Les actualités Malgaches du Mercredi 25 Juillet 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara184 partages

Guy Rivo Randrianarisoa : Le ministre multiplie ses descentes sur le terrain

Récente descente de Guy Rivo Randrianarisoa à Mahajanga.

Homme de terrain. C’est le constat qui s’impose en suivant les actions que Guy Rivo Randrianarisoa mène depuis sa nomination au sein du gouvernement de Ntsay Christian. Le nouveau ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé privilégie les contacts directs avec les acteurs du développement en multipliant ses descentes sur terrain pour constater de visu les réalités. A l’issue de ces descentes, il a averti les opérateurs économiques étrangers qui exploitent les sociétés d’Etat par des contrats de concession ou d’affermage, mais qui ne respectent pas leurs obligations financières. A Nosy-Be, le ministre Guy Rivo Randrianarisoa a promis de résoudre le plus tôt possible les problèmes qui constituent un blocage au redressement de la société SIRAMA. Et tout dernièrement à Mahajanga, il a annoncé la possibilité de construction d’une sucrerie dans la commune d’Ambalakida (Mahajanga II) où la culture de cannes à sucre est très développée.

Equipe jeune. Quelque part, la fermeté et l’audace du nouveau ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé dérange. A Anosy, Guy Rivo Randrianarisoa procède au rajeunissement de l’équipe dirigeante de son département. Des jeunes chefs de service sont nommés directeurs. Ce rajeunissement cadre avec la recherche de dynamisme nécessaire au développement de l’Industrie et du secteur privé malgache. Et cette recherche de dynamisme passe par la nécessité de conformité aux normes et aux réglementations en vigueur. Bref, Guy Rivo Randrianarisoa  est en train d’adopter un style de gouvernance qui  vise à introduire des innovations dans la gestion de son ministère. A rappeler que le nouveau patron de l’Industrie fait partie des quatre ministres qui représentent le TIM de Marc Ravalomanana au sein du gouvernement de Ntsay Christian.

R. Eugène

Midi Madagasikara60 partages

Album : Ndrina Zopanage signe « Fa hira no fiainako »

Ndrina Zopanage a sorti « Fa hira no fiainako », disponible sur toutes les plateformes de téléchargement.

Enfin un premier album pour Ndrina ! Connu des mélomanes et très apprécié des amateurs de folk malgache, Ndrina Zopanage depuis près de trente ans de carrière, n’a encore jamais sorti aucun album (sans compter son 33 tours sorti dans les années 80). Aujourd’hui, c’est chose faite ! Ndrina vient de signer « Fa hira no fiainako ». Un opus de neuf  titres dans lequel il revisite des anciens titres qu’il a écrits pour Zopanage et où il dévoile également de nouvelles compositions. Des chansons dont certaines sont interprétées par des amis artistes. « J’ai toujours aimé la collaboration. Dans cet album, j’ai donc demandé à quelques amis et de nouveaux talents de participer.  Fidy Tsiakoraka, Ariela, Haritiana, Laza, Haja, ou encore Tiana Rakotonanahary (Ny riampeo) ont accepté avec joie ». Si Zopanage s’est fait un nom grâce à son folk, Ndrina, lui, a choisi de faire une musique qui lui ressemble avec des inspirations à la James Taylor ou à la Christopher Cross. « J’ai vraiment choisi un son plutôt gasigasy, marié à celui de mes idoles, pour faciliter l’écoute ». « Fa hira no fiainako » est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement et peut donc être consommé dans les quatre coins du monde. Avis aux amateurs !

Mahetsaka

News Mada8 partages

Fivorian’ny Upap eto Madagasikara: hanatsara ny fomba fiasany ny paositra aty Afrika

 

Voafidy nandritra ny fivorian’ny Firaisamben’ny paositra aty Afrika na ny Upap (Union panafricaine des postes), natao ny volana mey 2017, tany Naïrobi, fa eto Madagasikara no handray ny fihaonambe faha-5-n’ny Upap. Hatao eny amin’ny CCI Ivato izany fihaonamben’ny paositra aty Afrika izany, rahampitso 26 sy 27 jolay izao.

200 ireo mpandray anjara andrasana amin’io fihaonana iraisam-pirenena io, ahitana minisitra, teknisianina, tompon’andraikitrasa isan-tsokajiny ao amin’ny paositra. Handray anjara ihany koa ny solontena avy amin’ny Vondrona afrikanina, Sadc, sns.

Mandritra izany roa andro izany, hiarahan’ny mpivory mifanakalo hevitra ny paikady hanatsarana ny asan’ny paositra aty Afrika: ny fifanarahana, ny fepetra, ny fandrindrana ny asa, indrindra manoloana ny fivoaran’ny teknolojia ankehitriny. Haroso amin’ny fivorian’ny Fikambanan’ny paositra eran-tany  (UPU) ireo rehetra ireo, ny volana septambra 2018 any Addis-Abeba.

« Manatsara ny toeran’i Madagasikara… »

 « Manatsara ny toeran’i Madagasikara ny handraisana fanapahan-kevitra lehibe ho an’ny sampandraharahan’ny paositra. Manome lanja sy mampandroso ny paositra malagasy izany sy eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena; manambara ny fahavononan’ny mpiasa hampandroso ity sehatra ity », hoy ny tale jeneralin’ny paositra, Rakotomalala Nirina Augustin.

Efa  vita sonia eo amin’ny fitondram-panjakana malagasy sy ny Upap ny fanomanana izao fivoriana izao, ny volana marsa lasa teo. Sambany eto Madagasikara ny handray fivoriana iraisam-pirenena toy izao, mahakasika ny paositra.

Najoro ny taona 1980 ny Upap, sampana iray eo anivon’ny Vondrona afrikanina. 45 ireo firenena mpikambana ao aminy. Mpikambana ao amin’ny filankevi-pitantanana i Madagasikara, nanomboka ny taona 2016.

R.Mathieu

News Mada6 partages

HFI sur la place du 13 Mai: une tentative vouée à l’échec?

En l’absence d’autorisation de la part des responsables sécuritaires, des groupuscules d’un mouvement pour la refondation n’ont pas pu réunir qu’une poignée de personnes, hier à Analakely. Les syndicalistes ont également snobé le rendez-vous.

Sans surprise, l’appel au mouvement populaire initié par le «Hetsika ho fanorenana ifotony» (HFI) n’a pas eu l’effet escompté. Les partisans du mouvement n’ont pas eu l’autorisation d’investir le parvis de l’Hôtel de ville et la population de la capitale n’était pas au rendez-vous.

Seulement quelques badauds curieux étaient présents sur place. Les journalistes venus couvrir l’événement ont été d’ailleurs plus nombreux que les manifestants attendus pour venir pour écouter Pety Rakotoniana et consorts. Il est donc clair que cette entité n’a pas la cote auprès de la population.

En tout cas, très tôt, les forces de l’ordre ont scellé l’enceinte du parvis et quadrillé les alentours de la Place du 13 Mai. L’objectif a été d’éviter les débordements en pareille situation. Par la suite, à l’arrivée des leaders du HFI, les négociations ont commencé avec les forces de l’ordre. Et malgré l’insistance des leaders dirigés par Pety Rakotoniaina, de pénétrer sur la Place du 13 mai, ils ont dû se résoudre à rester hors de la clôture du parvis.

Un baroud d’honneur

Et comme toujours, au lieu de militer pour la refondation proprement dite, le HFI s’en est pris à une personnalité particulière, notamment l’ancien président de la Transition. L’ancien maire de Fianarantsoa ne sait peut être pas que le mouvement du 21 avril dernier a été initié par des élus pour le changement, qui se sont opposés  au vote des textes électoraux controversés, auprès de l’Assemblée nationale. L’élue d’Ikalamavony, femme du leader du HFI, a été en première ligne lors de l’adoption de ce texte.

Les partisans de la refondation ont en tout cas promis de remettre le mouvement pour vendredi prochain, sur la même place, en dépit d’une fin de non-recevoir de la part de la Préfecture. «Nous allons déposer une autre demande auprès de la préfecture et nous allons lui donner 48 heures pour émettre son avis. Cependant, nous ne reculerons devant rien. Nous poursuivrons notre lutte», s’est écrié Pety Rakotoniaina devant la clôture du parvis, visiblement délaissé par les grosses pointes du mouvement HFI. Ce leader a fait savoir qu’à part la refondation, le HFI ne veut aucunement des élections et exige le départ du régime actuel.

Absence des syndicalistes

Contrairement aux différentes déclarations émises lors de leurs interventions, les syndicalistes ont été aux abonnés absents hier à Analakely. Aucune pancarte ni banderole symbolisant leur soutien au mouvement n’ont été déployées.

Seuls certains membres de la fédération des détenus politiques comme Riri Be ont été aperçus sur les lieux. Ce dernier a pu parader avec le drapeau national sur le parvis.

En tout cas, malgré cet effet d’annonce, les activités se sont déroulées normalement à Analakely et aux environs. Une situation qui démontre le ras-le-bol des citoyens d’une éventuelle crise au pays. Certainement, la population a envie d’écrire une nouvelle histoire par le biais des élections.

Rakoto

Midi Madagasikara6 partages

Canal + : Lancement de « Novegasy », une chaîne 100% fiction malgache

Canal +, un partenaire  actif des maisons de productions locales.

Une grande première dans le secteur de la télévision payante en Afrique. Canal + Madagascar lance une chaîne 100% locale pour satisfaire avant tout les téléspectateurs nationaux. Une initiative qui a par ailleurs le mérite d’appuyer la production locale.

« Novegasy ». La dénomination rappelle les Telenovelas sud-américaines très prisées par les téléspectateurs. Mais ils seront aussi très ravis avec « Novegasy », qui leur permettra de découvrir la richesse de la production cinématographique malgache grâce à cette chaîne éphémère lancée par Canal + avec des producteurs locaux.

Qualité

« L’idée de cette initiative est avant tout de satisfaire les téléspectateurs malgaches qui apprécient la production locale » a expliqué hier, Jean-François Duboy, lors d’une conférence de presse de présentation de « Novegasy ». « Le projet est aussi destiné à appuyer les producteurs de films locaux » a-t-il ajouté. Une manière en somme d’expliquer que Canal + Madagascar croit beaucoup en la qualité de la production locale qui poursuit son chemin vers une réussite totale. D’ailleurs, ce projet « Novegasy » est une conception entièrement malgache. En effet, 100% des programmes sont des films, séries et clips malgaches. La préparation technique des contenus comme le nettoyage et la mise en format a été entièrement réalisée par des agences de piges et de productions locales. Même le logo, l’habillage de l’antenne, les bandes annonces, ainsi que le dispositif de communication ont été réalisés par des entreprises locales. Et avec, bien évidemment, l’appui de Canal + qui va diffuser la production « Novegasy » sur la chaîne 99, à partir du 30 juillet 2018.

Fierté

Une production qui fera probablement la fierté des téléspectateurs malgaches abonnés de Canal +. Ils ne seront en tout cas pas déçus, car ils découvriront par exemple les six grands feuilletons malgaches, totalisant 220 épisodes de 45 minutes ainsi que 25 longs-métrages. « Novegasy » diffusera en effet des séries et long-métrages issus des maisons de production les plus connues à Madagascar. Pour ne citer entre autres que Avoko Production, Scoop Digital, Horizon et Profiler. Les séries cultes comme « Safelika, Malok’Ila » et « Samy fatsora » figureront parmi les productions qui seront diffusées quotidiennement sur la grille « Novegasy » du canal 99 qui est opérationnel 24/24h et 7/7j. Et ce, avec une mécanique de grille très simple, puisque les téléspectateurs verront un nouvel épisode pour chacune des quatre séries tous les jours entre 16 heures et 19 heures, avec rediffusion en boucle en attendant les nouveaux épisodes du lendemain. Le week-end, tous les épisodes de la semaine seront rediffusés en « marathon par série ». Deux long-métrages seront aussi proposés en prime en week-end à partir de 20 heures.

A noter qu’il s’agit d’une chaîne éphémère, c’est-à-dire limitée dans le temps et sera ainsi disponible du 30 juillet au 14 octobre, soit un total de 11 semaines de diffusion. « C’est un essai, et on verra la suite en fonction de ce que cela va donner » précise le DG de Canal + Madagascar. « Novegasy » sera accessible sur le canal 99 pour tous les abonnés aux bouquets Canal + quelle que soit leur formule d’abonnement. La première diffusion aura lieu le 30 juillet à 16 heures.

R.Edmond.

News Mada5 partages

Plaques rouges: rappel de la Primature

 

A travers un communiqué, la Primature a tenu à rappeler hier la date limite fixée pour l’utilisation des plaques rouges sur tous les véhicules appartenant à l’administration, prévue le 28 juillet prochain.

«Tous les responsables étatiques sont ainsi invités à se conformer à cette instruction avant la date indiquée. Le Premier ministre, chef du gouvernement et non moins chef de l’administration tient à réitérer l’importance de cette mesure pour mettre en exergue le principe de redevabilité auquel doit être soumis l’ensemble du personnel de l’administration », rappelle le communiqué de la Primature.

Les véhicules de représentation et de fonction sont mis à la disposition de leur détenteur pour leur déplacement aussi bien professionnel que personnel, même en dehors des heures de travail, tandis que les véhicules de service doivent être ramenés sur les lieux du travail à la fin de la journée.

A ce titre, l’instauration des plaques rouges permet justement de garantir la transparence dans l’utilisation des moyens de l’État et d’éviter que cette utilisation se fasse de manière abusive. Sur ce, les citoyens sont également invités à jouer pleinement leur rôle d’observateurs. «Le Premier ministre tient à souligner que la responsabilité des détenteurs récalcitrants sera personnellement engagée au-delà de la date butoir du 28 juillet», ajoute le communiqué.

Dans un autre chapitre, plus précisément à propos  de la grève des enseignants, la Primature note qu’après la signature de la convention engageant l’Exécutif et les enseignants, vendredi dernier, le Chef du gouvernement exhorte désormais les autres à leur emboîter le pas afin de ne pas retarder davantage l’achèvement du programme scolaire en vue de la tenue des examens officiels.

Rakoto

News Mada5 partages

Fakana an-keriny mpiasan’ny Kraoma: 100 tapitrisa Ar ny takin’ny ireo mpanao kidnapping

Nisy naka an-keriny, afakomaly maraina, ny efa-dahy mpiasan’ny orinasa Kraoma, ao Brieville Tsaratanàna. Mitaky vola 100 tapitrisa Ar amin’ny depiote iray (?) sy amin’ny orinasa Kraoma ireo mpaka an-keriny ho tambin’ny famotsorana ireo mpiasa ireo.

Raha mbola tsy votsotra fa mbola any am-pelatanan’ireo jiolahy i Abdoul Aziz Mansour, ilay teratany tompon’ny orinasa Singer, nisy naka an-keriny tetsy Tsaralalàna, fantatra izao fa nalain’ny jiolahy an-keriny koa ny mpiasan’ny orinasa Kraoma miisa efatra ao Brieville Tsaratanàna. Araka ny loharanom-baovao azo antoka, nalain’ireo mpaka an-keriny teny amin’ny “chantier” niasany izy efa-dahy ireto, afakomaly tamin’ny 7 ora maraina. Tonga toy  ny fanaony isa-maraina ireo mpiasa ka nohararaotin’ireo jiolahy naka an-keriny tamin’izany izy efa-dahy ireto. Tao anatin’ny fotoana ny nanatanterahanan’ireo mpaka an-keriny ilay fakana an-keriny ary samy tsy nisy nanampo izany ireo mpiasa sasantsasany, raha ny vaovao voaray hatrany. Tsy mbola fantatra mazava kosa ny toerana nametrahan’ireo mpaka an-keriny azy ireo hatramin’izao fotoana izao. Voalazan’ny loharanom-baovao marim-pototra hatrany fa nangataka vola 100 tapitrisa Ar amin’ny depiote iray sy amin’ny orinasa Kraoma ireo mpaka an-keriny ho tambin’ny famotsorana ireto efa-dahy nalain-dry zalahy an-keriny ireto.

Hovonoin’ireo mpaka an-keriny ireo mpiasa…

Mbola any am-pelatanan’ireo jiolahy, araka izany, ireto mpiasan’ny orinasa Kraoma ireto. Nohamafisin’ny loharanom-baovao hatrany fa nanome fotoana ilay depiote sy ny orinasa (hatramin’ny omaly hariva io) ireo mpaka an-keriny amin’ny tokony hanomezan’izy ireo ny vola takin-dry zalahy fa raha tsy izany, hovonoin-dry zalahy tsikelikely ireto mpiasa nalaina an-keriny ireto. Voalaza koa fa ananan’ireo mpaka an-keriny vola ity depiote ity taloha, saingy tsy nomeny ny volan’izy ireo ka izany ny nahatonga azy ireo haka an-keriny ireto mpiasa ireto. Tsy fantatra mazava rahateo na avy amin’ny antoko politika iza na iza ity depiote itakian’ireo mpaka an-keriny vola ity. Tsy mbola fantatra mazava koa hoe iza marina ilay depiote. Any amin’ny depiote sy ny orinasa, araka izany, ny hoavin’ireo mpiasa efa-dahy nalain’ireo mpaka an-keriny ireo. Andrasana ny tohin’ity raharaha ity.

J.C

News Mada5 partages

Hetsika tetsy amin’ny kianjan’ny 13 mey: nandamoka sy tsy nahazaka vahoaka ry Rakotoniaina Pety

 Efa nampoizina. Noporofoin’ny vahoakan’Antananarivo ny tsy fankasitrahany ny hetsika notarihin-dry Pety sy ry Riribe na koa ry Razafindrakoto Harison tetsy amin’ny kianjan’ny 13 mey, omaly. Zara fa nisy andiana olona tonga teny an-toerana.  Hetsika tsy nahazoana alalana  rahateo izany. Efa niatrana vao maraina ny avy amin’ny Emmo/Reg rehefa nahazo toromarika avy amin’ny prefektiora ny amin’ny hanakanana ny fidirana ao an-kianja. Nigadona avy eo ny mpitarika sasany ary nifampiraharaha amin’ny mpitarika ny mpitandro filaminana,  notarihin’ny Kly  Anicet. Mazava ny toromarika voarain’izy ireo fa tsy nahazoana alalana ny hetsika ka tsy namela ireo andiana olona hiditra ny vavahady, efa nakaton’ny Emmo/Reg. “Tsy olana ny fanehoan-kevitra, saingy tsy mbola voarainay eto taratasy milaza fa afaka  manao hetsika ianareo. Mbola ny fandrarana izany ny eto an-tananay”,  hoy ny lehiben’ny Emmo/Reg. Nilaza ny efa nanome alalana azy ireo kosa ny prefet ary nomena 15 mn hitenenana amin’ny vahoaka ny mpitarika. Ny hafa kosa, niaraka amin-dRakotoniaina Pety tany amin’ny biraon’ny prefektiora Tsimbazaza nifampiraharaha momba izany.

Fandrebirebena vahoaka…

Tsy tao anefa ny prefet, saingy nifampiresahana an-telefaonina izany ka  niafara fa nomena fe-potoana fohy hikabariana izy ireo ary manao fangatahana ka afaka 48 ora,  miverina eo amin’ny kianjan’ny 13 mey indray. Na izany aza, tsy tafiditra mihitsy tao amin’ny “parvis” mihitsy izy ireo.  Nirava tsikelikely avy eo…

Amin’ny ankapobeny, tsy nampiraika ny olona ny hetsika na novana am-panidinana tampoka teo aza ny anarana nentin’izy ireo mba hambaboana sy handrebirebena ny vahoaka. Nafangaro amin’ny hetsika teo aloha ny depiote 73 ka mody nosarontsaronana fotsiny: “Hetsi-bahoaka ho an’ny fanovana sy ny fanorenana ifotony” raha “Hetsi-bahoaka ho an’ny fanovana” ny an’ny Tim sy ny Mapar  ary ny  depiote tsy miankina… Ho hita eo indray ny ho tohiny…

Randria 

 

News Mada4 partages

Betroka: la commune d’Ianakafy fait peau neuve

Le district de Betroka, dans la région Anôsy, s’efforce de rattraper son retard en matière de développement. La commune rurale d’Ianakafy vient de se doter de nouvelles infrastructures de base sur l’ initiative du député élu de la circonscription.

La commune rurale d’Ianakafy se modernise pour se hisser à la hauteur des communes  des autres régions. La population locale dispose dorénavant de nouvelles infrastructures publiques résultant de différents   partenariats public-privé contractés par le député Jean Nicolas Randrianasolo qui a toujours relevé le défi de redresser la situation socio-économique des 22 communes de sa circonscription. Il a ainsi présidé la cérémonie d’inauguration d’un nouveau bâtiment devant abriter le bureau de la commune rurale d’Ianakafy ainsi  que d’un autre pour le Centre de santé de base de niveau II local en plus d’un tranompokonolona, en début de semaine.

Le député de Betroka a rappelé le passé glorieux de cette collectivité de base qui s’est malheureusement dégradée au fil des années, suite à la mauvaise gestion de certains dirigeants, lors de son intervention publique pour sensibiliser les citoyens à préserver les acquis, garants du développement. Située à moins d’une centaine de kilomètres du chef-lieu du district, la commune rurale d’Ianakafy souffre de mille maux dont l’enclavement, le manque d’infrastructure et l’insécurité permanente, d’après les révélations du député Jean Nicolas Randrianasolo. D’après lui, cette  situation l’a obligé à appuyer des projets de développement conçus par les autorités locales,  en conformité aux besoins réels de la population, à l’instar de ces nouvelles réalisations.

Manou

News Mada4 partages

Fampielezan-kevitra: hanasazy izay tsy manara-dalàna ny Ceni

 

« Tena tonga dia teneniko aminareo eto fa hanasazy izahay, raha misy trangan-javatra tsy mifanaraka amin’ny lalàna ao anatin’ny fampielezan-kevitra. Hijoro izahay, raha tsy manaja lalàna ny zava-mitranga, na iza na iza ilay olona. »

Io ny nambaran’ny filohan’ny Ceni, Rakotomanana Hery, teny Nanisana, omaly, momba ny fampielezan-kevitra. Raha tsy mipetraka ny etika sy ny fifanajana eo amin’ny olona ho lohany eto amin’ity firenena ity, ho aiza isika?

Misy ezaka any ho any hoe hampitambatra ireo kandidà hanao sonia amina fifanarahana iray mba hahazoana mifehy ny fampielezan-kevitra. Efa mazavazava kokoa ny voalazan’ny lalàna any amin’ny sehatry ny fampielezan-kevitra. Fa amin’ny fotoana mialoha ny fampielezan-kevitra no sarotra ny fipetraky ny zava-mitranga… tsy misy lalàna mifehy azy.

Izay araka ny lalàna ihany no atao

« Izay mifanaraka amin’ny lalàna ihany ny fepetra raisinay ao anatin’ny zava-drehetra ataonay fa tsy afa-kamorona izahay », hoy izy. Samy manao izay tiany hatao raha mamorona… Sarotra be ny fifehezana an’izay, rehefa avy eo. Raha tsy nitsinjo ny amin’ny fotoana mialoha ny fampielezan-kevitra ny lalàna, izao ny vokany.

« Ny teneniko amin’ny maha filohan’ny Ceni ahy: aoka re isika kandidà mba samy ho tonga saina amin’ny zava-mitranga. Mba hametra ny olana misy isika fa tsy isika indray no  hanamafy izany », hoy ihany izy.

Hita izao ny olana, hahitsy ny momba an’izay amin’ny lalàna hifehezana ny fifidianana amin’ny manaraka. Tsy ny Ceni no ndeha hiroboka amin’ny zavatra tsy mazava amin’ny fitantanana azy. Tokony samy ho tonga saina avokoa ny tsirairay, satria raiamandrenin’ny Malagasy izany filoham-pirenena izany. Raha tsy misy lalàna mametra amin’ny fotoana mialoha ny fampielezan-kevitra, tsy misy sazy azo atao.

Fifidianana aloha vao fanorenana ifotony

« Mety ho resy lahatra amin’ny zavatra resahina eo amin’ny fanorenana ny firenena aho », hoy izy momba ny fitakiana fanorenana ifotony mialoha ny fifidianana. Nefa mila manaja  lalàna hatrany ny rehetra. Tapitra amin’ny 25 janoary 2019 ny fe-potoam-piasan’ny filohan’ny Repoblika. Inona ny hatao eo anatrehan’izay? Ho vita mandra-pahatapitry ny fe-potoam-piasan’ny filohan’ny Repoblika ve ny fanorenana ifotony? Sa hatao aloha ny fifidianana; avy eo, miresaka fanorenana ifotony amin’izay?

R.Nd.

News Mada4 partages

Fikambanana Saina: « Harenina ny fanabeazana »

 

« Ilaina ny manarina ny politikam-panabeazana ka hatsangana ny tahirim-pirenena sy ny  banky ho an’ny fampandrosoana ny fanabeazana  (Tafa-BFF), hiantoka  ny famatsiam-bola maharitra nefa koa tsy manilika ny mpiara-miombona antoka avy any ivelany », hoy ny Firaisankinan’ireo manampahaizana mitodika ny hoavy (Saina),  tetsy By Pass, omaly. Nanatanteraka fivoriambe izy ireo ary naka fanapahan-kevitra maromaro. Nambaran’ny filohany, Rakotondramanana Tina Josoa, koa fa hatsaraina sy hakarina ny fari-piainan’ny mpanabe. Anisan’izany ny tambin-karama sy ny trano fonenana ary koa ny fahasalamana.  “Ilaina ny  vahaolana maharitra ho an’ny firenena”, hoy ihany izy ireo. Nanterin’izy ireo fa  omena sehatra miavaka amin’izany ireo manampahaizana nandalina sy te handalina ny fanabeazana. Ankoatra ireo, nanapaka ny Saina fa hanohana ny filatsahan’ny pasitera Mailhol  hofidina  filoham-pirenena izy ireo. “Naharesy lahatra anay ny fahavononany hiaro ny hasin’ny fanabeazana sy ny mpanabe”, hoy ny  Saina.

Synèse R.

News Mada4 partages

Activités: 75% des jeunes opèrent dans l’informel

Plus de 300.000 jeunes débarquent chaque année sur le marché du travail. Et 75% d’entre eux ainsi que 90% des travailleurs opèrent dans l’informel, d’après les dernières données fournies par l’Institut national de la statistique (Instat). Sous cet angle, 93 % des activités économiques de la Grande île sont considérées comme illégales…

Par extension, une grande majorité des travailleurs malgaches ne jouit pas du statut légal de salarié et ne bénéficie pas d’une quelconque couverture sociale. A titre d’exemple, le taux de salarisation de la région Sofia s’affiche aujourd’hui comme le plus déplorable, 2,7 % contre un taux de 30% pour Analamanga, le plus élevé du pays.

Bien d’autres indices viennent confirmer cette situation de précarité. Le taux de chômage dans le pays s’élève aujourd’hui à 6 %. A cela s’ajoute le faible taux d’urbanisation (2 %). Les ouvriers sont par ailleurs sous-payés et la majorité d’entre eux exercent deux ou trois métiers donnant souvent dans l’informel.

