Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Jeudi 24 Décembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara22 partages

3e Judo Tour : Rendez-vous à Toamasina

Les tout-petits sont attendus au gymnase du CRJS Toamasina.

Après les Championnats d’Afrique séniors à domicile qui ont pris fin dimanche au Palais des Sports de Mahamasina où la grande famille du judo malgache était en pleine effervescence, place maintenant au judo tour. Cette 3e édition mettra le cap dans la partie Est du pays, à Toamasina, du 26 au 30 décembre. Un stage et partage d’expériences sous l’égide de trois techniciens de haut niveau, à savoir Luc Rasoanaivo-Razafy, Elie Norbert et Emy Ralevazaha figurent au programme. Initié par Maître Manitra Razafimanantsoa mais organisé cette fois-ci par le judo club Atrika de Toamasina en collaboration avec la Fédération malagasy de judo, la Maison du Sport et l’Ambassade de France à Madagascar, le judo tour invite tous les amoureux de cette discipline ainsi que tous les coaches de Madagascar. Trois ligues, à savoir Analamanga, Atsimo-Andrefana, Vakinankaratra et Atsinanana vont participer à ce camp d’entraînement qui se déroulera au Gymnase du CRJS Toamasina. « Le judo tour camp est un camp de judo durant les vacances et conçu pour les catégories d’âge minimes, poussins, benjamins, cadets », a souligné l’organisateur.

TH

Midi Madagasikara6 partages

Karaté – Championnats d’Afrique kata U14 : Les champions honorés !

Un accueil digne de nos champions hier à Ankorondrano.

Être sur le toit de l’Afrique, c’est une consécration suprême. La grande famille du karaté malgache a honoré les héros, hier, au gymnase couvert d’Ankorondrano.

Après les efforts, le réconfort. Les karatékas malgaches ont été honorés hier au gymnase couvert d’Ankorondrano, à l’occasion d’une cérémonie organisée par la Fédération de karaté-do de Madagascar (FKM). La grande famille du karaté malgache les a accueillis avec des acclamations, hier au gymnase couvert d’Ankorondrano, en présence du vice-président de l’Assemblée nationale, Honoré Rasolonjatovo, de l’ambassadeur du Japon, SEM Higuchi Yoshihiro, du représentant du ministère de la Jeunesse et des sports, du président de la FKM et d’autres présidents de fédérations sportives, ainsi que des personnalités sportives.

« Manifester l’amour du pays d’une autre facette », c’est la devise des combattants pour cette première édition des Championnats d’Afrique de kata en ligne pour les moins de 14 ans. Le défi est relevé, et cela a permis au sport malgache de continuer à vivre des moments historiques de joie et de fierté. Pour rappel, 17 karatékas ont participé à cette joute continentale à distance. Ils ont raflé 14 médailles dont cinq médailles d’or, quatre d’argent et cinq de bronze. « Ces élèves étaient fiers de représenter leur pays durant cette compétition. Et ce n’est pas par hasard qu’ils ont eu ces résultats. Ils sont passés par des travaux de titans, puis ont surmonté des difficultés. À l’horizon 2020, le karaté fait parler de Madagascar toute l’Afrique. Nous remercions tous les acteurs de ce succès tant sur le plan technique que technologique, ainsi que les parents », a déclaré Miora Razafindrakoto, le premier responsable de l’encadrement technique, dans son allocution lors de cette cérémonie en l’honneur des champions. Elle a mentionné spécialement Michaël Wai Son, un arbitre international malgache qui réside au Canada. Ce dernier a appuyé à la réalisation du tournage de kata de nos athlètes. « Ils pourraient encore aller loin. Ce sont nos relèves aux Jeux olympiques de la jeunesse en 2026. L’entraînement reprendra dès le début du mois de janvier, d’autant plus qu’on a des techniciens capables de former une bonne équipe. Il y aura aussi les Jeux des îles 2023 qui nous attendent », a ajouté le président Solofo Barijaona Andrianavomanana.

A cette occasion, la fédération a offert une prime de reconnaissance aux karatékas. Les trois médaillés d’or, Mathieu Randrianarivony, Notiavina Randrianarimanana, Manda Andrianaho, Brandy Rakotomalala et Miarintsoa Razafindrakoto, ont remporté chacun une prime de 200 000 ariary. Les quatre médaillés d’argent à savoir Noa Rakotondrazaka, Noah Razafimanantsoa, Alicia Razafindrakoto et Baholy Andrianaho ont empoché une enveloppe de 150 000 ariary et 100 000 ariary pour les 3e place, que sont Julio, Raïssa, Nathalie, Rado et Iriana. Sans oublier Mami-Mick Raveloson, le médaillé de bronze aux championnats d’Afrique de karaté en juillet 2019 à Gaborone, lui aussi, a été récompensé. Dans la foulée, les assistants se sont réjouis d’une démonstration de kata offerte par l’équipe nationale.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara6 partages

Forces armées : 31 nouveaux Généraux de brigade et 10 Généraux de division

Sans surprise, ce sont les éléments de l’Armée de terre qui sont les plus nombreux.

Le cadeau de Noël est arrivé un peu à l’avance pour les Forces armées. En effet, le Conseil des ministres d’hier, probablement le dernier Conseil des ministres de cette année 2020, a pris deux décrets relatifs à la nomination de 31 nouveaux Généraux de brigade et de 10 Généraux de division au niveau de l’Armée malagasy et de la Gendarmerie nationale. Le président Andry Rajoelina, Chef suprême des Forces armées, a pris le décret portant nomination des Généraux de brigade ou de Généraux de brigade aérienne, ou Contre-amiraux des Forces armées aux grades de Général de division ou Général de division aérienne ou Vice-amiral au titre de l’année 2020. Pour ce qui est de l’Armée malagasy, 4 Généraux de brigade de l’Armée de terre viennent d’être promus au grade de Général de division, tandis qu’un Contre-amiral pour la Marine nationale. L’on compte également 5 promotions au grade de Général de division au niveau de la Gendarmerie nationale. Pas de promotion au grade de Général de division en revanche pour ce qui est de l’Armée de l’air et les éléments Santé.

Décision politique. Un autre décret portant nomination de Colonels ou Capitaines de vaisseaux des Forces armées aux grades de Général de brigade ou Général de brigade aérienne ou Contre-amiral au titre de l’année 2020, a également été pris durant le Conseil des ministres d’hier. Au total, 31 Colonels nouvellement étoilés vont pouvoir arborer bientôt les deux étoiles de Général de brigade sur leurs képis. Sans surprise, ce sont les éléments de l’Armée de terre qui sont les plus nombreux. Ils sont au total au nombre de 22 contre un seul pour l’Armée de l’air. Trois pour la Marine nationale tandis qu’aucun élément Santé n’a été promu au grade de Général de brigade pour cette année 2020. Pour ce qui est de la Gendarmerie nationale, 5 Colonels viennent d’être promus Général de brigade. Parmi eux figure le Colonel Ravoavy Nandrasanarisoa Zafisambatra, ancien Commandant de la CIRGN Analamanga qui occupe actuellement le poste de Directeur de la sécurité et des renseignements au niveau de la Gendarmerie nationale. Une source proche de la Gendarmerie nationale a laissé entendre que la cérémonie de remise des étoiles pour les Généraux nouvellement promus, par le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général de Corps d’Armée Richard Ravalomanana, aura lieu ce jour même, sauf changement de programme à la dernière minute. Il convient de noter aussi qu’au mois de janvier prochain, ils seront reçus au Palais d’Etat d’Iavoloha par le président Andry Rajoelina, Chef suprême des Forces armées, pour une cérémonie de remise des drapeaux. Comme à l’accoutumée, cette nouvelle nomination fera certainement des heureux et des mécontents au sein de la Grande muette. Nul n’ignore toutefois que la nomination au grade de Général relève d’une décision politique.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

« Gorisa game » : Les férus du sport extrême gâtés

Lors de la première journée du « Gorisa game » le 13 décembre dernier.

Les fans de BMX et de skateboard dans la capitale sont gâtés. En effet, la Direction régionale de la jeunesse et des sports d’Analamanga, en collaboration avec l’association Gorisagorisa et la Commune urbaine d’Antananarivo, a organisé un événement dénommé « Gorisa game », réservé aux férus de ces sports extrêmes. La première partie, notamment les phases éliminatoires, a déjà eu lieu le 13 décembre dernier. Les phases finales de cette première édition se dérouleront ce dimanche à partir de 8h30, sur l’Avenue de l’Indépendance, devant la gare de Soarano.

