Les actualités Malgaches du Jeudi 25 Janvier 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara379 partages

Fermeture de l’usine Tiko : Des pertes se chiffrant en milliards de francs et 900 emplois menacés

« Nous n’acceptons en aucun cas la fermeture de la société AAA », a évoqué Lanto Rabenantoandro, le directeur général. (Photo : Nary Ravonjy)

Les paysans producteurs de lait  en sont également victimes car la société AAA collecte entre 8 000 litres et 10 000 litres par jour.

L’usine de Tiko basée à Andranomanelatra qui est gérée par la société AAA, a été fermée manu militari hier.  « On nous accuse d’effectuer un branchement illicite de courant de la Jirama. Mais après vérification des agents de cette entreprise d’Etat de production d’eau et d’électricité accompagnés par des éléments des forces de l’ordre et du Préfet, n’ont rien à signaler selon leurs dires. En outre, ils ont bien constaté de visu nos sept groupes électrogènes fonctionnant en permanence pour faire tourner l’usine », a expliqué Lanto Rabenantoandro, le directeur général de la société AAA lors de sa rencontre avec la presse hier au Magro Behoririka qui a été également menacé de fermeture. « En raison de cet acharnement et de l’intimidation de l’Etat à l’encontre de la société AAA, nos pertes se chiffrent en milliards de nos francs. En plus, 900 emplois qui ont été créés en l’espace de deux ans sont également menacés », a-t-il exprimé avec désolation.

Paysans victimes. Il faut savoir que 42 personnes ont été recrutées au démarrage des activités de cette entreprise. « En investissant pendant deux ans dans le secteur de l’agro-alimentaire, nous avons pu créer en tout 900 emplois. A part cela, les paysans producteurs de lait sont victimes de cet acharnement car nous ne pouvons plus collecter leur production. Ils nous fournissent entre 8 000 et 10 000 litres de lait par jour », a enchaîné Lanto Rabenantoandro. Rappelons que le ministre de l’Industrie Tazafy Armand et le ministre en charge de l’Environnement Ndahimananjara Johanita ont signé un arrêté interministériel n° 24392/2017 du 4 octobre 2017, ordonnant la suspension des activités de l’usine de Tiko à Andranomanelatra, et ce, faute de permis environnemental. Cependant, « il y a bien d’autres entreprises ne disposant pas jusqu’à maintenant de permis environnemental mais elles ne sont pas sanctionnées. Certaines d’entre elles sont gérées par des étrangers pour ne citer que celles implantées à Antsirabe. Nous n’acceptons pas ces deux poids-deux mesures effectués par l’Etat. Celui-ci doit traiter tous les opérateurs sur un même pied d’égalité », a soulevé le directeur général de la société AAA.

Solution technique. Par ailleurs, « nous avons déjà remis tous les dossiers sur l’Etude d’Impact Environnemental auprès du ministère de l’Industrie. Nous avons même engagé des experts afin de suivre toutes les procédures y afférentes. Mais on attend depuis fin octobre 2017 jusqu’à maintenant la descente de l’équipe ministérielle pour effectuer un recoupement au niveau de l’usine. C’est le ministère de l’Industrie qui bloque ainsi les procédures de délivrance de permis environnemental et non pas nous. Son motif étant du fait que l’usine a été scellée alors que c’est lui-même qui l’a fait », a-t-il poursuivi. Bref, « nous n’acceptons en aucun cas la fermeture de la société AAA. Il faut une solution technique car cela ne doit pas avoir une raison politique », a conclu Lanto Rabenantoandro.

Navalona R.

Midi Madagasikara316 partages

Musique urbaine : La grande famille du rap gasy au Kianjan’ny Kanto

Longtemps, la guerre froide a sévi  dans le monde du rap gasy. Pour cette année, il est temps d’enterrer la hache de guerre. Initiative de rap gasy en image, une grande rencontre se fera  au Kianjan’ny Kanto Mahamasina le 27 janvier. Suite à l’appel à manifestation à l’égard des artistes, une trentaine de rappeurs et de groupes se relayeront sur la scène toute la journée.  Le but étant toujours de se réconcilier entre rappeurs. Pour d’autres, ce sera l’occasion de se retrouver entre artistes. A savoir que parmi les 31 participants,  trois générations de rappeurs malgaches seront représentés.

Maharindra

L'express de Madagascar265 partages

Affaire Houcine Arfa – Des têtes risquent de tomber

La prise en main de l’affaire Arfa par la Justice française devrait conduire à de nouvelles instructions. De nouvelles procédures qui pourraient confirmer ou infirmer les accusations du fugitif.

Epée de Damoclès. Les tâches d’éclaboussure dans l’affaire Houcine Arfa risquent de coller aux chemises des personnalités et responsables ayant fait l’objet des accusations du fugitif. Le placement de l’évadé de Tsiafahy sur la liste des personnes recherchées pourrait indiquer que la Justice française a répondu favorablement à la demande d’entraide judiciaire faite par son homologue malgache.« En principe, l’affaire Houcine Arfa ne se limitera pas à son arrestation par la Justice française. Cette dernière devrait rouvrir une nouvelle instruction en vue d’un nouveau jugement. Il y a sa condamnation à une peine de trois ans par la Justice malgache dans laquelle il peut faire appel, mais il y a aussi le dossier l’accusant d’association de malfaiteurs ouvert en avril 2017 [comme le rappelle le communiqué de presse du ministère de la Justice publié mardi] », explique une source judiciaire.Sauf changement, son évasion devrait également faire l’objet d’une plainte devant les autorités judiciaires françaises. À cela s’ajoute la plainte pour diffamation qu’Elise Alexandrine Rasolo, ministre de la Justice a annoncée. « Quoi qu’il en soit, l’ouverture d’une nouvelle instruction devrait aussi concerner les circonstances de son évasion de Tsiafahy, et comment il a quitté Madagascar pour rejoindre la France », a ajouté une autre source judiciaire contactée. Cette prise en main qui pourrait faire d’une pierre deux coups.Le fugitif sera certes arrêté, mais une nouvelle enquête devrait confirmer ou infirmer la véracité de ses accusations contre certaines autorités malgaches. L’issue de cette nouvelle instruction devrait permettre d’identifier ceux qui ont été impliqués dans l’évasion du Franco-algérien. Affirmant « ne pas avoir peur d’affronter la Justice », Houcine Arfa a déjà commencé sa défense en multipliant les interventions médiatiques.

Poursuite ou réhabilitationIl y a affirmé, notamment, avoir payé des milliers d’euros à la Garde des sceaux, ou encore à Odette Balisama Razafimielisoa, procureur de la République, entre au­tres. Bien que les deux hauts responsables affirment n’avoir jamais rencontré l’évadé de Tsiafahy, ni perçu une somme d’argent, une partie de l’opinion publique reste sceptique. Si, au départ de sa défense médiatique, Houcine Arfa a été discret sur l’identité de « ceux qui ont facilité son évasion », comme il l’affirme, depuis son interview dans le journal Le Parisien et la radio RTL, il a balancé des noms.Dernièrement, dans l’article publié sur le site web de RFI mardi, le fugitif révèle un autre nom, celui du commissaire Ostrom Whenss, chef de la brigade criminelle. Ce dernier, selon son récit, aurait été son intermédiaire dans les négociations financières avec la procureure de la République. Le chef de la brigade criminelle refuse toutefois de réagir à cette accusation. Une indiscrétion indique, par ailleurs, que « des individus se seraient présentés à Houcine Arfa, comme pouvant intervenir auprès de la ministre de la Justice ».La position officielle de l’État dans cette affaire est que les paroles d’un fugitif ne sont pas dignes de foi. Concernant la Garde des sceaux en particulier, sa brillante carrière au sein de la magistrature plaide comme caution morale. Seulement, les accusations du Franco-algérien ont fortement torpillé un système judiciaire déjà vacillant. Les résultats d’une enquête objective, dans la conjoncture actuelle, pourraient laver la réputation des personnalités pointées du doigt et contribuer à réhabiliter l’image de la Justice malgache.Étant donné la facilité avec laquelle il s’est fait la malle et quitté Madagascar pour rejoindre la France, il a forcément bénéficié d’aides influentes. Une forte odeur de corruption émane de l’affaire. Suite à une saisine du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) a ouvert une enquête. Le SMM, qui vient de demander au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) de faire pareil, affirme que « seule une enquête permettra d’établir la vérité dans cette affaire (…) pour éviter l’impunité ou rétablir l’image de la Justice ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara207 partages

Rajaonarimampianina – Rajoelina : Surenchères à distance !

Deux « émergences », deux visions totalement différentes. (Photo : Yvon RAM)

20 jours après la grand-messe d’Iavoloha honorée par un millier de personnalités importantes et ayant engagé des dépenses dispendieuses, Hery Rajaonarimampianina, le chef de l’Etat célèbre la quatrième année de son investiture ce jour, à 17 heures à Iavoloha.

Et pour certains, ce n’est rien d’autre qu’une autre aberration. Depuis le 25 janvier 2014, la date à laquelle Hery Rajaonarimampianina a été investi président de la République de Madagascar, jusqu’à maintenant, il n’y a que les dirigeants entre eux qui constatent que les choses bougent dans le pays. Certes, des infrastructures « structurantes », pour reprendre leur terme, ont été bâties même si la plupart ont été emportées, comme le pont de Vohiposa, par les intempéries causées par le passage des cyclones tels Enawo ou Ava, tout récemment. Au niveau de la population, elle a surtout retenu, entre autres, l’inflation, les séries de kidnappings, les affaires Claudine Razaimamonjy et Houcine Arfa, et bien sûr…la peste et le grand nettoyage national. Mais tous ces problèmes sont anodins aux yeux du chef de l’Etat et de ses « éclairés » collaborateurs, car nonobstant le bilan très négatif de ces quatre années d’insuccès et trop envahies par des affaires de corruption, ils trouvent, quelque part, l’opportunité de « célébrer » l’investiture.

Plagiat. Ainsi, la vision de fin de mandat ou de début d’un autre en gestation (c’est selon et au propre comme au figuré car tous les scenarii sont possibles pour rester au pouvoir), de Hery Rajaonarimampianina porte l’appellation subséquente : « Fisandratan’i Madagasikara ». Même si nous souhaitons n’effectuer aucune traduction, la vérité est que « fisandratana » signifie « émergence ». Nul n’est, pourtant, sans savoir que la vision de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, est dénommée « Initiative Emergence Madagascar » (IEM) qui fera l’objet d’une présentation demain vendredi à 19 heures à Paris. « Fisandratan’i Madagasikara » dont la présentation se tient juste à la veille de celle d’IEM de Rajoelina est purement et simplement un autre cas de plagiat de la part du régime. Ainsi, Rajaonarimampianina a inauguré son quinquennat avec un discours plagié, un discours de l’ancien président Français Nicolas Sarkozy, et le termine avec une vision dont le nom est tiré de celle d’Andry Rajoelina.

Acharnements. La présentation de ce fameux « Fisandratan’i Madagasikara » s’effectuera, donc, aujourd’hui au Palais d’Etat d’Iavoloha à 17 heures. Demain, ce sera le tour d’Andry Rajoelina de dévoiler la sienne au Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris 75008. Dans son interview sur Midi Madagasikara, Andry Rajoelina explique que « Paris a été choisi en raison de sa situation géographique par rapport à nos partenaires stratégiques et financiers prêts à nous accompagner et qui se trouvent en Europe et ailleurs (…) ». Une bonne stratégie émanant de l’ancien président de la Transition car il aurait fait l’objet d’acharnements de la part du régime, comme ce qui se passe avec l’ancien chef de l’Etat, Marc Ravalomanana actuellement, s’il l’avait exposée à Madagascar.

Précampagne. Avec le « Fisandratan’i Madagasikara », Hery Rajaonarimampianina donne le coup d’envoi de la précampagne ; une (mauvaise) pratique qui, pour l’instant, fait l’objet d’un vide juridique à Madagascar si l’on se réfère aux textes en vigueur. Un fait qui peut être toléré pour le chef de l’Etat et ne peut l’être pour les autres. Un traitement inégalitaire évident, un non-respect du droit positif devenu une culture, un Etat de non-droit érigé en un principe sacré. Bref, les prochaines élections devraient être bien garanties et plus que transparentes dans la mesure où, avec les différentes visions en gestation ou à exécuter, le peuple sera à même de bien choisir leurs dirigeants…

Aina Bovel

Midi Madagasikara204 partages

Raharaha Kidnapping : Nivoaka tamin’ny fahanginany ny havan’ i Nono

Roa volana taorian’ny nisamboranan’i Renaud, atao hoe Nono, dia nanapa-kevitra ny  hivoaka tamin’ny fahanginany ny fianakaviany ary nanazava ny zava-misy marina, araka ny fijerin’izy ireo ny raharaha. Raha tsiahivina dia nosamborina tany Mahajanga i Nono rehefa nolazaina fa atidoha nikotrika ny fakàna an-keriny zaza roa tao Toamasina. Nambara tamin’izany fotoana fa nitsoaka ny fonjan’Ambatolampy izy ary nikasa haka an-keriny karàna iray ary mbola nahatratrarana sakaosy misy vola vahiny aza teny aminy. Namaly ny fianakaviana : “fanosoram-potaka sy fanalam-baraka ary faharatsiam-panahy tsotra izao no nanaovana ny havanay tahaka izany”. Notohizan’izy ireo fa tsy mbola nisy raharaha kidnapping nahavoasaringotra azy hatramin’izay niainany ary gaga aza ny fianakaviana sy ny fiaraha-monina manoloana ny zava-nitranga. Amin’izy ireo dia mpandraharaha iray no tao ambadiky ny fanaratsiana sy fisamborana an’i Nono. “Resaka fifandraisana an-telefaonina mikasika ny fitakiana trosa mitentina enina miliara fmg no navadik’io mpandraharaha io ho resaka fitakiana vola takalon’aina (rançon)  momba ny fakàna an-keriny” ho ireo fianakaviana mitaraina. Efa nisy ny fanadihadiana natao an’i Nono teo anivon’ny zandary misahana ny heloka bevava tao Toamasina ary no savaina hatramin’ny tranony tamin’ny 2015. Hatramin’ny resaka nataony an-telefaonina tamin’ilay mpandraharaha aza dia efa nohenoina ihany koa avy amin’ny fangatahana alàlana hahafahana manao izany na “requisition téléphonique”. Ny 16 desambra 2015 izy no nohenoina farany teo anivon’ny mpitsara mpanao famotorana ka rehefa hita fa tsy nisy zavatra nahafahana mitazona azy dia nahazo fahafahana vonjimaika i Renaud na Nono. Roa taona taty aoriana anefa, rehefa tonga ny andron’ny fitsarana ady heloka bevava izay natao ny  25-26-27 septambra 2017 teo izay tsy nahazoany fiantsoana (convocation) akory dia  avy hatrany dia namoahana didy miasa  an-terivozona mandrapahafaty izy ary narahina didy fampisamborana nandritra ny fotoam-pitsarana. Efa mandeha ny fanoherana  (opposition) izany didy izany. I Nono dia afaka niriaria toa ny olon-drehetra taorian’ny 16 desambra 2015, hoy ny havany, ary isan’ny nahagaga ny fianakaviany ny  hoe  misy “avis de recherche”  ary koa ny antony tsy niantsoana azy momba ny fitsarana mahakasika azy. Mifandraika amin’izay koa, mazava izany fanalam-baraka fotsiny, raha ny filazan’ny havany hatrany, ny hoe efa nigadra tao Ambatolampy.  Notohizan’izy ireo fa tsy marina velively ny filazàna ny amin’ny fisian’ny vola vahiny sandoka tany aminy. “Raha nisy izany dia tokony  ho  natao ‘objet de saisie’ ary nanokafana fanadihadiana… tsy marina koa ny filazana fa nikasa hanao  kidnapping karàna ny anton-diany tany Mahajanga fa paika iray nentina hisamborana azy fotsiny”. Nisy ny fisavana ny trano izay nivantanany nataon’ny zandary teo anivon’ny  brigade des recherches criminelles tao Mahajanga fa tsy nahitana zavatra mampiahiahy. “Raha ny marina, ny antony nandehan’i Renaud tany Mahajanga dia noho izy manana orinasa sy magazay fanamboarana sy fitazonana palissandre, ao Belobaka no  misy an’izany ary antsoina  hoe Etablissement Fenomanana”. Farany dia notsipihin’ny havany fa mpandraharaha ara-toekarena i Nono :   “tsy mitovy mihitsy ny dikan’ny  hoe “homme d’affaires “ sy ny hoe “mafia” nampanao asan-jiolahy izany” hoy izy ireo. Mitaky ireo fianakaviana ny mba hanarahan’ny tompon’andraikitra isan’ambaratongany ao amin’ny fitsarana akaiky dia akaiky ity raharaha ity satria amin’izy ireo dia tsy nanao izany heloka niampangana azy izany i Renaud.

T.M

Midi Madagasikara187 partages

Fermeture de Magro Behoririka : Le ministère du Commerce a fait machine arrière

Hier, la tentative de l’Etat de fermer le magasin Magro de l’ancien Président de la République Marc Ravalomanana à Behoririka a échoué. Les commissaires du commerce mandatés par le ministère du Commerce et de la Consommation qui sont venus sur les lieux pour y procéder ont dû rebrousser  chemin suite à l’opposition faite par les Zanak’i Dada qui n’ont fait qu’attendre l’arrivée de ces fonctionnaires. Présents sur place, les partisans de Ravalomanana, conduits par six députés et un Sénateur issus du Parti TIM, ont manifesté leur mécontentement et leur détermination à défendre jusqu’au bout la cause de cette entreprise. C’est la raison pour laquelle, la tension s’est annoncée très tendue mais heureusement qu’aucun affrontement n’a eu lieu. D’autant plus qu’aucun élément des forces de l’ordre n’a été  aperçu dans les parages.  Débarqués sur le lieu, ces commissaires de Commerce accompagnés par un huissier se sont présentés avec un ordre de mission signé par le Secrétaire général du ministère du Commerce. Cette lettre ordonne la saisie et le retrait des produits non-conformes dans ce magasin. Pourtant, ils n’ont pas pu entrer dans le magasin car un comité d’accueil les a  empêchés l’accès en les invitant de monter à l’étage du magasin pour discuter avant de prendre de décision. La rencontre entre les deux parties  a duré deux heures de temps après laquelle, les deux parties se sont convenues  de renoncer à l’exécution de cet ordre. En effet, les émissaires du ministère ont évacué les lieux. Présent sur place, le Directeur général de la société Tiko Triple A qui est à l’objet de cette tentative de fermeture, n’a pas manqué d’exprimer son étonnement sur l’implication du ministère du Commerce dans cette affaire qui n’ est pas du tout, selon lui,  impliqué. D’après lui, c’est le ministère de l’Industrie qui devrait  s’en occuper. C’est avec ce dernier que nous devons discuter. « Le Ministère de l’Industrie qui ne veut pas nous délivrer le permis environnemental de la société Triple A, motif révélé pour empêcher cette dernière à fonctionner, alors que nous avons déjà entamé toutes les procédures exigées dans ce sens.

Depuis Andranomanelatra. Il est à rappeler que le siège de la société Tiko Triple A à Andranomanelatra a été fermé, hier. Dès le début de la matinée, des éléments des forces de l’ordre ont barricadé l’usine de la société. Les employés de l’usine qui devraient rejoindre leur lieu de travail n’ont pas pu y accéder. Ce matin-là,  les deux cars assurant le ramassage du personnel de Tiko Triple A, habitant à Antsirabe ville, ont été immobilisés dans un barrage érigé  par l’Emmo-rég d’Antsirabe sur la RN7, soit à 1km d’Andranomanelatra. Les employés, essentiellement personnel d’entretien, ont été obligés de sortir des cars, puis les hommes en treillis militaires ont confisqué les clefs des voitures. L’usine de Tiko Triple A était inaccessible même pour les journalistes. Les employés de la ferme eux aussi sont interdits d’entrer. Cette mesure draconienne a été prise selon les informations, en attendant les émissaires du Fanjakana pour vérifier les scellages sur toutes les entrées de l’usine depuis le 13 octobre 2017. L’objectif est de constater si les machines de production sont à l’arrêt et de détecter les branchements illicites de l’électricité de la Jirama, révélé par un quotidien de la capitale.

T.M.

Midi Madagasikara135 partages

Anniversaire à Iavoloha : « Une insulte contre les Malgaches », selon l’ARMADA

Ridicule. C’est la réaction du groupement politique ARMADA (Alliance Républicaine de Madagascar) par rapport à l’initiative du président Hery Rajaonarimampianina de célébrer ce jour le quatrième anniversaire de son accession au pouvoir. Une initiative considérée par les partis Hiaraka Isika, AVANA, Malagasy Miara-Miainga, MAPAR, Antoko Maitso et Liaraike comme « une insulte contre le peuple malgache » vu la réalité socioéconomique du moment engendrée entre autres, par une inflation généralisée, une pauvreté alarmante, l’insécurité grandissante qui sévit sur toute l’étendue du territoire, la corruption, les intimidations et acharnements politiques, la mauvaise gouvernance et le non respect des textes en vigueur, ainsi que les gabegies et les exploitations illicites des ressources naturelles. D’après l’ARMADA, les quatre premières années de Hery Rajaonarimampianina sont un échec. « Le Chef de l’Etat devrait d’abord songer à mettre en application les engagements qu’il a prononcés lors de son investiture », martèle-t-on. Aussi, l’ARMADA lance-t-il une mise en garde contre toute initiative visant à repousser la date des élections. Les leaders de ce groupement politique tiennent les tenants du pouvoir actuel comme responsable des troubles qui pourraient se produire suite à leur forcing. Un appel a également été lancé à l’endroit du peuple Malgache afin de se lever pour faire face à l’injustice qui gangrène le pays.

Davis R

Midi Madagasikara124 partages

Natation / Murielle Rabarijaona : Madagascar possède un vrai potentiel en longue distance

C’est une spécialiste de longue distance qui nous parle de cette nage. Murielle Rabarijaona de Saint-Michel aligne en bassin de 50m un chrono de 20’06 sur le 1500m, un 10’09 sur le  800m, un 4’55 sur le 400m et 2’15 sur le  200m. Il y a un mois, elle a réalisé deux records de Madagascar en 1500m NL et 400m NL.

Midi Madagasikara : « Comment devient-on spécialiste de longue distance ? »

Murielle Rabarijaona, nageuse : « Depuis que j’ai commencé à nager dans un club, nos entraînements ont été basés sur la longue distance. Ainsi j’ai acquiert le souffle pour continuer dans cette spécialité depuis petite. Quand j’ai commencé les compétitions, on m’engageait dans les courses de longues distances pour avoir des médailles car à Madagascar, il est rare de voir du monde dans ces courses. Mais au fur et à mesure, j’ai appris à aimer. J’ai fait des meilleures performances et ensuite des records. Ça m’a encore plus motivé à continuer dans ce sens. A chaque fois, je voulais améliorer mes temps. De ce fait, je m’engageais toujours dans ces courses et ce,  jusqu’à maintenant ».

M.M. : « Est-ce un bon choix ? »

M.R. « Je trouve que dans les compétitions internationales de ce niveau, il est plus facile chez les filles, d’avoir des médailles dans les courses de longue distance qu’en course de vitesse. Le classement à Madagascar est basé sur des courses de vitesse. Ce qui n’est pas du tout en ma faveur mais je m’y fais. Ce serait bien de varier avec un peu de course de vitesse et au moins une course de longue distance. Or lors des compétitions internationales en sprint, on est vraiment loin des Iles sœurs plus précisément chez les filles. Alors je trouve que Madagascar possède quand même des potentiels nageurs de longues distances ».

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

Madagate117 partages

Andry Rajoelina a fondé l’IEM qui sera présentée à Paris le 26 janvier 2018

Mes Chers amis.

Conscient du retard accumulé par Madagascar depuis plus de 50 ans, le développement tant attendu et espéré par la population n’est toujours pas au rendez-vous.

Il est grand temps pour nous de proposer et de mettre en œuvre des solutions pérennes et efficaces, pour se donner un nouveau départ.

C’est la raison pour laquelle j’ai fondé l’INITIATIVE POUR L’ÉMERGENCE DE MADAGASCAR (IEM) qui sera une plateforme de concertation rassemblant des experts nationaux et internationaux, des personnalités engagées, des partenaires stratégiques et financiers, des fonds d’investissements ainsi que toutes personnes de bonne volonté, en vue d’apporter des solutions concrètes à chaque problème.

IEM apportera des idées-phares, des projets d’envergure comme moteurs de croissance, pour le développement des secteurs-clés de l’économie impactant sur la vie sociale de la population, afin de transformer notre vision en action.

Nous sommes tous convaincus que Madagascar est une terre pleine d’avenir et que son peuple mérite un avenir meilleur, et c’est ensemble que nous allons rendre possible l’Émergence de Madagascar.

Andry Rajoelina

Ancien Président de la Transition de la République de Madagascar

CLIQUEZ ICI POUR LE PROGRAMME DU 26 JANVIER 2018 AU PETIT PALAIS A PARIS

News Mada110 partages

Gastronomie : « l’Ephémère » visite la France

Pour la 5e édition, Chef Lalaina Ravelomanana emmènera son diner gastronomique inédit, fraîchement baptisé  «L’Ephémère», dans la Ville lumière, ce 16 février.

C’était au mois de mars de l’année qui vient de s’écouler que Chef Lalaina a fait découvrir aux fins gourmets son nouveau concept culinaire, à l’occasion d’une première édition aureolée de succès au restaurant Canela à Antsahavola. «L’Ephémère» continue son petit bonhomme de chemin et débarque en France en début de cette année.

«L’Ephémère ouvre dans des endroits insolites pour une durée limitée. Autour d’un thème, d’un chef et d’un concept, nous inviterons les gourmets pour goûter à une cuisine qu’ils ne verront nulle part ailleurs. Il s’agit d’un challenge pour surprendre et attirer clients et curieux, en innovant aussi bien au niveau des plats que dans l’esthétique du lieu», argumente Chef Lalaina Ravelomanana.

Ce sera donc une véritable invitation au voyage qu’il va proposer à ses convives, le temps d’une soirée, au restaurant La Gargamelle.  «L’Ephémère reflète au sens propre la volonté d’élever la gastronomie à Madagascar au plus haut niveau», conclut-il.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara110 partages

Chantiers routiers : Antananarivo asphyxiée

Le chantier d’Ankorondrano, débuté il y a trois jours, étouffe quasiment les quartiers alentours.

Anosy, Ankorondrano, Route circulaire … , les chantiers débutés récemment pour la réfection des rues à Antananarivo et dans certaines zones périphériques voisines, ne sont pas sans conséquences sur le quotidien des Tananariviens. A Ankorondrano et à Anosy en particulier, les travaux de réhabilitation ont pour résultats ces embouteillages monstres et quasi-permanents qui étouffent les automobilistes et les usagers des transports en commun. Dans les zones du centre-ville et des quartiers voisins, il ne faut pas compter moins de deux heures pour parcourir moins de deux kilomètres. C’est le cas pour l’axe Faravohitra-Antaninandro-Ankadifotsy-Antanimena, incluant Behoririka et Andravoahangy. Dans ces quartiers, pourtant déjà habitués aux embouteillages aux heures de pointe, la circulation est complètement paralysée. Il en est de même pour la route des hydrocarbures desservant Ankorondrano, Ivandry, jusqu’à Anosivavaka, ou encore, Analakely menant vers Anosy et Andrefan’Ambohijanahary. Des cas loin d’être isolés car toutes les zones à fort taux de fréquentation vivent la même situation, aggravée par les travaux de réfection des rues car nécessitant un réaménagement de l’usage des chaussées par le biais des déviations ou de la circulation alternée.

Longtemps attendus, ces travaux de réhabilitation des rues répondent, pourtant, aux plaintes répétées des usagers en raison de la dégradation des infrastructures routières. En attendant la fin des travaux, il va ainsi falloir prendre son mal en patience, en contenant son énervement et son exaspération.

Hanitra R.

Midi Madagasikara74 partages

Remaniement gouvernemental : Un Général pressenti à Mahazoarivo ?

A l’approche de l’élection présidentielle, le régime « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » prévoit le verrouillage total des manifestations publiques.

Serein. Le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana ne se sent pas du tout menacé. Alors que ses proches collaborateurs à Mahazoarivo commencent à paniquer face aux rumeurs qui circulent depuis un certain temps par rapport à un remaniement gouvernemental en vue, le Chef du gouvernement quant à lui affiche une sérénité. Il a tenu à rassurer ses conseillers politiques au cours d’une rencontre qui s’est tenue cette semaine, en affirmant qu’Iavoloha n’envisage d’opérer aucun changement de gouvernement. Quoiqu’il en soit, du côté des proches collaborateurs du président à Iavoloha, l’on soutient que Hery Rajaonarimampianina va procéder incessamment à un remaniement gouvernemental. Des grandes figures du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » soupçonnent en effet le locataire de Mahazoarivo de préparer sa candidature pour l’élection présidentielle, et de rivaliser ainsi Hery Rajaonarimampianina qui prévoit de briguer un second mandat.

Recours à la force. A la place d’Olivier Mahafaly Solonandrasana, le Chef de l’Etat opterait pour un Premier ministre militaire. L’actuel ministre de la Défense nationale, le Général de Corps d’Armée Béni Xavier Rasolofonirina et le Secrétaire Général à la Présidence, le Général de Corps d’Armée Roger Ralala seraient en pôle position pour siéger à la Primature. Ils sont connus et reconnus figurant parmi les hommes de confiance du président Hery Rajaonarimampianina au sein de la grande muette. A l’approche de la Présidentielle, le régime HVM envisage, peut-être d’opter pour le recours à la force, de mater toutes les manifestations politiques et de verrouiller tous les créneaux qui pourraient être exploités par l’opposition. L’on constate d’ailleurs que depuis le début de cette année 2018, les tenants du pouvoir ne cessent d’accroître les intimidations et les provocations contre leurs adversaires politiques potentiels. Avec la nomination d’un Général quatre étoiles à la Primature, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » prévoit certainement d’augmenter la pression contre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, ainsi que tous les autres politiciens qui vont briguer la Magistrature suprême.

Davis R

Tia Tanindranaza68 partages

TIKO-AAA Andranomanelatra Hopotehina hatramin’ny farany

Mazava ankehitriny fa ny hamotehana hatramin’ny farany ny Orinasa Tiko-AAA Andranomanelatra no ataon’ny fitondrana HVM amin’izao fotoana. Tsy nisy nidiran’ny fitakiana momba ireo antontan-taratasy notakiana taminy intsony ny baiko azon’ny mpitondra ao Vakinankaratra, eo ambany fitarihan’ny Prefen’Antsirabe fa dia ny fanakatonana tanteraka ity orinasa ity ary ny tsy hisian’ny vokatra Tiko eny amin’ny tsena intsony no antony.

Eny fa hatramin’ireo mpanangona ronono ka mamatsy ny Tiko aza moa dia re fa nahazo fandrahonana tamin’ny tompon’andraiki-panjakana ao Vakinankaratra avokoa. Omaly alarobia no nidina tany Andranomanelatra indray ny iraky ny prefektiora sy ny faritra, izay nanamarina ireo “scellages”, efa nataon’ny vadintany ny 12 oktobra sy ny 13 desambra 2017, izay niisa 19 tamin’ireo varavarana tao amin’ny ozinina ary dia nampiana 8 indray izany tamin’ity fidinana fahatelo ity na dia voamarina aza fa tsy nisy nipika ny efa teo.

Tsy nisy fangalarana herinaratra

Ankoatra izay, voamarina ihany koa fa tsy nisy ny fangalarana jiro, izay navoakan’ny lahatsoratra an-gazety iray satria dia nitondra vaditany hafa mihitsy, saingy niala maina ihany koa. Tsy nisy sahy nipoitra teny Andranomanelatra intsony moa na ny Prefen’Antsirabe na ny lehiben’ny distrikan’Antsirabe II, fa ny talem-paritry ny tontolo iainana sy ny ala ary ny haivoary no iraka nalefa teny niaraka tamin’ny vadintany sy ny mpitandro ny filaminana, izay kivy ihany koa fa tsy afa-manoatra. Raha ny fanazavana nentin’ny vadintany dia mbola tohina amin’ny fahitana vokatry ny orinasa Tiko eny amin’ny tsena ny mpitondra fanjakana ka nandray fanapahan-kevitra sy nanome baiko ny tsy tokony hisian’io vokatra io intsony mihitsy. Tetsy an-daniny dia napetraka ny sakana amin’ny fisavana ny fiara rehetra mivoaka an’Andranomanelatra na hianatsimo na hianavatra fa tsy tokony hisy vokatra Tiko hita any anaty fiara. Tanjona raha ny nambaran’ny vadintany dia tsy eken’ny fitondram-panjakana intsony ny hisian’ny vokatra Tiko ho hita etsy sy eroa. Raha ny tsilian-dresaka ihany anefa dia nanantena mafy ny Jirama fa hahita porofo amin’ny halatra Jiro ka izany no ho poro hanagadrana avy hatrany an-dRavalomanana Marc mba tsy hanaovana azy “Résidence Surveillée”, toy ny tany Antsiranana, izay mety tsy hitan’ny fitondrana intsony ny hanaovana izany ka io no saika hijokoana azy, saingy niala maina. Raha ny fantatra moa dia tsy hihevitra ny hamoaka ilay fahazoan-dalana notakiana taminy tany aloha mihitsy ny fitondrana satria efa mazava fa tsy hamela ny Tiko-AAA hiasa izy ireo ka minisitera 4 be izao no mamorona “Dossier”, tsy ahafahany misokatra intsony dia ny minisiteran’ny fahasalamana amin’ny alalan’ny minisitra Coach, ny Minisiteran’ny Indostria, ny Minisiteran’ny Fitsarana ary ny Minisiteran’ny Tontolo Iainana sy ny Ala ary ny Hay voary. Fantatra ihany koa tamin’ny resadresaka tamin’ireo tompon’andraikitra, izay tsy afa nanoatra noho ny baiko midina moa fa havoakan’ny fanjakana amin’ny herinandro hono ny fahazoan-dalana ho an’ireo orinasa hafa izay isan’ny tsy nanana ny « permis environnemental » koa teo aloha dia ny Socolait sy ny Tsarafy, ny LMM-Kobama, ny Aquarelle. Mbola ho tantara lava araka izany ity resaka Tiko-AAA ity sy ny fitondram-panjakana fa hatreto aloha dia mampidina hatrany ny fitiavan’ny vahoaka ifotony ny fitondram-panjakana sy ny HVM ny fihetsika ataon’izy ireo, izay hita porofo tao Andranomanelatra moa izany rehefa tena miresaka amin’ireo olona ifotony ny mpanao gazety.

Caius R

Midi Madagasikara66 partages

Fakàna an-keriny ao Morondava : Fisamborana manam-pahefana, tanjona pôlitika?

Mifamahofaho be ny resaka ao an-tampon-tanànan’i Morondava ary tsy misy afa-tsy ny fisamborana an’i Kassanaly Dinech no teny am-bavan’ny olona omaly. Io farany, raha tsiahivina kely, dia lefitry ny ben’ny tanànan’i Malaimbandy. Vetivety koa dia nandroso ny fanadihadian’ny zandary nanao fisamborana olona telo hafa omaly. Andrasana avy hatrany ny valin’ny fanadihadiana ireo olona ireo ary indrindra ny amin’ny famaliana ny fanontaniana raha misy ifandraisany tokoa amin’io raharaha fakàna an-keriny tao Morondava io ny olona voalaza etsy ambony na tsia. Raha ny fanazavana azo avy amin’ny olona any an-toerana mantsy dia misy adilahy pôlitika avolenta any amin’iny faritra iny ankehitriny, ary tonga hatramin’ny fifampihantsiana mihitsy. Dia mipetraka ny fanontaniana ankehitriny hoe tena sahy nanao fakàna an-keriny tokoa ve ny lefitry ny ben’ny tanànan’i Malaimbandy, kanefa izy dia olona miara-miasa akaiky amin’ny ben’ny tanàna. Ny ben’ny tanàna izay nanao izay ho afany tamin’ny famerenana ny filaminana tao amin’ny kaominina naha-voafidy azy, izay toerana nanjakan’ny mpaka an-keriny hatramin’ny volana novambra lasa teo. Izy no niantoka am-paosy ny fidinan’ny zandary efapolo lahy tany Malaimbandy nanao fampandriana fahalemana. Mpaka an-keriny miisa enina no lavo vokatr’izany ary nisy enina hafa nidoboka am-ponja raha nahazo fahafahana vonjimaika ny roa izay nahiana ho tena tompon’antoka. Eo indrindra no mipetraka ny fanontaniana hoe sao dia natahorana hamoaka ny anaran’ny mpaniraka azy dia natao izay rehetra tsy nidobohany am-ponja? Anio dia hisy zandary folo indray hidina any an-toerana hanamafy ny fandriam-pahalemana, sy hisambotra ireo mpanao fakàna an-keriny, ary mbola avy amin’ilay olom-boafidy hatrany no nahazoana izany fiaraha-miasa izany. Andrasana ny fivoaran’ny raharaha.

D.R

Midi Madagasikara56 partages

Facebook : Hitory ny “Ino vaovao Toamasina” ny faritra atsinanana

Niantso mpanao gazety tampoka ny lehiben’ny faritra atsinanana, Talata Michel, sy ny tale jeneraly lefitra, Henri Randriamanana, ary ny tale iraisam-paritry ny Jirama Toamasina, Veloson Leonard, izay natao tao amin’ny birao fiasain’ity farany ao Bazary be Toamasina ny alatsinainy fiafaran’ny tolakandro teo, nilazan’izy ireo miaraka ny zava-misy mikasika ny Jirama izao.

