Les actualités Malgaches du Vendredi 25 Janvier 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara76 partages

Biennale de Venise : Le Pavillon Madagascar présenté en avant-première en février

Installation textile « Robes de bal » Collection Fondation Zinsou Cotonou 2017

« Nous avons la vanille, le Cacao et… Joël Andrianomearisoa !» C’est sur ces mots que Rina Ralay Ranaivo de l’Association Kantoko a réitéré avec fierté la présence de Madagascar dans la prestigieuse Biennale de Venise d’art contemporain.

2019 est de bon augure pour la Grande île. Il aura fallu attendre la 58ème édition de la biennale de Venise d’art contemporain pour voir enfin la présence de Madagascar dans l’un des plus grands rendez-vous internationaux d’artistes contemporains venus du monde entier. Mais avant toute chose, nous aurons le plaisir de découvrir en avant-première au mois de février.  Pour ouvrir le lancement, une conférence sur « la matérialité des émotions » se tiendra à l’Institut français à Analakely le 16 février. Une occasion de rencontrer l’artiste qui se fera une joie de relater son parcours, faire découvrir son travail d’artiste plasticien et donner un aperçu dudit Pavillon Madagascar.

La primeur aux Malgaches ! Cela Joël Andrianomearisoa y tient, car équivalent des jeux olympiques en art contemporain, la Biennale de Venise rassemble pendant 6 mois les meilleurs du monde. Cette   participation devrait être une fierté nationale, car non seulement, un enfant du Pays a ramené la Nation dans une vitrine internationale, mais elle y est représentée par un illustre artiste aux milles et une facette. Avec un bagage artistique digne des maîtres plasticiens.

Historique. Ses premiers pas, il les a faits vers les années 90. Trois décennies plus tard, Joël Andrianomearisoa a été choisi pour représenter son pays accompagné des commissaires Rina Ralay Ranaivo et Emmanuel Daydé, en raison de l’invention et de la maturité de son travail, de sa notoriété à l’international ainsi que du soutien inconditionnel de son réseau professionnel. « Cette première participation à la Biennale di Venezia constitue un événement historique pour Madagascar. Elle est un signe de dynamisme et de modernité pour la Nation malgache. « Elle renvoie une image positive du pays au niveau national et international, malgré la prédominance de toutes les images exotiques et misérabilistes. C’est un message d’espoir et de volonté d’inscrire les forces créatrices de Madagascar dans les grands courants mondiaux.» souligne Ihoby Rabarijohn, la responsable relation publique du Pavillon Madagascar.

Grosse pointure. D’entrée de jeu, son travail s’incarne dans des performances qui lui vaudront la couverture de Revue Noire Madagascar en 1998. Joël Andrianomearisoa sollicite de nombreux supports, de la couture au design, de la vidéo à la photographie, de la scénographie à l’architecture, des installations aux arts plastiques. Probablement, c’est de là qu’il tire une œuvre polyphonique qui envahit tout l’espace sensible de chacun. Le plasticien fait partie de cette première vague pionnière d’artistes contemporains malgaches tout en participant activement au développement culturel et artistique de son pays. Sa formation à Madagascar tout d’abord dans une école de dessin, puis en côtoyant des artisans l’amène à côtoyer de nombreux designers internationaux de renom. Sa formation rebondit alors qu’il a 20 ans en France en entrant à l’Ecole Spéciale d’Architecture de Paris. En 2005, l’artiste est diplômé d’architecture tout en présentant un projet entièrement graphique et textile, loin d’un projet architectural classique que son directeur d’étude Odile Decq encourage.

Association Kantoko. Si différents pays occidentaux sont présents depuis plus d’un siècle, ce n’est que depuis une dizaine d’années que quelques pavillons africains apparaissent comme celui de l’Afrique du Sud ou de la Côte d’Ivoire. Cette première participation de Madagascar à la Biennale di Venezia 2019 est réalisée grâce à une collaboration, ainsi qu’une confiance mutuelle, entre le Ministère de la Culture de Madagascar et l’Association Kantoko accompagnée par l’Association Revue Noire. A savoir que l’Association Kantoko a été créée en 2015 par un groupe d’artistes et de professionnels malgaches conscients actuellement de toute l’importance de s’engager collectivement dans le développement et la promotion des Arts et de la Culture à Madagascar. Elle est le symbole de sa détermination à vouloir prendre en mains sa propre destinée, continuellement mise à l’épreuve par un contexte général à la fois complexe et précaire.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara20 partages

Gouvernement Ntsay Christian : Contrat-programme d’un an pour les 22 membres

Après leur présentation, les nouveaux ministres ont assisté au premier Conseil des ministres.

Tout de suite après leur présentation, les membres du gouvernement ont assisté à leur premier Conseil des ministres sous l’égide du président Andry Rajoelina.

« Nous travaillons vite et avançons à grande vitesse ». C’est ce qu’a déclaré le président de la République Andry Rajoelina lors de la présentation des membres du gouvernement qui s’est tenue hier au Palais d’Etat d’Iavoloha. En effet, 5 jours seulement après son investiture et trois jours après la reconduction de Ntsay Christian à la Primature, le premier gouvernement de l’ère Rajoelina voit le jour. Un gouvernement composé de 21 ministres et d’un Secrétariat d’Etat. Lors du débat télévisé de la campagne électorale, le candidat « numéro 13 » a déjà annoncé que son équipe gouvernementale est déjà prêt à 85%. A première vue, le nouveau gouvernement Ntsay Christian est un gouvernement de technocrates composé de jeunes diplômés sortants des universités aux Etats-Unis, en France, au Canada, mais aussi des universités d’Antananarivo et de Fianarantsoa.

IEM. Deux membres de l’ancienne équipe seulement ont été reconduits à leur poste. Il s’agit de Naharimamy Irma, maintenue au Ministère de la Population et de Tianarivelo Razafimahefa, ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation. Bon nombre des nouveaux ministres sont connus et reconnus parmi les proches collaborateurs d’Andry Rajoelina en tant qu’experts de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM). Pour ne citer que le cas du ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, Richard Randriamandranto ; le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidinarivo Ravokatra ; le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto ; de la ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Landisoa Rakotomalala, du ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, Vonjy Andriamanga et du ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique, Christian Ramarolahy.

Victoire. L’on peut constater aussi que le président Andry Rajoelina a choisi de récompenser les artisans de sa victoire lors de la Présidentielle dont les chefs de partis et les parlementaires. L’on peut citer entre autres, le président du parti « Malagasy Miara-Miainga », Hajo Andrianainarivelo, nommé ministre de l’Aménagement du Territoire et des Travaux publics ; le président du Parti Vert, Alexandre Georget, nommé ministre de l’Environnement et du Développement durable ; la présidente du parti Freedom, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo nommée « sans surprise » au Ministère de la Communication et de la Culture ; le député de Sakaraha Tinoka Roberto et non moins Secrétaire national du TGV/MAPAR en charge de la Province de Toliara qui s’occupera désormais de la gestion du Ministère de la Jeunesse et Sports ; ainsi que la députée de Bealanana, grande figure du VPM/MMM, Volahaingo Marie Thérèse qui devient ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle.

Compagnons de lutte. Parmi les fidèles compagnons de lutte d’Andry Rajoelina figure aussi le nouveau ministre des Affaires Etrangères, Naina Andriantsitohaina qui est un opérateur économique de renom. Le Général de Division Richard Ravalomanana, nommé Secrétaire d’Etat auprès du Ministère de la Défense Nationale chargé de la Gendarmerie nationale fait quant à lui son « come back » au sein de l’équipe gouvernementale. Parmi les nouveaux entrants figurent des personnalités qui ont déjà occupé des postes à responsabilités. C’est le cas entre autres, du nouveau ministre de la Défense nationale, le Général Richard Rakotonirina, ancien Commandant de l’Académie militaire d’Antsirabe (ACMIL) ; le ministre de la Justice Jacques Randrianasolo qui a occupé le poste de Procureur Général près la Cour d’Appel d’Antananarivo pendant une longue période ; le ministre de l’Elevage, de l’Agriculture et de la Pêche, Lucien Fanomezantsoa Ranarivelo qui a déjà été Directeur Général de l’Agriculture au Ministère auprès de la Présidence de la République en charge de l’Agriculture et de l’Elevage ; ainsi que la ministre de l’Emploi et de la Fonction publique, Gisèle Ramampy, ancienne Vice-présidente de la Commission Electorale Nationale Indépendante et ancien Haut Conseiller auprès de la Haute Cour Constitutionnelle.

Nouvelles têtes. Comme il fallait s’y attendre, le gouvernement Ntsay Christian est également composé de nombreux techniciens que l’on peut qualifier de nouvelles têtes. Il s’agit du ministre de la Sécurité publique, Roger Rafanomezantsoa ; le ministre de la Santé publique, Professeur Julio Rakotonirina et la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Félicitée Madeleine Rejo-Fienena qui a brillé par son absence hier lors de la présentation à Iavoloha.

Austérité budgétaire. En tout cas, avec cette équipe gouvernementale, le président Andry Rajoelina entend atteindre son « Velirano » qui consiste à rattraper le retard de développement de Madagascar en peu de temps. L’obligation de résultats constitue le mot d’ordre. Selon ses dires, les membres du gouvernement ont signé un contrat-programme d’un an. « On se reverra ici dans un an pour voir lesquels d’entre vous auront réussi les défis et lesquels auront échoué », a-t-il lancé. Une sorte d’avertissement lancé à l’endroit des nouveaux ministres. Chaque département ministériel sera évalué sur ses réalisations d’ici six mois. Le Chef de l’Etat n’a également pas manqué d’expliquer que le gouvernement a été formé en tenant compte de l’esprit de l’austérité budgétaire et dans un souci de réduction des dépenses publiques. C’est pourquoi le nombre des Ministères a été réduit à 22 Ministères au lieu de 30 auparavant. Il a aussi noté que plus de 300 curriculum vitae ont été reçus à Iavoloha. Tout de suite après leur présentation, les membres du gouvernement ont assisté à leur premier Conseil des ministres sous l’égide du président Andry Rajoelina.

Davis R

Midi Madagasikara12 partages

Portrait : « Kr78 » est « metalband » malgache digne des illustres

Le « Kr78 » (de gauche à droite), avec Vony à la batterie, Rindra à la guitare, Lova Serge au micro et Toods le bassiste.

Entre rock progressiste, quelques influences de musique malgache sur quelques détours, le « thrash groove métal » de « Kr78 » sonne juste et impressionne.

« Kr78 » est de ces groupes qui marquent leur  temps. Ceux qui sont facilement cités quand on évoque un genre musical à une certaine époque. Si le rock malgache, et le « metal » en particulier, se démenait déjà depuis quelques années pour sortir quelque chose de fédérateur, ils peuvent sans doute compter sur ces gars d’Antsirabe, plus précisément des quartiers d’Ambohimiandrisoa et de Vatofotsy.

A la première écoute de « Kr78 », le charme opère sans difficulté. L’allure des « metalheads modernes », « dreadocks » pour les uns, tignasse de Peaux- Rouges pour les autres, des gueules de loubards à la barbichette… Bref, la « thrash attitude ». Ensuite, sur scène, comme lors du festival « Roxicomania » en fin décembre, c’est une claque sonore. Lovaniaina Serge, Elie Valérien Rindraniaina, Vony Ratahiriniaina et Hery Manana Todisoa Andrianjafy balancent un ruthénium sonore. Aussi toxique pour les défenseurs de la pensée dominante que les amateurs en quête de composition précieuse.

Ces dernières années ont marqué un tournant du rock malgache. Avec des groupes qui s’exportent, « Kr78 » possède également un potentiel international. Cependant, il a l’avantage de ne pas avoir parfois cette impression de musique pré- fabriquée. « Le groupe s’est formé en 2008 à Antsirabe. « Kr78 » veut dire : « kôfa atambatry ny rock », pour kr. Et nous avons compté soixante- dix-huit heures pour trouver un nom au groupe. Au début, nous étions plutôt punk. Plus tard, on a bifurqué vers le « thrash groove métal » avec les changements qui allait avec », signale Lovaniaina Serge, le vocal du groupe.

Le côté groove, c’est sûrement cette complexité dans la progression et les transitions musicales sur chaque titre. Avec le charismatique Vony à la batterie et ses roulements et sa frappe de poids lourds. Le jeu de guitare dépouillé de Rindra, avec des riffs mordants accrochés à une basse gambadeuse de Todisoa.  Avec quatre musiciens et chanteur, « Kr78 » est sûr  de dominer n’importe quel public.

Pour le citoyen lambda, le « thrash métal » serait cet « oncle grognard et sévère ». Celui qui ne se gênerait pas pour rabrouer une nièce un peu « trop tête en l’air ». Ou celui qui remonterait sans ménagement les bretelles du cousin qui « se la pète ». Si on veut connaître la face sombre de la famille, il suffit de lui demander. Un peu comme le gardien du temple.  « Nous avons choisi le « thrash groove métal » à cause de la situation politique, nous étions remontés contre les injustices que subissait le peuple. Par ailleurs, nous faisons tout pour attirer les gens à aimer le metal à travers notre musique », ajoute Lovaniaina Serge.

D’ailleurs, il suffit d’écouter quelques titres de « Kr78 » pour comprendre leur démarche. « Virus », « Mpanafay (Naruto) », « Vavolombelona ratsy fanahy », « Fanamparam-pahefana », « Apohay », « Menalamba », un joli bouquet de roses noires avec des épines vénéneuses. Pour celui ou celle qui ne comprendrait pas le malgache, l’image d’une pierre tombale serait plus vivifiante. Dans une société laissant presque à l’abandon son humanité, le tableau que dresse « Kr78 » est tout simplement réaliste. « Nos thèmes préférés sont la révolte, le soulèvement, la guerre contre le système corrompu jusqu’à la moëlle épinière », fait savoir Lovaniaina Serge.

Pour cette année, « Kr78 » veut mettre les bouchées doubles pour sortir un premier album. Un produit qui sera sûrement très attendu par tous les metalheads malgaches. Comme le band a déjà enchaîné les concerts auparavant, il risque d’être encore plus présent cette année. Vu leur renommée et l’effet qu’il a généré durant le festival « Roxicomania ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara2 partages

ONTM : Roadshows en France et en Allemagne

Lors d’un roadshow organisé par l’ONTM en Allemagne. (Photo : ONTM)

L’ONTM en Roadshow en France et en Allemagne fin janvier 2019

En collaboration avec la compagnie aérienne malgache Air Madagascar et TSARADIA, l’Office national du Tourisme de Madagascar(ONTM) organisera à la fin de janvier 2019 une série de formations qui se déroulera via un roadshow dans trois villes de la France, à savoir Marseille, Lyon et Nantes ; ainsi que trois villes d’Allemagne, à savoir Hambourg, Berlin et Francfort. L’objectif de cette formation itinérante est de présenter les attraits de la destination aux agents de voyage français et allemands, ainsi que les offres des deux compagnies aériennes nationales. Notons que 175 professionnels  dont 77 professionnels français et 98 allemands, y sont attendus. Outre l’ONTM, dix agences de voyage malgaches composeront la délégation en vue de promouvoir la destination Madagascar.

