Les actualités Malgaches du Samedi 24 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara9 partages

Lutte contre l’insécurité : Avancement et prime spéciaux pour les militaires en mission dans les zones...

Le président Andry Rajoelina a effectué une descente dans les zones rouges de la Région Betsiboka hier.

Le président Andry Rajoelina a effectué une descente à Tsaratanàna et à Maevatanàna hier.

Des Forces armées efficaces et proches de la population. Tel est le mot d’ordre d’Andry Rajoelina. Hier, le président de la République a effectué une descente à Tsaratanàna et à Maevatanàna, deux districts de la Région Betsiboka, réputés pour les attaques des dahalo et les kidnappings et classés zones rouges. Depuis le mois d’avril dernier, une unité spéciale dénommée « Zone Rurale Prioritaire de Sécurité » (ZRPS) est implantée dans ces localités. Depuis, l’insécurité a fortement diminué. D’après les explications du Commandant de la ZRPS Delta, sur 603 bovidés volés, 588 ont été récupérés et 539 restitués à leurs propriétaires depuis l’implantation de cette unité à Tsaratanàna. L’on recenserait également 151 bovidés mis en fourrière et 189 dahalo appréhendés. Sur dix cas de kidnappings, neuf victimes ont été libérées et une personne a été tuée par les ravisseurs. Plusieurs armes et des munitions ont été également saisies. Pour le ministre de la Défense Nationale, le Gal Rakotonirina Léon Jean Richard, le résultat de cette opération est positif.

Base Opérationnelle Avancée. Pour sa part, le président Andry Rajoelina refuse de se contenter sur ce bilan. « Il faut éradiquer complètement les actes des dahalo et les kidnappings », soutient-il. Pour y parvenir, l’adoption d’une véritable réforme au sein des Forces armées est de mise. Si auparavant, les infrastructures et les éléments restent dans les casernes à Antananarivo, désormais, les militaires, les gendarmes et les policiers vont être implantés dans les zones reculées, dans les zones rouges et dans les brousses pour être plus proches de la population. Pour ce faire, des « Bases Opérationnelles Avancées » seront installées à travers l’île. « Rien que cette année, cinq bases seront construites », a laissé entendre le Gal Rakotonirina Léon Jean Richard. Celle de Bekapaika à Tsaratanàna sera donc un projet pilote. En effet, Andry Rajoelina a assisté hier à la cérémonie de pose de premières pierres de la construction de ce bâtiment pouvant accueillir jusqu’à 84 militaires. La durée des travaux est de trois mois. Cette Base Opérationnelle Avancée sera équipée de matériels aux normes mais aussi d’un héliport. Pour encourager les éléments des Forces armées, le Chef de l’Etat décide d’instaurer un mode de leadership basé sur la motivation. Désormais, les militaires et gendarmes envoyés en mission dans les zones reculées vont y rester pendant six mois. A la fin de leur mission, chaque élément ayant obtenu de bons résultats en matière de lutte contre l’insécurité, bénéficiera d’un avancement exceptionnel et d’une prime exceptionnelle, a déclaré Andry Rajoelina.

Parc solaire. Lors de son passage à Maevatanàna, le Chef de l’Etat a remis 23 véhicules tout terrain à l’unité locale de la « Zone Rurale Prioritaire de Sécurité ». Il a aussi visité le parc solaire implanté dans cette localité. Pour le moment, ce parc fournit 300kva d’électricité. Le président de la République, après avoir discuté avec les responsables de l’entreprise de tutelle, exige une augmentation de 100kva de plus. « Cette extension doit être finalisée d’ici le mois de novembre afin que Maevatanàna puisse parvenir à l’autosuffisance en matière d’énergie », a-t-il soutenu. Un centre de formation agricole sera aussi construit au niveau de ce district. « Ce sera le premier centre de ce genre dans tout Madagascar », a-t-on fait savoir. Le président de la République a aussi annoncé que les élèves des EPP, CEG et lycées de Tsaratanàna et de Maevatanàna bénéficieront de fournitures scolaires gratuites pour la prochaine rentrée scolaire.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Anosikely : Le Sénat revendique aussi son chef de l’opposition officiel

Le Sénat est devenu ces derniers temps un lieu par excellence des véritables débats démocratiques.

La majorité au Sénat n’a pas adopté la proposition de loi provisoirement votée à l’Assemblée nationale.

Comme le prévoit les dispositions de l’article 96 de la Constitution, la proposition de loi modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2011-013 portant statut de l’opposition ,a été transmise au Sénat après avoir été adoptée par l’Assemblée nationale. Hier, les débats étaient houleux au Palais de Verre d’Anosikely.  A l’issue du vote qui a eu lieu tard dans la soirée, l’ajournement de l’examen de la proposition de loi en question a été décidé. 27 sénateurs sur les 38 présents ont voté pour ce report.  Il appartient donc au gouvernement représenté hier à Anosikely par le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Tianarivelo Razafimahefa, de décider s’il faudra convoquer une deuxième session extraordinaire, ou s’il faudra attendre la deuxième session ordinaire du Parlement qui débutera le troisième mardi du mois d’octobre. Hier, dernier jour de la session extraordinaire du Parlement, le vice-président de l’Assemblée nationale Brunelle Razafitsiandraofa a fait le déplacement au Palais de Verre pour défendre sa proposition de loi.

Par analogie. Les sénateurs n’ont pas encore avancé des amendements au texte, provisoirement adoptés par les députés. Par contre, ils ont soulevé des incohérences, voire des contradictions, en évoquant les articles 68 et 78 de la Constitution pour revendiquer que, la Chambre Haute devrait également avoir son chef de l’opposition officiel, c’est-à-dire son 7e vice-président. L’article 68 de la loi fondamentale prévoit que « le Parlement comprend l’Assemblée nationale et le sénat ». Or, le deuxième alinéa de l’article 78 de la même Constitution précise que l’opposition a droit à un poste de vice-président à l’Assemblée nationale. Les sénateurs membres du groupe parlementaire HVM ont jusqu’au bout défendu la logique inspirée par le système bicaméral selon laquelle si un chef de l’opposition officiel siège à la Chambre Basse en tant que 7e vice-président, la Chambre Haute devrait avoir le même droit. Pour appuyer cette logique apparemment légitime, la majorité au Sénat a évoqué l’article 85 de la Constitution qui prévoit que « les dispositions des articles 71 à 79 sont applicables, par analogie, au Sénat ».

Dernier mot. La balle se trouve dans le camp du gouvernement.  S’il juge que la modification de la loi portant statut de l’opposition et des partis d’opposition s’avère urgente, une deuxième session extraordinaire s’impose. Si ce n’est pas le cas, la proposition de loi pourra être à nouveau soumise au vote du Parlement durant la session budgétaire du mois d’octobre. Quoi qu’il en soit, le dernier mot appartient à l’Assemblée nationale. A ce propos, l’article 96 de la Constitution dispose : «Tout projet ou proposition de loi est examiné en premier lieu par l’Assemblée devant laquelle il a été déposée puis transmis à l’autre Assemblée. La discussion a lieu successivement dans chaque Assemblée jusqu’à l’adoption d’un texte unique. Lorsque par suite de désaccord entre les deux Assemblées, un projet ou une proposition de loi n’a pu être adopté après deux lectures par chaque Assemblée ou si le gouvernement a déclaré l’urgence, après une seule lecture par chacune d’elle, le Premier ministre a la faculté de provoquer la réunion d’une commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion. Le texte élaboré par la commission mixte peut être soumis par le gouvernement pour approbation aux deux Assemblées. Aucun amendement n’est recevable sauf accord du gouvernement. Si la commission ne parvient pas à l’adoption d’un texte commun ou si ce texte n’est pas adopté dans les conditions prévues à l’alinéa précédent, l’Assemblée nationale statue définitivement à la majorité absolue des membres la composant ».

