Les actualités Malgaches du Mercredi 24 Janvier 2018

Modifier la date
L'express de Madagascar639 partages

mahajanga – Des crocodiles s’installent en pleine ville

Emportés par le courant et les eaux montantes, des crocodiles échoués se terrent dans les égouts et eaux stagnantes. Le plus dangereux  a été abattu par la police.

Des  crocodiles en pleine ville. Des faits inhabituels surviennent dans la cité des Fleurs après les pluies diluviennes de ces dernières semaines. Des alligators sont venus s’installer dans des égouts et des points d’accumulation d’eau après les fortes pluies. «Le premier cas a été signalé dans l’agglomération de Mahavoky-Nord il y a une dizaine de jours. Il s’agissait d’un crocodile d’environ un mètre de long. Il a fallu appeler les forces de l’ordre pour l’abattre tellement il était nuisible »,  explique Tin Style, journaliste de la presse audiovisuelle à Mahajanga.« Le reptile rôdait aux abords de la propriété d’un éleveur avicole qui n’a rien vu venir. En l’espace de quelques jours, il a constaté que son cheptel diminuait considérablement. Au début, il pensait que c’était un insaisissable maraudeur qui s’attaquait à son élevage. Finalement, le voleur a été démasqué lorsque des bruits suspects et des gémissements ont secoué la basse-cour. Réveillé en sursaut, les personnes présentes se sont ruées vers la basse-cour, c’est alors qu’elles ont été stupéfaites en voyant le prédateur à l’œuvre », poursuit le journaliste.Informée de la présence menaçante qui a provoqué tollé et stupeur dans la ville, la police est intervenue. Après que l’animal a été fusillé, les jeunes gens des environs se sont partagé la viande.

Bébé crocodileLe deuxième a été en revanche signalé sur la place du marché de Tsaramandroso à Mahajanga-ville.« C’était un bébé crocodile de la taille d’une jambe. Il s’était terré dans un égout et en sortait par moment pour se mettre au soleil. Des personnes des environs l’ont attrapé et l’ont laissé aux bons soins de l’environnement forêt », ajoute Tin Style.L’été dernier, la même présence reptilienne a été décelée à Mahajangabe lorsque deux imposants crocodiles, mâle et femelle, ont été aperçus en plein jour, en train de se tapir au soleil. Saisis pour intervenir, les sapeurs-pompiers de la ville de Mahajanga se sont mobilisés. Ces derniers ont bravé la mort pour tenter de mettre la main sur les deux animaux, mais l’un d’eux a toutefois réussi à se glisser à travers les mailles du filet. Le croco attrapé a été en revanche confié au parc Renala.À la lumière des explications apportées, ces reptiles ont été délogés de leurs tanières par les crues qui se sont abattues en amont. Emportés en aval par les eaux montantes, ces animaux, incapables de remonter le courant, se sont échoués dans les égouts et les bassins d’eaux stagnantes de la ville des Fleurs.

Andry Manase

Midi Madagasikara289 partages

Maroantsetra : Ramatoabe 70 taona naolana tovolahy 25 taona tao an-tranony

Nisehoana fanolanana hafahafa tao amin’ny Distrikan’i Maroantsetra, ny talata maraina teo. Ramatoabe efa 70 taona irery tao an-trano noho izy efa mananontena no sahin’ity tovolahy vao 25 taona nidirana tao an-tranony ary naolany tsy nanany hantra. Nanao izay nataony teo ihany ity tovolahy ity, izay mbola nandrahona an’ity ramatoabe ity, saingy niezaka ny niaro tena na efa antitra aza izy ka vao nahita hirika niantsoana vonjy dia nataony mafy izany, izay nanaitra ny mpiara-monina taminy. Mponina ao amin’ny fokontany nitrangan’ity fanolanana ramatoabe ity ihany ilay tovolahy ka tsy sarotra tamin’ireo mpiara-monina ny nisambotra azy sy nitondra azy teo anivon’ny mpitandro ny filaminana. Niaiky ny heloka vitany ity tovolahy ity, saingy nilaza fa nentin’ny filany izy ka nanaonao foana izao. Ankoatra izay, tao Maroantsetra ihany, saingy mikasika ilay raharaha vono olona tao Anjahana izay nisiana fanafihan-jiolahy ka nahafaty ity lahy antitra iray sy naharatrana mafy ny vadiny izay mpisehatra amin’ny lavanila sy jirofo any an-toerana. Nitombo valo ny isan’ny matin’ny fitsaram-bahoaka izao, satria nahatratra jiolahy iray tany anaty ala manodidina an’ Anjahana indray ireto fokonolona manao ny fikarohana azy ireo ny alatsinainy teo, ka nentin’izy ireo namonjy Tanana nefa tsy tonga tany fa teo amin’ny sampanan-dàlana mihazo ny kaominina Anjahana, dia novonoin’ireto fokonolona ity jiolahy ity raha avy notarihina toy ny omby. Ao anatin’ity raharaha ity izany, dia 8 ireo matin’ny fitsaram-bahoaka tamin’ireo andian-jiolahy, nisy 3 kosa nitolo-batana teny amin’ny mpitandro ny filaminana, na izany mbola mitohy ny fikarohana ireo heverin’ny mponina ho andian-jiolahy sy ireo mpiray tendro tamin’izy ireo.