Présence digitale. Par ailleurs, l’ONTM a organisé des jeux afin de développer sa présence digitale et d’animer sa communauté. Il s’agit de deux événements digitaux, « Kanto Madagascar » et « Chasse au Trésor ». Divers lots ont été distribués à cette occasion. Comme premiers lots, Rivomalalanimaro Herinjaka Andoniaina a gagné un billet d’avion TTC offert par la compagnie TSARADIA et l’ONTM.  Par contre, Rasoloarivony Toky Rovaniaina a gagné un tableau sur verre offert par Natoa’s Art.

 Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Seranan-tsambon’i Toamasina : Tatsambon’ny MSC LUCIA nahatrarana « héroïnes » manodidina ny « 5kg »

Tena lasa mitombina ny filazan’ireo mpitandro filaminana eo anivon’ny fari-dranomasina Indiana , fa tena lasa kihon-dàlana fandefasana sy fanondranan’ny mpanao trafikan-drongony mahery vaika toy ny « héroïne » sy ny « cocaïne » i Madagasikara. Raha ny fahatrarana ireo tovovavy malagasy mitondra izany ao Maurice, dia efa manamarina izany raha ny angom-baovao natao.  Satria mantsy izao, dia misy tatsambo miasa amin’ny sambo MSC LUCIA miantsona ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina tratra nitondra izany karazana rongony mahery vaika « héroïne » izany . Sarotra anefa ny fikaroham-baovao mikasika azy ity, satria izay hakana vaovao dia miezaka ny miala bala amin’ny fanazavana avokoa, ka miovaova ny lanjan’ny rongony mahery vaika azon’ny mpanao gazety. Raha ny zava-misy aloha, dia in-droa nahatratra ity rongony ity ny loadoany malagasy, dia ny alarobia hariva sy ny alakamisy maraina, ka raha ny lanja azo hatreto dia manodidina ny « 5 kg » izany satria mifatra 2,5kg avy ny tratra tamin’ireo tatsambo ireo ny alarobia sy ny alakamisy teo. Ny fadin-tseranana malagasy no misahana ny fanadihadiana ny raharaha, ka tsy fantatra mazava noho ny fanakatonam-baravaran’ny ladoany amin’ny vaovao, na saika hampidirina eto Madagasikara ireto rongony mahery vaika ireo, na saika mbola hoentina amin’ny seranan-tsambo hafa, satria toa hoe tao anaty « cabine » fatorian’ireo tatsambo no nahatrarana azy ireo, ny alarobia hariva sy ny alakamisy maraina teo. Ankoatra izany, dia izao vao mivoaka tsikelikely ny marina momba ilay resaka volamena nisy namoaka an-tsokosoko teo anivon’ny seranam-piaramanidina Ambalamanasy, ny 10 janoary teo, nataon’ity karana iray efa fantatra amin’ny bizina volamena ary mpiara-miasa amina olona ambony amin’ny fitondrana ihany koa. milanja 25kg izany volana nivoaka an-tsokosoko tao Ambalamanasy Toamasina tamin’ny alalan’ny sidina Air Austral ny 10 janoary izany, ary heverina fa tsy sambany izao fanondranana an-tsokosoko volamena malagasy any Maurice avy eo any Dubai izany, satria tsy mba manana ireny « scanner » fisavana entana ireny ny seranam-piaramanidina Ambalamanasy, nefa misy sidina iraisam-pirenena ka misy manararaotra izany. Efa mandeha ny fanadihadian’ny ladoany mikasika ny raharaha ka ho hita eo ny ho tohin’ny raharaha.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Football- Stade de Barikadimy : Une belle pelouse laissée à l’abandon !

Vue sur les travaux du stade de Barikadimy aujoud’hui fermé au public et aux footballeurs

Incroyable, mais ce qui est en train d’arriver à la pelouse synthétique du Stade de Barikadimy vous fend le cœur. Laissée à l’abandon pour des raisons qui restent encore obscures, la pelouse est en train de se détériorer par endroits alors que la tribune et les gradins sont en train de prendre forme.

La pelouse du stade de Barikadimy se trouve dans un état lamentable pour la simple et bonne raison qu’elle a besoin qu’on joue dessus en sus de l’entretien.

Ce joyau, du moins il l’était au début, faisait pourtant la fierté des Tamataviens qui n’en espéraient pas tant pour redorer son football fortement terni.

Meilleur gazon. On sait en effet que par ces temps de pluie, le stade municipal de Toamasina est quasi impraticable. Et la pelouse en piteux état se répercute sur le niveau du football sans que la ligue pourtant bien prise en main par le Président Andry Marcel puisse faire autrement.

« Si les Anglais jouent du bon football, c’est parce qu’ils possèdent le meilleur gazon au monde », confie Andry Marcel qui lance un appel au nouveau président Andry Rajoelina de voir de près le sort de ce stade de Barikadimy et sauver ce qui peut encore l’être.

Et entre les deux Andry, on estime que le courant devait passer surtout qu’il s’agit de mettre en avant l’éducation de nos jeunes.

Claquement de doigts. Et sur ce point, on pense que le Président Andry Rajoelina, d’un claquement de doigts, peut dire au Transport Leong d’ouvrir les portes du stade et que le paiement des arriérés se fera plus tard. Car apparemment il s’agit de cela, mais pas d’autre chose.

Certes on devait aussi passer par le comité de normalisation, car dans sa forme actuelle, il s’agit bel et bien d’une affaire courante. Mais on pense que si le Président Rajoelina décide d’aller plus loin, il aura gain de cause auprès du président de la CAF, Ahmad, avec qui il est resté en très bons termes.

Et là aussi, un autre claquement de doigts d’Ahmad suffirait au bonheur des Tamataviens. Encore faut-il que tout le monde y mette un peu de bonne volonté.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

RN6 Diego-Ambolobe : Sahirana ny mpandeha noho ny haratsiana sy fahatapahan-dàlana

Vokatr’izay dia niakatra ny sadaran-dalana, tsy maintsy mandeha lakana indro ireo mpandeha. Nefa mbola mandeha kalesy koa,  rehefa avy eo  maka Bajajy indray mandeha izay vao afaka  mitady ny fiara mpitaterana hafa”transbordement”,  izay vao tena manohy  ny dia. Etsy andaniny, manahy mafy ireo mponina eny an-toerana amin’ny  mety  haharava ny tanàna noho ny fiakaran-drano amin’io tanànan’i Marivorahona.

Efa roa herinandro mahery izay nahatapaka an’ity lalana RN6  mampitohy an’i Diégo Ambilobe ity nefa hatramin’izao tsy mbola nahitana mangirana na vahaolana na iray aza.

Mitantara ny zavatra hitany sy niainany ity ray aman-dreny iray ity, izay monina ao an-tampon- tanànan’ Ambilobe no sady mivezivezy amin’ity lalana RN6 ity.

Raha ny zava-misy hoy Danielson Arthur, kely dia kely ny fanantenana ny mbola hitohizan’io lalana Marivorahona – Ambilobe sy Diego io, satria efa maro loatra ny fahatapahana hoy  izy.  Na dia io tetezana io ihany no tohizana ka raha mbola fefiloha na digue no hatao, dia mbola hitarika fahatapahan’ny tetezana ihany izany, ho izy.

Mbola nanazava indray ity ray-amandreny ity mila ampanarahana tata-drano tsara ny rano Marivorahona, satria ny zava-misy amin’izao fotoana izao dia mamaky amin’ny renirano Mananjeba ny rano avy amin’io rano ben’i Marivorahona. Ka lasa mamakivaky ny tanàna ny mponina manodidina. Indrindra fa rehefa misy ny orana tsy ankiato na misesisye be ireny. Ka izay rehetra izay mitondra safo-drano amin’ny tranondreo mponina. Tsy vitan’izay ihany koa fa ny rano be mivatravatra manimba ny lalana koa.

Koa manao antso avo amin’ireo mpitondra fanjakana  , tena hijery akaiky ny zava- misy any an-toerana, satria sahirana ny mponina ao an-toerana, ary fijaliana koa hoan’ireo mpandeha

Amin’izao fotoana, dia mandany saran-dalana 145 000Ar  raha 75 000AR teo ny saran-dalana teo aloha. Misy fianakara be ny saran-dalana, satria raha Diego mandeha Marivorahona dia tsy maintsy miampita lakana,  afaka kelikely dia handeha lakana indray mandeha. Avy eo tonga amin’ny toerana iray atao hoe “radiet” dia tsy maintsy mandray kalesy. Rehefa avy eo dia mandray bajajy ndray mandeha izay vao afaka manao “transbordement”.

Nilazay izany koa Andritsitohaina Liva tomponandraikitra iray amin’ny kaoperativa KOFMAD, fa sahirana amin’ny lalana hoy izy. Satria ny mpandeha miala amin’ny Gare routière any Antsiranana maraina dia tonga any Ambilobe  ny alina. Nefa lalana tokony hatao eo amin’ny 5 ora eo ihany, miampy nyfiakaran’ny saran-dalana hoy izy, dia manahirana sady mbola tsy fantatra rahoviana no handraisana vahaolana.

C.Angeline

Midi Madagasikara1 partages

Ambohijanaka- Atsimondrano : Tokantrano voatafika, vehivavy telo voaolana, an-tapitrisany ny vola lasa

Tsy vitan’ny efa naka ny vola rehetra ireto olon-dratsy nanafika tokantrano iray teny amin’iny distrikan’Atsimondrano iny, fa mbola nampiharan’izy ireo ny filan-dratsiny ireo vehivavy rehetra tao amin’ity tokantrano ity.

Ny alin’ny talata hifoha alarobia teo no nitrangan’ity fanafihana niharo fanolanana ity tao amin’ny fokontany Tsilazaina, kaominina Ambohijanaka, tokony ho tamin’ny iray ora sy sasany maraina tany ho any. Araka ny tatitra azo avy tamin’ny zandarimariam-pirenena, dia nahatratra teo amin’ny fito lahy teo ireo olon-dratsy, izay samy nisaron-tava avokoa no nanao amboletra niditra tamin’ilay trano. Araka ny fitantaran’ireo niharam-boina tamin’ireo mpitandro filaminana, dia fantatra fa fitaovam-piadiana mahery vaika, no nentin’ireto mpanafika, raha ny sasany tamin’izy ireo no nitondra zava-maranitra isan-karazany. Sendra ny hery tsy mitovy ireto voatafika ka dia nanaiky mora izay nolazain’ireto olon-dratsy rehefa voarahona tamin’ny basy “kalach”. Hany ka nanao izay danin’ny kibony mihitsy ireto jiolahy nisavasava sy nibata izay azo nalaina rehetra tao an-trano. Vola mitentina eo amin’ny fito hetsy sy iray tapitrisa ariary teo ho eo no lasan’izy ireo tamin’izay, niaraka tamina finday valo sy entana sarobidy hafa. Tsy nionona tamin’izay efa azony izay anefa izy ireo fa namoa-doza hafa. Nahita iretsy vehivavy teo ambany masony ka tsy nanaiky raha tsy nampiharan’izy ireo ny filan-dratsiny. Telo izy ireo no niharan’ny herisetra ara-nofo nataon’ireo mpanafika. 18 taona ny zandriny ary 46 taona ny zokiny. Rehefa samy afa-po izy ireo vao nitsoaka, nitondra ireo zavatra azony. Mazava  ho azy, fa efa lasa mihitsy ireto olon-dratsy vao afaka niantso vonjy ireo lasibatra. Raha vao nahare ny antso vonjy moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana avy ao amin’ny borigadin’Andoharanofotsy dia nidina malaky teny an-toerana. Nisy avy hatrany ny savahao ny toerana rehetra izay mety hiafenan’ireo mpanafika saingy, araka ny vaovao hatrany dia efa nadio tanteraka ny rano nitàn’ireto farany, na dia takaitra ara-materialy sy ara-tsaina aza no navelan’izy ireo tamin’ireo voatafika. Na izany na tsy izany aza anefa, dia efa mandeha ny fanadihadiana rehetra hikarohana ireto tsy valahara ireto.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Gal Ravalomanana : Retour par la grande porte

Le nouveau SEG est bien parti pour décrocher une quatrième étoile.

Discret depuis la fin de la Transition, le général Richard Ravalomanana a effectué hier un retour par la grande porte. Celle du Palais d’Iavoloha où il a pris rang parmi les membres du nouveau gouvernement en qualité de Secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Défense nationale chargé de la Gendarmerie. Lequel n’a pas été finalement placé sous la tutelle du ministère de l’Intérieur suite à la levée de boucliers des bérets noirs qui ont vu rouge face au projet de les rattacher à l’Immeuble Patte d’Eléphant à Anosy. Un projet torpillé avec le « come back » de l’ancien « Faneva » de la Gendarmerie qui est bien parti pour accrocher une quatrième étoile sur son képi et ses épaulettes, après avoir vu son avancement gelé sous le précédent régime. Même si elle était plus ou moins prévisible, la nomination du général Richard Ravalomanana a fait l’effet d’une …bombe.

R. O

Indian Ocean Times0 partages

Nouveau gouvernement à Madagascar

SEM Andry RAJOELINA, Président de la République de Madagascar a nommé ce 24 janvier 2019, par décret n° 2019-016 son nouveau gouvernement, sur proposition du Premier Ministre   Ministre de la Défense Nationale : Général de Division RAKOTONIRINA Léon Jean Richard   Ministre des Affaires étrangères : Monsieur Naina ANDRIANTSITOHAINA   Garde des Sceaux, Ministre de la Justice : Monsieur Jacques RANDRIANASOLO   Ministre de l’Economie et des Finances : Monsieur Richard RANDRIAMANDRATO   Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation : Monsieur Tianarivelo RAZAFIMAHEFA   Ministre de la Sécurité Publique : Contrôleur Général de Police RAFANOMEZANTSOA Roger   Ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics : Monsieur Hajo ANDRIANAINARIVELO   Ministre de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique et Professionnel : Madame Marie Thérèse VOLAHAINGO   Ministre de la Santé Publique : Professeur Julio RAKOTONIRINA   Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche : Monsieur Fanomezantsoa Lucien RANARIVELO   Ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures : Monsieur Vonjy ANDRIAMANGA   Ministre des Mines et des Ressources Stratégiques : Monsieur Fidinarivo RAVOKATRA   Ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie : Monsieur Joël RANDRIAMANDRANTO   Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales : Madame Gisèle RANAMPY   Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique : Professeure Madeleine Félicitée REJO-FIENENA   Ministre de l’Industrie, du Commerce, et de l’Artisanat : Madame Lantosoa RAKOTOMALALA   Ministre de l’Environnement et du Développement Durable : Monsieur Alexandre GEORGET   Ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique : Monsieur Christian RAMAROLAHY   Ministre de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme : Madame Lucien Irmah NAHARIMAMY   Ministre de la Jeunesse et des Sports : Monsieur Tinoka Roberto Michael RAHAROARILALA   Ministre de la Communication et de la Culture : Madame Lalatiana ANDRIATONGARIVO RAKOTONDRAZAFY   Secrétaire d’Etat auprès du Ministère de la Défense Nationale en charge de la Gendarmerie : Général de Division RAVALOMANANA Richard
Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaram-bahoakaNodimbiasan’ny fifamonoana

Lojikan’ny zava-misy eto amin’ny firenena ankehitriny izay iainan’ireo mponina andavanandro, indrindra ety an-drenivohitra ny rarin-tsaina.