 « Il se trouve que ce sont vraiment des jeux urbains et que cela fait partie de l’attention particulière portée à ces jeunes. Pour la DRJS Analamanga en particulier, l’objectif est de promouvoir cette discipline extrême, d’autant qu’elle séduit de plus en plus de citadins. Nous allons le faire entrer dans la légalité à travers la constitution de clubs, de sections avec une finalité de création de fédération, afin que nos jeunes puissent se préparer et participer à divers types de compétitions telles que les compétitions communales, régionales, nationales et internationales », a fait savoir Njato Lalaina Andriamampionona, directeur régional de la Jeunesse et des Sports Analamanga.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Bazar de noël : Forte baisse du pouvoir d’achat

Les produits « low cost » gagnent de plus en plus de terrain. C’est ce qu’ont affirmé les commerçants qui ont misé sur la période de fin d’année pour relancer leurs activités économiques. « Certains organisateurs de foire étaient pessimistes dès le départ. D’autres ont osé relever le défi de la relance. Malheureusement, nous avons constaté que les impacts de la crise se répercutent beaucoup sur le pouvoir d’achat de la population. Nos ventes sont loin du niveau de l’année dernière. De plus, les consommateurs sont plus attirés par les produits à bas prix, en dépit de leur qualité. En effet, c’est la tendance depuis plusieurs années, mais cette fois, cette préférence pour le low cost est très accentuée », a témoigné Baholy, une commerçante qui participe actuellement à une des foires de Noël de la Capitale et qui a préféré retirer certains produits de ses stands pour adapter ses offres aux besoins et au pouvoir d’achat des consommateurs. D’après ses dires, la consommation est en forte baisse.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Cyclogenèse : La dépression tropicale se rapproche des côtes malgaches

La trajectoire de la dépression tropicale se précise. D’après les prévisions du service de la météorologie, elle poursuit son déplacement vers l’ouest à une vitesse de 8 km/h. Le vent moyen est estimé à 55 km/h avec des rafales de 75 km/h. Elle pourrait devenir une tempête tropicale à compter de ce jour. Le système se rapprochera progressivement du littoral Nord et Centre–Est où un impact direct est prévu en fin de semaine, d’après toujours le service d’Ampandrianomby. La vigilance est ainsi de mise pour les régions Sava et Analanjirofo ainsi que les districts de Toamasina I et II. Les précipitations seront abondantes dans ces localités. Pour les Hautes-terres centrales, le temps sera morose demain mais dame pluie ne sera au rendez-vous que le week-end. Il est à rappeler que c’est le premier cyclone attendu pour cette saison.

Narindra Rakotobe

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Deuxième vague de covid-19 – Madagascar n’a rien à craindre selon le ministre de la san...

L’Europe traverse actuellement une nouvelle période de pandémie. Une deuxième vague qui ne semble pas sans danger. Les rumeurs courent également, à Madagascar, au sujet d’un reconfinement, avec les nouveaux cas qui sont peu nombreux mais ne cesse quand même d’augmenter.
Face aux inquiétudes de la population, le ministre de la Santé Publique, Professeur Rakotovao Hanitrala Jean Louis, a pris parole. Selon lui, il n’y a aucune raison de s’inquiéter au sujet d’une éventuelle deuxième vague. Madagascar ne craint pas une seconde période de pandémie. Il a également parlé du Covid Organics comme étant le remède efficace pour le pays. Malgré cela, il encourage chaque personne à continuer à se protéger.
Midi Madagasikara0 partages

Opposition : Marc Ravalomanana poursuit son périple

L’ancien président Marc Ravalomanana n’a pas mis une parenthèse à son apparition publique. Il a assisté, hier, au culte de célébration du 150è anniversaire du temple FJKM Avaratsena Fanantenana, dans la commune rurale de Talatavolonondry. Assis aux premières loges, aux côtés des hauts dignitaires de l’église FJKM, Marc Ravalomanana est de plus en plus actif ces dernières semaines pour assister à ce genre de rendez-vous cultuel qui, parfois, rassemble près d’une centaine de personnes. En novembre dernier, dans le district de Soavinandriana, il a été interpellé par les autorités locales à la sortie d’un autre culte auquel il a assisté. Mais l’ancien président ne se décourage pas. Il poursuit son périple et booste sa visibilité.

Tension. Si le leader de l’opposition continue de faire le tour des paroisses FJKM, ses partisans, eux, ne veulent pas respecter la trêve politique sollicitée par d’autres formations politiques. Chaque année, la trêve est un rituel pour les politiciens pour permettre aux citoyens de vivre les fêtes de la nativité et du nouvel an dans la plus grande sérénité, loin des joutes politiques. Mais, cette fois-ci, les partis de l’opposition refusent de faire une pause. Ces derniers préfèrent rester dans l’arène et maintenir la tension politique durant les prochaines semaines. Le weekend dernier, par exemple, le secrétaire général du Tiako i Madagasikara, Riana Andriamasinoro, a fait un déplacement à Tuléar pour rameuter les partisans du parti et redynamiser son démembrement dans cette ville.

Indésirable. Tout rassemblement à caractère politique est indésirable pour les autorités durant la période des sénatoriales. Dans plusieurs villes, les manifestations publiques organisées par l’opposition ont été interdites par les autorités locales. A Mahajanga, Toamasina, Fianarantsoa, les dirigeants de l’opposition ont alors peiné à rassembler du monde durant ces tournées. Depuis, l’ancien président a pris le relai et fait, à son tour, des visites dans d’autres villes pour essayer de contourner le barrage des autorités. Depuis des semaines, faire le tour des marchés communaux et assister aux cultes dans les temples FJKM sont devenus une habitude pour Marc Ravalomanana. Il profite de ces occasions pour multiplier ses apparitions publiques.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Revendication des paramédicaux : Service minimum dans les CSB II et les hôpitaux ce jour

Pour se faire entendre, le Syndicat des infirmiers et des sages-femmes de Madagascar (SISFM) organise une « journée morte » ce jour. Les paramédicaux qui travaillent dans les grands centres hospitaliers n’effectuent que huit heures de services contre vingt-quatre heures en temps normal. Les Centres de santé de base (CSB II) sous la responsabilité des paramédicaux seront fermés et ne recevront que les parturientes ainsi que les urgences vitales. Selon le président du SISFM, Jerisoa Ralibera, le syndicat ne reviendra pas sur sa décision et ce service minimum sera effectif dans tout Madagascar. Ces professionnels de santé revendiquent, entre autres, le paiement de leurs indemnités de réquisition pendant la crise sanitaire ainsi que la sécurisation de leurs lieux de travail. « Notre collègue dans le district d’Ambatolampy, CSB II Tsinjony, a été victime d’une attaque au début de cette semaine. Nous avons prêché dans le désert malgré les alertes que nous avons lancées », a-t-il indiqué

Malgré ce service minimum annoncé par les paramédicaux, les formations sanitaires sont prêtes à faire face à toute éventualité. Selon le directeur du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) , le Pr Olivat Rakoto Alson, une consigne a été déjà donnée à tout le personnel médical pour la prise en charge des malades lorsque le besoin se présente. L’effectif du personnel qui sera présent pendant les fêtes ne sera pas doublé, par contre une équipe est déjà prête à être appelée à tout moment pour renforcer la garde.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Sénatoriales-Résultats provisoires : 10 sièges à portée de main pour l’IRD et 2 pour le MMM

Ce serait la dernière élection que la CENI organise.

Vu le désistement des partis de l’opposition, les formations politiques pro-Rajoelina ont accaparé la majorité des sièges à la Chambre haute.