Malala Didier

Midi Madagasikara235 partages

Maintien de l’ordre public : Dérives autoritaires du régime HVM

A Fort-Dauphin, des éléments des forces de l’ordre pénètrent dans un domicile privé pour réprimer la réunion des militants du TIM.

Désormais, toute réunion politique organisée dans un domicile privé est interdite.

Du jamais vu ! C’est la conclusion qui s’impose au vu de ce qui s’est passé ces derniers temps à Toliara et à Fort-Dauphin. Et pas plus tard qu’hier à Ambovombe Androy où le préfet s’est permis de pénétrer dans un domicile privé pour interdire une rencontre que l’ancien président Marc Ravalomanana a programmée pour ses partisans locaux. Le représentant de l’Etat territorialement compétent est le premier responsable du maintien de l’ordre public en tant que président de l’OMC (Organisme Mixte de Conception), certes, mais il ne doit intervenir que là où toute manifestation risque de porter atteinte à cet ordre public. Là, il assure une mission de police administrative qui consiste à prendre des mesures de prévention. Raison pour laquelle, toute organisation politique qui veut organiser une manifestation dans un endroit public doit demander une autorisation auprès de l’autorité compétente. A partir du moment où cette organisation politique choisit un endroit privé et clos pour son rassemblement, cette autorisation n’est pas nécessaire. Ce qui s’est passé hier à Ambovombe Androy dépasse l’entendement et engage la responsabilité du préfet qui risque d’être accusé de violation de domicile. Reste à savoir si l’ancien député TIM dont le domicile familial a hébergé la réunion conduite par Marc Ravalomanana va porter plainte.

Approche tribaliste. Non seulement le régime HVM abuse de ses autorités pour tuer la démocratie et la liberté individuelle, mais il a également recours à une approche tribaliste pour empêcher ses adversaires politiques de mettre les pieds dans certaines régions de l’île. Les autorités politiques locales, complètement acquises à la cause du HVM, optent pour cette approche qui est, non seulement loin de favoriser la stabilité à l’approche des échéances électorales, mais ne contribue pas à la concrétisation de la réconciliation nationale. Devant ces faits flagrants, le Conseil du « Fampihavanana Malagasy » (CFM) brille par son silence. Cet organe en charge de la réconciliation nationale n’a jamais rappelé à l’ordre les auteurs des inscriptions manifestement à caractère tribaliste brandies par des groupes des jeunes lors de la visite à Toliara de l’ancien président Marc Ravalomanana. Hier, le fait s’est produit dans l’Androy, région d’origine du président du CFM Maka Alphonse. Bon nombre d’observateurs s’interrogent déjà sur l’utilité du CFM qui va dévorer l’argent des contribuables et la neutralité politique de ses membres.

R.Eugène

Midi Madagasikara153 partages

Véronique Vouland-Aneini : « La France n’extrade pas ses ressortissants »

L’ambassadeur de France Véronique Vouland-Aneini assistant aux discussions entre des militaires français et malgaches, hier, à Ivandry.