Arh.

 

News Mada4 partages

Tsaratanana: ankizivavikely 16 nalain’ny jiolahy an-keriny  

Misy ifandraisany amin’ny fakana an-keriny ireo mpiasan’ny Kraoma efadahy, voalaza ao amin’ny lahatsoratra ao amin’ny pejy fahatelo ? Asa fa nalain’ny jiolahy an-keriny, tao an-tranony,  ao Tsaratanana koa, afakomaly vao maraina koa ny ankizivavikely iray 16 taona.

Jiolahy miisa telo nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika no niditra an-keriny tao an-trano tamin’io fotoana io. Tsy afa-nanoatra ireo ray aman-dreniny satria nambanan’ireo jiolahy tamin’ny basy ka tsy sahy nanohitra azy ireo. Nentin’izy ireo nitsoaka avy hatrany kosa ilay ankizivavikely. Fotoana fohy taorian’izay, nangataka vola mitentina 10 tapitrisa Ar ho tambin’ny famotsorana ity takalonaina ireo jiolahy fa raha tsy izany, tsy avotsotr’izy ireo ilay ankizivavikely nalaina an-keriny.

Mbola tazonin’ireo jiolahy, araka izany, ity ankizivavikely nalaina an-keriny ity. Tsy mbola hita kosa ny toerana nametrahan’izy ireo azy. Voalaza anefa fa tsy mbola nametraka fitoriana teny anivon’ny mpitandro filaminana ireo ray aman-dreniny noho ny tahotra ny fandrahonana nataon’ireo olon-dratsy. Araka ny loharanom-baovao voaray hatrany, lasa misitaka miala ny renivohitra indray ity raharaha fakana an-keriny ity, raha teto an-drenivohitra hatrany no nampalaza izany teo aloha. Miditra any amin’ny fakana an-keriny indray ny jiolahy any amin’ny faritra. Isany efa malaza ratsy tamin’izany fakana an-keriny izany koa ireo dahalo mpandroba any amin’iny faritra Malaimbandy ity. Manoloana izany, tsy voafehy intsony ity raharaha fakana an-keriny ity ary mihamivoatra hatrany izany.

J.C

La Vérité2 partages

Tsaratanàna - Quatre employés de Kraomita malagasy enlevés

Le phénomène kidnapping fait tache d’huile à travers le pays, prouvant l’impuissance totale de nos gouvernants. Hier en fin d’après – midi, quatre employés de la société minière Kraomita malagasy, ont été enlevés sur une route reliant les localités d’Andriamena et de Tsaratanàna. Les victimes sont composées d’un chef d’équipe, d’un agent de sécurité, d’un chauffeur et d’un mécanicien, du moins selon l’information. Les malheureux étaient justement en train d’effectuer quelques travaux sur cette portion de route lorsque les ravisseurs étaient entrés en action.

Mais il y a pire. Les ravisseurs, dans un appel téléphonique, auraient exigé une rançon de 100 millions d’ariary contre la liberté des otages. Entretenant un climat de terreur, ils ont donné l’ultimatum pour le paiement jusqu’à ce soir sinon ils vont devoir les éliminer l’un après l’autre. Bien que l’information reste encore confuse, quelques bribes ont permis de savoir que les bandits auraient spécialement cherché à obliger une personnalité à Tsaratanàna de verser l’enveloppe. Une vieille histoire d’arriérés ou d’impayés  sur une somme que ladite personnalité locale devait encore aux ravisseurs, aurait poussé ces derniers à prendre ces agents de cette société minière en otages.Les quatre victimes seraient actuellement dans une situation particulièrement inconfortable, qui les affecte durement, du moins sur le plan moral.  Bien qu’ils soient en vie, le seul renseignement qui a filtré de l’affaire parle de leur désarroi total où ils pleurent lorsque des responsables au sein de l’entreprise les ont eus au téléphone. Des informations laissent même entendre qu’ils ont été torturés et ligotés. Actuellement, les Forces de l’ordre, informées sur le sort des malheureux et surtout de leurs rapts, seraient encore en pleine investigation.Cette fois-ci, la coupe déborde. Le phénomène a pris une tournure dramatique car ce quadruple enlèvement se produisant dans une région minière du nord du pays, est survenu quelques jours à peine après le rapt d’Abdoulaziz Mansour (48 ans), ce patron d’une société d’électroménagers Singer à Tsaralalàna. De leur côté, les enquêteurs semblent être avares d’informations sur ces dossiers. Dans le cas de l’enlèvement du patron d’entreprise indopakistanais, le 10e du genre en l’espace d’un mois seulement, les Forces de l’ordre n’auraient jamais été elles-mêmes informées que lorsque des riverains d’Ambodiapanga Itaosy eurent signalé la présence suspecte de la Vw Tiguan de la victime et qui a été retrouvée sur les lieux. « La Gendarmerie d’Itaosy n’aurait jamais  pu apprendre qu’il s’agissait d’un kidnapping qu’après avoir rejoint les proches de la victime, qui fut identifiée grâce au renseignement trouvé sur ses papiers laissés dans le véhicule, les premiers n’ayant pas donné l’alerte », indique-t-on du côté de la Gendarmerie. En attendant l’aboutissement de l’enquête menée par la commission mixte, l’on ignore tout encore sur l’évolution du sort de la victime.Franck Roland

News Mada2 partages

Adina fanatajahantena bakalorea: tontosa ny tao Toamasina, rava maina ny tao Brickaville

Mbola tsy lefy ny tolona ataon’ny mpampianatra eto Toamasina. Mikatsaka ny fanakanana ny fanadinana ara-panatanjahantena izy ireo. Mpihatrana ny mpitandro filaminana miaro ny mpianatra sy ny mpampianatra sasany.

Omaly, tamin’ny dimy ora maraina, tomefy mpitandro filaminana teny amin’ny manodidina ny liseam-panjakana Jeaques Rabemananjara izay nahazo iraka fa hisakana ny mety ho fanakorotanana ataon’ny mpampianatra mivondrona anivon’ny Sempama Nosy amin’ny tsy hampandeha ny andina ara-panatajahantena bakalorea eto Toamasina.

Tamin’ny fito ora maraina kosa, nanomboka tonga teny amin’ny vavahadin’ny lisea ny Sempama izay efa nifanao fotoana ho tonga eny an-toerana mba hisakana ny andina ara-panatajahantena.

Niaraka tamin’ izay ora izay, niditra ny tokotanin-tsekoly ireo mpianatra niaraka tamin’ny ray aman-dreniny. Nizotra tanatin’ny filaminana ny fanadinana tao amin’ny lisea Jeaques Rabemananjara sy tetsy amin’ny Ceg, Ratsimilaho.

Tetsy andaniny, sakoroka tety ivelan’ny vavahady tamin’ireo samy mpampianatra ihany. Mpampianatra fanatajahantena iray nolazain’ ireo namany fa namadika ny tolona ka nihevitra ny hiditra ny vavahady fa hampandeha ny adina no nahatonga ny sakoroka izay niafara

tamin’ny fidarohana an’ ity voalaza fa Sempama mpamadika ity. Avotry ny mpitandro filaminana haingana ihany ilay mpampianatra treatran’ny tambabe.

Tezitra tamin’ny mpitarika azy ny mpampianatra Sempama Nosy

Raha ho an’ ny Sempama Nosy teto Toamasina, tezitra tamin’ ireo mpitarika azy ny mpikambana nohon’ny tsy nahatontosa ny tena anton-dia amin’ny fisakanana ny tsy tokony hampandeha ny andina ara-panatajahantena bakalorea izay niantomboka ny talata 24 jolay teo.

« Lasa fitarihana miendrika politika ny ataon’ny mpitarika anay, nahoana ny an’ i Brickaville  rava ny anay tsy nahitam-bokany, ny mpitarika no tsy mamely, fitarihana te ahazo seza politika fotsiny », hoy ireo mpampianatra naneho ny heviny.  «Lasa fafinaretan’ izy ireo ny

hisehoseho amin’ny fahitalavitra », hoy hatrany ireo tezitra nifoha maraina kanefa tsy nody ventiny ny anton-dia.

Fa sakoroka be ihany koa ny tao amin’ny kianja fanaovam-baolina Brickaville ny alatsinainy teo. Tsy voasakan’ny mpitandro filaminana ny Sempama Nosy fa tafiditra tao an-kianja. Vokany rava ny andina ara-panatajahantena itambaran’ny rehetra.

Sajo

News Mada2 partages

Fampandrosoana ny toekarena: vahaolana maharitra ny famokarana angovo nokleary

 

Vahaolana maharitra amin’ny tsy fahampian’ny famokarana herinaratra eto amintsika ny firosoana amin’ny fitrandrahana ny angovo nokleary. Manana ny uranium (akora fototra amin’ny famokarana) betsaka i Madagasikara manomboka eto Antananarivo hatrany amin’ny tapany atsimon’ny Nosy. « Ny taona 2006, tonga teto ny orinasa vahiny tsy latsaky ny 15 hitrandraka uranium malagasy, saingy vokatry ny krizy politika nifanesy, niala tsikelikely izy ireo », hoy ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny ivontoerana nasionaly misahana ny siansa sy ny teknika nokleary (INSTN), ny profesora Rajaobelison Joël, omaly teny Fiadanana. Raha manana vina hampandroso ny toekarena malagasy anefa ny mpitondra, tsy maintsy ampiakarina ny famokarana herinaratra ahafahan’ny orinasa lehibe mihodina sy mamokatra. Amin’izao fotoana izao, 400 Mw (mégawatts) ny herinaratra azo avy amin’ny rano sy ny solika ampiasaina eto amintsika raha 5 000 Mw ny filana ho an’ny isan-tokantrano sy ny orinasa miorina eto Madagasikara, araka ny fanazavan’ny tale teknika sy ny fampandrosoana ao amin’ny INSTN, Rabesiranana Naivo. Amin’izao fotoana izao, ampiasaina amin’ny fitsaboana sy ny fikarohana ary ny fanodinana orinasa ny vokatra nokleary fa tsy mbola tafiditra amin’ny fampiasana ho an’ny filana andavanandron’ny rehetra.

Raha misy ny fanapahan-kevitry ny fanjakana hiroso amin’izany famokarana angovo nokleary izany, 15 taona ny fiomanana, mialoha ny fametrahana ny foibe mpamokatra. Betsaka ny fanadihadiana tsy maintsy hirosoana momba ny toerana hametrahana ny foibe, ny fiantraikan’ny tetikasa amin’ny tontolo iainana… Zava-dehibe faharoa koa ny fanofanana ny teknisianina hikirakira ny foibe sy ny fampihodinana azy.

Mila fahavononana avy amin’ny mpitondra

Mitaky volabe ny fametrahana foibe mpamokatra fa mora indrindra kosa ny vidin’ny angovo vokarina ho an’ny mpanjifa ary efa voaporofo fa tsy manimba ny tontolo iainana.

Haompana amin’ny herinaratra vokarina avy amin’ny angovo nokleary ny lohahevitra hovelabelarina mandritra ny Andron’ny  nokleary taona 2018, eny amin’ny INSTN Ankatso, manomboka rahampitso.

Lohahevitra efatra lehibe ny hifampizarana ho an’ny mpikaroka, ny mpianatra sy ny mpitondra momba ny angovo nokleary sy ny tombontsoa  hoentiny ho an’ny fampandrosoana ny toekarena malagasy. Ny talata 31 jolay sy ny zoma 3 aogositra, isaky ny amin’ny 2 ora tolakandro, ny famelabelarana eny amin’ny DLC Anosy sy ao amin’ny Akademia malagasy Tsimbazaza.

Vonjy A.

La Vérité2 partages

Problèmes énergétiques - L’installation d’une centrale nucléaire comme issue

Le mixe énergétique à renforcer. L’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) suggère l’exploitation de l’énergie nucléaire pour faire face aux problèmes énergétiques récurrents à Madagascar. Ces derniers se manifestent par les délestages et coupures intempestives de l’électricité, dus à la vétusté des infrastructures et à la faible production des centrales existants, malgré les investissements permanents. Face à cette situation, la planification énergétique inclut l’utilisation de diverses sources d’énergie, par exemple celle thermique à coupler avec l’énergie solaire, éolienne ou autres. « La source d’énergie nucléaire pourrait également servir de support pour renforcer la production et résoudre les problèmes énergétiques dans le pays », avance le Pr Joël Rajaobelison, directeur général dudit Institut.

Selon les informations, la mise en place d’une centrale nucléaire est faisable à Madagascar. « Sa construction nécessite des sacrifices avec les investissements colossaux à allouer au début. De plus, cela requiert plus de 10 années d’études, avant la concrétisation du projet. Par contre, une centrale électro-nucléaire apportera une production optimale, s’élevant à 900 Mégawatts en moyenne, soit le double de la production d’une centrale hydraulique. Elle assurera également une stabilité, avec une durée de vie de 60 ans. Pourtant, le coût de consommation reste faible mais une qualité de service est garantie », explique Joseph Lucien Zafimanjato, directeur au sein dudit institut. D’ailleurs, la Grande île dispose des matières premières pour ce faire, dont une grande quantité d’uranium dans le partie centrale jusqu’au Sud. D’un autre côté, des recherches sur le recyclage de combustibles nucléaires sont en cours. Outre les enjeux financiers, les défis tournent actuellement autour de la formation des spécialistes ainsi que la sensibilisation des autorités compétentes afin que, en connaissance de cause, ils puissent montrer plus de volonté.Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara2 partages

FIA : La 2e édition en septembre

La Foire internationale de l’Agriculture-Agribusiness-Agroalimentaire (FIA) se veut être une vitrine mondiale de la capacité de Madagascar à répondre aux demandes multiples et pléthoriques du marché intérieur, mais également de la demande régionale et internationale. La 2e édition aura lieu du 13 au 16 septembre 2018 aux parcs des expos Forello à Tanjombato. L’objectif consiste à rassembler toute la chaîne opératoire de la filière agricole allant des paysans jusqu’aux industries ainsi que tous les opérateurs travaillant dans des activités connexes au secteur agricole. Cette fois-ci, près de 20% des stands seront alloués aux organisations paysannes représentant toutes les régions de l’île, selon les organisateurs de l’événement. Le défi du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage est de les mettre en relation directe avec les opérateurs transformateurs, dans le cadre de cet événement. En outre, près de 50% des stands seront réservés à l’exposition des produits de transformation issus des secteurs de l’agriculture et de l’élevage.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Filière piscicole : Des kits d’hygiène pour les opérateurs de marché

Ces kits permettent aux commerçants de poissons d’eau douce d’assurer les bonnes pratiques d’hygiène.

Le projet AMPIANA, financé par l’Union européenne à travers le programme ASA, œuvre dans l’appui aux marchés piscicoles d’eau douce à Antananarivo et ses alentours.

En fait, « le manque d’hygiène dans la commercialisation des produits piscicoles constitue la plus grande problématique de tous les acteurs opérant dans tous les maillons de la filière piscicole, allant de la collecte, en passant par le transport jusqu’à la vente finale, suite à une étude réalisée au niveau de notre zone d’intervention. Ce manque de prise en compte des conditions d’hygiène et de salubrité des produits de consommation est constaté notamment au niveau du marché local, puisque cette hygiène est bien respectée quant aux produits destinés à l’exportation pour ne citer que les crevettes et les crabes. Ce qui explique la méfiance des consommateurs à acheter des poissons d’eau douce ». Le chef du projet AMPIANA, Andriamarolaza Rija, l’a évoqué lors de la remise officielle des kits d’hygiène aux opérateurs de marché de poissons d’eau douce à Antananarivo, dans les locaux de MPE (Malagasy Professionnels de l’Elevage) à Nanisana hier.

Evaluation. Après une forte sensibilisation, « des commerçants détaillants de poissons ont accepté de poursuivre une formation en matière d’hygiène prodiguée par le projet, à travers la Cellule d’Appui à la Commercialisation du projet AMPIANA. Ensuite, nous allons leur remettre des kits d’hygiène composés notamment d’une table de vente  lavable pour l’étalage des produits, d’un parasol rond en toile imperméable et d’un tonnelet avec un robinet servant de réservoir d’eau pour assurer la propreté du vendeur lui-même, de ses produits et de ses matériels et équipements de vente », a-t-il poursuivi.  Pour commencer, le projet AMPIANA a distribué des kits d’hygiène aux six opérateurs de marché localisés à Ampitatafika, Ampandrana et à Iavoloha entre autres, et ce, à titre de test d’utilisation. Il y a un apport des bénéficiaires de l’ordre de 20%. « Une évaluation sur l’amélioration de la qualité des produits piscicoles écoulés sur le marché local sera ensuite effectuée en partenariat avec le ministère en charge de l’Elevage avant de se lancer dans une opération de distribution de ces kits d’hygiène à grande échelle », a enchaîné Andriamarolaza Rija.

Traçabilité. Il faut savoir que la Cellule d’Appui à la Commercialisation du projet AMPIANA œuvre pour une mise en relation des pisciculteurs avec les opérateurs de marché. « L’objectif est d’éliminer les intermédiaires en vue d’assurer la traçabilité des produits mis en vente sur le marché. En effet, l’offre est loin de satisfaire la demande », a expliqué Joseph Ramaroson, consultant au sein de cette cellule.

Navalona R.

News Mada1 partages

Fampanjariana ny fifidianana: hiara-kiasa ny KMF/Cnoe sy ny Ceni

 

« Tsy miova ny voalazan’ny fitsipiky ny KMF/Cnoe: ao anatin’ny fanaraha-maso ny fifidianana, tsy mijanona ho mpanara-maso hoe mijery dia mangina fa manara-maso izay rehetra hita fa tsy mifanaraka rehetra amin’ny tokony ho izy. »

Io ny nambaran’ny filoha nasionalin’ny KMF/Cnoe, Andriamalazaray Andoniaina, teny Nanisana, omaly, taorian’ny fanaovana-tsonia ny fifanarahana eo amin’ny KMF/Cnoe sy ny Ceni amin’ny fampanjariana ny zotram-pifidianana. Raha ny tena tokony ho izy amin’ny fanaraha-maso ny fifidianana: eo ny fanarahan-dalàna.

Ankoatra izay: manao ahoana ny lalan-tsaina na ny etika hahazoana mametraka firenena ao anatin’ny fitoniana sy ny fandriampahalemana? Rehefa misy zavatra tsy mifanaraka amin’ny lalàna sy ny etika iainana ao anatin’ny fitantanan-draharaha eo anivon’ny firenena, indrindra ao anatin’ny zotram-pifidianana: tsy misalasala miteny ny KMF/Cnoe.

Heveriny ireo fa tokony hiresahana voalohany amin’izany ny Ceni. Tsy misorona ary tsy hisalasala ny KMF/Cnoe hanitsy izay tsy araka ny lalàna. Na tsy misy aza ny fifanarahana, tsy maintsy manana solontenany isaky ny biraom-pifidianana izy.

Tanjona ny fifidianana madio sy mangarahara

« Ny tiantsika hahatongavana: ny hiantohana fifidianana madio sy mangarahara, izay fototry ny filaminana hahazoan’ny firenentsika miarina », hoy ny filohan’ny Ceni, Rakotomanana Hery. Mba hahazoana mamokatra izay fifidianana madio sy mangarahara izay, tsy resahina am-bava fotsiny fa mila ezaka sy fepetra ary adidy tokony hatao.

Teboka telo lehibe no ijoroany eo amin’izay itondrana ny zotram-pifidianana izay: ny fanajana lalàna, ny fiantohana ny fangaraharana araka izay azo atao, ny fisokafana amin’ny mpiara-miombon’antoka rehetra fa raharahan’ny besinimaro ny fifidianana fa tsy an’ny Ceni irery.

R.Nd.

News Mada1 partages

« Collection Raparivo Artiste Peintre »: fampirantiana hanehoana ny « printin’hosodoko »

Hotontosina ao amin’ny Ivontoeran’ny kolontsaina malagasy (IKM) Antsahavola, ny 4 septambra ka hatramin’ny 15 septambra izao, ilay fampirantiana hosodoko nampitondraina ny lohateny « Collection Raparivo Artiste Peintre ». Hampisehoana amin’izany ireo sanganasa sisa nataon-dRaparivo R.R mahatratra 12 isa, ny sanganasan’i Tiana Raparivo 20 isa ary ireo tabilao « printin’hosodoko » lehibe mahatratra 11 isa. « … Handrangaranga fa ny fampiasana ny teknolojia vaovao no hampifanakaiky ny hosodoko amin’ny fiainana andavanandron’ny Malagasy ity fampirantiana ity », hoy i Tiana Raparivo. Amin’ny alalan’io teknolojia vaovao io rahateo no hanamaroana isa ny sanganasan-dRaparivo R.R. Nohamafisiny fa « dingana miova fenitra indray ny atao ho fitazonana hatrany ny voninahitr’ity mpanakanto zokiolona ity ka hamadihana ireo hosodokony ho lasa tabilao printin’hosodoko hahafahan’ny fahefa-mividin’ny Malagasy hisitraka ny talentany.

Natao antso ho an’ny rehetra handray anjara amin’ny hetsi-barotra tabilao printin’hosodoko « Fandosirana 29 marsa 1947 » ho fanatevenana ny vola fiantohana sosialy sy fisotroan-drononon-dRaparivo R.R ihany koa ity ranty ity.

HaRy Razafindrakoto

La Vérité1 partages

Marché du Sommet de la Francophonie - L’Etat en mauvais payeur

Le régime Rajaonarimampianina est très mal vu à quelques mois (ou semaines) de la fin de du mandat électif du locataire d’Iavoloha et de son mandat de président en exercice de la Francophonie. L’image de celui autour de qui le parti HVM aux pratiques tentaculaires et affairistes est ruinée. L’Etat malagasy n’a pas encore payé certains prestataires lors du Sommet de la Francophonie en novembre 2016, deux ans plus tard.

C’est aussi le cas pour nombre d’entre ceux qui ont prêté main forte à l’Etat lors du CJSOI de la même année, au travers de la société d’Etat TAFITA sous la tutelle du ministère de la Jeunesse et des Sports. Selon nos informations, l’Etat n’a pas tenu ses engagements envers ses prestataires lors de ces deux événements. Pourtant, ceux-ci auraient pu être des vitrines de l’état de développement national et de la conviction réelle des dirigeants à l’égard du défi à relever.ArriérésNos informateurs rapportent l’existence d’une note ministérielle (Finances et Budget) datant de fin 2017. Elle a avisé les prestataires d’un paiement échelonné à compter de 2018. Mais il n’en est rien jusqu’ici, les paiements étant de nouveau repoussés en 2019. Le payeur joue alors les manœuvres dilatoires. Pire, certains prestataires proches du régime ont reçu paiement en espèces, d’après les indiscrétions. En voilà une des manières d’agir des apôtres du Fisandrana 2030. Les uns sont hissés tandis que les autres sont poussés vers le fond du fossé.Les malheureux créanciers, qui ont tout sacrifié pour la réussite de ces deux événements au bonheur du régime, sont aux abois. L’approche de l’échéance électorale les fait peur. Continuité de l’Etat étant, le futur Gouvernement après l’élection du nouveau leader sera requis de régler les arriérés conformément à la logique institutionnelle. Mais l’on sait comment on pense et réagit chez nous. Les prestataires ne sont pas sûrs que le prochain locataire d’Iavoloha leur prête une oreille attentive.Sales tracesPour revenir sur l’organisation du Sommet de la Francophonie, l’Etat y a consacré la bagatelle somme de 6 milliards d’ariary (cf. notre édition du 23 février dernier). La présidence de la République a géré ce fonds, le processus ayant été sous sa supervision directe. Les créanciers de l’Etat ont eu beau frapper aux portes d’Iavoloha. Mais personne n’a levé le petit doigt pour donner suite à leur requête, bien que légitime.Les dirigeants et les hauts responsables directement concernés par cette affaire, de leur côté, semblent afficher un mépris complet. Ils se permettent le luxe d’organiser de façon continuelle des événements pompeux aux allures électoralistes pour un rien au lieu d’œuvrer à gommer selon la règle de l’art les sales traces qu’ils ont lassées dans la finance publique. S’il y a mauvaise foi avérée dans le règlement de la situation, elle devrait être un motif valable pour saisir la Justice. L’on sait aussi que la Haute Cour de Justice est déjà en place.M.R.

Midi Madagasikara1 partages

Situation d’urgence dans le sud : Une nette amélioration selon le BNGRC

L’atelier de deux jours est organisé à l’hôtel Le Panorama Andrainarivo.

La situation d’urgence dans le Sud affiche une avancée nettement positive selon le secrétaire exécutif adjoint du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC).

« Les avancées observées sur la situation de l’urgence dans le sud devraient être maintenues. Mieux, elles seront améliorées pour un réel développement de cette partie du pays ». Ce sont là les propos du Gal Charles Rakotoarison lors de l’ouverture officielle de l’atelier pour l’assimilation du volet urgence dans la stratégie intégrée du Grand Sud. La situation connaîtrait une nette amélioration dans la partie sud du pays. « Par rapport aux années 2016 et 2017, la situation du sud a connu une considérable amélioration. Le nombre de populations qualifiées de vulnérables et ayant un besoin impératif d’aide d’urgence a connu une régression » a expliqué le Gal Charles Rakotoarison. Avant de noter que « le BNGRC a identifié quelques poches qui ont besoin d’être secourues dans les plus brefs délais pour ne pas envenimer les choses ». Par ailleurs, une partie du Grand Sud, notamment la partie agricole telle que la région Atsimo Andrefana, devrait s’en remettre au bon vouloir de la météo pour être fixée sur le besoin ou non d’aide d’urgence. Comme l’a fait savoir le SEA du BNGRC, « si le climat est clément et que la pluie est au rendez-vous, la région d’Atsimo Andrefana n’aura pas besoin d’aide d’urgence. La distribution de semences suffirait à venir en aide à la population ».

Éparpillés. Les acteurs œuvrant dans le développement du Grand Sud aviseraient chacun de leur côté. « Il y a un manque de coordination et de concertation dans toutes les actions menées pour le développement du sud » a souligné le Gal Charles Rakotoarison. « Les efforts menés sont toutefois palpables et il ne faut en aucun cas les perdre » a-t-on fait savoir durant l’ouverture officielle de l’atelier à l’hôtel Le Panorama, hier. Une meilleure coordination devrait permettre d’arranger les choses. Le Gal Charles Rakotoarison quant à lui a appuyé l’idée de coordination en affirmant que « le développement est à long terme et la continuité des efforts menés par les acteurs ainsi que la coordination des actions pour de meilleurs résultats en sont les clés de voûte ». Les résolutions de l’atelier devraient être compilées dans la stratégie intégrée du Grand Sud. Une stratégie qui devrait permettre d’apporter le développement dans cette partie du pays. Pour l’heure, l’on ne connaît le sud du pays que pour le « kere », la sécheresse et les « dahalo ». La stratégie pourra-t-elle changer la donne ? Le temps nous le dira sûrement.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Plaques rouges : Date butoir le 28 juillet

La Primature vient de sortir une note où elle rappelle que la date limite fixée pour l’utilisation des plaques rouges sur tous les véhicules administratifs est le 28 juillet 2018. Le Premier ministre rappelle en même temps que les véhicules  de représentation et de fonction sont mis à la disposition de leurs détenteurs pour tous leurs déplacements aussi bien professionnels que personnels même en dehors des heures de travail. Ceux de service, en revanche, doivent être rapportés sur les lieux du travail à la fin de la journée. D’après la note de la primature, la responsabilité des détenteurs récalcitrants sera personnellement engagée au-delà de la date butoir du 28 juillet prochain.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Le « Fitampoha » de Menabe, dans la tribu  « sakalava »

La princesse « sakalava » Kamamy Georgette, disparue le 10 février 2018 à l’âge de 81 ans.