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Antsahamintra et Ampefiloha : Deux bandits abattus par la police

La police a frappé fort hier. Intervenant pour traquer des présumés bandits spécialistes d’attaque à main armée, des éléments du service anti-gang de la Police nationale à Anosy ont été obligés de se servir de leurs armes. Deux individus  sont alors tombés sous leurs tirs dont l’un à Antsahamanitra et l’autre à Ampefiloha. Deux policiers ont été blessés. En effet, les habitants de ces deux quartiers ont assisté à un véritable film d’action même  s’ils ne s’y attendaient pas. Ce matin-là, cette unité d’élites de la police a été renseignée de l’existence d’une bande composée de 12 individus dont quatre de sexe féminin projetant de dérober un fonds destiné à être déposé auprès d’une banque de la capitale. Pour ce faire, les malfaiteurs vont se servir des motos comme moyen de transport. Disposant de ces indices, les hommes en treillis ont alors monté tous les dispositifs nécessaires pour les arrêter. Cela a porté ses fruits. Vers 9 heures 15’, ils sont tombés nez à nez avec les suspects qui étaient à bord des quatre motos (scooter Slide, cross Peter, deux Bold’or)  à Antsahamanitra. Sitôt, des coups de feu ont retenti. Les policiers ont recouru aux armes car les malfaiteurs ont tenté de riposter quand ils s’apprêtaient de les attraper. Un de ces derniers a été tué sur le coup. Son scooter a été saisi. Tandis que ses comparses ont pu s’échapper. La course poursuite s’est poursuivie jusqu’à Ampefiloha. Pris au dépourvu, un fugitif qui était sur une moto cross a abandonné celle-ci pour s’enfuir à pied. Des témoins affirment que poursuivi par des policiers, cet homme aurait failli être appréhendé mais il a sorti un pistolet et l’a braqué vers un de ses poursuivants qui a fait un corps-à-corps avec lui. Ce dernier a été blessé à la main. Saisie  également, la moto de la victime comme celle d’Antsahamanitra a été emmenée à la brigade criminelle à Anosy. Un pistolet automatique chinois a été également récupéré sur le décédé.  Ayant tenu un point de presse pour apporter de précisions sur cette affaire, le ministre de la Sécurité publique, Roger Rafanomezantsoa a souligné que, les deux bandits tués sont déjà recherchés depuis des années pour vols à main à armée et association des malfaiteurs. Les corps des défunts se trouvent actuellement  à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona.

T.M.

 

 

Midi Madagasikara1 partages

Sécurité à Fort-Dauphin : QMM  appuie les  forces  de l’ordre

A l’occasion de la signature d’un protocole d’accords  de  continuité du projet QMM à Ibis Hôtel Ankorondrano hier, la coopération de cette entreprise avec les  forces de l’ordre pour le maintien de la sécurité publique a été renforcée. La mise en place d’une unité de protection civile a également marqué  la cérémonie.

Intervention et soutien.  La société QMM Fort Dauphin réitère sa contribution à la sécurisation et à la pacification de la ville de Fort Dauphin, ainsi que de la région d’Anosy et de la province de Toliara. Cela se traduit par la coopération avec l’Emmo-nat ou Etat-major mixte opérationnel national regroupant l’Armée, la Gendarmerie  et la  Police. L’entreprise  fournit  les   matériels nécessaires (roulants),  pour le maintien de la sécurité publique qui est difficile à gérer pour le moment. Pour   le succès des opérations, quatre voitures tout terrain seront  à la disposition de la gendarmerie et de la police.

Unité de protection civile

Une autre coopération s’effectue particulièrement avec l’armée. Il s’agit de la mise en place d’une unité de protection civile. Cette branche est bien équipée de  matériels  adéquats et d’éléments compétents. L’organe détient huit fourgons pompes normalisés et 35  militaires expérimentés en la matière. « Ce sont des meilleurs exemples de sauveteurs tant sur le plan national qu’ l’international », a souligné le Directeur Général de QMM. Depuis quelques temps, cette unité s’occupe de la gestion des catastrophes et des accidents dans la ville surtout les incendies. Le Maire de Fort-Dauphin, honorant cette cérémonie par sa présence, témoigne des profits que tire la population  de ce projet. A cette occasion, le  Directeur Général de la QMM a été décoré  Officier de l’Ordre National.

Voarisoa Davidson (stagiaire)

 

Midi Madagasikara1 partages

Bois précieux et espèces rares : Application stricte de la loi et contrôles renforcés réclamés par l...

Des avancées sont enregistrées dans la lutte contre le trafic de bois précieux, de grands défis restent à relever.

Madagascar participe à la 18e Conférence des parties à la CITES, Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (COP18), qui se tient à Palexpo, Genève, du 17 au 28 août 2019.

La CITES réunit actuellement 183 pays. Madagascar l’a ratifié en 1975. D’après le communiqué de cette session triennale, la COP18 s’apprête à adopter des décisions et des résolutions, qui élargissent et renforcent le régime mondial du commerce des espèces sauvages de faunes et de flores. En effet, 56 nouvelles propositions visant à modifier le degré de protection seront soumises par les Gouvernements, et beaucoup d’entre elles veulent instaurer l’obligation d’obtenir des permis de commerce, dans le cadre d’une inscription à l’Annexe II de la CITES, pour que le commerce d’espèces exposées à des risques reste durable. Parmi ces propositions, une espèce de Gecko, le Paroedura androyensis, du sud de Madagascar sera proposée à l’inscription dans cette annexe II qui regroupe la liste des espèces qui, bien que n’étant pas nécessairement menacées actuellement d’extinction, pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n’était pas étroitement contrôlé. A ce jour, cet organe recommande la suspension de commerce pour plusieurs espèces de faunes et flores sauvages de Madagascar dont principalement des reptiles qui sont, le Caméléon Furicifer labordi et plusieurs espèces du genre Phelsuma (katsatsaka) ou encore une espèce d’oiseau, le Coracopsis vasa (boloky), en raison des commerces très importants qui les mettent en danger.

Loi Beboarimisa. Une telle recommandation prévoit une période pour le pays concerné de réagir et de prendre les dispositions nécessaires pour respecter la Convention. C’est le cas de l’embargo sur les populations de bois précieux de Madagascar du genre Dalbergia (bois de rose et palissandre) et Diospyros (bois d’ébène) depuis 2013 et qui reste encore maintenu. En effet, pour ces espèces d’arbre, Madagascar devra développer un processus global permettant d’identifier les principales espèces possédant une valeur commerciale de ces genres à exporter, mais surtout que le Pays est handicapé par la validation des conclusions d’un audit et d’un plan d’utilisation des stocks, afin de déterminer quelle partie des stocks a été légalement constituée et pourrait faire l’objet d’exportation légale. Toutefois, des efforts ont été entrepris pour faire avancer le processus en répondant aux autres recommandations toutes aussi importantes. C’est le cas de la recommandation sur le renforcement significatif de l’application de la loi aux infractions forestières par la sortie, et l’application de la loi N°2015-056 du 03 février 2016, plus connue sous l’appellation “Loi Beboarimisa” du nom du ministre de l’Environnement de l’époque Beboarimisa Ralava, qui a œuvré pour sa sortie au niveau de l’Assemblée nationale. Cette loi concerne la création de la chaîne spéciale de lutte contre le trafic et la répression des infractions relatives à ces bois précieux. Elle est explicite par rapport à la composition de la cour spéciale, ainsi que la composition et le fonctionnement de la commission de gestion des stocks. Cette loi a été suivie par son décret d’application qui prévoit déjà les éléments qui composeront le plan d’utilisation des stocks  et les modalités pratiques de gestion. En outre, ces législations détaillent entre autres, le financement des actions, la composition de la Brigades mixtes d’enquête, ainsi que le taux de rétribution des informateurs en fonction de la valeur marchande des produits saisis pour encourager la participation citoyenne à la protection de ces ressources. Par ailleurs, elles prévoient que les bois précieux saisis sont cédés par voie d’adjudication publique après décision de la cour spéciale. Une grande partie des recettes (50%) sera versée dans un compte de commerce “action en faveur de l’arbre” et surtout au profit des Collectivités Territoriales Décentralisées à hauteur de 25% pour financer les investissements sociaux, les projets de développement durable d’intérêt, régionaux et communaux.

