Les actualités à Madagascar du Mercredi 24 Juin 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara263 partages

Football – FMF : Victorien Andrianony, président par intérim

Le premier vice-président de la FMF, Victorien Andrianony.

La logique prend forme au sein de la Fédération malgache de Football avec ce pouvoir délégué par le président Arizaka Rabekoto Raoul à Victorien Andrianony pour assurer l’intérim au poste de président de la FMF durant son absence du territoire. Ce dernier n’est autre que le premier vice-président de la FMF. Il a, de ce fait, toute latitude pour diriger les affaires – autant le dire – courantes. Mais pour que cela ait un caractère officiel, Arizaka Rabekoto Raoul a consigné tout cela par écrit tout en avisant les instances internationales, notamment la CAF et la FIFA. Cette nouvelle procédure va enfin, on l’espère, régler toutes les notes discordantes au sein de la FMF. Elle permettrait surtout d’éviter des sanctions à l’endroit du football malgache. Si Arizaka Rabekoto Raoul reste président aux yeux de tous et plus particulièrement de la FIFA, Victorien Andrianony peut intervenir dans le fonctionnement de la fédération sur le plan local. C’est tout aussi simple que cela.

Clément RABARY

Midi Madagasikara15 partages

LFR 2020 : Le Sénat tire la sonnette d’alarme

Le mandat du Sénat expirera en 2021.

L’exécutif attend l’adoption du projet de loi de finances rectificative 2020 pour appuyer sur le champignon concernant le démarrage des différents projets annoncés. Au niveau du Sénat, on est indigné face à un budget très réduit pour cette institution.

Le projet de loi de finances rectificative devra alors passer au vote à l’Assemblée nationale après le report de lundi dernier. Au niveau de la Chambre basse, le projet de loi pourra passer sans aucune objection. L’Exécutif compte sur la solidité de la formation des députés pro-régime au sein de l’Assemblée nationale pour adopter le document budgétaire qui cadre les dépenses et les recettes publiques jusqu’à la fin de cette année. La majorité à l’Assemblée, soutenue par les députés indépendants au sein du groupe parlementaire républicain, rassure et veut être derrière l’Exécutif qui attend la promulgation de ce texte pour avoir les coudées franches dans les réalisations des projets prévus. « Nous confirmons toujours notre soutien au régime », a réitéré Norbert Mamangy, député élu à Sambava et membre du groupe parlementaire républicain, lors d’une récente intervention télévisée. Le président de la République, quant à lui, est passé à l’offensive, lundi dernier, pour exposer les différents projets qui attendent l’adoption du budget par le parlement. Le ministre de l’Economie et des Finances, principal instigateur du projet de loi, est monté au créneau pour défendre le projet de texte dont le bouclage lui a pris du temps.

Vote. Au niveau du Sénat, l’ambiance est délétère et le vote est loin d’être gagné d’avance. On attend de pied ferme le projet de loi qui entérine la coupe budgétaire dont cette institution souffre actuellement. Le rendez-vous est fixé pour ce mardi 30 juin prochain, durant lequel les sénateurs devraient entériner le projet de loi de finances rectificative 2020. Et à quelques jours de ce vote, le Sénat affiche déjà sa distance par rapport au projet qui lui ampute les milliards d’ariary destinés à assurer « convenablement » les charges de cette institution, liées notamment à son administration ainsi qu’à la gestion opérationnelle des missions de ses parlementaires.

1 milliard. L’institution d’Anosikely digère mal alors le budget qu’on lui a attribué dans le cadre de la loi de finances rectificative pour l’année 2020. Et pour cause, cette Chambre parlementaire devrait finir l’année avec un budget d’environ 1 milliard d’ariary. Une enveloppe jugée insuffisante par les sénateurs. Hier, lors de la rencontre avec le gouvernement et face au Premier ministre, Thierry Raveloson, président du groupe parlementaire HVM au niveau du Sénat, a déploré le « manque de considération » qu’on attribue à cette institution. « Il faut avoir du respect à l’égard de notre institution », revendique-t-il. Des langues se délient pour dire qu’avec le budget qu’on lui attribue, l’institution roule avec un réservoir presque à sec. La loi de finances initiale 2019 a prévu un budget de plus de 36 milliards d’ariary attribué au Sénat pour l’année 2020. Cette enveloppe est réduite presque de moitié lorsque la loi de finances initiale 2020 est adoptée pour cette année, et tombe à près de 16 milliards d’ariary. Le Sénat risque alors de détonner par rapport à l’enthousiasme affiché par les députés et l’exécutif.

Rija R.

Midi Madagasikara11 partages

Covid-19 : 84 nouveaux cas et 40 guérisons, hier

A un cas près, tous les nouveaux cas signalés, hier, par la porte-parole du CCO sont issus d’Antananarivo.  

83 nouveaux cas sur les 84 signalés, hier, se trouvent à Antananarivo. La capitale compte toujours, comme les jours précédents, le plus grand nombre de nouveaux cas de Covid-19. Une tendance qui se dessine à mesure que le nombre des tests augmente. Dans son rapport journalier d’hier sur l’évolution de l’épidémie, le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19, a insisté sur cette augmentation du nombre des tests, conformément aux recommandations de l’OMS. Ce qui explique sans doute la montée en flèche du nombre des nouveaux cas confirmés, permettant de voir se préciser la véritable étendue de l’épidémie.

Nouveau laboratoire. Outre les trois laboratoires qui effectuent les analyses – à savoir le Centre d’infectiologie Charles Mérieux (CICM) à Ankatso Antananarivo ; l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), et l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) qui dispose d’un laboratoire à Antananarivo et d’un laboratoire mobile à Toamasina – s’ajoute un nouveau laboratoire dénommé Laboratoire d’Analyses Médicales Malagasy (LA2M) sis à Androhibe.

Hier, les 84 nouveaux cas et les autres données chiffrées annoncés par la porte-parole du CCO concernent les résultats des tests réalisés le 22 juin 2020 par l’IPM, le CICM et le LA2M. Ces trois laboratoires totalisent 543 tests pour cette journée.

Guérisons. Dans les détails, l’IPM a réalisé 201 tests à l’issue desquels il a identifié 8 cas positifs (7 localisés à Antananarivo et 1 à Toamasina). De son côté, le CICM a effectué 160 tests et identifié 68 cas positifs, tous localisés à Antananarivo. Et enfin, le LA2M a effectué 182 tests parmi lesquels 8 cas positifs ont été identifiés. Au chapitre des guérisons, le rapport du Pr Vololontiana, hier, fait état de 40 guérisons dont 24 localisées dans la région Atsinanana (8 à Ambatovy, 13 à Analamalotra, 2 au CHU Morafeno, et 1 à domicile) ; 13 à Antananarivo (8 à l’hôpital d’Andohatapenaka, 4 à l’hôpital Joseph Raseta Befelatanana, et 1 au CHU Ambohimiandra) ; 2 à Tolagnaro et 1 au CHU Andrainjato Fianarantsoa.

Pour rappel, le cumul des cas confirmés à Madagascar est de 1724 cas parmi 19 027 tests PCR réalisés du 19 mars au 21 juin 2020. Actuellement, 978 personnes sont toujours en cours de traitement dont 11 formes graves nécessitant des soins en réanimation (5 à Befelatanana ; 3 au CHU Morafeno Toamasina et 3 à Andohatapenaka), tandis que 732 patients sont déjà guéris. Le nombre des décès reste à 15.

Hanitra R. 

Midi Madagasikara6 partages

Nostalgie : Le goût musical des jeunes des années 60  

Les Surfs, quatre frères (Dave, Rocky, Coco et Pat) et deux sœurs (Nicole et Monique) aînés d’une famille de douze enfants, les Rabaraona, sont nés à Madagascar.

La proclamation du retour à l’indépendance a permis aux Malgaches d’avoir un autre point de vue. En effet, ils assistent à diverses mutations, surtout culturelle. Cette mutation se manifeste dans plusieurs domaines, celui du comportement, du mode vestimentaire ou encore celui de la manière de s’exprimer.

Le contexte musical malgache du début des années soixante est marqué par l’apparition du yéyé. Ce courant musical ayant émergé à cette époque résonne en boucle dans les maisons des familles aisées des grandes villes de la Grande île. L’expression est usitée dans le monde francophone et vise à désigner, généralement, une musique ou une chanson adaptée d’un succès anglo-saxon, alors très prisée par la jeunesse Baby boomer est née après la Seconde Guerre mondiale. Elle désigne aussi bien le jeune public amateur de ces airs que leurs non moins jeunes interprètes, la connotation dans la bouche des adultes et surtout des intellectuels se voulait à l’origine péjorative et railleuse. Ainsi, ce rock ‘n roll à la française séduit le cœur des chanteurs malgaches. Influencés par cette musique, les jeunes malgaches s’identifient à la musique. Elle est le reflet de leur personnalité. Ainsi, le rock and roll influence la mode et les goûts musicaux qui, à leur tour, influent l’éducation et les médias de l’époque, notamment la radio. Selon l’historienne Bodoharilala Ramiadantsoa: « L’hybridation culturelle qui a produit la musique et qui a marqué cette jeunesse,

Les morceaux de Bob Dylan influencent bon nombre de jeunes Malgaches nés d’une famille aisée.

mérite notre attention. Car elle révèle de nombreux et nouveaux domaines dans la société malgache comme les loisirs et la mode. Ceux-ci interpellent essentiellement les jeunes, éléments de plus en plus importants de la société malgache et pour qui peu de place a été proposée entre 1958 et 1970. Certains de ces domaines vont progressivement devenir un espace d’expression des jeunes citadins essentiellement, mais que les ruraux verront comme modèles. Ainsi, les filles du monde rural cherchent à se procurer d’abord des habits à la mode, des parures et des ustensiles de cuisine et des meubles, tout comme leurs consoeurs dans le monde urbain. De même si pour les garçons, les bœufs ainsi que la charrue restent les biens les plus importants à acquérir ; de plus en plus ils souhaitent posséder des vêtements à la mode et des objets modernes liés aux loisirs tels les postes de radio, les instruments de musique et la montre. Ceci dévoile leur désir d’entrer dans le temps du monde technique. Les jeunes ruraux, filles et garçons, sont tous attirés par la modernité de la vie citadine même s’ils tiennent à un certain mode de vie rural ».

Ainsi, la notion d’acculturation est d’abord associée à une culture, à une attitude non-conformiste, souvent rebelle et contestataire comme les grèves des étudiants de 1972. Déjà dans les années 60 le folk rock protestataire a eu ses stars : Joan Baez, Bob Dylan, Léonard Cohen. Ces personnages ont été « idolâtrés » par les jeunes de l’époque. Engagés dans la lutte contre la guerre du Vietnam, ces chanteurs étrangers ont influencé le mode de pensée des jeunes Malgaches. Le groupe Mahaleo est un exemple concret.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara3 partages

Tanjombato : Les pompiers équipés, la caserne fait peau neuve

Les parties prenantes du projet devant la caserne des sapeurs pompiers de Tanjombato.

Partenariat exemplaire. La rénovation de la caserne des sapeurs pompiers de Tanjombato, la dotation en équipement de protection individuelle (EPI) pour les pompiers et des lampadaires solaires sont le fruit de la collaboration entre la Commune de Tanjombato, le Groupe Filatex et ses partenaires. La cérémonie de remise officielle de cette infrastructure rénovée s’est déroulée, hier, en présence de Tanteraka Rakotoarisoa, directeur RSE du Groupe Filatex.  « En tant qu’entreprise citoyenne et responsable, après discussion avec le maire de la Commune de Tanjombato sur les actions à réaliser pour le développement de la commune, le Groupe Filatex a décidé de financer les travaux de rénovation de la caserne des pompiers et l’équipement en lampadaires solaires pour l’éclairage public » a-t-elle déclaré. Ces travaux ont été aussi effectués en collaboration avec SITMA et le corps de protection civile de l’Ambassade de France qui a offert 12 EPI complet. 10 lampadaires solaires pour la Commune et 6 pour éclairer la caserne des pompiers ont été fournis par le Groupe Filatex. Une aubaine pour la population de Tanjombato surtout pour faire face à l’insécurité.

T.H

Midi Madagasikara1 partages

HCDDED : 297 doléances reçues en 2019 et 2020

Le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED) a présenté son rapport d’activité annuel 2019-2020, hier, au Sénat à Anosikely, et ce, par le biais de son président, Pierre Lenoble Navony. Le HCDDED a l’obligation de saisir, de signaler et/ou de dénoncer à l’Institution ou à l’entité mise en cause tout comportement contraire à ses missions. Il peut également formuler toute recommandation assortie de mesures concrètes et d’un calendrier, à toute Institution ou instance mise en cause. A ce titre, plus de 297 dossiers de doléances ont été reçus par le HCDDED en 2019 et 2020. 70% sont traités et notifiés et 30% en cours de traitement. Parmi ces doléances, les litiges fonciers viennent en premier lieu avec 61,11% des cas. Pour les autres, citons, entre autres, les licenciements abusifs, les meurtres et détournements de mineurs et les abus de pouvoir et non-exécution d’une décision de justice. Ces trois cas sont à égalité avec 8,33% de chaque.

Abus de pouvoirs. Quant à la répartition suivant les objets des doléances, elle se présente comme suit : 32 cas d’abus de pouvoirs, 15 requêtes liées au respect des droits et libertés (dont des conflits au sein de Kraoma SA et OMACI), 5 cas impliquant les forces militaires et 20 interventions positives concenrnant des responsables publics . Faut-il rappeler que le HCDDED est opérationnel administrativement depuis avril 2018. Il est composé de 9 membres dont le mandat est de cinq ans non renouvelable. Par ailleurs, le HCDDED a tenu à souligner qu’en 2020, son budget de fonctionnement a été amputé d’environ 25%. Ce qui entraîne une réduction drastique de ses possibilités d’actions, notamment les missions en régions.

Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Atmosphère d’avant-fête particulièrement morne

A deux jours de la célébration du soixantième anniversaire de l’Indépendance, Antananarivo semble muette et ressent pleinement l’atmosphère de la crise dans laquelle le pays est plongé. Les annonces faites par le chef de l’Etat, avant-hier, semblent avoir laissé de marbre la population. C’est la lutte pour la survie qui préoccupe la plupart de nos compatriotes. Ils sont de plus en plus préoccupés par la menace du Covid-19 qui se répand de manière insidieuse. Les Malgaches, en général, et les Tananariviens, en particulier, se préparent à se calfeutrer chez eux dans les jours à venir.

Atmosphère d’avant-fête particulièrement morne

La brusque augmentation des cas de contamination, en moins d’une semaine, a provoqué un certain malaise parmi les responsables de la lutte contre le Covid 19. Les remarques faites par les médias sur le relâchement des comportements dans la capitale leur a fait prendre conscience qu’il fallait réagir. Le général Elack Andriankaja a haussé le ton et a exhorté les citoyens à respecter les mesures préconisées pour se prémunir contre le virus. Il a sensibilisé tout le monde au civisme. Le professeur Vololontiana Hanta Marie Danièle a été peut-être plus persuasive avec son ton plus calme. Dans le contexte actuel, c’est cette voix autorisée qui a le plus de chance de convaincre les personnes de se conduire de manière raisonnable. Mais c’est tout un contexte qu’il faut considérer. Les préoccupations de la majorité de la population sont surtout d’ordre social. La crise l’a privée des quelques ressources dont elle disposait. Elle attend vainement la distribution des aides financières promises. On a toujours dit que les Malgaches peuvent endurer les épreuves, mais la période actuelle lui est particulièrement douloureuse. C’est par un silence lourd de sens qu’elle exprime sa résignation. L’atmosphère qui règne sur la ville d’Antananarivo n’a jamais été aussi morne.

Patrice RABE

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le respect des mesures sera renforcé

L'effectif quotidien de cas positifs de Coronavirus semble avoir pris beaucoup d'ampleur ces derniers jours. Hier 23 Juin, quatre vingt quatre cas ont été annoncée par le professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, si ils étaient plus d'une quarantaine avant-hier. Le nombre de décès s'élève actuellement à quinze morts.
Malgré cela, les mesures ne sont pas totalement respectées et la population ne semble plus prendre cette pandémie au sérieux. Madagascar est passé au deconfinement progressif mais toujours en état d'urgence sanitaire, ce qui implique un respect strict des mesures de prévention, selon le coordonnateur général du Centre de Commandement Opérationnel du Covid-19. Ils vont donc passer à l'arrestation de ceux qui ne respectent pas les mesures sanitaires.
Tia Tanindranaza0 partages

Maorisiana 3 lahy« Négatifs» teny Ivato, « Positifs » tonga tany Maorisy

Mpandeha fiaramanidina niala avy teto Madagasikara, ary tonga tao amin’ny Nosy Maorisy ny sabotsy 20 jona lasa teo no voamarina fa tratry ny coronavirus, raha ny

 

vaovao navoakan’ny fampahalalam-baovao Maorisianina omaly alatsinainy. Nisy moa tamin’iny faran’ny herinandro iny ny sidina manokana nanatitra ireo teratany Malagasy avy any sy naka ireo Maorisianina te hody. Nialohan’ny niaingana avy teto Madagasikara anefa, dia voalaza fa natao fitiliana ireo mpandeha, ka « négatifs » ny valiny, saingy ambaran’ny Maorisianina io fa mitondra ny tsimokaretina coronavirus rehefa namerina nanao fitiliana ry zareo. Noraisin’ny Sampan-draharahan’ny fahasalamana an-tànana avy hatrany izy ireo, ka natokana sy manaraka fitsaboana. Somary mahagaga sy mampametra-panontaniana ihany ity toe-javatra ity hoe: sanatria misy tsy azo antoka ve ny fitiliana atao teto Madagasikara? Sa tena mbola tsy voa ireo Maorisianina ireo tamin’ny fitiliana natao teto? Marihina fa 340 ny marary rehetra hatrizay tao Maorisy, ka 10 ny maty ary 326 no sitrana efa tany amin’ny roa volana lasa. 4 no tranga vaovao ankehitriny. Nahavita fitiliana 164 182 izy ireo, ka 129 102 isaky ny mponina iray tapitrisa no vita fitiliana ao amin’ity Nosy kely ahitana mponina 1,3 tapitrisa latsaka kely ity. Very lavitra isika amin’ny isan’ny olona voatily, izay 0,08% amin’ny mponina eo, raha 13% eo ny atsy Maorisy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Laboratoara LA2MMahavita fitiliana coronavirus 760 isan’andro

Notokanan’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina omaly 23 jona ny LA2M (Laboratoire d’Analyse Médicale de Madagascar) eny Androhibe.

