Les actualités à Madagascar du Samedi 24 Décembre 2016

Modifier la date
News Mada391 partages

Industrie : cinq entreprises primées

Cinq industries malgaches œuvrant dans le  secteur de l’énergie, la transformation, l’agri-business et la pharmaceutique  ont été récompensées par le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé (MIDSP) pour leur dynamisme et leurs réalisations durant l’année 2016. Il s’agit entre autres de l’industrie Obio Hamy qui fournit de l’éthanol, la société Huilerie industrielle de Tamatave (Hita) qui produit de l’huile de table raffinée à partir de l’huile brut de soja, la société Newpack oeuvrant dans la fabrication de carton ondulé,   Gasyplast,  spécialisé dans la transformation de matière en plastique et lma société Bionex dans le domaine pharmaceutique.

La remise des prix s’est déroulée lors d’un gala organisé par la mutuelle du ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé (FIMPI) le 22 décembre dernier. Cinq autres porteurs de projets ont été récompensés durant cette rencontre.

Riana R.

 

L'express de Madagascar170 partages

Riz en plastique – Inquiétudes chez les consommateurs

Un numéro vert mis en place par le ministère chargé du Commerce est assailli par les appels de consommateurs inquiets.

Panique à bord. Les rumeurs relatives à la circulation en Afrique de  riz en plastique sont bien parvenues à Madagascar et inquiètent les consommateurs. Le numéro vert mis en place par le ministère du Commerce et de la consommation est submergé par les appels. « Aujourd’hui (hier), nous avons reçu pas moins d’une trentaine d’appels sur le numéro vert », confie un responsable du ministère.À en croire ce responsable, « Ceux qui appellent affirment avoir trouvé du riz en plastique. Mais jusqu’ici, nous n’avons rien trouvé de tel », poursuit-il, après avoir assuré que « Chaque fois que nous recevons ce genre d’appels, nous effectuons immédiatement une descente pour contrôler la marchandise ».Ces contrôles auraient donc permis de savoir que le riz en plastique ne se trouve pas dans la Grande île. « Il n’y a aucune preuve de la présence de ce riz, ici », a d’ailleurs martelé, hier, le ministre chargé de l’Agri­culture, Rivo Rakotovao. Pour les autorités, il ne s’agit ni plus ni moins que de rumeurs non confirmées ni avérées par des contrôles de terrain.

ManiocPour rassurer les consommateurs, le ministère chargé du Commerce rappelle que le riz importé passe par deux analyses avant d’être mis sur le marché. Dans un communiqué, le ministère parle d’une analyse physico-chimique et microbiologique faire par le ministère de la Santé puis d’une analyse de non-contamination radioactive faite par l’Institut national des sciences et techniques nucléaires. « Ce n’est qu’après les résultats de ces analyses que l’importateur obtient l’autorisation de vente », poursuit le communiqué.Certains contrôles chimiques effectués en laboratoire ont certes montré que du riz vendu sur le marché malgache n’est pas entièrement composé de riz. Mais ce riz, contenant du manioc est « parfaitement comestible », selon les autorités, serait autorisé à Madagascar.

Fanomezana Rasolomahery

Midi Madagasikara155 partages

Bekily : Un taxi-brousse accidenté, six blessés graves

Mercredi dernier, un accident a eu lieu à Fotadrevo dans le district de Bekily dans la Région Androy. Le bilan est assez lourd, six blessés graves qui sont entre la vie et la mort. Admis dans un centre hospitalier le plus proche, l’hôpital Zoara à Fotadrevo, ces personnes grièvement atteintes sont admises dans des unités de soins intensifs. Les informations recueillies sur place ont permis de dire que l’accident était inévitable. Le lourd véhicule, traversant un tronçon de route boueux, (sur la photo), s’est couché sur le côté. Le chauffeur, au lieu de rouler au pas, avait emballé son moteur sans tenir compte des bagages excessifs installés sur le toit de son engin, une antique Tata qui faisait le bonheur des usagers, il y a des dizaines d’années auparavant. Selon toujours les informations, ce taxi-brousse a quitté Toliara tôt dans la matinée pour Bekily. Et dans cette région difficilement accessible, le véhicule avait à son bord plus de passagers qu’il n’en faut. Sans parler du mauvais état de la route.

Eric Manitrisa

Tia Tanindranaza146 partages

“Glace” TikoEfa eny amin’ny tsena

"....fa ny tarigetranay, izay hotanterahina, hanasoa ny namanay sy ireo mpiara-belona....", ampahany ao anatin’ny tononkira faneva AAA-TIKO, io.

Mirija

L'express de Madagascar88 partages

Affaire Ambohimahamasina – Le parti HVM garde ses distances

Sur la résistance de Claudine Razaimamonjy face au Bianco, les Bleus refusent l’amalgame entre la personne et le parti.

Désolidarisation. Les propos de Rivo Rakoto­vao, ministre auprès de la Présidence en charge de l’Elevage et président national du parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), ne l’étaient pas vraiment. En tout cas, le parti au pouvoir ne souhaite pas être happé par l’affaire de détournement de deniers publics, dans la commune rurale d’Ambohimahamasina.Dans cette affaire, pourtant, Claudine Razaima­monjy, opératrice écono­mique ayant ses entrées à la présidence de la République et cador des Bleus dans la province de Fianarantsoa, a délibérément refusé de répondre à deux convocations du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). En marge d’une cérémonie de remise d’aide aux démunis, à l’occasion des fêtes de fin d’année, hier, à Antanimena, le numéro un du HVM a été questionné par la presse sur l’impact des arrestations de personnalités politiques sur l’apaisement.« Personne n’est au-dessus de la loi, comme personne ne peut transgresser ou s’opposer à la loi sans être inquiété. La loi est faite pour tout le monde et s’applique à tout le monde. La politique, ou l’appartenance à un courant politique ne doit pas être utilisé comme argument pour éviter l’application de la loi », a déclaré Rivo Rakotovao. L’avis du président du HVM sur la résistance de l’une des leurs aux convocations légales faites par un organe de contrôle du respect de la loi a, ainsi, été demandé.« La loi est impersonnelle et s’applique à tous. Ce n’est pas qu’une affaire doit déteindre sur l’entité d’appartenance de la personne exposée. Cela ne concerne pas le HVM, si quelqu’un ne souhaite pas être inquiétée, qu’elle ne fasse pas de chose contraire à la loi », a répliqué le ministre auprès de la présidence en charge de l’Agriculture. Se jouant, probablement, du système, Claudine Razaimamonjy, semble, pour l’heure ne pas être inquiétée par l’affaire Ambohimahamasina.

IndifférenceDessaisi du dossier dès son transfert à la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC), le Bianco n’a plus la main sur l’affaire sauf, en cas de délégation judiciaire du tribunal. Ce qui n’est pas encore le cas, aux dernières nouvelles. Le sénateur Riana Andriamandavy VII, élu à Fianarantsoa, et beau frère de l’opératrice économique, a même donné une dimension institutionnelle et étatique à l’affaire, en pointant du doigt la gestion du dossier par le Bianco et en demandant la démission du directeur général de cet organe, en pleine séance de questions-réponses entre le Sénat et le gouvernement.L’attitude de la personnalité concernée et du parlementaire, dans l’affaire Ambohimahamasina a attiré l’ire du comité de pilotage de la réforme de la stratégie nationale de lutte contre la corruption. « Non ! Ce n’est pas acceptable que des personnes qui, dans un pays normalement constitué, devraient s’expliquer devant la Justice demandent des comptes (…) que ceux qui ont des choses à se reprocher ou leurs proches, fassent preuve d’autant d’arrogance et cela dans l’indifférence quasi-totale des pouvoirs publics et de la population. (…) La justice de son côté, se fait plus que discrète », a-t-il vilipendé, en pleine célé­bration de la journée internationale de lutte contre la corruption.Ce dossier de détournement qui concerne les subventions spéciales de treize communes rurales. Rien que celle destinée à Ambohi­maha­masina s’élève à 396 millions d’ariary. Bien que le HVM, par la voix de son président national, souhaite prendre ses distances avec le sujet, difficile ne pas faire le raccourci entre l’opératrice économique et la formation au pouvoir, voire le pouvoir tout court.Malgré la tourmente médiatique, Claudine Razaimamonjy a trôné à la tribune du congrès régional du HVM à Fianarantsoa, aux côtés des autres ténors des Bleus au sein du gouvernement, de la présidence de la République et des Chambres parlementaires, dont son beau frère de sénateur. Comme quoi, le désaveu n’est pas dans les plans. Le ministre Rakotovao, par ailleurs, a contourné une question concernant une éventuelle mesure prise par le parti au pouvoir dans cette affaire, soutenant juste qu’il faut laisser les entités en charge de l’application de la loi, travailler. Une pirouette classique pour bâcler un sujet délicat.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar79 partages

Commerce illicite de tortues – Liberté provisoire dénoncée

Le mouvement Voahary Gasy s’insurge contre la décision de la justice d’accorder la liberté provisoire pour deux trafiquants, qu’ils jugent innoportune.

Rappel. D’après les informations communiquées par les entités de la société civile, membres du projet Application de la loi contre les abus sur les ressources à Madagascar (Alarm), hier, au siège de l’organisation Alliance Voahary Gasy, à Andrainarivo, suite à une interjection en appel, deux des six personnes condamnées par le Tribunal depremière instance d’Anta­nana­rivo (TPI), le 15 novembre, à une peine de prison de 10 à 30 mois et d’une amende collective de 200 millions d’ariary, ont bénéficié d’une liberté provisoire.En réaction, les membres du projet Alarm ont déploré cette décision de la justice, et considèrent qu’elle ne correspond pas à l’engagement fait par les administrations publiques et judiciaires d’appliquer des peines exemplaires contre les trafiquants. Les entités de la société civile engagée dans la lutte contre les trafics des ressources naturelles ne contestent, cependant pas, la décision du tribunal. « Elles s’inquiètent juste du risque que cette décision crée un précédent et fasse tache d’huile. Ici elles jouent donc, leur rôle d’interpellation », explique un membre du projet Alarm.

CraintesL’application de peines sévères entre, d’autant plus, dans le cadre d’une mesure de dissuasion contre les récidives ou les nouveaux trafiquants, celui de la lutte contre le commerce illicite des ressources naturelles. Devant la presse, hier, maître Tombotsoa Raharijaona, avocat du projet Alarm s’est, toutefois interrogé sur le fait que les deux individus ont pu bénéficier d’une liberté provisoire « alors qu’ils ont été pris en flagrant délit ».Les deux personnes ayant eu gain de cause devant la Cour d’appel ont, en effet, fait partie d’un groupe de cinq individus arrêtés par la gendarmerie alors qu’ils étaient avec des valises contenant près de deux cent bébés astrochelys radiata, une espèce de tortues endémiques de Madagascar, le 22 septembre dernier. Cette arrestation fait suite à un coup de filet mis en place par les forces de l’ordre, en collaboration avec le projet Alarm.L’autre raison de la conférence de presse d’hier, du reste, est que la société civile a fait part de sa crainte que les deux individus ayant bénéficié d’une liberté provisoire, prennent la poudre d’escampette et quittent Madagascar. « Ce sont des trafiquants internationaux, ils en ont les moyens », soutient une source avisée.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara76 partages

Douane : Une voiture Mercedes d’un député vendue aux enchères

Ce n’est pas pour rien que les députés ont réclamé la franchise douanière, lors des réunions de consultation pour l’élaboration de la loi de finances 2017. En effet, l’un d’entre eux, bien connu comme étant un fervent défenseur des tendances du régime actuel, avaient des difficultés à dédouaner une voiture Mercedes SEL 600 Ch. Et comme par ironie, même si un député gagne près de 10 millions d’Ariary par mois, avec le salaire, les indemnités et tout avantage confondu, celui-ci ne s’est pas acquitté des quelques millions d’Ariary pour dédouaner sa voiture importée. D’après les informations publiées le 15 novembre dernier, dans l’annonce de la mise en vente aux enchères, la mise à prix de cette Mercedes SEL 600 était à 4 millions d’Ariary. Il faut croire que c’est la somme restante que le député devait à la douane, pour le dédouanement de ce véhicule de luxe. Certes, ce n’est pas l’argent qui manque à un député. Mais pourquoi celui-ci a-t-il tenu à insister sur une franchise douanière, jusqu’au point d’arriver à cette vente aux enchères ? Dans tous les cas, ce n’est pas son statut de député, ni ses belles paroles visant à plaire au régime, qui ont résolu son problème au niveau de la douane.

Luxe. A noter que la vente aux enchères en question s’est déroulée, la semaine dernière à Toamasina. Parmi les marchandises mises en vente figurent également d’autres voitures de luxe, appartenant à des particuliers. Mais ces derniers avaient visiblement des problèmes de liquidité si l’on se réfère aux prix de mise en vente, à l’exemple de la Porche Cayenne mise à prix à 60 millions d’Ariary, et adjugée à 95 millions d’Ariary, ou la Jaguar Saloon mise à prix à 70 millions d’Ariary et vendue à 86,7 millions d’Ariary. Certes, les participants à cette vente aux enchères étaient étonnés de cette Mercedes SEL 600 mis à prix à 4 millions d’Ariary, la « maudite » somme que le député a refusé de payer à la douane. Par ailleurs, d’autres ventes aux enchères sont prévues se tenir à Antsiranana, le 17 janvier 2017. D’autres surprises pourraient être au rendez-vous.

Antsa R.

Tia Tanindranaza69 partages

Vadina Filoham-pirenenaNy 2 miasa, ny 1 manao fiainana

Samy manana ny fomba mahazatra sy fihetsika mampiavaka azy ny vadina filoham-pirenena manerana izao tontolo izao ary tsy ambaka amin’izany ny eto amintsika, na ireo vadina filoha teo aloha na ny am-perinasa.

Toky R.

 

L'express de Madagascar54 partages

Entrepreneuriat – Des investisseurs locaux récompensés

Cinq industriels et six entrepreneurs et porteurs de projets ont été récompensés par le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé jeudi.

L’année 2016 se termine en beauté pour certains chefs d’entreprise. Ils étaient onze capitaines de l’industrie, entrepreneurs et porteurs de projet à avoir reçu des récompenses du ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé au cours d’une cérémonie à Anosy jeudi dernier. Il s’agit de la société Obio Hamy, Hita, Newpack, Gasyplast, et Bionnex dans le rang des industries. Ne sont pas en reste les cinq autres porteurs de projet notamment Moringala, Tsiro, Sahaza, Saha Manitra, Trondro Fy et ce sans oublier Tahiana Randriarimanana le jeune champion de l’entreprenariat en Afrique.Ces industriels ont été récompensés pour leur dynamisme et volonté concrète à accompagner le développement de l’économie en général, et celui de l’industrie en particulier. Cette année, la société Obio Hamy a fait parler d’elle dans la production de l’énergie renouvelable, notamment de l’éthanol combustible. Pour mettre au point ce produit, la société travaille en collaboration avec des paysans malgache dans la culture de manioc, la matière première pour fabriquer de l’éthanol combustible. Pour sa part, la société Huilerie industrielle de Tamatave ou HITA, est une industrie de l’huile de table raffinée à partir d’huile brute végétale de soja ou de palme.

NovateursEn ce qui concerne les projets méritants, le ministère a mis l’accent sur les projets innovants. Le projet proposé par Moringala concerne la transformation de graines de moringa afin de produire de l’huile et du savon. Pour sa part, le projet se rapportant dans le domaine de l’exploitation de gisement et extraction de sel gemme  en vue de la production du sel gemme, pour sa part, est le fruit de recherche du porteur de projet Tsiro.De son côté, Sahaza a opté pour la fabrication de produits laitiers de soja. Et Saha Manitra s’est démarqué par la fabrication de l’huile de géranium. Enfin Trondro Fy se concentre sur la pisciculture et le commerce de viande de poisson.Tahiana Randriarima­nana, le champion de l’entreprenariat en Afrique a également été primé. À peine âgé de 22 ans, ce jeune orphelin originaire de Faratsiho a remporté cette année le premier prix du concours Anzisha Prize.

Lova Rafidiarisoa

News Mada52 partages

Indostria malagasy : misongadina hatrany ny ezaka vita isan-taona

 Isan-taona, mikarakara alim-pandihizana ny Fiombonan’ny mpandraharaha indostrialy, eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina. Ny  22 desambra teo nanovana izany tao amin’ny Carlton, niarahana tamin’ny mpanohana, orinasa Vidzar sy Star. Notolorana fankasitrahana ireo mpandraharaha sy indostria miisa 11 nahavita be teto amin’ny firenena. 

Nitarika ny fotoana ny minisitry ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina, Chabani Nourdine. Nampahafantarina tamin’izany ireo ezaka vita sy nisongadina tamin’ity taona ity teo amin’ny sehatra indostrialy, nataon’ireo orinasa sy mpandraharaha ao anatin’izany sehatra izany. Dimy ny indostria voafantina fa nahavita ezaka betsaka : Obio Hamy, Hita, Newpack, Gasyplast ary Bionnex. Miezaka hatrany ny indostria malagasy.

Obio Hamy, miezaka amin’ny famokarana angovo azo havaozina amin’ny fanodinana éthanol. Miara-miasa amin’ny tantsaha io orinasa io amin’ny voly mangahazo, akora fototra ilaina amin’ny famokarana éthanol. Hita na Huilerie industielle de Tamatave, mpamokatra menaka avy amin’ny soja; Newpack, amin’ny fanamboarana baoritra fonosan’entana ; Gasyplast, manodina ireo plastika efa niasa hanamboarana zavatra hafa, ohatra, fitarihan-drano platsika ; Bionnexx, mpanamboatra fanafody avy amin’ny zava-maniry, fidiram-bola ho an’ny tantsaha 3.100 ny fiaraha-miasa aminy. Malaza amin’ny fanafody vitany, ny Coartem momba ny fitsaboana tazo. Antoka iray fiarovana ny tontolo iainana ny ataon’ireo rehetra ireo sy manampy betsaka ny lafiny sosialy.

Moringala, Tsiro, Sahaza, Trondro Fy, Saha Manitra, Fiombonana

Fantatra tamin’io fotoana io ireo tetikasa maro naroson’ireo orinasa sy mpandraharaha samihafa. Moringala, manodina voana moringa ho menaka fanaovana savony ; Tsiro, mamokatra sirantany ; Sahaza, manao ronono avy amin’ny soja ; Trondro Fy, momba ny fiompiana trondro ; Saha Manitra, manao menaka avy amin’ny géranium. Randriarimalala Tahina, vao 22 taona, nahazo ny loka Anzisha prize 2016. Nanangana ny orinasa Fiombonana, misongadina amin’ny fanodinana voankazo sy ronono.

Na eo aza ny savorovo isan-karazany sy fifanolanana momba ny raharaha politika, misy hatrany ireo mijery izay mahasoa ny firenena ho any amin’ny fampandrosoana. Fitaratra ny ataon’ireny olona ireny ho tombontsoan’ny rehetra na ho an’ny mpanohana na ho an’ny mpanohitra.

R.Mathieu

Midi Madagasikara45 partages

CNPE : Pour la dépolitisation de la gestion des ressources forestières

La CNPE a émis des propositions pour la réforme sur la politique forestière.

La préparation de la réforme sur la politique forestière initiée cette année 2016 avance déjà à grands pas. Cette politique qui date de 1930 et renouvelée en 1997 nécessite des améliorations, selon la Coalition nationale de plaidoyer environnemental (CNPE). Cette dernière a tenu une réunion d’évaluation et a présenté le bilan des activités du deuxième semestre 2016, les 21 et 22 décembre dernier. En effet, plusieurs réalisations ont été enregistrées depuis juin 2016, outre l’atelier de renforcement de capacité des membres, notamment l’élaboration et l’adoption du plan stratégique de trois ans, la consultation de la CNPE dans le cadre de l’élaboration de la réforme sur la politique foncière. Les nouvelles orientations proposées par cette coalition prône la gestion durable et efficace des forêts malgaches, notamment par l’extension de la couverture forestière ; l’amélioration de la gouvernance forestière, par la décentralisation et la déconcentration effective de la gestion des ressources forestières, accompagnée d’un renforcement des collaborations intersectorielles avec les collectivités décentralisées ; la mise en place d’un mécanisme durable du secteur forestier, par la décentralisation des bénéfices générés par les ressources. Ce dernier point équivaut à un retour vers les communautés de base, pour un partage équitable des avantages comme le crédit carbone, d’après les explications. Par ailleurs, la CNPE recommande la dépolitisation des ressources forestières. « Il ne devrait pas y avoir d’intervention, ni de trafic d’influence en cas d’aménagement, ni de répression. En outre, les documents sur la politique forestière doivent être traduites en langue malgache. Après concertation, la CNPE remettra une proposition de politique à la Direction générale des forêts. Ensuite, nous suivrons sa validation et contrôlerons si les recommandations émises seront insérées dans le document », a déclaré Hanitriniaina Razafindrahanta, responsable de planification et de suivi au sein de la CNPE.

Antsa R.

Tia Tanindranaza43 partages

Roland RatsirakaTsy te haloto miaraka amin'ny HVM

Ao anatin’ny governemanta ankehitriny i Roland Ratsiraka saingy re fa hirotsaka hofidiana filoham-pirenena amin’ny 2018, ary efa manomboka mandeha ny serasera momba ny hirotsahany.

Tsikaritra ho ratsy fifandraisana amin’ny HVM ny tenany ary efa manomana tsikelikely ny lalan-kivoahany ao anatin’izao fitondrana izao satria tsy te haloto sy ho tratra farany noho ny laza ratsy ananan’ny mpitondra ankehitriny. Mivoaka ihany koa mantsy ny vaovao fa hisy ny fanovana ny mpikamban’ny governemanta amin’io taona 2017 ho avy io, ka ireo tena olona akaiky ny filoha, izany hoe ho HVM hiringiriny no handrafitra izany. Hodakana avokoa ireo ivelan’ny HVM satria hanao propagandin’ny mpitondra no tena asa hankinina amin’ireo mpikamban’ny governemanta vaovao. Olona anisan’ny nanenjika izao fitondrana izao i Roland Ratsiraka tamin’ny fihodinana voalohan’ny fifidianana filoham-pirenena ny taona 2013, ary tsy ananany fitokisana feno fa setrin’ny fanohanana an-dRajaonarimampianina fihodinana faharoan’ny fifidianana tamin’izany no nampidirana azy tao. Efa nilaza ho manana dosie mikasika ny afera maloton’i Hery Rajaonarimampianina sy ny fanjakana izy saingy nangina hatreto, rehefa tafiditra tanaty fitondrana. Hisara-dalana indray ny roa tonta atsy ho atsy ary ho mpifahavalo mihitsy aza. Ho sahin’ity mpanao politika ity ve ny hamotsipotsitra ny afera maloto tao anaty fitondrana tao sy hamoaka amin’izay ilay dosie maloto tamin’ny taona 2013 ? Mitifitra lanitra mba hahavoazana tendrombohitra amin’ny fivarotana vato ho takalon’ny seza toy ny tamin’ny 2013 ve ny tenany sa efa tena vonona ny handrombaka fahefana sy hifanandrina amin’ireo kandida azo hambara fa manana herijika kokoa noho izy ? Efa misy mantsy ny siosion-dresaka fa misy vondrona firenena vahiny matanjaka ao ambadik’izao firotsahany izao ary anisan’ny mivoy ny tsy hirotsahan’ireo kandida matanjaka amin’ny alalan’ilay “ni...ni… ireo vondrona mpanohana ireo.

Toky R.

 

Midi Madagasikara41 partages

Présidentielle 2018 : La HCC se prépare au pire avec la délocalisation de ses audiences

La HCC craint d’être assiégée à Ambohidahy en 2018.

Pour la proclamation officielle des résultats du 1er tour de l’élection présidentielle du 16 décembre 2001, la HCC s’était délocalisée à Mantasoa face aux manifestations des pro-Ravalomanana qui gagnaient en intensité sur la Place du 13 mai. Une procédure de  dépaysement introduite dans le règlement intérieur révisé.

Il n’est pas exclu que l’histoire repasse le même plat pour le premier tour de l’élection présidentielle de 2018. Ambohidahy semble se préparer au pire en révisant son règlement intérieur qui stipule en son article 3 que « le siège de la Haute Cour Constitutionnelle est fixé à Antananarivo.

En cas de circonstances exceptionnelles de force majeure dûment constatée par la Haute Cour Constitutionnelle, celle-ci ne pouvant se réunir à Antananarivo, ses audiences peuvent être transférées provisoirement en toute autre localité du territoire national sur sa décision.

Ce transfert prend fin avec la disparition du cas de force majeure dûment constatée par la Haute Cour Constitutionnelle ».

Catalyseur. Force est de constater que la HCC est donc juge et partie quant à l’appréciation de l’existence de « circonstances exceptionnelles de force majeure » qui ne lui permettraient pas de tenir ses audiences en son siège à Ambohidahy. En cas de fortes contestations comme en 2001, la proclamation officielle des résultats du premier tour de l’élection présidentielle de 2018 pourrait se tenir en tout lieu du territoire. Même en plein bled. Loin des éventuelles manifestations post-électorales qui ont généralement pour cadre et catalyseur, la capitale réputée pour être contestataire par rapport à n’importe quel pouvoir en place. C’était le cas du régime PSD en 1972 ; de l’Arema en 1991 et 2002 ; du Tim en 2009 ; et probablement du HVM en 2018. Qui plus est, l’actuel parti au pouvoir est loin d’avoir de bases solides dans la Ville des Mille où il n’avait même pas osé présenter un candidat en cravate bleue pour la course à la mairie.

Alliance objective. Le risque de contestations des résultats de la présidentielle de 2018 sera même plus grand si le régime HVM mettait effectivement à exécution son projet d’écarter Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. Lesquels pourraient nouer de fait ou d’une manière formelle, une alliance objective contre le pouvoir. Sans parler de la communauté internationale qui est contre un nouveau « ni…ni ». Inconcevable pour la prochaine course à la magistrature suprême. C’est comme si le PSG venait à demander le forfait du Real de Madrid et du FC Barcelone ou encore du Bayern de Munich, pour ravir sans coup férir, la coupe de la Ligue des Champions. Au risque de provoquer l’ire des supporters de ces grands clubs. C’est dire que les « Blues » du HVM pourraient faire voir rouge aux partisans de Ravalo et de la révolution orange.

Sécurité. Comme pour illustrer cette crainte de la HCC de revivre le même scénario qu’en 2001, le règlement intérieur révisé prévoit le rattachement direct au président de l’institution, de la direction de la sécurité. « Sa mission principale est d’assurer la sécurité du président de la HCC, celle du Palais et résidence du président sur tout le territoire, ainsi que celle de sa famille et de ses biens ainsi que de ses hôtes de marque. Il en est de même pour les Hauts conseillers en exercice, membres de ladite Cour ». On se souvient qu’en 2001, les membres de la HCC s’étaient terrés et ont été atterrés après leur audience à Mantasoa qui avait ordonné un deuxième tour en créditant Marc Ravalomanana de 46,2% des suffrages. Contre 40,9% pour Didier Ratsiraka. Face à la pression populaire qui exigeait la confrontation des P.V, la HCC n’avait pu imposer son verdict même si ses « arrêts et décisions ne sont susceptibles d’aucun recours et s’imposent à tous les pouvoirs publics ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles ».

Hiérarchie des normes.  La Chambre Administrative devait même annuler le décret portant nomination des membres de la HCC version Mantasoa et remettre en selle leurs prédécesseurs. Sur le plan de la hiérarchie des normes, la délibération n°07-HCC/DB du 129 décembre 2016 portant révision du Règlement intérieur de la Haute Cour Constitutionnelle a moins de valeur qu’un arrêt ou une décision. Et surtout par rapport à la Constitution. On est alors en droit –au propre comme au figuré – de se demander si une simple délibération peut transférer le siège de la HCC qui est d’ailleurs juge et partie.

R. O

L'express de Madagascar39 partages

Liaison aérienne – Diego- La Réunion, de nouveau opérationnel

C’est à l’aéroport  d’Arrachart qu’a atterri hier, le vol inaugural reliant les deux villes, en provenance de Pierrefonds. Le rêve de la population se réalise.

Un avion turbo propulseur de 30 places,  de type Embrayer 120 de fabrication brésilienne, atterrit  sur le tarmac de l’aéroport d’Antsiranana, avec 24 passagers à son bord. Une petite fille d’environ 8 ans, qui  a voyagé seule, est la première à descendre de l’aéronef. La date du 22 décembre est à marquer d’une pierre blanche pour la population Antsiranaise. Après deux ans de suspension, le vol Diego-La Réunion a repris sa ligne directe et l’aéroport  d’Arrachart a reçu hier le vol inaugural reliant les deux villes en provenance de Pierrefonds. Ce vol a vu le jour, à la suite d’échanges entre le président directeur général de la Compagnie Madagascar Airways, Manakasina Raobelina, et le président de l’Office du tourisme d’Antsiranana, Boris Tafara, à Paris en aout. La liaison aurait dû reprendre en septembre, mais n’a pu se faire à cause des difficultés liées aux études de marché.

Six cents eurosUn comité d’accueil, dirigé par le chef de la région, Eddie Tongazara, et constitué des autorités locales, des membres de l’ORT d’Antsiranana et  quelques opérateurs, a été présent à Arrachart pour donner de l’éclat à la petite  cérémonie organisée à cette occasion.Outre l’aspect économique, cette liaison aérienne  facilitera le déplacement des touristes qui souhaitent découvrir les richesses de la  région septentrionale de l’ile. À cet égard, ce porteur est très bien adapté au réseau organisé autour des iles voisines, dont on peut constater les activités incessantes dans cet aéroport située derrière la deuxième plus grande baie mondiale, dit-on.La région Diana et  l’Office du tourisme ont  offert une réception dans la salle VIP d’Arrachart. Précédée d’une série de discours, cette cérémonie s’est  déroulée dans une ambiance conviviale. Selon les explications du PDG de la société aérienne, dans un premier temps, la liaison Diego-La Réunion, sous la fréquence d’un vol hebdomadaire,  arrive le jeudi et repart le lundi. La compagnie, pour satisfaire les passagers, met à leur disposition deux avions similaires et projette de se procurer un autre de 70 places en 2017. « C’est une liaison aérienne qui a un début prometteur si on se réfère au nombre de passagers enregistrés à ce premier vol inaugural », explique-t-il.Pour l’instant un Malgache devra avoir 450 à 650 euros pour joindre La Réunion sur cette compagnie. Sans parler des frais engendrés par le visa.

Raheriniaina

Midi Madagasikara37 partages

Lutte intestine au sein du HVM : Rivo Rakotovao vise la Primature

Lors de la cérémonie de clôture du Congrès régional du HVM à Fianarantsoa, le ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a attaqué ouvertement Olivier Mahafaly Solonandrasana.

 « Il y a un responsable de cette défaillance et ce sont nous HVM qui l’avons placé à ce poste. Un tel manquement nous disgracie aux yeux de l’opinion, mais discrédite également le pouvoir et le président de la République. Nous savons tous que le développement qui nous est si cher doit partir des communes. Or, ces communes n’ont même pas de quoi financer leurs projets de développement, et c’est à peine si elles peuvent assurer leur fonctionnement quotidien. Cela est inacceptable. Pour nous, tous ceux qui ternissent notre image et celle du président de la République sont à exclure du parti. Nous allons donc réclamer un redressement de la situation de ces communes dans les plus brefs délais… sinon le responsable concerné doit être limogé ». C’est ce qu’a déclaré le président national du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM) et non moins ministre auprès de la Présidence de la République chargé de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao lors de la cérémonie de clôture du Congrès régional du parti qui s’est tenue la semaine dernière à Fianarantsoa. Une véritable « attaque frontale » lancée à l’encontre du Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation. En effet, le numéro Un du parti au pouvoir accuse Olivier Mahafaly Solonandrasana de « défaillant » par rapport au retard du paiement des subventions des communes. En réponse à ces allégations, le locataire de Mahazoarivo a expliqué que le paiement des subventions des communes impayées depuis la période de crise en 2012-2013 sera finalisé d’ici à la fin d’année.