Avancées. Ainsi, l’installation des magistrats prévue par la “Loi Beboarimisa” a été faite le 13 juillet 2018, et 20 assesseurs ont été nommés par le MEEF en septembre 2018. Depuis cette année 2018, huit dossiers concernant les bois précieux, ont fait l’objet d’une passation par le Pôle anti-corruption au parquet de la cour spéciale. Par contre, l’Etat est encore dans la poursuite des actions liées à la saisie des bois de rose à Singapour car à l’heure actuelle, la Cour d’Appel de Singapour n’a pas encore statué et a réservé son verdict à une date ultérieure. Le Respect de la Convention concernant les ébènes (Diospyros spp.) et palissandres et bois de rose (Dalbergia spp.) de Madagascar font partie de l’agenda de cette COP18. Il est à noter que le conseil des Ministres du 14 août 2019, rappelle qu’il est autorisée la coupe des bois, autres que les bois précieux et ceux concernés par la CITES mais que les exploitants sont obligés de planter des arbres en compensation.

Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Le Ministère de la justice devrait accélérer les jugements des détenus.

Depuis des années, plusieurs prisonniers incarcérés dans les maisons centrales de Madagascar n’ont pas encore eu de procès. Lors d’une descente de l’association YALI dans la maison centrale d’Antanimora, certains détenus leurs ont demandé de faire passer un message au responsables judiciaires pour accélérer le processus des procès.
En effet, plusieurs prisonniers qui sont mis sous les verrous restent encore en mandats de dépôt. Faute de moyen pour demander à avoir un jugement et un procès selon les règles, ces derniers ne peuvent rien faire et restent enfermés pendant des années. Ce processus a également favorisé la corruption au niveau des bureaux administratifs depuis des années. Ceci requiert ainsi l’intervention des agents pour lutter contre la corruption.
Midi Madagasikara0 partages

Tennis : Andriantoavina passe

La compétition de tennis a débuté aussi hier. Andriatoavina Ratsimandresy s’est imposé par deux sets à zéro face à l’Ivoirien, Ouatarra Abdoul aux préliminaires du tournoi simple. Ce jour, deux autres raquettes malgaches disputeront leur match. Il s’agit de Fenosoa Rasendra face à Sunday Audu du Nigéria et de Lucas Andriamasilalao contre le Namibien Erasmus Jean. Le tournoi du double démarre également aujourd’hui.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

La nécessité de pouvoir interpeller les dirigeants

Dans une démocratie, le régime en place ne doit pas craindre les critiques. Et il peut même voir sa légitimité renforcée  s’il  sait y répondre avec  des  arguments probants. A   Madagascar, les dirigeants qui se sont succédé n’ont jamais toléré d’être mis  sur la sellette, et  ceux qui interpellaient ces  derniers ont croupi  en prison. Aujourd’hui, les temps ont changé et un vent nouveau est en train de  souffler.   Certaines vérités peuvent être dites, mais elles doivent être parfaitement argumentées. Mais cette liberté de  s’exprimer a des limites.

La nécessité de pouvoir interpeller les dirigeants

Le nouveau régime dès son installation  a  affirmé vouloir  se démarquer totalement de celui qui l’a précédé , et s’est dit désireux d’instaurer une véritable démocratie.  Les élections lui ont apporté une majorité écrasante à  l’Assemblée,  mais elle est en butte   aux critiques d’une partie de l’opinion. Cette dernière  a besoin de porte- paroles. Elle se sent pour le moment orpheline. Elle pourrait se reconnaître dans une opposition   structurée et bien  installée. Pour le moment, cette dernière n’a pas de moyen de se faire entendre . Et pourtant, même si on ne peut pas se comparer aux démocraties occidentales, il serait utile d’avoir une opposition sachant débattre de tous les sujets brûlants du moment.  Dans les pays européens, les  dirigeants ne craignent pas d’être interpellés quand des problèmes surgissent. Les abus de pouvoir sont régulièrement  dénoncés. Il faut voir avec quelle virulence le président Macron est pris à partie par ses adversaires. Mais cela lui permet de corriger ses erreurs. A Madagascar, on n’en est pas encore là. Il est nécessaire de laisser les représentants du peuple  s’exprimer librement. Si leurs critiques sont constructives,  cela ne peut que servir les dirigeants et  leur permettre une remise en cause nécessaire.  On est encore  au début d’un processus dont la mise en place va prendre du temps.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Réunion des chefs d’établissements scolaires : Rapport annuel des activités d’EDUCMAD

C’est à l’amphithéâtre du lycée J.J. Rabearivelo que les proviseurs des lycées ont retrouvé  les responsables du programme EDUCMAD.

Plus de cinquante chefs et représentants des établissements scolaires bénéficiaires du programme EDUCMAD (éducation Madagascar) ont été vus le 23 août 2019 au lycée Jean Joseph Rabearivelo Analakely, dans le cadre de la réunion annuelle organisée par l’association française à but non lucratif ACCESMAD. Ils y étaient pour discuter de l’éducation à Madagascar, des projets réalisés pour mieux connaître le programme EDUCMAD (activités et impact), entendre les échos du suivi des établissements 2019, se familiariser avec la vie de l’association, ou encore découvrir les projets en cours ainsi que les perspectives. « Une réunion annuelle est nécessaire pour l’amélioration du programme » selon le Chef de projet EDUCMAD, Julian BECK.

Des salles d’informatique. ACCESMAD œuvre dans le domaine de l’éducation scientifique à Madagascar depuis quinze ans. L’objectif de cette association est de rapprocher les sciences des jeunes du lycée. Actuellement, l’association via le programme EDUCMAD a doté les 100 établissements publics et privés bénéficiaires de salles d’informatique. Mais ce programme ne se limite pas à la mise à disposition des équipements informatiques ; la création de Ressources Educatives Numériques (REN) par des enseignants scientifiques malgaches, l’accompagnement des utilisateurs au bon usage des REN, la formation des équipes pédagogiques (enseignants, responsables de salles d’informatique et proviseurs), l’organisation de journées scientifiques, la mise à jour des serveurs locaux dans les salles d’informatique, le suivi-évaluation annuel des établissements sont autant d’interventions du programme EDUCMAD. A noter que cette réunion au lycée J.J.Rabearivelo ne se destine qu’à la ville d’Antananarivo, d’autres réunions sont prévues dans les trois autres grandes villes, à savoir Fianarantsoa, Mahajanga et Antsiranana.

