Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Mercredi 24 Février 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara3 partages

Frais de scolarité : Principal obstacle financier à l’éducation

La qualité de l’éducation serait meilleure dans les écoles privées.

Le rapport de la banque mondiale «the world development Report 2018» note que les frais de scolarité constituent le principal obstacle financier à l’éducation. En effet, «beaucoup trop d’enfants ne sont pas scolarisés simplement parce que leurs parents n’ont pas les moyens de payer les frais de scolarité, d’uniforme et de fournitures». Une réalité pour des millions de parents et d’élèves malgaches. Si certains parents n’arrivent pas à payer à temps les frais de scolarité de leurs enfants, d’autres ne peuvent simplement pas s’en acquitter. En effet, selon les données recueillies dans le document du PSE ou Plan Sectoriel de l’Education (2018-2022), «en 2017, 88,7 % des parents ont déclaré que le retour de leurs enfants à l’école serait possible si la contribution était gratuite ou plus accessible». Conséquence, le pays affiche un taux de scolarisation de 23 % si l’on se réfère aux statistiques. Sur les 7 918 135 enfants, adolescents et jeunes en âge d’aller à l’école dans la Grande le, 1 821 171 ne seraient pas scolarisés. La situation constituerait une problématique majeure dans un pays où les écoles privées sont en plein essor et représenteraient respectivement au niveau du collège et du lycée 57 % et 73 % des écoles.

José Belalahy

Midi Madagasikara3 partages

Collecte des ordures à Antananarivo : La gestion (re) confiée à la CUA, le Samva dissout

Avec cette décision, l’on espère ne plus voir des montagnes d’ordures dans la capitale.

Le conseil du gouvernement du 17 février dernier a décidé d’attribuer la gestion des collectes des ordures de la capitale à la Commune urbaine d’Antananarivo via la «Société Municipale d’Assainissement»

«L’assainissement de la capitale et la collecte des ordures seront désormais attribués à la commune urbaine d’Antananarivo». C’est ce qu’on peut lire dans un communiqué du gouvernement publié hier. Un document qui vient en complément d’information du rapport du conseil du Gouvernement du 17 février dernier qui fait savoir l’adoption du décret portant dissolution du Service Autonome de la Maintenance de la Ville d’Antananarivo ou Samva, rattaché au Ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène. Une décision qui est «la manifestation d’une promesse du pouvoir central de redonner à la commune urbaine d’Antananarivo la gestion complète de la collecte des ordures ainsi que l’assainissement de la ville d’Antananarivo», peut-on lire dans le communiqué. Le même document de faire également savoir que «la nouvelle structure qui va remplacer le Samva est déjà mise en place» et portera le nom de «Société Municipale d’Assainissement».

Continuité. Ainsi, toutes les activités de l’ex-Samva seront assurées par la Société Municipale d’Assainissement. Par ailleurs, si les structures changent, les activités et services d’assainissements continuent toujours, si l’on se fie toujours au document émanant du gouvernement. «Il y aura changement de structure mais les activités, elles vont continuer». Le communiqué de rassurer également l’opinion publique «qu’il n’y aura pas de licenciement massif du personnel». Les premières réactions des observateurs tendent vers un espoir de voir un meilleur service d’assainissement de la capitale malgache. «L’on espère que ce transfert de gestion apportera son lot d’innovation et d’amélioration de la qualité d’assainissement à Antananarivo. Que la CUA saura faire la différence avec le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène», lance un internaute sur le réseau social Facebook. D’autres observateurs pensent toutefois que la décision gouvernementale pourrait «nuire à l’image, et par ricochet à la cote de popularité, du premier magistrat de la ville des mille». «Avant, le rattachement du Samva au ministère de l’Eau permettait à la CUA de se dédouaner de la mauvaise qualité du service d’assainissement. Actuellement, la commune est responsable et elle sera coupable en cas de persistance des mauvaises pratiques ».

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Manifestation à Analakely : Douze personnes placées sous mandat de dépôt

Déférées au Parquet du tribunal de Première instance Anosy lundi, les 12 personnes arrêtées durant la manifestation organisée par les partis de l’opposition regroupés au sein de mouvement Miara-manonja samedi ont été placées sous mandat de dépôt à la Maison centrale Antanimora. Selon les informations recueillies auprès de la brigade de recherche criminelle de la gendarmerie à Fiadanana qui abrite la cellule d’enquête mixte de l’EMMO-Far qui s’est chargée de cette affaire, l’audition de ces gens a commencé vers 8 heures du matin et n’a été achevée que vers 19 heures 30. C’est tout à fait normal vu le nombre de personnes impliquées. Le Parquet a alors sorti ce verdict en tenant comme chefs d’inculpation à imputer à ces gens l’incitation et la participation aux attroupements interdits ; provocation de trouble à l’ordre public ; et atteinte à la sûreté de l’État. Selon le commandant de la circonscription interrégionale de la gendarmerie nationale d’Antananarivo et non moins le premier responsable de l’État-Major Mixte Opérationnel du faritany d’Antananarivo (EMMO-Far), ces gens ont été pris en flagrant délit. C’est pourquoi, il a annoncé que leur audition auprès de la cellule d’enquête mixte de l’EMMO-Far ne devait pas traîner quand il a été interrogé par les journalistes sur le sort de ces gens lors de la conférence de presse tenue par les responsables de l’EMMO-Far lundi en fin de la matinée. À cette occasion, il a souligné que les forces de l’ordre regroupées au sein de l’EMMO-Far doivent prendre leurs responsabilités dès qu’ils ont constaté des infractions et des délits surtout des actes perturbant l’ordre public. Il a tenu à souligner, contrairement au bruit qui courait depuis samedi, que ce n’était pas le fait de porter la couleur rouge que ces individus ont été interpellés. L’objectif est de donner à la population la possibilité de s’occuper de leur quotidien, a-t-il expliqué. Quoi qu’il en soit, dans leur intervention, l’EMMO-Far met en priorité la prévention, à travers les dispositifs de police administrative avant de passer à la répression. Enfin, les 48 heures, durée réglementaire de garde à vue, a été respectée. Il est à rappeler qu’une femme et un officier supérieur de la gendarmerie en retraite sont parmi ces arrêtés et jetés en prison. Ce dernier avait déjà été interpellé pour le même genre de délit durant la période de Transition en 2009. En effet, ces 12 personnes doivent attendre le jour de leur procès en prison, dont la date n’a pas encore été fixée définitivement.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Jirama : Actions en faveur de la reforestation à Behenjy

Journée de reboisement de la Jirama à Behenjy.

La Jirama fait partie des premières victimes des perturbations climatiques. Des problèmes de débit d’eau au niveau des centrales hydroélectriques en période d’étiage, des problèmes techniques fréquents durant les périodes de pluies, etc. représentent des situations fréquentes confirmant que les activités de cette société d’état sont très sensibles aux aléas climatiques. En effet, la sensibilisation à la protection de l’environnement et à la préservation des forêts est une action menée en permanence, par les dirigeants de la société. Le 20 février dernier, la grande famille de la Jirama a organisé une journée de reboisement, durant laquelle 4 125 arbres ont été plantés à Behenjy, en partenariat avec l’entreprise Mado. « Ce reboisement a été fait pour éviter les érosions aux alentours d’Andromba et favoriser le bon fonctionnement de la centrale hydroélectrique sur le site, qui produit entre 2 et 4 MW contribuant à l’approvisionnement en électricité de plus de 4000 ménages, clients de la Jirama », a indiqué le DG la Jirama, Vonjy Andriamanga. Cette année, la société compte planter jusqu’à 35.000 arbres sur les zones environnantes des fleuves approvisionnant les centrales hydroélectriques.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Secteur des assurances : Souscription d’assurance obligatoire pour d’autres secteurs

Les deux parties lors de la signature du protocole d’accord hier. (Photo : Kelly R.)

La nouvelle loi sur les assurances, qui a été promulguée le 1er septembre dernier, entrera en vigueur dans quelques jours.

Le gouverneur de la Banky foiben’i Madagasikara, Henri Rabarijohn, l’a déclaré hier lors de la signature du protocole d’accord sur le transfert de la supervision du secteur des assurances à la Commission de supervision bancaire et financière (CSBF). Ainsi, « outre l’assurance automobile et l’assurance voyage, la souscription d’assurance sera bientôt obligatoire pour d’autres secteurs. On peut citer, entre autres, la construction immobilière, l’assurance scolaire et l’assurance santé, ainsi que l’assurance sur les importations de biens. Les acteurs œuvrant dans l’entretien et la réparation de véhicules doivent également souscrire à un contrat d’assurance », a-t-il fait savoir.

Meilleure transparence. En outre, « une assurance indicielle sera instaurée pour les particuliers. Ces derniers peuvent réclamer des dommages ou des indemnisations en fonction de l’évolution des indices en cas de sinistre. Parlant de l’assurance agricole, les souscripteurs peuvent ainsi réclamer des dommages ou des indemnisations dans le cas où ils sont victimes des aléas climatiques comme la sécheresse, l’inondation et les cyclones. Mais ce n’est pas encore obligatoire », d’après toujours les explications du gouverneur de la banque centrale. En revanche, « la CSBF exige aux compagnies d’assurance de rendre accessible au grand public tous les contrats d’assurance, pour une meilleure transparence et la protection des assurés. Celles-ci ont également les obligations de mettre en place une structure servant à recueillir les doléances des assurés ainsi qu’un fonds de garantie si jamais elles ne sont pas en mesure de couvrir l’assurance. L’objectif consiste à augmenter la part de la contribution de ce secteur des assurances au PIB, qui n’atteint que 0,7% contre 2 à 3% pour le Rwanda et le Kénya », a-t-il enchaîné.