Calcul politique. En tant que membre du gouvernement, Rivo Rakotovao doit être au courant de cette situation. A moins qu’il n’ait choisi délibérément de faire cette déclaration à Fianarantsoa pour discréditer le Chef du gouvernement. Un calcul politique dont l’objectif est d’inciter le président Hery Rajaonarimampianina à procéder à un remaniement gouvernemental. En effet, d’après les indiscrétions, un projet visant la destitution du Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana serait en cours de préparation. Un projet qui serait fomenté par des grandes figures du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Nul n’ignore pourtant qu’un régime qui nomme quatre Premiers ministres en l’espace de trois ans représente un régime frappé par une crise institutionnelle profonde. Durant ce Congrès régional qui s’est tenu dans la capitale de la Région Haute Matsiatra, le président national du HVM a aussi laissé entendre qu’il opte pour la mise en place d’un gouvernement d’ouverture. Une manière d’inciter indirectement le président de la République à procéder à un remaniement. Il espère peut-être que cette fois-ci, il pourrait accéder à la Primature. Un poste que l’ex-numéro « Deux » du gouvernement a tant convoité depuis le départ de l’ancien Premier ministre Kolo Roger, mais qu’il n’a pas pu obtenir jusqu’ici. Ministre d’Etat chargé de l’Equipement, des Projets présidentiels et de l’Aménagement du territoire, Rivo Rakotovao s’est dégradé au Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage. Une décision qu’il n’a apparemment pas encore digérée. En tout cas, cette situation démontre que malgré les démonstrations de « Force » effectuées à travers la Grande Ile, le parti au pouvoir est frappé par une guerre intestine engendrée par une lutte d’intérêts et une guerre de leadership entre les dirigeants. Les discordes risquent de s’intensifier à l’approche de l’échéance électorale de 2018.

Davis R

Midi Madagasikara35 partages

Consommation : Hausse considérable et remarquée des PPN

Nombreux sont ceux qui ne pourront pas se payer une oie pour la fête de Noël.

La plupart des mères de famille l’ont remarquée. Car pour celles et ceux qui ont l’habitude de faire des courses, les prix de certains produits de première nécessité (PPN) comme le riz ont subitement monté. C’est le cas dans le quartier d’Antohomadinika où le riz dit « stock » est passé de 1 350 Ar à 1 500 Ar le kg. Soit une hausse d’environ 100 ariary au kilogramme et de 50 Ar au « kapoaka ». Et cette augmentation touche également l’huile dont le prix au litre « pour celle cachetée » a grimpé de 500 Ar, toujours dans le même quartier. Une situation qui d’après les habitudes arrive quelques semaines, voire quelques jours, avant les fêtes de Noël et de la fin d’année. Et qui démontrerait l’incapacité des organismes de régulation des prix à effectuer pleinement leur devoir. Car ce sont les marchands et distributeurs qui fixent les prix au détriment de la population. Cette dernière qui, tout le monde le sait, est plongée dans la pauvreté.

Volaille. La consommation de volaille est, d’après les traditions, inséparable de la fête de Noël. Une tradition qui serait apparemment révolue pour la plupart des foyers malgaches. Et dont la cause première serait la hausse continue de son prix. Pour le marché d’Ambodinisotry, en effet, il faudrait débourser au moins 60 000 Ar pour se permettre d’acheter un canard. Un prix qui augmente automatiquement lorsque le choix se porte sur l’oie. Ledit choix étant possible moyennant une somme d’environ 80 000, voire 100 000 ariary. La vie coûte tellement cher dans la Grande Ile et la population ne cesse de s’appauvrir, force est de se demander qu’en sera-t-il de la vie des prochaines générations.

José Belalahy

News Mada34 partages

Politique forestière : la CNPE insiste sur la dépolitisation des ressources

La Coalition nationale de plaidoyer environnemental (CNPE) propose quelques points  à introduire dans la nouvelle politique forestière, en cours d’élaboration actuellement.

La Coalition nationale de plaidoyer environnemental (CNPE) a tenu une réunion d’évaluation les 21 et 22 décembre derniers  pour présenter le bilan de ses activités 2016. Mise en place cette année, la CNPE a pour principal objectif de renforcer la lutte contre le trafic illicite des ressources naturelles à Madagascar.

La réforme de la politique forestière a été au centre de la discussion durant cette rencontre. En effet, des nouvelles orientations ont été introduites dans la nouvelle politique forestière, notamment la gestion durable et efficace des forêts malgaches, l’amélioration de la gouvernance forestière. Cela à travers la décentralisation et déconcentration de la gestion des ressources. Et enfin, la mise en place d’un mécanisme durable du secteur forestier en intégrant les communautés de base  et en misant sur le partage équitable.

Dépolitisation

Mais la CNPE a mis un accent particulier sur la dépolitisation des ressources forestières. « Aucune intervention ni de trafic d’influence ou encore de répression ne devrait  avoir lieu dans la gestion des ressources forestières à Madagascar« , indique une note de la coalition publiée. En outre, la coalition recommande également la traduction de la nouvelle politique forestière en langue malgache pour être accessible à tout public. La CNPE remettra ensuite un draft des propositions faites durant cette réunion à la Direction générale des forêts.

La dernière version date de 1997

Une grande partie des textes régissant le secteur forestier à Madagascar date de la fin des années 1990. La première politique forestière dans le pays a été instaurée en 1930, une nouvelle  formulation du code forestier et de la politique des forêts a été éditée ensuite en 1997. Il est évident que les textes sont devenus obsolètes par rapport au contexte actuel. C’ est pourquoi le ministère de l’Environnement s’est engagé à réviser la politique forestière et à élaborer le code forestier. Ce projet d’une durée de deux ans a bénéficié d’un financement de 366 000 dollars du Fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en avril 2014.

Riana R.

 

News Mada34 partages

Télécommunications : Metiss sur la bonne voie

Les différents opérateurs de Madagascar et des îles de l’océan Indien ont signé un accord afin de lancer le projet Metiss. Le câble sous-marin prévu être installé avec ce projet permet de connecter l’île Maurice, la Réunion, l’Afrique du Sud et Madagascar.

Le projet «Melting pot indianoceanic submarine system» (Metiss) a été officiellement présenté par les huit opérateurs de télécommunications qui en sont les promoteurs, le 15 décembre dernier à Maurice, plus précisément au siège du Secrétariat général de la Commission de l’océan Indien (COI).

Emtel et CEB FiberNET Co Ltd de Maurice, Blueline et Telma de Madagascar, Canal + Telecom, SRR (SFR Réunion), Telco OI (Only) et Zeop de La Réunion sont les membres du consortium Metiss qui installeront un câble à très haut débit reliant Maurice, La Réunion et Madagascar à l’Afrique du Sud d’ici 2018. Le projet est intéressant puisqu’il s’agit d’un câble régional à haut débit qui va bénéficier à tous les pays de l’océan Indien. Et à travers cet accord, les opérateurs manifestent leur confiance  en investant dans le projet qui coûtera aux alentours de 75 millions d’euros. Le câble Metiss recevra un soutien financier de l’Agence française de développement et de l’Union Européenne.

Connectivité régionale

Cette infrastructure, d’une longueur d’environ 3500 km, améliorera significativement les capacités de connexion dans la zone océan Indien. «En effet, le câble Metiss participera à l’émergence d’une  nouvelle donne économique dans une société numérique et intelligente», a déclaré Madi Hamada, secrétaire général de la COI. Il a également rappelé le rôle de facilitateur de la COI qui a plaidé pour l’amélioration de la connectivité régionale.

Patrick Pisal-Hamida, président du comité de pilotage de Metiss, également administrateur et directeur général de Telma a présenté plus en détail le projet, soulignant notamment sa contribution à la croissance comme  l’amélioration des services publics. Il a insisté sur l’ouverture du consortium auquel d’autres opérateurs des télécommunications des pays membres de la COI peuvent se joindre.

Arh.

 

Midi Madagasikara34 partages

Aires sportives d’Ankatso : Les courts de tennis, la piscine et le boulodrome très demandés

Ambohitsaina ou Ankatso n’est pas seulement le milieu intellectuel d’Antananarivo avec ses universitaires. C’est aussi un endroit où le sport se pratique et s’apprend. Et Ambohitsaina possède plusieurs aires sportives aux normes internationales ainsi que d’autres terrains convenables.

Les aires sportives d’Ankatso affichent presque pleines en permanence. Les courts de tennis d’Ankatso sont les plus demandés et c’est l’unique endroit où l’on trouve le maximum de terrains en un seul lieu dans tout Madagascar. On y retrouve les championnes comme Solange Rasoarivelo ou Viviane Rasoarilalao qui prennent en main les membres et les non membres.  Car les courts peuvent aussi se louer. Le vrai avantage ? L’attente pour qu’un court se libère n’est jamais plus longue qu’ailleurs où parfois on attend au moins 2 à 3 heures.

Côté piscine, le coût pour le public non membre est de 4 000Ar. La piscine ouvre ses portes de mardi à dimanche. Les étudiants tout comme les professeurs ou le personnel administratif et technique peuvent y avoir accès en s’inscrivant auprès de l’office de sport et moyennant la modeste somme de 15 000Ar pour les professeurs, 12 000Ar pour le PAT et 10 000Ar pour les étudiants. Les maîtres nageurs sont là pour guider ou apprendre à nager aux novices.  Quant aux terrains, l’école normale supérieure spécialisée en EPS a la priorité tous les matins.

Pour le boulodrome, bien avant les championnats du monde à Madagascar, Ankatso a relooké son boulodrome du “Poivre rouge”. Et cela ne désemplit jamais.

Pour le gymnase couvert, clubs comme universitaires peuvent l’utiliser. Les week-ends sont les plus conseillés  pour la location et l’université privilégie le sport par rapport à d’autres entités si les demandes arrivent à temps.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara33 partages

Secteur des Postes et des TIC : De nouveaux plans d’actions pour 2017

Le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy avec quelques membres du personnel de son département.

Le bilan est satisfaisant pour le Ministère des Postes des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN). Le ministre Neypatraiky André Rakotomamonjy l’a annoncé, lors de la remise de cadeaux de Noël et de fin d’année à tous les employés de son département ministériel. Ces derniers ont reçu chacun un sac de riz, de l’huile, du sucre et une enveloppe de gratification, des cadeaux bien mérités, après les réalisations. « Il s’agit d’une petite attention pour que chaque employé puisse profiter de fêtes heureuses avec sa famille. Je tiens à remercier le personnel pour les efforts accomplis en 2016 et l’ai encouragé à en faire davantage pour de meilleurs résultats en 2017 », a noté le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy. En outre, mardi dernier, tous les directeurs au sein du MPTDN ont présenté leur plan d’action pour l’année prochaine. Pour la suite, les directeurs généraux signeront, avec la Secrétaire Générale, les plans d’action concertés des directions qui leur sont respectivement rattachées, d’après les explications. Par ailleurs, le Ministère prévoit d’évaluer chaque direction, afin de mesurer concrètement leurs réalisations et leurs résultats durant l’année 2017. Ainsi, le MPTDN pourra participer efficacement au programme de développement durable de Madagascar, d’après les propos du ministre Neypatraiky Rakotomamonjy.

 Antsa R.

L'express de Madagascar32 partages

Le prétexte comorien

Il y a 40 ans, dans la ville de Majunga, les Comoriens (ceux que les Lôlô sy ny Tariny moquaient dans leur chanson «Tonga tamin’ny botry Lekôma») étaient pourchassés et massacrés par des originaires du Sud-Est de Madagascar. Un enfant betsirebaka avait déféqué dans la cour d’une famille comorienne, et le père de famille lui a barbouillé le visage avec ses propres excréments; l’arrangement coutumier sera refusé, prélude au déchaînement de violences dans le quartier de Mahabibo : assassinats, viols, tortures, pillages, incendies. Le pogrom commença le 20 décembre 1976 et ne prit fin qu’après trois jours. On parle de mille morts. Ils seront 17.000 à quitter Madagascar à bord d’avions de la SABENA (société anonyme belge de navigation aérienne, créée le 23 mai 1923 et mise en liquidation le 7 novembre 2001), appelée à la rescousse par le Gouverment comorien. Plusieurs dizaines de ces «Sabena», sobriquet dont ils seront affublés aux Comores qu’ils ne connaissent pas, sont revenus vivre à Majunga, terre de naissance de ces Zanatany.Autre symbole tragique de cet exode malgache des Comoriens, qui viennent pour leurs études ou pour les soins médicaux, le naufrage du ferry «Samson», dans la nuit du 7 mars 2004, alors qu’il assurait la liaison de trois jours entre Moroni aux Comores et Majunga. Le cyclone Gafilo rôdait dans l’Océan Indien quand survint le naufrage nocturne, aux larges des côtes malgaches. Bilan: 250 morts, de nombreux Comoriens, plusieurs Malgaches, des touristes français. Seulement deux rescapés.Outre le pogrom de 1976 à Majunga et ce naufrage de 2004, des intellectuels comoriens ont à coeur de conserver la mémoire de deux autres évènements tragiques : le massacre des leurs sur l’île de Zanzibar, en 1964, parce que les Comoriens y étaient assimilés aux Arabes de la suite du Sultan d’Oman dont les révolutionnaires africains voulurent expurger la future Tanzanie; enfin, le crash du vol de Yemenia Airways, entre Sanaa, au Yémen, et Moroni, aux Comores, qui fit 152 morts, pour une seule rescapée, le 29 juin 2009.La création coloniale de «Madagascar et Dépendances», rattachant les Comores à Madagascar, de 1908 à 1946, attira les Comoriens à l’école régionale d’Analalava, au lycée Gallieni, à l’école Le Myre de Vilers, à l’hôpital Girard et Robic, sur les plantations de Namakia ou sur les docks du port de Majunga. Un siècle plus tôt, entre 1790 et 1822, les Betsimisaraka, conduits par leurs chefs Zanamalata, métis de corsaires européens et de femmes betsimisaraka, prirent le relais des pirates, à l’oeuvre dans l’Océan Indien de 1690 à 1730, et partirent razzier les Comores (et l’Afrique de l’Est) pour ramener des esclaves aux plantations de La Réunion (anciennement île Bourbon) et de l’île Maurice (alors, île de France).De l’autre côté de l’île, la confrontation sakalava-merina se prolongera de manière inattendue aux Comores. Deux princes de Madagascar, le Sakalava Andriantsolivola (décédé à Mayotte en 1847), et le Merina Ramanetakarivo (mort à Mohéli en 1842), prirent leur part des querelles entre les «sultans batailleurs» de l’archipel des Comores.Andriantsoly, arrière-petit-fils de la reine Ravahiny et roi sakalava du Boina, en fut chassé par les troupes merina de Ramanetaka, en 1825. Il trouva d’abord refuge à Zanzibar, et tenta de revenir dans le Boina, avant de s’établir à Mayotte dont le sultan, marié à une Sakalava, était son allié depuis 1823.En 1829, Ramanetaka, ancien Gouverneur de Majunga, arrière-arrière-petit-fils de Ramorabe, reine d’Ambohidratrimo, et cousin germain du roi Radama 1er, arriva à son tour à Anjouan pour fuir les soldats de la nouvelle reine Rana-valona 1ère. Il était accompagné par une suite de 60 compagnons merina. Mandé par le sultan d’Anjouan pour mater la rébellion du gouverneur de l’île de Mohéli, Ramanetaka s’y attribua le pouvoir sous le nom de Sultan Abderrhamane.Peu après, voulant se débarrasser d’Andriantsoly, le sultan de Mayotte fit appel à Ramanetaka. Les deux Malgaches pactisèrent et le sultan de Mayotte fut fait prisonnier cependant que Ramanetaka devenait le sultan des deux îles, Mohéli et Mayotte dont il nomma Andriantsoly gouverneur, avant que celui-ci ne se rebelle en 1835, devenant sultan de Mayotte, avant d’être assassiné en 1847.La soeur d’Andriantsoly, Tsiomeko, avait cédé l’île de Nosy-Be à la France, en 1840. Suivant son modèle, Andriantsoly, pour se préserver des autres sultans, céda également Mayotte à la France, en 1841, obtenant une rente viagère et la promesse de faire éduquer ses enfants à La Réunion.Djoumbé Saoudy, fille de Ramanetaka et de son épouse merina Ravao, lui succéda comme Sultane Fatima. Elle deviendra l’épouse du cousin du sultan de Zanzibar. La France lui fera expulser cet époux zanzibarite, en 1860. Avec Joseph Lambert (celui de la fameuse «Charte Lambert» qui causera l’assassinat de Radama II, à Madagascar), Fatima signera elle aussi une convention commerciale et industrielle en 1865. Née en 1837, Fatima, aura connu une vie amoureuse presque aussi tumultueuse que la politique mouvementée des Comores. Elle mourut en 1878 laissant cinq enfants, dont la benjamine, Ursule Salima Machamba, issu d’une union morganatique avec Émile Fleuriot de Langle, est morte en 1964, à l’âge de 90 ans, en Haute-Saône, France.En l’an 800, une civilisation dite «Dembéni» avait existé à Mayotte. L’île tirait alors sa prospérité de l’exportations du fer ouvragé, dans des fours métallurgiques de type austronésien que l’on retrouve aussi à Madagascar. Mayotte est également la seule île comorienne où subsiste un dialecte malgache, le «kibosy» ou shibushi. On suppose que Mayotte avait pu constituer la dernière étape d’une des nombreuses immigrations «indonésiennes», après un séjour sur les côtes d’Afrique, avant l’arrivée à Madagascar.En 1834, l’ambassade, que Ranavalona 1ère dépêcha auprès du sultan de Zanzibar, fit relâche à Grande-Comore. Dont le sultan se déclara «enfant» de Ranavalona, lui faisant ainsi allégeance selon le vocabulaire politique malgache de cette époque.En 1913, l’écrivain malgache Wast Ravelomoria fut nommé directeur de l’école régionale d’Anjouan d’où il rapporta une pièce de théâtre «Noro Kaïma», qui rendit célèbres «Veloma ry ilay Anjoany» et «Veloma ô ry Saïd Omar», deux chants du répertoire des «Kalon’ny Fahiny». Lors du «procès VVS», 1915-1916, trente-quatre nationalistes malgaches furent envoyés en exil sur l’île de Dzaoudzi (Mayotte), de mai 1916 à mai 1921. Citons : Ny Avana Ramanantoanina, Édouard Andrianjafitrimo dit Stella (fils du chef des Zazamarolahy, à la fin de la monarchie), Ramaholimihaso (descendant de Hagamainty, le plus célèbre des conseillers du roi Andrianampoinimerina), Rodlish dit Arthur Razakarivony (auteur du poème «Afo tsy matin’ny rano» que mettra en musique Erick Manana), Jasmina Ratsimiseta (poète du «Raha ho avy, Ralala, ny taona hodiako», que chantent les Mahaleo).Le 22 décembre 1974, la question était posée aux Comoriens: «Souhaitez-vous que le territoire des Comores devienne indépendant  ». Seule l’île de Mayotte votera pour le maintien dans la République française. Un second scrutin, du 8 février 1976, confirmera ce choix initial. Depuis, Mayotte, îlot de la France d’Outre-Mer, exerce une forte attractivité sur les économies du tiers-monde qui l’entourent: les trois îles des Comores, bien sûr, dont les migrants s’y introduisent en kwasa-kwasa; mais, également désormais, des clandestins malgaches qui partent à la dérive depuis l’île de Nosy-Be.Successions ou ruptures historiques et revirements de destins font finalement de nos îles un grand archipel de va-et-vient.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara30 partages

Toamasina : Tratra i Mila Mora sy ny basy “vita gasy” fampiasany

Manao ny ezaka rehetra mba hahafahan’ny rehetra manao fety am-pilaminana ny mpitandro ny filaminana amin’izao vanim-potoan’ny fetin’ny krismasy sy ny famaranana ary ny fitsenana ny taona vaovao izao. Naverina an-dakazerina avokoa ireo mpitandro ny filaminana misahana izany, ka isan’izany ny polisim-pirenena izay manao fisafoana eran’ny tanàna na andro na alina.

Noho ny ezaky ny polisy dia tratra ambodiomby ny 22 desambra teo tao Ambalabe Toamasina Ingahy Mila Mora, 40 taona, izay isan’ireo mpitarika andian-jiolahy eto Toamasina. Mbola tratra teny aminy nandritra izany ny basy vita gasy fampiasany sy fampanofany amin’ireo andian-jiolahy ekipany. Raha ny fanazavana azo dia ity Mila Mora ity no isan’ireo andian-jiolahy mpitaingina Moto scooter eto Toamasina, ary mpitarika azy ireo, izy no mpanara-maso ety ivelany mandritra izany. Isan’ny asan-jiolahy efa nataon’izy ity ny fanafihana ny tranom-barotra Su Lone Bazary be, mpivarotra finday sy mpanao “Money-Banking” tao Tanambao V sy Ambohijafy ary Valpinson, … ary ilay mpivarotra hazo nody tao Mangarano farany teo very vola 5 tapitrisa ariary. Efa ela nokarohina ity lehibena andian-jiolahy ity, raha ny fanazavan’ireo kaomisera efatra mianadahy eto Toamasina, ka izao tratra tamin’ny fotoana tsy nampoiziny tao Ambalabe Toamasina izao, ny alakamisy ihany, nony farany.

Malala Didier

Midi Madagasikara25 partages

RN2 : Fiara mpitondra vola nivadibadika

Nisehoana lozam-pifamoivoizana indray tamin’iny lalam-pirenana faharoa iny omaly maraina. Irony karazana fiara « blindé » mpitondra vola, ho an’ny Banky foibe irony no nivadika tanaty hantsana, teo amin’ny fito kilaometatra tsy hiditra an’i Brickaville. Raha ny fampitam-baovao azo avy any an-toerana dia tsy nisy ny naratra na ny aina nafoy tamin’ity loza nitranga ity. Tsy nitondra vola ihany koa ity farany, raha ny vaovao azo tamin’io fotoana io. Avy aty an-drenivohitra ho any an-drenivohitr’i Betsimisaraka ity fiara ity no tojo izao loza izao, rehefa niezaka niala kamiô lehibe iray nifanena taminy. Noho itony karazana fiara itony mandeha mafy, noho ny anton’ny fiarovana ny zavatra entiny, dia tsy tana intsony ny familiana ka izao nivarina an-kady izao ilay fiara. Tonga teny an-toerana avy hatrany ireo mpitandro filaminana nanao ny fizahana ifotony.

m.L

Midi Madagasikara22 partages

Mbarakaly : Retour sur le petit écran

Après la disparition de Abel Rakotozanany, l’émission Mbarakaly, qui a lancé beaucoup d’artistes nationaux, s’est sentie orpheline. Ce soir, la TVMre-programme cette émission culturelle phare en duplex sur la RNM. Un come-back très attendu pour redorer la musique, et donner un peu de scène à la vraie culture à la télé.  Ce soir,  à partir de 21h donc, place aux artistes avec comme invités Jaojoby, Meva Gospel, Barea et Koike, Voices of God, Charlie Randriamalala et Manoa, Ariane, Stella Afro, Nytha et Caylah. En espérant que le retour de Mbarakaly sera pérennisé pour l’année 2017.

AnjaraRasoanaivo

Midi Madagasikara20 partages

Hôtel A&C : Des dons pour 1 000 personnes démunies

A l’approche de la fête de la Nativité, la propriétaire de l’hôtel AC sis à Ivato, Claudine Razaimamonjy a offert du riz, des jouets et des friandises aux   personnes âgées et aux enfants de la commune de ladite localité. Plus de 1 000 personnes en sont les bénéficiaires issues de familles nécessiteuses. Ces dernières proviennent notamment des 12 « Fokontany » relevant de la commune d’Ivato. Le représentant de ces bénéficiaires n’a pas manqué de louer les gestes de la propriétaire de AC. Notons qu’au cours de cette année, cet établissement hôtelier a procédé à cinq évacuations sanitaires.

Recueillis par Dominique R.  

Midi Madagasikara18 partages

Insécurité alimentaire : 3 000 tonnes de sorgho pour l’Androy, Anosy et Atsimo Andrefana

Une première cargaison de 980 tonnes de sorgho a été réceptionnée mardi dernier, 20 décembre 2016, au port de Toliara.  

 Un total de 3 000 tonnes de sorgho américain, fournis par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) pour les populations en situation d’insécurité alimentaire des régions victimes de la sécheresse : Anosy, Androy et AtsimoAndrefana. Il s’agit d’une aide humanitaire – dont la distribution est confiée au Programme alimentaire mondial (PAM) – qui permettra de fournir une assistance alimentaire à ces populations extrêmement vulnérables sur le plan nutrition. La première cargaison de 980 tonnes est déjà arrivée au port de Toliara et sera incessamment acheminée vers les bénéficiaires. « Le sorgho est une céréale riche en nutriments, bénéfique pour la santé et l’état nutritionnel des enfants et des femmes enceintes et allaitantes en particulier », a souligné Moumini Ouedraogo, représentant du PAM à Madagascar, lors de la cérémonie de réception de la première cargaison de sorgho, mardi dernier.

Situation persistante. Les 3 000 tonnes de sorgho fourni par l’USAID font partie des contributions des Etats-Unis au PAM, lesquelles, entre 2015 et 2017, ont dépassé le cap du 20 million de dollars. « La dernière en date, d’un montant de 5 millions USD, permet actuellement au PAM de fournir une aide d’urgence à plus d’un million de personnes dans les districts les plus touchés, notamment Amboasary, Ambovombe, Tsihombe, Beloha, Betioky et Ampanihy, ainsi qu’une partie des districts de Taolagnaro et de Tuléar II », précise le PAM.   

La situation dans laquelle vivent les populations des trois régions dans le Sud de Madagascar, résulte de trois années consécutives de sécheresse, accentuée par le phénomène El Nino et qui a mis plus de 845 000 personnes dans une situation d’insécurité alimentaire sévère. Selon le bulletin de prévisions FEWS NET (Famine Early Warning System Network) pour octobre 2016 – mai 2017, des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë persisteront jusqu’à la fin de la période de soudure, en février 2017. 

Hanitra R.

Midi Madagasikara18 partages

Réconciliation nationale : Le FFKM écarté du processus

La dernière déclaration du FFKM date du 27 novembre 2016 lorsque les Odon Arsène Razanakolona, Samoely Jaona Ranarivelo, Irako Andriamahazosoa et David Rakotonirina se sont réunis au sommet à Toamasina. Chose curieuse, cette déclaration qui interpelle le régime en place sur tout ce qui ne va pas dans le pays, n’a été officiellement publiée que près d’un mois après. Une manière de conclure que les chefs d’églises voulaient être discrets. Dans leur déclaration, on a déjà l’impression que le FFKM, qui a déclenché le processus de la réconciliation nationale à Madagascar semble être oublié ces derniers temps. Les quatre dirigeants religieux ont rappelé les résolutions prises lors des assises de la réconciliation nationale, qui se sont tenues au CCI Ivato et qui ont été basées sur les 4F (Fibebahana, Fieken-keloka, Fivavahana, Fahamarinana). Jusqu’ici, aucune de ces résolutions qui ont été cautionnées par le président de la République et qui prévoyaient la dissolution de certaines Institutions de l’Etat, n’est appliquée. Lesdites résolutions ont failli coûter cher au président de la République qui a été visée par une procédure de déchéance initiée par les députés.

Composition. Pour certains analystes politiques, la majorité HVM à l’Assemblée nationale a signé la mise à mort du FFKM, en adoptant une loi sur la réconciliation nationale qui ne fait pas l’unanimité dans la classe politique. Cette nouvelle loi prévoit la mise en place du CFM ou Conseil du Fampihavanana Malagasy qui va prendre la place du FFM (Filan-kevitry ny Fampihavanana Malagasy), une institution qui était en charge de la réconciliation pendant la transition. Le CFM sera composé de 18 membres dont 2 par province et 6 désignés par le président de la République. Ce qui explique la célérité dans l’adoption de la loi en question. Visiblement, le président de la République n’a pas confiance aux quatre prélats du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar. Un Conseil nouvellement recomposé, avec l’entrée dans le groupe du nouveau président de la FJKM, le pasteur Irako Andriamahazosoa, et du président de la FLM, le pasteur David Rakotonirina. A noter que la présidence 2017 du FFKM est assurée par Mgr Odon Arsène Razanakolona.

R.Eugène

Midi Madagasikara17 partages

Vatomandry : Trano fiaranara 11, may kilan’ny afo

Nisehoana hain-trano mahatsiravina tany amin’iny faritra Vatomandry iny ny alakamisy alina lasa teo. Trano fianarana 11, niaraka tamin’ny trano fonen’ny mpampianatra sy ny biraon’ny Talen-tsekoly no indray kila hotohoton’ny afo, tao Tsarasambo. Hatreto dia mbola tsy fantatra mazava izay tena antony nahatonga ny loza. Siosion-dresaka, araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana no milaza fa mety ho vokatry ny herinatra no nahatonga izao loza izao. Tsy nisy aina nafoy, na ny naratra tamin’io fotoana nisehoan’ny loza io. Na izany aza anefa, lasa lavenona avokoa ireo antontan-taratasy maro mahakasika ireo ankizy mpianatra, tao amin’ny biraon’ny Talen-tsekoly. Tsy nisy azo noraisina toraka izany ihany koa ireo fitaovam-pampianarana, toy ny latabatra sy ny dabilio ary ireo fitaovana maro samihafa tao amin’ity sekoly ity. Somary nanano sarotra ihany ireo namono ny afo vao nahafehy izany, raha ny vaovao hatrany. Antony izay nahapotika tanteraka ireto trano ireto. Efa tonga tany an-toerana nijery ifotony ny fahavoazana nihatra moa ireo tompon’andraikitra isanisany.

m.L

Midi Madagasikara17 partages

Vondrozo : Nosamborina koa ny ben’ny tanàna teo aloha

Navoaka omaly teto amin’ny gazety ny fisian’ny mpampianatra iray amin’ny EPP izay lavon’ny mpitandro ny filaminana, niaraka tamin’ny telo lahy hafa. Izy ireo dia voalaza fa dahalo mpangalatra omby. Omaly dia nivoatra ny vaovao ary fantatra fa voasambotra ihany koa ny ben’ny tanàna teo aloha tao amin’ny kaominina ambanivohitra  Agnadravy, distrika Vondrozo. Tafatsoaka izy io afak’omaly saingy rehefa nifampitadiavana dia saron’ny zandary ihany. Ny antony nisamborana azy, raha araka ny loharanom-baovao eo anivon’ny mpitandro ny filaminana, dia noho ny fahafantarana fa azy ny basim-borona nampiasain’ireo dahalo nandritra ny fanafihana. Ny talata alina teo no niseho ny fanafihan-dahalo mahery vaika tao amin’ny kaominina Andoharano. Lasa ny omby manodidina ny 200 isa ary mbola nisy vono olona sy herisetra nandritra izany. Natao ny fanarahan-dia ary teo amin’ny kizo antsoina hoe Madiorano. Ny zandary sy ny miaramila mpampandry tany no nifanehatra tamin’ny dahalo ary tena nifanjevo tanteraka. Nisy dahalo telo lavo teo. Ny ampitson’iny dia mbola nitohy indray ny ady, vao maraina tokony ho tamin’ny valo ora. Efatra indray teo no lavon’ireo mpampandry tany ary sarona tao anatin’izany ny bala fampiasa amin’ny basy kalachnikov mbola tao anaty “chargeur”. Nahatalanjona ity zava-nitranga ity. Ireo noheverina ho ray aman-dreny sy mpanabe ao an-tanàna no nandray anjara mivantana tamin’ny fanafihan-dahalo ary mambotry sy mamono ny mpiara-monina aminy…

D.R

Madagascar Tribune16 partages

À peine 37% des personnalités concernées l’ont effectuée

L’état de droit est loin d’être le souci des dirigeants désignés ou élus de ce régime. Ils sont quelque 3 154 seulement à se soumettre à cette loi sur la déclaration de patrimoine cette année finissant. Or ils sont 8 500 hauts fonctionnaires civils et militaires, magistrats, chefs de région, parlementaires et chefs d’institution à devoir remettre leur déclaration de patrimoine, regrette et rappelle le patron du BIANCO, Jean Louis Andriamifidy, dans le rapport d’activité en date du 23 décembre 2016 ; autrement dit, à peine 37% des personnalités concernées l’ont fait.

