Les actualités à Madagascar du Lundi 24 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara55 partages

Sport automobile : Yves Rakotondramoma n’est plus

Yves Le jeune Yves Rakotondramoma fut champion de Mada en 2012 en étant le copilote de Bera.

Le monde du sport automobile à Madagascar est en deuil. Yves Rakotondramoma est mort samedi. Ce jeune pilote qui a choisi d’être le navigateur de Bera à bord d’une mythique P 204 en 2012, a réalisé pour son coup d’essai un coup de maître en raflant le titre de champion de Madagascar M10. D’habitude, Yves est un grand habitué du run avec cette même passion au point de devenir le président de l’association Peugeot Sport Automobile (PSA) tout en étant membre du club ASACM. Midi adresse ses sincères condoléances à la grande famille du sport automobile de Madagascar et à sa famille.

Clément RABARY

Midi Madagasikara29 partages

Mutinerie à la prison de Farafangana : 20 détenus abattus par balles, 37 capturés vivants dont 8 blessé...

La ville de Farafangana et ses environs étaient en ébullition, hier. Des éléments des force de l’ordre ont été déployés à tous les coins de rue et dans tous les couloirs des quartiers pour traquer des prisonniers qui se sont évadés de la maison centrale de ce district de la région Atsimo-Atsinana. Cela s’est produit après une mutinerie dans cet établissement pénitentiaire, rapporte le communiqué publié par le ministère de la Justice. Cela a commencé vers midi. Des prisonniers se sont divisés en deux groupes, à l’Est et à l’Ouest de la maison centrale. Ceux du côté Ouest ont commencé à lancer des pierres sur les gardes pénitentiaires et ceux à l’Est ont forcé le passage à partir des toilettes. Dans la foulée, des prisonniers s’en sont également pris aux gardes pénitentiaires et se sont emparés d’un fusil. Résultats, 88 détenus ont réussi à s’échapper pour s’évaporer dans la nature. Aussitôt informée de la situation, l’Organisation mixte de conception régionale (OMC régionale) a pris sa responsabilité pour capturer les fugitifs. De son côté, le ministre de la Justice a donné ordre au directeur de l’administration pénitentiaire Atsimo-Atsinanana et au chef d’établissement de prendre toutes les mesures nécessaires pour maîtriser ce mouvement. Toutes les entités des forces de l’ordre ont été mobilisées. Des coups de feu ont retenti un peu partout parce que les forces de l’ordre ont dû recourir aux armes. Le calme n’est revenu que vers 16 heures. Le bilan était lourd. Sur les 88 évadés, 20 sont décédés dans la fusillade avec les forces de l’ordre. 37 ont été capturés vivants dont 8 blessés graves. Toujours en cavale, 31 sont encore recherchés. Selon le ministère de la Justice, l’arme volée par les détenus en fuite a déjà été retrouvée. Pour éviter la répétition de ce genre de situation, le ministre de la Justice a averti toutes les instances de l’Administration pénitentiaire afin de renforcer les dispositifs sécuritaires dans tous les établissements pénitentiaires de Madagascar.

T.M.

Midi Madagasikara27 partages

Ministère de l’Éducation nationale : Le Dr Michelle Saholiarimalala annonce un assainissement en profon...

Le retard du paiement des subventions, salaires et indemnités diverses constitue l’un des problèmes de l’éducation nationale.

Recensement des enseignants, paiement des salaires, indemnités et vacations des enseignants via le service Paositra money, quelques-unes des activités qui devraient absolument être faites selon les consignes du président de la République, d’après la nouvelle ministre de l’Education nationale.

Le discours de prise de fonction de la nouvelle ministre de l’Education nationale a donné quelques idées sur les missions et attributions du département en question dans les mois et années à venir. « Le ministère de l’Education nationale devrait être assaini pour que l’on se consacre uniquement à l’éducation des enfants malgaches », a-t-elle fait savoir vendredi dernier. Outre le traditionnel discours mettant en avant l’impératif de lutter contre la corruption, la nouvelle ministre a annoncé « un futur recensement des enseignants répartis dans tout le territoire national ». « Une nouvelle disposition va être mise en place selon les consignes du président de la République. L’on va procéder au recensement des enseignants au pays », a fait savoir la ministre. Des cartes (professionnelles sûrement) seraient ensuite distribuées à tous les enseignants du pays à la suite du recensement.

Paie. Le recensement devrait ensuite permettre de revoir le mode de paiement des salaires, vacations et indemnités des enseignants du ministère de l’Education nationale. « Une attention particulière sera attribuée au mode de paiement des salaires, vacations et indemnités des enseignants. Il n’y aura plus de retard de paiement peu importe la localité des enseignants. Cela devrait éviter une disparition en cours de route des salaires », a expliqué le Dr Michelle Saholiarimala vendredi dernier. Pour ce faire, les salaires, vacations et indemnités des enseignants seraient désormais payés via « le service Paositra money ». « Une consigne du président de la République » qui sera appliquée selon toujours les dires de la ministre de l’Education nationale. Par ailleurs, des mesures de contrôle strict des dépenses publiques devraient être mises en place par la nouvelle équipe dirigeante avec les techniciens du ministère.

L’initiative d’assainir le monde de l’Education nationale est en soi louable et devrait être réalisée pour le bien de la nation malgache. Quoi qu’il en soit, l’on se demande pourquoi la nouvelle ministre n’a rien dit concernant « l’assainissement politique » du milieu. La politisation de l’éducation nationale n’est plus à démontrer dans la Grande île. Tout comme les diverses instabilités qui en découlent et qui impactent l’avenir du pays.

José Belalahy

Midi Madagasikara13 partages

Projet Volobe Amont : Pour une électricité vendue à 5,75 centimes€/KWh à la Jirama

Le projet Volobe Amont comptera 2 millions de bénéficiaires et 360 000 foyers éclairés.

Le projet hydroélectrique de Volobe Amont permettra de réduire de moitié les coûts de fourniture de l’électricité de la Jirama. Avec une puissance de 120 MW, la nouvelle centrale comptera 2 millions de bénéficiaires et environ 360 000 foyers éclairés.

La mise en œuvre du projet Volobe Amont avance, selon ses promoteurs. Prévoyant l’installation d’un barrage hydroélectrique d’environ 25 m de hauteur, d’un réservoir de 660 ha à la retenue normale d’exploitation, d’une crue maximale d’environ 17 400 m3/s, d’une galerie hydraulique d’une longueur totale de 6,5 km et d’infrastructures connexes au projet, le projet sera développé, construit et exploité par CGHV. Il s’agit d’un consortium d’entreprises actionnaires composé de Jovena Madagascar du groupe Axian, SN Power, Africa 50 et Colas. « CGHV a construit sa relation avec l’État et la Jirama sur la base de la coopération et de la transparence. Ce projet d’aménagement hydroélectrique de Volobe Amont va générer des retombées économiques fortement inclusives grâce à la réfection des routes, installation de pont sans parler des valeurs ajoutées en termes d’approvisionnement et d’emploi. Certes, la crise sanitaire avait ralenti la mise en œuvre de certaines actions mais nous sommes confiants quant à l’engagement du gouvernement ainsi que les partenaires clés comme la Banque mondiale et les autorités locales de matérialiser cet engagement par la signature des contrats dans les meilleurs délais », a déclaré Rémy Huber, DG de CGHV, lors d’une rencontre des parties prenantes du projet à Toamasina, la semaine dernière, en présence du PCA de la Jirama et du DG de l’Energie et des Hydrocarbures.

Avancement. Selon les informations, la situation actuelle du projet est marquée par la finalisation de l’Etude d’impact environnemental et social et de ses plans de gestion ; le complément des documents techniques relatifs au projet ; la préparation des appels d’offre liés à l’approvisionnement général du projet surtout pour la phase construction ; la collaboration avec la SFI, mandatée pour la levée de financement complémentaire et l’attente de la signature des contrats de concession et de vente avec l’Etat

Retombées. Le projet est né d’un partenariat public-privé visant l’accès de la population et du secteur économique à l’énergie fiable, compétitive et durable. « Le projet prévoit la production d’une puissance de 120 MW pour une production annuelle de 750 GWh équivalent à la moitié de la production annuelle nationale actuelle. Cela permettra de couvrir environ 40 % de la demande actuelle. Pour le développement du secteur industriel à Madagascar, l’énergie disponible actuelle est loin d’être suffisante, d’où l’importance du projet Volobe Amont. Ce projet bénéficiera également à 2 millions de personnes et permettra d’éclairer 360 000 foyers », a soutenu Andry Ramaroson, DG de l’énergie et des hydrocarbures. Pour sa part, Andriamanampisoa Solo, PCA de la Jirama a indiqué que le projet va permettre de réduire les dépenses de la compagnie d’eau et d’électricité qui est actuellement à peu près 17 à 18 cents€/KWh et va par la suite impacter positivement le prix à la consommation. A noter que Volobe Amont permettra de réduire de moitié des coûts de fourniture de l’électricité de la Jirama jusqu’au consommateur final avec un prix cible de vente pour la Jirama de 5,75 centimes€/KWh. Outre les impacts positifs du projet sur les coûts de l’électricité et la réduction de l’utilisation d’énergie fossile, Volobe amont va également engendrer la création d’environ 500 emplois, d’après CGHV. Bref, ce projet apportera de fortes contributions dans la croissance et le développement socioéconomique du pays, et surtout dans l’atteinte des objectifs de l’émergence de la Grande île.

Antsa R.

Midi Madagasikara4 partages

Ambatovy tangue

Comme un navire en perdition, « Ambatovy s.a » voit déjà une grande partie de son équipage le quitter ou se mettre déjà dans les canots de sauvetage. Parmi eux les Canadiens, d’abord, résignés de ne pas être surs d’arriver à bon port, ont pris la précaution de suivre « outboard », puis, suivis des Coréens tout aussi désemparés, eux, ont préféré carrément quitter le bâtiment.

Plus sérieusement, ce bel investissement a coûté la bagatelle de 8 milliards d’US dollars au total (source Ambatovy), projet dont le montant n’a jamais été égalé à Madagascar et même en Afrique subsaharienne. Pourtant, Ambatovy est censé créer 9 000 emplois directs et théoriquement 45 000 indirects et induits. En outre, comme impôts, taxes, redevances et autres, le projet doit rapporter 100 milliards d’Ariary par an pour les dix premières années de production et enfin pour les infrastructures, 480 milliards d’ariary ont ou vont être alloués pour les 30 ans d’exploitation. A côté, il ne faut pas oublier la valeur ajoutée économique comme l’élévation de la culture industrielle de pointe (VS raffinerie) des ressources humaines et même la rationalisation de l’agroalimentaire pour les besoins journaliers du personnel.

Alors pourquoi cette désillusion qui a provoqué l’abandon partiel ou total des deux gros investisseurs, le Canadien Sherrit International (40%) et le Coréen Kores Corporation (27,5%) ?

D’une part, sur le marché international, les cours du cobalt et du nickel n’ont pas atteint ceux des prévisions attendues, de ce fait, l’entreprise a dû s’endetter pour honorer ses engagements, besoin de financement affectant sa trésorerie au point de devoir abandonner le leadership et le laisser finalement au Japonais Sumitomo Corporation qui devient majoritaire dans la structure du capital alors qu’au début, ce consortium ne détenait que 32,5 % du total des actions. Donc, le projet a failli déjà dans la maîtrise dynamique du marché.

D’autre part, ne nous voilons pas la face, nous avons notre part de responsabilité. Et ce à tous les niveaux, la population a acquis depuis le début des années 90 cette mentalité et attitude de rentier. Zafy, en son temps, tambourinait « Madagascar est riche mais les Malgaches sont pauvres », comme s’il suffisait de ramasser les richesses ou d’attendre que les autres (IDE) suent pour nous. L’Etat, dans la même foulée, focalise l’opinion seulement sur le taux de redevance de 2% pour la mobiliser et entretenant ainsi un sentiment de frustration pour mieux la manipuler mais omet de parler des taxes, impôts et dividendes qu’il perçoit pour son budget et surtout de taire l’énormité de son train de vie. Enfin, nos dirigeants politiques – tous sans exception – sont depuis l’implantation d’Ambatovy des auteurs de harcèlements à son égard et ce pour des intérêts purement personnels. On est tous témoins des chantages à la délivrance des permis de recherche et/ou d’exploitation ou même de menaces de fermeture tout simplement. On se souvient de la tentative de demande de rançon de plusieurs millions de dollars où les dirigeants de la compagnie n’ont consenti que 25 millions mais réservés seulement à des dépenses sociales comme le marché de Moramanga et celui de Toamasina. Même les dirigeants dans les collectivités locales s’y mettent dans les menaces de déstabilisation d’Ambatovy en haranguant en permanence les chômeurs locaux avec des motifs « tribalistes ». « Business is business » mais à la longue, il y a de quoi démotiver les investisseurs. Voilà où nous en sommes et nous ne pouvons nous en prendre qu’à nous-mêmes car nous avons notre part de responsabilité si le navire sombre.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara2 partages

Andry Rajoelina : Retour des taxis-be ce mercredi, CEPE du 1er au 15 septembre, BEPC du 21 au 24 septembre

Les frais des taxis-be sont maintenus à 500 ariary.

L’Etat d’urgence sanitaire n’est pas encore levé mais les dates des examens du CEPE et du BEPC sont annoncées. Et le transport public dans la région Analamanga reprend à partir de mercredi dernier tandis que les liaisons aériennes intérieures reprennent à partir du 1er septembre.

5 mois de crise sanitaire et le gouvernement décide de relâcher progressivement les mesures prises pour confiner les villes. Le président de la République reste convaincu que l’évolution de la courbe épidémique des ces dernières semaines annonce un recul des cas positifs et des victimes du Coronavirus dans le pays, surtout dans la région Analamanga. Et la fermeture annoncée par ce dernier des centres de traitement Covid-19 à Ivato, Alarobia, Vontovorona, témoigne, selon toujours le président de la République, la baisse des contaminations. Seul le centre abrité dans les locaux du palais des sports à Mahamasina reste alors opérationnel pour la prise en charge des nouveaux cas.

Suspension. Le transport public, les taxi-be en l’occurrence, pour les liaisons des zones urbaines et suburbaines dans la région Analamanga peut alors reprendre à partir de ce mercredi 26 août prochain, a annoncé, hier, le président de la République lors de son intervention sur les chaines nationales. Cette  reprise, pourtant, sera sous haute surveillance, particulièrement sur le plan sanitaire. La désinfection quotidienne de tous les véhicules, l’utilisation systématique des gels désinfectants pour les passagers, le port de masque obligatoire et de visière pour les chauffeurs et les receveurs des bus, ainsi que l’interdiction des strapontins, sont les mesures qui viennent avec ce retour des taxis-be. Les frais de transport, en revanche, sont maintenus. Et selon toujours le chef de l’Etat, tout manquement à l’égard de ces dispositions sanitaires sera passible d’une sanction pour le transporteur et entraînera la suspension immédiate et sans appel des activités du véhicule incriminé.

Région Atsinanana. Les chiffres officiels sont en dégression, se défend Andry Rajoelina, et motivent l’Etat à assouplir davantage les mesures sanitaires. A partir de ce jour, les routes nationales sont ouvertes, seulement pour permettre le retour dans la capitale de ceux qui sont bloqués dans les régions sans qu’aucune autorisation préalable du centre de commandement opérationnel ne soit nécessaire, a annoncé le président de la République. Tandis que la circulation depuis la région Analamanga vers d’autres régions reste interdite sauf pour la liaison vers la capitale de la région Atsinanana qui reprendra à partir de samedi 29 août prochain. En revanche, le transport funèbre sera dorénavant autorisé vers les régions.

Test PCR. La reprise des activités de transport concerne également le secteur aérien. Les vols  intérieurs peuvent reprendre, selon le chef de l’Etat, à partir du 1er septembre prochain. Cependant, cette reprise des liaisons aériennes est soumise à des restrictions sanitaires. Tous les passagers doivent ainsi passer à un test PCR 2 jours avant l’embarquement si les mesures au niveau des aéroports sont renforcées sur le plan sanitaire. Les frontières restent, toutefois, fermées et les liaisons extérieures ne seront dédiées, exclusivement, que pour les vols spéciaux de rapatriement.

