Les actualités à Madagascar du Mardi 24 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara63 partages

Vol MD 051 : Témoignage de l’une des personnes « recherchées »

Elle a décidé de briser le silence pour éclairer la situation. Surtout depuis que son identité a été révélée au grand public. C.R, parmi les personnes citées comme étant recherchées pour non-respect des engagements, nous livre une interview exclusive. Midi Madagasikara (M.M) : Que s’est-il réellement passé ? C.R : Moi-même je me demande pourquoi mon nom a été cité à la TVM, qui plus est par un haut responsable. Et pourtant, j’ai suivi tout le protocole sanitaire dès mon débarquement à l’aéroport d’Ivato jusqu’à chez moi. On m’a autorisée à rentrer et je l’ai fait. On m’a demandé de prendre tous les jours ma température corporelle, je n’y ai pas manqué depuis mon arrivée jeudi dernier. Seulement, lorsque j’appelle les numéros verts, le 910 et récemment le 914, pour transmettre ces données, soit la ligne est occupée à longueur de journée, soit personne ne répond. Quelle est ma faute dans tout cela ? M.M : Êtes-vous prête à collaborer avec les agents de santé ? C.R : Mais bien sûr que oui. J’ai 65 ans et je suis consciente que c’est l’avenir de toute une nation qui est en jeu. Je vous ai dit que j’ai suivi tout le protocole et je ne mens pas la-dessus. Je n’ai aucun intérêt à me cacher alors que ma vie et celle de ma famille pourraient être menacées par le virus. Non, non et non, qu’on ne déforme pas les choses, je ne me suis pas enfuie. J’ai indiqué la bonne adresse, j’habite à Ambatobe et j’ai aussi donné le bon numéro de téléphone. Mais personne ne m’a contactée depuis ma sortie de l’aéroport.

par D.RNDLR : Tard dans la soirée d’hier [lundi 23 mars], elle a finalement été en contact avec les agents de santé, et ce, après insistance auprès du numéro vert. Son cas est donc résolu.  

 

Midi Madagasikara25 partages

Impacts économiques du coronavirus : L’expérience du Japon, selon un étudiant malgache

L’économie mondiale est très affectée par la pandémie du Covid-19. Pour Madagascar, plusieurs entreprises sont déjà passées au chômage technique et réclament plutôt une annulation complète des charges fiscales, mais non un report de l’échéance de paiement.Il est possible de gérer la pandémie du coronavirus sans passer par le confinement général. C’est ce que soutient un étudiant malgache, actuellement au Japon, qui nous a partagé l’expérience de ce pays d’Asie pour gérer la crise due à la pandémie. « Il faut noter au départ que les Japonais sont très propres, respectent les règles d’hygiène et les règles de la société. En général, ici, on se lave les mains pendant 20 secondes, autant de fois que possible dans la journée. Cela est valable aussi bien pour les enfants que pour les adultes. En ce qui concerne les masques ou cache-bouches, les Japonais avaient bien avant cette pandémie déjà l’habitude de les utiliser dès qu’ils étaient enrhumés ou avaient la grippe. C’est une question de civisme et de respect envers les autres. Avec le coronavirus, ils changent de masque entre 3 à 4 fois par jour, selon leurs domaines d’activité. Il faut noter que l’utilisation de masques nécessite des précautions particulières, car le masque est censé filtrer et retenir le virus. Il ne faut donc pas le laisser trainer n’importe où et ne doit pas être utilisé plus de 4 heures de temps », a indiqué l’étudiant malgache, qui vit la pandémie avec les Japonais.

Astuces efficaces. Selon son témoignage, ce n’est pas le port de masque qui protège le plus du coronavirus. « Le plus important est de se nettoyer. Il faut se gargariser avec de l’eau chaude ou tiède. Il faut aussi se nettoyer le nez. L’eau salée est plus efficace. On peut faire circuler le liquide d’une narine à l’autre. L’OMS, dans ses instructions, a mentionné l’importance de boire de l’eau chaude ou tiède, toutes les 10 à 15 minutes. Ce sont ces actions de nettoyage qui aident les Japonais à combattre le coronavirus », a affirmé notre témoin au Japon.

Le Japon réussit à sauver son économie du coronavirus.

Activités économiques. En effet, il n’y a pas de confinement général au Japon, grâce à ces astuces efficaces que la population de ce pays a appliquées. « Tous les établissements d’enseignement ont fermé leurs portes. Mais l’économie fonctionne normalement, bien qu’il y ait certaines contraintes. La population n’ont pas attendu de déclarations officielles avant de prendre les mesures qui s’imposent. Après le travail, chacun rentre immédiatement chez lui. La distance de sécurité d’un mètre est également très respectée. Cet ensemble de mesures permet au Japon de sauver son économie du coronavirus », a indiqué l’étudiant malgache. Si l’on revient au cas de Madagascar, l’aspect économique rend difficile la lutte contre la pandémie du coronavirus. La grande majorité de la population vivant dans une économie de subsistance, un confinement général sans prise en charge des besoins physiologiques de la population serait impossible, surtout en ce qui concerne la nutrition. Même les entreprises, notamment la majorité des PME, ne pourront survivre à un confinement, en tenant compte des charges fixes qui pèsent beaucoup sur leur activités.

Antsa R.

Midi Madagasikara11 partages

Coronavirus : 5 nouveaux cas, 23 passagers introuvables 

Le bilan de la pandémie de coronavirus évolue tous les jours. Hier [lundi 23 mars], 5 nouveaux cas ont été détectés. C’est ce qu’a annoncé le président Andry Rajoelina lors de son intervention sur la chaîne nationale TVM. Ces nouveaux cas portent donc le nombre de cas confirmés à 17 personnes. Toutes ont voyagé à bord du vol Air France AF934. D’ailleurs, selon les explications, la plupart de ces personnes infectées étaient assises côte-à-côte dans l’avion. Pour le moment, l’on compte 1 253 personnes en confinement et 19 cas suspects. C’est le bilan officiel au niveau national sorti ce jour par les responsables au niveau du Centre de commandement opérationnel Covid-19 à Ivato. Plus de 72 heures après la confirmation des trois premiers cas par l’Institut Pasteur, la Grande île ne compte aucun décès. Les personnes contaminées bénéficient de soins et surveillances médicaux, et sont prises en charge par l’Etat, a souligné le président Andry Rajoelina. Les chiffres confirment en tout cas qu’Antananarivo n’est pas la seule province à être touchée par le Covid-19. Quelques cas ont été confirmés dans les autres régions. 70 confinements à Toamasina et 1 confinement de chaque pour Antsirabe, Nosy-Be, Toliara, Mahajanga et Antalaha. L’on sait aussi que parmi les personnes retournées au pays la semaine dernière, existent des gens qui ont déjà quitté la capitale pour se rendre dans les provinces. Actuellement, 23 passagers sur les 145 arrivés à Ivato le 19 mars dernier à bord du vol MD 051, restent introuvables. Selon les explications, 22 d’entre eux sont injoignables au téléphone et 1 autre a donné de fausses informations lorsqu’il a signé la lettre d’engagement. Le président Andry Rajoelina a donné un ordre formel aux forces de l’ordre afin de prioriser leur recherche. « Il faut montrer leurs photos au public et sortir un avis de recherche en leurs noms s’il le faut car ils représentent un danger pour la société », a-t-il soutenu. Hier, 70 véhicules ont quitté le Centre opérationnel Covid-19 pour mener des descentes aux domiciles de tous les passagers ayant débarqué au pays depuis le 14 mars. En effet, des brigades spéciales ont été mises en place dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus. Chaque brigade est composée d’agents de santé, d’éléments des forces de l’ordre et d’un agent psychosocial. Sa mission est d’effectuer un suivi de l’état de santé et de contrôler le respect des conditions de confinement. Des véhicules équipés de GPS, ambulances et cliniques mobiles sont mobilisés aussi dans toute la ville. Le président Andry Rajoelina et son épouse, Mialy Rajoelina, se sont rendus à Mamory Ivato pour assister à l’ouverture officielle du Centre de commandement opérationnel Covid-19. C’est le général Elack Olivier Andriankaja qui sera le Coordinateur général de ce centre qui mobilise près de 4 000 personnes. Durant cette descente, le chef de l’Etat a annoncé que des mesures sévères vont être prises contre ceux qui diffusent de fausses informations à travers les réseaux sociaux et les médias à propos du coronavirus. Les forces de l’ordre ont d’ailleurs reçu l’ordre de mener une enquête pour interpeller les « facebookers » qui ont véhiculé des intox sur l’existence de gens qui auraient succombé au Covid-19. Désormais, seul le Centre opérationnel, par l’intermédiaire de son porte-parole, le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, est autorisé à communiquer et à sortir les informations officielles liées au coronavirus. 

Davis R

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les papiers des voitures de transports en commun têtues saisis

Le Covid-19 continue de se répandre à Madagascar notamment dans la ville d’Antananarivo et dans la ville de Tamatave. De ce fait, plusieurs mesures ont été prises dans les deux villes afin de limiter la propagation de ce virus, dont l’arrêt des déplacements en transport en commun.
Face à cela, les transports en commun ont été demandés de ne pas être mis en circulation depuis ce lundi 23 Mars. La police nationale est descendue dans toutes les parties de la ville afin de vérifier le respect des règlements pris par le gouvernement et ont saisi les papiers des chauffeurs de bus et de taxi ayant encore travaillé.
Midi Madagasikara0 partages

Ady amin’ny fiakaran’ny vidin’entana eto Toamasina : Nanaovan’ny governora be midina ireo magazay m...

Taorian’ny fivorian’ny OMC miitatra teto Toamasina izay nandinihana ireo fepetra tsy maintsy raisina amin’izao ady amin’ny valan’aretina coronavirus izao, ka isan’izany ny momba ny vidin’entana amin’ny fananaraotan’ireo mpanafatra sy mpamongady ary mpaninjara manararaotra mampiakatra ny vidin’entana, dia nanao be midina nijery izany ny governora atsinanana, sy ny talen’ny varotra sy ny asa tanana ary ny indostria, ary ny prefen’i Toamasina. Isan’ny nojerena manokana tamin’izany ity magazay iray tao Mangarivotra atsimo. Nahitana vary milanja 600 taonina teo ho eo nafarana natao tahiry tao anatiny, ka baiko avy hatrany no nomen’ny governora atsinanana Atoa Rafidison Richard Théodore fa tsy maintsy haparitaka ho an’ny vahoaka izany ary tsy tokony hiohatra ny 72 500 ariary ny gony mivoaka amin’ny mpanafatra faran’ny mora, mba tsy hiakatra mihoatra ny 73 500 ariary ny gony eny amin’ireo mpamongady aminy, ary tsy hiohatra ny 1 800 ariary ny kilao eny an-tsena. Ankoatra izay dia manomboka mafana ny olana eo amin’ny mpamily Tuc-Tuc sy ny cyclo-pousse amin’izao tsy maintsy fijanonana an-trano tsy afaka miasa noraisin’ny fanjakana izao. Manambana ny hitokona izy ireo satria ny karama hitany isan’andro no hanin’izy ireo sy ankohonany. Mangataka izy ireo amin’ny fandinihana ny asan’izy ireo ka ny tsy fahazoana mitondra olona afa-tsy iray ho an’ny cyclo-pousse, tsy mihoatra ny roa ho an’ny Tuc-Tuc, no hangatahan’izy ireo amin’ny fanjakana mba hahafahan’izy ireo mitady vola hiainany an-davanadro. Ho hita eo ny tohiny…

 

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Avaradoha : Fuite d’un chauffard après un accident mortel 

Le conducteur a fauché mortellement un piéton et ne s’est pas arrêté. Il a pris la fuite et n’a malheureusement laissé aucune trace de son méfait. Dimanche 22 mars dernier vers 20 heures, c’était un corps inanimé et baignant dans une mare de sang qui a été vu par les habitants d’Avaradoha. En voyant le corps du quinquagénaire, le légiste et les policiers ont vite compris qu’il avait été victime d’un accident mortel. Aucune trace pour l’instant de l’auteur mais une enquête a aussitôt été  ouverte par la brigade des accidents de la police. Dans la capitale, les délits de fuite deviennent monnaie courante avec le manque d’infrastructures de contrôle. Les rues ne sont pas vidéosurveillées. Dans certains cas, les enquêteurs ont recours aux enregistrements des entreprises situées aux alentours pour essayer de comprendre les faits. Mais les vidéos sont limitées puisque les caméras installées auprès de ces commerces sont destinées surtout à surveiller les locaux et non les rues. Ainsi, à défaut de témoins oculaires, les malfrats en délit de fuite sont difficiles à retrouver. Sur le même chapitre, mais vu sous un autre angle, la période de confinement a réduit en nombre les accidents de circulation. Selon la brigade des accidents, on a enregistré huit cas depuis le 12 mars dernier. Ces cas ont fait un mort et neuf blessés. Un chiffre en baisse selon les statistiques de cette brigade. Le couvre-feu et la présence des forces de sécurité dans toute la ville ont eu des impacts positifs sur la circulation routière. 