 Zavatra kely heverina ho tsy misy dikany dia efa miteraka fifamaliana tsy roa aman-tany izay miofo ho fifampikasihan-tanana ary mahafaty olona mihitsy. Mahatsikaiky nefa mampalahelo ny tranga nisy tamin’ny 11 janoary teo. Resaka hira anaty karaoke no andatsahana ain’olona. Araka ny fanadihadian’ny mpitandro ny filaminana dia fifandrangitana no niantombohany. Miteraka fahasosoran’ny olona matetika ny fahasahiranana. Ny fananam-bola koa anefa mitarika fizahozahoana, indrindra, amin’izao andron’ny seho ivelany izao. Mitady hodimbiasan’io fifamonoana io indray ankehitriny ny fitsaram-bahoaka. Mila mandini-tena !

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Eo am-pandrasana mahita ny atiny e !

Tafatsangana ny governemanta vaovao heverin’ny filoham-pirenena fa hahavita ireo veliranony sy fampanantenana nataony tamin’ny vahoaka.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanovana ifotony ny lalàmpanorenanaTsy azo ihodivirana, hoy i Arlette Ramaroson

Tsy zakan’ny fanitsiana (revision) fotsiny intsony, hoy ny mpitsara iraisampirenena, Arlette Ramaroson, ny lalàmpanorenana vaovao eto Madagasikara raha toa ka irosoana ireny vina nolazain’ny filoham-pirenena vaovao ireny.

 

 Anisan’izany ny fandravana ny antenimierandoholona sy ilay fametrahana governora miisa 23 sy fanovana ny faritra ho 23. Tsy azo ihodivirana ny fanovana ifotony ny lalàmpanorenana. Tokony hisy fihaonambem-pirenena mihitsy hanontaniana ny Malagasy ny lalàm-panorenana mety aminy. Na aorian’ny fanitsiana fotsiny aza dia tsy maintsy hisy fitsapan-kevi-bahoaka. Tsy aleo ve ovana ifotony mba haharitra an-taonany maro, ? Ny an’ny olona lalàm-panorenana efa hatramin’ny 1757 tsy miova ihany hatramin’izao, hoy hatrany ity mpahay lalàna iraisampirenena ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàna momba ny fitsinjaram-pahefanaNampihena be ny sehatra hahafahan’ny faritra miasa

Ny fanovana maro tao anatin’ny lalàna 2014-020 dia nampihena be ny asan’ny faritra ary tsy miteraka fitsinjaram-pahefana tena izy, hoy ny lehiben’ny faritra (CR) Analamanga Ndratonomena Rakotonanahary.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olon’ny MAPARHasavoritaky ny ady seza…

Manomboka tsy re feo ny ankamaroan’ireo olon’ny MAPAR sy ny mpanohana fatratra an’i andry Rajoelina. Misy ny variana amin’ny ady seza, ao ireo tsy mahita hotenenina fa fanina tanteraka.

 Mifanipaka toy ny valala an-karona ny sasany. Nialoha ny fanendrena minisitra, dia re fa nisy ny adihevitra tsy nifankahitana. Samy te ho lohany sy mitaky ny valim-babena, ary nisy ny nilelalela fatratra mbola nanenjika ny mpifanandrina politika efa naneho fandeferana sy nirary soa ilay filoha voafidy, sao hisy tafiditra ao anaty fanjakana satria izy ireo, hono, no namono ny voay. Tahaka ny miady mofomamy ny fitadiavan-tseza, ka tsy atao mahagaga raha nahatratra 300 ny nanatitra CV (Curriculum Vitae) mba hiady laharana hotendrena minisitra, raha ny kabarin-dRajoelina, nefa 9.000 raha ny resaka niely. Misy maromaro ireo endrika vaovao ao anaty governemanta ka miandrandra toerana mafy ireo nanantena seza tao. Misy no re fa hotendrena governoran’ny faritra. Efa nofoanana ny fanendrena ireo mpanolotsaina teknikan’ny filoham-pirenena teo aloha Hery Rajaonarimampianina miisa 32, iraka manokan’ny filoham-pirenena teo aloha miisa 8, fanendrena ireo mpanolotsaina manokan’ny filoham-pirenena teo aloha miisa 12. Toerana mety hiadiana mafy ihany koa ireo 52 ireo. Zary hanihanian’ny olona tamin’ireny fifidianana ireny mitohy hatramin’izao moa ny hoe: “Mapar Nylon” sy “Mapar Coton”, izay nentina nanasokajiana ireo toetoetr’ireo lohandohany. Ireo heverina fa tena higoka ny tombontsoa dia nianjaika ny fitafiana vita amin’ny “coton” fa ireo “nylon” kosa dia ireo mety nampanantenaina natao fitaovana sy tohatra tahaka ny sarambabem-bahoaka, hoy ny vazivazy teny anivon’ny fiarahamonina. Na ireo lohandohan’ny mpisorona ao anatin’ilay sokajy voalohany aza misy valalanina, mainka fa ireo hafa.

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaNy ao an-dapa ihany no hamingana raha tsy mitandrina

Efa nanomboka tany amin’ny fomba fanomanana fampielezankevitra no hita fa niha nitombo hatrany ireo hoditr’akondro voatsipy nanoloana ny filoham-pirenena vaovao.

 

Ny fampielezankevitra mialoha ny fotoana dia efa nampametra-panontaniana ny maro ny firobarobana. Fampielezankevitra fihodinana voalohany, avy aiza ilay 180 tapitrisa dolara ? Fa naninona no niharihary fa tsy voara-mason’ny CENI ny loharanom-bolan’ity kandida iray ity ? Efa hatrany moa no naneno ny lakolosy fa tsy tomombana ny fifidianana ary feno hosoka. Nialoha ny fihodinana faharoa, niharihary fa nihoa-pampana ny hosoka. Vazivazin’ny mpandalo tamin’ireny ny hoe “Tsy mahay mangalatra fa tokony ho naka traikefa tamin’ilay iray.” Dia mbola mitohy ny tandrevaka. Eny, hatramin’ny fotoam-pianianana dia tsy ampy ny seza teny Mahamasina. Tsy mitovy ny sakafo nomena ireo nasaina teny Iavoloha. Ahiana indray koa ny fipariahan’ny CV sandoka. Hiverina ihany koa ve izany ny voambolana nalaza hoe “sans qualité” ? Dia samy nampiditra ny namany ho minisitra sy sekretera daholo koa izany. Tsy nisy fanendrena akory dia efa nisy namono omby sy nanao fety be raha ny ako voaray avy any amin’ny faritra avy any. Raha tsy mitandrina, araka izany, ity filoham-pirenena vaovao ity dia ny ao an-dapa ihany hamingana azy.

J. Mirija

  

Tia Tanindranaza0 partages

Marc RavalomananaManetsika ny mpiara-dia aminy

“In-dray mandeha no manta vary ka tsy handevin-tsotrobe”, hoy ilay fomba fiteny Malagasy.

 

 Maneho izany i Marc Ravalomanana sy ny mpiara-dia ao anatin’ny TIM sy K25 amin’izao taorian’ny fifidianana filoham-pirenena feno lesoka sy tsy fahamarinana, saingy nisy ny fandeferana lehibe natao. Mihetsiketsika ny TIM ankehitriny ka na vita aza iny ny fifidianana filoha dia mitohy foana ny fiainan’ny antoko sy ny fiainam-pirenena. Tsy mamela ireo mpiara-dia ho irery i Marc Ravalomanana ary tsy arakaraka ny teny feno fanesoana nataon’ny an-daniny amin’ny efa handeha hisotro ronono fa maneho hatrany fa an’ny vahoaka Malagasy sy tena akaiky azy izy. Tao anatin’ny andro vitsy dia nitafa sy nihaona tamin’ny vahoakan’Antsirabe i Marc Ravalomanana. Nanao adidy amin’ny firenena tamin’ny alalan’ny fambolen-kazo niarahana tamin’ny rehetra, izay notontosaina tao Mahafaly Vatofotsy izy mivady omaly. Samy naneho ny fihetseham-pony daholo ny olona rehetra nihaona tamin’i “dada”. Tao ny faly ary tao ihany koa no latsa-dranomaso,... Tsy maty ao ampon'ny olona ny fitiavana azy. Sady fifampiarahabana noho ny fahatrarana ny taona 2019 niarahan’i Marc Ravalomanana mivady sy ny vahoakan’Antsirabe ny fotoana omaly, ka nandritra izany no nanolorany omby matavy miisa 4 ho nofon-kena mitam-pihavanana ho an’ny vahoaka. Notoloran’ny K25 sy ny TIM Antsirabe ondry matavy kosa izy mivady ho mari-panajana sy fankasitrahana. Anio dia hisy ny fihaonana hatao eny amin’ny Magro Tanjombato, ka andrasana izay ho toromarika avy amin’i Marc Ravalomanana sy ny zavatra mety hataon’ny Antoko Tiako I Madagasikara. Ny azo antoka dia miomana fatratra amin’ny amin’ny dingana manaraka ny TIM, ka efa nanentana mpiara-dia rehetra amin’ny fiatrehana ny fifidianana isan’ambaratongany tsy ho ela dia ny fifidianana Solombavambahoaka, Ben’ny tanàna,… I Marc Ravalomanana. Entano dieny izao ny mpiaramonina hisoratra anarana amin’ny lisi-pifidianana izay efa nisokatra nanomboka tamin’ny voalohan’ny volana desambra 2018, hoy izy. Marihina fa ny faran’ny volana febroary izao no hifarana ny fahafahana manamarina sy manoratra anarana eny amin’ny fokontany”. Miaina ary tsy ho voagejan’ny mety ho tsy ho fahombiazana sy ny kajikajy maloton’ny fifidianana filoha teo ny TIM, ka tsy hilavo lefona fa vonona hiatrika ny ho avy sy hampiseho ny heriny.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

CENI Madagascar73 Miliara Ariary no lany tamin`ny fifidianana

97 Miliara ariary tany ho any ny vola nampiasain`ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana (CENI) nandritra ny taona 2018 araka ny tatitra nataon`ity vaomieram-pirenena ity izay nahitana ny lafiny ara-moraly,

 ny fitantanana sy ny lafiny ara-bolan’ny raharaham-pifidianana, araka ny voalazan’ny andininy faha-62 amin’ny lalàna n°2015-020 tamin’ny 19 oktobra 2015. Teo ny tatitra ara-bola, nitondran’i Haja Ratsimbazafy, tompon’andraikitra ny fandraharahana sy fitantanana ara-bola eo anivon`ny CENI fanazavana ka nilazany fa  ny mpamatsy vola voalohany azy ireo dia ny fitondram-panjakana izay nanolotra 66 miliara ariary. 27 miliara ariary kosa no voalaza novatsian`ireo mpamatsy vola vahiny tamin`ny alalan`ny tetikasa SACEM. Nitondra fanazavana tamin`ny fitsinjarana ny tetibola ny tompon’andraikitry ny fitantanana ara-bola. 7,8 miliara ariary ny vola natokana ho fampandehanana ny CENI. Teo amin`ny fanavaozana lisi-pifidianana, 4,3 miliara ariary no lany. Ny fanabeazana ara-pifidianana indray, 2,2 miliara ariary no natokan`ny SACEM. Nohamafisin`ny CENI kosa fa ny tontolo fifidianana no tena nandaniana ny vola satria nitentina 73 miliara ariary. Nanampy ity vaomieram-pirenena tamin’ny fanatanterahana ireo asa ireo ihany koa ny PNUD, ny Vondrona Afrikanina, ny ECES, ny OIF, ny EISA, ny ECF-SADC ary ny FES.

Fiaraha-miasa vaovao

Maro ireo fiaraha-miasa iraisam-pirenena vaovao novolavolaina nandritra iny taona 2018 iny izay niarahana tamin’ireo mpiara-miombon’antoka ara-teknika sy ara-bola ka anisan’izany ny vovonan’ny mpiara-miombon’antoka sy ny governemanta miaraka amin’ny fandraisana anjaran’ny Primatiora, ny fanatanterahana ny drafitrasa hiarahan’ny CENI-SACEM (Soutien Au Cycle Electoral de Madagascar) mba hahafahana mitarika ny asa rehetra mifandraika amin’ny fanomanana sy ny fandrindrana ny fifidianana ary ny fametrahana ny rafitra fanaraha-maso ny tomban’ezak’ireo asa nanomboka ny taona 2016. Ankoatra izay, ny CENI eto Madagasikara dia voaasa tamin’ny fitsidihana ara-pomba ofisialy mahakasika ny fifanakalozana na atrikasa na fanaraha-maso ny fifidianana tany amin’ny firenena El Salvador, Inde, Nigeria, Frantsa, Canada, Etazonia, Korea atsimo ary Afrika atsimo mba ho fanamafisana ny fahaiza-manao amin’ny fitantanana ny fifidianana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Governemanta vaovaoNahazo seza ireo akama

Nivoaka omaly ny didim-panjakana n° 2019 – 023 nanendren’ny filohan’ny Repoblika Andry Rajoelina ireo mpikambana vaovao ao amin’ny governemanta tarihan’ny praiminisitra Christian Ntsay.

 

 

 

Marigny A sy Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Trano miorina ambony fefilohaOlona maro no efa notorian’ny APIPA

Tena mitera-doza tokoa ny fipetrahana manamorona ny fefiloha, indrindra amin’ny fotoam-pahavaratra tahaka izao.

 Mety ho tratran’ny rano tampoka mantsy ny trano misy ireny olona ireny  ankoatra ny fihotsahan’ny tany tampoka mankany anaty rano mety hamoizana ain’olona maro. Olona maro no efa notorian’ny APIPA, raha araka ny fanazavan’ny tale jeneraliny Rateloson Philippe, omaly.  Saika voakasika avokoa ireo olona mipetraka manamorona ireo fefiloha mirefy 12 km amin’ny faritra hiasan’izy ireo fa tsy mety fay. Tsy manaiky ireny asa fanorenana mamoa-doza ireny mantsy izy ireo. Ny kaominina no tena tompon’andraikitra amin’ny fanaraha-maso ireny trano miorina amina fefiloha ireny sy manome alalana azy ireo. Misy ihany koa anefa ireo manorina tsy maka alalana ka manahirana ny manala  azy. Mikasika ny fiakaran’ny rano manokana dia nambaran’ny teo anivon’ny APIPA fa tsy mbola misy ny atahorana hatramin’ny omaly nahazoana ny vaovao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa Fanalamanga 2018Nihoatra ny tokony ho izy ny vinan’asa vita

Nandeha araka ny tokony ho izy ny laminasa rehetra notanterahina tamin’iny taona 2018 nivalona iny ary nihoatra ny tokony ho izy mihitsy aza ho anay eto amin’ny orinasa Fanalamanga,

Tia Tanindranaza0 partages

Ranon’ny JIRAMA tapaka matetikaVokatry ny fahanteran’ny fotodrafitrasa sy ny fitomboan’ny filàna

Nitondra fanazavana manokana momba ny rano tapaka vatsiany, Rtoa Francesca Tsitohery Andriamampinona, talen’ny serasera eo amin’ny orinasa JIRAMA omaly.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taksibe eto an-drenivohitraMisy mampidi-doza kanefa mbola miasa ihany

Misy amin’ireo taksibe miasa eto an-drenivohitra amin’izao efa tsy tokony hiasa intsony.

