Les actualités à Madagascar du Samedi 25 Avril 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara170 partages

Dr. Zo Aina Fanomezantsoa ANDRIAMAMPIANINA : « Cette épidémie mondiale va permettre aux ressources bio-...

Dr. Zo Aina Fanomezantsoa ANDRIAMAMPIANINA protecteur farouche du savoir traditionnel.

A  l’occasion de la journée mondiale de la propriété intellectuelle, Dr. Zo Aina Fanomezantsoa ANDRIAMAMPIANINA spécialiste des droits de propriété intellectuelle et des ressources bio-culturelles s’est exprimé et a donné son avis à propos du savoir traditionnel .  La journée mondiale de la propriété intellectuelle est célébrée chaque année dans le monde entier le 26 avril sous l’égide de l’OMPI ou Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle. Pour cette année 2020, le thème de la célébration est « Innover pour un meilleur avenir vert ». Selon notre spécialiste, « Les savoirs traditionnels constituent aujourd’hui un nouveau domaine de la propriété intellectuelle. Ils présentent des enjeux majeurs dans le contexte actuel de l’épidémie du coronavirus qui sévit la population mondiale ». 

 

La propriété intellectuelle et les ressources bio-culturelles sont des domaines assez méconnus du grand public. Pouvez-vous nous donner des amples explications sur ces notions ?

Je confirme, ces domaines sont assez méconnus du grand public. Pourtant, tout le monde est en contact permanent avec la propriété intellectuelle puisqu’elle est quasi-présente dans tous les objets que nous utilisons quotidiennement, dans nos smartphones, nos ordinateurs, nos voitures, nos vêtements etc. Dès lors que nos actes d’achats sont motivés par la notoriété d’une marque donnée nous sommes des acteurs passifs du système des droits de propriété intellectuelle. Techniquement, la propriété intellectuelle se subdivise en deux branches principales. La première est la propriété industrielle qui protège les inventeurs dans le domaine du commerce, de l’industrie et de la technologie. Les brevets, les marques de commerce et les signes distinctifs sont par exemple des propriétés industrielles.La deuxième branche c’est le droit d’auteur. Il est destiné  à protéger les œuvres de l’esprit originales des artistes dans des domaines divers tels que la littérature, les arts plastiques, la peinture…On parle de propriété intellectuelle puisque les titulaires de ces droits jouissent d’un droit intellectuel sur leur création ou invention de la même manière qu’une personne jouit d’un droit de propriété sur sa voiture ou sa maison par exemple. En ce qui concerne les ressources bio-culturelles, la notion résulte de la contraction entre la biologie et la culture. Par exemple, les ancêtres malgaches  ont développé des savoirs en matière de pharmacopées traditionnelles en utilisant les plantes médicinales locales. Ces savoirs constituent aujourd’hui un nouveau domaine de la propriété intellectuelle. Ils présentent des enjeux majeurs dans le contexte actuel de l’épidémie du coronavirus qui sévit la population mondiale. Dans ce cadre, plusieurs études scientifiques ont démontré que des remèdes traditionnels à base de plantes médicinales seraient efficaces pour lutter contre le covid 19. Pour les pays qui détiennent ces plantes, principalement des pays du continent africain, l’épidémie du covid 19 est une opportunité d’affirmer leur image de marque et de gagner une place sur l’échiquier géopolitique mondial..

 

Outre, les pertes humaines considérables dans certains pays, cette crise sanitaire a aussi impacté fortement l’économie mondiale. Dans le domaine des droits de propriété intellectuelle, selon vous quels sont les enjeux de cette épidémie ?

Comme tout évènement célèbre : « Je suis Paris », « L’Eclipse », « Alefa Barea »…, nombreux sont ceux qui ont fait usage de l’épidémie du coronavirus pour promouvoir leurs produits. Depuis le début de l’épidémie au début du mois de mars 2020, environ une centaine de marques de commerce utilisant l’initial COVID 19 ou le nom coronavirus ont été enregistrées à travers le monde. Par exemple les marques ANTI-COVID, I SURVIVE COVID 19, MY CORONA…Ces marques concernent des produits divers, les boissons alcooliques, les lignes de vêtements, les articles de sport… La majorité de ces marques opportunistes comme l’affirme un analyste dans le domaine est d’origine européenne, américaine et chinoise. Mais en Afrique, on constate aussi de plus en plus l’utilisation du nom du virus pour promouvoir des produits divers. L’épidémie a aussi provoqué des guerres de brevets entre des entreprises chinoises concernant des matériels utilisés dans le dépistage du virus. Ces litiges risquaient même à un certain moment de bloquer la campagne de dépistage dans les pays concernés. Il faut savoir aussi que le secteur pharmaceutique est l’un des secteurs dans lesquels les demandes internationales de brevets explosent. Actuellement, l’enjeu majeur est de trouver le vaccin et le remède contre le covid 19. Chaque pays avance dans leur recherche certainement mais discrètement. L’une des spécificités de cette épidémie mondiale du coronavirus c’est la solvabilité quasi-certaine de la demande puisqu’elle est localisée en grande partie dans les pays développés. Le pays qui découvrira en premier le vaccin et le remède tant attendus en disposera d’un monopole de droit et aura une bonne perspective économique post-covid 19 du moins dans ce domaine.

 

Actuellement, les débats font rage sur la reconnaissance internationale des remèdes traditionnels à base de plante médicinale pour lutter contre le coronavirus. Quel est votre point de vue sur cette question ?

Quand nous parlons de reconnaissance internationale des savoirs traditionnels liés à l’utilisation des plantes médicinales, il y a au moins deux manières de voir les choses. La première concerne la reconnaissance de la qualité d’innovateur traditionnel des détenteurs originaires de ces savoirs, généralement une communauté traditionnelle. Cette première forme de reconnaissance s’appuie sur la fonction écologique de ces savoirs, c’est-à-dire, leur contribution dans la préservation et l’utilisation durable de la diversité biologique. Dans ce cadre, le droit international reconnaît un certain nombre de droits aux détenteurs originaires de ces savoirs. Ils ont le droit de les exploiter, d’en contrôler l’accès et l’utilisation par un tiers et de participer aux bénéfices qui peuvent en résulter. Il appartient à l’Etat d’assurer le respect de ces droits par sa législation nationale. Ce qui est déjà le cas à Madagascar depuis 2017. La deuxième forme de reconnaissance des savoirs traditionnels concerne leur fonction technique,c’est-à-dire, la capacité d’un remède traditionnel de pouvoir guérir une maladie par exemple.Sur ce point, l’Organisation mondiale de la santé reconnaît l’importance des remèdes traditionnels dans le système de santé des pays du Sud. Cela pour des raisons économique et financière afin de permettre aux populations les plus pauvres d’accéder aux soins. En fait, ce sujet dépasse le cercle des droits de propriété intellectuelle, mais,il mérite quand même d’être invoqué puisqu’il est question de défendre la diversité bio-culturelle du pays.

 

Quelle stratégie de propriété intellectuelle proposer-vous pour protéger les ressources bioculturelles malgaches au niveau international ?  

Nous avons parlé tout à l’heure des droits des détenteurs originaires des savoirs traditionnels dans le cadre de la convention sur la biodiversité. Il faut savoir que cette convention internationale vise à protéger les savoirs traditionnels en tant que tels. Par contre, les produits dérivés de ces savoirs peuvent être protégés par les droits de propriété intellectuelle dès lors qu’ils remplissent certaines conditions en fonction de l’outil de propriété intellectuelle visé. Par exemple, on peut breveter un produit s’il répond aux critères classiques de brevetabilité dont la nouveauté, l’inventivité et l’application industrielle. Mais,on peut aussi utiliser une marque pour promouvoir et protéger le produit. Une autre manière de protéger son produit consiste à garder secret les composants de celui-ci. Mais ce choix stratégique est risqué dans la mesure où l’avancée actuelle de la science et de la biotechnologie, en particulier dans le domaine médical permet aux concurrents de déterminer et de synthétiser facilement les composants d’un produit à partir d’un simple échantillon. Le risque de se faire voler et d’être devancé par les concurrents est donc très élevé. Néanmoins, il est possible de limiter ces risques par des techniques contractuelles assez complexes. Enfin, les indications géographiques constituent également un outil potentiel pour protéger les produits dérivés des savoirs traditionnels. Ces dernières permettent de lier la qualité spécifique d’un produit naturel ou non avec l’environnement spécifique de son lieu d’origine. Il faut rappeler que Madagascar dispose d’une multitude de produits typiques et endémiques qui méritent d’être protégés  par le biais des indications géographiques.

 

Selon vous, quelles perspectives pour les ressources bio-culturelles malgaches après l’épidémie covid 19 ?

Comme je l’ai mentionné au début, cette épidémie mondiale va permettre aux ressources bio-culturelles des pays africains de s’affirmer sur la scène internationale et de conquérir le marché mondial. Mais bien entendu, tôt ou tard, l’épidémie arrivera à son terme et la vie reprendra son cours normal. Les pays qui ont su se positionner pendant l’épidémie grâce à la valorisation de leurs ressources bio-culturelles auront intérêt à préserver leur image de marque pour pouvoir conquérir d’autres marchés potentiels. Après le déconfinement global et l’ouverture des frontières, il est certain que l’on assistera à une explosion de la demande mondiale, entre autres dans le secteur du tourisme, de la santé et du bien-être. Grâce à la diversité des ressources bio-culturelles de Madagascar dont le taux d’endémicité est à hauteur de 80%, le secteur de la santé et du bien-être malgache fondé sur ces ressources connaîtra une forte augmentation sans précédent de la demande. Le pays sera également en tête de liste parmi les destinations incontournables  pour le tourisme culturel et le tourisme écologique voire le tourisme d’affaires pour explorer des partenariats dans l’exploitation de nos ressources bio-culturelles endémiques. Mais tout cela ne va pas de soi, les entreprises auront intérêt à respecter les normes internationales et la qualité doit être le mot d’ordre. A rappeler qu’en matière de concurrence internationale, la règle est simple : « innover ou disparaître ». Dans une perspective d’émergence, l’Etat malgache  doit soutenir et prioriser les innovations fondées sur les ressources bioculturelles endémiques de Madagascar afin de construire « un meilleur avenir vert pour le pays ». Autrement,  il serait dommage pour Madagascar d’avoir survécu au coronavirus et de disparaître le jour d’après!

Propos recueillis par Iss Heridiny 

Midi Madagasikara15 partages

Académie nationale de Médecine de Madagascar :b « Le Covid-Organics n’est pas un médicament »

Le système de suivi devrait permettre de détecter d’éventuels effets secondaires ou indésirables du Tambavy CVO.

L’Académie nationale de Médecine de Madagascar a été reçue par le Président de la République le 22 avril dernier.

L’Académie nationale de Médecine affirme que ses doutes et les réserves quant à l’utilisation du covid-organics (Tambavy CVO) ont été « levés ». Un changement intervenu suite à une rencontre entre les membres de ladite académie et le Président de la République, Andry Rajoelina le 22 avril dernier à Ambohitsorohitra. Un entretien qui a vu la présence d’Assoumacou Béatrice, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique qui a représenté le ministre de la Santé publique Ahmad Ahmad. Ainsi, « l’Académie nationale de Médecine de Madagascar ne s’oppose pas à son utilisation sous forme de Tambavy »; tout en précisant que le « Covid-Organics n’est pas un médicament mais un remède traditionnel amélioré ». Une utilisation que l’Académie nationale de Médecine « laisse à la libre appréciation de chacun sous réserve de respecter la dose indiquée, notamment pour les enfants ». Par ailleurs, l’Académie nationale de Médecine affirme « soutenir la volonté de l’Etat malagasy dans la recherche de toute solution contre la pandémie liée au covid-19 ainsi que les efforts des scientifiques et des chercheurs malagasy ».

Recommandations. Ayant comme vocation de conseil, d’appuis et de contribution dans l’avancée scientifique d’une manière générale et dans le domaine de la Médecine et de la recherche y afférente en particulier, l’Académie nationale de Médecine de Madagascar recommande la « mise en place d’un système de suivi des personnes ayant consommé le Tambavy CVO ». Une « procédure normale » qui ne semble pas avoir été mis en place jusqu’à présent. Interrogé sur la question, le Dr Lamina Arthur, directeur de cabinet auprès du ministère de la Santé publique de Madagascar de noter : « Comme le covid-organics est un remède traditionnel amélioré comme beaucoup de produits de l’IMRA, il n’y a pas eu systématiquement de système de suivi des personnes qui les prennent ». Le Dr Lamina Arthur également de préciser : « Bien sûr, on peut mettre en place ce système pour répertorier auprès des centres de santé prenant en charge les éventuels cas d’effets secondaires et/ou effets indésirables ». L’approche et les outils de collecte des données, quant à eux, seront étudiés par les services techniques du ministère en charge de la Santé publique si l’on s’en tient toujours aux explications du Dr Lamina Arthur. Une tâche qui devrait facilement se faire étant donné les acquis des expériences des campagnes de vaccination menées à Madagascar. Si la première déclaration de l’Académie nationale de Médecine de Madagascar était fracassante pour l’opinion publique, la seconde, quant à elle, tend à faire taire les doutes ayant été suscités. Reste à savoir si les effets seront les mêmes.

José Belalahy

Midi Madagasikara7 partages

Réouverture des gargotes : Les clients restent réticents

Les gargotes sont rouvertes mais le marché n’est plus le même. (crédit photo : Princy)

Après un mois de fermeture, les gargotes et les restaurants ont obtenu de l’Etat l’autorisation de rouvrir leur commerce pour une demi-journée. Une nouvelle bien accueillie au départ, mais qui, au moment de la reprise, s’est avérée difficile à vivre en raison de la réticence de la clientèle. 

La méfiance de la clientèle est justifiée, puisque la maladie à coronavirus n’est pas totalement endiguée. Et comme elle se transmet par la salive, le risque de contamination est assez élevé dans les restaurants, et surtout les gargotes implantées dans les quartiers ayant enregistré des cas contacts. « Ne voyez-vous pas comment est effectuée la corvée de vaisselle dans les gargotes ambulantes ? Les assiettes sont plongées dans un seau rempli d’eau, rincées à la va-vite, et c’est cette même eau usée qui accueille les prochaines vaisselles. Je sais que beaucoup de personnes mangent auprès de ces marchands. Pour ma part, je ne suis pas encore prête à me lancer en raison de la menace de cette maladie du coronavirus », a déploré Elyse, pourtant fervente cliente des gargotes avant l’arrivée de cette épidémie. Rappelons qu’avec ou sans Covid-19, la manière de travailler de certains restaurateurs est restée la même, sans aucune considération des règles d’hygiène basiques. De toute manière, les contrôles sanitaires sont rares et la seule chose que les gargotes auraient à craindre est le mécontentement de quelques clients jugés difficiles.

Ouvertes durant la période de confinement, des gargotes ont passé outre les mesures sanitaires imposées à Antananarivo durant les 30 jours précédents. Malgré l’interdiction d’ouvrir, les commerçants de « mofo gasy », de soupes et de salades de pommes de terre ont fait la sourde oreille durant le confinement partiel. Bien enfouis dans les quartiers, ces marchands ont pu nourrir leurs clients habituels. Fort heureusement, aucun cas de coronavirus n’a été enregistré chez ces personnes. Toutefois, ce serait mentir de dire que tous les marchands se sont rebellés, car il y a bien eu ceux qui ont respecté les recommandations de l’Etat et qui en ont souffert comme tout le monde. Maintenant que ces gargotes sont rouvertes, elles se rendent compte que la situation est difficile. « Le point focal de ce marché est le déjeuner. Or, comme le déconfinement est partiel et que les gens rentrent chez eux avant 13h, la clientèle se fait rare, voire inexistante. Aussi, la seule façon d’espérer un peu de bénéfices est de miser sur le petit-déjeuner, difficile mais nous devons faire avec », a expliqué un restaurateur qui a dû reprendre à zéro son marché après un mois de silence total.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara3 partages

FJKM : Certains temples ont choisi de rester fermés

Certains temples FJKM accueilleront leurs fidèles dès ce jour, d’autres préfèrent attendre de meilleures conditions pour la réouverture.