Anja RANDRIAMAHEFA

 

Midi Madagasikara0 partages

TICAD 7 : Plus de 4500 participants attendus au Japon 

La transformation économique et l’amélioration de l’environnement des entreprises par l’investissement privé et l’innovation, figurent au centre des discussions qui se tiendront à Pacifico Yokohama au Japon, du 28 au 30 août prochain. Ce sera dans le cadre du TICAD 7 (Conférence international de Tokyo sur le développement de l’Afrique). Outre le secteur productif, le développement humain sera également au centre des débats. Parmi les sujets discutés, suivant le programme, figurent la promotion d’une société résiliente et durable pour la sécurité humaine ; ainsi que le soutien aux efforts proactifs de l’Afrique, en matière de Paix et stabilité. D’après les organisateurs, plus de 4500 participants seront au rendez-vous. Ils seront constitués de chefs d’État, de chefs de Gouvernement, de représentants d’organisations internationales et régionales, de la société civile, d’ONG et de membres du secteur privé.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Union Africaine : Le 11e Forum du secteur privé à Madagascar

La délégation de la Commission de l’Union Africaine est à Madagascar pour les préparatifs de cet événement. (Photo : Yvon Ram)

Des membres du secteur privé et des investisseurs des cinq régions du continent africain, ainsi que des investisseurs provenant de Chine, de la Turquie, des Etats-Unis et bien d’autres régions, y participeront.

Si le 10e Forum du secteur privé en Afrique s’est tenu en Egypte en 2018, cette année, la Commission de l’Union Africaine a choisi Madagascar pour abriter la 11e édition, et ce, avec l’appui du Bureau des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud (UNOSSC) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Plus précisément, cet événement de grande envergure aura lieu du 6 au 8 novembre 2019 à Antananarivo.  Le thème sera axé sur la « transformation des économies africaines par la mobilisation du secteur privé et la capitalisation des bonnes pratiques des autres régions du monde ». Mais ce forum sera précédé par une formation de renforcement des capacités pour les femmes et les jeunes entrepreneurs du 3 au 5 novembre 2019.

Marché de proximité. En fait, « l’économie africaine a connu une décennie de croissance entre 2004 et 2014, mais cela n’est pas suivie de création d’emplois. La preuve, sur les 12 millions de jeunes africains qui entrent sur le marché du travail, seuls quatre millions d’entre eux trouvent un emploi décent. Et la pauvreté a réduit de façon globale mais l’extrême pauvreté existe encore. La croissance économique n’est pas en fait inclusive. En outre, l’Afrique n’atteint pas son autosuffisance alimentaire puisqu’il a importé 17 millions de tonnes de riz en 2017. C’est pourquoi, il faut changer le mode de production afin d’augmenter la productivité tout en la transformant pour viser le marché africain comptant 1,2 milliards d’habitants. L’espace naturel de développement de Madagascar est l’Afrique. C’est un marché de proximité à conquérir », a expliqué Victor Harison, le Commissaire aux Affaires Economiques de l’Union Africaine lors d’une conférence de presse hier au siège de cette organisation à l’immeuble Tour à Ankorondrano.

Opportunité. Et lui de rajouter que si les opérateurs économiques malgaches ne saisissent pas ces opportunités, ceux des autres pays non africains s’y intéressent. A titre d’illustration, Madagascar dispose d’un avantage comparatif en termes de production agricole que l’on peut exporter vers le marché africain. « La Grande île est également le 5e pays producteur de terres rares qui sont des minéraux spécialisés pour le high-tech, mais si on ne les exploite pas sur place en vue de la création d’emplois et de la valeur ajoutée, ce serait une perte pour l’économie nationale. Le pays exporte encore des matières premières non transformées », a-t-il enchaîné. La tenue de ce forum du secteur privé africain à Madagascar constitue ainsi une opportunité pour développer le commerce intra-continent. Plus de 300 participants y seront attendus. Il y aura entre autres, des membres du secteur privé et des investisseurs des cinq régions du continent africain, ainsi que des investisseurs provenant de Chine, de la Turquie, des Etats-Unis et bien d’autres régions. Des tables-rondes sur l’agrobusiness, l’entrepreneuriat des jeunes, les mines, les partenariats public-privé, la numérisation, l’accès au financement y seront organisées, à part les échanges entre entreprises, avec les gouvernements et les autres acteurs.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Projet GEMAHA à Tsihombe : Générer de l’électricité renouvelable dans l’Androy, grâce au Jatropha

Le Jatropha Mahafalensis, au cœur de ce projet ambitieux mis en œuvre dans l’Androy.

Un projet d’exploitation du jatropha pour produire de l’électricité, est en passe de gagner son pari de pouvoir générer de l’électricité renouvelable grâce à une ressource locale pérenne, renouvelable et génératrice de croissance économique. Il s’agit du projet GEMAHA basé à Tsihombe dans la région Androy, inauguré en juin dernier.

Le projet GEMAHA (Génération d’Electricité à partir de Jatrophamahafalensis), ambitionne d’assurer, à travers la production de biocarburant issu du jatropha, l’électrification des localités rurales de l’Androy, tout en accompagnant l’amélioration des revenus des villageois grâce à la collecte de graines de jatropha. Ce projet qui a vu le jour en 2015, est le fruit d’une rencontre entre le centre de recherche français CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et l’entreprise rurale malgache Phileol, dont l’activité principale était la production d’huile de ricin destinée à l’exportation. Face aux charges lourdes de cette usine en matière d’électricité, elle a répondu à un appel à propositions lancé par le programme ENERGIES de la Commission de l’océan Indien (COI), en partageant son intention de se lancer davantage dans l’exploitation des graines de jatropha pour générer de l’électricité. Sur la base de l’association de plusieurs compétences, le CIRAD a proposé à cette entreprise rurale, mais également à la recherche malgache en agronomie à travers l’ESSA (Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques) de l’Université d’Antananarivo, et au  ministère de l’énergie à travers l’ADER (Agence de développement de l’électrification rurale), de déposer une note de présentation du projet. Un premier pas qui marque le début d’une belle aventure, car actuellement, le projet GEMAHA semble être sur les rails et sa première année de production, démarrée en juin 2018, a été concluante.

Objectifs. Ce projet vise surtout la valorisation du jatropha aussi bien au niveau local que pour l’export. Les objectifs attendus sont notamment l’autonomie en électricité d’une trentaine de communes dans quatre districts de l’Androy, et le développement économique de l’entreprise, ainsi que l’amélioration de la situation financière des villageois en obtenant un complément de revenu grâce à la collecte des graines de jatropha achetées par l’entreprise.

D’après le coordonateur du projet, Gilles Vaitilingom, du CIRAD, l’espèce exploitée à savoir le Jatropha mahafalensis, ne représente pas de menace. Plante endémique, elle est non invasive et cohabite avec les autres plantes. Implanté dans trois régions du Sud : Atsimo-Andrefana, Androy et Anosy, le Jatropha Mahafalensis est disséminé à travers tout le plateau Mahafaly d’où il est originaire. Selon une étude de WWF datant de 2013, le potentiel annuel de graines est de 13.000 tonnes. Le projet GEMAHA ambitionne d’acheter 600 tonnes par an.

Rappelons que ce projet est cofinancé à hauteur de 164.000 euros par le programme ENERGIES qui ensuite est financé par l’Union européenne et mis en œuvre par la COI.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Rap : Maréva Ranarivelo, ou Chilla, s’impose en France

Le style et le talent, Maréva Ranarivelo, une star en devenir.