La CENI a procédé, hier à son siège à Alarobia, à la présentation des résultats provisoires des sénatoriales du 11 décembre 2020. Ces élections ont été la quatrième d’une série organisée par cette commission électorale à un an de la fin de son mandat. Concernant les sénatoriales proprement dites, tous les 114 bureaux de vote ont fait parvenir respectivement les résultats du scrutin. Sur les 12 465 grands électeurs inscrits sur la liste électorale, 11 642 ont pris part à ces élections. Même si le scrutin s’est déroulé sans encombre en général, l’on a toutefois noté des anomalies dans deux circonscriptions électorales, à savoir Miandrivazo et Morombe. Au vu des voix obtenues de chaque liste de candidat, la tendance serait de l’ordre de 10 sièges pour l’IRD et 2 places pour le MMM, le reste, en l’occurrence six sièges, relève de la prérogative du Président de la République. Ainsi, pour la circonscription électorale d’Antananarivo, les voix obtenues par chaque liste de candidat se présentent comme suit, IRD : 1392 (63,19%), MMM : 805 (36, 54%) et indépendance Faly : 6 (0,27%). Pour la province de Toamasina, le MMM a obtenu 811 voix (46,52%), l’indépendant Mbahiray 15 (0,86%) et l’IRD 921 voix (52,72%). Pour le reste des provinces, l’IRD a raflé les deux sièges, soit huit places.

Experts internationaux. Lors de cette publication des résultats provisoires, il a été souligné que « beaucoup d’efforts ont été déployés pour faire accepter par le plus grand nombre les résultats des élections ». Parmi les quelques points soulevés, citons entre autres, « la CENI a sollicité la communauté internationale pour un audit de la liste électorale, pour y déceler les imperfections et les limites. Ceci a été effectué par les experts de l’OIF, en présence des acteurs au processus électoral. La CENI a également sollicité la communauté internationale à procéder à l’audit du logiciel de traitement des résultats électoraux. Le PNUD a dépêché des experts internationaux indépendants, pour effectuer cet exercice, toujours en présence des acteurs au processus électoral ». Malgré tout, des voix se sont élevées quant à l’organisation des différents scrutins par la CENI.

Dominique R

Midi Madagasikara0 partages

Fêtes de fin d’année : L’EMMO-NAT avertit les fauteurs de trouble.

À l’approche des fêtes de fin d’année, les forces de l’ordre réunies dans l’Etat-major mixte opérationnel national (EMMO-Nat) mettent en place des mesures exceptionnelles. Des dispositions seront prises selon les contextes et les menaces qui pèsent sur la sécurité du peuple et du pays. Hier, une réunion de cette institution s’est tenue à la salle d’honneur du camp Général Richard Ratsimandrava à Andrefan’Ambohijahanary pour définir comment gérer les derniers jours de cette année. Cette période a été précédée par la tenue des élections sénatoriales qui a beaucoup mouvementé les affaires nationales. “Des individus mal intentionnés n’ont pas cessé de chercher tous les moyens pour perturber, voire pour annuler ces élections” , explique le commandant de la gendarmerie nationale. Puisque les résultats de cette échéance électorale n’ont pas encore été publiés et dans l’attente de cela, le risque est toujours prépondérant. Pour y faire face, l’EMMO-Nat affirme devoir être obligé d’installer tous les dispositifs de sécurité nécessaires, et cela devra être appliqué d’une manière stricte. Le Commandant de la gendarmerie l’a annoncé hier, pour mettre en garde les fauteurs de troubles. Il ajoute que ces mesures s’appliquent sur tout le territoire national à travers les organes décentralisés de l’EMMO-Nat. La réunion d’hier a également été une occasion pour faire un rappel à tous les usagers de la route sur la nécessité de la prévention et de la prudence en matière de circulation. 80 à 90% des accidents de circulation durant la période de fête viennent toujours de l’imprudence des conducteurs, que ce soit les automobilistes ou les motards. C’est pourquoi, l’EMMO-Nat veut sensibiliser le public sur l’obligation de s’abstenir à l’alcool tant qu’on est encore au volant ou au guidon. Dans le cas échéant, il invite chacun à ne pas hésiter à alerter les forces de l’ordre. En ce qui concerne les actes de banditisme comme les cambriolages et les attaques à main armée ainsi que les vols de bovidés et les attaques sur les routes nationales, des dispositions sont déjà mises en place et en train d’être renforcées pour les affronter. Le porte-parole de l’EMMO-Nat invite le public à alerter tout de suite les forces de l’ordre (Police nationale, Gendarmerie, Tafika malagasy) dès qu’il y a un cas suspect.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Banque SBM : Des actions de RSE en faveur des personnes les plus démunies

Lors de la journée de Noël pour tous organisée par la banque SBM, hier à Antsahavola.

La banque SBM a organisé hier une journée de ”Noël pour tous ” en faveur des personnes les plus démunies aux environs de son site d’implantation, soit à Antsahavola jusqu’à Analakely.

« Il faut dépenser moins pour faire la fête et il faut penser aux autres ! ». Le directeur général de la banque SBM, Youdananda Munian, l’a exprimé lors de cette journée de Noël pour tous. « Certes, on fait du business en tant que banque dans le pays, mais nous avons une responsabilité envers ces personnes défavorisées. Raison pour laquelle nous organisons cet événement chaque année, et ce depuis quatre ans. Notre objectif est de faire des actions communautaires avec le cœur afin d’apporter de la joie et du bonheur à ces gens-là qui ne sont autres que nos voisins et nos amis, en cette période de fêtes de fin d’année. Les petits gâteaux que je leur ai distribués, je les ai fabriqués moi-même », a-t-il évoqué. Et lui d’ajouter que ces actions entrent dans le cadre de la mise en œuvre du projet de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise) de la banque SBM. « Cela fait suite également aux actions humanitaires menées par le club Rotary dont je suis membre », a enchaîné le directeur général de la banque SBM.

Exceptionnel. Parlant de la journée de Noël pour tous proprement dite, « cette année, l’événement est exceptionnel. En effet, nous avons organisé divers jeux au profit d’une centaine de personnes les plus démunies, composées d’enfants avec leurs mères, qui sont issus des quartiers d’Antsahavola et d’Analakely. Des lots sont ensuite remis aux gagnants de ces jeux. Des repas chauds leur ont été également offerts. Nous avons, entre-temps, mobilisé des musiciens pour assurer l’animation durant l’événement », a expliqué Haingotiana Rajoelisolo, le directeur général adjoint de la banque. Mais ce n’est pas tout ! « Nous avons remis des vivres aux mères de famille tandis que des jouets et des friandises emballés dans des journaux comme papiers cadeaux, ont été offerts aux enfants à l’occasion de la célébration de la fête de la Nativité », a-t-elle poursuivi. L’utilisation des journaux comme papiers cadeaux sert à véhiculer le système de l’économie circulaire consistant à développer les activités de recyclage.

Eléments clés. Par ailleurs, « d’autres actions seront menées à compter de l’année prochaine, toujours en faveur de ces personnes les plus défavorisées. A titre d’illustration, nous allons lancer un autre événement intitulé « lecture pour tous » afin d’aider les enfants issus de ces couches les plus défavorisées à accéder à l’éducation. Peut-être, nous allons également aider des enfants pour leur scolarisation. En effet, l’éducation constitue un des éléments clés contribuant à la réduction de la pauvreté dans un pays », a fait savoir Youdananda Munian, le directeur général de la banque SBM. Il est à noter que cette entreprise a soutenu ces personnes démunies depuis la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. « Il faut toujours s’entraider car l’impact économique de cette crise sanitaire se fera encore sentir l’année prochaine », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Razafimahefa Herimanana : « Plus de blocage systématique au niveau du Sénat»

: Herimanana Razafimahefa, tête de liste de l’IRD dans la province d’Antananarivo. (Photo d’archives)

En marge de la présentation des résultats provisoires par la CENI, la tête de liste de l’IRD dans la province d’Antananarivo, Herimanana Razafimahefa, a donné son point de vue sur les sénatoriales. Tout d’abord, il a tenu à remercier les grands électeurs d’avoir eu confiance en sa personne. « Le développement du pays va connaître un nouvel essor, notamment pour les communes. Le mode de travail des institutions va être harmonisé », a-t-il soutenu, avant d’enchaîner qu’« il n’y aura plus de blocage systématique au niveau du Sénat ». Par ailleurs, il n’a pas manqué de remercier le Président de la République de lui avoir accordé sa confiance en tant que candidat de l’IRD dans la province d’Antananarivo.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Beronono Anjozorobe : May ny trano, nirefodrefotra ny basy

Ny voalohan’ny herinandro teo, andian-dahalo mirongo fitaovam-piadiana mahery vaika no nanafika tao amin’ny tanàna iray tany amin’iny kaominina Beronono, distrikan’Anjozorobe iny. Ankoatr’ireo zavatra sarobidy lasan’ireo tsy valahara dia mbola nodoran’izy ireo ihany ny tranon’olona. Fananana nangonina am-polon-taona, nodorana sy najedak’ireo olon-dratsy tao anatin’ny minitra vitsy monja.