 

 

 

Nanotrona ny lanonana ny Masoivohon’i Korea Atsimo, ny solontenan’ny OMS,... Ny Koreanina Tatsimo no namatsy vola azy io. Sampana maromaro no hita ao, dia ny Bactériologie, neurologie, parasitologie, Anthomologie, ary ny ady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo. Nametrahana fitaovana avo lenta hiaka farany ihany koa. Afaka tiliana ao avokoa ny trangan’aretina na valanaretina. Hahafahan’ny Malagasy manara-maso sy mandray andraikitra ara-potoana ihany koa satria manana adidy hamongorona ny valanaretina ny Malagasy, hoy ny Filoham-pirenena. Nambara fa izao isika vao manana laboratoara tahaka ity hatramin’ny nahazoana ny fahaleovantena. Tanjona ny hahavitana fitiliana coronavirus hatrany amin’ny 760 isan’andro ao amin’ny LA2M . Tsy tokony hihoatra ny 3 andro ny valin’ny fitiliana, raha herinandro izany teo aloha, hoy ny Filoham-pirenena. Hotokanana tsy ho ela ihany koa ny PharMalagasy. Raha ny tantara, dia ny 8 mey no nisy ilay fanambaran’ny fanjakana fa tsy azo antoka ny valina fitiliana nilazan’ny IPM fa 67 ny voan’ny coronavirus. Nitarina ho an’ny CICM sy HJRA ny fitiliana taorian’izay, ary izao nitsangana izao ihany koa LA2M. Marihina fa efa ny taona 2018 no notokanan’ny Fanjakana Rajaonarimampianina ity laboratoara ity, ary nohavaozina sy novatsiana ara-pitaovana amin’izao fanjakana Rajoelina izao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanajana zon’olombelonaNaharay fitarainana miisa 297 ny HCDDED

Miisa 297 ireo fitarainana voarain’ny filankevitra ambony momba ny fiarovana ny demokrasia sy ny tany tan-dalàna eto Madagasikara ny taona 2019 sy 2020, raha ny tatitra nataon’izy ireo teo anivon’ny antenimierandoholona etsy Anosikely omaly.

 

 

 

Efa voadinika ny 70%n’ireo ary eo an-dalam-pijerena ny 30% ankehitriny ity rafitra niorina ny taona 2018 ity. Misy hatrany ny fidinana an-tsehatra ijerena ireo zava-misy, raha ny fanazavan’ny filohan’ny HCDDED, Navony Pierre Lenoble, ary voadidin’ny lalana laharana 2015 – 001, nivoaka ny 12 febroary 2015, hanao tatitra isan-taona ato amin’ny lapa maitso izahay. Isan’ireo nidinana ifotony i Alaotra Mangoro, Sofia, Diana, Boeny, Atsinanana, Analanjirofo. Ny 118 isa ireo dosie voadinika ka 45 tao Moramanga ary 73 tao Ambatondrazaka. Miisa 25 ireo raharaham-pitsarana mikasika fandikana zon’olombelona. Raha fehezina dia mikasika izay resaka zon’olombelona izay avokoa ny 54,90%n’ireo fitarainana voaray. Resaka tany tan-dalana ny 38,52% ary demokrasia ny 7,37%, raha ity tatitra ity hatrany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voka-dratsin’ny coronavirusTafakatra 100.000 ireo very asa

Mahatratra 100.000 ireo olona very asa vokatry ny fihibohana hatreto eto amintsika. Tsy misy fidiram-bola avokoa izy ireo nefa mamelom-bady aman-janaka, mandoa hofantrano…

 

 

Manoloana io tranga io dia nihaona mivantana tamin’ny tale jeneralin’ny CNaPS sy ny lefiny ary ny tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ity orinasa iray ity ny farimbon-tsendikaly Industriall Madagascar, tarihin-dRakotomanga Barison.Amin’ny ankapobeny mantsy dia volan’ny mpiasa no mampiodina ny CNaPS ka tokony hisy ny fifanohanana. Nanontany azy ireo mikasika ny tena asan’ny Cnaps marina, ny fikirakirana ny volan’ny mpiasa araka izany ity farimbon-tsendikaly ity. Fantatra nandritra izany fa hampiasaina ny volan’ny mpiasa tonga eo anivon’ny CNaPS ka ny zana-bola azo avy amin’izany no hanaovana ny fampandehanan-draharaha eo anivon’ny CNaPS sy hividianana kojakoja. Hitsinjovana ny vody andro merika ihany koa raha sanatria tsy ampy ny latsak’emboka nefa tratry ny olana ny mpiasa iray…. Hananganana foto-drafitrasa ihany koa ny volan’ny mpiasa hoy ny teo anivon’ny CNaPS raha araka ny fanazavan-dRakotomanga Barison ka raha sanatria misy ny olana dia azo hatao tsara ny mivarotra azy ireny. Tsiahivina moa fa anisan’ny tena mahamaika ity farimbon-tsendikaly ity ny fandraisan’andraikitra tokony hataon’ny CNaPS amin’ireo mpiasa very asa, indrindra fa amin’izao hamehana ara-pahasalamana izao. Andrasana araka izany izay mety ho tohin’ny fifampiresahana sy ny fifanakalozan-kevitra eo amin’izy ireo, hahafahan’ny rehetra mifampitsinjo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny tontolo iainana“Ampiharina ny lalàna, tsy azo ekena ny tsindry”

“Nahomby tanteraka ny fanatontosana ny tetikasa “tolérance 0” izay nanomboka nampiharin’ny ministera ny volana aprily teo,

 

 tao anatin’ny fihibohana” hoy Baomiavotse Raharinirina, minisitry ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana lovain-jafy (MEDD), nandritra ny tetikasa mikasika ny fitantanana ala arovana omaly. Marobe ireo fandikàna hita ary nisy fanagadrana natao, toy ny olona iray izay saika hamoaka hazo sarobidy antsokosoko. Miompana amin’ny fiaraha-miasan’ny zandary, pôlisy, ary ny fitsaràna koa moa ny tetikasa “Tolérance 0”, hoy hatrany ny minisitra. Hiezaka hamerina ny rehetra amin’ny fahampanarahan-dalàna ny MEDD, ary mampihatra ny lalàna velona efa misy ihany koa. Hentitra no nilazany fa “Ny ministeran’ny tontolo iainana dia tsy manaiky ny tsindry sy ny fanalefahana ny sazy amin’ny fandikan-dalàna momba ny tontolo iainana, na inona na inona antony. Tsy eken’izy ireo intsony araka izany ny fandoroana ny ala ary mangataka ny hampigandràna izay manao izany.” Nambaran’ ny minisitra Baomiavotse Raharinirina fa rehefa miara-dalana ireo tokotelo ireo dia mankany amin’ ilay fitantanana mirindra. Harem-pirenena malagasy mantsy ny ala hatramin’izay hatramin’izao, ka tokony tandrovana foana, hoy hatrany izy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tranga 84 indray androMiparitaka aok’izany ny coronavirus

Miisa 84 ny olona vaovao tratry ny coronavirus omaly, ka 1724 ny fitambaran’ny olona rehetra voa nanomboka ny 19 martsa. Fitiliana nataon’ireo laboaratoara miisa telo no nahazoana ireo tranga ireo.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Jeneraly Andriankaja Elack - CCO“Tsy maintsy henjanina ny fepetra eto Antananarivo”

Ao anatin’ny tranga vaovao 84 nambara omaly, ny 83 amin’ireo dia eto Antananarivo.

 

Tsy maintsy mandray andraikitra avy hatrany ny CCO manoloana ny tranga tahaka izao hoy ny mpandrindra ankapobeny ny jeneraly Andriankaja Elack.Efa eto Antananarivo indray izao no ivon’ny valanaretina, satria manomboka midina tsikelikely ny fiparitahan’ny Covid 19 any amin’ny faritra atsinanana izay nihazakazaka be teo aloha.Hentitra ny fampiharana ny fepetra tao Toamasina, tsy nahazo nivoaka, tsy nahazo niditra, hoy ny fanazavana.Nampivory ny lehiben’ny distrika 6 sy ireo sefo fokontany 192 eto Antananarivo renivohitra ny CCO ka misy ny paikady vaovao ampiharina.Mampitandrina aho, hoy ny jeneraly Andriankaja Olivier Elack fa tsy maintsy handraisana fanapahan-kevitra ny fivorivoriana tsy manaja ny fepetra ara-pahasalamana toa ny fampiadiana akoho sy ny fanaovana baolina isam-pokontany.Tsy maintsy manao arotava izay rehetra mivoaka ny trano; raha tsy nahazo tamin’ilay fizarana maimaimpoana dia mba mividy fa 1000 ar sy 1500 ar no mety hanavotra ny aina .Ankoatr’izay efa hita fa tsy voahaja ilay elanelana 1 metatra fa aoka kosa tsy hitangorona , hoy ny mpandrindra ankapoben’ny CCO .Maro ny fanentanana sy fampianarana efa natao, ka tsy azo ekena intsony ny fandikana ny fepetra ara-pahasalamana ary tena ho avy ny fisamborana, hoy ny jeneraly Andriankaja Elack.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Antanetibe Mahazaza Navoaka ny razana fa hotrongisina ny fasana

Nesorina ilay fasan-drazan'olona, ary navoaka tao daholo ny razana satria amboarina ny lalana, ety Antanetibe Mahazaza Ambonirina, hoy ny fitantarana mahakasika ity toe-javatra ity.

 

 

 

 Mandeha ny fitrongisana amin’ny alalan’ny milina lehibe fanamboaran-dàlana ny toerana hanaovana izany, ka mifanandrify amin’izany indrindra ity fasana ity, raha ny fahitana azy. Navoaka sy nofonosina ireo razana araka ny sary nivoaka, saingy tsy fantatra mazava na efa misy toerana na fasana vonona handevenana azy ireo. Niampantrampatra tsy misy lafika fa navoaka teo amin’ny malalaka fotsiny. Isan’ny manan-danja amin’ny Malagasy ny razana, ary misy ny fombafomba amin’ny fikitihana azy ireny, saingy toa hafahafa ity niseho teny Antanetibe Mahazaza ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

BetrokaMpamily iray sy ny zanany lahy lavon’ ny jiolahy

Mpamily iray 50 taona sy ny zanany lahy mbola 19 taona monja no maty novonoin’ny jiolahy efa-dahy. Hihazo aty Antananarivo izy mianaka mpitatitra tantely sy “baie rose” raha niala tany Taolagnaro.

 

Araka ny fanadihadiana natao dia niara-dàlana ireo Jiolahy nahavan-doza sy ilay mpamily miaraka amin’ ny zanany. Rehefa niditra tany Ianabinda ilay kamiao dia tsikaritry ny Fokonolona fa nisy nanipy razana avy eny ambonin’ ilay kamiao ary nahatonga azy ireo nanaitra ny manampahefana voakasika ny Filaminam-bahoaka. Nisy avy hatrany ny fikarohana ka sarona tao Ianabinda, 35 km miala an'i Betroka, tao anatina Fiara 4x4 iray ireto mpanao ratsy. Noentina avy hatrany tany Betroka natao famotorana izy ireo. Fantatra ihany koa fa mbola karohina fatratra ireo namany sy ireo ati-doha niray tsikombakomba amin'izao vono olona izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

JIRAMAFaktiora 5000 no hahitsy fa nisy diso

Araka ny efa notanterina teto omaly hatrany dia nanambara ny JIRAMA fa nisy ny fahadisoana niniana nataon’ ireo mpiasa 50 izay nahitàna tale roa ka nahatonga iny fiakaran'ny Jiro nihoapampana tsapan'ny mpanjifa teo iny.

 

Nanamafy hatrany talen’ ity orinasa ity, Vonjy Andriamanga, nandritra ny fihaonany tamin'ny mpanao gazety omaly fa faktiora 5 000 amin' ireo 40 000 no hahitsin'ny Jirama tao aorian'ny fahadisoan'ny "index". Ireo 5 000 ireo dia nitondra porofo noho izany fahadisoana izany. Nambarany fa tsy nipetrapotsiny ny orinasa fa nanantona avy hatrany ny mpanjifa. Raha efa nisy mpanjifa efa mandoa ny faktioran'ny jirony dia hisy ny fanintsiana hatao amin'izany, hoy ihany izy. Nohamafisiny hatrany fa hisy ny fepetra sy fanasaziana hentitra ho raisina amin'ireo mpiasa ireo ary hisy ny fanadihadiana hentitra. Tsy vitsy ny mpanjifa no voatery mandoa vola be mihoatra ny tokony ho izy rehefa mandoha faktioran-jiro eny amin’ny Jirama. Ny fanazavana omen’ny tompon’andraikitra eo anivon’ity orinasa ity anefa dia tsotra toy ny hoe : nanao fandaniana be ianareo tamin’io volana io. Andrasana izay fiovan’ ny tolotra omen’ ity orinasam-panjakana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Lehiben’ny Etamazaoron’ny tafikaNitsidika ny seranam-piaramanidina vaovao eny Ivato

Nijery ifotony ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena eny Ivato omaly, ny Lehiben’ny Etamazaoron’ny Tafika,

 

 

 ny Jeneraly Rabenaivoarivelo Jean Claude sy ireo Lehiben'ny Etamazaoro isan-tokony ary ireo mpiara-miasa aminy. Nandray azy ireo ny Tale jeneralin'ny Orinasa Ravinala Airports Patrick Collard sy ireo mpiaramiasa aminy. Hijerena ny fomba hiarovana sy hanamafisana ny filaminana amin'ity vavahadin'ny Madagasikara ity no anton'izao fitsidihana izao.Anisan’ny andraikitry ny tafika Malagasy ny fiarovana ny seranam-piaramanidina.

RTT

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana lavanila maitso Olona 2 indray no tra-tehaka tany Manakara

Lehilahy 26 taona sy vehivavy 30 taona no voasambotry ny polisy miasa ao Manakara ny 22 jona lasa teo raha nikasa ny hanondrana lavanily maintso tany an-toerana.

 

 

Voasakan’ny polisy teo amin’ny sakana ara-pahasalamana Ambokala Manakara izy ireo ny andron’io 22 jona io tokony ho tamin’ny 10 ora sy 15 minitra teo ho eo. Rehefa nosavaina ny entana nentin’izy ireo dia nahitana lavanily maintso telo kilao sy sasany tao anaty kitapo ary lavanily maintso efatra kilao tao anaty harona. Nentina natao fanadihadihana avy hatrany izy ireo ary natolotra ny fitsarana omaly talata.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana teny Anosiavaratra Voasokatr’ireo jiolahy ny varavaram-by

Jiolahy miisa folo no indray nandroba sy nanafika mpivady kely monina ao Isahafa Anosiavaratra afaka omaly alatsinainy alina, raha araka ny vaovao azo.

 

 

 

 Raha araka ny fijoroana vavolombelona nataon’ny fianakavian’ny lasibatra dia na dia milamina aza ny tanana misy azy ireo dia vao mainka mirongatra kosa ny halatra sy ny herisetra eny amin’iny faritra iny ka mampitaintaina ny mponina isan’andro. Voakasik’izany ny eny Lazaina, Malaza ary ny manodidina. Miantso ny Ben’ny tananan’ny kaominina ambanivohitra Ambohimanga Rova sy ny ao Anosy Avaratra araka izany ireo mponina eny an-toerana mba hijery akaiky ny asan-dahalo mahery vaika eny amin’iny faritra iny. Lohalaharana amin’izany ireo dahalo manao andiany folo ireo izay efa tena malaza nefa tsy mety tratra. Marihina moa fa tsy nisy ny aina nafoy sangy naratra mafy kosa izy mivady kely. Hita ho simba sy pempo mihitsy ny varavaram-by miditra ao amin’ny efitrano izay nanaovan’ireo dahalo amboletra raha toraka izany koa ny varavarankely tao an-dakozia….

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Zo maha olonaMitohy ny fizarana kopia ho an’ny ankizy

Zaza 1 amin’ny 2 no tsy manana kopia nahaterahana aty Afrika. Manokatra làlana maro eo amin’ny fiainana ny fananana kopia ary misy mihitsy aza ny zavatra tsy azo hatao raha tsy manana izany toy ny fianarana,

ireo fanadinam-panjakana, ny fanamboarana kara-panondrom-pirenena (CIN), ny fisoratam-panambadiana, ny asa… Noho izany, ny kopia nahaterahana dia marika voalohany maha izy azy ny ankizy iray. Ilainy mandritra ny fiainany manontolo izany hahafahany misitraka ny zony hafa. Eto Madagasikara dia maro ireo ankizy no tsy manana kopia. Manoloana izany, manohana ny paikady nasionaly fanatsarana sy fanamorana ny fanamboarana sy fizarana kopia ho an'ireo ankizy mbola tsy manana izany ny UNICEF ary mitohy izany hatramin'izao na dia ao anatin’izao fahamehana ara-pahasalamana. Fantatra moa fa misy andrana fitaovana fikirakirana vaovao manamora kokoa ny fahazoan'ireo ray aman-dReny ny kopian-janany ataon’ ny fitondram-panjakana. Ao anaty vinavina ny hanohizana ny ezaka any Atsimo Andrefana izay ahitana taha ambany dia ambany ny amin’ny ankizy manana kopia.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Soavadia - ToliaraSinoa voatafika, lasa ny volabe

Teratany Sinoa iray monina ao Toliara no nisy nanafika tao an-tranony miditra ao an-dakoron’ny lisea Laurent Botokeky ao amin’ny fokontanin’i Soavadia Toliara ny harivarivan’ny alatsinainy 22 jona 2020 mbola andro mazava tokony ho tamin’ny 5 ora hariva tany ho any.