Chilla pour la scène, Maréva Ranarivelo commence à imposer sa marque dans le milieu du rap en langue française. En fait, elle est suisse mais la rappeuse commence à se faire un nom dans le milieu musical français. Elle vient ainsi de sortir son premier album « Mün » au mois de juillet,dans lequel se trouvent 17 titres, portant toujours le message du féminisme engagé, elle a ajouté plus de maturité émotionnelle à cet opus. Puisqu’elle a déjà habitué ses fans et les amateurs de rap à des textes à la cravache. Tels « Si j’étais un homme » en 2017 ou encore « Sale chienne », Maréva Ranarivelo clame un style direct et sans chichis. Agée de 25 ans, Chilla est une rappeuse suissesse qui a été bercée depuis son enfance de tous les genres musicaux. Avec des parents aussi éclectiques que mélomanes, elle retrouve facilement ses marques. A six ans, elle apprend le violon, un instrument qu’elle maîtrise parfaitement puisqu’elle l’a étudié jusqu’à 17 ans. En parallèle, elle commence à s’intéresser au rap. Un talent enfoui en elle, sans doute son côté malgache, qui l’a mis sur le chemin des pointures comme Bigflo Oli ou encore Kery james. Maréva Ranarivelo fait la première partie de ces stars. Une propulsion fulgurante qui la place désormais comme l’une des meilleures rappeuses de sa génération. Entre le chant et les rimes, la maîtrise de Chilla n’est plus à prouver.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Jeux Africains : Une demi-finale Madagascar-Mali

Le quatuor malgache ne déçoit pas jusqu’ici à Rabat.

Les Aigles du Mali seront au menu des Malgaches demain aux demi-finales de la compétition de basket-ball 3 x 3.

Au bout du suspens. C’est par 19 à 18 que la bande à Livio Ratianarivo a arraché le ticket pour les demi-finales du tournoi de basket-ball 3 x 3, hier après-midi sur le parking de l’Hôtel Sofitel, Rabat à l’issue des prolongations. Les protégés de Deda Randrianarisoa ont certes gagné, mais, ils ont beaucoup souffert surtout aux dernières minutes. Pourtant, les Malgaches ont entamé un beau début de rencontre où ils ont mené au score tout au long de la partie. A cinq secondes de la fin de la rencontre, les Malgaches ont mené par 17 à 14 avant que les Angolais arrivent à égaliser le score sur un tir à deux points et une belle conclusion. Le tableau affichait un score de 17-17 partout où il a fallait départager les deux équipes en prolongation. C’est sur un tir de Elly Andriamampionona que Madagascar retrouve le Mali en demi-finale demain. Le Mali qui a éliminé le Maroc par 18 à 17. « Ils auraient dû plier la rencontre facilement. On devra régler quelques détails surtout en rebond, la circulation de balles et le ratage de panier facile. Pour le moment, ils ont respecté les consignes et j’espère que cela va continuer. Le Mali est  un adversaire à notre portée » a expliqué, Deda, l’entraîneur de l’équipe.

Elly, finaliste. Champion d’Afrique de tirs à trois points de l’édition 2017 de l’Afrobasket 3 x 3, Elly Andriamampionona a fait respecter la hiérarchie, hier, sur le parking de l’Hôtel Sofitel, Rabat. Face aux six autres participants, Elly a terminé premier avec 6 points. Il s’est qualifié pour la finale avec le Nigérian, Moustapha, l’Egyptien Mido et le Keyan, Salim.  Arnold Solondrainy engagé dans le concours de dunk n’a pas pu se qualifier pour la finale. Madagascar aura la chance de remporter deux médailles en basket-ball ici aux 12es Jeux Africains à Rabat.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

« Saudi Professionale League » : Le premier but de Faneva Ima dans son nouveau club

Après le transfert de Faneva Ima dans l’Abha Club, mercredi dernier,  il avait tout de suite joué lors de la première journée hier en « Saudi Professionale League » d’Arabie Saoudite. Son premier match contre Al Hilal, une équipe multiple championne et qui prend la deuxième place dans le classement général, s’annonce bien pour notre capitaine des Barea. Il a marqué un but à la vingtième minute après une passe décisive de Saad Bguir. L’attaquant malgache était remplacé à la 55e minute. Malgré ses efforts, Abha Club a été humilié par son adversaire sur le score de 4 à 2.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Visite du Pape François : Le ministère de la Santé déploie les grands moyens

Le Secrétaire général du ministère de la Santé, Dr. Jean Claude Andrianirinarison devant les journalistes dans son bureau à Ambohidahy. (crédit photo : HAR)

A moins d’un mois de l’arrivée du Pape François à Madagascar, le ministère de la Santé publique déploie les grands moyens afin de s’assurer que tout se déroule comme il se doit. La santé de tous, des visiteurs, des participants, des hôtes et de toutes les personnes concernées de loin ou de près par ce grand événement, doit être impeccable.

Toutes les entités gouvernementales et non gouvernementales se donnent la main pour garantir une visite du Pape sans bavure à Madagascar. Le ministère de la Santé, le bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), la Croix-Rouge, les pompiers, les cliniques, le ministère des Transports, les forces de l’ordre, l’Agence des Transports Terrestres (ATT) ainsi que tous les autres ministères sont très actifs en ce moment, avant l’arrivée de notre invité, et le resteront même après le départ de ce dernier d’après le Secrétaire général du ministère de la Santé publique, le Dr. Jean Claude Andrianirinarison. « Pour ledit ministère , aucun personnel n’aura l’autorisation de prendre de congé pendant le séjour du Pape à Madagascar ! L’ensemble du personnel sera déployé dans toute l’île, et des mesures strictes seront appliquées! » a-t-il déclaré lors d’une conférence avec les journalistes hier dans son bureau à Ambohidahy.

Plusieurs dispositifs. 21 sites en dehors de la région Analamanga accueilleront les visiteurs du Pape. Et tous ces sites ont déjà été préparés avec minutie afin d’assurer la santé des milliers de visiteurs prévus assister aux différents événements. Il y aura également des postes de contrôles sanitaires sur les routes nationales afin de désinfecter les véhicules ; « ceci est mis en place afin de prévenir et éviter la propagation des éventuelles épidémies et maladies » a déclaré le Secrétaire général du ministère de la Santé. Mais encore, la qualité de la nourriture et de l’eau sera aussi suivie de très près par les autorités compétentes. En gros, le message est plus ou moins clair, tout sera passé au peigne fin.

Des cliniques de garde. Le secrétaire général du ministère de la Santé a également annoncé que toutes les cliniques, centres de santé de base et hôpitaux resteront ouverts pendant la durée de séjour du Pape François. Des hôpitaux mobiles, des tentes, des ambulances et des pompiers seront sur tous les lieux où le Pape passera. Et enfin, le S.G recommande à toutes les personnes qui envisagent de suivre le Pape de se munir de petits encas (biscuits, bonbons, etc.) et de venir avec des vêtements chauds pour les messes nocturnes.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Insécurité à Tsaratanàna : « Arrestation imminente de Del Kely », selon le MDN

« L’arrestation  de Del Kely est imminente. Il est déjà localisé par nos troupes et je vous annoncerai bientôt son arrestation ». C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Défense Nationale, le Général Rakotonirina Léon Jean Richard lors de la cérémonie de pose de première pierre du bâtiment de la Base Opérationnelle Avancée qui s’est déroulée à Tsaratanàna. Le ministre de faire savoir que désormais, ce bandit ayant terrorisé la population de la Région Betsiboka depuis plusieurs mois se trouve complètement esseulé. Tous les membres de son équipe sont, soit tués soit capturés. Pas plus tard que dimanche dernier, les éléments de la Zone Rurale Priorité de Sécurité (ZRPS Delta) ont réussi à capturer le numéro 2 de sa bande. Par ailleurs désormais, l’identité de Del Kely est déjà connue. La question est de savoir si ce bandit se trouve encore à Tsaratanàna et/où dans la Région Betsiboka en ce moment.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Gestion environnementale : Ambatovy partage ses acquis basés sur une approche scientifique pointue  

Josia Razafindramanana, surintendante du département Environnement d’Ambatovy, lors d’un atelier à la conférence de l’ATBC 2019.