“Misy lalàna eto”. Isan’ny miteraka olana eo amin’ny mpanjifa sy ny jirama ny mbola tsy fisian’ny herinaratra amin’ireo fokontany maro eto Toamasina taorian’ny fahasimbana nateraky ny rivo-doza AVA. Maro noho izany ny mpiara-monina miara-manangom-bola 5.000 ariary entina hanambazana ireo mpiasan’ny Jirama hamerina ny herinaratra amin’izy ireo. Niteraka fanehoan-kevitra tao anaty tambajotran-tserasera “facebook” an’ny “vondrona Ino Vaovao à Toamasina” ity tranga ity, ka tsy nahafaly ny Jirama sy ny faritra atsinanana izay voatonona tao anatiny noho ny voalaza fa ny lehiben’ny faritra mihitsy no mandrisika ny jirama amin’ny famporisihana ny mpiasan’ny Jirama maka io vola io. “Tany misy lalana eto” ka hitondra ny raharaha eo anivon’ny fitsarana ny lehiben’ny faritra Talata Michel, satria fanohintohinana ny filaminam-bahoaka sy fanasoketana fanjakana ary fanelezana vaovao tsy marina no handraisan’izy ireo izany.

Tsy tratra ny alarobia. Baiko nataon’ny filoha teto Toamasina taorian’ny fitarainana nataon’ny vahoaka voarainy tamin’ny fahatongavany ny zoma sy ny sabotsy teo, sy niatrehany ihany koa ny fahoriam-bahoaka tamin’ny fisian’ny fahatapahana in-7 nitranga nandritra an’io zoma io, fa tsy maintsy miverina 100% ny famatsiana herinaratra ho an’ny vahoaka ny alarobia. Niaiky anefa ny tale jeneraly lefitry ny Jirama tonga eto Toamasina mihitsy manara-maso ny fanarenana, fa tsy ho tratra ny alarobia izao ny famerenana tanteraka ny famatsiana herinaratra isan-tokantrano. Tena mbola olana ny ao Androranga noho ny fahasimban’ny “transformateur”, ny fahatapahan’ireo andrin-jiro marobe ao Ambalamanasy – Andranomadio – Tanandava – Ampilaolava – ary Ivoloina. Efa tonga avokoa ireo fitaovana hanaovana ireo asa rehetra ireo ankehitriny raha ny voalaza.

Tsy nanda sy tsy nanaiky ny fisian’ity fakana vola ataon’ny mpiasan’ny jirama ity anefa izy ireo, saingy miandry porofo avy amin’ny vahoaka kosa hanafaizana ireo zatra ny lalan-dririnina, satria miroso amin’ny fanovana noho ireo laza ratsy nananany ny jirama izao, hoy ny mpitantana. Efa nampiantso ireo lehiben’ny mpitandro ny filaminana sy ny tompon’andraikitry ny fitsarana eto Toamasina ny lehiben’ny faritra atsinanana Talata Michel mikasika ity fitoriany ataony ity.

Malala Didier

Tia Tanindranaza55 partages

Mpitandro ny filaminana MalagasyTerena hamotika an-dRavalomanana

Ataon-dRajaonarimampianina sy ny HVM fitaovana hamotehana an’i Marc Ravalomanana ny mpitandro ny filaminana. Na aiza na aiza alehan’ity farany, misy hatrany ny gafy sy ny antsojay ary tena niha mafy mihitsy tamin’ity herinandro ity. Nopotehina hatramin’ny fitaovana fanamafisam-peo tao Tolagnaro ny alatsinainy teo.

Natao tsara ambina toy ireny gadra ireny, ka tsy navela nifampiresaka tamin’ny vahoakan’Ambovombe Androy ny talata lasa teo. Filan-kisa sy filam-baniny tsotr’izao fa tsy misy antony mafonja sy porofon-kevitra mazava hanakanana azy tsy hihaona amin’ny Malagasy. Tsy vahoaka an’aliny maro, ka hoe atahorana fa dia baikon’ny halozana sy ny fialonana tsotr’izao ny fanjakana HVM  satria tsy mahatoky ny valera. Olona tsy handeha hanani-dapa na hanongam-panjakana fa hihaona sy hifampiresaka amin’ny mpiray tanindrazana aminy, saingy don-tandroka sy baiko midina no homena ny mpitandro ny filaminana hoe: “sakano sy gafio”, ary rehefa kelikely angamba dia hoe: “sambory sy gadrao”. Izay izany no antony nanendrena jeneraly be dia be hanome baiko sy hanery ny aty ambany hanao ramatahora. Misy amin’ireny mpitandro ny filaminana ireny aza moa no vaky vava mihitsy hoe: “baiko ny anay” ilay manakana sy migafy, ka tsy maintsy tanterahina. Mandra-pahoviana izy ireo no hoterena hangeja sy hisakana ny fahalalahan’ny mpiray tanindrazana aminy tahaka izao ? Efa manomboka maro no tofoka sy leo ny fanaovana azy ho fitaovana politika, izay tsy eken’ny saina aman’eritreriny. Tsy ny aty ambany mpandray baiko ihany io fa hatrany amin’ny manamboninahitra ambony maro no tofoka sy tsy mankasitraka izao fanaovana tsinontsinona ny mpitandro ny filaminana izao, saingy mifanaja sy mitandro ny hasin’ny tafika aloha. Asa atsy ho atsy na mbola hahomby ihany io karazana fanerena azy ireo hamotika ny olona tsy manakorontana na manohintohina ny fiandrianam-panjakana io akory. Ny mpitondra mihitsy no efa mangozohozon’ny tsy fahatokisan-tena sy matahotra ny ho very seza. Manaotao foana satria vao mainka hanaratsy endrika sy handetika azy ireo any anaty lavaka mangitsokitsoky ny fankahalam-bahoaka ny ataony, ary mampiakatra hatrany ny laza sy ny fanohanan’ny olona an’i Marc Ravalomanana.

Toky R

 

Midi Madagasikara37 partages

André Rasolo : « Le discours d’investiture du 25 janvier 2014 n’a pas été traduit en action »

« Tous les indicateurs sont au rouge », selon André Rasolo.

En ce jour anniversaire de l’investiture du président Hery Rajaonarimampianina, le professeur de sociologie politique a ses « maux » à dire. Interview.

Midi : C’est aujourd’hui le quatrième anniversaire de l’investiture du premier président de la Quatrième République

André Rasolo : « Effectivement, la cérémonie d’investiture du cinquième Président de la République, Hery Rajaonarimampianina avait eu lieu le 25 janvier 2014. A cette occasion, il s’est présenté comme le président de tous les Malgaches en ces termes:  » Aujourd’hui, je vous demande à vous ma famille politique de m’aider pour favoriser le grand destin d’unité nationale qui est le mien. Je vous demande à vous mes amis de me laisser libre. Libre d’aller vers les autres. Libre d’aller vers celui qui n’a jamais été mon ami, qui n’a jamais appartenu à notre famille politique, et parfois même qui nous a combattus. » A ses amis, le nouveau Président a lancé un appel de soutien de l’aider à écouter les 49% des électeurs qui se sont abstenus et les 47,5% qui n’ont pas voté pour lui ».

Midi : Et quatre ans après ?

A.R. : «  Quatre ans après ce discours prometteur, on attendait la fin de la crise de 2009, le renforcement de la cohésion sociale, l’apaisement politique, la guérison des malaises  au sein des forces armées, le retour au jeu démocratique entre le pouvoir et l’opposition. On espérait que les conditions de vie allaient changer avec la relance de l’économie et de l’emploi entraînant le redressement de la vie des Malgaches particulièrement des couches les plus vulnérables. Mais force est de reconnaître que le discours d’investiture du 25 janvier 2014 à Mahamasina n’a pas été traduit en action. La page des conflits de 2009 est loin d’être tournée. Au contraire, de nouvelles blessures apparaissent alors que les anciennes plaies ne sont pas guéries. Le conflit de 2009, jadis entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana est à présent à plusieurs autres acteurs. Quant au soutien des amis du  Président de l’aider à écouter les 72% des Malgaches qui se sont abstenus et n’ont pas voté pour lui, il ne s’est pas réalisé. En réalité, les positions des uns et des autres ainsi que celle de la majorité silencieuse se durcissent de plus en plus. Ceci explique sans doute la préparation à la fois floue et laborieuse de l’élection de 2018 qui révèle des signes de blocage important d’origine politique ».

Midi : Mais la reconnaissance internationale a été bel et bien acquise

A.R. : « Malgré la reconnaissance internationale obtenue après l’élection de sortie de crise,  la vie quotidienne des Malgaches n’a pas changé. Au contraire, la précarité, la pauvreté, l’insécurité, le chômage, la corruption, la faillite de l’Etat de droit, le relâchement général des services publics, tous les indicateurs sont au rouge. La flambée des prix des denrées alimentaires n’a jamais atteint leur niveau actuel. On ne peut pas d’un côté mobiliser des ressources extérieures pour la relance de l’économie et de l’autre côté, gaspiller des ressources intérieures à cause de la mauvaise gouvernance et de l’arrivée des investisseurs mafieux. Nous en sommes là. Tant que la loi du plus fort et d’exclusion continue d’ériger des murs de séparation, l’unité nationale reste fragile. Les calculs politiques sont néfastes quand ils ne correspondent ni à l’intérêt de la majorité des Malgaches, ni aux valeurs de la République. Madagascar est aujourd’hui menacé de retomber dans de nouvelles crises. Soyons vigilants. Le temps est venu de commencer à construire ensemble la refondation de la Nation et de la République ».

Propos recueillis par R. O

Midi Madagasikara33 partages

Alasora et Carry-le-Rouet : Ensemble pour une meilleure coopération décentralisée

La projection se déroulait le 3 décembre 2017 à l’espace Fernandel pour la Commune de Carry-le-Rouet, et hier à l’Yandy By Pass pour la commune d’Alasora. Ces ados ont filmé leur quotidien avec leurs smartphones.

Une coopération décentralisée partie du bon pied. C’est effectivement ce qui se passe entre la commune rurale d’Alasora (Cral) et la commune de Carry-le-Rouet en France qui viennent d’officialiser leur collaboration. Les esquisses de cette fraternité entre les deux communes ne datent pas d’hier. Bien au contraire, les négociations et les tractations sur la problématique du développement des deux villes ont été effectuées il y a plusieurs mois de cela, vers juillet 2016. Et d’ailleurs, les premiers résultats ont été plus que satisfaisants. En effet, à travers le « Le Quotidien de nos Ados », le premier festival du film de poche, les deux communes ont brillé par leur succès. A l’issue, Sedra, un adolescent du Fokontany Est-Mahazoarivo a reçu le prix du meilleur film. Valisoa, du fokontany d’Ambohimarina a remporté le prix du meilleur scenario et le prix du coup de cœur du jury a été attribué à Nihal, une adolescente de Carry-le-Rouet. Tous les autres participants ont été également récompensés : des fournitures scolaires pour les ados malgaches et des tickets de cinéma pour ceux de Carry. Le maire d’Alasora, Marc Ramiarinjatovo a informé que « Carry-le-Rouet a prévu d’envoyer des manuels scolaires, des véhicules pour la police communale et des éclairages publics pour l’ensemble de notre Commune ». Quant à Jimmy Randriantsoa, il a précisé qu’« outre la projection du film et la remise des prix, les objectifs de ce festival sont de créer des liens entre les ados  des deux communes leur permettant de mieux se connaître, de partager leurs différences culturelles et traditionnelles pour un enrichissement mutuel ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara30 partages

Conseil des Ministres : Zina Andrianarivelo de nouveau limogé

Contre toute attente, le Conseil des Ministres d’hier n’a pas pris le décret convoquant les deux Chambres du Parlement (Assemblée nationale et Sénat) à se réunir en session extraordinaire pour adopter les projets de loi organique sur les élections. Le Conseil a cependant adopté plusieurs nominations aux hauts emplois de l’Etat. Par ailleurs, il a de nouveau limogé Zina Andrianarivelo-Razafy, mais cette fois-ci en tant que consul général de Madagascar au sein de la Délégation Permanente de Madagascar auprès de l’ONU à New York. Le conseil des Ministres de jeudi 11 janvier a déjà démis de ses fonctions ce diplomate malgache, mais en tant qu’ambassadeur de Madagascar à New York. Il est remplacé à ce poste par Arisoa Razafitrimo. Depuis hier donc, le poste de consul général de Madagascar auprès de la délégation permanente de Madagascar auprès de l’ONU à new York est vacant.

R. Eugène
Tia Tanindranaza21 partages

Lanto RabenatoandroAra-dalàna tsara ny dosien’ny AAA

Mihamafy ny antsojay atao amin’ny orinasa AAA, ka nisy ny fakam-baovao misimisy kokoa natao tamin’ny Tale Jeneraliny Lanto Rabenatoandro omaly maraina teny amin’ny Magro Behoririka. Na ny Magro ao Behoririka na eny Tanjombato, dia mahazo fandrahonana fa hakatona avokoa. Ny alin’ny talata teo mantsy dia nidiran’ny miaramila tao Andranomanelatra Antsirabe.

Efa tamin’ny volana septambra-oktobra 2017 anefa no tafapetraka tany amin’ny minisiteran’ny indostria ny fahazoan-dalana ara-tontolo iainana, raha ny fanazavany.  Notakiana ny hamitana haingana ny fanatanterahana ilay dosie teknika entina hanatanterahana ilay atao ny “pérmis environnemental” na ny fahazoan-dalana ara-tontolo iainana. Tena nataonay ary tena vita sy nandaniana vola, ary tao anatin’ny fanaraham-penitra tanteraka izany sady ara-potoana, hoy i Lanto Rabenatoandro. Ny volana oktobra teo no efa tokony ho nidina ifotony ny minisiteran’ny Indostria nijery sy nanamarina ny pitsopitsony rehetra ahafahana miditra amin’ny dingana manaraka, saingy tsy mety midina izy ireo hatramin’izao. Tsy aty aminay intsony ny olana fa any amin’ny minisitera, kanefa dia mikatso ny dingana hahazoanay ilay fahazoan-dàlana ara-tontolo iaianana, hoy hatrany ny tale jeneralin’ny AAA. Mikasika ny hoe mamokatra na tsy mamokatra ny orinasa, ny azoko tenenina dia tsy manaiky io ataon’ny fanjakana io aho, ary tsy manaiky izany ny orinasa satria tsy ara-dalàna ny zavatra ataon’ny fanjakana, hoy izy. Raha mihatra amin’ny orinasa rehetra tsy manana fahazoan-dalana ara-tontolo iainana ny fepetra raisina, dia ekenay ny fanakatonana anay na rahoviana na rahoviana. Notsiahiviny fa misy ny orinasa izay miasa sy efa mihodina kanefa na ny fandinihana savaranonando aza tsy manomboka akory. Raha ampitahaina ny zavatra natao tamin’ny AAA dia efa ela no tokony ho nikatona koa ireny orinasa ireny. Be dia be izany eto Madagasikara. Ny ao Antsirabe, ohatra, dia tsy manana na inona na inona ny orinasa Socolait. Na “certificat de consommabilité”  na ny fahazoan-dàlana fa azo jifaina sy hanina ny vokatra vokariny aza tsy hananany, ny fahazoan-dàlana ara-tontolo iainana tsy misy, izay ny hoe ratsy lavitra noho ny AAA. Maninona no ny AAA ihany no gafiana sy anaovana antsojay ? Roa taona no nitsanganan’ny AAA, ka maninona no tsy vao nitsangana dia norarana kanefa efa nampiasa sy nanodina volabe ?

Tsy misy mamaly ny resaka teknika intsony momba ny fanakatonana fa izay anontaniana na ny avy amin’ny prefektiora any Antsirabe na ny avy amin’ny minisiteran’ny Indostria dia samy milaza fa baiko avokoa, hoy ny Tale Jeneralin’ny AAA. Ny zavatra nangatahina taminay efa vitanay, ka tsy fantatray intsony hoe inona no atao ? Miantso ny firaisankian’ny Malagasy ny tenany. Mampitomany raha izao no hanaovana ny orinasa Malagasy, hoy izy tamin’alahelo.Nisy omaly hariva ny fifampiresahana teo amin’ny mpitantana ny orinasa AAA sy ny iraky ny governemanta saingy tsy nisy aloha ny marimaritra iraisana nivoaka.

Toky R

 

Midi Madagasikara21 partages

HOREB-KAIZEN : Foulpointe, une commune pilote en Afrique

Lors du lancement du système combiné HOREB-KAIZEN.

Le système HOREB développé par le groupe FALY Export et le KAIZEN, un système de travail japonais  d’amélioration continue reconnu dans le monde entier a été combiné. La commune de Foulpointe a été choisie pour être la commune pilote  en Afrique  dans la mise en œuvre de cette approche conjointe. « Il s’agit de l’opérationnalisation concrète d’un développement inclusif et durable où tous les acteurs de développement à partir des producteurs trouvent leur compte  et se partagent les bénéfices générées par  les activités », a expliqué Faly Rasamimanana, le directeur général de Faly Export lors de son lancement officiel mardi dernier.

A vocation agricole. Si HOREB est connu et pratiqué depuis quelques années par un ensemble d’acteurs  comme les producteurs et les exportateurs dans le pays, la KAIZEN est venu renforcer le système  par l’adoption de nouvelles mentalités et rigueur  à la japonaise qui fait le renom économique spectaculaire de Japon dans le monde entier. Chaque partie HOREB et KAIZEN a fait l’effort d’apporter et de démontrer en public et devant le monde entier qu’il est possible de faire le développement  à partir de ce qu’on a et améliorer petit à petit sans se prélasser; et c’est d’ailleurs le fondement du Kaizen. Comme Foulpointe  est une zone à vocation agricole, l’entretien et  la réhabilitation des routes, ruelles, ponts et  dotation de pirogues  sont les premières actions  concrètes menées dans la localité. Il est très important de mentionner que les activités HOREB – KAIZEN contribuent à tous produits agricoles malgaches, en particulier le Litchis de Toamasina II à commencer par Foulpointe, de concurrencer ceux des autres pays  sur le marché international.

Navalona R.

Tia Tanindranaza18 partages

Hery Vaovao ho an’i MadagasikaraNitondra krizy vaovao ho an’ny Toekarena

Efa-taona sahady no nanaovan’ny filoha Hery Rajaonarimampianina ny fianianany amin’ny maha mpitondra azy (25 janoary 2014- 25 janoary 2018). Raha atao ny jery todika ny amin’ny zava-bita teto amin’ny firenena, indrindra ny lafiny ara-toekarena dia hita soritra tamin’ny lafiny maro ny tsy fahombiazan’ny fitondrana tarihiny.

Raha ny mahakasika ny fiainam-bahoaka manokana ohatra dia tsy voafehy mihitsy ny fiakaran’ny vidim-piainana. Nandritra izay efa taona izay. Nipàka hatrany anaty ati-vilanin’ny Malagasy mihitsy izany satria na ny vary izay foto-tsakafo ary dia tsy nitsaha-nisondrotra ny vidiny. Ny fiakaran’ny vidin-jiro sy rano moa tsy lazaina intsony fa dia iaretana fotsiny sisa. Ny vidin-tsolika rehefa mba midina dia latsaka Ariary 10 na 20 eo ho eo ary rehefa miakatra nefa dia manatombo 50 Ar farafahakeliny. Ankoatr’izay, anisan’ny nanamarika izay efa taona izay ihany koa ny tsy fahamarinan-toeran’ny vola Malagasy, ny fitotonganan’ny ariary manoloana ireo vola vahiny fampiasa eto, ny Euro ohatra dia efa ho tafakatra 4000 Ariary. Teo  ihany koa ny fahasahiranana ara-bola nohon’ny fisalasalan’ny mpamatsy vola sy ny mpampiasa vola amin’ity resaka fakàna an-keriny misesisesy izay mitranga eto Madagasika. Manarak`izany tsy resy lahatra ny Tahairim-bola iraisam-pirenena (FMI) ny amin`ilay lalàna nataon`ny governemanta amin` ny Z.E.S (Zones Economiques Spéciales ) izay efa nokianin’ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) ihany koa, sy ny fampandrosoana Indostrialy ( LDI). Nisy ihany koa ny fahasimbana nateraky my loza voa-janahary teo amin`ny seha- pamokarana teto amin`ny firenena saingy tsy misy ny politika mazava ny amin`ny fanarenana mipaka amin`ny toekarena. Amin`ny lafiny famoronana asa tsy misy ny politika mazava ka dia mitombo isan`andro ireo tanora Malagasy tsy manana asa.

Taona

Tahan`ny fisondrotan`ny vidim-piainana (taux d`inflation)

Sandam-bola vahiny

Filaharana eran-tany

2014

7%

1euro = 3017Ar

Ao anatin`ny

10 farany

eran-tany

2018

8,3%

1euro =3970 Ar

Ao anatin`ny

5 farany

eran-tany

 

Tarehimarika: Banky Foiben`i Madagasikara

 

Tsiry

Midi Madagasikara18 partages

Les travailleurs de l’ombre : Heritiana Andriambelosoa, bouliste de père en fils et…petit fils !

Heritiana Tin Andriambelosoa excelle dans l’organisation des compétitions d’envergure.

Incontournable dans l’organisation des grands événements boulistiques, Heritiana Andriambelosoa fait parler son savoir-faire doublé d’un savoir plaire pour partager sa passion pour la pétanque à tout ce qui l’entoure. Avec un réel succès car autant le dire qu’à chaque fois, il assure.

Une fois de plus, la Fédération Malgache de Pétanque a fait appel au service de Heritiana Andriambelosoa, pour l’organisation de la sélection de l’équipe malgache pour défendre nos couleurs au Star Master de Thaïlande.

Le grand champion Ragasy. Un choix logique car personne autre que lui ne peut assumer ce nouveau défi avec de belles bagarres en perspective, ne serait-ce que dans la perspective de croiser les boules avec les stars françaises. En full accommodations pour reprendre l’expression consacrée. Ce qui met la pression à tout le monde.

Certes, Heritiana Andriambelosoa est conseiller à la FMP mais le choix pour diriger ce concours de sélection de l’équipe malgache pour le Star Master de Thaïlande ne se discute pas, tant il incarne la sécurité dans ce genre d’opération car non seulement il est ami avec tout le monde, mais il sait aussi parler aux gens. Des qualités héritées de son père, Ragasy également qui est un grand champion de pétanque des années 60. Celui-là même qui lui a transmis à lui et à son frère Heriniaina « Ragasy » Andriambelosoa, cette passion pour cette discipline. Et de fil en aiguille, il a lui-même transmis le virus à son fils, Hery Nambinina, devenu un des meilleurs joueurs de sa génération.

Mais autant le dire, Tin comme ses amis l’appellent est aussi efficace sur le terrain qu’en dehors. Sur ce chapitre en effet, il a gagné des titres notamment ce même Star Master de Thaïlande en 2014. On y ajoute son titre de champion de Madagascar en doublette de 2008 avec son coéquipier Lanto. Deux ans plus tôt, il s’est hissé jusqu’en finale du championnat de Madagascar en triplette.

Meneur d’hommes. Comme il excelle en tant que meneur d’hommes, Heritiana Andriambelosoa fut propulsé presque logiquement à la tête du FCBT, une association des boulistes qui jouent au football.

« L’essentiel est de pouvoir prendre du plaisir », avoue cet homme qui est également derrière le succès du Festival Kanetibe avec son frère. Une compétition qui parvenait à rassembler 150 triplettes issues des quatre coins de Tana.

Fort de ce succès, il a immédiatement enchaîné sur le Kanetibe Fokontany toujours en association avec son frère et qui, comme son nom l’indique, réunit tous les fokontany de Tana soit près de 300 triplettes.

Et quand Madagascar obtient l’organisation du Mondial de pétanque en 2015, c’est logiquement vers les frères Andriambelosoa que l’Etat se tourne même si la fédération internationale avait imposé son poulain notamment Synergy Communication.

Et pour préserver cet honneur bien malgache, les Andriambelosoa se faisaient discret. A aucun moment ils n’ont élevé le ton car ce n’est pas ce que leur a appris le regretté Ragasy. Au bout, les Malgaches montaient sur la plus haute marche du podium au grand bonheur des férus de pétanque et rejoignant ainsi la philosophie de la famille qui est de rendre service à tout le monde. Une sacrée famille de boulistes…

Clément RABARY

Midi Madagasikara17 partages

Début des grandes manœuvres électorales

Cette fois-ci, on y est vraiment. Le compte à rebours a commencé et les grandes manœuvres de l’élection présidentielle ont bien commencé. Avec la présentation du programme d’Hery Rajaonarimampianina, intitulé « fisandratan’ny Madagasikara » en fin d’après-midi au buliding center d’Iavoloha et l’annonce très attendue de la candidature d’Andry Rajoelina à Paris demain, on est maintenant entré dans le vif du sujet. Les Malgaches vont maintenant pouvoir se faire une opinion de la qualité de deux des principaux candidats et de leur programme  respectif.

Début des grandes manœuvres électorales

Jusqu’à présent, le régime avait beau jeu de s’acharner sur Marc Ravalomanana pour l’écœurer.  L’ancien président continue à subir les tracasseries sans broncher, et il ne  peut que  prendre à témoin l’opinion publique. Mais maintenant, c’est un autre challenger qui va entrer en lice et l’équipe  entourant  le chef de l’Etat n’entendent pas se laisser surprendre.  Ils vont donc essayer d’amoindrir l’effet de l’intervention d’Andry Rajoelina  sur la  population malgache en lui coupant l’herbe sous les pieds. C’est un programme présidentiel que l’actuel chef de l’Etat va présenter cet après-midi et gageant que cela se fera avec un maximum d’effets.  Cependant, on peut se demander si cela suffira à mettre à mal la détermination du  candidat Andry Rajoelina .Sa stratégie a été longuement étudiée et son programme « initiatives et émergence  Madagascar » a été bien pensé. On va donc assister à la confrontation de deux projets. Simplement, on ne peut que s’étonner de la part du régime de faire miroiter de belles perspectives à la fin d’un quinquennat qui n’a pas répondu aux aspirations de la population. C’est de bonne guerre, mais on verra si cette dernière va se laisser convaincre par les promesses qui vont être faites. Avec l’entrée en lice en cette fin de semaine d’un candidat craint par le pouvoir, les choses sérieuses vont commencer et l’opinion va pouvoir  véritablement juger.

Patrice RABE

Midi Madagasikara17 partages

Colloque national des impôts : Pour la sécurisation des recettes fiscales

Le DGI Razafindrakoto Iouri Garisse entouré des 14 Directeurs Régionaux des Impôts.

Après la réunion avec les opérateurs qui a eu lieu à la Chambre de Commerce et d’Industrie à Antaninarenina, la Direction Générale des Impôts (DGI) tient depuis hier et jusqu’à aujourd’hui, son colloque national au Carlton. 425 agents de l’administration fiscale composés de directeurs centraux et régionaux, de chefs de services, de tous les chefs de centres fiscaux et de l’ensemble des inspecteurs des impôts participent à ce colloque visant à harmoniser l’application des nouvelles dispositions fiscales de la Loi de Finances 2018 notamment suite au changement de régimes fiscaux en matière de TVA et d’impôt synthétique.

BAD. « Rationalisation des régimes fiscaux et incitations à la formalisation pour l’amélioration des recettes ». Tel est le thème de ce colloque national des impôts qui est financé par la Banque Africaine pour le Développement (BAD) à travers le Projet d’Appui à la Gouvernance Institutionnelle (PAGI). Des assises nationales qui revêtent un caractère particulier du fait que Madagascar bénéficie désormais de la confiance des bailleurs grâce en majeure partie aux recettes fiscales des années précédentes et peut procéder à des changements en ce qui concerne les régimes fiscaux.

ZES. Comme il a été expliqué mardi devant les opérateurs économiques à la Chambre de Commerce et d’Industrie, le fisc a effectivement simplifié au maximum le mode de calcul des impôts. Ainsi, le régime du réel simplifié a été supprimé pour laisser les contribuables choisir librement entre le régime de l’impôt synthétique et le régime du réel avec un seuil unique de Ar 100 millions. Concernant les Zones Economiques Spéciales (ZES) qui sont un sujet brûlant d’actualité ces derniers jours, le Directeur Général des Impôts, Razafindrakoto Iouri Garisse a tenu à expliquer  que « les entreprises qui opèrent dans ce domaine doivent se soumettre aux lois et règlementations en vigueur. Etant donné que les exportations constituent leur activité première, elles pourront bénéficier des avantages fiscaux y afférents comme le remboursement de crédits de TVA ».

R.S

Midi Madagasikara15 partages

BFV-Société Générale : 20 ans après, une banque relationnelle de référence

Le PDG Bruno Massez a lancé la célébration du 20e anniversaire de la BFV-SG lors d’une soirée au Calypso Toamasina.

Proximité, expertise et accompagnement. Telles sont les valeurs qui animent la BFV-Société Générale depuis ses 20 années de présence à Madagascar.

La BFV-SG a choisi la ville de Toamasina pour lancer la célébration de son 20e anniversaire. Un choix motivé par le fait que Toamasina est la ville qui témoigne de cette volonté de la BFV-SG de se rapprocher davantage des clients et de leur offrir les services les plus complets et les plus modernes possibles.

Responsabilité

En effet, c’est  la ville de Toamasina  qui a accueilli les premiers espaces dédiés aux entreprises et clientèle bonne gamme et patrimoniaux hors de la capitale.  Dans le discours qu’il a prononcé, à cette occasion au Calypso,  Bruno Massez, le PDG de la BFV-SG a affirmé : « À présent, nous pouvons affirmer que le modèle de la BFV-Société Générale est à l’image de ce que la population Malagasy souhaite : la banque relationnelle de référence, grâce notamment à ses valeurs : responsabilité, engagement, esprit d’équipe et innovation. ».  Il a, par ailleurs  souligné « l’esprit engagé de l’entreprise en apportant son soutien auprès des sinistrés du cyclone AVA par le biais d’une contribution au Bureau National de la Gestion des Risques et des Catastrophes ».

Engagements

Cette soirée de célébration a été saisie par le PDG Bruno Massez pour rappeler que la BFV-Société Générale a toujours mis en avant ses engagements surtout envers sa clientèle et ses partenaires.  .  En 20 ans, la BFV-Société Générale a travaillé ses produits et services pour s’adapter aux besoins de sa large clientèle allant des particuliers jusqu’aux grandes entreprises. Le but étant d’offrir une assistance rapprochée pour tous types de clientèle tout en les aidant à développer leurs activités. Et pour démontrer son engagement auprès de la société malagasy, la banque s’investit personnellement dans des activités culturelles visant à développer la culture sociale malgache.

Pendant toute cette année de célébration, BFV-Société Générale a comme mot d’ordre « Etre plus proche de vous ». De ce fait, elle a pour vision d’étendre son champ d’application dans les différentes zones où elle s’est implantée.

R.Edmond.

Midi Madagasikara14 partages

JO 2020 : Six judokas au Japon pour la préparation olympique

La délégation de judo avec le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa.

Dans l’optique de la préparation des Jeux des Iles 2019 et des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, six judokas vont partir au Japon pour un stage.

La délégation malgache emmenée par le vice-président de la Fédération malgache de judo (FMJ), Hery Manoelina Ratovoson, quittera le pays le 28 janvier prochain à destination de Tokyo. Ils seront 5 dont quatre judokas pour un stage de un mois et demi.

Préparation olympique. Il s’agit de Haingonirina Duriana (Judo Club Ihosy), Mirana Rakotobe (ASSM), Tatiana Andrianaivoravelona (ASSM)  et de Kevin Andriamanoelina (JCB). « Ces judokas ont été choisis par rapport à leurs performances ces derniers temps lors des compétitions, tant au niveau national qu’international » a fait savoir, Hery Manoelina, le technicien qui va les accompagner à Tokyo. Ces quatre judokas sont tous pensionnaires de l’équipe nationale. Ce déplacement est le fruit de la collaboration entre l’Etat malgache et celui du Japon. L’ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara et ses collaborateurs, la Fédération malgache de judo dirigée par son président, Siteny Randrianasoloniaiko et les judokas ont été reçus par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa hier à son bureau à Ambohijatovo. « Suite à votre sollicitation en 2016 pour la préparation des JO de Tokyo en 2020, le Japon répond favorablement avec l’envoi des judokas malgaches pour un stage. Les frais et l’hébergement seront pris en charge par le ministère des Affaires Etrangères du Japon » a indiqué l’ambassadeur. Et lui de continuer « Je suis très surpris de la popularité du judo et des arts martiaux d’origine japonaise à Madagascar ». Après leur séjour au Japon, les quatre judokas participeront aux Championnats d’Afrique de Tunis du 12 au 15 avril.

Formation universitaire. Outre ces quatre judokas, deux judokates vont poursuivre leurs études au Japon à savoir Daniela Nomenjanahary (CSS Toliara) et Tessia Mong Tsiorinirina  (CSS Toliara). Elles vont allier judo et études au Japon pendant 3 ans. « Nous avons besoin de résultats. Votre déplacement au Japon a été rendu possible grâce au partenariat bilatéral entre Madagascar et le pays du soleil levant. Le pays compte beaucoup sur vous » a lancé le numéro un du sport malgache. Daniela et Tessia fréquenteront des Universités où plusieurs champions du monde de judo ont étudié. « Ces stages et formations entrent également dans le cadre de la préparation des Jeux Iles de 2019. Nous allons améliorer les résultats par rapport à 2015 à La Réunion » a expliqué Siteny Randrianasoloniaiko, président de la FMJ.

T.H

Midi Madagasikara13 partages

Bouffes-mobiles d’Analakely : La manifestation d’hier avortée

Les bouffes-rapides ont été expulsés d’Analakely pour un autre lieu inconnu.

La commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a décidé d’expulser les bouffes-mobiles d’Analakely. Une décision qui a failli entraîner une manifestation des responsables des bouffes-rapides.

Prise le 16 janvier dernier, la décision de la commune urbaine de déplacer les bouffes-rapides d’Analakely concerne surtout celles qui sont stationnées du côté du lycée Rabearivelo, des pavillons ou encore Soarano. Une décision d’expulsion qui veut libérer les voies publiques mais également pour donner un peu de coup de neuf au centre-ville d’Antananarivo selon les dires d’un responsable auprès du service de la communication de la CUA joint au téléphone hier. Profitant de notre appel, le responsable de noter que “ quelques bouffes-rapides longeant les rues et ruelles du centre ville ne disposent même pas de papier justifiant leur présence sur les lieux ”. Le responsable d’interpeller les personnes concernées (les responsables des bouffes-mobiles et tous les marchands abritant dans des voitures) que l’occupation d’une partie des routes et ruelles de la capitale est régie par la loi. Le droit s’acquiert par une suite de procédure commençant par une demande d’autorisation pour se terminer par le paiement de droit d’occupation à verser à la caisse de la commune, selon toujours les dires du responsable auprès de la CUA. Ce dernier de noter toutefois que des mesures seront prises à l’encontre des bouffes-mobiles qui continuent d’exércer sans autorisation émanant de la commune.

Intérêts. La manifestation prévue hier aurait dû être l’occasion pour les responsables des bouffes-mobiles de faire part de leurs frustrations, avis et points de vue. Joint au téléphone, un gérant de bouffes-mobiles qui a préféré taire son nom fait savoir que “ la décision de la commune urbaine d’Antananarivo a causé de graves conséquences au niveau des recettes “. “ C’est une persécution et nous dénonçons une telle injustice “, a-t-il déploré. Avant d’ajouter que “ la commune urbaine aurait pu procéder autrement si elle veut vraiment assainir la ville d’Antananarivo “. Les rues et ruelles d’Analakely sont actuellement débarrassées des bouffes-mobiles. Une décision qui influe également sur leurs clients qui ont pris l’habitude de bénéficier de leurs services. Par ailleurs, l’assainissement mené par la Commune Urbaine d’Antananrivo continue. Pas plus tard qu’hier, les tananariviens qui étaient à Behoririka dans la matinée ont assisté au jeu du chat et de la souris entre les marchands ambulants et les agents de la police municipale. Un fait habituel qui n’étonne personne étant donné sa récurrence. Pour la ville des milles, faire conjuguer les efforts d’assainissement menés par la commune et les intérêts des personnes qui ont investi les rues et ruelles pour y mener des activités génératrices de revenus semble être une tâche difficile pour les responsables de la commune.