Vecteurs de transmission. Malgré l’assouplissement des mesures de confinement, l’Etat d’urgence sanitaire reste toujours en vigueur. Samedi dernier, le gouvernement vient de le prolonger pour une nouvelle fois. « Il ne faut pas baisser la garde mais il faut bien suivre les mesures-barrière », a lancé le président de la République.  Alors qu’un relâchement a été déjà perçu depuis quelques jours au niveau du respect des mesures-barrière, de la distanciation sociale et des horaires de confinement. « La réunion publique à huis clos, le contact humain, le non-respect des mesures sanitaires, les billets de banque, le transport public sont des vecteurs de transmission du virus » a, en revanche, rappelé Andry Rajoelina qui compte sur une « prise de responsabilité commune » pour progresser dans la lutte contre la propagation du Coronavirus.

Sujets différents. C’est dans cette ambiance que les examens officiels auront lieu. Les dates annoncées sont maintenues mais le déroulement a été complètement modifié par rapport aux années précédentes. Les examens du CEPE ne se tiendront plus en une journée mais auront lieu suivant un calendrier spécial du 1er septembre au 15 septembre dans toute l’île. En effet, les épreuves en vue de l’obtention du certificat d’étude primaire élémentaire seront organisées le  1er septembre pour les provinces d’Antsiranana et d’Antananarivo. Le 8 septembre pour Mahajanga et Fianarantsoa. Et le 15 septembre prochain pour toutes les régions dans les provinces de Toliara et Toamasina. Ainsi, selon le chef de l’Etat, les sujets d’examen du CEPE diffèrent d’une région à une autre.  Quant aux examens du BEPC, les épreuves auront lieu du 21 au 24 septembre dans tout le pays.

Révision. Le chef de l’Etat n’a pas annoncé, en revanche, une réouverture des écoles pour les classes intermédiaires. Une situation qui met certains établissements dans l’expectative. Pourtant, certaines écoles privées ont déjà annoncé une « probable reprise des cours » depuis la semaine dernière. D’autres convoquent à l’école les élèves en classes d’examen pour entamer une dernière ligne droite de révision en vue de la préparation aux examens officiels. Quelques établissements, en revanche, ont déjà annoncé une probabilité de reprise de la scolarité pour septembre dernier pour la nouvelle année scolaire 2020-2021.

Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Fanahimanana Tiaray DG COM : Contraint de démissionner après avoir fauché un militaire

Fanahimanana Hubert Tiaray a démissionné de son poste en tant que DG de la Communication.

Le directeur général de la communication a souligné que la ministre du ministère de la Communication et de la culture n’est pas concernée ni mêlée à ce qui s’est passé lors de cet accident. Il tient notamment à assumer sa responsabilité. 18 mois en tant que DG, il a ainsi démissionné.

Selon les déclarations d’un haut responsable du ministère de la Communication et de la culture, Fanahimanana Hubert Tiaray a démissionné de son poste en tant que directeur général de la communication auprès du ministère de la Communication et de la culture. Mais selon d’autres sources, il aurait été contraint de démissionner. D’après les explications du concerné sur les réseaux sociaux, « j’ai percuté un militaire, hier-soir (lire samedi soir). Je tiens à souligner que madame la ministre de la Communication et de la culture n’a rien à y voir. C’est une faute que j’ai commise». C’est pour dire que la ministre n’est en rien concernée et qu’elle ne devrait pas être mêlée à cette affaire.

Version des faits. En outre, il a avancé qu’il a parlé avec la personne qu’il a heurtée le lendemain même dans la matinée. Toujours d’après Fanahimanana Tiaray, «on en parle beaucoup mais j’estime que les différents responsables ont compris ma version des faits». Et pour conclure, il a tenu à remercier Dieu Tout-puissant que l’homme qui a été victime de l’accident n’ait pas perdu sa vie. Notons que l’accident a eu lieu sur la route reliant Tsarasaotra à Ivato. Il est sorti d’une fête avec des collègues à Ivato. Et que sur des photos publiées sur les réseaux sociaux, le directeur général de la communication n’est pas tellement sobre. Faut-il rappeler qu’il a été nommé à ce poste en conseil des ministres le 20 février 2019. Soit durant un an et demi.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Football – Luxembourg : Hakim Abdallah offre la victoire à Swift

Une entrée fracassante. L’équipe du Swift Hesperange où évolue l’international malgache, Hakim Abdallah, a réussi son premier match inaugural de la saison du Championnat du Luxembourg BGL Ligue. C’est sur le score de 3 buts à 1 que l’équipe de l’Hesperange s’est imposée face au Differdange. L’attaquant malgache a ouvert le score sur un penalty à la 21e minute du jeu. L’équipe adverse a fini par égaliser à la 32e mn sur un penalty transformé par Kilian. Quatre minutes plus tard, réponse du berger à la bergère où Alexis Leonil a marqué le deuxième but pour Hesperange. C’est sur ce score de 2 buts à 1 que les deux équipes ont quitté le terrain à la pause après le festival de penaltys au terme d’une première période assez tendue. De retour des vestiaires, l’équipe de Hakim qui évolue à domicile passe à la vitesse supérieure. Le duo d’attaquants Leonil et Abdallah fonctionne à merveille sur le terrain au grand désarroi des défenseurs de Differdange. A la 66e minute, Hakim finit par inscrire le troisième but pour son équipe et signe un beau doublé en guise de bienvenue au club. La nouvelle recrue du club marque déjà son empreinte en lançant un signal fort à ses adversaires. Cet attaquant de 22 ans, récemment appelé par le sélectionneur des Barea, fera sa première sélection au sein de l’équipe nationale à la double confrontation face à la Côte d’Ivoire, prévue au mois de novembre.

T.H

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Etat d'urgence sanitaire prolongé

Beaucoup se sont attendus à la fin de l'état d'urgence sanitaire, suite à la diminution considérable des nombres de cas enregistrés. En effet, les mesures se sont allégées, mais la situation d'état d'urgence sanitaire est maintenue sur le territoire malgache pour 15 jours de plus. Selon les statistiques, plus de 13 000 sur 14 327 cas ont pu guérir du Coronavirus. La vie reviens de plus en plus à la normale pour la région Analamanga et Moramanga, à savoir les horaires de travail pour les fonctionnaires et les privés, la reprise des transports en commun, ou encore la réouverture des restaurants. Le déplacement entre Analamanga et Antsinanana sera dorénavant autorisé.
Les couvres feu, l'interdiction de réunion de plus de 50 personnes, la distanciation sociale ainsi que le port des masques restent obligatoires. Les organisations d'événements sont toujours interdites, dont les évènements sportifs. Pour les autres régions, il en revient au Centre de Commandement Opérationnel CCO-Covid-19 de chaque région de décider des mesures adaptées aux situations de chacune, tout en prenant en compte le maintient des règles de bases. Les dates des examens officiels sont également inchangées. L'examen pour l'obtention du Certificat d'études primaires élémentaires (CEPE), est prévu entre le 1er et le 15 septembre 2020. Les dates peuvent différer selon les régions, tels que les sujets d'examens, qui ont été faits selon les programmes achevés par chaque région. Le brevet, quant à lui, est prévu entre le 21 et le 24 septembre 2020.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Prison break à la maison centrale de Farafangana

Farafangana se situe dans le Sud Est de Madagascar. Ce dimanche 23 août, les prisonniers se trouvant à la maison centrale de la région ont essayé de s'échapper. Ils se sont ligués contre les gardes pénitentiaires, selon les sources, et ont forcé la sortie.
Quatre vingt huit détenus ont pu prendre la fuite. Trente sept d'entre eux ont été retrouvés, dont huit ont été gravement blessés, suite à une fusillade. Vingt d'entre eux ont perdu leur vie et trente et un autres sont toujours recherchés par les forces de l'ordre.
Tia Tanindranaza0 partages

Ampefiloha sy AnosyMaro ireo toerana tsy azo hijanonan’ny fiara intsony

Manao ny ezaka rehetra ny polisim-pirenena mba ho famahana ny fitohanan’ny fifamoivoizana eto Antananarivo Renivohitra.

 Nametrahana polisy eny amin’ny faritr’Anosy sy Ampefiloha iny ka natao faritra tsy azo ijanonan’ny fiara ny manodidina ny sampandraharahan’ny fananan-tany, ny fitsarana, tranom-bokim-pirenena izany hoe manoloana ireo ministera Samihafa. Tamin’ny faran’ny herinandro teo dia nisy fiara 4 x 4 iray saika hijanona teo akaikin'ny LMA. Nanatona ny mpamilin’ilay fiara ny polisy niasa teny an-toerana ary nilaza taminy fa tsy azo hijanona eny an-toerana fa mibahan-dalana ka mahatonga fitohanana. Namaly ilay mpamily hoe :"nahoana ireo misy moto avelanareo mijanona eo?" Namaly azy ilay polisy fa tsy mibahan-dalana ny moto. Nanao vavabe ilay mpamily taorian’izany toy ny hoe : « Ataovy izay ataon’ialahy fa izaho tsy maintsy mipetraka eto» niezaka nanazava ilay polisy fa araka ny fepetra noraisina dia tsy azo ijanonana eny an-toerana. Mbola nitohy ihany anefa ny faniratsirana ilay polisy na izany aza hoy ny loharanom-baovao. Tsy mahazo mihetsika eo ianao hoy ilay Polisy fa hiantso ny lehibenay aho. Nijoro teo anoloan’ny fiara ilay polisy nanakana azy tsy handeha ary nambanany hodomina. Nanomboka nitangorona ny olona. Mba hialana tamin’izany anefa dia nentina niditra tao amin’ny faritry ny foiben’ny polisy Anosy ilay fiara. Noho ireo polisy miasa eo avy amin’ny kaomisaria foibe ao Tsaralalana dia nanao tatitra tamin’ny lehibeny ilay polisy ka dia natolotra ny SUT Tsaralalana hatao fanadihadiana ilay mpamily noho ny faniratsirana mpitandro filaminana manao ny asany sy ny finiavana hanohitra ny fepetra napetraka.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fanombohan’ny faharavana

Toe-javatra isan’ny nanamarika ny andro omaly ilay raharaha mahakasika ny Tale Jeneralin’ny serasera teo anivon’ny Minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina, izay nametra-pialana.

Misy ny mpandinika maneho eo anatrehan’ny toe-javatra tahaka ireny, fa fanombohan’ny faharavan’ny fitondrana ireny. Asa aloha izay ho fahamarinana, fa ny lesona azo tsoahina sy tsy azo lavina dia ny hoe: misy fetrany ny fahefana, ary tsy maharitra mandrakizay. Mandalo ihany io, mety tsy haharo amin’ny fotoana rehetra ary mety ho sendra ny mena noho ny mena ihany koa indraindray. Mety afaka ny hizahozaho anio, mety ho tsy ho azo hozongozinina amin’ny toerana, mety hisetrasetra mihitsy ao anaty fanjakana ao, saingy tsy ho eo mandrakizay. Ny mahery tsy maody tsy ela velona, hoy ilay fitenin-drazantsika, saingy toa tsy mba misy ny fakana lesona tamin’ny zava-misy hatramin’izay. Hetraketraka, fizahozahoana, fihantsiana ady no isan’ny manamarika ny fihetsiky ny mpitondra eto amintsika amin’izao fotoana izao. Toa fady izany hiaiky ny fahadisoana izany, toa fatratra ny fahatokisan-tena fa tsy mba ho tratry ny aloka,… kanefa tsy ho mandrakizay io fahefana io. Iaraha-mahalala sy iaraha-maheno ny fanadihadiana samihafa, fa manao fahadisoana ara-politika ny fitondram-panjakana, saingy tsy te hahalala izany. Mbola lavitry ny kitay ny afo eto Madagasikara amin’ilay hoe: miainga avy any ambony ny ohatra. Toa tsy misy fahitsiana (integrité), tsy misy fitazonana ny tena nomena sy fanajana ny hasin’ilay fitondrana sy ny lalàna mifehy azy akory (loyauté), fa toa hafa no lazaina anio dia hafa raharampitso. Misavoritaka ny fitantanana ny firenena, manondrana ny manam-pahefana,… izay hitarika makany amin’ny faharavana raha mbola ny fiheverena ny tena ho tsy maty manota no mahazo laka.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusTsy nisy maty intsony tao anatin’ny 2 andro

Mijanona ho178 no namoy ny ainy vokatry ny coronavirus teto Madagasikara. Sambany no tsy nisy olona namoy ny ainy tao anatin’ny 48ora tamin’ity volana aogositra ity satria tsy nisy ny sabotsy teo sy omaly alahady, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta.

 

 Miisa 59 kosa ny tranga vaovao ny sabotsy teo, ary 50 kosa ho an’ny omaly. Fitiliana 376 ny fitiliana nahazoana ireo tranga 50 ireo, izay manome taham-pahavozana 13,29%. Ny 26 tamin’ireo no tato anatin’ny Faritranin’Antananarivo (22 Analamanga, 03 Faritra Vakinankaratra ka ny 02 Antsirabe ary 01 Mandoto, 01 Faritra Bongolava), 04 Fianarantsoa (01 Matsiatra Ambony, 03 Amoron'Imania ka 02 Ambositra, ary 01 Ambatofinandrahana); 04 Mahajanga tao amin’ny Faritra Sofia avokoa); 08 Antsiranana tao anatin’ny Faritra avokoa; 07 Toliara tao anatin’ny Faritra Menabe avokoa; ary 01 tsy fantatra mazava ny fihaviany.

794 SISA MANARAKA FITSABOANA

Mitotaly 14327 izany ireo voa hatramin’izay. Ny 13 355 no sitrana, izay manome taha 93,21%. Miisa 794 kosa sisa na ny 5,54% sisa no mbola manaraka fitsaboana. Niampy 7 ireo "forme grave" ka 87 izany amin’izao. 54 eto amin’ Faritra Analamanga, 01 Faritra Itasy (Miarinarivo) ,04 Faritra Vakinankaratra (Antsirabe), 20 Faritra Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 03 Faritra Atsimo Andrefana (Toliara), 02 Faritra Diana, 03 Faritra Boeny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Nalefahana ny fepetraMiasa ny mpiasa, misokatra ny RN2

Mbola mitoetra ny fahamehana ara-pahasalamana eto amin’ny tany sy ny firenena, raha tsy resy tanteraka ny covid-19. Miroso tsikelikely amin’ny fanalefahana ny fepetra isika, hoy ny Filoha Rajoelina.

 

 Ho an’Analamanga sy ny distrikan’i Moramanga manokana, dia miverina tsikelikely amin’ny fiainana andavanandro. Afaka misokatra ny tsenam-pokontany amin’ny 6ora maraina hatramin’ny 6ora hariva. Miverina amin’ny ora mahazatra amin’izay ny fiasan’ny rehetra. Mahazo miasa ny orinasa tsy miankina, ary tsy maintsy manaja ny fepetra ara-pahasalamana. Afaka misokatra ny toeram-pisakafoanana fa mila manaja ny fepetra, tsy tokony hihoatra ny 50. Tsy mbola miasa ireo marefo ara-pahasalamana. Manomboka amin’ny 10 ora alina, ka hatramin’ny 4ora maraina ny “couvre feu ». Malalaka amin’ny ora rehetra ny fitaterana entana. Azo atao ny mitondra olona iray amin’ny moto, saingy tsy maintsy misy fanamarinana fa fianankaviana. Miverina manomboka ny alarobia izao ny taksibe. Omena alalana avokoa ny fitondrana razana na miditra na mivoaka an’Analamanga raha voamarina fa tsy matin’ny covid-19. Tsy mbola azo atao kosa ny fiandrasam-paty.