Dès l’annonce, avant-hier, par le président de l’église protestante réformée FJKM, de la réouverture des temples, tout en respectant strictement les mesures imposées par les autorités dans le cadre du déconfinement progressif, nombreux sont les temples FJKM, à Antananarivo et dans les régions, à avoir communiqué à leurs fidèles les différents programmes des cultes dès hier. C’est ainsi que certains d’entre eux ont opté pour le maximum de nombre de cultes par jour jusqu’à 13h, dans la mesure du possible, à raison de 50 personnes par culte et de limiter celui-ci à une durée de 30 minutes.

En revanche, d’autres temples FJKM resteront fermés suite à la décision concertée des pasteurs et responsables paroissiaux. Les fidèles des paroisses concernés ne font généralement pas d’objection à la décision de rester fermés, et continuent de prier à domicile, et à avoir recours aux technologies tels les réseaux sociaux et les médias audiovisuels, pour suivre les prières journalières et les cultes du dimanche.

La réouverture annoncée par l’église protestante réformée est ainsi diversement appliquée, tant au niveau du choix de rouvrir, ou non, les portes des temples, qu’au niveau des organisations de l’accueil des fidèles.

Hanitra R.

Madagate0 partages

Antananarivo EKAR. Mbola tsy misokatra ny Fiangonana Katolika

Hafatra avy amin'i Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona, Arsevekan'Antananarivo, ho an’ny mpino katolika ao anatin’ny Diosezin'Antananarivo

Ry havana,Homba antsika mianakavy mandrankariva anie ny Fiadanan'Izy Tompo. Faly mamerina amintsika ny fiarahabana tratry ny Fetin'ny Paka, fa teny amin'ny haino aman-jery isika no nifampirary an'izany. Ary samy mangetaheta ny hihaona any am-piangonana hiara-midera sy misaotra an'Andriamanitra indrindra tamin'ny fetin'ny PAKA teo isika; nefa tsy afa-nanoatra isika.

Na izany aza dia fantantsika fa misy antony lehibe ara-pahasalamana no nahatonga ny fanakatonana ny Fiangonana rehetra. Isaorana ny mpiray Fiangonana tao amin'ny FFKM sy ny hafa koa niara-nanaiky io fandaminana io.

Ary anisan'ny nanampy tamin'ny fiadiana tamin'ny fiparitahan'ny valan'aretina Corona Virus izany.Isaorana manokana ny Fivondronamben'ny Eveka eto Madagasikara, tarihin'ny Son Eminence Kardinaly Désiré Tsarahazana manome toromarika mazava hatrany am-boalohany, nifanaraka tamin'ny fanambarana ny famehana ara-pahasalamana avy amin'ny fitondrana, ka nangataka ny hanakatonana ny Fiangonana Katolika.

Misy telo ny fanambarana nalefan'ny Kardinaly Désiré Tsarahazana, ka ny farany dia tamin'ny 23 aprily 2020 no nilazany fa noho ny fitohizan'ny famehana ara-pahasalamana dia tohizina izay efa nataontsika teo aloha,izany hoe:

- Mankalaza ny Sorona Masina isan'andro ny Eveka sy ny Pretra ary alefa amin'ny fiataovan-tserasera araka izay fahafahana manao an'izany mba hiombonan'ny vahoaka izay mijanona any an-trano.- Mikasika ny fahafahana mivavaka am-piangonana dia anjaran'ny Eveka isaky ny Diosezy ny manome toromarika amin'izay tokony atao.

Ka ho antsika Kristianina Katolika eto amin'ny Diosezin'Antananarivo dia:1- Mbola tsy misokatra ny Fiangonana Katolika eto amin'ny Diosezy Antananarivo2- Mitohy ny fankalazana ny Eokaristia ataon'ny Pretra ao am-piangonana3- fa tsy atrehin'ny vahoakan'Andriamanitra4- entanina ny Kristianina hanaraka ny Eokaristia Masina amin'ny alalan'ny haino aman-jery : Radio Don Bosco sy Fahitalavitra IBC sy Dream'in samy amin'ny 9 ora maraina ny alahady, ary koa ny TVM5- Ankoatry ny fandaharana mivantana miainga ety amin'ny Katedraly Andohalo sy ao amin'ny Radio Don Bosco dia tsy misy Paroasy afaka mandefa fandaharana amin'ny haino aman-jery na aiza na aiza.6- Ny any an-tokantrano samy hiomana tsara ara-panahy sy ara-tsaina ary ara-batana: anatin'izany ny toerana, ny fitafy; toy ny manatrika ny fotoam-pivavahana any am-piangonana ihany. Tsy misy zavatra hafa atao fa mifantoka tsara amin'ny ny vavaka.7- Hiditra amin'ny volana may isika, afaka andro vitsy, izay volan'i Masina Maria, ka entanina hanao Rozery sy hanao ny litanian'ny Virjiny Masina isanandro ny isan-tokantrano mandritra izany volana izany.

FanamarihanaManankery hatrany ity fanambarana ity mandram-pisin'ny fanambarana manaraka, araka ny fivoaran'ny toe-draharaha ara-pahasalamana eto amin'ny Firenena.

Sady mankahery anareo rehetra no mitsodrano anareo homban'ny Fahasoavan'Andriamanitra Ray sy Zanaka sy Fanahy Masina.

 

Antananarivo ny 25 avrily 2020Mgr Odon Marie Arsène RAZANAKOLONAArsevekan'Antananarivo

Madagate0 partages

Madagascar Coronavirus. Bilan au 25 avril 2020: Zéro décès, 62 guéris, 61 hospitalisés, 1 nouveau cas ...

 

 

MADAGASIKARA CORONAVIRUS, SABOTSY 25 Aprily 2020, 1 ORA ATOANDRO

123 (TELO AMBIN’NY ROAPOLO AMBIN’NY ZATO) androany ny totalin’ireo olona voatily fa manana ny soritr’aretina coronavirus mitondra ilay areti-mandoza maneran-tany mitondra ny anarana hoe covid-19.

61 (IRAIK’AMBIN’NY ENIM-POLO) ireo olona nahitana ny coronavirus, na ireo avy ivelany na ireo cas contacts teto an-toerana, ka mahazo fitsaboina daholo.

Niampy ny CAS VAOVAO 1 (IRAY) ka lehilahy 35 taona hita tany Toamasina f’efa tsaboina any amin’ny hopitaly natokana ho an’izany.

62 (ROA AMBIN’NY ENIMPOLO) kosa ny isan’ireo olona sitrana soa aman-tsara.

TSY NISY NY AINA NAFOY NA IRAY AZA HATRETO ETO MADAGASIKARA NOHO IO ARETINA COVID-19 IO.ISAORANA AN’ANDRIAMANITRA IZANY.

TSY MISY INTSONY NY ATAO HOE CAS GRAVE.

Niova ny toro-marika ho an’ny olona miasa sasany, araka ny nambaran’ny Filoham-pirenena ny 19 Aprily 2020.KANEFA SAMY TOMPONANDRAIKITRA ISIKA SATRIA MISY TOKOA CAS CONTACTS MANDEHANDEHA ANY HI ANY. AZA MIANDRY ILAY NENINA AORIANA HANDATSA E ! KOA AZA MIALA ARO-TAVA MIHITSY ENY AN-DALANA ENY SY ANATY ANATY FIARAM-BAHOAKA.

Jeannot Ramambazafy

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taorian’ny fihaonana tamin’ny FilohaNanaiky ny Covid Organics indray ny ANANEM

Ny 20 aprily no nanambaran’ny ANAMEM (Académie Nationale de Médecine de Madagascar) ivondronan’ny manam-pahaizana sy mpikaroka amin’ny fitsaboana sy mpisehatra amin’ny fahasalamana,

 

 

fa tsy voafaritra mazava ny porofo ara-tsiantifika momba io covid organics io, kanefa homena olona, indrindra fa ny zaza. Ny mpiasan’ny fahasalamana sy ny tobim-pahasalamana ihany no mizara fanafody. Nivory ireo mpikatroka, ary nilaza ny handinika sy mbola hiady hevitra taorian’ny faharaisina dosie momba ny covid organics avy amin’ny IMRA, mbola hanao fikarohana. Nampanantsoin’ny Filoha ny 22 aprily ireo solontena, izay nantrehin’ny Minisitry ny fampianarana ambony. Nisy fanambarana avy eo, fa amin’ny tsy maha fanafody fa fanefitra nenti-paharazana nohatsaraina dia tsy manohitra ny fampiasana azy ny ANAMEM, fa kosa ao anatin’ny fanajana ny fatra voafaritra, indrindra ny ho an’ny ankizy. Nambara fa efa fantatra ny marina momba ilay zava-maniry sy ny asany araka ny antontan-kevitra teknika sy siantifika voaray. Mangataka kosa fanaraha-maso ireo olona efa nisotro. Nambara fa manohana ny ezaky ny fanjakana sy ny mpikaroka Malagasy izy ireo. Tokony nivory izahay androany dia nisy fanapahan-kevitra niraisana navoaka fa dia efa nataon-dreo tany, hoy kosa ny Profesora iray mpikamban’ny ANAMEM.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa SEVPROD SARLUNanolotra “huile essentielle” mitentina 8 000 000 Ar

Nanolotra "huile essentielle Ravintsara" 634 flacons miteti-bidy 8 000 000 Ar teny amin'ny CCO Covid-19 Ivato ny Orinasa SEVPROD SARLU omaly 24 aprily noho ny fahatsapana fa manana andraikitra sy adidy eto amin'ny firenena ny orinasa amin'izao ady amin'ny "coronavirus" izao.

 

Miray fo amin’ny rehetra, ary ho fiaraha-mientana dia natolotra ny fanampiana kely sy bitika tokoa manoloana ny filana ao anatin'izao hamehana ara-pahasalamana izao, fa ny erikerika no mahatondra-drano ary mba ho tongotra miara-mamindra sy soroka miara-mialanja, hoy ity orinasa ity. Ezahana haparitaka manerana ny Nosy ireo lohamenaka, araka ny resadresaka tamin’ny filohan’ny CCO Covid-19 Razafimahefa Tianarivelo. Anisan’ny manana ny lanjany amin'ny fanamafisana ny hery fiarovana entina misoroka ny COVID-19 io lohamenaka io, izay azo ahosotra, hevohana,... hoy ny fanazavana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Sazy ho an’ireo tsy manao arotavaTena mbola maivana ny eto Madagasikara

Mety misy gaga hoe inona no hampisehoana hery be amin’izao ady amin’ny Coronavirus izao, hoy ny Jeneraly Ravalomanana Richard Sekreteram-panjakana miadididy ny zandarimaria.

 Ny Malagasy no misy tsy tonga saina amin’ny fepetra hiarovana amin’io. Efa fantatry ny rehetra ny fepetra amin’ny herinandro ho an’izay tsy manao arotava, izay misy sazy efa nambaran’ny Filoham-pirenena, hoy izy. Mbola manana fahendrena ny Filoha Malagasy fa tsy tahaka ny any ivelany, toy ny any Frantsa izay mandoa 135 euros efa ho 5 hetsy ariary latsaka. Mety ho tafiakatra hatramin’ny 1000 euros. Ny eto amintsika anefa mba asa hahasoa ny daholobe no sazy, hoy ity Tompon’andraikitra ambony ity. Nilaza ihany koa moa izy fa tsy mila alalana ny fanokafana fiangonana ataon’ny FJKM.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny fahasalamanaMizara arotava sisa ...

Taorian’ny nanontanian’ny filoham-pirenena teo aloha, Marc Ravalomanana, azy hoe mba nankaiza no niverina nahitana ny minisitry ny fahasalamana niseho fahitalavitra nanentana mikasika ny ady amin’ity valan’aretina COVID 19 ity.

 

Ny minisitry ny serasera no tena tsikaritry ny mpanara-baovao ho mateti-piavy ary mbola niterahan’ny tsikera voalaza teo ihany koa. Efa andro maromaro indray moa izao no niverina nampametra-panontaniana ny maro ny tena andraikitry ny minisitry ny fahasalamana, Ahmad Ahmad, manoloana izao toe-draharaha izao. Raha ny hita omaly aloha dia nizara arotava tamin’ireo mpiara-belona aminy sisa no hita ho niandraiketan’ity tompon'andraikitra ity. Mbola hita ho taratry ny tsy fahatomombanan’ny fitsinjarana andraikitra hatrany.Tsy nahafa-po ny maro moa ilay valiteny mahazatra hoe miasa mangiana, sa ve mbola hamafisina hatrany fa ny seho ivelany no lehibe indrindra?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tambavy CVOMisy farmasia mbola tsy sahy mivarotra azy

Na dia efa zaraina isam-pokontany aza ilay tambavy CVO na covid organics dia fantatra fa mbola hifampitadiavana be ihany izy ireny amin’izao.

 

 

 

Eny amin’ny toeram-pivarotam-panafody na farmasia no tena handehanan’ny mpanjifa sy hanontaniany izany matetika. Raha araka ny resaka nifanaovana tamina tompon’andraikitra iray amina toeram-pivarotam-panafody iray anefa dia mbola tsy afaka mivarotra ity tambavy ity izy ireo fa miandry ny fanadihadiana hataon’ny holafitry ny farmasiana. Ho an’ireo toeram-pivarotana enta-madinika maro samihafa ihany koa dia mbola vitsiana no manana azy ireny. Ho an’ireo tsena lehibe eto an-drenivohitra dia maromaro no efa manana azy. Ho ana tsena lehibe iray eny Ankorondrano eny ohatra dia tsy ampy nojifain’ny mpanjifa tao anatin’ny 10 minitra ny tambavy CVO 33 cl miisa 300. Tena mandeha ny tsena raha araka ny fanazavana azo ka ny mpamatsy indray no tsy maharaka.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Olona sahirana sy tsy mianan-kialofanaHisitraka trondron-dranomasina telo taonina

Trondron-dranomasina telo taonina no natolotry ny orinasa SOPROMER izay ao anatin` ny vondrona « Refrigépêche » ho an` ireo olona sahirana sy tsy manan-kialofana izay sahanin` ny Kaominina Antananarivo Renivohitra.

 

Mandritra ny roa volana dia 200 kilao isaky ny herinandro aterin` ny orinasa eny amin` ireo ivon-toerana natokana amin` izany. Nisitraka taratasim-bola (chèque) ihany koa ny CUA ka ny ben` ny tanàna Naina Andriantsitohaina no nandray izany. “Faly ny orinasa “sopromer” manohana ireo olona sahirana amin` izao vanim-potoana sarotra hiatrehana valanaretina toy izao. Tsy maintsy misy ny firaisan-kina” hoy Eric Douheret, filoh tale jeneralin`ny vondrona.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana zava mahadomelinaRongony 14 gony tratra tao an-tranon'ilay ramatoa

Ramatoa 44 taona no voasambotry ny polisy ao Toliara ny alakamisy 23 aprily lasa teo noho ny fitazomana rongony.

 

 

 

Taorian'ny angom-baovao azo mahakasika ny fisiana vehivavy iray nitondra rongony dia nanokatra fanadihadiana ny polisy nanamarina sy nikaroka ity lehilahy ity. Fantatra tamin'izany fa monina ao amin'ny fokontany Motombe Tanambao Toliara I ity vehivavy ity. Nidina teny an-toerana ireo polisy ka tra-tehaka tao an-tranony miaraka amin'ny gony miisa 14 feno rongony milanja 420 kilao,izy. Nentina namonjy kaomisaria avy hatrany ity vehivavy ity miaraka amin'ireo rongony tratra. Taorian'ny fanadihadihana natao taminy dia natolotra ny fitsarana izy. Nodorana avokoa ireo rongony.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Beloha-sur-merMaty nokapaina famaky ny Chef ZAP

Omaly tamin’ny 2ora maraina no nisy jiolahy tonga hangalatra ny kisoa tao amin’ny Lehiben’ny Fari-piadidiam-pampianarana na ny Chef ZAP tao Beloha-Sur-Mer.