José Belalahy

L'express de Madagascar12 partages

La Grande Vadrouille

Trois semaines après sa cavale, Houcine Arfa fait encore parler de lui au pays. Comme quoi l’affaire prend des proportions incongrues et se rapproche dangereusement de la présidence. L’affaire est tellement…sale et flagrante qu’on se demande comment le SMM et le Bianco vont la traiter.Ce vazaha a été recruté pour former de manière «officieuse» la garde présidentielle en vue du sommet de la Francophonie, et il était bien payé d’après les quotidiens. Je dis officieuse car la présidence semble ne plus reconnaître ce monsieur, et l’accuse maintenant d’usurpation de fonction, d’extorsion de fonds, de tentative de kidnapping. Analysons les accusations, et délibérons entre nous (sans valeur juridique, mais nos réflexions peuvent guider) :- usurpation de fonction: il n’y a pas de fumée sans feu. Le monsieur a été surement employé par la présidence pour effectivement former la garde, en vue du Sommet francophone. Il n’est pas le seul à avoir été recruté de cette manière. Jean Marc Koumba et d’autres moins médiatisés l’ont été et il n’y a aucun problème sur ce point. Vu la tournure que l’affaire a prise, il a été bon d’annuler le contrat et d’effacer toutes traces de ce deal informel (précisons qu’aucune des deux parties n’a publié le contrat qui les lient). Personne à la présidence ne niera l’avoir aperçu (sauf sous pression comme d’habitude), donc l’accusation ne tient pas. NON COUPABLEExtorsion de fonds: la situation est plus délicate; d’un côté, nous avons le système judiciaire le plus défaillant et parmi les plus corrompus au monde, rompu aux rackets et autres trafics d’influence. D’un autre côté, nous avons un barbouze avec un passé trouble qui ne ressort (bizarrement) que lorsque tout va mal. Qui a extorqué combien à qui? Dans quelles conditions? La Justice a du mal à se démarquer des accusations de Houcine à tel point que nous pouvons penser qu’elle n’a pas refusé les sommes, et a aidé le monsieur à s’évader. Dans ce cas, la Justice est complice. C’est bêtement flagrant puisqu’il est pratiquement impossible de s’évader sans complicité, surtout quand l’individu est qualifié de dangereux, et vazaha. Une enquête devra être menée contre la justice. Cette enquête ne devrait pas poser de problème si elle est innocente. Mais quand on lit les médias et les déclarations des responsables, il y a tentative de noyer le poisson. Personne n’est dupe, mais les dirigeants continuent à nous prendre pour des imbéciles. Affaire à suivre.Tentative de kidnapping: Il a voulu kidnapper qui au fait ??? Y a-t-il eu plainte ou bien c’est la mode quand on n’a aucune preuve ? Si Houcine avait voulu tuer le président, il ne l’aurait pas raté, ne nous voilons pas la face. Le problème est ailleurs. Mais comme c’est un professionnel, il ne s’abaisse pas au niveau des conseillers de la présidence, et garde la tête froide. Pas de preuve, pas de condamnation. NON COUPABLE.Mais comme l’a si bien dit la procureure, « Vous êtes à Madagascar, vous êtes à Madagascar … », le pays où ce sont les plaignants qui sont incarcérés et les véritables coupables encensés. Les juges ont fort à faire avec cette affaire. Nous faisons confiance aux juges malagasy, pas à leur chef. L’histoire nous a montré que la Justice demeure sous la coupe de l’exécutif et que la séparation des pouvoirs n’est qu’un rêve. Heureusement, le SMM veille; le Bianco…on hésite…l’affaire Claudine a été un bon début mais l’effort n’a pas été soutenu et on connait la suite. En plus, elle est rattachée à la Présidence, ce qui la discrédite fortement.En qui peut-on faire confiance donc dans cette histoire ? À personne actuellement. Les accusations ne tiennent pas la route, l’accusé est rompu aux techniques de manipulation d’informations, les institutions malgaches tremblent et se comportent en coupables. On est dans l’impasse. Pour démêler cette histoire, seule une enquête véritablement indépendante et profonde est nécessaire. On se heurte malheureusement à un déficit institutionnel. Qui aura le cran d’affronter les conseillers du président, la ministre de la Justice, les gardes pénitentiaires et démonter les rouages de cette évasion sans peur et en toute objectivité ? Je ne vois personne non plus. On en sera encore là dans 50ans si la société civile ne se réveille pas. Mener cette enquête requiert une solide connaissance en droit, en psychologie et une bonne expérience du système judiciaire malgache. Çà, tout le monde en est capable. Il faut également avoir une bonne sécurité car les responsables sont connus pour leur mauvaise foi et l’utilisation irraisonnée et immature de la force pour «faire taire» les témoins.D’ici quelque temps, on pourra donc lire la fin de ce roman avec un non-lieu et quelques douceurs pour les coupables. Houcine restera chez lui, blanchi et lessivé d’une poignée d’euros seulement. La vie reprendra son cours chez nous en attendant que les coupables  trouvent quelqu’un d’autre à racketter et à menacer. Les élections se rapprochent et les cafards sont aux abois. Tous les moyens sont bons pour grappiller quelques sous et abuser une dernière fois du pouvoir qui nous a été confié.Ce qu’ils ne savent pas, c’est que la résistance est là, silencieuse, observatrice et prête à en découdre avec eux. Le moindre abus peut faire basculer les rapports de forces et précipiter leur chute. Et le plus intéressant: il ne faut pas oublier que ce n’est pas nous qui allons fuir à l’étranger en cas de danger, ce n’est pas nos biens qui seront saccagés en cas de crise. Le peuple n’oublie pas. Nous non plus.

Par Tefy Ratrimoarivony

Midi Madagasikara11 partages

Lutte anti-tabac : Le cas malgache, exemplaire selon le secrétariat du FCTC 2030

L’assistance au lancement du FCTC 2030 hier ; avec au premier plan, les officiels. (Crédit photo MSP)

Le projet FCTC 2030 (Framework Convention on Tobacco Control) financé par le Royaume-Uni représente tout simplement la consolidation des acquis de la mise en œuvre de la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la Santé pour la lutte anti-tabac (CLAT), entrée en vigueur en février 2005. D’après les discours des officiels, la Grande île serait exemplaire en la matière.

Le lancement officiel pour Madagascar du FCTC 2030 a été effectué hier à l’hôtel Panorama. Ont  assisté à ce lancement le ministre de la Santé publique, le directeur de l’Office national pour la lutte anti-tabac, le représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Madagascar, ainsi que le représentant du Secrétariat du projet FCTC 2030 à Genève. Dans leurs allocutions respectives, ces officiels ont tous mis en exergue l’exemplarité du cas malgache en la matière.

Reconnaissance. Pour ses efforts consacrés à la lutte anti-tabac, Madagascar remporterait la palme parmi 15 pays sélectionnés sur plus de 200 autres. Notons que la Grande île a ratifié la CLAT en 2005. Les espaces non-fumeurs sont actuellement légion et plus ou moins respectés par la sa population . Le représentant du Secrétariat du FCTC 2030 appréciant les efforts de Madagascar dans la lutte anti-tabac : « Un cadre juridique bien établi et une coopération interministérielle ont été mis en place à Mada dans ce cadre, et sont amenés à se renforcer. Vous avez un office national consacré à cette cause. C’est l’une des principales raisons expliquant la sélection de Madagascar. »

Réalisations. Des avancées ont en effet été constatées en matière de lutte anti-tabac à Madagascar. Actuellement, les acteurs gouvernementaux, dont le ministère et l’office de tutelle en sont à l’élaboration d’un nouveau plan stratégique. Un plan dont les grandes lignes prévoient l’interférence de l’industrie du tabac dans la mise en œuvre du FCTC 2030. Pour juguler les conséquences économiques de cette industrie et de ce projet, l’augmentation des taxes (multiplication par 10) figure parmi les premières mesures prises. Il a été entre autres annoncé que la lutte contre le commerce illicite de tabac sera intensifiée.

En fumée… Les impacts macro et micro -économiques du tabac sont considérables, et Lalatiana Andriamanarivo, Ministre de la Santé publique a insisté là-dessus en disant entre autres que, la consommation pèse autant sur la vie des ménages en difficulté que sur l’économie de la nation. Avant de continuer sur une note anecdotique : « Un professeur m’a dit un jour et cela m’a marqué que si on mettait bout à bout toutes les cigarettes fumées sur la terre, la distance équivaudrait à l’aller-retour Terre-Lune. ». Par ailleurs, le tabac tue et le représentant de l’OMS a mis l’accent sur les impacts négatifs du tabagisme : « Le tabac est le principal facteur de risque des maladies non-transmissibles. Lutter contre lui c’est protéger la santé mondiale. De plus, on n’en parle pas souvent, mais le tabac pollue l’environnement et les insecticides utilisés pour sa culture, dénature et détruit le sol. ». Avec le tabac, c’est l’argent et la santé qui partent en fumée !

Luz Razafimbelo

News Mada10 partages

Lavo an-tany fiadiana… : maty voatifitry ny dahalo ny zandary GIC Maharavo

Lavo teo am-panatanterahana ny asany nandritra ny fifandonana tamin’ny dahalo tao Ambovokalanoro, fokontany Bevilany, kaominina ambanivohitra Tsararano, distrikan’i Maevatanana, ny alatsinainy teo, ny zandary G1C Razanadranava Maharavo Jackson. Lasan’ny dahalo ny basiny Mas 36 iray…

 Dahalo maromaro nitondra basim-borona no nangalatra omby miisa 12 tao Berotra, fokontany sady kaominina Ambesisika tamin’io andro io tamin’ny 1 ora maraina. Nanara-dia avy hatrany ny zandary nampian’ny fokonolona. Nisy ny fifandonana tao amin’ny fokontany Andranofasikakely Ambalanjanakomby, distrikan’i Maevatanana, tokony ho tamin’ny 4 ora sy 30 mn tamin’io fotoana io noho ny fandrika nataon’ireo dahalo tokony ho 30 lahy. Tafasaraka ireo mpanara-dia satria voatery namonjy toerana azo antoka mba hahafahana mamaly tifitra sy mijery ny paikady hanohizana ny fanarahan-dia. Tsy tafaraka tamin’ny maro anefa ary tsy hita ny G1C Maharavo na teo aza ny fikarohana azy.

Ny fatiny kosa sisa tao Ambovokalanoro, afakomaly. Tsy hita teny aminy intsony koa ny basiny Mas 36 niaraka tamin’ny bala maromaro. Mbola mitohy ny fikarohana ireo jiolahy sy ny basy very. Efa tonga ao amin’ny kaompania Ambato-Boeny (toerana niasany), afakomaly alina ny razana niaraka tamin’ireo fokonolona nanara-dia.

Nanamafy hatrany ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena fa lavo noho ny fitiavany ny mpiray tanindrazana aminy ny G1C Razanadranava Maharavo Jackson, 36 taona. Nampiavaka azy teo amin’ny asany ny tsy fanekena ho resy.

Tsy ahitam-bahaolana mihitsy ity resaka asan-dahalo ity na efa manao sorona ny ainy ho an’ny fitiavan-tanindrazana aza ny zandary. Izao tsimponin’ny dahalo tsikelikely hatrany ny zandary. Manginy fotsiny ireo efa namoy ny ainy tamin’iny taon-dasa iny. Tokony hojeren’ny fanjakana akaiky ny paikady hamongorona ity asan-dahalo ity fa tsy variana mifanenjika manidy orinasa etsy sy eroa.

J.C

Midi Madagasikara9 partages

Danse acrobatique : « Lenga » joue de la diversité linguistique

Maheriniaina Ranaivoson, danseur acrobate à suivre de près.

Danse, voltiges, trapèzes… quand le cirque délie les langues,  la pièce « Lenga » voit le jour. Parmi les interprètes, le circassien Maheriaina de l’aléa des possibles  se dévoile avec ses pairs.

Pièce de Christophe Rulhes et Julien Cassier « Lenga », allie danses et acrobaties en faveur de l’exploration des dialectes. Parmi les interprètes, le circassien Maheriaina de l’aléa des possibles sera en représentation à Nantes le 22 février.  Depuis 2014, la pièce a été jouée sur plusieurs planches un peu partout dans des festivals et centres culturels en outre-mer.  Dans cette rencontre-spectacle, le circassien Maheriniaina Ranaivoson  partage la scène avec les auteurs de la pièce ainsi que l’acrobate Sud-africain Lizo James. A eux quatre, ils s’interrogent sur les langues dans tous leurs états, de leurs profusions, de leurs diversités mais aussi de leurs effacements.

Maherianiaina est performeur et professeur au Chapitô Metisy. Il fait partie des piliers de la création de cette école de cirque social, avec  la fondatrice de l’association Virginie Lavenant de la compagnie L’aléa des possibles. Qualifié d’acrobate de haut vol, Maheriniaina participe activement à ce cirque humaniste et engagé, qui inclut un travail social en background.

Pièce multidisciplinaire, « Lenga  traite de la diversité et de la disparition des langues. Elle s’appuie sur des temps d’enquête menés dans les familles des performeurs, qui mettent en jeu sur scène leurs arts de faire, au fil des témoignages de leurs grand-mères, filmées en 2015 à Tananarive à Amparibe et au Cap dans les townships de Khayelitsha. Se dévoilent ainsi des récits de vie, de perte, de transmission et d’invention, des danses, des rites, des contextes politiques et naturels, des musiques et des multilinguismes. » L’Afrique du Sud et Madagascar font partie des pays dont la diversité linguistique est encore très accentué.

Fondé en 2005 par l’auteur, metteur en scène et musicien Christophe Rulhes, et l’acrobate, chorégraphe et scénographe Julien Cassier, Le « GdRA » rassemble des comédiens, performeurs, circassiens, danseurs, musiciens, créateurs numériques, cadreurs,… dans le but de mettre en scène des artistes dont la démarche est en osmose avec cette cause linguistique.  En 2014, le projet « Lenga » prend forme avec les acrobates issus de L’Afrique du Sud et Madagascar. Depuis l’aventure continue de plus bel.

Maharindra

News Mada7 partages

Riz : prix élevés malgré des réserves suffisantes

Après bilan pour la production rizicole de l’année 2017, le ministère du Commerce et de la consommation se veut rassurant par rapport à la disponibilité du riz et aux actions de contrôles économiques au niveau des marchés.

Dans un article au sujet de la situation du riz, publié suite à une émission télévisée donnée en début de semaine par le ministre Chabani Nourdine, le ministère affirme : «(…) Il n’y a pas de pénurie de riz. Les prix peuvent varier suivant la situation géographique de chaque point de vente, notamment à cause des coûts de transport».

Pour le prix du riz importé communément appelé «stock», le ministre a souligné : «Sur la base du différentiel de prix réalisé en interne, le kapoaka ne devrait pas dépasser 460 ariary à Antananarivo et ses environs. Ce prix inclut déjà la marge bénéficiaire des détaillants». Cependant, la réalité en est autrement. Les prix restent élevés pour le commun des consommateurs et varient de 550 et 600 ariary/kapoaka, soit 1.900 et 2.100 ariary/kilo.

Pour ce qui est du riz local, qui commence à devenir une denrée de luxe, son coût de production élevé se répercute sur son prix. Pourtant, les prix au détail s’affichent au double du prix du paddy. Les prix du paddy dans les principales zones productrices varient de 700 à 1.600 ariary/kg, selon les dernières données de l’Observatoire du Riz (ODR). Mais le prix du riz blanc local reste au-dessus des 2.300 ariary/kg.

Quid des importations ?

La production rizicole locale a beaucoup baissé l’année dernière. Les chiffres du ministère parlent de 2.041.000 tonnes produites sur les 2.600.000 tonnes nécessaires pour l’approvisionnement de l’ensemble du pays. Aléas climatiques, feux de brousse, vol de zébus destinés à l’agriculture traditionnelle ainsi que plusieurs autres variables sont cités comme causes de cette baisse de production…

Le Gouvernement a fait appel aux importateurs pour combler le gap de production, en augmentant le volume des importations qui représentent10 à 20% de la consommation générale. Au total, 570.000 tonnes ont ainsi été importées pour l’année 2017 contre 250.000 tonnes l’année précédente. Une initiative prise par les autorités pour maintenir  à une certaine stabilité les prix. Le ministère insiste effectivement sur l’importance de la traçabilité du riz et a rappelé le contrôle sur les factures de vente à tous les niveaux.

Comme «solutions pérennes»,  le ministère propose une augmentation de la capacité de production. «Nous devons augmenter notre capacité de production, il est important de mécaniser notre agriculture. Si nous parvenons à produire 30% de plus, nous ne serons plus obligés d’importer du riz et donc, de faire sortir nos devises».

Arh.

 

Midi Madagasikara7 partages

Forum des jeunes : Deux jeunes à New-York

Les deux jeunes en compagnie de Violette Kakyomya, de Constant-Serge Bounda et du ministre, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa.

La Grande Ile sera représentée par Lahatra Randriamitantsoa (niveau central) et Terry Athéna (Atsimo-Andrefana) au Forum des jeunes les 30 et 31 janvier au siège des Nations Unies à New-York. Une rencontre organisée par le Conseil économique et social qui rassemble des jeunes du monde entier. Les deux jeunes accompagnés de la coordonatrice résidente du système des Nations Unies, Violette Kakyomya et du représentant résident de la l’UNFPA, Constant-Serge Bounda ont été reçus par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa à Ambohijatovo. « Beaucoup de malgaches ignorent encore les ODD, nous allons les vulgariser surtout en matière de la défense des jeunes filles et des femmes » a déclaré Lahatra. Ces jeunes ont été choisis après plusieurs critères définis par les organisateurs dont la participation à des ateliers de consultation/forums sur les ODD,  impliqués dans la mise en œuvre des ODD liés à l’environnement, l’énergie, l’hygiène, l’eau, l’assainissement et au partenariat. « On compte sur vous pour représenter Madagascar ainsi que de parler des avancements réalisés en matière de jeunesse au pays » a lancé Violette Kakyomya. Un avis partagé par le ministre qui espère que Lahatra et Athéna seront de vrais ambassadeurs et porte-paroles de la jeunesse malgache à New-York.

T.H

Midi Madagasikara6 partages

Football- Elections : « J’ai tous les droits de présenter ma candidature », martèle Alfred Randriam...

Alfred Randriamanampisoa est un battant-né.

Le président d’Elgeco Plus, Alfred Randriamanampisoa ne lâche rien et affirme haut et fort sa volonté de se présenter aux élections pour le poste de président de la Fédération Malgache de Football.

Rien ne m’empêche de la faire, explique celui qui a saisi la commission de recours de la FMF sur la suspension de deux ans infligée par le comité exécutif. C’était il y a un mois. Et comme il ne recevait aucune réponse de cette fameuse commission, il y a donc prescription, souligne-t-il. Avant de préciser que la commission ne dispose que de 15 jours pour réagir selon les textes figurant dans les règlements intérieurs de la FMF. Or elle ne l’a pas fait et c’est ce qui fait croire à Alfred Randriamanampisoa qu’il a désormais tous les droits de se porter candidat à la présidence.

Evitant de parler de l’incident de Fianarantsoa, il souligne cependant que si tout le monde était fair-play, cette affaire ne serait jamais sortie d’Ampasambazaha.

Aujourd’hui, Alfred Randriamanampisoa est plus que jamais décidé à briguer ce poste, mais il mobilise également son équipe pour renouer avec les titres nationaux. C’est ainsi qu’il a fait appel à Hery Rabearisoa pour entraîner Elgeco Plus. Un choix doublement motivé car ce natif d’Ambohimasina est aussi un Vakina pure souche, comme lui et surtout parce qu’il a aussi des arguments à faire valoir en offrant des titres à la CNaPS Sport, et surtout en parvenant à qualifier à la phase finale de la Ligue des champions le modeste club de Top Dom. Une très bonne pioche en somme…

Clément RABARY

Midi Madagasikara5 partages

AFT Andavamamba : L’éclectisme et la diversité au rendez-vous !

L’équipe de l’AFT lors de la présentation des activités culturelles de l’AFT pour le premier trimestre (photo : Yvon RAM)

L’équipe de l’alliance française de Tana a présenté hier ses activités culturelles pour le premier trimestre. Une programmation à travers laquelle chacun trouverait certainement son bonheur.

Expo photo et sculpture, conférence sur les cultures ancestrales, concert avec le chœur d’hommes de Madagascar ou avec son Excellence le roi du salegy, audition pour la fête de la musique, concours d’éloquence et de dictée… la programmation de l’Alliance française d’Andavamamba pour le premier trimestre ne manquera pas de piment. L’équipe, conduite par le Directeur Général Jean-Pascal Clément, a effectivement fait en sorte que chacun puisse y trouver son bonheur. Et ça débute dès ce jour. Dans le cadre de l’évènement « la nuit des idées », dont la plus grande partie se tient à l’IFM, une expo-photo autour du thème « d’une ville à une autre, la ville et son environnement » orne les cimaises de l’AFT à partir de ce jour. Un évènement dont le vernissage sera suivi d’une conférence sur « la ville durable » où le public sera invité à prendre part. S’ensuivra ensuite le concert avec le chœur d’hommes de Madagascar. Aujourd’hui composé d’une trentaine de membres, le groupe revisitera les grands classiques malgaches, entre autres les succès de Lôlô sy ny tariny et de Mahaleo sans oublier les compositions de grands compositeurs classiques comme Gounod, Liszt ou encore Orff.

Expo. Grand habitué de l’AFT, Salomon Manan’art, cette année, ne manquera pas d’éblouir les amoureux d’art avec ses magnifiques sculptures. Il dévoilera une trentaine d’œuvres autour de différents thèmes, du 5 au 24 février. Le photographe Robin Hammond prendra ensuite le relais et exposera le fruit de son travail effectué à la maison carcérale de Mahajanga, dans le cadre du projet « Quartiers d’avenir : de la détention à la réinsertion ». Ces images inédites, le public pourra les apprécier à partir du 26 février, jusqu’au 2 mars. Pour tous ceux qui rêveraient d’un concert avec Jaojoby à l’affiche, ça va être fait le 24 février. Le roi du salegy clôturera les 70 ans de l’AFT. Un évènement à ne rater sous aucun prétexte !

Kabary et dictée. Les amateurs de « kabary » et de langue française ne seront pas en reste. Le responsable de la communication d’expliquer : « Le kabary n’est plus aussi populaire qu’autrefois. Les jeunes se désintéressent de plus en plus de cet art oratoire. Or, il est important de savoir manier, de maîtriser les mots. C’est la raison pour laquelle le concours s’adresse uniquement aux jeunes universitaires et lycéens qui devront préparer leur discours en malagasy et en français ». Les amoureux de la langue française vont également pouvoir partager leur passion à travers la dictée de la francophonie. Les inscriptions à cette manifestation seront clôturées le 17 mars. Des évènements pour tous les goûts et toutes les couleurs, c’est à l’AFT dès demain, jusqu’au mois de mars !Mahetsaka

Midi Madagasikara5 partages

Pr Narison Stephan : « Origine des Merina par le biais de la valiha ? »

Des gens du Timor Oriental jouant du « Sasando » qui ressemble étrangement à la valiha.

Le professeur Narison Stephan a eu une agréable surprise, lorsqu’il a travaillé dans le pays du Soleil levant. Ce physicien de renommée internationale a ainsi fait savoir que « quand j’ai travaillé au  centre de physique des hautes énergies KEK-Tsukuba au Japon en 1999-2000, j’ai visité l’exposition internationale de Tokyo sur les instruments de musique traditionnels orientaux. A ma surprise, j’ai vu un instrument de musique qui ressemblait beaucoup à notre Valiha national. Il s’appelle « Sasando » et vient du Timor Oriental (une petite île à côté de l’Indonésie). En approfondissant ma recherche, je me suis aperçu que c’est la seule île autour de l’Indonésie qui n’est pas musulmane et qui est (relativement) la plus près de Madagascar. Cette information me semble précieuse pour bien localiser l’origine des Merina ».  Ce physicien a tenu d’ailleurs à souligner que « je n’ai pas encore vu cette information dans les documents historiques sur Madagascar! ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara5 partages

DE CI… DE LA

# Soirée Beatles, Santana… au Fara West Faravohitra ce samedi. Le temps d’une soirée, Datita Rabeson, Titi Razakamiadana, Naly Rabarison et Eric Rakotoary se remémoreront le bon vieux temps  et partageront à nouveau la scène ensemble. D’autres titres, d’autres chanteurs seront également  au menu. Le quartet embarquera sur un de leurs répertoires de prédilection  vers les confins de la pop. Attention, ça va tanguer, swinguer et sous les étoiles avec un peu de chance météorologique.# « Miss Lycéenne et Universitaire » : inscriptions encore ouvertes. Le plus grand concours de miss pour toutes les étudiantes ! Lancé il y a quelques semaines, le concours de beauté est ouvert à toutes les lycéennes et universitaires de la Capitale. Celles qui désirent tenter leur chance ont encore jusqu’à ce jour pour s’inscrire. Pour participer, envoyer une photo récente avec les informations (nom, prénom, date de naissance, lycée, université et contact) en message privé sur la page facebook de l’évènement. Pour ceux qui redoutent l’épreuve du défilé en tenue de plage, il n’aura pas lieu. Alors, pourquoi attendre ? A vos claviers.Mahetsaka

L'express de Madagascar5 partages

Émergence 2030 – Les efforts appellent à des obligations

Le président de la République présente un projet audacieux pour une très longue durée. Cependant, des tâches restent à accomplir.

Projet à long terme. Le Prési­­dent Hery Rajao­narimampianina fête les cinq ans de son investiture aujourd’hui. Il projette également d’exécuter un plan d’émergence de Madagascar, présenté la semaine dernière à Toamasina et qui durera jusqu’en 2030. Ce plan d’émergence prévoit des pôles de croissance dont « le grand centre » (notamment Anta­nanarivo et Antsirabe) en sera le principal, puis s’étendra vers la région Atsinanana. Nommé « Fisandratana 2030 », ce plan d’émergence semble tirer vers l’émergence économique du pays car le Prési­dent estime que « la mise en œuvre d’un plan de croissance pour le pays nécessite dix ou douze ans ». D’ail­leurs, l’objectif de ce projet d’émergence est d’arriver à une croissance à deux chiffres.Il faut également admettre que des efforts du régime Rajaonarimampianina ont d’ores et déjà été observés ces derniers temps, notamment au niveau de l’énergie, car les inaugurations de centrales électriques et de stations-service se succèdent.La population malgache, du moins celle du grand Tanà, devrait ressentir l’effet de l’augmentation de la quantité d’énergie distribuée, malgré quelques quartiers qui signalent encore des moments de délestage.

Inachevé Cependant, sur le plan politique, quelques devoirs restent à faire. Tout d’abord, la mise en place de la Haute Cour de Justice qui aurait dû pourtant être opérationelle un an après l’investiture du chef de l’État. C’est d’ailleurs à travers cette « omission » que se défendent certains politiciens quand on soulève la discussion à propos du procès sur le 7 février 2009.Ensuite, l’opposition n’a toujours pas de représentant officiel. Début 2017, un débat s’est installé sur le sujet. En effet, des partis et personnalités politiques ont tenté de se proclamer officiellement opposants. Mais la loi sur la désignation du chef de l’opposition comporte quelques lacunes. La Haute Cour Constitutionnelle a toujours avancé le fait que l’opposition, telle que prévue dans la Constitution, est une « opposition parlementaire », en vertu du principe de « démocratie représentative » sur laquelle la loi fondamentale serait basée.Si sortir le pays de la pauvreté est une priorité et un projet très audacieux, respecter la loi en est également une autre, surtout en cette année électorale. D’autant plus que les détracteurs du pouvoir observent un retard dans les travaux de développement du pays.

Loïc Raveloson

News Mada4 partages

Hevitra mandalo , Resaky ny mpitsimpona akotry : lasa lavitra ity fihaingoana ambony tsikoko ity

Na tsy atao resaka intsony aza ny fahantran’ny vahoaka sy ny fitontongan’ny harenam-pirenena noho ny fanaovana tandrametaka amin’ny fanomezana baranahiny ny fahazoan-dalana ho amin’ny fitrandrahana sy ny fikipiana tsy hijery ny fanaovana izany antsokosoko, dia tsy azo jerem-potsiny ny fampiadanan-tenan’ireo tompom-pahefana tsy te hahalala fitsitsina volam-panjakana rehefa hanatanteraka ny sitrapokely mandalo ao an-tsainy.

Tsy azo afenina intsony fa efa manify dia manify ny sisa tavela ao anaty kitapo, hany ka nanira-tena nindram-bola etsy sy eroa nefa ny fanenon’ny zana-bola takiany dia tokony ampy hampandositra. Fa tampi-dalan-kaleha angamba ka any sisa azo natao dia nandodona any amin’ny mpiandry kendri-tohina. Resaka aleo maty rahampitso indray ity no mitranga. Adino angamba fa ilay rahampitso dia ny zanaka amam-para no mizaka azy. Firenena anefa ity tantanana ity. Atao sorona mialoha ny taranaka amin’ny fanaovana ny fitafy gony sy fandriany fotsy rahatrizay mba hahafahan’ny tena ho maivamaivana androany.

Lany henatra angamba ary tsy mandraharaha intsony an’izay vavam-bahoaka. Ny mponina no mizaka ny fitomboan’ny fahasahiranana. Ny ankamaron-dry zalahy minisitra mifaninana amin’ny fiderana ny fitaingenana fiara faran’izay matanjaka nivoaka farany. Ary mitombo isan’andro ny isan’ireo hodidinina fiara mpisava làlana sy ny mpiambina avy ao afara. Ny parlemantera, na solombava-bahoaka na senatera, izay mizaka soketa avy amin’ny mponina misafo saoka fotsiny raha mitaky ny anjarany, anipazany vatomamy ho tsetsefina amin’ny fanondrotana karama raha toa mangidy vava mba ho rarakivy fotsiny fa tsy ho velo-pialonana mahita azy miadankadana anivon’ny fanamboniboniana tena.

Ny fitondrana tsy manana fitsaharana amin’ny fitiavana fisehoana mamirapiratra, ny zava-bita anefa vasobasoka ary ny atao takotakonana mba hanjavozavo. Rainizavona mihitsy ohatra no fitantanana ny raharaha nanafinafenana an’ilay ramatoa gadra malaza. Toy ny fangalapiery lalandava, rehefa nafindra atsy, nampitaina ary ny ampitso. Voalaza omaly fa napetraka amin’ny trano manokana. Anio indray hoe ao amin’ny fonja mihitsy no natoby, rehefa reraka ny mpanara-maso izay tsy mahita azy vatana akory. Dia io indray ity resaka Houcine Arfa ity. Mifanilaka sy mifanondrotondro eo izay voakitik’ilay vazaha nandositra ny fonja. Farany dia ho very an-tseviny ohatry ny hetotry ny mpifana.

Léo Raz

 

L'express de Madagascar4 partages

Antsiranana – Un entrepôt de la Jirama cambriolé

Tout le nouveau matériel électrique emmagasiné dans un entrepôt de la Jirama a été volé. Le projet d’électrification, dans le cadre du PIC, est compromis.

La catastrophe. L’entrepôt de la Jirama, situé au Pk 7 à Antana­mitarana Antsiranana a été pillé. Il contenait de nouveaux équipements (compteurs, fils, transformateurs, etc.) destinés à l’électrification dans les districts d’Ambilobe et Ambanja ainsi qu’à Antsiranana, dans le cadre du projet Pôle intégré de croissance (PIC) financé par la Banque mondiale. Tout ce matériel a été entreposé dans le local cambriolé, depuis août 2017. L’inventaire complet des objets volés n’est pas encore effectué mais la perte se chiffrerait en milliards d’ariary.C’est seulement mardi dernier dans la matinée que les autorités locales, dont l’Organe mixte de conception (OMC), ont été informées du vol, alors que ce dernier serait perpétré une semaine plus tôt. D’après les premiers constats, les voleurs sont entrés par la toiture, la grande porte de l’entrepôt étant intacte, non fracturée. C’est par le même passage qu’ils ont sorti leurs butins, et ils ont certainement utilisé un véhicule pour embarquer de gros objets comme un transformateur. À moins qu’ils aient bénéficié de la complicité du gardien, lequel a disparu et est introuvable jusqu’à maintenant.

Aucune utilitéÀ noter que certains équipements volés ont été retrouvés chez des brocanteurs de la ville d’Antsiranana.« Cet acte odieux est inadmissible. Nous serons impitoyables à l’encontre de ces ennemis de la Nation, car des travaux d’extension et de rénovation du réseau électrique par la Jirama se trouvent suspendus à cause de ce vol », s’est insurgé Arsène Banoma, préfet d’Antsiranana, lors de la réunion de l’OMC, mardi dernier, à la suite du cambriolage de l’entrepôt.De fait, les quelque deux mille poteaux en béton, fabriqués par une entreprise chinoise, gisent près de l’entrepôt et ne sont provisoirement d’aucune utilité sans les nouveaux équipements électriques volés.Aux dernières nouvelles, l’OMC a décidé de confier l’enquête conjointement à la gendarmerie et à la police.

Raheriniaina.

News Mada3 partages

Raparivo R.R : horaiketina any amin’ny Omda ireo tabilao tena izy

Hanan-tantara ity taona 2018 ity ho an-dRaparivo Rolland, mpanao hosodoko fanta-daza amin’ny sonia Raparivo R.R. Raha nanamarika ny 60 taona naha mpanakanto azy izy, tamin’ny taon-dasa, horaiketina ho ara-dalàna ireo tabilao vitany nandritra izany fotoana izany, amin’ity taona ity.

Manao antso ho an’ireo rehetra manana ny tabilao tena izy na « original » an-dRaparivo Rolland ny zanany, Tiana Raparivo, mba hanoratra izany amin’ny anaran’ity mpanao hosodoko ity, eny anivon’ny Ofisy malagasy miahy ny zon’ny mpamorona na Omda. Na izany aza, tsy an-tery akory izany.

Nomarihin’i Tiana Raparivo hatrany fa efa nomena « certificat d’authenticité » na fanamarinana ny maha tena izy ny tabilao ireo rehetra nividy izany. Tsara kokoa anefa ny mitahiry azy ireny rehefa voapetraka any amin’ny Omda ny maha tabilao an-dRaparivo Rolland azy. Ny antony, any aoriana any, tsy maintsy ho ambony kokoa ny sandan’ireny tabilao ireny raha manana ireo fanamarinana roa ireo.

Etsy ankilan’izay, fantatra fa efa nahazo taona ity mpanao hosodoko malaza ity ary azo lazaina ho efa misotro ronono. Araka izany, ny vola avy amin’ny zo azony amin’ireo hosodoko hapetraka ho ara-dalàna any amin’ny Omda ireo no ahafahany misitraka ny asa vitany tao anatin’izay 60 taona izay.

Efa fanaon-dRaparivo Rolland ny fampirantiana isan-taona. Hitohy izany, amin’ity taona ity, ary nomarihin’ny zanany fa tsy ireo tabilao tena izy no haranty fa ireo dika mitovy na « reproductions », miampy ny tantaran’ity mpanao hosodoko ity. Tsy misy intsony moa ny tena izy ankoatra ireo efa novidin’ny olona sy ny angon-tahiry manokana na « collection privée ». Marihina fa hotanterahina amin’ny volana mey na jona any ho any io fampirantiana io.

Ankoatra izany, hanentana hatrany ny mpankafy hosodoko ry Tiana Raparivo mba hanjifa ireny tabilao nadika ireny, izay tsy mbola mahazatra loatra eto amintsika kanefa efa tsy vaovao intsony, any ivelany any. Hisy ny hetsika mikasika izany, any amin’ny faramparan’ny taona any.

Landy R.

L'express de Madagascar3 partages

Lois sur les ZES – Incompréhension ou problèmes de formulation ?

Ping-pong. Le ministère auprès de la présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) se penche actuellement sur la révision des textes renvoyés par la Haute cour constitutionnelle, vendredi dernier. « Je pense que c’est  la formulation de certains textes qui n’est pas très claire, entraînant des incompréhensions et amenant la Haute cour constitutionnelle à renvoyer la loi sur les ZES », explique Gérard Andriamanohisoa, directeur général de l’Aména­gement du territoire et de l’équipement (DGATE) auprès du M2PATE.« Nous allons de ce fait procéder à des reformulations avec les experts et les parlementaires. De cette loi dépend la possibilité de stimuler la croissance économique du pays, via l’intégration et la structuration nationale. Les ZES s’intègrent parfaitement dans le Plan national de développement de Madagascar. Tous les efforts seront déployés pour soigner cette loi. Je souligne que ce cadre juridique constituera un avantage comparatif parrapport aux autres zones des autres pays et sera une garantie pour les investisseurs », ajoute le DGATE. Ce responsable a pris l’exemple des 396 ha de l’Ehoala Park ou encore des 80 ha convoités par les Mauriciens à Tolagnaro mais qui sont restés inexploités, ou n’ont pas pu attirer plus d’investisseurs faute de cadre juridique clair.

Éclaircissements« Il n’y aura pas de vente de terrain », tient à préciser le DGATE. « La loi prévoit des contrats de concession  de 30 ans. Le développeur est astreint, entre autres, de mettre en valeur les terrains, et que l’État peut résilier à tout moment au cas où l’entreprise développeur des ZES faillit au cahier des charges »,a-t-il fait savoir. « Quant à l’autorité de régulation des ZES (AZES) que la HCC a également objectée, c’est un organe de l’Etat, défini en qualité d’organe public au même titre que l’ARTEC ou autres autorités de régulation dans le pays. Celle-ci est à pouvoir d’administration, de régulation, de contrôle et de pouvoir de sanction », explique encore  Gérard Andriamanohisoa.Les guichets uniques constituent les colonnes vertébrales des ZES. Ceux-ci fournissent des services d’intermédiation administrative sur la base de formalités simplifiées et accélérées et s’occupent de la promotion des ZES. « L’article 82 est peut être mal formulé mais les impôts fonciers sur les propriétés bâties (IFPB) et les impôts fonciers sur le terrain (IFT) seront versés aux collectivités territoriales décentralisées (CTD) », souligne le représentant du ministère chargé du projet ZES.Différents avis se sont fait sentir dernièrement sur les ZES, mettant en doute la potentialité des ZES à sortir Madagascar du lot des pays pauvres. Comme le FMI qui axe ses analyses sur le côté fiscalité ou encore d’autres observateurs qui craignent la vente de terrains à grande échelle. Les débats sur ce projet auraient dû inclure tous les connaisseurs, économistes et autres acteurs pouvant proposer plus d’alternatives de réussite comme aux Philippines, au Panama ou en Jordanie qui, respectivement, ont réussi à générer 2, 8 et 1, 9 milliards de dollars d’exportations annuelles ainsi que quelques 145 millions de dollars d’IDE pour la Jordanie.

Mirana Ihariliva

News Mada2 partages

Inondation : la plaine de Tana, en vigilance jaune

Il fallait s’y attendre. Les précipitations de ces derniers jours, engendrées par la masse nuageuse qui s’est formée dans le Canal de Mozambique, ont causé une nette augmentation du niveau des trois principales rivières longeant la plaine d’Antananarivo. Même si ce système se trouve déjà bien loin du territoire de la Grande île après sa sortie en mer avant-hier, ses impacts menacent une bonne partie des zones se situant dans la plaine du Grand Tana, notamment celles qui sont traversées par la rivière Sisaony. Ces endroits ont été placés en vigilance zone d’inondation, hier.

