Les actualités à Madagascar du Jeudi 25 Juin 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara108 partages

Yoshihiro Higuchi : « La reprise des projets de développement est conditionnée par la maîtrise de la pr...

L’ambassadeur du Japon, Yoshihiro Higuchi estime que cette crise permettra de mettre à jour le système de santé.

En cette veille de la célébration du 60e anniversaire du retour de l’indépendance, l’Ambassadeur du Japon à Madagascar, Yoshihiro Higuchi  nous a accordé une interview exclusive pour parler de la situation de la relation diplomatique entre les deux pays et surtout de la crise du coronavirus. Il a profité de cette occasion pour exprimer les félicitations au nom du Gouvernement du Japon et du peuple japonais pour la fête de l’indépendance, en évoquant le fait que le Japon a reconnu l’Etat malagasy en juillet 1960 et a décidé d’ouvrir une ambassade en 1968.  Ayant célébré aussi ses 60 ans cette année, Yoshihiro Higuchi parle d’une coïncidence entre l’histoire moderne de Madagascar et sa vie personnelle.  Interview. 

MIDI Madagasikara (MIDI): Actuellement, le Japon accorde plus d’importance à l’Afrique, et Madagascar figure dans la route maritime du Japon à travers le Port de Toamasina dans la Stratégie Indo-Pacifique Libre et Ouverte. Pourquoi ce choix de Madagascar ? 

Yoshihiro HIGUCHI (Y.H): « Le Japon comme Madagascar est un pays insulaire. Le Japon a développé son économie par le commerce extérieur maritime.  Le Japon ne dispose pas de ressources naturelles, et a axé sa stratégie de développement sur les commerces extérieurs. La liberté de navigation, la sécurité maritime et les infrastructures portuaires sont très importantes pour le commerce maritime. Madagascar est un nœud de communication important dans l’Océan Indien. Dans le cadre du concept de l’Indo Pacifique libre et ouvert, Madagascar est un pays partenaire stratégique important pour le Japon qui se situe en première ligne de l’IPLO en Afrique. L’amélioration des infrastructures maritimes, la liberté de navigation, la sécurité maritime sont plus qu’importantes pour l’intérêt national de Madagascar, mais aussi pour l’intérêt de la communauté internationale. Nous avons soutenu le projet d’extension du Port de Toamasina avec un budget 430 millions de dollars. Toamasina est le premier port international du pays et nous sommes convaincus que le développement de sa capacité sert énormément au développement socio-économique du pays. Toamasina pourrait être une plaque tournante de la distribution maritime qui connecte l’Asie, le Moyen-Orient et l’Afrique-Australe ».

MIDI : A part les travaux d’extensions du Port de Toamasina, quels seront les grands projets que le Japon pourrait financer à Madagascar ?

Y.H : « Nous considérons que la connectivité entre les deux grandes villes à savoir Toamasina et Antananarivo, est primordiale pour le développement économique du pays. Il y a le projet d’amélioration de deux ponts à double voies sur la Route Nationale 2. Il s’agit des Ponts  de Mangoro et d’Antsapazana. C’est un projet de don estimé à 24 millions de dollars. Un autre projet à hauteur de 29 millions de dollars concerne l’irrigation du Lac Alaotra qui vise à améliorer le rendement rizicole et assurer la sécurité alimentaire. Le projet concerne 10.000 ha de terrains et 4.500 familles vont en bénéficier. Et il y a aussi le programme de financement de micro-projets gérés par l’Ambassade avec les ONG et les communautés locales. C’est un projet rapide à exécution avec un montant plafond d’environ 80.000 euros par projet destiné à aménager, à construire des écoles, des hôpitaux et d’autres établissements ».

 MIDI : Madagascar et le Japon, sont des îles et font face au même problème. Au Japon, l’Etat accorde plus de budget et d’importance dans la surveillance des frontières à travers les gardes côtes, est-ce que la coopération dans ce domaine est envisageable ? 

Y.H : « Comme vous le savez, le Japon a le principe de ne pas fournir une coopération militaire directe aux armées étrangères. La garde côtière malagasy appartient à l’armée maritime, par conséquent, il y a certaines limites dans notre coopération. Pourtant, il y a la possibilité de développer une coopération dans le domaine non militaire comme la sauvegarde en mer, la surveillance des pêches, la sûreté de la navigation, l’aménagement du système et le renforcement de la capacité à travers les formations ».

MIDI : Sur le plan économique, quels sont les enjeux, les priorités et les chantiers de l’Ambassade dans les mois et années à venir? 

Y.H : « Le Projet Ambatovy est le plus grand investissement du Japon en Afrique. L’entreprise Sumitomo, grande maison de commerce, est le premier actionnaire du projet. En 2018, Ambatovy a produit 30.000 tonnes de nickel. Cette production correspond à 20 % de l’exportation totale de Madagascar à l’étranger en 2018 à hauteur de 3 milliards 100 millions de dollars. Le projet Ambatovy fournit une source importante de devises étrangères pour Madagascar, crée des emplois locaux à peu près 9.000 et a établi un fonds d’investissement socio-économique à hauteur de 25 millions de dollars notamment à Toamasina et à Moramanga. Le projet renfloue également les caisses de l’Etat à travers les redevances et les taxes. C’est un projet bénéfique pour l’économie malgache. Malheureusement avec la crise du covid-19, le projet est obligé de suspendre ses activités. La suspension à longue durée du projet va avoir des répercussions négatives pour Madagascar surtout en matière de devise et d’emploi. Notre souhait est la reprise le plus tôt possible. Madagascar est très riche en ressources minérales et agricoles. L’Ambassade est prête à travailler pour que plus d’investisseurs japonais viennent investir à Madagascar »

MIDI : Est-ce que vous avez des chiffres clés de la relation nippo-malagasy ? 

Y.H : « En terme de superficie, Madagascar est la 4e plus Grande Île du monde et 1,6 fois plus grande que le Japon. Sur le plan démographique, la population japonaise est 5 fois plus nombreuse que celle malgache. En 2019, les exportations de Madagascar vers le Japon avoisinent les 210 millions de dollars dont les 168 millions de dollars proviennent du projet Ambatovy. Par contre, les importations malgaches sont estimées à 79 millions de dollars. Madagascar est donc excédentaire en matière de commerce vis-à-vis du Japon. Parmi les importations japonaises, 90 % de la consommation en vanille proviennent de Madagascar et 60 % pour le girofle. Toamasina est le seul port international malgache et traite 90% des conteneurs à Madagascar. Notre projet de coopération vise à doubler la capacité pour le port de Toamasina. On recense 2532 apprenants de la langue japonaise au pays soit le 3e le plus important en Afrique subsaharienne, après la Côte d’Ivoire et le Kenya ».

MIDI : La culture et le sport tiennent une grande place pour le Japon. Est-ce qu’il y a des programmes dans le raffermissement des liens dans ces deux domaines ? 

Y.H : « La culture et le sport sont deux domaines importants pour le raffermissement des liens d’amitié. Le peuple malgache est très intéressé par la culture japonaise et les art-martiaux. Beaucoup de jeunes sont passionnés par les Bandes Dessinées japonaises comme les mangas. En 2016, l’Université d’Antananarivo à travers la Faculté des Lettres, a ouvert la filière anglaise-japonaise et en 2019, l’Université a créé la filière japonaise-malgache. Les Jeux Olympiques et Paralympiques étaient prévus cette année à Tokyo et ont été reportés en 2021. Nous espérons voir plus d’athlètes malgaches à cette édition 2021. Nous avons aussi apporté un programme de formation à travers l’envoi de 7 judokas au Japon en 2018. Des volontaires japonais de la JICA ont donné une assistance technique aux équipes nationales de judo et de rugby féminin à VII.

C’est toujours avec un grand plaisir que je rencontre beaucoup de pratiquants des arts martiaux japonais parmi les personnalités, y compris les ministres que je rencontre à Madagascar »

MIDI : Cela fait cinq mois que vous êtes arrivés à Madagascar. Quelles sont vos impressions du pays depuis votre arrivée ? 

Y.H : « Je suis à mon 5e mois. Nous avons été bien accueillis à l’arrivée, nous avons tout de suite une impression très positive du pays. Je crois que Madagascar est un grand pays, très varié avec beaucoup de charme et de potentiel. En qualité d’Ambassadeur, j’ai envie d’aller visiter plusieurs endroits, et de rencontrer beaucoup de personnalités afin d’approfondir ma connaissance du pays. J’ai rencontré le Président de Madagascar en février lors de la présentation des lettres de créance. J’ai été très impressionné par la vision, le programme et la volonté politique très ferme du Président de transformer ce pays afin de réaliser le développement économique et social. Je lui ai assuré que le Japon reste toujours à côté de Madagascar pour accompagner les efforts du pays. Mais, je me suis posé une question, Madagascar est un pays riche, plein de potentiel, pourquoi il n’a pas pu réaliser son vrai développement ? Une réponse à cette question n’est pas facilement trouvée, il faut bien réfléchir, le plus important est que le peuple malgache et le gouvernement eux-mêmes puissent trouver une réponse à cette question et unir les efforts afin de le réaliser » .

MIDI : Au Japon, la Covid-19 a été vite maîtrisée. Quelle a été la stratégie du gouvernement japonais pour lutter contre cette épidémie ? 

Y.H : « Jusqu’à actuellement, je crois que le Japon a relativement bien maitrisé la propagation du coronavirus car le nombre de cas confirmés et de décès n’est  pas trop élevé mais, cela ne signifie pas qu’il n’y avait pas eu de difficultés dans la gestion de cette pandémie. Je pense, qu’il n’y a pas de réponse cent pour cent correcte à ce type de virus. Le système de la sécurité sociale généralisée, le meilleur accès au service médical, le réseau de service de santé publique à l’échelle nationale, la haute conscience de la population japonaise à l’égard de l’hygiène et de la propreté, la mentalité nationale du respect des règles, c’est-à-dire que les Japonais sont très disciplinés et le contexte général culturel et le mode de vie à la japonaise nous ont peut-être aidé d’une façon complexe. Plus concrètement, le Japon a pris des mesures précoces pour identifier les premiers cas de contaminations et aussi de contrôler les clusters. Le gouvernement a appelé au peuple japonais d’éviter les espaces fermés, les endroits bondés et les contacts étroits. Grâce à la coopération avec le peuple japonais, nous avons pu éviter l’effondrement du système médical. Pourtant, il faut se méfier de la 2e et 3e vague et  il faut rester vigilant et prendre les mesures appropriées ».

MIDI : Qu’en est-il de la situation au Japon maintenant ?

Y.H : « A la date du 23 juin, 17926 cas confirmés dont 16203 guérisons et 956 décès ont été répertoriés. Je crois que nous avons déjà dépassé le moment du pic. Ces dernières semaines, le nombre de nouveaux cas est de 50-60 cas par jour ».

 MIDI : Est-ce la Covid-19 pourrait affecter les projets de développement entre le gouvernement malgache et japonais ? 

Y.H : « La pandémie a un impact négatif dans l’exécution des projets de développement. Le projet de Toamasina et du Lac Alaotra ont été suspendus à cause du départ du personnel et des experts qui étaient obligés de quitter Madagascar. Il en est de même pour le projet des deux ponts sur la RN2. La reprise de ces projets est conditionnée par la maîtrise de la propagation du coronavirus et de l’ouverture des frontières aériennes car nous avons besoin des experts japonais pour leur continuité ».

MIDI : Quel a été l’apport du Japon dans la lutte contre la COVID-19 à Madagascar ?

Y.H : « Le Japon est en train de préparer des projets d’assistance d’urgence pour fournir au ministère de la Santé publique des matériels médicaux de première nécessité, des tests et des vêtements protecteurs destinés au personnel médical. Des équipements tels que radiogrammes, et électrocardiogrammes vont être distribués dans 16 hôpitaux régionaux partout dans l’île avec quelques ambulances. Parmi le budget pour le projet avec UNFPA sur l’amélioration la situation des défavorisés dans le sud,  un montant de 250.000 dollar est réservé aussi pour lutter contre la Covid-19 »

MIDI : Comment trouvez-vous la gestion de la pandémie à Madagascar ?

Y.H : « J’aimerais rendre un hommage au Président et au Gouvernement pour leurs efforts acharnés dans la gestion de cette crise sanitaire. Grâce aux mesures prises, ce virus est contrôlé dans une certaine mesure, toutefois on constate la montée des cas confirmés notamment à Toamasina et à Antananarivo. La propagation du virus n’est pas totalement endiguée. On espére que le gouvernement continue à prendre  des mesures effectives et efficaces y compris le renforcement du système de dépistage et d’analyse. Un monde après-Covid ne serait plus le monde que nous connaissions avant peut-être, nous sommes obligés de cohabiter avec le virus. Je crois qu’il faut saisir de cette crise pour mettre à jour le système de santé afin qu’il puisse être moins vulnérable, plus costaud et résistant à l’issue de la crise ».

Propos recueillis par Tanjona DEVAUX HARIJAONA

Midi Madagasikara73 partages

Eddy Ramanirabahoaka, membre de la Diaspora malgache : Pour l’instauration d’un « Fanjakana Malagasy ...