Dans chaque région de Madagascar existe un rituel de vénération des défunts, consistant à chouchouter les ancêtres. Pour la majorité des « Malagasy », les ancêtres qui résident dans l’au-delà sont les intermédiaires entre la divinité « Zanahary » et les vivants, donc les autochtones leur  accordent une place primordiale.

 Le « Fitampoha » ou bain de reliques royales, est une cérémonie traditionnelle pratiquée par la tribu   « sakalava » dans la Région du Menabe. Cette  cérémonie dynastique du souvenir des rois sakalava qui a lieu tous les 10 ans depuis 1904 et tous les cinq  ans depuis 1988. Le dernier rituel a eu lieu en 2016, le prochain rendez-vous se tiendra en 2021. C’est- à- dire dans l’Ouest de l’île et du Boeny dans le Nord-Ouest. Cette pratique consiste à nettoyer les ossements des défunts rois qui, jadis,  régnaient  sur le royaume des « Sakalava », ainsi que de les imbiber d’huile aromatisée et de miel, cela dans le dessein de chouchouter les ancêtres royaux et  de montrer un respect envers celui-ci et quémander leur  bénédiction. Autrefois, ce rituel sur le culte des morts se pratiquait annuellement, cela depuis le 17e  siècle et ce fut le Roi Andriandahifotsy qui en est à l’origine. Mais durant l’époque coloniale ce rituel a été presque banni et n’est devenu praticable qu’après une dizaine d’années. Ce rite étant accompagné d’une tenue traditionnelle évidemment.

Institution clé de la royauté « sakalava ». Le bain des reliques est véritablement l’institution clé de la royauté « sakalava ». À l’origine, rituel des prémices célébré par les autochtones, commué en culte guerrier célébrant le retour de la chasse ou d’expéditions menées contre les peuples voisins, cette institution s’est naturellement chargée d’un sens plus politique au moment où Andriandahifotsy a étendu le territoire royal vers l’ouest : intégration des étrangers, contrôle des alliances et affermissement du pouvoir royal. Avec le temps, le « Fitampoha » est devenu le cadre de la stabilisation des lignées à chaque succession royale. Malgré les luttes de légitimité dynastique, la généalogie des rois « sakalava » reconstituée par les historiens sur la base des traditions orales montre que la succession dynastique du Menabe a suivi les règles de préférence patrilinéaire et de primogéniture. En tout état de cause, le « fitampoha » du troisième millénaire n’est plus aujourd’hui que le lieu d’inscription des rapports externes en rapport avec l’autonomie régionale. C’est un espace symbolique révélateur de la fragmentation sociale des lignées en rupture avec les ancêtres. Tout se passe comme si les procédures administratives pouvaient servir directement la cause des solidarités horizontales instituées dans les « familles recomposées » « sakalava » et se substituer aux légitimités ancestrales.

La « Fitampoha » du Menabe.

Déroulement proprement dit . Actuellement, la tribu du Menabe organise ce rite tous les cinq ans  et mise à part le culte des morts, le « Fitampoha » est aussi une grande fête de célébration. Depuis sa naissance, cette coutume s’est toujours étalée sur sept jours.  Pour ce qui est des jours qui précèdent la première semaine, cela se traduit par le regroupement des invités venant de toute la région du Menabe, ainsi que les habitants de Belo- sur- Tsiribihina. Le commencement de la cérémonie se définit par une grande célébration en l’honneur de la tribu et de la célébration elle même, d’où la  viande de zébu et alcool qui s’entassent pour satisfaire l’appétit de toute la tribu, cela étant suivi  d’une musique  traditionnelle. Puis, le 5e  jour, c’est à ce moment que les reliques royales ou le «Dady » bien conservées dans le « Zomba » ou case royale sont amenées sur l’îlot d’Ampasy pour y être lavées sur la plage de  Belo- sur- Tsiribihina. Le 7e  jour, la fin, concerne le séchage, on enduit d’huile de « zébu » les ossements qui viennent d’être lavés. Lors du déplacement des reliques, sont autorisés à approcher les gendres du roi et la femme habitée par l’esprit, ceux qui sont chargés de porter les reliques et celles qui sont choisies pour le bain. Bien après le séchage, les ossements sont induits d’huile de zébu aromatisée, et sont ramenés dans la case royale, le « zomba », là oû  elle est conservée.

 

Cérémonie du « Fitampoha »  à Ampasy.

Histoire fixée. La tradition orale si riche du fitampoha de 1968, dont S. Chazan a recueilli de nombreux exemples auprès des fonctionnaires du culte eux-mêmes, disparue avec le décès des derniers porteurs, se transformait en une histoire officielle écrite et définitivement fixée.  La société de l’Ouest n’est plus, de longue date, exclusivement  « sakalava », elle est métissée de mille et une manières comme le traduit l’idéologie contenue dans l’identité Trimangaro qui relève de trois types de métissages : Grec ou Européen, Arabe/Comorien et Indien. Selon le métissage d’origine les réseaux de parenté ont construit des solidarités internes différentes. Dans tous les cas, l’ancestralité n’est plus ce qui compte dans ces rapports lignagers, dont les lignes de partage de la segmentation génératrice de fraternités sociales sont liées à un parent direct à deux générations ascendantes des lignées paternelles ou maternelles. Les solidarités partent généralement d’une fraternité instituée par la médiation d’une fraternité de femmes, sœurs, ou épouses.

Midi Madagasikara1 partages

Remblayage de terrain : Reprise des travaux après l’aval du MATSF

Le ministère de l’Aménagement du Territoire et des Services fonciers (MATSF) a annoncé que la suspension des travaux de remblayage dans le Grand Tanà sera levée pour ceux qui présentent des documents légaux. « Ceux qui souhaitent reprendre leurs travaux de remblayage doivent ainsi présenter l’autorisation de remblai légal et l’avis favorable de toutes les instances concernées telles que la Commune, l’APIPA, l’ONE et le ministère de tutelle. Ils obtiennent ensuite notre aval pour la reprise de leurs travaux », a déclaré Joseph Ramiaramanana, le Secrétaire général du MATSF. Il a cité, entre autres, le cas de la société Tsaravintana à Mahatony Ivandry.

Navalona R.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Midi Madagasikara1 partages

Le 13 mai quadrillé par les Forces de l’ordre : Meeting avorté du mouvement pour la refondation

Les leaders du « Hetsika ho Fanorenana Ifotony » envisagent de revenir à Analakely vendredi prochain.

Un échec monumental. C’est ainsi que l’on peut qualifier la manifestation prévue hier par le « Hetsika ho Fanorenana Ifotony » (HFI). En effet, les Tananariviens ont boycotté la convocation des politiciens qui tentent de manœuvrer pour repousser la date des élections. Leur meeting a tout simplement été avorté. Une soixantaine de manifestants seulement ont été présents sur place. Alors que le rendez-vous annoncé était à 9h, les leaders du HFI, entre autres, Pety Rakotoniaina, Victor Manantsoa, Harison Razafindrakoto, Faniry Razafimanatany et Henri Rakotomalala alias Riri Be ne se sont montrés que vers 11h30. Pour sa part, Edgard Razafindravahy, Conseiller du président Hery Rajaonarimampianina et non moins principal fondateur de ce mouvement pour la refondation a fait faux bond. Il ne s’est pas présenté à Analakely. Probablement par peur d’un éventuel affrontement avec les Forces de l’ordre qui ont quadrillé le parvis de l’Hôtel de ville tôt le matin.

Forcing. Comme il fallait s’y attendre, plusieurs éléments de l’Emmoreg dirigés par le Commandant du Groupement de la Gendarmerie d’Analamanga attendaient les manifestants à l’entrée du parvis d’Analakely. En effet, pour cette occasion, l’Emmoreg a été réquisitionné par la Préfecture de Police d’Antananarivo. La veille, le Préfet de Police, le Général Ravelonarivo Angelo a déjà lancé une mise en garde en déclarant que des mesures fermes vont être prises pour interdire la tenue de cette manifestation non autorisée. Ayant prévu de procéder par un forcing, les leaders du HFI n’ont déposé aucune demande d’autorisation ni auprès de la Préfecture, ni auprès de le Commune Urbaine d’Antananarivo. Pour éviter les polémiques, les autorités responsables leur ont proposé le stade Maki à Andohatapenaka.

Feu Vert. Hier, une délégation du HFI s’est rendue à Tsimbazaza pour négocier auprès du Préfet de Police. Ce dernier ayant été absent, la conversation a été faite par téléphone. Le Général Ravelonarivo Angelo a accordé 15 minutes aux leaders du mouvement pour annoncer à leurs partisans le report de leur manif pour vendredi prochain. Ce qui n’a pas été fait car les Forces de l’ordre présentes sur la Place du 13 mai n’ont pas reçu la nouvelle consigne. Les leaders du HFI ont donc dû présenter leur rapport à l’extérieur du parvis et devant une cinquantaine d’individus seulement. Une occasion pour eux de réitérer qu’ils sont contre la tenue de l’élection présidentielle au mois de novembre prochain. Ces politiciens considérés par bon nombre d’observateurs comme des mercenaires politiques utilisés par le régime HVM pour provoquer une situation de troubles afin de repousser les scrutins, envisagent de revenir sur la Place du 13 mai dans 48h. Reste à savoir si cette fois-ci, ils auront le feu vert de la Préfecture de Police.

« Mpijapy train ». Il serait aussi intéressant de voir si les Pety Rakotoniaina, Victor Manantsoa, Riri Be et consorts réussiront à faire le plein sur le parvis de l’Hôtel de ville d’Analakely si toutefois, la Préfecture de Police leur accorde une autorisation. En tout cas, à entendre les propos tenus hier, ces chefs de groupuscules politiques qui n’ont certainement aucune chance pour les échéances électorales prévoient de rivaliser avec les 73 députés pour le changement, qui sont des élus et qui ont réussi à amasser une foule immense sur ladite place depuis le 21 avril. Conscients certainement de leur impopularité, ces politiciens ont décidé de rallier le mouvement des syndicalistes qui sont actuellement en pleines revendications. C’est la raison pour laquelle des observateurs les considèrent comme des « Mpijapy train ». Les syndicalistes qui accepteront cette alliance risquent également de voir leur mouvement tomber à l’eau à cause de la politisation. Désormais, le HFI se transforme en Mouvement pour le changement et la refondation.

Davis R

News Mada0 partages

Débat: les jeunes s’engagent en politique

«Les jeunes universitaires: décideurs de demain». C’était le thème du débat organisé par des étudiants au Grand Amphi de l’Université d’Antananarivo, hier.  Conscients de leur rôle dans le débat politique, les jeunes ont tenu cette rencontre afin d’inciter leurs pairs  «à agir car il n’est plus temps de rechercher le coupable mais de prendre sa part de responsabilité». Les principaux thèmes évoqués lors des échanges tournaient d’ailleurs autour du contexte politique actuel, comme la participation des jeunes aux élections,  le leadership, le système éducatif et l’enseignement.

Des sujets variés qui n’ont pas manqué de faire réagir les principaux participants. Un intervenant a d’ailleurs invité les jeunes à se pencher dès à présent sur la situation politique nationale, notamment les préparatifs électoraux. «Il faut vérifier votre nom sur la liste électorale et participer au vote car il s’agit de notre droit et surtout, il faut voter intelligemment», a-t-il lancé.

A l’issue du rendez-vous, un message fort a été lancé par les initiateurs de la rencontre avec leurs pairs en empruntant une citation de l’ancien président cubain, Fidel Castro : «Nous sommes face à la période la plus difficile de notre histoire, nous nous retrouvons désormais seuls face à l’empire (…). Un peuple faible, un peuple lâche se rend et retourne à l’esclavage, mais un peuple digne, un peuple fort comme le notre n’y retournera jamais».

J.P

News Mada0 partages

Campagne électorale: la Ceni intransigeante

Bien qu’aucune loi ne régisse la précampagne, celle de la campagne électorale est bien élaborée. «Nous y veillerons de près», a indiqué le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Hery Rakotomanana, hier à Nanisana, en marge de la signature de convention entre la commission électorale et le KMF/Cnoe. Une convention qui entre dans le cadre de l’observation électorale, dans le respect de l’éthique et l’apaisement, avant, pendant et après les élections.

«Je peux vous affirmer que nous allons sanctionner toute action contraire aux lois en vigueuret toute personne ne les respectant pas», a soutenu le patron de la Ceni. Il a cependant tenu à préciser que son organe ne peut sortir de ce cadre juridique et ne pourra inventer des textes qui n’existent pas au risque de tomber dans l’arbitraire.

Cela pour ne citer que les modalités de précampagne. Pour la Ceni, la solution reste le respect de la loi.  Et l’intransigeance sera le mot d’ordre. «Que les candidats prennent conscience de la situation et puissent limiter les problèmes et non pas en créer de nouveaux», s’est-il adressé à l’endroit des candidats.

«Le KMF/Cnoe a toujours participé à la mission d’observation électorale et n’hésitera pas à interpeller en cas de non respect des règles», a pour sa part soutenu le président du KMF/Cnoe, Andoniaina Andriamalazaray. Il explique ainsi que les règles n’ont pas changé mais qu’il est important de maintenir un climat  d’apaisement dans le pays.

T.N

News Mada0 partages

Impayes de l’Etat: la médiature de la République saisie

 

Conformément à la loi en vigueur, la médiature de la République a présenté son rapport annuel portant sur l’exercice 2017, hier à Antaninarenina.

A cet effet, le médiateur, Andreas Esoavelomandroso a exposé publiquement les doléances traitées au sein de cette institution. Outre les 140 dossiers reçus, une longue liste de réclamations sur le non-paiement des arriérés de l’Etat lors du XVIe sommet de la Francophonie à Madagascar en novembre 2016, a également été détaillée.

A cet effet, la gérante d’une société qui attend toujours d’être réglé, a saisi la médiature «Ces factures étant restées en souffrance depuis un an, l’Administration devrait s’acquitter de ces arriérés. Le ministère des Finances et du budget (MFB) a été saisi de cette affaire. La médiature suit le dossier», selon les explications.

Dans la foulée, les problèmes fonciers, les retards notables relatifs à l’avancement de grade des agents de l’Etat, ainsi que la régularisation de leur solde, font également partie des plaintes. Et encore… la difficulté des agents à la retraite à percevoir leur droit dans les délais impartis, le fonctionnement anormal du service public sans oublier la non-exécution des décisions de justice par les services de l’administration.

Des cas résolus

Le médiateur de la République prévoit d’assumer ses missions qui sont de défendre les droits des usagers des services publics en cas de prestation insatisfaisante de la part de l’Administration. Il a également le rôle d’écouter et de conseiller les plaignants sur les démarches à suivre et procéder finalement à une médiation quand  les démarches sont infructueuses.

Comme chaque année, le médiateur de la République, Andréas Esoavelomandroso,  souligne la nécessité de vulgariser cette institution auprès des citoyens. Mais elle renforce le plaidoyer par rapport aux difficultés qui «freinent le plein accomplissement des actions de cette institution».

La non-effectivité de la déconcentration de la médiature dans les régions a été soulignée. Cette carence, «entraîne une faible perception des actions de la médiature au niveau du public cible». Pourtant, la médiation pourrait solutionner les irrégularités et le dysfonctionnement entre les usagers et les structures administratives ainsi que les organismes offrant des prestations au sein du service public, comme la Jirama ou la Cnaps.

Nadia

News Mada0 partages

Coopération : une délégation sud-coréenne en prospection

 

Une délégation de la Korean international coopération Agency (Koica), conduite par l’Ambassadeur coréen à Madagascar, Lim Sang-woo ainsi que la Représentante résidente de la Koica, basée en Ethiopie, Doh Young Ah, a été reçue par le ministre des Affaires étrangères, Dovo Maxime, hier à Anosy.

A l’issue de la rencontre, le diplomate coréen a affiché son optimisme. «Nous sommes très contents d’avoir notre première délégation de la Koica. Nous sommes ici pour explorer les projets que l’on peut faire ensemble et ce sera une bonne chose aussi bien pour Madagascar que la Corée de démarrer au plus tôt la concrétisation. Cette visite témoigne d’ailleurs une forte volonté de notre coopération avec Madagascar», a-t-il déclaré.

La représentante de la Koika  a pour sa part indiqué la détermination du gouvernement coréen d’appuyer  Madagascar. «Comme vous le savez,  l’ambassade coréenne vient tout juste de s’installer au pays (…). Nous sommes dans la Grande île pour prospecter aussi les différents domaines auxquels les deux pays peuvent  coopérer, au-delà de renforcement des capacités ou des programmes de volontariat», a-t-elle fait savoir.

Outre le ministre des Affaires étrangères, cette délégation prévoit, du reste, de rencontrer plusieurs responsables étatiques dans le pays.

J.P

News Mada0 partages

Sécheresse dans le sud: des districts se trouvent encore dans une situation d’urgence

 

Malgré une nette amélioration constatée en 2016 et 2017, certains districts du sud se trouvent encore dans une situation d’urgence selon le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC).

«Il s’agit de certaines contrées dans les districts de Betioky, Ampanihy, Beloha et Amboasary», a indiqué le secrétaire exécutif adjoint du BNGRC, le général Charles Rambolarson, en marge de l’atelier pour l’assimilation du volet urgence relatif à la stratégie intégrée du développement du Grand sud, hier, à l’hôtel Panorama Andrainarivo.

Une opération d’envergure doit être entreprise le plus vite possible avant que la situation ne se dégrade à nouveau. Dans d’autres localités, en particulier dans la partie sud-ouest, si la pluviométrie est suffisante lors de la prochaine saison, aucune intervention ne sera nécessaire, à part la distribution de semences. Dans le cas contraire, ces régions deviendront également en situation d’urgence.

Planification des opérations

Dans le dessein d’élaborer un plan d’opérations, une soixantaine de personnes, dont des représentants issus des régions Anosy, Atsimo Andrefana et Androy, ont participé à un atelier de deux jours, organisé par le BNGRC et le ministère de l’Economie et du plan, avec l’appui financier des partenaires techniques et financiers.

L’objectif est d’assurer la continuité et la complémentarité des interventions humanitaires en cas d’urgence qui seront accompagnées par des actions relatives au développement et à la résilience communautaire. Des réflexions sur les mécanismes de coordination et de concertation appropriées, visant à concilier les différents niveaux et phases d’intervention, font également l’objet des discussions.

A l’issue de cet atelier, un document renfermant la stratégie intégrée du développement du Grand sud fera l’objet d’une validation au niveau régional, à travers d’autres ateliers similaires.

Sera R.

News Mada0 partages

Le secteur EAH de plus en plus négligé: les sociétés civiles haussent le ton

Le secteur Eau, assainissement et hygiène (EAH) est de plus en plus négligé malgré son rôle capital dans le développement. D’après les dernières statistiques, près de 49% de la population n’ont pas encore accès à l’eau potable et 90% ne peuvent jouir de leur droit à l’assainissement. Pour dire que les objectifs de 2025, échéance fixée pour l’accès à ces deux besoins fondamentaux, sont loin d’être atteints.

« Des objectifs dont la mise en œuvre nécessitera encore pour Madagascar plus de 50 ans, voire 263 ans », d’après les données évoquées lors du dernier forum politique de haut niveau d’évaluation des ODD, à New York dernièrement.

Face à cette situation, les membres des Organisation de la société civile sur le volet EAH (OSCEAH) haussent le ton. Et ils ne sont pas allés par quatre chemins pour dénoncer la négligence de ce secteur à l’occasion d’un atelier organisé depuis hier au DLC à Anosy.

Interpellation

« L’événement, ayant vu la participation d’une quarantaine d’associations régionale et nationale, œuvrant dans le domaine de l’EAH, issue de 18 régions et appuyée par les organismes internationaux intervenant dans le pays, notamment Wateraid Madagascar, a pour objectif d’étudier ensemble la manière d’améliorer les méthodes de travail sur la base des indicateurs actuels », a souligné le vice-président de l’OSCEAH, Arsène Raveloson.

Parmi les conditions à respecter afin de pouvoir changer la donne figurent l’amélioration du budget alloué au secteur EAH et l‘instauration d’une bonne gouvernance », a enchaîné notre source. L’atelier

sera clôturé ce jour par l’élection des nouveaux membres de bureau de la plateforme.

Fahranarison

News Mada0 partages

Examens officiels: reprise des épreuves d’EPS

« Les épreuves d’Education physique sportive (EPS) aux examens officiels vont reprendre à partir de ce mois d’août », a annoncé le président national de l’EPS, Bruno Razafinjatovo, joint par téléphone, hier. Cette décision a été prise à l’issue d’une Assemblée générale des responsables avant-hier.

« Si à Toamasina, les épreuves battent leur plein à partir de ce jour (ndlr : hier), dans d’autres régions, nous sommes en train de finaliser l’organisation », a-t-il fait  savoir.

Interrompues le 16 juillet dernier suite à la grève des professeurs d’EPS, les épreuves d’EPS du BEPC vont reprendre à partir du 20 août. Quant à celles du  baccalauréat, les dates prévues du 1er au 17 août seront maintenues.

« Concernant les convocations, leur distribution est actuellement en cours, notamment pour les bacheliers », selon les précisions de Bruno Razafinjatovo. En effet, une grande majorité des candidats au BEPC ont déjà reçu leur convocation depuis le mois de juin.

Sera R.

News Mada0 partages

Tsaratanana: quatre employés de Kraoma kidnappés

 

Quatre ouvriers de la société Kraomita Malagasy (Kraoma) ont été enlevés par des individus armés, avant-hier, à Tsaratanàna, alors qu’ils étaient dans les chantiers.

100 millions d’ariary, c’est le montant de la rançon réclamée par les malfaiteurs en échange de la libération des quatre otages, à savoir le chef de chantier, un conducteur et son aide, ainsi qu’un gardien. Ces derniers ont été enlevés par 10 individus armés de fusils Mas 36 et de fusils d’assaut Kalachnikov, avant-hier, aux premières heures, dans les chantiers de la société Kraoma, à Andriamena, district de Tsaratanàna.

Pour l’instant, du moins hier dans la soirée, les otages sont toujours entre les mains de ses ravisseurs quelque part à Tampoketsa. Selon une source sécuritaire, ils sont toujours en vie. L’on sait pourtant que les ravisseurs les auraient torturés depuis avant-hier soir. Les quatre employés auraient été même trempés à plusieurs reprises dans de l’eau glaciale dans la nuit d’avant-hier.

Règlement de comptes ?

D’après les explications, la société Kraoma n’aurait réuni jusqu’ici que 25 millions d’ariary. Les malfaiteurs auraient refusé de recevoir cette somme. D’après des sources convergentes, les kidnappeurs exigent à ce qu’un élu participe au paiement de la rançon. Celui-ci aurait des comptes à rendre aux malfaiteurs. Ce qui laisse entendre que  ce parlementaire était donc la cible principale des bandits. Mais vu qu’ils n’ont pas réussi à l’atteindre, ils s’en sont pris aux quatre employés de la société d’exploitation de chrome.

Et aux dernières nouvelles, les bandits ont donné jusqu’à ce jour, entre 7 et 9 heures, pour que les 100 millions d’ariary leur soit remis. Sinon, ils élimineront un à un les quatre otages. Une réunion d’urgence entre les représentants de la société, les forces de l’ordre et les autorités concernées a été organisée hier à la direction d’exploitation de la société Kraoma pour discuter des mesures à prendre.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Mahajanga : action sociale de la députée Nina

La députée élue du district de Mahajanga I prépare une manifestation sociale grandiose dans la Cité des Fleurs par l’organisation d’une séance de circoncision collective, le 28 juillet prochain, en préservation de la coutume locale.

Mahajanga vivra une ambiance festive les 27 et 28 de ce mois sur l’initiative de la députée Lalao Rahantanirina dite Nina, élue de la circonscription. Cette parlementaire issue du groupe Mapar a annnoncé la tenue d’une nouvelle édition de circoncision collective à ses frais pour plus d’un demi-millier de garçonnets de la ville, avec la collaboration des spécialistes locaux pour soulager les familles des charges financières occasionnées par les opérations chirurgicales y afférentes. A l’instar des éditions précédentes, des accessoires d’usage dont le «malabary», longue chemise portée par les garçons fraîchement circoncis, des jouets et friandises seront distribués gratuitement. La députée Nina promet des innovations pour cette édition où des tricyles à moteur seront spécialement affrêtés par ses soins pour ramener les circoncis à leur domicile respectif en plus d’un carnaval collectif animé par la population entière dans les rues de Mahajanga en prélude.

Manou

News Mada0 partages

Conservation du site de Beampingaratsy: 3,5 millions d’euros de l’AFD

 

L’Agence française de développement (AFD) apporte son appui à la conservation de la Nouvelle aire protégée de Beampingaratsy (région Anosy) à travers un financement de 3,5 millions d’euros.

La préservation de l’environnement fait partie des secteurs d’intervention du gouvernement français par le biais de l’Agence française de développement (AFD) à Madagascar.  C’est dans ce sens que l’AFD a accordé au projet Talaky un financement de 3,5 millions d’euros (14 millions d’ariary), destiné à conserver les forêts et à développer l’économie autour du massif de Beampingaratsy (région Anosy).

Le 11 juillet dernier à Paris, l’institution a signé une convention de financement avec l’ONG  Nitidae qui est en charge du projet et active dans la région de Beampingaratsy depuis huit ans. Sur ce point, il travaillera avec l’ONG Agrisud (pour la composante agricole) et les autorités locales.

Engagement

Le projet Talaky contribue à concrétiser l’engagement pris par le gouvernement malgache à Durban en 2003, notamment celui d’accroître à 6 millions d’hectares la superficie des aires protégées dans la Grande île.

Par ailleurs, ce projet vise également à limiter la déforestation dans le pays et s’inscrit dans le processus Redd++, une initiative lancée en 2008 pour réduire les émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts.

Le site de Beampingaratsy est classé Nouvelle aire protégée (Nap), suivant un arrêté sorti en février 2018. L’intervention du projet Talaky dans cette zone a pour but de renforcer les activités de conservation de la forêt et de la nature à l’intérieur et aux alentours de la Nap, de développer des alternatives agricoles durables et rémunératrices pour réduire l’exploitation de la zone forestière.

Ce nouveau financement accordé par l’AFD servira davantage à accompagner les communautés locales pour l’aménagement du territoire proche de la Nap. Talaky constitue une troisième phase du Projet holistique de conservation des forêts (PHCF) dans cette région.

Riana R.

