Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Jeudi 25 Mars 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara12 partages

Kidnapping à Anjozorobe : Une mère de famille enlevée par 5 bandits et exécutée par ses ravisseurs

Devenue chose courante dans les milieux ruraux, le kidnapping perpétré par les “dahalo” est loin d’être maîtrisé par les forces de l’ordre. Et ce, malgré les efforts entrepris ces derniers temps à travers le déploiement des éléments dans les zones réputées dangereuses en matière d’insécurité. Tel est le cas de la commune rurale Ambohibary Vohilena, dans le district d’Anjozorobe. Il est triste d’entendre que les ravisseurs deviennent de plus en plus féroces. Ils n’hésitent plus à exécuter leur otage comme ce qui vient de se produire dans la commune susmentionnée mardi dernier. Ce jour-là vers 16 heures, trois membres d’une famille, un père, une mère et un enfant résidant le village d’Ankerana, ‘fokontany’ Andranomiantra ont été enlevés par cinq bandits munis de fusils de chasse. Selon les informations, les riverains, qui sont restés chez eux à cause de la pluie, ne se sont rendus compte de cet acte que lorsque les assaillants sont partis avec leurs otages. Ils ont pris la direction de l’Ouest. C’était à ce moment que la poursuite a été enclenché et le poste avancé de la gendarmerie d’Ambohibary Vohilena a été alerté. Suivant la trace des fugitifs, les poursuivants ont trouvé le corps sans vie de la mère de famille abandonnée dans un terrain situé près du village d’Amparihimaina, ‘fokontany’ Andranomiantra. La constatation de la dépouille a révélé que la victime avait reçu une balle dans son cou, un étui de calibre 7,62 mm a été découvert sur les lieux. Elle aurait été exécutée par les ravisseurs. L’heure du décès est estimée entre 18 et 19 heures. A partir de la localisation de la découverte macabre, les poursuivants ont eu du mal à continuer leurs recherches. De là, la route se divise en deux. Vers le Nord, elle mène à la commune rurale de Marotsipoy ; l’autre mène vers l’Est et conduit à la commune rurale de Betafo, toutes dans le district d’Anjozorobe. Jusqu’au moment où nous mettons sous presse cette information, le père de famille et l’enfant restent introuvables et aucune demande de rançon n’a été réclamée. Faits qui amènent à s’interroger sur le véritable mobile de cet enlèvement.  S’agit-il purement d’un acte de banditisme ou d’un règlement de compte ? Laissons l’enquête répondre à cette question. Quoiqu’il en soit, toutes les unités des forces de l’ordre installées dans les alentours du district collaborent pour tenter d’élucider cette affaire.

T.M.

Midi Madagasikara9 partages

OMNIS 45 ans : Une nouvelle ère annoncée, de grands défis en vue

Culte œcuménique pour le lancement officiel de la célébration du 45e anniversaire de l’OMNIS.

Les ressources stratégiques représentent un enjeu majeur pour la relance économique et la réalisation des Velirano du président de la République Andry Rajoelina, selon l’OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques).

Un culte œcuménique à la Chapelle Ampahibe. C’est le concept choisi et l’événement organisé par l’OMNIS, pour lancer la célébration de son 45e anniversaire, en mettant en avant son slogan « Engagé pour un avenir meilleur ». D’après le DG par intérim, Rasolonirina Andry Nantenaina, la célébration de cette année est basée sur le renforcement des liens entre les membres du personnel et sur la communication des activités de l’OMNIS. « Ces actions commencent ce jour. D’autres événements seront organisés au cours de cette année. Je peux citer la compétition sportive et la journée de randonnée de l’OMNIS qui seront organisées au mois de mai prochain. La grande célébration sera marquée au mois de juin, avec l’organisation de portes-ouvertes sur un site spécialement dédié. Cet événement sera retransmis en direct sur diverses plateformes et permettra de faire connaître à tous les citoyens et aux différents acteurs, ce qu’est l’OMNIS, ses activités, ses dirigeants, ses réalisations, sa mission, etc. Ce sera également l’occasion d’organiser une cérémonie pour récompenser les employés méritants », a déclaré le DG par intérim.

Nouvelle ère. Pour sa part, la présidente du Conseil d’Administration, Delmote Stéphanie, a noté que le personnel constitue la plus grande richesse de l’établissement. D’après ses propos, cette grande famille de l’OMNIS a surmonté toutes les difficultés et a relevé de nombreux défis, avant d’aboutir à cette 45e année d’existence. « Nous entrons dans une nouvelle ère, avec une nouvelle vision. Un Plan stratégique de développement et de croissance a été élaboré dans une démarche inclusive. Aujourd’hui, un task force est déjà en place et les chantiers sont définis. L’OMNIS dispose du savoir-faire et des compétences nécessaires. Désormais, le défi que nous allons relever est de réaliser tous ces projets dans les trois années à venir et d’atteindre tous les objectifs, surtout en ce qui concerne la diversification des sources de revenus », a-t-elle souligné, dans son discours. Une optique partagée par le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, Ravokatra Fidiniavo. Pour lui, l’OMNIS a toujours eu un grand rôle à jouer au niveau de l’économie nationale malgache, d’où la notion de ressources stratégiques. « Aujourd’hui, Madagascar veut mettre en œuvre la relance économique et la réalisation des Velirano du président Andry Rajoelina, qui requièrent une bonne performance de la part de tous les acteurs. Les ressources stratégiques font partie des grands piliers permettant de réussir ces défis. De ce fait, l’OMNIS a un grand rôle à jouer », a indiqué le ministre.

Avenir. Les rumeurs sur l’éventuelle dissolution de l’OMNIS sont fausses, selon le ministre Ravokatra Fidiniavo. Compte tenu des 45 années d’histoire, l’avenir et la pérennité de l’OMNIS ne présentent aucun ombre de doute, ni de risque de dissolution, a-t-il rassuré. « Au moins trois grandes missions et responsabilités sont confiées par l’Etat à l’OMNIS. Le premier concerne la poursuite des démarches pour la demande de ce qu’on appelle Plateau continental, entamées par Madagascar depuis 2011. Cette démarche est sur le point d’être finalisée, c’est-à-dire que nous sommes dans la phase de relevée sismique pour définir la longueur, la largeur et la profondeur de ce plateau continental. L’OMNIS est le représentant de l’Etat, dans toutes les démarches et la signature des conventions de partenariat, mais il y a également le ministère, le Gouvernement, sachant que les décisions prises dans ce cadre sont prises par le Conseil des Ministres. Deuxièmement, il y a le projet QMM qui présente de grands enjeux sur l’économie malgache. Il faut noter que l’OMNIS détient les 20% des actions pour le compte de l’Etat malagasy et des discussions sont en cours, quant à la suite de ce projet. La troisième grande responsabilité de l’OMNIS concerne les blocs pétroliers. Il y a déjà une stratégie de haut niveau mise en œuvre. Le but est de faire en sorte, que lorsque nous procéderons à la promotion de ces blocs pétroliers, il faut que les projets qui en découlent bénéficient non seulement à l’OMNIS et aux investisseurs, mais surtout à Madagascar et à son peuple. Il est temps de changer et d’améliorer la gouvernance. Nous entrons dans une nouvelle ère », a soutenu le ministre.

Antsa R.

Midi Madagasikara6 partages

Parti Freedom : Contre les actes de déstabilisation perpétrés par l’opposition

Freedom adhère pleinement aux déclarations faites par le président de la République dans sa lutte contre le Coronavirus.

Lors de sa réunion hebdomadaire du 18 mars dernier, le bureau national du parti Freedom de réitérer les résolutions prises lors du congrès national du 5 février 2021 d’Ambatomirahavavy. Ce parti confirme ainsi son soutien indéfectible au président de la République Andry Rajoelina, élu démocratiquement lors du dernier scrutin présidentiel de 2018. Il condamne aussi les actes de déstabilisation perpétrés par l’opposition.  Ce parti de constater également que ces derniers temps, « une véritable campagne de dénigrement, de l’extérieur du régime mais de l’intérieur aussi malheureusement, est menée contre sa présidente nationale, la ministre de la Communication et de la Culture, et non moins porte-parole du gouvernement Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo. Le parti condamne cette campagne visant clairement à la discréditer aux yeux de l’opinion publique et de ses supérieurs hiérarchiques dans l’objectif d’affaiblir le régime actuel dont elle défend farouchement les acquis depuis le début. Le parti déplore ainsi les attaques personnelles infondées, basées essentiellement sur de la désinformation, des contre-vérités et des calomnies à l’encontre de sa présidente nationale et de son époux ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara3 partages

Santé publique : Les tuberculeux appelés à achever leur traitement

Ce centre hospitalier figure parmi les établissements appelés à prendre en charge les tuberculeux.

La lutte contre la Covid-19 et la tuberculose devrait se faire dans un même élan. Les tuberculeux sont vulnérables à la Covid-19, pourtant 9% d’entre eux abandonnent leurs traitements selon les estimations. 

Les personnes atteintes de la tuberculose figurent dans la liste des vulnérables face à la pandémie de la Covid-19. Tout comme la Covid-19, la tuberculose est aussi une infection respiratoire. L’année dernière, 37.000 individus sont déclarés positifs et pourtant nombreux sont ceux qui abandonnent le traitement et ne se conforment plus aux recommandations des médecins. Selon le ministre de la Santé publique, le Pr  Jean Louis Rakotovao, le taux d’abandon est de 9% et les malades sont ainsi appelés à poursuivre les traitements qui sont d’ailleurs gratuits dans les formations sanitaires dédiées à cet effet. La sensibilisation sera aussi davantage renforcée pour encourager les malades à parachever leur traitement car le taux de guérison enregistré sur ces 37.000 cas positifs est de 22%. Ces points ont été soulevés hier dans le cadre de la Journée mondiale de la lutte contre la tuberculose. « La tuberculose demeure encore un problème de santé publique à Madagascar. La tuberculose n’est plus une maladie honteuse et peut se soigner à condition que le malade soit pris en charge à temps », a-t-il souligné.

Concernant la prise en charge de la tuberculose, des efforts ont été mobilisés pour multiplier les formations sanitaires qui peuvent prendre en main les malades. Leur nombre s’élève actuellement à 238. Le traitement dure six mois et les médicaments sont gratuits. Mais le traitement de la Tuberculose multirésistante (TB-MR) demeure encore un défi, car certains patients abandonnent le traitement qu’ils jugent trop long. L’arrêt prématuré du traitement ou encore l’utilisation à mauvais escient des médicaments sont à l’origine de la TB-MR. Pour encourager les malades à se soigner, la durée du traitement a été écourtée et est donc passée de dix-huit mois à neuf mois. Un état de fatigue, une fièvre traînante, une toux chronique avec des crachats comportant quelques filets de sang ou encore un essoufflement figurent parmi les symptômes de la tuberculose.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara1 partages

Région Diana : Des travaux routiers non conformes à refaire

Les entreprises chargées des travaux routiers, qui ne respectent pas ce qui est indiqué dans les cahiers des charges, sont sanctionnées. « Les travaux non conformes avec ce qui est convenu avec l’Etat sont à refaire. Nous ne tolérons pas le gaspillage des deniers publics alloués aux projets routiers. Il faut garantir la qualité et respecter le cahier des charges », a déclaré le ministre de l’Aménagement du territoire et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo, lors d’une descente sur terrain à Ambanja, dans la région Diana, pour constater de visu des travaux de construction de route pavée, actuellement en cours. En effet, l’entreprise concernée sur terrain est tenue de refaire les travaux, dans un délai indiqué par le ministère de tutelle. Selon la délégation ministérielle, les contrôles sont désormais stricts pour tous les travaux routiers du pays.

Antsa R.

 

Midi Madagasikara1 partages

Ils ont dit : Nicolas Dupuis, coach des Barea

« Je ne cherche pas d’excuses par rapport à l’atmosphère ni l’altitude ni les conditions de jeu. Félicitations à l’Ethiopie, une très belle équipe qui a mérité la victoire. L’Ethiopie a été supérieure à nous comme nous avons été supérieurs à eux lors du match aller. Nous savons que ça allait être difficile de jouer contre les Antilopes chez eux. La preuve, nous y avons perdu tout comme la Côte d’Ivoire et le Niger. Nous aurions dû marquer 1 ou 2 buts en début de match, mais derrière nous avons été punis. Les statistiques ont montré que nous avons tiré pas moins de 13 fois, sans en concrétiser une seule tentative. Nos adversaires ont tiré 4 fois au but et en ont marqué 4. L’Ethiopie a eu de longues semaines pour s’y préparer, nous n’avons eu que 2 jours. Ensuite, je félicite mes joueurs pour les matches. Ils ont montré un meilleur visage en seconde mi-temps. A la 21 minute, le gardien aurait dû prendre un carton rouge. C’est un tournant du match. Ils ont dû perdre leur gardien et jouer à 10 contre 11. C’est une grosse erreur d’arbitrage. Mener 4 à 0 à l’extérieur aux éliminatoires de la CAN m’oblige à opérer plusieurs changements. Je suis en train de chercher de solution pour le prochain match »

Faneva Ima Andriatsima, joueur des Barea

« Nous joueurs et moi personnellement, Faneva assumons notre défaite. La qualification ne dépendra plus de nous, mais, nous devrons chercher la victoire à tout prix à Toamasina. Nous devrons nous concentrer sur cette rencontre. Aujourd’hui (ndlr hier) nous avons raté des occasions de but lors de la première période et manquons en plus d’agressivité. Les Ethiopiens ont plus de possession de balle que nous et ils ont su en profiter. Tous les joueurs devront se poser des questions. Le résultat de la rencontre entre Éthiopie et la Côte d’Ivoire est d’un enjeu capital pour nous »

 Wubetu Abate, coach de l’Ethiopie

« Cette victoire est amplement méritée après des semaines de préparation. J’ai composé avec des joueurs locaux très habitués à jouer ensemble. Rien n’est pourtant gagné, mais, le dernier match contre la Côte d’Ivoire s’annonce encore décisif ».