Le non respect de cette loi fait courir une peine de 3 à 5 ans d’emprisonnement en plus d’une amende de 10 millions d’Ariary au contrevenant ; mais ces dispositions sont encore théoriques, les personnalités concernées s’en moquent totalement. Et compte tenu de la mentalité de nos dirigeants, même si des sanctions sont prévues et comme ce sont eux qui font la loi, ce n’est ni la première ni la dernière loi qu’ils violent. Les personnalités concernées par cette obligation de déclaration de patrimoine auront jusqu’au 31 décembre prochain pour déposer leur déclaration de patrimoine auprès de la Haute cour constitutionnelle, avec une copie auprès du BIANCO.

La déclaration de patrimoine est censée rentrer dans le cadre de la lutte contre la corruption. Elle est incomplète en soi car en principe la déclaration de patrimoine devrait être faite en entrant en fonction et après pour faire la comparaison sinon cela ne sert à rien. Or, pour le moment, l’obligation est tout simplement faite en entrant en fonction. Or, même cette obligation n’est même pas respectée alors en sortant ! Le BIANCO est en train d’élaborer les textes allant dans ce sens et surtout des textes plus contraignants à l’endroit des élus.

À propos de cette échéance du 31 décembre, les propriétaires de véhicules motorisés à 4 roues demandent à ce que le délai de transformation de leur permis de conduire et de la carte grise de leur véhicule soit pour les deux documents prolongé. Car l’un ne va pas sans l’autre.

Midi Madagasikara16 partages

PNUD : Remise de véhicules et de matériels informatiques aux CTD

Des véhicules pour les collectivités territoriales décentralisées.

Le PNUD a procédé à la remise officielle de véhicules et de matériels informatiques destinés à différentes institutions nationales, Ministères, et Collectivités Territoriales Décentralisées de Madagascar, hier à Mahazoarivo. Le Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly a présidé la cérémonie en présence de Violet Kakyomya, Représentante Résidente du PNUD. Composée de 11 véhicules et de matériels informatiques, cette donation s’inscrit dans le renforcement des capacités des institutions bénéficiaires, mais surtout à l’appui aux collectivités territoriales décentralisées dans l’effort de développement.

Objectif. Dans son allocution, la Représentante Résidente du PNUD a noté que les matériels composant la donation s’inscrivent dans le mandat du PNUD, en tant qu’acteur de développement, pour soutenir la mise en place d’institutions fortes, libres et transparentes. Précisément, cette donation « vise à renforcer la capacité de ces institutions à remplir leurs rôles, à fournir des services de qualité à la population et ainsi faciliter le développement du pays ». L’objectif étant de contribuer fortement au programme de décentralisation, de soutenir la lutte contre la corruption, et d’assurer l’effectivité du leadership joué par le ministère de l’Economie et de la Planification dans la mise en œuvre du Plan National de Développement.

Décentralisation. Le Premier ministre, quant à lui, a insisté sur le fait que le processus de décentralisation est inscrit au cœur de la Politique Générale de l’Etat et qu’en tant que chef de l’Administration et Ministre de l’Intérieur, il veillerait à ce que les pouvoirs déconcentrés et les Collectivités Territoriales puissent assumer progressivement avec efficacité leurs missions. Il se réjouit de ce partenariat fructueux entre le PNUD, le Gouvernement malgache et les Collectivités Territoriales. A cet égard, il a vivement remercié cette Institution Internationale au nom de M. le Président de la République qui tient beaucoup à la politique de décentralisation a-t-il fait remarquer, du Gouvernement et du peuple malgaches et en son nom personnel.

Recueillis par Dominique R.

News Mada13 partages

Malnutrition dans le sud : 8,5 millions de dollars débloqués

Sur le financement additionnel de la Banque mondiale de 35 millions de dollars pour le Sud, 8,5 millions sont destinés à la lutte contre la malnutrition à travers le projet «Fiavota».

Sous la coordination du ministère de la Population (MPPSPF), c’est l’Office national de la nutrition (ONN), par le biais de l’Unité du programme national de nutrition communautaire (U-PNNC) de l’Office régional de la nutrition (ORN), qui est l’agence de mise en œuvre du projet. Le suivi de la croissance des enfants de 0 à 59 mois est la principale mission de «Fiavota». Cela se traduit par la pesée, la mensuration et le «counseling» auprès des mères, en sus du suivi nutritionnel des femmes enceintes.

Cinq districts des régions  Androy et Anosy sont les zones d’intervention du projet. A savoir, Ambovombe, Amboasary, Beloha, Tsihombe et Bekily, soit 338 sites, répartis dans 39 communes de ces districts. La date de mise en vigueur de «Fiavota» commence à partir de ce mois de décembre jusqu’au mois de septembre 2020.

Un âge critique

C’est à partir de deux ans que s’arrête le développement intellectuel de l’enfant. L’âge critique qui sert de base pour l’évolution de son intelligence et ses modes de raisonnement tout au long de sa vie. En effet, son développement intellectuel est basé sur les neurones qui ont été constituées de 0 à 59 mois, un processus irréversible.

Mesures d’accompagnement

A titre de mesures d’accompagnement, une série de formations sera menée périodiquement afin de renforcer les capacités des intervenants, comme les agents communautaires de nutrition (ACN), les mères leaders, les animateurs et les comités locaux. Allant dans ce sens, 87 autres nouveaux sites seront créés pour les formations et la prise en charge de la malnutrition.

Sera R

Midi Madagasikara11 partages

CU Toamasina : Coup d’œil sur les familles démunies

Juliana Ratsiraka entourée des enfants qui ont reçu leurs jouets. FJ/24.12/Midi/Juliana Ratsiraka

L’épouse du Maire de la Commune Urbaine de Toamasina n’a pas oublié les enfants et les familles démunies de la commune à l’occasion des fêtes de Noël et du Nouvel An. En effet, 2 780 enfants des 139 « fokontany » qui structurent la commune ont reçu des jouets et des bonbons de la part de Juliana Ratsiraka mercredi dernier. Une tonne de riz – répartie en cinq kilos par personne – a également été distribuée par l’épouse du Maire de cette commune. Selon les explications reçues, « c’est le constat que beaucoup de personnes se trouvent dans la pauvreté qui a exhorté la commune à effectuer ce geste ». En plus, 11 mères de famille en situation précaire ont pu savourer momentanément le goût du riz. Par ailleurs, un concours qui sera axé sur des « quartiers propres » sera organisé au niveau des « fokontany » afin d’y maintenir la salubrité. « La commune est ambitieuse, mais ce sont les moyens qui flanchent », a-t-on affirmé.

Aina Bovel

Midi Madagasikara11 partages

Un cadeau spirituel

Cette nuit ne sera pas comme les autres.  Une nuit exceptionnelle où, partout dans le monde, nombreux seront les chrétiens à se rendre  dans leur église pour fêter la Nativité.

Un cadeau spirituel

La Nativité une fête pendant laquelle, dans son for  intérieur celui qui croit en Christ, recevra une joie, une paix qui proviennent  de l’amour infini que Dieu le Père éprouve pour son peuple.  Et ce, en lui donnant un cadeau spirituel en la personne de Jésus-Christ, son Fils. Et c’est avec cette même joie que nous partageons aujourd’hui à nos lecteurs  ce précieux verset d’Isaïe  chapitre 9 verset 6 qui parle justement de  la naissance du Seigneur Jésus-Christ. « Car un Enfant nous est né, un Fils nous est donné »  déclare le Prophète Isaïe, il y a 740 avant la  naissance de Jésus-Christ. La Bible dont l’origine divine est établie pour les Chrétiens, nous parle ici d’un Enfant qui nous est né, d’un Fils qui nous est donné. Il s’agit du  plus beau cadeau spirituel que le monde n’ait jamais reçu, car en envoyant son Fils sur terre, Dieu a manifesté son amour extrême pour l’Humanité.  Et la divinité de ce Christ est évoquée dans ce verset qui dit que « la domination reposera sur son épaule ». La Nativité est aussi, un excellent moment pour se rappeler que si nous nous laissons porter par le Seigneur, notre avenir est assuré, car il s’agit un Dieu Conseiller qui, à travers les 66 livres de la Bible nous guide pas à pas dans notre existence, jusqu’à ce qu’Il revienne un jour pour nous emmener avec lui si nous avons réellement et si nous gardons notre foi en Lui jusqu’au bout. D’un Dieu puissant capable de vaincre les forces du mal. Enfin, dans ce message de Noël d’Isaïe chapitre 9 verset 6, Jésus Christ est aussi appelé, Père éternel et Prince de la paix.  Alors, en fêtant Noël cette nuit et demain dimanche dans votre église, ou partout où vous serez, recevez la paix du Christ. Croyez en Celui  qui est un véritable cadeau spirituel qui nous aime d’un amour éternel. « Car un Enfant nous est né, un Fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; On l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix ». Amen

R.Edmond.

Midi Madagasikara11 partages

Bilan de l’année 2016 : Satisfecit de la Ceni

Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a réitéré sa détermination à assurer à bon escient la gestion transparente des élections hier à Alarobia, lors d’un point de presse qu’il a tenu. En gros, il a affiché sa grande satisfaction et reconnu en même temps les efforts qui restent à conjuguer.

Positif.  « La Ceni confirme sa vision stratégique de beaucoup travailler pour avoir une gouvernance électorale crédible et démocratique, elle réitère ses engagements d’assurer la concertation et la transparence, faire tout son possible pour que les élections à venir seront transparentes, crédibles et acceptées par le grand nombre », a-t-il affirmé. Effectivement, tous les partis politiques mais surtout l’ensemble des citoyens ont tous les yeux braqués sur la Ceni et la jugeront certainement. D’ailleurs, sur la confiance que ces premiers lui accordent (ou non), Hery Rakotomanana est confiant en espérant que les efforts conjugués auront des résultats palpables. « Je n’affirmerai pas qu’il s’agit de garanties, mais plutôt d’efforts », a-t-il esquissé avant de continuer qu’ « ils sont orientés sur trois points : cette large préparation de 2 ans à l’avance, les grands efforts en matière de transparence et d’échanges avec tous les acteurs et enfin le renforcement de capacité de tous ceux qui sont concernés par les élections ». Par ailleurs, la question relative au guichet unique qui permet de faciliter l’inscription sur la liste électorale a également été abordée. Elle suit plusieurs étapes. D’après Hery Rakotomanana, « c’est un processus horizontal dont le jugement supplétif d’actes de naissance figure à l’extrême gauche. Puis il y a l’inscription sur le registre d’état civil. Vient ensuite la délivrance de la carte d’identité nationale. Et enfin, le processus s’achève par l’inscription sur les listes électorales », a indiqué le président de la Ceni. Notons que toujours d’après lui, « c’est un projet d’ores et déjà validé par le gouvernement, mais n’attend plus que le financement ».

Aina Bovel

+

News Mada9 partages

Manerinerina : saisie de 17 kg de cannabis

Deux véhicules transportant respectivement 17 kg de cannabis et 74 kg de feuilles de tabac ont été interceptés par la gendarmerie à Manerinerina, district d’Ambato Boeny, dans la soirée du 19 décembre.

En provenance d’Ambalafamito Antsohihy, le premier véhicule qui comptait se rendre à Mahajanga transportait à son bord 17 kg de cannabis. Un jeune de 22 ans qui convoyait la drogue a été arrêté. La quantité de feuilles de tabac a été découverte dans l’autre voiture, venant de Bemololo, Port-Bergé.

Pour les besoins de l’enquête, le jeune homme a été placé en garde à vue à la gendarmerie, tandis que le propriétaire de la feuille de tabac, un homme de 64 ans, a été contraint de verser l’amende correspondant à l’infraction. Les 74 kg de feuilles de tabac ont été remis à l’Office malgache du tabac.

Mparany

 

Tia Tanindranaza8 partages

Fifidianana amin’ny 2018Miezaka ny manatsara tena ny CENI

Namintina ireo dingana sy asa vitan’ny CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) nandritra ny taona 2016 teny amin’ny birao foibe Alarobia omaly ny filohany Rakotomanana Hery.

 Nisongadina tamin’izany ny paikady momba ny serasera anatiny sy ivelany, ny stratejia momba ny fitaizana sy fanabeazana ny olom-pirenena, ny fanangonan-kevitra fanitsiana ny lalam-pifidianana ary ny firosoana amin’ny fampiasana ny «logiciel Oracle 11G» fitrandrahana lisi-pifidianana. Ezaka ketrehin’ny Ceni ankehitriny ny fametrahana birao tokana na « guichet unique» ho fanamorana ny fitsinjarana ny kara-pifidianana hanatrarana ny isan’ny mpifidy 10 tapitrisa amin’ny taona 2018. Mampanantena fifidianana tsara kokoa noho ireo efa notontosaina hatramin’izay teto Madagasikara rahateo ny Vaomieram-pirenena mahaleotena misahana ny fifidianana tamin’ny tafa fohy nifanaovan’ny lehiben’ny rafitra mikirakira ny fifidianana tamin’ny mpanao gazety. Antoka telo no ahafahana miteny izany, hoy ity farany dia ny fisian’ny fotoana fanomanana lava 2 taona, ny fisokafan’ny fifanakalozan-kevitra eo amin’ireo mpisehatra samihafa eto amin’ny firenena ary ny fampitomboana ny traikefan’ireo mpikirakira ny fifidianana manerana ny nosy. 

Ramano F.

 

Midi Madagasikara8 partages

Boxe chinoise : Jean Christian Randriamalaza vise le circuit professionnel

Jean Christian avec ses ceintures. (Photo Kelly).

A l’occasion de cette visite au pays, Jean Christian va dispenser des stages de formation aux entraîneurs et combattants sans distinction de style et de disciplines

 Cela fait plusieurs années que Jean Christian Randriamalaza n’était pas au pays. Pour cette visite sur invitation de l’Etat, il a apporté un très beau cadeau à ses compatriotes avec le septième titre mondial en boxe chinoise acquis en septembre dernier. Et pour 2017, il ambitionne d’intégrer le circuit professionnel en quittant le monde amateurs. D’ailleurs en Italie, il a défié un Italien et un Polonais dans la catégorie professionnelle  « J’ai déjà remporté le titre mondial en boxe chinoise, je pense qu’il est temps de tâter le monde professionnel. Beaucoup d’associations m’ont abordé et j’espère bien répondre présent. Pourtant, l’avis de mon médecin traitant est très important, si je pourrais bien continuer », a expliqué Chri, lors d’une rencontre avec la presse hier au Palais des Sports de Mahamasina. En septembre dernier en Italie  à la 47e édition du sommet mondial unifié ou « Unified World Championships »,  Jean Christian Randriamalaza s’est distingué. « La boxe chinoise Lei Taï, Full contact, c’est avant tout un sport de combat, mais aussi un art. C’est un sport de synthèse de plusieurs arts martiaux, combinant plusieurs techniques de combat, à savoir: les coups de poing, les coups de pied, les prises et le ciseau » continue le champion. Cette grande compétition regroupe six fédérations internationales, plus d’une dizaine de sports de combats, plus de 5.000 combattants issus de 107 pays.  A l’occasion de cette visite au pays, Jean Christian va dispenser des stages de formation aux entraîneurs et combattants sans distinction de style et de disciplines. Cette séance se tiendra au Palais des Sports avant la fin de l’année. Lui qui a un diplôme d’instructeur de boxe chinoise de l’Internationale Boxe Chinoise Fédération (IBCF). Aussi, il effectuera des visites à Mahajanga, Toamasina et Fianarantsoa. «  La contribution de l’Etat est très importante pendant ce voyage et j’adresse mes remerciements au président de la République et au ministère des Sports » a déclaré Jean Christian hier.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Kiady : “Mizara sombim-pifaliana”

Son dernier album remonte à plusieurs années ! A la veille de Noël, Kiady souhaite donc faire un cadeau à tous : un opus dans lequel il chante deux morceaux qu’il a écrits et revisite des compositions et cantiques de Noël pour célébrer la naissance du Christ, mais également et surtout pour partager une part de bonheur et d’espoir à travers ses interprétations. Il chante entre autres « Noël Noël »  de Bessa, « Tao an-tsahan’i Betlehema », « Andro malaza », ou encore « Alina masina ».  Pour ceux qui souhaitent se procurer le CD, il est disponible pour la somme de 7000Ar.  En effet, les bénéfices serviront à acheter des cadeaux pour les plus nécessiteux. «  Cette  fois, je pense que je vais investir les rues de la ville ». « Mizara sombim-pifaliana », une manière de joindre l’utile à l’agréable !Mahetsaka

News Mada7 partages

Opposition parlementaire : l’Afrique du Sud soutient le MMM

Dans sa démarche pour se constituer opposant à l’Assemblée nationale, le parti Malagasy miara-miainga a obtenu le soutien fort de l’Afrique du Sud. Néanmoins, le parti attend toujours la réponse de la HCC.

Après les requêtes adressées à l’Assemblée nationale et à la Haute cour constitutionnelle (HCC), le parti Malagasy miara-miainga de Hajo Andrianainarivelo a également envoyé une lettre à la communauté internationale, notamment à l’ambassadeur de l’Afrique du Sud, Vuyelwa Maud Dlomo, à titre d’information par rapport à ses intentions. Une réponse positive de la part de cette dernière a été obtenue le 7 décembre dernier soutenant ce projet.

«L’ambassade d’Afrique du Sud félicite le parti MMM pour cette étape décisive que vous avez franchie et vous souhaite de réaliser les aspirations de vos membres», a indiqué l’ambassadeur dans sa lettre adressée au leader du parti.

Dans tous les cas, le soutien de l’Afrique du Sud pourrait accélérer le processus à tous les niveaux. Comme l’ont indiqué les membres de la société civile Rohy récemment, «l’Etat ne réagit que lorsque la communauté internationale intervient». Même si le Malagasy miara-miainga n’ait pas été reçu comme il se doit au sein de l’Assemblée nationale, le dernier mot appartient toujours à la HCC. Celle-ci devrait alors statuer sur la recevabilité ou non de la requête du parti de Hajo Andrianainarivelo pour s’ériger en tant qu’opposant. Une réponse qui est également attendue par l’Assemblée nationale bien que celle-ci ne soit pas aussi pressée qu’elle le prétend.

Question de volonté

Comme l’a fait savoir Hajo Andrianainarivelo la semaine dernière, finalement la volonté de l’Etat à mettre en place une opposition légale n’est pas du tout claire. «L’Etat appelle à la constitution d’une opposition, mais le moment venu, il semble faire marche arrière», a-t-il constaté.

Pour l’heure, la HCC ne s’est pas encore manifestée et on ne sait d’ailleurs pas si le dossier a déjà été examiné ou pas. En attendant, la Haute cour a publié sur son site les révisions apportées à son règlement intérieur. Elle a également validé la LFI 2017 adoptée par les parlementaires durant leur deuxième session ordinaire de cette année. La HCC précise ainsi que ce texte peut à présent faire l’objet de promulgation.

Tahina Navalona

 

News Mada7 partages

Vente illicite de tortues : deux suspects ont bénéficié d’une LP

Deux des sept individus impliqués dans la tentative de vente illicite de 198 tortues, arrêtés à Antaninarenina et condamnés par le tribunal de 1ère instance, viennent d’être remis en liberté.

Indignés et consternés par ce revirement de situation, les responsables des organismes qui luttent pour la protection de l’environnement, à savoir l’Alliance Voahary Gasy (AVG) et Durell Wildlife Conservation, ont rencontré la presse hier pour rappeler que tout le monde doit se sentir concerné par cette lutte afin de sauver et préserver notre patrimoine naturel.

Me Tombontsoa Raharijaona, avocat de la plateforme des organisations de la société civile, a expliqué que les personnes mises en cause ont fait appel de la décision du tribunal. « Il faut savoir que cette voie de recours possède un effet suspensif. Ceci étant, l’affaire sera de nouveau examinée devant la Cour d’appel correctionnelle. Mais entre-temps, les deux hommes condamnés à 30 mois de prison ferme ont demandé une liberté provisoire. Et d’après ce que nous avons entendu, la justice leur a accordé cette faveur  », a-t-il indiqué avant de préciser que dans la plupart de cas, les personnes mises en cause ayant bénéficié d’une liberté provisoire ont tendance à fuir à l’étranger et le cas échéant, l’AVG saisira Interpol.

De son côté, Joely Razakarivony, coordonnateur du projet Alarm (Application de la loi contre les abus sur les ressources à Madagascar), a lui aussi fait part de son appréhension.

« D’après ce que nous venons d’apprendre, d’autres personnes impliquées dans cette affaire vont également bénéficier d’une liberté provisoire dans les prochains jours. Nous invitons toutes les entités concernées à agir ensemble pour l’intérêt de la nation », a-t-il soulevé.

Après le lancement du projet Alarm, plusieurs tentatives d’exportation et de vente illicite d’espèces endémiques ont été déjouées. Des suspects ont également été arrêtés.

Mparany

 

L'express de Madagascar7 partages

Vols de bovidés – Mahafaly dénonce un réseau mafieux

Le Premier ministre a rappelé qu’un réseau mafieux se trouve derrière la recru­descence de vols de bovidés, mais n’a annoncé aucune action pour y mettre fin.

Les pieds dans le plat. Dans son discours d’ouverture de l’atelier de réflexion sur la recherche d’une solution durable à l’insécurité et de lancement officiel de l’opération « Mazava », pour les zones centre et  Sud-Est de Madagascar, à Fianarantsoa, avant-hier, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a dénoncé l’existence d’un « réseau mafieux », qui explique la  difficulté de lutte contre les vols de bovidés.« (…) Il ne s’agit plus de simples vols de bovidés mais, il existe un véritable réseau mafieux », a déclaré le chef du gouvernement. Sur sa lancée, le locataire de Maha­zoarivo a soutenu « certes, il ne s’agit pas de se jeter la pierre car, notre objectif est de réfléchir à une solution durable au problème mais, il faut le dire il y a, parmi nous fonctionnaires, qui sommes impliqués dans ces réseaux ».Les propos du Premier ministre ne sont, toutefois, qu’une vérité de la palisse. Le numéro 2 de l’Exécutif n’a fait que dire tout haut ce que beaucoup ne chuchotent même plus tout bas. À l’époque de l’opération « Fahalemana », de hauts responsables militaires ont déjà, ouvertement affirmé l’existence de « dahalo » en col blanc, qui contrôleraient le réseau de vols des bovidé.

Éradiquer à la sourceL’implication de certains fonctionnaires de la base au sommet des collectivités décentralisées et instances déconcentrées, est aussi, systématiquement dénoncée par la population locale, lorsqu’ils s’épanchent sur ces razzias de bovidés. Sans parler des « protecteurs en haut lieu » qui tirent les ficelles depuis les grandes villes, et même la capitale.Jusqu’ici, toutefois, aucune décision, ni mesure n’est prise pour sévir contre ceux qui sont aux manettes de ce réseau mafieux. Les actions jusqu’ici se limitent à des coups d’arrêt et ne vont jamais plus loin. « Des zébus sont rendus à leurs propriétaires, des malfaiteurs sont arrêtés, jugés et envoyés en prison », a rappelé Solonan­drasana Olivier Mahafaly, scandant que « le gouvernement agit et que l’Etat fait des efforts pour lutter contre l’insécurité ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara7 partages

MIDSP : 11 industriels et entrepreneurs primés

Le ministre Chabani Nourdine avec les représentants de la STAR et de la Cie Vidzar partenaires fidèles de l’association FIMPI.

En tout, ils sont 11 entreprises à avoir bénéficié d’une reconnaissance du ministère de tutelle

Le bilan s’affiche plutôt positif pour le ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé (MIDSP). Et ce notamment en termes d’appui aux entreprises. « Je me permettrais de souligner particulièrement les efforts soutenus et engagés de collaboration entre le public et le privé ». a notamment déclaré le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Chabani Nourdine lors du gala de levée de fonds organisé par le mutuel FIMPI qui s’est déroulé au Carlton jeudi dernier. Une soirée qui a été marquée par la remise des récompenses aux industriels méritants et aux entrepreneurs qui ont su se démarquer par leur réussite au titre de cette année.

Ainsi, cinq industriels, à savoir, Obio HAMY, HITA, NEWPACK, GASYPLAST et BIONEXX, se sont vus remettre des prix pour leur dynamisme et volonté concrète à accompagner le développement de l’économie en général, et celui l’industrie en particulier.

Le MIDSP, qui assure la tutelle de l’entrepreneuriat, a également montré sa reconnaissance et sa volonté à encourager nos jeunes entrepreneurs à toujours aller de l’avant. Dans cette optique, cinq porteurs de projets, notamment MORINGALA, TSIRO, SAHAZA, SAHA MANITRA, TRONDRO FY, classés meilleurs projets lors des concours organisés par deux entités partenaires du MIDSP dans le cadre de la promotion de l’Entrepreneuriat des jeunes ont été primés. A cela s’ajoute le jeune startupper lauréat de l’Anzisha Prize 2016, en la personne de Tahiana RANDRIARIMANANA.

Par ailleurs, la compagnie VIDZAR et la STAR, toutes deux partenaires fidèles de l’association FIMPI se sont vues remettre chacun un trophée de reconnaissance. Le Parrain de la soirée de gala s’est également vu attribuer un trophée par le mutuel du MIDSP.

R.Edmond

Midi Madagasikara7 partages

Toamasina : Roalahy nahatrarana vola sandoka 4,1 tapitrisa ariary

Efa ela no nahitana vola sandoka 10.000 ariary niparitaka teto Toamasina, ka ireo mpamily Tuc-Tuc sy ireo mpanao karaoke ary ireo trano fisotroana misokatra alina no tena lasibatra tamin’izany. Nanomboka teo ny fanaraha-maso ny zava-nisy ary nody  ventiny ny ezaka natao, ny 20 desambra teo.

Ny talata 20 desambra io raha naharay antso fa misy vola tsy mazava nentin’ireto olona roa lahy, dia ingahy Hendrix sy Sylvio, raha saika hampidritra izany ao anaty finday teo anivon’ity “Money-Banking” tao Mangarano. Vao tonga ny mpitandro ny filaminana teo anivon’ny polisy misahana ny heloka be vava, ary nisava ireto vola 10.000 ariary mitetina 4,1 tapitrisa ariary, dia hita tamin’izany fa sandoka ireto vola ary saika hodiovina tamin’ny alalan’ny “Money-Banking” alohan’ny hifampizarana azy. Tena vitan’ireto tambajotra ireto dika mitovy mihitsy ny vola 10.000 ariary ity, na eo amin’ny lokony na amin’ireo pitsopitsony samy hafa, ny eo amin’ny laharan’ny vola no saika nitovy avokoa.

“Deba be”. Nambaran’izy roa lahy tratra ambodiomby ireto fa vola azaon’izy ireo taman’olona avy nivarotra jirofo ireto vola sandoka maro be ireto. Raha ny fanazavan’ny kaomisera Gerverin Raelison, mitantana ny polisy misahana ny heloka be vava Toamasina, dia irakiraka fotsiny ireto roa lahy tratra ambodiomby ireto, fa misy “deba be” manarama azy ireo any ambadika any, izay atao ankisasaka ny vola hifampizara aorian’ny fanadiovana azy amin’ireo “Money-Banking”, ka eo am-panaraha-maso azy ireo ny polisy izao izay efa ahitana mangirana ny mikasika izany amin’izao fotoana izao.

Entaniny vokatra izany ireo mpivarotra sy ireo orinasam-pifandraisana mikirakira ny ara-bola ary ireo miasa tena amin’ny sehatry ny varotra, mba hanamarina tsara ireo vola voarainy fa tsy kely lalana ny mpanao ratsy, fotoana fanararaotan’ireo jiolahy ny vanim-potoan’ny fety tahaka izao.

Malala Didier

News Mada6 partages

Les Raparivo : deux artistes, deux visions

Les deux peintres de renom, Raparivo Roland Ramaheninarivo et son fils Andriantiana Raparivo sont déjà prêts à attaquer la nouvelle année avec une exposition et des ateliers de beaux-arts qui se tiendront du 30 décembre au 13 janvier prochain à la salle «Gisèle Rabesahala», à la Bibliothèque nationale à Anosy. L’objectif est de démontrer la différence de style entre ces deux artistes.

Si le grand maître Raparivo R.R, âgé de 82 ans, célèbre actuellement ses 60 ans de carrière, son fils A. Raparivo a aussi ses propres expériences dans cet art, avec plus de 35 ans de peinture. Même s’ils exercent le même métier, chacun a son propre style, raffiné et appliqué chez l’un comme chez  l’autre. C’est ainsi qu’ils  vont organiser une exposition dans le dessein de présenter deux visions différentes sur un même thème et même médium.

Une quarantaine de tableaux

Au total, une quarantaine de tableaux seront exposés dont une vingtaine à l’huile sur toile, huit sont à l’acrylique sur toile et une quinzaine en aquarelle encadrés sous verre. Connaître les deux styles et voir deux visions sur un même thème seront donc l’exercice du public durant cette exposition. Ainsi, pour former davantage les amateurs, A. Raparivo donnera un atelier spécial durant cette exposition.

Inscription ouverte

pour les ateliers

Soutenu par le ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de sauvegarde du patrimoine, ainsi que l’Office national des arts et de la culture (Ofnac), l’atelier sera ouvert tous les jours sauf les week-ends aux passionnés de cet art qui désirent approfondir davantage leur technique, surtout en termes de peinture de paysage. L’inscription est déjà ouverte et se fait au siège de l’Ofnac à Analakely.

Un aperçu de leur vision différente

Au fait, les Raparivo sont célèbres pour la beauté et la finesse de leurs chefs-d’œuvre. Ayant choisi le même thème, qui est de peindre des paysages ruraux malgaches, ils ont par contre deux visions différentes. Sans parler de la différence technique, le fils se tourne surtout vers le village en dessinant des maisons et leur environnement. Tandis que le père préfère mettre en avant les perspectives à l’extérieur du village, par exemple les cascades, les rizières…

Holy Danielle

News Mada5 partages

Développement décentralisé : le Pnud s’engage avec le gouvernement

Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) a procédé hier à Mahazoarivo à la remise officielle de véhicules et de matériel informatique destinés à différentes institutions nationales, ministères et collectivités territoriales décentralisées de Madagascar.

Composée de 11 véhicules et de matériel informatique, cette donation s’inscrit dans le renforcement des capacités des institutions bénéficiaires, mais surtout dans l’appui aux collectivités territoriales décentralisées. «Cette donation vise à renforcer la capacité de ces institutions à remplir leur rôle, à fournir des services de qualité à la population et à  faciliter le développement du pays», a précisé dans son discours la représentante résidente du Pnud Violet Kakyomya.

Le premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly a insisté sur le fait que le processus de décentralisation s’inscrit dans la politique générale de l’Etat. En tant que chef de l’Administration et ministre de l’Intérieur, il veillerait à ce que les pouvoirs déconcentrés et les collectivités territoriales puissent assumer progressivement avec efficacité  leurs missions.

Recueillis par Nadia

 

News Mada5 partages

LTP Ampefiloha : les élèves méritants primés

Le lycée technique et professionnel (LTP) d’Ampefiloha, ex-lycée technique commerciale (LTC), vient de distribuer des primes aux élèves méritants de cet établissement. Ils ont été 248 élèves à  en avoir bénéficié, en particulier ceux qui ont réussi leur bac avec mention. Il s’agit des 25 élèves ayant obtenu la mention «Très bien», 120 la mention «Assez bien» et les trois premiers de chaque classe.

Cette distribution entre aussi dans le cadre du 45e anniversaire du LTP, dont   l’ouverture de la célébration a eu lieu hier. «Diverses activités sont prévues pour marquer cet événement, entre autres la rénovation du bâtiment et des infrastructures sportives», a indiqué le proviseur, José Rajaonah. La célébration sera clôturée le mois de décembre 2017.

En 45 ans d’existence, plus de 50 000 élèves ont déjà réalisé leurs études au LTP d’Ampefiloha, dont le PRM en exercice.