D’après le bulletin d’annonce des crues, diffusé hier, à 9h, par l’Autorité pour la protection de la plaine d’Antananarivo (Apipa), 12 communes sont concernées par cet avertissement, à savoir Soalandy, Ampanefy, Soavina, Anosizato Andrefana, Ampitatafika, Ambavahaditokana,  Fenoarivo, Itaosy, Ambohitrimanjaka, Fiadanana ou encoreAmpangabe. D’après les données de l’Apipa, le niveau de la Sisaony, à Ampitatafika, est de 2,57  m. Ceci est monté de 0,09 m en 24 heures et augmentera encore durant les prochaines 12 heures. La cote de vigilance de danger imminent (rouge) à cette station est de 4,00m.

Le niveau de l’Ikopa a également connu une certaine hausse, qui, à l’échelle d’ Anosizato, se situe à 2,10  m. Le niveau est monté de 0,32 m en 24 heures et augmentera encore durant les prochaines 12 heures. La cote de vigilance de menace de danger (jaune) à cette station est de 3,00m. En outre, à l’échelle de Bevomanga,  le niveau  de l’Ikopa  est de 3,84 m.  Le niveau est monté de 0,37 m en 24 heures et continuera à monter durant les prochaines 12 heures. La cote de vigilance de menace de danger (jaune) à cette station est de 4,00m.

Fahranarison

 

Madagate2 partages

Hery Rajaonarimampianina. L’aventure de ses «copiés-collés» se poursuit, 4 ans après

Cliquez ici pour la vidéo indélébile d'un débile

Le 25 janvier 2014, lors de son investiture, le Président Hery Rajaonarimapianina nouvellement élu au second tour des présidentielles a prêté serment  devant le peuple Malagasy. Une cérémonie ponctuée par des faits marquants et  qui ne laissent pas le public indifférent. En effet, ce candidat de substitution fraichement investi de sa fonction, a brillamment prononcé un discours intégralement plagié, celui du Président Français Nicolas Sarkozy.  Ce qui lui a valu le buzz du Petit Journal de TF1 depuis la diffusion de la vidéo sur la toile. Rien que pour la postérité,  le journal le Monde.fr lui a même consacré un blog dédié pour cette connerie monumentale. Cliquez sur la photo qui suit:

M. Rajaonarimampianina a donc souhaité mettre en avant la nécessité de réconciliation nationale: «Je demande à mes amis qui m’ont accompagné jusqu’ici de me laisser libre, libre d’aller vers les autres, vers celui qui n’a jamais été mon ami, qui n’a jamais appartenu à notre camp, à notre famille politique, qui parfois nous a combattus. Parce que lorsqu’il s’agit de Madagascar, il n’y a plus de camp».

Sauf qu’à un mot près, celui du nom de son pays, tout cela avait déjà été prononcé ailleurs, à un autre moment, par quelqu’un d’autre: Nicolas Sarkozy, lors de la campagne présidentielle de... 2007.

A croire que Monsieur Hery Rajaonarimampianina a été induit en erreur par ses proches conseillers qui auraient rédigé ce discours dont chaque mot et virgule ont été le clone parfait de son original, désormais l’opinion publique et nos spectateurs s’accordent à dire unanimement que cet imitateur inégalé mérité le titre de premier Président du «Copier Coller» à la façon de l’émission vedette de la télé réalité de la chaîne Tv Plus Madagascar.

Après avoir été décoré au diplôme «Honoris Causa» par l’Université d’Abilene Christian - Texas, en mai 2008, l’ancien Président Marc Ravalomanana, n’est plus le seul tenant de ce titre. En effet, son ancien expert comptable de son empire commercial Tiko lui a volé la vedette à Milan le 17 octobre 2017, pour s’attribuer à son tour, le même titre de diplôme Honoris Causa, par l’Université Populaire de Milan - Italie, cette fois-ci.

Pour rappel, l’ancien Président de la Transition Andry Rajoelina, était le premier chef de l’État que le Pape François a reçu au Vatican le 26 avril 2013. Toujours aussi fidèle à sa manière de copier son maître, cet ancien Ministre des Finances, Hery Rajaonarimampianina a réussi son pari de «Copié-Collé» sur son prédécesseur, Andry Rajoelina, qui lui a ouvert par les urnes, la porte du Palais d’Iavoloha et d’Ambohitsorohitra, en se posant, bien sûr, pour une photo de famille avec le Pape François.

Toujours au dernier moment avec ce régime Hvm. Le grand bâclage de la Nation, en somme. Que peut-on attendre d'une vision préparée en 24 heures sinon un énième cauchemar pour le peuple malagasy? Mais qui diable sont ces conseillers qui l'enfoncent de plus en plus dans un jean déjà ultra serré? ("Tena mampijaly jean mihitsy e!")

L’aventure du «Copié-Collé» continue à faire son chemin en 2018, à l’annonce de la démarche sur «Initiative pour l'Émergence de Madagascar», un concept que le Président Andry Rajoelina vient d’initier avec les experts nationaux et internationaux, ce vendredi 26 janvier 2018 à Paris, suite à l’interview exclusive qu’il a accordé au journal «Midi Madagasikara», le samedi 20 janvier dernier….

Le Parisien – Le Monde – Le Petit Journal – madagate.org

Il y a quatre ans. Investiture sous un mauvais signe

Hery Rajaonarimampianina fête ce jour au palais d’Iavoloha le quatrième anniversaire de son entrée en fonction. Et cela, par une intervention médiatisée lors de laquelle il partagera sa vision économique intitulée«Madagasikara Fisandratana». Ceci résume tout le flou de son mandat, car c’est seulement au seuil de la cinquième année qu’il dévoile sa politique économique, et en fait d’ailleurs un instrument de propagande en vue du scrutin présidentiel. Nous refusons de faire le bilan d’un mandat chaotique, rythmé surtout par des magouilles : trafic de bois précieux, d’or et de pierres précieuses, de bovidés, de tortues et autres ressources naturelles, détournements à grande échelle, kidnappings répétés, etc. L’actuel feuilleton interminable et consternant sur Houcine Arfa n’est qu’un raccourci d’une gouvernance marquée par l’esprit HVM, c’est-à-dire le souci permanent d’user d’une position officielle pour se faire du fric, y compris dans des secteurs délicats comme la justice et la sécurité.

Pour résumer l’action d’un régime préoccupé par le «bizina» (business),contentons-nous de dire que lors du mandat, la sœur, le frère et le fils du président ont défrayé la chronique dans des affaires juteuses… Pour condenser sa prestation économique et la situation du pouvoir d’achat, citons l’euro à 4.000 ariary et le riz makalioka à 2.400 ariary le kilo actuellement. Face à ce ratage éloquent, la vision économique, exprimée ce jour, suscitera surtout le rire. Plutôt que de s’exposer aux sarcasmes et aux moqueries sur cette ambitieuse vision économique tardive, Hery Rajaonarimampianina ferait de garder le silence…

Si les fiascos se sont accumulés, c’est peut-être car dès le départ, le mandat était placé sous de mauvais augures. Mentionnons ce jour-là, le 25 janvier 2014, des événements qui semblent être des signes négatifs du destin. Evoquons en premier lieu l’allocution d’investiture qui fut un retentissant plagiat d’un discours de Nicolas Sarkozy, provoquant l’hilarité aux quatre coins du globe. Par la suite, le chef de l’Etat a multiplié les bourdes grotesques, de la réception du lingot d’argent du pirate William Kidd qui ne fut qu’un bloc de plomb, à l’embauche de l’instructeur militaire Houcine Arfa qui n’est qu’un vulgaire barbouze. Citons ensuite la défection du ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, pourtant annoncé, et qui fut remplacé par la ministre de la Francophonie Yamina Benguigui. A son arrivée, celle-ci s’est singularisée par des propos assimilés à de l’immixtion dans nos affaires intérieures, et sera peu après condamnée en France pour falsification dans la déclaration de patrimoine.

Parlons aussi de cette promesse lancée à la légère de régler la question cruciale des délestages de la Jirama en trois mois. Ayant failli dans la réalisation de cet engagement tonitruant, l’homme s’attache maintenant à enfouir l’affaire sous les inaugurations bruyantes de centrales à panneaux solaires. Quid également de cette bombe artisanale qui a éclaté non loin du lieu d’investiture à Anosy, peu après la cérémonie, et qui a fait un mort et de nombreux blessés par éclats métalliques? Les responsables de la sécurité ont déclaré pouvoir identifier les coupables dans les meilleurs délais, mais leur impuissance dure jusqu’à maintenant, comme symbole d’ailleurs de l’inefficacité des services de Hery Rajaonarimampianina dans la lutte contre les kidnappings, contre la corruption, contre le vol de bœufs, contre les actes de justice populaire, etc. Évoquons enfin le lendemain de l’investiture le premier conseil des ministres présidé par le nouveau chef de l’État. Résolution la plus saillante : les engagements de dépense de plus de 200 millions d’ariary doivent recevoir l’autorisation du Président de la République. Signalons simplement un fait: dans le cas Claudine Razaimamonjy, la somme détournée dans la seule affaire d’Ambohimahamasina s’élève à 396 millions d’ariary. Ce qui semble indiquer que le dossier est passé sous le nez du chef de l’Etat qui a accordé son aval. Notons que la dame est la conseillère spéciale du chef de l’Etat, et malgré une détention (toute théorique) préventive de près d’un an, son cas tarde à comparaître devant le tribunal. On peut terminer l’énumération par le fait suivant: ayant ce jour-là prêté solennellement le serment de «veiller sur la Constitution comme si c'était la prunelle de ses yeux», l’homme manœuvre aujourd’hui pour obtenir une révision de la Constitution, et cela, dans le but de perdurer au pouvoir.

Ce jour, en tout cas, très peu prêteront de l’attention à cette séance d’Iavoloha diffusée en direct sur les stations officielles. Car la vision de l’intéressé ressemble surtout à des… mirages.

Adelson RAZAFY

HVM. Le manque d’imagination au pouvoir

L’exercice du pouvoir exige un sens des initiatives et de l’imagination. Ces qualités font manifestement défaut à Hery Rajaonarimampianina. On se souvient que son discours d’investiture était un plagiat d’une précédente allocution du Président Nicolas Sarkozy. Après cette bourde monumentale qui a couvert Hery Rajaonarimampianina de honte, ce dernier aurait dû retenir la leçon. Au lieu de cela, il remet le couvert en copiant grossièrement le programme autour de l’émergence de Madagascar présenté succinctement par Andry Rajoelina. En développant le concept d’émergence pour le développement de Madagascar, l’ancien Président de la Transition sait qu’il n’a pas inventé la roue mais il est persuadé que Madagascar possède tous les atouts pour devenir une nation émergente, comme tant de pays d’Asie du Sud-est. Dans une entrevue accordée à un journal de la place, Andry Rajoelina a annoncé à Paris la tenue d’une conférence (intitulée Initiative pour l’Émergence de Madagascar) consacrée à sa volonté ferme de transformer Madagascar en pays émergent. Pris de court par ce projet dynamique, innovant et porteur d’espoir de son challenger, Hery Rajaonarimampianina s’est empressé d’improviser un copier-coller et de prêcher la bonne nouvelle sur les médias publics. C’est une manière de faire diversion après les scandales à répétition. Pourtant, personne n’est dupe. Hery Rajaonarimampianina ne saura pas, et ne pourra pas accomplir en une année ce qu’il n’a pas su faire en quatre. Sa vision d’une «Force Nouvelle» a été un échec patenté. C’est sans doute pour cela qu’il se résout à copier les idées des autres. Si Andry Rajoelina ne prétend pas détenir le monopole du concept d’émergence, Hery Rajaonarimampianina a démontré, à travers ses plagiats, qu’il n’a pas le monopole de l’intelligence. En effet, l’actuel Chef de l’État manque cruellement d’imagination, de personnalité et de courage. Il est temps qu’il apprenne à marcher tout seul.

Phil de Fer et Ranary

Hery Rajaonarimampianina. Filoha halam-bahoaka indrindra

Araka ny fampahafantarana nataon’ny teo anivon’ny fiadidiana ny repoblika sy ny dokam-barotra mandeha amin’ireo haino aman-jerim-panjakana, dia amin’ity androany ity, manomboka amin’ny 5 ora hariva, no hiresaka mivantana amin’ny vahoaka malagasy ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina. Resaka izay hitondrany fanazavana, na koa hamelabelarany ny heviny mikasika ny fampandrosoana eritreretiny ho atao eto Madagasikara. Io fotoana io ihany koa no entina hanamarihana ny faha efa-taona nitondran’i Hery Rajaonarimampianina ny firenena. Tsara marihana fa tao anatin’ny efa-taona, sambany vao nanamarika ny tsingerin-taona nandraisany fahefana i Rajaonarimampianina. Eo amin’ny resaka pôlitika moa dia tsy misy zavatra mandehandeha ho azy izany fa tsy maintsy misy tanjona ny zava-drehetra atao. Efa manakaiky ny fifidianana filoham-pirenena ka efa samy mihetsiketsika mafy daholo ireo fantatra fa hilatsaka kandida, anisan’izany ny filoha am-perinasa izay manana tombony indrindra satria afaka mampiasa ny fahefana eo am-pelatanany, ary afaka ihany koa mampiasa ho fitaovana ny haino aman-jerim-panjakana amin’ny serasera ataony. Na mbola tsy tontosa aza izany resaka ho ataon’i Hery Rajaonarimampianina miainga avy eny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha izany, efa azo antoka sahady fa karazana fampielezan-kevitra no ho ataon’ny filoha amin’io fotoana io. Tsy maintsy hidoka tena amin’ireo zava-bita izay tsy hita loatra aloha hatreto izay tena fiantraikany amin’ny fiainan’ny Malagasy isan-tokantrano, ary handresy lahatra an-kolaka ny vahoaka mba hametraka fitokisana aminy ka hanome azy fe-potoam-piasana vaovao amin’ny alalan’ny fifidianana. Efa tara loatra anefa raha amin’izao herintaona latsaka mialohan’ny fifidianana izao no hiezaka haka ny fon’ny Malagasy i Hery Rajaonarimampianina.

Voalohany aloha, tsy nisy ny zavatra goavana tena nisongadina na zava-dehibe nampiova ny fiainam-bahoaka tao anatin’izay 4 taona nitantanany ny firenena izay. Azo heverina fa zava-dehibe ny nandraisan’i Madagasikara ny fihaonana an-tampon’ny frankôfônia, tamin’ny novambra 2016, saingy tsy nisy vokatra mivantana tamin’ny vahoaka malagasy izany. Vao mainka niha nahantra sy nitotongana ny firenena malagasy fa tsy araka ny resaka nation-dRajaonarimampianina teny Iavoloha, tamin’ny fifampiarahabana nahatratra ny taom-baovao, fa hoe efa ny 70 isan-jaton’ny Malagasy amin’izao ankehitriny izao no miaina ao anatin’ny fahatrana fa tsy 92 isan-jato toa izay nisy tamin’ny fotoana nandraisany ny fahefana, tamin’ny 25 janoary 2014. Porofon’izany ny fitomboan’ny isan’ireo tsy manan-kialofana, ireo tsy an’asa izay voatery mandeha mivarotra eny amoron-dalana, ireo lasa manao asan-jiolahy ary ireo tsy mahita vahaolana afa-tsy ny fivarotan-tena mba ahafahana mivelona.

Sarotra ny hinoana fa mbola ho azon-dRajaonarimampianina ny fon’ny Malagasy tao aorian’ny fampanantenana maro nataony kanefa zara raha misy tanteraka: Fanafoanana ny delestazy ao anatin’ny 3 volana, fanaovana laharam-pahamehana ny ady amin’ny kolikoly sy ny fanondranana antsokosoko an’ireo harena voajanahary, sns sns. Ny vidim-piainana tsy nitsahatra nisondrotra tao anatin’ny efa-taona, ny fiainam-piaraha-monina nihapotika, ny asan-dahalo sy ny asan-jiolahy moa iny efa tsy resahina intsony, na ny amin’ny tontolo ambanivohitra na ny aty amin’ny tanàn-dehibe. Eto Madagasikara moa tsy mba misy ny fanadihadiana na “sondage” atao amin’ny vahoaka, tahaka izay misy any amin’ireny firenena mandroso ireny, satria raha misy eto amintsika izany dia hinoana fa ny ampahany vitsy amin’ny Malagasy sisa no mbola mankasitraka ny fitondran’i Hery Rajaonarimampianina, amin’izao fotoana. Tsy ilàna atontan’isa na fanadihadiana lalina no hamantarana izany fa mihaino fotsiny ny resaka ataon’ny olom-pirenena eny anivon’ny fiaraha-monina rehetra eny. Tsy ampisalasalana mihitsy ny ilazàna fa tamin’ireo filoham-pirenena rehetra nifandimby nitondra ity Madagasikara ity, tao anatin’ireo repoblika 4 nifanesy, dia i Hery Rajaonarimampianina no halam-bahoaka indrindra. Tsy mahagaga raha teo izany satria mialohan’ny fifidianana tamin’ny 2013, tsy nahalala an’izany Hery Rajaonarimampianina izany ny ankamaroan’ny Malagasy fa izy efa nilatsaka kandida vao nanomboka fantatra ny vahoaka. Tsy ilaina intsony angamba ny mampahatsiahy fa tsy tahaka ny zava-misy any amin’ireny firenena demôkratika ireny no nahatongavany teo amin’ny fahefana fa tonga tsy nampoizina na “président par accident”, hoy ny Frantsay.

F.Tsihiavonana

News Mada1 partages

Kidnappings : la société sombre dans un total désarroi

Les enlèvements contre rançon se multiplient, aussi bien en milieu urbain que rural, créant ainsi une situation de terreur nationale.

Les kidnappings sont en nette recrudescence. Les chiffres font froid dans le dos avec plus de 90 personnes kidnappées. L’homme d’affaires indien, récemment enlevé à Antanimena, s’ajoute au lot des victimes de cette forme de criminalité qui tend à se développer dangereusement ces derniers temps. Ce patron d’une bijouterie sise à Andohan’Analakely reste toujours entre les mains de ses ravisseurs jusqu’à ce jour.

Après celles de la communauté des affaires et de la communauté indienne, les dénonciations et condamnations fusent de partout, sachant que les criminels s’attaquent indistinctement à toutes les nationalités, n’épargnant même les jeunes enfants, à l’instar de l’enlèvement d’un jeune, la veille des fêtes de Noël. Nul n’ignore cependant que s’en prendre à des enfants est tout à fait contraire aux valeurs et traditions malgaches.

Lourdement armés et bien entrainés

D’aucuns affirment que derrière cette série de rapts se trouve un réseau mafieux regroupant des individus lourdement armés et bien entrainés. Des arrestations ont eu lieu mais il faut reconnaître que jusqu’ici, les forces de l’ordre n’ont attrapé dans leurs filets que des menus fretins. De leur côté, les têtes pensantes, jamais clairement identifiées, courent toujours et continuent à sévir. Pire encore, il semblerait que les ramifications de cette industrie criminelle atteignent les hautes sphères du pouvoir militaire et politique.

Une nouvelle unité, la Cellule mixte anti kidnapping, a été mise en place tout récemment, afin d’élucider la série d’enlèvements mais sachant que les quelques têtes de policiers et gendarmes qui la composent ont en leur face des bandits organisés et mieux équipés, il faut dire que la lutte s’avère inégale. Le pire est donc fortement à craindre.

Comme il est indiqué plus haut, le sentiment d’insécurité atteint également les zones rurales. Des bandits de grand chemin enlèvent et rançonnent les villageois ou encore écument les routes nationales, au détriment des passagers et des transporteurs. Face à cette insécurité galopante, la population, les industriels ne savent plus à quel saint se vouer. Tout en faisant part de leurs inquiétudes et de leur colère, les chefs d’entreprise, avec le soutien de la société civile, appellent à une prise de responsabilité des autorités. Tout le monde est en danger.

Mparany

 

La Vérité1 partages

Initiative pour l’Emergence de Madagascar - Andry Rajoelina dévoile sa stratégie

Sur les chaines nationales malagasy hier vers 17h,  le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a essayé, tant bien que mal, d’exposer au peuple malagasy son plan de sauvetage du pays. Un plan que certains observateurs jugent plutôt tardif quand on sait que ce Chef d’Etat a été au pouvoir pendant 4 longues années pour changer les choses et qu’aujourd’hui encore, les Malagasy sont plus que jamais dans l’incertitude totale.  Un plan d’émergence tout neuf sorti de nulle part puisque personne auparavant n’avait jamais entendu le locataire d’Iavoloha développer ces nouvelles stratégies lors de ces précédents discours. Reste à savoir si ce document est bien ficelé pour répondre aux réels besoins du peuple malagasy… 

 

Pour sa part, l’ancien président de la transition Andry Nirina Rajoelina qui depuis un temps s’est abstenu volontairement de faire des déclarations politiques, a choisi aujourd’hui Paris pour lancer son plan de développement intitulé « Initiatives pour l’Emergence Madagascar » (Iem).  Il s’agit d’un plan concocté durant ces quatre dernières années dont le lancement officiel aura lieu ce soir vers 19h dans la capitale française. Entouré d’une nouvelle équipe de haut niveau, avec des solutions durables, l’ex-homme fort du pays avancera des initiatives innovantes face à l’absence de réel plan de développement concerté, ce qui a fait défaut à Madagascar durant 57 ans. Une plateforme de concertation rassemblant des experts nationaux et internationaux, des personnalités engagées, des partenaires techniques et financiers, des fonds d’investissement, ainsi que de toutes les personnes de bonne volonté, en vue d’apporter des solutions concrètes à chaque problème, s’est constituée au sein de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar. D’après les informations recueillies, l’Iem se positionnerait donc en tant que solution en rapport avec tout ce qui touche l’aspect économique, politique, social, environnemental et humain de Madagascar. 

En tout cas, Madagascar ne sera pas en reste. Une série de forums sera organisée par la suite dans la Grande-île où tout citoyen pourra exprimer ses idées et avancer ses propositions dans le but de dégager des solutions dans différents domaines. Car l’objectif final semble clair : il est temps de rassembler les Malagasy autour d’un programme durable qui se transformera en convention mené par un leader.

Recueillis par L.A.

La Vérité1 partages

Limogeage de Mahafaly Olivier - La résistance s’organise !

Le limogeage du Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana circule ces derniers jours dans le milieu politique. Les noms des successeurs probables du locataire actuel du Palais de Mahazoarivo ont été identifiés en l’occurrence le Général Béni Xavier Rasolofonirina et le Général Christian Angelo Ravelonarivo. Qualifié de Dame rumeur au début, le remplacement du Premier ministre se fait de plus en plus insistant, obligeant ainsi ses partisans à le défendre. Bien que l’espérance de vie du régime ne soit que quelques mois, le clan de Hery Rajaonarimampianina veut à tout prix que la courte période d’absence de son mentor à la tête du pays aux prochaines élections présidentielles se déroule sans  anicroche.  A la tête de ce clan des irréductibles se trouve Rivo Rakotovao, président du Sénat, qui espère maintenir dans la direction souhaitée la barre durant son intérim. Ainsi, les personnes susceptibles de saborder le navire Hvm sont indésirables. Mahafaly Solonandrasana Olivier figurerait sur la liste des individus difficilement contrôlables d’où cette envie folle de l’écarter du pouvoir dès maintenant. D’autres caciques du  parti au pouvoir lancent également la rumeur d’une candidature probable de Mahafaly Olivier Solonandrasana aux élections présidentielles. Ou du moins, celui-ci ambitionnerait de présenter des candidats, hors Hvm, aux législatives afin d’avoir entre ses mains une force politique à négocier. Des arguments véhiculés afin de justifier le limogeage du Premier ministre avant qu’il ne soit pas trop tard. 

 

Face à cette situation, les poulains du Premier ministre ne restent pas pourtant bras croisés. Une trentaine de parlementaires auraient rencontré la semaine dernière  l’intéressé pour lui démontrer leur indéfectible soutien.La riposte, bien que timidement, commence à se faire entendre dans les médias. La mémoire de défense consiste à prouver l’inopportunité d’un tel limogeage à quelques mois des élections du fait que la force doit être unie pour contrer le camp d’en face. Le front de la résistance reconnait toutefois les faiblesses du Gouvernement mais elle tente de dédouaner complètement le numéro un. C’est d’ailleurs le deuxième point soulevé par les résistants qui estiment que c’est plutôt judicieux d’épargner le Premier ministre des mauvais résultats et d’écarter les ministres défaillants du Gouvernement.  Ces paramètres prouvent qu’une dépression tropicale se forme du côté d’Iavoloha, reste à savoir si elle va ravager tout sur son passage par le biais d’un changement du Gouvernement ou le vent qu’elle engendre se diminue et se contentera ainsi d’un simple remaniement…

  La rédaction

La Vérité1 partages

« Fisandratana mirindra » à Iavoloha - Hery Rajaonarimampianina se couvre de ridicule !

Heureusement que le ridicule ne tue pas ! Après 4 années passées au pouvoir, Hery Rajaonarimampianina a enfin trouvé le temps d’exposer sa vision du développement de Madagascar. Hier, les Malagasy ont eu droit à plus d’une heure de cours magistral (vu l’antécédent d’enseignant du Chef de l’Etat) déguisé en cérémonie de  présentation du "Fisandratana mirindra, vision 2030" pour Madagascar au Palais d’Iavoloha devant une assemblée de 1 200 personnes composée des représentants de l’Etat, du secteur privé, de la société civile ainsi que des politiciens, des membres du secteur privé et des médias, entre autres. 

 

Une stratégie de croissance baptisée « Fisandratana 2030 » qui vise le doublement de la richesse par habitant d’ici à 2030, selon les termes de la Présidence de la République. Le Chef de l’Etat a fait le tour d’horizon sur la situation économique du pays en avançant des théories à s’y perdre. Quatre pôles de développement économique ont été mis en avant  et s’orientent vers l’appui de sept secteurs considérés comme  « prioritaires » pour la croissance et le développement de Madagascar à savoir l’agriculture vivrière, l’exploitation durable des produits agricoles et forestiers rares, la pêche et l’aquaculture, l’industrie légère, les mines, les pierres précieuses et le tourisme. Des représentants du secteur privé qui ont assisté à cette grande messe ont, d’ailleurs, déploré ce décalage entre les théories et la pratique dans leurs interventions.

 

Paroles, paroles et paroles…

 

En somme, le Président de la République s’est, une fois de plus, présenté en pédagogue à défaut d’exercer de manière efficace et effective ses fonctions de magistrat suprême du pays.  Faut – il rappeler qu’en tant que Président, il est également chef suprême des Forces armées, pourtant ce fut durant son mandat que le pays a enregistré le plus de kidnapping, d’attaques à main armée, d’évasions de prison, entre autres. Il est également numéro un du Conseil supérieur de la magistrature (Csm), pourtant la Justice figure parmi les secteurs les plus corrompus, et les plus entachés d’interventionnisme qui favorise l’injustice. Autant d’occasions ratées par le Président pour concrétiser sa fameuse vision pour le pays. A se demander d’ailleurs si une vision exposée à la dernière année de mandat en est une.  « Il n'y a pas plus aveugle que celui qui se nourrit de ses illusions », « il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ». Autant d’expressions qui suffisent à décrire les comportements du Président. Avec une côte de popularité en perpétuelle dégringolade, Hery Rajaonarimampianina trouve encore le courage de faire patienter les Malagasy jusqu’en 2030 pour voir enfin le bout du tunnel. Comme si toute cette mascarade ne suffisait pas, le Président a encore osé affirmer que  « j’ai déjà commencé depuis 4 ans ». Selon ses propres convictions, il a déjà commencé le développement de Madagascar depuis 4 années. Un développement qui peine à se faire sentir par les simples citoyens. Et malgré le constat d’un échec flagrant, le Président et ses conseillers espèrent encore faire boire leurs bonnes paroles à la population. Reste à savoir si les Malagasy resteront dupes  face à autant de … paroles en l’air !

S.R.

L'express de Madagascar1 partages

Football – Match test – Fosa Juniors tenu en échec par les expatriés de l’o...

Le club porte-fanion de la Grande Ile à la Coupe de la Confédération africaine de football, Fosa Juniors FC a rencontré hier au stade de Mahamasina en match test l’équipe des expatriés de l’océan Indien. Les deux formations se sont séparées sur le score de un partout au terme des trente minutes à trois reprises. L’équipe des expatriés a ouvert la marque au cours de la deuxième période grâce au but signé Gladison, qui évolue au club de Sainte-Marie à la Réunion. Les protégés de Bob Kootwijk, ont égalisé à la troisième période, but marqué par Babou. Le sparring-partner de Fosa Juniors Fc était composé en majorité des joueurs qui évoluent à la Réunion entre autres, en défense Mamy Gervais et Sedera de Saint-Pierre, François de Sainte- Susanne, au milieu Dina du même club, Ando de Sainte-Marie, en demi-gauche Hasman de Jeanne d’Arc, Gladison et Fabrice de Sainte-Marie en pointe. Ils étaient renforcés par d’autres joueurs des Seychelles comme Tigana de Red Star, Jimmy Radafison ex-joueur de Côte d’or et gardien de but Jean Chrysostome dit Bota, ex-portier l’Excelsior. Fosa Juniors FC jouera son match aller comptant pour le tour préliminaire de la Coupe de la CAF contre l’AS Léopard le 9 ou 10 février en terre Kenyane.

S. R.

News Mada0 partages

Atrikasa ataon’ny mpiasan’ny hetra : tanjona ny hampitomboana ny vola miditra

Omaly sy anio, manao atrikasa ho fampiharana ny lalàna momba ny tetibola 2018 ireo mpiasa 425 ao amin’ny hetra, any amin’ny foibe sy sampandraharaha isanisany. Mitaky ezaka sy fanovana fomba fiasa lehibe ny ao amin’ny sampandraharahan’ny hetra hampitomboana ny vola miditra ao amin’ny kitapom-bolam-panjakana amin’ity taona ity. 23 % kendrena ny fitombon’ny hiditra, raha oharina ny tamin’ny taona 2017. Salanisa fitombon’ny hetra eo amin’ny 16 % ihany hatramin’izay.

Araka io tetibolam-panjakana 2018 io, somary notsorina ny fomba fandoavan-ketra : hetra tambatra sy TVA. Ny voalohany ho an’ny mpandraharaha mikirakira vola hatramin’ny 100 tapitrisa Ariary ary ny faharoa mihoatra ny 100 tapitrisa Ariary. Avy amin’io fomba fandoavan-ketra io, heverina hahatratra 2.735 miliara Ar ny fidiran-ketra amin’ity taona ity. Betsaka ireo lohahevitra nodinihina mandritra izao atrikasa izao, toy ny famaritana ny laharam-pahamehana ao amin’ny DGI mifanaraka amin’ny tetibolam-panjakana 2018 ; ny endrika fampiharana izany sy izay mety fepetra horaisina.

Tanjona amin’izao atrikasa izao koa ny fanamafisana ny fomba fiasan’ireo mpiasa ireo miainga amin’ny traikefa efa fantatr’izy ireo sy ny fampitomboana ny TVA. Hamafisina mihitsy izany hanatrarana ny nofaritan’ny tetibola 2018. Entanina ny biraon’ny hetra rehetra hiady amin’ny tsy fahombiazana, mety hampihena izay TVA izay. Tokony ho fantatry ny tompon’andraikitra ny biraon’ny hetra rehetra manerana ny Nosy ny antsipiriany amin’ny tetibola 2018.

Mety ho tratra ihany ny tanjona nofaritana raha tsy mahazo vahana ny kolikoly. Ao koa anefa ireo mpandraharaha milaza fa manimba ny asan’izy ireo ny krizy politika matetika. Ao koa ireo tsy manao fanambarana amin’izay asa ataony mihitsy ary mifanaraka mangigina amin’ny mpanara-maso ny hetra.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Bemainty–Didy : mahazo vahana indray izao ny fitrandrahana safira

 Mahazo vahana indray ny fitrandrahana safira any Bemainty-Didy, amin’izao fotoana izao. Sady hita any ny mpilanja baramina, fa ao koa ny trakitera mankany an-toerana.

Efa olona maro no milasy amoron-dàlana mankany Didy iny. Hatrany Ambohidray-Gara (MLA), mitanjozotra mandeha an-tongotra amin’iny RN 44 iny, milanja baramina ireo olona ireo hamonjy kariera”, hoy ny mponina amin’iny toerana iny sy ao Moramanga, mpamboly vary any amin’ny lemak’i Didy.

Misy toerana sahin’ny olona idirana ao amin’ilay ”Faritra arovana” misy safira. Tao hoe maty ny tompony ary mirohotra mankao ny rehetra te hanankarena tampoka. Fa mihamitombo isa koa ireo mijorojoro eo am-bavahadin-tsenan’Ambatondrazaka. Izay mpandalo  mivolombolona “mpanao vato”,  efa  misy miantso, ary misy “patron” !

Antenaina fa hisy ary ho hentitra ny famantarana ataon’ny tompon’andraikitra momba ireo olona maro dia maro mifamoivoy. Mampahatsiahy àry ny lehiben’ny Fampanoavana ao Ambatondrazaka, Rakotomavo Herisoa Beberto, fa “Fandikan-dalàna, heloka madinika, ka andoavan’ilay meloka  sazy (contravention), ny tsy fahafahan’ny olona iray, mihoatra ny 18 taona, lahy na vavy, mampiseho  kara-panondro,  raha misava ny manampahefana”.  Betsaka ny manamaivana izany.

Rarivo

News Mada0 partages

Andranomanelatra Antsirabe : nakaton’ny fanjakana ny orinasa AAA/Tiko

 Niroso amin’ny fanakatonana  ny orinasa AAA, Tiko teo aloha ny fanjakana ,  omaly. Anisan’ny tsy afa-bela ny ozinina any Andranomanelatra Antsirabe. Ahiana koa ny  mety hanakatonana   ireo toeram-pivarotana etsy amin’ny Magro Behoririka sy ny eny Tanjombato.

 Nihaodihaody tany amin’ny manodidina ny orinasa AAA/Tiko,  ao Andranomanelatra Antsirabe , efa hatry ny afakomaly alina  ny mpitandro filaminana, eo anivon’ny Emmo/Reg.  Niroso amin’ny fanakatonana izany izy ireo, omaly. Anisan’ny nitarika izany ny solontenam-panjakana any an-toerana, notarihin’ny prefektiora, ny  vadintany,  ny mpisolovava ny  orinasa…Voalaza ho anton’izany  ny fanamarinana na efa nisy nandrava na nanala ny fanagiazana natao. Teo  koa ny fijerena ireo mpiasa, mbola mampihodina ny orinasa  ary koa  ny fanamarinana ny halatra herinaratry ny Jirama. Tsy nahitana porofo  anefa ny nambara fa mangalatra mampiditra jiro ny orinasa.  Nogiazana ireo fiara roa  mpitatitra ny mpiasa.  Nosavaina avokoa  ireo kamiao tamin’ny RN7 sao mitondra ny vokatry ny orinasa AAA/Tiko.

Efa nokasaina  hakatona  ny Magro Behoririka sy Tanjombato

  Efa  nikasa ny hanakatona ny  tetsy Behoririka sy ny eny Tanjombato koa  ny  minisitera,  omaly hariva. Niroso tamin’ny dinika ny roa tonta ary nilaza ireo iraky ny fanjakana fa hitatitra ny fihaonana any amin’ny lehibe.

Manoloana izany, nitondrana  fanazavana  ny filoha tale  jeneralin’ny orinasa, Rabenantoandro Lanto, tetsy Behoririka, omaly. “Mampiasa “groupe électrogéne” izahay. Tsy ekenay mihitsy izao fihetsiky ny  fanjakana  izao satria  tsy ara-dalàna.  Efa nanao ny dingana rehetra nangatahin’ny fanjakana  izahay amin’ny fahazoan-dalana momba ny tontolo iainana. Vita ny volana oktobra teo izany ary efa nalefa any amin’ny minisiteran’ny Indostria. Tsy tonga nidina ifotony momba  izany anefa izy ireo hatramin’izao. Aminay,  tsy tokony   hisy resaka politika izao   fa resaka teknika nefa nambaran’ireo nanidy ny AAA fa baiko ny azy ireo. Tsy mazava hoe  avy  aiza ary  inona ny  tian’ny mpitondra hahatongavana”, hoy izy.

Ho  voasazy ny mpiasa sy ny  tantsaha….

Nambarany koa fa misy fitongilanana amin’ny fepetra  raisin’ny fanjakana manoloana ireo orinasa sasany  tsy manara-dalàna eto amitsika. Notsiahiviny indray koa fa  tokony  tamin’ny fotoana nisokafana ny fanakatonana ny natao. Roa  taona aty aoriana vao  nirosoana izany, araka ny nambarany. “Voaloa avokoa ny hetra  sy  ny vidin-jiro. Maty antoka  tanteraka izahay. Tantsaha mpamokatra ronono 10 000 litatra  isanandro  ho very fihariana ary mpiasa 1 000 tsy hanana asa”, hoy  ihany izy. Nambarany anefa fa miankina amin’ny  ho tohin’ny  fihetsiky ny fanjakana ny dingana hataon’izy ireo. Nohitsiny anefa fa mbola hamokatra ny orinasa.

Manoloana  izany,  ho voasazy avokoa ny mpanjifa sy tia ny vokatra malagasy, tsy mahazo mihinana ny vokatr’ity orinasa ity. Tahaka  izany koa ireo mpiasa sy mpivarotra ary mpamatsy miaraka amin’ireo tantsaha mpamokatra  amin’izao fanakatonana ny orinasa izao. Niainga amin’ny baiko avy any ambony,  natao am-bava.

Synèse R.

