Les actualités Malgaches du Mardi 24 Octobre 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar4656 partages

Écoles catholiques – Polémique autour de la rentrée

La décision des écoles catholiques crée un débat au niveau de la société et sur les réseaux sociaux. La plupart des parents ont peur d’envoyer leurs enfants à l’école. « A mon avis, il ne faut pas que les enfants aillent à l’école même s’il y a des défaillances, je préfère attendre une semaine. Il faut souligner que ce n’est pas une maladie simple mais une mala-die mortelle. Personne ne peut dire que cette maladie est maîtrisée, pas même le ministère de la Santé publique. Je pense qu’il s’agit surtout de frais de scolarité. Les enfants ne sont pas en sécurité. D’ailleurs, ils ne savent pas si leur température monte ou baisse. Il faut dire que cela fait peur », affirme Jean Christian, un parent d’élève étudiant dans une école catholique.Quelques uns ne partagent pas cet avis. « Les élèves deviennent paresseux. Les enseignants aussi doivent reprendre leur travail. Si telle est la décision provenant de l’archevêque, pourquoi ne pas la suivre ? », avance une fidèle parent d’élève catholique. En fait, les écoles catholiques sont prêtes à prendre leur responsabilité pour la rentrée prévue le 25 octobre, d’après la déclaration d’Odon Razanakolona, archevêque d’Antananarivo, lors de la messe au collège Saint Michel Amparibe, dimanche.Une réunion de tous les responsables au sein des écoles catholiques se tiendra ce jour, d’après cette déclaration. « Les écoles catholiques sont prêtes à prendre les responsabilités qui leur reviennent. J’invite tous les responsables au sein des écoles catholiques à se réunir mercredi pour les mesures à prendre », affirme t-il. À part les écoles catholiques, quelques écoles privées prévoient également de reprendre les cours, cette semaine.

Calendrier scolaire 2017-2018

Période I :6 novembre au 22 décembreVacances de Noel : 23 décembre  au 03 janvier 2018

Période II :4 janvier au 20 février 2018Journées des Écoles : 21 au 23 février 201826 février au 28 mars 2018Vacances de Pâques : 29 mars au 02 avril 2018

Les dates d’examen ne changent pas CEPE : Mardi 31 juillet 2018BEPC : Lundi 20 au jeudi 23 août 2018CAE : 2 et 3 octobre 2018CAP : 30 et 31 octobre 2018Chaque école peut décider

Mamisoa Antonia

News Mada2072 partages

Norombahin’ny CUA ny Milan Pact Awar

Mendrika amin’ny tetikasa ary rehefa tsy voalohany, aleo farany. Natolotra tamin’ny fomba ofisialy ny ben’ny Tanànan’Antananarivo, Ravalomanana Lalao, omaly tetsy amin’ny lapan’ny Tanàna Analakely ny amboara manamarika ny nahazoan’ny CUA ny laharana voalohany tamin’ny fifaninanan’ny tanàn-dehibe manana politika momba ny sakafo na ny “Milan Pact Award” teo anivon’ny antsoina hoe : “Environnement difficile”. Nandroso tetikasa telo ny kaominina ka nahazoany naoty ambony avokoa izany. Nahazo lelavola  15 000 Euros koa ny CUA ankoatra ny amboara. “Mahazo vokatra tsara rehefa misy ny fiaraha-miasa sy ny fiaraha-mientana ary ny fifanampiana”, hoy Ravalomanana Lalao. Napetraka ho zava-dehibe rahateo ny ady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo, hita taratra eny anivon’ny EPP ary tsy natao ambanin-javatra ny fiaraha-miasa amin’ny boriborintany sy ny fokontany.

Synèse R.

Madaplus.info370 partages

Appel à solidarité pour Rija Tiana

Depuis plusieurs mois, l’association EGMOS* accompagne Rija Tiana, un Malgache atteint d’une leucémie aigüe. Sa seule chance de s’en sortir est de remplacer sa moelle osseuse malade par une moelle osseuse saine.
Une greffe de moelle osseuse doit donc être réalisée à partir d’un donneur 100 % compatible, un donneur qui partagerait les mêmes origines que lui et qui serait en quelques sortes son jumeau génétique.
Malheureusement, le registre de donneurs volontaires de moelle osseuse compte très peu de personnes d’origine malgache. C’est pour pallier ce manque qu’EGMOS a décidé d’aller à la rencontre des Malgaches vivant en France, pour Rija Tiana et pour les autres membres de la communauté en attente de greffe, et dont la vie dépend de donneurs compatibles.
Pendant un mois, chaque dimanche, des membres de l’association se rendront dans des églises chrétiennes malgaches pour faire une annonce ciblée sur l’extrême urgence de la situation de Rija Tiana et sensibiliser les membres de la communauté malgache à l’importance du don de moelle osseuse.
Le coup d’envoi a été donné le 22 octobre à l’église FPMA Paris. L’association EGMOS y était représentée par une greffée, elle-même sauvée grâce à la moelle osseuse d’un donneur allemand, une mère dont l’enfant a été greffé grâce à une jeune donneuse française. Participe également à cette campagne une donneuse de moelle osseuse originaire de Madagascar.
Le 29 octobre prochain, l’action de sensibilisation aura lieu à l’église catholique malgache de Paris, le 5 novembre à l’Église anglicane malgache de Paris et le 12 novembre à la FPMA Vincennes.
Cette initiative est approuvée par l’Agence de la Biomédecine, agence relevant du Ministère de la Santé, en charge du registre des Donneurs Volontaires de Moelle Osseuse.
Vous êtes d’origine malgache, vous avez entre 18 et 50 ans et vous êtes en bonne santé? Vous êtes peut-être celui qui permettra à Rija Tiana de guérir complètement. Le temps presse, inscrivez-vous dès aujourd’hui. C’est simple : allez sur le site www.dondemoelleosseuse.fr, pré-inscrivez-vous et suivez toutes les instructions, tout y est clairement indiqué.
* EGMOS est une association d’entraide aux greffés de moelle osseuse qui accompagne les greffés hospitalisés et leurs proches depuis 1988. EGMOS a l’agrément du Ministère de la santé et le statut d’association d’utilité générale. Le site de l’association : www.egmos.org
L’appel de Rija Tiana visible sur Youtube :
Midi Madagasikara243 partages

Tourisme : 10% à 15% d’annulations de réservation

Avec le respect des mesures préventives, la peste ne devrait pas affecter le tourisme, selon le ministre Roland Ratsiraka.

Le tourisme tient bon. Les touchées des bateaux de croisière et les grands événements touristiques sont maintenus et les avions à destination de Madagascar sont remplis, selon le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka.

10% pour le tourisme d’affaires et 15% pour le tourisme de loisirs ! Ce sont les taux d’annulation annoncés par le ministère du Tourisme. Des annulations qui sont engendrées par l’épidémie de la peste, mais surtout par la dramatisation de la part des médias étrangers. Selon le ministre Roland Ratsiraka, la situation, pour le secteur du tourisme, n’est pas aussi grave que l’affirme la presse étrangère. Outre les indicateurs statistiques, le ministère a reçu plusieurs lettres. Parmi les plus marquantes figure celle du Secrétaire général de l’OMT (Organisation mondiale du tourisme), Taleb Rifai qui soutient davantage la destination Madagascar. « Des représentants de l’OMT seront bientôt à Madagascar pour nous soutenir. Cette organisation compte également demander à Air Seychelles de rétablir ses vols vers Madagascar. Du côté du tourisme de croisière, la compagnie Carnival a également confirmé le maintien de toutes les touchées prévues sur nos ports, qui auront lieu à partir du 4 novembre prochain à Nosy-Be, ensuite à Diégo et à Toamasina », a indiqué le ministre Roland Ratsiraka.

Confiants. Outre ces entités étrangères, les touristes et les organisateurs d’événements sont également décidés à maintenir les manifestations culturelles et touristiques dans diverses régions de la Grande Ile. La Foire internationale de Diégo aura bien lieu ce vendredi. D’après le ministre du Tourisme, plusieurs délégations étrangères viendront à l’événement. Des artistes réunionnais et français seront également au rendez-vous. Le 3 novembre prochain commencera également le Lemur Trophy. D’après ces organisateurs présents hier à la conférence de presse du ministère du Tourisme, certaines annulations ont été enregistrées, mais la majorité des participants français et réunionnais tient à participer à la manifestation. « Certes, il y a des mesures préventives à respecter. Mais la forte participation étrangère à cet événement démontre qu’il ne faut pas dramatiser la situation », ont-ils affirmé. Par ailleurs, le Festival d’art culinaire qui se tiendra à Toliary ce prochain week-end est également maintenu. Il s’agit d’un événement organisé en étroite collaboration avec l’Ambassade de l’Afrique du Sud. D’ailleurs, le ministre du Tourisme de ce pays sera reçu par le ministre Roland Ratsiraka, lundi prochain.

Zéro cas. Plusieurs rencontres internationales ont été reportées, suite à l’épidémie de la peste. Ce qui a fortement contribué à l’augmentation des taux d’annulation. Mais dans les établissements et services liés au tourisme, comme les hôtels, les restaurants, les transports, etc. aucun cas de peste n’a été observé, d’après le ministère du Tourisme. Ce département tient à garder ce zéro incident dans ce secteur d’activité. Pour Antananarivo, l’application des mesures préventives est suivie de près, selon le ministre Roland Ratsiraka. Dans les autres régions, les sensibilisations se poursuivent…

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara232 partages

Erick Rajaonary, Président du FIVMPAMA : « Nous sommes enracinés à notre terre et branchés sur le mond...

Erick Rajaonary, le président du FIVMPAMA est convaincu que la diaspora joue un rôle majeur dans la relance de l’économie. (Photo fournie)

De nombreux événements ont marqué les affaires nationales depuis ces dernières semaines. Il s’agit entre autres de la propagation de l’épidémie de la peste affectant non seulement la population, mais aussi les secteurs économiques, la fermeture de l’usine de production agro-alimentaire Tiko AAA à Andranomanelatra par l’Etat et le décès du Professeur Zafy Albert, ancien président de la République qui a prôné la démocratie et la liberté d’expression. Dans une interview, le PDG de Guanomad, qui plus est le président du FIVMPAMA ou Groupement du Patronat Malagasy, Erick Rajaonary s’est exprimé sur ces récentes actualités marquantes dans le pays tout en évoquant les attentes de la diaspora et la quête d’une visibilité internationale.

Midi Madagasikara : Que pensez-vous de la décision de l’Etat de fermer l’usine Tiko AAA ?

Erick Rajaonary : Le FIV.MPA.MA souhaiterait plutôt inviter le gouvernement à mettre en place des dispositifs permettant aux investisseurs d’exercer leur métier dans un environnement sain et d’avoir une visibilité pour construire une stratégie pérenne et profitable à tous. Fermeture rime avec mise au chômage, donc perte d’emplois. Ce qui est néfaste pour notre économie qui peine à se relancer. Il faut que les deux parties arrivent à trouver un consensus dans le cadre d’un dialogue public-privé. Les décisions, au lieu d’être républicaines, se réduisent à des mesures gouvernementales. En outre, il faudrait une vision à court, moyen et à long terme.

M.M : Quel regard portez-vous sur la propagation de l’épidémie de peste à Madagascar ?

E.R : Ce phénomène extrêmement malheureux et inquiétant de par le nombre important de pertes de vies humaines qu’il cause confirme la nécessité de mettre en place une véritable politique économique favorisant la croissance et le développement de Madagascar. Qu’on le veuille ou non, la peste est la conséquence et la manifestation de la pauvreté. Tant que Madagascar s’appauvrit, nous nous retrouverons cycliquement face à ce type de fléau. L’éradication de ce genre d’épidémie est liée à l’éradication de la pauvreté et à la question du développement. Il est temps de prendre nos responsabilités. Sur le court terme, une solide éducation citoyenne s’impose pour une meilleure compréhension des enjeux. Il faut encourager la population à s’investir dans les petites actions à l’échelle de l’individu. Morbidité et mortalité impactent d’une manière ou d’une autre sur la productivité. Mais dans une large mesure, une épidémie comme la peste entraîne un ralentissement des activités économiques si on ne prend que le domaine du tourisme. Certes, il n’y a aucune interdiction de voyager et de fermeture de frontières, mais la peur reste présente.

M.M : Madagascar vient de perdre un grand homme, le Professeur Zafy Albert. Son absence va-t-elle peser sur l’échiquier politique malgache ?

E.R : Avant toute chose, je voudrai rendre hommage à l’ancien Président de la République, Zafy Albert et transmettre mes condoléances à sa famille et à ses proches. Il a beaucoup fait pour la démocratie, qui demeure une exigence pour asseoir un véritable développement et que nous devons apprendre à développer. C’était un homme d’une grande honnêteté et loyauté. Il était l’une des rares figures de l’opposition qui a affiché une certaine constance. Inévitablement, son absence va bouleverser l’échiquier politique. La notion de « construction nationale » est une œuvre permanente. Il nous faut dissocier le gouvernement du pays (Fanjakana) de la gouvernance de la nation (Firenena).

M.M : Dans les prochains jours se tiendra à Antananarivo, le premier Forum de la diaspora, quelles retombées peut-on attendre de cette rencontre ?

E.R : Le FIV.MPA.MA est convaincu que la diaspora peut jouer un rôle majeur dans la relance de l’économie. Et, depuis le début de l’année, nous avons mis en place des branches internationales pour permettre aux entrepreneurs et investisseurs malgaches d’ici et d’ailleurs de se retrouver sur une seule plateforme, celle du FIV.MPA.MA. Ce forum arrive évidemment à point nommé, car Madagascar a aujourd’hui – et plus que jamais – besoin de la mobilisation de toutes ses forces vives. Ce point de départ va déjà dégager les premières pistes de réflexion pour l’élaboration d’une politique claire sur la diaspora. Nos premiers contacts auprès des six branches (France, Allemagne, Canada, Etats-Unis, Seychelles, La Réunion et le partenariat avec la Diaspora Malgache du Benelux [DMB]) nous ont permis d’identifier quelques aspirations dont le paiement d’une redevance annuelle auprès des consulats, l’exercice de droit de vote et la couverture du rapatriement de corps en cas de décès.

M.M : Vous êtes souvent sollicité dans des cercles de réflexion à l’échelle régionale et internationale, pourquoi cette quête d’une visibilité internationale ?

E.R : En effet, je suis à plusieurs reprises sollicité à me prononcer sur les grands enjeux de l’économie africaine et mondiale. Je pense qu’il est important de faire entendre notre voix, de montrer une autre réalité, de présenter Madagascar autrement et de partager une autre manière de voir le monde. Il faut qu’on arrête avec cette image négative de Madagascar. Dans mes interventions, je mets toujours en avant la richesse de notre pays, l’énorme potentiel dont il dispose mais aussi les défis auxquels nous sommes confrontés, en l’occurrence la pauvreté et la mauvaise gouvernance. Nous vivons dans un monde dans lequel il faut penser global et agir local, nous restons attachés à notre terre tout en étant branchés sur le monde et nos actions et notre communication traduisent cette volonté. En fait, nous sommes enracinés à notre terre et branchés sur le monde.

Recueillis par Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara204 partages

Honoré Rakotomanana : Le compte à rebours a commencé

Honoré Rakotomanana en train de servir celui qui pourrait prendre sa place au perchoir du Sénat.

Même si tous les indices ne sont pas en sa faveur, il a calmé les esprits hier en affirmant que la recomposition du bureau permanent du Sénat n’est pas encore à l’ordre du jour.

Les choses semblent s’accélérer au Sénat depuis hier, après une courte pause ponctuée par les obsèques du Pr Zafy Albert dans la commune rurale de Betsiaka, district d’Ambilobe. Une conférence des présidents se tient aujourd’hui au Palais de Verre. Cette conférence des présidents va déterminer le premier ordre du jour des 63 sénateurs de cette deuxième session ordinaire du Parlement. Sauf revirement, l’élection de celui qui va prendre la place d’Ahmad, élu président de la CAF (Confédération Africaine de Football) à la vice-présidence de la Chambre haute pour la province de Mahajanga, pourra être organisée demain. Avant de s’installer au Caire (Egypte), Ahmad a déposé sa démission auprès du président du Sénat le 20 mars 2017. Son remplaçant n’a été désigné par le président de la République que sept mois après cette démission. Contrairement à cette longue attente, la procédure de l’installation du remplaçant de l’actuel président de la CAF, en la personne de Rivo Rakotovao, a connu une célérité exceptionnelle et une tournure grandiose.

Passation et remise d’écharpe. La passation entre le président national du HVM et le nouveau ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage Harison Randriarimanana s’est tenu hier dans la matinée à Anosy. Dans l’après-midi, le nouveau sénateur Rivo Rakotovao a été accueilli pour la première fois au Palais de Verre d’Anosikely pour la traditionnelle remise d’écharpe tricolore. Si une forte délégation du bureau permanent du Sénat a été présente lors de la passation d’hier matin, des barons du HVM ont été aperçus dans l’après-midi au Palais de Verre, pour ne citer que l’ancien ministre Narson Rafidimanana et deux conseillers spéciaux du président de la République, Rachid Mohamed et Jaobarison Randrianarivony. A l’allure où vont les choses et à s’en tenir aux indices qui se manifestent autour de la nouvelle nomination pour le président national du parti au pouvoir, le compte à rebours semble avoir commencé pour le président du Sénat Honoré Rakotomanana.

« Organisation politique ». Malgré cette impression d’un imminent départ d’Honoré Rakotomanana, ce dernier a essayé de calmer les esprits hier à Anosikely en rappelant : « Comme disait le président de la République, la nomination de Rivo Rakotovao au Sénat est une organisation politique au sein du régime. » Interrogé par les journalistes sur la recomposition du bureau permanant de la Chambre haute, Honoré Rakotomanana de répondre : « Rien n’est encore prévu là-dessus. » En tout cas, le vent du changement semble souffler au Sénat. Reste à savoir si le sort de l’actuel bureau permanent sera fixé avant la clôture de la session en cours.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara186 partages

Risposte à l’épidémie de peste : 34 tonnes d’aide médicale du Maroc

Une aide médicale d’urgence venant du roi du Maroc Mohammed VI sera acheminée vers Madagascar en appui au dispositif de riposte à l’épidémie de peste pulmonaire. Il s’agit de 34 tonnes de médicaments, de dispositifs médicaux et d’équipements de protection conformes aux normes de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé ). Ce don arrivera à Madagascar par avion, ce jour.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune182 partages

Confusion totale dans la lutte contre la peste

Après deux mois du premier cas déclaré, l’épidémie de peste n’est toujours pas maitrisée et la maladie continue de se répandre. Pire, la confusion dans la lutte contre la maladie est incompréhensible. En effet, mis à part les cas où des personnes suspectées fuient les centres de traitement et les autorités, la lutte contre la peste se heurte à plusieurs autres obstacles. L’un des cas les plus stupéfiants reste le lynchage d’un groupe d’étudiants par des villageois dans la province de Toamasina, ces derniers croyant qu’il s’agissait d’un groupe d’intervention censé opérer des vaccinations contre la peste. La psychose s’est en effet emparé de la société et dans les coins reculés, des bruits comme quoi des groupes de personnes inoculent la bactérie de la peste via des piqûres prétendues vaccins. Bon nombre de malgaches dans les campagnes se trouvent désinformés sur la maladie, à se demander qui se charge de l’information de ces derniers et comment on en arrive à ce point.

Par rapport à ce cas de lynchage, le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) a déclaré qu’actuellement aucune vaccination n’est pratiquée pour lutter contre la peste.

Outre cela, les internes en médecine ont eux aussi entamé une grève au niveau des hôpitaux. Ceux-ci ont depuis hier refusé de faire la garde auprès des personnes atteintes de la peste. La raison en est qu’ils seraient eux-mêmes responsables des équipements obligatoires pour leur protection contre la bactérie. Des équipements qui coûtent trop chers pour des étudiants et qui pourtant sont essentiels pour éviter la transmission de la maladie. Ils demandent ainsi à ce que l’Etat délivre ces équipements de protection au moins 48 heures avant leur tour de garde, à défaut ils suspendront leurs activités. La question qui se pose est de savoir pourquoi ces internes doivent-ils eux-mêmes débourser de l’argent pour leurs équipements ? L’Etat ayant reçu non seulement des dons en matériels médicaux et en médicaments mais continuant également à recevoir les aides des organismes internationaux dans cette lutte.

Actuellement, une trentaine d’internes serait déjà atteints de la maladie faute de matériels. Selon les derniers chiffres de la BNGRC, le nombre de décès dû à la peste depuis le début de l’épidémie s’élève à cent vingt personnes.

News Mada175 partages

Loka Poseam- Orange Madagascar : tetikasa telo hitondra vahaolana ho an’ny eto an-toerana

Nomen’ny Orange Madagascar ny tanora malagasy 10 avy amin’ny « Start-ups sociaux à Madagascar » fankasitrahana noho ny fananan’izy ireo toe-tsaina tia karokaroka sy fanavaozana. 10 ny tetikasa voasivana mazava mahakasika sehatra samihafa ka nahitana ny zava-bitan’ireo tanora ireo eto amin’ny firenena. Ny telo voalohany, hoentina hiatrika ny fifaninanana loka Orange ho an’ny fandraharahana aty Afrika sy any Moyen-Orient (Poseam), andiany 2017. Anisan’izany karazana tetikasa izany ny sehatry ny famokarana angovo, fambolena, fanabeazana, varotra.

Ny loka Poseam izay manome lanja ny toeran’ny fandraharahana aty Afrika sy any Moyen-Orient, amin’ny fanolorana tetikasa mamaly ny hetahetan’ny fiarahamonina sy mampandroso ny toekarena ao amin’ny firenena iray. Atomboka eo anivon’ny firenena iray aloha izany. Raha eto Madagasikara, tompon-marika manadihady ny tetikasa ary mifantina ny telo voalohany haroso eo amin’ny fifaninanana iraisam-pirenena ny Orange.

Sakafo, angovo, fifamoivoizana

Ireo telo hiatrika ny fifaninanana farany : « Manzer-Partazer », fanamoràna fanampiana amin’ny sakafo ahazoan’ny daholobe azy, fanomezana na varotra ; « Majika », famokarana angovo ho an’ny rehetra ; « Betaksys System Madagascar »; ialana amin’ny fitohanan’ny fifamoivoizana amin’ny taxi-be eto Antananarivo.  Nitsara ny zava-bita sy nifantina azy ireo ny avy amin’ny Solidis Garantie, Agence France Universitaire, Orange Money sy Orange Madagascar. Nandray anjara ihany koa ny mponina nanara-maso amin’ny alalan’ny fifidianana.Voalohany tamin’izany fifidianana izany ny “Majika”, manaporofo ny hetahetan’ny mponina amin’ny tsy fahampian’ny herinaratra.

Nanomboka ny volana avrily tamin’ity taona ity, nametraka fandaharanasa manokana ny Orange ho fanohanana ireo mpifaninana. Fanohanana amin’ny torohevitra isan-karazany. Nomena loka ireo tetikasa 10 voafantina voalohany eto an-toerana, ny 20 oktobra teo, mari-pankasitrahana sy fahana 4G internet  mandritra  ny herintaona. Loka Poseam Vondrona Orange kosa, ny fanohanana ireo manana tetikasa, manangana orinasa madinika sy salantsalany amin’ny fahazoana famatsiam-bola 10.000, 15.000 ary 25.000 euros.

R.Mathieu

Midi Madagasikara161 partages

Iavoloha : Un dîner d’Etat pour la princesse Anne

La Premère Dame Voahangy Rajonarimampianina en compagnie de la princesse Anne d’Angleterre.

Son Altesse Royale Anne d’Angleterre, est arrivée à Antananarivo, hier, pour une visite officielle, dans le cadre notamment de la célébration du bicentenaire de l’établissement des relations diplomatiques entre Madagascar et le Royaume Uni. Accompagnée de son époux, le vice-amiral, Sir Tim Laurence, la Princesse Anne a été accueillie notamment à son arrivée à l’aéroport international d’Ivato par l’épouse du Président de la République, Voahangy Rajaonarimampianina, ainsi que le Premier ministre Mahafaly Olivier. Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, reçoit la Princesse Anne aujourd’hui, en fin d’après-midi, au Palais d’Iavoloha, où des cérémonies et un dîner d’Etat sont également prévus.

Bicentenaire. Ce jour, dans le courant de l’après-midi, la Princesse Anne assistera à une messe d’action de grâce, en la cathédrale anglicane Saint Laurent, d’Ambohimanoro, à Antananarivo, pour commémorer le bicentenaire de la signature du Traité d’Amitié entre le Royaume-Uni et Madagascar. La Princesse Anne d’Angleterre se rendra également dans les Régions Amoron’i Mania, DIANA et SAVA. Elle y visitera notamment des projets portant sur l’environnement et la conservation, ainsi que le développement social et économique. Dans ces différents projets, des organismes britanniques sont impliqués aux côtés d’organisations non-gouvernementales et des autorités malgaches, ainsi que les communautés locales. Notons que la Princesse Anne Elizabeth Alice Louise est la fille unique de la Reine Elisabeth II et du Prince Philippe, Duc d’Édimbourg. Elle est au douzième rang dans l’ordre de succession au trône britannique.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara161 partages

Révision constitutionnelle : Vers une alliance TIM – MAPAR

Face à un éventuel « forcing » des tenants du pouvoir actuel, les partisans de l’ancien président Andry Rajoelina prévoient de ne pas rester  les bras ballants.

« Nous défendrons jusqu’au bout cette Constitution ». C’est ce qu’a déclaré hier la députée d’Ambatofinandrahana et non moins Coordonnatrice nationale du parti « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR), Christine Razanamahasoa. En effet, les partisans de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina prévoient de ne pas rester les bras ballants face à un éventuel « forcing » du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » pour une révision de la Constitution. « A un an de la fin du mandat du président Hery Rajaonarimampanina et face aux difficultés subies au quotidien par la population, engendrées entre autres, par l’inflation, le délestage, l’insécurité, mais aussi et surtout, l’épidémie de peste qui fait des ravages au niveau de la Société, un référendum constitutionnel ne constitue point une priorité. Au lieu de s’accrocher à leur « seza », les tenants du régime devraient plutôt se concentrer sur l’organisation de l’élection présidentielle. Une élection qui doit être libre, transparente, démocratique et inclusive ». Selon ses dires, le MAPAR est déjà fin prêt pour la Présidentielle. A entendre les explications de l’ancienne ministre de la Justice de la Transition, une éventuelle alliance entre le MAPAR et le « Tiako i Madagasikara » de l’ancien président Marc Ravalomanana n’est pas à écarter. « Même si ce sera une alliance contre nature, cela constituerait une évidence », a laissé entendre Christine Razanamahasoa. Et elle de faire savoir toutefois au passage que pour l’heure, aucun rapprochement entre les deux forces politiques n’a encore eu lieu. « On verra cela lors de la reprise de la session à l’Assemblée nationale prévue mercredi prochain ».

Débat public. En ce qui concerne le débat public sur la révision de la Constitution prévu se dérouler vendredi prochain à l’hôtel Carlton, le MAPAR n’optera pas pour la politique de la chaise vide. Le parti sera bien représenté à cet évènement. Et ce, même si pour l’heure, le parti n’a pas encore reçu son carton d’invitation. « Nous suivrons de près ce débat pour voir le résultat des travaux réalisés par la commission consultative qui s’est penchée sur l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électoral », a lancé la députée élue dans le District d’Ambatofinandrahana. En effet, le MAPAR reste vigilant à propos de ce projet de textes. « Le résultat devrait être conforme à ce qui a été présenté lors de la première rencontre à Alarobia », a soutenu Christine Razanamahasoa qui n’a pas manqué de dénoncer « un projet de Code électoral élaboré unilatéralement par les tenants du régime ». D’après la Coordonnatrice nationale du MAPAR, « un forcing des tenants du pouvoir risquerait de porter atteinte au respect de la règle de jeu démocratique ».

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune160 partages

Demande de liberté provisoire de Raleva rejetée

La persécution et la criminalisation des défenseurs des droits humains et de l’environnement tendent à se banaliser dans le pays. Clovis Razafimalala, militant écologiste qui a dénoncé les trafics illicites de bois de rose, Raymond Mandiny, un autre militant écologiste d’Ambanja en ont eu pour leur frais. Des voix critiques qui s’élèvent contre des projets potentiellement destructeurs pour leur pays.

Raleva vient d’être ajouté à cette liste, membre du groupe Justice et Paix et de l’antenne régionale de l’Observatoire Indépendant des Droits Economiques, Sociaux et Culturels à Madagascar (OIDESCM) coordonné par le CRAAD-OI, a été arrêté et mis en détention préventive à Mananjary parce qu’il avait osé demander à voir les papiers officiels autorisant des opérateurs chinois à reprendre une exploitation aurifère arrêtée auparavant par le Chef de Région et l’ONE dans sa commune de Vohilava.

Raleva entame son 18ème jour d’emprisonnement, et on apprend que la Chambre de détention préventive a rejeté sa demande de liberté provisoire. Aucune date n’a été fixée ni pour une éventuelle instruction, ni pour le procès proprement dit. Tout cela se fait sans qu’aucune explication n’ait été donnée, ce qui démontre la volonté manifeste des responsables concernés de punir Raleva pour avoir exercé ses droits d’expression et à l’information, et d’étouffer tout mouvement de protestation des communautés riveraines contre l’exploitation aurifère illégale des opérateurs chinois.

En effet cette exploitation ne disposait pas de tous les permis nécessaires et utilisait un produit qui ressemblait beaucoup au mercure, particulièrement dangereux pour l’eau, le sol, les cultures environnantes et la santé des populations riveraines. Le motif d’inculpation de Raleva - usurpation de fonction du Chef de district - est plus que discutable, puisque le Chef de District était présent dans la réunion publique où Raleva a pris la parole.

Depuis sa détention, plusieurs communiqués et des centaines d’appels à la libération immédiate et sans condition de Raleva ont été adressés aux autorités compétentes par le CRAAD-OI et ses alliés du Collectif TANY, d’Amnesty International, de Frontline Defenders et du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement. Ces derniers exhortent les autorités à remplir d’urgence leurs obligations de respecter et de garantir la réalisation des droits fondamentaux de Raleva, et de faire cesser les menaces que les conditions carcérales font peser sur son état de santé déjà fragile.
 Ils appellent également toutes les personnes de conscience, et les organisations qui œuvrent en faveur des droits humains et de la justice sociale à renforcer la lutte pour la libération de Raleva, qui a été reconnu comme prisonnier de conscience par Amnesty International.

Midi Madagasikara79 partages

Manakambahiny : Un enfant de trois ans kidnappé

Hier, le quartier de Manakambahiny était en effervescence. Vers la fin de l’après-midi, un attroupement de policiers a impressionné les habitants qui semblaient ne pas être au courant du motif de cette descente. Selon les informations recueillies auprès de la Brigade criminelle (BC), ces hommes armés se sont rendus sur place pour procéder à une séance de reconstitution d’un acte de kidnapping d’un enfant de trois ans commis dans le quartier, il y a deux ou trois jours. Samedi, une personne a porté plainte auprès de la brigade criminelle (BC) à Anosy, car son enfant a disparu. Le plaignant a parlé d’un enlèvement, car le ravisseur a laissé une lettre indiquant l’endroit où les parents de la victime devront déposer la rançon. Saisie de l’affaire, la police a tout de suite réagi et a réussi à surprendre le ravisseur. Pour le moment, aucune information n’a filtré, ni sur la famille victime ni sur le kidnappeur. Quoi qu’il en soit, la police a promis d’apporter sa version officielle, ce jour.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info78 partages

[TEMOIGNAGE] LES EGLISES MALGACHES EN FRANCE MOBILISEES POUR AIDER RIJA TIANA

Depuis plusieurs mois, l’association EGMOS* accompagne Rija Tiana, un Malgache atteint d’une leucémie aigüe. Sa seule chance de s’en sortir est de remplacer sa moelle osseuse malade par une moelle osseuse saine.
Une greffe de moelle osseuse doit donc être réalisée à partir d’un donneur 100 % compatible, un donneur qui partagerait les mêmes origines que lui et qui serait en quelques sortes son jumeau génétique.
Malheureusement, le registre de donneurs volontaires de moelle osseuse compte très peu de personnes d’origine malgache. C’est pour pallier ce manque qu’EGMOS a décidé d’aller à la rencontre des Malgaches vivant en France, pour Rija Tiana et pour les autres membres de la communauté en attente de greffe, et dont la vie dépend de donneurs compatibles.
Pendant un mois, chaque dimanche, des membres de l’association se rendront dans des églises chrétiennes malgaches pour faire une annonce ciblée sur l’extrême urgence de la situation de Rija Tiana et sensibiliser les membres de la communauté malgache à l’importance du don de moelle osseuse.
Le coup d’envoi a été donné le 22 octobre à l’église FPMA Paris. L’association EGMOS y était représentée par une greffée, elle-même sauvée grâce à la moelle osseuse d’un donneur allemand, une mère dont l’enfant a été greffé grâce à une jeune donneuse française. Participe également à cette campagne une donneuse de moelle osseuse originaire de Madagascar.
Le 29 octobre prochain, l’action de sensibilisation aura lieu à l’église catholique malgache de Paris, le 5 novembre à l’Église anglicane malgache de Paris et le 12 novembre à la FPMA Vincennes.
Cette initiative est approuvée par l’Agence de la Biomédecine, agence relevant du Ministère de la Santé, en charge du registre des Donneurs Volontaires de Moelle Osseuse.
Vous êtes d’origine malgache, vous avez entre 18 et 50 ans et vous êtes en bonne santé? Vous êtes peut-être celui qui permettra à Rija Tiana de guérir complètement. Le temps presse, inscrivez-vous dès aujourd’hui. C’est simple : allez sur le site www.dondemoelleosseuse.fr, pré-inscrivez-vous et suivez toutes les instructions, tout y est clairement indiqué.
* EGMOS est une association d’entraide aux greffés de moelle osseuse qui accompagne les greffés hospitalisés et leurs proches depuis 1988. EGMOS a l’agrément du Ministère de la santé et le statut d’association d’utilité générale. Le site de l’association : www.egmos.org
L’appel de Rija Tiana visible sur Youtube :
Midi Madagasikara76 partages

Maevatanàna II : Trano 220 no may kila forehatra, vokatry ny dorotanety.

Trano 220 kila forehitra, vokatry ny dorotanety. Tsy nisy noraisina ny entana rehetra tao anatiny. Tao amin’ny fokontany Ambodimanga Betsiboka, Kaominina Maevatanàna faharoa, no nisehoan’io haintrano io, vokatry ny dorotanety no nihitatra, ny Asabotsy teo tokony ho tamin’ny 12 ora mitataovovonana. Araka fanzavana voaray avy amin’ny Kaomandany Kaompany avy eto Maevatanàna, afo nataon’olona amin’ny fandorona tanety no nahatonga  izany, ka izay no nihitatra nitarika ny afo teo amin’ireo trano bozaka nifanakaiky, may tsy nisy noraisina ny trano 220, no hon’ny hetraketrakin’ny  sasany. Niezaka namonjy ny fokonolona sy ny Zandary, saingy tsy nahasakana ny afo, ny rano tsy misy ary 5km miala eo Ambodimanga makany amin’ny reniranon’ny  Bestiboka vao misy rano. Fianakaviana 1000 mahery no tsy manan-kialofana. Mbola tsy voafaritra ihany koa ny tetibidin’ny zavatra may. Ny Zandary avy eto Maevatanàna moa no misahana ny fandihadiana makasika ity haintrano ity.

Ratantely

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara70 partages

Prise en charge de la peste : Les internes réclament les matériels de protection adéquats

L’équipement de protection individuelle requis pour réduire les risques de contamination au maximum.

De 9h du matin à 11h, les représentants des internes en médecine ont effectué un sit-in devant l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) hier. Ils revendiquaient leur équipement en matériels de protection individuelle et collective contre la peste, pendant leur service.

En effet depuis deux mois, ils côtoient directement les malades de la peste, si bien que 30 d’entre eux furent déjà contaminés faute, selon leurs dires, de protection adéquate. Durant ce sit-in ou plutôt cette grève selon certains, ils menaçaient de ne pas reprendre leurs services avant que les équipements de protection qu’ils réclament ne leurs soient remis. Un de leurs représentants-qui a requis l’anonymat de rajouter : « Il est de notre devoir de nous occuper des patients atteints de la peste, sans distinction et nous l’avons fait durant deux mois déjà. Mais à l’allure où vont les choses, nous avons également le droit et le devoir de nous protéger, pour nous, mais aussi pour la santé publique. D’un commun accord, nous avons donc décidé d’interrompre notre service tant que nous ne recevons pas les matériels de protection adéquats. Loin d’être un chantage, il s’agit d’une demande légitime».