Sera R

 

Midi Madagasikara5 partages

Moramanga : Andiany fito nahavita fiofanana tao amin’ny sekolin’ny zandariamariam-pirenena

Tratra ny tanjona teo amin’ny fampianarana sy fampiofanana teo anivon’ireo zandary andiany navoaka tamin’ity andron’ny 23 desambra 2016 ity satria 12/20 ny naoty ambany indrindra  hoy ny komandin’ny sekoly sy ny fiofanana amin’ny zandarmariam-pirenena, ny Générale de Division Ramiandrisoa Jean de Dieu Daniel. Anisan’ireo fanamby napetrany amin’izao fotoana izao ny tsy hisian’ny gaboraraka sy ny fijerena ny maha olona. Azo antoka ny fiatrehan’ireto andiany nivoaka ireto ny toeram-piasany avy any amin’ny faritra satria niavaka ny fanaovana ny fampiharana tamin’ity taona ity. Nandritra ny iray volana no nanaovana izany no sady niatrika ny frankofonia, hoy hatrany ny komandin’ny sekoly ambonin’ny zandarmariam-pirenena, ny kolonely Ramasitera.Andiany fito no nivoaka izay nahitana ny 8eme CSRC( cours de la section de recerhe criminelle) izay miisa telo, 29eme CPOS (cours de perfectionnement des officiers subalternes) miisa 26, ny 3eme CGAPJ (cours chef de groupe d’appui de police judiciaire) 10 izy ireo, ny 29ème CFOR ( cours de formation des officiers issus du rang) 15 no mpiofana,3eme DE ( cours de directeur d’enquête) miisa 20,  8ème CSI-CS2 en informatique, nahitàna mpiofana 26 ary ny « 29ème stage militaire professionnel de brevet de spécialisation » izay nampitondrainy ny anarana hoe SAFHIR na ny hoe sehatry ny andraikitra sy fahamarinana iraisana. Ny zandary rehetra ho sahy handray andraikitra sy hijoro ho olon’ny lalàna, lavitry ny  kolikoly, ho tombotsoan’ny firenena, hoy ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena. Tsy adidin’ny mpitandro filaminana irery ny fiarovana ny firenena .

CATHY

Midi Madagasikara5 partages

Groupe WM : Des cadeaux pour les enfants d’Ankorondrano-Atsinanana

Les représentants du Groupe WM entourés des enfants d’Ankorondrano-Atsinanana.

Ambiance festive hier dans une salle pleine de décorations de Noël, pour faire vivre un moment de joie et de bonheur aux enfants d’Ankorondrano-Atsinanana.

C’était Noël avant l’heure pour les enfants démunis issus du « Fokontany » d’Ankorondrano-Atsinanana. Encore une fois, ils ont été gâtés par le Groupe WM qui n’a pas oublié le grand rendez-vous de tous les ans. Plus d’une soixantaine d’enfants ont passé un merveilleux moment, hier, dans les locaux dudit « fokontany », en compagnie du Groupe. C’était l’occasion pour eux de vivre la magie de Noël grâce aux nombreux cadeaux qu’ils ont reçus. Garçons et filles ont chacun eu droit à des jouets, des paquets de bonbons et de biscuits. Sans oublier les nouveaux vêtements adaptés à chaque enfant. Et comme à l’accoutumée, les bénéficiaires ont également eu droit à un repas succulent. Tout ceci, dans une ambiance féérique avec la compagnie du groupe Gasy Mihanta. Cette fois-ci, le Groupe WM a été représenté par Juliana Andriambelo, directrice générale du groupe Midi Madagasikara, accompagnée de ses deux fils, Johan et Julian. Une occasion pour elle de transmettre aux bénéficiaires le message des fondateurs du Groupe WM, Willy et Marthe Andriambelo, qui est de souhaiter une joyeuse fête à tous les enfants du « fokontany » d’Ankorondrano-Atsinanana. 

33 ans de collaboration. Le chef du « fokontany », ayant été présent à cette fête, n’a pas manqué d’adresser ses vifs remerciements au Groupe WM. Lui de souligner : «Durant ces 33 ans de collaboration, vous avez été toujours présents pour faire vivre cette grande joie aux enfants démunis de notre fokontany. Il ne se passait pas une seule année sans que vous ne fassiez ces bons gestes qui seront marqués à jamais dans nos cœurs». Rappelons que chacune de ces actions sociales bénéficie de l’appui financier du Rotary Club Millau qui a fait le même jour l’« opération ananas » pour les enfants. Et il est à noter que le Groupe WM est composé du Groupe Midi Madagasikara, Ma-Tv et Malaza. Prochain rendez-vous: la fête nationale.

Arnaud R.

Midi Madagasikara5 partages

Fun Quizz 22 d’Airtel : La voiture neuve à Ratsimbanirina Nivomalala

Un cadeau de Noël d’exception pour Ratsimbanirina Nivomala gagnante du premier lot de la 22e édition du Fun Quizz d’Airtel. C’était avec joie qu’elle est rentrée chez elle, hier avec sa Ford Fiesta flambant neuve. Une manière pour l’heureuse gagnante de terminer l’année en beauté. « Ce jeu est une réalité, j’ai réellement gagné …cette voiture sera d’une grande utilité pour moi. Je remercie Airtel Madagascar pour ce cadeau qui est sans doute le meilleur que j’ai jamais eu » a-t-elle notamment déclaré, hier lors de la cérémonie de remise des lots qui s’est déroulée au Shop Airtel, Ankorondrano, en présence de Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel Madagascar et de Mohamadou Konkobo, Directeur Marketing. Respectueux de ses engagements, l’opérateur, en cette période de fête de Noël remplit ses abonnés de bonheur. Le deuxième gros lot, une moto neuve a été attribuée à Raholivololona Andriantsilaizina. Les autres gagnants ont reçu un téléviseur à écran plat, un réfrigérateur, un lecteur Divx. A travers ce jeu, Airtel Madagascar offre l’opportunité à tous ses abonnés non seulement pour se divertir, mais aussi d’approfondir leur culture générale. « …Pour cette fête de fin d’année, nos abonnés seront plus que gâtés avec nos deux campagnes promotionnelles Fun quizz et tanteraka ny nofiko qui offrent des lots très alléchants en ces périodes festives. Nous les invitons à jouer et tenter leur chance… » s’est exprimé Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel Madagascar. Airtel Madagascar réserve encore de nombreuses surprises pour la prochaine édition de fun quizz. D’ailleurs, Le fun quizz 23 a déjà été lancé le 9 décembre 2016 et s’achèvera le 07 avril 2017. Plusieurs lots intermédiaires vont être distribués par l’opérateur avant la remise du gros lot à la fin de cette session du jeu. Basé sur le principe de quizz, le jeu offre la possibilité aux participants de tester leurs connaissances en répondant aux questions qui leur sont régulièrement envoyées après leur souscription. Pour participer au Fun Quizz, il suffit d’envoyer le mot clé «FUN» par SMS au 033 56 000 30 et suivre les instructions sur les questions à répondre. Pour une bonne réponse : 50 points , pour une mauvaise réponse : 10 points

R.Edmond

News Mada4 partages

Groupe Andriantsitohaina : Noël inédit

C’est dans une ambiance conviviale et de bonne humeur que  la grande famille du groupe Andriantsitohaina a célébré Noël hier à Mandrosoa Ivato.

Après une année de travail riche et intense, le PDG du groupe Andriantsitohaina et son épouse, Charles et Ginette Andriantsitohaina ont tenu à rencontrer  les employés autour d’une table et dans un moment convivial et festif.

Pour l’occasion, la chorale Amboarampeo de la paroisse FJKM Faravohita a prêté sa voix vibrante et émouvante, le temps d’un concert, pour partager  avec le groupe l’esprit de Noël. D’entrée, la chorale a ébloui toute l’assistance avec une excellente interprétation de «Ny Fifankatiavana» et des incontournables hymnes liturgiques comme «Avia ry mino» ou encore «Gloria in excelsis Deo».

L’ambiance a ensuite monté d’un cran. Quelques membres du personnel ont dévoilé leur talent aux chants et aux danses. La scène semble du coup assez étroite pour les contenir. Les responsables et les employés étaient sur la même longueur d’onde.

 

News Mada4 partages

Noho ny tsy fahombiazan’ny mpitondra : krismasy ao anaty fahantrana sy tsy fitoniana

Krismasy indray… Tsy toy ny isan-taona, fa mihasarotra sy mihamafy ny fiainam-bahoaka. Ny afitsoky ny mpitondra no antony: tsy fahombiazana, fampihorohoroana, fampahantrana…

 

Mbola ao anaty krizy mafy ny Krismasy… Toy ny hatramin’izay ihany. Manampy trotraka ny delestazy amin’ny faritra sasany, ny tsy fandriampahalemana, ny fidangan’ny vidim-piainana…

Ao anaty fahasahiranana lalina sy maharitra ny vahoaka: tsy afa-mifety araka izay tokony ho izy; eny, na amin’izay farafahakeliny azo leferina aza. Na ireo fikambanana sy antokom-pivavahana mpanampy ny sahirana aza, misy tra-pahasahiranana: tsy afa-manome fanampiana amin’izao Krismasy izao.

Misondrotra izaitsizy ny vidin-javatra, indrindra ireo entana ilaina andavanandro: vary, menaka, siramany… Fidangan’ny vidim-piainana no atrehin’ny ankamaroan’ny olona, fa tsy fety. Fihenan’ny fahefa-mividy no entin’izao fety izao, fa tsy inona…

Fahoriam-bahoaka ny tsy fandriampahalemana

Na eo aza izay hoe hetsika fampandrian-tany etsy sy eroa, manjaka hatrany ny asan-jiolahy, ny fakana an-keriny… Misy tsy ilaozan’ny fitsaram-bahoaka. Tsy mampandry fahalemana ny vahoaka koa, na anatin’ny fetiny aza: ny ady tany etsy sy eroa, indrindra ny afitsok’ireo Sinoa.

Hatramin’izao, tsy manazava ny mpitondra… minia bemarenina. Famonoana vahoaka ny fanomezana tany ny vahiny. Nefa izay miaro tanindrazana: darohana, ampihorohoroana, gadraina… Politika maloto ny raharaha. Fitaovana amin’izany ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana.

Na toa misavasava ratsy kely aza ny delestazy: ao anaty haizina ny vahoaka noho ny tsy fisian’ny fangaraharana: vitavita ho azy, ohatra, izay nenti-nanana ny Frankofonia. Ahoana ny amin’ny trosa amina miliara dolara? Tsy misy fanazavana.

Noely… famitranam-pihavanana

Hitondra inona eo amin’ny fifandraisan’ny vahoaka sy ny mpitondra izao Krismasy izao? Fifamelana, fihavanana, fifampitokisana… Mbola azo antenaina amin’izany ve ny mpitondra? Efa samy nampiaka-peo ny mpanao politika, firaisamonina sivily, fiangonana… Noho ny tsy fanarahan-dalàn’ny mpitondra, ny kolikoly, ny kiantranontrano, ny tsimatimanaota, ny jadona, ny fampihorohoroana…

Fety kristianina ny Krismasy: fahatsiarovana ny nahaterahan’i Kristy ao am-pon’izay mino ka  mandray Azy, rehefa nibebaka. Na izany aza, efa zary fetin’izao tontolo izao koa: fifamelana, famitranam-pihavanana… Hitondra fisaintsaianana ho an’ny mpitondra?

« (…) fa tonga amin’izao tontolo izao ny mazava, nefa aleon’ny olona ny maizina toy izay ny mazava, satria ratsy ny asany. Fa izay rehetra manao ratsy dia mankahala ny mazava sady tsy manatona ny mazava, fandrao hita miharihary ny asany. » (Jaona 3: 19-20)

Mirary Krismasy sambatra ho antsika rehetra!

R. Nd.

News Mada4 partages

MESUPRES : l’accréditation à la loupe

Une Commission nationale de l’accréditation (CNA) a procédé hier, au Damier à Ambondrona, à l’examen de quatre dossiers de demande d’accréditation venant des  instituts privés. Il s’agit d’une reconnaissance du ministère accordée à un établissement habilité, par appréciation de la conformité à la qualité et aux normes requises par le système LMD. C’est ce qu’a expliqué le directeur de l’accréditation et de l’assurance qualité (DAAQ) au niveau du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), Emmanuel Randrianarison.

Depuis 2014, année de démarrage de l’application du système LMD, 813 offres de formation ont été habilitées dans tout Madagascar. L’accréditation devrait être accordée, après contrôle de qualité effectué par des experts du Mesupres auprès des établissements. Pour le moment, aucune offre de formation n’a obtenu de certificat d’accréditation. D’ailleurs, l’atelier national qui s’est tenu dans la première journée, lundi dernier à Androndra, est conçu dans l’optique d’informer et d’approprier les établissements  sur le texte réglementaire relatif à l’accréditation. Selon le ministre de tutelle Marie Monique Rasoazananera, «l’accréditation ne devrait pas être considérée comme une sanction, mais comme un signal à l’endroit des établissements par rapport aux efforts qui restent à fournir».

L’atelier en question consiste à approprier le système d’assurance qualité. L’évènement a vu la participation des universités et instituts publics et privés. L’accréditation est l’ultime étape procédurale d’appréciation, à la fois pédagogique et administrative, accordée aux offres de formation dont les qualités d’enseignement sont évaluées conformes aux recommandations du Mesupres.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara4 partages

« Music, wine & food » : Steph Ramby inaugure le concept!

Steph Ramby assurera cette première soirée

Après le « smooth night » et le « happy time », Ivenco lance un nouveau concept qui allie gastronomie, vin et bonne musique et inauguré au Grand Hôtel Urban ce soir. 

De la bonne musique au programme, c’est bien. Mais avec en plus, du bon vin et des plats savoureux concoctés par un grand chef en devenir au menu, c’est encore mieux ! Pour la veille de Noël, Ivenco propose « music, wine and food » au Grand Hôtel Urban à Ambatonakanga. Un autre concept qui s’ajoute à ceux qu’Andry Mahery et son équipe ont déjà mis en place depuis sa création. Pour cette grande première, les mélomanes retrouveront une voix bien connue, un interprète de talent. Steph Ramby, un nom qui n’est effectivement que très connu des mélomanes, des amoureux de ces airs romantiques en particulier. Avec ses amis, le jeune homme, ces derniers temps, n’a cessé d’investir les scènes pour interpréter les tubes de ses idoles. Le plus marquant reste ce tribute to Brian Mc Knight et Babyface ou encore ce duo soul avec Fanyah. Ce soir, il concocte un répertoire très jazz soul. Riana.F sera également de cette merveilleuse aventure. Les fins gourmets ne seront pas en reste avec tout ce que leur réserve le chef Zandry. Méli-mélo de crabe, poêlée de foie gras à la mangue sur croustillant de pommes de terre, thon cuit en tataki tomate et légumes de saison, bûche glacée au chocolat blanc… seront au menu et bien sûr du vin.Mahetsaka

Midi Madagasikara4 partages

Réveillon de la St-Sylvestre : Diary Mozika à l’animation Au Krypton Ambohimalaza

C’est un  réveillon de la St-Sylvestre particulier que le Krypton Ambohimalaza réserve à ses habitués, samedi prochain.  En fait, ce grand espace de loisirs organise chaque 31 décembre une soirée exceptionnelle pour accueillir la nouvelle année et comme nous le disions plus haut, ceux qui y viennent sont des habitués désireux de vivre la belle ambiance festive de l’endroit. Comme chaque année, les convives pourront apprécier les nombreux plats du buffet gastronomique qui sera dressé dans un coin de la salle. Boissons hygiéniques et vins fins seront à leur disposition. Mais comme réveillon réussi rime avec animation musicale de qualité, c’est l’orchesre Diary Mozika qui fera danser les gens présents. Les membres de ce groupe sont de jeunes gens talentueux qui passent  d’un registre musical à un autre. Ils ont un répertoire très éclectique, couvrant toutes les périodes musicales.

P.R.

News Mada3 partages

Street gospel : l’esprit de Noël va résonner en chœur

On ne change pas une formule qui marche.  Forte du succès de la précédente édition, la chorale «The Called» réitère ce samedi au jardin d’Antaninarenina, l’événement «Street Gospel».

Même concept, même endroit, Street Gospel s’apprête à entamer sa 3è édition. «Le street gospel est un genre musical, plus précisément une forme d’expression pour se rapprocher davantage du public et par la même occasion de prêcher la bonne parole. Le but étant de faire participer le plus grand nombre de personnes à partager la passion pour le gospel. Nous sommes convaincus que le gospel, comme tout art, doit aller vers le visiteur plutôt que ce dernier ne vienne à lui comme dans les galeries ou les foires», a fait savoir Njiva, chef de chœur.

Si la chorale «The Called» a fait son one-man-show durant les deux précédentes éditions, cette fois elle va se mettre au diapason avec The Singers of Jesus Meva Gospel, le temps d’un concert.

Pour l’occasion, les trois figures de proue de ce genre afro-américain vont distiller un répertoire tiré de chansons classiques et de cantiques, outre leurs propres compositions. On notera tout particulièrement «Lalana ho ahy», «Faly aho» signés «The Called», «Vonjeo ny tany» de Meva Gospel et «Hampifaly Anao The singers of Jesus».

Joachin Michaël

 

News Mada3 partages

Santé dans les régions : poursuite des aides de l’Usaid

L’Usaid œuvre davantage à la réduction du taux de mortalité de la mère et de l’enfant dans les régions de Madagascar par le biais du programme de survie de la mère et de l’enfant, Maternal child survival program (MCSP).

Les 450 centres de santé de base des 15 régions d’intervention de ce programme américain vont bénéficier des dons en matériel et équipement médicaux d’une valeur approximative de 575 millions d’ariary, remis récemment au ministère de la santé publique par le directeur général de l’Usaid, Michelle Godette. Cette intiative marque une nouvelle étape pour atteindre l’objectif de la réduction du taux de mortalité mère-enfant dans le partenariat entre l’Usaid et le ministère de la Santé publique malgache a annoncé le directeur général de l’Usaid. Les nouveaux matériels aideront le personnel médical à sauver des vies, a-t-elle précisé.

Amélioration de la qualité des soins

Une quinzaine de régions dont Sofia, Menabe, Melaky, Alaotra Mangoro, Analamanga, Amoron’i Mania, Matsiatra Ambony, Boeny, Ihorombe, Atsimo Andrefana, Vatovavy Fitovinany, Diana, Sava, Vakinankaratra et Atsinana ont bénéficié de l’appui du Maternal child survival program (MCSP) depuis 2014. Une nette amélioration des compétences techniques du personnel médical au niveau des soins prodigués aux mères et aux nourrissons a été constatée depuis l’effectivité du partenariat. Durant les deux années de ce partenariat, 60% des centres de santé de base de niveau II (CSBII) et 80% des centres hospitaliers de référence régionale (CHRR) et centres hospitaliers de référence de district (CHRD) ont été appuyés par le MCSP et 750 employés ont reçu des formations de recyclage.

Les responsables du programme ont assuré le ministère de la Santé publique de la pérennisation du partenariat à l’occasion de la cérémonie de remise de dons.

Manou

News Mada3 partages

Boxe Chinoise : un accueil triomphal pour Jean Christian R.

Le palais des Sports de Mahamasina n’avait d’yeux que pour le champion du monde malgache de boxe chinoise Jean Christian Randriamalaza hier. Il a été reçu par le ministre de la Jeunesse et des sports Jean Anicet Andriamosarisoa.

L’appel lancé par le septuple champion du monde a été entendu par le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS). Ainsi, son rêve est devenu réalité car l’Etat malgache via le MJS a pris en charge son séjour au pays. Et  le meilleur reste à venir.

Un beau geste de la part de Jean Anicet Andriamosarisoa, une sorte de rattrapage et de reconnaissance officielle du sacre de Jean Christian. Entouré d’une bande en costume aux lunettes noires, il a fait une arrivée de rock star, créant l’attroupement digne de son statut. Mais le rendez-vous avec le ministre était son principal motif. Après son entrevue avec le ministre, il a annoncé que, «La semaine prochaine, le programme de mon séjour sera défini clairement et vous serez les premiers à être informés, vous les journalistes. Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura une grande réception en mon honneur programmée par la présidence pour récompenser ma victoire. En attendant, je vais me reposer».

L’homme du 1er round

Aussi impressionnants étaient également ses combats lors du championnat du monde. «J’ai gagné tous mes combats dès le 1er round», a-t-il fait remarquer. «Faute d’avoir le poids nécessaire pour combattre dans ma catégorie, les -70 kg, j’ai été obligé de monter de catégorie de poids. Mais cela ne m’a pas empêché de ravir le titre chez les -75 kg. J’ai mis un Américain à terre après 2’47’’ de combat, ensuite lors de la finale, j’ai conclu l’affaire dès le 1er round face un Azerbaïdjanais. En combat professionnel auquel j’ai participé durant cette compétition chez le -80 kg, j’ai eu également droit à deux combats que j’ai gagnés haut la main. C’est la raison pour laquelle j’ai obtenu deux médailles d’or», a-t-il poursuivi.

Naisa

 

L'express de Madagascar3 partages

Boxe chinoise – Deux titres en un pour Randriamalaza

Le Malgache septuple champion du monde en boxe chinoise est de passage au pays. Il serait  reçu la semaine prochaine par le président de la République.

D’une pierre deux coups. Arri­vé au pays dans la nuit du jeudi, le septuple cham­pion du monde en boxe chinoise lai-tie, Jean-Christian Randriamalaza est de passage pour quelques semaines.Jean-Christian Randria­malaza a raflé en une seule édition d’un championnat du monde le titre mondial en boxe chinoise « lai-tie » catégorie des -75kg et celui en « sanda pro » catégorie des -80kg. Ce sommet mondial s’est tenu en Carrara, Italie les 29 et 30 octobre. Le champion a été reçu hier  au palais des sports à Maha­masina, par le ministre de la jeunesse et des sports le Dr Jean Anicet Andriamo­sarisoa afin d’organiser son accueil au palais d’État à Iavoloha pour être reçu par le président de la République.La date n’est pas encore fixée, mais l’audience aura sûrement lieu la semaine prochaine. Après les six ti­tres décrochés entre 2009 et 2014, Jean Christian a, cette fois, remporté d’un seul coup deux titres en Italie. Ce champion était aussi élu meilleur combattant chez les -75kg. Il s’est d’abord installé sur la plus haute marche du mondial de boxe chinoise lai-tie.« Ma catégorie habituelle est dans les -70kg, mais je n’ai pas fait assez d’entrainement et on a constaté 800g de surpoids lors du pesage. Par conséquent, on m’a surclassé dans la catégorie -75kg », a mentionné le septuple cham­pion du monde.

Huitième titreJean Christian Randria­malaza a effectué en tout quatre combats à ce cham­pionnat du monde et a écarté deux adversaires pour ravir le titre, un Amé­ricain en premier et un Azerbaidjanais en finale, avec deux victoires, toutes en premier round.Il a ensuite été, après ce premier titre, sollicité par l’organisation pour disputer un combat pro en « sanda » dans la catégorie des -80kg, dix kilos de plus de sa catégorie où il a également effectué deux combats et remporte deux victoires, toutes en première période également, face à un Italien puis, en finale, contre un Polonais. Jean Christian s’est, lors de ce sommet mondial, blessé au muscle de l’avant-bras gauche, blessure qu’il a déjà eue en 2009.« Le médecin m’a déjà confirmé que ma blessure ne nécessite pas d’opération, c’est juste une fissure et, plus tard, je pense pouvoir reprendre mon entrainement pour préparer la course pour le huitième titre mondial » a-t-il conclu.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar3 partages

Musique – Le « Bodo Mada Big Show » séduit l’Amérique

Les fructueuses rencontres sont tout aussi enrichissantes que mélodieuses. Ainsi se résume la tournée actuelle de la diva malgache Bodo, au pays de l’oncle Sam.

«Un véritable plaisir! », c’est en ces simples mots que l’illustre chanteuse Bodo décrit sa grande tournée intitulée « Bodo Mada Big Show » qui s’est tenue en Amérique. Célébrant actuellement plus d’un quart de siècle de carrière, la chanteuse, habituée à enchanter ses fans dans l’Hexagone a, cette fois-ci, entamé une grande aventure musicale aux États-Unis. Entre découvertes et échanges mélodieux, la chanteuse s’est constamment plu à se laisser surprendre par l’instant présent, tout au long de sa tournée. « Bodo Mada Big Show » comme l’indique son intitulé, s’affirme comme étant un défi exceptionnel qui marque la carrière de la diva malgache et qu’elle a su amplement relever, vu l’affection que lui porte la diaspora locale.Plus de deux semaines de musique enchanteresse se sont ainsi emparés de l’Amérique avec Bodo et ses compositions resplendissant de cette identité culturelle de la Grande île. La tournée a débuté au Canada les 03 et 09 décembre à Montréal, puis au Québec le 10 décembre pour se clôturer le week-end dernier à Washington DC où elle a, entre autres, partagé la scène avec le jeune bassiste malgache Jax Ravel. « Nos compatriotes et les mélomanes locaux ont été ravis de ces rencontres, d’autant plus que l’on y a apporté une grande touche d’exotisme à travers mes compositions. J’en suis particulièrement fière et j’espère pouvoir réitérer le plus vite possible cet aventure », affirme Bodo.

ChaleureuseLe bassiste malgache Jax Ravel qu’elle a rencontré à Washington DC a étémarqué par sa rencontre avec Bodo. « Bodo est une des rares artistes Malagasy qui amplifie ce que j’appelle l’excellence. Forte de son talent, elle ne s’est pas arrêtée là, puisqu’elletravaille sans cesse pour faire épanouir ce talent et surtout cette personnalité musicale bien à elle, et à travers lesquels elle affiche fièrement l’étendard de notre pays », confie-t-il. Affichant un dynamisme exemplaire sur scène, comme à son habitude, elle est dotée d’une voix unique que l’on ne peut confondre avec une autre.C’est plus de deux décennies de musique que Bodo a partagées avec son public de l’Amérique du Nord. Ses chansons gravées dans la mémoire collective des Malgaches, n’ont pas tardé à enchanter les mélomanes locaux.Un franc succès pour la chanteuse, « Bodo Mada Big Show » continuera sonépopée musicale sur la scène internationale lors de ces fêtes de fin d’année. Très appréciée par les diasporas Outre-mer, Bodo est d’ores et déjà attendue en France pour une folle soirée de la St-Sylvestre. De plus, de belles surprises sont prévues par la chanteuse pour ses fans dans le courant de l’année qui vient.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar3 partages

Douanes – Près de la moitié des candidats présélectionnés

Précision. La liste des présélectionnés au concours d’entrée à l’administration douanière était sortie mercredi alors que nous avons mentionné hier que « le résultat de ce test patinait ». « Près de la moitié des candidats ont réussi à cette étape. Les résultats sont visibles depuis mercredi dans les bureaux de douanes. Ils peuvent également être consultés sur notre site internet », a indiqué une source auprès de la direction générale de la douane.Plus de 15 000 candidats se sont manifestés pour concourir pour les 280 postes disponibles. Ces postes se repartissent ainsi en 30 inspecteurs, 100 contrôleurs, 50 agents d’encadrement et 100 agents de constatations.Ces candidats devraient passer à la phase d’admission. « Cette étape fera encore l’objet d’un avis public », a fait savoir une autre source auprès du ministère des Finances et du budget. Après la publication de ce résultat, c’est une course contre la montre qui attend l’administration douanière avec la distribution des convocations et la recherche des salles d’examen. Ceux qui réussiront à cette étape d’admissibilité suivront une formation à l’école supérieure des douanes. A l’issue de cette formation, ils intégreront le corps de l’administration douanière.

L.R.

News Mada2 partages

Madagascar il y a 100 ans : Mesures de précaution

Quelques cas de méningite cérébro-spinale s’étant produits à Tamatave, l’Administrateur-Maire croit devoir porter à la connaissance de la population les instructions pour la prophylaxie de cette maladie, élaborées par le Comité d’Hygiène de la Colonie.

Désinfection de la cavité bucco-naso-pharyngienne : les personnes cohabitant avec les malades ou ayant été en relations avec ces derniers devront être soumises, pendant une période de 4 à 5 jours, à une désinfection des fosses nasales, de la bouche et de la région pharyngienne, soit à l’aide de badigeonnage à l’huile goménolée à 1 %, ou à l’huile camphrée à 1 p. 4, soit à l’aide du procédé Vincent.

a) Trois fois par jour, gargarisme et rinçage de la bouche avec une solution d’eau oxygénée à 12 volumes, diluée au dixième.b) Badigeonnage du pharynx et des amygdales avec un tampon imprégné du collutoire suivant :

Iode : 10 gr.

Iodure de potassium : 10 gr.

Glycérine : 300 gr.

c) Trois fois par jour, inhalations, par les fosses nasales, alternativement par chaque narine, à l’aide du mélange suivant :

Iode : 20 gr.

Gaïacol : 2 gr.

Acide thymique : 0 gr. 25

Alcool à 60° : 200 gr.

L’Administrateur ajoute que, depuis quelques jours, aucun nouveau cas ne s’est produit et que, d’ailleurs, toutes les mesures de désinfection ont été rigoureusement prises et le seront encore le cas échéant.

La Dépêche malgache

Le mouvement commercial

de Madagascar pendant

le 2e trimestre 1916

Le mouvement du commerce général de Madagascar, pendant le deuxième trimestre 1916, a atteint le total de 39 382 471 fr., dont 23 985 347 francs à l’importation et 15 397 424 francs à l’exportation.

La part de la France a été de 23 millions 42 580 francs.

Importations : 11 044 404 francs.

Exportations : 8 998 176 francs.

Le Courrier colonial

Mort au champ d’honneur

Chevalier (Gustave-Henri-Marie), commis de 2e classe

des services civils, mobilisé comme caporal au 44e régiment d’infanterie, né à Marans (Charente-Inférieure) le 20 octobre 1885. Mort pour la France le 21 février 1916, à Lihons (Somme).

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada2 partages

Orange Madagascar : partage Noël avec 275 enfants malades

Dans le cadre de la fête de la Nativité, Orange Madagascar n’est pas en reste pour  partager la joie et la bonne humeur à plus de 275 enfants malades des hôpitaux de la capitale et des centres spécialisés. Entres autres, les services traumatologie et chirurgie viscérale de l’HJRA, le service pédiatrie de Befelatanana, la Maison de l’enfance du CENHOSOA Soavinandriana et le centre «Felana Maitso» d’Ambohibao.

Cette semaine, plus de 50 bénévoles, tous salariés d’Orange Madagascar, se sont rendus auprès de ces lieux pour distribuer des friandises et des livres. Grâce à cette action citoyenne, non seulement les enfants malades et nécessiteux ont retrouvé le sourire, mais ils ont pu aussi vivre l’esprit de Noël.

Sera R

 

News Mada2 partages

Analamanga : dons de la Fifanampiana malagasy

Plus de six cent personnes issues de la couche défavorisée de la capitale ont bénéficié des largesses des membres de l’association Fifanampiana malagasy en préparation des fêtes à venir, hier à son siège d’Ampandrana.

Un panier garni a été offert à chaque famille sélectionnée à la séance de donations. L’association procède à différentes activités sociales dont les deux éditions annuelles de distribution de vivres aux indigents, selon les explications du responsable, Phillipe Jaozandry, hier. Il a annoncé en outre un programme d’activités plus étoffé pour l’année 2017 qui sera marquée par le 70ème anniversaire du 29 mars 1947. Des enfants issus des milieux défavorisés sont scolarisés gratuitement dans les écoles de la Fifanampiana malagasy à Analamanga et dans deux autres régions pour garantir les droits au développement humain des citoyens.

Manou

Tananews2 partages

Joyeux Noël à tous !

Nous vous souhaitons à tous un Joyeux Noël et de bonnes fêtes de fin d’année.

Et n’oubliez pas : celui qui conduit c’est celui qui ne boit pas.