News Mada0 partages

Manainga ny rehetra ny Armada ho tonga saina : “ho tompon’antoka amin’ny mety ho korontana ny mpiton...

 Amin’izao  fahefa-taona nanaovan’ny filoha Rajaonarimampianina ny fianianany izao, nanao fanambarana  ny eo anivon’ny Armada,  ahitana ny Mapar, Malagasy miara-miainga, Hiaraka isika, ny Maitso hasin’i Madagasikara ary ny Avana. “Tsy sasatra manainga ny rehetra mba ho tonga saina ka hijoro hatrany hanohitra ny tsy mety sy ny tsy rariny rehetra manjaka sy mihamahazo vahana eto amin’ny firenena. Manamafy fa ho tompon’antoka amin’ny mety ho savorovoro sy korontana ezahany volena eto ny mpitondra”, hoy  ny fanambaran’izy ireo, omaly.  Nohitsin’ny Armada fa mitsipaka ireo tetika sy paipaika politika entina hamiliviliana ny saim-bahoaka ka am-panekena ny fanemorana fifidianana izy ireo.  Mahatsapa koa fa ireo fihetsiketsehana samihafa hanaovana afom-bilany kely entina hanarotsaronana ny tsy fahombiazana eo amin’ny fitondrana sy ny fitantanana ary ny fampandriana adrisa, tsy mahasoa velively ny tanindrazantsika ary efa fampielezan-kevitra fampiasana ny fahefam-panjakana tsotra izao.

Hamoahana tsy misy hatakandro  ny lalàm-pifidianana

Ankoatra izany, notsindrin’izy ireo fa maika amin’ny hifantohana tanteraka amin’ny fikarakarana fifidianana madio  ao anatin’ny fahatoniana sy am-pilaminana  ny vahoaka mba ahitana taratra marina ny ho safidim-bahoaka, ary voka-pifidianana eken’ny rehetra. “Tsy mitsahatra ny mitolona ny amin’ny hisian’izany izahay ary resy lahatra fa ireto manaraka ireto no fepetra takiana: ny fanajana manontolo ny fianianana natao, indrindra  ny fanajana ny lalàmpanorenana. Ny famoahana tsy misy hatakandro ny lalàm-pifidianana sy ny datim-pifidianana hifanarahana  ary ny hisian’ny fahatoniana politika sy ny filaminam-bahoaka”, hoy ihany ny  Armada.

Fahantrana, vidim-piainana, kolikoly, tsy fanarahan-dalàna… 

Etsy andaniny, nametra-panontaniana  izy ireo raha mendrika hankalazaina izany fahefataon’ny nitondrana izany. “Isika no mamaly izany. Anisan’ny mendrika  ankalazaina ny zava-bita tsara  misongadina ary  mandeha mankany amin’ny tsaratsara kokoa hatrany. Zava-bita mahakasika ny fiainam-bahoaka mivantana, mahakasika ny andavanandrony. Maro tokoa ny miantraika mivantana amin’ny fiainam-bahoaka, nentin’ity fitondrana ity raha  ny zava- bita”, hoy ihany izy ireo.  Notanisain’ny Armada amin’izany ny fisondrotry ny vidim-piainana amin’ny ankapobeny, ny fahantrana mihoapampana,  ny tsy fandriampahalemana,  ny kolikoly; ny fifanenjehana , ny jadona,   ny tsy fanarahan-dalàna , ny ratsy tantana, ny fivarotana tanindrazana mivantana na an-kolaka.  “Midika izany hankalaza ireo ratsy voatanisa etsy ambony ireo ny mpitondra ary mbola hanohy izany. Fandatsana vahoaka milona tanteraka ao anaty fahantrana lalina  ny fankalazana izany tsingerintaona izany”,  hoy ny Armada.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Any Antsiranana : raisina amin’ny fetibe i Costa Neo Riviera

Tsy fotoana mahabe mpizahatany izao, saingy hahazo tombony manokana ny ao Antsiranana. Handalo ao mantsy ny sambo lehibe mpitondra mpizahatany, antsoina hoe Costa Neo Riviera, amin’io faran’ny herinandro io. Horaisina amin’ny fetibe izany, hanomezana fahafaham-po ireo vahiny sy hamalifaliana ihany koa ny mponina.

Mikarakara ny hetsika rehetra ny Ofisim-paritry ny fizahantany any an-toerana. Ny 27 sy 28 janoary, hanomboka eo amin’ny seranan-tsambo ny fanentanana sy ny fampisehoana, izay handraisan’ny tarika Wadra sy ireo mpively amponga anjara, ho fiarahabana ireo vahiny. Hitohy any afovoan-tanana izany miaraka amin’ny mpanao vakodrazana sy ny mpiangaly salegy. Hisy koa ny afomanga ny hariva. Hitohy amin’ny fampisehoana iarahana amin-dry Tence Mena sy DJ Mourchid izany, avy eo.

Fotoana fanararaotana ny fahatongavan’ny mpizahatany toy izao ho an’ireo mpisehatra rehetra amin’ity lafiny ity, toy ireo trano fandraisam-bahiny sy fisakafoana ary koa ireo mpanao asa tanana. Amin’io ihany koa no anehoana ireo kolontsaina sy zavakanto mampiavaka ny faritra.

Ho an’ny eto Analamanga kosa, « Mamiko Analamanga ». Io indray no entin’ny Ofisim-paritry ny fizahantany eto (Ortana) mampisongadina ity faritra afovoany ity, izay heverina fa tsy lalovan’ny vahiny fotsiny. Hisy ny fampahafantarana  bebe kokoa mikasika ity vina vaovao ity, rahampitso hariva, mandritra ny lanonana fifampiarahabana nahatratra ny taona vaovao, etsy Soarano.

Landy R.

News Mada0 partages

Tratra teny Ampefiloha : jiolahy roa indray nidoboka eny Antanimora

 Nidoboka eny Antanimora, omaly, rehefa avy natolotra ny fampanoavana ireo jiolahy roa tompon’antoka tamin’ny asa fanendahana eny Ampefiloha sy ny manodidina. Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahefatra izy roa lahy ireto, afakomaly. Vehivavy iray avy niasa ary handeha hody no nendahin’izy roa lahy. Nametraka fitarainana teny anivon’ny fokontany ilay lasibatra ka nisy ny fiaraha-miasa teo amin’ny fokontany tamin’ny alalan’ireo andrimasom-pokonolona sy ny polisy mba hikarohana ireo olon-dratsy. Noraisim-potsiny ry zalahy taorian’izay rehefa nifanenjehana tamin’iny faritra iny ihany. Niaiky ry zalahy fa tena tompon’antoka tamin’ny fanendahana tamin’iny faritra iny. Maro ireo olona efa nitondra faisana tamin’ireo jiolahy ireo ary voalaza fa manao andiany ry zalahy rehefa manao ny asa ratsiny. Tafaverina tamin’ny tompony ireo entana nangalarin’izy ireo.

Isan’ny tena mampitaraina ny maro ny afitsoky ny asan-jiolahy amin’iny lalamby manamorona ny ranomaimbo eny la reunion kely iny rehefa avy amin’ny hariva.

J.C

News Mada0 partages

Fifohana sigara amin’ny trano mihidy : harahi-maso ny “karaoke” sy ny “bar”

 Tsapa ny ezaka nataon’i Madagasikara momba ny ady amin’ny fifohana sigara sy fihinanana paraky. Anisan’ny firenena (ao anatin’ny 15) nosafidina hahazo tohana famatsiam-bola ny minisiteran’ny Fahasalamana malagasy avy amin’ny Sampandraharahan’ny Firenena mikambana momba ny fahasalamana (OMS) amin’ny tetikasa « Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac » hatramin’ny taona 2030, araka ny fanazavan’ny tomponandraikitry ny OMS avy any Genève, Nicolas Guerrero, omaly teny Andrainarivo. Fanatsarana efa vitan’ny governemanta ny nampiakatra ho 30% ny hetra alaina amin’ny orinasa mpamokatra sigara eto amintsika. Teo koa ny fametrahana ny sary sy hafatra fampitandremana eo amin’ny fonon’ny tranon-tsigara amidy eto ho an’ny mpifoka momba ny voka-dratsin’ny sigara.

Nisy ny lalàna nivoaka mandrara ny fifohana sigara amin’ny toerana mihidy toy ny toeram-pisakafoana, birao samihafa… 2 500 Ar ny onitra aloan’ny olona tratra mifoka sigara mandika ny lalàna. “Afaka mitaraina amin’ny mpitandro filaminana na ny komity miady amin’ny fifohana sigara ireo mahita tsy fanarahan-dalàna”, hoy ny talen’ny Ofisim-pirenena miady amin’ny fifohana sigara (Ofnalat), Ravelojoeliandriambe Aurélien. Tafiditra amin’ny paikady vaovao ny fampiakarana ny saran’ny onitra aloa.

 Ahitana poizina karazany 4 000 ny sigara iray

Ezaka iray hotohizan’ny mpikambana ao amin’ny Ccolat ny fanaraha-maso ny toerana fanaovana “karaoke” na toeram-pisotroana samihafa momba ny fanajana ny tsy fahazoana mifoka sigara amin’ny toerana mihidy. Matetika, tsy manaja io lalàna io ny mpanjifa sasany ka mampievoka setroka ny hafa. Antenaina haharitra ny fanaraha-maso hampahomby ny asa fa tsy ho afo mololo, mandalo sy miserana ihany. Ahitana poizina 4 000 karazana ao amin’ny tahon-tsigara iray, ka ny 50 amin’ireo (goudron, oxyde de carbone…), miteraka ny aretina homamiadana, aretin’ny fo sy lalandra. Entanina koa ny olona mpifoka tsy hampievoka setroka ny iray tokantrano aminy fa tokony hivoaka ny ivelany.

Tsy mampahomby ny fitsaboana raboka ny fifofana sigara

“Ny 20%-n’ny olona raisina an-tanana tsaboina noho ny aretina raboka mpifoka sigara avokoa”, hoy ny talen’ny ady amin’ny aretina raboka, Rakotomalala Edwige. Ny 15% amin’ireo manaraka fitsaboana, tsy mahomby ny fiasan’ny fanafody satria mbola mifoka sigara ilay marary. Mampihena ny hafainganan’ny fanasitranana sy ny hery fiarovana ny fifohan’ny mararin’ny raboka sigara. Enim-bolana ny faharetan’ny fitsaboana ny mararin’ny raboka.

Ankoatra izay, eo koa ny tsy fahombiazan’ny fanafody mahazatra ho an’ny mararin’ny raboka. Teo aloha 18 volana ny faharetan’ny fitsaboana ho an’ny karazana marary mampiseho io tranga io; ankehitriny, sivy volana sisa ny fitsaboana ary efa ho avy ny fanafody ampiasaina amin’izany. 23 ny isan’ny marary voakasika manaraka fitsaboana amin’izao fotoana izao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Mompera Pedro : « mitaky asa ny ady amin’ny fahantrana fa tsy vitan’ny kabary… »

 Nivahiny tao amin’ny fandaharana “Ambarao” ao amin’ny onjampeo  Alliance 92 FM, omaly, ny mompera Pedro Opeka.  Anisany navoitrany tamin’izany ny resaka fahantrana sy ny fanabeazana ny ankizy sy ny tanora. Ampahany amin’ny resadresaka … 

 Tsotra  nefa mahitsy. “Tsy tokony hisy hahantra izany intsony  raha manana  finiavana isika… Mahatonga ny  fahantrana ny fitiavan-tena, ny tsy  firaharahana, ny fanaovana fo vato sy  tsy fananana fangorahana… Mitaky asa mivaingana ny ady amin’ny fahantrana.  Miaraka eny anivon’ny vahoaka  ianao mampirisika sy miteny ary miditra an-tsehatra, miasa fa tsy mipetraka amin’ny  birao”, hoy izy. Nambarany fa ny arabe no biraony andraisany olona ary mitady  vahaolana eo no ho eo ny  tenany fa tsy mampiandry ampitso.  Nohitsiny fa   tsy maintsy miditra an-tsehatra  mandray andraikitra avokoa ny rehetra  raha tena tia tanindrazana. Ho tia anao ny olona satria mitondra vahaolana   ianao. Mamangy sy mijery ny olana ny mpitondra,  araka ny nambarany.  “Tsy resahina amin’ny toriteny na  atrikasa na seminera atao amin’ireny hotely lehibe ireny fahantrana. Tsy any ny  handresena   ny fahantrana fa eny anivon’ny mahantra sy ny fiarahamoniona  ary ilazana amin’izy ireo fa azo ovaina izao fiainana  izao”, hoy ihany ity mpanorina ny toby Akamasoa  ity.

Notsiahiviny avy eo ny  29  taona lasa nanorenany  ny toby Akamasoa ka nilazany fa sarotra ny lalana  nodiaviny. Tsy  noheverina  ho tahaka izao iny toerana iny.

Hahay  hifangoraka sy hifamela  isika… 

 Sarotra ny nandresy lahatra  ireo  mpitondra nifandimby isaky ny miova satria tsy maintsy miantso fiaraha-miasa  vaovao hatrany izahay ho amin’ny hoavin’ireo ankizy. Tsy noraisina  ho zava-dehibe izany satria  nambara ho manonofy antoandro ny tenany.  “Tsy   asako anefa  izany fa an’Andriamanitra.  Iraka aho… Sarotra ny fiainan’izy ireo tany an-dalambe tany.  Noresena lahatra izy ireo satria  samy  nanao ny saim-pantany ary nangatahina hanaraka ireto  fepetra telo ireto  : Tsy maintsy miasa; ny ankizy, tsy miantsy mianatra ary manao dina ifanekena izy ireo.   Fa eo  koa ny didy fanampiny, toy ny hoe aza mangalatra, ampianaro ny zaza, aza miteny ratsy ary aza mangalatra vadin’olona”, hoy ny mompetra Pedro. Nambarany  fa tsy tokony hanara-dia ireo ray aman-dreny, tsy nanana  tanjona sy tsy misy hasina ireo ankizy ireo. “Amiko izy ireo anjely”,  hoy izy.

Nanteriny  fa nomena toromarika ireo fianakaviana ireo satria nangorahana ka tokony hahay hangoraka koa satria tokony hotohizana any amin’ny  fiarahamonina misy azy izao asa fitiavana ny  namana izao.  “Ny fanahy no maha olona … Tsy mandray andraikitra ary tsy manome  tanana   rehefa tsy manana fanahy.  Tsy amin’ny fahafetasaa  ihany  ny anehoana firaisankina fa amin’ny andavanandro… Ka aoka isika hiray hina sy  hifanampy.  Hahay hifangoraka sy hifamela  ary hifanatona sy hiara-miasa”, hoy ny mompera Pedro.

Tokony hanao trano fonenana ny  fanjakana

Niaiky koa anefa ny  tenany fa misy  ihany ireo tanora mihoa-pefy.  Noraisiny ho ohatra ireo  tanoran’ny Akamasoa miisa 65, tsy  te hiasa, mangalatra ary lasa eny am-ponja.  Nohitsiny  fa tsy miaro ireo olona ireo ny tenany.  Tsy nohadinoin’ny Akamasoa ny nitondra fanomezana ho azy  ireo. “Tian’Andriamanitra ny tanora mibebaka Niverina  teto ireo roa nigadra valo volana  ary na ngataka  asa.  Nanome toky fa hiezaka hiasa izy ireo ary tsy hangalatra  intsony”, hoy ihany izy.

Namintinany izany ny antso avo ka nilazany fa azo resena ny fahantrana. 29 taona niadian’ny eny amin’ny Akamasoa izany ka nandresy ny  fahantrana ny 80%.  20 % sisa. Aoka hifanome tanana. Hanabe ny zaza isika.  Teo  koa  ny antso ho an’ny fanjakana. “Manaova  trano fonenana tsotra nefa  mendrika ny Malagasy mba hanana tokantrano milamina ny fianakaviana. Izahay nahavita trano fonenana anarivony. Mino  aho  fa afaka mangataka amin’ny  firenena namana ny fanjakana, mba ampio izahay manao trano fonenana fa azo  atao tsara izany…”,  hoy ny  mompera Pedro.

Synèse R.

News Mada0 partages

Tuberculose : le taux de guérison réduit à 15%

Le taux du succès de traitement de la tuberculose a connu une baisse ces derniers temps. L’échec des soins se manifeste notamment chez les patients qui ont vu leur système de défense immunitaire diminuer, dont des personnes tabagiques.

La guérison après six mois de traitement n’est pas toujours possible pour tous les patients souffrant de la tuberculose. Ils manifestent une résistance aux médicaments. Parmi les malades concernés figurent des fumeurs alors que ces derniers représentent plus de 20% des victimes de la tuberculose.Ce qui a entraîné une diminution du taux de succès du traitement à 15%. C’est ce qu’a informé le directeur de la Lutte contre la tuberculose au sein du ministère de la Santé, le Dr Edwige Rakotomalala, hier, en marge de la cérémonie de lancement officiel du projet sur la Convention cadre de la lutte anti-tabac (CCLAT) 2030, qui s’est déroulée au Panorama à Andrainarivo. Les actions y afférentes, qui vont concrétiser les engagements de la Grande île dans cette lutte, sont soutenues par l’Organisation mondiale de la Santé.

En cas de résistance, la maladie évolue ainsi au stade de tuberculose multi résistant (TBMR). «A un tel stade, le recours aux nouveaux traitements, via des antibiotiques plus puissants, est incontournable», a  précisé notre source. Actuellement, 23 patients sont concernés par un tel cas, dont 18 l’an dernier et 5 depuis le début de cette année. Ces derniers attendent l’arrivée d’un nouveau traitement, qui dure 9 mois, à partir du mois de mars.

Renforcement des lois

Le danger du tabac sur la santé publique ne se limite pas uniquement à la tuberculose étant donné qu’une tige de cigarette renferme quelque 4.000 poisons, dont une cinquantaine entraînent différents types de cancer. En outre, les pertes économiques et environnementales n’en demeurent pas moindres, raison pour laquelle Madagascar entend poursuivre ses efforts dans la lutte anti-tabac.

Grace à ses efforts, le pays a été choisi parmi les 15 sur les quelque 181 pays membres de l’OMS, pour bénéficier d’un financement pour la mise en œuvre de ce projet. Le plus important est l’augmentation des taxes sur les industries de tabac de l’ordre de 10%, soit en passant de 3% à 30% depuis l’an dernier, d’après le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo. Dans cette optique, le pays compte renforcer les législations en vigueur en vue de la continuité de ses efforts, notamment celles relatives à l’interdiction de fumer dans les lieux publics et le contrôle du commerce illicite de tabac dans le pays.

Fahranarison

News Mada0 partages

Avy amin’ny vadin’ny filoha : nahazo fitaovana ny hopitalin’Ambohimiandra

 Nanolotra fitaovana ho an’ny hopitaly mikarakara ny reny sy ny zaza eny Ambohimiandry ny vadin’ny filoha, tamin’ny alalan’ny mpiara-miasa aminy, omaly. « Moniteurs de signes de vie  5 paramètres » roa sy « moniteurs de signes de vie 4 paramètres » iray, « appareils nébuliseurs » 10, fitaovana ahitana « kits otoscope-ophtalmoscope » efatra no nomena teny an-toerana. Vokatry ny fiaraha-miasa sy fifanohanana miaraka amin’ny masoivohontsika any Maorisy ny nahazoana ny tohana, araka ny fanazavana azo.

News Mada0 partages

«Journée bloquée» ce jour Les membres du Sempama suspendent les cours

La confédération Sempama veut répliquer contre la suspension des soldes des fonctionnaires, non levée jusqu’à maintenant. Parmi lesquels figurent 6.000 enseignants qui suspendront leurs cours dans les établissements publics à travers le pays. «L’attente du retour de la situation à la normale s’avère très longue et vu qu’il s’agit maintenant de la survie du personnel, qui  est en jeu actuellement, le syndicat des enseignants juge nécessaire d’interpeller les responsables compétents afin qu’ils prennent leurs responsabilité à dénouer cette crise dans les plus brefs délais», a souligné le président de la confédération, Claude Raharovoatra, lors d’une conversation téléphonique.

Pour se faire entendre, les dirigeants de ce syndicat ont décrété une «Journée bloquée» ce jour. A cette occasion, ils ont fait appel à l’ensemble des enseignants et du personnel administratif des deux ministères en charge de l’éducation de base et l’enseignement technique, à savoir le ministère de l’Education nationale (Men) et le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP). Cette décision a été prise après le constat sur l’évolution de la situation, qui se trouve loin d’être résolue alors que les responsables annoncent le contraire. Selon les informations, 3.000 agents, soit la moitié des enseignants et des personnels administratifs au sein du Men et du MEETFP, se trouvent encore privés de leur solde, dans la mesure où ils n’ont pas encore reçu les notifications les avisant du retour à la normale du paiement de leur salaire. En outre, les 3.000 autres agents, déclarés pouvoir toucher leur salaire, n’ont pas encore la possibilité de le faire  car aucun crédit n’est encore disponible dans leur compte en banque ou dans les bureaux du Trésor, selon les informations du Sempama.

Fahranarison

News Mada0 partages

Diana : redressement du tourisme à Nosy Be

Le secteur tourisme prend de la couleur sur l’Ile aux Parfums. Le deuxième bateau de croisière de l’année est prévu accoster à Nosy Be ce matin, à une semaine du passage de l’Aidi Aura, qui a fourni plus de 1.200 touristes à l’île malgache.

Vivant essentiellement du tourisme, l’île de Nosy Be est prête à accueillir  le Costa Neo Riviera, un paquebot battant pavillon italien, prévu être à quai au port de cette île de la région Diana, dès 7 heures et 30 minutes, ce jour. L’escale de ce bateau de croisière transportant des touristes italiens doit durer deux jours jusqu’au 26 janvier vers 19 heures. Pour renouer avec le tourisme international, qui a fait la renommée de Nosy Be, le comité d’organisation mis en place pour la gestion du séjour des touristes étrangers dans l’île s’est concerté, hier, pour ficeler le planning des visites. Les opérateurs de Nosy Be ont d’ailleurs intérêt à redorer l’image de la circonscription pour maintenir les acquis, minés par différents problèmes, dont récemment l’épidémie de peste ayant provoqué des modifications sur le calendrier des passages des touristes et ses conséquences négatives dans la localité.

Les autorités locales s’attellent aussi, de leur côté, à redresser la situation dans ce domaine, par des activités tendant à attirer les touristes. Outre les travaux de réhabilitations de plusieurs axes routiers et l’extension de l’aéroport, des projets de gestion des ordures, accompagnés de travaux d’assainissement par des curages de canaux d’évacuation, sont mis en place actuellement à Hell-Ville, Madirokely et Ambatoloaka. Les opérateurs dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration se sont réunis récemment avec le maire et le préfet de Nosy Be pour les dernières retouches de l’opération.

Manou

 

News Mada0 partages

Assainissement de Mahajanga : les privés à la rescousse

La commune urbaine de Mahajanga renforce son programme d’assainissement de la ville. Le parc de ses camions de transport et d’évacuation d’ordures s’agrandit actuellement, a annoncé le maire Salim Mokhtar Andriantomanga, hier.

La voirie de la ville de Mahajanga vient d’être dotée d’un camion flambant neuf pour le ramassage des ordures, suite au don des partenaires privés de la commune. Le maire Salim Mokhtar Andriantomanga a annoncé, lors de la cérémonie de remise de ce matériel, que sa commune se dotera bientôt de deux autres nouveaux camions destinés aux travaux d’assainissement de la ville. Trois camions se chargeront de l’acheminement des ordures de la Cité des Fleurs donc avec l’acquisition de ce nouveau véhicule. En reconnaissance de leur volonté d’appuyer le développement de la commune urbaine de Mahajanga, les trois entreprises, à la base de l’octroi de ce camion, ont reçu respectivement un certificat d’entreprise citoyenne des mains du maire de Mahajanga, au cours de la cérémonie.

Manou

News Mada0 partages

Administration fiscale : défi important pour la mobilisation des recettes

Un défi important pour la mobilisation des recettes fiscales attend encore l’administration cette année. Les prévisions 2018, telles annoncées dans la Loi de finances initiale (LFI), comptent augmenter de 23% les recettes fiscales par rapport à l’année 2017. Alors que cette hausse est de 16% en moyenne chaque année durant les années ultérieures.

L’amélioration des ressources internes pour plus d’efficience budgétaire fait partie des objectifs de l’Etat actuellement. Depuis deux ans maintenant, une forte mobilisation est menée au niveau de l’administration fiscale pour atteindre cet objectif. «Les directions régionales des impôts, réparties dans toute l’île, doivent atteindre les objectifs imposés par le pouvoir central. Pour l’année 2017, le pari est plus ou moins tenu en dépit de quelques lacunes, car, en globalité, les réalisations ont atteint les 103%», a annoncé le directeur général des impôts, Youri Garris Razafindrakoto, à l’occasion de l’ouverture du colloque national de la Direction des impôts, réunissant 425 agents de l’administration fiscale répartis dans toute l’île.

Sensibilisation

Depuis l’an dernier, la Direction des impôts est encore à la phase de sensibilisation. «L’information et la formation ont été lancées depuis 2016. Une fois, la campagne de sensibilisation achevée, les sanctions tomberont. Les contribuables sont souvent sanctionnés pour le non respect de l’échéance prescrite. Et ce sont surtout les récidivistes qui sont sanctionnés», a expliqué la directrice régionale des impôts (DRI) de la région Sava, Voahangy Harivelo Randrianarisoa. Cette région compte actuellement 5 500 contribuables. A part la construction, la principale activité dans la région, qui reste la production et l’exportation de la vanille, rapporte beaucoup à l’Etat. Aucun chiffre n’a été apporté par cette responsable concernant ce secteur. «La filière rencontre encore d’importants problèmes actuellement», a-t-elle juste annoncé.

Riana . R.

News Mada0 partages

Air Seychelles : les vols vers Tana suspendus

Air Seychelles suspendra, à partir du 24 avril, tous les vols au départ de Mahé, la capitale seychelloise, vers Antananarivo, la capitale malgache, et vers Paris, la capitale française. La compagnie a annoncé vouloir plus se focaliser sur le marché domestique, selon les informations relayées par Seychelles News Agency.

La décision a été prise afin de faire face à l’arrivée d’un grand nombre de concurrences internationales. British Airways devra commencer à opérer aux Seychelles en mars. Elle sera suivie par la filiale d’Air France, Joon, et Swiss Edelweiss Air, respectivement en mai et en septembre.

Remco Althuis, directeur général d’Air Seychelles, a expliqué sur ce sujet que ces nouvelles opérations, couplées avec les neuf autres compagnies aériennes déjà présentes dans le pays, «créeront une surcapacité de sièges vers les Seychelles, conduisant à des tarifs aériens réduits et cela mettra beaucoup de pressions sur notre vol de Paris». Il a déclaré en outre que l’annulation est nécessaire afin qu’Air Seychelles puisse continuer à servir le peuple et l’économie des Seychelles.

Paris représente environ 30% du chiffre d’affaires total sur les vols d’Air Seychelles. Le vol vers Antananarivo sera interrompu en raison de sa forte dépendance au flux de Paris, note en outre ce responsable. A part la suspension de ces vols, Air Seychelles cessera de louer deux Airbus A330. Ces annulations entraîneront également la réduction des effectifs dans l’équipage de cabine et au niveau des pilotes.

Arh.

News Mada0 partages

« Extra propre » : le gros lot à Florent R.

Pour redynamiser la marque de poudre de savon «Extra Propre», la société Ucodis a organisé en novembre dernier un concours pour les usagers de ce produit. Le jeu consiste juste à mettre trois sachets dans une enveloppe puis la remettre auprès de la société Ucodis. Après le tirage au sort effectué le 1er décembre dernier, les organisateurs ont remis les lots aux trente gagnants à ce jeu, hier,  au siège de la société à Anakely. Florent Randrianandrasana, un habitant d’Ambodivorikely, a remporté le premier prix et gagné plusieurs lots, entre autres, un réfrigérateur, un four à gaz, une télévision. «J’ai utilisé ce produit depuis maintenant deux ans. C’est surtout son prix et sa qualité qui m’ont incité à utiliser Extra propre», a-t-il avancé.

R.R.

News Mada0 partages

Quatre ans au pouvoir : l’Armada tance le régime

Le pouvoir actuel entend célébrer avec tam-tam ses quatre années d’exercice aujourd’hui. Une démarche ironisée par la plateforme politique Armada.

L’Alliance républicaine de Madagascar (Armada) revient aux affaires. Le groupe a raillé la démarche du régime visant à célébrer ses quatre années au pouvoir, à compter de l’investiture du président de la République, le 25 janvier 2014. «Quatre ans au pouvoir (…), est-ce que cela mérite d’être célébré ? A chacun de répondre à cette question», c’est ainsi que débute le communiqué d’hier, issu de ce groupement. En effet, selon cette entité, les acquis du régime actuel en matière de quotidiens de la population ne semblent pas très reluisants.

 L’Armada cite, entre autres, que la cherté des prix, la pauvreté, la dictature, l’insécurité, la corruption ou non le non respect des lois sont les principaux maux du pays qui se sont accrus cette année. A cela s’ajoute le non respect de la Constitution. «Au moment où le régime entend exalter ses quatre ans au pouvoir, c’est aussi la célébration de ces maux qui continuent de gangrener notre pays», décrit l’Armada. Cette dernière estime d’ailleurs qu’il s’agit d’une gesticulation pour faire oublier les incompétences du régime à travers, notamment, des campagnes avant la lettre en utilisant les moyens de l’Etat.

Par ailleurs, si l’on en croit l’Armada, le plus important pour les Malgaches actuellement, c’est la tenue d’élections transparentes et crédibles, dans un environnement paisible, dont «les résultats correspondront aux attentes de la population». En effet, cette formation se dit convaincue que c’est la seule voie pour sortir du marasme actuel et ce, à travers le respect des règles du jeu, à commencer par la Constitution, la sortie de la liste des électeurs et du calendrier électoral, l’apaisement politique ainsi que la sécurité.

Absente de la scène politique ces derniers temps, la plateforme Armada, composée notamment du parti Avana, MMM, Liaraike, Hiaraka isika, Mapar et la formation Hasin’i Madagasikara, revient ainsi

sur le devant de la scène politique en cette année électorale. Le groupe a, en effet, toujours soutenu que lors de la prochaine présidentielle, une candidature unique portera son flambeau. Au moment où les préparatifs électoraux battent leur plein, le groupe peut, quant à lui, se manifester plus que d’habitude dans les jours à venir.

C’est ainsi que dans son communiqué d’hier, l’Armada n’a pas manqué de relever l’existence des manœuvres visant à retarder les échéances électorales. «Nous condamnons les manœuvres politiques visant à détourner l’attention publique sur un possible retard des élections», note l’Armada, tout en indiquant que «les dirigeants actuels sont responsables d’une éventuelle crise qu’ils engendrent eux-mêmes». Du reste, l’Armada a invité  la population à se lever et à se dresser contre les abus  qui existent dans le pays.

 Rakoto

News Mada0 partages

Efa-taona ny fitondrana : tsy tanteraka ireo fampanantenana… poakaty

 Feno efa-taona kaotroka androany ny  niakaran’ny filoha Rajaonarimampianina teo amin ’ ny fitondrana. Mbola hanao  fanambarana sy lahateny lehibe sy  fampanantenana indray ny tenany, anio eny Iavoloha. Ny teo aloha aza anefa tsy  tanteraka.

 « Ny filohan’ny Repoblika no elobe fialofana sy fiarovana hiaro ny vahoaka ao aminy. Mitaky asa fampiraisana ny Malagasy rehetra. (…) Mitaky ihany koa izay rehetra nampanantenaina mba tsy ho kobaka am-bava na ho volana an-tenda fotsiny ihany, satria ny fahatokisana ny tenin’ny filoha no fototry ny fanavaozana ny firenena. »

Anisan’ny kabary fandaharanasan’ny filoha Rajaonarimampianina, teny Mahamasina, ny 25 janoary 2014, nanaovany fianianana, izay. Mby aiza? « Matoky ianareo fa amin’izao fitantanana ny fitondrana izao, halavirina hatreo ny fihatsarambelatsihy na ny fihemorana amin’izay tokony hatao na ny kajikajy amin’ny fitondram-pahefana », hoy izy.

Hiantehitra amin’ny toko telo mahamasa-nahandro mandrafitra ny fotodrafitrasany izy: ny fandriampahalemana, ny fitsarana tsy mitanila, ny ady amin’ny kolikoly. Ny famerenana ny fifampitokisan’ny vahoaka sy ny fanjakana no hiantoka ny fandriampahalemana ho an’ny olona sy ny fananana mandritra ny fotoana rehetra.

Be filaza, fa kely fiasa…

Tsy arakaraka ny kobaka am-bava na volana an-tenda tokoa ny vita tao anatin’izay efa-taona izay. Tsy hita, ohatra, izay fanalavirana ny fihatsarambelatsihy na ny fihemorana amin’izay tokony hatao na ny kajikajy amin’ny fitondram-pahefana. Ny fitadiavana fahamarinan-toerana sy fitoniana politika, ohatra, no nahatonga ny famoretana sy amboletra, tsy fanajana ny teny nomena…

Nirongatra ny tsy fandriampahalemana sy ny fitsaram-bahoaka amin’izao fitondrana izao. Eo koa ny kolikoly avo lenta miseho amin’ny fandrobana harem-pirenena sy ny harena an-kibon’ny tany… gaboraraka sy anjakazakan’ny vahiny. Izay ihany no tsy atokisan’ny vahoaka ifotony ny fitsarana, ny mpitandro filaminana, ny manampahefana isan-tsehatra sy isan’ambaratonga.

Maro ireo raharaha tsy mazava, tsy hita izay farany: « Raharaha Antsakabary », « Raharaha Razaimamonjy Claudine »; ny fakana an-keriny tany Toamasina, 2016; ny baomba teny Mahamasina, ny 26 jona 2016; « Raharaha Andriamandavy VII Riana », « Raharaha Anjozorobe »… Aiza izay famerenana ny fifampitokisan’ny vahoaka sy ny fanjakana amin’izany? Fampanantenana poakaty.

Mbola resaka hafa indray ny amin’ny fiainam-bahoaka, nilazany hoe: « Mitaky vokatra mivantana eo amin’ny fiainan’ny vahoaka izay mijaly sy latsaka ao anatin’ny fahantrana, ahafahan’izy ireo manantena sy mino fivoarana marina amin’ny hoaviny. »

Inona amin’izany ny mbola vina ao anatin’ny taona iray sisa amin’ity hoe fisandratana mirindra na ny fisandratan’i Madagasikara, hataon’ny fitondrana eny Iavoloha, anio? Ny efa-taona aza efa tsy hita be ihany izay vita…

R. Nd.

News Mada0 partages

Guerre de communication : certains en panne d’inspiration ?

A l’approche de l’échéance électorale, la guerre de communication entre les différents acteurs politiques débute déjà. Dans cette optique, le régime veut visiblement mettre le paquet, en utilisant les moyens de l’Etat au service de l’actuel locataire d’Iavoloha, dont la candidature à la présidentielle n’est plus qu’un secret de polichinelle. Aujourd’hui, à Iavoloha, seront en effet célébrées les quatre années du régime, avec comme mot d’ordre «Madagascar Fisandratana» (traduction libre Madagascar émergent). La course à la communication fait, certes, partie du jeu politique mais ce qui intrigue les observateurs avertis, c’est que le tapage médiatique autour de ce thème ait déjà commencé dimanche dernier.

Sauf que, la veille, l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina a indiqué, dans une interview accordée à un journal, l’officialisation prochaine d’une «Initiative pour l’Émergence de Madagascar» dont on a déjà eu vent il y a bien un mois de cela et dont les invitations ont été lancées il y a une quinzaine de jours. Un concept que l’ancien homme fort du pays a initié avec les experts nationaux et internationaux durant son retrait de la scène politique. Etrangement, depuis la sortie de l’interview, toutes les communications émanant d’Iavoloha, même lors de la réception des chefs d’église au sein du FFKM, s’articulent autour du thème de l’année «émergence» ou, tout au moins, en font mention. Plus, les observateurs voient même des ressemblances plus que frappantes entre la photo sortie il y a quelques jours d’Andry Rajoelina et celle, par la suite, illustrant l’événement de ce jour.

Dans cette bataille de communication, il apparaît ainsi que certains pêchent par manque d’imagination sinon d’inspiration. Et ce n’est, force est de le constater, pas la première fois lorsqu’on se souviendra du fameux discours d’investiture du 25 janvier 2014, plagiant un discours de l’ancien président français Nicolas Sarkozy.

De surcroît, beaucoup s’étonnent que le chef de l’Etat n’expose une «vision» que maintenant, ce qui suscite de nombreuses interrogations sur les quatre années écoulées, renforçant le sentiment que cet événement prévu avoir lieu ce jour semble avoir été organisé à la sauvette…

Rakoto

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : tafita i Lybia sy i Nizeria

Miala sasatra ireo ekipa 8 manohy ny fifaninanana, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja baolina kitra natokana ho an’ireo mpilalao tsy matihanina «Chan 2018», anio sy rahampitso zoma. Hiditra amin’ny ampahefa-dalana kosa izy ireo, ny asabotsy sy ny alahady ho avy izao.

Anisan’ireo ekipa nahazo ny tapakila hiatrehany izany dingana izany, ny Les chevaliers de la Mediterranée, avy any Lybia, sy ny Voromaherin’i Nizeria. Mbola nanamafy ny maha voalohany azy, tao amin’ny vondrona «C», ny Nizerianina, teo amin’ny lalao farany ho an’ity sokajy ity, ny talata lasa teo. Nomontsaniny, tamin’ny isa mazava 3 no ho 1, i Ginea Ekoatorialy. Ry zareo Gineanina anefa no nitarika tamin’ny isa, tamin’ny alalan’ny baolina tafiditr’i Eyama Nsi, teo amin’ny minitra faha-40. Nosahalain’i Okpotu izany teo amin’ny minitra faha-54 ary mbola nampian’i Solomon indray teo amin’ny minitra faha-69 ary nofaranan’i Rabiu, tamin’ny alalan’ny «pénalty», minitra faha-83. Fandresena telo tamin’ny lalao telo no vitan’i Nizeria, tamin’ity lalao ity.

