Les actualités Malgaches du Dimanche 24 Février 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar : La Réunion Kely donne une nouvelle image

A Antananarivo, la plus grande bidon ville sise à Ampefiloha, fait presque peau neuve. En effet, avec les cent dix-neuf familles présentes dans le quartier, dix-huit ont été récipiendaire des maisons, en conteneurs, équipées. C’est la ministre de la population Irma Herimamy qui a fait le déplacement pour octroyer ces habitations, la semaine dernière. Elle a saisi l’occasion pour dire que ces conteneurs viennent des bienfaiteurs.
Rappelons, qu’en Septembre 2018, le premier Ministre Ntsay Christian avait fait une descente pour voir de visu la situation après un incendie qui a ravagé plusieurs maisons en carton et en sachet. Il avait promis un dispositif, les maisons en conteneurs, pour prendre en charge les victimes. La ministre de la population avait affirmé lors de la remise de ces habitations que d’autres maisons en conteneurs arriveront bientôt.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Ruffine Tsiranana tire sa révérence

Ruffine Tsiranana rejoint les étoiles. Elle est partie hier à Paris à l’âge de 80 ans. Cette troisième fille du premier président de la République de Madagascar, Philibert Tsiranana était une femme politique active dans la vie politique de Madagascar. Elle fut diplômée à l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar (ENAM) détenant le grade d’administrateur Civil. Elle avait déjà été à la tête du parti PSD, Parti social-démocrate malgache, un parti politique fondé par son père.
Elle a marqué l’histoire politique de Madagascar en étant la première femme candidate à l’élection présidentielle en 1992. Lors du Régime de transition, Ruffine Tsiranana était membre du gouvernement Beriziky et avait occupé le poste de ministre de la décentralisation.
La Vérité0 partages

Nuance !

L’administration IEM prend forme. De nouveaux visages étoffent le tableau et de nouvelles têtes occupent des postes importants au sein des Hauts Emplois de l’Etat. Apparemment, l’IEM dispose les ressources humaines nécessaires, pour traduire en actes les Velirano. Le Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena (SeFaFi), l’Observatoire de la vie publique, par le biais de son 17ème recueil, fidèle à leur principe, sonna le tocsin sur le risque de déviation vers le favoritisme dans les nominations au sein des ministères. Notons au passage que la bande à Randriamandranto Ralison, lors de la publication de ce 17ème recueil dont la teneur s’apparente à un bilan de l’année écoulée, 2018,  avisait le nouveau régime concernant les processus électoraux à venir. Les erreurs du passé ne devront plus être de mise. Le pays attend impatiemment de la part des services de la  statistique la publication des résultats du dernier recensement qui, de fait, contribuera à la révision de la liste  électorale. Le vent du renouveau qui souffle au pays doit impacter sur les scrutins à venir. Pour en revenir à l’objet initial, le souci du SeFaFi de vouloir baliser les tenants du régime d’une éventuelle glissade vers le favoritisme tient honnêtement debout. Effectivement, la tentation à accorder une faveur spéciale ou particulière à un proche ou un ami guette toujours. Toutefois, il faut faire la part des choses.

Il existe une nuance de taille à faire valoir entre le favoritisme et l’affinité. Certes, le favoritisme et le népotisme constituent un frein à la bonne marche des affaires de l’Etat ou même celles du privé. Ils piétinent le concept de la méritocratie. On fait fi des compétences et du savoir-faire au profit de simple lien de parenté ou en fonction des relations d’amitié ou autre. De la Première République jusqu’à nos jours, le copinage et le favoritisme dictent la loi à telle enseigne que l’administration souffre d’incompétence. Et la machine rate.  Le péché de favoritisme et de copinage sévissent déjà en amont, au moment des recrutements des agents de l’Etat. Dans la plupart des cas, les meilleurs restent à ... quai tandis que les proches du pouvoir se taillent des meilleures places. Les concours d’entrée  dans l’administration (ENAM, Police nationale, Magistrature, Gendarmerie, etc.) sont devenus l’apanage des ... favorisés. Le nouveau  Chef de l’Etat a dû mettre le holà. Il faut réparer, au plus vite, cette injustice. Ainsi, on comprend bien les inquiétudes du SeFaFi quand il tire sur la sonnette d’alarme. Mais comme l’avions souligné en haut, il y a favoritisme et il y a affinité. A la différence du copinage, l’affinité trouve son fondement à partir d’une unité de point de vue ou d’une conviction commune sur la base d’un principe que l’on partage en commun. Ainsi, sans avoir des liens de parenté ou des relations d’amitié, on pourrait tisser une affinité de principe. Sur le front de combat, une certaine complicité tactique ou une affinité voit le jour et aboutit vers une confiance mutuelle.  Au nom d’une conviction commune autour de l’IEM, des affinités des points de vue et de confiance  entre « militants » naissent. La nomination, sur la base de la compétence, d’un tel ou d’une telle personnalité à des postes-clés  coulent de source. Ainsi, il y a une nuance à établir !   Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Eau et électricité - « Les ministères doivent s’acquitter de leurs arriérés auprès de la JIRAMA »