Sanctions disciplinaires. Il faut savoir que la CSBF se charge désormais de l’octroi des agréments et des autorisations aux entreprises d’assurances et aux intermédiaires en assurance ainsi qu’aux nouvelles filiales des compagnies étrangères, tout en définissant la réglementation de la profession. Elle assure également le contrôle sur place et à distance à travers les obligations déclaratives. Les sanctions disciplinaires en cas de manquement à la réglementation, n’est pas en reste. « La supervision du secteur des assurances, qui a été assurée par la direction générale du Trésor, est désormais transférée à la CSBF étant donné que c’est une structure ayant une certaine indépendance. Entre-temps, une sensibilisation de la population en matière d’éducation sur la nécessité de la souscription à un contrat d’assurances s’impose », a évoqué le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato, lors de la signature du protocole d’accord sur le transfert de la supervision du secteur des assurances à cette commission.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Propos de Fanirisoa Ernaivo : « Des plaintes seront déposées », dixit Hery Rasoamaromaka

Le gouverneur d’Analamanga, Hery Rasoamaromaka a fait un tour d’horizon des actualités nationales. (Photo Kelly)

Le gouverneur d’Analamanga, Hery Rasoamaromaka, a fait savoir qu’il est choqué par les offenses portées à l’encontre des enfants du Président de la République ainsi qu’aux forces de l’ordre. « Des plaintes seront notamment déposées », a-t-il martelé. Et d’ajouter que « ce n’est pas parce que l’on vit à l’étranger que l’on peut tout se permettre. Des poursuites judiciaires pourraient être enclenchées. C’est déplorable comme mentalité ». Même s’il ne l’a pas dit ouvertement, il s’agit de Fanirisoa Ernaivo. Ces déclarations ont été faites, lors d’une conférence de presse qu’il a tenue, en son bureau, à Ambohidahy.

Catégorique. Le gouverneur d’Analamanga a également abordé le meeting avorté du 20 février dernier. Le préfet de police a d’ailleurs été catégorique, la manifestation n’a pas été autorisée que ce soit à Ambohijatovo ou sur la Place du 13 mai, a-t-il rappelé. En revanche, la Préfecture de police a proposé le site de Soamandrakizay. Ce qui n’a pas été du goût de l’opposition. Hery Rasoamaromaka de faire remarquer que « le langage de l’opposition est actuellement plus modéré. Ce qui n’était pas le cas auparavant, car on a incité les gens à renverser le pouvoir en place ». Tout en soulignant au passage que la sagesse du peuple malgache a été exemplaire.

« Vary tsinjo ». A la question des journalistes, concernant le volet social, le gouverneur d’Analamanga a parlé du « vary tsinjo ». « Cela a débuté dans la capitale, mais il va gagner également les autres régions du pays ».Quant aux réalisations du gouvernorat à Analamanga, Hery Rasoamaromaka de faire savoir que des engins ont été utilisés, entre autres, des pelles mécaniques, des compacteurs et des porte-char pour la réhabilitation des infrastructures routières dans ladite région.

Dominique R.

La Vérité0 partages

Andry Rajoelina - Un Président respectueux de la démocratie

L'Opposition accuse aujourd'hui le Président de la République Andry Rajoelina de ne pas respecter la démocratie. Une posture qui fait rire sous cape bon nombre d'observateurs eu égard d'une part au lourd passif et aux penchants dictatoriaux du leader de l'Opposition Marc Ravalomanana. Et d'autre part, Andry Rajoelina a fait montre d'un respect certain de la démocratie et de l'Etat de droit. A preuve par exemple, lorsque la communauté internationale a imposé le "Ni...ni" en 2013, Andry Rajoelina n'a pas fait de remous.

Il a accepté de se retirer pour l'intérêt supérieur de la Nation, promettant de prendre sa revanche en 2019. Lorsqu'en 2014, le Président Hery Rajaonarimampianina lui plante une épée en plein milieu du dos, le président de la Transition au lieu de verser dans la surenchère, il préfère se mettre en retrait. Au plus fort de sa popularité, il a respecté le choix de la majorité des Malagasy électeurs. Démocrate, il n'a pas incité ses partisans à descendre dans la rue malgré les dérives du pouvoir en place. De 2014 à 2018, les apparitions et déclarations publiques de Andry Rajoelina se comptent par ailleurs sur les doigts d'une main, laissant ses porte-parole parler si besoin. Durant les cinq années qu'il a passés en dehors du pouvoir, Andry Rajoelina a, dans l'ombre, patiemment attendu son heure et minutieusement préparé son retour au lieu de fomenter des troubles contre le régime en place. Depuis l'hexagone, il a fignolé son programme destiné à développer la Grande île. Les députés qui lui sont restés fidèles ont de leur côté eu la consigne de n'user que des prérogatives que la loi fondamentale et les lois en vigueur leur ont accordé pour lutter pour leurs droits justement. Le droit que le MAPAR avait notamment de nommer le Premier ministre étant donné qu'il était majoritaire à l'Assemblée nationale. En tout cas, malgré les divergences d'opinion, le Président Andry Rajoelina a laissé le régime HVM aller jusqu'à son terme. Contrairement à l'Opposition dont la seule ambition est aujourd'hui de tenter de déboulonner le pouvoir en place par tous les moyens possibles et imaginables. Sur les ondes de leur émission "Miara-Manonja", les ténors de l'Opposition ont à maintes reprises franchi les limites imposées par la loi, comme lorsqu'ils profèrent des propos incitant à la haine contre le régime ou à l'insurrection. Sur ce point d'ailleurs, malgré les dérives de l'Opposition, le chef de l'Etat Andry Rajoelina continue de jouer le jeu de la démocratie. Depuis son accession à la magistrature suprême du pays, une liberté d'expression et de protestation est perceptible dans le pays. 

La Vérité0 partages

Route Nationale 44 - Les travaux avancent lentement…mais sûrement

Délais d’exécution dans le temps. Les usagers sont impatients de voir la route nationale 44 Sud (Vohidiala-Moramanga) entièrement bitumée. Pour eux, l’achèvement des deux chantiers sur la route du riz signifie fin de la galère. Récemment, le député de Madagascar élu à Ambatondrazaka sous les couleurs de l’IRD José Alain Rakotondrazafy et le gouverneur d’Alaotra-Mangoro, Richard Ramandehamanana, ont effectué une visite sur le site du lot 1 du projet routier.

 

Selon leurs dires, les travaux y sont sur le point d’être achevés. En réalité, la circulation fait le bonheur des usagers entre le lieu-dit Antetezankambana et Amboasary Gara, d’une longueur totale de 17 km. La première couche de bitume est posée sur l’entièreté de cette portion. Les aménagements nécessaires sur les deux côtés sont en cours en même temps.

Ceci étant, l’entreprise chinoise China Goe-engineering Corporation (CGC), titulaire du lot 1, avance vers le sud en construisant des ouvrages de franchissement (dalots) et en s’attaquant aux travaux de terrassement. Cette semaine, les engins creusent au sud du chef-lieu de la Commune rurale de Morarano Gara. A ce rythme, la totalité du lot 1 Marovoay Gara-Amboasary Gara (40 km) sera touchée dans quelques semaines.

Points noirs

Selon le contrat initial, la fin du chantier sur le lot 1 est prévue le 10 avril prochain. Mais, suite à un avenant, le délai est reporté en mars 2022. Sur le terrain, l’adjudicataire du marché travaille d’arrache-pied malgré les imprévus. Sa base-vie installée au lieu-dit Betsipolitra est par exemple victime de vols récurrents. Dans la nuit de samedi, une quinzaine de bandits a affronté les gendarmes qui y montent la garde. L’incident s’est soldé par la mort par balles de l’un des assaillants.

Quant au lot 2 qui va d’Amboasary Gara jusqu’à Vohidiala Gara, 73 km, l’autre entreprise chinoise China Road and Bridge Corporation (CRBC) est déjà bien en place. Puisque la portion, objet de son intervention, comporte plusieurs points noirs, le traitement de ceux-ci a été mis en priorité en cette saison des pluies. Des numéros verts sont même mis à la disposition des usagers et des engins sont pré-positionnés sur les points noirs pour la rapidité des secours en cas de difficulté.

Scrupuleusement

Le lot 2 a été entamé en octobre dernier pour se terminer vers fin 2022 si tout va bien. D’après nos informations, le traitement de la situation juridique de certaines parcelles touchées par l’emprise routière bat son plein. Il en est même de la mise en place des différentes installations comme la base-vie à Bembary. Des gîtes d’emprunt et une carrière d’où extraire le granite utile ont été identifiés.

Qu’il s’agisse de lot 1 et de lot 2, le financement provenant de la Banque mondiale pour leur réalisation est engagé. L’équipe de la Banque et celle du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics veillent au grain. Elles scrutent scrupuleusement chaque détail de l’exécution du projet. Visiblement, les adjudicataires n’ont aucune excuse pour ne pas finir les tâches.

M.R.

La Vérité0 partages

Transport par câble à Antananarivo - Les deux premières lignes opérationnelles en 2023

Anosy-Ambatobe et Anosy- Ambanidia. Les tracés des deux lignes de transport par câble qui devront voir le jour dans la Capitale de Madagascar, Antananarivo, dans les deux prochaines années, ont été dévoilés dans le communiqué relatif au Conseil des ministres qui s'est tenu, hier, au Palais d'Etat d'Iavoloha. Le premier tracé d'une longueur de 9.1 km permettra de rallier Anosy à Ambatobe, en 30 minutes selon les précisions. Dénommée « ligne rouge », ce tracé comportera 4 arrêts et sera soutenu par 19 pylônes.

Portant le nom de « ligne jaune », la deuxième ligne doit permettre de faire le trajet Anosy-Ambanidia en à peine 10 minutes.  La ligne doit accueillir 8 arrêts et sera soutenu par 56 pylônes. A eux deux, la ligne rouge et la ligne jaune compteront 274 cabines capables de transporter 10 à 12 personnes chacune. Ce nouveau mode de transport doit permettre de décongestionner la ville puisqu'il est prévu que 28 000 à 38 000 personnes par jour traversent la ville par ce moyen. Selon le rapport du Conseil des ministres, les travaux sont prévus durer deux ans. Ce nouveau moyen de transport doit donc être opérationnel avant les Jeux des Îles attendus dans la Grande île en 2023. Les études d'impacts environnementaux sont en cours. Les travaux seront réalisés par les entreprises POMA et Colas. La réalisation et le suivi des travaux seront effectués de concert par la Présidence de la République, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, le ministère de l'Aménagement du territoire et des Travaux publics, ainsi que la Commune urbaine d'Antananarivo.

La Vérité0 partages

Sans ambigüité !

La Birmanie, le théâtre des manifestations populaires sans précédent, brave les avertissements de plus en plus menaçants de la junte militaire au pouvoir. En dépit des appels pressants des généraux ayant pris le pouvoir, le mouvement pro-démocratie ne fléchit point. La rue ne décolère pas et passe outre aux menaces létales adressées à son endroit.

 

Depuis la date du 1er février où l'Armée prit le pouvoir par un coup d'Etat, la population descend dans la rue et répond massivement à l'appel pour la désobéissance civile. La Birmanie se lève et rejette catégoriquement le retour de l'Armée au pouvoir en mettant en résidence surveillée la Cheffe du Gouvernement Aung San Suu Kyi, élue démocratiquement. Min Aung Hlaing, le chef de l'Armée, a beau menacer les Birmans mais la rue, à travers tout le pays, ne désemplit point. Au contraire, les manifestants redoublent d'ardeur et ne reculent jamais devant les armes (létales) des putschistes.