La 56e conférence annuelle de l’Association pour la Biologie et la Conservation Tropicale (ATBC) qui s’est tenue à Antananarivo du 30 juillet au 3 août 2019, était une occasion pour la compagnie minière Ambatovy de partager avec la communauté scientifique internationale l’approche qu’elle adopte pour ses actions environnementales. La compagnie a en effet, recours à une approche scientifique pointue basée sur des données de qualité et des études minutieuses, et se conforme aux normes de performance les plus strictes pour mener ses actions en matière de protection et de gestion de la biodiversité autour de sa mine à Moramanga. A travers son département Environnement, Ambatovy a ainsi abordé lors de la conférence de l’ATBC, ses actions dans le domaine de la conservation de la biodiversité et ses activités de protection de l’environnement. La protection des espèces d’orchidées à Ambatovy, l’application de la science à la restauration écologique de la mine, ainsi que les liens entre les activités génératrices de revenus, et l’effort de conservation dans les sites de compensation, ont particulièrement suscité l’intérêt des participants. Il en était de même pour le nouveau site de nidification du héron de Madagascar (Ardeola idia) et le système de gestion environnementale de la compagnie. En retour, Ambatovy a tiré de cette conférence qui a rassemblé près de 800 personnes venues de 55 pays, des informations complémentaires et d’autres points de vue pouvant contribuer à la réussite de son programme de gestion et de protection de la riche biodiversité qui se trouve dans son site minier à Moramanga.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Guide du week-end

(crédit photo : Milon Kazar)Milon Kazar déroule au Kudeta Carlton

Milon Kazar de passage au pays, sera sur la scène du Kudeta Carlton Anosy ce soir à partir de 20 h 30 pour une soirée en cabaret « acoustic electric ». Ce guitar- héro malgache va ainsi démontrer l’étendu de son immense talent. Etant donné qu’il a été bercé dans la musique classique avant de s’avancer dans le thrash métal. Pour les mélomanes, les inconditionnels du métal et les simples musiciens, cette soirée promet. On peut dire que c’est la crème de la guitare malgache qui monte sur scène. Il pourra ainsi donner un aperçu de son album acoustique dans lequel figurent les titres de « Kazar ». Milon maîtrise également le style traditionnel.

(crédit photo : Ambassadora 6.15)Ambassadora 6.15 à l’affiche au Cgm

Le groupe Ambassadora 6.15 sera à l’affiche du Cercle Germano Malgache à Analakely ce jour à partir de 15 h. Ce groupe composé de jeunes de différentes influences (acoustique, punk, rock, rap…) est à suivre de près. Offrant une musique soul et mature, il sort un peu du standard actuel en matière de musique urbaine à Antananarivo. Des titres circulent déjà sur les réseaux sociaux comme « Zah koa mial ». Selon Ambassadora 6.15, le « le rap n’est pas seulement une voie express vers une gloire incertaine ou éphémère, mais surtout une chance de faire écho à la vie de cité, dans ses bons comme dans ses pires moments ».

Honneur à la langue de Shakespeare

La première édition du concours « Supreme Street Dance Contest » se tiendra pendant deux jours au Gymnase d’Ankorondrano, aujourd’hui et demain. Ce concours est organisé par les promoteurs de l’English World Festival qui se tient également les 24 et 25 août sur le même site. Dès lors, les demi-finales débuteront à partir de 15 h. En parallèle, des concours de « speech » et diverses activités viendront égayer ces deux journées dédiées à la langue de Shakespeare. A Madagascar, l’anglais devrait prendre une place plus importante dans l’apprentissage et les relations extérieures selon les spécialistes. A titre de comparaison, dans le circuit d’affaire anglophone circule 10 000 fois plus d’argents et de possibilités que dans celui francophone.

(crédit photo : Troupe Jeannette)« Ny voromailala » à l’Aft

La pièce théâtrale « Ny voromailala » sera jouée demain à partir de 15 h à l’Alliance française d’Andavamamba par la troupe Jeannette , et mise en scène par Mbato Ravaloson. Cette troupe théâtrale fête ses 90 années de planche cette année, avec en filigrane les 100 années du théâtre malgache. Cette pièce a été jouée pour la première fois en 1942, elle a été écrite par Rosa Beby. La troupe Jeannette va également faire un déplacement à Toamasina dans le cadre de la célébration de ses 90 années de scène en 2020. Elle sera clôturée à Antananarivo au mois d’avril de cette année par un cabaret théâtral. En attendant, rendez- vous à l’Aft Andavamamba dimanche à 15 h.

Maminirina Rado/Iss Herdiny/Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Amoron’i Mania- visite du Saint Père : 5642 chrétiens inscrits pour accueillir le Pape à Soamandrakizay

Les préparatifs pour la prochaine venue du Pape à Antananarivo au niveau de chaque diocèse et paroisse vont bon train  en ce qui concerne les listes des chrétiens désireux d’accueillir le Saint Père

Pour le diocèse d’Ambositra, 5642 chrétiens se sont inscrits pour accueillir le Pape à Soamandrakizay-Antananarivo. Selon les informations, le site d’Andohatapenaka accueillera ces chrétiens.  En nombre de participants, la cathédrale « fo Madion’’i Maria »  occupe la première place avec  683 participants, suivie de Zafimaniry  Avaratra avec  472, et  Vohimena ferme la vague avec  neuf  participants. Une réunion des transporteurs a été également faite à cet effet pour les dispositions à prendre pour le bon déroulement des transports. « Mba ho  Soamandrakizay  ny dia »

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Assainissement d’Antananarivo : La CUA prône la tolérance zéro

Les acteurs de l’assainissement plus que jamais déterminés.

La commune urbaine d’Antananarivo continue de prendre les dispositions nécessaires pour l’assainissement de la Capitale. Hier, une réunion à laquelle ont participé tous les acteurs concernés par cette opération, s’est tenue à l’Hôtel de Ville à Analakely. Présidée par le secrétaire général de la CUA Randriamasinoro Tahiry Ny Riana, la réunion a permis de mobiliser une fois de plus les parties prenantes dont la police municipale, la police nationale, les six délégués au maire, l’équipe technique de la mairie et les acteurs directs de l’assainissement.

Consigne. Le secrétaire général de la CUA a donné la consigne que , selon la loi qui doit être strictement appliquée, il faut combattre tous ceux qui salissent la ville.  « L’assainissement continue et les opérations qui s’y inscrivent seront intensifiées. », a laissé entendre Randriamasinoro Tahiry Ny Riana. Ce dernier a également mis en garde des agents de la commune qui ne font pas leur travail comme il le faut. Bref, la CUA prône la tolérance zéro dans ses actions.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Star : Quatre citernes d’eau pour le Pavillon Sainte-Fleur

L’eau, source de vie. Plus que jamais, dans un contexte hospitalier, cette affirmation est pertinente. Au Pavillon Sainte-Fleur dans l’enceinte du Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona d’Antananarivo, à Ampefiloha, l’eau courante connaît une coupure, une à deux fois par semaine. Des coupures qui ont des impacts sur les bonnes conditions de travail des employés, qui sont alors obligés de rationner et de prioriser quelques secteurs, dont les blocs opératoires. La consommation quotidienne de ce Pavillon est de 20 000 litres d’eau par jour, et la citerne qui était là depuis des années n’avait qu’une capacité de 5 000 litres d’eau.