Midi Madagasikara2 partages

Manerinerina : Rongony 17 kg, natao toy ny anana tratra tanaty taxi-brousse

Eo anatrehan’ny tsy filaminana sy ny fiparitahan’ny zava-mahadomelina dia nisy ny hetsika nataon’ireo mpitandro filaminana ny amin’ny fisavàna ireo taxi-brousse rehetra mandalo amin’iny faritra Manerinerina, distrikan’Ambato-Boeny iny. Tamin’izany indrindra aza no sarona tamina taxi-brousse iray, avy any Antsohihy ho any an-drenivohitr’i Boina, ny rongony milanja 17 kilao nentin’ny tovolahy iray 22 taona, tamin’iny herinandro iny. Nentiny tamin’izao toy ireny anana amidy eny an-tsena ireny ireto zava-mahadomelina ireto tamin’io fotoana io. Asa na efa zatra ny lalan-dririnina angamba Ingahy tamin’io fotoana io ka tsy nisalasala mihitsy nilonjitra an’ireto rongony tanaty fiara fitateram-bahoaka. Fa ankoatr’izay, paraky gasy nilanja 74 kilao ihany koa tra-tehaky ny zandary, tamin’ny fisavàna ihany, tao amin’io toerana io, tanaty taxi-brousse, hitodi-doha aty Atsimo. Tamin’ity indray mitoraka ity indray dia efa raim-pianakaviana 64 taona no voasambotra. Nogiazana avy hatrany moa ireo zava-mahadomelina iireto : hodorana ireto rongony ireto, ary omena ny Sampan-draharaha misahana ny paraky kosa ilay paraky gasy. Izy roalahy kosa raha ny fantatra dia entina eo anivon’ny Fampanoavana aorian’ny famotorana. Nampidirina « fourrière » kosa ireto fiara fitateram-bahoaka nitondra zava-mahadomelina ireto.

m.L

News Mada1 partages

Cnaps tany Bongolava sy Melaky : fiofanana ho an’ny mpiandraiki-panjakana

Mitety ny faritra 22 ny Tahirim-pirenena misahana ny fiahiana ara-tsosialy (Cnaps) mikasika ireo mpiasa tsy raikitra (ECD) eny amin’ny sampandraharaham-panjakana sy ny vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana (CTD). Miara-miombon’antoka taminy ny Tahirimbolam-panjakana ary nahazo ny anjarany ny faritra Bongolava sy Melaky.

Nambaran-dRandrianjanaka Daniel, fondé de pouvoir ao amin’ny Cnaps, fa maro ny vokatra azo tamin’ny fitetezam-paritra. Fantatry ny rehetra bebe kokoa ny Cnaps sy ny asany ary ny tolotra omeny. Resy lahatra ny tompon’andraikitra fa ho very zo ny mpiasa rehefa tsy fantatr’izy ireo ny zon’ny mpiasa eo ambany fahefany. Ao anatin’izany ny fandoavan’ny mpampiasa ny latsakemboky ny mpiasa any amin’ny Cnaps. Nentanina koa ny tompon’andraikitra toy ny mpanome baiko (ordonnateur), ny mpitambola sy mpandoa vola, mpikirakira antontan-taratasy, sns.

Iray amin’ireo nandray anjara Rtoa Andriafenomanana Jeannie, percepteur principale any Fenoarivobe, nilazany fa “manatrika ny fiofanana izahay satria miara-miasa ny Cnaps sy ny Tahirimbolam-panjakana amin’ny fandoavana ny volan’ireo olona any lavitra… Fantatray ankehitriny ny dingana samihafa arahin’ny olona sy ny mombamomba ny zony”.

“Tanjona ny haha mpikambana ny mpiasan’ny kaominina rehetra ao amin’ny Cnaps, ary androtsahan’ny kaominina ny latsakembony any amin’ny Cnaps”, hoy ihany izy.

Njaka A.

News Mada1 partages

Pérégrinations hebdomadaires : charivari autour de la décentralisation

L’élève ayant acquis les premières notions de sciences physiques sait le résultat tendant vers l’inertie que produit la conjugaison d’une force centrifuge à une autre centripète, à égale puissance elles s’annulent. On assiste actuellement à une stérilisation des effets du système de décentralisation, le geste confisque ce que la parole promet. Telle une coquille vide, le concept n’en conserve que les apparences, sans détacher des pieds des élus locaux démunis de moyens le boulet des charges inhérentes au concept.

Haro sur les collectivités décentralisées

La classe politique sauf dans des discours bavards, n’a jamais montré inclination honnête à rendre effective la décentralisation, on gouverne pus facilement en rond lorsque l’on conserve tous les leviers sous sa seule autorité. Le partage du pouvoir ne fait pas partie des penchants naturels. De plus la décentralisation ne convainc des bienfaits qu’elle apporte qu’au terme de mures réflexions, exercice auquel peu de responsables politiques du pays consacrent du temps, seules les préoccupations politiciennes investissent et monopolisent leur esprit. La méprise s’est manifestée dés que l’on a décidé l’institution de décentralisation. Dans la foulée les gouvernants ont de suite créé un ministère de la Décentralisation : tenir par la main la décentralisation signifie une idée maintenir au collet les collectivités afin d’étouffer toute velléité d’autonomie, autonomie pourtant condition d’efficience du système…

Holocauste sur l’autel de la décentralisation, la Région

Ce que par la suite ils ont fait des régions, découle de la logique du «malentendu» qui, à s’y méprendre, s’apparente à une escroquerie : un désert qui n’a de réalité qu’à être virtuel ne devant survie qu’au seul maintien de la fonction du chef de Région, maintien dicté par nécessité partisane de calcul boutiquier. Jamais encore élu par la collectivité le chef de Région ne saurait se justifier d’une légitimité voire même d’une légalité. Depuis la création de la Région tous les gouvernants qui se sont succédé sont des complices passifs de ce dysfonctionnement et coupables actifs pour en avoir entrepris l’exploitation à des seuls profits partisans ou personnels. Le chef de région et la clique qui l’entoure, plus qu’à muscler le système de décentralisation ne trouvent raison d’être que de servir de bras armé de proximité à la solde du pouvoir central centralisateur.

Hologramme  pour faire

illusion, la Commune

Oui la commune assume la charge d’apporter des réponses de proximités aux besoins administratifs de la population. Oui la commune encaisse les récriminations des administrés pour des dysfonctionnements, non elle n’encaisse pas toujours les financements utiles au bon fonctionnement. Une répartition mal définie des crédits destinés aux communes piègent souvent les édiles. Les ressources pour assurer une saine gestion dépendent du bon gré que manifeste le pouvoir central à décaisser les crédits. Nombreux édiles communaux vivent le sentiment d’être pris en otage. Leurs capacités à gérer le quotidien et encore plus à entreprendre des projets de développement sont suspendues au décaissement des crédits, or dans la réalité mais aussi dans l’ombre le décaissement est attaché à l’exécution d’une sorte de rançon : la soumission à un alignement. Alignement à quoi ? A cette question les élus locaux n’acceptent de répondre qu’en off. Un officieux témoignage anonyme n’a de valeur que rumeur ou pire qu’à faire de l’intox. Avec ou sans réponse exploitable demeurent toutefois les voix qui s’élèvent pour se plaindre d’un retard aggravé de paiement par les organes centraux. Certaines communes en cette fin d’année ne sont plus que les ombres falotes d’elles-mêmes et assurent péniblement leur survie pour assumer les responsabilités qui de leur côté demeurent invariables sinon à augmenter de volume. Si les communes ne peuvent pas compter automatiquement sur les bonnes grâces du pouvoir qui s’exerce au-dessus d’elles, en dessous se dérobe en partie la disponibilité d’une collaboration que lui apporte le Fokontany.

Dénaturation du Fokonolona par le statut donné au Fokontany

De tradition les populations ont fait leur le concept Fokonolona, incarnation de l’ensemble des habitants : culture qui habite une majorité des gens du peuple. Le Fokontany qui administrativement représente le Fokonolona n’a pas atteint la notoriété dont jouit celui-ci, lors même qu’on arroge au Fokontany des autorités qu’ignorait le Fokonolona. Dépositaire de l’héritage du Fokonolona ayant vocation de veiller à l’harmonie du vivre ensemble, le Fokontany naturellement constitue le relais de proximité avec la Commune, elle-même comptable des infrastructures et structures constituant le cadre de vie de la collectivité des administrés. Ça aurait pu marcher et donner vitalité aux communautés de base. Mais cette réussite aurait exclu du mérite le pouvoir central qui de son côté ne parvient déjà pas à faire décoller du marasme dans lequel plus il tarde plus s’enfonce le pays. A tour de  rôle les régimes qui se sont succédé, ne voyant dans le fokontany qu’une opportunité pour en disposer d’un outil électoral potentiel ont tenté de le confister à leur profit. Se vérifie alors le dicton : «chasser le naturel il revient au galop», préside le réflexe centralisateur. Plus qu’à exploiter les avantages d’un mécanisme traditionnel autant démocratique que décentralisé, le système persiste à vouloir faire du fokontany un appendice diffuseur de l’autoritarisme. Le mode de désignation des raiamandreny dits chefs de fokontany témoigne de cette volonté d’opérer une OPA sur les fokontany, hold-up maladroit qui ne trompe personne. Un libidineux alibi de démocratie dans la tenue de pseudo-élection abâtardie par le choix réservé in fine à la fantaisie exclusive du chef du district. Le chef de fokontany se trouve partagé à servir d’exécuteur des ordres du chef de district qu’à la fois d’exécutant collaborateur des obligations communales : «on ne peut servir plusieurs dieux en même temps». Lorsque l’on est au pouvoir on fraye tous les possibles pour mettre en place des agents à sa poigne, malgré les déconvenues les exécutifs persistent à imaginer des raiamandreny de fokontany efficacité et fidélité en attributs d’agents électoraux. La perspective de 2018 agit en obsession sans doter d’une conscience quant à la nécessité d’un zeste de lucidité en supplément. Prélude à 2018, l’année 2017 promet

d’être chaude.

Léo Raz

 

News Mada1 partages

Communication pour le développement : Ankaramena prêt à banir le mariage précoce

Un succès. Les activités entrant dans le cadre de la promotion des pratiques familiales essentielles a porté ses fruits à Ankaramena, une des trois communes rurales du district de Taolagnaro touchées par ledit projet.

Selon les témoignages du maire Arline Atallah, hier, en marge de la cérémonie de clôture. La lutte contre le mariage précoce , ayant connu un grand succès dans cette commune rurale, figure parmi les 14 meilleures pratiques véhiculées dans le cadre de ce programme de Communication pour le développement  ou «C for D» de l’Unicef, mené en partenariat avec le ministère de la Communication et des relations avec les institutions (MCRI) et l’ONG Search for Common Ground (SFCG).

«La pauvreté n’a fait qu’aggraver cette coutume ancestrale dans cette commune, qui consiste à encourager les  enfants à se marier dès qu’ils atteignent l’âge de la puberté. Avant le projet, on a constaté un fort taux d’abandon scolaire dans notre localité à cause de cette pratique. Une pratique  qui tend à disparaître grâce aux sensibilisations qui ont touché l’ensemble de la population via les animations radio et les descentes des agents communautaires sur le terrain», a souligné notre source.  Elle de faire valoir son souhait d’étendre ce projet à l’endroit des neuf autres fokontany dans sa circonscription, à part les trois déjà sensibilisés.

Fahranarison

 

News Mada1 partages

Taekwondo WTF : une saison quasi blanche

Heureusement qu’il y avait eu le tournoi qualificatif aux jeux Olympiques de Rio pour que le taekwondo WTF malgache ne soit pas vierge de compétition d’envergure. En effet, depuis, c’est le silence total au niveau de la fédération malgache de taekwondo WTF.

Même le championnat de Madagascar qui est habituellement la compétition de clôture de la saison n’aura pas lieu cette année.

Une grande déception pour les ligues qui ont remué ciel et terre pour pouvoir tenir leur championnat qualificatif à ce sommet national.

La saison 2016 a commencé et s’est terminé sans tambour ni trompette.

 

News Mada1 partages

Tennis : la saison ne fait que commencer

Outre les Masters juniors qui ont émerveillé les mordus de la petite balle jaune ainsi que l’élection du nouveau président de la section Tana-Ville, le monde tennistique malgache ne cesse ne faire parler de lui. Les préparatifs des prochains championnats ne doivent pas être mis de côté pendant cette semaine de festivités. Effectivement, les jeunes raquettes, notamment les U14 et U16 garçons et filles, se préparent à repartir à la conquête de l’Afrique Australe du 9 au 18 janvier prochain à Windhoek, Namibie.

Dina Razafimahatratra fera le voyage avec 12 jeunes tennismen malgaches qui ont déjà fait des grands pas dans la même compétition. A l’image de Toky Ranaivo, Lanja Rakotozandriny Fenosoa chez les U14 garçons et les sœurs Ranaivo et Yaelle Vaissaud chez les U14 filles. Cependant, d’après la fédération malgache de tennis (FMT), cette dernière pourrait manquer le rendez-vous pour cause d’indisponibilité. Daniela Tafangy sera de la partie en tant que 3e joueuse.

Dans le tableau des U16, Dimitri Rabeson, Heritsiky Rajaonah et Heninkaja Razafindrakoto batailleront dur chez les garçons tandis que Tsantaniony Iairiniaina, Finaritra Andriamadison et Fitia Ravoniandro croiseront la raquette avec leurs condisciples africaines. Le championnat d’Afrique Australe sera disputé suivant la même formule tant en individuel que par équipe.

Rojo N.

L'express de Madagascar1 partages

Réformes – Une commission pour les textes électoraux

Le processus de réforme du cadre juridique des élections devrait s’accélérer en début d’année. Un groupe de travail interinstitutionnel sera mis en place et rédigera tous les projets de textes législatifs et règlementaires y afférant.

Univoque. L’un des grands chantiers du processus électoral est la refonte du cadre juridique des votes. Des textes que la Commission électorale nationale indépendante (CENI), souhaite être adoubés par tous. Pour cela, un groupe de travail interinstitutionnel sera en charge de leur rédaction.« Ce groupe de travail sera en charge de la confection de tous les textes législatifs et règlementaires inhérent à la réforme du cadre juridique des élections », indique une source avisée. Cette entité devrait être opérationnelle vers la fin du mois de janvier, ou en début février, étant donné que l’objectif est que les nouvelles lois électorales soient soumises au vote du Parlement durant sa première session ordinaire, qui démarre en mai.Le groupe de travail interinstitutionnel sera « co-présidé par la CENI et la primature », ajoute la source. Des représentants de la présidence de la République, des deux Chambres parlementaires, ou encore, du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), et du Service de renseignement financier (Samifin), devraient, aussi, composer ce groupe de travail.

AvalLors d’une conférence de presse, afin de faire un bilan de la première année de la CENI, notamment, maître Hery Rakotomanana, président de cette l’entité électorale a déclaré que « les consul­tations larges effectuées sont, une manière de prévenir les contestations et crises postélectorales ».Dans ce sens, le groupe de travail interinstitutionnel cogitera et confectionnera les nouveaux textes législatifs et actes règlementaires pour réformer le cadre juridique des élections, sur la base d’un document stratégique « où sera annexé la synthèse de toutes les suggestions et recommandations collectée durant les différents ateliers de consultation organisés cette année », a expliqué la source informée.Avoir des scrutins crédibles, transparents, mais surtout, acceptés de tous et annihilant les risques de crise est le Saint-Graal convoité. Les coquilles, les manques, ou encore, les suspicions de calculs politiques, que contiendrait l’actuel cadre juridique des élections ont été fortement critiqués durant les différents ateliers de consultations. La confection de nouvelles lois et de nouveaux décrets sur la base du document stratégique et dans le cadre d’un groupe de travail élargi pourrait, alors, être une manière d’avoir un texte univoque et respectant les standards du droit et les principes démocratiques.Bien que confectionnés par un groupe de travail interinstitutionnel, les textes législatifs et règlementaires concernant la réforme du cadre juridique des élections devront toujours faire l’objet d’une appropriation par l’Exécutif, en conseil du gouvernement et des ministres, ensuite, pour les lois, passer par l’aval des deux Chambres parlementaires. Ces deux institutions, justement, qui auront leur mot à dire sur la version finale des textes et pourraient y apporter des changements s’ils le souhaitent. Selon la nature du texte, le dernier mot appartiendra soit à l’Exécutif, soit au Parlement. Reste à voir si le caractère consensuel souhaité par la CENI sera toujours de mise. « La norme internationale veut que les textes électoraux soient prêts au moins six mois avant les élections », explique la source avisée. Étant donné que les actions de la CENI visent surtout les scrutins de 2018, la commission se donne donc de la marge en cas d’éventuels blocages.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Budget – La loi de Finances attend sa promulgation

La Haute cour constitutionnelle (HCC) a déclaré dans sa décision n°33 du 23 décembre que « les dispositions de la loi n°2016-032 portant Loi de Finances pour 2017 sont déclarées conformes à la Constitution et peuvent faire l’objet d’une promulgation ». Le nouveau budget de l’État n’attend plus que sa promulgation.Avec ce budget, le gouvernement entend donner la priorité aux secteurs sociaux tels que l’éducation, la santé, la population, l’eau et l’assainissement, mais aussi sur le développement des infrastructures en milieu rural.Dans ce document, le gouvernement prévoit  pourtant de tirer la croissance du pays à un taux de 4,5% et de maintenir le taux d’inflation à 7,1%.  Quant à la pression fiscale, le taux envisagé par les autorités est de 11%.L’année 2017 marquera, avec la promulgation de ce document, l’entrée en vigueur de nouvelles dispositions fiscales destinées aux collectivités territoriales décentralisées. Il s’agit, entre autres, de taxe de résidence pour le développement, la taxe de protection civile, la taxe sur la publicité, la taxe sur les eaux minérales, et bien d’autres encore.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Restauration – Le nouveau « La Gastronomie » pris d’assaut

Un grand succès. Les Antananariviens ont pris d’assaut le nouveau point de vente de La Gastronomie Pizza à Analakely hier. À peine ouvert, les clients de cette chaîne de restauration ont envahi l’immeuble Pietra et ce jusque tard dans la soirée. Ce qui témoigne d’un véritable succès pour cette chaine de restauration et de service rapide « made in Madagascar ».Implanté au rez-de chaussée et à la mezzanine de l’immeuble, ce restaurant a la capacité de servir 200 personnes en même temps. Avec des outils modernes et à la pointe de la technologie, le traitement de commande de chaque client se fait en peu de temps, comme dans les chaînes de restauration de fastfood internationales.Après quatre ans de travaux, ce nouvel établissement de l’opérateur écono­mique Ambinintsoa Randrianaivo, plus connu sous son nom de guerre de Chef Mbinina a été inauguré jeudi en présence de la maire d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana. L’immeuble Pietra abrite, non seulement le service de fast food de La Gastronomie Pizza, mais aussi un hôtel trois étoiles avec 15 chambres sur trois niveaux. Un salon lounge VIP capable de contenir 50 personnes se trouve au quatrième étage de l’immeuble. Et au dernier étage, ses clients peuvent goûter à la cuisine universelle proposée par le « Restaurant VIP Pietra » avec une vue ouverte sur l’Avenue de l’Indépendance.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Solar Gas à la Startup africaine de l’année

Tsinjolalaina Vahatriniony Justyack Fetranjara, un jeune ingénieur de 29 ans, sortant de l’école supérieure polytechnique d’Antsira­nana, soumet actuellement au concours Startup Afri­caine de l’année son projet Solar Gas. C’est un projet de lampe solaire et chargeur de piles alcalines, non-rechargeables et rechar­geables. « Ma lampe solaire est fabriquée localement en recyclant des pièces des autres équipements électroniques, elle permet la recharge des piles non-rechargeable et rechargeable et elle coûte moins chère par rapport aux autres lampes sur le marché », indique-t-il.

L'express de Madagascar1 partages

Inscription sur la liste électorale

Une fois le mois de janvier entamé, il ne restera plus qu’un mois pour la révision annuelle de la liste électorale. L’objectif de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), est de parvenir, voire dépasser le cap des 10 millions d’électeurs inscrits, en vue des élections de 2018. Pour plus de célérité dans l’inscription des votants, la CENI a décidé de mettre en place des guichets uniques qui seront en charge, entre autres, de la délivrance d’un jugement supplétif d’acte de naissance, jusqu’à l’inscription dans la liste.

L'express de Madagascar1 partages

Remise de véhicules et de maté­riels informatiques

Une cérémonie officielle de remise de matériels informatiques et de véhicules par le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), s’est tenue, hier au palais d’État de Mahazoarivo. Selon le communiqué de presse rapportant l’événement, cette donation s’inscrit dans le renforcement des capacités des institutions bénéficiaires, les aidés à fournir des services de qualité à la population, de contribuer fortement au programme de décentralisation, de soutenir la lutte contre la corruption.

L'express de Madagascar1 partages

De longues files d’attente

Noël ne connaît pas la crise. Des foules immenses dans les rues et des files d’attente dans les magasins ont été constatées hier. Les clients ont eu des difficultés pour trouver une place libre dans les parkings des centres commerciaux. Les guichets automatiques de banque ont aussi été pris d’assaut dans la journée d’hier. De longues files d’attente se sont dressées devant tous les guichets de la capitale et ses environs.

L'express de Madagascar1 partages

Les ministères en fête

C’est comme si tous les départements ministériels se sont donné le mot. La journée d’hier, et d’avant-hier, pour certains, ont été consacrés par les ministères aux festivités de Noël et de fin d’année entre les employés. Remises de paniers garnis, de volailles, ou encore, de jouet aux enfants des fonctionnaires ont été de mise. Le ministère auprès de la présidence en charge de l’Agriculture, le ministère de la Défense nationale, celui des Affaires étrangères, entre autres, n’y ont pas dérogé, hier.

News Mada0 partages

Kitra – «Glo Caf Award 2016» : mpilalao telo no hisafidianana

Ilay Gaboney, i Pierre-Emerick Aubameyang, milalao any Dortmund Alemaina sy ilay Alzerianina, i Riyad Mahrez, milalao ao amin’ny Leicester City Angletera ary ilay Senegaley,  i Sadio Mané, ao amin’ny Liverpool Angletera. Ireo no mpilalao telo mirahalahy hiady ny “Glo caf award 2016”, na ny mpilalao mendrika aty Afrika.

Raha tsiahivina, anisan’ny misongadina amin’ny zava-bitany any amin’ireo kliobany izy ireo. Aubameyang, mitarika eo amin’ny famonoam-baolina any Alemaina. Hiaro ny anaram-boninahiny izy amin’ity satria raha tsiahivina izy no nahazo ity amboara ity, tamin’ny taona 2015.

I Riyad indray voasafidy ho mpilalao mendrika tao amin’ny ekipany ary i Mané, mamiratra amin’ny fahaizany eny ambony kianja. Marihina fa ireo tale teknika nasionaly sy mpanazatra ny ekipam-pirnena ary ireo mpanao gazety, mpikambana ao anatin’ny kaonfederasiona afikanina (Caf) no mifidy izay ho mendrika. Ho fantatra ny alakamisy 5 janoary 2017, any Abuja Nizeria, izay ho mpilalao mendrika.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Boxe chinoise : tonga ary hanome fiofanana i Jean Christian

 Mandalo eto an-tanindrazana Randriamalaza Jean Christian, tompondaka eran-tany amin’ny boxe chinoise. Sady hiala sasatra izy no hanome fiofanana ho an’ny mpikatroka liana amin’ity taranja ity.

 

Tonga, omaly zoma eto an-tanindrazana, Randriamalaza Jean Christian, rehefa avy nandrombaka ny tompondaka eran-tany amin’ny boxe chinoise, sokajy – 75 kg, natao tany Italia ny 29 sy 30 oktobra lasa teo.

Nambarany tamin’ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety fa sady hanatanteraka fialan-tsasatra izy no hamangy ny fianakaviany. Na izany aza, hanome sy hizara fiofanana ho an’ireo mpanazatra rehetra sy ireo atleta liana amin’izany ny tenany, izay tsy mifidy «style» sy taranja fa rehefa mpikatroka haiady fa afaka mandray anjara avokoa. Hatao ao amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina izany, amin’ny herinandro ho avy io.

Ao anatin’ny fandaharam-potoany ihany koa ny fitetezany ireo faritra toa an’i Toamasina, i Mahajanga ary i Matsiatra-Ambony.

 

Niatrika ady efatra

 

Notsiahiviny fohy ny dingana nolalovany ka nahazoany ny tompondaka eran-tany 2016. Niatrika ady efatra izy ho an’ny sokajin-danja roa. Ny voalohany teo amin’ny -75 kg izay nandreseny Amerikanina, sy nandavoany Azerbaidjan, teo amin’ny famaranana.

Ny faharoa, fangatahan’ny mpikarakara hiadiany teo amin’ny “combat pro” sokajy -80 kg izay nekeny ka nandreseny Italiana teo amin’ny ady voalohany ary nandavoany Pôlôney, teo amin’ny faharoa. Nahazoany medaly roa sy fehikibo roa izany, izay atolony ho hitan’ny vahoaka sy ny mpitondra fanjakana izany. Tsy hadinony ny nisaotra ny minisiteran’ny Fanatanjahantena sy ny filoham-pirenena, nanohana sy nanaiky handray azy amin’izao fandalovany eto Madagasikara izao. Araka ny fantatra, horaisin’ny filoham-pirenena izy, ary hotolorana mari-boninahitra sy fankaherezana.

Marihina fa fanimpitony amin’izao ny nahazoany ity tompondaka eran-tany ity.

 Torcelin

News Mada0 partages

Kaominina Ivato : nanampy ireo zokiolona sy ny ankizy sahirana ny HVM

 Tsy diso anjara. Nahazo  ny fanohanana sy fanampiana koa ny mponina avy amin’ireo fokontany 12 eny Ivato amin’izao fety izao. « Efa asa soa fanaon’ny HVM sy ny A and C Palace ny tahaka izao ary  hitohy hatrany. Anisan’ny efa natao koa ohatra ny nandefasana olona dimy tsy maintsy notsaboina tany an-dafy noho ny aretina nahazo azy ireo. Niantohana avokoa ny momba azy ireo… Tsy vitan’izany fa eo koa ny nanorenana ity fotodrafitrasa lehibe  nandraisana ny Frankofonia ity ary niteraka asa ho an’ny mponin’Ivato sy ny hafa izany. Teo koa ny fanamboaran-dalana amin’ity toerana ity », hoy ny filoha lefitry ny Antenimierandoholona, Andriamandavy Riana. Nohamafisiny fa tsy ny any Fianarantsoa tanindrazan’ny mpanorina ny A and C, Razaimamonjy Claudine ihany ny nanaovana hetsika fanampiana tahaka izao fa ny eny Ivato koa ary hifandrombonana amin’ny HVM hatrany izany.

Samy nahazo kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro (PPN), toy ny vary ary kilalao ireo ankizy sy ny zokiolona teny an-toerana. Manampy izany ny nofon-kena mitam-pihavanana, namonoana omby iray. Mbola hitohy amin’ny hetsika hafa izao fanohanan’ny HVM sy ny A and C Palace izao, araka ny nambaran’izy ireo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Toamasina : nahazo tombony ny ankizy

Notoloran’ny vadin’ny ben’ny Tanànan’i Toamasina, Ratsiraka Juliana, kilalao sy vatomamy ireo ankizy 2 780 avy amin’ireo fokontany 139 mandrafitra ny kaominina Toamasina ny herinandro teo. Nahazo vary iray taonina kosa ireo sefo fokotany sy ny lefiny, ankoatra ireo renim-pianakaviana sahirana miisa 11. Hetsika natao ho fifanoloran-tanana ho an’ireo fianakaviana sahirana, hiatrehany ny fetin’ny Noely sy ny fetin’ny faran’ny taona, notohanan’ny kaominina, izany. Tsy hijanona eo anefa izany fa hisy ihany koa ny hetsika fifaninanana tanàna madio eny anivon’ireo fokontany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana : “Aoka harahina ny lalàna, tsy ilaina ny fitsaram-bahoaka”

Nanafatrafatra ny tompon’andraikitra isan-tokony sy ny vahoaka ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana, ny herinandro teo tany Fianarantsoa. Nambarany fa ilaina ny fanarahan-dalàna. Notanisainy koa anefa ny antony mahatonga ny tsy filaminana sy tsy fandriampahalemana ary ny vahaolana.

 

« Fampihorohoroana ity resaka fitsaram-bahoaka ity… Ny eny amin’ny fitsarana, hirahiraintsika foana nefa tsy antony hanaovana fitsaram-bahoaka izany. Aoka samy hieritreritra isika. Tsy azo atao izany fa misy ny lalàna manan-kery tokony harahina na  mandatsa-drà aza izy », hoy izy tamin’ny fanokafana ny atrikasa fakan-kevitra momba ny fandriampahelamana ho an’ny faritra afovoan-tany sy Atsimo Atsinanana.

Nohitsiny fa tsy ekena ary tsy mendrika izany raha firenena tan-dalàna isika. Notsiahiviny fa miseho amin’ny endrika maro ny tsy fandriampahalemana. Eo ny mahazatra ohatra, ny halatr’omby. Tsy vitan’izany anefa fa tena efa misy tambajotra mihitsy. « Tafiditra amin’izany isika mpiasam-panjakana. Aleo tsy afenina na eo aza ny tenin’ilay minisitra iray hoe tsy fotoan’ny fifampitoraham-bato izao fa fotoana tokony hieritreretantsika ny amin’ny tokony hatao mba hitondrako ny anjara birikiko amin’ny fametrahana ny fandriampahalemana maharitra », hoy ihany izy. Nohitsiny koa anefa fa ireo mpanao politika indraindray mandrangitra sy mandrehitra afo ka lasa sarotra ny hifehezana azy avy eo.

Tompon’andraikitra ny rehetra

Manampy ireo ny tranga miseho amin’ireny toerana ahitana fitrandrahana vato ireny ary matetika mifarana amin’ny tsy fandriampahalemana sy vono olona  ny zavatra hita amin’ireny sehatra ireny, araka ny nambarany. Na izany aza, nilaza ny Praiminisitra Mahafaly fa efa niezaka ihany ny fanjakana. « Betsaka ireo omby tafaverina. Maro ire voasambotra ary midoboka am-ponja… », hoy ihany ny praiministra. Nanentana ny rehetra ny tenany mba ho samy tompon’andraikitra eo amin’ny sehatra misy azy avy. « Aza avela ny mpitandro filaminana na ny fitsarana na ny fitondram-panjakana fotsiny ny mametraka izany fanamby ho an’ny fandriampahalemana maharitra izany fa samy tompon’andraikitra daholo isika », hoy izy. Manoloana ireo rehetra ireo, manantena ny tenany fa hisy vokany izao atrikasa atao izao mba hametrahantsika ny fandriampahalemana maharitra eny amin’ireny faritra  sy ny distrika ary ny kaominina tsirairay mbola ao anatin’ny faritra mena ireny.

Synèse R.

News Mada0 partages

FMMB : hisy «réveillon » feno fiderana

Hiavaka amin’ny maro ny « réveillon » karakaraina sy hiarahana amin’ny fikambanana Mpiara-mamaky ny Baiboly (FMMB). «Reveillion VIP» ny lohateniny ary hotontosaina eny amin’ny Espace Cardia eny Andakana Ambohidratrimo. Hafa amin’ny lanonana rehetra hisy eto io satria hahazo vahana ny fiderana an’Andriamanitra, miaraka amin’ny tarika Ny Fanilo, Christophe Ratrema, i Joseph D’af, i Mialy Rakotomamonjy ary i Fara Andriamamonjy.

Lehibe ny fiderana an’Andriamanitra sady azo atao tsara ny mifalifaly amin’ireo hifa ara-pilazantsara, araka ny fanazavan-dRazafitrimofara Vololona, mpikambana amin’ny FMMB sady anisan’ny kaomity mpikarakara. Ankoatra ny hira, hisy ny vavaka fisaorana sy fangatahana ho vatsim-panahin’ny rehetra, iarahana amin’ny ekipan-dRafalimanana Camille. Mbola izy ihany no handray ny fanentanana ankapobeny eny an-tsehatra.

