Les actualités à Madagascar du Mardi 24 Septembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara67 partages

Ordre national des psychologues de Madagascar : Un premier congrès pour parler de la psychologie à Madaga...

Le premier congrès de l’Ordre national des psychologues de Madagascar (ONPM) a eu lieu hier à l’Akademia Malagasy Tsimbazaza. C’est l’occasion pour les psychologues de parler de leur cadre de travail, des réalités malgaches, c’est-à-dire la place et les apports des psychologues praticiens dans la vie des Malgaches mais aussi de présenter les résultats de deux travaux de recherche en psychologie menés dans le pays.

Dans le premier volet dédié au cadre de travail du psychologue, plusieurs points ont été abordés. Olivier Rakotomalala a, par exemple, fait savoir que le psychologue est un professionnel porteur de valeurs professionnelles au sujet de la déontologie du psychologue. Ainsi, le respect de ces valeurs par ce professionnel est la garantie de la sécurité du public. Pour sa part, Hoby Andriamiharimanana s’est exprimée sur les attitudes et le savoir-être du psychologue. Elle a expliqué que comme ce métier est délicat, le psychologue doit détenir plusieurs qualités pour ne citer que l’empathie, l’ouverture d’esprit ou encore le sens de l’écoute. Ensuite, en ce qui concerne les réalités malgaches, le lien de la psychologie avec la culture malgache, le fait que peu d’entreprises sollicitent l’expertise d’un psychologue, la forte demande en milieu hospitalier et l’efficacité de la psychothérapie par l’EMDR ( Eye movement desensitization and reprocessing) ont été exposés par les membres de l’ONPM.

Enfin, le dernier volet de ce premier congrès était dédié aux résultats des recherches menées à Madagascar. Sitraka Rakotondrasoa a donc présenté, lors de cet événement, son étude sur le stress des parents d’enfants autistes. Elle a mis en exergue que le niveau de stress parental chez les parents malgaches est très élevé par rapport à la norme, ce qui amène à penser que le besoin d’accompagnement et de soutien psychologique des parents autistes est primordial. Quant à Giovanni Andriamanantena, il s’est intéressé à l’influence de la relation superviseur/employé sur la perception de justice et les comportements de citoyenneté organisationnelle. Il dit que ces deux paramètres jouent un rôle important sur la performance individuelle des collaborateurs au sein d’une organisation.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara10 partages

Nouveaux statuts du FER et de l’ARM : Délai de mise en vigueur de 6 mois sollicité par l’Union Europ...

Des réformes du secteur routier à Madagascar sont menées par le Gouvernement actuel, conduisant, entre autres, à la mutation de l’ancien Fonds d’Entretien Routier (FER) en Fonds Routier et à celle de l’Autorité Routière de Madagascar en Agence Routière de Madagascar (ARM). Selon l’Union Européenne, plusieurs projets structurants de Madagascar qu’elle appuie, sont menés par le biais de ces entités. « …Un changement de dénomination et de statut d’une contrepartie entraîne la modification contractuelle de tous les documents juridiques mentionnant cette entité, en amont entre les partenaires techniques et financiers et le Gouvernement, et en aval, entre le Gouvernement et toutes ses contreparties. Afin de ne pas bloquer les décaissements,… il serait souhaitable de prévoir un délai de mise en vigueur suffisamment long (minimum 6 mois)… », a indiqué l’Ambassadeur de l’Union Européenne, Giovanni Di Girolamo, dans une lettre adressée au ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo, tout en félicitant les réalisations que ce dernier a entrepris depuis son arrivée au Gouvernement.

Spéculations. En effet, cette lettre a fait l’objet de spéculations politiques sur les réseaux sociaux. D’après son contenu, des décaissements sont prévus pour plusieurs projets passant par l’ancien FER et l’ancien ARM. L’Union Européenne prône alors un délai de mise en vigueur suffisamment long, pour les changements de statuts, afin que le processus de décaissements puisse se poursuivre, sans avoir à modifier les documents juridiques mentionnant ces deux entités. A noter que plusieurs projets routiers appuyés par l’Union Européenne, l’Agence Française de Développement (AFD) et la Banque européenne d’investissement (BEI), sont actuellement en cours de mise en œuvre. Il s’agit du Projet de « Modernisation du réseau routier de Madagascar », initié par la BEI sur la RN13 et la RN6, le « Corridor Commercial » avec la collaboration de la BAD (Banque Africaine de Développement) sur la RN9 et la RNT12A, les « Travaux de réparation des dégâts climatiques sur l’ensemble du réseau routier de Madagascar » et le projet Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) pour le développement durable et inclusif de Madagascar.

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

Société HITA : Le prix de l’huile à 3 .200Ar/litre

Le prix du litre de l’huile de table, aussi bien en cacheté qu’en vrac, a connu une flambée sur le marché, notamment au niveau des détaillants. Au niveau de certains marchands, ce produit de première nécessité se fait rare, tandis qu’au niveau des autres épiceries, le prix du litre de l’huile s’affiche à 8.000 ariary. Face à cette situation, la société HITA (Huilerie industrielle de Tamatave), tient à informer le grand public que le prix de l’huile de table au départ de son usine n’a connu aucune hausse depuis près d’un an déjà. « C’est maintenu à 3.200 ariary le litre. Et nous n’avons pas pour l’instant l’intention de réviser à la hausse le prix de ce produit », d’après les explications de cette société. En outre, HITA veut rassurer les consommateurs que l’huilerie n’a jamais interrompu sa production jusqu’à maintenant. Au contraire, cette manufacture entend améliorer sa production en vue de satisfaire la demande sur le marché local. Notons que l’Huilerie Industrielle de Tamatave est opérationnelle depuis 2001. Créant plus de 400 emplois, elle produit notamment de l’huile de palme, de l’huile de soja et de l’huile de tournesol.

Navalona R.

Midi Madagasikara7 partages

Pollution marine : Le plastique, l’ennemi n°1

Les animaux marins ingèrent les déchets, affectant, à leur tour, la nourriture humaine.

La pollution au plastique constitue l’une des plus grandes formes de pollution marine, outre les pollutions agricoles – impliquant les rejets de fertilisants et de pesticides – et d’autres types de pollution tels les déversements d’hydrocarbures dans la mer. A eux seuls, ces types de pollution représentent 80% de la pollution marine dans le monde. Madagascar, par ses caractéristiques insulaires, est touché de très près par cette problématique mondiale d’origine humaine, dont les pertes économiques et environnementales sont incommensurables. A l’occasion de la journée mondiale de la mer, célébrée le dernier jeudi du mois de septembre, la question de la pollution marine revient, une fois encore, dans l’actualité.

« Nouveau » continent ! La pollution marine a entraîné une augmentation des zones mortes, faibles en teneur en oxygène rendant toute vie marine impossible. Il en a été dénombré près de 500 à travers le monde, avec une surface totale de près de 250.000 km² où l’altération – voire la perte – des écosystèmes inquiète les spécialistes. Les débris de plastique sont ingérés par les animaux marins et les oiseaux qui les confondent avec de la nourriture et s’en retrouvent malades ou morts étouffés. Par ailleurs, les déchets plastiques s’accumulent et constituent de grandes plaques. On parle alors amèrement d’une gigantesque décharge flottante : un « nouveau » continent fait de déchets plastiques qui s’est créé dans le Pacifique sous l’effet des grands tourbillons. Rappelons que la production de plastique va au-delà des 320 millions de tonnes par an, tous types confondus : bouteilles, sachets, emballages, etc.

Hanitra R.

Midi Madagasikara7 partages

JIRAMA : Une production supplémentaire d’eau potable à compter de demain

L’eau produite à Amoronankona est déjà en cours de traitement.

Le problème de pénurie d’eau à Antananarivo va être résolu. L’eau potable au réservoir d’Ambohimahitsy sera distribuée à compter de demain, mercredi 25 septembre, selon la communication faite hier par la Jirama. En effet, la mise en place de la conduite d’adduction d’eau depuis la Rocade jusqu’à Ambohimahitsy est en cours, avec la mise en place d’un suppresseur. Dans la même foulée, l’eau produite à Amoronankona est déjà en cours de traitement. A noter que la mise en service de cette station de pompage et de traitement à Amoronankona va résoudre la pénurie d’eau dans la zone Est d’Antananarivo, depuis Ambatomaro jusqu’à Ambohimangakely, en passant par Ambohimahitsy, Soamanandrariny et Ambohibe Ilafy. Par ailleurs, elle permettra de renforcer l’approvisionnement en eau dans les autres zones en difficulté, d’après les explications des techniciens. Cette station a une capacité de production de 100m3/h. Pour les zones Nord, Nord-Ouest et Sud, une descente a été effectuée, jeudi dernier, notamment à Ambohijanaka pour déterminer les points d’eau en vue de faire des forages. Les résultats des recherches seront connus cette semaine et les travaux vont commencer incessamment, d’après la JIRAMA.

Antsa R. 

Midi Madagasikara4 partages

Rotary Club Anosy : Célébration des 50 ans d’existence, cette année

« Nous vivons dans un monde hostile et indifférent  et dans lequel il nous faut brandir à jamais notre unité dans la volonté d’améliorer la vie de nos concitoyens. Notre devise ‘Servir d’abord’ est notre leitmotiv d’aller dans ce sens. RC Anosy fête cette année ses 50 ans et compte faire plus d’actions en nous connectant au monde et en partageant. Soyons engagés, généreux et aimez ce que vous faites ». Ce sont là les propos de Haja Randrianandrasana, président du Rotary Club Anosy pour exposer la situation de la célébration du cinquantième anniversaire du club. Diverses activités entrent ainsi dans le cadre de la célébration. Une consultation de masse en médecine générale sera organisée dans le CSBII Ambohidroa le 28 septembre 2019 prochain. Une action qui devrait toucher plus de 200 personnes. D’autres activités connexes seront également prévues auprès de ce CSB II. La célébration se poursuivra par une journée fraternelle le 29 septembre prochain. Les actions entrant dans la célébration comprendront également la réhabilitation de l’école privée adventiste « le Paradis » de Fénérive-Est. D’un budget de cent millions d’ariary, les travaux devraient être terminés avant la nouvelle rentrée scolaire. Enfin, une activité plus festive est prévue pour le 6 décembre prochain. Elle consiste en un concert de levée de fonds animé par Bessa au CCI Ivato.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara3 partages

Circulation dans la Capitale : Anarchie dans la conduite des deux-roues

Les scooters ou véhicules à deux-roues sont en très grand nombre dans la Capitale. Ils sont loin de respecter le code de la route et représentent un réel danger aux automobilistes et aux piétons. Il n’est pas rare de voir ces scooters vous dépasser à vive allure, sans casque et en double montée. Pire encore, la nuit tombée, ces véhicules sont de loin, difficilement, identifiables, sans phare, aucun moyen de signalisation, prenant au dépourvu les chauffeurs et les piétons. Vu la gravité de la situation, une prise de décision des autorités responsables à tous les échelons devrait s’imposer pour rétablir l’ordre au niveau de la circulation. Des efforts qui devraient être pérennes.

Anastase

Midi Madagasikara2 partages

SADC : Vers la libre circulation des Malgaches dans les pays membres

Parmi les communications à l’ordre du jour du dernier conseil de gouvernement, figurait l’établissement d’accord d’exemption réciproque de visas entre Madagascar et les pays membres de la « Southern African Development Community (SADC) et de la Commission de l’Océan Indien (COI).

Nonobstant le cas de la COI qui est assez spécial avec la situation ultrapériphérique européenne de La Réunion, l’accord au niveau de la SADC résulte du Protocole sur la facilitation de la circulation des personnes qui a été signé en novembre 2006. Madagascar ne faisait pas partie des 13 chefs d’Etat ou de gouvernement membres de la SADC signataires dudit Protocole dont l’objectif est de « promouvoir l’interdépendance et l’intégration de nos économies nationales en vue d’un développement harmonieux, équilibré et équitable de la Région, ainsi que de la nécessité de faire participer au premier chef les habitants de la Région au processus de développement et d’intégration ».

Sans visa. Pareille participation n’est possible que si les citoyens de la Communauté sont libres de circuler et de se déplacer sans visa et séjourner ou s’établir dans le territoire des Etats membres. A cette fin, le Traité y afférent invite la SADC à « élaborer des politiques ayant pour but de supprimer progressivement les obstacles à la libre circulation des capitaux et de la main d’œuvre, des biens et services et des personnes dans la Région en général, parmi les Etats membres ». Madagascar étant devenu membre à part entière et non entièrement à part de la SADC, les citoyens malgaches pourront circuler librement dans les 15 autres pays membres de la Communauté de Développement d’Afrique Australe après l’adoption de tous les instruments juridiques nécessaires.

Facilitation. En tout cas, l’objectif est de faciliter l’entrée sans visa de tout citoyen dans le territoire d’un autre Etat partie pour une durée maximale de 90 jours par an pour les visites effectuées bona fide (de bonne foi), pour autant que ces visites visent un but légitime, et ce conformément aux lois de l’Etat partie en question. Facilitation également du séjour – permanent ou temporaire – sur le territoire d’un autre Etat partie ; and last but not least, faciliter l’établissement et l’exercice d’un métier sur le territoire d’un autre pays. Avec ce que cela suppose d’harmonisation des lois des Etats parties qui doivent s’assurer que leurs lois nationales, règles et règlements d’application, sont compatibles avec les objectifs du Protocole en question qui prévoit une procédure de suspension temporaire en cas d’urgence dans un Etat partie pour des raisons de sécurité nationale, d’ordre public, de santé publique ou à cause de menaces graves.

R.O
Midi Madagasikara1 partages

Football : Les arbitres en stage :

28 arbitres seront en stage à partir de ce jour jusqu’au 26 septembre au complexe sportif de la CNaPS à Vontovorona. Il s’agit d’un stage de perfectionnement pour les arbitres internationaux et les nouveaux susceptibles d’en faire partie.

Le Mauricien Lim Kee Chong est chargé de l’encadrement technique et l’Ivoirienne Jeanne Aymoh Anah de la partie physique. Un plus nécessaire pour la FMF qui entend mettre tous les atouts de son côté.

C.R.

Midi Madagasikara1 partages

Andranovelona : 14 blessés dans un accident de taxi-brousse

La RN4 a été de nouveau la scène d’un tragique accident. Le drame s’est produit dimanche dernier en fin d’après-midi à Andranovelona, commune de Fihaonana, district d’Ankazobe. Le bilan étant lourd avec 14 blessés. Selon les informations recueillies, ce véhicule de transport s’est renversé quand il roulait à grande vitesse. Le chauffeur aurait essayé de redresser le véhicule mais en vain dans un virage. Une partie de la voiture a été endommagée. Le chauffeur a été déjà enquêté par les forces de l’ordre. Quant aux blessés, ils sont transportés à l’hôpital Bejofo Mahitsy. Le médecin a fait savoir qu’ils ne sont plus en danger.