 

 

 

Nitondra fiara 4X4 ireto jiolahy mpanafika ireto ka roa nijanona niandry tety ivelany tao anaty fiara fa ny roa nitondra basy kosa no niditra nanafika an’ilay Sinoa tao an-trano ka kilemaina ny iray tamin’izy ireo. Lasan’izy ireo tamin’izany ka nataony tao anaty gony ny vola misimisy ihany an’ilay ilay Sinoa izay mbola tsy fantatra marina hatreto ny teti-bidiny. Andalana fanavana famotorana an’ity raharaha ity ankehitriny iro mpitandron’ny filaminana any an-toerana.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara GasycarHo vokarin’ny Gasy’car VIP ?

ny fanambaran’ny filoham-pirenena Malagasy fa hisy ny fananganana orinasa mpamokatra fiarakodia antsoina hoe Gasycar dia nampahatsiahy tantara fohy ny orinasa Gasy’car VIP. 6 taona lasa izay dia nisy mpinamana miisa roa avy any

 

 

 

Antsirabe nihazo an’Antananarivo tamin’ny taksiborosy. Maty teny an-dalana ny fiara ary tsy afaka novelomina teo no ho eo ka noho izany dia voatery niverina tao Antsirabe ireto tanora roa ireto. Teo am-pisainana iny voina iny no nampitsiry ny hevitra hanangana orinasa misehatra amin’izay tontolon’ny fiara izay teo amin’ireto “gasy” roa ireto ary hampilamin-tsaina ireo mitaingina izany no tanjona. Teraka teo noho izany ny Gasy’car VIP, hoy ny fanazavana, ka mbola manantena hihaona aminareo tsy ho ela. Fampahafantarana fohy izay midika ve izay fa ho vokarin’ity orinasa ity ilay fiara Gasycar ?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitiliana ny VIH /SIDATamin’ny volana martsa no nisy fitaovana farany

Misy fiantraikany goavana amin’ireo olona mitondra ny tsimokaretina VIH/SIDA eto amintsika ny fiparitahan’ny tsimokaretina COVID 19 manerana ny faritra maro, raha araka ny fanazavan’Andrianiaina Herivelo,

 

 

 tompon’andraikitra ao anivon’ny Komity nasionaly miady amin’ny aretina SIDA na ny CE CNLS. Raha tamin’ny volana martsa lasa teo mantsy no tonga teto amintsika farany ny fitaovana fanaovana fitiliana ny tsimokaretina VIH /SIDA farany dia amin’ny faran’ny volana Jona any indray izany vao mety hisy fa mihitsoka ao Japon avokoa. Betsaka ireo olona tokony natao fitiliana tsy vita araka izany raha mbola tsy misy ahiana kosa ny mikasika ny fanafodin’ireo marary. Mba hahafahana miaro ireo olona mitondra ny tsimok’aretina VIH /SIDA eto amintsika araka izany dia nisy ny kojakoja niampy aron-tava natolotry ny ONU SIDA ho azy ireo hahafahany miaro tena amin’ny COVID 19.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinam-panjakana CEPE sy BEPCHanomboka tsy ho ela ny fanontana ny laza adina

Efa vita roa herinandro lasa izay ny laza adina ho an’ny fanadinana CEPE, raha afak’omaly kosa no vita ny an’ny fanadinam-panjakana BEPC, raha araka ny fanazavan’Atoa Andrianiriana Feno Soja,

 

 

 

 talen’ny teknolojia sy ny fampitam-baovao ary ny serasera eo anivon’ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena. Hiditra amin’ny fanontana ny laza adina amin’izay araka izany ny Ministera ato ho ato, raha 40 andro mialohan’ny fanadinam-panjakana no tokony hanatanterahana izany, izay ahitana ireo mpampianatra mihiboka, tsy afaka mifandray na amin’iza, na amin’iza. Ny fivoahan’ny datim-panadinam-panjakana ofisialy sisa araka izany no andrasana hoy hatrany ity tompon’andraikitra ity raha efa nisy ny tolo-kevitra nomen’ny Ministera. Mety amin’ny alalan’ny filan-kevitry ny governemanta na ny filankevitry ny Ministra no hamoahana izany hoy izy. Miankina amin’ny fivoahan’io daty io ihany koa no hanatanterahana ny adina ara-panatanjahantena ho an’ny BEPC taorian’ny fihaonan’ny Ministera tamin’ireo mpampianatra EPS rehetra eto Antananarivo. Mihoatra ny 524.018 miparitaka amina foibem-panadinana miisa 1889 moa ireo mpianatra hiatrika ny fanadinam-panjakana CEPE amin’ity taona 2020 ity raha 405.000 ireo mpiadina nisoratra anarana hiatrika ny fanadinam-panjakana BEPC. Foibem-panadinana miisa 1034 kosa no handray ireto farany. Ho an’ny laza adina CEPE moa dia fantatra fa samy manana ny azy ny faritany enina raha mitovy kosa izany manerana ny Nosy ho an’ny fanadinam-panjakana BEPC. Tsiahivina moa fa ny fanontana ireo karazana kojakoja ilaina mandritra ny fanadinam-panjakana no vita soa aman-tsara tamin’ny faran’ny herinandro teo fa tsy ny fanontana ny laza adina akory.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Seces Antananarivo “Tsy azo ekena ny gaboraraka sy tsy marina”

Manoloana ny toe-draharaham-pirenena dia namoaka fanambarana omaly maraina ny eo anivon’ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka sy mpikaroka mpampianatra eto Antananarivo.

 

Tsy azo ekena hiseho lany sy hahazo faka eto amin’ny ny firenena, hoy izy ireo, ny gaboraraka sy ny fanaovana tsy marina, anisan’ireny ny tsy fahaiza-mitantana sy fanodinkodinana volam-bahoaka satria fanetribem-pirenena izany. Tsapa ny ezaka ataon’ny mpitantana vonjimaika ny MENETP na minisiteran’ny fanabeazana ankehitriny, izay ministera goavana sy tena saro-pady tokoa. Tsy azo hamaivanina kosa anefa ireo olana maro samihafa mila famahana, ireo ezaka fanatsarana takian’ny vanim-potoana ao amin’ny MESUPRES na minisiteran’ny fampianarana ambony, araka ny efa nifampiresahan’ny SECES sy ny fitondram-panjakana mba tsy hisian’ny olana miverimberina intsony eny amin’ny anjerimanontolom-panjakana sy ireo foibem-pikarohana nasionaly. Mifampiankina amin’izany ny fahahafahan’izy ireo manome fiofanana matotra sy mendrika ny zana-bahoaka mandranto fianarana eny sy mitondra ny anjara biriky hampandrosoana ny firenena amin’ny alalan’ny fikarohana avo lenta. Manainga ny fitondram-panjakana mahefa mba hanendry haingana izay ho Minisitra vaovao hitantana ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena, hoy hatrany ny SECES, sampana Antananarivo.

J. Mirija

Legende : Ny filohan’ny Seces, sampana Antananarivo, Sammy Gregoire Ravelonirina

Tia Tanindranaza0 partages

Sady efa tsy misy “gél désinfectant”Miverina ny taingim-ben’ny taksibe

Maro ireo fepetra fiarovana sy fisorohana ny valanaretina tsy voahaja. Tena goragora tanteraka izany amin’izao fotoana izao, izay antony lehibe mampiparitaka haingana dia haingana ny valanaretina.

 

 

Tsy voahaja ny elanelana iray metatra, manomboka maro ny tsy manao arotava ka iny nivoaka iny indray ny fanambarana fa hosamborina izay tratra. Ny any anaty taksibe dia efa hatry ny ela no tsy nisy “gél désinfectant” intsony taorian’ny 17 mey fotoana nomen’ny fanjakana, fa tsy hisy intsony ny fizarana an’io akora fiarovana amin’ny mikraoba io. Ny mahagaga, dia tsy taitra sy tsy mikopaka firy amin’izany ihany koa ny fanjakana fa mitazam-potsiny. Ny Fikambanana Fitia tarihin’ny vadin’ny Filoham-pirenena no nanatanteraka ny fizarana teo aloha, saingy tsy nisy intsony. Tena tsy manana vola hoenti-manana amin’izany ve ny fanjakana. Ny taksibe etsy andaniny, toa maneho fa sady efa miaritra amin’ny seza afovoany ve no mbola hiala vola ihany koa amin’ny “gél désinfectant” hisy vola miditra intsony. Maro ihany koa no tsy manaja intsony ny fepetra 4 isaky ny seza fa dia efa mampiasa ny seza afovoany. Lojika raha miparitaka ny valanaretina, ary tsy voafehy fa mitombo hatrany ny olona voa, indrindra fa ny eto Antananarivo sy Toamasina. Isika Malagasy rahateo toa andrasana tahaka ny omby vao hanaja ny fepetra satria tsy tonga saina amin’ny hoe soa iombonana ny fiarovan-tena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Miha ratsy isan’andro

Miha ratsy isan’andro ny zava-mitranga eto amin’ny firenena na dia atao ankapobeny fotsiny aza ny fomba fijery azy. Tsy mbola miditra amin’ny tena antsipiriany akory.

 

Mitombo isan’andro ny horohoron-tsaina manoloana ny fihanak’ity areti-mandoza COVID 19 izay hibahanana haino aman-jery isan’andro ity kanefa ny Tazomoka sy Dengue izay nahafatesan’olona avo 2 na 3 heny mihoatra mitaha amin’izy io aza tsy dia asiana teny firy akory. Mivadibadika eo amin’Antananarivo sy Toamasina ny isan’ny olona betsaka indrindra mitondra ity otrikaretina malaza eran-tany ity eto amintsika. Isan’andro izao dia zary tsy mitombina ny saina sao sanatria ho isan’ireo ho entina hitoka-monina ary amin’ny toeram-pitsaboana ary. Ny tsy fandriampahalemana koa mbola saika heno isan’andro ho manenika faritra maro na dia anatin’izao fahamehana izao aza. Noterena ny fepetra teo aloha teo. Avy hatrany dia saika kenda ny ankamaroan’ny fiharian-dramalagasy. Maro mihitsy aza moa ireo very asa ary na ireo orinasa misy aza sahirana manarina fahavoazana ankehitriny. Io indray moa izao hoe halalahana tsikelikely saingy tonga amin’ilay fitenenana hoe tsy hita izay hanaovana azy izy ity. Rehefa tsy afa-miodina araka ny tokony ho izy na inona na inona fihariana dia fahasahiranana hatrany izay no vokany. Niaraha-nahita fa tonga amin’ny teboka tsy azo anoharana ankehitriny ireo mpandraharaha ka voatery tsy maintsy mangataka toy ny rehetra ihany koa. Sa izay mihitsy ve no tanjon’ny mpitondra? Mampahatsiahy ny tenin’ilay solombavambahoaka iray izay hoe sakanany ianao tsy hiasa amin’izay mangataka aminy. Tena tsy voafehy tokoa ve ilay valan’aretina sa sanatria niniana tsy nofehezina, araka ny nambaran’ny mpanao politika. Ny eto an-drenivohitra indray moa izao no malaza ho ivon’izy ity ka dia vao mainka asa fotsiny izay ho tohiny, indrindra, taorian’iny haintrano nahatsiravina niseho omaly iny.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

AnthonyHampandroso ny baskety any Bongolava

Rotsiniaina Anthony na Rotsy, 19 taona, dia mpilalao ny taranja basikety avy any Bongolava.

 

Tsy nataon'ny ligy niaviny sakana ny maha zandriny indrindra azy satria hitan'izy ireo fa manana fahamatorana sy fahafahana tsara hampandroso ny basket 3x3 any Bongolava izy. Hoy indrindra i Anthony raha nanontaniana ny heviny nampandrisika azy hilalao basikety izy : « Ny basketball dia anisany fomba entina hitaizana ny tanora eo amin'ny lafiny ara-batana sy ara-moraly. Noho izany indrindra no nanosika ahy hitia sy handalina misimisy kokoa an'ity taranja ity ary hanampy sy hampandroso ny basketball aty amin'ny faritra misy ahy ».

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fetim-pirenena 26 jonaArahi-maso avokoa ireo toerana firevirevena

Araka ny efa voalaza dia eto Antananarivo renivohitra ihany no misy ny fanamarihana amim-pomba ofisialy ny fetim-pirenena 26 jona amin’ity taona ity.

 

Izany akory tsy misakana ny isan-tokatrano tsy hanao fety nefa aoka mba hatao am-pahamendrehana sy am-pilaminana izany hoy ny avy eo anivon’ny polisim-pirenena. Tsy azo hatao ny mivorivory manao fety. Hisy ny polisy hanara-maso ireo toerana firevirevena toy ny eny By-pass, Marais-Masay, Boulevard de l’Europe sns….. Polisy miisa 1000 no hohetsehana ho an’Analakely sy ny manodidina izay tafiditra ao anatin’ny fiaraha-miasa amin’ny tafika sy ny zandary (EMMO-REG). Ireo boriborintany sy ny paositry ny polisy eto Antananarivo renivohitra sy ireo kaomisaria ivelan’Antananarivo ary ireo sampan-draharahan’ny polisy dia hanohy ny asany andavanandro. Hisy ireo polisy hanao ny fisafoana eran’ny tanàna ho fisorohana ireo mety hanararaotra amin’ny fety ka hanao asa ratsy. Ho an’ireo manan-draharaha hatao eo anivon’ny polisy dia misokatra ho an’ny rehetra ny biraon’ny polisy toy ireo manana fitorina sy fitarainana ohatra raha toraka izany ihany koa ireo any amin’ny distrika manerana ny Nosy. Hanao ny asany ireo polisy mpanara-maso ny sisin-tany. Mitohy ny asan’ny polisy amin’ny fampanajana ireo fepetra amin’ny hamehana ara-pahasalamana, hisy ny fisavana ny fanaovana aron-tava, ny fanakatonana tsena rehefa tonga ny ora voatondro ary indrindra indrindra ny fandrarana ny fivorivoriana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimierandoholona Nodimandry ny Senatera Vola

Nodimandry ny alatsinainy teo tokony ho tamin’ny 10 ora alina teny amin’ny Hopitaly manara-penitra eny Andohatapaneka ny Senatera Razafindratovo Ravololonirina Émilie na I Senatera Vola,

 

 vady andefimandrin’Atoa Jean Max Rakotomamonjy, filohan’ny Antenimieram-pirenena teo aloha. Loholona voafidy tamin’ny lokon’ny Leader Fanilo tany amin’ny Faritanin’Antsiranana izy. Tsy fantatra mazava izay tena antony nahafaty azy, raha ny nambaran’ny fianankaviany. Nitaraina ho reraka mafy izy, raha ny resaka farany nifanaovany tamin’ny loholona namany ny alatsinainy teo. Amin’ny ankampobeny, dia ireo mararin’ny coronavirus no raisina an-tànana eny Andohatapenaka, saingy tsy nisy nety nanamarina ny fianankaviany na io aretina io na tsia no nahafaty azy. Ny tompon’andraikitra ara-pahasalamana no afaka mamaly an’izay, hoy ny fianankaviany. Ny azo antoka dia reraka izy satria vao avy namoy ny iraitam-po aminy miisa 2 nifanelanelana herinandro, hoy ny fanazavana. Nentina nomem-boninahitra teny amin’ny Antenimierandoholona ny vantana mangatsiakany omaly, ary anio 24 jona kosa no halevina any Andevoranto Brickaville tanindrazany. Mirary fiononana feno ho an’ny andrim-panjakana nilaozany sy ny fianankaviana manontolo isika eto amin’ny Tia Tanindrazana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny seraseraNamaly bontana ny Antenimieran’ny Andriana

Hihemotra ny fitokanana ny asa fanarenana Ny Rova sy ny kianja Masoandro, hoy ny Minisitry ny serasera sy ny kolontsaina Rtoa Lalatiana Andriatongarivo omaly.

 

 

Efa vita ny fifanarahana tamin’ny orinasa manao ny asa, saingy isika tsy hanao ny fitokanana noho ny hamehana ara-pahasalamana. Tsy atao kitoatoa ny fitokanana, fa heverina hatao any amin’ny 14 oktobra. Misy ihany ny koa ny soso-kevitry ny komity siantifika amin’ny 6 novambra izay tsingerin-taonan’ny fahamaizan’ny Rova fa miankina amin’ny Filohan’ny Repoblika io, hoy ny Minisitra. Namaly ny fitorian’ny Antenimieran’ny Andriana eto Imerina na ny AOM eny amin’ny Filankevi-panjakana ihany koa ny Minisitra. Takian’izy ireo moa ny fampitsaharana ny asa fandravana ny Kianja Masoandro, ary eo ihany koa ny fanafoanana ny didim-panjakana manendry ireo komity siantifika. “Tsy mino aho hoe manana fahefana amin’izany ny filankevi-panjakana satria mila fantatra mazava hoe inona no antony satria raha ny lalàna dia tsy misy antony mihitsy afahafana miteny fa tokony horavana ilay toerana hatreto, ka angamba mila fanadihadiana lalindalina kokoa hoe inona no antony natolotr’izy ireo”, hoy ny karazna fanehoan-kevitra sy valy bontana avy amin’ny Minisitra Lalatiana Andriatongarivo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fahasalamana, sosialy, toekarenaTsy te hamoaka vola firy ny fitondrana…

Ny 14 jona lasa teo no nanapa-kevitra ny fanjakana tamin’ny alalan’ny Filoham-pirenena fa halefahana ny fepetra satria voafehy ny valanaretina, araka ny nambaran’i Andry Rajoelina.

 

 Ny tranga sy ny maty anefa anefa mitombo. Toa vahaolana hoenti-misoroka ny mety hisian’ny fipoahana ara-tsosialy no natolotry ny fitondram-panjakana satria tena sahirana ny vahoaka. Tsikaritra fa tsy te hamoaka vola amin’ny fampihibohana ny fitondrana ka aleo nohalefahana ny fepetra ahafahan’ny rehetra manohy ny asa an-kahalalahana. Na ny fepetra fiarovana, toy ny fizarana “gél désinfectant” aza tsy nataon’ny fanjakana intsony. Nahazo tohana ara-bola iraisam-pirenena isika izay misy amin’ireny no voafaritra fa ho amin’ny fanampiana ara-tsosialy sy ara-toekarena. Manodidina ny 600 tapitrisa euros (2 580 000 000 000 Ar) ny fanampiana ho an’i Madagasikara momba ny coronavirus fotsiny. Manodidina ny 185 000 ny nahazo ny tosika fameno 100 000Ar, izany hoe 0,74% eo raha boriboriana ho 25 tapitrisa ny vahoaka Malagasy. Ny ara-toekarena dia zava-dehibe ny finiavan’ny fitondram-panjakana hanao fampindramam-bola, saingy ny tena andrasan’ireo mpandraharaha dia ny hisian’ny tohana vonjy aina izay tsy haverina eo anatrehan’ny krizy iainana. Mirona kokoa amin’ny tanjona lavitr’ezaka ny fitondrana. Sarotra ny zava-misy eto amin’ny firenena ankehitriny satria handroso maty raibe, hihemotra maty renibe ny fitondram-panjakana. Any amin’ny fanamafisana ny fepetra fiarovana no isam-batan’olona no vahaolana ho an’ny valanaretina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

RMDM sy antenimierandoholonaNidinika momba ny lalàna mifehy ny mpanohitra

Nidinika momba ny lalàna mifehy ny mpanohitra amin’ny teo anivon’ny antenimierandoholona omaly ry zareo avy eo anivon’ny rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara na RMDM.