News Mada0 partages

Antananarivo: Les travaux de remblai de nouveau autorisés

Moins d’une semaine après la sortie de l’arrêté n° 18272/2018-MATSF/SG/DGAT/DVPT,  pris en conseil des ministres, relatif à l’interdiction de tous les  travaux de remblais dans la ville d’Antananarivo, le ministère de l’Aménagement du territoire et des services fonciers (MATSF) a annoncé dans une note publiée hier que les travaux peuvent de nouveau reprendre sous l’aval de ce ministère et après un contrôle au préalable.

Le Secrétaire général du ministère de tutelle, Joseph Ramiaramanana a annoncé à ce sujet que «toutes personnes souhaitant reprendre les travaux doivent présenter l’autorisation de remblai légale, délivrée et ayant obtenu l’avis favorable de toutes les instances, notamment la Commune, l’Apipa, l’ONE et le ministère de l’Aménagement du territoire et des services fonciers».

Ce responsable a également abordé le cas d’une société qui a procédé à des travaux de remblai à Mahatony Ivandry. «Le ministère a levé la suspension des travaux à l’endroit de cette entreprise», a-t-il expliqué. Avant d’ajouter qu’ «après avoir présenté les différents documents, cette société a obtenu l’autorisation de remblai».

Pour rappel, le MATSF a annoncé la suspension des travaux de remblai dans la ville d’Antananarivo, le 18 juillet dernier,  pour des raisons de contrôle ainsi que le respect de procédure de délivrance d’un permis. Les zones couvertes par le Plan d’urbanisme de détail (Bypass et Ampitatafika) ont été spécifiquement concernées par cette ancienne décision, d’après les informations reçues.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Chronique: une interrogation ayant force de coup d’arrêt

Aux innocents les mains pleines ! Plus stratège que d’utiliser la formule d’allier l’innocence à une forme de question pour parvenir à mettre fin à une situation que l’on condamne, tu meurs. L’objectif du premier ministre Christian Ntsay apparait avec une transparente évidence dans son initiative d’interroger la Haute Cour Constitutionnelle à propos du rôle des forces armées dans la vie publique. Cette démarche n’a rien d’une déclaration de guerre contre la réalité du moment, mais elle suffit à prendre conscience de la nécessité à s’interroger sur un dysfonctionnement par rapport à un principe élevé au rang de valeurs républicaines, la séparation entre fonction civile et fonction militaire : à chacune son cantonnement.

L’utilisation des forces armées pour prendre le pouvoir, procédé condamnable en régime républicain, ne correspond pas vraiment à l’esprit de la population malgache, si l’histoire relève quelques épisodes de soubresaut au cours desquels des gradés militaires gendarmes ou policiers ont pris part, on ne peut pas dire pour autant que Madagascar est une terre d’élection des coups d’état militaires. Ceci étant dit, on ne saurait prétendre que les forces armées sont complètement étrangères à la vie politique, sans toutefois pouvoir accuser les hommes de ces forces d’avoir fait d’eux-mêmes irruption en ce domaine. Ce sont les personnes détenant le pouvoir civil doutant de leur popularité et donc de leur assise qui ont le plus souvent manœuvré pour instrumentaliser les forces armées pour servir d’épouvantail en soutien de leur maintien au pouvoir. Cette manière ne se réalise pas sans risque. L’état ne dispose pas de suffisamment de moyens pour assurer des prébendes à tous les cadres des forces armées, pourtant vu l’attrait des avantages qu’offrent les fonctions civiles, nombreux gradés éprouvent la tentation d’obtenir ces faveurs seulement peu de postes disponibles. Ce déséquilibre entre l’offre et la demande provoque naturellement des frustrations et nuit à l’unité des forces armées en raison d’une forte émulation aboutissant à créer des factions en leur sein. Un président bien élu, possédant ainsi une réelle légitimité, reposant son autorité sur une popularité avérée, n’aura plus à faire des clins d’œil aux hauts gradés des forces armées pour assurer une stabilité des institutions. De manière triviale, chacun à son poste et les vaches seront bien gardées.

Remettre de la sorte un peu d’ordre dans la distribution des rôles entre pouvoir civil et fonction militaire est à l’évidence le souci qui anime le premier ministre avec sûrement le secret espoir de donner au futur président une assise plus conforme aux valeurs d’un régime républicain. Ces considérations ne signifient pas toutefois le principe de priver de leurs droits de citoyens les militaires gendarmes et policiers, ils ont la plénitude d’exercice de leurs droits et obligations civiques et de ce fait sont électeurs sans restriction mais aussi sont éligibles à prétendre assumer des mandats électifs à condition de faire la part entre une fonction politique civile et leur statut dans les rangs des forces armées. De façon pratique les militaires gendarmes et policiers ne sont habilités à pantoufler à des postes politiques que s’ils mettent en parenthèses leur carrière. A l’inverse on a pu noter que des officiers ont monté en grade dans les armes auxquelles ils appartenaient alors qu’ils avaient embrassé une sorte de carrière politique en occupant des années durant divers postes ministériels. Garde à vous ! Fromage ou dessert ?

Certes l’actuel premier ministre ne dispose ni du temps ni de la légitimité pour révolutionner le paysage politique, il n’a de mission qu’à organiser un cadre pour une bonne tenue des élections. Même à ce dessein il ne dispose que d’une marge limitée de manœuvres délicates. Aussi on le voit y procéder par petites touches, comme celle d’interroger sur le rôle des forces armées pour un bon déroulement de la vie publique. Certains se gaussent de son initiative à avoir décidé d’une obligation de démarquer par des plaques d’immatriculation sur fond rouge tous les véhicules du parc public. Ça pourrait n’être considéré que simple disposition pour de simples détails, et pourtant… Si les responsables des différents ministères, services, et autres démembrements de l’administration venaient à respecter cette décision, le parc automobile de l’état apparaitrait dans des dimensions que le public ne soupçonnait pas. On suspecte à l’inverse les abus qu’en font les autorités en période électorale. La population ayant une évaluation même approximative de l’importance de ce parc se fait désormais une idée de la force de frappe qu’il représente pour servir de soutien à une cause partisane. Ce qui contribue à créer une inégalité et comme c’est avec des moyens appartenant à l’état l’inégalité n’est que d’autant encore plus injuste.

Côté face, le constat donne une image plus terne. Il est des montagnes que lepremier ministre ne saurait abattre et même des détails auxquels il ne saurait apporter de corrections. On ne peut que se résoudre à faire de ces impossibilités la part du feu. Le problème de l’insécurité demeure préoccupant, il serait déjà positif que le gouvernement parvienne à maintenir le climat d’insécurité à son niveau actuel. Cependant la courbe n’en prend pas le sens et la menace d’un aggravation telle qu’elle se présente pourrait à partir d’une limite franchie hypothéquer la tenue des élections, hypothèse pour laquelle quelques forces politiques ne cachent pas le souhait de la voir se réaliser. On imagine dans ce cas la menace d’une catastrophe, la solution actuelle dans laquelle s’inscrit le gouvernement relève déjà d’un plan B, celui d’une dernière chance. Dans la foulée le premier ministre se trouve bien dépourvu d’établir des règles et d’imposer une discipline afin de ne pas faire de la période de pré-campagne une foire à tout va.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Un peu d’humanité, S. V. P., pour nos postiers

Tamatave doit être bien malsain, nous disaient dernièrement à la Poste des voyageurs de passage dans notre ville. «Regardez donc la mauvaise mine de vos postiers».

En effet, leur mine est mauvaise, mais elle ne provient pas de l’insalubrité de Tamatave, mais bien plutôt de l’énorme travail qu’on leur impose.

Le bureau de Tamatave est le plus chargé de l’île, plus chargé dit-on que celui de Tananarive, et le personnel masculin européen se compose seulement de trois ou quatre commis.

Passez à la poste le matin, à midi, le soir, la nuit, vous y trouverez toujours les mêmes employés qui vous serviront malgré leur fatigue, avec la même courtoisie, la même bienveillance et la même patience. Je ne parle pas de celui qui est préposé aux colis postaux, le malheureux ne sait souvent où donner de la tête, et on s’étonne encore que la distribution des colis soit quelquefois en retard. Ils ont bien comme auxiliaires des Malgaches, mais ceux-là travaillent tranquillement sans se préoccuper si on est en retard ou non. S’il manque réellement du personnel, l’Administration des Postes ne pourrait-elle pas demander un complément à l’autorité militaire, afin de soulager un peu nos braves postiers et leur procurer quelques heures de repos ?

Les fonctionnaires doivent travailler, c’est entendu, puisqu’ils sont payés, mais somme toute, ce ne sont pas des esclaves et on ne doit pas abuser de leur bonne volonté.

Donc, pour eux, un peu d’humanité, s’il vous plaît.

Œuvre de Guerre

L’Œuvre des Mutilés de la Guerre (section de Tamatave) a l’honneur d’informer ses membres que, depuis sa fondation, 1er juillet 1915, elle a envoyé au Comité Directeur de l’Œuvre à Paris jusqu’à ce jour la somme de 56 384,95.

Le Comité remercie sincèrement ses membres de leur concours et renouvelle à ses généreux donateurs ses sentiments de profonde gratitude.

Altercation

Dimanche soir, à l’hôtel Lascagne, une vive altercation eut lieu entre M. X. et un sous-lieutenant.

La police instruit l’affaire.

Des personnes très honorables de la ville, qui étaient présentes, vont être entendues comme témoins.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Ino Vaovao0 partages

VONO OLONA TAO AMIN’NY KAOMININA JOFFRE VILLE : Rangahy iray maty notapahin-tenda

 Voatsatoka tamin’ny antsibe teo amin’ny lohany, voakapa teo amin’ny vozony ka ny hodin- tendany no nitana ny lohany tsy niala. Tataka ihany koa teo amin’ny orony ary tapaka ihany koa ny tanany. Izany no fantatra tamin’ny fitantaran’ireo fianakaviana akaiky ny maty tamin’ny fanafihana nataon’ireo olon-dratsy. 

Tsy fantatra mazava tsara hatreto ny antony namonoan’ireo jiolahy ity rangahy manao asa fitaterana mampitohy an’i Joffre Ville sy Antanamitarana ity. Tao amin’ny tokotaniny ihany no nanamparan’ireo olon-dratsy ny famonoana azy. Araka ny fantatra dia lehilahy telo no nahavanona ny loza.  Araka ny fanazavana voaray dia sendra nandeha nivarotra tany amin’ny alim-pandihizana ny vadiny. Fa ny ray niteraka azy efa antitra no namany tao an-trano. Araka ny voalaza hatrany dia  nandondona toy ny olona fantatry ny tao an-trano ireo jiolahy, nivoaka namoha ilay raim-pianakaviana. Naheno azy ireo nifampiresaka ny rainy tao an-trano fa tampoka teo dia nikiaka niantso vonjy ilay zanany. 

Tsy afa-nanohitra izy ka nitsoka kiririoka no fara-heriny. Raha nanatona ny antso vonjy nataony ny teo amin’ny manodidina dia vatana efa tsy misy aina no tratran’izy ireo. Misaona araka izany ny tanànan’i Joffre Ville, ary efa nakevina tamin’ny alahady teo ny razana.

Araka ny vaovao voaray farany, ny alatsinainy 23 jolay teo dia tratra tao anaty fiara ho any Vangaindrano ireo telo lahy nahavanon-doza ka efa voasambotry ny mpitandro filaminana. Ho fantatra amin’ny fanadihadiana ataon’ny zandary ny anton’izao famonoana feno habibiana izao. 

 Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

SMMC - FANDROAHANA OLONA : Mitaky fampiharana ny didy navoakan’ny Fitsarana ireo mpiasa

Manodidina ny 81 eo ho eo ireto mpiasa noroahin’ny tale jeneralin’ny Smmc ireto. Fandroahana niseho nanomboka ny taona 2012. Tao ny noroahin’ ny Tale jeneralin’ny Smmc vokatry ny fidirana sendikà. Tao kosa ireo namoronana dosie tsotra izao.Nomarihin’ireto mpiasa voaroaka ireto anefa fa efa maro izay ny didy navoakan’ny fitsarana saingy tsy mety ampiharin’ny tale jeneralin’ny Smmc. Nitory mantsy ireo mpiasa voaroka ireo. Ny 26 jolay 2013, dia nisy didy nivoaka mamela malalaka an’ireo mpiasa hiditra ao anatin’ny sendikan’ny mpiasa. Tsy noraharahain’ny mpitantana ny Smmc anefa izany.

Mitaky ny fampiharana ny lalàna noho izany ireto mpiasa ireto. Vahaolana sendikaly no ilain’izy ireo fa tsy vahaolana politika. Maro mantsy ireo mpanao politika nanao teny mamy tamin’ireto mpiasa teo aloha tao amin’ny Smmc ireto saingy tsy nisy tanteraka.

Mahakasika ilay fanambaràna nataon’andian’olom-bitsy ny herinandro lasa teo izay niaro fatratra ny tale jeneralin’ny Smmc, dia nanambara ireto mpiasa voaroaka ireto fa sendika mpisandoka ireny niteny ireny. «  Hiaro ny orinasa sy ny mpiasa no ijoroan’ny sendikan’ny mpiasa fa tsy hiaro mpampiasa  », hoy izy ireo.

Nandritra izao valandresaka ho an’ny mpanao gazety izao, dia nahitsy ny mpitondra tenin’ny mpiasa voaraoka nahitana an-dRazafinkoto Thierry, Zafisaonina, Radafison André Avelin, fa tokony hasiam-panamboarana ihany koa ny marikaraman’ireo mpiasa ao amin’ny Smmc. Nambaran’izy ireo mantsy fa ¼ ny karaman’ny mpiasa eo anivon’ny Mictsl sy Spat ny karaman’ny Smmc. 

Tsy mahazo tombontsoa hafa tahaka ny azon’ny mpiasan’ny Spat sy Mictls ihany koa ny Smmc. Ambany lavitra ny zo tokony ho azo rehefa handeha hisotro ronono. Mialoha ny nanasarahana ny fitantanana teo anivon’ny seranan-tsambo anefa, dia voalaza mazava ao anatin’ny bokin’andraikitra fa tokony hitovy ny zon’ny mpiasan’ny Spat sy Smmc.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

TOVOLAHY MPANAO BAOLINA MATY VOATIFITRA : Miziriziry ny Grand Sud-Est, mitazona ny teniny ny polisy

Tany amin’ny tranompaty Hopitaly Be no nakan’ny fianakaviany ny razana. Vao 19 taona ilay namoy ny ainy ary mpilalao baolina amin’ny kilioba malaza iray ao Toamasina. Teo amin’ny tendany sy fihirifany no voan’ny bala. 

Ny polisy Toamasina izay nanaovana fanangonam-baovao, dia manizingizina fa namaky trano tao Ambolomadinika io tovolahy io, ny alin’ny zoma 20 jolay. Ny namany iray niditra tao an-trano niambina ilay rangahy tompon-trano, fa izy kosa teny ivelany «  nanolana  » ny vadin’ity farany, araka ny filazan’ny polisy. Tafaporitsaka ilay rangahy tompon-trano. Niezaka nanaraka azy ilay «  jiolahy  » tao an-trano. Ny andro maizina ka noheveriny fa ilay rangahy tompon-trano ilay tovolahy teo amin’ny sisin-trano ka notifiriny. Ho an’ny polisy ao Toamasina izany, dia jiolahy namany ihany no nitifitra an’ity tovolahy mpanao baolina ity.

Mampiaka-peo amin’io zava-misy io ny fikambanana Grand Sud-Est ao Toamasina. Ny alatsinainy 23 jolay tao amin’ny toerana nisy ny razana, dia nisy ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety nataon’i Georges, fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Rolly. Izy izay filohan’ny fikambanana tanora Grand Sud-Est Toamasina. Nambarany nandritra izany fa «  disoany tanteraka ireo filazana rehetra nataon’ny polisy ao Toamasina ireo  ». «  Tsy nisy vaky trano niseho izany. Naratra ny lohaliky ny zanakay. Midika izany fa nampandohalihana aloha izy mialoha ny nitifirana azy. Balana basy poleta 9mm no nitifirana azy. Mpitandro filaminana no mpampiasa izany basy izany  », hoy hatrany i Rolly. Nomarihiny ihany koa fa «   milaza ny polisy fa efa voasambotra ilay jiolahy nitifitra azy nefa tsy aseho anay. Tsy mazava izany rehetra izany. Mamahan-dalitra anay fianakaviana ny polisy  ». 

Nilaza ny hametraka fitoriana izy ireo amin’izao raharaha izao. Fitoriana apetraka ao Toamasina sy any Antananarivo. Manizingizina ny fikambanamben’ny Grand Sud-Est Toamasina fa tsy jiolahy ilay tovolahy maty voatifitra. Ny harivan’ny alatsinainy lasa teo no niainga tao Toamasina ny razana hamonjy ny tanindrazany any Farafangana.

Ino Vaovao

News Mada0 partages

Afrobasket 3×3: l’heure de la sélection n’a pas encore sonné

 

Qui sont au final les joueurs sélectionnés dans l’équipe nationale lors de l’Afrobasket 3×3, les 28 et 29 juillet prochains au palais des Sports de Mahamasina ? A quelques jours du début du tournoi, aucune information venant de la Fédération malgache de basket-ball (FMBB) n’a filtré. La liste des joueurs est tenue  secrète et ne sera dévoilée que durant le jour J.

Le suspense est à son comble aussi bien chez les présélectionnés que chez les férus de la discipline !  Il faudra attendre la veille de la compétition avant de connaître l’ossature des deux équipes nationales, homme et femme. Contrairement aux autres équipes en lice qui débarqueront sur le sol malgache à visage découvert, Madagascar joue la carte de la surprise pour épater la galerie adverse. De quoi faire monter la tension tant en interne qu’à l’externe.

«Nous avons choisi de retarder la publication de la liste des sélectionnés la veille du jour J, afin de mettre tous les atouts de notre côté», a rassuré le directeur technique national, Angelot Razafiarivony.

De ce fait, le groupe qui a débuté la préparation le 7 juillet continue jusqu’à l’annonce du verdict final ce vendredi. Les 12 prétendants à une place dans la sélection nationale doivent ainsi s’armer de patience.

Quoi qu’il en soit, la fin justifie les moyens ! Les résultats obtenus par les joueurs malgaches détermineront la réussite ou non de cette stratégie inédite, adoptée par la FMBB.

Des ogres en face

La troisième place de Madagascar lors de la première édition de l’Afrobasket fait maintenant partie de l’histoire ancienne ! Cette fois-ci, les choses sérieuses commencent dès la phase qualificative car toutes les grosses pointures, prétendantes sérieuses au sacre final, seront de la partie.

Chez les hommes, la sélection nationale malgache aura fort à faire face aux ogres Ougandais et Egyptiens, tandis que l’équipe féminine malgache devra se méfier des RDCongolaises sans sous-estimer également les Ougandaises et les Algériennes.

Naisa

News Mada0 partages

Foot-Cosafa U17: la Namibie et l’Afrique du Sud dans le dernier carré

Un festival offensif et deux qualifications. Voilà en quelques mots lerésumé la sixième journée de la Cosafa U17. Mardi, la Namibie a validé son billet pour le dernier carré en s’imposant 2-0 face au Botswana. Pour la deuxième année de suite, l’Afrique du Sud fera également figuré de proue lors des demi-finales  grâce à sa victoire sur la Zambie (2-1). Pour sa part, Maurice a laminé les Seychelles (6-1).

La Namibie, couronnée en 2016, avait idéalement démarré sa campagne en s’imposant contre les Seychelles 8-3 lors du premier jour de compétition. Par la suite, les jeunes guerriers ont traversé leur opposition contre Maurice sur la pointe des pieds en perdant leur confrontation. Autant dire qu’ils se sont bien rattrapés en remportant leur ultime duel contre le Botswana.

La règle de la confrontation directe et celle de la différence de buts entrant en scène, c’est donc la Namibie qui passe cette première épreuve. Les Namibiens terminent en tête du classement grâce à une meilleure différence de but. Le Botswana devra revoir sa copie pour la prochaine édition.

News Mada0 partages

Petanque-Qualif Masters 2019: trois Malgaches dans le rang

La course vers la qualification bat son plein ! A l’issue de l’Europétanque à Nice le week-end dernier, deux boulistes malgaches ont fait un bond au classement des Qualif pour les Masters de pétanque de 2019.

Finaliste du tournoi niçois, Lahatra Randriamanantany reste pour l’instant le meilleur bouliste malgache de la partie. Son brillant parcours lui a permis de se positionner au 24e rang avec 14 points. Il est talonné de près par le quart-de-finaliste Mahefa Randrianarison qui compte également le même nombre de points.

Grâce à leur rang, les deux boulistes malgaches font partie des possibles sélectionnables en vue des Masters de pétanque 2019, en compagnie de Chritsian Andriantseheno, à la 18e position,  le mieux placé que les deux autres.

La route est encore longue avant le verdict final ! Il reste 21 tournois qualificatifs dont le championnat du monde triplette pour glaner des points.

Organisateur de la plus prestigieuse compétition de pétanque dans l’Hexagone, Quarterback a mis en place un mode de sélection des équipes et des joueurs. En effet, outre les 2 ou 3 équipes nationales invitées, «Les 3 premiers joueurs au classement qualificatif des Masters de pétanque 2019 à l’issue de la saison choisiront leurs 3 partenaires parmi les 24 premiers de ce même classement. Si l’une des sélections nationales déclinait l’invitation, elle serait alors remplacée par une équipe constituée par le joueur classé 4e au classement qualificatif des Masters de pétanque 2019».

Naisa

News Mada0 partages

Jeux africains : les nageurs malgaches n’ont pas fait de vague

Fin de parcours pour les trois nageurs malgaches aux Jeux Africains de la Jeunesse à Alger. L’essentiel est juste de participer. Antsa Victoria Rabesahala a été loin du compte dans l’épreuve de 50 m nage libre filles en se trouvant à la 14e place sur les 26 athlètes à l’issue des éliminatoires. Et, elle s’est trouvée à la 15e place du 100 m nage libre.

Puis, elle a beau essayer de faire la différence lors du 800 m nage libre. Qualifiée en finale, Antsa a raté de peu la 4e place.  Même résultat pour Johanna Gaby Rabary qui a occupé la 17e place du 50 m nage libre  et la 15e position à l’issue du 100 m dos.

Chez les garçons, la déconvenue continue également pour Madagascar. Ando Francky Ramiakatrarivo est arrivé en queue du classement du 100 m dos.

Miarintsoa R.

News Mada0 partages

Basikety – «Festival Somaroho 2018»: hisy ekipa avy any Gresy handray anjara

 

 Anisan’ny lalao iraisam-pirenena, hanamarika ny fiafaran’ity volana jolay ity, ny «Festival Somaroho», hisian’ny lalao eo amin’ny taranja basikety. Hiavaka ny fihaonana satria hisy ekipa avy any Gresy ho anisan’ireo handray anjara amin’izany.

Hotanterahina, any Nosy Be ny 28 jolay ka hatramin’ny 4 aogositra ho avy izao, ny andiany fahadimy amin’ny «Festival Somaroho» ka anisan’ny hanamarika izany fety izany ny fifaninanana eo amin’ny taranja basikety. Hanan-danja goavana ny amin’ity indray mitoraka ity satria hisy ekipa vahiny telo ho avy handray anjara, amin’izany.

Araka ny fantatra, anisan’ny lehibe amin’izany ny klioba iray avy any Gresy. Tsy mbola fantatra aloha ny anarany sy ny zava-bitany fa raha ny voalazan’ireo tomponandraikitra, ekipa manana ny toerany sy ny fahaizany any Eoropa io ho avy eto Madagasikara io.

Hanampy azy ireo kosa ny ekipan’ny St Denis, La Réunion, sy ny BCM avy atsy Mayotte. Dimy ny avy eto an-toerana: ny ekipa voafantin’i Nosy Be, miampy ekipa efatra ao amin’ny sokajy N1A lehilahy.

Anisan’ireo hiaro ny anaram-boninahitra azony, tamin’ny andiany fahefatra, ny ASCB Boeny, ao amin’ny vondrona «A» miaraka amin-dry zareo Mahorey, sy ny ekipa voafantin’i Nosy Be, miampy ny MB2 All sy ny Cosfa, samy avy amin’ny ligin’Analamanga avokoa.  

Ao amin’ny sokajy «B» kosa no heverina fa maozatra satria tafaraka ao ny Ascut Atsinanana, ny St Denis, ny Grika, ny Cosmos Diana, ary ny GNBC Vakinankaratra.

Homena sehatra, amin’ity «Festival Somaroho» ity, ny sokajy zokiny «véteran» lahy sy vavy, hanao lalao fihantsiana, mialoha ny manasa-dalana, ny zoma 3 aogositra. Hifandona amin’izany ny BBCM sy ny ekipa voafantin’i Nosy Be.

Tsiahivina fa hotontosaina ny asabotsy 4 aogositra ny famaranana lehibe, hialohavan’ny lalao N1A vehivavy, hifanandrinan’ny MB2 All sy ny Ascut Atsinanana.

Torcelin

 

News Mada0 partages

“Fety de basikety ê!”: hiatrika ny manasa-dalana ny BBCM sy ny Vahona

 

Hiditra amin’ny lalao manasa-dalana, ny asabotsy 11 aogositra ho avy izao, ny fiadiana ny amboara eo amin’ny “Fety de basikety ê!”. Fihaonana, karakarain’ny fikambanana Andraisoro tia basket-ball (AT2B), tafiditra ao anaty fankalazana ny fahadimy taona nitsanganany. Hifandona eo amin’ny sokajy “veteran” lehilahy ny BBCM sy ny Vahona. Voahaja ny lojika, teo amin’ny ampahefa-dalana notanterahina ny faran’ny herinandro lasa teo, teny amin’ny kianja Andraisoro. Nivoaka ho mpandresy avokoa mantsy ireo ekipa efa manana ny traikefa sy ny tanjany.

Nanaporofo izany ry Mbola sy i Ricky, ao amin’ny BBCM, nanoloana ny FFBC, niondrika tamin’ny isa, 93 no ho 76. Hifampitana eo amin’ny ankatoky ny famaranana ilany kosa ny BCSM sy ny Besetroka (UASC). Tsiahivina fa ekipa efa voky traikefa raha ny Besetroka, nanilika ny MFB, tamin’ny isa 81 no ho 74, teo amin’ny ampahefa-dalana. Ho an’ny «vétéran» vehivavy, hifampitana ny CSA 1 sy ny Manapoins, andaniny, ary ny Fusion kosa hikatroka amin’ny Team Play List, ankilany.

Hiato kely ny fifaninanana, amin’ity herinandro ity, noho ny fisian’ny fifanintsanana hiadiana ny “Amboaran’i Afrika”, eo amin’ny Fiba 33, ho an’ny faritra atsimo. Hitohy izany ny 4 sy ny 5 aogositra ho avy izao ka hiditra avy hatrany amin’ny ampahavalon-dalana sy ny ampahefa-dalana, sokajy “senior” lehilahy.

