Les actualités Malgaches du Lundi 24 Décembre 2018

Modifier la date
News Mada11 partages

Insécurité avant les fêtes: série d’attaques à Toamasina

Toamasina et ses périphéries vivent les contrecoups de la crise, particulièrement avant les fêtes. Les malfaiteurs règnent en maître et tuent sans hésiter pour parvenir à leurs fins, malgré les actions des forces de l’ordre.

Depuis quelques semaines, la recrudescence de l’insécurité dépasse l’entendement dans la province de Toamasina. Des bandes armées opèrent en bravant les forces de l’ordre omniprésentes dans plusieurs zones.

Un ressortissant étranger résidant à Analamboanio, dans l’axe de la RN5, a ainsi perdu la vie lors de l’attaque de son domicile par cinq individus armés dans la nuit de vendredi. La victime a succombé aux tirs de ses assaillants qui ont mis à sac sa résidence avant de prendre le large.

Dans la même zone, des bandits ont tendu une embuscade à un couple pour lui dérober les fruits de la vente de ses letchis à son retour de Toamasina. Ils ont attendu les victimes à leur descente de voiture à Ivoloina pour les suivre et les attaquer dans les fourrés en retrait du village. Blessé et laissé inconscient, le couple a été délesté de son argent.

Trois bandits ont par contre été arrêtés en flagrant délit d’attaque à main armée, à Nosy Be-Mahavelona dans la nuit du vendredi. Profitant de l’absence du fils d’un couple d’épiciers de la localité, cinq individus se sont introduits dans la demeure pour forcer les époux à leur donner leurs recettes. Les victimes ont tenté de s’opposer mais ont failli se soumettre face aux violences de leurs agresseurs qui les ont respectivement blessés.  L’arrivée impromptue du fils des victimes qui a donné l’alerte en constatant la situation, a fait avorter l’attaque et permis de neutraliser trois des cinq malfrats par les gendarmes de Foulpointe.

Manou

 

Midi Madagasikara3 partages

21 787 bureaux de vote traités par la CENI : Andry Rajoelina 55,08%, Marc Ravalomanana 44,92%

: Samedi dernier, le clan Ravalomanana a exigé une confrontation des procès-verbaux auprès de la CENI.

Samedi dernier, à la demande du clan Ravalomanana, une séance de confrontation des procès-verbaux a été organisée au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante à Alarobia.

Les jeux sont quasiment faits, ou enfin presque en ce qui concerne le second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre. On s’achemine vers une nette victoire du candidat du « Tanora malaGasy Vonona », Andry Rajoelina. D’après les résultats provisoires publiés hier à 20h par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), sur 21.787 bureaux de vote traités sur les 24.852 existant dans tout Madagascar, soit 87,67%, le candidat « numéro 13 » a obtenu 2.269.136 voix (55,08%) contre 1.850.797 voix (44,92%) pour son adversaire Marc Ravalomanana. 418.339 voix de différence donc entre les deux protagonistes. Un écart dont le renversement est peu probable, voire impossible à rattraper car il représente le nombre d’électeurs au niveau de deux voire trois régions. On attend désormais les résultats provisoires de la CENI qui devrait confirmer l’élection d’Andry Rajoelina à la Magistrature suprême. Le candidat « numéro 13 » sera donc le 13e Président de la République de Madagascar.

Jamais deux sans trois. Actuellement, il est en passe de réaliser un « jamais deux sans trois ». Il convient de rappeler en effet que Marc Ravalomanana et le « Tiako i Madagasikara » ont déjà été battus à plate couture (plus de 70% des suffrages exprimés) par « Andry TGV » lors des élections communales de décembre 2007. C’était la première confrontation directe entre les deux parties. En 2013, lorsqu’Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont été frappés par le « ni… ni » imposé par la Communauté Internarionale, Jean Louis Robinson, le candidat adoubé par « Dada » a également été battu au second tour par Hery Rajaonarimampianina qui était soutenu par le « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR) à l’époque, même si dès son accession au pouvoir, ce dernier a décidé de tourner le dos à sa famille politique d’origine. Cette Présidentielle de 2018 confirmera donc l’« hégémonie » d’Andry Rajoelina sur Marc Ravalomanana. Et ce, même si pour le moment, ce dernier, ou plus précisément ses partisans les plus ultras et les mercenaires politiques qui l’entourent refusent de se soumettre aux résultats des urnes en tentant d’inventer toutes manœuvres visant à semer les troubles au pays et à contester les résultats sans pour autant apporter aucune preuve.

Confrontation. Il convient en effet de noter que samedi dernier, à la demande du clan Ravalomanana, une séance de confrontation des procès-verbaux a été organisée au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante à Alarobia. Une séance qui s’est soldée par une véritable humiliation pour les « zanak’i Dada ». Les Fanirisoa Ernaivo, Hanitra Razafimanantsoa, Félix Randriamandimbisoa, ainsi que les avocats du TIM ont présenté 55 procès-verbaux « suspicieux », selon leurs dires, et les ont confrontés avec les PV de la CENI. Après vérifications effectuées par eux-mêmes, ils ont pu constater qu’il n’y a aucune différence entre les résultats de la CENI et ceux du « K25 ». Les allégations de détournements de voix véhiculées depuis le 19 décembre ne sont donc que de pures imaginations. A noter que Fanirisoa Ernaivo qui se trouve désormais en première ligne pour défendre les intérêts de « Dada », a apposé sa signature sur le procès verbal dressé à l’issue de cette séance de confrontation de PV.

« Krismasy Fandresena ». Quoiqu’il en soit, à l’allure où vont les choses, le « Krismasy Fandresena » n’existera pas pour le « K25 ». Cette année, comme lors des élections communales de 2007 et la Présidentielle de 2013, le Père Noël ne passera pas chez les « Zanak’i Dada ». D’ailleurs, la déclaration effectuée hier par Marc Ravalomanana laisse croire que la trêve politique risque d’être bafouée en cette période des fêtes de fin d’année car il a lancé un appel à la contestation des résultats à l’endroit de ses partisans. Reste à savoir si cet appel sera suivi. Du côté du camp Rajoelina, on attend sereinement les résultats provisoires qui devraient être publiés par la CENI dans les prochaines heures. Quoiqu’il arrive, c’est la Haute Cour Constitutionnelle qui aura le dernier mot sur l’issue de cette élection présidentielle.

Davis R

News Mada2 partages

Kaominina Toamasina: mitaky ny karamany roa taona tsy voaloa ny mpiasa

Efa tafahoatra ka tsy maintsy nihetsika. Tsy nahazo ny karamany roa taona ireo mpiasa tsy raikitra raha dimy volana kosa ireo mpiasa raikitra ao amin’ny kaominina Toamasina. Nitokona izy ireo, ny faran’ny herinandro teo, ary nifanindran-dalana amin’ny fisoratam-panambadian’ny zanaky ben’ny Tananan’ i Toamasina, natao tao amin’ny lapan’ny Tanàna, ny fitokonan’ny mpiasa tsy nandray karama. “Nolanin’ny ben’ny Tanàna amin’ny fikarakarana ny fanambadian-janany ny volan’ny kaominina ka tsy mandray karama ny mpiasa. Tsy mbola nisy fizarana gisa sy valopy hanaovana fety ho an’ny mpiasa na ny fanomezana ho an’ny fianakaviana sahirana eo ambany fikarakaran’ny kaominina isaky ny Paaka sy fetin’ny Noely sy faran’ny taona tahaka izao hatramin’ny nitantanany« , hoy  ireo mpiasa. Narahin’izy ireo horakoraka tsy fahafaliana izany. Niantso ny mpitandro filaminana nirongo basy avy hatrany Ratsiraka Elysée mba ho tonga eo amin’ny lapan’ny Tanàna.“Tsy matahotra basy izahay satria tsy olon-dratsy fa mitaky ny zonay”, hoy ny valin-kafatry ny mpiasa. Nifampiresaka tamin’ny solontenan’ny mpiasa ihany ny ben’ny Tanàna ka nilaza fa homena anio ny karama sy akoho hanaovan’ny mpiasa fety. Notsipahin’ireo mpiasa anefa izany satria tsy mila akoho izy ireo fa gisa ihany ary mitaky ny karama rehetra koa. “Tsy iray volana na roa volana fa karama tsy azo hatramin’izay mihitsy”, hoy hatrany izy ireo. Nambaran’ireo mpiasa fa tsy hanaiky hatramin’ny farany izy ireo ary hanamafy ny hetsika, manomboka izao.

Sajo

 

Midi Madagasikara2 partages

Joie de noël à Toliara : Le Lions club fait la joie de 80 enfants

Le  Lions Club, club Doyen de l’Océan Indien s’est transformé en Père Noël le samedi 22 décembre pour égayer 80 enfants, garçons et filles, handicapés, même des nouveaux nés. Jeram Boupenbre, président actuel, a conduit ses membres à partir de l’Hôpital Principal de Toliara. Chaque enfant recevait un cadeau et les parents une petite enveloppe pour les menues dépenses en ces jours de fête. Plusieurs mamans interviewées avaient exprimé leur reconnaissance envers les Lions de Toliara, club créé par Me Ducaud, il y a plus d’un demi-siècle. Ce fut le même geste à l’Hôpital de Mitsinjo Betanimena. Le plus méritant fut certainement l’Akany Fanantenanna à Sanfily, où les Sœurs de St-Paul de Chartre font un travail admirable en élevant, éduquant et formant 90 handicapés physiques et mentaux. Seuls quelques pensionnaires étaient présents. La plupart était partie rejoindre leur famille respective. Les Lions étaient soutenus par trois partenaires : Sems (manutention et batelage), MaproSud (pêche maritime) et Madagascar Standard Group (ex-Hasima). Les Lions de Toliara attendent d’autres donateurs, car les fêtes se succèdent et ils sont prêts « à servir » car telle est la devise des Lions. Alors, ne vous faites pas prier pour contribuer et participer.

Charles RAZA, correspondant à Toliara

Madagate2 partages

Marc Ravalomanana. En refusant un jugement de Dieu, il reste encore le problème de ce pays

Le dimanche 23 décembre 2018, le candidat n°25 est apparu défait (dans tous les sens du terme) sur une chaine de télévision appartenant au groupe RLM Communication de qui nous savons tous. Celui qui a pour slogan « Mpanangana fa tsy mpandrava » (bâtisseur et non destructeur) refuse un jugement de Dieu qui s’est manifesté sous la forme d’un second tour d’une élection présidentielle que la majorité des Malagasy attendaient depuis 2013.

En fait, l’ancien président de la république de Madagascar de 2002 à 2009, n’a fait que lire un texte que ses « nouveaux » conseillers Rolly Mercia, Fidèle Razara Pierre et Patrick Raharimanana ont rédigé. Le vieux Marco m’a tout de suite fait penser à ce ministre, limogé sur le champ, qui, parlant des incendies atroces à Antsakabary, a déclaré en lisant l’écran de son smartphone, que « c’était l’œuvre d’une folle ». Le monde entier connaît ce qui s’est vraiment passé à Antsakabary et dans les villages environnants.

Pour en revenir à Marc Ravalomanana, c’est en français -et sur un décor de bureau copié-collé sur celui d’Andry Rajoelina- qu’il a parlé d’élection « non crédible » et d’élection « non transparente » de la part de la CENI. Puis d’énoncer des arguments piqués çà et là qui ne résisteront pas à une enquête approfondie. Par exemple, la mort, le jour du scrutin du 2è tour, de deux membres du bureau de vote à Ankazoabo (Sud de Madagascar), que Ravalomanana classe comme « acte de violence ». Deux victimes qu’il considère comme étant ses partisans. Or, il s’agissait d’un pur acte de banditisme. En fait, ils ont été attaqués parce qu’ils portaient deux fusils de chasse emportés par les bandits qui les ont assassiné. Et c’est ce genre d’amalgame que l’on entend dans ses déclarations. Après avoir indirectement incité à la contestation, donc à la révolte (d’un ton hésitant, tout de même), Marc Ravalomanana, le récidiviste, souhaite à tous de passer un heureux Noël (« Krisimasy sambatra ») en n’ayant pas peur mais en croyant simplement (« Aza matahotra, mino fotsiny ihany »). Une rengaine d’il y a 19 ans, entendue pour la première fois lors de sa campagne pour la Mairie. Ce qui ne le rajeunit pas du tout.

Je ne vais pas lui donner encore plus d’importance qu’il n’a jamais méritée depuis 2006, année de réélection où l’on a vécu une panne électrique du ministère de l’Intérieur durant toute une journée, ayant permis de bidouiller les résultats à son avantage. Facebook n’existait pas encore pour Madagascar à l’époque (comme les groupes électrogènes sans doute). Je préfère reprendre un texte rédigé par Focus on Mada qui résume la fuite en avant d’un ex-président sur le retour (de l’âge).

Focus on Mada : Ravalomanana encore le problème de ce pays

Ravalomanana premier responsable des deux plus grandes crises qui ont détruites Madagascar et responsable d'une hypothétique troisième crise.

Nul n'ignore que la crise de 2002 a été causée par un forcing de Ravalomanana et une autoproclamation alors qu'il y aurait dû y avoir un deuxième tour entre lui et Didier Ratsiraka. Le bilan a été catastrophique pour Madagascar dans tous les secteurs.

Nul n'ignore que la crise de 2009 a été causée par les abus et dictature en tous genres de Ravalomanana : emprisonnement d'opposants politiques ; fermeture de sociétés et d'usines ; non-respect des forces armées ; censure ; fermeture de station de télévision et fermeture d'une église... Il est le déclencheur et le premier responsable du soulèvement populaire.

Encore une fois, en 2018, Marc Ravalomanana se présente en tant que le problème pour le pays car il appelle la population au désordre et à ne pas accepter les résultats officieux du deuxième tour du scrutin. Il est loin de se bonifier avec l'âge car il reste toujours le premier problème de la Nation et perd de plus en plus de crédibilité, même auprès de ses votants qui répondent de moins en moins présents à ses appels au trouble comme à l'image du rassemblement en face de la CENI, le samedi 22 décembre 2018 où seulement une cinquantaine s'est déplacée.

Cependant, il semblerait que les Malagasy se soient donnés le mot et ne sont plus du tout partant pour une troisième crise qui serait fatale pour Madagascar.

Pour sa part, le confrère JR de « La Gazette de la Grande île » est plus… incisif : « Marc Ravalomanana est tout à fait conscient qu’il a atteint un certain âge et que l’élection de cette année est l’élection de la dernière chance pour ce dernier. C’est pourquoi il divague et veut emmener le peuple malgache dans son délire de vieillard désespéré ». (JR Samedi 24 décembre 2018).

Jeannot Ramambazafy - 24 décembre 2018

News Mada1 partages

Transparence du traitement des résultats: la Ceni rassure

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) maintient le cap et insiste sur la transparence dans le traitement des résultats. Assistée des délégués des deux candidats, la Ceni se tient prête à examiner et considérer toute réclamation, telle qu’une nouvelle confrontation des résultats.

L’organe électoral a amélioré sa méthode de travail pour ce second tour, comparé au premier tour de la présidentielle. Cela, pour ne citer que la rapidité de la publication de la tendance générale. La Ceni a en effet presque terminé de traiter tous les PV scannés, quatre jours après le scrutin de mercredi dernier. «Nous sommes actuellement en train de recevoir et de traiter les PV réels qui arrivent peu à peu», a indiqué le rapporteur général de la Ceni, Fano Rakotondrazaka, joint au téléphone hier.

Jusqu’à hier vers 21 heures, près de 55 des 119 districts ont déjà pu faire parvenir les PV réels à la Ceni. Cela, sous les regards vigilants des délégués des deux candidats qui ont accès à toutes les étapes du processus de traitement des données. A noter que pour plus de transparence, la Ceni a également tenu à présenter ses PV aux candidats pour que ces derniers puissent faire le compte à leur tour. «Cela ne relève plus de la loi mais nous avons pris cette option pour lever les doutes», avait indiqué récemment le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo.

Confrontation

Pas plus tard que samedi dernier, le comité de soutien du candidat Ravalomanana (K25) a demandé une confrontation des résultats auprès de la Ceni. Une requête que celle-ci n’a pas refusée. Selon la Ceni, le K25 avait demandé la confrontation au niveau de 55 bureaux de vote dans la capitale.

Cependant, aucune anomalie n’a été constatée après la procédure et le comité a demandé de revenir le lendemain, soit hier, mais n’est plus revenu. Entretemps, un communiqué du K25 souhaitait la suspension de la publication de la tendance générale par la Ceni pour la simple raison que cela pourrait créer un trouble auprès des citoyens. Cela, en attendant la confrontation des PV réels.

Insatisfait des preuves apportées par la Ceni, le K25 a adressé une requête à la Haute cour constitutionnelle (HCC) lui demandant de pouvoir vérifier des documents autres que les PV, mais le comité a vite été débouté car la HCC a fait part de son incompétence à se pencher sur la requête.

Dans l’attente de nouvelles tentatives du K25, la Ceni poursuit la publication de la tendance générale. Jusqu’à hier vers 22h, l’organe électoral a pu traiter 21.874 des 24.852 bureaux de vote, affichant un score de 55,11% des voix pour le candidat Andry Rajoelina contre 44,89% pour le candidat Marc Ravalomanana.

Rakoto

News Mada1 partages

Olona roa naratra voadaroka: teratany vahiny iray maty voatifitra

Notafihin’ny jiolahy efa-dahy nirongo fiadiana, ny alin’ny zoma hifoha ny asabotsy teo, ny trano fonenan’ity teratany vahiny iray, ao Analamboanio, Toamasina. Maty vokatry ny tifitra nahazo azy ity farany. Voaroba avokoa ny fananana tao an-tranony.

Sesilany ny tsy fandriampahalemana ao amin’ny faritra Atsinanana, indrindra amin’izao ankatoky ny fetin’ny Krismasy sy ny famaranana ny taona izao. Mirongatra izaitsizy ny asan-jiolahy mitam-piadiana mahery vaika. Ny alin’ny zoma hifoha asabotsy 22 desambra 2018 teo, fanafihana telo samy hafa no niseho tamin’iny RN 5 iny ka nahafatesana teratany vahiny iray ny iray amin’ireo raha naharatrana olona efatra hafa kosa ny fanafihana roa hafa. Ho an’ny tao Analamboanio Toamasina, tsy lavitra ny trano fandraisam-bahiny lehibe iray, indray nanafika trano fonenana teratany vahiny iray ny jiolahy efa-dahy nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika ka maty voatifitr’ireo jiolahy ilay vazaha raim-pianakaviana tao amin’ilay tokantrano. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, niharan’ny tifitra nataon’ireo jiolahy ity farany. Nanjaka tanteraka ireo jiolahy nandritra ny fanafihana satria noraofin-dry zalahy ny entana rehetra tao an-tranony. Lasa nitsoaka avy hatrany kosa izy ireo rehefa nahazo izay nilainy tao an-tranon’ilay teratany vahiny.

Lasan’ny jiolahy koa ny volana letisia…

Fanafihana faharoa kosa, teo Ivoloina, 6 km miala an’i Toamasina amin’iny RN 5 iny ihany. Olona roa mpivady avy nivarotra vokatra letisia tany Toamasina no efa nandrasan’ireo jiolahy teo amin’ny fialana taksiborosy ary narahin’izy ireo avy ao aoriana. Teo amin’ny toerana somary maizimaizina no novelesin’ireo jiolahy ny hazobe ny lohan’ilay raim-pianakaviana ka nianjera avy hatrany izy. Norahonan’ireo jiolahy ilay ramatoa vadiny mba hanome ny vola vidim-bokatra, saingy namaly izy ka nodarohin’ireo olon-dratsy. Lasan’ireo mpanafika ny vola, ilay renim-pianakaviana kosa, torana tsy nahatsiaro tena. Olona sendra nandalo no nitondra azy mivady teny amin’ny Hopitalibe Toamasina. Na eo aza ny ezaka ataon’ny mpitandro filaminana, tsy kely lalana hatrany ny jiolahy.

Sajo sy J.C

Midi Madagasikara1 partages

Trou-aux-Biches : Deux filles malgaches arrêtées pour prostitution

La CID de Trou-aux-Biches, avec l’aide de la police régulière, est sur la piste d’un réseau de prostitution étrangère, en particulier de Malgaches, opérant dans le nord. Outre l’arrestation de deux ressortissantes de la Grande île jeudi dans un salon de massage, les enquêteurs disposent de renseignements à l’effet que des filles malgaches viennent à Maurice avec des visas touristiques et que, pendant leur séjour, elles s’adonnent à la prostitution. Elles seraient recrutées par une de leur compatriote, qui a pour tâche de les « placer » dans certains lieux ou commerces en particulier.

D’ailleurs, en mars, le Passeport and Immigration Office (PIO) avait appréhendé 11 Malgaches dans une boîte de nuit, dont une femme enceinte, qui était soupçonnée d’être l’un des cerveaux de ce réseau de prostitution. Comme elles n’avaient pas collaboré, elles avaient été expulsées sans condition. En septembre, la “Tracking Team” du PIO avait appréhendé une dizaine de filles malgaches dont le visa était arrivé à expiration. Quelques-unes d’entre elles avaient déclaré au PIO qu’elles avaient été enrôlées dans un réseau pour se prostituer et qu’elles devaient remettre l’argent à leur « patronne », qui avait confisqué leur passeport.

Jeudi, la police de Trou-aux-Biches a reçu des renseignements à l’effet que des activités illégales se déroulaient dans un salon de massage de la localité. Ce commerce était utilisé comme paravent pour un business de prostitution. Une équipe de l’Emergency Response Team, emmenée par le Sub-Inspector Gopaul, assisté de la Field Intelligence Officer, s’est rendue sur la route principale, où se trouvait le salon. Ils sont alors tombés sur la propriétaire, une habitante de Triolet âgée de 41 ans. Les policiers lui ont montré leur mandat de perquisition et lui ont demandé à fouiller le local. Dans une première pièce, ils ont vu un couple nu en plein ébat. Le client, âgé de 22 ans, est passé aux aveux. « Monn pai Rs 1.000 pou gagn relasyon ek sa madam-la. Mo finn pai Rs 500 lor la kes pou masaz. » Dans une autre chambre, c’est un jeune de 26 ans en compagnie d’une autre Malgache qui ont été appréhendés.

En plus, la police a saisi une somme d’argent dans la cabine. Les prostituées malgaches, âgées de 41 et 45 ans, la propriétaire du salon et les clients ont tous été emmenés au poste de police de Trou-aux- Biches pour y être interrogés. Selon les étrangères, elles travaillent comme esthéticiennes dans le salon tandis que leur patronne a allégué qu’elle ignorait leurs activités. Les clients ont été autorisés à partir après un avertissement. Les Malgaches ont été traduites en justice vendredi pour racolage tandis que la propriétaire du salon, elle, fait face à une accusation provisoire de “Brothel Keeping”. L’enquête se poursuit sous la supervision de l’ASP Juman.

Source : Le Mauricien

Midi Madagasikara1 partages

Non à une « Krizy mafy »

Il y a dix-sept ans de cela, à la même période, le pays était dans l’attente des résultats du premier tour de scrutin présidentiel du 16 décembre 2001 qui devait entraîner une longue crise-postélectorale.

Non à une « Krizy mafy »

Marc Ravalomanana avait contesté les résultats officiels proclamés le 25 janvier 2002 par la HCC qui avait ordonné la tenue d’un deuxième tour entre lui et Didier Ratsiraka. Dopé par ses nombreux partisans Place du 13 mai, le maire de Tana soutenait mordicus un « premier tour dia vita » qui était couronné par son auto-investiture du 22 février 2002. 17 ans après, le candidat numéro 25 qui promettait un « Krismasy Fandresena » a fait une déclaration hier, pour mettre en doute la tendance nationale publiée par la CENI qui créditait au même instant « Dada » de 44,95%. Contre 55,05% pour « Zandrikely ». Et ce, sur la base de 21.491 bureaux de vote sur 24.852. Soit 86,48% de bureaux de vote traités. A la veille de Noël, la messe était pratiquement dite. « C’est le pouvoir de l’argent qui a régné en maître », selon Ramose. Et de déclarer urbi et orbi, peu avant la fête de la Nativité, que « l’élection est non crédible et non transparente ». En 2002, il avait réclamé la confrontation des P.V que le régime de l’époque avait refusée jusqu’au bout. Hier, la CENI a accédé à la confrontation des P.V sollicitée par le « Komity 25 » qui n’a trouvé rien à redire. Ce qui a sans doute amené Marc Ravalomanana à demander cette fois-ci, la confrontation des bulletins uniques utilisés et non utilisés. En attendant, il a appelé « tous les Malagasy qui se sentent privés de leurs voix et de leur droit, à défendre leur choix ». Cette tentative de « remake » du « Komity Miaro ny Safidim-Bahoaka » (KMSB) de 2002 agrémentée de nouveau d’un « Aza matahotra, minoa fotsiny ihany », amène bon nombre d’observateurs à se poser des questionnements sur l’éventualité d’une nouvelle crise postélectorale fermement rejetée par la communauté internationale qui recommande les voies légales, en cas de contestation des résultats. Qui plus est, Ra8 affirme avoir les preuves par 9 de ce qu’il considère comme étant des « fraudes et irrégularités ». En tout état de cause, le pays n’a pas besoin de revivre une « Krizy mafy », mais aspire à un Christmas dans la paix, la joie et le « fihavanana ».