ANTANANARIVO-TOAMASINA

Mbola mikatona ny zotra nasionaly na miditra na mivoaka an’Antananarivo makany amin’ny faritra hafa, ankoatra ny mampifandray amin’i Faritra Antsinanana. Afaka herinandro na 15 andro araka ny fivoaran’ny valanaretina no handinihana ny faritra hafa. Antony hanokafana ny zotra mampifandray an’Antananarivo sy Antsinanana ny efa fahatrarana ny PIC, tsy misy risika hampitombo ny valanaretina, hoy I Andry Rajoelina. Tsy maintsy hisy fepetra, dia ny fampiasana ny “manifold” mirakitra ny mombamomba ny rehetra. Tsy maintsy fendrahana fanafody ny fiara rehetra eo am-piaingana sy am-pahatongavana, tsy maintsy mampiasa gel désinfectant. Arakaraka ny fifehezana valanaretina eto no hanokafana ny mankany amin’ny faritra hafa. Manomboka ny 01 septambra dia hosokafana ny sidina an’habakabaka. Tsy mbola misokatra ny toeram-pilanonana, mbola tsy misokatra ny fifaninana ara-panatanjahantena. Akatona ny CTC eny Ivato, Alarobia, Vontovorona satria tsy misy marary intsony na vitsy. Hafindra ao amin’ny CTC Mahamasina avokoa . Mitohy ny fitiliana eny Andohatapenaka. Ho an’ny faritra rehetra, dia azo atao tsara ny maka fepetra maro samihafa iarahan’ny CRCO izay tsy maintsy hifampidinihana amin’ny CCO. Mbola voarara ny famoriam-bahoaka mihoatra ny 50 manerana ny Nosy, hamafisina ny fanaraha-maso ho an’ireo nifampikasoka tamin’ny olona marary.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Karinem-pokontany manara-penitraTapitra ny tapa-bolana nolazain’ny Filoha

Ny 08 aprily 2020 no nilazan’ny Filoha Andry Rajoelina fa hatomboka ny “digitalisation” na ny fanadihadiana sy fanisam-bahoaka ahafahana antontan’isa sy antontan-kevitra mazava momba ny vahoaka.

 

Nambara fa hatomboka any amin’ireo fokontany ao anatin’ireo faritra anaty fihibohana tamin’izany, dia ny teto Analamanga, Atsinanana ary Matsiatra Ambony. Nolazaina tamin’io fotoana io fa hizarana solosaina ny fokontany, ary ao anatin’ny 10 andro dia ho vita ny asa, ary hahazo “carte magnétique” ny olona. Fokontany aiza sy aiza avy no efa nahazo solosaina sy nahazo io karatra manokana io 4 volana sy tapany aty aoriana? Ny 09 aogositra indray dia nilaza i Andry Rajoelina rehefa nikorontana ny fizarana fanampiana noho ny tsy fahaizan’ny fanjakana, fa haverina ny fanisana, hovaina asiana “code barre” ny karinem-pokontany ka ao anatin’ny tapa-bolana no hanaovana izany. Tapitra omaly ny tapa-bolana ka fokontany aiza sy fokonolona iza ihany koa no efa misitraka izany? Misy tarehimarika mazava ve ? sa mba fanambarana fotsiny ihany iny !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsinjo Fameno CNaPS 24 213 no antontan-taratasy voaray hatreto

Ho fanohanana manokana amin` izao hahamehana ara-pahasalamana izao ny sehatra tsy miankina araka ny nampantenain` ny Filoha Rajoelina, dia niroso tamin`ny hetsika “Tsinjo Fameno” ny teo anivon` ny CNaPS.

 

Toy izao ny dingana hahafahana misoratra anarana amin` izany Tsinjo Fameno Izany ho an` ireo mpampiasa: miditra ao amin` ny tranokalan` ny CNaPS avy eo miditra ao amin` ny espace employeur ka no mametraka fangatahana. Ny fepetra takiana kosa dia mila mpampiasa efa mpikambana ao anatin` ny herintaona (nanomboka ny 01 janoary 2019). Tsara raha orinasa marim-pototra ao anatin` ny sehatra misy azy sy ara-dalàna ara-ketra amin` ny latsakemboka sy karama ara-dalàna. Toy izao kosa ny fepetra ho an` ireo mpiasa: tsara raha manana fifanekana arak`asa tsy voafetra (CDI) ny mpiasa iray. Raha tsia kosa dia mila manana fifanekana arak`asa hatramin` ny desambra 2021 (CDD). Nanomboka tamin` ny alatsinainy 17 aogositra hatramin` ny 30 septambra izao ny hetsika Tsinjo Fameno. Raha ny nambaran’ny filoham-pirenena omaly nandritra ny lahateniny dia miisa 24 213 ny antontan-taratasy voaray hatreto izay avy amina orinasa 128 ka 6,4 miliara ariary no vola hivoaka.Mbola hitombo moa io tarehimarika io satria mbola mitohy ny fandraisana ireo antontan-taratasy.Tsara no manamarika fa vola hindramina ity Tsinjo Fameno ity ka amin` ny alalan` ny latsakemboka arotsaka eny anivon` ny CNaPS no hanonerana izany mandritra ny 12 volana ary manomboka ny volana janoary 2021.  200 000 ka hatramin’ny 500 000 ariary no azo hindramina.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AmpitatafikaTsy ampy handoavana ny karaman’ny mpiasa ilay fanampiana azo

Efa azo tamin’ny herinandro teo ilay fanampiana 15 tapitrisa Ar anjaran’ny kaominina Ampitatafika avy amin’ny Fitondram-panjakana. Na izany aza anefa dia nomarihin’ny Ben’ny tanana Rado Ramparaoelina fa tsy ampy nandoavana ny karaman’ny mpiasa izany izay tafakatra 17 tapitrisa Ar.

 Ny hetra anefa etsy an-daniny nidina hatrany amin’ny 1 na 2 % hatramin’ny nisian’ny fihibohana teto amintsika raha efa tafakatra hatrany amin’ny 65 % izany teo aloha. Manoloana io tsy fahampiam-bola misy eo anivon’ny kaominina Ampitatafika Atsimondrano io dia fantatra fa miverina manao fanentanana momba ny fandoavan-ketra eny ifotony indray ny kaominina ankehitriny hahafahana mamerina izany amin’ny laoniny tsikelikely. Nampitomboina ho fito ihany koa ireo olona manao certification sy legalisation eo anivon’ny kaominina amin’izany mba hahafahana mampitombo ny vola miditra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana an-tsokosokoOlona 17 tratra saika hiondrana atsy Mayotte

Tra-tehaky ny zandary tao Ampasimbary Kaominina Antafiambotry Distrika Ambanja, ny sabotsy teo, ny andian'olona saika hiondrana an-tsokosoko amin’ny lakana misy motera hiazo an’i Mayotte.

 

 20 izy ireo fa ny 17 no tratra. Tany amin'ny faritra Ampasindava no hita ilay lakana misy motera hiondranan'ireto olona ireto. 8 hetsy sy 2 tapitrisa Ariary ny saram-piondran’ny olona iray, ary efa voaloa amin’ilay mpitondra ny lakana misy motera avokoa ny sarandalan’izy 20 saika hiondrana, araka ny loharanom-baovao. Olona avy ao Nosy-Be, Antsiranana, Mahajanga ary avy any amin’ny Faritra SAVA izy ireo. Nogiazana ilay lakana.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Androka -TsarazazaSimban’ireo mpitrandraka volamena ny lakan-drano

Manaitra ny sain’ny manampahefana mahefa eto amin’ny firenena ny any

 

Kaominina Ambanivohitra Tsarazaza Faritra Amoron’i Mania fa simban’ireo olona mpitrandraka volamena ny lakan-drano Androka sy ny tanimbary rehetra lalovany ka efa ho 11 taona katroka izao no tsy afa-namboly vary intsony ny tantsaha any an-toerana. Ho fatin’ny mosary ny olona aty amin’ity faritra ity, hoy ny mponina any an-toerana, raha sanatria mbola mitohy izao.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiana herinaratraNy atsy voalamina, ny aroa mikorontana

Efa vita ny asa fametrahana tahirina herinaratra na “transformateur” vaovao ho an’ireo fokontany miisa 2 dia Ambohimirary sy Ivanja Ambohitsoa, hoy ny avy eo anivon’ny Jiro sy rano Malagasy.

Ireto faritra voalaza ireto moa dia isan’ireo heverina ho faritra mafampana eo amin’ny resaka tsy fahandriampahalemana, indrindra, nandritr’izay fotoana nisian’ny fahatapahan-jiro lavareny izay. Mivaha ankehitriny ny olana, raha ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny Jirama, Vonjy Andriamanga, rehefa tonga nijery izany teny amin’ireto faritra ireto ny ekipan’ity sampana misahana ny jiro sy rano eto Madagasikara ity. Na izany na tsy izany aza anefa dia nahitana tsy fahatomombanana kosa ny milina mpampiaka-tosika eo Anosizato ny sabotsy teo. Tapaka araka izany ny famatsian-drano tamina toerana maromaro dia Anosipatrana, Ampitatafika, Ankaditany, Fenoarivo, Beravina, Ambanilalana, Ambaniala, Andranonahoatra, Vinany Loharanombato ny sabotsy teo ; tapaka niaraka tamin’izay ihany koa ny jiro nanomboka tamin’ny 2 ora tolakandro ka hatramin’ny 8 ora sy sasany alina. Somary taraiky ny fampandrenesana saingy efa teo am-panarenana ny simba moa ny ekipa teknikan'ny Jirama izay nilaza fa rehefa vita izany dia hiverina amin'ny laoniny ny famatsiana, hoy ny filazana, ka dia niara-niaritra teo indray aloha izany ny mpanjifa.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeMaty ireo roalahy latsaka tanaty lava-drano

Roalahy no indray latsaka tao anaty lava-drano ny faran’ny herinandro teo tao Ambohidravaka, Antsirabe I ary samy namoy ny ainy avokoa.

 

 Lava-drano vao namboarina izy ity ary tany amin’ny 28 metatra vao nahazo rano hoy ny vaovao. Mbola nodiovina indray izy taorian’izany ka tonga hatrany amin’ny 30 metatra. Nandeha tsara ny asa nandritra ny fampidinana ireo bizo 7. Teo amin'ny fampidinana ny bizo fahavalo farany vao nitranga ny loza. Nilaza mantsy ilay mpandavaka lavadrano fa aleo izy hitaingina hiaraka hidina amin’ ilay bizo farany, raha toa ka nampidinina tsy notaingenana ireo bizo fito teo aloha. Tsy nahazaka ilay bizo niaraka tamin'ilay mpandavaka lava-drano anefa ny kofehy nampidinana azy ireo ka dia tapaka tampoka, ka latsaka tany amin'ny 30 metatra ambany tany ilay bizo sy ilay mpandavaka lava-drano, ary dia voasintona noho izay ihany koa ilay ramose tety ambony izay talen-tsekoly iray ao Antsirabe hoy hatrany ny vaovao. Nisy olon-kafa niara-nifanampy tamin'izy ireo nametaka ireo bizo ireo, saingy izy roalahy ireto no izao latsaka tany anaty lava-drano izao raha toa ka efa voasintona ary tavela teo am-bavan'ilay lava-drano ireo olona roa hafa. Tonga nitondra fitaovana tamin’ny fakana azy roalahy ireto ny Ben'ny tanànan'Antsirabe Dr Unoh, niaraka tamin’ ireo fitaovana sy ireo mpiasan'ny kaominina ary ireo fokonolona. Tamin’ny 10ora alina sy 23 minitra tamin’ny Sabotsy teo vao azo ny olona faha roa, izay vatana mangatsiaka ihany koa sisa. Taorian'ny fahazoana ny razana dia nototofana avy hatrany ilay lava-drano.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoNisy haintrano miisa 27 tamin’ny volana jolay

Nahatratra 27 isa ireo haintrano niseho teto Antananarivo tamin’ny volana jolay lasa teo.

 Aina roa no nafoy tamin’izany izay tsy nisy azo nialana nenina avokoa raha roa ihany koa ireo naratra ka anisan’ireo ny teo anivon’ny mpamonjy voina. Mba ho fanampiana ny sampana mpamonjy voina eto Antananarivo ary dia nisy ny fanoloran’ny fondation ADP fanamiana miaro amin’ny afo manomboka any am-paladia ka hatrany an-tampon-doha ho azy ireo niampy fitaovana tamin’ny alalan’ny Ravinala Airports. Miisa 1604 izy ireo ka ny 106 amin’ireo natokana ho an’ny mpamonjy voina eto Antananarivo. Ny faran’ny herinandro teo no nanolorana ny fanampiana mba hahafahan’ireto farany manatanteraka an-tsakany sy an-davany ny asa hiantsorohany. Raha araka ny fanadihadiana natao tokoa mantsy dia matetika ireo mpamonjy voina no lasibatry ny afo rehefa mamonjy trano may. Ankehitriny voavaha tanteraka izany koa inoana fa hitondra fanampiana be dia be ho azy ireo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

ManakaraTratra ireo namono ilay tovolahy mpanangona lavanila

Lehilahy telo no nosamborin’ny polisy avy ao amin’ny DRSP Vatovavy Fitovinany tao Manakara ny zoma 21 aogositra teo noho ny resaka vono olona nitranga tany an-toerana ny talata 18 aogositra lasa teo.

 

 Raha tsiahivina kely ny tantara dia lehilahy iray, 22 taona, mpanangona vokatra lavanila ao Manakara, no nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana, ary lehilahy iray hafa, mpitarika cyclo-pousse izay niaraka taminy no naratra mafy, tamin’io datin’ny 18 Aogositra io tao amin’ny fokontany Lalinovy, kaominina ambanivohitr’i Manakara. Ilay naratra mafy moa dia efa nalefa namonjy toeram-pitsaboana ao Manakara. Telo andro taty aoriana dia fantatra fa telolahy no nandray anjara mivantana tamin’io vono olona sy fandratràna izay niseho tao Mahatsinjo, kaominina ambanivohitr’ i Manakara io. Mbola tsy fantatra ny tena antony fa mitohy ny fanadihadiana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

MorondavaTratra ireo mpanafika tobin-solika

voasambotry ny polisy miasa ao Mahabo, DRSP Menabe ireo jiolahy roa nanafika ny tobim-pivarotan-tsolika iray Andakabe Morondava ny marainan’ny alakamisy teo. Nahitana sakaosy nisy vola 2.115 000 Ar sy ody gasy ary bala PA iray tany amin’izy ireo,

 

Tsy ela fa tamin’ny zoma alina lasa teo ihany tokony ho tamin’ny 12 ora alina dia vola izao azony tamin’io asa fanafihana io. Tsy mbola nisolo akanjo ireo jiolahy taorian’ilay fanafihana nataony antony nahamora ny fisamborana azy. Raha tsiahivina moa dia pompiste iray no norobain’izy ireo ka nalainy avy hatrany ilay sakaosy kely tany amin’ity farany izay nisy ny volan-tsolika rehetra maty. Nandrahona ny hitifitra ny iray tamin’ireo jiolahy nandritra izany . Kalachnikov sy poleta mihitsy no tsikaritr’ilay voatafika teny an-tanan’ireto jiolahy ireto nandritra izany ary nanapoaka basy izy ireo no sady nandositra rehefa azony izay nilainy.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Beravina Morafenobe Avotra ireo mpianaka nataon'ny dahalo takalonaina

Avotra ireo takalonaina miisa roa, tafaverina avokoa ny omby telo voaroba. Notafihin’ny dahalo mirongo basy tao Mahavelona Fokontany Ampoza Beravina ny harivan'ny 20 aogositra 2020.

 

 0mby miisa telo, lamba sy firavaka sarobidy ary vola mitentina enina hetsy Ariary no norobain'ireo dahalo tamin’izany ary naka takalonaina roa izy ireo hampihorohoroana sy hanakanana ireo mpanaradia. Nanao ara-dia avy hatrany ny Zandary avy ao amin’ny « Poste Avancé » Ankalalo, nitarika ireo Fokonolona tany an-toerana. Nisy ihany koa Zandary avy ao amin’ny kompania Morafenobe niainga tao Beravina hamonjy ny kizo tany Ankaramenabe ary nanao toy izany koa ny zandary tao Akondromena sy ny Tafika ZRPS hisakanana ireto dahalo ireto tao Ambonara sy hamonjena ny takalonaina. Ny zoma 21 aogositra maraina vao tratra tao Mamoladahy Marotahalaka any Soaloka Distrikan'i Miandrivazo ireo dahalo. Nisy avy hatrany ny fifampitifirana ka vaky nandositra ireo dahalo. Avotra soa aman-tsara ireo takalonaina roa toy izany koa ireo omby halatra telo.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny sarimihetsikaTena novizanin’ny fihibohana

Toy ny niaina tanaty nofy ratsy ny mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny sarimihetsika tao anatin’izay 5 volana nisian’ny fahamehana ara-pahasalamana izay, hoy ny mpamokatra sady mpilalao sarimihetsika, Sahoby Razafindrakoto.