La Résidence de France à Ivandry a été, hier soir, le cadre de la remise de matériel de transmission au profit du bataillon RECAMP par le général Eric Vidaud, commandant supérieur des forces armées de la zone Sud de l’Océan Indien (FAZSOI). En marge de cette cérémonie, à la question des journalistes sur l’évasion rocambolesque de Houcine Arfa qui a fait toujours couler beaucoup d’encre, la réponse de l’ambassadeur de France Véronique Vouland-Aneini a été plutôt diplomatique. « La justice française, elle va répondre, et ce, entrant dans le cadre de la coopération juridique ». Sur la demande d’extradition judiciaire, l’ambassadeur de déclarer que « la France n’extrade pas ses ressortissants». Visiblement, l’ambassadeur ne voudrait pas entrer dans les détails. En ce qui concerne cette fuite qui sort de l’ordinaire, le commandant supérieur de la FAZSOI a tout simplement répondu «je ne sais pas, je ne le connais même pas». Quoi qu’il en soit des zones d’ombre entourent la fuite de cet évadé.

Coopération militaire. Pour en revenir à la cérémonie d’hier, le général Eric Vidaud a déclaré que des exercices militaires en commun, dénommés « Papango », entre les forces armées malgaches, seychelloises et comoriennes se tiendront en avril prochain à l’île de la Réunion. Cet officier général a également évoqué que la coopération militaire touche, entre autres, le stage de parachutisme, la communication et la formation des futurs officiers de l’Académie militaire. Notons que le général de brigade Eric Vidaud a été nommé récemment commandant supérieur des FAZSOI (forces armées dans la zone Sud de l’Océan Indien) et commandant de la base de défense de La Réunion-Mayotte. Le général de brigade a pris ses fonctions le 2 octobre dernier. Il a succédé au Général Franck Reignier. Par ailleurs, de son côté, un officier supérieur de l’armée française a expliqué que ces matériels de transmission vont servir au bataillon RECAMP dont la portée est de l’ordre de 30 kilomètres. D’ailleurs le 2e RPIMA de la Réunion est dans la Grande Ile pour former les militaires malgaches sur l’utilisation de ces matériels, a-t-il souligné.

Dominique R.

Midi Madagasikara125 partages

Affaire Houcine Arfa : Des responsables étatiques dans le collimateur du Bianco

Ambohibao a ouvert une enquête suite notamment à la doléance déposée le 16 janvier par le SMM.

Jusqu’où Houcine Arfa ira-t-il dans ses révélations ? C’est la question que se posent les observateurs par rapport à ce feuilleton qui risque de provoquer un incident diplomatique. Ce fugitif qui se considère comme un ancien proche, voire ami intime de Hery Rajaonarimampianina (ndlr : car selon ses dires, il entre dans le bureau du président de la République sans avoir à demander aucune audience), ne cesse de lancer des accusations de corruption à l’encontre des dirigeants malgaches à travers des déclarations à la presse étrangère. Après avoir accusé la ministre de la Justice et la Procureure de la République d’avoir touché respectivement 70.000 et 30.000 Euros pour faciliter son évasion, il poursuit ses révélations en citant le nom du Commissaire de la Brigade criminelle, Ostrom Whens. Ce dernier aurait joué le rôle d’intermédiaire entre lui et la Procureure. Ici, le conditionnel est de rigueur, puisque pour l’heure, Houcine Arfa n’a avancé aucune preuve de ces graves accusations lancées à l’encontre de hauts responsables étatiques malgaches. Dans sa dernière interview accordée à nos confrères de la RFI, il affirme détenir des informations compromettantes dont un enregistrement contre le régime, et prévoit de transmettre d’ici peu des documents de preuve auprès du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco).

Enquête. En tout cas, de nombreux hauts responsables étatiques et des agents de l’Administration malgache sont dans le collimateur de la Justice suite à cette affaire. Joint au téléphone, un responsable au sein du Bianco a fait savoir qu’Ambohibao a ouvert une enquête pour faire la lumière sur ces révélations. Une initiative prise suite notamment à la doléance déposée le 16 janvier dernier par le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM). La question est donc de savoir si le Bianco va auditionner tous les hauts fonctionnaires cités par ce fugitif qui fait désormais l’objet d’un mandat d’arrêt international. Parmi eux figurent entre autres, la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine, la Procureure de la République, Odette Balisama Razafimelisoa, le Commissaire de la Brigade criminelle, Ostrom Whens et le Directeur général de l’Administration pénitentiaire. Pour le moment, deux agents pénitentiaires, un infirmier et le médecin chef d’Antanimora sont incarcérés pour cette affaire.

