Les actualités à Madagascar du Samedi 25 Janvier 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara23 partages

Douane : Saisie de 1,7 milliards d’ariary de produits dangereux venant de Chine

Sans la vigilance de  la douane, la santé de milliers de personnes aurait été exposée à une grave menace.

L’un des inconvénients des réseaux sociaux est le fait que les internautes croient très facilement à ce qu’on y raconte. Des “facebookers” partagent et vantent toutes sortes de produits supposés avoir des vertus, mais qui au final , pourraient être dangereux pour la santé.

Essence de Kangaroo

C’est le cas notamment de la  fameuse essence de Kangaroo qui soignerait facilement les hommes atteints d’éjaculation précoce. Ce produit qui fait le buzz sur Facebook, peut malheureusement constituer un danger pour la santé de ceux qui le consomment. Cette essence figure en effet parmi les produits que la douane vient de saisir, au cours d’une opération de contrôle qu’elle a effectuée. D’après un communiqué de la Direction Générale des Douanes, une quantité importante de cette essence de Kangaroo, vendue à 10 000 ariary la pièce et bradée à 170 000 ariary la boîte de 24, figure parmi les marchandises prohibées saisies. Un produit qui, par ses soi-disantes vertus aphrodisiaques, semble être très prisé sur le marché. Et ce n’est pas tout puisque cette saisie de la douane est plus importante. En effet, la valeur totale de ces produits nocifs saisis, suite à une mission de contrôle et de protection de la douane, s’élève  exactement à 1 721 100 239 ariary. Comprenant notamment 916 kg de compléments alimentaires interdits d’une valeur de 1 234 033 439 ariary ; 313 cartons de savons amincissants d’une valeur de 198 316 800 ariary ; des thés amincissants d’une valeur de 288 750 000 ariary.

Dangereux pour la santé. La dangerosité de ces produits est en tout cas prouvée. En effet, après identification et analyse des compositions par l’Agence de Contrôle Sanitaires des Qualités des Denrées Alimentaires (ACSQDA), un organisme au sein du ministère de la Santé, les produits qui ont été importés de Chine, sont qualifiés  dangereux pour la santé. « Ils ont été introduits et commercialisés sur le territoire national sans autorisation du Ministère de la Santé publique », précise la douane. Les produits en question n’ayant pas fait l’objet d’une délivrance de certificat de consommabilité par l’ACSQDA. Un beau coup de filet de plus, en tout cas pour la douane malgache qui  notons-le,  a réalisé cette mission, suite à un contrôle effectué dans l’entrepôt de l’entreprise exportatrice. Et ce, après une suspicion de fausse déclaration de valeur. Quoiqu’il en soit, cette saisie peut servir de leçon à tous ceux qui

sont tentés par le commerce en ligne sur Facebook, notamment dans les rubriques bien-être.  Le  Service de la Surveillance et de Lutte contre la Contrebande lance un appel à la population pour signaler toute forme de commercialisation de produits suspects, et en appelle à la vigilance de tous pour ne pas se laisser tenter par de tels produits qui sont nocifs pour la santé.  A bon entendeur, salut !

R.Edmond.

Midi Madagasikara12 partages

Musique : Tsimihole compile ses dix meilleurs morceaux

Le Groupe Tsimihole donne rendez-vous à ses fans au mois de mars pour un concert.

Après quelques années de silence, Tovondrafale Tsimihole réapparaît avec une compilation. Le musicien-paléontologue et son équipe, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à l’Is’art Galerie, ont lancé officiellement la sortie du « maxi » intitulé Tsimihole. Kariokarioke, Lomalilale, Sembamana, Raketa, Mavandeza, Manigne ou encore Mainte, figurent sur la jaquette électronique. La compilation en vente sur les plateformes de téléchargement de musique tel que deezer, youtube music, cdbaby, spotify et Itunes…

Plus de trente ans de carrière, Tsimihole a rythmé la vie des jeunes des années 1980-1990. Connu pour sa manière de se vêtir, de manière traditionnelle, c’est un farouche défenseur de la coutume malgache. C’est à travers le « banaike », rythme de la région androy, qu’il exprime son amour envers sa patrie.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara11 partages

Norbert Lala Ratsirahonana : « Contribution de l’AVI pour la mise en place de ce pouvoir »

Norbert Lala Ratsirahonana n’a pas manqué de souligner la contribution de l’AVI dans la mise en place du pouvoir actuel. ( Photo Kelly)

Retour sur la scène politique du président national de l’AVI, du moins avec le congrès national de son parti.

Comme c’est déjà annoncé, le parti « Asa Vita no Ifampitsarana » (AVI) a tenu son congrès national hier, au Carlton. Les 90 maires ainsi que les conseillers municipaux élus de ce parti ont été présents lors de ce congrès. Sans parler des autres responsables de l’AVI. Lors de son allocution, le président national de ce parti a notamment déclaré que « le parti AVI existe bel et bien ». Visiblement pour donner la réplique à ses détracteurs. En outre, il a déclaré qu’il faudrait laisser de côté les calomnies  et les diffamations, on devrait penser plutôt au développement du pays, et d’ajouter que ce soit du côté du pouvoir que de l’opposition.

Dérives politiques. En marge de ces assises nationales, le fondateur de ce parti Norbert Lala Ratsirahonana a tenu une conférence de presse. Il a ainsi déclaré que « l’AVI a apporté son concours pour la mise en place de ce pouvoir ». Tout en soulignant au passage que ce parti ne va pas manquer également de donner son avis sur les affaires nationales. A la question des journalistes sur ce qu’on qualifie de retournement de veste de ce parti, Norbert Lala Ratsirahonana a fait savoir que ce sont les dirigeants qui font des dérives politiques notamment dans leur gouvernance. Et d’enchaîner que « si les dirigeants ont suivi mes conseils, le pays ne serait pas là où il en est ». Mais ce qui n’est pas l’avis de ses détracteurs.

Sphère du pouvoir. Sur un tout autre sujet, s’il va toujours rester dans la sphère du pouvoir, autrement dit en tant que conseiller spécial du Président de la République, il a tout simplement répondu que ce « n’est plus de mon âge ». Toutefois, a-t-il dit, cela n’empêche pas qu’on se contacte au cas où il y a des idées à émettre. A propos du remaniement, le président national a souligné que son parti est partant au cas où il est sollicité, dans le cas contraire, il n’y voit pas d’inconvénient.  Du moins, c’est son avis.

Dominique R.

Midi Madagasikara9 partages

Fortes précipitations : Le bilan s’alourdit : 21 décès, 20 disparus, 90 013 sinistrés, 10 777 déplacés

Les faits enregistrés ces derniers jours démontrent que l’inondation est une menace nationale.

Les actions de suivi des situations des régions touchées par les intempéries des derniers jours continuent. 

Comme prévu, le bilan des intempéries qui ont récemment touché le pays s’alourdit. Un document partagé par le Bureau de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) en date du 24 janvier à 14h locales fait savoir que, la région Sofia enregistre le plus de victimes avec 45 529 sinistrés, 400 personnes déplacées et 3702 cases inondées. Le bilan humain est important avec en tout et pour tout 90 013 sinistrés répartis dans les régions Melaky, Alaotra Mangoro, Analamanga, Betsiboka, Boeny, Diana et Sofia, si l’on se réfère toujours au document publié par le BNGRC. La lecture de ce dernier fait également savoir que les dégâts matériels enregistrés et rapportés se réfèrent plus au nombre de cases inondées, détruites et endommagées. L’on ignore jusqu’ici le nombre d’hectares de terrains agricoles détruits dans les deux régions qualifiées de grenier à riz de Madagascar qui sont l’Alaotra Mangoro et la Boeny. Les photos et vidéos partagées par les internautes malgaches montrent toutefois des champs sous les eaux, que ce soit à Marovoay ou encore à Ambatondrazaka. Ce qui fait poser des questions sur la récolte de cette année ou encore de celle de l’année à venir.    

PSE. Avec le bilan provisoire sorti par les autorités malgaches, les débats autour du Plan Sectoriel de l’Education ou PSE ressurgissent de plus belle. En effet, beaucoup de malgaches reprochent le gouvernement actuel d’avoir fait marche arrière sur la mise en œuvre dudit plan. Plus particulièrement sur le calendrier scolaire faisant savoir que, si continuité de l’Etat existait : « les enfants malgaches n’auraient pas encouru de graves dangers durant les intempéries qui ont frappé le pays ». Le PSE lancé du temps de l’ancien pouvoir consistait, il conviendrait de le noter, à faire en sorte de coïncider les vacances à la saison des pluies. « Une façon d’éviter les dangers, mais surtout la fermeture d’écoles à causes des intempéries, des catastrophes naturelles telles que les inondations ou encore les cyclones », avait-on avancé pour appuyer la décision. Les débats qui tournent actuellement reviennent en effet sur ces points précis, compte tenu de la fermeture d’écoles dans plusieurs régions du pays, le danger représenté par la montée des eaux ou encore les éboulements. Des cas comme observés au Lycée de Vavatenina où des enfants étaient piégés par une eau stagnante, et ne pouvaient pas traverser  pour rejoindre leur lieu d’habitation, ont été avancés par des internautes malgaches. 

José Belalahy

Midi Madagasikara8 partages

Municipalité d’Ambositra : Fomendrazana Haingo Elissette, nouvelle magistrate de la ville des Roses

Madame Fomendrazana Haingo Elissette élue sous la bannière de l’IRD a été  officiellement installée dans ses fonctions en tant que mairesse de la municipalité d’Ambositra. L’investiture a eu lieu le 24 janvier dernier au cours d’une cérémonie officielle d’investiture des 60 maires de la région d’Amoron’i Mania par le Préfet d’Ambositra, Rakotomalala Richard

Lignes prioritaires. Lors de son allocution, la nouvelle magistrate de la ville d’Ambositra, Fomendrazana Haingo Elissette a tracé les grandes lignes prioritaires de son programme avec l’appui de l’Etat et ses partenaires, comme entre autres, les réhabilitations des routes reliant les différents quartiers de la ville qui sont dans un état délabrement avancé, de la construction d’un « by pass » permettant de désengorger la RN 7 au passage à Ambositra. Le bâtiment de la municipalité ne répond plus aux besoins de la population sans cesse grandissante, a fait remarquer Fomendrazana Haingo Elissette, non moins opérateur touristique et propriétaire de l’hôtel Nambinina qui a de surcroît, fait par   ses préoccupations dans la promotion de l’artisanat à travers le renforcement de capacité des artisans, de l’approvisionnement en matières premières. La réhabilitation du marché d’Alakamisy et du « Tsena  Sabotsy » n’est pas en reste. Aussi les subventions allouées aux communes ne devront pas traîner, a conclu la nouvelle mairesse . Elle a salué également les nouvelles réalisations actuellement en cours, comme l’EPP  « manara-penitra » à Alakamisy, la nouvelle gare routière et le complexe sportif qui sont des promesses présidentielles

Anastase

Midi Madagasikara6 partages

Andramasina : Mpirahalahy namono olona : ny iray nitolo-batana, ny iray namono tena

Nenjehin’ny ratsy natao ve ? Mpirahalahy mipetraka ao amin’ny tanana iray antsoina hoe Ambiaty, fokontany Ambohibemanjaka, no voarohirohy tamina resaka vono olona nitranga tao Andafiavaratra, ao amin’io fokontany voalaza etsy ambony io ihany, ny faran’ny herinandro teo. Tsy niandry ny fikarohana nataon’ny mpitandro filaminana ny iray tamin’izy roa lahy fa avy hatrany dia nitolo-batana teny anivon’ny zandary. Ny iray kosa, hita faty tsy lavitra ny tranony. Voalaza fa namono tena. Tao amin’ny kaominina Alarobia Vatosolo no nisehoan’ity tranga hafahafa ity, ny talata lasa teo.