 

Ny asa andavanandro no nijanona avy hatrany. Tsy misy azo natao satria tsy afaka nanao “tournage” izahay. Tsy maintsy anaty tranon’olona tsinona izany no atao. Tsy azo atao anefa ny mifanerasera. Ny dikan’izay nijanona ny fanodinana. Ny vokatra efa nisy dia tsy maintsy tsy navoaka na dia efa natao aza ny serasera nandaniana vola maro satria tsy mora ny serasera eto amintsika, hoy hatrany izy. Tokony namoaka sarimihetsika izahay ny 26 martsa saingy nanapa-kevitra ny fitondram-panjakana ny 19 martsa fa mihiboka ny isan-tokantrano. Tanaty fiatoana tekinika tanteraka ny mpanao sarimihetsika tao anatin’izay 5 volana izay. Tsy izahay mpamokatra ihany no ao fa misy tekinisianina sy ireo mpamolavola ny vokatra mialohan’ny hahatongavan’ny vokatra any amin’ny mpanjifa tsirairay ihany koa. Olona an’arivo ihany koa no miantehitra amin’ny sarimihetsika avoakanay isam-bolana satria miasa mamelona tokantrano koa ireo, hoy izy, nefa fatiantoka sy fahapotehana no nitranga. Tsy naharay fanampiana izahay na dia mamelona olona maro aza. Mitodika manokana amin’ny mpitondra aho hoe isan’ny mampita hafatra vetivety indrindra ny mpanao sarimihetsika ka na tsy hanampy anay amin’izao aza ny fanjakana dia afaka manome aza ho anay hahafahanay manao izay fampitan-kafatra izay, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoHiasa amin’izay ny Taxi be

Hiverina hiasa manomboka ny alarobia 26 aogositra izao ny taksibe, hoy ny Filoham-pirenena.

 

Tsapako ny fahasahiranan’ny olona hoe tsy misy ny fiara fitateram-bahoaka, tsapako ny fahoriana, kanefa tsy maintsy naka ny fepetra maro. Nisy ny fifampidinihana nialohan’ireny nahafahana nisoroka. Misy antony 5 no tena mampiparitaka ny valanaretina: ny famoriana olona indrindra ao anatina toerana iray mihiboka tsy misy rivotra mifamezivezy, ny fifampikasohana be loatra, ny tsy fanajana ireo fepetra ara-pahasalamana indrindra fa ny tsy fanaovana arotava, ny fikirakirana ny taratasim-bola, ny fitateram-bahoaka na ny taksibe, hoy I Andry Rajoelina. Matetika, raha tsy misokatra ny varavarakely dia mihiboka ny taksibe, mifampikasoka ny olona ao anatiny, ary ao anatin’izany ihany koa ny fikirakirana vola. Nisy fivoriana nataon’ny minisitera sy ny mpitatitra, ka raha hiverina hiasa ny taksibe dia horaisina sy tsy maintsy hapetraka ny rafitra sy ny fitsipika tsy maintsy arahina. Tsy maintsy hatao ny famendrahana fanafody mialohan’ny iasana, tsy maintsy mampiasa gél na mivoaka na miditra, tsy maintsy manao arovava-orona sy “visière” ny mpamily sy ny resevera. Hatramin’ny 08 ora alina ny fara-fitondrana olona. Tsy maintsy manao arovava avokoa ny rehetra. Rarana ny fampiasana ny seza afovoany. Tsy miova ny saram-pitaterana, tsy misy saran-dalana miakatra sy fanararaotana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mari-pamantarana ny lavanila MalagasyHaorina ao Antalaha ny « World vanilla complex »

Renivohitra manerantany ny lavanila i Antalaha, Faritra SAVA. Haorina ao ny « World vanilla complex » izay ivon-toerana iray lehibe mari-pamantarana ny

 

lavanila mampalaza an'i Madagasikara eo amin'ny sehatra iraisam-pirenena. Ao amin’ny tokontany malalaky ny Travaux ao Antalaha no hanorenana azy. Tonga nijery ny toerana hanorenana izany Tranobe izany ny Minisitra ny Indostria, ny Varotra sy ny Asa-tanana Rakotomalala Lantosoa sy ny Minisitra lefitra misahana ny Tanàna Vaovao sy ny Trano fonenana Zasy Angelo izay namita iraka tany an-toerana ny faran’ny herinandro teo. Nihaona tamin'ireo mpandraharaha lavanila ireto mpikambana ao amin’ny governemanta ireto. Fantatra nandritra izay fa hisokatra amin'ny 15 Septambra 2020 ho avy izao ny tsenam-barotra iraisam-pirenena mahakasika ny lavanila ary 650.000Ar no « prix de référence » ho an'ny lavanila efa vonona ahondrana. Hivoaka amin'ity erinandro ity ny lisitr'ireo mpandraharaha nahazo fankatoavana sy nahafeno fepetra mikasika ny asa fanondranana lavanila.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaboana nentim-paharazanaManaja etika sy deontolojia ny FITRAMA…

Orinasa iray misehatra amin’ny fampiroboroboana ny fitsaboana nentim-paharazana amin’ny alalan’ny zava-maniry ny Mpitsabo Malagasy FITRAMA, tantanan-dRafanomezantsoa Jean Nirina.

 

Manaja ny etika sy ny deontojian’ny Fitsaboana nentim-paharazana ny orinasa raha araka fanazavany tamin’ny mpanao gazety, manaraka ny lalana manan-kery ao amin’ny kaodin’ny fahasalamana momba ny didy aman-dalana mifehy ny fitsaboana Malagasy. Ireo mpitsabo nentim-paharazana maro mivondrona ao anatiny ary manana mari-pahaizana no miara-miasa aminy mampiodina ny orinasa. Fanafody raitra raha araka ny fanazavany hatrany no hampiasaina amin’izany efa nahitam-pahombiazana an-taonany maro. Nampanarahina ny fenitra ihany koa ny efitrano hampiasaina handraisana ireo marary raha toraka izany ny fitaovana sy ny mpiasa izay efa manana traikefa avokoa. Natao ho zakan’ny maro ihany koa ny saran’ny fitsaboana sy ny vidin’ny fanafody. Na izany aza dia notsiahivin-dRafanomezantsoa Jean Nirina fa tsy mpitsabo ny tenany ary tsy mbola nitsabo olona saingy andraikitra noraisiny kosa ny handraharaha ao anatin’izany sehatra izany ankoatra ny fanatsarana ny etika sy ny dentolojian’ny fitsaboana nentim-paharazana.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Isam-paritra ny laza adinaAtao ny 1 hatramin’ny 15 septambra ny CEPE

Samy hanana ny laza adina, arakaraka ny programa vitany ny faritra tsirairay. Tsy hitovy ny laza adina manerana ny Nosy, mba hisian’ny fitovizana herijika, hoy ny Filoham-pirenena.

 Ny minisitra vao nandray ny asany dia nivory niaraka tamin’ireo tompon’andraikitra ara-pampianarana isam-paritra. Atao amin’ny fomba manara-penitra sy hizotra araka ny tokony ho izy. Hatao ny 01 septambra ka hatramin’ny 15 septambra ny CEPE. Ny 01 septambra ny any amin’ny Faritanin’Antsiranana sy eto Antananarivo no hanombohana izany. Ny 08 septambra ny any Mahajanga sy Fianarantsoa. Ny 15 septambra ny any Toliara sy Toamasina. Hatao ny 21-24 septambra kosa ny fanadinam-panjakana BEPC. Tsy maintsy mitondra ny taratasy fiantsoana ny mpiadina, ary aleo homena daholo fa sao sanatria hoe tsy nahaloa ekolazy dia tsy omena, fa mila mifampitsinjo, hoy i Andry Rajoelina. Somary niova izany ny tetiandro ka ho an’ny CEPE dia nomena tapa-bolana ny faritra rehetra manerana ny nosy hanatantterahana izany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Air MadagascarMiverina indray ny olana teknika

Antsasak’adiny mahery taorian’ny niaingany teo amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, ny alin’ny zoma 21 aogositra teo, dia niverin-dalana ilay sidina manokana MD 50 an’ny Air Madagascar nitondra mpianatra hiazo an’i Paris.

 

 Olana teknika teny am-panidinana no antony, raha ny fanazavana, satria dia tsy nety nahazo haavo tokony hizorany ary koa tsy afaka nivoy tena ilay fiaramanidina. Nanapa-kevitra, noho izany, ny mpanamory fa hiverin-dalana ary tafapetraka soamantsara teo Ivato. Nampandrenesina ny ray aman-dreny sy fianakavian'ireo mpianatra tao anatiny, izay nisy ankizy tsy ampy taona roa, haka ny zanak'izy ireo. Noho io resaka olana ara-tekinika eo amin’ny fiaramanidina Air Madagascar io hatrany dia nanapa-kevitra ihany koa ny sabotsy teo ny masoivohon’i Madagasikara ao Frantsa ny hanemotra ny dian'ireo mpandeha hihazo an'ny Madagasikara izay tokony nanainga omaly alahady amin'ny sidina MD51. Miverina indray izany ny olana teknika efa mpahazo ireo fiaramanidin’ny AirMad teo aloha, toa ny hoe varavarana tsy mety nisokatra, kodiarana tsy nety nivoaka, izao indray tsy nety nahazo ny haavo tokony hizorany .Mitombo hatrany ny fanahiana momba ity kaompaniam-pitanterana anabakabaka malagasy ity izay, raha tsiahivina dia mbola hananan’ny sampan-draharaha misahana ny seranana na Ravinala Airports trosa mitentina 5 tapitrisa Euro ihany koa amin’izao fotoana izao.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kalitaon’ny làlanaFaha-36 amin’ny firenena 38 i Madagasikara

Eo amin'ny laharana raha faha-36 amin'ny firenena 38 eto Afrika nanaovan’ny Agence EcoFin eto Afrika i Madagasikara raha ny hatsaran'ny lalana no jerena.

 

Namibie, Egypte, Rwanda, Maurice, ary Maroc no dimy voalohany ao anatiny filaharana, ary raha avy any aoriana any amin’ny rambony kosa kosa dia i Tchad, Mauritanie, Madagasikara, RD Congo, ary Angola. Isan’ny nanenjehana ny Filoha teo aloha Marc Ravalomanana nivoy ny fanamboaran-dàlana, ary tao anatin’ny bileta sy ny sary famantarana ny antoko TIM aza dia nasiana hoe: “Amboarina ny làlana eto Madagasikara” nahavitany 10 000 km latsaka kely, kanefa novoizin’ny mpanenjika azy ny hoe: “làlana angaha azo hoanina”. Rehefa tonga ny fanjakana tetezamita, dia tsy nisy fikojakojana fa niha potika. Taty amin’ny fanjakana Rajaonarimampianina, vao nisy ny fanamboarana sy fikojakojana, izay nisy aza no ny asa toa noezahin’ny fanjakana ankehitriny ho amin’ny anarany, kanefa ao anatin’ny fitohizan’ny raharaham-panjakana. Ankehitriny anefa, dia voizina ihany ankehitriny ny fanamboaran-dàlana, izay isan’ny nibahan-toerana tao anatin’ilay “Plan marshal” 1043 miliara noresahan’ny Filoha. Nomena toromarika hanao làlana rarivato 5km isan-taona farafahakeliny ny governora. Midika fa tara am-polo taonany isika, saingy aleo tara toy izay tsy misy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ligue des ChampionsNobatain’ny Bayern ny amboara

Norombahan’ny Bayern Munich fanin’eniny ny ambaoran’ny Ligue des Champions any Eoropa.1 no 0 no isa nisarahana tany Lisbonne omaly, tena nanezaka ny PSG saingy hita ihany hoe mbola zazavao amin’ny lalao famaranana avo lenta; tsikaritra ho nikaviavia sy tsy nahetsika firy ry Neymar, Mbappé sy Di Maria;

 

 hita ho nihaotraotra izany ry Mbappe sy Neymar kanefa efa nahazo tolotra mety tsara saingy daka malefaka no natao.Tena nanindry ny  Alemana satria izy no nifehy ny 62% n’ny lalao ary tena nampiseho ny maha ekipa matotra azy .I Kingsley Koman no nampiditra tamin’ny alalan’ny lohany ny baolina tokana ho an’ny Bayern teo amin’ny minitra faha 59 ; tratry ny contre-pied i Navas, nikobana ny harato.Somary mafimafy ihany ny fifandonana tamin’ity lalao ity satria 8 ny karatra mavo nozaraina ka samy nahazo 4 avy ny andaniny sy ny ankilany.Ny Bayern Munich sy Liverpool irery hatreto no efa in’enina nandrombaka ny champions league.

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitsara sy « instructeurs internationaux » MalagasyMiatrika fiofanana ampitain-davitra omen’ny FIFA sy...

Miatrika ny fiofana ampitain-davitra "Cours MA en ligne des arbitres élites" izay karakarain'ny FIFA sy ny CAF ireo mpitsara baolina kitra sy "instructeurs internationaux"

 Malagasy miisa 30 mianadahy nanomboka tamin’ny sabotsy 22 aogositra lasa teo ka hifarana amin’ity alatsinainy 24 aogositra 2020 ity. Tafiditra ao anatin'ny fandaharam-potoana amin’izany ny fifehezana ny "loi des jeux" ho an'ireo mpitsara mpanampy amin'ny lahatsary (VAR). Hanana fotoana hamerenana ireo andininy amin'ny fitsarana ny lalao ihany koa izy ireo (anticipation, règle de l’avantage, les coups de pied arrêtés, le pressing etc...) ao anatin’izany fiofanana rantovin’izy ireo izany

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Toerana kasaina hamindrana tobin-tsolika Mirehitra isan-taona ny manamorona azy

Nirehitra ny ilany atsimo an'Andohalambo, kaominin’i Bongatsara, ny atoandron’ny sabotsy teo ary niverina nirehitra indray ny hariva, tokony tamin’ny 7 ora tany ho any.

 

 Nirehitra mikisaka mianavaratra amin'ny tendrombohitra Andohalambo ny afo mijoalajoala, hoy ny fampitam-baovaon’ny mponina tany an-toerana. Efa maty ny afo ny atoandro saingy niverina nirehitra indray ary nikisaka nianavaratra. Isan-taona, hoy hatrany ny fanazavana, dia mirehitra lava ity tendrombohitra izay manakaiky dia manakaiky ny toerana kasain'ny fitondram-panjakana hamindrana ny LP na ny tobin-tsolika eny Ankorondrano ity, hoy ny kandida ho ben’ny tanana tao an-toerana, Tsiry Andriamihantasoa. Ity farany moa dia mbola manao antsoavo hatrany ny amin’ny mba tsy hamindrana izay tobin-tsolika izay eo amin’io toerana io ho fitandroana ny fihariana fa indrindra ny ain’ireo mponina eny an-toerana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tale Jeneralin’ny seraseraNandona olona, avy eo nametra-pialana

Namoa-doza teny amin’ny làlan’i Tsarasaotra Ivato ny Tale Jeneralin’ny serasera eo anivon’ny Minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina Atoa Fanahimanana

 

Tiaray ny sabotsy alina teo tokony ho tamin’ny 8ora sy sasany, ka nitarika tamin’ny fametraham-pialany tamin’ny andraikitra notanany. Efa neken’ny minisitra ny fialany. Fiaram-panjakana no nentiny nandritra io fotoana io, ka nandona miaramila iray. Tsy nijanonana anefa ny tenany, fa nandositra ka nifanenjehan’ny mpitandro filaminana, ary tratra soa aman-tsara. Rehefa tratra ity tompon’andraitrika ambony teo aloha ity dia hita fa mamo izy nitondra fiara satria avy nifety ny mpiara-miasa fa tafajanona amin’ny toerany ny Minisitry ny serasera Rtoa Lalatiana Rakotondrazafy, raha ny vaovao azo. Niaiky fa namoa-doza izy ary nanao fanamarihana fa tsy misy idiran-dRtoa Minisitry ny serasera sy ny kolontsaina mihitsy aloha io raharaha io, hadisoana nataon’ny vatan-tenako, hoy ity Tale Jeneraly nametra-pialana ity.