 

 

 

Reny anefa izany, ka tonga hijery ny zava-nisy tao ivelany ny tenany. Famonoana anefa no niandry azy tao ivelany satria nokapain’ireo jiolahy ny famaky ny tenany. Naratra mafy, ka na nialana nenina aza dia tsy tana ny ainy. Tsy hipetraka mora izahay, efa manao ny asany ny mpitandro filaminana. Mbola nisy sahy nanao asa ratsy ihany anefa, ka tsy maintsy hokarohina amin’ny fomba rehetra ireo nahavanon-doza, hoy ny Governoran’ny Faritra Menabe Randriantsoa Serge Lucky.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

RAH CKIKINafoiny ho an’ny mahantra ny fanampiana azony

Raha samy miandrandra fanampiana avokoa ny rehetra ao anatin’izao fihibohana izao dia mifanohitra amin’izay Rah Ckiki, ilay mpihira tsy zoviana amintsika intsony.

 

 Rehefa nantsoin’ny namany an-telefaonina mba haka ny anjara fanampiana tokony ho azy mantsy ity mpanankato ity dia niteny tamim-pahatsorana fa hafoiny ho an’ireo mahantra ny anjarany ka zarao ho an’ireo tena sahirana. Mikasika ilay tambavy covid organics novokarin’ny IMRA ary hita eto amintsika iadiana amin’ny COVID 19 indray dia niantefa manokana tamin’ny filoham-pirenena izy ny amin’ny tsy tokony hanomezana mora foana izany fanafody izany amin’ireo firenena any ivelany. Tokony hisy sandany izany hoy izy ary tokony ho tsapan’ireo firenen-dehine rehetra, indrindra fa ireo mpanambany ny Malagasy fa aty Madagasikara no misy ny fanalahidy. Nomarihiny manokana moa fa betsaka ireo firenen-dehibe mpanambany an’i Madagasikara saingy tsy notononiny kosa. Tao anatin’ny tambajotran-tseraserany moa Rah Ckiki no naneho ireo heviny ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly tsy miankinaMisy mampadoa antsasaky ny saram-pianarana

Efa nambara teto fa misy sekoly tsy miankina tsy nampandoa saram-pianarana volana aprily hitsinjovana ireo ray amandreny.

 

 

 

Nahazo tehaka ny talen-tsekoly. Misy koa anefa ireo mampandoa ny an-tsasany fa tsy misy handoavana ny karaman'ny mpampianatra hono. Izay tsy mahaloa dia rahonana roahina. Marihina anefa fa ireo mpianatra hanala ny fanadinam panjakana BEPC T9 sy ny Bakalorea T12 ihany no mianatra nanomboka ny alarobia 22 aprily teo. Ny hanala CEPE T5 moa dia ny alatsinainy 27 aprily ho avy izao vao hianatra. 3 andro izany dia handoavana ny antsasany. Voarara koa ny fakan-drivotra, nefa mivarotra ny ody ambavafo ilay tompon'ny sekoly dia avoakany ny mpianany mandritra ny fahefakadiny. Mila harahi-maso ihany ve izany izy ireny sekoly tsy miankina ireny. Ady amin'ny aretina tsy hita maso mantsy no atrehan'izao tontolo izao ka mila mitandrina.

Rabeso

Tia Tanindranaza0 partages

Taksibe eto AntananarivoZara raha hisy hiasa amin’ny herinandro…

Zara raha ny 15% amin’ny taksibe no niverina niasa nanomboka ny alarobia teo. Misy ny efa nisafidy hijanona satria maty antoka.

 

Manomboka amin’ny 5 maraina-1ora tolakandro dia 15 000Ar no azo, ary mbola hanalana ny solika hoentina milahatra any amin’ny famendrahana fanafody, hoy Atoa Rakotoniaina Jean Louis Filohan’ny Koperativa Tselatra sady Filoha lefitry ny UCTU. Amin’ny ankapobeny, dia tsy mazoto hiasa ny mpanao fitaterana noho ny fatiantoka kanefa io asa fandraharahana hitadiavana tombony. Manahy aho ary mifampiresaka amina lehibena koperativa sy tompona fiara fa mety zara raha hisy ny fiara hiasa amin’ny herinandro satria ny olona hoentina tsy misy firy, ny saran-dàlana tsy miova, ny fatiantoka be dia be, ny saofera sy resevera tsy maintsy karamaina, hoy io Filoha lefitry ny UCTU io. Tokony havela hiasa ara-dalàna amin’ny 5 ora maraina- 8 ora alina izahay satria amin’ny 9 ora alina ny “couvre-feu”, hoy izy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Volana masina Ramadany Manomboka anio sabotsy

Manomboka anio sabotsy 25 aprily ny volana masina Ramadany ho an’ireo mpino Slamo maneran-tany.

 

 

 Amin’ny ankapobeny dia fotoana fangatahim-pitahiana amin’Andriamanitra izy io hilofosana amin’ny vavaka sy fampianarana tsy miato saingy voafetra ihany ireo mpino Slamo afaka manao izany amina toerana iray amin’izao hoy Sheik Rijaly filohan’ny fikambanana mpiray finoana eto Madagasikara na ny UMMI eny Anosimasina Itaosy noho ny fiparitahan’ny COVID 19 . Ny vavaka hatao isan-tokantrano araka izany no hamafisiny ho an’ny mpino Slamo rehetra na andro na alina hoy izy raha hajanona ihany koa ny fiaraha-misakafo fomba fanao isan-taona. Mikasika ny asa sosialy indray dia fantatra ihany koa fa noferana izany noho ny tsy fahafahana mamory olona mihoatra ny 50 isa, fepetra napetraky ny fitondram-panjakana. Tsiavihina moa fa noho ny tsy fahitana ny singam-bolana afaka omaly no antony tsy nahafahana namaritra mialoha ny daty hanombohan’ny volana ramadany izay manomboka anio.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana Fjkm Misoratra anarana mialoha ireo mpivavaka

Miditra'in efatra ny fanompoam-pivavahana ho an'ny fiangonana Fjkm sasany taorian'ny fanapahan-kevitry ny foibe.

 

 

Amin ny 6ora sy sasany , amin ny 8ora masy sasany. Amin ny 9 ora sy sasany ary amin ny 11ora atoandro Ny tsirairay dia misoratra narana ary maka "ticket" mialoha any amin'ny biraom-piangonana na ny sekretera. Nanomboka omaly zoma sy sabotsy manomboka amin ny 8ora maraina ka hatramin ny 12 ora atoandro. Ary io no isafidianan'ny tsirairay ny ora hivavahany ; tsy maintsy hajaina ny fepetra toa ny fanaovana arotava ny fanasana tanana amin'ny gel hydroalcoolique , ny fanajana ny elanelana 1 metatra.Mbola mampahafantatra ny toromarika ihany koa ireo diakona.Ankoatr'izay maro ihany koa ny Fiangonana Fjkm no efa namerina ny fotoam-pivavahana vao maraina na ny maraim-baovao izay miditra amin'ny 6 ora.

Nangonon'i Rabeso

Tia Tanindranaza0 partages

FLM Manaja fepetra izay fiangonana te hisokatra

Taorian’ny fiangonana Fjkm sy ny Ekar Katolika dia nanao fanambarana ihany koa ny Fiangonana Loterana Malagasy omaly notarihin’ny filohany ny Pastora dr Rakotonirina David sady filohan’ny Fiombonan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara.

 

 

Nambarany tamin’ izany fa afaka misokatra izay te-hisokatra saingy tsy maintsy manaraka ny fepetra ara-pahasalamana napetraky ny Fitondram-panjakana kosa izay efa nisaorany manokana ny fiangonana rehetra tamin’ny fankatoavana izany. Lohalaharana amin’ireny ny fitondrana arotava, ny fanasan-tanana mialohan’ny hidirana ao am-piangonana sy rehefa mivoaka, ny fanadiovana ny fiangonana, ilay elanelana 1 metatra…. Mikasika ny firaisana latabatra amin’i Tompo dia nomarihiny manokana fa tokony samy hitondra kapoakam-pandraisana ny tsirairay ho fiarovana amin’ny fiparitahan’ny COVID 19. Amin’ny mahafilohan’ny FFKM azy indray mikasika ny fanapahan-kevitra noraisin’ny fiangonana tsirairay dia nomarihiny manokana fa tsy asiana olana izay fepetra noraisin’ny fiangonana tsirairay avy mikasika ny fisokafany sy ny mbola tsy fisokafany. Ny zava-dehibe hoy izy dia iray tsy mivaky FFKM antony nahazoan’izy ireo ilay anaram-bositra hoe : betsimisaraka. Ankoatra izay hoy izy dia mitohy hatrany ny fotoam-pivavahana izay hiarahan’ireo filoham-piangonana efatra manao ka amin’ny Alahady ho avy izao dia ao amin’ny Fjkm Isotry Fitiavana no hanatanterahany izany, azo arahina mivantana ao amin’ny RNM sy TVM manomboka amin’ny 05 ora hariva.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Malagasy tavela any ivelany Tsy afaka mody aloha ...

Ny 19 martsa teo no nandray sidina farany avy any ivelany i Madagasikara. Nilaza omaly ny minisitry ny fitaterana sy ny fizahantany, Joel Randriamanjato,

 

 fa mba hisorohana ny fitomboan’ny olona voan’ny aretina Coronavirus eto Madagasikara dia tsy hampody ireo Malagasy monina sy miaina any ivelany maniry hody an-tanindrazana intsony aloha isika. Tsy sakanana kosa anefa ireo Malagasy mbola te ho any ivelany. Azo atao ihany kay ny manakana ny fidiran’ity aretina ity eto Madagasikara. Fa ahoana indray izany ny fipetrak’ilay hoe zon’ny olom-pirenena hody amin’ny tanindrazany? Nitombo indray ny fanapahan-kevitra mampametra-panontaniana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin'ny “cyberminalité” Lasa fitaovam-piadian'ny fitondrana

Toa manao ririn-dasa tsy tsaroina ny mpitondra ankehitriny. Raha tsiahivina dia ny taona 2018 dia nilanja vatapaty mihitsy ny olon` ny fitondrana ankehitriny hanehoana ny fitsipahana ny filoha teo aloha, Hery Rajaonarimampianina.

 

 

Saingy tamin` izany dia tsy misy no nigadra na nampanantsoina eny amin`ny sampan-draharaha misahana ny ady amin'ny “cybercriminalité”. Ny zava-misy amin` izao dia mirangaranga amin` izay maneho hevitra mafimafy manakiana ny fitondrana ny  ny fonja; ary misy fotoana tena ny fitondram-panjakana mihitsy no mpitory . Marina fa misy mihoa-pefy indraindray ireo mpikirakira aterineto; saingy ny mahagaga ny mpandinika dia tsy misy voakitika ireo manoso-potaka sy miteny ratsy ny olona sokajiana fa mpanohitra.Mitazam-potsiny ny manampahefana. Izay tokoa angamba ny hoe rehefa ianao no manao hadisoana dia ara-dalàna fa rehefa ny hafa dia tanisaina ireo karazana lalàna handetehana azy. Tsy tokony hisy mizana tsindrian' ila anefa ny fampiharana ny lalàna.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

KMF/CNOE« Takon’ny serasera politika ny serasera medikaly. »

Manoloana ny adihevitra nateraky ny fampiasana ny COVID Organics dia nanambara ny KMF/CNOE na komity manara-maso ny fiainam-pirenena fa ny

 

andininy faha 8 ao amin’ny Lalàmpanorenana dia milaza fa voarara ny manery olona iray hanaovana andrana ara-pitsaboana na ara-tsiansa raha tsy nahazoana ny fanekeny malalaka. Noho izany, amin’ny maha « observation clinique » azy dia tsy azo ekena ny fanerena ny Mpianatra hisotro ny Covid Organics fa tokony hatao an-tsitrapo izany ka ny Raiamandreny any antokantrano no mandray fanapahan-kevitra momba izany sady izy ireo ihany koa no mahafantatra ny toe-pahasalaman’ny zanany sy ny fanafody izay tsy zakany. Aoka atsahatra tanteraka, hoy ny KMF/CNOE ireo fanambarana maka endrika serasera politika manodidina ity Covid-Organics ity, na avy amin’ny Fitondràna izany na avy amin’ireo milaza ho Mpanohitra ny Fitondràna fa lasa takon’ny serasera politika tanteraka ny serasera medikaly. Laharam-pahamehana ny famonjena ny Malagasy hahafahan'ny Olompirenena manohy ny fiainany andavanandro ao anaty fitoniana. Miangavy ireo manam-pahaizana ara-pitsaboana rehetra eto an-toerana, ireo mpanao fikarohana rehetra hiara-hipetraka an-databatra boribory, hifampidinika ho amina fehin-kevitra iray izay tsy mitsinjo hafa afa-tsy ny ain'ny malagasy. Aoka ajanona ny kajikajy samihafa, hoy izy ireo, fa ny adi-hevitra ara-medikaly no aoka hibahan-toerana. takiana ny fampiharana ny lalàna manankery eto amintsika dia ny fehezan-dalàna momba ny Fahasalamam-bahoaka (Loi n°2011-002 portant Code de la Santé du 15 juillet 2011), na eo amin’ny fikarohana izany na eo amin’ny famokarana, na eo amin’ny fivarotana, indrindra ny eo amin’ny fampiasana azy mba tsy ho gaboraraka fa hanaja ny fenitra voalazan’ny lalàna. Tohizana ny fepetra fiarovana rehetra, hoy ny KMF/CNOE.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nampiaka-peo i Maitre Olala “Ataovy mazava ny momba ireo fiara 4x4 Covid -19”

Mitaky fanazavana amin’ny fampiasana ny fiara tsy mataho-dàlana maro be an’ny CCO Covid-19 ny mpisolovava Willy Razafinjatovo na Olala noho ny tranga niseho teny Ankadifotsy.

 

 

 

Tsy fantatra hoe inona marina no ilàna azy satria tsy misy fanazavana hatramin’izao, fa tamin’ny 20 martsa niantsoako ny mpanao gazety sy ny laharana 910 sy 913, dia tsy nisy namaly ary tsy tonga mihitsy namonjy ilay olona efa miala aina eto akaikinay. Mandalo fotsiny ireo fiara efa ho valo. Hamonjy ny ain’olona ve ireny sa handehandeha, hoy ity mpisolovava ity. Ny 23 aprily, dia nisy fiara iray nijanona teo am-bavahady. Ny làlany ve hitondra sy hanatitra aretina vaovao, izy indray no masiaka rehefa nasaina niala ary nilaza tamiko hoe: ianao aza tsy mahalala lalàna akory fa tsy manao sarom-bava akory, hoy i Olala. Namaly ny tokony hanomezana azy araka ny tenin’ny Filoha i Maitre Olala, raha ny nambarany. Nisy olona 8 na 9 tao anatin’io fiara io, ka izany ve no hoe fanajana ilay iray metatra, ary vola avy aiza marina moa no nividianana ireo fiara ireo, hoy ity mpisolovava ity.

Toky R sy J Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

122 voan'ny CoronavirusMisy olona iray marary mafy

Lehilahy iray 75 taona monina eny Sonierana Antananarivo no voamarina fa tratry ny coronavirus omaly, ka nampiakatra ny isa ho 122, hoy ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle.

 

 Niampy 3 kosa ireo sitrana, ka 61 ny fitambarany, ary 61 ihany koa no mbola tsaboina. Ny zava-baovao ihany koa dia misy olona iray ao anatina tsy fahasalamana sy fahasahirana na ilay antsoina hoe "cas grave" raha ny tatitra omaly.Tafiditra ao anatin'ireo olona sokajiana ho marefo izy ity raha ny tatitra ary efa miezaka mikarakara sy mitsabo azy ny dokotera.