Voarisoa Davidson

Midi Madagasikara1 partages

Lu pour vous : « Contes et légendes de Madagascar », focus sur le groupe « Tsimihety »

Scène d’antan typique de femmes du groupe « Tsimihety ».

La littérature orale malgache possède un patrimoine énorme en matière de contes et légendes. En 1967, Rabearison, un administrateur civil a décidé d’en recueillir une cinquantaine et d’en faire un livre intitulé « Contes et légendes de Madagascar ». En langue française, il compile des fables de la région « Tsimihety ».

A commencer par « Homandraikisantano », ce conte parle d’un monstre fabuleux domestiqué par le roi Tsiroamandidihomandraikisantano. Il réclama chaque année au monarque un sacrifice. Pour cela, il voyait en songe le sujet de son royaume qui allait subir ce sort. Un jour, ses songes lui indiquaient sa fille unique.

Comme toujours, dans les légendes malgaches le rapport avec la nature laissait supposer le respect profond des anciens envers elle. D’ailleurs, avec « Rakanga et Ravoay », littéralement « La pintade et le caïman », où l’amitié  entre ces deux animaux a été brisée à cause de la voracité du second. A travers cette fable, le lecteur pourra aussi connaître les chants traditionnels d’une certaine époque. « Tsy hitiavako antibavy dadinao, Miaraka amin’ny kary misôma amim-boay ».

La présence d’un Dieu créateur est évoqué dans plusieurs des œuvres recueillies dans « Contes et légendes de Madagascar ». Une divinité assez proche de celle de la Bible, avec une place centrale et dominante donnée à l’homme dans le titre « Les Antendrovolo », un terme pour désigner l’homme. Pour faire court, les animaux de la terre se plaignent au Dieu des Antendrovolo, ces derniers les décimaient. Au final, ce sont les hommes qui s’en sortent et depuis ce temps, ils dominent tous les êtres sur terre avec la bénédiction du Créateur.

« Dans l’oreille de Dieu et les petits enfants » débute par une scène typique de la région. « Randiambe avait deux filles dont la garde était confiée à l’esclave Befelatanana ». En fait, si les contes étrangers avaient leur méchante sorcière, celle des contes malgaches est incarnée en la personne de Befelatanana. Le plus étonnant, le texte se poursuit par un fait intriguant. « Au même moment, dans le ciel bleu, à travers les étoiles, entouré de ses anges, Dieu attendait la naissance de son enfant ».

Dans une rédaction simple, ce livre de Rabearison serait une bonne source d’inspiration pour ceux ou celles qui veulent connaître la culture « Tsimihety ». Plusieurs titres comme « Dieu et le cœur noble », « Le caractère bouillant du jeune homme », « Un grand roi qui s’est fait gardien de porc »… relatent le rapport entretenu entre l’homme « Tsimihety » et la nature, la société, les autres, la hiérarchie,et  sa condition humaine elle-même…

Cette œuvre laisse à penser aussi que les autres groupes humains possèdent un fond oral aussi riche que révélateur d’un peuple dans son ensemble, voire d’une civilisation malgache. Chez les « Tsimihety », le chien est un animal assez respecté à cause de ses qualités de gardien, le caïman est un animal redouté et respecté, Dieu est un être plein de diplomatie… Une vision du monde assez « relax » à en croire « Contes et légendes de Madagascar » de Rabearison.

MaminirinaRado

Midi Madagasikara1 partages

Justice climatique : On est encore loin du compte

Madagascar figure parmi les pays les plus touchés par le changement climatique.

Les situations réelles des actions entreprises ou devant être entreprises suite à la signature des conventions internationales relatives au changement climatique restent encore floues. Où est-ce qu’on en est concrètement ?

A Madagascar, les actions en faveur de la lutte contre le changement climatique se résument généralement par des initiatives civiques telles que les conférences de sensibilisation, des ateliers de signature d’accord de coopération ou encore des éco gestes comme des séances de reboisement périodiques. « Des actions qui ne prennent pas en comptent, dans la majeure partie des cas, la dimension géopolitique, politique et sociale du changement climatique » d’après les explications de Haja Randrianomenjanahary du FAJC ou Forum. Africain pour la Justice Climatique lors de l’Open Space organisée à Antaninarenina jeudi 19 septembre dernier. Les actions en question ne seraient donc pas suffisantes compte tenu de l’avancée de la destruction de l’environnement à Madagascar.

D’où l’importance de la notion de justice climatique qui prend en compte la dimension éthique et morale du changement climatique. Une approche qui correspondrait « aux plans et actions juridiques déposés pour initiatives et entrant dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et pour l’adaptation ».

Autrement. L’approche devrait permettre d’instaurer une meilleure justice environnementale dans le pays et qui se fonderait sur une appropriation citoyenne des enjeux climatiques. Mais surtout de sa volonté de changer la donne. « Faire pression sur les entités compétentes dans la réalisation des actions de lutte contre les effets des changements climatiques, initier des actions de suivi et de contrôle des projets et programmes initiés dans ce cadre », telles ont été quelques pistes de solutions avancées lors de l’atelier de jeudi dernier. Outre les actions de suivi et contrôle, l’accent sur « l’importance d’inclure la justice environnementale dans le cadre sociopolitique et gouvernemental du pays » serait également un moyen d’appliquer les sanctions prescrites dans les textes nationaux ainsi que dans les accords internationaux. Entre temps, les actions de destruction de l’environnement continuent de se faire… dans l’indifférence générale.

José Belalahy

Madaplus.info0 partages

Un rassemblement de jeunes citoyens actifs pour une transformation positive de Madagascar Plus de 100 jeu...

Toamasina, le 23 septembre 2019
Depuis 1987, année de la renaissance de la Jeune Chambre Internationale Madagascar (JCI Madagascar), l’organisation offre aux jeunes malgaches des opportunités de développement en leur donnant la capacité de créer des changements positifs. Plus de 200.000 membres composent ce mouvement de jeunes dont plus de 400 membres viennent de Madagascar. Les 26, 27 et 28 septembre 2019, l’organisation fera le bilan de l’année et élira ses responsables 2020 lors de la 32ème Convention Nationale, dans la capitale économique de Madagascar, Toamasina.
Automiser la jeunesse malgache
“ Miara-Mitraotro a Toamasina “ ou “ Ensemble à Toamasina “, c’est sur ce ton fédérateur que le Comité d’Organisation de la 32ème Convention Nationale de la JCI Madagascar lance les festivités. Toamasina accueillera plus de 100 jeunes durant trois jours. La Convention est chargée en programme : les formations en gestion d’organisation et développement personnel ; les témoignages inspirants de jeunes talentueux et entrepreneurs au cours de “ Morning Show ” ; et des soirées à thème se succèderont. “ Nous avons sollicité tous les acteurs (le privé, le gouvernement et la société civile) pour que ce grand regroupement de la citoyenneté active soit fructueuse et pour que la culture Betsimisaraka ainsi que les potentialités de la ville de Toamasina soient mises en avant. “ déclare RAELANIANDRASANA Lami Joe, Président Local de la JCI Toamasina.
Education, Santé et Environnement : priorité pour les citoyens actifs
La JCI concentre ses actions dans l’atteinte des 17 Objectifs de Développement, surtout l’ODD 3 : Bonne santé et bien-être ; l’ODD 4 : Éducation de qualité ; et l’ODD 13 : Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques. “ Ce rendez-vous sera une plateforme pour inspirer, motiver et mobiliser les citoyens de Madagascar pour qu’ils deviennent meilleurs. Nous voulons montrer que la jeunesse apporte la solution face aux grands défis actuels de notre société, notamment l’éducation, la santé et l’environnement. Nous fédérons tous les acteurs qui veulent atteindre les mêmes objectifs que nous pour faire de ce monde un monde meilleur. “ affirme TODIVELOU Stephano, Président National 2019 de la JCI Madagascar.
Evaluation et continuité
La Convention Nationale 2019 qui débute ce jeudi 26 septembre sera l’occasion pour évaluer les impacts opérés cette année à travers les actions des 15 organisations locales membres de la JCI Madagascar. C’est une opportunité pour rectifier les approches afin que les activités soient encore plus efficaces et durables pour des communautés résilientes et autonomes.
Au dernier jour, le samedi 28 septembre, les nouveaux responsables pour le mandat 2020 seront connus. Cela permettra de préparer déjà l’année 2020 pour permettre que les impacts positifs continuent toujours à être réalisés par les jeunes en collaboration de toutes les forces vives dans tout Madagascar.
Amontana, Orange Madagascar et la Société Générale sont les partenaires nationaux de la JCI Madagascar pour cette année 2019 et ont soutenu cette 32ème Convention Nationale. D’autres partenaires ont également rejoint les rangs de la JCI pour encourager les efforts de la jeunesse malgache dans la création d’impacts positifs à travers Madagascar : l’Association PATMAD, la Chocolaterie Robert, le Dzama Cocktail Café Tamatave, le Groupe STAR, l’Hôtel Neptune, La Paillote, Les Amis de Toamasina (A.TOA) et le SMMC.
La 32ème Convention Nationale de la JCI Madagascar aura lieu les 26, 27 et 28 septembre 2019 à l'Hôtel Neptune.
Un point de presse s'est tenu ce matin, 23 septembre, à Toamasina.
A propos de la JCI Madagascar
La Jeune Chambre Internationale Madagascar est une organisation à but non lucratif de plus de 400 jeunes citoyens actifs de 18 à 40 ans qui se consacrent à créer des changements positifs dans leurs communautés. Grâce à des projets dans plus de 15 communautés, les membres cherchent des solutions ciblées aux problèmes locaux, créant un impact mondial. Visitez www.jci.cc ou www.jcimadagascar.org pour en savoir plus.
Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter sgn@jcimadagascar.org
Ino Vaovao0 partages

FITILIANA NY TANY MAIMAIMPOANA : Marovoay no hahazo tombontsoa voalohany

 Tiliana ny nofon-tany ahafahana mamantatra ny karazana voly tokony hovolena sy tena mety atao eo amin’ny tany iray sy ny singa ilaina amin’ny fambolena hahazoana vokatra tsara. Araka ny nambaran’ny talen’ny Fofifa, Faritra avaratra andrefan’i Madagasikara Rakotomalala Mbolaharinosy dia alaina ny santionan’ny  nofon-tany, tiliana any amin’ny laboratoara. Avoaka amin’ny sarin-tany ka ny tantsaha tsirairay afaka mijery ny kasinga misy sy tokony hampiana amin’ny tany iray sy ny vokatra mety hambolena eo. Tsy andoavam-bola fa maimaimpoana izany. 

Aza miahiahy, hoy izy, rehefa tonga eny aminareo ny teknisianina haka santionan’ny nifintany fa sanatria tsy haka harena ankibon’ny tany na hametraka baorina izy ireny fa fanasoavana sy tombontsoa ho an’ ny tantsaha no ataony ary miasa maimaimpoana ho an’ny vahoaka. Teknisianina avy amin’ny Fofifa na ivon-toerana fitiliana masomboly  no manatanteraka ny asa ka hidina ifotony.  Tany iray hetsy hekitara no ezahina hovitaina eto amin’ny Faritra Boeny amin’ity taona 2019 ity. Tany mirefy 113 000ha kosa no natao tamin’iny Faritra Vakinankaratra sy Alaotra Mangoro iny, tamin’ny taona lasa. 

Ny Faritra Menabe indray no hisitraka ity tetikasa ity amin’ny taona ho avy. Ny tanjona moa dia mba hananana sarin-tany misy ny karazana kasinga eo amin’ny nofon-tany ka hamantarana ny vokatra tena mety eo. Na ihany koa ny kasinga tsy maintsy ampiana raha hamboly karazana voly iray.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Mpamonjy voinan’AntananarivoNovatsian’ny CUA fitaovana

Tafiditra ao anatin’ny ivon’ny fankalazana ny faha-70 taonan’ny Vondrona Mpamonjy Voina ny Kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) niforona tamin’ny janoary 1949, ny andro omaly nanaovana hetsika teny amin’ny Parvis Analakely .

 

 Amin’ny maha Reny mpiahy ity Vondrona mpamonjy voina ity ny Ben’ny Tanàna Lalao Ravalomanana dia namome toromarika sady nankahery ny mpamonjy voina izy, ary nankasitraka ny ezaka nataon’izy ireo. « Fitsipika, Fandavan-tena, Herim-po », io no teny filamatry ny mpamonjy voina nofidiana amin’izao fankalazana ny faha 70 taonany izao, ary “Mpamonjy Voina sy ny vahoaka miara-mientana amin’ny fisorohana sy fanalefahana ary fiatrehana ny loza” no iraisana amin’ny rehetra. Nanao antso avo amin’ny vahoaka koa ny ben’ny Tanàna Lalao Ravalomanana handray andraikitra feno hanaraka antsakany sy andavany ny torohevitra sy ny toromarika rehetra omena mikasika ny fisorohana ny loza. Efa misy rahateo ny paikady vaovao iarahan’ny rehetra hisorohana ny loza satria nitombo ny hain-trano etsy sy eroa tato ho ato. Ankoatra ny tsodrano dia notoloran’ny CUA, tamin’ny alalan’ny  Sekretera Jeneraly, Rina Randriamasinoro moto mitsoriaka misy fitaovana entina mamonjy voina haingana ny vondron’ny mpamonjy voina ary mbola hahazo avokoa ny Boriboritany enina rehetra. Nivoitra tao anatin’ny famelabelaran-kevitra narahana adihevitra tao amin’ny Lapan’ny Tanàna Analakely, fa maro ny olana sedrain’ny mpamonjy voina, toy ny tsy fahampian’ny isan’ny mpiasa izay 150 monja, toraka izay koa ny fitaovana ampiasaina. Manampy trotraka ny fahateren’ny làlana hamonjena ny traboina, ny fahanteran’ny fitaovana eo ampelan-tànana,… Narahana fitsidihana tranoheva ny fotoana ary nisy ny fampisehoana (Démonstration) notanterahana tetsy amin’ny Parvis Analakely.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Cosafa Women’s Cup 2019Resin’i Madagasikara 16-0 i Seychelles

Raha lavon’i Botswana 6-0 ny ekipam-pirenena vehivavy Malagasy sokajy U 17

tamin’ny andro voalohany niakarany an-tsehatra ao amin’y Vondrona B tamin’ny sabotsy 21 septambra teo any amin’ilay fifaninanana Cosafa Women’s Cup 2019 tontosaina ankehitriny any Maorisy dia nanamontsana   ny vehivavy Seiseloa kosa omaly alatsinainy 23 septambra teo amin’ny lalao faharoa natrehany. Marihana fa rahampitso alarobia 25 septambra 2019 manomboka amin’ny 3 ora tolakandro ao amin’ny kianjan’i St François Xavier any Maorisy no hihaona amin’i Afrika Atsimo, eo amin’ny andro faha-3 faran’ny fifanintsanam-bondrona, ny vehivavy U 17 Malagasy.