Davis R

Midi Madagasikara100 partages

Analakely : Rehefa tsy manome vola dia voaroba ny fiara

Misy ny rafitra mipetraka amin’ny fangalana fitoeran’ny fiara (parking), saingy tsy miaro ny fiara akory ireo olona izay maka ny saran’izany izay mirotsaka any amin’ny kitapom-bolan’ny rafitra mifandraika amin’izany. Vokatr’izany dia lasa mandoa vola in-droa ny olona satria mbola manome kely ireo mpiambina fiara fotsiny indray. Rehefa tsy manome dia avelan’ireo fotsiny eo ary jereny fotsiny raha sendra misy migafy na mangalatra aza ny entana ao anatiny. Izany no iainan’ny olona izay mitondra fiarakodia ka mba miantsona eo Analakely. Tamin’ity indray mitoraka ity, dia nisy ny fanaraha-maso izay nataon’ny pôlisy ary nisy ny tratra ambodiomby teo am-pamakiana fiara. Ny nahatalanjona, dia adolantsento izay 12 ka hatramin’ny 17 taona izy ireo. Misy efatra ireo voasambotra ary isan’ny nohazavain’ireo tamin’ny fakàna am-bavany nataon’ny pôlisy, ny fisian’ny olon-dehibe izay miray tsikombakomba aminy. Ao ohatra ny mpanafina ny entana ary ao koa ny mpivarotra izany faran’izay haingana eny Isotry. Efa voasambotra ny iray tamin’ireo mpiray petsapetsa amin’ireto adolantsento ireto. Efa hain’izy ireo ny mamoha ny fiara amin’ny alàlan’ny fitaovana izay omena azy ireo. Toa efa nofanina mihitsy aza ireo, satria tena voafehiny ny fanafenana ny asaratsiny (famahana ny varavaravana) sy ny fanakonana ny namany izay miditra ao anatiny ary maka izay azo alaina : autoradio, sakaosy sns. Tamin’ity tranga ity, dia kojakoja eletrônika no azon’ireo olon-dratsy ary efa tongan’ny mpiray tsikombakomba amin’ireo tetsy Isotry, tao anatin’ny fotoana fohy mba hamidy. Isan’ny nivoaka tao anatin’ny fihainoana ireo adolantsento, fa mbola miray tsikombakomba amin’izy ireo koa ny mpivarotra labiera mandehandeha eo an-toerana. Mandalo amin’io ny entana izay azo, dia tonga any amin’ny mpivarotra azy eny Isotry. Eny koa dia efa misy mpandray ny entana. Midika izany fa miasa anaty tambajotra ity ekipa mpanao ratsy ity ary efa samy manana ny asany izy ireo amin’ny fanatontosana izany. Ny vahaolana izany hatreto, dia ny manome kely hatrany na dia hita aza fa mavesatra ho an’ny mpampiasa fiara ihany izany, satria sady mandoa parking no mbola “mitoraka kely” ihany koa ho an’ny mpiambina.

D.R

L'express de Madagascar78 partages

Diana – Vers un reboisement responsable et solidaire

Un week-end  de civisme pour la région Diana qui  a lancé la campagne régionale de reboisement  en fin de semaine. Organisée par  la Direction régionale de l’Environnement, l’écologie et des forêts, elle a débuté  à Ankitsakalaninaomby dans la commune rurale d’Andrafiabe, à 32 km de la capitale du  Nord.L’événement a mobilisé plus de six cents personnes, des secteurs public et privé ainsi que  les forces de l’ordre  et les partenaires environnementaux dont le PLAE et le GIZ. La population locale et  des élèves ont aussi répondu présents à cette noble action.Le  ministre de l’Économie et  de la planification, le général de corps d’armée Herilanto Raveloharison a également apporté son concours.De bon matin, les participants munis de leurs « angady » ont  montré ce qu’est la solidarité. Les uns se sont occupés de creuser des trous, les autres ont amené les jeunes plants pour faciliter la tâche… De fait, 20 000 plants, espacés par 250 kilos de graines d’anacarde, ont  été mis en terre. En tout, environ 10 ha de terrain ont été ainsi couverts de jeunes plants pour cette journée qualifiée de « reboisement massif et  responsable»