O
Midi Madagasikara1 partages

Association Mada Fusion : L’autonomisation des femmes par l’artisanat

Des échantillons de produits artisanaux conçus par les femmes formées.

Former les femmes pour qu’elles exercent des activités génératrices de revenus ou encore pour qu’elles arrivent facilement à percer le monde du travail, tels sont les objectifs fixés par l’Association Mada Fusion depuis ses deux ans d’existence. Loin des réunions infructueuses organisées dans les grands hôtels de la capitale, « l’acta non verba » est le mot d’ordre des membres de ladite association. Et dans leur approche, les membres en question ont opté pour rehausser l’artisanat Malagasy en choisissant le domaine du ’crochet’. « Il y a beaucoup de potentiels à exploiter dans le domaine du crochet. Les femmes formées sur le respect de la qualité supérieure et sur l’utilisation de matériaux de récupération pourront avoir une certaine autonomie après les deux mois de formation » a fait savoir Kemba présidente de l’association Mada Fusion. Avant de noter que « les formations initiées depuis les deux ans ont pu bénéficier environ cinquante femmes ». Par ailleurs, l’association ambitionne de former plus de 180 femmes par an.

Précarité. Beaucoup de femmes malgaches se trouvent actuellement dans une situation de précarité. Une situation qui est d’autant plus difficile à supporter pour les victimes étant donné qu’elles sont à la fois mère, sœur, fille, épouse ou encore amante. « Situation qui ne leur permet pas d’exploiter leur potentialité, vu la grande charge dont elles subissent » a déploré Kemba. « Permettre une certaine responsabilisation des femmes qu’elles soient mères, filles, grands-mères, du moment qu’elles aspirent à être autonomes, c’est notre objectif principal » a poursuivi notre interlocutrice. Dans cette optique, une exposition des produits des femmes formées par l’association a été organisée au Tamboho Hôtel Ambodivona le 23 décembre. Une occasion pour les responsables de Mada Fusion de faire connaitre leur existence d’un côté, mais surtout pour faire comprendre qu’il est possible d’accéder à l’autonomie des femmes via des actions concrètes. Le rendez-vous est donné pour les amoureux de l’artisanat malgache de qualité.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Bazar de Noël à Analakely : Une manifestation antiéconomique selon les magasins formels

Le parking de l’Avenue de l’Indépendance occupé presque à 100% par des stands qui sont en concurrence avec les boutiques.

A ce rythme, certaines boutiques opérant sur l’Avenue de l’Indépendance risquent de fermer leurs portes. Avec ce que cela suppose de pertes aussi bien en termes d’emplois que d’investissements.

En France, les autorités des grandes villes perturbées par les manifestations parfois virulentes des gilets jaunes ont pris une décision en faveur des commerçants dont les activités ont été bloquées.

Parking gratuit

Certains maires de ces villes ont décidé ces derniers jours d’avant Noël que l’accès aux parkings des grandes artères commerçantes soit gratuit. Une décision très appréciée par les commerçants en question puisqu’ils vont pouvoir rattraper, du moins une partie des pertes enregistrées, dans le dessein d’aider ces opérateurs économiques à survivre. Dans la commune urbaine d’Antananarivo, c’est le contraire qui se passe puisque tous les ans, à chaque veille de fête, une période où les commerçants devraient faire le maximum, en termes de chiffres d’affaires, les autorités communales font tout pour les tuer, en autorisant ces manifestations commerciales et de loisir le long de l’Avenue de l’Indépendance. « Ce genre d’activités est peut-être utile en termes de divertissements, mais pour nous, c’est tout simplement antiéconomique », explique le propriétaire d’une boutique opérant depuis des années au niveau de l’arcade.

Concurrence déloyale

Et pour cause, les parkings de l’Avenue de l’Indépendance sont presque à 100% occupés par les stands autorisés par la CUA à vendre des marchandises dont certaines sont concurrentes à celles des magasins de l’arcade. « Faute de parking les clients ne viennent pas, alors que quand il n’y avait pas ce genre de manifestation, la fin de l’année est la période pendant laquelle nous faisons de très bonnes affaires», ajoute un opérateur qui estime que « c’est tout simplement de la concurrence déloyale et cela nous porte énormément de préjudice » Qui plus est, certains des occupants de ces stands passagers autorisés par la CUA n’ont même pas une carte professionnelle. « Ce n’est vraiment pas une bonne idée de nous pénaliser par ce genre de manifestations qui bloquent nos activités, alors que nous figurons parmi les grands contribuables aussi bien pour la CUA que pour le fisc en général ». Une manière de confirmer le caractère antiéconomique de ce genre de manifestations, pourtant autorisée par la maire Lalao Ravalomanana. Certains se posent d’ailleurs la question de savoir si la maire ou ses proches avaient une boutique formelle dans l’arcade, elle aurait autorisé ce bazar qui provoque, par ailleurs ces énormes bouchons à Analakely et ses alentours. La perspective d’une victoire d’un candidat qui a promis une autre manière de construire et de gérer les grandes villes malgaches en les comparant aux grandes métropoles comme Paris, Miami et autres, semble, ici réjouir l’opinion.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Fanafihana teny amin’ny RN5 : Tratra ireo jiolahy, sarona ny basy PA vita gasy telo sy bala

Ny alin’ny alakamisy 20 desambra teo tokony tamin’ny 11ora alina, dia nisy nanafika ireto mpivady mpivarotra tao amin’ilay tanana antsoina hoe Marofarihy ao Tanambao Nosibe, amin’ny lalam-pirenena faha-5 iny. Raha ny fanazavana azo avy tany an-toerana, dia tonga niaraka tamina fiara Mazda manga ireto jiolahy  dimy ;  izay nirongo basy PA vita gasy sy famaky roa ary antsy lava roa ihany koa. Tsy mbola  niditra avy hatrany izy ireo fa niambina tety ivelany aloha satria fantatra ireto -jiolahy ireo fa mbola niari-tory tamin’ity fahavoazana iray teo an-tanana ny zanak’ireto mpivady mpivarotra ireto tamin’io fotoana io, ka ny fahatongavan’ity tovolahy ity no manamora ny fidiran’izy ireo ny trano, toy izay hamaky izany. Tonga tokoa ny tamin’ny 11ora alina iny, fa tonga niditra ny trano ilay tovolahy ka teo no nanararaotra niditra koa ireto jiolahy, nefa nandritra izany dia tafaporitsaka ilay tovolahy. Noterena hamoaka ny vola ilay ramatoa raha nasaina nihohoka teo ambony fandriana nototofana barika ilay rangahy no mbola nodarohana famaky ka vaky ny lohany. Teo no nahazoan’ireto jiolahy ireto ny vola tao an-trano, iray tapitrisa ariary teo, ary raha vao nahazo izany izy ireo dia nitsoaka nihazo ny lalana mankany Fenerivo Atsinanana iny. Ilay tovolahy tafatsoaka kosa nandritra izany nampandre ireo mpiari-tory tao anatin’ilay fahavoazana ka ireto farany no niantso zandary tao Mahavelona Foulpointe. Raikitra avy hatrany ny fanenjehana teo amin’ny zandary sy ireto jiolahy nitsoaka tamin’ilay Mazda manga. Ny Zoma 21 desambra tokony ho tamin’ny 03ora maraina dia tratran’ny zandary ihany ireto jiolahy izay mihevitra ny hitodidoha hihazo an’i Toamasina, satria fotoana fandehanan’ireo taksibrosy miala vao maraim-be avy ao Fenerivo Atsinanana mihazo an’i Toamasina ny ora tamin’io. Raha nosavaina ny fiara sy ireto jiolahy efatra niampy ny mpamily iray dia nahatrarana basy PA vita gasy 3 sy bala « calibres 12 » miisa 11 ary famaky sy antsy roa avy. Raha vao nahare anefa ireo vahoaka tao Tanambao Nosibe sy tao amin’ilay tanana Marofarihy fa tratra ireto jiolahy, avy hatrany dia nametraka sakana teo amin’ny tetezana ao Tanambao Nosibe, hanakanana azy izy ireo hanaovana fitsaram-bahoaka. Raha nahare izany anefa ny zandary dia niverina nihazo an’i Fenerivo Atsinanana indray ho fiarovana ny ain’ireto jiolahy tratra ireto. Ho hita eo izany ny tohin’izao raharaha fanafihana mitam-basy izao.

Malala Didier

Madagascar Tribune0 partages

9 000 gendarmes mobilisés

Environ 9 000 gendarmes seront mobilisés dans le cadre des fêtes de fin d’année, a annoncé le responsable de communication auprès de la gendarmerie nationale. Cette nouvelle disposition a été prise pour renforcer la sécurité de la population et de ses biens en cette période où l’insécurité tend à s’accroitre, surtout pendant les réveillons de Noël et du nouvel An. La ronde sera multipliée dans chaque chef-lieu de province, dans les ruelles de chaque quartier et même dans les églises, confie ce responsable.

La sécurité routière sera également renforcée par les différentes opérations de contrôle effectué sur les automobilistes. L’objectif est de réduire autant que possible les accidents de circulation liés à la consommation d’alcool et de drogues.

Un effort particulier sera également déployé pour lutter contre l’insécurité grandissante liée au vol de zébus et de kidnapping dans des zones rouges. L’opération Mandio, ayant permis de saisir 128 armes à feu et jeter en prison leurs détenteurs, sera poursuivie. Les forces de l’ordre compte davantage mobilisées des hélicoptères pour cette nouvelle opération. En 2018, une nette diminution de vols de zébus aurait été constatée selonla gendarmerie.

Madagascar Tribune0 partages

9 000 gendarmes mobilisés

Environ 9 000 gendarmes seront mobilisés dans le cadre des fêtes de fin d’année, a annoncé le responsable de communication auprès de la gendarmerie nationale. Cette nouvelle disposition a été prise pour renforcer la sécurité de la population et de ses biens en cette période où l’insécurité tend à s’accroitre, surtout pendant les réveillons de Noël et du nouvel An. La ronde sera multipliée dans chaque chef-lieu de province, dans les ruelles de chaque quartier et même dans les églises, confie ce responsable.

La sécurité routière sera également renforcée par les différentes opérations de contrôle effectué sur les automobilistes. L’objectif est de réduire autant que possible les accidents de circulation liés à la consommation d’alcool et de drogues.

Un effort particulier sera également déployé pour lutter contre l’insécurité grandissante liée au vol de zébus et de kidnapping dans des zones rouges. L’opération Mandio, ayant permis de saisir 128 armes à feu et jeter en prison leurs détenteurs, sera poursuivie. Les forces de l’ordre compte davantage mobilisées des hélicoptères pour cette nouvelle opération. En 2018, une nette diminution de vols de zébus aurait été constatée selonla gendarmerie.

News Mada0 partages

Songadina an-tsary

Mifanitsakitro araka ny fitenenana ny eny Analakely sy ny manodidina, ny mpivarotra, ny fiara ary ny kilalao.

Mifanitsakitro araka ny fitenenana ny eny Analakely sy ny manodidina, ny mpivarotra, ny fiara ary ny kilalao.

Ny antoko mpihira Orimbato, namarana ny faha-45 taona tamin’ny antsan-kira tetsy amin’ny FJKM Tranovato Ambatonakanga, omaly.

Tanora nampiseho antsan-kira, tetsy Mandroseza.

Resy tamin’ny isa mavesatra ny Elgeco Plus nanoloana ny Kaizer chiefs, ny asabotsy lasa teo tetsy Mahamasina.

Lasan’ny Cosfa (miakanjo mena) ny tompondakan’i Madagasikara “Gold Top 20”, ny FTM Manjakaray.

Sary: Fanou sy Mamiherison

News Mada0 partages

Résultats: Marc Ravalomanana change de langage

Après avoir été débouté par la HCC et la Ceni, le candidat Marc Ravalomanana pourrait-il appeler au soulèvement de ses partisans ? Son style factieux se cache de moins en moins. Le candidat n°25 semble en effet avoir changé de langage aussitôt la tendance de la Ceni publiée. Il tendrait ainsi vers le rejet des résultats des élections. «Certes, j’ai indiqué que je vais accepter les résultats de l’élection lors du face-à-face sur la TVM, mais j’ai déjà fait savoir aussi mes conditions. Que les résultats soient conformes aux lois», a-t-il déclaré hier dans son discours diffusé sur quelques chaînes privées de la capitale.

Ainsi, ne voulant pas reconnaître que le vent commence à tourner en sa défaveur et en faisant référence à d’éventuelles fraudes lors du scrutin, il a fait savoir qu’il ne peut pas se taire car son silence pourrait être traduit comme une complicité malsaine face à cette situation. Après cette insinuation à peine voilée, il a appelé la Ceni et la HCC à recevoir les requêtes déposées par son équipe.

Rakoto

 

 

News Mada0 partages

Fiatrehana ny Krismasy: mba tsy hiverina intsony ny krizy mafy…

Misento kely aloha ny Malagasy amin’izao Krismasy izao. Aato sy avela aloha ny politika na eo aza ny fiandrasana ny voka-pifidianana vonjimaika sy ofisialy tamin’ny fifidianana. Hatramin’ny fotoana farany, tsy moramora ny  nahatongavana sy ny niatrehana iny fifidianana iny, na hoe nilamina aza tamin’ny ankapobeny.

Efa nanomboka tamin’ny fandrafetana ny lalàna hifehezana ny fifidianana ny fifanenjanana sy fifanenjehana: tsy vita mora, sarotra sy mafy. Nandalo tamin’ny fiampangana ireo depiote mpomba an-jambany ny fitondrana tamin’izany, nandany azy tamin’ny kolikoly 50 tapitrisa  Ar isan’olona. Niafara tamin’ny fanovana governemanta sy ny fanaovana fifidianana mialoha ny fotoana.

Nefa na nirosoana aza ny fifidianana, nisy ny vondrona kandidà nitaky ny fanokafana ny lisi-pifidianana sy ny fangaraharan’ny birao fandatsaham-bato. Niafara tamin’ny tsy fanaovan’izy ireo fampielezan-kevitra izany. Manginy fotsiny ny ahiahy ny amin’ny mety hisian’ny hosoka sy ny hala-bato, ny fandavana valim-pifidianana sy ny hisian’ny korontana… ? Na izany aza, nilamina ihany.

Krismasy hitondra filaminana sy fiadanana

Vita ihany ny fihodianana voalohany sy faharoa, andrasana ny voka-pifidianana vonjimaika feno sy izay ho vokatra ofisialy. Fanomezana faran’ny taona? Na hiatrehana ny taona vaovao… Mba ho taona vaovao tokoa, ary dieny izao Krismasy izao: tsy hisy ny fandranitana, fanahiana korontana, fiandrasana kendry tohina… Ny vahoaka sy ny demokrasia no mandresy tamin’ny fifidianana vita.

Mba ho tena famonjena tokoa izao Krismasy izao, hitondrana fifaliana sy fiadanana tokoa. Tsy ho fombafomba na fahazarana. Eny, sanatria, tsy ho fihatsarambelatsihy ka hifampitady sy hifampikitrana indray rehefa afa-pety ka ho afa-tsaron-tava na ho hafa saron-tava. Fotoana famitranam-pihavanana ny Krismasy, raha tena iainana. Ho izany tokoa ve? Kibo mitsara tena ny tsirairay.

Ekena, mbola ao anaty fahasahiranana lalina sy maharitra ny vahoaka ifotony amin’izao: tsy fandriampahalemana, fidangan’ny vidim-piainana, ady sy fandrobana tany etsy sy eroa… Izany no mbola hampiana trotraka amin’ny krizy politika indray? Mba tsy hiverenana na hiverina intsony ny krizy mafy. Fisaintsainana izao Krismasy izao: mila famonjena ny vahoaka sy ny firenena.

Miarahaba sy mirary Krismasy sambatra ho an’ny tsirairay sy ny isan-tokantrano…

R.Nd.

News Mada0 partages

Voka-pifidianana: mandala ny mangarahara ny Ceni

Tsapa sy hita fa nihatsara ny fanatanterahan’ny eo anivon’ny Ceni ny asany. Efa nahita ny lesoka sy ny olana rahateo izy ireo tamin’ny fihodinana voalohany ka nanao ny ezaka rehetra tamin’izao fihodinana faharoa izao. Anisan’izany ny fikirakirana ny voka-pifidianana. Tafiditra ao anatin’izany koa anefa ny fametrahana sy fandalana ny mangarahara ka ikirakirana ny voka-pifidianana isaky ny Biraom-pifidianana (BV) mihitsy amin’izao fotoana izao. Miaraka amin’ny porofo rehetra ny asa eto eny amin’ity rafitra mikarakara ny fifidianana ity. Eo koa ny famoahana amin’ny RNM/TVM ny voka-pifidianana rehetra. Manana solontena eny anivon’ny Ceni eny Alarobia rahateo ny kandidà roa tonta, mijery sy manara-maso akaiky ny asa rehetra.

Tsiahivina fa efa nahazoana vokatra ny BV 85,11% ka mitarika amin’ny salanisa 55,02% ny kandidà Rajoelina raha ny fironana, omaly tamin’ny 7 ora latsaka valo minitra. 44,98% ny an’ny kandidà Ravalomanana.

Araka izany, tokony harovana ny fahamarinana ary tsy azo ekena ny endrika fanakorontanana kasain’ny hafa hatao eto amin’ny firenena.

Randria

 

News Mada0 partages

Circulation: les embouteillages sont à leur comble

Les embouteillages ont atteint leur paroxysme samedi dernier dans la capitale. «Le pire qui a été enregistré depuis des lustres», ont affirmé des automobilistes, en particulier les chauffeurs de taxi-be.

Les circulations menant aux marchés ont été particulièrement touchées par cette situation. Il en est ainsi d’Anosy, Mahamasina et Analakely avec leurs bazars de Noël, d’Isotry, d’Andravoahangy et des 67 Ha. Il a fallu au moins plus d’une heure pour traverser ces endroits. Pour aller d’Anosy à Antanimena, il a fallu plus de deux heures, un trajet de 30 mn en temps normal. Même scénario pour relier Isotry à Ankadifotsy.

Par effet domino, les circulations dans les périphéries n’ont pas également été épargnées. D’Ilafy, Ampitatafika, Mahazo et Ivato, plus de deux heures ont été nécessaires pour rejoindre la capitale. « Sur la RN1, les embouteillages prennent naissance dès 6h, du rond point d’Anosizato à Ampitatafika », a affirmé un usager de cet axe. Face à une situation qui s’empire de plus en plus et apparemment devenue inéluctable pour les Tananariviens, ils ont donc choisi de prendre la ligne 11, c’est-à-dire la marche à pied, pour aller au travail ou faire leurs emplettes.

Première victime, le transport en commun

Complètement paralysé, le transport en commun est la première victime des embouteillages. En cette période des fêtes où normalement les affaires devraient être au top, un taximan a affirmé n’avoir pu réaliser que 3 à 4 courses contre le double, voire quelques fois le triple, en temps normal.

Il en est de même pour

les taxis-be. Certains chauffeurs ont témoigné n’avoir réalisé que 3 à 4 tours seulement contre le double auparavant. L’un d’eux a souligné que, malgré cette situation, rester à la maison signifie rupture de contrat pour le patron, sauf en cas de maladie ou autre situation similaire, comme la mort d’un proche.

Le quotidien des Tananariviens

Les embouteillages sont devenus le quotidien de la capitale et ses périphéries. Leurs conséquences ne sont plus à démontrer.

Jusqu’ici, les solutions apportées par les experts ne sont possibles que contre un déploiement de grands moyens. Des initiatives qui sont toujours accompagnées de déblocage de sommes exorbitantes et d’une révision totale du plan d’urbanisme d’Antananarivo, dont la dernière remonte du temps de la première République. A l’exemple, la déconcentration des activités qui s’accumulent dans la capitale.

 

Sera R.

 

 

News Mada0 partages

Recensement de la population: une autre enquête en cours

L’Institut national de la statistique (Instat) procède actuellement à une autre enquête sur le recensement de la population ou RGPH3. Commencée il y a près d’un mois, elle ne prendra fin que ce 7 janvier.

Les ménages issus de quelques régions seulement, sont concernés par cette nouvelle enquête où l’on ne prendra que des échantillons. « Dénommée enquête d’approche transitaire, elle servira de comparaison aux données récoltées au mois de juin pour un contrôle de qualité », a indiqué le Directeur général de l’Instat, Ida Clément Rajaonera, lors de son intervention, ce samedi, dans une station privée de la capitale.

A cette comparaison, si le taux d’erreur atteint les 20%, on est obligé de recommencer le RGPH3 dans tout le territoire national. Par contre, « s’il ne dépasse pas les marges de 6 ou 7%, il n’y a aucune raison de le refaire », a souligné le DG de l’Instat.

Les résultats provisoires à la fin décembre

Les résultats provisoires du RGPH3 seront connus avant la fin de cette année. « On n’attend que l’aval du Premier ministre », selon les indications du DG de l’Instat.

La saisie des données a été initialement annoncée pour être terminée au mois de septembre dernier, et les résultats seraient communiqués le mois suivant. Il en est de même pour la déclaration officielle qui a été prévue au début de l’année 2019, mais reportée également au mois de juin.

Avant la mise en œuvre du RGPH3, le nombre de la population malgache a été estimé dans les 25 millions d’individus. Toutefois, « il est encore trop tôt pour avancer un chiffre quelconque, mais je peux vous assurer que la barre des 25 millions sera largement dépassée », a fait savoir le DG de l’Instat.

Sera R.

40.000 agents recenseurs ont été mobilisés pour la réalisation du RGPH3. Les travaux ont commencé par la numérotation des bâtiments du 18 au 24 mai. Ce n’est qu’ensuite, du 25 mai au 10 juin, que le dénombrement de la population a eu lieu où même les sans-abri ont été pris en considération dans la nuit du 24 mai, « la nuit de référence ».

La Banque mondiale a financé plus de 25 millions de dollars à la réalisation du RGPH3 dans le cadre du projet de renforcement des capacités statistiques à Madagascar (Statcap).

News Mada0 partages

Fêtes de fin d’année: le personnel gâté

Comme à l’accoutumée, presque tous les ministères ainsi que des entreprises privées ont procédé la semaine dernière à la dotation de paniers garnis à leur personnel respectif.

Grâce à cette dotation, chaque ménage peut ainsi donner une ambiance exceptionnelle à la fête de la Nativité et aux fins d’année. Une occasion également pour les bénéficiaires de festoyer ensemble et d’échanger des points de vue sur les entrepris durant l’année. Un panier comprend en général du riz, de l’huile alimentaire, de la volaille (oie ou poularde) et des friandises.

Ces paniers garnis peuvent être issus des cotisations du personnel, auxquelles s’ajoute en grande partie la participation du ministre de tutelle ou du patron d’entreprise. Effectivement, pour les ministères, aucune rubrique de dépense prévue au sein de ces départements n’envisage une telle dotation.

Sera R

News Mada0 partages

Betsiboka: Kandreho doté d’un lycée

La promotion de l’éducation est en marche dans le district de Kandreho, région Betsiboka. Le Comité local de développement (CLD) a décidé de financer la construction d’un bâtiment devant abriter le nouveau lycée du district, pour prévenir la déscolarisation due à l’enclavement de la localité.

Le district de Kandreho aura son lycée dès le mois de janvier 2019. Le Comité local de développement (CLD) a pris le taureau par les cornes en octroyant 100 millions d’ariary de subventions pour la construction d’un bâtiment devant abriter l’établissement dans le district. La cérémonie d’inauguration de ce nouveau lycée de Kandreho a eu lieu samedi.

«Cette initiative contribue à l’allègement des charges incombant aux ménages obligés de débourser des dépenses supplémentaires, en envoyant leurs progénitures poursuivre leurs études dans des localités éloignées telles que Mahajanga, Antananarivo ou Maevatanàna à partir de la classe de seconde», a souligné le député Jean-Claude Rabearisoa, élu à Kandreho.

Les intervenants ont rappelé, au cours de l’inauguration, le manque d’infrastructures ayant toujours fait obstacle au développement de cette circonscription depuis l’Indépendance. Des notables ont fait d’ailleurs remarquer que ce district a été longtemps boycotté par les agents de l’Etat qui ont qualifié toute affectation à Kandreho de mesures disciplinaires auxquelles il fallait se soustraire dans la mesure du possible.

Remettant les clés de ce bâtiment constitué de deux salles de classe au proviseur du lycée, le député Jean-Claude Rabearisoa a lancé un appel aux autorités hiérarchiques pour aider à équiper ce nouvel établissement scolaire en contribution aux efforts accomplis par les bénéficiaires.

Manou

News Mada0 partages

Analamanga: Noël des hôpitaux à Tana

Les fêtes de la Nativité ont commencé dans les hôpitaux de la capitale depuis samedi grâce à l’initiative de l’église FVKFM.

Plus d’une centaine de malades internés à l’HJRA ont bénéficié des aides sociales des fidèles du FVKFM en cette veille des fêtes, dans un esprit d’entraide et de partage, selon les préceptes humanitaires de cette église. Outre l’offre des paniers garnis à l’occasion, le groupe des hôpitaux, une section œuvrant au sein des centres hospitaliers, a organisé une journée récréative pour les bénéficiaires qui ont grandement besoin de soutiens dans leur situation, selon les explications du Pasteur Tsinjo Randriamiarisoa qui a coordonné toutes les actions dans le cadre de cette 13e édition du «Noël des hôpitaux» de l’église FVKFM. Des cadeaux ont aussi été destinés aux enfants malades admis au Centre hospitalier Joseph Raseta de Befelatanana, samedi dernier.