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahazoana tany sy fandraharahanaSongonan'ny vahiny eto amin'ny taniny ny Malagasy

Tena mihazakazaka tato anatin'ny 10 taona izao ny fanotorana tany eto Antananarivo sy ny manodidina. Tahaka.izany koa ny famaritana velaran-tany goavambe eny hatramin'ny torapasika sy moron-dranomasina any amin'ny faritra maro.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Voka-panadinana ratsy“Tompon’andraikitra ny fitondram-panjakana!”

Ny filoha malaza afrikanina tatsimo teo aloha, Nelson Mandela, mihitsy no efa niteny fa raha tiana ny hampandroso firenena dia ny fanabeazana no mila atao lohalaharana, hoy ny filohan’ny antokom-bahoaka Malagasy na antoko politika ABA, Dany Rakotoson.

 Efa nisy ny ezaka nataon’ny fitondrana teo aloha raha nametraka ilay praograma PSE izay nokorontanin’ny ramatoa minisitra angamba moa ilay izy ka nampisavorovoro ny sain’ireo Ray aman-dreny sy mpianatra. Tsarovy fa efa niomana anefa izy ireo, hoy izy, hiatrika ny taom-pianarana lavalava satria nisy an’ity tetezana teo amin’ny rafitra taloha ho amin’ny vaovao ity. Rehefa korotanina toy ireny ny sain’ny vahoaka sy ny zanany dia ireny no vokany ary tomponandraikitra ny fitondram-panjakana. Efa tsy afa-mihemotra intsony anefa, hoy hatrany izy, izao fa ny hany azo atao sisa dia ny mamerina amin’ny laoniny ny praograma teo aloha.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana ben’ny tanànan’IarivoLaharana faha 2 ny TIM, faha 4 ny IRD

Raha anio 24 septambra no nofaritan’ny lalàna hivoahan’ny lisitra ofisialin’ireo kandida nahafeno fepetra handray anjara amin’ny fifidianana ben’ny tanàna ny 27 novambra,

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aiza no aleha ?

Efa nahazo filoham-pirenena isika izao ary nahazo depiote izay nolazaina hatrany moa hatramin’izay fa “solombavantsika”. Eo am-piomanana amin’ny fizahana izay ho ben’ny tanàna indray izany izao.

 

Hiarahan’ny Malagasy rehetra mahita io ankehitriny hoe nanao ahoana ny fiainany tao anatin’izay 9 volana nisian’ny fitondrana vaovao izay. Tsy misy tsy miaiky angamba fa miha mafy ny fiainana an-davanandro. Miakatra ny vidin’ny entana ilaina isan’andro saingy ny fahefa-mividy anefa tsy mihetsika mba tsy hilazana hoe mitotongana. Fanina sahady ny vahoaka. Raha ny fampanantenana tany amin’ny fampielezan-kevitra anefa toy ny hoe tsy miandry 100 andro ,  dia tsy tokony ho toy izao mihitsy ny zava-mitranga. Ny velirano nolazaina milaza fa tsy hila manafatra vary intsony isika atsy ho atsy fa hanondrana aza. Ny mananontanona ao anatin’ilay tetikasa ihany anefa dia toy ny efa milaza sahady ny mifanohitra amin’izany. Ahoana tokoa moa no hahafahana manampy ny vokatra kanefa ny ankamaroan’ny tanimboly efa misy aza ho totofana? Nanana ny fanazavany moa ny tekinisianina mikasika ny antony nahatapaka ilay tsangambato vao saika najoro nandritry ny fankalazana taombaovao Malagasy tany Toamasina teo saingy heverina fa misy dikany ara-tandindona ihany koa ny tranga toy ireny. Tsy hidirana lalina anefa aloha ny amin’izay fa inoana fa hanazava izany amin’ny fotoana maha mety azy koa izay afaka manao izany. Ny fanontaniana mipetraka izany izao dia hoe ho aiza marina isika ity? Aiza no aleha?

J. Mirija 

Tia Tanindranaza0 partages

Ranesa Firiana“Mafy loha ny Malagasy kanefa be zavatra takiana”

 

Ny zavatra tsapa eto Antananarivo dia nitombo ny isan’  ny mponina nefa ny fotodrafitrasa ampiasain’  ny vahoaka eto an-drenivohitra dia efa tany amin’ ny Repoblika I. Raha mieritreritra hampivoatra an’ Antananarivo dia mila mijery fotodrafitrsa vaovao hahafahana manatsara ny tanàna sy manatsara ny fiainan’  ny isam-batan’ olona. Olana amin’  izao ny rano fisotro madio satria rano natao ho an’  ny olona enina hetsy teo ny fotodrafitrasa amin’  izao fotoana izao, hoy Ranesa Firiana, mpahay lalàna. Eto Antananarivo anefa mihoatra ny telo tapitrisa ny mponina. Noho izany, tsy mahagaga raha tsy ampy ny rano eto Antananarivo satria mila fotodrafitrasa mifanaraka amin’  izany, hoy izy. Ao anaty fotoam-pifidianana isika amin’  izao fotoana izao, ka ireny zavatra mikasika ny sosialim-bahoaka sy fiainam-bahoaka amin’  ny ankapobeany, ny fandaminana ny tanàna toy ny tsena, ny fiantsoana fiarakodia,…. dia mila fandinihana lalina. Faniriana dia olona manana vina sy drafitra hitondra fampivoarana ho an’ Antananarivo no mitondra ny tanàna, hoy Ranesa Firiana, ary izany no hiriana ho an’ ireo kaominina eto Madagasikara.Nomarihany kosa fa isika malagasy somary mafy loha kanefa maro zavatra takiana. Raha ohatra isika mitady fandaminana dia tsy maintsy mainga avy amin’ ny tsirairay izany rehetra izany. Fa ao anatin’ izay fifanekena fandaminana dia tsy tokony hisy kosa ny fanararaotana, hoy ity mpahay lalàna ity. Ohatra, raha misy « expropriation de propriété d’utilité publique » handaminana ny tanàna na fangalana tanin’  olona dia tokony mipetraka ny voalzan’ ny lalàna fa tsy maintsy misy fanorenana mialoha ary fanonerana ara-drariny atao izay vao miroso amin’ ny fanatsarana izay ary ny rehetra dia tokony samy ho tomponandraikitra. Ny mpitondra sy ny vahoaka dia mila mandray ny andraikiny ka avy eo misy ho azy ny fandaminana. Fa raha misy ny fifanoherana na koa tsy fitovian-kevitra dia eo mety hisy korontana aterak’ izay ka ny vokatr’ izany dia ny tsy fandrosoana, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana VAR“Hanenenana io tsy mifidy io !”

Fifidianana manakaiky vahoaka ny fifidianana ben’ny tanàna izay atsy ho atsy, hoy ny filohan’ny fikambanana VAR, Jerry Rakotoarijaona.

 Ny fikambanana Vahaolana anio sy rahampitso dia manentana hatrany mba ho tonga mifidy fa hanenenana io tsy mifidy io, hoy izy. Izahay moa dia hanontany mihitsy ny antony nampalaina ireo olona tsy tonga nifidy mba hahafahana manome soso-kevitra hisorohana izany fahalainana izany. Ankoatr’izay dia manentana sahady hoe aza sodokan’ny fizarana fanamiana sy vary sy hena na zavatra hafa fa mba jereo ny foto-kevitra sy praograman’ilay olona fidiana, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety Analamanga sokajy U 18Tompondaka ny Mb2All vehivavy sy ny Dtsc lehilahy

Voahosotra ho tompondakan’ny taranja basikety sokajy U 18 vehivavy 2019 eto anivon’ny ligin’Analamanga ny ekipan’ny Mb2All vehivavy izay nandresy 51-42

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AlasoraVavahadin’Antananarivo, homena endrika miavaka

Teboka telo lehibe no azo tsinjraina ny zava-bita nandritra izay efa-taona izay, hoy Marc Ramiaranjatovo, ben’ ny tanàna ao amin’ ny kaominina Alasora. Voalohany, ny fametrahana ny fepetra rehetra hamerenana ny fitantana ara-dalàna sy mahomby teo anivon’ ny

 

kaominina izay nahazoan` ny kaominina ny loka voalohany tamin’  ny « Prix de bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption » tamin` ireo kaominina manerana ny nosy ny taona 2018. Faharoa dia ny fametrahana sy fanatanterahana ny vina sy tetikasa. Tao ny fametrahana ireo fotodrafitrasa fototra izay tena nilain’  ny vahoaka toy ny sekoly,… Tetikasa anankiray heverina hotanterahina ao Alasora ihany koa ny fanorenana toho-drano lehibe, hanondraka velaran-tany 400 ha ao Andriambato Antangirika. Tetikasa hiarahana amin’ny Banky Afrikanina ho an’ny fampandrosoana  (BAD) izy ity ary efa natolotr’ity farany ho an‘ny Ben’ny tanàna ny tombam-bidy hanamboarana izany toho-drano  izany, izay mitentina 8 miliara ariary.  Farany, nijery mivantana ny fiainan’ ny vahoaka ny kaominina satria niahy olona nanana tetikasa manodidina 250 ka nizarana vola 50 tapitrisa ariary nandritra ny taona 2018-2019. Ankoatr` izay, iray amin’ireo vavahady hidirana an’Antananarivo ny kaominina ambanivohitra Alasora ka manana fanamby ny hanome endrika miavaka an’ity kaominina tantanany i Marc Ramiarinjatovo. Tetikasa isan’ny hotanterahina ny hananganana ny lapan’ny tanàna vaovao, izay hanana endrika tsara tarehy. Hisy rihina 5 izy io, ka hitambatra ao avokoa ireo birao rehetra. Hanokanana toerana ho an’ny tanora sy tranom-boky ihany koa ao anatiny ary hisy efitrano roa lehibe handraisana an’ireo mpisora-panambadiana. Ankoatra izay dia hampiavaka an’ity lapan’ny tanàna ao Alasora ity ny fisian’ny trano honenan’ireo Ben’ny tanàna hifandimby. Mba hanatsarana endrika ny tanàna hatrany moa dia ho amboarina ihany koa ny tsenan’Ankadindratombo, mba tsy hameno ny lalana intsony ireo mpivarotra. Mitohy kosa ny fanamboarana ny lalankely, ny lalana sy ny tranon-tsekoly.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asam-panjakana ambonyMbola mihafihafy aloha ny tanora

Noventesin’ ny Filoha Rajoelina ary nivoiziny mafy hatrany fa ny tanora no apetraka hitondra sy hitantana ny firenena.

 Mifanohitra amin’ izany aloha ny fanapahan-kevitra amin’ izao. Olona azo atao hoe « masaka » mba tsy hilazana hoe zokinjokiny, no napetrany ho kandidà ben’ ny tanàna, izay mifanohitra amin’ny zavatra no heveriny hatramin’ izay. Miroso amin’ ny fanendrena ireo ambasadaoro isika ary nantenaina ho tanora avokoa ireo ankamaroany ireo masoivoho. Tsikaritra aloha fa fanendrena  ara-politika no miseho ankehitriny. Tsy tokony atao resa-be fotsiny ny fanomezana sehatra ho an’ ny tanora na atao  fampandriana adrisa fotsiny fa kosa aseho amina asa mivaingana. Mety mandraitra indray mandeha na indroa ny fampiresahana miendrika fampiesonana fa kosa tsy handaitra mandrakizay. Manana fianarana manokana momba ny diplaomasia isika eto Madagasikara eny amin’ny  ENAM Androhibe, mbola eo ihany koa ny CEDS (Centre d’Etudes diplomatiques et strategiques)  mampianatra sy manofana ireo Malagasy tokony hotendrena amina toerana any ivelany, najaina ve izay ? Sa safidy politika sy noho ny maha  kinamanamana fotsiny no nanendrena ireo masoivoho ireo.Ekena fa mety manana traikefa ny zoky, saingy maro ny tanora efa mahavita azy, nahoana no tsy omena sehatra ..kanefa tanora mahalala tsara an’izany ny filoham-pirenena.Sa ve efa vaogejan’ireo dinaozaro politika ?

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan’ny fahitalavitra MBSHita faty niantona tao an-tranony i Herizo

Nodimandry i Herizo Rajaonarivony, mpaka sarin’ny fahitalavitra MBS. Hita nihantona tao an-trano fonenany teny Anosipatrana ny nofo mangatsiakan’ity mpiasa amina haino aman-jery ity omaly.

 Tsy mbola fantatra mazava ny antony nahafaty azy fa mbola miandry ny fanadihadiana ataon'ny mpitandro ny filaminana sy ny mpitsabo na ny "médecin légiste" manoloana ny fahafatesana tampoka nahazo an’i Herizo. Olona tsotra tamin’ny ankapobeny no nahafantarana azy teo amin’ny sehatry ny haino aman-jery, indrindra fa tamin’ny fifaneraserana tamin’ny namana sy mpiara-miasa teo amin’io tontolo io. Ny Fianakaviam-ben’ny Gazety Tia Tanindrazana dia miombona alahelo sy mirary fiononana feno ho an’ny fianankaviany manontolo sy ny mpiara-miasa aminy rehetra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamboaran-dàlanaMisy olana goavana ny famatsiam-bola…

Hentitra ny Vondrona Eoropeanina nandefa taratasy ofisialy niantefa tamin’ny fanjakana tamin’ny Alalan’ny Minisitry ny fanajariana ny tany sy ny asa vaventy, Atoa Hajo Andrianainarivelo.