Teo amin’ny fihaonana iray indray, lavon’ny Lybianina, tamin’ny isa tokana 1 no ho 0, i Roandà. Sahirana vao tafita ny Lybianina satria efa tany amin’ny fanampim-potoana (90 mn + 4) vao nahatafiditra ny baolina tokana ho azy i Abushnaf.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Kitra – Alefa Barea : fikambanana manampy ny ekipam-pirenena

Nihaona sy nitafa tamin’ny mpanao gazety, tetsy amin’ny Kudeta Anosy omaly, ny fikambanana Alefa Barea, nijoro ny volana septambra 2017, ka nahazo fankatoavana tamin’ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF). Nambaran’ny mpitantana azy ity fa tsy miditra amin’ ny fitantanana ny Barea ny fikambanana fa manampy ny Barea sy ny mpanazatra, amin’ny fiatrehana ireo lalao rehetra, kasain’ny Barea hatao.

Marihina fa avy amin’izy ireo no nahazoan’ny Barea niatrika ireo lalao tsapa nikatrohana tamin’i Kaomoro sy i Ogandà. Araka izany, manohana amin’ny fiofanana sy hevitra ny Alefa Barea, ary manatanteraka ny hetahetan’ny mpanazatra, izay efa nifampiresaka tsara hatrany ampita ka hatreto Madagasikara.

Tsiahivina fa miofana dimy andro ireo mpilalao, nialoha ny niatrehany ireo lalao firahalahiana, efa natao hatramin’izay. Ankehitriny, efa eo am-pitadiavana ireo fihaonana hafa indray ny Alefa Barea. Efa misy ny fifampiresahana, amin’ny federasiona any Togo sy Kosovo, alohan’ny hifandonana amin’i Sénégal sy Ginea, eo amin’ny fiadian-toerana amin’ny “Can 2019”.

Nanazava i Nicolas Dupuis, mpanazatra, fa tsy misy olana ny fiaraha-miasa amin’ny Alefa Barea satria ilaina ny fiaraha-mientan’ny rehetra, hahatrarana ny tanjona : ny handraisan’ny Barea de Madagascar, anjara amin’ny  fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ny ekipam-pirenena na ny “Can 2019”.

Farany, hisy mpilalao avy eto an-toerana  hantsoina hanatevina ny Barea, ankoatra ireo mpila ravinahitra. “Hitako misy tsara ireo mpilalao eto Madagasikara. Hijery azy ireo rahateo ny ahatongavako eto. Ny Barea, tsy an’ny mpilalao matihanina irery fa an’izay rehetra mendrika sy mahay, ka tsy maintsy hantsoiko hanatevina ny ekipam-pirenena”, hoy izy.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Foot : tous derrière les Barea !

A l’heure où le championnat d’Afrique des Nations (Chan) 2018 bat son plein, les Barea de Madagascar visent haut et loin, en mettant dans le viseur la qualification pour la Can 2019 et ils peuvent compter sur le soutien de leurs compatriotes, à l’image de l’association Alefa Barea.

Alefa Barea ! Ce mot d’encouragement du public malgache, lors des matchs de l’équipe nationale malgache, est devenu le mot d’ordre de plusieurs fans qui sont actuellement à l’unisson pour apporter leur soutien à l’équipe nationale. Ils ont même créé une association portant le nom de « Alefa Barea » pour booster le moral de leur équipe, en vue de se qualifier pour la Can 2019.

Le rendez-vous le plus proche étant le match crucial face aux Sénégalais. Cette association a vu le jour en septembre dernier et a eu le feu vert de la Fédération malgache de football (FMF) pour effectuer ses activités dans les règles de l’art. Les têtes pensantes ont déclaré, hier, au Kudeta à Anosy, que l’association a été mise en place pour apporter son soutien au staff technique et aux joueurs mais ne joue aucun rôle sur le plan administratif.

« Nous avons déjà mis la main à la pâte pour épauler l’équipe nationale à disputer le match amical contre les Comores et l’Ouganda. Nous sommes là pour appuyer les efforts fournis en termes de formation et répondre également aux besoins du coach », ont-ils déclaré. Pour rappel, une formation de cinq jours aura lieu avant les matchs amicaux inscrits dans l’agenda de la FMF et du staff technique. L’association Alefa Barea est d’ores et déjà pied d’œuvre en vue d’organiser de prochaines rencontres amicales.

Des négociations sont déjà en cours avec la fédération togolaise et celle de Kosovo avant les matchs face au Sénégal et la Guinée équatoriale. Une intiatiative saluée par le head coach Nicols Dupuis qui songe à appeler des joueurs locaux pour renforcer le rang des expatriés, comme le capitaine Faneva Ima Andriatsima qui vient de faire parler de lui. En effet, l’homme est sur le départ du club sochalien après un contrat de 400.000 euros pour rejoindre le Havre.

Par ailleurs, le championnat Division Elite du Football féminin phase 3 se déroulera à partir de demain jusqu’au 3 février au centre technique de Carion. Le tirage au sort se fera ce jour au siège de la FMF à Isoraka.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Kitra – Lalao fitsapana : nisaraka 1 sy 1 ny Fosa Jr sy ny «Expatriés de la Réunion»

 Niatrika lalao firahalahiana, tamin’ireo mpilalao mpila ravinahitra avy atsy La Réunion sy Seychelles, ny Fosa Junior, tompon’ny amboaran’i Madagasikara, omaly. Nisaraka ady sahala, ny roa tonta tamin’izany.

 Ady sahala 1 sy 1 ny fihaonana teo amin’ireo mpilalao malagasy mila ravinahitra avy atsy La Réunion sy Seychelles, tamin’ny Fosa Junior. Lalao fitsapana ho an’ny ekipa tompon’ny amboaran’i Madagasikara, izay notanterahina tetsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, omaly alarobia. Tsiahivina fa natao 30 mn intelo miditra ity fihaonana ity. Ireo «expatriés de la Réunion», notarihin-dry Sedera, Bota, teo amin’ny fiandrasana ny tsatsoby, Dina, François ary ry Jimmy sy Simouri no nanokatra ny isa, tamin’ny alalan’ny Gwladyson, tamin’ny fizaram-potoana voalohany, minitra faha-15. Efa tany amin’ny 5 mn farany amin’ny tapa-potoana fahatelo kosa vao afaka nanasahala ny isa i Dida, ho an’ny Fosa Jr.

Nahitana ireo mpilalaony efa mahazatra azy toa an-dry Dax, nampian-dry Santatra sy ry Mario ary ry Jean-Yves ny Fosa Junior,. Tsy nahitana endri-dalao loatra ny tapa-potoana voalohany satria toa nifampiandriandry izany ny andaniny sy ny ankilany. Na izany aza, nanantombo teo amin’ny fanafihana ny Fosa Junior, ary betsaka ireo baolina saika matiny saingy votsotra eo amin’ny fotoana farany izany.

Nanomboka nisy hafainganana kosa ny tapa-potoana faharoa sy fahatelo saingy mbola lesoka hatrany ny fampidiram-baolina. Tsiahivina fa hiatrika ny lalao savaranonando, amin’ny fiadiana ny amboaran’i Afrika “coupe de la caf”, ny Fosa Junior, ka hikatrohany amin’ny FC Léopard-n’i Kenya. Hatao ny 10 febroary ho avy izao any Nairobi, ny lalao mandroso.

Tompondaka

News Mada0 partages

Judo national : l’heure de la rentrée a sonné

Début tonitruant ! La Fédération malgache de judo (FMJ) ne chôme pas en offrant quatre événements majeurs pour débuter la saison. Le 17 février, au petit palais des Sports de Mahamasina, la grande famille de la discipline se retrouvera, et d’un,  pour le championnat de Madagascar vétéran, et de deux, pour la joute nationale en kata, et de trois, lors du challenge des ceintures marron et noires et enfin, le quatrième  rendez-vous, la cérémonie de vœux nippone, introduite par le fondateur du judo  Jigoro Kano dans la pratique.

Après une première ratée, l’année dernière, la FMJ veut assurer cette fois-ci en organisant la première édition du championnat nationale vétéran où les anciennes gloires se retrouveront sur le tatami comme au bon vieux temps.

Prolifique lors du championnat d’Afrique de kata qui s’est tenu dans la capitale l’année dernière, la FMJ décide de poursuivre l’aventure dans ce registre, en programmant la deuxième édition pour cette saison.

Les hauts gradés de la discipline ne seront pas en reste grâce à ce challenge qui sera à son premier essai mais qui mérite une attention particulière.

Naisa

 

News Mada0 partages

Jo-ski alpin : Mia s’alignera sur deux épreuves

La campagne sera de courte durée pour Mialitiana Clerc aux Jeux olympiques (JO) d’hiver. Du 9 au 25 février, la ville sud-coréenne de PyeongChang accueillera  ce grand événement planétaire qui verra la participation de Madagascar.

Unique représentante de la Grande île, Mialitiana Clerc, dite Mia, s’alignera sur les épreuves de ski alpin mais pas toutes. D’après les informations recueillies, la plus jeune skieuse sur le plateau olympique participera à deux courses sur les cinq au programme en individuel, en l’occurrence, le slalom géant et le slalom spécial. Deux courses considérées comme les plus techniques.

Elle entrera dans le vif du sujet, le 12 février, en slalom géant, sur la piste du Yongpyong Alpine Centre.

Bien que difficile avec ses virages serrés et la diminution de la ligne droite, le slalom géant a déjà souri à Mia dernièrement en Italie où elle a terminé à la première place.

Une journée spéciale pour un slalom spécial terminera la campagne de la Malgache, le 14 février. Comportant plus de portes (55 à 75) que le slalom géant (30), le slalom spécial s’annonce comme la moins rapide des épreuves au programme. Ce qui, évidemment, requiert d’autres qualités que la puissance.

Naisa

 

News Mada0 partages

Boxe olympique : certaines ligues risquent gros

Il fallait s’y attendre. Le noble art est en train de connaître un autre rebondissement qui pourrait devenir un coup dur pour les mordus de la discipline. Dix présidents de ligue seraient actuellement en mauvaise posture.

Le monde de la boxe en effervescence! Dix présidents des ligues régionales, Amoron’i Mania, Atsimo andrefana, Atsinanana, Diana, Haute-Matsiatra, Itasy, Vatovavy Fitovinany, Menabe et Sofia, sont sur la sellette actuellement. Malgré la radiation à vie de la boxe par la Fédération internationale (Aiba) de Bernard Andriamanampisoa, alias Gégé Bosco, les nommés supra ont fait fi de cette décision, en suivant les instructions de ce dernier.

La plus récente est la demande de convocation d’une Assemblée extraordinaire, ce jour, initiée par les dix présidents de ligue, sous l’impulsion de Gégé Bosco. En effet, ce dernier a envoyé ses scouts dans les régions afin de collecter les signatures des responsables des ligues pour concrétiser son désir, qu’est la tenue de cette AGE, afin de bousculer l’actuel président de la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO).

Heureusement que le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) a refusé leur demande pour vice de procédures sinon la situation  aurait empiré pour la boxe, déjà mal en point à cause, une fois de plus, de Gégé Bosco. Celui-ci, faut-il le rappeler, a irrité au plus haut point le ministre de la Jeunesse et des sports, suite aux flous sur sa gestion des aides financières octroyées par l’Etat à la boxe, lors de la joute continentale de l’année dernière.

Naisa

News Mada0 partages

Chronique : avortement, parlons-en (suite)

On ne veut pas savoir que, dans la détresse, une femme n’hésitera pas à recourir à des remèdes fantaisistes et à pratiquer elle-même son avortement au péril de sa vie. On ne veut pas non plus admettre que nos filles font face à des informations qui peuvent être dévastatrices par les réseaux sociaux comme par le « bouche à oreille ». Les vendeurs de médicaments illicites courent les rues et nos filles savent où les chercher quand elles sont forcées à le faire.

On ne veut pas compter ces femmes qui arrivent aux urgences, mutilées et mourantes après un avortement pratiqué dans des conditions dramatiques par des personnes qui, pour de l’argent, se livrent à de vraies boucheries sans considération de la finalité de la vie de celle qu’elles ont entre les mains.

On ne veut pas tenir compte du drame des jeunes filles et des petites filles qui, victimes d’abus sexuels, hypothèquent leur avenir avec notre bénédiction. «Fahendrena malagasy», sagesse malgache, violeurs et incestueux n’ont que faire de vos grands mots quant au respect des enfants alors que nos victimes doivent se conformer à ce que nous pensons être les normes socialement acceptables.

On préfère ignorer le médecin confronté à un cas de conscience s’il détecte une pathologie grave à l’examen d’un fœtus. Alors, à quoi servent-ils ? Ou deviendront-ils des croque-morts, des annonceurs de décès ? Et puis, à quoi bon dépenser des sommes astronomiques dans le suivi des grossesses si finalement, quoi qu’il se passe, les médecins ne peuvent même pas intervenir.

C’est donc au nom de la sagesse ancestrale, dont on décrypte l’héritage de façon inconsidérée, que l’on réduit le planning familial à un vœu pieux : une famille riche de sept filles et sept garçons, pour le meilleur et pour le pire ?

Nous n’avons pas pu épargner nos mères, nos grands-mères ; nous pouvons éviter à nos filles de s’auto éduquer, d’être victime de notre hypocrisie suicidaire face à la question de l’avortement. Alors, ayons le courage et l’honnêteté de faire un pas, un grand pas : parlons-en !

Kemba Ranavela

Mbolatiana Raveloarimisa

Michèle Rakotoson

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Dans la mer

Toutes les Sociétés de Géographie, vraiment savantes par conséquent, à l’exclusion de celles de Bochie, sont saisies de la question de fixer l’étymologie de certaines îles de la mer.

Notamment, notre îlot tamatavien, célèbre dans nos fastes maritimes, a l’honneur de se faire arracher leurs quatre cheveux aux vénérables docteurs de ces vénérées Sociétés.

Doit-il être appelé l’îlot Prune ou l’île aux Prunes ? Les Boches qui y avaient été internés en août 1914 avaient tourné la difficulté ; se rappelant l’hospitalité large que ces bons Français leur avaient assurée à Madagascar et considérant le long développement des côtes madécasses, ils avaient décidé entre eux de ne plus appeler la Grande Île que l’île aux Poires !

Poire ou prune, nous avons un îlot qui n’a guère servi jusqu’à présent qu’à naufrager les pauvres bateaux en fugue devant la tempête.

Il s’agit de lui donner une destination pratique autant que définitive.

J’ai pu avoir quelques instants sous les yeux un projet préparé dans les bureaux arcanéens de l’un de nos services les plus utiles.

Il est question d’employer les déblais du très futur port de Tamatave à la construction d’une îlette jumelle ; elle recevra le nom de l’île aux Dattes ou de la Date ; après la guerre, la clique Hohenzollern sera conduite là à perpétuité ; les pruneaux seront réservés aux mâles et les dattes aux femelles ; comme il sera entretenu dans le canal de séparation des deux îles une quantité de requins de l’espèce la plus vorace, pruneaux et dattes ne pourront plus jamais communiquer ensemble.

Ainsi s’éteindra la lignée maudite de toute l’humanité ; et ainsi se réalisera la grande politique du président Wilson !

Le passant.

Le vola-alika à Tananarive

Le vola-alika est, quand il y en a, délivré aux caisses publiques et aux premiers arrivants.

Ce sont des indigènes qui se prétendent envoyés par des Européens. Il serait sage que chacun de nous donne un bon à l’émissaire envoyé, afin d’éviter que le vola-alika ne fût encore monopolisé par des indigènes faisant une déclaration imaginaire.

Ce sont ces bougres-là qui détiennent la monnaie blanche. Efforçons-nous de ne point laisser l’autre tomber entre leurs mains.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : le café n’a pas d’odeur

Au début, c’était peut-être par amour du café, du vrai. Pour le plaisir de siroter cette boisson qui peut être corsée, plus légère, frappée, glacée. Mais ça, c’était avant. Maintenant nous avons la tradition du café pour service heu… mérité. Ne perdons pas de temps à discuter du mérite des uns et des autres, cela pourrait nous emmener trop loin… Revenons au café d’aujourd’hui. Il n’a plus l’arôme, ni le goût du café qu’autrefois on vous offrait. Aujourd’hui, on vous le demande et ce n’est pas pour le partager avec vous. Vous n’en buvez pas ? Là n’est pas la question. Vous connaissez ce café pour le glisser parfois, souvent, entre un permis de conduire et une carte de visite technique. A la prochaine rencontre avec un amateur de café, proposez-lui donc une tasse de thé. Vous me direz s’il a le sens de l’humour.

 

News Mada0 partages

3MA : « anarouz », au top des charts internationaux

Le groupe 3MA, composé de Ballaké Sissoko (Mali), Driss El Maloumi (Maroc) et Rajery (Madagascar), est actuellement en pleine tournée internationale pour la promotion de son deuxième album intitulé « Anarouz ». Sorti officiellement au mois de novembre dernier, ce nouvel opus séduit déjà à l’international, et se trouve au top de quelques charts.

Dès qu’il a entendu la bonne nouvelle, Rajery n’a pas pu se retenir et a tout de suite partagé son bonheur sur les réseaux sociaux. En effet, le dernier album, «Anarouz», du  groupe est de plus en plus reconnu à l’étranger. Pour commencer, «The New York Times» a annoncé officiellement, le 19 janvier dernier, les dix morceaux les plus remarquables, selon Pop critics de ce journal. Ainsi, le titre «Moustique» de 3MA se trouve à la cinquième place après des morceaux tels que «Mannish Boy» de Jimmy Hendrix, ou encore «Queen» de Tracey Thorn…

Une bonne place au rang mondial

Le groupe a également remporté la première place du classement Transglobal World Music Chart. Il a détrôné ainsi le fameux Boubacar Traoré qui a tenu la première place depuis l’année dernière. Notons que l’objectif de cette plateforme est de critiquer chaque album adoptant le genre musique du monde et d’élire ensuite chaque mois les meilleurs opus.  Puis, vers la fin de chaque année, une récompense spéciale est attribuée à l’artiste ou groupe qui a su garder les meilleurs classements. Et cerise sur le gâteau, le groupe se trouve à la cinquième place du classement mondial dénommé «World music chart Europe».

En tournée en France

Rappelons que 3MA est actuellement en France. Après avoir été en Belgique la semaine dernière, ensuite à Kergrist-Moëlou et à Beaupréau, ce soir, il assurera une soirée à Faches-Thumesnil.  Et enfin, il clôturera sa tournée européenne, le 27 janvier, au Chalon sur Saone et, le 28 janvier, à Saint-Leu-la-Forêt. Le secret de ce groupe est d’abord de posséder trois cultures différentes, le Mali, le Maroc et Madagascar, d’où le nom du groupe 3MA. Et par rapport à son premier album «3MA» sorti en 2008, ce deuxième opus est plus recherché vu qu’il fusionne les sons authentiques de ses instruments de prédilection, à savoir le oud, la kora et la valiha.

Holy Danielle

Ino Vaovao0 partages

MORONDAVA : Inefatra nidiran’ny dahalo ny kaominin’i Befasy tao anatin’ny herinandro roa

Poa-basy tsy nifandrenesana ny fidiran’ireo malaso tao an-toerana sady nampitandrina fa izay mivoaka ny trano dia rarafany ny tifitra ka tsy nisy sahy nivoaka ny mponina izay sisa niandry tanàna. Nanamafy ny hidin-trano aza no nataon’ireto farany, raha ny vaovao azo. Nanao izay danin’ny kibony ireo andian-dahalo nirongo fitaovam- piadiana ary nofefen’izy ireo ny valan’omby tao an-tanàna. Naharitra ora maro ny poa-basy ka nirifatra nandositra ny omby rehetra.

Omby enina ihany no lasan’ ireo malaso tamin’ireo omby telopolo tao ambalan’i Tsiraitra, raha ny fampitam-baovao ihany. Noho ny poa-basy tsy nifandrenesana dia tsy nisy sahy nivoaka na nanohitra ireo mpitandro filaminana miasa ao an-toerana sy ireo nanampy avy any Morondava. Voalaza fa mbola betsaka ny omby ao amin’ny kaominin’i Befasy ka izany no mahatonga ireo malaso manao hazalambo ny omby ao an-toerana. Inefatra niverenan’ny dahalo ity tanàna ity nanomboka ny voalohan-taona izay. Raha ny fampitam-baovao voaray, ny alatsinainy teo dia efa nampahafantatra mialoha ny fahatongavany ireo olon-dratsy tamin’ny fanaparitahana “tracte” tao an-tanàna. 

Avy hatrany dia nampandre ny tompon’andraiki-panjakana tao Morondava ny ben’ny tanànan’i Befasy. Rehefa tonga tany amin’ireo mpitondra fanjakana tao an-toerana ny fitarainana dia nandray fepetra ireto farany ka nandefa zandary 11 lahy nanampy laharana izay miasa any amin’ilay kaominina lasibatra. Voalaza ihany fa efa nandositra niala ny tanàna avokoa ny an-kabetsahan’ny mponina tao Befasy ny alin’io kinanjo tsy tonga akory ireo malaso.

Tebiteby lalandava no iainan’ny mponin’i Befasy amin’izao fotoana satria anjakan’ny asan-dahalo tanteraka ny tanànan’izy ireo.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FANIMBANA FEFY TEO AMIN’NY BOIS SACRE : Nanolo-tena tao amin’ny Kaominina ilay teratany karàna

Noraisin’ny ben’ny tanàna tao an-toerana ny lehilahy ary nilaza fa handray ny andraikiny amin’ny fanamboarana ny zavatra nosimbainy ny tenany. Tsy nandà izany anefa i Moktar Andriantomanga, ben’ny tanànan’i Mahajanga ity fa nanaiky ny fandraisana andraikitr’ity nahavanon-doza ity satria zava-dehibe ny fahatsapany tena tonga nanolo-tena tao aminy.

Raha tsiahivina, ny sabotsy alina hifoha sabotsy teo dia nisy lehilahy teratany karana iray nitondra fiara tsy mataho-dalana nirimorimo mafy avy tany Mahajanga be tsy nahatana hisatra ka nifatratra teo amin’ny rond-point Bois Sacré. Potika tanteraka io toerana mba haingon- tanàna io tamin’izany. Nandositra ity nahavanon-doza ity tamin’izany, anefa  tsikariny fa nisy nahita ny zavatra nataony. 

Araka ny fitantaran’ilay olona nanatri-maso dia mamo ny fahitany io teratany karàna io tamin’io fotoana io ka noho ny tahotra no mety nampandositra azy. Ampitson’ iny dia nivoaka vaovao tao an-toerana ny loza nataony ka mety izay ihany no nahatonga azy nanolo-tena teny amin’ny biraon’ny Kaominina sady efa teo am-pikarohana azy ihany koa ny mpitandro filaminana tao an-toerana. Efa eo am-panavaozana ny rond-point ankehitriny ny kaominina any an-toerana ka ho zava-baovao indray no ho hitan’ny mponina eto Mahajanga ato ho ato.

Pounie   

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Fiara iray namoa-doza nandratra zaza telo avy nianatra teo amin’ny lalana Pk7

Rava avy nianatra ireto zaza ireto ary namonjy fodiana no izao tra-doza izao. Araka ny fitantaran’ireo nanatri-maso dia tsy hoe niampita ny arabe akory ireo ankizy ireo no voadonan’ilay fiara, fa manaraka ny lalan-tany izay fandalovan’ny mpandeha an-tongotra.

Tsy fantatra mazava ny nahazo ilay vehivavy nitondra ilay fiara fa nivandravandra tamin’io lalan-tany io avy any ambony Scama. Nandona  ireny etazera fitaratra fivarotana mofomamy ireny vao nifatratra tany amin’ ireo zaza ary nidona tamin’ny tambohon’ny lisea teknika vao tafajanona. Heverina ho fahatapahan’ny hisatra na koa mbola tsy zatra amin’ny familiana ny mpamily ilay fiara araka ny nambaran’ireo nahita maso hatrany.

Tsy vitan’izany fa nandositra avy hatrany ilay ramatoa nitondra ilay fiara, izay heverina fa mety fiarovan-tenany amin’ny fahatezeram-bahoaka. Mbola tsy mahatsiaro tena hatramin’izao ora anoratanay izao ilay ankizivavy 12 taona atao hoe Sheila izay tena voa mafy. Ahiana ny fahasalamany fa mbola manaraka fitsaboana akaiky ao amin’ny hopitaly izy. Araka ny valin’ny fitarafana natao no nahafantarana fa misy vaky ny taolana amin’ny "bassin" sy ny lohan’ity zaza ity.

Ilay zazalahikely 11 taona atao hoe Joris kosa indray dia voadona tamin’ny kirandrany ka misy vaky ny taolana amin’ny vatany. Fa ilay zazavavy 13 taona atao hoe Anissa dia mahatsiaro manaintaina mafy amin’ny lohany sy tratrany. Tamin’ny fitarafana natao tamin’ity farany no nahafantarana fa mibontsina ny ao anaty betrony noho ny dona mafy nahazo azy. Mbola samy manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly manarapenitra ireo kilonga madinika izay tratra ny tsy nampoizina ireo. Hatreto aloha dia mbola ireo ray aman-drenin’ny naratra ihany no niantoka ny lany rehetra fa ilay nahavanon-doza mbola tsy nipoitra akory.

Araka ny fantatra dia dimy ireo zaza ireo no niara-dia fa ny roa hafa dia navitrika nahita ny fivandravandran’ilay fiara nanaraka lalan-tany ka tafatsoaka. Noentina ao amin’ny faritry ny polisy ilay fiara ary mbola nahitana ireo antontan-taratasy mombamomba an’ilay vehivavy nandona ireo zaza ireo. Efa misokatra ny fanadihadiana mahakasika ity raharaha ity fa ho fantatra miandalana eo izay mety ho tohiny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FAMPIDIRAN-JIRO TSY MANARA-DALANA : Mpiasa 50 nidina any Antsiranana

Hanadiady momba ny fampidiran-jiro amin’ny tokantrano sy orinasa tsy manara-dalàna no anton-dian’izy ireo, araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra ao amin’ny Jirama.

Tafiditra amin’ny fanarenana ity orinasa ity izany, hoy ireto farany Manoloana ny hamaroan’ireto mpiasa miisa 50 be  izao ireto anefa  tsy vitsy ny mpanara-baovao mametra-panontaniana ny amin’ny tena anton-dian’izy ireo. «  Mandalo fotoan-tsarotra hono ny orinasa Jirama nefa tsy mampaninona ny mpitantana an’ity orinasa ity ny mandefa mpiasa miisa 50 be izao avy any Antananarivo. Mazava ho azy fa tsy maintsy mahazo tambin-karama ireto iraka avy any Antananarivo ireto ankoatra ny tombontsoa hafa. 

Midika izany araka ny fahitanay azy fa manam-bola ihany ny orinasa Jirama. Fa angaha aty Antsiranana no tena ahitana fampidiran-jiro amin’ny tokantrano tsy manara-dalàna ka mahatonga ny fandefasana mpiasa maro be tahaka izao sa misy antony hafa  ?  », hoy ny fanazavana nataon’ny mpampianatra misotro ronono iray any Antsiranana. «  Tsy azo lavina fa misy manao fampidiran-jiro  tsy manara-dalàna aty Antsiranana tahaka ny any amin’ny faritra maro hafa eto amin’ny firenena. Fa araka ny fitarainan’ny mpanjifa maromaro misy amin’ireo iraky ny tompon’andraikitry ny orinasa Jirama avy any Antananarivo ireo no manao fanendrikendrehana fotsiny mba hahazoana vola amin’izy ireo.

Matetika dia lazain’ireo mpiasan’ny Jirama ireo fa tsy mazava ny kaonteran’ny jiro ampiasain’ny mpanjifa, ohatra, ka terena hamoaka vola ireto farany  raha tsy izay dia ho sahirana. Izany ve mba rariny  ?  », hoy ity farany hatrany. Nohamafisin’ny mpandraharaha sasany izay nanontanianay momba ny fomba fiasan’ny iraky ny Jirama ireo ny voalazan’ity raimandreny ity.

Mbola manjaka ihany  ny delestazy

«  Lazaina foana fa fanarenana ny orinasa Jirama no tena antony anaovana fanaraha-maso ny fampidiran-jiro amin’ny tokantrano tsy manara-dalàna nefa tsy ahitam-bokatra hatramin’izao. Mbola manjaka ny delestazy aty Antsiranana  ary tsy mitsahatra miakatra ny faktioran’ny herinaratra isan-tokantrano aloa amin’ny Jirama. Izay ny zava-misy na dia tsy mahafaly ny sasany aza  », hoy ny tompon’andraikitra iray ao amin’ny fikambanana miaro ny zon’ny mpanjifa  any an-toerana. «  Na izany na tsy izany, tsara ny manamarika fa tsy ny mpiasan’ny Jirama avy any Antananarivo rehetra no manana fomba fiasa tsy mendrika. Misy amin’ireo mpiasan’ny Jirama eto Antsiranana ihany koa manana izany fomba ratsy izany », hoy ity farany.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBINANIROA – AMBALAVAO : Nanao jery todika ny taona 2017

Ny herinandro lasa teo no nanatanterahana izany, izay fotoana ihany koa nanolorana mari-pankasitrahana ireo nahavita be teo amin’ny sehatra samihafa. Olona enina araka izany no nisitraka izany ka nisy tamin’izy ireo no avy ao amin’ny kaominina ihany ary nisy ny mpampianatra. 

Marika ihany izany ho fanehoana ny fahamendrehan’ireo ray aman-dreny ireo mandritra ny fanatanterahana ny andraikiny sy ho fampirisihana amin’ny asa ataon’izy ireo ihany koa. Nandritra izany fotoana izany ihany koa no nanaovan’ny ben’ny tanàna jery todika ny taona 2017. Fantatra àry izao fa mbola vonona amin’izay mety ho fiaraha-miasa rehetra ny kaominina Ambinaniroa, toy izay efa hita tamin’ny taon-dasa. 

Tsy nohadinoin’ny ben’ny tanàna ihany koa ny nanentana ny rehetra mba hifanohana hatrany amin’ny asa sy ny hetsika rehetra atao ho fampandrosoana. Hijery akaiky ny fiainan’ny vahoaka ny mpitantana ny kaominina, indrindra amin’ny fanarenana ny fahavoazana nateraky ny rivodoza Ava farany teo. Ity farany izay nanimba hatrany amin’ny 70%-n’ny voly, toy ny voly voanjo any amin’izany kaominina izany. Nanolotra omby iray ho nofon-kena mitam-pihavanana ny ben’ny tanàna nandritra izany fiaraha-mifaly izany.

Mandeha ny fanarenana ireo sekoly rava

Araka ny fanazavana dia efa mandeha ny ezaka eny ifotony ho fanarenana ireo takaitra navelan’ny rivodoza Ava, indrindra ho an’ireo niharany nivantana. Tafiditra ao anatin’izany ireo trano sekoly any amin’ny kaominina ambanivohitra rehetra any. Saika ireo herim-pon’ny ray aman-dreny no nananganana azy. Iray amin’ireo rava, ohatra, ny trano fianaran’ny mpianatra ao Tsaramandroso ao amin’ny kaominina ambanivohitr’Iarotsena. 

Efa niharan’ny fahasimbana tamin’ny rivodoza teo aloha ity sekoly ity hany ka simba tanteraka nony tratra fanindroany. Nanapa-kevitra ny hanorina hafa avy hatrany ireo tompon’andraikitry ny sekoly sy ny fokonolona tamin’ny fananganana trano misy efitra telo. Ireto farany izay heverina handraisana ireo mpianatra miisa 68 ao aminy. 

Nanambatambatra ihany koa ary nandom-baravarana ireo mpitondra isan’ambaratongany ny mpiandraikitra ny sekoly mba hamitana haingana ny asa. Manoloana izany dia nanohana ny antso ny ben’ny tanànan’Iarotsena sy ny solombavambahoaka avy any amin’iny faritra iny ka nanolotra fanitso 20 isa hanafona ny trano sy fitaovana maro samihafa ilaina amin’ny fanamboarana izany. 

Lucien R.       

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITE IUGM MAHAJANGA : Mielim-patrana hatrany Betsiboka sy Sofia ny ivon-toeram-piofanana

Mizotra antsakany sy andavany ny fampianarana mifandraika amin’ny fitantanana sy fandraharahana ao amin’ ity ivon-toeram-pampiofanana iray nijoro an-taonany maro teto Mahajanga ity, izay efa namoaka mpianatra an’arirvony ka efa tonga eo amin’ny fitantanan-draharaha ambony isan-tsokajiny eto Madagasikara, noho ny maha avo lenta ny teknikam-pampianarana nomena azy ireo nandritra ny fiofanana natao tamin’izany.

Nanambara moa i dokotera Rakotozarivelo Phillipien fa tsy hionona fotsiny amin’ireo faritra efa misy ity Iugm na ny institut  universitaire de gestion et de management ity ny tenany fa mbola hisandrahaka any amin’ireo faritra hafa ihany koa raha mahatery ny tanora izany. Etsy andanin’izay dia vita kosa ny soutenance de mémoire na ny famelabelarana ny voka-pikarohana ho an’ireo mpianatra nanao izany teto Mahajanga ka tao amin’ny efitrano voatokana ho an’ny ’Iugm Kakal Mahajanga be no nanatanterahana izany. 

Mpianatra vao nahavita ny fandalinam-pahaizany momba ny maîtrise en gestion niarahana tamin’ny oniversiten’i Toamasina no efa nahavita izany hatramin’iny desambra tamin’ny taon-dasa iny. Tsy ho ela dia efa hisokatra indray izany ny fisoratana anarana vaovao ho an’ireo mpianatra liana amin’ity lalam-piofanana ho an’ny fahaiza-mitantana ity, izay tsy voatery ny handranto fianarana any an-toeran-kafa intsony, satria voafehy eto Mahajanga izany ary ny avy any lavitra koa aza dia tonga aty daholo mila ravinahitra amin’ity anjerimanontolo iray ity.

INVMGA

Madonline0 partages

Produits Tiko : L’Etat procède à la saisie

Le magasin Magro AAA, principal distributeur des produits Tiko.

Pour mettre un terme aux activités de la société AAA, qui a repris la marque et les activités de la société Tiko, fondée par l’ancien président, Marc Ravalomanana, l’Etat a décidé d’enclencher la vitesse supérieure, en procédant à la saisie des produits.

« Malgré l’ordre de fermeture, nous soupçonnons la société Triple A de continuer à produire illégalement. Aussi, avons-nous décidé de procéder à la saisie des produits », a expliqué le préfet de la région d’Antsirabe.

Les autorités ont initialement reproché à l’entreprise de ne pas disposer de permis environnemental. Mais le Directeur général de la société AAA n’y voit qu’un prétexte. « Toutes les démarches que nous avons initiées auprès des différents départements ministériels concernés ont été tout bonnement ignorées », a rétorqué Lanto Rabenatoandro. « Le forcing des autorités pour procéder à la fermeture de notre réseau de distribution et de notre usine conduira à la perte d’environ 900 emplois», continue le Directeur général.

C’est en 2016 que la société agroalimentaire fondée par l’ancien président a repris ses activités après sept ans de suspension à la suite du saccage de ses usines et de ses locaux durant le coup d’Etat de 2009. Les produits Tiko ont été déjà visibles sur les étals des épiceries et des grands magasins depuis quelques mois. Mais actuellement, toutes les mesures vont être prises par les autorités pour empêcher la vente de ces produits.

De nombreux camions ont été fouillés sur la route nationale 7 pour vérifier s’ils transportaient des produits qui sortiraient de l’usine de Tiko située à environ 150 kilomètres au sud de la capitale. Les employés de la société et les sympathisants de Marc Ravalomanana y voient un acharnement contre l’ancien président, devenu un opposant aux dirigeants actuels, et qui affiche clairement sa volonté de se porter candidat à la prochaine élection présidentielle à Madagascar. Les membres du parti de Ravalomanana, le TIM, voient dans la fermeture de Triple A « une décision économique à visée politique qui nuit au développement industrielle dans le pays ».

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomezana ho an`ny traboinaMbola azo atokisana ve ny BNGRC ?

Nirarakopana ny fanampiana ho an`i Madagasikara rehefa miditra amin`ny taom-pahavaratra dia matetika misy ny loza voajanahary hitranga amin`ny vahoaka. Ohatra tamin`ny fandalovan`ny AVA, maro ireo vondrona na fikambanana eto an-toerana na iraisam- pirenena nanome fanampiana natolotra ny BNGRC na biraom-pirenena misahana ny loza voajanahary izay rafitra hitantana ny fitsinjarana amin`ny traboina.