 

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Isotry : Les récidivistes forment un groupe de malfrats

Ils ont déjà été incarcérés en 2017 et en 2019. Moins d’un an après leur libération, les deux acolytes sont revenus à leur quotidien de malfaiteurs. Leur mode opératoire n’a pas changé. Ils ciblent les heures de pointe et les gens qui reviennent du bureau, et qui partent à pieds pour rejoindre leur foyer. Ils les menacent avec leurs sabres et délestent ainsi leurs victimes de leurs téléphones portables, porte-monnaies et même de leurs vêtements. Dimanche dernier, une femme a été victime de ces deux compères. Elle a été délestée de 600 000 ariary, une somme prévue pour faire s’approvisionner durant le confinement. Durant le dépôt de sa plainte, la victime a bien pu décrire le profil de ses assaillants. L’enquête a permis d’identifier et, par la suite, de mettre la main sur les deux hommes. Selon la police, ils ont fini par avouer leurs méfaits. Ce sont des multirécidivistes pour qui la prison est une virée, sinon une période pour se ressourcer. À chaque sortie de prison, ils se regroupent et reprennent leurs habitudes de bandits. C’est loin d’être un cas isolé puisque la plupart de la pègre de la capitale a déjà connu la prison. 

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ravitaillement en PPN : Ravalomanana propose la création de centrales d’achats

Toute la classe politique s’intéresse attentivement à la gestion de la crise liée à lutte contre la propagation du coronavirus dans le pays. Les différends politiques sont laissés de côté et on veut prêter main forte au régime. 

« Il s’agit d’une suggestion » a bien précisé Marc Ravalomanana, qui a proposé au régime de « consulter les personnalités importantes et les acteurs politiques dans le pays » afin de cogiter sur la lutte contre le coronavirus. A l’exemple de la réunion tenue, samedi dernier, par le président de la République avec les quatre chefs d’église regroupés au sein du conseil œcuménique des églises chrétiennes ; l’ancien président, lui, veut que la même démarche soit faite avec les classes politiques de tous bords. Dans d’autres pays, selon Marc Ravalomanana, le régime en place consulte les partis de l’opposition « pour avoir leurs avis » sur la gestion de la crise du coronavirus, qui est une « lutte commune » a affirmé ce leader du parti d’opposition. « Le régime ne peut pas affronter tout seul la pandémie, il a besoin du concours de tout le monde » a-t-il poursuivi dans une déclaration diffusée à la télévision et relayée sur la toile. 

En attendant cette consultation, Marc Ravalomanana avance déjà des « propositions » pour gérer la crise. « Il est nécessaire de créer des réseaux de centrales d’achats pour le ravitaillement des produits de première nécessité, a-t-il soutenu. Ces centrales d’achats permettent, selon l’ancien président, de contrôler la spéculation et de gérer les stocks. Pourtant, il faut tout de même aussi, selon toujours ce dernier, réfléchir sur le coût des produits qui « devraient être accessibles à tous les ménages ». Ce dispositif devrait être mis en place, insiste-t-il, pour gérer la crise de la propagation du COVID-19. Dès le lendemain de l’officialisation des premiers cas de coronavirus dans le pays, les marchés de produits frais ont été pris d’assaut, les prix des produits de première nécessité ont grimpé, et certains opérateurs ont même recouru à la rétention de stocks. Samedi dernier, par exemple, le prix d’un citron, produit très prisé depuis le weekend dernier, a été multiplié par 5, passant de 200 ariary à 1 000 ariary en l’espace d’une heure. 

La discipline est au centre de la gestion de cette crise. L’Etat a déployé les gros moyens pour montrer ses griffes face à toute velléité d’insubordination de la part des citoyens. Il a décrété l’état d’urgence et le couvre-feu, mais les machines de guerre de l’armée sont aussi visibles dans certains coins de la ville. Toutefois, on suggère toujours à l’État d’adopter plus de fermeté. Les moyens sont visibles mais l’effectivité des mesures nécessite une amélioration. « Il faut que les instructions soient appliquées et respectées par toute la population, sans exception aucune » suggère Marc Ravalomanana. En contrepartie, selon toujours ce dernier, l’Etat devrait lui fournir des aides pour lutter contre la propagation du virus. « Il faut impliquer les membres du secteur privé en leur demandant de fabriquer localement des masques et des vêtements de protection pour le personnel médical, quitte à leur offrir des conditions spéciales pour leur permettre de réaliser ces besoins vitaux » a avancé le patron du groupe Tiko. « Nous devons procéder avec les moyens du bord au lieu de copier bêtement ce qui est fait ailleurs » soutient celui qui a réussi avec le label « Vita Malagasy ». 

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Coronavirus : Carolus Andriamahitsinoro vient en aide à 40 familles 

Un très beau geste de Carolus Andriamahitsinoro. L’attaquant du club saoudien Al-Adalh a décidé de venir en aide à 40 familles

Un beau geste de la part de l’attaquant des Barea.

confinées à cause du coronavirus, dont 30 familles malgaches et 10 autres en Algérie d’où sa femme est originaire. Ce parrainage un peu spécial durera un mois et couvrira l’équipement ménager, les fournitures, les besoins en nourriture et en désinfectants, sans oublier le matériel de protection contre le virus. Une belle action humanitaire, teintée d’un esprit de solidarité qui honore cet attaquant des Barea. Issu d’une famille modeste, Carolus montre par ce geste qu’il n’a pas oublié ses origines. C’est presque une certitude que sa famille tant à Mahajanga qu’à Marovoay va pouvoir bénéficier de cette manne venue d’Arabie Saoudite. 

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Secteur privé : « Il n’y aura pas de perte d’emploi », selon la ministre Gisèle Ramampy

La ministre Ramampy Gisèle réitère son engagement pour la lutte contre toute forme de laxisme dans la Fonction Publique.

Le gouvernement, via le ministère du Travail, de l’emploi et des lois sociales, rassure les employés du secteur privé que les licenciements ne sont pas une option face à la situation actuelle qui prévaut dans le pays. 

« Si jamais le confinement se prolonge, ou encore en cas de nécessité pour le secteur privé d’arrêter ses activités, nous promettons qu’il n’y aura pas de licenciement après la période d’arrêt », tels sont les propos de Gisèle Ramampy, ministre du Travail, de l’emploi et des lois sociales lors de son intervention sur la chaîne nationale hier. Des propos qui rassurent de nombreux employés du secteur en question, lesquels commencent à montrer des signes de panique compte tenu de l’ampleur de la situation. La ministre Gisèle Ramampy de poursuivre que « le ministère et les dirigeants des entreprises du secteur privé se sont mis d’accord pour écarter l’option de la perte d’emploi ». La mise en œuvre d’une telle initiative devrait, quant à elle, être du ressort des entreprises si l’on se réfère toujours aux dires de la ministre du Travail, de l’emploi et des lois sociales. Cette dernière d’orienter les esprits vers « les congés non pris ». « Dans le cas des congés non pris, les entreprises peuvent voir comment s’organiser et comment substituer les premiers par l’arrêt de travail ». Une déclaration qui n’a pas laissé indifférents les syndicalistes malgaches. « Je propose l’option du chômage technique au lieu de toucher aux congés des employés. Avec cette option, les employés ne seront victimes de la situation. Ils pourront à la fois jouir des indemnités de chômage technique mais également de leurs congés non pris », avance Barson, syndicaliste malgache. 

Terre à terre. Joint au téléphone, le syndicaliste d’expliquer que « la crise actuelle n’impacte pas seulement les entreprises ou les employeurs mais également les employés ». « Tout le monde est concerné par la situation et la meilleure option est d’effectuer une déclaration de chômage technique », a-t-il poursuivi. Non seulement c’est légal mais c’est ce qui convient également le plus à la conjoncture actuelle, à la réalité des Malgaches, si l’on se réfère toujours aux dires de notre interlocuteur. Ainsi, la mise en œuvre d’une telle initiative devrait requérir  « la contribution de l’Etat ». « Les responsables étatiques devraient discuter avec les dirigeants des entreprises afin de définir la part de responsabilité de l’Etat dans le paiement des indemnités de chômage technique ». Le licenciement n’est pas une option, aussi bien pour les responsables étatiques que pour les entreprises du secteur privé. Pour éviter une situation dramatique, l’Etat et le secteur privé devraient travailler de concert et explorer tous les horizons possibles. 

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Appréhendés à Andavamamba : Deux braqueurs de « cash point » incarcérés à Tsiafahy

L’affaire remonte au 30 janvier 2020, 23 heures, quand un point « cash point » a été attaqué par une escouade de bandits armés d’un pistolet automatique et de couteaux dans le quartier des 67 ha. Sept millions d’ariary et plusieurs téléphones portables y ont été dérobés. Depuis, la police a ouvert une enquête. Celle-ci a révélé qu’exactement trois individus ont commis cet acte. Jeudi dernier, les enquêteurs de la brigade criminelle à Anosy et ceux du commissariat du 4ème arrondissement de la Sécurité publique à Isotry, ont reçu un renseignement concernant ces malfaiteurs. Le même jour, vers 11 heures, deux d’entre eux ont alors été arrêtés à Andavamamba. Ils ont été appréhendés en possession d’un sabre. Après avoir que la victime aie confirmé que les deux individus arrêtés étaient bien les assaillants, la police est passée à la perquisition de leur domicile où les vêtements qu’ils ont portés durant l’attaque ont été saisis. Pris au dépourvus, ils ont reconnu leur acte tout en dénonçant un autre complice qui aurait utilisé le pistolet automatique lors de l’attaque. Déférés au Parquet du Tribunal d’Anosy le lundi 23 mars, les deux présumés braqueur du « cash point » ont été placés sous mandat de dépôt à la Maison de Force de Tsiafahy. Encore en cavale, le troisième suspect est toujours recherché. 

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

VISION

Les Malgaches ont commencé à intégrer la notion de confinement. On ne peut que se féliciter de voir les rues se vider à la  mi-journée et presque tout le monde être à l’affût des dernières nouvelles de la propagation du coronavirus. Cependant, il existe encore une petite partie de la population qui est réfractaire aux mesures prises par les autorités. Après quelques jours de tolérance, on apprend que les sanctions vont tomber, mais dans l’ensemble, la nécessité de suivre les règles est acceptée. La campagne de communication menée par les responsables a atteint son objectif : la prise de conscience du danger de la  propagation du coronavirus.