Nijery akaiky ny fanovan’ny fanjakana ny FER Fonds d’Entretien Routier ho “Fonds Routier” ary ny « Autorité Routière de Madagascar », lasa « Agence Routier de Madagascar ». Nandefasana dika mitovy ny Minisitry ny toekarena, AFD, Banky Iraisam-pirenena, BAD. Araka ny efa fantatrao, ny Vondrona Eoropeanina dia manampy an’i Madagasikara amin’ny alalan’ny tetikasa maro, toy ny « Rocade d’Antananarivo », izay misy fidirana an-tsehatry ny Banky Eoropeanina ho an’ny fampiasam-bola (BEI) sy ny AFD. Isan’izany ny fampanaraham-penitra natomboky ny BEI ho an’ny RN13 sy RN6; ny tandavan-dàlana iarahana amin’ny BAD ho an’ny RN9 sy RNT12…, hoy ny Vondrona Eoropeanina. Mitana anjara toerana goavana ny ARM ao anatin’ny fanatanterahana ireo tetikasa, ary misintona ny sainao hitodika amin’ny fiantraikany ateraky ny fanovana sy ny fikitikitihina nateraky ny fanovana ara-panjakana sy araka ny lalàna, ao anatin’ny fotoana andehanan’ny tetikasa goavana, hoy ny ambangovangon’ny taratasy. Ny fikitihana sy fanovana ny sata dia midika sy mitarika amin’ny fanovana sy fanavaozana tanteraka ny fifaranahana. Noho io fanovàna an-tsitra-po ny anaran’ny FER sy ARM io dia foana sy tsy manan-kery toy ny tsy misy intsony ireo fifandraharahana sy fifanarahana goavana izay efa natao sy efa vitan'ny Filoha teo aloha Rajaonarimampianina tamin'ny mpamatsy vola sy mpampiasa vola vahiny talohan'ny nametrahany fialàna, raha halalinina ny raharaha. Tsy maintsy havaozina avokoa ny taratasy fifanarahana ara-panjakana rehetra, izany hoe naman’ny haverina hatramin’ny voalohany indray ny fitadiavana mpamatsy vola sy ny fifanarahana manontolo, rehefa tena dinihina. Tena nibedy sy nampiaka-peo ny  mpampindram-bola mahazatra, ary tsapa ho tsy manana fahatokisana ny mpitondra ankehitriny.   Noho ny tsy fananana fanetren-tena sy fahitsiana  na « honnêteté » eo anatrehan’ny fitohizan’ny fitantanan-draharam-panjakana lazaina fa veliranon’ny Filoha ankehitriny no nitarika an’izao, raha halalinina.  Na naneho ny fahavononany hatrany aza ny Vondrona Eoropeanina, dia nanaitra ny voalaza tany am-piafaran’ny taratasiny, fa io olana hita amin’io tetikasa sy programa niarahana taminy io, dia mety ho voavahan’ny mpiara-miombon’antoka ara-bola sy ara-teknika hafa. Ny vahoaka no tena voa amin’ny tahaka izao. Raha miverina amin’ny tantara isika, dia ny oktobra 2002 i Marc Ravalomanana no nitondra ary taty amin’ny volana mey 2008, vao nahazo taratasy “rappel à l’ordre” tahaka izao, raha toa 9 volana monja ny fanjakana Rajoelina dia efa izao sahady.

Toky R

Ino Vaovao0 partages

TETIKASA FIHARIANA : 89 096 ny isan’ireo antotan-taratasy voarain’ny tompon’andraikitra

Nahatratra 89 096 ny isan’ny antotan-taratasy voarain’ny tompon’andraikitra, raha ny antotan’isa nivoaka omaly. Misy amin’izy ireo no efa nandalo ny sivana rehetra mialoha ny farany ary ny sasany kosa no mbola eo andalam-pikirakirana. Ho an’ireo vita sivana, mahatratra 3 210  be izao no nahafeno fepetra ary efa eo am-pelatanan’ny banky ny fangatahan’izy ireo amin’izao fotoana izao.

Ny Faritanin’Antananarivo no nahitana mpandray anjara betsaka indrindra ary ny faritanin’Antsiranana kosa no ambany indrindra amin’izany. Raha lazaina tsotsotra izay taham-pahavitrihana isam-paritra izay dia nahatratra 30 688 izany ho an’Antananarivo, 21 656 ho an’ny Faritanin’i Toliara, 15 827 ho an’ny Faritanin’i Toamasina, 10 598 ho an’i Fianaratsoa, 8 319 ho an’i Mahajanga ary 2 008 ho an’ny Faritanin’Antsiranana.

Hita soritra ny mira lenta, mavitrika ny tanora

Tsy dia nifanalavitra firy ny fitsinjaran’ny taham-pandraisan’anjara teo amin’ny lahy sy ny vavy. Samy navitrika avokoa teto na ny lahy na ny vavy ary mainka voaporofo fa efa mizotra mankany amin’ny fampiharana ny mira lenta ny fanjakana. 56, 34% mantsy ny taham-pahavitrihana ho an’ny lehilahy ary 43, 66% kosa izany ho an’ny vehivavy. Raha eo amin’ny salan-taonan’ny mpangataka kosa no asiana teny dia ny tanora no navitrika indrindra. 

Nahatratra 57, 99 isan-jato izany ho an’ireo eo anelanelan’ny 20 ka hatramin’ny 35 taona, nidina kely ho 21, 51 isan-jato ho an’ireo eo anelanelan’ny 36-40 taona ary 18 isan-jato kosa ho an’ireo eo anelanelan’ny 46-60 taona. Tsiahivina fa noferana ho 20 taona ny zandriny indrindra tamin’ireo afaka nandray anjara tamin’ity tetikasa ity ary 60 taona kosa ny zokiny indrindra. Sehatra efatra tamin’ny ankapobeny no tena niompanan’ny fangatahana ka isan’izany ny sehatry ny fambolena, fiompiana, fanaovana asa tanana ary ny sehatry ny  fitaterana sy fampitaovana. 

Ny tontolon’ny fiompiana no nahitana taha ambony indrindra teto satria nahatratra 31, 96% izany raha toa ka 20,37% ny an’ny fambolena, 7, 39 isan-jato ny fanaovana asa tanana ary 4,40 isan-jato teo amin’ny sehatry ny fitaterana sy ny fampitaovana.  “Moramora kokoa ny mampiasa vola eo amin’ny sehatry ny fiompiana satria sady vetivety izany no tsy mandany fotoana be loatra”, hoy ny tompon’andraikitra, omaly. 

 “Fampafahantarana voalohany izy ity, mitohy hatrany ny asa ary mbola ho avy ny andiany manaraka”, hoy ny fanazavan’ny tompon’andraikitra raha nampahafantatra ny mahakasika azy ity.

N.A

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA TANY ANDAPA : Namoy ny ainy ilay mpamily

Raha ny angom-baovao voaray matetika dia saika isehoana lozam-piarakodia ity toerana voalaza etsy ambony ity. Raha tsiahivina mantsy dia fiolahana no sady fijotsoana farany hiditra ao Andapa avy amin’ny lalana avy any Sambava izy io ary matetika loatra no misy loza mahatsiravina mitranga eo. Vao tamin’ny volana avrily 2019 lasa teo iny no nisian’ny loza izay nahafatesana olona roa.

Izao indray dia nindaosin’ny fahafatesana avy hatrany ilay mpamily nitondra fiara "Cosovo" avy nitatitra manga. Ireo mpandeha sisa tao dia naratra mafy avokoa ka nalefa teny amin’ny tobim-pahasalamana haingana. Araka ny fanampim-baovao azo dia voalaza fa tapaka hisatra izay nahatonga ilay fiara nivantana teo amin’ilay tranon’olona, nanakaik­y ilay fiolanana. 

Soa ihany fa tsy nisy ny aina nafoy na ny naratra tao amin’ilay trano fa ny mpandeha niaraka tamin’ilay fiara ihany no naratra,  niampy ity mpamily maty ity. Manoloana ny lozam-piarakodia mateti-piseho amin’ity faritra ity moa dia tsy mitsahatra mampitandrina ny mpampiasa lalana ny polisy misahana ny fifamoivoizana ho fiarovana ny ain’ny mpandeha.

Tatiana R.

La Vérité0 partages

Ibis Hôtel & Spa - Une qualité de service assurée grâce à la formation

Un investissement sur le long terme. Faisant partie du plus grand groupe hôtelier en Europe, le groupe Accor, à travers l’Ibis Hôtel Spa, se doit de maintenir un certain niveau de standing et de qualité des services. A cet effet, l’établissement investit constamment dans la formation de ses employés. « La formation est un élément clé du développement de notre hôtel. Elle contribue en effet à la professionnalisation pour le développement national du secteur mais aussi et surtout au développement individuel de chacun de nos employés.

Il ne faut pas oublier que nous visons non seulement la satisfaction totale de nos clients mais nous comptons également aller bien au-delà de leurs attentes », soutient Edward Sirrieh, le directeur général de l’Ibis Hôtel Spa, samedi dernier, lors de la célébration des 10 années d’existence de l’établissement à Madagascar. Ainsi, pour l’établissement hôtelier, c’est l’amélioration de son service d’années en années et l’appui de ses collaborateurs qui lui ont permis d’arriver là où il en est aujourd’hui. Effectivement, l’Ibis Hôtel Spa est actuellement le plus grand « business hotel » de Madagascar avec ses 174 chambres et ses trois salles de réunion.

«  Grâce à votre accueil, à votre confiance et à la loyauté de nos partenaires locaux, nous avons pu jouer ensemble un rôle stratégique dans l’essor du secteur hôtelier à Antananarivo et ses environs », a-t-il exprimé avec gratitude durant son discours.

 Renouveler

Conscient de la réussite de cette combine, le Groupe Accor compte bien renouveler l’expérience avec l’ouverture de son nouvel hôtel, Novotel. « Nous sommes déjà en train de préparer et de former sa future équipe de manière à ce que le standing haut de gamme d’Accor soit atteint dès le lancement de l’hôtel », notifie le DG d’Ibis Hôtel Spa. En tout cas, beaucoup parmi les membres de l’équipe de l’Ibis contribueront donc au lancement et à l’essor de Novotel. Ambitieux, ce projet souligne la qualité de service cinq étoiles. En plus, à ce jour, ce nouvel établissement sera le plus grand « business and convention hotel » de tout l’océan Indien. « Avec ce nouveau projet en gestation, nous sommes fiers de pouvoir contribuer davantage au développement de l’économie et d’installer un pôle de stabilité professionnelle supplémentaire dans notre belle Capitale à travers l’extension du secteur hôtelier », conclut-il.

Dans les détails, le groupe Accor a été créé en 1967. Depuis ses 52 années d’existence, il regroupe donc aujourd’hui 38 enseignes, répartis sur plus de 5 000 hôtels présents dans une centaine de pays au sein des cinq continents.  

Rova Randria

La Vérité0 partages

Filière haricot vert - Madagascar deuxième exportateur mondial

Une renommée de plus  pour la Grande île. La filière haricot vert porte haut le nom du pays sur le commerce international. Le groupe Basan à travers sa société Lecofruit se trouve au deuxième rang en matière d’exportation de cette variété de légumes dans le monde et premier exportateur à Madagascar. Avec une exportation de 8000 tonnes par an, l’entreprise se trouve derrière le Kenya. « Nous écoulons chaque année 8000 tonnes de haricot vert sur le marché européen notamment en France.

Cette quantité nous place juste derrière le Kenya qui se trouve à la tête du classement mondial avec 10 000 tonnes de quantité produite chaque année. En ce moment, le cours mondial tourne aux alentours de 32 928 ariary (8 euros)  le kilo. Bien que notre société œuvre dans la filière depuis une vingtaine d’années, l’offre n’arrive toujours pas à honorer toutes les demandes au niveau du marché. La demande reste forte  en Europe, Asie et aux Etats- Unis  », relate Andriniaina Rasoarahona manager communication du groupe lors d’une discussion téléphonique.

15 000 paysans

Pour atteindre ses objectifs annuels, la société collabore avec les paysans. En effet, Lecofruit fait vivre 15 000 cultivateurs. « Nous prenons en charge la culture jusqu’à la vente du haricot vert. Pour produire 8000 tonnes par an, nous avons établi une agriculture contractuelle avec les paysans dans trois zones à savoir la Région d’Itasy, du Vakinankaratra et d’Amoron’i Mania. En ce moment, la filière fait vivre 15 000 cultivateurs. Ces derniers se chargent de la culture  du légume. Aucune machine agricole n’est utilisée pour les cultures. Cueillis à la main, à bonne maturité, les légumes sont acheminés quotidiennement vers les centres d’agréage puis transportés directement à l’usine dans les plus brefs délais. Nous attachons une importance extrême à la fraîcheur de nos produits. L’expédition des conserves de légumes se fait ensuite en container par voie maritime », poursuit-il. Dans sa vision, le groupe prône la promotion de l’agriculture comme pilier du développement de l’économie de Madagascar.

Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Interdiction d'entrée des marmites à La Réunion - Quid des consommateurs malagasy ?

Devant l'interdiction d'entrée et d'utilisation à La Réunion - et cela pour des raisons de santé - des marmites « made in Madagascar » et d'autres ustensiles dont les poêles et louches fabriquées à partir de l'aluminium, les consommateurs malagasy sont en alerte. Pour les utilisateurs de longue date, ils émettent des inquiétudes par rapport à leur état de santé et celui des membres de leur famille. « Nombreux sont les ménages malagasy qui utilisent quotidiennement des marmites en provenance  d'Ambatolampy. Ce qui fait que c'est surtout la population locale qui subira en premier les conséquences si les différentes opérations de contrôle, réalisées par la Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIECCTE) à La Réunion, sont infirmées ou confirmées par une contre-étude de la part des autorités malagasy.

Cette intoxication au plomb causant des effets au système nerveux, notamment chez les enfants, représente une menace à tenir compte à Madagascar », affirme un adepte des produits locaux depuis une dizaine d'années. Pour d'autres consommateurs locaux, cette thèse réunionnaise a été déjà remarquée au cours des visites de cuisines mais n'a pas attiré toute leur attention, en se fiant à la bonne qualité des produits « Vita malagasy ». « Je peux affirmer que depuis quelques temps, les marmites commercialisées sur le marché local renferment des éléments toxiques. A maintes reprises, il m'est arrivé de cuire avec ce genre de marmite des aliments respectant les normes biologiques mais qui ont pris une autre coloration anormale juste après la cuisson. De plus, ces aliments ont l'aspect de produits périmés après un temps de pause habituelle. Heureusement, je me suis débarrassée du plat pour éviter les problèmes de digestion ou des maladies », révèle une mère de famille.

En outre, depuis cette annonce, les marmites et autres ustensiles malagasy exportés à La Réunion et qui n'ont pas été encore vendus commencent à être retirés du marché. Ce qui amène les utilisateurs dans la Grande île à interpeller les autorités pour qu'elles prennent les mesures nécessaires. D'après les consommateurs malagasy, ils s'attendent surtout à des études scientifiques sur ces produits. Et si la théorie avancée par l'île voisine est avérée, des mesures devront donc être prises pour protéger les utilisateurs malagasy et dans la foulée donner une directive aux fabricants afin qu'ils puissent rectifier le tir. Toutefois, jusqu'à l'heure où nous mettons sous presse, aucune explication de la part des autorités locales n'a pas été donnée. Malgré les demandes d'information qui ont été effectuées par notre journal, aucun responsable au niveau du ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat n'est pas encore en mesure de mettre la lumière sur cette affaire.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Attention, ça couve !