T.H

Midi Madagasikara1 partages

15e édition de la FIM : Un premier salon virtuel en 3D

La 15e édition de la Foire Internationale de Madagascar (FIM) se tiendra du 27 mai au 30 mai 2021 au parc des Expositions Forello à Tanjombato.

Mais une de ses particularités, l’agence Première ligne prévoit d’organiser en même temps un premier salon virtuel en 3D dénommé Esalon qui durera 45 jours. Ce qui permettra d’augmenter la visibilité commerciale des entrepreneurs participants, tant sur le marché national qu’international tout en les aidant à améliorer leurs performances commerciales. En outre, les organisateurs, en collaboration avec Hazovato, vont entreprendre une action citoyenne en baissant de l’ordre de 30% les tarifs des événements économiques qui vont se tenir tout au long de l’année au parc des expositions Forello. L’objectif consiste à soutenir les entrepreneurs nationaux qui ont été affectés par la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19, pour une relance de leurs activités. En effet, « les réalités économiques avant et après covid-19, ne sont plus les mêmes. On va faire ensemble tous les efforts pour redémarrer l’économie nationale », selon Dominichini Ramiaramanana, le président du comité d’organisation de la FIM, lors d’une conférence de presse hier au restaurant « Le Pavé » à Antaninarenina.

Construire une confiance. Concernant ce salon virtuel en 3D, les entreprises participantes y effectueront des présentations sous forme de vidéo pour mettre en valeur leurs stands d’exposition physique. Les internautes pourront également télécharger leurs brochures ou bien visionner leurs produits, a-t-on évoqué. En outre, des webinaires ou séminaires en ligne sur plusieurs thématiques seront organisés, dans le cadre de cette 15e édition de la Foire Internationale de Madagascar. Il faut savoir que ce type de salon virtuel Esalon a été organisé depuis six ans dans le pays, selon les organisateurs. Toujours dans le cadre de cet événement, le prisme évènementiel de la FIM 2021 sera partagé entre la volonté de faire progresser le « Go Green » à Madagascar avec l’appui institutionnel du ministère de l’Environnement et du Développement Durable. La promotion des industries nationales n’est pas en reste. Par ailleurs, les organisateurs de la FIM ont pour ambition de construire une confiance dans la pratique du business à Madagascar, et ce, afin d’améliorer le climat des affaires dans le pays. Des échanges autour de l’éthique entrepreneuriale garantissant et respectant les intérêts financiers des opérateurs économiques seront ainsi organisés en étroite collaboration avec le BIANCO (Bureau Indépendant Anti-Corruption).

Navalona R.

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO FREEDOM : Manameloka ny fanakorontanana sy ny fanaratsiana ataon’ny mpanohitra

Araka ny nambaran’izy ireo nandritra ny tafa ho an’ny mpanao gazety omaly, tsy manana paikady matotra afa-tsy ny fanelezana vaovao tsy marina sy lainga ary fanasoketana olona amin’ny alalan’ny tsaho hikatsahana fanakorontanana ny mpanohitra ankehitriny. Nampahatsiahy ity antoko ity fa izy ireo dia mijanona ho antoko sosialy sy Demokraty ao amin’ny hery ankavia izay mitolona amin’ny fampanjakana ny fahalalahan’ny isam-batan’olona toy ny fahalalahana maneho hevitra, saingy kosa tsy maintsy ao anatin’ny fanajana ny lalàna manan-kery sy ny soatoavina neken’ny rehetra.

Nanantitra koa izy ireo fa : “ny fahalalahana miteny sy ny fanaovana hetsika mahakasika izany dia tsy fahalalahana gaboraraka na zo hanongana ny Fitondrana misy. Ny demkorasia koa dia tsy midika fahafahana manitsaka ny lalàna velona”.

Fanaratsiana avy ao anatiny

Nahatsapa koa ny antoko Freedom fa tato ho ato izay dia nahazo vahana ny finiavana ankitsirano amin’ny fanaovana asa fanasoketana sy fanaratsiana ny hafa avy amin’ireo ivelan’ny Fitondrana. Misy koa, hoy ity antoko ity, ireo avy ao anatin’ny Fitondrana ihany saingy mikendry ny filoha nasionalin’ny antoko, izay Minisitry ny serasera amin’izao fotoana no sady mpitondra tenin’ny governemanta. “Manameloka tanteraka amin’ny heriny rehetra izany fanasoketana izany ny antoko ary mibaribary toy ny vay an-kandrina fa entina hanaratsiana azy eo imason’ny mpiara-monina sy ireo lehibeny ao anatin’ny Fanjakana izany. Mazava ny tanjon’ireo mpanaratsy dia ny hamparefo ny Fitondrana amin’ny ankapobeny izay ny Minisitra Lalatiana Rakotondrazafy, filoha nasionalin’ny antoko no mpiaro fatratra ny zava-bitan’ny Fitondrana”, hoy ny fanambaràn’i Haja Rasoanaivo, Sekretera jeneralin’ny antoko Freedom. “Tohina ny antoko manoloana ny fanenjehana ny filoha nasionaly sy ny vadiny izay mifototra amin’ny famadihana ny vaovao tena marina, ny lainga ary tsahon-dresaka tsy mitombina. Sanganehana ny antoko fa dia mirefarefa amin’ny tany tanteraka ny fanehoan-kevitr’ireo mpanao politika amin’ny fankahalana miendrika fanalam-baraka kanefa tsy mitondra avo ny ady hevitra eto amin’ny Firenena”, hoy hatrany ny voalaza.  Ady hevitra

Nanentana koa ity antoko ity fa raha fanakianana ny tompon’andraikitra voalohany ao amin’ity antoko ity mahakasika ny fomba fitantanany ny minisitera iadidiany, na ny andraikiny amin’ny maha mpitondra tenin’ny governemanta azy, na koa ireo soatoavina izay arovany no fototry ny ady hevitra dia azo atao tsara ny mifampidinika sy mifandresy lahatra. “Tsy nandray tombontsoa manokana tsy ara-drariny araka ny andraikiny ny filohan’ny antoko Freedom hatramin’ny naha minisitry ny serasera azy, tsy manana orinasa na mivantana na ankolaka, tsy nahazo asa ao anatin’ny tsenambaro-panjakana, tsy mbola nanome tombontsoa namana na nanao kiantranoantrano, tsy nanome fahazoan-dalana mahakasika ny haino aman-jery na iray aza hatramin’izay nitantanany ny minisitera misahana ny serasera, tsy mbola nampiditra mpiasam-panjakana nangalana vola ho sandany”, hoy hatrany ny Sekretera Jeneralin’ny antoko. Manamafy ny fanohanana

Ankoatra izay, nanamafy hatrany ny fanohanany ny Fanjakana mijoro ankehitriny ny antoko ary nanantitra hatrany fa maro ny zava-bitan’izao Fitondrana izao. Nanasa ireo mpanohana izao Fitondrana izao koa izy ireo tsy ho tafalatsaka anaty vela-pandrik’ireo Mpanohitra satria ny fambolena korontana dia efa ao anaty kajy sy politika maloto kononin’izy ireo fatratra amin’izao fotoana. “Handrava firaisan-kina fototry ny fahombiazana no ataon’ireo manakorontana ary tsy hisy hanana tombontsoa amin’izany”, hoy hatrany ny voalaza. Nankasitrahan’ny antoko Freedom koa ankoatra izay ny paikady hiatrehana ny valanaretina covonavirus izay napetraky ny Fitondram-panjakana ary midera ny fahamailoan’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina izy ireo amin’ny fandinihina lalina sy fahaizana mandray fanapahan-kevitra mahakasika ny vaksiny fanefitry ny coronavirus. “Manohana hatrany ny ezaka rehetra fampahafantarana sy fisorohana io areti-mifindra io izahay ary mankasitraka ny fanapariahana ny tambavy CVO sy ny CVO+”, hoy hatrany ny fanambaràna nataon’ny Freedom.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

ANTENIMIERA : Voafidy ireo solotena handrafitra ny fitsarana avo momba ny lalam-panorenana

Izy ireo izay hamita ny fe-potoam-piasana mandritra ny fito taona. Tanteraka omaly ny fifidianana ireo solontena miisa roa avy amin’ny Antenimieran-doholona. Izy ireo no anisany handrafitra ireo mpikambana miisa sivy ao amin’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana na ny HCC . Miisa 17 ireo antontan-taratasy filatsahan-kofidiana voaray ho an’ireo kandida mpifaninana hisolotena an’ity andrim-panjakana ity.

Ny talata hariva lasa teo no nikatona tamin’ny fomba ôfisialy ny fandraisana ny dosie ary nirosoana avy hatrany, omaly maraina, ny fifidianana. Voafidin’ny maro an’isa tamin’izany i Rojoniaina Ranaivoson Andriamaholy sy Anthonia Rakotoniaina. Izy ireo izay samy nahazo vato miisa 16 avy tamin’ireo Loholona nandatsa-bato raha toa ka Rasolonandrasana George sy Noelson William kosa no voafidy hisolotena ny Antenimieram-pirenena. Vonona ny hanatanteraka ny adidy goavana nankinina aminy izy ireo ary hitandro mandrakariva ny fanajana ny tany tan-dalàna amin’ny alalan’ny fanajana toy ny anakandriamaso ny Lalàmpanorenana.

Nambaran’izy ireo fa ny hisian’ny fitoniana hitondrana ny asa fampandrosoana no tena zava-dehibe sy hapetraka ho laharam-pahamehana. “Ny tanjona dia ny Fanjakana tena hitondra ny fampandrosoana. Tsy miaro ny Antenimieran-doholona fa miaro ny Fanjakana tan-dalàna sy miaro ireo zavatra rehetra izay mifanaraka amin’ny Lalàmpanorenana. Araka ny maha Mpitsara anay dia tahaka izany foana ny fomba fiasa hatramin’izay dia ny mitsara araka ny lalàna”, hoy ny nambaran’i Rojoniaina Ranaivoson Andriamaholy.

Araka izany, dia izy roa vavy ireto no nahazo ny toerana ho etsy Ambohidahy avy amin’ny Antenimieran-doholona. Hita porofo izao, hoy ny filohan’ity andrim-panjakana ity fa manome toerana feno ho an’ny vehivavy ny Loholona eo amin’ny fandraisan’ andraikitra ho an’ny Firenena. “Voaporofo izao fa manaja ny toeran’ny vehivavy ny eto amin’ny Antenimieran-doholona”, hoy izy. Nandritra ny fivoriana izay azon’ny besinimaro natrehina,  omaly, no nanatanterahana ny fifidianana. Hitohy amin’ny asam-baomiera izay handinihana volavolan-dalàna laharana faha- 003/21 tamin’ny 24 febroary 2021 indray ny fivorian’ireo Loholona anio.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANOSY-AMPEFILOHA-ANOSIBE : Olona roa mpivarotra “heroïne” voasambotry ny Polisy

Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny Polisim-pirenena, nahazo loharanom-baovao avy amin’ny olona tsara sitra-po ny Polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina etsy Anosy nilaza fa : “misy olona mivarotra Rongony maherivaika “Heroïne” sy rongony rarany eny amin’ny faritra Ampefiloha eny, amin’ny “La Réunion” kely sy eny Anosibe”.

Nidina avy hatrany nanao ny fanadihadiana sy fikarohana ny Polisy, ny talata 23 marsa 2021, ka vehivavy iray 20 taona no voasambotry ny Polisy tao an-tranony teny “La Réunion” kely, tokony ho tamin’ny 10 ora sy 45 mn. Rehefa nosavaina tao an-trano dia nahatratrarana rongony maherivaika na “Heroïne” 13 fonosana kely. Tamin’ny fanadihadiana azy dia niaiky izy fa mpivarotra ity “Heroïne” ity ary eny amin’ny “IVO” no fakany izany, ka teratany malagasy ihany no mpamatsy azy. Vidiany 3 000 Ariary ny fonosana kely iray ary amidiny 3 500 Ariary, mahalafo 7 fonosana isan’andro izy araka ny filazany ary vao herinandro no nanaovany ity asa ratsy ity.

Lehilahy iray 26 taona koa no voasambotry ny Polisy teny Anosibe io talata 23 Marsa 2021 io ihany, tokony ho tamin’ny 11 ora sy 45mn. Tratra teo am-pivarotana rongony mihitsy ity farany. Rehefa nosavaina teny aminy dia nahitana rongony 17 fonosana. Tamin’ny fanadihadiana azy koa dia niaiky izy fa azy ireo rongony ireo ka izany “Ndaty” izany no mpamatsy azy. Vidiany 200Ar sy 800Ar ny fonosana iray, ho an’ity faharoa voalaza ity dia amidiny 500Ar sy 1 000Ar avy eo. Nilaza izy fa vao roa volana no nanaovany ity asa ratsy ity ka izao tratra izao izy. Natolotra ny fampanoavana omaly alarobia, 24 marsa 2021 izy roa ireto ary andrasana ny tohiny.

