Les actualités Malgaches du Samedi 24 Février 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara264 partages

Commerce électronique : Madagascar occupe le 134e rang sur 137

Lors d’une conférence-débat sur les enjeux de l’e-commerce.

Cet e-commerce est porteur d’opportunités mais aussi de défis majeurs spécialement pour les pays moins avancés comme la Grande Ile.

Le commerce électronique devient incontournable alors que Madagascar connaît encore un retard technologique. En effet, « la Grande Ile occupe le 134e rang sur les 137 pays selon le classement de la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement) sur l’e-commerce. Et d’après les statistiques de l’Union Internationale de la Télécommunication, seul un million de personnes sur les 24 millions d’habitants à Madagascar sont des utilisateurs d’internet ». Cécile Barayre, Economiste dans la Section de l’analyse des TIC au sein de la CNUCED l’a déclaré lors d’une conférence-débat sur le commerce électronique co-organisée par la Banque Mondiale, les ministères du Commerce et de la Justice ainsi que le Comité de Pilotage pour le Développement du Commerce Electronique (CPDCE) hier au CCIA.

Défis majeurs. Cependant, « l’e-commerce est porteur d’opportunités mais aussi de défis spécialement pour les pays moins avancés comme Madagascar. Parmi les défis majeurs, on peut citer entre autres, les infrastructures et le renforcement du cadre juridique afin d’établir la confiance des consommateurs face à la cybercriminalité. En fait, sans l’électricité il n’y aura pas de connectivité. Mais il faut également des routes pour acheminer les produits périssables comme le litchi vers le marché. L’éducation et la formation des jeunes doivent également correspondre aux besoins du futur numérique », a-t-elle soulevé. Notons que la loi sur l’e-commerce a été déjà adoptée en 2014. Il en est de même pour les lois sur les transactions électroniques, la signature électronique, la cybercriminalité, la protection des données personnelles et la monnaie électronique. On attend maintenant leurs décrets d’application. Des magistrats, des avocats et des décideurs ont suivi une formation pratique pendant quatre jours afin de renforcer ce cadre juridique.

Culture technologique. Parlant des opportunités, « L’e-commerce favorise les échanges tout en améliorant la participation du pays au commerce international et aux chaînes de valeur. Cela contribue en même temps à la réduction de la fracture numérique et géographique. Mais qu’adviendra-t-il des boutiques physiques ? Quels seront les impacts sur le marché du travail et la Balance des Paiements du pays, car il y aura moins de devises en circulation ? La protection des consommateurs face aux produits contrefaits et aux arnaques ainsi que la protection des données personnelles s’imposent également, sans oublier le développement de la logistique », a évoqué Andry Tiana Ravalomanda, le Directeur général du Commerce Extérieur. En outre, « une culture technologique doit être inculquée aux utilisateurs de l’internet pour ne pas se faire avoir. Et il y a toujours de nombreuses innovations comme l’utilisation des drones pour la livraison des produits », a-t-il poursuivi. Pour sa part, Gil Razafintsalama, représentant le CPDCE, a souligné que l’application des réglementations sur le commerce électronique pourrait constituer un frein à son développement. « Il faut d’abord soutenir le secteur privé à se lancer dans l’e-commerce », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara224 partages

Arlette Ramaroson : Première femme candidate à la présidentielle

L’ancienne juge internationale Arlette Ramaroson a annoncé sa candidature à la prochaine élection présidentielle, hier, en son domicile, à Mandrosoa Ivato. Elle est ainsi la première femme à déclarer officiellement sa candidature pour la course à la Magistrature suprême. La présidente de l’« Association Nosy Malagasy » a été surtout connue pour sa prise de position quant à la restitution des îles éparses à la Grande Ile.

Recueillis par Dominique R.

News Mada206 partages

Basket – AT2B : un 10e anniversaire en grande pompe

L’association Andraisoro tia basket ball (AT2B) souffle ses dix bougies cette année et les membres veulent marquer cet évènement d’une pierre blanche, avec le remake du sport évènementiel « Fety de baskety e ! », du 12 mai au 5 août.

La 3e édition en son genre. En fait, les têtes pensantes mêleront festivités et compétition. Plus de 1.000 passionnés de la balle orange seront dans l’arène et les six équipes championnes seront primées. Une coupe pour les dix ans de l’AT2B sera décernée aux joueurs du fokontany d’Andraisoro et les autres participants peuvent s’inscrire dans les catégories U12G, U18G, vétérans hommes, open hommes et dames ou au minibasket.

«Nous avons déjà programmé plusieurs activités lors de notre dernière réunion pour marquer cet anniversaire. Il y avait déjà la journée récréative baptisée ‘’Andro fiaraha-mifaly’’. La tâche n’est pas facile pour en arriver à ce stade et nous projetons encore de construire un gradin et la clôture du terrain de l’AT2B que nous venons de rénover. Et nous avons encore du pain sur la planche pour continuer à avancer. Les inscriptions sont ouvertes à partir du 1er mars », a déclaré le cordonnateur de projet, Pascal Rasaony, hier, lors d’une rencontre avec la presse.

En effet, la grande famille de l’AT2B a travaillé d’arrache-pied, depuis plusieurs mois, pour que le terrain de basket d’Andraisoro fasse peau neuve…avec les moyens du bord et grâce à la solidarité de tous les membres. Comme on dit, petit-à-petit, l’oiseau fait son nid.

Rojo N.

 

Midi Madagasikara183 partages

Ampefiloha : Nifandona ny fiaran’ny samy jeneralin’ny polisy

Tao anaty hamehana no nitranga tampoka ny lozam-pifamoivoizana tetsy Ampefiloha, teo ampitan’ny Immeuble Fiaro. Tokony ho tamin’ny sivy ora latsaka fahefany maraina, omaly, raha efa dodona ny hamonjy an’Ivato ny kortezin’ny oloben’ny pôlisim-pirenena no nisy olona niampita tampoka. Voatery nijanona ny fiara teo aloha kanefa efa somary nandeha mafy. Vokatr’izany, tsy tafajanona intsony ny fiara tsy mataho-dàlana iray taoriany ary, mazava ho azy, nitranga ny lozam-pifamoivoizana. Samy jeneralin’ny polisy no tao amin’ireo fiara roa, raha araka ny fanamarinam-baovao natao. Hamonjy ny lanonana famoahana amin’ny fomba ofisialy ny fivoahan’ny indraimihira izay misy komisera sy ofisie ny anton-dian’izy ireo.  Izany dia notanterahina teny amin’ny sekoly ambonin’ny polisim-pirenena eny Ivato. Tao anaty hamehana, satria amin’ny sivy ora sy sasany maraina ny lera tokony nenjehina. Efa nasiana lamina manoloana an’izany ary natao kortezy ireo olona eo anivon’io vondrona io izay hanome voninahitra ny lanonana. Nitera-doza anefa ny fisian’ny mpandeha an-tongotra izay heverina ho tsy nisy fahamalinana raha niampita tampoka. Tsy nanakana ny kortezy tsy nandeha izany, saingy ilay fiara Hyundai Terracan miloko volon-davenona kosa dia tsy afa-nihetsika teo intsony. Nosintomina izany ary nentina avy hatrany tao amin’ny garazy iray izay havanana amin’ny famerenana amin’ny laoniny ny vy potika sy fandokoana fiara, teo Andavamamba. Ilay manamboninahitra jeneraly izay tompony koa dia tsy afa-namonjy intsony ny lanonana tetsy Ivato.  Tsy nila vaniny tamin’ilay olona niampita kosa ireo oloben’ny pôlisy ary niezaka aza ny nanala faran’izay haingana ny fiara mba haka sisiny, mba tsy hiteraka fitohanan’ny fifamoivoizana be loatra ny zava-nitranga. Momba ny fahasimbana indray dia tsy dia naninona loatra ilay fiara tsy mataho-dàlana Nissan Hardbody teo aloha fa voa mafy kosa ilay Hyundai Terracan. Io farany moa dia naiditra garazy avy hatrany ary natomboka teo ihany ny fanamboarana azy.

D.R

Midi Madagasikara154 partages

Nouvelles recrues du Trésor public : 30 inspecteurs et 28 comptables opérationnels

La promotion « Mahatoky », avec les représentants de l’IMATEP et du ministère des Finances et du Budget.

Ils étaient plus de 1.800 candidats au départ à vouloir devenir inspecteur du Trésor et plus de 3.200 candidats à viser le poste de comptable du Trésor. Hier, ils n’étaient plus que 30 inspecteurs et 28 comptables à avoir reçu leur diplôme après leurs formations à l’IMATEP. Lors de la sortie de cette promotion baptisée « Mahatoky », le DG du Trésor, Herivelo Andriamanga a souligné l’importance de la lutte contre la corruption, vu le grand rôle que joue le Trésor public dans la vie de la nation. Pour sa part, le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona a mis en avant les règles qui s’imposent aux employés de son département. « L’obligation de réserve qui est un devoir pour les fonctionnaires. Les dossiers traités au sein du Trésor sont très sensibles. Il faut être très prudent. Il y a également l’obligation de neutralité, pour ne pas confondre le travail et la politique. Vous pourriez faire de la politique, mais hors du lieu de travail. Et enfin, il y a l’obligation de servir. Nous sommes des employés du peuple et nous devons servir le peuple », a-t-elle adressé aux nouveaux diplômés.

Antsa R.

Midi Madagasikara105 partages

Terrible accident à Moramanga : Un Sprinter fauché par un camion, sept morts et trois blessés graves

La Route nationale n°2 a été, une fois de plus, le théâtre d’un accident grave la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 février. La collision entre un taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter et un camion a fait sept morts dont six tués sur le coup et trois blessés graves dont l’un a dû être évacué d’urgence à Antananarivo. Selon les informations, les victimes sont tous de sexe masculin. Le taxi-brousse, lequel est affilié à la coopérative Kofimanga, est parti d’Antananarivo pour rejoindre Toamasina. A l’entrée de la ville de Moramanga soit au PK102+800, le chauffeur a dû arrêter la voiture suite au problème survenu au niveau de l’un des pneus qui a explosé pour réparer celui-ci. Les 22 passagers ont alors profité de l’occasion pour prendre une pause. Ils étaient sur le bord de la route de leur voiture quand un camion semi-remorque en provenance de Toamasina se dirigeait vers le Sprinter avant de faucher ce dernier. Projeté par le choc, le taxi-brousse a chambardé. Puisque l’accident a eu lieu en ville, les habitants se sont vite rassemblés pour porter secours. C’était en ce moment que les secouristes ont constaté six personnes mortes sur le coup et quatre blessées. Evacuées d’urgence à l’hôpital de Moramanga, l’une de ces dernières a rendu l’âme quelques heures plus tard.

Vindicte populaire. Ce qui a fait tiquer les personnes qui sont venus à la rescousse des victimes de cet accident, était d’avoir remarqué que les occupants du camion, le chauffeur et son aide, ont disparu. Selon les explications émanant de  la gendarmerie qui se charge de l’enquête, ils ont quitté les lieux dès que l’accident s’est produit pour ne pas subir une vindicte populaire, fait fréquent dans un cas pareil. Pour se protéger, ils se sont rendus aux gendarmes qui faisaient du barrage à Antsirinala. Ainsi, ils sont placés en garde à vue à la brigade de la gendarmerie de Moramanga. Expliquant la cause de l’accident, le chauffeur affirme avoir perdu le contrôle de sa voiture à cause d’un problème de vision qui l’a soudainement frappé. En réalité, ce n’est pas la première fois qu’une tragédie de ce genre s’est produite sur cette portion de route, entre Andranokobaka et Antsirinala. En effet, il est temps que les autorités prennent des mesures pour prévenir le pire. Il est à noter que la coopérative Kofimanga a déjà pris ses responsabilités en se chargeant du transbordement des passagers pour qu’ils arrivent à leur destination. Il en est de même, des autorités du district de Moramanga et de la région Alaotra-Mangoro qui ont déjà apporté, hier, leur soutien aux blessés.

T.M.

Midi Madagasikara88 partages

Présidentielle 2018 : A la recherche d’un « Gisa mainty »

Des politiciens sont venus voir le film « Gisa mainsty ». ( Photo Kelly)

Cette année étant marquée par l’élection présidentielle, une projection d’un film, allant dans ce sens, avec comme titre « 2018 Gisa mainty » a eu lieu, hier, à l’American center à Tanjombato. Un long métrage de 90 mn produit par Scoop Digital. On a l’impression dans ce film que l’on est à la recherche d’un « Gisa mainty » autrement dit, oiseau rare, pour les prochaines échéances électorales. L’acteur principal dans ce film, Francis Turbo, a donné un bref aperçu de « Gisa mainty ». A la question s’il va se porter candidat à la prochaine élection présidentielle, l’humoriste a souligné que « pour le moment, je ne pense pas me présenter à l’élection présidentielle ». Toutefois, il a souligné que « s’il le faut je suis partant, mais avec certaines conditions ». Notons lors de cet évenement on a vu la présence d’un certain nombre de politiciens. Il s’agit, entre autres de Rivo Rakotovao, Imbiki Anaclet et de Velompanahy Aristide. On a noté également la présence de la présidente du SMM Ernaivo Fanirisoa, ainsi que des représentants de la société civile, en l’occurrence Rohy. Toujours est-il que ce film a été suivi d’une série de questions-réponses. Des réflexions portant notamment sur la conduite des hommes politiques.

Dominique R.

Midi Madagasikara85 partages

Ankorahotra : Olona nahazo tamin’ny PMU, narahin’ny mpanendaka hatrany Ambanidia

Lehilahy iray, izay vao avy nandray vola tamina hazakazan-tsoavaly no narahin’ny mpanendaka roalahy, avy eny Ankorahotra ka hatrany Ambanidia. Tsy nahavoa ny asa ratsiny anefa izy roalahy ireto, fa sendra ny nahay azy. Rehefa tazan’ity olona ity mantsy fa misy manaraka sy somary hafahafa ny fihetsik’ireo roalahy avy hatrany dia nolerany ny sabatra tany aminy ny iray ary naratra mafy. Nampiseho ny karatra maha-mpiambina matihanina azy amina orinasa iray avy eo ingahy, ary nilaza mazava hananany taratasy ara-dalana ny fisian’ny zava-maranitra tany aminy. Izy rahateo ihany koa tamin’io fotoana io avy niasa ka handeha hody. Ny voalohandohan’ny herinandro teo no nisehoan’ity tranga hafakely ity. Araka ny filazan’ireo nanatri-maso sy ny fanazavàn’ity mpiambina ity tokoa mantsy dia nahazo tamin’io lalao hakazan-tsoavaly io ranamana. Ny hariva avy niasa ny tenany no naka izany teny amin’ny toerana nisy ilay fakàna vola. Tamin’io fotoana io dia tsinjony ho nisy roalahy nanaraka ny tenany. Nony tonga teo Miandrarivo, Ambanidia no somary nila vanina taminy amin’izay ireto farany. Tsy nisy fisalasalàna ny nampiasainy ny fitaovam-piadiana tany aminy ka io nandratra ny  iray tamin’ireto mpanendaka ireto. Sanganehana avy hatrany ilay namany ary namoaka karatra ihany koa sy nilaza fa hoe mpitandro filaminana. Nanazava teo ilay mpiambina fa fiarovan-tena ny azy ary raha marina fa hoe mpitandro filaminana dia vonona ny hanazava ny fihetsika nataony hatramin’ny farany izy. Nifanarahana fa entina tamin’ny hôpitaly aloha ilay naratra izay vao mamonjy biraon’ny mpitandro filaminana. Tany amin’ny hôpitaly anefa dia nanjavona sy tsy hita intsony ny iray tamin’ireo olon-dratsy. Hita ho nirongatra tokoa ity resaka fanendahana ity tato ho ato, eny fa na dia efa manao ny ainy tsy ho zavatra ihany koa aza ireo pôlisy misambotra ireny tontakely ireny. Fa ny tena zava-doza dia mazàna manana fitaovam-piadiana mahery vaika izy ireo, ary tsy menatra mihitsy ny mamono, raha vao misy miana-kendry manohitra azy ireo, toy ilay nitranga tetsy Ambohimanarina, andro vitsy lasa izay.

m.L

Midi Madagasikara80 partages

Energies renouvelables : Une formation sur les projets solaires organisée par la GIZ

L’énergie solaire est de plus en plus prisée à Madagascar, surtout dans les zones non couvertes par la Jirama.

La promotion des énergies renouvelables à Madagascar figure parmi les actions appuyées par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ). Suite aux formations axées sur « l’Initiation aux Energies Renouvelables (EnR) », « l’analyse des projets d’EnR » ainsi que « la gestion des projets d’EnR » de 2016 et 2017 destinées aux banques, la prochaine formation sera axée sur l’énergie solaire et se tiendra le 21 mars prochain à Antananarivo. « Les spécificités des projets solaires de très petite et petite échelle », tel sera le thème de cette formation initiée par la GIZ avec le Programme PERER (Promotion de l’Electrification par les Energies Renouvelables). D’après les organisateurs, l’objectif de cet atelier est d’informer les institutions financières sur l’énergie solaire et sa généralité : la technologie, les produits, les projets aux différentes échelles et leurs financements. En effet, de nombreux projets solaires de petites envergures sont déjà menés dans la Grande Ile, mais comme leurs réalisations nécessitent des investissements, la recherche de financements reste un casse-tête pour les promoteurs de ces projets.

Antsa R.

Midi Madagasikara66 partages

Gare routière d’Andohatapenaka : Manque d’anticipation sur la desserte des taxi-be

Faute d’anticipation de la part des autorités chargées du transfert de la gare routière à Andohatapenaka, la faible desserte des taxis-be autour de cette nouvelle la gare routière, appelée à devenir un endroit très fréquenté, contraint les usagers à la marche forcée.

Aucun arrêt de taxi-be ne se trouve suffisamment à proximité de la gare routière d’Andohatapenaka, causant des difficultés plus ou moins importantes pour les usagers voulant rejoindre ce lieu. Depuis le transfert à Andohatapenaka des premières coopératives de transport, à savoir celles desservant l’axe RN1, les moyens de transport en commun sont nettement plus limités pour les usagers. Il leur faut, en effet, parcourir une distance assez conséquente depuis l’arrêt de taxi-be le plus proche, avant d’arriver à la gare routière. Cette carence contraint les usagers ne pouvant pas se payer les services d’un taxi, à une marche forcée, les bagages sur le dos, en équilibre sur la tête, ou portés à bout de bras. Cette situation est particulièrement mal vécue par les femmes avec des bébés, les femmes enceintes, les personnes plus ou moins âgées.

Solutions. En réalité, la situation résulte d’un défaut d’anticipation venant des responsables engagés dans ce processus de transfert de la gare routière à Andohatapenaka. « Il a fallu mettre en place un dispositif bien ficelé bien avant le 21 février sur ce volet des arrêts de taxi-be, parce que les usagers, on le savait depuis le début, allaient affluer vers Andohatapenaka », s’indigne-t-on dans les rangs des usagers. En effet, aucune décision allant dans ce sens n’a été prise, du moins, pas suffisamment à temps. L’ATT (Agence du transport terrestre) a annoncé l’éventualité d’une mise en place de nouvelles lignes de taxi-be partant de la gare routière d’Andohatapenaka vers plusieurs axes, ou d’autres solutions pour résoudre le problème de locomotion. Ceci reste, pour l’instant au stade de l’intention. En attendant la concrétisation, les voyageurs d’Andohatapenaka sans voiture ni taxi, continueront encore de faire de la marche à pied.

Hanitra R.

Midi Madagasikara28 partages

Député Abdillah : Sa dépouille mortelle attendue cet après-midi à Ivato

Le député de Vohémar Abdillah a succombé, mercredi dernier, à sa longue maladie en Inde. D’après la communication transmise par l’Assemblée nationale, sa dépouille mortelle est attendue cet après-midi à 13h40 à l’aéroport international d’Ivato. Elle sera immédiatement acheminée à la Mosquée de 67ha avant d’atterrir à Tsimbazaza où une cérémonie officielle sera organisée en hommage à l’élu qui a déjà occupé les fonctions de vice-président de l’Assemblée nationale (pour la province d’Antsiranana) du temps du président Zafy Albert et celles de chef de région de la SAVA. Sa dépouille mortelle sera acheminée à Vohémar demain pour être inhumée dans son caveau familial.

Eugène
Midi Madagasikara25 partages

Tana Master Guitar Battle : Un concours ouvert à tous les solistes !

Le concours « Tana Master Guitar Battle » donne l’occasion aux jeunes solistes de se faire connaître par le grand public et pourquoi pas de suivre les pas de guitariste connu comme Joël Rabesolo.

Amoureux de six cordes, ceci est pour vous. Pour tous les guitaristes en herbe aimant les challenges, Tana Master Guitar Battle organise un concours de guitare « solo ». Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 mars.

Que vous soyez plus à l’aise avec la musique classique, que vous ayez une préférence pour le rock, que vous maîtrisez le jazz, que vous appréciez la musique traditionnelle… tant que vous jouez au six cordes, Tana Master Guitar Battle vous attend les bras ouverts. La participation au concours est ouverte jusqu’au 15 mars. « Ceux qui désirent participer devront envoyer une vidéo de deux minutes sur laquelle on voit clairement le visage du musicien, sur la page facebook de l’évènement. Ils peuvent jouer leur propre morceau ou interpréter des titres d’autres artistes pour cette première étape ». Petite précision cependant, il est formellement interdit d’utiliser la polyphonie et le looper. « Nous n’avons posé aucune limite d’âge. Les plus jeunes tout comme les plus âgés peuvent donc participer et voir jusqu’où ils peuvent aller. Les participants devront jouer sans accompagnement. Il ne devrait y avoir aucun autre instrument, ni chanteur ni choriste. Rien ! Que le son de la guitare ! Le but du concours étant de mettre en avant ces solistes de talent dans l’ombre. Nous ne demandons pas non plus de frais d’inscription afin que tout le monde puisse participer. Nous voulons seulement donner un coup de pouce à tous ces musiciens, les jeunes en particulier, la chance de montrer au monde qu’ils méritent d’être soutenus. C’est notre humble participation à l’éducation de nos jeunes. Au lieu de perdre leur temps à boire ou à fumer, ils les dépenseront à se surpasser et devenir le meilleur et se démarquer au concours ». Pour tous ces musiciens dans l’ombre, l’occasion est à saisir !Mahetsaka

Midi Madagasikara24 partages

Ambatoboeny : Fanafihan-dahalo, olona telo voatifitra, efatra lasa takalon’aina

Tsy an-tanan-dehibe tsy ambanivohitra fa dia tena mampiakaika ny mponina mihitsy ity resaka tsy fandriam-pahelamana ity. Any ambanivohitra dia manjaka tanteraka ny asan-dahalo ary mazàna dia miafara amin’ny rà mandriaka foana izany. Toy ny nitranga tany Ambararata, ao any amin’iny distrikan’Ambatoboeny iny, tamin’ity herinandro ity. Olona telo no voan’ny balan’ireo malaso ka tompon’omby iray no maty tsy tra-drano. Nisy olona efatra kosa no lasan’izy ireo natao takalon’aina, ankoatra ireo omby am-polony maro lasan’ireto olon-dratsy ireto. Manodidina ny efapolo lahy any ireo andian-dahalo ireto, araka ny fampitam-baovao azonay, ary samy nirongo basy avokoa. Tsy nisy resaka sy alaharo alaharo teo fa avy hatrany dia poa-basy tsy nifandrenesana no nanakoako eran’ny tanana. Izay olona mbola sahy nisedra azy ireo sy nivoaboaka teny ivelany, avy hatrany dia norarafan’ireto malaso ireto avokoa. Tamin’izany fotoana izany no nahavoatifitra ny tompon’omby iray sy olona roa hafa. Raha ny vaovao azo moa dia navotsotr’ireto andian-dahalo ireto ihany ireo olona nalain’izy ireo nataony takalon’aina rehefa tafavoaka ny tanana izy ireo. Efa nampandrenesina moa ireo zandary tany an-toerana ary niroso avy hatrany tamin’ny fanarahan-dia sy fikarohana ireo olon-dratsy ireto izy ireo.

m.L

News Mada23 partages

Formation professionnelle : un guide pour mieux s’orienter

Normalement, à l’issue d’une formation professionnelle, le bénéficiaire devrait être prêt à affronter le marché du travail. Cependant, dans la majorité des cas, les profils et formations acquises par les candidats ne correspondent toujours pas aux besoins du marché.

Face à cette situation, le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP) a sorti un Guide malagasy de l’ingénierie de certification et de formation. Il permet d’aider les formateurs à améliorer leur méthode d’enseignement et de le mettre à jour vis-à-vis de l’évolution des besoins du marché.

Vient après la certification de la formation. «Par ce procédé, on assure en même temps la qualité de la formation», a souligné la ministre du MEETFP, Marie Lydia Toto Raharimalala. La cérémonie de présentation officielle du livre s’est déroulée hier à l’hôtel Le Louvre Antaninarenina.

Approche par compétences

L’approche par compétences des professionnels est l’une des procédures singularisant ce guide. Cela, après analyse de la situation du travail dans un secteur déterminé. De là découle le programme ou référentiel de formation, de certification et d’évaluation.

Le Guide malagasy de l’ingénierie de certification et de formation a pu voir le jour grâce à l’appui des experts de l’Unesco et de l’OIF, notamment les experts canadiens.

Sera R.

 

News Mada19 partages

Anomalies au sein de l’ARMP : une commission mixte indépendante exigée

Les organisations de la société civile composées de Rohy et de l’observatoire indépendant des marchés publics (OIMP) n’entendent pas passer sous silence les anomalies constatées au sein de  l’Autorité de la régulation des marchés publics (ARMP). Vraisemblablement, les explications fournies par la ministre de tutelle et les responsables au sein de l’ARMP ne les ont pas convaincues.

L’OIMP étant une structure de la société civile qui a pour objectif  de suivre les marchés publics, Rohy et compagnie exigent dans ce sens la mise en place d’une commission mixte indépendante, composée de la société civile, du secteur privé ainsi que des organes indépendants de contrôle et/ou de lutte anti-corruption.

Cette commission sera chargée «d’enquêter, de faire la lumière et d’identifier les personnes à sanctionner», a souligné Rohy dans son communiqué. Et elle devra travailler d’arrache-pied pour que les résultats puissent être obtenus et rendus publics en un mois.

Des efforts reconnus

Etant donné que les marchés publics sont vulnérables à la corruption et aux détournements sous plusieurs formes, des dispositions ont été entreprises, mais restent pour l’instant au stade de la théorie.

 Un nouveau code a été validé en janvier 2017 en vue d’une gestion des passations de marchés publics conforme avec la bonne gouvernance, mais aucun décret d’application n’a été mis en place jusqu’à présent.

L’instauration de la mercuriale des prix pour faciliter les comparaisons au niveau des offres est une nécessité à laquelle l’ARMP, s’attelle depuis des années, sans résultat clair et disponible à ce jour. Le nouveau code stipule que toutes les entités utilisant l’argent public devraient publier en début d’année leur plan de passation de marchés publics pour toute la saison, mais cela n’est pas mis en pratique.

Le communiqué conclut que le mouvement Rohy et l’OIMP insistent «sur la nécessité de mobilisation de toutes les parties prenantes et interpellent particulièrement les responsables pour qu’ils montrent l’exemple d’une gestion  équitable et respectueuse des citoyens dans le traitement des affaires publiques».

Recueillis par Nadia

Midi Madagasikara19 partages

Projet RANO WASH : 30 millions de dollars et 600.000 bénéficiaires

C’est un projet de cinq ans en faveur de l’amélioration de l’accès à l’Eau, à l’Assainissement et à l’Hygiène à Madagascar, à mettre en œuvre dans la partie Est et sur les Hautes terres. Ce projet, baptisé RANO WASH (« Rural Access to New Opportunities in Water, Sanitation and Hygiene », signifiant « accès des zones Rurales à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène »), est un projet de l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), dont la mise en œuvre nécessitera un financement de 30 million de dollars. L’objectif étant d’améliorer les services de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène dans les zones rurales du pays. RANO WASH sera exécuté par un consortium dont CARE est le chef de file et qui comprend le Catholic Relief Services, le WaterAid, Bush Proof et Sandandrano. Le projet améliorera la santé des habitants, notamment les filles, les femmes et les personnes handicapées, dans 250 communes des régions Vatovavy Fitovinany, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra et Vakinankaratra.

Mise en œuvre. Plus de 600.000 personnes au total, profiteront du projet, dont 300.000 auront accès à l’eau potable à travers 140 réseaux de distribution, gérés par des entreprises locales formées par le projet. 375.000 autres personnes pourront bénéficier d’un meilleur assainissement grâce aux travaux d’amélioration et de réhabilitation des blocs sanitaires. 190 structures publiques, dont des centres de santé et des écoles, figurent parmi celles qui recevront ces installations sanitaires améliorées.

Le projet travaillera avec des partenaires et les réseaux existants d’agents communautaires afin de promouvoir des comportements sains, tels que l’utilisation de l’eau potable et des toilettes, le lavage régulier des mains, l’hygiène menstruelle pour les filles et les femmes l’hygiène alimentaire et la gestion des déchets. Rappelons que quasiment la moitié des ménages ruraux à Madagascar, ne dispose pas d’une toilette (42%) ou n’ont pas accès à l’eau potable (44%), selon une enquête menée en 2016.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara18 partages

MIDIRAMA : Entrée de plein pied dans la période électorale

C’est à une nouvelle donne qu’est confronté le régime depuis le week-end dernier. Le retour sur la scène politique malgache d’Andry Rajoelina le force à trouver des parades aux propositions de l’ancien président de la Transition. En fait, c’est sur la forme plutôt que sur le fond que ce dernier a pris un certain avantage lors de son émission télévisée. Il n’a pratiquement rien dévoilé sur cet IEM qui doit faire sortir Madagascar de la crise où elle est enfoncée, mais il a su trouver les mots et le ton adéquats pour lancer sa campagne d’information en vue des présidentielles. Le parti au pouvoir doit donc maintenant revoir toute sa stratégie pour arriver à contrecarrer l’offensive de cet adversaire qui s’avère dangereux. Jusqu’à présent, le camp du chef de l’Etat pouvait faire ce que bon lui semblait puisqu’il était assuré de ne pas être contredit. Il se trouve dans la position inconfortable de celui qui ne sait pas ce qui va être dit en face. Les arguments qui sont développés par la presse favorable au régime ne sont pas d’une grande finesse, mais c’est de bonne guerre. A quelques mois de l’élection présidentielle, le pouvoir semble s’être réveillé puisqu’une session extraordinaire du parlement va commencer mardi prochain. Plusieurs projets de loi vont être examinés, dont ceux relatifs au code électoral. La présentation de l’IPC ou Indice de Perception de la Corruption par Transparency International replace sur le devant de la scène, cette corruption que l’on ne peut plus minimiser et qui est une véritable plaie de notre société. Les propos du chef de l’Etat sur la lutte contre la corruption n’ont pour le moment aucune incidence sur l’ampleur du phénomène et il va falloir beaucoup d’efforts pour essayer de redorer l’image de notre pays.