Réponse officielle. Leur revendication n’est pas restée lettre morte. En effet, le ministre de la Santé publique, le Pr Lalatiana Andriamanarivo, n’a pas tardé à réagir, en jouant la carte de la pondération : « Nous comprenons tout à fait la position des internes. Nous tenons ainsi à annoncer que les matériels en question étaient déjà disponibles depuis longtemps, seulement leur acheminement vers les hôpitaux publics a pris un peu de temps. Le problème est donc d’ordre logistique, les matériels de protection fournis avec le concours de l’Organisation mondiale de la Santé seront remis aux internes soit cet après-midi, soit demain matin (en parlant d’aujourdhui). Nous tenons toutefois à noter que le lobbying, le chantage, ou la pression n’ont pas leur place dans la prise en charge de l’épidémie de la peste. L’heure est à la conjugaison des efforts et des compétences pour éradiquer au plus vite la maladie ».       Par ailleurs, il a été également annoncé que le paiement des indemnités de stage de ces internes en médecine a eu lieu et aura lieu à l’Hôpital Befelatanana.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara66 partages

Rentrée scolaire le 25 octobre : Les écoles catholiques d’Antananarivo maintiennent leurs décisions

Ce qu’on peut lire à l’entrée d’un établissement catholique de la Capitale.

Les directeurs des écoles catholiques se réuniront ce jour pour discuter des dispositions adéquates à prendre afin de permettre la rentrée demain.

« La rentrée prévue le 25 octobre 2017 est maintenue ». Tels sont les propos du Vicaire Général d’Antananarivo pour faire état de la situation actuelle. Joint au téléphone, Monseigneur Ludovic Randrianantoandro a fait savoir « que la réunion d’aujourd’hui qui a pour objectif de dispatcher les consignes et dispositions auprès des responsables des écoles catholiques. Ce, pour protéger autant que possible les enfants contre la peste ». Le Vicaire Général d’Antananarivo d’ajouter qu’ « en plus des directeurs des écoles, la réunion verra la présence de responsables du ministère de la Santé publique, des partenaires des écoles catholiques ainsi que des représentants des organismes internationaux ». Avant de renchérir : « Les écoles catholiques ont déjà bénéficié de supports de sensibilisation et de communication de la part d’organismes internationaux ». Ce qui devrait permettre de faciliter les actions à entreprendre dans le cadre d’une rentrée sûre et loin de la peste. A en croire le Vicaire Général, il est clair que les écoles catholiques n’envisagent pas de faire marche arrière malgré les réactions virulentes des parents et des observateurs de la vie publique.

Polémiques. La décision des écoles catholiques de reprendre les cours mercredi prochain continue à faire parler d’elle. Les commentaires fusent sur les réseaux sociaux pointant du doigt « l’irresponsabilité des écoles catholiques ». De nombreuses personnes ne voient également dans le fond de la décision que le facteur économique. Notamment, le problème lié « aux pertes financières endurées par les écoles catholiques dues à d’éventuels non-paiement des frais de scolarité ». Pour d’autres internautes, les raisons sont plutôt politiques. « L’église catholique, par l’intermédiaire des écoles, lance un message, voire un défi à l’endroit du régime HVM» peut-on lire dans un commentaire sur facebook. Par ailleurs, le maintien de la rentrée pour le mercredi 25 octobre prochain n’est pas encore connu du grand public, plus particulièrement des concernés, c’est-à-dire les parents et les élèves. Ce qui a expliqué la ruée de nombreux parents vers les écoles où sont inscrits leurs enfants afin de demander de plus amples informations sur la situation réelle de la rentrée. Aucune information n’a pourtant pu être confirmée malgré leur plus grand désarroi. Interrogé sur la question, un responsable d’une école catholique située à Antanimena a fait savoir « qu’un communiqué sur les décisions prises sera affiché après la réunion d’aujourd’hui ». Rendez-vous donc à l’issue de cette réunion.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara64 partages

Fianarantsoa : Atterrissage forcé d’un Cessna 220 à Lamosina

Hier, le pire a été évité de justesse à Lamosina, une localité dans les environs de Fianarantsoa. En difficulté technique, un avion de marque Cessna 220 a du faire un atterrissage dans la brousse. Ayant constaté un incident dans l’appareil, le pilote a choisi cette manœuvre qui n’a provoqué aucun dégât majeur. En effet, tous les occupants de l’appareil s’en sont sortis sains et saufs. Selon les informations, cet avion ne dispose pas d’une autorisation de vol commercial. Ce qui amène à interpeller les autorités de l’Aviation civile de Madagascar sur le fonctionnement de cette institution dans le contrôle et la surveillance du transport aérien dans ce pays. La question qui se pose consiste à savoir à qui appartient cet appareil.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada63 partages

Cua-Unicef : des kits scolaires distribués

120 élèves issus de familles défavorisées des bas quartiers de la municipalité d’Antananarivo viennent de bénéficier de kits scolaires en prévision de la prochaine rentrée scolaire. Il s’agit d’enfants des quartiers d’Anatihazo, Ambodin’Isotry, Anosibe, Andavamamba et Manarintsoa. Par la même occasion, leurs frais de scolarité ont été également pris en charge.

Cette action a pu être réalisée grâce au partenariat entre l’Unicef  et la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Selon cette dernière, une vingtaine d’assistantes sociales assureront le suivi des études des bénéficiaires pour que ces élèves parviennent à terminer dans les règles leur cursus scolaire. Et à titre de mesures d’accompagnement, leurs parents jouiront également d’une formation afin de les aider à mieux gérer leurs revenus familiaux.

La remise de ces kits s’est déroulée la semaine dernière à la Direction de l’Action Sociale (ex-BMH) à Isotry. Cette action de lutte contre la pauvreté se poursuivra dans d’autres quartiers, d’après la CUA.

Sera R.

News Mada63 partages

Secteur primaire : l’industrie de transformation pour relancer l’agriculture

Harison Randriarimanana a repris officiellement son poste en tant que ministre de l’Agriculture et de l’élevage, hier. L’ancien ministre de l’Agriculture du temps de Marc Ravalomanana mise sur le développement de l’industrie de transformation pour la relance du secteur agricole dans le pays.

La promotion de l’industrie de la transformation, le développement de l’agrobusiness et l’appui aux petits paysans, telles sont les priorités avancées par Harison Edmond Randriarimanana, le nouveau ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage, lors de sa prise de fonction durant la passation de service avec le ministre sortant devenu membre du Sénat, Rivo Rakotovao, hier au ministère de l’Agriculture à Anosy. Rappelons que le poste de ministre de l’Agriculture et de l’élevage n’est pas nouveau pour Harison Randriarimanana car il l’a déjà occupé du temps de Marc Ravalomanana. Le nouveau ministre a toutefois précisé qu’ «il s’agit de poursuivre les actions menées auparavant».

Partenariat public-privé 

«La promotion de l’agrobusiness passe inévitablement par le partenariat avec le secteur privé», a avancé Harison Randriarimanana. L’Etat prévoit d’ailleurs de collaborer avec les investisseurs privés étrangers et nationaux pour la valorisation de 2 millions d’hectares de zones de production d’ici 2025. A noter que le territoire malgache possède un potentiel foncier de près de 8 millions d’hectares, selon les chiffres de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Mais l’approvisionnement en matières premières répondant aux normes reste toujours un problème pour le développement de l’agrobusiness car il s’agit d’un facteur de blocage pour les industries de la transformation. «Il est désolant de  voir du jus de coco importé de la Malaisie ou encore de la confiture en provenance d’Indonésie dans les supermarchés à Madagascar. Pourtant, ce n’est pas le potentiel agricole qui manque dans le pays », déplore Harison Randriarimanana. Avant d’ajouter qu’ «une approche filière a été déjà lancée au sein du département ministériel pour permettre des produits répondant  aux normes».

250 millions d’euros du FIDA

Toujours dans le cadre du développement rural, Madagascar vient de bénéficier d’un financement de 250 millions d’euros du Fonds international pour le développement agricole (Fida), durant la rencontre relative à la célébration de la Journée mondiale de l’alimentation qui s’est tenue à Rome, la semaine dernière. Ce fonds financera le projet Développement de filières agricoles inclusives (Defi) qui démarrera à partir de 2018.

Riana R.

 

Midi Madagasikara60 partages

Toliara : plan sectoriel de l’education

Les parents d’élèves s’aperçoivent que le niveau de connaissance de leurs chérubins devient de plus en plus faible d’année en année. Qui en est responsable ? Ministère ou enseignants ?

Soixante formateurs, enseignants, éducateurs, personnel du monde de l’éducation sont venus assistés à la concertation régionale de l’Appui à la Réforme de l’Education (AREM), le jeudi 19 octobre, dans la grande salle de la Direction régionale de l’éducation nationale (DREN). L’AREM est une suite logique du Cadre d’Orientation et d’Organisations des Curricula (COOCM) tenu en février dernier. Le COOCM présentait des lacunes, des points à préciser dans la finalisation de la réforme, pour mettre au point le Plan sectoriel de l’Education qui doit courir de 2018 à 2022.

Quelques contradictions. Une équipe technique dépêchée par le ministère de l’Education s’est chargée de collecter les idées des participants en les répartissant en six groupes. Chaque groupe se penche sur six points à préciser et fait une rotation chaque fois, pour une meilleure compréhension. Une restitution finale a permis de relever quelques contradictions dans les idées émises. Les participants espèrent que l’équipe technique saura synchroniser le document final pour atteindre le résultat attendu.

Le point fort de la réforme introduite par le ministre de l’Education Paul Rabary est certainement l’utilisation des tablettes numériques. Deux institutrices de l’EPP d’Anketa ont avoué l’aide précieuse des tablettes, puisqu’elles comportent des programmes internes hors connexion et même en malgache. Une aide inestimable, puisqu’elles sont des institutrices FRAM, c’est-à-dire recrutées en marge du circuit normal des capacités pédagogiques. Ce sont les tablettes qui leur montrent ce qu’il faut faire. Elles ont même la possibilité de demander secours en appelant à partir de la tablette, en cas de difficulté quand elles enseignent.

Charles RAZA, correspondant à Toliara.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza58 partages

Anosibe sy ny manodidinaHodiovina mandritra ny roa andro indray

Na dia tsy mbola nahitana ny trangan’aretina pesta aza teny amin’ny tsenan’Anosibe, hoy Ramarosandy Landry lehiben’ny tsena ao an-toerana dia hotanterahina manomboka anio indray ny asa fanadiovana faobe eny an-toerana sy ny manodidina.

 

 Haharitra roa andro izany izay hatomboka eny amin’ny lalamby, mandalo ny tsenan’Anosibe mipaka hatrany Ambilanibe, toerana tena feno mpivarotra amoron-dalana. Hiarahana amin’ny Boriborintany fahefatra ny hetsika. Hisy ny fampiatoana ireo mpivarotra mandritra ny fotoana fohy hahafahana manao ny asa. Ho an’ny tsenan’Anosibe manokana, fantatra fa an-jatony ireo olona handray anjara ao. Ankoatra ireo mpivarotra izay hizarana fitaovana fanadiovana toy ny kifafa sy ny sobika maimaimpoana dia ho avy handray anjara ireo fikambanana maromaro toy ireo mpanao rugby eny ambany tanàna, ny fikambanan’ny delegen’ny mpivarotra. Hanomboka amin’ny 8 ora maraina ka hatramin’ny 12 ora antoandro ny hetsika. Tanjona ny hampandraisana anjara ny rehetra amin’ny asa fanadiovana ny tanàna ho fisorohana sahady ireo karazana aretina mety hateraky ny ranon’orana ankoatra ny pesta.

Pati

 

Midi Madagasikara53 partages

Berivotra 5X5-Maevatanàna : Dahalo telo maty voatifitry ny Zandary.

Dahalo telolahy no lavon’ny balan’ny Zandary, roa tafaporitsaka, basy vita gasy iray sy bala roa azo. Tao amin’ny Kaominina Berivotra 5X5, disitrikan’ i Maevatanàna, no nitrangan’izany ny Alarobia 18 Oktobra lasa teo, tokony ho tamin’ny 04 ora hariva. Araka ny tatitra voaray avy amin’ny Kaomandany Kaompany dia, malaso dimy lahy  nitondra basy no nifanehitra tami’izy ireo nandritra ny hetsika nataon’ny Zandary. Nisy avy hatrany ny fifandonana teo amin’ny roa tonta, tao an-toerana antsoina ambony atsimo. Dahalo telo no maty voatifitra ary roa hafa kosa lasa nandositra, fa basy vita gasy iray sy bala roa no tavela. Mbola mitohy ny fikarohana ireo dahalo hafa. Misy hatrany ary mitohy ny hetsika ataon’ny mpitandro ny filaminana, fa tsy hijanonana hatreo, fa hamongotra hatramin’ny farany ny asan-jiolahy izay mitady hanjaka ato amin’ny disitrikan’i Maevatanàna , hoy hatrany Lietinà-kolonely Jeanelisy Armand lehiben’ny vondrom-paritry zandarimariam-pirenena ato Betsiboka,nanadritra ny fidinanan’ny tany an-toerana.

Ratantely

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara45 partages

JUDO : Francki Rasamuel rêve des Jeux olympiques

Franck figure parmi les étoiles montantes du judo malgache.

Issu du judo club Fruit et nature de Toamasina, Francki est pris en main par Maître Jean Loup Bardy. A 18 ans, il ambitionne de participer aux Jeux olympiques.

Il est jeune, il a l’avenir devant lui et c’est lui qui suit les traces de Said Bruno Eric chez les lourds, car c’est l’actuel champion de Madagascar des +100Kg. Rasamuel Herilalaina Francki a tout juste 18 ans. A cet âge- là, on rêve et lui il rêve de Jeux olympiques. « Pourquoi pas champion olympique » nous dit-il ? Vice- champion de Madagascar chez les cadets, ensuite chez les juniors, le voilà actuellement champion en titre senior de Madagascar. Il est aussi médaillé de bronze aux jeux de la CJSOI en individuel et champion par équipe. Le must ? C’est le 7e africain senior aussi.

Issu du judo club Fruit et nature, il est pris en main par Maître Jean Loup Bardy « c’est lui qui m’a initié. J’ai choisi le judo même si j’ai fait un peu de basket-ball, de natation, de karaté et de boxe anglaise ». Comme tout bon judoka qui se respecte, il y a trouvé sa voie « un code moral et un sport noble ». Il s’y sent à l’aise et y trouve de l’ambiance. Sa recette pour devenir champion de Madagascar :« je cours tous les matins, je fais de l’endurance. A midi je m’entraîne et de même qu’à 18h30. Je fais aussi de la musculation en salle ». Ce n’est pas chose aisée « Je souffre oui. Je ne sors pas toujours avec les copains. Les filles ? Pas du tout. Mais tu reçois les récompenses de ces efforts journaliers lors d’une compétition ». A 18 ans, il a vraiment du potentiel et pourquoi ne pas le pousser dans cette voie ? A suivre.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza44 partages

Rivo RakotovaoMametrapetraka ny 2018

Na dia fifamindram-pahefana teo amin’ny tenany sy ny minisitry ny fambolena sy fiompiana vaovao, Harisson Edmond Randriarimanana, aza no notontosaina tetsy amin’ny minisitera misahana izany tetsy Anosy omaly dia tsy nanakana ny minisitra teo aloha,

 Rivo Rakotovao, amin’ny maha filoha nasionalin’ny antoko Hery vaovao ho an’i Madagasikara azy tsy hiresaka ny taona 2018. Zava-dehibe ho antsika ny fifidianana 2018, hoy izy, satria hanamafisana ny fandresen’ny demokrasia tamin’ny taona 2013. Enga anie ny malagasy hahay hifidy fa raha hiverina hikorontana isika dia i Madagasikara no resy ary tsy misy afa-miala isika fa samy ato anatiny ato. Anisan’ny fanontaniana napetraky ny mpanao gazety taminy moa ny filana ilay dinika mikasika ny lalàmpanorenana izay hanasana ireo antoko politika hatao etsy amin’ny Carlton Anosy, tarihin’ny filoham-pirenena ny zoma izao ary dia nambarany fa mahasoa io matoa natao. Ny HVM, hoy izy, dia lohalaharana (avant centre) satria hoavin’ny firenena no horesahana. Tonga nanotrona ity fifamindram-pahefana ity moa ireo loholona HVM ary dia nahatonga ny mpanao gazety nametra-panontaniana hoe efa vonona hanohana ity loholona vaovao ity hiakatra eo amin’ny toerana maha filohan’ny antenimierandoholona ve ? Omaly iny ihany moa dia noraisina tamin’ny fomba ofisialy amin’ny maha loholona azy teny amin’ny lapa maitso Anosikely  i Rivo Rakotovao izay efa tena taratra fa andry lehibe efa mametrapetraka ny 2018-n’ny antoko HVM. Ny filohan’ny antenimierandoholona Honoré Rakotomanana no nametraka nysamboady tamim-pirahalahiana tamin-dRivo Rakotovao. Ho hita eo kosa ny mety ho endri-piaraha-miasa sy endriky ny fiarahamonina ao amin’ity lapan’ny loholona ity manomboka izao.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza44 partages

Aretina PestaMisahotaka ny fanjakana

107 ny isa ofisialy momba ireo matin’ny pesta nanomboka ny 1 aogositra 2017 hatramin’izao, ka ny 47 tany amin’ny hopitaly, ary 61 maty teny anivon’ny fiarahamonina.

 689 ireo narary no voalaza fa efa sitrana. Mikorontana kosa ny tany ama-monina ary miroaroa saina ny olon-drehetra satria tsy mazava amin’ny vahoaka ny zava-misy, ary tsy ampy ny serasera. Mahazo tatitra matotra isan’andro ve ny vahoaka, indrindra fa ny any amin’ny faritra ? Tena tsy mirindra ny asan’ny governemanta. Ny minisiteran’ny fahasalamana milaza fa voafehy io, ny minisiteran’ny fanabeazana sy fampianarana ambaratonga ambony manambara fa tsy azo antoka tsara ny fahafehezana an’ilay otrikaretina, ka tsy mianatra aloha ny mpianatra hatramin’ny 5 novambra. Efa ho 1 volana izany izao no nikatso io fampianarana io. Ny minisitry ny fizahantany Roland Ratsiraka sy ny minisitry ny raharaham-bahiny Henry Rabary-Njaka miezaka mandamin-dresaka fa tsy misy fiantraikany amin’ny fahatongavan’ny vahiny sy ny mpizahatany ny pesta. Manomboka mitoka-monina anefa i Madagasikara. Nampitandrina ny terataniny mikasa ny ho aty Madagasikara na efa eto ny governemanta Anglisy. Efa nanao an’io ny Amerikanina sy ny Frantsay. Ny taty amin’ny nosy manodidina moa efa ela no nanao izany, raha tsy hilaza afa tsy ny Nosy Seychelles, izay nanapaka ny serasera ana habakabaka mihitsy. Tsy andrenesam-peo ny minisitra hafa, na mody miteniteny fehezanteny vitsy dia izay ankoatry ny minisitry ny fahasalamana. Raharaham-pirenena izy ity sa raharahana departemanta iray, fa toa tsy taitra firy ny fanjakana ? Ampy ve ny mpiasan’ny fahasalamana sa tokony hanampy tosika ny miaramila tahaka ny fanao any amin’ny firenena sahirana ireny ? Mahavalalanina ny sain’ny maro ny fandraisana fanapahan-kevitra mandeha ila hoe ny fampianarana ihany no naato, fa ny mpiasa miasa, ny fiangonana mivoha ihany, ny tsena toy ny isan’andro kanefa samy manangona vahoaka izao ihany… Maro ny hetsika sy fampisehoana norarana fa nisy ihany koa ny navela noho ny resaka bizina sy kolikoly angamba.

HALOHALIKA NY RANOM-BARY

Ny minisitry ny fanabeazam-pirenena ihany ve no manana fahatsapan-tena hiaro ny ain’ny mpianatra, izay vahoaka hiandraketany voalohany, fa ny minisitra hafa na tompon’andraikitra ambony maro tsy misaina afa tsy ny vola sy karama miditra any am-paosiny, ka aleo ho faty any izay maty ? Sa kosa efa kajy politika hafa mihitsy no antony ? Mihetsika ny sampandraharaha iraisam-pirenena momba ny fahasalamana (OMS), ny Croix Rouge, ny SAMU Frantsay fa ny governemanta Malagasy kosa toa tsy rototra. Mitobaka ny vola avy any ivelany, ka eo amin’ny 10 tapitrisa dolara eo ho eo no efa azo hatreto. Raha izao no mitohy dia hatahorana ny hiakaran’i Madagasikara ao amin’ilay fanasokajiana “Phase 3”, ka hikatona ny sisin-tany, koa dia hitoka-monina ato ny firenena. Ny eto an-toerana tsy mahazo mivoaka, ny hafa any ivelany tsy mahazo miditra.Hita ho misahotaka tanteraka ny fitondram-panjakana ary tsy mirindra ny asa, io no antony mampalemy sy tsy mampahomby ny serasera momba ny pesta sy mahatonga ny Malagasy sasany tsy resy lahatra fa tena misy io aretina io.Ary ny tena loza dia hisy voka-dratsiny amin’ny toekarena sy ny fiainana amin’ny andavanandro ny mety ho fikatonan’ny sisin-tany satria maro be ny entana afarana avy any ivelany no tsy afaka miditra eto intsony; mazava ho azy fa hitotongana avy hatrany ny vola Malagasy satria navoaka ny tahiry vola vahiny nividianana entana kanefa tsy tafiditra eto ilay entana.Azo antoka koa ny fisian’ny krizin’entana satria maro ny zavatra jifaina eto Madagasikara no afarana avy any ivelany.

Toky R

Midi Madagasikara38 partages

Ils ont fait le buzz

Peste : La psychose s’installe

Ecoles et universités fermées, hôpitaux saturés, spectacles annulés… En quelques semaines, la peste a fait plus de 90 décès et des centaines de malades. Beaucoup sont déjà sortis des hôpitaux et en sont guéris, mais la psychose prend toute la population. Car si la Grande Ile connaît chaque année un épisode de peste, cette fois, la maladie s’est propagée hors des zones habituelles, s’étendant jusqu’aux zones urbaines de Tamatave et Tananarive. Tout le monde s’affole, il y a ceux qui n’osent presque même plus sortir de chez eux.

 

 

 

 

Zafy Albert : Mort d’un élu

Le premier président de la IIIe République de 1993 à 1996 s’est éteint, le 13 octobre dernier, à l’île de la Réunion. L’homme au chapeau de paille a été surtout connu pour sa droiture. Zafy Albert est décédé à l’âge de 90 ans, à l’île de la Réunion. L’ancien président a été victime d’un accident vasculaire cérébral le 11 octobre dernier. Par la suite, il a été admis, à la Polyclinique d’Ilafy. Mais en raison de la gravité de son état, les médecins traitants, d’un commun accord avec la famille, ont décidé de procéder à son évacuation sanitaire à l’île de la Réunion. Mais moins de 24 heures après son arrivée à l’île sœur, le professeur a rendu l’âme. Tout le monde sur la Toile a tenu à lui rendre un hommage.

 

 

Rentrée scolaire : Report sans fin

Le report sans fin de la rentrée scolaire à cause de la peste affole la Toile, surtout les parents. Les élèves, de leurs côtés, sont contents de continuer les vacances, quoi qu’ils commencent à tourner en rond. Les parents, eux, sont plutôt mitigés, car malgré le fait que les élèves n’aillent pas à l’école, les parents doivent tout de même payer les écolages. Ce qui ne manque pas d’aggraver la situation, car les parents ne savent plus vers qui se tourner. La rentrée scolaire est prévue, pour le moment, pour le 6 novembre. Mais les écoles catholiques ont décidé de rappeler les élèves le 25 octobre prochain. D’autres ont pris la décision de donner des devoirs à faire à la maison, mais soulignent que les écolages du mois de septembre et octobre doivent être payés.

Anjara Rasoanaivo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar33 partages

La princesse Anne en visite officielle à Madagascar

La princesse Anne est à Madagascar, depuis hier. Une seconde visite, dans la Grande île, qui marquera, notamment, le bicentenaire des relations diplomatiques entre les deux pays.

Sur la pointe des pieds. La princesse Anne, princesse royale de la Grande Bre­tagne, a débarqué, à Mada­gascar, avant-hier. Bien que sans tintamarre, la visite de ce membre de la famille royale du Royaume-Uni, est officielle et d’un symbolique fort en ces temps épidémiques.Sur le plan diplomatique, la visite de la seule fille des quatre enfants de la Reine Elisabeth II, souveraine du Royaume-Uni et du prince Philippe, Duc d’Edimbourg, entre dans le cadre de la célébration des 200 ans de la signature du traité d’amitié entre le royaume britannique et Madagascar. Un acte qui est le point de départ des relations diplomatiques entre les deux pays.Du côté malgache, ce bicentenaire a été marqué par la réouverture de son ambassade, à Londres. Une reprise d’activité inaugurée par Hery Rajaonarimam­pianina, président de la République, le 4 septembre. En réponse, la couronne britannique dépêche l’un de ses membres dans la Grande île. Accompagné de son époux, Sir Tim Lawrence, vice-amiral, la princesse assistera, justement, à une messe à la cathédrale anglicane Saint Laurent d’Ambohi­manoro, cet après-midi, en l’honneur des 200 années d’amitié entre les deux nations.Après son arrivée, à l’aéroport d’Ivato, avant-hier, où elle a été accueillie par la première dame, Voahangy Rajaonarimampianina, et Solonandrasana Oliver Mahafaly, Premier ministre, la princesse Anne, a été reçue par le chef de l’État, au palais d’État d’Iavoloha. Elle y a été élevée au titre de Grand croix de deuxième classe de l’ordre national malgache.Signal fortOutre les événements officiels, la princesse royale devrait visiter le cimetière militaire du Commonwealth, à Antsi­ranana, demain. Celle qui préside l’Organi­sation non-gouvernementale (ONG) Save the children, dont l’objectif est de soutenir les enfants victimes de la faim et de la maladie dans le monde, mettra, également, à profit son séjour en terre malgache, pour mettre l’accent sur les actions caritatives.La princesse Anne devrait ainsi, se rendre, à Soatanana et Faliarivo, pour voir le développement des projets de l’ONG écossaise Feedback Madagascar. Une entité dont les activités ont déjà été suivies de près par la princesse royale lors de sa première visite, à Madagascar, en 1999. Sur sa page Facebook, le 19 octobre, l’ONG s’est réjoui de cette seconde visite de ce membre de la famille royale britannique.« La princesse royale, a d’abord visité Madagascar, il y a 20 ans, quand, avec d’autres ONG, nous l’avions rencontré, à Antananarivo. Nous sommes ravis d’annoncer qu’avec le Président malgache, elle visitera un projet de soie initié par Feedback, et l’un des quarante-et-un projets de gestion communautaire des forêts avec lesquels nous travaillons (…) », a publié Feedback Madagascar, la semaine dernière.La princesse Anne devrait en effet, également, se rendre, à Antsohihy, pour visiter un projet de gestion et conservation communautaire de l’environnement. Une rencontre avec l’association européenne pour l’étude et la conservation des lémuriens, au parc national de Sahamalaza, est, aussi, au programme. L’agenda de la princesse royale, sauf changement, sera clôturé par une visite au Bureau municipal de l’hygiène (BMH), à Isotry.Une visite qui pourrait être une manière d’affirmer le soutien de la couronne britannique à la nation malga­che, en ces temps où l’épidémie de peste fait des ravages. Le BMH étant l’une des entités en première ligne de cette guerre épidémiologique. La visite de la princesse Anne, justement, pourrait être considérée comme un signal positif fort envers le reste du monde, en ces temps difficiles.Contrairement à certains pays qui ont coupé les ponts avec la Grande île, dernièrement, ou encore les touristes qui ont rebroussé chemin, des rendez-vous internationaux annulés, la princesse royale, n’a ni ajourné, ni annulé son déplacement. Car, au-delà de ses maux passagers ou persistants, Madagascar, a plus d’atout à offrir.Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar31 partages

Tourisme – Des réservations annulées

Le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka annonce des cas d’annulations de réservation. Ils sont de l’ordre de 25%.

Le tourisme subit l’effet de la peste. C’est le ministre du tourisme Roland Ratsiraka lui-même qui le confirme. Des cas d’annulation de réservation ont été observés. « Les taux enregistrés sont de 10% pour le tourisme de business et 15% pour le tourisme classique », a déclaré le membre du gouvernement, hier, dans son bureau à Tsimbazaza avant d’ajouter que les sites touristiques sont, jusqu’à maintenant, épargnés par cette épidémie.Ces déclarations ne font que confirmer les cas observés dans les agences de voyages et tour opérateurs. Des opérateurs touristiques se sont plaints des annulations de réservation au début du mois. « Pour ce mois d’octobre, 35% des réservations sont concernées », selon Rita Ravelojaona, présidente de la Fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar (FHORM) dans les colonnes de L’Express le 7 octobre.

OptimismeMalgré ces annulations, le ministre tente de rassurer les touristes et opérateurs que tout va bien dans le secteur. Il annonce la tenue des manifestations touristiques dans certaines villes du pays. Parmi elles figurent le Vez’tival à Toliara, le Lémur Trophy dans cette partieaustrale de la Grande île ou encore la foire internationale d’Antsi­ranana. De quoi ranimer la destination Madagascar, qui selon lui, est ternie par cette image de la peste dans les actualités internationales.« Il y a des touristes qui ne se sont pas découragés à venir à Madagascar. Air France et Air Madagascar affichaient encore complet le week-end dernier. C’est un bon signe. Les bateaux de croisière confirment leurs arrivées prochainement dans les ports de Toamasina et Antsiranana », a indiqué Roland Ratsiraka. Par ail­leurs, des sièges vides ont été observés dans d’autres compagnies aériennes. C’est le cas, par exemple, du vol d’Ethio­pian Airlines reliant Addis Ababa à Antana­narivo. Des sièges du Boeing 737-800 de la compagnie éthiopienne restaient inoccupés.Le tourisme est l’un des secteurs les plus fragiles. La moindre image négative de la destination Madagascar pourrait anéantir une saison toute entière.

Lire aussi :  Hôtellerie - L’ouverture de Sheraton Madagascar retardée

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara26 partages

Ambatondrazaka : Nidina an-dalambe ny mpianatra, iray voasambotra

Mpianatra an’arivony no nitokona nidina andalambe niainga avy teny amin’ny toeram-pianarany Antsahamarova Ambatondrazaka ny marainan’ny faha 23 Oktobre 2017 nanomboka tany amin’ny 9 ora maraina tany ho any .Nihazo ny biraon’ny  talem-paritry ny fampianarana ireto mpianatra ireto  no sady nitabataba ,nitsoka kiririoka ,nitondra sora-baventy « TSY MILA PROVISEUR » « AVELAO HIANATRA IZAHAY » sy ireo  sorabaventy  marobe .Rehefa tsy nisy nandray  ireto mpianatra ireto teo amin’ny biraon’ny talem-paritra dia nihazo ny CISCO Ambatondrazaka ,ka mbola tsy nisy nandray ihany ,nihodina nihazo ny biraon’ny talem-paritry ny mponina izy ireo ka nijanona tao nitabataba  sy nitoratoraka ity biraom-panjakana ity ,voatery nivoaka ny tompon’andraikitra ary nilaza fa tsy tokony hanao izao ireto mpianatra  ireto ,nitohy hatrany ny toratoraka  ary nanomboka nisy vato lehibe niantefa teny ambony tafo sy ny lalana ,nandray andraikitra avy hatrany ny mpiasa eo anivon’ny minisiteran’ny mponina ka mpianatra iray no tratra nitoraka ,ary voatery nosamborin’izy ireo  ary dia nanarina mafy ,iretsy namany moa vao maika nitabataba , »avoahy ny namanay »,tsy naharitra ny fisamborana fa avy hatrany dia nalefa nanaraka ny namany ity mpianatra ity ,ka lasa niala teo amin’ny biraon’ny mponina ireto mpianatra mitokona ireto  .Raha tsiahivina dia olana teo amin’ny mpampianatra  miaraka amin’ireo  mpandraharaha tao amin’ny lycée Ranoavimanana Norbert no nitrangan’ny disadisa nohon’ny fanoloana ny proviseur ka tsy nankasitrahan’ny mpampianatra rehetra sy ny mpandraharaha  ,ka nitokona ny mpampianatra ,.Vokany nanomboka ny fidiran’ny mpianatra ny faha 02 oktobre 2017 lasa teo dia mivezivezy any antsekoly foana maraina sy hariva ireto mpianatra fa tsy mbola nianatra ,sorena araka izany nympianatra ka izao niafara tamin’ny fitokonana izao ary nitabataba hoe « AVELAO HIANATRA IZAHAY » .Marihana fa tsy nahitana mpitandro ny filaminana sy ireo tompon’andraikitra nandamina ireto mpianatra ireto fa rehefa tonga ny tamin’ny 11 ora atoandro dia samy niparitaka nody avokoa izy rehetra  .Andrasana ny ho tohiny satria araka ny loharanom-baovao dia nisy ny fivoriana  niarahan’ny mpampianatra  sy ny tompon’andraikitry ny fampianarana ny marainan’ny faha 23 oktobre 2017 handinihana ny olana   Janus R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune24 partages

La décision de la DIDEC ne fait pas l’unanimité

La Direction diocésaine de l’enseignement catholique (DIDEC) dans la province d’Antananarivo avait décidé de passer outre la consigne du ministère de l’Education Nationale (MEN) en ce qui concerne le report de la rentrée scolaire pour le 6 novembre prochain et de débuter l’année scolaire pour les écoles catholiques pour ce mercredi 25 octobre. Suite à cela, plusieurs directeurs et responsables d’établissements catholiques ont convoqué des réunions avec les parents d’élèves pour discuter de cette décision. Une décision qui ne semble pas faire l’unanimité malgré le fait qu’un bon nombre de parents ait manifesté un avis favorable à la DIDEC sur les réseaux sociaux.

Selon les explications reçues au niveau de la DIDEC, cette décision résulte du fait que la rentrée scolaire ait été à plusieurs reprises repousser et qu’il est temps que les écoles entament l’année scolaire. Il a également été souligné que la propagation de l’épidémie de peste continue et est loin d’être maitrisée par l’Etat. Aussi, les écoles et les apprenants n’ont pas à être victime de cette inefficacité de l’Etat.

A Mahajanga, les écoles de confession catholique ont repris les enseignements dès hier malgré les recommandations du ministère. Face à cela, le préfet de Mahajanga ainsi que le directeur régional de l’éducation nationale ont ordonné la fermeture de ces écoles et le respect de la décision du ministère. Pourtant, le ministre Paul Rabary lui s’en est remis à l’appréciation de la DIDEC. Une réunion des évêques est prévue se tenir aujourd’hui avec tous les directeurs d’établissements des écoles catholiques dans la région Analamanga.

Tia Tanindranaza23 partages

Mondial 2018 andiany faha-21 any Rosia23 amin’ireo firenena 32 no efa fantatra

Firenena 23 amin’ireo 32 maneran-tany handray anjara amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany amin’ny baolina kitra hotontosaina any amin’ny kianja 12 any Rosia ny 14 jona – 15 jolay amin’ny taona 2018 no efa fantatra anarana ankehitriny :

 

Midi Madagasikara23 partages

Commune Ivato : Réhabilitation de la route du quartier K7

Le maire d’Ivato Penjy Randrianarisoa est descendu dans le quartier de K7 pour constater de visu la réhabilitation de la route dans cette localité.

Le maire d’Ivato, Penjy Randrianarisoa est descendu, hier matin, dans le quartier de K7, sis dans ladite commune pour constater de visu la réhabilitation de la route dans cette localité. Le terrassement a débuté la semaine dernière et actuellement l’on procède au curage des canaux d’évacuation. Notons que cette route mesure 1km. La réhabilitation a été l’œuvre des opérateurs économiques implantés dans la commune d’Ivato et que les travaux seront terminés d’ici à deux mois. Par ailleurs, la commune d’Ivato prendra en charge la réhabilitation de la route dans le « Fokontany » d’Ampandroana. Toujours est-il que le maire d’Ivato a promis que toutes les routes dans la commune seront réhabilitées. En outre, le début des travaux pour la construction d’une EPP dans le « Fokontany » de Tanambao va commencer la semaine prochaine.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara22 partages

Lemur Trophy 2017 : Un appel à l’aide à tous les acteurs économiques

Ce raid touristique, partira pour cette 2e édition de Tuléar le 03 novembre 2017 en vue de rejoindre Fort-Dauphin et ce, en six étapes sur la route du littoral sud.