Mitatao vovonana ! Tsy niandry hariva intsony, toy ny fanaon’izy ireo intsony ireo olon-dratsy tany amin’iny tapany avaratr’Antananarivo iny, vao miditra mandroba tanàna fa tena mbola antoandro be mihitsy. Tanàna iray, antsoina hoe Ambodimadiro, ao amin’ny kaominina Beronono no nataon’ny dahalo nitondra faisana indray ny alatsinainy lasa teo. Raha ny fampitam-baovao azo dia nahatratra teo amin’ny 12 lahy teo ireo malaso, izay nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika,  toy ny basy « kalachnikov » ary basim-borona maromaro. Nirefodrefotra tsy nisy toa izany ny feom-basy tao an-tanàna, izay mazàna, amin’izany ora sy fotoana izany dia saika efa zaza amam-behivavy sisa, raha mbola tavela any an-tsaha ny ankamaroan’ireo vatan-dehilahy. Mazava ho azy, tsy nisy sahy nanohitohitra ny fidiran’ireo dahalo an-tanàna ny rehetra. Hany ka nanao izay danin’ny kibony tamin’ny fandrombana ireo tafo vitsivitsy tao amin’ity tanàna ireto ireto farany. Raha ny angom-baovao hatrany dia nisy basin’ireo fokonolona lasan’ireo olon-dratsy tamin’ity fanafihana ity, ankoatr’ireo entana sarobidy nalain’izy ireo, mazava ho azy satria ireo omby dia mbola any an-tsaha avokoa amin’izany. Tsy vitan’io anefa, raha ny vaovao hatrany fa trano iray teo an-tanàna no nodoran’izy ireo tsy nanany hantra. Soa fa tsy nisy naninona tao anatin’izany, raha ny fampitam-baovao azo hatrany, saingy ireo entana no tsy nisy azo noraisina intsony. Niaina tao anaty tebiteby sy ny tahotra tanteraka ireo mponina nandritry ny minitra maromaro nanaovan’ireo jiolahy ny asa ratsiny. Taorian’izay moa vao afaka niantso vonjy ireo mponina ary tonga avy hatrany tany an-toerana ireo mpitandro filaminana. Natao avy hatrany ny fanarahan-dia sy ny hazalambo tany an-toerana, hikarohana ireo nahavanon-doza.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ambatonakanga Ambohidahy : Paniers garnis, décoration et éclairage de la part de Havana Resort

Parce que décembre est un mois d’amour, de partage et de solidarité, Havana Resort Spa n’a pas oublié d’offrir les meilleures conditions de fête aux habitants d’Ambatonakanga – Ambohitsorohitra – Ambohidahy, lieu où l’hôtel est implanté. Hier, mercredi 23 décembre 2020, l’équipe de l’Hôtel de luxe a remis des paniers garnis (riz, légumineuses, huile, savon, et friandises) à 100 familles vulnérables du quartier. Selon Tahiana Razanamahefa : « il ne s’agit pas de la première action sociale de Havana Resort Spa. Chaque année, nous distribuons des vivres aux habitants de ce quartier afin qu’ils puissent passer de merveilleuses fêtes de Noël et de fin d’année ».

Le confort du quartier. Outre la remise de paniers garnis aux familles, l’hôtel s’est également engagé à maintenir le quartier propre et sécurisé. C’est pour cette raison que dès que les ordures ont commencé à s’entasser un peu partout à Antananarivo, Havana Resort a tout de suite pris l’initiative de se débarrasser des déchets ménagers dans le quartier. Puis concernant la sécurité, l’hôtel a aussi installé des panneaux solaires et des systèmes d’éclairage à Ambohidahy pour remédier au problème d’insécurité qui règne à Antananarivo. Une initiative approuvée par la population locale. Outre cela, comme c’est la période de Noël, des décorations sont installées un peu partout à Ambatonakanga-Ambohidahy, histoire d’embellir les environs selon la tradition de Noël.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Soutien aux victimes de violences sexuelles : 24 500 dollars pour le projet « Women Break the Silence »

Une équipe malgache figure parmi les heureux bénéficiaires d’un financement remis dans le cadre du « 2020 Alumni Engagement Innovation Fund » (AEIF) pour son projet soutenant les victimes de violences sexuelles.

 « Women Break the Silence », un projet visant à soutenir les victimes de violence sexuelle, à combattre la stigmatisation autour de l’agression sexuelle, et à faire connaître les lois contre la violence basée sur le genre, vient de bénéficier d’un sérieux coup de pouce. Dans le cadre du « 2020 Alumni Engagement Innovation Fund (AEIF) », une compétition mondiale organisée par le Bureau des Affaires Educatives et Culturelles du Département d’État américain (ECA), le projet bénéficie d’un financement de 24 500 dollars.

YALI. Porté par Marie Christina Kolo et son équipe, ce projet prévu de débuter en janvier 2021 se concentrera sur sept localités : Antananarivo, Antsiranana, Toamasina, Ambovombe, Fianarantsoa, Nosy Be et Mahajanga. « Notre objectif est d’aider les victimes à passer du statut de victimes à celui de survivantes », a déclaré Kolo, l’initiatrice du projet et non moins écoféministe, entrepreneur social et activiste pour le climat. Pour le projet « Women Break the Silence », elle s’est entourée d’une équipe de leaders, ayant tous participé au programme Young African Leaders Initiative (YALI) du Département d’État américain : Riambelo Onjaniaina Rasamimanana, Daniela Loberline Ratiarisoa, Tsimihipa Andriamazavarivo et Rado Harintsoa Rakotosamimanana.

Recueil de données. « Grâce à ce financement, l’équipe recueillera des témoignages et des données sur le harcèlement sexuel et l’agression sexuelle dans les lycées et les universités. Ces informations seront, par la suite, utilisées pour créer des œuvres d’art, des jeux de société et d’autres outils innovants pour sensibiliser à la violence sexuelle et aider les victimes à surmonter leur traumatisme », explique l’ambassade des Etats-Unis. Plus tard, l’équipe ambitionne de créer des centres pour les victimes de violence basée sur le genre. Rappelons que Marie Christina Kolo est la cinquième ancienne participante malgache au programme d’échange, ayant remporté un prix AEIF. Parmi les précédents gagnants figurent Ketakandriana Rafitoson (2012) ; Mirana Razafindramboa ( 2015) ; Adrienne Andriantsialonina (2016) et Manoa Rakotoarison (2018).

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

MADAGASCAR – INDONESIE : VERS LA CREATION D’UNE COMMISSION MIXTE ;

Le chargé d’affaires indonésien M. Benny Pieter Siahaan et le PM Ntsay Christian en tenue traditionnelle indonésienne.

Le nouveau chargé d’affaires en pied d’Indonésie à Madagascar, M Benny Yan Pieter Siahaan, a rendu une visite de courtoisie auprès du Premier Ministre, chef du gouvernement, mardi dernier, au palais de Mahazoarivo. Une occasion pour les deux parties de raffermir davantage les relations économiques et commerciales qui existent entre les deux pays depuis 1975. En effet, une commission mixte devrait se tenir l’année prochaine pour discuter des questions relatives aux efforts déployés visant à développer la coopération entre les deux pays. Il s’agit de l’élaboration de l’accord commercial préférentiel, l’exploitation minière, l’éducation, les mesures de sauvegarde pour les produits d’exportation indonésiens à Madagascar, la protection du secteur commercial prioritaire et surtout l’ouverture de notre consulat ou ambassade à Jakarta pour faciliter la mise en œuvre de tous ces projets. La primature, le ministère des Affaires étrangères et diverses parties prenantes indonésiennes et malagasy seront représentés à cette commission.

Rappelons que l’Indonésie a offert plusieurs bourses, stages pour les étudiants, les fonctionnaires et les militaires malagasy qui ont la possibilité de voir l’essor économique de ce pays membre du G20, et espère que les relations économiques bilatérales entre les deux pays frères – qui ont des liens fraternels et historiques depuis des siècles – sont basées sur le principe d’une coopération mutuellement avantageuse.