La bataille sur plusieurs fronts que mène le jeune Président des Malagasy ne fait pas que des heureux. Des éléments issus de divers horizons et de différents secteurs de l'Administration s'opposent, en sourdine, aux mesures de redressement effectuées. En fait, ils s'inquiètent de l'avenir incertain de leurs intérêts occultes.

 

A Mahamasina, le 19 janvier 2019, le nouveau Chef de l'Etat fraichement investi annonça publiquement qu'il procèdera incessamment à l'assainissement du régime. Selon lui, la situation dramatique dans laquelle la population s'engouffrait nécessite des actions urgentes et en profondeur. Rajoelina s'engagea devant son peuple à redresser le pays et cela dans les plus brefs délais. La misère de la grande majorité de la population l'oblige, selon la voix de la conscience et en vertu du sens de la responsabilité, à agir sans tarder. De son propre gré, il a contracté un « Velirano » et garantit la concrétisation de ses engagements.

En effet, le Président Rajoelina promet d'instaurer un Etat responsable, c'est-à-dire sensible aux problèmes des citoyens et surtout d'agir en conséquence. Il faut avant toute chose s'occuper du « sosialim-bahoaka ».

Le renouveau que le Président veut apporter consiste à traduire en actes les paroles données, notamment dans les domaines qui touchent directement la vie quotidienne.

A travers son « Velirano », Rajoelina s'engage aussi à mettre en place un Etat intègre. L'axe prioritaire de cette vision repose sur trois directions fondamentales, à savoir : éradiquer l'impunité, assainir l'Administration et rétablir l'autorité de l'Etat.

La culture de l'impunité n'a plus droit de cité avec le régime IEM. Tout responsable de délit portant atteinte à l'intégrité du pays paiera de ses actes. Il faut par tous les moyens mettre un terme à toutes formes d'exaction et de délinquance financière quelle que soit leur taille. La corruption sous toutes ses formes sera combattue avec la plus grande rigueur.

L'objectif final consiste à rétablir l'autorité de l'Etat. En menant personnellement ces batailles tous azimut, le Chef de l'Etat entend reconquérir la confiance du peuple. En tout état de cause, il faut à tout prix renouer le lien avec ce peuple longtemps meurtri et abandonné à son sort.

En tout et pour tout, on atteindra au bout du compte la mise en place d'un Etat de droit. Une condition sine qua non pour jeter les bases d'une vraie démocratie, et de là, remonter la pente vers l'épanouissement de la Nation.

Seulement voilà, des voix discordantes se font entendre quelque part sous couvert de … l'anonymat et sous le manteau. Déjà, depuis la grande déclaration au Palais des sports au cours du discours marquant le Centième jour de prise de fonction du Président Rajoelina Andry Nirina, des voix s'élèvent pour contester la « révolution » en marche. Certains agents des Corps de métier, touchés par la « réforme » radicale, se rebiffent. Ainsi, un réseau de conspiration se trame sous table ou au sous-sol.

Les nouveaux dirigeants se doivent d'être vigilants et ne laisser aucune chance aux ennemis du peuple

(« fahavalom-bahoaka ») d'assouvir leur funeste dessein. Le cas d'un Ratsimandrava Richard qui cherchait réellement à « sauver » son pays mais malheureusement abattu dans la force de l'âge, ne devra plus se reproduire.

Des « fumées noires » qui s'échappent quelque part illustrent la menace réelle d'un volcan qui couve. Attention !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Union européenne-Etat malagasy - Coopération au beau fixe

L'ambassadeur Giovanni di Girolamo a réaffirmé hier la volonté de l'Union européenne à coopérer avec Madagascar, s'interrogeant notamment comment « une lettre interne » est arrivée sur les réseaux sociaux. « L'Union européenne veut et continuera à construire des routes », a renchéri le diplomate italien, à la presse, hier dans la matinée. L'ambassadeur de l'UE réagissait ainsi après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une lettre qu'il a signée et adressée au ministre de l'Aménagement du territoire, de l'Habitat et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo.

 

Dans ladite missive, l'Union européenne avait recommandé la mise en place d'un délai de mise en vigueur suffisamment long, pour les changements de statuts du Fonds d'entretien routier et de l'Autorité routière de Madagascar, pour permettre la poursuite du  processus de décaissements, et éviter ainsi d'avoir à modifier les documents juridiques dans lesquels ces deux entités sont citées. Une lettre reprise par les détracteurs du régime lesquels y voient une réprimande de l'Union européenne envers le ministre Hajo Andrianainarivelo en particulier, et le régime Rajoelina en général.

« La lettre n'aurait pas dû sortir sur les réseaux sociaux puisque ce n'était pas pour le grand public, c'était une question technique se référant à un problème spécifique », précise l'ambassadeur de l'Union européenne. Il dit qu'il s'agit de détails techniques, des questions internes qu'il faut régler. Il est question de favoriser la transition entre un type de structure et un autre, rajoute-t-il. « Il y a inévitablement des ajustements à faire, des périodes transitoires pour permettre qu'on puisse donner les ressources nécessaires », explique le représentant européen, sans jamais parler de réprimande envers l'Etat malagasy, en marge d'une série de visites à Toamasina.

Des visites qui prouvent déjà la volonté de l'Union européenne de continuer à collaborer activement avec le pouvoir malagasy.  Sur ce sujet, justement, le diplomate a rencontré les autorités locales, à l'instar du Chef de région par intérim de la Région Atsinanana, la Chambre de Commerce… ; le port de Toamasina. Des visites de projets financés par l'UE sont également au programme de la visite de l'ambassadeur.  Il s'agira pour lui de « constater l'avancement de certains des programmes sur place et les perspectives de la coopération pour l'avenir ». Giovanni di Girolamo soutient l'importance d'une telle visite

« parce qu'on approche d'un nouveau cycle de programmation dans le cadre de la coopération pour le développement entre Madagascar et il y a la coïncidence positive avec une période enfin de stabilité politique, avec les élections qui se sont biens passées, avec un Gouvernement légitime avec lequel on a envie de coopérer ».

La rédaction

La Vérité0 partages

Kidnapping dans la Capitale - Sôla, un des auteurs, tombe sous les balles des Forces de l’ordre

Encore un bandit de moins ! La traque, visant les auteurs d’enlèvements des  membres de la communauté indienne,  se poursuit dans la Capitale. Pas plus tard que la nuit du lundi, c’était au tour de Sôla, un dangereux ravisseur recherché depuis 10 ans ou presque par les Forces de sécurité, d’être éliminé. La scène de cette neutralisation  définitive du bandit est survenue vers 21h30 sur une portion du By-pass à la hauteur d’Ankadindratombo. Le concerné a roulé en moto. Il savait  que les Forces de l’ordre l’ont pris en filature.  

Au moment où les gendarmes de la section de recherche criminelle ont  finalement voulu l’intercepter, le fugitif a ouvert le feu sur ses poursuivants. Du coup, un bref mais décisif échange de tirs entre les deux camps a eu raison du bandit. Sous les tirs de ses poursuivants, Sôla fut sérieusement blessé. Les gendarmes l’ont évacué d’urgence à l’HJRA Ampefiloha où il a succombé des suites de ses blessures quelques moments à peine après son évacuation.

Sôla avait de lourds antécédents et a eu maille à partir avec les Forces de l’ordre à plusieurs reprises. Mais il a toujours trouvé le moyen de s’échapper avec quelques-uns de ses complices.

Il a commencé sa cavale depuis 2010 après l’enlèvement d’un Indopakistanais. A l’époque, il a opéré  à côté de ses pairs, ceux considérés comme les plus dangereux que connaît le pays en matière d’enlèvement. Ses complices étaient Djaffar,  mais aussi d’autres comme Ndriana, Charles,  Gila, et le reste. Quelques années plus tard, Sôla a récidivé. En 2016, il a participé au côté de Bôlô, son complice au kidnapping d’un autre Indopakistanais, détaillant de pièces détachées de son état et auprès duquel les bandits ont réussi à extorquer 100 millions d’ariary. La même année, il a remis le coup avec un certain Mainty. A l’époque, les Forces de l’ordre ont pu capturer un kalachnikov appartenant aux bandits. L’homme serait également derrière le kidnapping survenu en 2017 à Alarobia.

Un an plus tard, l’enlèvement d’un Indopakistanais qui se trouvait sur une moto à Behoririka, c’était encore lui ! Là, Sôla a opéré avec Georgie et d’autres complices dont un ancien garde du corps  de personnalité. En 2018, le revendeur de parfum, un Indopakistanais fut enlevé. Sôla était encore derrière l’acte. Toujours la même année, mais en juin, c’était au tour d’un importateur de carburant au pays d’être enlevé. Là encore, Sôla et consorts ont obtenu une rançon de 100 millions d’ariary. Enfin, il y avait la terrible fusillade en août à Anosivavaka. Le nom de Sôla était encore cité…

Franck Roland

La Vérité0 partages

Affaire carrière Bekisopa - Les députés accablent l’opérateur minier

Un caillou de plus dans la chaussure de la propriétaire de la carrière sise à Bekisopa Ikalamavony. Au cours d’une conférence de presse hier, les députés élus dans la Province de Fianarantsoa ont également confirmé les abus perpétrés par cet opérateur minier. Une déclaration soutenue par des représentants de la population locale qui précisent que cette personnalité qui exploite la carrière se targue d’être intouchable depuis 13 ans et s’en était vantée partout. L’Etat, par le biais du ministère des Mines et des Ressources stratégiques a pris les mesures adéquates. Une prise de responsabilité félicitée par les députés et la population locale.

 

L’opérateur minier en question exploite la carrière à Bekisopa – Ikalamavony depuis plus de 13 ans. Depuis ces années, elle se targuait d’être intouchable d’après les déclarations des représentants de la population locale devant la presse. Même les Forces de l’ordre sont restées impuissantes face à elle, ont confié ces représentants de la population. Plusieurs tonnes de tourmalines sortiraient pourtant illicitement de cette carrière par semaine, et de surcroît des tourmalines de haute qualité, d’après les précisions.

Les députés, quant à eux, insistent sur le fait qu’aucun impact direct sur la vie de la population n’a été perçu jusque-là, alors que leur sol regorge des richesses incommensurables. Des milliards d’ariary tournent autour de cette exploitation illicite. Sans parler des abus de la propriétaire de la carrière. Les députés comme les représentants de la population ont tous loué l’initiative de l’Etat et du Gouvernement par le biais du ministère des Mines et des Ressources stratégiques pour la saisie des 1200 kilos de tourmalines illicites à Bekisopa – Ikalamavony la semaine dernière.

A part les dissensions sociales provoquées par les faits et gestes de cet opérateur minier, cette mesure s’avère importante pour que la population puisse enfin jouir des revenus générés par les richesses minières locales. Les députés ont ainsi encouragé l’Etat central à poursuivre de telles mesures dans les autres sites d’exploitation illicites dans tout Madagascar pour que les richesses ne soient pour le seul bénéfice d’une minorité.

La rédaction

La Vérité0 partages

Morondava - Un jeune garçon s’enfuit après avoir volé les biens de son oncle

Un adolescent de 15 ans fut interpellé par la Police pour une affaire de vol à Morondava. Lundi dernier, il a volé les biens appartenant à son oncle qui l’a hébergé avant de s’enfuir à Morondava où il réside. Dans la liste des objets volés, une arme à feu, un appareil photo, une tablette, un ordinateur, des bijoux ainsi que deux téléphones cellulaires ainsi que la somme de 37000 ariary.

 

Le suspect a profité de l’absence du maître des céans pour faire main basse sur ces biens.  Dans sa tentative pour prendre le large, le jeune avait déjà acheté son billet pour le voyage à la gare routière. Entre-temps, les propriétaires sont rentrés et ils ont constaté la disparition de ces objets. Ils ont informé la Police. Cette dernière a aussitôt recherché le fugitif et l’a attrapé juste au moment où le véhicule prévu le transporter allait quitter la gare routière. Lorsque les Forces de l’ordre l’ont fouillé, elles lui ont encore trouvé un sac qui contenait tous ces objets volés. Actuellement, ils ont été remis entre les mains  des propriétaires. Le suspect, lors de son audition, a reconnu les faits.  L’affaire était déjà déférée au Parquet.

Franck Roland

Midi Madagasikara0 partages

Football : Arizaka Rabekoto Raoul émissaire de la FIFA et de la CAF aux Comores

Pour une reconnaissance des instances internationales, on ne peut rêver mieux pour Arizaka Rabekoto Raoul que cette mission que la FIFA et la CAF lui ont confiée pour dénouer une crise au sein de la Fédération comorienne.

 Le président de la Fédération Malgache de Football était aux côtés de Sarah Solemale également envoyée par la FIFA pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être après la suspension du président de la fédération comorienne.

Au-delà de cette noble mission que la FIFA confie à ses hommes de confiance, on retient surtout le fait que la désignation de Arizaka Rabekoto Raoul confirme plus que jamais son fauteuil de président de la FMF.

Une fédération qui entend ouvrir une nouvelle ère dans l’administration du football à Madagascar.

Le public de Mahamasina a apprécié à juste titre cette transparence quand le tableau électronique affichait le nombre des spectateurs et surtout les recettes du match Madagascar – Namibie.

Du jamais vu. Mais les hommes de Arizaka Rabekoto Raoul l’ont fait pour montrer qu’il est là pour servir le football mais pas pour autre chose. Et c’est tout à son honneur.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

 La précampagne : est lancée

Le tirage au sort des candidats des communales pour leur placement sur le bulletin de vote a donc eu lieu hier. A Antananarivo, ce sont les cinq prétendants cités régulièrement dans les colonnes des journaux qui sont placés dans un ordre établi, sur le bulletin de vote. Autant dire que la proclamation officielle de la CENI jeudi prochain ne sera qu’une formalité. La précampagne va donc pouvoir bientôt commencer. Les premières déclarations d’intention vont être faites et l’on pourra juger de la volonté de chacun de redonner son lustre d’antan à la  Ville des Mille.