La 2e édition du raid touristique ou Lemur Trophy 2017 qui est essentiellement basée sur la mission humanitaire, sera transformée en mission sanitaire de prévention et de détection de la peste auprès de la population qui jalonne le parcours. C’est pourquoi, les organisateurs de l’événement font appel à l’aide à tous les acteurs économiques, sociaux et médicaux de Madagascar pour sensibiliser informer et se prémunir de la peste sur le littoral du Grand Sud.

Empêcher la propagation. Notons que ce raid touristique, partira pour cette 2e édition de Tuléar le 03 novembre 2017 en vue de rejoindre Fort-Dauphin et ce, en six étapes sur la route du littoral sud. « La population de l’extrême -sud de Madagascar, où le Lemur Trophy a tracé son chemin 2017, n’est pas atteinte à ce jour par l’épidémie de peste. La mission du LEMUR TROPHY est ainsi d’en empêcher la propagation sur le littoral sud. Pour cela il faut prévenir, informer et détecter. S’il y a des cas d’élévation de la température d’un sujet, nous devons pouvoir agir immédiatement. N’oublions pas que cette maladie est guérissable par la mise à disposition immédiate de médicaments de première urgence. Si aucun cas n’est détecté, ce que nous espérons tous, des actions de prévention par la sensibilisation et l’information seront à conduire auprès de la population, et ce, suivies de la distribution de matériels de prévention comme les thermomètres, les gel-hydro alcooliques, le savon, les masques de protection et les désinfectants. Et ces actions seront menées avec le concours de professionnels de la santé », a expliqué Jacky Jayat, organisateur du Lemur Trophy.

Solidarité et transparence. En outre, il a rajouté que le raid touristique lui-même sera « propre » pour ne pas transmettre le fléau localement. « Tous les matins, avant le départ, on prendra la température de chacun pour s’assurer que la caravane ne transporte pas l’épidémie. Toutes ces actions nécessitent l’achat de médicaments, de matériels de propreté et de contrôle, des véhicules supplémentaires pour le transport des carburants et du personnel de santé. La solidarité à Madagascar ne doit pas être qu’un vain mot, nous sommes sûrs du contraire et nous vous le confirmons en vous garantissant une transparence totale sur l’identité des donateurs, leurs apports tant sur les produits de nécessité, les services que les dons en numéraires et leurs utilisations », a-t-il enchaîné.

Rappelons que le Lemur Trophy a été organisé à l’initiative du ministère du Tourisme dans le dessein de faire découvrir les régions et les villages reculés de Madagascar tout en profitant des richesses magnifiques du paysage touristique malgache. Les véhicules tout terrain, les buggys et les quads y participeront activement. Cette 2e édition mettra en scène l’authenticité malgache avec un parcours assez exceptionnel.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza20 partages

GovernemantaMbola hisy fanovàna indray ?

Re izao fa mbola hisy ihany ny fanovana mpikambana ao amin’ny governemanta mialoha ny faran’ny taona, izany hoe misy ny minisitra mbola hoesorina na hafindra toerana.

 

 Tsotra ny anton’io raha ny filazan’ny loharanom-baovao iray akaiky ny fitondrana dia ny fiomanana amin’ny fifidianana 2018 ka hametrahan’ny filoham-pirenena ekipa azo atokisana tsara fa hiasa amin’ny fampandresena azy mandritra ny fifidianana satria tsy hiadian-kevitra intsony izao fa efa kandida i Hery Rajaonarimampianina na dia tsy mbola nanao fanambarana ofisialy aza. Fa eo ihany koa ny fanesorana ireo minisitra hita fa tsy nahavita ny asany araka ny tokony ho izy, araka ny efa nambaran’ny filoha hoe : tokony hanaja tena ka miala ireo mahatsapa fa tsy nahavita ny asany, fa rehefa tsy izay dia azo atao tsara ny manolo azy ireny. Nisafidy ny fanovana tsikelikely fa tsy tonga dia indray maka ny filoham-pirenena amin’ity resaka governemanta ity .Fomba fiady politika ihany izany mba tsy hahatonga resabe hoe tsy nahavita azy ny governemanta ka noravana, minisitra iray na roa foana no noesorina na nafindra toerana hatrizay mantsy. Ny azo antoka kosa anefa dia tafiditra ao anatin’ny masontsivana hitazonana na hanesorana minisitra ny tranga nisy teto amin’ny firenena toy ny valanaretina pesta, ny tsy filaminana izay nampirongatra ny asan-dahalo sy ny asan-jiolahy ary ny gadra tafatsoaka. Manaporofo hatrany ny fahasahiranan’ny mpitondra amin’ny fitantanana ny firenena ity resaka fanovana mpikambana ao amin’ny governemanta ity ary azo hanaporofoana hatrany fa be loatra ny resaka an-taratasy eto fa rehefa tena hiasa maivana be ny zava-bita.

RTT

Midi Madagasikara20 partages

Insécurité et peste : Actions concertées dans la Région de Melaky

Même si l’épidémie de peste n’est pas encore présente dans la région de Melaky, des mesures de précaution sont déjà prises pour l’empêcher. C’est ce qu’on a appris de la visite du sénateur Manjany Bienvenu dans le district de Maintirano la semaine dernière. Ce membre de la Chambre haute a réuni les responsables locaux concernés à qui il a donné des consignes pour sensibiliser la population sur la propreté.

« Dina ». Par contre, l’insécurité est bel et bien présente dans cette région connue pour ses zébus. Face à ce fléau, le « Dina ny Melaky Tsy Mipoly » va être relancé, avec le concours de Foara, celui qui l’a initié, mais qui a été obligé d’arrêter étant donné que les forces de l’ordre se sont opposées à ses actions jugées pourtant efficaces par la population. Actuellement, le retour de Foara est sollicité pour lutter contre la recrudescence de l’insécurité dans la région de Melaky. Reste à savoir si cette fois-ci, le « Dina ny Melaky tsy Mipoly », déjà homologué par le tribunal de Maintirano, va s’appliquer sans obstacle.

Recueillis par R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara19 partages

Industrie du spectacle : Les organisateurs haussent le ton

Le concert de Fanja Andriamanantena et Rija Ramanantoanina a été annulé.

Les acteurs dans l’évènementiel haussent le ton. Le 30 septembre, suite à la confirmation du décès d’un entraîneur seychellois pour cause de peste, le gouvernement décrète la suspension de toutes les manifestations culturelles et sportives. Une annonce qui fait l’effet d’une bombe pour bon nombre d’organisateurs qui ont investi et se sont démenés pour faire de leur évènement un succès. Le décret prend toute de suite effet. « Voots kongregation », organisateur du festival « hay » qui devrait se tenir en plein air, dans la cour de la Bibliothèque nationale à Anosy en était la première victime. L’évènement a été annulé. Madajazzcar, cette manifestation dédiée au jazz en fut la suivante. La tenue d’autres concerts a également été suspendue ou reportée à une autre date. Celui de Fanja Andriamanantena et de Rija Ramanantoanina qui devrait se tenir au CcEsca, celui de Lalatiana font partie de la liste. Aujourd’hui, « Glita be », un évènement qui s’annonçait grandiose et qui devrait rassembler une vingtaine d’artistes armés de leur guitare sur la scène du Palais des Sports, est également reporté. Des reports qui ne sont pas sans conséquences, financières en particulier.« Nous regrettons que les spectacles artistiques doivent être annulés, alors que tous les autres rassemblements ne le sont pas : à l’église, les marchés, les mariages et fêtes privées… La veillée funéraire d’un ancien Chef de l’Etat s’est tenue au Palais des Sports, l’association des taxis de la ville a pu, elle aussi se réunir, mais nous, opérateurs culturels dans le domaine de l’organisation de spectacles, ne pouvons pas organiser un concert » déplore Liva Ramanandratosoa de « Gasy Events ». Ces organisateurs ont de quoi hausser le ton, avec les dépenses qu’ils ont faites et qui ne sont pas remboursables, ne serait-ce que la location des salles de spectacles, dont le Palais des Sports, mais aussi toute la communication radio, télé et autres médias, qui coûtent des dizaines de millions d’Ariary non remboursables. Dans le cas du concert de Lalatiana, à une semaine du spectacle, 60% des billets ont été vendus. Cette semaine, les organisateurs doivent tout rembourser. Les organisateurs attirent donc l’attention des dirigeants et leur demandent de lever cette interdiction, car c’est toute une industrie qui en est victime.

Anjara Rasoanaivo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara16 partages

Football- FC Rabaza : Un trouble-fête en puissance !

La TELMA Coupe de Madagascar 2017 aborde dimanche les demi-finales avec d’un côté, à Mahajanga, la franche explication entre Fosa Juniors et JET Mada et de l’autre, à Fianarantsoa, les retrouvailles du COSFA et de l’AS Adema.

Mais on ne peut pas réellement aborder cette Coupe de Madagascar sans revenir sur la performance incroyable du FC Rabaza, un club formé de toutes pièces par Guillaume Ramilison, l’ancien du FC Fobar connu surtout pour sa grande passion pour le football au point de se substituer à l’entraîneur et même de participer activement à l’entraînement comme il l’a fait avec Elgeco Plus.

Des grands techniciens. Cette fois encore, il est allé au bout de sa passion pour reconstituer une équipe d’anciens composés de grands techniciens et apporter ainsi sa part de piquant à l’épreuve.

Et quel piquant, car le FC Rabaza est parvenu à éliminer l’Ajesaia à Tsiroanomandidy avant d’infliger une autre défaite, toujours par 1 à 0 au COSFA. Deux victoires qui montrent que si on le laisse faire, ce club est capable d’aller en finale.

Mais on ne lui a pas laissé le choix en brandissant quelques irrégularités à même de le disqualifier avec l’inexistence d’un certificat de transfert international pour Yvan et Jimmy Radafison. Mais comme si cela ne suffisait pas pour l’accabler, on est revenu sur le prêt de Noce et de Lila de Iarivo FC.

Et si c’est tout à fait dans la légalité, la défaite par disqualification du FC Rabaza prive le public d’un vrai régal avec ce jeu tout en finesse développé par ce groupe inédit formé par des jeunes retraités mais qui sont restés des grands techniciens.

Panoplie complète. Conduite de la balle à trois et en triangle, fermeture des couloirs, sens du placement et au besoin un marquage strict sur le meneur de jeu d’en face et le tour est joué. Une panoplie complète qui fait mouche. A cela s’ajoute l’expérience de ses joueurs dont le Seychellois Jimmy Radafison « Kundé » dans la charnière centrale pour imposer sa puissance à la manière d’un Johnny d’Elegco Plus, mais également le Réunionnais Yvan à la pointe de l’attaque.

Entre les deux hommes, on trouve Dola, l’ancien de l’Ajesaia, aux commandes et très bien entouré par Noce et Lila d’Iarivo FC.

Bref des techniciens qui ont réussi par la même occasion à montrer que grâce à une couverture rationnelle du terrain, ils peuvent encore tenir leur rang. Sans se fatiguer inutilement.

C’est presque une certitude que ce FC Rabaza pour peu qu’il parvienne à régulariser sa situation fera partie des meilleures formations malgaches. Et comme Guillaume Ramilison reste à l’affût pour compléter son effectif, le Vatovavy Fitovinany aura là une belle occasion de revivre l’époque de Tiavo. On parie ?

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar16 partages

Langue étrangère – Le chinois incontournable

Pour la promotion de la civilisation, de la culture et de la philosophie chinoises, l’Institut Conficius de Madagascar, présent aux Universités d’Antananarivo et de Toamasina, promeut la langue et la culture chinoises. Le premier, créé en 2008, propose une formation académique et organise des cours de mandarin. « Cela fait 45 ans que la relation diplomatique sino-malgache dure et l’implantation de l’Institut Conficius, qui a vu le jour en 2008, grâce au partenariat avec l’Université normale de Jiangxi, témoigne de l’amitié et de la coopération gagnant-gagnant entre les peuples chinois et malgache. Cette langue tient une place importante dans tous les échanges. Elle est la plus répandue et devient incontournable », expose Eva Zo Rasendra, directrice malgache de l’institut.Au début, les jeunes Malgaches rencontrent des difficultés au moment de l’initiation, mais tout dépend de la volonté et de la détermination de chaque apprenant qui acquiert une certaine aisance après plusieurs séances. Lijuan Chen, directrice chinoise de l’institut compte actuellement neuf mille étudiants et apprenants dans plus de quatre-vingt sites d’enseignement, incluant les classes Conficius, les écoles privées, les ministères, les instituts supérieurs privés et les grandes écoles d’administration. « Nous sommes fiers de l’institut de l’Université d’Antananarivo qui figure parmi les modèles car il conforte la meilleure place au niveau mondial. Les jeunes qui étudient la langue et la culture chinoises parviennent à trouver des emplois, lesquels contribuent à la croissance économique de Madagascar », exprime-t-elle.L’obtention de la licence au niveau de cet institut se mérite. Il existe des opportunités de voyages, des bourses d’excellence allouées aux élites et celles de l’encouragement en faveur des étudiants issus de familles démunies. Cependant, le passeport pour entrer en Chine est conditionné par le test officiel de la langue chinoise HSK.Le Pr Zuqin Wei, enseignant, reconnaît la forte capacité des Malgaches qui parlent couramment le chinois.« Les étudiants sont intelligents et je loue leur sacrifice pour atteindre leur objectif. En Chine, nous avons un système d’achat en ligne et le mobile banking, les Malgaches s’y adaptent facilement et maîtrisent ces outils », invoque-t-il.Zo Harimbola Ratovo­heri­manana, étudiant en L3 témoigne que, grâce à ses études en langue chinoise, il a pu s’immiscer dans la culture du kung-fu. Et un voyage en Chine lui a permis de poursuivre des stages au temple de Shaolin. Andry Harivony Rabenandro, étudiant en L3, quant à lui, a auparavant été affilié au département « Philosophie ». « Après quatre années d’études, j’ai décidé de m’inscrire en première année à l’Institut Conficius. Il y eut les cours optionnels qui ont changé ma vie et mon état d’esprit », raconte-t-il. Ces deux jeunes étudiants ont brillé lors du concours « Passerelle vers le chinois », édition 2017.Farah Raharijaona

Midi Madagasikara12 partages

Association Fiza Ih : Report de la levée de fonds « Fadi » au 18 novembre prochain

L’association Fiza Ih entend développer Vohémar.

« Nous respectons les recommandations émanant des responsables étatiques pour faire face à la peste d’un côté, mais surtout, nous nous recueillons face à la perte d’une grande personnalité du Nord qu’est le Professeur Zafy Albert de l’autre ». Ce sont là les propos de Bachir Elias président de l’Association des « Zanak’Iharana » (Fiza Ih) samedi dernier, lors d’un point de presse organisé à Ankadifotsy. Saisissant l’occasion, Bachir Elias a fait savoir que l’association qu’il préside est « actuellement en pleine phase de renaissance après des années d’inactivité ». Et que « la levée de fonds Fadi ou (Fonds d’appui pour le Développement de l’Iharana) constitue un moyen pour le nouveau bureau de donner de l’élan à l’association ». Ce qui devrait se manifester par des dons de médicaments à l’hôpital de Vohémar et d’Ampanefena. « Nous projetons d’étendre les activités de l’association en sortant des sentiers battus » a-t-il renchéri. L’association entend dans ce cas « développer » l’Iharana (connu également sous l’appellation de Vohémar) en axant ses actions sur sa jeunesse. Notamment, par « la mise en place d’un centre d’accueil qui va prendre en charge les jeunes de la région qui vont étudier à Antananarivo ».

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara12 partages

Programme ITEC : Plus de 700 professionnels malgaches bénéficiaires

La journée ITEC a été un succès événementiel.

Le programme de la Coopération Technique et Economique Indienne (ITEC) est un programme phare du gouvernement indien pour les pays en développement d’Asie, d’Afrique, d’Europe de l’Est, d’Amérique centrale et latine, du Pacifique et des petites îles. Dans le cadre de cette coopération Sud-Sud, l’objectif est de partager les expériences acquises en matière de développement depuis plus de cinq décennies. Ce programme touche divers domaines dont entre autres, la technologie de l’information, le journalisme, la finance et de l’audit, le développement rural, l’environnement, des cours d’anglais, la gestion d’entreprise et des télécommunications. Pour le cas de Madagascar, « plus de 700 professionnels malgaches issus du secteur public et du secteur privé ont en déjà bénéficié », a annoncé l’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar, SEM Subir Dutta, lors de la célébration de la Journée ITEC qui s’est tenue dernièrement dans sa résidence à Analamahitsy.

Demandes. Dans le cadre de ce programme, le gouvernement de l’Inde offre des cours de formation de courte durée tout en prenant en charge les boursiers. « L’objectif vise essentiellement à améliorer le niveau d’étude et les compétences des professionnels issus du secteur public et privé. Les intéressés sont tenus de soumettre leurs demandes par le biais du ministère des Affaires étrangères de Madagascar. Les informations sur le programme ITEC sont d’ailleurs disponibles sur le site http://www.itec.mea.gov.in. Chaque année, une centaine de professionnels malgaches issus des secteurs public et privé bénéficient des bourses du gouvernement Indien », a-t-il enchaîné. Quant à l’Association des anciens boursiers de l’ITEC, qui a été créée en 2013, elle regroupe les personnes qui ont suivi des cours de formation à court terme ou à long terme dans le cadre des bourses offertes par le gouvernement indien. L’objectif de ce réseau est de maintenir et développer des relations amicales et culturelles entre l’Inde et Madagascar en vue de renforcer la fraternité et la solidarité entre les deux pays. Leurs activités portent principalement sur ​​les activités sociales et culturelles, en collaboration avec l’Ambassade de l’Inde.

Succès. En revenant sur la journée ITEC, les anciens boursiers de l’Inde ont eu l’opportunité de partager leurs expériences durant leur séjour dans ce pays. Ils ont participé aux activités culturelles dont des danses indiennes et malgaches, défilés de mode indien et malgache représentant les différentes régions de l’Inde et de Madagascar avec les habillements traditionnels appréciés par l’assistance. C’était un succès évènementiel. L’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar, SEM Subir Dutta a félicité l’association ITEC Alumni pour ses efforts dans la promotion de la culture indienne et malgache ainsi que les actions sociales réalisées. Il a ainsi fait appel à la communauté indienne de supporter l’Association ITEC Alumni dans ses activités culturelles et sociales. Quant au Directeur Général du ministère des Affaires Etrangères, Ratsima Tahiry, qui est aussi ancien boursier de l’Inde, il a mis en relief l’importance de renforcement de capacités dans le domaine professionnel ainsi que les avantages des cours octroyés par les universités et institutions indiennes. Et lui de mentionner la coopération et l’amitié Inde-Madagascar qui se renforcent davantage.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar12 partages

23 octobre 1817 – 23 octobre 2017

23 octobre 1817 – 23 octobre 2017 : voilà 200 ans, Madagascar émergeait, en même temps que ses représentants émargeaient, sur la scène diplomatique internationale. Bien sûr, la France par exemple, au nom de ses improbables «droits historiques», refusera longtemps de reconnaître ce fait accompli diplomatique jusqu’au traité de protectorat, du 17 décembre 1885. En son article 12, la juridiction ancienne sur l’île de la monarchie d’Antananarivo s’y retrouve implicite : «Sa Majesté la Reine de Madagascar continuera, COMME PAR LE PASSÉ, de présider à l’administration intérieure de toute l’île».Son Altesse Royale Princesse de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, fille de la reine d’Angleterre, se retrouve à Madagascar pour marquer ce bicentenaire. Après le symbole de la réouverture d’une ambassade malgache à Londres, c’est donc la cathédrale anglicane d’Ambohimanoro, fondée en 1889, qui accueillera un culte qui y sera dédié. L’archevêque de Canterbury, primat anglican et chef spirituel de 80 millions d’anglicans de par le monde, était déjà venu le 23 novembre 1965. Fille et représentante du Chef de l’église anglicane, la Princesse Anne ne verra pas Ambatoharanana : avec ses vieilles pierres, son micro-climat ombrageux, cette enclave anglicane de l’Avaradrano a pourtant quelque chose de «so british»…Le bicentenaire du traité de 1817 ne doit pas oublier Robert Townsend Farquhar (14 octobre 1776 – 16 mars 1830). En devenant Gouverneur de l’île Maurice, le 4 décembre 1810, il allait également changer le cours de l’histoire de Madagascar en choisissant d’apporter son soutien à Radama, qui venait de succéder à son père Andria­nampoinimerina, décédé cette même année 1810.D’abord, Farquhar manda Barthélémy Huet de Froberville (1761-1835) pour étudier Madagascar (les documents en sont conservés au British Museum). En 1816, Bibye Lesage (Londres 1780 – Port-Louis 1843) vint à Madagascar sur ses ordres. Un ancien Traitant, Chardenaux, fit également le voyage d’Antananarivo et revint à l’île Maurice accompagné des jeunes frères de Radama, les jumeaux Rahovy et Ratafika, le 10 septembre 1816. James Hastie (Irlande, 1786 – Antananarivo 1826), ancien sergent des armées britanniques, leur sera adjoint comme précepteur avant d’être nommé agent du Gouverneur de Maurice auprès de Radama.C’est James Hastie qui négocia avec Radama et ses conseillers les termes du traité qui fut signé le 23 octobre 1817. L’ancien directeur des archives nationales de Madagascar, Jean Valette, évoque «Le traité conclu entre Radama 1er et Lesage le 4 février 1817» (Revue française d’histoire d’outre-mer, année 1974, volume 61, n°225, pp. 572-578). Mais, c’est bien le traité d’octobre 1817 qui conféra le titre de «Roi de Madagascar» à Radama : «reconnaissance juridique par une grande puissance d’un état de chose encore assez théorique», dira Jean Valette («Études sur le règne de Radama 1er», Imprimerie Nationale, 1962, p.11).Un traité additionnel de 1820 permit à de jeunes gens malgaches, lointains prédécesseurs des boursiers «Chevening Scholarship», d’aller étudier en Angleterre. Ainsi, partit en 1821 le groupe conduit par le prince Ratefinanahary et son secrétaire antemoro Andriamahazonoro. Parmi les boursiers se trouvaient les jumeaux Rahaniraka et Raombana, qui reviendront au pays en 1829 pour exercer à la Cour de la reine Ranavalona.Radama aura tourné le dos, le 28 juillet 1828. Farquhar avait déjà définitivement quitté l’île Maurice le 20 mai 1823. James Hastie mourut en terre malgache le 18 octobre 1826. La carrière malgache de James Cameron, missionnaire-artisan de la London Missionary Society, symbolise d’autres engagements britanniques, moins spectaculaires mais tout aussi fondateurs : né le 6 janvier 1800, en Écosse, James Cameron arriva à Antananarivo, le 6 septembre 1826 pour en partir le 18 juin 1835, après la proclamation de l’édit de Ranavalona interdisant le christianisme, le 1er mars 1835. Mais, il reviendra, le 7 septembre 1863,  vivre à Antananarivo jusqu’à sa mort, le 3 octobre 1875.Sans la rencontre des deux volontés de Farquhar et de Radama, les missionnaires David Jones et David Griffiths, le soldat James Hastie et le bâtisseur James Cameron, n’auraient pas pu contribuer à la grande oeuvre fondatrice d’il y a 200 ans : la fixation de la langue, gravée dans la Bible en malgache (1835) et l’exception diplomatique malgache, «un État comme vous l’étiez avant», comme reconnut enfin le général de Gaulle, le 22 août 1958, à Mahamasina.

Nasolo Valiavo Andriamihaja

Madaplus.info11 partages

Les deux individus qui ont agressé Rah-ckiki ont été arrêtés à Toamasina

Nous l’avons rapporté que le chanteur à texte Rah-ckiki a été agressé et tabassé chez lui le 01 dimanche 2017 par deux personnes qui ont été armées avec des armes blanches. Il a dû faire l’objet d’une hospitalisation.
Hier, Barivelo Romain 38 ans et Ravony Marcellin ont été arrêtés par la FIP Toamasina. Ils seraient impliqués directement à cette affaire d’agression du chanteur. Leurs photos à visage découvert circulent sur les réseaux sociaux actuellement. On espère avoir la lumière sur cette affaire. Est-ce que l’attaque à l’encontre de Rah-ckiki a été un message d’intimidation suite à sa chanson « Au secours Soamahamanina ». L’enquête nous le dira d’ici peu.
Midi Madagasikara11 partages

Basket-ball – Coupe d’Afrique des Clubs Champions : Fandrefiala reste à domicile

Le voyage sur le continent n’est pas pour cette année pour Fandrefiala.

Après avoir fait ses preuves au niveau national et régional, le rêve de Fandrefiala qualifié pour le compte de la zone 7 pour la Coupe d’Afrique des Clubs Champions à Luanda est brisé. La troupe à Tahiana faute de budget reste à quai.

Pas pour cette année. L’équipe championne de la Zone 7 ne pourra pas faire le déplacement à Luanda en Angola à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Clubs Champions (CACC) du 10 au 19 novembre. Cette 23e édition de la plus prestigieuse compétition de basket-ball féminin du continent réunit les meilleures équipes de chaque zone. « Notre déplacement en terre angolaise reste encore incertaine. Le dernier délai d’engagement de participation pour les équipes est pour demain 25 octobre. A l’heure où nous parlions (ndlr 23 octobre), seulement la moitié du budget est réuni. J’avoue que participer à ce genre de compétition est plus difficile pour les clubs malgaches. On est encore en attente des demandes de sponsoring envoyées partout » a expliqué Cyrille Rasoloarijaona, du Club Fandrefiala. Sauf changement de dernière minute ce jour. Comme en 2016, la zone 7 est absente de cette   compétition après la décision de l’équipe championne MB2All de ne pas participer. Pour le moment, plusieurs zones disputent encore la qualification. Elephant Girls of First Bank du Nigeria a remporté le ticket pour la zone 3. Le club nigérian s’est qualifié en étant le seul inscrit pour les éliminatoires de la Zone Afrique 3 de FIBA Afrique. En 2016, cette équipe championne nigériane a été classée 3e. La zone 5 verra la participation de deux clubs kenyans, Kenya Ports Authority (KPA) et Equity Hawks. Pour la zone 6, les équipes de l’Interclub de Luanda et du Ferroviario de Maputo respectivement championnes et vice-championnes se livreront bataille pour les deux places qualificatives pour cette joute continentale.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar10 partages

Abolition de la traite des esclaves à Madagascar … « pour une poignée de dollars »

Il y a exactement 200 ans, jour pour jour en ce 23 Octobre 1917, un acte majeur dans l’Histoire de Madagascar était accompli par la signature d’un important traité dit « Traité de TAMATAVE ». On  ne saurait laisser aux oubliettes cet évènement en raison  de la triangularité des enjeux qui s’y rattachent.Tout d’abord, au plan diplomatique : le traité de Tamatave signé, entre les représentants du Roi Radama Ier d’une part, et les émissaires du gouvernement britannique d’autre part, était le 1er traité international signé au nom de Madagascar, reconnue ainsi comme État Souverain. Et en l’occurrence, Radama Ier fut reconnu Roi de Madagascar par le Gouverne­ment Britannique, même si le souverain Merina n’avait pas – loin s’en faut – l’effectivité du pouvoir sur toute l’étendue de l’Ile. Ce titre : Roi ou Reine de Madagascar, allait être porté par tous les souverains Merina jusqu’à la fin de la Monarchie en 1897 avec la chute de Ranavalona III. Cette reconnaissance de Madagascar comme État Souverain  allait être adoptée, par la suite, par d’autres puissances occidentales telles que les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie, la France, et même le Vatican (le Pape Pie IX, par exemple, a envoyé un cadeau à Radama II lors de couronnement de ce dernier en 1861)Ensuite, au plan politique : la marche vers l’unification de l’île allait désormais  franchir des étapes décisives, avec le renforcement de l’autorité de Radama, grâce à une armée de métier de 15 000 hommes, entraînée à l’Européenne, et bien équipée en fusils anglais, bien supérieurs aux anciens fusils de la traite (« Aza manontany basy amin’ny Anglisy » disaient les Anciens….) Unification par les armes, certes, mais il en a été souvent ainsi dans l’histoire de bon nombre de pays.Mais la suzeraineté de Radama a été, aussi, le fruit de négociations pacifiques : par exemple, avec le Roi du Menabe, dont Radama a épousé la fille, la Princesse Salimo, ou avec le Roi deTamatave, Jean René, qui après avoir reconnu l’autorité de Radama a été traité avec égards, avec la dignité d’Andriam­baventy, …La suprématie militaire de Radama a découlé d’une des clauses du traité de Tamatave.Enfin, au plan social et humanitaire, la clause essentielle du Traité de Tamatave concernait l’abolition de la Traite des esclaves c’est-à-dire le commerce extérieur (importation et surtout exportation) de cette main-d’œuvre servile, à destination des Iles Mascareignes, actuellement l’Ile Maurice et surtout LaRéunion. Il convient, cependant, de noter que le gouvernement britannique en concluant avec Radama l’abolition de la traite des esclaves – par le Traité de Tamatave –, n’était pas a priori animé par un sentiment humanitaire et philanthropique. Loin s’en faut ! En effet, avant le percement du Canal de Suez, la route des Indes, vitale et stratégique pour les Britanniques du XIXème siècle, passait par le Cap de Bonne Espérance, à l’extrême Sud de l’Afrique. Sur ce trajet, Madagascar constituait un point  de relâche incontournable, pour l’approvisionnement en eau fraîche et surtout en denrées alimentaires de toutes sortes : riz, zébu, volailles, fruits. Or, si la Grande Ile, du fait de la Traite, se vidait de la population servile qui produisait ces denrées,  qu’adviendraient –ils des navires anglais sur la route des Indes, privés d’un point important de ravitaillement   Donc que les esclaves malgaches restent chez eux pour pratiquer l’agriculture et l’élevage, afin de servir les intérêts de la marine de sa Gracieuse Majesté sur la route des Indes, l’Inde considérée alors comme le joyau de l’Empire britannique, Radama a beaucoup hésité avant d’accepter de renoncer à la Traite des esclaves, sa principale source de revenus. Mais il finit par accepter moyennant des compensations, notamment l’octroi annuellement de 100 barils de poudre, de 1000 fusils et de …2000dollars !Pensons – y en cette année où se commémorent les deux siècles de relations malgacho-britanniques. Justement S.A.R la princesse Anne, fille de la Reine Elizabeth II, est actuellement dans nos murs, accompa­gnée de son époux, dans le cadre de cette commémoration, laquelle a débuté par une visite du Président Malgache à Londres. À notre connais­sance, c’est la deuxième fois que la princesse Anne se rend à Madagascar pour une visite officielle. A-t-elle bu l’eau du Manangareza réputée faire revenir les Étrangers qui y goûtent : Manangareza est une petite rivière coulant au sud de …Tamatave, là où le 1er Traité malgacho-britannique était signé le 23 Octobre 1817. « That is the question… ».

Julien Rakotonaivo

News Mada9 partages

IFM, CGM … : mitohy ny fahanginan’ny efitrano fampisehoana

Mbola hangina tanteraka ny eto Antananarivo sy ny manodidina, eny hatrany amin’ny faritra sasantsasany, ato anatin’ny roa herinandro. Mitohy ny tsy fahazoana mamory olona noho ny tsy mbola fahafehezan’ny fanjakana ny fihanaky ny aretina pesta.

Taorian’ny fanapahan-kevitry ny fanjakana, ny herinandro lasa teo, nofoanana avokoa ny hetsika rehetra tokony hotanterahina, ao amin’ny Institut français de Madagascar (IFM) etsy Analakely. Anisan’izany ny fampisehoana iarahan’i Nabalüm sy i Sanzy, mpanakanto avy atsy Afrika, ny 10 novambra izao.

Tsy ny seho an-tsehatra ihany no tratran’izao fanapahan-kevitra tsy maintsy noraisina izao fa hatramin’ny fampirantiana sy ny famelabelaran-kevitra samihafa ary ny toeram-pamakiam-boky sy fanovozam-pahalalana, ao amin’ity foibe ity. Hampahafantarina miandalana ny hiverenan’ny zava-drehetra amin’ny laoniny.

Ho an’ny ao amin’ny Cercle germano-malagasy (CGM), nahemotra ny 10 novambra izao, araka ny efa nambara teto, ny fampisehoan’i Baba, tokony hatao ny zoma 27 oktobra. Tsy hisy koa ny hetsika fanaon’ny Faribolana isam-bolana, amin’ity oktobra ity. Voatazona kosa ny hetsika iarahana amin’i Teddy Prezeau, ny 4 novambra, araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra ao amin’ity toerana ity.

Etsy ankilan’izay, tsy vitsy ireo mpikarakara lanonana na fampisehoana tsy mbola milaza ny daty hanemorana ny hetsika karakarain’izy ireo, izay voatery nahemotra, noho ity aretina pesta ity ihany. Ny antony, mbola miankina amin’ny fivoaran’ny fihanaky ny aretina sy ny fanapahan-kevitry ny fanjakana, mikasika izany, ny fitadiavana ny daty. Eo koa ny fahafahan’ilay artista hiaka-tsehatra na tsia.

Landy R.

News Mada9 partages

Agression du chanteur Rah-Ckiky : deux individus interpellés

Fin de cavale pour les agresseurs du chanteur à textes, Rah-Ckiky.

L’intervention de la police après l’agression de Rah-Ckiky a porté ses fruits : deux individus présumés auteurs de l’acte de violence ont été arrêtés par les éléments de la Force d’intervention de la police (Fip) Toamasina, à Betainomby dans l’après-midi d’avant-hier.

A l’issue de l’enquête et à l’aide des renseignements recueillis dont ceux de la victime, les policiers ont mis en place une stratégie en prenant en filature les deux individus pour finalement aboutir à leur arrestation. Il s’agit de deux conducteurs de pousse-pousse dans la région. Le chanteur à textes malgache et sa famille ont été rassurés d’apprendre que les deux bandits qui l’ont agressé à son domicile ont été capturés.

Graves blessures

Pour rappel, le 1er octobre, des bandits munis d’armes blanches sont venus s’en prendre à Rah-ckiky dans son domicile à Toamasina vers 3 h du matin. Le chanteur a souffert de graves blessures après avoir reçu plusieurs coups de couteau dans le dos et sur les épaules. Il a été envoyé directement au centre hospitalier universitaire de la ville. Laissé pour mort par ses agresseurs, il n’est sorti du coma que le lendemain après avoir reçu les soins appropriés.

Mobile inconnu

Selon certains observateurs, cette agression aurait pour origine la dernière œuvre du chanteur, dénonçant la mainmise opérée sur les terres malgaches par des investisseurs étrangers, en se référant au cas particulier de Soamahamanina. D’autres pensent qu’il s’agirait plutôt d’un  règlement de comptes, d’autant plus que les bandits n’ont rien volé dans la maison.

Ando Tsiresy

 

Midi Madagasikara9 partages

Une rentrée qui suscite des polémiques

La polémique a enflé tout au long du week-end et elle a continué lors de la journée d’hier. La décision du DIDEC semble irrévocable, mais dans les rangs des parents, on a commencé à sentir un certain flottement. Une réunion va avoir lieu aujourd’hui entre la direction de l’enseignement catholique et le ministère de l’Education nationale (MEN) pour recueillir, dit-on, les recommandations à suivre pour permettre une rentrée sécurisée.

Une rentrée qui suscite des polémiques

L’incompréhension qui s’est manifestée dans les commentaires sur les réseaux sociaux montre que la décision prise par la direction des écoles catholiques n’a pas semblé opportune. Elle a paru d’autant plus malvenue pour beaucoup de parents qu’il s’agit de la santé de leurs enfants qui est en jeu. Les post des internautes n’ont cependant pas été aussi virulents que l’on aurait pu s’y attendre. Ils ont simplement montré leur désapprobation. En fait, la plupart ont déclaré être en désaccord avec cette volonté de faire rentrer les élèves le 26 octobre. Cependant, la direction des écoles catholiques commence à trouver plutôt longue cette suspension des cours qui, dit-elle, lèse gravement les élèves et leurs parents. Les responsables d’établissement ont suivi toutes les directives des services sanitaires et ils pensent que le risque encouru par les enfants est moindre. Devant la réprobation suscitée par leur décision, ils ont donc demandé à rencontrer les membres du MEN pour qu’on leur indique les mesures nécessaires à prendre lors de cette rentrée. On a l’impression qu’il s’agit d’un début de dialogue et que les positions ne sont pas totalement figées. Certains parents commencent eux aussi à trouver ces vacances forcées un peu trop longues et s’inquiètent de l’oisiveté de leurs enfants. Le temps perdu devra forcément être rattrapé et le surcroît de travail occasionné va certainement fatiguer leurs chérubins. Néanmoins, il y a, dans la balance, la crainte de ne pas être assurés que cette reprise des cours se fera dans des conditions de sécurité parfaite. Les discussions vont donc bon train et on ne sait pas ce que va donner cette rencontre qui va avoir lieu aujourd’hui.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara8 partages

« Kabôsy spirit » au « No Comment » : Voyage musical dans la terre du « horija » !

