoe ahoana marina ny fandehan’ity raharaha ity, dia namaly ry zareo, hoy Rtoa Ketakandriana Rafitoson Tale Mpanatanteraky ny TI-IM. Ny Minisitra dia naneho fa avy amin’ny PNUD ny fitaovana ary tsy nisy vola nandalo tamin’ny CCO, fa nandray vonona izy ireo. Rehefa nanontaniana kosa ny PNUD, dia ny famoaham-bola ihany no nataony, fa ny fisafidianana ny “préstataire” nividianana ny entana dia ny tao amin’ny CCO ihany, hoy hatrany Rtoa Ketakandriana Rafitoson. Tsihivina hatrany fa ny vadin’ny Minisitra no Tale ara-barotry ny orinasa nividianana ny entana mitentina 216 tapitrisa ariary, ka izao no mahatonga ny ahiahy hoe nisy ny kiantranoantrano. Misy zavatra mifanipaka io, ka izany rehetra izany no angatahanay fanazavana matotra sy mazava, hoy ny Tranparency International. Izay foana no naverimberina hoe tsy volam-panjakana io, tsy nivoaka tamin’ny paosintsika Malagasy ka tsy tokony, saingy tsy izany ilay izy fa any amin’ny fanajana ny fahamarinana na ny “principe d’integrité” amin’ny asa atao. Na tsy volantsika aza io, dia aty amintsika no hiafarany ka manan-jo ny olom-pirenena. Mbola tantara mitohy io, ary izahay dia mamporisika mafy ny PNUD, fa tsy tokony ho vitavita ho azy fotsiny, hoy hatrany ny Transparency International eo anatrehan’ity raharaha ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo sy ny manodidinaMaro no efa tsy mivaky loha amin’ny Covid 19

Tena efa mitombo ny olona tsy manao arotava eny an-dalana Amin’izao fotoana izao, raha ny zava-misy amin’ny ankampobeny eny rehetra eny.

 

  Maro ireo tànana sy toerana eto Antananarivo sy ny manodidinana no efa hatry ny ela no toa niala tao anatin’ny fihibohana sy ny tsy manaja fepetra intsony. Raha vao anaty Tanana, dia efa ny 80 na 90% amin’ny olona no tsy manao arotava. Isan’ny ahitana taratra izany amin’iny faritra Atsimondrano iny. Misy ny rehefa mivoaka ny arabe vao mody manao arotava. Ny ao an-tsain'ny olona , dia efa tamin’ny fiandohan’ny volana aogositra no hoe miverina amin’ny laoniny ny fiainana. Efa roa herinandro teo izay no efa nisokatra tsy miafina intsony ny Bar,… Ilaina foana anefa ny manaja ny fepetra sy mitandrina satria maro ny firenena tratry ny fiverenan’ny aretina mihamafy indray na ilay antsoina hoe “2ème vague” toa an’i Frantsa, Italie, Maroc,… Mila mifampitaiza sy mpifampiteny ihany koa ny any anaty fiarahamonina rehetra any mba hisian’ny fifampitsinjovana satria tena tsy misangy valanaretina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tahotry ny Covid 19Nihena antsasa-manila ireo mpanome ra

Nihena an-tsasa-manilabe izao ny isan’ireo olona mpanome ra antsitra-po tonga manatona eny amin’ny CNTS HJRA Ampefiloha, nandritra ny fihibohana, raha ny fanazavan’ny profesora Alison Oliva Rakoto, talen’ny hôpitaly.

 

 Lasa 40 sisa ireo olona nanana fandavan-tena raha nahatratra 100 izany teo aloha. Noho ny tsy fisian’ny fiara fitanteram-bahoaka sy ny tahotra mandeha eny amin’ny hôpitaly, noho ny fiparitahan’ny tsimok’aretina covid-19 no voalaza fa anton’izany. Nambaran’ity profesora ity araka izany fa tena misy fiantraikany amin’ny fandraisana an-tanana ireo marary izany indrindra fa ireo tratry ny lozam-pifamoivoizana ka mila ra maika na koa ireo vehivavy teraka nandalo fandidiana ka very ra. Tsiahivina moa fa mahatratra 120 isan’andro ny paosin-dra no ilaina eto an-drenivohitra hifampizaran’ireo hopitalim-panjakana isan-tsokajiny.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

IhosyMahatra 85 000 ar ny vidim-panafody hitsaboana Covid-19

Na dia be aza ireo olona ahiana ho mitondra ny tsimokaretina covid-19 “cas suspect” any Ihosy Faritra Ihorombe dia mbola tsy ahitana fitaovana fanaovana fitiliana azy ity any amin’ny CRCO Ihorombe mandraka ankehitriny ary tsy mbola misy toerana hitsaboana ny aretina coronavirus ihany koa.

Izay olona tonga manatona ny tobim-pahasalamana ao Ihosy ohatra fa ahitana soritr’aretina mampihahiahy dia asain’ireo mpitsabo mividy fanafody mifandraika amin’ny fitsaboana ny coronavirus ary asiana mitsabo tena sy mihiboaka maharitra any an-trano sy mividy fanafody ihany koa fa mbola tsy misy any an-toerana izany fitsaboana ny coronarirus maimaim-poana izany. Hitarainan’ireo olona any an-toerana anefa fa lafobe (mahatratra hatrany amin’ny 85 000 ar) ny sandan’izany fanafody vidiana izany ho an’ny olona iray. “Tairina ihany ny sain’ny CCO foibe mba hijery akaiky an’ity CRCO Ihorombe ity fa mijaly izahay, hoy ireo mponina any Ihosy”.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Mararin’ny CTC Ivato Voalohany amin’ireo afindra eny Mahamasina

Ireo mararin’ny Covid 19 eny amin’ny ivon-toeram-pitsaboana momba izany eny Ivato na CTC Ivato no voalohany amin’ireo afindra eny amin’ny CTC Mahamasina, raha ny fandaminana fantatra omaly.

 

Ny vovonana dizitaly Covid 19 moa no manampy amin’ny fandrindrana izay famindran-toerana ireo marary eny Ivato sy Alarobia ary Vontovorona izay, raha ny fanazavana. Ny tomponandraikitra voalohany eo anivon’ny CTC Mahamasina, ny Profesora Colonel Willy Ratovondrainy, moa dia nanome antoka fa ampy handraisana ireo marary hafindra ireo fandriana natao handraisana izany hatreto. Ampy ho azy ireo koa ireo mpitsabo eny an-toerana, hoy hatrany ny fanazavana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus788 sisa tsaboina, 74 ireo marary mafy

Niampy 75 ireo olona mitondra ny coronavirus hita tamin’ny fitiliana 420, izay manome taham-pahavoazana 17,85%.

 

Ny 41 no tato anatin’ny Faritanin’Antananarivo (29 Analamanga, 02 tao Tsiroanomandidy Faritra Bongolava); 03 Fianarantsoa (02 Matsiatra Ambony, 01 tao Ambatofinandrahana Amoron'Imania); 04 Mahajanga izay tao Antsohihy Faritra Sofia avokoa; 17 Antsiranana (02 tao Sambava Faritra Sava, 15 Faritra Diana ka ny 11 tao Antsiranana ary 04 Ambilobe); 10 Toliara tao amin’ny Faritra Atsimo Andrefana avokoa. Mitotaly 14 402 ny tranga rehetra hatramin’izay. Mijanona ho 178 ny maty satria tsy nisy tao anatin’ny 72ora.

93,29% NY TAHAM-PAHASITRANANA 81 ny sitrana vaovao omaly ka 16 Antananarivo (07 Analamanga, 02 Vakinankaratra, 01 Itasy, 06 Bongolava); 02 Toamasina izay tao Moramanga avokoa; 24 Fianarantsoa (02 Matsiatra Ambony, 08 Amoron'Imania, 10 Vatovavy Fitovinany, 04Ihorombe); 14 Antsiranana (06 SAVA, 08 Diana); 03 Toliara (01 Menabe, 02 Anosy); 13 436 ny sitrana izay manome 93,29%. Miisa 788 no mbola manaraka fitsaboana manome taha 5,47%. Nihena 13 ireo "forme  grave" ka 74 izy ireo amin’izao fotoana izao. Ny 50 Faritra Analamanga, 03 Vakinankaratra (Antsirabe),13 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa) ; 03 Faritra Atsimo Andrefana (Toliara), 03 Boeny, 02 Sava.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Dr Fidy Bariniaina“Mila miomana foana isika”

Nisy tenin’ny filoham-pirenena, raha tena nihaino azy isika, hoy ny Dr Fidy Bariniaina, dia ilay hoe ny fandraisan’andraikitry ny isam-batan’olona no antoka handresentsika ny COVID 19,

 

 raha naneho ny heviny mikasika ny fepetra vaovao momba ny fahamehana ara-pahasalamana amin’ity 15 andro manaraka ity. Mitombona indrindra iny amin’izao fivahan’ny fihibohana miandalana izao, hoy izy. Hitombo be izao ny fifampikasohan’ny olona ary mitaky fahamailoana be dia be avy amin’ny tsirairay. Zaro ny manasa tanana amin’ny rano sy savony, indrindra, mialohan’ny hikasihana orona sy vava. Raha misy tranga dia manatona dokotera fa azo tsaboina ny aretina. Mila miomana foana isika amina zavatra maro satria ny fitsaboana tsy matematika ka oe marina hatrany ny tombana atao. Ny siantifika dia samy manana ny fahitany ny zava-mitranga, hoy hatrany ity dokotera ity, ary mikasika ny filazan’ny siantifika sasany fa ny rano, ohatra, izao no mety fanafodin’ny aretina rehetra ho avy dia aleo ny ho avy no hanambara azy. Ny amin’izao aloha dia tsara ny misotro rano mafana na hoe mitovy hafanana amin’ny vatantsika, hoy izy.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Vatsy tsinjo - Boriborintany faharoa Nidina nanara-maso minisitry ny filaminam-bahoaka

Ny Polisim-pirenena no niandraikitra ny fanisana ireo olom-pirenena eny amin'ny boriborintany faharoa mahaksika ny fanomezana sosialim-bahoaka ho an'ny mponina eny an-toerana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ToliaraMpirahavavy niharan’ny fanararaotana ara-nofo

Mirongatra ny fanolanana ankizy ao Toliara. Nanomboka tamin’ny volana martsa teo no mankaty ohatra dia miisa 26 ireo tranga nisy ka ny 6 tamin’ireo dia tamin’ity volana Aogositra ity avokoa.

 

Ny telo tamin’ireto farany no niseho tamin’ny faran’ny herinandro teo ary nentina teo anivon’ny Centre Vonjy, ivon-toerana mandray an-tanana ireo ankizy hiharan’ny herisetra ara-nofo any an-toerana . Anisan’ny niaina izany ny tovovavy kely iraitampo roa 15 sy 17 taona. Ny mpampiasa azy ireo ihany no nanararaotra ny fahazazany ka tsy namelany raha tsy bevohoka ilay zandriny izay nolazain’izy ireo fa efa nitoe-jaza talohan’ny nidirana niasa tao aminy. Noteren’ireo mpampiasa azy hijery sary mihetsika mamoafady ity zazavavy kely ity raha ny fantatra ka rahonan’izy ireo rehefa manda. Izy mivady mpampiasa no fantatra fa tompon’antoka tamin’izany. Noho ny tsy fahalalana anefa dia niangavy azy mivady ireto indray mba handray ilay zokiny hanolo ilay bevohoka ny rain’izy mirahavavy kely izay marihina fa avy any Ankililaoka. Tena noraisin’ilay mpampiasa tokoa ity farany saingy mbola nanaovany ny filan-dratsiny ihany koa. Tsy nahatanty izany ity farany ka niala ary namonjy fodiana nitantara ny zava-nanjo azy. Teo ihany koa vao fantatra ny tranga niainan’ilay zandriny. Efa misokatra moa ny fanadihadiana ary efa eo am-pelatanan’ny mpitandro ny filaminana ny raharaha. Tsiahivina fa tovovavy kely iray 12 taona ihany koa tany an-toerana no naolan-dRaikeliny.

Nangonin’i Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarahamonina MalagasyLasa tahaka ny mihinam-bary ny mamono olona

Gadra maro no tafavoaka ny fonjan` i Farafangana ny alahady lasa teo. Taorian` ny hazalambo nataon` ny mpiandry fonja sy ny mpitandro filaminana, nandriaka ny rà ka maty voatifitra ny 20 tamin`ireo.

 

“Efa nampitandrina izahay saingy tsy nisy nijanona ireo gadra. Antony nitifirana azy ireo” hoy ny fanazavan` ny mpitandro filaminana tany an-toerana. Henjana ny nahita ireo sarina faty miampatrampatra eraky ny tanàna; na olon-dehibe na zaza tsy ampy taona tao an-tanàna dia samy nahita avokoa.Mbola niparitaka tamin’ny facebook avy eo ireo sary midika izany fa nahita ny rehetra.Nandeha ny adihevitra ary ny tsapa dia efa miha mafy fo ny ankamaroan’ny Malagasy ary manome rariny ny famonoana sy fanesorana aina.Satria hoe gadra nitsoaka sy olo-meloka, hono.Lasa miodinkodina be ny resaka, efa izay no sahaza an’ireny hoy ny sasany satria malaso ireny; angaha hita fa ny vahoaka no mandray andraikitra rehefa tsy hita ny manampahefana hoy ny hafa.Toa lasa efa mahazatra any anaty fiarahamonina ankehitriny ny mahita olona mitsirara amin’ny tany fa voatifitra na voafira famaky, na tapa-doha na efa misy tsy ampy ny rantsam-batana ny taovany. Efa endrika fahapotehan’ny fiarahamonina izany, hoy ny mpandinika ary efa miha tsy manam-panahy tsara intsony ny olona, sanatria efa mitovy amin’ny biby.Misy fanabeazana goavambe mila atao eto fa tsy handroso sy hivoatra mihitsy ny fiarahamonina mankasitraka fifamonoana sy herisetra izany.Ny mpitondra, mpitantana sy ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny no mila mampiseho ohatra tsara mba handresena lahatra ny olom-pirenena hiverina amin’ny lalana tena izy.Mazava ho avy mila manao ny asany araka ny tokony ho izy ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana fa tsy ho roboka anaty kolikoly fa io no mahatonga ny olona tsy hahatoky ka hanao fitsaram-bahoaka isaky ny misy irika.Marihana anefa fa ny herisetra ihany no miteraka herisetra hany ka lasa sarotra ny fametrahana fitoniana raha hifamono am-pitoerana eto fa tsy mahita vahaolana mahomby hitandroana ny flaminana sy ny fandriampahalemana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ambatofotsy sy AndramasinaFrezy 15 kg isan’andro sisa no lafon’ny mpamboly iray

Mahatratra 1 taonina isan’andro ny vokatra frezy miakatra eto an-drenivohitra avy any Ambatofotsy sy Andramasina.