 

 Manalasala, hoy ny mpitarika ny delegasionina, ny Pasitera Edouard Tsarahame, hoe maninona no miisa 2 ilay lalàna? Avy aiza ilay iray ary inona no dikany sy tanjona aminy? Araka ny fanazavan’ny mpahay lalana iraisampirenena, Arlette Ramaroson, dia firenena tsy misy demokrasia no tsy misy mpanohitra ary mety hivadika fanjakana firehana tokana na “directoire” izany. Ao anatin’ny lalampanorenana anefa ilay tokony hisiana mpanohitra eto amintsika. Ny lalana mivoaka rehetra ka tsy mifanaraka amin’io dia fandikan-dalàna, hoy ny fanazavana. Misy filaharany ny lalàna. Voalohany ny lalampanorenana. Faharoa, ny atao hoe “bloc constitutionnel”. Fahatelo ny lalàna fehizoro na “loi organique”. Manaraka izay ny lalàna mahazatra na “ordinaire”. Tsy afaka manao taingim-bozona ny lalampanorenana na “constitution” ny “loi ordinaire”. Ka na inona na inona lazain’ny HCC satria misy milaza fa tolo-kevitra na “avis” avy aminy io dia iray ihany no asan’ny fitsarana avo momba ny lalampanorenana. Mandray ilay lalàna sy mampifandray izany amin’ny lalampanorenana ka rehefa tsy mifanaraka ireo dia fanitsakitsahana lalampanorenana, hoy hatrany izy ireo no dikan’izany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Natiora“Tsy nofehezina mihitsy ny COVID 19 teto”

Efa nametraka hatrany am-boalohany ny antoko politika Natiora fa tsy misy na inona na inona antenainay amin’ity fitondrana ity, hoy ny filohany, Ni-Rencho-Mihari.

 

 

Hita izao fa tsy voafehy ny resaka Coronavirus ary tsy tokony ho menatra ny fitondram-panjakana satria maneran-tany samy nisy maty betsaka tamin’izy io sy voa. Saingy ny eto angamba misy kajy politika dia lazaina fa voafehy. Ny fifehezana azy teto dia aza adino fa raha 50 isa no voa tany am-boalohany dia nihiboka isika tamin’ny 1 ora. Tonga tany amin’ny 100 mahery tany dia hatramin’ny 3 ora. Rehefa nisy maty dia hatramin’ny 5 ora. Izany hoe tsy nisy mihitsy ny fifehezana azy io hatrany am-boalohany, hoy hatrany ny Natiora. Ilay vahoaka mihitsy no atao takalon’aina. Tao anaty 48 ora dia betsaka no voa teto Antananarivo ny faran’ny herinandro. Ny ampitson’iny indray dia mbola Antananarivo ihany. Hovonoina ve ny vahoaka, hoy ny filohan’ny antoko? Misy ny 4x4 nefa Kalesa no hitondran’ny sasany marary. Ny mpitondra irery sisa tsy marefo eto. Tokony hiteny hoe tsy vita ny fitondram-panjakana dia hiantso ny herivelona rehetra hifanome tanana aminy, hoy ny Natiora.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Razafitsiandraofa Jean Brunelle“ Aleo aho hijanona eny Tsimbazaza ihany”

Nohamafisin’ny depiote Razafitsiandraofa Jean Brunelle solombavambahoaka voafidy tany Ikongo V7V

 

tamin’ny firesahana nivantana taminy izay voalazany tao amin’ny fandaharana manokan’ny televiziona tsy miankina iray eto an-drenivohitra tamin’ny herinandro lasa teo ka nanambarany manoloana ny resaka mandeha amin’ny mety hanendrena azy ho eo amin’ny toeran’ny Praiminisitra lehiben’ny governemanta atsy ho atsy. “Aleo aho, hoy izy, hijanona ihany ao amin’ny Lapan’i Tsimbazaza amin’ny maha-depiote ahy fa hanahirana olona maro ny hahatongavako amin’izay toeran’ny praiminisitra izany. Izaho mantsy mahatsapa, hoy izy, fa maro ny zavatra tsy mandeha amin’ny tokony ho izy eto amin’ny firenentsika ity matoa 60 taona aty aorianan’ny niverenan’ny fahaleovantena mbola tahaka izao ihany no misy ny toeranan’ity firenena ity. Raha izaho mantsy no tonga eo amin’izany toerana maha-praiminisitra izany, hoy izy, dia tsy maintsy ny “formule” hapetrako izay somary henjakenjana mihitsy no hitondrako an’ity firenena ity.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Afo be teny Vatobe 67 HaTrano 290 may kila, 3 namoy ny ainy

Nirehitra ny tanàna teny Vatobe 67Ha izay ao anatin’ny fokontany Andohatapenaka Voalohany omaly tokony ho tamin’ny 4ora sy sasany tolakandro. Trano miisa 290 no lasa lavenona ary 1000 mahery traboina, raha ny tatitra vonjimaika. Tranohazo ny ankamaroan’ireo may.

 Toky R

Ino Vaovao0 partages

VALANARETINA “CORONAVIRUS” : Nisy tranga vaovao 83 indray voamarina teto Antananarivo

Ity ny antontan’isa ambony indrindra ho an’Antananarivo hatramin’izay nisian’ny valanaretina teto Madagasikara.  Niisa 84 ireo tranga vaovao voamarina ka ny 83 tamin’ireo dia teto Antananarivo avokoa raha tany Toamasina kosa ny iray. Midika izany fa mihanaka tanteraka eto an-drenivohitra ity valanaretina ity.  Tato anatin’ny herinandro izay dia mihamiakatra ireo olona tratran’ny tsimokaretina eto Antananarivo, mitombo isan’andro ireo vaovao voatily  fa tratran’ny covid-19.

Heverina ho anisany mahatonga izany ny tsy fanajana araka ny tokony ho izy ireo fepetra ara-pahasalamana napetraky ny Fitondram-panjakana. Tsikarika mantsy ny gaboraraka misy eny anivon’ireo fiara fitateram-bahoaka sy ny toerana tena be olona toy ny tsena sy ny toby fiantsonan’ny fiara. Raha ny antontan’isan’ireo sitrana kosa dia nitontaly 40 izy ireo, omaly. Ny 23 tamin’ireo dia avy any Toamasina, ny roa tany Taolagnaro, ny iray tany Fianarantsoa ary ny 14 teto Antananarivo.

Raha tany Toamasina no tena foibe nisy ireo marary betsaka teo aloha dia miverina eto Antananarivo indray izany amin’izao fotoana izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAMPIAKARANA FAKTIORAN’NY JIRAMA : Fanahiniana natao, mpiasa 50 atao famotorana

Taorian’ny fitarainan’ny mpanjifa maro teto Antananarivo momba ny fiakaran’ny faktiora dia niroso tamin’ny fanadihadiana avy hatrany ny teo anivon’ny Jirama. Voaporofo tamin’izay fotoana izay tokoa ny fahadisoana teo amin’ny “index” ary ny ankamaroan’ireo hadisoana dia fanahiniana natao daholo. Hatreto, mpiasan’ny Jirama 50 isa no heverina fa voarohirohy ao anatin’izao toe-javatra izao. Naka fepetra vonjimaika mikasika ny 15 amin’ireo 50 ireo ny Jirama, ka anisan’izany ny tale miisa roa. 

Efa nanao ary manohy hatrany ny ezaka amin’ny fifandraisana an-tsoratra na an-telefaonina amin’ireo mpanjifa voakasik’ireo fahadisoana ireo ny eo anivon’ny Jirama. Izany fifandraisana izany no ahazoana mandalina ny olana eo amin’ny faktiora sy manao ny fanitsiana izay tokony hatao. Mpanjifa maro no efa nantsoina sy nanatona ny Jirama ary efa nahitana vahaolana avokoa. Raha ny tatitra avy eo anivon’ity orinasa ity, hamafisina rahateo koa ny fifandraisana sy fifanakalozana amin’ireo fikambanana mpiaro ny zon’ny mpanjifa hahafahan’ny orinasa mitondra fanazavana amin’ny antsipiriany sy hijerena miaraka ny fepetra fanampiny hamahana ny olan’ireo mpanjifa niharan’ny fiakaran’ny faktiora mihoa-pampana ireo.

 Marihina fa matetika ahazoana fitarainana avy amin’ny mpanjifa hatrany ny fomba fiasan’ireto farany, indrindra moa ny lafin’ny kalitao toy ny fahatapahan-drano sy jiro mateti-piavy sy maharitra ora maro izay mahatonga fahatezerana, manampy trotraka ny halatra atao amin’ny fampiakarana ny faktiora. Arahina akaiky ny tohin’ny famotorana momba ity raharaha ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTANINANDRO : Mangataka ny hijerevan’ny Filoham-pirenena ny raharaha ireo mpandova

 Tonga hatramin’ny fiantsoan’ireo fianakavian’ny  mpandova ao an-toerana ny hijerevan’ny Filoham-pirenena Andry  Nirina  Rajoelina  manokana ny raharaha noho ny tsy fahatokisan’izy ireo ny fihetsika mampiahiahy  mety ho nataon’ilay mpividy tany amin’ny Fitsarana, ka nahatonga an’ity farany ho nahazo rariny  : «  Tamin’ny fomba ahoana nahafahan’ilay olona mifanandrina aminay namadika ny raharaha ho ady maika na ” tribunal de référé” kanefa tsy tokony ho izany ny fandehany ? Aminay, efa vita kajikajy avokoa ny tetikady nataony satria toa mahagaga fa nifanandrify tamin’ny fotoana tsy nahateo ny mpitsara ny fanohanana ny didim-pitsarana nalefanay vao haingana  ». 

Raha tsiahivina vetivety dia fianakaviana anankiroa mpandova ny tanàna izay efa mitoetra ao an-toerana hatry ny ela no mifanolana amin’ity olona mpividy iray izay nahazo ny trano misy rihana iray ao amin’ity faritra ity efa ho herintaona izay. Mpandova fahatelo moa no nivarotra izany taminy, raha  ny  fanazavana  voaray  hatrany. Ity mpividy taty aoriana moa dia nolazain’ireo mpandova fa dia nanao fandrahonana mihitsy tamin’izy ireo fa tsy maintsy ho tafidiny ao an-tanàna ireo fiarany.

«  Nilaza ilay mpifanandrina aminay fa hoe mbola tsy mahalala azy izahay satria dia tsy maintsy tafidiny ao an-tanàna ireo fiarany. Mbola fandrahonana  hafa nataony koa ny hampiakarany ny raharaha ho ady heloka bevava raha toa izahay ka handà tsy hampihatra ny didim-pitsarana tamin’ny faha 03 jona lasa teo  », hoy ny mpitondra tenin’ireto mpitaraina nanazava. Ho an’ireo mpandova ao ankehitriny izay efa monina tao hatry ny ela, ka mitondra ny fitarainana teto anoloanay mantsy dia tsy ara-drariny ny hampiasan’ity olona vao nividy ny trano ny lalan-kely sy ny tokotany iombonana hampidirany ny fiarany raha araka ny drafitra sy ny kisary ara-panjakana namaritana, ary maneho ny anjara toeran’ireo mpandova tsirairay hatramin’ny voalohany.

Koa satria nihenjan-droa izany ny tady teo amin’ny roa tonta dia voatery nampiakarina Fitsarana ny raharaha tamin’ny faha  03 jona lasa teo. Nandresy anefa ity mpividy izay  voalaza ho  manao  tsindry  hazo  lena  ny  fananana  iombonana. Ny alatsinainy  faha  22 jona  lasa teo dia tonga nanatanteraka ny didim-pitsarana na ny Grosse niaraka tamin’ny mpitandro filaminana miisa 4 sy ny vadintany ity mpividy. Midika izany fa azon’ity farany ihany izany ny lalan-kely miditra ao an-tanàna sy ny tokotany.

Mandra-piandry izay mety ho tohin’ny fanohanana nataon’izy ireo ary dia mitodika amin’ny mpitondra ambony ireto  farany hanampy azy ireto satria manahy ho mamofompofona fisiana tsindry samihafa tany ambadimbadika tany mba nandresen’ilay mpividy  mibodo ny  lalan-kely  iombonana ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TONTOLON’NY KABARY - TAHIRISOA JUSTIN : “Hanandratra ny soatoavina malagasy ny tanjona”

Isan’ireo azo anandratana izay teny malagasy izay ny kabary satria tsy voafehin-tsisin-tany intsony izany ankehitriny fa efa mielipatrana hatrany ivelany.Ho an’ny eto an-toerana manokana, maro ny mbola mandalina sy mitrandraka azy ity. Misy koa anefa ireo azo ambara ho “nandova” satria efa nisy nialoha lalana azy ny fianakaviana. Azo lazaina ho “nandova” i Tahirisoa Justin araka izao resaka nifanaovana taminy izao.

“Tarana-boanjo foto-boanemba”… nanohy ny lalan’ny raiko eo amin’ny tontolon’ny kabary aho”, hoy ny filazany. Ny fankafizana ny zavatra vitan’ny dadany teo amin’ ity literatiora am-bava ity no nandrisika azy hilona sy handalina kabary, taty aoriana. «  Nanaraka azy matetika aho tamin’izany fotoana . Nahaliana ahy ny zavatra nataony ka izany no anisany nanentana ahy hianatra ity zavakanto ity”, araka ny filazany. Efa an-taonany maro nikabariana Randriatahirisoa Justin, izay anarana nampisaloran’ny ray aman-dreniny azy fa i Tahirisoa Andria na Tahirisoa Justin kosa no fahalalan’ny olona ny tenany eo amin’ny maha mpikabary azy. Nivoaka tao amin’ny Fimpima Antsirabe Sampana Vonimpikadia azy. 

Marihina fa mpampiofana kabary taniketsa ao amin’ny sampana Vonimpikadia, Faritany Fimpima Antsirabe ny tenany, ankehitriny ary miandrakitra ny gazety Akompika ao amin’io sampana io ihany, gazety izay natao hifampizaran’ny samy Vonimpikadia (VOndron’NY MPIkabarin’ny DIAnteny.) “Ny fahitako ny kabary ankehitriny dia toy ny volan-tsinana miroso ho fenomanana izany hoe efa miha miroborobo, na dia maro aza mantsy no voasinton’ny fanatontoloana dia tsy vitsy ireo efa manomboka liana amin’ny kabary, porofon’izany ny mpiofana kabary maherin’ny 1 000 isan-taona mivoaka eran’i Gasikara”, hoy Tahirisoa justin, nanazava ny fahitany ny kabary ankehitriny.

“Tanjoko ny hampisondrotra avo ny soatoavina sy ny fahendrena navelan’ny razana mba hametraka ny toerany amin’ny maha izy azy. Hiezaka hatrany aho hanao izay tratry ny heriko mba ho anjara biriky amin’ny fanandratana ny kolontsaina malagasy na dia ho pitik’afo kely fotsiny aza no vitako”. Afaka mifandray amin’ny izay te-hifanerasera aminy  ny mpisehatra rehetra mikasika ny kolontsaina malagasy na ireo izay liana amin’ny resaka kabary. Manana  pejy manokana ao amin’ny tambajotran-tserasera  “facebook” koa i Tahirisoa Justin, izay mitondra ny anarana “ Tahirisoa Andria Mpikabary Mpanoratra”

N.A

Ino Vaovao0 partages

KIANJA MASOANDRO : Izao vao taitra ny taranak’Andriana sy ireo fikambanana 12 ?

Foto-kevitra efa nijoroany hatramin’izay ny hifanakaiky hatrany amin’ny vahoaka. Vao mainka nohamafisin’izy ireo izany tamin’ny alalan’ny fanovana noentina teo anivon’ny Tafika Malagasy.

Taiza ireo taranak’Andriana sy ireto Fikambanana 12 ireto tamin’ny famongarana ireo taolambalon’ny mpanjaka ka nafindran’ny Filoha teo aloha Marc Ravalomanana toerana  ? Ity farany izay tena nanao fanimbazimbana tanteraka ny hasin’ny vakoka Malagasy. Taiza izy ireo tamin’ny fotoana niantsoan’ny Minisitera fifampiresahana momba ny fanarenana ny Rovan’ Antananarivo  ? Maninona no izao vao taitra ary milaza fa tsy mety ny fananganana ny Kianja Masoandro ?

Nanohitra hatramin’ny farany an’ilay tetikasan’ny Fitondram-panjakana ny hanangana «  kianja Masoandro  » ao anatin’ny rovan’Antananarivo ireo mitonona ho taranak’Andriana. Misy Fikambanana 12 miara-dia amin’izy ireo. Anisan’izany ny Saff Fjkm, ny Ing Hitsy, ny OAM, ny FMI Malagasy sy ny maro hafa. Ireto farany izay nitory ny Fanjakana Malagasy teny anivon’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny Fanjakana etsy Anosy, afak’omaly. Nolazain’ny mpisolovava azy ireo tamin’izany fa tsy misy taratasy fahazoan-dalana ny fanorenana an’io kianja io. Tsy ara-dalàna ihany koa, hoy izy, ny fananganana ilay kaomity siantifika izay natao hiandraikitra ny fananganana ity fotodrafitrasa ity. Anisany nohizingizininy fa tsy azo atao ny mikitika ny vakoka amin’ny endriny teo aloha. Fa taiza izany hatramin’izay ireto mitonona ho taranak’andriana ireto  ? Maninona izao vao mikoropaka manao an’izao fanehoan-kevitra izao izy ireo  ?

Efa nisy antso avo

Raha tsiahivina anefa nialoha ny nanamboarana ny rovan’Antananarivo dia efa nisy ny antso avo nataon’ny Fitondram-panjakana tamin’ny alalan’ny Minisiteran’ny serasera sy ny Kolontsaina ho an’ireo izay manana soso-kevitra amin’ny hanarenana indray ity vakoka Malagasy ity. Taiza ireo taranak’ andriana no tsy hita naneho hevitra tamin’izany  ? Maninona raha tamin’izany fotoana dia efa nanambara fa tsy mety ny hikitihana ny rova. Ankoatra izay, tsy vao sambany no nisy mpitondra nikitika ny ati-rova tahaka izao.

Ny Filoha teo aloha, Ravalomanana Marc aza dia sahy namongatra ny taolambalon’ireo mpanjaka nilevina tao Manjakamiadana. Tsy izany ve no tena fanimbazimbana faratampony  ? Nambaran’ireo mpanara-maso akaiky ny raharaham-pirenena aza fa tamin’ny alalan’ny fiara no nitaomana an’ireo taolambalo nafindra teny Ambohidratrimo. Tsy nisy nandrenesam-peo anefa ireo milaza ho taranak’ andriana tamin’izany. Raha ny tokony ho izy ve tsy izany fihetsika izany no tokony hampiaka-peo satria ny Malagasy dia fatra-panaja ny razana ary fanampin’izay mbola taolambalon’ireo mpanjaka  ?

Mahagaga ny zava-misy ankehitriny, lasa resabe ilay “Kianja masoandro” izay sokajiana ho maivan-danja raha miohatra an’itsy famongarana taolambalo itsy. Tsy azo ihodivirana fa misy ambadika politika ao anatin’ity fanoherana ny fananganana ny «  Kianja Masoandro  » ity, rehefa tsy nahita hirika hanakianana ny tetikasa «  Tanamasoandro  » intsony ireo mpanohitra sy ny mpiara-dia aminy dia any amin’ny vakoka indray no manangam-bozona.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FIHAONAN’NY PRAIMINISITRA SY NY LOHOLONA : Hentitra ny famongorana ireo tsy matimanota

Laharam-pahamehana apetraky ny Fanjakana ny amin’ny kolikoly sy ny tsy fijerena tavan’olona ho an’izay mbola minia manao izany.