 

 Maro amin’izy ireny no zara raha misy varavarankely na tonga dia goaka be avy hatrany ary hidiran’ny orana rehefa fotoam-pahavaratra tahaka izao ankoatra ireo efa tena ratsy endrika amam-bika. Ankoatra izay dia misy ihany koa ireo feno vy mandratra ao anatiny ka raha tsy mitandrina dia mitondra takaitra tanteraka. Ny mahavariana anefa dia mbola mahazo alalana hiasa avy amin’ny tompon’andraikitra ihany izy ireny. Tsy sakanan’ny mpitandro ny filaminana ihany koa na dia manahirana tahaka itony hitantsika amin’ny sary itony aza. Antso avo no hatao amin’ireo tompon’andraikitra voakasika mba hijery akaiky ireny karazana fiarakaodia efa tsy tokony hiasa intsony ireny ho fitandroana ny ain’ny mpandeha.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

HALA-JAZA SY TANORA

Tena misy ny hala-jaza ary tsy tena zaza no lasibatra fa ireo adolatsento.

Mpianatry ny Esca iray no nisy naka raha vao nilaza izy fa tsy mifoka sigara rehefa nanontanian’ireo olon-dratsy. Nilaza ho tsy nahatsiaro tena intsony izy taorian’ny famaliany an’io fanontaniana io. Teny amin’ny lalam-baovao Tsarasaotra izy no hita, telo andro taty aoriana ary tsy nisy tadidiny izay zava-niseho. Hivory ato ho ato ny fikambanan’ny ray aman-drenin’ny Esca ny amin’ny hiarovana ireo mpianatra manoloana ity tranga hafahafa ity. Tsiahivina fa marobe koa ny zaza tsy hita tato ho ato. 

 

NAOLANA NY VEHIVAVY REHETRA

 Habibiana tsy roa aman-tany no niseho tetsy Ambohijanaka. Izany dia mahakasika ny fanolanana ny vehivavy rehetra izay tao amin’ilay tokantrano. Fanafihana mitam-basy no nitranga ary rehefa azo ny vola sy ny kojakoja hafa izay nilain’ireo jiolahy dia nivadika tamin’ny fanolanana amin’izay. Fito lahy mitazona kalachnikov no tompon’antoka ary vola mitentina iray tapitrisa mahery no lasa nandritry ny fanafihana. Ambohijanaka koa dia matetika hiverenan’ny jiolahy ary amin’ny dimy ora hariva dia efa maty tanteraka ny tanàna noho ny horohoron’ny mponina eny. 

MIRONGATRA NY TRAFIKA

 Feno trafika ao amin’ny seranan-tsambo sy seranam-piaramanidin’Ivato. Ny iray dia mahakasika ny héroine milanja dimy kilao izay tao anaty sambon’ny kaompania iray. Ny faharoa kosa indray dia tao amin’ny seranam-piaramanidina ary mahakasika ny fanondranana volamena milanja 25 kilao nataon’ny teratany karàna iray. Ireo zava-misy ireo anefa dia afinafenin’ny manampahefana, indrindra ny ladoany. Ana miliara ariary maro ny tentim-bidin’ireo ary heloka bevava, ka tokony hatao mangarahara ny fikirakiràna ny fanenjehana ary hampahafantarina ny vahoaka. 

FANDROBANA TENY ANOSIALA

Jiolahy miisa fito mitondra basim-borona sy sabatra no nandroba tetsy Anosiala Ambohidratrimo. Lasa ny vola mitentina 200.000ariary ary finday miisa dimy. Mba tsy nisy ny aina nafoy na koa ny naratra satria tsy nisy namaly ny tao an-trano raha vao nahita ireo fitaovam-piadiana teny an-tananan’ireo olon-dratsy. Isan’ny faritra mena eto an-drenivohitra ankehitriny Ambohidatrimo sy ny manodidina azy. Misy fanafihana mitam-piadiana hatrany isan-kerinandro. . 

 

 

 

 

 

LALANA SIMBA LASA FANARARAOTANA

Lasa fanararaotan’ireo tsy misy asa ny fahatapahan’ny lalana etsy 67ha afovoany. Misy ny manisy vato izay hahafahan’ny fiara avo mihetsika ary koa ny moto sasantsasany. Izany anefa dia handoavam-bola. Raha tsiahivina dia noho ny fahavakisan’ny fatson-drano iray an’ny Jirama no antony nahatonga ny ranobe sy ny lavaka be. Goaka tanteraka ny lalana ary na ireny sprinter avo be ireny aza dia tafalatsaka teo afovoany ka tsy afa-nikisaka. Nefa ny Jirama dia eo akaiky eo ihany no misy azy. 

IVONTOERAN’NY ROMBO

 Lasa ivontoeran’ny herisetra  ankehitriny ireny toerana fanaovana karaoké ireny. Tetsy 67ha dia niafara tamin’ny fahafatesana izany. Ny olana dia satria nitovy ny hira izay nataon’ny andian’olona roa samihafa. Tezitra ny iray fa hoe nivalana ny fomba nihiran’ny ankilany azy ary dia tonga tamin’ny fikasihan-tànana. Nisy nampiasa antsy mihitsy ary dia nahafaty olona. Miisa efatra no nosamborin’ny polisin’ny BC momba ity raharaha ity ary natolotra ny fampanoavana omaly avokoa.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taksibe eto an-drenivohitraMisy mampidi-doza kanefa mbola miasa ihany

Misy amin’ireo taksibe miasa eto an-drenivohitra amin’izao efa tsy tokony hiasa intsony.

 

 Maro amin’izy ireny no zara raha misy varavarankely na tonga dia goaka be avy hatrany ary hidiran’ny orana rehefa fotoam-pahavaratra tahaka izao ankoatra ireo efa tena ratsy endrika amam-bika. Ankoatra izay dia misy ihany koa ireo feno vy mandratra ao anatiny ka raha tsy mitandrina dia mitondra takaitra tanteraka. Ny mahavariana anefa dia mbola mahazo alalana hiasa avy amin’ny tompon’andraikitra ihany izy ireny. Tsy sakanan’ny mpitandro ny filaminana ihany koa na dia manahirana tahaka itony hitantsika amin’ny sary itony aza. Antso avo no hatao amin’ireo tompon’andraikitra voakasika mba hijery akaiky ireny karazana fiarakaodia efa tsy tokony hiasa intsony ireny ho fitandroana ny ain’ny mpandeha.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra bateria amin’ny andrin-jiroLehilahy iray voasambotra teny amin’ny faritr’i Masay

Taorian’ny fangalarana bateriana andrin-jiro mandeha amin’ny herin’ny masoandro misesisesy teto an-drenivohitra ny volana desambra lasa teo dia lehilahy iray no saron’ny polisim-pirenena teny amin’ny faritr’i Masay.

 

 

 

 

Manodidina ny 36 taona eo ho eo izy io tratra tamin’ny 11 ora sy sasany alina, nandritra ny fisafoana tampoka nataon’ny polisy. Raha araka ny fantatra dia niafina tsy lavitr’ilay andrin-jiro saika nangalarany ity lehilahy iray ity. Tsikaritr’ireo polisy anefa izany ka nanatona avy hatrany izy ireo mba hanadihady mikasika azy. Raha nahita ireto polisy nanatona azy anefa ity lehilahy ity dia nikasa handositra saingy voasambotra avy hatrany. Rehefa nosavaina ny teny aminy dia nahitana fitaovana maromaro toy ny baramina sy “tourne-vice”. Tsy nahitana kara-panondro kosa anefa  tany aminy. Nentina avy hatrany teo anivon’ny kaomisarian’ny Boriborintany fahenina ity lehilahy ity  mba hanaovana fanadihadiana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana AS Ramim’sHisarika ny tanora tsy ho azon’ny mahadomelina

Herintaona mahery izao no nijoroan’ny fikambanana AS Ramim’s, izay manana foibe ao amin’ny distrikan’Ambatolampy ary efa manana mpikambana 1000 isa mahery sahady.

 Fikambanana miompana amin’ny asa sosialy no nananganana azy ity tany am-boalohany raha ny fanazavan’ny filoha mpanorina, Miarantsoa Rakotomalala. Maro anefa, hoy izy, ny zava-bita ankoatra ny resaka sosialy. Ny alahady teo izao, ohatra, dia tontosa teny amin’ny kianjan’Ambatomena ny famaranana tamin’ny lalao baolina kitra nifanandrinan’ny klioba Tafaray sy Cesam izay nahatafavoaka ho mpandresy ity farany. eo ihany ny fialamboly. Tanjona koa ny hisarika ny tanora tsy ho azon’ny mahadomelina. Mbola maro, hoy ny fikambanana, ny adidy miandry anay sy hirarianay ho tanteraka ho fampandrosoana ny firenena. “Ato amiko ny fanahy.” rahateo moa, hoy ny fikambanana, no teny filamatry ny AS Ramim’s.

J. Mirija

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Banky foiben’i MadagasikaraTsy mbola mieritreritra ny hamoaka vola vaovao

Nahoraka ny ho famoahan’ny Banky Foiben`i Madagasikara vola vaovao mitambatra toy ny 50 000 Ariary sy 100 000 Ariary ao anaty tambajotran-tserasera.

Nampikorontana ny sain’ny maro, indrindra ny teo anivon`ny Banky Foibe izany ary nanaovany fanambarana. Araka ny sata mifehy ny Banky Foiben’i Madagasikara, voafaritry ny lalàna, dia izy irery ihany no manana fahafahana hamoaka, hamorona ary hanaparitaka ny vola eto Madagasikara. Amin’izao fotoana izao dia nametraka fitoriana ny eo anivon’ny Banky Foiben’I Madagasikara na dia tsy mbola misy vaovao marim-pototra aloha hatreto ny amin’ny fahitana mivantana ireo vola naseho anaty tambajotran-tserasera ireo.  Nosokajian’izy ireo ho fanohintohinana ny filaminam-bahoaka ny zava-nitranga.  Nanamafy ihany koa ny teo anivon’ny Banky foibe, tamin’ny alalan’ny governora lefitra voalohany,  Rakotondramanga Jules Théodore fa tsy mbola manana vinavina hamoaka vola vaovao izany mihitsy aloha hatreto. Andrasana, araka izany, ny ho tohin’ny raharaha.

 

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rallye RIM andiany faha-40Mbola hotontosaina any Moramanga amin’ity 2019 ity

Matotra ny filazan’ny tompon’andraikitra voalohany ao amin’ny Fanalamanga omaly fa mbola hotontosaina any Moramanga toy ny tamin’ny taon-dasa ny fanatanterahana ny fifaninanana RIM “Rallye Internationale de Madagascar”

Tia Tanindranaza0 partages

Zava-pisotroMiala any indray ny vita amin’ny voaloboka

Ankoatra ny paoma, ny voasary dia efa nahavitana ranom-boankazo ihany koa ny voaloboka eto amintsika.

 Fangatahana avy amin’ny mpanjifa izany, ranom-boankazo vokarin’ny  orinasa  Star. Raha ny fantatra dia hatramin’ny taona 1974 dia tsy nitsahatra nikaroka tsiro hafa sy miavaka entina hanomezana fahafaham-po ireo mpanjifany ny orinasa Star. Nikaroka hevitra hatrany izy ka ny voaloboka no hitan’izy ireo fa mety sady mahasalamana. Toeram-pivarotana miisa 13.000 no  efa ahitana ny fanta raisin ankehitriny manerana ny Nosy raha nanomboka ny 07 janoary lasa teo kosa ny fanaparitahana azy.  Misy ny fanentanana maro samihafa hataon’ny orinasa Star entina hampahafantarana ity zava-pisotro vita amin’ny voaloboka ity, raha 3.800 Ar kosa no vidiny.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andro ratsy sy ora-mikijaLasibatra ihany koa ny any Atsimo

Ny faritra Atsimon’ny Nosy indray izao no mizaka ny voka-dratsin’ny faharatsian’ny toetr’andro.

 Niakatra ny rano ary nanonja be ny ranomasina afak’omaly tao Morondava ary dibo-drano ny tao Toliara sy toerana maro, ary ratsy tanteraka ny andro ao anatin’ny Faritra Menabe, Melaky, Atsimo Andrefana. Tena manomboka mihamafy ny voka-dratsiny na dia tsy mbola misy aza ny rivodoza fa mbola tafiotra azo sokajiana ho malefaka miampy oram-be no mamely noho ny tangoron-drahona matevina any an-dranomasina. Niainga tany Avaratry ny Nosy, nahazo ny ilany andrefana ary mikasika ny tapany Atsimon’i Madagasikara ny toetr’andro ratsy amin’izao. Efa maro ny toerana mitondra takaitra, toy ny any Antsiranana sy Nosy Be, ny any Boeny, ary efa voakasika ihany koa ny any Atsimo. Nitombo hery ka lasa “Depression Tropicale” ilay andro ratsy niforona ao amin’ny lakandranon’i Mozambika. Any amin'ny manodidina ny 190 Km Atsimo Andrefan’i Toliara no misy ny foibeny omaly maraina tamin’ny 9 ora sy 30 tany ho any. Mitondra rivotra mahatratra 55 Km/ora sy tafiotra 75 Km/ora izy. Nikisaka mianatsimo somary Atsimo Atsinanana ny diany ka mahafaka 18 Km/ora. Manoloana io fivoarana io, dia iangaviana ny mponina amin’ny tapany Atsimo mba hampihatra ny fepetra mikasika ny loko mavo : Atsimo Andrefana, Androy ary Anosy, hoy ny toromariky ny sampandraharaha mpamantatra ny toetr’andro.

Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra fizahantanyNohamafisina ny fiaraha-miasa amin’i Frantsa sy Alemaina

Hanatanteraka fampiofanana any Frantsa sy Alemaina ny Ofisy nasionalin’ny fizahantany eto Madagasikara (ONTM) nanomboka ny 22 janoary lasa teo ary tapitra ny 31 janoary ho avy izao.