Eddy Ramanirabahoaka membre de la Diaspora malgache.

Un membre de la diaspora malgache en France Eddy Ramanirabahoaka a indiqué que le concept  de la « République » à Madagascar durant ses 60 ans d’existence (1960-2020) est l’une des causes de la pauvreté et du retard de l’émergence de Madagascar. Certes, les Chefs de l’Etat qui  se sont succédé  ont laissé de bonnes réalisations pour le développement.  Malheureusement, la Grande Île se range actuellement dans les pays les plus pauvres de la planète. Selon Eddy Ramanirabahoaka, il fallait réviser l’actuelle Constitution de la quatrième République par une consultation populaire dans laquelle, plusieurs Constitutions seront présentées à être élues au suffrage universel direct : celles d’État monarchique, Etat républicain, Etat fédéral, Etat unitaire, ou autres. Déjà dans l’article premier de  l’actuelle constitution, Eddy Ramanirabahoaka  sollicite la suppression du mot « républicain » et  que  l’État porte le nom de « Etat  Malagasy» (Fanjakana malagasy). Dans la même foulée, ce membre de la diaspora malgache est pour l’instauration de ce qu’il qualifie d’un « Fanjakana malagasy » fort.

Développement. Ce membre de la diaspora concède  aussi au Premier ministre de Madagascar le rôle  du chef de l’exécutif, à l’instar du poste du Premier ministre en  Grande Bretagne ou du Chancelier en Allemagne. Ces deux Etats  sont actuellement parmi les plus puissants du continent européen. Le Premier ministre sera  élu par l’Assemblée Nationale sur proposition du Chef  d’Etat. Ce dernier élu au suffrage universel direct représentera Madagascar aussi bien à l’intérieur  qu’à l’extérieur. Pour un « Fanjakana malagasy », Eddy Ramanirabahoaka suggère que le développement commence à la base des collectivités territoriales par le  biais du Fokonolona.

Changement. Il se demande, en outre « qu’à chaque 26 juin, les malagasy célèbrent leur fête d’indépendance  sous l’étiquette  de République de Madagascar et de démocratie. Mais où en sommes-nous maintenant ? ». Il pense par ailleurs qu’en théorie, nous avons vécu notre indépendance pendant 60 ans sous quatre Républiques, mais en pratique, Madagascar est soumis à des réformes économiques et structurelles draconiennes que les malgaches n’ont pas demandées, à propos desquelles la majorité de la population n’est pas consultée et qui aggravent le chômage, la pauvreté et la violence. De ce fait, il estime ainsi que « des changements méritent d’être effectués, en l’occurrence la Constitution si nous voulons progresser », a martelé Eddy Ramanirabahoaka.

Recueillis par Dominique R. 

Midi Madagasikara60 partages

Fédération Malgache de Football : Des dossiers des membres à la FIFA

Les choses se corsent après cette interminable affaire qui oppose les pro-Raoul et les autres membres emmenés par Alfred Randriamanampisoa.

Certes on assiste ces derniers temps à un comportement moins agressif depuis la dernière visioconférence de Veron Mosengo et Sarah Solemale de la FIFA, mais n’empêche qu’il y a une frange qui persiste à disqualifier le président élu démocratiquement. De sources concordantes, on apprend que des dossiers des membres de la FMF sont parvenus à Zurich  et s’interrogeant notamment sur la situation de deux autres membres qui avaient eu maille avec la Justice, mais qui sont manifestement parvenus à contourner les règles en s’offrant le bulletin numéro 3 d’usage pour pouvoir se présenter aux élections fédérales. La FIFA qui a maintenant les dossiers y afférents peut trancher d’un moment à un autre. Et lorsqu’on sait que certains membres vont encore saisir la Justice sur le cas du président Arizaka Rabekoto Raoul, les sanctions vont presque inévitablement venir. Avec la mise en place d’un Comité de Normalisation chargé de régler les affaires courantes et jusqu’à l’organisation de nouvelles élections. Des élections générales en fait car incluant les sections et les ligues dans tout Madagascar. Un retour à la case départ. Des élections auxquelles les membres actuels de la FMF ne seront plus autorisés à participer. Dans la foulée, il n’est pas exclu que les sanctions prendraient une forme de suspension générale entraînant de facto une pénalisation des Barea, et donc de leur participation à la Coupe d’Afrique des Nations. Un vrai désastre donc puisque, il ne manquait pas grand chose à cette équipe pour se qualifier à cette phase finale de la CAN. Et dans ce cas de figure, les responsabilités reviennent à ceux qui ont semé les troubles au sein du comité exécutif de la FMF. Est-ce là  qu’on veut aller ? On ne pense pas. Alors pourquoi ne pas tenter de sauver ce qui peut encore l’être ? 

Clément RABARY

Midi Madagasikara14 partages

Défilé militaire sous haute sécurité : Inspection des armes de tous les participants

Le maire de la capitale Naina Andriantsitohaina et Mamy Ravatomanga en train probablement d’avoir un aperçu du panorama du défilé de demain, du haut de la véranda de l’Hôtel de Ville

La célébration de la fête nationale sur l’Avenue de l’Indépendance fera demain l’objet de mesures de surveillance drastiques.

No man’s land. En plus de l’interdiction de la circulation aux véhicules et piétons, un important dispositif sécuritaire sera mis en place dans le périmètre d’Analakely. Il y aura presque autant d’éléments chargés de la sécurité que de participants au défilé sur l’Avenue de l’Indépendance. Sans parler des drones et autres caméras de vidéosurveillance chargés de balayer tout l’espace et dont les images seront visionnées en temps réel au niveau des différents centres de contrôle et/ou de commandement pour une réactivité rapide.

Protocole. Comme il est de règle, le service en charge de la sécurité présidentielle procédera à l’inspection préalable des armes de tous les participants au défilé, une fois la mise en place terminée à 7 heures du matin. Pareil protocole de visite ou de contrôle des armes ainsi que de saisie des munitions est une pratique courante comme  partout à travers le monde. Notamment après que des militaires aient retourné leurs fusils d’assaut contre le président égyptien Anouar el-Sadate lors d’un défilé au Caire le 06 octobre 1981.

Vitre blindée. Quatre décennies après, la crainte du syndrome Sadate continue de planer sur les défilés militaires. On se souvient que le 26 juin 2017, le président Hery Rajaonarimampianina était protégé par une vitre blindée au stade de Mahamasina. Son successeur Andry Rajoelina sera-t-il également derrière un espace vitré et blindé demain ? On attend aussi de voir s’il passera en revue la troupe à bord du command-car réservé pour l’occasion au chef suprême des forces armées. Avec ce que cela exige de mesures de sécurité contre d’éventuel sniper posté dans un des immeubles alentour ,dont les occupants ont été déjà recensés et listés.

Logo. En tout cas, toutes les mesures ont été et seront prises pour assurer la sécurité du président de la République qui ne s’attardera pas outre mesure sur le parvis de l’Hôtel de Ville. C’est pour cette raison d’ailleurs que la cérémonie de remise des drapeaux aux chefs d’Etat major des trois armes s’est tenue le lundi 22 juin dernier au RTS à Fiadanana et non le jour même du 26 juin sur l’Avenue de l’Indépendance, comme l’ont proposé certains chefs militaires qui voulaient marquer d’une pierre blanche le 60e anniversaire de l’Armée Malagasy. Pour le défilé de demain, les participants tourneront du côté de la tribune officielle, le …logo de leur cache-bouche qui est non seulement une mesure barrière contre le Covid-19, mais également un indicatif de leur corps d’armes respectif.

R. O

Midi Madagasikara6 partages

Association Akamasoa : Bientôt des constructions en briques écologiques

Démonstration du montage des briques.

L’association Akamasoa fondée par le père Pedro Opeka, bénéficiera bientôt de deux maisons construites à partir de briques de terre compressée. Des briques écologiques, obtenues par la compression de terre et de ciment qui de ce fait, ne nécessitent pas de combustion, et permet de participer à la réduction de la déforestation, de la pollution atmosphérique et l’appauvrissement des sols. Une maison à étage, suivant les plans de maison typique d’Akamasoa, ainsi qu’une villa basse, seront construites d’ici trois mois. Ce projet de construction de deux maisons en briques de terre compressée est le fruit du partenariat entre l’association Akamasoa et Holcim Madagascar, qui mettra à disposition son expertise, à toutes les étapes de la construction. Le contrat de partenariat entre les deux parties a été signé le 18 juin 2020, à Akamasoa Mahatazana Betsizaraina.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara3 partages

Rapatriement de Français : Une autre vague partira de Tuléar et de Fort-Dauphin

Les vols spéciaux organisés par le gouvernement français se poursuivent pour rapatrier ses ressortissants bloqués dans les provinces malagasy depuis le début de la crise sanitaire. Ce samedi, un aéronef de la compagnie Tsaradia va embarquer des Français de Tuléar et de Fort-Dauphin pour rallier directement à Saint-Denis de La Réunion. Les passagers qui se sont déjà manifestés auprès de l’ambassade sont priorisés pour ce vol, précise-t-on d’une source concordante. Après, ces derniers peuvent rejoindre la France depuis cette île. Pour les français d’Antananarivo, un autre vol spécial partira ce dimanche, de la capitale à destination de Paris. Notons que, des milliers de Français souhaitent partir de Madagascar en cette crise sanitaire. L’ambassade, quant à elle, a suspendu la réponse téléphonique de crise depuis mardi dernier.

Rija R.

Midi Madagasikara2 partages

Assurance : La mutuelle de santé « Tohana » se prépare à voler de ses propres ailes

(Crédit photo : Kelly)

Le mercredi 24 juin 2020, une session de renforcement des capacités pour les membres du conseil d’administration de l’association mutuelle de santé « Tohana », a été organisée dans les bureaux de l’ONG Positive Planet International à Ambodiraotra. Ceci est fait dans le but de pérenniser la mutuelle qui va devoir se séparer de l’appui de l’ONG Positive Planet, initiateur de « Tohana » dans le cadre du projet « Quartiers Précaires ». « Vers la fin de cette année, cette mutuelle de santé qui offre ses prestations actuellement à plus de 730 familles dans la Commune Urbaine d’Antananarivo va voler de ses propres ailes. C’est d’ailleurs pourquoi nous suivons cette formation en ce moment, afin de revoir tous les détails pour réussir la pérennisation de la mutuelle », a expliqué le Dr Tina Harinjaka Andrianarisaina, président du comité d’administration de « Tohana ». 

La session d’hier portait sur de nombreux sujets comme les microfinances, la couverture santé universelle, ou encore le management global de l’association. Les formateurs étaient composés des représentants de l’ONG Positive Planet. A noter que la mutuelle de santé est constituée légalement sous forme d’association, régie par l’ordonnance 60-133 du 03 octobre 1960. Elle collabore avec divers prestataires de santé (médecins, centres médicaux, et établissements hospitaliers publics ou privés) afin d’assurer la prise en charge de ses adhérents. « Pour l’heure, ce sont les sociétés qui enregistrent leurs salariés chez nous. Mais nous comptons bien élargir nos offres dans un futur proche. Actuellement, les familles membres de notre mutuelle sont majoritairement des professionnels des déchets ou Groupe RF-2 », a précisé le président du comité d’administration de la mutuelle. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara2 partages

Bilan de l’incendie aux 67ha Sud : 3 blessés, 321 maisons calcinées et 428 familles sinistrées

En fin, le bilan de l’incendie qui s’est produit, mardi après-midi du côté du quartier des 67 ha Sud, exactement dans le fokontany d’Andohatapenaka-I, est connu. Selon les informations recueillies auprès du chef de corps des sapeurs-pompiers de la Commune Urbaine d’Antananarivo à Tsaralalàna, et confirmées par le bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), Cette tragédie a détruit 321 maisons. 428 familles sont désormais sinistrées dont 617 personnes sont sans abri. Trois individus ont été blessés et aucune perte en vie humaine n’est à déplorer. Ce bilan infirme donc l’information disant que trois personnes y ont péri comme il a été véhiculé par les médias, hier. Logés dans des tentes au stade de la compagnie d’Assurance « Ny Havana » aux 67 ha depuis hier matin, après avoir été hébergées provisoirement, à l’Ecole primaire publique d’Andohatapenaka, les 617 personnes déclarées sans abri sont pris en charge par le BNGRC en collaboration avec la Croix-Rouge malagasy, a rapporté hier, Paolo Raholinarivo Solonavalona, directeur de la gestion des catastrophes auprès du BNGRC lors de sa descente sur place. A cette occasion, il a réitéré qu’actuellement, des solutions sont déjà envisagées pour résoudre les problèmes endurés par les sinistrés dont la facilité de la reconstitution de leurs documents administratifs perdus lors de cet incendie. La nécessité de la construction de bâtiments en dur pour éviter ce genre de catastrophe  à cause de la prolifération des cases en bois dans les bas quartiers de la capitale, a été également évoquée. 