Raha ny zava-nisy, araka ny fampitam-baovao azo dia mpiray monina amin’izy ireo ihany ity lehilahy novonoin’ireto mpirahalahy ireto. Tsy fantatra izay tena anton’ny disadisa tamin’izy ireo ka niafara tamin’izao fandatsahana aina izao. Nitsoaka nandositra niala an’io tanana io izy ireo taorian’ny asa ratsiny nataony. Nandeha avy hatrany ny fikarohana sy ny fanadihadiana nataon’ireo tompon’andraikitry ny filaminana tany an-toerana. Ny talata lasa teo, tokony ho tamin’ny sivy ora sy sasany maraina no tonga tao amin’ny biraon’ny zandary tany an-toerana ny iray tamin’ireo mpirahalahy, ary niaiky fa isan’ny namono an’ilay rangahy, izy sy ny rahalahiny. Nilaza ho tsy nahafantatra ny nalehan’ity farany kosa izy tamin’ny famotorana azy. Tsy niandry ela anefa fa taoriana kelin’ny nahatongavan-dranamana teny amin’ny biraon’ny zandary no nisy nampandre ireto farany fa misy olona hita faty ao anaty alana « sapin » tsy lavitra ny tanana. Rehefa nidina teny an-toerana ireo mpitandro filaminana sy ny tompon’andraikitry ny tanana dia fantatra fa ilay rahalahin’ilay nitolo-batana izy io. Tsy nahitàna ratra teny aminy, raha ny fitsirihana voalohany natao, hoy ny fanazavàna, saingy kosa nahitàna zavatra nivoaka, toy ny faroratra ny vavany. Tsikaritr’ireo tompon’andraikitra ihany koa fa nahitàna tavoahangim-panafody famonoana voalavo tsy lavitra ny vata-mangatsiakany. Noheverina araka izany fa namono tena tamin’io ranom-panafody io ity lehilahy ity. Ilay rahalahiny kosa natolotra ny Fampanoavana any Ambatolampy, taorian’ny nanaovana famotorana azy.

m.L

Midi Madagasikara2 partages

Football- Barea : La Côte d’Ivoire en ligne de mire !

Les Eléphants de la Côte d’Ivoire sont au centre des préoccupations du staff des Barea. Comment faire ? Quels joueurs prendre ? Doit-on changer une équipe qui a gagné avec la plus belle des manières contre le Niger ? Autant de questions pour Nicolas Dupuis qui doit avoir réponse à tout.

Le coach Nicolas Dupuis évite pour l’instant de commenter le tirage au sort des éliminatoires du Mondial 2022. Logique car à ce stade de la compétition, il n’y a plus de petite équipe. A fortiori quand on a affaire avec la RDC de Cédric Bukambu que les Barea avaient battu en 16èmes de la CAN 2019 après les tirs au but. Et comme on ne se méfiera jamais assez du Bénin qui a sorti les Marocains, il reste les Tanzaniens. Mais ce sont des rendez-vous que Nicolas Dupuis remet à plus tard. Pour l’instant en effet, il est en train de voir comment les Barea pourront battre les Ivoiriens, ne serait-ce qu’une fois, pour espérer revivre la CAN 2021 au Cameroun.

Plus faciles. Après les deux tours des matches de poules, Madagascar prend l’habit du favori de ce groupe. Logique car pour l’instant, les Ivoiriens sont poussifs à l’image de leurs matches dont une défaite devant les Ethiopiens par 1 à 2 puis une courte victoire de 1 à 0 face au Niger à domicile.

De là à déduire que les choses s’annoncent plus faciles pour les Barea, on a envie de franchir le pas. Mais attention car un match n’est jamais gagné d’avance. Surtout face à une équipe ivoirienne qui repose sur des anciens comme le défenseur de Tottenham, Serge Aurier, ou encore l’attaquant toulousain Max Alain Gradel sans oublier le Lyonnais Maxwel Cornet.

Des grosses individualités en fait mais Nicolas Dupuis peut compter sur la solidité de la défense malgache qui s’est trouvé un patron avec Jeremy Morel.

D’autres joueurs. Autant le dire, l’arrivée de Hery Bastien, le meneur de jeu de l’équipe de Linfield en Irlande du Nord, constitue un plus irréfutable même s’il va botter en touche l’un des trois milieux défensifs des Barea. Mais sur ce chapitre et sans être sorcier puisque le brassard de capitaine de Abel Anicet pèsera lourd dans la balance et comme Amada fait partie des cadres indétrônables, on a bien peur pour Marco Ilaimaharitra qui devra se contenter du rôle de joker. 

Mais c’est à Dupuis de faire le choix car pour ce qu’il a montré contre le Niger, Carolus devait être le remplaçant attitré de Faneva Ima à la pointe de l’attaque. Et avec les balles distillées par Hery Bastien, Carolus peut encore trouver sa voie pour marquer d’autres buts.

Mais n’anticipons pas car on reste à l’écoute des changements apportés par le staff technique d’autant plus que Nicolas Dupuis ne cache pas sa volonté pour élargir son champ de détection. 

On aura donc d’autres joueurs. Et si ce n’est pas Ludovic Ajorque, c’est donc ses…frères.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Midirama : Il vaut mieux plusieurs messes basses qu’une grand-messe

Orfèvre en matière de communication, le président de la République  a compris que la traditionnelle grand-messe du nouvel an est contre-productive.

Là  où  le tout-Tana aime à se pavaner, où l’on pense plus au paraître, aux agapes et aux discussions entre groupes de relations  fusionnelles qu’à l’écoute du Grand prêtre, le maître des lieux, le « J’y étais » a été rangé aux oubliettes. Le coût de la cérémonie d’Iavoloha a été le prétexte idéal (génial!) pour l’annuler et pour le remplacer par plusieurs messes basses (petites rencontres savamment médiatisées) car plus intimes, plus conviviales et dont les contenus sont plus porteurs sur le plan politique. Ces petites « retrouvailles » ont permis d’éluder, d’élaguer les sujets brûlants du moment comme le financement (fonds souverains) des grands projets présidentiels sujets à caution ,  et les «  petits tracas» qui fâchent comme les « paniers garnis ». Ainsi, le tour d’horizon a été bouclé non sans les habituels crocs-en- jambe faits aux irréductibles persifleurs, mais c’est normal et fréquent en politique.

Le déluge ! La semaine a été aussi l’occasion de nous rappeler notre part de responsabilité dans l’hécatombe des catastrophes naturelles comme  les inondations. La déforestation ayant dégarni les amortisseurs  des fortes chutes de pluie, que sont les feuilles des arbres , l’absence d’humus ayant imperméabiliser le sol devenu glissant,  voilà nos moindres hauteurs qui ressemblent à des toboggans.  Des trombes d’eau ont sévi sur tout le territoire du pays, nous faisant imaginer le déluge biblique. Dans cet optique, certains internautes n’ont pas manqué d’incriminer le pouvoir et de le désigner cyniquement comme source de cette malédiction divine qui s’abat sur la population entière. Mais laissons ces « illuminations » qui n’engagent que leurs auteurs.

Au-delà de nos rives, les nouvelles sont toutes aussi garnies que variées. D’abord, Donald Trump est en passe de recevoir le prix Nobel de la Paix, tout simplement parce qu’il a heureusement provoqué la fin néonatale de deux guerres, celle militaire annoncée entre les USA et l’Iran et  celle économique ,toute aussi dévastatrice,  entre  son pays et la Chine. Heureusement , les dégâts  et les victimes à déplorer sont moindres par rapport aux attendus. Le « Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes » n’est pas  pour une fois de mise.

Puis, le Général de Gaulle préconisait « Une certaine idée de la France » signifiant ainsi la singularité de la position de son pays en matière de Défense et de Système social, cette vision a si perduré, que beaucoup versent actuellement dans une particularité bien française, celle d’être une  scène de Grève permanente. Elle semble y être devenue la règle et la paix sociale, l’exception au vu de l’étranger. Il est vrai que le régime de retraite y est un nœud gordien (difficile à résoudre) avec ces problèmes de  statuts particuliers de certaines professions. L’alternative est perçue avec le temps  comme « To be or not to be a worker » car ailleurs, avoir du travail est encore pour beaucoup de sans emploi un privilège.

Enfin, il faut toujours qu’il y ait de temps en temps  une nouvelle génération spontanée de virus qui surviennent et menacent l’humanité. Leurs origines toutes désignées à tort ou à travers est  toujours l’Afrique noire (Sida,Ebola…). Cette fois-ci ,  c’est de péril jaune  qu’il s’agit, non pas celui nommé ainsi par certains géopoliticiens mais  d’un certain « coronavirus », et  à ce jour il a contaminé 830 personnes   et a fait  26 décès, dit-on . « 25 provinces de Chine continentale dont Hong-Kong et Macao déclarent des cas. Cinq autres pays ont confirmé un ou plusieurs cas importés : Thaïlande, Japon, République de Corée, Etats-Unis, Taïwan. C’est sur un marché de la ville de Wuhan (Province de Hubei) que le virus serait né. Parmi les premières victimes, des vendeurs de ce marché local spécialisé dans la vente en gros de poissons et de fruits de mer », rapportent  encore les organes de presse du pays. Dans sa forme la plus précoce, « la maladie se manifeste par de la fièvre et une toux persistante. Elle est d’une forme légère mais durable, et risque en même temps de prendre une forme grave (insuffisance respiratoire, complications cardiaques…) chez des personnes âgées et des patients atteints d’autres maladies« , indique –t-on encore. La Chine est si présente aujourd’hui partout que sa propagation est prise au sérieux.

Notre insularité ne peut plus nous protéger aujourd’hui. Notre problème pour l’instant,  ce 25 janvier 2020, est  encore  de nous dire qu’il est loin cette  fin du mois, encore ces six nuits « blanches » (mandry fotsy) à endurer, conséquences de nos libations (offrandes) à nos dieux existentiels qui sont  Saint Sylvestre et Saint Nicolas.

Mickey Ranarivao

Midi Madagasikara1 partages

Kidnapping : Un ressortissant indien sous mandat de dépôt à Antanimora, un autre sous contrôle judiciaire

Déférés au Parquet depuis mercredi, les deux ressortissants indiens arrêtés par la Gendarmerie à l’aéroport international Ivato lundi dernier, sont passés devant le juge d’instruction hier. A l’issue de l’audition, l’un d’eux a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora, tandis que le deuxième est placé sous contrôle judiciaire. Ces deux ressortissants indiens sont poursuivis pour kidnapping. La victime est un homme d’affaire d’origine indienne également. A noter que nous avons été induits en erreur dans le recoupement de nos informations publiées dans notre édition du jeudi 23 janvier dernier. Toutes nos excuses à l’intéressé à qui l’on doit d’ailleurs l’initiative du déplacement d’une délégation malgache en Inde.  