L’union sacrée dans la lutte contre le coronavirus

L’union sacrée autour de la lutte contre la pandémie s’est faite. Quelques remarques ont  cependant été faites sur le retard de certaines prises de décisions. Mais tout le monde convient qu’il n’est plus question de faire des reproches. Il est nécessaire d’appuyer les efforts qui sont déployés, le durcissement des mesures est impératif. Le chef de l’État et le gouvernement ont pris des décisions radicales pour lutter efficacement contre le coronavirus. Aujourd’hui, les autorités malgaches sont en harmonie avec celles des autres pays confrontés au même problème. Tout l’appareil d’État est mobilisé. La classe politique fait corps pour soutenir l’effort de lutte mené actuellement. Cependant, certains font entendre leur différence. C’est le cas de la présidente du parti RPSD qui propose d’autres solutions, tout en se défendant de critiquer les initiatives prises par le pouvoir. Comme dans tous les pays confrontés à l’épidémie de coronavirus, les querelles de clocher ne sont plus de mise. Tous ceux qui ont en tête la nécessité de sauver  le pays veulent apporter leur concours. La lutte sera de longue haleine et il est nécessaire de ne pas entraver les efforts déployés.

Patrice RABE

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Haute couture : Huit créateurs de mode malgaches ont valorisé la mode locale aux Etats-Unis 

Huit stylistes malgaches, Lucka, Eva, Mickaël Vida, Tachou, Gaona, Sariaka Rah, Marikà et Phanala ont débarqué aux États-Unis, dans le cadre d’un échange de connaissances et d’expérience avec différents acteurs dans le domaine de la mode et de l’art en général. L’événement s’est déroulé du 7 mars 2020 au 18 mars 2020 et a été écourté à cause de l’épidémie de coronavirus.  « Le monde de la mode est incomparable,  dixit Lucka, un des stylistes malgaches participant à la formation, chacun a son propre potentiel et ses propres moyens. On s’est beaucoup enrichi avec les échanges que nous avons faits… autant pour notre évolution que pour nos projets d’avenir ». Dans le cadre du programme mis en place par le gouvernement américain nommé International Visitor Leadership Program (IVLP), ces huit stylistes ont été choisis pour représenter la mode malgache. 

Après leur séjour aux Etats-Unis, ils partageront leurs connaissances aux amateurs de la mode malgache et vont  mettre en place des stratégies afin de valoriser et rehausser la mode malgache ainsi que le « Made in Madagascar ». « On a des défis à surmonter dans la mode malgache. On va essayer d’établir quelques points et changements » ajoute Lucka.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

COVID-19 – Finances : Les services de soldes et pensions et le trésor opérationnels

Normalement, le paiement des salaires des fonctionnaires se poursuivra  dans les mois qui viennent. Le ministère de l’Economie et des Finances a pris les  dispositions pour la continuité des services essentiels. Dans un communiqué, ce département annonce les mesures générales suivantes : 

– Confinement pour les agents du ministère de l’Economie et des Finances sauf :

∙ pour les agents en charge des dépenses urgentes (engagements, liquidation, ordonnancements, paiements),∙ pour les agents en charge des soldes et pensions, y compris les salaires des ECD,∙ pour les agents en charge des visas des actes à incidence financière relatifs au COVID-19,∙ pour les agents impliqués dans les procédures de dédouanement des marchandises,∙ pour les agents en charge de la prise en charge des frais médicaux des fonctionnaires.

 

Les services essentiels du Trésor public continuent également :

– Ouverture continue des caisses publiques pour les grands paiements, notamment des soldes et pensions, mais organisation interne et renforcement des forces de l’ordre pour l’entrée dans les bâtiments

– Mesures à respecter : 1 mètre de distance par usager, gel avant d’entrer auprès du caissier, 30 personnes maximum à l’intérieur de la Paierie Générale d’Antananarivo et proportionnellement dans les caisses en régions, thermomètre à l’entrée (les usagers ont besoin de leur argent pour faire face aux mesures de confinement et ne peuvent donc pas attendre qu’on décale les jours de paiement)

– Maintien ou augmentation de la trésorerie disponible des PME à travers une négociation auprès des souscripteurs pour renouvellement des échéances dues.

Il s’agit en somme des services qui sont nécessaires pour que l’économie puisse continuer à tourner.

Recueillis par R.Edmond.

 

 

Midi Madagasikara0 partages

60ème anniversaire de l’EPP Mahazina à Ambatolampy : Rénovation des bâtiments de l’école par la STAR

L’inauguration des travaux effectués à l’EPP Mahazina à Ambatolampy du vendredi 20 mars est certainement la dernière actualité de la STAR qui a décidé de suspendre tous ses événements en raison du COVID-19. La cérémonie s’est tenue à Mahazina, à quelques mètres de l’usine de la société, en présence des autorités locales et des représentants de la STAR. L’école primaire publique a bénéficié d’une rénovation de ses cinq bâtiments grâce à la bienveillance de la STAR. Les travaux effectués comprennent la peinture extérieure et intérieure des bâtiments et la rénovation de la toiture des salles de classe. « La réalisation de ce projet va permettre aux enfants de cette école d’accéder à l’éducation dans les meilleures conditions » selon la secrétaire générale de la STAR, Anna Rabary. 

Outre cette école primaire qui accueille 783 élèves, la STAR qui mise beaucoup sur l’éducation envisage aussi la rénovation du lycée d’Ambatolampy pour cette année 2020. Pour l’instant, ce projet est encore en cours d’élaboration avec le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel, selon ce qui nous a été communiqué sur les lieux, même si la STAR a déjà promis la construction de deux salles de classe pour l’établissement. Depuis 2014, la société et le district d’Ambatolampy n’ont cessé de collaborer pour améliorer les conditions de vie de la population locale suivant les chantiers prioritaires du district, en cohérence avec les champs d’actions RSE de la STAR. Quand la situation de la pandémie du COVID-19 se calmera, les actions pourront se poursuivre. 

Anja RANDRIAMAHEFA

 

Crédit photo : Princy
Midi Madagasikara0 partages

Mesures préventives contre le COVID-19 : L’association Fitia à l’appui pour désinfecter les marchés

Dans les pays touchés par la pandémie du COVID-19, les autorités procèdent déjà à la désinfection des rues depuis quelques semaines. Pareille situation à Antananarivo depuis le lundi 23 mars 2020, l’association Fitia dirigée par Mialy Rajoelina est venue prêter main-forte aux sapeurs-pompiers et à la commune urbaine d’Antananarivo pour le nettoyage des marchés de la capitale. Les outils et les produits désinfectants viennent de l’association ; les sapeurs-pompiers se chargent du nettoyage ; tandis que l’organisation  des marchés est confiée à l’équipe de la CUA. Selon les explications du Dr Ali Razanakombana de la CUA, la désinfection des marchés se fera trois fois par jour. « Ce sont d’abord les volontaires et les commerçants eux-mêmes qui vont nettoyer les lieux avant que les sapeurs-pompiers ne prennent les commandes pour un nettoyage à haute pression. Une fois le lieu bien assaini, les produits désinfectants sont enfin versés pour tuer les microbes et les virus » a-t-il dit par rapport à la procédure concernant ce nettoyage. Quant au produit utilisé, l’association Fitia a opté pour le désinfectant HTH (Hypochlorite de calcium) et le Virocid afin d’éliminer efficacement les virus. 

Outre les nettoyages quotidiens des marchés, l’association Fitia et la commune urbaine d’Antananarivo comptent aussi poursuivre les actions de sensibilisation de la population sur les mesures préventives contre le COVID-19, ainsi que la distribution de masques pour les commerçants. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Tia Tanindranaza0 partages

Fréquence plus tv sy startimes Hiara-hiasa akaiky

Amin’izao fotoana izao dia efa saika tomombana avokoa ny lafiny ara-teknika rehetra ao amin'ny Fréquence Plus TV. Efa hita ao ireo fandaharana maro toy ny Kalaza sy Akory Aby. Araka ny nambaran'ny tompon'andraikitry ny vondrona Radio Fréquence Plus dia efa manomboka mivelatra araka ny fivoaran'ny teknolojia ihany koa ny fandaharana vokarin'izy ireo ankehitriny ary mandray ny artista rehetra manana sangan’asa.

Izany rehetra izany no antony hisian’ny fiaraha-miasa eo amin'ny orinasa Startimes sy ny Fréquence Plus. Raha toa ka ny onjam-peo hatrany mantsy no nahafataran'ny olona ny orinasan-tserasera Fréquence Plus hatramizay, amin'izao fotoana izao kosa dia efa hita ao amin'ny canal 112 ao amin'ny televiziona nomerika Startimes ny Fréquence Plus TV izay ao anatin'ny Vondrona RFP. Ny faran’ny herinandro lasa teo no nampahafantarina tamin'ny fomba ofisialy teny Akorondrano izany. Ny Fréquence Plus TV araka izany no televiziona malagasy faha-9 ao amin'ny Startimes. Efa tamin'ny volana Novambra 2019 no efa azo jerena tamin'ny alalan'ny canal 112 tao amin'ny Startimes ny Fréquence Plus TV ary efa marobe ny olona manaraka izany. Anisan'ny mampiavaka ity orinasan-tserasera ity moa ny fanomezan-danja ny fitenim-paritra sy ny fivoizana ny mozika tropikaly.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Laharana maitson’ny Coronavirus23.000 isan’andro ny antso voaray

Taorian’ny nahafantarana fa efa mahatratra 12 ireo olona voan’ny coronavirus eto amintsika dia nanao tohivakana ny antso voarain’ilay laharana maitso 910.

 

Raha araka ny fantatra dia mahatratra 23.000 isan’andro izany ka ny 40 % dia manontany ny mombamomba ilay aretina, ny fitrangany, ny tokony hatao raha sanatria tojo olana….Na izany aza anefa dia manana olana ihany ireo tompon’andraikitra mandray antso amin’ity laharana maitso ity. Misy amin’ireo olona sasany mantsy no miantso ary mananihany azy ireo fotsiny, antony tsy haharaisana ireo antso hafa izay mety mila fanampiana maika. Miantso ireo karazan’olona ireny mba hampitsahatra io hanihany amin’ny tsy antony io araka izany ireo mpandray ny laharana maitso 910 no sady mangataka ny hisian’ny fifanajana ihany koa. Mikasika ilay laharana maitso 913 kosa moa dia fantatra fa ireo olona efa mahatsiaro tena ho tsy salama ka manahy ny amin’ny toe-pahasalamany no afaka miantso azy io.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fandrobana sekolyLehilahy iray no tratra ambodiomby

Lehilahy iray no voasambotry ny mpiasan'ny ANS ary natolotra ny polisim-pirenena ao amin'ny CSP1 Analakely ny alakamisy 19 martsa teo noho ny resaka halatra.

Tokony ho tamin'ny 04 ora marainan'io alakamisy io no nahatsikaritra lehilahy iray niditra an-tsokosoko tao amin'ny faritry ny sekoly ny mpiambina. Narahina avy hatrany izy ka teo am-pangalarana izy no nosamborina ka tsy afa-nandositra intsony. Niantso polisy avy hatrany ny tompon'andraikitry ny toerana ka tonga ny polisy naka ity olon-dratsy ity. Nametraka fitoriana ihany koa ny tompon'andraikitra tamin'io alakamisy io. Tamin'ny fanadihadiana natao azy dia niaiky ny helony ity lehilahy ity. Efa naiditra am-ponja vonjy maika moa ity farany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taxi-beMbola nisy ihany ireo mafy loha

Na dia efa voarara tsy hiasa aza ireo karazam-pitateram-bahoaka eto Antananarivo renivohitra dia tsikaritra mbola nisy nanohy izay asany an-davan’andro izay ihany ireo fiara mpitatitra eto an-drenivohitra ny 23 martsa 2020 teo.