Tsiahivina fa nomen’ny fikambanana AT2B sehatra avokoa ireo mpisehatra rehetra ao anatin’ny tontolon’ny basikety, tamin’ity. Hotolorana amboara sy lelavola, miampy fahatsiarovana ny fahafolo taona, ireo ekipa mpandresy.

Tompondaka

News Mada0 partages

NOVEGASY: les films et séries malgaches ont leur chaîne

Pour tous ceux qui voudront faire le plein de séries, feuilletons et  films malgaches en cette période généralement consacrée aux vacances, et qu’ils soient à Madagascar, à Mayotte ou à La Réunion, Canal+ Madagascar dédiera une chaîne entière, «Novegasy», à la fiction malgache. Celle-ci sera disponible du 30 juillet au 14 octobre et accessible à tous les clients de l’opérateur, quelle que soit leur formule d’abonnement.

De «Malok’ila» à «Safelika» ou encore «Samy fatsora», six feuilletons et 25 long métrages émailleront ainsi ces 11 semaines de diffusion produites par les grands noms de l’«industrie» cinématographique locale, en l’occurrence Scoop Digital, Horizon, Avoko Production et Profiler. En effet, ces derniers voient d’ores et déjà dans cette initiative un coup de pouce au secteur, en ce sens qu’il s’agit d’une plateforme de diffusion sans pareil pour le cinéma malgache qui peine à se frayer un chemin, notamment en raison du phénomène de piratage.

En outre, la similarité du nom «Novegasy» avec «Novelas TV» n’est pas fortuite. Et pour cause, celle-ci fonctionnera sur la base du même modèle de mécanique de programmation, notamment la diffusion quotidienne d’un nouvel épisode pour les séries en semaine et rediffusion en mode marathon les week-ends durant lesquels, plus précisément en soirée, les abonnés pourront également profiter de deux long métrages en prime.

Dans tous les cas, il s’agit d’une grande première à Madagascar et d’une programmation unique en Afrique et dans l’océan Indien, même si «Novegasy» ne sera qu’une chaîne éphémère. «C’est un vrai test sérieux au cours duquel nous évaluerons l’appétence du public pour son contenu, et à l’issue duquel nous verrons s’il est plébiscité. Au bout de ces 11 semaines de diffusion, si le test est validé, nous nous poserons sérieusement la question de lancer une chaîne pérenne», a indiqué le directeur général de Canal+ Madagascar, Jean François Duboy, hier à Andraharo lors d’une conférence de presse organisée dans le cadre du lancement de la chaîne.

N.R.

 

News Mada0 partages

SOMARÔHO: deux célébrations à l’affiche

Cette année, le comité d’organisation du festival Somarôho célèbre deux évènements majeurs, à savoir la 5e année du festival et le 15e anniversaire du groupe Wawa. Se déroulant du 1er au 5 août prochain à Nosy Be, Somarôho promet un programme chargé et diversifié.

Dans le dessein de fêter en grande pompe le festival Somarôho, le comité d’organisation, dirigé par Jean-Louis Rajerison, a déjà préparé l’évènement depuis l’année dernière. «En collaboration avec Telma Madagascar, nous avons effectué un sondage et des enquêtes auprès des habitants, sur les artistes nationaux et même internationaux qu’ils ont envie de voir monter sur la scène», a annoncé Jean-Louis Rajerison. Et parmi les invités, Big MJ reste toujours le plus sollicité. Notons qu’auparavant, il a déjà obtenu un trophée spécial en tant qu’artiste le plus apprécié.

Des grosses pointures à l’affiche

Ainsi, pour cette 5e année du festival, des grosses pointures seront en tête d’affiche, entre autres Tence Mena, Tianjama, Stéphanie, Basta Lion, Ariane… «Depuis l’année dernière, le festival a accueilli des groupes internationaux et devient dans ce sens un festival international. Cette année, nous avons prévu aussi d’inviter plusieurs artistes, tels qu’One Band People qui est l’ancien groupe Lucky Dube, Diamond Platnumz et peut-être  Daphné», a-t-il annoncé.

Par ailleurs, par rapport aux précédentes éditions, le comité d’organisateur mettra en avant le live cette année, avec la présence des musiciens et non d’un simple DJ. Et comme à l’accoutumée, le groupe Wawa inaugurera et clôturera la scène.

Un programme diversifié

Si le festival ne débute qu’à partir du 1er août, d’autres activités commenceront à partir du 28 juillet prochain. A part les divers concerts et soirées, des tournois de basket, de foot, de morengy, un grand carnaval, ainsi qu’une course de pirogues et un concours de capture de canard…seront organisés. Bref, tout a été programmé pour que tous les habitants de l’île puissent s’adonner à leur divertissement préféré.

En tout cas, l’objectif est de promouvoir la destination Nosy Be,  en attirant les tourismes nationaux et surtout internationaux à travers ces activités. «Cette année, nous allons aussi effectuer un geste social. Ainsi, toute la recette du tournoi de basket servira à financer l’achat de lits pour l’hôpital de Nosy-Be», a-t-il conclu.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Madagascar – Inde: lien culturel privilégié

«Les relations diplomatiques et culturelles entre la République de l’Inde et Madagascar sont au beau fixe», a affirmé hier à Anosy Eléonore Johasy, ministre de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine.

Dans cette optique, l’art folklorique du sous-continent sera tout particulièrement à l’honneur  lors d’une représentation de troupes de danse indienne qui se déroulera dans la capitale le 26 août prochain. «Nous avons reçu un écho favorable de la part des 15 artisans malgaches qui se sont rendus en Inde au mois de février, lors d’un voyage de découverte, de partage et d’échange», a fait savoir Subir Dutta, ambassadeur de l’Inde à Madagascar, en marge d’une visite de courtoisie chez la ministre de la Culture à la Bibliothèque nationale à Anosy.

 «Nous avons recensé jusqu’ici 2 millions d’artisans, ce qui constitue un secteur d’activité en plein essor. A l’occasion d’une rencontre avec  le Centre national de l’artisanat malgache (Cenam), les acteurs de la chaîne ont soulevé un manque flagrant de l’appui au rayonnement de la filière. D’autant plus que le champ de matières premières exploitables est très réduit. Pour y remédier, nous pensons mettre en place une centrale d’achats», a ajouté Eléonore Johasy, la ministre de tutelle.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Exposition: «Concrétiser vos rêves», dit Sarhà

«N’attendez pas d’avoir une situation parfaite avant de commencer quelque chose, il faut oser concrétiser son rêve», a annoncé l’artiste Sarhà, hier, durant son discours à l’occasion du vernissage de son exposition à l’Alliance française d’Antananarivo. Elle a ainsi eu le déclic de sa vie, lors qu’elle était tombée malade, clouée au lit durant une quinzaine de jours. «On m’a donné une deuxième chance, il faut en profiter», a-t-elle expliqué.

Pour la première fois, l’artiste présente ses œuvres jusqu’au 4 août prochain. «La peinture m’a toujours intéressée depuis mon enfance. Autodidacte, j’ai commencé à acheter mon matériel au mois de décembre dernier, et j’ai commencé à peindre au mois de janvier», a-t-elle raconté. Notons que Sarhà, de son vrai nom Sarah Randriamalandy est aussi auteur-compositeur-interprète. «J’ai toujours aimé la musique», a-t-elle déclaré.

Pour une première exposition, le résultat est assez satisfaisant. Etant passionnée de la nature, elle a surtout mis en avant la couleur verte avec des nuances bleues. «Je ne dessine pas des scènes de vie malgache, le paysage qui met l’accent sur la nature, sera ma signature», a-t-elle conclu.

Holy Danielle

News Mada0 partages

“Festival Sômaroho!” andiany faha-5: vahinin’i Wawa ry Daphne sy ry Diamond Platnumz

Miaka-daza hatrany! Miditra amin’ny andiany faha-5 ny “Festival Sômaroho!” ary hankalaza ny faha-15 toana niakarany an-tsehatra kosa i Wawa. Nanasa vahiny izay andrasan’ny maro izy….“Calée”, “Promets-moi” ary “Jusqu’à la gare”. Hiran’ilay mpanakanto kameroney, i Daphne, ireo. Vahinin’i Wawa, mandritra ny “Festival Sômaroho!”, hotontosaina any Nosy Be, izy, ny 1 aogositra hatramin’ny 5 aogositra ho avy izao. “Miomàna ianareo mpankafy ahy any Madagasikara sy ao Nosy Be fa manana fotoana roa isika, ny 1 aogositra sy ny 2 aogositra. Efa voaraiko ny fangatahanareo amin’ny hira hiarahantsika”, hoy ny hafatra nalefan’ity mpanakanto ity, tanatin’ny tambajotra sosialy.Ho avy eto ihany koa ilay mpanakanto tanzanianina, i Diamond Platnumz, mihira ilay “Number one” sy “Mary You”. “Manome fotoana anareo mpankafy any Nosy Be izahay ny 4 aogositra. Seho tokana io, ary ho avy any ny tarika iray manontolo”, hoy kosa ny hafatra nampitainy.Tsy izy ireo ihany fa ho avy any koa ny One People Band, tarika nantsangan’i Lucky Dube fahavelony, ary mbola manana ny lazany ao Afrika Atsimo. Tsy hadino koa anefa ireo avy amin’ny Nosy rahavavy, toa an-dry Komo avy any Mayotte, i Dadiposlim avy any Kaomoro, sns.Mivelatra ny hetsika“Marina fa eo ireo vahiny, saingy tsy latsa-danja mihitsy ireo mpanakanto malagasy nasaina amin’ity. Marihina fa nisy ny fitsapana ny hevitry ny mpankafy ao Nosy Be ka anarana nivoaka tao avokoa ireo mpanakanto handray anjara ireo”, hoy ny nambaran’ny filohan’ny komity mpikarakara ny hetsika, Rajerison Jean Louis, nandritra ny fampahafantarana tamin’ny mpanao gazety eto Antananarivo, omaly.Anisan’ireo mpanakanto handray anjara ry Stéphanie, Ariane,  Ngiah Tax, Flash B, Big Mj, Jior Shy, Janga Ratah, Tence Mena, Tianjama, Lousfah, Rijade ary Lico Kininike, izay zandriny indrindra. Toy ny mahazatra, i Wawa sy ny tariny hatrany no mamarana ny fety, ny alahady.

News Mada0 partages

Hanohana hatrany ny “Sômaroho!” ny Telma

mipetraka ho ambasadaoron’ny Telma hatrany i Wawa. Rariny raha toa ka nanohana ny “Festival Sômaroho!” hatrany ity orinasan-tserasera ity. Araka ny nampahafantarina omaly, hitondra fanohanana bebe kokoa, indrindra eo amin’ny lafiny serasera izy ireo. Hisy ny toerana hatokana ho an’ireo vahiny manan-kaja (VIP), izay hisy “connexion Wifi”. Hiandraikitra ny fampitana mivantana ny hetsika ihany koa izy ireo, mandritra ireo andro maromaro ireo. Ankoatra izay, anisan’ny hizara loka ho an’ireo fifaninanana isan-karazany, tafiditra anatin’ny “Sômaroho!”, toa ny morengy,ny hazakazaka lakana sy ny lalao ara-panatanjahantena isan-karazany.“Hetsika ara-kolontsaina, saingy mampiakatra ny ara-toekarena ny “Sômaroho!”. Manohana hatrany ny fizahantany eto Madagasikara izahay, izay fanoitra ho an’ny toekarena”, hoy ny nambaran’ny avy amin’ny orinasa Telma. Nanamafy izany ny komity mpikarakara fa anisan’ny nandrava ilay “zone orange” tamin’izany fotoana, ny fisian’ny hetsika tontosa tamin-pilaminana kanefa nahavory vahoaka analina isan’andro.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Antananarivo Teatra: hoentina an-tsehatra ny « Lakile roa »

Mitohy ny tantara! Ny fampisehoana tantara an-tsehatra na teatra, etsy amin’ny Alliance française (AFT) etsy Andavamamba, no tian-kambara. Hankafy tantara vaovao indray ireo efa mpanaraka ny hetsika, ny alahady tolakandro izao. “Lakile roa” ny lohateniny ary holalaovin’ny tropy Antananarivo Teatra.

Voafidy ho ben’ny Tanàna ao amin’ny kaominina Marofototra ingahy Radona. Azo lazaina ho fahavalony kosa ingahy Ratsimba satria nitory azy ho nanao kolikoly. Etsy ankilan’izay anefa, mifankatia tanteraka i Mercel sy i Perle, zanak’izy ireo. Mikorontana tanteraka ny fianakaviana roa tonta ary voasakantsakana ilay fitiavan’olon-droa… Tantara be!

Araka izany, angamba tsy vaovao amin’ny sofin’ny maro loatra ny tranga toy ity entin’ny “Lakile roa” ity, saingy mahaliana hatrany ny nanoratan-dRandrianavony Arsène azy. Nanome endrika kanto, maha te hijery ary misarika hifantoka amin’ny tantara i Joely, nandritra ny tantara ho azo lalaovina an-tsehatra.

Ny alahady tolakandro izao ny fotoana homen’ny tropy Antananarivo Teatra ny mpankafy, hilalaovany an-tsehatra ny “Lakile roa”.

Landy R.

News Mada0 partages

« CNCF » andiany faha-7: misokatra ny fisoratana anarana

 

Raikitra ny fifaninanam-pirenena mihira amin’ny fiteny frantsay na ny « CNCF » andiany faha-7. Ho an’ireo mpifaninana monina eto Antananarivo, efa misokatra etsy amin’ny Alliance française Andavamamba ny fisoratana anarana. Hifarana ny 4 aogositra izao izany. Afaka mandray anjara avokoa ny olon-drehetra mihoatra ny 16 taona. Hisy safidy roa ho an’ireo vonona handray anjara. Na hihira ireo hira efa misy, na hihira ny sanganasany. Samy amin’ny fiteny frantsay avokoa izy ireo.

Ny 17 sy ny 18 aogositra izao no hanaovana ny fihainoana sy fifantenana ireo hiakatra amin’ny dingana manaraka. Marihina fa eo ambany fiahian’i Sébastien Folin ity andiany faha-7 amin’ny « CNCF » ity. Loka ho azon’izay hitana ny laharana voalohany ny fitsangantsanganana mandritra ny herinandro any amin’ny toerana anisan’ny kanto eto Madagasikara.

HaRy Razafindrakoto

La Vérité0 partages

Canular d’Iavoloha !

Marché des dupes. Le locataire du Palais d’Atsimondrano est passé maître dans l’art de leurrer son peuple. Il excelle au manège de tourner en bourrique le pays, ses concitoyens. C’est l’homme idéal du « faire semblant ».Le Premier ministre Ntsay Christian saisit, pour avis, la Haute Cour constitutionnelle (HCC) sur la neutralité des Forces armées dans ce contexte de surchauffe politique qui prévaut en ce moment. Sur le plan du droit et en vertu des lois en vigueur, la question ne pose même pas.

La Constitution de l’IVème République est nette, sans équivoque, sur le sujet. En effet, selon la Constitution, dans le Sous-titre II « Des droits et des devoirs économiques, sociaux et culturels », Art. 39, alinéa 1, il est clairement stipulé que « L’Etat garantit la neutralité de l’administration, des Forces armées, de la Justice, de la Police, de l’enseignement et de l’éducation ». On ne peut pas être plus clair qu’à travers cet Article 39 de la Constitution, la neutralité des Forces armées coule de source. Seulement, le PM de consensus, pas très rassuré et au vu des comportements, pas très …catholiques vis-à-vis des tenants du pouvoir politique, de certains chefs militaires, de la Gendarmerie et de la Police nationale affectés à des postes de hauts commandements ou ministériels, croit nécessaire de consulter la gardienne de la loi fondamentale, la HCC, à ce propos. Le Chef du Gouvernement voudrait être fixé clairement, par le biais de la HCC, sur la question, à savoir la « neutralité » effective des hommes en treillis.Le régime HVM, en quatre ans et demi de pouvoir absolu, foule aux pieds le texte fondamental de la Constitution. Iavoloha et Mahazoarivo, les deux têtes de l’Exécutif, agissent et gèrent le pays tout comme si une loi fondamentale n’existe point. Un duo infernal qui chante faux ! La notion de « neutralité » des Institutions et des services concernés prévue par la loi en vigueur est violée à tout moment. D’autant que le Chef de l’Etat à qui est confiée la responsabilité, numéro un, d’assurer voire de veiller au respect de la loi l’ignore. Il manifeste toujours son dédain devant la loi notamment la Constitution. Hery Rajaonarimampianina se conduit en Président de la République… au-dessus de la loi. Sans aucun souci ni scrupule, il s’assoit dessus ! Il s’autorise aisément des prérogatives de …violer la Constitution durant tout son mandat. La Décision de la HCC du 25 mai 2018 fut la dernière, en date, ayant subi le mauvais sort. Un sacré champion, en la matière ! Effectivement, l’homme fort du Palais d’Iavoloha tenait contre tout à imposer son choix sur la nomination des titulaires des ministères de souveraineté bien que la HCC a été nette dans sa Décision d’attribuer les départements visés en haut au parti ou groupe de partis ayant obtenu la majorité des sièges à l’Assemblée nationale suivant les résultats des Législatives de 2013. A son habitude ou selon sa volonté incorrigible d’avoir la haute main sur les postes-clés dont spécialement la Défense (Gendarmerie) et la Police, la Justice et les Finances,  Rajaonarimampianina se moque royalement de tous.En fait, le concept de neutralité voulue et dictée par la Constitution n’est qu’un vulgaire trompe-l’œil.  Un grotesque canular d’Iavoloha !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Nosy Be - 5e bougie pour Somaroho, 15e pour le groupe Wawa

Un grand rendez-vous culturel ayant plusieurs objectifs dont la promotion des jeunes talents mais aussi du tourisme à Madagascar, le festival Somaroho Nosy Be arrive déjà cette année à sa 5e édition. Une célébration spéciale puisqu'elle coïncide justement avec le  15e anniversaire du groupe Wawa qui est à la base le fondateur de cette grande manifestation  devenue internationale. En effet, ceux qui ont toujours suivi de près l'événement connaîtront qu'au début, Somaroho n'était que la  célébration de l'anniversaire de Wawa pendant laquelle de grands concerts sont organisés à Nosy Be.

Puis au fil du temps, mais surtout suite à la demande du public, la manifestation est devenue un festival reconnu internationalement depuis l'année dernière étant donné qu'il invite chaque année des grosses pointures de la musique dans les quatre coins du monde pour donner des shows. La commémoration sera donc exceptionnelle pour cette nouvelle édition.LiveEssayant de toujours répondre à la demande du public mais aussi dans le but de faire évoluer le concept, le comité d'organisation du festival a voulu ajouter quelques améliorations au festival en général. Le grand et le plus important des modifications qui devaient être appliquées depuis bien longtemps d'ailleurs, c'est que les participants ne joueront plus avec un disque jockey ou en playback. Ceci après les critiques reçues après les précédentes éditions de Somaroho. Le comité ajoute : « Comme dans tous les festivals dignes de ce nom, les artistes devront jouer avec de vrais musiciens, avec des instruments de musique et ceci peu importe leur rythme. Ceci rendra plus professionnel l'événement, mais surtout pour donner une touche plus artistique et écoutable au son car effectivement, jouer avec des musiciens fait ressortir de nouveaux sentiments, musicalement parlant ». Une décision qui coutera un peu plus chère  à l'organisateur puisqu'en plus du chanteur, ils doivent également payer les musiciens qui seront plus nombreux que d'habitude. Comme le cas d'ailleurs des invités internationaux dont le comité doit prendre en charge leur déplacement, leur cachet et bien d'autres frais encore. Jeunes artistesComme chaque année, le festival invite des artistes venant de l'étranger. Cette fois-ci, on trouvera entre autres Dadiposlim, Bacoali, Komo Mayotte, Daphne, One People Band ou encore Diamond Platnumz. Mais ce sera aussi l'occasion de voir les jeunes artistes à l'œuvre comme Lico Kininike, Flash B, Ariane, Madmax, Rycia ou encore Basta Lion. Le festival se tiendra du jeudi 2 août jusqu'au dimanche 5 août mais diverses activités sportives se dérouleront avant les fêtes. Un concours de basket international devancera les shows et comme  à l'accoutumée,  un grand carnaval qui fera le tour de l'île ouvrira en beauté le bal puis un grand bal aura lieu dans la soirée chez Loulou avec Wawa et Daphne. Avec Telma, sponsor officiel de l'événement depuis plusieurs années, le concept Espace Vip a été maintenu. Il s'agit d'un endroit doté de Wifi haut débit avec diverses animations auxquelles ils pourront gagner des lots Somaroho spécial 5e édition. « Nous avons un grand devoir pour la promotion du tourisme à Nosy Be. Cette année, nous continuerons d'encourager les artistes internationaux à faire la promotion de Madagascar partout où ils iront. Dans leur clip, ils montreront une partie des lives qu'ils ont faits pendant le festival où ils inscriront le nom Madagascar et Festival Somaroho. Ceci est une technique pour faire de cette destination une priorité pour les touristes. De plus, depuis la 4e édition, Nosy Be est considérée comme une zone blanche donc accessible à tous », confie Jean Louis Rajerison, président du comité d'organisation. Par ailleurs, à part les concerts, diverses activités connexes seront organisées sur place comme le football, la course lakana,  le Moraingy et bien d'autres encore.Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Place du 13 mai - Manifestation avortée pour Pety et sa clique

Les membres du mouvement pour la refondation ou HFI (Hetsika ho an’ny fanarenana ifotony) sont repartis bredouilles hier. Les Pety Rakotoniaina, Victor Manantsoa n’ont pas pu tenir leur manifestation devant le parvis de l’Hôtel de ville à Analakely. Dès 9 heures du matin, plusieurs éléments des Forces de l’ordre ont déjà quadrillé le secteur alors que les manifestants n’étaient pas encore sur les lieux.

Il a fallu attendre au moins une heure pour voir un groupe composé de quelques dizaines de personnes munies du drapeau malagasy circuler sur les lieux.  Quelques leaders syndicaux étaient également aperçus aux alentours d’Analakely. En effet, à défaut de partisans, le HFI a décidé de rallier les syndicats qui sont en pleine revendication à leur cause en créant une nouvelle appellation : mouvement pour le changement et la refondation.Les leaders de mouvement sont arrivés tardivement, précisément vers 11heures et demi. Ces derniers ont dû faire le détour au siège de la Préfecture à Tsimbazaza pour réclamer une autorisation d’entrée dans le parvis de l’Hôtel de ville. Le préfet, alors absent de son bureau, leur a conseillé de déposer une demande d’autorisation en bonne et due forme. Rappelons qu’avant – hier, la Préfecture a déjà proposé le stade Maki à Andohatapenaka aux partisans de la refondation pour tenir leur rassemblement. Une proposition qui a été vigoureusement refusée par les concernés.« Politiciens de bas étage »« Pourquoi Andry Rajoelina est – il autorisé à s’exprimer et à se déplacer sans problème dans tout Madagascar ? Est-ce parce qu’il est un politicien de classe exceptionnelle tandis que nous, nous sommes des politiciens de bas étage ? », s’est interrogé Pety Rakotoniaina. Lui et son équipe se disent également victimes d’une injustice de la part du régime. Des réflexions qui étonnent de la part du leader du parti Tambatra qui semble viser particulièrement l’ancien président de la Transition dans ses propos.  Pourtant, faut – il rappeler que le MAPAR n’est pas le seul parti qui a initié le  mouvement pour le changement sur la place du 13 mai. Il y eu également d’autres partis comme le Tiako i Madagasikara de Marc Ravalomanana, ou encore le Malagasy Miara – miainga de Hajo Andrianainarivelo, entre autres. L’objectif initial des députés pour le changement fut de faire un compte – rendu sur les irrégularités contenues dans les lois électorales à cette époque. Il est alors difficile de voir un quelconque lien ou une continuité sur les deux mouvements. Celui de la refondation n’ayant comme seule visée que d’annuler la tenue de l’élection présidentielle prévue cette année selon l’analyse des observateurs politiques. En dépit de l’échec d’hier et de l’absence massive d’adeptes, les membres du HFI prévoient de donner un nouveau rendez – vous à leurs partisans ce vendredi.La Rédaction

La Vérité0 partages

Présidentielle - Un ministre briseur de ménage, candidat de substitution du HVM

Pour le moment, la possibilité d'une candidature de l'actuel Chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina pour un second mandat tient la corde. D’ailleurs, tous les signes tendent vers un dépôt de candidature de l’actuel locataire d’Iavoloha pour se succéder à lui-même.  Pour ne citer que ses nombreuses sorties médiatiques et inaugurations de ces derniers temps. Des sources proches du numéro un de l’Etat indiquent toutefois que l’éventualité d’un renoncement serait de plus en plus étudiée par Hery Rajaonarimampianina à l’heure actuelle. Il envisagerait de plus en plus sérieusement l’idée d’aller jusqu’au bout de son mandat en janvier 2019 et de ne plus briguer un second mandat. Un renoncement qui serait tout à fait logique au vu de l’impopularité record de l’actuel Président de la République.

Nos sources de poursuivre en affirmant que le locataire d’Iavoloha réfléchirait même déjà à un remplaçant le cas échéant. Autrement dit à un candidat de substitution. Un nom aurait même déjà été coché : il s’agirait d’une personnalité susceptible de reprendre et de mener haut le flambeau du parti HVM. L’homme, qui pourrait déjà compter sur l’appui financier d’un opérateur économique connu et reconnu pour sa possible campagne électorale, serait pourtant précédé d’une réputation peu reluisante, selon de nombreuses sources. Homme à femmesGrand orateur et défenseur du régime de Hery Rajaonarimampianina devant les hommes, le personnage choisi pour porter les couleurs des bleus serait un ministre au sein du Gouvernement Christian Ntsay. Un « homme à femmes », un « séducteur » et « briseur de ménage »,  tels sont entre autres les adjectifs dont est affublé dans le petit monde politique ce ministre susceptible d’être le poulain de Hery Rajaonarimampianina.L’homme est connu pour faire en effet tourner les têtes des femmes mariées. Il faut se poser d’ailleurs la question de savoir si les enquêtes de moralité existent encore dans ce pays…En tout cas, marié, le bellâtre aurait eu une idylle intense avec une femme, à l’époque, mariée. Eprise, l’inconnue aurait même quitté son mari, afin de se consacrer pleinement à son histoire avec l’actuel membre du Gouvernement…La population malagasy est plutôt conservatrice. Présenter ce membre du Gouvernement aux mœurs légères  à la présidentielle au nom du HVM pourrait déranger et choquer l’opinion, jusque dans son propre parti. Beaucoup estiment qu’en présentant cet homme, le HVM signerait son arrêt de mort. D’ailleurs, sur le plan politique, l’homme traîne derrière lui un certain nombre de casseroles. Technicien de haut vol, son nom avait été cité dans le cadre de l’affaire de l’exportation de 30 000 tonnes de bois de rose saisis dans ce métropole asiatique de Singapour.La rédaction

La Vérité0 partages

Canal+ Madagascar - « Novegasy », la première chaîne 100 % fiction malagasy

Un coup de pouce pour la production cinématographique malagasy. Canal Plus Madagascar a procédé hier, à l'immeuble SONAPAR sis à Andraharo, au lancement de sa nouvelle chaîne, « Novegasy ». « Novegasy » sera donc la première chaîne à être dédiée à la fiction malagasy. Elle sera également la première à diffuser des contenus locaux en Afrique. « Les téléspectateurs veulent en premier lieu regarder des contenus locaux. Effectivement, c'est très bien de proposer des séries ou des films américains ou internationaux, mais ils veulent avant tout des contenus reproduisant leur quotidien et qui définissent leurs attentes », a souligné Jean François Duboy, directeur général de Canal+ Madagascar. Cette nouvelle chaîne sera donc disponible à partir de lundi prochain sur le canal 99.