 

Hatramin’ny nisian’ny fihibohana nateraky ny fiparitahan’ny valan’aretina Covid 19 teto amintsika anefa dia tsy mahalafo afa-tsy 15 kg sisa ny mpamokatra iray raha nahatratra 30 kg izany teo aloha. Vokany potika sy lo am-pitoerana fotsiny ny vokatra frezy. Tsy nisy rahateo ny fiara fitateram-bahoaka efa amam-bolana izao ka eny amoron-dalana any amin’iny lalam-pirenena fahafito iny sisa no manoko frezy hamidy ireo tantsaha mpamokatra. Tsy mbola nahazo fanampiana avy amin’ny fanjakana anefa izy ireo toy ny Tosika Fameno… Nomarihin’ireto mpamokatra frezy eny Ambatofotsy sy Andramasina ireto moa fa tsy misy orinasa mandray ny vokany intsony eto an-drenivohitra efa an-taonany izao. Taloha anefa mba anisan’ny nanampy azy ireo ny SEVIMA…. Vokatra haodina ho lasa kaonfitira. Miantso ny fanjakana Malagasy izy ireo araka izany mba hitady lalam-barotra hahafahany mamoaka ny vokatra vokariny.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fonja vaky tao FarafanganaVoafonja 22 no mbola karohina

Mitohy ny fikarohana ireo voafonja nitsoaka tao amin’ny fonjaben’i Farafangana ny atoandron’ny alahady 23 aogositra 2020.

 88 ireo nanao amboletra itsoaka, nandratra mpandraharaha ny fonja iray sy naka basy iray teny amin’ny mpiambina. 22 no mbola karohina hatramin’ny omaly hariva nandraisana ny vaovao. Nitifitra ny mpitandro filaminana satria nisy basy iray nangalarin'ny voafonja ary nitora-bato ireto farany. Namoy ny ainy ny iray tamin’ireo valo naratra mafy tsaboina ao amin’ny hopitaliben’i Farafangana. Tafakatra 21 ireo voafonja namoy ny ainy, voatifitra. Azo sambo-belona ny ambiny. Tombanana ho ny fampiatoana ny famangiana ireo voafonja noho ny hamehana ara-pahasalamana hisorohana ny fihanaky ny valanaretina coronavirus, no nahatongana ity fitsoahana faobe tao am-ponja ity. Mikasika ity vaky fonja tao Farafangana ity dia geno fa hidina any an-toerana ny minisity ny Fitsarana amin’ity anio ity.

 Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiverenan-dakilasy Malalaka hanapa-kevitra ny sekoly tsirairay

Andro sisa no isaina dia higadona ny fanadinam-panjakana. Izany hoe fotoana ny famerenan-desona izao ho an` ireo mpiadina na an-trano izany na an-tsekoly.

Manoloana izany dia nanome alalana ho an` ireo sekoly rehetra ny minisitry ny fanabeazam-pirenena raha tena ilaina ny fampiakarana ireo mpianatra an-tsekoly na tsia momba ny famerenan-desona. Torak` izany ihany koa ho an` ireo mpianatra tsy manala fanadinana. “Misy DREN nahavita programa satria tsy mitovy ny fepetra noraisina isaky ny faritra. Samy mandanjalanja ny fiverenan` ny mpianatra an-dakilasy ireo sekoly samihafa. Misy no misafidy mandefa lesona mifanaraka amin`ny teknolijia. Omena alalana ireo sekoly hamerina ireo zaza any an-tsekoly raha ilaina izany. Ho an` ireo mpianatra tsy manala fanadinana kosa dia tsy miova ny tetiandrom-pampianara izay didim-pitondrana noraisin` ny MEN 21 aogistra 2019. Manaraka izany ny sekoly tsirairay ka anjarany no manapaka izany”. Ho an` ny sekoly tsy miankina iray etsy Itaosy ohatra dia miverina an-dakilasy anio ireo mpianatra hanala CEPE ary mianatra maraina hatramin` ny hariva mihitsy ireo katita kely satria enina andro sisa ny hiomanana izany raha ny tetiandro navoakan` ny fanjakana ho an` ny faritra Analamanga.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinana teknikaHanomboka ny 14 septambra izao

Navoakan’ny minisitry ny fampianarana tekinika vaovao, Ernest Tsikel’Lankina, ny daty hanaovana ireo fanadinana tekinika eto Madagasikara ho an’ity taona 2020 ity.

 

Ny 14 ka hatramin’ny 16 septambra izao no atao ny fanadinana ahazoana ny marim-pahaizana CFA na “certificat de fin d’apprentissage”. Ny 14 ka hatramin’ny 17 septambra ny CAP na “certificate d’aptitude professionnelle”. Ny BEP kosa na « brevet d’études professionnelles » dia mamarana izany ny 21 ka hatramin’ny 24 septambra. Ny fifaninanana hidirana taona voalohany eny amin’ny lisea tekinika moa dia ny 1 sy 2 oktobra 2020.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly HJRANotsenaina tamin-kafaliana Pr Ahmad

Niverina nandray ny andraikiny amin’ny maha-pitsabo azy ny Pr Ahmad Ahmad, izay Minisitry ny fahasalamana teo aloha.

 

 Tamin-kafaliana no nandraisan'ireo mpiara-miasa aminy tao amin'ny sampana "Radiologie" HJRA azy omaly. Nirantiranty ny sora-baventy amin’ny teny vahiny hoe : « Welcome back» na hoe: “Tonga soa indray” nentina nitsenana ity Profesora ity, izay niteraka adihevitra ho an’ny mpanara-baovao ny fanesorana azy. Midika izao, fa na tsy tonga lafatra aza ity minisitra teo aloha ity tamin’ny asany sy ny andraikitra notanany, dia nanao ny ainy tsy ho zavatra, notohanan’ny besinimaro ny zavatra nataony,… Tsy mba izany kosa ny setriny ho an’ny Mpitondra firenenana fa fanesorana satria tsy nifaranaraka tamin’ny kajikajy politikany ny nataon’ny minisitra fa mety niasa tamin’ny maha teknisianina sy siantifika azy. Maro ny naneho ny alahelony sy ny hatezerany tany anaty tambajotran-tserasera tamin’ny fanesorana ity minisitra ity, saingy mandalo tokoa angamba ny toerana. Tsy izay tian’ny vahoaka rahateo no atao, raha ny fihetsika sy hafatra ankolaka tian’ny Fanjakana haseho, saingy hafa ihany ilay hoe : aleo halan’andriana, toy izay halam-bahoaka e !

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinam-panjakana Vonona ny Minisiteran` ny fanabeazam-pirenena

“Ao anatin` ny hahamehana ara-pahasalamana isika indrindra ho an`ny ankizy. Nampiatoana ny fianarana kanefa tsy maintsy manala fanadinam-panjakana izay zony.

 

 Manampy ny fanjakana mampifanaraka amin` ny zava-misy. Efa mikarakara izany ihany koa ireo teknisianina. Betsaka ny dingana vita toy ny fanaovana laza adina izay haparitaka manerana ny nosy amin` ity herinandro ity” hoy Dr Marie Michelle Sahondrarimalala, minisitry ny fanabeazam-pirenena. Efa nambara ireny datim-panadinana, hoy izy, efa vonona avokoa ireo mpiantsehatra eny ifotony rehetra. “Ho an` ny DREN Analamanga ohatra, dia niandry daty fotsiny fa efa azo zaraina ny “convocation”. Ho an` ny DREN isam-paritra dia mila tonga telo andro mialohan` ny fanadinana ny laza adina”. Momba ny laza adina hatrany dia efa nisy ny fihaonana narahana tamimn` ny CNAPMAD, izay miandraikitra ny fanotana ny laza adina, ary efa miasa izy ireo ankehitriny. Nisedra ny sarotra ny mpiasan` ity orinasam-panjakana ity ary efa nampandroso soso-kevitra ka hisy ny vahaolana, hoy ihany izy. Mahakasika ny fizotran` ny fanadinana indray dia tsy maintsy hajaina ireo fepetra ara-pahaslamana: hozaraina aro vava ny ankizy, hajaina ny elanelana iray metatra, hisy ny fizarana “gel desinfectant”.... Nitondra teny momba ireo sekoly tsy miankina indrindra tsy manome “convocation” raha tsy voaloa ny saram-pampianarana ihany koa ny MEN. “Tsy maintsy manome izany ireo sekoly. Ekena fa manana olana ara-bola ny sekoly tsy miankina saingy ny fiantrehana ny fanadinana no laharampahemana. Misokatra kosa ny fifampiresahana eo anivon` ny minisitera”. Ankoatra izay kosa dia nanome alalana ho an` ireo sekoly rehetra ny minisitera raha tena ilaina ny fampiakarana an` ireo mpianatra an-tsekoly momba ny famerenan-desona na ihany koa ho an` ireo mpianatra tsy manala fanadinana. “Misy DREN nahavita programa satria tsy mitovy ny fepetra noraisina isaky ny faritra. Samy mandanjalanja ny fiverenan` ny mpianatra an-dakilasy ireo sekoly samihafa. Misy no misafidy mandefa lesona mifanaraka amin`ny teknolijia. Omena alalana ireo sekoly hamerina ireo zaza any an-tsekoly raha ilaina izany. Ho an` ireo mpianatra tsy manala fanadinana kosa dia tsy miova ny tetiandrom-pampianara izay didim-pitondrana noraisin` ny MEN 21 aogistra 2019. Manaraka izany ny sekoly tsirairay ka anjarany no manapaka izany.” hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

TsaradiaHamafisana ny fepetra sy fiarovana ara-pahasalamana

Vonona hanatanteraka sidina ny kaompania Tsaradia araka ny toromariky ny Filoha Rajoelina.

 

Izany dia ireo sidina natiny hampifandray ireo faritra eto Madagasikara. Manamafy ny kaompania fa hametraka ireo fepetra sy fiarovana ara-pahasalamana isaky ny sidina izy mba hisorohana ny fiparitahan` ny valanaretina COVID-19. Eny amin` ireo ivontoerana indray dia tsy maintsy hajaina ireo fepetra ara-pahasalamana toy ny fanajana ny elanelana iray metatra, ny fanaovana aro vava ary ny fampiasana “gel hydroalcoolique” na mpanjifa na ihany koa mpiasa eo anivon` ity kaompania ity. Mialohan` ny sidina kosa dia tsy maintsy manana filitiana 72 ora alohan` ny fihaingana, hoy ny kaompania. Izany taratasy fanamarinana izany dia tsy maintsy asehon` ny mpandeha rehefa hanainga izy ireo. Hisy ihany koa ny fitsapana maripana an` ireo mpandeha rehetra. Rehefa ao anatin` ny fiaramanidina indray dia tsy maintsy manao aro vava sy “gel”. Tsy hisy kosa ny fandrosoana sakafo, na fizarana samihafa, hoy hatrany ny fampitam-baovao. Nomarihan` ny Tsaradia hatrany fa ireo fiaramanidina ao aminy dia tsy maintsy hamendrahana fanafody avokoa. Raha tsiahivina dia ireo sidina mankany Toliara, Morondava, Sambava, Nosy Be, Toamasina, Sainte-Marie, Taolagnaro, Mahajanga, Maroantsetra ary Antsiranana ihany hatreto no nahazo fankatoavana avy amin` ny fitondram-panjakana hanatanterahina ireo sidina manomboka ny 01 septambra izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiverenan’ny fitaterana Misimisy ihany ireo fepetra tsy maintsy arahana

Nitondra fanazavana misimisy kokoa mahakasika ireo fepetra ho an’ny fitaterana ny Minisitry ny Fitaterana, ny Fizahantany ary ny Famantarana ny toetr’andro, Ato Joël Randriamandranto omaly tao amin’ny TVM .

 

 Ho an’ny taksibe dia tsy maintsy mampiasa gel désinfectant, arotava ho an’ireo mpandeha ; « visière » miampy « gilet » sy « badge » ho an’ireo mpamily sy resevera ; Fanaovana « gant » ho an’ireo resevera; Fanaovana « désinfection » ny fiara isan’andro ; tsy mahazo mampiasa "strapontin" ; tsy misy fampiakarana ny saran-dalana ; angatahana hanome saran-dalana tsy misy fameriny ireo mpandeha ; mifarana amin’ny 8 ora alina ny fe-potoana hahafahana miasa. Ho an’ny zotra Nasionaly sy Rezionaly kosa, dia mahazo miditra an’Analamanga ireo olona rehetra tavela any amin’ny Faritra, amin’ny alalan’ny fampiasana fiara tsotra, kanefa tsy mahazo mivoaka intsony. Olona 4 ihany no ao azon'ireo fiara tsotra entina (olona 2 eo aloha, 2 hafa aoriana). Mahazo alalana hifamezivezy amin’ny “AXE RN2” ireo fiara tsotra ary voafetra ho olona 4 ihany no ao anaty fiara manomboka ny 29 aogositra. Manomboka ny asabotsy 29 aogositra 2020 ny zotra eto Analamanga mihazo an’i Toamasina I, Toamasina II, Mahanoro, Vatomandry, Brickaville; ary afaka miasa ireo zotra rezionaly mankany Manjakandriana sy Moramanga manomboka. Tsy maintsy mampiasa "manifold" ireo “taxibrousse” tsirairay avy eo ampiaingana, ary mampiseho izany eo am-pahatongavana, mba hahalalana ny mombamomba an’ireo mpandeha rehetra. Amin’ny atoandro ny fiaingana rehetra mba ho fanajana ny « couvre-feu ». Miankina amin'ireo CRCO isaky ny faritra ny fandrindrana/fanokafana na tsia ireo zotra nasionaly/rezionaly mahakasika azy ireo. Ho henjana ny sazy ho an’ireo tsy manaja ireo fepetra rehetra ireo. Isan’izany ny fisintomana ny fahazoan-dalana hahafahan’izy ireo mitatitra olona na ny « licence », hoy ny minisitra.