Miparitaka

Efa tena miparitaka ny eny amin’ny fiarahamonina ny coronavirus. Misy indray ny tranga vaovao izay hanairana ny rehetra tsy ho varimbariana, hoy io Profesora io. Fanontaniana manitikitika ny maro ny hoe: samihafa ve ny endriky ny coronavirus any ivelany izay be maty be sy ny eto amintsika? Ny vokatry ny fikarohana nataon’ireo mpitsabo sy manam-pahaizana dia nahazoana tsoa-kevitra samihafa. Ny faramparany dia hoe miova in-droa na in-telo isam-bolana ity tsimokaretina ity. Miovaova toetra mety masiaka na antonontonony. Tena mora mifindra ary rehefa tafiditra amin’ny vantana, dia tena fetsifetsy satria efa hitan’ny fikarohana fa tsy makany amin’ny avokavoka mamotika ny sela ihany fa makany amin’ny atidoha, fo, taovam-pandevonan-kanina, tsinay,… Miovaova io, ka izany no tena hanamafisana ny fitandremana ho an’ny rehetra, indrindra ho an’ny sokajin’olona marefo. Ny tsoa-kevitra tamina marary an-tapitrisany, dia ireo mihoatra ny 70 taona no sokajiana ho marefo, ireo olona vaventy dia efa voaporofo fa matetika alefa any amin’ny fameloman’aina, eo ihany koa ny voan’ny diabeta indrindra fa mikorontana io, ireo olona misy fahasemporana,… Ireo voatery mifanerasera amin’ny olona maro toy ny mpitsabo sy mpiasan’ny fahasalamana, mpivarotra,… Tsy mifidy saranga io, tsy mifidy taona, ary teto amintsika dia tratra avokoa ny sokajin-taona, ka mila mailo sy mitandrina hatrany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatra mipetraka eny Ankatso Mitaraina ho sahirana miatrika ny COVID 19

Mba ho fanampiana ireo mpianatry ny oniversite mipetraka eny Ankatso dia nanao tsipaipaika ireo mpikambana eo anivon’ny fikambanan’ny mpianatra

manerana ny faritra 22 hividianana savony ho an’ireo mpianatra. Savony 30 baoritra ho ana Bloc miisa 140 no voahangon’izy ireo, raha ny fanazavana omaly. Antony dia satria efa manomboka miverina tsikelikely amin’ny fiainana an-davan’andro amin’izao fotoana izao ny fiarahamonina malagasy ka tsy afaka manasa tanana araka ny tokony ho izy ireo mpianatra mialohan’ny hiverenany amin’ireo fonenany sy hampiasan’izy ireo ny fananana iombonana maro ety, hoy ny mpitondra tenin’izy ireo, Manato. Kofafa aza iombonana tsinona ety. Tsy latsaky ny 5000 ny isan’ny mpianatra mipetraka eny amin’ny fonenan’ny mpianatra, hoy izy ireo, ka noho izany dia tsy hahasehaka aloha raha ny azo am-pelantanana. Misy moa ireo efa nody dia ireo mbola tafajanona noho izany no nezahana nizarana ireo fanampiana. Ao anatin’izany indrindra no ilazana fa zanak’olona sahirana amin’ny ankapobeny ny zanak’olona ety kanefa ny lalam-pirenena mbola mikatona. Miaina amin’ny vatsy alefan’ny ray aman-dreniny noho izany ireo mpianatra. Manao antsoavo ny fitondram-panjakana noho izany izy ireo mba hijery manokana ny momba azy satria na dia teo aza ny Vatsy tsinjo sy Tsena mora dia tena mbola sahirana izy ireo. Hanaovana antso avo toy izany koa ny lafiny fandriapahalemana satria miha manjaka eny, indrindra, ny hala-botry.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovana sinto-maheryOlona 6 voasombotra teny Analakely

Olona 06 no voasambotry ny polisy miasa ao amin'ny CSP1 Analakely ny Alahady 23 Aprily lasa teo noho ny resaka sinto-mahery .

 

 Nanatanteraka ilay " operation pick pocket" izay fanaony ny CSP1 tamin’io andro io nanomboka tamin’ny 10 ora ka hatramin'ny 12 ora sy 30mn teo. Vehivavy ny iray tamin’ireo tratra izay fantatra fa efa Renin-dahiny tokoa.Efa mpamer-ikeloka ny roa tamin' ireto voasambotra ireto. Ilay vehivavy dia mpanataka ny poketran'ireo vehivavy mitovy aminy fa ireo lehilahy kosa dia manao sinto-mahery avy hatrany raha mahatsikaritra olona mitondra zavatra tsaratsara na mivimbina finday avo lenta. 17 ka hatramin'ny 41 ny sala-taonan'izy ireo. Natolotra ny fampanoavana omaly izy ireo ary nampidirina am-ponja vonjy maika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fanisam-bahoaka sy fanampiana 100 000 ArHanao ahoana ny tohiny ?

Nahazoana famatsiam-bola avy amin’ny Banky Iraisam-pirenena “digitalisation” eny amin’ny fokontany rehetra izay zava-dehibe hataontsika, ka hanombohana azy ireo faritra 3 anaty fihibohana (Analamanga, Matsiatra Ambony, Antsinanana),

 

 

 hoy ny Filoha ny 8 aprily, 18 andro lasa izay. Alaina ny mombamomba ny olona rehetra na ny “base de données”, ka hisoratra ao daholo ny isan-tokantrano. Nambarany fa miaina anaty fahasahiranana ny Malagasy: trano efitra roa feno olona maro, tsy manana kara-pokontany sy kara-pifidianana,... Hosoratana amin’ny solosaina daholo, ka hovatsiana solosaina avokoa ny fokontany ary hisy ireo “operateurs de saisie” avy amin’ny minisitera. Alaina ny rejisitra ary omena laharana.Omena « carte magnétique » miaraka amin’ny « code barre » avokoa ny olona. « Scanner-na” iny dia hita ao daholo hoe iza no tonga sy tsy tonga, iza no nahazo fanampiana ary iza no tsy nahazo. Homena 100 000 ariary ny olona sahirana, ary tsy maintsy ho vita ao anatin’ny 10 andro ireo. Tena vita sy mandeha laoniny ve? Misy ihany ny fandraisana anarana amin’ny toerana sasany, fa mitarazoka na tsy re ny tohiny, misy ny mbola tsy nanao, ao koa ny efa nahavita . Hanao ahoana ny tohiny amin'izao efa miverina tsikelikely izao ny asa aman-draharaha sy ny fianarana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady atao amin’ny Covid 19Notohizana ny fiandrasan-draharaha eny anivon’ny ministera

Manomboka miverina tsikelikely amin’ny fiainana andavanandro ny rehetra.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Covid OrganicsLiana ny mponina ao Antananarivo

Raha ny zava-misy dia mitombo ny isan` ireo olona sitran` ny “coronavirus” eto Madagasikara .

 

 

 Mety ho vokatry ny ady gasy ve? Fa na nisy aza ireo nametraka ahiahy amin` ity Covid Organics dia hita fa liana amin` izany ny mponina an`Antananarivo. Mitohy ny fizarana maimiam-paoana teny amin` ny lapan` ny tanàna Analakely nanomboka tamin`ity herinandro ity. Afaka misotro izany avy hatrany ireo tonga eny an-toerana na mitondra amin`ny tavohangy mody. Fikaham-be no nisy teny an-toerana ary nisy mihitsy teratany frantsay nilahatra izany. “reharehan` ny malagasy ny fahitana ny fanefitry ny coronavirus. Liana aho ary nanandrana. Milamin-tsaina aho eto” hoy ity teratany vahiny ity. Raha ny tatitra voaray hatrany dia hisy isan` andro ny fizarana ny COVICS eto an-drenivohitra ary efa misy lamina sy fepetra noraisin` ny fitondram-panjakana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika ROHY Tsy nirindra ny fampiharana ireo fepetra

Mahafantatra ny otrikaretina ny olona tany amin’ny 98% amin’ireo distrika 98 nanaovan’ny Firaisamonim-pirenena Rohy fanadihadiana.

Mahomby ny serasera momba ny valanaretina, ary voarain’ny olom-pirenena. Ny 10 tamin’ireo distrika no nahitana olona mitondra ny covid-19: Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Atsimondrano, Fenoarivo Antsinanana, Toliara I, Toamasina I sy II, Antsiranana I, Fianarantsoa, Lalangina, Morondava. 19 % tamin’ny distrika no nanao famendrahana fanafody. Tsy voahaja kosa ny fitangoronan’ny olona rehefa tsena amina tanàna iray. 71%n’ny distrika no nampihantra ny fihibohana tamin’ny ampahany, ary 23% tsy nahitana. 5% no hentitra tamin’ny fampiharana ny fihibohana. Ny tany an-tokantrano, dia 38%n’ny mpanao fanadihadiana no nahita fa tsy afa-nanaja ny fihibohana ny fianakaviana noho ny fivelomana. Nidangana ny vidin-tsakafo tamin’ny 23% distrika. Ny 4% no nahitana fanavakavahana ireo marary nanantona ny toeram-pitsaboana na inona na inona aretina nahazo azy ireo. Fehiny, tokony hamafisina ny firindran’ny fandraisana fanapahan-kevitra any amin’ny Foibe sy ny faritra hanamafisana ny fanaraha-maso sy ny fampiharana ny fepetra. Tokony ho voafaritra mazava ny fametrahana ny Loharano mba tena ho sehatra hahafahan’ny vondrom-bahoaka ifotony mandray anjara amin’ny sehatr’asa samihafa any amin’ny fiaraha-monina, hoy ny Rohy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Andrana vaksiny any Eoropa12 hatramin` ny 18 volana vao fantatra raha mandaitra

Royaume-Uni sy Allemgne no nanomboka ny andrana vaksiny ho fanefitry ny COVID-19 any Eoropa omaly.

 

Ny oniverisite Oxford no misahana ny fanatanterahana ny vaksiny. 23 tapitrisa euros ho an`i Royaume Uni manokana ny tohana ara-bola. Nanome alalana ihany koa ireo tompon'andraikitra momba ny fikarohana ara-tsiantifika any Allemagne ka ny orinasa Biotech, izay mifandray amin`ny laboratoara Amerikanina, no misahana ny fanatanterahana an` izany.Olona manolo-tena manodidina 18 taona hatramin` ny 50 taona no tadiavina ireo orinasa mba hanaovana izay andrana izay. Amin` ny dingana manaraka dia an-tapitrisana ireo olona ilaina hahafahana manamarina ny fandairana ny vaksiny. 12 hatramin` ny 18 volana ny faharetana ny fahafahana manamarina ny fandairana ny vaksiny iray, hoy hatrany ireo manampahaizana. Marihana fa tany Sina dia efa tamin` ny tapakin` ny volana martsa no nisy andrana vaksiny saingy tsy mbola nivoaka ny voka-pikarohana raha toa ka efa nanao andrana roa samihafa ny tao Etazonia.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra vary akotry Lehilahy roa voasambotra tany Manja

Lehilahy roa no voasambotry ny polisy miasa ao Manja ny 24 aprily teo noho ny resaka fangalarana vary akotry (paddy).

Noho ny hezaka nataon'ny polisy miasa ao Manja dia voasambotra ireo jiolahy miisa roa mpangalatra vary akotry ireo . Raha tsiahivina dia ny zoma maraina 24 aprily 2020 tokony ho tamin'ny 1 ora maraina teo ho eo no nisy nangalatra ny varina olona iray mbola teny an-ntanimbary tao amin'ny fokontany Ankilifolo. Nampandreha ny polisy ny fokonolona ka natao ny fanarahan-dia ireo jiolahy ireo ary tra-tehaka miaraka amin'ny vary roa gony izay avy nangalarina izy ireo. Taorian'ny fanadihadiana natao azy ireo dia natolotra ny fampanoavana ireto jiolahy ireto

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Madame Mariah – Mpitsabo nentim-paharazana“Simban’ny serasera be loatra ny fiainantsika.”

Tsy mbola nisy ravin-kazo natao hamparary izany, hoy ny mpitsabo nentim-paharazana,

 

Mariah Rakotondrabe na madame Mariah etsy Fort Duchesne, raha mbola resaka fitsaboana, raha naneho ny heviny mikasika ny vokatra Covid organics. Fanasitranana zavatra maro izany. Izaho dia faly sy misaotra ny filoham-pirenena, hoy hatrany ny tenany, raha namela ny mpikaroka malagasy hitady iny vokatra iny. Manan-karena isika, raha io resaka hazo sy zavaboahary mahasoa io. Tsy misy resaka hidiran’ny vaksiny io fa ny olantsika malagasy dia isika ihany no manambany ny tenantsika sy tsy mino ny zavatra vitantsika eto. Simban’ny serasera be loatra ny fiainantsika dia tsy mahita intsony ny soa azo tovozina eto amin’ny tanintsika, hoy hatrany ity mpitsabo nentim-paharazana ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Toekarena“Mila mijery lavitra ny governemanta”

Nametraka ny ahiahiany ny solombavambahoaka Todisoa Andriamampandry manoloana ny krizy ateraky ny COVID-19.

 

Nambarany fa hatahorana ny fiakarana mihaompampana ny vidin` ny entana eto Madagasikara. Mila paikady tena matotra hahafahana miatrika izany. Na ho ela na ho haingana dia ho sitratna ny “coronavirus” saingy ny aoriana no ho tena krizy mafy, hoy ity depiote ity. Ny sandam-bolantsika dia hihen-danja ka tsy maintsy misy ny vidim-piainana mihaopampana Mila jerena ny fitondrana akaiky izany. Nitondra soso-kevitra kosa izy: voalohany, tokony hahena ny “taux bancaire” hahafahan` ny olona mindram-bola amin` ireny sehatra ireny. Faharoa, tokony hitsinjo lavitra ny governmanta ka mikaroka asa sy fihariana maharitra ho an` ny olona sahirana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tapim-bava avo lenta !

Tsy nampitovy hevitra ny samy Malagasy ny mahakasika ilay tambavy ambara fanafodin’ny valanaretina coronavirus.

Zava-dehibe sy rehareha hatrany aloha ny mahalala sy mahafantatra fa ny sampam-pikarohana Malagasy no nahita azy? Ao ny momba ary misy ny tsy mankasitraka ny hisotro azy io. Na izany na tsy izany dia tokony hifanaja amin’ny safidiny fa tsy hifanerena, ary mila ialana ny baiko sy ny fanerena na mivantana na ankolaka. Toa nisy fitsimbadihan-drasa teto ka ny vondron’olona hatramin’ny manam-pahaizana sy mpikaroka ara-tsiantifika naneho ny ahiahiny sy nilaza fa tsy misy porofo ara-tsiantifika io. Ny mpanao politika izay mety tsy mahafehy ny tontolon’ny fitsaboana indray no nilelalela tsy tamim-pihambahambana fa tena mety sy tsy misy fiantraikany io. Samy manana ny ambarany, saingy tokony halalaka ny tsirairay. Hafahafa kosa etsy andaniny ny mahita sy mandre fitsimbadihan-kevitra tampoka avy amina vondron’olona heverina fa tena mafy amin’ny foto-keviny sy manana etika, ary tsy hivadika fahatany amin’ny heviny. Tampoka avy eo anefa dia ny lazainy fa mainty omaly, dia mitsimbadika fotsy tampoka ny ampitso. Tena fifandresen-dahatra ara-teknika sy ara-tsiantifika ve no nandeha tany tamin’ny fifampiresahana sa mety nandeha ny tapim-bava manara-penitra sanatria famarotana sy fividianana fanahy? Niarahana tamin’ny rehetra sa fanapahan-kevitr’olom-bitsy sa niaraha-nanapaka? Fahita matetika eto amintsika io, saingy enga anie mba ho diso izay eritreritra izay. Enga anie mba ho noho ny soa iombonana tokoa, fa raha sanatria misy ambadika avo lenta ho an’ny bizina sy ny tombotsoan’olom-bitsy, dia hipoitra eny foana ny marina, ary tsy ho zaka ny fipoahany amin’izay fotoana izay. Ny hamisavisana ny ratsy tokoa mba hiavian’ny soa ho an’ity firenentsika ity e!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra MalagasyNanome toromarika fohy ny tale teknikan’ny FMF

Nanome toromarika fohy ho an’ny mpilalao sy mpitantana ary mpanazatra ny baolina kitra Malagasy, Atoa Debon Jean François tale teknikan’ny FMF “Federasion’ny Baolina kitra Malagasy” amin’izao fiatrehana ny fijanonana an-trano ataontsika izao.