Grosse perteCette année, la campagne est placée sous le thème du « reboisement  réussi, levier d’un développement  économique durable ».  Un thème que le ministre a décortiqué dans sa brève intervention en mettant un accent  particulier sur le reboisement dans l’atteinte du développement durable, tout  en révélant  que 100 millions  de dollars ont  été perdus  lors du  passage d’un cyclone.Pour  sa part, le chef de la région,  Eddie Tongazara, a saisi l’occasion pour sensibiliser  les participants  à surveiller ce qu’ils ont  planté afin de garantir la  viabilité  des jeunes  plants  déjà mis  en terre et d’atteindre les objectifs fixés sur la Vision de la  région axée sur la  valorisation de ses potentialités. Il  a aussi annoncé l’obtention par la région Diana  d’un financement  de 25 milliards d’ariary de l’Agence française de développement, qui  serviront à améliorer les activités génératrices de revenus de la  population  qui  préservent  l’environnement.

Raheriniaina

Midi Madagasikara69 partages

Permis de conduire : Pas de changement en vue selon le MID

Les permis de conduire malgaches sont actuellement en pleine phase d’amélioration.

Des nouvelles sur un éventuel remplacement des permis de conduire ont causé de vives réactions de la part des usagers.

Le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation ainsi que ses partenaires n’envisagent pas actuellement de changer les permis de conduire pour les remplacer par d’autres ”. Ce sont les propos d’un responsable auprès du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation lors d’un entretien à Anosy hier. Une réponse aux nouvelles qui ont récemment circulé selon quoi “ les permis de conduire vont être remplacés “. Une nouvelle qui a causé de vives réactions de la part des usagers. Le responsable auprès du ministère de tutelle de noter toutefois que ” de nombreux feed backs émanant des usagers ont été enregistrés par le ministère “. Avant d’ajouter que “c’est une bonne chose étant donné que le ministère ambitionne d’améliorer les services publics qu’il offre “.

Amélioration. Le responsable auprès du MID de faire savoir que “ les feed backs des usagers permettent au ministère de tutelle d’avancer dans ses efforts d’amélioration des qualités de service “. Avant d’ajouter que “ c’est dans cet esprit que quelques améliorations (et non modification) seront apportées aux permis de conduire actuels “. Ce, afin de les rendre plus pratiques et plus sécuriser. Un but qui coincïde avec les objectifs fixés lors de la mise en œuvre de la réforme sur les permis de conduire. Notamment, la lutte contre les faux permis, leur sécurisation, mais surtout la mise en place de bases de données centrales auprès du ministère de tutelle. “ Objectifs atteints “ selon les explications du responsable auprès du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation interviewé hier.

Délivrance. Par ailleurs, l’entretien avec le responsable auprès du MID a également permis de savoir que les délivrances de permis de conduire sécurisés ainsi que les procédures y afférentes continuent de suivre leurs cours dans les six centre immatriculateurs. Le projet de délivrance des permis de conduire dans les autres chefs lieux de préfecture annoncé il y a quelques mois par le Directeur de l’Administration du Territoire à Anosy serait également en phase de réalisation. Il convient de noter que le projet en question entend faciliter la procédure d’octroi des permis, surtout pour les populations des régions éloignées des centres immatriculateurs. Quoi qu’il en soit, les vives réactions des usagers suivant les fausses nouvelles démontrent un certain manque de communication entre les organes responsables de la conception et de la délivrance des permis et les personnes bénéficiaires.

José Belalahy

Tia Tanindranaza67 partages

Romotra ny fitondranaRavalo henjehina, ny Magro hakatona…

Mpitandro ny filaminana nirongo basy no natao fitaovana nanakanana ny fihaonan’i Marc Ravalomanana sy ny vahoakan’Ambovombe Androy omaly.