Sur le plan international, c’est toujours la tragédie vécue par les habitants du fief rebelle de Ghouta orientale en Syrie qui émeut l’opinion internationale. Le régime écrase sous les bombes cette enclave qui lui résiste. C’est la population civile qui en fait les frais. Malgré les centaines de morts et de blessés, Bachar Al Assad n’a pour l’instant aucune intention de stopper ses frappes fait en coordination avec son allié russe. Le ministre des Affaires étrangères français Jean Yves Le Drian a lancé un appel solennel au Raïs syrien pour qu’il arrête l’escalade actuelle. Cette intervention a eu lieu avant une réunion du Conseil de Sécurité, devant décider d’une trêve sur le terrain.

Aux Etats-Unis, c’est une fois de plus la question de la vente des armes sans aucune restriction qui est posée après la tuerie dans un lycée de Floride. Il s’agit de la 291e fusillade dans une école depuis 2013 et l’émotion est à la mesure de l’acte perpétré par ce jeune homme déséquilibré. Le débat est relancé et le cri de colère des parents des victimes devrait faire changer les positions des parlementaires américains. Le président Donald Trump, quant à lui, ne veut pas se dédire et préfère demander aux enseignants de s’armer pour prévenir ce genre d’incident tragique. La NRA, le puissant lobby des armes, préfère dénoncer « la politisation honteuse » de cette tuerie.

Le pays va entrer de plein pied dans la période électorale. Ce n’est que le début des escarmouches et des petites phrases sensées déstabiliser ses adversaires. Les semaines, voire les mois à venir nous réservent des surprises. On peut rêver et espérer un débat  intéressant d’idées, mais on devrait plutôt craindre les coups bas.

Patrice RABE

Midi Madagasikara18 partages

Football : La liste des Barea dévoilée

Dans un mois, les Barea de Madagascar disputeront deux matchs tests dans le cadre de la préparation des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 au Cameroun. Des rencontres organisées conjointement par la Fédération malgache de football et l’association « Alefa Barea » en France les 21 et 23 mars prochains. Les Barea affronteront les Éperviers du Togo le 21 mars et ils seront opposés aux Kosovares le 23 mars. Le sélectionneur national, Nicolas Dupuis a publié la liste des joueurs qui vont attaquer cette double confrontation. Avant cela, un stage bloqué sera organisé du 19 au 25 mars en France.

La listeGARDIEN DE BUT:1. Ibrahima DABO, club: FC GOBELINS

2. MELVIN ADRIEN, club: AC AMIENS ATHLETIC CLUB

DÉFENSEUR:3. Thomas FONTAINE, club: CLERMOND FERRAND

4. Jérôme MOMBRIS, club: Gazelec football club d’AJACCIO

5. Pascal RAZAKANANTENAINA, club: AFA ARRAS FOOTBALL ASSOCIATION

6. Toavina RAMBELOSON, club: US TOURCOING

7. Fabien BOYER, Club: US CRETEIL LUSITANOS

8. Tobisoa NJAKANIRINA, Club: CNPAS

9. Mamy Gervais Randrianarisoa, club JS SAINT PIERROISE

MILIEU:10. Anicet ANDRIANANTENAINA, Club: PFK LUDOGORETZ RAZGRAD

11. Ibrahim AMADA, club: Mouloudia d’Alger

12. Mathieu Sedera Randriamparany (Jeunesse saint pierroise)

13. Zotsara RANDRIAMBOLOLONA, club: ROYAL ANTWERP FOOTBALL

14. Dimitri CALOIN: club Stade Olympique CHOLETAIS

15 Albert Tokinirina Rafetraniaina (OGC NICE)

JOUEUR OFFENSIF:16. Paulin VOAVY, club: MISR EL MAQASA

17 Lalaina NOMENJANAHARY, club: Paris FC

18. Njiva RAKOTOHARIMALALA, club: RATCHABURI FC (prêté à SUKHOTAI FC)

19. Rinjala RAHERINAIVO, club: FC SION

20. Ima Faneva ANDRIATSIMA, club: HAC Le Havre Athletic Club

21 – Claudio RAMIADAMANANA – Chartre FCT.H

News Mada15 partages

Reforme Foncière : la Mauritanie séduite par le modèle malgache

Une délégation composée de six hauts responsables mauritaniens est dans nos murs depuis une semaine. Cette mission va s’enquérir des expériences malgaches dans le domaine de la réforme foncière.

Hier, une descente a été organisée dans le district d’Andramasina afin de mettre en pratique les acquis durant le séjour de la délégation. Ces hauts responsables issus de divers domaines en Mauritanie, comme le ministère de l’Agriculture, la gouvernance du secteur public, le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, le ministère de l’Economie et des finances, les domaines et le patrimoine de l’Etat, ont suivi en direct les procédures d’un règlement de conflit domanial entre deux protagonistes.

«Nous sommes séduits. Madagascar s’est engagé dans la réforme foncière qui est un modèle sur lequel nous sommes venus nous inspirer. Ce que nous avons vu, nous a beaucoup satisfait et nous allons proposer cette même réforme chez nous», a déclaré le chef de mission et non moins conseiller  du ministre de l’Economie et des finances en Mauritanie, Wane Abdoul Aziz.

Des cas similaires

Si Madagascar a été choisi, c’est que les deux pays ont une économie et un niveau de potentialité agricole similaires. La Mauritanie est constituée de 90% de territoire désertique et ne dispose que de 500.000 terres arables, dont 130.000 sont déjà aménagées. Cette zone arable se répartit en zones pluviales, c’est-à-dire qu’elle n’est  exploitée que lors des saisons pluvieuses et en zone hydraulique avec un fleuve comme source d’eau.

 «Madagascar est exemplaire en matière de réforme foncière. Nous avons été intéressés en premier lieu par le système d’immatriculation. Nous sommes convaincus que c’est un moyen simple et disponible pour créer le développement. Pour commencer notre processus, nous allons mettre en œuvre cette méthodologie d’immatriculation », a raffermi le directeur général des Domaines et du patrimoine de l’Etat, Mohamed Yahya Maham.

Le séjour de cette délégation mauritanienne prendra fin par une récapitulation de ses acquis lors d’une réunion en fin de semaine.

L’organisation totale de cette mission a été confiée à la Cellule de coordination de la réforme foncière (CCRF).

«Nous avons reçu une délégation du Sénégal, du Cameroun et du Rwanda. L’objectif est de ne pas copier-coller  notre modèle mais de s’inspirer du modèle. Cet échange nous a permis de démontrer que les pays du tiers-monde sont capables de s’entraider et les propositions sont conformes à la réalité dans les pays du Sud. Madagascar sera toujours partant pour un partage de son expérience en matière de réforme foncière mise en œuvre depuis 2005», a conclu le coordonnateur adjoint national de la CCRF, Axel Herilala Fanomezantsoa.

Nadia

Midi Madagasikara15 partages

Journée de la Femme : Le « Vohitra Kanto fihary » au Palais des Sports

Harilala Ramanantsoa de Mada Vision, partenaire technique du MPPSPF pour l’organisation du « Vohitra kanto fihary ».

La célébration du 8 mars, Journée mondiale de la Femme se tiendra pour Madagascar du 2 au 5 mars, au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina. Organisé par le ministère de la Population de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) avec Mada Vision comme partenaire technique, l’évènement s’intitule « Vohitra Kanto fihary » ou « Village des talents féminins ».

Pour cette deuxième édition (l’édition 2017 ayant quelque peu été perturbée par le cyclone Enawo), le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme se lance dans un challenge passionnant, celui de : « mettre en avant les femmes qui, par leurs engagements, participent pleinement au développement de Madagascar ». Effectivement, les 22 régions seront toutes représentées à travers les associations des femmes qui exposeront leur savoir-faire et les rendus de leurs activités génératrices de revenus. Notons que « Vohitra Kanto fihary » est parrainé par Voahangy Rajaonarimampianina, première dame de Madagascar. Comme lors de la première édition, le Village des talents féminins proposera aux femmes et aux hommes, attendus nombreux, des animations culturelles diverses, une expo-vente sur une centaine de stands et une rencontre avec les divers partenaires techniques et financiers du MPPSPF (50 stands).

Innovations. Lors de la conférence de presse d’hier, Harilala Ramanantsoa de Mada Vision a mis en relief les innovations que les organisateurs vont apporter à cet évènement : « Cette édition se démarquera des précédentes sur de nombreux points, notamment l’existence de deux espaces dédiés exclusivement aux talk shows avec la présence d’experts et de femmes à succès qui raconteront leurs histoires. Il y aura un espace pour parler exclusivement de la Santé (on y parlera par exemple de la planification familiale, de l’ostéopathie, ainsi que des maladies auxquelles les femmes sont fréquemment exposées). Tandis qu’un autre espace sera nettement plus « juridique », car on y parlera des droits de la Femme, des violences basées sur le genre, de l’interruption volontaire de grossesse, etc. » Par ailleurs, nous présentons nos excuses aux intéressés par rapport à l’erreur qui s’est glissée dans nos colonnes hier, concernant le lieu d’organisation du « Vohitra Kanto fihary », elle se tiendra bel et bien au Palais des Sports et non au Village Voara Andohatapenaka, comme écrit dans l’article d’hier.

Luz Razafimbelo

Madagate15 partages

Madagascar. Régime Hvm: dégringolade chiffrée tous azimuts et en vrac

Le Directeur administratif et financier (DAF) de l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG) a été limogé, nous a appris, Rasolo Elise Alexandrine, ministre de la Justice, en personne. Cela parce qu’il est «soupçonné» de corruption dans l’admission ou non au dernier concours de cette école prestigieuse... Étrange notion de justice car, où est le principe de présomption d’innocence? Par ailleurs, si donc il est prouvé qu’il est vraiment coupable -suite à l’enquête diligentée par le BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption) grâce, notamment, à la sonnette d’alarme de la société civile, du syndicat des magistrats et aux reportages des journalistes-, il aura la tête coupée alors? Or, soupçon n’est pas culpabilité. Mais a-t-il agi seul ce DAF? Où se situe la responsabilité du Directeur général de cette ENMG? Dans ce même domaine de la justice, quid aussi du cas de cette chère Claudine Razaiamamonjy, placée sous mandat d’arrêt depuis avril 2017 et non encore jugée. Gagnera-t-elle à l’usure et sortira-t-elle libre lorsque le délai de détention provisoire sera dépassé? Dans ce cas, elle aura eu raison d’avoir déclaré, via téléphone, qu’il ne faut pas «l’embêter» tant que Hery Rajaonarimampianina est président de la république. Oui, mais après? Car il y a toujours un après. Elle ira s’exiler quelque part Andafin-driaka? Que d’interrogations inutiles, n’est-ce pas? L’Etat n’est pas droit sous ce régime Hvm. Et s’il ne l’est pas, il n’est pas non plus un état de droit. Vous me suivez, les gars?

Ces derniers temps, deux rapports ont été publiés coup sur coup pratiquement. L’un révèle la situation de la corruption dans la Grande île, signé Transparency International (TI). Résumé qu’on peut lire sur son site internet, en matière d’Indice de Perception de la Corruption ou IPC: «Avec un score de 24/100, Madagascar a reculé à la 155ème place (sur 180 pays) en 2017. Avec un score de 24 points contre 26 en 2016, la Grande Île se trouve désormais derrière le Cameroun et le Mozambique». Mais encore: «L’IPC de Madagascar a baissé de deux points pour la seconde année consécutive. Il est largement en dessous de la moyenne du continent africain (32). Madagascar a perdu 10 places dans le classement 2017».

L’autre rapport émane d’Amnesty International et couvre l’année 2017, bien qu’il s’intitule Rapport 2017/18. On apprend alors que, «les autorités malgaches ont harcelé et tenté d’intimider des journalistes et des défenseurs des droits humains afin de les réduire au silence. Les personnes qui osaient dénoncer ouvertement le trafic et l’exploitation illégale des ressources naturelles faisaient de plus en plus souvent l’objet de poursuites».

Le citoyen Andry Rajoelina à l'Arena Ivandry, le 17 février 2018 (ICI)

Mais c’est dans les volets énergétiques et économiques que la glissade a été ultra-rapide en 4 ans et elle a frappé très sèchement le peuple malgache qui ne vit plus mais survit littéralement. Cette paupérisation à outrance, seuls les cornards vivant hors du pays ou dans les palais d’état (sans droit) ne le constateront jamais. Ici, une mise au point est à faire. Andry Rajoelina, c’est simple: on l’aime ou on ne l’aime, mais il ne laisse jamais indifférent. Et, pour le moment, c’est un simple citoyen comme vous et moi. C’est dans le cadre de la présentation de son initiative pour l’émergence de Madagascar qu’il a révélé ce qui a été tenu caché depuis des mois mais qui se trouve consigné sur Internet. Aussi, les judas retourne-veste, genre la député Vololona -élue Mapar à Ambohimanarina- et l’actuel ministre de la fonction publique pro-Hvm -député élu Mapar à Toliara et ancien gouverneur séparatiste Arema-, Maharante Jean de Dieu, et leur histoire de Mapar 2 et 3 (ce mot veut pourtant dire (ensemble avec le président Andry Rajoelina), auront beau dire, les chiffres, ici encore, sont implacables. Plutôt que de vous entrainer dans des explications qui risquent de déboucher sur toutes sortes d’interprétation, je préfère publier des tableaux chiffrés visibles sur Internet. Et vous verrez que le titre n’est pas… usurpé: Madagascar sous le régime Hvm, c’est bel et bien la dégringolade tous azimuts et en vrac.

Cependant, ces dirigeants sans compétence, mais de très mauvaise foi, n’auront aucun scrupule pour aller dire (certains l’ont déjà dit) que ces chiffres ont été inventés par Andry Rajoelina (hélas seulement moins de 20% des Malgaches ont accès à Internet). Quoi qu’il en soit, si les paroles s’envolent, les écrits restent et les schémas et tableaux de la Banque mondiale et des autres entités citées, demeurent. Même si cette institution, avec le FMI, s’apitoie en pensée mais endette sans vergogne un pays dont les dirigeants sont à l’image de l’IPC récent de Transparency international et du rapport 2017/18 d’Amnesty International. Et çà non plus, ce n’est ni moi ni Andry Rajoelina qui les ont inventé pour dire du mal du Hery vaovao.

Jeannot Ramambazafy – Article également publié dans «La Gazette de la Grande île» du samedi 24 février 2018

Midi Madagasikara14 partages

Redonner de l’espoir aux Malgaches

La capacité de réaction de la grande majorité des Malgaches semble s’être émoussée avec le temps. Après avoir traversé toutes les épreuves qu’elle a subies sans rechigner, elle parait aujourd’hui amorphe. Elle a tout supporté ces dernières années ; la hausse du coût de la vie, l’insécurité ou la corruption omniprésente et en retour, elle n’a pas vu poindre l’espoir de lendemains meilleurs annoncés par ses dirigeants. Elle est profondément désabusée, mais elle ne désespère pas de voir s’ouvrir un véritable débat sur l’avenir du pays à l’occasion de la campagne électorale à venir.

Redonner de l’espoir aux Malgaches

On dit que les Malgaches sont durs à la douleur et qu’ils sont capables de supporter les pires avanies si cela leur permet d’espérer un avenir meilleur. Jusqu’à présent, leur espoir a été déçu et ils sont passés à une résignation qui ferme la porte à tout progrès. Les réseaux sociaux ou la libre parole sur les stations privées ont permis d’exprimer les mécontentements, mais cela n’a eu que de faibles résultats. Il n’ya pas eu de discussion permettant de pousser les dirigeants à se préoccuper vraiment des problèmes de la population. Les citoyens n’ont pas vu émerger de véritables leaders capables de présenter des projets structurés. Ils ont accepté toutes les décisions prises par le pouvoir sans rechigner. Le train de hausses qui a eu lieu au début de l’année n’a pas provoqué d’explosion sociale. L’augmentation de la facture de la Jirama a été un coup dur pour tout le monde, mais malgré les récriminations, il n’y a pas de véritable révolte. On annonce que le gel des prix de l’essence va cesser et qu’un accord est survenu entre les pétroliers et les pouvoirs publics. Le contexte est donc très sombre, mais il ne faudrait pas sombrer dans le désespoir. La période qui s’ouvre est propice à l’instauration d’un véritable débat d’idées. Les intellectuels et les élites se sont jusqu’à présent tus. Les candidats à la prochaine élection présidentielle ont tout le loisir de redonner de l’espoir à une population totalement désabusée.

Patrice RABE

News Mada13 partages

Foot – préparatifs can 2019 : la liste des 21 Barea dévoilée

Le staff technique des Barea de Madagascar ne laisse rien au hasard en vue d’une qualification à la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019. En effet, il vient de lever le voile sur la liste officielle des joueurs qui vont disputer les matchs amicaux contre le Togo et Kosovo.

Fin du suspense. Les Barea de Madagascar vont affronter le Togo, le 21 mars, et Kosovo, le 24 mars, en région parisienne, pour deux matchs sparring, dans le cadre des préparatifs de la Can 2019. Nicolas Dupuis a finalement accouché de la liste des joueurs qui seront de la partie. Des revenants et de nouveaux rentrants figurent sur cet échiquier. Notons la présence d’Abel Anicet Randrianantenaina (Ludogorets Razgard) qui a manqué le match contre l’Ouganda et les deux matchs amicaux.

On aura également l’occasion de voir Njiva Rakotoharimalala qui est en train de briller au championnat thaïlandais à l’heure actuelle. Melvin Adrien sera le premier gardien de but mais Ibrahim Dabo sera toujours là pour le seconder. Nicolas Dupuis a misé sur l’expérience des défenseurs aguerris, comme Bapasy, Jérôme Mombris, Boyer, Mamy Gervais, Tobisoa Njakanirina. Anicet sera renforcé par Zotsara, Sedera, Albert Rafetraniaina au milieu.

Pour une fois, l’ancien fer de lance de l’Académie Ny Antsika, Claudio, a été appelé pour étoffer le rang des attaquants, notamment Faneva ima, Paulin, Rinjala et Bôlida. En somme, c’est une belle formation capable d’aller plus loin pendant cette campagne, malgré l’absence de Carolus Andriamahitsinoro, qui est indisponible suite à sa blessure. Il en est de même pour Stephan, alias Dada.

12e joueur

Comme à chaque sortie internationale, l’équipe nationale a toujours besoin du soutien indéfectible de ses compatriotes, footeux ou pas. Ainsi, le club des fans a créé une association dénommée Alefa Barea pour accomplir cette tâche. «Les inscriptions pour faire partie de cette communauté de soutien sont déjà ouvertes et les passionnés de foot peuvent se rendre au bureau d’Alefa Barea à Antsahabe, en face de l’EPP Ampasanisadoda. C’est un geste simple mais ô combien important pour nos joueurs. Inutile de dire que le public est le 12e joueur, capable de booster le moral des membres de l’équipe nationale», ont déclaré les responsables.

Rojo N.

La sélection nationale :

Gardiens de but : Melvin Adrien, Ibrahim Dabo

Défenseurs : Jérôme Mombris, Fabien Boyer, Mamy Gervais, Tobisoa, Thomas Fontaine, Toavina, Pascal

Milieux : Sedera, Amada, Zotsara, Anicet, Dimitri Caloin, Albert Rafetraniaina

Attaquants : Faneva Ima, Njiva, Paulin, Bolida, Rinjala, Claudio

L'express de Madagascar12 partages

Gare routière d’Andohatapenaka – Les gargotiers informels chassés

Interdiction. Les gargotiers informels ont été exclus par les forces de l’ordre près de la gare routière d’Andohata­penaka, hier matin. Comme il est interdit aux gargotiers informels de franchir la porte de cette gare routière, ils ont eu l’idée d’étaler les nourritures aux alentours. Et ils ont marmonné tout en enlevant leurs marmites et demandent à ce que l’Etat puisse considérer leur situation actuelle. « Nous ne savons pas où aller. Notre emplacement à Fasan’ny Karàna dépendait de  la Commune urbaine d’Anta­nanarivo. Il n’y avait pas encore de discussion  nous concernant », se désespère Laurette Ranivomahenintsoa, gargotier de Fasan’ny Karàna. Les habitants des alentours ont également espéré tirer profit de la présence de cette gare routière et ont commencé à mettre en place tous les ustensiles et différentes nourritures. Mais ils ont été tout de suite écartés par les forces de l’ordre.« Le lieu où nous vendons des nourritures fait partie de notre propriété alors pourquoi les forces de l’ordre osent-ils nous exclure ? Les gargotiers réclament aussi leur droit, c’est la raison pour laquelle ils viennent ici car ils doivent nourrir leur famille. C’est injuste », fulmine Claudine Rasoarimalala, habitant d’Andohatapenaka. Certains gargotiers apportent des pâtes sèches dans des barquettes autour de la Gare routière et loin des yeux des forces de l’ordre.

Déjeuner moins cher En plus, les utilisateurs de cette gare routière se plaignent également de la cherté de la nourriture et préfèrent prendre le déjeuner ailleurs. « Nous y gagnons au moins 3 000 ariary par jour. C’est peu par rapport à ce qu’on gagne à Fasan’ny Karàna.  Nous avons aussi besoin de prendre quand même du café ou de fumer  à certain moment. Alors que la nourriture vendue sur cette place est trop chère et ne  correspond pas à nos pouvoirs d’achat. Entre 12h30 et 13h, nous nous faufilons vers l’extérieur pour déjeuner », annonce Jean Rakotoarisoa de la coopérative Kofitsiro. Il est souligné par Beboarimisa Ralava, ministre du Transport et de la météorologie qu’un appel d’offres est lancé pour ceux qui sont intéressés à devenir des restaurateurs dans cette gare routière. Et que cela doit suivre les normes sanitaires. Ces gargotiers informels n’ont aucune chance d’y entrer mais leur sort n’est pas encore décidé pour le moment.

Mamisoa Antonia

News Mada11 partages

Cantine scolaire : le projet «Fiantse» sur les rails

Le projet «Fiahiana an-tsekoly (Fiantse)», initié par l’association «Patrakala», le Centre culturel et éducation à l’environnement (CCEE), l’association de jeunes journalistes de Madagascar (AJIM) et l’Office national de nutrition (ONN), incite les établissements scolaires à produire de nourriture écologique et de renforcer par la même occasion leur capacité à gérer durablement  la cantine scolaire.

L’Ecole primaire publique (EPP) d’Ambohitrabiby, du district d’Avaradrano, Dren Analamanga, vient

d’être parmi les premiers bénéficiaires du projet, la semaine dernière. Cet établissement servira ainsi de vitrine dans la réalisation du «Fiantse». A part la plantation d’arbres fruitiers, les élèves se sont adonnés également à la culture d’haricot vert et d’autres légumineuses.

Dans la foulée, les élèves bénéficient également d’une formation écologique. Cela afin d’adopter une technique de résilience face au changement climatique, qui se traduit par la mise en place d’une forêt et/ou d’un jardin potager.

Pour une durée de 5 ans renouvelable, ce projet compte cibler 120 écoles de la capitale et ses environs lors de la première phase de «Fiantse», 200 dans la deuxième dans la région Analamanga et 200 000 lors de la troisième phase au niveau national.

Sera R.

 

Midi Madagasikara10 partages

Parlement : Vide législatif de 3 mois en 2019

La gestion des services administratifs de l’Assemblée nationale sera confiée au Secrétaire général.

Dans son avis du 16 février 2018 relatif au sens et à l’interprétation des dispositions de l’article 69, alinéas 1 et 2 de la Constitution, la HCC a fait savoir que « les pouvoirs de l’Assemblée nationale et le mandat des députés qui la composent, issus des élections du 29 décembre 2013, arrivent à échéance le 5 février 2019 à minuit ».

Or, le juge constitutionnel de considérer que « l’Assemblée nationale (celle de la prochaine et deuxième législature) devrait impérativement exercer pleinement ses attributions et tenir sa première session ordinaire le premier mardi de mai, c’est-à-dire le 7 mai 2019 ». Il n’y aura pas de Chambre basse entre le 5 février 2019 et le 7 mai 2019. Le Parlement redeviendra de facto monocaméral avec le Sénat qui ne peut exercer la plénitude du pouvoir législatif.

Equilibre. En effet, l’article 84, dernier alinéa de la Constitution dispose que « lorsque l’Assemblée nationale ne siège pas, le Sénat ne peut discuter que des questions dont le gouvernement l’a saisi pour avis, à l’exclusion de tout projet législatif ». Il y aura donc un vide législatif de 3 mois en 2019, au mépris de l’équilibre des pouvoirs entre le Législatif et l’Exécutif. En effet, la HCC de considérer que « pendant la période entre la fin du mandat des députés et la tenue de la session spéciale de l’Assemblée nationale, la gestion des services administratifs de l’Assemblée nationale est, à titre exceptionnel, confiée au secrétaire général de l’Assemblée nationale ».

Conseiller. En tout état de cause, le Sénat ne constitue pas la représentation nationale, compte tenu du mode d’élection au suffrage universel indirect des deux tiers de ses membres, et de la désignation par le président de la République du tiers restant. Selon l’article 81 de la Constitution, « le Sénat représente les collectivités territoriales décentralisées et les organisations économiques et sociales ». La Chambre haute sera réduite à jouer le rôle de conseiller de l’Exécutif d’après l’article 83 qui stipule que « le Sénat est consulté par le gouvernement pour donner son avis sur les questions économiques, sociales, et d’organisation des collectivités territoriales décentralisées ».

Recadrage. En tout cas, les « Loholona » (sénateurs) sont plus proches de l’Exécutif. Et ce, à la différence des « Solombavambahoaka » (députés) quoique dans la pratique bon nombre de ces derniers soient moins le porte-parole du peuple que celui du pouvoir. En tout cas, un recadrage du rôle des députés s’avère nécessaire lors de la prochaine législature qui tiendra sa session spéciale inaugurale le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats de son élection pour procéder à la constitution de son bureau et à la formation des commissions. On se souvient que l’élection de Christine Razanamahasoa à la présidence de l’Assemblée nationale avait été invalidée par la HCC pour des motifs plus politiques que juridiques.

Elections. Une destitution dont l’objectif était de faire accéder sur le perchoir Jean Max Rakotomamonjy, que l’élue du Mapar avait pourtant battu à plate couture. Le président ou la présidente (c’est selon) de la nouvelle Chambre basse dépendra probablement des résultats de la course à la magistrature suprême. La HCC a effectivement souligné dans son avis que « la tenue des élections législatives après le scrutin présidentiel n’est pas contraire à la Constitution ».Toutefois, le gouvernement n’est pas tenu de s’y conformer quand bien même la demande d’avis aurait été déposée par le Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation qui est lui-même « mena ambanin’ny mena » par rapport au chef des « cravates bleues ».

R. O

News Mada8 partages

Andron’ny vehivavy : “vohitra kanto fihary”, etsy Mahamasina

Omena sehatra eny Mahamasina ny andriambavilanitra ny 2 ka hatramin’ny 5 marsa izao, ao anatin’ny fankalazana ny Andron’ny vehivavy. 150 ireo tranoheva handraisana ireo fikambanam-behivavy manerana ny Nosy. Vohitra kanto fihary ny hiantsoana ity hetsika ity. Ifarimbonan’ny minisitera maromaro ny fanatanterahana ity hetsika ity ary manohana teknika ny orinasa Madavision.

Hisy ny “podium” hanaovana ny hetsika kolontsaina mampisongadina ny faritra tsirairay. Eo koa ny fijoroana vavolombelona hataon’ny vehivavy nampivoatra azy amin’ny fiainany na nampisy lesoka na koa ny fanatrarana ny fanamby nataony.

Ankoatra ireo, hisy ny fizaham-pahasalamana maimaimpoana mikasika ny aretina mpahazo ny andriambavilanitra. Fitiliana maimaimpoana ary tolo-kevitra tokony hananana mikasika ny fitondrantena ara-pahasalamana.

Tsy hitsahatra kosa ny varotra fampirantiana ireo karazan’entana entin’ireo fikambanana avy amin’ny faritra izay ho hita eny amin’ny tranoheva. Samy haneho ny mampiavaka azy ireo andriambavilanitra amin’io efatra andro etsy Mahamasina io.

Tatiana A

Midi Madagasikara8 partages

Expo Madagascar – ONU 2017 : Trois stands primés au Palais des Sports

Violette Kakyomy, Représentant du Système des Nations Unies lors de la cérémonie de clôture de l’Expo ONU – Madagascar 2017

Les relations entre Madagascar et le Système des Nations Unies enregistrent un bilan positif et de meilleures perspectives sont à venir.

« Des résultats édifiants ont été obtenus grâce au partenariat de Madagascar avec les Nations Unies, même si nous savons tous que beaucoup reste à faire ». C’est ce qu’a notamment déclaré Violette Kakyomy, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies à Madagascar, dans le discours qu’elle a prononcé lors de la cérémonie de clôture de l’exposition sur les réalisations 2017 dans le cadre de la coopération entre le Système des Nations Unies et Madagascar.

Trophées. Cette exposition qui s’est déroulée au Palais des Sports était l’occasion pour le public, venu nombreux, de découvrir tous les aspects des relations entre Madagascar et le Système des Nations Unies. Une réunion du Comité de pilotage conjoint pour la mise en œuvre du Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement (UNDAF 2015 – 2019), s’est également tenue durant cette exposition à l’issue de laquelle trois trophées ont été attribués aux stands les plus méritants. 500 sur les 10.000 visiteurs ont participé au vote. Le trophée du meilleur stand a été attribué au groupe Effet 2 dans le cadre de l’UNDAF qui a vu la participation des organismes traitant de la Gouvernance. Ce groupe a raflé le 37,55% du suffrage. Le groupe Effet 3 sur l’accès aux services sociaux de base a remporté le deuxième trophée avec 36,70 % de vote. Enfin, le prix d’encouragement a été attribué au groupe Effet 1 qui a montré l’accès aux opportunités de revenus et d’emplois dans une dynamique d’un processus de développement inclusif.