 

 Izany no tanteraka dia noho ny fiaraha-miasa amin’ny kaompania ana habakabaka Air Madagascar sy Tsaradia. Tanjona ny hisintonana mpizahatany frantsay sy ireo avy any Alemana ka izany no hanatanterahana ny fampahafantarana an’i Marseille, Lyon, Nantes ny any Frantsa ary Hambourg, Berlin ary Francfort kosa ny any Alemana. Agence de Voyage Malagasy miisa 10 no mandrafitra ny delegasionina ary manampahaizana manokana miisa 175 no andrasana ka ny 77 ho an’i Lafrantsa ary 98 ny an’ny Alemaina. Hitondra ny famelabelaran-kevitra ho fandresen-dahatra ny vahiny ireo mpisehatra matihanina ireo ary hiezaka hampahafantatra mihitsy ny harena mampiavaka sy ny tombony amin’ny fandalovana eto Madagasikara. Ilaina ny hetsika fampahafantarana sahala amin’itony ho fampiroboroboana hatrany ny  sehatra  fizahantany izay hananantsika  tombony sady tokony hampiditra vola be ho an’ny firenena. Maro ireo firenena efa lasa lavitra tamin’ny fampandrosoana tamin’ny alalan’io sehatra io ary tsy tokony ho latsa-danja amin’ireny i Madagasikara satria manana ireo toerana sy harena ara-boajanahary maro mampiavaka azy. Mila omanina ny fotodrafitrasa izay tena ratsy sy mampitsoaka ny vahiny ary tsy maintsy jerena akaiky ny tsy fandriampahalemana izay miteraka laza ratsy ho an’i Madagasikara.

 

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanTairo amin’izay ary ee !

Efa ao daholo izany izao ny akama rehetra ry Jean ka atomboy amin’izay ary ity revy ity aa ! Miandry anao ny vahoaka ee !

 

Hita eo tokoa amin’izay ary izany ianao mahalala ny tokony ataonao izany. Izahay aloha ry Jean mahatsapa hoe tena mbola tsy zakanay io revy io dia naleonay tsy nilingilingy ee! Fa raha tafavoaka amin’io kosa aloha nareo… tonga dia afaka be mihitsy amin’ny manaraka rehetra ee! Na izahay koa aza anie ry Jean tena mba liana sy dodona hoe ahoana tokoa ary no hanaovanao azy ity? Aiza no hanombohany azy? Ilay inona no ataony voalohany? Kozy anie izany ry Jean ee! Fa ny tena mahaliana anay mialoha izany anefa ry Jean dia izao; iza amin’ireny rehetra ireny ilay ho any am-bilaninay? Mba jereo ihany izahay ry Jean aa! Kony!

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina IvatoNahazo fokontany 7 vaovao

Nisy ny fangatahan’ny mponina ny amin’ny hananana fokontany vaovao satria lehibe loatra ny fokontanin’ny tobin-tseranam-piaramanidina Ivato teo aloha izay iray tao anatin’ny kaominina.

 

Nahavelon-taraina sy tena manahirana ny mponina ny fikarakarana taratasy, indrindra mahakasika ny lisi-pifidianana tamin’ny fifidianana filoham-pirenena ireny. Araka izany dia nangataka ny mponina mba hatao fokontany ireo faritra 7. Rehefa izay dia nandefa ny fangatahana teny anivon’ny fitondram-panjakana ny ben’ny tanànan’Ivato ary nivaly ka nivoaka ankehitriny ny didim-panjakana mamaritra fa misy fokontany 7 vaovao ao anatin’ny kaominina Ivato. Raha atotaly dia miisa 13 amin’izao ny fokontany ao anatin’ny kaominina Ivato ary efa voatendry tamin’ity herinandro ity daholo ny lehiben’ny fokontany miaraka amin’ireo lefitra. Efa hita soritra ihany koa ny hametrahana ireo toerana asiana ireo fokontany vaovao ireo ary efa am-pikarakarana ny entana sy ny kojakoja ampiasaina amin’izany ny kaominina sy ireo tompon’andraikitra rehetra. Ny andraikitra maika indrindra hiantsorohan’ireo fokontany ireo dia ny fanamboarana sy ny fanavaozana ny lisi-pifidianana noho ny fitarainana marobe  ary azo hiomanana tsara, hoy ny lefitra voalohan’ny ben’ny tanàna, Manitra Andrianjakarivony noho ny fanemorana ny fifidianana izay tokony hatao ny 20 martsa ho avy izao. Ambonin’izany ihany koa ny fanakaikezana kokoa ny mponina sy ny fitsinjovana azy ireo ny amin’ny fikarakarana taratasy ataony.

Tsirinasolo

 

 

La Vérité0 partages

Eboulement à Tsimialonjafy-Mahamasina - Les derniers corps ramenés sur la terre ferme

Une semaine ou presque de recherches inlassables,  les corps des quatre victimes  enfouis sous terre à la suite du terrible éboulement survenu à Tsimialonjafy-Mahamasina, ont été tous finalement retrouvés. Les deux derniers, ceux d’un couple, et qui ont posé le plus grand problème aux sauveteurs, ont été dégagés des décombres dans la soirée du jeudi 24 janvier. Ce qui ramène donc à 16 le nombre des victimes tuées à la suite des intempéries dans le pays. 

« Le cadavre de la femme était remonté en surface en premier vers 21h. Ce n’était seulement que deux heures après que celui de son mari fut à son tour retrouvé. L’extirpation des dépouilles des malheureux ont ainsi marqué la fin de ces recherches particulièrement longues et ardues », a déclaré le commandant Randrianarisoa, le chef de corps des sapeurs-pompiers à Tsaralalàna. Bien que les restes humains récemment dégagés des décombres soient déjà en état de décomposition avancée, les sauveteurs ont pu encore les identifier. Les pompiers, les militaires (Etat-major) et le Corps de protection civile (CPC), les policiers, les gendarmes, sans oublier tous les volontaires comme les scouts (« Fanilo ») ou autres, ont donc pu finalement crier victoire.

 

D’après le commandant, la tâche des sapeurs-pompiers a été rendue difficile par le fait qu’un  monticule d’environ 4 mètres de hauteur, a totalement submergé l’endroit où les deux cadavres furent piégés. Et pour cause, le glissement de terrain proprement dit. Mais celui-ci a ensuite rasé les habitations des victimes comme par effet domino. Ce qui veut dire que les éboulements ont créé un chaos, sinon un bouleversement total de la configuration initiale du terrain où étaient bâties les maisons. Certes, la fin des travaux de sauvetage et de recherche était annoncée triomphalement, du moins côté pompiers. Il reste encore pour eux de peaufiner le travail de post-sauvetage sur les lieux. Selon toujours leur chef de corps, qui a encadré ses hommes du début jusqu’à la fin de cette mission particulièrement difficile et périlleuse, les pompiers doivent retourner encore à Tsimialonjafy, et ce, dès hier même. La reconnaissance et autres contrôles sont la prochaine phase de leur intervention sur place. L’objectif est de prévenir une éventuelle survenue d’autres drames. « Nos éléments sont partis en reconnaissance dans tous les recoins de la hauteur de Tsimialonjafy pour tenter de déceler des rochers ou autres terrains qui menacent encore de provoquer des éboulis. Il faudra donc  les enlever ! », a-t-il continué. Un bref rappel des faits s’impose. Dans la soirée de samedi dernier, des éboulements de terrain ont provoqué la destruction de 4 maisons dans le quartier de Tsimialonjafy. Les pertes sont lourdes, et plus particulièrement pour cette petite famille de 4 personnes où seule la mère a pu en réchapper, son époux et ses 2 enfants ayant péri dans le drame.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Lalatiana Rakotondrazafy - « Je ne suis que le capitaine, j’ai besoin de l’effort de tous pour avance...

Un Gouvernement misant sur la rapidité et l’efficacité. La cérémonie de passation de service entre la nouvelle ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo et l’ancienne ministre de la Culture, de la Promotion de l’artisanat et de la Sauvegarde du patrimoine sortante, Johasy Eléonore, a été effectuée hier à la Bibliothèque municipale d’Anosy, également le siège du ministère de la Culture. Une transmission de pouvoir qui s’est déroulée dans le calme et sur une note positive puisque les deux ministres, avant tout des femmes malagasy, se sont fait preuve de respect et de fraternité notamment pendant leur discours respectif. 

Après la signature et l’échange des documents de passation, la ministre sortante a pris la parole et a souligné que c’était un vrai honneur pour elle d’avoir servi le pays en occupant pendant quelques mois seulement la place du ministre de la Culture. « J’étais satisfaite du travail que moi et toute mon équipe avions fait pendant ces quelques mois. Je n’aurais pas réussi à exercer ma fonction et à mener à bien les projets sans l’aide de mes collaborateurs. Actuellement, nous arrivons à un autre stade. Nous avons élu notre nouveau Président et avec cette nouvelle aventure, je pense que nous pouvons arriver encore plus loin et réussirons à promouvoir cette domaine que nous aimons tous : la Culture. Je tiens également à féliciter la nouvelle ministre pour sa nomination. Un devoir difficile l’attend, mais je pense qu’elle est déjà prête à relever le défi », confie la ministre sortante Johasy Eléonore durant son discours.

 

Développement

De son côté, la ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo a annoncé son dévouement dans l’accomplissement de ses tâches, bien sûr aux côtés des professionnels dans le domaine. « La culture est pour moi une passion. Comme tout le monde, je pense qu’elle joue des rôles importants dans le développement d’un pays. Je pense qu’une Nation qui n’a pas sa propre culture et qui ne fait pas tout pour la promouvoir sera le plus pauvre pays du monde. Mon objectif, ainsi que tous ceux qui travaillent dans ce ministère, est de faire en sorte que la culture unisse tous les Malagasy. Parmi les grands projets qui débuteront très prochainement figure la mise en place d’une Académie nationale des arts et de la culture », confie la ministre de la Communication et la Culture. Elle a d’ailleurs ajouté que ce ne sont pas les talents malagasy qui manquent… Il manque juste leur accompagnement. « Nous allons construire ce centre pour les talents malagasy dont l’Etat lui-même assurera d’octroyer des bourses pour eux, et ce dans différentes disciplines. La danse, le théâtre, la musique, les arts plastiques, le cinéma et bien d’autres domaines seront à promouvoir », continue-t-elle. Par ailleurs, elle a voulu encourager toute son équipe pour le début des travaux et d’avoir des bons résultats d’ici peu. « Une coopération sincère, c’est ce je demande à tous. Je ne suis que le capitaine d’équipe. Mais ensemble, nous effectuerons avec succès nos devoirs  ». 

Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Affaire Ametis, vente de terrains domaniaux - Du pain sur la planche pour certains ministres

Le nouveau ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandranto a pris ses fonctions. La cérémonie de passation de service entre la ministre des Finances sortante, Vonintsalama Andriambololona et le rentrant s’est déroulée dans la matinée hier. Parmi les dossiers chauds qui attendent le nouveau Grand argentier figure l’affaire Ametis. Publiée dans la presse à la fin de l’année 2017 et en début de l’année dernière, l’affaire Ametis a défrayé la chronique. Les syndicalistes étaient montés au créneau pour dénoncer le projet de cession de la collecte des droits de visa aux frontières de Madagascar à la société privée Ametis. L’affaire semble avoir été rangée dans les placards. La lumière doit être faite sur cette affaire aux forts relents de corruption, de suspicions d’illégalité, teintée de favoritisme, dans l’autorisation accordée à cette société privée de collecter les droits de visa aux frontières de Madagascar. Des questions  se posent notamment aujourd’hui encore sur les documents légaux autorisant la société privée Ametis à collecter les impôts des visas aux frontières ? Notons qu’une convention de délégation de service public a été passée entre le ministère de la Sécurité publique, le ministère des Finances et du Budget et la société Ametis. Cependant, il faut remarquer en premier lieu que cette convention ne permet pas expressément à cette société de se substituer à un comptable public. Faut-il rappeler que la loi de finances précise que seul un comptable public territorialement compétent, nommé par arrêté ministériel du ministère des Finances a le droit de percevoir des impôts.

Or, le droit de visa aux frontières est bel et bien un impôt. En second lieu, il est également nécessaire de rappeler que la convention a été adoptée le 07 novembre 2017 alors que l’appel à manifestation d’intérêt aurait été lancé en 2016. Or, le décret est le seul texte légal parlant de délégation de service public à une société privée. Force est donc de constater que le processus a été initié en toute illégalité depuis 2016  car en l’absence d’une base légale l’autorisant. En outre, La Haute Cour constitutionnelle avait rappelé dans une de ses décisions sur les zones économiques spéciales que les fonctions régaliennes de l’Etat ne peuvent être déléguées. Etant entendu que la perception des impôts relève des fonctions régaliennes de l’Etat, concéder leur  perception est donc une illégalité constitutionnelle. Les responsables au niveau de la Direction générale de l’Impôt avaient laissé entendre que l’intégralité des 80.000 ariary fixés par la loi de finances est bel et bien versée à l’Etat et que l’Ametis perçoit en plus 7 euros par visa comme commission. Des témoignages affirment toutefois que la société privée prend 35 euros à chaque touriste demandeur de visa. Soit environ 140.000 ariary, si l’on prend en compte que l’euro s’échange approximativement à 4.000 ariary actuellement ces derniers temps avec la dépréciation de l’ariary. Autrement dit, si la société reverse 80.000 ariary à l’Etat, ses gains, quant à eux, peuvent donc aller crescendo dépendamment de la hausse de la monnaie nationale ? En tout cas, pour beaucoup d’observateurs, seules de hautes personnalités issues du cercle des dirigeants de l’époque   y seraient impliquées pour pouvoir réaliser un projet tout aussi risqué que décousu. L’on a également supposé que la société Ametis disposait d’un appui au sommet pour se permettre des largesses vis-à-vis de la loi. Une requête avait été introduite auprès des juridictions compétentes pour faire annuler le décret autorisant la délégation de service d’octroi de visas aux frontières pour les étrangers entrant à Madagascar. Depuis, l’affaire semble s’être tassée…

L.R.

La Vérité0 partages

Journée internationale de la Douane - Pour une fluidification des mouvements transfrontaliers

Le 26 janvier est destiné à la célébration de la Journée internationale de la douane (JID). Pour marquer cette journée, exceptionnellement, l’Administration douanière malagasy a organisé hier, au Carlton Anosy, une grande conférence sous le thème : « Des frontières plus smart pour des échanges commerciaux fluides et un mouvement sans entrave des personnes et des marchandises ». De ce fait, cette année, l’objectif principal est donc de fluidifier et  d’accélérer le mouvement transfrontalier des marchandises et des personnes, sans oublier les moyens de transport. « En signant l’accord de facilitation des échanges, Madagascar est entré dans ce mouvement de fluidification. Des mesures ont déjà été appliquées comme à l’aéroport d’Ivato. Et d’autres mesures viendront. Certains points sont en effet à améliorer comme la durée », souligne directeur général des douanes. Dans cette optique, cette démarche novatrice s’articulera sur deux axes. Le premier concernera la refonte du système opérationnel avec l’insertion des nouvelles technologies. Quant au second point, il consistera à mettre en place une organisation plus intelligente. Pour cela, la Douane malagasy renforcera les efforts des pouvoirs publics tout en atténuant les menaces inhérentes aux flux transfrontaliers. « Aujourd’hui, avec les différentes prises en matière de trafic de stupéfiants, nous avons découvert que la Grande île est vraiment une plaque tournante pour les trafiquants. Ces derniers font notamment passer la drogue via Madagascar avant de l’exporter dans tout l’océan Indien. De ce fait, la douane doit consolider ses actions pour stopper ce réseau de trafic. Il ne faut pas oublier que la protection de l’économie nationale fait partie de nos attributs », détaille le DG des douanes. 