ZOTRAM-PIARAMANIDINA ANATINY

Hosokafana miandalana ireo sidina anatiny manomboka ny 1 Septambra 2020, mampitohy an’Antananarivo sy Sambava, Antsiranana, Taolagnaro, Toliara, Nosy Be, Toamasina, Mahajanga, Sainte-Marie, Maroantsetra, Morondava ; Tsy maintsy manao test PCR roa andro mialoha ireo mpandeha ary mampiseho ny valin’izany miiba (négatif) eo am-piaingana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Taxibe eto an-drenivohitraTsy hisy intsony ny tapa-dalana

Tsy hisy intsony ny saran-dalana tapa-dalana toy ny 200 sy ny 300 Ar manomboka izao fa tsy maintsy 500 Ar avokoa no alohan’ny mpandeha iray na dia mandingana tobim-piantsonana iray fotsiny aza.

 

Io no fepetra noraisin’ny ankamaroan’ireo taxibe eto an-drenivohitra sy ny manodidina indrindra taorian’ny nandrenesana ny kabarin’ny Filoham-pirenena fa mbola tsy mahazo manao strapotin izy ireo na ilay seza afovoany ho fiarovana amin’ny mety ho fiparitahan’ny COVID 19 . Toraka izany koa ilay tsy fahafahana manondrona saran-dalana izay nambaran’ireo mpamily sasany fa tena fatiantoka ihany.Efa nisy tamin’ireo mpamily taxibe moa omaly no namonjy ilay famendrahana ranom-panafody teny amin’ny Coliseum omaly hisorohana ny mety ho filaharam-be hitranga amina toerana maro eto an-drenivohitra sy ny manodidina rahampitso. Nozaraina aron-tava ihany koa ireo mpamily sy ny mpanampy azy niampy ilay gel fanosotra amin’ny tanana ho famonoana mikraoba.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Samy manao izay tiany

Samy manao izay reviny, hoy ny fitenin’ny tanora izay. Rehefa mijery ny fiarahamonina Malagasy amin’izao fotoana izao tokoa dia toa samy manao izay tiany daholo amin’ny ankapobeny manomboka any amin’ny mpitondra ka hatrany amin’ny vahoaka isanisany.

 

Nisongadina indrindra izany tao anatin’izao fahamehana ara-pahasalamana tena hirariana mba hadiva hifarana izao tokoa. Inona moa no tsy efa nitranga teto tao anatin’izay herintaona sy tapany mahery izay? Te hividy “bonbon sucette” ny minisitra sasany dia nividy. Te hanisy zava-baovao tao anatina vakoka ny mpitondra dia nanao. Io moa izao ny resaka fahitalavitra fisaka izay sambany teo amin’ny tantara no nahenoana izany hoe fanomezana avy any ivelany kanefa misy faktiora miaraka aminy ary tsy iza no mpivarotra sy mpividy voasoratra ao fa minisitra sy vadiny. Tsy nisy bedy koa iny. Manam-pahefana nandona olona tamin’ny fiara, voalaza ihany koa fa efa somary azonkazona alikaola sy naniratsira mpitandro filaminana saingy tsy naman’ny tsy nisy bedy ihany koa fa dia nametra-pialana fotsiny. Soa ihany aloha fa mba nahavita iny ohatra tsara farany iny hianaran’ireo hafa. Atao ny fanadinam-panjakana. Tsy misy fiomanana mahazatra toy ny fihibohana 40 andro ho an’ireo mpanomana laza adina fa dia hoe amin’ny herinandro fotsiny izany no mifankahita. Na ireo kilonga kely izay hiatrika izany manomboka amin’ny 1 septambra aza izany dia ny ray aman-dreniny no nosahiranin’ny fanjakana hampiomana azy ireo amin’izay fahaizany mampianatra an-janany eon a dia tsy mpampianatra aza izy ireo. Nosarihina tsy fidiny hanipy ny volany sy ny saram-pianaran-janany teny am-baravarakely ireo ray aman-drenin’ny mpianatra, indrindra, amin’ny sekoly tsy miankina satria sady tsy nisy mpampianatra nanara-maso ny zanany akory fa ireo enti-mody nasaina nalaina tany an-tsekoly fotsiny no mba novidiana tamin’izany. Mitotongana avo roa heny noho izay efa nisy ny fanabeazam-pirenena ary mampametra-panontaniana mihitsy hoe mbola fanabeazana ve ny fampirisihana ny olona hiantso ilay fiarovana ny vava sy ny orona iny hoe “arovava orona” raha toa ka azo fintinina tsotra amin’ny hoe “arotava”? Inona tokoa moa no mifanohitra amin’ny teny hoe fanabeazana fa toa maha lasa saina izao tranga samy manao izay tiany izao?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Masoivohon’i MonacoHifantoka amin’ny fahasalaman’ny reny sy ny zaza

Ao anatin’ny tanjona ny amin’ny hampaharitra ny fiaraha-miasa efa mipetraka eo amin’ny hopitalin’ny reny sy ny zaza eny Ambohimiandra sy ny masoivohon’i Monaco eto Madagasikara,

 

 izay efa niandoha tamin’ny taona 2004 dia nisy ny famatsiana fitaovana ara-pahasalamana nataon’ity masoivoho ity ho an’izay CHU eny Ambohimiandra izay. Fandriana lehibe miisa 7, fandriana ho an’ny zaza miisa 2, kidoro fatoriana miisa 8 natao ho an’ny zaza ihany koa no isan’izay famatsiana ara-pitaovana izay. Nanolotra fitaovana hafa toy fanala moka na “aspirateurs de micosité” sy fandanjan-jaza ihany koa ireto vahiny ireto. Hifantoka amin’ny fahasalamana, indrindra, ny an’ireo reny sy ny zaza, hoy hatrany ny fahazavana, ny hetsik’ity masoivoho ity manomboka eto.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Amoron’i ManiaNamboly Accacia ny any Fandriana

Praogramam-panjakana ankehitriny ny hamerina an i Madagasikara ho Nosy Maitso hananantsika Tontolo iainana

 

mirindra sy fandrosoana Lovainjafy ka tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo tany amin’ny kaominina ambanivohitr’i Fandriana dia notanterahina niaraka tamin-dRtoa depioten’i Fandriana niaraka tamin’ny DREDD Amoron i Mania sy ny Distrikan i Fandriana, ny Sefon’ala ao Fandriana sy ny “Association des éxploitants forestiers” ary ny kaominina ambonivohitr’i Fandriana Mifandray ny fikarakaràna ny tanin janan kazo ho an’ny CU Fandriana izay “accacia” no nafafy tamin’izany ary zana-kazo100.000 isa no handrasana hitsimoka amin izany. Ho avy ny anjaran ireo kaominina ambanivohitra rehetra ary éfa maro ihany koa ny mamboly hazo fihinam-boa toy ny kafe. Nentanina tamin’io fotoana io ny tsy tokony handoron’ny olona fahatana ny ala satria “Fandriana Maitso no tanjona”.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

JIRAMAHifarana amin’ny 19 septambra ny fanoloana fantson-drano

Mitohy ny asa fanoloana fantson-drano tranainy sy manary rano iarahan'ny JIRAMA sy ny orinasa TRG International avy atsy Afrika Atsimo manatanteraka.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny atitanyNisy nitory eny amin’ny Filankevi-panjakana

Nametraka fitoriana ny Minisitry ny Atitany sady Filohan’ny CCO Covid-19 teny amin’ny Filankevi-panjakana ny Fikambanana Antoko politika sy olon-tsotra notarihin-dry Joseph Yoland loholona teo aloha omaly.

 

Ao anatin’ny fitoriana dia maneho fa misy kiantranoantrano sy tsy fanajana ny dingana sy lalàna tokony arahina amin’ny fahazoana tsenan’asam-panjakana tamin’ilay raharaha fividianana entana 216 tapitrisa ariary, izay io minisitra io sy ny vadiny no mpividy sy mpivarotra ao anatin’ny faktiora. Tsy misy resaka mpanohitra fa resaka tombotsiam-pirenena, hoy ireo mpitory. Isika efa sahirana kanefa mbola misy ny fanodikodinam-bola. Nitory any amin’ny Bianco ihany koa ny Firaisam-pirenena. Raha tena voaporofo ny kiantranoantrano sy kolikoly aorian’ny fanadihadian’ny Bianco, dia apetraka amin’ny PAC ny raharaha raha olon-tsotra, ary raha any amin’ny HCJ kosa raha olom-panjakana ambony. Asa izay ho tohiny, fa ny fahatafaverenan’ity minisitra ity eo amin’ny toerany taorian’ny fanovana governemanta aloha, dia midika fa miaro azy tsy miasa saina amin’ny mety ho fahadisoana nataony ny Filoham-pirenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana RajoelinaDiso fahavalo hatrany

Mila mamerina ny fifampitokisana eo amin` ny vahoaka sy ny fanjakana ny mpitondra.

 

Tsapa nandritra ny herintaona sy tapan’ny fitondrana Rajoelina fa tena  niha marisarisa ny fahatokisan’ny vahoaka ny fanjakana. Azo hamaritana izany ireo fanehoan-kevitra ataon` ireo mpanao politika na koa ireo olom-pirenena na amin` ny haino aman-jery sy ny tambajotra serasera izany. Tsy mahatoky intsony ny rafitra samihafa ny olom-pirenena ny rafitra samihafa. Maromaro ny zava-mitranga ka manapotika fanjakana. Diso laharampahamena matetika anefa ny fanjakana izay tsy hitondra soa ny firenena. Na inona na inona zavatra ataon` ny mpanohitra dia aleo ny asa atao farany izay vitany. Tsy tokony hafangaro ny asa tsy maintsy atao sy ny politika. Mila mandamina laharampamehana ny fanjakana fa tsy ny mpanohitra na koa ny mpanao gazety tsy akory no fahavalony fa ny fahasahiram-bahoaka. Maro no lalana nandalovan` ny firenena ka maro ny lesona azo tsohanana amin` ny fomba fitantanana hampahomby ny asa atao. Ny firenena no tokony ho jerena fa tsy ireo kajy samihafa. Tena tsara ny mahavita “building”mijoalajoala sy fonja be manaram-penitra saingy tsy maintsy jerena akaiky tena faran’izay maika ny hanatsarana ny fahefa-mividin’ny isan-tokantrano.Ny fahantrana no tena fahavalo ka ny ady atao aminy no tena tokony handaniana ron-doha sy fotoana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenenaBanga roa ny toeran’ny solombavambahoaka

Hivory tsy ara-potoana ny Antenimieram-pirenena manomboka rahampitso alarobia 26 aogositra 2020 araka ny tatitry ny filankevitry ny Minisitra ny alakamisy 20 aogositra 2020.

 

Eny amin’ny Lapam-panjakana Tsimbazaza no hatao ny fanokafana ny fivoriana rahampitso amin’ny 3 ora tolakandro. Ny lahadinika amin’izany dia mikasika ny « commission mixte paritaire » hoentina mandany ny volavolan-dalàna laharana faha 001/2020 tamin’ny 26 febroary 2020. Banga roa ny toeran’ny solombavambahoaka taorian’ny nahafaty an’i Rakotomalala Lucien, solombavambahoaka IRD voafidy tao Morombe, Faritra Atsimo Andrefana, ny 7 jolay 2020 sy ny nahavoatendry an’i Bavy Angelica Michelle, izay solombavambahoaka IRD voafidy tao Fenoarivo Atsinanana sady filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena Faritany Toamasina, ho minisitry ny mponina sy ny fiahiana ara-tsosialy ary ny fampivoarana ny vehivavy ny 20 aogositra 2020. Izany dia fampiharana ny andininy faha-71 amin’ny lalampanorenana. Didy avoakan’ny Fitsarana avo momba ny lalampanorenana no manondro izay handimby toerana azy ireo ao Tsimbazaza, toy izany koa ny minisitra hiverina ho solombavambahoaka rehefa tsy mpikambana ao anatin’ny governemanta intsony izy, nefa tsy mbola tapitra ny fe-potoana iasana nahavoafidy azy. Hatry ny omaly anefa tsy mbola namoaka didy mahakasika ireo ny Fitsarana avo momba ny lalampanorenana.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko mpihira Taratry ny MazavaMiantso ny Malagasy hifankatia

Amin’ny maha mpitory ny filazantsara dia ny fitondrana am-bavaka ny firenena mba ho afaka anatin’izao areti-mandripaka izao tao anatin’izay 5 volana izay no tena nimasoanay,

 

 hoy ny filohan’ny antoko mpihira Taratry ny mazava, Ralaiarimanana. Nentina nampisaintsaina antsika ireny zava-misy ireny fa tsy maintsy mandalo olana ny firenena kanefa rehefa matoky an’Andriamanitra dia tsy hilaozany. Natao hahatsiarovan’ny Kristianina tena ireny satria i Arona mpanjaka na dia nirehareha sy natanjaka aza raha tsy nitodika tamin’Andriamanitra dia zava-poana izany. Raha tsy teo Andriamanitra dia efa asa fotsiny izay nanjo teto, hoy izy, araka ilay teny hoe raha mbola misy na iray aza mino ao amin’ny firenena dia ho foanako ny fandringanana. Ny vokatra manaraka izay hivoaka aorian’izao fihibohana izao moa dia mitondra ny lohateny hoe “Safidy”. Ny tanjona dia ny hiantsoana ny Malagasy rehetra hifankatia fa tsy hifanenjika intsony satria Malagasy mifankatia no hitondra any amin’ny fampandrosoana, hoy hatrany ny Taratry ny Mazava.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanolotsaina monisipaly TIM“Manararao-pahefana ny ben’ny tanàna”