Tanteraka omaly tetsy amin’ny lapan’ny Antenimierandoholona Anosy ny fihaonana mivantana teo amin’ny Praiminisitra Ntsay Christian sy ireo Loholon’i Madagasikara. Fotoana izay didian’ny lalàna fa hanaovana tatitra amin’ireo asa vitan’ny fahefana mpanatanteraka. Teboka miisa efatra no nifotoran’ ny tatitra nataon’ ny Praiminisitra tamin’izany. Noresahiny ny mikasika ny lafiny fitantanana. Isan’ny nisongadina tamin’ izany ny ady amin’ ny tsy matimanota sy ny fametrahana ny mangarahara ary ny fanomezan-danja ny Faritra. Raha tsiahivina dia tamin’ny talata 2 jona lasa teo no efa nandalo tsirairay teo anatrehan’ireo Loholona ireo mpikambana ao amin’ ny Governemanta. Omaly no nitondra fanazavana misimisy ary niezaka nandravona an’ireo dingam-pampandrosoana efa vita ny Praiminisitra sy namariparitra ny fandaharan’asa hotanterahina amin’ ity taona 2020 ity.

Voatsinjara ao anatin’ ny teboka efatra lehibe izany. Tafiditra ao anatin’izany ny fametrahana ny Fanjakana tsara tantana sy mangarahara. “Ny ady amin’ny kolikoly dia natao laharam-pahamehana hatrany. Niezaka ny Governemanta nampiseho fa tsy tokony hoekena intsony ny tsy matimanota”, hoy ny Praiminisitra tao anatin’ny lahateniny. Notsindriany ihany koa fa “ny fandrindrana ny asam-panjakana rehetra dia natao tao anatin’ny mangarahara tamin’ny alalan’ny fametrahana sy fanaraha-maso ny fampiasana ny fototra tsy miova na “standards de service” eo anivon’ny sampan-draharahan’ny asam-panjakana rehetra, ka nampiharina tokoa ny lalàna mikasika ireo olona izay nahiana ho nanao kolikoly ary hita fa efa nihena izany eny amin’ireny sampan-draharaham-panjakana ireny na dia mbola betsaka aza ny ezaka tokony hatao ”.

Mitovy ny fitantanana ny Faritra

Tafiditra tao anatin’ny tatitra nataon’ny Praiminisitra ihany koa ny fanomezan-danja ny fampandrosoana isam-paritra. Efa nisy ny famatsiana vola mitentina 1 miliara Ariary isam-paritra tamin’ny taona 2019 ka nahafahana nanomboka fotodrafitrasa maro toy ny lalana, ny tetezana, ny tsena, ny biraom-panjakana tany amin’ny Faritra efa nisy Governora. Ny vola ho an’ny Faritra izay mbola tsy nisy Governora kosa dia efa nalefa manontolo any amin’ireny Faritra ireny eo am-piandrasana ny fanendrena azy ireo. 

“Mitovy lanja ny vola natokana ho an’ny Faritra rehetra . Amin’ity taona 2020 ity, ankoatra ny vola mitentina 2 miliara ariary isam-paritra hatolotry ny Fitondram-panjakana ho fanatanterahana fotodrafitrasa mifandraika amin’ireo filàna eny ifotony toy ny lalana, dia hovatsiana fitaovana enti-manamboatra lalana koa izy ireo tsirairay avy, toy ny bulldozer, Compacteur, Niveleuse, Camion arroseur”, araka ny fanazavany hatrany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

LOHOLONA : Nodimandry ny Senatera Ravololonirina Emilie, vadin’i Jean Max Rakotomamonjy

Izy izay anisan’ireo vehivavy miisa 12 nandrafitra ny Antenimierandoholona. Tamin’ny 17 jona 1960 no teraka tany Toamasina izy, Loholon’i Madagasikara voafidy tao amin’ny Faritanin’Antsiranana tamin’ny anaran’ny antoko Leader Fanilo. Namela kamboty roa ny tenany izao nindaosin’ny fahafatesana izao. 

Omaly hariva no niala teto Antananarivo ny nofo mangatsiakany rehefa avy nampandalovina farany tetsy amin’ny lapan’ny Antenimieran-doholona Anosikely. Anio no fantatra fa hantanterahana ny fandevenana any Andevoranto Brickaville, toerana misy ny fasan-drazany. Izahay eto amin’ny Gazety Ino Vaovao Faritra dia mirary fiononana feno ho an’ny fianakaviany.

Ny Fanoratana

La Vérité0 partages

Rebaptisation des infrastructures publiques - Le ministère de la Culture lance une consultation

Appel aux citoyens. Dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire du retour de l'indépendance et du Programme Initiative Emergence Madagascar, le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) prend l'initiative d'appeler les citoyens pour une  rebaptisation des infrastructures publiques à Madagascar, au nom de différentes personnalités toujours en vie ou disparues.  « Que ce soit un simple citoyen, association, descendants d'artistes, sportifs, enseignants, leaders religieux qui souhaitent inscrire leurs noms à une rue, à un établissement scolaire ou sanitaire, camp militaire peuvent se manifester pour une dénomination de nos infrastructures publiques », explique Razafiarison Francis Alexandre, directeur général de la Culture.

 

Etant donné que la dénomination d'une voie ou d'un bien public doit obligatoirement faire l'objet d'une délibération, ce responsable a indiqué que tous les ministères concernés seront consultés en fonction de la demande.  « Aucun critère ne régit la sélection des dossiers. Toutefois, il est question de bien remplir les questionnaires et aux responsables hiérarchiques coordonnés par le MCC de donner le feu vert. (…) Outre l'étude historique, une proposition de nom  pour un établissement scolaire requiert par exemple l'approbation du ministère de tutelle qui de son côté suit également une procédure de validation caractérisée entre autres par l'accord des parents d'élèves ou autres acteurs principaux », argue-t-il.

Selon Fanahimanana Tiaray, directeur général de la Communication, un des objectifs dudit projet repose également sur la rebaptisation des infrastructures de la Grande île en nom malagasy. Les intéressés sont appelés à se manifester avant le 15 juillet 2020 auprès des 22 Directions régionales de la Communication et de la Culture ou à remplir les formulaires au niveau de la Direction générale de la Culture à Anosy, ou  encore sur la Page Facebook "Ministère de la Communication et de la Culture".  Les noms sélectionnés seront publiés avant la fin de cette année afin de maintenir l'esprit de la célébration de la fête de l'indépendance.

KR.

La Vérité0 partages

Covid-19 dans les prisons - Une quarantaine de cas positifs enregistrés

Les tests s'enchaînent. Les prisons de Toamasina et d'Antanimora sont jusqu'ici les seules à enregistrer des cas confirmés de Covid-19 depuis le début de la pandémie, en mars dernier. Selon les informations émanant de la Direction générale de l'Administration pénitentiaire (DGAP), Toamasina a noté au total 41 cas, touchant entre autres 5 mineurs détenus. Certains d'entre eux ont obtenu une liberté provisoire et sont soignés ailleurs. « 21 détenus sont actuellement mis en quarantaine dans un bâtiment situé dans l'enceinte de la prison de Toamasina, où ils sont sous surveillance et bénéficient de soins et contrôles réguliers des médecins.

Pour Antanimora, le détenu atteint a été transféré dans un centre hospitalier d'Antananarivo, où il suit un traitement adéquat », informe Tovonjanahary Ranaivo Andriamaroahiana, DG de l'Administration pénitentiaire. Outre la mise en quarantaine des détenus atteints du coronavirus, des mesures spécifiques s'appliquent auprès des prisons et lieux de détention afin de protéger la santé des détenus et du personnel pénitentiaire. « L'arrêt temporaire de toutes les visites dans les prisons reste maintenu. Le contrôle régulier de la température des prisonniers et des agents pénitentiaires et la désinfection des cellules de détention se poursuivent », souligne ce responsable. De plus, tous les nouveaux détenus sont immédiatement testés et mis en quarantaine.

Appuis aux 82 établissements pénitentiaires

En surpopulation chronique. Les risques de propagation du Covid-19 auprès des 82 établissements pénitentiaires de Madagascar sont inquiétants. Selon les derniers chiffres, les prisons malagasy comptent 27 600 détenus dont 1 469 femmes (485 condamnées et 984 détenues) et 855 mineurs dont 801 garçons (246 condamnés et 555 détenus), 54 filles (17 condamnées et 37 détenues). Raison pour laquelle l'équipe-pays du Système des Nations unies (SNU) apporte son soutien au Gouvernement malagasy, et cela à travers des appuis techniques, financiers et logistiques. Cette contribution aux initiatives de protection des droits des personnes détenues dans le contexte de la pandémie accompagne les efforts du Gouvernement dans l'amélioration des conditions de vie des détenus en milieu carcéral. Elle vise à éviter une explosion aux conséquences sanitaires, sociales. A la veille de la Fête de l'indépendance, les appuis du SNU s'alignent aux besoins urgents identifiés au niveau des prisons, dont l'amélioration de la nutrition, l'aménagement des salles d'isolement ou encore la réhabilitation des toilettes et points d'eau. A cela s'ajoute l'approvisionnement en médicaments essentiels, équipements de protection individuelle, kits de dépistage, kits de dignité pour les femmes et les filles ainsi qu'en matériels de désinfection. L'objectif étant d'améliorer la situation des détenus, tout en les protégeant de la pandémie.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Attaque avortée à Marais Masay - 3 bandits abattus, des armes saisies !

Affrontement mortel. Une attaque à main armée, orchestrée par quatre malfaiteurs, a avorté hier. Aux alentours de 12h30, des échanges de coups de feu ont eu lieu sur la route  du Marais Masay. Dépêchés sur place, des éléments de la Police ont mis fin à la tentative des bandits, celle de faire un assaut du côté d’Analamahitsy, et saisi leurs armes.

 

Les renseignements obtenus par le Commissariat de la sécurité publique du deuxième Arrondissement (CSP2) et de la Brigade criminelle (BC) ont indiqué que des malfaiteurs prévoyaient d’attaquer un opérateur économique et qu’ils se préparent sur la route du Marais Masay. Les éléments de la Police se sont dépêchés sur place. Dès leur arrivée, les malfrats ont immédiatement ouvert le feu. Des échanges de tirs entre policiers et bandits s'ensuivirent.  Cependant, la riposte des Forces de l’ordre leur a été fatale. En effet, trois des bandits ont été tués. Malheureusement, le quatrième a réussi à prendre la fuite.

A l’issue de la première enquête, la Police a découvert que les noms de ces bandits sont déjà liés à des affaires criminelles non encore résolues voire en cours d’enquête. Effectivement, ce sont des présumés assassins lors d’un cambriolage remontant à quelques mois à Besarety où une femme a été abattue à balle réelle ou encore à Nanisana lors d’une attaque d’un cash point ayant blessé un client. Ces criminels sont également soupçonnés d’être les auteurs d’un assaut mortel  à Itaosy. Affaire à suivre.

KR.

La Vérité0 partages

Incendie au Vatobe, 67ha - Les habitants victimes  du feu et de voleurs

Les dégâts matériels causés par l'incendie qui s'est produit avant-hier au Vatobe, 67ha sont colossaux. Outre ceux qui sont partis en fumée, beaucoup de biens ont été dérobés par des voleurs. D'après l'explication de Jean Marc, parmi les victimes des larcins, il a pu sauver quelques-uns de ses meubles comme l'armoire, le canapé, ainsi qu'un écran plat, une radio, une machine à coudre, les vaisselles. Mais dès que ces objets sont sortis de la maison, ils ont été emportés par des voleurs.

« Une fois que le feu ait été maîtrisé, le chagrin a été plus grand que l'incendie. Nous n'avons pu récupérer que le tiers des biens que nous avons pu sauver des flammes. Tous les objets de valeur ont disparu », se plaint ce père de famille. D'ailleurs, dans l'urgence, ses biens ont été laissés au bord de la rue et ont été confiés aux voisins. Le reste a été déposé chez les familles. Et malheureusement, beaucoup parmi les victimes n'ont pu emporter que les vêtements qu'ils ont portés ce jour-là. C'est le cas d'une famille composée de 5 membres. Ils n'étaient pas chez eux quand le drame a eu lieu. Le temps d'arriver à la maison, tous les objets ont été déjà envahis par les flammes. D'autant plus que leur habitation se trouve à moins d'un mètre seulement du lieu de départ de l'incendie.

Une trentaine de tentes sont installées au terrain de foot situé dans l'enceinte de l'Assurance Ny Havana, aux 67ha pour accueillir les sinistrés. Pendant une quinzaine de jours, ils sont pris en charge par le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) et ses partenaires.

Durant sa rencontre avec la presse, le directeur général du BNGRC, le Général Elack Andriankaja a avancé qu'aucun décès n'a été enregistré lors de cet incendie, mais seulement quelques personnes blessées. Actuellement, une enquête est en cours afin de connaître l'origine du drame.

La Vérité0 partages

Financement « Miarina » octroyé par le Gouvernement - 93 entreprises bénéficiaires en une semaine

50 milliards d’ariary. C’est le montant total du fonds de soutien octroyé par le gouvernement en faveur des Très Petites et Moyennes Entreprises (TPME). En effet, ces dernières sont actuellement en manque de trésorerie suite au ralentissement de l’activité économique. Le Président de la République a ainsi annoncé la semaine dernière, durant sa rencontre avec le secteur privé, la mise en place d’une ligne de crédit « Miarina ». Le financement a par la suite démarré. Et en espace d’une semaine, ce programme a déjà financé 93 entreprises.

La somme débloquée arrive jusqu’à 4 milliards d’ariary, d’après le bilan effectué hier. Le montant moyen des prêts accordés tourne autour de 47 millions d’ariary. Notons que la majorité des emprunteurs sont issus du secteur commercial avec une proportion de 41 %. Vient ensuite le secteur du service - représentant un taux de 18 %, et enfin 10 % d’entre eux sont issus du domaine de l’artisanat. Les autres opérateurs opérant dans les autres secteurs comme le Bâtiment et Travaux publics (BTP), le tourisme, le transport et l’élévage restent peu représentatifs.

Critères

Malgré la disponibilité du fonds, quelques critères de sélection s’appliquent aux emprunteurs. A cet effet, le crédit est accordé aux entreprises ayant plus de trois ans d’existence, avec un chiffre d’affaire annuel inférieur à 5 milliards d’ariary et moins de 30 salariés. Une priorité sera accordée aux quatre secteurs prioritaires, à savoir l’agriculture, l’élevage, l’industrie et le tourisme. Dans le cadre de ce type de financement, chaque entreprise peut demander l’équivalent des trois mois de besoin en fonds de roulement, sans dépasser un montant de 300 millions d’ariary. Et ce, à un taux bonifié de 9 % par an. Le secteur de l’industrie et du service bénéficient chacun un taux privilégié de 8 %.

Toutefois, la durée de remboursement maximum est de 24 mois. En contrepartie, l’entreprise s’engage à maintenir l’ensemble des emplois au sein de son établissement. Il faut savoir que le prêt « Miarina » est garanti par le fonds « Fihariana » à hauteur de 100 %. Les institutions financières BOA et BNI Madagascar traitent les demandes en suivant leurs règles d’analyse d’octroi de crédit. Ainsi, ces banques se réservent le droit de ne pas donner de suite favorable à une demande en fonction de leur propre analyse de risque.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Vive le soixantième !

Dans quelques heures, le pays va honorer solennellement la célébration du jour de l’indépendance. Une Fête nationale qui revêtira un caractère particulier dans la mesure justement qu’elle coïncide avec son soixantième anniversaire : 26 juin 1960 - 26 juin 2020. Pour un homme, l’âge de soixante ans marque une étape déterminante dans la vie. En général, c’est le pic de la maturité.  Un tournant décisif, avoir soixante ans d’âge pour un agent du public (fonctionnaire) ou celui du privé signifie l’âge de la retraite. Après avoir effectué de bons et loyaux services envers l’Etat ou de la société pendant des années jusqu’à quarante ans, en principe, il a droit légitimement à une rente viagère mensuelle ou trimestrielle, selon le cas. Pour certains Corps de métier de l’administration, magistrats ou administrateurs civils ou autres, la limite pourrait se décaler au-delà des 60 ans.

 

La date du 26 juin pourrait prêter équivoque du fait qu’il en existe une autre date, le 14 octobre, qui peut prétendre aussi jouir l’honneur et le prestige d’une « Fête nationale ». Un cas un peu particulier pour Madagasikara. En principe, dans plusieurs pays, il n’existe qu’une date de « Fête nationale ». La France de De Gaule, qui ne voulait pas lâcher Madagasikara, trouve cette démarche saugrenue d’accorder une autonomie élargie à la Grande île tout en la maintenant dans le giron de la « Mère patrie ».

Notons qu’avant la date du 26 juin, entre 14 octobre et 26 juin, les dirigeants de l’époque sous l’emprise des vazaha faisaient tout pour que les jouissances et la liesse  populaire du 14 juillet glissent tout doucement vers le 14 octobre. En fait, des fêtes populaires et attractions foraines ont été organisées pour émerveiller tout le monde surtout les enfants. Revue militaire très haut en couleur, « tsikonina », des podiums partout, la retraite aux flambeaux, etc. Même au-delà de la date du 26 juin, et ce, jusqu’à la chute de la Première République, Madagasikara avait deux Fêtes nationales. A l’avènement de la Deuxième République, Didier Ratsiraka ignorait la date du 14 octobre qui, selon lui, incarne la volonté colonialiste de la France.

Par un concours de circonstance inespéré, la célébration de la date du 14 octobre remonte en surface. En raison de la pandémie du Covid-19, les tenants du pouvoir décident de transférer à la date de la Fête de la République toutes les manifestations populaires prévues pour le 26 juin. En espérant que SARS-Covid-2 le permette ainsi. L’homme propose, Dieu dispose et Covid-19 … impose !

En dépit de l’état d’urgence sanitaire, malgré la crise et la peine que cela suppose de provoquer, bien que le nombre des contaminés augmente de jour en jour et qu’il y ait des morts, malgré des occasions ratées, tout cela ne veut pas dire qu’on va se laisser impressionner par une atmosphère d’obsèques. Evidemment, il n’y aura pas de liesse populaire mais on va quand même célébrer, chacun à sa manière et selon ses possibilités, la fête de notre indépendance surtout quand cela coïncide avec  son soixantième anniversaire.

Nous souhaitons à chacun de passer de joyeux moments en famille et … à la maison ! Une jouissance sobre mais digne de notre souveraineté. « Vive le soixantième ! »

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Aires protégées à Madagascar - Les retombées économiques suivies de près

Pour plus d’impacts. Une première rencontre s’est faite en début de semaine, entre le ministère de l’Environnement et du Développement durable et les gestionnaires des aires protégées (AP). L’objectif est de voir ensemble les moyens d’améliorer la gestion des réserves naturelles de Madagascar. A l’issue des échanges, il a donc été décidé que les retombées économiques des AP seront particulièrement suivies de près, en dehors des recettes touristiques. « Le domaine de l’environnement reçoit chaque année plusieurs millions de dollars de la part des bailleurs de fonds et autres. Toutefois, les résultats de conservation ne sont pas encore palpables. Il existe encore des failles.