Esprit innovant. Cette cérémonie de clôture a été également l’occasion pour Violette Kakyomy d’adresser ses remerciements au gouvernement malgache et à tous les partenaires de Madagascar pour la fructueuse coopération qui a eu lieu au cours de l’année 2017, et qui est reflétée dans cette exposition. « La raison d’être du Système des Nations Unies est d’appuyer les priorités de développement du pays, ensemble avec les autres partenaires, afin d’améliorer les conditions de vie de la population malgache », a-t-elle fait remarquer. Elle a, par ailleurs tenu à remercier tous ses collègues du Système des Nations Unies et ceux de la partie nationale, qui ont contribué à l’organisation de cette exposition avec un esprit innovant. « Le renforcement de la collaboration entre les groupes de travail des Nations Unies et la partie nationale afin que les programmes de coopération puissent avoir un impact durable sur nos bénéficiaires, et contribuent réellement au changement des conditions de vie des familles malgaches, notamment les plus nécessiteux et vulnérables », a-t-elle par ailleurs souligné. Avant de réitérer « l’engagement du Système des Nations Unies à rester aux côtés de Madagascar et à accompagner les efforts du gouvernement, ensemble avec tous les autres partenaires, pour le développement du pays ».

Le Secrétaire Général du ministère de l’Economie et du Plan a pour sa part, souligné qu’il appartient aux nationaux de s’approprier des projets et du leadership de toutes les activités avec l’appui du Système des Nations Unies.

R.Edmond.

Midi Madagasikara8 partages

Transfert à Andohatapenaka : Grogne des transports d’Arivonimamo

Des transporteurs ont parcouru les rues de Manandona pour manifester leur refus au transfert des coopératives de la RN1 à Andohatapenaka.

Quelques transporteurs de deux coopératives desservant Arivonimamo ont manifesté hier à Manandona. Les raisons sont connues et elles ont toujours été avancées par les quelques transporteurs réticents au transfert des coopératives desservant les routes nationales N°1, N°4 et N°6 à la gare routière d’Andohatapenaka. Entre autres, aux problèmes d’ordre organisationnel occasionnés par le changement. Comme l’a fait savoir Vola, responsable auprès de la coopérative FIFIA lorsqu’elle a été interrogée sur les éventuelles causes de la manifestation : « Les clients ont du mal à accepter le changement de gare routière. D’autant plus que les raisons de leurs venues dans la Capitale se situent dans les marchés d’Anosy et d’Anosibe » a-t-elle fait savoir.Vola de la coopérative FIFIA de noter que « la manifestation menée hier a été de l’initiative propre des transporteurs sans rapport avec les coopératives ». Avant d’enchérir que « du point de vue de la liberté, la coopérative n’a pas empêché ses membres pour la tenue de la manifestation, même si elle n’a pas été approuvée par la coopérative FIFA ».Par ailleurs, le refus des coopératives à être transférées à Andohatapenaka démontre une certaine attitude propre à de nombreux Malgaches. Notamment à une habitude qui « tolère mal le changement ». Le dicton qui dit « qu’il est difficile de se défaire de ses habitudes ou sarotra no miala amin’ny mahazatra » illustre bien la situation.

José Belalahy

Midi Madagasikara7 partages

Football Analamanga- Ligue 1 : Une revanche à prendre pour Elgeco

La seconde journée du championnat d’Analamanga de Ligue 1 s’annonce somptueuse depuis que Tota Henintsoa Rakotoarimanana a choisi de faire disputer immédiatement les matches en aller et retour.

De fait, la seconde journée est donc une réplique de la première, mais cette fois sur un air de revanche pour certains clubs.

C’est le cas notamment pour Elgeco Plus dont le score de parité de la journée inaugurale avec Tana Formation est perçu comme un affront qu’il va falloir laver. Tout le monde sait en effet que Tana Formation a tout perdu ou presque avec le départ massif de ses cadres pour Fosa Juniors. Même le capitaine emblématique Dina est parti à la Réunion pour le compte du club de Saint-Denis.

Handicap. C’est dire que le nul avec Elgeco Plus ne s’explique pas surtout qu’Alfred Randriamanampisoa, le président de ce club aux grandes ambitions, a fait appel aux services de Hery Rabearisoa, l’ancien de la CNaPS Sport.

On peut en dire de même de cette franche explication entre le COSFA et l’USCA Foot, même si hors de leurs bases, puisque la rencontre aura lieu à Carion, les gars de la Commune auront un léger handicap.

La CNaPS Sport, version Analamanga, tentera de faire oublier la défaite de ses aînés en ligue des champions d’Afrique, en venant cette fois à bout de Mama FC. Difficile à dire qu’à faire car les assureurs vont tout faire pour gagner cette seconde manche.

L’AS Adema, qui n’a laissé la moindre chance au COSPN, part évidemment avec la faveur des pronostics, tout comme Fosa Juniors qui n’aura pas à sortir le grand jeu pour battre la Mi20.

A dimanche donc pour les amateurs du bon football. En attendant, voici le calendrier de cette 2e journée de Ligue 1.

A Carion

09h00 : Tana Formation contre Elgeco Plus

11h00 : COSFA contre USCAFoot

13h00 : CNaPS Sport contre Mama FC

A Mahamasina

12h00 : AS Adema contre COSPN

14h00 : Mi20 contre Fosa Juniors

Clément RABARY

Midi Madagasikara7 partages

Colloque international RECEF : Les 20, 21 et 23 mars prochains à Antananarivo

Madagascar accueillera le colloque international du Réseau de Compétences Electorales Francophones (RECEF) les 20, 21 et 23 mars prochains à Antananarivo. Le thème va porter notamment sur le processus électoral inclusif, favorisant la participation des femmes et des minorités. Par ailleurs, la CENI invite les électeurs à consulter la liste électorale. Selon l’article 2 du Code Electoral N°2012-005 du 22 Mars 2012 stipule : « l’inscription sur la liste électorale est un devoir pour chaque citoyen afin de lui permettre d’exercer son droit de vote ». En outre, cette commission sollicite également les médias, la société civile et les partis politiques à sensibiliser les gens à suivre de près la révision de la liste électorale. Ces deux derniers sont aussi invités à s’impliquer davantage dans la Commission locale de recensement des Electeurs (CLRE)..

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara7 partages

Evénementiel Sport : Et voici l’OSM Events

Ils sont jeunes et ils sont « sports » ! C’est plus qu’une motivation pour aller de l’avant dans l’organisation d’événements sportifs. Hier, ils ont procédé à la présentation de leur projet, de leur association et de l’équipe. Menée par Rakotoarisoa André, l’association Organisation sportive de Madagascar vise le développement du sport à Madagascar et surtout le développement du sport via les non licenciés. « Ces sportifs sont partout, dans la vie de tous les jours comme dans les entreprises, dans les quartiers. Ils ne sont pas forcément dans les clubs et ils veulent faire du sport. Le club OSM Events s’adresse à eux donc afin de leur donner une plate-forme pour jouer, et aller vers une compétition en bonne et due forme ». Lors de cette présentation d’hier au Falda Antanimena, cette équipe de jeunes a démontré sa motivation « Nous aurons bientôt une organisation. Nous avons attendu que les papiers administratifs soient en règle avant de nous lancer ». A la question de savoir s’ils n’entrent pas en concurrence avec les hiérarchies existantes, la réponse est ferme « le sport avant tout et le fair-play suivra ». Ce lancement d’une association sportive qui va travailler dans plusieurs disciplines sportives pose aussi la question « qui s’occupe de ces écoles de sport, de ces associations qui organisent des événements sportifs ? Sont-elles basées sur la Loi 97-14 ou la loi n°60-133 ? »

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara5 partages

Agenda culturel

# Palais des sports : Les légendes du « salegy » à l’affiche demain. Cinq stars en tête d’affiche et non les moindres! Les légendes du « salegy » sont prêtes à enflammer le Palais des sports Mahamasina. Le grand rendez-vous ? Ce sera demain. Au programme, l’ambiance « mafana » dans tous les sens du terme. Allant du « Donia regarega » du Grand maître Tianjama jusqu’au  « Banja malalaka » de Mily Clément, en passant par le « Malilo» de Ninie, le « Môtro » de Din Rotsaka et le « Salegy » de Jaojoby, la couleur des tropiques brillera de mille feux.

Ces valeurs sûres de la musique exotique de Madagascar se retrouveront pour la première fois sur une même grande plateforme en donnant ainsi un cocktail géant des tubes qui ont fait danser plusieurs générations lors des soirées endiablées. En guest, les têtes d’affiches en vogue du moment comme  Jerry Marcoss, Tence Mena, Taa Tense et Ellidiot rejoindront le Dr JB junior.  Incontestablement, ceci est le rendez-vous immanquable de ce week-end !

# Chanson d’antan : « Ny Hiran’ny omaly » remis au goût du jour. Chansons des années 50, ambiance vintage et « nostalgie party » règnera en maître au Ccesca Antanimena. L’appointement par excellence des amoureux des chansons d’antan verra à nouveau Salomon et ses complices de scène pour faire revivre les morceaux choisis durant l’âge d’or du « kalon’Imerina ». Pas moins de 50 chansons au compteur, le public aura l’occasion de passer cinq heures pour faire un voyage dans le temps à travers des titres qui ont marqué la jeunesse de la génération du troisième âge.

Zo Toniaina

News Mada2 partages

Ramaroson Arlette : « ratsy tantana ny firenena… »

Kandidà ho filoham-pirenena koa. « Tsy firenena voaozona akory isika, saingy, tsy manao ny fahamarinana ny tompon’andraikitra sady manao tsindry hazolena ny vahoaka, ka lasa ratsy tantana sy tsy tan-dalàna ary anjakan’ny kolikoly amin’ny endriny rehetra ny firenentsika», hoy ny lahatenin-dRamaroson Arlette, teny Ivato omaly. Nambarany fa ampy izay ny fahantrana ary tokony hiaraka hanarina an’i Madagasikara isika. Nanteriny fa mila olom-baovao ny fanalana ny firenena ao anatin’izany fahaverezana izany. « Horaisiko ny andraikitra miaraka aminareo vahoaka sy ireo manampahaizana olom-baovao tia tanindrazana hiara-kiasa amiko hanarina ao anatin’ny fandraisana andraikitra sy ny firaisan-tsaina.  Hivadika asa mivaingana avy hatrany ny vina haroso», hoy ihany izy.

Anisan’ny fandaharanasany ny fiverenana an-dohahasina, fanovana ny rafitra rehetra eto, miainga any amin’ny fokontany sy ny fifandanjan’ny faritra mizaka tena. Eo koa ny fanovana ny lalàmpanorenana, hidirana amin’ny Repoblika fahadimy ka hisy filoham-pirenena lefitra ary ho 12 ireo minisitra eo anivon’ny governemanta…

Synèse R. 

News Mada2 partages

USAID : 30 millions de dollars pour le projet WASH

L’agence des Etats-Unis pour le développement international (Usaid) vient de doter de 30 millions de dollars le projet WASH, en vue d’améliorer les services de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène dans les zones rurales de Madagascar. 250 communes des régions Vatovavy Fitovinany, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra et Vakinankaratra sont concernées.

Les principales cibles sont les populations vulnérables, notamment les filles, les femmes et les personnes handicapées. En tout, plus de 600 000 personnes profiteront du projet, dont 300 000 auront accès à l’eau potable à travers 140 réseaux de distribution, gérés par des entreprises locales après formation.

375 000 autres personnes seront également parmi les bénéficiaires en matière d’assainissement, grâce aux travaux d’amélioration et de réhabilitation des blocs sanitaires. En outre, 190 structures publiques, dont des centres de santé et des écoles, figurent aussi parmi celles qui recevront ces installations sanitaires améliorées.

Sera R.

 

News Mada2 partages

Accident sur la rn2 : sept morts, quatre blessés graves

Sept morts et 4 blessés graves, tel est le triste bilan d’un accident de la route survenu hier vers 1 heure sur la RN2, au niveau d’Andranokobaka.

Accident meurtrier sur la RN2 à 8 km de l’entrée de la ville de Moramanga avant-hier, vers minuit. En fait, un taxi-brousse Mercedes Sprinter en provenance de Toamasina, avec 22 passagers à bord a dû s’arrêter sur l’accotement de la route suite à une crevaison du pneu arrière gauche.

A cette heure là, il faisait tout noir et le taxi-brousse était en panne au beau milieu de nulle part. Des passagers ont décidé de sortir pour aider le conducteur dans le dessein de reprendre la route le plus vite possible. Les autres en profitaient pour prendre l’air en attendant la reprise du trajet.

Pourtant, à cet instant précis, ils ont ignoré le malheur qui va leur tomber dessus. En une fraction de seconde, sans que personne n’ait rien vu venir, un camion semi-remorque en provenance de Toamasina a surgi à vive allure en percutant la partie gauche du Sprinter. Le choc a été d’une telle violence que ce dernier a été propulsé contre un muret sur le bas côté de la route tout en heurtant sur son passage les personnes qui étaient en train de remplacer la roue.

Six occupants de la voiture sont morts sur le coup dont l’aide-chauffeur qui a même dû être extirpé, coincé sous le poids lourd. Un autre passager était en cours d’évacuation. Quatre autres personnes grièvement blessés reçoivent encore des soins intensifs à l’hôpital de Moramanga, entre autres,  le conducteur qui a eu une jambe cassée.

Un rescapé du sinistre témoigne

Hery a évité le pire parce qu’il n’était pas sur le trajet du camion. «Quelques passagers se trouvaient devant le véhicule mais ont pu éviter le poids lourd. Les autres qui étaient derrière pour aider le conducteur n’ont pas réussi à éviter le choc, sauf moi», a-t-il indiqué. Son frère a laissé sa vie dans l’accident.

Défaillance mécanique

Selon les explications, le poids lourd transportait des marchandises destinées à la capitale. Mais en cours de route, la rotule de direction aurait lâché, rendant défaillant le système de freinage. L’accident était évitable. Le camionneur a été conduit à la brigade de la gendarmerie de la localité pour enquête.

Ando Tsiresy

 

L'express de Madagascar2 partages

Pays en agonie cherche dames de fer pour relation durable

Reprenons un texte d’il y a plus d’une année qui semble avoir tout son sens dans le contexte brûlant. Ceci n’est nullement un positionnement en faveur d’une quelconque candidature annoncée ou à venir. C’est simplement une réflexion, une option, une logique.Retour sur notre histoire et sur notre culture : Madagascar, par ses racines austronésiennes, est fondamentalement matriarcale. Il faut aussi savoir que nos racines arabisées et africaines donnent une place particulière à la femme. En effet, ce sont les perceptions judéo-chrétiennes qui ont été imposées par la colonisation qui ont changé la donne.Mes sœurs, mes mères, mes enfants, ce pays a été dirigé essentiellement par des hommes depuis notre indépendance. Seule une infime poignée de femmes (10% des dirigeants) a pu participer à la gouvernance de notre nation et notre terre est en agonie. Nos enfants meurent de faim, de maladies et sombrent dans une pauvreté inqualifiable. Pire encore, on les biberonne au lait de l’ignorance, de la bêtise humaine et de l’indifférence générale.Mes sœurs, mes mères, mes enfants, notre terre est pillée de ses richesses. Nos ressources minières et notre précieuse nature sont bradées à outrance sans que personne ne puisse vraiment faire quelque chose, ou plutôt, sans que ceux qui doivent changer les choses le fassent vraiment. Chaque jour, nous nous appauvrissons et l’avenir de nos enfants est pris en otage par une minorité toute puissante. Des femmes participent à cette hécatombe humaine, depuis plus d’un demi-siècle déjà. Elles usurpent le concept de l’égalité des genres pour briguer le pouvoir en notre nom, alors qu’aucune de nous n’assiste au changement.Seulement mesdames, nous sommes responsables de cette situation, peut-être même plus que ces hommes. En effet, chaque dirigeant, homme ou femme, est né d’une mère. Beaucoup d’entre eux ont des sœurs, des femmes, des compagnes, plusieurs maitresses, et des filles. Avons-nous manqué de les éduquer convenablement pour qu’ils puissent devenir de bons citoyens ? Sommes-nous présentes maintenant pour les tenir comme responsables ? Crions-nous au scandale ? Exigeons-nous leur redevabilité ? Car qui ne dit mot consent, nous sommes avons failli.Aussi, disons tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, loin du discours féministe : il faut des femmes pour sauver notre terre. Celles qui doivent monter au front aujourd’hui doivent être des dictatrices de changements positifs et  assumer totalement leurs rôles. Le laisser-aller a tellement pris de l’ampleur qu’il nous faut des mains de fer pour rétablir l’ordre et maintenir le cap vers le développement. On a besoin de femmes qui osent détruire ce système pourri, mettre à terre les hors-la-loi, et demander des comptes à ceux qui se sont déclarés rois. Des femmes obstinées qui ne donneront à ce peuple, à ce pays qu’un seul choix : avancer.Jusque-là, la masse a été bercée dans la pauvreté, culpabilisée pour ne pas réaliser qu’elle est manipulée. Cependant, mes sœurs, mes mères, mes filles, entre nous, qui donc soutiennent les familles malgaches pour ne pas sombrer dans la folie, dans la décadence totale face à l’envergure de la pauvreté que nous vivons ; qui se battent pour que nos hommes et nos enfants puissent encore vivre? Qui souffre du joug de la violence du quotidien ? Comme le dit si bien Albert Camus : « voici comment sont faites les femmes : elles souffrent de la souffrance de leurs enfants »Alors, cessons d’accepter d’être des victimes du système. Arrêtons d’accepter que les mauvais hommes tiennent indéfiniment les rênes de ce pays, arrêtons de regarder sans réagir ces femmes qui pillent délibérément notre pays et qui nous utilisent comme des marionnettes au nom du genre féminin.Mes sœurs, mes mères, mes enfants, l’avenir de ce pays n’a plus d’autres options que notre engagement tant en politique que dans l’économie ; dans le social comme dans le domaine environnemental. Ne tardez plus dans la réflexion, ne nous réconfortons plus dans ce que pourrait nous réserver le destin. Agissons ! Margaret Thatcher, cette dirigeante aux mains de fer nous a déjà éclairées par ces propos « Si nous voulons qu’une chose soit dite : on demande à un homme ; si nous voulons qu’une chose soit faite : on demande à une femme ».

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar1 partages

Échange – L’e-commerce se formalise

Longtemps considéré comme un marché libéral et sans structure, le commerce en ligne sera, à présent, sujet au respect des textes de loi. 

Balisage. En plein essor dans la Grande île, en suivant les évolutions technologiques en termes de communication et d’information, le commerce électronique ou e-commerce est pourtant encore un domaine suscitant un bon nombre d’incompréhensions pour la plupart des consommateurs et utilisateurs. Ce système commercial d’un tout nouveau genre, se basant essentiellement sur les plateformes numériques, était au centre des débats, hier, à la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo à Antani­narenina.Portant sur les nouveaux enjeux du commerce électronique, les échanges se sont surtout axés sur la présentation des textes sur cette nouvelle forme de commerce, les Tendances du Commerce électronique Mondial, l’Initiative « eTrade For all » mais aussi et surtout les Défis de l’encadrement juridique du commerce électronique pour le cas de Madagascar. De la mère de famille qui s’aventure dans les petites activités de vente en ligne sur les réseaux sociaux jusqu’aux systèmes d’inclusion financière à partir de la bancarisation en ligne, tous les niveaux existant du e-commerce ont été passés en revue afin de pouvoir établir un balisage adéquat en terme de cadre légal.

RenforcementLe balisage a été impulsé par l’intervention d’expert international en droit numérique ainsi que des Consul­tants/Experts en commerce international, spécialisés en commerce de services.Ainsi, l’initiative a été prise afin de mettre en place ce cadre juridique. Important, le commerce électronique nécessite une compréhension adéquate afin d’établir la confiance en ligne. Pour ce faire, une formation pratique avec soixante magistrats, avocats et décideurs a été organisée avant-hier par le programme de commerce électronique et de réforme du droit de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et le programme TrainForTrade de la Division de la technologie et de la logistique.Par ailleurs, des séances de formation en ligne sur les aspects juridiques du commerce électronique ont été aussi réalisées, co-organisées avec la Banque Mondiale, le ministère du Commerce et de la Consom­mation (MCC), le ministère de la Justice (MINJUS) et le Comité pour le Dévelop­pement du Commerce Electronique (CCPDCE) de Madagascar. « Les renforcements de capacité des acteurs juridiques nous seront d’une grande utilité dans la mesure où, jusqu’à présent, les échanges commerciaux ne s’effectuaient essentiellement que sur une base de confiance mutuelle. D’ici quelque temps, si ces formations de juriste portent réellement leurs fruits, nous serons alors en mesure de réduire les risques de transactions illicites, mais aussi et surtout les arnaques au niveau des services en ligne », nous confie un travailleur indépendant dans le domaine du numérique.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Problème du port de Toamasina – Les usines textiles au chômage

Le problème au niveau du Port de Toamasina a paralysé les activités des entreprises. Des usines textiles ont envoyé au chômage technique leurs employés.

Comme il fallait s’y attendre. Les problèmes survenus au niveau du Port de Toamasina au cours des trois derniers mois ont eu des conséquences négatives sur les activités économiques du pays. Les impacts se font sentir, en ce moment, au niveau des entreprises. La situation dans les entreprises textiles est très alarmante. Des usines ne produisent plus. Les matières premières mettent du temps pour arriver dans ces sites de production. D’après les explications de Hery Lanto Rakotoarisoa, nouveau président du groupement des entreprises franches et partenaires (GEFP), plus d’une dizaine d’entreprises textiles étaient contraintes de mettre leurs employés au chômage technique.« Nos entreprises mem­bres ont rencontré des difficultés pour toutes ses opérations en importation et exportation au niveau du Port de Toamasina. Les récents mouvements au sein du port ont paralysé les activités de nos membres. Les matières premières ont été bloquées. Les commandes ne sont pas livrées à temps. D’autres usines risquent encore de fermer leurs portes », fait remarquer le Président du GEFP.

Hausse du fluxLe Port de Toamasina a enregistré des problèmes de gestion de flux de marchandise au mois de novembre.  Les problèmes étaient surtout dûs à la hausse du flux, tant à l’import qu’à l’export. La société qui gère le terminal du Port de Toamasina avance qu’elle avait traité, au cours de l’année 2017, plus de deux cent quarante trois mille conteneurs, contre quatre vingt deux mille en 2005. Malgré les négociations et mesures prises par le ministère du Transport et de la météorologie, la situation est loin d’être résolue à l’époque, provoquant la grève des transitaires et commissionnaires.Le moindre couac au niveau du Port de Toamasina risque de paralyser les activités économiques du pays. Pour un secteur dépendant de l’exportation et l’importation comme les entreprises franches, la situation n’arrange pas les affaires. C’est pourquoi, le GEFP, à travers son président, appelle les autorités à suivre cette situation de près.Le GEFP affiche quand même de bons résultats au cours de l’année 2017 avec la hausse fulgurante du nombre d’emplois créés. « Nous avons observé une hausse de 10% en termes de création d’emploi. Les exportations ont encore explosé », continue d’expliquer Hery Lanto Rakotoarisoa. En 2017, le GEFP a enregistré près de cent trente trois mille emplois contre cent vingt deux mille en 2016.

Lova Rafidiarisoa

 

L'express de Madagascar1 partages

Montage de projet – L’imprégnation dans le paysannat

Des étudiants qui élaborent leurs projets de création d’entreprise, pour la plupart, réalisent leur stage pratique dans les zones rurales. Des agronomes, forestiers, éducateurs spécialisés, assistants sociaux, gestionnaires et économes ont ainsi côtoyé le paysannat, dans le but de mener à terme leurs projets de création d’entreprise. « Nous exigeons des étudiants, quelle que soit leur mention, un plan con­cret de leur projet lors de leur soutenance. Durant leur stage, ils collaborent avec l’ONG Action concrète, pour le développement de Madagascar qui travaille sur divers projets socioéconomiques et en faveur du développement rural », soutient Hanitriniaina Eléa Chilo, directeur général de l’École supérieure de développement économique et social.L’école choisit le développement rural comme base de recherche car si elle propose des stages en ville, les étudiants se concentreront soit sur le commerce soit sur l’industrie. Les enseignants orientent ainsi ces derniers vers la planification, le montage et la conduite de projet de développement, l’informatique de base pour qu’ils ne deviennent pas des employés dans des sociétés mais qu’ils créent leurs propres entreprises.

Farah Raharijaona

Midi Madagasikara1 partages

CRN et FFKM : Assises nationales sur la réconciliation à Fianarantsoa

Les trois principaux acteurs des crises de 2002 et de 2009 sont prêts à se réconcilier.

Les résolutions des assises nationales organisées au CCI Ivato en mai 2015 seront remises sur le tapis à Fianarantsoa pendant trois jours.

Le Pr Zafy Albert a laissé un grand chantier inachevé en matière de la réconciliation nationale. L’ancien président est décédé alors qu’il planifiait un calendrier de réconciliation, notamment sur les crises politiques de 2002 et de 2009. De son vivant, des tractations ont été menées auprès d’une part de Didier Ratsiraka et de Marc Ravalomanana (crise de 2002) et d’autre part de Marc Ravalomanana et d’Andry Rajoelina. « Les trois anciens présidents ont déjà accepté de s’engager sur la voie de la réconciliation. Après la disparition du Pr Zafy Albert, il incombe au CRN de conduire jusqu’au bout le processus. C’est ce que nous entreprenons actuellement. », a expliqué hier Tabera Randriamanantsoa. Avant d’affirmer : « Sur la crise politique de 2002, les présidents Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana ont déjà affiché leur détermination à se pardonner. De même sur la crise de 2009, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ont déjà donné leur accord à notre démarche qui ne s’imbrique jamais avec celle du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM). »

Rendez-vous dans la capitale Betsileo. Ces derniers jours, un groupe d’experts et de simples citoyens se concertent sous l’égide du CRN (Comité pour la Réconciliation Nationale) sur des actions  qui devraient être concrétisées dans le cadre de la mise en œuvre d’une vraie réconciliation nationale. « Nous avons décidé à organiser des assises nationales à Fianarantsoa les 17, 18 et 19 mars. Toutes les Forces Vives de la Nation y seront invitées. Ce rendez-vous s’inscrit dans le cadre de poursuite des efforts déployés par le FFKM (Conseil Œcuménique des Eglises Chrétiennes de Madagascar) lors des assises nationales sur la réconciliation, tenues au CCI Ivato au mois de mai 2015. Ces assises nationales ont accouché des résolutions qui ne sont pas malheureusement appliquées jusqu’à présent. Le rendez-vous de Fianarantsoa nous permettra donc non seulement de remettre sur le tapis ces résolutions qui ont été cautionnées par le président de la République Hery Rajaonarimampianina, mais aussi de donner suite aux différentes déclarations faites par les évêques catholiques sur la situation socio-économique et politique à Madagascar. », a précisé Tabera Randriamanantsoa du CRN.

Autorité morale. Le CRN est parti de la conviction personnelle de l’ancien président Didier Ratsiraka selon laquelle, une vraie réconciliation nationale doit passer avant les élections. « Notre démarche entre dans le cadre de la prévention d’une nouvelle crise politique qui risque de replonger le pays dans une situation chaotique. Il ne s’agit pas d’élaborer une nouvelle feuille de route, mais d’amener les acteurs politiques à un accord qui nous permettra d’organiser des élections pacifiques et justes. », a souligné le ministre de la Fonction Publique du gouvernement d’union nationale de la Transition. D’après Tabera Randriamanantsoa, le CRN et le FFKM ne veulent pas se substituer au CFM qui a ses propres missions définies dans le texte le régissant. « Malgré l’institution du CFM, les leaders religieux détiennent toujours une autorité morale dans la société malgache. Ils sont toujours écoutés. Il est donc difficile de les écarter du processus de la réconciliation à Madagascar. », a-t-il expliqué. A noter que depuis la mise ne place du Conseil du Fampihavanana Malagasy, les quatre dirigeants religieux du FFKM s’éclipsent du tableau de la réconciliation. Or, force est de constater que, le CFM patauge dans ses missions, faute de moyens budgétaires. Les Partenaires Techniques et Financiers seraient réticents à apporter leur contribution.

Eugène
Madaplus.info0 partages

Élection 2018 : le Système Nations Unies souhaite une réunion parlementaire

La Communauté internationale a déjà signé un projet pour soutenir pleinement Madagascar dans le cadre électoral.
Le Système des Nations Unies (SNU) appuie la CENI dans toutes les démarches organisationnelles d’une concertation auprès des partis politiques et la Société Civile dans la planification des prochaines élections. La représentante du SNU Violette Kakyomya résident à Madagascar attend donc la tenue d’une réunion extraordinaire du parlement à l’égard de la loi électorale. Elle, de déclarer que Madagascar est souverain dans la mise au point du calendrier électoral et que la Communauté internationale ne s’en immisce pas.
Madaplus.info0 partages

Ministre de la Justice : concours d’entrée à l’ENMG à refaire

Les soupçons de corruption dans le cadre du concours d’entrée à l’ENMG (Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes) pour la session 2018 continuent de faire des vagues de commentaires au sein de plusieurs instances.
La CNIDH, le BIANCO ou encore le SMM réclament également la dissolution de ce concours qui a eu lieu le 6 février 2018 à l’ENMG et que les membres de l’organisation soient complètement renouvelés. Une enquête interne est déjà ouverte. La Ministre de la Justice est aussi sortie de son mutisme pour souligner l’importance de la transparence dans ce concours dans l’intérêt de tous les candidats, le concours d’entrée est à refaire. La date du report n’est pas encore confirmée. La Ministre de la Justice et le Directeur général de l’ENMG de préciser qu’il y aura des nouvelles inscriptions. Tous les candidats qui vont refaire ce concours ne payeront plus de droit d’inscription.
News Mada0 partages

Filohan’ny SMM : « mila mazava ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine » »

« Raha ny tokony ho izy, misy fanalavana ny fitanana vonjimaika am-ponja na alefa hotsaraina izy. Ny mahagaga anay, tsy mahaheno izahay amin’izao hoe: alefa hotsaraina ve izy sa hohalavaina ny fitanana vonjimaika am-ponja azy? »

Io ny nambaran’ny filoha Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM), Ernaivo Fanirisoa, teny Anosy, afakomaly, momba ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ».