« Kabôsy spirit » fera résonner le « kabôsy spirit » au « no comment bar » Isoraka ce jeudi.

Un beau voyage musical dans la terre natale de Doda et Mbity qui s’annonce ! La beauté de la région Haute Matsiatra, la générosité de ses natifs… «  Kabôsy Spirit », ce jeudi emmènera les mélomanes dans la ville de leur enfance… en musique. Et avec comme instrument de base, le « kabôsy ». « Le ‘kabôsy’, lorsqu’on le joue dans notre région, du style « Horija », on le frappe. Mais suite à des recherches musicales, on a décidé de le jouer plus en folk, avec d’autres instruments de musique dont la guitare, la basse et la batterie. Cela produit un tout autre esprit : le « Kabôsy Spirit » explique l’un des membres fondateurs du groupe : Doda, ou Mbity. En tout cas l’un des deux parce qu’on a du mal à différencier ces jumeaux qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Autrement dit, conjuguer le passé au présent et mettre au goût du jour cette musique traditionnelle qui caractérise la ville natale des frères Rakotonomenjanahary. « Le monde évolue et on pense aussi que la musique doit évoluer parallèlement ». A travers « Tonga mamangy », album sorti l’année dernière, le groupe poursuit sa quête et continue de faire connaître les titres qui le composent.

De « Erymbity » à « Kabôsy spirit ». Encore méconnu du grand public, « Kabôsy spirit » compte pourtant 18 ans d’expérience à son actif. En 1999, les frères jumeaux Fianarois, Doda et Mbity, décident de créer « Erymbity » (Mbity et consorts). « Nous avons enregistré trois titres au Nada Studio. On a essayé d’harmoniser le « Kabôsy » avec les instruments modernes, mais le résultat nous laissait un peu perplexes. Il nous fallait donc réviser, faire des recherches et trouver une nouvelle manière de jouer le « kabôs »y afin que notre musique puisse se distinguer du traditionnel « Horija betsileo », en utilisant toujours le même instrument. Il nous fallait bien évidemment garder l’esprit de la musique traditionnelle fianaroise ». En 2003, leur chemins croisent ceux de Tahiana, Fefy et de Lantotiana. « Nous avons réarrangé à notre façon ce que nous avons enregistré en 1999. Pour nous, c’était la découverte de notre nouveau style musical : le « KabôsySpirit ». Depuis, ils ont fait du chemin. « En 2004, nous sommes invités sur le plateau de la MBS TV, dans l’émission ‘ Randrana’. Rajery nous a repéré, a collaboré avec nous pour finalement devenir notre manager. La même année, nous voilà à l’affiche du « Festival Angaredona » à Mahajanga ». En 2005, ils assurent la première partie du groupe Mikéa et sont invités par le « Toty group » au Piment Café. En 2006, Doda et Mbity  enregistrent le Single « Tonga mamangy » avec la participation de Tôty à la guitare basse. Ce n’est qu’en 2012 que le groupe se fait appeler « Kabôsy Spirit » et qu’il se dévoile au grand public. Aujourd’hui, il revient sous les feux des projecteurs et investira le « No comment bar » pour une soirée musicale inédite.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Processus électoral : La contribution des journalistes vivement sollicitée

Le processus électoral n’incombe pas uniquement à l’Etat ou à la Ceni. Il a été constaté et confirmé hier, lors d’une concertation organisée par Coopération Médias à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina que les médias sont amplement exhortés à assurer leur rôle d’intermédiaire durant le processus électoral. « Les journalistes ont beaucoup de responsabilités par rapport aux élections dont la sensibilisation des électeurs à participer au processus électoral », a rappelé un paneliste. L’enjeu n’étant autre que l’augmentation du taux de participation. Rappelons au passage que pour les élections présidentielles de 2013, le taux de participation en question était dans les 50% lors du second tour, selon le rapport provisoire de la commission électorale de l’époque. La contribution des médias est donc plus qu’indispensable, mais il va falloir équiper les journalistes. Au micro, Mbolatiana Raveloarimisa explique : « Abandonner l’excès de théories est l’option, autrement rien n’avancera. Dans ce cas, professionnaliser les journalistes en les dotant des équipements nécessaires est un passage obligé ».

Code de bonne conduite. Dans cette même optique d’idée, nous  savons que la Ceni a élaboré une stratégie nationale d’éducation électorale. « Une réunion y afférente a eu lieu entre la Ceni et les techniciens ; elle a accouché du plan de mise en œuvre », a informé Fano Rakotondrazaka, rapporteur général de la Ceni. Mais un petit problème se pose. « Nous avons besoin de l’appui de nos partenaires techniques et financiers pour concrétiser cette stratégie nationale », confie-t-il. Apparemment, c’est ce qui conduit à ce manque de communication et de sensibilisation des citoyens. En fait, la communication est là, mais impacte peu sur la psychologie de l’électorat. C’est dans ce cadre que la contribution de la presse est vivement sollicitée. Au niveau du code de conduite des journalistes en période électorale, rien n’a été fait jusqu’à maintenant, mais Fano Rakotondrazaka d’indiquer que « beaucoup de tractations et de négociations sont en cours avec les organes de presse ». Lui qui ne cesse de réitérer qu’ « il ne s’agit guère de donner des leçons aux journalistes ». C’est donc un travail de longue haleine et une mission herculéenne qui ne nécessitent que l’engagement moral de tout un chacun. Aussi a-t-on appris que la société civile concocte en ce moment une émission nationale de sensibilisation des électeurs.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Flash Eco

– Le deuxième Sommet sur l’innovation en Afrique (AIS II) aura lieu du 6 au 8 juin 2018 à Kigali, Rwanda, au Centre des Conventions de Kigali. L’AIS II se basera sur les bons résultats du premier Sommet réalisé à Praia en 2014 et comprendra des activités avant, pendant et après le Sommet. L’AIS cherche des solutions novatrices et disruptives pour les grands défis auxquels sont confrontés les pays africains comme l’accès à l’énergie, l’eau, l’insécurité alimentaire et les systèmes de santé. – Une descente a été effectuée hier sur la place de marché d’Anosy, par une délégation conduite par le ministre du Commerce et de la Consommation, Nourdine Chabani. – Le président du groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi Adesina a remporté le Prix mondial de l’alimentation. Avec les 250.000USD gagnés dans ce cadre, il a décidé de créer un Fonds pour les jeunes agriculteurs et les agripreneurs africains.

 

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Collectivités territoriales décentralisées : Formation en protection sociale à Fort-Dauphin

La formation en protection sociale à la commune de Fort-Dauphin.

Le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID), le Ministère des Finances et du Budget (MFB) et la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNaPs) ont co-organisé une formation en protection sociale dans la grande salle de la Commune urbaine de Fort-Dauphin, Anôsy. Les 69 communes de la région ont toutes participé à cet atelier, réprésentées soit par leurs maires, soit par leurs secrétaires trésoriers comptables (STC).

Difficultés. Bien que considérées comme des acteurs-clés du développement local dans une décentralisation effective, les communes font pourtant face à de nombreuses difficultés entravant leur bon fonctionnement. Citons, entre autres, le non-droit des agents municipaux, ou encore le non-paiement de cotisation à la Caisse nationale, etc. Et il ne s’agit pas d’un cas isolé, mais également vécu par les collectivités territoriales décentralisées (CTD) de Madagascar. Un des participants, M. Ravelomanantsoa, maire de la commune rurale de Berano du district d’Amboasary Sud a souligné que cette formation lui a permis de trouver des pistes de solutions aux problèmes rencontrés par les CTD.

Améliorations. Cette formation a ainsi permis aux participants d’améliorer l’élaboration et la gestion de leur budget, le management de leurs ressources humaines, sans oublier la gestion financière de leurs CTD respectives. Par ailleurs, la CNaPS les a également informés sur ses diverses prestations, telles que les allocations familiales, les rentes en cas de maladies professionnelles ou d’accidents de travail, la procédure des Déclarations Nominatives des Salaires (DNS).

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar6 partages

Sénat – Rivo Rakotovao marque son entrée

Le sénateur Rivo Rakotovao est entré en fonction, lundi. Une semaine après l’annonce, des questions sur les raisons de sa nomination se posent toujours.

Officiel. Rivo Rako­tovao a rejoint le siège numéro cinq de la salle de session du palais de verre à Anosy, hier après-midi. Accueilli en grande pompe par ses pairs, sa rentrée effective à la Chambre haute a été précédée d’une cérémonie de remise d’écharpe de sénateur. Après l’hymne national et la lecture des dispositions législatives régissant le remplace­ment d’un sénateur par la secrétaire du Sénat, Honoré Rakotomanana a prononcé son discours de bienvenue à Rivo Rakotovao.Comme à l’accoutumée, les allocutions du président du Sénat sont  serties de proverbes et de versets bibliques à travers lesquels il envoie des messages. Pour la journée d’hier, il n’a pas manqué de citer un verset tiré de l’épitre aux Romains selon lequel « Que la charité soit sans hypocrisie. (…) Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres; par honneur, usez de prévenances réciproques ». Un message appréhendant les rumeurs qui circulent depuis une semaine sur l’éventualité de dissolution de l’actuel bureau permanent du Sénat.Le sénateur Rivo Rako­tovao, remplaçant d’Ahmad, issu du quota présidentiel, a été nommé par décret le12 octobre qui n’a été rendu public que le jour de l’ouverture de la deuxième session ordinaire du parlement, le17 octobre. Dans la même foulée, il a été démis de son poste de ministre auprès de la présidence chargé de l’Agriculture et de l’élevage et substituépar Harison Edmond Ran­dria­rimanana. Qualifié « d’ajustement politique » par Honoré Rakoto­manana, Rivo Rakotovao perçoit sa nomination comme une nouvelle étape pour accélérer le développement. « Le président de la République a ses raisons sur ma nomination en tant que sénateur », poursuit-il.

ÉventualitéDes raisons qui titillent les curiosités des observateurs depuis une semaine sur l’éventualité de son accession à la tête de la Chambre haute. « L’histoire vérifiera la véracité ou non de cette éventualité.(…)  Si c’est pour le développement du pays,  ce n’est ni le poste ni la personne qui importe mais le consentement mutuel », soutient Rivo Rakotovao en marge de la cérémonie.  Selon lui, il faut se projeter vers l’élection et ne pas se soucier des éventuelles crises. « Il ne faut pas se dire systématiquement que l’élection peut engendrer des crises. Il faut savoir que l’élection est une marque de victoire démocratique», a-t-il déclaré.La destitution du président du Sénat entraîne logiquement la dissolution du bureau permanent. « On va devoir élire les nouveaux membres si tel est le cas  mais cela peut provoquer le chaos dans la Chambre haute », souligne le sénateur Roger Kolo.Dans l’attente de la suite des événements, les sénateurs doivent élire le remplaçant d’Ahmad en tant que vice-président représentant de la province de Mahajanga. Selon les indiscrétions, cette élection se tiendra ce jour.Spéculations ou réalité   L’affectation de Rivo Rako­tovao au Sénat n’est certainement pas fortuite. Beaucoup déduisent que c’est une issue pour contourner la révision de la Constitution, à moins que ce soit une assurance en prévision de la vacance du poste du président de la République « soixante jours avant les élections » commele stipule l’article 46 de la Constitution.

Andry Rialintsalama et Loïc Raveloson

News Mada5 partages

Atahorana hikatona ny sisin-tany : noho ny pesta, nanafoana ny diany aty Madagasikara ny vahiny

 Maherin’ny 100 ny olona matin’ny pesta eto amintsika. Na tsy mbola mikatona aza ny sisin-tany, efa maro ny mpizahatany manafoana ny diany ho aty Madagasikara.

Tsy voafehy ny fitombon’ny olona matin’ny valanaretina pesta eto Madagasikara. Miantraika any amin’ny fizahantany sy ny toekarena ity tranga ity, tonga amin’ilay fiteny hoe “mandrimandry manana aretina”. Hanamarinana izany, nambaran’ny antokon-draharaha mpikarakara mpizahatany (Agence de voyage) iray eto amintsika, manana mpanjifa avy any Soisa sy Alemaina, fa “manao famandrihana enim-bolana mialoha ny fotoana tena ahatongavany any amin’ny firenena iray ny mpizahatany. Noho ny tahotra ny pesta, mihena be ny mpanjifanay misafidy ho aty Madagasikara. Manodidina ny 15% ny mpanjifanay nanafoana ny diany ho aty Madagasikara. Singanina amin’izany, nisy andiany mpizahatany dimy, ka nihemotra tsy tonga ny roa tamin’ny herinandro lasa teo. Efa nisy nanafoana ny famandrihany, toy izany, koa ny fiandohan’ny volana oktobra teo, raha vao nahafantatra tamin’ny alalan’ny fampahalalam-baovao, indrindra miparitaka any anaty tambajotra sosialy sy ny internet fa misy valanaretina pesta eto Madagasikara”.

Voatery namerim-bola

Miteraka fatiantoka ho an’ireo antokon-draharaha mpikarakara mpizahatany ity trangana pesta ity. Mitaky famerenana ny vola namandrihany ny diany ny mpanjifa. Na tsy araka ny tokony ho izy aza izany, tsy avy amin’izy ireo ny antony tsy nahatongavany, fa vokatry ny fisian’ny valanaretina pesta. Nilaza ilay antokon-draharaha mpikarakara mpizahatany fa “manodidina ny 50% ny vola naverina tamin’ny mpanjifany. “Soa, fa nanaiky hamerim-bola ny famandrihana nataonay koa ny trano fiantranoana, indrindra ny karazany lehibe, satria misy ny fifampitokisana sy ny fiaraha-miasa eo aminay sy izy ireny”.

Mandalo fotsiny ny sambo vaventy

Anisan’ny nahavelom-bolo ny fizahantany teto amintsika koa ny fandalovan’ny sambo vaventy mpitondra mpizahatany. Indrisy fa nodinganin’izy ireny ny eto Madagasikara, indrindra ny any Toamasina, ka very anjavony ny vola vahiny anarivony euros na dolara, tokony hiditra amin’ny kitapom-bola malagasy.

Araka ny voalaza etsy ambony, tsy mbola misy antoka hanamarinana fa voafehy ity valan’aretina ity ankehitriny. Ny hita, tsy mitsaha-mitombo ny isan’ny maty, nahatratra 107 ny 21 oktobra teo raha 95 ny maty ny 18 oktobra (nitombo 15 ny maty). Voalaza fa sokajina ao anatin’ny dingana faharoa ny trangana pesta eto Madagasikara. Tsy voafaritra kosa raha mahatratra firy ny isan’ny maty, na manao ho toy ny ahoana ny fisehoan’ny aretina vao ho ao anatin’ny dingana fahatelo, ary tsy fantatra sy tsy hampahafantarina ny besinimaro koa rehefa toy ny inona no tsy maintsy hakatona ny sisin-taniny, ka tsy maintsy hatoka-monina i Madagasikara.

Randria

L'express de Madagascar3 partages

Passer d’un lapa en falafa à un palais plus solide

«ÀAntananarivo, l’architecture du Rova est demeurée autant le produit d’un savoir technique qui s’accroît de plus en plus vite que d’une exigence symbolique et religieuse, dont seul peut-être le formalisme a changé », écrit Vincent Belrose-Huygues (Revue d’études historiques de l’Université de Madagascar, Hier et Aujourd’hui, 1975).Le rôle d’Andrianampoinimerina notamment, est capital dans la transformation du milieu merina, au même titre que celui de Radama, ajoute l’auteur de Rova de Tananarive, d’Andrianjaka à Radama Ier, un exemple de syncrétisme esthétique du XIXe siècle. Toutefois, « le premier agissait dans un cadre étroit et fermé, sans moyens techniques et sans références différents de ceux de ses prédécesseurs, le second lançait des entreprises appuyées par de puissants moyens par rapport à son père ».Quand Andrianampoinimerina s’installe au Rova en 1794, après la prise de la cité, il procède à des aménagements. Il renforce d’abord la palissade de ses prédécesseurs par des procédés employés pour les fossés des villages forts établis en Imerina.Ainsi, la terre prélevée à l’intérieur pour niveler et à l’extérieur pour creuser un fossé, est rejetée pour former un talus. Sur celui-ci, sont plantés de gros pieux taillés en pointe, des traverses solidement ligaturées assurant la tenue de l’ensemble. On tasse la terre du talus. « Ces plantes devaient à la fois protéger le talus de l’érosion par les eaux et tenir à distance d’éventuels agresseurs. Cette palissade demeura telle jusqu’aux transformations de Ranavalona Ire, vers 1830. » Lorsqu’elle est achevée, Andrianam­poinimerina fait construire des maisons faites en madriers. Alfred Grandidier indique : « Au temps d’Andrianampoinimerina, à la fin du XVIIIe siècle, le Rova (…) contenait vingt trois maisons ou plutôt cases en bois, ainsi que les tombeaux royaux (…) et deux parcs à bœufs. »Selon Vincent Belrose-Huygues, la plus ancienne description des cases d’Antanana­rivo date de 1816. Il reprend alors celle de Chardenoux : « Toutes leurs maisons sont construites en bois et bordées (sic) en petites trinques. Elles ne sont tenues en terre que par les quatre poteaux corniers qui sont très forts (sic) et les trois fourches de faitage qui les tiennent en terre qui est fort dure, et ils n’ont pour toute ouverture que porte haute et très étroite ainsi qu’une fenêtre du même côté, de sorte qu’elles sont très sombres. Elles sont couvertes de joncs et fort élevées. »Les cloisons sont faites d’un lattis de bambous fendus en long, maintenu serré par des traverses du même matériau, le tout fixé aux poteaux corniers et à quelques poteaux de cloison, et ligaturé avec la fibre du  « hafotra ».C’est sous Andrianampoinimerina également que s’opère une mutation au niveau du Rova, car « il forma des charpentiers et désigna des chefs pour les commander ». Ainsi, les « Lapa» royaux passent de la case en « falafa », mais sans pilotis, à une construction plus élaborée et surtout plus solide et plus étanche. Mais d’après Belrose-Huygues, de telles constructions ne peuvent durer plus de deux ou trois générations, en changeant régulièrement la toiture en « herana », car elles résistent très mal au feu. « Or, il y avait un incendie pratiquement tous les deux ou trois ans dans ces villes végétales. En supposant que les cases d’Andrianampoini­merina n’aient pas disparu, on peut douter du caractère original de celles que nous pouvons voir au Rova. »L’auteur de l’étude en donne l’explication. On ne peut exclure dès cette  époque, des apports européens. Outre la présence de Mayeur et Hugon, celle d’un certain Lagardère est signalée par Lesage quand il vient à Madagascar. L’expédition Lesage se réalise  en 1816-1817, précise Vincent Belrose-Huygues, et Lagardère aurait pu être en Imerina en 1800. En outre, « on ne s’expliquerait pas, sans la présence en Imerina d’Européens, l’existence à Tananarive, en 1816, de gens capables d’écrire à Lesage pour Radama et de traduire le français en malgache, tel Ratsitakona, ministre de Radama ».

Texte : Pela Ravalitera - Croquis : Vincent Belrose-Huygues

L'express de Madagascar3 partages

L’École face à l’épidémie de peste : victime et solution

Victime de l’épidémie de peste,l’École peut faire partie des solu­tions dans la mesure où la scolarisation joue un rôle majeur dans le développement à long terme et la lutte contre la pauvreté.Cela fait longtemps que la peste fait de nombreuses victimes chaque année à Madagascar. Elle est à l’origine de 80 décès par an en moyenne entre 2010 et 2015, selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).À cause de l’épidémie de peste, les autorités malgaches ont fermé de nombreux établis­sements scolaires, cette année. Cette situation a nécessairement de lourdes conséquences dans un pays où la situation du système éducatif est loin d’être excellente. Les statisti­ques du Ministère de l’Éducation Nationale mettent en évidence que la Grande Île a encore du mal à retenir les élèves à l’école. Le taux d’achèvement du primaire est en moyenne 65% entre les années scolaires 2002-2003 et 2012-2013. Le taux d’abandon au niveau primaire reste élevé, 16% en moyenne durant la même période. L’importance de l’abandon scolaire s’explique, en grande partie, par des problèmes financiers des parents et de mauvaises condi­tions de scolarisation des enfants (Rapport du Programme d’Analyse des Systèmes Éducatifs de la CONFEMEN (PASEC) en 2017). La crise sanitaire actuelle pourrait diminuer la performance du système éducatif malgache en dégradant, non seulement les conditions de travail des élèves, mais aussi la situation financière de certains parents.Si l’épidémie de peste a un impact sur le système éducatif, ce dernier joue-t-il un rôle dans la lutte contre ce fléauIl est possible d’éradiquer la peste à Madagascar et l’École peut constituer un outil efficace pour atteindre cet objectif. Une amélioration de la qualité du système éducatif devrait aider le pays à combattre la peste, et à assurer le développement socio-économique tant attendu par la population.Au-delà de l’observation des évolutions des effectifs et des taux de réussite, une attention particulière doit être portée sur la qualité de l’éducation et le contenu des programmes. Il convient, par exemple, d’accroître l’importance de l’hygiène et de la santé dans les programmes scolaires. Cela devrait permettre d’améliorer la propreté des zones rurales et surtout urbaines, et d’augmenter ainsi le niveau de bien-être des habitants.Il faudrait intervenir dès l’éducation primaire, voire préscolaire, pour changer significative­ment les mentalités et les comportements (individuels et collectifs) et améliorer le niveau de qualification de la main-d’œuvre. Grâce à son système éducatif, Madagascar peut lutter contre la peste et augmenter le niveau de vie de l’ensemble de sa population.

Andrianasy Angelo Djistera

News Mada1 partages

Kaominina Ivato : atao “pavé” ny lalana mirefy 1 km

Nidina nijery ny fanombohan’ny asa fanamboaran-dalana ao amin’ny K7 ny ben’ny Tanàna, Randrianarisoa Penjy, omaly. Iarahana amin’ny mpandraharaha ao an-toerana ny fanamboarana ity lalana mirefy 1 km ity izay hatao “pavé”.

Hovitaina ao anatin’ny roa volana ny asa raha ny fampanantenana nataon’ireo mpandraharaha. Efa nampitaraina ny mponina an-taona maro ity lalana iny kanefa tsy nojeren’ireo ben’ny tanàna nifanesy teo aloha.

Tafiditra ao anatin’ny laharam-pahamehan’ny ben’ny Tanàna ankehitriny kosa ny lalana izay anaovany fanamby fa tsy maintsy hovitaina hatramin’ny herintaona avokoa mba  ifamezivezen’ny vahoakan’Ivato. Samy hojerena avokoa ny fokontany sy ny kartie rehetra ary ho sesilany izany fanamboaran-dalana izany.

Hanomboka amin’ny herinandro ambony ihany koa ny fananganana ny EPP vaovao ao amin’ny fokontany Tanambao izay efa andrasan’ny mponina ao an-toerana. Ahitana efitrano enina izany sekoly vaovao hatsangana izany.

Hetram-bahoaka avokoa no hanaovana ny fotodrafitrasa rehetra eto amin’ny kaominina, hoy hatrany ny ben’ny Tanàna, Randrianarisoa Penjy.

Tatiana A

News Mada1 partages

Seranan-tsambon’i Toamasina : ivoahan’ny masonkarena lehibe amin’ny vidin’entana

Anarivony isan-taona ny sambo miditra eo amin’ny seranan-tsambon’i Taomasina, voalohany eto Madagasikara, ary mbola asiana fanitarana miaraka amin’ny Japoney. Ao Toamasina avokoa ny 75 hatramin’ny 80 % ny entana miditra sy mivoaka eto an-toerana. Volabe no mihodina amin’izany toerana izany.

 

Iantohan’ny Spat (Société de port autonome de Toamasina) tanteraka amin’izao fotoana izao ny fampihodinana ny seranan-tsambon’i Toamasina. Orinasa tsy miankina ny Spat eo amin’ny fomba fitantanana azy. Andraikitra voalohany iantohany amin’izany ny tsy hisian’ny loza ao anatin’ny faritry ny seranan-tsambo, araka izay fitaovana eo am-pelatanany. Mpiara-miombon’antoka amin’ny asa rehetra ny MICTSL (1), nanomboka ny 2005. Io ny misahana ny entam-barotra rehetra miditra sy mivoaka ao anaty kaontenera. Endriky fiaraha-miasa eo amin’ny tsy miankina sy ny fanjakana izany amin’ny alalan’ny Spat. Mpiara-miombon’antoka faharoa lehibe ny SMMC (2), nanomboka ny 2008, mampidina sy mampiakatra ireo entana tsy anaty kaotenera, toy ny fiara ; akoram-bokatra samihafa (nikela, kobalta, …), entam-barotra ( simenitra, siramamy, vary…)

Lanjan’entana, karazany, sokajiny

Ahitana ny masoivohon’ireo orinasa lehibe eto an-toerana koa ny ao amin’ny faritry ny seranan-tsambo, toy ny orinasa Ambatovy, Kraoma, Holcim, ireo mpivarotra solika rehetra eto amintsika (Total, Jovenna, Shell, Galana). Ao koa ny Gasynet, miandraikitra ny antontan-tsaratasy samihafa. Samy misy vola aloa avokoa amin’ireo sampana rehetra ireo, miankina amin’ny halehiben’ny sambo, fotoana hiantsonany eo amin’ny seranana, entana hoentiny, sns. Ankoatra ny vidin’entana avy any ivelany, ao ny masonkarena lehibe iray. Ny an’ny SMMC, ohatra, tsy maintsy amin’ny euro ny vola aloa aminy, araka ny tahan’ny  fifanakalozana omen’ny Banky foibe. Miankina amin’ny lanjan’entana, karazany sy ny sokajiny ny vola aloa. Ireo rehetra ireo miampy ny an’ny fadintseranana.

Raha ny fanazavan’ny mpandraharaha mpanafatra entana, ao anatin’izany avokoa ny masonkarena, miampy ny fitaterana  azy mankany an-dRenivohitra. Mety midina ny vidim-bokatra, ohatra, ny vary eo amin’ny tsena iraisam-pirenena fa ny ao amin’ny seranan-tsambo sy ny fitaterana izany eto an-toerana no mampiakatra azy tonga hatrany amin’ny mpanjifa. Mety ho toy izany koa ny solika, miampy izy io izay efa voadio avy any ivelany, mampitombo ny masonkarena.

R.Mathieu

Fampisehoana nataon’ny Spat, Toamasina.

MICTSL(1) : International Container Terminal Services Limited

SMMC(2) : Société de manutention des marchandises conventionnelles

News Mada1 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : efa tsentsenam-bava , mbola voatery hifehy vava

Mionona ny mponina, very hevitra manoloana an’ity pesta ity, tsy hita izay aleha, tsy fantatra izay atao, hany sisa fiarovan-tena ho an’izay mino an’izany ho fanefitra dia ara-bakiteny mitampim-bava. Ny tsy matoky an’io fitampenam-bava io ho ampy hanakanana ny fiampitapitan’ny otrikaretina, dia miandry fotsiny izay anjara tandrify, ny toe-tsaina efa manomboka miha zatra amin’ny filaodilaodin’izany aretin-dratsy izany, ampahafirin’ny loza rehetra miantefa izany, hoy ny olona mampionon-tena. Ny tsy fisin’ny fandriampahalemana efa anefaina ain’olo-maro, ny fahantrana koa  andaniny mitaky tsy misy fitsaharana amin’ny maro ianjadiny fikarokarohana tsy ho mosarena… Ny fitenenana an’izany ho fanairana ny fitondrana dia mbola hampangaina koa ho fanakorontanana saim-bahoaka ?

Ny vava no tena fahavalon’ny fitondrana tsy mahavita azy. Efa mifehy azy io tsy fidiny anie ny maro izay tsy manan-katelina, mbola tampenana ihany koa izy io tsy avela himenomenona na hikinainaina fotsiny aza nohon’ny fahorina mihatra, izao indray mbola ny vava ihany no saronana ho sakan’ny aretina mifindra.

Tsy mila misoka-bava intsony, ny atelina tsy ampy, ny rivotra maloto, ny fitenenana ny zava-misy manimba ny sofin’ny ao ambony… Hany sisa nefa mbola manampy trotraka ihany dia baiko moana feno hetraketraka : « matesa, ary matesa mangina ».

Ny vahoaka arak’izay efa fisehony eran-tany tsy maty indray andro, ary tsongoy fon’ny tena tsongoy fon’olona rehefa ho faty ihany dia manao vy very aina, tsipaky ny miala aina. Mahery vaika izany hoe tsipa-bahoaka izany, toy ny dakan’ombilahy mahavoa mahafaty, tsy mahavoa mahafanina. Ny vahoaka eto amin’ity tanindrazana ity moa dia tsy fantatra na noho ny lemi-panahy na noho ny fitiavana miaina am-pilaminana dia azo lazaina ho mahari-pery, miafy eny ny mponina raha mbola azony zakaina. Araky ny efa niseho kosa anefa tsy matahotra fikorontanana ny mponina rehefa resy lahatra izy fa sangy mihoatra ny loha ny fomba hitantanana ny raharaha eto amin’ny firenena. Amin’izao fotoana izao dia maro no tsy afa-po noho ny fahasahiranana tsy zakan’ny vahoaka tsy hain’ny mpitondra resena. Mangidy rora ny mponina, reraka ny vatany, mivezivezy ny sainy sy fanahiny, manitikitika ny fakam-panahy eo koa anefa ny tsy fahatokisana ny famerenana ny efa natao tsy nampiova inona. Nefa moa rehefa tsy zaka intsony ny vesatra vokatry ny tsy fietezan’ny fitantanana dia angamba mety hikipa ihany hanaovana fanozongozonana ny tsy mahavita azy.

Léo Raz

 

News Mada1 partages

Coopération Madagascar-Royaume Uni : la Princesse Anne Elizabeth dans nos murs

La Princesse Anne Elizabeth Alice Louise, fille unique de la Reine du Royaume-Uni, Elisabeth II, et du Prince Philippe, Duc d’Édimbourg, est actuellement en visite officielle à Madagascar, avec un agenda très chargé.  Accompagnée de son époux, le Vice-amiral Sir Tim Lawrence, cette membre de la famille royale britannique a été accueillie hier à l’aéroport international d’Ivato par l’épouse du président de la République, Voahangy Rajaonarimampianina, et le premier ministre Olivier Mahafaly.

Selon les informations, sa mission dans la Grande île entre dans le cadre de la célébration du bicentenaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Après avoir été reçue par le chef de l’Etat, hier dans l’après-midi, la Princesse Anne Elizabeth assistera à une messe d’action de grâce à la Cathédrale anglicane Saint Laurent Ambohimanoro pour commémorer le bicentenaire de la signature du Traité d’amitié entre le Royaume-Uni et Madagascar. La princesse royale se rendra dans les régions Amoron’i Mania, Diana et Sava, où elle compte constater de visu des projets ayant vu l’implication d’organismes britanniques, notamment dans le domaine de l’environnement, du développement social  et économique.

Très active dans le domaine du social, la Princesse Anne Elizabeth parraine plus de 300 associations caritatives tout en assumant des fonctions dans une vingtaine d’institutions nationales et internationales, notamment au sein de l’ONG «Save the children» dont elle assure la présidence depuis 2016.

Recueillis par Fahranarison

 

Tia Tanindranaza1 partages

Tsy mivaha ny olan’ny LRN AmbatondrazakaNidina an-dalambe ny mpianatra

Miitatra toy ny sima misioka ny olana ao amin’ny Lisea Ranohavimanana Norbert (LRN) ao Ambatondrazaka. Taorian’ny mpampianatra izay tsy nankasitra ny fanovana ny Proviseur ao amin’ity lisea ity,

 dia nitroatra ihany koa ireo mpianatra an’arivony omaly 23 oktobra. Raikitra ny fidinana an-dalambe nitaky ny fialan’ny “Proviseur” vaovao nianga teny Antsahamarova toerana misy ny sekoly, ary nivantana teo anoloan'ny biraon'ny CISCO, avy eo namonjy ny biraon'ny DREN Alaotra Mangoro. Nikorontana tanteraka noho izany ny fifamoivoizana tao Ambatondrazaka renivohitra. Ankoatra ny fitakiana ny fialan’io tompon’andraikitra vaovao io, dia avelao izahay hianatra hoy ny antsoantson’ireo ankizy! Tsy manaiky hiara-hiasa amin’io Proviseur io ireo mpanabe ao amin’ny LRN, ka efa ho iray volana izao ny fifandroritana. Hatreto tsy mety hita ny marimaritra iraisana eo amin’ny roa tonta ka lasa ny mpianatra no voasazy tsy fidiny. Handeha hisotra ronono amin’ity taom-pianarana ity ny Proviseur teo aloha Claude Aristide, ka nanendry olom-baovao handimby ny toerany ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena. Tampoka tamin’ireo mpanabe anefa izay fanendrena izay ka nahatonga azy ireo nitady fanazavana tamin’ny tomponandraikitra. Nambaran’ ny Proviseur vaovao Rabezaharivelo Hasina, fa ara-dalana ny antontan-taratasy rehetra mahakasika azy matoa izy nandeha tao Ambatondrazaka. Marihina fa Inspektora pedagojika tany amin’ny DREN Itasy izy no voatendry hitantana ny Lisea ao Ambatondrazaka. Resaka nandeha sy voalaza ho isan’ny fanoherana ny fanendrena azy ihany koa anefa ny resaka mari-pahaizana ananany. Ahiana ho lasa lavitra ity toe-draharaha ity raha mbola tsy misy fandraisana andraikitra ny fanjakana foibe. Ireo mpampianatra rahateo efa tsy mahatoky intsony ireo solontenam-panjakana ao Ambatondrazaka noho izy ireo miovaova hevitra fa tsy mijoro amin’ny fanapahan-keviny.

 Niry A

 

Tia Tanindranaza1 partages

Sarah Rabearisoa“Miala rehefa tsy mahavita azy ny minisitry ny fahasalamana”

Raha otratr’izao foana ny fomba fiasan’ny governemanta, dia mety izahay ao amin’ny PLD (Parti Liberal Democrate) mihitsy no hitantana ny vahoaka hametraka ny fangataham-pialan’io governemanta io,

MIADY AN-TRANO

Isika ao anatin’ny ady amin’ny pesta, dia tokony hazava ny lamina hanoherana io aretina io, saingy izy samy izy samy minisitra ao anaty goverenamanta aza tsy mifankahazo dia isika no antsoina hoe tompon’andraikitra avokoa ny rehetra. Milaza fa “gouvernement de combat” kanefa miady amin’ny voalavo sy ny pesta aza tsy vita, hoy izy. Izany no antony hitakianay ny fametraham-pialan’ny minisitry ny fahasalamana, ohatran’ny zavatra rehetra izay tsy hay sy tsy vita, ary nisy aina nafoy. Ahodinkodina ny saim-bahoaka hoe alefa kely ny ady amin’ny kolikoly, alefa kely ny ady amin’ny pesta, alefa kely ny fitsapankevi-bahoaka, dia tapitra ihany ny fotoana. Ny 25 janoary 2019 dia tsy i Hery Rajaonarimampianina intsony no filoha, raha tsy hoe izy indray no lany, hoy Rabearisoa Sarah. Rehefa hiady amin’ny pesta dia ataovy mazava tsara fa aza asiana kilalao ohatran’io, fa ny ain’ny vahoaka no manaraka. Rehefa tsy mahavita azy dia mila mametra-pialana fa efa nisy hadalana mihoapampana, ary nisy aim-bahoaka nafoy, hoy i Sarah Rabearisoa namarana ny teniny.

Toky R

 

Tia Tanindranaza1 partages

Mahery Lanto ManandafyHotsaraina amin’ny 14 novambra

Tsy tapitra hatreo fa mitohy ny gidragidra eo amin’i Mahery Lanto Manandafy sy Lalatiana Rakotondrazafy sy Andry Andriatongarivo vadiny.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Sekoly tsy miankinaMiandry izay fanapahan-kevitry ny minisitera hatrany

Tsy hiova amin’ny baikon’ny minisiteran’ny fanabeazana azony ny ankamaroan’ireo sekoly tsy miankina eto amintsika na dia nandray fanapahan-kevitra aza ny sekoly katolika fa hiverina hianatra avokoa rahampitso alarobia.

Pati

Midi Madagasikara1 partages

CEDS : Sortie officielle de la 13e promotion hier au Carlton Anosy

Sortie de la 13e promotion du CEDS, assistée par de hautes autorités.