C’est pourquoi, nous avons décidé d’organiser cette rencontre. Elle se répètera à raison de deux fois par an pour favoriser les échanges d’informations entre les parties prenantes dans la préservation de nos ressources naturelles. Cela nous permettra de voir comment ces acteurs s’organisent dans la gestion des aires protégées du pays et d’apporter des solutions à leurs problèmes. Nous consacrons un effort particulier au suivi de l’usage des fonds de chaque gestionnaire pour avoir le plus d’impacts », a soutenu Vahinala Raharinirina Baomiavotse, ministre de l’Environnement et du Développement durable, mardi dernier à Ambatobe.

Ce suivi des retombées économiques s’accompagnera de la valorisation des retombées sociales des aires protégées, en plus de la protection et de la conservation. Effectivement, les rapports effectués par les gestionnaires des AP soulignent que l’insécurité figure parmi les défis à relever pour la protection de nos ressources naturelles. Les communautés environnantes ne comprennent pas la valeur de ces ressources pour leur survie. Tout ce dont elles sont conscientes, c’est qu’elles ont besoin d’argent pour vivre. Elles ne comprennent pas qu’en détruisant les ressources forestières, elles détruisent également leur avenir. « C’est pourquoi, l’éducation environnementale est un volet non négligeable et pour cela, tous les acteurs vont travailler ensemble. L’intégration de toutes les communautés, plus particulièrement les plus vulnérables, dans le système de conservation permettra d’avoir des impacts plus conséquents. De plus, à partir de maintenant, les notions de conservation et de développement seront inséparables. L’une ne pourra exister sans l’autre » précise la ministre. Ces éducations environnementales se feront notamment à travers des échanges directs pour comprendre et connaître un peu plus les besoins ainsi que les attentes des populations concernées.

« La dégradation des ressources naturelles est ingérable jusqu’à aujourd’hui. Et ces ressources sont mal exploitées. Toutefois, la volonté d’impliquer les VOI (« Vondron’olona ifotony ») est un engagement louable. Cette politique de conservation inclusive pourrait bien évidemment porter ses fruits », s’enthousiasme Marie Claudine Ranorosoa, coordonnatrice nationale de la nouvelle aire protégée de Tampolo, située à Fénérive-Est. Après avoir défini les points importants, il reste alors à trouver la meilleure approche.

Rova Randria

 

La Vérité0 partages

Fête nationale - Célébration intimiste demain à Analakely

La Fête nationale aura cette année une saveur particulière. A cause de la crise sanitaire, et tout comme ce fut le cas lors de la commémoration du 29 Mars, les traditionnelles cérémonies devant marquer la fête du retour de l'indépendance de Madagascar ne pourront pas se tenir comme d'habitude. A Antananarivo, le traditionnel défilé militaire au Stade de Mahamasina sera délocalisé sur l'Avenue de l'Indépendance à Analakely. La cérémonie se déroulera à huis clos et ne sera pas ouvert au grand public.

Le défilé mettra cette année en avant 3720 éléments de l'Armée. La reconnaissance des lieux a eu lieu il y a quarante-huit heures. Quant à la répétition générale du défilé militaire, elle s'est déroulée hier. 3720 éléments issus de la Gendarmerie, la Police, l'Armée, les agents pénitentiaires, et d'autres corps formés participeront à la parade militaire. Des participants qui seront soumis à des mesures de distanciation sociale. La cérémonie verra un défilé aérien au-dessus du ciel tananarivien. 5 avions, 3 hélicoptères sont prévus participer à cette grand-messe.

L'arrivée du Président de la République est prévue vers 10 heures du matin. Une cérémonie de levée de drapeau et la revue des troupes précèderont le défilé à proprement parler. Peu de personnes seront autorisées à assister au défilé lequel sera retransmis en intégralité sur la Télévision nationale. Parmi les invités à la tribune figureront les chefs d'institution, le maire de la Capitale, le gouverneur de la Région Analamanga. Des sources informées affirment que les anciens Chefs d'Etat devraient également être présents. Des membres du corps diplomatique y sont aussi attendus. Enfin, les chefs militaires auront également une tribune réservée. Pandémie oblige, les Malagasy sont priés de rester chez eux. Le site d'Analakely est interdit à la circulation depuis la nuit dernière à minuit.

Un millier de militaires, un millier de gendarmes et un autre millier de policiers assureront la sécurité, aux alentours du site du défilé et dans la Capitale, selon les sources sécuritaires. Par ailleurs, un centre opérationnel sera mis en place à l'Hôtel de ville.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Industrie automobile - La marque « Gasycar » fait son entrée !

Un défi de plus pour ce 60ème anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar. C’est ainsi que l’on peut qualifier le lancement de la nouvelle marque « Gasycar », hier à Ivato. Cette nouveauté à la consonance bien malagasy est le fruit d’une collaboration avec des géants de l’industrie automobile en Allemagne et en Chine. Dans un premier temps, la marque produira des véhicules (à deux et quatre roues) dont l’assemblage se fera entièrement sur le territoire national. Par la suite, la coopération s’étendra vers la commercialisation, puis la mise en place d’usines de fabrication prévue dans les trois prochaines années. Durant la même cérémonie, les premiers prototypes issus de cette nouvelle marque ont été présentés et remis officiellement aux agents de la Police nationale en tant que véhicules de service.

 

« Nous nous dirigeons vers l’industrialisation de notre pays », a déclaré fièrement le Président, Andry Rajoelina lors de la cérémonie officielle. Le numéro un de l’Exécutif précise que l’entreprise sera gérée par des malagasy étant donné que l’Etat y est actionnaire majoritaire. D’après toujours ses explications, des ingénieurs et designers nationaux sont prêts à revenir au pays pour apporter leur contribution à ce grand projet.

Fierté nationale et création d’emplois

Outre l’élan de fierté nationale qu’une telle marque pourra susciter, une telle innovation sera également une opportunité pour la création d’emplois au profit de nombreux jeunes techniciens malagasy. Depuis la présentation de son programme « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » jusqu’à son élection à la Présidence, Andry Rajoelina n’a cessé d’encourager la promotion du « Vita malagasy ». D’ailleurs, il a souligné que tous les besoins de la population devraient être produits dans le pays. Malgré la crise sanitaire, le Chef de l’Etat poursuit doucement la concrétisation de ses 13 « Velirano » auprès du peuple malagasy. Pour la prochaine étape, le Président évoque, d’ores et déjà, un autre projet lié à l’autosuffisance alimentaire de Madagascar qui fait partie de ses engagements majeurs pendant la campagne électorale.

Il ne manque pas de rappeler l’inauguration imminente de l’usine de production de médicaments « Pharmalagasy ». Sur cette lancée, le Chef de l’Etat révèle également la mise en place d’une cimenterie d’ici la fin de l’année afin de réviser à la baisse le cours de ce produit indispensable dans la construction. Notons au passage que l’homme fort du pays avait déjà annoncé un budget de 1 milliard de dollars dédié au « plan Marshall » en vue de la construction de grandes infrastructures dans le pays comme les établissements scolaires, les hôpitaux « manara – penitra », etc.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Vive le soixantième!

Dans quelques heures, le pays va honorer solennellement la célébration du jour de l’indépendance. Une Fête nationale qui revêtira un caractère particulier dans la mesure justement qu’elle coïncide avec son soixantième anniversaire : 26 juin 1960 - 26 juin 2020. Pour un homme, l’âge de soixante ans marque une étape déterminante dans la vie. En général, c’est le pic de la maturité.  Un tournant décisif, avoir soixante ans d’âge pour un agent du public (fonctionnaire) ou celui du privé signifie l’âge de la retraite. Après avoir effectué de bons et loyaux services envers l’Etat ou de la société pendant des années jusqu’à quarante ans, en principe, il a droit légitimement à une rente viagère mensuelle ou trimestrielle, selon le cas. Pour certains Corps de métier de l’administration, magistrats ou administrateurs civils ou autres, la limite pourrait se décaler au-delà des 60 ans.

 

La date du 26 juin pourrait prêter équivoque du fait qu’il en existe une autre date, le 14 octobre, qui peut prétendre aussi jouir l’honneur et le prestige d’une « Fête nationale ». Un cas un peu particulier pour Madagasikara. En principe, dans plusieurs pays, il n’existe qu’une date de « Fête nationale ». La France de De Gaule, qui ne voulait pas lâcher Madagasikara, trouve cette démarche saugrenue d’accorder une autonomie élargie à la Grande île tout en la maintenant dans le giron de la « Mère patrie ».

Notons qu’avant la date du 26 juin, entre 14 octobre et 26 juin, les dirigeants de l’époque sous l’emprise des vazaha faisaient tout pour que les jouissances et la liesse  populaire du 14 juillet glissent tout doucement vers le 14 octobre. En fait, des fêtes populaires et attractions foraines ont été organisées pour émerveiller tout le monde surtout les enfants. Revue militaire très haut en couleur, « tsikonina », des podiums partout, la retraite aux flambeaux, etc. Même au-delà de la date du 26 juin, et ce, jusqu’à la chute de la Première République, Madagasikara avait deux Fêtes nationales. A l’avènement de la Deuxième République, Didier Ratsiraka ignorait la date du 14 octobre qui, selon lui, incarne la volonté colonialiste de la France.

Par un concours de circonstance inespéré, la célébration de la date du 14 octobre remonte en surface. En raison de la pandémie du Covid-19, les tenants du pouvoir décident de transférer à la date de la Fête de la République toutes les manifestations populaires prévues pour le 26 juin. En espérant que SARS-Covid-2 le permette ainsi. L’homme propose, Dieu dispose et Covid-19 … impose !

En dépit de l’état d’urgence sanitaire, malgré la crise et la peine que cela suppose de provoquer, bien que le nombre des contaminés augmente de jour en jour et qu’il y ait des morts, malgré des occasions ratées, tout cela ne veut pas dire qu’on va se laisser impressionner par une atmosphère d’obsèques. Evidemment, il n’y aura pas de liesse populaire mais on va quand même célébrer, chacun à sa manière et selon ses possibilités, la fête de notre indépendance surtout quand cela coïncide avec  son soixantième anniversaire.

Nous souhaitons à chacun de passer de joyeux moments en famille et … à la maison ! Une jouissance sobre mais digne de notre souveraineté. « Vive le soixantième ! »

Ndrianaivo

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : Madagascar rejoint la grande famille olympique

Le mouvement sportif lors de l’assemblée générale du COM.

A l’instar des CNO du monde entier, Madagascar se réjouit du mouvement olympique mondial ayant pour but de partager les valeurs olympiques à travers la journée olympique.

2020 aurait dû être une année olympique avec les Jeux de Tokyo, mais la situation sanitaire planétaire en a décidé autrement. Les sportifs devront encore patienter une année de plus pour pouvoir se retrouver à l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2021. La date du 23 juin a été consacrée à la journée olympique. Célébrée pour la première fois le 23 juin 1948 par 09 Comité Nationaux Olympiques (CNO), cette année, la journée olympique a été placée sous le signe du digital. Il n’y a pas eu de célébration officielle au pays à cause du contexte sanitaire et de l’interdiction de regroupement. A travers #StayActive, les meilleurs athlètes au monde ont partagé leurs vidéos et ont organisé des séances d’entraînement. A l’instar des CNO du monde entier, Madagascar se réjouit du mouvement olympique mondial ayant pour but de partager les valeurs olympiques à travers cette journée. Le président du Comité Olympique Malgache (COM), Siteny Randrianasoloniaiko, a adressé un message à la grande famille olympique malgache sur les réseaux sociaux. « L’olympisme énoncé par la Charte Olympique se résume en une philosophie de la vie, exaltant et combinant en un ensemble équilibré les qualités du corps, de la volonté et de l’esprit. Il allie le sport à la culture et à l’éducation. Il se veut créateur d’un style de vie fondé sur la joie dans l’effort, la valeur éducative du bon exemple et le respect des principes éthiques fondamentaux universels. Du sport et par le sport, changeons la vie de nos semblables. Même en cette période dure de pandémie due au COVID-19 qui touche le monde entier, nous acteurs de l’olympisme, célébrons cette joie, partageons ces valeurs auxquelles nous tenons. Athlètes, persévérez dans les entraînements pour atteindre les buts que l’on s’est fixé, nous vous encourageons à dépasser tous les obstacles, surtout maintenant », a posté le président du COM.

T.H

 

Midi Madagasikara0 partages

Francophonie : La langue de Molière comme principal socle  

Plus de 88 Etats et gouvernements sont membres de la Francophonie actuellement.

Depuis le 13 mai 2020, plus de 4 800 jeunes issus de l’ensemble des territoires francophones ont pris la parole pour exprimer les ressorts de leur identité francophone ainsi que leurs préoccupations et besoins dans divers domaines qui, selon eux, sont essentiels pour construire la Francophonie de l’avenir.

Cette grande consultation citoyenne souhaitée par la Secrétaire générale de la Francophonie se poursuit actuellement à travers une plateforme d’intelligence collective qui se décline en trois espaces d’expressions pour les jeunes (questionnaire, espace de débats ouvert et espace de création) mais également à travers de nombreux ateliers virtuels organisés par et pour les jeunes. En effet, durant tout le mois de juin et dans le cadre de la consultation, les organisateurs proposent des défis littéraires simples, créatifs et ludiques. Le principe est de partager une photo d’un livre que le participant apprécie particulièrement et qu’il souhaite partager avec d’autres lecteurs francophones. Le livre doit être en français d’expression ou traduit, les participants doivent indiquer leur ville ou leur pays.

Plus de 35 800 contributions ont été recueillies à ce stade et permettent d’ores et déjà de faire ressortir des éléments saillants quant aux attentes des jeunes et à leur rapport à la francophonie. Parmi ces grandes tendances, l’on retient que la langue est le principal socle de la Francophonie. Un très fort besoin de partage entre les jeunes francophones : réseautage, interconnexion, mobilité, bourses, 89 % des jeunes se sentent francophones et 69 % pensent partager davantage avec les francophones qu’avec les autres jeunes de par le monde, le réseau francophone est à renforcer !

Revendication de la diversité culturelle. À la lecture des contributions, on ressent une grande fierté pour les cultures locales, un besoin de les faire connaître davantage et d’accroître les échanges culturels Nord-Sud et Sud-Sud. Un lien fort entre francophonie et innovation, partage de solutions et de projets : être connecté est la 3ème priorité des jeunes après l’emploi et l’environnement sain, le premier domaine dans lequel il faut agir, selon les jeunes, est l’entrepreneuriat. La Francophonie a des liens avec de grandes causes telles la démocratie, l’écologie, la citoyenneté, l’éducation, les droits de l’homme… Les jeunes francophones sont attachés à servir leurs sociétés.

Convaincue du rôle déterminant de la culture dans le développement durable, la Francophonie poursuit plusieurs objectifs : favoriser l’émergence d’un véritable marché de produits culturels par la professionnalisation des filières dans les pays francophones (en particulier), soutenir la mise en place de politiques favorables à la diversité des expressions et promouvoir le dialogue des cultures.

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Fiangonana Fjkm Betela Tanambao V : Fiaraha-mivavaka ho fangataham-pitahiana hoan’ny firenena

Ho fankalazana ny fetim-pirenena ny 26 jona ho avy izao, dia nisy ny fiaraha-mivavaka natao tao amin’ny fiangonana Betela Tanambao V, nangatam-pitahiana hoan’ny firenena noho izao tsingerin-taona faha-60 niverenan’ny fahaleovantena izao. Notarihan’ny ben’ny tanàna sy ireo filoham-piangonana eto Toamasina nahitana ny SE kardinaly Tsarahazana Désiré ny lanonana, Tao amin’ny fiangonana Fjkm Betela Tanambao V no nanaovana izany, notronin’ireo nasaina manokana. Nandritra io fotoam-bavaka iraisam-pinoana ho fankalazana ny faha-60 niverenan’ny fahaleovantena izao, no nilazan’ny SE kardinaly Tsarahazana Désiré fa « mirary soa ny Malagasy rehetra amin’izao fetim-pirenena izao…Hikatsahantsika  ny soa iombonana…Tsy hifanilika fa hifankatia bebe kokoa sy hikarakara marina ny vahoaka ». Nohamafisin’ny kardinaly hatrany, fa « Firenena mino an’Andriamanitra ny firenena malagasy, ka hositraniny ny valanaretina Covid-19 mahazo antsika izao. Aoka hatahotra an’Andriamanitra isika ka tsy hifanilikilika fa hifanampy kosa… ». Tsy nohadinoin’ny SE Tsarahazana Désiré nandritra ny lahateniny koa ny nisaotra ireo mpitsabo misahana ireo mararin’ ny covid-19 eto amintsika ireo, ka  nitondrany fisaorana manokana ho azy ireo noho ny ady mafy natrehany sy mbola hatrehany eto amintsika. Tsy nohadinoin’ny Kardinaly koa  ny mpitandro ny filaminana amin’ny adidy masina sahanin’izy ireo amin’ny fiarovana ny vahoaka malagasy amin’ity valanaretina ity. Izao fisian’ny valanaretina izao no hampisehoantsika marina fa mpifankatia isika, ka mifanohana ao anatin’ny sarotra. Ny tanjona dia hiara-kandresy ny coronavirus  isika tsy ho ela amin’izao ady ataontsika  izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Galana dote la CUA de cartes de gasoil et de masques

(photo fournie)

Le 22 juin dernier, Philippe Nicolet, directeur général de Galana, et son équipe se sont rendus au bureau du maire de la ville d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina à Analakely. Galana y était pour remettre en main propre à la CUA des cartes de gasoil et des masques collector à l’effigie du drapeau national. Des dons qui entrent toujours dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Les cartes de gasoil sont destinées aux agents de la police municipale, aux sapeurs-pompiers et aux autres équipes de la CUA qui en auront besoin pour mener à bien leurs missions. Quant aux masques, ils vont permettre aux équipes mobiles comme les balayeurs et tous les employés municipaux qui sont en contact permanent avec la population de se protéger du Coronavirus. « Nous continuerons de répondre présent pour aider le pays à faire face à cette lutte contre le Covid-19 » a fait savoir Philippe Nicolet.