Hakatona ny Magro…

Raha ny vaovao re omaly hariva ihany koa dia tadiavin’ny fanjakana HVM hakatona ny Magro manerana ny Nosy. Nosantarina tamin’ny fandefasana mpitandro ny filaminana mirongo fiadiana any amin’ny foiben’ny AAA-Tiko any Andranomanelatra nanomboka halina izany. Tsy fantatra mazava izay antony sy ny tanjona, fa tombanana avy hatrany ho antsojay sy filana kisa tsotr’izao amin’i Marc Ravalomanana. Tsara anefa ny manamarika fa miara-miombon’antoka amina mpandraharaha hafa ny Magro, ka tsy ny vokatry ny AAA-Tiko ihany no amidiny fa misy vokatra hafa. Nandeha sy nihodina tsara ny Magro hatramin’izay satria raha ny teny Behoririka izao, dia efa nanomboka tamin’ny 11 jona 2016. Torak’izany ihany koa ny orinasa AAA, izay nandeha tsara tsy nisy fingampingana, saingy hatramin’ny nilazan’i Marc Ravalomanana fa kandida filoham-pirenena izy no nanomboka ny antsojay. Efa nanamarika sy nanao antso avo anefa ny filoha teo aloha, fa tsy tokony hafangaro ny tenany sy ny resaka fitantanana orinasa. Miha lalina ihany izany ny hetraketraka sy fanaovana sorona olona an’aliny. Izay ve ilay hoe “fisandratana mirindra” ambaran’ny fanjakana ? Potehina ny orinasa Malagasy mamelona ny olona an’aliny kanefa ny tena aza tsy mahavita na inona na inona hiveloman’ireo ?

 

Midi Madagasikara64 partages

Behoririka : Un coup de feu a semé la panique au Suprême Center

Panique à Behoririka. On aurait dit que le centre commercial Suprême Center sis à Behoririka, juste à côté du rond-point menant vers Ankadifotsy et Antaninandro, était attaqué par des bandits. Dès le début de la matinée, cet endroit a été complètement sécurisé par des policiers lourdement armés et cagoulés. On y a constaté la présence des éléments de l’Unité spécialisée d’intervention de la police nationale et des policiers du commissariat du IIIe arrondissement de la Sécurité publique à Antaninandro. A l’extérieur, des voitures de la police sont stationnées. Cette situation a surpris les commerçants et les employés qui sont venus pour rejoindre leur lieu de travail dans ce local, hier matin. En effet, ils n’ont pas pu y entrer, car la police les a empêchés de franchir les portes. « C’était vers 9 heures 30 que les forces de l’ordre nous ont donné l’ordre d’entrer et c’était à ce moment-là qu’on a su qu’un incident s’était produit à l’intérieur », témoigne un marchand tenant office sur place. D’après lui, il ne s’est rendu compte de ce qui s’est passé qu’après avoir aperçu que la porte de l’escalier menant à l’étage, où habite le Chinois propriétaire de ce centre commercial, a été bouclée par des policiers. Selon les informations, un coup de feu y a retenti. Pourtant, la raison de l’incident reste un mystère dans la mesure où les policiers qui étaient sur place se sont abstenus d’apporter des précisions en soulignant qu’ils ont déjà maîtrisé la situation. C’est pourquoi, le calme est revenu et le centre a repris ses activités quotidiennes. Quoi qu’il en soit, des sources dignes de foi laissent entendre qu’à l’origine de l’incident serait un conflit conjugal survenu entre le couple propriétaire du lieu. Heureusement, ni blessés ni pertes en vie humaine ne sont à déplorer.

T.M.

Midi Madagasikara62 partages

Partenariat stratégique : Air Austral avantagé, Air Madagascar et les fournisseurs sacrifiés

Dans ce partenariat stratégique entre Air Madagascar et Air Austral, les fournisseurs de la compagnie aérienne nationale font office de vache à lait.

Les entreprises malgaches sont-elles faites pour avantager Air Austral, une compagnie aérienne régionale ? C’est la question que se posent les observateurs en se référant à la demande de l’Etat malgache et d’Air Madagascar adressée aux fournisseurs de cette dernière d’abandonner 30% de leurs créances. « Ce que nous venons vous demander aujourd’hui, c’est un abandon de créances de 30% » lit-on notamment dans une lettre adressée par Air Madagascar, à ses fournisseurs, en date du 17 novembre 2017. Pour rappel, cette « exigence » qui s’apparente apparemment à un esclavage économique à l’encontre des entreprises malgaches fournisseurs d’Air Madagascar fait suite au partenariat stratégique entre les deux compagnies malgache et réunionnaise.

L’argent du beurre . Un partenariat où Air Austral veut avant tout le beurre et l’argent du beurre. En effet, la compagnie régionale réunionnaise prend l’actif et laisse aux autres le passif. Comme on le sait, dans le cadre de cet accord, « L’Etat de Madagascar s’est engagé à prendre en charge le passif de la compagnie après prise en compte d’un effort d’au moins 30% de la part des créanciers d’Air Madagascar ». Ce qui veut tout simplement dire qu’il appartient aux autres et non à Air Austral de faire des efforts. Les autres, ce sont avant tout les contribuables, puisque les dettes d’Air Madagascar seront payées sur les recettes fiscales. Les autres, ce sont aussi les créanciers d’Air Madagascar qui vont donc sacrifier 30% de leurs créances. Ce qui représente probablement des dizaines et des dizaines de milliards d’ariary à abandonner.