La cérémonie de remise de diplôme de la promotion « Ambassadeur Andriantsitohaina 16 honneurs sous Ranavalona I » du CEDS (Centre d’études diplomatiques et stratégiques) s’est tenue hier à l’hôtel Carlton Anosy. Assisté par plusieurs ministres, sénateurs, représentants diplomatiques et autres autorités, l’événement a également été marqué par la présentation officielle de la 14e promotion. Selon le délégué général du CEDS pour l’Océan Indien, Solofo Rasoarahona, les membres de ce centre choisissent chaque année, le nom d’une grande personnalité malgache marquée par ses valeurs et ses réalisations. Cette fois-ci la 13e promotion a donc choisi celui d’Andriantsitohaina 16 honneurs sous Ranavalona I. En effet, les réalisations de cet ambassadeur ainsi que de sa famille sur le plan économique, politique, social et diplomatique ont été mis en avant durant la cérémonie d’hier. Par ailleurs, les membres de la 13e promotion du CEDS, parrainée par le consul honoraire de Grèce et de Chypre à Madagascar, ont également martelé l’existence de ressources et d’opportunités dont Madagascar dispose pour réaliser les objectifs du développement du pays.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar1 partages

Partenariat – Les relations Afrique Caraïbes et Europe mises à profit

Effectuée la semaine dernière au Centre de Confé­rence Albert Borschette de la Commission européenne à Bruxelles. La quinzième réunion du Comité Ministé­riel Commercial Mixte (CMCM) des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) avec l’Union Euro­péenne (UE), a été « l’occasion, pour Madagascar, d’affirmer sa volonté politique d’augmenter le volume de ses échanges com­merciaux à l’international », souligne Nourdine Chabani, ministre du Commerce et de la consommation lors d’une séance de compte-rendu de mission effectuée hier dans les locaux de son département.Une opportunité pour le pays de mettre en avant des secteurs comme l’agriculture. En considérant l’importance de ce secteur dans les pays ACP, Madagascar optera alors pour une approche de proximité en mettant en valeur le financement et l’appui aux petits producteurs ainsi que les exploitations familiales. « Des produits, à l’image des fruits et légumes, en provenance des pays ACP commencent à avoir la côte au niveau des consommateurs de l’UE, raison pour laquelle nous allons privilégier la production bio au niveau national », enchaîne le ministre du Commerce et de la consom­mation. Le marché au niveau de l’UE nécessite le respect de la réglementation en vigueur. D’où la conception du programme « Fit For Market » qui est destiné à accompagner les entreprises familiales à commercialiser leurs productions conformes aux marchés auxquelles elles sont destinées.

Harilalaina Rakotobe

Ino Vaovao0 partages

MERCEDES SPRINTER TAPAKA “FREIN” TAO MANJAKANDRIANA : Mpandeha miisa 6 miady amin’ny fahafatesana

Araka ny loharanom-baovao mahakasika ny raharaha dia tao Analamafana, Kaominina Ambohibao Atsinanana Distrikan’i Manjakandriana no niseho ny loza ka tokony ho tamin’ny sivy ora sy sasany marain’ny sabotsy. Fantatra fa “Mercedes sprinter nentina tovolahy iray 23 taona avy aty an-drenivohitra hihazo an’Ankazobe io niharam-boina io ary handeha hamonjy lanonana izy ireo raha ny fanazavana hatrany.

Somary nandeha mafy io tovolahy io, hoy ireto mpandeha ka rehefa tonga teo amin’ny fidinana an-tampon’Anteza dia tsy nahazo intsony ny hisatra. Vokatr’izay dia nivadika teo amin’ny fiolanana eo Analamafana ny fiara ka olona enina be izao no naratra mafy. Miady amin’ny fahafatesana tanteraka izy ireo amin’izao fotoana izao ary mbola mitsabo tena ao amin’ny CsbII ao Anosy Avaratra. Noraisin’ny Borigady ao Andriampamaky ny fandraisana an-tanana ny raharaha hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

BELALANDA - TOLIARA II : Pasitera mpitandrina nitondra môtô, maty nifandona tamin’ny Kamiao

Voalaza fa nandeha mafy dia mafy tamin’ny môtô i Zafiery Samson 30 taona monina ao Ambolomalaky, izay voalaza etsy ambony fa Mpitandrina. Vokatr’izay fandehanana mafy izay dia tsy voafehiny intsony ny hafainganam-pandehany ka nifandona tamin’ireny kamiao mpitondra vokatra ireny. Rehefa natao ny fizahana dia hita fa efa tsy nisy aina intsony ity rangahy ity.

Niezaka niala nenina tany amin’ny hopitaly ny fianakaviana sy ireo mponina niara-nisalahy saingy tsy nahitam-bokany. Eo am-pelatanan’ny zandary ao Toliara ny fikarakarana ny famotorana amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAMPAHALEMANA : Tovolahy mpidoroka zava-mahadomelina, voasambotry ny Polisy

Mbola nahatratrarana rongony 25 fonosana ihany koa teny amin’izy roa lahy ireo nandritra ny fisamborana azy ireo. Tanora mbola erotrerony avokoa ireto tratra ireto ary ny iray dia vao 18 taona ary ilay namany kosa 24 taona.

Teo am-pifohana no tra-tehaka ireo tanora ireo ka nosamborina avy hatrany, araka ny tatitra avy amin’ny Polisy ao amin’ny boriboritany fahatelo. Ankoatra izany dia mpanendaka finday roa lahy ihany koa no sarona teo am-pangalarana findain’olona ny faran’ny herinandro teo ihany. Sendra nanao fisafoana tetsy Manjakaray ireo mpitandro filaminana no nahatsikaritra ireo tovolahy eo am-panaovana ny asa ratsiny.

Raikitra ny fifanenjehana azy roa lahy mpanendaka ireo ka tratra ihany. Nandritra ny fisamborana azy ireo dia mbola hita teny amin’izy ireo ilay finday nangalariny. Araka ny fanazavana voaray dia jiolahy efa mpanendaka finday eny amin’ireny toerana fiatsonan’ny taksibe sy mandritra ny fitohanan’ny fiara ireto jiolahy voasambotra.

Nahitana vokany ny herinandro lasa teo ny hetsika nataon’ny eny anivon’ireny Biraon’ny Polisim-pirenena teto an-drenivohitra satria saikanahatratra mpanendaka avokoa ny ankamaroany. Efa ho iray volana izay no niroso tamin’ny fanenjehana ireo mpanao sinto-mahery ny eto an-drenivohitra. Sivy lahy ireo jiolahy saron’ny Polisy teny anivon’ny boriborintany manodidina nandritra ny herinandro teo. Isan’ireo izay efa tena ikoizana amin’ny asa fanendahana no tra-tehaka, araka ny tatitra voaray teny anivon’ny Polisim-pirenena.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

SENATERA RIVO RAKOTOVAO : Miezaka manafina ny marina sy ny kajikajy

Samy nanana ny fanehoan-keviny ny rehetra fa amin’ny ankapobeny dia nitovy saina ny rehetra fa kajikajim-politikan’ny mpitondra ny ao ambadik’io. Omaly nandritra ny lanonam-pamindram-pahefana teo aminy sy ilay minisitry ny fambolena sy fiompiana vaovao izay nisolo toerana azy dia nihodinkodina niezaka nanafina ny marina teo anatrehan’ny mpanao gazety ny tenany. 

Tamin’io fotoana io mantsy dia anisany nanontanian’ny mpanao gazety azy ny mahakasika ny ahiahian’ny maro ny amin’ny mety hahalasa azy ho filohan’ny antenimierandoholona. Nanoloana izany anefa dia tsy nilaza mazava amin’ny mety filatsahany ho filohan’ny lapa maitso Anosikely ny tenany ary ny hany tokana nambarany dia ny hoe «  ny hampandroso ny firenena no hatao  ».

 «  Rakotomanana Honoré no filoha ao amin’izao ary izay no fantatro. Izay mahasoa ny firenena no jerentsika  », hoy ny fihodikodiny raha nanontanian’ny mpanao gazety. Araka ny fanehoan-kevitra maro izay efa noentin’ireo mpanao politika anefa dia anisany tetika ahazoana mampiasa ny fahefaham-panjakana mandritra ny fifidianana no antony nametrahana azy teo amin’io toerana io saingy mahay miala bala hatrany ny antoko Hvm sy ireo mpiara-dia aminy. 

Omaly ihany koa no fantatra fa nanatanterahana ny fametrahana ny samboady amin’ny maha loholon’i Madagasikara azy tetsy amin’ny lapan’ny antenimierandoholona Anosikely.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITAKIAN’NY FTAR : « Manao be marenina fotsiny ny mpitantana ao amin’ny CUA »

Iry voalohany miziriziry hatramin’ny farany ny fangatahana efa napetrany, raha tsy mbola nihemotra tamin’ny fanapahan-kevitra noraisiny kosa ity farany.

Ny zoma ho avy izao dia manambana ny hiverina hanao fitokonam-be ireo mpamily. Fitokonana ho entina hatrany hanoerana ny fanapaha-kevitry ny Kaominina amin’ny nanomezana ny orinasa Omavet ny fitsirihana fiara. Nambaran’ny filohan’ny FTAR, Raharinirina Clémence fa «  manoloana ny bemarenina hataon’ny eo anivon’ny fiadidiana ny tananan’Antananarivo renivohitra no antony hanaovan’izy ireo fitokonana  ». 

Araka ny fanazavana nomeny hatrany dia efa nisy ny fihetsiketsehana nataon’izy ireo vao tsy ela akory izay,  hetsika namondronan’ireo mpamily fiara karetsaka efa ho an’arivony teto Antananarivo noentina nampanenona ny lakolosy fanairana ho an’ny Kaominina kanefa tsy nisy izay fanapaha-kevitra noraisin’izy ireo hatreto. 

Manoloana izany, tsy hanaiky lembenana ny fikamban’ny mpamily taksi fa hiroso ho amin’ny hetsika mafimafy kokoa hatrany ho entina indrindra hanamafisana izay fanoherana ny fanapahan- kevitra noraisin’ny Kaominina izay. Araka ny fanazavana noentin’ny filohan’ny fikambanan’ny mpamily taksi eto an-toerana hatrany dia voaporofon’izy ireo izao fa ny ben’ny tanana mihitsy no ao ambadik’ity resaka omavet ity. 

«  Hatramin’izay izahay raha nieritreritra hoe ireo manodidina an-dRamatoa ben’ny tanana no misisika amin’ity resaka fanomezana ny fitsirihana ny fiara ho an’ny Omavet ity, dia nahazo porofo kosa izahay raha nihaona tamin’ny ben’ny tanana fa dia tena ny tenany mihitsy no maporisika ny taksi eto Antananarivo hanao izay fitsirihana fiara eny amin’ny Omavet izay  », hoy ny fanazavana nomeny. Nohamafisiny fa antony hitsipahany an’io dia tsy hiteraka tombotsoa ho an’ny mpitatitra fa vao mainka aza hitondra azy ireo ho amin’ny fahapotehina io fanapahan-kevitra io. 

Ankilany kosa anefa nilaza ny ben’ny tananan’Antananarivo renivohitra, Ravalomanana Lalao fa ho fanatsarana sy fanomezana tombotsoan’ireo fiara mpitatitra ny antony namindrana ny fitsirihana fiara ho tantanin’ny orinasa Omavet. Amin’ny ankapobeny, tsy mety hifandray ny tadin-dokanga eo amin’ny roa tonta. Nisy ny fihaonana izay notanterahina teo amin’ny roa tonta ny herinandro lasa teo iny saingy nandamoka izany. Andrasana izany izay mety ho tohin’ny raharaha, ny taksi tsy hihemotra fa hanamafy ny fitokonana sy fitakiany hatrany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITSARANA-SMM : Mitohy ny fitokonana mandra-pahatongavan’ ny vahaolan’ny fanjakana

Eo am-piandrasana ny vahaolana avy amin’ity farany ireo mpitsara manao fitakiana amin’izao fotoana izao, izy ireo izay mitana ny teny nomeny hatramin’ny farany fa tsy hiverina handray ny asany mihitsy raha tsy voavaly amin’ny an-tsipirihany ny fangatahany rehetra. Mbola mitohy tsy misy fiafarany araka izany ny fitakiana eo am-piandrasana ny valin-tenin’ny governemanta amin’ny alàlan’ny minisiteran’ny fitsarana manoloana ny fitakian’ny SMM. 

Na izany aza anefa dia misy amin’ireo mpitsara ihany no manao ny fiandrasan-draharaha na ny «  service minimun  » raha ho an’ny tribonaly etsy Anosy manokana. Raha tsiahivina dia anisany niara-dàlana tamin’ny sendikan’ny mpitsara tamin’ny fanatanterahana izay fitokonana sy fitakiana izay ihany koa ny sendikan’ny mpiraki-draharaha (SGM). Ireto farany dia efa nahita ny marimaritra iraisana tamin’ny fifampidinihana niaraha tamin’ny minisitera tompon’andraikitra ka niverina nandray ny asany avy hatrany. Ho an’ny sendikan’ny mpitsara kosa mbola ao anatin’ny fiandrasana ny valin’ny fangatahana izy ireo. 

Vain-dohan-draharahan’ireo mpitsara amin’izany ny hananan’izy ireo fahaleovan-tena tanteraka eo amin’ny fanatanterahana izay asa maha mpitsara azy ireo izay. Araka ny fanazavana voaray hatrany dia tsy resaka ambony latabatra fotsiny no andrasan’ny SMM amin’izany fa hisian’ny didim-panjakana mamaritra ilay zavatra takiany mihitsy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Miverina indray ny fahatapahan-jiro matetika sy maharitra

Tamin’ny voalohany dia tapaka tao anatin’ny fotoana fohy vao miverina indray. Nanomboka ny zoma alina nitohy ny sabotsy tontolo andro aman’alina ary ny alahady 22 oktobra dia tapaka hatrany ny herinaratra taty Antsiranana.Fahatapahana amin’ny ankapobeny izany ary mitsitapitapy ny fiverenany.Araka ny fanazavana voaray tamin’ny tompon’andraikitra iray avy amin’ny orinasa Jirama dia olan’ny Enelec no mahatonga izany fahatapahan-jiro izany.Tsy voafaritra mazava tsara anefa io olana io raha avy amin’ny Enelec tokoa.

Manitikitika ny sain’ny maro ny hoe « tsy voaloan’ ny Jirama ny enelec ka maneho ny tsy fankasitrahany amin’ny fanapahan-jiro, ka lasa mampijaly ny mpanjifa ». Azo sokajiana fa miaina ao anatin’ny delestazy ny aty Antsiranana tato ho ato izay. Ankoatra izany dia mijaly rano ireo mponina any amin’ny faritra avo aty Antsiranana tahaka ny ao Ambalakaha, Scama sy ny tanàna hafa.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FARITRA ANALANJIROFO : Tsy nahitana mararin’ny pesta intsony manerana ny hopitaly

Raha ny antontan’isa ny andron’io alatsinainy 23 oktobra io, ho an’i Fenoarivo-Atsinanana, raha 25 no nanaraka fitsaboana tao amin’ny Hopitaly Be dia sitrana avokoa izy 25 ireo ary efa nivoaka ny hopitaly namonjy ny fianakaviany avokoa. Tsy nahitana tranga vaovao ihany koa ao Soanierana-Ivongo sy Mananara-Avaratra. Raha tsiahivina, dia nahitana trangana pesta tao Mananara-Avaratra tamin’ny 16 oktobra.

Tao Mananara-Avaratra ny alatsinainy 16 oktobra io dia olona roa no nanaraka fitsaboana ka samy efa sitrana sy efa nivoaka ny hopitaly. Ho an’i Soanierana-Ivongo indray, dia olona iray no voan’ny pesta tamin’ny talata 17 oktobra fa efa sitrana soa amantsara ihany koa. Tao Vavatenina, ny 16 oktobtra dia nisy tovolahy iray 30 taona matin’ny pesta tao amin’ny fokontany Ambolofotsy. Tao Toamasina izy io no tratran’ny aretina saingy nampodian’ny havany antsokosoko tany Vavatenina ka maty. Efa narahi-maso sy nihinam-panafody avokoa ny olona miisa 1 450 nifanerasera tamin’ilay olona matin’ny pesta tao Vavatenina io.

Izany rehetra izany no tanteraka dia vokatry ny fomba fiasa tsara rindra sy fandraisana andraikitra ataon’ny tompon’andraikitra voakasika. Samy mandray ny andraikitra manandrify azy ny rehetra. Ho an’ireo mpiambina ny sakana ara-pahasalamana (barrage sanitaire), ohatra, dia miara-misalahy amin’ny fanomezana karama ny faritra Analanjirofo sy ny sampandraharaham-paritry ny fahasalamam-bahoaka.

Fitaratra arak’izany ny ao Analanjirofo amin’ny ady atao amin’ny valan’aretina pesta eto Madagasikara. Raha tsiahivina, dia ny alakamisy 5 oktobra no nahitana trangana pesta voalohany tany Analanjirofo. Tao Fenoarivo-Atsinanana no nisian’izany. Valo ambin’ny folo andro aty aoriana, dia voafehy. Na dia izany aza, tsy mijanona ireo ezaka rehetra atao ho fisorohana ny mety ho fiverenany indray.

Mifampiankina mantsy ny ady amin’ny pesta ka na manao ezaka goavana aza ny faritra iray nefa ny faritra akaiky azy tsy mety maha voafehy ny pesta, dia ahiana hatrany ny hiverenany amin’ny alalan’ny fifamezivezena.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Efa leo ny tsy fianarana lavareny ny talen-tsekoly tsy miankina

Tsy mazava, hoy izy ireo ny fanemorana ny fidiran’ny mpianatra amin’ny 6 novambra izao, mahatsapa koa izy ireo fa mimenomenona ny ray aman-dreny fa mirenireny ny zanany ary atahorana ny loto eran’ny tanàna, anisany antony iray ihany koa ny fahatsapan’izy ireo fa lany vola ny ray aman-dreny nefa tsy ampianarina ny zanany, ireo no teboka lehibe tao anatin’ny tatitra mikasika ny antony hamerenana indray ny mpianatra eny anivon’ny sekoly nandritra ny fivorian’ny avy ao ny anivon’ny Didec na ny (Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique) sy ny avy ao anivon’ny DRILE na ny( Direction Régionale des Institutions Laïques pour l’Education).

Tatitra izay nentina tamin’ireo tompon’andraikitry ny fampianarana isan-tsokajiny, ny komity miady amin’ny pesta, izay notarihan’i Lahiniaina Ravelomahay, Prefet eto Mahajanga. Ity farany izay hentitra tokoa ny amin’ny tokony hanarahan’ny rehetra ny fanapahan-kevitra avy amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena noho ireo lamina izay tsy maintsy mbola hatao, indrindra amin’izao vanim-potoana ny pesta izao.

Anja Robert.

News Mada0 partages

Andry Rabeza sy Mamima : hiara-hizara ny vazo an-gitara

Mpifaninana izy mirahalahy tao anatin’ny “Feo tokana, gitara iray”. Nifanerasera, nifampitakosina, nifampizara ny kanto koa anefa nandritra ny volana maromaro, ka nitoetra ny firahalahiana… Fanombohana rahateo iny fifaninanana iny ho an’i Andry Rabeza sy Mamina. Fantatra fa hanohy ny lalana anatin’ny mozika izy ireo, ary hanomboka amin’ny fiarahana an-tsehatra izany.Hisy, araka izany, ny seho hotontosain’ireto mpanakanto tanora mivoy ny vazo an-gitara ireto ny asabotsy 28 oktobra ho avy izao, etsy amin’ny Telozoro Andrefan’Ambohijanahary, manomboka amin’ny 8 ora alina. “Vazo amorom-patana” ny anarana nampisaloran’izy mirahalahy ity fiarahana ity.Tsiahivina fa fifaninanana ho an’ireo mpamoron-kira fa tsy mpamerina hira akory, ny “Feo tokana, gitara iray”. Mazava loatra fa samy mpitendry ihany koa ireo mpifaninana tamin’izany. Araka izany, ireo hira noforoniny, izay samy nampisongadina azy mirahalahy ireto no alahany an-tsehatra amin’io fotoana io. “Betsaka ny tanora mahafehy ny mozika. Hataonay tanjona kosa ny famerenana indray ny hasin’ny kolontsaina malagasy izay hodian-tsy hita noho ny fitobaky ny gadon-kira vahiny be loatra amin’izao fotoana izao”, hoy ny filazan’i Andry Rabeza.Tsy hijanona amin’io, fa hisy koa ny seho faharoa, izay hotontosain’i Mamina sy Andry Rabeza any amin’ny La Palette Antsirabe ny zoma 10 novambra, amin’ny 8 ora alina. Vahinin’izy ireo mandritra izany i Mamy Bastah sy i Phar Alha, samy mpanakanto zanak’Antsirabe.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Mandrahona hanao fitokonana : 30 ireo “internes” mararin’ny pesta, tsy ampy ny fitaovana

Milaza ny tsy handray ny raharaha momba ny aretina pesta intsony ireo mpianatra ho dokotera mandray raharaha eny anivon’ny hopitaly raha tsy vonona ny fitaovana ahafahan’izy ireo miaro tena. Nanampy tamin’ny fitsaboana ny aretina pesta izy ireo efa ho roa volana izao. Tsy ampy anefa ny fitaovana fa lamba manify ambonin’ny fanamiana maha dokotera sy tampim-bava ihany no anaovana mandritra ny fikarakarana ny marary.

Vokany, efa 30 ireo mpianatra dokotera mararin’ny pesta ary manaraka fitsaboana amin’izao fotoana izao.

Mahatsiaro ho ankilabao ireo mpianatra dokotera ireto kanefa anisan’ny mandray anjara betsaka amin’ny fitsaboana ny marary ary mampihodina ny hopitaly ka izao manao fitokonana izao.

Tsy ampy ny sarom-bava ka lasa ampiasaina mandritra ny 24 ora raha tokony hisolo isaky ny ora roa. Tsy ampy ny fonon-tanana ary zara raha mirakotra ny vatana ka anjakan’ny mikraoba mivantana ny akanjo anaovana.

Mila vonona 48 ora mialoha ny handraisana ny raharaham-pitsaboana ny fitaovana toy ny sarom-bava izay mila misolo matetika, akanjo fotsy manarona ny vatana manontolo, fonon-tanana…

Anton’ny fitokonan’ny mpianatra dokotera “interne” ihany koa ny tsy nahazoan’izy ireo ny tambin-karamany. Nilaza anefa ny minisitra fa efa nanomboka omaly izany fizarana ny tambin-karaman’izy ireo izany. Nisy ny pitsopitsony tamin’ny fandaminana ny antontan-taratasy tsy maintsy nalamina ka anton’ny fahatarana izany raha ny fanazavan’ny minisitry ny Fahasalamam-bahoaka hatrany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Tsaho momba ny vaksiny pesta : lehilahy tratran’ny tondro molotra saiky matin’ny fitsaram-bahoaka

Naratra mafy noho ny angaredona nataon’ny olona azy, ny lehilahy iray mpampianatra, nitondra mpianatra momba ny fizahantany, tao Vohitrambato,

Ambodisaina, Toamasina II ny alahady teo. Tratran’ny tondro molotra ary niharan’ny fitsaram-bahoaka noho ny tsaho niely fa hoe “mpanao vaksiny momba ny pesta”.

Nitera-doza tany Vohitrambato Ambodisaina Toamasina Faharoa, ny resaka tsaho momba ny fanaovana vaksiny pesta. Raim-pianakaviana iray, mpampianatra amin’ ny sekoly fampiofanana amin’ny asa momban’ny tontolo iainana no nisy nanao tondro molotra tany an-toerana, ny alahady teo, fa hoe mpanao vaksinina pesta ry zareo. Vokatr’ izay, tsy nisalasala ny fokonolona teo am-panaovana tsaboraha tamin’io toerana io, izay lanonana ara-drazana, fa samy nandray hazo ary raikitra ny fitsaram-bahoaka. Novelesin’ireo andian’olona ireo ny hazo ilay rangahy mpampianatra na niezaka nanazava aza fa mitondra mpianatra momba ny fizahantany izy.

Tanora mpanamboatra lalana tsy lavitra teo no niezaka nanavotra ilay rangahy mpampianatra io. Nampandre ny zandary ireo olona ireo ka tao anatin’ny fotoana fohy ny nahatongavan’ny zandary teny an-toerana nanavotra ilay mpampianatra.

Efa nanazava aho fa mitondra mpianatra momba ny fizahatany sy tontolo iainana fa tsy mpiasan’ny fahasalamana. Tsy misy afa-tsy rano anaty tavoahangy anatin’ny sakaosinay azonareo jerena fa saingy tsy te hahalala momba izany ireo fokonolona, indrindra ny zanaka tangalamena ao an-toerana, ka nihevitra ny hamono hatrany”, hoy ilay mpampianatra nitantara. Fantatra fa efa nosamborin’ny zandary ny telo lahy ka handrasana izay mety ho tohin’ny famotorana azy ireo.

Mahazo loza ny mpanao vaksiny polio

Manahy be ihany ny mpanao vaksiny amin’ny polio any Toamasina amin’ity fisiana tsaho sy tondro molotra ity. Mety hampidi-doza tahaka ny nahazo ity rangahy ity mantsy.

Raha ny fanangonam-baovao, momba ity raharaha ity mantsy, tena nisy andian’ olona tokoa nanao fitetezana fokontany ary nanindrona zanak ‘olona teny rehetra eny. “Nisy andian’ olona mitondra fiara tsy matahon-dalana tety aminay ary manao ankajo fotsy lava tahaka ny an’ny mpiasa’ny fahasalamana, mitondra fitehirizana vaksiny »glacière » ary misy mpitandro filaminana manaraka, ary manontany ankizy latsaky ny 5 taona atao vaksinina pesta. Nafenina tsy nahazo nivoaboaka ny ankizy rehetra« , hoy ny loharanom-baovao iray nitonona ho nanatri-maso.

Amin’izay raharaha fanelezan-tsaho izay ihany, fantatra fa misy mpanolontsaina anivon’ny

filankevitry ny Tanànan’ i Toamasina, ahiahina amin’izany ary efa tokony halaina am-bavany izy, saingy lasa aty Antananarivo. Andrasana ny tohin’ny raharaha.

Sajo sy Yves S.

 

News Mada0 partages

Toamasina : voasambotry ny polisy ireo jiolahy namono an-dRah-Ckiky

 Voasambotry ny polisin’ny Fip ao Toamasina, afakomaly antoandro ireo jiolahy roa voarohirohy ho nandray anjara mivantana tamin’ny fandratrana ilay mpanakanto Rah-Ckiky ka niafara tamin’ny fampidirana hopitaly azy…

 

I Barivelo Romain sy Ravony Marcellin ny anaran’ireto jiolahy roa saron’ny polisin’ny Fip ao Toamasina ireto. Niainga avy amin’ny loharanom-baovao teo am-pelatanan’ny polisy no nahafahana nisambotra ireto jiolahy ireto, araka ny fanazavana voaray. Voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fanaovana herisetra ka namparatra mafy an-dRah-Ckiky ry zalahy ireto. Mbola ao anatin’ny fanadihadiana  ny polisy ka aorian’izay ny hamantarana ny marina rehetra momba ity raharaha ity.

Tsiahivina fa ny alahady 1 oktobra 2017 vao maraimbe no nisy nanafika tao an-tranony ity mpanakanto ity. Mbola samy renoky ny torimaso izy sy ny vady aman-janany no niditra tao an-trano ireo olon-dratsy. Tsy nisy resaka fa notsatotsatohin’ireo olon-dratsy ny antsy teo am-pandriana izy. Nahitana dian’antsy maromaro ny vatany. Ny nahavariana tamin’ity fanafihan-jiolahy ity, tsy naka na inona na inona ry zalahy fa nanindrona antsy an-dRah-Ckiky ka lasa avy hatrany izy ireo taorian’izay. Torana tsy nahatsiaro tena izy ka nalefa notsaboina avy hatrany tao amin’ny Hopitalibe Toamasina. Tsy vita tao anefa ny fitsaboana noho ny ratra nahazo azy ka nakarina notsaboina taty an-drenivohitra. Avotra soa aman-tsara izy na teo aza ny feo niely tamin’izany fa namoy ny ainy mihitsy ity mpanakanto fanta-daza eo amin’ny  zavakanto ity.

J.C

News Mada0 partages

Antanimena : mpianatra ny iray amin’ireo jiolahy voasambotry ny polisy

 Jiolahy roa no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahatelo eny Antaninandro, teny akaikin’ny CEG Antanimena ny zoma teo. Matraque, sabatra ary big boss ny nampiasan’ireto jiolahy ireto. Araka ny fanazavan’ny polisy, mbola mpianatra ny iray amin’izy roa lahy ireo raha tsy an’asa kosa ny iray. Taorian’ny fitorian’olona iray niharan’ny herisetra miharo fanendahana tamin’iny faritra iny no nahafahan’ny polisy nitsongo dia ireto jiolahy ireto. Lasan’ireo mpanao sinto-mahery tamin’izany ny ordinatera sy vola 400 000 Ar. Nanao vela-pandrika avy hatrany ny polisy ka tratra teo amin’ny fiantsonan’ny taxi-be eo amin’ny CEG Antanimena ny jiolahy roa. Nohamafisin’ny polisy fa manao andiany sivy ry zalahy rehefa manao ny asa ratsiny. Ireo olona handeha hiakatra ho any Antanimena no arahin’izy ireo. Ny sasany manenjika avy aoriana sady manome toromarika ny namany. Ny sasany kosa mitsena avy any aloha. Ny hafa mitifitra amin’ny big boss sady mitifitra totohondry sy matraque. Nahitana big boss iray 65 % tany amin’ireto jiolahy tratra ireto. Niaiky ny heloka vitany izy ireo nandritra ny famotorana nataon’ny polisy.

J.C

News Mada0 partages

Fitrandrahan’ny Sinoa volamena any Mananjary : mitaky ny hamoahana an-dRaleva ny Craad-OI

18 andro izao ny itazonina vonjimaika any amin’ny fonjan’i Mananjary an-dRaleva. Raha tsiahivina ny zava-nisy, nitaky nandritra ny famoriam-pokonolona ny tenany, ny taratasy fahazoan-dalan’ny orinasa sinoa iray mitrandraka volamena any amin’ny kaominina Vohilava, distrika Mananjary. Tsy nampiseho ny taratasy ilay orinasa na ny tompon’andraikitra any an-toerana.

Taorian’izay, nosamborina izy ary naiditra am-ponja vonjimaika. Mitaky ny hamoahana azy tsy misy hatak’andro ny foibem- pikarohana tantsoroka ho an’ny fampandrosoana aty amin’ny ranomasimbe Indianina (Craad-OI), miahy ny fikambanana Mpanara-maso mahaleo tena ny zo ara-toekarena sy sosialy ary kolontsaina eto Madagasikara (OIDESCM), ka mpikambana ao anatiny i Raleva.

Nolavina ny fahafahana vonjimaika

Lazaina fa antony hanagadrana azy ny fisolokiana andraikitry ny lehiben’ny distrika. Tsy mitombina ho an’ny Craad-OI anefa izany fiampangana izany satria anisan’ny nanatrika an’ilay fivoriambem-pokonolona ny lehiben’ny distrikan’i Mananjary.

Fantatra koa fa nolavin’ny fitsarana, ny fangatahana fahafahana vonjimaika an-dRaleva nandritra ny fotoam-pitsarana ny 13 oktobra teo. Manampy izany, tsy fantatra sady tsy nampahafantarina ny fotoam-pitsarana manaraka.

Ho an’ny Craad-OI sy ny OIDESCM, azo adika fa tsy fanajana ny zon’olombelona, tsy fanomezana ny olom-pirenena hiteny sy haneho hevitra ity tranga mihatra amin-dRaleva ity. Midika fanampenam-bava sy famonoana ny hetsiky ny mponina, manohitra ny fitrandrahana volamena tsy ara-dalàna ataon’ilay orinasa sinoa ihany koa.

Efa miparitaka eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ity vaovao ity sy ny hetsika fitakian’ny Craad-OI hamoahana an-dRaleva.

Randria

News Mada0 partages

Fiaraha-miasa amin’ny anglisy : tsy nahasakana ny printsy Anne Elisabeth ny pesta

Tonga eto amintsika na eo aza ny valanaretina pesta. Hiatrika ny fotoam-pivavahana hanamarihana ny faha-200 taona nifandraisan’i Angletera sy i Madagasikara, anio, etsy amin’ny fiangonana Santa Laurent Ambohimanoro ny zanakavavin’ny mpanjaka Elizabeta II, ny printsy Anne Elisabeth Alice Louise. Ho tohin’ny fivahinian’ny mpitondra tany an-toerana farany teo sy nanokafana ny tranon’ny masoivohontsika any amin’ity firenena ity izao diany eto izao. Tafiditra koa amin’ny nidiran’ny London missionary society (LMS) teto amintsika izao fahatongavany izao.

Vavitokan’ny mpanjavavy Elisabeth II, mpanjakan’i Angeletera sy Irland Avaratra ity printsy ity. Haharitra hatramin’ny 26 oktobra izao ny diany. Anisan’ny mpanao asa soa manerana ny firenena maro amin’ny alalan’ny fikambanana, Save the Children  izy ka anisan’ny mahazo tombony amin’izany ireo zaza tsy ampy sakafo sy ireo lazoin’ny aretina. Tombanana fa tsy ho diso anjara amin’izany ireo zaza malagasy amin’izao fandalovana eto izao, indrindra ao anatin’ny valanaretina pesta ny eto amin’ny firenentsika.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Régime HVM : les manœuvres se dévoilent

Le comportement des pro-régimes trahit l’existence de manœuvre politique qui se trame au plus haut sommet de l’Etat. En guise d’illustration, le parti présidentiel a fait tout un plat lors de la passation de services suivi de la prise de fonction du nouveau sénateur Rivo Rakotovao, hier.

Un traitement de faveur qui en dit long sur les réelles intentions du régime. La passation de services entre le nouveau ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage, Harison Randriarimanana,  et son prédécesseur Rivo Rakotovao, devenu sénateur, qui s’est tenu à Anosy, a vu la présence de plusieurs membres du gouvernement. Une présence «massive» qui a intrigué les observateurs avertis présents sur les lieux de la passation, hier.

Il s’agit en effet d’une première dans les annales de cette République car les nombreux changements à la tête de plusieurs ministères depuis l’accession du régime Rajaona-rimampianina  n’a jamais vu une telle affluence des barons du régime. Le ministre des Affaires étrangères, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la ministre de l’Enseignement technique et de la  formation professionnelle, le ministre de l’Energie et de l’eau, ainsi que des sénateurs comme Roger Kolo et Riana Andriamandavy VII. Tous ont affiché leur présence pour adouber celui que le parti présidentiel pense a priori porter au plus haut sommet de l’Etat dans les prochains jours.

Arrangement

Pareil pour l’investiture du nouveau sénateur au Palais des Verre d’Anosikely, dans l’après-midi. Des ténors du gouvernement ont été aussi aperçus sur les lieux. A travers cette présence, il apparaît de plus en plus évident, aux yeux des observateurs, que cette personnalité jouera un rôle clé dans la future manœuvre politique mise en place par le parti présidentiel, à savoir l’intronisation de Rivo Rakotovao à la tête du Sénat pour garder la «Maison» lors de la prochaine consultation populaire, comme le veut la Constitution. «On m’a dit que c’est juste un arrangement politique. C’est tout ce que je sais», a déclaré laconiquement l’actuel Président du Sénat Honoré Rakotomanana, hier, par rapport à l’arrivée du nouveau sénateur. Sauf que son temps semble désormais compté à la tête de cette institution.

Quoi qu’il en soit, sur le fait que le président du Sénat assurera l’intérim du Chef de l’Etat au moment où sa candidature sera entérinée, des voix se font déjà entendre. En l’occurrence celle de la juriste Sahondra Rabenarivo. Elle estime en effet qu’il faudrait peut-être poser des limites au pouvoir de ce président par intérim. «C’est une personne qui n’est pas élue et qui, par conséquent, ne devrait peut-être pas avoir le droit de changer le gouvernement ou d’exercer toutes les différentes prérogatives de nomination que détient un président élu», a-t-elle fait savoir sur les ondes de la RFI.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Fanitsiana lalàmpanorenana : miseho manaja lalàna ny mpanitsakitsaka hatramin’izay

Mbola mahabe adihevitra ny fanitsiana lalàmpanorenana. Amin’izany, miseho manaja lalàna ny mpanitsakitsaka hatramin’izay. Famakafakana… 

Hanao fitsapan-kevi-bahoaka hanitsiana ny lalàmpanorenana ihany ny mpitondra? Efa samy nampiaka-peo ny mpanao politika, ny firaisamonina sivily, ny mpahay lalàna, ny sehatra iraisam-pirenena.