N.A

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHAM-PIRENENA : " hajaina ny fifandimbiasam-pahefana ara-demokratika" hoy ny FFM

Manaraka akaiky ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny ny FFM ary mandray anjara feno amin’ny famahana ny olana ara-pôlitika mba hisian’ny fitoniana eto amin’ny Firenena.

Raha ny fintin’ny fanambaràna nataon’ny filoha lefitry ny FFM avy any Toamasina sady filoha mpisolo toerana dia tsy tokony hisy intsony izany fieritreretana hanongam-panjakana izany satria tsy zakan’ny vahoaka malagasy intsony ny krizy lalina mety haterak’izany. Noho izany tokony samy hiandry fifidianana ny antoko politika tsirairay. “Samy mahatsapa isika fa miakatra ny maripana ara-politika eto amin’ny Firenena noho ny fifandroritana eo amin’ny Mpanohitra sy ny Mpitondra. Koa dia natao vaindohan-draharaha ny fanatonana nifampidinihana tamin’ireo ankolafy samihafa mba hampisy ny fitoviana sy hisorohana ny amin’ny mety hisian’ny fifandonana izay mety hiteraka fandatsahan-dra eto amin’ny Firenena.

Tsy zakan’ny vahoaka malagasy intsony ny fisian’ny korontana sy ny krizy, ka tokony hohajaina ny fifandimbiasan-toerana ara-demokratika, fifampidinihana ankitsim-po ao anatin’ny fanajana ny sotoavina malagasy sy ny tany tan-dalàna no tokony hatao laharam-pahamehana”, hoy izy. Io fifandimpiasam-pahefana ara-demokratika izay efa niainana teto amin’ny Firenena io no mila tohizana mba tsy hiteraka krizy politika vaovao indray izay tsy ho zakan’ny Firenena intsony, hoy hatrany ny nambarany.

Nandritra ny lanonana namaranana ny fivoriana ara-potoana voalohany nataon’ireo mpikambana eo anivon’ny Filan-kevitry ny Fampihavanana Malagasy tetsy amin’ny birao fiasany tetsy Ampefiloha, omaly no nanaovana io fanambaràna io. Tao anatin’io iray volana io dia betsaka ny asa vita, anisan’izany ny fandinihana an’ireo antontan-taratasy izay mangataka ny hahazo fanonerana arak’asa.

“Mikasika manokana ny fangatahana fanonerana noho ireo fahavoazana arak’asa dia soritana fa misy 17 ny fanapahan-kevitra noraisina ka ny 12 nekena ary ny dimy kosa nolavina.

Manaraka izay dia nomena laharam-pahamehana ny fanamafisana ny sehatra hifampiresahana sy ny kianja maitso. Ireo no heverintsika fa anisany lalana hahatongavana amin’ny fampandraisana an-tanana ny tsirairay amin’ny raharaham-pirenena hirosoana amin’ny fitsinjaram-pahefana tena izy”, araka ny voalaza hatrany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAKIOLTE SIANSA ANTANANARIVO : Mpampianatra maherin’ny 15 voan’ny coronavirus

Mpampianatra maherin’ny 15 ao amin’ny fakiolten’ny Siansa no voamarina fa nifindran’ny aretina amin’izao fotoana. Noho izay antony izay, nanapa-kevitra ny hampiato mandritra ny roa herinandro ny fampianarana ao amin’ity sampam-pianarana ity ny filan-kevitra siantifika. “Tsy maintsy mandray fepetra mifanandrify amin’ny zava-misy izahay, tompon’andraikitra voalohany izahay mpampianatra ary manan-kasina loatra ny aina sy ny fahasalamana. Ao anatin’ny vatana tomady no misy ny saina mahiratra”, hoy ny Profesora Sammy Grégoire.

Mbola ao amin’ity sampam-pampianarana voalaza ity aloha hatreto no nanambara tamin’ny fomba ofisialy ny fampiatoana mandritra ny tapa-bolana ny fampianarana. Malalaka amin’ny fanapahan-kevitra raisiny kosa ny fakiolte hafa, hoy ny voalaza, saingy entanina ny rehetra samy ho tompon’andraikitra hisorohana ny fiparitahan’ny aretina amin’ny samy mpianatra.

Nilaza koa ny Seces sampana Antananarivo fa noho ireo toe-javatra naterak’ity valanaretina ity dia heverina ny hisian’ny fihemoran’ny taom-pianarana. Marihina fa ny enim-bolana faharoa ho an’ny taom-pianarana 2019-2020 no vitain’ny mpianatra amin’izao fotoana.

Efa nanomboka herinandro vitsy izany ho an’ny fakiolten’ny Siansa saingy izao tsy maintsy naato izao aloha. “Mino sy manantena izahay fa handray andraikitra ny Minisitera manoloana izao toe-java-misy izao. Tokony hitandrina sy ho hentitra ny fianakaviamben’ny fampianarana ambony hanatanteraka ny fepetra sakana rehetra”, hoy hatrany ny fanambaràna. Ankoatra ireo mpampianatra 15 efa voamarina fa voan’ny aretina, nisy koa ny fanaovana fitiliana faobe ho an’ny mpampianatra sy ny mpandraharaha rehetra tao amin’ny fakiolten’ny Siantsa, omaly. Olona 75 no natao fitiliana ary afaka telo andro vao ho azo ny valin’io. Miezaka mampanaja ny fepetra sakana rehetra ho an’ireo olona mifamezivezy eny amin’ny anjerimanontolo ny Seces sy ny oniversite, raha ny fanazavana hatrany, saingy nambaran’izy ireo fa mampitombo ny tsy fahafahana manaja ny fepetra sakana ny fivezivezena ivelan’ny toeram-pianarana toy ny any amin’ny fitaterana sy ny any an-tranon’ny tsirairay.Marihina fa mahatratra hatrany amin’ny 1 500 isa ny mpianatra iray kilasy amin’ny taona voalohany eny amin’ny oniversite. Tsy nisy ny fananganana fotodrafitrasa vaovao hatramin’izao kanefa ny fepetra covid-19 tsy ahafahana mandray ireo mpianatra ireo miaraka.

Nanameloka ny fomba fandaminana ny fitsinjarana vatsim-pianarana farany teo koa ny seces nandritra ny fanambaràna nataon’izy ireo : “Manao antso avo amin’ny tompon’andraikitra rehetra mba tsy hiseho masoandro ety anivon’ny fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa intsony ny endrika fanosihosena ny “franchise universitaire, ny fampijaliana sy ny fampandadiana ireo mpianatra mandritra ny fandraisany ny vatsim-pianarany, noho ny tsy fetezan’ny fandrindrana ny fitsinjarana an’izany”, hoy ny voalazan’ny fanambaràna.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FAMONOANA TOVOLAHY TAO MAHAJANGA : 14 taona monja ireo voarohirohy

Mbola zaza  tsy ampy taona daholo izy ireo satria dia 14 taona monja na i Poupouza Odilon na i Elisio.  Niditra an-tsehatra nanao ny fikarohana avy hatrany ny Polisy, ny andron’ny alahady, nisehoan’ny loza ka nahafahana nisambotra azy mirahalahy ireo, noho ny fiaraha-miasan’ireo Polisy tamin’ny vahoaka.  Vita ny famotorana ary natolotra ny fampanoavana izy ireo ny talata teo. Tsiahivina moa fa ady sipa no nahatonga ny famonoana. Araka ny fitantaran’ny rain’ilay tovolahy maty dia nisy nandaroka ny sipan’ny zandriny ka lasa tany Tsaramandroso izy ireo hanontany ny anton’izany, saingy tsindrona antsy no nitsena azy. Namoy ny ainy izy na dia nentina niala-nenina tany amin’ny hopitaly PZaGa aza.

Araka ny nambaran’ny ao amin’ny Polisim-pirenena dia hita fa tanora tsy ampy taona no tena manatanteraka ny fandikan-dalana sy ny herisetra eto Mahajanga, manendaka, mamono olona, mamaky trano… Miisa 50 mahery ny zaza tsy ampy taona natolotra ny Fitsarana noho ny herisetra tamin’ny telo volana voalohany tamin’ity taona ity. Vao tsy ela noho ny olana Tsararano ambany sy Fiofio dia zaza tsy ampy taona miisa 10 no natolotra ny Fitsarana ary naiditra am-ponja. 

Teny Ambalavola koa dia zaza tsy ampy taona miisa 4 no voarohirohy tamin’ny fanindronana antsy olona ka natolotra ny Fitsarana ary notazomina vonjimaika. Miisa 30 mahery ireo zaza tsy ampy taona noho ny herisetra eto an-tampon-tanànan’i Mahajanga. Ilaina ny fanomezana vaovao ny mpitandro filaminana hahafahana misambotra azy ireny.

Vanessa

La Vérité0 partages

Médias et politique - L’illustre Gilbert Raharizatovo tire sa révérence !

Le monde des médias et celui de la politique sont en deuil. Gilbert Raharizatovo est décédé dans la matinée d’hier à l’âge de 73 ans. Les rumeurs qui ont circulé sur les réseaux sociaux selon lesquelles il aurait succombé à la Covid-19 ont été formellement démenties par sa famille. Selon ses proches, l’ancien ministre est décédé des suites d’une bronchite chronique qui le rongeait depuis plusieurs années. D’après toujours leurs précisions, il venait tout juste de se remettre d’une hospitalisation lorsqu’il fut soudainement saisi d’une nouvelle crise qui a conduit à son décès.

 

Journaliste, chroniqueur politique, ex – député, ancien membre du Conseil supérieur de la transition (CST) et ancien ministre, il comptait plusieurs cordes à son arc et a enchaîné les postes à responsabilité de son vivant. Gilbert Raharizatovo a fait ses débuts en tant que journaliste et présentateur au sein de la chaîne nationale. Il avait également revêtu l’habit d’animateur de débats politiques de deux émissions phares sur la RNM et la TVM : « Avara – patana », « Sava – ravina »  et « Imaso ». Il était alors apprécié pour ses questions directes et son talent à interviewer les grandes personnalités politiques. En 1996, il avait notamment animé le légendaire débat entre Didier Ratsiraka et le Professeur Zafy Albert – les deux hommes alors candidats à la course présidentielle – aux côtés de son collège Ruffin Rakotomaharo.

Du journalisme à la politique

Après un parcours brillant dans le journalisme, Gilbert Raharizatovo a décidé d’embrasser une carrière en politique. Un de ses exploits dans ce sens fut sa victoire contre le pasteur Richard Andriamanjato lors des élections législatives vers la fin des années 90. Présenté sous les couleurs de son parti « Rassemblement pour Madagascar » (RPM), il avait alors été élu député dans le 6ème Arrondissement à Ambohimanarina. Un endroit qui fut pourtant considéré comme fief du pasteur Richard Andriamanjato. D’ailleurs, pour de nombreux observateurs, la défaite de ce dernier marqua le déclin progressif de la carrière politique du pasteur. Durant la transition, il occupera les postes de membre du Conseil supérieur de la Transition ainsi que de ministre de la Communication.

Après avoir quitté la scène politique, Gilbert Raharizatovo n’y est pas resté bien loin puisqu’il avait entamé une nouvelle vocation en tant que chroniqueur et analyste politique. Avec le franc – parler qu’on lui connaît, il n’hésitait pas à se positionner par rapport aux sujets qui suscitaient la polémique. D’ailleurs, plusieurs médias avaient l’habitude de le solliciter dans leurs émissions pour s’exprimer sur les actualités politiques du moment. Il avait également plusieurs ouvrages à son actif dont le plus connu est celui intitulé : « Madagascar 2002 : genèse et silences d’une crise » édité par l’imprimerie catholique. Un livre dans lequel il brise le silence sur les questions taboues et les non – dits derrière la crise de 2002 en douze chapitres : Trop de religion tue la politique ; la forteresse de Ravalomanana sur les ruines de l’AREMA, les barrages de 2002 entre autres.

Gilbert Raharizatovo est donc parti en laissant derrière lui un héritage indélébile. Sa dépouille sera inhumée à Alarobian’Ambatomanga, Manjakandriana, samedi prochain. La rédaction de « La Vérité » présente ses sincères condoléances à la famille du défunt.

Sandra R.

La Vérité0 partages

Covid-19 - Madagascar va identifier et utiliser des vaccins

L'annonce a été faite à l'issue de la rencontre qui s'est tenue hier dans l'après-midi au Palais d'Etat d'Iavoloha entre l'Académie nationale de médecine (ANAMEM) et l'Etat malagasy dirigé par le Président de la République Andry Rajoelina. Madagascar va identifier et utiliser les vaccins les plus adaptés aux variants Covid-19 présents dans le pays, pour lutter contre l'épidémie. Cette vaccination se fera sur les bases du volontariat.  Un comité scientifique comprenant notamment le ministère de la Santé publique et le ministère de l'Enseignement supérieur, va être mis sur pied pour la mise en œuvre de ces mesures.

L'utilisation du CVO Plus dans le protocole de traitement et de prévention de la Covid-19 reste d'actualité. C'est uniquement après ces étapes que l'Académie de médecine suggère d'étendre « progressivement la vaccination à l'ensemble de la population, toujours sur les bases du volontariat. Ces annonces font suite à une discussion entre les représentants de l'ANAMEM d'une part et d'autre part, le ministre de la Santé publique malagasy et le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Une réunion pour discuter des mesures à prendre et la stratégie à mettre en place pour faire face à la pandémie de la Covid-19 et notamment sur le variant sud-africain du virus.