Miha mafana ny fifandirana eo amin’ny fitantanana ny tanànan’Antananarivo

 

.Nanao fanambarana omaly ireo mpanolontsaina monisipaly voafidy tamin’ny anaran’ny antoko politika Tiako i Madagasikara fa manameloka ireo fihoaram-pefy sy ny fanararaotam-pahefana nisesisesy nataon’ny ben’ny tananan’Antananarivo, Naina Andriatsitohaina, tato ho ato . Ohatra amin’izany ny fanafoanana amin’ny alalan’ny taratasy tsotra ny « Bail Amphytéotique » mikasika ny tany eo Anosipatrana ampiasain’ny MBS izay nahazoana fankatoavan’ny filankevitra monisipaly araka ny fanapahan-kevitra laharana faha 013-BFM/Délib.2000 tamin’ny 08 mey 2000 ary nohamafisin’ny fanapahan-kevitra laharana faha 008-CUA/VM/Délib.16 tamin’ny 11 martsa 2016, ny fandrodanana ireo fotodrafitr’asan’ny Kominina Antananarivo Renivohitra izay miorina ara-dalana, araka ny fifanarahana teo amin’ny CUA sy ny mpampiasa azy sy ny fanapahan-kevitra monisipaly mifanaraka amin’izany, ny fanesorana ireo mpivarotra mampiasa sy manofa ny « Pavillon »  eo amin’ny Esplanade Analakely, izay marihina fa efa nisy fanapahan-kevitra ihany koa noraisin’ny filankevitra monisipaly sy fifanarahana ara-dalàna teo amin’izy ireo sy ny CUA. Tsy fahefan’ny ben’ny tanana mihitsy ny manova na manafoana ny fanapahan-kevitry ny filankevitra monisipaly amin’ny alalan’ny taratasy tsotra na naoty. Ny ben’ny tanana dia natao hanatanteraka ny fanapahan-kevitra monisipaly na « délibération », araka ny andininy faha 16 amin’ny lalàna 2015-011 tamin’ny 01 aprily 2015 momba ny Sata manokana mifehy ny tananan’ Antananarivo. Ny filankevitra monisipaly ihany no manana fahefana maka fanapahan-kevitra momba ny fifanarahana fampanofana maharitrana na “bail amphyteotique” ny fananan’ny kaominina, araka ny andininy faha 15 ao amin’ny lalàna fehizoro 2014-018 tamin’ny 12 septambra 2014. Noho izany dia mitaky ny fanajanonana tsy misy hataka andro ny fandraisan’ny ben’ny tananan’Antananarivo renivohitra fanapahan-kevitra samy irery ary tsy ara-dalàna izay mety hiteraka tsy fifampitokisana eo amin’ny mpitantana sy ny vahoaka ireto mpanolontsaina ireto ary miantso ny Prefen’ny polisy handray ny andraikiny manoloana izao zava-misy izao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Brunelle« Mila fanadihadiana ny raharaha Farafangana »

Mampivarahontsana ny maheno ny isa hoe 21 no namoy ny ainy. Mora loatra ilay famonoana olona, ary mpitandro filaminana aho no miteny an’izany, hoy ny

 

Filoha lefitry ny antenimieram-pirenena avy amin’ny Faritanin’I Fianarantsoa Brunelle Razafitsiandraofa nandritra ny fandaharana tamina fahitalavitra iray omaly hariva. Misy ny fianankavian’ny maty niantso azy, fa halatra akoho no nanagadrana ilay olona tao. 4 taona tsy notsaraina fa tao ihany, ary isan’ireo namoy ny ainy, tany Farafangana. Tokony sokafana ny fanadihadiana lalina, mba hivoahan’ny marina, hoy ity olom-boavidy ity. Nisy ihany koa moa ny fanambarana nataon’ny mpiaro ny zon’olombelona nanameloka ity fandripahana olona faobe noho ny raharaha fiokoana sy fandosirana ny fonja ity.Efa nanamarika ihany koa omaly ny teo anivon’ny vaomieram-pirenena mahaleotena momba ny zon’olombelona (CNIDH) omaly hoe:fa nahoana moa no tonga diia notifirina ho faty ireo gadra nitsoaka ? Tsy azo natao angaha ny nitifitra azy reo teny amin’ny tongony ohatra mba tsy nahafahana nitsoaka intsony dia nosamborina avy eo.Tsara ho marihana araka ny fampitam-baovao fa basy 1 no azon’ireo dahalo tamin’ny fikomiana sy fitsoahana natao, ary efa tafaverina io basy io.

Toky R

La Vérité0 partages

Handball- FMHB - Probable retour des championnats en novembre

La fédération malagasy de handball (FMHB) a tranché sur les éventuelles  dates de reprise des compétitions et a prévenu ses ligues. Pour le président de la FMHB, qui a tout de même retenu certains principes pour la suite des événements, a laissé en suspens la date de retour des compétitions. Selon lui, il n'est pas question de déclarer la saison blanche. « Nous n'allons pas reprendre la compétition au lendemain du déconfinement, qui se fera très certainement par étapes. Nous allons d'abord attendre l'ouverture des infrastructures sportives. Cela est indispensable pour les différents clubs car ils auront besoin de six semaines de préparation avant de reprendre le championnat», annonce un technicien de la fédération.Deux options ont été avancées soit dans la Capitale ou  à Fianarantsoa pour les jeunes ou bien à Mahajanga pour les seniors au cas où aucune infrastructure ne sera libre pour la tenue de l’évènement à Antananarivo. Un communiqué a été envoyé à chaque membre annonçant la date probable du retour des championnats nationaux 2020. « Les périodes possibles pour poursuivre nos activités sur les sommets nationaux de cette année seront probablement tenues à Antananarivo du jeudi 29 octobre au samedi 27 novembre ou à Fianarantsoa au cas où le Palais des sports et le gymnase couvert d’Ankorondrano ne seront pas encore disponibles à accueillir les activités sportives », a dit le communiqué de la FMHB. Quant aux seniors, le rendez-vous est fixé du jeudi 10 décembre au 19 décembre 2020 à Mahajanga au cas où les infrastructures sportives de la Capitale ne nous seront pas encore disponibles durant ces dates.Le Handball, comme tant d’autres disciplines, est victime d’arrêt d’activités causé par le confinement suite à la pandémie de Covid-19. Ainsi, les activités 2020 de la fédération n’ont pas été effectivement tenues. Malgré l’avancement de ces dates, la FMHB prévient quand même que ces propositions dépendront de l’évolution de la situation sanitaire et d’une décision étatique qui décrètera le retour des activités sportives.  Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Assemblée nationale - Deux sièges vacants

L’Assemblée nationale, qui se réunira en session extraordinaire de douze jours à partir d’aujourd’hui, compte deux membres de moins jusqu’à nouvel ordre. La vacance de poste concerne le siège de l’ex- députée de Fenoarivo Atsinanana Bavy Angelica Michelle et celui de l’élu de Morombe Lucien Rakotomalala.La parlementaire d’Analanjirofo, qui a été vice-présidente de l’Assemblée nationale, a été appelée à intégrer l’équipe gouvernementale pour gérer le portefeuille du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme suivant les dispositions du décret 2020-997 du 20 août 2020. L’autre législateur, quant à lui, était emporté par la Covid-19 dans la nuit du 7 juillet.Ces deux absences rendues définitives ont la particularité de se produire durant l’intersession. Selon la loi, le suppléant du député incapable d’assumer sa fonction reprend automatiquement la place de celui-ci. Pour le cas d’un député d’une circonscription à deux sièges, le deuxième de la liste se substituera au titulaire du poste à l’Hémicycle. Mais il faut avant tout la constatation de vacance de siège prononcée par la Haute Cour constitutionnelle.Nouvelle casquetteAmbohidahy n’a pas encore émis son avis sur le « vide » à Tsimbazaza. Le 17 juillet, l’équipe de Jean Eric Rakotoarisoa a publié un communiqué annonçant la fermeture temporaire du palais constitutionnel compte tenu de l’avancée du coronavirus. Sauf cas contraire, la Cour n’a publié aucune information officielle indiquant la reprise effective du service jusqu’à ce jour. Tsimbazaza doit ainsi attendre la mise en route de la procédure administrative pour pouvoir combler le vide dans la salle.Entre- temps, le binôme du député Ahmad Mohamad à Fenoarivo Atsinanana tient les commandes du ministère ayant pignon sur rue à Ambohijatovo. Depuis lundi, Bavy Angelica Michelle a commencé à marquer sa présence sur le terrain avec sa nouvelle casquette de ministre. Elle a sûrement pris le relais de son prédécesseur Lucien Irmah Naharimamy en tant que coach régional d’Atsinanana en sus de sa Région d’origine Analanjirofo dont le gouverneur Marcellin Randriamanantena était récemment désigné.Concernant justement les deux femmes d’Etat, l’ancienne ministre devenue épouse d’un diplomate américain aurait voulu récupérer son siège de législatrice élue de Toamasina I à Tsimbazaza. Si tel sera effectivement le cas, le poste de la vice-présidente de l’Assemblée nationale, vacant lui aussi, lui sera sûrement attribué. La même personne portait le même titre auparavant.M.R.

La Vérité0 partages

Tuerie à la prison de Farafangana - La députée crie au scandale

L’évasion meurtrière à la maison centrale de Farafangana continue de défrayer la chronique. Pour rappel, plus de 80 détenus ont tenté de s’évader de cette prison. Une vingtaine a succombé sous les balles des Forces de l’ordre, lancées à leur poursuite. Quelques jours après cet évènement, beaucoup ont dénoncé une forme d’attentat à la vie des prisonniers. Des langues commencent en outre à se délier pour dénoncer la situation des détenus dans cette prison. Des dénonciations que semblent corroborer les propos d’une élue locale.La députée Clarisse Raheriarijaona, jointe au téléphone, conforte en effet certaines des informations qui ont circulé ces derniers jours sur les réseaux sociaux, sur la situation de plusieurs détenus de cette prison. La parlementaire dénonce ainsi le placement en détention préventif systématique par le Tribunal local et la lenteur de la Justice. La durée de détention de certains prévenus serait en effet souvent longue, on parle de plusieurs mois voire années, en attendant leur procès. En outre, les raisons de ces détentions seraient, indique la députée, parfois tout simplement insignifiantes. Ce serait notamment le cas d’une connaissance à elle, une personne en situation de handicap accusée d’avoir eu en sa possession un faux billet de banque et qui se retrouve depuis plusieurs années maintenant en détention préventive dans l’attente de son procès. Une situation qui pourrait arriver à n’importe qui. La parlementaire cite également à titre d’exemple le cas d’une personne qui croupissait depuis longtemps en prison en attendant son jugement, pour un achat « de bonne foi » d’une vitre volée. La députée affirme avoir soulevé ce problème auprès du ministre de la Justice.  Elle aurait également interpellé les responsables par rapport à la nécessité d’une rotation des effectifs dans les Tribunaux pour éviter l’instauration d’éventuelles relations qui pourraient être gênantes entre les fonctionnaires et les justiciables. En tout cas, Clarisse Raheriarijaona insiste sur le fait qu’elle ne justifie aucunement l’évasion. Elle interpelle toutefois sur le sentiment de ras- le- bol des prisonniers et des familles qui aurait pu être à l’origine de cette évasion. La rédaction

La Vérité0 partages

Soutien aux travailleurs formels - Coup d’envoi du « Tsinjo Fameno » par le Président

52 milliards d’ariary ! Telle est la somme allouée par l’Etat malagasy pour soutenir les travailleurs en cette période de crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Un soutien qui se traduit par un système de prêt à contracter au niveau de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNAPS) avec zéro taux d’intérêt. Le Président Andry Rajoelina a donné le coup d’envoi de ce crédit dénommé «Tsinjo Fameno »  hier au siège de l’entreprise Akanjo à Ambatomaro. 1 500 employés au sein de cette société, spécialisée dans la confection de vêtements et accessoires de mode, sont les premiers bénéficiaires du « Tsinjo Fameno » qui leur a été remis symboliquement par le Chef de l’Etat.La banque BFV – Société Générale et la CNAPS travaillent de concert pour faciliter ce crédit accordé aux employés. Dans son discours, le Président Andry Rajoelina a déclaré que « cette période difficile est une occasion pour l’Etat de montrer que les travailleurs ne sont pas seuls face à la crise». Il n’a pas manqué de souligner que la société Akanjo est parmi celle qui fait la fierté de Madagascar car confectionne les vêtements vendus sous la signature des grandes marques internationales. Le Président s’est, par la suite, rendu au Lisy Art Gallery à Antanimora – spécialisé dans la vente de produits artisanaux – où il a également remis le « Tsinjo Fameno » à une quinzaine d’employés.Plus de 24 000 demandes reçuesChaque employé peut emprunter 200 000 jusqu’à 500 000 ariary selon son niveau de salaire. D’après les informations, environ 200 000 à 250 000 salariés bénéficieront du « Tsinjo Fameno ». Jusqu’ici, 24 213 demandes ont déjà été reçues. Les travailleurs issus d’entreprises qui œuvrent dans le secteur du tourisme, de l’enseignement privé, et le secteur du textile (les zones franches), seront priorisés. Le paiement s’effectuera directement entre la CNAPS et les salariés sur compte bancaire ou par mobile banking.  Avec un allègement des procédures, le déblocage du « Tsinjo Fameno » peut se faire dans les 5 jours ouvrables qui suivent la réception de la demande. Le remboursement peut s’effectuer sur un délai qui s’étend entre 12 à 24 mois à partir de la fin du mois de janvier 2021. Il revient aux employeurs de faire une demande au nom de leurs employés qui désirent bénéficier de cette aide financière. C’est d’ailleurs l’employeur qui prélève 10% du salaire mensuel de l’employé et effectue le versement à la CNAPS. Les seules conditions pour bénéficier le « Tsinjo Fameno » sont d’avoir travaillé au sein de l’entreprise depuis au moins 1 an et jouir d’un statut de CDI pour l’employé. Quant à l’employeur, son entreprise doit au moins avoir 2 ans d’existence et en règle avec la CNAPS en matière de cotisations.La Rédaction