Ny fifidianana filohan’ny Repoblika, 30 andro farafahakeliny ary 60 andro farafahabetsany alohan’ny fiafaran’ny fe-potoana fiasan’ny filoha am-perinasa, araka ny And. 47, no hoe sarotra tanterahina: mila fanitsiana.

Amin’izany, lazaina fa adihevitra no aroso fa tsy fanapahan-kevitra. Tahotra na fanahiana hoe tsy manaja lalàmpanorenana no hoe antony. Tsapatsapaina izay mety ho fijery sy fihetsiky ny hafa? Efa mazava izao…

Efa tsy nohajaina hatramin’izay ny lalàmpanorenana

Hatramin’ny nijoroan ’izao Repoblika IV izao, tsy voahaja ny lalàmpanorenan. Eo, ohatra, ny And. 54 momba ny fomba fanolorana praiminisitra, nanaovana amboletra izay tiana hatao. Toy izany koa ny And. 72 ny amin’ny tsy fahazoan’ny depiote mivadika vondrona parlemantera. Amin’izao, manana ny maro anisa indrindra eny anivon’ny Antenimierampirenena ny antokon’ny fitondrana, na tsy mbola nijoro aza tamin’ny fifidianana depiote.

Ny zava-doza, manamarina izany fandikan-dalàmpanorenana izany ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC). Vitany aza ny mamorona zavatra hafa ivelan’ny lalàmpanorenana: fifanarahana andraikitra, taorian’ny latsa-bato fampiatoana ny filohan’ny Repoblika, na eo aza ny lalàmpanorenana mamaritra ny andraikitry ny tsirairay avy. Tsy fahita eto ambonin’ny tany!

Manginy fotsiny ireo andrimpanjakana tsy voatsangana ara-potoana toy ny Fitsarana avo (HCJ), ohatra.

Eo hatrany ny kajikajy sy paipaika politika… maloto

Tena ahiahy na tahotra amin’ny tsy fanajana lalàmpanorenana hoe sarotra tanterahina tokoa ve no manetsika sy manesika ny mpitondra hanao fanitsiana? Na kajikajy sy paipaika politika, fa tsy hita loatra izay hoe fanajana lalàmpanorenana hatramin’izay.

Raha tsy mahomby ny fandresen-dahatra ny amin’ny And. 47, any amin’ny tokony hanaovana ny fokontany no anisan’ny vondrombahoaka itsinjaram-pahefana indray izao no ialana vonkina?

Efa manomboka atsidika koa ny hoe adihevitra no aroson’ny filoha, fa tsy hoe tsy maintsy hatao ny fitsapan-kevi-bahoaka. Misy ve no ho azo amin’izay kitsapatsapa izany, na amin’izay heverina ho zaza sy bado aza?

R. Nd.

News Mada0 partages

Propagation de la peste : les suggestions du parti MMM

Le parti «Malagasy Miara-Miainga» (MMM) a sorti un communiqué hier évoquant la complexité de la situation actuelle face à l’épidémie de peste. Ce parti a donc émis certaines recommandations qui ont déjà été expérimentées au niveau d’une localité.

L’épidémie de peste commence à créer la polémique au pays. Des divergences d’opinions se manifestent entre les parents et les dirigeants d’école. Les organisateurs de concerts et de spectacles ou autres compétitions sportives essuient des pertes considérables. L’économie en pâtit avec la régression du nombre de touristes à destination de Madagascar. «L’Etat ne maîtrise pas la situation. Et si telle est notre situation actuelle, c’est qu’aucune mesure drastique n’a été prise par les responsables», a fait savoir le communiqué.

Le parti a pris comme exemple les directives de leur élu dans la commune de Masindray en stoppant toute activité pendant trois jours et en interdisant toute communication. Le maire a par ailleurs pris l’initiative de pulvériser d’insecticide tous les fokontany.

«Pour éviter la propagation de cette épidémie, le MMM suggère trois solutions, en l’occurrence l’interdiction de toute communication, la cessation de toute activité et la pulvérisation d’insecticide dans les fokontany, les bureaux, et dans les écoles. Les responsables locaux comme les chefs de fokontany, les maires, les responsables sanitaires, les forces de l’ordre devront répertorier les lieux qui pourraient présenter des cas suspects et d’entrer en contact avec les responsables concernés après avoir mis en quarantaine le lieu et les personnes infectés», souligne le communiqué.

Pour le MMM, la sensibilisation au niveau des collectivités territoriales décentralisées serait la seule option pour sortir de cette impasse.

Recueillis par Nadia

 

News Mada0 partages

Chronique : charge de responsabilités libre de responsabilité

Le dire ainsi semble vouloir faire un mauvais jeu de mots non dénué de méchantes intentions. Comment cependant dire autrement le fait de se battre pour des fonctions ayant autorité sur le fonctionnement des affaires publiques sans en supporter la charge des résultats ni en subir les conséquences. En bien des domaines, il en va pourtant ainsi de la gouvernance. Autant on peut soupçonner des combines pour accaparer à son sale bénéfice propre et à celui des comparses les profits d’une gestion que de plus on aménage aussi juteuse que possible, autant on constate chez les hauts responsables une défiance méprisante à l’endroit du système social qu’ils ont mission d’organiser. Malade, un ministre de la santé ne se laisserait pas soigner dans les hôpitaux locaux ; de même, ayant des enfants, un ministre de l’enseignement se garderait de ce que l’idée de les scolariser dans une école primaire publique ne lui effleure l’esprit. Les manitous de la République ne manquent pourtant pas de vanter la politique qu’ils mènent : bonne pour le commun de la population mais pas pour eux. Des personnes qui se mettent ainsi en marge, peuvent-elles prendre des initiatives dans le souci d’un intérêt général dont elles ont perdu le sens par cette volonté de s’en désolidariser ? Des  manifestations de cet exécrable état d’esprit empli d’égoïsme hantent les hautes sphères parmi les dignitaires qui, autant étouffés de suffisance qu’inconscients de leurs tares pensent avec mauvaise bonne foi œuvrer avec patriotisme et osent parler d’amour pour le peuple. Au pilori qu’ils méritent d’être cloués ! Au poteau d’être exécutés ! Oui c’est méchant, mais ça n’est que juste.

 Le mal, dont souffrent le peuple et le pays, résulte des agissements de ces gens qui ne s’investissent dans la conduite des affaires publiques que pour disposer de sources de profits particuliers propres à épuiser jusqu’à la potentialité d’un intérêt général.

 Il n’est interdit à personne de s’enrichir. Ça serait un malheur pour le pays que l’idée d’entreprendre une chasse aux riches, toutefois il n’est plus tolérable de permettre l’accumulation ou la multiplication des richesses particulières au détriment de l’intérêt public à la fortune  d’un passage au pouvoir ou d’un acoquinement avec les dirigeants. L’opération que l’on entreprend pour réconcilier entre eux  les clans de type maffieux risque de ne conclure entre coquins qu’une entente de tirer à pile ou face le droit de s’accaparer les lambeaux. Halte à la guéguerre ! Survive le pillage !

Léo Raz

 

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1907) : situation sanitaire

Il paraît que c’est très sérieux : la peste a officiellement quitté nos murs. Ce qui le prouve péremptoirement, c’est qu’un ancien membre de la Commission sanitaire s’est empressé d’y rentrer, après trois mois de prudente absence. Il n’a pu s’empêcher de sourire quand, en plein centre du quartier général de l’épidémie, il retrouva intacte la légendaire masure frappée d’alignement, où gîtera longtemps encore son foyer domestique, malgré la colère motivée, dit-on, de grincheux voisins. Un Chinois, constitué gardien du premier étage de l’immeuble et de ses dépendances, a bien eu l’excellente attention de mourir de 29 courant et personne ne doutait que notre excellente Commission de salubrité saurait s’en émouvoir. Mais une méticuleuse autopsie a scientifiquement démontré que le cadavre de cet Asiatique était indemne du moindre microbe pesteux. Il en a été de même pour un Arabe, marchand d’opium au bazar. Quarante jours plus tôt, c’eût été une autre affaire !

C’était l’époque mémorable où l’on envoyait précipitamment au lazaret des pestiférés : une femme enceinte qu’un policier avait signalée comme atteinte d’une grosseur suspecte ; deux bourjanes trouvés ivres-morts sur la voie publique ; un pauvre petit gosse porteur d’un engorgement à l’aine, conséquence de la piqûre de son pied par une arête de poisson ! Il suffisait alors qu’un malade eut craché sur le plancher poussiéreux d’une maison pour que celle-ci et toutes ses voisines fussent condamnées à une impitoyable destruction… N’est-ce pas l’histoire exacte de la démolition du quartier Antoni ?

Si les temps sont changés, il faut nous en réjouir, que diable ! et ne pas s’arrêter à de futiles doléances aussi inutiles que rétrospectives !

Le Docteur Tant Pis et le Docteur Tant Mieux nous donnent l’exemple des sages conciliations ; ils sont pour une fois tombés d’accord et le Conseil d’hygiène a pu, enfin, demander par dépêche au Gouvernement Général la levée de la quarantaine et la suppression du cordon sanitaire. On attend d’un moment à l’autre la bonne nouvelle.

Dernière heure. – La quarantaine a été levée, à compter du dimanche 3 novembre.

L’Action à Madagascar (Majunga)

Samedi 2 novembre 1907.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : alliances objectives

Autant on peut compter d’individualités opportunistes qui se réfugient du bon côté du manche, qu’il est plus rare entre partis politiques de voir se nouer de saines alliances dans le but de réunir des forces au service de l’intérêt général. Pareillement dans la pratique du pays, nul besoin d’un organe pour voir se rabibocher des ennemis d’hier. Nuance d’avec l’esprit de fidélité dans un réflexe de solidarité qui pousse à déclarer « ennemis les ennemis de mes amis ». Hier et aujourd’hui ici on assiste à des rapprochements dictés par le calcul qui pose en évidence : les ennemis de mon ennemi sont mes alliés. Davantage que pour conforter une bonne gouvernance, on se trouve souvent alliés pour détrôner, tout en présumant que l’allié du jour reste en puissance un ennemi du lendemain.

News Mada0 partages

Kitra – L2 Frantsa : mpilalao mendrika i Bolida

Tsy mitsahatra misongadina ireo mpilalao baolina kitra malagasy any Eoropa, indrindra ireo izay mifaninana, ao Frantsa. Fantatra mantsy izao, fa voafidy ho mpilalao mendrika, nandritra iny volana septambra lasa iny, i Nomenjanahary Lalaina, fantatry ny maro amin’ny solon’anarana hoe : Bolida.

Mpilalao ao amin’ny Paris FC ny tovolahy, izay mifaninana amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Frantsa, sokajy Ligue 2. Tao anatin’ny lalao rehetra nataony, niaraka tamin’ny Paris FC, no nahavoafidy azy ho mpilalao mendrika. Nahafaty baolina iray sy tolotra roa, i Bolida. Marihina fa irakiraka mpanafika ao amin’ity ekipa parizianina ity ny tovolahy ary saika tompon-toerana hatrany.

Raha tsiahivina, ny taona 2016 izy no nifindra tao amin’ny Paris FC,  rehefa nilalao 5 taona, tao amin’ny RC Lens. 31 taona ankehitriny i Bolida ary mbola manana ny fahaiza-manaony tsara ao amin’ity klioba ilalaovany amin’izao fotoana izao ity.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra eran-tany : mpanazatra be karama indrindra i Guardiola

 Matetika, takon’ny mpilalao ireo mpanazatra, amin’ny fahazoana anaram-boninahitra, eo amin’ny baolina kitra. Ny fahaizan’izy ireo anefa no tena herin’ny ekipa iray. Fantaro àry ireo mendrika sy be karama indrindra, eran-tany.

 

Mbola manana ny toerany sy be mpanaraka aloha, hatreto, ny baolina kitra espaniola. Fantatra ihany koa fa mbola mpanazatra espaniola no voalaza fa mahay sy be karama indrindra eran-tany, amin’izao fotoana izao. Misy telo izy ireo ny ao anatin’ny “Top 10”, amin’izany.

Voalohany indrindra amin’izany i Josep Guardiola i Sala, mpanazatra ny Manchester City. Mahatratra 19 tapitrisa euros na 69.350.000.000 Ar ny karamany. Manana ny zava-bita tsara indrindra izy hatreto, teo amin’ny fitantanana ekipa. Anisan’ny tena nampisongadina azy ny tao amin’ny FC Barcelone. Anaram-boninahitra enina no indray azony, ny taona 2009 : ny ho tompondakan’i Espaina, ny “Coupe du Roi d’Espagne”, ny “Supercoupe d’Espagne”, ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions d’Europe”, ny “Mondial des clubs” ary ny “Supercoupe d’Europe”.  Hatreto, i Pep Guardiola irery ny mbola hany nahavita izany. Faharoa ilay Portiogey, José Mourinho, manazatra ny Manchester United, ary any amin’ny fahadimy  ilay Frantsay, Zinedine Zidane, mitondra ny ekipan’ny Real de Madrid, tompondakan’i Eoropa, amin’izao fotoana izao.

Tompondaka

“Top 10” ireo mpanazatra be karama indrindra :

 – 1. Pep Guardiola – (Espaniola) – Manchester City – 19 tapitrisa euros– 2. José Mourinho – (Portiogey) – Manchester United – 16,5 tapitrisa euros– 3. Carlo Ancelotti – (Italianina) – Bayern Munich – 10,5 tapitrisa euros– 4. Arsène Wenger – (Frantsay) – Arsenal – 10 tapitrisa euros– 5. Zinedine Zidane – (Frantsay) – Real Madrid – 9,5 tapitrisa euros– 6. Jürgen Klopp – (Alemà) – Liverpool – 8,3 tapitrisa euros– 7. Antonio Conte – (Italianina) – Chelsea – 7,8 tapitrisa euros– 8. Luis Enrique – (Espaniola) – FC Barcelone, teo aloha – 7 tapitrisa euros– 9. Mauricio Pochettino – (Arzantin) – Tottenham – 6,5 tapitrisa euros– 10. Rafael Benitez – (Espaniola) – Newcastle – 5,1 tapitrisa euros

News Mada0 partages

Foot – France : Bôlida élu meilleur joueur

Les ambassadeurs du ballon rond à l’étranger ne cessent de faire parler d’eux. Pour sa part, Lalaina Nomenjanahary, alias Bôlida, a été élu meilleur joueur du mois de septembre en Ligue 2 en France. Pour rappel, l’international malgache évolue actuellement au sein du club Paris FC. Ses résultats pendant le championnat national français Ligue 2 ont tapé dans l’œil de ses adversaires et des techniciens.

A titre d’exemple, il a été l’auteur d’un superbe but et de deux passes décisives lors de la précédente rencontre de son équipe. C’est le début d’une autre aventure pour Bôlida qui semble reprendre du poil de la bête après avoir quitté le RC Lens. En fait, l’attaquant international de 31 ans a joué au service des Lensois pendant cinq ans pour rejoindre ensuite le Paris FC.

Rojo N.

News Mada0 partages

Badminton : la collecte de matériels va bon train

Le projet «1.000 raquettes pour Madagascar» mené par le club Baobad est sur de bons rails. Les dons affluent et les initiateurs ne cessent de trouver des alliés pour mener à bien ce programme. A l’heure actuelle, près de 170 raquettes, 40 paires de chaussures, 15 filets, des dizaines de tubes de volant ont été remis aux responsables le week-end dernier.

Le projet «1.000 raquettes pour Madagascar» se poursuit. Même si le meeting international de badminton (MIB) a été reporté aux calendes grecques en raison de l’épidémie de peste qui sévit à Madagascar, «Pas moins de 170 raquettes, 40 paires de chaussures, 15 filets, des dizaines de tubes de volants, vont connaître une deuxième vie sur l’Ile Rouge. Suite à certaines polémiques sur les réseaux sociaux, je tiens à préciser que chaque don est un acte privé destiné exclusivement à un club privé qui est Baobad. Il est donc le seul club habilité à utiliser et redistribuer ce matériel», a déclaré un responsable du projet.

Concernant le 3e MIB, le club Juvibad a tenu à mettre la main à la pâte en faisant don de volants plumes. «Le MIB est le seul tournoi international qui se déroule à Madagascar. Il se joue en volants plumes. Cela peut paraître banal pour les joueurs expérimentés mais c’est exceptionnel à Madagascar. D’ailleurs, on ne trouve même pas de volants plumes de qualité sur le marché du sport. On se sent pousser des ailes car cette solidarité nous booste d’énergie, nous aide à préparer avec encore plus de conviction et de confiance la prochaine édition. Il n’y avait pas de tournoi mais les défis n’étaient pas en reste», s’est réjouit Sahondra Rasolonelina.

Pour rappel, le 3e MIB est initialement prévu se dérouler les 14 et 15 octobre derniers mais Baobad s’est plié à la décision prise par les autorités étatiques d’annuler ou reporter les manifestations à cause de l’épidémie de peste. Les nouvelles dates du tournoi seront déterminées ultérieurement mais les organisateurs ont déjà procédé au remboursement des frais d’inscription des participants qui se sont déjà inscrits.

Rojo N.

News Mada0 partages

Stritarty – 2e edition : quand les rues deviennent un support d’expression

Fort du succès de la précédente édition, le festival Stritarty fait son retour dans la capitale de la région Diana du 24 au 28 octobre 2017.

«Stritarty a pour mission de faire découvrir aux habitants de la ville les arts urbains, via un festival qui favorise les rencontres artistiques et interculturelles et qui fait effectivement de la ville un support qui permettra à tous de s’exprimer», confie un responsable.

Une semaine durant laquelle les rues d’Antsiranana se transformeront en un support d’expression, un évènement qui donnera la voix aux artistes de différentes disciplines, qu’ils soient peintres, graffeurs, danseurs, slameurs ou rappeurs.

Un riche programme

Le programme sera bien étoffé pour ce fameux festival. Aujourd’hui, la soirée d’ouverture aura lieu à l’Alliance française à partir de 18 heures. S’y tiendra le vernissage, accompagné d’un cocktail, sans oublier les rencontres avec les artistes.

Demain, un spectacle du Club de Roller de Diego (CRD) sera au rendez- vous, juste en bas de la Terrasse du Voyageur à 16 heures.

Puis, jeudi, à 20 heures, ce sera Chez Bemito. Une scène ouverte sera organisée et les collectifs du Rap Tag Daf, Gangster Boss Gasy Mitsandam Bolo se surpasseront avec du Free Style Sound System.

Puis, le lendemain sera un vendredi magnifique à ne pas rater, le 27 octobre, au jardin Tropical à18 heures. On y appréciera une projection du film Mada Underground de Philippe Chevalier et Denis Sneguirev, en présence des trois artistes de renom : Caylah, Temandotra et Naty Kaly. La soirée sera suivie d’une scène slam avec Caylah, Kaporal, Benjen et le collectif Miz’art.

Et enfin, le samedi 28 octobre, le festival se clôturera en apothéose avec plusieurs activités devant la Maison des jeunes et le stade à 14 heures (en partenariat avec la Foire internationale du tourisme). Il y aura des fresques en live, un show de danse, un battle de hip hop, un spectacle du CRD. Les DS Velively performeront aussi ce samedi et, le meilleur pour la fin, la clôture du festival de Jao.

Durant toute la semaine, des fresques participatives avec les artistes invités tapisseront divers endroits de la ville. Des ateliers de dessins et de mosaïques aves les enfants seront également au programme, sans oublier les ateliers de slam ainsi que le stage de danses urbaines.

Mahenina Randria

 

News Mada0 partages

Oniversiten’i Mahajanga : ampiharana fitsipi-pifehezana ireo mpandika lalàna

Taorian’ny fivoriana natao hitadivam-bahaolana momba ny olan’ny oniversiten’i Mahajanga ny herinandro lasa teo, tapaka fa hampiharina amin’ireo rehetra mandika lalàna tsy an-kanavaka ny fitsipi-pifehezana. Raha ilaina, azo ampiharina koa ny lalàna mifehy ny olom-pirenena rehetra manoloana ny hadisoana nataony. Nofaritana ny olana mahatonga ny savorovoro miverina matetika ka hita fa miteraka izany avokoa ny fitantanana ny oniversite, toy ny fandrimpahalemana, ny trano fonenana… Manampy trotraka koa ny tsy fanajana ny lalàna mifehy ny fipetrahana eny amin’ny oniversite tokony harahin’ny tsirairay, eo koa ny mpianatra tsy mazoto amin’ny fampianarana intsony manimba ny lamina napetraka.

Nisehoana korontana nahitana fanimban-javatra sy naharatrana mpianatra ny tao amin’ny oniversiten’i Mahajanga herinandro maromaro lasa izay. Mitady vahaolana maharitra hamahana ny olana miverina matetika ny tomponandraikitra nahitana ny mpitandro filaminana, ny sojabe, mpitantana ny oniversite ary ny mpandraharahara rehetra.

Vonjy

News Mada0 partages

Manque de protection : une trentaine d’internes des hôpitaux contamines par la peste

Les étudiants en médecine en 7e et 8e année en stage au sein des hôpitaux qui participent à la prise en charge des pesteux ne sont pas suffisamment protégés. Ces derniers sortent de leur silence.

Une négligence fatale. Depuis deux mois, plus de trente étudiants en médecine, internes au niveau des hôpitaux publics dans les zones pesteuses ont été contaminés par la peste dans leur milieu de travail, faute de protection suffisante qui leur permette de se mettre à l’abri de l’épidémie. Ces derniers ont tiré la sonnette d’alarme hier à l’occasion d’une manifestation organisée au Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA).

«Nous ne sommes pas équipés d’équipements de protection efficaces durant nos tours de garde dans les établissements où des patients atteints de peste sont hospitalisés. Nous devons les acheter par nos propres moyens pour nous protéger. Mais ce n’est pas toujours réalisable d’autant plus que le paiement de nos indemnités de stage a accusé un retard de plus d’une année », a déploré le président de l’association des internes de Madagascar, Javier Perez. Une réalité qui amène plus d’un à se demander si les dons de matériel de protection octroyés depuis quelques semaines par les donateurs sont utilisés à bon escient.

Profitant de cette occasion, les internes ont également revendiqué le paiement des arriérés de leur indemnité de stage,  tout en réclamant la révision du montant de cette dernière, actuellement de 1.200 à 5.000 ariary par jour.

Renoncement

Via leur représentant, les internes ont posé leurs conditions. Plus d’interventions liées à la prise en charge de l’épidémie de peste tant que les équipements de protection, tels les cache-bouche, gants, bonnets et blouses médicales, ne  sont pas prêts 48 h avant leur prise de service. « Une réaction tout à fait normale, si normale qu’on ne peut pas leur en vouloir surtout en ce moment où l’épidémie ne cesse de se propager, en témoigne le bilan alarmant », a fait valoir un médecin et non moins enseignant en médecine à l’université d’Antananarivo, ayant requis l’anonymat. Sachant que, selon les dernières statistiques diffusées par le Bureau nationale de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), en date de samedi dernier, la peste a franchi la barre des 100 morts, avec 107 décès.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Viande de porc : prix en hausse sur les étals

Une brusque augmentation de 20 % de la viande de porc a été observée sur les étals depuis la semaine dernière, si ce prix a été plus ou moins stable depuis le début de l’année.

Ce qui a créé la surprise auprès des ménages dans la gestion de leurs dépenses quotidiennes. Si d’habitude le prix de la viande de porc est de 10 000 ariary le kilo, celui-ci est passé à 12 000 ariary, accusant ainsi une hausse de 20 %. Les côtes et échines de porc coûtent  14 000 ariary contre 12 000 ariary auparavant. Il en est de même pour le filet de porc dont le kilo varie entre 14 000 et 14 500 ariary.

Pénurie

D’après un boucher, la rareté de la marchandise est une des raisons expliquant cette hausse. D’un côté, l’augmentation des prix de la provende ainsi que du son, durant les mois d’août et de septembre, a contraint beaucoup d’éleveurs à liquider leur stock et d’arrêter ainsi l’élevage de porcs. D’où la pénurie de ces derniers temps. De ce fait, les rares fermiers qui poursuivent l’activité ont donc profité pour ne céder le porc en entier aux bouchers, y compris la tête et les pieds, qu’à partir de 9 800 ariary le kilo contre 8 000 ariary auparavant.

La viande de bœuf détient le record

Le prix de la viande de bœuf n’est pas non plus en reste puisqu’elle a connu trois augmentations depuis le début de l’année. De 8 600 ariary le kilo au mois de janvier, celui-ci est passé à 10 000 ariary actuellement, contre 9 200 ariary le kilo le mois de juin. Soit une augmentation d’environ 20 %.

Après la hausse du riz et des PPN, c’est un autre problème qui va encore donner le tournis aux ménages. En tout cas, la viande est devenue un produit de luxe pour la majorité des foyers depuis un certain temps.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Commune Ivato : la route K7 en cours de réhabilitation

Les travaux de réhabilitation des principales routies desservant les fokontany de la commune d’Ivato, prévus durer jusqu’à la fin de l’année prochaine, débuteront bientôt. Parmi ces axes figure celui reliant le quartier de K7 avec les localités avoisinantes,  un tronçon de 1 km en terre battue et en très mauvais état. «Ayant débuté la semaine dernière, le chantier, qui consiste en un aménagement en pavé, est prévu s’achever d’ici deux mois»,  a fait savoir le maire de cette commune, Hasiniaina Landry Randrianarisoa. C’était hier, lors d’une visite sur les lieux pour constater de visu l’avancement des travaux.

Les travaux sont mis en œuvre en partenariat avec les opérateurs économiques locaux, conformément aux promesses qu’ils ont faites il y a deux ans. Comme la population a déjà bien pris son mal en patience, la commune a décidé de prendre les choses en main, alors que des opérateurs se sont manifestés au dernier moment pour assurer les travaux. «Ainsi, les budgets prévus par la municipalité pour cette action seront alloués à d’autres travaux, notamment  la réfection de la route dans le quartier d’Ampandroana», a informé le maire d’Ivato. Ce dernier n’a pas manqué de rappeler que  la majorité des financements de construction d’infrastructures provient des recettes fiscales de la commune. Dans la foulée, la pose de la première pierre d’un nouveau bâtiment à six salles de classe pour l’EPP de Tanambao s’effectuera la semaine prochaine.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Subventions : les maîtres Fram plus motivés

Une évaluation académique des enseignants du primaire en français, malagasy et mathématique a été réalisée dans le cadre du programme Passoba-Education. Au vu des résultats, qui ont fait l’objet d’une présentation  à Morondava la semaine dernière, l’appréciation a démontré que les Fram subventionnés obtiennent de bons résultats par rapport à leurs collègues qui n’ont pas eu cette chance.

Toutefois, les enseignants fonctionnaires, suivis de près par les contractuels, ont toujours les meilleurs résultats vis-à-vis des autres. Cela se fait particulièrement sentir à partir de l’âge de 35 ans, étant entendu que les meilleures performances s’obtiennent après une vingtaine d’années d’expérience.

Cette évaluation a été faite au niveau de 103 écoles primaires, triées au hasard,  des neuf  Directions régionales de l’éducation nationale (Dren) de mise en œuvre du programme Passoba-Education. Entre autres, les Dren Atsimo Andrefana, Anosy, Sava, Atsinanana et Menabe. 629 enseignants de ces Dren, ont fait l’objet de cette appréciation. «Tous les enseignants de ces écoles, sans exception, ont été tous évalués», a fait savoir le chef d’équipe  chargé d’études de cette évaluation, Harrison Andrianivomanana.

Un nouveau bâtiment pour Menabe

Grâce à l’appui permanent du programme Passoba-Education en faveur des Dren, Menabe vient également de s’offrir un nouveau bâtiment à étages, totalisant 12 bureaux. «Il est sûr que cette nouvelle infrastructure renforcera le savoir-faire du personnel dans l’administration et la gestion des corps enseignants de la région, ainsi que la qualité des services rendus. Avec mes 49 collaborateurs, on était un peu à  l’étroit dans l’ancien bâtiment», a indiqué le Dren du Menabe, Toussaint Ravelonantenaina. Cependant, l’inauguration de cette nouvelle infrastructure par le président de la République a dû être reportée, en raison d’un problème technique touchant l’avion à bord duquel il devait rejoindre Morondava.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Tanjombato : une Mazda se renverse dans l’Ikopa

Une Mazda Eclipse a fait une sortie de route et terminé sa course dans l’Ikopa, à Hazoberavina, hier  à l’aube, plus précisément vers 3 heures du matin.

Les riverains de l’arrêt de bus «fasika» se sont réveillés en sursaut en entendant le bruit de quelque chose tombant violemment dans l’eau. Ils se sont rendus sur les lieux. A leur grande surprise, un minibus s’est renversé à moitié dans le fleuve. Le conducteur a évité le pire malgré la gravité de l’accident qui a provoqué d’importants dégâts matériels, rendant le véhicule hors d’usage. Ce dernier s’en est sorti avec des blessures plus au moins importantes et a été conduit à l’hôpital (HJRA). Selon les explications, le véhicule vient de raccompagner des employés quand le malheur est survenu. D’après un autre chauffeur de l’entreprise où la victime est en poste, le sommeil et l’excès de vitesse  seraient à l’origine du drame. La police de la localité s’est chargée de l’affaire.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Boeny : le “Dinan’i Boeny Miray dia” effectif

La région Boeny s’attelle à la restauration de la sécurité dans sa circonscription. Le chef de région conduit actuellement une délégation, pour visiter les districts, dans le cadre d’échanges d’informations sur la mise en pratique du Dina.

La délégation a été informée des problèmes liés au manque de coordination entre le comité exécutif et les forces de l’ordre, lors d’une rencontre au bureau du fokontany de Mahajamba-Usine, dans le district de Mahajanga II. Les membres du comité déplorent, en effet, que leurs efforts tombent à l’eau chaque fois qu’il y a relaxe des suspects qu’ils leur livrent, pour insuffisance de charges. Rappelant, à l’occasion, les instructions du ministre de la Défense nationale sur leur devoir de l’informer des exactions commises par les forces de l’ordre à la population de Mahajamba, le chef de région Saïd Ahamad Djaffar leur a conseillé la nécessité de la collaboration entre le comité exécutif du Dina et les forces de l’ordre. Une mauvaise application de ce Dina serait mise à profit par les malfaiteurs, a-t-il ajouté à l’intention des parties prenantes. Un encadrement périodique de la mise en œuvre de ce Dina qui a été homologué par la justice, le 20 septembre 2016, s’avère nécessaire pour son efficacité, souhaite la population du fokontany de Mahajamba-Usine.

Manou

 

News Mada0 partages

Analanjirofo : la peste à un taux zéro

Analanjirofo se défait de l’épidémie de la peste depuis hier, selon les déclarations officielles du chef de région. Il s’est basé sur l’absence de malades traités dans les centres de santé depuis le début de cette semaine.

La région Analanjirofo a pu repousser l’épidémie de la peste depuis hier, se réjouit le chef de région, Jacques Ramaroson. L’annonce a fait suite à un taux d’enregistrement de 0%  de malades dans les centres sanitaires des 6 districts de la région. Il a rapporté à cet effet que les 25 malades mis en quarantaine et traités dans la ville de Fenoarivo Atsinanana s’en sont sortis et ont regagné leurs familles. Les deux victimes soignées depuis le 16 octobre à Mananara Avaratra sont aussi sorties de l’hôpital. Le décès d’un jeune homme contaminé à Toamasina mais qui a rejoint sa famille à Vavatenina le 16 octobre n’a pas eu de conséquences sur son entourage, a révélé le chef de région, puisque les 1.450 personnes entrées en contact direct avec lui ont toutes été traitées à temps par chimioprophylaxie.

Les autorités locales ont annoncé que l’application stricte des mesures sanitaires par les responsables à divers échelons a été à l’origine de ce résultat propulsant Analanjirofo comme pionnier en matière de lutte contre la peste. Le ministère de la Santé publique et la région ont d’ailleurs collaboré pour financer la mise en place de barrages sanitaires.

Manou

News Mada0 partages

Douanes : extension du projet de contrat de performance

Le projet de contrat de performance pour l’amélioration  des recettes douanières  a été discuté à la 12ème conférence annuelle du programme Partenariat universitaire (Picard), qui s’est tenue en Tunisie le mois dernier. Eric Narivony Rabenja, directeur général des douanes et chef de la délégation malgache présente à cette rencontre, a annoncé l’extension du contrat de performance aux autres services de la direction et aux importateurs, dans les prochains semestres.  21 entreprises et  15 inspecteurs des douanes au port de Toamasina ont déjà signé ce contrat avec l’administration douanière.

Pour rappel,  des principaux objectifs des conférences annuelles Picard consistent à promouvoir un échange de haut niveau sur l’enseignement et le professionnalisme, en matière douanière, et à encourager la réalisation de nouvelles recherches universitaires dans des domaines touchant la Douane…

R.R.

 

News Mada0 partages

Andekaleka : restauration des bassins versants

Le programme de restauration des forêts en amont et de protection des bassins versants aux alentours du barrage hydroélectrique d’Andekaleka se dessine. Après l’identification de 8 ha de bassins versants destinés à la restauration, en juillet dernier, les notables et autorités locales ainsi que la Jirama sont descendus sur terrain, au début de ce mois, pour délimiter in situ ces zones à restaurer.

Par ailleurs, au cours des deux dernières semaines du mois de septembre, 29 pépiniéristes locaux ont suivi à Andekaleka une formation théorique sur la mise en place de pépinières. Ils entretiendront et gèreront 13 pépinières de plantes autochtones et agro forestières. Deux de ces pépinières serviront à toute initiative communale ultérieure de reboisement. La préparation des sols et la mise en terre des plantules sont programmés au début de l’année 2018.

Chacun se rappelle encore des délestages intempestifs de l’année dernière lors de la période d’étiage. Des circonstances dues, entre autres, à une baisse notable du niveau d’eau dans les bassins de retenue et bassins de prise d’eau des barrages hydroélectriques alimentant le réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA), particulièrement Andekaleka et Mandraka.

Pour le cas d’Andekaleka, la centrale hydroélectrique de 92 MW assure 42% des besoins en électricité du RIA estimé à 210 MW. Trouver le moyen d’obtenir une réserve d’eau suffisante pour faire tourner les turbines de la centrale demeure un challenge pour les techniciens. La restauration des forêts en amont des barrages serait l’un des moyens pour y parvenir.

Arh.

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoHo mason-tsoavaly izany

Mijery aloha isika, hoy ny loholona vaovao, raha nandray fitenenana nandritry ny fifamindram-pahefana teo aminy sy ny minisitra vaovao tao amin’ny minisitera nosahaniny teo aloha omaly.

  Tsy mijery “retroviseur” na irony fitarafana ny aoriana sy an-kavia na an-kavanana irony fa raha tsy izany dia mamantana any an-kady. Mahagaga ihany hoe tompon’andraikitra ambony eto amin’ny firenena ary efa nifamezivezy tamina karazana rafi-panjakana tsy vitsy no miteny an-kolaka tahaka izany fa tsy mila mihaino ny hevitry ny hafa na miherika mijery izay mitranga eo an-kavia sy an-kavanana fa ny dia mizotra mankany aloha hatrany na dia tsy fantatra aza izay miandry ao aloha na ahitan-doza na hahasoa kanefa vahoaka no entina ao amin’ilay firenena. Tsy toy ny sary tonga ao an-tsaina ao anatin’izany ihany ve ny mahita ireo mpitondra fiara fitateram-bahoaka izay mitrifana fotsiny tsy mahalala izay misy ao aloha fa rehefa itrangan-dozam-pifamoivoizana ? Ho mason-tsoavaly izany no ho paikady hitondrana ity firenena ity ao anatin’izao 1 taona latsaka tsy hahataperan’ny taom-piasan’ny fitondrana HVM izao ary dia toa manamarina ny nambaran’ilay tompon’andraikitra teo aloha, izany hoe hampidi-kizo ny mpandimby azy raha toa ka tsy tafaverina amin’ny toerany intsony. Inona tokoa moa no antony hanapenan’ny tompon’ireo soavaly ny ila-masom-biby fiompiny an-kavia sy an-kavanana raha toa ka mbola hierikerika fa tsy hety hampanaoviny izay tiany atao sy hobaikony araka izay hitiavany azy ? Enga anie anefa mba tsy ho toy ny hazakaza-tsoavaly intsony ny fifidianana amin’ity indray mitoraka ity ?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpandraharaha manafim-baryNampitandremana fotsiny aloha

Nampahatsiahy ny fomba fiasan’ny minisitry ny varotra sy fanjifana ankehitriny, Chabani Nourdine,

 fony izy mbola minisitry ny indostria hatrany ny fomba fiasany ankehitriny dia ilay manao teny fampitandremana isak’izay misy tranga manohintohina ny departemanta iadidiany. Nolazainy fa tsy azo ekena, ohatra, tamin’ny fotoan’androny ny fisian’ireo orinasa mampidi-doza tsy ara-dalàna toy ilay orinasa mpamokatra Vatoaratra teny Talatamaty raha toa ka nitrangana fipoahana. Anisany ireo orinasa vahiny voalazany fa tsy nanaja ny zon’ny mpiasa tamin’izany. Mandra-pialany teo amin’ny toerana maha minisitry ny indostria azy anefa dia nanjavona tanteraka ny tohin’ireo ary tsy hita veroka ilay fanaraha-maso sy sivana natao. Omaly indray dia nampitandrina ireo mpandraharaha mpanafim-bary nolazainy fa efa fantatra ny tenany saingy tsy misy aloha hatreto ny fepetra raisina ho an’ireo izay tratra. Nampahafantarin’ny minisitra tetsy amin’ny biraony Ambohidahy omaly fa efa tonga etsy Anosibe amin’izao ny vary milanja 7000 taonina izay hozaraina amin’ity herinandro ity ary nihoatra ny 20.000 taonina izay novinaina ho isam-bolana no ho avy. Tokony ho efa 70.000 Ariary kosa ny gony ary 1400 Ariary amin’izay ny kilao eny an-tsena.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fiahiana ara-tsosialy-Faritra AnosyNojerena manokana ny kaominina

Tao anatin’ny roa andro no nanatanterahana ny atrikasa fampiofanana an’ireo ben’ny tanàna sy ireo filohan’ny filankevitra kaominaly ary ny mpikirakira vola eo anivon’ny kaominina ato anatin’ny faritra Anôsy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Penjy RandrianarisoaMitohy ny fanamboaran-dalana eny Ivato

Lalana mirefy 1 km no hamboarina hatao rarivato ao amin’ny kartie K7 eny amin’ny kaominina Ivato, Distrika Ambohidratrimo.