 

 “Araho an-tsakany sy an-davany, hoy izy, ny toromarika nomen’ny mpitondra fa mafy ny ady satria "adversaire" tsy hita maso no atrehana ankehitriny. Mirary soa amin’izay marary mba ho tafaverina soa any an-tokantrano. Ny tanjona dia tsy maintsy hiverina amin’ny laoniny ny zava-drehetra ka tsy afaka hatoritory foana eo am-pandriana isika na eo aza ny “confinement” satria ny maraina dia afaka manao “footing” sy “étirement” kely mba hitazonana ny “forme” ananana. Miandry ny top avy amin’ny tompon’andraikitry ny baolina kitra maneran-tany sy aty Afrika isika dia tsy maintsy hiverina daholo ny “programme” efa nipetraka rehetra”.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Navadiky ny lakanaMpiasan’ny GIZ tsy hita popoka

Lehilahy iray mbola tsy hita popoka rehefa natelin’ny ranomamin’i Maningory any Fenoarivo Antsinanana efa 7 andro omaly.

 

 

Nanao izay ho afany nijery tamin’ireo renirano sy ny vava vinany ny fokonolona, saingy tsy nahita mangirana hatreto, ary mbola mitohy fikarohana. Mpiasan’ny GIZ Madagascar, izay miara-miasa ao anatin’ny fandaharan’asa “prosperer” izy io. Nivadika anefa ny lakana nitondra azy ny 18 aprily ka dobo niaraka tamin’ny moto cross iray izy, ary tsy mbola hita popoka hatramin'ny omaly, ary tombanana ho namoy ny ainy.

Toky R

Madagate0 partages

Madagasikara. Volana Ramadany 2020 tsy toy ny isan-taona

VOLANA RAMADANY : NY VAVAKA ATAO ISAN-TOKATRANO TSIRAIRAY, DIA SAMY ATAO HO FANILON'NY HO AVY ETY AN-TANY . TAHAKA NY FAMAROAN'NY FANILO NY KINTANA ENY AN-DANITRA

Tsy toy ny isan-taona izay efa nahazatra hatramin'izay ny iray volan'ny Ramadany fifehezana ho an'ny mpino silamo saika maneran-tany. Anisan'izany mpino silamo eto Madagasikara. Ny antony dia noho ny fisian'ny Covid-19 izay mbola iadiana mafy ny handresena azy. Noho ny mbola tsy fahitana ny volana, ny Alakamisy 23 Aprily dia nofenoina ny Zoma 24 Aprily ny 30 andro ny Shaban, ka ny Sabotsy 25 Aprily 2020 no manomboka ny iray volana ny Ramadany.

Ny UMMI (“Union des Mouballihs Malagasy Ithma anashari”) etsy Ankasina dia naneho ny fiarahabana ireo mpino silamo rehetra noho izay fahatongavan'ny Ramadany izay, ary nirary ny fahavitan'izany hatramin'ny farany, ao anatin'ny fivavahana, mba handresena ihany koa ny corona viriosy.

Natofa Rijaly Jean Bel, Filohan'ny UMMI Madagasikara

Raha lazaina teny fohy ny fifehezana dia fanaovana Ramadany na fifadin-kanina, fitazoman-tena atao ho an' I Tompo Zanahary, ny tsy hanao zavatra voafetra mandritra ny fotoana voafetra. Ary izany dia adidy fanompoana izay nandidian'Andriamanitra ny mpino silamo rehetra. Raha toa ka nisy fotoam-pivavahana iraisan'ny mpino silamo rehetra isan'andro mandritra ny iray volana, dia tsy nasiana izany ho an'ny eo anivon'ny UMMI ho fampiharana ny fepetra efa noraisin'ny mpitondra mba tsy hisian'ny fiparitahan'ity Covid-19 ity, araka ny fanazavana nomen'ny Filohan'ny UMMI Madagasikara, Natofa Rijaly Jean Bel.

Noho izany dia isan-tokatrano no hanatanterahin'ireo mpino ny vavaka ao anatin'ny fotoana efa voafaritra mandritra ny iray volan'ny Ramadany. Tsy hijanona fotsiny amin'ny fangatahim-pitahiana ny vavaka atao fa eo koa ny vavaka handresena ity areti-mandoza mihatra maneran-tany ity.

Ho an'ny mpino silamo dia resy lahatra tanteraka no sady mino fa ho ringana io aretina io. Ny tokan-trano tsirairay dia samy atao ho fanilon'ny ho avy ety an-tany, tahaka ny fahamaroan'ny fanilon'ny kintana eny an-danitra.

 

Soratra sy Sary Andry Rakotonirainy

Madagate0 partages

Tambavy sy fanafody. Sahala fa tsy mitovy eo anatrehan'ny OMS

Tena asa raha diso lalin-tsaina lohatra ingahy Marc Ravalomaana, Filoha teo aloha nametra-piàlana sy nitsoaka tatsy Afrika atsimo, sa kosa tena efa nivadika ati-doha, miaraka amin'ireo mpanolotsaina miseho mahay teny frantsay ikoizana...

Satria ny maha-Malagasy azy mihitsy no tiany nariana rehefa tsisy apoaka intsony eo amin'ny hoe "fanoherana" ara-politika. Any ka tany amin'ny Fikambanana iraisam-pirenena momban'ny Fahasalamana (Organisation mondiale de la santé na OMS) no nitonatonana nanoranoram-poana. Fanafody e fanafody ("médicament") ! Resaka tambavy ity Covid Organics na CVO ity, Ramose, ary tsy misy idiran'ny OMS mihitsy. Fa inona tokoa moa ny hoe "tambavy" sy ny hoe "fanafody"?

Misy dikany telo io hoe "tambavy" io.

1. Anaran'aretina mahazo ny zaza izay heverina fa avy amin'ny vehivavy reniny niteraka azy ihany. Tratry ny tambavy no fiteny amin'izay;

2. Tamboalohany dia fanafodin-jaza atao hoe tambavin-jaza, amboarin'ny mpikirakira raokandro nentim-paharazana. Sotroina izy io ary somary mangidy foana amin'ny lela sy vava;

3. Anarana nomena ireo raokandro malagasy sasany izay rehefa natambatra dia manome ny tambavin-jaza.

Taty aoriana dia nafohezina ilay teny ka lasa hoe tambavy fotsiny ary nantsoina mihitsy hoe "mangidy" indraindray. Dia ireny mbola hitan-tsika misy mivarotra eny an-tsena toa ao Anosibe, ohatra. Iza amintsika no tena mahalala marina izay zavatra nanaovana azy ireny sy ny fatrany, ary iza amintsika no tsy mba nisotro ireny mangidy ireny, indrindra fa ny sarambabem-bahoaka sy ny tantsaha ? Iza amintsika no efa nandre fa narary, hono, i Anona fa nisotro mangidy na tambavy ? Ary ingahy Marc Ravalomanana avy etsy Imerikasinina ve dia sahy hilaza fa tsy fantany izany mangidy sy tambavy izany sa koa hoe sary namboarina io ambany io ?

Marc Ravalomanana teo am-pisotroana "mangidy". Tsy adinony eo ny maha zanaka tantsaha azy. Saingy rehefa niseho nahita fianarana kely dia tsy tsaorany intsony izany fiainana ao Imerikasinina sy Ambatomanga izany...

Diabeta, aretim-bavony, homamiadana, vato, sinusite, aretim-borona, sns, sns maro tsy voatanisa eto. Ny Malagasy avy any ambanivohitra dia efa voataiza amin’ity fitsaboana nentim-paharazana ity ka tsy manatona dokotera mpitsabo mihitsy raha tsy hoe tena aretim-be. Ary fantaro fa ireo dokotera mpitsabo sasany aza dia mampividy azy tambavy sy/na fanafody avy amina raokandro rehefa hitany fa tsy mahomby ny fitsaboana "mahazatra" atao amin'ny fery tsy mety sitrana na ny kaikitram-biby na koa ny famaizana.

Raha tsorina izany dia fanafody ny tambavy fa ny fanafody kosa tsy voatery hoe tambavy satria ny atao hoe "fanafody" dia izao : zavatra entina manasitrana na hiarovana amin'ny aretina ho an'ny olombelona sy ny biby, eny fa na ho an'ny zava-maniry koa aza. Misy ny fomba fampiasana ny fanafody : natao hatelina ("pilule"), hosotroina ("sirop"), hahosotra (pommade"), hatsindrona ("piqûre"), hasisika ("suppositoire") ary hoevohana ("inhalation").

Misy karazany roa mazava ny hoe fanafody. Ao ny fanafodin'ny Ntaolo ka tafiditra amin'izany ny tambavy, ary ao ny fanafody vazaha izay namboarina sy nafarana avy any ivelany ka raha tena tsorina dia niala avy tamina raokandro navadika ho "pila" amin'ny alàlan'ny molekiola simika. Io no mankarary vavony rehefa mitsabo tena ela loatra aminy.

Raha hidiran-tsika indray ny fitsaboana dia mizara telo mazava araka ny OMS mihitsy. Ao ny fitsaboana nentim-paharazana na "médecine traditionnelle" (MT): ao ny fitsaboana fanampiny na "médecine complémentaire" (MC); ao ny fitsaboana maoderina "nifanarahana" azo adika amin'ny hoe "médecine conventionnelle" (MC) ary ao ny fitsaboana sady nentim-paharazana atambatra amin'ny fitsaboana fanampiny (MT/MC).

Ny taona 2013 dia namoaka boky miisa 72 pejy ny OMS, mitondra ny lohateny hoe : "Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2014-2023". Raha adika amin'ny teny malagasy dia : stratejia ho an'ny fitsaboana netim-paharazana ho an'ny taona 2014 ka hatramin'ny taona 2023. Ao anatiny mihitsy isika izao. Inona no votoatiny raha fintinina ? Ity izy aloha amin'ny teny frantsay ary avy eo fintinina amin'ny teny malagasy:

La Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2013-2024 se donne pour objectifs d’aider les États Membres à :

1. mettre à profit la contribution potentielle de la MT/MC à la santé, au bien-être et aux soins de santé axés sur la personne.

2. favoriser un recours sûr et efficace aux produits, pratiques et praticiens de MT/MC grâce à leur réglementation, leur évaluation et leur intégration dans les systèmes de santé, s’il y a lieu.

Cette stratégie a été élaborée en vue d’aider les États Membres à définir et à hiérarchiser leurs besoins, à délivrer des services efficaces et à instaurer une réglementation et des politiques adéquates afin de garantir un recours sûr aux produits et pratiques de MT/MC.

Il est important de garder à l’esprit que cette stratégie constitue simplement un guide visant à aider les pays à définir leurs propres objectifs stratégiques de MT/MC au regard de leurs pratiques nationales, de leurs priorités, de la législation en vigueur et du contexte. À cette fin, l’OMS s’engage à surveiller la mise en œuvre de cette stratégie et à la diffuser aussi largement que possible.

Raha fitinina amin'ny teny malagasy mora raisina ireo voalaza ireo dia toa izao : Hanampy ny firenena mpikambana ao amin'ny OMS ny tarigetran'ity Stratejia 2014-2023 ho an'ny fitsaboana nentim-paharazana ity mba:

1. Hafahan'ny fitsaboana nentim-paharazana sy ny fitsaboana fanampiny (MT/MC) hanatsara bebe kokoa ny fahasalamana, ny toe-piainana sy ny fizahana ara-pahasalamana amin'ny olombelona (ny olom-pirenena);

2. Hafahana mandrindra ao anatin'ny fahombiazana tsara kokoa ireo vokatra, ny fomba fitsaboana miala avy amin'ireo amin'ny alalàna lalàna, fanaraha-maso ary koa ny fidiran'ireo vokatra ireo ao anatin'ny rafitry fitsaboana miankina amin'ny fanjakana.

Marihina ary tsara ho tadidy lalan-dava fa toro-dalàna ihany ity stratejia ity hafahan'ny firenena isan'isany mandrafitra ny stratejiany manokana eo amin'ny lafin'ny MT/MC, ka mifaranaka amin'ny fomba amam-panaony, ny laharam-pahamehany, ny lalàna manankery sy ny tranga misy. Izany hoe, ny any ataon'ny OMS ao anatin'izany rehetra dia ny fanarahana ny fampiarana ity stratejia ity sy ny fampielezana azy faran'izay tratrany.

Fa inona marina moa ity hoe "fitsaboana nentim-paharazana" ity ? Fitsaboana amin'ny alàlan'ny raokandro na zava-maniry voajanahary alaina vao maraina ka manasitrana toa ny ahitra, ny ravin-kazo isan-karazany, ny hazo maro be, ny hodin-kazo, ny fakan-kazo... Ny mpitsabo nentim-paharazana izany dia mahalala hoe inona ilay zavaboary azo atao raokandro ka afaka ampiasaina ny raviny, ny hodiny, ny vatany, ny fakany, ny voniny, ny voany. Eny mahasitrana sy/na mampantanjaka ihany koa ny legioma sy ny voankazo sasan-tsasany. Fa aza adino : ny mihinam-bary be loatra mety hankarary...

Tandremo ! Tsy azo afangaro mihitsy kosa aloha ny mpitsabo nentim-paharazana sy ny "Dadarabe" (mpanao ody gasy), na koa mpamorika mihitsy, izay mampiasa ny herin'ny maizina. Tsy mahavelona fa mahafaty satria vorika sy famosavina hamelezana olona no tanjona. Fa afaka manala izany ary manasitrana koa anefa ny olona nandimby ny mpanao "fanafody gasy" nandray lova tamin'ny Razambeny. Saingy vitsy izy ireo ankehitriny ka mila mitandrina fatratra eo anatrehin'ny mpisoloky tsy mahalala afa-tsy vola no tanjona.

Raha iveranana kely ny resaka fitsaboana nentim-paharazana dia tsara ho fantatrao mpamaky hajaina fa ny taona 2003 dia tao Rwanda no nankalazana ny "Andro Afrikana ho an'ny Fitsaboana nentim-paharazana voalohany" ("Première Journée Africaine de la Médecine Traditionnelle"). Teny filamatra tamin'izany: « La médecine traditionnelle, notre culture, notre avenir ». Ny fitsaboana nentim-paharazana, kolontsain-tsika, ho avin-tsika. Fantaro ary fa raha misy raokandro (zava-maniry fitsaboana aretina) eo amin'ny efatra arivo sy iray alina manerana ny Afrika dia ny 80% amin'izy ireo tsy hita raha tsy eto Madagasikara. Ary fantaro koa fa 80%-n’ny Afrikana no mampiasa ny fitsaboana nentim-paharazana ka tafiditra amin'izany tanteraka ny Malagasy.

Ao anatin'izay voaresaka izay izany dia mazava fa tsy azo kilasiana ho fanafody ("médicament") ny Covid Analogics (COV) novokarin'ny IMRA (Institut malgache de recherches appliquées) natsangan'ny Profesora Albert Rakoto-Ratsimamanga ny taona 1957. Tsy vao izao taona 2020 izao akory io IMRA io no namokatra tambavy sy tena fanafody miala avy amina raokandro malaza eran-tany mihitsy. Iza no tsy mahalala ny "pervenche de Madagascar" na Catharanthus roseus any ivelany any, ohatra ? Tsy anao dokambarotra moa no anton'ity lahatsoratra ity fa hampiahaka ny adalan'ingahy Marc Ravalomanana sy ny forongony amin'ity fomba efa mahazatra azy hatry ny ela, dia ny miresaka momba ana zavatra tsy fantatra sy tsy voafehy ka hifototra any amin'ny hatrany.