Mila anontaniana ny tomponandraikitra eo anivon’ny « Chaîne pénale » hoe: hotsaraina izy sa hohalavaina ny fitanana vonjimaika am-ponja azy sa tena tsiambaratelon’ny raharaham-pitsarana izay? Na avelan-dry zareo ho tapitra amin’izao fotsiny io fitanana vonjimaika am-ponja azy io, izay mety hitranga.

« Heveriko fa izay no fanadalana saim-bahoaka fotsiny raha avela ho lany amin’izao fotsiny io fitanana vonjimaika an-dRazaimamonjy Claudine io amin’ny raharaha fa tsy halavaina, nefa tsy alefa hotsaraina ilay olona », hoy izy.

Raha ny marina, tamin’ny volana jolay 2017 ny fitanana vonjimaika faharoa nomena an-dRazaimamonjy Claudine. Raha manisa valo volana satria misy heloka niampangana azy, tapitra amin’ny volana marsa izany.

 Tsy ampy ny fanalana ny Daf

 « Misy ahiahy mety manimba zavatra », hoy izy momba ny fifaninanana hidirana ho mpianatra ho mpitsara sy mpirakidraharaha (ENMG). Ilaina ny fanadihadiana raha mitombina na tsia izay ahiahy izay. Mbola tokony hoheverina sy hohajaina ihany ny tsy maha meloka izay olona ahiahina.

Rehefa misy ahiahy, olona maromaro no ahiahina. Ny zava-nitranga tamin’io fifaninanana io, olona iray no heverina ho ahiahina. Nefa ny fifaninanana iray manontolo no heverina fa tsy mandeha amin’izay laoniny. Tsy nangataka ny fanalana ny talen’ny fitantanam-bola sy ny fandraharahana (Daf) ry zareo, fa tokony hosoloina ny olona rehetra nikarakara ny fifaninanana.

Ny dikan’izay, tsy ampy ny fanesorana ny Daf, izay nametra-pialana. Ilaina ny fangaraharana amin’io fifaninanana io, fa na ny lisitry ny mpiadina aza tsy fantatra hoe aiza. « Miteraka ahiahy be dia be izany », hoy izy.

Ho vitavita ho azy amin’izao indray ve ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine » sy ny « Raharaha ENMG »? Na misy hatrany ny tsimatimanota…

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Lalana eto an-dRenivohitra : atao vonjy tavanandro ny asa

Saika potika avokoa ny lalana eto an-dRenivohitra. Mirehareha ny fitondrana fa ataon’izy ireo ny asa fa tsy ifanjanana amin’ny hafa. Saika zara fa vita avokoa anefa ny fanamboaran-dalana atao, indrindra ao anatin’izao fotoam-pahavaratra izao.

Tanana sy fitaovana tsotra ny ampiasain’ireo orinasa madinika manao ny lalana, ka vao mainka tsizarizary ny asa sady mitarazoka.

Anisan’izany ny eny Ambodin’Isotry-67 ha, Mahamasina, Tanjombato, …. Natao kitoatoa ny lalana eny Antsakaviro-Antsahabe (route circulaire) ka simba sahady ireo simenitra miharo vato (béton). Toraka izany koa ny eny Ambaniala hatrany Itaosy, sy ny eny Antanimenakely-Ambodirano Ambohimamory, ampahany ihany ny vita ary maro ny simba miohatra amin’ny namboarina.

Lazain’ny minisitry ny Asa vaventy, Razafimandimby Eric fa miasa amin’ny antoandro hatramin’ny 12 alina ny orinasa mpanao ny lalana. Vokany, mitohana ny fifamoivoizana manerana ny faritra maro, miantraika any amin’ny fiainana andavanandron’ny mponina sy ny mpiasa ary ny mpianatra.

Tsy manana vahaolana maharitra

Santionany ihany ireo taterina ireo, fa saika efa potika avokoa ny lalana eto an-dRenivohitra. Tsy manana vahaolana maharitra mihitsy ny fitondrana, fa mionona amin’ny fanampinampenana vonjy tavanandro (tip top). Toraka izany koa ny lalana nataon’ny orinasa sinoa, toy ny fandraisana ny Frankofonia. Tsy ireo orinasa vahiny ny tsy mahay ny asany fa mety ny mora indrindra, ny tetimbidin’ny asa nataony noho ny antony tsy mazava. Hanamarinana izany ny lalana Tsarasaotra-Ivato tsy misy tohiny hatramin’izao.

Hafa kosa ny lalana vatsin’ny famatasiam-bola vahiny vola, toy ny Vondrona eoropeanina (UE) na ny Banky iraisam-pirenena satria hentitra ny dingana arahina sy ny fanajana ny bokin’andraikitra amin’ny fanaovana ny asa.

Randria

News Mada0 partages

Varotra amin’ny « internet » : tsy tataovan-ketra ny « e-commerce »

Tara i Madagasikara amin’ny lafiny varotra amin’ny alalan’ny « internet » na varotra elektronika, antsoina hoe « e-commerce ». Manodidina ny 1 tapitrisa amin’ny Malagasy 25 tapitrisa ny mampiasa ny « internet ». Araka ny filaharana nataon’ny Fihaonamben’ny firenena Mikambana misahana ny varotrav sy ny fampandrosoana (Cnuced), faha-134 amin’ny firenena 137 ny laharantsika amin’ny sehatry ny varotra elektronika.

Mila hamafisina ny ezaka, nahatonga ny fanofanana ny mpitsara sy ny mpisolovava, hahafehy ny lalàna mikasika azy ity, nivoaka ny taona 2014. Anisan’ny olana mila vahana ny fotodrafitrasa toy ny herinaratra, fototry ny fahazoana tambajotran’ny fifandraisan-davitra. Eo koa ny fiofanana sy ny fahaiza-manao, mahatonga ny Cnuced hanohana ity fiofanana ity, nandritra ny efatra andro.

Efa mihatra ny lalàna enina

Araka ny lalàna nofaritan’ny Fikambanana iraisam-pirenena misahana ny varotra (OMC), tsy tataovan-ketra ny varotra elektronika (e-commerce). Mila omena tombondahiny ity fomba iray ity satria mampiroborobo ny varotra, sady mitondra fampandrosoana.

Tsikaritra fa tsy ampy ny fifanakalozan-kevitra eo amin’ny fanjakana sy ny tsy miankina, indrindra aty amin’ny tany an-dalam-pandrosoana ka maro ny ezaka mila tohizana.

Nilaza ny solontenan’ny Vaomiera mitarika ny fampandrosoana ny varotra elektronika (CPDCE), Razafintsalama Gil, fa lalàna sy fepetra enina ny efa nankatoavina eto Madagasikara. Ao anatin’izany ny fifanakalozam-bola eletronika (transactions), ny fanaovan-tsonian’ny fifanarahana elektronika, ny heloka amin’ny internet (cybercriminalité), ny fiarovana ny antontam-baovaon’ny tsirairay, ny tsy fampiasana taratasy amin’ny dingana ara-panjakana ary ny vola elektronika. Aminy, tokony hampidirina ao koa ny mikasika ny lalàna mifehy ny fifandraisan-davitra.

Njaka A.

News Mada0 partages

Kitra – Barea de Madagascar : naverina i Sedera sy i Claudio, tsy nantsoina i Dafé

Namoaka ny lisitry ny mpilalao handrafitra ny Barea de Madagascar, hifandona amin’i Kosovo sy i Togo, i Nicolas Dupuis mpanazatra. Nantsoina hiverina, i Sedera sy i Claudio saingy navela i Dafé.

 Mpilalao 21 mirahalahy no nantsoin’i Nicolas Dupuis, mpanazatra ny Barea de Madagascar, hiatrika ireo lalao firahalahiana anankiroa. Tsy niova firy ny firafitry ny ekipam-pirenena malagasy, saingy kosa nantsoina hiverina indray Randriamparany Sedera sy Ramiadamanana Claudio.

Ny taona 2007 no nahitana azy mirahalahy ireo tao amin’ny Barea de Madagascar farany. Tsaroan’ny rehetra ny tsy nahafatesan’i Claudio ny dakany teo amin’ny fandakana “tirs au but”, nikatrohana tamin’i La Réunion, teo amin’ny lalao famaranana, niadiana ny medaly volamena, tamin’ny “Lalaon’ny Nosy 2007”, natao teto Madagasikara.

Ankoatra izay, tsy ao anatin’ny lisitra i Dafé sy i Dax. Tsy misy afa-tsy i Toby ihany kosa ny hany mpilalao avy eto Madagasikara mandrafitra ny Barea de Madagascar.

Tsy mbola fantatra ihany koa izay ho mpanazatra hisolo an’i Auguste Raux, hanampy an’i Nicolas Dupuis. Tsiahivina fa hifandona amin’i Togo ny Barea, ny 21 marsa, ao amin’ny kianja Saint-Leu-La Forêt ary amin’i Kosovo, ny 24 marsa. Lalao hatao ao amin’ny kianja Franconville.

Tompondaka

Ireo mpilalaon’ny Barea de Madagascar :

 Mpiandry tsatoby : Melvin Adrien (AC Amiens) : Ibrahima Dabo (FC Cobelins)

Vodilaharana : Jerome Mombris (Gazelec Ajaccio) ; Fabien Boyer (US Créteil) ; Mamy Gervais (JS St Pierroise) ; Pascal (Afa Arras Afa) ; Toavina (US Tourcoing) ; Tobisoa (Cnaps Sport) ; Thomas Fontaine (Clermond Ferrand).

Irakiraka : Sedera (JS St Pierroise) ; Ibrahim Amada (Mouloudia Alger) ; Zotsara (Royal Antwerp FC) ; Abel Anicet (Ludogorets) ; Dimitri Caloin (Olympique Choletais)  ; Albert (OGC Nice).

Lohalaharana : Lalaina Bôlida (Paris FC) ; Faneva Ima (Le Havre AC) ; Njiva (Ratchaburi FC) ; Voavy Paulin (Misr El Maqasa) ; Rinjala (FC Sion) ; Claudio (Chartre FC).

 

News Mada0 partages

« Amour’Rire » : hanao « deuxième voyage » i Goth sy i Francis

Be mpankafy ka haverina ny seho. Tsy miova ny votoatiny sy ny endri-tseho, saingy hikisaka etsy amin’ny CCEsca kosa ny “Amour’Rire”.

Maro ireo nahita fa tsy mety afa-po. Betsaka koa no taraiky tany anaty fitohanana, ny zoma 16 febroary lasa teo, ka tsy nahita ampahany tamin’’ilay fampisehoana « Amour’Rire ». Tsy vitsy koa anefa ireo naniry mba hijery, saingy tsy afaka noho ny seho notontosaina tamin’ny alina…Ho fitsinjovana izany rehetra izany, hanao « deuxième voyage » i Gothlieb sy i Francis Turbo. Hikisaka etsy amin’ny CCEsca Antanimena indray ny “Amour’Rire”, ny alahady 11 marsa izao, manomboka amin’ny 2 ora sy sasany tolakandro. “Amin’iny tolakandro iny mihitsy ilay tena tian’ny rehetra hamerenana azy…”, hoy i Gothlieb, nanazava somary nivazivazy.Tsy miova ny endri-pampisehoana: hatsikana sy hira, harindra manaraka ny teknolojia vaovao. Tombony lehibe sy nampiavaka ny fampisehoana andiany voalohany iny, ary na nisy aza ny lesoka kely, efa hita izany ka azo arenina tsara amin’ity andiany faharoa ity.Misy ireo hatsikana efa fahita na fandren’ny mpankafy, saingy mampihomehy azy ireo hatrany. Maro kosa anefa ireo vaovao, izay miseho arakaraka ny zava-misy eny. Araka izany, na famerenana ny seho aza ny “Amour’Rire deuxième voyage”, tsy voatery hitovy tanteraka tamin’izay niseho tao Mahamasina akory ny seho. Fantatra kosa anefa fa ho avy hifanampy amin’izy mirahalahy ao ihany ry Barhone sy ry Etsetra Etsetra, izay efa manana ny mpankafy azy ihany koa.Ho an’ireo tsy nahita ny andiany voalohany, tsy nisy fotoana banga ary tsy nisy fotoana elaela ka tsy nihomehezana ny mpijery nandritra ny seho. Hotanana hatrany izany amin’ity, raha ny fanambin’ny mpikarakara avy ao amin’ny LH Pro. Tsy tsara raha mitondra zaza izay tena hankafy…

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Ambatofinandrahana : basy Mat 49 nentina mpanara-dia omby halatra saron’ny zandary

Olona sivily, mpanara-dia omby halatra sady filohana fikambanana miady amin’ny  tsy fandriampahalemana, nahitana basy « pistolet mitrailleur » modèle Mat 49, na PM Mat 49 iray niampy bala telo, avy ao amin’ny kaompania Amatofinandrahana, ny 20 febroary lasa teo. Nogiazana io basy io ary nanaovana famotorana izy io.

“Nisy halatr’omby niseho tao Antsefa, kaominina Ambondromisotra, ny 18 febroary ka naharaisan’ny zandary antso vonjy. Tafaraka nanao fanarahan-dia ny fokonolona sy ny zandary ka re fa misy manana io karazam-basy io ny iray amin’ireo sivily mpanara-dia ireo. Hita tokoa ilay basy ka nesorina taminy ary nentina natao famotorana izy”, hoy ny fanazavana.

Filohan’ny fikambanana iray atao hoe Tanimandry ho an’ny fandriampahalemana Ambondromisotra io lehilahy io ka nanambara fa tsy azy ny basy fa an’ny fikambanana. Tsy nanoro izay mety ho nahazoany io basy io kosa izy ka notohizana ny fanadihadiana. Mbola mitohy kosa ny fanarahan-dia ireo omby very ka nisy ny fifandonana indroa nisesy tamin’ny mpanara-dia sy ireo dahalo, saingy tafaporitsaka hatrany ireo dahalo.

Kalachnikov hita            

Basy AKMC na « Arme Kalacknikov Modernisée Crosse repliable » iray, tsy nisy bala no hitan’ny zandary avy ao amin’ny poste avancé Tanamary, tao anatin’ny ala atsinanan’ny fokontany Ambatovory, kaominina Tanamary, ny 22 febroary teo, tamin’ny 5 ora maraina. Nampilaza ny zandary amin’ny fisian’io basy io ny olona. Fantatra fa io basy io ilay efa nampiasaina dahalo iray raindahiny efa maty, taorian’ny fifandonana tamin’ny zandary teo amin’io faritra io ka noheverina fa nentin’ny namany io basy io tamin’izay rehefa tsy hita teny aminy. Mandeha ny fanadihadiana.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Amborompotsy : dahalo telo tratry ny zandary

Dahalo telo lahy malaza ratsy amin’ny fanafihana mitam-piadiana no saron’ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Amborompotsy ao amin’ny fokontany Ankelimanitra Amborompotsy, ny 22 febroary 2018 lasa teo nandritra ny fanarahan-dia omby halatra. Araka ny fanazavan’ny zandary miisa enina ireo dahalo tompon’antoka tamin’ny halatra omby miisa 24 tao amin’ny toerana famorian’omby ao amin’ny fokontany Andranongisa Amborompotsy. Nahazo loharanom-baovao ny zandary ka tsy niandry ela fa nanara-dia avy hatrany ka azo sambo-belona ny telo raha tafaporitsaka kosa ny namany. Voalaza fa isan’ireo nampitondra faisana iny faritra iny ireto malaso ireto, saingy tafaporitsaka hatrany kanjo tratra ihany. Tafaverina amin’ny tompony ny omby halatra rehetra. Nanamafy hatrany ny zandary fa rehefa misy ny fiaraha-mientana toy izao, voasoroka mialoha hatrany ny asan-dahalo. Mangataka ny hitohizan’ny fiaraha-miasa hatrany izy ireo.

Jean Claude

News Mada0 partages

Hira evanjelika : hiray sehatra i Ny Hasy, i Miarotiana, i Mirasoa

Talenta telo tafaray ! Hanatanteraka antsa fiderana i Ny Hasy sy i Miarotiana ary i Mirasoa. Seho hotanterahina rahampitso manomboka amin’ny 4 ora sy sasany tolakandro, ao amin’ny fiangonana FJKM Ambodihady Vaovao Ambohimanarina. Tafaray samy sangany eo amin’ny feo ireto ankizy ireto satria samy nanana ny toerana tsara tamina fifaninanana nataony.

I Ny Hasy, tompondaka tamin’ny fifaninanan-kira « Mihobia » 2017. Nivoaka avy ao amin’ny sampana tanora kristianina (STK) sy mpianatra sekoly alahady ao Ambodihady. I Mioratiana, niatrika ny lalao famaranana « Kopi Kole » taona 2016, ary i Mirasoa, nandray anjara tamin’ny dingana famaranana nandritra ny fifaninanana nokarakarain’ny tanora FJKM Ambohimanandray Filadelfia. Mpihira eo anivon’ny Asafia sy mpianatra sekoly Alahady ihany koa.

Marihina fa tafiditra ao anatin’ny famaranam-bokatry ny sekoly alahady ity hetsika ity. Anisan’ireo manana ny hoaviny mamiratra eo amin’ny tontolon’ny hira ireto ankizy ireto, raha ny fandinihan’ny mpahay mozika ny feon’izy ireo.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Mpanao vola sandoka sy mpamaky trano : 11 mianadahy voasambotry ny polisin’ny Fip Toamasina

Saron’ny polisin’ny Fip vao maraina omaly ny andian-jiolahy mpanao vola sandoka sady mpangalatra tany Toamasina. 11 mianadahy izy ireo, izay mbola misy mpianatra. Nanitsoka anarana kolonely sy Karana iray ireto olona ireto nandritra ny fanadihadiana azy…

Tambajotrana mpanao vola sandoka iray lehibe indray no ravan’ny polisin’ny Fip Toamasina, notarihin’ny kaomisera Rafaliarivo Jules, omaly. Tratra avokoa ireo fitaovana rehetra fampiasa amin’ny fanamboarana vola, milina fanapahana taratasy, loko sy karazam-bovoka fandokoana azy ho vola ary taratasy efa vita tapaka mitovy refy amin’ny vola 10.000 Ar sy 20.000 Ar. Mbola nahitana moto miisa telo tsy misy taratasy ihany koa tany amin’ ireo mpanao vola sandoka. Voalaza fa anisan’ny mpamaky trano ihany koa ireto jiolahy miisa 11 mianadahy voasambotra ireto.

Fantatra tamin’ny fanadihadiana nataon’ny polisin’ny Fip, fa nahazo loharanom-baovao tamin’ny olona tsara sitrapo izy ireo, omaly tokony ho tamin’ny 6 ora sy 30 sasany maraina, momba ireo olon-dratsy.  Tsy niandrasana ela  izany fa natao ny fangatahana fahazoan-dalana teny amin’ny fitsarana hisava trano ary tontosa tamin’ny fotoana faran’ izay haingana izany rehetra izany.  Niroso tamin’ny fidinana ifotony,  tamin’ny 7 ora maraina, ny Fip.

Fokontany efatra no nahafahana nisambotra ireo 11 mianadahy sy nahitana ireo fitaovana fanamboarana vola sandoka sy moto halatra.

Miandahy miambavy mihitsy ireo olon-dratsy ireo, ary fantatra fa misy mpianatry ny oniversite ao Barikadimy ny sasany.

Karana sy kolonely no ambadika

Raha  ny fantatra sy re nandritra ny fisamborana ireto andian’olona ireto, izany kolonely iray efa fanta-daza amin’ny fanaovana afera maloto izany no ao ambadik’ireto olon-dratsy ireto. “Takonana amin’ny fividianana vokatra avy any ambanivohitra ny fampiasana ny vola voahodina”, hoy ny loharanom-baovao. Mbola nisy ihany koa filazana fa teratany karana iray monina any Tanamakoa ny mpiray tsikombakomba amin’ ity manamboninahitra voalaza etsy ambony ity.

Voalaza fa ireo olona voasambotra no nanitsoka ilay kolonely sy Karana.

Nilaza ireto farany fa efa nihoatra ny 500 tapitrisa Ar ny voaparitaka tao anatin’ny volana vitsy nivoahan’ny vola vaovao. Nentina nividianana vokatra any ambanivohitra, toy ny lavanila, jirofo, fa misy koa haparitaka anivon’ny trano fandihizana ao an-drenivohitr’ i Toamasina.

Sajo sy Yves S.

 

News Mada0 partages

Sprinter nofaohin’ny kamiaobe – RN 2 : mpandeha 7 namoy ny ainy, 5 naratra mafy

Tao Andranokobaka, 8 Km tsy hidirana an’i Moramanga no nitrangan’ity lozam-pifamoivoizana nahatsiravina, ny alin’ny alakamisy hifoha omaly zoma ity. Nofaohin’ny kamiaobe iray ity taksiborosy Sprinter nijanona teo an-tsisin-dalana. Vokany : mpandeha fito no namoy ny ainy, dimy kosa naratra mafy.

Namono olona indray ny RN 2, teo amin’ny PK 102 + 800 eo anelanelan’Antsirinala sy Andranokobaka, distrikan’i Moramanga, omaly tamin’ny 1 ora sy 50 mn maraina. Taksiborosy Sprinter an’ny kaoperativa Kofimanga, nijanona teo amoron-dalana nanolo kodiarana no notrongisin’ny kamiaobe  semi-remorque nitondra kaontenera avy any Toamasina hihazo an’Antananarivo. Vokany, olona miisa enina indray maty tsy tra-drano raha dimy kosa naratra mafy tamin’ireo mpandeha miisa 22 nentin’ilay fiara taksiborosy. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary nanao fanadihadiana teny amin’ny toerana nitrangan’ny loza, teo anelanelan’Antsirinala sy Andranokobaka no nitranga ny loza tamin’io fotoana io, 8 km tsy hidirana an’i Moramanga. Nijanona tamin’ny sisin-dalana ankavanana nanolo kodiarana ny mpamilin’ilay taksiborosy satria vaky ny kodiarana taoriana. Tsy ilay tena mpamily ilay mpamily nanolo kodiarana fa mpamilina taksiborosy hafa (Kofimanga ihany) avy nanatitra fiara taty an-drenivohitra ka niangavy nandeha tamin’ity fiara ity hiverina hihazo an’i Toamasina. Amin’ny maha mpiara-miasa ao amin’ny kaoperativa, nirotsaka nanolo ilay kodiarana izy avy aty amin’ny sisiny tandrify ny arabe. Nivoaka tao anaty fiara ny mpandeha sasany nanampy ireo mpamily tamin’ny fanoloana ny kodiaran’ny fiara. Samy tsy nisy nanampo na inona na inona ny rehetra nandritra izany. Tampoka teo anefa iny nirimorimo nandeha mafy ilay kamiaobe mpitatitra entana avy any Toamasina ka nifaoka avy hatrany ilay taksiborosy. Notetezin’ilay kamiaobe ireo mpandeha nijanona teo akaikin’ilay taksiborosy niaraka tamin’ilay mpamily nanolo kodiarana vaky. Notarihin’ilay kamiaobe nanaraka azy ka taraiky tao ambany “pont” ity mpamily iray ity. (araka ny ahitana azy eo amin’ny sary). Nandrika eran’ny arabe ny ra. Niampatrampatra ny fatin’ireo mpandeha maty tsy tra-drano. Horakoraka, ranomaso, izany no nitranga nandritra ny fotoana nitrangan’ny loza tao anatin’ny indray mipi-maso.

Maty niaraka tamin’ny torimasony…

 Mandra-pahavita ny fanoloana ny kodiaran’ny fiara, nisy lehilahy iray natoritory teo amin’ny sisn’arabe satria nilaza izy fa tsy mahatanty “voyage” ka teo amin’ny arabe no mba nahazoany aina mandra-pandeha. Tsy hitany akory anefa ny fiavian’io kamiaobe namoa-doza io ka nitohy tamin’ny fahafatesany ny torimasony teo amin’ny arabe. Ity lehilahy ity no voahitsaka voalohany. Nifatratra tamin’ny rindrin-tany manamorona ny arabe mihitsy ilay taksiborosy noho ny dona nataon’ilay kamiaobe. Ireo mpandeha nijanona taorian’ilay taksiborosy no indray maty teo no ho eo, araka ny fanazavan’i Hery, iray amin’ireo mpandeha mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny Hopitaliben’i Moramanga. Fotoana fohy taorian’ny nitrangan’ny loza, tonga teny an-toerana ny zandary nanao fanadihadiana ity loza mahatsiravina ity. Nentina haingana nihazo ny hopitaly kosa ireo naratra mafy niaraka tamin’ireo namoy ny ainy. Voalazan’ireo mpandeha (vehivavy ny ankamaroany) fa vao lavitra dia efa hitan’izy ireo fa nangalatra tany amin’ny lalana nisy ilay taksiborosy ity kamiaobe ity.

Niakatra fito indray ny isan’ireo namoy ny ainy tamin’ity loza ity satria maty  omaly antoandro, ny iray tamin’ireo dimy naratra mafy, araka ny fanampim-baovao avy amin’ny zandary ao Moramanga. Nisy tamin’ireo mpandeha sasany kosa, avotra soa aman-tsara ka afaka nanohy ny diany nihazo an’i Toamasina ihany. Nandray fepetra rahateo ny eo anivon’ny kaoperativa Kofimanga  ka namindra ireo mpandeha tamin’ny fiara hafa ka nitohy ihany ny dian’izy ireo. Notazonin’ny zandary anaovana famotorana kosa ny mpamilin’ilay kamiaobe nahavanon-doza. Tokony hitandrina ihany ireo kamiaobe mifamezivezy amin’iny RN 2 mampitohy an’i Toamasina sy Antananarivo iny satria manao izay danin’ny kibony mihitsy ny mpamily kanefa  tery ny lalana.

Jean Claude

News Mada0 partages

Gerp–Cotisse Transport : namboly hazo ho an’ny gidro any Maromizaha

Nifanaraka ny Gerp (Groupe d’étude et de recherche sur les primates de Madagascar) sy orinasa Cotisse Transport, ny 14 febroary 2018, fa hanatevina ny ala ao amin’ny faritra arovana Maromizaha, kaominina Andasibe. Nanao sonia izany fifanarahana fiaraha-miasa izany ny PDG–n’ny Cotisse Transport, Rakotoarisoa Alain Eddie Nantenaina, sy ny filohan’ny Gerp, ny Pr Ratsimbazafy Jonah.

Koa notanterahina ny 21 febroary teo ny fambolen-kazo amina velaran-tany 1.820 ha amin’io faritra io (Corridor Ankeniheny Zahamena). Faritra ahitana karazan-gidro 13, tsy fahita raha tsy eto Madagasikara ihany (Indri indri- Propithecus diadema – Hapalemur griseus – Eulemur rubriventer, sns). Zana-kazo 400 ny novolena tamin’izany, karazany : voamboana, vakoka, molanga, hazondomoina. Karazan-kazo sarobidy avokoa ireo, tsy heno firy amin’ireny hetsika fambolen-kazo ireny. Tsy midika akory izany fa tsy ilaina ny karazan-kazo hafa. Zava-dehibe ny fahatsapan’ny rehetra ny tokony hanatsarana ny tontolo iainana sy ny zavaboahary ao aminy, indrindra ny fitandrovana sy fanaraha-maso izany.

Amin’ny maha mpanao asa fikarohana momba ny gidro ny Gerp, noraisiny an-tanana ny fanolorana zana-kazo, mifandraika amin’ny tontolo ilain’ireo karazan-gidro ireo ; nanomana ny tany novolena ; nanoro ny lafiny teknika amin’ny fomba fambolena ireo karazan-kazo ireo. Ny Cotisse Transport kosa, niantoka ny fitaterana mandroso sy miverina, avy eto Antananarivo.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Ambatovinaky : misy vatobe hafa indray ahina hihotsaka

 Miaina ao anaty tebiteby ny mponina eny amin’ny faritra ambony toerana amin’izao fotoana izao. Mijery ny faritra rehetra ahina hitera-doza ho an’ny fotodrafitrasa sy ny mponina ny teknisianina. Misy vato ahina hihotsaka koa amin’izao fotoana izao eny Ambatovinaky.   

Taorian’ny filatsahana vato be nahafatesana olona maro teny Ampamarinana, nahazo fanairana avy amin’ny manodidina indray ny alin’ny alakamisy teo ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny fa misy bolongam-batobe ahina hianjera eny amin’ny fokontany Ambatovinaky.

Tsy niandry ela ny avy ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra fa nidina avy hatrany teny an-toerana nanao ny fitsirihana tamin’ny alalan’ny mpamonjy voina sy ny fitantanana ny loza voajanahary.

Nesorina avokoa ireo olona nipetraka teny amin’ny manodidina ary nofefena ireo lalana ahina fa mety hitrangan’ ny loza. Araka ny hita teny an-toerana, tokony hovakina ny vatobe fa kosa miandry ny fanapahan-kevitra avy amin’ny BNGRC vao afaka manatanteraka izany.

Manentana hatrany ny mponina ireo tompon’andraikitra mba tsy hisalasala hanatona ny fokontany akaiky azy raha toa ka mahatsikaritra tranga toy izao.

 Trano 10 voatery harodana

Tonga nijery ifotony ny loza rehetra mety hitranga manomboka eo Ampamarinana hatreny Ambohipotsy, ny teknisianina avy ao amin’ny BNGRC sy ny solontenan’ny oniversite omaly. Nofaritana avokoa ny toerana misy tany malemy na vato ahina hihotsaka aty ambany ka nanimba fotodrafitrasa maro. Efa voafaritra fa misy ny “ligne de faille” ka ny fotodrafitrasa miorina tandrify izany no mety ho rava rehefa tonga ny orambe sy ny fihetsehan’ny tany.

Nanambara ny tomponandraikitry ny fokontany eny Ambanin’Ampamarinana fa tsy latsaky ny 10, hatreto, ny trano voatery harodana mba tsy hitera-doza ho an’ny olona mipetraka ao. Misy ny fanentanana samihafa handresen-dahatra ny mponina voakasika hiala amin’ny trano dieny tsy mbola miseho ny loza samihafa.