Il a été rappelé que ces œuvres sont entièrement financées par les fidèles de l’église présente sur toute l’étendue du territoire national.

Manou      

 

News Mada0 partages

Mahavelona – Foulpointe: jiolahy telo tratra niaraka tamin’ny basy

Voasambotry ny zandary, ny alin’ny zoma teo tao Tanambao Nosy Be , Foulpointe, ny telo amin’ireo jiolahy dimy tompon’antoka tamina fanafihana tany an-toerana. Tratra tany amin’ireto jiolahy ireto ny basy poleta iray. Raha ny loharanom-baovao voaray avy amin’ny fianakaviana sy ny zandary ao Foulpointe, jiolahy dimy lahy nirongo basy no nanafika tokantranona mpivarotra iray tsy lavitra ny tetezana ao Tanambao Nosy be. Tamin’io alina io, nivoaka namonjy lanonana tao Foulpointe ny zanaka lahin’ireo niharam-boina ary fantatr’ireo olon-dratsy ka nanararaotra nanafika tao an-trano izy ireo satria ny ray aman-drenin’ilay tovolahy ihany ny tao an-trano tamin’io alina io. Noteren’ireo olon-dratsy nisitrika tao ambany fandriana ilay raim-pianakaviana raha nampijaliana hamoaka vola kosa ilay renim-pianakaviana. Tsy naharitra ny fampijaliana nahazo am-badiny anefa ilay raim-pianakaviana tao ambany fandriana ka nivoaka tao, kanjo tamin’izay indrindra no nokapohin’ireo jiolahy ny vy ny lohany ka naratra mafy izy. Namaly kosa ilay renim-pianakaviana, saingy tsy naharesy tosika ireo jiolahy. Tamin’izay indrindra anefa, tonga tampoka ilay zanaka lahin’ireto mpivady ireto. Naheno ny fifanjevoana tao an-trano izy ka niantso fokonolona sy zandary tao Foulpointe. Nandray ny andraikiny ny zandary ka voasambotra ny telo amin’ireo jiolahy raha tafatsoaka kosa ny roa lahy niaraka tamin’ny fiara mini-bus. Vory teo anoloan’ny tobin’ny zandary ao Foulpointe ny fokonolona, nangataka ny hamoahana ireo jiolahy hanaovana fitsaram-bahoaka.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Ambarivato: lakana iray rendrika an-dranomasina, avotra ny mpandeha

Nieren-deza ireo mpandeha tao anatin’ny lakana misy motera rendrika an-dranomasina, ny asabotsy antoandro tamin’ny 11 ora sy 30 mn. Nitondra mpandeha hihazo an’Ambarivato ity lakana ity no rendrika teo anelanelan’Ankify sy Ambarivato. Araka ny fampitam-baovao voaray, olana teknika tao amin’ilay lakana ny nitarika ny loza ka naharendrika avy hatrany ity lakana ity. Vedety iray sendra nandalo nitondra mpanakanto ho any Ambarivato no nanavotra ireo mpandeha efa natsingevan’ny ranomasina. Nisy zazakely tamin’ireto mpandeha niharam-boina ireto, saingy avotra soa aman-tsara izy ireo. Lasan’ny rano kosa ny entana rehetra ary tsy nisy avotra intsony.

J.C

News Mada0 partages

Tsunami tany Indonezia: 200 mahery maty, 800 naratra

Mampivarahontsana! Izay ny ilazana ity loza voajanahary nitranga tany Indonezia, ny asabotsy teo ity. Raha ny fampitam-baovao farany navoakan’ny RFI hatramin’ny fotoana nanoratanay, omaly, efa mahatratra 200 ireo olona maty vokatr’ity tsunami ity. Efa 800 mahery kosa ireo olona naratra, 28 kosa ireo tsy hita popoka, raha ny tatitra vonjimaika voaray. Teo anelanelan’ny Nosy Java sy ny Nosy Sumatra ny nitranga ity tsunami ity. Ravan’ny onjan-dranomasina ny trano anjatony maro niaraka tamin’ny fiarakodia. Tsy afaka nanao na inona inona ireo olona tao an-toerana satria tampoka ny fiavian’ny loza. Tsy vao izao fa efa matetika ahitana trangana tsunami ny any Indonezia.

Mbola tahin’Andriamanitra hatrany i Madagasikara fa raha sanatria eto amintsika no misy trangan-javatra toy izao, zava-doza!

J.C

News Mada0 partages

Tsenan’ny Krismasy: tsy hay diavina Analakely, mikatso ny fifamoivoizana

Manemitra ny arabe ny mpivarotra amoron-dalana ao Analakely. Mifanitsakitro na ny mpiantsena na ny mpivarotra. Mivelatra eny amoron-dalana ny entam-barotra. Tsy misy mandrara intsony ireo mpivarotra fa samy manao izay tiany.

Tery ny lalana, mikatso tanteraka ny fifamoivoizana. Tsy misy mety hiditra ao Analakely ny fiarakaretsaka sy ny ankamaroan’ny taxi-be. Mahatratra ora roa vao tafavoaka ao Analakely ka mila miomana amin’izany izay tsy maintsy handalo ao.

Ankoatra ny mpivarotra, manery ny sisin-dalana indrindra koa ireo fiara miantsona sy mpivarotra volamena izay nanaovana ezaka mandalo fotsiny ihany. Manomboka eny amin’ny lycée Rabearivelo hatreny anoloan’ny lapan’ny Tanàna, feno ny fiaran’ireo mpanao “bizina” volamena. Eo koa ireo fiara mivarotra hani-masaka sy akanjo.

Mihafy tanteraka ny mpandeha an-tongotra. Manginy fotsiny ny tahotra amin’ny mpangarom-paosy izay miasa mafy ihany koa amin’izao ankatoky ny fety izao. Ankoatra ireny ny mpisoloky sy mpandrebireby ireo mpiantsena avy any ambanivohitra.

Manoloana ny araben’ny Fahaleovantena kosa, feno ireo karazan-kilalao hisarihana ny ankizy ny toerana. Tsy misy fiara mijanona intsony eny fa lasan’ireo mpandraharaha mpampilalao ankizy ny toerana. Ilaharana izany karazana kilalao izany. Manodidina ny 1  000 Ar ka hatramin’ny 5 000 Ar ny saran’ny filalaovana.

Manararaotra ihany koa ireo mpanao fanova-maso na hakingan-tanana eny antsefatsefany eny manambaka ireo mora rebirebena.

Hatreny Behoririka rehetra iny, mifanitsakitro ny olona. Feno mpivarotra ihany koa anefa ny eny amoron-dalana. Sahirana ny fiara sy ny mpandeha an-tongotra.

Hatrany amin’ny tapaky ny volana janoary any ny tsenan’ny fety ao Analakely ka samia mivonona amin’izany ny rehetra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Meteo: manimba ny toetr’andro ny fitrandrahana angovo anaty tany

Miseho amin’ny alalan’ny fiakaran’ny maripana ny fihafanan’ny toetr’andro. Tsapa, nanomboka tamin’ny vanim-potoana indositrialy, izany satria nifandraika be amin’ny asan’ny zanak’olombelona.

Mifandraika amin’ny toe-tany sy ny toetry ny andro ny hafanan’ny planeta. Miovaova, arakaraka ny faritra, izany toy ny toetry ny tany sy ny toetry ny ranomasina. Izany fihetsika sy fiovana izany no antsoina hoe fiovan’ny toetr’andro.

Mahatonga fahasimban’ny entona mangeja hafanana ny asa momba ny fitrandrahana angovo anaty tany, fototra mampiziriziry ny hafanan’ny tany. Mba hialana am’ny fahasimbana lalina, tokony hahena ny fielezan’ny entona mangeja hafanana. Tena ilaina ny mamboly hazo hiarovana ny tontolo iainana sy hitsinjovana ny harena voajanahary.

Eto Madagasika, efa betsaka ny velaran-tany itrandrahana angovo any ambanin’ny tany. Mitombo ihany koa ny ala aripaka amin’ny fitrandrahana arina sy ny doro tanety. Ambany anefa ny tahan’ny fambolen-kazo ary efa tsy heno loatra intsony ny fanentanana sy ny fanabeazana mahakasika izany fambolen-kazo izany.

Porofon’ny fiakaran’ny hafanana manempotra ny andro migaina iainana amin’izao fotoana izao. Betsaka ny aretina aterak’izany, indrindra ho an’ny ankizy madinika, lasibatra amin’ny aretin-tratra. An’ny tsirairay ny fandavan-tena mamboly hazo sy manatsara ny tontolo iainana hiverenan’ny toetr’andro amin’ny laoniny.

Tatiana A

News Mada0 partages

Asa tanana: efa maro ny mahafehy ny lamaody

Nivoaka, ny zoma teo, ny andiany faha-26 “Miakanjo tsara” eo anivon’ny  Eccova miisa sivy eto Antananarivo. Anisan’ireo niatrika fanadinana, ny volana oktobra lasa teo, ireto mpiofana 200 mahery ireto. Anisan’ny nampiavaka azy ireo ny fahafehezana ny fanjairana lamaody, ny ravaka anaty trano, ny fanamboarana poketra sy ny kiraro. Nozaraina tamin’izany ny mari-pahaizana fa teo koa ny filatroana sy ny fampirantiana ny asa tanan’ireo mpianatra. Namaranana ny famoahana mpianatra tamin’ity taom-pianarana 2018 ity ny teto Antananariuvo raha efa nahavita izany ny any Nosy Be sy any Antsiranana ary any Sambava… 16 000 ireo mpianatra nahazo mari-pahaizana eo anivon’ny sekoly hatramin’izao.

Tsiahivina fa hankalaza ny faha-25 taona ity sekoly ity amin’ny taona 2019 ka nampanantena ny mpitantana fa tsy handalo fotsiny izany vanim-potoana lehibe izany.

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Fampianarana: nahazo lycée ny any Kandreho

Tanjona amin’ny fanorenana ny lycée ny fahasahiranan’ny ray aman-dreny sy ny mpianatra. Tao amin’ny Bazaribe ireo mpianatra nianatra na koa mandeha any Maevatanàna sy Mahajanga na Antananarivo rehefa afaka BEPC. Voavaha ny olana ankehitriny”, hoy ny depioten’i Kandreho, Rabearisoa Jean Claude. Anisan’ny nahatonga azy ireo hanokana vola 100 tapritrisa Ar tamin’ny CLD hananganana ity lycée ity izany. Hiasa avy hatrany amin’ny fiandohan’ny taona izany fotodrafitsara izany. Mbola misedra olana anefa ilay sekoly, araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra any an-toerana. “Hanaovana antso avo amin’ny fanjakana ny fampitaovana izany sekoly izany”, hoy izy ireo. Tsiahivina fa natolotra ny faran’ny herinandro teo ity fotodrafitsara ity narahin’ny lanonana notarihin’ny tompon’andraiki-panjakana isan-tokony any an-toerana.

Synèse R.    

 

News Mada0 partages

Aumônerie protestanta Betesda: mijoro ny chapelle vaovao

Notokanana ny fiangonana vaovao tao amin’ny La chapelle vaovao Aumônerie protestanta Betesda Antsirabe ao amin’ny hopitaly Atsimo. Natokana ho an’ny sampana mpitsabo ao amin’ny hopitaly Atsimo Antsirabe izany.

Mitentina 65 tapitrisa Ar ny asa ka avy amin’ny kristianina rehetra ny 42 tapitrisa Ar ary avy amin’ny malala-tanana ny 23 tapitrisa Ar.

Niara-dalana tamin’izany ny fankalazana ny faha-10 taona. « Nefa lehibe ny asa fa tsy lapa ho an’ny olona fa tranon’Andriamanitra sy vavahadin’ny lanitra », nalaina tao amin’ny Tantara voalohany 29,1b.  Io nyt lohahevitra nentina tamin’izao fahafolo taon’ny Aumônerie protestanta Betesda Antsirabe ao anatin’ny FJKM, synodam-paritany Andrefana Atsimon’Ankaratra, izao.

Fitaizana sy fikarakarana ny amin’ny vatan’ny olona sy ny amin’ny asa, indrindra ireo marary na mpiandry marary na koa ireo mpiasan’ny fahasalamana, ny antom-pisian’ity Aomônerie protestanta ao Antsirabe ity.

Manampy amin’ny fitaizana ny kristianina ny fanapariahana ny fiangonana, eo koa ny fikoloana ny lapan’ny maha olona, indrindra ny fanahy sy ny saina.Nandritra ny fandraisam-pitenenan’ny rehetra, tsapa fa handehanan’ny olona tsy fidiny eo amin’ny fiainana ny hopitaly sy ny fonja. Maro ny miditra amin’ny hopitaly no ho ny miditra amin’ny fiangonana ka natsangana indrindra izy ity hanovozam-panahy.Notolorana mari-pakasitrahana ireo mpitandrina rehetra nifandimby niasa tao amin’ny Aumônerie protestnta.

Tatiana A

News Mada0 partages

Nampihanta ireo marary ny FVKFM

Hetsika efa fanao isan-taona. Nisitraka fanomezana avy amin’ny FVKFM noho ny fetin’ny

Noely ireo marary 100 mahery sy ankizy 50 etsy amin’ny HJRA, ny asabotsy teo. Nahazo kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro (PPN) sy kilalao izy ireo avy amin’ny sampana Vondrona ho an’ny hopitaly eo anivon’ity fiangonana ity. Nitondra fanafody fampiasa andavanandro koa izy ireo. Tsy vitan’izany fa eo koa ny fitondrana am-bavaka indroa isan-kerinandro ho azy ireo eo anivon’ity hopitaly ity sy ny fanomezan-dra ataon’ny mpino efa mahazatra isan-taona ho an’ny HJRA. “Mba hitondra fifaliana izao fanohanana izao. Ilaina jerena koa anefa ny lafiny fanahy fa tsy ny vatana ihany ka mivavaka ho azy ireo izahay…” , hoy ny pasitera Randriamiharisoa Tsinjo. Nanao hetsika tahaka izany koa ny FVKFM any amin’ny faritra rehetra.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Litchis De Madagascar: deuxième phase de la campagne en Europe

La campagne de commercialisation du litchi malgache en Europe entame sa deuxième phase depuis l’arrivée des bateaux conventionnels à Zeebrugge Belgique le 11 décembre dernier. La cargaison de ces navires assure le réapprovisionnement des distributeurs pour les fêtes de noël et de nouvel an.

L’arrivée du Baltic Klipper, premier navire conventionnel en provenance de Madagascar, a marqué l’entrée dans la deuxième phase de la campagne de commercialisation du litchi. Le bateau, réceptionné le 11 décembre en fin de journée, a commencé à décharger les 12 et 13 décembre dans l’après-midi, selon le Centre technique horticole de Toamasina (CTHT) dans sa dernière Lettre du litchi.

Après une campagne avion plus limitée, l’offre de la Grande île repose sur la programmation de deux navires conventionnels d’environ 7.500 tonnes chacun. Parallèlement, la commercialisation des fruits acheminés par avion, s’est poursuivie à cette période.

Les supermarchés européens ont ainsi été approvisionnés pour le week-end des 15 et 16 décembre, période de vente importante pour les fruits de Madagascar et durant laquelle le second navire, l’Atlantic Klipper, était également attendu à Zeebrugge. De nombreuses opérations promotionnelles sont d’ailleurs développées à cette occasion dans la plupart des chaînes de distribution

Le CTHT a fait part d’une «bonne aspiration» de la demande des distributeurs, avec de nombreux programmes de promotion en magasin sur le marché français. «La diffusion du produit s’est effectuée rapidement après l’arrivée du bateau, non seulement en direction de l’ensemble des pays de l’Union européenne, mais aussi vers des marchés plus lointains», a en outre souligné le CTHT.

L’Europe, principal marché

L’Allemagne, la France et pour une moindre part l’Italie, les Pays-Bas et la Belgique restent les principaux marchés des litchis de Madagascar en Europe. Des quantités plus modestes sont distribuées en Espagne, Portugal, Autriche,  République Tchèque ou Hongrie.

En termes de prix, les litchis malgaches acheminés par avion se sont écoulés sur la base de 5 à 6 euros/kg contre 4 et 4,5 euros/kg pour les litchis sud-africains et ce, sur un marché plus actif pour les fruits de gros calibres. Parallèlement, les litchis bateau se négociaient entre 2,60 et 2,75 euros/kg.

Par contre, une période de sécheresse a minimisé la récolte sud-africaine, dont les premières livraisons par bateau sont attendues après les fêtes de noël. «La campagne de cette origine s’annonce moins dense que la production ne le laissait supposer initialement», note le CTHT. Ce qui laisse entrevoir une campagne encore prometteuse pour le litchi de Madagascar qui verra la campagne se poursuivre en janvier et février 2019.

Arh.

 

 

News Mada0 partages

Airtel Madagascar: partenariat avec la marque Infinix

Airtel Madagascar décide de marier ses services de connectivité avec la gamme de smartphones de la marque Infinix. L’accord de partenariat a été signé, le 20 décembre dernier, par les deux opérateurs.

A travers cette nouvelle collaboration, les téléphones Infinix seront vendus avec des cartes Sim Airtel préalablement munies d’un volume de connexion internet. Accessible à tous, cette offre est disponible dans les shops Airtel à La City et la Galerie Smart Tanjombato, où la marque Infinix dispose d’un espace dédié.

La carte Sim Airtel qui accompagne ce smartphone, sera dotée d’un volume internet entre 1,5Go et 5Go. Le prix des smartphones variera entre 450.000 et 750.000 ariary.

A ce propos, le responsable de l’Infinix Madagascar d’avancer qu’«avec Airtel, nous proposons des produits et services complémentaires qui s’alignent au budget et aux exigences des Malgaches en termes de performance et de qualité». Maixent Bekangba, Directeur général d’Airtel Madagascar a poursuivi dans ce sens que «grâce au volume de connexion qui accompagne tous les smartphones commercialisés par Infinix, les clients peuvent instantanément profiter de l’expérience 4G d’Airtel».

R.R.

 

News Mada0 partages

MVola: première solution de paiement et de transfert

MVola, la première solution de paiement et de transfert d’argent à Madagascar, n’a de cesse de révolutionner les échanges monétaires dans le pays depuis son lancement en 2010. Ses services se sont peu à peu développés pour devenir en 2017 le Mobile Wallet (portemonnaie mobile) des abonnés Telma. Et encore, pour ces périodes de fêtes, MVola est le partenaire N°1 pour alléger leur quotidien… L’argent à portée de main et à tout instant !

Outre en rendant aux points marchands MVola, le client peut retirer de l’argent de son compte MVola à partir des Dab de la BFV, partout à Madagascar et exclusivement avec un compte MVola. Ce mobile banking permet aussi de transférer en temps réel de l’argent du compte bancaire BNI ou BOA du client vers son compte MVola et inversement.

MVola, c’est aussi le premier service de nano-crédit à Madagascar, avec «MVola Avance». Grâce à ce service, le client peut obtenir une avance de 1.000 à 500.000 ariary, même sans compte bancaire. Simples, immédiats et sécurisés, les mouvements dans le compte MVola suffissent à connaître le montant pour lequel le client est éligible, d’autant que l’avance demandée est immédiatement accordée sur mobile.

Que ce soit pour un achat, un paiement de facture ou même pour des repas au restaurant, le client peut faire ses transactions à partir de son mobile. Et l’ouverture d’un compte MVola se fait toujours aussi facilement et gratuitement : il suffit de se rendre dans un Telma Shop ou point marchand et de se munir d’un CIN.

Arh.

 

 

 

News Mada0 partages

Toamasina: hahena ho roa andro ny famoahana entana

Miantraika any amin’ny vidin’entana any amin’ny mpanjifa ny fahataran’ny famoahana entana ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Antenaina hanaja ny fifanarahana hampihenana ny fotoana lany ny mpisehatra rehetra.

Nisy ny fifanarahana ahafahana manamora ny fikarakarana ny famoahana entana ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Natao teto Toamasina, ny 13 desambra teo, ny atrikasa niarahan’ireo mpisehatra ao amin’ny seranan-tsambo sy ny fadin-tseranana, toy ny Spat, ny MICTSL, ny SMMC, ny GOPTM, ny GPCAD, ny banky, ny mpitatitra kamiao, sns. Natao ny fanaovan-tsonia hanatanterahana ny paikady hanamorana ny famoahana sy fampidirana entana ao amin’ny seranan-tsambo sy ny fadin-tseranana.

Nilaza ny tale jeneralin’ny ladoany, Rabenja Eric Narivony, fa tanjona ny hampihenana hatramin’ny roa andro ny entana iray, manomboka ny fampidinana azy ao anaty sambo hatrany amin’ny vavahady fivoahana.

Mahatonga ny kolikoly

Samy manana andraikitra sy ny antony mahatonga ny fahataran’ny famoahana entana ny sampandraharaha tsirairay, mitarika ny kolikoly. Voatery manao kolikoly ny tompon’entana satria lafo ny sazy aloany miohatra ny fe-potoana hitahirizana ny entana ao amin’ny seranan-tsambo. Tsy avy any aminy anefa ny fahatarana fa vokatry ny fomba fiasan’ireo sampandraharaha maro samihafa ao amin’ny seranan-tsambo.

Toy ny kolikoly manodidina ny sazy lafobe tokony haloan’ny tompon’entana satria tara ny fe-potoana tokony hamoahana azy. Mahatonga ny vidin’entana hidangana ho an’ny mpanjifa izany kolikoly izany.

Sajo sy Njaka A.

News Mada0 partages

Toamasina: beazina ho an’ny harena an-kibon’ny tany ny mpianatra

Nitsidika ny biraon’ny sampandraharahan’ny Harena an-kibon’ny tany, andro vitsy lasa izay, ny mpianatra ao amin’ny sekoly tsy miankina iray ao Beryl Rose, Toamasina. Nilaza ny talen’ity sekoly ity fa atao any anatin’ny taranja ianarana ny mikasika ny harena an-kibon’ny tany koa rariny raha atao ny fitsidihana toy izao. Ho an’ny mpianatra, manamora ny fianarana ny mahita maso ny karazam-bato, toy ny nikela sy ny kobalta, trandrahin’ny Tetikasa Ambatovy, hita ao anatin’ity biraom-paritry ny Harena an-kibon’ny tany eto Toamasina ity. “Manampy anay betsaka ny fitsidihana mahita maso toy izao”, hoy izy ireo.

Afaka mitrandraka any aoriana

Nanamafy ny solontenan’ny tale iraisam-paritry ny sampandraharahan’ny harena kibon’ny tany sy ny solika fa tombony ho azy ireo ny fitsidihana toy izao satria tany manan-karena an-kibon’ny tany i Madagasikara. Hampitombo ny fahalalany sy ny fandinihany tsirairay ny mpianatra ka mba afaka mitrandraka koa any aoriana rehefa lehibe izy ireo fa tsy ho ny vahiny hatrany. Hanatsara ny lafiny harena an-kibon’ny tany sy hitondra fampandrosoana ny faritra sy ny firenena izany.

Sajo sy Njaka A

News Mada0 partages

Faran’ny taona Telma: mora ampiasaina ny M’Vola

Nanomboka ny taona 2010, antapitrisany ny mpanjifa Telma mampiasa ny fandefasana na fakana vola amin’ny alalan’ny M’Vola. Tsotra, mora ampiasaina ary tena azo antoka. Vao mainka nohamoraina izany amin’izao vanin’andro fetin’ny faran’ny taona izao, hanomezana fahafaham-po ny mpanjifa. Ankoatra ny namantarana azy hatramin’izay, lasa poketram-bola mihitsy ny kaonty M’Vola. Azo atao, ankehitriny, ny misintona vola ao anaty kaonty M’Vola eny amin’ny fitaovana aotomatika, Dab, an’ny banky BFV manerana ny Nosy.

Azo atao koa ny mandrotsaka vola, na mamindra ny vola M’Vola any amin’ny kaontin’ny mpanjifa manana kaonty BNI na BOA, na koa ny mifamadika amin’izany, izany hoe, avy any amin’ireo banky roa ireo arotsaka any amin’ny kaonty M’Vola.

Mindram-bola mialoha

Ho an’ny sahirana tampoka, azo atao tsara ny mindram-bola mialoha ao amin’ny M’Vola Avance, mitentina 1 000 Ar hatramin’ny 500 000 Ar, sambany misy eto Madagasikara. Arakaraka ny fivezivezen’ny vola miditra sy mivoaka ao anatin’ny kaonty M’Vola an’ny mpanjifa tsirairay ny tentimbidin’ny vola azo indramina mialoha.

Hanampy ny olan’ny mpanjifa amin’izao fetin’ny faran’ny taona izao ireo voalaza rehetra ireo, na koa hanomanana ny fanomezana ho an’ny olona akaiky.

Njaka A.

News Mada0 partages

Foot-coupe de la Caf: Elgeco Plus rentre bredouille

La coupe de la Confédération africaine de football (Caf) se poursuivra sans Elgeco Plus. A la dérive lors du premier acte face à Kaizer Chiefs, l’équipe malgache a complètement coulé samedi lors du match retour au stade de Mahamasina.

L’absence d’Arohasina Andriamirado alias Dax dans le rang des Amakhosi n’a pas changé la physionomie du match! Le résultat reste le même en faveur de Kaizer Chiefs. En effet, comme au match aller, ils ont dominé le débat en déplacement dans l’antre d’Elgeco Plus pour s’offrir une victoire aisément acquise, sur le score de 3-0.