67 ha Nord-Ouest. Hier, un autre incendie s’est encore déclaré dans le quartier des 67 ha Nord-Ouest. Un bâtiment en dur de la cité de la localité a pris feu. Heureusement, celui-ci n’a pas fait de dégât important grâce à la collaboration des riverains qui ont réussi à maîtriser la situation bien avant l’arrivée des soldats du feu de la caserne des sapeurs-pompiers de Tsaralalàna. Ayant été alertés de ce fait vers 14 heures 33, les sapeurs-pompiers de Tsaralalàna sont arrivés sur place vers 14 heures 50. Selon l’information d’origine inconnue, le feu n’a touché qu’une pièce de la maison et n’a fait aucune victime. 

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Loi de finances rectificative : Votée sans amendements par l’Assemblée Nationale

Le MEF a défendu la LFR devant les députés

Examen de passage réussi pour le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato qui a su défendre, hier au CCI d’Ivato, la loi de finances rectificative.

Après six jours de travaux qui se sont déroulés du 17  au 22 juin, les députés membres des trois commissions Finances et Budget, Economie et Planification et enfin Évaluation des politiques publiques, ont décidé de voter sans amendements la loi de finances rectificative 2020. Une adoption entérinée par les autres députés lors de la séance plénière qui s’est déroulée hier au CCI d’Ivato, et présidée par Christine Razanamahasoa.  Sur les députés présents lors de cette séance, seuls ceux issus du TIM se sont abstenus.

Contexte particulier. Il ne reste donc plus que le vote du Sénat pour que le gouvernement puisse commencer à travailler dans  le cadre de ce budget rectifié  au contexte particulier du Covid- 19, et dans lequel le gouvernement a redéfini d’une manière substantielle ses priorités. On rappelle que la baisse d’activités induite par les  mesures de confinement  a fait perdre au pays 700 millions de dollars  en termes de produit intérieur bruts nominal. Du coup, le taux de croissance attendu pour l’année 2020 tombe à  0.8%, soit 4.7 points en deçà du baseline de la LFI 2020 qui était de 5.5%. Par ailleurs,  la contribution des partenaires techniques et financiers s’est avérée cruciale pour faire face à la période charnière de lutte contre la pandémie. Ces appuis substantiels ont profité à Madagascar, et ont permis de combler partiellement les manques à gagner au niveau des recettes fiscales intérieures et douanières, lesquelles environnent les 2. 000 milliards d’Ariary. 

Velirano. Toutefois, face au nouveau défi né de la crise sanitaire, l’Etat aspire toujours poursuivre les objectifs fixés dans sa vision pour l’Emergence et compte même redoubler d’efforts suivant un plan de relance ambitieux. La relance attendue après maîtrise de l’épidémie consistera ainsi à réorienter la politique publique vers un repositionnement de l’image de Madagascar dans le concert des Nations. La politique budgétaire, notamment en matière d’investissement public, se focalisera sur la concrétisation des treize « Velirano ». Le Gouvernement priorisera les dépenses consistant à combler les lacunes observées depuis plusieurs années au niveau des services et infrastructures publiques. Ces actions devraient apporter des impacts tangibles et rapides sur la vie quotidienne de la population.

Tanà-Masoandro II. Parmi les projets  qui seront poursuivis, la LFR cite notamment les  nouvelles villes, dont Tana-Masoandro II. Ainsi, les investissements en partenariat public-privé seront mobilisés via une mise en concurrence internationale. Des développeurs de projets ainsi que des partenaires bilatéraux ont déjà été identifiés, et l’Etat procédera directement aux travaux de viabilisation en amont des sites à partir des résultats des premières phases d’étude. Enfin, en matière de routes et d’ouvrages d’art, plusieurs concrétisations des promesses présidentielles seront au rendez-vous, même si quelques projets, aussi bien autonomes que financés par les partenaires, doivent être reportés pour 2021 à cause des contraintes techniques liées à la pandémie. Bref , les actions pour l’émergence de Madagascar vont se poursuivre. Ce, malgré les pertes de recettes publiques évaluées à 2.000 milliards d’ariary en matières fiscales et douanières. Le concours des investissements directs étrangers et locaux, et l’appui financier des bailleurs de fonds s’avère  indispensable pour la réalisation de ces projets de développement que l’exécutif entend mettre en œuvre dès l’adoption de la loi de finances rectificative 2020 qui attend encore l’aval de la Chambre haute.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Toamasina – Coronavirus : Mpianatra ho mpitsabo tratra nisoloky ireo olona mitondra tsimokaretina

Sady efa marary no mbola voasoloky ihany koa ireo olona mitondra ny tsimokaretina SARS-Cov-2 eto Toamasina. Nahatratra mpianatra ho mpitsabo nisoloky olona ny teo anivon’ny polisy misahana ny heloka be vava eto Toamasina. Raha ny angom-baovao natao dia akan’ity ranamana ity vola hatrany amin’ny 1.200.000 ariary ireo tiany hasiana amin’izany, indrindra ireo olona voamarina fa mitondra ny tsimokaretin’ny Covid-19. Ireo tsy te-ho any amin’ny toby fametrahana olona fantatra fa mitondra ny tsimokaretina eto Toamasina anankitelo no lasibatra amin’izany fakana vola izany. Voalazan’ny vaovao hatrany fa miara-miasa amin’izany kolonely iray avy ao Antananarivo sy ny talem-paritry ny fahasalamana Atsinanana, ary izany mpitsabo iray eto Toamasina izany ny tenany ao anatin’izao hetsika ataony izao. Eo am-panadihadiana ireo olona ireo ny polisy misahana ny heloka be vava Toamasina amin’izao mba hamantarana ny fifandraisany amin’ny zava-misy, saingy tsy mbola voamarina ny amin’izany fifandraisana izany hatreto. Ny mampanahy ny polisy misahana ny raharaha izao dia ny fanelanelanana ataon’olona maro momba ity raharaha ity, amin’ny fangatahana ny famotsorana ity mpianatra ho mpitsabo mpisoloky olona amin’ny valanaretina coronavirus voasambotra ity. Ho hita eo ihany moa ny fandehan-javatra, fa raha ny nambaran’ny polisy misahana ny raharaha dia sarotra ny afera na azo lazaina fa vao mamomboka aza izany ankehitriny.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Ankazobe : « Autorisation » hosoka nampisain’ny taxi-brousse

Izany dia nentina mba hitaterana olona an-tsokosoko. Miisa roapolo ireo mpandeha ary hihazo an’Antsohihy no tanjon’izy ireo. « Ny 23 jona, tokony ho tamin’ny dimy ora hariva no saron’ny zandary izay nanao barazy ara-pahasalamana teo Ankazobe ny fiara mpitatitra zotra nasionaly iray nitondra azy ireo, avy aty an-drenivohitra ka nikasa nihazo an’ Antsohihy », raha araka ny tatitry ny zandary. « Rehefa notiliana ny taratasy dia voalaza fa hody any Antsohihy avy nandevina taty Antananarivo, toy izay koa no nambaran’ny mpamily. Hita sy tsikaritra anefa fa feno hosoka ny soratra. Nohamarinina tamin’ny CCO ary dia voamarina fa fahazoan-dalana ho any Imerintsiatosika hitondra marary no mifandraika amin’io laharana io. Nanontaniana ihany koa ireo mpandeha dia samy nilaza fa tsy nisy nidonam-pahoriana fa ho any Antsohihy toy ny mpandeha tsotra ary tsy misoratra ao anaty fahazoan-dàlana rahateo ny anaran’izy ireo » raha araka ny fanampim-baovaon’ny zandary hatrany. Nogiazana avy hatrany ny fiara ary notanana ny mpamily sy ny mpanampy azy. Isan’ny nivoaka tao anatin’ny fanadihadiana ny hoe mpanera eo amin’ny Kianja Maki Andohatapenaka no niketrika ny fahazoan-dàlana sandoka. Mendrika ny handeha lavitra ny fanadihadiana satria mety misy tambajotra ao ambadika.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Ivato : 5 kg de pierres précieuses saisies

Neuf Sri-lankais ont été arrêtés à l’aéroport international d’Ivato pour trafic de pierres précieuses et de pierres fines. Ils étaient à bord d’un vol spécial transportant 134 passagers tous des ressortissants sri-lankais. En fait, un contrôle inopiné y a été effectué par l’Etat représenté par le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques Fidiniavo Ravokatra, en collaboration avec le Ministre de la Sécurité Publique, le CGP Fanomezantsoa Randrianarison  et le Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie Nationale, le GCA Richard Ravalomanana. Parmi ces neuf trafiquants, trois d’entre eux ont transporté illicitement 675 grammes de saphir et grenat rouges dissimulés dans des haricots de même couleur, ainsi que d’autres pierres précieuses. Les six autres Sri-lankais qui sont également des passagers du même vol spécial, ont décidé de ne plus se présenter au guichet d’enregistrement, mais ils ont été quand même appréhendés par la police. Après contrôle de leurs bagages respectifs, près de 5 kg de pierres précieuses et de pierres fines, ainsi qu’environ 20kg de cristal ont été découverts, et saisis par la suite par les éléments de la force de l’ordre. En dépit de la crise sanitaire qui sévit dans le pays, l’Etat ne ménage pas ses efforts afin de renforcer le contrôle des frontières pour éviter la recrudescence de trafic de nos ressources naturelles, surtout minérales. 

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Industrie automobile : Andry Rajoelina lance la marque GasyCar

 » Le développement de Madagascar ne peut pas attendre. Nous devons produire localement tout ce dont nous avons besoin « . Au lendemain de l’inauguration officielle du Laboratoire d’Analyses Médicales Malagasy (LA2M), le président Andry Rajoelina lance l’industrie automobile GasyCar. Lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au Centre de Conférence International d’Ivato, le Chef de l’Etat a révélé une nouvelle marque automobile considérée comme l’un des projets phares du régime. Et ce, dans la mesure où c’est la première fois depuis soixante ans d’indépendance que Madagascar dispose d’une usine produisant des types de véhicules comme des SUV, des pick-up et des berlines, mais aussi des scooters et des motos routiers. Le logo de GasyCar représente une tête de zébu, ce projet ambitionne de promouvoir l’industrie « Vita Malagasy ». A entendre les explications d’Andry Rajoelina, GasyCar est une joint-venture composée d’entreprises allemandes et chinoises, mais l’Etat Malagasy reste l’actionnaire majoritaire dans ce projet. L’objectif consiste à l’industrialisation de Madagascar, mais aussi, à promouvoir la création d’emplois. Selon ses dires, les cadres au sein de cette entreprise seront Malagasy.

Unité de montage. Par ailleurs, des designers et des ingénieurs travaillant dans des grandes industries automobiles à l’étranger seraient prêts à rentrer au pays pour apporter leur savoir-faire, et intégrer l’équipe de GasyCar. Lors de cette cérémonie, le Chef de l’Etat a expliqué que la mise en place de cette usine se fera en trois étapes. Dans un premier temps, le projet consiste à l’installation d’une unité de montage qui rassemblera des pièces venant d’Allemagne et de la Chine. Cette unité sera opérationnelle cette année même. Viendra ensuite l’installation des points de vente au pays pour la commercialisation. Mais l’objectif final du projet est d’instaurer à Madagascar, une usine de fabrication de voitures et de motos  » vita Malagasy « . Le président Andry Rajoelina annonce que cette usine de fabrication sera mise sur pied d’ici trois ans. Actuellement, les responsables sont en train de chercher un local pour abriter l’usine. Sur le long terme, Madagascar pourrait ambitionner d’exporter vers l’Afrique, a-t-il déclaré. L’équipe des motards de la Police nationale est la première bénéficiaire de la marque GasyCar. Hier, le président Andry Rajoelina a remis 100 motos pour la Police. Ces dons seront présentés lors du défilé militaire du 26 juin, a annoncé le ministre de la Sécurité Publique.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Vice-président de la CENI : Trois nouvelles candidatures reçues à l’Assemblée nationale

Comme il fallait s’y attendre, la candidature au poste de vice-président de la Commission électorale nationale indépendante au titre de l’Assemblée nationale est réouverte. La présidente de cette chambre parlementaire l’a annoncé le 10 juin dernier. Et c’est chose faite malgré les dispositions de l’appel à manifestation d’intérêt lancé par l’Assemblée nationale qui a prévu une clôture des dépôts de dossiers de candidature le 1er juin. En effet, trois nouveaux candidats se sont manifestés, depuis la date du 10 juin, auprès de l’Assemblée nationale pour briguer le poste de vice-président de la commission électorale. Ces derniers ont déjà déposé leurs dossiers de candidature à Tsimbazaza, confirme la présidente de la commission intérieure et décentralisation de la Chambre basse, Fiainantsoa Razaiharimalala, députée élue à Soavinandriana. Les nouveaux candidats dont deux seraient des administrateurs civils, passeront ensuite, un « entretien » de pré-évaluation, ce lundi 29 juin, affirme la députée. Les députés devront ainsi choisir, mardi prochain, sur les quatorze prétendants au poste de vice-président de la commission électorale. 