FANDIKAN-DALANA TELO SOSONA

Fandikan-dalàna telo sosona raha dinihina no nataon’ity Tale Jeneraly izay marihina fa mpitsara izany hoe mpahay lalàna ity. Teo ny fitondrana fiara anaty fahamamoana (conduite en état d'ivresse) izay melohin'ny lalàna, ny fandonana sy fandratrana olona sy ny fitsoahana rehefa avy niteraka lozam-pifamoivoizana (délit de fuité),… Natao tsara ambina, ary navela niantso an-telefaonina izay olona tokony nantsoiny ity Tompon’andraikitra ambony nandika lalàna ity. Andrasana ny ho tohin’io raharaha io. Tsiahivina fa nampindrana fiara marika « Audi » natao « tête de cortège » no isan’ny nanesorana ny Tale Jeneralin’ny Tahirimbolam-panjakana teo aloha, ary isan’ny nikororoka an’izany ny teo anivon’ny Minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina. Tamin’ity kosa dia tompon’andraikitra tao amin’io departemantam-panjakana io no namoa-doza tamina fiaram-panjakana, saingy niezaka nandositra fa tratra, satria sendra ny nahay azy. Ny zava-dehibe sy mendri-piderana na izany aza, dia ny fametraham-pialana, izay tokony halain’ireo manondrana sy tsy mahomby tahaka. Andrasana izay ho tohiny.

Tia Tanindranaza0 partages

Faniry RazafimanantanyMiantso ny vahoaka ho tonga saina

Matoa izahay mijoro dia manohitra ny zavatra tsy mety ataon’ny fanjakana, hoy ny sekretera jeneralin’ny Vovonana Malagasy manarina firenena na VMMF, Faniry Razafimanantany.

 

Raha misy ny mety dia anjarany sy adidiny izay fa raha ny zava-misy hita hatreto aloha dia betsaka noho ny mety ny tsy mety ataon’ny fitondrana. Ny tsy mety no marobe nataon’io fanjakana io nandritr’izay herintaona sy tapany izay. Izany rehetra izany no hiantsoanay ny vahoaka ho tonga saina sy hieritreritra lalina. Hiantsoanay ihany koa ireo rehetra mahatsapa fa tsy mety izao zava-misy izao ho ao anatin’ny tontolon’ny fanoherana mba hanana fomba fijery sy andraikitra hitoviana. Tsy azo avela amin’izao fotsiny ny firenena satria raha efa toy izao ny fahapotehany dia inona no mbola ho lovain’ny taranaka, hoy hatrany izy ?

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vaky ny Fonjan’i Farafangana20 maty voatifitra, 8 naratra, 37 voasambotra

Nisehoana fiokoana tao amin’ny Fonjan’i Farafangana omaly alahady. Raikitra ny famakiana fonja nokotrehina gadra 88, izay niteraka fifandonana mahery vaika. Vokany, 20 maty voatifitra, 8 maratra mafy, 37 voasambotra, 31 tafatsoaka ka mbola tadiavina.

 

Nizara roa ireo voafonja nandritra io: ny sasany nanafika ny mpiambina ary nahazo basy iray izay efa voaverina, ny sasany namaky ny lalana fivoahana. Azo ambara ho fifandonana nahery vaika indrindra hatramin’ny nisiana fiokoan’ny gadra teto amintsika io, ary nisiana faty olona betsaka indrindra ihany koa. Endriky ny fikorontanan’ny firenena sy fiakaran’ny maripana eto amin’ny tany sy ny fanjakana ny fahavakisana fonja. Nanome baiko ny hifehezana ny toe-draharaha ny minisitry ny fitsarana

 VAKY FONJA 3 NANOMBOKA NY JANOARY 2019

Fahavakisana fonja fanitelony nanomboka ny janoary 2019 io. Ny voalohany dia ny aprily 2019 nahatafatsoaka gadra mahary vaika miisa 6 tao amin’ny fonjan’i Maroantsetra, ny 05 mey no vaky ihany koa ny fonja tao Ihosy, ka gadra miisa 12 no tafatsoaka tamin’izay fotoana izay; ny fahatafatsoahana gadra miisa 4 tao amin’ny fonjan’Ambatondrazaka ny volana may 2020 ihany.

Toky R

La Vérité0 partages

Eliminatoires CAN 2022 - Préparation pour la reprise des compétitions

Les sélections du continent dévoilent leurs programmes respectifs de préparation. La Confédération africaine de football (CAF) a annoncé le retour des éliminatoires pour novembre. Mais en octobre, les sélections pourront profiter de 7 jours pour des matchs amicaux. Le rendez-vous est fixé pour les Eléphants de la Côte d’Ivoire, battus par l’Ethiopie en deuxième journée, et les Barea de Madagascar pour le compte des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2022, troisième et quatrième journées. Ce sera entre le 9 et 17 novembre prochains. La CAF rappelle néanmoins qu’elle surveille de près l’évolution de l’urgence sanitaire pour un éventuel changement.

La cinquième journée contre l’Ethiopie à Addis-Abeba et la dernière contre le Niger à Mahamasina sont prévues entre le 22 et 30 mars 2021. Dans le groupe K, Madagascar reste encore leader au classement avec deux victoires (6 points) contre l’Ethiopie (1-0) et face au Niger (6-2). La Côte d’Ivoire est deuxième avec 3 points, battue par l’Ethiopie (2-1) et une courte victoire contre le Niger.

Les sélections du continent n’ont pas attendu la CAF pour préparer la reprise des éliminatoires. Le Cap-Vert va déjà tenir un match amical lors de la fenêtre internationale d’octobre. Quant aux Requins bleus, ils affronteront Andorre le 7 octobre. La rencontre fera partie des préparatifs en vue des qualifications de la CAN 2021 le mois suivant.

Pour l’instant, Nicolas Dupuis n’a pas encore dévoilé le programme des matchs préparatifs pour les Barea. Des rumeurs ont circulé sur les réseaux sociaux pour un match amical contre le Nigeria à une date citée mais sitôt apparu, il l’a démenti tout comme la Fédération sur la véracité des informations.

Par ailleurs, à l’instar du Cap-Vert, d’autres sélections annonceront bientôt leurs programmes. D’après nos informations, le Bénin s’apprête à jouer avec le Mali en septembre. Vu la situation actuellement, le match pourrait bien se disputer en octobre.

Recueillis par Elias Fanomezantsoa

 

La Vérité0 partages

Evasion meurtrière à la prison de Farafangana - Condamnation des activistes pour les droits de l’Homme

La dernière évasion meurtrière de plus de 80 détenus à la prison de Farafangana, avant – hier, n’a pas laissé les activistes pour les droits de l’Homme indifférents. Rappelons que lors de la traque des évadés par les éléments des Forces de l’ordre, une vingtaine de détenus ont été abattus. Au lendemain de cet évènement dramatique, des membres d’associations œuvrant dans la promotion des droits de l’homme sont sortis du silence pour condamner cette forme d’attentat à la vie de plusieurs prisonniers. « Nous condamnons fermement tout acte qui porte atteinte à la vie d’êtres humains que ce soit des Forces de l’ordre ou des prisonniers », a déclaré Matavimana Ravao Georgine, membre de la Commission nationale indépendante pour les droits de l’homme (CNIDH), sur les ondes d’une radio privée hier.

 

Sur cette lancée, elle souligne que malgré tout, les détenus disposent toujours de leurs droits et ce jusqu’à leur condamnation voire au-delà. Dans la réalité, la plupart des prisonniers écroués dans les maisons de détention à Madagascar n’ont pas encore été jugés. Ce membre de la CNIDH plaide également en faveur des agents pénitentiaires en vue de l’amélioration de leurs conditions de travail dans les prisons.

Des révélations accablantes

Des informations qui circulent sur les réseaux sociaux révèlent une version accablante de la situation des détenus à la prison de Farafangana. D’après lesdites informations, de nombreux prisonniers n’ont pas encore fait l’objet d’un procès alors qu’ils ont déjà passé plusieurs années en prison. Par conséquent, l’établissement pénitentiaire est en surpopulation carcérale au fur et à mesure que les détenus augmentent. Selon les mêmes révélations, une grande partie des détenus sont encore présumés innocents.

Pire, certains auraient été accusés de vols insignifiants et ont été immédiatement incarcérés après une décision de mise sous mandat de dépôt du tribunal local. Certains d’entre eux auraient donc voulu payer le prix de leur liberté à la suite de racket de la part de certains agents pénitentiaires. Certains d’entre eux auraient même vendu leurs terrains familiaux pour pouvoir sortir de prison. Des détenus auraient même confié avoir été extorqués de près de 15 millions d’ariary par les agents pénitentiaires voire le chef d’établissement. Cette évasion collective serait ainsi le résultat d’une frustration des prisonniers.

En tout cas, si ces révélations sont avérées, une explication de la part du ministère de la Justice et de l’Administration pénitentiaire est attendue.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Covid-19 à Madagascar - Des leçons à retenir

A Madagascar, la Covid-19 est en régression si l'on se fie aux chiffres. Le nombre de nouvelles contaminations et d'hospitalisation est en constante diminution. Notons par ailleurs que Madagascar est actuellement le 23e pays au monde ayant le plus haut taux de guérison. Raison pour laquelle les dirigeants du pays ont allégé au maximum les mesures de confinement. La crise n'est pas terminée, mais l'heure est aux premiers bilans. Des leçons peuvent et doivent être retenues.

 

Et s'il y a bien une leçon à retenir en priorité, c'est que des investissements doivent être faits dans le secteur de la santé. En effet, la pandémie a montré les lacunes de la santé publique à Madagascar. Les dirigeants actuels ont dû pallier des failles jamais comblées depuis le retour de l'indépendance du pays. La construction, réhabilitation et équipement des structures sanitaires de base et de référence, doit ainsi être une priorité. Critiqués à leur construction lors de la Transition, les hôpitaux manara-penitra ont d'ailleurs démontré toute leur utilité dans cette lutte contre la Covid-19.

Cette crise a en outre mis en valeur la nécessité d'une continuité de l'Etat. Débuté sous la Transition, l'hôpital manara-penitra de Manakara a par exemple été laissé à l'abandon durant le dernier quinquennat. Or, il aurait pu être d'un grand remède. Au titre des investissements, l'acquisition d'équipements lourds et de matériels roulants tels que les concentrateurs d'oxygène, entre autres, doit être renforcée. La formation des ressources humaines en qualité et quantité suffisantes est un sujet primordial sur lequel est tenu de se pencher les autorités.

Recherche et innovation

Toujours dans les financements, une rubrique doit être consacrée à la recherche et à l'innovation. La crise a révélé la capacité de création et d'innovation de nombreuses entreprises malagasy. Nombre d'entre elles ont en effet réussi à trouver dans la pandémie une nouvelle opportunité de rebondir. Par exemple, dans le domaine des traitements possibles contre la maladie, l'Institut malgache de recherches appliquées (IMRA) a mis au point le Covid-Organics, un remède à base de plantes médicinales, qui a fortement aidé le pays à contenir la

propagation du virus.

Cette initiative parmi tant d'autres, prouve d'une part que le secteur de la recherche et de l'innovation peut apporter une importante valeur ajoutée au pays, et mérite de ce fait plus d'attention et d'investissements de la part des dirigeants actuels et futurs. D'autre part, cette initiative montre la place que doit prendre les plantes médicinales malagasy dans le domaine de la santé. Cela mérite que des financements plus importants soient affectés dans la recherche de remède à base de ces médicaments.

La crise a par ailleurs remis en cause le modèle alimentaire malagasy. Le début de la crise a été marqué par des ruées des Malagasy au niveau des commerces. Il est ainsi temps de repenser au mode de production et de consommation pour revenir au local. L'agriculture et la production locale doivent être poussées. Cela contribuerait à la flexibilité des approvisionnements pour répondre plus facilement à la demande locale. Parlant de consommation, cette crise a mis en avant la nécessité pour les différents secteurs d'activité à se formaliser. Les personnes issues du secteur formel ont en effet pu bénéficier plus facilement des aides sociales de l'Etat contrairement à ceux du secteur informel. De même, cette crise a mis en vue la nécessité d'un recensement effectif des foyers du pays.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Axe Antananarivo-Toamasina - Un ouf de soulagement des usagers et des riverains

Les usagers de l'axe desservant l'Est Antananarivo-Toamasina (RN2) ont poussé un grand ouf de soulagement en entendant la nouvelle tant attendue annoncée par le Président Andry Rajoelina, hier soir. Les riverains de cette route s'exultent également. Les taxis-brousse servant cette ligne seront autorisés à reprendre du service à partir de mercredi sous réserve de bien se conformer aux mesures sanitaires en vigueur pour prévenir la contamination au coronavirus.

 

Cet axe routier est vital pour les habitants des villages et localités qu'il traverse. La plupart d'entre eux tirent l'essentiel de leur revenu du trafic routier. Les restaurateurs, les hôteliers, les gargotiers, les boutiquiers, les épiciers… qui foisonnent le long de la route y trouvent leur compte à longueur d'années. Il en est de même pour les paysans dont les produits agricoles et artisanaux sont vendus aux passagers et passants.

L'arrêt du trafic voyageur sur cette route depuis mars a infligé un coup brutal à la disponibilité des sources de revenu des concernés. De plus amples précisions de la part du ministère en charge des Transports seront attendues ce jour. L'annonce présidentielle a quand même comporté des zones d'ombre à éclaircir. Par exemple, les usagers de l'axe Antananarivo-Moramanga et de celui d'Antananarivo-Brickaville sont perplexes.

C'est aussi le cas des personnes qui ont besoin d'aller à Ambatondrazaka, Anosibe An'Ala, Vatomandry, Mahanoro, Fenoarivo Atsinanana, Soanierana Ivongo… sachant que les bifurcations qui mènent à ces villes sont toutes raccordées à la RN2 alors que des gens provenant de la Capitale sont théoriquement interdits de sortir des limitrophes d'Analamanga. Il appartient aux représentants de l'Etat des Districts touchés de prendre des dispositions en concertation avec le Centre de commandement opérationnel Covid-19.

M.R.

La Vérité0 partages

Sur la bonne voie !

Qui dit mieux ! Le bout du tunnel semble approcher. Le confinement laisse progressivement place au train-train des activités quotidiennes. Certes, la lutte continue. Il faut qu'on parvienne à écraser radicalement ce redoutable  ennemi, la Covid-19. Nous entamons la douzième quinzaine de l'état d'urgence sanitaire à  Madagasikara. D'aucuns gardent toujours en mémoire, comme c'était tout juste hier, cette « soirée noire » du vendredi 20 mars où le Chef de l'Etat Rajoelina Andry Nirina annonça à la Nation, sur les antennes de la Radio et de la Télévision, l'apparition des trois premiers cas de contamination du nouveau coronavirus, SARS. Cov-2, la Covid-19. Des « cas importés », selon les termes d'usage, qui bouleversèrent en quelques secondes l'espoir de tout un peuple. Vivant sur une île, les Malagasy entretenaient l'illusion d'être à l'abri de ce terrible virus mais le sort en a voulu autrement.   

 

Après cinq mois de combat intense et sans complaisance, la pandémie de Covid-19 concède l'allure d'une courbe décroissante. En dépit d'un certain regain de puissance à travers quelques Régions comme Bongolava ou autres, elle est en net déclin notamment à Toamasina I et II et à Analamanga qui furent les épicentres de la maladie.

La décision des dirigeants relative à l'assouplissement de la pression du confinement s'inscrit dans une logique des bilans sans cesse décroissants en ce qui concerne le nombre des malades en cours de traitement, le nombre des « formes graves » et surtout celui des « décès ». C'est un tableau fort encourageant dans la mesure où la courbe représentant les chiffres des « guéris » est en hausse constante. Une perspective optimiste surtout pour un pays comme le nôtre dont les moyens à la disposition s'avèrent limités afin de repousser un tel ennemi. En effet, de manière incontestable, le pays s'engage sur la bonne voie. Les données statistiques s'améliorent au fil du temps. Le nombre des décès se ramène à zéro et l'effectif des personnes « en traitement » descend sous la barre des 800.