Malgré une première période timide des Sud-africains, Bila et consorts n’ont pas pu profiter. Les deux équipes ont affiché une prestation mesurée, à l’image du score à l’affichage jusqu’au coup de sifflet final de la première période, qui est de 0-0.

Au retour du vestiaire, la donne a changé au détriment d’Elgeco Plus ! Quelques minutes après la reprise, une fois de plus, la ligne défensive a commis l’irréparable pour offrir un boulevard à son adversaire.

A la suite de l’exclusion pour carton rouge du défenseur Milhor, l’équipe malgache a perdu son football. Une faille dont Kaizer Chiefs a bien profité, certes tardivement, mais efficacement. Il a en effet fallu attendre la 71e minute de jeu pour voir le premier but de la rencontre sur une réalisation d’Ekstein.

Ce dernier, dans la forme de sa vie, a été le bourreau des Malgaches. 15 minutes après son ouverture du score, il a doublé la mise. Moon parachève le massacre à la 80e minute de jeu.

En tout cas, Elgeco Plus quitte la compétition la tête basse. Les vainqueurs de la coupe nationale rentrent bredouille de la deuxième phase des préliminaires. La bande à Eddit Bastia a encaissé 6 buts sans en marquer un.

 

Naisa

 

 

News Mada0 partages

SKI Alpin-coupe du monde: Mialitiana Clerc n’était pas dans son assiette

La dernière sortie de Mialitiana Clerc confirme la mauvaise passe qu’elle traverse en cette fin d’année ! Présente pour la deuxième fois de sa jeune carrière à la coupe du monde de Courchevel, France le week-end dernier, elle a fait moins bien que l’année dernière. Pourtant, elle était sur la ligne de départ de ses deux courses favorites, à savoir le slalom et le slalom géant.

Dans le dur, elle a raté successivement la qualification pour la phase finale vendredi et samedi pour quelques secondes de chrono, des deux épreuves qu’elle affectionne le plus. Comme le hasard fait bien les choses, elle a terminé les deux courses à la même position, la 63e.

«Alors, qu’est-ce que j’ai à dire sur ce week-end à Courchevel ? J’ai été hyper contente de participer à nouveau à la coupe du monde de cette magnifique station. Malheureusement, je n’ai pas vraiment skié comme j’ai su le faire sur les derniers jours d’entraînement. Je suis un peu déçue mais bon, cela arrive et il faut apprendre et avancer avec les choses positives qu’on a tirées de ces expériences», a-t-elle souligné.

 

Naisa

 

News Mada0 partages

Natation – Tiana Murielle: « J’attends les fruits de mes sacrifices »

Tiana Henitsoa Murielle Rabarijaona est rentrée au pays avec fierté la semaine dernière. Alors qu’elle n’a que 20 ans, sa performance ne cesse d’évoluer, notamment avec les deux nouveaux records nationaux. Après ses aventures africaines, la jeune nageuse partira à l’assaut du Thaïlande l’année prochaine.

Une jeune nageuse de 20 ans, ayant comme spécialité les 400 et 800 mètres nage libre, Tiana Henitsoa Murielle Rabarijaona est une des fiertés de la délégation malgache lors du championnat du monde à Hangzhou (Chine)  du 11 au 16 décembre. Une détentrice du record national sur un bassin de 50 mètres (1500 m, 800 m, 400 m, 200 m nage libre) et sur un bassin de 25 mètres (800 m, 400 m, 200 m), elle ne pense pas s’arrêter en si bon chemin. «Mes résultats positifs m’encouragent à poursuivre ma carrière. J’espère d’ailleurs être qualifiée pour les JIOI. J’ai tant sacrifié pour ma passion, donc je compte aller jusqu’au bout», a partagé Murielle.

Ses premiers pas

Murielle a commencé à prendre un cours particulier à l’Esca à l’âge de 7 ans. Après deux ans, comme ses parents ont vu son potentiel, ils l’ont fait tout de suite entrer dans le club de l’Esca. «Au tout début, la natation m’était juste du loisir pour faire du sport. Mais, mon coach m’a tout de suite figurée parmi les compétitrices d’un des tournois de Madagascar», a-t-elle fait savoir.

Ses parcours internationaux

La jeune athlète a débuté ses voyages à l’extérieur à l’âge de 10 ans. «Mes parents m’ont envoyée en France (Montpellier) pour un stage de trois semaines. Et dès ma première compétition, j’ai obtenu une médaille d’argent par un 50 mètres papillon», a-t-elle ajouté.

Et depuis, Murielle n’a cessé d’améliorer sa performance en dehors de Madagascar. En 2011, 2012 et 2017, elle a eu l’occasion de participer au Meeting de l’océan Indien. Elle a d’ailleurs eu son premier record national sur 800 mètres nage libre et une médaille de bronze.

En 2013, en stage à La Réunion, elle était affiliée à un club réunionnais. Ainsi, elle a eu la possibilité de s’engager dans un championnat national réunionnais. Sur un 200 mètres nage libre, elle a eu son nouveau record de Madagascar (2’15’’39). «C’était très emblématique pour moi, comme l’ancien record de Bako Ratsifandriamanana était imbattable depuis 15 ans», a expliqué Murielle.

Comme elle était malade en 2014, son niveau a régressé en 2015 et 2016. En mars cette année, au Cana Zone 4 à Malawi, elle a encore empoché 2 médailles d’argent 800 et 400 mètres nage libre.

Sa passion avant tout

Jusqu’à présent, Murielle, une fervente passionnée, a placé la natation dans sa principale priorité. «Je saisis toutes les opportunités possibles. Les études seront toujours là. Par contre, ces occasions ne se présenteront plus», a-t-elle précisé.

Récemment, elle a obtenu  un stage à Thaïlande durant 10 mois, à compter de janvier. «Avec cette opportunité, je pourrais  me préparer pour  le championnat du monde en Corée du Sud et les JIOI à Maurice. J’ai déjà fait mon choix. Les études seront toujours là. Par contre, la natation a ses limites. Dès qu’il y a une opportunité, je la saisis. Mais aussi, les stages à l’extérieur est une autre façon de s’entraîner», a-t-elle conclu.

Sendra Rabearimanana

 

News Mada0 partages

Rugby-Gold Top 20: les militaires, aux anges

Cosfa a eu sa revanche de l’année dernière lors de sa deuxième rencontre d’hier face à FT Manjakaray. Ce match final du Gold Top 20, comptant pour le Championnat de Madagascar de rugby, s’est tenu au Stade Makis Andohatapenaka. Renversés par leurs adversaires durant le Gold Top 8, les militaires ont dit leur dernier mot par un coup de pied de penalty à la dernière seconde.

Le suspense subsistait jusqu’au bout, hier au Stade Makis Andohatapenaka. Cosfa a démontré sa force face à FT Manjakaray, sa bête noire depuis l’année dernière. Le stade a été le théâtre d’un combat de titans.

Etant vice-champions nationaux de la dernière saison, les militaires sont arrivés à leurs fins lors de ce remake face aux hommes de Manjakaray. Néanmoins, il faut reconnaître que ce fût difficile pour Cosfa de renverser le champion national en titre. Même si Cosfa a marqué le premier but dès la 2e minute du match par un drop goal de Tolotriniaina Rakotoson, FTM a pris le dessus suite à un essai de Lahatra Ramamonjisoa à la 5e minute et une transformation de Mickael à la 6e. Ainsi, le match était très disputé. Après le signal de la sirène, le score était à 13 partout.

Après la mi-temps, FTM a mené par un essai de Jean Fidelys Fetraniaina à la 44e minute. Comme Mickael de FTM a raté deux coups de pied de pénalty, son équipe s’est inclinée devant les militaires. A la 39e minute avec un score à égalité (23-23), Cosfa a eu sa revanche grâce à un coup de pied de pénalty de son arrière, Hajatiana Randrianasolo alias Manga.

A rappeler, Cosfa et FT Manjakaray défendront l’honneur de Madagascar à la Coupe des clubs  champions de l’océan Indien en mois d’avril. Mais encore, la délégation malgache sera présente aux JIOI en juillet 2019 à Maurice. La date du tournoi de sélection sortira ultérieurement.

Par ailleurs, deux joueurs de FT Manjakaray ont reçu des récompenses. Ainsi, Lahatra Ramamonjisoa a été élu meilleur joueur de la saison. Et Robel Rasoloniaina dit Koreka a été le meilleur marqueur (87 points).

Sendra Rabearimanana

Les résultats des matchs du 23 décembre

 

Finale Gold Top 20

Cosfa-FTM: 26-23

3e place du Gold Top 20

TFA-FTA: 29-24

Finale challenge élite fédérale

STM-XV Avenir : 36-29

3e place challenge élite fédérale

3F5-US.Ikopa : 29-23

 

News Mada0 partages

Afroleague 2019: une longue épreuve à supporter pour Cospn

La surprise est de taille ! Cospn devra revoir sa copie pour faire face à la longue épreuve qui l’attend à la 1ère édition de l’Afroleague 2019 du 25 janvier au 5 mai. En effet, contrairement à l’accoutumée, cette nouvelle compétition africaine des clubs champions sera plus longue, ponctuée par quatre étapes majeures.

Après avoir franchi la première étape à savoir les éliminatoires de zone, deux autres étapes que sont la phase de groupe et l’Elite 8, attendent l’équipe malgache avant le Final four en cas de réussite.

La révolution s’étend également dans la programmation. Les équipes y compris Cospn, vont beaucoup voyager si les résultats le permettent. Les villes hôtes diffèrent d’un groupe à l’autre dès la phase de poule jusqu’au Final four.

Lors de la phase de poule, la rencontre se jouera en aller simple pour les 4 groupes de quatre équipes. Les deux premières de chaque groupe, disputeront l’Elite 8 de quatre poules de deux équipes chacune. Les rencontres se feront en aller et retour. Les vainqueurs formeront le carré d’As du final four, ponctué par les demi-finales et la grande finale.

Naisa

 

Programme :

PHASES ELIMINATOIRES :

-25 au 27 janvier 2019 : Groupe A

-1 au 3 février 2019 : Groupe B

-8 au 10 février 2019 : Groupe C

-8 au 10 mars 2019 : Groupe D

ELITE 8 :

 

Phase aller :

-22-24 mars 2019: Groupes E et F

-29-31 mars 2019 : Groupes G et H

Phase retour

-5-7 avril 2019: Groupes E et F

-12-14 avril 2019 : Groupes G et H

FINAL FOUR :

Demi-finales

Finale

 

News Mada0 partages

Kitra –  Amboaran’ny Caf: tapitra hatreo ny lalan’ny Elgeco Plus

Nitohy ny tsy fahombiazana ho an’ny Elgeco Plus, nandritra ny lalao miverina, nifanandrinana tamin’ny Kaizer Chiefs, ny asabotsy teo teny amin’ny kianjaben’i Mahamasina.Mbola lavitra ezaka ny Malagasy, hatreto.

Mbola tamin’ny isa 3 no ho 0 hatrany ny nandavoan’ny Kaizer Chiefs avy any Afrika Atsimo  ny ekipan’ny Elgeco Plus, lalao miverina, hiadiana ny “Amboaran’ny kaonfederasiona ny kitra afrikanina” (Caf).  Io vokatra io izay nampitsahatra hatreo ny lalan’ny Elgeco Plus, amin’ity fifaninanana ity. Raha atao ny jery todika, niezaka ihany ny ekipa malagasy tamin’ny ampaham-potoana voalohany ary nahavita nitazona ny isa ho sahala 0 no ho 0. Nanomboka nitaky kosa anefa ny havizanana ary nihavery ny fifantohana ho an’ny Elgeco, nandritra  ny ampaham-potoana faharoa. Tetsy ankilany, nahazo karatra mena ny vodilaharana malagasy, i Milhor, ka vao mainka nampisavoritaka ny teny ambony kianja. Tsy voafehy intsony, araka izany, ny lalao ho an’ny ekipa malagasy ary nihanahazo laka ny ekipan’ny Kaizer Chiefs ary nanokatra ny isa, tamin’ny alalan’i Hendrick Ekstein. Hita ho nisy ny tahotra teo amin’ny ekipa malagasy nanomboka teo. Nampitomboan’ity farany ho 2 no ho 0 ny isa teny amin’ny solaitrabe, teo amin’ny faha-71 minitra nilalaovana. I Ryan Moon kosa no namono ny baolina fahatelo ho an’ny Kaizer Chiefs ka nahatonga ny isa ho 3 no ho 0, teo amin’ny faha-82 minitra.

Sarotra ary mbola mitaky ezaka goavana ny fiatrehana lalao toy izao, raha ny nambaran’ny mpanazatran’ny Elgeco Plus, saingy vonona kosa izy ireo hanarina ny lesoka amin’ny ho avy. Tetsy ankilany, nilaza ho nandalo fahasarotana ihany koa ny Kaizer Chiefs na teo aza ny tombon’isa azony, nanoloana ny ekipa malagasy. Marihina fa tsy isan’ireo mpilalao tamin’ity lalao ity i Dax.

 

Mi.Raz

News Mada0 partages

Kitra – «Mondial des clubs»: lasan’ny Real de Madrid ny amboara

Norombahin’ny Real de Madrid fanintelony ny amboara eran-tany, ho an’ny ekipa tompondaka “Mondial des clubs”, taranja baolina kitra. Resin’izy ireo, tamin’ny isa mazava 4 no ho 1, ny ekipan’i Emiratie, ny Al-Aïn. Fihaonana, notanterahina, ny asabotsy lasa teo, tao amin’ny kianja Abu Dhabi.

Tsy niady ny fihaonana fa nanjaka tokana ary hita ny elanelana eo amin’ireo ekipa roa tonta. Nanantombo teo amin’ny fahaiza-manao sy ny traikefa, ananan’ireo mpilalaony, ny Madrilènes. Vao nanomboka 14 mn, efa nahatafiditra baolina i Modric. Niezaka nanohitra ny Al-Aïn, taorian’io, saingy tsy tafavoaka mihitsy. Na izany aza, tsy nahafaty baolina intsony koa ny Real de Madrid fa io isa tokana, 1 no ho 0 io, ny nentin’ny roa tonta niala sasatra.

Teo amin’ny fidirana faharoa, totoafo ny fanafihana nataon’ny Real de Madrid. Sesilany, araka izany, ny baolina maty. Nampiditra ny baolina faharoa i Llorente, teo amin’ny minitra faha-60, avy eo, mbola nampian’i Ramos, teo amin’ny minitra faha-79. Nanavotra ny Al-Aïn i Shiotani, teo amin’ny minitra faha-86. Namono tena kosa i Yahi Nader, teo amin’ny minitra faha-90 + 1 mn.

 

Tompondaka

News Mada0 partages

Rugby – «Gold Top 20»: lasan’ny Cosfa ny 2 tapitrisa Ar

Voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara «Gold Top 20», taranja rugby, ny Cosfa, nandrombaka ihany koa ny lelavola 2 tapitrisa Ar. Lavony, teo amin’ny famaranana tamin’ny isa tery 26 no ho 23, ny FTM Manjakaray (Dakar). Fihaonana, notanterahina, omaly alahady tetsy amin’ny kianja Makis Andohatapenaka. Niady sy nampitsanga-mitoetra ireo mpijery tonga marobe ny lalao.

Samy namoaka ny fahaiza-manaony ny andaniny sy ny ankilany. Ny FTM, notarihin’i Mika, i Rado aryy i Koroka. Ny Cosfa, nahitana an’i Rijakely sy ry Tahina. Ambony ny haavo teknika eo amin’ireo mpilalao. Nifandimbiasana ny nitarika ny isa teny amin’ny solaitrabe. Samy nahatsindry baolina nentin-tanana ny FTM sy ny Cosfa. Nisaraka ady sahala, 13 no ho 13, ny roa tonta, teo am-pialan-tsasatra.

Nanafaingana ny lalao ny FTM teo amin’ny fidirana faharoa. Nahitam-bokany izany satria nahatsindry baolina Raseta (Rasta), ary voatsaran’i Mika. Nitarika, 20 no ho 13, ny FTM. Nihevitra ny rehetra fa hazava ny lalan’ny Dakar, saingy niady hatramin’ny farany ny Bebaoty. Porofon’izany, nihoarany tany amin’ny minitra farany, tamin’ny alalan’ny “hors jeu”, voatsaran’i Manga, ny isa. Na resy aza ny FTM, nahazo lelavola 1 tapitrisa Ar. Voahosotra ho mpilalao mendrika kosa i Lahatra, ho an’ny FTM, nomena 600 000 Ar ary 400 000 Ar ny an’i Koroka, mpilalao nahafaty baolina be indrindra.

 

Torcelin

News Mada0 partages

Tenisy ambony latabatra – “Open”: nisongadina ireo avy niofana tany Sina

Nifarana, omaly alahady 23 desambra, ny fifaninanana “Open”, andiany faharoa, taranja tenisy ambony latabatra, sektiona Antananarivo Renivohitra. Nahazo vahana ireo mpilalao malagasy niatrika fiofanana tany Sina.

Niisa 123 ny mpandray anjara tamin’ity andiany faharoa ity ary tonga nanatevin-daharana ny avy amin’ny faritra, toy ny sektiona Antsirabe, ny seksiona Fianarantsoa ary ny seksiona Moramanga. Nampiavaka ity fifaninanana ity ihany koa ny fandraisana anjaran’ireo polisy sy miaramila, tamin’ny sokajy “Open”. Nivoaka mpandresy tamin’ny sokajy “Open”, vehivavy, i Rondro (Jovenna) rehefa nandavo an’i Santatra avy any Moramanga, tamin’ ny seta 3 no ho 1. I Setra kosa ny tompondaka ho an’ny sokajy lehilahy, rehefa avy nanamontsana an’i Eric avy any Moramanga, tamin’ny seta 3 no ho 1 ihany koa.

Fa nanamarika isa ambony tamin’izao fifaninanana izao, teo amin’ny sokajy vehivavy U16, kosa i Rojo, raha toa ka i Nicky kosa ny nibata ny amboara, ho an’ny lehilahy. Ireto farany izay hahazo ny tapakila hiatrehana ny fiofanana any Frantsa aorian’ny fitsapana farany hatao amin’ny fotoana tsy mbola voafaritra. Loka goavana ny atolotry ny Cap de Madagascar ho fankasitrahana ny ezaka vitan’izy ireo.

Nanambara ny filohan’ny sektiona Antananarivo Renivohitra, Rajosoa Charles Edouard, fa “haverina ny lazan’ny mpilalao malagasy, amin’ ny taranja tenisy ambony latabatra, indrindra fa ny eo anivon’ ny ranomasimbe Indianina. Izany no himasoana manomboka izao”.

 

Mi.Raz

News Mada0 partages

Chronique: rêver en toute modestie

Le 24 décembre, on n’en est pas encore aux bonnes résolutions mais on se laisse aller à rêver d’un monde meilleur parce qu’en cette veille de Noël, on aime croire que tout est possible. On peut bien sûr rêver de voyages interplanétaires, de la paix dans le monde ou de journées sans délestage. On peut aussi avoir le rêve modeste et souhaiter trouver le mode d’emploi pour entretenir des relations de bon voisinage dans son quartier. Pour comprendre l’intérêt de ce mode d’emploi, suivez le guide.

Votre voisine de droite aime écouter la radio les fenêtres ouvertes à tout vent. Elle accompagne les chants profanes, sacrés, malgaches, étrangers, sans discrimination, avec une belle générosité qui dépasse malheureusement son talent de diva. De temps en temps, votre voisine ponctue un couplet par un éternuement tonitruant qui fait vibrer les vitres, les vôtres. Si cela vous ennuie, fermez vos fenêtres.

Votre voisin de gauche est décédé, paix à son âme. La veillée funèbre se décline en deux parties, avec l’amplificateur et les enceintes de rigueur, incontournables depuis quelques années. La première nuit, la famille du défunt opte pour la solennité et les chants religieux. Au petit jour, les voix faiblissent, vous profitez d’une petite heure de sommeil. Surtout, ne vous énervez pas, vous perdez votre énergie pour peu de chose. Parce que la deuxième nuit est autrement plus festive. On dansait moins à votre mariage. Vous n’avez pas particulièrement envie de vous joindre à la noce, pardon à la veillée funèbre, mais au matin, vous vous levez complètement hagard.

Votre voisin d’en face estime que son espace vital doit être préservé. C’est légitime. Mais vous découvrez ce matin qu’il a privatisé la rue, la sienne, la vôtre également, celle de tout le monde, refusant énergiquement que les voitures se garent contre le mur d’enceinte de son voisin de droite. Vous vous demandez pourquoi il s’est transformé en garde-chiourme. Parce qu’il veut jouer à la pétanque pardi !

On ira sur Mars plus tard, on veut d’abord notre mode d’emploi !

 

Kemba Ranavela

 

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans: administration et géographie

Nous recevons d’un de nos correspondants de Majunga une lettre qui donne à penser que la géographie, l’administration et… la logique ne voisinent pas toujours ensemble.

Parmi les dernières modifications administratives de Madagascar – car enfin, il faut bien que les Lebureau de la Grande Île justifient des honoraires qu’ils reçoivent de la princesse de Trébizonde – il s’est trouvé que Port-Bergé a été rattaché à la province d’Analalava. Pourquoi ? Lebureau lui-même serait bien embarrassé de le dire.

Il paraît qu’on fait de l’élevage à Port-Bergé et comme Analalava est une province d’élevage, Port-Bergé doit en faire partie. C’est bien administratif…

Cependant, nous écrit notre correspondant, Port-Bergé, géographiquement et topographiquement, est rattaché à Majunga, le grand port de la Côte Ouest, même par un service de canonnière. Mieux, dans une de ses visites, M. Merlin, aujourd’hui gouverneur général de l’A. O. F., avait fait aux corps constitués la promesse d’une route, Majunga-Port-Bergé.

Ajoutons toutefois qu’en même temps que nous recevons la protestation de notre correspondant, nous apprenons que la Chambre de commerce de Majunga a fait les démarches nécessaires pour obtenir la révision de ce malencontreux arrêté et le rattachement de Port Bergé à Majunga. Espérons qu’elle aura gain de cause.

D’autre part on nous écrit d’Antsohihy que les habitants de ce district se plaignent amèrement de son détachement d’Analalava.

On ne s’explique guère la raison de cette nouvelle fantaisie administrative. Lebureau tranche, coupe et taille au petit bonheur sans tenir aucunement compte des aspirations des intéressés.

Notre confrère, le Midi Colonial, écrivait dernièrement que Lebureau des colonies vivait dans un enfer et passait par des phases d’énervement intensif ; les colons, qui n’en peuvent mais, s’en aperçoivent.

Antsohihy est un centre commercial très important qui, en 1917, a exporté 400 T. de rafia, 40 T. de peaux de bœufs, 30 T. de cire, 10 T. de café, 250 T. de riz blanc, 100 T. de paddy et 12 000 bœufs, soit un mouvement commercial de 2 millions de francs ; il y avait un chiffre de 800 000 fr. de mandats postaux ; enfin le port est constamment rempli de vapeurs et de boutres. Pourquoi dès lors cette décision que rien ne justifie ?

 

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Echos du week-end: le professionnalisme mis en avant

Le week-end a été rempli de grands spectacles de divers styles. Olombelo Ricky était à l’affiche du Piment Café Behoririka, Mage 4 a chanté les grands titres des rocks légendaires internationaux au Dôme RTA Ankorondrano, Quatuor Squad a vulgarisé les instruments à cordes au Carlton Anosy et la chorale Orimbato a donné un concert de noël féérique à la FJKM Tranovato Faravohitra… Le professionnalisme des artistes a marqué les soirées.

Chaudes retrouvailles avec ses fans ! Olombelo Ricky a mis le paquet, vendredi dernier. La salle de Piment Café était noire de monde. L’ambiance a été conviviale. L’artiste a su mettre à l’aise son public. A chaque nouveau morceau interprété, le public s’est mis à crier d’euphorie et a chanté ensemble avec l’artiste. De plus, Olombelo Ricky a invité d’autres artistes durant la soirée. Bref, l’interprète de « Izy indrindra » a démontré une fois de plus qu’il maîtrise parfaitement cet art depuis  les années 80 jusqu’à nos jours, et que ses fans l’ont toujours soutenu durant ses quarantaines d’années de scène.

Un beau cadeau offert par Mage 4

Vendredi dernier, les rockers de la capitale étaient aux «anges», grâce au concert «Rock legends by Mage 4» au Dôme RTA Ankorondrano. Le groupe a offert un spectacle exceptionnel, en présentant son professionnalisme, aussi bien du côté scénique que technique et exécution. En se mettant dans la peau des grands groupes de rock internationaux, Mage 4 a su séduire son public à chaque morceau interprété. Ainsi, chaque rocker a passé des moments forts durant la soirée, tellement le répertoire était bien établi.

L’euphorie s’est surtout accentuée, dès que le groupe a entamé les premières notes des titres de Metallica et de Queen. «J’assiste rarement à des concerts de rock malgaches, sachant que je ne connais pas tellement leur composition. Mais, ce spectacle m’a particulièrement attiré du fait que le groupe va jouer des titres que je connais. Et le résultat est acceptable», a annoncé un spectateur. La voix puissante de Ken a beaucoup contribué à cette réussite. Aussi, le jeune guitariste Teddy, qui a remplacé Davis, a été remarquable. Il a su démontrer qu’il mérite bien sa place au sein de ce groupe qui devient, ces dernières années, l’un des groupes de rock les plus appréciés du pays.