Ce n’est pas la première contribution sociale de Galana depuis l’arrivée de cette pandémie à Madagascar. Dès l’annonce des premiers cas positifs de Coronavirus au pays, la société a aussitôt répondu favorablement en mettant à disposition des « taxis-be » des solutions hydro-alcooliques. Cette compagnie pétrolière a également distribué des masques à ses clients au niveau de ses stations-service. « Notre siège est à Antananarivo et nous sommes également très présents à Toamasina ; les deux principales villes touchées par cette maladie. C’est pourquoi il est de notre devoir d’apporter notre contribution dans cette lutte », a expliqué le DG de Galana, avant de nous annoncer que d’autres actions sociales de la société sont encore prévues dans les prochains jours.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Groupe de la BAD : Notation AAA/A-1+ reconfirmée par S&P Global Ratings  

La Banque africaine de développement (BAD) garde la notation la plus élevée sur le marché financier. Le 19 juin dernier, l’agence de notation financière SP Global Ratings a confirmé la notation de crédit « AAA/A-1+ », à court et long terme, attribuée à cette institution africaine. Une note assortie d’une perspective stable. Selon les représentants du Groupe de la BAD, l’agence de notation a évalué de manière positive le profil des risques de l’institution financière, l’adéquation de ses fonds propres, la solidité de sa stratégie de financement et de son niveau de liquidité, le soutien très fort de ses actionnaires ainsi que l’adéquation de son système de gouvernance avec sa gestion. De son côté, SP Global a souligné l’augmentation historique de 115 milliards de dollars du capital de la Banque, que les actionnaires ont approuvée en octobre 2019. On a également mentionné la reconstitution du Fonds africain de développement, le guichet de prêt à taux concessionnel du Groupe de la Banque, en décembre 2019

Fiable. « La perspective stable de la notation reflète nos prévisions selon lesquelles, au cours des deux prochaines années, la Banque africaine de développement gérera avec prudence son capital, tout en maintenant un niveau de liquidité élevé assorti à un portefeuille de placement de qualité, et en poursuivant une stratégie de financement solide », peut-on lire dans le communiqué de l’agence de notation. Cette dernière recommande, cependant, que les actionnaires de la BAD continuent à apporter leur soutien en réglant leurs contributions au capital de la Banque selon le calendrier établi. « La BAD continuera à bénéficier du traitement accordé aux créanciers privilégiés, et à gérer avec prudence la croissance des prêts accordés au secteur privé d’une façon conforme à son mandat », indique le communiqué. D’après toujours SP Global Ratings, « la BAD jouera un rôle-clé de soutien à la région, en particulier dans le contexte créé par la pandémie de Covid-19. L’institution a approuvé une aide d’urgence d’un montant maximum de 10 milliards de dollars en 2020, dont 6,9 milliards seront financés directement par la Banque et le reste par son guichet concessionnel ». Bref, le Groupe de la BAD reste un partenaire de développement de référence pour les pays aux grandes ambitions comme Madagascar.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Guanomad –« Ho Maitso ny Tontolo » : Des actions de RSE pour lutter contre le Covid-19

Un don de produits de première nécessité et de kits d’hygiène a été remis à l’association Madagascar Alzheimer « Masoandro Mody ».

La société Guanomad, le leader national en matière de production d’engrais biologique, entreprend des actions de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise) à travers l’association « Ho Maitso ny Tontolo ».

Ces actions de RSE visent à soutenir les couches les plus vulnérables par le biais de trois partenaires, à savoir l’association Fitia, le centre d’orphelinat Les Paulins à Bel Air et l’association Madagascar Alzheimer « Masoandro Mody », sise à Mahazoarivo, afin de lutter contre la pandémie de Covid-19. Ainsi, « Ho Maitso ny Tontolo », qui se charge de la mise en œuvre de ces actions de RSE de Guanomad, a remis un don composé de produits de première nécessité et de kits d’hygiène pour un usage quotidien au profit de plus d’une centaine de familles en tout. Il s’agit notamment de sacs de riz, de bouteilles d’huile alimentaire, de savons et d’autres ustensiles comme des cuvettes. « Tous les Malgaches doivent être solidaires et ont intérêt à s’entraider pour venir en aide à la population la plus défavorisée face à cette crise sanitaire qui sévit dans le pays ; une situation que l’on pourrait également qualifier de période de soudure », a évoqué Domoina Rajaonary, la présidente de l’association « Ho Maitso ny Tontolo ».

Cinq domaines d’intervention. Rappelons que cette association qui a, maintenant, cinq années d’existence, intervient dans cinq principaux domaines, à savoir, la sécurité alimentaire, la protection de l’environnement, la santé, l’éducation et le développement rural. Pour ce faire, elle travaille en étroite collaboration avec différents partenaires. « Ici, nous avons noué un partenariat solidaire avec l’entreprise BIDCO pour mener à bien ces actions de RSE au profit de trois associations qui appuient les couches les plus vulnérables. Ce partenariat ne fait que renforcer les engagements sociétaux des deux parties contribuant à la fois à un développement social et à la sécurité alimentaire», a-t-elle poursuivi.

Relance économique. Pour sa part, Erick Rajaonary, le PDG de la société Guanomad, a soulevé que ces actions sociales s’avèrent urgentes mais demeurent insuffisantes pour assurer un réel développement. « La relance économique est également primordiale. Certes, accorder un financement à taux d’intérêt bonifié en faveur des PME (Petites et Moyennes Entreprises) est important, mais il faut aussi leur donner une possibilité d’avoir un débouché en protégeant le marché local. Les conditions d’octroi des prêts doivent être en même temps facilitées. D’autant plus qu’un fonds de garantie est déjà mis en place », a conclu cet opérateur économique.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambohitrakely-Ambohimanga : Attaque avortée chez un ménage, un bandit gravement blessé

Quelle audace. Le domicile d’un couple résidant dans le fokontany d’Ambohitrakely-Malaza, commune Ambohimanga-Rova, dans le district d’Antananarivo-Avaradrano, a échappé de justesse à une razzia qu’une bande d’une dizaine de malfaiteurs tentait de perpétrer, la nuit du lundi au mardi dernier. Les prédateurs ont dû abandonner leur mauvaise intention grâce à la résistance du couple propriétaire qui a réussi à blesser l’un d’entre eux. L’acte s’est passé vers minuit quand les malfaiteurs ont débarqué. Ayant entendu leur arrivée, les occupants de la maison se sont précipités derrière la porte juste au moment où les assaillants commençaient à la forcer. Pour les empêcher, les personnes à l’intérieur ont résisté en leur faisant bloc. Après une demi-heure de bras de fer entre les deux parties, l’époux a eu l’occasion d’asséner un coup de couteau à l’un des malfaiteurs, tandis que sa femme a eu la possibilité de s’emparer d’un sifflet pour appeler les secours. Surpris par cette réaction, les malfaiteurs ont pris la fuite. C’était à ce moment que des riverains ont alerté les forces de l’ordre. Malheureusement, la bande était déjà partie avant que des éléments de la brigade de la gendarmerie d’Ambohimanga-Rova et des policiers du commissariat de la sécurité publique de Sabotsy-Namehana se soient rendus sur les lieux. L’abondance du sang constaté sur les lieux a permis d’affirmer que le bandit qui a reçu le coup de couteau a été gravement blessé. Cette attaque permet d’admettre que l’insécurité persiste dans les périphéries de la capitale malgré l’application du couvre-feu en cette période d’état d’urgence sanitaire. Le pire est de savoir que les malfrats sévissent toujours en groupe.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Gouvernement : Christian Ntsay défend son bilan face aux sénateurs

Le chef du gouvernement a mis l’accent sur la restauration de l’autorité de l’Etat et l’éradication de l’insécurité.

Le gouvernement a fait l’étalage de ses projets et a défendu son bilan, hier, devant les sénateurs. Cette rencontre au Sénat a état le clap de fin des séances de face-à-face entre le gouvernement et le parlement dans le cadre de cette première session ordinaire du parlement. Fort d’une délégation de plusieurs ministres, le Premier ministre a exposé les grandes lignes des réalisations de son équipe par rapport aux objectifs fixés dans le cadre de mise en oeuvre de la politique générale de l’Etat. Il a aussi donné une visibilité sur les projets que l’Exécutif compte réaliser cette année. En effet, la gouvernance, la sécurité et l’ordre public, l’économie ainsi que le social sont les sujets abordés par le chef du gouvernement. Après une première séance de face-à-face avec les sénateurs, Christian Ntsay est revenu avec des « réponses plus fournies et structurées ». La rencontre d’hier a donné ainsi une opportunité au Premier ministre de s’étaler sur les différentes questions soulevées par les sénateurs lors de la rencontre du 10 juin dernier. Il a donné ainsi un aperçu de la performance de l’Exécutif et détaille certains projets dans le plan multisectoriel d’urgence qui devrait donner une visibilité sur la stratégie du gouvernement en vue de redresser la situation économique mise à mal par la pandémie de Covid-19.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Dépenses publiques : Des véhicules neufs pour les députés

Madagascar doit produire localement ce dont les Malgaches ont besoin, selon le président Andry Rajoelina.

Madagascar doit produire plus de richesses pour rattraper le retard de croissance économique engendré par la crise liée au Covid-19. C’est ce que le président de la République, Andry Rajoelina, a mis en avant lors de sa rencontre avec les représentants du secteur privé, lundi dernier au Palais d’Iavoloha. « Nous  devons produire localement ce dont nous avons besoin », a-t-il soutenu, en incitant les entrepreneurs malagasy à se lancer dans les activités industrielles. Poursuivant sa présentation, le chef d’Etat a dévoilé son projet de créer la société Gasycar, qui sera spécialisée dans la construction automobile. « C’est en promouvant les activités qui créent de la valeur ajoutée que nous pourrons évoluer rapidement et réduire le volume de nos importations. Les députés bénéficieront des voitures construites par cette société Gasycar. Vous pouvez déjà informer vos collègues à l’Assemblée Nationale de cette nouvelle », s’est-il adressé aux députés présents à la rencontre au Palais d’Iavoloha. Comme à leur demande depuis des lustres, les députés auront donc, à nouveau, leurs véhicules neufs. D’après les informations, Gasycar sera présentée officiellement au grand public, cette semaine.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Andohatapenaka : Trano hazo sy biriky 290 tafo kilan’ny afo, olona telo namoy ny ainy

Nandravarava indray ny afo omaly teto Antananarivo-Renivohitra. Nitranga izany teny amin’ny fokontany Andohatapenaka-voalohany ka araka ny angom-baovao azo tamin’ny ora nanaoratanay ity lahatsoratra ity, dia trano hazo sy trano biriky an-jatony no kila hotohoto. Tsy mbola fantatra marina ny tena fahavoazana, satria hatramin’ny 7 ora hariva dia mbola tsy maty ny afo ary mbola tsy voafehy  na dia miady mafy amin’izany aza ireo mpamonjy voina avy ao Tsaralalana miaraka amin’ny fitaovana vaventy maro ; izay eo am-pelatanan’izy ireo. Nefa raha araka ny filazan’ny fahitalavitra tsy miankina iray eto andrenivohitra dia tombanana ho eo amin’ny 290 tafo eo ho eo ireo trano may. Olona telo kosa no namoy ny ainy. Araka ny fanazavan’ireo nanatri-maso teny an-toerana dia trano hazo iray no niaingan’ny afo tamin’ny 5 ora hariva tany ho any. Tsy mbola fantatra marina aloha izay nahatonga izany, fa raha araka ny filazan’ireo mponina eny an-toerana dia trano fonenana izy io, fa tsy fivarotana akory. Avy hatrany dia nidedaka ny afo ary nahazo ireo trano manodidina izay hazo avokoa. Ny fitsokan’ny rivotra rahateo moa nanampy trotraka ka tsy voafehy intsony izany na dia teo aza ny ezaka nataon’ireo fokonolona sy ireo niharamboina mba hamonoana izany . Ireto farany izay tsy afa-nanoatra intsony, fa dia niezaka namoaka izay voarambin’ny tànana avy ao an-tranony sisa no natao. Azo lazaina fa haingana ihany ny nahatongavan’ireo mpamonjy hain-trano avy etsy Tsaralalàna satria, tsy ampy antsasakadiny akory dia efa tonga teny ny fiara lahibe roa. Nampiasaina avy hatrany ny fantsona fanondrahana rano, saingy vetivety dia lany ny rano tao ao amin’ireo kamiao ireo. Soa fa efa tonga ihany koa ny manaraka. Sarotra ny famonjena, satria somary lavidavitra ihany vao vao misy « bouche d’incendie » eny amin’iny faritra iny. Ankoatr’izay, eo ihany koa ny fahamaroan’ny fifamoivoizana izay nanelingelina be ihany sy ny fisian’ireo vahoaka maro mifanaretsaka. Soa fa raha vao nitranga ny loza, dia efa nidina teny an-toerana ny mpitandro ,ny filaminana nandamina sy nanemotra ny manodidina. Arak’izany, dia mbola tsy fantatra marina izay vokatr’ity hain-trano ity, fa araka ny voalaza hatreto dia nisy tokoa ny aina nafoy. Andrasana arak’izany izay vokatry ny fanadihadiana hataon’ireo tompon’andraikitra voakasik’izao mba hahalalana ny tena zava-nisy marina. Tsara ny manamarika, fa olom-panjakana maromaro no efa tonga teny an-toerana nizaha ny fizotry ny famonoana ny afo.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Dépistage du Coronavirus : Le laboratoire LA2M réalise 760 tests par jour

Le Gouvernement malgache opte pour la vulgarisation des dépistages pour combattre le Coronavirus. C’est le seul moyen de lutter contre cette pandémie, estime le président Andry Rajoelina.

C’est dans cet esprit que l’Etat a décidé de créer le Laboratoire d’analyses médicales Malagasy (LA2M). Conformément à ce qui a été annoncé, la cérémonie d’inauguration de ce laboratoire implanté à Androhibe s’est déroulée hier, en présence de la Représentante résidente de l’OMS, de l’Ambassadeur de la Corée du Sud et de quelques membres du Corps diplomatique et consulaire résidant dans la Grande île.  » Cette réalisation est une fierté pour Madagascar dans la mesure où il s’agit du premier laboratoire épidémiologique malgache pouvant réaliser le dépistage de toutes les maladies épidémiques telles que la peste, le choléra, la tuberculose, le paludisme et le VIH-SIDA« , a annoncé le Chef de l’Etat. Et lui d’ajouter que cette nouvelle infrastructure respecte les normes internationales dans le domaine scientifique. Lors de son discours, le président Andry Rajoelina a déclaré que la mise en place de LA2M entre dans le cadre de la réalisation du Velirano numéro 5 qui consiste à offrir la santé pour tous les Malgaches. En effet, ce laboratoire d’analyses est équipé de matériels  » manarapenitra  » tels que le QuantStudio 7 qui est un matériel moderne permettant d’effectuer 384 tests en une seule fois. Il convient de noter que les autres laboratoires existants à Madagascar à ce jour ne peuvent réaliser que 94 tests. A entendre les explications du Chef de l’Etat, LA2M pourra réaliser au total 760 tests par jour.

Fierté nationale. Ainsi, avec cette nouvelle technologie, notre objectif d’effectuer 1 000 tests du COVID-19 par jour sera largement atteint si l’on additionne les réalisations avec celles de l’IPM, du CICM et de l’HJRA, a-t-il soutenu. Par ailleurs, Andry Rajoelina a aussi annoncé que si auparavant, les résultats des dépistages ne sont obtenus qu’au bout d’une semaine, désormais, les résultats seront obtenus dans un délai de 72 heures. Il a également précisé que les analyses réalisées au sein de ce laboratoire seront gratuites. Lors de cet évènement, Andry Rajoelina a répondu à ses détracteurs qui véhiculent que cet établissement a déjà été inauguré du temps de l’ancien régime.  » Ils ont inauguré un bâtiment en ruine, vide et sans équipements et maintenant, nous l’avons équipé de matériels aux normes « , a-t-il martelé. A la veille de la célébration du 60e anniversaire du retour de l’indépendance, il n’a pas manqué d’appeler les Malgaches à faire preuve de fierté nationale.  » Il est temps que les Malgaches se lèvent et agissent pour la mise en marche de leur développement, leur indépendance réelle et effective. Leur indépendance sur leur prise de décisions et d’actions, mais aussi leur indépendance économique et sociale notamment à travers l’atteinte des objectifs d’autonomie alimentaire, sanitaire, et médicale « .

Nation déterminée. Il estime que le récent lancement du Tambavy CVO, l’inauguration prochaine de l’usine Pharmalagasy, ainsi que la venue de ce laboratoire viennent consolider cet élan. Continuant sur sa lancée, Andry Rajoelina de réitérer que  » Madagascar écrit un nouveau chapitre de son histoire et se forge une nouvelle réputation au-delà de ses frontières. C’est une Nation déterminée, tournée vers l’avenir et décidée à changer le cours de son destin. Aujourd’hui, la Voie du développement de Madagascar est tracée et le pays s’y engage pleinement « , a-t-il déclaré.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Sénat : Razafindratovo Emilie n’est plus

La Chambre haute vient de perdre l’une de ses membres, en la personne de la sénatrice Razafindratovo Emilie, lundi dernier. Elle est l’épouse de Jean Max Rakotomamonjy, ancien président de l’Assemblée nationale. Notons qu’elle a été élue sous les couleurs du Leader-Fanilo à Antsiranana. Des honneurs lui ont été rendus, hier au Sénat, avant son acheminement à Andevoranto Brickaville où son inhumation aura lieu ce jour. Midi-Madagasikara présente ses condoléances à la famille de la défunte.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Karaté – ASKA : Passage de grade réussi à Morondava

Profitant du déconfinement mais tout en respectant les gestes-barrières, l’ASKA est descendue à Morondava pour y tenir un stage de passage de grade. Un très grand rendez-vous pour le karaté dans cette ville, voire un très grand honneur, parce que le président de l’ASKA, Andriamanana Rajaonarison, a dépêché sur place une de ses meilleures armes, en la personne du multiple champion de Madagascar Olivier Ralainambinina. C’est donc avec une grande joie que les karatékas morondaviens ont suivi le stage qui a duré trois jours.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Licence numérique : Bras de fer entre la CUA et le FTAR

« Tsy ekena ny licence numérique », le désormais mot d’ordre des membres du FTAR ?

Le projet de numérisation des licences des “taximen” continue à faire des vagues. Les membres de l’association FTAR n’ont pas caché leur hostilité envers le projet. La CUA a apporté quelques précisions, histoire de convaincre.