265 milliards d’ariary. Tel est le montant total des factures impayées de la JIRAMA au sein des différents ministères. Effectivement, les différentes institutions publiques se gardent de payer leur facture d’électricité et d’eau depuis quelques années. Et ensuite, c’est l’Etat qui doit combler les vides en versant des subventions d’un montant de 255 milliards d’ariary chaque année pour préserver l’équilibre opérationnel de cette société. Pour remédier à ce déséquilibre, le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures demande à ce que les différents ministères mais aussi les institutions publiques qui y sont rattachées s’acquittent de leurs arriérés auprès de la compagnie d’eau et d’électricité. Comme cela, la subvention de l’Etat à la JIRAMA pourra être réduite ou même dissoute. « L’administration publique doit montrer l’exemple sur le paiement des factures, surtout pour le bon fonctionnement de la JIRAMA. Ce n’est pas parce que la JIRAMA est une société d’Etat que le secteur public doit avoir des privilèges.

Au contraire ! Nous devons être les premiers à nous investir. De ce fait, je m’assurerai personnellement de l’intégration de ces dépenses dans la loi de Finances rectificative de cette année pour que tout soit réglé en temps et en heure », a maintenu Vonjy Andriamanga, lors de la clôture de la Semaine de l’énergie, vendredi dernier à l’hôtel Panorama.  Selon les informations détaillées par Olivier Jaomiary, directeur général de la JIRAMA, « pour cette année, ces factures s’élèveraient à environ 65 milliards d’ariary ». Des chiffres prévisionnels découlant des calculs au sein de l’entreprise. En tout cas, mis à part cette année, les arriérés de dernières années devront également être normalisés. A noter que ces derniers relèvent d’un montant de 200 milliards d’ariary à la fin de l’année dernière. Toutefois, des solutions pour régler ces factures devront donc être trouvées d’ici peu. Rova Randria

La Vérité0 partages

Ministre Hajo Andrianainarivelo - « Le jardin d’Antaninarenina restera un domaine public »

Ferme. Le ministre de l’Aménagement du territoire, du Logement et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, l’a été samedi dernier, sur la venteillicite du jardin d’Antaninarenina, un bien de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA).  « Domaine public depuis les années 30, ce jardin le restera. Les dirigeants actuels n’accepteront jamais qu’il passe entre les mains d’autrui », a promis le ministre à l’endroit de quelques manifestants venus pour décrier la vente de cet espace vert de la Capitale qui, à lui seul, renferme des années d’histoire non seulement d’Antananarivo-ville mais également de Madagascar. « Une enquête a été déjà effectuée, vous en saurez plus d’ici peu. Mais je vous assure que les responsables trempés dans cette affaire seront sanctionnés. La seule révélation que je peux émettre aujourd’hui c’est l’existence de tout un réseau, comprenant des éléments de la CUA, du domaine et de la Justice, qui fabrique des pièces pour réaliser ce genre de vente », précise Hajo Andrianainarivelo. A lui d’ajouter que tous les terrains de la Commune urbaine d’Antananarivo vendus ces dernières années seront repris par l’Etat. « Nous avons découvert que ce jardin d’Antaninarenina n’est pas le seul bien de la CUA vendu illégalement. On fera tout pour qu’ils réintègrent le domaine public », révèle le ministre de l’Aménagement du territoire. Des actions judiciaires allant dans ce sens seront entreprises d’ici peu. L’office régional du tourisme d’Analamanga (ORTANA), occupant du lieu, est le premier à déclarer de poursuivre ses demandes au niveau de la Justice. 

« On va déposer une requête pour nullité de vente auprès du Tribunal administratif  le plus tôt possible. Un domaine public, selon la loi, est interdit à la vente et également insaisissable », affirme Maitre Koto Radilofe, du cabinet éponyme, avocat de l’ORTANA à qui le Tribunal n’a pas donné gain de cause sur sa demande de suspension en exécution de l’expulsion de son client. Et même si ce verdict proclamé jeudi dernier donne à l’acquéreur le droit de procéder dès aujourd’hui même à la démolition des infrastructures et l’expulsion des occupants du jardin d’Antaninarenina et la faculté de le clôturer, il est certain que celui-ci, qui a maintenant la queue entre les pattes, ne le fera pas. « Vous perdez votre temps et vos actions malsaines n’aboutiront jamais. Cessez de s’adonner à vos pratiques répugnantes », a averti le ministre aux auteurs de ce détournement de biens publics ainsi qu’au « recéleur ». C’est le journal que vous tenez entre les mains qui est le premier à lancer l’alerte sur la disparition probable du jardin d’Antaninarenina. Les documents entre nos mains mentionnent que c’est Lalaina Berthnés, président du conseil municipal à l’époque, et non Guy Razanamasy ou Lalatiana Ravolomanana, qui a conclu la vente en 1998 à une somme dérisoire de 6 millions d’ariary. Contrairement aux dires de l’équipe actuelle de la mairie d’Antananarivo qui affirme n’avoir connaissance de cette vente qu’après une récente enquête interne, elle était au courant. A preuve,  l’attestation administrative signée en 2017 par un haut responsable de la CUA. Affaire à suivre de très près…La rédaction

La Vérité0 partages

Football - Orange Ligue 1 - As Adema renoue avec le titre

L’As Adema est sacrée championne de la ligue Analamanga de football après le match d’ hier au stade de Mahamasina. Les Verts ont battu les militaires du Cosfa à l’issue des tirs au but. La dernière année où l’As Adema a gagné ce titre remonte en 2012 si le club n’a été que le malheureux finaliste de la coupe de Madagascar en 2012, 2013, 2014 et 2015. Aucune surprise quant à cette victoire d’hier car l’équipe a été rajeunie par son staff depuis trois ans et a beaucoup investi pour cette saison. Les efforts commencent déjà à donner leurs fruits pour cette formation de l’aéroport d’Ivato.  Pour revenir à la compétition, il a fallu aux deux équipes de passer  par les tirs au but  pour se départager car elles se sont séparées sur le score de 1 but partout à la fin du temps règlementaire.