 La précampagne : est lancée

Cette  élection communale sera différente de celles qui l’ ont  précédée. On part pratiquement de zéro car ce sont des hommes nouveaux qui sont en lice dans cette course électorale. Aucun d’entre eux n’a de passif qui les handicape. Ils vont devoir déployer toute leur énergie pour convaincre des électeurs blasés, mais qui attendent ce nouveau souffle dont Antananarivo a besoin. Jusqu’à présent, les déclarations d’amour pour la Capitale se sont multipliées de la part de certains candidats, et cela a certainement ému une partie des habitants, mais il est nécessaire de les accompagner de projets concrets. Le temps est donc maintenant venu d’esquisser ce plan de réhabilitation de la Capitale. Pour le moment, on est encore dans le flou. On pressent cependant que les distributions de T-shirts et de billets ne seront plus de mise de la part de candidats voulant faire appel à la raison et au bon sens des électeurs. Les arguments vont se développer au fur et à mesure. Il faudra s’attaquer au laisser-aller et aux mauvaises habitudes qui se sont installées ces dernières années. Les cinq candidats vont certainement en parler. Cela ne sera que le début de la précampagne électorale.  Les jours à venir vont sûrement nous réserver des surprises.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Salon de l’Auto 2019 : Plus de 500 véhicules exposés par 30 participants du 3 au 6 octobre

Présentation du Salon de l’Auto 2019 par le GCAM et ses partenaires, hier à l’Ibis Ankorondrano.

Le Salon de l’Auto sera plus grand pour cette année. Un espace supplémentaire de 5.000m2 sera aménagé spécialement pour les camions et les gros engins. Mais comme à l’accoutumée, la grande diversité de quatre roues et de deux roues sera au rendez-vous.

30 exposants issus du secteur de l’automobile et de l’aftermarket, 25.000m2 d’espace d’exposition, entre 18.000 à 19.000 visiteurs attendus. Tels sont les chiffres clés du Salon de l’Auto 2019, présentés hier par Alexandre Duprès, président du GCAM (Groupement des Concessionnaires Automobiles de Madagascar). Sous le thème de la « Sécurité Routière », cet événement se tiendra au CCI Ivato, du 03 au 06 octobre prochain. « L’exposition se divisera en deux zones. D’abord les 20.000m2 de surface historique pour les quatre roues et les deux roues ; ensuite on aura 5.000m2 de nouvelle exposition qui comprendra 10 stands de 400m2 de chaque, pour les grands véhicules, les camions et les engins », a indiqué le président du GCAM. D’après les explications, 95% des marques automobiles importés à Madagascar seront représentés au salon. En effet, le salon sera une occasion pour les 9 membres importateurs automobiles du groupement de présenter leurs offres. Cependant, des concessionnaires et des revendeurs de pièces premium, qui ne sont pas membres du GCAM y participeront également pour présenter les nouveautés et les avancées technologiques du secteur. Bref, la quasi-totalité des concessionnaires automobiles implantés à Madagascar exposeront durant le Salon.

Innovations. Avec le thème « Sécurité Routière », le Salon de l’Auto 2019 a attiré plusieurs participants auprès de l’Administration publique. Le Ministère du Transport, du Tourisme et de la Météorologie assurera le parrainage de l’événement. La Direction Générale des Douanes (DGD), le Centre Immatriculateur (CI), la Direction Générale de la Sécurité Routière (DGSR) et l’Office Malgache des Hydrocarbures (OMH) disposeront également de leurs propres stands, durant l’exposition. En outre, des sociétés d’innovation seront au rendez-vous, si l’on ne cite que Telma, non moins sponsor officiel de l’événement, pour présenter ses solutions contribuant à l’amélioration de la sécurité routière à Madagascar. En ce qui concerne les animations, le Salon de l’Auto a établi un partenariat avec le Festival MadaJazzCar. Une tombola et un jeu SMS sont également au programme, pour offrir la possibilité aux visiteurs de gagner une voiture neuve. Pour les membres du GCAM, ce salon de plus en plus grand vise à promouvoir le marché de véhicules neufs à Madagascar, qui reste encore très réduit avec une vente totale de 2.500 véhicules neufs par an, contre 10.000 à Maurice, 30.000 à La Réunion, 600.000 en Afrique du Sud, 3 millions en France et plus de 17,5 millions aux Etats-Unis qui occupent la première place dans ce classement.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Sambo mpiady koreana tatsimo : Tonga teto Toamasina ny sambo “Daejoyoung” niasa tao “golf d’eden”

Telo andro no niantsona tao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ny sambo mpiady koreana tatsimo ity. Ny 18 septambra no fahatongavany teto Toamasina, avy niaro ireo sambo mandalo amin’ny “Golf d’Edan” noho ilay resaka piraty ity sambo ity izao tonga teto izao. 300 ny isan’ny tatsambo tao anatin’ny sambo, ary ity no sambo mpiady koreana tatsimo voalohany niantsona teto amintsika, raha efa mahazatra ny fanjakana malagasy ny mahita ireo sambo mpiady Indiana, ireo sambo mpiady frantsay, iray sambo mpiady sinoa tonga eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Fanamafisana hatrany ny fiaraha-miasa eo amin’ny firenena koreana sy ny firenena malagasy izao fahatongavan’ny sambo mpiady izao, indrindra ny eo amin’ny ara-tafika. Ny 20 septambra teo no niala tao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ity sambo mpiady koreana tatsimo ity, ary hitanjozotra hiazo ny firenana niaviny. Ankoatra izany dia sambo tena goavana tokoa ity sambo ity matoa mahazaka miaramila koreana 300 be izao ao anatiny, satria 150m ny halavany, 17,4m ny sakany ary mahazaka zavatra maro ao anatiny izay eo amin’ny 4.400 sy 5.520 taonina. Ny taona 2009 no nananan’ny fanjakana koreana tatsimo ity sambo “Daejoyoung”.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Théâtre : « Comedy of errors » à la malgache au CEMDLAC

Les formateurs et les jeunes issus de l’ONG Zara Aina.

Après avoir effectué une tournée dans la partie sud-est de la Grande Ile (Fianarantsoa, Mananjary), les jeunes formés par l’ONG Zara Aina monteront sur les planches du CEMDLAC le samedi 28 septembre  à partir de 15 heures. Intitulé « Izany ihany ve ?», l’histoire est inspirée de l’œuvre de William Shakespeare « Comedy of errors ». Quatorze jeunes comédiens entre 14 et 19 ans occuperont la scène. Selon le formateur, Louis Zo Rabearison, « nous montons au moins trois pièces de théâtre chaque année. Donc, ce n’est pas la première fois que ces jeunes montent sur les planches. Ils sont talentueux ». Zara Aina, dès sa création, est une ONG qui a pour vocation d’aider les adolescents afin qu’ils puissent cultiver leur talent.

Zara Aina, au service de la jeunesse. Le projet a été initié en 2012 par deux acteurs de Broadway dénommés Lucas Caleb Rooney et Bryce Pinkham, qui se sont rendu compte du potentiel des jeunes malgaches. Potentiel freiné en grande partie par leur situation socio-économique. C’est ainsi que Rooney et Pinkham se sont posés comme objectif d’aider les enfants issus des milieux défavorisés et de familles vulnérables, à repérer leurs compétences, les aider à en extraire la quintescence, pour qu’ils s’accomplissent pleinement et deveniennent autonomes. En 2013, accompagnés de 12 artistes américains, Pinkham et Rooney retournaient à Madagascar pour y produire un spectacle de théâtre ambulant avec 14 jeunes issus des milieux défavorisés. Le spectacle était basé sur un conte populaire malgache.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

PhotoSaintGermain : 20 œuvres de Pierrot Men à découvrir

Le photographe Pierrot Men, sous l’objectif de Rijasolo. Copyright Rijasolo Rivapress.

Artiste emblématique de notre pays, Pierrot Men contribuera au rayonnement de Madagascar à l’international.

Après sa présence remarquée fin 2018, lors de l’exposition au Musée du quai Branly-Jacques Chirac à Paris, il revient dans la capitale française du 06 au 23 novembre pour la 8e édition de PhotoSaintGermain. « Infiniment sensible et poétique, l’œuvre de Pierrot Men est polymorphe », nous dit Jean-Marc Tingaud, directeur artistique de l’exposition. « … Même s’il a fait de rares escapades dans des territoires lointains, au Maghreb et en Europe par exemple, il est aussi avant tout l’observateur, le chroniqueur, le chantre de son île-continent : Madagascar. Son attachement pour cette terre, l’amour que l’on devine infini pour son peuple, éclatent dans chacune de ses images et font de chacune d’elles une pépite de tendresse et de poésie dans une inestimable et pudique retenue. Mais au-delà, lorsqu’on regarde par exemple ce portrait de dos de « L’homme aux bananes », les frontières, les limites, les références volent en éclats et une simple image, posée dans sa fragilité à la surface sensible d’un film photographique, nous sidère de toute sa puissance. Et nous voilà, sans coup férir, projetés dans l’universelle et intemporelle beauté du monde… »

20 photographies. Retenu par un jury composé d’experts de la photographie, il exposera 20 de ses photographies à la Galerie Lee. Saint-Germain des Prés, quartier des artistes, écrivains, musiciens, chanteurs, souvenez-vous. Jérôme Randria dans « Alina Paris » nous parlait déjà de Saint-Germain… Ce seront près de 20.000 personnes qui, au travers d’un parcours d’institutions, galeries, centres culturels, hôtels et librairies, vont découvrir ou redécouvrir les œuvres de Pierrot Men. Un public composé d’amateurs, de collectionneurs, de commissaires d’exposition, d’artistes, de critiques d’art ou de responsables d’institutions publiques et privées. L’événement s’inscrit dans les mêmes dates que celles du Salon de la photo et de Paris Photo, et qui consacre Paris capitale mondiale de la photographie, avec près de 120.000 visiteurs en 2018.

Recueillis par Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Carrière de Bekisopa Ikalamavony : 1 165kg de tourmaline saisis

Le ministre de tutelle, Fidiniavo Ravokatra et le directeur de la Police des Mines, Rakotonjanahary Fidèle, lors de la saisie de ces produits miniers.

Une délégation du ministère en charge des Mines et des Ressources Stratégiques renforcée par les éléments de la police des Mines, ont effectué tout récemment une descente dans la carrière de Bekisopa Ikalamavony, qui a fait l’objet de nombreuses discussions. A l’issue de cette opération, 1.165 kg de tourmaline ont été saisis. Ces produits miniers ont été ensuite acheminés vers la Capitale. L’administration minière poursuit ainsi l’enquête face à une telle infraction minière. Entre temps, le ministre de tutelle, Fidiniavo Ravokatra a soulevé qu’une enquête sera ouverte concernant les doléances des communautés locales sur des cas d’abus et d’ingérence des autres acteurs. « Nos éléments sont là pour défendre ceux qui respectent la loi et pour poursuivre ceux qui l’enfreignent », a assuré Rakotonjanahary fidèle, le directeur de la Police des Mines. Force est de constater que ce sont notamment les acteurs qui disposent de papiers conformes qui ont tendance à enfreindre les réglementations minières dans les circonscriptions où ils entreprennent des activités d’exploitation.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Anosipatrana : Mort par pendaison d’un cadreur de la station MBS

C’était dans la douleur profonde que les employés de la station MBS ont entendu hier la disparition tragique de leur collègue, Herizo Rajaonarivony. Hier matin, le corps sans vie de celui-ci a été retrouvé pendu dans sa maison à Anosipatrana. Il semblerait qu’il s’agit d’un suicide mais cela reste à prouver dans la mesure où personne ne sait ce qui s’est passé chez lui durant la nuit. En effet, laissons l’enquête élucider cette affaire. Raison pour laquelle, les amis du défunt ont dénoncé les supputations qui circulaient disant que ce décès aurait eu des relations avec sa profession. D’autant plus qu’en tant que technicien, le décédé ne serait pas  concerné par des affaires politiques ou autres pouvant l’impliquer d’une manière compromettante. L’équipe du groupe Midi Madagascar présente ses sincères condoléances à la famille éplorée.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

TADAT : Un outil pour évaluer la performance de l’administration fiscale

Une trentaine d’agents participent à cette session d’information et de formation certifiante sur le TADAT. (Photo : Yvon Ram)

Une session d’information et de formation certifiante sur le « Tax Administration diagnostic Assessment Tool » ou TADAT, est organisée conjointement par le forum sur l’Administration fiscale Africaine (ATAF) et la Direction générale des Impôts (DGI), et ce, avec l’appui financier de la banque Mondiale, via le programme d’Appui à la Performance du Secteur Public.

Cette session qui se tient au DLC à Anosy, a débuté hier et durera jusqu’au vendredi prochain. Une trentaine d’agents représentant la Direction générale des Impôts, les services centraux, les directions centrales et les directions régionales, y participeront en vue d’une mise aux normes des opérations de la DGI par rapport aux bonnes pratiques internationales. Plus précisément, cet outil sert à évaluer la performance du système de l’administration fiscale, a-t-on appris. Il s’agit d’une évaluation complète, objective et normalisée. En effet, une administration fiscale efficace est un pilier de la mise en place d’institutions gouvernementales inspirant la confiance des usagers.

 S’auto-évaluer. Notons que les principes d’équité, d’efficacité, de certitude, de simplicité et de dynamisme des recettes doivent être toujours pris en compte dans la conception et la mise en place d’un système fiscal efficient. Mais les pays en voie de développement comme Madagascar sont souvent confrontés à de grandes difficultés, pour ce faire. C’est pourquoi, un outil d’évaluation-diagnostic de l’administration fiscale ou TADAT, a été mis au point par des partenaires de développement internationaux ainsi que des experts techniques afin d’aider les administrations fiscales à être plus performantes et plus équitables. La maîtrise de cet outil permettra à la DGI de s’auto-évaluer afin de mesurer ses performances régulièrement, de détecter ses forces et ses faiblesses ainsi que de promouvoir un point de vue commun sur l’état du système d’administration fiscale entre toutes les parties prenantes. Il s’agit entre autres, des autorités nationales, des organisations internationales, des pays donateurs et des fournisseurs d’assistance technique.