 Toerana ifamezivezen’ny mponina ity lalana ity ary efa an-taona maro tsy nisy nanamboatra. Efa notrongisina nanomboka ny faran’ny herinandro teo ny lalana hampitovy tantana azy. Miditra amin’ny fandavahana ny tatatra andehanan’ny rano ny mpiasa amin’izao fotoana. Ezahina hovitaina ao anatin’ny 2 volana ny asa iarahana amin’ny mpandraharaha eny an-toerana. Nidina nijery ity fanamboaran-dalana ity ny Ben’ny tanàna Penjy Randrianarisoa omaly. Nampanantena ny ben’ny tanàna fa hovitaina hatramin’ny herintaona avokoa ny lalana rehetra ao an-tanànan’Ivato, anisan’izany ny lalana ao amin’ny tanànan’Ampandroana. Hanomboka amin’ny herinandro ihany koa ny fananganana ny EPP vaovao ao amin’ny fokontany Tanambao izay ahitana efitrano enina. Hetram-bahoaka avokoa no hanaovana ny fotodrafitrasa rehetra eo anivon’ny kaominina, hoy hatrany i Penjy Randrianarisoa.

Jean D.       

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hajo AndrianainariveloFeno fitavozavozana ny fanjakana

Tsy voafehy ny aretina pesta satria tsy misy fandraisana andraikitra hentitra, feno fitavozavozana ary misavoritaka ny fomba fiasan’ny fanjakana manoloana ny fifehezana izany,

 ka miteraka korontana sy fatiantoka eto amin’ny firenena, hoy ny Antoko Malagasy Miara-Miainga (MMM), tarihin’i Hajo Andrianainarivelo. Miteraka olana eo amin’ny ray aman-drenin’ny mpianatra, ny tompon'ny sekoly ny fanemorana lava ny fidiran’ny mpianatra sy ny fampiatoana ny fampianarana mandritra ny fotoana lava sy tsy voafetra. Miteraka fatiantoka ihany koa izany ho an’ireo mpikarakara lanonana sy ireo artista maro ary ireo mpikarakara fifaninanana ara-panatanjahantena sy mpanao fanatanjahantena. Toy izany ihany koa ny lafiny ara-ekonomika raha tsy hiteny afa tsy ny fizahantany, indrindra manome endrika ratsy ny firenentsika eo anivon’ny sehatra iraisam-pirenena. Nanome ohatra izahay Malagasy Miara-Miainga, tamin’ny alalan’ny olom-boafidinay tao amin’ny kaominina Masindray ao Avaradrano, izay nametra ny fivezivezena sy nanakatona ireo sekoly, birao rehetra, ary ny toerana rehetra fivezivezen'ny olona nandritra ny 3 andro, ary namafy fanafody sy nitsilo eran’ny fokontany rehetra, hoy ny MMM. Mba entina hamerana ny fotoana hiadiana amin’ny pesta, ary hiverenan’ny fiainam-pirenena amin’ny tokony ho izy na ara-tsosialy na ara-ekonomika dia vahaolana aroson’ny MMM ny famerana ny fivezivezena ary akatona mandritra ny fotoana voafetra ny toerana rehetra (sekoly, birao, …) ka mandray andraikitra ny eny anivon’ny kaominina sy ny fokontany ary mandraraka fanafody eran’ny tanàna sy ny toerana fivezivezen’ny olona. Amin’izay koa ireo tompon’andraikitra eny ifotony no mamantatra sy mijery ireo toerana na trano misy tranga mampiahiahy ka mametra ny fivezivezena amin’ireo toerana ireo ary miantso ireo tompon’andraikitra handray ny fepetra mikasika ny fitsaboana ireo marary na ahiana marary.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Niova seza indray Rabeko…

Manao ahoana izy ao ry Jean Rabekonetaka a ! Arahabaina aloha fa nahazo toeram-boninahitra vaovao indray e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Andriambavy Anne Elisabeth Mandalo eto amintsika, hitsidika ny BMH Isotry

Mandalo eto amintsika nanomboka omaly alatsinainy 23 oktobra ny Andriambavy Anne Elizabeth Alice Louise sy ny vady andefimandriny, ny Vice-amiral Timothy Lawrence.

 

Pati

 

 

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety - Tompondakan’i Afrika Fiba 3 x 3Amin’ny alakamisy izao no ho fantatra ny Malagasy 4

Amin’ny alakamisy 26 oktobra 2017 no ho fantatra ireo mpilalao 4 hisolotena antsika Malagasy hiatrika ny ho tompondakan’i Afrika andiany voalohany eo amin’ny taranja basikety na ny Fiba 3 x 3 hotontosaina any Lomé Togo ny 3 ka hatramin’ny 5 novambra ho avy izao.

 

 Efa nanomboka tamin’ny alatsinainy 16 oktobra teo no niatrika ny fampivondronana teto Antananarivo ny mpilalao 6 voafidy ho “pré-sélectionnés” amin’izany dia i ARNOLD (2BC), AHMED (ASCB), ELLY (ASCB), RICKY (ASCB), FABRICE (GNBC), CLAUDIO (COSPN). Mazava ho azy fa ny 4 amin’izy enina mirahalahy ireo izany no handeha ho any Togo. Mba hisian’ny fanomanantena tsara mialoha ny lalao, hoy ny tale teknikan’ny federasion’ny Basket-Ball Razafiarivony Angelot,  dia tsara raha tonga mialoha any Togo ireo ekipantsika fa sady lavitra koa ny toerana. Fantatra ary fa ny sabotsy 28 oktobra izao hiala eto an-tanindrazana ny delegasiona Malagasy ahitana ny filoha mpitarika azy sy ny mpanazatra nasionaly, Randrianarivelo Jean de Dieu.

 

Razafed Zanany

 

La Vérité0 partages

Spicy Andravoahangy - Nanie retrouve les inconditionnels avant de mettre les voiles

Souriante, artiste professionnelle dévouée, Nanie n’est plus à présenter. Même si elle est souvent absente de la scène nationale, les inconditionnels de la Grande île lui vouent une grande admiration et ses chansons sont toujours sur toutes les lèvres. D’ailleurs, elle reste en contact avec ces derniers car malgré la distance qui les sépare, elle va sur internet et les réseaux sociaux pour parler de la musique ou encore d’autres sujets avec eux.

2017 est sûrement exceptionnelle pour l’artiste car elle célèbre actuellement ses 25 ans de scène. Le jubilé a déjà commencé au mois de février pendant lequel elle a donné un grand concert au Carlton Anosy, en compagnie de plusieurs artistes comme Rija Ramanantoanina, Luk et Mahery ainsi que la douce Farakely. Pour l’occasion, elle était aussi entourée par des musiciens de renom à l’instar de Samy Andriamanoro au clavier, Rado Rakotoralahy à la batterie, Sanda à la guitare, Hents à la basse, Hasina à la trompette. 7 ans après sont départ du pays, les groupies ont enfin pu passer un moment unique avec l’artiste et jouir de cette bonne musique qui la passionne depuis toujours. Mais puisque ce rendez-vous n’était pas accessible à tous, en tout cas pour ceux qui n’ont pas pu sortir la nuit, elle a décidé de multiplier les retrouvailles avec les inconditionnels.Moment uniqueDes petits cabarets partout à Majunga jusqu’à Antsirabe en passant par Tamatave, des concerts avec des grosses pointures de la musique nationale, bref, elle a voulu profiter au maximum son voyage à Madagascar. Elle a même pu participer au grand show du « Tana in love » qui s’est déroulé au Palais des sports pendant lequel elle a pu se retrouver encore une fois avec ses amis artistes, l’ancienne et la nouvelle génération. Apparemment, son pays lui a tellement manqué et surtout ses proches et ses amis qu’elle n’est pas toujours partie. « Je veux profiter pour la dernière fois de mon séjour pour rencontrer les fans et mes amis. Avant de rentrer, je serais au Spicy Andravoahangy le temps d’une soirée. Ce ne serait pas réellement un cabaret car je ne serai pas accompagnée de musiciens. Il s’agit d’une sorte de retrouvailles pendant lesquelles je chanterai avec tout le monde, discuterai de tout et de rien avec ceux qui viendront et nous mangerons ensemble. De plus, l’endroit est parfait et convivial pour une belle rencontre », confie l’artiste. Ceux qui voudront terminer à l’avance et en beauté la semaine pourront venir à Andravoahangy, juste en face du Looks. Ce sera pour ce jeudi 26 octobre à partir de 20h. Le rêve de plusieurs groupies se réalisera donc enfin car ils auront la chance de chanter en duo ou en trio avec Nanie. De « Ianao sy zah », à « Zary nofiko » en passant par « Niova ianao » et l’incontournable « Antsoy ny anarako », les meilleures chansons de la diva seront fredonnées. Un moment à ne pas louper sans aucun prétexte.Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Basket-ball - Fiba Coupe d’Afrique des clubs champions - La participation de Madagascar reste incertaine

Le déplacement des deux équipes malgaches dames et hommes, à savoir « Fandrefiala » et Ascut en terre africaine pour disputer  la Coupe d’Afrique des clubs champions (Cacc) reste en suspens. Le club « Fandrefiala » n’arrive pas réunir le budget nécessaire pour le déplacement. « A l’heure où nous parlons, seulement la moitié du budget est réuni. Ce qui complique notre possibilité pour le déplacement en Angola.

Or, le dernier délai d’engagement de participation pour les équipes est pour demain (ndlr, hier). Alors que l’Ascut, l’équipe de la ville du grand port, parle de son côté d’un souci sur l’effectif des joueurs »,  regrette Cyrille Rasoloarijaona, coach et président du club« Fandrefiala ». Comme on a l’habitude d’agir qu’au dernier moment, la Grande île sera donc absente à cette édition 2017, sauf changement de dernière minute.Comme en 2016, l’Association sportive de la Commune urbaine de Toamasina (Ascut) et le Club « Fandrefiala » d’Analamanga, les deux équipes championnes de la zone 7, risquent donc de manquer au rendez-vous pour l’édition 2017 de la Coupe d’Afrique des clubs champions. Cette année, la phase finale de la Cacc qui sera disputée au mois de novembre se déroulera en Egypte pour les hommes et en Angola pour les dames. Elle réunit les meilleures équipes de chaque zone. Effectivement, les représentants de la Grande île brilleront par leur absence pour cette édition. A la veille de la fermeture de l’engagement, la participation des deux équipes malgaches reste  incertaine. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Mananjary - 615 habitations détruites par un gigantesque incendie

Du jamais vu dans l’histoire de Mananjary ! Un gigantesque incendie s’est produit vers 20h30 lundi dans les quartiers d’Anosinakoho et d’Ankadirano. Résultat, 615 maisons, la plupart étant construites en bois étaient réduites en cendres, faisant ainsi 4000 sinistrés.  Par ailleurs, les biens ou autres stocks de vivres des habitants étaient également détruits.  Si le sinistre n’a occasionné aucun décès, l’on signale toutefois des cas de blessures chez certaines personnes lors de leur tentative de circonscrire le feu.

Puisqu’il ventait beaucoup  cette nuit-là, à cause de l’Alizé, les flammes s’étaient donc propagées à une vitesse folle si bien que les victimes n’ont pu rien faire pour tenter de sauver des mobiliers ou leurs économies. Quant à l’origine du sinistre, de la négligence tout simplement.  L’on faisait frire des pommes de terre chez un particulier lorsque l’huile a débordé sur le réchaud, provoquant ainsi un début d’incendie difficilement maîtrisable.Des témoins sur place assurent que le camion anti-incendie des pompiers de la commune urbaine de Mananjary a été mobilisé sur les lieux du drame. Mais l’ampleur et l’étendue des flammes ont rendu à néant les efforts des soldats du feu mais aussi des membres du fokonolona qui se sont donné la main pour circonscrire le feu. Cette amère expérience les convainc à interpeller le pouvoir en place afin qu’il renforce le nombre des camions des pompiers en service à Mananjary. Pour le moment, les sinistrés sont provisoirement hébergés dans les établissements scolaires, les églises mais aussi dans des terrains vagues. Selon une information, les autorités du pays semblent se faire prier pour se rendre au chevet des victimes et leur apporter de l’aide.Franck Roland

La Vérité0 partages

Etablissements catholiques - Reprise effective de l’enseignement ce jour

Une collaboration entre les écoles catholiques, les centres de santé de base (Csb II) et le ministère de l’Education nationale (Men). Les établissements catholiques réunis au sein du diocèse d’Antananarivo reprennent l’enseignement ce jour. Toutefois, une mesure de prévention contre l’épidémie de peste va être appliquée. Pour chaque établissement concerné, sa responsabilité se traduit par la mobilisation  d’un comité de vigilance.

Il s’agit d’une cellule de riposte propre à toutes les écoles catholiques réunissant le directeur, les enseignants ainsi que les différents responsables. Ce comité s’assurera de conttôler à l’entrée et durant les cours tous les élèves et les membres du personnel. En outre, il prendra les dispositions appropriées en cas de maladie suspecte. « Les écoles catholiques ne se contentent pas de disposer d’un dispensaire, mais elles vont également mettre en œuvre une salle d’isolement, plus précisément un centre de prise en charge des cas suspects », indique le vicaire général du diocèse d’Antananarivo, Ludovic Rabenantoandro. D’après ses explications, ce centre dispose de tous les équipements médicaux nécessaires, notamment des gants, masques, thermomètres et tant d’autre encores qui éviteront la propagation de la peste.Par ailleurs, lorsqu’une suspicion de peste se présente, d’autres précautions vont aussi être prises. Le comité de vigilance se chargera de faire appel au numéro vert 910 pour une intervention mobile. Les médecins des CsbII avoisinants vont suivre les recommandations préalablement indiquées tout en informant les parents d’élèves. Dans le cas où le test est positif, une liste de toutes les personnes en contact avec le patient va être rédigée. Elles recevront, toutes, des médicaments prescrits par les médecins. L’enseignement sera ainsi suspendu pendant une semaine et la reprise des cours sera décidée par les responsables en fonction de l’évolution de la situation. Un rapport détaillé de la situation sera envoyé par la suite à la cellule de riposte au sein du ministère de tutelle. Contradictoirement, tous les individus peuvent rentrer chez eux. Pour les élèves ou les membres du personnel ayant été en contact avec des malades avant cette rentrée, ils doivent se munir d’un certificat médical délivré par un centre public de formation sanitaire. Hier, au Falda Antanimena, une centaine de directeurs d’établissements catholiques, situés à Antananarivo, ont été formés par un représentant du ministère et de l’Unicef Madagascar. Kanto R.

La Vérité0 partages

Kidnapping - Des victimes s'exilent

Nahid Meralli Balou, libéré lundi après 17 jours de captivité, emboîtera-t-il les pas des autres kidnappés en décidant de quitter Madagascar ? Traumatisés, choqués et scandalisés ! C'est ce qu'on peut qualifier des cas  des victimes d'enlèvement au pays, la plupart formée d'hommes d'affaires français d'origine indopakistanaise. Leur ras-le-bol est tel que certains ont simplement choisi de s'exiler. C'est le cas d'Yanish Ismaël 26 ans, enlevé en mai dernier, que les ravisseurs ont relâché au terme de 23 jours de captivité.

Le fils de Danil Ismaël, propriétaire du Trianon Shopping Park à Maurice, avait été enlevé le 14 mai lors de prières en hommage à ses grands-parents au cimetière d'Ilafy, et en compagnie de son neveu de 12 ans. Ce n'est que le 5 juin qu'il a été relâché après la rançon versée par son père. Pour la victime, c'était  un véritable calvaire.  Récemment, il a donc décidé de partir vivre à l'Ile Maurice où une vie normale l'attend après le cauchemar vécu dans la capitale malgache. Des informations confirment que c'est toute la famille Danil Ismaël qui a pris la décision de s'installer à l'Ile Maurice et non seulement son fils Yanish. Sitôt établi là-bas, celui-ci explique pouvoir vivre finalement dans la plus grande sérénité et où il peut se consacrer sans aucune peur, loin de tout souci de sécurité, à ses activités professionnelles. Dans l'île voisine, Y.I. raconte ses possibilités de circuler librement partout, donc sans garde du corps.  Mais il n'est pas le seul à s'envoler ainsi pour d'autres cieux. Avant lui, Goulam Raza Aly, le propriétaire des concessionnaires Landis et Malgamobile a également quitté la Grande île pour l'Ile Maurice et toujours pour la même raison sécuritaire que son compatriote.  Enlevé deux fois dans la capitale malgache, G.R.A. a décidé de partir après son deuxième kidnapping. Néanmoins, il fait le va-et-vient entre l'île sœur et Madagascar pour la bonne marche de ses entreprises.La liste n'est pas exhaustive. Soulevons aussi le cas du propriétaire, un autre indopakistanais, de l'entreprise Center Point à Ankorondrano. Il n'a été enlevé qu'une seule fois mais cela a suffi pour l'ulcérer au plus haut point. Lassé de l'insécurité alarmante observée chez nous, il a opté pour le Canada comme sa nouvelle terre d'élection. Mariée à une malagasy, Riaz venait souvent prendre ses vacances dans la Grande île. Mais l'exil est devenu une contagion si bien que certains opérateurs économiques malagasy ont  pris également le même chemin. La famille d'Arlan Ramiliarison a décidé de refaire sa vie à l'étranger après le sinistre et sanglant épisode du double-enlèvement d'Annie, qui a été assassinée durant sa captivité et d'Arnaud à Toamasina en 2015. Récemment, ce dernier est parti  vivre  à l'étranger avec sa mère.De leur côté, les autorités locales se démarquent toujours par le retard flagrant de leur réaction afin de tenter de freiner le phénomène kidnapping. La dernière trouvaille des autorités est la création de la « cellule kidnapping » entre la police, la gendarmerie nationale, la justice malagasy et les 4 sociétés de téléphonie mobile de la place, afin de faciliter les traçabilités des ravisseurs,  lors de récentes déclarations communes….En somme, des mesures « curatives » que « préventives ».La recherche des vrais commanditaires et ceux qui tirent la ficelle semble délaissée. Il suffit de se remémorer du débat lors du procès du double enlèvement à Toamasina ayant causé la mort d'une adolescente. Dès le lendemain de la libération de l'otage rescapé, les dès ont été pipés. A preuve, les véritables auteurs ont été placés, non pas à la maison de force de Tsiafahy en attendant leur procès, mais à la prison d'Ambatolampy. Et à quelques jours du procès, les deux principaux présumés coupables et en relation permanente avec les commanditaires se sont évaporés dans la nature sans qu'aucune entité n'arrive à expliquer comment. De cette absence notoire, tous les inculpés dénoncés par ces « évadés » ont été relâchés. Toujours dans cette affaire de kidnapping à Toamasina, les armes utilisées par les bandits et saisies par les forces de l'ordre demeurent jusqu'à  ce jour muettes. Or, avec les numéros inscrits, c'est facile de remonter leur provenance. Face à cette inertie des autorités à mettre la main sur les commanditaires, il est tout à fait normal que ceux qui ont été victimes d'enlèvement, une fois libérées, se mettent à l'abri en choisissant un ciel plus clément. A Madagascar, ils se sentaient vulnérables, sans défense et à la merci des bandits qui, de ces paramètres, bénéficient certainement d'une protection impénétrable….Franck Roland

La Vérité0 partages

Au mur !

Les catholiques se rebiffent. La Direction diocésaine de l’Enseignement Catholique (Didec) remet en cause la pertinence, voire même la légitimité des mesures prises au niveau du Ministère de l’Education Nationale (Men) face à l’épidémie de la peste qui sévit, en ce moment, dans le pays. En effet, selon les dernières dispositions du Men, le retour des élèves en classes est repoussé, pour la énième fois, au lundi 6 novembre 2017, soit, deux semaines de plus.

Encore faut-il espérer que le fléau soit éradiqué dans les quinze jours ! Le doute nourrit les inquiétudes des dirigeants des établissements confessionnels catholiques du pays. Selon certaines indiscrétions, tout le premier trimestre serait… sacrifié !  Ils rejettent catégoriquement, donc, que les enfants soient victimes des inepties des responsables étatiques dans l’échec de la maîtrise de l’épidémie. Selon le premier responsable de l’enseignement catholique dans le diocèse d’Antananarivo, Mgr Rabenatoandro Ludovic, il est inadmissible que les élèves paient le prix de l’incontrôlabilité de cette terrible maladie. En effet, le bilan des décès continue de s’alourdir. Aux dernières communications, il dépasse, largement, la centaine (124 exactement, le lundi 23, source BNGRC) tandis que le nombre des malades traités  remonte, dangereusement, la pente, on n’est plus loin des mille cas.De ce fait, la Didec donne jusqu’à aujourd’hui, mercredi 25 octobre, aux responsables concernés, Men et MSP, de lui transmettre des instructions fermes pour endiguer, au niveau de chaque établissement, la prolifération de la maladie. Sinon, elle (la Didec) va prendre sa responsabilité pour rouvrir toutes les écoles catholiques ce jour même. Décidément, si ce n’est pas un ultimatum, que cela ressemble trop !La position irascible de la Didec indispose, quelque peu, les parents d’élèves. En réalité, la « révolte » des hommes en soutanes les plonge dans un embarras indescriptible. Il s’agit, en fait, d’une question de vie ou de…mort ! Les parents craignent du sort réservé à la vie de leurs progénitures. Certains jugent trop risqué d’aller à l’encontre des mesures prises par le Men.Acculé au mur, Paul Rabary et son Staff sont dans l’obligation de se pencher sérieusement sur la question. Ils se trouvent dans de beaux draps, une situation fort gênante. A ne pas oublier que les décisions à prendre ne concerneront pas uniquement les élèves des écoles catholiques, ceux des établissements publics qui constituent, du reste, le gros paquet de la troupe en font partie.Devrait-on rappeler la contradiction des points de vue entre, d’une part, le tandem Men /OMS qui maintient la suspension et de l’autre, le Secrétaire Général de la Croix Rouge Internationale qui juge inappropriée la mesure. Selon lui, il faudrait encadrer les élèves dans les écoles au lieu de les laisser à l’air libre. Une situation hypothétique face à ce type de peste, la pulmonaire urbaine.Apparemment, le Ministère de la Santé semble dépassé par la tournure que prend la maladie. Il peine à maîtriser la situation et se trouve en deçà des attentes. La grève déclarée des Internes complique l’affaire. Heureusement que les partenaires techniques, en l’occurrence, l’OMS et la Croix Rouge internationale ainsi que des pays amis comme le Maroc ou autres viennent à la rescousse, sinon, ce serait la débâcle générale. Acculé au mur et abasourdi, le régime est coincé et tourne en rond.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Sénat - Honoré Rakotomanana sur le fil du rasoir

Annoncée pour hier, l’élection du vice-président du Sénat pour le compte de l’ancienne province de Mahajanga, en remplacement de l’actuel président de la Confédération africaine de football, Ahmad démissionnaire, n’a finalement pas eu lieu. L’on ne sait pas si l’élection a été reportée ou tout simplement annulée et aucun nom de candidat potentiel n’a filtré, du moins jusqu’à hier en début d’après-midi.

En tout cas, dans la matinée d’hier,  le bureau permanent du sénat s’est réuni, selon les informations. S’en serait suivi une brève conférence des présidents, avec des rencontres à huis clos entre d’une part le groupe parlementaire Hery vaovao ho an’i Madagasikara, regroupant pour la plupart les sénateurs Hvm élus, et d’autre part, le groupe parlementaire présidentiel, composée des sénateurs nommés sur le quota présidentiel. La question de l’ordre du jour du Sénat a été discutée, soutient un sénateur contacté au téléphone. Même si personne n’en a touché mot, force est d’estimer que la destitution du président du Sénat Honoré Rakotomanana et certainement le bureau permanent du Sénat a sans doute été évoquée durant ces différentes rencontres.  « Toutes les décisions que nous avons prises ont été faites dans un souci d’arranger les choses. Mon souhait et celui de bon nombre de mes confrères est que tout suive les lois et les règles », a indiqué le vice-président du Sénat Kolo Roger élu sous les couleurs du Hvm au Sénat hier. Des propos qui ouvrent le champ des possibilités mais laissent en tout cas sous entendre des divergences d’idées entre les sénateurs à la cravate bleue. La question est de savoir si ces divergences peuvent avoir un lien avec la destitution du président du Sénat.Depuis la nomination du président national du parti au pouvoir le Hery Vaovao ho an’i Madagasikara, Rivo Rakotovao au Sénat, bon nombre d’analystes estiment que les jours de l’actuel président de la Chambre haute du Parlement à la tête de cette institution sont comptés. Il est de plus en plus question de remanier le bureau permanent du Sénat. L’objectif serait de mettre à la place d’Honoré Rakotomanana, le nouveau Sénateur Rivo Rakotovao. Une nouvelle étape dans sa procédure de destitution aurait ainsi été passée hier avec ces réunions dans les travées du palais de verre d’Anosy. Pour la plupart des observateurs, les manœuvres de coulisses semblent avoir débuté pour déchoir le tenant du perchoir.  Honoré Rakotomanana, président du Sénat depuis février 2016, est issu du quota présidentiel. Institutionnellement, Honoré Rakotomanana est le deuxième personnage de l’Etat et il est censé prendre la tête de l’Etat au cas où le président de la République Hery Rajaonarimampianina se représenterait à la ligne de départ de la course à la magistrature suprême.  Cependant, il semble être victime d’un manque de confiance de la part des têtes pensantes du régime. Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

Entrepreneuriat social - 3 startups font la différence

Innovation et responsabilités sociales. L'édition 2017 du Prix Orange de l'entrepreneuriat social en Afrique et au Moyen-Orient (Poesam) s'est déroulée en deux étapes. Une première étape au niveau national et une seconde au niveau international. Chaque pays a donc dû choisir 3 lauréats afin de le représenter au niveau international. Pour Madagascar, ces 3 startups qui ont fait la différence sont, entre autres, « Manzer Partazer », « Majika » et « Betaksys System Madagascar ».

Il faut rappeler que le Poesam est un concours qui met en avant les startups qui présentent des produits et services à la pointe de la technologie et répondant aux besoins de la société en matière de santé, d'agriculture, d'éducation, d'industrie ou encore de commerce.  Les startups de ces 3 lauréats nationaux se sont surtout orientées vers les domaines de l'énergie, de la circulation en ville et de la dotation de denrées alimentaires. « Manzer Partazer »Mettre en place une entreprise sociale qui prend en compte des effets environnementaux. « Manzer Partazer » résulte de l'entreprise sociale « Zero hero » lancé par la Commission de l'océan Indien. Il a surtout été mis en place pour permettre aux personnes à faibles revenus de manger sainement mais aussi  équilibré. En effet, les initiateurs du projet ont constaté que les grandes entreprises comme les grandes chaînes de restaurants ainsi que les supermarchés jettent de la nourriture contre leur gré, soit la date de péremption approche, soit les emballages sont endommagés ou encore qu'il y a trop de restes pour un grand buffet. Par conséquent, ils ont mis en place « Manzer Partazer » pour récupérer les restes auprès des supermarchés et des restaurants pour les redistribuer ensuite auprès des orphelinats. Ce projet a débuté dans la Grande île au mois de mars de l'année dernière. Toutefois, le projet ayant permis à « Manzer Partazer » d'obtenir la première place lors de la phase nationale est son application. Une application développée pour permettre aux parties concernées de connaitre en temps réel les produits disponibles ainsi que les donateurs et les bénéficiaires. « Par exemple, un grand restaurant comme Carlton, afin de ne pas gaspiller la nourriture, en début de soirée, pourrait réduire de moitié le prix de son buffet pour permettre aux personnes à revenu moyen d'y manger. Et les consommateurs pourront connaitre les offres comme cela via l'application », affirme Julia Venn, co-fondatrice de « Manzer Partazer ». Depuis sa mise en place, « Manzer Partazer » a recueilli plus de 3 tonnes de nourritures et dispatché plus de 12 000 repas auprès de 11 orphelinats de la Capitale. « Majika »L'électricité au service du développement local. « Majika » ou encore « MAzava ny JIro ntsiKa » est une entreprise sociale créée par Nicolas Livache et Moustapha Zafilahy. Cette création résulte surtout du constat qu'ils ont développé après avoir travaillé durant plus de 2 ans dans le secteur de l'électrification des zones rurales. D'après eux, l'électrification contribue sans aucun doute au développement local. Cependant, pour être viable et rentable, elle doit être pensée de manière globale et intégrée. Pour ce faire, les acteurs du projet se basent donc  sur une double approche : une approche technique mettant en place une centrale de production d'électricité autonome et écologique avec l'énergie solaire comme source principale et une approche sociale s'occupant de l'accompagnement des utilisateurs en leur offrant une formation ainsi qu'avoir accès aux financements, aux matériels et au marché. A travers son travail, « Majika » offre un accompagnement durable et personnalisé aux entrepreneurs ruraux en développant un mini-réseau villageois permettant de suivre de près les besoins de sa clientèle. Ce projet a obtenu la seconde place lors de la phase nationale étant donné les nouvelles commodités technologiques qu'il projette d'ajouter, toujours dans le but d'assurer un suivi fin et rigoureux de ses usagers. « Majika » a surtout été développé dans le Nord du pays, plus précisément dans le village d'Ampasindava à l'ouest de Diego Suarez. Il faut préciser que « Majika » est actuellement la seule à adopter une approche de l'électrification centrée sur le développement économique des zones bénéficiaires.« Betaksys System Madagascar »Les embouteillages font maintenant partie du quotidien de la population tananarivienne. Toutefois, ils engendrent de grandes pertes que ce soit au niveau des transportés que des transporteurs. C'est dans cet axe donc que « Betaksys System Madagascar » a été mis en place. C'est un système d'information pour faciliter la vie des usagers du transport en commun. En effet, dans la Capitale, plus d'un million de personnes usent quotidiennement des bus pour se déplacer. De ce fait, les acteurs économiques perdent plus de 4 heures par jour dans les embouteillages. « Betaksys System » propose donc aux usagers du transport en commun une application qui les tiendra informés en temps réel de la circulation afin de les aider à éviter les bouchons, et de localiser les bus qu'ils attendent. Pour la réalisation de ce système, les initiateurs du projet travailleront étroitement avec Orange Madagascar qui met à leur disposition des infrastructures de réseau 4G mais également 3G et avec des ingénieurs en télécommunication et en électronique. Un émetteur sera donc placé dans chaque bus et des capteurs le long de la ligne de bus. De ce fait, à chaque passage, l'émetteur du bus envoyera un signal. Un signal qui sera interprété par le serveur de « Betaksys System » qui constituera par la suite le système d'information mis à la disposition des usagers sur les panneaux d'affichage des abribus, sur le site web mais également par l'intermédiaire de l'application « Betaksys System ». De par son authenticité mais aussi les avantages qu'il pourrait apporter à la société, « Betaksys System » a reçu le troisième prix lors de la phase nationale de Poesam 2017.Propos recueillis par Rova R.

Midi Madagasikara0 partages

Antanimena : Olona voatifitra « big boss », lasa ny « ordinateur portable »

Ny « big boss » sy « matraque » dia amidy malalaka eto amintsika, noho izy io voalaza fa fitaovana natao hiarovan-tena. Ny ankamaroany anefa dia saika mitontona eny am-pelan-tanan’ny olon-dratsy izany ary tsy misalasala izy ireo mampiasa ilay izy. Toy ity nitranga teny Antanimena, ny herinandro lasa teo ity. Lehilahy no noendahina andian-jiolahy, izay niaraka tamin’ny « big boss » sy « matraque » ary antsy lava. Lasa tamin’io fotoana io ny solosaina fenti-tanana iray niaraka tamin’ny vola eo amin’ny efatra hetsy ariary teo. « Olona andeha hiakatra ho any Antanimena no narahan’izy ireo, ny sasany manenjika ao aoriana no sady manome toro-marika ny namany, nisy kosa nitsena avy any aloha, ny hafa nitifitra big-boss, ny ambiny kosa nitifitra matraque sy nitifitra totohondry ary nanambana sabatra » hoy ny vaovao. Nandray ny andraikiny avy hatrany moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana avy tao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahatelo, ka nisy roa tamin’io mpanendaka no voasambotra. Mbola nahitàna ity karazana fitaovana ampiasain’izy ireo amin’ny asa ratsiny ity moa tany amin’ireto olon-dratsy tra-tehaka ireto. Raha ny fanazavàna azo hatray dia mazàna eny amin’iny faritra 67ha, Behoririka, Antanimena sy ny manodidina iny no tena tokontany hanaovan’ireto andian-jiolahy ireto ny asa ratsiny.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Affaire Michel Rahavana : Le procès de nouveau renvoyé à une date indéterminée

Prévu pour se tenir hier 23 octobre, le procès sur l’affaire de l’homicide du magistrat Michel Rehavana, ancien Premier substitut du Procureur du Tribunal de première instance de Toliara commis le 9 décembre 2011, a été de nouveau renvoyé. La Cour criminelle d’Antananarivo a prononcé cette décision sans fixer aucune date de la reprise du procès. Le motif évoqué était l’absence de presque toutes les parties qui devaient se présenter devant la barrer. Les 39 policiers prévenus n’étaient pas présents. Du côté de la partie civile, seul le pénitentiaire, Chef d’établissement de la Maison central de Toliara était dans la salle alors que l’épouse et le frère de la victime figurent dans la liste des plaignants. Interrogé sur ce fait, l’avocat de la partie civile affirme ne pas avoir été notifié de la date de cette audience. La question se pose alors sur le cas des prévenus. Ces derniers dont beaucoup résident à Toliara et certains d’entre eux sont, selon les informations, déjà en liberté provisoire. Rappelons qu’à l’origine de cette affaire était la contestation faite par des policiers de Toliara contre la condamnation de leur collègue à 5 ans de prison ferme, accusé d’avoir loué ou vendu son arme aux bandits. Les policiers rebelles sont entrés de force à la prison de Toliara où ils ont violenté le Chef d’établissement. Puis, ils sont partis à la recherche du Procureur de la République. Puisque celui-ci n’était pas dans la ville, ils s’en sont pris à son Premier substitut qui a fini par être lynché à mort dans la rue.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Famonoana an-dRachiky, nisy roalahy voasambotra

Taorian’ny fikasan’olona namono ilay mpanan-kanto Ra-ckiky teto Toamasina dia nitohy hatrany na somary nangina aza ny nanaovan’ny mpitandro ny filaminana ny fikarohana ny marina nataony. Raha ny fanazavana azo tamin’ny mpitandro ny filaminana nisahana ny fikarohana dia nisy tovolahy roa voasambotra izy ireo ankehitriny izay voaroiroy isany nandray anjara tamin’iny famonoana tsy nahafaty ny mpanan-kanto Ra-Ckiky teto Toamasina iny, dia ingahy Romain 39 taona avy any Vatomandry, sy Ravony 25 taona avy ao Amorondranon’i Fenerivo atsinanana, izay samy manao asa mpitondra posy indrindra ny alina. Mbola mifamahofaho be ihany anefa ny vaovao mikasika ny tena antony nahatonga ilay famonoana, satria misy ny milaza fa resaka valifaty politika noho ny hira noforon’ity mpanan-kanto ity izay nahitsy fiteny sy milaza ny marina ny antony; teo koa anefa ny vaovao hafa milaza fa resaka lonilonim-piaraha-monina tsotra fotsiny iny zava-nisy; tsy mbola namoaka ny tena marina ireto voaroroy voasambotry ny mpitandro ny filaminana ireto, fa miankina amin’ny fidinana ifotony ataon’ny mpitandro ny filaminana manao ny fanadiadiana miaraka amin’ireto voaroiroy any Tsarahonenana, toerana nitrangan’ilay famonoana sy ipetrahan’izy roa lahy ireto, no tena hahalalana ny marina ny anton’izao tsatok’antsy marobe natao tamin’ity mpanan-kanto nikasana ny hamonoana azy ity saingy tsy nahafaty azy ity.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Réduire la consommation de papier : Enjeu économique et de développement durable

L’ère du numérique a-t-on prédit, allait réduire largement l’utilisation du papier. Mais visiblement, il n’en est rien. Encore près de 400 millions de tonnes de papier sont utilisées par an dans le monde. En cette veille du 25 octobre, « Journée mondiale sans papier », on se rend compte que la dépendance au papier reste importante, notamment dans les pays en développement où le numérique n’a pas encore pris le pas sur l’usage du support papier.