Nary

Midi Madagasikara0 partages

Une population qui ne : prend plus goût à la fête

En cette veille de Noël, c’est un certain désenchantement que l’on ressent chez tous les Malgaches. Il n’y a pas cette émotion précédant la fête de la nativité synonyme d’espoir. Les neuf mois qui se sont écoulés ont porté un coup sévère au moral d’une population qui a pourtant traversé d’autres crises. Mais cette fois-ci, ce fut encore plus dur. Les lumières et les décorations multicolores installées à Analakeky permettent de donner le change, mais dans tous les foyers, il n’y aura pas ces belles tablées familiales qui nous sont si chères à Noël. Les porte-monnaie sont à moitié vides et les citoyens sont déjà résignés à accueillir la nouvelle année sans démonstration de joie excessive.

Une population qui ne : prend plus goût à la fête

Les Malgaches ont traversé ces neuf mois de Covid-19 avec une patience admirable, mais ils n’en sont pas sortis indemnes. Les épreuves ne sont pas terminées, elles vont même s’amplifier. Les fêtes de fin d’année devraient leur permettre de retrouver un peu de cet espoir qu’ils ont perdu. C’est encore sous la menace du Coronavirus qu’ils doivent passer ces derniers jours de l’année 2020. La contrainte des gestes-barrière et du port du masque pèse énormément sur leurs habitudes et les empêche de retrouver cette convivialité qui leur est chère. La fête sera donc différente et on peut même dire qu’elle sera sans éclat. Les Tananariviens sont particulièrement nombreux dans les rues, mais ils ne sont pas pris par une fringale d’achat car ils disposent d’un budget limité. Les volailles et les victuailles de toutes sortes sont hors de prix pour la majorité des familles devenues économiquement faibles. Beaucoup de pères et de mères ont perdu leurs sources de revenus. Les plus chanceux sont au chômage technique et disposent d’une allocation ne leur permettant cependant pas de faire des folies. Cette fin d’année laissera un goût amer à la majorité de la population. Elle ne la prépare pas à de belles perspectives.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Noël : Wawa transcendera le Cemes Antanimora

Wawa continue le Tour « Mizaha aloha fo ».

Pour la fête de la nativité, les chants lyriques et d’évangélisation ne sont pas les seuls à sévir sur scène. Si les gens de la capitale privilégient les chants lyriques dans les églises et les temples, les chanteurs de musiques tropicales ne chôment pas le jour de Noël. Toujours dans le cadre du Tour « Mizaha aloha fo », Wawa choisit donc la date de demain soir pour renouer avec les noctambules de la capitale. Ça va bouger avec l’enfant terrible de Nosy-Be. Wawa, avec ses grands tubes, fera danser les amateurs de « mozika mafana » et mettra le feu dans son lieu de prédilection. Une ambiance en mode 400 Volts, c’est ce qui attend tous ceux qui seront au rendez-vous.

Une aubaine pour ceux qui aiment passer les soirées effrénées « les gens risquent de s’ennuyer pendant les fêtes si aucun rendez-vous musical n’est mis sur pied dans la soirée du 25 décembre. Ce choix se rapporte surtout à cet effet, tout en saisissant une occasion d’attirer plus de monde qu’au cours de l’année, surtout que Noël tombe un vendredi », avance un organisateur. Par ailleurs, Wawa n’est pas le seul à assurer une ambiance car d’autres chanteurs seront également à l’affiche dans d’autres lieux. A l’exemple du Jao’s Pub Ambohipo qui offrira une double vibration avec Mr Bona Nghoma de Madagascar et la jeune Elidiah.

 Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Football – Trophée Orange : Victoire du Cosfa et de Fosa Juniors

Fosa Juniors confirme son hégémonie.

Implacable loi de la logique. C’est ce qu’on peut dire des résultats de deux finales d’hier à Toamasina et à Mahajanga. Le Cosfa qui a renforcé ses lignes en recrutant le grand défenseur de Zanakala, Berajo, a pu se défaire d’une entreprenante équipe de Tia Kitra qui a tout tenté pour revenir au score mais les militaires faisaient bonne garde. Le Cosfa ouvrit le score à la 15ème mn par Safidy pour ensuite se contenter de cet avantage. Une attitude logique car il ne peut pas non plus dévoiler toutes ses batteries dans ce tournoi de pré-saison de Pro League dénommé Trophée Orange. Au bout, Cosfa et Tia Kitra gagnent chacun une prime de 750 000 ariary. Ce qui n’était le cas à Mahajanga qui a connu la foule des grands jours avec ce que cela suppose de très bonnes recettes à même de booster les primes. On parlait dans les coulisses de six millions d’ariary pour Fosa Juniors contre quatre millions d’ariary pour l’AS Adema. Cette dernière s’est inclinée devant Fosa sur le score de 1 à 3 qui confirme la solidité défensive des Majungais et la force de sa ligne offensive. On l’a dit et redit que dans sa composition actuelle et sous la houlette de l’Italien Salvatore Nobile, Fosa Juniors sera difficile à déloger et fait figure de grandissime favori de cette Orange Pro League 2021. L’équipe est complète dans ses lignes dans une configuration inhabituelle de 4-1-3-2. Outre Theodin et Lõlõdy qui forment la charnière centrale, on notera l’efficacité de André, cet ancien de Fosa Analamanga, mais aussi l’aisance de deux attaquants Jean Yves et Rinjala. Une chose est toutefois certaine, on verra une Pro League beaucoup plus disputée pour la nouvelle saison. Et c’est tant mieux pour tout le monde surtout pour ceux qui aimeraient voir des locaux au sein des Barea.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

RN3 et RN4 : Deux morts dans des collisions entre motos et voitures

Les excès de vitesse font de nouvelles victimes. En deux jours, deux personnes ont été tuées dans deux différentes collisions entre motos et voitures. La première s’est produite sur la RN4, dans le fokontany Antamboho, commune et district d’Ankazobe (PK 89+900), le 21 décembre vers huit heures et demie du matin. En provenance d’Antananarivo et en direction de Mahajanga, une voiture Peugeot 405 a percuté par derrière une moto cross, avec des passagers faisant une triple montée, roulant sur une ligne droite, à un endroit appelé Ambohimanarina. Roulant à vive allure, la voiture a par la suite heurté un piéton qui marchait sur l’accotement gauche de la route avant de s’arrêter. Résultat : un motocycliste a été tué sur le coup. Quatre personnes ont été blessées dont le chauffeur de la voiture. Le constat effectué par la gendarmerie a révélé que l’excès de vitesse commis par le chauffard a provoqué ce drame. Celui-ci a été placé en garde à vue auprès de la gendarmerie d’Ankazobe pour les besoins de l’enquête.

Talatavolonondry. Le deuxième accident a eu lieu hier au niveau du hameau appelé Ankoparoa, fokontany Avaratsena, commune rurale de Talatavolonondry au PK 1+400 de la route d’intérêt provincial numéro 19 (RIP19) reliant la RN3 à Sadabe. En provenance de Talatavolonondry, un véhicule Sprinter Mercedes Benz est entré en collision avec une moto routière de marque Kinlon, avec deux sexagénaires à bord, qui venait du sens opposé. Le choc a tué le conducteur de la moto et a gravement blessé son passager, qui est une femme. Alertés de ces faits, des gendarmes du poste avancé de Talatavolonondry se sont rendus sur les lieux pour procéder au constat d’usage. Celui-ci a également révélé que c’était, cette fois encore, l’excès de vitesse des deux véhicules qui roulaient dans un virage, qui est à l’origine de l’accident. Le chauffeur de la voiture a été arrêté. La blessée a été évacuée d’urgence au CSB II de Talatavolonondry. Le corps du défunt, qui est un résident d’Ambohitrolomahitsy, a été récupéré par sa famille. La gendarmerie du poste avancé de Talatavolonondry se charge de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

67Ha : Mpivarotra rongony miandahy miambavy voasambotra

Voasambotry ny polisy teny 67Ha ny olona 11 mianadahy, sivy lahy sy roa vavy,voampanga ho nandray sy nivarotra rongony. Tsy lavitra ny kianja filalaovam-baolina izy ireo, izay voalaza fa tsy mpilalao baolina kitra akory izy ireto fa mpivarotra sy mpifoka rongony eny amin’ny faritra 67ha sy ny manodidina.