 

Tsy fanaraham-baovao ve no antony sa noho ny tsy fahampiana, sa tena fahamafisan-doha tsotra izao? Ny Taxi sy ny Taxibe moa no tena tsikaritra ho tena voasarika tao anatin’izany. Mazava ho azy rehefa nisy ny fiara dia nifandrombaka nisiska ireo olona nandeha vao maraina.Rehefa niroso teny ny ora dia nirotsaka an-tsehatra ny mpanara-maso sy ny mpitandro filaminana ary hita ho nihena ary avy eo tsy nisy intsony ihany ireo fiara fitateram-bahoaka.Tsikaritra kosa anefa fa mbola nisy ireo taxi moto niantsoantso olona tamina toerana vitsivitsy teto Antananarivo, tany amin’ny mitatao vovonana tany omaly.Niala tsimoramora ihany koa izy ireo avy eo rehefa nanao be midina ny mpitandro filaminana, izay tsy misangy mihitsy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena moraNiteraka fitangoronana be

Isan’ny fepetra noraisin’ny fanjakana hoenti-mitsinjo ny vahoaka eo anatrehan’ny olana nateraky ny fanapahan-kevitra momba ny coronavirus ny fanaovana “Tsena mora”.

 

Natao io mba hanalefahana ny vidim-piainana sy ny fanararaotana mandeha amin’izao fotoana izao. Fepetra goavana noraisin’ny fanjakana hisorohana ny fipariahan’io areti-mandoza io ny fanafoanana ny fitangorongoronana amin’ny endriny rehetra. Izay no nanidiana ireny toeram-pilanonana, toeram-pisakafoanana lehibe,… Ny manahirana sy tsikaritra anefa omaly, dia tena niteraka fitangoronana sy filaharana izay tsy izy ny fisian’ny  tsena mora teto Antananarivo. Misy ihany ny olona manao tapim-bava, fa ny ankamaroany dia tsy manao. Tsy ny resaka piti-drora ihany anefa no mety hifindran’ny otrik’aretina, fa na amin’ny lamba aza izy dia mety ho velona hatrany amin’ny 8ora, raha sanatria misy olona voa mifampikasoka. Miharihary ny fahasahiranan’ny vahoaka, ka mirohotra milahatra. Isan’ny nahitana izany, ohatra, ny tetsy Andrefan’Ambohijanahary omaly. Efa ho 50 metatra ny filaharana, ary tena misy ny olona zary lasa manoko resaka sy toa tsy mahatsiaro akory fa voarara ny fitangorongoronana. Tokony hisy lamina na fepetra raisin’ny mpitondra noho izany satria zary lasa mifanipaka amin’ny fepetra noraisina ny zava-miseho. Fisorohana no nandraisana ny fepetra izay tsapa sy tsikaritra ho mampikolay ny maro kanefa izay no heverina ho mahasoa ka dia ekena sy toavina. Ny manahirana anefa dia toa zary mifanohitra tanteraka amin’ny tanjona napetraka indray ny zava-misy. Any amin’ny fanalefahana ny vidin’entana eny amin’ny tsena rehetra mihitsy no heverina fa vahaolana mba samy hanjifa an-kahalalahana ny rehetra, fa tsy hihazakazaka amin’ny tsena mora.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

JIRAMA 67 HAFilaharam-be ny fandoavan-jiro, nisy fitakiana CIN

Na dia efa voarara tsy azo natao intsony aza nanomboka omaly Alatsinainy 23 Septambra ny fivoahana ny trano sy ny fivorivoriana dia mbola vahoaka be ihany no tonga nilahatra nandoa jiro

 

 sy rano tetsy amin’ny JIRAMA 67 ha. 60 isa  izy ireo raha kely izay  sady tsy nanaja ilay elanelana 1 metatra akory no mbola tsy nanao sarom-bava ihany ny ankamaroany. Raha araka ny resaka nifanaovana tamin’ireo mpanjifa ireo dia maro tamin’izy ireo no tsy nahandry ilay kabarin’ny filoham-pirenena ny Alahady alina teo ka tsy nahalala na inona na inona. Nisy ihany koa anefa ireo nahalala ihany saingy noho ny tahotry ny ho tapaka jiro na rano dia tsy maintsy nandeha. Raha tsiahivina anefa dia efa namoaka vaovao ny JIRAMA ny sabotsy teo fa efa azo aloha amin’ny alalan’ny finday manomboka izao ny faktiora hiarovana amin’ny fiparitahan’ilay otrik’aretina coronavirus. Manoloana io tranga io dia tsy maintsy nandray ireo mpanjifa ihany ny JIRAMA saingy nitaky kara-panondrom-pirenena kosa. Ny mba hahafahana manaraka ireo olona ireo raha sanatria ka misy tranga no antony hahafahana mifehy faran’izay haingana ny fiparitahan’ilay otrik’aretina coronavirus.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny CoronavirusMisongadina ny fahantran’ny Malagasy

Toa hita tsy taitra ihany ny ankamaroan’ny Malagasy manoloana ny aretina malaza sy mandringana eran-tany coronavirus. Vao maraina dia maro be no nirodorodo mbola nivoaka hitady vola na dia tsy nisy aza ireo taxibe nifamezivezena.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiveloman’ny madinikaMitohy ny fiainana

Mitohy ny fiainana ho an’ireo gasy madinika na dia efa voarara aza hatramin’ny omaly fa tsy misy mahazo mivoaka ny trano intsony ny rehetra ary olona iray ihany no mandeha miantsena. Toy ny isan’andro ihany anefa no hita teny amin’ireo faritra maro eto an-drenivohitra toy ny eny amin’ny 67 ha, ambodin’Isotry, Anosibe….

Feno mpivarotra ihany koa ny sisin-dalana, mifanaretsaka sy mitabataba ny olona…. Noho ny fahasahiranana no nambaran’ny mpivarotra iray nanaiky nitafa taminay fa anton’izany.  Ny vola hita anio mantsy hoy izy no miantoka ny sakafo hanina  rahampitso ka tsy mivoaka na  dia eo aza ilay otrik’aretina coronavirus. Ny  famindram-pon’Andriamanitra sisa raha fehezina no hianteheran’izy ireny fa ny ankoatra izay dia tsy misy.  Tsy nihoatra ny 40 % rahateo raha nisy ireo malagasy afaka nanao « provision » nanomboka ny sabotsy teo fa fitsinjovana ilay aretina fa ny ankoatra izay dia mbola miankina amin’ny vola vao hotadiavina avokoa. Nomarihin’ireo mpivarotra hatrany moa fa tsy ny aretina no mety hahafaty azy ireo raha tsy maintsy terena io fijanonana any an-trano io fa ny hanohanana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifaterana any AmbatondrazakaMiha gaboraraka tanteraka

Goragora tanteraka ny fifampifehezana eo amin’ny lalànan’nyfifamoivoizana amin’ireo fitaterana any Ambatondrazaka. Miha mahazo

vahana ihany koa ny fitaterana amin’ny alalan’ny Tiktika sy taxi-motoizay tena mampiavaka amin’ny faritra hafa ary ny Kubota lasa hofitaovam-pitaterana olona. Miainga avy amin’ireo mpamily voalazaamin’ireo fitateram-pitaterana 2 farany ireo no matetika itrangan’nylazam-pifamoivozana Ambatondrazaka.Manoloana ny tsy fanarahan-dalàna na amin’ireo kôperativam-pitateranarezionaly sy nasionaly dia nisy ny atrik’asa fakan-kevitrafandrindrana ny andraikitra eo amin’ny fitaterana ary tamin’ireompitatitra teto an-toerana izay notarihin’ny ATT Toamasina sy nyfaritra misahana ny fitaterana sy ny fizahan-tany ary ny famantaranany toetr’andro Alaotra Mangoro, koa tamin’izany no nampahafantaranatamin’ny rehetra fa misy ny lalàna mifehy ilàna fampiharana.Noentanina ny rehetra fa natao ho maimaim-poana aloha raha misy saranyizany mahakasika ny bokin’andraikitra tsy maintsy ataon’ny mpitatitraindrindra ny kôperativa. Ankoatra io didy tsy maintsy raisina avokoany mombamomba ny mpandeha alohan’ny handehanany mba ho fiantoana azy.Tsy tokony hisy ny transbordement na famindrana mpandeha, ny fampiasana hofitaovam-pitaterana olona ny kibota dia voararan’ny lalàna fa kosanatao ho fitaovam-pitaterana ny ho an’ny famokarana, manao haron’ankanjoavokoa ny mpamily taxi-moto no tsy maintsy miditra anaty kôperativa.Ka ho hentitra ny fanaraha-maso ataon’ireo tompon’andraikitraisan’ambaratongam-pahefana aty Alaotra Mangoro hampiharana ny lalànaavy hatrany.Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo RenivohitraHajanona avokoa ny tsena isan-kerinandro

Anisan’ny lalana iray hahafahana mandresy ny otrik’aretina Coronavirus ny fanajana ny fahadiovana.

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao Olimpika Tokyo 2020Tsy handefa atleta i Canada

Tsy handefa atleta handray anjara amin'ny lalao olimpika hatao anyTokyo Japon amin'ity taona 2020 ity ny firenena Kanadiana araka nyfanambarana nataon'ny COC "Comité Olympique Canadien" sy ny CPC

"Comité paralympique Canadien" ary mangataka ny hanemorana an'ityfifaninanana ity noho ny ffihanaky ny Covid-19. Ireo mpikambanaKanadiana ao amin'ny CIO Dick Pound (filohan'ny AMA teo aloha) syHarle  sy Hayley Wickenheiser (tompondaka olimpika an'ny Hockey surglace sady mpikambana ao amin'ny  CIO nanomboka tamin'ny taonas 2014no namoaka tamin'n  Twitter fa : «tena lehibe noho ny lalao olimpikaity krizy nateraky ny coronavirus ity. tsy fantantsika izay metyhiseho ao anatin'ny 24 ora ho avy, hoy izy ireo, indrindra afaka 3volana. Mety ho foanana izany ve ity lalao olimpika Tokyo 2020  hotontonsaina ny 24 jolay hatramin'ny 15 aogositra  ity, hoy nyfanontaniana mipetraka ? Mbola tsy misy mahavaly aloha hatreto nyamin'izany.Ntsoavina EvaristeJOI Tokyo 2020

Tia Tanindranaza0 partages

BrievilleMitaky ny karamany ireo mpiasan'ny Kraoma

Mitohy ny krizy eo anivon'ny orinasam-panjaka Kraoma. Nikorontananoho ny fasintahan'ny mpiara-miombon'antoka Rosiana ilay planinafanerenana saika ho hatao izay nahatonga an'ireo mpiasa hitaky ny

karaman'izy ireo tsy mbola voaloa tamin'ny zoma lasa teo.Nametraka fepetra ny hampitsahatra ny asan'izy ireo ny solontenan'nympiasa ao amin'ity Kraoma Brieville ity raha tsy voaloa ao anatin'nyfotoana fohy ny karama 3 volan'izy ireo mbola tsy voaloha. Narahin'izyireo fanindrahindrana sora-baventy teo anoloan'ny foiben'ny orinasaizany fitakiany izany. Nambaran'ireo mpitantana ny orinasa fa iofialan'ny mpiara-miombon'antoka Rosiana io no tena fositra amin'ityolana mianjady amin'ny mpiasa ity ka efa niezaka nandoa nykaraman'ireo mpiasa volana novambra 2019 sy ny ampahany tamin'nyvolana desambra 2019 ihany izy ireo nefa mbola tsy tafavoaka noho nyfaniliana ny trosan'ny orinasa mitentina 101 miliara ar sy nyfantiantoka 39 miliara ar noho ny fitantanana nataon'ny mpitantana teoaloha nandritra ny 4 taona.