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Virilité maladive et minceur obsessionnelle 

Cette fois, la belle prise des douaniers, avant-hier, ne concerne pas le trafic de drogue ni d’espèces protégées, mais l’importation de produits portant atteinte à la santé publique. Car il s’agit bien de produits dangereux pour la santé, mais faisant l’objet d’un engouement particulier des consommateurs : des aphrodisiaques qui font fureur sur les réseaux sociaux, ou alors des produits amincissants sur lesquels beaucoup de femmes, rondes ou moins rondes, se précipitent sans poser de question quant à leur éventuelle nocivité.

Virilité maladive et minceur obsessionnelle 

Plus de 900 kg de compléments alimentaires interdits saisis, dont la valeur est estimée à plus de 1,2 milliards d’ariary, c’est dire si ces produits ont du succès sur le marché local. Parmi eux, le produit aphrodisiaque dénommé « Essence de kangaroo », vendu essentiellement sur les réseaux sociaux, et vanté pour être « 100% naturel » ; « sans effets secondaires » et « très efficace » pour traiter l’impuissance ou le manque de virilité masculine ! Ce produit est particulièrement prisé à Madagascar. Et pourtant, après analyses, ces compléments alimentaires ont été déclarés « dangereux pour la santé » par l’Agence de contrôle de la sécurité et de la qualité des aliments (ACSQDA). Voilà qui devrait mettre un frein à l’enthousiasme des messieurs confrontés à une virilité en perte de vitesse. Loin d’être inoffensifs, ces produits bien que vantés pour leur « effet booster », menacent le cœur et d’autres organes vitaux. Mais on se garde bien de vous le dire quand vous adressez un « MP » à un marchand virtuel sur Facebook pour vous en procurer.

Quant aux dames, on leur propose des thés minceur et autres savons amincissants pour retrouver une silhouette de rêve ! Victimes du diktat de la minceur ou voulant perdre du poids pour être, justement – ironie du sort ! – en bonne santé. Elles se retrouvent avec quelques kilos en moins, peut-être, mais avec un corps vidé de toute vitamine et une fuite massive de minéraux ou d’autres substances essentielles pour la santé. Les cas d’hospitalisations, appris sur les mêmes réseaux sociaux où ces produits se vendent pourtant comme des petits pains, sont loin de se compter sur les doigts d’une main.

Tous ces produits ont été introduits à Madagascar et commercialisés en toute illégalité. Aucun certificat de consommabilité n’a été, pourtant requis pour ce genre de produits. Les consommateurs, eux, sont induits en erreur, ou alors, ne cherchent pas à savoir et se reposent sur le bouche à oreille pour se faire une opinion. Virilité retrouvée ? Peut-être. Minceur ? Certes. Mais si c’est pour risquer un arrêt cardiaque en plein ébats, ou un séjour forcé à l’hôpital, mieux vaut s’abstenir. Mais après tout, chacun est libre de ses choix. Encore faut-il que ce soit un choix éclairé. A bon entendeur…

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

KRAOMA : L’ancien DG déféré au PAC ce jour

Sa garde à vue au niveau de la Police économique a dû être prorogée pour les besoins de l’enquête. Ceci montre l’importance du dossier. D’après les informations, l’ancien Directeur général de la Société d’Etat « Kraomita Malagasy » (KRAOMA) va être déféré au parquet du Pôle Anti-Corruption aux 67Ha ce jour. Son audition qui a duré quelques jours vient d’être clôturée. Cet ancien haut responsable va donc devoir s’expliquer devant les Juges d’instruction du PAC sur les faits qui lui sont reprochés. Il est accusé entre autres, de vol de 34 000 tonnes de chrome, l’exportation frauduleuse des produits de l’entreprise, des cas de favoritisme, des créances douteuses basées sur d’intentionnelles fausses informations, fixation abusive du prix de vente des produits sans prendre en considération leurs prix de revient, non-respect de l’Incoterm, ainsi que la détention et usage personnel des biens appartenant à la société. Ces faits de malversations auraient provoqué un énorme préjudice à la société, dont une dette colossale de 101 milliards d’Ariary. Ce sont le bilan de l’année 2018 effectué par le Cabinet Delta Audit et les résultats de l’audit de gestion réalisé par le Cabinet PWC qui ont révélé des situations douteuses. Le déferrement de ce jour va donc fixer le sort de l’ex-DG du KRAOMA. D’après les informations, il aurait cité des noms d’anciens hauts responsables étatiques durant son audition.

Davis R

Madagate0 partages

Andry Rajoelina : manana ny lanjany manokana ny asa fanaovan-gazety

Tsy ny mpanao gazety malagasy rehetra no nihaona tamin'ny Filoha Andry Rajoelina ny 20 janoary 2020 teny amin'ny Lapampanjakana eny Iavoloha. Tsy ny rehetra tonga teny ihany koa no nametraka fanontaniana taminy. Ny dikany dia tsy tena feno ny tatitra mikasina iny fihaonana iny ho an'ny vahoaka. Hafa ihany nefa ny eto amin'ny madagate...

Hamoaka boky mirakitra ny fitondran'ny Filoha Rajoelina 2019-2020 aho atsy ho atsy... Ka ireto no santionany hivoaka ao satria tapaka koa ny hevitro fa hatao teny malagasy izany boky izany. Rahoviana, aiza ary ohatrinona ? Ho fantatrareo eny any. Ny azo antoka aloha dia tsy ho ela... Tafiditra tanteraka amin'ny Tantaran'i Madagasikara izany ary ny soratra mitoetra. Ireto manaraka ireto aloha no voateny marina teny Iavoloha, ny 20 Janoary lasa teo.

Jeannot Ramambazafy

"(...) Ianareo solontenan'ny mpanao gazety rehetra manatrika etoana.

Miarahaba antsika rehetra ato anatin'ny fianakaviam-ben'ny asa fanaovan-gazety rehetra ny tenako nahatratra ity taona voavao 2020. Hitondra soa sy fanambinana ary, indrindra, fahombiazana ho antsika rehefa anie ity taona vaovao 2020 ity.

Raha jerena moa ny 2020 dia afaka atao hoe vingt vingt na afaka ataontsika hoe 20 sur 20. Ka ny rariana angamba dia ny mba hahazo 20 sur 20 isika rehetra amin'ny fahasalamana; amin'ny asa atao; amin'ny fikirakirana ny vaovao izay avoakanareo na ny fitaizana ny fiarahamonina amin'izay anjara asa antsika sy anareo rehetra ao anatin'ny asa fanaovan-gazety.

Rehefa nangataka ny filohan'ny Holafitra ny hoe hiarahaba hitondra solontena noho ny fahatongavan'ny taona vaovao dia hoy aho hoe : misy antony manokana ary manana ny lanjan'ny manokana ny asa fanaovan-gazety satria ianareo no mitaiza, mamolavola, mampita vaovao amin'ny vahoaka malagasy. Diahoy aho hoe : misy fomba fiasa vaovao tokony apetran-tsika eto amin'ny firenena. Efa nametraka isika hoe : tokony apetraka ny mangarahara; tokony apteraka ny soson-kevitra sy ny vahaolana tokony hoentina ampandrosoana ny firenena.

Izay no nahatonga ahy androany hoe : ataon-tsika fomba fiasa sy fomba fanao. Tsy fifampiarahabana fotsiny ny andro androany fa betsaka mantsy ireo vaovao, ireo zavatra marina tokony fantatry ny vahoaka ilaina vakiana, ilaina ampitainareo araka ny tokony ho izy tokony ho rariny. Manomboka izao izany, dia tsy ataon-tsika fifampiarahabana fotsiny ny androany fa mba asiantsika ihany koa, ampirahalahiana, ampanitsiana ary indrindra ampamatorana, questions-réponses.

Izany hoe misokatra aminareo ny renako. Fantatrareo fa tsy mitsoaka ny zavatra ho lazaina aho, tsy mitsoaka ny zavatra tokony hapetraka fa dia afaka mametraka fanontaniana ianareo rehefa avy eo. Tsy ataon-tsika maro loatra fa mba atao amin'ny antoniny. Fanontaniana telo, efatra, dimy izay apetran-tsika eo dia vonona ny tenako hamaly izany.

Ary izay fomba fiasa izay koa ny apetran-tsika manomboka izao mba tsy ilazan-tsika ny hoe manao spéculations, dia misokatra ary omena toro-marika ny ministera rehetra, ny mpiara-miasa ao amin'ny fiadidiana ny repoblika hitondra ny valin-teny izay fanontaniana apetrakareo mpanao gazety. Izay ny mikasika iny fa ianareo ao anatin'ny tontolon'ny fanaovan-gazety moa araka ny filaza dia tantely amam-bahona tokoa ny fiainana ary nisy namana namoy ny ainy na tamin'iny taona lasa iny na tamin'ity taona vao nodiavin-tsika ity. Koa mahatsiaro manokana an'izy ireo isika androany.

Araka ny nolazaiko teo dia na samy manana ny firehany sy ny fomba fitantanany ny famohana vaovao aza ny gazety tsirairay avy sy ny haino aman-jery tsirairay avy dia tokana ny tanjona tokony apetran-tsika dia ny mba hampita ny vaovao marina any amin'ny vahoaka.

Ka raha firarihan-tsoa no nentin'ny filohan'ny Holafitry ny mpanao gazety teo, dia amin'ny anaran'ny tenako manokana ihany koa sy amin'ny anaran'ny vady aman-janako; amin'ny anaran'ny mpiara-miasa amiko rehetra no anaterako ny firarian-tsoa ho antsika rehetra tsy ankavaka ato anivon'ny fianakaviam-ben'ny asa fanaovan-gazety ho entin'ny soa, ho tahian'Andriamanitra ary ho salama tsy marofo anie isika rehetra.

Araka ny fantatrareo dia herintaona omaly tokoa (Ttf : 19 Janoary 2020) no nandraisako ny fitantanana ny firenena. Ianareo dia namana mpanao gazety isan'ny vavolombelona nahita hoe : taiza ho aiza ny firenena; tahaky ny ahoana na toa inona ny fitantànana noraisiko tamin'ny 19 Janoary 2019. Tsy anao bilan no atongavako eto fa ianareo koa no mahita hoe : aiza ho aiza isika ary ho aiza isika. Ny zavatra tiako ambara aminareo dia tsy manao pilotage à vue isika fa fantatra hoe ho aiza, inona ny tanjona tokony atao, inona ny tanjona tokony apetraka.

Araka ny nolazaiko anareo izay efa tonga, nifampiarahaba tamiko, dia hoy aho hoe : raha any an-tsekoly ny ankizy dia miditra amin'ny trimestre voalohany dia tsy iny akory ny examen final na itsarana azy hoe afaka fanadinana na tsia, fa any amin'ny examen izay ataony, na Cepe na Bepc na Baccalauréat na ny fifindrana kilasy fotsiny no tsaraina ny mpianatra hoe : nisy ezaka ve nataony, afaka fanadinana ve sa tsy afaka ?