Quatuor Squad maîtrise les cordes

Objectif atteint ! Le groupe Quatuor Squad a connu un franc succès, samedi dernier au Carlton Anosy. Avec une salle pleine, il a surpris son public avec son répertoire et ses artistes invités. Le moment fort de la soirée s’est tenu quand le groupe a invité sur scène le beatboxer Do et le chanteur Shyn. Ensemble, ils ont interprété le titre «Overdose». La présence des instruments à cordes donnait une autre dimension à la chanson.

«Nous sommes ravis de pouvoir démontrer au grand public que les violons ne sont pas seulement réservés à la musique classique. Ils peuvent s’adapter à tout genre de musique, que ce soit rock, jazz ou rap… Et même les anciennes comptines de Noël. En tout cas, l’important est de savoir les accorder pour qu’ils puissent être en harmonie avec le reste», a expliqué l’un des membres du groupe.

Un noël féérique avec la chorale Orimbato

«En cette période, assister à un concert de noël est l’une des activités les plus admissibles», a annoncé une mère de famille lors du concert de noël d’hier à la FJKM Tranovato Ampasamadinika. Le charme s’est situé au niveau de l’harmonie du groupe. Munie de son écharpe de différentes couleurs, la chorale s’impose avec ses allures et charisme. Comme un mouvement d’ensemble, chaque geste a été synchronisé. Le répertoire était aussi somptueux. La chorale a surtout démontré son professionnalisme en revisitant ses quelques titres des chants de noël interprétés en anglais et d’autres en malgache.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo; resaky ny mpitsimpona akotry: mangana ny fanahy, maramara ny saina

Vita izay ny fifaninanana. Raha samy heverina ho manana fahambonian-tsaina mikasika ny andraikitry ny olom-pirenena ireo mpifaninana, antenaina fa eo ampiandrasana ny vokatra dia samy ho tony avy ka hijanona eo ny fifandrafesana sy ny fampisehoana tsy fifankatiavana. Angamba efa mangamangana mialoha ny fanahin’ny iray noho ny ahiahiny ho resy, izao sahady dia efa mananga-bovona ny tenany sy ny mpiray dia aminy amin’ny fitanisana an’ireo fanao isan-karazany nandoto ny fizotry ny fifidianana.Rariny ny fitarainana raha toa mitombina ary azo porofoina ireo fivilavilanana ambaraina izany. Tsy mety kosa anefa raha izao sahady dia efa atrangatranga ny fandavana ny vokatra izay afaka heverina fa hiteraka fikorontanana eto amin’ny firenena. Sady tsy mendrika izany no tsy azo ekena mialoha.

Mahagaga ihany, samy milaza azy ho manam-pitiavana ho an’ny firenena sy ho an’ny vahoaka ireo mpilatsaka. Samy nanambara koa ny filan’ny vahoaka filaminana sy firaisan-kina. Nefa tapitra ity ny fifaninanana, tsy hampiova inona intsony izay lazain’ny andaniny sy ankilany. Mbola mitohy ihany ny fifanompana amin’ny alalan’ny lahatsoratra an-gazety. Sao kosa misy mpikarama mpampandotso manira-tena hitsoka afo? Sao mareforefo ny fifankahalana ka lany mialoha ihany ny fihinanana?

Na inona na inona ny fahatsaran’ny tetika anaovana ny fampandrosoana, na inona na inona fahaizan’ny mpitantana ny fanatanterahana ny asa, raha tsy mipetraka ny fandriam-pahalemana sy ny filaminana eo amin’ny fiaraha-monina fa mbola ny adilahy pôlitika ihany no manjaka dia tsy hisy izany fandrosoana izany.

Manoloana ny toe-draharaha toy izany no ahafahan’ny Filoha vaovao mampiseho fiovana amin’ny tsy fandanian’ andro amin’ny firotsahana ao amin’ny sehatry ny fanaovana adilahy. Tsy ny fisintonana fahefana mihoatra izay voafaritry ny lalàna koa sanatria no ahafahany manavao ny tontolon’ny fitondrana. Fomba fanao hatramin’izay, efa nandamoka sy nitera-doza izany. Ny rafitry ny fanjakana no mila amafisina ahafahan’ny fahefana tsirairay manefa ny andraikitra tandrify azy. Hatramin’izay, izay matanjaka dia tazana nitsabaka tamin’ny fahefana tsy miankina aminy. Ny malemy miankina amin’ny matanjaka tondro miandry reny fotsiny toy ny tsy tompon’andraikitra eo amin’ny fiatrehana ny adidy voatondro ho anjarany.

Tsy ho ela dia tonga ny fifidianana solombavam-bahoaka. Samy manana olona hatolotra ny lafin-kery samy hafa. Heverina fa hifandanjalanja arak’izay hasehon’ny voka-pifidianana andrasana amin’izao fotoana izao ny hery ao amin’ny antenimieram-pirenena.

Léo Raz

 

 

News Mada0 partages

Us et coutumes: une petite place au soleil

Ce n’est pas parce qu’on aime croire au royaume des cieux qu’on refuserait une place au soleil ici-bas. Une petite place confortable, tranquille, pas le grand luxe, non, trois repas par jour, une école correcte pour nos enfants et un hôpital qui privilégie les soins avant la finance. Cela a l’air simple mais c’est bien plus compliqué qu’il n’y paraît. Parce que si le soleil brille plus de trois cents jours par an, l’ensoleillement n’est pas le même pour tous. Mais ici on est fataliste. Alors on écoute religieusement ceux qui nous parlent du royaume des cieux en zieutant de temps à autre du côté des plus chanceux. Qui sait, ils pourraient nous faire une petite place, dans leur ombre, mais pour nous c’est déjà le soleil…

News Mada0 partages

EGM: 600 enfants environ ont obtenu des jouets

Comme chaque année depuis huit ans, dans le cadre des fêtes de noël, l’Ecole de guitare de Madagascar (EGM) a offert, samedi matin, des jouets aux enfants démunis des quartiers des 67 Ha, Ankasina… Cette année, 600 personnes environ ont bénéficié de ce cadeau.

La distribution des jouets s’est tenue au siège de l’EGM aux 67 Ha.  Une vingtaine de bénévoles se sont mobilisés. «Il est plus bénéfique de donner que de recevoir», a annoncé Aintsoniony Ranaivo, le Directeur général  et fondateur de l’EGM. En effet, depuis ces années, l’école s’ouvre à d’autres disciplines que la musique. Elle prend en compte le développement personnel de chaque élève, en le coachant. Durant l’année scolaire, elle organise entre autres des voyages d’études, des concerts et des excursions.

Ce geste de samedi servira donc de modèle à ses abonnés. Des membres de la famille et des amis y ont aussi contribué. Rappelons que l’EGM possède actuellement plusieurs annexes dans les autres quartiers de la capitale, à savoir à Ampefiloha, Ampatsakana, Ambatonakanga, ou encore à Anjanahary, sans oublier les autres grandes villes à savoir Toamasina, Mahajanga et Antsirabe.

Holy Danielle

 

 

News Mada0 partages

Orimbato 45 taona: nofaranana tamin’ny « Ô Mifalia ! » ny fanamarihana

Antoko mpihira miaina ny taon’ny fahamatorana ny Orimbato etsy amin’ny FJKM Tranovato Ambatonakanga, raha ampitahaina amin’ny taona iveloman’ny zanak’olombelona… Naneho izany ireo hetsika notontosaina ho fanamarihana ny faha-45 taona.

Nofaranana, omaly, tamin’ny alalan’ny fampisehoana amboaran-kira Noely ireo hetsika nentin’ny antoko mpihira Orimbato nanamarika ny faha-45 taona nijoroany eo anivon’ny FJKM Tranovato Ambatonakanga. Seho « Ô Mifalia » ho fankalazana ny Krismasy 2018. Fotoana nanehoan’ity antoko mpihira ity ny halehiben’ny voninahitr’Ilay Mpamonjy, andaniny. Ankilany kosa, nentin’ny antoko mpihira Orimbato nanasongadina ny maha kolontsaina sy zavakanto ny fampisehoana tahaka izao. Nisongadina tao anatin’izany ny sanganasan’ireo andrarezina amin’ny famoronana toa an-dry JS Bach, ry Mercer, sns. Teo ihany koa ny sanganasan’ny mpamoron-kira malagasy toa an’Andriantsilanihasy Jonasy.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Lalao iraisana: Krismasy vao mba tafaraka…

Lasa zava-baovao ho an’ny eto an-dRenivohitra ny mahita karazana kilalao iaraha-manao na iaraha-mitaingina, sns, etsy Analakely. Raha ny tantara, tsy vahiny amin’io lalao iraisana io ny Malagasy. Ny olana an-tanàn-dehibe, tsy misy intsony ny toerana na faritra malalaka azon’ny zaza malagasy ilalaovana, hany ka vanim-potoana tahaka izao ry zareo vao miara-milalao. Antony iray nampiala tsikelikely ny fahaizan’ny Malagasy miara-monina io tranga tsy fisian’ny tokotanibe io intsony !

HaRy Razafindrakoto

Madagascar Tribune0 partages

9 000 gendarmes mobilisés

Environ 9 000 gendarmes seront mobilisés dans le cadre des fêtes de fin d’année, a annoncé le responsable de communication auprès de la gendarmerie nationale. Cette nouvelle disposition a été prise pour renforcer la sécurité de la population et de ses biens en cette période où l’insécurité tend à s’accroitre, surtout pendant les réveillons de Noël et du nouvel An. La ronde sera multipliée dans chaque chef-lieu de province, dans les ruelles de chaque quartier et même dans les églises, confie ce responsable.

La sécurité routière sera également renforcée par les différentes opérations de contrôle effectué sur les automobilistes. L’objectif est de réduire autant que possible les accidents de circulation liés à la consommation d’alcool et de drogues.

Un effort particulier sera également déployé pour lutter contre l’insécurité grandissante liée au vol de zébus et de kidnapping dans des zones rouges. L’opération Mandio, ayant permis de saisir 128 armes à feu et jeter en prison leurs détenteurs, sera poursuivie. Les forces de l’ordre compte davantage mobilisées des hélicoptères pour cette nouvelle opération. En 2018, une nette diminution de vols de zébus aurait été constatée selonla gendarmerie.

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Rajoelina se confirme, Ravalomanana se rebiffe

Les résultats provisoires partiels du second tour de l’élection présidentielle publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ce matin tendent vers la victoire d’Andry Rajoelina. Sur les 90,11% des bureaux de votes traités (22 394 sur 24 852), le candidat N° 13 dispose de 55,09% des suffrages exprimés (2 326 441 voix) contre 44,91% (1 896 433 voix) pour Marc Ravalomanana, le candidat N° 25. L’écart entre les deux candidats est de 430 008 voix.

La Ceni s’apprête ainsi à proclamer les résultats provisoires dans les prochains jours. La présentation du calendrier y afférente s’effectuera ce lundi à Alarobia lors d’une conférence de presse organisée par cette commission.

Le candidat Marc Ravalomanana se rebiffe pourtant contre les résultats publiés par la Ceni. Il a effectué une déclaration officielle hier dans la nuit. Il appelle ses partisans et les Malgaches à se lever pour défendre leur voix. Lors d’une intervention télévisée d’une dizaine de minutes sur les chaînes de télévision et de radio qui lui sont favorables, l’ancien président de la République a une fois de plus dénoncé les anomalies, irrégularités, fraudes et violences qui auraient eu des impacts sur ses voix.

Marc Ravalomanana a même qualifié les résultats de ces élections de « non crédible » et le processus électoral « non transparent ». Il a appelé les instances électorales, à savoir la Ceni et la Haute cour constitutionnelle (HCC) à prendre en considération les doléances et contestations déposées par son camp avant qu’il ne soit trop tard. Pour entériner à une demande formulée adressée samedi à la HCC, il a également demandé à vérifier les documents électoraux (bulletins uniques) auprès de la Commission électorale.

Concernant cette demande d’autorisation de vérification de documents électoraux auprès de la Ceni adressée au président de la HCC, le président de celle-ci, Jean Eric Rakotoarisoa rétorque que « la Haute Cour constitutionnelle ne disposerait pas d’un pouvoir d’autorisation ou d’interdiction en la matière. Néanmoins, dans un souci de transparence et pour préserver un climat de confiance à l’endroit du processus électoral, la réponse à la présente requête devrait relever de la formation permanente et de la formation non permanente de la Ceni ». Le juriste recommande alors que les « requêtes devraient être ciblés sur un ou des bureaux de votes bien déterminés » dans un souci d’efficacité et pour éviter tout soupçon de manœuvre dilatoire. « Chacun est invité à faire preuve d’honnêteté et de responsabilité dans l’intérêt supérieur des électeurs », conclut Jean-Eric Rakotoarisoa.

Samedi, le comité de soutien de Marc Ravalomanana a procédé à une confrontation des procès-verbaux auprès de la Ceni et a demandé dans une lettre adressée au président de cette commission une demande de « cessation de publication de tendance » basée sur des documents scannés. « Les publications rendues publiques actuellement par le biais des médias nationaux forment une opinion qui, en cas de changement après vérification et confrontation, risque d’être déçue. Ce qui exposerait l’ordre public à de graves troubles », explique le requérant.

Les confrontations qui se sont limitées à moins d’une dizaine de bureaux de vote sur les 50 demandés n’ont pourtant révélé aucune anomalie. De quoi faire jubiler les partisans du candidat N° 13 qui sur les réseaux sociaux ne cessent de multiplier les provocations et insultes à l’endroit du camp adverse.

Dans ce contexte difficile, le climat politique morose, le risque de crise post-électoral plane à nouveau dans le pays.

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Rajoelina se confirme, Ravalomanana se rebiffe

Les résultats provisoires partiels du second tour de l’élection présidentielle publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ce matin tendent vers la victoire d’Andry Rajoelina. Sur les 90,11% des bureaux de votes traités (22 394 sur 24 852), le candidat N° 13 dispose de 55,09% des suffrages exprimés (2 326 441 voix) contre 44,91% (1 896 433 voix) pour Marc Ravalomanana, le candidat N° 25. L’écart entre les deux candidats est de 430 008 voix.

La Ceni s’apprête ainsi à proclamer les résultats provisoires dans les prochains jours. La présentation du calendrier y afférente s’effectuera ce lundi à Alarobia lors d’une conférence de presse organisée par cette commission.

Le candidat Marc Ravalomanana se rebiffe pourtant contre les résultats publiés par la Ceni. Il a effectué une déclaration officielle hier dans la nuit. Il appelle ses partisans et les Malgaches à se lever pour défendre leur voix. Lors d’une intervention télévisée d’une dizaine de minutes sur les chaînes de télévision et de radio qui lui sont favorables, l’ancien président de la République a une fois de plus dénoncé les anomalies, irrégularités, fraudes et violences qui auraient eu des impacts sur ses voix.

Marc Ravalomanana a même qualifié les résultats de ces élections de « non crédible » et le processus électoral « non transparent ». Il a appelé les instances électorales, à savoir la Ceni et la Haute cour constitutionnelle (HCC) à prendre en considération les doléances et contestations déposées par son camp avant qu’il ne soit trop tard. Pour entériner à une demande formulée adressée samedi à la HCC, il a également demandé à vérifier les documents électoraux (bulletins uniques) auprès de la Commission électorale.

Concernant cette demande d’autorisation de vérification de documents électoraux auprès de la Ceni adressée au président de la HCC, le président de celle-ci, Jean Eric Rakotoarisoa rétorque que « la Haute Cour constitutionnelle ne disposerait pas d’un pouvoir d’autorisation ou d’interdiction en la matière. Néanmoins, dans un souci de transparence et pour préserver un climat de confiance à l’endroit du processus électoral, la réponse à la présente requête devrait relever de la formation permanente et de la formation non permanente de la Ceni ». Le juriste recommande alors que les « requêtes devraient être ciblés sur un ou des bureaux de votes bien déterminés » dans un souci d’efficacité et pour éviter tout soupçon de manœuvre dilatoire. « Chacun est invité à faire preuve d’honnêteté et de responsabilité dans l’intérêt supérieur des électeurs », conclut Jean-Eric Rakotoarisoa.

Samedi, le comité de soutien de Marc Ravalomanana a procédé à une confrontation des procès-verbaux auprès de la Ceni et a demandé dans une lettre adressée au président de cette commission une demande de « cessation de publication de tendance » basée sur des documents scannés. « Les publications rendues publiques actuellement par le biais des médias nationaux forment une opinion qui, en cas de changement après vérification et confrontation, risque d’être déçue. Ce qui exposerait l’ordre public à de graves troubles », explique le requérant.

Les confrontations qui se sont limitées à moins d’une dizaine de bureaux de vote sur les 50 demandés n’ont pourtant révélé aucune anomalie. De quoi faire jubiler les partisans du candidat N° 13 qui sur les réseaux sociaux ne cessent de multiplier les provocations et insultes à l’endroit du camp adverse.

Dans ce contexte difficile, le climat politique morose, le risque de crise post-électoral plane à nouveau dans le pays.

Madagascar Tribune0 partages

9 000 gendarmes mobilisés

Environ 9 000 gendarmes seront mobilisés dans le cadre des fêtes de fin d’année, a annoncé le responsable de communication auprès de la gendarmerie nationale. Cette nouvelle disposition a été prise pour renforcer la sécurité de la population et de ses biens en cette période où l’insécurité tend à s’accroitre, surtout pendant les réveillons de Noël et du nouvel An. La ronde sera multipliée dans chaque chef-lieu de province, dans les ruelles de chaque quartier et même dans les églises, confie ce responsable.

La sécurité routière sera également renforcée par les différentes opérations de contrôle effectué sur les automobilistes. L’objectif est de réduire autant que possible les accidents de circulation liés à la consommation d’alcool et de drogues.

Un effort particulier sera également déployé pour lutter contre l’insécurité grandissante liée au vol de zébus et de kidnapping dans des zones rouges. L’opération Mandio, ayant permis de saisir 128 armes à feu et jeter en prison leurs détenteurs, sera poursuivie. Les forces de l’ordre compte davantage mobilisées des hélicoptères pour cette nouvelle opération. En 2018, une nette diminution de vols de zébus aurait été constatée selonla gendarmerie.

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Rajoelina se confirme, Ravalomanana se rebiffe

Les résultats provisoires partiels du second tour de l’élection présidentielle publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ce matin tendent vers la victoire d’Andry Rajoelina. Sur les 90,11% des bureaux de votes traités (22 394 sur 24 852), le candidat N° 13 dispose de 55,09% des suffrages exprimés (2 326 441 voix) contre 44,91% (1 896 433 voix) pour Marc Ravalomanana, le candidat N° 25. L’écart entre les deux candidats est de 430 008 voix.

La Ceni s’apprête ainsi à proclamer les résultats provisoires dans les prochains jours. La présentation du calendrier y afférente s’effectuera ce lundi à Alarobia lors d’une conférence de presse organisée par cette commission.

Le candidat Marc Ravalomanana se rebiffe pourtant contre les résultats publiés par la Ceni. Il a effectué une déclaration officielle hier dans la nuit. Il appelle ses partisans et les Malgaches à se lever pour défendre leur voix. Lors d’une intervention télévisée d’une dizaine de minutes sur les chaînes de télévision et de radio qui lui sont favorables, l’ancien président de la République a une fois de plus dénoncé les anomalies, irrégularités, fraudes et violences qui auraient eu des impacts sur ses voix.

Marc Ravalomanana a même qualifié les résultats de ces élections de « non crédible » et le processus électoral « non transparent ». Il a appelé les instances électorales, à savoir la Ceni et la Haute cour constitutionnelle (HCC) à prendre en considération les doléances et contestations déposées par son camp avant qu’il ne soit trop tard. Pour entériner à une demande formulée adressée samedi à la HCC, il a également demandé à vérifier les documents électoraux (bulletins uniques) auprès de la Commission électorale.

Concernant cette demande d’autorisation de vérification de documents électoraux auprès de la Ceni adressée au président de la HCC, le président de celle-ci, Jean Eric Rakotoarisoa rétorque que « la Haute Cour constitutionnelle ne disposerait pas d’un pouvoir d’autorisation ou d’interdiction en la matière. Néanmoins, dans un souci de transparence et pour préserver un climat de confiance à l’endroit du processus électoral, la réponse à la présente requête devrait relever de la formation permanente et de la formation non permanente de la Ceni ». Le juriste recommande alors que les « requêtes devraient être ciblés sur un ou des bureaux de votes bien déterminés » dans un souci d’efficacité et pour éviter tout soupçon de manœuvre dilatoire. « Chacun est invité à faire preuve d’honnêteté et de responsabilité dans l’intérêt supérieur des électeurs », conclut Jean-Eric Rakotoarisoa.

Samedi, le comité de soutien de Marc Ravalomanana a procédé à une confrontation des procès-verbaux auprès de la Ceni et a demandé dans une lettre adressée au président de cette commission une demande de « cessation de publication de tendance » basée sur des documents scannés. « Les publications rendues publiques actuellement par le biais des médias nationaux forment une opinion qui, en cas de changement après vérification et confrontation, risque d’être déçue. Ce qui exposerait l’ordre public à de graves troubles », explique le requérant.

Les confrontations qui se sont limitées à moins d’une dizaine de bureaux de vote sur les 50 demandés n’ont pourtant révélé aucune anomalie. De quoi faire jubiler les partisans du candidat N° 13 qui sur les réseaux sociaux ne cessent de multiplier les provocations et insultes à l’endroit du camp adverse.

Dans ce contexte difficile, le climat politique morose, le risque de crise post-électoral plane à nouveau dans le pays.

Madagascar Tribune0 partages

Jean-Jacques Ratsietson : Des reproches à Ravalomanana

Tout dépend de la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Et c’est vraisemblablement la raison -depuis le 22 décembre surtout, de cette mobilisation des staffs du K25 qui rameutent les électeurs et témoins de fraudes et usages de faux à leur apporter les preuves concrètes des crimes et délits qu’ils ont en leur possession.

En tout cas, Marc Ravalomanana revient sur ses déclarations lors du dernier face-à-face radio-télévisé organisé par la CENI avec l’ORTM. Il appelle la CENI, le gouvernement et le président de la République par intérim à prendre leurs responsabilités car il trouve que les élections ne sont pas crédibles ni transparentes. Mais Marc Ravalomanana n’est pas crédible non plus à en croire le représentant du « collectif des candidats » Jean Jacques Ratsietison ce 24 décembre 2018 lors du débat nocturne organisé par une station radio-télévisée privée. Ce malheureux candidat lui reproche son mutisme, à la rigueur sa complicité devant toutes les irrégularités, les fraudes, achats de voix/électeurs, corruptions de haut vol, cartes d’électeur et liste électorale très critiquées qui étaient constatés et dénoncés lors du 1er tour. A noter que le camp Ravalomanana a déposé quelque 200 requêtes auprès de la HCC mais les a retirées au dernier moment.

Pour la transparence totale et la stabilité

Toujours est-il que le candidat Jean Jacques Ratsietison, promoteur du « Fahefa-mividy ho an’ny Malagasy » (FMI-Malagasy) met en garde les dirigeants du pays – en particulier le Premier ministre et président de la République par intérim et les responsables de la CENI, contre les contestations des élections qui sont de plus en plus intenses et qui prennent de l’ampleur. Jean Jacques Ratsietison fait constater les menaces d’instabilités en tout genre si jamais le processus en cours se poursuit. Pour éviter tout trouble post-électoral, il réclame que la CENI interrompe la publication des « tendances » qui crée la confusion et entretient des doutes et frustrations. Son objectif est de faire en sorte que les opérations de confrontation revendiquées puissent être entreprises convenablement, de manière la plus limpide et la plus persuasive avant la remise des documents à la HCC. Et il se porte volontaire avec les quelques membres restant du « collectif des candidats » (huit d’après ses dires) qui n’ont pas rallié l’un des deux camps du 2nd tour, pour aider et apporter leur expertise dans cette opération de confrontation et de recomptage des voix.

Le promoteur du « FMI-Malagasy » suggère concrètement le comptage des bulletins de vote utilisés, le comptage de ceux qui n’ont pas été utilisés et par la même occasion le contrôle d’authenticité, des numéros de séries des bulletins utilisés par rapport aux souches et par rapport aux bureaux de vote auxquels ils sont destinés. Si par malheur il y a discordance, Jean Jacques Ratsietison a été clair et net : il faut annuler les élections.

Ce 24 décembre 2018 à 18h30, les « tendances » publiées par la CENI donnent au candidat n°13 une avance de dix (10) points sur son concurrent n°25, soit respectivement un taux de 55% des votes en faveur d’Andry Rajoelina et 45% à Marc Ravalomanana. Cette avance est fondée sur des documents scannés en provenance d’un peu plus de 90% des 24 852 bureaux de vote répartis sur le territoire national. En termes de voix, cette avance correspond à près de 400 000 voix. Et si on devait considérer que les résultats provisoires du 1er tour publiés par la CENI n’étaient pas très éloignés de ceux rendus par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) -qui ne sont susceptibles d’aucun recours, les carottes seraient donc cuites ; le candidat Andry Rajoelina serait le vainqueur et serait le prochain président de la République de Madagascar. Attendre et voir.