Fifampiresahana

Misy ny fifampiresahana hanaovana planina vaovao hanaingana indraan'ity orinasa niaraka tamin'ireo mpiara-miombon'antoka vaovao kahiheverana hamokarana vokatra fasimainty hatrany amin'n 25. 000taonina ao anatin'ny  3 na 4-bolana ho avy.Notakian'ireo mpiasa tamin'ny minisitera tompon'andraikitra kosa tamin'ny 12 martsa lasa teo ny handoavana ao anatin'ny 48 ora nykaraman"izy ireo mbola tsy voaloa ka eo am-piandrasana izany diananatanteraka " service minimum" ihany ry zareo mba ho fiarovana nytombontsoan'ny orinasa.Ntsoavina EvaristeIreo mpiasan'ny Kraoma nitokona

Tia Tanindranaza0 partages

AnkorondranoNisy mpivarotra gazety nosamborin’ny polisy

Nisy mpizara gazety na “crieur” nosamborin’ny polisim-pirenena omaly teny Ankorondrano omaly. Niantso ny Polisin’ny SUT Tsaralalana noho izany ny Filohan’ny Holafitra na ny OJM Atoa Gérard Rakotonirina.

 

Nampahafantatra fa asa mifandraika amin’ny fanaovan-gazety ny fivarotana gazety. Raha miasa ny mpanao gazety, dia tsy maintsy miasa izy ireo mivarotra izany. Efa navotsotra moa ireto mpivarotra gazety ireto taorian’ny fidirana an-tsehatra sy fampahafantarana nataon’ny Filohan’ny OJM. Tsara ny manamarika fa tafiditra ao anatin’ireo sehatr’asa miasa ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety amin’izao fotoana nandraisan’ny fanjakana fanapahan-kevitra manatsahatra ny asa aman-draharaha mandritra ny 15 andro izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Haino aman-jery manerana ny NosyMiara-manonja avokoa

Tsy maintsy miara-manonja avokoa ny haino aman-jery rehetra manerana ny Nosy, raha ny toromariky ny fanjakana, izay nohamafisin’ny Tale

 

Jeneralin’ny Serasera eo anivon’ny Minisiteran’ny Serasera sy ny Kolontsaina.  Manomboka amin’ny 12ora-2ora tolakandro dia tokony handray ny RNM na ny TVM avokoa ny rehetra. Amin’ny alalan’io no hamoahana ny vaovao hany tokana ofisialy. Niantso ny Talen’ny famoahana rehetra sy ny tompon’andraikitra amin’ny haino aman-jery mba hanajanonana ny antso mivantana avy amin’ny mpihaino. Tsy maintsy fehezina ny vaovao tsy hiteraka fanohintohinana ny fiainam-bahoaka. Efa misy ny sazy mifandraika amin’izany. Nanomboka omaly, dia maro ireo haino aman-jery tsy nandefa ny fampahalalam-baovao manokana avy aminy, fa nandray sy nampita ny haino aman-jerim-pirenena avokoa. Noho ny hamehana eto amin’ny firenena no mahatonga izay fifehezana izay, ka ho vaovao tokana ofisialy avy amin’ny fanjakana sy ny Sampan-draharaha manokana nampiantsorohana ny Coronavirus dia ny « centre de commandement operationnel » ihany no manan-kery.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny CoronavirusNavoaka ny fiara mifono vy

Nisokatra tamin’ny fomba ofisialy omaly tetsy amin’ny MBC Ivato ny « Centre de commandement operationnel » hoenti-mifehy sy miatrika ny areti-mandripaka coronavirus na

 

ny COVID 19. Miisa 1410 ny mpitsabo mandrafitra azy io, 1381 ny mpitsabo mpanamby, ary 1000 ireo ekipa vonjy taitra. Misy fiara mpitondra marary 11 ao, ary fiara miendrika hopitaly mandehandeha miisa 6. Ao no hiaingan’ny antontan’isa rehetra, ary ao anatin’ny mangarahara tanteraka ny fomba fiasa. Ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle, izay manam-pahaizana eo anivon’ny Fakioliten’ny fitsaboana no mpitondra teny ofisialy. Isaky ny amin’ny 1ora tolakandro no hamoahany antontan’isa momba an’io hahafahan’ny vahoaka Malagasy tsirairay ny antontan’isa ofisialy, izay io ihany no raisina ho marim-pototra sy azo ekena. Ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina no tonga teny an-toerana nanokatra ity ivon-toerana ity tamin’ny fomba ofisialy. Nanome toky moa ny fanjakana, fa isan’ny mampiavaka antsika amin’ny any ivelany ny fahafantarana ireo olona ahiana, izay tonga avy tany ampitan-dranomasina hatrany amin’ny 1000. Ho henitra ny fanaraha-maso azy ireo. Misy rahateo ny fiara fitondrana marary na ny “ambulances” miisa 70. Hisy araka izany ny fidinana sy fitsirihana hataon’ireo any amin’ireo olona ahiana.

Fiara mifono vy

            Ankoatra izay, navoaka ny fiara mifono vy hifehezana ny vahoaka eo anatrehan’ny tsy fanajana ny lamina. Mihenjana tanteraka ny fanjakana, ary manamafy ny fahefana sy ny fanapahan-kevitra haingana raisina noho ny hamehana rahateo ny fametrahana ny an’i Madagasikara ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana. Midika io fa voafetra tanteraka ny fahalalahan’ny vahoaka isam-batan’olona ary malalaka amin’ny fanapahan-keviny sy ny fepetra raisiny ny mpitondra. Voafehy tanteraka ihany koa ny haino aman-jery, ary loharanom-baovao iray, dia ny avy amin’ny fanjakana irery no tokony hampitaina. Nanamafy ny fampitandremana eo anatrehan’ny vaovao mety hiteraka fikorontanan’ny saim-bahoaka hatrany moa ny filoham-pirenena. Manentana ny rehetra hitandrina sy hanaja ny lalàna hatrany i Andry Rajoelina, ary nilaza fa mety mbola hisy ny fepetra hentitra kokoa noho izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

BrievilleMitaky ny karamany ireo mpiasan'ny Kraoma

Mitohy ny krizy eo anivon'ny orinasam-panjaka Kraoma. Nikorontananoho ny fasintahan'ny mpiara-miombon'antoka Rosiana ilay planinafanerenana saika ho hatao izay nahatonga an'ireo mpiasa hitaky nykaraman'izy ireo tsy mbola voaloa tamin'ny zoma lasa teo.

Nametraka fepetra ny hampitsahatra ny asan'izy ireo ny solontenan'nympiasa ao amin'ity Kraoma Brieville ity raha tsy voaloa ao anatin'nyfotoana fohy ny karama 3 volan'izy ireo mbola tsy voaloha. Narahin'izyireo fanindrahindrana sora-baventy teo anoloan'ny foiben'ny orinasaizany fitakiany izany. Nambaran'ireo mpitantana ny orinasa fa iofialan'ny mpiara-miombon'antoka Rosiana io no tena fositra amin'ityolana mianjady amin'ny mpiasa ity ka efa niezaka nandoa nykaraman'ireo mpiasa volana novambra 2019 sy ny ampahany tamin'nyvolana desambra 2019 ihany izy ireo nefa mbola tsy tafavoaka noho nyfaniliana ny trosan'ny orinasa mitentina 101 miliara ar sy nyfantiantoka 39 miliara ar noho ny fitantanana nataon'ny mpitantana teoaloha nandritra ny 4 taona.

Fifampiresahana

Tia Tanindranaza0 partages

Fisorohana ny Covid 191253 mitoka-monina

Ny 112 tamin’ireo mpandeha 145 tamin’ny sidin’ny Air Madagascar MD 51 ny 19 martsa no tratra antso tamin’ny fiantsoana nataon’ny manam-pahefana eto amin’ny tany sy ny firenena.

Nanaiky sy nanaraka an-tsakany sy an-davany ny fepetra dia ny fanokana-monina izy ireo, mba hifehezana sao sanatria misy mitondra ny tsimok’aretina Covid 19. Mpandeha 22 isa kosa no mampanahy satria tsy tratra antso, raha toa ka iray tsy nandray ny antso. Misy 7 efa namely ny antso, ka nitolo-batana, raha ny vaovao farany.  Manentana haingana dia haingana azy ireo hiantso haingana ny laharana 914 na ny zandary akaiky indrindra ny fanjakana. Eo am-pikarohana azy ireo ny mpitondra, izay fantatra avokoa ny adiresy misy azy, fa tokony hahatsapa tena avy hatrany kosa ireo olona ireo. Mety ho loza ho an’ny fiarahamonina izy ireo. Tokony hatoka-monina satria raha sanatria mitondra ny tsimokaretina, dia tena loza ho an’ny firenena sy hanaparitaka haingana ity areti-mandoza ity. Raha ny antontan’isa omaly moa, dia 1253 no mitoka-monina sy arahi-maso isan’andro amin’izao fotoana izao, ka misy ny eto Antananarivo, Toamasina, sy any amin’ny faritra vitsivitsy izay 1 avy amin’ny ankampobeny. 19 ireo tranga ahiahiana, ary ny efa voamarina fa voa dia mijanona ho 12, raha ny fanazavan’ny Pr Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle, lehiben’ny “Centre de Commandement” mikasika ny Coronavirus, izay manana ny foibeny eny amin’ny MBC Ivato.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko TAMAMI“Fotoana hisokafan’ny fitondrana izao!”

Fotoana izao hanehoana ny firaisankinam-pirenena, hoy ny avy eo anivon’ny antoko politika TAMAMI.

 

Tsy tokony hijerena antoko mpanohitra na mpanohana ny  fitondrana intsony ny zava-miseho, hoy ny filohan’ity antoko ity, Samihary Floriot. Fotoana koa anefa, hoy izy, hisokafan’ny fitondrana ny voina ankehitriny. Mila mihaino ny ankolafin-kery rehetra ny filoham-pirenena, hoy hatrany ny tenany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hanitra Razafimanantsoa“Tsy hanavahana ny fepetra raisina”

“3 no narary ny zoma , 12 "cas confirmés" sahady ny alahady. Ireo aloha no azon' ny Filoha notenenina”hoy ny solombavambahoaka Hanitra Razafimanantsoa. Mipetraka kosa ny fanontaniana, hoy izy:

 

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus17 ireo voa, 15 hafa “wanted”

Misy olona 5 vaovao voamarika fa mitondra ny valan’aretina, raha ny nambaran’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina. Olona 17 izany no mitondra izany amin’izao fotoana iza, ary arahi-maso akaiky ny fitsaboana.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny COVID19“Ilaina ny fanazavan-tsaina”

Mazava ny nambaran’ny filoham-pirenena, hoy ny sekretera jeneralin’ny faribolam-pandinihana miozolimanina, Moussa Soalihy, raha naneho ny heviny mikasika ny fihanaky ny valan’aretina COVID19 eto Madagasikara ankehitriny.

Ao anatin’ny fitaintainana sy tebiteby tokoa ny vahoaka ka ilaina ny fanazavan-tsaina toy ireny. Misintona ny sain’ny malagasy aho mba tsy handairan’ny tsaho. Mampalahelo fa tokony ho ady iraisan’ny malagasy rehetra izy ity ka tsy fotoana hifanomezan-tsiny intsony izao. Io tafiditra io ilay aretina ka andao hiara-kientana handresy azy, hoy ny tenany.