Ainsi, si le rythme de la baisse des tristes bilans (formes graves et décès) se confirme, on a le droit d'espérer que le pays aura raison du mal. Certainement, la Covid-19 ne s'avoue pas vaincue facilement. Dans les Régions hors d'Analamanga et de Toamasina, la pandémie continue de sévir. Mais, on dispose de toutes les chances de croire que le nouveau coronavirus cèdera la place à l'instauration du cours normal de la vie quotidienne. Et on pourra s'atteler à une autre bataille : la relance de l'économie. Le fait que le secteur du transport reprendra incessamment et de façon  progressive ses activités traduisent pratiquement le retour effectif sous peu à la normale.  

Les cinq mois de confinement plonge le pays dans l'abîme de la tourmente. Elle frappe sans autre forme de procès le fragile tissu économique. Le tourisme avec la fermeture totale du ciel malagasy  est touché en plein cœur et agonise. Les autres secteurs tels les industries ou les entreprises diverses digèrent très mal les impacts de la pandémie.

On est sur la bonne voie, vers la reprise des activités qui, précisons-le, ne signifie nullement qu'on va ignorer les restrictions de l'état d'urgence sanitaire qui vient d'être prolongé pour les quinze jours à venir.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Changement climatique - Renforcement des données météorologiques à chaque Région

Le changement climatique impacte l’agriculture à Madagascar. Les agriculteurs s’y adaptent comme ils le peuvent. Toutefois, cette situation se répercute sur leur récolte. « Les saisons ne sont plus comme avant. Le repiquage du riz sec ou " vary vaky ambiaty " commence vers le mois de décembre. Mais le problème réside plutôt dans les pluies et les températures. Parfois, les pluies sont abondantes, tardives et parfois inexistantes. Notre rendement diminue ainsi en ce sens », témoigne un agriculteur.

Vu le contexte de l’environnement actuel avec la déforestation, ce type de problème s’étend dans le reste de l’île. Etant donné que 80 % de la population malagasy travaillent dans le secteur agricole, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie multiplie ainsi l’installation des stations d’observation agro-météorologiques automatiques à Analamanga. De nouveaux matériels ont été déployés à Ankazobe et Anjozorobe le mois dernier. « Ces installations automatiques utilisent les nouvelles technologies d’observation et de transmission des données. Elles vont améliorer notablement le réseau d’observation météorologique de Madagascar par la fourniture des données climatiques et hydrologiques dans des zones non couvertes par le réseau existant depuis. Ces données vont permettre aux services régionaux de la météorologie de produire des services de proximité entre autres les calendriers culturaux locaux », explique Nirivololona Raholijao, directeur général de la météorologie.

Il faut noter que cette action entre dans le cadre du Projet d’amélioration des capacités d’adaptation et de résilience des communautés rurales (PACARC) face au changement climatique. Ledit projet étant appuyé par le Fonds mondial pour l’environnement et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Il faut savoir que la connaissance des données météorologiques permet à la population d’une Région de prévenir les aléas climatiques. Ces habitants seront ainsi capables d’adapter leur mode de vie mais surtout leur culture à partir de ces informations. Les activités continuent à travers la mise en place de deux nouvelles stations à Toliara II et Amboasary Sud.

Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Recettes fiscales - Une hausse de 32 % pour Vatovavy-Fitovinany et Atsimo-Atsinanana

2 milliards 300 millions d’ariary. Cette somme représente les recettes fiscales de la Direction régionale des impôts pour les Régions de Vatovavy-Fitovinany et d’Atsimo-Atsinanana durant le premier semestre de cette année. Malgré la crise sanitaire, ces recettes ont enregistré une hausse de 32 % en comparaison avec les chiffres de l’année précédente. « Effectivement, nous avons atteint aujourd’hui près de 70 % de l’objectif annuel fixé, et ce, malgré les difficultés économiques rencontrées dans les différentes Régions actuellement. Depuis le début du mois de mars notamment, les routes et le canal des Pangalanes ont été fermés, alors que ceux-ci représentent les principales sources d’impôts dans la Région.

Il nous a donc fallu trouver d’autres moyens », explique Andriamaro Guillaume Rasolofo, directeur régional des impôts en charge des Régions de Vatovavy-Fitovinany et d’Atsimo Atsinanana. Ainsi, dans cette recherche, les autorités ont effectué un élargissement de l’assiette fiscale avec la fiscalisation de la filière vanille, ainsi que celle des huiles essentielles. « Ces derniers temps, la filière vanille a commencé à se développer dans la Région. Bien avant la crise sanitaire, les planteurs ont même commencé à étendre leurs plantations à Nosy Varika, Mananjary mais aussi à Manakara. Nous avons donc décidé de formaliser les planteurs. Auparavant, seuls les collecteurs et les exportateurs étaient formalisés. Mais nous avons décidé d’ajouter les planteurs dans l’objectif d’améliorer les recettes fiscales bien évidemment, mais aussi afin d’améliorer la qualité et la quantité des produits », précise le directeur régional des impôts. Les planteurs ont ainsi contribué considérablement aux recettes fiscales de la Région pour cette année.

L’Administration fiscale locale a également procédé au début de l’année à la mise en place d’un service de ressources locales pour aider et accompagner les Collectivités territoriales décentralisées (CTD). D’autre part, les souscripteurs de crédits auprès des institutions de microfinances ont également contribué à cette hausse. « Même avec la situation actuelle, la population continue de souscrire à des crédits et des prêts auprès des institutions financières de la Région. Et comme ces souscriptions sont visibles auprès de l’Administration fiscale, nous avons mené notre enquête pour voir si ces crédits vont servir à l’extension de leurs activités économiques ou autres. Si c’est le cas, nous les encourageons à se formaliser et à s’acquitter de leurs impôts », rajoute le responsable. Disposant aujourd’hui de neuf centres fiscaux et d’un service régional pour les entreprises, cette Direction montre l’exemple à suivre. De plus, elle a enregistré une hausse de 27 % sur le plan national, en comparaison avec les autres Directions régionales.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Reprise des transports en commun - Aucune tolérance envers les irréguliers

Les « taxis-be » desservant les zones urbaines et suburbaines sont de nouveau opérationnels à compter de demain dans la ville d'Antananarivo. Comme auparavant, toutes les mesures ne changent pas, entre autres le port du masque obligatoire, le nombre de places, la désinfection des véhicules et l'utilisation du gel hydroalcoolique. Ces mesures ont même été renforcées, puisque les chauffeurs et leurs aides devront également porter des visières, des gants et disposer d'un emplacement dans le véhicule pour ranger le gel hydroalcoolique. Ils devront également mettre leurs tenues de travail et se munir chacun d'un badge.

 

Ces mesures ont été prises à l'issue d'une réunion entre les transporteurs, l'Union des coopératives de transport urbain (UCTU), le ministère de tutelle et l'Agence des transports terrestres (ATT). Par conséquent, ces acteurs sont les garants du respect des dispositifs. Tous les véhicules ne respectant pas ces règles ne pourront pas circuler. Le non-respect de ces mesures est passible d'une sanction, dont la confiscation des licences d'exploitation.

Pour une durée de 45 jours, les transporteurs seront dotés de gels désinfectants et la désinfection de véhicules sera réalisée avec l'appui de l'UNICEF et la Commune urbaine d'Antananarivo (CUA) dans le cadre du projet « Avotr'aina ». Ensuite, les coopératives prendront en charge leurs besoins, avance le ministre du Transport, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, durant son intervention hier à la Télévision nationale malagasy. D'ailleurs, cette opération a déjà été entamée hier dans les 4 sites de désinfection dans la Capitale, à savoir au Coliseum d'Antsonjombe, à Ankatso, Ambohijatovo et à la gare Maki Andohatapenaka. D'après le responsable au sein de la Direction des transports et de la mobilité urbaine, rattachée à la CUA, l'opération se tient tous les jours de 11 à 13h pour les bus et de 14 à 16h pour les taxis-ville. Afin d'assurer le contrôle, des fiches leur sont distribuées.

Contrairement aux taxis-brousse, aucune hausse des frais de transport n'est prévue pour les autobus, et cela malgré la limitation du nombre de places. Leurs activités s'arrêteront à 20h.

En tout, 7 000 « taxis-be » assurent le transport des passagers dans la zone urbaine et suburbaine à Antananarivo.

Anatra R.

 

La Vérité0 partages

CIM Ambohidahy - Délivrance des permis de conduire en suspens

Outre la remise des cartes grises et le traitement des dossiers rejetés, il y a environ une semaine, le Centre immatriculateur de Madagascar (CIM), sis à Ambohidahy, Antananarivo vient d'élargir hier ses activités en cette situation exceptionnelle. Avec le déconfinement progressif, cet établissement public a repris la délivrance des permis de conduire biométriques, de même que le traitement des dossiers qui ont été bloqués lors du confinement. Comme à l'accoutumée, les usagers sont appelés à s'informer à propos du calendrier de distribution sur la page Facebook CIM  avant de  s'y rendre. Une méthode adoptée récemment afin d'éviter tout rassemblement voire bousculement au niveau dudit centre. « Nous  projetons de distribuer 60 permis de conduire par jour. Et ce sont des documents dont le traitement administratif a été achevé que nous allons délivrer. La fermeture du centre nous a empêchés l'opérationnalisation technique », explique Rakotonandrasana Velonjara, chef du CIM Antananarivo.

 

Pour les concernés, cette décision est une bonne nouvelle. « J'étais à quelques jours de mon rendez-vous au CIM afin de récupérer ma carte grise lorsque le Président de la République a décidé de reconfiner la Capitale. Toutefois, il s'agit d'une pièce maîtresse pour un projet que je dois boucler le plus vite possible », témoigne Marc (nom d'emprunt).

Quant à la réception des nouveaux dossiers, Rakotonandrasana Velonjara, premier responsable auprès du CIM Antananarivo, a avancé vendredi dernier que de telle opération implique la participation de plusieurs entités. Une étude est actuellement lancée afin de respecter toutes les mesures sanitaires anti-Covid-19 et de préserver la santé de toutes les personnes qui visitent ou travaillent dans cet établissement.

A titre de rappel, le Centre immatriculateur annexe, situé à la galerie Alhambra, Ankadimbahoaka, distribue depuis une semaine les cartes grises prévues être délivrées durant le confinement, sans oublier le traitement des dossiers rejetés. A Ambohidahy, la délivrance des attestations de non-gage, la radiation de gage et quelques documents s'y rapportant  demeurent actuellement prioritaires. A cela s'ajoute la délivrance du visa pour la Carte violette et en guise de préparation des dossiers des candidats préparant l'examen de conduite au niveau des auto-écoles. Jusqu'à l'heure où nous mettons sous presse, le remplacement gratuit des faux permis de conduire biométriques en vrais, tant attendu par les concitoyens, reste toujours suspendu.

K.R. 

La Vérité0 partages

« Tsinjo Fameno » de la CNaPS - Emprunts accordés pour plus de 24 000 employés

Une semaine de souscription et de traitement. Les dossiers d’emprunts effectués par 128 sociétés ont pu être validés par la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS). Le Président de la République Andry Rajoelina l’a souligné dimanche soir, lors de son intervention à la chaîne nationale. D’après le Chef de l’Etat, 24 213 employés ont déjà bouclé  leurs dossiers pour les emprunts. 6,4 milliards d’ariary sont destinés pour ce faire. La distribution du « Tsinjo Fameno » se fera à partir de cette semaine, selon toujours les informations données.

Parmi les bénéficiaires de ce prêt exceptionnel figurent plus de 10 000 employés des entreprises franches ainsi que des enseignants des écoles privées, y compris les établissements confessionnels. A cela s’ajoutent les salariés œuvrant dans les domaines du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration ou encore ceux des transports, parmi les prioritaires. Des employés de l’Alliance française et d’Air Madagascar ont également déposé des dossiers pour en bénéficier. Il en est de même pour les travailleurs issus d’autres secteurs, à l’exemple de ceux de l’industrie et des services. Le budget destiné pour la mise en œuvre de cette prestation pourrait couvrir jusqu’à 200 000 employés.

Des centaines d’appels par jour

Le site web de la CNaPS est changé en portail où les employeurs peuvent s’informer et se souscrire pour l’obtention du « Tsinjo Fameno » depuis la semaine dernière. En plus du site web, les employeurs et employés peuvent bénéficier d’un appui sur Facebook ou encore par mail ou par téléphone. « La ligne indigo 565 pour les abonnés de Telma ou le  034 22 005 65 pour ceux des autres opérateurs reçoivent quotidiennement des centaines d’appels, demandant plus d’informations et de détails sur le prêt », souligne Alain Ratsimbaharison, directeur de la communication au sein de la Caisse. Ce prêt exceptionnel est accordé pour les employés issus des sociétés en règles vis-à-vis de la Caisse, c’est-à-dire inscrites à la CNaPS depuis au moins janvier 2019 et ayant réglé les 4 trimestres de cotisation, sans arriérés. De nombreuses sociétés dépositaires de dossiers n’ont pourtant pas pu effectuer la déclaration nominative de salaire (DNS) ou n’ont pas pu verser comme il se doit leurs cotisations. « Ces entreprises doivent d’abord régler leur situation avant de bénéficier de l’emprunt spécial », renchérit ce responsable.

Rappelons que le « Tsinjo Fameno » étant une prestation spéciale de la CNaPS, sur proposition du Président de la République, pour venir en aide aux employés du secteur privé, en détresse depuis la crise liée à la Covid-19. Chaque emprunteur pourra toucher une somme équivalente à son salaire mensuel, variant entre 200 000 et 500 000 ariary. Le remboursement se fera sans intérêt à partir de janvier jusqu’en décembre 2021.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Des braqueurs de station-service arrêtés par la police

Deux individus auteurs du braquage de la station-service Jovena à Morondava, commis le jeudi 20 août vers 18 h, ont été appréhendés par la police du commissariat de la Sécurité publique de Mahabo, le vendredi 21 août. Pour rappel, cette attaque a eu lieu vers 6 h du matin. Les malfaiteurs, munis d’armes à feu (un pistolet automatique et un fusil Kalachnikov), ont fait irruption dans cette station-service située à Andakabe, à quelques mètres du siège de la mairie de cette commune urbaine. Une fois sur place, ils ont menacé avec un pistolet le pompiste pour dépouiller le sac contenant de l’argent qu’il détenait. Lorsqu’ils ont quitté les lieux, les malfaiteurs ont tiré en l’air pour couvrir leur fuite. C’est pourquoi ces derniers n’étaient déjà plus sur place quand la police a débarqué. La police a tout de suite ouvert son enquête. Celle-ci n’a pas tardé à porter ses fruits. Le lendemain, les fugitifs ont été appréhendés dans le district de Mahabo. Cette interpellation a été rendue possible grâce aux renseignements fournis par des personnes de bonne volonté qui ont dénoncé la présence de ces malfrats dans la localité au commissariat de la Sécurité publique de Mahabo. Au moment de l’arrestation, la police a pu récupérer le sac contenant une somme de 2 115 000 ariary qu’ils avaient dérobée chez le pompiste. Une sacoche remplie d’amulettes et une balle de pistolet ont été également saisies sur eux. Durant leur interrogatoire, les suspects ont reconnu leurs actes, d’autant plus que leurs visages sont apparus sur les images vidéo enregistrées par la caméra de surveillance installée dans cette station-service. Lors de leur arrestation, ils portaient les mêmes vêtements qu’au moment du crime. L’enquête a également révélé que ces individus étaient impliqués dans un acte de vol à main armée, commis il y a quelques semaines chez un opérateur économique. Celui-ci a été tué par balles lors de cette attaque.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Voyage : Andranovelona, le village des « sans nom de famille »

En plein cœur du village d’Andranovelona, la femme de Raymond au premier plan.