Les différents vaccins contre le coronavirus ainsi que leurs conséquences sur le corps humain ont également été au cœur des discussions. Le communiqué de la Présidence fait part de la nécessité de prendre des décisions adaptées à l'évolution de la pandémie vu la présence du variant dans le pays. Des décisions qui doivent également prendre en compte la possible hausse du taux de contamination avec l'arrivée prochaine de la période hivernale dans le pays. Les discussions ont également porté sur la prise en charge des malades.

Les Professeurs au sein de l'ANAMEM ont eu l'occasion d'apporter un point de vue scientifique concernant l'évolution de l'épidémie et des vaccins contre ce virus dans le monde. Ils ont ainsi émis des recommandations tendant vers l'utilisation des vaccins anti-Covid par Madagascar. L'ANAMEM a également émis l'avis selon lequel l'utilisation des vaccins n'entrait pas en contradiction avec l'utilisation des produits issus des recherches locales, notamment le CVO Plus, dont les résultats ont été visibles pour la population malagasy. Des recommandations entendues par l'Etat malagasy qui a ainsi décidé de les mettre en œuvre en collaboration avec l'ANAMEM.

La rédaction

La Vérité0 partages

Prévisible hécatombe !

Barea coule. Les poulains de Nicolas Dupuis trébuchent à Bahir Dar (Ethiopie). En effet, nos héros ont concédé un score humiliant de zéro à quatre buts en faveur des Antilopes. « La plus belle du monde ne peut pas offrir que ce qu'elle a ! » dit-on. Tous les paramètres semblent réunis pour concourir l'échec du onze national malagasy. Le coach et les onze du Barea sur terrain n'ont pu faire autrement que subir les impacts prévisibles des mauvaises conditions. Pour qu'on réussisse un match, il faut comme toute chose des préalables bien établis, des pré-acquis incontournables ! Un match décisif de ce niveau ne se gagne pas à la légère.

 

En dépit des efforts et tractations, dans tous les sens, du coach national Nicolas Dupuis, l'équipe nationale n'a pu afficher au grand complet que tout juste la veille du match. Ainsi, avec une ou deux séances de préparation ou d'entrainement seulement, qu'est-ce qu'on pourrait faire mieux ? Et encore, il a fallu que Nicolas Dupuis monte au créneau et crie au scandale pour que certaine chose daigne à bouger. Il s'en prenait à l'inertie douteuse de la CAF face aux mesures iniques prises par des clubs européens à l'encontre des joueurs malagasy qui évoluent chez eux. Des observateurs bien avisés s'étonnent du silence des dirigeants de la confédération continentale devant le comportement injuste des dirigeants des clubs employeurs qui se conduisent en authentiques saboteurs. En fait, pour des raisons obscures et apparemment douteuses, les dirigeants des clubs auxquels nos compatriotes évoluent ont carrément refusé leurs déplacements vers le pays pour rejoindre et étoffer, à temps, l'équipe nationale et ce pour les besoins des préparatifs, Dupuis aurait voulu la présence des expatriés au moins dix à quinze jours avant le match.  C'est le minimum vital pour que l'équipe soit … productive. Et d'ailleurs, notre coach n'était le seul à s'indigner et à pointer du doigt l'ineptie manifeste !

Les conditions géographiques et climatiques difficiles ne ménagent point nos joueurs. A plus de 1 000 m d'altitude et 30°C de température ambiante, les protégés de Dupuis avaient eu du mal à maitriser les caprices du jeu.  

Ceci étant, inutile de jeter des pierres. C'était prévisible ! Certes, concéder 0 buts à 4 dépasse quand même la dose acceptable. Les détracteurs du régime y voient une opportunité pour enfoncer le clou. La moindre faille suffit à Ravalomanana et aux zélateurs de l'opposition pour crier sur le toit.  Les réseaux sociaux s'enflamment. Les ondes de « miara-manonja » se déchainent. En réalité, les supposés opposants du régime ne voient que l'envers du décor. Leur vision broie du noir.

Le sacré devoir qui attend chaque citoyen revient à encourager nos héros. Ce n'est pas parce qu'on a perdu un match qu'on va se jeter à l'eau. Il faut garder à tout moment la tête haute. Dirigeants du pays et simples citoyens doivent se donner la main pour soutenir notre Onze national. Il y va de la souveraineté nationale et de la fierté des 25 millions de Malagasy.

Malgré la déroute à Bahir Dar et en dépit de la déception générale, beaucoup de fidèles supporters estiment que l'espoir est encore toujours permis. Tout dépend essentiellement de la rencontre avec les Mena du Niger prévue ce mardi 30 mars à Barikadimy.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Foire internationale de Madagascar - Pour l'amélioration des performances commerciales des opérateurs

Associer le développement numérique au développement économique du pays. Tel est l'un des principaux engagements pris par l'agence Première Ligne dans l'organisation de ces événements pour cette année. Ainsi, avec la 15ème édition de la Foire internationale de Madagascar (FIM), les organisateurs mettront en place un e-salon pour matérialiser les événements économiques à Madagascar tout en ayant une visibilité à l'international.

« Dans ce sens, nous ambitionnons avec ces salons de contribuer à l'amélioration des performances commerciales des opérateurs du pays tant au niveau national qu'international. En plus du salon physique, chaque exposant à la FIM aura en effet une visibilité de plus de 45 jours sur une plateforme en ligne. Il pourra ainsi même, après le salon, de continuer la promotion de ses activités, incontournable aujourd'hui vue la crise subie par le secteur privé à cause de la pandémie de Covid-19 » a expliqué Michel D.Ramiaramanana, président du Comité d'organisation, lors d'une conférence de presse de présentation de l'événement, avant-hier au Pavé Antaninarenina. Pour lui, il faut en effet profiter de toute cette forte digitalisation qui nous entoure.

Ainsi, les salons de l'agence se focaliseront sur la reconstruction de la confiance dans l'environnement des affaires et sur les échanges axés sur l'éthique commerciale.

Les jeunes occuperont également une place importante dans l'événement. « Il faut tenir compte de la volonté des jeunes à contribuer au redressement du pays. C'est pourquoi nous leur réservons toujours un espace « Startups » pour tous nos salons y compris la FIM », rajoute l'organisateur. D'autre part, une présélection se fera durant la FIM pour identifier les porteurs de projets qui représenteront Madagascar au prochain forum « Choose Africa ».

Rova Randria

La Vérité0 partages

Transfert d'argent - MVola s'approvisionne à l'international

Le service de mobile money de TELMA continue son extension dans le monde entier. Depuis l'année dernière, MVola est accepté dans le monde entier grâce à sa nouvelle carte VISA. Aujourd'hui, elle se démarque encore en lançant un nouveau service : l'approvisionnement international. « Nous développons chaque jour des solutions pour simplifier le quotidien de nos clients. C'est dans cette optique que nous proposons alors une nouvelle solution pour approvisionner un compte MVola.

A partir de maintenant, chaque abonné pourra approvisionner son compte depuis sa carte bancaire VISA ou MasterCard ou celui d'une autre personne. Ce service s'adresse à tous, qu'il soit à Madagascar ou à l'étranger. C'est pour cette raison que nous parlons alors d'approvisionnement à l'international. Ce service n'est pas limité par les frontières du pays », expliquent les responsables au niveau de MVola.

Ce nouveau service sera ainsi à la fois simple, sécurisé mais surtout instantané.

« Rien de plus facile que d'approvisionner un compte MVola en ligne à partir d'une carte. Il suffit de se rendre sur notre site www.mvola.mg et de cliquer sur l'onglet CB to MVola. Après l'inscription, le client peut directement passer à l'envoi. La réception est instantanée, aucun besoin de code ni de se rendre auprès d'une agence pour retirer l'argent. Le destinataire reçoit un SMS lui confirmant le montant et l'identité de l'émetteur de l'argent », détaillent-ils. L'argent reçu pourra alors être immédiatement utilisé autant dans le paiement de différentes factures ou achats en tout genre.

Avec ce service, MVola entend surtout rapprocher les familles où qu'elles soient dans le monde entier. C'est une manière de faciliter aussi l'envoi d'argent à l'international et l'inclusion financière de la population, sachant que le mobile money est le service financier le plus accessible et le plus choisi par la population malagasy actuellement.

Il pourra également contribuer au développement de la collaboration des opérateurs économiques et ceux de l'étranger.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Fermeture de Nosy Be - Des mesures d'accompagnement sollicitées

A bout de souffle. La population de Nosy Be lance un appel de détresse envers les autorités compétentes pour leur venir en aide face à la fermeture de l'île. Celle-ci engendre la suspension de la plupart des activités liées au tourisme. Pourtant, la majorité de la population vit avec. Les résidents de cette île aux parfums sollicitent ainsi des mesures d'accompagnement pour survivre. La dotation de vivres fait partie des requêtes, afin que la population puisse continuer de manger.

« J'espère que nous n'attendrons pas la famine pour agir », souhaite la députée élue à Nosy Be en la personne de Marifidy Christine Razafindravony, alias Tatie Chris. Cette présidente de la commission de l'artisanat et du tourisme auprès de l'Assemblée nationale est toutefois reconnaissante envers le Président de la République d'avoir pris la bonne décision de fermer l'aéroport et le port de Nosy Be. « On était vraiment désemparé avec tout ce qui est arrivé. Depuis presque un an, on n'avait jamais eu autant de cas de Covid- 19. J'espère que les statistiques vont baisser avec cette fermeture », s'exprime- t-elle.

« C'est vrai que les marchandises continuent à être transportées chez nous, mais c'est l'argent pour s'en acquérir qui manque. Nous n'avons pas bénéficié d'aide de l'Etat pour survivre à cette fermeture de nos port et aéroport », nous confie Laurent A., skipper.  Comme lui, des chefs de bord, salariés du port, chauffeurs d'aéroport ainsi que 3 000 employés d'établissement hôtelier peinent à survivre depuis plus d'un an. La situation s'empire avec la fermeture décrétée pour 15 jours. La députée élue à Nosy Be sollicite des « Vatsy Tsinjo » et « Tosika Fameno » pour ces employés en détresse, fortement affectés par les impacts de la Covid -19 et de la fermeture des frontières.

Par ailleurs, les établissements hôteliers qui n'ont pas respecté les consignes pour la réception des touristes devraient être sanctionnés, d'après la députée. « Ces hôtels autorisent que leurs clients circulent librement sur l'île, au lieu d'être isolés dans leurs chambres en attendant les résultats des tests PCR. Ces touristes se baladent et passent des soirées à Ambatolaoka, d'après les habitants. Certains d'entre- eux sont connus positifs après les tests et cela a propagé le virus à Nosy Be », se désole la parlementaire. D'un autre côté, des mesures devraient être adoptées pour les opérateurs et entrepreneurs qui n'ont pas pu rembourser à temps leurs crédits suite aux emprunts dans les banques et microfinances, à cause de la pandémie. « Nous sollicitons les autorités, dont le ministère des Finances, à intervenir pour suspendre les crédits jusqu'à ce que les activités reprennent. Il en est de même pour le paiement des factures de la JIRAMA », rapporte la députée.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Groupe Mahaleo - L'Etat reconnaissant envers la légende vivante

Bientôt cinquante ans de scène. Le groupe Mahaleo a fait ses débuts dans les années 1972, en pleine révolution populaire. Depuis, ses centaines de chansons ont été écrites, parlant notamment de l'indépendance, de l'amour mais aussi d'autres thématiques du quotidien. En 5 décennies, le groupe est devenu une légende vivante de la musique, de la culture et de l'histoire de Madagascar, à en croire Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture (MCC).

Une des raisons pour lesquelles ce département ministériel a sollicité l'Etat à décerner des distinctions honorifiques au reste des membres du groupe. Une demande validée par le Président de la République Andry Rajoelina. Ainsi, Dama ou Zafimahaleo Rasolofondraosolo de son vrai nom, Honoré Rabekoto dit Bekoto ainsi que Charles-Bert  Andrianaivo alias Charles ont été hissés au grade de Grand- Croix de 2è classe. Jean Baptiste Razafimamonjy, l'archiviste- documentaliste du groupe, a également reçu ce même grade, des mains de la Grande chancelière Madeleine Ramaholimiaso. Pour sa part, Nary Andriamamonjy, guitariste du groupe et aussi journaliste, a été élevé au grade de Commandeur de l'ordre national, une distinction reçue des mains du numéro Un du MCC.

 « Ces distinctions honorifiques constituent une reconnaissance de l'Etat envers le groupe et son apport dans l'histoire, la musique et la culture malagasy. Le ministère a lancé le défi d'accorder de telle distinction envers les méritants dès leur vivant », affirme le ministre de tutelle. Le Grand-Croix de 2è classe étant la plus élevée des distinctions honorifiques, selon ses dires. D'ailleurs, la reconnaissance de l'Etat, à travers le MCC, envers Mahaleo s'enchaîne avec l'exposition de ses milliers d'œuvres à la musée des archives iconographiques à Ambohidahy et ce pendant 3 mois.