Ce sont les militaires qui ont ouvert le score (45’) avant l’égalisation de l’As Adema en deuxième période.  Les joueurs du Cosfa ont raté deux tirs au but tandis que l’As Adema n’a raté que le premier tir. Le titre de l’As Adema  a été doublé du trophée de meilleur joueur et de meilleur entraineur. Il s’agit de Jonah Randriamisaina et Johny Rakotomanana  qui ont respectivement été élus meilleur joueur et meilleur entraîneur. Le club d’Ivato décroche ainsi sa deuxième couronne régionale, après celle de 2012.  Le Cosfa ne s’est contenté que du trophée de meilleur buteur attribué à Safidiniaina Razanadrabe, auteur de six réalisations durant la saison. Tandis que le club Five FC est sacré champion d’Analamanga Ligue 2. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Ruffine Tsiranana - La première femme candidate aux présidentielles, n’est plus

Ruffine Tsiranana, présidente d’honneur du Parti social-démocrate (PSD), s’est éteinte à Paris dans la matinée de samedi à l’âge de 80 ans. Troisième fille du premier Président de la République Philibert Tsiranana, la dame est aussi une figure politique malagasy bien connue en ayant été administrateur-civil, sénatrice pour la Région Sofia sous le second mandat du Président Marc Ravalomanana (2007-2009) et ministre de la Décentralisation au sein du Gouvernement de Jean Omer Beriziky (2011-2014). Au plan purement politique, Ruffine Tsiranana était la première femme malagasy candidate à la présidentielle chez nous. En 1993, elle osait s’aligner sur les Didier Ratsiraka, Albert Zafy, Manandafy Rakotonirina, Evariste Marson, Jacques Rabemananjara, Andriamanalina Nirina Razafindrakoto et Tovonanahary Rabetsitonta. C’était une grande première dans l’histoire électorale de Madagascar.

Arrivée en cinquième rang à l’issue du premier tour, elle réalisait quand même un score honorable (3,51%) par rapport à celui gagné par une des figures emblématiques de la Première République, en l’occurrence Jacques Rabemananjara qui engrangeait 2,87% des suffrages exprimés. Le professeur Albert Zafy remportait le deuxième tour du vote. Un nombre croissant de filles d’Eve ont ultérieurement emboité les pas à Ruffine Tsiranana sur le champ de bataille électorale national. C’était le cas de sa nièce Eliana Bezaza (présidente nationale du PSD) l’an passé. Nous disons avec déférence que Ruffine Tsiranana était pionnière en matière de participation féminine aux élections. Dotée d’un caractère battant, elle ne se laissait pas non plus faire dans des circonstances. Elle se levait contre les injustices le moment venu. Elle était parmi les chefs politiques présents à la réunion politique au Karibotel à Analakely du 31 janvier 2003 aux côtés des Manandafy Rakotonirina, Marson Evariste, Jean-Eugène Voninahitsy, Amédé Ramalason, Andrianalijohn Ndriamanampy, Gaston Ramaroson, Roger Ralison, Avonel Andriantsilavo, Clément Ravalison, Hery Rakotobe et Faharo Ratsimbarison. Le rendez-vous a eu lieu à l’orée de la naissance de la nouvelle opposition, composée de politiciens issus du comité de soutien à Marc Ravalomanana (KMMR) en 2001 mué en comité pour la défense des choix du peuple (KMSB) durant la crise postélectorale de 2001-2002. Bref, Ruffine Tsiranana a mené une vie politique sans répit. Le Président Andry Rajoelina, au nom du peuple malagasy et en son nom personnel, a tenu à présenter ses condoléances à la famille de la défunte dès samedi même. Le rapatriement du corps sera attendu dans les prochains jours. L’équipe de la rédaction présente également ses sincères condoléances à la famille Tsiranana.M.R.

La Vérité0 partages

Délivrance de passeport national - Désormais, un pouvoir régalien du ministère de l’Intérieur

Strict respect de la loi. Le pouvoir de délivrer le passeport national  à toute personne majeure de 21 ans et de nationalité malagasy, évidemment,  reviendra au ministère de l’Intérieur. Il s’agit en sorte d’un retour à la normale dans le respect de la loi n°91-025 du 12 août 1991. Cette loi stipule en effet que la délivrance du passeport national est de la compétence du ministère de l’Intérieur. Ce pouvoir a été transféré à la Police nationale au début des années 2000 après la création du ministère de la Sécurité publique auquel fait partie de la Police nationale. Auparavant, c’est toujours le ministère de l’Intérieur qui délivre ce principal document de voyage à tous les Malagasy qui en ont besoin.  « Le passeport figure parmi les documents d’identification relevant du  domaine des libertés fondamentales, sa délivrance ne peut –être ainsi confiée à un ministère technique à l’instar du ministère de la Sécurité publique » explique un juriste. C’est le cas également du permis de conduire et de la carte d’identité nationale, tous des documents d’identification, et dont la délivrance incombe entièrement au ministère de l’Intérieur à travers ses démembrements, les Communes ou les centres d’immatriculation.