Tanjon’ny hetsika ny fisaorana an’Andriamanitra tamin’ny zavatra lasa sy fametrahana ny ho avy eo am-pelatanany, raha ny fanazavana hatrany. Mba hampiavaka ny fety, hasain’ny mpikarakara ny mpanatrika rehetra mba hanao fitafy mihaja miloko mainty sy fotsy amin’ io « Réveillon VIP » io. « Sarobidy loatra amin’ny Andriamanitra ny olon-drehetra ka tsy foiny fa  karakarainy sy harovany. Rariny loatra, noho izany, raha omena Azy ny fisaorana sy voninahitra», hoy ry zareo mpikarakara. Marihina fa andiany fahefatra amin’ ity taona ity io hetsika, izay tsy anavahana antoko-mpinoana io.

Landy R.

News Mada0 partages

FJKM Ambohimamory Orimbato : hitsena ny Mpamonjy amin-kalo…

Hiavaka ny hitsenan’ny FJKM Ambohimamory Malala Orimbato ny fahaterahan’ny Mpamonjy anio alina. Hira, dihy, tantara an-tsehatra ifarimbonan’ny Mpiara-dia kristianina Fanantenana (MKF), ny Antsafi (Safif) ary ny Taninketsa. Hanomboka amin’ny 6 ora sy sasany hariva. Teny faneva amin’izany : « Ny olona mino marina ao amin’i Kristy, mahay manetry tena mandrakariva ». Rahampitso, hisy fidirana indroa ny fiangonana, amin’ny 7ora sy sasany sy amin’ny 10 ora sy sasany maraina. Hisy rahateo  ny fandraisana ny fanasan’ny Tompo. Marihina fa ny Mpitandrina Randriamanantenasoa Martin no hitarika ny fotoana.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Mpanoratra : halevina, anio, Razafiarivony W.

Nodimandry teo amin’ny faha-84 taony, ny 21 desambra teo Razafiarivony Wilson, (Ampamoha), mpanoratra filoham-boninahitry ny Havatsa-Upem. Fantatra fa anio no hiala ao Ankadindramamy ny nofony. Hanomezam-boninahitra an’Andriamanitra ao amin’ny FJKM Ankadindramamy Fahazavana alohan’ny hametrahana azy ao amin’ny fasan-drazany Ampamoha Anjozorobe.

HaRy  Razafindrakoto

News Mada0 partages

Nanao herisetra… : Vazaha frantsay saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Raha tsy tonga haingana ny mpitandro filaminana, saika ratsy ny nahazo ity vazaha lahy iray, teratany frantsay, tany Antsirabe, afakomaly. Nanimba zavatr’olona izy io noho ny hatezerana. Niitatra tamin’ny fikasihan-tanana izany, ary nampitangorona ny olona nitaky fitsaram-bahoaka ho an’ity vazaha ity. Nentin’ny mpitandro filaminana niala teny an-toerana haingana izy.

Araka ny fanazavana, nanao fanentanana amin’ny fetin’ny faran’ny taona ny toeram-pivarotana iray any Antsirabe ka nampiasa zavamaneno. Nolazain’ilay vazaha fa manelingelina azy izany raha nisakafo tamina hotely iray tsy lavitra ilay tranombarotra izy. Nitsangana izy io, ary nobatainy ny “baffle” iray ary nazerany tamin’ny tany. Voasakan’ny mpiambina izy raha mbola nikasa hibata ny “baffle” faharoa.

Teo no raikitra ny fifanjevoana ary nokendain’ilay vazaha ilay mpiambina. Nisy mpitari-posy saika hanampy ity farany, saingy tsy nahatohitra ilay vazaha ihany koa io. Tamin’izay no nitangorona ny olona ary saika hanao fitsaram-bahoaka tamin’ilay vazaha, ka tonga tampoka ny mpitandro filaminana. Voalazan’ny olona any an-toerana fa matetika manao karazana herisetra toy izao ity vazaha ity fa jerem-potsiny. Milaza ny tsy hanaiky anefa ny tompon’ny toeram-pivarotana tamin’ity zava-nitranga ity ka hametraka fitoriana.

Mahazo vahana eto amintsika ny fitsaram-bahoaka. Ny teratany vahiny koa, etsy andaniny, manome irika ahatongavan’ny olona amin’izany. Raha sanatria ka matin’ny olona teo ity frantsay ity, mahazo loza indray ny firenena na teo aza ny mety ho fahadisoany. Tokony ho fantatry ny olona koa anefa fa fandikan-dalàna ny fitsaram-bahoaka, ary mety mampigadra izay manao izany. Amin’ny taona vaovao, heverina fa tsy hisy intsony ity trangan-javatra mampalahelo ity.

Yves S.

News Mada0 partages

Manerinerina : olona roa nahatrarana rongony sy paraky gasy

 Rongony milanja 17 kg sy paraky gasy milanja 74 kg indray saron’ny zandary avy ao amin’ny kaominina Manerinerina distrikan’Ambato Boeny, ny alatsinainy 19 desambra 2016 teo. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, taorian’ny hetsika “Mazava” nanatanteraka fanakanana ireo fiara rehetra mandalo ao Manerinerina ireo zandary any an-toerana mba hitandroana ny fandriampahalemana amin’izao ankatoky ny fetin’ny Krismasy sy ny faran’ny taona 2016 izao. Nahitam-bokany izany hetsika nataon’ny zandary izany satria taksiborosy roa samy hafa no nahatrarana ireto zava-mahadomelina ireto. Ny voalohany, fiara taksiborosy avy any Ambalafamito Antsohihy izay hihazo an’i Mahajanga ka tovolahy iray 22 taona, nitondra rongony 17 kg. Ny faharoa kosa taksiborosy avy any Bemololo Port Bergé izay hihazo an’Andriba nahatrarana paraky gasy 74 kg nentina raim-pianakaviana 64 taona. Nogiazan’ny zandary avy hatrany kosa ireto zava-mahadomelina ireto. Hatolotra ny fitsarana kosa izy roa lahy aorian’ny fanadihadiana. Hodorana ao Manerinerina ny rongony raha hatolotra ny ao amin’ny Office Malgache du Tabac kosa ilay paraky gasy. Naiditra fourrière kosa ireo fiara nitondra entana tsy ara-dalàna.

Jean Claude

News Mada0 partages

Mangarano – Toamasina : jiolahy roa nahatrarana vola sandoka 4 tapitrisa Ar

 Saron’ny polisy misahana ny heloka bevava tao Mangarano Toamasina, ny talata teo ireo jiolahy roa voarohirohy ho nahatrarana vola sandoka mitentina 4 tapitrisa Ar. Mpivarotra maromaro ao Toamasina no efa nanaparitahan’izy ireo izany…

 

Velon-taraina ny ankamaroan’ny mpivarotra ao an-drenivohitr’i Toamasina amin’ny fisian’ny vola sandoka miparitaka eny an-tsena. Voalaza fa mpanamparitaka izany ireto jiolahy ireto ka rehefa amin’ny alina ny anaovan’izy ireo izany. Nitaraina toy izany koa ireo tantsaha mpivarotra jirofo sy lavanila noho fahazoan’izy ireo vola sandoka. Nametraka fitoriana teny amin’ny polisy araka izany ireo mpivarotra naharay vola sandoka ireo. Vokany, ny talata 20 desambra 2016 lasa teo nahazo loharanom-baovao ny polisy misahana ny heloka bevava amin’ny fisian’ny toerana fitahirizana vola ao Mangarano. Nambaran’ilay loharanom-baovao hatrany fa misy olona hampiditra vola amin’io toerana io, saingy tsy mazavazava ilay vola kanefa volabe. Ny andro efa hariva tamin’io fotoana io kanefa ry zalahy mitondra ilay vola tsy manaiky fa hoe tsy maintsy harotsaka izany vola izany. Tonga teny an-toerana tokoa ny polisy tamin’io fotoana io ka noraisim-potsiny ireo jiolahy antsoina hoe Randriarimanana Jacques Sylvio, 25 taona sy i Nantenaina Hendrix, 26 taona. Tafatsoaka kosa ny namany iray antsoina hoe Ralisy.

Efa maro, araka izany, ny vola sandoka miparitaka ao Toamasina manoloana ny fisian’ireto mpanaparitaka vola sandoka ireto. Fantatra tamin’ny alalan’ny loharanom-baovao iray fa misy olona ambony miaro ireto mpanakalo sy mpanamparitaka vola sandoka ireto.

Sajo sy Jean Claude

News Mada0 partages

Fetin’ny Noely : niara-nifaly sy nisakafo ny Vondrona Andriantsitohaina

 Vory lanona teny Mandrosoa Ivato, omaly ireo mpiasa rehetra eo anivon’ny Vondrona orinasa Andriantsitohaina, mialoha ny fetin’ny Noely sy ny taona vaovao. Nitarika izany ny tale jeneraly (DG), Andriantsitohaina Naina. Niara-nifaly sy nisakafo ny rehetra tamin’io fotoana io.

Lahateny fohy nefa mafonja. “Andro iray toa zato ny andro anio. Sambany mantsy  tafavory sy mihaona eto amin’ity toerana ity isika mpiara-miasa rehetra ato anatin’ny “Vondrona orinasa Andriantsitohaina” . Anisan’izany ohatra ny Niag, Prochimad, Ultimamedia… Arahabaina ianao Atoa filoha tale jeneraly (PDG) mivady sy ny ankohonanao. Eo koa ianareo mpiasa isan-tokony rehetra, ianareo mpitantana sy ny tompon’andraikitra…”, hoy ny DG.  Nanteriny  fa eo ny olana sy ny fahasahiranana ara-toekarena nolalovan’ny firenena, kanefa ny mahafaly fa mbola mijoro sy miasa ara-dalàna avokoa izao ireo orinasantsika ato anatin’ny “Vondrona Andriantsitohaina”. “Manaporofo izany fa orinasa miaina, ary afaka misedra ny vanim-potoana ny orinasa ato anatin’ny “Vondrona Andriantsitohaina”. Matoa tanteraka anefa izany, teo koa ny ezaka nataonareo tsirairay avy. Koa misaotra sy mankasitraka anareo izahay”, hoy ihany izy.

Nirary soa ho an’ny rehetra ny tenany avy eo mba hanao fetin’ny krismasy sambatra, sy fetin’ny faran’ny taona amim-pifaliana hatrany. “Mirary anareo sahady koa hahatratra ny taona vaovao 2017”, hoy izy. Nitohy amin’ny korana sy dihy ary hiea izany avy eo.

Taratra

 

News Mada0 partages

Fanampiana ny any Atsimo : tonga ny ampemba 3.000 taonina

Tohana avy amin’ny USAID ny ampemba milanja 3.000 taonina izay hotantanin’ny Pam ny fitsinjarana azy. Hahazo izany ireo olona tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo mivaivay any amin’ny faritra Anosy, Androy ary Atsimo Andrefana.

Noraisina tao Toliara ny fahatongavan’izany fanampiana izany. Ampy hoan’ireo mponina hiatrehana izao maitso ahitra izao io ampemba tonga io, raha ny filazan’ny Pam. Manan-karena otrikaina ary sakafo mahavelona ny ampemba ary tsara ho an’ny ankizy sy ny reny bevohoka, hoy hatrany ny Pam.

Mihamafy hatrany ny kere iainan’ny mponina any atsimon’ny Nosy tao anatin’ny telo taona nisesy izay vokatr’ilay toetr’andro El Nino. Maherin’ny 845.000 ireo olona mijalin’ny hanoanana sy ny haintany.

Raha ny vinavinan’ny fanadihadiana nataon’ny Fews net, hihamafy ny  tsy fanjarian-tsakafo amin’io fiandohan’ny taona 2017 io, noho ny haratsian’ny vokatra amin’ireo faritra maro any atsimo.

Tao anatin’ny taona 2015-2017, nahatratra 20,5 tapitrisa  dolara ny fanampian’i Etazonia ho an’ny Pam tamin’ny alalan’ny USAID.

Tatiana A

Ino Vaovao0 partages

ANTOHOMADINIKA : Lehilahy iray mpanamboatra fiara hita faty teo akaikin’ny tranony

Taorian’ny fizahana rehetra nataon’ny mpitsabo sy ny tombana hita tamin’ilay razana no nahafantarana izany.

Araka ny fantatra dia nahita ratra teo amin’ny faritry ny fihirifany, ankoatra izay mbola norarahan’ireo olon-tsy fantatra siramamy ihany koa. Fantatry ny mponina eny amin’ny manodidina tsara ity niharan-doza satria mpanamboatra fiara eny an-toerana no asa fanaony andavanandro.

Hatreto mbola tsy fantatra mazava izay tena antony namoana azy, ny faty efa nitsitra tsy lavitra ny trano fonenany mantsy no hitan’ny olona tamin’io fotoana io. Mbola tsy hay ihany koa ny antony tena namoana azy. Mandeha ny fanadihadiana. Ny razana kosa efa natolotra ny fianakaviany.

Mateti-pitranga tato ho ato ny fisian’ireo olona maty etsy sy eroa noho tsy antony tsy dia mazava loatra. Ny alakamisy teo ihany koa dia lehilahy iray hafa no hita faty tao anatina trano rava iray teny Avaratetezana-Ampitatafika. Olona sendra nandalo no nahatsikaritra ny zava-nisy ary ity farany no niantso ny manodidina sy ny mpitandro filaminana. Voalaza fa nisy namono no nahafaty azy rehefa nozahana satria nivoa-dra ny vavany. Araka ny vaovao voaray hatrany dia isan’ireny olona tsy manana trano raikitra hipetrahana ireny ity niharan-doza.

Mandeha ny fikarohana sy ny fanadihadiana hataon’ny Zandary amin’izao fotoana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FARITRA ANDILAMENA : Maty voatifitra ny roa tamin’ireo jiolahy efatra nifanenjehana

« Efa nahazo vaovao mialoha ny fotoana ny Polisin’Andilamena talohan’ny fisamborana azy ireo ary dia nametraka ny paik’ady rehetra hoentina hisamborana azy ireo no sisa natao », hoy ny Lehiben’ny Polisy ao an-toerana. Avy any amin’iny Faritra Atsinanana iny no fiavian’izy ireo ary mitety ny faritra telo mandrafitra ny Faritanin’i Toamasina teo aloha no fanaony mandeha manao asa fandrobana.

Misy efa tompon-tanàna rahateo voalaza fa miray tsikombankomba amin’izy efa-dahy ireto manoro izay olona hotafihina ao an-tanàna.Vao nigadona teo amin’ny toby fiantsonan’ny fiarakodia tao Andilamena izy efa-dahy ireo dia efa tsikaritray, hoy ny Lehiben’ny Polisy, saingy be olona loatra ka natahorana sao hanimba zavatra ny fisamborana azy teo.

Nandray taksy-môtô avy hatrany izy efa-dahy ary dia nanaraka moramora ny Polisy. Rehefa somary nivoaka kelin’ny tanàna dia nosakanana izy ireo ary novonjena nalaina haingana ilay sakaosy nisy ilay basy kalachnikov. Namaly anefa ireto jiolahy ireto nandritra io ary dia nifampitolomana teo aloha ny sasany. Nisy iray avy hatrany dia nanambana basy ilay mpamily taksy-môtô ary nanery azy hivily haingana ka hitrondra azy hitsoaka.

Nirifatra avy hatrany ilay môtô nitady lalana handosirana. Ny Polisy amin’io mbola nifampitady tamin’ireo jiolahy, izay nikiry ny haka ilay basy no nikasa ny hisintona ihany koa ny basin’ireo mpitandro filaminana. Kinga anefa ny Polisy ka voafehy ny momba azy ireo. Rehefa izany dia raikitra indray ny fanenjehana ireo lasa nandositra.

Rehefa hitan’ilay mpamily taksy-môtô fa jiolahy ireto nentin’izy ireo dia nikaroka hevitra izy ireo teny am-pitsoahana ka nazerany avy hatrany ilay môtô.Voatery nitsoaka teny an-tanimbary, araka izany, ireo jiolahy roa lahy ireo. Vao nahita ny Polisy izy ireo dia nitifitra avy hatrany. Namaly ihany koa ireto farany ary dia raikitra teo ny fifandonan’ny roa tonta. Lavo vokatry ny tifitra nahazo azy ireo jiolahy roa fa tratra sambo-belona kosa ny roa.

Manentana ny mponina hatrany ny Lehiben’ny Polisin’Andilamena mba hifanome tanana indrindra amin’ny fanomezana antontam-baovao ahafahana misambotra ireo jiolahy mpampiorohoro.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

HABIBIANA TANY ANDAPA : Nosisihana hazo ny fivavian’ilay zazavavikely avy naolana

Ankoatra ny fanararaotana ara-nofo nahazo azy dia mbola nanatsofohan’ilay tsy mataho-tody hazo be ihany koa tao amin’ny maha vehivavy azy.

Hatramin’izao mbola manaraka fitsaboana any amin’ny hôpitaly ilay zaza noho ny ratra mafy nahavoa azy. Ny fiandohan’ny herinandro lasa teo iny no nisehoan’ity trangan-javatra ity tany an-toerana. Araka ny vaovao voaray dia tsy nisy afa-tsy izy sy ny zandriny vavikely vao 9 taona no tao an-trano tamin’io fotoana io.

Nojokojoko moramora tao ilay tovolahy rehefa nangina ny tanàna ary avy hatrany dia naolana ary mbola nanaovany herisetra hafa ihany koa. Voalaza fa nidradradradra nitomany mafy ilay niharan-doza, ilay zandriny kely kosa no niantso ny mpiray tanàna. Nitsoaka avy hatrany ilay tovolahy rehefa vita izay nataony.

Raikitra ny fifanenjehana, tsy namelan’ny fokonolona raha tsy tratra ity farany. Efa voatazona hanaovana fanadihadiana any amin’ny biraon’ny Zandary ilay tsivalahara amin’izao fotoana izao ary hatolotra ny Fitsarana tsy ho ela.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAMATSIANA RANO : Lasa andoavan-ketra indray ny paompim-pokonolona

Ny taona 2003 dia nisy ny fangatahana nataon’ny fikambanana tany amin’ny minisiterana ny Rano ny amin’ny tokony hanafoanana ny fampidirana hetra ao anatin’ny faktiora io satria dia sahirana izy ireo raha mbola handoa azy io, noho ireto farany miantoka ny fikojakojaina ny fotodrafitrasa rehetra.

Mbola anjaran’ny fikambanana izay mitantana ireo paompy ireo anefa ny mandoa ny tambim-karan’ireo mitazona sy manara-maso ny paompy. Ny vola miditra amin’ny vidin-drano rahateo tsy maharaka ny filàna. Tsy ho zaka, hoy ny filohan’ny fikambanana Hery Miray, Randriamihavana ny mbola handoavan’izy ireo ny TVA ao amin’ny faktiora mivoaka. Ny volana septambra 2015 teo no nivohan’io fanapahan-kevitra tampoka io avy amin’ny minisiteran’ny Rano.

Mitaky ny hitazonana ny fifanarahana teo aloha ny amin’ny fanafohana ny fandoavana ny TVA izy ireo mba tsy hisian’ny fiakaran’ny vidin-drano amin’ireo paompy isam-pokontany satria dia ho sahirana ny vahoaka. 20 ka hatramin’ny 50 Ariary ny litatra iray amin’ny rano vidiana. Raha mihatra anefa io fanapahan-kevitry ny minisitera io dia mety hitombo avo telo heny ny vola haloan’ny vahoaka amin’ireo paompy natokana ho an’ny olona sahirana.

Miisa 280 ireo paompy isam-pokontany, izay ny fikambanana Hery Miray hatrany no mitantana azy io. Efa tafakatra hatramin’ny 312 ireo fikambanana miara-miasa amin’ny fitantanan ny fotodrafitrasa ao Mahajanga ireo ka samy mitsipaka ny amin’ny fampidirana ny TVA ao anatin’ny faktioran’ny Jirama isam-bolana izy ireo. Hatreto aloha dia hiroso amin’ny fivoriam-be ireo mpikambana mandrafitra ny fitantanana ireo fotodrafitrasa ny kaomina ireo ka aoriana io dia atolotra ny Mpanolotsaina monisipaly ny vinavina tapak’ireo mpikambana.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

ALAOTRA MANGORO : Velaran-tany 27ha novolena hazo tao Fanalamanga

« Zava-dehibe loatra ho anay ny fanatsarana ny tontolo iainana indrindra fa ny sehatry ny fampitomboana ny kesika ka izay no hilofosanay mafy amin’ny fambolen-kazo », hoy ny Tale jeneralin’ity orinasa ity.

« Tanjona ny hamerenana ny tontolo maitso sy ny hanarenana indray ny lazan’ny atialan’ny Fanalamanga », hoy hatrany izy.

Efa tontosa ny fanarenana ara-drafitra raha ny orinasa Fanalamanga no jerena, hoy izy, ary dia miroso ao anatin’ny fampitomboana ny vokatra indray izany amin’izao fotoana izao. Vahoaka sesehena no tonga namaly ny antson’ny orinasa Fanalamanga nandritra ity fambolen-kazo ity. Mpikambana eny anivon’ny Governemanta roa no nanotrona izany dia ny minisitry ny Tontolo iainana sy ny minisitry Fambolena sy Fiompiana ary teo ihany koa ny Lehiben’ny Faritra Alaotra Mangoro, izay samy nidera ny ezaka ataon’ny mpitantana ny orinasa Fanalamanga ka nahatratraran’izy ireo ny tanjona nokendrena dia ny fampiroboroboana ny orinasa. Hanenjika hamboly hazo faran’izay tratra izahay amin’ity taona ity, hoy ny Tale Jeneralin’ny orinasa Fanalamanga, ka inoana fa ny ampahafolon’ny vinan’ny minisiteran’ny tontolo iainana dia izy ireo no hanatanteraka izany eo amin’io voly hazo io.

Kesika sy kininina haingam-pitombo no hambolena amin’izany ary efa vonona ny amin’izany ny orinasa.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA : Miaka-bidy tsy misy toa izany ny trondro amin’izao fotoana izao

Tsy miteny mihitsy raha tsy ny vola 10 000 Ariary amin’ireo tokon’ny tilapia salantsalany. Tafakatra ambonin’izany kosa ny besisika indrindra fa ireo lehibe.

Tsy misy mikaikaika ireo te-hihinana noho io fahalafosam-bidiny io.Raha nanontaniana ireo mpivarotra dia nanambara fa hatrany am-potony mihitsy no efa miakatra ny vidin’ny trondro.

Na izany aza dia hita ho tsara ny vokatra ary hita ho nisy fiantraikany lehibe tokoa ny fanakatonana nandritra ny roa volana.Ny faha-15 desambra lasa teo no nisokatra ny rano ary samy nanantena ny hihinana izany amin’ny vidiny mora ny rehetra saingy ny nifanohitra tamin’izany no niseho.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

TAMPON-TANANAN’I MAHANORO : Mihororoho mafy noho ny tsaho ny mponina

Ankoatry ny hala-botry, toy ny halatra akoho amam-borona amin’izao an-katoky ny fetin’ny Krismasy sy ny taom-baovao izao, izay tena nahitana fihomboana tokoa dia miely ny any an-toerana fa misy andiana olona tonga ao Mahanoro mampiasa ody ratsy.

Amin’ny andro antoandro dia mitety trano izy ireo, mody mangataka rano mba hosotroina ka amin’iny indrindra no voalazan’ity resaka miely ity no hamafazan’izy ireo ny ody ratsy, mba hidiran’izy ireo mora foana amin’ny alina, maka na mangalatra izay zavatra tian’izy ireo hangalariny amin’ny tokantrano tiany horobainy. Eo anatrehan’izany dia miroiroy saina ny vahoaka, marefo ny fiarahamonina.

Hatramin’ny alarobia teo no nampisy, izay azo hampifandraisana amin’izao fety roa sosona izao mampihombo ireo karazana halatra sy ny endrika tsy fandriampahalemana maro samy hafa.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

ALAOTRA : Nomena fiofanana manokana ireo mpamily taksy-môtô ao Ambatondrazaka

Ny alarobia 21 desambra 2016 lasa teo no nosokafana tamin’ny fomba ofisialy ity fampiofanana ity.

Noho ny fahatsapan’ny rehetra fa isan’ny miantoka ny ampahany betsaka amin’ny fitaterana olona ao an-tampon-tanànan’Ambatondrazaka ny taksy-môtô no tena antony nanaovana ny fampiofanana ary mba hisorohana ihany koa ny loza mateti-pitranga. Vao fanokafana ihany iny notontosaina iny fa hitohy isan-taona izany ho azy ireo.

Manodidina ny 650 any ho any ireo mpamily taksy-môtô no hiatrika ny fiofanana izay mitsinjara ao anaty kaoperativa miisa sivy.Ny fampihenana ny loza mety hitranga, ny fahasalamana ary ny fahadiovana ireo no tena hibahana ao anatin’ny fiofanana ankoatra ny fampianarana ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana.

Hanampy ao anatin’ny fampiofanana rahateo ireo sekoly fianarana familiana ao Ambatondrazaka sy ireo karazana sampan’asa mifandraika amin’izany ary ny avy eny anivon’ny Kaominina Ambatondrazaka renivohitra.

Hariliva R.

Tia Tanindranaza0 partages

Todiho ny lasa, banjino ny ho avy !

Anatin’ny fety tanteraka isika amin’izao fotoana izao ary samy manana ny fomba hankalazany azy ny isan-tokantrano sy ny isam-pianakaviana.

Toky R.

Tia Tanindranaza0 partages

Paul RabaryMila ovaina ny rafi-panabeazana

Nanazava ny minisitry ny fampianarana Paul Rabary fa ilaina ny miroso amin’ilay rafi-panabeazana vaovao dia ny famitana izany ao anatin’ny 3 taona in-telo miantaona na 9 taona

. Ny antony dia noho ny fahatsapana fa tsy vita hatramin’ny farany ny rafitra teo aloha izay 7 taona. Anisan’ny tanjona amin’ny fametrahana ny rafitra vaovao ny  hanazavana ny sain’ireo ray aman-dreny sy ny mpianatra fa tsy ho sakana amin’ny fidirana amin’ny CEG intsony ny CEPE na koa hoe ny diplaoma CEPE no ho fetra ahafahana manambady fa mba ho BEPC no hatao tanjona. Araka ny drafitra voalaza mikasika ity rafi-pampianarana vaovao ity dia ny hahaizana mamaky teny sy manoratra no tanjona amin’ny 3 taona voalohany. Handalinana ny fianarana sy ianarana tenim-pirenena hafa kosa ny 3 taona faharoa ary hianaran’ireo mpianatra miatrika ny fiainana ny 3 taona fahatelo. Mbola miteraka adihevitra hatrany eo amin’ireo mpanara-baovao moa ny mikasika ity rafi-panabeazana vaovao kasaina hampiharina ity na dia efa teo aza ny fiezahan’ny avy eo anivon’ny minisitera hanazava izany. Mbola maro ny tsy fahatomombanana, araka ny fanazavana, satria dia vao omaly maraina ny minisitra no nanambara fa sekoly tsy miankina 600 no tsy manara-penitra nandritry ny fandalovany tao Mahajanga.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

GROUPE DES JEUNES MALGACHES SOLIDAIRESHizara vatomamy ho an'ny ankizy sahirana

Hanangona vatomamy, sôkôla ary bisikoitra hozaraina amin’ireo ankizy sahirana eto an-drenivohitra ny « Groupe des jeunes Malganches solidaires ».

 Ny  26, 27 ary 28 desambra ho avy izao no hanangonana ny  entana  hozaraina amin’ireo ankizy sahirana miisa 3.000 amina fokontany telo eto an-drenivohitra dia  i Manarintsoa Atsinanana izay misy ankizy 2.000 isa tena sahirana, Antaniavo Antohomadinika ary Anjezika I. Toerana roa no azo hanaterana ny fanomezana, hoy ny fanazavan-dRakotomalala Thony, tompon’andraikitra voalohany ao amin’ity vondrona iray ity dia ny etsy   amin’ny Nect’art  Ankaditapaka sy ny eny amin’ny tanànan’ny Krismasy eny Andohatapenaka. Tanjona ny hahafahana manaitra ireo tanora rehetra eto an-drenivohitra amin’ny fanampiana ireo ankizy sahirana, indrindra amin’izao ankatoky ny fetin’ny faran’ny taona sy ny taona vaovao izao. Toraka izany koa ny mpitondra fanjakana izay tena tokony hanohana ny hetsika tahaka izao, hoy hatrany izy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly CHU-JRANahazo fotodrafitrasa vaovao indray

Nohavaozina tanteraka ny sampandraharaha fandidiana momba ny kibo ho an’ny ankizy madinika etsy amin’ny hôpitaly CHU-JRA Ampefiloha.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ZAITRANiampy 130 indray ireo matihanina

Tsy mitsaha-mivoatra ny tontolon’ny zaitra eto amintsika mba hahafahana manome lanja ny vita Malagasy.

 Namoaka mpianatra matihanina miisa 130 indray ny ECCOVA (Ecole de Coupe et Couture Volana ) omaly, andiany faharoa sady farany amin’ity taona 2016 ity. Teny amin’ny Espace Fitsikiana Itaosy no nanatanterahana ny lanonana omaly narahin’ny fanolorana mari-boninahitra ho an’ireo mpampianatry ny ECCOVA eto Antananarivo miisa efatra. “Miakanjo tsara” andiany faha-23 no anarana nisaloran’izy ireo izay nambaran-dRazanamanalina Volana,  filoha mpanorina ny ECCOVA fa nahazo mention tres bien sy assez bien avokoa ny ankamaroany nandritra ny fanadinana ara-panjakana notontosainy farany teo. Narahin’ny  defilé de mode ny lanonana hetsika nentin’ireo mpianatra nanehoana ny asa tanany toy ny akanjo mariazy, ny akanjo fitondra manao fanatanjahantena, ny akanjo mariazy…

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tandroka aron’ny vozona Voailikilika ireo zokiolona mpisotro ronono

Nisy ny fanitsiana tabilao mari-karama na «alignement du grille indiciaire» ho an’ny fianakaviamben’ny tandroka aron’ny vozona ny taona 2005.

Tsy nisitraka ny fampiharana ny didim-panjakana anefa hatramin’izao ny fikambanan’ireo miaramila mpisotro ronono. Voalaza kosa taorian’izay ny fanafoanana io didim-panjakana fanitsiana ny tontolon’ny tambin-katsembohana io. Nivoaka indray anefa ny taona 2011 ny didy ahafahan’ireo mpitandro ny filaminana tranainy ireo misitraka ny tombontsoa saingy tsy nipoitra hatreto ny didy fampiharana ka nahatonga ny solombavambahoakan’i Madagasikara Rasoanoromalala Horace nitondra ny fitarainan’ireto zokiolona nahavita be teto amin’ny firenena ireto teo anatrehan’ny minisitry ny Fitantanana sy ny Tetibola nandritra ny fifanatrehana mivantana teo amin’ny parlemanta sy ny governemanta farany teo teny Tsimbazaza. Mahatratra an’aliny ireo zokiolona efa retirety mpikambana an’aliny eo anivon’ny foloalindahy Malagasy voakasik’ity tranga fanilikilihana ity.

Ramano F. 

Tia Tanindranaza0 partages

Volan’ny kaominina Mbola mandoa ireo vary mangatsiaka ny fanjakana

Mijanona amin’ny famadihana ireo taratasim-bola ho lasa kaontim-bola misoratra amin’ny anaran’ireo kaominina ny andraikitry ny minisiteran’ny Atitany sy ny Fitsinjaram-pahefana.

 Asan’ny Tahirimbolam-panjakana kosa ny mandrotsaka any amin’ny kaontin’ny kaominina ireo fanampiana ara-bola na «subvention» avy amin’ny fanjakana foibe, hoy ny tale jeneralin’ny Fitsinjaram-pahefana Rakotonirina Gervais. Ireo trosa tsy voaefa hatramin’ny fahatapahan’ny tohana ara-bola ny taona 2013 moa hatreto no mbola aloan’ny fanjakana ka mahatonga ny maribola kely na betsaka. Misitraka ireo tambiny voalazan’ny lalàna kosa ny kaominina aorian’ny fandoavana ny vary mangatsiaka, araka ny fanamarihana avy amin’ity tompon’andraiki-panjakana ambony ity. Ny sampandraharahan’ny fananantany no afaka milaza mazava kosa ny haben’ny kaominina iray. Azo faritana tsotsotra amin’ireo fokontany na koa ny lisi-pifidianana anefa ny fiadidiana ny tanàna iray, araka ny fanampim-panazavany.