L'Armée birmane n'est pas sans savoir que le peuple birman lui envoie un message net, sans ambigüité, à savoir le déni du « come back » au pouvoir par la force de l'Arméeet le retour sans conditions d'Aung San Suu Kyi à la direction du pays. La Communauté internationale, d'une seule voix, dénonce véhément le forcing de l'Armée et exige sans délai le rétablissement du régime élu démocratiquement.

A Madagasikara, les têtes brûlées de l'Opposition, des parlementaires inconscients et des anciens dirigeants trament le renversement du régime élu démocratiquement de Rajoelina Andry. Et tous les moyens sont bons. Allant du dénigrement aveugle des tenants du pouvoir aux accusations gratuites. Des provocations par des propos calomnieux aux désinformations flagrantes. Des délires sans limites à travers des émissions radiophoniques ne respectant plus la déontologie de la communication appelant à la haine et au trouble. Bref, des barbaries chères à la déstabilisation dont le seul objectif vise à renverser le régime Orange en place. Pour ce faire, on fait appel à la population. Pas plus tard que ce samedi dernier, les députés TIM élus à Tanà-ville « invitèrent » la population à assister à une séance de rapports d'activité à Ambohijatovo, Place de la Démocratie. Les autorités, sentant le vent venir, déjouant le piège tendu par ce simulacre « rapport », prirent le devant. D'autant que la population de la Capitale ayant bien saisi la trame, snoba la convocation. Elle décline ouvertement l'invitation des Hanitra et consorts. Par un message net, le peuple malagasy ne veut plus se livrer à une crise nuisible à la bonne marche de la vie nationale. Il ne faut pas faire croire que les Tananariviens ont répondu absent ce samedi  à cause du dispositif impressionnant des Forces de l'ordre, loin s'en faut. Certes, l'armada des FDS fut dissuasive mais quand un peuple se décide à manifester, aucune force, militaire ou autre, ne l'arrêtera pas. On ne peut pas stopper un élan populaire surtout quand il en a assez ! L'histoire contemporaine de notre pays en témoigne. De 47 à 72 en passant par 90-91 et 2001 à 2009, les Malagasy, décidés à ne plus tolérer la dictature et la pauvreté, s'insurgent contre vents et marées comme c'est le cas actuel en Birmanie.

Ce samedi 20 février, les concitoyens ont envoyé un message net. Sans ambigüité.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Développement économique à Madagascar - Les institutions financières misent sur les PME

« Les PME, l'avenir de l'économie africaine». La première maison dédiée aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) a vu le jour ce mois-ci. Toutes les institutions financières prennent conscience aujourd'hui que le tissu entrepreneurial se compose essentiellement de PME. Elles ont alors tout intérêt à les soutenir pour espérer un développement économique constant en Afrique, et Madagascar n'est pas en reste. « Les petites et moyennes entreprises sont au cœur du développement des économies africaines.

Elles représentent 90% des sociétés privées et une ébauche de la majorité de la population. C'est pour cette raison qu'elles sont incontournables, notamment dans l'émergence du croisement africain et dans l'accès large à l'emploi. C'est pour cette raison que Société Générale se donne pour objectif de mieux les accompagner et financer et inscrit cette ambition dans le cadre de son initiative stratégique pour l'Afrique, Grow With Africa », a soutenu Zdenek Metelak, directeur général de la Société Générale Madagasikara.

C'est dans cet état d'esprit que la Maison des PME a été créée à l'initiative du Groupe Société Générale Madagasikara mais aussi de tous ses partenaires souhaitant apporter des réponses concrètes aux problématiques de suivi et de financement actuels dans le pays. Cette Maison réunit ainsi en un seul et même endroit tous les services que les PME peuvent avoir besoin, allant des services administratifs aux formations, en passant par le réseautage et les services financiers. Tout est accessible à la Maison de PME. Cet espace offre plusieurs services permettant d'accueillir et d'accompagner tout entrepreneur local et étranger désireux d'accroître le potentiel de son entreprise, en mettant à sa disposition un espace-conseil adapté aux besoins de chacun.

Accompagnement

Ainsi, Société Générale Madagascar collabore avec plus d'une dizaine d'entités telles que le Madagascar Entreprise Développement, partenaire de mise en œuvre du Programme d'Appui aux TPE de l'Institut Européen de Coopération et de Développement ou encore le MDG Services, un cabinet de conseils qui accompagne entrepreneurs et porteurs de projet dans leurs démarches administratives, pour mettre à disposition des PME tous les services dont il pourrait avoir besoin. C'est pourquoi, l'avantage majeur de la maison réside dans l'accompagnement et la prise en charge des besoins de l'entreprise depuis l'étape de création, en passant par la structuration ou encore la formalisation et l'aide d'accès au financement.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Nora Wahby, vice-présidente et responsable d'Ericsson Afrique de l'ouest et Maroc - « La 5G fait partie i...

La Vérité (+) : Quelle est votre impression sur le développement du réseau de télécommunications et de la 5G en Afrique et à Madagascar?

Nora Wahby (-) : « Le développement de l'infrastructure numérique LTE et 5G fait partie intégrante de l'économie croissante de Madagascar et s'est révélé être un moteur essentiel d'une société de l'information inclusive qui intègre la numérisation dans tous les aspects cruciaux de la vie, tels que l'éducation, les transports, la santé, l'énergie et même la sécurité intérieure.

Ericsson a travaillé en partenariat étroit avec des fournisseurs de services africains sur la 5G pour des tests en laboratoire, des essais sur le terrain et maintenant le déploiement initial de tests auprès des clients. Tout au long de ce processus, nos clients et leurs besoins en matière de services sont notre priorité absolue. Notre objectif est de construire un réseau pour répondre aux services requis actuels et futurs ».

 

(+) : Comment Ericsson sera-t-il impliqué dans le déploiement d'un réseau 5G efficace en Afrique, et à Madagascar en particulier ?

(-) : «  Le plus grand fournisseur de services de Madagascar, Telma, a signé un accord stratégique avec Ericsson pour moderniser son réseau mobile à haut débit et préparer le lancement d'un déploiement 5G à Madagascar. C'était au mois de juillet 2019. Cet effort conjoint marque une étape importante dans la performance du réseau avec la vision partagée d'apporter la 5G à Madagascar.

Ericsson fournira également une extension du cœur de réseau, des services d'optimisation et un service de mise à jour logicielle pour le cœur de réseau et le réseau d'accès radio (RAN), afin de fournir une plus grande capacité et un débit de pointe pour améliorer l'expérience du haut débit mobile pour les clients de Telma. Avec une latence réduite, les consommateurs bénéficieront de services en ligne de haute qualité, notamment de jeux vidéo et de réseau en haute définition ».

(+) : Quels sont les avantages de la 5G pour les utilisateurs ?

(-) : « Il existe plus de 30 cas d'utilisation de la 5G qui promettent d'améliorer l'expérience des services numériques grand public existants et d'offrir de nouveaux services plus avancés. Les services numériques de base qui seront améliorés par la 5G comprennent la vidéo améliorée (4K, 8K et des formats comme la vidéo à 360 degrés), la diffusion en direct de sports, la musique, les jeux (mobiles et dans le cloud), la réalité augmentée et virtuelle (AR/VR) et les services IdO (Internet des Objets) grand public.

Selon le rapport " Harnessing the 5G Consumer Potential " du laboratoire Ericsson ConsumerLab, le marché des consommateurs 5G pourrait représenter 31 000 milliards de dollars d'ici 2030. Le rapport prévoit que la RA devrait être à l'origine de plus de la moitié des dépenses des consommateurs en matière de médias immersifs d'ici 2030, en commençant par les jeux et en s'étendant à d'autres domaines comme le shopping, l'éducation et la collaboration à distance ».

(+) : Quelle sera la contribution de la 5G au développement économique ?

(-) : « Nous pensons que la 5G est le catalyseur de la transformation numérique, les réseaux mobiles étant l'ingrédient crucial pour accroître la compétitivité économique de Madagascar sur la scène mondiale.

La connectivité mobile à haut débit offre non seulement un grand potentiel pour transformer les villes et les industries, mais elle permet la connectivité en tant que droit humain fondamental. Elle favorise l'inclusion et a un impact économique positif et durable. La 5G peut permettre des changements radicaux dans la production industrielle, un accès sans faille aux services sociétaux et offrir aux gens des moyens de vivre en harmonie avec leur environnement.

Les infrastructures et les transactions numériques ayant un impact croissant sur le développement des sociétés et des économies africaines, un accès à haut débit abordable devra être étendu à plus d'un milliard d'individus pour combler la " fracture numérique" et leur permettre de profiter des avantages de l'économie numérique ».

La Rédaction

La Vérité0 partages

Transports en commun - 93 véhicules mis en fourrière en 4 jours

Les irrégularités des transports en commun dépassent les limites. Ces derniers temps, on constate un relâchement quant au respect des barrières sanitaires, comme l’utilisation des strapontins, le non-port de masque, la négligence en matière d’utilisation du manifold et l’augmentation du nombre de places dans les taxis-brousse. Un rappel à l’ordre a été déjà lancé par le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, mais aucun changement n’a été remarqué.

 

Face à l’accroissement des irrégularités au niveau des transports en commun dans les zones urbaines, suburbaines, régionales et nationales, le ministère procède au contrôle des véhicules concernés. Ainsi, en seulement quatre jours, du 15 au 19 février, 119 « taxis-be » et taxis- brousse ont été sanctionnés. 93 d’entre eux ont été mis en fourrière pendant 10 jours tandis que pour les véhicules restants, leurs papiers ont été confisqués. Cette semaine, une baisse des infractions a été constatée au niveau national et régional par rapport à cette période.

L’année dernière, la mise en fourrière des véhicules contrevenants a engendré la colère des transporteurs. Ces derniers ont même décidé de cesser leurs activités durant un certain temps. Pourtant, beaucoup d’entre eux ne sont pas conscients du danger qui attend les passagers à cause de leur négligence, en particulier la propagation de la Covid-19 lors des voyages, sans parler de l’insécurité sur les routes nationales. Leurs mauvaises habitudes reviennent quelques jours après avoir reçu un avertissement. Et le pire, ils arrivent toujours à éviter le contrôle effectué par les Forces de l’ordre.