Concernant ces pièces d’identité officielle, la Haute Cour constitutionnelle dans sa décision a mis en clair, et notamment sur le permis de conduire, que sa délivrance relève des missions de souveraineté de l’Etat donc du ministère de l’Intérieur. Cette décision de « re-confier » la délivrance  du passeport aux hommes du bâtiment de la patte d’éléphant est ainsi un retour à la source. C’est tout à fait illogique en effet de confier la délivrance du document à la Police nationale devenue par la force des choses,  juge et partie. Ainsi, les éléments de la sécurité publique auront désormais à se concentrer sur leur principal rôle  à savoir le contrôle. Ainsi   « chacun  son métier, les vaches seront bien gardées » comme le dit bien la citation. Un changement de direction qui n’affecte pas pourtant les demandeurs du document. Cependant, ils s’attendent à une amélioration des services proposés par le ministère de l’Intérieur. « La Police nationale a fait de son mieux mais l’insatisfaction demeure toujours. Nous espérons que l’administration relève le défi de satisfaire la demande toujours croissante et ce dans le bref délai », note un détenteur de ce document de voyage. Que la procédure de demande et d’acquisition ainsi que le traitement des dossiers, renchérit un autre, se fassent dans la transparence afin que notre satisfaction ne soit pas conditionnée par un dessous- de- table. Sur ce point précis, le Gouvernement de Ntsay Christian et ce suite à  l’instruction du Président Andry Rajoelina, devra mettre en œuvre le standard de service public dans un délai de 3 mois. Cette charte de service public doit être affichée et appliquée dans tous les bureaux de l’administration publique… Bref, un moyen parmi tant d’autres pour lutter contre la corruption. La Rédaction

La Vérité0 partages

Fasan’ny Karàna - Le conducteur d’un taxi-be fou perd le contrôle, 2 morts et 8 blessés

L’accident survenu vendredi dernier au Fasan’ny Karàna, était le plus meurtrier parmi ceux qui s’étaient produits le même jour par des taxis-be dans la Capitale. Un minibus Sprinter fou de la ligne 194 a foncé sur un groupe de personnes se tenant devant un kiosque à journaux, tuant ainsi deux dont un homme, de son vivant un chauffeur, et une jeune femme de 19 ans. “L’information révélée par certaines sources comme quoi le taxi-be avait été lâché par ses freins, est fausse. En réalité, le conducteur en cause s’est livré à une course avec un autre minibus. A un moment donné, il a tenté d’éviter la collision avec un poids lourd qui a roulé en contresens, ce dernier étant obligé de rouler momentanément au  centre de la chaussée, son chauffeur ayant le souci d’éviter, de son côté, une crevasse occupant le côté de la voie”, confie notre interlocuteur. Le cas de  cette  jeune piétonne ayant perdu sa vie dans l’accident,  ou plutôt de son enfant, âgé à peine d’un an, est désespéré.  Ce dernier l’a accompagné mais a survécu au terrible choc. “Toute la nuit, nous n’avons fermé l’oeil  et su quoi faire car l’enfant n’a pas cessé de pleurer et réclamer sa mère”, narre une source.  Originaire d’Antsirabe, la victime a travaillé comme femme de ménage au sein d’une famille domiciliée dans le secteur du Fasan’ny Karàna. Ce vendredi- là, elle allait chercher le journal  à ce kiosque du coin lorsque le taxi-be fou a foncé tout droit dans sa direction. Là, il n’y a aucun moyen pour la victime d’esquisser le moindre mouvement pour tenter au moins d’esquiver le véhicule fou tant ce dernier était encore en pleine vitesse pour la percuter.  Le chauffeur du taxi-be en cause a réussi à se soustraire  in extremis du  risque d’une vindicte populaire sitôt après le drame.Franck Roland

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-BASY TANY AMBALAHONKO-AMBANJA : Naratra ireo mpivady, lasa ny lavanila

Tany amin’ny fokontany Andimaka VII, kaominina ambanivohitr’ Ambalahonko distrikan’Ambanja indray no nisehoan’ny fanafihana mitam-basy ny sabotsy teo, tokony ho tamin’ny 11 ora alina. Lasan’ny  jiolahy miisa 4 ny lavanila manta sy ny findain’ireto voatfika. Divi-janahary no tsy nahafaty azy ireo satria saika novonoin’izy ireo ilay tantsaha sy ny vadin’ity farany. 

Norahonan’ireo jiolahy tamin’ny basy ary saika notifirin’izy ireo mihitsy ireto farany fa soa ihany nosakanan’ny iray tamin’ ireo olon-dratsy tamin’ny teny hoe «  avelao aza tifirina  ». Araka ny loharanom-baovao, fantatr’ilay tantsaha ny feon’ilay jiolahy niaro azy ireo. Olona fantany ary mpiresaka aminy ilay ranamana. Na izany na tsy izany, naratra teo amin’ny lohany ilay raim-pianakaviana satria niezaka nanohitra ireto mpanafika raha teo amin’ny tanany kosa no voa mafy  ny an’ny vadiny. 