Ohatr'izay koa ny fitantànana firenena. Ny vahoaka dia nanome fe-potoana. Izany hoe dimy taona ny fe-potoana nomen'ny vahoaka malagasy hitantanana ny firenena. Fantatrareo f'efa nitantana ny tetezamita ny tenako ary mahasahy milaza aminareo fa raha ny ezaka nataoko tao anatin'izay fotoana izay dia ezaka tsy vita tao anatin'ny dimy taona nitantanana ny tetezamita amin'ny lafiny maro samihafa.

Mety ilaza isika “misy ny mbola aiza ho aiza izy eo”. Efa nolazaika fa raha anao universités isika dia manomboka isika izao fa tsy ho vita androany ny universités fa afaka herintaona, herintaona sy tapany vao vita izany université izany. Raha miresaka universités ihany isika ohatra, dia ianareo no mba tiako ilaza miara-mahita fa tao anatin'izay 30 taona, 40 taona lasa izay firy moa ny universités nitsangana teto amin'ny firenena ? Anjaran-tsika fotsiny no manontany, no milaza hoe firy.

Ankehitriny izany isika miezaka manao an'izany. Zavatra maro no ho resahiko aminareo rehefa avy eo f'efa nolazaina ombieny ombieny ary anisan'ny teny efa nataoko tao anatin'ny fampielezan-kevitra ny hoe : raha eo amin'ny 60.000 eo ireo afaka Bac dia 20.000 fotsiny no tafiditra any amina université. Mankaiza izany ireo 40.000 ?

Izaho afaka miteny anareo fa rehefa tapitra ny mandat, farafahakeliny 30.000 ny ankizy no ho afaka hianatra any amina université, ary manerana ny Nosy ary ho afaka ny fasahiranan'ireo ray aman-dreny. Ohatra fotsiny iny fa tsy ivalapatra amin'ny resaka praograma aho fa raha misy fanontaniana hapetrakareo dia ho valiako soa aman-tsara izany rehetra rehetra izany.

Ny tiako ho lazaina fotsiny dia maro ny zavatra sy ezaka natao. Tsiary ho tonga lafatra avokoa anefa ny zava-drehetra. Sanatria ho tiana hamiratra be tsy misy tomika na niova 100% avy hatrany avokoa ny fitantànana ny firenena fa betsaka ny ezaka tokony ny mbola ho atao; betsaka ny ezaka no tokony harindra. Ary indrindra indrindra ianareo dia isan'ny manana andraikitra goavana eto amin'ny firenena amin'ny fanazavana ny saim-bahoaka, ny famolavolana sy ny fanabeazana ny olom-pirenenaizay antoky ny filaminana sy ny fifandrindrana ny fiarahamonina izay tian-tsika apetraka eto amin'ity firenena ity.

Misy ny misakana ny fandrosoana ao amin'ny mpanao politika dia ao koa, indrindray, ny fomba izay mila jeren-tsika miaraka hoe ahoana ny fomba hanarenana ny zavatra tokony hiaraha-miasa amin'ny filazam-baovao. Ireo misaka ara-politika moa dia efa izay ny asany amin'ny maha mpanohatra azy no ny tsy fitovian-kevitra ka lasa mandika vilana ny zava-misy, na mandika vilana ihany koa ny toe-draharaha.

Ny hafatra tiako apetraka dia : tsarovy fa raha misy ny tsy fahombiazan'ny fitondrana dia fahavoazana lehibe ho an'ny Malagasy na ho an'i Madagasikara,ary ny fahombiazan'ny fitondrana kosa dia tombontsoa sy fandrosoan'ny Malagasy rehetra sy ny firenena. Ny tiako lazaina dia firenena iray ary samy Malagasy isika Malagasy ray Malagasy reny ary tsy misy angamba olona na dia iray aza tsy maniry ny fandrosoan'ity firenena malalan-tsika ity.

Izay raha atao bango tokana dia maro ireo asa efa natomboka; mbola maro ireo asa miandry antsika izay inoako fa hahitam-bokatra ary mbola hitombo avo folo, zato eny mandritra ny taona manaraka ho avy satria, araka ny noteneniko anareo, dia manolo-tena ho an'ny firenena ny tenako, ary manao ny ezaka rehetra hampandrosoana an'ity firenena malalan-tsika ity.

Ny andrasako amintsika namana mpanao gazety dia ny hizara vaovao marina. Izay no nitenenako hoe : izahay dia vonona hihaino, hifampiresaka, hanome vaovao, hampita ny tarehy marika izay ilainareo amin'ny zavatra vaovao ilainareo rehetra, toa izany koa ny minisitra rehetra rehetra. Izany hoe : hampita ny vaovao; hampita ny ezaka natao ihany koa sy hitaiza sy hiaraka hanarina ny tsy mety ihany koa.

Satria izay no maha firenena ny firenena : misy ny mety, misy ny lesoka, misy ny zavatra tokony harenina. Noho izany dia mitodika aminareo namana mpanao gazety matihanina aho hanofana ireo zandry aty aoriana ary ianareo zandry aty aoriana kosa dia hampamiratra ny asa fanaovan-gazety. Tsy ho lava kabary aho fa mbola betsaka ny resaka ataon-tsika eto, fa dia mirary soa sy fahalasamana indrindra, mba hafahanareo manatanteraka ny adidy masina sy ny andraikitra izay sahaninareo tsirairay avy amin'ity taona vaovao ity.

Eto aho dia milaza aminareo fa manomboka amin'ity volana ity dia isam-bolana dia hanao valan-dresaka na fandaharana manokana na fihaonana amin'ny mpanao gazety ny tenako, izay hatao isaky ny Alahady faran'ny volana. Dia isam-bolana izany izy io no hatao, izay hamalina ny zavatra izay mety hahitsy; hilazna ny zavatratokony hatao; hilazana ny ezaka izay tokony hapetraka...

Izay izany ny zava-bavoao mba tiako ampitaina aminareo mpanao gazety namana manomboka amin'ity taona ity mba tsy hisian'ny ahiahy; mba tsy hisian'ny baraingo; mba tsy hisian'ny zavatra tsy mazava dia izay ny fanapahan-kevitra noraisiko izay atombontsika amin'ity volana Janoary ity (...)".

VALIN'IREO FANONTANIANA NAPETRAK'IREO MPANAO GAZETY NISOLO TENA NY NAMANY

Mikasika ny asa fanaovan-gazety sy ny mpanao gazety

“Manana endrika maro samihafa izy io. Izany hoe, misy ny hanasana mpanao gazety hametraka fanontaniana. Mazava ho azy fa tsara ho raisina ny foto-kevitra avy any aminareo hoe : haodina ary handraisana anareo mpanao gazety tsy ankanavaka ny fanaovana io débat io. Ary izaho moa hitanareo fa izay mihitsy ny ahy no tiako, ny hoe : ho an'ny mpanao gazety izay tsy mitovy hevitra amiko mihitsy no tiako ny hiresaka amin'izy ireny. Ka ho raisina. Soson-kevitra tsara mihitsy izay. Ny amin'ny falalahana ny asa fanaovan-gazety dia fantatrareo tsara fa mazava izany ao anatin'ny Lalampanorenana ary anisan'ny zo izay ananan'ireo mpanao gazety, ao anatin'ny falalahana ny fanaovan-gazety izany.

Ny zavatra tiako ambara fotsiny dia izao : eto amintsika dia diso malalaka ary malalaka mihitsy aza izany fanaovan-gazety izany izay fitaizana ihany koa ny vahoaka malagasy. Izay no mahatonga anay, izao, mahatsapa hoe : mety misy zavatra tsy nipetraka loatra teo aloha. Izahay dia miaika an'izany, satria misy fanapahan-kevitra efa nivoaka, ohatra, fa tsy mazava amin'ny olona ary tsy tonga ihany koa ny fanontaniana mifandraika amin'izay. Izay izany no harentin-tsika miaraka hoe : inona ity zavatra ity ? Ahoana ny fitrangan'ity zavatra ity ? Inona ny anton'io zavatra io ? Ahoana ny fanapahan-kevitra apetraka amin'io zavatra io ?

Izay no nahatonga anay hoe : adidinay mihitsy, ao anatin'ny mangarahara, no manokatra ny varavarana, no miara-miasa amin'ny mpanao gazety rehetra rehetra, mba hisian'ilay hoe fitaterana ny vaovao izay tokony misy marina, izay tokony taterina eo anatrehin'ny vahoaka malagasy. Ny fanaovan-gazety moa dia malalaka ary izaho dia miteny aminareo fa raha ampitaina amin'ny teo aloha, dia fantatrareo fa betsaka ireo mpanao gazety niditra am-ponja. Fa ankehitriny, ianareo samy mahalala hoe aiza ho aiza ny fitrangan'izay zavatra izay. Ny tiako lazaina dia izao : mety nisy tranga kely tsy voafehy teo.

Tsy voafehy, hoy aho, satria ny fitantanana ny firenena tsy miankina amin'ny minisitra irery na miankina amin'ny filoha irery fa misy ratsa-mangaika rehetra ao anatiny. Ka raha misy mpanao gazety mety voatohatohana, tsy amin'ny maha mpanao gazety azy fa amin'ny maha olompirenena azy dia tiako ny milaza aminareo fa tsy ny filohan'ny repoblika tenako mihitsy no handeha ilaza amin'ny tomponandrakitra isan-tsokajiny hoe hanakanakana izay asa fanaovan-gazety izay. Mahafantatra tsara ahy ianareo fa tsy ao anatin'izany ny tenako, fa dia ny hanazava zavatra izany no tadiavintsika, hoentin-tsika hanatsarana ny fampielezana ny vaovao sy ny hevitra tokony ho izy ary ianareo ihany koa manana adidy ny hanitsy anay. Satria matetika koa ianareo mpanao gazety dia manaitra anay amin'izay fepetra tokony ho raisinay, ary raisinay tokoa izany zavatra rehetra ireny ”.

Momban'ny mpikambana ao amin'ny governemanta : “Mazava ho azy fa tsy maintsy misy ny fanovana...”

“Marina tokoa fa feno herintaona amin'ny 24 Janoary 2020 izao ny nananganana ny governemanta. Efa nambarako fa misy ny contrat-programme natao niaraka tamin'ireo mambra ny governemanta rehetra. Ny dikan'izany dia misy ny évaluation izay hatao ary efa nanomboka an'izany ny tenako sy Praiminisitra. Ny fanontaniana te moa dia hoe : nahafapo ve ? Io, ohatran'ny ekipa ana foot e ! Eo ambonin'ny terrain dia misy ny nahafaty baolina nitondra ny fandresena. Misy ireo izay ni-rater but na tsy nahafaty baolina. Misy ireo izay reraka ambony ihany, izany hoe tsy nahavita ny andraikitra izay nampanaovana azy. Misy izany.