 

« Hi-tazana kely »

Pour la même occasion, la Direction générale des douanes a également lancé officiellement « Hi-tazana kely ». Il s’agit d’une émission réalisée par la Douane pour la population en général, mais aussi pour le secteur privé. « Nous recevons souvent des questions de la part des gens mais aussi des opérateurs économiques. A travers chaque émission, alliant le côté technique à l’artistique, nous répondons donc à chaque question en invitant les experts concernés », appuie Haritiana Johasy du département communication de la douane. L’émission sera diffusée sur la chaîne TV Plus tous les lundis, après le journal télévisé dans les Régions couvertes par la chaîne, et sur la chaîne nationale pour les autres Régions. Toutefois, la première émission sera diffusée aujourd’hui à 19h 30.    

Rova Randria

La Vérité0 partages

De l’austérité !

Un Gouvernement de 22 portefeuilles. Du jamais vu ! Du moins, les quatre dernières décennies de l’histoire de la République Malagasy. Il reste à  Rajoelina un « petit effort » pour battre le record de « onze ministres » par un certain Gabriel Ramanantsoa, le Général de Division, à qui le Président Philibert Tsiranana confiait la haute charge de  former un Gouvernement, des suites de mouvements populaires en 1972. Unité nationale, apolitique et austérité, tels étaient les mots d’ordre à l’époque.  N’empêche que le Président Andry Rajoelina et son Premier ministre Ntsay Christian ont réussi la prouesse de réduire drastiquement le nombre de ministères. Une prestation dans laquelle leurs  prédécesseurs immédiats échouèrent.  Fallait-il, une fois de plus, marteler que  Madagascar, un des cinq pays les plus pauvres de la planète, ne peut pas se permettre le luxe supporter des charges financières colossales. Un Gouvernement de quarante ou même trente ministres dépasse, énormément, les possibilités de la fragile et frileuse Caisse de l’Etat. Les rémunérations et avantages fixes exorbitants des dignitaires de l’Etat coûtent les yeux de la tête aux contribuables. Un lourd fardeau que l’on ne peut plus supporter ni tolérer !

 

En optant pour la politique d’austérité, le nouveau Chef d’Etat gagne en confiance du Vahoaka en ce sens que les maigres deniers publics seront,  désormais, bien gérés ou confiés en de bonnes mains. Mais aussi ce faisant, Rajoelina envoie un message fort aux concitoyens que désormais l’intérêt supérieur de la Nation prime sur les avantages particuliers des dirigeants. A compter de maintenant, pour les hommes politiques, courtisans et  flagorneurs confondus, ils doivent se rendre à  l’évidence que les pratiques ... anciennes ne riment plus avec la nouvelle donne initiée par le nouvel homme fort du pays. Cependant, il faudrait signaler que la politique d’austérité ne se limite pas seulement à diminuer le nombre de postes ou départements ministériels, il importe aussi de revoir à la ...baisse les salaires et avantages fixes des hauts dignitaires désignés ou élus (notamment parlementaires) du pays qui,  jusque-là, dépassent l’entendement.  Faudrait-il aussi faire carte sur table le risque de retard de prise de décision ou bien de confusion de tâches dans les fusions de plusieurs Départements en un ou deux centres de décision. A la rigueur, on pourrait garder le même nombre de portefeuilles tout en réduisant les avantages matériels liés aux fonctions. Sous d’autres cieux, de telles mesures ont fait leurs effets bienfaisants.

Au Vietnam, au moment du démarrage du pays après les ravages de la guerre, les membres du Gouvernement rejoignaient leurs lieux de travail à ... bicyclettes. Au Canada, quand le pays devait faire face aux graves déficits budgétaires des années 90, les ministres avaient été conviés, dans leurs déplacements, à faire usage des transports en commun. En Norvège ou en Suède, il n’est pas rare de voir des ministres ou même le Premier ministre se déplacer en ...vélos ou prendre des bus ou, pourquoi pas, à pied. Tout cela, pour le besoin de bien gérer l’argent du peuple. En fait, tout est question d’éthique, de volonté politique ou d’état d’esprit ! En tout cas, de l’austérité dans l’air, c’est déjà  un point important. Continuons dans ce sens et  persévérons car la tentation du luxe et de l’aisance guette toujours.

  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Nouveau Gouvernement - Valse de passation de pouvoirs au sein des ministères

Pas de perte de temps. Quelques heures seulement après la nomination du premier Gouvernement Ntsay, jeudi, les passations de pouvoirs  ont eu lieu hier dans l’intégralité des ministères. La journée était remplie d’émotion, de la joie, de la fierté, de la tristesse. Les ministres sur le départ ont rarement pu cacher leurs sentiments.   Le ministre de la Défense nationale sortant et le Secrétaire d’Etat auprès de la Défense nationale chargé de la Gendarmerie sortant sont les premiers à transmettre le témoin. A la Défense nationale, le Général de division Léon Richard Rakotonirina prend la suite du Général Béni Xavier Rasolofonirina. Le Général de division Jean Christophe Randriamanarina laisse la place au Général Richard Ravalomanana au SEG. Ce dernier qui a avancé une série de réformes notamment  faire de la lutte contre la corruption la priorité de son département. Il a annoncé à cet effet la mise en place d’une cellule chargée de recevoir les plaintes.  Vers 10h30, ce fut au tour de Naina Andriantsitohaina d’investir le ministère des Affaires étrangères à Anosy.  Remerciant le Président de la République Andry Rajoelina pour la confiance, il se dit conscient de la responsabilité qui lui incombe dorénavant mais assure l’accepter avec humilité. Nommé ministre des Affaires étrangères, son premier portefeuille après une longue carrière d’opérateur économique, il a invité nsuite l'ensemble du personnel du MAE de travailler ensemble pour réaliser les programmes du Chef de l’Etat en vue de développer le pays. Il a aussi mis en exergue sa volonté de poursuivre les efforts fournis par ses prédécesseurs pour rehausser l’image du pays à travers la coopération avec les partenaires internationaux. M. Naina Andriantsitohaina prend la succession d’Eloi Alphonse Maxime Dovo.

 

 Priorité à l’affaire Mbola Rajaonah

 Dans le même laps de temps, ce sont les aurevoirs aux équipes de Christine Razanamahasoa qui laisse les clés de l’Aménagement du territoire, du logement et des Travaux publics à Hajo Andrianainarivelo, « un bon choix », a précisé la partante. La passation entre le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandranto et ministre des Finances et du Budget sortante Vonintsalama Randriambololona a également eu lieu dans le même temps.  Le passage de flambeau a non seulement ému la ministre non reconduite, mais aussi tout le personnel du ministère. L’ex Grand argentier a même fondu en larmes durant la cérémonie dans le gymnase couvert du ministère d’Antaninarenina.  En début d’après-midi, Eléonore Johasy, ministre de la Culture sortante a passé le témoin à Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo. Une passation en toute fraternité. Au même moment, le Garde des Sceaux et ministre de la Justice Jacques Randrianasolo a pris ses quartiers du côté de Faravohitra. L’ancien Procureur général près la Cour d’appel d’Antananarivo annonce que l’affaire Mbola Tafaray sera le premier dossier chaud qu’il traitera. Il succède à Noro Vololona Harimisa.  Les passations de pouvoirs devraient se poursuivre aujourd’hui et en début de semaine prochaine. Car si les principales ont bien eu lieu hier, les compétences de certains ministres dépassent celles de leurs prédécesseurs, ce qui les obligent à faire plusieurs passations.

L.R.

Midi Madagasikara0 partages

STAR : Fanta raisin déjà adopté par plus de 13000 points de ventes

Le nouveau Fanta raisin a été présenté hier aux médias.

La marque Fanta élargit sa gamme. Le nouveau parfum Fanta raisin vient s’ajouter au large choix de saveurs orange, ananas et pomme qui sont déjà bien connues par les consommateurs. « Dernier né de la gamme et développé spécifiquement pour séduire tous les palais, Fanta Raisin est disponible sur le marché national depuis quelques jours. Commercialisé en format PET 150cl, Fanta Raisin est idéal pour une consommation en famille et entre amis », ont affirmé les promoteurs de la marque, lors d’une conférence de présentation qui s’est tenue hier. « Seule marque de boisson gazeuse disponible en parfum raisin à Madagascar, sucré, rafraîchissant et très désaltérant, Fanta Raisin met en valeur le goût typique des raisins Malagasy. En plus de sa saveur pensée pour les Malgaches, sa couleur intense garantit un plaisir sans fin aux adeptes de boissons gazeuses. Depuis sa sortie, Fanta raisin a déjà été adopté par plus de 13 000 points de ventes dans toute l’île. Elle est ainsi la nouvelle tendance dans le segment des boissons gazeuses », ont ajouté les responsables auprès de la STAR. Par ailleurs, ils ont indiqué qu’un dispositif important incluant des animations commerciales au niveau des points de ventes habituels, grandes surfaces, fast food et food court sera déployé sur Antananarivo et en provinces, afin de faire découvrir ce nouveau produit dans cette phase de lancement.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

INSCAE Junior Entreprise : Le projet « Vatsy Rova » financé par la SONAPAR

C’est le projet « Vatsy Rova ».

Depuis maintenant trois (3) ans, l’INSCAE Junior Entreprise, une association d’étudiants de l’INSCAE, organise un concours de projets dénommé INSCAE Innovation Idea pour promouvoir l’entrepreneuriat auprès des jeunes étudiants et des diplômés malgaches. L’an dernier, les promoteurs du projet « Vatsy Rova », notamment Mahery Luc Rakotomalala ancien de cet institut et Ramanantsalama Faniloniaina, ancienne de l’EMAP, ont été les lauréats. Leur projet porte sur l’élevage de poulet de chair de qualité supérieure.

Amélioration de la production. A l’issue de ce concours, la SONAPAR (Société Nationale de Participations), s’engage à les accompagner financièrement pour le développement de leurs activités. Il s’agit notamment d’un appui à l’entrepreneuriat permettant par la suite à la création d’emplois. Le projet Vatsy Rova a connu ainsi une amélioration de la production d’élevage passant de 100 têtes à 1 000 têtes par semaine. Son cheptel compte actuellement à 8 000 poulets de chair contre 800 têtes auparavant. En outre, les promoteurs envisagent d’enregistrer une production de l’ordre de 3 000  têtes par semaine d’ici à deux ans. Ils ont également pu réaliser des meilleures ventes durant la période de fêtes de fin d’année 2018.

Nouveaux gagnants. Actuellement, le concours INSCAE Innovation Idea en est à sa troisième édition. Une nouvelle vague de projets, accompagnés par des incubateurs locaux, sera présenté ce samedi à l’INSCAE. Les nouveaux gagnants seront désignés le mercredi 30 janvier 2018, selon les organisateurs. Rappelons que l’INSCAE Junior Entreprise est une association d’étudiants, allant de la première année au Master, qui propose des services aux entreprises tout en permettant à leurs paires de mettre en œuvre leurs compétences et de découvrir le monde professionnel. Elle s’engage dans la promotion de l’entrepreneuriat et l’appui des jeunes entrepreneurs.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Richard Randriamandrato : Les finances de l’Etat entre les mains d’un expert

Richard James Randriamandrato, ministre de l’Economie et des Finances

Richard James Randriamandrato figure parmi les techniciens nommés au sein du  nouveau gouvernement

A un poste technique, un technocrate. Le Président de la République Andry Rajoelina a opté pour ce sacro-saint principe en nommant Richard Randriamandrato au poste de ministre de l’Economie et des Finances. L’homme n’est pas un inconnu dans le milieu économique aussi bien public que privé. Et bien évidemment, national et international puisque Richard James Randriamandrato  est un expert  en relations internationales qui connaît particulièrement les relations avec les bailleurs de fonds internationaux. Il est par ailleurs, expert en gouvernance et intelligence économique et a déjà travaillé au sein du Comesa en tant que Directeur de la Planification stratégique et de la Recherche.

Bonne base

En somme, l’économie et les finances de l’Etat sont entre les mains d’un expert qui connaît également l’administration locale puisque, avant sa nomination au sein du gouvernement, Richard Randriamandrato était conseiller spécial du Premier ministre Christian Ntsay. En tout cas, même si la mission est difficile et délicate, le travail de Richard Randriamandrato  au sein de ce département clé du développement qu’est celui de l’Economie et des Finances,  va partir  sur une  bonne base avec les bons résultats enregistrés par l’équipe sortante.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Un gouvernement décidé à aller très vite

C’est un gouvernement ramassé, mais devant faire preuve de dynamisme  que le président  Andry Rajoelina a mis en place. Le leitmotiv du chef de l’Etat, depuis son investiture, a été respecté : rapidité et efficacité.  Ce dernier est un homme pressé, décidé à répondre aux attentes de la population.  Une semaine après sa prestation, son équipe est en place et est tenue à une obligation de résultat. La démarche est audacieuse, mais elle peut  rencontrer des difficultés en chemin.

Un gouvernement décidé à aller très vite

Ils sont 22 ministres et secrétaire d’Etat à former ce premier gouvernement de la présidence d’Andry Rajoelina.  C’est une équipe dont les membres sont destinés à réaliser les objectifs de l’IEM. La part belle a été faite à la compétence et non à l’appartenance politique. Dans son discours, le chef de l’Etat a mis la barre très haute  en  disant qu’une évaluation de l’action des ministres serait faite après six mois. Ce gouvernement est donc condamné à réussir. Sa technicité est son premier atout, mais son peu d’expérience politique peut le desservir. Il sera peu à l’aise avec les potentats qui vont revendiquer les  avantages liés à leur soutien à Andry Nirina Rajoelina. C’est certainement là que ces hommes et ces femmes voulant  remettre en marche les secteurs restés en jachère risquent de trébucher. Le président est resté sourd aux multiples appels du pied qui lui ont été adressés. S’il avait suivi la logique habituelle, il aurait dû faire un savant dosage  régional. Les critiques ont d’ailleurs déjà été lancés par  certains internautes.  Mais, il a  décidé de rompre avec les habitudes du passé.  A-t-il  raison d’agir ainsi ? Pour le moment, en tout cas, il est décidé à suivre  ses convictions. Il a affirmé qu’il voulait aller vite et procéder à un changement rapide du pays.   Il  n’a pour l’instant aucune opposition en face de lui. Il faut qu’il réussisse très vite car cela ne sera pas éternel.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Hôtel de l’Avenue : Le « Bar triathlon », un évènement festif à souhait

L’Hôtel de l’Avenue à Analakely et son « lounge bar », le « Point d’Exclamation » offre une soirée digne des nuits dans les villes mondes comme Acapulco ou Ibiza. Le thème de l’évènement de demain qui débutera à 16 h sera le « Bar Triathlon ». Cela veut dire que l’animation sera centrée sur le billard, le nectar des dieux et la bonne humeur. Puisqu’il y aura comme animation trois concepts assez originaux comme le « Bar Dodgeball », c’est un loisir peu entendu dans les soirées antananariviennes. Ainsi, les noctambules seront invités à la découverte. Il y aura également du « Beer Pong Geunt », ces jeux affectionnés par les universitaires américains qui mêlent adresse et compétition. Et enfin, le « Cutthroat Billard », qui donnera la part belle aux plus adroits. Selon les organisateurs, le « Bar Triathlon » promet. Ce seront  « trois épreuves sans pitié, du fun, du sport et de la technique improvisée. L’équipe vainqueur sera celle qui gardera son  adresse et son  esprit du jeu jusqu’à la fin des épreuves ». Pour participer, il suffit de composer une équipe mixte et de porter des vêtements de sport.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Tempête Tropicale Eketsang : Alerte Jaune pour Atsimo Andrefana, Anosy et Androy

Une image satellite de la tempête tropicale Eketsang.