Elle sera offerte pour tous les abonnés aux bouquets Canal+, quelle que soit leur formule d'abonnement. Les téléspectateurs pourront alors profiter des films et des séries malagasy comme « Safelika » ou encore « Malok'ila ». « Ces longs-métrages et séries ont été proposés de manière ponctuelle sur les chaînes malagasy. Avec "Novegasy", nous  voulons proposer une chaîne complètement dédiée aux films pour satisfaire davantage les téléspectateurs », a affirmé le Dg de Canal+ Madagascar. Pour ce faire, Canal+ Madagascar a ainsi collaboré avec les grands producteurs de la Grande île comme Avoko Production ou encore Scoop Digital, ainsi que l'agence Profiler. Une chaîne éphémère Il faut préciser que ce nouveau produit de Canal+ Madagascar est encore une chaîne éphémère. Elle prendra en effet fin le 14 octobre prochain. « A ce stade, il s'agit encore d'un test. C'est ainsi que la durée est de onze semaines. Mais sérieusement, c'est un vrai test. Nous voulons nous donner les moyens de valider ce test. C'est pour cette raison que nous avons autant investi autant dans l'habillage, le logo ou encore la communication », a expliqué Jean François Duboy. Durant cette phase, Canal+ vérifiera donc l'attractivité de « Novegasy » ainsi que l'engouement de l'audience par rapport au contenu diffusé. Après cela, Canal+ Madagascar étudiera sérieusement la pérennisation de cette chaîne dans ses bouquets. Rova R.

News Mada0 partages

Tetikasa Ampiana: nomena fitaovana ny mpivarotra trondro

 

Ao anatin’ny fandaharanasa Agro sylviculture autour d’Antananarivo, tohanan’ny Vondrona eoropeanina, ny tetikasa Ampiana, tohana ho an’ny tsenan’ny hazandrano eto Analamanga. Anisan’ny fitaovana ilain’ny mpivarotra trondro hitandroana ny fahadiovana ny latabatra, ny elobe, ny daba fitahirizan-drano.

Tetikasa hampiroboroboana ny lalam-pihariana trondro ny Tohana ho an’ny tsenan’ny hazandrano eto Analamanga. Tafiditra ao anatin’izany ny fanomezana fitaovana sy kojakoja ilain’izy ireo hitandroana ny fahadiovan’ny trondro amidy hitondra fahasalamana sy antoka ho an’ny mpanjifa. Nofanina mialoha ireo mpivarotra miisa 23 eto Analamanga, ary enina ny nomena ireo fitaovana, nampandraisina anjara ny 20%-n’ny tentimbidiny, ahitana latabatra takelaby, daba plastika miaraka amin’ny paompy hitahirizan-drano ary elobe na fialofana hiarovana amin’ny masoandro.

Niakatra ny kalitao

Nambaran’Andriamarolaza Rija, lehiben’ny Tetikasa Ampiana, fa nisy fanadihadiana mialoha, namantarana ny lesoka sy ny tsy ampy amin’ireo mpivarotra, nahatonga ny safidy ho ireo fitaovana ireo. Anisan’ny nahazo i Gilbert, mivarotra trondro eny Tsiadana. Notsoriny fa niakatra ny kalitaon’ny entana amidiny, ary tsapan’ny mpanjifa ny fiovana.

Harahi-maso ny fampiasana ireo fitaovana ireo miohatra amin’ny bokin’andraikitra arahin’ny mpivarotra, ary hotombanana ihany koa ny fiovana nentiny. Mamatsy vola ity tetikasa ity ny Vondrona eoropenina (UE). Hitohy ny fizarana fitaovana toy izao, ary hisy koa ny fanohanana ny mpisehatra hafa toy ny mpanangona trondro, ny mpamongady, sns.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

FEIOI: hampiroboroboana ny CCI

 

Hatao ny 26 sy 27 ary ny 28 septambra ho avy izao eto Antananarivo, ny Fihaonambe toekarena aty amin’ny ranomasimbe Indianina (FEIOI), andiany faha- 11. Fotoana hihaonan’ny Fiombonamben’ny antenimieran’ny varotra aty amin’ny ranomasimbe Indianina (UCCIOI), ka mikarakara azy eto amintsika ny Antenimieran’ny varotra sy ny indostria Antananarivo (CCIA). Manohana ity hetsika ity ny Vaomieran’ny ranomasimbe Indianina (COI) sy ny Vondrona eoropeanina (UE). Hifantohana manokana amin’ity hetsika ity ny fiaraha-miasa eo amin’ny firenena aty amin’ny ranomasimbe Indianina (OI) sy Afrika.

Nambaran’ny filohan’ny CCIA, Rtoa Andriamamonjisoa Noro, fa anisan’ny hetsika toekarena iraisam-pirenena lehibe indrindra aty amin’ny ranomasimbe Indianina ny FEIOI. Fotoana hikarohana fiaraha-miombon’antoka, fifampiraharahana ara-barotra, hihaonan’ny mpandraharaha mitady lalam-barotra, famelabelaran-kevitra, sns.

« Foara Voatra »

Mifanindry an-dalana amin’ity FEIOI ity koa ny « foara Voatra », andiany fahadimy, karakarain’ny CCI Antananarivo eny amin’ny Tanàna Voara Andohatapenaka. Nilaza ny mpikambana ao anatiny, Razafintsalama Gil, fa fotoana hanararaotana hampisehoana ny vokatra malagasy, toy ny asa tanana, ny indostria, ny tolodraharaha (servisy), sns. Handray anjara amin’izany ny orianasa madinika sy salantsalany (PME) eto Analamanga avy any amin’ireo distrika valo. Hanana tranoheva amin’ny “foara Voatra” koa ny orinasa avy any amin’ireo firenena aty amin’ny OI.

Njaka A.

News Mada0 partages

Avaradoha: jiolahy tratra nangalatra moto

Voasambotry ny polisy teny Avaradoha, ny alatsinainy teo, ireo jiolahy miisa efatra malaza ratsy amin’ny halatra moto eto an-dRenivohitra. Niainga avy amin’ny loharanom-baovao no nahafahan’ny polisy nanao ny fanarahan-dia ireo mpangalatra. Tratra tao an-tranon’ny iray amin’ireo jiolahy ny moto halatra. Nametraka fitoriana teny amin’ny polisy ny lehilahy iray very moto ka isan’ny nanamora ny asan’ireo polisy tamin’ny fanenjehana ireo jiolahy koa izany. Noraisim-potsiny tao an-tranony ny jiolahy iray, saingy mbola nanda ihany izy fa tsy nangalatra ny moto-n’ity lehilahy iray very moto. Nilaza anefa ilay raim-pianakaviana very moto fa ilay jiolahy tratra io mihitsy ny nangalatra ny motony. Natao ihany ny fikarohana sy ny fanadihadiana rehetra ka nanoro ireo namany niray tsikombakomba taminy tamin’ity halatra moto ity ilay jiolahy. Araka ny fanazavan’ny polisy, efa tambajotran-jiolahy mpangalatra moto eto an-dRenivohitra mihitsy ry zalahy ireto. Nentina nanaovana fanadihadiana avy hatrany izy ireo ka samy niaiky ny heloka vitany. Ovain’izy ireo avy hatrany ny lokon’ny moto rehefa avy angalarin’izy ireo ary tsy vitan’izay fa hahavitan’izy ireo taratasy sandoka mihitsy. Ireny moto ireny rahateo no isan’ny ampiasain’ireo olon-dratsy ka isan’ny mahasarotiny ireo polisy amin’ny fisavana azy ireny eny an-dalana.

J.C

News Mada0 partages

Ambalanjanakomby: vato 18 taonina saron’ny zandary

Saron’ny zandary tao Ambalanjanakomby, distrikan’i Maevatanàna RN 4, afakomaly, ireo vato sarobidy milanja 18 taonina. Nandritra ny fisavana nataon’ny zandary no nahatrarana ilay kamiaobe nitondra ireto vato ireto. Tsy fantatra mazava ny toerana nakana ireto vato ireo fa nokasaina hoentina hiakatra aty an-dRenivohitra izy ireo, raha ny fanazavana voaray. Natao fanadihadiana avy hatrany ny mpamily nitondra ireto vato ireto ka fantatra tamin’izany fa tsy misy taratasy ara-dalàna amin’ny ahafahana mitondra ireto vato ireto tany amin’ny mpamily. Tsy tomombana toy izany koa ny taratasy avy amin’ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany. Nogiazana avy hatrany ireto vatobe tsy ara-dalàna ireto. Notazonina hanaovana fanadihadiana toy izany koa ny mpamily. Tsy fantatra ihany koa ny tena  tompon’ireo vato ireto. Andrasana ny tohin’ny fanadihadiana ataon’ny zandary.

J.C

News Mada0 partages

Antananarivo: hitohy ny hatsiaka sy erika

 

Hatanjaka ny alizay eto Madagasikara, hatramin’ny alahady ho avy izao, araka ny fanazavan’ny  sampana mpamantatra ny toetr’andro, omaly. Hihamalefaka izany, manomboka anio. Noho izany, mbola hahazo orana hatrany ny morontsiraka atsinanana, manomboka ao Sambava hatrany Mananjary. Handrahona mety harahina erika mitsitokotoko kosa ny ilany atsinanan’ny afovoan-tany. Etsy andanin’izay,  somary hikorontana kely ny habakabaka, manomboka rahampitso, noho ny fisian’ny andian-drahona any avaratra izay mety hitondra oram-baratra any amin’ny faritra Sofia, Boeny ary hiitatra hatrany Bongolava, amin’ny farany herinandro, izany.

Hisy fiakarany ny mari-pana amin’ny ankapobeny, indrindra ny tolakandro, saika manerana ny Nosy. Manodidina ny 10 hatramin’ny 20°C izany, ny maraina, eo anelanelan’ny 23 hatramin’ny 32°C ny tolakandro. Ho an’ny eto Antananarivo, hitohy ny andro manjombona sy ny erika ka mila mivonona ny rehetra amin’ny fiarovana.

Vonjy

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra fambolena eto MadagasikaraMila mivoatra ny tantsaha

Omaly talata 24 jolay no nampahafantarina tetsy amin’ny Hotely Le Louvre Antaninarenina ny fisian’ny foara be andiany faharoa ho an’ny fambolena (FIA) ny 14 hatramin’ny 17 septambra ho avy izao.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Fidangan’ny vidina lavanilaTokony ho tohana lehibe ho an’ny vola Malagasy

Nanomboka ny taona 2016 dia niakatra be mihitsy ny vidin’ny lavanila satria avo folo heny na 15 mihitsy aza.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampitsaharana ny tolon’ny mpampianatraHo avy ny fampiasan-kery ?

Nogiazan'ny Minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ny fanamafisam-peo dia notapahana ny herinaratra, ka nanao tsipaipaika izahay ary nahazo fanamafisam-peo vaovao, hoy ireo sendikan’ny mpampianatra mitaky ny zony etsy amin'ny tokotanin'ny Minisitera etsy Anosy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Canal plus MadagascarHanome vahana ny sarimihetsika Malagasy

Tsy fahita any anatin’ireny fahitalavitra avy any ivelany ny horonantsary Malagasy hatramin’izay. Hanomboka hisy eto amintsika izy ankehitriny.

Amin’ny alalan’ny Canal Plus Madagascar no hahafahan’ny isan-tokantrano mahazo tombony aminy. Hanokatra chaîne vaovao manokana mifandraika amin’izay mantsy izy ireo manomboka ny 30 jolay ho avy izao. Novegasy  no anarana nampitondraina azy io,  tetikasa iarahan’ny Canal  plus sy ireo  trano mpamokatra horonantsary eto amintsika. Anisan’ireny ny Scoop Digital, ny Avoko Production, ny Horizon Communication ary  ny agence Profiler.  Mbola andrana ihany aloha ity tetikasa ity  ka  noferana hatramin’ny 14 oktobra ho avy izao ny fahafahana mandefa azy. Miisa 25 ireo sarimihetsika Malagasy ho hita ao miampy tantara mitohy ahitana karazany enina misy andiany 220 avy. 11 herinandro no faharetany ka samy hahazo tombontsoa avokoa ireo mpanjifa ny Canal Plus rehetra manerana ny Nosy. Hahazo tombony koa ireo Malagasy manana Canal plus any ivelany toy ny any  Mayotte sy ny Nosy rahavavy La Reunion. Tanjona amin’ity tetikasa ity ny mba hampivelatra ny sarimihetsika Malagasy sy hirosoan’ireo mpamokatra ho amin’ny tsaratsara kokoa hatrany izay ezahina haharitra  mihitsy raha toa ka mahaliana ny mpanjifa. Handeha isan’andro 24 ora amin’ny 24 ora tsy miato ny chaîne vaovao Novegasy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Adina ara-panatanjahantena bakaloreaSavorovoro ny tao Toamasina, tsy vita ny tao Brickaville

Vao maraina dia efa nameno ny kianjabe nikasana hanaovana ny adina ara-panatanjahantena tao Brickaville ireo mpampianatra mpikambana eo anivon’ny Sempama any an-toerana.

 

Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao baolina kitra teny TalatavolonondryNahatontosa ny fanambiny ny Tanora TIM

Notanterahina ny alahady 22 jolay 2018 lasa teo ny lalao famaranana taranja baolina kitra, nokarakarain'ny Tanora Tiako i Madagasikara (Jeune TIM) ao Talatavolonondry.

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Maitre Willy Razafinjatovo na OlalaMiantso fifanatrehana amin’ny filohan’ny holafitra

Na “conseil de discipline” na “ commission de discipline”, izay hiantsoana azy, hoy ny mpisolovava, Willy Razafinjatovo na Olala dia tokony hisy fampahafantarana ny antony iantsoana izay hampanantsoina foana,

 raha namaly ny valim-panontanian’ny filohan’ny holafitry ny mpisolovava izay nampiantso azy, ny Batonier Hubert Raharison omaly. Raha polisy na zandary, hoy izy, no nanao fampiantsoana tahaka ireny dia azo noleferina ihany fa raha mpahay lalàna kosa dia amiko efa tsy fahaizana ny asany mihitsy. Ny alatsinainy teo, hoy izy, vao voaraiko ny dosie mikasika ny  antony niantsoana ahy nefa tamin’ny alarobia aho no nantsoina. Tamin’ny alarobia dia tsy nifanatrika tamiko akory ny nanasonia ny fampiantsoana ka miantso aho ankehitriny, hoy izy, aoka mba hifanatrika amiko amin’izay ny filohan’ny holafitra, ny Batonnier, Hubert Raharison. Mikasika ireo mpizadraharaha 2 lahy nandalo tamiko, hoy izy, dia nahagaga ahy hoe naninona ary ilay 1 no nilaza fa tsy nandray saram-pizadraharaha taty amiko. Ny fahitako azy, hoy izy, dia tratry ny fampihorohoroana io mpianatra io satria raha tsy nametra-pialana tamin’ny maha mpizadraharaha tato amiko izy tsy navela hivoaka tamin’ny fianarany. Io filohan’ny holafitra io, hoy izy, averiko ihany fa HVM hiringiriny ary antony mbola hamerenako fa ny fitondrana ankehitriny dia sady ratsy tarehy no ratsy fanahy fa ampiako koa hoe maimbo be, hoy hatrany ity mpisolovava ity.

J. Mirija

Legend: Ny mpisolovava Willy Razafinjatovo

Tia Tanindranaza0 partages

Pastera MailholTohanan’ny mpampianatra

Vonona ny hanohana an’ny pastera Mailhol ireo mpampianatra eto amintsika amin’ny fifidianana filoham-pirenena hotanterahina ny volana novambra ho avy izao.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifankahalana sy fifanalam-barakaEfa fomba fiadin’ny MAPAR sy HVM hatrizay

Ny ekipan’ny tetezamita sy ny HVM no tena manam-pahaizana amin’io politikan’ny fankahalana sy kapa vavaranjo io, ary manomboka tsy misy ankitsitsy izy io amin’izao vanim-potoana akaiky fifidianana izao. Mahavita mamorona ny tsy misy mihitsy hahafahana manenjika sy manasoketa ny hafa sy hanapotehana azy.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampielezan-kevitra mialoha ny fotoanaTsy afa-manoatra ny CENI

Tsy afa-manoatra ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana (CENI) manoloana ny fanatanterahana ny fampielezan-kevitra mialoha ny fifidianana raha ny tranga misy amin`izao fotoana, hoy ny filohan`ny CENI, Hery Rakotomanana.

Efa misy tokoa ireo kandidà no mametraka ny afisy misy ny sarin`izy ireo kanefa tokony ho samy ho tonga saina izy ireo satria ny filoham-pirenena dia raiamandrenin`ny Malagasy. Efa im-betsaka no nisy fampiresahana mahakasika ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana. Ny CENI sy ireo olom-pirenena rehetra ho kandidà hilatsaka ho filoham-pirenena dia ao ambanin’ny lalàna daholo. Ny lalàna ihany no mamaritra ny fepetra tokony horaisina eo anatrehan`ny tranga-javatra misy. Notsindriny fa olana tokoa io saingy tsy afaka maka fepetra raha toa ka mangina ny lalàna. Tompon’andraikitra ireo milaza ho kandidà ireo. Hanasazy ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana, raha misy ny tsy fanarahan-dalàna ao anatin`ny fampielezan-kevitra. Ny lalàna mifehy ny fifidianana anefa dia tsy mamaritra mazava izay sazy izay ho an`ny fampielezan-kevitra. Nohamafisiny fa miainga amin`ny lalàna ny CENI amin`ny fepetra raisina ary tsy afaka mamorona. Teboka telo no navoitran`i Hery Rakotomanana nandritra ny lahateniny. Voalohany, raha tsy mipetraka ny etika sy ny fanajana eo amin`ny olona ho lohany eto amin`ny firenena ity dia ho aiza isika ? Faharoa, misy ezaka mba hampitambatra an`ireo kandidà mba hanao sonia fifanarahana hifehezana ny propagandy. Fahatelo, any amin`ny sehatry ny propagandy dia efa mazava ny zavatra tian`ny lalàna ambara. Ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana no sarotra no mamaritra azy. Manasazy ny CENI raha ohatra misy trangan-javatra tsy mifanaraka amin`ny lalàna. Anisan’ny zava-dehibe napetraky ny CENI ny fisokafana sy ny fiaraha-miasa amin’ireo mpisehatra rehetra amin’ny fifidianana mba hahatongavana amina fifidianana madio, mangarahara ary eken’ny rehetra. Ao anatin’izay dia nanatanteraka fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasa ny CENI sy KMF/CNOE omaly 24 jolay 2018 teny Nanisana. Nanambara ny heviny momba ny fanaraha-mason`ny fifidianana mba hisian`ny mangarahara. ny filohan`ny KMF-CNOE, Andriamalazaray Andoniaina. Anisan`ny napetrak’izy ireo ny fisian`ny etika mba hisian`ny fitoniana sy ny fandriampahalemana mialoha, mandritra ary aorian`ny fifidianana sady tsy maintsy hanana solontena ao anatin`ny biraom-pifidianana ny KMF CNOE. Tanjona ihany koa ny hanentanana ny tsirairay amin`ny latsa-bato.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsiky ny HFIAmin’ny zoma indray

Efa nampoizina ihany ny zava-nitranga tetsy amin’ny Parvis Analakely omaly. Nahagaga ny maro ihany hoe naninona ireo fikambanana sy antoko ary vondrona tapa-kevitra ny hanohy ny tolona etsy amin’ny kianjan’ny 13 mey mivondrona ao anatin’ny HFI ka hanome anarana hoe tolona ho an’ny tena fanovana no tsy nangataka alalana mihitsy na tany amin’ny prefektiora na teo anivon’ny kaominin’Antananarivo Renivohitra ?

 

 Efa iaraha-mahalala izao fa takian’ny lalàmpanorenana ny tokony hangatahana alalana avy amin’ireo rafi-pitantanana 2 ireo mialoha ny hanatontosana fihetsiketsehana kanefa dia tsy nataon’ireto vondrona marobe ireto raha nidina tetsy Analakely omaly. Fanorenana ifotony ve no katsahina sa fanakorontanana ifotony ? Raha ny zava-misy omaly aloha izany dia voasakana tsy hiditra tao anaty lapan’ny tanàna ireo noheverina ho mpitarika ity tolona ho an’ny tena fanovana ity. Tokony ho tamin’ny 12 ora sy sasany teo no tonga teny an-toerana izy ireo ary nazava ny antony tsy namelana azy hiditra tao amin’ny kianja. Rehefa nifandresy lahatra teo moa ny avy eo anivon’ny Emmoreg sy ireto mpitolona ireto dia resy lahatra ny hangataka alalana ihany ireo mpitolona ary hiverina eny an-kianja ny zoma izao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaNataon’ny olona tohatra fiakarana fotsiny

Tsy misy mihitsy filoham-pirenena hisafidy ny hanaotao foana hanimba tena mandritra ny fitondrany fa ao raha matoa tsy mahomby. Iankinan-javatra ny ekipa ao anaty fitondrana satria tsy vitany irery io.

 Tena niasa ho an’ny filoha sy ny firenena ve ireo ekipany sa nanaratsy endrika ny fanjakana sy nangoron-karena ary nanomana ny ho avy politika ny ankamaroany ? Efa miendrika faharesena ara-politika ho an’ny HVM aloha ny naharavan’ny governemanta Mahafaly Olivier, izay tsy nahavita ny asany sy tsy naaro ny politikam-panjakana sy ny politikan’ny filoha. Toa manomboka voaporofo amin’izao fa nofahanan-dalitra i Hery Rajaonarimampianina ary nampanantenaina fa mafy sy mahery ny HVM, ka diso nahatoky tena kanefa dia io ny niafarany. Mety ho tavela farany eo, fa mikopak’elatra kosa ny ankamaroan’ireo ekipa rehefa azony ny mamy. Nataon’ny olona tohatra fiakarana satria ny hafa efa nahazo toerana tao anaty fanjakana, dia efa toa metimety daholo ary efa nihavana tamin’ny mpifanandrina politika teo aloha aza ny sasany, rehefa nisintaka. Efa niova fomba firesaka ry Roland Ratsiraka, izay mivoy ny tokony hametrahana olom-baovao eo amin’ny fitondrana, izay tombanana ho kandida. Henjehina mafy ry Narson Rafidimanana, izay efa tsy ao anaty sambon’ny HVM intsony. Efa io iaraha-mahita io ny nafitsok’i Paul Rabary, izay heverina fa hirotsaka ho filoha. Matoa tonga amin’izao ny antoko, tsy nirindra ary tompon’andraikitra voalohany amin’izany ny filoha nasionaliny Rivo Rakotovao, izay tsapa ho miezaka milaza fa tsy misy fiantraikany amin’ny antoko ny zava-niseho kanefa raha ny vaovao azo, dia nivory maika ny HVM raha vao niala tao anatiny i Paul Rabary ny alatsinainy teo. Iza ihany koa moa no mahita na handefona ivoho an-dRajaonarimampianina izy atsy ho atsy ? Raha ny hita mantsy, dia izy no miezaka mivoy fa aleo handeha ny fifidianana. Sao kosa maika ny handray ny toeran’ny filoha raha ho kandida izy ka eo no hametraka ny politikany sy ny kajikajy efa masaka an-dohany ?

Toky R

 

La Vérité0 partages

Reprise des cours - Absence de la plupart des élèves

Les établissements scolaires publics de la Capitale et des autres Régions de Madagascar ont commencé à ouvrir leurs portes depuis mardi dernier. D’après la statistique du ministère de l’Education nationale, 90 % des écoles primaires publiques (EPP) d’Antananarivo ont déjà repris les cours, 100 % pour les collèges d’enseignement général (CEG) et 90 % pour les lycées. Pourtant, même si la situation commence à se normaliser, la grève a laissé des traces dans l’esprit des élèves. D’une part, bon nombre d’entre eux n’ont pas encore repris le chemin de l’école, et de l’autre, il suffit du temps pour qu’ils reprennent de l’énergie. D’après un responsable au sein du Lycée moderne d’Ampefiloha (LMA), les cours et en particulier les révisions ne débuteront que la semaine prochaine. Actuellement, les enseignants sont encore en train de faire des mis au point avec les élèves. « La suspension des cours a duré presque trois mois. Sur ce, il est important de faire quelques exercices pour que l’assuidité et l’esprit des élèves et celui des enseignants reviennent », avance-t-il. Hier, la plupart des élèves étaient absents.

Ainsi, la manifestation qui a perturbé la concentration des élèves du LMA a été déjà suspendue. Les enseignants, quant à eux, misent actuellement sur la préparation des examens. Le premier examen officiel, à savoir le CEPE aura lieu le mardi 14 août. Les épreuves du BEPC se dérouleront à partir du lundi 3 jusqu’au jeudi 6 septembre 2018. Les sessions du baccalauréat, série générale, ainsi que la première série des examens du baccalauréat technique, technologique et professionnelle se dérouleront du 17 au 21 septembre. La deuxième série se tiendra du 24 au 27 septembre.Les épreuves d’éducation physique et sportive (EPS) pour les élèves en terminale ont déjà commencé depuis la semaine dernière. Recueillis par  Anatra R.

La Vérité0 partages

Universités de Tana - Toliara - Fianarantsoa Vers la cessation des cours

La tension monte. Le Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur (SECES) à Antananarivo, Toliara et Fianarantsoa ne rebrousse pas chemin. Ces trois branches ont réuni leurs forces et ne vont plus s’arrêter jusqu’à ce que leurs revendications soient considérées. Suite à une assemblée générale qui s’est tenue hier à Ankatso, les syndicalistes ont décidé de poursuivre leur grève générale. « Les enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants ne vont plus dispenser de cours jusqu’à ce que les institutions interpellées donnent des réponses favorables à leurs requêtes », martèle Ravelonirina Sammy Grégoire, président du SECES section Tana. D’après ses explications, ce sont les résolutions à long terme que ces manifestants exigent. Comme il a été réitéré par Rasoazananera Monique, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ce sont les procédures administratives qui  retardent les honoraires impayés des enseignements-chercheurs et chercheurs-enseignants.

Pour répondre à ce propos, les membres du SECES section Antananarivo, Toliara et Fianarantsoa ont indiqué ne pas tenir compte des organisations internes des ministères concernés. Les actions établies et les engagements promis doivent se justifier par des actes concrets. Il est à noter que leurs revendications se portent sur différents points. Il s’agit notamment de la considération particulière des indemnités des retraités, le paiement à temps des heures complémentaires. A cela s’ajoutent la modification du code électoral ainsi que le système de déplafonnement. Par ailleurs, la velléité d’une « année blanche » terrifie les étudiants. Depuis le début de cette manifestation, ils constituent les principales victimes.  Selon le président du SECES, le mouvement du corps professoral ne tend pas à leur porter préjudice. Toutefois, dans le cas une année blanche arrive, le syndicat déclare ne pas en être responsable.  Recueillis par  K.R.