Madagascar Tribune0 partages

Jean-Jacques Ratsietson : Des reproches à Ravalomanana

Tout dépend de la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Et c’est vraisemblablement la raison -depuis le 22 décembre surtout, de cette mobilisation des staffs du K25 qui rameutent les électeurs et témoins de fraudes et usages de faux à leur apporter les preuves concrètes des crimes et délits qu’ils ont en leur possession.

En tout cas, Marc Ravalomanana revient sur ses déclarations lors du dernier face-à-face radio-télévisé organisé par la CENI avec l’ORTM. Il appelle la CENI, le gouvernement et le président de la République par intérim à prendre leurs responsabilités car il trouve que les élections ne sont pas crédibles ni transparentes. Mais Marc Ravalomanana n’est pas crédible non plus à en croire le représentant du « collectif des candidats » Jean Jacques Ratsietison ce 24 décembre 2018 lors du débat nocturne organisé par une station radio-télévisée privée. Ce malheureux candidat lui reproche son mutisme, à la rigueur sa complicité devant toutes les irrégularités, les fraudes, achats de voix/électeurs, corruptions de haut vol, cartes d’électeur et liste électorale très critiquées qui étaient constatés et dénoncés lors du 1er tour. A noter que le camp Ravalomanana a déposé quelque 200 requêtes auprès de la HCC mais les a retirées au dernier moment.

Pour la transparence totale et la stabilité

Toujours est-il que le candidat Jean Jacques Ratsietison, promoteur du « Fahefa-mividy ho an’ny Malagasy » (FMI-Malagasy) met en garde les dirigeants du pays – en particulier le Premier ministre et président de la République par intérim et les responsables de la CENI, contre les contestations des élections qui sont de plus en plus intenses et qui prennent de l’ampleur. Jean Jacques Ratsietison fait constater les menaces d’instabilités en tout genre si jamais le processus en cours se poursuit. Pour éviter tout trouble post-électoral, il réclame que la CENI interrompe la publication des « tendances » qui crée la confusion et entretient des doutes et frustrations. Son objectif est de faire en sorte que les opérations de confrontation revendiquées puissent être entreprises convenablement, de manière la plus limpide et la plus persuasive avant la remise des documents à la HCC. Et il se porte volontaire avec les quelques membres restant du « collectif des candidats » (huit d’après ses dires) qui n’ont pas rallié l’un des deux camps du 2nd tour, pour aider et apporter leur expertise dans cette opération de confrontation et de recomptage des voix.

Le promoteur du « FMI-Malagasy » suggère concrètement le comptage des bulletins de vote utilisés, le comptage de ceux qui n’ont pas été utilisés et par la même occasion le contrôle d’authenticité, des numéros de séries des bulletins utilisés par rapport aux souches et par rapport aux bureaux de vote auxquels ils sont destinés. Si par malheur il y a discordance, Jean Jacques Ratsietison a été clair et net : il faut annuler les élections.

Ce 24 décembre 2018 à 18h30, les « tendances » publiées par la CENI donnent au candidat n°13 une avance de dix (10) points sur son concurrent n°25, soit respectivement un taux de 55% des votes en faveur d’Andry Rajoelina et 45% à Marc Ravalomanana. Cette avance est fondée sur des documents scannés en provenance d’un peu plus de 90% des 24 852 bureaux de vote répartis sur le territoire national. En termes de voix, cette avance correspond à près de 400 000 voix. Et si on devait considérer que les résultats provisoires du 1er tour publiés par la CENI n’étaient pas très éloignés de ceux rendus par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) -qui ne sont susceptibles d’aucun recours, les carottes seraient donc cuites ; le candidat Andry Rajoelina serait le vainqueur et serait le prochain président de la République de Madagascar. Attendre et voir.

Madagascar Tribune0 partages

9 000 gendarmes mobilisés

Environ 9 000 gendarmes seront mobilisés dans le cadre des fêtes de fin d’année, a annoncé le responsable de communication auprès de la gendarmerie nationale. Cette nouvelle disposition a été prise pour renforcer la sécurité de la population et de ses biens en cette période où l’insécurité tend à s’accroitre, surtout pendant les réveillons de Noël et du nouvel An. La ronde sera multipliée dans chaque chef-lieu de province, dans les ruelles de chaque quartier et même dans les églises, confie ce responsable.

La sécurité routière sera également renforcée par les différentes opérations de contrôle effectué sur les automobilistes. L’objectif est de réduire autant que possible les accidents de circulation liés à la consommation d’alcool et de drogues.

Un effort particulier sera également déployé pour lutter contre l’insécurité grandissante liée au vol de zébus et de kidnapping dans des zones rouges. L’opération Mandio, ayant permis de saisir 128 armes à feu et jeter en prison leurs détenteurs, sera poursuivie. Les forces de l’ordre compte davantage mobilisées des hélicoptères pour cette nouvelle opération. En 2018, une nette diminution de vols de zébus aurait été constatée selonla gendarmerie.

Madagascar Tribune0 partages

Jean-Jacques Ratsietson : Des reproches à Ravalomanana

Tout dépend de la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Et c’est vraisemblablement la raison -depuis le 22 décembre surtout, de cette mobilisation des staffs du K25 qui rameutent les électeurs et témoins de fraudes et usages de faux à leur apporter les preuves concrètes des crimes et délits qu’ils ont en leur possession.

En tout cas, Marc Ravalomanana revient sur ses déclarations lors du dernier face-à-face radio-télévisé organisé par la CENI avec l’ORTM. Il appelle la CENI, le gouvernement et le président de la République par intérim à prendre leurs responsabilités car il trouve que les élections ne sont pas crédibles ni transparentes. Mais Marc Ravalomanana n’est pas crédible non plus à en croire le représentant du « collectif des candidats » Jean Jacques Ratsietison ce 24 décembre 2018 lors du débat nocturne organisé par une station radio-télévisée privée. Ce malheureux candidat lui reproche son mutisme, à la rigueur sa complicité devant toutes les irrégularités, les fraudes, achats de voix/électeurs, corruptions de haut vol, cartes d’électeur et liste électorale très critiquées qui étaient constatés et dénoncés lors du 1er tour. A noter que le camp Ravalomanana a déposé quelque 200 requêtes auprès de la HCC mais les a retirées au dernier moment.

Pour la transparence totale et la stabilité

Toujours est-il que le candidat Jean Jacques Ratsietison, promoteur du « Fahefa-mividy ho an’ny Malagasy » (FMI-Malagasy) met en garde les dirigeants du pays – en particulier le Premier ministre et président de la République par intérim et les responsables de la CENI, contre les contestations des élections qui sont de plus en plus intenses et qui prennent de l’ampleur. Jean Jacques Ratsietison fait constater les menaces d’instabilités en tout genre si jamais le processus en cours se poursuit. Pour éviter tout trouble post-électoral, il réclame que la CENI interrompe la publication des « tendances » qui crée la confusion et entretient des doutes et frustrations. Son objectif est de faire en sorte que les opérations de confrontation revendiquées puissent être entreprises convenablement, de manière la plus limpide et la plus persuasive avant la remise des documents à la HCC. Et il se porte volontaire avec les quelques membres restant du « collectif des candidats » (huit d’après ses dires) qui n’ont pas rallié l’un des deux camps du 2nd tour, pour aider et apporter leur expertise dans cette opération de confrontation et de recomptage des voix.

Le promoteur du « FMI-Malagasy » suggère concrètement le comptage des bulletins de vote utilisés, le comptage de ceux qui n’ont pas été utilisés et par la même occasion le contrôle d’authenticité, des numéros de séries des bulletins utilisés par rapport aux souches et par rapport aux bureaux de vote auxquels ils sont destinés. Si par malheur il y a discordance, Jean Jacques Ratsietison a été clair et net : il faut annuler les élections.

Ce 24 décembre 2018 à 18h30, les « tendances » publiées par la CENI donnent au candidat n°13 une avance de dix (10) points sur son concurrent n°25, soit respectivement un taux de 55% des votes en faveur d’Andry Rajoelina et 45% à Marc Ravalomanana. Cette avance est fondée sur des documents scannés en provenance d’un peu plus de 90% des 24 852 bureaux de vote répartis sur le territoire national. En termes de voix, cette avance correspond à près de 400 000 voix. Et si on devait considérer que les résultats provisoires du 1er tour publiés par la CENI n’étaient pas très éloignés de ceux rendus par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) -qui ne sont susceptibles d’aucun recours, les carottes seraient donc cuites ; le candidat Andry Rajoelina serait le vainqueur et serait le prochain président de la République de Madagascar. Attendre et voir.

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Rajoelina se confirme, Ravalomanana se rebiffe

Les résultats provisoires partiels du second tour de l’élection présidentielle publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ce matin tendent vers la victoire d’Andry Rajoelina. Sur les 90,11% des bureaux de votes traités (22 394 sur 24 852), le candidat N° 13 dispose de 55,09% des suffrages exprimés (2 326 441 voix) contre 44,91% (1 896 433 voix) pour Marc Ravalomanana, le candidat N° 25. L’écart entre les deux candidats est de 430 008 voix.

La Ceni s’apprête ainsi à proclamer les résultats provisoires dans les prochains jours. La présentation du calendrier y afférente s’effectuera ce lundi à Alarobia lors d’une conférence de presse organisée par cette commission.

Le candidat Marc Ravalomanana se rebiffe pourtant contre les résultats publiés par la Ceni. Il a effectué une déclaration officielle hier dans la nuit. Il appelle ses partisans et les Malgaches à se lever pour défendre leur voix. Lors d’une intervention télévisée d’une dizaine de minutes sur les chaînes de télévision et de radio qui lui sont favorables, l’ancien président de la République a une fois de plus dénoncé les anomalies, irrégularités, fraudes et violences qui auraient eu des impacts sur ses voix.

Marc Ravalomanana a même qualifié les résultats de ces élections de « non crédible » et le processus électoral « non transparent ». Il a appelé les instances électorales, à savoir la Ceni et la Haute cour constitutionnelle (HCC) à prendre en considération les doléances et contestations déposées par son camp avant qu’il ne soit trop tard. Pour entériner à une demande formulée adressée samedi à la HCC, il a également demandé à vérifier les documents électoraux (bulletins uniques) auprès de la Commission électorale.

Concernant cette demande d’autorisation de vérification de documents électoraux auprès de la Ceni adressée au président de la HCC, le président de celle-ci, Jean Eric Rakotoarisoa rétorque que « la Haute Cour constitutionnelle ne disposerait pas d’un pouvoir d’autorisation ou d’interdiction en la matière. Néanmoins, dans un souci de transparence et pour préserver un climat de confiance à l’endroit du processus électoral, la réponse à la présente requête devrait relever de la formation permanente et de la formation non permanente de la Ceni ». Le juriste recommande alors que les « requêtes devraient être ciblés sur un ou des bureaux de votes bien déterminés » dans un souci d’efficacité et pour éviter tout soupçon de manœuvre dilatoire. « Chacun est invité à faire preuve d’honnêteté et de responsabilité dans l’intérêt supérieur des électeurs », conclut Jean-Eric Rakotoarisoa.

Samedi, le comité de soutien de Marc Ravalomanana a procédé à une confrontation des procès-verbaux auprès de la Ceni et a demandé dans une lettre adressée au président de cette commission une demande de « cessation de publication de tendance » basée sur des documents scannés. « Les publications rendues publiques actuellement par le biais des médias nationaux forment une opinion qui, en cas de changement après vérification et confrontation, risque d’être déçue. Ce qui exposerait l’ordre public à de graves troubles », explique le requérant.

Les confrontations qui se sont limitées à moins d’une dizaine de bureaux de vote sur les 50 demandés n’ont pourtant révélé aucune anomalie. De quoi faire jubiler les partisans du candidat N° 13 qui sur les réseaux sociaux ne cessent de multiplier les provocations et insultes à l’endroit du camp adverse.

Dans ce contexte difficile, le climat politique morose, le risque de crise post-électoral plane à nouveau dans le pays.

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Rajoelina se confirme, Ravalomanana se rebiffe

Les résultats provisoires partiels du second tour de l’élection présidentielle publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ce matin tendent vers la victoire d’Andry Rajoelina. Sur les 90,11% des bureaux de votes traités (22 394 sur 24 852), le candidat N° 13 dispose de 55,09% des suffrages exprimés (2 326 441 voix) contre 44,91% (1 896 433 voix) pour Marc Ravalomanana, le candidat N° 25. L’écart entre les deux candidats est de 430 008 voix.

La Ceni s’apprête ainsi à proclamer les résultats provisoires dans les prochains jours. La présentation du calendrier y afférente s’effectuera ce lundi à Alarobia lors d’une conférence de presse organisée par cette commission.

Le candidat Marc Ravalomanana se rebiffe pourtant contre les résultats publiés par la Ceni. Il a effectué une déclaration officielle hier dans la nuit. Il appelle ses partisans et les Malgaches à se lever pour défendre leur voix. Lors d’une intervention télévisée d’une dizaine de minutes sur les chaînes de télévision et de radio qui lui sont favorables, l’ancien président de la République a une fois de plus dénoncé les anomalies, irrégularités, fraudes et violences qui auraient eu des impacts sur ses voix.

Marc Ravalomanana a même qualifié les résultats de ces élections de « non crédible » et le processus électoral « non transparent ». Il a appelé les instances électorales, à savoir la Ceni et la Haute cour constitutionnelle (HCC) à prendre en considération les doléances et contestations déposées par son camp avant qu’il ne soit trop tard. Pour entériner à une demande formulée adressée samedi à la HCC, il a également demandé à vérifier les documents électoraux (bulletins uniques) auprès de la Commission électorale.

Concernant cette demande d’autorisation de vérification de documents électoraux auprès de la Ceni adressée au président de la HCC, le président de celle-ci, Jean Eric Rakotoarisoa rétorque que « la Haute Cour constitutionnelle ne disposerait pas d’un pouvoir d’autorisation ou d’interdiction en la matière. Néanmoins, dans un souci de transparence et pour préserver un climat de confiance à l’endroit du processus électoral, la réponse à la présente requête devrait relever de la formation permanente et de la formation non permanente de la Ceni ». Le juriste recommande alors que les « requêtes devraient être ciblés sur un ou des bureaux de votes bien déterminés » dans un souci d’efficacité et pour éviter tout soupçon de manœuvre dilatoire. « Chacun est invité à faire preuve d’honnêteté et de responsabilité dans l’intérêt supérieur des électeurs », conclut Jean-Eric Rakotoarisoa.

Samedi, le comité de soutien de Marc Ravalomanana a procédé à une confrontation des procès-verbaux auprès de la Ceni et a demandé dans une lettre adressée au président de cette commission une demande de « cessation de publication de tendance » basée sur des documents scannés. « Les publications rendues publiques actuellement par le biais des médias nationaux forment une opinion qui, en cas de changement après vérification et confrontation, risque d’être déçue. Ce qui exposerait l’ordre public à de graves troubles », explique le requérant.

Les confrontations qui se sont limitées à moins d’une dizaine de bureaux de vote sur les 50 demandés n’ont pourtant révélé aucune anomalie. De quoi faire jubiler les partisans du candidat N° 13 qui sur les réseaux sociaux ne cessent de multiplier les provocations et insultes à l’endroit du camp adverse.

Dans ce contexte difficile, le climat politique morose, le risque de crise post-électoral plane à nouveau dans le pays.

Madagascar Tribune0 partages

9 000 gendarmes mobilisés

Environ 9 000 gendarmes seront mobilisés dans le cadre des fêtes de fin d’année, a annoncé le responsable de communication auprès de la gendarmerie nationale. Cette nouvelle disposition a été prise pour renforcer la sécurité de la population et de ses biens en cette période où l’insécurité tend à s’accroitre, surtout pendant les réveillons de Noël et du nouvel An. La ronde sera multipliée dans chaque chef-lieu de province, dans les ruelles de chaque quartier et même dans les églises, confie ce responsable.

La sécurité routière sera également renforcée par les différentes opérations de contrôle effectué sur les automobilistes. L’objectif est de réduire autant que possible les accidents de circulation liés à la consommation d’alcool et de drogues.

Un effort particulier sera également déployé pour lutter contre l’insécurité grandissante liée au vol de zébus et de kidnapping dans des zones rouges. L’opération Mandio, ayant permis de saisir 128 armes à feu et jeter en prison leurs détenteurs, sera poursuivie. Les forces de l’ordre compte davantage mobilisées des hélicoptères pour cette nouvelle opération. En 2018, une nette diminution de vols de zébus aurait été constatée selonla gendarmerie.

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Rajoelina se confirme, Ravalomanana se rebiffe

Les résultats provisoires partiels du second tour de l’élection présidentielle publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ce matin tendent vers la victoire d’Andry Rajoelina. Sur les 90,11% des bureaux de votes traités (22 394 sur 24 852), le candidat N° 13 dispose de 55,09% des suffrages exprimés (2 326 441 voix) contre 44,91% (1 896 433 voix) pour Marc Ravalomanana, le candidat N° 25. L’écart entre les deux candidats est de 430 008 voix.

La Ceni s’apprête ainsi à proclamer les résultats provisoires dans les prochains jours. La présentation du calendrier y afférente s’effectuera ce lundi à Alarobia lors d’une conférence de presse organisée par cette commission.

Le candidat Marc Ravalomanana se rebiffe pourtant contre les résultats publiés par la Ceni. Il a effectué une déclaration officielle hier dans la nuit. Il appelle ses partisans et les Malgaches à se lever pour défendre leur voix. Lors d’une intervention télévisée d’une dizaine de minutes sur les chaînes de télévision et de radio qui lui sont favorables, l’ancien président de la République a une fois de plus dénoncé les anomalies, irrégularités, fraudes et violences qui auraient eu des impacts sur ses voix.

Marc Ravalomanana a même qualifié les résultats de ces élections de « non crédible » et le processus électoral « non transparent ». Il a appelé les instances électorales, à savoir la Ceni et la Haute cour constitutionnelle (HCC) à prendre en considération les doléances et contestations déposées par son camp avant qu’il ne soit trop tard. Pour entériner à une demande formulée adressée samedi à la HCC, il a également demandé à vérifier les documents électoraux (bulletins uniques) auprès de la Commission électorale.

Concernant cette demande d’autorisation de vérification de documents électoraux auprès de la Ceni adressée au président de la HCC, le président de celle-ci, Jean Eric Rakotoarisoa rétorque que « la Haute Cour constitutionnelle ne disposerait pas d’un pouvoir d’autorisation ou d’interdiction en la matière. Néanmoins, dans un souci de transparence et pour préserver un climat de confiance à l’endroit du processus électoral, la réponse à la présente requête devrait relever de la formation permanente et de la formation non permanente de la Ceni ». Le juriste recommande alors que les « requêtes devraient être ciblés sur un ou des bureaux de votes bien déterminés » dans un souci d’efficacité et pour éviter tout soupçon de manœuvre dilatoire. « Chacun est invité à faire preuve d’honnêteté et de responsabilité dans l’intérêt supérieur des électeurs », conclut Jean-Eric Rakotoarisoa.

Samedi, le comité de soutien de Marc Ravalomanana a procédé à une confrontation des procès-verbaux auprès de la Ceni et a demandé dans une lettre adressée au président de cette commission une demande de « cessation de publication de tendance » basée sur des documents scannés. « Les publications rendues publiques actuellement par le biais des médias nationaux forment une opinion qui, en cas de changement après vérification et confrontation, risque d’être déçue. Ce qui exposerait l’ordre public à de graves troubles », explique le requérant.

Les confrontations qui se sont limitées à moins d’une dizaine de bureaux de vote sur les 50 demandés n’ont pourtant révélé aucune anomalie. De quoi faire jubiler les partisans du candidat N° 13 qui sur les réseaux sociaux ne cessent de multiplier les provocations et insultes à l’endroit du camp adverse.

Dans ce contexte difficile, le climat politique morose, le risque de crise post-électoral plane à nouveau dans le pays.

Madagascar Tribune0 partages

9 000 gendarmes mobilisés

Environ 9 000 gendarmes seront mobilisés dans le cadre des fêtes de fin d’année, a annoncé le responsable de communication auprès de la gendarmerie nationale. Cette nouvelle disposition a été prise pour renforcer la sécurité de la population et de ses biens en cette période où l’insécurité tend à s’accroitre, surtout pendant les réveillons de Noël et du nouvel An. La ronde sera multipliée dans chaque chef-lieu de province, dans les ruelles de chaque quartier et même dans les églises, confie ce responsable.

La sécurité routière sera également renforcée par les différentes opérations de contrôle effectué sur les automobilistes. L’objectif est de réduire autant que possible les accidents de circulation liés à la consommation d’alcool et de drogues.

Un effort particulier sera également déployé pour lutter contre l’insécurité grandissante liée au vol de zébus et de kidnapping dans des zones rouges. L’opération Mandio, ayant permis de saisir 128 armes à feu et jeter en prison leurs détenteurs, sera poursuivie. Les forces de l’ordre compte davantage mobilisées des hélicoptères pour cette nouvelle opération. En 2018, une nette diminution de vols de zébus aurait été constatée selonla gendarmerie.

Madagascar Tribune0 partages

Jean-Jacques Ratsietson : Des reproches à Ravalomanana

Tout dépend de la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Et c’est vraisemblablement la raison -depuis le 22 décembre surtout, de cette mobilisation des staffs du K25 qui rameutent les électeurs et témoins de fraudes et usages de faux à leur apporter les preuves concrètes des crimes et délits qu’ils ont en leur possession.

En tout cas, Marc Ravalomanana revient sur ses déclarations lors du dernier face-à-face radio-télévisé organisé par la CENI avec l’ORTM. Il appelle la CENI, le gouvernement et le président de la République par intérim à prendre leurs responsabilités car il trouve que les élections ne sont pas crédibles ni transparentes. Mais Marc Ravalomanana n’est pas crédible non plus à en croire le représentant du « collectif des candidats » Jean Jacques Ratsietison ce 24 décembre 2018 lors du débat nocturne organisé par une station radio-télévisée privée. Ce malheureux candidat lui reproche son mutisme, à la rigueur sa complicité devant toutes les irrégularités, les fraudes, achats de voix/électeurs, corruptions de haut vol, cartes d’électeur et liste électorale très critiquées qui étaient constatés et dénoncés lors du 1er tour. A noter que le camp Ravalomanana a déposé quelque 200 requêtes auprès de la HCC mais les a retirées au dernier moment.

Pour la transparence totale et la stabilité

Toujours est-il que le candidat Jean Jacques Ratsietison, promoteur du « Fahefa-mividy ho an’ny Malagasy » (FMI-Malagasy) met en garde les dirigeants du pays – en particulier le Premier ministre et président de la République par intérim et les responsables de la CENI, contre les contestations des élections qui sont de plus en plus intenses et qui prennent de l’ampleur. Jean Jacques Ratsietison fait constater les menaces d’instabilités en tout genre si jamais le processus en cours se poursuit. Pour éviter tout trouble post-électoral, il réclame que la CENI interrompe la publication des « tendances » qui crée la confusion et entretient des doutes et frustrations. Son objectif est de faire en sorte que les opérations de confrontation revendiquées puissent être entreprises convenablement, de manière la plus limpide et la plus persuasive avant la remise des documents à la HCC. Et il se porte volontaire avec les quelques membres restant du « collectif des candidats » (huit d’après ses dires) qui n’ont pas rallié l’un des deux camps du 2nd tour, pour aider et apporter leur expertise dans cette opération de confrontation et de recomptage des voix.

Le promoteur du « FMI-Malagasy » suggère concrètement le comptage des bulletins de vote utilisés, le comptage de ceux qui n’ont pas été utilisés et par la même occasion le contrôle d’authenticité, des numéros de séries des bulletins utilisés par rapport aux souches et par rapport aux bureaux de vote auxquels ils sont destinés. Si par malheur il y a discordance, Jean Jacques Ratsietison a été clair et net : il faut annuler les élections.

Ce 24 décembre 2018 à 18h30, les « tendances » publiées par la CENI donnent au candidat n°13 une avance de dix (10) points sur son concurrent n°25, soit respectivement un taux de 55% des votes en faveur d’Andry Rajoelina et 45% à Marc Ravalomanana. Cette avance est fondée sur des documents scannés en provenance d’un peu plus de 90% des 24 852 bureaux de vote répartis sur le territoire national. En termes de voix, cette avance correspond à près de 400 000 voix. Et si on devait considérer que les résultats provisoires du 1er tour publiés par la CENI n’étaient pas très éloignés de ceux rendus par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) -qui ne sont susceptibles d’aucun recours, les carottes seraient donc cuites ; le candidat Andry Rajoelina serait le vainqueur et serait le prochain président de la République de Madagascar. Attendre et voir.

Madagascar Tribune0 partages

Jean-Jacques Ratsietson : Des reproches à Ravalomanana

Tout dépend de la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Et c’est vraisemblablement la raison -depuis le 22 décembre surtout, de cette mobilisation des staffs du K25 qui rameutent les électeurs et témoins de fraudes et usages de faux à leur apporter les preuves concrètes des crimes et délits qu’ils ont en leur possession.

En tout cas, Marc Ravalomanana revient sur ses déclarations lors du dernier face-à-face radio-télévisé organisé par la CENI avec l’ORTM. Il appelle la CENI, le gouvernement et le président de la République par intérim à prendre leurs responsabilités car il trouve que les élections ne sont pas crédibles ni transparentes. Mais Marc Ravalomanana n’est pas crédible non plus à en croire le représentant du « collectif des candidats » Jean Jacques Ratsietison ce 24 décembre 2018 lors du débat nocturne organisé par une station radio-télévisée privée. Ce malheureux candidat lui reproche son mutisme, à la rigueur sa complicité devant toutes les irrégularités, les fraudes, achats de voix/électeurs, corruptions de haut vol, cartes d’électeur et liste électorale très critiquées qui étaient constatés et dénoncés lors du 1er tour. A noter que le camp Ravalomanana a déposé quelque 200 requêtes auprès de la HCC mais les a retirées au dernier moment.