La Vérité0 partages

Accusés de tentative de coup d’Etat aux Comores - De pauvres pêcheurs malagasy croupissent en prison

Depuis deux mois, sept pêcheurs malagasy se trouvent dans la prison de l’île de Mohéli (Union des Comores). Les autorités comoriennes les accusent de trafic de drogue avant de leur infliger un nouveau chef d’inculpation de tentative de coup d’Etat. Ils sont placés en détention préventive dans la prison de l’île de Mohéli depuis le 1er juin et ce dans des conditions peu enviables. Aucun juge n’est venu les auditionner depuis leur arrestation et la santé de l’un d’eux s’est détériorée au fil des jours. C’est un Malagasy résidant aux Comores qui a accepté de prendre soin de ce détenu gravement malade, renvoyé de l’hôpital pour succession d’impayées. En aidant ses compatriotes, ce bon samaritain a été à son tour arrêté et placé en garde à vue pendant une journée pour usurpation de fonction. En effet, celui-ci n’est autre que l’ancien agent consulaire de Madagascar à Mohéli mais faute de représentant malagasy officiel aux Comores, c’est lui qui s’est porté volontaire d’aider ces infortunés. Depuis le mois de mars dernier, le consul honoraire de la Grande île aux Comores, Rafanomezantsoa Andrianaivo, a été démis de ses fonctions après plus d’une décennie de bons et loyaux services. « J’étais notifié par le chargé d’affaires de notre ambassade en Ethiopie de mon limogeage en tant que consul. A ma connaissance, mon successeur n’est pas encore désigné », nous a-t-il répondu au téléphone hier. Néanmoins, à l’instar des Malagasy aux Comores, ajoute Rafanomezantsoa Andrianaivo, je suis cette affaire de très près et m’inquiète du sort de ces compatriotes, victimes à mon avis d’acharnement et de fausses accusations.La mésaventure de ces pêcheurs malagasy est largement rapportée dans les médias de l’océan Indien. D’après la narration des journalistes des Comores, ces sept pêcheurs ont quitté l’île de Nosy-Be dans le courant du mois de mai et sont arrivés à Mohéli le 1er juin dernier. Leur bateau aurait connu une avarie dans une zone poissonneuse située à 200km à l’ouest de l’île de Mohéli. En dépit de la panne, les sept Malagasy ont pu tout de même rejoindre les eaux comoriennes et ont tenté vainement d’entrer en contact avec le  responsable du port de Moroni. Peine perdue, la Gendarmerie locale a procédé à leur interpellation avant de fouiller le bateau. Ils sont accusés de trafic de drogue avant que les charges furent changées en tentative de coup d’Etat. Or, ni kalachnikov, ni grenade encore moins des lance-roquettes et des missiles ne se trouvaient dans leur bateau lors de la fouille.  Rien de suspect, les gendarmes ont pu constater que l’embarcation des pêcheurs malagasy ne contenait que des poissons et des concombres de mer. Bref, des « matériels de guerre » qui ne peuvent même pas destituer un chef de village. La paranoïa des dirigeants comoriens à l’endroit des Malagasy pourrait s’expliquer, selon la presse comorienne, des faits qu’ils considéreraient  Madagascar  comme une des bases arrières des opposants du régime.A l’heure actuelle, les sept pêcheurs malagasy attendent leur sort. Ils craignent que leur audition et leur procès soient remis aux calendes grecques par la Justice comorienne.  « J’espère que leurs dossiers seront transmis cette semaine aux autorités judiciaires locales pour qu’elles rendent leur décision. Mon souhait, c’est que  ces pêcheurs  recouvrent la liberté et rejoignent  leurs proches à Madagascar le plus vite après 46 jours de détention », poursuit l’ancien consul honoraire de Madagascar aux Comores.La rédaction

La Vérité0 partages

MEN, défis et enjeux !

Docteur Sahondrarimalala Marie Michèle, nouvellement nommée au portefeuille de l’Education nationale (MEN), aura du pain sur la planche. De gros défis et des enjeux complexes l’attendent dans ce département qui utilise avec celui de la Santé publique le maximum de la troupe du personnel de l’administration publique et qui engloutit le plus gros paquet du budget de l’Etat.Sitôt nommée, sitôt au travail ! Apparemment, Sahondrarimalala Marie Michèle n’a pas de temps à perdre. A peine elle débarque à la « Trano boribory », à en croire aux termes du Chef de l’Etat, la  ministre entrante réunit immédiatement après les procédures d’usage de passation de service les principaux responsables dont les Directeurs régionaux (DRENETFP) pour s’enquérir des défis urgents à relever et des enjeux à atteindre à court et à moyen terme. Elle a pour mission de traduire en actes les Velirano du Président conformément à la vision de l’IEM.Le plus urgent pour la remplaçante du Docteur Rijasoa Andriamanana consiste d’abord à refaire tourner la grosse machine d’Anosy, le moteur central du ministère ainsi que tous les services déconcentrés régionaux jusque dans les CISCO les plus reculées du pays. Après cinq mois de « vacances forcées » dont deux mois d’attente de la nomination de la remplaçante de l’ex, la machine de l’Education nationale est en quelque sorte « rouillée ». Mais avant toute chose, il va falloir qu’on procède au montage de la nouvelle équipe. Beaucoup s’attendent à ce qu’elle fasse un bon coup de balai à la « Trano boribory ». Ce n’est pas du tout une mince affaire. Tout dépend de la qualité des techniciens choisis. En tout cas, l’opinion croit en la capacité intellectuelle et professionnelle de la nouvelle venue afin d’avoir en mains le contrôle de la situation.Le défi à terme réside dans l’organisation des examens officiels à savoir le CEPE et le BEPC. Vu le contexte exceptionnel qui prévaut, il faut y dénicher une forme adaptée. Il n’est jamais question de reculer les dates d’examen déjà annoncées : le 1er septembre pour les potaches de la septième (CEPE) et le 14 pour les classes de troisième (BEPC).En simultané, il convient de préparer la prochaine rentrée scolaire 2020-2021 et établir le calendrier scolaire y afférent. Etant donné les perturbations dues à l’état d’urgence sanitaire, ce sont des défis de taille et on n’a pas le droit de rater. Il faut y ajouter, la gestion de la grogne des syndicats des enseignants qui font la pluie et le beau temps au bon fonctionnement de ce vaste ministère.Par ailleurs, les enjeux qui s’imposent consistent à regagner la confiance des citoyens. Une condition sine qua non pour que les parents daignent envoyer leurs enfants à l’école publique et améliorant ainsi les taux de scolarisation. Pour ce faire, il existe toute une panoplie de mesures à prendre dont la plus importante revient de droit au rehaussement du niveau des élèves. Ce qui sous-entend logiquement l’amélioration du niveau intellectuel et pédagogique des enseignants.Etant un vétéran de l’Education nationale, je pense modestement que Mme la ministre doit disposer sous les yeux le tableau de bord exact et complet du MEN dans lequel figurent tous les défis à surmonter et les enjeux structurants à maitriser. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Récupération des stocks de bois légaux - Les trafiquants en profitent !

Il fallait s’y attendre et s’y préparer. Au mois de juin dernier, lors d’un atelier de concertation, le ministère de l’Environnement et du Développement durable (MEDD) et les membres du Groupement national des exploitants forestiers de Madagascar (GNEFM) ont convenu de permettre aux opérateurs légaux de récupérer leurs stocks de bois légaux. La mise en application des deux notes, à savoir n° 01/19/Mi/MEDD et n° 14/19/MEDD/SG, visant à suspendre toute exploitation et exportation de bois de forêts, a en effet pénalisé les opérateurs légaux. Certains ont déjà acquis des surfaces à exploiter avant la sortie de ces notes. C’est pour leur éviter d’accumuler les pertes que le ministère a décidé de lever temporairement les restrictions. Cette levée concerne exclusivement les bois ordinaires. Ainsi, le ministère leur a accordé jusqu’au mois d’octobre prochain pour les évacuer. De leur côté, les trafiquants de bois précieux profitent également de cette levée de restrictions pour évacuer à leur tour leurs stocks. Certains ont été appréhendés par les autorités. Le 14 août dernier, les équipes du ministère ont arrêté à Anjomakely, dans la Commune de Bongatsara trois camions transportant illégalement des bois. « Ces camions ont transporté 574 blocs de bois précieux dont 281 bois de palissandre. Les enquêtes sur cette affaire sont actuellement en cours et un procès est mené contre les auteurs de ce trafic », rapporte la direction de l’unité de lutte contre la corruption au sein du MEDD. Cette arrestation a été précédée de plusieurs cas, dans diverses régions. Sauf que d’autres arrivent encore à échapper aux contrôles des autorités. En tout cas, pour accompagner l’évacuation des stocks de bois légaux, les contrôles forestiers ont été renforcés au niveau de chaque zone d’exploitation, pour limiter tout acte opportuniste. « Outre le renforcement des contrôles, à travers une approche multisectorielle, nous promouvons également la transparence dans le traitement dans ces infractions », précisent les responsables. D’autre part, outre la récupération des stocks de bois légaux, le ministère entend organiser une seconde rencontre qui se focalisera notamment sur les textes juridiques et les documents stratégiques régissant l’exploitation forestière à Madagascar afin d’apporter des innovations en vue d’asseoir une filière durable du bois. Il ne faut pas oublier que notre objectif final reste la mise en place d’une exploitation durable des ressources forestières, associant préservation de l’environnement et développement économique. Rova Randria

La Vérité0 partages

Recettes issues des frais d’administration, ristournes et redevances minières - Hausse de la quote-part ...

Une nouvelle répartition. Le Gouvernement a adopté en Conseil des ministres, la semaine dernière, le décret portant sur la modification du Code minier. La retouche porte essentiellement sur la quote-part des bénéficiaires des recettes issues des frais d’administration, ristournes et redevances minières. Le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra a apporté davantage d’explications concernant ce point, hier à Ampandrianomby. On peut dire que le taux destiné au budget général versé pour le compte de la Direction centrale chargée des mines, de la Direction inter-régionale chargée des mines et de l’entité chargée de la Police des mines, accuse une hausse importante par rapport à celui des Collectivités territoriales décentralisées (CTD) même si ces dernières connaissent également une augmentation. « Pour la redevance minière qui est de 0,6 % par rapport au taux de 2 % prévu par le Code minier, une quote-part de 65 % prévue pour le budget général a été redéfinie à 83 %. La répartition est également modifiée dans les recettes issues des frais d’administration. La quote-part de 1% du budget général est modifiée à 35 %. Celle des Régions, initialement de 7 %, sera révisée pour être fixée à 16 %. Et celle des Communes qui était de 12 %, sera redéfinie à 14 %. Concernant la ristourne minière qui correspond à la perception effectuée au profit des Collectivités territoriales décentralisées, elle représente 1,4 %, contrairement au taux de 2 % prévu par le Code minier. La Région ayant obtenu une quote-part de 30 % des recettes en deviendra bénéficiaire à hauteur de 39 %. Nous n’avons apporté aucune modification touchant les droits ou taxes perçus par les opérateurs miniers », annonce le ministre de tutelle. Retombées économiques Vu les projets de développement programmés par le Gouvernement, cette modification va permettre d’alimenter les caisses destinées au financement des investissements publics. « Ces recettes constituent l’une des ressources qui sont attendues pour financer les programmes de développement, que ce soit au niveau national ou local. Et c’est dans cette optique qu’il sera procédé à une révision des clés de répartition s’y rapportant. L’objectif étant de consolider ces perceptions pour des retombées économiques palpables et significatives », poursuit le ministre Fidiniavo Ravokatra.  La transparence sera de mise car le Gouvernement alloue une quote-part de redevance minière de 1 % et des frais d’administration minière de 1 % au profit de l’Initiative pour la transparence de l’industrie extractive pour lui assurer un moyen de fonctionnement pérenne.Cette modification du Code minier sera présentée à l’Assemblée nationale et au Sénat.Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Examen du CEPE - Une dernière ligne droite pour les élèves

Le retour en classe laissé aux appréciations de chaque établissement. Après l’intervention de la ministre de l’Education nationale, Dr Marie Michelle Sahondrarimalala, laissant le champ libre aux établissements scolaires de reprendre ou pas l’enseignement pour les élèves qui assisteront à l’examen pour l’obtention du Certificat d’étude primaire élémentaire (CEPE), certains d’entre ces établissements ont choisi de rouvrir leurs portes, à compter d’hier, et ce, jusqu’à samedi matin. Or, ces établissements privés n’ont pas attendu la déclaration du ministre pour convoquer les élèves et parents au sujet du retour de l’enseignement. D’après Lanto Ramaromisa, directrice pédagogique d’une école privée sise à Ambohimanarina, cette rencontre avant la tenue de l’examen est très importante, puisque ces cinq longs mois où les cours ont été suspendus ont des impacts sur la mémoire des élèves. « Certes, on n’a pas le temps de revoir tous les programmes scolaires, mais c’est important de donner quelques techniques et astuces pour ces élèves », avance-t-elle. Toutefois, l’ultime choix revient aux parents. « Nous n’imposons rien aux parents. S’ils ne veulent pas envoyer leurs enfants à l’école, c’est leur choix. Mais en contrepartie, ils doivent nous garantir de faire tous les nécessaires pour que l’élève ne se sente pas comme un étranger durant les épreuves », poursuit-elle. Impression des sujets d’examenA une semaine avant la tenue de l’examen, le Centre national de production de matériel didactique (CNAPMAD) assure l’impression des sujets d’examen. Durant une descente de la ministre de l’Education nationale sur place, hier, les employés de ce département ont manifesté leur volonté de participer au bon déroulement des examens, après plusieurs semaines de grève. Une tâche qui, d’après les employés, n’est pas facile puisque après les impressions, les sujets doivent être mis sous plis, puis en cases avant d’être dispatchés au niveau de chaque Direction régionale, Circonscription scolaire et enfin au niveau des écoles.  La première vague d’envoi des sujets sera ainsi limitée aux Provinces d’Antananarivo et Antsiranana. En rappel, les épreuves du CEPE se dérouleront le mardi 1er septembre pour Antananarivo et Antsiranana, le mardi 8 septembre pour Mahajanga et Fianarantsoa et le mardi 15 septembre pour Toliara et Toamasina. Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Covid-19 - De moins en moins de cas positifs à Analamanga