« Pour nous, recevoir de tel mérite dès notre vivant constitue un grand honneur. Nous sommes reconnaissants envers le ministère de la Culture. Nous, les 7 membres du groupe, le méritons tous, dommage que 4 sont déjà partis », s'exprime Dama. La remise de leurs distinctions honorifiques s'est tenue hier à la Bibliothèque nationale à Anosy. Une occasion pour le MCC d'organiser une cérémonie digne de ce nom pour ce groupe idolâtré de génération en génération. Des artistes comme Raboussa, Nini Kiaka ou encore Jaojoby ont chanté des chansons de Mahaleo lors de cette festivité, outre les membres du groupe qui se sont retrouvés sur scène.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Marché d'Anosibe - « Pour un marché propre et organisé », selon le maire de la Capitale

 La Commune urbaine d'Antananarivo se concentre actuellement sur l'assainissement des endroits publics et la lutte contre la peste. Plusieurs actions sont déjà entamées depuis la semaine dernière pour ne citer que la désinfection et le nettoyage du marché de « Petite vitesse ». Ce jour, elle a procédé au nettoyage et curage des canaux d'évacuation d'eaux au marché d'Anosibe.

 

Une cinquantaine d'agents sont déployés, chaque jour pour exécuter les tâches. Selon le Premier magistrat de la ville, Naina Andriantsitohaina, ces agents travaillent pendant 10 jours pour curer les 500 bouches d'égout que dispose ce marché. Toutefois, presque la majorité de ces dalles seront remplacées puisqu'elles ne fonctionnent plus. La Société municipale d'hygiène assure le transport des ordures vers la décharge.

Un marché propre et organisé figure parmi les priorités du maire de la ville. C'est d'ailleurs le reflet de l'image de la Capitale, puisqu'avant tout, le marché comme celui d'Anosibe est un endroit où toutes sortes de personnes s'y rencontrent chaque jour.

Cette initiative est le fruit d'une collaboration entre la CUA et l'association des commerçants au marché d'Anosibe. Avec les odeurs nauséabondes et l'insalubrité qu'ils font face, ainsi que la destruction de l'infrastructure, ces derniers ont sollicité l'aide de la CUA pour une opération de nettoyage. La demande concerne le curage des canaux d'évacuation d'eaux ainsi que la réparation de quelques dalles. Une vision qui coïncide avec le Veliranon 'Iarivo.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Explosion du nombre des patients de Covid-19 - Réouverture du centre de traitement à Ivato

L'heure est grave. Le Centre de commandement opérationnel Covid-19, situé à Ivato, est actuellement réaménagé pour accueillir les personnes testées positives à la Covid-19. Cette réouverture a été décidée lors du Conseil des ministres de mercredi dernier face à l'explosion des nouvelles contaminations au coronavirus. Le nombre de centre de traitement des patients de Covid-19 va se multiplier notamment pour Antananarivo où le bilan des infectés journaliers frôle le nombre de 100.

 

Dans notre dernier numéro, il a été précisé que les grands hôpitaux de la Capitale sont débordés. Une solution a donc été avancée par les autorités hiérarchiques. Précisons que le traitement des cas positifs, notamment à travers la multiplication des centres spécialisés, constitue actuellement la priorité du Gouvernement malagasy.  A cela s'ajoute la mise à disposition des Equipements de protection individuelle (EPI) à tous les acteurs directs voire indirects.

Rappelons que les Centres hospitaliers universitaires (CHU) d'Anosiala, d'Andohatapenaka, de Befelatanana et d'Ampefiloha ont été les premiers établissements hospitaliers réquisitionnés à traiter les porteurs du virus. Au fil du temps, seuls les individus infectés développant de formes symptomatiques graves y sont admis. Et depuis quelques jours, le centre de prélèvement au Village Voara Andohatapenaka a commencé à accueillir les patients présentant des signes modérés.

Entre-temps, le Conseil des ministres en date du 24 mars a également avancé l'élaboration de nouvelles stratégies adoptées en vue de lutter efficacement contre l'épidémie. De nouvelles mesures de sécurité sanitaire seront annoncées dès ce lundi 29 mars. Outre la mise à disposition des EPI dans tout Madagascar, le nombre de test réalisé sera également augmenté sans oublier la distribution de médicaments afin de garantir le traitement gratuit auprès des CSB II ainsi que les centres régionaux de santé respectifs.

Par ailleurs, la distribution du CVO + format gélule a débuté hier. Et cela a commencé du côté des Forces de l'ordre car ces dernières sont les plus impliquées directement dans la lutte contre le coronavirus au quotidien notamment dans l'application des gestes barrières sanitaires. Les personnels de santé ne sont pas non plus délaissés. Ils bénéficieront du CVO+ dont la dose sera doublée pour ceux qui sont en première ligne, c'est-à-dire les responsables de l'accueil des patients.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Football- Bahir Dar Stadium - L'arme fatale des Ethiopiens !

Dix buts marqués contre un encaissé. C'est le bilan présenté par la sélection nationale éthiopienne après ses trois rencontres disputées au Bahir Dar Stadium. La semaine dernière, l'équipe nationale du Malawi a été balayée par un quatre buts à zéro dans ce stade mythique par son homologue éthiopien. Il s'agit d'un match amical en préparation de la cinquième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2021 contre Madagascar. C'est également sur ce même score que les Barea se sont inclinés devant les Ethiopiens, avant-hier, et ce au même endroit.

Avant le Malawi et Madagascar, la Côte d'Ivoire a été surprise par l'Ethiopie dans ce stade, 1-2, lors de la première journée des éliminatoires de la CAN 2021. « Aucune équipe n'est parvenue à battre la sélection nationale sur ses terres. On va essayer de faire l'exploit », avançait Nicolas Dupuis à la traditionnelle conférence de presse d'avant match. Mal lui en a pris, ses protégés ont subi cette lourde défaite.

Le coach des Barea aurait dû préciser que la sélection éthiopienne n'a jamais perdu un match au Bahir Dar Stadium contrairement à Addis-Abeba où elle a connu plus de défaites que de victoires. Ce Bahir Dar Stadium construit à 1 800 m d'altitude s'avère l'enfer pour les équipes visiteuses. Et notamment si elles sont composées dans leur majorité par des éléments venant d'Europe, comme c'est le cas pour Madagascar et la Côte d'Ivoire, ou des pays au même niveau que la mer. « Une acclimatation de deux jours paraît insuffisante. Il faudrait plus de temps pour s'habituer à disputer une rencontre à cette hauteur », avance un technicien malagasy dans le domaine du tennis. Les Ibrahim Amada, Carolus, Mombris, Voavy Paulin et bien d'autres joueurs ne diront pas le contraire.

Les Barea en général ont été l'ombre d'eux-mêmes durant au moins les 80 minutes de la rencontre. Passées les dix premières minutes de la première et seconde période, les protégés de Nicolas Dupuis sont visiblement cuits. Ils n'arrivaient plus à construire leurs offensives, ni conserver la balle ou encore moins à faire des courses égales avec les attaquants éthiopiens. Bref, les Barea sont dépassés dans tous les compartiments du jeu.

Si les Ethiopiens ont choisi ce stade pour accueillir les matchs décisifs de leur équipe nationale, c'est que ce joyau culminant à plus d'un kilomètre de la terre constitue leur arme fatale capable de combler leurs faiblesses. Et ce en plus de l'homogénéité de la formation formée exclusivement par des joueurs locaux habitués à jouer « là-haut ».

Fair-play, Nicolas Dupuis n'a pas évoqué cette situation face aux journalistes après la lourde défaite. Un non match de ses protégés qui s'explique pourtant par cette rencontre en altitude.

Rata

Midi Madagasikara0 partages

Mesures sanitaires : Le Conseil des ministres revient en mode virtuel

Le Palais d’Iavoloha accueille peu de hauts responsables et renforce les restrictions contre la Covid-19.

Le sommet de l’Etat évite la réunion présentielle pour éviter la transmission du virus. Le Conseil des ministres d’hier a été tenu en visioconférence.

Depuis hier, le Conseil des ministres s’est tenu en visioconférence. Les ministres ne font plus le déplacement habituel pour se réunir aux palais d’Iavoloha ou à Ambohitsorohitra, mais sont restés, chacun, dans leur bureau respectif afin de tenir le conseil hebdomadaire. Cette option de réunion, qui fait son retour, a été adoptée, pendant des mois, durant les périodes de confinement de la crise sanitaire en 2020 afin d’éviter la transmission du virus. Elle indique que les contaminations deviennent inquiétantes et les mesures barrières reviennent en force même au sommet de l’Etat.

Victimes. Le pays est actuellement rattrapé par la deuxième vague de la pandémie après avoir allégé d’une manière drastique les mesures barrières depuis le dernier trimestre de l’année 2020. Et le nouveau variant du virus, meurtrier dans d’autres pays comme en Europe, est déjà actif à Madagascar, selon l’annonce officielle du président de la République samedi dernier. Quoiqu’il en soit, les cas positifs ne cessent de grimper. Des hauts responsables seraient même actuellement atteints du virus et suivent des traitements dans des formations sanitaires locales même si d’autres ont choisi de se faire soigner ailleurs. Le nombre des victimes  monte en flèche ces derniers jours au point de faire craindre une frange de l’opinion à une recrudescence notable de la maladie et ravive le débat sur la vaccination de la population.

Vaccin. Le président de la République rencontrera aujourd’hui les membres de l’Académie Nationale de Médecine pour cogiter sur le renforcement des mesures sanitaires contre la propagation du virus. Durant cette réunion avec la sommité scientifique du pays, la vaccination contre la Covid-19 figure dans l’ordre du jour et une décision dans ce sens est très attendue à l’issue de cette rencontre stratégique. Dans sa lettre du 16 mars dernier, le président de la République a sollicité les « avis d’experts afin de statuer sur les mesures à prendre relatives à la santé du peuple malgache tout en considérant les impératifs d’efficacité, de fiabilité des vaccins existants aujourd’hui mais surtout des effets secondaires et indésirables ». En attendant, l’Etat doit faire face à la hausse des contaminations qui est déjà préoccupante.

Médicaments. Les centres de traitement de la Covid-19 seront démultipliés, a annoncé le communiqué du Conseil des ministres hier. Dans cette optique, le bâtiment du Mining Business Center, qui abrite le Centre de Commandement Opérationnel en 2020, va être transformé en centre de traitement qui accueillera dorénavant les malades de l’épidémie. Le site rouvrira ses portes dès lundi, et renforcera les hôpitaux de la Capitale et le centre de traitement du Village Voara Andohatapenaka. Les centres de santé de base, quant à eux, seront ravitaillés en médicaments anti-covid, selon la décision du Conseil des ministres, hier. Les tests de dépistage, en revanche, vont être multipliés dans les zones à risques. Et le personnel médical va être appuyé en équipement de protection individuelle.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Fiaraha-monina sy fahasalamana : 85 % ny tokantrano voakorotan’ny firaisana ara-nofo tsy voafehy

Ny fitiavana no entina mamehy ny tokantrano. Tsy ny vola ihany anefa no entina mampandeha io tokantrano io fa isan’izany ny resaka firaisana ara-nofo izay natao ho an’ny mpivady ihany. Tsy azo atao amin’ny zaza tsy ampy taona, eo amin’ny mpianadahy, ny mpianaka, sy ivelan’ny tokantrano. Araka ny fandinihana natao dia tsy mifidy saranga na fari-pahalalana ny olana ateraky ny firaisana ara-nofo ary saika iharan’izany avokoa ny 85% ny tokantrano malagasy. Ny tsy fahalavorarian’ny firaisana ara-nofo eo amin’ny mpivady dia mahatonga ireto farany ho be ahiahy ny amin’ny mety fisian’ny fampirafesana. Mitranga anefa izany noho ny aretina mahazo ny lehilahy toy ny diabeta, ny prostaty, ary ny tosi-dra. Manoloana izany dia mila harenina io olana io ka manana tolotra amin’izany ny Fitsaboana nentim-paharazana amin’ny fomba natoraly Fitrama manana ny foibe-toerany etsy amin’ny 67 ha atsimo dia ilay antsoina hoe kelimavitrika. Aoka anefa hazava fa tsy fanafody hohanina ihany io fa fomba fitsaboana, ka ao anatin’izay rehetra izay dia misy ny fizaham-pahasalama sy ny fanaraha-maso tsy maintsy ataon’ny mpitsabo. Ny olona rehefa mananika ny 35 taona dia miova ny herin’ny vatany ka mahatonga olana ara-pahasalamana maro ka zary tsy mahavita ny adidy tokony hataony amin’ny vadiny intsony. Noho ireo antony ireo dia manolotra ny kelimavitrika ny Fitrama mba hanarenana mba ny tokan-trano. Malaza tokoa io fomba fitsaboana io ka tsy vitsy ireo misandoka ho mahay mampiasa azy nefa mety hitera-doza tokoa izany ka hampitandremana ny rehetra mba ho mailo, hoy ny fanazavan’Andriamatoa Rafanomezantsoa Jean Nirina, Tale jeneralin’ny Fitrama.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ambositra : Dahalo roa maty niharan’ny fitsaram-bahoaka

Avy nanao ny asa ratsiny tany amin’iny distrikan’Ifanadiana iny ireto olon-dratsy no tra-tehaky ny fokonolona tany amin’ny distrikan’Ambositra, ny herinandro lasa teo. Roalahy izy ireo ireto voasambotra ireto ary tsy navelan’ireo fokonolona raha nanaraka hatramin’ny ainy. Mba tsy mitsitsy ihany koa ireo fokonolona rehefa mahasambotra, toy ny ataon’ireo dahalo rehefa mampitondra faisana azy ireo mandritry ny fanafihana ataony. Araka ny fampitam-baovao azo dia nisy fanafihan-dahalo mahery vaika nitranga tany amin’iny distrikan’Ifanadiana iny. Ny tananan’Analapasina no nampitondrain’ireo andian-jiolahy ny mangidy tamin’io fanafihana, nitranga ny herinandro nivalona iny. Teo anatrehan’ny zava-nisy, navondrona avy hatrany ireo andrimasom-pokonolona hanao ny fanarahan-dia. Ary tsy teo amin’ny kaominina izay nitrangan’ny fanafihana ihany fa hatramin’ireo kaominina manodidina aza, entina hikarohana ireo nahavanon-doza. Nitondra vokatra avy hatrany izany fanetsehana andrimasom-pokonolona izany satria fotoana fohy taorian’ilay fanafihana dia tra-tehaky ny fokonolona tao amin’ny kaominina Ambohimitombo, distrika Ambositra ny roa tamin’ireo mpanafika. Raha ny fampitam-baovao azo dia toa hoe nisy ny fifandonana nandritra izany fisamborana izany, saingy tsy nahaleo tosika ireo fokonolona efa tofoka tsy fandriampahalemana ny fanoheran’ireto jiolahy ireto. Naratra mafy vokatr’izay fifandonana izay ireo olon-dratsy. Voalaza fa tsy tana intsony ny ain’ireto roalahy voasambotra ireto, teny an-dalana hitondràna azy ireo hiakatra ny tanana. Efa nampandrenesina mahakasika izay toe-javatra izay moa ireto tomponandraikitry ny filaminana tany an-toerana ary efa tonga nanao ny fanadihadiana sy ny famotorana mahakasika ity tranga ity. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo naman’ireo olon-dratsy izay isan’ireo nandray anjara tamin’ilay fanafihana tanana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Parlement : Les magistrats raflent les 4 sièges à la HCC

Les magistrates ont fait jeu égal avec leurs collègues masculins.