L’histoire du « toaka gasy », ou rhum artisanal et traditionnel, est sur le point de connaître un grand tournant politique et économique. Des villages comme Andranovelona, à la limite du district d’Ambohidratrimo en produit depuis des décennies.

« Raymond… cela suffit », jette le septuagénaire d’Andranovelona, le regard oblique et perçant. « Pas besoin de nom de famille, cela suffit ». Dans ce village d’environ quinze toits, il est un peu le patriarche. Bien adossé au pied de sa petite toiture, surveillant nonchalamment la cuisson de la grosse barrique aux couleurs de goudron d’où émane une senteur lourde et mielleuse.

Raymond est fabricant de « toaka gasy », rhum artisanal malgache, un breuvage ancestral dont les traces historiques datent déjà du 19e siècle. « J’en produis 15 à 20 litres par jour », soutient-il. Avec la crise sanitaire, sa production a nettement diminué. Les commandes se font rares. « Bien sûr, quand il n’y a pas de retournements des morts, de circoncision… mon commerce est impacté. Vous savez, le rhum artisanal est consommé presque dans toutes les cérémonies traditionnelles, même si vous voulez planter un champ pour la première fois, le rhum est là ».

Andranovelona se trouve dans la commune de Marokibobo. Rural, dominé par une latérite rouge brune. Pour y accéder, il y a deux possibilités. Par la commune d’Ivato, « mais une partie de la voie est peu conseillée, surtout en voiture », soutient Mamy, un « guide » local. Le meilleur accès se fait depuis Ambohimanga, la colline sacrée, ensuite, Alatsinainy Imerimandroso, « le marché du lundi aux meilleures graines de la région ». Passant par Marokibobo. Et au détour d’un virage, apparaît une petite montée menant en plein milieu d’Andranovelona.

Raymond, le septuagénaire réputé pour son rhum au goût de miel.

Dahalo. La production du rhum local se fait toutes les semaines. « C’est ce que notre matériel et nos finances nous permettent. C’est ce qui nous a aussi permis de nourrir nos enfants », ajoute la femme de Raymond. Décidément, les noms et les prénoms sont du domaine du secret d’Etat dans le village. Comble de l’ironie, « mon fils est devenu un homme d’Eglise, il ne veut plus reprendre l’affaire », rigole quelque peu la dame. A 52 ans, elle a mis au monde dix enfants, suivis de treize petits-enfants et de deux arrière-petits-enfants.

La dame arrive encore à porter 20 à 40 litres de rhum, à « Ambato ». Encore plus au nord, sur la route des « dahalo », il y a un trajet qu’elle fait en quatre heures, d’hiver en été. « Mais je commence à vieillir », regrette-t-elle. C’est au crépuscule de sa vie qu’elle connaît enfin une certaine stabilité dans le commerce du « toaka gasy ». Au mois de juin, les députés adoptent une proposition de loi sur cette boisson. Une première victoire pour les défenseurs du « travail manuel malgache », comme le dit fièrement Raymond.

Depuis, le couple est plus calme. Cependant, les vieux réflexes sont restés. La peur des étrangers, les propos évasifs, le ton parfois menaçant… La femme de Raymond revient sur cette époque de la prohibition : « notre commerce a été marqué par des parties du chat et de la souris avec les forces de l’ordre. Comme nous vendions à Alatsinainy, au marché, ils nous traquaient sur place. Ensuite, nous nous débrouillions pour cacher nos marchandises. Quand nous revenions, des inconnus nous les avaient volés ».

Des bidons de rhum volés équivalent à une semaine de travail réduite à néant. « Cela comprend l’achat du sucre de vingt kilos, de l’Amberivatry, le ferment et de quelques autres ingrédients. Nous plantons nous-mêmes la canne à sucre. Cela comprend aussi les huit jours de fermentation, ensuite la cuisson pour tirer le nectar », fait savoir Raymond. Le gros bidon est acheté à Antananarivo, au marché d’Ambohimanarina à 60 000 ariary, voire plus, puis ramené à bicyclette à Andranovelona. Chez Raymond et sa famille, la marche fait partie du jeu, un acte logique pour accroître les bénéfices.

Insécurité grave. Ce mois d’août, Ryamond a eu toutes les raisons d’avoir peur. Il y a presque deux semaines, les « dahalo » sont venus faire une razzia dans son village et dans ceux aux alentours. Des morts, il y en a eu. Celle d’un homme découpé en morceaux devant sa femme « par pur plaisir », et dont les morceaux ont été soigneusement déposés dans une soubique. « La femme a depuis perdu la tête », regrette Mamy. Sans oublier les actes sadiques perpétrés sur un enfant de trois ans pour forcer la famille à sortir le butin. Ou encore l’arrogance des bandits, quand ils les menacent. « Restez chez vous, forniquez, nous nous occupons de vos zébus ! ».

Il faut dire que la région attire les convoitises. Ceux des voleurs de zébus en premier lieu, et ce, depuis des lustres. Mais aussi des « zaza mainty », une sorte de milice civile monnayant ses services pour protéger le village. « Leurs services coûtent assez cher. 200 000 ariary par personne par mois, il faut les loger et les nourrir. Par contre, ils ne laissent personne cuire leur repas. C’est eux qui cherchent le bois, qui cuisinent, qui lavent leur linge… Mais c’est sûr, ils donneront leur vie pour honorer le contrat », met en avant Raymond. Les « zaza mainty » sont passés à Andranovelona.

Ils étaient trois, tout de noir vêtus. L’un d’eux arborait un fusil. « Ils vont aller rejoindre la commune », ajoute Raymond. Apparemment, Andranovelona et les hameaux aux alentours souhaitent vivement recruter ces milices. De cette manière, le septuagénaire pourra protéger autant ses champs que son commerce de rhum artisanal. Dans les années 2 000, le couple a reçu une formation de la part d’un ancien du village. « Il nous a formés, quand il a commencé à ne plus pouvoir en produire. Et c’est là que nous nous sommes lancés », rappelle la dame.

Depuis, ils seraient deux producteurs dans le village. Plus loin, dans la localité d’Antsiriribe, un bourg réputé être l’un des plus grands producteurs de la région, la nouvelle sur l’adoption du projet de loi a été accueillie comme un triomphe. Par contre, faute de moyens, la quantité de production semble pour le moment stagner. Avec l’insécurité, la pauvreté et, pour l’instant, la Covid–19, Raymond n’envisage pas d’élargir son business. « Tant que nous pouvons seulement vivre, pas de problème ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Préparation au CEPE : Distribution de fournitures et de masques par le MCC

(crédit photo : Princy)

La date de l’examen du CEPE approche, il ne reste plus qu’une semaine de préparation pour les élèves. Dans un souci de soutenir les enfants, la délégation du ministère de la Communication et de la culture, dirigée par la ministre Lalatiana Andriatongarivo a effectué une descente à l’EPP Antetezanafovoany le samedi 22 août 2020 pour remettre aux élèves en classe de 7ème dans cet établissement des fournitures scolaires, du chocolat et des masques ; l’essentiel dont ils auront besoin pour passer les examens. A noter que ce don a pu être réuni grâce à la participation de l’ensemble de l’équipe technique et celle du cabinet au niveau dudit ministère.

Dialogue avec les parents. Profitant de cette rencontre, la ministre s’est également entretenue avec les parents des élèves de l’EPP Antetezanafovoany. Ces derniers se sont notamment plaints de la difficulté qu’ils éprouvent en payant la cotisation pour les enseignants Fram. Plaintes entendues par la ministre qui a promis de leur venir en aide sur ce point. Quant au directeur de l’école, il a affirmé qu’en 38 ans d’existence, aucun haut responsable n’a jamais daigné rendre visite à cet établissement, la ministre de la Communication est la seule à avoir fait le déplacement depuis. Rappelons qu’avec son action Tagnamaro, le MCC avait déjà fait construire un réfectoire pour cette école. Aujourd’hui, il y revient pour soutenir les élèves qui vont passer les examens du CEPE.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Morafenobe : Mpianaka nentin’ny dahalo natao takalonaina

Nentina nanakanana sy nampitahoran’ireo mponina mba tsy hanara-dia azy ireo, dia naka an-keriny olona roa, mpianaka ireo dahalo, rehefa avy nanafika tao Mahavelona, fokontany Ampoza Beravina, distrika Morafenobe, ny faran’ny herinandro teo. Tsy nahomby anefa ny tetik’izy ireo. Omby  telo, fitafiana, lamba ary firavaka sarobidy isan-karazany, niampy vola mitetina eo amin’ny enina hetsy ariary teo ho eo no lasan’ireo dahalo nandritra ny fanafihana nataon’izy ireo, tao amin’io tanàna voalaza etsy ambony. « Ny tena loza anefa, dia naka takalonaina roa izy ireo hampihorohoroana sy hanakanana ireo mpanaradia » hoy ny vaovao. Nandritra ny fanafihana anefa, dia efa nampilaza sy nandefa fanaraina tany amin’ny lehiben’ny zana-tobim-paritry ny zandary tao Ankalalo ireo fokonolona. Nidina avy hatrany tany an-toerana ireto farany, ary niezaka nitarika ireo fokonolona amin’ny fanarahan-dia. Tetsy an-danin’izay, dia efa nampandrenesina avokoa ireo tobin’ny zandary sy ny Tafika manodidina, anisan’izany ny tao Beravina, ny tao Ankondromena ary ireo miaramilan’ny Zrps hisakana ireo dahalo, hanao izay fara herin’izy ireo hanavotana ireo takalonaina. Ny ampitson’ireo fanafihana io no nifanehitra tamin’ireo zandary mpanara-dia tao Mamoladahy Marotahalaka any amin’iny distrikan’i Miandrivazo iny ireo dahalo. Raikitra teo ny fifandonana sy ny fifampitifiran’ny roa tonta. Araka ny voalaza, dia tsy nahatohitra velively ireo mpitandro filaminana efa matihanina ireo olon-dratsy ka samy nirifitra nanavotra ny ainy avy. Namela ireo hazany sy izy mianaka nalaina an-keriny teo. « Avotra soa aman-tsara ireo takalonaina roa ary votsotra ihany koa ireo omby halatra telo » hoy hatrany ny fampitam-baovao. Tsy nionona fotsiny tamin’izay vokatra izay anefa ireo mpitandro filaminana, fa mbola nanohy nanao hazalambo ireo malaso. Tsiahivina, fa vao tsy ela akory ary tany amin’iny faritra iny no nisy ilay olom-boafidy no sady mpitsabo, maty nisy namono ary taorian’izay dia naharatrana zandary roa indray rehefa nisy ny fifandonana teo amin’ny dahalo. Raha ny mikasika izay, dia fantatra fa misy ny hetsika fanindroany indray hitambaran’ireo mpitandro filaminana any an-toerana hitadiavana izay tena tompon’antoka tamin’izany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque malgache : Le concours gagne du terrain en France

Les gagnants du concours « Kitram-by malagasy » de ce week-end.

La triplette composée de David Morondava, de Parco et de Francis avait brillé lors du concours « Kitram-by malagasy » qui s’est déroulé ce week-end en France. Les boulistes malgaches veulent exceller dans leur domaine.

La pétanque a retrouvé le chemin de la compétition en France. Après une longue période de confinement, les boulistes malgaches dans l’Hexagone ne s’arrêtent plus dans l’organisation des concours. D’autant plus que l’objectif est clair: remonter leur niveau technique.

En effet, à seulement deux semaines après le concours dénommé « Grand concours pour les Malgaches en France », la grande famille de la pétanque s’est réunie encore une fois ce samedi au Parc de la Colline Cacao à Rungis, pour le deuxième concours, le « Kitram-by malagasy ». Cette fois-ci, c’est une initiative de Rija Ramangalahy, un visage qui n’est plus à présenter dans le domaine de la pétanque. Il a été sacré vice-champion du concours de tirs lors de la 42e édition de la Rencontre Nationale Sportive (RNS) en avril 2017, sauf que le titre avait été remporté par Daddy Rarivoarivony.

Au total, vingt-six équipes issues de différentes régions de la France étaient en lice. Il s’agit notamment d’un concours en triplette (Élite+Boss+Boss).

Après une finale acharnée, la triplette composée de David Morondava, de Parco et de Francis Poiret a été sacrée championne. Elle a battu le trio Mahefa kely, Jao et Catherine. Pour l’équipe de Lesa, Timain et Rakia, elle s’est mise à la troisième place suivie de celle de Luc, Dera et Onja.

« Nous nous efforçons pour que le monde entier puisse voir notre travail pour la promotion de la pétanque. Puisque notre objectif c’est de pousser les joueurs malgaches à devenir des professionnels dans ce domaine. Nous sommes sur le point de chercher de meilleures alternatives pour atteindre cet objectif sans devoir attendre l’aide de l’Etat. En plus, les joueurs pourront jouer librement et loin de la corruption », a fait savoir l’organisateur.

L’ambiance a été au rendez-vous durant ce concours. C’était aussi une occasion pour les participants de savourer des nourritures typiquement malgaches.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la Covid-19 : Protocole “S.T.A.R” au niveau des épiceries

Avec la réouverture progressive des revendeurs de boissons Star, la société accompagne ses partenaires dans la mise en place des mesures sanitaires nécessaires afin de protéger autant les vendeurs que les consommateurs. Pour cela, la Star a lancé le protocole baptisé S.T.A.R pour garantir le respect des gestes-barrière auprès de tous les points de vente. La lettre S désigne le lavage des mains ou « Sasa-tànana », impératif pour chaque point de vente ; le T fait référence à la distanciation physique d’un mètre ou « Tazomina ny elanelana ». Ainsi, chaque table de l’établissement sera placée de manière à garder la distance de sécurité. Quant à la lettre A, elle évoque le port obligatoire du masque ou « Aro-tava ». Et enfin, la lettre R qui termine ce protocole concerne l’eau ou « Rano » en malgache. La désinfection de chaque établissement (lieu, ustensiles, mobilier) doit se faire quotidiennement. Tout ceci va permettre de limiter la propagation de la maladie au niveau des épiciers et des bars.

La mise en place de ce protocole a déjà commencé. Et il sera appliqué dans tous les points de vente à travers le pays selon les explications des responsables au niveau de la Star. Madagascar n’étant pas encore sorti d’affaire par rapport à la Covid-19, le respect des gestes-barrière est plus qu’important pour éviter un revirement de situation qui ne serait bénéfique pour personne.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Gouvernorat de Boeny : Perception des impôts via Paositra money

Lors de la pose de la première pierre de la construction de l’antenne de la Paositra Malagasy à Ambondromamy.

Un grand projet sera bientôt mis en place par le gouvernorat de Boeny en partenariat avec la Paositra Malagasy.

Il s’agit de la perception de tous les impôts et taxes dans toute la région ainsi que le paiement des salaires du personnel et des chefs de fokontany ou des fournisseurs dans la région via Paositra money. « Le gouvernorat de Boeny sera le premier à se lancer dans ce genre de projet à Madagascar », a déclaré le directeur général de la Paositra money, Richard Ranarison, lors de la pose de la première pierre de la construction d’un nouveau bâtiment abritant l’antenne de cette entreprise d’Etat dans la commune d’Ambondromamy.

Gouvernance locale. Et lui de rajouter que toutes les transactions financières via cette plateforme de services financiers en ligne, en commençant par le dépôt, le retrait et le transfert d’argent sont gratuites jusqu’à la fin du mois de septembre. « On peut même effectuer le paiement des salaires des députés et des militaires via Paositra money », d’après toujours ses explications. De son côté, le gouverneur de Boeny a soulevé que son défi est d’assurer le développement local tout en prônant la gouvernance locale et l’exploitation rationnelle des richesses dont dispose la région et qui constituent une grande potentialité de celle-ci. Il a cité, entre autres, l’agriculture, l’élevage et le tourisme. « L’utilisation de cette plateforme de service financier en ligne contribuera à améliorer la gouvernance locale. Quand j’étais à la tête de la commune urbaine de Mahajanga, cette collectivité territoriale décentralisée a déjà mis en place le système de démonétisation en procédant à la perception des impôts par le biais du mobile banking. Désormais, même le paiement des salaires des chefs de fokontany opérant dans des zones très reculées se fera via ce système numérique de démonétisation. Ce qui leur évitera de dépenser beaucoup d’argent en effectuant des déplacements », a-t-il ajouté.