« Samy mahafantatra isika rehetra fa mampirisika azy ireo hanao herisetra eny anivon’ny fiaraha-monina ny fifohana izany , anisan’izany ny fanolanana lazain’ny fitaovan-tserasera isan-karazany. Ankoatra izay dia hita taratra fa ny ankabeazan’ny olon-dratsy, mpanendaka sy mpamaky trano tratran’ny polisy dia mpidoroka zava- mahadomelina avokoa », hoy ny fanazavana avy amin’ny polisim-pirenena. Mitohy ny ady amin’ny fiparitahan’ny rongony. Tsy mbola misy ny fahalalahana mivarotra sy mandray azy io, fa tsy araka ny vaovao aparitaky ny sasany momba izany. Manentana ny rehetra hatrany ny mpitandro filaminana mba hitoroka raha misy ny olona hita fa mivarota sy mandray rongony, fa enjehin’ny lalàna izany ary mety mampiditra am-ponja ihany koa.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Soirées : Trois jours inédits au Point d‘Exclamation

L’accueil reste toujours incomparable au Point d’Exclamation pour les grandes occasions.

Les soirées du 24, 25 et 26 décembre seront particulières au Point d’Exclamation Lounge Bar à Analakely. Pour les habitués, ils pourront retrouver l’ambiance qu’ils affectionnent dans ce cadre huppé de la capitale. D’autant qu’il se trouve en plein centre-ville. La « Xmas night » de ce jour sera divisé en trois phases. A partir de 19 heures, place au dîner de Noël. Durant lequel, les fins gourmets seront servis, entre autres, de « bouchée à la reine aux fruits de mer », de « filet de sole pané à la bière accompagné de frites pont neuf et purée de légumes aux fines herbes », etc.

A 21 heures, ce sera « ambiance clubbing » et à 3 heures du matin, de l’« after clubbing ». Pour ainsi dire, les noctambules n’auront pas le temps de chômer. Dès le lendemain, l’établissement proposera la même formule. Toujours dans l’esprit « Christmas party ». Le principe reste le même avec une carte gastronomique relevée. D’ailleurs, le chef du Point d’Exclamation Lounge Bar est l’un des meilleurs de la capitale. Sur la piste, l’ambiance sera distillée par les Dj’s Herwell’s Callan et Nougat. La nouvelle vague talentueuse et créative en la matière actuellement.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Foire 4M : L’économie de la distanciation en marche

La Foire 4M a été inaugurée le 17 décembre dernier.

Une grande première. C’est ce que l’on peut dire de la première édition de la foire 4M (Madagasikara, Mijoro, Miray Hina, Mifaly), qui s’est déroulée au parc des expositions Forello, la semaine dernière. Une foire marquée, par ailleurs, par le concept d’une économie de la distanciation qui est en marche.

Une foire multi-filière qui a présenté un plateau de qualité en matière de produits spécifiquement Vita Malagasy avec un excellent prisme culturel. Dans le domaine des artistes, l’on a vu la présence d’un plateau de qualité comme Mamy Rajoelisolo, Gabriel et Cartbon). Des stars du showbiz comme Ambondrona, Shyn Denise étaient également de la partie lors de cet événement qui a, par ailleurs, donné une meilleure visibilité d’une industrie du cinéma encore à construire et à structurer au niveau de la Grande île.

Identité culturelle

« Cet évènement a réaffirmé clairement une identité culturelle malagasy. D’ores et déjà, cette première démonstration révèle que nous pouvons proposer des offres bancables en matière de film d’animation », indique-t-on auprès de l’agence organisatrice Première ligne. Malheureusement, l’événement n’a pas connu l’affluence attendue. «Aussi, eu égard aux efforts de communication déployés par l’ensemble des exposants, nous pouvons constater que les consommateurs ont encore du mal à apprécier le Vita Malagasy même lorsqu’il est de qualité exportable. L’économie endogène, consciente et objective reste encore à bâtir », selon toujours l’agence Première ligne. Et pourtant, l’organisateur et les exposants n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire la promotion de la Foire 4 M. « Réel succès au niveau des réseaux sociaux – à titre d’exemple, plus de 8 000 invitations gratuites téléchargées et plusieurs milliers de « like » ont ponctué les annonces de remises, cet engouement Facebook ne se sera pas transformé en réalité dans la présence physique des visiteurs. Nous savons maintenant que la défense du « Made in Madagascar » devra multiplier ses efforts et faire preuve d’inventivité pour exploser le plafond de verre limitant ce type d’initiative à un simple succès d’estime ». Ayant eu pour objectif de pousser le redémarrage économique de Madagascar, la foire 4M, accompagné d’un dispositif sanitaire inégalé dans tous les autres espaces publics (tunnel de décontamination, port de masque obligatoire et gel à tous les coins de la foire) laissera le souvenir de la présence effective d’exposants précurseurs et courageux se mettant en compréhension des enjeux économiques de demain.

Plateforme interactive

Bref, la Foire 4M aura quand même été un succès malgré une influence moyenne. « En réalisant une grande première avec la première plateforme interactive « Digital Business Network », celle-ci se sera révélée tout à fait positive et confirme la capacité des différents opérateurs techniques malagasy à faire face à la nouvelle problématique post-Covid de ce que va être l’économie de la distanciation. Pouvant être un véritable catalyseur d’un « Branding Madagascar » performant au niveau international, le Digital Business Network s’annonce comme une des solutions efficientes à la dégringolade de l’ariary par une consolidation de l’exportation des produits « Made In Madagascar ». Pour cette première, la pharmacopée et les huiles essentielles malagasy étaient à l’honneur avec une présence très « corporate » de Pharmalagasy fortement convaincue par la capacité d’émergence de sa nation, cette première édition aura notamment cristallisé la jeunesse entrepreneuriale et lui aura permis de mesurer le chemin restant à parcourir pour cheminer vers un succès attesté de notre commerce pour satisfaire le marché intérieur et aborder le marché international.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Un homme auteur de plusieurs viols, arrêté

Un homme auteur de plusieurs viols a été identifié puis interpellé par les forces de l’ordre à Madiotsifafana, Ambatondrazaka. Après son arrestation, l’homme de 53 ansa été présenté, ce lundi, devant le juge dans le tribunal d’Ambatondrazaka, pour viol et agression sexuelle avant d’être écroué. Il est accusé d’abus sexuel sur des enfants. Les victimes sont seulement âgées de trois, six, neuf et dix ans. La tragédie s’est déroulée en novembre et au début du mois de décembre. C’est une proche de l’une des victimes qui a mis fin à ses agissements et a interpellé les forces de l’ordre. La personne a rapporté ce que la fillette lui avait confié, elle a accusé le quinquagénaire d’avoir abusé sexuellement d’elle. Les limiers sont intervenus après la plainte déposée par le requérant. Les enquêteurs ont découvert pendant l’examen de la situation que cet homme avait commis plusieurs abus sexuels sur d’autres enfants. L’agresseur n’a pas nié les faits durant ses auditions. Les constatations médicales réalisées dans la foulée confirment que les filles ont bel et bien été agressées sexuellement.

L’abus sexuel est un fait qui est d’actualité dernièrement à Madagascar. D’après la police nationale, dans de nombreux cas, les abus sexuels sont commis par un individu de l’entourage de l’enfant, comme un membre de la famille ou une connaissance. Ces six derniers mois, les viols sur des enfants ont marqué les esprits. Contrairement à ceux sur les filles, les abus sexuels sur les garçons sont toutefois commis par des personnes en dehors de la famille. La police des mœurs et des mineurs sensibilise les parents sur l’importance de la prévention. « Il est important de parler du risque d’un abus sexuel aux enfants et de faire des mises en garde pour éviter les agressions sexuelles… », indique un policier travaillant dans la section des mœurs et mineurs. Les forces de l’ordre incitent aussi les parents à reconnaître les droits des enfants. Le viol est considéré comme un acte criminel.

 Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Sénatoriales-Résultats provisoires : 10 sièges à portée de main pour l’IRD et 2 pour le MMM

Vu le désistement des partis de l’opposition, les formations politiques pro-Rajoelina ont accaparé la majorité des sièges à la Chambre haute.