Le verdict des urnes est tombé tour à tour hier au niveau du Sénat et de l’Assemblée nationale où les sénateurs et les députés ont élu pour un mandat de sept ans non renouvelable, leurs représentants respectifs à la Haute Cour Constitutionnelle avec une parité parfaite hommes – femmes.

147 députés sur 151 ont participé au vote hier. Rasolo Nandrasana Georges Merlin est arrivé en tête. Ce magistrat de l’ordre administratif et ancien directeur de cabinet du Premier ministre a recueilli 71 voix. Soit 48,30% des suffrages. L’ancien ministre de la Transition, Noëlson William, a pris la seconde place avec 68 voix (46,26%). C’est un magistrat de l’ordre judiciaire qui est actuellement Avocat général à la Cour de cassation. Il a devancé de six voix un troisième magistrat qui occupe le poste de Secrétaire général du ministère de l’Environnement et du Développement durable. À ce titre, Rakotoarisoa Miadatsanta Indriamanga était considéré comme « un candidat du pouvoir » mais il n’a pas été élu au niveau de l’Assemblée nationale où les députés IRD sont pourtant ultra-majoritaires. La politique des mallettes et la majorité à géométrie variable auraient-elles bouleversé les consignes de vote ?

Majorité. En revanche, la loi de la majorité a prévalu au Sénat où Rojoniaina Ranaivoson Andriamaholy et Antonia Rakotoniaina ont obtenu chacune 16 voix sur 17. Membre de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH), la première est la plus jeune magistrate de 2e grade de l’ordre judiciaire. Major de sa promotion, elle avait intégré le corps de la magistrature à l’âge de 23 ans. De même, la seconde est une magistrate de premier grade. Issue également de l’ordre judiciaire, elle est vice-présidente du Tribunal de Première Instance d’Antananarivo.

Autres corps. En somme, les quatre sièges de membres de la HCC en jeu au niveau des deux Chambres du Parlement ont été raflés par les magistrats qui constituaient d’ailleurs la majorité des candidats. A raison de 11 de chaque au niveau du Sénat et de l’Assemblée nationale. Aucun des trois avocats en lice n’a réussi à se faire élire hier. Idem pour les autres prétendants appartenant à d’autres corps de l’Etat comme celui des administrateurs civils. Échec aussi pour le maître de conférences, le jurisconsulte et le docteur en droit qui ont postulé pour la nouvelle HCC dont les quatre premiers membres sont tous des magistrats.

CSM. Les deux membres à élire par le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) seront également issus du corps de la magistrature. Ce qui portera à au moins six, le nombre de magistrats qui siégeront à Ambohidahy. Reste à savoir si le président de la République va inclure d’autres corps (avocats, administrateurs civils, enseignants) dans son quota. En tout cas, rien ne l’empêche de repêcher des candidats recalés au Sénat et/ou à l’Assemblée nationale. On sera fixé la semaine dernière puisque le président Andry Rajoelina nommera en dernier ses trois hauts conseillers, c’est-à-dire après le Conseil Supérieur de la Magistrature dont les membres vont être reçus ce jour par Andry Rajoelina, en sa qualité de président du CSM.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Une défaite tout à fait logique

Cette défaite des Barea face à l’Ethiopie nous ramène à la période la plus sombre de notre football. Elle est tout à fait logique et il ne faut pas accabler nos joueurs qui ont fait le maximum. C’est la loi du sport qui a été respectée. Il y a eu trop d’impondérables qui sont entrés en ligne de compte et il est nécessaire d’essayer d’oublier cette déconvenue. Il faut penser à la dernière rencontre face au Niger à Toamasina. Il reste une semaine pour se forger un moral de vainqueur et construire une victoire qui est à notre portée.

Une défaite tout à fait logique

Tous les supporters des Barea voulaient y croire, mais les événements ont douché leur enthousiasme. Les difficultés qui se sont accumulées depuis une dizaine de jours ont handicapé notre équipe nationale. L’incertitude sur la venue ou non de nombreux joueurs a pesé sur le moral de tout le monde. Malgré le fait que la plupart d’entre eux sont arrivés en Ethiopie, il n’y a pas eu cette synergie qui a fait la force de cet ensemble harmonieux. Ils ne se sont retrouvés tous ensemble qu’un ou deux jours avant le match, ils ont tous subi la fatigue du voyage. Ils ne se sont certainement pas adaptés à l’altitude. Face à des Ethiopiens talentueux et évoluant dans des conditions optimales pour eux, cela n’a pas pardonné. On imagine le casse-tête du coach Nicolas Dupuis qui a tenté de booster le moral de ses gars. Ces derniers n’ont rien pu faire dans le contexte où ils ont évolué. Il faut maintenant oublier cette défaite et se remettre au travail. Il ne faut pas faire de calcul. Il est nécessaire de chercher au plus profond de soi cette rage de vaincre qui a permis de briller en Egypte et durant les matches précédents. Il y a encore une chance d’être qualifié. Tout le monde va certainement être à l’unisson pour remonter la pente. C’est plus que jamais le moment de dire : « Alefa Barea ! »

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Brigade Anti-Piratage : Des milliers de CD pirates détruits hier

Non, ce ne sont pas des exemplaires des albums des Beatles boycottés après le scandale de Lennon en 1966, ce sont des CD pirates récupérés par la BAP à Madagascar. (Photo :MCC)

La brigade anti-piratage au niveau du ministère de la Communication et de la Culture a fait brûler 44 382 CD piratés hier. Soit 7 000 copies de plus par rapport à la dernière intervention en fin d’année 2020.

La lutte contre le piratage se poursuit à Madagascar. Ce problème semble assez complexe à endiguer. Les compilations de chansons et les copies contrefaites de films inondent le marché. Aucune œuvre n’y échappe. Quant aux consommateurs, ils sont nombreux à acheter auprès de ses vendeurs ambulants. Cela peut s’expliquer par le faible pouvoir d’achat, mais aussi par le prix dérisoire proposé pour ces CD. C’est ainsi que la BAP effectue régulièrement des descentes sur terrain pour empêcher ce commerce illicite, mais aussi en essayant de démanteler un réseau plus vaste. Hier, cette action a porté ses fruits, même si le nombre de CD récupérés et réduits en cendre ne représente qu’une infime partie de ce qu’on peut encore trouver sur le marché. Aujourd’hui, il n’y a plus que le commerçant qui est visé par l’opération de la BAP, les consommateurs seront eux-aussi dans la ligne de mire de cette brigade. Et encore, les opérations s’étendront jusque dans les provinces.

Téléchargement illégal. Pour faire une compilation de chansons, il suffit d’une connexion Internet pour collectionner les titres mis en ligne par les artistes. De nombreux logiciels pirates permettent de les télécharger et de les stocker sur un disque dur. Il suffit ensuite de les copier sur un disque vierge pour les revendre aux plus offrants. Parfois, de plus grandes entités aident les pirates dans la production massive de CD piratés. En plus des œuvres des artistes locaux, les produits d’ailleurs sont également piratés à volonté à Madagascar : des films pornographiques, des blockbusters, des albums de musique, des logiciels, des cours en ligne, etc. Ceci dit, en raison d’un manque de système fiable concernant le cryptage des données et de l’absence d’une chaîne de production qui peut garantir un commerce suivant les normes, cette guerre contre les pirates est encore loin d’être gagnée.

En tout cas, le ministère paraît déterminé à soutenir les artistes et à protéger leurs œuvres. D’ailleurs, des représentants des artistes, de l’Office Malagasy du Droit d’Auteur (OMDA) et de l’ISSM (Ivontoeran’ny sarimihetsika sy sarimiaina Malagasy) ont assisté à la destruction des CD pirates collectés.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Football – Eliminatoires CAN 2021 : Les Ethiopiens atomisent les Barea

Les Barea prêts à en découdre et à offrir la victoire aux 25 millions de malgaches.

Jamais les Barea de Madagascar n’ont connu une aussi large défaite ces quatre dernières années. Madagascar reste à 7 points.

Une raclée. Les protégés de Nicolas Dupuis ont perdu sur un score fleuve de 4 buts à 0 devant les Ethiopiens, hier, comptant pour la 5e journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021 au Stade Bahir-Dar. Les Antilopes Walyas composés à 95% de joueurs locaux ont montré qu’ils ont de la valeur et du bon jeu. Ils enchaînent sur trois victoires à domicile face au Niger (3-0) contre la Côte d`Ivoire. Avec cette victoire, les poulains de Wubetu Abate sont en ballottage favorable pour se qualifier à la CAN au mois de janvier au Cameroun avec 9 points.

L’absence des joueurs cadres et le manque de préparation ont joué en défaveur des Malgaches. Les Ethiopiens, plus petits physiquement que les joueurs malgaches, ont joué leur jeu, sans complexe. Voavy Paulin et Faneva Ima ont failli marquer deux buts au début de la rencontre, mais, ce sont les Ethiopiens qui ont pris le dessus et sont efficaces devant le filet. Amanuel Gebremichael a ouvert le score à la 19e mn, doublé par Getaneh Kebede (34 mn) sur un coup-franc. Les Malgaches tentent par tous les moyens, de stopper l’hémorragie, mais, sont impuissants face au collectif bien rodé et l’efficacité des Ethiopiens. Nassir Abubakar triple la mise avant la pause. C’est sur un score de 3 buts à 0 que les deux équipes quittent le terrain.

A la reprise, Paulin Voavy et Lalaina Nomenjanahary dit Bolida sont sortis et cèdent leur place à Alexandre et Hakim. La physionomie de la rencontre a changé pour les Malgaches par rapport à la première période. Hakim, Carolus et Ibrahim étaient à plusieurs reprises devant le but, mais butent devant Shannon Teklemariam. Les Malgaches ont obtenu plus de tirs cadrés, mais les Ethiopiens ont su créer la différence. A la 69e mn, Zotsara et Faneva laissent sa place à Dax et Alexandre. Dupuis procède au dernier remplacement en faisant rentrer Ando à la place de Mamy Gervais à la 77e mn. Cinq changements opérés par le coach, mais, qui se sont soldés sur un quatrième but des Ethiopiens par l’entremise de Bekele, le capitaine de l’équipe à la 86e mn. Cette large victoire place les Ethiopiens provisoirement en tête du classement du groupe K. Les chances des Barea sont hypothéquées pour la CAN 2021, mais, tout reste possible.

T.H

 

Midi Madagasikara0 partages

Nini Kiaka : Célébration de ses 35 ans de carrière à la Villa Musi’k Itaosy

La légende vivante du rock malgache, Nini Kiaka fête cette année son 35e anniversaire en tant que chanteur. Pour marquer cela, un cabaret est prévu se tenir à la Villa Musi’k Ambodifasika Itaosy ce dimanche 28 mars 2021 à partir de 11 h. Il compte bien revisiter toutes les chansons qui ont marqué sa carrière, de ses débuts jusqu’à maintenant. Et comme il s’agit d’un clin d’œil à une longue carrière, Ben ou Harilana Rarivoson, technicien de son du groupe Kiaka dans les années 95 a été choisi pour assurer le son lors de cet événement en noir et blanc. Bien évidemment, malgré le buffet à volonté préparé pour cette fête aux sonorités rock, les gestes barrières seront de rigueur.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Parlement : Les magistrats raflent les 4 sièges à la HCC

Les magistrates ont fait jeu égal avec leurs collègues masculins.

Le verdict des urnes est tombé tour à tour hier au niveau du Sénat et de l’Assemblée nationale où les sénateurs et les députés ont élu pour un mandat de sept ans non renouvelable, leurs représentants respectifs à la Haute Cour Constitutionnelle avec une parité parfaite hommes – femmes.