Rija R. 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny COVID 19 Nanambatra ny heriny ny Fanorolahy

Tsy mitsaha-miakatra ny tahan’ireo olona lasibatry ny tsimok’aretina COVID 19 eto amintsika, indrindra tao anatin’ny herinandro izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny CoronavirusNitambatra nanome soso-kevitra ny olompirenena maro

Firaisankinan’ny Kristiana, mpitantana orinasa, teknisiana sy olom-pirenena tsotra.

 

 

Firaisankinan’ny Kristiana, mpitantana orinasa, teknisiana sy olom-pirenena tsotra. Ireo no nitambatra nanome torohevitra heverin’izy ireo ho mahasoa ny firenena sy ny vahoaka ho an'izay olona manam-panahy ao anatin'ny fitondrana omaly hiadiana amin’ity valan’aretina Coronavirus ity ka asa na hisy hihaino indray na tsia. Tsy hay intsony ny hangina, hoy izy ireo, manoloana ny toe-draharaha. Hafahafa ny mandinika ny fitsinjarana asa ao antin'ny fitondrana mpanatanteraka sy ny fanapahan-kevitra rehetra izay noraisin'ny fanjakana satria toa na mandika fotsiny izay ataon'ny firenena any ivelany, izay tsy afaka hampitoviana velively amin'ny zava-misy eto. Na manao mpitaribato vilam-bava izy samy mpitondra ka hafa ny tondroin'ny tanany nefa hafa no tondroin'ny vavany. Tsy manana fahatokisana ny Praiminisitra sy ireo minisitra sasany ve ny Filoha ka lasa tsy misy intsony ny mpandrindra sy mpanara-maso ny fanapahan-kevitra noraisina sy indrindra ny fanatanterahana izany, nefa izay no tena tokony andraikitry ny Filoham-pirenena ? Lasa aloha ny fihibohana, maro ireo tsy nahazo fanampiana, vao 1 volana nihiboka dia efa namaha fihibohana kanefa ny tarehimarika mitombo, ireo raha atao ankapobeny ny lesoka notanisain’izy ireo. Aoka ny filoham-pirenena mba tsy hisahana afa-tsy ny andraikiny voalaza teo, hoy izy ireo. Afaka misolo azy miteny isa-tapabolana eo amin’ny haino aman-jery ny praiminisitra. Tokony samy misahana ny andraikitra tandrify azy koa ny minisitra. Ny resaka fahasalamana dia tokony an’ny minisitry ny fahasalamana, hoy hatrany ny fanambaran’izy ireo raha fitinina.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny Covid-19 any BetrokaManampy vahoaka ireo olom-boafidy sy ny Omc

Araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny solombavambahoaka voafidy tany an-toerana, Randrianasolo Jean Nicolas,

 

 dia miara-misalahy midina eny ifotony any amin’ireo fokontany misy any amin’ny distrikan’i Betroka ankehitriny ireo olom-boatendry sy olomboafidy ao amin’ity toerana ity izay tarihan’io solombavambahoaka io miaraka amin’ny Omc any an-toerana manentana ny vahoaka amin’ny ady atao amin’ny tsimokaretina covid-19 sy manolotra fanampiana ho azy ireo ihany koa ka mizara aro-vava sy savony hanasan-tanana araka izay tratra ho azy ireo. Raha ny resaka tsy fandriampahalemana any amin’ity distrika ity indray no resahina, hoy ity depiote avy any Betroka ity, dia efa milamina hatrany amin’ny 80% ny any an-toerana ankehitriny noho ny ezaka manokana noraisin’ny mpitandro filaminana niara-niasa tamin’ny Omc ihany koa.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Niakatra 16 ny matin’ny Coronavirus Ambony ny taham-pahavoazana

Vehivavy 46 taona indray no namoy ny ainy vokatry ny coronavirus tany amin’ny CHU Morafeno Toamasina. Tafiakatra 16 araka izany ireo olona namoy ny ainy hatramin’izay teto Madagasikara.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tanoran’ny fikambanana Miozolimanina Hanohy ny fanampiana ireo traboina etsy 67 ha

Vary 20 gony, Siramamy 4 gony, Spaghetti 10 baoritra, menaka 10 baoritra, izay no vita androany (TTF: omaly) fa mbola hitohy rahampitso inchallah na koa hoe raha sitrapon’Andriamanitra, hoy ry zareo tanora avy eo anivon’ny fikambanana

 

 

Miozolimanina, raha nanatitra fanampiana ireo traboina an’arivony vokatry ny haitrano nitranga teny 67ha ny alin’ny talata 23 jona teo omaly. Araka izany dia mbola mikasa ny hanohy ny fanampiana ireto traboina ireto izy ireo ho amin’ity anio ity. Ny biraom-pirenena misahana ny loza sy tandindon-doza na BNGRC moa no notolorana sy nampisahanina ny fitsinjarana ireo fanampiana. Ho hita eo, araka izany ny ho tohiny amin’ity anio ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetibolam-panjakana nasiam-panitsianaLany teo anivon` ny Antenimieram-pirenena

Omaly no nandalo teo anivon` ny Antenimieram-pirenena ny volavolan-dalàna mahakasika ny lalàna momba ny tetibolam-panjakana nasiam-panitsiana (LFR) taona 2020 ( PL 009-2019).

 

Solombavambahoaka miisa 94 no nanatrika ny fivoriana ka sivy amin` izy ireo no tsy nanan-kevitra raha toa ka tsy nisy kosa no nandà izany. Taorian` ny tatitry ny asam-baomiera sy ny ministry ny vola dia nandray anjara fitenenana ny solontenan` ny vondrona parlemantera ka isan` ireo teboka nazavaina tamin` ireo depiote ny fanatsarana natao tamin` ny sehatra samihafa toy ny lafiny fampidirana ara-ketra. “Ao anatin` ny fanitsiana natao ny mahakasika ny fanatsarana ireo fepetra mahakasika ny fanondranana ny “prix de transfert” izay fifandraisana misy amin` ireo orinasa eto amintsika sy ireo orinasa reniny any ivelany. Mazàna ny fifanarahana ara-barotra amin` izy ireny dia miteraka fatiantoka ho an` ny firenena noho ny fandefasan` ireo orinasa eto an-toerana ny ankapobeazan` ny tombom-barotra azony any amin` ny orinasa reniny any ivelany. Misy fanatsarana ny fomba fametrahana tatitra ara-bola sy arak` asa ho an` ireo fikambanana miankina amin`ny finoana sy fikambanana izay tsy mitady tombontsoa manokana. Noferana amin`ny volana febroary amin` ny taom-piasana manaraka ny fanaterana izany gtatitra izany. Manaraka ny fomba fanambaran ketra ho an`ny daholo be izany raha toa ka vola azo amin`ny toeram-pivarotana.” Nanambara ny minisitry ny vola fa hitombo ny tambatry ny fahabangana ankapobeny amin` ny LFR 2020 noho ny zava-misy ka hampilatsaka hatramin` ny 6% ny harinkarem-pirenena amin` ity taona 2020. Ho fehezina tsy hihoatra ny 7% kosa ny fidanganam-vidim-piainana ary hifantoka tanteraka amin`ny sosialim-bahoaka sy ny fanarenana ny toekarena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

67ha akaikin’ny hotely Manga Mbola nitrangana haintrano indray

Mbola nitrangana haintrano indray omaly teo akaikin’ny hotely Manga, etsy 67ha hatrany.

 

 Raha ny fampitam-baovao dia teny an-dalana hihazo izany ireo mpamonjy voina no naharay antso fa efa matin'ny fokonolona ny afo. Na izany aza dia tonga teny ihany izy ireo nijery ny simba sy ravan'ny afo. Tsy nisy ny aina nafoy. Tsy fantatra mazava ny nahatonga ny firehetana, saingy soa fa nifanome tanana ny manodidina, raha ny fampitam-baovao hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanatanterahana ny PGE“Manao ny ainy tsy ho zavatra ny governemanta”

Nanao tatitra teny amin` ny Antenimierandoholona ny Praiminisitra Ntsay Chrisitian sy ny mpikambana eo anivon` ny governemanta amin`ny

 

 

fanatanterahana ny politika ankapobean` ny fanjakana (PGE) eo amin` ny fampandrosoana omaly. Tafiditra tao anatin` izany ny tatitry ireo asa lehibe izay natomboka sy efa vita, ary ny vinan` asa ihany koa. Eo amin`ny lafiny ara-pitantanana dia ho tohizina ho laharampahamena ny ady amin`ny tsy matimanota sy ny kolikoly. Ho tohizana ihany koa ny fanomezana tetibola 2 miliara ariary sy famatsiana fitaovana hampiasaina amin`ny fanamboaran-dalana isaky ny faritra ho fampandraisana andraikitra ny vondrom-bahoakam-paritra itsinjaraham-pahefana amin`ny fampandrosoana . Hotohizana ihany koa ny fanomezana CLD. Eo amin`ny lafin` ny tsy fandriampahalemana kosa dia hotohizana ny fametrahana fotodrafitrasa manerana ny nosy hamerenana ny fanajàna ny lalàna sy ny fifampitokisana eo amin` ny vahoaka sy ny fanjakana, ankoatra ny famerenana ny hasin` ny fitsarana. Notsipihany ny Praiministra Ntsay moa fa dia nanao ny ainy tsy ho zavatra nanao amin`ny fanatanterahana ny politikam-panjakana ny governemanta. Etsy ankilany dia nanambara ny filohan` ny Antenimierandoholona, Rivo Rakotovao, fa “andrasana ny fampitovian` ny faritra rehetra eo amin`ny fampandrosoana. Manoloana ny zava-misy amin` izao ihany koa dia tokony hampitomboina ny serasera amin` ny vahoaka ny fanjakana”.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AnalamahitsyJiolahy 3 maty voatifitry ny polisy

Naheno loharanom-baovao ny polisy avy ao amin’ny Bbc 4 sy CSP2 fa misy jiolahy mitady hanao fanafihana mitam-piadiana eny amin'iny faritra Analamahitsy iny.

 

Fantatra fa omaly izy ireo no tokony nanatanteraka izany ka teo Masay no nikonokononana ilay fanafihana izay saika hatao tamina mpandraharaha iray. Tonga teny an-toerana avy hatrany ny polisy ka vao nahita ireto farany tonga teny an-toerana ireo jiolahy dia nitifitra avy hatrany. Nanana Kalachinokov mantsy izy ireo. Tsy nitsitsy azy ireo ihany koa ny polisy fa mba niaro ny ainy ka namaly ny tifitra nataon'ireto olon-dratsy. Vokatr'izay dia maty voatifitra ny jiolahy telo raha tafaporitsaka ny iray. Fantatra ihany koa fa isan'ny mpanao fanafihana mahery vaika eto an-drenivohitra ireto jiolahy ireto toy ny teny Nanisana, Besarety.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fampindramam-bola « crédit miarina »50 miliara Ar ny fanampiana ireo orinasa

Nampanantenain'ny Filoham-pirenena ny fampindramam-bola « crédit miarina » hanampiana ireo sehatra tsy miankina nisedra olana amin’izao hamehana ara-pahasalamana ateraky ny aretina covid 19 izao.

 

 Sehatra miisa 4 no mahazo tombony amin’izany dia ny fambolena, ny fiompiana, ny Indostria ary ny fizahantany. Tanatin’ny herinandro monja dia efa nahatratra 93 sahady ireo orinasa nisitraka izany ary nahatratra 4 389 500 000 Ar ny famatsiam-bola nomena. Ao anatin’ny tetikasa Fihariana ihany ny « crédit miarina » izay natokana ho an’ireo orinasa madinika sy salantsalany ary efa niainga taorian’ny fihaonan’ny filoha tamin’ny sehatra tsy miankina teny Iavoloha. Vola natokana hanodinana indray ny orinasa izay efa nitsangana nandritra ny 3 taona farafahakeliny izany ary natokana ho an’ireo manana vola miodina latsaky ny 5 miliara Ariary sy manana mpiasa latsaky ny 30. Ambany ny tahan’ny zana-bola satria 8% izany ho an’ny sehatra Indostria, 9% ho an’ny sehatra fizahantany ary 24 volana ny faharetan’ny fampindramam-bola. Ireo orinasa mbola liana amin’ity tolotra ity moa dia nentanina handalo eny amin’ny banky BOA sy BNI akaiky azy hijery ny andinindininy rehetra.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha Kianja MasoandroNametraka fitoriana maro sosona ny TIM

Nametraka fitoriana teny amin'ny filankevim-panjakàna eny anivon’ny Fitsarana tampony Anosy ny Antoko TIM notarihin’ny Sekretera Jeneraliny Rina Randriamasinoro omaly manoloana ny fananganana “colisée”

 

 

na Kianja Masoandro eny amin'ny Rovan' Antanananarivo Manjakamiadana. Atoa Marc Ravalomanana amin'ny maha filoha teo aloha azy, ny Solombavambahoaka TIMary ny mpanolotsain’ny tanàna TIM dia samy nametraka fitoriana. Tokony ho nandalo teo anatrehan’ny mpanolotsain’ny tanàna satria eto Antananarivo Renivohitra no nanaovana izany, hoy ny mpanolontsaina monisipaly avy amin’ny TIM. Nambara ihany koa fa eny amin’ny faritra avo ihany koa dia tsy azo hanorenena zavatra goavana toa ireny. Anjaran’ny solombavambahoaka no miezaka manadihadihady rehefa misy tranga miseho sahala amin’ireny, ka nahita fa nisy endrika tsy fanarahan-dalàna sy dingana isan-karazany eo amin’ny fanaovan-draharaha ao anatin’ilay izy. Izay no anton’ny fitoriana mba hanatsaharana ny asa aloha hijerena ny zava-misy sy hanafoanana tanteraka ny fanatanterahana azy. Tsy ny lalàna ihany fa na ny dingana teo amin’ny fanatanterahana no voahitsakitsaka, hoy izy ireo. Nilaza kosa ny mpisolovava fa na ny lalàna velona na ny soatoavina sy ny fomba amam-panao Malagasy manampy azy dia tsy voahaja avokoa.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra fizahantanyMisy hatrany ny fanalefahana ara-ketra

Anisan’ny notsinjovina manokana mihitsy ny sehatra fizahantany izay lasibatra tanteraka noho ny fisian’ny valanaretina coronavirus.