Samy manaraka fitsaboana ao amin’ny «  clinique St Damien  » ireo mpivady. Mety hanamora ny asan’ny mpitandro filaminana ny fahafantaran’ilay lasibatra ny feon’ny iray tamin’ireo jiolahy nanafika. Ny zandary any Ambanja no misahana ny raharaha ka andrasana ny mety ho tohiny.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FAHAFATESAN’I RUFFINE TSIRANANA : Nitondra fampiononana ny Filoha Andry Rajoelina

Nodimandry teo amin’ny faha-80 taonany i Ruffine Tsiranana, izay zanakavavin’ny Filoham-pirenena malagasy voalohany, Philbert Tsiranana. Ny sabotsy lasa teo no nindaosin’ny fahafatesana tany Parisy renivohitr’i Frantsa ity andriambavilanitra nanana ny maha izy azy teto amin’ny firenena ity. 

Andraikitra ambony maro teto amin’ny firenena no efa notazoniny tamin’ny fahavelomany. Efa Loholon’i Madagasikara ny tenany ary efa nisahana ny toeran’ny minisitra nisahana ny fitsinjaram-pahefana ihany koa nandritra ny fitondrana tetezamita. Manana ny mari-boninahitra “Grand-Croix de 2e classe”, adiministratera sivily i ramatoa Ruffine Tsiranana. Ankoatra izay, efa nitarika ny antoko Parti Social démocrate (PSD) ihany koa ny tenany. Anisany tena nampisongadina ity farany  ihany koa ny  filatsahany hofidiana ho Filoham-pirenena tamin’ny taona 1993. Nifaninana tamin’ny Filoha teo aloha Profesora Zafy Albert (efa nodimandry)   sy ny Filoha Didier Ratsiraka izy tamin’izany. 

Izy no vehivavy voalohany indrindra sahy nijoro  hanao izany no sady nafana fo tamin’ny fitiavan-tanindrazana. Nahafantarana azy tamin’izany ny «  politikan’ny  kibo  ». Tao koa ny fitsinjovana ny ara-tsosialy sy ny  fiainana andavanandron’ny mponina. 

Tamin’ny fotoana nahazoana ny vaovao farany dia mbola teo am-pikarakarana ny fampodiana ny razana an-tanindrazana ireo fianakaviany. Tsy niandry ela moa fa vao nahare ny fahalasanan’i Ruffine Tsiranana ny fitondram-panjakana tarihin’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina avy hatrany dia nitondra ny teny fampiononana sy nitsapa alahelo ho an’ny fianakaviana navelan’ny maty.

Avotra Isaorana sy tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ASAN-JIOLAHY ENY ITAOSY : Lehilahy miisa telo nosamborin’ny Polisy avy ao amin’ny Csp Itaosy

Taorian’ny fanafihana mitam-piadiana nataon’ireo jiolahy izay  niafara tamin’ny fifandonana tamin’ ireo polisy sy olon-dratsy ka nahalavo ny iray tamin’ireo jiolahy dia mbola mitohy ny fanadihadiana nataon’ny polisy. Nahazo vaovao avy amin’ny olona tsara sitrapo ny polisy mahakasika ny toerana misy ny lehilahy iray anisany nandray anjara tamin’ilay fanafihana. 

Nidina teny an-toerana  izy ireo ka voasambotra tamin’izany ilay lehilahy nandray anjara mivantana tamin’ilay fanafihana sy ny namany roa hafa. Nandritra ny famotorana azy dia niaiky ny tenany fa nandray anjara tamin’io asa fanafihana mitam-piadiana io. Fantatra ihany koa fa vao tapa-bolana monja izy no nivoaka ny fonjan’i Tsiafahy rehefa avy nigadra nandritra ny telo taona. Ireo namany roalahy kosa dia fantatra fa tsy nandray anjara tamin’ilay fanafihana fa efa nokarohina kosa noho ny asa fanafihana mitam-piadiana niseho teny an-toerana, volana vitsy lasa izay. 

Raha tsiahivina dia herinandro mahery teo izay no  nirongatra ny tsy fandriam-pahalemana amin’ny faritra Itaosy Cité, Avaratsena, Antsahakely, Ambodiapanga , Ambohidrapeto sy ny manodidina iny.Manao andiany ireo jiolahy  tonga mandrava fananan’olona amin’ izany. Hatreto aloha dia mbola mitohy ny fampihorohoroana ataon’ireo mpangalatra ary mbola  betsaka ireo milaza fa  mahare ireo olon-dratsy mihaodihaody eny  amin’ny manodidina amin’ny alina. Tsy mitsahatra manainga sy miantso ny mpitondra  fanjakana araka izany ny  mponina eny an-toerana   mba hijery akaiky ny zava-misy sy hitady vahaolana maharitra . 