J. Mirija

La Vérité0 partages

Surveillance du confinement - Les chefs de « Fokontany » se mobilisent

La population commence à respecter le confinement afin de lutter contre la propagation extravagante du coronavirus. Contrairement aux deux derniers jours, les rues de la Capitale sont désertées par les piétons et les véhicules de transports en commun. Seuls les éléments des Forces de l'ordre et les véhicules effectuant les fouilles et patrouilles sont présents partout dans la ville. D'ailleurs, le président du cendre de commandement, Tianarivelo Razafimahefa, sollicite la collaboration des chefs de « Fokontany » dans la ville d'Antananarivo quant au respect des mesures mises en place par le Gouvernement, notamment le confinement, le respect de la fermeture des bars, karaokés, églises… ainsi que l'interdiction des rassemblements. « Nous ne devons pas attendre les Forces de l'ordre pour agir et sanctionner les contrevenants », avance ce responsable de « Fokontany ».

 

Les sans-abris confinés

Parallèlement à cela, les sans-abris qui occupent le tunnel d'Ambohijatovo et d'autres endroits de la Capitale sont désormais logés au site du centre social d'Anosizato. Au nombre de 338, dont 99 femmes, 104 enfants, 3 femmes enceintes, 3 nourrissons ainsi qu'une personne paralysée, ils sont sous la responsabilité de la Commune urbaine d'Antananarivo (CUA). Puisqu'ils ne peuvent pas sortir pour travailler ou faire des provisions, cette entité prend en charge leur nourriture. Toutefois, la CUA sollicite l'aide des citoyens pour faire des dons comme des légumineuses, du riz et d'autres aliments.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Football-Barea de Madagascar - Pas de répit pour les défenseurs

Les Barea ne chôment pas. Vu le contexte sanitaire actuel, les membres de l'équipe nationale de football profitent de cette période de confinement pour prendre un peu de recul et faire une auto-évaluation de leur performance. Même s'ils ne sont pas sur un terrain de foot pour s'entrainer, ils ne perdent pas de temps. Malgré le report des matches de qualification de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN 2021) pour le Cameroun, les vaillants guerriers malagasy continuent de se focaliser sur la qualification de l'équipe dans la prochaine grande messe du football africain et pour la qualification à la prochaine Coupe du monde. La preuve, ils ne prennent pas les choses à la légère. Et pour eux, avant d'aller sur un champ de bataille, il faut être un bon stratège comme n'importe quel joueur professionnel.

 

Plusieurs d'entre eux ont confié que durant leur période de confinement, ils en profitent pour visionner des vidéos des matches précédents. L'objectif est de pouvoir s'analyser et de corriger leurs éventuelles erreurs afin de s'améliorer. C'est le cas notamment des défenseurs du FC Lorient Thomas Fontaine et de Pascal Razakanantenaina de l'AS Saint-Pierrois La Réunion.

« J'ai notamment regardé la rencontre contre le Sénégal pour évaluer mes performances », confie Fontaine sur le site d'Orange.actu. Autrement dit, les joueurs dont la prestation est encore sollicitée par le sélectionneur national Nicolas Dupuis, profitent de leur temps libre durant le confinement pour analyser leurs erreurs et de les rectifier par la suite.

Toujours dans le cadre de ce contexte sanitaire, la capitaine de l'équipe nationale Abel Anicet vient de lancer un message au peuple malagasy afin de bien respecter les consignes. « Ce n'est pas une blague : si les autorités nous recommande de respecter toutes les consignes, il y a des raisons pertinentes. Je suis loin de vous mais toute ma famille est à Madagascar. Je vous implore de rester à la maison. Beaucoup de vies ont été perdues à cause de cette maladie. C'est triste d'apprendre la nouvelle que la pandémie a atteint notr île. Mais faisons confiance à notre Gouvernement et écoutons ce que les autorités disent tant qu'il est encore temps », annonce le joueur international dans une vidéo.

Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Association Fitia - Pulvérisation de produits désinfectants au niveau des marchés

En action. Pour la énième fois, l’association Fitia présidée par la Première dame Mialy Rajoelina fait preuve de responsabilité citoyenne. Cette fois-ci, une équipe s’est mobilisée dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Les actions déjà entreprises dans les établissements scolaires publiques se poursuivent actuellement au niveau des marchés mais d’une autre manière. Lundi dernier, ladite association s’est dépêchée pour une opération d’assainissement. A cette occasion, des produits désinfectants « HTH » et  « Virocid » ainsi que des matériels indispensables ont été offerts à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et les pompiers.

 

« Les marchés sont ouverts de 5 à 12 heures. Au-delà de midi, les marchands avec des bénévoles se mobilisent pour s’emparer des ordures. Une fois les saletés débarrassées, les pompiers entrent en  jeu pour passer l’eau. Et ce n’est qu’après ces étapes franchies que les produits désinfectants sont appliqués tous les deux jours durant les 15 jours de confinement, étant donné que leurs effets se dissipent après 48 heures », explique Andrianisa Geantine, directrice des opérations de l’association Fitia.  Dans ses propos, ce responsable a avancé que le rôle de l’association consiste au déploiement des matériels, mais ce sont la CUA et les pompiers qui les gèrent pour pouvoir s’en servir à bon escient.  

« Nous collaborons avec l’association Fitia pour mettre en œuvre les recommandations du Gouvernement par rapport aux mesures d’hygiène », avance le directeur du secteur Eau,  Assainissement et Hygiène auprès de la CUA. Outre cette action, une campagne de sensibilisation relative aux gestes à adopter pour éviter toute contamination  est  également menée par l’association  Fitia avec la CUA.  A  cela s’ajoute la distribution de cache-bouches à tous les commerçants opérant dans les grands marchés d’Antananarivo.

K.R.

La Vérité0 partages

Attaque dans un cash-point au 67 Ha - Deux auteurs présumés à Tsiafahy

Vers minuit, le 30 janvier dernier, un gang composé de quelques individus ayant agi sous visages découverts, ont attaqué un cash-point dans le quartier des 67 Ha. Depuis, les fins limiers de la Brigade criminelle et du Commissariat du 4ème Arrondissement ont démarré une enquête sur cette affaire. Leurs efforts ont été couronnés de succès car jeudi dernier, ils ont arrêté deux présumés auteurs du forfait. Après le déferrement de ces derniers, le 23 mars dernier, tous les deux ont atterri à la prison de Tsiafahy.

 

Pour revenir donc dans l'assaut de ces bandits, ces derniers ont pu s'enfuir avec la somme de 7 millions d'ariary ainsi que des téléphones portables. Notons que les assaillants étaient armés d'un pistolet automatique et d'objets tranchant. En démarrant une enquête, celle-ci a révélé qu'ils étaient trois à perpétrer l'acte. Et que tout a démarré avec un renseignement ayant atterri entre les mains de la Police à propos des deux suspects, lesquels avaient été interpellés. Lorsque les Forces de l'ordre les ont fouillés, l'un d'eux avait un grand couteau  sur lui. Durant leur audition, les deux n'ont plus caché qu'ils avaient participé dans le forfait.

Mieux, la Police a perquisitionné leurs domiciles dans lesquels on a trouvé encore les habits qu'ils ont portés durant l'attaque. Tout en reconnaissant les faits, les deux suspects ont également dénoncé le troisième larron. C'est ce dernier qui était armé. Cependant, il demeure encore introuvable et est donc recherché.

L'opinion est convaincue que la vague d'assauts ayant visé des cash-points va diminuer avec cette récente incarcération à Tsiafahy. Bien avant cela, rappelons les coups de filet réalisés par la Police à Ambohimanarina où presque tous les membres présumés d'un réseau, avaient été également mis hors d'état de nuire avec leur récent emprisonnement à titre provisoire. Ces derniers auraient le sang d'un chef de famille résidant à Ilanivato ou encore celui d'une autre victime à Tsiadana, sur leurs mains. Ces hold-up ont endeuillé des familles de la Capitale, leurs auteurs ayant souvent la gâchette facile. Il a donc fallu attendre que trois longs mois se soient écoulés pour que les investigations des Forces de l'ordre commencent à porter leurs fruits.

Franck R.

La Vérité0 partages

Connexion internet - Telma lance la 4G+

Vers une transition vers la 5G. Offrir toujours le meilleur de la technologie aux Malagasy. C'est ainsi que l'opérateur Telma a officiellement lancé le basculement du réseau mobile de Madagascar vers la 4G+. « Nous continuons à investir pour offrir le meilleur Internet d'Afrique (et l'un des meilleurs du monde) à nos clients, contribuant ainsi à réduire la fracture numérique pour tous les Malagasy et suivant l'objectif N°22 de l'IEM visant à moderniser les infrastructures de télécommunication de Madagascar », a déclaré Patrick Pisal-Hamida, administrateur directeur général du Groupe Telma.

Pour assurer ce basculement, des essais ont ainsi été effectué durant tout le second semestre de l'année dernière. Ainsi, le site de Lazaina a eu l'honneur d'être premier site pilote en 4G+ dès octobre 2019. Ces essais ont particulièrement porté leurs fruits, d'où le lancement officiel d'aujourd'hui. A noter que l'année dernière, Telma a notamment signé un accord avec le leader des télécommunications, Ericsson pour la couverture de plus de 2 000 sites mobiles sur tout le territoire malagasy. Cet upgrade de sites en 4G+ entre donc dans le cadre de ce contrat, marquant une transition vers la 5G.

Plus de rapidité

En termes d'apport concret, la 4G+ apportera ainsi un débit de connexion deux fois supérieur à la 4G. Avec cette fluidité, la 4G+ de Telma permet de tout partager instantanément. Grâce à cette évolution du réseau mobile, les clients, même en déplacement, peuvent encore élargir davantage leurs champs d'usage d'Internet. Tous les usagers bénéfieront d'un meilleur confort dans le visionnage des vidéos en HD et un téléchargement pratiquement instantané. Quant aux professionnels et les entreprises, différents domaines tels que le télétravail, le travail collaboratif en cloud ainsi que l'E-médecin et l'E-sécurité, et bien d'autres encore seront plus facilités avec une meilleure qualité de connexion Internet.

Pour simplifier l'accès à la 4G+, Telma mettra aussi à la disposition des usagers divers produits afin de profiter à fond de l'expérience « Très Haut Débit Mobile » à moindre coût, notamment le dernier-né des smartphones Telma, le Telma EGO+. Les smartphones compatibles 4G+ de la marque Xiaomi sont également en vente dans tous les Telma Shops.  

Rova Randria

La Vérité0 partages

Brieville - Société KRAOMA - Menace de grève des salariés

La crise perdure et persiste au sein de la société d'Etat Kraomita Malagasy (KRAOMA). Des employés du site de Brieville envisagent de suspendre leurs activités, tout en revendiquant leurs salaires de trois mois impayés. Une rencontre a été conclue avec le ministère de tutelle, le 12 mars dernier. Ces employés ont promis de maintenir un service minimum dans l'intérêt de la société, malgré la suspension d'activité envisagée prochainement après avoir lancé un ultimatum de 48 heures depuis lundi dernier.

 

Des banderoles déployées sur la devanture du siège de la société confirment cette décision, selon le porte-parole des employés. Pourtant, un plan stratégique sérieux a déjà été mis en œuvre pour la relance de cette société juste avant le départ des Russes, lesquels n'ont pas respecté la clause du contrat qui devait s'acquitter de la rémunération des employés. Cependant, ces actionnaires russes détenaient 70 % des bénéfices contre 30 % pour les Malagasy alors que ces derniers ont à leur possession tous les matériels, les personnels, la logistique et les matières premières. « Personne ne sait clairement l'apport de ces Russes pour bénéficier de tels avantages », déclare-t-il.

La société s'était donc obligatoirement lancée dans une gymnastique financière pour s'acquitter des arriérés des salariés. « Le retrait unilatéral et imprévu des partenaires russes devant s'acquitter des rémunérations des employés suivant les accords officiels, a été à l'origine de ces problèmes. L'entreprise s'est chargée de l'apurement des arriérés depuis le mois de novembre jusqu'à une partie du mois de décembre, selon les responsables qui ont aussi révélé la gymnastique financière à laquelle ils doivent se soumettre pour le redressement de la société. KRAOMA est lestée de 101 milliards d'ariary de dette et 39 milliards d'ariary de déficit après 4 années de mauvaise gestion », annonce un responsable au sein de l'entreprise.