Baptisée par la direction générale de la Météorologie de Madagascar hier, la tempête tropicale modérée Eketsang « n’impacterait » pas directement sur les terres malgaches  si l’on se réfère aux prévisions météorologiques d’hier. Ces dernières de noter que « le système qui est d’intensité modeste génère des vents moyens de l’ordre de 75  km/h et des rafales d’environ 100  km/h. Se déplaçant suivant une trajectoire Sud-Est à une vitesse de 26  km/h, le système était localisé  hier à environ 125  km au Sud-Ouest d’Itampolo, district d’Ampanihy ». Les mêmes prévisions météorologiques de noter également que le phénomène va engendrer des conditions météorologiques très perturbées sur la Grande Île. Par conséquent, l’avis d’alerte jaune est déclaré pour les régions Atsimo Andrefana, Androy et Anosy. Aussi, la vigilance forte pluie est également lancée pour les districts de Maintirano, Antsalova, Belo-sur-Tsiribihina, Morondava et Manja. Septième système à  avoir été baptisée de la saison cyclonique 2018/2019, la tempête modérée Eketsang amène avec elle forte pluie, vent fort et temps mossade dans toutes les régions du pays.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga – Antsiranana : Le PM au chevet des sinistrés

Le PM a constaté de visu les dégâts causés par les intempéries à Mahajanga et Antsiranana.

Après Mahajanga, la délégation conduite par le Premier ministre Ntsay Christian s’est rendue à Antsiranana pour constater de visu les dégâts causés par les intempéries et aller à la rencontre des populations sinistrées. Lesquelles ont fait part de leurs doléances qui portent notamment sur la réhabilitation des infrastructures endommagées comme la route Ambilobe – Antsiranana.

5 millions Ar.  Outre la distribution de vivres, le chef du gouvernement a remis une enveloppe de 5 millions d’ariary offerte par le Président de la République et destinée entre autres, à l’achat de fournitures scolaires pour les enfants des familles sinistrées. Des mesures de réhabilitation et d’aide seront prochainement prises, a annoncé le Premier ministre Ntsay Christian, en appelant dans la foulée la population à se conformer aux instructions des responsables.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Rolly Mercia et consorts : Déférement ce jour

Ayant attiré l’attention des observateurs des affaires politiques à Madagascar, l’affaire concernant    l’ancien  Ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions, Harry Laurent Rahajason dit Rolly Mercia et consorts devrait être remise au Tribunal ce jour. Les dossiers y afférents seront déférés auprès du Parquet de Première instance d’Antananarivo ce jour. Fortement attendu par tous ceux qui ont des relations de loin ou de près avec les intéressés dont la plupart sont  des professionnels des médias si la tenue de cette audience devait marquer  d’une pierre blanche de ce pays. Etant donné que les chefs d’inculpation portés aux suspects seraient de nature politique. Ils sont poursuivis pour atteinte à la sûreté de l’Etat, participation à des manifestations publiques non autorisées, ainsi que des outrages et diffamations envers  un  particulier qui n’est autre qu’un candidat à la Présidentielle. L’audience de ce jour  doit se tenir suite à la plainte déposée par ce dernier pour , les suspects ont été déjà entendus auprès de la cellule mixte d’enquête (CME) au « Toby Ratsimandrava » à Andrefan’Ambohijanahary  il y a quelques jours, avant la proclamation des résultats du second tour de l’élection présidentielle. Une élection pour laquelle  toutes les forces vives de la nation se sont mises d’accord pour la nécessité de l’apaisement. Un compromis qui devrait être respecté par les acteurs politiques notamment ceux qui vont diriger  ce pays à partir de ce changement dit démocratique. Un nouvel air pour lequel, les Malgaches devraient  avoir l’esprit du pardon et de la réconciliation. Cependant , cela ne veut pas dire qu’on va accepter l’impunité. Il est à rappeler que le plaignant dans cette affaire est Andry Rajoelina. Les suspects sont  des leaders  du groupe d’entreprises de presse LME qui ont soutenu le candidat Marc Ravalomanana au second  tour de la Présidentielle.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque- PPF Tour : BIC sorti en demi-finale !

L’équipe du BIC à la PPF Tour. De gauche à droite Luc, Zozo, Tselonina et Mamy Ronaldinho

L’aventure du Bouliste Lalatsara Club à la Passion Pétanque Tour en France a pris fin en demi-finale à Fréjus.

C’était mardi dernier où l’équipe du BIC avec Mamy Ronaldinho, Jean Michel Tselonina et Luc Raahaingoson a échoué par 6 à 13 devant la triplette française conduite par le redoutable Dylan Rocher et incluant les deux champions du monde Henri Lacroix et Stéphane Robineau.

Ces derniers ont d’ailleurs remporté la finale face à une autre triplette française de renom avec Foyot, Fazzino et Doer.

La triplette du BIC participera ce week-end au National de Martigue avec des ambitions justifiées estime le président fondateur du club, Zozo Rakotovazaha qui se plie en quatre pour permettre à ses protégés d’être au top à chacune de leurs sorties.

« Je ne suis pas seul puisque BIC bénéficie aussi du soutien des sponsors dont l’agence de voyage Jacarandas, Air Corsair et l’agence de voyage Lemuria Tours Paris qui nous ont assisté à nos déplacements en France et auxquels je tiens à adresser mes sincères remerciements », confie Zozo Rakotovazaha avant de rajouter que BIC va aligner 10 équipes au championnat de Madagascar en doublette mixte pour ce week-end à Ambohimangakely.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Pratiques frauduleuses : ALG Global Concept et son DG dans la liste noire de la BAD

Le Groupe de la BAD est très strict quant au respect de l’intégrité dans la réalisation des projets de développement.

Le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la BAD (Banque africaine de Développement) a déclaré, mercredi dernier, que l’entreprise ALG Global Concept et son directeur général se sont livrés à de nombreuses pratiques frauduleuses.

 Le Groupe de la BAD – strict en ce qui concerne le respect de l’intégrité dans la mise en œuvre des projets de développement – a affirmé que cette entreprise, ainsi que son DG Abuharaira Labaran Gero sont exclus pour 36 mois de tous les projets qu’il finance dans divers pays. Une enquête menée par le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la BAD a révélé qu’ALG Global Concept et son directeur général se sont livrés à de nombreuses pratiques frauduleuses lors de la soumission pour un contrat de construction dans le cadre de la première phase du Programme d’appui au plan de transformation de l’agriculture du Nigeria (ATASP-1), en République fédérale du Nigeria. En participant à un appel d’offres pour la construction d’infrastructures sociales dans l’État du Niger, au Nigeria, l’entreprise a fait de fausses déclarations concernant ses références pour des contrats similaires et présenté une fausse garantie de soumission.

Réputation. Pendant cette période d’exclusion, l’entreprise et son directeur général ne seront pas éligibles à l’adjudication de marchés financés par la BAD, d’après les explications. En vertu de l’Accord d’application mutuelle de décisions d’exclusion, cette sanction décidée par la BAD peut également être mise en vigueur par la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, le Groupe de la Banque mondiale et la Banque interaméricaine de développement. Bref, les impacts pour l’entreprise ALG Global Concept et pour son DG seront énormes et mettront certainement leur performance à mal. Pour le Groupe de la BAD, l’intégrité doit impérativement être respectée par tous, lorsque l’on vise le développement. A noter que le programme ATASP-1 est financé par le FAD (Fonds africain de Développement). En ce qui concerne le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la BAD, il s’agit d’un organe responsable de la prévention, de la dissuasion et des enquêtes sur la corruption, la fraude et d’autres pratiques passibles de sanctions dans les opérations financées par le Groupe de la BAD.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ministre de la Jeunesse et des Sports : Roberto Tinoka débarque Place Goulette

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Roberto Tinoka.

Il sera à amener à réaliser les projets présidentiels en matière de jeunesse et  des sports.

Il est jeune et il est ambitieux. Roberto Tinoka  Raharoarilala Michaël est le nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports. Il succède ainsi à Tsihoara Faratiana à la Place Goulette à Ambohijatovo. Ce dernier a été nommé en juin 2017 à l’issue de la mise en place du gouvernement de consensus. Avant cette nomination, il a été député élu dans le district de Sakaraha sous les couleurs du MAPAR. Lui qui est resté toujours fidèle au président Andry Rajoelina depuis la transition. Le nouvel homme fort de la jeunesse et des sports est un karatéka titulaire de la ceinture noire, 4e dan. « Cette nomination répond à nos attentes surtout qu’il a été un ancien sportif. Nous sommes également issus de la même famille politique. C’est important dans la relation future. Il aura pour mission de  réaliser la vision du président en matière de jeunesse et des sports. Nous sommes prêts à travailler  » a expliqué, Siteny Randrianasoloniaiko, président du Comité Olympique Malgache (COM). Un avis partagé par le président de la fédération malgache d’athlétisme. « Je suis pleine d’espoir » a déclaré, Norolalao Andriamahazo. Comme il s’agit du ministère de la Jeunesse et des Sports et comme le président Andry Rajoelina mise sur la jeunesse, le nouveau ministre aura à travailler sur la politique nationale de la jeunesse. Un des dossiers assez chaud qui attend le nouveau ministre est sans doute l’élection au sein de la Fédération Malgache de Football (FMF) et les autres fédérations. Les Jeux des Iles de l’Océan Indien (JIOI) au mois de juillet à l’Ile Maurice, les Jeux Africains au mois d’août au Maroc seront les échéances internationales majeures au programme du nouveau ministre.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Littérature : Tsingory, une fable malgache

La première présentation s’est déroulée à Paris trois jours avant la fête de Noël  2018 pour sa sortie officielle. La présentation  s’est accompagnée d’une lecture dédiée aux enfants présents, suivie d’un goûter préparé par l’auteure.Cette année,  Madagascar est le deuxième pays qui accueille Tsingory.

Mercredi dernier,  au Café  du Musée  de la Photo, s’est tenu le lancement du livre Tsingory. « Tsingory  est une source d’inspiration, c’est également une histoire vraie. C’est  mon histoire » a confirmé Nadia Bertone, l’auteure du livre.  C’est un conte classique malgache de l’histoire d’un jeune danseur. L’histoire est traduite en français et en anglais.  Racontée  par Nadia Bertone,  elle est illustrée par Sandhya  Prabhat de Californie et édité en France par Madagascar Folktales représenté toujours  par l’auteur.

En ce moment,  elle prépare  la deuxième édition de son livre qui sortira le mois de février, car due à la force de la demande inattendue, elle veut que ses compatriotes en bénéficient.  Lors de sa journée de lancement à Paris, madame Bertone  disait à ses compatriotes, venus assister à cet évènement, qu’il n’y a pas que  Les fables de La Fontaine ou  les contes  de Charles Perrault, mais il y a Tsingory . Nadia Bertone, femme de 36 ans, est une femme énergique et engagée dans différents domaines. «Je suis boulimique de nouveaux projets et  de nouveaux  défis. En réalité je ne m’arrête jamais, Tsingory  est le top départ d’une grande aventure pour moi dans la production artistique » a-t-elle confirmé. La jeune femme fréquente le milieu artistique  depuis plusieurs années avec des représentations sur Paris et d’autres régions.

En ce qui concerne le parcours professionnel de madame Nadia Bertone,  pendant 10 ans  elle a travaillé comme ingénieure dans une entreprise de bâtiment. Actuellement la jeune femme est  cheffe d’entreprise  de son bureau d’études. « Je voulais être la maitresse de mon agenda  et surtout  collectionner du temps libre avec mes enfants. Effectivement j’ai un parcours un peu atypique et étonnant, mais  ma vie de chantier  et ma vie artistique sont indissociables » a-t-elle ajouté.  Mère de deux enfants, elle est passionnée des livres  d’enfants et des belles images. L’idée lui est venue le soir quand elle leur lisait des histoires.  « Il est important qu’ils connaissent  l’histoire  de mon pays d’origine, mais en librairie, le choix est très limité. Je me suis dit, pourquoi  ce ne serait pas moi qui vais  les écrire et les adapter ? » a dit Nadia Bertone. Pendant que la jeune femme s’attèle à la préparation de la sortie du livre,  leur entreprise familiale  est gérée par son conjoint.

Qualifiée comme la plus Parisienne des Malgaches par sa cousine,  Nadia Bertone, est arrivée dans la capitale française en 2003. « J’ai toujours su que cette ville allait m’offrir des surprises, j’ai multiplié des initiatives, tant personnelles que professionnelles. Mais au fond de moi, j’ai gardé mon âme d’enfant  et les doux souvenirs de mon enfance à Madagascar. Remplie d’insouciance, je suis nostalgique de cette époque » affirme l’écrivaine.   L’objectif de madame Bertone est précis, elle veut faire découvrir Madagascar au monde à travers ses contes.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Gouvernement Ntsay : Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, ministre de la Communication et de la Culture

De grands défis attendent Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy.

Sans grande surprise, le ministère de la Culture change de main. La communication et la culture se rejoignent à nouveau avec Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy à la tête.

Même si le ministère de la Culture a toujours été  de seconde zone, les défis qui attendent le ministre  sont d’envergure. Mis à part l’accomplissement  des « Velirano » du projet présidentiel, d’autres préoccupations sont à considérer. Si Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy est plutôt proche de plusieurs artistes et d’acteurs culturels,  l’attente considérable de ces derniers n’est pas à négliger. Dans le monde culturel, plusieurs problématiques persistantes n’ont pas été résolues malgré les successions de plusieurs ministres.