Rehefa naseho ampahibemaso ilay Covid Organics dia indro ary ny anareo fa nanoratra tany amin'ny Tale jeneralin'ny OMS ankehitriny, ny 21 aprily 2020, ary notsipihiny mihitsy fa "médicament" no resaka ("(...) suite à l'annonce des autorités de Madagascar de la découverte d'un médicament à base de plante médicinale, l'Artemisia (...)"). Marihina eto fa io Artemisia io dia tsy azo ampiasaina ao France sy ao Belgique. Eo ampamaranana moa dia tsapa fa tena rediredy be no mba nentiny niady "hiraovana ny vahoaka" hono, ka mira baiko mihitsy : "(...) Je vous demande de nous informer si l'utilisation de ce médicament pour le traitement du COVID-19 a été approuvée par l'OMS. Si ce n'est pas le cas, je vous prie de réagir sur l'utilisation à grande échelle d'un médicament qui n'a pas fait ses preuves et interpeller le gouvernement sur les normes internationales et les risques potentiels pour la population".

Izao no dikany : mba mangataka aminao ny hampilazanao anay raha ny fampiasana io fanafody atao fanefitry ny COVID-19 dia nahazo fankatoavana avy amin'ny OMS. Raha tsia ny valiny dia miangavy anao aho mba hamaly amin'ny fampiasana faobe an'ity fanafody izay tsy voasedra akory ka hampatsiahy ny governamenta ireo fenitre iraisam-pirenena sy ny risika mety hitranga ho an'ny vahoaka. Izay izany no hitan'ny mason-dry Ravalo mianakavy mikasika ny Covid Organics, izay tambavy novokarin'ny IMRA.

Ny 22 avrily 2020 dia nihaona tamin'ny Filoha Andry Rajoelina ny ao amin'ny Académie nationale de médecine de Madagascar (ANEMM) notarihin'ny Filohany, ny Profesora Marcel Razanamparany. Ity manaraka ity ny dikan-tenin'io taratasy amin'ny teny frantsay io ambony io:

Noraisin'ny Filohan'ny Repoblika, Andry Rajoelina, ny 22 aprily 2020, tao amin'ny Lapam-panjakana ao Ambohitsorohitra ny Académie nationale de médecine de Madagascar, teo anatrehin'ny Ramatoa minisitry ny Fianarana ambony sy ny Fikarohana scientifika izay nisolo tena ny minisitry ny Fahasalamam-bahoaka. Io fihaonana io dia nafahana nanala ny ahihahy rehetra mikasika ilay tambavy Covid Organics (TAMBAVY CVO).

Satria tsy fanafody ny COVID-ORGANICS fa tambavy nohatsaraina, dia tsy misy mihitsy ny antony, avy amin'ny Académie, ny hanakanana ny fampiasana azy ka tsy an-tery mihitsy akory fa kosa tsy maintsy manaja tsara ny fatrany voasoratra eo amin'ny fonony, indrindra ho an' ireo ankizy.

Nampahafantarina anay ireo raokandro nampiasaina ka nafangaro sy ny fatran'ny heriny eo amin'ny lafin'ny fampiasana io tambavy io, araka ireo dosie teknika sy siantifika nalefa taty aminay. Eo ankilany kosa dia manome sosokevitra ny Académie nationale de médecine ny hitsaganan'ny rafitra iray hanarahana ireo olona nisotro io Tambavy CVO io.

Ny Académie nationale de médecine dia manohana ny fahavononan'ny Fanjakana malagasy eo amin'ny fitadiavana vahaolana ao anatin'ny ady amin'ity valan'aretina Covid-19 maneran-tany ity, sy ny ezaka ataon'ny manam-pahaizana siantifikasy ny mpikaroka malagasy.

Satria tokoa mantsy, ny antom-pisian'ny Académie nationale de médecine de Madagascar dia ny manoro hevitra, manohana, manampy ary mandray anjara amin'ny fandrosoan'ny Siansa ankapobeny, ary ny sehatry ny Fitsaboana sy Fikarohana ankapobeny.

 

Diso fiantefa tanteraka izany ry Ravalomanana sy ireo mpanolontsaina tsy mahalala tsara ny momban'ny OMS. Tsy misy idirany, Tompoko, ity resaka TAMBAVY CVO ity, rehefa nanome alàlana mazava ny Académie nationale de médecine de Madagascar. Ary dia averiko eto mihitsy ny voalaza ao amin'ilay "Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2014-2023" :Marihina ary tsara ho tadidy lalan-dava fa toro-dalàna ihany ity stratejia ity hafahan'ny firenena isan'isany mandrafitra ny stratejiany manokana eo amin'ny lafin'ny MT/MC, ka mifaranaka amin'ny fomba amam-panaony, ny laharam-pahamehany, ny lalàna manankery sy ny tranga misy.

Dia inona moa no afaka nataon'io Tale jeneralin'ny OMS io ny 23 avrily 2010 ? Nilaza fotsiny izy fa tsy nahita porofo ara-siantifika fa mahasitrana na manakana ny aretina Covid-19 io Covid Organics io. "L'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme qu'il n'existe aucune preuve scientifique que le remède de Madagascar contre le Covid-19 soit efficace". Lasa Masindahy Tomasy izany e! Fa tsy afaka manasazy izy r'ingahy Ravalo a !

Ary izay ny antony nahatonga ny OMS tsy niteny, hatreto, satria voan'ny ataony ihany (miray tsikombakomba amin'ireo laboratoires vazaha mpanao vaksiny izay andrasan'ny Filoha Macron hivoaka aorian'ny 11 may 2020). Ny solontenany eto Madagasikara moa, Ramatoa Charlotte Faty Ndiyae, dia mpanatanteraka fotsiny ihany... sady an-dalàm-podiana satria efa tamin'ny volana janary 2015 izy no nandray io andraikiny io.

Asa, iza indray izao no handefasan'i Dada taratasy fitarainana. Fa izay rehetra nalefany dia nandamoaka daholo, nanomboka izy nirotsaka ho kandida filoham-pirenena. "Normal", hoy ny mpiara-dia aminy raha miakatra foana ny... tambaviny.

Jeannot Ramambazafy – Lahatsoratra nivoaka ihany koa ao amin'ny "La Gazette de la Grande île" sabotsy 25 avrily 2020

Midi Madagasikara0 partages

Mirongatra ny lozam-pifamovoizana : Efatra ao anatin’ny iray andro, lasibatra ireo kodiaran-droa

Na io môtô nodomin’ny fiara, na io bisikleta voadonan’ny môtô. Ny alakamisy teo, maromaro no naratra nentina nihazo toeram-pitsaboana vokatr’izay loza izay.

Tetsy Behenjy, izay môto, nidona tamin’ny fiara, ary naharatrana olona roa tokony tamin’ny 11 ora antoandro tany ho any. Môtô handeha hianatsimo izy io, nihazo iny lalam-pirenena fahafito iny. Ilay fiara nandona kosa, tsy mataho-dalana iray handeha hiakatra aty an-drenivohitra. Ny anton’ny loza hatreto tsy fantatra mazava fa azo heverina avy hatrany fa vokatry ny fandehanana mafy sy fangalarana ny havia na ny havanana amin’ny arabe. Naratra mafy vokatr’izany ilay mpitondra moto sy ny olona nentiny ary voatery nampiakarina taty an-drenivohitra.

Fa toy izany ihany koa no nitranga tetsy Ambohibao, tamin’iny lalam-pirenena fahefatra iny. Môtô notrongisin’ny kamiao « citerne » iray, tokony ho tamin’ny dimy ora sy sasany hariva teo. Voalaza fa nisongona fiara ity môtô ary nifatratra avy hatrany tany amin’ilay fiarabe nifanena taminy.  Olona roa ihany koa no naratra mafy ka voatery nentina nihazo toeram-pitsaboana malaky. Marihana fa na dia nandriaka aza ny rà, tsy nisy aloha tamin’ireo no namoy ny ainy.

Ankoatra ireto roa ireto dia fantatra fa nisiana lozam-pifamoivoizana izay nahavoa kodiaran-droa ihany koa tetsy Mahamasina. Môtô indray no nifandona teo, mbola tamin’io andron’ny alakamisy io hatrany. Samy potika fananana izy ireo saingy kosa tsy nisy nanombinana ny ain-dehibe. Tamin’iny lalam-pirenena fahatelo iny, mihazo an’Anjozorobe indray kosa, dia bisikleta indray no nifandona tamin’ny môtô, tao anaty fiolanana.

Amin’izao tsy fisian’ny fiara fitaterana mampitohy ireo faritra maro amin’ny renivohitra tokoa dia maro amin’ireo olona no mamoaka ireo kodiaran-droany : na io bisikleta na io moto eny amin’ireo lalam-pirenena. Maro amin’ireo olona ireo ihany koa anefa no tsy zatra mihitsy mandeha amin’izany lalana izany ary ny tena loza aza dia ao ny sasany tsy mahay akory ny lalàna mifehy izany fifamoivoizana izany. Mihevitra ny tenany fa azy ireo irery ny arabe ka tsy misalasala akory ny sasany ny mandeha mafy be, ny mandeha eny am-povoan’arabe. Tsy ao an-tsain’izy ireo akory fa ny fiara fitateram-bahoaka ihany no tsy misy fa ny ankoatr’izay dia mbola maro ireo fiara hafa mampiasa ny lalana. Tsy atao mahagaga araka izany raha mitombo betsaka ireo loza.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Meurtre à Morafenobe : Un homme calciné par sa femme pour cacher le crime

Cette histoire remonte au soir du 22 avril dernier. Selon les informations émanant de la gendarmerie du poste fixe de Morafeno qui est chargée de l’enquête, le reste du corps d’un père de famille de 48 ans a été récupéré dans un barrage à Andohasahabe, dans le fokontany de Morafeno, chef-lieu du district de Morafenobe. La victime a été, selon les informations, assassinée par sa femme. Cette dernière a déjà été arrêtée par les forces de l’ordre le lendemain de cet horrible acte. La vraie raison de la dispute entre le couple du village d’Ambatokary est inconnue. Cependant, durant l’altercation, il a été constaté que l’homme a reçu un coup de hache sur sa tête. Ce dernier a été tué sur le coup. Après avoir accompli cet acte morbide, dont on ne connaît pas le mobile pour l’instant, la femme a voulu masquer son méfait en impliquant ses enfants. En effet, elle a trouvé comme solution de brûler le cadavre de son défunt mari et d’enfouir ensuite les restes dans des sacs. Deux de ses enfants ont jeté une partie de l’emballage dans la rivière d’Andohasahabe dans le fokontany de Morafeno, tandis qu’elle-même a jeté un autre macabre emballage dans un barrage à Ambatokary, du fokontany de Mamoeramanjaka. Le crime aurait pu être parfait si les forces de l’ordre n’avaient pas été alertées à temps. Mise au courant de la situation, la gendarmerie, avec quelques membres du fokontany, se sont rendus sur place, avec les enfants de la dame incriminée impliqués dans le meurtre, et ont constaté la présence des restes du corps incinéré, découverts dans le barrage d’Andohasahabe. Selon toujours les informations recueillies auprès de la gendarmerie nationale, la dame incriminée est âgée de 44 ans. Un de ses fils de 17 ans, qui n’aurait pas participé à cet acte sordide, reste encore introuvable pour le moment. En revanche, sa fille de 16 ans et son fils de 12 ans, impliqués, ont été appréhendés. Le médecin légiste s’est déjà rendu sur place afin de faire le constat d’usage et l’enquête est en cours.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

PME et micro-entreprises : Les plus vulnérables aux effets de la pandémie, selon l’Union Africaine

Les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) ont du mal à faire face aux défis économiques et sociaux engendrés par la pandémie de Covid-19. Ce sont les propos du DG de l’AUDA-NEPAD (Agence de Développement de l’Union Africaine), Dr Ibrahim Assane Mayaki et de celui du Groupe Ecobank, Ade Ayeyemi, qui ont convenu de collaborer sur une initiative  permettant de soutenir cette partie du secteur privé qui constitue les plus vulnérables. D’après leurs explications, cette initiative a pour objectifs de créer une plateforme unique qui abordera les problèmes, les défis et les besoins des MPME pendant et après la pandémie de Covid-19, et sera un outil inclusif, flexible, et complet pour les MPME des secteurs formels et informels sur l’ensemble du continent.

Opportunités. Selon ses promoteurs, la plateforme vise également à identifier les opportunités et les moyens innovants qui permettront de soutenir et de protéger les MPME et les opportunités d’emploi, dans les secteurs de l’agroalimentaire, de la santé, les startups technologiques, et les entités se trouvant dans le circuit de la chaîne d’approvisionnement, sachant que les MPME représentent environ 90% des entreprises dans la plupart des économies africaines. Et enfin, le projet permettra de coordonner et harmoniser les initiatives et les efforts en cours qui accompagnent les MPME en leur permettant l’accès à l’information, aux financements et aux mesures de relance budgétaire pendant la phase active de la pandémie. Selon les deux DG, la plateforme cherche à garantir aux MPME un accès continu aux marchés nationaux, régionaux et continentaux tout en apportant des recommandations aux décideurs politiques sur des solutions concernant les dettes intérieures, car ces entreprises devraient faire face à des défis en raison des difficultés économiques auxquelles les États membres seront confrontés.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Le MJS se mobilise dans le VIe Arrondissement

: La distribution de masques s’est déroulée à Anosivavaka, hier.

A l’approche de la date du 27 avril où le port de masque sera obligatoire selon la déclaration du président de la République, Andry Rajoelina, tous les départements ministériels s’activent. Le staff au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports représentant le ministre, Tinoka Roberto s’est rendu à Anosivavaka, Ambohimanarina pour distribuer des masques et le « Covid-Organics ». « Depuis mercredi, nous nous organisons pour la distribution des masques et du CVO dans huit fokontany du VIe arrondissement. C’est dans cette partie que le MJS s’est mobilisé. Plus de 20.000 masques ont été distribués. Chaque ménage recevra trois masques. La distribution ne prendra fin que demain dimanche 26 avril » a annoncé, Tsiebo Mahaleo, directeur du Partenariat et Développement. Faut-il rappeler que le personnel au sein du MJS est très actif au Palais des Sports de Mahamasina pour le package du « Vatsy Tsinjo ». Le numéro un du département ministériel en tant que ministre coach dans la province de Toliara était au four et au moulin sur place en collaboration avec les élus et les membres du Centre de Commandement Opérationnel.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Transport public : Les autobus en zone suburbaine dotés de GPS

La signature de la convention de partenariat entre la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS), l’Union des Coopératives de Transports suburbains (UCTS), et TEC Company a été effectuée le mardi 21 avril 2020. Ce contrat stipule que, désormais, tous les véhicules de transport public de l’UCTS seront dotés de GPS. Mais pas seulement. « Les chauffeurs, les aide-chauffeurs et les propriétaires des véhicules, qui sont considérés comme des travailleurs indépendants, seront eux aussi inscrits à la CNaPS et pourront bénéficier de tous les services de la caisse », a déclaré le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Fonction publique, Gisèle Ranampy, lors de la cérémonie de signature de cette convention.  

Bénéfique pour tous les acteurs. Le ministre des Transports, Joël Randriamandranto, a tenu à souligner que cette convention est bénéfique pour tout le monde. Les propriétaires des véhicules peuvent suivre les déplacements de leurs véhicules via le système de géolocalisation, et jouiront d’une remise auprès de la CNaPS. Les passagers n’ont plus à craindre de ne pas arriver au terminus en raison des écarts de conduite des chauffeurs. Quant aux chauffeurs et aide-chauffeurs, ils bénéficient désormais de la retraite, et les ambulances de la CNaPS se chargeront de l’acheminement des blessés vers les hôpitaux en cas d’accident. 