Domaines à analyser. Dans le cadre de cette session, différents domaines seront analysés. On peut citer, entre autres, l’intégrité du registre des contribuables, la gestion efficace du risque, la promotion du civisme fiscal, les présentations des déclarations fiscales dans les délais, le paiement des impôts dans les délais, l’exactitude des informations déclarées et la pertinence des mécanismes de règlement des contentieux. La gestion efficiente des recettes et la responsabilité et la transparence, ne sont pas en reste. Il faut savoir également que ce programme de formation fait suite à l’évaluation pilote TADAT effectuée en juillet 2015. En fait, l’outil TADAT fournit une base d’évaluation de la performance du système de l’administration fiscale, qui peut être utilisée pour déterminer les réformes prioritaires, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Sécurité maritime : Madagascar envisage de coopérer avec la Marine nationale indonésienne

Dans le cadre de la concrétisation de son projet de mise en place d’une marine nationale forte et digne de cette appellation, le ministère de la Défense nationale compte sur la coopération avec la République d’Indonésie. Le patron de ce département ministériel (MDN), le Général de division Léon Jean Richard Rakotonirina l’a annoncé hier, à l’issue de son entretien avec le Chargé d’affaires auprès de l’ambassade d’Indonésie à Madagascar, Arindita Harimurti Axioma. Ce dernier est venu effectuer sa première visite officielle au MDN à Ampahibe, hier. Le ministre affirme que l’appui de ce pays disposant d’une marine nationale très développée et reconnue mondialement est possible pour sécuriser nos frontières maritimes. D’après lui, la coopération entre les deux pays en matière de défense et de sécurité a déjà existé depuis 1974. A cette époque, des pilotes d’hélicoptère et d’avion de l’Armée malgache ont été formés en Indonésie. Ayant confirmé sa prédisposition à collaborer avec Madagascar, le chargé d’affaires Arindita Harimurti Axioma a réitéré que des officiers malgaches, aussi bien des policiers que des militaires, ont suivi des études en Indonésie. Il a cité le cas de l’actuel MDN qui a effectué son cours supérieur de commandement dans ce pays. C’est pourquoi, il promet la possibilité d’envoyer des stagiaires malgaches  auprès du commandement des Forces spéciales indonésiennes. En dehors de la Défense et de la Sécurité, l’Indonésie appuie Madagascar dans le secteur minier et dans le transport ferroviaire.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Muay thaï : Fabrice Mellano dans nos murs

Fabrice Mellano a ravivé les combattants malgaches de Muay thaï.

L’expert français Fabrice Mellano est venu à la rescousse des combattants malgaches de Muay thaï. Assisté par le directeur technique national Mamy Rabenaivo ce week-end, il leur a octroyé un stage de deux jours, au petit palais Mahamasina. Plus de cent-vingt boxeurs issus de quatre ligues, Vakinankaratra, Haute-Mahatsiatra, Analamanga et Atsinanana, ont participé à cet événement. Au programme, une formation de coaching, d’arbitrage et de techniques de base relatives à ce sport de combat. « Ce n’est pas la première fois que Fabrice Mellano est passé à Madagascar. Il est devenu notre proche collaborateur. Grâce à ce stage, le staff technique de la fédération a pu sélectionner plus d’une dizaine de combattants pour un autre stage en France » a fait savoir le président de la fédération, Hainatiana Gervais Rakotoalizao. De ce fait, 15 athlètes malgaches se retrouveront avec le représentant français de la World Muay thaï Federation en France Pascal Mathieu du 15 au 29 octobre.

Pour cette saison, ils bénéficieront de deux autres stages internationaux. Après la France, d’autres athlètes sélectionnés au préalable mettront le cap sur la Hollande et la Suisse. Pour la compétition, le sommet national aura lieu en mois de novembre dans la Capitale. « L’ enjeu du sommet est de détecter les boxeurs qui représenteront la Grande Ile au gala international prévu à la fin d’année, toujours à Antananarivo, avec la participation des Ivoiriens et des Réunionnais », a-t-il ajouté. De plus, et ce pour la toute première fois, Madagascar accueillera le tournoi de l’Océan Indien qui se déroulera le 06 février 2020.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Madagascar-Corée du Sud : remière escale du Destroyer Dae joyoung à Toamasina

La cérémonie de l’escale d’un destroyer sud-coréen Dae joyoung s’est tenue du 18 au 20 septembre à Toamasina. La cérémonie d’ouverture de l’intérieur du navire a eu lieu le 19 septembre. Le destroyer et les 300 marins coréens de l’Unité Cheonghae sont rentrés en Corée du Sud après avoir accompli leur mission au golfe d’Aden situé près de la Somalie. Les navires de guerres de certains pays tels que l’Inde et la France ont l’habitude de faire escale à Madagascar, mais c’est la première fois pour un destroyer de la République de Corée. « Je souhaite le renforcement de coopération entre la Corée du Sud et Madagascar à l’occasion de cet évènement historique », a déclaré l’ambassadeur de la République de la Corée du Sud à Madagascar, LIM Sang-woo, devant plusieurs invités de l’Armée malgache. Le diplomate de rajouter : « C’est un grand plaisir d’avoir la visite du Destroyer Dae joyoung et j’espère un élargissement des échanges entre les deux pays dans le domaine de la sécurité maritime. »

150 m de longueur. Le destroyer Dae joyoung mesure environ 150 mètres de longueur et 17.4 mètres de largeur. Il se déplace entre 4.400 et 5.520 tonnes. Depuis l’année 2009, la République de Corée a déployé ce destroyer au golfe d’Aden afin de protéger les navires contre les pirates. Le 20 septembre, les soldats de l’Unité Cheonghae ont visité l’école primaire Bethel sise à Ambokarivo et l’Hôpital Bethany à Mangarano fondés par le missionnaire coréen, M. CHO Yong-mun. D’après l’ambassadeur de la Corée du Sud à Madagascar, ils ont passé un bon moment avec la population du Grand Port.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Biodiversité : Les savoirs locaux, atouts pour la conservation, selon Arlette Ravolatsara

Arlette Ravolatsara, chercheure au CNRE et Doctorante en Anthropologie à l’Université d’Antananarivo.

Madagascar a perdu 44% de sa couverture forestière, en seulement 60 ans. Des procédures et des approches ont été déployées pour stopper ce fléau, mais des efforts restent encore à entreprendre.

Des chercheurs se lancent dans des réflexions et études afin de comprendre la conservation de la biodiversité aux yeux de la population locale. C’était l’objectif annoncé par Arlette Ravolatsara, chercheur au CNRE et Doctorante en Anthropologie à l’Université d’Antananarivo, lors d’une conférence, qui s’est tenue à l’IFM Analakely, samedi dernier, sous le thème : « Les savoirs locaux, atouts pour la conservation de la biodiversité ». En effet, ce travail a cherché à saisir la place que tiennent les savoirs locaux dans la gestion des ressources naturelles. Les études qu’elle a réalisées dans la région Menabe, plus précisément dans la réserve Menabe Antimena, affirment que chaque société définit des règles concernant son milieu naturel et les rapports qu’elle entretient avec lui. La maîtrise de l’espace et de l’environnement renvoie à des conceptions autochtones liées à des représentations symboliques et des actes individuels ou collectifs. En fait, la réserve reste toujours menacée, car selon les rapports, 19% des forêts sont détruits entre 2000 et 2015, 33,6% seront détruits en 2020 si on ne trouvera pas une solution, 48,1% en 2025, 62,7 en 2030 et 77,2% en 2035.

Optiques diversifiées. « Les interprétations des variables suite à des enquêtes confirment notre hypothèse selon laquelle les savoirs locaux sont des atouts pour la conservation de la biodiversité. Ce qui signifie que la communauté dominée par des autochtones, comme le cas de Kiboy, un village très traditionnel, ont une conception et un respect des valeurs traditionnelles. Ils perpétuent encore la culture léguée par leurs ancêtres. Pour eux la forêt est un abri des esprits  de leurs ancêtres,…Ce qui n’est pas le cas dans les villages de Kirindy et de Lambokely où la culture traditionnelle est absente. Ces deux villages sont très hétérogènes et dominés par la culture d’arachide et de maïs. Ce qui nous permet de dire que, dans ces zones, la société et la biodiversité sont en relation étroite tant du point de vue économique et subsistance, que du point de vue religieux, comme le cas de Kiboy,  de Kirindy et Marofandilia auparavant », a noté Arlette Ravolatsara, lors de son intervention. D’après ses dires, cette étude a surtout permis d’apprécier les relations, les représentations et les pratiques qui permettent de mettre en évidence la place des ressources naturelles dans leur dimension profane et sacrée. En outre, pour une durabilité du paysage forestier, la valorisation des savoirs locaux contribue efficacement à la préservation de la biodiversité. Ces savoirs endogènes constituent un dispositif de conservation répondant à l’attente de la population locale, a avancé la Doctorante.

Importance. A noter que Madagascar devient un des 25 hots spots mondiaux de biodiversité, qui représentent 44% des plantes et 35% des vertébrés, selon Conservation Internationale. La situation actuelle est très alarmante, d’où la mobilisation de l’Etat, des institutions étatiques ou organismes non gouvernementaux, et même des bailleurs. Faut-il rappeler que  la politique de conservation de l’environnement a existé depuis même la royauté, à l’époque du roi Andrianampoinimerina, qui interdisait déjà les feux des forêts à ce temps. Il y a également le code des 305 articles de la Reine Ranavalona II.En fait, plusieurs stratégies sont en place pour limiter la dégradation de l’environnement.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Jirama : Délestage ou panne technique ?

Des usagers ne cessent de se plaindre face aux services fournis par la JIRAMA. En effet, des coupures de courant surviennent dans certains quartiers comme à Ambohimanarina. Est-ce un délestage ou une panne technique au niveau de cette société de production d’eau et d’énergie ? En tout cas, le résultat reste le même, ce quartier est dépourvu d’électricité depuis 18h et quart, une coupure qui a duré pas moins de deux heures.

N.R

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – 3 x 3 : MB2All au Botswana, les dames U23 au Qatar

L’équipe féminine du MB2All 1 avec leur sésame pour Botswana.

Un second semestre chargé pour le basket-ball 3 x 3 malgache. Les deux équipes du MB2All partiront au Botswana et l’équipe nationale dames U23 ira au Qatar.

 Le sacre de l’équipe nationale masculine de basket 3 x 3 aux Jeux Africains de Rabat relance cette discipline sur la voie royale pour la participation à d’autres compétitions internationales. Du 12 au 16 octobre, l’équipe nationale dames U 23 de basket-ball 3 x 3 participera au « World Beach Games » ou Jeux mondiaux des Plages. Un nouveau challenge pour les basketteuses malgaches qui va tâter le haut niveau mondial. La mission est alors confiée à des joueuses talentueuses et expérimentées. La liste du quatuor malgache a été dévoilée officiellement samedi au Palais des Sports de Mahamasina. Il s’agit d’Emerachine Raherimanana (Ankaratra) et Sarobidy Randriatahiana (SBBC), respectivement sacrée meilleure marqueuse et meilleure joueuse meilleure marqueuse du dernier championnat national N1A. Romina Nivo Irma et Muriel Hajanirina, toutes deux joueuses du MB2All ayant disputé la Coupe d’Afrique des Clubs champions dames au Mozambique en 2018. « La participation à ce grand évènement majeur renouera le basket-ball féminin malgache sur la scène internationale. Cela permettra aussi au basket-ball 3 x 3 malgache d’engranger des points au classement » a fait savoir, Jean Michel Ramaroson, président de la fédération malgache de basket-ball. Habituée à participer au championnat d’Afrique de basket-ball 3 x 3, l’équipe nationale masculine sera bel et bien au rendez-vous au mois de novembre en Ouganda. Une occasion pour Madagascar de confirmer sa place sur la scène continentale après l’exploit de Livio, Arnold, Elly et Fiary au Maroc.

Camp à Gaborone. Après Qatar, c’est au tour des juniors de s’envoler pour Gaborone, Botswana pour participer au « Lion’s Cup » du 28 octobre au 2 novembre. Les deux équipes du MB2All viennent de valider leur ticket pour ce camp d’entraînement financé par la fondation de la fédération internationale de basket. Dimanche sur le parking du Palais des Sports de Mahamasina au Tournoi « Alley-Hoop » pour les moins de 18 ans. Dans la finale masculine, la formation du MB2All 1 a dominé Dream-Team Sporting Club (DTSC) par 22 à 10. C’était dans un match à sens unique où les Marco Rakotovao, Loïc Ramiandra, Safidy Heritiana et Jackia Tolojanahary ont validé leurs billets pour Botswana. Chez les dames, MB2All 1 formé par les Rahajatiana Rasolondraibe, Maryah Andrianary, Tokiniaina Anitranomena et Andrianjaka Rakotoson se sont imposées face à Fandrefiala sur le score de 17 à 12. Elles seront aussi du voyage. Une chose est sûre, le basket-ball 3 x 3 est sur une bonne rampe de lancement.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Saron’ny FIP ambodiomby ireo fianakaviana mpitahiry ny halatra

Herinandro lasa izay dia nisy vaky trano nifanesy tao Mangarano – Andranomadio P/elle 11/43 iny. Efa nanao fitoriana sy fitarainana teo anivon’ny polisy momba ireo entany very ireo olona niharan’ny vaky trano, ireo moto nangalarina rahateo ananan’ny tompony sary avokoa, fa ireo vola sy ny zavatra hafa kosa tsy toraka izany. Ny sabotsy teo ary dia hitan’ny tompony nentin’olona tao Mangarano ilay moto scooter, ka avy hatrany dia narahany ny toerana mety hidiran’ilay moto. Vao vitany izay dia nampandre ny polisy ity tompona moto amin’ny toerana misy azy. Natao avy hatrany ny fisavana ny trano ka tsy ilay moto Scooter iray ity fotsiny no hita tao, fa teo koa ity moto Cross iray sy moto Jog iray hafa ihany koa. Raha ny nambaran’ny polisy dia isan’ireo fianakaviana mpiara-miasa amin’ireo jiolahy mpamaky trano izy roa lahy tratra ireto, ka izy ireo no mpitahiriny ny moto halatra azon’ireo andian-jiolahy mpiara-miasa aminy. Izy ihany koa avy eo no mpitady ny mpanjifa amin’ny famarotana ireo moto alohan’ny fanovana ny ambaindainy. Ankoatra izay dia niala maina ireo andian-jiolahy nikasa namaky ity magazain-karana iray ao Ampasimazava. Ireo polisy mpitety tanana no nahatsikaritra azy ireo, nefa vao nahita ireo polisy ireo jiolahy dia nitsoaka avokoa ka navelan’izy ireo teo ny entana efa tafavoakany. Nisy mpiambina ilay magazay saingy tsy afa-nihetsika ny tenany noho fandrahonana azony. Isan’izany ny “Carreaux” marobe sy simetra ary kojakoja fanaovan-trano samihafa. Eo am-pelatanan’ny polisy ireo fitaovana samihafa ireo, saingy eo am-pamerenana azy amin’ny tompony ny polisy amin’izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Manjakandriana : Epicerie dimy voatafika nisesy

Nasesin’ny jiolahy ny toeram-pivarotana antsinjarany. Ny alin’ny zoma manodidina ny misasakalina no tonga ireo olon-dratsy miisa enina izay nitondra zava-maranitra. Norahonan’ireo tamin’izany ny tompon’ny tsena izay sady trano fonenana ihany ny ao ambadika na ny ao ambony. Vola mitentina dimy tapitrisa ariary no lasan’izy ireo nandritra ny fanafihana nataony tao amin’ny fokontany roa antsoina hoe Ambohimandray sy Namihana. Nitsoaka tao anatin’ny haizina izy ireo ary tsy nisy azo natao intsony na nisy aza ny fanarahan-dia. Tsy vao voalohany no nisy ny fandrobàna toeram-pivarotana toy izao ao amin’ireo kaominina ambanivohitra ao Manjakandriana. Fantatr’ireo jiolahy ny halaviran’ny biraon’ny mpitandro ny filaminana ary dia io no hararaotiny manao ny asaratsiny. Ny fitsoahana rahateo dia izy ireo no mahafantatra bebe kokoa ny any anaty ala sy kizo noho ny hafa. Tsotra ho azy ireo araka izany ny fanatontosana ny fandrobàna ary matetika ny mpivarotra amin’ireny épicerie ireny no ataony lasibatra. Misy ihany ny tanàna izay efa nametrahana paositry ny mpitandro ny filaminana mba hahafahany mihetsika avy hatrany isaky ny misy asaratsy mitranga. Na izany aza anefa dia tsapan’ny olona fa mbola mila ezaka izany. Toy ny toerana izay hiverenan’ny jiolahy matetika izao dia mila hametrahana avy hatrany mpitandro ny filaminana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Handisport – Championnat national : Les titres partagés !