 

 

 Nandritra ny fihaonan’ny filoham-pirenena tamin’ireo sehatra tsy miankina tamin’ny Alarobia 17 Jona lasa teo dia efa nisy ireo fepetra noraisina manokana ny amin’ny sehatra fizahantany. Voakasik’izany ny hotely fandraisam-bahiny, ireo « agence de voyage », ny fitaterana ana-habakabaka ary ireo orinasa indostrialy afakaba. Arak’izany dia namoaka fanambarana indray ny teo anivon’ny fitantanana ankapoben’ny hetra fa voatazona hatrany ny fanambarana natao tamin’ny faha-26 Martsa mahakasika ny hetra alaina amin’ny vola miditra izay manemotra ny fanambarana sy ny fandoavan-ketra hatramin’ny 15 Aogositra 2020. Eo ihany koa ny fanemorana ny fandoavana ny Haba alaina amin’ny tataom-bidy (TVA) sy ny hetra alaina amin’ny karama (IRSA) ary ny Impôt Synthétique amin’io daty io ihany koa. Nanamafy kosa anefa ny teo anivon’ny fiadidiana ankapoben’ny hetra fa tokony handoa hetra hatrany ireo sehatra hafa ary mila manaja ny lalanan’ny fandoavan-ketra na dia najanona tanteraka aza ny fanamarinana sy ny fanenjehana ara-ketra (recouvrement) amin’izao fotoana izao.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ravinala AirportsHiova ny fomba fiasa atsy ho atsy

Varavarana hisokafan` i Madagasikara amin` izao tontolo izao ny seranam-piaranamanidina etsy Ivato.

 

 

 

Maro ireo ambana sy tandindoza tsy mantsy hivononana sy hisorohana sanatria ny mety hatafidiran` ny asa ratsy amin`ny sehatra iraisam-pirenena eto Madagasikara. Nijery ifotony ny mety ho fomba hanamafisana ny fiarovana sy ny toerana ireo lehiben` ny Etamazaoro isan-tokony eo anivon` ny Tafika Malagasy. Anisan` ny toerana notsidihana ny toeram-pibaikoana sy sehatra fanaraha-maso an` ireo fiaramanidina (AOCC). Hisy ihany koa ny fanovana fomba fiasa atsy ho atsy. Nandray ireo tomponandraikitra eo anivon` ny Tafika Malagasy ireo ny tale jeneralin` ny Ravinala Airports, Patrick Kolar sy ny kaomandin` ny seranam-piaramanidina eny Ivato.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy nisy tao anatin’ny 60 taona…

Fomba firesaka sy kabary faheno matetika ambaran’ny Filoham-pirenentsika ankehitriny nanomboka tamin’ny propagandy ny hoe

: hanao ny tsy vitan’ny teo aloha tao anatin’ny 60 taona, zavatra tsy mbola nataon’ny mpitondra nifanesy tao anatin’ny 60 taona,... Mitsingerina ny faha-60 taona nahazoantsika ny fahaleovantena, ka endri-pankalazana tsy fahita hatramin’izay no miseho, tsy mbola sahirana tahaka izao ny vahoaka Malagasy tao anatin’izay enim-polo taona izay. Mitotongana ny toekarena sy ny fari-piainana,… Tena voky nofinofinofy sy ampoky ny fampanantenana fiainana mamirapiratra, ka matetika no ahenoana zava-baovao. Miankina amin’ny zava-miseho sy mipoitra tampotampoka tsy ampoizina ny laharampahamehana, fa tsy miankina amin’ny filan’ny Malagasy sy ny fahasahiranany. Zava-dehibe ny finiavana ny hanandratra ny maha Malagasy, hanangana orinasa Malagasy, famokarana fanafody, laboratoara,… Na izany aza, tsapa sy tsikaritra ho misy bizim-panjakana na fandraharahana mivantana na ankolaka ataon’ny mpitondra ao anatin’ireny zavatra ireny. Mainka dia mainka isika amin’ny zavatra avo lenta, tena te hanao zavatra goavana sy lehibe ary mamirapiratra,… Zavatra mijoalajoala tandindon’ny fandrosoana no tian’ny mpitondra hapetraka, izay tsy misy maharatsy azy. Ny manahirana anefa, dia ilay Malagasy izay mahantra ny 90% mitrongy vao homana, tsy misy hohanina, mijaly sy sahirana,… tsy afaka hisitraka ireny ambara fa fandrosoana resahina sy voizina ireny. Marina fa manao ny tsy natao tao anatin’ny 60 taona isika, saingy hoentina am-bavaka mba zavatra hitondra ny sarambabem-bahoaka ho any amin’ny fiainana tsaratsara kokoa. Ny hita sy mila faritana mazava dia ny hoe: fandrosoana tahaka ny ahoana no ilain’i Madagasikara, fa toa mifangarika ny fandrosoana tadiavin’ny vahoaka sy ny fandrosoana entin’ny mpitondra, hany ka lasa resaky ny moana sy ny marenina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra « Ligue 1 » any Frantsa Mitombo ny isan’ireo voan’ny Covid-19

Nanambara ny tompon’andraikitra ao amin’ny klioba TFC Frantsay, tamin’ny talata 23 jona teo fa mpilalao miisa 4 no voamarina fa mitondra ny tsimokaretina covid-19

 

 

 taorian’ny niverenenan’ny fifaninanana baolina kitra tany Frantsa nanomboka tamin’ny alatsinainy 22 jona lasa teo ka nanaovana fitiliana avy hatrany an’ireo mpilalao sokajy « Ligue 1 » rehetra. Avy hatrany dia natao « mise en quarantaine » mandritra ny 2 herinandro izy 4 ireo. Tsy nitsahatra hatreo anefa ny fitaran’ireo mpilalao Frantsay mitondra an’ity tsimokaretina ity satria dia nanambara koa ankehitriny ry zareo mpitantana ny ekipan’i Paris-SG fa misy mpilalao miisa 4 hafa mitondra an’io tsimokaretina io koa ao amin-dry zareo. Marihana fa mbola notanana ny fepetra fametrahana elanelana eo amin’ny fiatrehana ny lalao atao ka voarara ny fifampikasohan’ireo mpilalao eny ambony kianja sy eny ivelan’ny kianja koa aza.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Andaboly ToliaraMiandry ny « tapis » sentetika ny kianja Maître Kira

Raha ny vaovao voaray avy any amin’ny tompon’andraikitry ny baolina kitra any an-toerana dia ny « tapis »

 

 hapetraka eo amin’ny kianja filalaovam-baolina sisa handrasana atao dia ho vita ny fanamboarana natao tao amin’ny kianja Maître Kira ao Andaboly Toliara dia hiova ho kianja manara-penitra ity kianja ity amin’ny ankapobeny. Raha ny fanadihadiana natao dia fantatra fa efa misy “tapis” sentetika miisa 110 efa tonga eto amintsika ka miandry ny hametrahana azy ireo amin’ireo kianja manarapenitra haorina rehetra. Inoana fa tsy ho diso anjara amin’izany ity kianja Maître Kira Andaboly any Toliara ity fa : “efa tena maika ny hanety mivantana sy hanitsaka an’izany kianja sentetika izany ny mpamaraky mpisôma laboly any an-toerana”.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatondrazakaVita hatrany amin’ny 50% ny kianja manarapenitra

Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana dia efa vita hatrany amin’ny 50 % any ho any ny fanamboarana ny kianja Rasolonjatovo ao Ambatondrazaka ho lasa kianja manara-penitra.

 

 Efa tafakatra avo dia avo ankehitriny, hoy ity tati-baovao voaray ity, ny “tribune” sy “gradin” namboarina manodidina ny kianja filalaovana ary ity farany ity dia efa voalamaka miandry ny fametahana ny “tapis synthétique”. Tahaka ny mpamaraky any Toliara dia miandry ny hahavitan’ity kianja ity haingana ihany koa ny Gôna any Ambato.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana hiverina hisokatra170 isan-kerinandro ny fangatahana voarain’ny prefektiora

Mbola ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana tanteraka isika eto ankehitriny. Mbola voafetra ho 50 isaky ny efitrano ihany koa ireo mpino azon’ny fiangonana raisina noho izany eny fa na dia ho an’ireo fiangonana lehibe mahazaka olona an-jatony aza.

 M

ahatratra 160 ka hatramin’ny 170 isa isan-kerinandro araka izany ireo fiangonana tonga manao fangatahana eo anivon’ny prefet-n’Antananarivo ny mba hahafahany miverina misokatra indray. Mahazo fahafahana izy ireny raha manaraka ny fenitra ara-pahasalamana sy io salan’isa miisa 50 isan’efitra io saingy ho an’ireo toerana nahitana trangan’aretina kosa dia tsy manome fahazoan-dalana hisokatra ny prefe raha araka ny fanazavan’ny general de division Ravelonarivo Angelo, omaly. Tsy mandeha ho azy izany fepetra izany hoy izy fa misy fanaraha-maso hatao. Mikasika ireo olona manao fisoratam-panambadiana na mariazy ka manofa efitrano filanonana ary manasa olona mihoatra ny 50 isa aorian’izany dia nomarihiny fa tena ho sahirana raha tratra. Ho fiarovana ny fahasalaman’ny vahoaka Malagasy no antony hoy hatrany ity prefen’Antananarivo ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsiry Andriamihantasoa“Ho aiza isika ity ?”

Lavitra loatra ny elanelana misy eo amin'ny fari-piainan'ny Vahoaka Malagasy. Mifanalavitra ny vola miditra eo amin'ny mpanankarena sy ny mahantra. Tsy mahafehy trano intsony ny 10.000Ariary.

 

Tsy mahavita izay filana ao an-tokatrano intsony izany, hoy ny filohan’ny fikambanana Tanora mandray andraikitra, Tsiry Andriamihantasoa, naneho ny heviny mikasika ny raharaham-pirenena ao anatin’izao ankatoky ny fankalazana ny faha 60 taona niverenan’ny fahaleovantena izao. Ny tokantrano maro an'isa anefa, hoy izy, dia zara raha mampiditra vola 3.000Ariary sy 5.000Ariary. Misy hantsana lalina be, noho izany, mampifanalavitra ny mpitondra sy ny vahoaka. Tsy tsapan'ny mpitondra mihintsy ny tena hanavotana ny vahoaka, hoy hatrany izy, ary mampametra-panontaniana hoe ho aiza isika ity ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Toamasina“Manomboka voafehy ny aretina”

Araka ny tatitry ny governoran` ny faritra atsinanana omaly, dia manomboka voafehy ny valanaretina COVID-19 ao Toamasina. Raha ny fanazavana nataony dia mihoatry ny 50%n` ireo olona voatily hoe mararin` ny COVID-19 no sitrana.

 

 

“Raha tamin`ny fanombohan` ny aretina dia nanodidina ny 800 ireo olona voatily fa mitondra ny tsimokaretina. Marihana anefa fa 80% ireo notiliana kosa dia voambara fa “asymptomatique” na tsy mitondra ny tsimokaretina. Tany Toamasina no betsaka nitondra ny valanaretina saingy manodidina ny 400 mahery kely no sitrana ary nanaraka fitsaboana tambavy CVO. Manomboka voafehy ny aretina” hoy hatrany ny governora. Na dia izany aza, manentana ny vahoakan` Toamasina ny governoram-paritra amin` ny fanamafisana ny fanajàna ny fepetra rehetra satria tsy misangy ny aretina.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarovana ny alaTsy nahomby ny paikady nandritry ny 30 taona

Taorian’ny fihaonana voalohany teo amin’ny minisiteran’ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana maharitra tamin’ireo mpitantana ala arovana natao teto

 

 

Antananarivo omaly dia efa tsapa fa tsy nahomby ny paikady momba izany nandritry ny 30 taona, hoy ny fanazavan’ny minisitra Baomiavotse Vahinala Raharinirina. Ilaina noho izany ny manova paikady izay tsy manilika ny olombelona, hoy izy. Izany hoe paikady mifantoka kokoa amin’ny lafiny sosialy sy mampahazo aina ilay fiarahamonina ifotony. Mila tsaroana fa ny 12%n’ny harinkarena faobe eto Madagasikara dia azo avy amin’ny sehatra fizahantany. Ny 80%n’ireo mpizahantany tonga eto dia noho ireo ala arovana sy ny manodidina izay misy eto amintsika na an-tanety izany na an-dranomasina na ambanin’ny tany. Nanao antso avo ireo sehatra tsy miankina, fiarahamonim-pirenena, siantifika ary ireo sehatra hafa ankoatran’izay noho izany ny minisitra mba hiara-hikaroka io paikady mahomby io.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Misaona ny asa fanaovan-gazetyNodimandry i Lôlot Ratsimba

Misaona ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety. Nodimandry omaly alarobia 24 jona 2020 teo amin’ny faha-54 taonany i Ratsimba Nambinintsoa Solomon na Lôlot Ratsimba no anarana nahafantarana azy teo amin’ny sehatry ny fanaovan-gazety.