Tatiana, Vonjy

News Mada0 partages

Asmae : nihaona ny mpisehatry ny fanabeazana sy ny mpiray ombon’antoka

 Ho fanohanana ny sehatry ny fanabeazana, nampihaonin’ny Association Soeur Emmanuelle (Asmae) teny Ankasina tao anatin’ny akany Betania ny mpiray ombon’antoka teknika sy momba ny vola sy ny fikambanana dimy samy misahana avokoa ny fanabeazana. Tanjona ny hampahafantatra ny asan’ny fikambanana isanisany : Kozama, Hardi, AIC, Betania ary Manda ahafahan’ny fikambanana na sehatra hafa miara-miasa amin’izy ireo raha mifanojo ny vinany. Mikarakara ny famerenana indray ny ankizy niala an-daharana tany an-tsekoly na mbola tsy nandia fianarana mihitsy ny AIC, Betania, Hardi sy Manda. Mandray an-tanana kosa ny mpianatra manana olana tsy maharaka any an-tsekoly (eny amin’ny EPP) ny Kozama.

Samy tohanan’ny Asmae avokoa ny fikambanana dimy izay ampirisihina hampivelatra ny fiaraha-miasany amin’ny hafa sy ny fahaiza-manaony hampaharitra ny tetikasany.

Tonga namaly ny fanasan’ny Asmae teny Ankasina, nandritra ny tontolo andro, ny Unicef, ny fikambanana SOS Village d’enfants, Fondation Telma, Wednesady Morning Group, Aide et Action…

Manantena ny mpikarakara ny hetsika fa hitondra fiaraha-miasa vaovao ho an’ny fikambanana dimy ny fampahafantarana ny sehatra iandraiketany avy, araka ny fanazavan’ny tomponandraikitra ao amin’ny Asmae, Natacha Seret, ny alarobia lasa teo. Nanohana ny Asmae amin’ny fanatanterahana ny tetikasa eto Madagasikara ny Vondrona eoropeanina sy ny Agence française de développement (Afd).

Vonjy

News Mada0 partages

“Paramédicaux” : mitarazoka ny fikarakarana ny « avancement »

 Miandry ny fandaminana hizarana ny « indemnité » ho an’ireo mpiasan’ny fahasalamana nandritra ny fandraisana an-tanana ny mararin’ny pesta ny « paramédicaux », amin’izao fotoana izao. Nisy tamin’ireo paramédicaux avy aty Antananarivo niasa tany Toamasina no efa nandray ny tambin’asany 800 000 Ar ho an’ny iray volana naharetan’ny asa. Ny paramédicaux eto amin’ny faritra Analamanga kosa nanambara fa tsy mbola naharay izany. Voakasika avokoa ny « paramédicaux » satria nahetsika ny rehetra nanampy tosika ny mpiasan’ny fahasalamana teny amin’ny tobim-pahasalamana sy ny hopitaly maro. 1 000 Ar isan’andro no azon’ny « paramédicaux » niasa teny amin’ny toby fiantsonan’ny taksiborosy Fasan’ny Karana. « Ny mpiasa sasany tsy nahazo na ariary aza nefa niandry raharaha 24 ora tsy niato », hoy ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanana sy ny sendikàn’ny paramédicaux eto Analamanga, Ralibera, omaly teny Tsaralalàna.

Ankoatra ny fiandrasana ny tambin’asa nandritra ny ady amin’ny  pesta, olana hitan’ny « paramédicaux » hatramin’izao ny fahataran’ny fikarakarana ny « avancement » rehefa hiakatra grade ny mpiasa iray. Misy vola azon’ny « paramédicaux » mifanandrify amin’izay fiakarana grade izay ary manana akony amin’ny mariboninahitra azon’ilay mpiasa aty aoriana. Ny « paramédicaux » sasany 10 taona mijanona ho mpianatra asa hatrany. Lesoka farany ny tsy mbola fijeren’ny fanjakana ny fanitsiana ny « grille indiciaire » efa nilaozan’ny toetr’andro nefa ampiasaina.

Efa azo tamin’ny taon-dasa ny « indemnité d’éloignement spécial » ho an’ny « paramédicaux » rehetra vokatry ny asan’ny fikambanana nanetsiketsika ny fangatahana sy ny famoahana ny vola.

Vonjy A. 

News Mada0 partages

Faritra Analanjirofo : saika mbola tsizarizary ny sekolim-panjakana

Nandritra ny fanadihadiana momba ny fanabeazana ny zanaka tantsaha amin’ ny faritra Analanjirofo iny no nahitana fa mbola betsaka no tsizarizary ny sekolim-panjakana. Ao ireo simban’ny rivodoza Enawo mbola tsy tafarina nefa mbola niampy ny rivodoza Ava

farany teo koa.

Ny sasany, anjakan’ny fanodinkodinam-bola misy amin’ny mpitantana ka tsy voavoatra ny sekoly simba ary tsy tafatsangana ny sekoly hatsangana  amin’ny alalan’ny volan’ny ray aman-drenin’ny mpianatra.

Tsy hitan’ny fitondram-panjakana ny any ambany ravinahitra fa  hiandrasana  vanim-potoan’ny fampielezan-kevitra hahafahana milaza fa hamboarina ny sekoly etsy sy eroa. Ho an’ny ampahany etsy amin’ny kaominina ambanivohitra Mahambo fotsiny, tsy azo hianarana ny 60%-n’ny EPP. Ampianarina fotsiny sy hapetraka ambonin’ny tany raha vao tsy

mitondra sezakely ny mpianatra. Eo amin’ny mpampianatra indray, mazoto mampianatra izy ireo mba hanambatambazana ny hidirana ho mpiasam-panjakana.

Sajo

News Mada0 partages

Andravoahangy : noravaina ny toeram-pivoahana faobe

arodan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, ny alakamisy teo, ny toeram- pivoahana iray tsy manara-dalàna tetsy Ambodivona Andravoahangy. Ho fitsinjovana ny fahadiovana sy fahasalamam-bahoaka n anton’ny fandravana ny toeram-pivoahana (WC publics) izay an’ny kaominina ihany saingy niteraka fimenomenomana teo amin’ny mponina manodidina.Fantatra fa nisy ny tsy fanarahan’ireo mpitantana ny fotodrafitrasa ny drafitra teknika izay tokony hananan’ireny toeram-pivoahana faobe ireny. Marihina fa ny mpitantana no manangana azy, saingy mijanona ho fananan’ny kaominina ny fotodrafitrasa.

Mivoaka ety amin’ny arabe ny maloto rehetra ka niteraka fitarainana ho an’ny manodidina satria sady manelingelina no miteraka fofona ratsy ary lasa manaratsy ny tanàna.Nisy ny fampiantsoana ny fikambanana mpitantana azy tamin’izany, ary nisy ny fanamboarana nataon’izy ireo nefa tsy nahavaha olana. Tsy maintsy niroso tamin’ny fandravana ny kaominina rehefa nanaraka ny dingana rehetra tokony hatao.

Tatiana A

News Mada0 partages

Hetsika eo anivon’ny katolika : nahemotra amin’ny oktobra ny JMJ any Mahajanga

 Niova tamin’ny fotoana farany noho ny fihetsiky ny fanjakana. Hotanterahina any Mahajanga, ny 8 hatramin’ny 14 oktobra izao, ny “Andron’ny tanora katolika” (JMJ), andiany fahasivy, araka ny tapaky ny fivorian’ny evekan’i Madagasikara ny herinandro teo.

Tsy mba nifampidinihana tamin’ny fiangonana ny datim-panadinana. «Anton’izany fanemorana  izany  noho ny fanadinam-panjakana amin’ny volana septambra izao, tokony ho nanatanterahana izany », hoy ny Mgr Ranaivomanana Phillipe, ny herinandro  teo.

Nahemotra ho amin’ny volana jona koa izany ny farafisoratana anarana ho an’ireo tanora hiatrika izany vovonam-pirenen’ny tanora izany. 60 000 Ar kosa ny saran’ny fisoratana anarana sy ny saran-dasy. Tokony hanatona eny amin’ny Falda Antanimena na koa eny anivon’ny biraon’ny tanora any amin’ny fiangonana tsirairay ireo mikasa ny hiatrika izany raha mila fanazavana.

Anisan’ny lohahevitra hovoizina mandritra ireo andro ireo ary hanentanana ny tanora amin’ity taona ity ary nofidin’ny papa François: «Aza matahotra ry Maria fa sitrak’Andriamanitra ianao». «Vinavinaina haherin’ny iray hetsy ireo tanora ho avy any Mahajanga amin’io fotoana io », hoy ny evekan’i Mahajanga, ny Mgr Rakotondrajao Victor Solo. Nambarany fa hiara-kiasa amin’ny faritra Boeny izy ireo amin’ny fandraisana ireo tanora marobe ireo.

Tsiahivina fa tsy levon’ny vavonin’ny fiangonana  katolika ny daty navoaky ny  fanjakana momba ny datin’ireo  fanadinana  satria  efa manana ny laminasany manokana sy  vita mialoha hatrany ny eo anivon’ny Ekar, indrindra amin’ny  fanatanterahana  ny JMJ  tahaka izao.

Fifanatonana eo amin’ny minisitera sy ny fiangonana

Nohitrikitrihin’ny arseveka,  ny Mgr Razanakolona Odon, sy ny avy  any Fianarantsoa, ny Mgr Rabemahafaly Fulgence, ny fiandohan’ny volana  febroary teo,  fa mifanindry amin’ny JMJ hatao any Mahajanga  ny nampihemorana ny fanadinana. Eo koa ny mety hifanindrian’ny fifidianana filoham-pirenena fihodinana voalohany amin’ny  volana novambra,  indrindra fa raha andro alahady izany satria fankalazana ny fetin’i Kristy Mpanjaka io fotoana io. Araka ireo, tokony mba nifanatonana amin’ny fiangonana ihany ny famaritana ny daty hanaovana fanadinana, tahaka izao, raha miainga amin’ny fanehoan-kevitry ny eo anivon’ny Fivondronamben’ny eveka (Fem).

Synèse R.  

 

News Mada0 partages

Notohanan’ny faritra ny fikambanam-behivavy

Nahazo fanohanana avy amin’ny faritra Analamanga ny fikambanam-behivavy etsy amin’ny boriborintany  fahefatra. Nifampiarahaba noho ny taona vaovao  izy ireo ka notoloran’ny  lehiben’ny faritra Analamanga kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro (PPN). Anisan’izany ny vary sy ny  menaka ary entana maro samihafa koa. Tsiahivina fa  efa tafiditra amin’ny “Andron’ny vehivavy” 8 marsa koa ny hetsika natao. Manohana hatrany ireo sehatra rehetra eto Analamanga koa ny fiadidiana ny faritra.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fampihavanam-pirenena : andraikitry ny CFM ny mikaro-dalana

 « Andraikitry ny CFM ny mikaroka ny lalana rehetra hampahomby ny fampihavanana, fa vonona amin’ny fiaraha-mitantana ny fitondram-panjakana raha misy », hoy ny mpitondra tenin’ny Komitin’ny fampihavanana malagasy (CFM), Razafimahatratra Valisoa, teny Mahazoarivo, afakomaly, taorian’ny fitsidihana ara-pomba fifanajana ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier.

Voalazan’ny lalàna fa andraikitry ny fitondram-panjakana ny manampy ny CFM amin’ny fanatanterahana ny fampihavanana. Ankasitrahan’ny praiminisitra ny fidinan-dry zareo ifotony eny anivon’ny kaominina, fokontany… Andraikitry ny tomponandraiki-panjakana any ifotony ny mandray sy manampy azy ireo amin’izay fampihavanana izay.

Nanazava tamin’ny lehiben’ny governemanta momba ny andraikitra sahaniny ny CFM. Nambaran’ny praiminisitra fa sarotra ny asan’izy ireo, nefa tsy ho sarotra no ho ny tany Rwanda: nisy vono maro mahatsiravina. Nametrahany fitokisana amin’ny fahatanterahana ny asany izy ireo.

Fampihavanana malagasy no atao, fa tsy fampihavanana ny Malagasy. Ankinina tanteraka amin’ny CFM izay fitantanana ny fampihavanana malagasy izay, araka ny voalazan’ny lalàna.

R. Nd.

News Mada0 partages

Indice de la liberté économique Madagascar, « pratiquement pas libre »

D’après le rapport rendu public par The Heritage Foundation, un cabinet américain basé à Washington, qui mesure, depuis 1995, l’ « Indice de la liberté économique 2018» des pays à travers le monde, la note globale enregistré par Madagascar a diminué de 0,6 point pour un total de 56,8 points.

Sous cet angle, les résultats obtenus en matière d’indicateur d’intégrité gouvernementale, des régressions dans la liberté de travail et des droits de propriété sont peu probants. Par conséquent, Madagascar se trouve à la 119e place sur 180 pays dans le classement et figure dans la catégorie des pays, «Pratiquement pas libres».

«La combinaison d’un système judiciaire faible, des procédures administratives complexes, d’une mauvaise application des contrats et de la corruption généralisée nuit à l’environnement des affaires à Madagascar» a souligné le rapport. Avant d’ajouter  qu’ «une meilleure gouvernance financière aiderait à faire appliquer les lois contre le blanchiment d’argent et à renforcer la supervision au niveau du secteur bancaire».

Coût élevé

Malgré tout, les analyses rapportées dans ce rapport reconnaissent les efforts entrepris par l’Etat pour améliorer l’environnement des affaires. Il s’agit, notamment, de la prise de quelques mesures, en 2016, pour faciliter les procédures dans la création des entreprises.

Mais, «Malgré quelques progrès, le coût relativement élevé du financement freine la croissance entrepreneuriale, en particulier pour les petites et moyennes entreprises. Et les marchés de capitaux restent peu développés», peut-on lire dans ce rapport. Ce qui fait que «l’ouverture de Madagascar à l’investissement étranger est encore inférieur à la moyenne».

Le cabinet The Heritage Foundation mesure la liberté économique dans le monde à travers une base de 12 facteurs quantitatifs, regroupés en quatre grandes catégories. Il s’agit de l’Etat de droit, la prépondérance du gouvernement, l’efficacité réglementaire et les marchés ouverts. Pour l’indice de liberté économique 2018, la plupart des données collectées couvrent la deuxième moitié de 2016 jusqu’au premier semestre de 2017.

Riana R.

News Mada0 partages

Bni Madagascar : l’appui aux fonctionnaires renforcé

BNI Madagascar a marqué de sa présence la cérémonie de remise des diplômes à la 7e promotion des élèves-inspecteurs du Trésor, sortant de l’Institut malgache des techniques de planification (IMaTeP), dénommée «Mahatoky», hier à Ambohijatovo.

BNI renforce ainsi son soutien à l’administration publique malgache.  «Face à leur nouvelle responsabilité, ces trente jeunes serviteurs de l’Etat sont en effet appelés à faire preuve d’intégrité, mais également de professionnalisme et d’engagement dans l’exercice de leurs fonctions, des valeurs qui correspondent à celles de BNI» a avancé  Ndrina Ralaimanisa, directeur de la communication institutionnelle et des relations publiques de la banque.

Force est de constater que la banque accorde une attention particulière aux agents de l’Etat dans sa stratégie de développement depuis ces dernières années. Des services et crédits bancaires leur sont dédiés auprès de son réseau composé de 72 agences et 101 Guichets automatiques de banque (GAB).

R.R.

News Mada0 partages

E-commerce : focus sur l’application des cadres juridiques

L’e-commerce s’est grandement développé à Madagascar aussi bien dans les grandes villes, avec les plateformes d’achat en ligne, qu’en milieu rural, à travers le mobile banking. Pourtant, beaucoup reste à faire, à en croire l’état des lieux du secteur faisant l’objet d’un débat hier à la CCIA de la capitale.

Diverses plateformes de vente et d’achat en ligne existent et se développent avec le mobile banking. Toutefois, la culture technologique et la méconnaissance des lois régissant le domaine se présentent encore comme obstacles pour le développement du secteur.

Si les plateformes formelles d’échanges commerciaux en ligne sont réglementées, les activités du même genre sur les réseaux sociaux devaient être formalisées pour se protéger de la fraude et des escroqueries. Les structures qui devraient prendre en charge les personnes victimes ne sont pas encore opérationnelles.

Lors de la conférence-débat sur l’e-commerce électronique, organisée hier, dans les locaux de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA), Gil Razafintsalama, représentant du Comité de pilotage du développement du commerce électronique (CPDCE) a rappelé que six textes réglementaires ont déjà été adoptés,  depuis 2014, concernant l’e-commerce. On cite les lois sur la transaction électronique,  la signature électronique, la cybercriminalité, la protection des données personnelles, la dématérialisation des procédures administratives et la monnaie électronique.

Andry Tiana Ravalomanda, directeur général du Commerce extérieur, a toutefois souligné que les lois existent mais attendent d’être promulguées.

Établir la confiance

Un million de personnes sur les 24 millions recensées à Madagascar utilisent internet, selon les chiffres de l’Union internationale des télécommunications. Pour l’heure, Madagascar occupe le 134e rang sur 137 pays dans le classement de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) sur le commerce électronique. Ce sont des chiffres qu’a partagé Cecile Barayre-El Shami, directeur du programme de commerce électronique et de réforme du droit de la Cnuced.

Ainsi, en collaboration avec le ministère du Commerce et de la Consommation, le CPDCE et la Cnuced ont organisé, du 19 au 22 février, à l’Ecole nationale de la magistrature et des greffes (ENMG), une session de formation pratique destinée à une soixantaine de magistrats, avocats et décideurs, par le biais de la Cnuced et du programme «Train for trade».

Cecile Barayre-El Shami assure : «Tout ce cadre juridique est clé dans l’établissement de la confiance des consommateurs du commerce électronique. En retour, la confiance des consommateurs est clé dans le développement de l’e-commerce».

Arh.

News Mada0 partages

Pmu Madagascar : une année prolifique pour les parieurs

Les inconditionnels de course de chevaux et les parieurs chez PMU Madagascar seront gâtés pour cette année 2018. Jusqu’à ce jour, le nombre de gagnants a dépassé la barre des 150 millionnaires et PMU Madagascar confirme ainsi son rang de leader dans le domaine avec 6 gagnants de plus de 75 millions d’ariary en 2 mois. On notera le gagnant de Toamasina qui est rentré avec la coquette somme de 87 millions d’ariary le 24 janvier et 150 millions d’ariary pour un autre parieur venant de Fianarantsoa en misant avec son ticket TIC 3.

Selon les explications, il s’agit d’un tarif qui permet aux joueurs de rassembler le Quinté +, le Quarté + et le Tiercé dans un seul ticket tout en bénéficiant d’une remise au niveau du prix. Ce qui fait que PMU Madagascar a fait quatre nouveaux multimillionnaires et met encore une tirelire minimum de 10 millions d’ariary ainsi qu’une cagnotte de 10 millions d’ariary tous les jours, soit 20 millions d’ariary rien qu’au Quinté+. Et il suffit de valider le ticket Quinté+ pour rejoindre le rang des multimillionnaires.

Rakoto 

 

News Mada0 partages

Ambony ambany : un hommage à Rudi Up The Rap

La cinquième édition du festival d’art urbain Ambony Ambany commence à partir de ce jour, jusqu’au 4 mars. Une conférence de presse s’est tenue, hier, à l’institut français de Madagascar (IFM) Analakely, durant laquelle, les organisateurs ont présenté officiellement le programme.

«Ce sera notre première édition sans Rudi, l’un des chorégraphes du groupe Up The Rap, décédé l’année dernière. Sur ce, nous allons lui rendre hommage durant ce festival», a annoncé Dadee, le premier responsable de l’évènement et aussi membre du groupe Up The Rap.

Up The Rap, 20 ans d’existence

Pour commencer, le groupe propose le «National jam for peace» à l’IFM, qui est une scène ouverte à tous les passionnés de la danse Hip-hop, qu’il soit amateur ou professionnel. La journée se poursuivra par des battles et se terminera par une soirée création avec trois compagnies, à savoir, Cie Mill’art, l’Allemand Bboy Raphaël et la Cie Up The Rap. «Nous allons interpréter la première chorégraphie créée par Rudi en 2001, qui a permis au groupe d’effectuer une tournée internationale», a affirmé Luk de Up The Rap.

Rappelons que le groupe Up The Rap célèbre cette année ses 20 ans d’existences. «Au début, Up The Rap était un festival de danse. Ensuite, l’initiateur a décidé de prendre les meilleurs éléments de chaque groupe participant à ce festival, pour créer un groupe de danseurs, spécial Hip Hop», a-t-il poursuivi. Actuellement, Up The Rap 2.0, ou la deuxième version, est composé de cinq danseurs.

Des ateliers et des battles

En ce qui concerne la suite du programme d’Ambony ambany, durant la semaine, l’IFM ouvrira ses portes aux danseurs désireux de participer aux divers ateliers. Le lundi et le mardi, la salle sera animée par Bboy Raphaël, et à partir de mercredi, Byron Cox dirigera les ateliers. «Il est important d’y assister parce que les professionnels proposeront toujours des nouvelles techniques, des nouveaux détails», a-t-il expliqué.

Ensuite, le 3 mars auront lieu les diverses battles au gymnase Ankatso. Quatre catégories seront au programme, à savoir, Bboy 1vs1, le Krump 1vs1, le dancehall 1vs1 et Ambonyambany 2vs2. «Cette année, 18 groupes issus de différentes régions du pays y participeront. Avec au total, plus de 400 danseurs, si l’année dernière, ils étaient 330 environ», a ajouté Dadee.

Le festival sera enfin clôturé, le 4 mars, au palais des Sports et de la culture à Mahamasina. Diverses compétitions seront donc à l’affiche, entre autres, le concours de show professionnel, de danse inter-établissement, ou encore inter-école, et surtout la finale battle. Notons que le grand lauréat de cette battle remportera une somme de 1 million d’ariary.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Fabien : la passion de la musique au-delà du handicap

Passion quand tu nous tiens ! Non-voyant depuis sa naissance, Fabien Tovonkery, ou « Fabien jamba » pour les intimes, s’épanouit sur la scène musicale en tant qu’auteur, compositeur et interprète.

Les noctambules de la capitale ont sûrement eu écho du talent inégalable de cet homme à la canne blanche. Régulièrement, Fabien anime des cabarets sur la scène du Glacier Analakely. «Le fait que je sois aveugle ne m’a jamais posé de problèmes. Je suis chanteur et la musique fait appel à l’ouïe et non à la vue», affirme celui qui a commencé à apprendre la musique à l’âge de cinq ans.

Marginalisées 

Originaire de la Cité du Soleil, il a intégré le Centre d’éducation des personnes non-voyantes et malvoyantes (Fofaja) à Antsirabe, durant l’enseignement primaire. A l’époque, le jeune homme chantait à chaque fête scolaire et recevait des gratifications qui auraient planté une graine d’artiste dans son inconscient.

Ayant élu domicile à Antananarivo, il a sorti son premier opus «Annick» en version cassette, qui renferme 9 titres, l’année 2003.  «C’est une histoire vécue. Annick était la plus belle fille de mon village. Nous nous étions aimés d’un amour fort et passionné et projetions même de construire notre vie ensemble mais ses parents ne voulaient guère reconnaître notre union sans doute à cause de mon handicap». Mais cela ne lui a pas empêché d’aller de l’avant.

Depuis 2004, il est marié avec une femme qui partage le même handicap que lui et est père de trois adorables enfants. Agé de 38 ans, il travaille cette année sur deux nouveaux titres. S’affirmant comme un fervent défenseur des droits des handicapés, il dit tout haut ce que les gens pensent tout bas.

«Tout mélomane qui se respecte a déjà chanté Fitia sahala de Nirina sy Liva, Zaho lie de Hery sy Lydia ou encore les œuvres de Malalatiana. Et pourtant, les personnes en situation de handicap sont trop souvent marginalisées», déplore-t-il.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Faribolana Sandratra : “Fy Taratra” au CGM

Ce jour, à partir de 15 heures, au Cercle germano-malgache (CGM) Analakely, le cercle des poètes Faribolana Sandratra donne un récital de poèmes baptisé «Fy Taratra» et  animé par Haingohaja et Tendrin’ny Avo.

Le spectacle se tiendra en trois parties, durant lesquelles les deux poètes déclameront une trentaine de poèmes. Les thèmes seront surtout axés autour de l’amour et de la foi. «Fy Taratra  est un titre assez philosophique.  Fy  signifie ce que l’on aime ou apprécie et «Taratra» est le reflet. Ainsi, le thème démontrera surtout, tous les gestes qu’il faut adapter devant le Dieu créateur », a expliqué Ranoë, coordinateur national du cercle, dans le communiqué de presse relatif à cet évènement.

Par ailleurs, d’autres artistes surprise seront aussi invités sur scène pour donner davantage d’animation. Et enfin, pour soutenir l’œuvre des deux poètes, des livres et dépliants seront vendus durant le spectacle.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

«Les legendes du salegy» : une affiche sans Ejema

«Les légendes du Salegy» vont se retrouver sur la scène du palais des Sports et de la culture de Mahamasina, ce dimanche.  Contre toute attente, Ejema ne sera pas de la fête. Et il vient de révéler les raisons de son absence qui selon lui relève de l’organisation générale du spectacle.

«Effectivement, les organisateurs m’ont fait part de leur ambition de réunir sur le même plateau les patriarches incontestés de ce genre musical typique de la Grande île. On me reconnaît à travers un registre plus soft. Ils ont donc décidé de me programmer dans un autre spectacle dans ce genre où d’autres artistes, à l’instar de Kaiamba, seront avec moi sur scène», a fait savoir le chanteur de «Raha mba fantatrao».

Pour la grand-messe des légendes du salegy, d’autres noms, comme Jerry Marcoss, Elidiot, Tence Mena et Taa Tense, vont grossir le rang de ceux déjà en tête d’affiche.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Le graphite (1)

La baisse survenue sur le graphite n’est pas sans avoir provoqué chez les industriels s’occupant de ce produit une légitime émotion.

D’un côté, on attribue cette modification des cours à la spéculation ; d’un autre côté, on estime que des stocks ayant été constitués en Europe, les achats ayant momentanément cessé, une baisse s’est produite.

Sera-t-elle momentanée ou de durée ? Toute la question est là.

Les uns disent qu’une hausse surviendra, essentiellement temporaire, un abaissement des prix devant s’ensuivre.

À l’appui de cette thèse, on cite des précédents qui se seraient constatés en d’autres colonies mais sur d’autres produits, le caoutchouc, par exemple.

Le procédé pour arriver à une sorte d’accaparement serait le suivant : intensifier les achats d’un produit, pendant une période déterminée, développement d’une industrie ou d’exploitations s’il s’agit de caoutchouc, puis arrêt brusque des achats.

Inévitablement, les cours subissent une dépression plus ou moins forte et de durée plus ou moins longue suivant le degré de résistance des vendeurs.

Tout le monde est d’accord sur ce point, qu’il est utile et équitable que les graphites de Madagascar soient vendus et livrés directement aux consommateurs américains.

On ne s’explique pas en effet pourquoi les marchandises de provenance malgache ne peuvent être vendues par les producteurs, alors que ces mêmes produits peuvent être vendus et livrés aux États-Unis ou en Angleterre après avoir transité par Marseille.

Pour arriver à un résultat dans ce sens, l’action individuelle est inopérante. Il faudra nécessairement que les producteurs de graphite, comme d’ailleurs les agriculteurs, s’organisent, se groupent soit en syndicat soit en association.

On a constitué un consortium en France, il eût été sage d’en constituer un à Madagascar. Il faut être organisé pour l’achat et pour la vente.

À l’heure qu’il est, les Boches ont groupé toutes leurs industries, elles font bloc.

Nous devons en faire autant chez nous.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : mouillage en rade

Les élections ont vite fait de rentrer dans le paysage, rapidement elles font partie de ces banalités dont ne se soucient plus les gens tant surmonter les difficultés de la vie de jour en jour plus violentes monopolisent leurs préoccupations et concentrent leurs efforts. C’est toute une flottille pourtant qui se dessine à l’horizon, chacune des embarcations envisageant de jeter l’ancre à quai afin de mieux se préparer pour le départ. Premières désillusions ! Le port n’a pas capacité à les accueillir toutes, et les taxes sont élevées, seuls les gros navires pourront accoster à quai et y jeter l’ancre, le gros de la flotte devant se satisfaire de mouiller au large. Les plus frêles épuisant leur force et leurs faibles moyens à faire la navette entre leur Q.G. et terrerisquent de rapidement perdre pied. Et c’est tant mieux pensent certains qui estiment qu’une pléthore de candidats parasite les débats et perturbe le choix, avis que ne partagent pas les défenseurs de la démocratie qui relèvent une aggravation des conditions sélectives, accentuant les inégalités des chances des citoyens à pouvoir chacun prétendre faire triompher ses idées en assumant des responsabilités au sein de la vie publique. Equité que dans une saine gouvernance on aurait pu attendre des lois électorales par l’adoption de projets ayant pour dessein de moraliser les conditions d’exercice de l’activité politique. En se faisant des illusions on aurait pu espérer que la loi établisse un plafond du budget électoral de chacun, au contraire elle menace de relever le niveau des conditions pour avoir droit de se présenter. Passez les petits, ici c’est la cour des grands. Attention à la casse !Des milliards à aligner au départ avec risque de les perdre pour tous, un seul par sa réussite ayant la chance de ne pas à regretter sa mise.

Entre devoir de rassurer et besoin de se rassurer

L’arrivée d’Andry Rajoelina dans l’arène, arrivée pourtant prévisible, perturbe quelque peu l’échiquier, où Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana donnaient le spectacle d’un duel à fleuret moucheté, comme si le combat devait se poursuivre à deux dans un espace qu’ils considéraient comme leur pré-carré. Chacun a eu à se reprendre très vite. On connait Marc Ravalomanana avec son caractère de fonceur s’embarrassant très peu des finesses et de leurs apparences. Adopter des attitudes provocatrices ne l’effraie pas, il ne s’en prive pas en réponse aux intimidations musclées dont ne se privent pas ses adversaires qui pour l’instant au pouvoir disposent des forces et ressources de puissance publique. Ravalo ne jette pas non plus

les formules qui dans le passé ont contribué à son succès, dans l’Avaradrano c’est sans état d’âme qu’il a rassemblé le troupeau de fidèles en reprenant le slogan magique : « croyez tout bonnement ».