En rappel, le nombre de passagers dans les véhicules de transport public routier de voyageurs dans la zone régionale et nationale est rétabli à celui inscrit dans la licence d’exploitation. Pourtant, certaines dispositions ont été modifiées et complétées comme l’envoi des manifolds biens remplis au ministère de la Santé publique et à l’Agence des transports terrestres (ATT), les statistiques relatant le nombre de passagers et de véhicules qui prennent le départ. Les manifolds doivent ainsi être visés et validés par l’ATT à chaque départ, et cela afin d’assurer la mise en œuvre des dispositifs de contrôle sanitaire.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Covid-19 à Madagascar - Une épidémie moins sévère

Un exercice de statistique réalisé par le Bureau de Prospective Economique du Sénégal (BPE), appelé « indice de mesure et de suivi de la sévérité de la Covid-19 », a récemment révélé une baisse de la progression de cette pandémie au niveau mondial. Le 21 février dernier, en s’appuyant notamment sur le taux d’infection, le nombre de décès et de patients guéris, Madagascar a bien géré la pandémie en enregistrant la plus forte baisse de la sévérité. En s’alignant avec la République Démocratique du Congo (RDC), Sao Tomé-et-Principe ainsi que le Cameroun, la Grande île a progressé en termes de scores dans l’indice.

 

Les résultats obtenus à Madagascar prouvent que le nombre de cas symptomatiques est moins inférieur à celui des patients ne présentant aucun signe clinique. Les symptômes légers à savoir la toux, la fièvre, un problème d’odorat sont aussi beaucoup plus fréquents que les formes modérées caractérisées par l’infection du système respiratoire inférieur. Et encore, les symptômes graves et critiques qui se présentent sous forme d’insuffisance respiratoire, dysfonctionnement de certains organes requérant une hospitalisation se présentent moins fréquemment. D’après les statistiques réalisées pour la semaine du 13 au 19 février dernier, sur les 233 nouvelles contaminations, 28 patients ont présenté des formes symptomatiques graves. A cela s’ajoutent 381 cas de guérison en 7 jours. Concernant le taux de contamination, au cours de la semaine dernière, il est évalué à 8,12 %.

Selon une presse étrangère, l’analyse par continent a montré que pour l’Afrique, les scores sont compris entre 0,99 (République centrafricaine) et 0,52 (Afrique du Sud), avec une moyenne de 0,88 le 21 février contre 0,87 le 14 février 2021. Madagascar, la RDC, Sao Tomé-et-Principe et Cameroun enregistrent chacun la plus forte progression au niveau des scores dans l’indice en une semaine en Afrique (plus forte baisse de la sévérité), tandis que le Congo, l’Ouganda et le Botswana signent respectivement la plus forte baisse de leurs scores (plus forte hausse de la sévérité).

Il est à noter qu’en particulier au Sénégal où l’étude a été centralisée, la sévérité de la Covid- 19 a diminué en une semaine. En effet, son score est passé de 0,90 le 14 février 2021 à 0,92 le 21 février 2021, soit une sévérité très faible. Cette amélioration du score du Sénégal s’explique principalement par une baisse de la progression des nouveaux cas.

Par ailleurs, à La Réunion, au cours des 7 derniers jours, 857 nouveaux cas de Covid ont été recensés, soit une moyenne de 120 cas par jour. Le taux d’incidence a franchi les 100 cas positifs pour 100 000 habitants. Une raison qui a amené le préfet d’instaurer le couvre-feu entre 22h 00 et 5h 00 du matin, sauf urgence justifiée. Cela vaut dans toute l’île pendant au moins 15 jours, alors qu’auparavant seules 7 Communes ont été concernées. En parallèle, il a été demandé aux Réunionnais d’éviter les visites et les rassemblements familiaux, et d’aller faire des courses seuls pour ne pas exposer ses proches.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Tension entre des croyants de Soatanàna à la brigade d'Isorana - L'enquête transférée désormais à Fi...

Le torchon brûle entre les fidèles et la brigade de gendarmerie d'Isorana. Ce qui a fait pousser récemment le gouverneur de la Haute-Matsiatra à s'exprimer et de proposer une solution dans l'affaire qui oppose les gendarmes et les croyants qui prient au Toby Fifohazana de Soatanàna.  Décision fut alors prise afin d'enlever les prérogatives d'enquête des mains de la brigade d'Isorana, pour la transférer désormais à la brigade de recherche criminelle de la gendarmerie de Tsaramandroso, à Fianarantsoa. “La poursuite de l'enquête à Fianarantsoa vise d'instaurer la confiance mutuelle entre les personnes impliquées et leurs coreligionnaires de Soatanàna”, dixit le gouverneur de la Haute-Matsiatra.

 

Du coup, les croyants s'en félicitent. “Nous avons voulu exprimer notre désappointement. Et le gouverneur s'est bien mis à notre écoute. Il nous a invités à nous mettre autour d'une table pour chercher une solution à ce problème. Et ce fut chose faite. Maintenant, le problème a été aplani et nous sommes reconnaissants envers le gouverneur”, s'est exprimé le porte-parole des paroissiens de Soatanàna.

Les faits. Jeudi dernier, les deux fils du président national de l'église du « Réveil » ou “Fifohazana” de Soatanàna (Isandra) ont été convoqués à la brigade de gendarmerie d'Isorana. Selon un renseignement glané par ladite brigade à propos des deux premiers, il s'avérerait qu'ils seraient impliqués dans le banditisme, ou le phénomène « dahalo ». Pire, l'aîné serait le pourvoyeur de munitions des bandes de « dahalo » opérant dans la région. Depuis lors, les fidèles de Soatanàna sont montés au créneau.

D'abord, ils s'insurgent contre le retard de la décision d'un haut responsable de la brigade d'Isorana pour déférer les deux suspects, un déferrement prévu le week-end dernier. Dans une pétition qu'ils ont signée, des centaines de villageois auraient témoigné en faveur des deux suspects pour les blanchir de l'accusation qui pèse sur eux.

Mardi dernier, l'affaire a été déférée au tribunal de Fianarantsoa. Puisque les plaignants et autres témoins ne s'étaient guère manifestés, la Justice a dû alors remettre en liberté provisoire les deux suspects. Or, sur le chemin qui devait les ramener chez eux, ces derniers ont reçu un coup de fil de la brigade d'Isorana les enjoignant à passer d'abord dans celle-ci avant de poursuivre la route. Les suspects furent arrêtés de nouveau pour être aussitôt placés en garde à vue dans les locaux de ladite brigade. Tous leurs coreligionnaires ont alors décidé de regagner Fianarantsoa pour réclamer leur liberté. Et on connaît la suite. “Tout ce que je peux vous dire c'est que la Gendarmerie dispose de nombreux renseignements à propos des agissements des deux suspects dans la région. Les Forces de l'ordre ne font qu'accomplir leur mission : les retrouver et les enquêter à cause de leurs méfaits dont on les poursuit quoique leur présumé qualité de fervents croyants”, conclut une source émanant d'un commandement local de Gendarmerie. Affaire à suivre.

Franck R 

Midi Madagasikara0 partages

Objectifs de développement durable : La région Analamanga cogite la priorisation

La région Analamanga a lancé, ce mardi, son processus de localisation des objectifs de développement durable dans le cadre d’un atelier. L’objectif étant d’associer les acteurs de développement de la région à la priorisation des objectifs qui seront intégrés dans les documents de planification régionale et de déterminer les paquets d’interventions à mettre en œuvre pour l’atteinte des objectifs priorisés.

En effet, les responsables au niveau de la Région, des représentants des maires et des treize districts de la région, des représentants de l’Etat, des représentants des services publics, des représentants de la société civile, des services techniques déconcentrés et des partenaires techniques et financiers vont aborder, durant les quatre jours d’atelier, les besoins réels de la région Analamanga.

Et à l’issue de cette concertation, la région aura défini ses paquets d’activités prioritaires à réaliser selon les enjeux de gouvernance, économiques, sociaux et environnementaux afin de contribuer aux objectifs de développement durable. Le document, qui sera élaboré, constituera, à cet effet, parmi les références pour cadrer les actions de développement dans la région.

Notons que toutes ces activités s’inscrivent dans le cadre de l’autonomisation et la responsabilisation des collectivités territoriales décentralisées et dans la volonté d’asseoir une décentralisation émergente. Les régions Androy, Anosy, Atsimo-Andrefana et Menabe ont déjà réalisé le même exercice de localisation des Objectifs de développement durable dans le cadre du projet Appui à la décentralisation et à la résilience communautaire sous l’égide du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation et soutenu par le PNUD.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

BGFI Bank : 3 000 jeunes plants mis en terre à Anjeva

Reboisement BGFI à Anjeva

Banque citoyenne et responsable, BGFI Bank participe aussi, à sa manière, à la campagne de reboisement national. Les employés de BGFI Bank, accompagnés de leurs familles respectives, se sont donné rendez-vous samedi dernier sur le site de reboisement d’Anjeva pour mettre en terre 3 000 jeunes plants. Il s’agit de la troisième édition de la campagne de reboisement que BGFI Bank réalise, en partenariat avec la commune rurale d’Anjeva. La même opération a également eu lieu dans d’autres localités où BGFI dispose d’agences. Comme lors des précédentes campagnes de reboisement, un système de suivi est mis en place avec des partenaires locaux pour s’assurer de la bonne évolution des plants.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : Le « Trophée Barthés » reporté

Le Rugby Afrique apporte quelques modifications à son calendrier pour la saison 2021. Initialement prévu se dérouler du 25 mars au 4 avril, le championnat d’Afrique U20 dénommé « Trophée Barthés » est décalé de quelques mois notamment du 24 juin au 4 juillet 2021 à Nairobi,  selon le communiqué de cette instance continentale. Le souhait du président de Malagasy Rugby, Marcel Rakotomalala, est donc exaucé. Le président avait annoncé qu’il était très important que ce sommet soit reporté, au moins d’un mois, afin que les Makis puissent se préparer. Par ailleurs, l’équipe technique de la fédération a déjà organisé un test de présélection des Makis. Le premier regroupement avait commencé depuis le mois de février. 70 prétendants ont été retenus pour en suivre et seuls 25 d’entre eux seront retenus dans l’équipe des Makis. Madagascar évoluera dans la poule A avec la Zambie et la Tunisie. Le champion représentera l’Afrique au World Trophy Juniors 2021.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

CNaPS – CCIFM : Aide à la réinsertion professionnelle des chômeurs

Remise d’attestation aux bénéficiaires de la formation

La mission de la CNaPS est de contribuer à la réalisation de la politique de l’Etat en matière de protection sociale en faveur des travailleurs du secteur privé.