Rehefa ho atao io évaluation io dia mazava ho azy fa tsy maintsy misy ny fanovana ny mpikambana eo anivon'ny governamanta. Ka ao anatin'izay indrindra izahay izao dia mijery an'izay, dia rehefa vita ny fe-potoana anavoana izay dia tsy maintsy hirosoana ny fanaovana ny remaniement izanynsatria izay no zavatra hatao. Tsy hoe akory tsy nahavita azy fa ekipa anankiray isika, Madagasikara no tantànana ka izay tsy nahatra ny tanjona izay napetraka dia mazava ho azy fa tsy maintsy soloina mpikambana vaovao ao anatin'ny governemanta ”.

TANAMASOANDRO

“Ny mikasika ny Tanamasoandro, izay hapetra-tsika eo Ambohitrimanjaka: hitan-tsika tsara angamba fa Antananarivo dia 88 km² izay natao ho ana olona eo amin'ny 300.000 nefa izao efa 3.000.000 isika. Vokatr'izay, jerenareo tsara fa vao avy ny orana dia loza be no miandry antsika eto Antananarivo. Avy mandritra ny atsasan-kadiny na adin'ny iray fotsiny ny orana dia dibo-drano tanteraka ny faritra iva maromaro. Iray izay.

Faharoa, ny resaka fitoanan'ny làlana. Efa tsy ampy intsony ny làlana eto amintsika na dia niezaka nanamboatra isika manerana ireny làlana eny Ankorondrano, sy ireny rehetra eto amin'ny renivohitra ireny fa ny dikan'izay dia izao : raha jeren-tsika ny statistiques eo amin'ny isan'ny automobiles na fiarakodia izay tonga ao Toamasina isam-bolana, isan-taona, tsy mitsahatra mitombo. Nefa fiara sur cales, tsy mandeha intsony dia milaza aminareo aho fa vitsy. Eo amin'ny 3% eo fotsiny isan-taona. Izany hoe hitohana, hitohana, hitohana eto an-drenibohitra izany.

Matetika isika gaga : manao làlana efatra, dimy kilometatra isika fa mandritra ny adiny iray sasany. Ny dikan'izay dia efa noresahiko sy nolazaiko taminareo hoe : tsy maintsy mametraka sy mamorona tanàna vaovao isika. Tanàna vaovao tsy hisy ny dibo-drano; tanàna vaovao tsy hisian'ny fitohanana; tanàna vaovao misy afaka fifamezivezena ao anatina zavatra madio ka mikasika an'i Tanamasoandro, eto aho manamafy aminareo ary milaza aminareo fa tsy maintsy hametraka tanàna vaovao isika. Tsy ho atao ny fanaovana tanàna vaovao. Izany anefa dia atao ao anatin'ny fifampiresahana. Ilazana eto fa ho avy hiresaka amin'ny olona eny Ambohitrimanjaka aho.

Teo moa, mety nisy fahadisoana avy taty aminay; nisy fahadisoana taty aminay tamin'ny fomba noentina anaovana sy anomboana io asa io. Satria tsy nisy ny fifampiresahina. Natao ny zavatra légal rehetra, ekena izany. Natao ny enquête comodo incommodo (Tff: “enquête préalable que va réaliser l'administration avant de faire des déclarations d'utilité publique”. Izany hoe: fitsirihina mialoha tsy amintsy ataon'ny fanjakana alohan'ny ilazany fa ho tombontsoan'ny be sy ny maro ny kasaina atao), napetraka ny affichage fa nisy zavatra lesoka taty aminay. Izay ilay fifampiresahan-tsika eto.

Inona moa ilay lesoka taty aminay? Rehefa vita ny enquête dia tonga izahay, tonga ny tomponandraikitra hoe ho avy izahay, ho totofana ny tany. Ha ! Ahoana kosa, na dia fianakaviana anadahin-dreninao aza ny tompon'ny tany dia mety ho tezitra izy hoe : ahoana kosa ny taniko tonga dia ho totofanao ! Tsy nisy ny fanarahana, tsy nisy ny fampiresahana. Izay no nahatonga ahy niteny hoe : ajanony aloha; aleho mifampiresaka. Lazaina aloha ny olona hoe ity tany ity ianao no tompon'ity, manaiky ve ianao? Solona tany ve no tadiavinao sa inona no zavatra tadiavinao ho atao?

Izao izany dia ho raisiko ny andraikitra : izaho mihitsy no hiresaka amin'iny olona izay eny Ambohitrimanjaka eny.

Fa io, araka ny noteneniko anareo, zavatra misy koa anie dia izao e : tamin'ny voalohany izy io olona solombavambahoakan'ny antoko mpanohatra no nankeny, namendrofendro ny olona teny, niteny ny olona teny, niteny ny olona tsy hanaiky. Tamin'ny voalohany, tsy tompon'ny tany teny no niteny, no tonga teny izany, tamin'ny voalohany. Fa avy eo, taty aoriana, mazava ho azy, izay vao tonga tsikelikely ny tena tompon'ny tany ary efa betsaka ny manaiky amin'izao isika miteny izao. Fa ny fehiny fotsiny dia lazaiko anareo : tsy mety intsony fa na isika handroso na isika hijanona amin'izao.

Ny mandroso dia tsy maintsy mametraka tanàna vaovao isika ary efa nolazaiko ary mbola hazavaiko anareo misimisy : io Ambohitrimanjaka io anie, efa notenenikoa anareo, miainga eo dia miampita mankany Fenoarivo, miampita mankany Arivonimamo, mankany Miarinarivo, mpiampita mankany Itasy, any an-Bongolava rehetra any. Any ny fihitaran'ny tanàna vaovao izay apetran-tsika. Fa raha tian-tsika hi-réussir ny tanàna vaovao dia tsy tokony alavitry ny renivohitra aloha.

Izay no nataoko hoe ny tokony atao voalohany indrindra eny dia ireo sites ministériels izany hoe ny ministera rehefa dia tokony hapetraka eny. Ny fehiny dia izaho mbola mametraka ny velirano ho an'ny vahoaka malagasy fa tsy ho tafita ny firenena raha tsy renivohitra manana ny hasin'ny maha-renivohitra azy ity Antananarivo ity, raha tsy manao tanàna vaovao isika. Izany ny noteneniko hoe tsy maintsy hitarina ny tanàna. Ho sempotra eto isika, ho tototra eto isika, ho voan'ny tondra-drano eto isika raha mbola eto Antananarivo no avela-ntsika amin'izao.

Tena diso. Mba fantatrareo moa fa ny tanàna be mponina indrindra eran-tany dia Antananarivo? Satria kely, 88 km² fotsiny ny eto Antananarivo Renivohitra nefa 3.000.000 d'habitants isika izao. Izany hoe tsy mety intsony fa tsy maintsy mametraka tanàna vaovao isika”.

Momban'ny Angovo

“Mbola averiko eto indray fa tsy maintsy jerena ny velirano nataoko hoe : tsy maintsy ho-doubler-na ny capacité de production eo amin'ny énergies eto Madagasikara. Ary ny ankamaroan'ireo dia énergie renouvelables. Raha 400 Mégawatts izao ny famokarana herin'aratra eto amintsika, dia miteny aminareo aho fa vonona mihitsy aho hiverina eto alohan'ny hataperan'ny mandat-ko hiteny amin'ny vahoaka malagasy hoe : firy mégawatts ireo énergie renouvelables izay napetran-tsika.

Fa miteny aminareo aho fa ho tratran-tsika io : tsy mahavita 400 mégawatts en plus! Izy izany ilay izy. Ao ny énergie solaire, ao ny hydraulique, ao ny éolienne. Ny any Antsirabe izao, efa azoko teo, efa vita izao ny nametraka ny 1 mégawatt. Hiditra indray ry zareo amin'ny 4 mégawatts vaovao indray. Ny manerana an'i Madagasikara efa misy fifanarahana nosoniavina izay mihoatra ny 1.000 mégawatts raha miresaka ny énergie solaire rehefa mipetraka io.

Resaka Jirama moa izao no resahin-tsika fa miteny aminareo aho fa ny Jirama nandoalika na nampandoalihina mihitsy ria misy orinasa ao mampanofa groupes électrogènes amintsika. Ny orinasa iray izao dia 5 millions de dollars ny hofan'ny groupes izay ao Mandroseza ao, na miasa na tsy miasa. Dia nofoananay izany, tsy manaiky andoha izany intsony isika amin'izao fotoana izao. Tsy hiditra détails amin'izay aho fa resaka velirano no resaka teo fa tsy maintsy ho tratra, tsy maintsy atao ny tanàna vaovao, tsy maintsy apetraka ny énergies renouvelables ”.

Momba ny làlana sy ny Buildings ary ny “Fonds souverain”

“Mila apetraka hoe aiza avy ny lalam-pirenena tokony amboarina ? Inona no tafiditra amin'ny fiaraha-miasa amin'ireo mpiara-miombonantoka izany hoe ireo bailleurs de fonds traditionnels ? Inona ny làlana tokona ho atao ary ho zakan'ny fanjakana ny vola hanaovana ny làlana ary inona làlana tokony hapetraka ilaina famatsiam-bola na fiaraha-miasa amin'ireo firenena sy firenena? Izay izany ny zavatra iray raha mikasika ny làlana.

Ohatr'izay ihany koa ny trano fonenana. Efa noteneniko taminareo teo fa tamin'ny andron'ny repoblika voalohany na tamin'ny andron'i Tsiranana no nanaovana ireny Cités ireny. Cités Ambodin'Isotry, Cités Analamahitsy, Cités Ampefiloha, Cités 67 ha, Cités Ambohipo. Nazava ny plan logements tamin'izany. Ary dia mbola averiko eto indray hoe : 40.000 ny isan'ny logements tsy maintsy hatao. Mazava ho azy fa 40 no natao tamin'iny taona lasa iny, izany hoe tsy maintsy hovana tanteraka ny fomba fiasa ary ho jerena tanteraka ny vola ho tadiavina hanaovana ireo tetik'asa ireo.

Isika manam-bola. Ary eto aho dia milaza aminareo hoe vola avy aiza, ohatra, no hanaovana ireo 40.000 logements ireo? Amafisiko fa misy ny vola ilaina any amin'ny mpamatsy vola fa misy kosa ny volan-tsika ihany no ilaina. Fa maninona moa isika no andeha hindram-bola any ivelany? Jerena izao hoe aiza avy isika no manam-bola. Manam-bola isika, ohatra, ao amin'ny CnaPS; manam-bola isika ao amin'ny Caisse d'Epargne; manam-bola isika any amin'ny Port na SPAT (Ttf : ao Toamasina); manam-bola isika amina zavatra maro misy fa ajanoko eo ny ohatra. Izay no mahatonga ahy hoe hanao ilay Fonds souverain.

Io Fonds souverain io dia hatsangan-tsika amin'ity taona ity. Ny volam-panjakana amina orinasam-panjakana rehetra dia alaina ary atao ao anatin'io Fonds souverain io. Io Fonds souverain io no hanaovana ny Cités ministériels; io Fonds souverain io no hanavoana ireo buildings maro, ireo trano mora maro izay hapetraka manerana ny Nosy. Izany hoe ilay any amin'ny orinasam-panjakana -ao amin'ny CnaPS, ohatra, misy 300 miliara eo ho eo, ny any amin'ny Caisse d'Epargne tsy latsaka izay-.