Virtuel ! Préconisée afin de diminuer l’usage du papier en vue de préserver l’environnement, la dématérialisation des documents dans l’administration publique et celle des entreprises, ainsi que dans la gestion documentaire en général, n’a pas encore toute sa place, notamment dans les pays en développement. Là où une large proportion de la population ne dispose que d’un faible accès aux équipements informatiques et où le simple accès à l’électricité, incontournable pour jouir des avantages du numérique, reste limité. De ce fait, le tout numérique, ou presque, pour limiter la consommation de papier n’est que… virtuel !

Gaspillage. Les bureaux et les entreprises sont les plus grands consommateurs de papier dans les pays où le secteur tertiaire est fortement développé. Selon une association belge de défense de l’environnement, jusqu’à 85kg de papier par an et par habitant sont consommés dans ces pays. Outre la surconsommation de papier, en dépit du développement du numérique, le gaspillage pose également problème. En effet, près du quart des documents sont jetés quelques minutes après avoir été imprimés.

Ailleurs, le faible accès au numérique renforce davantage l’usage du papier et rend la dématérialisation des documents peu accessible à la majorité. Le papier reste ainsi incontournable. Il n’en demeure pas moins que le gaspillage est, ici aussi, une réalité.

Recyclage et réutilisation. Afin de mieux consommer le papier en vue d’en utiliser moins, la réutilisation et le recyclage du papier font partie des gestes à adopter. Privilégier l’impression recto-verso ; opter pour le papier recyclé, sont autant d’habitudes de consommation préconisées. En effet, l’impact environnemental du papier recyclé est inférieur à celui du papier blanc. Le papier recyclé permet d’économiser jusqu’à six fois la quantité d’eau nécessaire pour le papier de fibres fraîches, soit 10 litres d’eau par kilo de papier, au lieu de 60 litres. De même, le recyclage permet de réduire la consommation d’énergie et la quantité de papier incinéré. A titre indicatif, l’énergie non-renouvelable utilisée dans le cycle de vie d’un kilo de papier blanc est d’environ 20 mégajoules d’énergie primaire. Aussi une feuille de papier A4 nécessite-t-elle 0,1 mégajoule. C’est l’équivalent de l’énergie primaire dépensée par une lampe à incandescence pendant 13 minutes ou une ampoule basse consommation pendant plus d’une heure.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Toamasina II : Mpitondra « voyage d’études » niharan’ny fitsaram-bahoaka

Ny mpampianatra sady « encadreur » no tena voa mafy. Nafangaron’ny olona tamin’ny mpanao vakisiny pesta (izay tsy mitombona nefa miteraka savorovoro any ambanivolo) mantsy izy ary daroka avy hatrany no nahazo azy. Tao Ambodisanina-Vohitambato, eo anivon’ny kaominina ambanivohitra Toamasina no nitrangan’izany ny marainan’ny alahady teo. Efa nanazava ihany ilay rangahy fa mitondra mpianatra hanao fanadihadiana ara-java-boahary ny anton-diany kanefa nandamoaka izany noho ny fikorontanan-tsain’ny olona tato ho ato momba ny pesta sy ny mpanararaotra manodidina an’izany. Raha tsiahivina dia lasa fomba fiadin’ny olon-dratsy, tato ho ato, ny milaza ho mpanao vakisiny pesta dia mandroba nony avy eo. Toa izay nitranga tany Manjakandriana tamin’ny herinandro lasa teo. Ankoatr’izay koa anefa dia misy feo miely ary manakorontana ny sainy olona ny hoe misy olona manindrontsindrom-poana. Mailo ny mponina ary miaro ny fianakaviany. Toa izay nitranga tany Brickaville, mbola vao tamin’ny herinandro lasa teo koa. Izany rehetra izany dia midika fa mora handairan’ny tsaho ny mponina rehefa misy ny olana izay mihatra mivantana amin’izy ireo. Mila mailo koa izany ireo mpandeha any ambanivohitra ary manazava dieny mialoha ny anton-diany, arak’izay azo hatao, na koa manatona avy hatrany ny manam-pahefana izay mampahafantatra ny olona avy eo. Isan’ny misedra olana ny mpanao vakisiny tsotra izay mandeha any amin’ny toerana maro, manatona ny olona. Voatery miaraka amin’ny mpitandro ny filaminana izy ireo ankehitriny mba ho fiarovana ny ainy. Raha fehezina tsotra, olana miteraka olana ny pesta.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar0 partages

Épidémie – Une trentaine d’internes contaminés par la peste

Les internes dénoncent le faible équipement de protection dans la prise en charge des pestiférés. Ils menacent d’interrompre leurs activités.

Exposés. Une trentaine d’internes auraient contracté la bactérie de peste en intervenant dans la prise en charge des malades, depuis le début de l’épidémie. L’annonce a été faite par Hery Perez De Cuellar, président national de l’association des Internes dans l’enceinte du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA), hier. « Nous sommes faiblement protégés dans la prise en charge des malades. Les cache-bouche utilisés sont ceux utilisés par les chirurgiens. Les sur-blouses ne changent que toutes les 24 heures. Et au début de l’épidémie, nous avons acheté nous-mêmes ces équipements », souligne cet étudiant de la faculté de Médecine, choqué.Ces internes, des étudiants des 7è et 8è années de la faculté de Médecine, font partie intégrante du personnel de santé qui intervient dans la prise en charge des pestiférés. « Nous recevons les malades au triage, effectuons le tubage ou la ponction pour le test du diagnostic rapide, faisons l’injection des malades. Il nous arrive aussi d’effectuer le prélèvement sur un cadavre. Donc, de tout temps, nous sommes exposés à la bactérie », témoignent ces futurs médecins.Si la majorité de ces internes pestiférés sont déjà guéris, quelques-uns suivent encore un traitement, en ce moment. D’autres sont sous chimioprophylaxie de contact.

Suspension d’activitéCes internes menacent de suspendre leurs activités, dès ce jour, s’ils ne bénéficient pas d’équipement de protection individuelle. « Nous n’allons quand-même pas exposer notre vie à un tel danger, sachant pourtant que d’autres agents de santé bénéficient de protection plus appropriée », lancent-ils.Au niveau du ministère de la Santé publique, on dément cette information.« Ils exagèrent. L’acheminement des équipements a pris un léger retard, mais ça y est, ils sont arrivés et ont été remis aux bénéficiaires, cet après-midi (ndlr : hier) », réplique une source au sein du ministère de la Santé publique.Ces internes ne sont pas les seuls intervenants victimes de cette maladie, depuis le début de l’épidémie. En deux mois, au moins une vingtaine de médecins, de paramédicaux et d’autres agents de santé, en ont été touchés et en ont été guéris.

Cent vingt-quatre décès

Le nombre de décès cumulés du 1er août au 23 octobre a été de cent vingt-quatre sur mille cent quatre vingt-douze, selon le dernier chiffre recueilli auprès du ministère de la Santé publique, hier. Un décès suspect a été enregistré dans la région d’Atsimo-Andrefana, un autre à Toamasina et le dernier dans la région d’Itasy. Le taux de létalité augmente à 10,4 % contre 10,2 %, il y a une dizaine de jours. Dix-huit nouveaux cas ont été recensés au sein des hôpitaux, hier, et dans la même journée, trente-six malades ont pu rentrer chez-eux, guéris.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – La police arrête deux agresseurs de Rah-Ckiky

Les deux auteurs principaux de l’agression ont été arrêtés par les forces d’intervention de la police, à Tsarahonenana-Betainomby, district de Toamasina II.

Pris en filature, les deux agresseurs principaux du chanteur Rah-Ckiky sont tombés dans la nasse des limiers de la force d’intervention de la police (FIP), dimanche à 13h30. Ces malfaiteurs ont été pris à leur domicile à Tsarahonenana-Betainomby, district de Toamasina II. Ils ont encore tenté de se défiler en tentant de s’enfuir, mais les forces de l’ordre ont fini par les arrêter, selon les explications d’une source sécuritaire.Le commandant de la FIP de Toamasina indique que ses éléments et lui ont agi sur renseignementspour pouvoir mettre ces présumés malfaiteurs hors d’état de nuire. Les premiers indices ont reposé sur les signalements fournis par Rah-Ckiky. « Il s’est souvenu du visage de celui qui s’était battu avec lui dans sa maison. Cette nuit-là, le 1 octobre à 3h du matin, il avait réussi à ôter la cagoule de son agresseur », rapporte le commandant.

Bientôt déférésLes deux assaillants résident dans la même commune que la victime. Ils ont été déjà transférés à la police judiciaire (PJ), hier pour enquête. Aucun détail n’est pour le moment disponible pourconnaître le mobile du crime. « Nous sommes en pleine interrogatoire des deux présumés agresseurs à cette heure-ci. Ce qu’on peut dire c’est qu’ils ont déjà reconnu avoir commis le délit », a signalé un détective, hier soir, lors d’un appel téléphonique.La police saisie de l’enquête n’a pas encore révélé le jour où les deux suspects comparaîtront devant le parquet. « Romain Barivelo, âgé de 38 ans et Marcelin Ravony, 25 ans sont les présumés auteurs de l’agression de l’artiste Rah-Ckiky. Ils seront bientôt déférés », a appris la source judiciaire. Le plaignant, le chanteur, sera convoqué au commissariat ce jour. « J’ignore le mobile de leur acte. Je suis toujours un contrôle sanitaire jusqu’à mon complet  rétablissement », a indiqué Christian Razafimamy dit Rah-Ckiky.Ce dernier sortira prochainement son titre « Samaritana » qui raconte le drame vécu à Ambodisaina, Toamasina II. Il l’a composé pendant son séjour à l’hôpital principal local. Le couteau des bandits a laissé des cicatrices sur son corps.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Miary Zo passe en séniors

Miary Zo Rakotondramboa prépare son passage en catégorie séniors. Le triple champion de Madagascar U18 prendra part à un stage de trois mois, en France.

Période de transition. Miary Zo Rakoton­dram­boa passera prochainement en catégorie séniors. Et pour démarrer de la meilleure des manières chez les grands, il partira en France au début du mois de novembre.Au programme, un stage de trois mois au Tennis Club Amiot, situé dans la périphérie nord-ouest de Paris. « Je suis actuellement dans une sorte de transition. Je vais monter chez les séniors désormais. Et ce stage va me permettre de préparer la prochaine saison. J’ai déjà pris contact avec un coach là-bas et il me prendra en main sur place. A côté, je participerai également à plusieurs compétitions avec l’équi­pe du club », confie le triple-champion de Mada­gascar U18.À propos de la saison à venir, Miary Zo est déjà bien fixé concernant son principal objectif, à savoir décrocher ses premiers points à l’ATP. « Je vais disputer plusieurs tournois internationaux, des tournois Challenger plus précisément. L’objectif sera de marquer mes premiers points à l’ATP. Les juniors, c’est fini. Chez les grands, ce sera un nouveau départ », poursuit celui qui aura dix-huit ans dans deux semaines.Pour sa dernière saison en juniors, Miary Zo a décroché une troisième couronne nationale consécutive, chez les U18 garçons. C’était le 13 août dernier, sur la terre battue de l’ACSA Ambo­hidahy, après avoir battu Vahia Rabarijaona. Deux semaines auparavant, il s’était incliné devant ce même Vahia, en finale du cham­pionnat d’Analamanga.

Échelon supérieurPas vraiment en forme au cours de cette rencontre, il a bien rebondi en finale du championnat de Mada­gascar et pris sa revanche donc. Et par la même occasion, il a terminé sur une bonne note sa carrière chez les jeunes.Dorénavant, Miary Zo évoluera à l’échelon supérieur. Et bien évidemment, il devra muscler son jeu pour espérer s’y imposer. « Comme je l’ai souligné précédemment, un coach m’attend déjà là-bas et il me prendra en charge sur place. Il va analyser mon jeu, évaluer mes points forts et déceler mes points faibles, afin que l’on puisse déterminer les efforts à fournir dans chaque secteur », conclut-il.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Taekwondo WTF – Neuf ligues attendues  au championnat national

« Il nous a fallu attendre la confirmation de la disponibilité de la salle avant de convoquer les représentants des ligues », a précisé le nouveau vice-président de la fédération malgache du taekwondo WTF (World Taekwondo Federation), Rivo Joachim Rakotobe. Ainsi cet ancien directeur technique national de la FMTkd a annoncé officiellement que le cham­pionnat de Madagascar en combat se tiendra les 2 et 3 décembre au gymnase couvert de Mahamasina.Les catégories de poids seront toutes au programme pour les seniors comme pour les juniors, garçons et filles. La présentation de licence sera obligatoire pour tous les combattants. Et les licences devraient être délivrées uniquement par la fédération. « Pour les jeunes, afin de vérifier leur âge, les concurrents devraient présenter leur copie d’acte de naissance ou livret de famille comme pièce justificative », a prévenu Rivo Rakotobe.L’équipe de la fédération a déjà lancé l’envoi des convocations auprès des clubs et ligues régionales. Elles sont actuellement au nombre de neuf mais seront-elles au grand complet à ce rendez-vous national vue la tension entre les deux fédérations en parallèles qui commence à monter ?

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Lutte contre la peste – Solide appui du Maroc à Madagascar

Le soutien à Madagascar dans la lutte contre la peste s’enchaîne. C’est autour du Maroc d’apporter son appui à la Grande île. Et c’est le Roi Mohamed VI lui-même, qui a donné les instructions pour l’acheminement d’une aide médicale d’urgence à la République de Mada­gascar, suite à l’épidémie de peste pulmonaire que connait ce pays frère. Ce don médical s’inscrit dans le cadre des relations d’amitié et de solidarité entre le Royaume du Maroc et la République de Madagascar, relations qui ont franchi un nouveau seuil qualitatif, suite à la visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en novembre 2016. « Que Dieu assiste ce pays frère », a mentionné ce dernier dans un communiqué de presse envoyé depuis Rabat, la capitale du Maroc, avant-hier.Le Maroc promet d’offrir trente-quatre tonnes de médicaments, de dispositifs médicaux et d’équipements de protection individuelle, conformes aux normes de l’OMS. Ces dons devraient arriver, ce jour. Ils vont permettre au pays de faire face à cette épidémie de peste qui reste alarmante malgré la baisse du nombre de malades admis au niveau des formations sanitaires. La fin de saison de peste n’est prévue qu’en avril 2018. Cepen­dant, de nouveaux cas de peste pulmonaire ont été répertoriés dans de nouvelles zones, comme à Andriam­pamaky Ankazon­dandy, hier, où un jeune homme de 21 ans, venant d’Antananarivo a été admis à l’hôpital d’An­driam­pamaky, pour une suspicion de peste pulmonaire.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Hold-Up à Ambatolampy – La famille du patron  de Gastro attaquée

Une vingtaine de braqueurs armés de fusils de chasse s’est attaqué à la famille du président directeur général de Gastronomie Pizza, Arson Ambinintsoa Randria­naivo à Ambatolampy 104. Les faits se sont déroulés dans la nuit de vendredi, aux alentours de 23h. Deux suspects ont été arrêtés samedi matin et ont été placés en garde à vue à la brigade de la gendarmerie locale. « La mère de chef Mbinina n’était pas là lors de braquage. Les bandits ont réussi a se faufiler dans la maison et à emporter quatre millions d’ariary, ainsi que des bijoux », a indiqué le commandant de brigade d’Ambatolampy. Cette invasion n’a fait aucune victime. Des traces de sang ont été constatées le matin, mais c’est peut-être celui de l’un des bandits frappé par le gardien, selon les informations recueillies.Des chiens pisteurs ont été mandés depuis le centre de reproduction, de formation et de dressage canin auprès de la gendarmerie d’ Ivato. Un bonnet appartenant aux malfaiteurs a été retrouvé dans la cour. Un limier a ensuite suivi son flair pour débusquer les deux frères suspects à 400 mètres du lieu d’assaut. Ces derniers ont été cueillis et amenés à la brigade.Une personne de l’entourage a osé sortir lors de l’attaque et a aperçu les assaillants disparaître dans les labyrinthes du quartier avec leur butin. Ce témoin, la nièce de chef Mbinina, et le gardien, ont été auditionnés à la gendarmerie, hier avant de procéder à l’enquête de deux présumés cambrioleurs arrêtés. Un étui de balle de fusil de chasse de calibre douze a été découvert à l’extérieur de l’appartement, tôt samedi. L’investigation se poursuit, selon un détective, pour mettre la main sur les autres bandits.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Tournoi Allé des Baobabs – Cinq clubs N1A en préparation à Morondava

Quelques clubs prétendants au titre de championnat de Madagascar N1A hommes se ruent à Moron­dava, en attendant la phase retour décisive. Cette deu­xième étape prévue du 21 au 29 octobre, a dû être reportée suite à la note ministérielle en début octobre inter­disant tout évènement sportif.Cinq clubs N1A sont engagés à la version 2017 du tournoi Allée des Baobabs qui se tiendra du 4 au 11 novembre au terrain de la gendarmerie de Morondava. Ce tournoi servira donc de préparation à ces clubs prétendants au titre national. Les équipes engagées sont deux de la ligue de Boeny entre autres l’ASCB (Association sportive et culturelle de Boeny), détentrice de la Coupe du président et qui se trouve en tête du classement à l’issue de la phase aller du cham­pionnat national, et SBBC (Soma Beach Basketball Club).Analamanga aura également deux représentants à savoir MB2ALL et COSPN, et Atsinanana sera représentée par l’ASCUT (Association sportive de la commune urbai­ne de Toamasina) d’Atsi­nanana, quintuple championne de l’océan Indien. La sixième formation sera la sélection de Morondava qui essayera de défendre à domicile, face aux grosses pointures, les couleurs de la ville hôte.Tous les matches se dérou­leront au terrain de la gendarmerie à Morondava. La phase éliminatoire s’étalera en cinq journées, du samedi 4 au mercredi 8 novembre où tout le monde rencontre tout le monde, en poule unique. Trois matches seront programmés tous les jours pendant la phase éliminatoire et les quatre premiers seront qualifiés en demi-finales.Celles-ci auront lieu le vendredi 10 novembre et la finale précédée du match de classement pour la troisième place le samedi 11 novembre. La phase retour du championnat de Madagascar N1A est, comme tout autre événement, en attente de la levée de l’interdiction de toute manifestation et ne pourra se tenir avant 5 novembre si on ne se réfère qu’au cas des écoliers.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Concert – « Madagascar All Stars » retrouve la scène

Près de quatre mois après la disparition du maître de l’accordéon Regis Gizavo, le collectif « Madagascar All Stars » s’apprête de nouveau à enchanter les mélomanes en son hommage.

Un privilège exclusif qui promet émerveillement artistique et musical pour le public de la diaspora malgache dans l’Hexagone. Les retrouvailles entre les illustres membres du collectif « Madagascar All Stars » et les mélomanes de tous âges se tiendront le 24 novembre à 19h30, heure locale, au Théâtre de Longjumeau sis au 20 Avenue du General de Gaulle - 91160 Longjumeau en France. Le « Madagascar All Stars » y convie ses inconditionnels locaux pour un concert inédit où le folklore et la poésie de la Grande île seront brillamment chantés sur scène, comme à l’accoutumée.Après la disparition soudaine de Regis Gizavo au mois de juillet, qui a été l’un des piliers du « Madagascar All Stars » depuis sa création, le collectif qui préparait alors son second album, était au point mort. Ce concert s’affirme ainsi comme une renaissance pour ce dernier, qui toujours endeuillé par la disparition du grand maître de l’accordéon, tient à célébrer sa mémoire et son talent inégalable à cette occasion. Outre l’absence de Regis Gizavo, le « Madagascar All Stars » ne sera pas au grand complet, puisque Dama retenu par ses obligations au pays, ne sera pas non plus de la partie. Sont alors annoncés à l’affiche Jaojoby, Olombelo Ricky, Erick Manana et Justin Vali.

« À quand Madagascar ? »Ils sont définitivement de grandes étoiles de la scène musicale, des artistes émérites dont la renommée internationale est quasiment indiscutable. De fiers porte-étendards de la culture malgache qui transcendent aussi bien le public international que national. Au-delà de ces performances outre-mer, les mélomanes nationaux se languissent d’impatience pour retrouver le « Madagascar All Stars » au pays. L’engouement des fans de la Grande île pour les retrouvailles avec Jaojoby, Olombelo Ricky, Erick Manana, Justin Vali et Dama sur une même scène est toujours aussi grand.« À quand Madagascar ? Quand est-ce qu’on vous reverra au pays ? On a vraiment hâte! », scandent les fans sur les réseaux sociaux, réagissant à l’annonce de ce concert dans l’Hexagone. D’autant plus que les fans nationaux du « Madagascar All Stars » n’ont qu’une envie, communier de nouveau en musique avec ces illustres artistes surtout après la disparition de Regis Gizavo.En attendant, fidèle à lui même le collectif entame une tournée internationale et réserve le meilleur pour ses fans. « Madagascar All Stars » continuera par la suite à peaufiner son second album après « Masoala » avec lequel il a conquis un public de divers horizons, notamment avec des titres comme « Mora-mora», « Malaso », « Soanali » et « Tsunami » aux rythmes acoustiques empreints de douceur. Ceci-dit, Dama retrouvera bien avant ce concert son fidèle camarade Erick Manana pour un concert à Genève le 29 octobre. L’occasion pour ces deux guitaristes hors pairs de présenter aussi leur nouvel album en duo intitulé « Vaonala ».

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Lutte contre la peste à Mahajanga – Polémique autour de la rentrée scolaire

L’enseignement catholique fait de la résistance. Dans la cité des Fleurs, malgré la décision du préfet, certains de ses établissements ont ouvert leurs portes, hier après-midi.

Controverse des écoles catholiques à Mahajanga ! En dépit de la déclaration du préfet de Mahajanga, Lalanaina Ravelomahay, et du directeur régional de la Santé publique, le Dr Diana Ratsiambakaina, membres de la Cellule de crise de la  lutte contre la peste dans la ville, quelques écoles catholiques ont tenté de reprendre les activités pédagogiques, hier matin.Tous les élèves vêtus de leur tenue d’apparat sont venus vers 6 heures, au collège Saint-Gabriel. Des parents ont accompagné leurs enfants, craignant que des éléments de l’Emmo/Reg ne les expulsent à la  suite d’une rumeur véhiculée la veille. Les parents ont attendu devant l’établissement jusqu’à 9h30. Une véritable polémique.Hier matin également, le préfet de Mahajanga avec le directeur régional de l’Éducation nationale de Boeny, Sandy Hoavy ainsi que le Dr Diana Ratsiam­bakaina ont rencontré les directeurs des écoles privées et confessionnelles au siège de la Préfecture de Mahajanga à Mahabibo. Ces derniers ont déjà tenu une réunion, samedi matin, et ont décidé qu’ils reprendraient les cours ce lundi. Après de longues discussions, les représentants des établissements privés ont capitulé et accepté de reporter la rentrée au 6 novembre, date annoncée par le ministère de tutelle. Ainsi, les élèves n’étaient plus autorisés à revenir au collège l’après-midi.

Zéro cas nouveauPourtant, hier après-midi, nous informe-t-on, les établissements catholiques Saint Gabriel et Notre Dame ont ouvert leurs portes, malgré la décision des autorités.Vendredi, après la réunion de la cellule de crise à la direction régionale de la santé, à Mahabibokely, le préfet de Mahajanga a fait une déclaration sur la situation de la peste à Mahajanga, vers 18 heures. « On note zéro cas nouveau de peste à Mahajanga, il n’y a aucune nouvelle entrée au centre de traitement de Mahavoky-atsimo, la dernière malade est sortie d’hôpital il y a huit jours. La peste bubonique est la seule découverte à Mahajanga», rappelle le préfet.Toutefois, des dispositions ont dû être prises, dont la mise en place du comité de vigilance et une salled’isolement pour les cas suspects dans les établissements. Une opération d’assainissement doit aussi être mise en oeuvre avant la reprise des cours, prévue le 6 novembre.

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

 

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – La princesse Anne d’Angleterre attendue

La capitale du Nord accueillera, ce jour, la princesse Anne  d’Angleterre et son mari,  vice-président de la Commission des sépultures du Commonwealth. 

L’épidémie de la peste n’empêche pas Son Altesse Royale la princesse Anne Elisabeth d’Angleterre à venir à Madagascar. Lors de ce déplacement, notamment cadré dans la célébration du centenaire du Commonwealth, elle est accompagnée de son mari, le vice-amiral Timothy Laurence qui n’est autre que le vice-président de la  Commission des sépultures de guerre du Commonwealth 1917-2017 (GWGC). Le couple princier séjournera dans la Grande Ile pendant cinq jours, du 23 au 27 octobre, avec un agenda très chargé. Les préparatifs vont bon train à Antsiranana.Outre des visites organisées dans la capitale, la fille unique de la reine Elisabeth et son époux sont attendus ce jour, à Antsiranana pour une cérémonie historique de dépôt de gerbes aucimetière militaire du Commonwealth, situé dans le quartier La Sim, demain mercredi 25 octobre. Selon les informations fournies sur les lieux, les tombes des victimes de la campagne de la garnison et des suites de combat rassemblées à cet  endroit, sont au nombre de  trois cent quinze: neuf de la Marine, deux cent quatre vingt dix de l’Armée. Quinze de l’Air Force, et un de la Marine marchande.

Rappel historiqueAutrement dit, le cimetière renferme les corps de cent soixante six Britanniques, un Australien, dix Sud-africains, cent trente deux de l’Afrique de l’ Est et cinq de l’île Maurice. Ces mémoriaux ont été construits et entretenus par la commission CWGC, en tant que seul rappel physique de lapremière Guerre mondiale. La CWGC s’est donnée pour mission d’honorer ceux qui  sont morts, mais aussi de faire participer les nouvelles générations à un exercice de mémoire.La cérémonie verra aussi la présence du président de la République, Hery  Rajaonarimampianina, qui  les accompagnera dans le dépôt de gerbes. Tout de suite après, les délégations britanniques et malgaches s’envoleront dans trois hélicoptères pour aller à Sahamalaza, Antsohihy,  Andapa et Sambava avant  de rejoindre Antananarivo.Un peu discrète, la visite royale sera prise en charge par une machine protocolaire parfaitement huilée. Mais cela n’empêche pas les autorités locales de leur réserver un accueil chaleureux digne de leur rang.

Raheriniaina.

L'express de Madagascar0 partages

Affrontement des étudiants – Plus de trois cents millions d’ariary de préjudice

Le paiement des aides d’urgence aux étudiants victimes d’agression et d’acte de vandalisme, lors de la bagarre entre étudiants du 12 octobre, s’est effectué samedi, au siège de la présidence de l’Université de Mahajanga-Be. Au total 360 étudiants ont déposé une déclaration, avec preuves à l’appui, et le montant total du préjudice est évalué à 346 670 300 ariary. Lors de ce premier versement, chaque étudiant a perçu 50 000 ariary, soit une aide totale de 18 millions ariary pour les 360 sinistrés.« Ils sont les seuls à avoir déposé des déclarations. Nous avons accordé une semaine de délai aux étudiants pour le faire et la liste est maintenant close. Le ministère de l’Enseignement supérieur et l’Université de Mahajanga contribuent à cette aide d’urgence », explique le président de l’université.« J’ai perdu beaucoup de documents alors que nous sommes en pleine période d’examens. Nous n’avons pas pu ramasser nos affaires car on nous pourchassait », révèle une victime. Ces universitaires n’avaient plus rien après la bagarre et c’est dans cette optique qu’ils ont été pris en charge, comme les blessés jusqu’à leur complète guérison.

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Football – Poule des As – La phase retour  à la mi-novembre

La phase aller de la Poule des As s’est donc terminée dimanche dernier, à Fiana­rantsoa, avec une domination sans partage de la CNaPS Sport Itasy. Les quatre équipes engagées dans cette troisième et dernière étape de la THB Champions League se retrouveront d’ici trois semaines.Les trois journées de la phase retour sont prévues pour le dimanche 12, le mercredi 15 et le dimanche 19 novembre. Le stade Ale­xandre Rabemananjara de Mahajanga en sera l’hôte. Pour rappel, la CNaPS Sport est en tête du classement général de cette Poule des As, avec neuf points.Et ce, après avoir réalisé un sans-faute avec trois succès en autant de rencontres. Elgeco Plus Analamanga se trouve au deuxième rang, avec six unités. Derrière, HZAM et Cosfa, avec un point chacun, sont relégués bien loin et n’ont que peu de chance dans la course au titre. Un titre qui devrait se disputer entre les deux ténors, CNaPS Sport et Elgeco Plus, lors de la phase retour.La prochaine confrontation entre les deux formations devrait ainsi être décisive dans l’attribution de la couronne nationale.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Assainissement – Grand ménage au campus d’Ambondrona

Scène de désolation au campus universitaire d’Ambondrona, vendredi matin. Le personnel administratif et technique de l’Université de Mahajanga, dirigé par le président, le Pr Emmanuel Rakotoarivony entouré de son staff et du directeur général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Blanchard Randrianambinina, ont procédé au nettoyage de l’intérieur des trente blocs universitaires, ce jour-là.L’objectif est de ramasser les effets personnels (vêtements, documents, seaux ou cuvettes, matelas ou lits, ventilateurs, tables ainsi que des cahiers etc.) qui n’ont pas été détériorés lors du saccage commis par des vandales, durant l’affrontement entre étudiants, le 12 octobre. Ils les ont mis dans un sac comportant le numéro du bloc universitaire et stockés au resto bleu. Des éléments de l’Emmo/Reg ont assuré la sécurité du campus, depuis l’évacuation des étudiants. Les cités ont toutes été scellées. Des logements ont été cambriolés et des étudiants agressés à coups de barre à mine ou avec une pelle. Ces objets ont été retrouvés dans les chambres lors du nettoyage. Le plus détruit est le bloc 4 qui accueille les étudiants d’Anosy.De plus, une semaine après le départ des universitaires, de nombreux linges de filles ont été oubliés sur des cordes, signe que les étudiantes n’ont même pas eu le temps de tout ramasser, même les dessous, vu qu’une chasse à l’homme a eu lieu. Des dizaines de rats ont également investi les lieux, attirés par les déchets et le désordre qui y règnent.«Après le nettoyage de toutes les chambres des étudiants, une pulvérisation d’insecticide sera effectuée pour prévenir la peste, puis les logements seront de nouveau scellés. Toute entrée y est interdite jusqu’à nouvel ordre. Une opération HIMO sera initiée à l’extérieur face aux immondices et aux tasd’ordures qui s’amoncellent autour de ces blocs », explique le président de l’Université.L’état des trente blocs universitaires du campus d’Ambondrona s’est nettement dégradé depuis une décennie. La moitié a été réhabilitée vers 2005, du temps du président Ralison. Aujourd’hui, une grande partie est en état de désolation. Les portes ne ferment plus, de même que les volets. Les blocs sanitaires sont dévastés, les robinets fuient.«Nous allons procéder à la restauration de la moitié de cette cité qui n’a pas été réhabilitée. La réhabilitation du dernier bloc, le n°30, a débuté bien avant l’affrontement. Ce campus n’a jamais été évacué totalement comme aujourd’hui, même pendant les vacances. Les étudiants ont toujours occupé les chambres», déplore le Pr Emmanuel Rakotoarivony.À en croire cette déclaration et vu la situation, la reprise des activités universitaires ne se fera pas de sitôt. Les étudiants devront patienter encore quelques mois.

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Collision des bus 144 et 147

Deux véhicules de transport public se sont télescopés, hier matin aux alentours de 9h à Ankadindramamy. Au moins deux passagers ont été blessés. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer, mais les dégâts étaient importants. Il s’agit de deux bus, un Mazda de la ligne 147 et un Mercedes Sprinter de la ligne 144. Un défaut de freinage est à l’origine de cet accident, selon les témoins.

L'express de Madagascar0 partages

Le prix du riz encore en hausse

Psychose et spéculation recommencent à prendre chez le citoyen lambda. Entre autres, le prix du riz dans la région Alaotra Mangoro affiche des prix dépassant la barre des deux mille ariary ces derniers temps. Malgré les efforts des autorités relatifs aux contrôles effectifs des prix affichés , ou encore l’initiative d’importation de plus de 200 000 tonnes de stock effectuée par le ministère concerné, afin de stabiliser le marché, certains consommateurs de cette région, notamment dans les périphéries de Moramanga se plaignent encore et toujours de la hausse incontrôlée. Par ailleurs en parallèle, le département ministériel concerné a effectué, hier, une diffusion de ces stocks auprès des grossistes en réaction à cette spéculation.

L'express de Madagascar0 partages

Incendie criminel

Un feu de brousse d’origine criminelle a dévasté deux cent vingt habitations à Ambodimanga, commune rurale de Maevatanàna, samedi vers 10h. Mille deux cent soixante-dix-huit individus sont devenus sans-abri. Les dégâts sont estimés à plus de sept cent millions d’ariary. Le présumé pyromane s’est fait arrêter par la gendarmerie. La reconstruction des maisons incendiées est déjà en cours.

L'express de Madagascar0 partages

La plateforme nationale est en place

L’apiculture est encore un marché à fort potentiel à Madagascar. Cependant, éparpillés un peu partout dans le pays, les producteurs ont du mal à s’organiser afin de booster ce secteur. Raison pour laquelle une plateforme nationale a été mise en place, vendredi dernier, pour rassembler tous les acteurs de cette filière. Ainsi, ces acteurs ont convenu à ce que la région Amoron’i Mania soit le pilier central de cette plateforme pour la simple raison que c’est dans cette région que l’on recense le plus grand taux de producteurs de miel du pays. Par cette décision, ces apiculteurs ambitionnent de rehausser le blason de cette filière.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Kabôsy Spirit associe avec subtilité, traditionnel et modernité 

Marier le kabôsy avec d’autres instruments de musique singularise le style du groupe Kabôsy Spirit. Les quatre grands garçons adorent refléter l’identité culturelle de la région Haute Matsiatra en mettant une résonnance moderne. Mbity en tant que lead vocal est principalement l’auteur de tous leurs textes. Le kabôsy chromatique de Doda accompagne chaque mélodie avec la guitare de Dad’s, la guitare basse de Fefy, et les percussions de Takks. Tout cet ensemble dégage une certaine énergie qui émeut l’âme sur un style plutôt folk, du son acoustique avec un mélange harmonieux.Le « Horija betsileo », la musique traditionnelle venant de la région Haute Matsiatra trouve toute sa splendeur. Leur premier album intitulé « Tonga mamangy », signifiant venant rendre visite, emmène la bonne humeur pétillante. Le morceau portant le nom de ce premier album est disponible sur You Tube. Le groupe Kabôsy Spirit a une bonne vingtaine de titres à son actif. « Aminay any »,  « Kila olo »,  continuent de faire des heureux sur les ondes locales.Le groupe se produira sur la scène de No Comment Bar à Isoraka ce jeudi 26 octobre à partir de 20 heures. Ils convient tout le monde à venir les assister pour ce rendez-vous particulier.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Absence de pluie pour les Hauts Plateaux .

L’Alizé sera fort cette semaine. Une baisse de la pression atmosphérique, résultant de l’absence de pluie sur les Hautes Terres, a été constatée. Il fera chaud le matin et le soir selon la prévision météorologique. Sur les côtes, les pêcheurs sont appelés à être vigilants car le vent soufflera fort, et il y aura une montée des vagues sur les rives Nord et Sud. Le vent soufflera fort également entre Sambava et le Cap d’Ambre, les côtes de Mahajanga et dans la région Anosy.