La Vérité0 partages

HVM atrophié

Anémié. Tel un sujet atteint d’une insuffisance en globules rouges, le parti d’Etat Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) perd sa force. Il est déjà loin le temps où la formation politique fondée, à la hâte,  par le candidat de substitution  en vue de la présidentielle de 2013 Hery Martial Rajaonarimampianina Rakotoarimanana faisait peur.  Effet, lors de la présentation des cadres  dirigeants, le Bureau Politique du parti, au Carlton en 2014, ce fut une véritable démonstration de force. Rivo Rakotovao , le président, tenait un discours plein de fierté ou plutôt d’orgueil, à la manière d’un vilain conquérant et voulait faire croire à tout ce qui veut l’entendre qu’ils sont les nouveaux maîtres du pays et le parti qu’ils dirigent règne en maître absolu.De ce fait, les femmes et les hommes aux cravates bleues s’arrogeaient le droit d’occuper tous les postes-clés de toutes les Institutions phares de l’Etat. En échange de leurs « palitao », des élus issus d’autres partis, des Communautés décentralisées jusqu’au Parlement, se bousculent à l’entrée du siège du HVM à Antanimena. Des avantages sonnants et trébuchants étaient en jeu.

Les rares Maires ou Députés qui se décidèrent à rester fidèles aux consignes de leurs familles politiques subirent les sévices immoraux du régime. Même au niveau de la communauté de base, le régime HVM n’en fait pas de détail. Le chef  Fokontany ne répond qu’aux instructions du chef de District, le Représentant de l’Etat, qui l’a nommé à ce poste d’ailleurs. A Antananarivo, par exemple, Mme le Maire n’a aucun pouvoir sur le premier responsable du Fokontany. Ce dernier n’obéit qu’aux ordres du numéro Un du District et par ricochet de l’Etat. En somme, le tout puissant HVM verrouille le pouvoir. Rien n’échappe à ses serres! Mais en réalité, il ne s’agit que d’une apparence trompeuse. Le Hery Vaovao ho an’i Madagasikara n’a jamais été un parti puissant ou fortement assis, à la base. Ce n’est qu’un colosse aux pieds d’argile ! Un banal château de sable ! Au moindre coup de vent, l’édifice s’écroule. A la base, au niveau du bas-peuple, le HVM ne bénéficie point de l’adhésion populaire. Tout s’achète et se vend. A toutes les manifestations organisées en public, les supposés membres du parti neparticipent pas qu’en échange d’une quelconque somme d’argent, payable …sur place. Si par mégarde, on s’aventure à organiser, sèchement, des réunions publiques au nom du parti, on risquerait le vide, sur terrain. Au Parlement, par mallettes interposées, les élus portant l’étiquette de « proches du régime » donnent cher pour leurs voix. Dans tous les cas de figure, on y adhère par intérêt ! Par concours de circonstances malencontreuses, le parti du Chef de l’Etat voit sa force diminuée. Malgré un semblant aspect de puissance, il dégringole. Certains chocs fatals l’atteignent en plein cœur. Entre autres, la fatidique Décision n°18-HCC/D3 de l’Institution d’Ambohidahy qui ne lui laissa aucune chance de résister. Les départs inévitables de certains ténors du parti qui, au final, portent des coups durs et n’arrangent guère l’affaire de Rivo  Rakotovao et consorts. Au vu des échéances  électorales qui approchent à grands pas et face à la montée en puissance de la cote de popularité  d’Andry Rajoelina, tout se complique. Un HVM atrophié affronterait mal tout scrutin.   Ndrianaivo

La Vérité0 partages

26 juillet - Une journée pour parler des mangroves

Sous-estimées. Le ravage des forêts de mangrove s’étend de plus en plus. Pourtant, les mangroves jouent un rôle important autant sur le plan économique qu’écologique. Elles sont la nurserie de nombreuses espèces de poissons et de crustacés ainsi que le refuge de nombreuses espèces d’oiseaux. Effectivement, d’après les explications des experts,  « sans elles, les crabes et les crevettes n’existeraient pas à l’état naturel ». Ces écosystèmes de marais maritime protègent également contre les tempêtes naturelles. C’est pour toutes ces raisons qu’il est donc primordial de les préserver. Et aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale des mangroves, le Fonds mondial pour la nature (WWF) veut que les gens connaissent et protègent cette espèce, laquelle apporte autant d’avantages à l’écosystème sous une approche festive.  Pour marquer le coup, le WWF a organisé de grandes fêtes populaires dans trois Régions de Madagascar.

Durant ces fêtes, les communautés locales seront ainsi sensibilisées sur la restauration des forêts de mangrove, mais aussi sur la place qu’elles occupent. Cette campagne de sensibilisation sera marquée par des projections, des concours de cuisine, des quizz et une grande kermesse. Les célébrations se feront entre autres dans la ville  d’Ampasivelona, près d’Ambilobe mais aussi à Kaday, au nord de Morondava. Outre ces activités, le Fonds mondial pour la nature fait également appel à l’initiative de chacun à participer à cette grande fête dédiée aux mangroves et à agir pour leur protection en partageant des photos de sensibilisation avec les hashtags #protectmangroves #worldmangrovesday. Pour précision, 16 organisations communautaires contribuent à la protection d’environ 20 000 hectares de mangroves dans leurs zones. Dans ces zones, le WWF intervient au niveau régional avec des organisations de la société civile comme « FIVE Menabe » ou l’ONG Fanoitra pour la gestion durable de ces écosystèmes avec la population. Rova R.

La Vérité0 partages

HVM-isation de l’administration - L’ancien ministre Paul Rabary balance tout

Dans une publication sur les réseaux sociaux en début de semaine, Paul Rabary avait annoncé sa démission du parti Hery Vaovao ho an’ny Madagasikara. Le ministre avait  esquissé quelques phrases pour expliquer son départ du gouvernement dans certaines presses de la Capitale. Au cours d’une conférence dans un hôtel d’Antaninarenina, Paul Rabary est longuement revenu sur les raisons qui l’ont poussé à quitter le parti présidentiel. L’occasion pour l’ancien Secrétaire général adjoint du parti HVM d’effectuer quelques révélations sur son ancien parti.  Paul Rabary soutient ainsi ne pas avoir été reconduit au sein du gouvernement de Ntsay Christian pour ne pas avoir voulu procéder à la HVM-isation du ministère de l’Education nationale dont il avait la charge depuis ces quatre dernières années.  On lui reprocherait notamment de ne pas avoir exigé des agents du ministère d’assister au meeting du HVM au Coliseum le 26 mai dernier. «La pratique politique est un engagement politique, personne ne doit être obligé à intégrer un parti politique, ce sont des pratiques datant de 70 (…) Ce n’est pas le rôle de Paul Rabary en tant que ministre de remplir le Coliseum », se défend l’ex-numéro Un du département ministériel de l’Education nationale. Il explique que depuis ce moment notamment, certains membres du HVM ont multiplié les crocs-en-jambes à son encontre, jusqu’à sa non reconduction au niveau dudit ministère. Il aurait également été  reproché à Paul Rabary de n’avoir jamais accepté de payer les « cotisations » réclamées aux ministres HVM. « Les ministres ne sont pas fait pour payer les écolages. Une chose que le HVM a eu du mal à accepter », indique Paul Rabary. Des différences de point de vue qui ont motivé son départ du parti présidentiel, à entendre les explications hier.   S’il s’est tu durant les quatre dernières années, Paul Rabary affirme toutefois avoir exprimé par ses gestes sa désapprobation sur la politique du HVM citant notamment son absence aux assises nationales du HVM dans les différentes régions de l’île. Une manière pour lui d’affirmer que le malaise entre lui et le HVM daterait depuis longtemps. Sa démission du HVM n’aurait donc pas forcément un lien avec une quelconque amertume suite au fait qu’il n’ait pas été nommé ministre dans l’actuel gouvernement, soutient-il.

Langue de boisAnticipant une question sur les raisons pour lesquelles il n’a pas quitté le HVM avant, il répond que « ce n’est pas pour faire vivre le HVM qu’il a été ministre mais pour s’occuper de l’éducation nationale. Il soutient que si cette condition avait été posée comme préalable à sa nomination en tant que ministre, il n’aurait jamais accepté ».  Il affirme que sa mission au niveau du gouvernement était claire: le recrutement des enseignants Fram et la mise en place du Programme sectoriel de l’Education.  Pour bon nombre d’observateurs, de par sa démission, Paul Rabary souhaiterait avoir les mains libres pour se concentrer sur ses ambitions présidentielles. Le sociologue a cependant entretenu un certain flou sur le sujet hier. Tout au long de la conférence de presse, les journalistes ont questionné à plusieurs reprises l’analyste de la vie politique sur ses ambitions pour 2018, qui a usé d’une certaine langue de bois. « Ce n’est pas le moment d’en parler. C’est le moment de procéder à des descentes dans les Régions (…) la pratique politique doit changer  (…) Pourquoi je porte la couleur verte ? C’est parce que je ne perds pas espoir pour l’avenir de Madagascar »,  a notamment affirmé Paul Rabary.  Certaines de ses réponses sont toutefois un peu plus ambiguës. « Je ne veux plus être la pourpre au dessous d’une autre pourpre plus rouge», a-t-il martelé,  en réponse notamment  à des questions relatives aux accusations selon lesquelles il serait derrière le mouvement des enseignants. A ce sujet justement,  Paul Rabary se défend et appelle solennellement les enseignants à reprendre les cours.  « Je fais une déclaration solennelle pour demander aux enseignants de reprendre les cours. Les dirigeants actuels ne résoudront pas le problème. Lutter est futile. Vous n’obtiendrez pas plus. Il ne faut pas se tromper de porte. La clé pour résoudre le problème est déjà entre mes mains », martèle-t-il, s’adressant aux enseignants.  Le problème, dit-il, est que « les ministres sont de la pourpre au-dessous d’une autre pourpre plus rouge. Peu importe le ministre qui sera en place, il ne réussira pas à résoudre le problème». Et lui de poursuivre en affirmant que : « Les ministres ne définissent pas le budget. J’ai pensé à recruter encore 10 000 maîtres FRAM. Le gouvernement a dit 4000. J’ai dû me plier à cette décision. (…) si je voulais augmenter le budget du ministère, je ne pourrai pas le faire seul ». La rédaction

La Vérité0 partages

« Journée internationale pour la conservation de l’écosystème des mangroves » - Un reboisement à ...

La « Journée internationale pour la conservation de l’écosystème des mangroves » sera célébrée ce jour. Pour Madagascar, Kimony à Morondava accueillera cette célébration. Un reboisement au niveau du site de restauration des mangroves hier a débuté les festivités.  « World Wide Fund for Nature » (WWF) et le réseau MIHARI ont adressé une invitation au ministre des Ressources halieutiques et de la Pêche (MHRP) Augustin Andriamananoro, lequel a honoré l’invitation.  Les autorités civiles locales ont également assisté à ce reboisement. « Les mangroves sont un endroit naturel pour les crabes et pour différentes espèces vivantes. Même les oiseaux utilisent ce genre d’endroit pour déposer leurs œufs. Ces  organisations non gouvernementales appuient les communautés de base pour la protection de l’environnement et œuvrent pour le développement durable.  L’objectif est de développer et d’améliorer le secteur de la pêche et des ressources halieutiques avec le partenariat des communautés de base. Un atelier interrégional aura lieu ici dans la capitale du Menabe pour étudier les méthodes pour valoriser le secteur de la pêche et des ressources halieutiques », a indiqué le ministre Augustin Andriamananoro lors de sa prise de parole à cette occasion.  Le ministre d’insister sur les retombées du secteur pour la population.

« Nous savons tous que le secteur de la pêche est l’un des secteurs pouvant permettre d’augmenter le produit intérieur brut du pays. La sensibilisation  des enfants et des jeunes par rapport à l’importance de la conservation de l’écosystème des mangroves est déjà une forme de responsabilisation à la gestion durable des richesses disponibles à la base.  En l’absence de gestion durable des richesses, le pays ne pourra pas lutter contre la pauvreté. Les jeunes devront chercher d’autres sources de revenus leur permettant de vivre. Si nous avons des projets sur le long terme, cela commence par des choses simples telles que la responsabilisation par le biais du reboisement par exemple. Il ne faut pas toujours attendre les aides des partenaires internationaux. Nous les remercions pour leur appui. A mon avis, il faut commencer par les petites choses. C’est le  premier échelon qui nous permettra d’aller vers des étapes plus avancées », argumente-t-il. Le ministre des Ressources halieutiques et de la Pêche Augustin Andriamananoro est descendu sur place pour constater de visu la réalité et effectuer un travail de reboisement. L’objectif est de développer les ressources halieutiques telles que les crabes et les crevettes pour les générations futures. Le Réseau MIHARI a regroupé les communautés locales de base à travers tout Madagascar qui s’occupent des ressources halieutiques. La stratégie mise en place consiste notamment en la tenue d’ateliers et de séminaires de formation pour ces communautés locales de base pour qu’à leur tour, elles sensiblisent les populations, à la base, à la conservation des mangroves. Parmi les problèmes des mangroves  figurent notamment la fabrication de charbon de bois. Le Réseau MIHARI travaille dans sept zones à travers Madagascar parmi lesquels la Région Menabe et la Région Melaky, la zone allant d’Analalava à Antsiranana, dans la Région SAVA et Analanjirofo, la Région Atsimo Andrefana et Anosy », a expliqué pour sa part le président national du bureau du Réseau MIHARI, Herimamy Emoatra.  Le chef de la Région Menabe, Gilbert Romain, pour sa part d’affirmer que sa Région ambitionne de mettre sous terre des plants de mangrove sur une superficie de plus de 20000 hectares dans les cinq prochaines années. A l’heure actuelle, environ 3500 Hectares ont été couverts. « L’actuel reboisement cadre avec l’objectif fixé », dit-il. L’administrateur civil de lancer par ailleurs un appel à la population environnant de Kimony à protéger les mangroves et les plants. Il appelle ainsi à l’instauration d’un Dina entre la population pour la protection de ces plants. 

Midi Madagasikara0 partages

Football – Telma Coupe de Madagascar : Uscafoot et COSFA en danger !

Les matches des huitièmes de finale de la Telma Coupe de Madagascar auront lieu ce week-end sur divers stades de l’île. Un week-end à l’anglaise en fait, puisque le choc entre l’Uscafoot et JET Mada est prévu vendredi au stade de Mahamasina.

Un très mauvais tirage en effet pour l’équipe  de la  Commune, dans la mesure où  elle doit faire face au club le plus en forme du moment, en l’occurrence duJET Mada qui sans cette complicité de Fosa Juniors et d’Elgeco Plus, se trouverait aujourd’hui dans le dernier carré du championnat de Madagascar pour la fameuse Poule des As.

Feldman en pointe. C’est dire que l’Uscafoot doit montrer un tout autre visage pour espérer battre JET Mada qui récupère son buteur de service Carlos et qui va encore, en tenant compte des leçons du passé, aligner en pointe Feldman. Comme l’autre international Tsito va se trouver sur le flanc droit de l’attaque où il est plus efficace, on ne donne pas cher à la peau des protégés de Raux Auguste. Une guéguerre entre anciens techniciens d’Elgeco, car ce dernier aura en face son adjoint Careca.

L’autre formation en danger pour ces huitièmes n’est autre que le COSFA qui ira défier, ce dimanche, l’Ajesaia chez lui à Tsiroanomandidy. Une Ajesaia qui rumine des regrets après son élimination en championnat et qui fera tout pour ramener cette coupe. Elle a d’ailleurs le potentiel pour aller très loin dans cette compétition avec des recrues de choix telles l’attaquant Arnaud, mais aussi Ricka sans oublier les grands joueurs qui forment sa ligne défensive.

Du plaisir. Inédites, les retrouvailles entre Elgeco Plus et le TAM Port Bergé promettent des étincelles dans un autre cadre, car le match aura lieu vendredi à 14h juste après le duel entre JET Mada et Uscafoot.

Battu une première fois par le TAM, Elgeco Plus saura-t-il et surtout aura-t-il les moyens de renverser la tendance ? C’est tout la question.

Une question qui se pose également pour les Tamataviens de Tia Kitra qui reçoivent l’AS Adema pour dimanche. Un os en fait pour les locaux, mais sait-on jamais, car cette formation locale s’est engagée dans cette Telma Coupe pour y prendre du plaisir avec dans son écrasante majorité des joueurs issus du «beach soccer ».

Comme l’Adema ne pourra plus compter, du moins selon les dernières informations, sur son attaquant Angelot qui est en train d’apporter une touche finale à son transfert pour le club réunionnais de Saint- Denis, la rencontre va certainement s’équilibrer. Enfin presque, car l’équipe d’Ivato a encore une arme en son sein avec Ravo, son homme à tout faire.

On aura à l’œil le derby d’Ambatondrazaka de dimanche avec le face- à- face très prometteur entre le HZAM d’Amparafa et le mythique Voromahery.

A Fianarantsoa, également lors de l’après-midi dominical, le FC AZ d’Ambositra partira avec la faveur des pronostics face au FCA Ilakaka.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Peinture : Sarhà. R présente son ode à la nature !

Sarhà.R, lors du vernissage de « Appel à la nature » qui sera exposé dans le hall de l’AFT Andavamamba jusqu’au 4 août(photo : Kelly)

Chose promise, chose due ! Au mois d’avril, Sarhà.R, cette peintre gauchère, alors encore méconnue du public, présentait ses œuvres aux médias. A l’époque, elle dévoilait son projet d’exposition aujourd’hui devenu concret, puisque depuis hier, « Appel de la nature » orne les murs de l’AFT Andavamamba.

Croire en ses rêves, croire que tout est possible ! C’est la devise qu’adopte Sarhà.R, tant dans sa vie personnelle, professionnelle qu’artistique. L’année dernière, elle était effectivement encore une simple spectatrice. Aujourd’hui, elle tient sa première exposition. « Quand j’assiste à une exposition, je sens comme un sentiment de bien-être, de réconfort, d’apaisement et de plénitude. Toute cette beauté que renferme un tableau me captive. Suite à un évènement qui a marqué ma vie, qui m’a clouée au lit pendant deux semaines et m’a mise face à moi-même, je me suis dit : non, je ne veux plus rien remettre à demain ! Remise sur pied, j’ai pris les choses en main. J’ai réuni toutes les informations nécessaires et je me suis initiée à la peinture ». Car oui, la jeune femme est autodidacte. Depuis la fin de l’année 2017, Sarhà n’a eu de cesse de travailler. Et les efforts ont porté leurs fruits, puisqu’avec la dizaine de tableaux qu’elle a peints depuis, elle tient aujourd’hui sa première exposition.

Amoureuse de la nature. La plupart des nouveaux-venus choisissent des thèmes classiques : des portraits ou des paysages typiquement malgaches, avec des zébus ou des rizières. Sarhà, elle, a décidé de peindre des tableaux qui reflètent sa personnalité. « Je suis une grande émotive qui adore la nature. Quand j’étais petite et que je voyais les feux de brousse, cela me fondait le cœur et j’en pleurais. A l’époque, je voulais devenir ministre de l’Environnement pour protéger moi-même la forêt. En grandissant, j’ai choisi d’autres voies. Quand j’ai commencé à peindre, je me suis donc dit que j’allais, à travers mes toiles, sensibiliser les gens à la beauté et à la protection de la nature et de l’environnement. Oui, la nature est belle, mais elle se fait de plus en plus rare. Cela, à cause de nous, les Hommes ». Avec « Appel de la nature », qui sera exposé dans le hall de l’AFT Andavamamba jusqu’au 4 août, Sarhà. R se fait donc ambassadrice de la nature et invite tout un chacun à prendre ses responsabilités et à prendre conscience que si on continue à détruire la nature, à l’avenir, il ne nous restera plus en souvenirs que ses tableaux.

Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Talatamaty : Nahitana faty tao an-tsena

Omaly maraina tokony ho tamin’ny sivy ora, no hitan’ny polisy monisipaly ilay razana. Teo no tsy maintsy nampandrenesana ny fokontany sy ny mpitandro ny filaminana. Rehefa natao ny fizahana, dia fantatra fa lehilahy iray izay heverina ho tsy manan-kialofana izy io. Bruno no anarany raha araka ny fanampim-baovao azo. Avy any Ambatondrazaka ny fiaviany ary miasa kely manodidina ny tsena ihany izy mba hamelomany ny tenany. Rehefa alina izany, dia matory an-dàlambe ny tenany na koa ao amin’ny tsena no mba maka toerana kely tsy dia azon’ny rivotra dia manao dabo-tany. Nahenoana fofon-toaka izy tamin’ny fotoana nijeren’ny dokotera mpanamarina ny fahafatesana azy. Mazava arak’izany, fa ny mby ao an-tsaina voalohany dia ny hatsiaka no nahatonga azy ho nisotro alikaola. Izany fanao izany anefa dia mainka koa mamono haingana ny vatana satria diso tanteraka ny hoe manome hafanana ny vatana ny toaka. Etsy andanin’izany, betsaka ny olona no nahatsapa fa misesy ny fahafatesana tato ho ato. Toe-javatra izay tsikaritra ihany izany rehefa vanim-potoanan’ny ririnina. Indrindra ho an’ireo efa zokinjokiny izay lasa mihetsika avokoa ny marary azy rehefa ao anatin’ny hatsiaka mamirifiry. Ity ririnina iray ity rahateo dia isan’ny tena tsaroan’ny maro fa tena nitondra hatsiaka be. Mbola hilatsaka aza ny mari-pàna ato ho ato raha ny fanazavan’ny mpamantatra ny toetr’andro ary mbola hitohy izany mandritry ny volana aogositra iray manontolo. Any ivelany dia efa misy ny toerana izay hametrahana ny tsy manan-kialofana rehefa vanim-potoanan’ny ririnina. Izany dia mba hiarovana ny ain’izy ireo. Teto amintsika dia mba nisy kely ihany izany tany aloha tany, ary teny amin’ireny tranom-pokonolona ireny no nametrahana ny olona. Ankehitriny dia miady irery amin’ny hatsiaka ny olona ary raha misy aza ny fanampiana dia miendrika politika matetika. Toa ireny fanomezana bodofotsy kely izay entina hisehosehoan’ny manam-pahefana amin’ny haino aman-jery ireny.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

« Fety de baskety » : Le dernier carré chez les vétérans constitué

Les acharnements étaient  intenses à Andraisoro.

Les demi-finales du tournoi seront programmées pour le samedi 11 août à Andraisoro.

Après presque deux mois de compétition, le tournoi « Fety de baskety » organisé par l’AT2B connaîtra un repos ce week-end avec l’organisation à domicile de la phase qualificative de l’Afrobasket 3 x 3. « Comme c’est un grand rendez-vous international, on a décidé d’arrêter le temps d’un week-end les rencontres à Andraisoro. Les équipes peuvent toutes soutenir la sélection nationale au Palais des Sports de Mahamasina les 28 et 29 juillet » a indiqué, Pascal Rasaony, coordonnateur au sein du comité d’organisation du « Fety de baskety ». Après la fin des rencontres éliminatoires, la catégorie senior hommes entamera la phase des 8es de finale le samedi 04 août et les quarts de finale pour le lendemain. Les demi-finales se disputeront le samedi 11 août avec les finales des U18 et seniors dames. Comme le week-end dernier a été marqué par les 8es finales chez les vétérans.

Construction de gradin. Les quatre équipes qualifiées pour le dernier carré sont désormais connues.  Chez les hommes, la formation du BBCM s’est imposée par 93 à 76 face à celle de FFBC. La bande à Mbola Rajaonah affrontera en demi-finale l’équipe de Vahona, vainqueur d’Amb’hoops par 59 à 56.  Le Basket Club du Saint-Michel a pris le dessus sur LRBBA sur le score de 74 à 63 et défiera Cheminots en demi-finale. L’équipe des Cheminots a battu la formation du MFB par 81 à 74. Du côté des dames, JCSA 1 sera opposé à Manapoins et Fusion sera contre Team Playlist. Mbola Rajaonah, le président du BBCM, est le parrain de la célébration de ces 10 ans d’anniversaire du club Andraisoro Tia basket-ball (AT2B). Cet amoureux de basket-ball a jugé important de s’impliquer dans la base et de se rapprocher des quartiers, pépinière de talents. Le projet du club est de construire un gradin ainsi qu’une clôture au pourtour du terrain. « La réalisation de travaux sera le fruit de notre collaboration avec le parrain et marquera les 10 ans de l’AT2B » a indiqué, Pascal Rasaony, coordonnateur au sein du comité d’organisation.  Pour un petit rappel, 1302 joueurs et joueuses de 92 équipes répartis dans six catégories ont participé au tournoi.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Compte bancaire des partis : Le Cram insiste sur l’implication du Samifin !

A quelques mois de l’ouverture officielle de la campagne électorale pour l’élection présidentielle, et puisque que quelques uns entament déjà une précampagne déguisée, le Cram ou Cercle de réflexion pour l’Avenir de Madagascar insiste à ce que « chaque parti politique existant ait un compte bancaire après l’obtention de l’arrêté portant création et reconnaissance de la personnalité morale du parti politique de la part du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID) ». C’est ce que les membres de ce cercle ont déclaré, dans un communiqué en date du 23 juillet dernier par rapport au non-respect des dispositions législatives et réglementaires qui régissent, entre autres, la vie politique d’un parti. C’est seulement à partir du moment où un parti a déclaré, auprès de la Direction des Affaires Politiques du MID, le numéro de son compte bancaire préalablement créé, qu’il est en mesure de participer aux élections. Sur ce  point, le Cram exige à ce que « le Samifin fasse preuve d’implication et d’un contrôle important de ces comptes bancaires avant la campagne électorale et après les élections ».

HCC. Une collaboration entre le Samifin et la Ceni revêt, donc, un caractère nécessaire dans la mesure où le premier se charge de la lutte contre le blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme, et la seconde est la structure mandatée par la Constitution pour organiser les élections. D’ailleurs, c’est ce qu’a indiqué le Cram. « Il faut que le Samifin termine ce contrôle des comptes bancaires des partis politiques avant la publication des résultats officieux par la Ceni, au moins une semaine après la date du premier tour du scrutin présidentiel qui se tient le 7 novembre. Et puis, il – le Samifin – doit rendre public le rapport du contrôle », lit-on dans le communiqué du Cram. Mais ce n’est pas tout. Ce processus nécessite également la participation active de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) qui, selon toujours le Cram, « sera saisie dans le cas où un parti serait parvenu à se procurer des activités largement supérieures à ce que contient son compte bancaire ». Le but, selon toujours la perception du Cram, étant de faire disparaître les risques relatifs à la redevabilité malsaine qui vont lier les futurs dirigeants avec les bailleurs. Affaire à suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Festival Somaroho : Va pour la 5e  édition

Les organisateurs lors de la conférence de presse, hier.