Ny zava-mitranga anefa dia toa tsy mipaka mivantana amin`ireo traboina ireo fanomezana. Raha tsiahivina, tsy tambo isaina ny raharaha nifamahofaho mahakasika izany toy ny fanomezan`ny mpanjakan`Dubai izay nokasaina atao lavanty na koa ireo vary natolotry  ny firenena japoney ho an`ny Malagasy izay natonta teny amin`ny tsenan`Anosibe. Ankoatra izay, tsy mahay mitantana sy mandrindra ny asa sahaniny ny BNGRC. Miandry ny fiavin`ny loza dia mandray fanampiam-bazaha sy mizara izay tonga eo aminy sisa no ataon`ity sampandraharaha ity. Tsabahin`ireo tompon`andraikitra eo anivon`ny prefekitiora sy ireo lehiben`ny faritra izay mazàna HVM ny fitantanan`ireny fanampiana ireny koa aza gaga raha miaina ao anaty ny gaboraraka isika. Ny herinandro lasa teo dia nanolotra fanaomezana ho an`ny mponina tany Mahajanga ny mpanjakan`Maraoka kanefa dia tsy nisy ny fankasitrahana ofisialy nataon`ny governemanta. Hita taratra aloha fa manaratsy endrika ny fanjakana malagasy amin`ny firenena vahiny izao fanodinkodinana entana fanampiana ho an`ny traboina izao. Dia sanatria ve lasa fitaovana politika ireny fanomezana ireny fa ankatoky ny fifidianana ? Ho avy amin`izay ny fihetsiketsehana maro hataon`ny filoham-pirenena mivady etsy sy eroa amina asa sosialy ka ireny entana fanampiana ireny ihany no hatolotra ho an`ireo traboina na ireo mponina eny amin`ireny faritra sahirana ireny. Mampiahiahy ny zavatra mitranga toy izao ka miteraka tsy fatokisana ny BNGRC ny tsy fanatanterahana ny teny nomena an`ireo mpanome fanomezana ho an`ny traboina.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanesorana mpikamban’ny SECES“Tsy manan-kery ny latsa-bato miafina”

Manoloana ny vaovao mikasika ny raharahan-tokantranon’ny sendikan’ny mpampianatra-mpikaroka sy ny mpikaroka-mpampianatra na SECES, nivoaka tamin’ny haino aman-jery ny 12 janoary 2018 sy mba tsy hisian’ny savorovoron-kevitra ao amin’ireo mpikambana ny SECES rehetra manerana ny Nosy, dia mitondra fanazavana ny birao nasionalin’ny SECES ahitana an’Atoa isany Ralambomanana Dimby, Randrianasolo Rivoarison ary Randrianomanana Bruno

izay manamafy fa samy mpikambana feno ao amin’ny birao nasionaly, lany tamin’ny fifidianana nandritra ny kongresy nasionaly, tany Mahajanga ny 18 sy 19 septambra 2017, rafitra ambony indrindra ao amin’ny SECES. Mbola mitazona sy manohy ny andraikiny sy ny adidy nankinin’ny mpikambana manerana ny Nosy izy ireo. Ny latsa-bato miafina nataon’ny sampana iray ny 11 janoary 2017 dia tsy manan-kery satria tsy voafaritra ao anaty sata sy ny fitsipika anatiny SECES, raha ny fanazavana. Miantso ny fahendren’ireo mpitarika sasantsasany ao amin’io sampana io, izay nampamoaka anaran’olona an-gazety tsy hamerina izany intsony, satria sady manala baraka ireo olona voatonona anarana, no manimba ihany koa ny firaisankinan’ny SECES manerana ny Nosy, hoy ireo mpikamban’ny birao nasionaly. Mampahatsiahy fa azo henjehina araka ny lalàna velona eto ny toy ireny, indrindra fa zavatra maro tsy marim-pototra sy henatra eo amin’ny fiarahamonina no tanisaina tsy misy porofo, hoy ny fampitam-baovao. Isika no vato nasondrotry ny tany, ary fitaratra amin’ny fahaizana amam-pahalalana, hoy ireo mpikamban’ny birao nasionaly ireo ka aoka hitandro toy ny anakandriamaso ny tena antom-pijoroan’ny SECES fa tsy hanahy vary sy hanely tsaho. Mampatsiaro koa ny birao nasionaly SECES fa tsy azo atao ny manao fisandohana grady (usurpation de titre), toy izay atao amin’ny fanaovana sonia ireo fanambarana, amin’ny alalan’ireo serasera maro izay niseho tato ho ato. Izay rehetra notakian’ny SECES, teo ambany fitarihan’ny filoha nasionaly sy ny birao miaraka aminy, dia tanteraka avokoa. Ny fikarakarana ireo zoky raiamandreny sisa no dingana eo amin’ny sehatra nasionaly ka nahoana no misy ireo mahasahy manaratsy sy mamingana ny namana mpiara-mitolona ? hoy ny SECES nasionaly. Nankasitraka ny fankaherezana sy ny fanohanana avy amin’ny mpikambana maro manerana ny nosy, izay miisa an’arivony maro ny birao nasionaly. Mafampana ny resaka politika ary antomotra ny fifidianana, ka tsy hay na misy hifandraisany amin’izany ny olana anatin’ny SECES mifandraika amin’ny resaka fitakiana. Misy ny efa mirona amin’ny resaka kajy politika, hoy ny sasany, ka izay no mety ho antony tsy mampitovy hevitra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Herim-pamotehana an’i Gasikara

Hery vaovao ho an’i Madagasikara ! Io no teny faneva nentin’ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina nirotsaka hofidiana filoham-pirenena tany amin’ny taona 2013. Feno 4 taona katroka anio ny nitondrany an’i Madagasikara, ka ny rehetra no afaka hamaly hoe: hery vaovao tokoa sa herim-pamotehana an’i Madagasikara?

Ho azy sy ny mpanara-dia azy, dia manga ny lanitra tao anatin’izay fotoana izay. Ho an’ny vahoaka Malagasy kosa dia fay sy tofoka tanteraka ary tsy te hiherika azy satria ilay filoha noheverina, fa hanala ny firenena tao anatin’ny lavaka mangitsokitsoky ny fahantrana nateraky ny krizy lalina vokatry ny fanonganam-panjakana no vao mainka nampitombo avo 10 heny ny fery sy ratsy nataon’ireo nodimbiasany. Ara-bakiteny tokoa ny hoe tarana-boanjo foto-boanemba satria taranaky ny mpanongam-panjakana tamin’izany ihany no nandimby azy na nifanilika sy nifanjevo aza taty aoriana. Ilay noheverin’ny Malagasy ho rotsak’orana hanamando ny voly, izany hoe hanavotra azy ao anaty gejan’ny fahasahiranana no zary hain-tany nikaoka ny tany satria vao mainka nihombo ny fahorian-dRamalagasy. Mandranitra, migafy, mamoritra, mamotika,… izay no laharam-pahamehana, indrindra amin’izao ankatoky ny fandaozana ny fahefana izao.  Toa zary fahavalon’izao tontolo izao satria ny Malagasy efa tofoka sy leo. Ny vahiny efa mively kanonta ankolaka, saingy mbola manantena fatratra moa, fa hahomby ny famoretana sy ketrika maizina tadiavina hatao eto. Efa andron’ny fahazavana sy ny fifohazam-panahy ho an’ny Malagasy izao, ka hatao veloma tsy ho ela ny herim-pamotehana an’i Madagasikara.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Kolikoly avo lenta ao amin’ny fitsaranaMiantso ny CSM hanadihady ny SMM

Tsy mbola milamina ny raharaha Houcine Arfa sy ny ampamoaka isan-karazany nataony. Tsy misy afaka ny hitompo teny fantatra aloha hoe marina ny nambarany sa diso ? Torak’izany koa ny nolazain’ireo manampahefana Malagasy voatonontonona, ka ny fanadihadiana lalina ihany no hamaritra ny tena marina.

Voatonona tao anatin’ny raharaha ny minisitry ny fitsarana Malagasy, izay nambaran’io vazaha tokony higadra 3 taona eto amintsika io, fa nomeny 70 000 Euros ho saran’ny fanafahana azy. Torak’izany ihany koa ny tonia mpampanoa lalàna, izay nambaran’io vazaha io fa nandray 30 000 Euros, kanefa samy nandiso izany avokoa ny roa tonta. Mangataka fanadihadiana lalina ataon’ny Filankevitra ambonin’ny mpitsara na ny CSM ny eo anivon’ny Sendikan’ny mpitsara na ny SMM, mba hivoahan’ny tena marina momba ity ahiahina kolikoly avo lenta mahakasika olona ambony eo amin’ny tontolon’ny fitsarana eto Madagasikara ity. Mbola mpitsara am-perinasa rahateo ny minisitra Rasolo Elise Alexandrine, izay efa nangatahan’ny SMM ny fametraham-pialany mba hahafahan’ny fanadihadiana malalaka handeha sy tsy hisian’ny fitanilana na ilay antsoina hoe: “terrain neutre”. Torak’izany ihany koa ny tonia mpampanoa lalàna Razafimelisoa Odette Balsama. Re ihany koa fa misy olona hafa mbola tafiditra sy ahiahiana ao anatin’ny raharaha. Efa mandeha ny fanadihadian’ny Bianco ary andrasana ny an’ny CSM, ka raha tena tafiditra ao anatin’ny raharaha maloto tokoa ireo mpitsara, dia voaroaka sy migadra raha tena ampiharina ny lalàna. Ny minisitra Rasolo Elise Alexandrine anefa dia efa nivaky fa mahatoky azy ny filoha sy ny praiminisitra. Ny filoham-pirenena no filohan’ny CSM, ka tsy hohenoina izany ve ny fangatahan’ny SMM ? Toa lasa any amin’ny lafiny politika ny raharaha, raha toa ka resaka teknika sy fanadihadiana lalina tsy misy fitanilana no tokony atao.

Toky R                                                                                 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana HVMAfabaraka tanteraka eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena

Tsy maharototra ny mpanara-baovao loatra intsony ny fanazavana nomen’ny minisitry ny fitsarana, Rasolo Elise Alexandrine, mikasika ny valin-teniny ny alahady teo momba ny fiampangan’ilay teratany frantsay nandositra ho nanao kolikolina 70.000 Euros taminy.

Tsy novalian’ny minisitra nivantana rahateo ny mikasika ny fandraisana na tsia io vola io. Nanaitra kosa ny fehezanteny hoe « Mbola matoky ahy ny filoham-pirenena sy ny praiminisitra », izay toy ny milaza ambadika fa tsy hametra-pialana izy na efa nangina herinandro aza taorian’ny fiampangana ny tenany. Sao dia izay ihany koa ary no mahatonga ny praiminisitra, Mahafaly Solonandrasana, mamerimberina lalandava fa matoky azy ny filoham-pirenena na dia teo aza ireo fiampangana marobe mikasika ny tenany sy ny minisitera tantaniny malaza amin’ny resaka fanodinkodinana tsenam-panjakana ? Raha ny zava-misy dia miroso hatrany amin’ny fiantsoana fahafaham-baraka ny fitondram-panjakana ankehitriny satria na dia teo aza ny fanambaran’ny minisitry ny fitsarana fa hitory manoloana ireo fiampangana azy dia manao tohivakana kosa ny ampamoaka hataon’ílay vahiny nolazaina fa toriana eo amin’ny sehatra iraisampirenena izay tsy voasambotra hatramin’ízao.

Haino aman-jery iraisampirenena

Hotorian-dramatoa minisitra koa ve ireo haino aman-jery namoaka ny vaovao sy ampamoaka nataon’ity gadra nandositra ity ? Mailaka ery ny minisitry raharaham-bahiny malagasy, Henry Rabary Njaka, nanitrikitrika tamin’ny haino aman-jery fa raha tena lasa any Frantsa tokoa i Houcine Arfa dia tokony hiseho amin’ny fahitalavitra fa any an-toerana. Efa  orinasan-tserasera frantsay malaza 2 dia ny Le parisien sy RTL no namoaka ny vaovao sy nipoirany tamin’ny voalohany. Avy eo niresaka azy koa ny  RFI. Na ahoana na ahoana resahana, maloto tanteraka eo imason’ny sehatra iraisam-pirenena ny fitondrana HVM tarihan’i Hery Rajaonarimampianina. Manam-boninahitra mpitandro filaminana misahana toerana ambony eto amin’ny firenena sy tomponandraikim-panjakana maro ihany koa no re ankehitriny fa niray tsikombakomba tamin’ny famoahana ity frantsay ity teto. Mampametra-panontaniana koa ny mikasika ny filazana fa 25 ihany no mpanolontsain’ny filoham-pirenena malagasy, Hery Rajaonarimampianina, rehefa niely ny vaovao fa isan’ireo mpanolontsain’ny filoha ity bokonozatra frantsay ity. Inona ary no antony tsy amoahana ankarihary ny lisitr’ireo 25 isa ireo.

J. Mirija

La Vérité0 partages

ITM - Lancement officiel de la 7ème édition

Le ministère du Tourisme et l’Office national du tourisme de Madagascar (Ontm) ont annoncé, hier, lors d’une conférence de presse, la tenue de la 7ème édition de l’International tourism Fair Madagascar (Itm) qui se déroulera du 31 mai au 3 juin 2018, au village Voara  Andohatapenaka. Cette édition  sera placée sous le thème de l’écotourisme et son pays hôte devrait en principe être l’Afrique du Sud.  Ambitieux. Les organisateurs de l’Itm se sont focalisés sur les feed-backs reçus lors de l’édition 2017 afin d’améliorer et faire de l’édition 2018 une réussite totale. « En 2017, le salon a été organisé pour la première fois au village Voara Andohatapenaka. Ce changement de site était un virage décisif pour l’évènement.

En bénéficiant d’une large surface d’exposition, la 6ème édition a attiré de nombreux exposants et visiteurs. Et afin de continuer sur cette lancée, la 7ème édition du salon Itm se tiendra sur le même site. Il faut aussi dire que l’Itm 2018 sera beaucoup plus prometteur que la précédente édition », a fait savoir le Pca de l’Ontm, Randriamandranto Joël. La surface d’exposition en question sera constituée de 200 stands, répartis sur 3 espaces : Village Tourisme, Village Découverte et Village Savoir.  Plusieurs innovations s’incrivent au programme de l’édition 2018. Pour les professionnels du tourisme, il y a entre autres l’organisation d’un atelier d’échanges entre les opérateurs issus des îles vanilles et les tours opérateurs internationaux. Des conférences sur le thème de l’écotourisme dans l’océan Indien seront  aussi organisées. Une journée « workshop » entre les exposants et les tours opérateurs internationaux invités se tiendra également lors du salon. Le grand public pourra quant à lui profiter d’un programme riche en animations et découvertes. A cet effet,  il y aura un espace dédié aux loisirs, surtout aux activités  « outdoor » (rafting, parapente, …), des activités auxquelles les visiteurs pourront s’initier.

 Promouvoir le tourisme national

 Dans l’optique de favoriser l’émergence d’un tourisme national accessible à toutes les bourses, un espace sera entièrement consacré aux petites structures touristiques. « Il faut encourager les Malagasy à voyager, à explorer la beauté de la Grande île dans son ensemble. Et ne pas se limiter aux destinations classiques comme les villes d’Antsirabe, de Mahajanga et de Toamasina », a fait remarquer le ministre du Tourisme.  Par ailleurs, un village sera dédié aux 22 Offices régionaux du tourisme (Ort).

 Marinà R.

La Vérité0 partages

L’éclipse « arfaire »

 1er septembre 2016, date de la dernière éclipse solaire totale ou annulaire que la Grande île avait connue. La lune dans sa trajectoire sur l’orbite terrestre cachait totalement durant un certain moment la terre. Le phénomène a été aperçu dans certaines régions de l’île. C’était la petite nuit pendant le jour. Deux ans après, une autre éclipse apparemment totale aussi cache le soleil de l’environnement politique malagasy. L’éclipse porte le nom de « arfaire » du patronyme d’un certain Noucine Arfa, un Franco-algérien, ancien conseiller auprès de la Présidence, proche parmi les proches du Chef de l’Etat qui, par magie, réussit à s’évader des geôles du pays et rejoignit son pays, en France. Au stade actuel des faits, personne n’est pas en mesure de déterminer exactement les détails des voies et les moyens par lesquels il a réussi son « exploit ».

En tout cas, les faits sont là et le régime commence à trembler. Par ailleurs, l’affaire Houcine Arfa porte ombrage sur certaines réalités choquantes ainsi que sur les grands dossiers pendants de l’heure. Contre toute attente, le régime souffle un peu car tous les feux des projecteurs se détournent ailleurs. La déflagration de la bombe Houcine Arfa relègue au second plan les effets cyniques de la pauvreté, souffre douleur, au quotidien du peuple malagasy. L’ «affaire » défraye les chroniques. L’escalade, sans frein, de l’inflation passe, elle aussi, inaperçue. Au marché, les prix des produits de première nécessité (ppn) et ceux des légumes s’envolent et atteignent le niveau impensable ou intolérable. Les prix affichés sont, tout simplement, hors de portée de la frileuse bourse du commun des mortels. Tandis que les effets délétères de la tempête cyclonique Ava perdurent, le tout pour cacher la turpitude du régime. Ainsi donc, on n’en parle plus ou presque du calvaire de la population. Pour leur part, les dangereux méfaits de l’insécurité, ignorés par les tenants du pouvoir, brisent la fragile sérénité du bas peuple et aggrave le contexte socio-politique déjà invivable au pays. Chacun vit sa tourmente en soi, et cela, dans l’indifférence générale surtout de la part des tenants du pouvoir. Des dossiers sulfureux et compromettants restent dans l’ombre. « Heureusement » pour certains que l’affaire Houcine Arfa soit là pour doubler le …voile. Le crime d’Antsakabary, jeté aux oubliettes, disparait du tableau. Cinq villages ont été calcinés et un décès constaté, le pouvoir en place saisit toute occasion qui se présente pour se faufiler dedans et se contente d’une réponse- tiroir : « l’enquête continue ! »

Le gros dossier impliquant Claudine Razaimamonjy, l’ex- conseillère spéciale du Chef de l’Etat et proche de la première Dame, bénéficie de la faveur de l’oubli, sinon, des manœuvres dilatoires. Son « acolyte », de toujours, Riana Andriamandavy VII, sénateur de son état lui, il jouit du bénéfice de la loi de l’impunité. Monsieur le vice-président du Sénat continue de vaquer à ses fonctions comme si de rien n’était. Et voilà l’affaire Houcine Arfa éclate, les dossiers Claudine-Riana se voient « enfouis », à une profondeur insondable. Les trafics illicites des espèces protégées se développent et passent inaperçues. Les criminels trafiquants profitent de la conjoncture obnubilée par les nuages d’Houcine Arfa, une opportunité inespérée, pour agir en toute quiétude.  Quelle aubaine, cette éclipse « arfaire » ! 

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Ambohibao-Ambohinajahary - La crue bloque la circulation

Actuellement, l’eau arrive au même niveau que la route et entraîne un effondrement à AmbohibaoAmbohijanahary, dans le District d’Ambohidratrimo. Après ces quelques jours de pluie, les usagers de la route dans cet axe  en sont déjà victimes.  En effet, la circulation y demeure difficile voire impossible. Au niveau de l’arrêt de busMamamba, à proximité d’un barrage d’eau, un grandcreux s’aperçoit suite à un écroulement d’une partie de la route. De ce fait, les automobilistes n’ont pas puy passer mercredi soir. Ils ont été contraints de faire un demi-tour et d’emprunter la voie d’Ivato aéroport. 

 

Après que les responsables ont étudié le lieu, des réhabilitations provisoires y ont été effectuées. Il s’agit des travaux de terrassement. C’est ainsi que les véhicules ont pu circuler depuis hier matin. Toutefois, le trafic demeure encore un grand problème. Les voitures doivent passer une par une. Une partie de la route reste fermée jusqu’à ce que les travaux soient achevés.  Pour cette raison, l’embouteillage a été au rendez-vous. Ce qui a fait retarderles usagers dela route habitués à la fluidité de la circulation dans cet endroit. Il a fallu environ une heure pour parcourir le trajet Ambohibao-Ambohijanahary.Par ailleurs, une solution se portant sur l’ouverture du barrage a été proposée par les responsables hiérarchiques pour remédier à ce problème. Or, cette résolution a été refusée par les agriculteurs. Ces derniers sont actuellement en pleinesaison de moisson. 

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Mobilité des personnes handicapées - Des nouveaux équipements dans les « taxis-be »

Des dispositions spéciales. La mise en œuvre du projet « Lamina » ou  « Lalanjotra miaty ny namana », depuis le mois de février 2016, semble porter ses fruits si l’on tient compte des résultats obtenus. Mis en œuvre par l’Ong Lalana sur un cofinancement de l’Union européenne, ce projet de plaidoyer et d’actions a permis d’arriver à une meilleure mobilité des personnes en situation de handicap (Psh). Outre les changements de comportement de nombreux chauffeurs et receveurs des taxis-be, les propriétaires et coopératives ont accepté d’installer des nouveaux équipements dans les véhicules. Ainsi, ces derniers auront très prochainement des escaliers amovibles antidérapants ainsi que des rampes et accroches afin d’aider les Psh à mieux entrer et sortir des bus. « La mise en place de ces équipements aurait dû être effective depuis le 23 janvier dernier, mais à cause des détails techniques, cela se fera au mois de février », avance Jean Louis Emile Rakotoniriana, vice président de l’Union des coopératives de transport urbain (Uctu).  A cela vont s’ajouter les plaques d’indicateur pictogramme avec avertisseur ainsi que des guides-cannes pour les malvoyants.

 

Ces nouvelles installations sont intégrées dans les 4 types de travaux pilotes, mis en œuvre dans un axe urbain et suburbain, à savoir celui reliant 67ha et Ankatso et celui de la ligne G, desservant la ville d’Antananarivo et Fenoarivo, selon les besoins des Psh.  Les infrastructures implantées dans les arrêts de la ligne G sont désormais prêts à l’emploi. Aussi, l’autorisation émanant de la Commune urbaine d’Antananarivo sur la pose des travaux pour l’axe urbain est en cours. 

 Des transporteurs amis des Psh

 Pour récompenser les meilleurs transporteurs ayant un comportement exemplaire envers ces personnes vulnérables, l’Ong Lalana et ses partenaires ont lancé un concours baptisé « transporteurs amis des Psh », en novembre dernier. L’objectif du concours étant d’encourager les opérateurs des transports en commun, ainsi que les préposés, à adopter un comportement digne des Psh, au quotidien. Ceux qui feront preuve de changement de comportement seront récompensés comme il se doit, et en fonction de leur degré d’implication. Pour ce faire, quelques « Taxis-be » de la ville d’Antananarivo, considérés comme échantillon, ont fait l’objet de 10 jours d’observation, depuis le 27 novembre dernier. L’évaluation et la notification concerneront également l’équipage de bord, les coopératives et propriétaires des véhicules. Après les 2 mois d’activité, les méritants ont été récompensés hier, en marge de la clôture du projet « Lamina ». Ainsi, Rabeniafara Randrianambinintsoa et Faly Niaina Randriantsarafara, respectivement chauffeur et receveur au sein du véhicule immatriculé 9158TAU de la coopérative Alpha, sont les lauréats. Le meilleur des véhicules ayant offert un meilleur service étant le n°7286TAC de la ligne 146, coopérative  « Tselatra ». Enfin, des trophées ont été attribués aux « Taxis-be » lauréats sur les services offerts aux Psh. les propriétaires du véhicule n°7841TV de la ligne 105, coopérative Scotat, et celui n°3573TBH de la coopérative Tselatra, étaient les récipiendaires.

« Le projet Lamina a atteint son objectif si l’on tient compte des avancées administratives, notamment les actions de plaidoyers auprès des toutes les entités concernées. Toutefois, les actions ne peuvent s’arrêter d’un coup, d’où la poursuite des contrôles, par exemple dans la mise en œuvre des travaux pilotes lancés, en collaboration avec la Plateforme des associations des Psh. Quant à la continuité du projet, cela dépend de l’appel à manifestation d’intérêt… », conclut Nathalie Rasamison, chef dudit projet.

Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara0 partages

Cherté de la vie : Début de révolte populaire à Tana

Un mouvement de contestation spontané hier à Antaninandro.

Il n’y a eu ni dirigeant politique, ni leader d’opinion qui les ont mobilisés. En effet, un groupe de jeunes et de mères de famille ont manifesté dans la rue hier du côté d’Antaninandro. Les manifestants ont tapé fort dans les assiettes pour se faire entendre. Ils ont exprimé leur ras-le-bol face aux échecs du régime HVM dans tous les domaines. Pour les observateurs, c’est un début de révolte populaire à Tana. Ce mouvement de contestation spontané risque de prendre de l’ampleur.

R. Eugène
Midi Madagasikara0 partages

Fondation Siteny : Les meilleurs élèves de Toliara à New-York

Le député Siteny Randrianasoloniaiko avec deux élèves méritantes de Toliara.

Les trois meilleurs élèves du dernier examen de baccalauréat dans la ville de Toliara vont rejoindre New-York ce jour pour un séjour de deux semaines.

Chose promise, chose due. Le député de Toliara I, non moins Questeur I de l’Assemblée nationale, Siteny Randrianasoloniaiko  réalise ses promesses à l’endroit des plus méritants au dernier examen de Baccalauréat dans la Cité du Soleil. Ces élites tuléaroises sont donc actuellement identifiées. La plus méritante est Onja Pravina. Elle a obtenu son Bac Série D avec une Mention Très Bien. Deux autres filles ont gagné le prix « Coup de Cœur ». Il s’agit de Sarohy Remanevy et Emma Manampisoa Zefania. La première a obtenu son Bac Série D à l’âge de 11 ans, tandis que la seconde qui est la deuxième méritante lors du dernier examen de baccalauréat  à Toliara a actuellement un Bac série C en poche. Les trois Lauréates de Toliara vont mettre le cap sur New-York ce jour. Elles vont passer deux semaines dans la capitale économique des Etats-Unis. « Je suis très contente car le député Siteny pense toujours aux enfants de Toliara. J’encourage les élèves de ma ville à nous suivre car les études sont le seul héritage assuré dans ce monde. », a réagi Onja Pravina. D’après elle, elle va étudier les Maths et l’Informatique à son retour de New-York. « Je veux devenir pilote d’avion. », souhaite-t-elle. Sarohy et Emma n’ont pas également caché leur émotion. « Ce voyage à New-York est un très beau cadeau que nous avons reçu du député Siteny. Cela nous incite à persévérer dans notre bon chemin. », ont-elles souligné.

Depuis 2000. Selon le Questeur I de l’Assemblée nationale Siteny Randrianasoloniaiko, ce n’est pas pour la première fois que sa Fondation investit pour le bien de la population de Toliara. « C’est depuis 2000 que la Fondation Siteny agit dans plusieurs domaines dont l’éducation et les sports. Dans le domaine de l’éducation, ce n’est pas seulement les bacheliers qui ont bénéficié de l’action de ma Fondation. Il y a eu également les élèves qui ont réussi les examens de CEPE et de BEPC que la fondation a envoyés en Grande-Bretagne, à La Réunion et à Maurice. Par ailleurs, la Fondation envoie tous les ans à Tana au moins 300 élèves méritants de Toliara. C’est leur donner la chance de découvrir la Capitale et ses sites historiques. », a expliqué le député de Toliara I. A rappeler que la Fondation Siteny apporte également sa contribution à la promotion de la culture de la partie Sud de l’île à travers son appui aux candidats de la province de Toliara à la compétition « Kopi Kolé ». Interrogé sur les actions sociales qu’il mène au sein de sa circonscription, le député Siteny Randrianasoloniaiko de répondre : « Je n’ai pas d’objectif politique. L’important pour moi, c’est d’aider mes concitoyens, en particulier ceux de Toliara où j’ai été élu député en 2014. »

Recueillis par R. Eugène

L'express de Madagascar0 partages

Ambavahadimangatsiaka – Butin de trente millions ariary dans un hold-up

Un braquage s’est déroulé en plein jour, vendredi dernier vers 9h, et en pleine ville. Une femme d’origine indopakistanaise, travaillant dans un magasin de gros appartenant à l’un de ses compatriotes a été victime d’un coup bien préparé par deux hommes.À peine sortie de son domicile à Ambavahadi­mangatsiaka Antsirabe pour rejoindre son lieu de travail à Avaratsena, la victime a été menacée d’un revolver par l’un des malfaiteurs qui a tout de suite pris le sac contenant la somme de trente millions d’ariary sur elle. Son complice a déjà attendu sur un scooter de couleur bleue juste devant la scène de hold-up. Dès qu’ils ont obtenu ce gros butin, ils ont tout de suite démarré en prenant la direction d’Antsena­kely. L’action n’a duré que quelques secondes si bien que ni les voisins ni les passants n’ont eu le temps de réagir.« Je n’ai rien remarqué sauf la fuite des braqueurs et l’appel au secours de la victime », raconte une épicière, dont le commerce se trouve en face du domicile de la victime. Quelques témoins qui ont vu la fuite des braqueurs ont, de leur côté affirmé que l’arme que l’un des bandits a brandi et qu’il a ensuite porté pour faire peur aux passants n’était même pas un vrai revolver.Les éléments de la police de la route qui réglait la circulation à environ vingt mètres du lieu de l’attaque ont été de suite informés mais ils n’ont pu rien faire à temps.

A. N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Arrestation – Un présumé bandit tué d’un tir à bout portant

Un homme présumé bandit a été tué d’un tir à bout portant, selon les résultats d’autopsie communiqués à la famille, lundi à l’Hjra.

Circonstances floues. Les dires de la police sur le fait que sa cible dénommée Herman était un bandit n’ont convainvu ni la famille ni les voisins. Cette arrestation meurtrière s’est produite à Ankadimbahoaka, samedi en début de soirée. « Le résultat d’autopsie effectuée à l’hôpital Joseph Ravoa­hangy Andrianavalona (HJRA) que le médecin nous a communiqué, c’est que notre proche a été tué d’un tir à bout portant », a indiqué un membre de la famille de la victime. D’après les versions du service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI) de la police nationale, il s’agissait d’une affaire normale. « Cet homme était recherché depuis longtemps. Des renseignements ont été obtenus qu’il était à Ankadimbahoaka ce soir-là. Dans la rue, les policiers de la brigade criminelle (BC) ont fait deux tirs de sommation, mais il a fui en répliquant avec son pistolet automatique. Neutralisé, il est finalement tombé sous les balles de la police », a relaté le chef du SICRI, dans un entretien téléphonique, hier à 16h 45.Ce dernier n’a pas donné une suite plus détaillée à ce coup de filet doublé d’une mort d’homme. « On ne sait pas réellement combien sont les balles relevées sur le corps. En fait, nous nous sommes concentrés sur l’affaire d’Androndrakely (ndlr : arrestation des fournisseurs d’armes aux bandits le jeudi 18 janvier) », a-t-il ajouté.

AuditionQuelques membres de la famille de la victime ont été auditionnés à la brigade criminelle, à Anosy. « Nous avons demandé aux enquêteurs le motif de cette arrestation, mais ils n’ont pas révélé en disant que c’était une affaire classée depuis bien longtemps », a précisé une cousine. Le médecin légiste a également confirmé, selon la famille que cet homme tué n’a jamais pris ses jambes à son cou. Par contre, il a été tué par balles de très près au niveau de son cou, selon les informations recueillies.D’après les témoignages obtenus, Herman sortait d’un cours sur la bible à l’église luthérienne à Isotry, samedi soir. Il est allé garer sa moto au garage des Travaux publics à Ankadimbahoaka lorsqu’il a été froidement fusillé par les policiers de la BC. Cette exécution serait la conséquence d’un différend de deux mois passés entre la victime et un agent de renseignement de la police, son voisin, selon toujours les explications reçues.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Les habitants de la côte Est vus par La Salle

Betsimisaraka, « les nombreux qui ne se séparent pas ». Pour­suivant sa présentation des « Notes sur Madagascar (Côte Est et Imerina) » du traitant Jacques de La Salle recueillies par d’Unienville en 1816, J.-C. Hébert parle de ce peuple après les Antavaratra (revue historique  Omaly sy Anio, premier semestre 1980). Donnant quelques extraits, il rapporte que « le peuple betsimisaraka est très industrieux, commerçant et voyageur, fidèle à ses serments guerriers. Il est gouverné par un chef malate résidant à Foulpointe qui a la prépondérance depuis le cap de l’Est jusque chez les Bétanimènes. Il doit cette prépondérance à ses relations avec les Européens. »Le pays est généralement divisé en districts gouvernés par de petits chefs plus ou moins puissants, mais tributaires de Tsimirelaza, chef de Foulpointe. Ce dernier est « un homme doux, affable et juste, aimé des Blancs et des naturels, mais souvent tracassé par l’envie de quelques autres Malates ». Le territoire fait un grand commerce de riz, de pagnes, de rabanes, d’esclaves venant d’Imerina, de Mahajanga et de Foulpointe même. On y rencontre une centaine d’Arabes, « un chiffre élevé à l’époque et qui traduit l’importance du commerce arabe y est important », indique J.-C. Hébert.Voisins des Betsimisaraka, les Betanimena ont trois chefs, résidant à Ivohitra, affluent de l’Iaroka, à Maromandia et à Manampotsy au Sud. « Ce sont des espèces de républiques toujours en mésintelligence », soulignent les « Notes ». Le nom des Betanimena signifie « beaucoup de terre rouge » qui leur serait venu à la suite d’un combat contre les Betsimisaraka. Ils se seraient enfuis couverts de boue. Hébert déclare que les « Notes » laissent entendre que l’appellation pourrait se référer au caractère pédologique du sol. Il signale que la terre argileuse utilisée dans la fabrication des poteries cuites est très appréciée et ils en font commerce à l’époque. D’Unienville ajoute dans son « Essai sur Madagascar » que « le nom de cette nation lui fut donné par Dian-Zanahar, son vainqueur, qui obligea les hommes à trépigner les rizières d’Hi-Céritet dont ils sortaient couverts de la terre rouge des rizières. »La Salle précise aussi que, depuis le pays de Lamboina et des Sakalava jusque chez les Betanimena, les épreuves de justice se font par le tanguin. Plus au Sud, elles se font par le fer rouge sur la langue.Les Antatsimo, « ceux du Sud » (du pays betanimena) sont gouvernés par différents chefs dont les principaux sont à Mahanoro (qui rend heureux), à Ambodihara (au pied des rochers) et à Sakaleona (situé sur la rivière du même nom). Selon La Salle, ils sont gouvernés comme les Betanimena, mais ils sont moins nombreux du fait de l’émigration car s’ils sont « assez francs, laborieux», ils sont aussi « inconstants ». Les femmes se couvrent de nattes, tandis que les hommes se vêtent d’une « écorce d’arbre battue » qui sert aussi à fabriquer du mauvais papier.Près d’eux, vivent les Antam­bahoaka, installés sur les bords du Mananjary. Ils forment un peuple peu nombreux dont le seul chef réside à l’embouchure du fleuve. C’est un peuple venu d’Arabie qui connait l’écriture, mais il a de la peine à lutter contre les Antemoro, ses voisins. Ils ne mangent pas de porc et ne consomment que de la viande de bœuf Al Halal.  Les Antemoro, eux, sont également dirigés par un « chef principal » mais électif. Ils le rendent responsable des échecs des activités agricoles et d’élevage et ils le déposent dans ce cas pour en choisir un autre.L’énumération d’Unienville dans son « Essai… » est beaucoup plus longue que celle que lui a dictée La salle. Elle comporte les vrais Antatsimo, les Antam­bahoaka, les Antemoro et Matitanana, les Antefasy, les Antesaka, les Antanosy, les Ampatra, les Masikoro, les Karimbola et les Siveha. Hébert pense les dernières dénominations sont vraisemblablement empruntées à Flacourt. La Salle lui se contente de citer les « vrais Antatsimo », les Antambahoaka et les Antemoro. « C’est la preuve qu’il n’avait décrit que les peuples qu’il connaissait et partant, qu’il n’était jamais allé à Fort-Dauphin comme l’imposteur qui a emprunté son nom, l’a affirmé faussement.Les Notes viennent ici réfuter la paternité de La Salle attribuée au Mémoire édité par Jully », conclut J.-C. Hébert (lire avant-dernière Note).

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Internet

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Le paludisme fait des victimes

Une crainte de la recrudescence du paludisme plane, après le passage du cyclone. Des victimes de paludisme grave ont été déclarées dans le Sud.

Recrudesce-nce. Des victimes du paludisme arrivent comateuses au niveau des formations sanitaires, dans le Sud. «Nous en avons compté sept, la semaine dernière. Ils sont atteints d’une forme de paludisme grave et ne viennent à l’hôpital que lorsque leur état de santé s’aggrave. Nous attendons le réveil de l’un d’entre eux, en ce moment. Les autres se sont déjà rétablis après avoir reçu le traitement», rapporte le personnel médical du centre hospitalier de référence du district (CHRD) à Ampanihy, hier. Dans ce CHRD, 90% des malades hospitalisés sont victimes de cette maladie, la majorité étant des enfants.Certains ont eu moins de chance et ont perdu la vie. Un enfant en a fait les frais, la semaine dernière. Neuf autres ont succombé au sein des formations sanitaires des autres zones, dont quatre à Brickaville au début de ce mois, selon le rapport du médecin Inspecteur de ce district. Deux autres à Betroka et quatre autres à Fenoarivo-Be, selon le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP). D’autres décès auraient eu lieu hors formations sanitaires, mais n’auraient pas été déclarés.

Zone rougeLe ministère de la Santé publique classe les districts de Benenitra, de Betroka et d’Ampanihy, de  zones rouges à la propagation du paludisme. Plus de 25% des personnes qui ont fait des consultations médicales dans ces zones ont été déclarées positives au test de diagnostic rapide (TDR). A Sakaraha, un responsable de la Santé affirme une hausse des paludéens. C’est le même cas dans le district d’Ampanihy. A Fenoarivo-Be, cent deux familles ont été touchées par la maladie. «Ce fait est normal après le passage du cyclone. Les moustiques pondent dans les eaux stagnantes», souligne le professeur Arsène Ratsimbasoa, directeur du PNLP.La saison de pluie et cyclonique ne devrait pas être une excuse pour donner raison à la maladie. Plusieurs actions ont été menées pour réduire le nombre des victimes, dont la distribution de moustiquaires imprégnées, la campagne d’Aspersion Intra-Domiciliaire d’Insecticide (CAID). Il s’avère toutefois que l’objectif est loin d’être atteint. «C’est un problème de politique de santé. Nous disposons de médicaments de traitement en grande quantité mais les préventions n’existent pas. Par exemple, la globalité de la population ne bénéficie pas de moustiquaires imprégnées. Elles ne sont distribuées qu’aux ménages où il y a des mères et des enfants», avance un médecin. Le professeur Arsène Ratsimbasoa précise que l’acheminement des intrants est difficile dans les zones où l’insécurité règne. Positif, il préfère s’étaler sur la réussite de son équipe quant à la baisse du taux de décès en 2017, par rapport à celui de 2015 et 2016.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Transport aérien – Air Seychelles met une croix sur Madagascar

Air Seychelles a décidé de mettre fin aux dessertes de Paris et Antananarivo. Elle veut se fixer sur le marché domestique et régional. 