C’est ainsi que l’Ordre de Malte, avec la Star, ont doté le Pavillon Sainte-Fleur de quatre citernes d’eau avec une capacité de 5000 litres chacune, soit 20 000 litres au total, couvrant les besoins quotidiens de ce complexe mère-enfant. Cette action sociale entre dans le cadre de la politique RSE (responsabilité sociétales des entreprises) de la Star, pour qui la santé figure parmi les priorités. D’ailleurs, cette dotation n’est pas le premier soutien de la Star au Pavillon Sainte-Fleur. En 2015, afin de prendre en charge plus efficacement des nouveau-nés prématurés ou ayant besoin de soins spécifiques, la Star a offert une couveuse au Pavillon Sainte-Fleur.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Autour des Jeux Africains

BoxeTony Heriniaina face à Keita

Le dernier représentant malgache en boxe, Tony Heriniaina montera sur le ring de la salle Al Amal de Rabat cet après-midi pour le compte des huitièmes de finale. Engagé chez les moins de 52 kg, Tony affrontera le Guinéen, Mamadou Keita pour une place en quarts de finale. Après avoir fait bonne impression aux seizièmes de finale mercredi face au Zambien, Banda Ben. Ils sont 21 boxeurs à participer dans cette catégorie mouche.

Tennis de tableMadagascar classé 12e en par équipe hommes

Les pongistes malgaches entrent de nouveau en compétition avec le début du tournoi double homme ce jour à la Salle Moulay El Hassan. Les  quatre pongistes seront tous en action ce jour. La paire formée par Zo Razafindralambo- Rinault Lefitriniaina sera opposée aux Togolais, Mawussi Agbetoglo et Dodji Fanny. Nativel Jonathan associé à Setra Rakotoarisoa sera aux prises des Marocains, Mohamed Krichel et Saad El Abidine. Lors du match du classement d’hier pour le tournoi par équipe hommes, les pongistes malgaches ont été défaits par les Congolais par trois victoires à deux. La Grande Ile se contente alors de la 12e place.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Zandarimariam-pirenena : 75 lahy nahavita fiofanana, vonona hiatrika korontana

Vita soa aman-tsara ny alakamisy lasa teo ny famoahana amin’ny fomba ofisialy ireo zandary avy ao amin’ny Hery vonjy taitra (Fign) nanaraka fiofanana manokana mahakasika ny fomba hitandroana filaminana na ny « maintien de l’ordre ». Dimy amby fitopolo mirahalahahy ireto zandary ireto ary afaka misehatra amin’ny faritra rehetra eto Madagasikara raha misy korontana na toe-draharaha ilàna azy ireo. Izany moa dia notanterahana tao amin’ny toby fanofanana manokana ireo zandary ao Ambatolampy. Nanatrika izao famaranana ny fiofanana izao ny Komandin’ny zandarimariam-pirenena sy ireo manamboninahitra eo anivon’ny zandarimaria ary narahana fanehoana fahaiza-manao eo amin’ny sehatry ny fitandroana filaminana izany.

Nanantintrantitra ny komandin’ny zadarimariam-pirenena fa ilaina foana ny fiofanana ho an’ireo zandary mba hanovozany sy  hanamafisan’izy ireo traikefa entina miatrika ny sedra sy korontana mety hisy amin’ny filaminambahoaka amin’ny endriny rehetra, ary natao ho an’ny zandary rehetra ny fiofanana fa ireto vao nivoaka ireto aloha dia mivondrona ao amin’ny holafy faha-telon’ny zandarimaria ao Fort Duchesne avokoa.

nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Une semaine agitée à l’assemblée

C’est vers l’assemblée nationale et le sénat que s’est focalisée l’attention du monde politique cette semaine. L’examen de la loi sur le statut de l’opposition a suscité quelques remous dans l’hémicycle, mais elle a été adoptée sans problème en dépit du départ des députés du groupe parlementaire TIM .  Hier après midi, c’était au tour des sénateurs de l’examiner, mais l’examen   a été reporté à une date ultérieure. .  Les desseins de l’ancien président  Marc  Ravalomanana ne sont pas entièrement contrecarrés puisque c’est le statu quo  pour le moment  Il  va  néanmoins pouvoir intervenir régulièrement dans le débat politique   Il a  été nommé président du RMDM , la plateforme regroupant  seize partis  opposés au régime.  Leur lobbying auprès de la SADC n’a pas  été totalement payant puisque le président de la république a reçu  un accueil favorable  de ses homologues lors  de la réunion de l’organisation en  Tanzanie. Sa stature  internationale ne fait plus de doute et elle va se renforcer lors  de son déplacement au Japon  où il va participer au TICAD 7.Les autorités ecclésiastiques et étatiques s’occupent des préparatifs de l’accueil du pape François  avec une attention particulière. Le défi sécuritaire est immense et  l’organisation et la gestion des forces de l’ordre doivent être exemplaires. Près de dix mille hommes seront  sur  le terrain. Le nombre n’est pas exagéré car un million de personnes participeront aux différentes  manifestations. Différents ministères   seront associés à la gestion de l’événement.

Sur le plan international, c’est la catastrophe écologique engendrée par les immenses incendies de la forêt amazonienne qui a focalisé l’attention des médias. Son ampleur a semé l’effroi  dans les différentes opinions publiques.. Les images .satellites ont été relayées par les différentes chaînes d’information . Le sujet va d’ailleurs être évoqué durant le sommet du  G7   qui s’ouvre aujourd’hui à Biarritz.  Les sept chefs d’état présents vont aborder de nombreux thèmes d’actualité  Les questions qui fâchent  sont nombreuses/  il y a notamment celles du Brexit, des  migrants en Europe ou  des relations  économiques conflictuelles entre les Etats Unis et la Chine. La Russie de Vladimir Poutine est toujours tenue à  l’écart à cause des sanctions engendrées par la crise ukrainienne. Mais le président russe a été reçu  auparavant par  son homologue français au Fort de Brégançon.

La question des migrants reste toujours problématique en Europe. Une fois de plus un navire avec une multitude de réfugiés  a dû rester au large de ports italiens. Le refus de laisser accoster  l’Ocean Viking  par le gouvernement italien a suscité un véritable tollé. Un accord européen  a cependant pu être trouvé. Les  migrants  vont être  répartis entre la France,  l’Allemagne, l’Irlande, le Portugal et la  Roumnie

En Afrique, le Soudan semble être sorti de la crise institutionnelle où   elle s’était enfoncée depuis  plusieurs  mois.  Le conseil souverain censé mener la transition pendant trois ans, a prêté serment mercredi  et un premier ministre a été nommé. La confiance de la population envers cet organe n’est pas encore tout à fait acquise

Le calme est revenu sur le front des  délestages et des coupures d’eau. La situation n’est pas encore entièrement rétablie, mais il y a une véritable amélioration. Le pouvoir peut   affronter d’autres problèmes qui surgissent inopinément. Il se doit d’être réactif car la population n’entend pas Le laisser s’endormir sur ses lauriers. Les  semaines à venir risquent d’être particulièrement agitées.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

FFKM : Rôle de fédérateur, selon le pasteur Ammi Irako

Des chefs d’église du FFKM avec des membres du comité d’organisation du 40e anniversaire. (Photo Kelly)

Un culte œcuménique s’est tenu, hier, à l’EKAR Antanimena, et ce, entrant dans le cadre de l’ouverture officielle du 40e anniversaire du FFKM. Cette célébration a été placée sous le thème de «  que vous soyez bien unis dans une même pensée, et dans un même sentiment » (1 Corinthien-chapitre 1-verset 10b). Lors de son intervention, le pasteur Ammi Irako Andriamahazosoa, président de l’église réformée (FJKM) et non moins président du FFKM a souligné que « le FFKM a été toujours présent pour instaurer l’unité nationale ». Il a également joué le rôle de fédérateur, sans oublier pour autant son implication dans le développement du pays.