Mitohy ny ezaka  ataon’ ny mpitandro filaminana. Betsaka ihany koa ireo  efa mivezivezy eny an-toerana miambina isak’alina ireo toerana mangingina fanaovan’ ireo andian-jiolahy  ny asa ratsiny.  Mangataka ny mponina rahateo  hatrany anefa mba hanome vaovao marimpototra sy ara-potoana mikasika ireo tranga mampiahiahy izy ireo fa fa ao anatin’ny faritra mena ny tanànan’Itaosy amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA DEPIOTE AO AMBATONDRAZAKA : Andrasana izay ho kandidàn’ ny antoko lehibe

Andrasan’ny rehetra ato ho ato izay ho kandidàn’izy ireny. Misy ireo izay efa tratran’ny fivakisana noho ny tsy fitovian-kevitra kanefa eo ihany koa ireo izay ao anatin’ny fikarohana ny olona hipetrahan’ny marimaritra iraisana ka ahafahana manambatra ny hery manoloana ny fahamaroan’ireo kandidà izay hifaninana. 

Anisany miteraka olana hatrany matetika ny fisian’ny olona nalatsaka amin’ny avy any ambony tsy mandalo sivana eny amin’ny mpitolona eny ifotony rehefa tonga ny vanim-potoanan’ny fifidianana izay ho solombavambahoaka tahaka izao izay zary lasa miteraka olana eny anivon’ny antoko ka mahatonga ny fivakivakisana ary lasa mampihena ny tanjak’ilay antoko mihitsy aza izany. 

Inoana araka izany fa samy hahay handray lesona tamin’ny tranga nisy hatramin’izay ireny voalaza fa antoko vaventy ireny ka hijery ifotony ny zava-misy marina, hoy ireo mpanao politika efa tranainy ao Ambaton-drazaka.

Hariliva/Kamy

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO TGV : Hanolotra kandidà amin’ny fifidianana depiote ny ao amin’ny Boriborintany V

Ho fiatrehana ity fifidianana ity indrindra dia niara-nikaon-doha sy nanatanteraka fihaonambe tetsy Amboniloha ireo mpikatroka Tgv rehetra ao amin’ity fokontany ity izay notarihin-dry Ratsitoarisoa Hervé Guy, Manajera Tgv ao amin’ny fokontanin’Amboniloha (Alarobia). Tonga teny an-toerana nanatrika izany ihany koa ny Prezida Hary, filohan’ny Departemanta Tgv ao amin’ny Boriborintany fahadimy sy ireo birao Tgv niaraka taminy.

Tahaka ny efa nataony tamin’ireo fokontany marobe noteteziny tao amin’ny Boriborintany fahadimy dia nitondra fanentanana mahakasika ny tokony hanamarinana ny anarana ao anaty lisi-pifidianana ho an’ny mponina ao amin’ny fokontanin’Amboniloha ihany koa ny filohan’ny Departemanta Tgv eny an-toerana. Nambarany fa tokony samy hanamarina ny anarany ao anatin’ ilay lisi-pifidianana nohavaozina avokoa ireo rehetra nanoratra ny anarany tao anatin’izany rehefa miverina eny anivon’ny fokontany io lisi-pifidianana io aorian’ny 28 febroary 2019. Marina, hoy izy, fa manana 20 andro be izao ny olom-pirenena rehetra ahafahana manao izany saingy tsy tokony hiandry farany foana vao hanao zavatra.

«  Tsy azo lazaina ho antoko ny antoko iray raha tsy mahasahy miatrika fifidianana sy manana olona hatolotra amin’ny karazam-pifidianana rehetra atao eto amin’ny tany sy ny firenena  », hoy ny Prezida Hary. Notsoriny fa manana olona hatolotra ho kandidà solombavambahoaka ary efa ela niomanana tamin’izany ny antoko Tgv ao amin’ ity Boriborintany ity amin’ny maha antoko matanjaka indrindra azy ka tsy hataho-maso mena hifaninana amin’ ireo avy amin’ny antoko hafa. Hanolotra kandida araka izany ny antoko Tgv ary amin’ity herinandro ity no ho fantatra ny anarany.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FARITRA BETSIBOKA : Nisitraka fampiofanana ireo vondron’ny mpanao politika

Tao an-drenivohitry ny Faritra, tao Maevatanàna no nanatanterahana ny fiofanana ny faran’ny herinandro lasa teo. Manoloanany fikarakarana ny fifidianana solombavambahoaka izay hotanterahina afaka telo volana eo ho eo no anton’ny fampiofanana. Tanjona ny hahatanteraka an’io fifidianana io ao anatin’ny fahamendrehana sy ny fihavanana. 

Nandritra ny fampiofanana no nanazavana tamin’ireo vondron’ny mpanao politika tao Maevatanàna ny tsara ho fantatra rehetra mikasika ny fifidianana solombavambahoaka mialoha, mandritra ary aorian’ny fifidianana. Nambaran’ny solontenan’ireo antoko politika niatrika ny fampiofanana fa tena ilaina ary zava-dehibe tokoa ny fiofanana tahaka izao mba hahafantarana zavatra maro mikasika ny fifidianana.