« Des négociations sur un nouveau plan de relance sont en vue avec d'autres partenaires pour une campagne qui débutera au mois d'avril. Une nette amélioration est attendue avec un programme d'exploitation envisageable, estimée à 25 000 tonnes de minerais d'ici 3 ou 4 mois », d'après la Direction générale.

E.F.

La Vérité0 partages

Coronavirus - « Tsaradia » annule tous ses vols

Eviter tout risque de propagation. L'Aviation civile de Madagascar (ACM) a émis une note  annonçant la suspension de tous les vols sur Antananarivo et Toamasina. Cette note résulte d'une annonce faite par le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, hier dans l'après-midi à Ivato. Tous les vols passagers sortant et entrant dans la Capitale et de Toamasina sont ainsi suspendus. Seul les vols  « ferry flight » ou sans aucun passager et les vols cargo sont autorisés. Cette mesure entre notamment dans le cadre des dispositions prises par l'Etat pour éviter toute propagation du Covid-19 dans les différentes Régions du pays.

Il ne faut pas oublier que toutes les liaisons par voie routière ont été suspendues. Face à cette mesure, tous les vols nationaux de « Tsaradia » sont ainsi annulés. « Antananarivo est le hub des vols domestiques. Avant de rejoindre les différentes Régions du pays, les avions doivent partir de la Capitale. Par conséquent, avec cette décision, nous sommes forcés d'annuler tous les vols. Il ne faut pas oublier qu'outre la question sanitaire, la question de rentabilité entre aussi en jeu. Nous devons également raisonner avec une logique économique pour limiter les pertes pour notre compagnie aérienne », a soutenu Andriamamonjy Rafanomezantsoa, directeur général de « Tsaradia », contacté au téléphone hier.

Ventes à perte

En effet, si tous les vols de la filiale domestique d'Air Madagascar n'étaient pas annulés, les avions devraient partir à vide d'Antananarivo, étant donné que tous les appareils y sont basés, de même que pour le retour. De ce fait, la compagnie sera soumise à des ventes à perte. En majorité, actuellement, les clients de « Tsaradia » voyagent surtout sur les liaisons incluant Antananarivo. Les liaisons secondaires comme Toliara - Fort-Dauphin ou encore Antsiranana -SAVA n'attirent pas beaucoup de passagers. Cette décision

a donc été prise pour le bien des passagers, mais aussi celui de la compagnie aérienne. De plus, il semblerait que l'équipage de « Tsaradia » refuse également d'assurer des services par crainte de la situation sanitaire qui prévaut dans le pays.

En tout cas, tout comme avec Air Madagascar, tous les passagers de « Tsaradia » pourront modifier la date de leur voyage respectif ou le reporter. « Mettre en vente les billets est aussi possible », notifie le DG de « Tsaradia ». Cette décision est entrée en vigueur depuis hier, jusqu'à nouvel ordre.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Plan d'urgence social - Aides alimentaires et financières aux victimes de la crise - Paiement des facture...

Lors de sa nouvelle allocution télévisée hier à 20 heures, le Président de la République a annoncé de nouvelles importantes mesures. Afin de soutenir les personnes impactées par les mesures prises dans le cadre du confinement partiel à Antananarivo et Toamasina, Andry Rajoelina a annoncé un plan d'urgence social pour les victimes de la crise. Une décision prise suite à une réunion avec le Premier ministre et les ministres concernés, tenue hier, précise-t-il.

 

Il a annoncé des aides alimentaires aux personnes impactées directement par les mesures prises par l'Etat dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, mais également aux personnes âgées et aux plus nécessiteux. Des aides alimentaires constituées notamment de riz, de l'huile, du savon, des compléments alimentaires, seront offertes quotidiennement par l'Etat. Les chauffeurs de transport en commun et leurs aides, les lessiveuses, les crieurs, les travailleuses de sexe, dont les revenus sont drastiquement réduits en raison de l'absence temporaire de travail, sont concernés par cette mesure. A entendre le Chef de l'Etat, la mesure concerne ceux qui sont affiliés à des associations. Durant cette période de confinement, ces aides seront directement apportées aux domiciles des concernés.

Une mesure similaire concerne également les personnes âgées et les sans-domicile, lesquels seront regroupés pour faciliter les aides. Outre l'aide alimentaire, des enveloppes seront également fournies à ces victimes de la crise. 10 milliards d'ariary seront débloqués en collaboration avec le Fonds d'intervention pour le développement afin d'aider les nécessiteux. Ce fonds sera redistribué à partir de la semaine prochaine. Les chauffeurs seront les premiers à en bénéficier. « Ce n'est que la première parmi d'autres mesures », précise Andry Rajoelina.

Sur un autre domaine, l'Etat entend également profiter de la période de confinement et de l'absence de circulation automobile pour procéder à la réfection des routes dégradées à Antananarivo et Toamasina. Parlant toujours de circulation, le Président confirme la décision de suspension de vols domestiques, annoncée dans la journée par le ministre des Transports. La reprise de ces vols pourra être rediscutée incessamment avec l'arrivée attendue ces prochaines heures des tests de dépistage rapide du coronavirus en provenance de la Chine.  Tous les passagers seront alors dépistés avant l'embarquement.

Par rapport aux « Tsena Mora », qui suscitent le débat à cause des attroupements de personnes qui y sont visibles, le Président se dit ouvert à la discussion quant à la réorganisation de la vente des produits à partir de ces lieux. Par ailleurs, Andry Rajoelina a annoncé la suspension du paiement des factures d'eau et d'électricité. Le paiement de ces factures pourrait être échelonné une fois que la crise sanitaire sera passée. Dans le même ordre d'idée, les remboursements des prêts auprès des banques sont reportés durant la crise. Le paiement des charges patronales auprès de la CNaPS et de l'OSTIE, ainsi que les mesures fiscales à mettre en place pour éviter que les entreprises procèdent à des chômages techniques seront également étudiés ce jour. Fervent chrétien, le Président Andry Rajoelina appelle enfin la population à consacrer un temps de prière face à la situation actuelle.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Impôts - Report des déclarations pour les entreprises

Face à la crise sanitaire qui sévit dans notre pays en ce moment, les entreprises sont impactées directement par la propagation du Covid-19. Pour le secteur touristique, les réservations ont toutes été annulées depuis la suspension des vols internationaux. La majorité des entreprises sont contraintes au chômage technique total de leurs employés. A cause de cette période de confinement, la situation économique dans le pays devient encore plus morose. Par conséquent, la Direction générale des impôts (DGI) a ainsi modifié la date butoir de la déclaration fiscale. Le ministère de l'Economie et des Finances ont publié lundi soir un communiqué y afférent.

 

Ainsi, le paiement d'impôts sur le revenu pour les grandes entreprises est reporté au 30 juin prochain. Cette disposition s'applique au secteur du tourisme, notamment l'hôtellerie, la restauration, les opérateurs touristiques, les agences de voyages, le transport aérien et les entreprises franches. Pour les entreprises qui ont réalisé un chiffre d'affaires inférieur à 200 millions d'ariary, elles auront jusqu'au 15 mai pour déclarer l'impôt synthétique. « Avec la fermeture des bureaux administratifs, il fallait reporter les déclarations à une date ultérieure. Nous avons par exemple fixé l'échéance des impôts synthétiques au 31 mars, mais cela va être difficile pour les entreprises, vu cette situation. Il faut savoir que tout cela inclut la déclaration de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et l'Impôt sur les revenus salariaux et assimilés (IRSA) », explique Germain, Directeur général des impôts.

Par ailleurs, le paiement d'acompte prévisionnel sur l'impôt sur le revenu en matière d'exportation et d'importation reste suspendu. Toutefois, le montant sera prélevé dans chaque déclaration à la fin de l'exercice comptable. La DGI encourage les contribuables à utiliser la plateforme digitale « E-hetra payment » pour les grandes entreprises et « E-hetraphone » pour les petites et moyennes entreprises (PME). Cette dernière vient d'être lancée il y a quelques semaines et fonctionne déjà pour les contribuables dans la Capitale.

Solange Heriniaina

Midi Madagasikara0 partages

Football féminin : Sophie Farafanirina au Racing Club France 

Incroyable mais la vie de Sophie Irene Farafanirina est en train de prendre une autre dimension avec un nouveau club situé à Paris. L’ancienne de Sabotsy Namehana, partie il y a deux ans pour Vauban, près de Strasbourg, se trouve aujourd’hui au Racing Club France Football. Un transfert très réussi car elle a aussitôt, dès son arrivée, affolé les statistiques. En cinq matches au sein du groupe professionnel, Sophie a marqué 8 buts. Une bonne moyenne qui va encore bouleverser sa vie car les sergents recruteurs commencent à lui tourner autour, tant la Majungaise avait tout pour plaire. Certes, elle a un peu pris du poids, au propre comme au figuré, elle tient à rassurer que sa forme est au top et qu’elle estime encore avoir franchi un palier depuis son arrivée en décembre à Paris. Pour l’instant, Sophie Farafanirina ne peut pas dire grand-chose de son avenir car elle observe une période de convalescence de cinq mois après une déchirure au niveau de sa cuisse droite. Un coup dur tant pour elle que pour le club tout heureux d’avoir trouvé une perle rare. À 26 ans, elle l’aura au mois d’avril, Sophie Farafanirina a tout l’avenir devant elle même si elle estime qu’elle n’a pas encore de gros moyens pour penser construire sa vie. Cela ne l’empêche pas de venir en aide à ses parents et sa famille à Antanimasaja où elle s’occupe aussi des besoins de son équipe du fokontany. Auparavant, elle a offert un jeu de maillots complets à l’équipe de Sabotsy Namehana. « Je devais bien cela à mon ancienne équipe car elle m’a fait connaître tout comme je sais que le président Avotra Andriamosa interviendra en ma faveur pour que je puisse faire partie de l’équipe nationale quand le groupe a besoin de moi « , confie Sophie Irene avec une légère pointe de regret, le regret de ne pas pouvoir rentrer à Madagascar car non seulement elle doit suivre des contrôles médicaux mais les vols sont aussi supprimés à cause du coronavirus. Mais elle l’a dit et redit qu’elle prie pour que ses proches ne soient pas atteints de cette maladie. 

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Service public : Les employés de la Jirama réquisitionnés malgré le confinement

Malgré l’état d’urgence sanitaire, certains services publics doivent être assurés selon le président Andry Rajoelina. 

 

Les activités économiques ralentissent considérablement suite à la déclaration de l’état d’urgence sanitaire, vendredi dernier. Des magasins ont fermé, des industries et des ateliers d’artisanat ont déjà suspendu leurs activités etc. Cependant, certains producteurs doivent maintenir leurs activités. Il en est ainsi pour la Jirama qui assure l’approvisionnement en eau potable et en électricité des populations urbaines et suburbaines de la Grande île. « Il y a une nécessité. Les employés de la Jirama sont réquisitionnés pour assurer les services aux usagers. Des mesures spécifiques ont déjà été prises pour protéger ces employés ainsi que ceux qui sont en relation avec eux durant leurs heures de travail », ont annoncé les dirigeants de la Jirama dans un communiqué officiel diffusé le 23 mars 2020.