147 députés sur 151 ont participé au vote hier. Rasolo Nandrasana Georges Merlin est arrivé en tête. Ce magistrat de l’ordre administratif et ancien directeur de cabinet du Premier ministre a recueilli 71 voix. Soit 48,30% des suffrages. L’ancien ministre de la Transition, Noëlson William, a pris la seconde place avec 68 voix (46,26%). C’est un magistrat de l’ordre judiciaire qui est actuellement Avocat général à la Cour de cassation. Il a devancé de six voix un troisième magistrat qui occupe le poste de Secrétaire général du ministère de l’Environnement et du Développement durable. À ce titre, Rakotoarisoa Miadatsanta Indriamanga était considéré comme « un candidat du pouvoir » mais il n’a pas été élu au niveau de l’Assemblée nationale où les députés IRD sont pourtant ultra-majoritaires. La politique des mallettes et la majorité à géométrie variable auraient-elles bouleversé les consignes de vote ?

Majorité. En revanche, la loi de la majorité a prévalu au Sénat où Rojoniaina Ranaivoson Andriamaholy et Antonia Rakotoniaina ont obtenu chacune 16 voix sur 17. Membre de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH), la première est la plus jeune magistrate de 2e grade de l’ordre judiciaire. Major de sa promotion, elle avait intégré le corps de la magistrature à l’âge de 23 ans. De même, la seconde est une magistrate de premier grade. Issue également de l’ordre judiciaire, elle est vice-présidente du Tribunal de Première Instance d’Antananarivo.

Autres corps. En somme, les quatre sièges de membres de la HCC en jeu au niveau des deux Chambres du Parlement ont été raflés par les magistrats qui constituaient d’ailleurs la majorité des candidats. A raison de 11 de chaque au niveau du Sénat et de l’Assemblée nationale. Aucun des trois avocats en lice n’a réussi à se faire élire hier. Idem pour les autres prétendants appartenant à d’autres corps de l’Etat comme celui des administrateurs civils. Échec aussi pour le maître de conférences, le jurisconsulte et le docteur en droit qui ont postulé pour la nouvelle HCC dont les quatre premiers membres sont tous des magistrats.

CSM. Les deux membres à élire par le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) seront également issus du corps de la magistrature. Ce qui portera à au moins six, le nombre de magistrats qui siégeront à Ambohidahy. Reste à savoir si le président de la République va inclure d’autres corps (avocats, administrateurs civils, enseignants) dans son quota. En tout cas, rien ne l’empêche de repêcher des candidats recalés au Sénat et/ou à l’Assemblée nationale. On sera fixé la semaine dernière puisque le président Andry Rajoelina nommera en dernier ses trois hauts conseillers, c’est-à-dire après le Conseil Supérieur de la Magistrature dont les membres vont être reçus ce jour par Andry Rajoelina, en sa qualité de président du CSM.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Arivonimamo : Le village d’Ambolomanjakarivo doté d’un espace de santé mère-enfant

Un espace de santé mère-enfant qui héberge une dentisterie et des salles d’accouchement sera installé au village émergent d’Ambolomanjakarivo, district d’Arivonimamo. Ce site sis dans la région d’Itasy promeut la médecine alternative et traditionnelle grâce à l’utilisation des plantes médicinales. Mais à travers ses compétences, la fondation Viseo apportera aussi des innovations technologiques par le biais du lancement de consultations des patients via internet à haut débit. C’est dans cette optique qu’a été signée la convention de partenariat entre cette fondation, l’association DÉFI, le groupe JCR et la société Meditek. Spécialisée dans la distribution des équipements hospitaliers, Meditel s’est engagé à fournir des équipements médicaux et met à disposition de ce centre un personnel médical qualifié. Cet espace permettra également d’améliorer et d’optimiser le suivi et l’observation de la santé communautaire. Il servira aussi à procéder au diagnostic et à la prescription à distance des remèdes issus des plantes médicinales et des médicaments génériques. « Des efforts seront mobilisés pour mettre en exergue l’utilisation des produits naturels. Les soins de proximité en mettant en valeur les produits locaux figurent parmi les points essentiels de cette coopération », selon la présidente de l’association DÉFI Madagascar, Vola Razakamanana.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Andohatapenaka : Tafiditry ny mpangalatra ao amin’ny Village Voara

Filaharam-be lalandava ny fitiliana etsy Andohatapenaka. Io koa no nohararaotin’ny mpanao ratsy izay mifangaro ao anatin’ny olona izay milahatra miandry ny anjarany amin’ny filitiana. Ny tanjona anefa eo dia ny haka ny entan’olona izay mipetrapetraka. « Tsy mifidy toerana hanaovana asa ratsy ireto olona hita amin’ny sary ireto fa dia any amin’ny toerana fitsaboana ny valan’aretina Covid-19 mihitsy no manararaotra mangalatra entan’olona tonga mitsabo tena eny an-toerana. Tsy ireo olona mitsabo tena ihany no niharan’ny asa ratsin’izy ireo fa na ireo mpitsabo aza dia misy very entana ihany koa », raha araka ny fanazavan’ny polisy. Notohizan’izy ireo ny fanazavana momba fomba fanaon’ireo olon-dratsy : « mody mihaodihaody toy ireny olona hanao fitiliana ireny izy roa (lahy sy vavy) kanefa hangalatra ireo entan’olona mipetrapetraka eny no tena anton-dia. Soa fa misy polisy izay miasa andro aman’alina tao amin’ilay toeram-pitsaboana ka ireny no nandray ny andraikiny avy hatranh. « Tra-tehaka niaraka tamin’ireo entana (drap sy poketra nifono tao anaty sachet ary akanjo ) vao avy nangalariny izy roa ary niaiky ny heloka vitany », hoy ny polisy. Olona efa vonona ny hiditra hopitaly no voaroba. Matoa koa mankeny Andohatapenaka dia ao anaty sarangan’olona atonony ny fidiram-bola. Dia izany no mbola nohararaotin’ny mpangalatra koa. Tsy mifidy hatao lasibatra, araka ny tenin’ny polisy tokoa.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Problème d’eau à Antananarivo : Deux autres camions citernes en renfort

Sitôt reçus, les camions citernes rejoignent ceux utilisés par la JIRAMA pour approvisionner les citernes installées dans les quartiers les plus durement affectés par le problème d’eau.

Trois camions citernes ont été déjà remis en janvier pour appuyer les démarches d’approvisionnement en eau potable à Antananarivo et Toamasina, face au problème d’eau rencontré ces derniers mois dans ces localités.

 

Hier, deux autres camions citernes ont été remis par l’UNICEF au ministère de l’Eau, de l’Assainissement, et de l’Hygiène, afin de renforcer la capacité de la société nationale d’eau et d’électricité, JIRAMA, dans l’approvisionnement en eau potable dans la capitale et des environs. Ces deux véhicules ont été acquis sur financement norvégien, si les trois autres remis en janvier l’ont été sur financement sud-coréen à travers la KOIKA ou Agence coréenne de coopération internationale.

 

125 grandes citernes. Les difficultés d’approvisionnement en eau dans la ville d’Antananarivo et dans de nombreuses autres communes périphériques nécessitent la mise en place de 125 grandes citernes, approvisionnées par les camions citernes. Les deux camions supplémentaires remis, hier, renforceront la JIRAMA dans la mise en œuvre des réponses d’urgence à savoir la distribution d’eau potable via les camions citernes dans les quartiers et communes particulièrement touchés par les problèmes d’approvisionnement. Selon les estimations, 125.000 personnes verront leur situation s’améliorer avec la mise en œuvre de ce dispositif.

 

Résilience des populations. « L’accès à l’eau potable est essentiel pour la santé et l’hygiène des populations. C’est d’autant plus important pour rendre les gens résistants à la Covid-19 », a déclaré Andreas Danevad, ministre conseiller du bureau de l’ambassade de Norvège. Non sans souligner que la Norvège « espère que ces matériels serviront à améliorer la résilience des populations dans les zones urbaines les plus marginales d’Antananarivo ». Pour sa part, le représentant de l’UNICEF, Michel Saint-Lot n’a pas manqué de souligner l’importance du soutien des donateurs, grâce auxquels son organisation est en mesure de prendre ces dispositions pour améliorer la situation des usagers.

 

Covid-19. Cette démarche d’amélioration de l’accès à l’eau potable entre également dans le cadre de la lutte contre la propagation de la Covid-19 et à l’amélioration de la situation sanitaire des deux villes d’Antananarivo et de Toamasina. Une extension vers d’autres villes de Madagascar est envisageable. En cette période de crise sanitaire, l’eau est un élément essentiel dans les actions de prévention et de réponse à l’épidémie, notamment le lavage des mains avec du savon qui nécessite la disponibilité permanente de l’eau.

Recueillis par Hanitra R.

 

Midi Madagasikara0 partages

Cabaret : Soirée nostalgique avec Lôla

L’interprète de « K’atao an’zany » plus proche du public.

Incontestablement, la musique de Lôla est incontournable dans le répertoire de la musique variété. Vendredi, c’est une soirée nostalgique qu’il compte faire revivre à ses inconditionnels au Nooro Tower Ambohitrarahaba. Habitué des grandes scènes, il privilégie maintenant les cabarets au vu de la situation actuelle. Ainsi, l’interprète de « Nadety » se trouvera donc lors d’une soirée plus intimiste qu’à son habitude, mais qui lui permettra de conforter la proximité avec les noctambules. La nostalgie de son répertoire est à l’ordre du jour. S’il a fait ses armes auprès du groupe Rebika, le chanteur émancipé compte déjà 20 ans de carrière en solo plutôt réussi grâce à « Tiako loatra ianao », « Ny vehivavy », « Io fitiavana io », des morceaux qui feront certainement partie de la playlist du cabaret de ce vendredi. Et si la célébration de ses 20 bougies a dû être annulée, la fête continue avec le chanteur. Soucieux de respecter les consignes sanitaires nécessaires, il va sans dire que le nombre d’invités est forcément limité par respect des gestes barrières. Le port de masque et l’utilisation de gel hydro-alcoolique resteront obligatoires.  Suite à cette année éprouvante, le retour d’un semblant de normalité est une bouffée d’air qui ne se refuse pas.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Décès : Sammy de Lôlô sy ny Tariny n’est plus

Sammy Rabenirainy, le membre discret des Lôlô sy ny Tariny

Le membre du groupe Lôlô sy ny Tariny, Samuelson Rabenirainy, a quitté à jamais les siens vers les petites heures du 24 mars. Admis au centre hospitalier d’Anosiala pour une suspicion de Covid-19, il a été déclaré négatif au virus après les tests. Il a soudainement succombé d’un arrêt du cœur selon les premières informations.

Lôlô sy ny Tariny perd un de ses piliers, il y jouait du violon. Par ailleurs, le défunt possédait plusieurs cordes à son arc dans le monde de l’audiovisuel. Il a été directeur de cabinet au ministère de la Culture durant l’ère Zafy Albert. Il a aussi dirigé l’Office Malgache des Droits d’Auteur (OMDA), il a formé plusieurs techniciens du son dans les stations radios et télévisions.

Les informations concernant la suite des évènements seront communiqués ultérieurement. Que ce soit la veillée, s’il y en aura, et le déroulement des funérailles.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

DGI – SYMPROMINE-MAD : Une convention pour une meilleure formalisation du secteur minier

Faire du secteur minier une des clés efficaces pour le développement économique figure parmi les objectifs du Plan Emergence Madagascar. L’amélioration de la fiscalité minière et la formalisation des opérateurs miniers figurent parmi les moyens afin d’y parvenir.                                                   

 

L’administration fiscale continue les efforts d’amélioration de l’assiette fiscale. Et ce, à travers les actions d’assainissement du secteur formel. C’est justement dans cette perspective que la Direction Générale des Impôts a signé, avant-hier, une convention de partenariat avec le Syndicat des professionnels des mines de Madagascar (SYNPROMINE-MAD).

Formation

Un partenariat mutuellement gagnant pour les deux parties. En effet, tout d’abord, les professionnels du secteur minier bénéficieront d’un renforcement de leur capacité car dans le cadre de cette convention, la DGI s’engage à octroyer une formation sur la fiscalité minière aux membres du syndicat. La DGI va également alléger les procédures d’enregistrement des opérateurs auprès de l’administration fiscale. Un enregistrement qui, comme c’est le cas dans le cadre de la campagne « Anjara Hetrako », se fera sur une simple présentation de la carte d’identité nationale et d’un certificat de résidence. Toutefois, la carte fiscale ne sera définitivement délivrée qu’après accomplissement de toutes les formalités nécessaires auprès du ministère des Mines et des Ressources Stratégiques. Pour sa part, le SYNPROMINE-MAD mènera la campagne de sensibilisation auprès de ses membres éparpillés dans 23 régions et servira ainsi d’interface entre les petits opérateurs miniers et la DGI.

Levier du développement

Cette convention de partenariat avec le SYNPROMINE-MAD s’inscrit dans le programme de formalisation entamé depuis le mois de novembre dernier,  Elle s’ajoute ainsi aux deux dernières conventions établies par la DGI avec l’association ARENAMADA avec 300 femmes entrepreneurs localisées dans les régions Haute Matsiatra, Atsimo-Andrefana et Vatovavy Fitovinany, et l’organisme SAHANALA SA qui vise plus de 2.400 planteurs de vanille des régions SAVA et Analanjirofo. Cette convention montre également la volonté du gouvernement de faire du secteur minier un levier du développement économique de Madagascar, a expliqué le Directeur Général des Impôts, lors de la cérémonie de signature de cette convention à l’immeuble Plan Anosy.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Bilan Covid-19 : 162 nouveaux cas et 2 décès le 23 mars

L’épidémie de Covid-19 continue sa progression, notamment à Analamanga, principal foyer, où 84 nouveaux cas ont été enregistrés dans la journée du 23 mars 2021, sur les 162 nouveaux cas identifiés dans l’ensemble du pays (sur 1.000 tests effectués) selon le dernier bilan quotidien du centre de commandement opérationnel (CCO-Covid-19).