 “Efa mazava izany ny fitsipi-dalao amin’ny fifidianana solombavambahoaka araka izay efa nifampizaràna teo. Nahafa-po ny fampiofanana”, hoy ny fanehoan-kevitr’ireo mpiofana. Ny herinandro lasa teo dia nisitraka izay fampiofanana nomen’ny Céni izay ihany koa ny mpanao politika, ny fiarahamonim-pirenena ary ny mpanao gazety. Tanjona hatrany ny hanatanterahana ny fifidianana ao anatin’ny mangarahara tanteraka.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIAROVANA NY TONTOLO IAINANA : Zana-kazo miisa 3000 novolena tamin’ny velaran-tany 3 ha tao Nosy Be

Araka izany dia nanatanteraka ny azy ireo avy ao Nosy be izay notarihan’ny prefet-n’ny polisy Horace Patrice.

"Fambolen-kazo mahomby, loharanon’angovo maharitry". Io no teny filamatra noentina nanokafana ny fambolen-kazo tao Nosy Be, ny faran’ny herinandro teo. Fantatra tamin’izany fa manoloana ny fiovaovan’ny toetr’andro misy ankehitriny no nandraisana io teny filamatra io. Zana-kazo miisa 3 300 no novolena tao anatin’ny velaran-tany 3 ha .Tao  Mont Passot no nosafidiana manokana noho io  toerana io ahitana ilay farihy mitondra rano mamatsy ny vahoakan’i Nosy Be. Ankoatra izany dia mahasariaka ireo vahiny mpizahatany io Mont Passot io sady manana ny tantarany mampiavaka azy.

Nandritra ny fambolen-kazo no nahafantarana fa efa nihena ho 20 metatra ny halalin’ny farihy ao amin’ity toerana ity raha 45 metatra izany teo aloha. Samy nandray anjara mavitrika nandritra ny fambolen-kazo avokoa ireo avy amin’ny sampan-draharaha miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana, ireo fikambanana maro samihafa ary ireo antoko politika. Anisan’izany filohan’ ny antoko Tgv ao Nosy be.

Namboly hazo teny Antsanitia ny kristianina katolika

Tany Antsanitia, kaomina ambanivohitra Belobaka ao amin’ny distrikan’ i Mahajanga no nosafidian’ireo kristianina katolika avy amin’ny Diosezin’ny Mahajanga hanaovana fambolen-kazo. Kristianina katolika sahabo teo amin’ny 800  no namita ny adidiny ary zana-kazo 6000 no voavoly tamin’ny velaran-tany 5 ha mba ho fanarenana ny ala tao amin’ny faritra fambolen-kazo ao Antsanitia. Ny ankamaroan’ireo fikambanana mantsy dia ao Marohogo no mamboly hazo isantaona... efa vita omana rahateo ny tany ambolena any ary efa napetraka ho toeram-pambolena hazo. 

Isan-taona anefa dia tany amina hekitara maro no kila forehitra, main’ny doro tanety sy tevy ala. Anisan’ny faritra lasibatry ny doro tanety i Boeny ka misy ireo ezaka isaky ny distrika amin’ny fambolenkazo. Anisan’ireo toeram-pambolena hazo ny distrikan’i Mahajanga faharoa i Antsanitia. Izy rahateo no anisan’ny mamatsy satrana sy baobao ary honko ny tsena eto Mahajanga ka rariny loatra raha nosafidian’ireo tanora katolika maro hambolen-kazo. 

Mpanjono sy Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FARITRA MENABE : Mampitaraina ny mponina ny firongatry ny andiam-balala “kijeja”, lasibatra ny fambolena

Rakotra valala ny tanàna, indrindra fa ireo voly, foto-pivelomana iainan’ny olona sasany any an-toerana. Raha ny loharanom-baovao voaray mahakasika ny zava-misy dia taorian’ ny ranobe sy rotsak’ orana mahery vaika nateraky ny andro ratsy, narahina hafanana be mananika ny 40°C iny no  voalaza fa anisany antony lehibe nampirongatra ireto andiana kijeja ireto. 

Mihazo ny lalan’i Beloha amoron’i Tsiribihina, Bekonazy, Allée des Baobabs iny  ny tena nahitana izany tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo. Manahy  mafy anefa ireo mponina sao hihanaka amin’ny  Faritra hafa izy io raha toa ka tsy ahitana vahaolana haingana ny  famongorana azy. Ny fahapotehan’ny fambolena aloha no tena atahorana indrindra amin’izao, ka manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana any amin’ity Faritra ity ny rehetra mba hitondra vahaolana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VOLY VARY : Velon’ahiahy vokatry ny tsy fisian’ ny rotsak’orana ny any Alaotra

Betsaka araka izany ireo tantsaha no velon’ahiahy amin’ny mety ho fiantraikan’izany eo amin’ny fambolena indrindra fa ny voly vary. Nanao be fiavy tany am-boalohany izy ity, hoy ny rehetra saingy niato rehefa tonga ny vanim-potoana tena ilàna izany. Manampy trotraka ny fiakaran’ny hafanana izay mamono ny zana-bary. Sahiran-tsaina ny rehetra satria miantraika hatrany amin’ny fiainan’ny mponina andavanandro mihitsy ny fihantonan’ny orana tahaka izao. 

Tsy sahy mamoaka vola ny mpamboly noho ny tahotra ny mety haharatsy ny taona. Mikatso ihany koa vokatr’izany ny sehatra ara-barotra hany ka zary lasa manamafy ny fidirana ao anaty maitso ahitra. Ireo izay manana tanimbary lalovan-drano mandeha no mahazo aina kanefa efa hita ho mihena miandalana ihany koa izany.