Amélioration. La Région d’Analamanga qui a été longuement le foyer épidémique de la Covid-19  voit une nette amélioration quant au maintien de la propagation du coronavirus. Effectivement, il y existe de moins en moins de cas positifs identifiés. Il a été remarqué que les  données statistiques de ces derniers jours ont été maintenues  aux alentours d’une vingtaine de contaminés par jour.Par exemple au cours de ces dernières 48 heures, ladite Région n’a plus enregistré que 55 cas positifs  contre 100  il y a encore un mois. Le  cumul des cas confirmés publiés sur le site web du Centre de commandement opérationnel  (CCO) Covid-19 Ivato a indiqué dimanche dernier qu’il ne restait plus que 591 personnes testées positives au niveau de cette Région  sur  le nombre total de 10 963  cas confirmés répertoriés à compter du 19 mars dernier.De tels résultats encourageants proviennent  certainement du suivi du confinement  et du respect des mesures de sécurité sanitaire dont le port de masque obligatoire, la distanciation sociale d’un mètre ainsi que le lavage systématique des mains. Hier, le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole du CCO Covid-19 Ivato a annoncé  73 nouveaux cas  positifs à la Covid- 19 sur 446 analyses en laboratoire effectuées  durant les dernières 24 heures. 26  de ces personnes testées positives au coronavirus sont localisées à Analamanga. Diana en a répertorié 21 porteurs  du virus.  Les 26 cas infectés restants sont répartis dans le Vakinakaratra, Sofia, Boeny, Haute Matsiatra, Atsinanana et Anosy. Sur les 58 patients guéris également déclarés à cette occasion, 17 nouvelles guérisons sont recensées pour Analamanga,  la Région  de Boeny a déclaré 14 patients remis. Les Régions Atsimo Andrefana et Vakinankaratra  ont recensé respectivement  5 personnes testées positives ayant rempli les critères de guérison. 8 individus infectés ayant recouvré la santé sont répertoriés pour Haute Matsiatra, 6 pour la Région de Diana.  Un seul cas de rémission a été identifié dans l’Alaotra Mangoro. A la date d’hier,  75 patients sur les 805 en cours de traitement développent une forme symptomatique grave. Depuis le 19 mars, le Centre de commandement opérationnel  (CCO) Covid-19 Ivato a comptabilisé 14 475 cas positifs dont 178 patients ont succombé. Heureusement, 13 492 individus ont été déclarés officiellement  non infectés et non contagieux. Recueillis par K.R.

Midi Madagasikara0 partages

12es Jeux de la CJSOI : Maurice demande un report pour fin 2021

Le défilé des délégués participants lors des 11es Jeux de la CJSOI à Mahamasina en 2016.

Initialement prévus se disputer du 16 au 25 juillet 2021, le pays hôte a fait une demande auprès des autres pays membres de la  CJSOI notamment Comores, Djibouti, Madagascar, Mayotte, La Réunion et Seychelles pour que cette manifestation sportive soit reportée.

Pas d’annulation. Avec la situation sanitaire qui prévaut dans le monde depuis le mois de janvier, les calendriers sportifs internationaux sont tous chamboulés. Les Jeux Olympiques de Tokyo, les Jeux de la Francophonie, les Jeux Olympiques de la Jeunesse et bien d’autres rendez-vous majeurs internationaux ont été reportés d’un an voire même de 4 ans pour le cas des JOJ de Dakar prévus en 2022 mais décalés en 2026. Rendez-vous  incontournable des jeunes sportifs de la région océan indien, les 12es Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI) se tiendront à l’Ile Maurice en 2021. Initialement prévus se disputer du 16 au 25 juillet 2021, le pays hôte a fait une demande auprès des autres pays membres de la  CJSOI notamment Comores, Djibouti, Madagascar, Mayotte, La Réunion et Seychelles pour que cette manifestation sportive se déroule fin novembre-début décembre 2021. « Les raisons évoquées du côté du ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs sont que la période de juillet ne sera pas propice avec les modifications apportées au calendrier scolaire, et la tenue des Jeux Olympiques de Tokyo fin juillet.  Le ministère dit également suivre de près la situation sanitaire due au coronavirus dans la région » c’est la déclaration du ministre mauricien, dans défimedia. Une proposition partagée par le clan malgache. « Nous soutenons ce report proposé par l’Ile Maurice. D’ailleurs à onze mois de l’événement aucun regroupement et préparation n’ont été organisé suite aux mesures de confinement. La participation à des jeux internationaux ne devrait pas être prise à la légère, il faut que toutes les conditions soient réunies tant pour le pays organisateur que pour toutes les délégations participantes » a souligné, Rosa Rakotozafy, Directeur général des Sports au sein du MJS et expert sport au sein de la CJSOI. Pour l’heure aucune décision sur un éventuel n’a été annoncée par les autorités mauriciennes.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Kaominin’i Toamasina renivohitra : Miara-miasa ny “Big Beton” sy ny kaominina

Mahita ny hetsika ataon’ny ben’ny tanàna Rakotonirina Nantenaina Herilala amin’ny fanamboaran-dalana eto Toamasina ny orinasa “Big Beton”, dia nifampiresaka tamin’ny ben’ny tanàna ihany koa fa handray anjara amin’izany fanamboaran-dalana izany maimaim-poana, ho fanatsarana ny tanànan’i Toamasina renivohitra. Tsy niandry ela dia nisy ny fiaraha-miasa teo amin’ny orinasa “Big Beton” sy ny kaominina, ka ny lalana eny Anjoma no namboaran’ny orinasa “Big Beton” amin’izany. Amin’ny alalan’ireo karazam-pitaovana biriky fanao lalana no hapetraka mandritra izany, ka ireo asa azon’ny orinasa dia roa herinandro no anaovan’izy ireo izany, raha ny tenin’ny tompon’andraikitry ny “Big Beton”. Raha ny vinavin’ny orinasa sy ny kaominina dia mety hitatra amin’ny asa hafa koa ny asa atao raha vita ity lalana ao Anjoma ity. Ankoatra izay, mandeha sy miroso ny fanamboaran-dalana eo amin’ny faritry ny “office du Bacc” eto Toamasina izay tena efa simba be. Nitsidika ny fanamboaran-dalana ny ben’ny tanàna, ary nandritra izany no nilazany fa mila hatsaraina ny lalana manodidina an’ity CEG Ratsimilaho izay isan’ny manan-tantara eto Toamasina ity, tahaka ny fanombohan’ny fanamboaran-dalana eny amin’ny Bd Ratsimilaho amoron-dranomasina afaka andro vitsy. Nambaran’ny ben’ny tanàna fa fiaraha-miasa amin’ny ministeran’ny fanajariana ny tany sy ny asa vaventy amin’ny alalan’ny volan’ny “Fond Entretient Routier” ny fanamboaran-dalana atao eto Toamasina ankehitriny. Ny orinasa SMCC avokoa no manao izany araka ny tapaky ny tolo-bidy nataon’ny ministera.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Nouvelles Aires Protégées : Opérationnalisation d’un fonds d’appui à leur renforcement

Les NAP peuvent bénéficier de ce fonds, suivant des critères d’éligibilité.

La Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar a émis des critères pour pouvoir bénéficier de ce fonds.

La Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar (FAPBM) a mis en place un fonds d’appui au renforcement des Nouvelles Aires Protégées (NAP). L’objectif vise à appuyer celles-ci à acquérir des connaissances supplémentaires sur la situation, les richesses et l’évolution ou le changement des contextes de gestion en vue de mieux orienter leurs stratégies d’intervention. Ce fonds d’appui au renforcement des NAP est désormais opérationnel, après approbation du conseil d’administration de la fondation, d’après les informations publiées par cette entité.

Viabilité d’une aire protégée. En revanche, pour pouvoir solliciter ce fonds, la FAPBM a émis des critères d’éligibilité sur les activités à entreprendre. On peut citer, entre autres, les recherches sur les espèces cibles de conservation qui nécessitent des investigations plus approfondies sur leur état, leur viabilité spécifique locale et leur répartition au sein de la nouvelle aire protégée. Les études de faisabilité d’autres activités, la mise à jour des données survenues après un changement de contexte inattendu et l’organisation des réunions pour assurer la gestion d’une crise non prévue, ne sont pas en reste. A part cela, des activités visant à acquérir de nouvelles connaissances ou de nouvelles technologies concernant la gestion de l’aire protégée, peuvent être également éligibles à ce fonds d’appui au renforcement des NAP. Ce qui permettra d’améliorer la viabilité d’une aire protégée, a-t-on indiqué.

Valeur ajoutée et retombées positives. Par ailleurs, d’autres critères ont été évoqués par la Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar au niveau des NAP, pour pouvoir bénéficier de ce fonds. A titre d’illustration, il faut que l’Aire Protégée soit créée légalement, soit disposant d’un arrêté de protection, même temporaire. Elle doit avoir, de préférence à sa disposition, des outils de gestion comme le PAG ou le PGESS. La présentation d’un plan de travail annuel budgétisé, est également de mise. En outre, le demandeur de fonds doit pouvoir justifier la pertinence des activités nécessitant le financement de la Fondation. Il est en même temps appelé à démontrer la valeur ajoutée apportée par la mise en œuvre des activités demandées. La justification des retombées positives de la réalisation de ces activités sur la gestion de l’aire protégée, s’impose aussi.

Politique d’investissement. En revenant sur la FAPBM, une révision de sa politique d’investissement vient d’être adoptée par son conseil d’administration. Des aménagements ont été ainsi effectués afin de se conformer aux standards les plus élevés possibles en matière de gestion du portefeuille financier, a-t-on évoqué. Entre temps, la Fondation pourra se concentrer sur les rôles qui lui ont été assignés par ses fondateurs et ses donateurs. Il s’agit notamment du financement pérenne des aires protégées. Plus concrètement, la révision de sa politique d’investissement intègre divers points et changements. A titre d’illustrations, la détermination du taux de « spending rule » sera dorénavant portée à une moyenne de valeurs du portefeuille sur trois ans au lieu de cinq ans auparavant. En outre, le mode de gestion du portefeuille tient désormais compte de l’harmonisation avec la pratique de ses donateurs et de son rôle dans la protection de l’environnement, a-t-on conclu.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Sava : Rongony 360 kilao sarona

Nisesisesy mihitsy tato ho ato izay ny fahatratrana ireo mpanao trafikan-drongony. Tany amin’iny faritra Sava iny, ny herinandro teo dia rongony manodidina ny 360 kilao indray no sarona tao amin’ny distrikan’i Vohemar.

Ireo zandary avy amin’ny zana-tobim-paritra Andraifainkona no angady nananana izao vokatra izao, rehefa nisy angom-baovao azon’izy ireo mahakasika ny fisian’ny andian’olona mampiahiahy mitaona entana isan-karazany. Nidina avy hatrany tany an-toerana izy ireo rehefa nahazo ny vaovao. Nisy ny fanaraha-maso, fikarohana ary fitsongoana dia an’ireo olona voalaza fa nampiahiahy. Vokany, ora vitsy taorian’ny fidinana tany ifotony no nahatratrana ireo. Lehilahy iray izay isan’ireo olona noahiahiana fatratra ho tao anatin’ity trafikan-drongony ity no nosakanana ary nosamborina raha mbola somokotra izay tsy izy nibata ireto entana amin’ny gony maromaro tao amin’ny tanàna antsoina hoe Antanimbaribe, fokontany Andravany, kaominina Amboriala, niaraka tamin’ny namany. Tsy afa-nakaiza intsony ingahirainy ary nosavaina teo no ho eo ihany ny entana. Ireo namany kosa, raha ny vaovao azo dia tafaporitsaka, raha vao nigadona fotsiny ireo zandary. Tamin’izany no nahitàna fa rongony maina aman-jatony kilao ny tao anatin’ireo gony. Nandray fepetra avy hatrany ireo tompon’andraikitry ny filaminana nitondra ity rangahy ity teny amin’ny birao mba hanaovana fanadihadiana. Tetsy andanin’izay kosa, nogiazana ireo zava-mahadomelina. Raha ny fanazavàna azo moa dia mbola mitohy ny fanadihadiana any an-toerana, ahafantarana marina izay tena tompon’ireto zava-mahadomelina ireto. Ilay lehilahy tratra kosa efa natolotra ny Fampanoavana tany an-toerana taorian’ny fakàna am-bavany azy teny anivon’ireo mpitandro filaminana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Lifestyle : Eka Leka élargit sa gamme d’habillement

La marque Eka Leka propose de nouvelles gammes de tee-shirt.