La période des vacances à ses débuts, place aux festivals des côtes. A Nosy-Be, place à Somaroho, cet épicentre du « mozika mafana » dans l’île de l’Ylang-ylang. Quand le froid frappe les Hauts-Plateaux, Nosy-Be reste la destination phare des vacanciers. Pour faire d’une pierre deux coups, profiter du soleil du littoral et vivre en « live » la musique tropicale, rendez-vous au festival international Somaroho. Du 2 au 5 août, des milliers de personnes seront attendues au stade d’Ambodivoanio. Avec une programmation des plus alléchantes, les grosses pointures de la musique seront au rendez-vous.

Pour la énième fois,  Wawa a fait venir une pléiade d’artistes de renom, aussi bien nationaux qu’internationaux, pour célébrer avec lui ses quinze ans de scène, et faire vibrer l’île aux Parfums pendant les cinq jours de festivités. Cette année, Diamond Platnumz, « One People Band », « Dadiposlim » des Comores, « Komo » de Mayotte, Daphné, Tence Mena, Tianjama, ou encore Flash B seront en tête d’affiche. Si les étoiles de la musique malgache ne sont plus à présenter, il est à préciser que les « One People Band » sont les anciens musiciens de Luke Dube, du temps de son vivant. On peut également mentionner la star tanzanienne Diamond Platnumz qui interprète le fameux « Marry You » avec Ne-Yo, ou encore Daphné  la chanteuse camerounaise de renommée mondiale grâce à son titre « Calée ».

Pour les organisateurs, le festival vise à être une vitrine de la culture malgache. C’est une grande occasion de démontrer l’unité même avec une diversité culturelle de cette envergure. Faisant en sorte que ce rendez-vous soit plus qu’un simple divertissement, voire même un fer de lance pour la promotion de cette première destination touristique du pays à l’occasion de la haute saison.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Mpangalatr’omby saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Efa nandrasan’ny olona ambodiomby mihitsy ny roa lahy mpagalatra omby tao amin’ny tsenan’omby Antsirabe, ny faran’ny heriandro lasa teo. Vao tonga tao amin’ny tsenan’omby izy roa lahy ireo dia tsikaritry ny olona fa  hafahafa ny fihetsiny ka maro no efa nanara-maso azy. Marihana, fa dia mbola andro antoandro be tamin’io. Ny tsenan’omby eto Antsirabe izay somary midadasika rahateo ary saika tomefy olona hatrany, satria ivon’ny fivarotana omby eto Vakinankaratra. Ombin’olona  mifatotra hamidy no novahan’izy roa lahy ary noroahiny tsimoramora niala ny tsenan’omby. Navelan’ny olona hanao izay nataony izy roa lahy ireo ka izy tafavoaka ny faritry ny tsena iny no nifanenjehan’ny fokonolona. Rifatra nitsoaka izy roa lahy, raha vao nahita ny fokonolona nanaraka. Azo sambo belona ny iray, fa ny iray kosa tafaporitsaka. Niharan’ny daroka sy vono faobe ilay io, ary saika afaka hatramin’ny ainy mihitsy. Soa fa tonga aloha ny zandary miasa ao amin’io tsenan’omby io ka nitondra haingana ilay jiolahy niala ny faritra. Fantatra, fa tsy miasa irery ireo jiolahin-tsena ireo, fa efa tambazotra mihitsy, misy ny mpandray omby halatra afangaro amin’ny hena misy fitomboka hatoko eny ambony ankalana. An-dalam-pitadiavana io mpivarotra hena halatra io ny mpitandro filaminana amin’izao.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Protection sociale : S’inspirer du modèle mauricien

En matière de protection sociale, le modèle mauricien constitue une source d’inspiration probante pour Madagascar. C’est ce que l’on peut tirer d’un atelier intitulé « le modèle de développement mauricien en matière de protection sociale, formation professionnelle et création d’emplois » qui s’est tenu vendredi dernier à l’hôtel Colbert.

Le ministre mauricien du Travail, des Relations Industrielles, de l’Emploi et de la Formation, Soodesh Satkam Callichurn est intervenu durant cet atelier suivant la thématique lui-même.  La partie malgache, représentée par le ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (METFP), a quant à elle parlé des « expériences de Madagascar en ce qui concerne la Politique nationale de l’Emploi et de la Formation professionnelle (PNEFP) et des dispositifs déjà mis en place en ce qui concerne l’insertion professionnelle, et la valorisation de la formation professionnelle grâce à l’adéquation entre la formation et le métier ». Les deux parties- dont les situations sont diamétralement opposées- ont ainsi pu échanger et partager leurs expériences. En effet le marché du travail malgache est caractérisé par l’inadéquation de la formation et de l’emploi et la prépondérance, voire le « règne » de l’informel (83%). Le modèle mauricien quant à lui à réussi le pari osé de s’être inspiré de devenir un modèle de développement réussi malgré une zone géographique marquée par le sous-développement. Original, bien que s’étant inspiré d’autres modèles « qui marchent », ce modèle a notamment réussi grâce à l’ouverture économique et aux investissements étrangers, à l’exploration de nouveaux secteurs porteurs et un cadre politique et institutionnel qui inspire confiance. Un cadre institutionnel sécurisant qui englobe également la législation du marché du travail qui favorise la sécurité et la protection sociale des travailleurs, avec à la clé l’accroissement de leur productivité. Notons que cette rencontre et cette visite officielle du ministre mauricien du Travail, des Relations Industrielles, de l’Emploi et de la Formation, Soodesh Satkam Callichurn du 17 au 22 juillet dernier s’inscrit dans le cadre du Programme de Coopération parlementaire de la Friedrich-Ebert Stiftung Madagascar.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Alliance Française :  Le Concours National de la Chanson en Français entame sa 7e  édition

Wynalda Imonjagena lauréat de la sixième  édition.

Qui succèdera à Wynalda  Imonjagena ? Après le succès des éditions précédentes, le concours national de la chanson en français entame sa septième édition  .  Le casting des candidats inscrits à Antananarivo se fera le 17 et le 18 août à l’AfT Andavamamba tandis que les inscriptions, ayant déjà débuté, seront clôturées le 04 août. Cette édition a été placée sous le parrainage de Sébastien Folin et est ouverte au public âgé de plus de 16 ans. Les inscriptions sont gratuites pour les membres de l’Association. Le concours national de la chanson en français offre une opportunité aux jeunes talents de se révéler.

Comme dans l’édition précédente, les candidats pourront choisir entre deux catégories, à savoir,  Interprétation de chansons en français ou composition et interprétation de chansons en français. Le but de ce concours, à l’initiative de la Délégation Générale de l’Alliance Française à Madagascar, est de faire immerger de jeunes talents et de leur donner l’occasion de se produire sur une scène professionnelle.

A  rappeler que l’année dernière, dans la catégorie création, Georges Wynalda Imonjagena , candidat de l’Alliance Française de Tuléar a gagné un séjour pendant une semaine tout payé sur l’île de Nosy- Be grâce à sa propre chanson intitulée  « Ne pleure pas ».  Dans la catégorie interprétation, Ravaka Sarah Rasolonomenjanahary de l’Alliance Française d’Antananarivo a interprété « Je t’aime » de Lara Fabian.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana fivarotana tetsy Anosibe : Nifanjevo ny tompon-trano sy ireo jiolahy

Tsy nanaiky mora ny fanafihana ny toeram-pivarotany ity rangahy iray tetsy Anosibe ary nanohitra hatramin’ny farany ireo jiolahy. Vokany, zara raha nahazo ireo olon-dratsy ary latsaka hatramin’ny basy nentin’izy ireo, saingy kosa naratra mafy ity mahery fo ity. Omaly vao maraim-be no nisehoan’ity tranga ity tao Anosibe Atsinanana raha ny angom-baovao azo. Niisa teo amin’ny dimy lahy teo ireo olon-dratsy, izay nirongo basy poleta sy zava-maranitra, niaraka tamin’ny fitaovana fanapitsohana trano. Ny sasany tamin’izy ireo ihany anefa no niditra tao an-trano rehefa avy nanao amboletra ny varavaran’ity fivarotana ity, izay noheverin’izy ireo fa tsy nisy olona. Diso paika ihany anefa izy ireo, eny fa na dia nanapoaka basy aza, talohan’ny asa ratsiny, nentina nampitahorana ireo olona sendra mahita azy. Natory tsara tao anatin’io tsena io ny tompon-trano ary ny basy nipoaka no nahafahany niomana tanteraka hisetra ireto olon-dratsy. Raha ny fanazavàna azo dia vitan’ity rangahy ity nikapoka ny iray tamin’ireto jiolahy mpanafika, ilay nitondra basy ka nipitika ity fitaovam-piadiana. Na izany aza anefa, sendra ny be noho ny vitsy izy ka nisy tamin’ireo olon-dratsy no nidaroka avy hatrany amin’ny baramina teny an-tanan’izy ireo. Efa semban-drahona tamin’ity fanoherana tsy nampoizina ity ireto mpanafika ka tsy nanam-pidiny afa-tsy ny nandroaka izay kely zaka ary lasa nitsoaka, namela ilay fitaovam-piadiana ho latsaka tany. Tamin’io fotoana io ihany koa no nisy mpiray vodi-rindrina niantso pôlisy avy hatrany ka tonga avy hatrany teny an-toerana izy ireo. Efa eny am-pelan-tanan’ireo mpitandro filaminana moa ny raharaha, ary nentina notsaboina kosa ity tompona fivarotana naratra sy sahy niaro hatramin’ny farany ny fananany ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Talatamaty : Circoncision et dépistage de diabète avec le Lions Club Ambohibao Laka

Photo de famille du Lions Club Laka 417 lors des actions sociales du samedi dernier.

Samedi dernier, 50 garçons issus de familles nécessiteuses de trois « fokontany » de la Commune de Talatamaty ont été circoncis grâce aux actions de service du Lions Club Ambohibao Laka. Il en est de même pour 60 personnes âgées qui ont pu se faire dépister du diabète.

Enfance et santé. La circoncision se pratique traditionnellement en hiver. Avec le temps, les méthodes médicales et modernes ont supplanté la méthode traditionnelle. Toutefois, cette deuxième option n’est pas à la portée de toutes les bourses, notamment les familles vulnérables. Le Lions Club Ambohibao Laka a ainsi organisé cette opération de circoncision communautaire pour alléger la charge parentale des familles et garantir une opération médicale sûre pour les concernés. Des jouets et des friandises ont été aussi remis aux garçons nouvellement circoncis et des médicaments aseptisants aux parents pour assurer le traitement  postopératoire de leurs petits. Pour ce mois de juillet, le club de service suscité a priorisé les actions relatives à l’enfance et à la santé, selon le président Franklin Ramanambelo. C’est dans cette optique qu’un dépistage gratuit de diabète a été également mené en faveur de 60 personnes âgées. Notons par ailleurs que M. Guy Rivo Randrianarisoa, Ministre de l’Industrie et du Secteur privé et son épouse Mme Ihaly Rakotonirina.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Boeny : Plus de 500 personnes porteuses du VIH, et 198 séropositifs perdus de vue  

La délégation impliquée dans les activités à Mahajanga, la semaine dernière.

Des chiffres qui font froid dans le dos ont été établis à l’issue des séances de dépistage du VIH dans la région Boeny où des individus séropositifs, contaminateurs potentiels, sont dans la nature, ne cherchant pas à avoir accès au traitement ou à continuer le leur. 

Quelque 501 personnes porteuses du VIH ont été dénombrées parmi les personnes dépistées dans la région Boeny. 122 d’entre elles ont été dépistées durant le premier trimestre de cette année. Sur le demi-millier de personnes vivant avec le VIH (PVVIH) observées à l’issue des dépistages, 198 sont perdues de vue et ne figurent pas, de ce fait, parmi les patients bénéficiant des traitements – essentiellement des antirétroviraux (ARV) – auprès des formations sanitaires. Ces perdus de vue sont essentiellement des MSM (« men having sex with men » ou hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes), des travailleurs et travailleuses de sexe et des personnes consommant de drogues par voie injectable. Actuellement, 277 PVVIH suivent les traitements ARV dans la région Boeny.

Séances. Ce bilan quelque peu inquiétant a été dressé à l’issue de plusieurs jours consacrés au renforcement de la lutte contre la propagation des IST (infections sexuellement transmissibles) et du VIH/SIDA dans la région Boeny, la semaine dernière. Durant quatre jours, du 17 au 20 juillet 2018, à Mahajanga, les équipes et délégations impliquées dans cette activité de dépistage et de sensibilisation étaient issues du ministère de la Santé et des organisations œuvrant pour la lutte contre le VIH/SIDA. Des séances d’information et de sensibilisation dans le cadre de la prévention, des séances de dépistage et des activités de prise en charge des personnes porteuses du VIH, ont été organisées à cette occasion.

Alerter. Les autorités de la ville de Mahajanga, notamment le maire de Mahajanga et le chef de la région Boeny, aux côtés des organisations et représentants ministériels directement impliqués sur le terrain dans cette activité, ont tiré la sonnette d’alarme face à la situation dans le Boeny en matière de VIH/SIDA et d’infections sexuellement transmissibles, portes ouvertes à l’infection au VIH. Rappelons que les estimations de l’ONUSIDA concernant Madagascar font état de 31.000 PVVIH dans le pays, tandis que le taux de prévalence se situe autour de 0,2%. Un taux jugé encore faible, mais qui peut grimper de manière inquiétante chez les catégories de personnes à risque. A souligner également qu’au niveau mondial, l’objectif est  l’élimination de l’épidémie de SIDA d’ici à 2030.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Médiature : 45 dossiers traités

Le Médiateur de la République, Monique Andréas Esoavelomandroso, a présenté son rapport d’activités pour l’année, hier à l’hôtel Colbert. Les différentes réclamations dont la Médiature est saisie se rapportent notamment à plusieurs cas. En tout, 45 cas pour l’année écoulée. Il s’agit de la méconnaissance des textes en vigueur (17 cas), des affaires judiciaires (12 cas), des demandes d’informations en général (8 cas), des affaires foncières (4 cas) et de la situation administrative (4 cas).  D’ailleurs, le Médiateur de la République a souligné, lors de son discours, que les usagers sont mal informés sur leur droit. Ce qui nécessite des moyens de vulgarisation. Monique Andréas Esoavelomandroso n’a pas manqué aussi de parler des litiges fonciers, en citant entre autres l’occupation de terrain sans droit ni titre de terrain par le « Fokonolona » et la procédure tendant à l’obtention de certificat foncier.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Education- ZAP Antananarivo : 105 sur 115 établissements scolaires ouverts

105 établissements sur les 115 établissements des six Zones administratives pédagogiques (ZAP) sont de nouveau fonctionnels depuis la signature de la convention entre les enseignants et les représentants du Ministère de l’Education nationale et le gouvernement vendredi dernier.

Ces données chiffrées émanent d’un communiqué de la Primature datant d’hier. Selon toujours ce même communiqué, le Chef du gouvernement, Ntsay Christian, n’a pas manqué de féliciter les enseignants et les responsables au sein de ces établissements pour avoir fait primer l’intérêt public sur leur intérêt personnel. Ce qui pour lui témoigne de « leur sens du responsabilité et du devoir » ; tout en permettant d’achever le calendrier scolaire et les examens officiels dans les temps. Il a également invité les autres établissements récalcitrants à reprendre les cours pour le bien des élèves malgaches. A titre d’information : 88 sur 93 Ecoles primaires publiques ont déjà rouvert à Antananarivo. Aux abonnés absents pour le moment : les EPP d’Avaradoha, Vohibola, Amboniloha, Andraisoro et Tsarahonenana. Les CEG quant à eux sont 100% opérationnels (15 sur 15). Dommage pour ceux qui vont passer leur baccalauréat, seuls le Lycée d’Ambohimanarina et le Lycée d’Analamahitsy TD sont ouverts.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

La population peu encline à manifester

Le pli semble être pris. La majorité de la population  ne conteste pas la tenue des élections et ne semble plus encline à venir manifester. Les organisateurs du rassemblement qui devait se tenir ce jour l’ont appris à leurs dépens. Il n’y  avait pas foule à l’extérieur du parvis de l’Hôtel de ville. Le face-à-face avec les forces de l’ordre n’a pas dégénéré en affrontement, preuve d’un état d’esprit plus conciliant. Les Tananariviens semblent avoir pris acte de la nouvelle donne après l’installation du nouveau gouvernement.

La population peu encline à manifester

Les Malgaches ont accepté l’installation d’une nouvelle équipe à la primature censée remettre le pays en marche. Cela ne s’est pas fait sans mal, puisque les mouvements de contestation n’ont pas cessé. Mais l’envie de sortir d’une situation de crise a été la plus forte. La majorité de la population semble avoir accepté l’idée que la tenue des élections est la solution. Ce n’est certes pas une panacée, mais il s’agit d’installer un  président démocratiquement élu et de mettre fin aux malversations diverses qui ont sapé les fondements de l’Etat de droit. Certes les problèmes ne pourront pas être résolus rapidement, mais la voie sera tracée. On ne peut certes pas nier que le cadre de cette élection est flou et que les règles ne sont pas respectées par les candidats. La précampagne faite par certains d’entre eux est un véritable scandale, mais les autorités laissent faire. Néanmoins, la conscience politique des citoyens est élevée et ces derniers ne sont pas dupes des promesses et des affirmations qui sont faites. La véritable campagne, quand elle aura débuté, permettra de lancer un véritable débat d’idées et il faudra plus que des déclarations d’intention pour convaincre les électeurs. Les manifestations ne semblent plus attirer les citoyens qui ont besoin de sérénité et de nouvelles perspectives d’avenir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

KOICA : Une agence de coopération coréenne à Madagascar

La délégation du KOICA, en compagnie de l’ambassadeur coréen, reçu par le ministre des Affaires  étrangères.

Une délégation du « Korea International Cooperation Agency » (KOICA) est dans nos murs. La délégation conduite par Doh Young Ah a rendu une visite de courtoisie au ministre des Affaires  étrangères Dovo Maxime, hier à Anosy. Selon l’ambassadeur coréen, Lim Sang-Woo, KOICA est une agence gouvernementale. Elle est notamment  chargée de programmes d’aide pour la réduction de la pauvreté et le développement socio-économique dans des pays en développement. De son côté, le ministre des Affaires  étrangères a annoncé l’ouverture d’un bureau de KOICA à Madagascar et la détermination des domaines de coopération prochainement.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Tsaratanàna : Olona efatra nalaina an-keriny

Manodidina ny tamin’ny fito ora sy sasany maraina no nitranga ilay fakàna an-keriny. Mpiasa efatra, mpanao làlana an’ny orinasa Kraoma no nianjadian’izany. Ny iray mpanao  fiara, ny faharoa mpitondra fiara vaventy ary ny roa ambiny mpanao làlana. Ireo no nisy naka tamin’ny fitaovam-piadiana tao Andriamena, toerana iray tsy mifanalavitra an’I Tsaratanàna. Teo am-panatontosana ny asany izy ireo no nalaina an-keriny. Nisy ny niantso ny orinasa Kraoma taorian’izay ary nilaza fa tsy havotsotra ireo olona ireo raha tsy misy ny fifampiresahana amin’ny solombavam-bahoaka voafidy tao Tsaratanàna. Hafakely arak’izany ity fakàna an-keriny iray ity. Miendrika takalon’aina rahateo izany satria tsy dia vola loatra no tadiavin’ireo mpitazona fa kosa fifampiresahana. Tsy mbola fantatra izay tena takian’izy ireo amin’izany resaka izany ary mipetraka ho fanontaniana ny hoe misy tsy mankasitraka ny fanamboarana io làlana izay mampitohy an’I Andriamena sy Tsaratanàna io ve?

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping de Mansoor Abdoul Aziz : Beaucoup de zones d’ombre autour de son enlèvement

Jusqu’ici, aucune information précise n’a été  divulguée sur l’ enlèvement d’un « Karana » commis le vendredi 19 juillet à Tsaralalàna. Les forces de l’ordre ont affirmé hier en fin d’après-midi que les proches de la victime n’étaient pas encore disposés à collaborer avec eux pour communiquer des informations précises . Cette information a été confirmée par le Collectif des Français d’Origine Indienne à Madagascar (CFOIM). D’après un responsable de la communication de cette organisation, cette dernière ne cesse de dénoncer la recrudescence de cet acte horrible dans le pays ces derniers temps, la famille concernée n’a jamais contacté le CFOIM à ce propos.

Comme il est rapporté dans les médias, la victime est Mansoor Adoul Aziz, propriétaire du magasin Singer à Tsaralalàna. Sa carte d’identité et ses affaires personnelles étaient découvertes dans la voiture d’un « Karàna » qui a été retrouvée abandonnée à Ambohidrapeto, le matin du 20 juillet, soit le lendemain de ce kidnapping. Ce qui signifierait que les deux hommes étaient ensemble ce jour-là. Pourquoi les ravisseurs n’ont pas non plus enlevé  le propriétaire de la voiture ? Compte tenu de ces plusieurs interrogations sur les circonstances de ce kidnapping, la majorité de la population malgache attend les résultats de l’enquête menée par les forces de l’ordre. Etant donné qu’une Cellule mixte d’enquête destinée à traiter ce genre d’affaire est déjà opérationnelle au Toby Ratsimandrava. Cette prise de responsabilité de la part des enquêteurs de cette institution est de mise pour éviter les mauvaises interprétations. Ce n’est pas la première fois qu’on entend des gens parler que le kidnapping est une affaire entre « Karàna ».

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Processus électoral : Le Kmf/Cnoe appelle au respect de l’éthique

La Ceni et le Kmf/Cnoe ont procédé, hier, dans les bureaux annexes de la première à Nanisana, à une signature de convention de partenariat entre les deux entités, après un grand retard d’une heure qui n’a pas du tout réjoui les journalistes.

En effet, la cérémonie devrait commencer à 10 heures mais pour on ne sait quelle raison, cela a été ouvert à 11 heures. Quoi qu’il en soit, la convention en question vise, généralement, la promotion de l’éducation électorale et l’engagement mutuel des deux parties à conduire et à produire un processus électoral crédible et légitime. Joint au téléphone ultérieurement, le président du Kmf/Cnoe, Andoniaina Andriamalazaray donne davantage d’explications : « Si chacun de nous constate des anomalies durant le processus, nous allons les rectifier et en faire part aux responsables institutionnels et étatiques concernés ». Par conséquent, et il l’a souligné, le Kmf/Cnoe aura un représentant dans les bureaux de vote pour qu’il soit à même d’effectuer à bon escient sa mission d’observation électorale. « Par rapport à ce point, nous avons déjà obtenu l’agrément nécessaire, conformément au droit positif », précise Andoniaina Andriamalazaray. Aussi avons-nous appris que cette convention de partenariat dure deux ans, à partir d’aujourd’hui, et dont la fin coïncidera avec celle du mandat des membres actuels de la Ceni.

Déficience. Interrogé sur la précampagne qu’entament déjà quelques- uns des candidats ou des potentiels candidats, le président de la Ceni, Hery Rakotomanana, a appelé à la conscientisation et à la prise de responsabilité de chacun. Mais ce n’est pas tout. Dans une interview, il a affirmé – d’une manière très indirecte – la déficience ou l’impuissance (c’est selon) de la Ceni par rapport aux marges de manœuvre à sa disposition, concernant la précampagne. « Nullum crimen sine lege », a-t-il répondu. En d’autres termes, il n’y a pas de crimes sans loi. « La Ceni ne peut pas agir dans l’arbitraire, c’est-à-dire, sans aucune base légale qui l’autorise ; nous ne pouvons rien inventer ».  Néanmoins, il a soutenu que « la commission électorale va sanctionner tout candidat qui ne respecte pas les dispositions législatives et réglementaires en vigueur concernant, entre autres, la campagne électorale ou le respect de l’éthique ». Quelles sanctions ? Peut-être, la lettre de dénonciation déposée au parquet ; la requête en contestation ; la plainte en répression ; ou la requête contentieuse des élections, devant les juridictions compétentes – conformément à l’article 48 de la loi n°2015-020 régissant la Ceni ? Bref, et par rapport à ces agissements inéquitables de certaines personnalités politiques, le président du Kmf/Cnoe, Andoniaina Andriamalazaray appelle au respect de l’éthique.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

« Gym bac » tao Toamasina : Raikitra ny gidra teo amin’ny samy mpampianatra

Vao maraina dia efa nameno ny sisin’arabe sy ny tao anatin’ny tokotany ben’ny Lycée J Rabemananjara ireo mpitandro ny filaminana mitambatra. Tonga araka ny nambarany vao maraina ihany koa ny ekipan’ny Sempama Toamasina, araka ny fanambarana sy ny fifanarahan’ireo mpampianatra. Tonga araka ny fiantsoana natao azy koa ireo mpianatra hiatrika ny adina ara-panatanjahantena bakalorea sy ireo mpampianatra mpitsara azy ireo. Tao anatin’izay anefa dia niezaka ny nanafana tena amin’ny adina ataony ireo mpianatra; nandritra izay dia nifanehitra sy nifanasa vangy tamin’ireo ary nisakoroka teo am-bavahadin’ny Lycée J Rabemananjara ny mpampiantra Sempama mitokona sy ny mpampianatra ara-panatanjahantena vonona hiasa. Vokatry ny sakoroka teo amin’ny roa tonta, dia niditra an-tsehatra ny mpitandro ny filaminana nandroaka ireo mpampianatry ny Sempama, sy niaro kosa ireo mpampianatra vonona hampanao ny adina ara-panatanjahantena. Raha tamin’ny 07ora no tokony ho nanombohan’ny adina, dia tsy nanomboka izany raha tsy tamin’ny 09ora, ary afaka nanao ny adinany avy ireo mpianatra tao amin’ny Lycée J Rabemananjara. Tsy nisy olana fa nanomboka ara-potoana ny adina natao tao amin’ny Ceg Ratsimilaho, na hita nihaodihaody nanodidina ivelan’ny tokotanin’ny Ceg Ratsimilaho ihany ireo mpampianatra eo anivon’ny Sempama. Ankoatra izany, dia tena tsy raikitra kosa omaly ny fanadinana ara-panatanjahantena tao Brickaville noho ny herin’ireo mpampianatry ny Sempama tany an-toerana. Tonga vao maraina nameno ny kianja nikasana hanaovana ny adina ireto mpampianatra marobe, nanomboka tamin’ny 7ora no nitokona teo ambony kianja izy ireo ary tsy niala teo raha tsy tamin’ny 3ora tolakandro. Nanao ny fifandaminana ihany ny mpitandro ny filaminana tany an-toerana, saingy be noho ny vitsy dia tsy afa-nanohitra. Notapahan’ny lehiben’ny Sisco Brickaville sy ny solon-tenan’ny oniversite manara-maso izany any an-toerana ary ireo mpitandro ny filaminana, dia hahemotra amin’ny fotoana manaraka ny hanaovana ity adina ity.

Malala Didier

Madagate0 partages

Rakotosehena Zo Andriambola. Funérailles, le vendredi 27 juillet 2018