 Niasa tao amin’ny Radio Fahazavana, Top Radio izay ato amin’ny vondrona Vidy Varotra misy ny Tia Tanindrazana, ary tao amin’ny Radio Vakiniadiana no niasany farany talohan’ny nahalasany. Efa fotoana elaela izy no tsy salama, ary efa somary nihatsara. Sempotra anefa izy omaly maraina ka nentina teny amin’ny Sampana Vonjy Aina tao amin’ny HJRB Befelatanana, saingy indrisy fa tsy tana ny ainy. Isan’ireo mpanao gazety nanaraka sy nampita nivantana ny vaovao manodidina ireo fifampidinihan’ireo ankolafy politika teto Madagasikara sy tany Afrika (Maputo, Addis-Abeba, Gaborone…) sy ireo fifanarahana nandaminana ny olana politika taorian’ny fanonganam-panjakana ny taona 2009 i Lôlot Ratsimba. Naiditra am-ponja in-droa nisesy tamin’ny fitondrana tetezamita. Nosamborina tamin’ny raharaha fiokoana miaramila teny amin’ny RAS (Régiment d’Appui et de Renseignement) Ampahibe ny 29 desambra 2009 i Lôlot Ratsimba sy ny Talen’ny Radio Fahazavana, Didier Ravoahangison, tamin’izany, sy ny 20 mey 2010 nisian’ny fiaraha-mivavaka nokarakarain’ny Hetsiky ny Mpitondra Fivavahana na HMF teny amin’ny Mausolée, izay nisamborana ireo mpiasan’ny Radio Fahazavana folo mianadahy, ankoatra ireo Mpitandrina sasany tao amin’ny HMF. Namela mananotena izy sy kamboty mianadahy kely tsy ampy taona. Eny amin’ny trano fonenany Nanisana Ambatobe ny nofo mangatsiaky, ary halevina rahampitso zoma eny Talatan’i Volonondry. Miombon’alahelo sy mirary fiononana feno ho an’ny fianankaviana ny Gazety Tia Tanindrazana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiasana fahazoan-dalana hosokaFiara sprinter iray no tratra teny Ankazobe

Mbola misy ihany ny minia mandìka ny lalàna sy fepetra momba ny tsy fahazoana mivoaka sy miditra ny faritra Analamanga ka mampiasa antontan-taratasy hosoka.

 

 

Fiara sprinter iray nitondra olona 20 no tra-tehaky ny zandary manao sakana ara-pahasalamana ao Ankazobe ny 23 jona lasa teo tamin’ny 05 ora hariva. Fiara mpitatitra amin’ny zotra nasionaly io tratra io avy any Antananarivo nikasa hiazo an’Antsohihy. Rehefa notiliana ny taratasy dia voalaza fa hody any Antsohihy avy nandevina tany Antananarivo no tao anatiny, raha toa izay koa no nambaran'ny mpamily. Hita sy tsikaritra anefa fa feno kosoka ny soratra. Nohamarinina tamin’ny alalan’ny antso an-telefaonina natao tamin'ireo mpitantana ny CCO izany ka nilaza ireto farany fa laharana fahazoan-dalana ho any Imerintsiatosika hitondra marary no mifandraika amin'io laharana io. Nanotaniana ihany koa ireo mpandeha dia samy nilaza fa tsy nisy nidonam-pahoriana izy ireo fa ho any Antsohihy toy ny mpandeha tsotra ary tsy misoratra ao anaty fahazoan-dalana ny anaran'izy ireo. Nogiazana ny fiara avy hatrany ilay fiara noho izany. Notanana hatao andrimaso ary hatao famotorana koa ny mpamily sy ny mpanampy azy. Fantatra fa misy mpanera ao amin'ny tobim-piantsonana Maki Andohatapenaka , mizara sy manome io fahazoan-dalana hosoka io.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Toe-javatra mampiahiahy any Nosy Be Mpanjono 9 tsy hita popoka

Mpanjono Malagasy miisa 4 no tsy hita popoka tsy hay na maty na velona nanomboka ny sabotsy 30 mey ka hatramin’izao. Nanjono tany amin’ny fari-dranomasin’i Nisy Be izy ireo.

 

 

 

Niampy 5 hafa indray izany amin’izao fotoana izao, raha ny vaovao azo avy any an-toerana. Nitovy tamin'ireo voalohany ihany ny anton-dian'izy ireo. Nandeha nanjono ary tany dia tsy niverina intsony. Lany haika ny fianakaviana, lany ihany koa ny vola niantohana solika sy nanofana sambo haingam-pandeha nikarohana azy ireo tany amina kilaometatra maro manodidina an'i Nosy Be. Nijanona tanteraka ny fikarohana ankehitriny ka vaovao avy amin'ireo tsara sitra-po sisa antenaina ho an'izay mety mba hahita ny havan'izy ireo, hoy hatrany ny vaovao azo. Tsy nisy hita na ireo mpanjono, na ny lakana, na ny fitaovan'izy ireo. Ahiana ho notafihin’ny jiolahin-tsambo Somalianina ireo fianakaviana. Misy ihany koa anefa ireo mieritreritra fa misy hifandraisany amin'ny Îles éparses izao fanjavonana mifono mistery izao. Efa nisy fotoana rahateo nisiana fisamborana mpanjono Malagasy nandalo tany amin’ireo Nosintsinka ireo nataon’ireo miaramila miandry izany. Miangavy amin'ny fitondram-panjakana ny fianankaviana ny mba handefasana angidim-by hitadiavana azy sivy mirahalahy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Filankevitry ny minisitraMaro ny fanadihadiana hatao any anaty ministera

Nanome toromarika ireo ministera tsirairay nandritra ny filankevitry ny minisitra omaly ny filoham-pirenena.Izany moa dia tafiditra indrindra amin’ny drafi-panarenana ny toekarena sy ny sosialy mandritra ny enim-bolana faharoa amin’ity taona ity,

 

 araka ny efa voarakitra ao amin’ny tetibola 2020 nasiam-panitsiana.Maro ihany koa ny fanadihadiana lalina atao any anaty ministera, eo ihany koa ny fanadihadiana ny tamin’ny fomba namoahana sy nanomezana ny tsenam-panjakana tamin’ny fanatanterahana tetikasa.Misy izany ny zavatra tsy mazava tsara sy mampiahiahy.Anisan’ny misongadina amin’ireo toromarika nomena ohatra ny fampitoviana ny karam-pokontany rehetra manerana ny nosy mba hanamorana ny fanatanterahana ilay « digitalisation » na fandraiketana anaty solosaina ny mombamomba ny mponina.Mila vitaina haingana sy mazava tsara ihany koa ny tolobarotra momba ireo Flyovers 2 heverina fa apetraka eny Ampasika sy Anosizato.Hisy ihany koa ny fanadihadiana isaky ny ministera mikasika ny fampiasana solika, tena entina miasa marina ve sa ahoana.Nomena toromarika hanokatra fanadihadiana ihany koa ny ministeran’ny fahassalamam-bahoaka momba ny fanorenana ny hopitaly manarapenitra any Maintirano sy ny fampitaovana azy izay ahiana ho mihoapampana.Voaresaka nandritra ny filankevitry ny minisitra omaly ihany koa ilay fandaharana « Kilasy pour Tous » namoahana volabe 1,140 miliara ariary tao amin’ny ministeran’ny fanabeazam-pirenena ; atao ny fanadihadiana lalina ary mety hiafara amin’ny fanafoanana io fandaharana io mihitsy aza izany.Mila hanaovana fanadihadiana tahaka izany ihany koa ny sorabola samihafa misimisy ihany tao amin’ity ministera ity tahaka ny nampiasaina nizarana rakibolana manerana ny nosy.Anisan’ny toromarika ihany koa ny tsy maintsy hahafantarana ny toerana vaovao hanorenana ny Tanamasoandro satria efa tsy raikitra ilay eny Ambohitrimanjaka moa.Farany, maro dia maro ny fanafoanana didim-panjakana sy fanendrena mpiasam-panjakana ambony omaly , singanina amin’ireny ny fanendrena ny tale vaovao hisahana ny fiarovana ny filoham-pirenena dia ny General de Brigade Rakotoniaina Maminirina izany.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Dany Rakotoson« Mila antoko mpanohitra matanjaka eto »

Miezaka mametraka ny fanantenana ho an'ny vahoaka ny mpitondra amin'izay hieritreretany azy, hoy ny mpanao politika, Dany Rakotoson, raha naneho ny heviny mikasika ny fihetsiketsehan’ny fitondrana ankehitriny, mba hilazana fa miasa izy.

 

 

 Rehefa tsy mazava ny vina sy ny soritr’asa dia fihetsiketsehana na « activisme » no anaromana izany. Tsy mitondra fivoarana haingana sy iarahana anefa izany, hoy izy. Rehefa tsy misy ny fifampitokisana dia hita foana ny anaratsiana izay ataon'ny tsirairay. Mahay milaza daholo izay te hilaza fa ny serasera aloha dia nahavita zavatra ny fitondrana, hoy hatrany izy, mba hilazany fa miasa izy. Izay iray fa ao anatiny koa dia misy ny fiteny frantsay hoe mampiaina ny tsy misaina ny fanantenana ary ao anatin’izany dia tsikaritra ho misy fandrendrehana saim-bahoaka na “diversion”. Ny hahafahana mivoaka ao anatin’izao olana amin’ny firenena izao fotsiny dia Samia miasa amin'ny sehatra misy azy. Aza lany andro amin'ny fitsikerana tsy ahitam-bokatra. Mila antoko politika mpanohitra matanjaka ankoatry ny antoko mpanohana ary mila antoko fahatelo koa dia ny « ecologiste » isika mba hisian’ny fifandanjana eto, hoy hatrany izy.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Filankevitry ny tanànaNekena avokoa ireo teboka goavana

Tamim-pilaminana ihany no niafaran` ny fivoriana ara-potoana teny amin`ny filankevitry ny tanànan` Antananrivo Renivohitra na dia nisy mpanolontsaina no nampiaka-peo vantany vao nivoaka ny lahadiniky ny fivoriana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara vita Malagasy "Gasycar"Ny Sinoa sy Alemà no hamokatra azy…

Nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy omaly ny marika fiara ambara fa tena vita Malagasy dia ny “Gasycar”, ka ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina no nitarika ny lanonana.

 

 

Efa nisy ny vokatra nampirantiana tamin’izany. Moto 100 marika Gasycar no nomena ny polisim-pirenena. Mitovy tsy misy valaka amin’ny fiara marika Foday F22 sy ny Kantaka any Ghana vokarin’ny orinasa Sinoa Guangdong Foday Automobile Co no naranty omaly. Ny firenena Sinoa sy Alemana rahateo no miara-miasa hanamboatra ny fiara sy moto marika Gasycar. Voalohany dia hametraka ny “usine de montage” ka eto Madagasikara no harafitra ny fiara kendrena ho tafapetraka hatramin’ny faran’ny taona. Faharoa ny fametrahana toeram-pivarotana hahafahan’ny Malagasy manjifa. Afaka 3 taona, dia vokarina eto Madagasikara avokoa ny 50% amin’ny fampitaovana ilaina, hoy ny fanazavan’ny Filoha Rajoelina. Tsy mbola vokarina eto Madagasikara fa ny marika famantarana na “logo” izany no hapetaka amin’ity fiara ity. Ny “usine d'assemblage” ana mpamokatra fiara avy any ivelany no heverina fa hatao eto, toy ny misy any Rwanda. Olona 100 eo no voalaza fa hampiasaina ao anatin’ny Gasycar. Zava-dehibe sy manandratra ny Malagasy ny fametrahana indostria lehibe tahaka izao, saingy somary nandiso fanantenana ihany ny serasera ampiasaina amin’ny hoe Vita Malagasy, kanefa karazana paikady ara-barotra toy ny fanao amin’ny tontolon’ny “marketing” izy ity hoe: misy fiara anankiray vitan’ny sinoa na ny firenen-dehibe dia ny mpanjifa avy aty amin’ny firenena toa antsika no misafidy ny marika sy sary famantarana tiana hapetaka aminy. Isan’ny tena ahitana an’io ny tontolon’ny finday. Mora kokoa ny mivarotra azy rehefa hoe vita Malagasy ny marika atao aminy.