Plus de cent athlètes en situation de handicap se sont réunis la semaine dernière à Toamasina pour les championnats de Madagascar de handisport version 2019. Pendant quatre jours, la tension était au rendez-vous au Centre régional de la Jeunesse et des Sports (CRJS). Trois disciplines sportives ont été disputées. En basket-ball, Le Club Fanantenana est sacré champion, chez les hommes. Ce représentant de la ligue Atsimo Andrefana a battu le Cosahp Analamanga sur le score de 59 à 31. Chez les dames, le Club Omabilahy Fandrasa de la Haute- Matsiatra a pris le dessus sur l’Ascu Psh Analamanga, sur le score de 15 à 14. L’Afham Atsinanana s’est trouvé à la troisième place. En pétanque doublette pour les malentendants, la doublette du club d’Analamanga  formée par Nambinina et Zaka a remporté  le trophée chez les hommes. Ils se sont imposés face à Ezekiela et son partenaire du club d’Atsinanana. Adeline et Léocadie du club Afham Atsinanana  ont brillé face à la doublette  Eva et Santatra de l’Asa Analamanga sur le score de 13 à 6, chez les dames. François et Limou de l’Ascu Analamanga sont sacrés champions pour les personnes ayant un handicap physique. En tennis sur fauteuil, Hery du club Pro Betsiboka a ravi le titre, tandis que Liva du Cosahp Analamanga est sacré vice-champion. Selon les explications, les champions de chaque discipline représenteront Madagascar à la Coupe la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien (CCCHOI). La compétition aura lieu à Antananarivo en décembre.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Concert : Olombelo Ricky et 27 ans de « Manala azy vita bac »

27 ans de « Manala azy vita bac », Olombelo Ricky n’est pas près de faire des vacances.

Il ne reste plus qu’à espérer que la météo ne fasse pas des siennes, malgré les nouvelles dispositions du calendrier scolaire, Olombelo Ricky tiendra son « Manala azy vita bac » le 03 octobre au jardin d’Ambohijatovo à partir de 18 h. Les nostalgiques des époques « Kalangita » et des meilleurs s’impatientent déjà. Sûrement, ces derniers vont remplir les lieux, sachant que les bacheliers d’aujourd’hui sont, pour la plupart, plutôt tournés vers d’autres tendances. Cela n’enlèvera en rien le caractère symbolique de cet évènement. Un « Manala azy vita bac » d’Olombelo Ricky est une messe des initiés qui dure depuis 27 ans maintenant.

Pour le plateau musical, il sera accompagné de ses fidèles musiciens. Afin de ne pas trop occuper la scène, le chanteur a invité l’ensemble La Chorale et Dina Mialinelina. Sans doute, il n’y aura pas de grandes surprises. Olombelo Ricky sillonnera sûrement tous ses albums en choisissant quelques titres. Les plus attendus restent les « Kalangita », « Mena masoandro », « Iray làlana »… Sans oublier que ce chanteur possède encore des répertoires nouveaux ou peu chantés en public. Question musicalité, il n’y a rien à douter, Olombelo Ricky diffusera une musique dont il a lui seul le secret. Raison pour laquelle, le « Manala azy vita bac » est devenu un repère annuel dans le paysage musical malgache.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Médecins de l’Océan Indien : 65e mission humanitaire à Madagascar, à Taolagnaro en octobre

Au début du mois d’octobre prochain, l’association « Médecins de l’Océan Indien » présidée par le Dr Koytcha assurera sa 65e mission à Madagascar. Cette fois, l’équipe médicale va se rendre à Taolagnaro afin d’y assurer gratuitement la prise en charge des patients du 1er au 10 octobre 2019.

La descente à Taolagnaro prévue pour le mois d’octobre est la deuxième mission de Médecins de l’Océan Indien (MOI) à Madagascar pour cette année 2019. Pendant la conférence de presse qui s’est tenue hier au siège du SMTP Ambohibao, l’association va envoyer une cinquantaine de missionnaires (55% Malgaches et 45% Franco-réunionnais) pour prodiguer gratuitement des soins à la population de Fort- Dauphin et de ses environs pendant dix jours. Ainsi, une première équipe interviendra au centre hospitalier de Taolagnaro avec des spécialistes qui intégreront les services de chirurgie, d’ophtalmologie, d’optique, d’ORL, de cardiologie, de gastro-entérologie et d’échographie. Après, il y aura aussi une équipe mobile composée de 4 médecins généralistes, de 5 chirurgiens-dentistes, de prothésistes et d’un pédiatre. La population de Taolagnaro pourra consulter cette délégation mobile dans plusieurs localités de la ville, notamment au Bazary Be de Fort-Dauphin.

Trois volets. A noter que cette mission n’est pas exclusivement thérapeutique, les responsables au niveau de MOI ont tenu à préciser que cette descente comprendra trois volets. Outre le volet thérapeutique (les soins gratuits) évoqué précédemment, il y aura aussi le volet enseignement postuniversitaire, qui se fera sous forme de conférence, et sera destiné  aux équipes soignantes locales et internes. Le Dr Koytcha nous a avancé que cinq internes recevront une formation lors de cette mission. Ensuite, le volet médecine préventive aura lieu dans les écoles primaires publiques pour assurer une campagne bucco-dentaire auprès des enfants de la région. Et bien évidemment, qui dit campagne de sensibilisation sur la santé bucco-dentaire dit distribution de brosses à dents et de tubes de dentifrice.

Financement. Une mission humanitaire médico-chirurgicale et dentaire n’est pas toujours simple à réaliser. Mais l’association MOI a bénéficié de plusieurs partenaires et aides dans la mise en place de ce projet. Parmi les sponsors de cette action sociale, on peut citer le Conseil Départemental de la Réunion, le Président Directeur Général du groupe SMTP, la société BOVIMA, Tsaradia et monsieur Aziz Badouraly chapeautant cette mission à la mémoire de feu son père Badouraly Alibay. Enfin, il ne faut pas oublier tous les membres actuels de l’association, les médecins et chirurgiens qui viennent de les rejoindre et ceux qui ont toujours été là.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Fifandonana tamin’ny dahalo, efatra maty, tafaverina ny omby

Namaivay indray ny fifandonana nisy teo amin’ireo dahalo sy ny zandary tany amin’iny distrikan’i Betroka iny ny faran’ny herinandro lasa teo. Vokany, efatra tamin’ireto malaso no tsy afa-manohy intsony ny asa ratsiny ary azo avokoa ireo omby an-jatony teny am-pelatanan’izy ireo.

Ny alin’ny sabotsy hifoha alahady lasa teo dia nitrangana halatra omby mahery vaika tao amin’ny tanan’Ambirimena, ao amin’ny kaominina Ambatolahy, distrikan’Ihosy, tokony ho tamin’ny 11 ora tany ho any. Am-polony maro ireo olon-dratsy tamin’io fotoana io. Omby an-jatony tany ho any no lasan’ireo dahalo tamin’izany. Tsy nanao na inona na inona tsinona ireo mponina teo anatrehan’ireto olon-dratsy miravaka fitaovam-piadiana sy ody gasy hatrany am-paladia ka hatrany an-tampon-doha. Ny hany herin’izy ireo dia niantso ny zandary. Raha vao nahare ny vaovao ireo avy ao amin’ny Vondron-tobim-paritra Betroka dia niezaka avy hatrany niandry ireo kizo rehetra, izay mety handalovan’ireo malaso nitondra ny omby halatra. Tao amin’ny kizon’i Vohiposa, andrefana kelin’i Kelivaho, ao amin’ny distrikan’i Betroka, no nifanena ny roa tonta. Tifitra variraka avy hatrany no nataon’ireo dahalo raha vao nahita ireo mpitandro filaminana. Efa zatra ady tanteraka anefa ireo zandary ary niezaka nanohitra ihany koa. Mafy ny fifandonana teo amin’ny roa tonta kanefa tsy nikely aina ireto farany nanao izay nahazoana ireo omby teny am-pelatanan’ireo dahalo. Vokany dia io nahalavoana dahalo maromaro io. Rehefa nahita izany moa ireto farany dia nitsoaka ary namotsotra ireo omby halatra, niaraka tamin’ny basy iray. Nentiny niakatra nahazo tanana moa ny omby avy eo. Efa mandeha kosa ny fikarohana ireo dahalo tafatsoaka. Fa ankoatra izay dia fantatra fa fanafody gasy marobe fampiasan’ireo malaso any amin’iny distrika iny hatrany no saron’ny zandary ny herinandro teo. Karaza-moara marobe izy ireo ary samy manana ny endriny, araka ny fampitam-baovao azo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Jiolahy 20 mirongo basy nanafika tranona mpandraharaha lehibe,

Tao anatin’ny kotaba sy fiantsoana ny tompon-trano hamoha ny  varavarana   no namakian’ireo jiolahy mirongo basy ity tranombarotra lehibe iray tao Anosindrafilo Ambatondrazaka, ny alahady lasa teo tokony tamin’ny 1ora maraina tany ho any. Vao tafiditra izy ireo dia ny tovolahy iray izay zanaky ny tompon-trano no notifiriny teo amin’ny sorony, sady noveleziny hazo ny lohany. Nandriaka ny rà. Noterena ihany koa io olona maratra io  nitondra azy ireo hanoro  ny vola rehetra , ka vola 1 400 000 Ar  no tao amin’ilay vadin’ilay tovolahy ary 1 000 000 Ar   miampy finday avolenta roa  tao amin’ny poketran’ny reniny  izay nisitrika ka tsy hitan’ireo jiolahy mihitsy. Nampandohalihana ilay tovolahy ary nampiaka-peo ny hamono ity tovolahy ity sy hitondra zazakely  ho takalonaina ireto jiolahy rehefa tsy mivoaka ny reniny, tsy nivoaka anefa ity renim-pianakaviana izay tompon’andraikitra voalohany amin’ny tranom-barotra, tampoka teo anefa dia noteren’ireo jiolahy hamoha ny  fivarotana tany ambanin’ny rihana ity tovolahy ity ka nalain’izy ireo ny vola rehetra tao. Nosotroin’izy ireo ny zavapisotro fa ireo fahana telefaonina kosa nangoniny. Nanjakazaka tao an-trano mihitsy  ireo jiolahy izay manodidina ny 20, hoy ny zanaky ny tompotrano, ary  nanao ny sitrapony. Nanakoako rahateo ny poabasy tany ivelany hampitahorana ireo olona izay mivoaka izay voalazan’ireo manodidina fa nisy  naman’ireo jiolahy manodidina ny tanana ka izay mandrehitra jiro dia voatrerona.

Misy tobin’ny mpitandro ny filaminana 100 metatra any ho any akaikin’io trano io fa tsy nahitana olona izany raha tonga teo ny fokonolona. Araka ny fitantaran’ny tompon-trano dia ry zareo avy amin’ny zandary no efa akaiky ho tonga amin’ny toerana, ka asa na nahazo antso tamin’ny namany ireo jiolahy na ahoana fa  nisavoritaka izy ireo ary lasa nirohotra nilefa avokoa. Nandray andraikitra avy hatrany ny zandary ary dia nanenjika sy nanao ny asa rehetra. Mihorohoro tanteraka ny eto Ambatondrazaka amin’izao fotoana izao satria na dia efa nanao antsoavo amin’ny handraisana fepetra aza ny loholon’i Madagasikara taty an-toerana dia toa mbola mangina izany ,ka miantso ny fanjakana foibe hijery ity raharaha ity ny vahoakan’Alaotra. Hatramin’ny nanoratana aloha dia mbola tsy nisy ny voasambotra

 Janus R

Midi Madagasikara0 partages

SPAT : Des investissements sociaux au profit de la ville de Toamasina

L’infrastructure portuaire de Toamasina est en pleine extension. Il s’ensuit le  développement de la ville du Betsimisaraka.

La Société du Port à Gestion Autonome de Toamasina (SPAT) qui est l’autorité en charge de la gestion et de l’exploitation de ce port, a en même temps réalisé des investissements sociaux contribuant au développement de cette ville de Toamasina. Ce qui permettra d’asseoir un développement harmonieux et durable. Ces investissements sociaux portent notamment sur la construction ou la réhabilitation des infrastructures de base, au profit des employés et de la population locale, et ce, dans le cadre de ses activités de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise).

Fonds propres. On peut citer, entre autres, la réhabilitation du Centre régional  de la Jeunesse et du Sport (CRJS) sis à Tanambao 5, pour les jeunes Tamataviens. Les travaux de réfection ont été financés sur fonds propres de la SPAT. En outre, cette entreprise d’Etat a construit un centre de formation des employés du port tout en promouvant l’énergie verte. Le Port Academy Center, a été également mis en place à Toamasina. Il s’agit d’une infrastructure servant de centre de formation en anglais pour tous les jeunes ainsi que de structure d’accueil des événements culturels ou des conférences. Mais ce n’est pas tout ! La SPAT a construit un centre médical de diagnostic dit CEMEDI dans l’enceinte du port. La construction d’une école primaire publique dite « Zoto » à Antsarakofafa et la réhabilitation du pont d’Ambalakisoa en béton ainsi que la réfection de la Mairie de Toamasina, ne sont pas en reste.

Modernisation du Silo. Par ailleurs, la SPAT s’engage à la modernisation du port de Toamasina en construisant entre autres, un bâtiment pour les services pompiers. Elle a également investi dans la modernisation du silo à grains servant à stocker du blé ou bien des tourteaux de soja destinés à l’alimentation animale. Ce silo a actuellement une capacité de 300 tonnes contre 120 tonnes auparavant. Il fonctionne suivant une haute technologie. Ce qui permettra au port d’accueillir des cargaisons de blé, a-t-on conclu.

Navalona R.