Comme le pays se dirige lentement mais sûrement vers un retour à la normale, il est temps pour la marque Eka Leka de sortir de ce marasme de cinq mois de crise sanitaire. « Si nous nous sommes placés au tout début dans le streetwear, à partir de maintenant nous allons élargir notre gamme de produit à tous. A cet effet, des tee-shirts sont déjà sur le marché pour tous les goûts », signalent les responsables de cette marque. « Eka Leka » vient du parler du groupe humain Betsileo, comme pour affirmer une approbation. « C’est comme yes, ok, sûr, etc », expliquent les porte-paroles de la marque. Sans oublier qu’elle ne se contente pas de produire des vêtements griffés. Elle organise également des évènements liés à la musique urbaine. « Nous allons reprendre ces activités dès que la situation sanitaire le permettra », ajoutent les responsables. Eka Leka fait partie des organisateurs reconnus du rap à Antananarivo, avec des concerts ou des mini festivals réputés être rassembleurs. Il ne reste plus qu’à espérer que les semaines à venir soient plus clémentes pour le pays avec la Covid-19. A entendre les propos des têtes pensantes chez Eka Leka, les prochains mois s’annoncent excitants en termes d’art et d’évènementiel.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Fikambanana RMDM : Voafidy ny mpikamban’ny Birao RMDM Atsinanana

Taorian’ny fametrahana ny biraon’ny RMDM Toamasina nataon’ny mpikamban’ny RMDM foibe, dia nanana andraikitra fananganana ny biraon’ity fikambanana ity eo anivon’ireo faritra telo eto Toamasina izy, dia ny faritra Analanjirofo, ny faritra Atsinanana, ary ny faritra Alaotra-Mangoro. Voatsangana ny sabotsy 22 aogositra teo ary ny teto anivon’ny faritra Atsinanana, ka lany ho filoha tamin’ireo olona 12 nirotsaka tamin’izany Atoa Randriamamonjy Clébert avy amin’ny RDR. Voafidy ho filoha lefitra Atoa Chan Hong Claude avy amin’ny MJF, ary voafidy ho sekretera jeneraly kosa Atoa Philémon avy amin’ny TIM. Taorian’ny fifidianana natao ny sabotsy teo dia nilaza avokoa ireo nirotsaka ho filoha tsy lany fa vonona izy ireo hiara-miasa amin’ny filoha lany, noho ny tombontsoam-pirenana sy ny vahoaka malagasy. Mijanona ho mpanohitra ny mpitondra sy ny fitondrana izy ireo, saingy kosa tsy manohitra be fahatany fa manohitra araka ny lalàna sy araka ny zava-misy ary manara-drafitra. Voafidy koa ny RMDM ao amin’ny faritra Analanjirofo izay efa natao ny volana marsa tany ho any, ka lany ho filoha tamin’izany Atoa Rosa Jules Ferdinand avy amin’ny Tsimialonjafy, filoha lefitra Atoa Harison Serge Fabrice avy amin’ny TIM, ary ny sekretera jeneraly kosa Atoa Marodady Inné avy amin’ny HVM. Eo am-piketrahana ny fifidianana ho an’Alaotra-Mangoro ny mpikambana eo anivon’ny RMDM Toamasina. Ny fihibohana sy ny hamehana ara-pahasalamana no tsy nahafahan’ireo mpikambana tao aminy nanao izany fifidianana izany teo aloha.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Danse : Chacha introduit la culture hip-hop dans la capitale du Salegy

La marque Eka Leka propose de nouvelles gammes de tee-shirt.

Le hip-hop est une culture qui s’est facilement implantée dans une ville tantôt traditionnelle, tantôt moderne comme Antsiranana. Ce brassage culturel donne une sorte d’originalité à la région. En effet, la chorégraphie des danseurs d’Antsiranana tire souvent son inspiration de la vie quotidienne et de la nature. Cette vie quotidienne, assez mouvementée et rythmée par les vagues de la plage de Ramena, soufflées par le varatraza. C’est là que Chacha, danseuse professionnelle, puise ses idées.

Chaminna Myria Sakina, alias Chacha, a commencé à danser à l’âge de 16 ans. Adepte de la culture hip-hop, le breakdance était une danse qui la fascinait. Elle adhère donc, en 2015, à un collectif de danse d’Antsiranana. C’est à cette période que Chacha se démarque en participant à plusieurs « battles ». Suite à sa participation à des compétitions, la jeune danseuse prend du niveau. La piste de danse ne suffit plus, elle participe à des stages et organise des ateliers. Sa passion pour la danse impressionne les organisateurs évènementiels, elle participe donc à de nombreux festivals.

En 2018, elle quitte sa ville d’origine et part pour la France grâce à l’association Hiphopnewschool qui lui a proposé une mission de service civique. Son séjour dans l’Hexagone lui a ouvert des portes dans plusieurs domaines comme l’organisation d’événements culturels ou encore la communication. À son retour de Bretagne en 2019, la jeune chorégraphe organise avec une association culturelle d’Antsiranana, Ankiogang 201, le premier festival de danse urbaine à Antsiranana. En voulant faire les choses par elle-même, Chacha a également créé une association socioculturelle et média avec son ami. « Madagascar regorge de véritables talents. La danse fait partie de notre culture, c’est notre pain quotidien. Un Malgache sur trois danse durant sa journée. A Diégo-Suarez le nombre de danseurs augmente depuis 2016. Ce ne sont pas les fans de danse urbaine qui manquent dans la ville », a-t-elle argumenté.

Diégo-Suarez, la ville où le salegy est la danse dominante, est cosmopolite dû au fait de la migration des Malgaches venant d’autres régions et des immigrés d’autres pays comme les Comoriens, les Yéménites, les Réunionnais, et les Djiboutiens. Consciente de cette diversité, qui est une richesse, Chacha a réussi à gagner le cœur des autres habitants en tentant d’installer la culture et l’amour du hip-hop. Certes, le rap inondait déjà les ondes radio de la capitale de la région Diana vers la fin les années 1990, mais il était timidement diffusé, d’autant plus que la culture hip-hop était peu appréciée par les parents de l’époque. Cette culture, venant de l’autre côté de l’Atlantique, est arrivée à son apogée dans les années 2000 et connaît une chute depuis les années 2010 dans la région septentrionale de la Grande-île. « Le hip-hop est mort », disait-on. La nouvelle génération a pris un autre chemin, ne passant pas par cette culture en déclin dans le pays. Si la culture hip-hop était autrefois un passage obligé pour démarrer sa carrière, elle est désormais devenue une « culture figée. ». Chacha n’est pas de cet avis. La danseuse  n’a pas choisi la musique pour prouver son amour pour le hip-hop, mais elle est convaincue que la danse est pratiquée quotidiennement par les jeunes. Ainsi, Chacha donne des cours à ces derniers afin qu’ils puissent évoluer.

Le hip-hop a fleuri sur des pratiques populaires existantes ; il s’inscrit dans une histoire de musiques, de danses et de technologies avec des racines africaines, américaines, jamaïcaines et fêtes urbaines. Pourtant, il est quasiment unanimement confiné dans la définition du mot «banlieue», et ses créateurs eux-mêmes méconnaissent parfois les formes artistiques du passé. L’intérêt complémentaire pour le mouvement hip-hop et ses manifestations artistiques réside dans la revendication de la rue. Cependant, le terme « cultures urbaines» qui lui est attribué, s’il offre l’avantage d’être commode, est peu satisfaisant.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana « cash point » : Karohina fatratra i « Ndaty »

Efa maty voatifitra ny namany, i « Ndaty » kosa sisa na Ratahinjahanary Velomaro Tody Albert no mbola miriaria any. Izy ireo dia voalaza fa anisan’ireo atidoha nikotrika ireo fanafihana nitam-piadiana nisesisesy teo an-drenivohitra. Namoahana taratasy fampikarohana ity farany, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisim-pirenena.

Mbola mitohy hatrany ny fanadihadiana ataon’ireo tompon’andraikitra amin’izany mahakasika ny fikarohana ireo olon-dratsy tompon’antoka tamin’ireo fanafihana mitam-piadiana teto an-drenivohitra, izay nahalasibatra ireo toerana fangalàna vola, na « cash point », mpamongady ary fivarotana lehibe sasantsany, volana vitsy lasa izay. Raha ity i Ndaty ity dia voalaza fa izy no tao ambadik’ilay fanafihana nahavoatifitra ny tompon’ny cash point tetsy Ambohidahy Ankadindramamy.

Ny mombamomba an-dRatahinjanahary Velomaro Tody Albert, fantatra amin’ny anaram-bositra hoe « Ndaty », araka ny hita tao amin’ity taratasy fampikarohana lah: 725/MSP/SG/DGPN/DSP/CC.SP.TANA/SUT.20, nosoniavin’ny tompon’andraikitra ny 22 aogositra lasa teo dia : izy dia teraka ny 05 aogositra 1988 tao Soavinandriana Antananarivo, zanak’Atoa Tody Albert sy Ramatoa Bao Ndrama. Tao Ambatomaro, lot II G 10 bis XI no adiresy nahitàna azy farany ary tsy hita popoka intsony hatreto. Vesatra maromaro no anenjehana ity farany : fanafihana mitam-piadiana, fikambanan-jiolahy, firaisana tsikombakomba amin’ny olon-dratsy, sns … Araka ity taratasy fampikarohana nivoaka ny sabotsy lasa ity moa dia entanina ireo manam-baovao momba azy na mety hahafahana misambotra azy mba hampilaza haingana ny mpitandro filaminana akaiky azy ireo na ny polisin’ny Sut etsy Tsaralalàna ao amin’ny laharana 0340599847.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Lu pour vous : Veronika décide de mourir de Paulo Coelho

Veronika décide de mourir c’est l’histoire, somme toute banale, de ces personnes qui ont l’air d’avoir tout pour être heureuses mais ne parviennent pas au bonheur . On en connaît tous des représentants et parfois on se demande pourquoi. Chaque personne est unique et sûrement chaque réponse serait différente. Mais Paulo Coelho offre ici une piste de réflexion. Si ce qui manquait, c’était la folie. Non pas une maladie mais de la folie dans la vie de tous les jours. Faire de la routine un miracle renouvelé.

Véronika a été aimée de ses parents. Elle a un toit un travail, elle est jolie, elle a du succès et une vie sociale bien remplie. Mais Veronika s’est imposées une prison : Elle a brodé ses rêves, l’amour avec les hommes oui mais dans le contrôle, elle ne donne jamais trop ni trop peu mais ne s’abandonne jamais non plus. Elle prépare donc méticuleusement son suicide en pensant aux autres. Elle ne doit pas ajouter de drame pour des parents dont elle ne sortira pas du haut d’un building elle ne fera pas comme toutes les femmes qui veulent être belles dans la mort et ne traumatiser personne. Elle avalera des cachets.

Paulo Coelho propose dans ce roman philosophique de nous interroger à propos du désir. Le désir en tant que source de bonheur et moteur de l’existence de l’homme, mais qui, peut être un tonneau sans fond et impossible à remplir, donc source de frustration. D’où la nécessité d’apprendre à utiliser le désir et à le maîtriser avec raison.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Météo : Hausse de la température prévue

Le froid laisse petit à petit la place à la chaleur.

La Direction générale de la météorologie (DGM) du pays vient de sortir la tendance du temps pour la semaine du 24 au 30 de ce mois. Dans un bulletin publié hier, la Direction générale de la météo fait savoir qu’une « hausse significative des températures maximales pourrait être observée en milieu de la semaine ». Une hausse significative qui serait surtout perçue « sur les hautes terres centrales » si l’on s’en tient toujours au bulletin de la DGM. Ainsi, les températures minimales seraient aux alentours de 6 à 22°C tandis que celles maximales pourraient être comprises entre 23 et 35°C. Par ailleurs, le bulletin de la DGM rassure qu’il n’y a aucun risque d’observation de « conditions météorologiques dangereuses durant la semaine ». Outre des houles modérées du Sud-Ouest sur les côtes Sud du pays vers jeudi et vendredi, la direction générale de la météorologie prévoit de « la nébulosité avec quelques pluies faibles locales et passagères sur Sava, Analanjirofo et la partie Nord de la région Atsinanana ». Si le temps sera en grande partie ensoleillé sur beaucoup de régions du pays, brumes et brouillards matinaux seraient au rendez-vous sur les hautes terres centrales.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

 Covid 19 : on n’est pas entièrement tiré d’affaire

L’étape ultime de la pandémie de la Covid 19 est en train d’être franchie. La propagation du virus se fait toujours, mais elle semble avoir ralenti. C’est la raison pour laquelle les propos du chef de l’Etat ne sont plus aussi alarmistes. Les nouvelles mesures prises montrent que le déconfinement est presque effectif. Les examens officiels vont avoir lieu, mais ils vont être échelonnés. Les entreprises vont pouvoir fonctionner normalement, les horaires étant aujourd’hui les mêmes qu’avant le début de l’épidémie. Les transports en commun vont pouvoir reprendre leur circuit habituel, mais ils sont cependant assujettis à, des règles d’hygiène très stricts. Bref, on semble avoir retrouvé le rythme de vie normale. Mais l’épée de Damoclès de la Covid 19 est toujours là. C’est à tous les citoyens de faire en sorte qu’il n’y ait pas de reprise de sa propagation. Il est nécessaire de faire appel à la discipline et au sens de la responsabilité de tous pour qu’ils continuent à porter le masque et à respecter les gestes barrières.

 Covid 19 : on n’est pas entièrement tiré d’affaire.

Le nombre de contaminations est à peu près le même, mais celui des guérisons ne baisse pas. Ces deux derniers jours, aucun décès n’a été enregistré. La majorité des centres de traitement ont été fermés Car il n’y a plus de patients sur place. Le chef de l’Etat, lors de son intervention télévisée, dimanche dernier, faisait preuve d’un certain optimisme, néanmoins il s’est hâté de préciser qu’on n’est pas encore tiré d’affaire, mais qu’on est sur la bonne voie. Ces cinq mois passés depuis le début de l’épidémie devraient nous avoir appris comment se prémunir contre la maladie ; la majorité de la population a vu les dangers de cette Covid 19 et elle a pris conscience de la nécessité de respecter les recommandations faites par les autorités médicales. Le port du masque est maintenant entré dans les mœurs. Les gestes barrières sont moins bien respectés, mais ce sont des gestes nécessaires pour être protégés. Le déconfinement est une réalité, et il est permis par la situation sanitaire actuelle. Mais il ne faut pas se relâcher. Le virus est encore présent ; on n’est pas encore tiré d’affaire.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Mutinerie de la prison de Farafangana : Deux détenus de plus décédés, deux autres se rendent

Le bilan de la mutinerie des détenus de la Maison centrale de Farafangana survenue avant-hier s’alourdit. Hier, le Directeur général de l’administration pénitentiaire (DGAP) a annoncé le décès de deux autres détenus dans cette affaire, alors que deux autres fugitifs se sont rendus.