 Retour à l’emploi. Des chômeurs victimes des conséquences néfastes de la pandémie de Covid-19 peuvent espérer trouver du travail après avoir été formés grâce à un programme réalisé par la CNaPS et la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Madagascar.

Réinsertion professionnelle. En tout, ils sont 152 chômeurs affiliés à la CNaPS à avoir suivi une formation en vue de leur réinsertion professionnelle. Une formation qui a duré deux jours pendant lesquels les bénéficiaires ont été accompagnés et préparés psychologiquement avant, éventuellement, de retrouver de l’emploi ou de créer leurs propres petites entreprises. La formation qui s’est déroulée au Centre d’Ecoute et d’Orientation (CEO) a comporté plusieurs modules comme la rédaction de CV et de lettre de motivation, les techniques pour convaincre lors d’un entretien, les différents métiers existants; la reconversion professionnelle, l’identification des points forts et des points faibles. Une formation d’une grande utilité pour ces chômeurs qui ont ainsi été accompagnés personnellement pour l’accomplissement de leur projet professionnel. 376 adhérents de la CNaPS en situation de chômage ont déjà bénéficié de cette formation-accompagnement jusqu’à ce jour. Ce programme de formation fait suite à la signature de la convention entre la CNaPS et la CCIFM, le 15 décembre 2020.

Attestation. « C’est la CCIFM qui dispense les formations. Les bénéficiaires sont tous des membres de la CNaPS, en situation de chômage. Cette formation va les aider dans leur réorientation ou réinsertion professionnelle », a expliqué le Directeur des Actions et Sensibilisations Sociétales de la CNaPS, Yvan Rakotomalala. La CNaPS contribue ainsi au bien-être social de ses membres. Faut-il, en effet, rappeler que suite aux conséquences de la crise sanitaire qui a frappé le monde et Madagascar, la CNaPS a procédé à des prêts à ses membres. Pour en revenir à la formation, les bénéficiaires ont reçu leurs attestations lors d’une cérémonie qui s’est déroulée hier. Le CEO continue de recevoir l’inscription des personnes concernées et intéressées, ce aux 67 ha. La Caisse Nationale de la Prévoyance Sociale est un établissement à caractère industriel et commercial. Elle est chargée de la gestion des prestations familiales des travailleurs, des accidents de travail et des maladies professionnelles, et enfin, des pensions de retraite des travailleurs, régies par le code du travail.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Collaboration entre Wendy Cathalina et Rebecca

Une collaboration inattendue ! Wendy Cathalina et Rebecca ont réalisé un featuring dont «selfie» est le titre. Sorti le 5 février dernier, le morceau commence à inonder les ondes et les réseaux sociaux. Le titre, selfie en fait, est dédié à toutes les filles qui adorent prendre des photos. « Les beaux moments, il faut les éterniser », chantent les deux chanteuses dans leur couplet.

Complicité. Souvent dans le rythme tropical entre le zouk-love teinté de Salegy, Rebecca a décidé de changer un peu de sonorité similaire à celle que produisait le Dj Norvegien Kygo, l’Electro music. Quant à Wendy Cathalina, l’Ariana Grande de la Sofia, c’est la première fois qu’elle réalise un featuring avec une chanteuse de musique tropicale. Cependant, tous deux se sentent à l’aise sur l’instrumental. Leurs voix fusionnent et cela crée une certaine sensualité sur une mélodie électronique.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Contexte politique : La société civile roule pour le dialogue

« Face à  la  grogne sociale grandissante  et au contexte politique dangereusement crisogène » selon le mouvement Rohy, l’organisation propose le dialogue pour une « gestion équilibrée ». Sans cela, le pays risque de faire face à une nouvelle crise.

 Le contexte politique délétère ne laisse pas insensible la société civile qui participe activement aux débats. Le mouvement Rohy, hier, a passé en revue lors d’une conférence de presse, les évènements de ces derniers jours et livre un constat amer sur la situation qui prévaut. Le pouvoir en place, l’opposition en passant par les forces de l’ordre, ont reçu, quant à eux, des sévères critiques de la part du mouvement qui demande à ces acteurs politiques une « prise de conscience radicale ». Une crise est redoutée par la société civile qui veut que « le droit et la liberté de manifester soient garantis » et les forces de sécurité cessent les « bavures malheureuses ».

Colère. Le mouvement Rohy « reconnaît pleinement les forces de l’ordre la mission de maintien de l’ordre afin de maintenir une paix civile, faire respecter la loi et assurer la continuité des activités de la cité ». « C’est une mission difficile car elle est impopulaire, notamment quand il y a une insatisfaction patente et donc colère de la part des citoyens », poursuit le communiqué. Elle est également ingrate, affirme toujours le Rohy, car les agents des forces de l’ordre subissent aussi coups et blessures, voire des décès dans leurs rangs pendant les manifestations et ne font pas l’objet d’une reconnaissance dans l’exercice de leur mission.

Préventif. Seulement, le Rohy a mis un bémol car « le maintien de l’ordre actuel, de caractère légaliste et plus répressif que préventif, tend  à  restreindre les libertés individuelles ». Et si le maintien de l’ordre se veut être « impartial », selon toujours cette organisation de la société civile, dans la mesure où il ne devrait être « basé à protéger politiquement tout un pouvoir en place » mais plutôt de « garantir les droits des citoyens à l’expression », les forces de l’ordre devraient être conduites afin que « les rassemblements publics se déroulent de la meilleure manière possible ». La « prévention dans le maintien de l’ordre pour les forces de sécurité consiste à se déployer contre les actes de vandalisme ou contre les contre-manifestants quels qu’ils soient », a soutenu le mouvement.

 Faible volonté. Quand le mouvement Rohy aborde les acteurs politiques, il adopte un ton dur et lance des critiques acerbes aussi bien à l’endroit des opposants que des tenants du pouvoir. « Les dirigeants actuels estiment que la vérité est de leur côté,  ne supportent aucun doute et aucune critique », a affirmé le mouvement Rohy. Ils « ont également une très faible volonté de concertation et d’écoute alors que nous sommes en 2021 et que la gouvernance est en piteux état ». A cet effet, toujours selon le Rohy, ils « considèrent comme ennemi de la nation tout détracteur, dont l’opposition, et instrumentalisent les forces de sécurité à leur profit politique ».

Déplorable. L’opposition, quant à elle,  est critiquée par cette organisation de la société civile, avec « son attitude jusqu’au-boutiste verbal ».  Et le fait qu’on ne perçoit pas, selon toujours le Rohy, les visées concrètes et positives dans la démarche des opposants de remettre en question le pouvoir en place, et qui permettraient aux citoyens de se rassurer sur leurs  intentions d’être un acteur responsable et non inconséquent, est déplorable. Sur les ondes de « Miara-manonja », les opposants sont soupçonnés « d’incitation à la haine et de troubles à l’ordre public ».

 Dialogue. Le mouvement estime que seule l’option du dialogue conduira à une issue de la situation politique actuelle.  A cet effet, le Rohy appelle les opposants « à plus de retenue et de responsabilité en faisant des propositions concrètes et en acceptant le dialogue ». Et le pouvoir en place devrait « dialoguer, selon le mouvement, avec l’opposition et s’atteler à redresser réellement le pays en travaillant de concert avec les autres acteurs nationaux dont  le secteur privé existant et la société civile notamment les OSCs, les syndicats, les Eglises et les médias indépendants ».

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Art : « Eka » comme un appel au prince

Harivola Rakotondrasoa, le chorégraphe qui monte actuellement.(Photos : Harivola Rakotondrasoa)

Allier l’économie et l’art, c’est une stratégie aussi vieille que la voiture coccinelle. C’est ce qui se fera vendredi avec « Eka », qui se tiendra à 20 h au Custom Café à Ampasamadinika. Le meilleur moyen d’attirer la clientèle est de tenir une performance artistique originale dans ses murs. De cette manière, les artistes trouvent une scène sur laquelle s’exprimer et la caisse s’en tire à bon compte. « Eka » est un événement sous la houlette du Goethe-Zentrum Antananarivo/CGM. Il rassemblera ainsi, plusieurs disciplines. Au moins trois artistes s’activeront : Belly Sid, Marie Malvasio… Tandis que la chorégraphe Harivola Rakotondrasoa s’occupe de la direction artistique. Le programme se présentera donc comme une « live-performance sur la rencontre de trois femmes : femme-soleil, femme-lune et femme-oracle. Trois reines de trois époques et de lieux différents se retrouvent pour une ode à la femme: mère, nourricière et créatrice d’un nouvel espoir. Et un prince qui viendra tout changer ! « Eka! » Le prince, tant attendu, fils de toutes les femmes du monde ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Banque mondiale : Les négociations se poursuivent normalement

Les négociations avec la Banque Mondiale se poursuivent normalement. Le ministre de l’Economie et des finances, Richard Randriamandrato l’a réitéré hier, en marge de la cérémonie de signature du protocole d’accord sur le transfert de la supervision du secteur des assurances à la Commission de Supervision Bancaire et Financière (CSBF).  Une occasion pour le MEF  de clarifier que la lettre qui a fuité la semaine dernière n’est pas du tout un dossier compromettant en ce qui concerne les relations de Madagascar avec la Banque mondiale. « C’est un échange d’informations comme tant d’autres » a-t-il affirmé en faisant remarquer  que ceux qui ont provoqué la fuite de cette lettre ont voulu déstabiliser en vain  le régime.  Le ministre a également que l’application du tarif Optima se fera mais plus tard.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Jao’s Pub : Black Nadia rencontrera ses inconditionnels

Avy masiaka e… chaud devant ! Black Nadia s’invite au Jao’s Pub ce vendredi 26 février à 21 heures. « Mama Blindée » rencontrera ses inconditionnels à Ambohipo. L’année dernière, elle a enchaîné des tubes comme Minam-bôla, condition en collaboration avec le jeune chanteur de la région Sava, Jhal Tho. La Fort-dauphinoise n’a pas encore signé sa retraite, il y a une semaine elle a sorti un single, teako Iha valiko, un morceau teinté d’afro-zouk. Elle va sûrement interpréter ces tubes pour satisfaire les adeptes de la musique tropicale.

À titre de rappel, Black Nadia est une des artistes malgaches qui ont vu sa popularité monter en flèche depuis 2004. Chanteuse de « tsapiky » au début de sa carrière, elle s’ouvre à d’autres rythmes en 2008. Sa chanson « Bonjour, bonsoir » est un tube et fut inscrit dans le top 10 des morceaux les plus écoutés à l’époque.