Mesures. Pour les usagers, des mesures ont également été prises afin d’améliorer les services, selon la Jirama. Il en est ainsi pour la mise en place du numéro vert pour fluidifier la communication entre la société et les usagers ; le renforcement des équipes d’approvisionnement en eau via les citernes pour les zones ayant un problème d’accès à l’eau potable ; la facilitation du paiement des factures à l’aide du mobile banking et l’application des mesures de sécurité au niveau des agences de la Jirama. A ce sujet, selon les informations, la Jirama accorde également un délai supplémentaire de 5 jours pour le paiement des factures. « Nos agences ouvrent du lundi au vendredi de 7h à 15h et le samedi de 7h30 à 13h30. Mais nous conseillons aux usagers de payer les factures par mobile banking. Nous collaborons avec tous les opérateurs qui offrent ce service, notamment Telma avec MVola, Airtel avec Airtel Money et Orange avec Orange Money », ont indiqué les dirigeants de la Jirama. Bref, bien que les activités économiques soient au ralenti, l’eau potable et l’électricité demeurent indispensables pour la population malgache.

Antsa R.

La distance d’un mètre doit être respectée par les usagers reçus dans les agences de la Jirama.
Midi Madagasikara0 partages

Cache-bouche : Rupture de stock totale dans les pharmacies

Des confectionneuses ont saisi cette opportunité en fabriquant des masques de protection « Vita Malagasy ».  

Il n’y avait plus de longues files d’attente hier devant les pharmacies de la capitale. En fait, la population est à la recherche de cache-bouches, de vitamine C, de gel désinfectant ainsi que de l’huile essentielle ou de baume de Ravintsara pour se protéger du coronavirus. Et parlant de masque de protection en particulier, c’est la rupture de stock totale dans les pharmacies. « On n’est pas sûr de pouvoir s’en procurer prochainement », a expliqué un pharmacien. En revanche, deux pharmacies dans la capitale proposent d’autres types de cache-bouche mais lesquels ne sont pas à la portée de toutes les bourses. La pièce se vend entre 17 500 ariary et 20 000 ariary alors que son efficacité ne durera que 48 heures contre 3 heures maximum pour les simples masques de protection utilisés habituellement par le personnel de santé. « Nous ne disposons plus que d’un stock de 200 pièces pour ce type de produit », a confié un autre pharmacien.

« Vita Malagasy ». Face à cette crise sanitaire, tous les moyens sont bons pour se protéger.  Faute de cache-bouche, certains utilisent des cache-nez ou des foulards tandis que d’autres se servent des éponges à l’intérieur des soutien-gorges pour fabriquer un masque de protection en y accrochant des élastiques sur les deux bords. Mais il y a quand même des confectionneuses qui saisissent cette opportunité pour fabriquer des cache-bouches « Vita Malagasy », pour pallier à cette rupture de stock de cache-bouches dans les pharmacies. Des couturières qui travaillent derrière les pavillons à Analakely les vendent entre  1 000 ariary et 3 000 ariary la pièce, entre autres. C’est juste des cache-bouches en tissu. Dans la même foulée, une petite et moyenne entreprise se lance également dans la confection de cache-bouches tout en se souciant du respect des normes requises. En effet, « nous utilisons des tissus en poly-coton avec une doublure. On peut ainsi y insérer une autre composante permettant de filtrer les bactéries. Et c’est bien évidemment lavable », selon les explications de l’initiatrice de ce projet. Elle  commence à recevoir de nombreuses commandes de la part des particuliers surtout.  

 Navalona R.

Les cache-bouches fabriqués par une PME sont adaptés à tous âges.
Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : 5 nouveaux cas, 23 passagers introuvables 

Le bilan de la pandémie de coronavirus évolue tous les jours. Hier [lundi 23 mars], 5 nouveaux cas ont été détectés. C’est ce qu’a annoncé le président Andry Rajoelina lors de son intervention sur la chaîne nationale TVM. Ces nouveaux cas portent donc le nombre de cas confirmés à 17 personnes. Toutes ont voyagé à bord du vol Air France AF934. D’ailleurs, selon les explications, la plupart de ces personnes infectées étaient assises côte-à-côte dans l’avion. Pour le moment, l’on compte 1 253 personnes en confinement et 19 cas suspects. C’est le bilan officiel au niveau national sorti ce jour par les responsables au niveau du Centre de commandement opérationnel Covid-19 à Ivato. Plus de 72 heures après la confirmation des trois premiers cas par l’Institut Pasteur, la Grande île ne compte aucun décès. Les personnes contaminées bénéficient de soins et surveillances médicaux, et sont prises en charge par l’Etat, a souligné le président Andry Rajoelina. Les chiffres confirment en tout cas qu’Antananarivo n’est pas la seule province à être touchée par le Covid-19. Quelques cas ont été confirmés dans les autres régions. 70 confinements à Toamasina et 1 confinement de chaque pour Antsirabe, Nosy-Be, Toliara, Mahajanga et Antalaha. L’on sait aussi que parmi les personnes retournées au pays la semaine dernière, existent des gens qui ont déjà quitté la capitale pour se rendre dans les provinces. Actuellement, 23 passagers sur les 145 arrivés à Ivato le 19 mars dernier à bord du vol MD 051, restent introuvables. Selon les explications, 22 d’entre eux sont injoignables au téléphone et 1 autre a donné de fausses informations lorsqu’il a signé la lettre d’engagement. Le président Andry Rajoelina a donné un ordre formel aux forces de l’ordre afin de prioriser leur recherche. « Il faut montrer leurs photos au public et sortir un avis de recherche en leurs noms s’il le faut car ils représentent un danger pour la société », a-t-il soutenu. Hier, 70 véhicules ont quitté le Centre opérationnel Covid-19 pour mener des descentes aux domiciles de tous les passagers ayant débarqué au pays depuis le 14 mars. En effet, des brigades spéciales ont été mises en place dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus. Chaque brigade est composée d’agents de santé, d’éléments des forces de l’ordre et d’un agent psychosocial. Sa mission est d’effectuer un suivi de l’état de santé et de contrôler le respect des conditions de confinement. Des véhicules équipés de GPS, ambulances et cliniques mobiles sont mobilisés aussi dans toute la ville. Le président Andry Rajoelina et son épouse, Mialy Rajoelina, se sont rendus à Mamory Ivato pour assister à l’ouverture officielle du Centre de commandement opérationnel Covid-19. C’est le général Elack Olivier Andriankaja qui sera le Coordinateur général de ce centre qui mobilise près de 4 000 personnes. Durant cette descente, le chef de l’Etat a annoncé que des mesures sévères vont être prises contre ceux qui diffusent de fausses informations à travers les réseaux sociaux et les médias à propos du coronavirus. Les forces de l’ordre ont d’ailleurs reçu l’ordre de mener une enquête pour interpeller les « facebookers » qui ont véhiculé des intox sur l’existence de gens qui auraient succombé au Covid-19. Désormais, seul le Centre opérationnel, par l’intermédiaire de son porte-parole, le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, est autorisé à communiquer et à sortir les informations officielles liées au coronavirus. 

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Contrôle des marchés : Des tonnes de riz saisies et mises en vente à 1 800 ariary/kg à Ivato 

Une équipe mobile composée de contrôleurs et commissaires du commerce ainsi que d’éléments des force de l’ordre s’est mobilisée hier dans des marchés classés prioritaires pour le ministère de tutelle. Il s’agit notamment des marchés d’Andravoahangy, d’Alasora, d’Anosibe, de Mahazo et d’Ivato.  A cette occasion, elle a saisi des tonnes de riz qui ont été cachées par des commerçants à Ivato, et ce, en collaboration avec les autorités locales. Ces commerçants qui ont fait une rétention de stocks ont ensuite été obligés de mettre en vente ce produit de première nécessité à un prix de 1 800 ariary le kilo. Cette équipe mobile s’est également dépêchée à Mahazo suite aux doléances des consommateurs locaux qui avisent une hausse exorbitante des prix des principales denrées alimentaires.  Par contre, dans d’autres marchés de la capitale, les consommateurs ont du mal à se procurer du riz, surtout la variété locale. Au marché d’Ambondrona, hier dans l’après-midi, il n’y avait que du riz stock tampon importé vendu à 2 000 ariary le kilo. 

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Forces armées : Un bataillon spécial Covid-19 mis en place

Les militaires, gendarmes et policiers sont sur le pied de guerre dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Dans le cadre de la mise en oeuvre des mesures de l’état d’urgence sanitaire décrété samedi dernier, des milliers d’éléments sont mobilisés à Antananarivo et ses environs. Outre les ressources humaines, des chars BRDM de l’armée ont été également déployés dans les rues de Tana, notamment à Talatamaty, Anosy et Iavoloha. Plusieurs barrages militaires ont été installés. Selon un responsable, un bataillon spécial Covid-19 a été mis en place du côté d’Imerintsiatosika pour veiller au respect des mesures inscrites dans le cadre de la situation d’exception. Un bataillon composé d’éléments spécialisés pour effectuer des interventions rapides. Ce bataillon a aussi pour mission d’anticiper d’éventuelles pertes en vie humaine. 

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Analakely : Un pavillon dévasté par le feu hier

Le pire a été évité de justesse. Vers 11 heures 30 hier, un pavillon a pris feu sur la place du marché d’Analakely. Parti de l’intérieur du bâtiment, l’incendie a dévoré presque la totalité des marchandises qui y étaient installées, en grande partie des tissus et des chaussures. Ce qui a accéléré l’embrasement. Heureusement, alertés à temps, des éléments des sapeurs-pompiers de la Commune urbaine d’Antananarivo à Tsaralalàna ont réussi à limiter la propagation du feu vers les autres pavillons. Selon des témoins, un court-circuit survenu à l’intérieur de ce bâtiment, qui était fermé, a provoqué cet incendie. Heureusement, aucun blessé ni perte en vie humaine n’est à déplorer. Quoi qu’il en soit, ce fait devrait inciter les autorités responsables ainsi que les locataires de ces lieux à réviser les installations électriques dans ces infrastructures. 

T.M. 

 

 

Midi Madagasikara0 partages

VISION

Madagascar est bien maintenant à l’heure de la mondialisation. La Grande île est en totale harmonie avec les nations du monde entier et partage avec elles les désagréments nés de la lutte contre le coronavirus. On pourrait en faire un mauvais vaudeville, mais cela ne fait pas rire du tout. Et on ne peut que louer les efforts déployés par les autorités de tous ces pays pour vaincre ce fléau en train de faire des dizaines de milliers de victimes. Les dirigeants de tous ces pays où se propage l’épidémie de Covid-19 sont tendus vers un seul objectif : y mettre fin. A défaut de disposer d’un remède fiable, c’est l’instauration d’un confinement qui, espèrent-ils, freinera cette propagation meurtrière.

Coronavirus : la mondialisation des méthodes de lutte

Madagascar n’a pas été épargné par le coronavirus. Les Malgaches ont découvert les premiers cas de contamination avec une certaine stupeur, et leur première réaction a été ce mouvement de panique qui les a poussés dans les magasins pour s’approvisionner. Mais très peu ont tenu compte des directives des autorités. Etait-ce de l’insouciance ou une certaine inconscience ? La population a fait fi des recommandations qui leur ont été faites. Ces immenses attroupements et ces mouvements de foule qui donnaient à penser que le virus allait allègrement se propager. C’est donc tout à fait normalement que le chef de l’Etat et le gouvernement ont décidé de passer à un stade supérieur : celui du confinement. Les mesures prises sont drastiques et elles sont coercitives. Hier, il s’agissait du premier jour de confinement et on s’est aperçu qu’il était encore difficile de faire respecter les mesures édictées. Mais la détermination du chef de l’Etat ne fait aucun doute, et les sanctions vont très vite tomber pour obliger les récalcitrants à obéir. L’Italie, la France, l’Espagne et beaucoup d’autres pays ont adopté des mesures similaires. C’est bien la mondialisation des méthodes de lutte contre le coronavirus qui est en cours. Ce sont des épreuves très dures que les citoyens du monde doivent endurer, mais c’est à ce prix que l’on pourra mettre fin à cette pandémie.

Patrice RABE