Ny building iray dia iray miliara ariary mahery. Izany hoe ny volan-tsika any ain'ny CnaPS fotsiny, ohatra, dia havita-ntsika 300 buildings. Izany hoe rehefa ampidirina ao amin'ny Fonds souverain io dia ny Fonds souverain indray no mamerina tsikelikely any amin'ny CnaPS. Izany hoe ny vola-ntsika anatiny ihany no ampiasain-tsika hanavoana ireo asa izay hampandrosoana ny firenena”.

Ohatrinona ny vola ilaina hanaovana ny Emergence Madagascar ?

Mila miliara maro maro aloha. Mbola tsy voafetra izy io fa nofaritana amin'ilay Plan Emergence Madagascar izay tokony hivoaka fara fahatarany amin'ny volana Marsa eo. Efa manao izay izay izao : ohatrina ny vola ilaina anaovana làlana? Ohatrina ny vola ilaina amin'ny angovo azo avaozina ? Inona no iantohan'ny Jirama, inona no ilaina 3P? Inona no ilaina amin'ny mpamatsy vola mivantana ? Dia hivoaka ireo zavatra rehetra ireo ary atao ao anatin'ny mangarahara".

Mila minisitra tsy mipetraka ao amin'ny birao intsony...

"Fa ny tiako lazaina aminareo izany dia ny zavatra rehetra rehetra nolazaiko -izaho aloha mino, mahatoky mihitsy aho fa tsy vitako irery ireo fa mazava ho azy fa mila manampy ahy ny minisitra-, mila minisitra mavitrika-. Ny minisitra tokony apetraka manomboka izao tsy minisitra mipetraka ao amin'ny birao intsony fa tokony minisitra mandeha erak'i Madagasikara mijery ny olana eo amin'ny resaka làlana, resaka trano -aiza no hanaovana trano, aiza no hanaovana buildings, aiza no hanaovana trano mora...- mitondra rapport eo anatrehiko, dia validé-ko izany rehetra rehetra izany".

Misy ny mpiara-miasa mavesatra tarintina...

"Izany no ho ataontsika. Fa raha mbola medameda fandeha isika dia ekeko fa tsy ho tratra aloha ilay Emergence. Ka izao no teneniko hoe isika tsy naman'ny resy fa manana planina mazava isika; efa manana rafitra mazava isika fa mila maharaka ny fahafainganam-pandeha izay napetrako ny mpiara-miasa amiko satria matetika miasa irery aho. Misy ny mpiara-miasa amiko tena manampy; misy ny mpiara-miasa amiko tena miasa. Fa tsy maintsy miteny aminareo aho fa misy kosa ny tena mavesatra tarintina ka sarotra ny hanatanteraka ny zavatra rehetra. Izay no fanazavako anareo”.

Nandika an-tsoratra : Jeannot Ramambazafy - Nivoaka tao amin'ny "La Gazette de la Grande île", Sabotsy 25 Janoary 2020

LEHIBE ETO TSINDRINA

Midi Madagasikara0 partages

STAR et Consulat de Monaco : Bourses d’études pour les élèves des écoles catholiques

Dans le cadre de sa responsabilité sociétale, la STAR vient de renouveler son partenariat avec le Consulat de Monaco, le 23 janvier 2020. Ce partenariat concerne la prise en charge des frais d’études des élèves issus de familles en difficulté, dans trois écoles catholiques d’ Antananarivo : l’École Sacré Cœur Antanimena (ESCA), le collège Saint-Michel et le lycée Saint Antoine. Les bénéficiaires de cette aide sont les élèves des classes de seconde à celles de la terminale. Les enfants orphelins dont les parents n’ont pas de travail fixe ou qui sont issus de familles nombreuses, sont priorisés selon les explications des responsables au niveau de la STAR. Concernant le choix de ces trois écoles catholiques, les responsables ont expliqué que celui-ci s’est fait en raison de la bonne réputation de ces trois établissements, et du taux de réussite enregistré lors des examens officiels du BEPC et du baccalauréat. 

Selon le rapport de l’UNICEF, trois enfants malgaches sur dix seulement arrivent au niveau secondaire. L’abandon des bancs de l’école est souvent dû au manque de ressources financières des parents. C’est donc pour cette raison que la STAR et le Consulat de Monaco travaillent ensemble et parrainent des enfants issus de milieux modestes ou défavorisés depuis 2015. Un partenariat qui vient d’être renouvelé puisque la situation n’a pas encore évolué aujourd’hui.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Vols d’électricité : Près de 792 millions Ar. de manque à gagner pour la Jirama

Vol d’électricité découvert dans le foyer d’un huissier de justice.

Branchement avant compteur démasqué dans une maison appartenant à un huissier de justice à Ambondrona.  

C’est la énième infraction découverte par les contrôleurs de la Jirama, suite à la campagne de ratissage menée dans la Capitale et dans les Régions. « La descente a été effectuée le 24 janvier. La dernière consommation du client, reçue par la société d’Etat date de 2011, laissant le doute à la Jirama, d’où l’objet du ratissage. Avec ce branchement avant compteur, le client a encastré les fils pour cacher son infraction. Interrogé par les agents de la Jirama dépêchés sur le lieu, l’occupant de la maison explique qu’il n’est qu’un simple locataire depuis 2014, et qu’il ne serait pas au courant de ce branchement illicite étant donné que sa facture d’électricité est incluse dans la location », a indiqué la Jirama.

Mesures. La Jirama a immédiatement coupé l’électricité de la maison et a convoqué le propriétaire à se présenter à l’agence mardi prochain, pour récupérer le montant du rappel de consommation qu’il doit payer. Durant l’année dernière, 2033 abonnés de la JIRAMA ont fait l’objet de contrôle. 773 cas d’anomalies ont été constatées. Le manque à gagner de la Jirama s’élève à 791 781 663 d’Ariary. Selon la Jirama, tout le voisinage d’un voleur d’électricité subit les conséquences de ce vol, si l’on ne cite que la mauvaise qualité de l’électricité fournie. De ce fait, la Jirama invite tous les citoyens de dénoncer les cas de vol.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

« Foot Firaisankina » : Les journalistes face aux politiciens

Lors de la présentation officielle de la rencontre, hier, par Alphe Génération.

Les deux formations se retrouvent après s’être affrontées au match aller en octobre. Les journalistes s’étaient imposés face aux politiciens sur un score fleuve, 8 à 4. 

L’heure de la revanche a sonné. Le match retour entre les politiciens et les journalistes se jouera demain au stade « Elgeco Plus Stadium », By-Pass. Cependant, les politiciens ont une revanche à prendre après leur défaite lors du match aller, qui s’est déroulé le 6 octobre dernier. En effet, les protégés de notre confrère, Heriniaina Andrianirina, ont battu les Monja Roindefo, Rivo Rakotovao, Maka Alphonse et ses coéquipiers, sur le score de 8 à 4. La présentation officielle de cette rencontre inédite s’est tenue hier au Radama Hôtel Antaninarenina, par l’association Alphe Génération.

Le coup d’envoi sera donné à 13h, et l’accès au stade sera libre selon les explications de l’organisateur, Tolihare Tsifanay. Pas de regroupement, ni d’entraînement pour les deux protagonistes avant ce match. De ce fait, ce sera demain, quelques minutes avant le coup d’envoi qu’ils feront leur composition. « Notre but est de créer une cohésion entre les journalistes. Quant aux politiciens, malgré leurs différences de points de vue et leurs couleurs politiques, nous essayons de les rassembler à travers le football », a souligné, Martiasy Alphe Léon, président et fondateur de l’association. D’ailleurs, le vainqueur remportera une coupe. Les deux meilleurs joueurs seront aussi récompensés. Ainsi, des artistes surprises animeront l’événement.

Initiative d’un journaliste. Alphe Génération est une association familiale regroupant actuellement une trentaine de membres. Ce sont tous des descendantes d’Alphe, une famille de renom à Tuléar. Fondée en 2018 à Tuléar, elle possède déjà une annexe à Antananarivo et en France. « L’esprit qui m’a amené à fonder cette association est la volonté de s’entraider entre tous les membres de la famille, de renforcer la relation entre les générations qui se suivent. Mais puisque l’association s’est lancée très vite, nous devrions être ouverts à tous les Malgaches », a ajouté le président et fondateur. Mis à part l’organisation des événements, l’association participe aussi aux actions sociales et à la sensibilisation des citoyens pour la protection de l’environnement avec comme slogan « Amour-Fraternité-Développement ».

Manjato Razy 

Midi Madagasikara0 partages

CENI : Bilan de l’année 2019

La CENI a dressé un rapport de ses activités sur l’année écoulée. Elle a été notamment marquée par l’organisation de trois élections différentes, celles des législatives, ainsi que des élections des maires et des conseillers municipaux et communaux. Concernant la liste électorale, la CENI a procédé à l’amélioration des bases de données et de sa mise à jour pour assurer la fiabilité du logiciel de gestion de la liste électorale.  Pour ce faire, elle s’est focalisée sur l’augmentation du taux d’exhaustivité de la liste électorale, et du taux d’exactitude des données collectées et saisies. 

Performance. La formation du personnel électoral demeure l’une des activités essentielles de la CENI, car la performance des agents électoraux ainsi que la réussite des opérations préélectorales, électorales et postélectorales dépendent de ces activités. A cet effet, pour les législatives, divers ateliers de renforcement de capacité à l’endroit du personnel électoral ont été organisés avec l’appui des partenaires techniques et financiers.   

Recueillis  par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Inondations, éboulements : Etat de sinistre national déclaré

Face à l’ampleur des dégâts, un Conseil du gouvernement exceptionnel a été organisé hier au Palais de Mahazoarivo. 

Plus de 80 000 sinistrés. Tel est le bilan, pour le moment provisoire, du passage d’une circulation dépressionnaire dans le Canal de Mozambique ayant provoqué de fortes intempéries à Madagascar cette semaine. Un bilan très lourd qui risque de s’alourdir au fur et à mesure de l’arrivée des informations venant des régions. De sources officielles, sept régions ont été sévèrement frappées. En effet, les inondations, les éboulements de terrains, les coupures de routes et la rupture de digues ont fait d’énormes dégâts notamment dans les régions Sofia, Alaotra Mangoro, Boeny, Betsiboka, Melaky, Analamanga et Diana. Le bilan provisoire fait état de 21 morts et 20 personnes portées disparues. Face à l’ampleur des dégâts, le Gouvernement a déclaré hier l’Etat de sinistre national. La décision a été prise au cours d’une réunion d’urgence du Conseil National de Gestion de Risques et Catastrophes dirigée par le Premier ministre Ntsay Christian qui s’est déroulée hier au Palais de Mahazoarivo. Le décret y afférant a été pris lors d’un Conseil du gouvernement exceptionnel. Face à cette situation, le Gouvernement fait appel à tous les acteurs nationaux et les partenaires internationaux à venir en aide au peuple malgache pour mener des activités d’aides d’urgence, relèvement précoce, la réhabilitation et la reconstruction. 