Le jeu pour le président en fonction se complique, il se mélange les pinceaux dans un rôle qu’il embarrasse lui-même de duplicité. De nature ou par son parcours, l’homme se dote d’un caractère si méfiant qu’il s’effraierait même de son ombre. Comment ne pas cultiver pareille réaction quand on a expérimenté et mis à profit soi-même la méthode, «  comment jaillir de l’ombre et se hisser au premier plan en pleine lumière »,  surtout qu’arrive l’échéance de l’épreuve qui décidera si on reste ou quitte le firmament. Rien de pire pourtant en raison de ce réflexe de méfiance que d’avoir à improviser un changement destratégie dès qu’une simple pierre bouge, avec l’obsession de croire en la ruse comme meilleur moyen de défense ou d’attaque, alors que la ruse constitue ici une des « qualités » la mieux partagée et la plus prisée. A ce jeu, malgré la conviction de se croire le meilleur en tout, le doute ronge et ramène à la réalité : la défaite menace davantage que la victoire n’est promise. Un challenger fait les extérieurs pour ensuite s’installer à la corde et mener la course sans l’air d’y toucher.

Des changements en 9 ans

Le Président de l’époque et son tombeur se retrouvent sur la ligne de départ à la conquête du pouvoir. Les rumeurs chuchotent une éventuelle alliance entre les deux Ex qui se vouaient mutuellement une inimitié farouche. On voit mal l’un et l’autre s’entendre copains comme cochons. Caractères et intérêts à défendre les éloignent aujourd’hui comme hier ou demain. Difficile d’imaginer l’un se résigner et renoncer à ses ambitions pour soutenir l’autre, dans la meilleure hypothèse ils parviendront à signer une clause de non-agression réciproque, et peut-être une promesse mutuelle du moins bien placé à soutenir l’autre qualifié pour le second tour.

Les deux sont-ils ceux que l’on a vus en 2009 ? Neuf années sont passées par là, physiquement l’ainé des deux accuse les traces des épreuves qu’il a subies même si il les a bien surmontées. Mais il reste le Ravalo tel qu’on l’a connu. Si Rajoelina dans son apparence reste lisse, comme si le temps n’avait prise sur lui. Par son comportement par contre il est évident qu’il a mis à profit et son expérience à la tête du pays et la période d’effacement quatre années durant. Foin des fanfaronnades de jeunesse, foin des satisfactions narcissiques pour jeter un œil de satisfaction sur son image foulant le tapis rouge, désormais c’est un homme mature empli d’assurance pour se permettre d’adopter une attitude de sphinx. Afficher cette sérénité suffit à jeter la panique dans les Q.G. adverses, autant que ça rassure dans l’opinion et contribue sûrement à conquérir des suffrages à la cause. Mais comme on est en guerre, le Sphinx ne s’est pas privé de rappeler que tout sphinx qu’il est,il n’est pas fait de granit et possède des griffes qu’il s’est entrainé à acérer.

Léo Raz

News Mada0 partages

Travailleuses au koweit : 7 femmes en accompagnement psychosocial

Parmi les travailleuses malgaches victimes de maltraitance au Koweït, 7 d’entre elles ont été rapatriées à Antananarivo jeudi dernier. Dès leur descente d’avion à Ivato, elles ont été prises en charge par une équipe du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) et ont bénéficié d’accompagnement psychosocial. Avant de rejoindre leur localité respective, ces femmes sont hébergées actuellement dans un centre social de la capitale.

Suite à l’appel de la ministre du (MPPSPF), Onitiana Realy, le comité interministériel pour les migrations des travailleurs malagasy s’est réuni en urgence en début de semaine. Cela afin de définir les mesures à prendre et coordonner les actions qui incombent à chaque département pour que de telles situations ne se reproduisent plus.

Rappelons qu’au niveau du MPPSPF, les actions de prévention et de sensibilisation des jeunes sur le travail des femmes malgaches à l’étranger se sont multipliées ces derniers mois. L’initiative d’organiser un atelier à Andapa, le 29 septembre 2017, a été largement suivie.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Sava-Chine : un député facilite les transactions

Les transactions commerciales de la population de la région Sava avec la Chine seront facilitées grâce à l’appui du député Norbert Mamangy, dit Jack.

Le commerce avec la Chine ne se limitera plus à des classes privilégiées, selon le député Norbert Mamangy, dit Jack. Il a ainsi initié récemment la population de la région Sava aux rouages des transactions commerciales nécessitées par ces échanges, à Ampandrozonana, dans la Commune urbaine de Sambava. Il a présenté à l’assistance les avantages tirés de ce commerce permettant de s’approvisionner à prix compétitifs et adaptés au budget des ménages malgaches.

Il a mis en place un système de vente à la portée de la population à cet effet. Ceux qui sont donc intéressés par les marchandises importées de Chine doivent s’inscrire auprès du député en déposant leurs commandes qu’ils ne payeront qu’à la réception des colis, selon ses explications.

Manou

Tia Tanindranaza0 partages

“Sémi-rémorque” nandona Sprinter7 maty, 3 naratra tany Moramanga

Olona 7 no indray namoy ny ainy ary 3 no maratra mafy vokatry ny lozam-pifamoivoizana mahatsiravina niseho tao Antsirinala, 10 km tsy hahatongavana an’i Moramanga raha avy aty Antananarivo, teo amin’ny PK7, ny alakamisy alina tokony ho tamin’ny 12 ora.

 

 Vaky kodiarana ny fiara taksibrosy “sprinter”, iray an’ny Kaoperativa Kofimanga avy aty an-drenivohitra nitondra olona manodidina ny 20, ka nijanona teo an-tsisin-dalana amin’ny ilany an-kavanana. Tamin’ny ilany an-kavia ilay kodiarana vaky, ka raha samy iny teo am-panoloana azy iny indrindra no nirimorimo namantana tany aminy ny kamio lehibe “sémi-rémorque” avy any Toamasina. Tampoka ny fisehoan’ny loza, ka tsy nisy afa-niala sy tsy nisy nitsoahana intsony ireo olona, fa dia voafaoka sy voahosy tao. Ny 6 no maty teo no ho eo, ary 4 no naratra mafy, saingy namoy ny ainy ihany koa ny iray rehefa nialana nenina tany amin’ny hopitaly. Tsara ny manamarika, fa lasa lavidavitra mihitsy io fiarabe io vao tafajanona noho ny fandehanana mafy. Ny mpamily mpanampin’ilay taksibrosy aza, dia tavela tao ambanin’io fiarabe namoa-doza io. Notanan’ny mpitandro ny filaminana avy hatrany ilay mpamily, ary hatolotra ny fitsarana. Raha ny nambaran’io mpamily io moa, dia nisy zavatra nanarona azy no tsy nahitany ilay olona, ary efa akaiky izany vao nitranga. Tsy natao hanenjehana ny mpamily ireny fiarabe “sémi-rémorque” sy ny “citerne”, fa tsikaritra ho tena misetrasetra ny sasany amin’izy ireny amin’iny lalam-pirenena faha-2 iny. Tsy vitsy amin’ny mpamily mihazo an’iny RN2 iny no somary miferin’aina rehefa hifanena amin’izy ireny, indrindra amin’ny fiholahana. Rehefa ho avy ihany koa anefa ny loza tsy mampiomana, ka ny fanafodiny dia ny mailo sy ny mitandrina hatrany. Mila hentitra ihany koa ny fanaraha-maso ara-teknikan’ny fiara.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahalanian’i Donald TrumpMbola mananosarotra ny fanadihadiana

Mitohy ny fanadihadiana momba ny fitsabahan'ny Rosianina tamin'ny fifidianana filoham-pirenena tany Etazonia farany teo. Mba ahafahana mahatratra ny tanjona dia nanitatra ny sehatry ny fikarohana ny mpampanoa lalàna manokana Robert Mueller.

Nanambara ity mpampanoa lalàna manokana ity fa misy ny fanenjehana ny talen’ny fampielezan-kevitr’ i Donald Trump teo aloha sy ny iray amin'ireo mpiara-miasa aminy. Nenjehina noho ny fanodinkodinam-bola miisa 10 izay mitentina 30 tapitrisa Dolara nofotsiany any amin’ny kaontiny any amin’ireo orinasa offshore izy ireo. Ny tanjon’ny mpampanoa lalanan moa dia hametrahana ny tsindry amin'ireto lehilahy 2 ireto, mba hiara-hiasa hamaly ny fanontaniana hoe nisy fifandraisana ve teo amin'i Moscou sy ny manodidina an'i Donald Trump nandritra iny fifidianana iny? Eto moza zany dia tafiakatra 32 ny vesatra hanenjehana ireo izay vosaringotra tamin’ity raharaha ity amin’izao.

Nisy ny famongarana ireo jihadista any Mali ka anisan’ny mandray anjara amin’izany ny tafika Frantsay. Nanambara ny filoha Frantsay nandritra ny fihaonamben’ny hery G5 Sahel tany Bruxelles ny zoma teo fa mahatratra 30 mahery ny mpiadin’ireo vondrona jihadista any amin’ny faritra avaratr’i Malia no matin’ny tafika Frantsay. Nilaza ihany koa ity filoha frantsay ity fa ny tanjona iraisan’izy ireo dia ny hahatonga ny tanànan’i Sahel ho toerana 1 ho an’ ny kolontsaina sy ny fisokafana ary ny fifanakalozana, araka ny tantaran’ity toerana ity. Kanefa amin’izao i Sahel dia lasa toerana fanondranana olona an-tsokosoko, zava-mahadomelina, fitaovam-piadiana izay mamatsy ireo mpampihorohoro ireo, hoy hatrany ny filoham-pirenena Frantsay. Araka ny voalazan'ny minisitry ny tafika, Florence Parly dia jihadista miisa 450 no voafehy nanomboka tamin'ny taona 2014, izay ny 120 amin’ireo novonoina ary 150 natolotra ny manampahefana Malianina izay mbola velona tao anatin’ny 12 volana farany. 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lavanila any SAVAMisy nanesika fantsika hampitombo ny lanjany

Tsy honohono fa tena izy. Misy manafangaro fantsika ny lavanila masaka efa vonona haondrana any ivelany. Nahita maso ny fisian'izany, omaly, ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana,

 

 Chabani Nourdine raha nijery ireo tranombarotra mpikirakira lavanila ao Sambava sy Antalaha ary koa nihaona tamin'ireo mpandraharaha lavanila. Velon-taraina ireto farany fa dia lavanila masaka misy fantsika no voavidin'ireo mpanangom-bokatra izay vatsian'izy ireo vola hividy lavanila eny amin'ny tantsaha. Tsy vitan'ny famonoana ny lalam-pihariana lavanila, izay reharehan'ny Malagasy, izao tranga izao fa dia miteraka fatiantoka goavana ho an'ny mpandraharaha ihany koa, satria dia voatery nividy milina manokana hanivanana fantsika amin'ny lavanila izy ireo nefa efa vidian-dafo ny lavanila. 1.100.000 Ariary ka hatramin'ny 1.400.000 Ariary mantsy amin'izao ny kilaon'ny lavanila masaka. Mbola olona sedraina ihany koa hoy ireo mpandraharaha, dia mihena mila ho isan-taona ny tahan'ny « vanilline » ilay singa mahatsara kalitao ny lavanila. Tsy misy afa-tsy 0,9 hatramin’ny 1,5 izany amin’izao raha toa ka nahatratra 2,5 teo aloha. Nangataka noho izany ireo mpandraharaha mba ho any amin’ny faran'ny volana jolay any ny fanokafana ny taom-piotazana lavanila any amin’ny faritra SAVA raha tiana ny hanatsara ny lavanila fa kosa mila hamafisina ny fitandroana ny fandriampalemana. Fanirian'ireo mpandraharaha lavanila ihany koa ny handefasan'ny Air Madagascar fiaramanidina lehibe, toy ny Boeing, izay mahazaka entana betsaka, fa « raha ny zava-misy amin'izao na herinandro aza tsy lasa ny entanay », hoy izy ireo.

 

Jean D.

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Polisim-pirenenaHanatona kokoa ny vahoaka

50 no isan`ireo polisy hanatevin-daharana ireo efa am-perinasa, ka 30 no ``Officiers de police`` ary 20 kosa niofana ``Commissaires de police``.

Tia Tanindranaza0 partages

Lalam-pihariana kafe, lavanila, cacao, lojyHampitomboina ireo haondratsika any ivelany

Hohatsaraina ireo karazana lalam-pihariana misy eto amintsika toy ny kafe, ny vanila, ny cacao, ny lojy...

 Raha araka ny fantatra mantsy dia anisan’ny firenena manana ireo karazana akora ireo tsara indrindra isika eto Madagasikara saingy mbola ilana fanatsarana koa ny fikarakarana azy. Hampitomboina ihany koa ireo haondratsika any ivelany. Ho an’ny vokatra kafe, ohatra, dia mbola ambanimbany ihany ny tahan’ny kafe haondrantsika tany ivelany. Vao 4. 500 taonina tamin’iny taona 2017 ity raha mahavokatra 28.500 taonina isan-taona. Na izany aza anefa dia efa tsara ny fanondranantsika ny vokatra kafe any amin’ny firenena Eoropeanina, hoy ny minisitry ny Varotra Atoa Chabani Nourdine.   Nisy ny atrikasa manokana nentina nandinihina izany niarahana tamin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny tetsy amin’ny Hotel Colbert Antaninarenina izay naharitra telo andro. Anisan’ny manampy antsika ireo manampahaizana manokana avy amin’ny CNUCED. Tanjona ny hahafahana manondrana betsaka ireo karazam-bokatra ireo any ivelany hahafahantsika mampidi-bola vahiny betsaka eto amin’ny firenena.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vehivavin’ny faritra 22Hasandratra etsy Mahamasina

Ao anatin’ny fankalazana ny andron’ny vehivavy na ny 8 martsa dia hisy ny hetsika « Vohitra kanto fihary » izay hiarahan’ny minisiteran’ny mponina sy ny orinasa Mada vision mikarakara etsy amin’ny lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina ny 2 ka hatramin’ny 5 martsa izao

 

. Teny filamatry ny hetsika moa ny hoe « Fotoana izao hampisandratra ny fiainan’ireo vehivavy mikatroka eny ambanivohitra sy an-tanan-dehibe. » ary hahatongavana amin’izany indrindra dia hetsika arahina asa mampiseho ny fiharian’ireo vehivavy manerana ny faritra 22 no haseho eny an-toerana, raha ny fanazavan’ny mpikarakara, Harilala Ramanantsoa. Hisy ny tranoheva manokana ahafahan’ireo mpisehatra mifanakalo traikefa eo amin’ny fahaiza-manaony avy. Hampahafantarana ny zony, ny tokony ho toe-pahasalamany miatrika ny asany, ny fandraharahana mety amin’ny vehivavy  sy hafa marobe. 150 moa ireo tranoheva handray anjara ka ny 20 amin’ireo ihany no hiompana amin’ny fanatsarana endrika amam-bika.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Am-bavahoana

Na iza na iza dia samy am-bavahoana, hoy ny tononkiran’ilay mpanakanto ara-pilazantsara iray izay. Arakaraky ny fivoaran’ny siantsa sy izay heverina ho fahaizan’olombelona no toa vao mainka mampihena ny androm-piainan’ny ety ambany masoandro.

 Ny boky rehetra mirakitra ny tantaran’izao tontolo izao dia saika nahatarafana izany daholo. Mbola tsaroana hatrany koa ny tenin’ilay mpanao politika mpomba ny fitondrana 1 izay hoe tsy isika malagasy ihany no miha sahirana fa izao tontolo izao mihitsy. Toa te hilaza an-kolaka izany hoe tsy an’ny mpitondra antsika ny hadisoana raha toy izao no toerana misy antsika ankehitriny fa an’izao tontolo izao mba tsy hilazana hoe an’ny sehatra iraisampirenena.  Efa ampy hiononantsika izany ny zava-misy satria mitovy amin’ny rehetra ihany isika. Na hiha hahantra fara idiny daholo aza ny olom-pirenena rehetra tsy olana fa ampiakarina ihany ny galonan’ny manamboninahitra afaka miaro ny seza. Tononina isan’andro fa miha sahirana ny malagasy. Maty noana ny any atsimo. Rehefa aravina dia am-bavahoana ny faharavana tanteraka ny firenena satria sady manampy trotraka ihany koa ny fandripahana ny harem-pirenena rehetra ambonin’ny tany na an-dranomasina na an-kibon’ny tany miampy ny firongatry ny kolikoly izay mitombo isan-taona. Eto izany tsy ny olombelona fotsiny intsony no ambavahoana fa ny firenena iray manontolo mihitsy kanefa dia hoe misandratra, hono.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tanànan’i MahajangaManjaka ny fitaterana amin’ny Bajaj

Vao miditra ny tanànan’i Mahajanga ianao ankehitriiny dia misongadina ny loko mavomavon’ny Bajaj iray amin’ny fitaovana fitateran’olona hampisain’ny mponina an-davanandro ao amin’ity renivohitry ny voninkazo ity.

Tia Tanindranaza0 partages

Banky eto MadagasikaraManahirana ny olona

Tsy mahagaga raha 5%-n’ny mponina eto Madagasikara ihany no miserasera amin’ny Banky eto Madagasikara. Ankoatra ny fahasarotan’ny taratasy izay takiana amin’ny fidirana ho mpikambana dia mampitaraina ny olona ihany koa ny sara alaina amin’ireo tolotra maro samihafa ao amin’ny Banky.

 

 Manoloana izay dia nanatona tompon’andraikitra iray tao amin’ny Banky eto Antananarivo ny Gazety Tia Tanindrazana nanontany ireo sarany alain’ny Banky. 3000 Ar isam-bolana ny sarany alaina amin’ny karatra fisintonana vola (carte bancaire) amin’ny banky, izany hoe 36 000 Ar isan-taona be izao no alain’ny Banky izay hita ho mavesatra tokoa. Ankoatr’izay, ny kaonty seky dia hakan’ny Banky sarany 3420 Ar isam-bolana ary mbola miampy ilay saran’ny karatra fisintonana izany raha mampiasa  karatra ilay olona. Izany hoe 6420 Ar isam-bolana na 77 040 Ar isan-taona no vola trohan’ny Banky raha sady mampiasa seky sy karatra ny olona iray. Raha mampiasa ilay karatra visa izay ahafahana misintona vola eny amin’ny GAB (Guichet Automatique de Banques) rehetra tsy ankanavaka kosa dia 79 000 Ar isan-taona ny sarany. Ho an’ireo manana kaonty orinasa dia 9840 Ariary isam-bolana na 118 080 Ar isan-taona no alain’ny Banky miampy 6000 Ar isam-bolana raha mampiasa ilay tolotra b-web: fijerevana kaonty amin’ny internet ary mbola misy ihany koa ny saran’ny fihodinan’ny orinasa (frais de fonctionnement) arakaraky ny fihetsiketsehan’ilay kaonty (mouvement) izay miovaova. 8 800 Ar  isam-bolana na 105 600 Ar isan-taona no sarany alaina amin’ny kaontin’ny mpiasa tsy miankina sy ny mpiasam-panjakana ka efa ao anatiny ny saran’ny seky, karatra fisintonana vola,… Ho an’ny mpiasa tena indray dia mandoa 7 800 Ar isam-bolana na 93 600 Ar isan-taona amin’ny Banky izy ireo. Ankoatr’ireo dia mbola maro ny tolotra hakan’ny banky sarany izay midangana ka mampikaikaika ny maro toy ny fangatahana toe-bola (demande de position): 1200 Ar, ny fangatahana relevé bancaire : 3 600 Ar, ny fangatahana fanamarinana seky (chèque certifié ) na fanafoanana : 12 000 Ar. Ampirisihina ny olona hiditra amin’ny Banky kanefa izany no zavatra miandry azy. Tsy mahagaga raha mihazakazaka mankany amin’ny sehatra fampindramam-bola madinika (microfinance) ny sasantsasany raha mba te hanao fandraharahana. Ny maro an’isa aza moa dia tsy miditra mihitsy na fampindramam-bola madinika indrindra moa fa Banky.

 

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

AT2B Basket-Ball10 taona isika izao

Feno 10 taona katroka amin’ity taona 2018 ity no nitsanganan’ny “Association sportive” AT2B na Andraisoro Tia Basket-Ball tantanan’ny filoha mpanorina azy, Fanja Rabenjamina.

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra ara-toekarena manokana (Z.E.S)Miahiahy ny any Antsiranana

Tapitra omaly tetsy amin’ny hotely San Cristobal Ivato ny dinika momba ilay tetikasa ZES teto Antananarivo. Anio kosa no hijery ifotony any amin’ilay toerana atao hoe Andrakaka any Antsiranana, izay toerana ametrahana ilay tetikasa, ireo mpandray anjara liana.

 

Nifarana ny teto Antananarivo izay hita ho vitsy hatrany aloha ny mpandray anjara.  Nandrasana ihany mba ho tonga ireo mpamatsy vola sy ireo mpandraharaha nasaina kanefa dia tena tsy nipoitra ny ankamaroany. Na dia izany aza dia tapitra ny teto fa mbola misy ny fifampiresahana eo amin’ny sehatra tsy miankina (B to B) hoy Andriamatoa Mahazoasy Freddie, filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena sady filohan`ny NBSI (Northen Madagascar bord of strategy investement) niezaka ny tsy ho kivy. Mety efa fantatry ny any Antsiranana ihany koa ny tsy fahombiazan’ity tetikasa ity ka miteraka fanahiana be amin’ny maro any. Manoloana izany indrindra dia nanome toky Atoa Mahazoasy Freddie fa nasiana video –conférence izay mivantana mankany Antsiranana ny resaka rehetra ka afaka manatrika an’izany mivantana ny solontenan’ny vahoaka sy ny tompon’andraikitra rehetra any an-toerana. Araka izany dia afaka mametraka fanontaniana manoloana izay mety ahiahy rehetra amin’ity tetikasa ity ireo mpanatrika rehefa tonga any izahay, hoy ihany ity olom-boafidy tany Antsiranana ity. Marihina ihany koa moa fa amin’ny alatsinainy ho avy izao no hanatanterahana ny fivoriana tsy ara-potoana handinihina ny lalàna mikasika ity faritra ara-toekarena manokana ity.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Kintan’ny Fanatanjahantena Malagasy LANZIZYTalenta voajanahary ny filalaovana baolina kitra ho anay

Nanararaotra ny dia notanterahina tany Mahajanga izahay eto amin’ny Tia Tanindrazana ka nanararaotra nitafatafa tamin’ny Kintan’ny baolina kitra iray nalaza tamin’ny fotoanandrony tany an-toerana ary dia hisaorana azy indrindra etoana ny nanekeny niroso tamin’izany dinika ho fampahafantarana azy bebe kokoa izany

 

Tia Tanindranaza0 partages

Varotra elektronikaMaro no voafitaka

Taorian’ny fampiofanana nomena ireo mpisehatra rehetra miisa 60 afaka handavorary ny tontolon’ny lalàna sy ny fampandehanana ny varotra elektronika na ireny varotra ifanakalozana amin’ny aterineto itony ny 19 ka hatramin’ny 22 febroary teo dia nampahafantarina omaly tetsy amin’ny tranoben’ny varotra etsy Antaninarenina omaly ny fehezan-dalàna tsara ho fantatra momba izany.

 

 Nampahafantarina ihany koa ny toeran’i Madagasikara mikasika izay eo amin’ny sehatra iraisampirenena sy ireo lesoka mila arenina ary tanjona tokony ho tratrarina. Mbola mila hamafisina, hoy ny fanazavana, ny fiarovana ireo mpanjifa amin’izy ireny eto amintsika satria maro ireo mora fitahana. Efa mipetraka ny lalàna fa anjarantsika no mamoaka ny didy fahafaha-mampihatra azy. Olana ny tsy mbola fahafahan’ny malagasy mampiasa aterineto ary tsy afaka mamoaka tarehimarika mazava mikasika izany hatreto. Ny varotra amin’ny facebook koa mbola mampametra-panontaniana hoe mandoa hetra ara-dalàna sa tsia, hoy hatrany ny fanazavana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rava trano teny ambanin’AmpamarinanaTsy mbola nahazo fanampiana hatreto

Ankoatra ireo aina nafoy miisa fito dia trano telo no potika tanteraka vokatry ny fianjeran’ilay vatobe teny Ambanin’Ampamarinana ny herinandro lasa teo.

Ho an-dRakotohery Jeannot Claude anisan’ireo rava trano teny an-toerana no sady nanana ny naratra dia nambarany fa tsy mbola nahazo fanampiana ny tenany hatreto. Efitrano efatra anefa hoy izy no indray nafoiko tao anatin’ny indray mipy maso niaraka tamin’ireo kojakoja rehetra tao anatiny. Ny hany feo reko hoy hatrany ity Raim-pianakaviana ity dia ny fisian’ny teny  mandeha fa omena tany hono izahay. Mbola tsy fantatra anefa izany hatreto hoy hatrany izy. Any amin’ny fianakaviany araka izany no mialokaloka Rakotohery Jeannot Claude efa-mianaka. Ho an’ireo zanany roa mianatra any Ankadifotsy dia nomarihiny manokana fa onena mafy azy ireo ny tompon’ny sekoly ka navelany hianatra maimaim-poana  aloha ireo zanany roa hatreto. Notsiahiviny moa fa na dia ireo fanampiana avy any amin’ny mpitondra aza tsy mbola nisy tonga teo am-pelatanan’izy ireo. Ankoatra azy efa-mianaka ireto moa dia lehilahy iray ihany koa no tokony hodidiana lamosina maika ao amin’ny HJRA  Ampefiloha mila vola 1.200.000 Ar saingy tsy misy mpiraharaha. Handeha ho aiza avokoa araka izany ireo olona lasibatry ny vato teny Ambanin’Ampamarinana ?. Tsiahivina moa fa trano miisa 13 no fantatra fa tsy maintsy azera eny Ambanin’Ampamarinana. Ny 30 %-n’ilay vatobe no efa voavakin’ny birao nasionaly misahana ny loza voajanahary hatreto. Na izany aza dia mbola mitoby etsy amin’ny EPP Atsimon’i Mahamasina ny ankamaroan’ireo fianakaviana voatery nafindra monina teny an-toerana ka ireo mpitandro ny filaminana izay voalaza fa mihaodihaody eny no miambina ny tananany, indrindra fa ny amin’ny alina.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AndohatapenakaMaka toerana tsimoramora ireo mpivarotra

Henjana ny asa miandry ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety sy ny minisiteran’ny Fitaterana manoloana ny fanaraha-maso ireo mpivarotra etsy amin’ny Fasan’ny Karana mikasa ny hifindra toerana eny amin’ny toby fiantsonana vaovao eny Andohatapenaka.

 Tsy niandry ela mantsy fa efa tongan’ny mpivarotra  mandehandeha sahady ny eny amin’ity toby fiantsonana iray vaovao ity. Lohalaharana amin’ireny ireo mpivarotra hani-masaka toy ny vary sy ny laoka, raha eo ihany koa ireo mpanao taxiphone, ireo mpivarotra kojakoja ilaina amin’ny fiara… Tsy niandry ela ireo tompon’andraikitra ireo fa nametraka mpiambina avy hatrany ka miisa valolahy ireo misahana izany asa izany amin’ny andro antoandro. Miambina ireo olona mikasa ny hanangana tsena eny amin’ilay digy manamorona ny ranon’Ikopa iny izy ireo izay manao tohivakana mamariparitra ny toerana eny tokoa nanomboka tamin’ity herinandro ity. Raha tsiahivina, tsy azo hanorenana fotodrafitrasa mihitsy ny digy sao sanatria mihotsaka. Anisan’ny vavahadin’Antananarivo ihany koa ny lalana eny Andohatapenaka, lalovan’ireo vahiny avy any ivelany hitsidika antsika ka tsy azo hatao kitoatoa.  Misy ihany  moa ireo boxe voatokana hivarotana sakafo sy hani-masaka ao amin’ity toby fiantsonana ity, raha araka ny fantatra saingy mbola miandry ny fandaminan’ny tompon’andraikitra vao afaka miasa.

 

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny kolikolyMiady irery ny Bianco

Ny birao mahaleotena misahana ny ady amin’ny kolikoly na ny Bianco no nanao ny fanadihadiana mikasika ny fanadinana hidirana tao amin’ny ENMG, izay nofoanana farany teo, hoy ny fanazavan’ny filohan’ny SMM, Faniry Ernaivo, tamin’ny antso an-tariby omaly.

Tokony hitohy, hoy ny tenany, ny fanadihadiana fa tsy mionona amin’ny fanalana ny talen’ny ara-bola (DAF) fotsiny. Ny tena nahagaga mantsy, hoy izy, dia hoe naninona no nisy nahavita nanao « intervention » tao anatin’ilay fanadihadiana. Ny taona 2011 sy 2012 efa nisy ny tranga toy io fa tsy niteny ny fitsarana. Mbola hita ho voafetra ihany hatreto ny fidirana lalina ao anatin’ny fanadihadiana mikasika ny raharaha kolikoly eto amintsika. Ho sahy hamoaka anaran’olona ve ny SMM sy ny Bianco ? Matoa misy ny mpanome, tsy maintsy misy ny mpandray. Iza moa anefa no mpisehatra amin’izany raha tsy ny mpiadina sy ny mpitsara ? Hita ho mbola miady irery koa ny Bianco no sady hiangonan’ny rihitra rehetra.

J. Mirija 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiambenana ny AAA-Tiko tsy hisokatraLany vola ny faritra Vakinankaratra

Rovitra ny kitapom-bolan’ny faritra Vakinankaratra hanakaramana Emmoreg hiambina ny orinasa AAA-Tiko Andranomanelatra tsy hisokatra.

Mbola mandeha ny raharaham-pitsarana isan-karazany momba ny orinasa AAA-Tiko amin’izao fotoana izao, hoy ny mpisolovava Norosoa Raharimalala tamin’ny fakam-bavaovao natao taminy momba ny fizotry ny raharaham-pitsarana amin’izao fotoana. Didy iray hatreto no nivoaka omaly 23 febroary tany Antsirabe momba ny fitorian’ny orinasa Jirama sy ny fangatahany ny hanesorana ny kaontera, saingy nilaza ho tsy nahefa ny tribonaly momba izay raharaha izay.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nianjeran'ny vatobe teo AmpamarinanaHadinon'ny fanjakana ao amin'ny HJRA i Mamy

Herinandro katroka anio ny nisehoan'ilay loza mahatsiravina, namoizana ain'olona fito mianaka tetsy Ampamarinana vokatry ny fianjeran'ny vatobe iray izay namotika trano telo teny an-toerana.