 Ramano F.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankadimbahoaka-AnosizatoFeno trano miorina ny fefiloha

Maniry toy ny anana ny trano miorina eo ambony fefilohan’Ikopa hatreo Ankadimbahoaka mipaka any Anosizato Atsinanana. Taorian’ny tetezamita no ho mankaty no tsapa fa nahamaro ny asa fanorenana tamin’iny faritra iny.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany Faha-III

Laharam-pahamehana ny fahadiovana sy ny fandaminana ny tsenaNizara fanomezana ho an’ireo mpiasa sy ny solontenan’ny mponina avy ao amin’ny boriborintany faha-III eto Antananarivo Renivohitra

  omaly ny delege Andriamamonjisoa Rado sy ireo mpiara-miasa aminy, noho ny fahatongavan’ny fetin’ny krismasy sy ny faran’ny taona izao. Ezaky ny Boriborintany faha-III madiodio, niampy tolotanana avy amin’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana no nahatontosana izany. Nambaran’ny delege fa vina amin’ny taona 2017 dia ny fampandrosoana ny boriborintany faha-III iadidiany ny hanaovana ho laharam-pahamehana ny fahadiovan’ny tanàna, ny fandaminana ny tsena, ary ny fampihenana ny fitohanan’ny fifamoivoizana.  

Nangonin’i Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ny mpitondra mifety beNy mpampianatra FRAM tsy mahazo vola

Tanteraka ara-bakiteny ilay hoe “mitango lalitra”, raha dinihina amin’ny mahazo ireo mpampianatra FRAM. Tamin’ny hafatra nalefan’ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena,

 Paul Rabary tao amin’ny tambajotra ara-tsosialy “Facebook” no nilazany sy nialany tsiny amin’ny mety ho fahadisoam-panantenan’ny mpampianatra FRAM satria tsy voaloa mialoha ny fety ny “subvention” na ny fanampiana ho azy ireo. Tsy mitsahatra kosa ny fiaraha-miasa amin’ny minisiteran’ny vola sy ny tetibola amin’ny hamoahana araka izay haingana indrindra, araka ny hafatra nataony. Sady mampalahelo no mahatezitra ny fanaovana tsinontsinona lava ny mpampianatra. Ny minisitera isan-tsokajiny mahavita mizara fanomezana sy mizara vola, ny mpitondra ambony sy ny fianakaviany mahavita mandeha manao fety any andafy, ny miaramila voatambitamby andro aman’alina, fa ny mpampianatra kosa hambaniana sy tsy homena hasina mandavan-taona satria tsy manana basy hampitahorana. Tsy ny any amin’ny ambaratonga fototra ihany fa na ny mpampianatra eny amin’ny anjerimanontolo aza, tsy raharahaina ka ny fifanarahana efa vita ny taona 2009 aza tsy tanteraka mandrak’androany. Akaiky indray izao ilay fety be eny Iavoloha, izay efa mahatezitra ny Malagasy, saingy mbola hanao di-doa indray ny fanjakana hanatanteraka izany. Ny tambin-karaman’ny mpampianatra mandany ny androm-piainany amin’ny fanabeazana ny zaza sy ny tanora Malagasy anefa tsy voaloa. Efa fanjakam-boalavo, ka tsy mikendry afa tsy ny hanakepoka, fa izay mba hitsinjo ny maro an’isa mbola nofinofy.

Toky R.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

FUN QUIZZ 22Norombahin-Ratsimbanirina Nivomalala ny fiara

Notanterahina omaly zoma 23 desambra teny Ankorondrano ny fanolorana ilay loka goavana tamin’ilay lalao Fun quizz 22 nokarakarain’ny Airtel.

 Norombahan-dRatsimbanirina Nivomalala  ny fiara Ford vaovao be miloko fotsy izay nambarany fa fanomezana fetin’ny Noely tena raitra sady tsy nampoiziny mihitsy. Nambaran’Andriamatoa Maixent Bekangba fa natao indrindra hamalifaliana ireo mpanjifany ny hetsika tahaka izao, indrindra amin’izao ankatoky ny fetin’ny Noely izao. Môtô vaovao be raitra kosa no natolotra an-dRaholivololona Andriantsilaizina nahazo ny laharana faharoa. Tsiahivina moa fa ankoatra ity Fun quizz ity dia lalao goavana iray mbola miandry ny rehetra ihany koa ny “tanteraka ny nofiko” izay hifarana ny volana janoary ho avy izao. Fiara sprinter iray vaovao kosa no miandry an’izay tsara vintana indrindra amin’izany.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Amboanjobe-BongatsaraRitra hatramin’ny rano anaty vovo

Manahirana ny fahazoana rano amin’ny kartie maro eto an-drenivohitra sy ny manodidina.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

GROUPE DES JEUNES MALGACHES SOLIDAIRESHizara vatomamy ho an'ny ankizy sahirana

Hanangona vatomamy, sôkôla ary bisikoitra hozaraina amin’ireo ankizy sahirana eto an-drenivohitra ny « Groupe des jeunes Malganches solidaires ».

 Ny  26, 27 ary 28 desambra ho avy izao no hanangonana ny  entana  hozaraina amin’ireo ankizy sahirana miisa 3.000 amina fokontany telo eto an-drenivohitra dia  i Manarintsoa Atsinanana izay misy ankizy 2.000 isa tena sahirana, Antaniavo Antohomadinika ary Anjezika I. Toerana roa no azo hanaterana ny fanomezana, hoy ny fanazavan-dRakotomalala Thony, tompon’andraikitra voalohany ao amin’ity vondrona iray ity dia ny etsy   amin’ny Nect’art  Ankaditapaka sy ny eny amin’ny tanànan’ny Krismasy eny Andohatapenaka. Tanjona ny hahafahana manaitra ireo tanora rehetra eto an-drenivohitra amin’ny fanampiana ireo ankizy sahirana, indrindra amin’izao ankatoky ny fetin’ny faran’ny taona sy ny taona vaovao izao. Toraka izany koa ny mpitondra fanjakana izay tena tokony hanohana ny hetsika tahaka izao, hoy hatrany izy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

“La Voix d’Or”Iza no hihazo ny Disneyland-Parisy ?

Anisan’ny hanamarika ny fankalazana ny Noely amin’ity 2016 ity ny famaranana amin’ilay fifaninanan-kira “La Voix d’Or” karakarain’ny Televiziona VIVA.

 Andiany voalohany izy ity, ka ny harivan’ny andron’ny Krismasy no hanatanterahana ny famaranana ao amin’ny Viva Arena Ivandry. Enina mirahavavy, 6 ka hatramin’ny 14 taona, izy ireo amin’io famaranana io no hifaninana hahazo ny tapakila miampy fivahinianana mandritra ny herinandro ao amin’ilay toeram-pialamboly malaza eran-tany Disneyland any Parisy Frantsa.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly CHU-JRANahazo fotodrafitrasa vaovao indray

Nohavaozina tanteraka ny sampandraharaha fandidiana momba ny kibo ho an’ny ankizy madinika etsy amin’ny hôpitaly CHU-JRA Ampefiloha.

 Vokatry ny ezaky ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka sy ny Vivo Enregy Madagascar no angady nanana izany, fotodrafitrasa notokanan’ny minisitra Andriamanarivo Lalatiana. Anisan’ny asa notanterahina ny fanolorana ny varavaran-kazo rehetra ho lasa vy aluminium, ny fantsona mitondra ny rano rehetra ankoatra ny jiro sy ny loko. Narahina fizarana kilalao ho an’ireo ankizy 32 mianadahy manaraka fitsaboana ao amin’ity sampandraharaha iray ity izany entina hamalifaliana azy ireo noho ny fahatongavan’ny fetin’ny Noely. Nisy ihany koa ny fanolorana vata fahitalavitra iray lehibe ao amin’ny efitrano filalaovan’izy ireo mba hahafahany miala voly toy ny ankizy rehetra. Tsiahivina moa fa mahatratra 30 isan-kerinandro ankehitriny ireo ankizy  mandalo fandidiana ao amin’ity sampandraharaha iray ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanMampiditra mpamono olona

Tena mandreraka ahy mihitsy ny miresaka aminareo ity ry Jean ka ! Miarahaba aloha ! Tsy tadidinao angaha ilay namako niteny iny hoe aza mampiditra mpangalatra ao an-trano

. Efa notenenina ianareo hoe mody ampiadian’ireo fotsiny ho aho isika dia alainy tsimoramora daholo ny fananana rehefa ilay variana mifamaly sy mifampiala bala iny. Sady amin’io ilay nalaza ho tompondaka tamin’ny fangalarana teto ihany no mbola avela ho tonga namana mpamono olona koa. Fa mitapina inona loatra ny masonareo ity ry Jean a ? Efa hita sy re izao fa mitaraina mafy ny olona hoe feno mpivarotra katsaka fingotra ny tanàna amin’izao fotoana izao. Ianareo anefa mbola manizingizina ihany fa tsy misy an’izany. Dia tsy menatra ve ianareo hatramin’izao ry Jean miaro an’ireo mpanarabiraby sy mpamono antsika ireo. Efa heno izao tamin’ny farany teo fa mbola ry zareo ihany no tao ambadik’ilay fivarotana gagazo fingotra tany andrefana tany.  Efa famonoana an-kolaka indray anie izany e !

Marco

L'express de Madagascar0 partages

Transport – Demande de délai supplémentaire pour les nouvelles cartes grises

La conversion de la carte grise en biométrique à prolonger jusqu’au 31 mars 2017. Un responsable au niveau du centre immatriculateur ou CIM d’Ambohidahy a demandé, hier, auprès du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, le report de la date butoir pour la transformation des actuelles cartes grises en biométrique. Cette demande sollicite que le deadline soit repoussé pour la fin mars 2017, au même titre que pour le permis biométrique. On attend donc l’accord du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, selonCharli Hyacinthe, chef de service du CIM, joint par téléphone, hier.Selon les dernières données reçues auprès du CIM, il y aurait encore 30 % de propriétaires de véhicules qui n’ont pas encore effectué  le changement de leur carte grise, d’où cette demande de report.En outre, ceux qui viennent faire la queue à Ambo­hidahy pour faire changer leur carte grise se plaignent du temps perdu à cause de la lenteur des opérations.« Nous sommes obligés de faire la queue ici trois jours de suite, car si on a pu recevoir le numéro de dossier aujourd’hui, on nous fait revenir lundi, pour le dépôt du dossier », a souligné hier, Fidèle Randrianotahiana, un propriétaire de véhicule.

Fanomezana Rasolomahery

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimiandra – Une mère de famille tuée près de chez elle

Elle était sortie pour récupérer ses courses qu’elle avait oubliées chez le boucher. Mais elle n’était plus revenue. Ne la voyant pas revenir, son fils était sorti la chercher, il n’a vu dans une ruelle menant au domicile familial sis à Ambohi­miandra que le corps sans vie, presque nu et ensanglanté de sa mère. Une grosse pierre, pleine de sang, ayant probablement servi à la frapper au visage, se trouvait près du cadavre.Le drame s’est passé dans la soirée de jeudi, entre 20h et 21h30. Agressée et dépouillée de son téléphone portable, la mère de famille semble également avoir été violée. « Elle n’avait pas d’ennemis et s’entendait bien avec le voisinage », confient ses enfants qui n’en reviennent toujours pas et qui ne comprennent pas comment on a pu s’en prendre à leur mère.L’enquête, conduite par le commissariat de police du deuxième arrondissement et de la brigade criminelle, est en cours. Aucun témoin ne s’est manifesté jusqu’ici. Le corps a été emmené par les agents du bureau municipal d’hygiène pour être placé à la morgue de l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona.

Nantenaina Njanahary

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Ranty Ernest rêve de France

Pour la deu­xième année consécutive, le jeune Ranty Ernest a terminé vice-champion de Madagascar de moto tout terrain, catégorie scratch et champion en catégorie junior. Au guidon d’une Husqvarna, le pilote de quinze ans avait débuté l’année de la plus belle des manières, en remportant les Quatre Heures Honda à Imerintsiatosika, en compagnie de Nicolas Rivière.Et il y a deux semaines, il a conclu la saison avec une belle victoire durant le MX Final Round, à Iavoloha. « Il fallait que je gagne car cette course se tenait chez moi, à Antananarivo. De plus, le cross reste mon domaine de prédilection. Je m’entraine très dur depuis des mois, pour préparer cette dernière course mais aussi en vue de la suite de ma carrière ».Et la suite de sa carrière devrait s’écrire en France. En effet, il a été sélectionné parmi sept pilotes, pour intégrer une prestigieuse école de l’Hexagone. Un programme de sport-études l’y attend. « C’est une première à Madagascar, pour un pilote d’avoir une telle opportunité. Dès que les responsables de l’établissement ont visionné quelques vidéos de lui, ils ont immédiatement été convaincus », confie sa mère.Néanmoins, il reste un dernier détail à régler avant son départ. Il a déjà essuyé un premier refus auprès du Consulat concerné, pour l’obtention de son visa. Ranty mérite vraiment qu’on lui donne un coup de pouce pour obtenir cette autorisation de séjourner.

Une équipe au topIl s’agit d’un jeune très prometteur, vu son talent et ses aptitudes physiques, dont la carrière prendrait certainement une plus grande envergure une fois en France. Ce serait dommage qu’il passe à côté de la chance de sa vie en raison d’une histoire de visa non délivré.Lors de sa rencontre avec la presse, Ranty a également tenu à exprimer sa reconnaissance envers son équipe: « La TC-125  est parfaite comme moto, pas trop de réglages à faire ni trop de réparation. Elle est vraiment solide. Je remercie le team Husqvarna-Motostore qui m’a accompagné durant la saison. L’équipe était au top ».

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Saint-Sylvestre – Une soirée de nostalgie avec Voahirana

Clôturant une belle année de retrouvailles avec ses inconditionnels, Voahirana convie les fêtards férus de nostalgie à se joindre à elle.  Ce sera pendant la soirée de la St-Sylvestre.

Une soirée festive et conviviale. C’est ce que l’incontournable Voahirana réserve aux mélomanes noctambules qui la rejoindront du côté d’Ivato, plus précisément au Art’Sakafo à Ankadindravola durant la soirée de la St-Sylvestre. Un instant exceptionnel, auréolé de cette modestie ainsi que de cette humilité propre à Voahirana elle-même, fera le clou de la belle épopée que la chanteuse peaufine actuellement. De plus, forte de ses retrouvailles avec ses fans de toujours au mois de mai au CCESCA Antanimena, la chanteuse s’est pleinement refait une jeunesse et promet une soirée égayée d’une bonne ambiance assurée.Lors de cette grande soirée de nostalgie qu’elle prépare, Voahirana sera accompagnée de quelques- unes de ses fidèles alliées dans le milieu de la musique. En effet, Voahirana, Mamy du groupe Mr Razafy et Aurélie enchanteront en trio leurs convives. « Pour cette occasion spéciale, nos retrouvailles avec le public se conjugueront, comme toujours, avec cette passion que l’on a ensemble pour la musique. On promet particulièrement d’émouvoir cette génération de mélomanes qui nous ont suivis depuis toujours », affirme Voahirana.

Les grands classiquesÀ l’instar de son dernier concert « Embona mamoha fo sy fanahy », Voahirana et sa bande rassasieront cette envie du public amateur, de leurs mélodies des années 70 et 80. Elles les inviteront à communier avec elles, et à revivre la bonne époque. Elle interprètera les compositions qui ont longtemps forgé sa renommée, et qui ont plus d’une fois, fait chavirer le cœur de ses fans, notamment « Veloma doria » ou encore « Tsy hanelingelina ».Voahirana, Mamy et Aurélie se plairont également à interpréter de grands classiques de la chanson francophone pour enjouer le public du Art’Sakafo à Ankadindravola. Onretrouvera ainsi du Mireille Mathieu, du Nana Mouskouri, mais aussi du Sylvie Vartan. « Mon amour pour la scène et la musique n’a jamais changé et c’est toujours un grand plaisir pour moi d’enchanter mon public. C’est donc avec une joie immense que je m’apprête à retrouver le public pour cette soirée nostalgique», souligne Voahirana. La chanteuse qui se plait constamment à briller par sa simplicité, ainsi que son enthousiasme exemplaire, prometd’enivrer de joie le public .

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – Un chauffard blesse un enfant

Entre la vie et la mort. Un enfant de cinq ans a été grièvement blessé après qu’une voiture l’a fauché alors qu’il était tranquillement installé sur un trottoir de Morarano Toamasina avec son frère. Le véhicule, qui avait en même temps fauché un pousse-pousse, roulait à contre-sens et l’avait traîné sur une distance de 6m.L’accident s’est passé hier, vers 18h30. Trois autres pousse-pousse et une automobile à l’arrêt avaient également été fauchés par le véhicule fou. L’un des trois pousse-pousse fauchés ayant fini sa course contre une case en bois, l’homme qui se trouvait dans la case a également été blessé.Selon les premiers éléments de l’enquête livrés par la police, le conducteur du véhicule responsable de l’accident semblait en état d’ébriété. Non content de rouler à contre-sens, il aurait également roulé à tombeau ouvert.Craignant de subir la colère de la foule et de faire les frais d’une vindicte populaire, le chauffard s’est immédiatement rendu au commissariat. Les deux blessés, quant à eux, ont immédiatement été transportés à l’hôpital.

N.N.

L'express de Madagascar0 partages

Jiu jitsu – Le club Checkmat soutient les défavorisés

Au Brésil, sa terre d’implantation par excellence, le jiu jitsu est très apprécié dans les favellas, les quartiers populaires dans les cités brésiliennes où la pauvreté et la violence règnent. Cet art martial permet à de nombreux jeunes de s’en sortir. C’est cet esprit d’essor et de partage que le club tananarivien Checkmat, fort d’une quarantaine de membres, a voulu transmettre durant la dernière séance d’entrainement pour cette année 2016.A cette occasion, il a procédé à la donation de vi­vres, entre autres de l’huile alimentaire, du riz, des produits de première nécessité ainsi que des vêtements à une association dénommée Zara, le jeudi 22 décembre, dans son dojo à Antanimena.« Comme chaque année, les membres du club apportent leur contribution pour les personnes défavorisées. Cela fait partie intégrante de l’éducation au sein du club. C’est une tradition que nous réitérons », explique Laza Randria­mifidimanana, président du club. Cette action citoyenne du club Checkmat s’inscrit pleinement dans la philosophie de l’association récipiendaire Zara.« Le partage est le leitmotiv de l’association qui a pour vocation d’apporter sa pierre à l’édifice de la société malgache. Nous œuvrons pour la couche la plus vulnérable de la société », a expliqué Raoto Andria­manambe, membre de l’association.  Les vivres remis par le club seront donnés entièrement au déjeuner solidaire, un repas pour mille, par l’association Zara. Les vêtements seront confiés à l’action sociale de la commune urbaine d’Antananarivo.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Une manière aisée de publier un livre

«Il n’est pas absolument besoin d’être venu à Madagascar pour publier une description d’aspect scientifique. » Effectivement en 1881, il existe déjà assez de publications sur des sujets les plus divers écrites par ceux qui sont venus dans la Grande île, « pour pouvoir y puiser des détails dispersés et les rassembler en un tableau plus ou moins cohérent ».En 1888, H. Schanckenberg soutient une « dissertation» devant la Faculté de philosophie de l’Université de Strasbourg, intitulée « Contribution à l’ethnographie de Madagascar, avec une attention particulière aux Vazimba ». Ce mémoire illustre bien l’affirmation dite plus haut, car c’est un simple travail de bibliothèque, plein de références à Flacourt, Drury, Grandidier, Rutenberg, Hildebrand, Audebert…Un autre exemple est la description scientifique de Madagascar qui est plus extraordinaire puisqu’elle émane d’un savant étroitement spécialisé dans les papillons, un « lépidoptérologue ». Et qui plus est, « c’est un amateur devenu savant en y consacrant sa retraited’officier prussien. Pourtant, on disait des Prussiens qu’ils n’étaient bons qu’à faire la guerre ».C’est l’introduction d’un grand ouvrage écrite en 1881, « Lépidoptères de Madagascar » qui est encore considéré dans les années 1970 comme une œuvre standard et dont même les planches d’illustration en lithographie de couleur « n’auraient pas pu être mieux faites et plus correctement aujourd’hui ».L’auteur de cette « œuvre » est M. Saalmüller, lieutenant-colonel royal hors service. Comme la deuxième partie de l’ouvrage ne paraît qu’en 1891, c’est-à-dire bien après sa mort  en 1832, c’est un collaborateur, également ancien militaire, le commandant L. von Heyden qui le termine.Le livre entier est publié par la Société Senckenberg pour les Recherches sur la nature. C’est une fondation dans l’ancienne ville libre de Francfort-sur-Mein, qui a été fondée en 1783. À l’origine, elle est privée. Elle dispose de collections importantes et de renommée mondiale. « Réunies dans un musée, elles font de celui-ci le meilleur de tous les musées de science naturelle, de l’Allemagne fédérale. »Et c’est principalement avec la collection des papillons de Madagascar de cette institution que ce grand catalogue peut être établi par Saalmüller. Papillons collectés dans la Grande ile par deux « correspondants dévoués » de la Société. Il s’agit de Carl Ebenau de Francfort et Anton Stumpf de la ville d’eaux de Hambourg.Tous deux sont agents de la maison commerciale Oswald, très connue des Malgaches. En outre, le premier est consul temporaire  d’Allemagne résidant à Toamasina. C’est pourquoi  les collectes se font surtout à Toamasina et à Nosy Be.D’autres musées prêtent aussi leur matériel. Celui de Lübeck, par exemple, propose les recherches réalisées par un autre agent commercial de Nosy Be, Carl Reuter. Et le Musée royal de Berlin lui présente le résultat de travaux constitués et envoyés par Hildebrandt. « Ceci seulement pour nommer les Allemands qui y ont contribué. Mais la collaboration avec des musées et collectionneurs français et anglais était aussi intense par des échanges, des prêts de matériel et des examens attentifs. »En tout cas l’introduction laisse présager de l’intérêt qu’elle suscitera car elle témoigne d’une « connaissance étonnante pour l’époque » en ce qui concerne tous les aspects scientifiques de Madagascar.Ainsi, Smaalmüller se base sur des renseignements multiples, glanés non seulement dans de précédents ouvrages, mais aussi directement fournis par de nombreux  spécialistes, d’ailleurs cités nommément. « De cette façon, il avait su présenter un tableau d’ensemble des faits scientifiques connus à l’époque, de Madagascar. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

A la veille de la fête de la Nativité, cette édition de Tom Andriamanoro ne peut occulter cette célébration. Mais il accorde aussi une place importante aux demi-dieux de ce monde, ainsi qu’au cheval qui, sous différents aspects, joue un rôle dans la vie de l’homme.

Culte de la personnalité – Ces sans-dieu qui se croient Dieu

J’ai toujours été fasciné par Antoine de Saint-Exupéry, jeune pilote-écrivain entré en 1926 à la Société Latécoère, qui assura avant l’Aéropostale la liaison Toulouse-Dakar. Peut-être parce que, à ma bien dérisoire altitude, j’ai aussi connu cette double attirance pour les lettres et l’avion dont j’ai fini par en faire un métier. Mais surtout pour son humanisme que résumait cette phrase : « L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle. » Dieu sait si Saint-Ex en a connu des obstacles, dans la neige des Andes comme dans le sable du Sahara !L’avion lui a fait découvrir du ciel, des vérités qui peuvent échapper aux « rampants » et qui sont encore plus vraies aujourd’hui que de son temps. Sur les routes par exemple : « Les routes, durant des siècles, nous ont trompés. Nous ressemblions à cette souveraine qui désira visiter ses sujets et connaître s’ils se réjouissaient de son règne. Ses courtisans, afin de l’abuser, dressèrent sur son chemin quelques heureux décors et payèrent des figurants pour y danser. Hors du mince fil conducteur, elle n’entrevit rien de son royaume, et ne sut point qu’au large des campagnes, ceux qui mouraient de faim la maudissaient. » C’est ainsi que sa nomenklatura leurrait le dictateur Nicolae Ceausescu, et qu’à son tour, celui-ci trompait ses visiteurs officiels, en aménageant sur leur parcours des quartiers factices dont les magasins regorgeaient de nourriture. En réalité, le peuple roumain survivait dans la misère, condamné à chercher sa pitance quotidienne, un sac en plastique à la main.  C’est le paradis prêché par beaucoup d’autres « filoha mamim-bahoaka » de toutes les époques, de tous les continents, de toutes les pointures, avec ou sans idéologie, mais qui sont au final tous sortis du même moule.L’exemple le plus accompli se trouve en Corée du Nord, cet État-guérilla en mutation comme le qualifie Philippe Pons, lequel y a effectué pas moins de douze voyages entre 1980 et 2014.

L’envoi de missiles nucléaires nord-coréens a provoquéun tollé général dans le monde entier.

Sait-on au moins qu’avant la dynastie des Kim, Pyongyang était la ville la plus chrétienne d’Asie après Manille   Et que les parents de Kim Il Sung, avant d’être transformés par les biographies officielles, étaient de fervents presbytériens   Mais le futur maréchal, arrivé en 1945 dans les fourgons de l’armée soviétique, décida de tuer Dieu et de prendre sa place. Son petit-fils Kim Jong Un, le plus jeune chef d’État au monde, intronisé « Leader suprême » en mai dernier, commanditaire de l’assassinat de son propre oncle et mentor Jang Song Thaek, est en train de le dépasser sous tous les angles possibles.Avec son visage poupin et sa coiffure bizarre à la Hanitra du groupe Tarika, Kim Jong Un a, au premier abord, ce qu’il faut pour inspirer une certaine sympathie. Aujourd’hui, il ne trompe plus personne. Richissime, grand amateur de caviar et de cognac français, admirateur déclaré de Michael Jordan et de Jean-Claude Van Damme, il perpétue « la théocratie de Pyongyang » qui attribue aux Kim une essence quasi divine. Kim III, comme on le surnomme, fit ses études primaires et secondaires dans des établissements ultrachics de Berne en Suisse, vivant sous une fausse identité dans un grand duplex qu’il ne quittait pratiquement jamais. Il en revint sans le moindre diplôme, mais qu’à cela ne tienne, la propagande officielle  est là pour y remédier : elle le fait  naître au pied du mont sacré Paektu, ce qui est archifaux, lui fait conduire sa première voiture à 3 ans, et rédiger une thèse de stratégie militaire à 15… Il apprend à parler et à marcher comme Kim Il Sung qui reste vénéré dans ce pays clos, et passe, dit-on, par la chirurgie esthétique pour accentuer la ressemblance. Par contre, ce que personne ne conteste, c’est son intelligence. Selon Ra Jong Il qui dirigea les services secrets sud-coréens, « Kim III n’est pas un demi-dieu comme le croient ses compatriotes, mais il est extrêmement intelligent. C’est pour cela qu’il est particulièrement dangereux ».Le peuple, pendant ce temps, n’en finit pas de dépérir et n’attend plus rien de son Leader Suprême. Depuis la grande famine des années 1990, il sait que le système ne fonctionne plus. Tout s’est effondré. Un quart seulement des Nord-Coréens peuvent survivre avec un maigre salaire. Les autres essayent de se débrouiller grâce au « jangmadang », le marché noir.Ainsi va la vie hors du cercle des privilégiés, loin de l’artifice de certaines routes en trompe l’œil dénoncées par Saint-Exupéry, un peu partout dans les pays gouvernés par des mégalomanes, dont le problème est que le nombril leur monte trop souvent à la tête. Et qui se croient Dieu sans en avoir l’éternité.

Conte de Noël – Le cordonnier

Ra-Martin est ce vieil artisan qui habite dans un minuscule local lui servant d’atelier côté rue, et de chambre à coucher derrière un simple rideau tout délavé. Depuis quelque temps, il paraît étrangement de bonne humeur, pour ne pas dire heureux. Surtout à chaque fois qu’il ouvre un gros livre qui ne le quitte plus, et où il semble se  passionner pour une histoire d’il y a deux mille ans. « Il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie… Ah ! S’ils avaient plutôt choisi de venir chez moi ! Je leur aurais fait toute la place, je suis tout seul… »Il se souvint de la paire de petits chaussons qu’une dame portant son bébé avait laissés tomber devant son échoppe. Il n’avait pas pu les lui rendre, puisqu’elle n’était plus jamais repassée. « Voilà ce que je lui offrirai, ça le tiendra chaud. C’est la mère qui sera contente ! » Et Ra-Martin replongea dans ses rêveries. Est-ce à cause du sommeil qui commençait à alourdir ses paupières   Il entendit soudain une voix alors qu’il n’y avait personne d’autre que lui : « Martin, tu as désiré me rencontrer  Regarde dans la rue demain, du matin jusqu’au soir, et tu me verras à un moment ou à un autre. »Était-ce un rêve   Qu’importe, se dit Ra-Martin en quittant son matelas. Je l’attendrai, je n’ai d’ailleurs pas grand-chose à faire. Tiens, voilà le balayeur de rue, il doit mourir de froid ! « Venez vous réchauffer, mon brave, vous ne refuserez pas une petite tasse de café bien chaud ! » Le balayeur entra et, entre deux remerciements, ne put s’empêcher de lui demander ce qu’il regarde dehors. « J’attends mon maître. Il peut venir d’un moment à l’autre ». Deux heures après, le regard de Ra-Martin fut attiré par une jeune femme pâle et décharnée, portant un enfant dans ses bras. Elle était malade, et son mari les avait abandonnés depuis un mois déjà. « Vous n’avez pas l’air bien du tout, ma belle. Vous mangerez bien un morceau de pain pendant que je prépare du lait pour le petit   » C’est à ce moment qu’il remarqua que le bébé avait les pieds nus, en plein hiver, et alla chercher les chaussons. « Prenez-les, je n’en ai pas besoin, je n’ai plus de famille ». Et il reprit son poste d’observation près de la fenêtre pendant que la pauvre femme et son enfant se perdaient dans la foule. Et ce fut le tour du voisin de frapper à sa porte. « Excusez-moi, mon ami. C’est férié aujourd’hui et pourtant on a oublié d’acheter du pain. Ne pourriez-vous pas nous en prêter un bout   » Ra-Martin fut au contraire très heureux de cette demande. « Mais bien sûr, cher voisin, depuis le temps qu’on se connait. Prenez donc ! »Les heures succédaient aux heures, les trottoirs commençaient à se vider, et pourtant le maître ne paraissait toujours pas. Seuls quelques mendiants attardés lui demandèrent encore l’aumône. Et la nuit vint, il était désormais inutile de rester près de la fenêtre. « Ce n’était qu’un rêve, et pourtant je l’avais bien espéré ! » Le vieux cordonnier avait à peine fermé qu’une voix qu’il reconnut résonna dans l’atelier vide : « J’ai eu faim et tu m’as donné à manger. J’ai eu soif et tu m’as donné à boire. J’étais étranger et tu m’as recueilli. Toutes les fois que tu as fait ces choses à l’un de ces petits, tu me les as faites à moi-même. »

La blancheur de sa robe donneau cheval plus de noblesse.