Sécuriser leur épargne. Parlant de la construction d’une nouvelle antenne de Paositra Malagasy à Ambondromamy, le directeur général de cette société d’Etat a évoqué que cette commune dispose d’une grande potentialité économique. « On y enregistre environ 80 millions d’ariary de chiffre d’affaires par semaine grâce à l’existence du marché local de bovidés, sans compter le développement des établissements hôteliers et de restauration. Ambondromamy constitue également un carrefour entre trois provinces, à savoir Antsiranana, Mahajanga et Antananarivo. L’opérationnalisation de cette agence de la Paositra malagasy d’ici à 9 mois contribue à l’inclusion financière, un des objectifs fixés par l’Etat dans le « Velirano N° 11 ». En effet, les acteurs du développement local pourront sécuriser leurs recettes et leur épargne qui sont thésaurisées chez eux », a-t-il enchaîné.

Projet Hotspot. Par ailleurs, le Secrétaire général du ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique a déclaré que la commune d’Ambondromamy sera parmi les 50 sites bénéficiaires du projet Hotspot Wifi gratuit. « Nous allons installer ce projet de développement numérique accessible à tous dans chaque chef-lieu de région, à part la mise en œuvre du projet « Smart village » qui sera géré par la Paositra malagasy. En effet, on y trouvera tous les services postaux tels que la Paositra money et le service de micro-finance. Ce sera mis en place, entre autres, dans trois communes de la région Boeny compte tenu de leurs potentialités économiques. Ce sont des communes dépourvues d’électricité et de réseau de télécommunication », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la Covid-19 : Le RDS a loué l’appui apporté par les PTF

Le RDS de Fetison Rakoto Andrianirina loue l’appui apporté par les partenaires techniques et financiers pour lutter contre la Covid-19.

A l’instar des autres formations politiques, le parti Renouveau pour la Démocratie Sociale (RDS) de Fetison Rakoto Andrianirina s’est également exprimé sur la lutte contre la Covid-19, « l’épidémie progresse, mais à un rythme moins soutenu par rapport aux semaines précédentes, si l’on se réfère aux statistiques officielles. Toutefois, l’ensemble de la population devra rester vigilant et discipliné, si l’on veut parvenir à l’éradication de cette Covid-19 à Madagascar ». Et de continuer que « l’appui apporté par les partenaires techniques et financiers (PTF) dans le cadre de cette lutte est l’un des facteurs décisifs ayant permis de contenir l’avancée de cette épidémie et d’alléger les conséquences socio-économiques engendrées par son passage ». Dans son communiqué, ce parti « tient à exprimer ses vifs remerciements au pays amis et aux organisations internationales donateurs, partenaires et ne peut que mesurer l’énorme avantage que Madagascar a de pouvoir compter sur leur intervention et leur soutien, surtout dans un contexte international et régional mouvant qui appelle à une solidarité accrue face à l’effet dévastateur de la Covid-19, la réussite de l’après-crise sanitaire en dépendra ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Zéro décès, 50 nouveaux cas et 23 guérisons, hier

Durant le week-end, le CCO n’a enregistré aucun décès, mais a signalé un total de 109 nouveaux cas et 149 guérisons ces dernières 48h. Le nombre des cas actifs reste sous la barre des 800.

Aucun décès lié à la Covid-19 n’a été signalé ces deux derniers jours. Par contre, 59 nouveaux cas ont été rapportés samedi dernier, relevés parmi 339 tests (259 tests PCR et 80 tests geneXpert), ainsi que 126 guérisons. Hier, dimanche 23 août 2020, le CCO a annoncé zéro décès, 23 guérisons et 50 nouveaux cas, identifiés parmi 378 tests (327 tests PCR et 51 tests geneXpert). Ainsi, durant le week-end, 717 tests ont été réalisés, ayant permis d’identifier 109 nouveaux cas.

Concernant les localisations des 50 nouveaux cas d’hier, citons les régions Analamanga avec 22 nouveaux cas ; Vakinankaratra 3 (2 à Antsirabe et 1 à Mandoto) ; Bongolava 1 ; Haute Matsiatra 1 ; Amoron’i Mania 3 (1 à Ambatofinandrahana et 2 à Ambositra) ; Sofia 4 ; Menabe 7 ; Diana 8 et enfin 1 cas à localisation inconnue.

Nouveaux établissements. Les cas actifs enregistrés, hier, sont au nombre de 794, soit 27 de plus que la veille. Ce nombre inclut les 87 formes graves actuellement traités dans les hôpitaux et centres de traitement Covid-19 (CTC-19). Les détails sur leurs localisations indiquent plusieurs établissements hospitaliers qui accueillent rarement, ou accueillent pour la première fois des formes graves. Pour Analamanga, la maternité de Befelatanana et le CHD Itaosy se trouvent dans ce cas, et dans les autres régions, il s’agit de l’hôpital de Miarinarivo, dans l’Itasy et d’un autre établissement hospitalier dans la région Diana dont le nom n’a pas été indiqué. Le reste des formes graves dans l’Analamanga sont prises en charge au HJRB (27) ; HJRA (13) ; hôpital militaire Soavinandriana (1) ; CTC-19 Mahamasina (6) ; CHU Andohatapenaka (4) ; CHU Anosiala (1). Dans les autres régions, outre l’Itasy citée précédemment, les localisations des formes graves sont : Vakinankaratra 4 (Antsirabe); Fianarantsoa 20 (CHU Andrainjato Fianarantsoa) ; Atsimo Andrefana 3 (CHU Mitsinjo Betanimena Toliara) ; Diana 2 et Boeny 3.

Quant aux 23 guérisons signalées hier, elles sont localisées comme suit : Analamanga 8 ; Vakinankaratra 6 ; Itasy 1 ; Haute Matsiatra 2 ; Boeny 1 ; Atsimo Andrefana 3 ; Menabe 1 et Anosy 1.

A ce jour, le total des guérisons est de 13 355 sur les 14 327 cas confirmés depuis le début de l’épidémie. Notons, enfin, que le nombre total des tests réalisés à ce jour est de 60 161 dont 55 018 tests PCR et 5 143 tests geneXpert.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Foot-Ligue 1 : Entrée fracassante pour Lorient et Jérémy Morel

C’était un duel entre Jérémy Morel et Ludovic Ajorque, hier soir, pour la première journée de la Ligue 1. En effet, Lorient s’est imposé face au Racing Club de Strasbourg, sur le score de 3 buts à 1, grâce à Wissa, Grbić (sur penalty) puis à l’entrant Pierre-Yves. Une belle entame pour les Merlus pour marquer leur retour dans l’élite après trois ans d’absence.

Pourtant, Strasbourg a ouvert le score en premier grâce au but de Chahiri, mais cet effort a sombré ensuite. A la 90e minute, Ludovic Ajorque recevait un hors-jeu alors qu’il pensait réduire l’écart.

L’International malgache Jérémy Morel, le dernier arrivé du groupe, a joué l’intégralité de la rencontre en assurant son poste de latéral droit avec Lorient. Leur prochain match sera contre Saint-Etienne ce dimanche.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

BNI Madagascar : Appui aux entreprises rurales en partenariat avec Projermo

L’ambition du projet Projermo s’accorde parfaitement avec la politique d’inclusion financière et les expertises de la BNI Madagascar en matière de financement agricole et d’accompagnement des jeunes entreprises.

Le secteur agricole contribue d’une manière significative au développement économique de Madagascar. Raison pour laquelle, la BNI Madagascar appuie les initiatives en faveur des entreprises rurales

Appui stratégique. Un appui qui vient, une fois de plus, de se concrétiser à travers un projet réalisé, en partenariat avec le Projermo ou Projet des Jeunes Entreprises Rurales dans le Moyen Ouest. Il s’agit d’un programme qui consiste en un appui stratégique de l’Unité de mise en œuvre du Projermo, notamment par la planification et la réalisation des activités de formation des jeunes entrepreneurs ruraux en matière d’éducation financière et de renforcement de leurs capacités techniques, afin de mieux gérer leur performance globale et leur crédit en particulier. A travers cette plateforme, BNI Madagascar participera également aux différentes étapes de sélection des projets à financer dans le cadre du Projermo, à la validation des modèles économiques et à la finalisation des business plans. « BNI Madagascar mettra en œuvre son expérience ainsi que son savoir-faire pour assister les entreprises rurales dans les diverses démarches liées au développement de leurs activités. Nos solutions bancaires seront davantage adaptées à leurs besoins. Toutes les Jeunes Entrepreneurs Rurales qui souhaitent ouvrir un compte à la BNI Madagascar et jouir de nos services de banque au quotidien et de banque digitale bénéficieront de conditions préférentielles. Les entreprises rurales éligibles au projet et sélectionnées jusqu’au 31 décembre 2021 pourraient faire une demande de prêt à court ou moyen terme, allant jusqu’à 60 mois, pour le financement de leurs projets avec un taux préférentiel annuel de 9,5%, », a expliqué Alexandre Mey, directeur général de la BNI Madagascar. Il a souligné la participation active de la Plateforme intégrée des PME de la banque dans le cadre de ce partenariat.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Antsakomaro-Maevatanana : Jamà iray maty voatifitry ny dahalo

Jiolahy folo nitondra basim-borona sy zava-maranitra no tonga nanafika tany amin’ny tanàna antsoina hoe Antsakomaro, fokontany sy kaominina ambanivohitra, Mangabe, ato anatin’ny disitrkan’i Maevatanà, no nisehoan’izany, ny alakamisy 20 Aogositra lasa teo, tokony ho tamin’ny folo ora alina. Avy hatrany dia niditra an-keriny tao amin’ilay tanàna voalaza etsy ambony ireto malaso ireto. Sady nanapoaka basy izy ireo no nitsoka kiriririoka, nentina nandemena ny iray tanàna. Nivoaka ny trano ny Jamà iray sy ny olona telo hafa, rehefa nahare ny poa-basy sy ny fanafihan-dahalo. Ka teo no nitifiran’ireo dahalo azy ireo. Vokany: maty tsy tra-drano ilay Jamà, raha naratra mafy kosa ireto olona telo. Ireo jiolahy kosa tesy an-daniny nandroba ny omby tao am-bala, ka lasan’izy ireo nandritra izany ny omby folo teo an-tanàna. Tsy naharitra ela ireto farany, fa nitsoaka avy hatrany rehefa nahazo ny omby. Efa nanomboka taitra ny teo amin’ny manodidina raha nandre ny feom-basy sy nahita ireto olona efatra nitsirara teo amin’ny tany. Tonga ihany koa ny Zandary iray “Chef de poste” any an-toerana, raha vao nampandrenesina ary tsy niandry ela fa niroso tamin’ny fanenjehana ireo malaso. Efa lasa lavitra anefa ireo vao nifankatratra tany amin’ny distrikan’Ambatoboeny, ka raikitra ny fifandonana teo amin’ny roa tonta. Tsy naharesy tosika ny jiolahy, ka lasa nandositra, ary raraka avokoa ny omby rehetra. Nezahan’ny fokonolona nentina any amin’ny hopitaly Abatoboeny kosa ireo olona telo naratra voatifitra. Ny Jamà maty moa efa nanolotra ny fianakaviany. Mitohy hatrany fikarohana ireo jioalahy.

Ratantely

 

Midi Madagasikara0 partages

Lions Club Antananarivo Avotia : Première action du mandat 2020 au profit de la commune de Tanjombato

Pour son nouveau mandat 2020, le Lions Club Antananarivo Avotia, sous la présidence de Lions Boto Lamina Tsaradia, a effectué sa première action sociale le 22 août 2020 au profit de la commune de Tanjombato. Des paniers alimentaires contenant des produits de première nécessité ont été remis à 200 personnes âgées dans cinq fokontany de la commune, à savoir Tongarivo, Andafy Atsimo, Iray Tsimivaky, Ankeniheny et Ambohimanatrika. La liste des bénéficiaires a été dressée en fonction de la vulnérabilité de chaque personne durant cette crise sanitaire due à la Covid-19.

Le Lions Club AVOTIA. Ce Lions Club est comme tous les autres, c’est-à-dire qu’il existe dans le but de servir la population en se basant sur certaines valeurs. Pour cette année, les Lions Club de la Grande île ont adopté des axes stratégiques bien déterminés : la jeunesse, la vue, la faim, le diabète et l’environnement. Ils se sont engagés à porter haut l’amour de leurs prochains.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Vol de rapatriement : L’avion d’Airmad a fait demi-tour à cause d’un problème technique

Le vol de rapatriement MD051 Paris-Marseille-Tanà sera attendu à Antananarivo le mardi 25 août 2020.

Un problème d’auto-pilot et non-atteinte de l’altitude de croisière. Ce sont les motifs indiqués par le commandant de bord du vol MD050, en partance pour Paris, le vendredi 21 août 2020. En effet, après moins d’une heure de vol, l’avion de la compagnie Air Madagascar a fait demi-tour suite à ce problème technique. De ce fait, le départ du vol retour MD051, initialement prévu hier, est également décalé. Sur sa plateforme d’information en ligne, la compagnie a déclaré que le problème a été résolu durant le weekend, après le remplacement d’une pièce défaillante. « Le départ du vol MD050 est reporté le dimanche 23 août à 21h. Le retour de cet avion à Antananarivo est programmé pour le mardi 25 août, avec 270 passagers sur le vol MD051 Paris – Marseille – Tanà », a indiqué notre source auprès de la compagnie aérienne. Certes, il s’agissait d’un imprévu, bien que les plusieurs mois de fermeture des frontières aient dû permettre à Air Madagascar de peaufiner l’entretien de ses avions.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Espoir d’un lendemain meilleur

Et de douze pour l’épidémie de Coronavirus à Madagascar. La Grande île entame sa douzième quinzaine d’état d’urgence sanitaire depuis que le conseil des ministres a pris samedi dernier le décret y afférent.

Espoir d’un lendemain meilleur

Douze quinzaines, c’est pratiquement six mois, ou encore la moitié de l’année, que le pays vit au rythme de cette pandémie qui a fait jusqu’à maintenant plus de 800 000 morts dans le monde. Une pandémie qui est encore loin d’être vaincue. En témoignent les chiffres sur les nouveaux cas de contaminations en 24 heures enregistrés et qui démontrent un rebond inquiétant avec notamment 8 000 nouveaux cas en Espagne, 1 071 en Italie, 2 000 en Allemagne, alors que la France a enregistré plus de 4 000 nouveaux cas de Coronavirus. A Madagascar, l’on assiste plutôt à un recul de la pandémie de Covid-19. D’après les derniers chiffres publiés par le Centre de Commandement Opérationnel Covid-19, hier, l’on a enregistré 50 nouveaux cas sur 339 tests effectués. Et Dieu merci, il n’y a eu aucun décès hier où 23 personnes ont été guéries de cette maladie. En somme, même si l’ennemi invisible continue encore à faire du mal, il sera vaincu, un jour ou l’autre. C’est une question de temps et il faut apprendre à vivre avec, pensent de plus en plus de citoyens qui veulent plus que jamais un retour à la normale des activités économiques. Le président de la République a annoncé, hier, les nouvelles mesures de déconfinement. Des mesures plus assouplies qui, espérons le, permettront l’amorce d’une relance économique dont le pays a plus que jamais besoin. Et ce ne sera évidemment pas une chose facile puisque tous les voyants sont actuellement au rouge. L’industrie, le tourisme, les transports… des secteurs vitaux de l’économie sont en panne, avec ce que cela implique comme pertes d’emplois. Bref, les autorités auront fort à faire pour renverser la tendance. Heureusement que, même avec des moyens limités, la loi de finances rectificative constitue une arme qui permet au gouvernement, à la fois de parer aux urgences et de se préparer pour le futur. La poursuite des grands projets d’infrastructures décidée par le président de la République et traduite dans les projets d’investissements publics de la LFR démontre que le mot d’ordre est aussi d’aller de l’avant pour réaliser les objectifs du programme Emergence de Madagascar. Car la vie ne s’arrête pas avec la Covid-19 et l’espoir d’un lendemain meilleur est encore permis.

R.Edmond