L’âge fait l’expérience, Mama Blindée gravit les échelons et passe au niveau supérieur. Elle et ses musiciens ne cessent de donner de la nouveauté aux fans.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Festival d’Art Urbain : La capitale prise d’assaut par les artistes début mars

Des couleurs, du son, des images, des sourires, et une bonne dose de créativité attendent la capitale dès le 05 mars. (photo : FAU)

La septième édition du Festival d’Art Urbain se tiendra du 05 au 14 mars 2021 à Antananarivo. Une « dérive urbaine » qui voit la participation de plusieurs artistes issus de disciplines différentes : musique, danse, fresque, slam poésie, installation, photographie et sport extrême.

C’est à la Teinturerie à Ampasanimalo que débutera ce festival d’art urbain avec une soirée de lancement le 05 mars 2021 à partir de 19 h. Puis, du 09 au 13 mars, la dizaine d’artistes participants performeront dans plusieurs quartiers de la capitale ; d’Ambohipotsy à Analamahitsy en passant par Ambohijatovo Ambony, Isoraka, Ambatonakanga, Faravohitra, Antanimena, et Ampandrana. Le public pourra assister à chaque manifestation tous les jours de 10 h à 15 h. Les festivités prendront fin avec une fête de clôture devant le parvis de l’Hôtel de ville d’Antananarivo à partir de 11 h.

Les artistes. À l’affiche de ce FAU 7, on retrouvera une dizaine d’artistes qui ont répondu à l’appel à artistes lancé en début d’année. Dans la catégorie musique et chant, il y aura Steevemobby, DougL, Ranto Niaina, et Retour d’Age. Quant à la danse, les artistes représentant cette discipline sont : Judith Manantenasoa, Angie, et Adrien. Rado Andriamanisa, Matli, Naty Kaly, Andri Marcel, Aina Zo Raberanto, Rafalia Henintsoa, et Caylah seront eux aussi de la partie dans les catégories street art, fresque, installation, photographie, art plastique et slam. Tous ces artistes font l’objet d’une mini-présentation sur la page Facebook du Festival d’Art Urbain quotidiennement pour les personnes qui souhaitent les connaître davantage.

À noter que cet événement est présenté par La Teinturerie-Association d’artistes, soutenu par Ant Mobility de Pro Helvetia Johannesburg ; et parrainé par le Maire de la Ville d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Japon : La reprise des activités d’Ambatovy annoncée par l’ambassadeur

L’Empereur du Japon, Naruhito, célèbre ses 61 ans, cette année. La fête d’anniversaire du 126e empereur qui fait office de fête nationale a été célébrée, hier, à la résidence du Japon à Ivandry. Une cérémonie honorée de la présence de plusieurs autorités, des représentants des chancelleries, des représentants du secteur privé, des amis et anciens du Japon. Une avancée significative a été réalisée au cours de ces derniers mois dans différents domaines prioritaires. « Nous avons pu procéder à trois signatures d’échanges de notes pour les projets de don non remboursables dont le montant total s’élève à environ 8,6 millions d’euros et à cinq signatures de contrat sur les projets entrant dans le cadre du programme, dons aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine dont la valeur totale est d’environ 370 mille euros. Ces projets couvrent plusieurs domaines tels que l’agriculture, la santé, la sécurité maritime, l’éducation et l’eau, tout en reflétant les besoins et les priorités de Madagascar et notre politique en matière d’assistance », a souligné l’ambassadeur, Yoshihiro Higuchi.

Et avec la pandémie de Covid-19 qui frappe le monde entier actuellement, le Japon a apporté de l’assistance au gouvernement malgache dans la lutte contre la pandémie à travers la mise en place de quatre projets d’assistance d’urgence. L’ambassadeur a fait le tour d’horizon des réalisations de sa première année de mission à Madagascar. Pour le projet Ambatovy, la reprise des activités est annoncée après des mois d’arrêt. « Au cours des derniers mois, Ambatovy a travaillé très sérieusement pour créer des conditions qui permettront la reprise de leurs opérations », a continué le diplomate. La deuxième phase des travaux de l’extension du Port de Toamasina sera lancée dans les semaines à venir. Ce projet qui s’élève à 411 millions de dollars est le plus grand projet de la coopération japonaise jamais réalisé à Madagascar. Le futur empereur du Japon, le prince héritier, Fumuhito Akishino, frère de l’Empereur,  entretient une relation étroite avec Madagascar. Il a pu visiter la Grande Ile en 1990 et en 2007. Le ministre des Affaires Etrangères, Liva Djacoba Tehindrazanarivelo représentant le gouvernement s’est félicité de l’excellente relation entre les deux nations. En 2022, la coopération nippo-malagasy célèbrera ses 60 ans. Les relations diplomatiques entre les deux pays n’ont cessé de se développer et le Japon est toujours parmi les principaux pays partenaires à accompagner Madagascar en fournissant divers types d’assistances publiques au développement.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Analalava : Natao savahao ireo tanora maditra, 28 voasambotra

« Ampôndra » no fiantso ny fikambanan-jiolahy misy azy ireo, mitovy amin’ireny « Foroche » any avaratra ireny ihany. Mifoka rongony izy ireo ary rehefa avy eo dia manao herisetra amin’ny toerana maro. Tanora 13 ka hatramin’ny 30 taona no mivondrona ao anatiny. Mamono olona, manimba volin’olona, mandroba toeram-pivarotana. Ireo no tena asa ratsy ataon’ireto tanora izay efa  mivadika ho mpanao heloka bevava. Maro ireo kaominina ambanivohitra nitondra faisana tamin’ny nataon’izy ireo ary isan’ny tena matetika nataony tokotany filalaovana amin’ny asa ratsy i Befotaka-Avaratra sy Ambodimadiro, izay samy eo anivon’ny distrika Analalava. Teo koa ny kaominina ambanivohitra Andreba, Ambalia ary Ampondrabe, izay samy eo anivon’ny distrikan’Antsohihy. Nisesy ny fitarainan’ny mponina tamin’ireo tanàna ireo ary tsapan’izy ireo fa efa tsy voafehin’ny fiaraha-monina intsony ireto tanora lasa olon-dratsy. Teo no nanapahan’ny manam-pahefana tao an-toerana ny hevitra ny nanaovana hetsika manokana « opération ampôndra ». Novatsin’ny governora izay sady mpitandro ny filaminana solika sy tambin-karama ny zandary sy ny tafika tao an-toerana. Natao savahao ireo tanora ary hatreto dia 28 no efa voasambotra. Sarona koa ireo rongony amin’ny gony maro sy ireo antsibe fanatanterahan’ireo olon-dratsy ny heloka bevava. Mbola mitohy ity hetsika ity.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ankadikely-Ilafy : Tovolahy hita faty nananto-tena tamin’ny hazo

Hatairana ny an’ireo fokonolona tao amin’ny fokontany Antsoaina hoe Masinandriana, kaominina Ankadikely, distrikan’Antananarivo-Avaradrano, y ny alahady 21 febroary vao mangiran-dratsy, raha nahita ity tovolahy iray nihantona tamin’ny tady eo amin’ny tendany teny ambony hazo. Rehefa nojerena dia efa tsy nisy aina intsony izy tamin’ny nanesorana azy teo amin’ilay hazo. Nampandrenesina avy hatrany ny manampahefana sy ny zandary eny an-toerana. Ireto farany no niantso ny dokotera ao amin’ny CSBII Ankadikely mba hanao ny fizahana ny razana. Nadritra ny fanadihadiana nataon’ny mpitandro ny filaminana no nahitana fa namono tena ity tovolahy ity. Asa na inona no tena zava-nitranga fa mety ho nanana olana izy ka nahatonga azy ho nanao izany. Nialoha izao famoizam-po izao tokoa, araka ny loharanom-baovao avy amin’ny zandarimariam-pirenena, dia voalaza fa nifamaly tamin’ny renininy izy. Tsy fantatra marina anefa ny tena anton’io fifamaliana io ka mety ho nanosika azy hanapa-kevitra hanapitra ny androny toy izao. Marihina fa tsy lavitra ny toeram-ponenany no nanaovany izany. Efa nanokatra fanadihadiana momba ity raharaha ity moa ny borigadin’ny zandary Ankadikely.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Relâchement de la tension sur le plan politique

Après la tension qui a régné ces derniers temps, le soufflet est maintenant retombé La polémique qui a envahi les réseaux sociaux hier va certainement cesser et on va revenir à une actualité plus calme. Les problèmes sont toujours là, mais il est nécessaire d’y faire face. Les difficultés de la vie quotidienne ont repris le dessus. L’opposition a adopté un ton plus posé et les critiques sont moins virulentes qu’avant. On a l’impression qu’elle est à la recherche d’un second souffle.

Relâchement de la tension sur le plan politique

 Après les événements de ces derniers jours, la capitale a retrouvé son train-train quotidien. Les embouteillages se sont reformés et asphyxient les rues de la ville qui a retrouvé son agitation quotidienne. Dans ce contexte de survie, la population a renoué avec ses réflexes habituels. La recherche de la nourriture préoccupe la majorité de la population et ne lui donne que peu de possibilité de penser aux problèmes politiques. Elle ne s’est peut-être même pas préoccupée de l’annonce faite hier de la reprise en main de la gestion de la Samva par la CUA. Il s’agit d’une amélioration de l’environnement des Tananariviens qui, du moins ils l’espèrent, va permettre une collecte des ordures plus rationnelle. L’apparition d’une cyclogenèse dans le nord de la Grande île et les dégâts qu’elle va occasionner dans les jours à venir permettra d’apprécier la manière dont la mairie va assurer cette collecte des ordures. Pour le moment, le temps est légèrement pluvieux et ne gêne pas trop la tâche des éboueurs de la capitale. Les déclarations politiques n’ont pas actuellement la portée qu’elles devraient avoir. Ainsi la dénonciation par l’opposition de l’attitude du pouvoir qu’elle qualifie de dictature n’a pas eu l’effet escompté. Elle ne peut pas faire autrement à cause de la pression qu’elle subit. Sa marge de manœuvre est réduite. Elle a entièrement changé de stratégie. Elle fait en quelque sorte le dos rond en attendant de revenir sur le devant de la scène.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Littérature malgache : Jour-J pour la célébration de Ny Avana Ramanantoanina

Ny Avana Ramanantoanina est à l’origine du mouvement littéraire « Mitady ny very ».