La CENI a procédé, hier à son siège à Alarobia, à la présentation des résultats provisoires des sénatoriales du 11 décembre 2020. Ces élections ont été la quatrième d’une série organisée par cette commission électorale à un an de la fin de son mandat. Concernant les sénatoriales proprement dites, tous les 114 bureaux de vote ont fait parvenir respectivement les résultats du scrutin. Sur les 12 465 grands électeurs inscrits sur la liste électorale, 11 642 ont pris part à ces élections. Même si le scrutin s’est déroulé sans encombre en général, l’on a toutefois noté des anomalies dans deux circonscriptions électorales, à savoir Miandrivazo et Morombe. Au vu des voix obtenues de chaque liste de candidat, la tendance serait de l’ordre de 10 sièges pour l’IRD et 2 places pour le MMM, le reste, en l’occurrence six sièges, relève de la prérogative du Président de la République. Ainsi, pour la circonscription électorale d’Antananarivo, les voix obtenues par chaque liste de candidat se présentent comme suit, IRD : 1392 (63,19%), MMM : 805 (36, 54%) et indépendance Faly : 6 (0,27%). Pour la province de Toamasina, le MMM a obtenu 811 voix (46,52%), l’indépendant Mbahiray 15 (0,86%) et l’IRD 921 voix (52,72%). Pour le reste des provinces, l’IRD a raflé les deux sièges, soit huit places.

Experts internationaux. Lors de cette publication des résultats provisoires, il a été souligné que « beaucoup d’efforts ont été déployés pour faire accepter par le plus grand nombre les résultats des élections ». Parmi les quelques points soulevés, citons entre autres, « la CENI a sollicité la communauté internationale pour un audit de la liste électorale, pour y déceler les imperfections et les limites. Ceci a été effectué par les experts de l’OIF, en présence des acteurs au processus électoral. La CENI a également sollicité la communauté internationale à procéder à l’audit du logiciel de traitement des résultats électoraux. Le PNUD a dépêché des experts internationaux indépendants, pour effectuer cet exercice, toujours en présence des acteurs au processus électoral ». Malgré tout, des voix se sont élevées quant à l’organisation des différents scrutins par la CENI.

Dominique R

Midi Madagasikara0 partages

Maladies respiratoires : Une moyenne mensuelle de 189 151 cas en 2020

A l’échelle mondiale, la pollution atmosphérique est responsable de 7 millions de décès. A Madagascar, plus d’un décès sur cinq serait causé par une exposition à la pollution.

« A Madagascar, comme dans le monde, la pollution de l’air devient une menace de plus en plus grande pour la santé de la population ». Pour le cas de la ville des mille, en particulier, « la surveillance continue et en temps réel de la qualité de l’air depuis septembre 2020 a montré que pendant les quatre derniers mois, la ville d’Antananarivo a connu plusieurs épisodes de pollution successifs ». Ainsi, selon les résultats de cette surveillance continue, les pics de pollution seraient survenus « entre mi-octobre et mi-novembre, avec des taux de pollution journaliers allant jusqu’à 190 μg/m³», soit 7,6 fois supérieur au seuil recommandé par l’OMS qui est de 25 μg/m³. Une situation qui cause d’importants impacts sur la santé publique, en particulier sur la santé des enfants. « Une réalité bien cachée » et dont les conséquences sont les maladies respiratoires, le retard de croissance, les naissances prématurées, la malnutrition et des maladies telles que le cancer. La perturbation du développement de l’enfant est également une conséquence néfaste de la pollution de l’air. Cette dernière pouvant être attribuée à l’air ambiant mais surtout être assimilée à une pollution intérieure causée par l’utilisation de poêles à charbon.

Surveillance. Pour pallier cette problématique, une série de mesures visant à renforcer les efforts de surveillance de la qualité de l’air vont être initiées par plusieurs acteurs, à savoir l’Unicef, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie à travers la Direction générale de la Météorologie, le ministère de l’Environnement et du Développement durable à travers la Direction de la gestion des Pollutions, des Déchets et de l’Intégration de la dimension environnementale, le ministère de la Santé publique à travers le Service de santé et environnement et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique à travers l’Institut national des sciences et techniques nucléaires et le Centre national de recherches sur l’environnement. Lesdites mesures prévoient la mise en place d’un réseau de station, la sensibilisation ou encore l’adoption de mesures durables. Outre les mesures, des séances de concertation entre les secteurs concernés devraient accoucher d’un plan de gestion durable de la pollution de l’air à Madagascar.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Ericsson : Des solutions futuristes dans le rapport ConsumerLab

Les machines connectées intelligentes deviendront une partie importante de la vie d’ici 2030, selon les consommateurs. C’est ce qu’affirment les représentants de la multinationale Ericsson, dans leur présentation d’applications innovantes. « Les consommateurs s’attendent à ce que la technologie connectée devienne plus flexible et interactive à l’avenir et voient les appareils permettant des choix plus proactifs, voire créatifs, dans un large éventail de situations de la vie quotidienne d’ici 2030 », ont-ils noté. La dixième édition du rapport Ericsson ConsumerLab 10 Hot Consumer Trends met en évidence les prédictions des consommateurs sur les différents rôles que les machines intelligentes connectées pourraient jouer à l’avenir. Chacun de ces rôles pourrait être considéré comme de nouveaux domaines de service, ouvrant une gamme d’opportunités aux fournisseurs de services 5G d’étendre progressivement les réseaux intelligents à leurs clients.

Attentes. Basé sur des recherches de longue date sur les tendances mondiales, le rapport ConsumerLab 10 Hot Consumer Trends 2030 représente les attentes et les prévisions de 50 millions de premiers utilisateurs de technologies dans 15 grandes villes. Dans cette étude, les répondants ont évalué 112 concepts de machines intelligentes connectées, allant d’une perspective centrée sur l’humain à une perspective plus rationnelle. Le résultat est un aperçu des 10 rôles que les consommateurs attendent des machines intelligentes connectées dans la vie quotidienne d’ici 2030. Chaque tendance du rapport décrit un rôle spécifique que ces machines pourraient jouer. « J’ai été surpris de voir que les attentes des consommateurs en matière de connectivité plus intelligente sont plus élevées que pour tout autre type de machine intelligente connectée. La tendance Connectivity Gofers comprend des prédictions selon lesquelles les appareils s’adapteront intelligemment à n’importe quel signal, l’utilisation de la connectivité cellulaire, Wi-Fi et fixe étant transparente, ainsi que des localisateurs de signaux intelligents qui guident les utilisateurs vers des endroits avec une couverture optimale, même dans les zones surpeuplées », a déclaré Dr Michael Björn, responsable du programme de recherche, Ericsson Consumer IndustryLab, et auteur du rapport.

Tendance. D’après le rapport, les Top 10 tendances de consommation en vogue pour 2030 sont le body bots pour soutenir la posture ; les anges gardiens pour bloquer l’espionnage électronique ; les bots communautaires pour la surveillance électronique ; les bots de durabilité pour les alertes aux torrents de pluie locaux et aux explosions de chaleur, les agents de la maison ou haut-parleurs antibruit ; les explicateurs pour la gestion financière automatisés ; les gofers de connectivité pour guider vers des points de connectivité optimaux ; les baddie bots, robots méchants qui peuvent être formés pour effectuer des cambriolages ou attaquer d’autres personnes ; et les créateurs de médias pour organiser le contenu.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Souvenirs royaux : Plus de 250 pièces intègrent le Rovan’i Madagasikara

Robe de cour, photos, cartes postales… retracent l’histoire.

Petit à petit, les patrimoines matériels de Madagascar reviennent au bercail. Après la couronne du dais royal, plus de 250 pièces vestiges de l’ancienne vie de Ranavalona III et de la princesse Ramasindrazana ornent désormais le Rova de Madagascar.

Acquis lors de la vente aux enchères qui s’est tenue à Londres le 8 décembre dernier, le lot contenant plus de 250 pièces sur l’ancienne vie de la Reine Ranavalona III et de la princesse Ramasindrazana vient de retrouver sa place légitime au Rovan’i Madagasikara. Hier, la cérémonie de remise du trésor de la royauté malgache, dirigée par la ministre de la Communication et de la culture, s’est tenue en présence des descendants de la Reine Ranavalona III et du Premier ministre Rainilaiarivony.

Selon Lalatiana Andriatongarivo lors de son allocution, notre ignorance de notre propre histoire a toujours été une grande faiblesse qui a conforté notre manque d’identité culturelle. Par ailleurs, c’est la raison pour laquelle l’Etat essaie d’amasser le maximum de patrimoines matériels portant sur l’histoire de Madagascar, éparpillés un peu partout dans le monde.