 Toky R

Midi Madagasikara0 partages

Concours de petits projets culturels : « Resiste » de Green’N Kool remporte le palme

L’association GreenNkool de Nosy Be

La culture au service de l’environnement. Lancé il y a plusieurs mois, le concours des petits projets culturels  a son gagnant. Le projet « Résiste » est porté par le collectif d’artistes de l’association Centre Culturel Gren’N’Kool de Nosy Be.

Après plusieurs mois d’attente, le verdict est tombé. Le projet « Résiste » de l’association Centre Culturel Gren’N’Kool de Nosy Be remporte le premier prix du concours de petits projets culturels lancé par le Cgm/ Gz sur l’écologie et l’environnement. Le projet combine différents talents de l’association Green’ N Kool à Nosy Be, et comporte une exposition des photos, sculptures et tableaux, un slam engagé et un mini concert sur le thème environnemental, ainsi qu’une journée d’atelier de recyclage pour le grand public. « Résiste » promeut la mobilisation de la jeunesse sur la thématique du développement durable par l’intermédiaire de l’art. Ce projet rallie ainsi de nombreuses possibilités d’impliquer l’art à la protection de l’environnement et au développement durable. Mais aussi, il met en lumière une association en dehors d’Antananarivo qui s’engage à investir dans le développement durable.

Situé à Hell Ville à Nosy- Be, le Green’N Kool est un espace culturel, écolo, citoyen, dédié à la jeunesse et au développement durable. Créé par des jeunes et pour les jeunes, le Centre Culturel Green’N Kool est un projet de l’entreprise sociale « Green’N Kook » spécialisée dans la fabrication de meubles à partir de produits recyclés, et basée à Tana. Selon Marie-Christina Kolo la fondatrice,  « l’idée est focalisée sur une philosophie de partage et d’échange. Raison pour laquelle, l’équipe est constituée de jeunes dans différents domaines, pour ne citer que des artistes, des éco designer, des écologistes, etc. Le concept se résume à ce que nous apprenons aux jeunes à recycler pour eux, et transformer leurs déchets pour leurs besoins quotidiens que l’on traduit en anglais par « do it yourself ». La formation sera en permanence, d’une manière à leur offrir des formations gratuites avec leur propre créativité. L’objectif est donc de leur éduquer afin qu’ils puissent eux-mêmes, subvenir à leur besoin à l’avenir. Une manière pour les inviter à devenir actifs et non passifs dans les actions pour le développement socio-économique. En somme, nous voulons leur inculquer de nouvelles façons de penser, de voir les choses et d’agir sur l’environnement. On peut donc être à la fois « cool et écolo. » Aussi, « Green’NKool » veut affirmer et informer que l’environnement n’est pas seulement le fait de protéger la nature, mais aussi, de créer des emplois pour un avenir harmonieux et durable. »

A noter que cette troisième édition a porté sur le thème de l’environnement et de l’écologie, et qui a encore une fois été couronnée de succès grâce aux nombreux projets qui ont été présentés. Vu la situation actuelle, la réalisation du projet gagnant sera donc reportée à une date ultérieure. Mais en attendant, les porteurs de projet sont encouragés à continuer et mettre en œuvre d’autres petits projets pour d’autres concours à venir.

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Ministre de l’Education nationale : Sa nomination est une urgence selon le SECES Tana

L’enseignement supérieur et la recherche scientifique a besoin de réforme en profondeur.

Pour le Syndicat des Enseignants-chercheurs et Chercheurs-enseignants branche Antananarivo, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique devrait plus s’atteler sur les programmes de développement du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Nous invitons le gouvernement à nommer d’urgence un ou une ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et professionnel”. C’est ce qu’on peut lire dans un communiqué publié par la section Tananarivienne du Seces en date du 22 juin dernier. Et pour appuyer ces propos, le syndicat de noter qu’il “ ne faut pas oublier et minimiser les problématiques inhérentes au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui n’attendent qu’à être résolues”. Le Seces Tana d’interpeller également sur “les efforts de développement à entreprendre”. Dont les modalités de réalisation auraient été “convenues entre les deux parties et qui devraient être initiées pour éviter la résurgence des crises au sein du microcosme de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique”.

Partagée. Outre ces diverses interpellations à l’endroit du gouvernement, le Seces Tanà s’est également posé en tant que force de proposition et de conseil. Ainsi, le syndicat fait appel à la “ prise de responsabilité de tous les acteurs, ainsi qu’à une solidarité nationale de tous les secteurs dans la mise en œuvre du processus de développement du pays”. Pour en revenir aux problématiques inhérentes à l’enseignement supérieur et à la recherche scientifique, leur résolution devrait permettre aux enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de procurer de meilleurs enseignements et des formations dignes aux étudiants malagasy, conclut le Seces Tana.

Jose Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Crédit « Miarina » pour les MPME : Plus de 4,3 milliards Ar de prêts octroyés aux 93 entreprises

Le Président de la République, Andry Rajoelina, a initié le crédit « Miarina » portant une enveloppe de 50 milliards Ar afin de soutenir les MPME en difficulté en raison de la crise sanitaire. 

Le Chef de l’Etat a promis d’apporter un soutien au secteur privé qui est fortement touché par la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19, lors d’une rencontre bipartite qui s’est tenue tout récemment au Palais d’Iavoloha. Ainsi, l’Etat par le biais du programme national Fihariana, accorde une enveloppe de 50 milliards Ar pour aider les MPME (Micro, Petites et Moyennes Entreprises) formelles impactées par cette crise sanitaire, et ce, via le lancement du crédit « Miarina », initié par le Président lui-même. Quatre secteurs ont été priorisés pour pouvoir en bénéficier, à savoir, l’agriculture, l’élevage, le tourisme et l’industrie. Et du 17 juin au 23 juin 2020, soit en l’espace d’une semaine, plus de 4,3 milliards Ar de prêts ont été octroyés aux 93 entreprises ayant déposé leurs demandes de financement.

Taux d’intérêt bonifié. Il est à noter que l’Etat a décaissé ce crédit « Miarina », dans un délai très court afin de satisfaire la demande des MPME. Et parmi ces 93 entreprises bénéficiaires, 10,8% d’entre elles opèrent dans le secteur artisanat; 1,1% dans le secteur BTP, 41,9% dans le commerce; 1,1% dans l’élevage; 6,4% dans le secteur du tourisme;11,8% dans le domaine de la médecine;18,3% dans le service et les 8,6% restants dans le secteur du transport. En tout, le montant moyen de prêt accordé à une entreprise s’élève à plus de 47 millions Ar. Mais un emprunteur peut même demander un crédit atteignant le montant maximum de 300 millions Ar, et ce, moyennant un taux d’intérêt bonifié de 9% pour le secteur du tourisme et de 8% pour les  autres secteurs comme l’industrie et le service ainsi que l’agriculture et l’élevage. Pour ce premier secteur, la durée de remboursement du crédit « Miarina » est de 24 mois dont un différé de 8 mois en principal. Quant aux autres secteurs d’activité, le différé en principal est fixé à 6 mois. En  revanche, les entreprises formelles et qui sont impactées par la crise sanitaire, ayant plus de 3 ans d’existence, réalisant un chiffre d’affaire inférieur à 5 milliards Ar et employant moins de 30 salariés, sont éligibles à ce crédit « Miarina », a-t-on appris.

Relancer leurs activités. Il faut savoir également que ce crédit « Miarina » initié par le Chef de l’Etat consiste à appuyer les MPME à reconstituer leur trésorerie amortissable ou un fonds de roulement permettant de relancer leurs activités, face à cette crise sanitaire qui prévaut dans le pays. Les entreprises qui désirent d’en bénéficier, doivent immédiatement se renseigner auprès des banques partenaires dont entre autres la BNI et la BOA Madagascar, a-t-on évoqué. Il est à noter que le programme « Fihariana » est également ouvert aux Très Petites et Moyennes Entreprises impactées par le coronavirus dans tout Madagascar.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

CHUMET Tsaralalàna : Remise de gels hydro-alcooliques et masques par Galana

L’équipe de Galana remettant des masques à l’équipe du CHUMET Tsaralalàna. (crédit photo : Anja)

Partenaire du centre hospitalier universitaire Mères et Enfants Tsaralalàna depuis la réhabilitation d’un pavillon de l’hôpital il y a deux ans passés, la société Galana continue sur sa lancée et vient en aide au centre dès qu’elle le peut. Le mardi 23 juin 2020, elle est venue remettre à l’équipe du CHUMET  un lot de masques de protection et de gels hydro-alcooliques dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. « Il est vrai que vous avez déjà des masques spécifiques lorsque vous travaillez à l’hôpital. Mais nos masques peuvent toujours vous être utiles en dehors de votre lieu de travail », s’est expliqué Zo Andriamampianina, directeur commercial et marketing, concernant le don. Confirmée par l’adjoint du directeur chargé des affaires techniques du CHUMET, « ces masques représentent une aide importante pour l’équipe médicale qui doit rester très vigilante par rapport à la propreté, que ce soit à l’hôpital ou dans la vie de tous les jours ».

Importance de la distanciation physique. L’adjoint du directeur chargé des affaires techniques du CHUMET, Clara Gladys Raherinampiniaina a profité de cet entretien avec les journalistes pour rappeler l’importance des gestes barrières, surtout la distanciation physique d’un mètre : « il faut toujours porter un masque mais surtout respecter la distanciation physique d’un mètre. J’insiste vraiment sur ce point car cette mesure est très importante si on veut éviter de contracter ou transmettre la Covid-19. Et bien évidemment, se laver les mains avec de l’eau et du savon régulièrement ; à défaut, on peut utiliser une solution hydro-alcoolique », a-t-elle tenu à rappeler.

Grâce à cette aide de la société Galana, les agents de santé au sein du CHUMET ont désormais un gel désinfectant dans leurs proches pour qu’ils puissent se laver les mains à tout moment ; et ont également des masques supplémentaires quand ils sortent du travail.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Stade Barea Mahamasina : Des dons pour les employés malagasy

Les employés rentrent avec les épaules lourdes.

Les travaux de construction du « Kianja Barea » avancent.  Initialement prévue le 21 juin dernier, la livraison de la première phase des travaux devrait encore attendre. Avec les mesures liées à la lutte contre la propagation du coronavirus, les employés du China State Construction Engineering Corporation  respectent les consignes sanitaires. Et en cette période de fête nationale, les employés malagasy restent confinés à Mahamasina dans l’objectif de protéger leurs familles. Pour ce faire, la société a décidé de remettre des dons pour leurs familles en leur offrant 20 kg de riz, 2 litres d’huile et des savons. « On essaie de garantir les revenus des employés. Les travaux accusent des retards causés surtout par le covid-19 et la fermeture des frontières, mais, respectent les normes de la FIFA » a expliqué, Lin Kaicheng, directeur général du projet. La première phase du projet qui consiste à la construction d’une tribune avance, et les structures sont déjà visibles. «  On va essayer de terminer les travaux du Stade Barea le plus tôt possible, mais, on a déjà demandé un rallonge à cause de la crise du coronavirus. Les ingénieurs du bureau d’études ne sont pas encore arrivés au pays et là, on est obligé de travailler sur téléphone et la visioconférence, pourtant  il y a beaucoup de discordances entre le dossier et la réalité sur terrain. Nous attendons l’ouverture des frontières pour qu’ils puissent rejoindre le pays » , a continué le directeur du projet.  Plus de 300 employés malagasy et 80 chinois travaillent sans relâche jour et nuit à Mahamasina.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 16e décès, 63 nouveaux cas et 47 guérisons, hier

Un nouveau décès du Covid-19 est survenu hier, à Toamasina. Il s’agit d’une femme âgée de 46 ans hospitalisée au CHU de Morafeno Toamasina, portant à 16 le nombre de décès dû au coronavirus à Madagascar.

Un seizième décès est survenu hier, au CHU de Morafeno Toamasina. Une femme, dont le profil n’a pas été précisé, a succombé des suites du Covid-19. Outre ce nouveau décès, 63 nouveaux cas de Covid-19 et 47 guérisons ont également été rapportés par le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19, dans son bilan d’hier. Ces nouveaux cas, relevés parmi un total de 459 tests, ont été identifiés par l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), le laboratoire de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) et le Laboratoire d’Analyses médicales Malagasy (LA2M). Dans les détails, ces 63 nouveaux cas se répartissent comme suit : l’IPM a identifié 40 cas positifs sur les 233 tests qu’il a réalisés ; le HJRA en identifié 22 parmi 66 tests, et le LA2M a relevé un seul cas positif sur 160 tests effectués.