L’homme et la bête – La saga du cheval 

En cette troisième année d’une crise qui a la pudeur de ne pas dire son nom, Noël une fois de plus ne pourra rien y faire : la vie est dure, très dure, trop dure. Parmi tous ceux qui ont tiré le diable par la queue depuis janvier, beaucoup termineront une fois de plus l’année sans avoir attrapé la chance par son unique cheveu. Le plus souvent, ce tif pas facile à piéger n’est autre que le crin d’un bourrin qui officie à Auteuil, à Enghien ou à Deauville, et non à Ambatolampy ou à Bevalala. Il porte les espoirs de parieurs qui ne désespèrent pas de trouver La bonne combinaison, surtout quand est annoncée une tirelire miraculeuse à grand renfort de slogans souvent avalés de travers : Seuls ceux qui jouent gagnent, soit, mais tous ceux qui jouent ne gagnent pas, nuance !La plus belle conquête de l’homme est, semble-t-il, plus noble, plus avenante, plus tout ce qu’on veut, lorsque sa robe (dire son pelage serait un iconoclasme) est immaculée. Il n’existe pas de cheval vert sauf sous la plume de Marcel Aymé. En blanc, il est prestigieux comme celui de Napoléon, intelligent comme celui du cowboy qui tire plus vite que son ombre, ou terrifiant comme celui du cavalier de l’Apocalypse. À moins qu’il n’inspire la pitié comme la haridelle de Don Quichotte. Les jeunes filles romantiques rêvaient de se faire enlever sur un cheval blanc, en aucun cas sur une charrette à bœuf, un âne, ou un dromadaire. Quoique dans ce dernier cas et transplanté au monde d’aujourd’hui, il leur soit conseillé de réfléchir, le prétendant pouvant alors être un cheikh fortement chéqué. Plus rare encore serait le cas du propriétaire d’une Ferrari dont l’emblème est un petit cheval noir cabré. Inutile d’espérer le décalquer sur le capot d’une deux chevaux… Mais si le noir ne va pas si mal à ce genre de bijou pomponné, bichonné, plein de chevaux (vapeurs) qui ne demandent qu’à vroomer, un whisky «black horse » serait du plus mauvais goût sinon au propre, du moins au figuré…Les chevaux de Troie quant à eux peuvent tourner au cauchemar pour les utilisateurs d’ordinateurs. Rien à voir avec le crottin des haras, ni avec l’Odyssée d’Homère ou l’Enéide de Virgile. Un virus du genre « I love you » s’infiltre dans le matos et lui flanque l’équivalent du sida, de la peste, du choléra et du typhus réunis et portés à la puissance sept. De quoi après coup trembloter en ouvrant les e-mails, jusqu’à oublier que depuis longtemps il est de meilleur ton de parler de courriels.Un autre type de cheval de Troie est cette fois-ci politique. Vous pensez pouvoir l’exploiter à bon escient, vous l’engagez pour un petit galop d’essai avant embauche, sans imaginer un seul instant que son objectif est d’un jour pouvoir voler plus haut que Pégase. Il a un CV bien fourni (cette fois-ci il ne s’agit plus de cheval vapeur mais plutôt de curriculum : pensez donc, il a à son compteur moult écuries avant son dernier recruteur !). Ce spécialiste des ruades, ce dispensateur de regrets éternels à envoyer brouter son foin ailleurs, tient en horreur de rester plus longtemps avec un « soavaly maty »…Que passent l’élégance du cheval anglais, l’endurance de celui de labour, la résistance du mustang ou la sobriété du cheval arabe. À Madagascar, le cheptel n’était plus que de 800 têtes en 1987, pour tomber à 300 en 2005 contre plus de 500 000 en France. Encore heureux qu’il y ait ces dernières poches d’espoir pour la race chevaline que sont l’Association des éleveurs, les clubs hippiques, la gendarmerie, les hôtels programmant des randonnées équestres. Le père de Lemizo domicilié à Anosibe ne fait pas partie du lot, l’élevage très dispendieux exigeant des provendes spécifiques, à part les bonnes pâtures et les produits vétérinaires loin d’être donnés. L’Histoire a retenu que le premier exemplaire venu de Maurice a été offert à Radama Ier, ce souverain qualifié par les chroniqueurs de l’époque de « ray aman-drenin’ny sivilizasio », père de la civilisation. Le hasard fait bien les choses, puisque le nom malgache donné au cheval a quelque part comme une idée de cadeau : de « soavaly » à « valisoa » il n’y a jamais qu’une petite haie.

Rétro pêle-mêle

Un sacré bain de jouvence, que de redécouvrir, par le plus grand des hasards, un « tour de presse 2003 » effectué par un hebdo dont beaucoup ne se rappellent même plus l’existence. Extraits.La piscine de Toamasina est fermée, Antananarivo est trop froid, et Toamasina en rupture de stocks : chlore, sulfate d’alumine, et autres produits d’assainissement du bassin.Inutile d’appeler le 22 222 22 en dehors des heures de bureau. L’incommunication rappelle le dialogue d’une préposée et de celui qui réclame le 22 à Asnières. Air Madagascar, ne serait-ce qu’à cause de ce sketch de Fernand Raynaud et la similitude du chiffre d’appel, gagnerait à se « dénuméroter ».Les autorités de tutelle de la RN2 se mobilisent contre les violences routières. Triste litanie des accidents, longue énumération des causes, accusation et défense des routiers… Les points de contrôle sont fixes. Sûr qu’à ces endroits la route est sécurisée. Une demi-douzaine soit six fois un kilomètre, cela donne six kilomètres sur les 356 du Tana-Toamasina.Selon Clément Ravalisaona, Albert Zafy doit aussi être jugé. Il aurait à répondre de la marche sur Iavoloha, et aux accusations portées par Didier Ratsiraka à propos des grenades que les Forces Vives auraient fait exploser pour avoir leurs martyrs. L’Amiral serait alors un témoin à charge sur l’affaire du 10 août.Selon un certain M. Bourgoin, responsable Afrique du PMU France, les courses font reculer l’analphabétisme. Les gens apprennent à lire et à écrire pour mieux parier. Des frais d’inscription et de scolarité à répétition qui, pour un très petit nombre, rapportent gros, et pour beaucoup instruisent. Mieux que rien.Assassinat et vols à Ilakaka, plus la pression monte, et plus le prix des pierres chute. Cela fait la joie des Srilankais qui réalisent des transactions exceptionnelles.La population découvre la retraite complémentaire. En complément de quelle retraite au juste ?  À Ambatolampy, la population ciblée par cette fleur est composée de ruraux, d’informels, d’artisans, qui ne sont pas affiliés à un organisme de couverture sociale, encore moins à une caisse de retraite.Le Fivmpama clôture ses travaux sur l’Accord de Cotonou et met en place une plateforme de 35 membres pour concevoir et mettre en œuvre un programme de participation effective des Acteurs Non Étatiques ou… Ane. Rien que du beau monde, des bonnes âmes, et des gros bonnets.Le Général-Pds Razakarimanana se livre à un esclandre à Analavory lors de l’inauguration du réseau électrique, pour ne pas avoir été remarqué, à première vue, comme une personnalité. Le courant ne serait-il pas passé  ?

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : Archives de L’Express de Madagascar – Internet

L'express de Madagascar0 partages

La Réunion – Les motocyclistes récalcitrants au port de gants

Soixante-dix huit pour cent des motocyclistes et des cyclomotoristes contrôlés, hier, sur les routes de La Réunion, ne portaient pas de gants, pourtant obligatoires.

Lors d’un contrôle ciblé ce vendredi matin de 9h à 12h, les gendarmes ont conduit une opération de prévention à destination des usagers de deux-roues motorisés. Pilotes de scooters, motocyclettes et autres tricycles à moteurs ne sont pas sans savoir que le port des gants est devenu obligatoire depuis le 20 novembre dernier. Pourtant, les trente militaires déployés sur 6 postes de contrôle à Sainte-Marie, Saint-Paul et Saint-Louis, ont constaté que 78% des usagers contrôlés ne portaient pas cet accessoire obligatoire.Au total, ce sont 145 véhicules qui ont été contrôlés, dont 88 cyclomoteurs de moins de 50cm3 et 57 motocyclettes d’au moins 125 cc3. Pour cette fois seulement, dans le cadre d’une alternative aux poursuites, validée par les autorités judiciaires, les 113 contrevenants(68 cyclomotoristes et 45 motocyclistes) n’ont pas reçu la contravention de 68 euros, mais une lettre d’information.Un cadeau à la presque veille de Noël, mais qui devra quand même leur servir de leçon et leur rappeler de s’équiper au plus vite. Ce que certains ont d’ailleurs fait à Saint-Paul, en acquérant sur le champ des gants homologués à partir de 45 euros, chez un équipementier qui se trouvait non loin d’un des points de contrôle.

Opération  L’EDSR a bien évidemment rappelé qu’au-delà de l’aspect réglementaire des gants, c’est la sécurité des pilotes ou passagers des deux-roues motorisés qui était en jeu, ceux-ci risquant des blessures graves dès la moindre chute. Les gendarmes ont incité les personnes contrôlées à aller au-delà de cette législation en s’équipant comme il se doit de gants mais aussi de blousons et chaussures assurant un minimum de protection.Par ailleurs, cette opération de prévention a parfois laissé place à la répression, lorsque les militaires se sont retrouvés face à des infractions génératrices d’accidents graves. Même s’ils n’étaient pas concernés par l’opération, 14 usagers de la route se sont vu reprocher des infractions.Parmi elles, deux franchissements de feu rouge, dont un par un motocycliste à Saint-Paul, quatre non-port de casque. Trois cyclomotoristes eux, circulaient sur la portion interdite de la RN1. Un motocycliste lui, circulait avec des écouteurs sous son casque. Les automobilistes n’étaient pas en reste : trois non-port de ceinture ont été constatés, ainsi qu’un usage de téléphone au volant. «Pas question de faire preuve de clémence pour ces comportements à risque qui alourdissent au quotidien le bilan de l’accidentalité sur notre île», insiste le commandant Frutos. Il précise encore une fois que, lors de toute cette période des fêtes de fin d’année, la gendarmerie restera «mobilisée contre toute forme de délinquance et ne relâche aucunement ses efforts pour combattre l’insécurité routière».

JIR

L'express de Madagascar0 partages

Coupure d’eau

Des habitants d’Iavoloha Bongatsara souffrent à nouveau de pénurie d’eau. Cela fait trois jours qu’aucune goutte ne sort des robinets des abonnés de la société Jirama dans cette localité. Cette coupure d’eau est trop fréquente dans ce quartier, selon les riverains.

L'express de Madagascar0 partages

Subvention – Des promesses non tenues aux enseignants Fram

Pas de subventions avant les fêtes pour les enseignants Fram. Le ministère de l’Éducation nationale et le ministère des Finances et des budgets ont promis que les subventions des enseignants Fram seront payées avant les fêtes de Noël. Mais le ministre de l’Éducation nationale Paul Rabary Andrianiaina s’est excusé, hier, à ce propos, sur son profil facebook. « Les causes de ce non-paiement sont nombreuses. Je m’excuse auprès vous. Le ministère de l’Éducation nationale et le ministère des Finances et des budgets opèrent toujours ensemble pour résoudre rapidement les problèmes des enseignants Fram », explique-t-il.

F.R.

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – Raparivo clôt la célébration de ses 60 ans

Six longues décennies au service de l’art, plus précisément de la peinture. Pendant 60 ans le peintre Roland Raparivo a émerveillé les férus d’art de la Grande île avec ses œuvres majoritairement représentatives de la beauté du pays. Célébré comme il se doit avec un vif enthousiasme de sa part, tout au long de l’année, ses soixante ans de carrière en tant que peintre émérite, Roland Raparivo les exposera au public pour débuter la nouvelle année. Du 30 décembre au 16 janvier, les œuvres inédites de ce grand maître de la peinture malgache envahiront la salle Gisèle Rabesahala au sein de la Bibliothèque Nationale. Tout au long de ces dates, ce fervent pratiquant du style figuratif sera de nouveau à l’honneur dans cet antre du ministère de la Culture, de la promotion de l’Artisanat et de la sauvegarde du Patrimoine à Anosy.Ancien photographe de presse de profession, Roland Raparivo y exposera à cette occasion, une bonne vingtaine de ses plus beaux tableaux. Des toiles qui retracent les riches paysages de Madagascar, réalisés au couteau et qui lui rappellent toutes ces belles villes qu’il a visitées. Un beau voyage en peinture à travers la Grande île, pour les amateurs du genre, sera alors à apprécier, surtout pour ceux qui n’ont jamais pu découvrir les œuvres du peintre. Autodidacte de nature, Roland Raparivo est le président du Comité Provincial des Arts Plastiques ainsi que le fondateur et co-président de l’Union nationale des Artistes Plasticiens de Madagascar (UNAPM). Le peintre a aussi acquis une belle réputation sur la scène nationale  et internationale.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Découverte macabre

Le corps sans vie d’un homme âgé d’environ quarante ans, a été trouvé à Itaosy, avant-hier soir. Aucune blessure n’a été constatée sur la dépouille, aucun papier pouvant l’identifiern’a été trouvé sur lui. Le corps a été emmené à la morgue de l’hôpital HJRA.

L'express de Madagascar0 partages

Vtt – Un championnat d’Ana­la­manga en gestation

Le vélo tout-terrain a connu un développement fulgurant ces dernières années. Et ce, sous l’impulsion des organisateurs privés de chez MBike et X Country notamment.Les événements se sont grandement multipliés, tels que les nombreuses manches du Tana Mountain Bike Tour, le rendez-vous annuel du X Country, la course internationale MBike Adventure ou encore la formule « downhill » lancée cette année par Dago Descente. La prochaine étape pourrait être la création d’un championnat d’Analamanga de VTT, sous l’égide de la Ligue régionale.Une idée lancée par Nicolas Mac de chez X Country. « Notre projet se résume en la mise en place d’un championnat d’Analamanga de descente, d’un côté, et un championnat de cross country, de l’autre. Une réunion est prévue dans les semaines à venir. Tous les clubs y seront conviés, afin d’en discuter et d’établir un calendrier. Chaque club pourrait ainsi organiser une manche, pour déboucher sur un calendrier constitué de plusieurs courses sur toute l’année, comme c’est le cas dans les différents championnats, en sports mécaniques », explique Nicolas Mac.À ce propos, cette formule est utilisée depuis de nombreuses années que ce soit en rallye, slalom, run ou en moto tout terrain. Et elle fonctionne très bien.La condition sine qua non à sa réussite, réside dans la prise de responsabilité de chaque club, afin de tenir au moins une manche chaque saison. Pour pouvoir mettre en place ce championnat d’Analamanga, les différentes entités dans le monde du VTT devront en faire autant et travailler de concert pour atteindre cet objectif commun.Au niveau de la Ligue, cette initiative a été reçue avec enthousiasme. « On a discuté avec plusieurs acteurs du milieu du VTT  ces derniers temps, à ce propos. Après les fêtes de fin d’année, on tiendra une réunion afin d’évaluer la faisabilité d’un tel championnat. La Ligue soutient cette idée à 100 %, puisqu’elle œuvrera grandement pour le développement de la discipline », confie-t-on auprès de la Ligue d’Analamanga.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Un arbre centenaire décoré en sapin

Le Père Noël arrivera à temps dans la cité des Fleurs. En tout cas, le grand baobab se transforme déjà en sapin de Noël.

Il n’est jamais trop tard… La commune urbaine de Mahajanga a décidé, jeudi matin, de faire de son grand baobab séculaire, un arbre de Noël.Cette fois, il a été habillé de vraies guirlandes et de boules de neige, ainsi que d’autres ornements lumineux.Ce qui lui donne l’aspect d’un arbre de Noël, beaucoup plus réel que l’année passée.Le maire de Mahajanga a retenu la leçon, après un séjour de quelques semaines en Europe, notamment dans quelques villes allemandes, à Paris, Mulhouse…Les Majungais peuvent s’enorgueillir de posséder cet arbre naturel si populaire, à défaut d’un grand sapin. Les sapeurs pompiers se sont chargés de la décoration.D’ailleurs, les décors du bord de la mer ont déjà changé aux couleurs de la fête de la Nativité. Les stands des pères Noël sont aussi installés depuis une semaine sur la belle avenue et site touristique de la cité des Fleurs.Les barbus à la robe rouge et blanche attendent depuis quelques jours les enfants pour immortaliser cet événement chrétien, devenu aussi une fête commerciale.Et comme le Père Noël est aussi en avance, le salaire des 521 employés municipaux n’est pas en retard.Pour la première fois, depuis plus de cinq ans, 95% du personnel de la municipalité viennent de percevoir leur dû, donc avant les fêtes. Auparavant, cela a toujours été une source de contestation et de mécontentement au sein de la commune.La ville de Mahajanga et ses habitants peuvent aspirer à passer une fête dans le calme et la sérénité. Malgré les hausses des prix des produits de première nécessité, comme la viande de zébu qui a atteint son paroxysme avec 10 000 ariary le kilo contre 8 000 à 9 000 ariaryavant. Du coup, tout ce qui rapporte à la viande a aussi augmenté comme le prix des brochettes. La tige est vendue à 250 ariary contre 200 ariary auparavant.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Une fête de Noël bien frileuse

L’anniversaire du Messie serait-il oublié ou submergé par les problèmes quotidiens des habitants   En tout cas, hier encore la majorité de la population d’Antsiranana ne semble pas pressée de le célébrer. Et si la traditionnelle distribution de cadeaux aux scolaires a marqué la semaine, la qualité des jouets laisse à désirer.Si l’on fait un tour dans la ville, on remarque que dans les grands marchés publics, au Bazary et au Tsenabe, les commerçants attendent la clientèle. Mais d’après eux, celle-ci ne fait que regarder et demander les prix des vêtements et accessoires de mode présentés. Au Bazar de Noël, à peine  trois stands sont installés. Un marchand de vêtements de confection de la rue Justin Bezara est au bord du désespoir, et place tout son espoir dans le marché hebdomadaire du samedi. Car, dit-il, « même les prix de revient des articles achetés à Antananarivo ne sont toujours pas remboursés ».En même temps, les prix de tous les produits sur le marché  ne cessent de grimper. Et comble de malheur pour les photographes professionnels, ils sont concurrencés par leurs propres clients qui n’ont plus besoin d’eux. Ceux-ci sont dotés de portables qui leur permettent de prendre des photos qu’ils placeront sur leur compte facebook. «Ils se moquent pas mal des photos sur papier. »Face à cette frilosité des habitants d’Antsiranana, on ne peut que conclure à la diminution de leur pouvoir d’achat. De surcroit, certaines entreprises n’ont pas pu accorder le traditionnel treizième mois à leurs salariés.

R.

L'express de Madagascar0 partages

Maurice – Démission du président de la Bibliothèque nationale

Nouvelle démission après le départ du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) du gouvernement. Il s’agit de celle d’Indurdeo Bassant, qui était jusqu’au mardi 20 décembre président du conseil d’administration de la Bibliothèque nationale (BN). Proche de Xavier-Luc Duval, qu’il considère comme un «ami», Indurdeo Bassant s’était engagé en sa faveur lors de la dernière campagne électorale, à Quatre-Bornes.Le lendemain de cette démission, les employés de la BN tenaient leur déjeuner annuel. C’est un sentiment de soulagement qui s’est exprimé suivant le départ de ce responsable «arrogant et grossier avec les employés», selon ces derniers.Malgré cette démission, le projet de la Culture House, qui consiste à regrouper les Archives nationales et la BN sous un même toit, reste. «La délocalisation de la BN a été approuvée. Nous avons pu convaincre le ministère des Arts et de la culture de l’importance de bouger vite, pour la préservation des documents et Rs 100 millions ont été débloquées pour cela », a indiqué Indurdeo Bassant. Le Budget 2016-2017 prévoit Rs 160 millions pour l’étude de faisabilité de ce projet de longue haleine.  La Chine a accordé une enveloppe de Rs 350 millions pour sa construction.

lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Éducation

Six-cents écoles privées sont déclarées non conformes aux normes de l’éducation, a annoncé le ministre de l’Éducation nationale, Paul Rabary, à Mahajanga, hier. Ces établissements seront ainsi appelés à régulariser leur dossier. Des mesures drastiques seront ensuite appliquées contres les récalcitrants.

L'express de Madagascar0 partages

La galerie Ar’ko présente Chans

Une exposition atypique et assez marginale se découvre au public amateur d’art plastique de la ville des Mille actuellement. Emmenée par un tout jeune artiste,voire même une véritable graine d’artiste à part entière, une exposition resplendissants de jeunesse se propose au sein de la galerie Ar’ko à Antsahavola avec le petit Chans. S’illustrant à travers une expérience artistique et picturale inédite, l’exposition de Chans, du haut de ses trois ans, amuse aussi bien qu’elle intrigue sur le potentiel créatif et imaginaire de l’enfant. Une bonne vingtaine d’œuvres, tout aussi singulières les unes que les autres, émerveillent les visiteurs. L’art est intemporel et ne se définit pas pour autant à travers l’âge des artistes, c’est ainsi que cette exposition convie les amateurs d’arts plastiques à se joindre à elle jusqu’au 7 janvier..

L'express de Madagascar0 partages

Incendie d’une école

Des dégâts estimés à environ 30 millions d’ariary. Six maisons, une salle de classe, ainsi que le bureau du responsable de l’EPP de Tsarasambo Vatomandry, ont été ravagés par le feu, avant-hier au soir. Tous les mobiliers de la salle de cours, les papiers administratifs du bureau du directeur, ont été réduits en cendres. L’incendie aurait été provoqué par un feu provenant d’un logement, et qui s’est propagé vers les autres locaux de l’école. Aucun décès ni blessé n’ont été enregistrés.

L'express de Madagascar0 partages

Sacré Fred

Comme s’il ne pouvait plus respirer, il avance dans le salon avec un mouchoir dans une main et un livre dans l’autre. Chaussettes dépareillées, petite taille, du haut de ses 26 ans, Fred ressemble à n’importe quel jeune Africain. Mais, son regard est d’une profonde tristesse qu’on ne peut rater, mais qu’on ne peut expliquer. On est le 18 décembre 2016, l’équipe se presse un peu autour de lui car la situation semble grave dans son pays et elle n’ira pas en s’améliorant dans les jours à venir en se référant aux agissements de son président.Fred vient du pays de Kabila qui était à la veille du jour de la fin de son mandat officiel. Mais depuis toujours, l’homme fort du pays de Fred n’a jamais donné signe de la possibilité d’une alternance intelligente et démocratique. Ne serait-ce que pour cela, on peut facilement comprendre ce regard triste du jeune homme. Puis, on le présente. Fred Bauma est parmi les membres de la « Lucha » ou Lutte pour le Changement, un mouvement citoyen de la République Démocratique du Congo. Il y a presque un an et demi, il a été arrêté avec d’autres activistes africains en marge d’une réunion pour la relance du mouvement Filimbi, une autre action citoyenne en RDC. Certains ont pu s’extirper et sont jusqu’à maintenant en exil. D’autres, notamment ceux du mouvement Y’en à marre du Sénégal, ont été détenus durant quatre longs jour. Fred quant à lui à été sous les verrous durant un an et huit mois.Kabila pratique la chasse aux résistants, il tire, tue tous ceux qui osent avoir une voix dissidente à la sienne. On n’ose même pas imaginer ce qui a pu se passer dans ces prisons durant la détention du jeune homme. Après d’âpres négociations, des actions de soutien de par le monde, des pressions politiques Fred a retrouvé la liberté depuis maintenant trois mois. Forcé à l’exil, sa liberté n’est que provisoire et le risque d’arrestation et de violence envers sa personne sont tout à fait réels. Il semble paré d’une humilité et de calme incomparable. Seulement, cette tristesse qu’il cache au fond de l’âme en dit long sur le chemin parcouru et le combat qu’il doit encore mener.19 décembre, fin du mandat de Kabila qui démontre bien qu’il ne partira pas. À minuit, la population se mobilise pour un concert de sifflets et de casseroles pour signifier la fin du règne. Mais au matin du 20 décembre, les informations arrivent à Luncha et Filimbi, on compte déjà au moins une trentaine de morts sans compter les disparus. Pendant ce temps, les activistes sur le terrain sont enlevés, l’accès à internet et à l’électricité est coupé. Le déploiement militaire montre parfaitement que Kabila, qui n’est même plus président entre en guerre contre son propre peuple.Sacré Fred, consulté de par le monde, il garde la tête sur les épaules. Malgré une situation catastrophique et une liberté très provisoire, il veut retourner à Goma. Quand on voit à quel point ses yeux brillent juste à l’idée de retourner chez lui, on comprend finalement que la tristesse qu’il cache n’est pas à cause de ce qu’il a pu vivre en prison. Son âme est triste car il est loin de celle pour qui il est né : sa République Démocratique du Congo.Une pensée aux 18 autres activistes Congolais qui viennent d’être enlevés hier.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Au sprint

Pas de retour en ARCCette année, Madagascar s’est désengagé du championnat d’Afrique de rallye ou ARC, pour diverses raisons. Une éventuelle réintégration du Rallye International de Madagascar dans la compétition est exclue pour l’année prochaine, tant que la formule actuelle sera maintenue, soit huit manches dans huit pays différents. Auparavant, le RIM constituait la huitième et dernière échéance du calendrier de l’ARC. A plusieurs reprises, ce championnat d’Afrique était déjà joué d’avance et aucun pilote étranger ne venait plus courir au RIM.

Madagascar au 133e rangLe classement FIFA des sélections nationales de football vient d’être mis à jour pour la dernière fois de l’année. Madagascar y occupe la 133e place devant le Vietnam et derrière la Guyane. La Grande île est créditée de 220 points et a gagné trois rangs par rapport au dernier classement. La première place mondiale est occupée par l’Argentine (1634 pts). Tandis que le Sénégal (755 pts), 33e mondial, domine le continent africain.

L'express de Madagascar0 partages

Développement rural – La Zami œuvre à Betafo

Créée dans l’Est de Madagascar, plus précisément à Toamasina, l’association Zami ou Zanak’ Ambanivolo Miavotra ou les natifs du monde rural en développement, a décidé d’étendre ses activités dans tout le pays. L’objectif est que l’aide qu’elle apporte puisse toucher le plus grand nombre, sinon tous les ruraux.Sur l’invitation de l’association Tam ou Terak’ Anjanapara, ayant le même objectif que la Zami, le district de Betafo qui couvre plusieurs activités paysannes dans la région Vakinan­karatra, a été choisi par l’association dirigée par Pierrot Botozaza pour intégrer sa zone d’actions.Des échanges d’idées et d’expériences ainsi que des débats sur les projets d’avenir dans le domaine du développement entre les hôtes et les délégations venues de plusieurs régions ont marqué la création de la Zami de Betafo.L’association mère a tout de suite remis une tonne et demie d’engrais biochimiques aux paysans du fokontany d’Ampamelomana et une somme d’argent à l’association Tam pour la réhabilitation d’un canal de deux kilomètres.Celui-ci est destiné à arroser 200 hectares de rizières d’Anjanapara, actuellement inutilisables à cause des bancs de sable qui les recouvrent. « Cet appui direct aux travaux de développement rural sera accompagné d’une aide à l’amélioration des conditions de la femme », conclut Pierrot Botozaza.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Sécurité – La police mauricienne adopte le Glock 19

L'express de Madagascar0 partages

Prêt pour les VIIIe jeux de la francophonie

De tous âges et d’horizons divers, les représentants malgaches dans le volet culturel des VIIIe  jeux de la francophonie qui se tiendront à Abidjan du 21 au 30 juillet 2017 sont fins prêts. Avec le Tahala compagnie en fer de lance, six autres groupes et artistes comptent également parmi la sélection pour représenter la Grande Ile en Côte d’Ivoire. Se distinguant par le maniement de marionnettes géantes, la maîtrise de la peinture ou la danse de création, les artistes promettent d’éblouir le public, à l’occasion. Il y a également ceux qui évoluent dans le milieu de la création pour le développement durable, de même que la création numérique, la sculpture et l’installation artistique, la photographie, ou encore la littérature. Ainsi la compagnie Zolobe, Tahala compagnie, Andrianavalona Tsilavonarivo plus connu sous le nom de Taka, Rakotoarivony Eric, Anjoanina Harivahy ou Mossieur Njo, Randrianarivelo Mahefa Dimbiniaina, Ramiandravola Marcel et Rakotoarisoa Koloina alias Tanguy, porteront haut l’étendard de la Grande île.

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement – Trois écoles primaires publiques équipées

Beaux et utiles cadeaux de Noël pour trois écoles primaires publiques de la circonscription scolaire de Mahajanga I, situés dans  les quartiers populeux de Tsararanao, Tsaramandroso et Tanambao Sotema.La société Somapêche leur a offert, le mercredi 13 décembre, du matériel comprenant des micro-baffles, utiles pour communiquer durant la cérémonie de levée de drapeau, des sonneries pour remplacer les sifflets et des boîtes de craies.Dix tableaux noirs ont été également remis à ces établissements, ainsi que des friandises distribuées aux élèves à la veille de Noël. L’action entre dans le cadre de la contribution sociale de la société donatrice au développement de l’éducation dans la région Boeny.Pour rappel, la Cisco de Mahajanga I compte une douzaine d’écoles primaires publiques.

V.A.

Midi Madagasikara0 partages

Place à la fête de la Nativité et à la sérénité qui l’accompagne

On peut appeler cela le miracle de Noël, mais comme par enchantement, les délestages ont disparu à l’approche de la fête de la Nativité. Le pouvoir a entendu les multiples critiques qui lui avaient été adressées à cause de ces longues coupures de courant particulièrement traumatisantes pour la population, mais très dommageables également pour l’économie du pays. Ce retour à la normale a été savamment préparé, puisqu’il a été précédé par une longue interview du Premier ministre sur la chaîne télévisée TV Plus. De cette intervention, on retiendra surtout l’appel à une trêve politique durant cette fin d’année. Cependant, l’arrestation et l’emprisonnement d’Augustin Andriamananoro ne donnent finalement aucune consistance à cette demande, le MAPAR et les habitants de Soamahamanina étant fermement décidés à manifester leur mécontentement lors de l’énoncé du verdict du procès, mardi prochain. Néanmoins, le sort réservé à l’ancien ministre des Postes et Télécommunication du régime de transition ne semble soulever aucune passion au sein de l’opinion. Les Malgaches sont dans leur grande majorité beaucoup plus préoccupés par la recherche de leur pitance quotidienne que de la justesse des accusations portées à l’encontre de ce leader politique. Pour le moment, ils essaient d’assurer au mieux le bien-être de leur famille à l’occasion des fêtes de fin d’année. La vie publique, dans ce contexte, semble être tombée en léthargie. L’Assemblée nationale a terminé ses travaux, le Sénat a fait de même. Les différentes administrations tournent au ralenti.

L’échiquier politique réaménagé au Proche- Orient. Sur le plan international, c’est bien sûr l’actualité du Proche-Orient qui préoccupe au plus haut point les chancelleries du monde entier. L’armée de Bachar Al Assad a terminé sa reconquête de la ville d’Alep. Elle occupe maintenant une ville en ruine et désertée par ses habitants. Le président syrien triomphe face aux forces rebelles et peut se targuer d’avoir sous sa domination une partie importante de son pays. Son allié russe et ses amis iraniens ont  réussi à supplanter les Américains et les Européens dans cette partie du monde,  longtemps une chasse gardée du camp occidental. L’échiquier politique proche- oriental est en train de se réaménager avec le rapprochement entre la Turquie et la Russie. L’assassinat de l’ambassadeur russe à Ankara par un extrêmiste ne devrait pas le remettre en cause, les présidents Poutine et Erdogan étant même décidés à le consolider.

Le terrorisme frappe maintenant l’Allemagne. Daech  l’avait  annoncé. Il ne laisserait aucun répit aux démocraties occidentales. La France avait été la première à subir les attaques de ses terroristes et a payé un  lourd tribut après ses attentats. Le pays a réorganisé son dispositif de sécurité et vit en état d’alerte permanente. Il n’a donc pas vécu d’autres drames aussi sanglants que ceux qu’il a vécus en 2015 et en 2016. La Belgique a été la cible suivante de l’organisation terroriste et elle a, elle aussi, était touchée durement. L’Allemagne semblait avoir été épargnée. Aujourd’hui, elle est plongée dans l’horreur après l’attaque d’un  camion fou sur un marché de Noël à Berlin. Les Allemands ont ressenti la même angoisse que les Français ou les Belges. La gigantesque chasse à l’homme qui a été lancée après l’attentat a porté ses fruits, puisque le terroriste a été abattu en Italie alors qu’il tentait de forcer un barrage  de police.

En cette fin d’année, les Malgaches aspirent à une certaine sérénité et veulent profiter pleinement de ces fêtes pour passer des moments agréables en famille. Les tracas de la vie quotidienne sont toujours présents, mais ils vont les oublier dans l’espace de ces quelques jours. Ils vont donc vivre pleinement cette trêve des confiseurs qui a commencé à s’installer.

Patrice RABE