 « La distribution des licences numériques est rejetée par le FTAR ou Fikambanan’ny Taxi Antananarivo Renivohitra ». C’est ce que Clémence Raharinirina, présidente du syndicat des taxis-ville de la capitale malgache, a fait savoir dans une publication sur son compte Facebook, samedi dernier. Une publication dans laquelle la présidente du FTAR a avancé sept raisons qui ont conduit les membres de son syndicat à faire obstacle au projet de la Commune Urbaine d’Antananarivo. « Le remplacement est illégal parce qu’une telle initiative devrait passer par le conseil municipal », interpelle Clémence Raharinirina. Avant de poursuivre: « Cette entreprise est également illégale étant donné que les licences des taxis n’ont pas que trois ans comme délai de validité ». Un délai de validité qui serait perçu par les conducteurs de taxi à Antananarivo comme un prétexte utilisé par la commune pour leur soutirer de l’argent tous les trois ans au vil motif de renouvellement de leurs licences. Clémence Raharinirina d’évoquer l’arrêté n°2097/98 du 28 mars 1998 fixant les normes d’organisation générale des transports routiers publics en commun de voyageurs dans la zone nationale, les zones régionales, suburbaines et urbaines en spécifiant que « les taxis ne sont pas concernés par le renouvellement de licence tous les trois ans ». Par ailleurs, la FTAR soupçonne également, dans cette entreprise, « une manœuvre visant à délivrer de nouvelles licences ». « Ce qui pourrait porter atteinte à notre travail qui est déjà mis à mal par les motos-taxis », a également avancé la présidente du FTAR.

Réponse. Dans un communiqué datant du 22 juin dernier, la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a apporté quelques précisions sur la question. Le renouvellement des licences des “taximen” et la transformation de celles-ci en numérique est « gratuit », peut-on lire dans le communiqué en question. Le même document faisant également savoir : « Le renouvellement – ce qui devrait être fait sur place – n’est indispensable qu’en cas de destruction, de perte ou que le propriétaire du véhicule n’a décidé de ne plus exercer en tant que taximan ». Le communiqué de continuer : « La mise en œuvre de l’initiative et la communication envers les taximen se feront via les appels téléphoniques, les affiches, les réseaux sociaux ou encore les annonces des responsables ». La précision de la Commune urbaine d’Antananarivo note également: « Un comité stratégique du secteur taxi (CSST) devrait être mis en place. Censé réunir tous les acteurs du service de transport urbain par taxi, le comité devrait être une plateforme d’échange, de partage et de recherche de solutions pour l’amélioration du secteur Taxi à Antananarivo ».

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Canal Olympia : Réouverture des salles à partir du 26 juin

L’industrie cinématographique reprend du service. Après des mois sans loisirs pour cause de confinement, les cinéphiles retrouveront du plaisir avec la réouverture annoncée de Canal Olympia Iarivo. Après trois mois de fermeture, cette salle de cinéma du groupe Canal + se trouvant sur la route Digue rouvrira ses portes au public d’une manière partielle et avec toutes les mesures sanitaires exigées pour limiter la propagation du Coronavirus. « Toutes les mesures de protection sanitaires requises seront scrupuleusement respectées pour assurer la sécurité du public ainsi que de tout le personnel qui sera en service», annonce un communiqué de Canal Olympia. « En effet, la prise de température à l’entrée est obligatoire pour tous, et le port de masque permanent est exigé sur les lieux. Par ailleurs, la salle sera désinfectée entre chaque séance en plus de la mise à disposition de flacons de gel désinfectant pour les mains ». Bref, rien ne sera laissé au hasard en matière d’hygiène. Et afin de respecter la distanciation sociale minimale de 1m, le site n’accueillera que cinquante personnes au maximum par séance de diffusion. En termes de fréquence d’ouverture, Canal Olympia sera accessible au public tous les week-ends, les samedis et dimanches avec 3 séances journalières à 09h00, 11h00 et 14h00. Les films programmés avant la fermeture réintègreront la programmation avec une nouveauté supplémentaire chaque semaine. Le public retrouvera, entre autres titres cultes : Sonic The Hedgehog, Le voyage du docteur Dolittle… Les affiches du moment sont toutes disponibles sur les pages FB de Canal Olympia. Les séances de ce vendredi 26 Juin 2020 seront exceptionnelles compte tenu du long weekend des fêtes de l’Indépendance. Afin de fluidifier l’accueil des spectateurs, les tickets peuvent être récupérés à l’avance sur les lieux tous les jeudis et vendredis précédant le week-end de diffusion.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

26 jiona : Haraha-maso manokana ny « bar » eto Antananarivo

« Tsy azo atao ny mivorivory manao fety. Hisy ny polisy  hanara-maso ireo toerana firevirevena toy ny eny by-pass, Masay, boulevard de l’Europe ary toeran-kafa koa », raha araka ny fampitam-baovaon’ny polisim-pirenena. Izany fepetra izany, dia hampiharina amin’ny andron’ny fankalazana ny fetim-pirenena, ny 26 jiona hoavy izao. « Polisy 1000 no hahetsika ho an’Analakely sy ny manodidina azy. Hisy koa ny fiaraha-miasa amin’ny Tafika sy ny zandary ; izay mivondrona amin’ny rafitry ny mpitandro ny filaminana Emmo-Reg », raha ny fanampim-baovaon’ny polisy hatrany. Ankoatr’izay, dia miasa avokoa ireo kaomisaria sy paositry ny polisy rehetra ary ny sampan-draharaha hafa dia manohy ny asa fanaony andavanandro. Izany hoe mandray fitoriana sy fitarainana toy ny andavanandro ihany ny birao rehetran’io vondron’ny mpitandro ny filaminana io.Anisan’izany koa ny polisy misahana ny fanaraha-maso ny sisin-tany. Etsy an-danin’izay dia mitovy ny fampanajana ny fepetra izay noraisina momba ny hamehana ara-pahasalamana, toy ny fanasaziana ireo tsy manao saron-tava na koa ny fanakatonana ny toeram-pivarotana rehetra rehefa tonga ny ora voatondro ary indrindra koa ny fandrarana ny fivorivoriana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : Décès de Peter Ramangalahy

Le ballon ovale est en deuil. L’ancien joueur de l’US Ankadifotsy, Peter Ramangalahy, très connu sous le nom « Dadabe Petera» s’est éteint à l’âge de 76 ans, ce dimanche. Un rugbyman atypique puisqu’il a passé toute sa jeunesse à pratiquer le rugby. Et malgré son âge, il était toujours présent sur le terrain en regardant les matches. Ainsi, il était un bon conseiller pour les joueurs de l’US Ankadifotsy. Pour rappel, « Dadabe Petera » était la même promotion que Tôtô et Dadafara. Il est le frère d’Eugène Ramangalahy, qui était dans l’équipe nationale à l’époque.

Il est parti pour un monde meilleur en transmettant son amour de rugby à ses descendants, si on ne cite que Benoit, son fils, ainsi que Jacky et Benoit ses petits-fils, qui sont très connus dans le monde de rugby. A toute sa famille et son club, Midi Madagasikara adresse ses sincères condoléances.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Manakara : Lehilahy sy vehivavy nahatratrarana lavanila halatra

Lehilahy 26 taona sy vehivavy 30 taona no natolotra ny fitsarana omaly rehefa voasambotry ny Polisy miasa ao Manakara ny 22 jiona 2020 lasa teo raha nikasa ny hanondrana lavanily maintso tany an-toerana. Voasakan’ny Polisy teo amin’ny « barrage sanitaire » Ambokala Manakara izy ireo ny andron’io 22 jiona tokony ho tamin’ny 10 ora sy 15 minitra teo ho eo. Rehefa nosavaina ny entana nentin’izy ireo dia nahitana lavanily maintso telo kilao sy sasany tao anaty kitapo ary lavanily maintso efatra kilao tao anaty harona. Nentina natao fanadihadihana avy hatrany izy ireo avy eo nialoha izao nanolorana azy ny fitsarana izao.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Musique traditionnelle : Marius Fenoamby raconte Ikotofetsy sy Imahaka en chantant

Ikotofetsy sy Imahaka de Fenoamby, bientôt sur les ondes. (crédit photo Marius Fenoamby)

Depuis son départ pour la France vers la fin des années 1990, ses inconditionnels à Madagascar ne l’ont plus jamais entendu sauf à sa participation à Madagascar All Star en octobre 2017. Même si sa voix ne résonne presque plus dans son pays natal, Marius Fenoamby donne plusieurs prestations dans différents centres culturels comme les ateliers musicaux, les écoles, centre pour handicapés, centre des retraités et les cabarets ou les fêtes du quartier, voire jusqu’à la prison et surtout dans les concerts pour le grand public à l’étranger.

La semaine dernière, malgré la situation sanitaire actuelle, Fenoamby décide de sortir de son silence. Après un élan, le « griot d’Ampanefana » sort un single « Ikotofetsy sy Imahaka ». Ce morceau est inspiré d’une célèbre fable malgache. Dans ses paroles, Fenoamby utilise des adjectifs, adverbes et expressions qui portent sur l’avarice et l’égoïsme des Malgaches. Outre le texte poignant et conscientisant du chanteur, “Ikotofetsy sy Imahaka” relate les années où il était encore installé au pays. Ainsi, les nostalgiques se régaleront puisque dans ce nouveau morceau, la sonorité est proche du « Salegy de la génération 60 », un rythme un peu ralenti dans lequel les auditeurs peuvent bien entendre l’expression du chanteur. Par ailleurs, Marius Fenoamby parle de la situation sociale et politique de son pays. « Les gens sont malhonnêtes et rusés », a-t-il affirmé.

Ambassadeur de la culture malgache en Europe. Dans le but de promouvoir la culture malgache à l’étranger, notamment en France, le «griot d’Ampanefena» organise des ateliers musicaux… Son ambition est de faire connaître la langue malgache à l’extérieur.

Auteur-compositeur et multi-instrumentiste, Paul Marius Fontaine, alias Fenoamby, est originaire du Nord-Est de Madagascar. Né à Ampanefena, un village situé entre Sambava et Vohémar, il était d’abord choriste de l’Église catholique de sa localité. Ensuite, il s’intéresse à la batterie à l’âge de 11 ans et intègre le groupe Paroka à Ankotoba, un village de cultivateurs. A 18 ans, Fenoamby a fréquenté également plusieurs groupes d’orchestre comme The Thunders, The Spiders, Les Super-Jazz, Les 7 Aigles, Les Anges noirs, Tropical de Diégo. Voulant poursuivre une carrière internationale au-delà des frontières malgaches, il quitte Madagascar en 1982 pour rejoindre sa famille à l’île de La Réunion. Réunionnais d’adoption, chanteur charismatique aux registres multiples, les œuvres de Fenoamby inondent l’océan Indien. En passant par le reggassy (reggae malgache), le Maloya de l’île de La Réunion et le rock zoulou du Sud de l’Afrique, il forme son propre groupe dans les années 1990. Avec cinq albums à son actif, Fenoamby se fait très vite une réputation dans le Sud-Est de l’Afrique.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Nanakorontana sady nanambana basy : Adzidà zandary iray nidoboka eny Antanimora

Zandary mitondra ny girady Adzidà iray no nampidirina eny amin’ny fonjan’Antanimora rehefa natolotra ny ny Fitsarana tetsy Anosy ny 18 jona lasa teo. Antony hanejenehana ity zandary ity ny fanakorantanana sy fampihorohoroana tamin’ny ambana basy nataony tamin’ireo namany tany am-pamitana iraka nanao tantsoroka eo amin’ny sakana ara-pahasalamana ao Ambatolaona, distrikan’i Manjakandriana. Tamin’ny 01 jona farany teo no niseho izany. Voalaza fa nentin’ny hamamoana ity zandary ity tamin’io fotoana io ka sady nakorontaniny no norahonany hotifirina  tamin’ny basy teny an-tanany ieo mpiara-miasa aminy. .Nandray andraikitra avy hatrany ireo lehibe mpifehy azy ka nanokatra fanadihadiana ary nitondra ny raharaha teny anivon’ny Fitsarana.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Fête de l’Indépendance : Aucun marché ouvert à Analakely durant les fêtes

Comme il a déjà été annoncé, le défilé militaire se tiendra sur l’avenue de l’Indépendance le jour de la fête nationale. Ceci en raison du Coronavirus qui nous a privés d’un Stade des Barea flambant neuf. Ainsi, la Commune Urbaine d’Antananarivo, afin de sécuriser les lieux mais aussi pour éviter toute forme de rassemblement de la population à cet endroit, facteur de propagation du Covid-19, a décidé de fermer tous les marchés à Analakely et ses environs à compter du 24 juin 2020 jusqu’au 26 juin 2020. Ainsi, ceux d’Analakely, de Pochard, de Petite Vitesse et d’Ambohijatovo ne seront donc pas accessibles durant trois jours d’affilée. Lors de notre passage sur les lieux, hier, les marchands étaient encore sur place, et les autorités de même. La sécurisation des lieux s’annonce extrême à partir de ce jour pour deux raisons : le Covid-19 et la sécurisation du fameux défilé. Comme mentionné dans notre édition d’hier, 1 000 policiers y seront mobilisés.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Tsaralalàna : Mpanampy an-trano nangala-bola, very ny 5300 euros  

Tsy naharitra ny mena miraviravy ! Mpanampy an-trano roa, lehilahy sy vehivavy no voatery nosamborin’ny pôlisy tetsy amin’ny kaomisarian’ny boriborintany voalohany  Analakely, noho izy ireo voarohirohy tamina resaka fangalaram-bola tao an-tokantranon’ny mpampiasa azy. Vola vahiny mitentina eo amin’ny 5300 euros no voalazan’ny loharanom-baovao avy amin’ny pôlisy, fa nangalarin’izy ireo. Volabe tokoa, satria raha avadika ho vola gasy izany dia manodidina ny eo amin’ny 20 tapitrisa ariary eo ho eo. Ny sabotsy lasa teo no nosamborina teny Tsaralalàna ireto mpanampy an-trano ireto, taorian’ny fitoriana napetraky ny tompon-trano ; izay teratany vahiny. « Misy vola vahiny maromaro tao amin’ny efitranony. Tsikaritr’ireto mpiasa an-trano ireto anefa izany ka rehefa mivoaka ny trano ny tompon-trano, dia nangalan’izy ireo tsikelikely ireo vola tahirin’izy mivady » hoy hatrany ny vaovao. Nosokafana teo  no ho eo ihany ny fanadihadiana ary niantefa avy hatrany tany amin’ireo mpanampy ireto ny ahiahy rehetra. « Fantatra tamin’izany, fa ireto mpiasa tao an-trano  roa irery ihany no mahalala ny fisian’ireo vola ireo tao » raha ny fanazavana azo. Ny marainan’ny sabotsy nivalona teo ireto farany no nosamborina ary nentina natao famotorana tany amin’ny biraon’ny kaomisaria. Tamin’izany no niaiken’izy ireo ny heloka vitany : izy ireo tokoa no nahavita naka io volabe io ! « Efa nividianany entana maro sy môtô roa izany vola izany » raha ny vaovao azo hatrany. Ny ambin’ny vola kosa tsy fantatra na nataon’izy ireo aiza na aiza ary mbola mitohy ny fikarohana izany, hoy ny fanazavana azo. Ireto entana novidian’izy ireo moa, dia mazava ho azy fa naverina tamin’ny tompon’ny vola. Ekena tokoa, fa misy amin’ireo mpanampy an-trano no tena mahatoky amin’ny zavatra rehetra, fa misy ihany koa anefa ireo olon-dratsy ; izay hangalatra fotsiny no masaka ao an-tsainy. Iray volana ihany dia milaza tsy tamana intsony ny sasany kanefa efa nangorona izay azo nahorona rehetra tao an-tranon’ny mpampiasa azy, raha ny re amin’ny fitarainana maro etsy sy eroa. Ny dikany, mila mailo hatrany ary tsy ny zavatra rehetra ao an-trano akory dia hampahafantarina an’izy ireny avokoa …

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports- Covid-19 : L’organisation des tournois reste interdite ! 

Avec 83 cas positifs au covid-19 en une journée à Antananarivo, le message du coordinateur général du Centre de Commandement Opérationel Covid-19 (CCO), le Général Elack Olivier Andrianjaka était clair, lors de son passage aux chaines nationales après la présentation quotidienne de la situation, hier. En effet, il avait précisé que les tournois sportifs ou évènements permettant de rassembler plusieurs spectateurs restent interdits, surtout dans la Capitale. « Des actions de conscientisation et de sensibilisation de la population ont été déjà faites depuis le début, concernant les mesures prises pour éviter la propagation de cette épidémie, mais il y a encore des personnes qui osent les bafouer » a-t-il fait savoir. Cependant, il était strict et sévère en ordonnant : « arrêtez tous les combats de coq dans les vastes terrains. Arrêtez tous les tournois des jeunes dans les fokontany…. Nous sommes encore en état d’urgence sanitaire ».

Selon encore ses explications, une réunion dirigée par le CCO, avec les six chefs d’arrondissements et les 192 chefs Fokontany a eu lieu hier, pour une nouvelle stratégie appliquée sur le renforcement des mesures qui ont été déjà prises auparavant en cette période de crise sanitaire. De ce fait, le Général s’est désolé pour ceux qui  osent encore désobéir aux règles à compter d’hier. La pénalité sera lourde et pourrait même se finir par une arrestation.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Suite de l’affaire SIRAMA : Les employés passent à la grève générale

Cela fait quatre semaines que des représentants des salariés de l’industrie sucrière SIRAMA sont dans la capitale pour cause de revendications. Nous avons déjà parlé de leurs multiples plaintes et de leurs requêtes dans nos colonnes durant les semaines précédentes. N’ayant toujours pas obtenu de réponse favorable à leur demande, ces derniers ont décidé d’entamer la grève générale depuis le lundi 22 juin 2020. Ces salariés l’ont annoncé hier, lors d’une conférence dans la cour de la direction centrale de la SIRAMA à Anosy. « Nous entamons notre grève générale comme nous l’avons déjà annoncé car aucune réponse favorable ne nous a encore été donnée jusqu’à présent. Depuis les 4 semaines où nous parcourons tout Antananarivo pour expédier des lettres auprès des responsables, aucun compromis n’a toujours pas été trouvé. De ce fait, à compter de ce jour, tous les employés des deux sites de la SIRAMA, à Nosy-Be et Brickaville, n’accorderont plus aucun intérêt aux ordres du directeur général. Et nous demandons qu’il soit licencié tout de suite», ont-ils tonné.

De son côté, le directeur général actuel s’est invité à cette conférence pour donner sa version des faits. « La SIRAMA est en période d’assainissement en ce moment. Elle ne produit pas et est en phase de redressement. C’est d’ailleurs ma mission lorsqu’on m’a affecté à ce poste au mois de février. Ces histoires de non-paiement des frais médicaux ne sont que des affirmations gratuites, et cela peut se vérifier. Pour ce qui est du 13e mois réclamé par les employés, il s’agit d’une gratification qu’on offre aux employés pour leur productivité; or la société n’a rien produit depuis 2007. Où est-ce que la SIRAMA doit-elle donc trouver les moyens pour leur payer cela ? De plus, cette gratification a été suspendue dans la convention collective signée en novembre 2019 par l’administration de la société à cette époque », a-t-il expliqué. Mais malgré les explications du DG de la société, les employés ne veulent rien entendre et comptent bien entamer leur grève générale.

Anja RANDRIAMAHEFA