38 de plus pour Tanà. Antananarivo compte, encore une fois, le plus grand nombre de nouveaux cas. En effet, 38 des 63 nouveaux cas d’hier sont localisés dans la capitale ; 20 à Moramanga ; 3 à Toamasina ; 1 à Anosibe an’Ala  et 1 à Mahajanga.  Quant aux 47 guérisons, 25 d’entre elles sont localisées à Toamasina (8 au CHU Morafeno, 12 au CHU Analakininina, 3 au Foyer social Canada et 2 à domicile) ; 22 à Antananarivo (21 à l’hôpital d’Andohatapenaka et 1 à celui d’Anosiala). Les formes graves, au nombre de 8, se trouvent toujours à Toamasina (2 au CHU Morafeno) et à Antananarivo (6 à l’hôpital Joseph Raseta Befelatanana).

Toujours selon le bilan présenté, hier, par la porte-parole du CCO, le nombre total des cas confirmés de Covid-19 à Madagascar s’élève à 1.787 au 22 juin 2020, sur un total de 19.392 tests PCR réalisés. Actuellement, 993 malades sont toujours en cours de traitement tandis que 779 personnes sont déjà guéris.

Hanitra R.  

Midi Madagasikara0 partages

Concours de cover : Anj’Art gagne le « Gasikara midera » 2020

Anj’Art, Anjara Johanne Ramamonjisoa, la grande gagnante de cette première édition de « Gasikara Midera ».

Le rideau est tombé sur le concours de cover évangélique Gasikara midera. Anj’art arrive en première place, suivi par Friend’s group qui est talonné de près par Lova Renée. 

Après moult suspens et les  « j’aime » à récolter, Gasikara Midera connaît enfin son gagnant.  Sur les 25 clips en lice, Anj’Art remporte le premier prix grâce à l’interprétation de Soa Bevata de Titianah avec onze mille vues au compteur. En seconde position,  Friend’s group,  a choisi Love de Joseph d’Af Tandis que Lova Renée ferme la marche du podium avec « Iraho aho » de Haisy. 

Pour Anjara Johanne Ramamonjisoa de son vrai nom, cette chanson de Titianah a  marqué son enfance. A chaque fois que ses parents partaient, elle demandait toujours aux membres de sa famille de diffuser le morceau de Titianah pour la consoler. Outre la louange du combien il est bon de louer le Seigneur, le titre lui est venu comme une évidence quand elle a décidé de participer au « Gasikara Midera ». Repris magnifiquement, avec ce son typique du sud. Avec les sons gutturaux en plus, ralliant harmonieusement musique traditionnelle et technique moderne. La jeune femme relate un style à la fois épuré et complexe.    Friend’s group, cette formation qui rassemble plusieurs jeunes d’Andapa, a misé sur la prouesse vocale. Un ensemble mettant en valeur un arrangement aussi entraînant que l’original. Depuis le buzz sur les réseaux sociaux, Lova Renée ne cesse de faire parler d’elle. Cette dernière étant devenue une vedette du petit écran n’est plus à présenter.  Et mis à part son talent d’oratrice, elle s’avère être également une bonne chanteuse. Montrant passion, zèle et charisme, la petite fille a plus d’une corde à son arc et n’hésite pas à dévoiler ses nombreux talents. Pour sa part, le choix du jury  s’est porté sur Tsiory qui a repris « Indrahindrainay » de Rija Rasolondraibe. 

A rappeler que le concours de Cover « Gasikara Midera » vise à repérer de nouveaux talents tout en donnant une seconde vie aux anciennes chansons évangéliques. Toutefois, le critère principal concerne surtout l’originalité de l’interprétation, la qualité vocale et  l’excellence globale de la vidéo. La suite à la prochaine édition !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Cinéma : Malagasy mankany à l’affiche du Novegasy

L’équipe de tournage de Malagasy mankany

En 2012, Haminiaina Ratovoarivony présentait son tout premier long-métrage « Malagasy mankany ». Huit ans plus tard, le film est dorénavant programmé dans le Novegasy. Vibrant au cœur de la célébration de 60ans de l’indépendance, l’œuvre de Hamy Ratovo sera diffusée dimanche à 15H. Après un long chemin dans les festivals de films aux quatre coins du globe, Malagasy mankany a été salué par les critiques.   Comédie dramatique sur la jeunesse malagasy, le rôle principal est porté brillamment par Sanjy Valeska, une jeune actrice de 22 ans à l’époque, originaire de Majunga.  Mahon Andoniaina, Ben Elissar et Hamy Ratovo, rejoignent le casting. En plus des nombreux prix déjà remportés, le succès de Malagasy mankany a été couronné par l’attribution du « Prix du jury du meilleur film de la section Diaspora » de la 13e édition du Hollywood Black Film Festival ! Une catégorie qui a été, pour la première fois, intégrée dans le festival cette année. Encore bravo à toute l’équipe ainsi qu’à toutes les personnes qui ont contribué à ce film, et qui ont réussi à porter haut les couleurs de Madagascar.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : Seuls les entraînements individuels autorisés

Ces mesures ont été prises pour que les compétitions se reprennent rapidement.

Suite aux mesures prises pour éviter la propagation du Covid-19, le Malagasy Rugby annonce que seuls les entraînements individuels sont désormais autorisés. Pourtant, l’instance nationale continue à travailler pour la préparation à la reprise de la saison.

Le retour sur le terrain est de plus en plus incertain pour les férus du ballon ovale malagasy. Le Malagasy Rugby vient de réaffirmer encore à l’issue d’un communiqué, les mesures que tous les acteurs du rugby doivent respecter en cette période de crise sanitaire liée au Covid-19, surtout face à la multiplication des cas positifs ces derniers temps. « A toutes les ligues régionales, les sections, les clubs, les associations, les joueurs, les coaches…, la fédération a pris cette décision que seuls entraînements individuels sont acceptés. Par contre les entraînements avec un ballon et avec un contact physique sont fortement interdits », peut-on lire dans le communiqué.

Puisque le bureau du Malagasy Rugby est toujours ouvert, les dirigeants invitent tout le monde à profiter de cette occasion pour les préparations administratives. C’est le moment où les joueurs devraient préparer leur licence, et où les clubs pourraient élaborer leur staff technique suivi de leur projet. « Nous avons anticipé les choses qu’on pourrait faire pour éviter la perte de temps. Par exemple, le renouvellement de licence des joueurs pour qu’ils soient prêts dès que la reprise des matches sera autorisée», a souligné le directeur technique national (DTN), Antsoniandro Randrianorosoa. D’après les résultats du dernier recensement de ses démembrements en 2019, la discipline compte environ 14. 000 licenciés.

Ainsi, la fédération a mis l’accent sur l’importance du test en ligne proposé par le World Rugby, concernant la connaissance des rugbymen sur le Covid-19. C’est à partir de ce test que l’instance mondiale pourrait autoriser les différentes fédérations à reprendre leurs activités. Le sésame sera donc l’obtention d’une bonne note. Un guide a été développé spécialement à cet effet sur son site.

Sur un autre sujet, le comité de direction du Malagasy Rugby et les dirigeants des écoles de rugby se sont réunis hier à Ankorondrano. Ils se sont parlé sur l’amélioration de la collaboration entre les deux parties. Des discussions sur la facilitation de la communication, sur l’affiliation, ainsi que sur la compétition de la relève, ont été les points soulevés pendant cette rencontre.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Elus TIM : Plainte contre le « colisée »

L’opposition se mobilise contre le « colisée ». Les conseillers municipaux et les députés du parti Tiako i Madagasikara ont saisi le conseil d’Etat concernant la construction du « colisée » dans le Palais de la Reine à Manjakamiadana. Ces derniers ont porté plainte et soutiennent que la construction de cet édifice est « illégale ». « Nous n’avons pas été consultés concernant ce projet », affirment quant à eux les conseillers municipaux du parti au niveau de la Commune urbaine d’Antananarivo. Face à la virulence des critiques concernant ce projet, l’exécutif ne recule pas et promet de livrer l’ouvrage d’ici peu.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Andranobevava : Andian-jiolahy nikasa hanao fanafihana maty voatifitry ny pôlisy

Nirefodrefotra indray ny basy teny amin’iny faritra Masay iny omaly. Nifanandrinan’ny pôlisy sy ny andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika. Vokany ! Telo tamin’ireto farany no lavo, iray tamin’izy ireo kosa afa-nandositra.

Mpandraharaha iray teny amin’iny faritra Analamahitsy iny no saika lasibatry ny andian-jiolahy mahery vaika omaly. Soa ihany anefa fa tonga aloha teny am-pototsofin’ireo mpitandro filaminana ny fikasan-dratsin’izy ireo ka efa napetraka avokoa ireo paik’ady rehetra hisorohana izany.  Vao nahatazana ireto mpitandro filaminana tonga anefa ireo jiolahy dia voalaza fa nanao tifitra variraraka avy hatrany. Tsy niandry ela ihany koa anefa ny valin-kafatr’ireo  mpisambotra tetsy andanin’izay.

Tsy nahaleo ireto mpitandro filaminana tsara ofana amin’ny toe-javatra tahaka izao moa ireo olon-dratsy fa nisy telo amin’izy ireo no voan’ny bala ary maty tsy tra-drano. Nahita izay kosa ny naman’izy ireo iray ka nanao tongotra an-katoka nitsoaka. Isan’ireo olon-dratsy mpanao fanafihana mitam-piadiana ikohizana sy mampikolay ny maro teto an-drenivohitra ireto maty ireto. Ka anisan’izany ireo fanafihana nitranga tetsy Nanisàna sy Besarety ary ireo maro hafa.  Tetsy an-danin’izay dia azo teny am-pelatanan’ireto jiolahy ireto ny basy « kalach » iray niaraka tamin’ny bala maromaro sy basy poleta iray, izay nentin’izy ireo nanoherana ireo pôlisy sy nomaniny hanafihana ilay mpandraharaha

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Mise en place d’une industrie automobile malagasy 

L’installation d’une usine de construction de voitures « vita malagasy »  chez nous est particulièrement valorisant pour notre fierté nationale. Le pays rejoint ainsi les autres nations africaines qui ont une production de  haut de  gamme. Le “nous” précédé dans cette voie mais nous lui emboîtons le pas .  Ce sont des partenaires chinois et allemands qui seront les maîtres d’œuvre de ces engins motorisés conçus pour le marché local . Mais il est envisagé dans un deuxième temps  d’en faire l’exportation.   La marque sous laquelle ils seront commercialisés est « GASYCAR », tout un symbole.

Mise en place d’une industrie automobile malagasy 

« GASYCAR » vient étoffer une industrie automobile embryonnaire. La Karenjy avait été  conçue au  début des  années 80 par l’industrie malagasy  d’Innovation ou IMI.   C’était une  voiture rustique et solide ayant fait la fierté de la deuxième république . La chaîne de production de l’usine Fiarafy installée à Fianarantsoa a cessé définitivement de fonctionner en 1993 .  La société Le Relais  Madagascar  a décidé de relancer la production de l’usine en 2009 .  Elle commercialise aujourd’hui le modèle Mazana  qui connaît un certain succès auprès d’étrangers résidant  dans la Grande lle.  C’est   une toute autre dimension  qu’a le projet  « GASYCAR ».  Il s’agit de la production  d’une voiture haut de gamme  pouvant concurrencer les marques étrangères renommées.  Ses caractéristiques ne sont pas encore connues, mais on sait que les partenaires sont tout à fait fiables.  Il s’agit de la concrétisation des annonces faites par le président de  la République affirmant que l’industrialisation  de la Grande île était un  objectif prioritaire.  Il s’agit maintenant de suivre l’évolution de ce projet qui est séduisant. Son annonce faite lors de la rencontre avec le secteur privé n’est pas fortuite. Elle vient après celle de l’usine de fabrication de  médicaments   « Pharmalagasy ». A la veille de la célébration du soixantième anniversaire de l’indépendance, ces nouvelles  viennent éclairer un quotidien bien morose où le Covid- 19  prend de plus en plus d’importance.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Fête de la musique : Bekoto à l’honneur

Bekoto en direct live à l’Aft

Bon nombre de personnes connaissent Bekoto, parolier et musicien incontestable, étant plus accolé à l’image d’un « folkeux » que d’un « jazzman ». Ce membre du groupe Mahaleo possède cependant une panoplie musicale très élargie. Toutefois, dans le cadre de la fête de la musique, le musicien reste fidèle à son image. Armé de sa guitare, le crooner reprend ses titres les plus populaires. Cette facette que le large public lui a connue depuis plus de quarante ans avec  Mahaleo.

Au-delà d’être un artiste, Honoré Augustin Rabekoto à l’état-civil, né à Antsirabe, est Sociologue de formation. Bekoto se « bat » pour le droit des paysans. Basé à Antsirabe, il a créé le « comité pour le droit des paysans » dans le cadre de l’association Iredec.  Il est l’un des fondateurs du groupe Mahaleo au début des 1970 à Antsirabe au moment de la vague de manifestations et de soulèvements des étudiants qui ont abouti à la fin du pouvoir néo-colonial. A travers ses chansons axées sur différents thèmes : la nature, les paysans, l’égalité, la lutte contre l’injustice, l’humanisme et bien d’autres encore, mais surtout  l’amour ! Bekoto est apprécié pour sa simplicité.

Maminirina Rado