 

 Nisy olona valo hafa ihany koa naratra tamin'iny loza iny, ka anisan'izany i Mamy. Raha efa tafaverina eny anivon'ny fianakaviana ireo fito, dia mbola tavela ao amin'ny HJRA i Mamy. Misy tapaka ny taolan-damosiny ary mila fandidiana. Mitaraina mafy anefa ny fianakaviany fa tsy mba mahazo fanampiana na dia nisy fampanantenan'ny fanjakana ny handray an-tanana ireo niharam-boina tamin'iny loza iny aza. Hatry ny omaly, tsy mbola nisitraka izany fandraisana an-tanan'ny fanjakana izany i Mamy, ny fianakaviany no niezaka nanao izay vitany. Hadino ao amin'ny HJRA ity marary ity, nefa voalaza fa mila vola farafahakeliny 1.200.000 Ariary hiatrehana ny fandidiana hatao aminy. Nomen'ny hopitaly fe-potoana hatramin'ny anio sabotsy 24 febroary i Mamy fa rehefa tsy vonona io vola 1.200.000 Ariary dia halefa mody amin'aretina izy. Ny trano nonenany tokony hivantanany koa aza anefa potika. Ny solombavambahoaka voafidy tao amin'ny Boriborintany faha-4, Randriamandimbisoa Félix sy ny kaominina Antananarivo Renivohitra no efa nanao tolotanana ho an'ity marary ity.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Vatobe efa mitresaka eny AmbatovinakyAhiana hirodana sy hitera-doza

Taorian’ny filatsahan’ilay vato be izay nahafatesana olona maro teny Ampamarinana dia nahazo fanairana avy amin’ny manodidina indray ny alin’ny alakamisy 22 febroary 2018 ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny, fa misy bolongam-bato be ahiana hianjera eny amin’ny fokontany Ambatovinaky.

 

Efa mitresaka vokatry ny rano mandemy azy hatry ny ela io vato be io, ary ahiana hikoa tsy ho ela, ary mety hiteraka loza tsy roa aman-tany ihany koa raha tsy hitadiavam-bahaolana sy handraisana fanapahan-kevitra ao anatin’ny fotoana fohy. Tsy niandry ela ny avy ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra fa avy hatrany dia nidina teny an-toerana nanao ny fitsirihana tamin’ny alalan’ny mpamonjy voina sy ny GRC/Prévention (Gestions de Risques et Catastrophes) na ny fitantanana ny loza voajanahary, Fisorohana sy Fiomanana. Nesorina avokoa ireo olona nipetraka teny amin’ny manodidina ary nofefena ireo làlana izay ahiana fa mety hitrangan’ ny loza. Raha araka ny hita teny an-toerana dia tokony hovakiana ny vato be fa kosa miandry ny fanapahan-kevitra avy amin’ny BNGRC (Bureau National de Gestions des Risques et Catastrophes) vao afaka manatanteraka izany. Manentana hatrany ny mponina ireo tompon’andraikitra mba tsy hisalasala hanatona ny fokontany akaiky azy raha toa ka mahatsikaritra tranga toy izao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Olana eo amin’ny Malagasy sy ny Sinoa``Aleo samy mitaiza ny adalany``, hoy i Johanesa Rakotonirina

Rehefa misy fiarahamiasa amin`ny firenena roa dia samy mikatsaka ny tombontsoany ny roa tonta. Fanamafisana sy fampiroboana ny fiarahamiasa an`i Madagasikara sy Sina no tanjon`ny Fikambanana Fifankatiavan`ny Malagasy sy ny Sinoa izay tarihan` i Johanesa Rakotonirina.

Fiofanana manokana

Miisa 25 ireo mpanao gazety Malagasy nahazo fiofanana momba ny “andraikitry ny mpanao gazety amin’ny sehatry ny toe-karena”. Ny fikambanan’ny fifankatiavan’ny Malagasy amin’ny firenena Sinoa no nanome ny fiofanana izay notontosaina ny Alakamisy 22 febroary lasa teo. Fampiofanana mahakasika ny fahaiza miampita vaovao indrindra ara-toekarena amin`ny mpanara-baovao na gazety izany na amin`ny haino aman-jery. Nitarika izany ny Filoha an`ny holafitry ny mpanao gazety, Atoa Rakotonirina Gerard izay nizara sy nampahafantatra ny olana sedraina rehefa mitrandraka vaovao ara-toekarena. Araky ny nambarany dia ``Sarotra ny mikaroka loharanom-baovao amin`ny sehatry ny toekarena satria lasa mifangaro amin’ny tontolo politika sy amin’ny fiainan`ireo mpandraharaha manokana ny fahazoana vaovao momba ny tombom-barotra sy ny tamberinandraikitra entin’ny orinasany”.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamboarana vola sandokaKolonely iray voatonontonona fa atidoha

Nanomboka ny taona nivalona iny dia fahoriana ho an’ireo tantsaha Malagasy ao Toamasina ny fisolokiana sy famitahana mahazo azy ireo amin’ny fampiasan’olona vola sandoka 10.000 ariary sy 20.000 ariary mividy vokatra amin’izy ireo.

 

 Mahanoro, Vatomandry, Toamasina II, Vavatenina, Fenoarivo atsinanana sy ny manodidina azy rehetra, no tena lasibatra amin’izany, indrindra moa misy ny fiakaran’ny vokatra jirofo amin’izao fotoana. Nisy ny fiaraha-miasan’ny FIP tarihan’ny kaomisera Rafaliarivo Jules sy ireo mpanome vaovao marim-pototra azy omaly ka raikitra ny hetsika goavana nanomboka tamin’ny 7 ora maraina hatramin’ny 11ora antoandro. Tao anatin’izay dia olona 11 izay nahitana vehivavy ny 2 no tratran’izy ireo, ka tao Tanambao V olona mianadahy, Ankirihiry olona 2, Tsarakofafa olona 4 izay vehivavy ny 2, ary Mangarivotra olona 3. Tratra tany amin’izy ireo ihany koa ny fitaovana fanamboarana ny vola sandoka izay nahitana ny ranomainty sy ny vovoka fotsy ary ny fanapahana ny taratasy haka ny endriky ny vola tiana atao hosoka. Mbola tratra ihany koa ireo taratasy efa tapaka manana endrika vola 10.000 ariary sy 20.000 ariary efa vonona hamboarina. Ny angom-baovao natao no nahalalana fa kolonely ao Toamasina manao asa mpanangom-bokatra ara-pambolena sy voly fanondrana izany no lehiben’izy ireo. Ho hita eo ny fanadihadiana ataon’ny polisy misahana ny heloka be vava Toamasina mihazona ny raharaha.

 

Malala Didier

Tia Tanindranaza0 partages

Mba ampianaro ny ekipa e..

Miarahaba ra Jean a.Aiza indray ianareo amin’izao ee..hainareo mihitsy mantsy ity mandeha tsy re, tonga tsy miteny.Firy andro aty aoriana ve vao mizara vaovao, raha ohatra izao tsy nisy nahita iny dia nodianareo fanina tahaka ny fanaonareo.

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Arlette RamarosonHilatsaka hofidiana filoham-pirenena

Mafana dia mafana ny raharaha politika eto amintsika amin`izao fotoana izao ary tsy misy vahaolana ankoatra ny fifidianana. Mpanao politika tsy dia mpiseho firy Rtoa Arlette Ramaroson izay filohan`ny ``vondron`ny Tia Tanindrazana ho an`ny Fanarenana an`i Madagasikara``

 no nivoaka tamin`ny fahanginany ankehitriny ka nanambara ny heviny mikasika ny raharaha politika ary nilaza fa  hilatsaka hofidiana filoham-pirenena. Nanamarika izany ny fanoritsoritany ireo vinam-panarenana an’i Madagasikara kasaina atao eto amintsika teo anatrehan’ireo ankolafin-kery samihafa eto amin’ny Firenena. Tofoka amin`ity fitondrana manome vahana an`ireo tsy maty manota ny tenany. Tsy mankasitraka ny fihetsika ataon`ny fitondram-panjakana izy izay efa betsaka no niaraha-nahita ny tsy nety nataon`izy ireo ka tokony avela hitondra ny hafa raha hita fa mahavita zavatra. Mila ``olom-baovao`` ny fanalana an`i Madagasikara ao anatin`izany hantsan`ny fahaverezana izany, hoy ity mpitsara iraisam-pirenena teo aloha ity ary nampanantena ho avy mamirapiratra tamin’ny fanoritsoritana ireo vina kasaina hotanterahina. Teboka efatra no navoitra nandritry izany fanambarana ofisialy izany omaly teny Ivato ka momba ny fitantanana ny raharaham-pirenena, ny satan`ny fihavanana Malagasy, satan`ny tontolo iainana ary lafiny ara-toekarena sy ny sosialim-bahoaka ary ny fifandraisana iraisam-pirenena.

Ramaroson Arlette dia mpitsara teto Madagasikara nandritra ny 25 taona. Taorian`izay dia voafidy ho Mpitsara iraisam-pirenena tamin`ny latsabaton`ny firenena miisa 105 ao amin`ny Firenena Mikambanana ary niasa nandritra 15 taona tany amin`ny Tribonaly iraisam-pirenena ho an`i Rwanda tany La Haye. Niverina teo an-tanindrazana ny tenany tamin`ny taona 2016 ary nisantarany ny tontolo politika ny fitakiana ireo Nosy Manodidina toa ny Iles Eparses mba hiverenan`ny fiandrianam-pirenena na souverainete nationale

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ravalomanana olon’i Afrika 2017Hatolotra anio ny amboara

Hatolotra anio sabotsy 24 febroary any Johannesbourg Afrika Atsimo ny amboara lehibe tamin’ilay fifaninanana hahafantarana izay ho olon’i Afrika 2017, nokarakarain’ny Gazety boky African Leadership Magazine, hoenti-mamoaka ny anaran’ireo olo-malaza eo amin’ny tontolon’ny “leadership” na ny haitarika.

 

Io ilay antsoina hoe « ALM Person of the Year  2017 » natao ny volana novambra-desambra 2017 lasa teo tamin’ny alalan’ny fifidianana tany anaty tranonkala sy ny aterineto. Tsaroan’ny rehetra tsara, fa voatsonga ho mpifaninana i Marc Ravalomanana, ary izy no laharana voalohany teo amin’ny sokajy “Political Leadership”, izany hoe izy no voasafidy ho mpitarika politika mendrika indrindra taty Afrika ho an’ny taona 2017. Olo-malaza miisa 8 no mpandresy, ka isan’ireny ny Filoha Rwandais Paul Kagame, izay filoham-pirenena mendrika tsara laza indrindra ihany koa amin’ny fampandrosoana. Tsy mbola nisy ny fampitam-baovao ofisialy momba ny fandraisana ny amboara. Efa andro vitsy kosa izay no any Afrika Atsimo i Lalao Ravalomanana, ben’ny tanànan’Antananarivo, ka mety izy no handray io amboara lehibe io any an-toerana.

Tena niainany sy nampihariny ny haitarika

Azo porofoina sy tarafina tamin’ny fiainany manontolo na teo amin’ny tontolon’ny fandraharahana na ny politika sy ny fitantanana firenena ny fahafehezana ny haitarika sy ny fampandrosoana, ka anohanan’ny Malagasy azy mandrak’ankehitriny. Tany amin’ny fanokafana ny orinasa Tiko, dia efa nisongadina sy natokisan’ny mpamatsy vola izy, ka niroborobo sy fanta-daza hatrany ivelany ny orinasa Tiko. Izy no ben’ny tanàna nahavita nampandroso indrindra an’Antananarivo, ka nampiakaran’ny Malagasy azy tamin’ny sehatra ambony kokoa dia ny toeran’ny filoham-pirenena. Nametraka politikam-pampandrosoana mety sy sahaza amin’ny vahoaka Malagasy, dia ny MAP. Efa tena tao anatin’ny fisandratan’ny firenena mihitsy no nadaraboka i Marc  Ravalomanana satria nanelingelina ny tombotsoan’ny hafa ny fitiavan-tanindrazana nananany. Na dia teo aza anefa ny olana isan-karazany sy ny famotehana azy, dia tsy nety tapaka ny rohy nampifandray azy tamin’ny vahoaka, ary io mbola andrandrain’ny maro ho lasa filoha io izy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rajaonarimampianina tany FrantsaMisy zavatra afenimpenina mihitsy…

Mbola mampametra-panontaniana hatramin’izao ny dia an-tsokosokon’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina tany Frantsa ny sabotsy 17 febroary, ary nody mangingina ny takarivan’ny talata 20 febroary teo.

 

 Efa taty amin’ny alakamisy 22 febroary vao misy ny tatitra maneho, fa anisan’ny nijery ny foara iraisam-pirenena tao Rungis Paris ny talata lasa teo izy. Ny filoha tale jeneralin’ity tsena goavana ity M. Stéphane Layani mihitsy no nandray ny delegasiona Malagasy tamin’izany. Misy amin’ireo vokatra avy aty Madagasikara no amidy any. Mba hanamafisana orina ny fifandraisana ara-barotra eo amin’i Frantsa sy Madagasikara no tanjona, ka omena anjara toerana amin’izay ny lavanila, lodisia, dipoavatra, ny vokatra an-dranomasina,… Mitana ny 80%-n’ny famokarana lavaila maneran-tany i Madagasikara ary fanta-daza amin’ireo hanitra sy voankazo ary ny vokatra an-dranomasina, nitana ny 31% amin’ny vokatra naondran’i Madagasikara tany Frantsa izany ny taona 2016, ary lasa 53% tamin’ny taon-dasa, izay nampiditra vola 145 tapitrisa Euros. 4 andro teo ho eo ny filoha no tany, ka ny andro farany momba ny diany izany no fantatra, fa ny ankoatra izay manjavozavo. Misy zavatra afenimpenina sa mba nandeha aloha nitsangatsangana sy nanao fiainana ? Nifanandrify tamin’ny lanonana tao amin’ny lapam-panjakan’i Elysé ny 21 febroary teo ny fivahinianan’i Hery Rajaonarimampianina tany Frantsa. Nanomezam-boninahitra ny Filoha Liberianina Georges Weah, mpilalao kitra hany Afrikanina nahazo ny “balon d’or” izy io. Voaasa tany ny filohan’ny Fifa Gianni Infantino sy filohan’ny CAF Ahmad. Nitafa mivantana tamin’i Emanuel Macron i Ahmad tamin’izany. Nohararaotina ve ity fihaonana ity, ka mba nasaina nampidirana resaka mba hahafahan’ny filoha Malagasy fihaonana tamin’i Emmanuel Macron saingy nolavina ka niala maina ? Toa somary mangatsiatsiaka rahateo ny fifandraisana ara-diplomatika amin’ny fanjakana HVM sy Lafrantsa raha tarafina amin’ny raharaha Houcine Arfa sy ny tsy nanomezan’ny Frantsay ilay volabe 10,2 miliara dolara nampanantenainy ny desambra 2016. Misy zavatra tsy milamina ao !

Toky R

 

L'express de Madagascar0 partages

Catastrophe – Trois blocs de rocher menacent de s’écrouler

De nouvelles menaces d’éboulement de rocher se présentent sur « La Haute ». Leur démolition serait impérative.

Danger. Trois blocs de rocher se détachent de leurs roches mères sur la colline de Manjakamiadana. L’un se trouve à Imarivo­lanitra Ambatovinaky et les deux autres à Tsimialonjafy, selon le rapport du Bureau national de la Gestion des risques et catastrophes (BNGRC), hier. Ils pourraient s’écrouler à tout moment,  dans le cas où la pluie tomberait, selon un technicien du BNGRC. Il parle notamment du bloc de rocher à Imarivolanitra. « Ceux à Tsimialonjafy ne s’écrouleront pas incessamment, mais il faut toujours les surveiller, vu leur taille », précise-t-il. Les blocs de rocher à Tsimia­lonjafy sont plus élancés, que celui d’Imarivo­lanitra qui ne pèserait que 4,8 tonnes.Les techniciens du BNGRC et de l’Institut d’observatoire géophysique d’Antananarivo (IOGA) sont sur le point d’étudier ces deux rochers menaçant à Tsimialonjafy et d’analyser les zones à risques en cas d’écroulement.« L’altération des roches et le choc acoustique provoqué par la foudre qui a frappé à Ambonin’Ampamarinana, dans la nuit de samedi, ont certainement conduit à ces fractures », explique le professeur Gérard Rambolamanana, directeur de l’IOGA. Un autre technicien de mentionner que « même les vibrations des séismes, ainsi que celles provoquées par l’existence humaine, peuvent engendrer ces failles et fractures ».

InterventionsDes mesures ont été déjà prises, à Imarivolanitra. Pour écarter la population de tout danger, l’escalier reliant ce quartier à Ambatovinaky,  est interdit de circulation temporairement.Le bloc de pierre menaçant peut s’affaisser sur cet escalier. « Nous évaluons encore l’évacuation de la population, si c’est nécessaire », indique le chef de district de Tanà I.Le directeur de l’IOGA avance l’urgence de la démolition de ces rochers. « On ne pourra jamais limiter les dégâts avec des filets de sûreté. Cela ne va pas supporter les charges de ces rochers. Il est préférable de les détruire pour être tranquille. Autrement, nous allons encore faire face à des pertes de vie humaine », déclare-t-il. Samedi, sept personnes ont succombé à la charge de 70 tonnes.Ce jour, les sapeurs-pompiers, les techniciens du BNGRC, et les forces de l’ordre interviendront à Imarivolanitra-Ambato­vinaky, si le rocher ne s’est pas déjà écroulé durant les orages d’hier. Démolir ces rochers sera une rude épreuve. Il serait dangereux d’utiliser des explosifs dans cette zone rocheuse. Les dynamites occasionneraient d’autres fractures et de probables éboulements sur des endroits peu considérés.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Moramanga – Une semi-remorque broie sept personnes

Un poids-lourd a roulé sur sept occupants d’un taxi-brousse sur la RN2. Les défunts sont sortis du véhicule à la suite d’une crevaison lorsque le camion les a happés. 

Sept morts d’un seul coup. Broyés par un camion semi-remorque, sept passagers d’un taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter ont trouvé une mort  tragique. Ce drame est survenu dans la nuit de jeudi à vendredi aux alentours de minuit, sur la RN2. Le pire s’est produit lorsque le véhicule de transport en commun était contraint de s’arrêter à quelques encablures d’Antsirinala Moramanga,  au point kilométrique 102 +800. Il a eu une crevaison du pneu arrière gauche. Le minibus a quitté Tana et faisait route sur Toamasina avant que la panne ne se produise sur une ligne droite, à 8 kilomètres de la ville de Moramanga.Le chauffeur du taxi-brousse, en train de changer le pneu crevé avec quelques passagers, figure parmi les sept personnes ayant trouvé la mort dans cet accident. La semi-remorque, roulant en direction de Tana, a surgi à plein régime.En arrivant à la hauteur de la Mercedes Sprinter, le poids-lourd s’est déporté vers la gauche pour mordre la partie avant-gauche du véhicule de transport en commun et continuer sur toute sa longueur. Les individus en train de remplacer la roue et quelques passagers, allongés sur la chaussée, profitant de l’arrêt pour se prélasser dans la pénombre, ont été écrasés.Le camion a ensuite heurté un talus, laissant dans le sillage de ses roues des corps comprimés.

Défunt inconnuInterrogé par les gendarmes de la Brigade Police Routière (BPR) de Mora­manga, saisie de l’enquête, le chauffeur du camion affirme avoir aperçu au loin la Mercedes Sprinter à l’arrêt. Il ajoute que tout était subitement devenu flou dans son champ de vision lorsqu’il est arrivé à la hauteur du taxi-brousse.Les hommes ayant péri dans cet accident sont âgés entre vingt-cinq et cinquante ans.« Trois occupants du taxi-brousse sont blessés. Il a fallu  les évacuer d’emblée à l’hôpital de Moramanga. Le camion a bloqué la chaussée. Des dépouilles étaient de surcroît piégées sous son châssis. Il a fallu opérer avec rapidité afin de permettre aux ambulanciers d’agir  et  de rouvrir  la route. Le constat a été bouclé en une trentaine de minutes pour que la circulation puisse reprendre », explique le chef de la BPR Moramanga.Sur cette même lancée, il indique que six des sept corps ont déjà été récupérés par les familles. Inconnu, selon la gendarmerie, leseptième défunt est encore, à la morgue de l’hôpital de Moramanga.« Des appels ont été lancés à la radio afin que ses proches puissent se manifester », ajoute le commandant du BPA du Mangoro.La Mercedes Sprinter a été enlevée du lieu du sinistre dans la journée même. Mais le poids-lourd n’a pu être déplacé qu’en début de soirée.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Sécurité publique – Une promotion de pilotes de drones

Composée d’officiers et de commissaires de police, la promotion « Mahery » est sortie hier.Ils se sont surtout spécialisés dans le pilotage de drones.

Sécurité publique. Cinquante individus, dont vingt commissaires de police et trente officiers ont marqué leur sortie de promotion, hier à l’école nationale supérieure de police (ENSP), à Ivato.Baptisée « Mahery », le nom de cette promotion signifie « brave » ou « courageux ». Au cours de leurs deux années de formation, conformément à chaque mention, ils ont appris surtout la manipulation des appareils volants télécommandés, sur laquelle la promotion précédente ne s’est pas étalée.« Cela entre spécifiquement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme », a indiqué dans son allocution, le contrôleur général de police Tran Guy, directeur de l’ENSP.Sept de ces cinquante nouveaux policiers, âgés de 25 à 55 ans sont des femmes, dont deux ont obtenu le rang de commissaire. « Au départ, ils étaient cinquante-deux, mais deux ont jeté l’éponge », a précisé le directeur.À l’issue de cette sortie de promotion, le ministre de la Sécurité publique, Mamy Jean Jacques Andrianisa a touché à demi-mot à la corruption au sein des forces de l’ordre.

Responsabilité« Que chaque policier respecte l’éthique ! Ne vous laissez pas influencer par la corruption », a-t-il souligné, au centre de conférence internationale (CCI) avant le cocktail.La maîtrise des drones s’avère impérative, non seulement pour la surveillance du territoire, mais également pour le pistage des kidnappeurs à moto. « L’instauration de la sécurité publique est la responsabilité de tous », a insisté le président de la République Hery Rajaonarimampianina durant sa prise de parole.Ce dernier n’a pas manqué de préciser que la construction des infrastructures, tels que les commissariats et postes de police dans plusieurs localités poursuit son cours. « Il n’y aura point de développement sans paix », a-t-il souligné.D’après les informations recueillies auprès de la Direction générale de la police nationale, ces commissaires et officiers stagiaires suivront encore de nombreuses formations, en attendant leur décision d’affectation pour le premier poste.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Réconciliation nationale – Le Conseil du Fampihavanana joue sur la discrétion

Discrétion. Selon Alphonse Maka, président du Conseil du Fampiha­vanana Malgache (CFM) joint au téléphone hier, aucune restitution ni synthèse des différentes rencontres effectuées durant la phase d’écoute ne sera publiée. « Nous ne ferons pas de restitution issue des rencontres que nous avons eu avec les différents acteurs politiques de grande envergure », a-t-il soutenu. Cependant, une assemblée générale est organisée pour le 5 mars, une occasion pour tous les membres de faire un exposé des faits qui entrent dans le domaine des fonctions du CFM. « C’est également à ce moment que nous élaborerons les stratégies pour mener à bien nos missions », a ajouté Alphonse Maka.Sans protocole. Le Conseil du Fampihavanana projette de continuer les visites des régions, comme cela a déjà eu lieu à Antsirabe, la semaine dernière. Selon son président, le mieux est de rencontrer directement le peuple. « Lors de notre rencontre avec la population d’Antsirabe, on a remarqué qu’elle avait soif de dialogue », a-t-il soutenu. Selon lui, faire une descente sur le terrain ne se résume pas seulement à voir les hauts responsables de la localité. « Nous ne voulons pas instaurer un quelconque protocole. L’idée est de mettre la population en confiance », a expliqué le président du CFM. Lors de la descente du Conseil du Fampiha­vanana à Antsirabe la semaine dernière, Alphonse Maka a exposé l’utilité de ces descentes. « Les tournées dans les régions sont importantes car, par cette démarche, nous pouvons connaître la réalité et l’iden­tité de chaque région, lesquelles jouent un rôle important sur les processus de la réconciliation nationale », a-t-il expliqué. Il a également rappelé que « des commissions sont chargées de toutes les affaires ayant trait à l’histoire et faits passés, ce dans l’objectif d’instaurer une  atmosphère politique, sociale, et économique saine et apaisée ».Aux dernières nouvelles, le chef du gouvernement, Olivier Mahafaly Solonan­drasana a reçu la délégation du Conseil du Fampiha­vanana présidée par Alphonse Maka, jeudi à Mahazoarivo. Le Pre­mier ministre aurait reconnu que le CFM peut garantir un climat de paix, surtout en cette année électorale.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Formation Maroy de l’ADN – La promotion Rabezavana affûtée pour la refondation

Le parti ADN professionnalise la pratique politique à travers la formation. Trente-quatre jeunes ont reçu un certificat de fin de formation hier à Ankorondrano.  

Le chef de file national de l’ADN, Edgard Razafindravahy, avec les descendants du nationaliste Rabezavana

Innovation. Le parti Antoka sy Dinan’ny Nosy/Arche de la Nation (ADN) a sorti sa première couvée, hier au dôme RTA Ankorondrano. Trente-quatre jeunes universitaires ont suivi des formations sur divers thèmes, dans le cadre du projet Malagasy Roots youth (Maroy). Cette première promotion porte le nom de Rabezavana, le leader du mouvement Menalamba de 1895 – 1898, symbole du patriotisme et du courage. « Le choix de Rabezavana n’est pas fortuit. Son courage animé par le patriotisme lui a permis de résister à la colonisation française. Rabezavana est, pour, nous le symbole du courage et de l’amour de la patrie », a affirmé Alida Mampionona Rakotoarimanana, représentant des participants au projet Maroy , lors de son interventionLe député élu à Tsaratanàna, Jean Ratefierivony réitère l’importance du choix de Rabezavana comme nom de cette promotion. C’est l’un des hommes de confiance de la reine Ranavalona III. À partir de 1896, il a dirigé la commune d’Andriamena, dans le district de Tsaratanàna.  C’est l’un des leaders influents dans le mouvement Menalamba, avec Rainibetsimisaraka et Rabozaka.

La première promotion de la formation MaRoy a acquis une excellente formation basée sur les idées forces de l’ADN, la refondation et le Federalisma Sahaza.

Force jeuneLe chef de file national du parti ADN, Edgard Razafindravahy a honoré cette cérémonie de sa présence. Dans son allocution, il a insisté sur la prise de responsabilité des jeunes. « Les États-Unis ont été bâtis par des jeunes.  Le salut de la Nation dépend de votre courage à changer. Le pays a besoin d’une refondation à partir de la base», soutient-il. Après avoir rappelé l’échec des 58 années d’indépendance, et de tous les systèmes qui se sont succédé,  il mise sur la jeunesse pour apporter le changement. «  Pour qu’un pays soit fort, il faut une jeunesse forte », a-t-il martelé.Maroy est un projet des jeunes ADN qui visent la professionnalisation de la politique. Accompagnés par des professionnels dans leurs domaines et expériences respectives, les trente-quatre jeunes ont reçu des formations sur neuf  thèmes. Il s’agit, entre autres, du leadership, de la bonne gouvernance, du montage de projet, du savoir-vivre, des méthodes de direction et des structures d’un parti politique,  du marketing politique  ainsi que  de l’Histoire de Madagascar.D’une manière générale, chaque parti politique d’envergure  nationale dispose d’une branche « jeune », souvent utilisée par opportunisme en faveur de quelques leaders. Le parti ADN, par le projet Maroy, veut contourner cette « mauvaise pratique ». À travers les séances de formations à la fois théoriques et pratiques, le parti prépare déjà sa relève. « Il est rare qu’un parti politique dispense des formations de ce genre », conclut  Alida Mampionona Rakotoarimanana.

La promotion Rabezavana, hier à Ankorondrano avec leurs familles.

 

Témoignages

Le bureau des Jeunes ADN a reçu une centaine de demandes pour suivre la formation « Malagasy Roots Young » (MaRoY). À l’issue d’une sélection et d’interviews des postulants, une trentaine de jeunes ont été admis à cette première promotion.Plus précisément, trente-quatre jeunes sélectionnés ont montré beaucoup d’enthousiasme et de volonté au cours des deux mois de formation. Ils étaient âgés entre 18 et 35 ans, la plupart des lycéens ou des étudiants. Ils ont été d’emblée convaincus de la justesse de l’idéologie et de la méthode de travail du parti ADN, fondées sur les pratiques par la refondation à la base et l’instauration du Federalisma Sahaza. De fait, les idées du chef de file national, Edgard Razafindravahy, ont été comprises et acceptées, à savoir le Federalisma Sahaza qui est l’unique voie pour le progrès et le développement de Madagascar. Autrement dit, nos trente-quatre jeunes de la première promotion doivent avoir la mentalité du nationaliste Rabezavana !

Gabrielle Jessica Rakotonirina, titulaire du master en Sciences politiques :La formation nous a été utile. En effet, jusqu’ici seule une petite partie de la population vit correctement. La majorité ne connait pas ses droits, et surtout elle ignore sa responsabilité pour développer la Nation. Nous sommes tombés dans une extrême pauvreté, c’est pourquoi il est nécessaire et impérieux de revenir à la base même pour recouvrer les valeurs et l’honneur par le redressement du pays. Nous tous ensemble sommes responsables de notre avenir et de celui de notre Nation, et cela commence à la base.

Jean Etienne Andriamahadimby, titulaire du master I en Informatique et statistiques appliquéesLa formation MaRoy, proposée par le parti ADN, dirigé par Edgard Razafindravahy, m’a beaucoup aidé. Car elle a satisfait tous mes désirs et vœux de m’impliquer plus en profondeur  dans la vie nationale. Je voudrais apporter ma contribution dans le changement pour le bien et le bien-être de mon pays, en proposant ma part de briques pour son développement.

Vonondranto Andrianjakarimanana, titulaire de la licence en gestion comptable et financièreIl faut changer les institutions de l’État unitaire à Madagascar. Le développement doit démarrer à partir de la base, où le pouvoir est à initier. Le fokontany doit acquérir un pouvoir effectif, car il est la structure la plus proche du peuple et à même de porter le développement local.