Entre autres, la récupération des objets royaux  comme la couronne de la Reine Ranavalona 1re  est classée dans les mystères non résolus. De même, les  incendies néfastes des sites historiques comme les « Rova », ou encore la profanation des patrimoines culturels comme les tombeaux de rois qui restent impunis…  tout cela qui tend à faire faire perdre la valeur de l’identité culturelle.  Quant au statut des artistes, si les musiciens s’en sortent tant bien que mal, les artistes d’autres disciplines peinent à sortir de nos frontières. Avec le manque de plateforme et d’infrastructures, les lacunes sont à combler.

Dans tous les cas, le gouvernement a une obligation de résultat avance le Président de la République. Sous évaluation pendant six  mois, Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy dispose d’une année pour faire ses preuves.

Maharindra

Midi Madagasikara0 partages

Première évaluation mondiale de la primauté du droit environnemental : Un record en promulgation de lois...

La première évaluation mondiale de la primauté du droit environnemental- faite par l’Organisation des Nations

Illustration fournie) Selon, l’UN Environment, les populations les plus vulnérables paient au prix (le plus) fort la mauvaise ou non application des lois environnementales.

unies pour l’Environnement (UN Environment) – informe que depuis les 30 dernières années, nous assistons à un « record » de propositions et de promulgations de lois sur la protection de l’Environnement. Cependant, la mise en œuvre de ces lois ne suit malheureusement pas encore cette tendance.

Ces informations émanent d’un communiqué de presse de l’UN Environment datant d’hier, 24 janvier 2019, en provenance de Nairobi, Kenya  et portant sur cette évaluation mondiale inédite de la primauté du droit environnemental. La mise en œuvre totale et effective des lois portant sur la protection de l’environnement reste certes un défi mondial, concernant autant les pays développés que les pays en voie de développement. Toutefois selon ce rapport, des progrès significatifs en ce qui concerne la législation de l’environnement ont été constatés ces 30 dernières années. Ce qui signifie qu’à l’échelle globale, les liens, voire l’interdépendance intrinsèque entre l’environnement, la cohésion sociale, la santé publique et  le développement économique, ont été mieux assimilés. Pour preuve, 176 pays avaient une loi-cadre en matière d’environnement en 2017. 164 autres ont créé des organes ministériels dédiés à la protection de l’environnement. La protection de l’environnement a été par ailleurs inscrite dans la Constitution de 150 pays. Depuis 1972 jusqu’en 2018, les lois environnementales ont ainsi été multipliées par 38, mais la lacune- pouvant être fatale- réside dans leur mise en œuvre. De ce manque d’action, résultent, entre autres, l’aggravation des défis et menaces qui s’adressent à l’humanité : changements climatiques, destruction d’écosystème, pertes et dommages causés sur les populations et les droits de l’Homme, ou encore la pollution de l’air et ses issues fatales sur la santé publique. Pourtant, quand les lois environnementales sont respectées et comprises, des résultats positifs, voire incitatifs peuvent surprendre.

Costa-Rica, impacts positifs. Les résultats de ces arsenaux juridiques ont été particulièrement positifs dans des pays comme le Costa Rica, duquel le cas démontre les liens mentionnés ci-dessus (entre l’environnement, la croissance socio-économique, la paix sociale et la santé publique). Joyce Myusa, Directrice exécutive par intérim de l’UN Environment, l’explique si bien dans sa préface du rapport : «  Le Costa- Rica, une nation fortement dépendante des ressources naturelles et située dans une région très vaste (l’Amérique (centro) latine) a été trop souvent ravagée par des conflits politiques. Suite à un respect effectif de la primauté du droit environnement, l’espérance de vie y est actuellement de 79 ans, le taux d’alphabétisation des adultes de 96%. Il est par ailleurs arrivé à doubler de moitié sa couverture forestière et atteindrait la neutralité carbone d’ici 2021 ». Le cas costaricais constitue ainsi un exemple intéressant et encourageant à adapter au contexte malgache. David Boyd, Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’Homme et l’environnement de rajouter : « Ce rapport résout le mystère de la persistance de problèmes tels que la pollution, la dégradation de la biodiversité et le changement climatique, en dépit de la prolifération des lois environnementales au cours des dernières décennies ». Avant que Joyce Myusa soutienne : « Nous disposons de mécanismes sous forme de lois, de réglementations et d’agences pour régir notre environnement de manière durable (…) La volonté politique est désormais essentielle pour que nos lois respectent la planète. Cette première évaluation globale de l’état de droit en matière d’environnement met en lumière le travail de ceux qui se situent du bon côté de l’Histoire. »

908 protecteurs de l’environnement tués en 17 ans. Tout n’est pas rose cependant, le rapport expose également que les menaces -harcèlements physiques et moraux, ou encore arrestations arbitraires, assassinats- pesant sur les défenseurs de l’environnement, qu’ils soient activistes confirmés, simples membres de la société civile, ou encore journalistes, n’ont jamais été aussi fortes que ces 17 dernières années. Entre 2002 et 2013, 908 protecteurs de l’environnement ont été tués dans 35 pays dans le monde ! Ils étaient activistes locaux, gardes forestiers, ou encore inspecteurs de l’environnement, etc. Sans parler des journalistes d’investigation arbitrairement arrêtés pour avoir mis au jour des dossiers environnementaux, honteux, houleux et sensibles. Rien qu’en 2017, 197 protecteurs de l’environnement ont été tués. Joan Carling, activiste Philippin pour la défense des droits des peuples indigènes s’insurge : « La criminalisation et la recrudescence d’attaques contre les défenseurs de l’environnement constituent des violations flagrantes de l’état de droit en matière d’environnement et un affront aux droits, rôles et contributions des peuples autochtones et de la société civile dans la protection de notre environnement. Ce rapport rend compte du manque de responsabilité qui prévaut, d’une gouvernance environnementale forte et du respect des droits de l’homme pour la durabilité de notre environnement. » Beaucoup reste donc à faire et beaucoup peut être fait. Ce n’est pas Carl Bruch -Directeur des programmes internationaux à la « Environmental Law Institute » (traduit littéralement par Institut de Droit de l’Environnement)- qui dira le contraire en affirmant : « La communauté internationale peut faire plus. » Pourquoi donc celle-ci (la communauté internationale) n’en fait pas autant et tergiverse à passer « réellement » à l’action ?

Recommandations. Cette première évaluation mondiale de la primauté du droit environnemental adresse par ailleurs quelques recommandations à l’endroit, notamment des décideurs politiques et leaders économiques mondiaux et nationaux, mais aussi des citoyens, pour une meilleure compréhension globale et un respect plus effectif des lois régissant la protection de l’environnement. Ainsi selon ce rapport, l’évaluation régulière de la primauté du droit en matière environnementale est nécessaire pour remarquer les  progrès majeurs, par le biais d’indicateurs constants. Cette évaluation mondiale met aussi l’accent sur la nécessité d’une approche basée sur la concertation et l’échange d’expérience qui permettra la transposition et l’adaptation des lois environnementales dans une grande diversité de contextes. Déceler, dévoiler et ne plus reproduire les doublons et autres lacunes réglementaires est par exemple un moyen intéressant d’y parvenir. L’amélioration du dialogue social entre le public, les leaders politiques et les opérateurs économiques apparaît également aux yeux du rapport, comme étant une nécessité absolue. Et le « meilleur » pour la fin, le rapport indique que les Etats «  peuvent également faire de la protection des défenseur (euse) s de l’environnement et des lanceur(euse)s d’alerte leur priorité. » A notre humble opinion et au regard du contexte inquiétant des violations et violences qui ont été et sont commises sur ces défenseurs de l’environnement, un verbe plus contraignant que le ton « incitatif » de « peuvent » aurait été plus approprié.

Recueillis par Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Eboulement deTsimialonjafy : Deux corps restent à trouver

Mercredi dans la nuit, le corps d’un homme a été extirpé des décombres à Tsarafaritra. Il s‘agit du père la fillette dont la dépouille avait été récupérée mardi dernier. Cette information rectifie évidemment celle que nous avons dite auparavant car la mère de cette enfant qui était également décédée dans cette catastrophe avait déjà été retrouvée lundi 21 décembre. L’équipe de secours qui travaille sans arrêt, jour et nuit depuis le  drame, le 19 janvier dernier est parvenue à ce résultat suite à la découverte de la main de la victime mercredi 23 janvier. En effet, il ne reste plus aux éléments des forces de l’ordre, des sapeurs-pompiers, des militaires  du corps de la protection civile et des volontaires qui n’ont pas jusqu’ici ménagé leurs efforts pour manifester leur solidarité avec leurs compatriotes que peu de temps pour remonter les deux derniers corps qui se trouvaient encore dans les boues. Déjà localisés hier en début de la soirée, les dépouilles de ce couple devraient  être extirpées de l’abîme au plus tard vers minuit, a promis le commandant des sapeurs-pompiers de la commune urbaine d’Antananarivo pour expliquer comment a évolué la situation sur le terrain hier vers 20 heures.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Exposition : Dwa dessine la vie quotidienne

Depuis  mercredi, les passionnés de dessins et de portraits sont venus visiter l’exposition de Dwa.  Ce dessinateur, scénariste et  bédéiste résidant à Antananarivo, est un artiste qui prend son temps à dessiner  tout ce qu’il voit. Sans parler des 16 carnets de croquis  bien installés  à l’entrée, plus d’une cinquantaine d’illustrations est  accrochée  au mur de l’IFM.  À travers ses dessins, on  relève  les activités quotidiennes dans la ville d’Antananarivo. Cordonnier, mécanicien, tailleur, tels  sont les métiers que Dwa montre dans ses  œuvres.  Talatamaty, Analakely et autres quartiers de la capitale y sont   illustrés. L’artiste emploie des couleurs telles que le bleu, le rouge, le vert.  «Ce dessinateur nous montre des choses les plus anodines que nous vivons dans la vie  quotidienne. Dwa a bien détaillé son esquisse»  a rapporté  un visiteur de 28 ans fans de bédé en sortant de l’IFM.

Selon l’affiche marquée  au mur de l’IFM, «cette exposition  est le résultat  de sa récente  résidence  à la cité  internationale des arts de Paris». D’ailleurs, la ville de Paris est également  dessinée par Dwa et accrochée parmi  les dessins exposés à l’IFM.  Le contraste est visible ! Si la ville d’Antananarivo reflète une ville agitée  et mouvementée,  celle de l’Hexagone semble calme. On y trouve aussi des édifices monumentaux comme l’église FJKM construite en 1859.

En somme, Dwa  est un homme de terrain. De Paris à Antananarivo,  il n’a pas perdu d’un seul regard l’urbanisation de  ces deux capitales.  Les visiteurs constatent que les œuvres  mettent en évidence la cohésion sociale malgache.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

« Association Daholo » : Agir à la racine de la société

Des séances de formation dans les bas quartiers d’Antananarivo.

Le sous-développement chronique qui affecte la Grande  Ile vient d’un manque de vision de politique générale de l’Etat qui a contribué à déliter la cohésion sociale du pays.

Devant ce constat, « il faut former les leaders de demain  à travers une stratégie qui part de la base tout en stimulant la solidarité entre ceux qui ont réussi et ceux qui veulent réussir ;c’ est donc une obligation », explique Mihanta Ramanantsoa, chef d’entreprise, présidente et fondatrice de l’ « association Daholo ». Cette nouvelle association qui a vu le jour a une approche pragmatique de la façon de produire du développement : elle vient d’un changement de conscience individuelle pour rayonner dans des projets de développement local, dans un mouvement où chacun se sent être un maillon d’une Nation à rebâtir. Elle a comme particularité d’agir dans les quartiers populaires et auprès d’une jeunesse désireuse d’aller de l’avant. « Daholo » a commencé son programme au sein d’Antohomadinika, des 67ha Le programme s’articule autour du développement personnel tout d’abord. A travers le coaching en leadership qui se déroulera en sept  séances de 2 h chaque samedi. Ensuite, à travers les renforcements de capacité, avec un mentor au sein d’entreprises partenaires, qui offrent de l’expérience et des formations pertinentes à la concrétisation du projet de vie des jeunes.

Essaimer positivement

Les buts de ces accompagnements sont de former les leaders de demain, de favoriser la mixité sociale grâce au mentorat et au tutorat, de favoriser l’engagement pertinent de la diaspora, de favoriser le retour gagnant des jeunes vers les provinces et de renforcer les communautés en matière d’éducation, de santé et de connaissances de base. Parallèlement, un programme de soutien des communautés de femmes démarre dans 15 jours auprès du « fokontany » choisi (formation sur la petite enfance et sur les activités génératrices de revenus). « La conviction principale de Daholo est qu’il faut partir des individus pour essaimer positivement sur leur environnement proche puis le quartier et le pays en général », nous partage Mihanta Ramanantsoa. Le processus de sélection des candidats a eu lieu les samedis 12 janvier et 19 janvier dernier  . Chaque candidat a signé un engagement écrit acceptant les règles d’assiduité, de respect des mentors, de suivre les conseils donnés, de devenir tuteur à son tour d’un candidat de la prochaine promotion, et d’être un exemple et un ambassadeur de « Daholo » à l’extérieur.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Dobo rano ny tanàna, tsy mianatra ny mpianatra

Sary « Sekoly katolika any Morondava dobo rano”.

Vokatry ny  toetrandro ratsy mandalo, dia nirotsaka ny orana ary niakatra be ny ranomasina eto Morondava, vokatr’izany, dobo rano ny tanàna. Tsy mitsahatra ny manentana  sy mametraka ny fepetra  ho an’ireo mponina ireo tomponandraikitra mahefa any an-toerana, ka anisan’izany ireo mponina amin’ny toerana iva, mba hamonjy toerana avo. Noho ny fiakaran’ny ranomasina, dia rarana ihany koa ny mpanjono, mba hijanona an-tanety  hisorohana ny loza mety hitrange. Tsy mianatra ny mpianatra rehetra eto amin’ny distrikan’i Morondava, na amin’ny sekolim-panjakana, na tsy miankina. Marihana, fa efa mivadika ho « dépréssion tropicale » ilay andro ratsy amin’ny lakan-dranon’i Mozambika, ka voakasik‘izany akaiky ny faritra Atsimo-andrefana, Androy sy Anosy

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Franck Ramarosaona : Emouvantes obsèques hier

Beaucoup de gens ont tenu à dire un dernier « veloma » à Franck Ramarosaona.

Rivo Rakotovao, Jean Ravelonarivo, Christian Rasoarahona, Ny Hasina Andriamanjato, José Andrianoelison, Alain Pierre Bernard, Domenichini Ramiaramanana… Parents, amis, journalistes, membres de la classe politique et du milieu des affaires, anciens collaborateurs à la Primature ainsi qu’au sein du Groupe ULTIMA MEDIA, étaient venus nombreux hier aux émouvantes obsèques de Ramarosaona Andrianirina Mamy Franck. De la levée de corps à Ankadivato jusqu’à l’inhumation à Andranovelona Ilafy, en passant par l’office religieux au temple FJKM Tranovato Ambatonakanga où le pasteur a axé son homélie sur le verset choisi par la famille : « Mon bonheur à moi, c’est d’être près de Dieu » (Psaumes 73 : 28a).

R.O