Pour la transparence totale et la stabilité

Toujours est-il que le candidat Jean Jacques Ratsietison, promoteur du « Fahefa-mividy ho an’ny Malagasy » (FMI-Malagasy) met en garde les dirigeants du pays – en particulier le Premier ministre et président de la République par intérim et les responsables de la CENI, contre les contestations des élections qui sont de plus en plus intenses et qui prennent de l’ampleur. Jean Jacques Ratsietison fait constater les menaces d’instabilités en tout genre si jamais le processus en cours se poursuit. Pour éviter tout trouble post-électoral, il réclame que la CENI interrompe la publication des « tendances » qui crée la confusion et entretient des doutes et frustrations. Son objectif est de faire en sorte que les opérations de confrontation revendiquées puissent être entreprises convenablement, de manière la plus limpide et la plus persuasive avant la remise des documents à la HCC. Et il se porte volontaire avec les quelques membres restant du « collectif des candidats » (huit d’après ses dires) qui n’ont pas rallié l’un des deux camps du 2nd tour, pour aider et apporter leur expertise dans cette opération de confrontation et de recomptage des voix.

Le promoteur du « FMI-Malagasy » suggère concrètement le comptage des bulletins de vote utilisés, le comptage de ceux qui n’ont pas été utilisés et par la même occasion le contrôle d’authenticité, des numéros de séries des bulletins utilisés par rapport aux souches et par rapport aux bureaux de vote auxquels ils sont destinés. Si par malheur il y a discordance, Jean Jacques Ratsietison a été clair et net : il faut annuler les élections.

Ce 24 décembre 2018 à 18h30, les « tendances » publiées par la CENI donnent au candidat n°13 une avance de dix (10) points sur son concurrent n°25, soit respectivement un taux de 55% des votes en faveur d’Andry Rajoelina et 45% à Marc Ravalomanana. Cette avance est fondée sur des documents scannés en provenance d’un peu plus de 90% des 24 852 bureaux de vote répartis sur le territoire national. En termes de voix, cette avance correspond à près de 400 000 voix. Et si on devait considérer que les résultats provisoires du 1er tour publiés par la CENI n’étaient pas très éloignés de ceux rendus par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) -qui ne sont susceptibles d’aucun recours, les carottes seraient donc cuites ; le candidat Andry Rajoelina serait le vainqueur et serait le prochain président de la République de Madagascar. Attendre et voir.

Madagascar Tribune0 partages

La victoire de Rajoelina se confirme, Ravalomanana se rebiffe

Les résultats provisoires partiels du second tour de l’élection présidentielle publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ce matin tendent vers la victoire d’Andry Rajoelina. Sur les 90,11% des bureaux de votes traités (22 394 sur 24 852), le candidat N° 13 dispose de 55,09% des suffrages exprimés (2 326 441 voix) contre 44,91% (1 896 433 voix) pour Marc Ravalomanana, le candidat N° 25. L’écart entre les deux candidats est de 430 008 voix.

La Ceni s’apprête ainsi à proclamer les résultats provisoires dans les prochains jours. La présentation du calendrier y afférente s’effectuera ce lundi à Alarobia lors d’une conférence de presse organisée par cette commission.

Le candidat Marc Ravalomanana se rebiffe pourtant contre les résultats publiés par la Ceni. Il a effectué une déclaration officielle hier dans la nuit. Il appelle ses partisans et les Malgaches à se lever pour défendre leur voix. Lors d’une intervention télévisée d’une dizaine de minutes sur les chaînes de télévision et de radio qui lui sont favorables, l’ancien président de la République a une fois de plus dénoncé les anomalies, irrégularités, fraudes et violences qui auraient eu des impacts sur ses voix.

Marc Ravalomanana a même qualifié les résultats de ces élections de « non crédible » et le processus électoral « non transparent ». Il a appelé les instances électorales, à savoir la Ceni et la Haute cour constitutionnelle (HCC) à prendre en considération les doléances et contestations déposées par son camp avant qu’il ne soit trop tard. Pour entériner à une demande formulée adressée samedi à la HCC, il a également demandé à vérifier les documents électoraux (bulletins uniques) auprès de la Commission électorale.

Concernant cette demande d’autorisation de vérification de documents électoraux auprès de la Ceni adressée au président de la HCC, le président de celle-ci, Jean Eric Rakotoarisoa rétorque que « la Haute Cour constitutionnelle ne disposerait pas d’un pouvoir d’autorisation ou d’interdiction en la matière. Néanmoins, dans un souci de transparence et pour préserver un climat de confiance à l’endroit du processus électoral, la réponse à la présente requête devrait relever de la formation permanente et de la formation non permanente de la Ceni ». Le juriste recommande alors que les « requêtes devraient être ciblés sur un ou des bureaux de votes bien déterminés » dans un souci d’efficacité et pour éviter tout soupçon de manœuvre dilatoire. « Chacun est invité à faire preuve d’honnêteté et de responsabilité dans l’intérêt supérieur des électeurs », conclut Jean-Eric Rakotoarisoa.

Samedi, le comité de soutien de Marc Ravalomanana a procédé à une confrontation des procès-verbaux auprès de la Ceni et a demandé dans une lettre adressée au président de cette commission une demande de « cessation de publication de tendance » basée sur des documents scannés. « Les publications rendues publiques actuellement par le biais des médias nationaux forment une opinion qui, en cas de changement après vérification et confrontation, risque d’être déçue. Ce qui exposerait l’ordre public à de graves troubles », explique le requérant.

Les confrontations qui se sont limitées à moins d’une dizaine de bureaux de vote sur les 50 demandés n’ont pourtant révélé aucune anomalie. De quoi faire jubiler les partisans du candidat N° 13 qui sur les réseaux sociaux ne cessent de multiplier les provocations et insultes à l’endroit du camp adverse.

Dans ce contexte difficile, le climat politique morose, le risque de crise post-électoral plane à nouveau dans le pays.

Midi Madagasikara0 partages

Météo des fêtes : Sec à Tanà, pluies ailleurs

Un Noël sec serait au rendez-vous dans la région d’Analamanga

Si passer le jour de Noël sous la pluie est une habitude pour la population des régions Sava et Analanjirofo, ce n’est pas le cas pour les autres régions du pays. Et cette année, la fête va se faire entre la pluie et le beau temps. En effet, selon les prévisions de la direction générale de la météorologie, le temps sera sec dans l’Analamanga et les zones périphériques ce jour, demain et mercredi prochain. Des précipitations seraient toutefois au rendez-vous dans la partie Est d’Analamanga si l’on se réfère toujours aux prévisions de la direction générale de la météo. Par ailleurs, la pluie serait au rendez-vous dans les parties Nord et Ouest du pays. Des précipitations seraient donc au rendez-vous dans les régions Boeny, Diana, Sofia, Alaotra Mangoro et Sava. La population desdites régions devraient donc se préparer à affronter une journée de précipitation. Certes, la journée serait grise mais cela ne devrait pas pour autant gâcher la « joie de Noël ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Rocade Andohatapenaka : Fiara kely nivadika tany an-tanimbary, vehivavy iray namoy ny ainy

Aina iray indray no nafoy, tetsy amin’ny lalam-baovao « rocade » Andohatapenaka ny harivan’ny sabotsy lasa teo. Fiara kely iray, marika « Peugeot » no niala lalana ary nivadika tany an-tanimbary. Vokany, potika tanteraka ilay fiara, olona iray maty ary iray hafa naratra mafy.

Hatreto dia tsy fantatra mazava izay tena antony nahatonga ny loza, raha ny angom-baovao azo teny an-toerana. Marihana fa mbola mazava ny andro, tokony ho tamin’ny efatra ora folakandro tany ho any no nitranga ny loza. Raha ny filazan’ireo nanatri-maso, toy ireo fiara mindrana iny lalam-baovao iny, dia somary mafimafy ihany ny fandehan’ity fiara kely ity. Tampoka teo anefa no nikivilavila ilay fiara ary namantana avy hatrany tany an-tanimbary, rehefa tsy nahatana azy intsony ireo vy arofanina teny an-toerana. Mafy dia mafy tokoa ny fianjerany, satria niforitra mihitsy ny lohan’ilay fiara, torak’izay ihany koa ny aoriana rehefa nitontona tamin’ny tany. Olona roa no tao anatin’izany fiara izany araka ny filazan’ireo olona teny an-toerana. Ireto farany izay nihazakazaka avy hatrany hamonjy izany olona tao anaty fiara niharan-doza izany. Lehilahy tokony ho efapolo taona any ho any ny teo amin’ny familiana ary vehivavy manodidina ny 26 taona kosa ny teo akaikiny. Samy nihoson-drà sy naratra avokoa izy ireo ary nezahin’ireo olona nosokirina tao anatin’ilay fiara. Araka ny voalaza dia ilay vehivavy no tena voa mafy indrindra. Nentina novonjena haingana tany amin’ny hôpitaly moa ireto olona tra-doza, saingy noho ny ratra nahazo azy dia tsy tana intsony ny ain’ilay vehivavy. Taorian’ny loza no tazana teny an-toerana ireo tompon’andraikitry ny filaminana, izay inoana fa nanatanteraka fanadihadiana sy niaro ilay toerana nitrangan’ny loza.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ampihaviana Antsirabe : Trano roa indray kilan’ny afo

Omaly maraina tokony ho tamin’ny 10 ora no nirehetan’ny trano iray voalohany, tao amin’ny fokontany Ampihaviana manamorona ny ara be mihazo ny fitsarana iny. Tsy nisy noraisina ny entana rehetra tao amin’ny efitrano ambony rihana ; izay nipoiran’ny afo voalohany. Renim-pianakaviana tompon-trano  iray no may teo amin’ny faritry ny tavany,ny tànany havanana sy ny lamosiny nandritra ny firehetan’ny trano. Soa aloha fa tsy nisy ny aina nafoy, fa ny fahasimbana no be, nivadika lavenona tao anatin’ny fotoana vitsy monja mantsy  ny fanana nohariana an-taonany maro. Tombanana an-tapitrisany ny fahavoazana, satria nilaza ny tompon-trano fa dia ny akanjo teny an-koditra sisa tavela. Naharitra ora telo vao maty tanteraka ny afo, raha ny fanazavan’ny tompon-trano, ny fokonolona teo amin’ny manodidina no nifanome tànana namono ny afo .

Fa ankoatra izay, dia trano iray hafa tsy dia mifanalavitra loatra amin’ny  voalaza etsy ambony ihany koa no may. Tokony  ho tamin’ny 3 ora sy sasany antoandro  indray no nanomboka ny firehetana. Trano iray ao amin’ny faritry ny minisiteran’ny rano sy ny ala ity may ity,fantatra fa mpiasa ao amin’ny minisitera ihany no monina ao, saingy tsy nisy tao ny tompon-trano tamin’io fotoana fa lasa any Antananarivo. Raha ny fanazavan’ny mpiray vodirindrina, dia vokatry ny herinaratra no nahamay ilay trano. Nisy fahatapahana naharitraritra mantsy ny jiro teto Antsirabe, omaly alahady. Fotoana vitsy monja taorian’ny fiverenan’ny herinaratra no nahare feon-javatra mirefodrefotra ny manodidina ary poa tahaka izay dia indro fa nidonak’afo ilay trano.  Voatery nopitsohan’ny fokonolona ny varavarana namonjena ny entana azo  nobataina. Vetivety koa anefa dia niitatra ny afo ary saika may avokoa ny efitra roa sy ny lakozia tao amin’ity trano ity.

Matetika loatra ny trano may teto Antsirabe tato ho ato izay, indrindra tamin’ity taona ity. Lesoka lehibe ho an’ny revohitry ny tanana anefa ny tsy mbola nahatongavan’ilay fiara mpamonjy voina ; izay nodradrain’ny ben’ny tanana Paul Razanakolona, fa ho avy tsy ho ela tao anatin’ny herin-taona, saingy indrisy fa nijanona ho kobaka am-bava fotsiny ihany.

Andry N. 

Midi Madagasikara0 partages

Football – Coupe de la CAF : Elgeco Plus éliminé

Même sur le terrain, les joueurs étaient éblouis par le talent des Sud-africains.

Battu sur un cumul de 6 buts à 0, Elgeco Plus plie bagage à la Coupe de la Confédération Africaine de Football (CAF).

Fin de l’aventure africaine pour Elgeco Plus. L’équipe vainqueur de la Coupe de Madagascar a essuyé une seconde raclée samedi, au Stade de Mahamasina dans le cadre des rencontres des 32es de finale de la Coupe de la CAF. Après la défaite par trois buts à 0 lors du match aller à Durban, Afrique du Sud, les protégés d’Hubert Robson dit Bob ont été battus à domicile sur le même score, samedi comptant pour le match retour. Sur un cumul de 6 buts à 0, Elgeco Plus a emboité le pas de la CNaPS Sports, éliminée dès le tour préliminaire de la Ligue des Champions de la CAF. Motivés à remporter cette joute retour, les Sud-africains sont passés à l’offensive dès les premières minutes du jeu, mais, n’arrivaient pas à marquer de but. Les deux équipes quittaient le terrain à la pause sur un score de nul et vierge.

Expérience internationale. A la reprise, tout se complique pour le clan malgache avec l’expulsion du défenseur Milhor à la 65e minute. Les visiteurs ont su profiter de ce manque d’effectifs des Oranges contraint de jouer à dix. Un manque qui s’est fait vite sentir surtout dans la ligne défensive des hommes de Bob. Six minutes après, Hendrick Ekstein a fait trembler le filet d’Eddit Bastia (1-0). Sur cette belle lancée, Ryan Moon inscrit le second but pour Kaiser Chiefs à la 82e minute. Le festival de buts se poursuit pour les Sud-africains avec la seconde réalisation d’Ekstein à la 86e minute. Et c’est sur ce score que Kaiser Chiefs a bouclé cette rencontre et se qualifie pour les 16es de finale de la compétition. L’expérience des rencontres internationales a fait la différence. « L’équipe ne supporte pas encore les matches qui se disputent à une semaine ainsi que l’éloignement des sites de compétitions. La fatigue se fait sentir », avoue le coach Bob. L’international malgache Dax qui évolue avec Kaiser Chiefs ne figurait pas sur la liste des 18 joueurs. Il était juste un spectateur à Mahamasina. A défaut d’équipe, le football malgache aura Dax comme représentant aux compétitions footballistiques africaines.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ambovombe Androy : Près de 100 cas de rougeole observés

La tente est dressée dans l’enceinte du CRHD Monja Jaona pour accueillir les personnes se disant être atteintes de rougeole.

10 personnes hospitalisées, un décès suite à des graves complications, les premières informations concernant l’épidémie de rougeole dans le district d’Ambovombe Androy.

Le district d’Ambovombe Androy vit difficilement l’épidémie de rougeole. Alors que l’attention était tournée vers la région Analamanga qui a enregistré le plus grand nombre de cas, le district d’Ambovombe Androy vivrait actuellement une situation alarmante. Joint au téléphone, le chef du centre hospitalier de référence de district Monja Jaona, le Dr Tsivahiny Paubert fait savoir que « pas moins de quatre cas sont quotidiennement notifiés » auprès de son établissement. Le Dr Tsivahiny Paubert d’expliquer que la situation en avançant le faible taux de vaccination dans le district d’Ambovombe Androy. « Les rumeurs véhiculées autour des vaccins en général et celles véhiculées autour du personnel de la santé publique ont fait que la population d’Ambovombe Androy n’ont pas adhéré aux campagnes de vaccination menées ». Par ailleurs, d’autres cas non déclarés pourraient également exister si l’on en tient aux dires du Dr Tsivahiny Paubert. Lesdits cas pouvant à chaque heure qui passe transmettre à d’autres personnes non vaccinées.

Peur à Ambovombe. La situation aurait également monté d’un cran lorsque la population a développé une ‘certaine psychose’. « Le centre hospitalier de référence de district accueille de jour comme de nuit des personnes affolées qui disent avoir contracté la rougeole. Et des fois, ils viennent auprès de l’hôpital pour une simple question de température », a noté le chef du CHRD Monja Jaona. Avant de noter que « la situation est toutefois encourageante dans la mesure où une grande partie de la population adopte la bonne conduite en cas de manifestation de maladie. C’est-à-dire aller directement à l’hôpital ». Ce qui est en soi une avancée majeure dans cette partie du pays où les rumeurs concernant les médecins, les centres hospitaliers ou encore les centres de santé de base provoquent la réticence de la population à aller consulter les médecins. Des mesures ont toutefois été prises par les responsables auprès du CHRD Monja Jaona. « Nous avons dressé une tente pour prendre en charge les personnes qui ont développé des symptômes proches de la rougeole. Pour effectuer les diagnostics d’un côté, mais surtout pour les séparer des autres patients du CHRD, de l’autre », a renchéri le Dr Tsivahiny Paubert. N’échappant pas au cas des autres régions du pays, le district d’Ambovombe Androy est actuellement rattrapé par les erreurs aussi bien des parents qui n’ont pas voulu faire vacciner leurs enfants, mais également du personnel des services de la santé qui ont manifesté un certain « relâchement dans le suivi des carnets de santé des enfants Malagasy ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Chocolats : Un produit festif incontournable

Le chocolat attire toujours les consommateurs.

En cette période de fêtes de fin d’année, les chocolats constituent un produit festif incontournable pour la population malgache. En effet, on en consomme souvent durant la fête de Noël ou à l’occasion du nouvel an, ou bien on l’achète pour servir de cadeaux. Ce produit festif abonde maintenant le marché local. Il est présenté sous différentes formes. On peut citer, entre autres, l’angelot, les petites voitures, les sabots de différentes tailles, les bottes et les paniers ainsi que les statuettes du Père Noël portant son sac plein de cadeaux ou bien de Père Noël en voiture ou en moto. Ce qui pourrait émerveiller les petits et les grands à l’occasion des fêtes de fin d’année étant donné que la présentation du chocolat sort de l’ordinaire et marque bien qu’on soit en pleine festivité. En outre, le prix du chocolat mis en vente sur le marché est adapté à toutes les bourses. A titre d’illustration, un chocolat en forme d’angelot peut s’acquérir aux environs de 1.850 Ariary tandis que le panier garni ‘king size’ se vend jusqu’à 27.000 Ariary.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanana : Voatafika ny tranon’ny katesista, olona roa lasa an-keriny

Azo lazaina fa mavaivay tanteraka ny asan-dahalo sy fakàna takalonaina ity any amin’iny faritra Betsiboka iny. Ny sabotsy lasa teo izao, dia tranon- katesista iray tany amin’ny kaominina Tsararano no nataon’ny dahalo fahirano. Vokany, voadaroka ny vadin’ity mpitarika fivavahana ity ary olona roa lasan’ireo dahalo an-keriny. Omby manodidina ny 40 tany ho any kosa no lasan’ireo dahalo tamin’izany. Tao amin’ny fokontany Begogo no nitrangan’ity fanafihana miharo fakàna takalonaina ity, araka ny fampitam-baovao azo avy tamin’ny namana any an-toerana. Am-polony maro ireo olon-dratsy tamin’io fotoana io no tonga tao amin’io tanana io ; izay nirongo basy. Nentina nampitahorana ireo fokonolona dia narefodrefotr’izy ireo ny basy talohan’ny hidirana tao an-tanana. Mazava ho azy fa teo anoloan’izany dia tsy nisy sahy nivoaka ny mponina. Nanararaotra araka izany ireo olon-dratsy nanangona ireo omby teo an-tanàna. Ary tsy vitan’izay, fa nanao amboletra niditra tao amin’ny tokantranon’ilay katesista. Tamin’io fotoana io, araka ny vaovao hatrany, dia tsy tao an-toerana ilay mpitarika fivavahana fa ramatoa vadiny sy lehilahy lehibe roa no tao. Tsy nisalasala araka izany ireo olon-dratsy nidaroka sy namono an’ilay ramatoa hitakiana ny vola. Tsy nanaiky izy ireo raha tsy nahazo dimy hetsy ariary, ary nentiny nanaraka azy ireo an-keriny ireo lehilahy roa. Taorian’ny fanafihana vao afaka niantso vonjy tamin’ireo mpitandro filaminana ireo voatafika. Nisy avy hatrany ny fanaraha-dia natao ka raikitra ny fifandonana. Fantatra, fa azo teny am-pelan-tanan’ireo olon-dratsy ny omby. Avotra soa aman-tsara koa ilay lehilahy iray, saingy ilay namany dia mbola nentin’ireo olon-dratsy. Mbola mitohy araka izany ny fikarohana any an-toerana.  Fa tamin’io fotoana io ihany koa, dia nisy fanafihana roa hafa   tany amin’ny fokontany Antongombe sy ny tany amin’ny sampanana Anosikely. Tsy nisy ny naratra na ny namoy ny ainy, saingy omby maromaro no lasan’ireo olon-dratsy. Araka ny angom-baovao azo, dia azo heverina fa mety ho iray tarika tamin’ireo nanafika katesista ihany ireto olon-dratsy nanafika tany amina tanana hafa ireto. Saingy mbola eo am-panaovana fanadihadiana moa ireo mpitandro filaminana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Grande Braderie : Une dernière journée avant les fêtes

Il y a toujours une affluence de visiteurs à la Grande Braderie.

Après avoir fait le pleindurant le week-end, surtout samedi, la Grande Braderie de Madagascar entame ce lundi sa dernière journée. Une belle occasion pour les visiteurs de se faire des emplettes avec les offres intéressantes proposées par les 230 participants, tous des professionnels dans leur secteur d’activité respectif. Et ce, avec comme d’habitude de la vraie braderie puisque, c’est pendant la dernière journée que les participants font le maximum pour liquider leur stock. Bref, l’événement à ne pas rater de ce 24 décembre, c’est la Grande Braderie de Madagascar qui se poursuit au Palais des Sports Mahamasina.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Doing business pour qui ?

L’obligation d’intégrer les entreprises (petites et grandes) dans le secteur formel est une évidence. L’Etat comme les collectivités locales s’y attèlent . Cet objectif vise à augmenter les rentrées fiscales, à augmenter et sécuriser les emplois, etc. Mais  entre les différents discours énoncés  pourtant des différences apparaissent. Selon le « Doing Business»  de la Banque Mondiale, il faudrait satisfaire neuf  (9) procédures et un délai de (13) jours pour créer une entreprise à Madagascar. Données assez flatteuses pour nous, puisque bien qu’on ait un peu reculé par rapport à 2015, nous serions  au 128e rang en 2016 sur 189 économies recensées dans le monde, et comparé à l’ensemble de l’Afrique subsaharienne il faut le double de temps pour la même démarche.

Cependant, les prétendants créateurs  qui sont  vraiment à pied d’œuvre se demandent si ces données ne sont valables que pour les grands et/ou investisseurs étrangers et ne concernent pas les locaux qui veulent  formaliser ou créer leurs  activités. Jugez-en avec l’illustration du parcours de combattant qui peut être vous ou moi. D’abord, il faut aller au centre fiscal le plus proche de votre localité, là on vous donnera une liste de démarches à faire dont : effectuer une demande manuscrite visée par le « Fokontany » et la commune (en 2 exemplaires) ; faire une photocopie légalisée de la CIN  (en 2 exemplaires) ; faire une photocopie de la carte statistique (en 2 exemplaires)  – à acquérir à Anosy ; faire établir un certificat de résidence (en 2exemplaires) ; faire un plan de repérage  de lieu d’activité  visé par le « fokontany » (en 2 exemplaires) ; produire  un contrat de bail enregistré ou un certificat de  propriété  de votre habitat .Avoir les  documents de cette liste comporte des démarches encore à effectuer. Par exemple, au niveau du « fokontany », il faut s’acquitter des droits (famangiana) et taxes ( ramassage d’ordures) ; au niveau de la commune, il faut formuler la demande d’ouverture en trois exemplaires reliées et payer un droit variant jusqu’ à des  centaines de milliers d’ariary selon le statut juridique de votre entreprise sans oublier la taxe de 10% du droit payée pour avoir le permis de construire et ainsi de suite, c’est là seulement que vous pouvez vous enquérir   de la NIF et le numéro statistique, ces deux fameux documents qui vous permettent d’exercer. De ce qui précède n’est qu’un raccourci de la croix et la bannière subies par le citoyen qui veut être en règle et en conscience avec la Société.

Qu’est- ce qu’on  peut en conclure ? Les prétendus guichets uniques existent-ils vraiment ? Les fameux Investisseurs Directs Etrangers  font-ils le même parcours ?

Enfin, dans  cette course-poursuite, on se croirait être devant ces jeux vidéo à plusieurs étapes  où les difficultés sont croissantes et on se demande si le principe de subsidiarité qui veut que tout problème trouve sa solution, le plus proche possible n’est pas et loin de là l’objectif de la  décentralisation.

REDIFFUSION

Ranarivao
Midi Madagasikara0 partages

Fêtes de fin d’année : Les prix des volailles s’envolent

Les volailles sont très prisées à l’occasion de la célébration des fêtes de Noël et du Nouvel an.