Mobilisation. Pour sa part, le président du comité d’organisation du 40e anniversaire Ratefiarivony Romuld a fait savoir que la célébration débute ce jour (hier) et ne prend fin que le 20 septembre 2020. Outre les cultes œcuméniques, il y aura aussi de tournois de football ainsi que du reboisement. Ce jubilé sera également marqué par la mobilisation des démembrements du conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar, par une campagne pour faire mieux connaitre le FFKM et le domaine de la communication. Notons que ce culte a été également marqué par une remise de certificat à ceux qui ont contribué à la mise en place et à la bonne marche de ce conseil œcuménique. Il s’agit, entre autres, des pasteurs Lala Rasendrahasina, Ramino Paul, Roger Randriamisata et Razafindramanitra Nestor. En marge de cette cérémonie, le président du FLM, Dr David Rakotonirina a déclaré la venue dans la Grande île du 7 septembre au 13 septembre prochain de la Fédération luthérienne mondiale (FLM), dont le siège  est à Genève. Toujours d’après Dr David Rakotonirina, le FLM regroupe 148 églises éparpillées dans toute l’île.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Mahavoky : Tsy ampy taona roa lahy tra-tehaka nibizina rongony

Tsy kely tsy lehibe. Roa lahy, 15 sy 16 taona no tra-tehaky ny pôlisy nitondra rongony teny amin’iny faritra Mahavoky iny. Efa mpamerin-keloka ilay zalahy kely ireto raha ny fantatra. Ny alarobia teo izy ireo no voasambotra araka ny tati-baovao azo avy amin’ny pôlisim-pirenena. Tamin’ny fisafoana nataon’ireo mpitandro filaminana ireo no nahatsikaritra fihetsika hafahafa tamin’ireto bandy kely ireto izy ireo. Ny andro rahateo efa alina. Tsy izy roa lahy ihany moa no niaraka tamin’ireo fa narahana tovolahy iray 21 taona izy ireo tamin’izany. Nanatona avy hatrany ireo pôlisy ary nanatanteraka fisavàna. Mbola tratra tany amin’ireto farany ny rongony fonosana lehibe iray. Niaiky moa izy ireo fa azy ilay rongony ary novidiany tamin’ny ramatoa iray teny Masikara. Marihana fa efa niditra am-ponja telo volana tany Anjanamasina ireto zaza tsy ampy taona ireto tamin’ny taona 2018 noho io resaka fidorohana sy famarotana zava-mahadomelina io kanefa dia mbola izao tratra izao indray.

nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Fonctionnaires fantômes : Soupçon sur 1 470 cas au sein du MENETP

Des agents du ministère des Finances et du Budget, ainsi que du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales, assurent une assistance technique des responsables en charge des ressources humaines au niveau des départements ministériels et institutionnels du 20 juillet au 20 août 2019, pour une mise à jour de leur organigramme et de leur base de donnée. Cette action entre dans le cadre de la finalisation des activités de rapprochement des agents de l’Etat. Cette étape est cruciale pour l’opérationnalisation de l’Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources humaines de l’État (AUGURE), désormais co-pilotée par ces deux ministères.

Six régions. Pour le cas du ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique et Professionnel, (MENETP), après les vérifications dans toutes les directions, centrales et régionales, 96 985 fonctionnaires sont recensés lors de l’application de cette AUGURE. Mais selon les explications des responsables de ce département, parmi ces recensés, 89 023 fonctionnaires sont en activité. Ils ont ainsi identifié 1 084 fonctionnaires ayant un contrat expiré, 552 cas de décès et 6 163 retraités. Par contre, 1 470 cas des agents travaillant au sein du MENETP soulèvent une suspicion. Cela ne veut pas dire qu’ils sont tous des fonctionnaires fantômes. Il se peut qu’il y a des décès mais qui ne sont pas encore déclarés. Ou bien, d’autres agents n’ont pas encore pu renouveler leurs contrats, a-t-on expliqué. En outre, des descentes seront effectuées dans six régions, à savoir, la SAVA, Atsimo-Andrefana, Vatovavy Fitovinany, Atsinanana et Matsiatra Ambony étant donné que le soupçon y est évoqué.

Formation. Entre-temps, les agents issus des démembrements régionaux des deux Ministères concernés tels les directions régionales de la Fonction Publique, les Services Régionaux de la Solde et des Pensions, suivront une formation des formateurs à la Cellule Informatique chargée des Finances et des Affaires Générales (CIFAG) à Antaninarenina. Ils se chargeront par la suite des rapprochements des fonctionnaires au niveau régional.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ankazobe : Taxi-brousse nivadika, olona roa maty, 8 naratra mafy

Namono olona indray ny lalam-pirenena fahefatra. Taxi-brousse iray  no nivadibadika teo Ankazobe, ny harivan’ny alakamisy lasa teo. Vokany, mpandeha roa no namoy ny ainy, fito kosa ireo naratra mafy.

Nitrangana lozam-pifamoivoizana mahatsiravina indray teo Manankazo, 26 kilaometatra tsy hiditra an’Ankazobe, omaly tokony ho tamin’ny dimy ora sy sasany tany ho any. Araka ny fanazavàna nomen’ny Kaomandin’ny tobim-paritry ny zandary ao Ankazobe dia fiara ao amin’ny zotra iray mampitohy an’Antananarivo sy Mahajanga ity niharan-doza ity. Avy any an-drenivohitr’i Boina izy io ary hitodi-doha hiakatra aty Tanà. Heverina ho fandehanana mafy hatrany no nahatonga ny loza satria dia somary malalaka sy mahitsy ny lalana eo amin’io toerana io kanefa misy fiolanana mampidi-doza aok’izany. Teo amin’izany toerana izany mihitsy no nivadika ilay taxi-brousse raha ny fanazavàna azo. « Tafavoaka ny lalana io fiara io ary nitsimbadimbadika tanaty hantsana nony avy eo ». Vokany, potika tanteraka ilay fiara. Maro tamin’ireo mpandeha no naratra mafy ary nisy ramatoa iray nipitika teny ivelany ary maty tsy tra-drano. Nijanona avy hatrany ireo fiara nahita ny loza ary samy niezaka namonjy ireo naratra nampian’ireo fokonolona teny an-toerana. Tonga teny ihany koa ireo mpitandro filaminana misahana izany faritra izany nanampy tamin’ny fisokirana ireo mpandeha tavela tao anatin’ilay fiara. Nalefa avy hatrany tany amin’ny hôpitaly Ankazobe moa ireo naratra. Nisy vitsivitsy tamin’ireto farany, miisa valo izy ireo, araka ny fampitam-baovao azo hatrany no tena voa mafy, anisan’izany ny lehilahy lehibe iray, izay namoy ny ainy omaly, noho ny ratra nahazo azy ary ny mpamily.

Fotoam-pialan-tsasatra tokoa izao, maro ireo olona no mindrana ireo lalam-pirenena hisintahana kely ny renivohitra hamonjy ranomasina sy hafanana. Ity lalam-pirenena fahefatra ity dia isan’ny be mpindrana indrindra. Ary izany matetika no mitarika fakam-panahy ho an’ireo mpitatitra ka na ilay mpamily manao « dona-miverina », tsy misy fakana aina na lasa mandeha mafy be eny an-dalana, izay loza mivantana ho an’ireo mpandeha. Efa misy hatrany moa ny fepetra raisin’ny eo anivon’ny zandary manoloana izany tranga izany ary tsy mitsahatra izy ireo ny manentana ireo mpamily eny an-dalana, mba handeha milamina.

m.L