Mahery Njatoniaina Ratovelo, titulaire d’une licence en SociologieIl faut mettre en place une éducation équitable à Madagascar. L’enseignement destiné à former des personnes subalternes doit être éradiqué. Donc, il faut une adéquation de l’enseignement et de l’éducation avec la culture et le vécu existant dans une région concernée. La formation des enfants doit correspondre à la culture, aux us et aux richesses de la région où ils vivent, pour qu’ils ne soient pas obligés d’aller dans la capitale pour poursuivre leurs études. J’ose affirmer que le Federalisma Sahaza est la solution unique pour notre réussite commune. Il est adéquat pour chaque région-État, surtout en matière d’éducation et d’économie. Le parti ADN a pris une grande initiative en créant une École supérieure populaire, car elle est la garante de la relation étroite entre les dirigeants et le peuple, surtout dans la prise de  décisions à la base.

Anja Andriambololona, titulaire du master en Psychologie sociale et interculturelleLa refondation à la base est nécessaire pour Madagascar. Car la population locale sait ce qui lui est bien, étant la première concernée sur ce qui se passe dans son village. Elle seule peut élaborer les stratégies répondant à ses besoins et elle seule connaît les priorités pour son développement.

Jean Marchelle Rakotonirina, bachelier série A2J’ai toujours suivi les activités du parti ADN à travers les journaux. Les principes de ce parti m’intéressent. Les formations dispensées  ainsi que la responsabilisation des jeunes diligentées par le parti ont conforté ma conviction.

Era Miaratsoa Ramboanatolotra, maîtrisard en DroitA travers le Federalisma sahaza, la proposition du parti ADN à mettre en place la justice foraine accélère le traitement des dossiers au niveau des tribunaux. Les instructions sont menées en connaissance du contexte.  Cela réduit les risques de la corruption. Elle  évite également l’accumulation des mandats de dépôt.

Tiavina Sarobidy, bachelier série A2Il n’y a que le Federalisma sahaza qui mène au développement de Madagascar. Actuellement, l’Etat unitaire et centralisé fonctionne par des ordres. Ainsi, les besoins de la population à la base ne sont pas suffisamment pris en compte.  Les principes de l’ADN auront des impacts dans la vie quotidienne à travers le contrat social.

Anna Diamondra Rasoanarivoarinavalona, licence en sociologieJ’ai voulu étoffer mes expériences en politique et connaître davantage l’histoire de mon pays. J’ai trouvé tout cela dans la formation Maroy

La seconde promotion de la formation Maroy est pour bientôt. Les thèmes seront élargis au niveau international. Il y aura une collaboration avec des partis amis de l’ADN comme Venstre du Danemark ainsi qu’avec la grande famille du Liberal international

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Jirama – Crise d’eau potable à Toliara 

L’accès à l’eau potable devient un problème social et économique à Toliara. La solution est attendue dans quelques semaines.

Insuffisant. Les robinets sont à sec dans la ville de Toliara.  « L’eau coule au compte-gouttes à partir de 23 h. Nous sommes obligés de remplir des récipients pendant toute la nuit, des fois jusqu’à 4 h », se plaint une habitante du fokontany d’Ampasikibo.Ceux qui s’approvisionnent aux bornes-fontaines sont les plus malheureux car ils doivent attendre toute la nuit alors que l’eau ne coule que pendant trente minutes. L’approvisionnement en eau devient un business pour certains qui vendent à 1 000 ariary le bidon de 20 litres, soit le quintuple du coût normal. Les foyers, les hôtels, et les restaurants en souffrent le plus alors que la canicule sévit.Une réunion d’urgence s’est tenue, mardi dernier, dans la grande salle de la région Sud-Ouest pour tenter de résoudre cette pénurie d’eau dans la Cité du soleil. Chefs de fokontany, responsables de la commune urbaine de Toliara, de la Jirama, du projet PIC et de la région Sud-Ouest ont essayé de faire le point afin d’avancer des solutions au problème qui tend à perdurer.« La direction générale de la Jirama devait envoyer une pompe immergée électromécanique pour appuyer le pompage, mais celle-ci ne fonctionnerait toujours pas », a fait remarquer le responsable de fokontany.

Réparations« Le besoin quotidien de la ville de Toliara s’élève à 12 000 m3 alors que la production disponible est estimée à 1 630m3. Trois pompes sont en panne depuis le mois de novembre dernier », admet  Randrianam-binina, directeur de la Jirama Toliara.Ceux qui ont la possibilité d’utiliser des surpresseurs sont les seuls avantagés. Le château d’eau ne fonctionne plus depuis des années en raison de l’insuffisance de la pression d’eau. Les installations ainsi que les raccordements de la Jirama depuis la source de Miary, située à une dizaine de kilomètres de Toliara, datent de 1930.« Le moteur est tout le temps en réparation, et fait l’objet de bricolages. Une nouvelle pompe immergée électromécanique sera envoyée par la direction générale de la Jirama en remplacement de ce vieux moteur et serait disponible vers la fin de ce mois de février », indique la commune urbaine de Toliara.Le projet PIC a initié un projet d’exploitation de quatre forages à moteurs hydrauliques automatiques pour suppléer aux conduits existants. La durée d’exécution de ce projet était de quinze mois, prolongée de trois mois. Il est prévu se terminer fin mars.« Des pièces spécifiques ont été importées d’Espagne, une des raisons de cette prolongation », informe Jean Behaja, le maire de Toliara. Quatre cents bornes-fontaines seront installées dans les quarante-et-un fokontany avec l’organisme WSUP.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Eau, hygiène et assainissement – Un nouveau projet vise la durabilité et l’équité

Six cent mille personnes à cibler. Le projet « Rural access to new opportunities in Water, sanitation and hygiene (Rano Wash) » qui dure cinq ans, sera conduit dans deux cent cinquante communes des régions Vatovavy Fitovinany, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Vakinan­karatra, Amoron’i Mania et Matsiatra Ambony.Il a pour objectif d’accroître l’accès durable et équitable aux services eau, assainissement et hygiène  dans le monde rural pour optimiser l’impact sur la santé, la nutrition et pour préserver l’environnement. « Il y aura le renforcement du secteur en termes de gestion, de statistiques, d’évaluation et la mise en place d’une plateforme. Les actions concrètes en collaboration avec le secteur privé contribueront à la pérennité du projet et le changement de comportement des usagers amènera au bon maintien des infrastructures », explique leDr Alain Randriamaherisoa, chef de projet. Cent quarante réseaux de distribution seront installés et des centres de santé ainsi que des écoles publiques figurent parmi les bénéficiaires prioritaires.Les localités ayant entrepris de gros efforts dans l’éradication de la défécation à l’air libre auront droit à des toilettes hygiéniques.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Tennis - Tournoi Africain U14 grade 2 - Madagascar – Sampras-Jake, un duel au sommet

La dernière phase du tournoi africain est dessinée. Les demi-finales et finales se joueront ce jour et demain.

Le carré final est connu. Le tournoi africain U14 grade 2 organisé par la Fédération malgache de tennis, qui se joue jusqu’à dimanche sur les courts du club olympique de Tananarive, arrive ce jour à la phase des demi-finales.Chez les garçons, Sampras Rakotondrainibe est parvenu à se hisser en demi-finale en gagnant contre le Botswanais Jonathan Gaetsaloe (6/2, 6/2). Il joue la demi-finale ce jour contre le Mauricien Jake Lam Hau Ching, qui s’est défait de Mahefa Rakotomalala (6/2, 6/2) en quarts de finale.Ce match s’annonce explosif, car les deux joueurs se connaissent très bien depuis deux ans, où ils ont pu évoluer ensemble dans la catégorie U12.Dans l’autre moitié du tableau, on aura une confrontation entre Denzel Seetso (Botswana) et Lucas Lai Fat Fur (Maurice). Ils se sont respectivement imposés devant les Malgaches Johny Rovanantenaina (6/1, 6/3) et Angy Rasolomanana (6/3, 6/2).

Trio malgacheCôté fille, Randy Rako­toarilala aura à affronter Yaëlle Antsasoa Vaissaud en demi-finale. Hier, elle a pu passer l’obstacle dénommé Midzi Tanyaradzwa (Zim­babwe) en deux sets (6/3 6/2). Yaëlle, quant à elle, a surclassé la Botswanaise Leun­go Monnayoo (6/2, 6/2).L’autre demi-finale opposera Maholy Razakaniaina à Safidisoa Nomenjanahary. La première est sortie gagnante de Dune Pelasoa Vaissaud (6/0, 6/1), et la seconde a enregistré une victoire sur Miarana Andria­nafetra (6/3, 6/0).Outre ces demi-finales en simple, celles des doubles seront également au programme du jour.Jusqu’ici, le tournoi a pu se faire sans encombre. Espérons que dame pluie continue à ne pas être au rendez-vous aujourd’hui et demain, journée des finales.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Mahaleo reprend « Chel bel canto»

Des retrouvailles qui s’annoncent joviales et mélodieuses, mais surtout douées de charme entre le public et le groupe Mahaleo. C’est ainsi que se décrit le prochain « Che bel canto ».

Un événement de plus qui promet d’être exceptionnel de la part de ce groupe mythique de la scène musicale nationale. Le prochain concert du groupe Mahaleo au palais des Sports et de la Culture Mahamasina s’annonce particulièrement charmant et d’une grande beauté. Rendez-vous est ainsi donné le 29 avril après-midi, pour ce qui sera l’un des concerts marquant de cette année. Après plus d’une bonne décennie, Mahaleo revient, une nouvelle fois, pour s’illustrer aux côtés de la gent féminine à travers le concept « Che bel canto ».Initié par Media Consulting, c’est un concert festif, orné d’un zeste de romantisme et de poésie, comme à l’accoutumée, que le public retrouvera, au palais des Sports et de la Culture. Cette fois,  c’est un quatuor de chanteuses enchanteresses, radieuses et talentueuses qui sublimera de leur voix les compositions de Mahaleo. Aux côtés de Dama, Fafah, Dadah, Charles et Bekoto, on retrouvera pour le plus grand plaisir de nos yeux Bodo, Nanie, Inah et Tosy. Un joli bouquet de chanteuses que le public a hâte de voir reprendre ces chansons populaires et rêveuses de Mahaleo.Dès l’annonce de ce concert sur les réseaux sociaux, l’engouement des inconditionnels de Mahaleo, qui célébrait ses 45 ans de carrière, est tel qu’on peut d’ores et déjà s’attendre à un concert exaltant, ce 29 avril.

Fédérateur« C’est le groupe qui a pris soin de sélectionner ces chanteuses, elles représentent ainsi aux yeux du groupe ce qui se fait de meilleur. De même, le choix des chansons qu’elles interpréteront sur scène à l’occasion est tout aussi qualitatif, ces chanteuses étant pour Mahaleo, gage de qualité », confie un responsable de Media Consulting. En outre, Mahaleo réserve encore d’autres bonnes surprises pour cette occasion, car il se pourrait que la liste de ces invitées ne soit pas encore exhaustive.On suppose même que d’autres artistes issus de la jeune génération puissent encore rejoindre l’affiche de ce « Che bel canto » aux allures acoustiques et conviviales. D’un côté, toujours aussi fédérateur au bout de plus de quatre décennies, Mahaleo entend confirmer, une fois encore, sa légende dans le milieu de la scène artistique nationale. De l’autre, les fans qui suivent fidèlement le groupe de génération en génération, s’attendent à ces échanges et ces interactions intemporels entre eux et le groupe, forgeant cet amour réciproque entre Mahaleo et ses fans. En trois ans, « Che bel canto » s’est pleinement refait une jeunesse pour son grand retour, après Olombelo Ricky et Rebika, Mahaleo continuera à envoûter le public.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Ambatofinandrahana – Une association milicienne possède une arme 

Une arme de guerre entre les mains de milice de l’auto-défense village. Mardi, des gendarmes de la compagnie territoriale d’Ambatofinan­drahana ont mis la main sur un pistolet mitrailleur Mat 49. Une redoutable arme de guerre de fabrication russe, encore utilisée par l’administration pénitentiaire ainsi que les forces de police.Pris sur le président d’une association luttant contre le vol de bétail et les actes de banditisme commis dans la commune rurale d’Ambon­dromisotra, dans le district d’Ambatofinandrahana, le pistolet mitrailleur avait encore trois cartouches dans le magasin de munitions. Le pot-aux-roses a été découvert après qu’une horde de voleurs de bétail ait frappé dans le village Antsefa, dimanche. Une poursuite ayant rassemblé les forces de gendarmerie, le fokonolona, ainsi que les membres de l’association villageois s’ensuivait alors.Au bout de deux jours, sur la piste des malfaiteurs, les gendarmes mobilisés ont été informés qu’un des poursuivants était en possession d’une arme de guerre, interdite aux civils. Après recherches, il s’est avéré que c’est le président de l’association qui le détenait.Interrogé sur la provenance du pistolet mitrailleur, celui-ci n’a apporté aucune information. En revanche, il a signifié que l’arme appartiendrait à l’association. Les poursuites continuent et une enquête est ouverte concernant l’arme découverte.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Les après-midi de Suzy – La fin d’une belle aventure

Après deux ans de parcours un peu discret, loin des tapages médiatiques et de toutes formes de lancement, le concept « Les après-midis de Suzy » de Pause Café à Antsahavola, marque sa fin à sa dix-huitième édition ce samedi 24 février à partir de 15 heures. Et c’est par la prestation de  Anaa Quatuor, que cette belle aventure va se terminer, pour de bon. Antsiva, Hanta et Andy, les trois sœurs qui composent Anaa Quatuor vont interpréter, pour l’occasion, les œuvres du groupe The Manhattan Transfer pendant environ deux heures. Elles seront accompagnées de Fy au clavier, de Houzefa à la guitare basse et de Andry Sylvano aux percussions pour faire revivre le style vocal« doo-woop » et le jazz « léger» de ce groupe américain des années 70. « J’adore la musique et j’essayais de partager aux autres le genre que j’aime à travers ce concept. Les après-midis de Suzy n’ont pas de rythme précis. Tout dépend de la disponibilité des artistes. Ces derniers viennent avec leurs instruments et j’organise en toute simplicité. J’assiste souvent  à des concerts qui se passent dans la capitale et j’essaie de repérer  les artistes qui sont capables d’incarner les œuvres de mes idoles. Et j’avais la chance d’être tombée sur des artistes sympas et talentueux. On a fait Aznavour, Armstrong, Bécaud et beaucoup d’autres. Mon meilleur souvenir est celui de Gilbert Bécaud, peut-être parce que ce fut le premier qu’on a organisé ici», a expliqué Suzy Rakotoarison, la patronne de l’établissement.L’endroit est conçu pour exposer et vendre des artisanats de haute qualité mais elle voulait associer à cette première vocation, une autre discipline accessible à tout le monde surtout les Malgaches. « Je pense avoir terminé la liste des grandes figures de la chanson que j’appréciais fort bien et compte remplacer, plus tard, cette formule par des jeux et des loisirs comme le fanorona et le jeu d’échec par exemple » poursuit-elle avec un air de satisfaction.La formation Anaa Quatuor  va, donc, donner les dernières notes de musique pour marquer la fin de cette belle aventure.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – AT2B 10 ans – Un tournoi de célébration au programme 

2008-2018. Dans le cadre de la célébration de son 10e anniversaire, l’association sportive Andraisoro Tia basketball (AT2B) organise un Grand tournoi du 12 mai au 5 août. Six catégories seront concernées par ce tournoi dénommé Fety de baskety, traduction littérale de fête et basket.Deux catégories seront destinées aux jeunes, à savoir les U12 et les U18 garçons. Quant aux seniors, un Open sera ouvert aux clubs N1A et N1B. « Nous limitons à quatre le nombre de licenciés dans chaque équipe pour l’open, mais seulement deux alignés au maximum sur terrain… », a mentionné Pascal Rasaony, coordonnateur général du tournoi. «Nous allons aussi limiter à seize les équipes participantes de chaque catégorie. Elles seront réparties en deux poules de huit, pour que chaque équipe puisse jouer le maximum de matches, au moins sept en phase éliminatoire », a-t-il souligné.Outre les seniors, il y aura également un tournoi pour les vétérans hommes et dames, ainsi que la Coupe AT2B dédiée uniquement aux jeunes d’Andraisoro. Les inscriptions seront ouvertes à partir du 1er mars. Ce sera la troisième édition de ce tournoi, après la première en 2008 et la deuxième en 2013. Outre les trophées, l’équi­pe championne en open hommes gagnera 1 millions d’ariary et 600 000 ariary pour celle des dames.Les clubs champions chez les vétérans et U18G recevront chacun une enveloppe de 400 000 ariary, et 200 000 ariary chacun pour celle U12 et la gagnante de la Coupe AT2B. L’association a lancé la célébration le 27 janvier par une journée récréative pour les membres à Carion. Après ce tournoi, le club organisera un déjeuner concert de lever de fonds, dans le but de construire les clôtures et les gradins du terrain AT2B à Andraisoro, fondé en 2007.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Hôpital d’Ambalavao – Dix- sept personnes  soupçonnées de vol

Les dix-sept personnes impliquées dans le vol d’équipements et de mobiliers à l’hôpital d’Ambalavao Tsienimparihy seront présentées devant le Parquet du tribunal de Fianarantsoa, ce jour.Lors d’un inventaire effectué le lundi 5 février dernier, un responsable au sein de l’établissement hospitalier a constaté la disparition de matériel stocké dans deux salles. Il s’agit de tables et de chaises, des bâches pour tentes, des cartons de savon, des pulvérisateurs, entre autres.Une plainte pour vol a été alors déposée auprès de la police. Elle a abouti à l’arrestation de dix-sept personnes dont un gardien de l’hôpital. Certaines d’entre elles sont des complices de ce dernier tandis que d’autres sont des receleurs. En fait, les vols ont été commis des mois avant ce 5 février, date de la découverte du pot-aux-roses.« Les résultats de l’enquête ont commencé par l’arrestation d’une personne ayant détenu certains objets volés. Elle a dénoncé deux complices dont le gardien de l’hôpital. D’autres personnes impliquées dans ce vol sont encore recherchées, actuellement », précise un responsable au sein du commissariat de police d’Ambalavao.« Les quatorze autres individus ont acheté le matériel volé. Ils auraient dû se méfier car des marques distinctives y sont visibles », ajoute-t-il.

Nantenaina Njanahary

L'express de Madagascar0 partages

No comment bar – Maitso Nation chante pour l’environnement

Rien que le nom de leur groupe évoque bien leur réel désir. « Maitso Nation signifie l’espoir de notre Ile. Maitso, la couleur verte, est celle de l’espoir, mais aussi celle de l’environnement », a précisé l’un des membres du groupe Maitso Nation, créé en 2009. Avec leur musique fusion, ils ont conquis le cœur du public du No Comment Bar à Isoraka dans la soirée du jeudi 22 février à travers leur prestation, qui a duré à peu près deux heures.Ce fut l’occasion pour eux de toucher d’autres cibles avec les morceaux qui composent leur premier album intitulé « Olo jiaby misy fanahy», voulant dire « Tout homme a une âme ». Ils ont choisi le morceau qui porte ce titre comme entrée de scène. Puis, deux titres de Bob Marley, le temps de mettre l’assistance dans l’ambiance avant d’attaquer le vif du sujet.Presque tous leurs titres parlent de l’environnement. « May ny tanety », « Miharingana ny ala », « Jereko ity tany », « Ala harovy ny ala», « Ala fanilo maintso ny tanàna » annoncent que la terre brûle, les forêts disparaissent, qu’on doit prendre en considération la terre, et qu’il faut protéger la forêt, le symbole de la terre. C’est presque un cri d’alarme face à la situation de désolation qu’endurent les fauns et flore malgaches.Comme les sept garçons du groupe sont des multi-instrumentistes, ils ont la facilité de mélanger le blues, le reggae, le rap aux rythmes traditionnels. Et le résultat a séduit et a frappé fort. Tout le monde a été satisfait. Le public a même demandé une prolongation à la fin du concert. Ce fut bon signe pour le groupe Maitso Nation. A suivre.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Stage – Neuf nouveaux coaches mini-basket diplômés

Neuf sur les dix candidats ayant suivi la formation pour Coaches mini-basket sont admis aux examens de fin de stage. Ils ont reçu leur diplôme le mercredi 21 février, après 74 heures de stage dont quarante heures de pratique, trente de théorie et quatre d’examen.Ce premier stage de la saison dirigé par l’instructeur de la Fiba Afrique, Solofohery Angelot Razafia­rivony a duré un mois, du 20 janvier au 18 février, et s’est tenu tous les week-ends à l’école Ny Sekolintsika à Analamahitsy.Toky Hajanirina Fidisoa Malalandraibe a été le major de cette promotion avec mention bien. Cinq modules ont été au programme des cours, entre autres la planification de l’entraÎnement pour joueurs de moins de 14 ans, la préparation physique, la pédagogie chez les jeunes, le code d’éthique et prise de décision, et la conduite à tenir en cas d’accident, la médecine sportive ainsi que la nutrition et l’hydratation.Ils ont aussi travaillé les techniques fondamentales, à savoir les passes, les dribbles et les tirs. Cinq stagiaires sont de l’établissement d’accueil, les autres viennent de Fenoarivo, Andrama­sina, outre ceux de Tanà ville.Le prochain stage, animé par l’instructeur de la Fiba Afrique, sera réservé aux entraineurs niveau 1 dans la section d’Ambohidratrimo, et aura lieu à Ambohibao Antehiroka le mois prochain.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Dégradation des chaussées

Les rues de la ville d’Antananarivo se dégradent. D’Ambohipo à Nanisana, ou encore à Tsaralalàna, à Alarobia, les nids de poule s’agrandissent. La commune urbaine d’Antananarivo n’intervient pas en mentionnant des problèmes de moyens. L’État, à travers le ministère des Travaux publics, a déjà entamé la réhabilitation des chaussées dans la capitale.

L'express de Madagascar0 partages

Des tirs violents

Une horde de dahalo s’est emparée d’une dizaine têtes de zébus à Ampasi­tapaka, district d’Ambato Boeny, dans la nuit de lundi à mardi. Repartis avec quatre otages, les bandits ont tiré plusieurs coups de feu. Les otages ont été libérés.

L'express de Madagascar0 partages

À demi-perdu ou à demi-racheté

«Kapy », « babo », « very», « amidy »… La distinction entre ces mots, notamment les deux derniers, que font normalement les édits et les codes, les plus scrupuleux des traducteurs « sont tentés de n’y voir qu’une variation stylistique comparable, par exemple, à la tendance à employer « mpanompo » au lieu d’ « andevo ». C’est du moins ce que constatent Bakoly Domenichini-Ramiaramanana et Jean-Pierre Domenichini, dans leur étude sur les « Aspects de l’esclavage sous la monarchie merina » (Revue historique Omaly sy Anio, premier semestre 1982).Cette dernière tendance, précisent-ils, apparait chez Radama Ier, à propos des Grands qu’il « n’ose plus »  traiter d’ « andevo », même dans les moments de colère, et qui « se donne libre cours dans le Code des 305 articles où mpanompo devient le mot le plus fréquent pour désigner l’esclave ». C’est ainsi qu’il déclare « Izaho andriana tsy mamitaka ny mpanompo »(« Tantara ny Andriana eto Madagascar » du père Callet, en s’adressant aux «Manamboni­nahitra » hommes d’honneur, officiers supérieurs) auxquels il reproche de lui voler sa part de butin. Et ceux-ci, dans leur réponse, se disent eux-mêmes « mpanompo ». On se rend compte alors du sentiment du roi quand, retrouvant le langage de son père, il en vient, par exemple, à traiter « d’andevo mandà tompo » les révoltés d’Ambatomanga-atsinanana.Cette « confusion » du traducteur, poursuivent les deux historiens, est perceptible, même chez ceux qui s’efforcent de rendre la différence faite par les législateurs en traduisant correctement « very » (qui a perdu ou perd sa qualité) et « amidy » (qui est vendu comme esclave). C’est le cas de Julien. Mais, dans le contexte de certains articles de loi, il assimile le mot « very» à « qui a perdu sa liberté ou « qui est réduit en esclavage » !Pourtant, souligne le couple Domenichini, il s’agit là d’une différence fondamentale. On est « very » à la suite d’une sentence prononcée par un détenteur du pouvoir judiciaire. Autrement dit, on est temporairement sans statut, on est dans l’attente d’un nouveau statut légal à moins d’un rachat, et obligatoirement inférieur au statut précédent. Cela pourra être immédiatement « soit un statut d’esclave soit un statut d’homme libre, mais de la plus basse condition et relevant directement de l’Andria­manjaka qui l’introduit dans le domaine réservé de son fanjakana domestique ».Il y a aussi l’expression « very ila » qui, toujours selon les deux historiens, diffère de celle évoquée par les traditions orales, « verezina tapany ». La définition qu’elle reçoit dans le contexte des édits est : « ny antsasany tombanana amidy dia miavotra avotany ny havany » ou « la moitié qui est estimée et mise en vente, s’arrache à sa condition, rachetée par les membres de sa famille ». C’est-à-dire qu’une partie des descendants reçoit un statut d’esclave.Les Domenichini citent les faits rapportés par « Ny Onja » (recueil de hainteny d’autrefois et de poèmes traditionnels) à propos de Rakotovao qui est « noverezina tapany ». Son statut est en quelque sorte intermédiaire entre celui de « Zanak’Andriamasinavalona » et celui de « Havan’Andriana ».Condamné personnellement à être « very » ou « very ila », sitôt la peine appliquée, il est racheté par ceux des siens qui gardent leur statut alors que la moitié de ses « vady aman-janaka », « very » en même temps que lui, ne sont que « partiellement » rachetés.D’après les explications, les édits, de Ranavaola Ire à Rasoherina, distinguent les «Zanak’Andriamasinavalona », qui continuent à pouvoir détenir l’autorité dans une seigneurie, des Ambaniandro qui sont les autres sujets libres. Mais les distinctions ne sont pastoujours rigides et il existe de nombreux cas de statut intermédiaire comme celui de Rakotovao se situant à la charnière des« Zanak’Andriamasinavalona » et des « Havan’Andriana » qui, eux, ne peuvent plus détenir une seigneurie. Ils sont « very »,« perdus à jamais », c’est-à-dire seront privés à jamais de la possibilité de se racheter.Les Domenichini concluent ce chapitre par une remarque. « La notion du very comportait celle d’une peine de bannissement, au moins pour le coupable lui-même, et ne dut être que tardivement liée à la pratique de la traite, le bannissement entrainant alors la possibilité de la vente (amidy) aux négriers, lesquels payaient soit en espèces soit en armes et munitions. » Cette vente n’est cependant ni automatique ni immédiate et « le fait d’être agrégé aux Tsiarondahy équivalait à être confié à leur garde naturellement vigilante ».C’est d’abord parmi eux que le souverain devait prendre ceux qu’il échange contre de la poudre et des fusils, car ils constituent àl’origine une sorte d’armée dévouée au roi ou à la reine. Cette « fraction subalterne », à l’époque d’Andrianampoinimerina, est formée par les Tsirarondahy au groupe desquels sont intégrés les prisonniers de guerre qui reviennent au souverain.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Deux morts dans  un accident

Un chauffard ayant roulé à plein gaz a fini par foncer droit sur deux piétons à Tranokambana, commune d’Anjoma Ramartine, mardi, à l’aube. Les victimes sont décédées sur le coup, selon  la gendarmerie nationale. Le conducteur a été directe­ment mis aux arrêts pour enquête.

L'express de Madagascar0 partages

Sanction des transporteurs

Une dizaine de transporteurs de la ligne 133 reliant Analakely à Itaosy ont été sanctionnés, avant-hier. Ils ont fait demi-tour et ont laissé des voyageurs sur la route. Leurs papiers ont été retirés. Désormais, tous les véhicules de transport en commun de cette ligne doivent obligatoirement assurer une qualité de service en respectant les lignes.

Midi Madagasikara0 partages

Scandale sur les marchés publics : La Société civile réclame des sanctions

La Société civile revient à la charge à propos du scandale financier lié au rapport annuel de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) pour le compte de l’année 2016. Ce rapport qui a d’ailleurs fait le buzz sur les réseaux sociaux, révèle des dépenses faramineuses, qui ont provoqué des suspicions de détournements de deniers publics. L’achat de pneus d’un véhicule de police aurait par exemple coûté plus de 2 milliards d’Ariary à l’Etat, des pièces pour le même véhicule, 7 milliards d’Ariary, la construction d’un poste de police à Ambaniala Itaosy a coûté 80 milliards d’Ariary à l’Etat, 50 milliards d’Ariary pour l’achat d’huile et de poulets pour le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, et 154 milliards d’Ariary pour les travaux de réhabilitation du bâtiment du service cardiologie à l’hôpital de Tambohobe à Fianarantsoa. Lors d’une conférence de presse, le Directeur Général de l’ARMP, Tovo Herimanana Philibert a évoqué « une simple erreur de saisie ». Une erreur « monumentale » que la Société civile refuse de laisser dans l’impunité. En effet, dans un communiqué, le mouvement Rohy et les OSCs regroupées au sein de l’Observatoire Indépendant des Marchés Publics (OIMP) réclament l’ouverture d’une enquête, et exigent des sanctions contre les responsables de cette affaire. Ces organisations membres de la Société civile estiment que « l’Etat représenté par la ministre des Finances et du Budget donne là un modèle de gouvernance aberrant en ne sanctionnant pas les responsables de ces erreurs qui ont provoqué des remous dans toutes les sphères de la Société ».

Commission mixte. Aussi, le mouvement Rohy et les OSCs réclament-ils l’ouverture d’une enquête qui devrait être menée par « une commission mixte garantie d’indépendance ». Un nouveau code des marchés publics a déjà été validé en janvier 2017 mais pour l’heure, aucun décret d’application n’a été pris. Ce nouveau code stipule que toutes les entités utilisant l’argent public devraient publier en début d’année, leur plan de passation de marchés publics pour toute l’année, mais cela n’a pas non plus été mis en pratique, du moins pour le moment. La question est donc de savoir si les dirigeants actuels veulent réellement promouvoir un processus de marchés publics transparent et intègre. Actuellement, le mouvement Rohy et les OSCs s’organisent au sein de l’Observatoire Indépendant des Marchés Publics pour avoir la capacité de faire le suivi du niveau central jusqu’à la base des marchés publics. On attend désormais l’issue de l’enquête sur ce scandale financier touchant l’ARMP.

Davis R