Ce qui porte à 22 le nombre des personnes tuées jusqu’ici ainsi que 44 détenus arrêtés durant leur cavale. Parlant toujours de l’évolution de la situation au niveau de cette prison, le DGAP rapporte que deux fugitifs se sont rendus aux autorités, hier.

Lourdes peines

En ce qui concerne les détenus encore en cavale, l’administration pénitentiaire et les entités des forces de l’ordre (Police nationale et Gendarmerie) regroupées dans l’Organisation Mixte de Conception (OMC) de la Région Atsimo-Atsinanana continuent la recherche dans l’ensemble de cette circonscription aussi bien au niveau des villes que dans les campagnes. Dans les campagnes parce que la majorité de ces fugitifs, encore à traquer, viennent de la brousse, à entendre les explications du DGAP. D’après lui, il reste encore 22 évadés à capturer. Parmi eux figurent des condamnés à de lourdes peines comme les travaux forcés à perpétuité et à temps déterminé. Il est à rappeler que la Maison centrale de Farafangana compte 358 détenus dont 11 de sexe féminin.

Délégation gouvernementale

La maison centrale de Farafangana est l’un des plus vieux centres de détention existant dans la Grande Ile. Sa construction remonte au temps de la colonisation. Les infrastructures ne répondent plus aux réalités actuelles si l’on ne parle que de sa capacité d’accueil qui ne correspond plus au nombre élevé de prisonniers. C’est d’ailleurs l’une des raisons de cette mutinerie. A cela s’ajoute les conditions de travail des gardes pénitentiaires qui sont mal équipés. En tout cas, il est temps de reconsidérer les conditions carcérales à Madagascar puisqu’elles ne respectent plus les principes des droits de l’Homme. A noter qu’une délégation gouvernementale, composée du ministre de la Justice, Johny Andriamahefarivo, du ministre de la Défense Nationale, Richard Rakotonirina et du ministre de la Fonction Publique, du Travail et des Lois Sociales est descendue sur place. Par ailleurs, des dispositifs ont été pris pour renforcer la surveillance de toutes les prisons à Madagascar.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

OEACP – Bruxelles : Le Malgache Norbert Richard Ibrahim prend fonction

Le ministère des Affaires étrangères déploie des compétences reconnues même au niveau des ambassades malgaches à l’extérieur.

La diplomatie malgache met en place, petit à petit, ses pions au niveau des instances régionales. Au niveau de l’organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, le Malgache Norbert Richard Ibrahim, fraichement investi en tant que sous-secrétaire général de l’organisation prend ses fonctions à Bruxelles.

Le nouveau sous-secrétaire général du département des questions politiques et du développement humain de l’organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, Norbert Richard Ibrahim, a pris ses fonctions, le 17 août 2020 dernier, à Bruxelles, pour un mandat de cinq ans. Présenté par Madagascar, ce diplomate malgache faisait partie des candidats proposés par la Région de l’Afrique de l’Est pour le poste. Il rejoint ainsi les cinq autres membres de la direction de cet organisme dont le poste de Secrétaire général est occupé par l’Angolais George Robelo Pinto Chikoti.

A travers son élection au poste de sous-secrétaire général du Département des affaires politiques et du développement humain de l’organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, Madagascar accroît sa présence au niveau des instances décisionnaires des organisations internationales et régionales. L’organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique compte actuellement 79 pays membres. Cette année 2020, Madagascar a été également élu comme membre du Conseil économique et social de l’Organisation des Nations Unies.

Diplomate de carrière, ayant le grade de ministre plénipotentiaire,

Norbert Richard Ibrahim, titulaire de doctorat en droit, possède un état de service remarquable au sein du ministère malgache des Affaires étrangères où il a passé toute sa carrière en gravitant tous les échelons de 1988 jusqu’à sa retraite en juillet 2020. Il y a occupé, entre autres, les postes de responsable de la formation des agents diplomatiques et consulaires à l’École Nationale d’Administration de Madagascar, de premier conseiller et chargé d’affaires a.i. à l’Ambassade de la République de Madagascar à Bruxelles de 2005 à 2019. Avant de rejoindre son actuel poste, il a officié comme membre du centre d’études et d’analyse stratégique, Think Tank du ministère des Affaires étrangères, qui a pu bénéficier de son expertise dans divers domaines tels que l’intégration régionale africaine et le multilatéralisme en général.

A Bruxelles, il a été membre du groupe de rédaction de l’accord de Georgetown révisé et a participé activement aux délibérations des négociations post-Cotonou, ayant abouti à la création de l’organisation des États Africains, des Caraïbes et du Pacifique, anciennement connu comme le groupe des États d‘Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, qui a son siège à Bruxelles.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Rehaussement du niveau de l’éducation : Un défi de taille que doit relever le secteur

(Photo d’archives)

Avec une année scolaire fortement troublée par la crise sanitaire, les élèves, quel que soit leur niveau, n’ont pas pu suivre jusqu’au bout le programme d’études. Ce qui sous-entend que durant la prochaine année scolaire, ils vont devoir rattraper leur retard.

La décision des établissements scolaires est unanime, tous les élèves sont admis à la classe supérieure, et ce, même si des examens à domicile ont été organisés durant la fin de ce mois. Il ne s’agit que d’une manière de voir l’étendue des dégâts afin d’adapter le type de remise à niveau à proposer pour chaque enfant l’année prochaine. Et encore, certains parents n’ont même pas pris la peine de renvoyer les copies d’examen de leurs enfants à l’école, peut-être en jugeant que ce n’est pas nécessaire puisque leurs progénitures auront quand même accès à la classe supérieure avec ou sans notes.

Niveau des examens officiels. Comme déjà précisé dans l’article de notre édition d’hier traitant du discours présidentiel sur les examens officiels, les sujets pour chaque région varieront en fonction du programme scolaire terminé au niveau de chaque établissement. Un volume de révisions à la taille du temps de préparation puisqu’il ne reste environ qu’une semaine de préparation pour les élèves qui vont passer le CEPE. Néanmoins, selon les enseignants, « malgré le peu de leçons à retenir, beaucoup d’élèves les ont oubliés parce que les “vacances” ont trop duré et qu’une grande majorité n’a pas pris la peine de se maintenir en condition durant les cinq mois de crise sanitaire ». On se demande donc comment le secteur de l’Education compte rehausser le niveau des enfants malgaches, qui rappelons-le, selon les dernières enquêtes de l’Agence Japonaise de coopération internationale, restait médiocre depuis quelques années. L’année précédente, pourtant, nous semblions être sur la bonne voie avec les cours d’appui, l’augmentation des heures d’étude, la construction massive d’infrastructures, surtout dans les zones rurales. Ceci dit, le président de la République s’est déjà exprimé sur le sujet, il y aurait déjà un plan de redressement au niveau du ministère de tutelle et le rehaussement de la qualité de l’enseignement ne saurait tarder. Par contre, pour ce qui est de ces examens officiels prévus dans les prochaines semaines voire les prochains jours, l’opinion publique est consciente que pour les réussir, ce ne sera pas plus ardus comparés aux précédentes éditions. Néanmoins, il faudra de l’application pour les élèves et les parents.

Année scolaire 2020-21. La prochaine rentrée dans les établissements scolaires privés est pour l’instant annoncée à mi-septembre. Une année qui va débuter par beaucoup de cours de remise à niveau. Selon les informations que nous avons obtenues auprès de certaines écoles, l’année scolaire 2020-2021 durera à peu près 10 mois. Ce qui laisse penser que le mois supplémentaire sera concentré sur le rattrapage du programme non terminé de l’année précédente. Mais un mois peut-il suffire pour combler les lacunes des enfants ? Pour le moment, cela demeure un point d’interrogation et tous les yeux sont rivés sur l’instant présent. La mission qui attend la nouvelle ministre de l’Education nationale s’annonce complexe.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Partis Matsilo, Faniry et Aro Riaka : Plainte déposée auprès de la HCJ sur la gestion de l’aide octro...

Joseph Yoland président du parti Matsilo. (Photo d’archives)

A l’instar des autres formations politiques, les partis Matsilo, Faniry et Aro Riaka revendiquent quant à la gestion de l’aide octroyée par le PNUD au profit du CCO-Ivato portant notamment sur l’achat de matériels contre la Covid-19. Selon les explications de l’ancien sénateur Joseph Yoland, ces trois partis ont déposé une plainte, hier, auprès de la Haute Cour de Justice sur ce point. Toujours d’après, cet ancien sénateur, l’objectif est la réforme de la structure et de la gestion des affaires nationales dans le pays. Ces revendications remontent en 2012 dont la lutte contre l’impunité, a-t-il rappelé. Il s’insurge également contre l’exportation de l’or. Ce métal précieux devrait être conservé au niveau de la Banque centrale pour donner plus de poids à l’ariary. Et pour conclure, il est contre la cogestion des îles éparses avec la France car elles nous appartiennent, a-t-il indiqué.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Peuple de la forêt :  D’une peuplade à une population 

Les Bezanozano forment une des ethnies de Madagascar, habitant une bande de terre forestière située entre la partie orientale du pays mérina et la région côtière occupée par les Betsimisarakas du sud, le long du haut Mangoro. La principale localité du pays Bezanozano est la ville de Moramanga dont, cependant, la majeure partie des habitants actuels sont originaires d’autres régions de l’île, notamment de l’Imerina.

Bezanozano, différentes significations ont été attribuées à ce nom selon le dictionnaire Firaketana sy fiteny sy ny zavatra malagasy qui en fournit quelques-unes. Certains affirment que le mot Bezanozano vient de la coiffure, caractérisée par des tresses zano, et portée par les hommes et par les femmes d’autrefois. D’autres parlent d’un certain Bezanoro, habitant en amont presqu’à l’ouest, non loin de Manjakandriana ou d’Ambatolaona. Attaqué par les Merina, cet homme se serait enfui vers l’est de Mangoro et y serait demeuré avec ses descendants, devenant un groupe appelé Bezanozano qui signifierait « changer ». Cependant, certains affirment que cette appellation provient d’une essence appelée  « Zano » un arbuste répandu autrefois.

L’origine de la formation du groupe, on trouve cet épisode rapporté par Chardenoux : « sortaient du nommé Rhafanala d’Emirne, lequel ayant trois enfants… Quelques temps après il y eut une guerre entre les Betsileo du Nord avec les Betsimsarra du côté de Foulpointe. Ces derniers étant les plus forts les chassèrent dans l’intérieur jusque dans les bois d’Ancaye… Ils virent que cette province était établie, vinrent trouver Raphanala, firent alliance… Désirant à leur tour s’agrandir et former une peuplade… Ils vinrent trouver Raphanala et… communiquèrent leur projet et le désir qu’ils avaient qu’ils suivirent avec tout son monde. Mais Rhafanala, attaché à son pays qu’il avait établi lui-même… Alors les Betsileo quittèrent… Ancaye et… puisqu’il (Rhafanala) ne voulait pas les suivre, qu’il n’avait qu’à rester avec tous ces bois debout, qui lui servirait de compagnie, et qu’ils le nommeraient de ce nom (qui signifie Bézaonzons) ou bois debout, c’est depuis cette époque qu’on les appelle ainsi. »

Si par le passé les Bezanozano étaient connus par le trafic d’esclaves et de bétail, ils soutenaient des guerres qui leur procuraient un nombre considérable de captifs, livrés à la traite.

L’histoire bezanozano s’est mélangée avec celle des Merina au début du règne de Ralambo jusqu’au règne de Radama I. Cette unification entre les deux peuples est le fruit d’une colonisation par les Merina. Lorsque les Bezanozano furent vaincus, les agents du pouvoir de Tananarive sont devenus les maîtres de l’Ankay. L’environnement physique et l’histoire du peuple bezanozano ont également contribué à la formation de son patrimoine culturel.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Football – Seychelles : Un beau doublé de Foresters FC

Jean Tigana Hajatiana et Léonard avec la coupe qu’ils ont remportée avec Foresters FC.

Le Foresters FC a été sacré double champion de Seychelles cette saison. Ce club, où les deux expatriés malgaches en l’occurrence Jean Tigana Hajatiana et Léonard évoluent, s’est imposé face au Côte d’Or sur le score de 4 buts à 2, lors de la finale de la coupe SFF, la semaine dernière. Pour rappel, Tigana est un ancien joueur d’Akademia Ny Antsika, tandis que Léonard était avec l’As Adema Analamanga. Les deux Malgaches ont largement contribué à la domination de leur équipe. Ils ont toujours montré l’exemple de combativité tout au long de cette saison. Ils méritent une bonne recompose après tant d’efforts.

Mais avant ce derby final, Foresters FC a été déclaré champion de la Première League des Seychelles pour la première fois de son histoire après avoir remporté le championnat 2019/2020. La victoire lui a été assurée grâce à ses 46 points, délogeant ainsi le vainqueur de la saison dernière Côte d’Or. Ce dernier a terminé deuxième d’une saison qui a été interrompue pendant quatre mois et n’a repris qu’en juillet en raison de la pandémie de Covid-19. Foresters FC était en bonne position pour remporter la ligue en dominant les débats malgré la concurrence de St-Michel, détenteur du record de titres de la Ligue, qui s’est retiré pour la suite du championnat, laissant la porte ouverte au club du Mont Fleuri pour atteindre le sommet. Bien que Foresters devait gagner au moins un de ses trois matchs pour s’assurer de remporter le trophée de la ligue, l’équipe a fait match nul deux fois et a perdu contre La Passe dans un match crucial à domicile.

Ce fut un moment plein de grande joie pour l’entraîneur principal de Foresters, Harold Hoareau. «Nous avons été constants cette saison et étions en pleine forme avant la pause. Bien que nous avons eu du mal à conclure la ligue, nous savions que nous étions la meilleure équipe et nous sommes heureux d’avoir finalement remporté ce titre. Je tiens à remercier tous mes joueurs d’avoir cru en moi », a-t-il déclaré.

A savoir que vingt-sept joueurs malgaches jouent actuellement dans différents clubs seychellois. Ils sont tous dans la première division élite et ont reçu un salaire important par rapport aux autres expatriés qui évoluent à l’Ile Maurice.

Recueillis par Manjato Razafy