Vérification et contrôle des prix. Afin d’évaluer les besoins d’urgence, des actions de survol des régions touchées ont été effectuées, notamment par l’Armée depuis jeudi dernier. Depuis, des hélicoptères, des camions et des bateaux ont été mobilisés pour acheminer entre autres, des tentes, des vivres, des kits de traitement d’eau, des médicaments et des kits de survie. Pour permettre la reprise dans les plus brefs délais de la circulation des biens et des personnes, le Premier ministre Ntsay Christian a donné des instructions aux membres du gouvernement concernés afin d’accélérer la réhabilitation des routes nationales. Le Ministère du Commerce quant à lui, a aussi reçu la consigne d’assurer une mission de vérification et de contrôle permanente auprès des distributeurs des produits de premières nécessités afin d’éviter toute activité de spéculation qui risque de provoquer la hausse des prix sur les marchés. 

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Farafangana : Fanodinkodinana « Panier garni », nidoboka am-ponja ny DRENTP Atsimo Atsinanana teo aloha

Taorian’ny famotorana nataon’ny Zandary avy ao amin’ny GAPJ Atsimo Atsinanana, ka rehefa nandalo Fampanoavana, dia notazomina am-ponja vonjimaika ao amin’ny fonjan’i Farafangana, nanomboka afak’omaly tolakandro teo, ny Talem-paritry ny Fanabeazam-pirenena sy ny Fampianarana teknika sy araka asa ho an’ny Faritra Atsimo Atsinanana teo aloha. Raha ny vaovao voaray, fanodinkodinana volam-bahoaka momba ilay « Panier garni » tolotra avy amin’ny filoham-pirenena, niampy fanararaotam-pahefana no vesatra anenjehana an’ity Talem-paritra teo aloha ity. Raha tsiahivina, nanao « vidéo » ity DRENTP Atsimo Atsinanana teo aloha ity, ary nilaza izy tamin’izany fa nisy nanafika ny tranony, ka very niaraka tamin’izany ny vola rehetra tao an-tranony. Tsy naharesy lahatra ny maro anefa izany fanambarana izany, ka niroso avy hatrany tamin’ny fanadihadiana ny mpitandro filaminana any an-toerana, ary izao nidoboka am-ponja vonjimaika miandry ny fotoam-pitsarana azy izao ny tenany.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Intempéries : Les scouts Tily se mobilisent pour les sinistrés

Des « Tily » en action aux côtés des équipes de secours lors de l’éboulement meurtrier survenu en janvier 2019. (Photo : Cigale-Lanto Niania)

« Tily eto Madagasikara », mouvement scout masculin protestant, mobilise ses troupes suite aux récentes intempéries qui ont frappé plusieurs régions de Madagascar.  

« Tous les scouts Tily, dans toutes les régions de Madagascar touchées par les intempéries, sont appelés à venir en aide aux communautés dans le besoin, et aux victimes dans leurs entourages respectifs ». C’est en ces termes que le président national de l’association de scoutisme protestant « Tily eto Madagasikara », Michel Raoelijaona – « Kalia Miaritra », de son nom scout – lance un appel à la mobilisation à tous les « Tily », du mouvement scout masculin protestant. Il souligne que l’engagement citoyen et l’entraide sont au cœur de la promesse scout, et que c’est une manière pour chaque jeune Tily de contribuer à l’atteinte des objectifs de développement durable. Ainsi, face à la détresse de populations entières, victimes des intempéries – lesquelles rappelons-le, ont causé la mort de treize personnes et fait plus de 47 200 sinistrés – les Tily sont appelés à répondre présents sur le terrain et porter secours à ceux qui en ont besoin. Le mouvement scout est même touché de près par cette catastrophe car on compte parmi les victimes de jeunes scouts « Voronkely » (scouts féminins de 6 à 12 ans).

Les Tily sont ainsi invités à manifester dans leurs localités respectives, leur solidarité aux victimes en prenant des initiatives pour leur porter assistance.

Parents, aînés et sympathisants. Les scouts ont déjà témoigné maintes fois par le passé leur engagement auprès des victimes de catastrophes à travers des démarches d’entraide et de secours. Comme à chaque action de ce genre, les Tily porteront cette fois encore, et dans la mesure du possible, leurs uniformes et/ou foulards en signe des valeurs défendues par le scoutisme, et partagées par l’ensemble des Tily. Les parents des jeunes Tily ainsi que les aînés et les sympathisants, sont également incités à participer à cette mobilisation, sous forme de dons en tous genres – notamment les habillements, chaussures, divers ustensiles ou autres, susceptibles de soulager les sinistrés – et de s’organiser au niveau de chaque région ou localité, pour les séances de distribution. Et comme il s’agit d’un mouvement affilié à l’église, la prière reste un élément clé dans la conduite des actions, souligne le président national de « Tily eto Madagasikara ». On s’attend ainsi à ce que des jeunes Tily se manifestent en nombre sur le terrain, en réponse à cet appel à la mobilisation.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping : Mpihavana avokoa ireo nanatontosa

Mivoaka tsikelikely ny marina mahakasika ny fakàna an-keriny ireo karàna sasany eto amintsika. Lehilahy roa izay nandray anjara mivantana tamin’ny fakana an-keriny ny teratany karana iray antsoina hoe Navaze Veldjee, teo Soavimbahoaka, ny 13 desambra 2019 no voasambotry ny polisy misahana ny ady heloka bevava (BC) ny 14 janoary 2020. Rehefa nandeha ny fanadihadiana dia nanomboka hita ny toerana niafenan’ireo jiolahy. Nanampy izany koa ny fanampian’ny olon-tsotra izay nanome vaovao momba ny fisian’ny lehilahy roa any Bevalala izay isan’ny tompon’antoka tamin’ny fakàna an-keriny. Rehefa natao ny fisamborana ka nosokafana ny fanadihadiana dia fantatra fa mpiray tendro amin’ny olon-dratsy izay fantatra amin’ny solon’anarana hoe Rasamy boxeur izy ireo. Io olona io dia efa maty voatifitry ny mpitandro ny filaminana. Ireo voasambotra indray dia voaporofon’ny BC fa tompon’ny fiara 4X4 Rexton miloko fotsy ary koa nitazona ny fitaovam-piadiana izay nampiasaina tamin’ireo fakàna an-keriny. Tsy vitan’izay fa mbola tratra teny aminy koa ny laharan’ny finday izay nampiasaina nandritra ny fitakiam-bola tamin’ilay fianakaviana karàna. « Rehefa natao ny vela-pandrika rehetra dia tra-tehaka teny Ampitatafika ny iray. Avy amin’ny fanamarihana tamin’io olona io no nahazoana ilay jiolahy faharoa » raha araka ny fanazavan’ny polisy misahana ny fanadihadiana. Rehafa nandeha ny famotorana dia niaiky fa nandray ny lelavola 60 tapitrisa ariary tamin’ny karàna ireo jiolahy, vola izay takalon’aina. Mpihavana avokoa ireo olona voasambotra. Ny renin’ny iray amin’izy ireo koa aza dia efa miandry fitsaràna am-ponja ankehitriny rehefa voarohirohy tamin’ny kidnapping izay nanjo an’i Sabir Molou sy Navaze Veldjee, io farany izay indroa no efa niharan’ny fakàna an-keriny. Raha araka ny vaovao nampitaina dia nidoboka am-ponja vonjimaika eny Antanimora ireo roa lahy nosamborina.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Guide du Week-end

Le CGM sera animé par Faribolana Sandratra

Aujourd’hui à 16h, l’association des auteurs et écrivains Faribolana Sandratra présentera un Antsamparibolana intitulé « Tatibolana », avec la participation des membres poètes au Cercle Germano-Malagasy (CGM). Le but de cette rencontre est de rapprocher les adolescents malgaches de la littérature. La poésie est un genre littéraire très ancien aux formes variées, écrite généralement en vers mais qui admet aussi la prose, privilégie l’expressivité de la forme, les mots disant plus qu’eux-mêmes par leur choix et leur agencement. Ainsi, l’équipe de Haingohaja citera des textes de grands poètes, membres du Faribolana.

Diverses activités seront organisées cette année. La nouvelle génération de Faribolana Sandratra est active. Chaque année, elle sort des ouvrages. Le but de la littérature est de faire oublier les soucis de la vie. Elle se définit aussi comme un aspect particulier de la communication verbale. Elle met en jeu une exploitation des ressources de la langue pour multiplier les effets sur le destinataire, qu’il soit lecteur ou auditeur.

Les membres de l’Havatsa-Upem se retrouvent au Tahala Rarihasina 

De leur côté, les membres du Havatsa-UPEM célébreront la fête du nouvel an, dans la salle de Tahala Rarihasina, à 14h. Une occasion pour les anciens d’accueillir les nouveaux membres. L’élaboration du  programme de l’année 2020 sera également à l’ordre du jour.

tch et musique au Point d’exclamation 

Sombinaina se présentera au Point d’exclamation Analakely, à partir de 16 h. Ce jeune homme est considéré comme le meilleur humoriste de sa génération. Ce sera son premier show cette année dans la capitale. Il a animé plusieurs spectacles, il sait donc faire rire son public. Wada et Youngz soutiendront le jeune humoriste sur scène. Ces membres du collectif Jiolambups, après leur concert il y a quelques jours, donnent rendez-vous à leurs inconditionnels cet après-midi.

Fj/midi/25.01/ WADA

Latin Night avec Eric Rakotoary et Bim Andrianariseheno 

Ces deux mélomanes formeront un duo de choc au Fara West Faravohitra, ce soir  à partir de 20h. Le Jazz et la Pop seront au menu. Le show durera plus de deux heures. Les invités pourront écouter de la bonne musique tout en profitant de la belle vue.

 

La world music de Mamina au No comment Bar

Mamina, le jeune parolier, et ses compères feront un show au NCB Isoraka ce soir à 21h. Jeune artiste découvert pendant le jeu concours télévisé « Feo Tokana, Gitara iray », il commence à voir sa notoriété augmenter dans la capitale. Entre rythme traditionnel et la musique actuelle, le jeune homme a trouvé son originalité. “Zoky”, “mila vonjy” ou encore “dify” seront interprétés ce soir.

Fj/midi/25.01/Mamina 

 

Du tropical à la Bartez au Glacier 

Il s’est démarqué avec un featuring avec la princesse du coupé décalé malgache, Black Nadia. Le morceau a été propulsé dans le top 10 des morceaux les plus écoutés à l’époque. Il s’est ensuite éclipsé de la scène musicale malgache pour quelques temps. En 2020, il fait son grand retour. Bartez secouera l’estrade du Glacier ce soir à partir de 20h. L’auteur de « Ahidio la clé » a promis que la fête se prolongera jusqu’au petit matin.

Fj/midi/25.01/ Bartez 

Eusebia Jaojoby et son paternel sont à la maison 

Cabaret live avec Eusebia et le roi du Salegy au Jao’s Pub, ce soir à partir de 21h. Ils vont interpréter ensemble leurs tubes. Cela faisait longtemps que le public n’avait pas entendu la voix de Eusebia. Une occasion pour elle de retrouver ses fans. Quant au roi du salegy, il fera trembler sa propre estrade avec du trotrobe, une danse traditionnelle de la région septentrionale consistant à battre les pieds contre le sol. Malesa, salegy, et même du blues seront au programme.