Par ailleurs, une enquête est menée actuellement par le ministère de la Fonction publique auprès des entreprises privées. Après quoi, une aide sociale sera octroyée à tous les employés inscrits à la Caisse nationale de Prévoyance sociale. Ceci n’est que le commencement, puisque ce projet peut très bien s’étendre aux transporteurs de la zone urbaine. 

Anja RANDRIAMAHEFA 

Midi Madagasikara0 partages

Le port du masque  sous peine de sanctions

Cette semaine qui vient de s’écouler est en quelque sorte une période de rodage pour les mesures à suivre par la population lors de ce déconfinement partiel. Il est vrai que le régime avait eu fort à faire pour  mettre fin aux doutes exprimés à propos de son Covid organics. Les réserves émises par les membres de l’Académie de Médecine étant levées, il peut maintenant  se consacrer pleinement à l’application de son plan de lutte contre le Covid 19. Les recommandations faites régulièrement à la population ont été suivies partiellement, mais après ces sept jours de tolérance, les règles vont devoir être suivies  intégralement. Lundi, les forces de l’ordre vont sévir sans pitié contre les récalcitrants.

Le port du masque  sous peine de sanctions

La lutte contre le Covid 19 ne souffre d’aucun relâchement. Jusqu’à présent, une partie de la population  a  sciemment fait  preuve d’imprudence, en ne prenant aucune précaution dans sa vie quotidienne. Le déconfinement partiel décidé par le chef  de l’Etat était nécessaire et résultait des efforts menés pour stopper la progression de l’épidémie. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut  retrouver les habitudes  d’une vie normale.  Les mesures de prévention n’ont pas cessé. Les règles sont les mêmes. Les habitants  des régions confinées ont vu la reprise des moyens de transports, mais ils vont les utiliser en respectant des règles très strictes. La distanciation sociale est de mise, le port du cache-bouche est obligatoire. La distribution de ces masques s’est faite dans tous les quartiers. Maintenant, tout le monde est prévenu. A partir de lundi, les forces de l’ordre vont sévir contre les contrevenants. Ils n’auront plus aucune excuse et devront exécuter les peines prévues, à savoir faire des travaux d’intérêt général. Le retour d’une certaine discipline est la bienvenue car on sent que ce  relâchement risque de ruiner tous les efforts fournis depuis. Les guérisons de personnes malades continuent, les nouveaux de contamination se comptent pour l’instant sur les doigts d’une seule main. Il faut donc rester très vigilant et respecter  scrupuleusement les règles.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Fianarantsoa : Un militaire blessé au crâne après avoir reçu des jets de pierres

Une voiture de forces de l’ordre a été la cible de jets de pierre dans la capitale de Betsileo, non loin du stationnement des taxi-brousse. Un des militaires à bord a été blessé à la tête. Selon les informations reçues, ces militaires ont été dépêchés sur place pour sensibiliser la population afin de respecter les consignes de l’État, pour limiter la propagation de la Covid-19. Parmi ces consignes, la fermeture des magasins à 13 heures, et le port de masque obligatoire. La réponse a été violente.

Isotry

Un voleur de moto arrêté par la police

Hier, au petit matin, un homme d’une trentaine d’années a été appréhendé par la police du commissariat du 4ème arrondissement, près de Manarintsoa, à « Vorondamba ». L’homme était en train de tirer un scooter dont le moteur était éteint, lorsque les éléments des forces de l’ordre faisant leur ronde habituelle ont trouvé ce geste suspect. Ils ont voulu l’interpeller mais l’homme a pris ses jambes à son cou, laissant derrière lui la moto. Une course poursuite a été engagée et l’individu a fini par être arrêté. Avouant à la police que la moto a été volée dans une maison à Manarintsoa, le suspect a été embarqué pour être auditionné au bureau du commissariat. Quant à la moto, celle-ci a fait l’objet d’une saisie en attendant que son propriétaire la réclame.

Recueillis par m.L

Midi Madagasikara0 partages

Réouverture des églises : Le FLM suit le FJKM

Chaque église membre du conseil œcuménique des églises chrétiennes est libre de décider sur la réouverture des églises. Une réouverture qui semble diviser. 

Les portes des églises et des temples vont rouvrir demain après un mois de fermeture à cause de la lutte contre le coronavirus. L’influent conseil œcuménique des églises chrétiennes, regroupant les quatre églises historiques, notamment l’église catholique romaine, l’église anglicane, l’église réformée et l’église luthérienne, a donné son feu vert à la reprise des réunions cultuelles habituelles au niveau de toutes les paroisses et synodes du pays. « Ceux qui veulent reprendre les cultes peuvent le faire » a annoncé, hier, David Rakotonirina, président du conseil et à la fois président de l’église luthérienne. Toutefois cette reprise est très règlementée, a-t-il indiqué.  « Il faut respecter à la rigueur les gestes et mesures barrières imposés par l’Etat pour lutter contre le coronavirus » a martelé David Rakotonirina. Lavage systématique des mains, port obligatoire des masques, respect de la distanciation sociale. Toutes ces mesures doivent être appliquées préalablement aux fidèles. « Et les lieux de cultes doivent être systématiquement désinfectés » avance aussi le président du conseil œcuménique des églises chrétiennes.

La réouverture des églises est jugée très précoce. L’interdiction de la tenue des réunions publiques de toute nature n’est pas encore levée dans le cadre de l’état d’urgence actuel. Mais « nous nous tenons à la déclaration du président de la République selon laquelle toute réunion regroupant moins de 50 personnes est autorisée » argumente le président du conseil œcuménique. Raison pour laquelle, l’église luthérienne a, elle aussi, annoncé, hier, que les cultes habituels peuvent reprendre « pour ceux qui s’impatientent au sein du FLM » mais « ne doivent pas, en revanche, dépasser les 50 personnes y compris le pasteur, les diacres, le service de la sonorisation » a précisé David Rakotonirina. L’église luthérienne a donc suivi la voie déjà tracée par les réformés concernant la reprise des cultes. Toutefois, « les pasteurs et comité au niveau de chaque paroisse devraient informer les autorités locales sur leur décision de reprendre les cultes » a martelé le président du FLM. Les catholiques, eux, devront suivre les instructions de chaque évêque des diocèses quant à la réouverture de leurs églises.

Contrairement au début de la crise actuelle où la fermeture de toutes les églises a fait l’unanimité au niveau du conseil œcuménique, la réouverture semble être un sujet difficile à trancher maintenant. L’église réformée, elle, n’a pas attendu très longtemps pour annoncer la reprise des cultes, bien avant la réunion du conseil, tenue jeudi dernier, selon de source concordante, et durant laquelle la sommité de cette influente organisation religieuse devrait aborder les sujets liés au déconfinement. « Au sein du conseil œcuménique, chaque religion est souveraine sur sa décision » a relativisé David Rakotonirina. Lié par l’œcuménisme, et par la lutte contre la propagation du covid-19 « cette souveraineté ne compromet en aucun lieu l’unité du conseil » a-t-il poursuivi. Raison pour laquelle, selon toujours ce dernier, les quatre chefs d’église vont poursuivre les cultes œcuméniques réservés aux fidèles dans le cadre de la crise actuelle. Ce culte, qui aura lieu, demain au temple Isotry Fitiavana, sera retransmis à la télé et à la radio, rassure David Rakotonirina.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Taxi-moto : Entre 2 000 Ar et 16 000 Ar la course en ville

Des conducteurs de taxi-moto en attente des clients à Anosy. (Photo : Princy)

Les conducteurs de taxi-moto peuvent même transporter des clients dans les régions comme à Antsirabe et à Tsiroanomandidy. 

Le taxi-moto devient un moyen de transport très prisé par la population surtout dans la Capitale. Le prix d’une course en ville varie entre 2 000 ariary et 16 000 ariary, selon le trajet. « Nous avons opéré depuis l’année dernière en vue d’apporter une solution plus rapide face au problème d’embouteillage monstre surtout dans la ville d’Antananarivo.  Et durant la période de confinement, le taxi-moto est le seul moyen de locomotion accessible  aux Tananariviens étant donné que les taxis et les taxi-be ont été interdits de circuler. En moyenne, j’arrive à faire une à cinq courses par jour. Je travaille même le dimanche s’il y a des clients », a témoigné Andry, un conducteur de taxi-moto. 

Transport dans les régions. Parlant du tarif, « je fixe à 3 000 ariary pour un trajet reliant Namontana et Anosy, entre autres. Et pour le trajet desservant Anosy et Ankorondrano, la course est à 10 000 ariary. En fait, la détermination du prix d’une course dépend de la capacité de consommation de chaque moto », a-t-il précisé. Il faut savoir également que les taxi-moto peuvent même transporter des personnes dans les régions  comme à Ambatolampy et Antsirabe et à Tsiroanomandidy. « Le prix d’une course à destination d’Ambatolampy, est de l’ordre de 60 000 ariary, et ce, pour une durée de trajet de moins de 2 heures. Et pour aller à Tsiroanomandidy, qui dure à peu près 5 heures, le client doit débourser 100 000 ariary. Il en est de même pour le voyage à Antsirabe avec 2 heures et demi de trajet », a confié Andry. 

Mesures de sécurité. Quant à Rivo, un autre conducteur de taxi-moto, il n’ose pas aller très loin étant donné que sa bécane n’est pas très performante.  « Mon tarif moyen est ainsi de 2 000 ariary pour un trajet reliant Ivato et Talatamaty, entre autres », a-t-il fait savoir.  Quant à Mario, il a transporté un client au départ d’Ambohijatovo jusqu’à Ambohipo moyennant un frais de 16 000 ariary. « Nous respectons les mesures de sécurité sanitaire, en mettant chacun des masques de protection et des casques. Et je n’ai jamais eu d’accident », a-t-il enchaîné.  En tout, les conducteurs de taxi-moto veulent bien se formaliser  pour avoir un statut qui leur est propre. Ils se garent notamment près des arrêts de bus afin de chercher des clients qui sont dans la plupart des cas, pressés ou fatigués d’attendre le taxi-be.  

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Tourisme: Reprise envisagée vers la mi-mai

Les opérateurs touristiques souhaitent une reprise des liaisons aériennes dans les meilleurs délais.

Grâce au déconfinement progressif programmé par le gouvernement, l’espoir est de mise du côté des opérateurs économiques du tourisme et des transports. La reprise des activités est envisagée d’ici la mi-mai.

« On ne sait plus où est ce qu’on en est. Comme tout le monde, on souhaite une reprise des activités le plus tôt possible, mais il ne faut pas aussi trop s’exposer à la précipitation car l’enjeu de la santé publique est extrêmement  important »  Cette réaction d’un haut responsable d’une compagnie aérienne privée,  résume l’état d’esprit des acteurs du tourisme et des transports : Le souci d’un lendemain qui risque d’être noir en raison des  effets destructeurs du blocage des activités depuis plus d’un mois.

Des milliards d’ariary de perte

Perte sur toute la ligne, c’est en effet le bilan global partagé par les professionnels du tourisme venus hier répondre à l’appel à la solidarité lancé  par le gouvernement en remettant  des dons au CCO à Ivato (voir article par ailleurs). « Sans ce confinement on serait à l’heure actuelle en train de réaliser nos projets de développement préparés depuis plusieurs mois, mais là, on ne sait plus si on pourrait encore les réaliser, même une fois la crise sanitaire passée » ajoute un autre opérateur dont la perte se chiffre par plusieurs dizaines de millions d’ariary. Présent également lors de cette cérémonie de remise de dons, le ministre du Tourisme et des Transports Joël Randriamandranto a confirmé que le secteur accuse actuellement des milliards et des milliards d’ariary de perte. « On est en train de faire une évaluation mais ce qui est sûr c’est que la situation est très grave pour le tourisme et que la relance sera très difficile ». En effet, le tourisme qui est l’un des piliers de la relance économique comporte  des  nombreuses activités directes et connexes qui sont tous frappées par  cette crise. On peut notamment citer, parmi les activités directes : les agences de voyages, les tours opérateurs, les hôteliers et restaurateurs, les transporteurs. Indirectement l’artisanat, l’agriculture et autres sont également touchés.

Zéro activité

En tout cas, tous ces secteurs sont à zéro activité depuis la suppression de toutes les liaisons aériennes au niveau du transport des passagers. Et la question que se posent justement les opérateurs économiques c’est celle de savoir à quand sera la reprise des activités. Sur ce point, le ministre Joël Randriamandranto a répondu qu’aucune date n’a pas encore été fixée . « On évalue la situation, mais l’on estime que vers la mi-mai, si toutes les conditions sont remplies, on peut éventuellement décider une reprise du secteur tourisme en général et des transports aériens  en particulier » a expliqué le ministre qui n’a pas exclu la prise de mesures pour aider les professionnels du tourisme  à se relever. « On décidera en fonction des moyens et des besoins »  a-t-il ajouté.  Sur ce point d’ailleurs, les réunions se multiplient entre administration et secteur privé touristique pour se préparer à l’inévitable crise économique qui suivra la crise sanitaire qui passera, espérons-le, le plus tôt possible.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Stade Barea, Tanamasoandro, Buildings « mora » : Projets présidentiels mis en quarantaine

: Le 60e anniversaire risque de ne pas être célébré au stade de Mahamasina.

Le coronavirus a confiné les grands projets présidentiels qui sont mis en quarantaine et risquent même d’être remis en question face aux impacts économiques de la crise sanitaire.

A deux mois de l’échéance du 26 juin prévue pour la grande première du stade de Mahamasina rénové, le chantier est loin d’être achevé.  La pandémie de covid-19 a bouleversé le calendrier initial de la première phase qui consiste à construire un nouveau périmètre de sécurité et une nouvelle tribune d’ici la fête de l’Indépendance. La célébration du 60e anniversaire pourrait ainsi se dérouler sur un autre site voire sans la grande foule tel que c’était le cas pour le 29 mars.

Cas de force majeure. Le délai de 18 mois pour la réalisation des travaux estimés à 77 millions de dollars et dont la deuxième phase porte sur la mise en place de gradins supplémentaires et d’une pelouse hybride avec arrosage automatique, a peu de chances d’être respecté. Et ce, indépendamment de la volonté de l’initiateur du projet qui se trouve confronté à un cas de force majeure dû à ce virus imprévisible et venu de l’extérieur. Un adversaire invisible contre le stade Barea.

Emergence. La construction de « Buildings mora »  à Ivato risque aussi d’être ralentie. Les futurs propriétaires et/ou locataires des 38 immeubles R + 4 composés de 608 appartements doivent patienter avant l’…émergence de cette ville nouvelle dotée de parkings, de commerces de proximité, d’aires de jeux et d’espace vert. Quoique l’étude géologique du terrain et les travaux de terrassement aient été achevés avant le délai imparti, le chantier prendra inévitablement du retard par rapport aux prévisions. Du coup, l’objectif de 10.000 logements par an reste pour l’instant, un rêve mal loti.

Cheval de bataille. Le covid-19 a également assombri le mégaprojet « Tanamasoandro » à Ambohitrimanjaka. Même les fervents adversaires de ce chantier pharaonique ont dû se confiner et mis leurs revendications en quarantaine. Et ce, dans l’espoir de reprendre le combat après la fin de la guerre contre le coronavirus.  En attendant, certains dirigeants du mouvement ont grossi les rangs des anti-CVO. Le Covid organics est effectivement devenu le nouveau cheval de bataille d’une grande partie de l’opposition qui a du mal à avaler le « tambavy ».