Nous l’avons déjà annoncé dans nos colonnes, l’immense artiste littéraire malgache, Ny Avana Ramanantoanina, fera l’objet d’une conférence-hommage ce jour dans le cadre de son 130ème anniversaire. Le lieu fixé avec l’Union des Poètes et Écrivains Malgaches est le Nosy-TV Behoririka. Pour l’occasion, c’est Jacynthe qui va présenter les œuvres et la vie du poète après la conférence sur la langue malgache tenue par son compère Fanja Razab. Mais pas que, une lecture des poèmes est aussi prévue durant cette journée spéciale qui coïncide avec la célébration de la journée internationale de la langue maternelle.

Pour un petit rappel, Ny Avana Ramanantoanina est né le 26 février 1891 à Ambatofotsy. Poète fortement engagé contre l’autorité coloniale française, et membre actif de l’organisation nationaliste Vy Vato Sakelika, le poète qui écrivait essentiellement en malgache a été contraint à l’exil en 1917. De même, ses œuvres ont été interdites de publication pendant une longue période, et n’ont pu être imprimées qu’à partir de 1980. Pour en savoir plus sur ce poète malgache de la première génération, l’événement de l’Havatsa-Upem qui lui est consacré débute à 14 h.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Faritra Atsinanana : Namory ireo mpianatry ny oniversite

Vao nandre ilay fe-potoana nomen’ireto mpianatra ho an’ny fanjakana dia namory ireo mpianatra avy hatrany, omaly talata tao amin’ny efitry ny « demi-tonneau » tao Barikadimy, ny avy eo anivon’ny fiadiadian’ny Filohan’ny Repoblika. Ela ny fifandresan-dahatra teo amin’ny roa tonta tamin’izao dinika izao, satria nitaky hatramin’ny farany ilay vatsim-pianarana efa-bolana sy ny fikarohana ny namono ny mpianatra namany ireo mpianatra nasaina. Ho azy ireo mantsy dia hoe: nahoana no rehefa ny sivily mamono no zandary, tsy ela akory dia hita sy voasambotra ireo olona marobe, nefa raha zandary mahafaty sivily dia ela vao misy valiny. Eo koa ny momba ilay vatsim-pianarana izay naverimberin’ireo mpianatra fa takian’izy ireo ary tsy maintsy omena azy ireo fa zony. Ilay vatsim-pianarana efa-bolana. Efa any amin’ny oniversite ny lisitry ny mpianatra hizarana izany, saingy mbola olana amin’ny mpianatra ny fizarana ny vatsim-pianarana amin’ny alalalan’ny « M.Vola » sy ny hafa. Tsy fantatra hoe any amin’iza no hitakiana izany raha sanatria tsy tonga ny vola, hoy ireo mpianatra. Mbola nitohy tao amin’ny efitra malalaky ny lapan’ny faritra Atsinanana izany, notarihan’ny governoran’ny faritra sy ireo ekipany ary ny solontenan’ny Fiadiadiana ny Filoham-pirenena, ka teo no nampirisika ny hakan’ny mpianatra ilay vatsim-pianarana iray volana miampy ny « équipement » ny fanjakana. Nanome toky   ramatoa avy amin’ny fiadiadiana ny repoblika fa efa mijery akaiky izany ny fanjakana momba ilay raharaha vatsim-pianarana, ary efa manokatra fanadihadiana mikasika ilay mpitandro ny filaminana namono mpianatra iny, hoy ny tonia mpampanoa lalàna eto Toamasina. Nanome toky koa ny governoran’ny faritra Atsinanana fa hanampy ara-bary ireo mpianatra raha vonona ny zava-drehetra mikasika izany amin’ity herinandro ity ihany. Nifanaraka ny roa tonta ary fa hajanona ny fitokonana eo amin’ireo mpianatra manomboka izao, ka miverina mianatra izy ireo. Ankoatra izany dia niatrika ity resaka nifanaovan’ny mpianatra sy ny olom-panjakana ity koa ireo sojan’ny foko 22 eto Toamasina.

Malala Didier

 

Midi Madagasikara0 partages

Route Tsarasaotra-Ivato : Au moins cinq morts au cours de ce mois

La prudence est toujours de mise après les séries d’accidents survenues sur cette route.

La route Tsarasaotra-Ivato est considérée comme étant l’axe particulièrement meurtrier dans la capitale. Cinq personnes y ont laissé la vie en l’espace de quelques jours

La route de tous les dangers. C’est le moins que l’on puisse dire de l’axe reliant Ivato- Tsarasaotra ces derniers temps. Cinq personnes ont succombé sur cette nouvelle rocade au cours de ce mois de février, selon le comité de la sécurité routière composé par l’association « riders scoot community » et le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie. Les victimes se trouvaient toutes à bord des deux roues. Tout le monde se souvient encore des deux jeunes élèves pilotes d’aviation qui avaient trouvé une mort tragique sur cette route vers le début du mois ou encore du militaire qui a succombé à ses blessures après une chute à scooter. « Nous avons déjà sensibilisé les conducteurs des deux-roues à être prudents sur la route mais des efforts restent encore à faire. Pour réussir, il faut partager les responsabilités et toucher une cible plus large », selon le président de « riders scoot community », Tsiferana Andriamanamidona.

Vigilance. C’est dans cette optique que sera organisée ce samedi la journée de sensibilisation et des soins de premiers secours pour tous les usagers de cette route. C’est une opération conjointe menée par « riders scoot community », la gendarmerie nationale, la police nationale, la croix rouge et le ministère des Transports. Pour la sensibilisation proprement dite, il y a aura un rappel à l’ordre sur les règles de conduite ainsi que sur les détails techniques qui ne devraient pas être négligés par tous les conducteurs comme l’éclairage, la vitesse ou encore le dépassement. Pour les premiers soins, ils seront surtout dédiés aux riverains qui sont les premiers témoins oculaires des accidents qui se produisent sur cette route. Nombreux sont ceux qui ne connaissent pas encore les gestes à adopter lorsqu’un accident survient alors qu’ils contribuent beaucoup à la survie de la victime.

60km/h. C’est la vitesse maximale autorisée sur cette route mais elle n’est pas toujours respectée par les usagers. Le maire de la Commune d’Ivato, Penjy Randrianarisoa, a indiqué que des contrôles seront mis en place pour que cette limitation de vitesse soit respectée. Il n’a pas manqué de brandir des sanctions à l’encontre de ceux qui ne respectent pas cette mesure.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Opposition : Pour la libération sans condition des 12 manifestants

L’opposition entend mener une nouvelle stratégie. ( Photo Princy)

Elle entend adopter une nouvelle stratégie. Même si elle a donné quelques détails, elle n’a  toutefois pas mentionné s’il y aurait ou non des descentes dans la rue. L’on saura peut-être un peu plus dans les jours à venir.

24 heures après la détention préventive de 12 manifestants à Analakely et ses environs, l’opposition a réagi. A cet effet, elle a tenu une conférence de presse, hier, au siège du RMDM, à Belair. Elle revendique ainsi la libération sans condition de ces 12 manifestants. La plateforme de l’opposition a fait remarquer qu’ « il n’y avait pas eu ni de sang versé ni des actes de vandalisme samedi dernier. Il s’avère ainsi injuste de procéder à l’emprisonnement de ces 12 manifestants ». Des dispositions que l’opposition ne comprend pas vu qu’il n’y avait pas de casse, ce jour-là. Elle estime ainsi que sa revendication est justifiée.

Nouvelle stratégie. Quant à la suite du programme, l’opposition de souligner que malgré la pression émanant des tenants du pouvoir, elle va adopter une nouvelle stratégie. « L’on ne va plus se contenter de procéder à des rapports, mais le mouvement sera orienté vers la lutte contre la dictature et les abus de pouvoir », a-t-elle indiqué. Toujours est-il que le préfet de police, le général Angelo Ravelonarivo, n’a pas caché que des mesures pourraient être portées à l’émission « Miara-manonja »  avec notamment ce qu’il qualifie d’incitation à la haine diffusée par ladite émission. Toutefois, le Préfet n’a pas manqué de féliciter la population tananarivienne quant à la sagesse qu’elle a montrée tout en présentant ses excuses auprès de la population de la capitale pour les désagréments occasionnés par les dispositifs mis en place par les forces de l’ordre, samedi dernier.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme : Fitianah Rakotoarisoa aux Championnats de France Elite

Une belle performance de Fitianah Rakotoarisoa aux Championnats de France Elite.

Les Championnats de France Elite en salle d’athlétisme se sont déroulés ce week-end à Miramas. Une athlète d’origine malgache y a été en lice.

Fitianah Rakotoarisoa a participé aux Championnats de France d’athlétisme indoor ce week-end. Elle était la seule athlète ayant représenté son club Uavh Aubagne du fait de ses excellents résultats. En effet, Fitianah est engagée dans l’épreuve des 60 mètres haies avec les meilleures athlètes de l’Hexagone. Elle a réalisé un chrono de 8″61 en Série contre 8″66 en finale B. Elle s’est qualifiée pour les prochains championnats européens. « Nous avons le plaisir de vous annoncer que notre athlète du club, Fitianah Rakotoarisoa, est qualifiée aux Championnats de France Elite d’Athlétisme indoor à Miramas, sur 60m haies, le week-end dernier. Elle continue ses performances de haut vol en côtoyant le plus haut niveau européen. Félicitations à notre athlète de haut niveau ! Le travail paye ! », a réjoui son club.