Les cas graves, au nombre de 154, n’apaisent pas les esprits. Aux dernières nouvelles, il a été abordé en Conseil des ministres, hier soir, que les dispositifs d’accueil des malades (infrastructures et équipements) seront élargis. C’est dans ce cadre que les locaux du CCO à Ivato accueilleront les malades, outre le Village Voara à Andohatapenaka où sont déjà pris en charge des cas graves. De même, il sera procédé au déploiement des équipements de protection destinés aux soignants, vers les régions les plus touchées par l’épidémie actuellement. Par ailleurs, le nombre de tests ainsi que les médicaments et autres équipements de prise en charge seront augmentés en nombre dans les régions susceptibles de connaître une probable progression des contaminations.

Pour en revenir aux nouveaux cas connus lors du dernier bilan du CCO en date du 23 mars, ci-après leurs localisations : Analamanga 84, Vakinankaratra 15, Atsinanana 12, Diana 11, Boeny 10, Menabe 8, Analanjirofo 8, Sofia 3, Ihorombe 1, Melaky 1. Deux décès sont, par ailleurs, à déplorer, dont un à Analamanga et un autre dans l’Atsinanana. Ces décès portent à 363 le nombre de décès liés au coronavirus à Madagascar en une année.

Au chapitre des guérisons, 141 personnes ont été déclarées guéries ce même jour du 23 mars. Ci-après leurs localisations : Analamanga 114, Atsinanana 9, Vakinankaratra 9, Atsimo Andrefana 4, Boeny 3, Haute Matsiatra 1, Analanjirofo 1. Actuellement, 1.199 cas actifs sont recensés dans toute l’île, dont les 154 formes graves.

Les données récapitulatives indiquent un cumul de 22.844 cas confirmés de Covid-19 à Madagascar depuis le début de l’épidémie, ainsi que 21.282 associées. Et enfin, 137.115 tests ont été effectués en quasiment une année, du 19 mars 2020 au 23 mars 2021.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Cabaret : Samoëla remet le couvert au Piment Café

Samoëla sur scène le 08 mars dernier. (photo : Samoëla-Pejy Ofisialy)

Alors qu’il avait décidé de reporter certains de ses concerts de ce mois de mars, juste avant que le gouvernement n’annonce l’interdiction des manifestations culturelles regroupant plus de 200 personnes, Samoëla retourne à une formule plus restreinte avec un cabaret au Piment Café ce vendredi 26 mars 2021 à 21 h. Il s’agit toujours d’un événement qui entre dans le cadre de la célébration des 25 ans de carrière du chanteur à texte le plus célèbre du pays. Comme chaque sortie publique du chanteur entraîne une sorte de frénésie de la part de ses milliers de fans et que les tickets se vendent comme des petits pains, les places sont limitées et le respect des gestes barrières est fortement exigé. D’ailleurs, il est recommandé de réserver les places tant qu’il y en a encore. À noter également que Be Mozik commercialisera à cette occasion tous les produits dérivés de Samoëla, CD Audio, Dvd, Dvd Karaoké, et T-shirts.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Football – CAN 2021 : Tout n’est peut-être pas perdu pour les Barea

Les Barea n’ont jamais su sortir leur tête de l’eau lors de ce match à Bahir Dar disputé certes sous un soleil de plomb mais qui n’explique pas cette déroute, car ça en a été une. Une lourde défaite de 4 à 0 qui remet tout en question. Enfin presque si l’objectif est de se qualifier.

Il faut battre les Nigériens même par la plus petite des marges lors de la rencontre contre le Niger de ce mardi au Stadium Barikadimy.

C’est la seule chance même s’il reste une autre alternative peu réjouissante puisque un score de parité entre la Côte d’Ivoire et l’Ethiopie ruinerait les chances des Barea d’aller à la phase finale au Cameroun.

Match nul. Le calcul est bien simple car en cas de victoire contre le Niger, Madagascar s’en sort avec 10 points alors que l’Ethiopie reste à 9 points en cas de défaite face aux Ivoiriens.

On est donc mathématiquement devant avec la qualification en poche. Le danger est toutefois réel si la Côte d’Ivoire bat le Niger et que dans le cadre de la 6e journée, Ivoiriens et Ethiopiens optent pour un match nul suffisant pour permettre à Serge Aurier et ses camarades de finir en tête.

Le renvoi à la confrontation directe ramène l’Ethiopie vers la qualification et une descente aux enfers pour des Barea pourtant adulés de par le monde.

Bien avant le coup d’envoi de ce match à Bahir Dar en effet, des marques de soutien fusent des quatre coins du globe, notamment, en Chine, en Allemagne, en Bulgarie et bien entendu en France.

C’est confirmé combien le football est rassembleur pour Madagascar. Nous étions confiants. Malheureusement les réalités du terrain sont implacables pour des Barea fatigués et visiblement en manque de compétition à l’image de ces ratés de Carolus qui n’a plus assez de temps de jeu dans son équipe ou ceux reviennent de blessure dont Bolida que Nicolas Dupuis a fini par remplacer par un Hakim Abdallah qu’on a peu vu.

Temps de jeu. Le mot est lâché notamment pour le gardien Melvin au FC Martigues auteur d’une grossière faute particulièrement sur le troisième but. Mais que pouvait-il faire lorsque le rideau défensif est défaillant ?

Les locaux out. Le problème se trouve plutôt au niveau des choix des joueurs. Car visiblement, Nicolas Dupuis a fait une sélection par les noms et non pas sur la forme du moment. On a du mal à comprendre pourquoi Berajo, l’un des tours défensifs de Pro League, ou encore Doddy ou Deba Kely à même de combler le vide laissé par Zotsara et Amada dans l’entrejeu. Que dire de Tsito qu’on a tendance à oublier.

Bref, et pour appeler un chat un chat, ce n’était pas la meilleure formation des Barea. On dira peut-être que Jeremy Morel, Abel Anicet Randrianantenaina  et Marco Ilaimaharitra ont manqué au groupe mais cette explication ne tient pas la route lorsqu’on sait que l’Ethiopie s’est reposée sur ses locaux à l’exception du coéquipier de Voavy Paulin à Makassa en Egypte.

Si le Covid 19 était le problème, et il l’est encore, pourquoi n’avoir pas formé une équipe sur place avec les meilleurs joueurs issus du Pro League. Et quand on dit meilleur sur le plan local, cela ne concerne pas non seulement les choix de Nicolas Dupuis mais des réalités du terrain qui admettent qu’il fallait faire appel aux attaquants de la trempe de Vevé du Five FC et de Pao du FCA Ilakaka sans oublier Donga de Fosa Juniors pour servir de milieu tournant. Ils sont encore tout jeunes et ils sont plus mobiles et plus résistants. Un Berajo du Cosfa dans la charnière centrale ne serait pas superflu. Mais ce sont des si. Maintenant, on a tout intérêt à bien faire car Nicolas Dupuis joue sa carrière sur ce match à Toamasina.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Les Ethiopiens fair-play

Tout au long de la route menant les joueurs à l’hôtel après le match, les Ethiopiens ont applaudi le bus transportant la délégation malgache. Ils sont fair-play et ont bien accueilli les joueurs. Dans le Stade, les quelques spectateurs se sont donnés à un spectacle de danse après leur victoire. Dans la ville, c’est un festival de klaxons.

Midi Madagasikara0 partages

Les Barea rejoignent Tamatave ce jour

Moins de vingt-quatre heures après le match face à l’Ethiopie, les Barea regagnent Madagascar. La délégation quitte Bahir-Dar à 9 heures du matin à destination d’Addis-Abeba. Là, ils prennent le vol spécial à bord de l’Airbus A 320 en direction d’Antananarivo à 14 heures. L’arrivée à Ivato est prévue à 18 heures et toute la délégation ralliera Tamatave avec la compagnie Tsaradia. Les Barea, contrairement au match contre l’Ethiopie, auront six jours de préparation face au Niger, prévu pour ce mardi 30 mars 2021 à 16 heures.

Midi Madagasikara0 partages

Télécommunication : Helios Towers confirme ses visées pour Madagascar

La société basée en Angleterre, Helios Towers, vient d’acquérir les infrastructures d’Airtel Madagascar. Elle a aussi réalisé la même opération au Malawi, au Tchad et au Gabon. Pour le Malawi et Madagascar, le coût de l’acquisition est estimé à 108 millions de dollars. Toujours selon les estimations, en s’appropriant les tours de relais dans ces quatre pays, Helios Towers dispose désormais de 2.227 sites, ce qui la positionne comme un futur géant des télécommunications en Afrique.

Fondée en 2009, Helios Tower, dont le président est le milliardaire ghanéen Samuel Esson Jonah, est une référence sur le continent et a atteint la barre 400 millions de dollars de revenus l’année dernière. Très actif en ce moment, le milliardaire ghanéen a toujours été en quête de pays avec une population jeune, et de ce fait avec des consommateurs potentiels. Mais aussi avec une démographie en expansion. La société est déjà présente au Congo, en Afrique du Sud et en Tanzanie.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Fianarantsoa : Silo à la Soadiehere Resto ce samedi

Il nous l’avait déjà dit lors de son passage à Antananarivo qu’il allait continuer son périple musical vers le sud du pays. La date pour le cabaret à Fianarantsoa est désormais fixée. Silo et son groupe se produiront à la Soadiehere Resto à Ambalapaiso Fianarantsoa ce samedi 27 mars à partir de 20 h. Il promet, d’ores et déjà, une ambiance particulièrement riche où le public pourra découvrir sa musique sous plusieurs facettes. Et peut-être que les nouveaux morceaux composés récemment seront joués sur scène, à vérifier par le public qui sera sur place le jour-J.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Antohomadinika : Un voleur de moto arrêté par la police

Mardi dernier vers 13 heures à Antohomadinika, un homme impliqué dans un vol de moto scooter a été arrêté par des éléments du commissariat du VIIe Arrondissement de la Sécurité publique 67 ha. Dénommé Rasta et âgé de 20 ans, Le suspect a été appréhendé avec la moto qu’il a volée le 19 mars dernier près du marché des 67 ha. Cet homme a été déféré au Parquet Anosy hier.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

CFM : Pour l’alternance démocratique

La clôture de la session ordinaire du CFM a eu lieu, hier, en son siège, à Ampefiloha. La cérémonie a été dirigée par le vice-président issu de la province de Toamasina, le général Rasolondraibe Jean-Jacques. Il a représenté à cette occasion le président du CFM qui a été retenu par d’autres obligations. Lors de son allocution, il a tenu à souligner que cet organe constitutionnel n’a pas baissé les bras malgré la situation qui a prévalu dans le pays, notamment sur le désaccord entre le pouvoir et l’opposition. Et d’enchaîner que le peuple malgache ne pouvait plus supporter une nouvelle crise. Il prône ainsi l’alternance démocratique mais aussi le dialogue pour sortir le pays de sa situation actuelle. Cette session ordinaire s’est penchée, également, sur la « réparation de carrière ». Sur ce point, d’ailleurs, sur les 17 dossiers examinés, 12 ont eu l’aval du CFM et 5 ont été rejetés. Il a été également décidé lors de cette session que priorité sera donnée au cercle de dialogue et de « kianja maintso », littéralement espace vert. Il estime, notamment, que c’est de cette façon que les gens peuvent s’exprimer librement et que de ce fait, l’on s’achemine vers une décentralisation effective.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

« La Réunion kely » : Une jeune femme arrêtée avec une trentaine de sachets d’héroïne

Tout a commencé par l’interpellation d’un individu informant la police sur un point de vente d’héroïne et des chanvres indiens aux alentours d’Ampefiloha et Anosibe. Les éléments de la police se sont rendus sur les lieux connus pour être fréquentée par des vendeurs de produits stupéfiants pour constater les faits. La descente sur les lieux a porté ses fruits, une jeune femme de 20 ans a été appréhendée. L’arrestation de la trafiquante a eu lieu dans son domicile à « La Réunion kely » vers 10 heures 45. Lors de la fouille effectuée dans la maison de cette jeune femme, 13 sachets d’héroïne ont été découverts par les policiers. Elle a reconnu les faits durant l’enquête. Elle a affirmé commercialiser ces drogues, en les achetant à 3.000 ariary le sachet à Antohomadinika et en les revendant à 3.500 ar. Elle arrive à écouler jusqu’à 7 sachets par jour. Selon elle, son fournisseur est un Malgache. Un autre vendeur de drogue a été arrêté mardi à Anosibe vers 11 heures 45. Le jeune homme de 26 ans a été pris en flagrant délit en train de vendre des stupéfiants. Les policiers ont trouvé sur lui 17 sachets de chanvre indien. Il achète la drogue auprès d’un certain «  Ndaty » à 200 et 800 Ar le sachet et le revend à 500 et 1.000 Ar. Lors de l’enquête, l’homme a reconnu qu’il s’adonnait à cette activité depuis deux mois. Les deux revendeurs ont été déférés au tribunal hier. Ils seront poursuivis pour trafic de drogue. La police continue de traquer les stupéfiants et ces trafiquants, les forces de l’ordre enquêtent sur la piste des organisateurs de cette vente d’héroïne.

Yv Sam