Une bribe d’histoire des plus importantes de Madagascar se matérialise dorénavant dans le musée. Robe de cour, une bonne cinquantaine de photographies de la Reine Ranavalona III, une quarantaine de cartes postales à son effigie, des éphémérides comprenant des concerts dédiés à la Reine lors de son exil à Algérie… sont désormais exposés au Rovan’i Madagasikara. Si l’ouverture au public du musée était prévue avant les fêtes de Noël, le musée ouvrira ses portes plus tard en raison des préparatifs.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

RN5 : Olona iray maty tsy tra-drano, maro ireo naratra mafy

Loza mahatsiravina no nitranga tamin’ny lalam-pirenena fahadimy iny, izay mampitohy an’i Fenerivo atsinanana sy Soanierana Ivongo, ny talata 22 desambra teo tokony tamin’ny 10 ora misandratr’andro iny. Teo anelanelan’ny tanàna antsoina hoe Manankatafana sy Ambalakondro no nisehoan’ity lza mahatsiravina ity araka ny vaovao avy any an-toerana. Fiara taksibrosy manao fitaterana mimpitohy iny zotrav mianavaratra i Fenerivo Atsinanana no tra-doza noho ny tandrevaky ny mpamily sy ny fandehanana mafy amin’ny fanenjehana isa sy ny vola miditra. Maika ny hisongona ny olana ka teo no niseho ny tsy nampoizina, satria ny fiara iray avy any Soanierana Ivongo hiazo an’i Toamasina, ilay fiara iray afa kosa avy ao Fenerivo Atsinanana hiazo an’i Soanierana Ivongo ka nifanehitra ny fiara roa. Vokatra izany dia olona niisa 19 be izao no naratra, ka ny 14 tamin’izany voatery nentina notsaboina tao amin’ny hopitaly ben’ny Fenerivo Atsinanana. Ny 05 kosa araka ny loharanom-baovao dia nentina teo anivon’ny CSBII tao Ampasimbe Manantsatrana notsaboina. Rangahy iray izay isan’ny mpandeha tamin’ireo taksiborosy ireo kosa no maty vokatry ny hamafin’ny fifandonana rehefa tonga teny amin’ny hopitaly ben’ny Fenerivo Atsinanana. Ny mpandeha 03 ihany koa dia mbola ahiana ny fahasalamany vokatra io fifanodanana mafy teo amin’ny fiara roa nifanena io. Raha vao nahare ny lozam-pifamoivoizana ity ny governora tany an-toerana dia avy hatrany nitondra ny voatsirambin’ny tanany nanampiana ireo naratra eo anivon’ny hopitaly ben’ny Fenerivo Atsinanana, ka nandritra izany koa no nilazany fa “tsy maintsy handraisana fepetra ireo fiara mpitatitra olona tsy manaja ny lalan’ny fifamoivoizana noho ny fanenjehana mpanjifa sy ny vola miditra ity, satria mitera-doza izany ka izao iarahantsika mahita izao ny vokany izay hamoizana ain’olona tsy manan-tsiny mihintsy amin’izao ankatoky ny fety izao”.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Commune Alasora : Huit à dix millions d’ariary pour les élèves et les enseignants

Colossal ! Voilà comment on peut qualifier le budget que la commune Alasora a réservé aux enseignants et aux élèves des établissements scolaires publics dans cette zone d’administration pédagogique. Le « kianja maintso » d’Alasora était plein comme un œuf hier. Des paniers garnis ont été remis aux 300 enseignants issus des écoles primaires publiques, du collège d’enseignement général et des lycées. Des fournitures scolaires comme des craies, éponges et des livres ont aussi été octroyées à ces établissements scolaires. 6 000 élèves ont également reçu des friandises ainsi que des jouets. Selon le maire de cette commune, Jimmy Randriantsoa, ces présents résultent du partenariat public-privé d’une valeur de huit à dix millions d’ariary. «Aucun enseignant n’a été oublié durant cet évènement, y compris les maîtres Fram . Ils viennent fréquemment frapper à la porte de la commune pour demander de l’aide », a-t-il indiqué. La célébration de la fête de la Nativité cette année se démarque des précédentes éditions car, cette fois-ci, elle met en exergue le secteur de l’éducation.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Gouverneur Lylison : Lutte contre l’insécurité alimentaire

Dans le cadre du programme de l’Etat visant à atteindre l’autosuffisance alimentaire, le gouverneur de la région Sofia, René de Rolland Urbain Lylison, a fait savoir que le district de Port-Bergé met à disposition 100 000 Ha, et ce, en tenant compte de ce qu’a déclaré le Président de la République qui a indiqué que le pays a besoin de 400 000Ha pour sa production rizicole. Et pour atteindre cet objectif, le gouverneur de la Région Sofia a souligné la capacité de production dudit district. D’ailleurs, il est à la tête du comité de contrôle et suivi dans la région. Toujours est-il que cette région est réputée pour sa production rizicole et l’autosuffisance alimentaire n’est pas un vain mot pour Sofia. C’est ce qui fait qu’elle ravitaille plusieurs régions du pays, en l’occurrence la capitale. A part ces 100 000 Ha disponibles, 60 000 Ha sont également exploitables dans les plaines de Bekapila et Mahadrodroka sises dans le district de Mampikomy. C’est dire l’importance que ce gouverneur attache à la lutte contre l’insécurité alimentaire.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Raharaha Soavimasoandro : Hotsaraina anio eny Anosy ilay raim-pianakaviana

Raha tsy misy ny fiovàna dia anio no handalo eo anoloan’ny mpitsara ilay raharaha mahakasika ilay fanaovana herisetra tamina zaza, nataona raim-pianakaviana iray tetsy Soavimasoandro. Hohenoina eo anoloan’ny hazomeloka, ao amin’ny efitrano fitsaràna faharoa, manomboka amin’ny valo ora eo, araka izany ilay raim-pianakaviana voarohirohy tamin’ity raharaha ity. Marihana fa

ny fitsaràna ady heloka tsotra no hisahana sy handray an-tànana izany raharaha izany, araka ny fampitam-baovao azo. Tsiahivina fa ny zoma lasa teo no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ilay raim-pianakaviana. Rehefa avy nitolo-tena teny anivon’ny pôlisy misahana ny ady amin’ny heloka mamoafady sy ny fiarovana zaza tsy ampy taona tetsy Tsaralalàna dia natao andrimaso, nalaina am-bavany sy nofotorina savaranando ary nalefa teny anivon’ireo mpitsara mpanao famotorana taorian’izay. Ireto farany moa no nanapa-kevitra ny hampiditra azy am-ponja vonjimaika etsy Antanimora aloha, mandram-pahatongan’ny fotoam-pitsaràna anio.

Nampizarazara ny hevitry ny olona maro tokoa iny raharaha iny. Niainga tamin’ny horonan-tsary izay nalaina, naparitaka tamin’ny  tambajotra sôsialy ary niafara tamin’ny fanapotehana fiainam-pianakaviana iray. Tsiahivina ihany koa mantsy fa tsy vitan’ilay raim-pianakaviana ihany no voasaringotra tao anatin’ilay raharaha fa hatramin’ilay zanany. Ity farany izay nanaovan’ny mpitsara misahana ny zaza tsy ampy taona fanadihadiana ihany koa ary nanapahan’ireto farany hevitra ny hitaizana azy eny anivon’ny toby fitaizana zaza maditra eny Bevalala.

Maro araka izany ny manontany tena raha tena zakan’ny fisainantsika ity tambazotra sôsialy ity ? Teny tsy voahevitra iray hany monja dia mety hampigadra kanefa maro ireo mifanasa vangy, mifamingavinga, manaparitaka vaovao tsy marina ao anatin’izany tambajotra sôsialy. Sary na horonan-tsary iray naparitaka fotsiny dia mety hitarika zavatra maro aoriana ary mety ho tonga hatramin’ny fanapotehana fiainan’olona mihitsy. Ary tsapa tokoa tato ho ato fa na zavatra kely tsy misy dikany aza dia alaina sary ary entina hanalàna baraka olona. Marihana anefa fa manana ny lalàna mifehy ny fanaparitahana sary ary azon’izay olona miseho ao anatin’izay sary izay tsara ny mitory raha toa voatohitohina ny fahalalàhany.

m.L