Bien qu’elle coure pour la France, Fitianah Rakotoarisoa pourrait servir à défendre les couleurs malgaches aux Jeux des Îles de l’Océan Indien en 2023 qui auront lieu à Madagascar. Elle est bel et bien Malgache vu son nom. C’est la fille de Mamy Be, figure emblématique d’athlétisme malgache de 110m haies. Pour cela, deux médailles d’or pourraient être déjà assurées pour la Grande Île puisque Sidonie Fiadanantsoa n’en finit pas, elle aussi, de progresser depuis son stage de haut niveau en novembre et ce pour une durée d’un an renouvelable à l’African Athletics Development Center (AADC) de Dakar. En espace de trois mois d’entraînement, elle a bouclé les 60m haies en 8″46. « Le souci c’est qu’elle possède déjà la nationalité française et il y avait déjà eu des cas problématiques similaires avant. Il y avait un jeune homme de 110 mètres haies qui voulait courir pour Madagascar, malgré le fait qu’il soit étranger. Il est possible de l’emmener aux Jeux des Îles 2023 mais ce sera encore une longue histoire d’avoir la nationalité malgache », a fait savoir Norolalao Andriamahazo, la présidente de la Fédération malgache d’athlétisme.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Digue Andohatapenaka : Mpitondra bisikileta maty voahosin’ny kamiao

Maty tsy tra-drano ny rangahy iray nitondra bisikileta, omaly, voahitsaky ny kamiao teny amin’ny Digue Andohatapenaka, tsy lavitra ny fiantsonan’ny takisbirosy. Araka ny voalazan’ny olona teny an-toerana, nianjera ilay mpitondra bisikileta io ka nifatratra tao ambany kamiao ary nitarika ny loza. Voahosin’ny kodiarana noho izany ny lohany ary nitarika ny fahafatesany. Tonga teny an-toerana ny polisy nanao ny fizahana ity loza ity, ary nitazona ny mpamily avy hatrany. Nalefa eny amin’ny tranom-paty kosa ny razana. Efa ho isan’andro no ahitana faty olona ateraky ny lozam-pifamoivoizana eto amintsika, ary matetika  ireo mitondra kodiaran-droa no tratran’izany. Eny amin’ny lalam-baovao Tsarasaotra efa ho isan-kerinandro ireo olona mitondra moto no namoy ny ainy. Raha ity volana feboroary ity, efa nahatratra enina ny isan’ny olona matin’ny moto teny amin’ny lalana Tsarasaotra, ankoatra ny mety ho voadoan’ny fiara. Malalaka loatra ny lalana ka samy mandeha mafy na ny fiara na ny moto, kanefa loza no aterany avy eo. Olana ihany koa anefa ny tsy fahafehezana ny familiana, ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana eto amintsika. Manampy trotraka ny tsy fisian’ny lalana manokana handehan’ny bisikileta eto an-drenivohitra sy ny manodidina. Eny Anosibe ihany no ahitana izany, kanefa tsy mahavantana ny olona ny fampiasana azy. Anisan’ny fitaovam-pifamoiviozana mitombo sy mahazo vahana eto amintsika ny moto sy ny bisikileta, indrindra amin’izao fiakaran’ny vidin-tsolika izao. Fotoana fanentanana sy ny fanamafisana ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana, indrindra ho an’ny mpampiasa kodiaran-droa izao. Eo ihany ny fametrahana lalana ho an’ny bisikileta, indrindra eto an-drenivohitra sy amin’ireo lalam-be mivoaka ny renivohitra. Toy izany koa ireo any amin’ny lalam-pirenena izay maro ny mampiasa moto sy bisikileta. Manana andraikitra lehibe amin’izany ny mpitandro filaminana, kanefa tompon’andraikitra voalohany amin’ny fanarahan-dalàna, ny fiarovana ny aina ny tsirairay avy, ka hihena ny lozam-pifamoivoizana eto amintsika.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Football africain : Cinq arbitres malgaches désignés

A défaut de participer à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations U17 qui se déroulera du 13 au 31 mars au Maroc, Madagascar sera représenté par Dimbiniaina Andriantianarivelo en tant qu’arbitre assistant. La Confédération Africaine de Football (CAF) a publié le 16 février dernier la liste des arbitres et des assistants devant officier les matchs durant toute la compétition. Les arbitres ne manquent pas les compétitions footballistiques de la CAF. Quatre autres arbitres ont été désignés par la CAF pour officier la rencontre comptant pour les 8es de finale bis de la Coupe de la Confédération opposant demain Namungo Football Club de la Tanzanie  à CD Primerio de Agosto d’Angola. Il s’agit de Lionel Hasinjarasoa comme arbitre central,  Andrianantenaina et Pierre Jean Eric Andriavoavonjy, arbitres assistants et Abdoul Ohabee Kanoso, arbitre de table. Ce quatuor malgache est déjà sur place avant de monter sur le terrain de l’Azam Complex Stadium- Dar-Es Salaam. Le dispositif de sécurité a été renforcé par la CAF surtout après l’incident lors de la rencontre entre Gor Mahia du Kenya et Napsa Stars Fc de la Zambie.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Action sociale : Une aide alimentaire pour les nécessiteux de Bevalala

Les membres de LCA Tranovola avec les bénéficiaires de l’aide alimentaire à Bevalala.

Pas moins de 200 familles, soit plus de 800 personnes, ont pu bénéficier d’une aide alimentaire à Bevalala. Les bénéficiaires sont principalement composés de personnes âgées, de personnes en situation de handicap, de femmes ainsi que d’enfants qui travaillent dans les carrières. Une tonne de riz a été distribuée à cet effet grâce à l’initiative de Leo Club Antananarivo (LCA) Tranovola avec l’appui de l’association Bob Retro qui siège à La Réunion. Cette action sociale a été précédée par une descente sur le terrain pour constater de visu la réalité ainsi que le quotidien de ces bénéficiaires, selon Mario Beandrasoa , responsable auprès de LCA Tranovola. Ce responsable a indiqué que les bénéficiaires ont été triés sur le volet et les aides alimentaires ont été remises uniquement aux plus démunis. Cependant, Mario Beandrasoa a tenu à souligner que cette distribution d’aides alimentaires n’a aucunement un lien avec celle de l’Etat. D’ailleurs, cette action sociale n’est pas une grande première pour LCA Tranovola car une action similaire a précédé cette donation à Itaosy. Mais leurs actions ne se limitent pas seulement aux aides humanitaires car un projet de reboisement est déjà prévu à Behenjy très prochainement dans le cadre de la protection de l’environnement.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Perspectives économiques : Une feuille de route de la résolution de la dette à la croissance

Les Perspectives économiques définies par le Groupe de la BAD (Banque Africaine de Développement) seront présentées en mode virtuel, pour cette année. Cette fois, le rapport est intitulé « De la résolution de la dette à la croissance : une feuille de route pour l’Afrique ». D’après la communication de l’institution financière, le document aborde des questions d’actualité comme le règlement de la dette africaine, la gouvernance et la croissance économique en Afrique. Il examine également les performances et les perspectives de croissance en Afrique et présente les conséquences socio-économiques de la pandémie de Covid-19 sur les pays du continent. D’après la BAD, l’Afrique devrait se relever cette année de la pire récession économique enregistrée sur un demi-siècle. Malgré cette prévision optimiste, l’Afrique, confrontée à la pandémie de Covid-19, aura encore d’importants défis à relever pour garantir une croissance et une prospérité durables.

Parmi les conséquences majeures de la crise sanitaire figure la hausse des besoins d’emprunt des gouvernements africains pour couvrir les dépenses induites par la pandémie. Le président de la BAD, Dr Akinwumi Adesina, le professeur Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, les gouverneurs de la BAD, des ministres et des représentants du corps diplomatique ainsi que des chercheurs et experts de divers horizons assisteront à la cérémonie de lancement de la publication phare de la Banque : les « Perspectives économiques en Afrique 2021 ».

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Football- Licence C CAF : Des anciens de l’équipe nationale dans le lot

Après un exil à Maurice et aux Seychelles, Haja Maixento Rakotoarinosy, décide de rentrer à la maison et prendre part à la formation d’entraîneur pour l’obtention de la licence C CAF

Le football malgache entend se mobiliser dans la formation des entraîneurs. C’est le cas depuis le 8 février à Antsirabe. Une formation des plus complètes avec l’aide du DTN Debon Jean François et de deux autres instructeurs de la CAF, Lemark Andriamahefa et Fidy Herman. 30 stagiaires prennent part à cette formation pour l’obtention de la licence C CAF. Le Vakinankaratra se taille la part du lion avec 11 stagiaires. Betafo n’est pas en reste quand on parle football et formation car le responsable de Relève Disciples, Tojo Rakotonomenjanahary, est dans le groupe. On citera aussi le fils de l’international Clément, Cédric. On notera la présence de nombreuses têtes couronnées de la sélection U17 durant les éliminatoires de la CAN mais aussi des membres de l’équipe nationale U20 aux Jeux de la CJSOI. Outre Aina Razanatsima, Hacham Romuald, Patricio Rabezanahary, Dominique Rabenandrasana, Tefy Andriazafera et Haja Maixento Rakotoarinosy. Avec une mention spéciale pour ce dernier qui rentre des Seychelles où il a joué avec le Light Star après avoir été à Maurice sous les couleurs du club de l’AS Highland. À noter que cette formation prendra fin ce jour dans les locaux du club Cercle Messe de la Garnison d’Antsirabe.

Clément Rabary

Midi Madagasikara0 partages

Fénérive- Est : Une fille de 14 ans violée et tuée par trois hommes déjà condamnés

Suite à une opération de la gendarmerie, trois hommes ont été emprisonnés pour viol suivi d’homicide sur une fille de 14 ans à Fénérive-Est. Les faits, une fillette de 14 ans a été portée disparue le 5 février dernier. La famille de la victime a prévenu les forces de l’ordre en vue de retrouver l’enfant. La brigade de la gendarmerie de Fénérive-Est, en collaboration avec la section de recherches criminelle d’Analanjirofo, a ouvert une enquête et entamé une procédure de recherche. Trois jours après l’ouverture de l’enquête, le corps sans vie de la victime a été découvert.

Les agresseurs avaient tenté de dissimuler le corps de la victime dans une forêt près du fokontany Andreba, dans la commune Ambodimanga district de Fénérive-Est. Le corps de la fillette était déjà en décomposition. D’après le constat d’un médecin légiste, la victime a subi une agression sexuelle avant d’être tuée. L’enquête des forces de l’ordre a continué et a creusé toutes les pistes qui pourraient les amener aux agresseurs. Une information venant de la famille a soutiré le nom d’un suspect. Les investigations des gendarmes ont permis l’arrestation d’un homme suspecté d’avoir violé et tué la fillette. Il a reconnu les faits au moment de l’enquête et a révélé les noms de ses complices. Le 13 février, les deux autres agresseurs ont été arrêtés. Les officiers ont aussi découvert pendant leur investigation que les coupables du viol et de l’homicide de la jeune fille avaient déjà été condamnés pour une série de crimes. Ce sont des détenus dans la prison de Fénérive-Est mais ont bénéficié d’un droit de sortie tous les vendredis. Après le défèrement de l’affaire au parquet, les trois hommes ont été de nouveau placés en prison. Les habitants de la localité déplorent la situation et ne comprennent pas la libération de ces individus dangereux tous les vendredis. Cette pratique menace la paix sociale et la sécurité des habitants, ce fait en montre la preuve. La justice ne peut garantir selon eux que ces criminels ne peuvent plus faire de mal à personne. La population demande aux autorités compétentes de prendre des mesures.

Yv Sam