Pour Antanana- rivo, c’est fini. La compagnie Air Seychelles a décidé, mardi, de supprimer tous les vols au départ d’Ivato et de Paris à partir du 24 avril. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’une mesure prise pour faire face à une épidémie mais plutôt d’une pression de la concurrence internationale. La compagnie a annoncé, le même jour, son plan de restructuration, basée sur le développement des réseaux domestiques et régionaux.Air Seychelles fait face actuellement à de plus en plus de concurrences internationales. British Airways va opérer sur l’île au mois de mars. Elle sera suivie de Joon, une filiale d’Air France, en mai,  et de Swiss Edelweiss Air, en septembre. « Le lancement des services de transport aérien concurrents depuis l’Europe vers les Seychelles va avoir un impact significatif sur les vols d’Air Seychelles à destination et en partance de Paris, qui représentent 30% du revenu total de la compagnie aérienne, ce qui rend cette liaison insoutenable à long terme», a déclaré Remco Althuis, directeur général d’Air Seychelles, dans un communiqué de la compagnie aérienne.

ContrecoupPour la ligne vers Antananarivo, c’est l’effet  domino. Le marché malgache est trop dépendant des flux de Paris. Les dirigeants de cette compagnie aérienne seychelloise ont alors décidé de mettre fin à sa liaison entre Mahé et Antananarivo. « C’est un choix difficile pour nous, mais il est nécessaire qu’Air Seychelles continue à servir la population et l’économie des Seychelles d’une manière à la fois rentable et durable », poursuit le DG d’Air Seychelles dans sa déclaration. Pour cet opérateur aérien, l’accent sera mis sur sa présence dans les réseaux domestiques et régionaux.« Tous les passagers qui ont des réservations sur les vols de Paris et d’Antananarivo au-delà de cette date se verront offrir des alternatives sur d’autres vols et seront notifiés des changements concernant leurs itinéraires », a annoncé la compagnie dans un communiqué publié sur son site internet.La suppression de cette ligne par Air Seychelles aura des impacts négatifs sur le tourisme à Madagascar. Au moment fort de l’épidémie de peste, cette compagnie aérienne avait décidé de suspendre ses vols vers Antananarivo à la suite de la recommandation de son gouvernement. Elle a fini par reprendre ses vols en début d’année à la suite d’une longue discussion entre les autorités des deux pays. Maintenant, la décision de la compagnie est au point de non retour. L’Airbus frappé aux couleurs d’Air Seychelles ne sera plus visible sur le ciel malgache après le 24 avril.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Événement – L’AFT clôt la célébration de ses 70 ans

Entre expositions, concerts et redécouvertes, cette institution culturelle émérite de la capitale qu’est l’AFT Andavamamba débute l’année en festivités. 

Sept décennies de communion, de partages et d’échanges culturels entre plusieurs générations d’artistes et de Tananariviens ont été célébrées à Andavamamba.Une célébration ponctuée de bonnes surprises, mais surtout d’une ambiance conviviale et chaleureuse à l’image de cette institution culturelle incontournable de la capitale qu’est l’Alliance française d’Antananarivo. Fidèle à elle-même, l’AFT clôt ainsi, ce mois de février, la célébration de ses 70 ans d’existence. Pour ce faire, elle présente une programmation des plus garnies à travers laquelle, l’AFT convie le public à s’imprégner intégralement de son esprit pédagogue et soucieux de la culture.Jean-Paul Clément, directeur général de l’AFT souligne « Cette année, on se fixe comme objectifs de promouvoir des valeurs socioculturelles, qui contribueraient autant à l’épanouissement de la scène artistique que culturelle. De plus, promouvant l’unité dans la diversité, il nous importe de promouvoir aussi bien la Francophonie que les valeurs de la tradition malgache ».Une grande porte ouverte est ainsi annoncée pour la journée du 24 février, marquée par diverses animations, dont un concert inédit avec le Roi du salegy, Jaojoby à partir de 18h dans le hall de l’AFT Andavamamba.

Honneur Jaojobyqui retrouvera de nouveau la scène de l’AFT Andavamamba après près de deux décennies maintenant. Fervent défenseur de la culture malgache à travers sa musique, Jaojoby promet ainsi une soirée enflammée et festive pour le public à l’occasion. Il revisitera une bonne quarantaine d’années de carrière sur scène, pour clôturer comme il se doit la célébration de ces 70 ans de l’AFT Andavamamba.D’ici là, plusieurs autres manifestations égayeront le public qui rejoindra cette institution culturelle. À commencer par ce samedi à 18h pour le concert « Chœur d’hommes de Madagascar ». Un concert durant lequel une bonne douzaine de chanteurs lyriques reprendront à vive voix, à la fois les incontournables de la musique classique, mais surtout les incontournables tubes de Mahaleo et Lôlo sy ny tariny. Du 5 au 24 février, le sculpteur Solomon Manan’Art se dévoilera au public le temps d’une exposition, qui lui sera entièrement dédiée.En outre, une fascinante conférence sur le thème « Cultures ancestrales malgaches, une source de revenus » est programmée le 21 février à 10h, avec Suzy Ramamonji-soa, psycho-sociologue et académicienne,  membre du réseau « Tanimasina ». À ses côtés, on retrouvera le chanteur Bekoto, aussi membre de l’Académie malgache et du groupe Mahaleo.« L’importance de la  valorisation des richesses de la culture ancienne de la Grande île sera évoquée à l’occasion » affirme-t-il.  Le projet « Koombook », représentant un outil multimédia et une bibliothèque numérique ambulante, qui n’a pas besoin de connexion internet, s’y découvrira également. L’objectif du projet étant de promouvoir la lecture à travers le pays, surtout dans les zones enclavées grâce au réseau de l’Alliance française à Madagascar.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe II – Des bandits assassinent  un gendarme retraité

Atroce. Un gendarme principal de classe exceptionnelle un lieutenant déjà retraité, a été froidement exécuté à son domicile, à Tsarazaza-Antanikatsaka, commune de Soanindrariny, district d’Antsirabe II. Le crime a été commis lundi vers 19h. La victime a reçu des coups de hache dans son cou. Les meurtriers ont verrouillé le cadenas depuis l’extérieur avant de repartir, selon les explications de la gendarmerie locale. « Lundi matin, il avait prévenu son neveu de son arrivée puisqu’il habitait en ville. La nuit aux alentours de 21h, la porte était toujours fermée, alors qu’une fenêtre au premier étage étaitlaissée entr’ouverte », a raconté une source proche du poste avancé de Sahanivotry saisi de l’enquête.L’entourage s’est alors consulté et a décidé de forcer la porte principale pour une vérification. L’on a retrouvé son corps sans vie et sanglant gisant sur ledallage, dans la cuisine. Au moins deux traces de coups de hache ont été relevées sur le cou de la victime, selon les informations recueillies. Ses voisins ont immédiatement donné l’alarme à la gendarmerie après cette découverte.À l’heure actuelle, deux suspects se sont fait arrêter et ont été placés en garde-à-vue au poste avancé. D’après les premiers éléments de l’enquête, ces deux présumés meurtriers sont des voisins, mais ont été interpellés pour menace de mort à l’égard de la famille du retraité.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

 Partenariat – Financement des activités de lutte anti-tabac

Bonne impression. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a inclus Madagascar dans la liste des quinze pays qui vont bénéficier d’un financement sur la lutte anti-tabac. « N’oublions pas que nous avons remporté un certificat honorifique sur cette lutte, en 2017 », explique le Dr Aurélien Ravelojoeli-andriambelotafika, directeur de l’Office national de lutte anti-tabac. C’était à l’hôtel Panorama Andrainarivo, hier, lors du lancement de la convention anti-tabac 2030 entre le ministère de la Santé publique, l’OMS et l’Ambassade de Grande Bretagne.Ce financement devrait permettre, entre autres, le renforcement de l’interdiction de fumer dans les places publiques et les endroits fermés, la lutte contre le commerce illicite de tabac.« Pendant cet atelier, nous allons envisager comment approfondir encore plus cette lutte. Il existe encore des sociétés qui ne disposent pas de zones non fumeur. Les substances toxiques atteignent autant les fumeurs que les non fumeurs dans ce cas », explique le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé publique.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – CAN 2019 – Deux matches amicaux en mars

L’association Alefa Barea a été présentée officiellement hier au Kudeta Anosy. Son projet consiste à trouver en tout dix matches amicaux en vue de la préparation à la CAN 2019.

«Barea de Madagascar en route pour la CAN 2019 » tel est le slogan et objectif de l’association « Alefa Barea », créée en août 2017. En présence du sélectionneur de l’équipe malgache, Nicolas Dupuis, l’association a été présentée officiellement hier au Kudeta, Carlton Anosy par son fondateur, Lova Ramisamanana, un simple footeux qui habite en France. C’est un programme d’une durée de vingt mois et qui a pour mission de trouver et d’organiser en tout dix matches amicaux et cinq stages de préparation de l’équipe nationale.Le budget de réalisation s’élève à 500 000 euros, environ deux milliards d’ariary. « Après études et validation du projet, nous sommes mandatés par la Fédération malgache de football pour accompagner d’une manière professionnelle et avec logistiques l’équipe nationale malgache dans sa quête de qualification à la CAN (Coupe d’Afrique des nations en 2019) » explique Lova « Alefa Barea ».Nombreux pays proposent des matches après les résultats de Madagascar ces derniers temps. La Grande Ile est actuellement classée 109e mondiale selon le dernier ranking du 18 janvier et 18e en Afrique, nouveau classement du 3 janvier. « Deux propositions sont en cours de finalisation, un match amical contre le Togo d’Emmanuel Adebayor prévu le 21 mars. Et une autre rencontre en Europe dont la date reste à confirmer, contre le Kosovo » a avancé Lova Ramisamanana. La tentative de négociation avec l’équipe de Luxembourg a échoué pour problème de date et de disponibilité. « Il est impossible de se préparer efficacement à un tel niveau de compétition sans matches amicaux ni  stages » a souligné Lova Ramisamanana.

Objectif réalisableDans le cadre de ce programme, deux matches amicaux ont déjà été organisés l’année dernière. Le premier contre l’Ouganda qui s’est tenu en octobre où les Barea ont défait les Crânes par 2 à 1 à Kampala. Puis le second en novembre à Paris, cette fois, les protégés de Nicolas Dupuis ont partagé un score de un partout face à la sélection comorienne. « L’équipe des Comores a évolué ces trois dernières années. Elle a une bonne qualité avec ses trois expatriés en ligue 1 en France et cinq autres en ligue 2 » a précisé le sélectionneur de l’équipe malgache, désigné en février 2017.Madagascar a obtenu la qualification en matches de poule grâce à la double victoire face à Sao Tomé, en mars 2017, 1-0 à l’ aller et 3-2 au retour, à domicile. Puis Madagascar a battu le Soudan par 3 à 1, en premier match de poule  aller. La Grande Ile aura encore cinq matches comptant pour la qualification à la CAN 2019. Le prochain, contre Sénégal, aura lieu le 7 septembre 2018 à domicile. Le match aller contre la Guinée équatoriale se tiendra le 10 octobre et le retour à domicile le 13 octobre. Et les deux derniers, dont le retour contre le Soudan le 16 novembre et contre le Sénégal le 22 mars 2019. «Je dis souvent aux joueurs d’avoir un objectif réalisable avant chaque match. Pour moi, mon objectif est d’emmener Madagascar à la CAN. Il nous faut deux victoires, ce qui est possible, nous avons actuellement 3 points comme le Sénégal » a-t-il ajouté. «Et quant à la sélection, je vais mélanger l’équipe, des joueurs locaux avec  des expatriés. Car ce n’est pas une sélection des expatriés mais une sélection de Madagascar » a -t-il conclu.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Redevabilité – Le guide « Sosa » pour encourager  à être responsable

La culture de redevabilité reste encore absente à Madagascar. Une forte majorité de la population malgache ignore toujours ce qu’est cette notion. Le consortium d’organisations, composé de l’European centre for electoral support, du Liberty 32, de l’organisation non-gouvernementale Tolotsoa et du Center for creative leadership, en collaboration avec l’ambassade des États-Unis, a fourni des efforts colossaux avec le projet « Redevabilité à Madagascar : de la théorie à la pratique ».Cent douze jeunes issus des régions d’Analamanga, d’Alaotra Mangoro, d’Atsinanana, de Matsiatra Ambony et du Menabe ont été formés pour être des sensibilisateurs locaux en faveur de l’amélioration de la pratique de la redevabilité et de la lutte contre la corruption. Le consortium veut aujourd’hui assurer les acquis de ce projet clôturé en décembre. Le « Sosa, un guide pour les citoyens sur la redevabilité», réalisé dans le cadre du projet ainsi que le film documentaire « Madagascar, les jeunes relèvent les défis de la redevabilité » ont été présentés, hier, à l’Ivon-toeran’ny kolontsaina malagasy. Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Vols d’ossements humains – Au cœur du trafic du saphir blanc

Une investigation, réalisée dans la région Alaotra-Mangoro, à Toamasina, Fianarantsoa, Antsirabe et dans la capitale, a essayé de donner des débuts d’explications sur les vols d’ossements perpétrés dans la Grande île. L’implication de présumés réseaux mafieux y est évoquée. Nous publions ici de larges extraits de cette enquête menée au cours de l’année 2017.

À Andohasana, dans la Haute-Matsiatra, les villageois préfèrent construire leur maison au-dessus du tombeau. « Nous avons peur que les bandits viennent piller nos sépultures et il faut maintenant prendre garde », s’est plaint un notable du village.C’est une façon de lutter contre le pillage ou d’avorter toute tentative de profanation de tombeau concoctée par des individus malintentionnés. Certains Malgaches bâtissent maintenant leur tombeau tout près de la maison pour raison de sécurité. D’autres citadins commencent également à incinérer leurs morts, affirme Bonaventure, employé au crématorium des Français d’origine indienne, au Fasan’ny Karana. « L’incinération d’un corps coûte pourtant très cher, soit cinq millions d’ariary », a-t-il révélé.

Le Pr Ahmad Ahmad, spécialiste en imagerie et radiologie.

Le trafic de « saphir blanc », ou ossements humains, ne semble pas prêt de s’arrêter à Madagascar. Depuis les années 80 où la magouille est apparue pour la première fois dans le Nord de la Grande île, le vol d’ossements humains ne cesse de progresser et de perdurer. « Un fémur se vend à partir de quatre cent mille ariary », a indiqué le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, chef de service de communication et des relations publiques (SCRP) de la gendarmerie nationale.Des milliers de fémurs ont été volés, selon les statistiques de la gendarmerie nationale, du 21 janvier  jusqu’au 5 novembre 2017. La dernière saisie spectaculaire qui ait jamais eu lieu s’est passée à Mahanoro, au Sud-Est de l’île, au mois d’octobre dernier, où la gendarmerie a découvert une tonne et demie d’os !L’os humain, du diamant brut Certains articles et forums disponibles sur le net (futura-sciences.com, ou maplante.com) affirment que les os servent à fabriquer du diamant artificiel. Bruno Richard Razanamparany, titulaire d’un doctorat d’État en physique, option chimie à la Faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo, a effectué une recherche bibliographique sur la composition chimique des ossements, puis une recherche bibliographique sur la composition chimique du diamant artificiel, et a effectué une analyse rudimentaire d’un échantillon d’os. Il a pu faire ressortir dans ses recherches que le fer (à faible quantité) et le cartilage, matière organique, sont présents à la fois dans le diamant artificiel et l’os. Il a pu ainsi affirmer qu’il est possible de fabriquer du diamant artificiel à partir d’un os humain. Le fémur, composé de cartilage, est particulièrement concerné.

Des sacs remplis de fémurs saisis à Mahanoro.

Or, tous les vols d’ossements sont des vols de fémur… Pour preuve, la dernière saisie spectaculaire de « saphir blanc » évoquée plus haut. Mille deux cent trente-quatre (1 234) étaient des fémurs et le reste était des humérus, des cubitus, des tibias, des radius, des péronés et des clavicules.Selon les informations fournies au compte-gouttes par un fin limier de l’Interpol (organisation internationale de police criminelle, ou OIPC), rencontré dans les locaux de la Brigade criminelle à Anosy, en septembre dernier, sous le voile de l’anonymat, « une société suisse appelée ALGORDANZA est suspectée dans ce trafic d’ossements humains et de leur transformation en diamants ».Soatiana Razafindrakoto, bijoutière à Analakely, nous a montré des bijoux ornés de diamants artificiels. « Ces diamants synthétiques ont été importés mais, les bagues, les colliers et les bracelets ont été fondus par nous-mêmes », décrit-elle.

Le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, chef de service de la communication et des relations publiques de la gendarmerie nationale.

Une entreprise familiale, également incriminée pour la collecte des spécimens ostéologiques, avait déjà fait l’objet d’une enquête au fond, selon toujours le même interlocuteur. « Elle s’appelle SKULLS UNLIMITED, basée à Oklahoma City. Outre l’article 182 (b) du code criminel américain L.R.C. (1985), ch. C-46 portant sur l’outrage envers un cadavre, aucune disposition concernant la vente ou l’achat d’os humains ne s’appliquerait ici », a souligné un criminaliste canadien, Rénald Beaudry dans son interview avec un bloggeur de « nuage1962 », le 1er décembre 2011 à Québec.Un sac de cinquante kilos rempli des fémurs saisis a été gardé à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) pendant trois mois avant d’être inhumés au cimetière d’Anjanahary en août 2017. « Ni le Service central des affaires criminelles (SCAC) malgache ni le Parquet n’ont, jusqu’à présent, l’idée de creuser l’enquête sur ce saphir blanc. Aucune commission rogatoire n’a non plus été déléguée pour la faire », a souligné un officier de police judiciaire, lors de notre entrevue, à la Brigade criminelle, à Anosy au début d’octobre.

Le Pr Bruno Richard Razanamparany explique les compositions chimiques d’un fémur.

Banques d’osPlusieurs interlocuteurs ont été surpris en entendant que les ossements humains déterrés à Madagascar servent à approvisionner les banques d’os des grands hôpitaux à l’étranger. Tout comme les banques de sang des hôpitaux publics dans la Grande île, celles pour les os sont une nouveauté pour les Malgaches. Le dernier hôpital qui s’est doté d’une telle banque d’os était celui du Chirec à Bruxelles, en 2016. Nous avons interrogé, en octobre 2017, un professeur spécialiste en anatomie qui a préféré garder l’anonymat. Et il a indiqué que les pillages de tombeaux survenus dans le pays correspondent à l’existence de ces banques d’os en question. « Ces instituts ont notamment besoin de fémurs pour les allogreffes ou substitutions osseuses. Cela pourrait être effectué par de donneurs d’os et à l’aide d’un prélèvement d’organes multiples (POM) », a-t-il révélé. « Un groupe des médecins généralistes et des trafiquants d’os humains, soupçonné de POM, s’est fait déjà pister et arrêter par la police, en 2010, à Antsirabe », a-t-il ajouté.À titre de rappel, huit individus dont les dénommés Boniface et Davidson, tous deux d’anciens prêtres ont comparu devant la barre du tribunal d’Antsirabe, le 29 avril 2013, pour meurtre, trafic d’organes et désossement humain. Boniface et ses six complices écopent de vingt ans de prison avec travaux forcés, tandis que Davidson a été libéré au bénéfice du doute.

Le Pr Nantenaina Randrianjafisamindrakotroka, spécialiste en anatomo-cytopathologie à l’HJRA.

Le Pr Nantenaina Randrianjafisamindrakotroka, spécialiste en anatomo-cytopathologie à l’HJRA a tenu à confirmer, pendant notre entrevue que, « l’os, en tant que tissu conjonctif vit longtemps, même après la mort. Un fémur fracturé peut être remplacé par un autre fémur. C’est praticable ».Comment se fait-il pourtant que les os volés puissent sortir de l’aéroport ou être embarqués au port de Toamasina ? La réponse est simple, selon une source au sein du ministère de la Défense nationale. « Les 5 000 km de littoral malgache ne sont pas contrôlés. Les ports et l’aéroport international d’Ivato ne sont que des passoires dans l’exportation illicite des ossements humains, et il en est de même pour les trafics de bois de rose, de pierres précieuses et tant d’autres », se désole-t-il.Comme disait un grand journaliste investigateur, « le journaliste n’est pas un juge ni un policier mais, on fait souvent ce qu’ils ne font pas ». C’est à la police judiciaire ainsi qu’au ministère de la Justice de pister et de démasquer ceux qui se livrent à ce genre de business. « En tant que Malgache, je me sens notamment concerné. Il vaut mieux interpeller l’autorité responsable…Si on passe un os humain au scanner on peut le détecer», a précisé le professeur Ahmad Ahmad, spécialiste en radiologie et imagerie, à l’HJRA.Une enquête réalisée dans le cadre du projet de formation de CFI,  Dialogues Citoyens Madagascar.

Textes : Hajatiana Léonard Razafindrasetra, et Faniry Ranaivoson, journalistes de l’Express de Madagascar ; Tokiniaina Ratovonirina, membre de l’Association des jeunes intellectuels promoteurs et acteurs du développement (AJIPAD).Photos : fournies

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Fédération – Changement des dates des championnats jeunes 

Une semaine après le changement du calendrier scolaire et le report des examens officiels, la Fédération malgache de basketball (FMBB) a dû retoucher son programme d’activités annuelles pour cette saison 2018. En fait, la Fédération a rectifié son calendrier «suivant la non disponibilité des infrastructures et le changement du calendrier scolaire » selon la communiqué du 22 janvier. Apparemment, quatre compétitions nationales destinées aux jeunes prévues entre le mois d’août et le mois d’octobre ont été reportées ou aussi avancées. Par contre, les villes hôtes restent inchangées. Prévus du 25 août au 2 septembre, les championnats nationaux des moins de 14 ans garçons et filles, qui se déroulent d’habitude en marge de ceux des vétérans, sont avancés de plus d’un mois, du  18 au 26 août.Une toute première, ces sommets nationaux se tiendront à Nosy be, dans la ligue régionale de Diana. Quant à la nouvelle compétition réservée aux moins de 12 ans garçons et filles, baptisée « Critérium  U12», la date est repoussée d’une semaine, du 25 août au 2 septembre au lieu du 11 au 19 août. Cette première édition se tiendra dans la Capitale.Les championnats de Madagascar pour les U16 garçons et filles seront à leur tour reportés, du 22 au 30 septembre au lieu du 15 au 23 septembre. Et l’organisation sera assurée par la ligue d’Atsimo Atsinanana, sous l’égide toujours de la Fédération. Et le dernier sommet national pour les jeunes de la saison, celui des U18 garçons et filles, sera abrité par la ligue de Bongolava, à Tsiroanomandidy du 6 au 14 octobre au lieu du 29 septembre au 7 octobre.  Les championnats pour les seniors ne sont pas impactés par ce changement.  La phase éliminatoire des zones de la Coupe du président, qui en est à sa quatrième édition, débutera la saison le 3 février.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Alaotra-Mangoro – Les gros usagers participent à la réparation de la RN44

L’urgence. Répondant à l’invitation du chef de la région Alaotra-Mangoro, les transporteurs utilisant professionnellement la Route nationale 44 font preuve de solidarité dans la réparation des tronçons abîmés sur cet axe.Ainsi, il a été décidé à l’unanimité au cours de la grande réunion de mardi dernier que des travaux de rétablissement de plusieurs points noirs commenceront ce jour.« Nous avons déjà déposé des dizaines de mètres cubes et des tonnes de stériles de chrome sur des tronçons très compliqués, Nous avons transporté ces stériles à nos propres frais. Nous participons également au financement des travaux  », a mentionné un grand camionneur avant de noter que même les quincailliers, les grossistes et les coopératives de transport de passagers viennent également participer à cette action d’urgence.De leur côté, la région, la préfecture et une entreprise déploient leurs engins. Les travaux sont prévus débuter au niveau de Ranofotsy et continueront vers le Nord d’Andaingo, sous le contrôle et l’assistance technique de l’Autorité routière de Madagascar). L’objectif consiste à rendre de nouveau fluide la circulation sur cet axe reliant Alaotra et Mangoro avant d’aboutir sur la Nationale 2 laquelle donne sur le Grand-Port et La Capitale. Grands absents à la réunion d’agence­ment de mardi, les Travaux Publics. Ce qui était plus que curieux pour plus d’un de l’assistance.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Tennis - Circuit Mondial Juniors – Le carré final sans Malgache

Narindra Ranaivo (780eme mondiale juniors) était la seule Malgache à être encore en lice en atteignant les quarts de finale du circuit mondial juniors d’Afrique de l’Est qui se joue à Nairobi au Kenya. Après avoir gagné contre la Britannique Scarlett Hutchinson (6/1 6/4), Narindra Ranaivo  a affronté la tête de série numéro un du tournoi, la Gabonaise Célestine Avomo 226 ème mondiale chez les juniors. Si durant leur récente confrontation, Narindra a pu accrocher cette dernière, hier ce n’était pas du tout le cas. La Gabonaise s’est montrée très sereine et décisive en bouclant la rencontre en deux petits sets (6/1 6/0).En demi-finale, Célestine Avomo affrontera la Serbe Elena Gemovic (640ème mondiale), gagnante de l’Egyptienne Sara El Ghazouly en deux sets (6/3 6/4). L’autre demi-finale opposera la Slovène Metka Komac (595ème mondiale), qui a facilement sorti la Burundaise Aicha Niynkuru (6/0 6/2) et la Kenyane Sneha Kotecha (337ème mondiale) qui a pu surclasser la Russe Ksenia  Shikanova (6/4 6/3)E n doubles, Mialy Ranaivo et sa partenaire américaine Victoria Sasinka ont dominé Narindra Ranaivo et Hoziane Kitambala (Burundi) en deux sets (7/6 7/6) en huitièmes de finale.  Hier, elles ont perdu en quarts de finale contre Célestine Avomo et Aicha Nyunkuru en deux sets 2/6 2/6.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Andranomanelatra – Un barrage pour contrôler les produits AAA Tiko

Malgré la fermeture de l’usine AAA Tiko Andrano­manelatra depuis le mois d’octobre dernier, en raison de la non régularisation du permis environnemental, les produits fabriqués dans cette usine circulent encore sur le marché. Aussi, afin de pouvoir contrôler leur circulation et leur vente, un barrage de contrôle permanent assuré par les éléments de l’Emmo sécurité, vient d’être installé. La décision émane des ministères concernés et elle est exécutée par la préfecture d’Antsirabe.De fait, des éléments de l’Emmo sécurité ont commencé à encercler l’usine depuis mardi soir pour aboutir à l’installation du barrage dès hier matin. Tous véhicules appartenant à l’usine et même tous les véhicules de transports font donc l’objet de  contrôle. Les gros fournisseurs de lait et même les grossistes revendeurs des produits ont été également interpellés par le préfet d’Antsirabe hier, afin d’arrêter les activités de AAA Tiko.Soupçonnant le personnel de l’usine  d’effectuer de la production illicite, l’huissier de justice chargé de  sa fermeture a procédé à une deuxième vérification des scellés qu’elle a apposés le 4 octobre 2017. Tout est intact mais afin d’assurer l’arrêt total de production et de circulation dans l’usine par le personnel, sept nouveaux scellés ont été mis en présence des membres de l’Emmo sécurité, du directeur régional de l’industrie ainsi que du directeur régional de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, et des représentants  du préfet d’Antsirabe.Un autre huissier de justice est également venu  sur place avec les représentants de la Jirama , hier, pour vérifier l’installation électrique de la  villa de l’ancien président, Marc Ravalomanana sise dans la même cour de l’usine AAA Tiko. Aucune preuve ni indice étayant le soupçon de la Jirama sur le vol de courant électrique pour alimenter cette villa n’ont été trouvés. Toutefois, la procédure de plainte à l’encontre de l’ancien président est déjà en cours.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Is’Art Galerie Ampasanimalo – « Complexe d’Œdipe »  s’expose sans tabou

On dit souvent que l’interdit suscite encore plus le désir chez certains individus. Ainsi, il n’est pas rare dans le milieu artistique, que ces interdits soient le plus souvent abordés d’une manière excentrique ou dans le cas présent, de manière à éveiller la conscience collective sur un sujet délicat.Bien au-delà de la thématique du sexe proprement dit, celle de l’inceste reste des plus tabous dans la culture traditionnelle malgache. C’est pourtant ce thème de l’inceste que le photographe Rija Emadisson exposera à sa manière à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo à partir de ce jour, jusqu’au 15 février.

 Sobrement intitulé « Complexe d’Œdipe », d’après le concept central de psychanalyse, théorisé par le neurologue autrichien Sigmund Freud. Le complexe d’Œdipe,  défini comme étant le désir inconscient d’entretenir un rapport sexuel avec le parent de sexe opposé et celui d’éliminer le parent rival du même sexe. Le « Complexe d’Œdipe » sera illustré en photographie par Rija Emadisson le temps de cette exposition atypique. Membre de l’Union des photographes professionnels de Madagascar (UPPM), il est plus habitué à la photographie institutionnelle et le reportage.Cette fois-ci, il se plaira ainsi à retranscrire à travers ses clichés, diverses histoires et sa vision personnelle d’un amour maternel à la fois passionnel et intemporel. Une représentation bien singulière du « Complexe d’Œdipe», cette exposition de Rija Emadisson promet d’en surprendre plus d’un et plus d’une.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Développement – Des communes améliorent leur gestion et service

Résultats probants. Les interventions menées par le Projet de développement communal inclusif et de développement (Prodécid) au niveau de quelques communes, pour assurer le développement local, ont été fructueuses.En termes de recensement fiscal, par exemple, la base fiscale a augmenté de 31,33%, suite à des sensibilisations effectuées auprès de quarante-cinq communes. Et trente-et-une communes ont pu hausser à 54% leurs ressources fiscales, entre 2015 et 2017. Quarante trois communes ont pris l’initiative d’afficher leur fonctionnement, tant les recettes que les dépenses et les autres organisations internes. Seize se sont lancées dans le budget participatif. Quatre cent personnes au niveau de cent trente-huit communes ont bénéficié de formation en budget programme et douze commencent à utiliser les nouvelles Technologies de communication.Le système de déclaration de naissance s’est amélioré, en outre. Le taux de nouveaux-nés non déclarés est quasi-nul dans seize communes où des activités en rapport avec l’amélioration de ce système a été lancé.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Double arrestation à Ampefiloha

Deux voleurs à la tire âgés de 20 ans ont été attrapés dans les mailles du filet de la police d’Ampefiloha, avant-hier après avoir mis le grappin sur le sac à main d’une femme. La victime s’est dépêchée au fokontany qui a ensuite prévenu les forces de l’ordre. Le butin a été récupéré et restitué à son propriétaire.

L'express de Madagascar0 partages

MCB présente  ses nouvelles offres 

La filiale du Groupe MCB, principal groupe bancaire de l’océan Indien, a fêté ses 25 ans de présence à Madagascar, samedi. Partenaire privilégié des investisseurs mauriciens dans la Grande île, MCB propose aujourd’hui une offre monétique complète destinée aux commerçants et aux particuliers, l’offre unique monétique « Sweet Deals ». Cette dernière permet aux détenteurs de carte MCB de bénéficier d’une remise auprès des commerçants à Madagascar et à Maurice ou encore « Instakit », l’ouverture d’un compte avec l’accès au service « MCBNet » et la carte bancaire.

L'express de Madagascar0 partages

Lutte – Championnats d’Afrique – Les présélectionnés  en regroupement

Plus que deux semaines. Soixante présélectionnés sont en regroupement depuis ce week-end, en vue des championnats d’Afrique cadets, juniors et seniors. Ces sommets continentaux  se dérouleront du 7 au 11 février dans la ville de Port Harcourt, Nigeria, qui comptent pour la première phase de qualification aux Jeux olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires, Argentine (12 au 14 octobre 2018). « Nous envisageons d’aligner six ou sept lutteurs dont quatre ou cinq cadets et cadettes. Deux autres chez les seniors et un coach compléteront la liste» a confié Mamitiana Raveloson, président de la fédération malgache des luttes et disciplines associées. Ces lutteurs en regroupement ont été selectionnés suivant leurs résultats respectifs durant les championnats nationaux cadets, minimes et écoliers du 23 décembre 2017 et le championnat de Madagascar toutes catégories à Mahajanga du 19 septembre2017. Ils s’entraînent trois fois par semaine, tous les samedis matin de 6 heures à 8 heures au gymnase d’Ankatso, puis les mercredis et vendredis à 12 heures au sous gradins à Mahamasina. La fédération a confié leur encadrement aux deux entraîneurs nationaux Aimé Michel Rakotoniaina et Arsène Randrianasolo. «A quinze jours du championnat d’Afrique, nous attendons encore la décision du ministère sur le nombre de lutteurs qui feront le voyage au Nigeria» s’inquiète le numéro un de la Fédération.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Du bon discours non appliqué

Le 25 janvier 2014, à la cérémonie d’investiture du cinquième Président de la République, Hery Rajaonari­mampianina s’est présenté comme le Président de tous les Malgaches en ces termes: « Aujourd’hui, je vous demande à vous ma famille politique de m’aider pour favoriser le grand destin d’unité nationale qui est le mien. Je vous demande à vous mes amis de me laisser libre. Libre d’aller vers les autres. Libre d’aller vers celui qui n’a jamais été mon ami, qui n’a jamais appartenu à notre famille politique, et parfois même qui nous a combattus. » À ses amis, le nouveau Président a lancé un appel de soutien de l’aider à écouter les 49% des électeurs qui se sont abstenus et les 47,5% qui n’ont pas voté pour lui.Quatre ans après ce discours prometteur, on attendait la fin de la crise de 2009, le renforce­ment de la cohésion sociale, l’apaisement politique, la guérison des malaises au sein des Forces armées, le retour aux jeux démo­cratiques entre le pouvoir et l’opposition. On espérait que les conditions de vie allaient changer avec la relance de l’économie et de l’emploi entraînant le redressement de la vie des Malgaches particulièrement des plus vulnérables.Mais force est de reconnaître que le discours du Président n’a pas été traduit en actions.La page des conflits de 2009 est loin d’être tournée. Au contraire, de nouvelles blessures apparaissent alors que les blessures anciennes ne sont pas guéries. Les conflits de 2009, jadis entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana sont étendus à présent à plusieurs autres acteurs. Quant au souhait des amis du Président de l’aider à écouter les 72% des Malgaches qui se sont abstenus et n’ont pas voté pour lui, il ne s’est pas réalisé. En réalité, les posi­tions des uns et des autres ainsi que celle de la majorité silencieuse se durcissent de plus en plus. Ceci explique sans doute, la préparation à la fois floue et laborieuse de l’élection de 2018 qui révèle des signes de blocage important d’origine politique.Malgré la reconnaissance internationale obtenue après l’élection de sortie de crise, la vie quotidienne des Malgaches n’a pas changé. Au contraire, la précarité, la pauvreté, l’insécurité, le chômage, la corruption, la faillite de l’État de droit, le relâchement général des services publics, tous ces indicateurs sont au rouge. La flambée des prix des denrées alimentaires n’a jamais atteint le niveau actuel. On ne peut pas d’un côté mobiliser des ressources extérieures pour la relance de l’économie et de l’autre côté gaspiller des ressources intérieures à cause de la mauvaise gouvernance et de l’arrivée des investisseurs mafieux.Nous en sommes là. Tant que la loi du plus fort et d’exclusion continue à ériger des murs de séparation, l’unité nationale reste fragile. Les calculs politiques sont néfastes quand ils ne correspondent ni à l’intérêt de la majorité des Malgaches, ni aux valeurs de la République. Madagascar est aujourd’hui menacé de retomber dans de nouvelles crises. Soyons vigilants. Le temps est venu de commencer à construire ensemble la refondation de la Nation et de la République.

Par André Rasolo

L'express de Madagascar0 partages

Arrêté pour vente  de stupéfiant

Un homme de 28 ans a été interpellé en flagrant délit, à son domicile à Itaosy Andrazamira, mardi vers midi. Il était en train de vendre du cannabis quand les policiers l’ont piégé. Son fournisseur est introuvable. Il a été déjà écroué deux fois pour la même cause, selon les informations recueillies.

L'express de Madagascar0 partages

Une vieille dame retrouvée morte

Découverte macabre. Le corps sans vie d’une sexagénaire a été retrouvé, hier matin près du lac de Behoririka. Les causes de sa mort doivent encore être précisées, selon un agent du bureau municipal d’hygiène (BMH) qui s’est rendu sur place avec ses collègues pour enlever le corps. Apparemment, elle serait morte de faim.

L'express de Madagascar0 partages

BFV-SG fête ses 20 ans à Madagascar

Le groupe Société Générale a démarré la célébration de ses deux décennies d’implantation dans le pays avec une soirée qui s’est tenue à l’hôtel CALYPSO Toamasina, le mercredi 17 janvier. Le choix de Toamasina s’est imposé par le fait que cette ville a accueilli les premiers espaces dédiés aux entreprises et clientèle bonne gamme et patrimoniaux hors de la capitale. Pendant toute cette année de célébration, BFV-Société Générale a comme mot d’ordre « Etre plus proche de vous ».