Mais cette fois-ci, les prix de ces volailles festives s’envolent. A titre d’illustration, la dinde se vend entre 60.000 Ariary et 130.000 Ariary sur le marché de la Capitale. En raison de cette flambée des prix, certains consommateurs qui n’ont pas les moyens de se procurer de ce type de volaille, ont préféré acheter de la viande de dinde vidée à raison de 18.000 Ariary le kilo. Bon nombre de marchands de volailles se plaignent ainsi car ils ne parviennent pas à écouler des dindes que deux à trois têtes par jour, et ce, depuis le 15 décembre 2018.

Commandes. D’autres éleveurs se réjouissent de leur côté, grâce aux commandes par milliers reçues durant cette période de fêtes de fin d’année. En effet, les dindes constituent les volailles les plus prisées par les institutions publiques ou privées pour être distribuées à leur personnel à cette occasion. Quant à l’oie, on peut l’acquérir entre 56.000 Ariary et 70.000 Ariary l’unité. Et le prix du canard s’élève entre 16 000 Ariary et 25.000 Ariary. Il en est de même pour les poulets. Mais, ce n’est pas encore à la portée de toutes les bourses, d’après le témoignage d’une mère de famille. « Heureusement qu’il y a des boucheries qui offrent des viandes de vollailes à prix abordables étant donné qu’on peut en acheter un demi voire un quart de kilo », a-t-elle exprimé.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Rugby – GOLD TOP 20 : COSFA dompte FT Manjakaray

Les militaires du COSFA n’ont pas laissé la voie libre aux gars de Manjakaray. (photo NARY RAVONJY).En finale du Top 20, le Club Omnisport des Forces Armées (COSFA) s’est imposé (26-23) devant Fitambaran’ny Tanoran’i Manjakaray, pourtant favori, au Stade Makis, hier. Cosfa remporte ainsi le ticket continental et la somme de deux millions ariary.

Le réveil du patron. Les militaires ont enfin tenu leur revanche face aux joueurs de Manjakaray. Après deux revers, les rugbymen d’Ampahibe se sont réveillés de la plus belle des manières, hier, en finale du championnat de Madagascar Elite Fédéral de rugby ou Gold Top 20. C’est sur le score un peu serré de 26 à 23 que les protégés de Rija Randrianarison ont privé les gars du FT Manjakaray de leur troisième sacre national. Dans les deux camps, Mika, Rado et Koroka étaient au four et au moulin côté Manjakaray si Rija Kely, Tahina ont assuré pour Cosfa. Dès le coup d’envoi de la rencontre, les deux équipes se montrent très agressives de tous les instants. A la pause, le tableau affichait un score de 13-13 partout.

Erreur fatale. De retour des vestiaires, les hostilités reprennent des plus belles. Sur une passe de Mika, Raseta ou Rasta s’est offert le luxe de remonter le terrain pour planter un dernier essai, conclu (20-13, 45e). Motivé comme jamais, FTM revient dans le jeu pour égaliser de nouveau le score sur un dernier essai  (23-23). Avec une défense de fer, un jeu au pied parfait et une efficacité clinique, les deux équipes ont été à la hauteur de l’événement. L’étau se resserre entre les deux formations qui veulent à tout prix remporter la victoire finale. Confondant vitesse et précipitation, Manjakaray a commis une erreur fatale offrant aux militaires un « hors-jeu ». Et c’est Manga qui a libéré son équipe. Avec cette victoire, Cosfa a remporté la somme de deux millions ariary et aussi le ticket pour la Coupe d’Afrique des Clubs Champions. Lahatra du FTM a été choisi comme le meilleur joueur et le titre de meilleur marqueur revient à Koroka. Rideau alors sur la saison 2018 pour Malagasy Rugby.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Tapatapany

#- Tanjombato. Lehilahy namono tena, nitsoraka tao Ikopa. Ny alin’ny sabotsy hifoha alahady teo dia lehilahy iray manodidina ny efa-polo taona mahery tany ho any no nitsoraka tao amin’ny reniranon’Ikopa, tetsy Tanjombato. Niandry izay nipoirany ireo teny amin’ny manodidina nahatsikaritra ity zava-niseho ity, saingy  nilentika ary tsy hita intsony ilay rangahy. Teo vao samy taitra ny olona, fa hay olona namono tena ilay izy. Tamin’io ihany moa dia natsoina ireo tompon’andraikitra ary nisy ny fitadiavana azy. Omaly maraina vao hita ny vatana mangatsiakany ary naterina avy hatrany teny amin’ny tranom-paty tetsy amin’ny hôpitalin’Ampefiloha.

#- Mahitsy. Kôlonely notafihan’ny jiolahy. Ny zoma misasakalina teo dia tokantranona manamboninahitra efa nisotro ronono iray no lasibatry ny jiolahy, tao amin’ny fokontany Antongombato, ao amin’ny kaominina Mahitsy. Efa-dahy ireo olon-dratsy ary samy nitondra basy poleta. Tsy nanaiky hatramin’ny farany izany fanafihana azy izany anefa ity kôlônely ity ka dia sahy nanohitra na tratry ny be no ho ny vitsy aza. Naratra mafy voadaroka ny lehilahy, saingy tsy nahazo n’inona sy tsy nahavita ny asa ratsiny kosa ireo olon-dratsy. Tsy vitan’ireo olon-dratsy ihany koa ny nampiasa ny basy teny an-tanana raha tsy tafavoaka ny  tanana izy ireo. Mbola nisy olona iray hafa nifanena tamin’ireo farany moa teny an-dàlana ka dia nodarohan’izy ireo ihany koa. Efa eny amin’ny hôpitaly ary samy nahazo ny fitsaboana sahaza azy avokoa ireto olona naratra ireto. Misokatra kosa ny fanadihadiana.

#-Nosy Be. Lakana rendrika. Lakana misy motera iray no rendrika teo anelanelan’Ankify sy Ambarivato, ny sabotsy antoandro teo, tany amin’iny tapany Avaratry ny Nosy iny. Tsy nisy aina nafoy fa avotra soa aman-tsara avokao ireo olona folo nentin’ity fitaterana an-drano ity. Araka ny fampitam-baovao, dia vedety ho any Ambarivato iray sendra nahita ny loza no namonjy avy hatrany ity lakana tra-doza ity, izay nahavonjy haingana ireo mpandeha. Ny entana rehetra kosa no dobo rano avokoa. Hatreto dia mbola tsy fantatra ny antony nahatonga ny loza.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Festivités de fin d’année : L’Hôtel de l’Avenue marque le pas

Le sapin trône dans l’Hôtel de l’Avenue

Un Noël en famille ne sera pas de trop pour fêter la nativité dans un cadre convivial et léché à l’Hôtel de L’Avenue à Analakely. La même formule, avec un accent particulier pour la gastronomie, s’appliquera également pour la Saint-Sylvestre. Du côté de l’animation, Le Point d’Exclamation Lounge Bar de l’hôtel sera le point névralgique pour les grands, tandis que plusieurs activités seront réservées aux plus petits. Live music, karaoke… les soirées à l’Hôtel de L’Avenue sont toujours savoureuses. Pour passer des bons moments dans un endroit en plein centre-ville, rien de mieux que de fêter Noël à l’Hôtel de l’avenue.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Ambodivona : Lehilahy maty, may kila tao anaty hain-trano

Nitrangana hain-trano mahatsiravina teo tetsy Ambodivona. Araka ny fanazavana azo, dia trano hazo iray no nirehitra tamin’io fotoana io. Lehilahy iray kosa no fantatra fa tsy tafavoaka tamin’izany hain-trano izany ary namoy ny ainy. Ny alin’ny sabotsy hifoha alahady lasa teo no nitranga ity hain-trano nahafatesana olona ity. Efa nijoajoala ny afo vao taitra ny manodidina. Niezaka namono ny afo ary nifehy izany avokoa ireo fokonolona teny an-toerana. Nantsoina ihany koa ny mpamonjy voina. Tao anatin’izany kotaba maro isan-karazany izany no nahafantarana fa mbola misy olona tavela tao anatiny. Raha ny filazan’ireo mponina mantsy, dia lehilahy lehibe iray tokony ho 40 taona no mipetraka tao amin’ilay trano nirehitra, izay tsy hitan’ny rehetra nivoaka tamin’io fotoana io. Tsy nisy havana na fianakaviana izy  tao amin’ilay trano, fa mipetra-drery, izay inoana fa resin-tory nandritra ny loza ary dia voafandriky ny afo sy tafavoaka intsony. Niezaka namonjy ity farany ireo teny an-toerana, saingy indrisy fa tsy avotra intsony izy. Marihana fa vetivety ihany ny nifehezana ny afo ary tsy niitatra tamin’ireo trano teo akaiky ny fahavoazana. Taorian’ny famonoana ny afo moa no hita ny vatana mangatsiakan’ilay rangahy izay nentina avy hatrany tany amin’ny tranom-paty. Hatreto dia tsy fantatra mazava izay antony nahatonga ny firehetana. Loza efa ho avy sa nisy doro trano niniana natao ? Efa mandeha moa ny fanadihadian’ireo tompon’andraikitra amin’izany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Mode et tendance : « Dagomisoma » un succès pour une première édition

Les jeunes d’Ambohipo ; Ambolokandrina ont attendu ce moment depuis longtemps. Les passionnés de la mode étaient satisfaits. «C’est la première fois qu’Ambohipo accueille ce genre d’évènement. Pas besoin d’aller à Analakely pour voir un défilé de mode. Je trouve que c’est réussi et bravo à ‘DagoIvelaka’ » dixit, Fredis Rabearison, un passionné de la mode.

Le défilé de mode s’était bien déroulé samedi dernier au Jao’s Pub. Huit mannequins ont défilé sur l’estrade de la tanière de Jaojaoby. La ravissante Fleuria, la belle Cedna Bella et ses copines se sont vêtues de la création de DagoIvelaka. Étant le créateur, DagoIvelaka est également une maison de coiffure. En outre, la première édition est réussie. C’était un coup de maître pour une première édition.

A 21 heures, Lahety et son équipe ont fait une bonne animation. Mahidy hanigny mangala vady était interprété par le jeune chanteur. Après trente minutes d’échauffement, alors que Don Sarebareba anime la salle avec ses sketchs, les ravissantes jeunes filles préparent leur entrée dans le coulisse. Jao’s Pub sentait le parfum des mannequins. A 23 heures, le défilé a commencé. Des jeunes filles de 20 ans portant des superbes robes de soirée, d’autres sont en tenue de sport.

Cheveux frisés, une tendance. «Je suis fière de moi, de mes cheveux. Ça me rend belle » affirme Fleuria. C’est devenu une mode ces derniers temps. Avoir des cheveux intermédiaires est devenu une tendance. Si avant le décrêpage de chevelures était en vogue dans les années cinquante, les jeunes d’aujourd’hui se frisent les cheveux.

« La plupart des gens nous jugent parce qu’on est des mannequins. On nous regarde d’un mauvais œil. On est fière de ce qu’on est. C’est notre travail et on adore défiler. Les femmes doivent admirer et surtout prendre soin de leurs corps. »

IssHeridiny

Midi Madagasikara0 partages

21 787 bureaux de vote traités par la CENI : Andry Rajoelina 55,08%, Marc Ravalomanana 44,92%

Samedi dernier, le clan Ravalomanana a exigé une confrontation des procès-verbaux auprès de la CENI.

Samedi dernier, à la demande du clan Ravalomanana, une séance de confrontation des procès-verbaux a été organisée au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante à Alarobia.

Les jeux sont quasiment faits, ou enfin presque en ce qui concerne le second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre. On s’achemine vers une nette victoire du candidat du « Tanora malaGasy Vonona », Andry Rajoelina. D’après les résultats provisoires publiés hier à 20h par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), sur 21.787 bureaux de vote traités sur les 24.852 existant dans tout Madagascar, soit 87,67%, le candidat « numéro 13 » a obtenu 2.269.136 voix (55,08%) contre 1.850.797 voix (44,92%) pour son adversaire Marc Ravalomanana. 418.339 voix de différence donc entre les deux protagonistes. Un écart dont le renversement est peu probable, voire impossible à rattraper car il représente le nombre d’électeurs au niveau de deux voire trois régions. On attend désormais les résultats provisoires de la CENI qui devrait confirmer l’élection d’Andry Rajoelina à la Magistrature suprême. Le candidat « numéro 13 » sera donc le 13e Président de la République de Madagascar.

Jamais deux sans trois. Actuellement, il est en passe de réaliser un « jamais deux sans trois ». Il convient de rappeler en effet que Marc Ravalomanana et le « Tiako i Madagasikara » ont déjà été battus à plate couture (plus de 70% des suffrages exprimés) par « Andry TGV » lors des élections communales de décembre 2007. C’était la première confrontation directe entre les deux parties. En 2013, lorsqu’Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont été frappés par le « ni… ni » imposé par la Communauté Internarionale, Jean Louis Robinson, le candidat adoubé par « Dada » a également été battu au second tour par Hery Rajaonarimampianina qui était soutenu par le « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR) à l’époque, même si dès son accession au pouvoir, ce dernier a décidé de tourner le dos à sa famille politique d’origine. Cette Présidentielle de 2018 confirmera donc l’« hégémonie » d’Andry Rajoelina sur Marc Ravalomanana. Et ce, même si pour le moment, ce dernier, ou plus précisément ses partisans les plus ultras et les mercenaires politiques qui l’entourent refusent de se soumettre aux résultats des urnes en tentant d’inventer toutes manœuvres visant à semer les troubles au pays et à contester les résultats sans pour autant apporter aucune preuve.

Confrontation. Il convient en effet de noter que samedi dernier, à la demande du clan Ravalomanana, une séance de confrontation des procès-verbaux a été organisée au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante à Alarobia. Une séance qui s’est soldée par une véritable humiliation pour les « zanak’i Dada ». Les Fanirisoa Ernaivo, Hanitra Razafimanantsoa, Félix Randriamandimbisoa, ainsi que les avocats du TIM ont présenté 55 procès-verbaux « suspicieux », selon leurs dires, et les ont confrontés avec les PV de la CENI. Après vérifications effectuées par eux-mêmes, ils ont pu constater qu’il n’y a aucune différence entre les résultats de la CENI et ceux du « K25 ». Les allégations de détournements de voix véhiculées depuis le 19 décembre ne sont donc que de pures imaginations. A noter que Fanirisoa Ernaivo qui se trouve désormais en première ligne pour défendre les intérêts de « Dada », a apposé sa signature sur le procès verbal dressé à l’issue de cette séance de confrontation de PV.

« Krismasy Fandresena ». Quoiqu’il en soit, à l’allure où vont les choses, le « Krismasy Fandresena » n’existera pas pour le « K25 ». Cette année, comme lors des élections communales de 2007 et la Présidentielle de 2013, le Père Noël ne passera pas chez les « Zanak’i Dada ». D’ailleurs, la déclaration effectuée hier par Marc Ravalomanana laisse croire que la trêve politique risque d’être bafouée en cette période des fêtes de fin d’année car il a lancé un appel à la contestation des résultats à l’endroit de ses partisans. Reste à savoir si cet appel sera suivi. Du côté du camp Rajoelina, on attend sereinement les résultats provisoires qui devraient être publiés par la CENI dans les prochaines heures. Quoiqu’il arrive, c’est la Haute Cour Constitutionnelle qui aura le dernier mot sur l’issue de cette élection présidentielle.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Ministère des Mines : Construction de 15 nouveaux bureaux

Des paniers garnis remis par le ministre des Mines Henry Rabary-Njaka aux 615 agents du ministère.

Améliorer le cadre de travail des 615 agents du ministère des Mines et du Pétrole. Tel est le leitomotiv du ministre de tutelle, Henry Rabary-Njaka, qui est maintenant à sept mois à la tête de ce département. La preuve, « 15 nouveaux bureaux et une autre salle réservée aux femmes allaitantes, seront construits au début de l’année 2019. Les travaux seront réalisés en six mois », a-t-il déclaré lors de la distribution de panier garni au personnel la semaine dernière, et ce, à l’occasion des fêtes de fin d’année. En outre, une extension du laboratoire des mines est également prévue. Et comme bilan, le ministre des Mines, Henry Rabary-Njaka a soulevé entre autres, l’aboutissement du processus de reversement des ristournes perçues suite à l’exploitation de cobalt et de nickel par le projet Ambatovy. « Près de 61,4 milliards d’Ariary ont été ainsi versés aux 20 communes de Moramanga à Toamasina et aux deux régions, à savoir Alaotra Mangoro et Atsinanana, qui sont tous des zones impactés par le projet », a-t-il rappelé. Et au niveau de l’EITI (Initiative pour la Transparence des Industries Extractives), Madagascar entre actuellement dans la deuxième phase lui permettant d’atteindre l’objectif de niveau satisfaisant. Par ailleurs, des primes exceptionnelles ont été versées aux 615 agents du ministère.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Valorisation de la culture : Madagascar, une politique culturelle aveugle et muette

Quand le folklore se mêle avec la tradition

Les acteurs culturels du pays attendent toujours à ce que la culture soit valorisée et mise au premier plan dans toute politique de développement. Les actions du nouveau président de la République, qui qu’il soit, sont attendues dans ce domaine. 

« Je n’ai pas beaucoup de chose à dire à ce sujet puisque tous ceux qui se sont succédé ont toujours ont ignoré la culture », lance Mendrika Rasolomahatratra, batteur du groupe Solomiral. A la question, quelles devraient être les priorités de celui qui sera le nouveau Président de la République dans ce domaine, ce musicien de plus de trente ans de carrière n’espère rien. Il se peut qu’il ait raison, puisque depuis toujours, le budget annuel du ministère de la Culture ressemblait à celui d’une équipe de foot de troisième division en Europe. Pourtant, à Madagascar, crise ou non, l’art a été un générateur d’emploi à ne pas négliger.

Hemerson Andrianetrazafy, artiste plasticien, historien d’art et membre de l’Académie malgache pousse le bouchon encore plus loin. « La priorité devrait concerner tout ce qui fait l’individu : une personne avec des valeurs, une personne d’esprit, un bon citoyen… ». Intégrer des concepts culturellement essentiels, comme l’identité, dans la politique culturelle n’a jamais été mis en avant par les dirigeants malgaches depuis l’indépendance. Au niveau de l’enseignement, le programme scolaire ne contient presque pas de référence à cette notion. A titre d’exemple, les recherches des archéologues concernant l’histoire du peuplement de Madagascar confirment l’existence de personnes vivant déjà dans la Grande Île, il y a 500 ans av JC. Pourtant, aucun manuel du primaire ou du secondaire ne le mentionne. Ce que regrette quelques peu, Ken Thierry Andrianaharinjato chanteur du groupe Mage 4. « Les cultures étrangères ne sont pas mauvaises, mais nous devons aussi nous retourner vers le passé pour que nous n’oublions pas complètement nos valeurs culturelles ».

Tojo Alain Rabemanantsoa, bédéiste qui a pu percer à l’international

L’essence de la culture. Souvent, le rapprochement de facilité entre art et culture annihile toute autre perspective. Voilà sans doute la raison pour laquelle le ministère de la Culture bénéficie d’un budget de PME. Penser la culture dans son aspect anthropologique ou identitaire, voire politique, n’aurait jamais effleuré les dirigeants du pays. Avançant sur cette idée de la relation entre culture et gestion de la cité, la notion de nation n’est jamais loin. Selon Anne Marie Thiesse, chercheuse au CRNS dans la communication « La nation, une construction politique et culturelle », le culturel ne serait pas un simple faire valoir. « Toutes les nations ont été construites à la fois comme des corps politiques et comme des communautés culturelles. La dimension politique de la nation est universelle, elle prend cependant corps dans un espace géographique identifiable. Ce qui suppose le recours à des critères culturels particularisants. C’est donc en fait le culturel qui sert à délimiter la communauté politique ».

L’affirmation que Madagascar est un riche vivier culturel, que ce soit en tradition, en art musical… ne se calque pas sur la réalité sur le terrain. A se demander si cette richesse ne serait qu’un mythe pour idéaliser l’enfermement insulaire. La grande question reste : est- ce que Madagascar possède vraiment un potentiel culturel et artistique pouvant être exploité ? « A Madagascar, il n’y a pas de politique culturelle. Cette richesse existe bel et bien, mais il n’y a pas d’infrastructure adéquate, on fait semblant de nous occuper du secteur. Le marché, et bien, il n’existe presque pas. Il nous faut nous convaincre que la culture est capable de relancer l’économie. Tout le monde doit en être convaincu, à partir du Président de la République, le Gouvernement, le Sénat, l’Assemblée Nationale… pour que cela aboutisse à la mise en place d’une vraie administration culturelle et à des infrastructures », souligne Eric Rasoamiaramanana, activiste culturel et promoteur artistique.

Pour le comprendre, il suffit de compter le nombre de cabarets et petites salles qui ont été mis en activité ces cinq dernières années. Mais un manque de structure solide reste toujours d’actualité dans le secteur culturel. Pour Andry Johanesa Razanadrato, diplomé d’un master en science de l’information et de la communication, « mettre en place une balise pour chaque domaine artistique » semble être une priorité. « Cela peut commencer par la création d’un conseil d’art national, après déterminer des règles de conduite pour les artistes. Cela ne prendra pas la forme d’un office comme l’OMDA mais ce sera un véritable conseil. Cela se fait largement dans le domaine économique, il suffit de le transposer dans la culture ».

Etre responsable. Pour Mashmanjaka Tsirefesimandidy, un des meilleurs artistes urbains et toaster du pays, le regard se tourne plutôt vers les responsables et les décisionnaires. « Il faut penser à ériger un statut particulier aux artistes, puisqu’ils peuvent apporter une solution, et qu’ils sont eux-mêmes une solution pour développer l’art. Il faut donner plus de visibilité et sa place aux métiers de la création, ce secteur est peu considéré. Donc, mettre à leur disposition une plate-forme d’expressions de leur savoir-faire ». Un vaste chantier qui est à mettre en œuvre en tenant compte des priorités urgentes comme la pauvreté, l’insécurité et le pouvoir d’achat.

Ce manque d’infrastructure et d’initiative est souvent pointé du doigt par quelques artistes, le bédéiste Tojo Alain Rabemanantsoa, qui a déjà réussi à illuminer le festival d’Angoulême de ses œuvres, n’y va pas par quatre chemins. « Les ministères qui se sont succéde n’ont jamais œuvré pour la culture, juste du bavardage. On devrait chercher les talents à la source et leur apporter du soutien, évidemment, c’est le ministère de la Culture qui devrait s’en occuper ». Lui qui a mis des années avant de vraiment goûter aux retombées de son art. Lui et quelques dessinateurs malgaches ont été repérés par des producteurs étrangers. Sinon, leur talent aurait difficilement traversé les frontières. Tel est souvent l’issue de secours des artistes malgaches, tenté de se faire repérer par les bailleurs étrangers. Parfois aux risques de se soumettre à la main- mise de ces derniers sur le contenu artistique ou les messages à passer.

Le moment est venu de ne plus tâtonner pour le bien du secteur culturel. Penser culture comme levier de développement devrait se faire à la base, depuis le vécu des citoyens et des groupes humains. D’autant que les malgaches peuvent s’adapter aux vents extérieurs. Cela se confirme par leur adaptation à la culture numérique.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Football – Coupe de la CAF : Elgeco Plus éliminé

Battu sur un cumul de 6 buts à 0, Elgeco Plus plie bagage à la Coupe de la Confédération Africaine de Football (CAF).

Fin de l’aventure africaine pour Elgeco Plus. L’équipe vainqueur de la Coupe de Madagascar a essuyé une seconde raclée samedi, au Stade de Mahamasina dans le cadre des rencontres des 32es de finale de la Coupe de la CAF. Après la défaite par trois buts à 0 lors du match aller à Durban, Afrique du Sud, les protégés d’Hubert Robson dit Bob ont été battus à domicile sur le même score, samedi comptant pour le match retour. Sur un cumul de 6 buts à 0, Elgeco Plus a emboité le pas de la CNaPS Sports, éliminée dès le tour préliminaire de la Ligue des Champions de la CAF. Motivés à remporter cette joute retour, les Sud-africains sont passés à l’offensive dès les premières minutes du jeu, mais, n’arrivaient pas à marquer de but. Les deux équipes quittaient le terrain à la pause sur un score de nul et vierge.

Expérience internationale. A la reprise, tout se complique pour le clan malgache avec l’expulsion du défenseur Milhor à la 65e minute. Les visiteurs ont su profiter de ce manque d’effectifs des Oranges contraint de jouer à dix. Un manque qui s’est fait vite sentir surtout dans la ligne défensive des hommes de Bob. Six minutes après, Hendrick Ekstein a fait trembler le filet d’Eddit Bastia (1-0). Sur cette belle lancée, Ryan Moon inscrit le second but pour Kaiser Chiefs à la 82e minute. Le festival de buts se poursuit pour les Sud-africains avec la seconde réalisation d’Ekstein à la 86e minute. Et c’est sur ce score que Kaiser Chiefs a bouclé cette rencontre et se qualifie pour les 16es de finale de la compétition. L’expérience des rencontres internationales a fait la différence. « L’équipe ne supporte pas encore les matches qui se disputent à une semaine ainsi que l’éloignement des sites de compétitions. La fatigue se fait sentir », avoue le coach Bob. L’international malgache Dax qui évolue avec Kaiser Chiefs ne figurait pas sur la liste des 18 joueurs. Il était juste un spectateur à Mahamasina. A défaut d’équipe, le football malgache aura Dax comme représentant aux compétitions footballistiques africaines.

T.H