Fj/midi/25.01/ Jaojoby 

Zo Toniaina/ maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Réforme du code minier : Relance des propositions de la société civile

L’Organisation de la Société Civile sur les Industries Extractives (OSCIE) revient sur la table de négociation en vue de discuter avec les autres parties prenantes sur la réforme du code minier. Le ministère des Mines et des Ressources Stratégiques a ainsi organisé une rencontre avec la société civile jeudi dernier, après la réunion avec les opérateurs miniers. « L’objectif consiste à mettre en place un comité de pilotage de cette réforme du code minier. Et toutes les parties prenantes doivent y être représentées afin de valider ensemble la version finale de la réforme. Certes, on incite des investisseurs à opérer dans le secteur extractif, mais il faut que le pays n’enregistre ni perte ni dette durant leur phase d’exploitation. De son côté, la société civile se soucie de la protection de l’environnement et du côté social. Une rencontre entre les trois parties devrait avoir lieu dans deux ou trois semaines », a annoncé le ministre de tutelle, Fidiniavo Ravokatra.

Paix sociale. La société civile pour sa part, a relancé ses propositions émises depuis 2015 dans le cadre de cette réforme du code minier. « Ces propositions n’ont pas été considérées dans l’avant projet de loi sur la réforme du code minier, élaboré par l’Etat, c’est pourquoi, nous avons quitté la salle lors du forum organisé le 20 décembre dernier au MBC, à Ivato. Mais nous ne sommes pas anti économiques, nous sommes toujours prêts à collaborer avec tous les acteurs concernés, afin que l’application du nouveau code minier apporte la paix sociale et plus, la contestation au niveau des communautés locales concernées. La transparence, la bonne gouvernance et la protection de l’environnement, ainsi que le développement social font partie de nos propositions », a évoqué Ndranto Razakamanarina, le PCA de l’Alliance Voahary Gasy.

Capacité de suivi et de contrôle. En outre, Clément Rabenandrasana, le Secrétaire général de l’OSCIE a soulevé qu’il ne faut pas tenir compte seulement des données macro-économiques comme la valeur des exportations et le montant du fisc payé par les grands opérateurs. « Il faut mesurer les impacts positifs pour les communautés affectées par le projet minier. La transparence sur l’utilisation des recettes obtenues par l’Etat, surtout au profit des collectivités décentralisées concernées, est de mise. Par ailleurs, nous devons avoir une capacité de suivi et de contrôle de toute activité minière à Madagascar. La société civile s’engage déjà et s’y implique », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Orange Madagascar : Echanges et partages solidaires avec les écoliers de Maibahoaka

Les Managers d’Orange Madagascar se sont mobilisés hier, pour un moment d’échanges et de partages solidaires avec les élèves de l’école primaire publique (EPP) Maibahoaka Ivato. « Les élèves ont été invités à s’exprimer à chaud, sur leur vision d’un monde meilleur à travers des illustrations qu’ils ont dessiné eux-mêmes, de manière spontanée. Une multitude d’œuvres fabuleuses et émouvantes qui viennent directement du cœur des élèves en était ressortie. Orange Madagascar essaiera d’interpréter, et de traduire ces souhaits en programme concret dans ses actions au quotidien et à terme », ont indiqué les managers de la société. D’après les explications, cette action s’inscrit dans le cadre des engagements d’Orange Madagascar, pour répondre aux enjeux sociaux et au développement durable. « Orange s’implique, non seulement en apportant les solutions appropriées et les services essentiels à ses clients en tant qu’opérateur télécom, mais aussi avec des actions sur le terrain, au plus près des communautés, en tant qu’entreprise responsable et solidaire », ont-ils ajouté. Par ailleurs, les managers d’Orange Madagascar ont fait don de livres et de clés USB à l’EPP. Pour les donateurs, il s’agit de supports d’acquisition, de transmissions et de conservation des connaissances

Antsa R. 

Midi Madagasikara0 partages

ES-DES : Un débat sur la compétitivité de l’agriculture à Madagascar

« Nous encourageons les étudiants à monter leurs projets de développement », dixit Hanitriniala Eléa Chilo, la directrice de l’ES-DES.

Comme à l’accoutumée, l’Ecole Supérieure de Développement Economique et Social (ES-DES) organise une conférence-débat dans le cadre de son enseignement. Cette fois-ci, le thème portant sur la compétitivité de l’agriculture à Madagascar, fera l’objet d’un débat le mardi 28 janvier 2020 dans leurs locaux à Behoririka. Le PDG de la société Faly Export, Faly Rasamimanana, y interviendra pour apporter des solutions y afférentes. « Les étudiants de l’ES-DES auront ainsi l’opportunité de s’imprégner davantage du monde du développement rural. Ce thème touchera d’ailleurs leurs parcours que ce soit en Economie, Agronomie, Travail Social ou Gestion », a expliqué Hanitriniaina Eléa Chilo, la directrice de cette école de développement. En outre, « ils pourront également tirer les leçons de l’expérience de cet opérateur économique en matière de développement et de gestion d’entreprise. Quelle démarche doit-on suivre pour être professionnel dans le secteur ? Tout cela est important pour que chaque étudiant puisse monter son projet ou créer sa propre entreprise », a-t-elle ajouté. Notons que la rentrée solennelle de l’ES-DES aura lieu ce lundi 27janvier. « Une remise à niveau des étudiants et un renforcement linguistique et psychologique s’imposent avant d’entamer les cours », a-t-elle conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

DRJS Analamanga : La descente sur terrain se poursuit

Le deuxième semestre de l’année 2019 a été marqué par une vague de formations pour la DRJS Analamanga.

Cela fait six mois que les directeurs régionaux de la Jeunesse et des Sport (DRJS) de chaque région ont été nommés au conseil de ministres. Pour la DRJS Analamanga, le travail s’est  focalisé sur l’observation des cas problématiques impactant les clubs, les sections et la ligue. Il y a déjà eu des descentes au niveau des districts, pour porter explications sur les règlements sportifs. Ainsi, la première formation sur la redynamisation des groupements sportifs qui s’est déroulée à Avaradrano au mois d’août 2019 est un succès, puisque peu après, des résultats ont été constatés. En effet, le travail se poursuivra plus tard cette année, dans les autres districts selon les explications du directeur, Njato Lalaina Andriamampionona. « C’est notre responsabilité au sein de la direction. La mission est claire, être au courant des problèmes auxquels sont confrontés les sportifs depuis leurs quartiers, et leur faire connaître les règles de base. Faire des approches au club et à la section,  parler à la ligue afin qu’il n’y ait pas de distance », a-t-il ajouté. Le sport et la jeunesse ne peuvent être séparés. Il y a aussi des activités et diverses formations, organisées pour préserver les jeunes, préparer leur avenir et les aider à évoluer dans la dignité.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Asa Tagnamaro : La CNaPS rénove les bureaux administratifs du LMA

En ce début d’année, la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS), dans le cadre de sa responsabilité sociétale, a décidé de procéder à la rénovation des infrastructures du Lycée Moderne Ampefiloha (LMA). Au cours de l’année précédente, la CNaPS a concentré ses actions d’assainissement sur ses bureaux dans tout Madagascar. Cette fois, la caisse souhaite se tourner davantage vers d’autres entités extérieures. « La responsabilité sociétale de la CNaPS concerne des interventions dans trois domaines : l’éducation, l’aide sociale et l’environnement », a expliqué le directeur général de la CNaPS, Mamy Rakotondraibe. Il a ensuite déclaré : « nous essayons aussi d’éduquer nos collaborateurs en leur apprenant l’assistance aux citoyens ». 

Mais outre la rénovation des bureaux, le proviseur adjoint du lycée, José Auguste RAMAROLAHY, a également promis de peindre les salles de classe de cet établissement. Pour cette première action, les agents de la CNaPS à Ampefiloha, des antennes et des délégations régionales ont aussi apporté leur contribution en cotisant. Ils ont pu réunir 636 300 Ariary pour la réalisation de cette action Tagnamaro au Lycée Moderne Ampefiloha. Enfin, notons l’adhésion de 50 élèves de ce lycée au Club jeune CNaPS qui a pour projet, l’éducation des jeunes sur le droit des travailleurs et les obligations des employeurs. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Régions Boeny et Betsiboka : Andry Rajoelina pilote les sauvetages par vedette rapide

Plus de 6570 personnes sont encore piégées par le fleuve Mahajamba, dans la Région Sofia. Des femmes et des enfants tentent de s’accrocher sur les toits des maisons ou sur les arbres, et sollicitent des interventions d’urgence de secours. Ayant effectué hier un survol en hélicoptère dans plusieurs régions frappées par les inondations, le président Andry Rajoelina a lui-même dirigé les opérations de sauvetage par vedette rapide. Des interventions ayant permis de secourir plusieurs dizaines de femmes et d’enfants pris au piège dans le Mahajamba. Ayant constaté de visu la souffrance des concitoyens dans les zones inondées, le Chef de l’Etat, Chef suprême des Forces armées, a ordonné à tous les militaires d’effectuer une opération sur le terrain pour venir en aide aux sinistrés. A noter que durant ce survol des régions inondées, Andry Rajoelina a été accompagné par le ministre de la Défense nationale, le Général de Corps d’Armée, Rakotonirina Léon Jean Richard. « C’est en ces moments difficiles qu’on reconnait les vrais amis », a déclaré le président de la République. Il est d’ailleurs le premier président de la République ayant visité le District de Mitsinjo depuis une cinquantaine d’années. Ce district situé dans la Région Boeny a également payé au prix fort ces intempéries. Des milliers de sinistrés y sont enregistrés. Lors de sa visite, le Chef de l’Etat a apporté du riz, des médicaments, des kits de traitement d’eau, des huiles alimentaires et des savons pour la population locale. Il a aussi rencontré les familles des 23 personnes décédées et portées disparues suite à cette circulation dépressionnaire. 

Héliport. Durant sa visite à Maevatanana, Andry Rajoelina a offert 20kg de riz à chacun  et des médicaments pour les 4000 sinistrés du District. Des camions médicalisés et quatre médecins ont été dépêchés sur place pour apporter des soins médicaux gratuits pour la population locale. Le numéro Un d’Iavoloha a donné l’ordre aux Forces armées de mobiliser tous les hélicoptères et les vedettes rapides pour accélérer les opérations de sauvetage, et pour venir en aide aux sinistrés. Andry Rajoelina a aussi annoncé qu’après les inondations, une campagne de distribution de semences au profit des paysans sera organisée. Il serait aussi question d’apporter des aides financières et matérielles pour la réhabilitation et la reconstruction des maisons et des infrastructures ravagées. Les descentes dans certaines régions sont pour le moment impossibles à cause de l’inondation. Difficile de trouver un endroit pouvant servir d’héliport. Cependant, d’après les informations, le Chef de l’Etat fera le déplacement dès que les conditions seraient réunies.  

Davis R