R. O

Midi Madagasikara0 partages

MIDIRAMA : La lutte contre le Covid 19 menée sous de bons auspices

Le confinement partiel a été annoncé, dimanche dernier,  par le président Andry Rajoelina  en même temps que la mise au point  du Covid organics ,  le remède de l’IMRA pour lutter contre le Covid 19 .La nouvelle de cette découverte a fait l’effet d’une bombe et  a été reprise par de nombreux organes de la presse internationale. Elle a donc quelque peu éclipsé les autre points développés lors de cette intervention très attendue du chef de l’Etat à la télévision .Passé le côté sensationnel de la déclaration, les demandes d’explication sont venues de, toutes parts les scientifiques et les journalistes étant désireux d’en savoir un peu plus sur cette découverte. La présentation en grandes pompes le lendemain au siège de l’IMRA de ce Covid organics n’a pas mis fin aux interrogations des spécialistes du monde entier .Des articles sont parus dans la presse du monde entier, les uns saluant la prouesse des chercheurs malgaches et d’autres mettant en doute le protocole suivi pour produire cette potion miraculeuse. Le doute a été mis sur les vertus curatives à cause d’absence d’essais cliniques opérés. L’annonce de la guérison de deux malades ayant été soignés avec ce Covid organics n’a pas convaincu  les chroniqueurs scientifiques étrangers. La décision du président de la république de distribuer gratuitement le remède à la population et de le faire prendre par les élèves des classes d’examen ayant repris le chemin de l’école a été diversement appréciée. Les réactions ont été très contrastées, les uns ne cachant pas leur enthousiasme et d’autres manifestant une très grande réticence. La communauté scientifique malgache n’a pas caché ses réserves, l’académie de médecine   parlant  d’un médicament dont les preuves scientifiques n’ont pas été établies. Mais après une rencontre avec le président Rajoelina, les réticences ont disparu ses membres ne s’opposant plus à l’utilisation du remède. A Madagascar, le président Marc Ravalomanana continue de s’opposer au Covid organics et demande l’intervention de l’OMS qui a manifesté son opposition depuis le début. Le pouvoir, nonobstant ces critiques, poursuit son objectif,  l’application stricte des mesures nécessaires à la réussite du confinement partiel. Le respect des règles n’est pas tout à fait effectif, une part importante de la population prenant une grande liberté avec les consignes des autorités  Mais dès lundi prochain, les sanctions vont tomber. Ceux qui ne porteront pas de masques vont faire des travaux d’intérêt général. Le respect des mesures barrières sera surveillé de près par les forces de l’ordre.

Sur le plan international, la situation varie d’un pays à un  autre. Les Etats-Unis sont les plus  durement touchés. La progression de l’épidémie se fait de manière exponentielle. Le  nombre des décès croît  de jour en jour. Avec 46 000 morts, la première  puissance mondiale manifeste son impuissance. Son économie connaît une dégradation inquiétante. Le pays souffre d’un  taux de chômage inquiétant. 20 millions de personnes se sont inscrites pour recevoir une allocation chômage. Pendant ce temps, Donald Trump multiplie les tweets plus farfelus les uns que les autres. Dans le  dernier en date, il demande aux Américains d’utiliser des rayons ultraviolets pour tuer le virus. En Italie, en Espagne, au Royaume Uni et  en France, la mortalité due à l’épidémie semble se stabiliser, mais la situation n’en est pas moins préoccupante. Dans l’Hexagone, c’est le déconfinement du 11 mai qui est au centre des conversations. L’avenir de nombreuses entreprises qui ont été durement pénalisées par la confinement est évoqué avec inquiétude. Ce sont des millions de personnes qui risquent de perdre leurs emplois, plusieurs secteurs de l’économie sont en souffrance.

Le monde entier est encore  loin d’être sorti de cette crise provoquée par la pandémie du Covid 19, comme nous l’avons dit auparavant, l’ordre des valeurs a été bouleversé.  Les Etats -Unis ne vont pas sortir indemnes de cette  lutte menée contre un ennemi invisible. Ils en sortiront très affaiblis. Les puissances moyennes se remettront difficilement elles aussi de cette épreuve. Les pays africains  sont moins atteints que prévu. Madagascar est en train de préparer  sa sortie du confinement avec prudence. La lutte contre le Covid 19 se déroule sous de bons auspices et malgré les incertitudes de l’avenir, on peut être raisonnablement optimiste.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque : Le Mondial de Lausanne annulé !

 Pour une sage décision, celle du président de la Fédération internationale d’annuler le championnat du monde 2020, en est une. Un choix qui va permettre à Claude Azema de régler d’autres problèmes. 

La Fédération Internationale de Pétanque a fini par se résoudre à tirer un trait sur le sommet mondial de triplettes masculines 2020. Un rendez-vous qui devrait se tenir à Lausanne en Suisse, courant juillet. Comme un championnat du monde se tient chaque année, la décision est la plus sage. Cette annulation n’est pas foncièrement une mauvaise chose. Tout d’abord au niveau de la FIPJP où Claude Adema mettra ce break forcé à profit pour régler une bonne fois pour toute, la pétanque en Afrique scindée carrément en deux. Outre la Confédération Africaine de Sports Boule, l’aile légale, il y a aussi la Confédération Africaine de Pétanque dirigée par un richissime Marocain. Ce dernier n’hésite pas à distribuer de l’argent à tout vent pour faire venir certains dirigeants de pétanque en Afrique. Sur ce chapitre, il a même réussi à s’offrir les services d’un ancien dirigeant de la défunte FMP. Samy Be Razafindrakoto pour le nommer, est devenu une pièce maîtresse de cette CAP en devenant le Directeur Technique. Mais autant le dire, cette CAP n’a aucune existence légale et que Claude Azema n’aura pas du mal à s’en défaire en saisissant le Tribunal Arbitral du Sport via le Comité International Olympique. Reste ensuite à récupérer les fédérations dissidentes pour rentrer dans les rangs. Mais là aussi, la FIPJP n’aura pas du mal pour dire que ce choix est un passage obligé pour espérer participer aux championnats du monde. Ensuite l’annulation du sommet de Lausanne va aussi permettre à la FSBM de remettre les pendules à l’heure. Certes, le président Dolys Randriamarohaja parle de convoquer une réunion de son staff mais c’est presque un secret de Polichinelle qu’il serait question des élections au niveau des structures décentralisées de la pétanque. Au bout et après les élections au sein des sections puis plus tard des ligues, la FSBM va procéder à mettre en place une entité élue démocratiquement. Une manière de répondre aux exigences du ministère des Sports. La voie légale en somme.

Clément RABARY 

Midi Madagasikara0 partages

Sab-Nam : Accrochage entre la police et les bandits

Ils rôdaient dans les parages en train de planifier une attaque à main armée. La bande est constituée de quatre personnes armées qui sont déjà fichées par la police de cette circonscription de Sabotsy-Namehana. Un renseignement via une source fiable a alerté la police sur la présence de la bande de malfrats dans la localité. Sans tarder, une descente a été organisée sur place. Toutes les descriptions correspondaient aux malfrats recherchés par la police et leurs visages déjà familiers. Il restait à passer à l’arrestation. Ce qui n’était pas chose facile. Les bandits n’ont pas obtempéré et ont choisi de prendre la poudre d’escampette. Une poursuite a été alors lancée par la police et durant laquelle les bandits ont riposté en utilisation leurs armes. Un vif accrochage s’est tenu entre les deux protagonistes. Bilan, un blessé grave du côté des bandits. Deux individus ont été arrêtés à l’issue de cette opération policière. Les autres ont réussi à passer entre les mailles du filet des éléments des forces de l’ordre. Le blessé a été évacué à l’hôpital d’Anosy Avaratra. Une fois rétabli, il sera emmené au commissariat de Sabotsy Namehana pour y passer les enquêtes préliminaires avec son compagnon de fortune. La recherche continue pour les deux fugitifs issus de la même bande. Beaucoup pensaient que le confinement assorti de mesures drastiques de sécurité forceront les bandits à rester dans leur tanière, la réalité est tout à fait autre. A la nuit tombante, certains quartiers deviennent des zones rouges  malgré le couvre-feu dans la capitale et ses environs.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Covid-organics : « Contraindre les élèves à le boire est inacceptable » selon le CNOE

La tisane Covid-organics a connu un succès au niveau de certains quartiers de la capitale depuis son lancement en début de semaine. Des gens font la queue sur les points de distribution de cette tisane dont les vertus anti-covid-19 sont vantées par le président de la République lui-même. Dans certaines écoles, qui ont repris classe depuis mercredi, les bouteilles de covid-organics s’arrachent. Pourtant, la réticence de certains parents d’élèves quant à la consommation de cette solution phytopharmaceutique se fait entendre surtout sur la toile.  « En tant qu’observation clinique, contraindre les élèves malagasy à boire le  covid-organics  est inacceptable et cela doit se faire sur une base volontaire » a dénoncé le KMF-CNOE. Un communiqué de cette organisation de la société civile, publié hier, a souligné: « Ce sont les parents qui prendront  la décision, d’autant plus que ce sont eux qui connaissent l’état de santé de leurs enfants et les médicaments qu’ils ne tolèrent pas (en cas d’allergie) ». Par ailleurs, « puisqu’il s’agit de soigner », le Cnoe exige l’application de la loi en vigueur à savoir le Code de la Santé (Loi n°2011-002 portant Code de la Santé du 15 juillet 2011), aussi bien sur la Recherche que sur la production, le commerce, surtout en ce qui concerne la posologie du Covid-organics. « Il faut prévenir toute gabegie et respecter les normes prévues par la loi » interpelle l’organisation.

Depuis le lancement de ce « remède » par l’Etat malgache, afin de lutter contre la propagation du coronavirus, la polémique s’est taillée la part du lion dans le débat public. Et selon le Kmf-Cnoe, cette situation est dû à « la surabondance des déclarations qui sont de nature politique concernant le covid-organics, qu’elles viennent du pouvoir ou des acteurs qui disent être de l’opposition, qui a complètement occulté la communication de nature médicale qui devrait prédominer en matière de résultats de  recherche, notamment dans ce contexte difficile que subit la Nation ». En effet, pour redresser la situation, le Cnoe appelle « les Experts en santé et les Chercheurs à Madagascar afin qu’ils se concertent dans une table ronde, pour partage et consultation mutuels qui auront pour but unique de préserver la vie des malagasy ». « Il sera vraiment bienvenu de cesser tout calcul économique en vue de profits particuliers, tout calcul politique, ou tout acte qui vise les honneurs personnels, afin que les débats médicaux prédominent réellement » poursuit le Cnoe.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Don du secteur aérien au CCO

Malgré les énormes difficultés qu’ils rencontrent, les  industriels du secteur aérien ont répondu favorablement à l’appel à la solidarité lancé par le gouvernement. Conduits par  le Directeur Général de l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) Tovo Ramaholimihaso Rabemanantsoa ils ont remis, hier un don au Centre de Commandement Opérationnel Covid-19 à Ivato. Un lot émanant principalement des compagnies de transport aérien et composé d’un chèque de 8.500.000 ariary de 10 tonnes de riz, de 900 litres d’huile alimentaire, de 600 papiers toilettes, de 4 000 savons et de 400.000 ariary de bons d’achat de gas-oil. « A travers ce don, nous témoignons notre solidarité à l’endroit de tous ceux qui sont touchés par cette crise sanitaire » a déclaré le DG de l’ACM. Le  ministre de l’Intérieur et de  la Décentralisation Tianarivelo Razafimahefa et non moins Président du CCO  a déclaré que ce lot sera destiné non seulement au CCO central mais également aux autres régions concernées par le Covid-19.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Hery Rasoamaromaka : Descente dans le district d’Andramasina

Le gouverneur d’Analamanga Hery Rasoamaromaka n’a pas oublié les habitants du district d’Andramasina.

Le gouverneur de la région Analamanga, Hery Rasoamaromaka, continue ses descentes dans les différents districts que compte ce “Faritra”. Ainsi, après Anjozorobe, Atsimondrano, Ankazobe, Avaradrano et Manjakandriana, il s’est rendu le 23 avril dernier dans le district d’Andramasina. A cet effet, il a procédé à la distribution des aides promises par le Président Andry Rajoelina aux personnes âgées, aux CSBII, à la maternité et à l’orphelinat. Une course de marathon, pour cette journée, car le gouverneur a visité également Ambohimiadana et Sabotsy Manjakavahoaka. Ce fut également une occasion pour ce dernier de s’entretenir avec les populations des sites visités. Leurs doléances ont porté généralement sur le mauvais état des routes. De son côté, le gouverneur a promis que l’on va se pencher là-dessus.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-Organics : L’Académie de médecine donne son aval et recommande un suivi

« Comme le COVID-ORGANICS n’est pas un médicament mais un remède traditionnel amélioré, l’Académie nationale de médecine ne s’oppose pas à son utilisation sous forme de tambavy et laisse à la libre appréciation de chacun sous réserve de respect de la dose indiquée, notamment pour les enfants ». C’est ce que déclarent les membres de l’Académie de médecine de Madagascar dans un communiqué publié hier. Ces derniers ont été reçus au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra par le président Andry Rajoelina mercredi dernier. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Elia Béatrice Assoumacou a représenté le ministre de la Santé publique durant cette rencontre qui, selon le communiqué, « a permis à l’Académie de médecine de lever les doutes et les réserves dont elle a émis, quant à l’utilisation du Covid-Organics ». « Nous avons pris connaissance des vertus des plantes médicinales contenues dans la composition de ce remède telles que spécifiées dans les documents techniques et scientifiques qui ont été soumis à notre niveau », soutiennent les professeurs et scientifiques ayant rencontré mercredi le président Andry Rajoelina. En quelque sorte, l’Académie de médecine donne son aval à la distribution du remède traditionnel amélioré découvert par l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA) mais préconise cependant quelques conditions, notamment pour les enfants.

Suivi. D’après les explications apportées hier par le président de l’Ordre des pharmaciens, le Covid-Organics serait interdit aux femmes enceintes et aux femmes qui allaitent, ainsi que les enfants de moins de 2 ans. L’Académie de médecine recommande aussi la mise en place d’un système de suivi pour les personnes ayant consommé le Tambavy CVO. Une sorte de prise de précaution par rapport aux risques d’effets secondaires que pourraient engendrer la consommation de ce remède. Par ailleurs, ce communiqué signé par le président de l’ANAMEM affirme que l’Académie de médecine soutient la volonté de l’Etat Malgache  dans la recherche de toute solution contre la pandémie du COVID-19, ainsi que les efforts fournis par les scientifiques et chercheurs du pays.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Mirongatra ny vaky trano sy ny fanafihana, voaroba hatramin’ny mpanao gazety

Ny alakamisy 23 avrily alina nifoha ny zoma 24 avrily teo, tranon’ny mpanao gazety iray eny amin’ny fokontany Analakininina Hopitaly be no niharan’ny asaratsin’ireo andian-jiolahy manararaotra ny « couvre feu » eto Toamasina. Very tamin’izany ny fitaovam-piasan’ilay mpanao gazety, ny entana tao aminy samy hafa ihany koa. Raha ny fanazavana dia nitaingin-dakana nihazo ny lakandrano Pangalana mivoaka ny ranomasina eny amin’ny faritry ny hopitaly be ireo andian-jiolahy tamin’ny vaky trano nataony. Nihanika ny tambo misy ilay mpanao gazety ireto andian-jiolahy, nampiasa ny fonoka fanaony izy ireo ka tsy nahare ny fidirany sy halatra nataony ny tao an-trano manontolo ka nanararaotra naka izay zakany sy tiany ireto andian-jiolahy ireto, saingy tsy niakatra ny rihana kosa fa ny tao ambany ihany no tena lasibatra. Nilaza ilay mpanao gazety hoe raha namono ireto andian-jiolahy nandritra ny asa ratsy nataony dia efa maty izahay mianakavy, satria resin-tory tsy nahare izany nitranga izy ireo nandritra ny halatra. Ny maraina fifohazan’ny mpianakavy tao an-trano vao tsikaritra ny fahabangana samihafa. Raha nozahana dia nopitsohin’ireo andian-jiolahy ny varavarana, lakana no nentin’ireo jiolahy nandositra nitondra ny zavatra avy nangalarin’izy ireo.

Malala Didier