Hariliva sy Kamy

Ino Vaovao0 partages

FOKONTANIN’AMBONILOHA : Tsy maharaka ny filan’ny mponina intsony ny fotodrafitrasa misy

Tsy lavitr’ity fokontany ity rahateo moa Ankorondrano sy Ivandry izay toerana ahitana ireo karazana orinasa vaventy sy Hotely mihaja maro. Noho ireo antony ireo dia ihazakazahan’ ireo mpanam-bola sy manan-katao mihitsy ny fividianana tany eny amin’iny faritra iny hanorenana toeram-ponenana.

Vokany, tato anatin’ny dimy taona monja, raha araka ny nambaran’ny filoham-pokontany lefitra ao Amboniloha,  Randrianarison Rauberlin dia nitombo avo roa heny ny isan’ny mponina ao an-toerana. Ny fotodrafitrasa fototra iankinan’ny fiainana andavanandron’ny mponina anefa, hoy ity farany tsy mifanaraka amin’izany loatra. Tsy ampy, hoy izy ny famatsian-drano ny mponina ary tsy ampy toy izany ihany koa ny fotodrafitrasa natokana ho an’ny fanabeazana. 

Tsy ahitana sekolim-panjakana ambaratonga faharoa toy ny Ceg sy Lisea eny an-toerana ka tsy maintsy miampita fokontany hafa lavitra dia lavitra vao afaka manohy fianarana ny mpianatra. Ankoatra ireo dia anisany itarainan’ny mponina eny an-toerana ihany koa ny fahateren’ ny lalana izay tsy mbola nasiam-panavaozana mihitsy hatramin’ny nanamboarana azy kanefa ny sisiny roa efa zary lasa toeram-pivarotana ka sady manaratsy endrika ny tanàna no miteraka fitohanan’ny fiara.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

ROTSAK’ORANA BE LOATRA : Maro ireo fotodrafitrasa simba, ny lalana no tena lasibatra

Ny zoma hariva nitohy sabotsy izany ka saika hita taratra indray ny fiakaran’ny ranobe tamin’ ny faritra maro toy ny teny Besarety, Anosy, Andravoahangy, 67ha sy ny maro hafa… Manginy fotsiny ny rano maloto miangona sy ireo fako be manome fofona ratsy ny tanàna. Ny firodanan’ny trano manao sesilany, toy ny teny Ankadifotsy  manakaiky ny tohatoha-bato izao dia trano fonenana iray no rava vokatry ny orambe. Soa ihany fa tsy nisy ny aina nafoy na ny naratra saingy tsy azo ipetrahana intsony ity trano ity. 

Maro ireo fotodrafitrasa simba araka izany. Misongadina manokana ny fahasimban’ny lalana eto an-drenivohitra. Ahitana fahasimbana avokoa na aiza na aiza lalana aleha, izay anisany olana goavana mahatonga ny fitohanan’ny fiara. Toy ny eny Soanierana lalana hiakatra any amin’ny Capsat iny koa dia potika sy goaka tsy azo ifamezivezena intsony ny faran’ny herinandro lasa teo. Manoloana izany indrindra, betsaka ireo mponina no miandrandra  vahaolana manoloana ny fahasimban’ny lalana. Efa hita ihany amin’izao fotoana fa efa manombotomboka ny asa fanarenana ataon’ny fanjakana, ka ny tena andrasan’ny besinimaro dia ny fanamboarana fotodrafitrasa matanjaka sy maharitra, mba hialana amin’ny fahasimbana lava ka mahasorena ny mponina.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBANJA - ZAZALAHIKELY 13 TAONA NOGADRAINA : Voahitsakitsaka ny zon’ny ankizy

Samy mpianatra izy roa. Kilasy faha-7 no misy an’ ity farany ary kilasy faha-3 no misy an’ilay voalohany. Niteraka resabe ao an-tampon-tanànan’Ambanja ny fanagadrana an’ity zazalahy kely ity.

«  Tsy manohitra ny didy navoakan’ny Fitsarana izahay saingy tsy tokony hogadraina miaraka amin’ireo jiolahy sy olon-dratsy hafa isan-karazany any amin’ny fonja kosa ity zazalahikely vao 13 taona ity  », hoy ireo raiamandreny tafaresaka tamin’ny mpanao gazetinay. 

«  Ny mahagaga ihany koa amin’ity raharaha ity dia samy  zaza tsy ampy taona izy roa ary ilay lazaina  fa nanodinkodina no zandriny. Tsy miditra amin’ny raharahan’ny Fitsarana izahay fa tsy mazava aminay olon-tsotra ny fanagadrana an’ity zazalahikely ity  », hoy hatrany ireto raiamandreny ireto. Manao antso avo amin’ny minisitry ny mponina ireto farany mba hijery akaiky sy hanao fanadihadiana mikasika izao toe-javatra izao satria«  tsy voahaja ny zon’ny ankizy », hoy izy ireo. «  Tokony any amin’ny toeran-kafa voatokana ho an’ny zaza tsy ampy taona no nametrahana an’ity zazalahy kely ity  », hoy hatrany izy ireo.

A.Lepêcheur