Conditions suspensives. La question qui se pose est en tout cas de savoir pourquoi l’Etat a accepté de telles conditionnalités qualifiées de « conditions suspensives » mises par Air Austral avant son entrée dans le capital d’Air Madagascar. En effet, sans garantir un redressement rapide d’Air Madagascar qui continue d’accumuler les difficultés, le partenariat stratégique en question ne fait pour le moment que nuire aux intérêts des fournisseurs de la compagnie aérienne nationale. Outre l’abandon de 30% de leurs créances, ces fournisseurs ne seront pas payés intégralement et immédiatement. « Le solde des créances ferait alors l’objet d’un moratoire jusqu’au 28 février 2018, puis d’un étalement sur 12 mois entre le 1er mars 2018 et le 28 février 2019 ». En tout cas, tel que c’est parti, Air Austral sera gagnante sur toute la ligne. Contrairement à Air Madagascar qui tarde à reprendre son envol et aux fournisseurs qui vont donc sacrifier des milliards d’ariary de créances. Normalement dans un mariage, l’homme et la femme se partagent tout, pour le meilleur et pour le pire. Ce qui n’est le cas dans ce partenariat stratégique Air Austral – Air Madagascar où on laisse à la partie malgache… le pire.

R.Edmond.

Midi Madagasikara52 partages

Reboisement dans le Boeny : 20 ha reboisés lors de l’ouverture de la campagne 2018

Les élèves de divers établissements scolaires ont été particulièrement actifs lors de cette journée de reboisement.

De 10 ha, la superficie reboisée le jour de l’ouverture de la campagne de reboisement 2018 dans la région Boeny, est passée à 20 ha. C’était vendredi dernier 19 janvier à la station forestière de Marohogo, dans la commune de Belobaka, district de Mahajanga II. Quelque 25.000 jeunes plants d’acacias ont ainsi été mis en terre à cette occasion par les 1.390 participants issus de divers horizons, des associations diverses aux autorités locales, en passant par les opérateurs économiques, les éléments des forces de l’ordre, les pompiers, sans oublier les jeunes élèves de divers établissements scolaires ainsi que les simples citoyens. Subdivisés en cinq parcelles, les 20 ha de terrain destiné à accueillir les jeunes plants, ont pu être entièrement reboisés par l’ensemble des participants, invités à suivre les directives des agents et techniciens de la direction régionale de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts. Rappelons que le ministère de tutelle s’est fixé l’objectif de restaurer une superficie déboisée de trois millions d’hectares à travers la Grande Ile. La région Boeny, en particulier, vise un objectif de reboisement sur 4.000 ha par an.

Recueillis par Hanitra R.

News Mada51 partages

Pancrace :place aux choses sérieuses!

Il est temps d’enclencher la vitesse supérieure pour les inconditionnels de combat libre, notamment les adeptes du pancrace, qui vont dorénavant se focaliser sur les préparatifs du gala de La Réunion.

Plus connu sous l’appellation «combat libre», le pancrace malgache vole de ses propres ailes et vise haut et loin. En effet, l’échéance au gala de La Réunion avance à pas de géant pour les combattants malgaches et la commission nationale veut rassembler sa meute et affûter ses armes, à deux mois de la compétition.

La «Commission malagasy pancrace submission» et les clubs affiliés sont à pied d’œuvre pour cet évènement. Et ceux qui ont failli à la réunion de samedi dernier ne seront pas du voyage. La commission a précisément fait appel, hier, aux vice-champions et champions, que ce soit au tournoi Mazana 110 à Antsirabe ou l’open de Madagascar à Besarety, pour se manifester pour former l’ossature de l’équipe nationale malgache.

Le regroupement débutera samedi prochain au dojo Sonrang à Andavamamba pour les combattants dans les catégories des -61 kg, -65 kg, -70 kg, -77 kg, -84 kg et +100 kg. En classe A, les maîtres de salle sont les seuls habilités à envoyer la liste de leurs prétendants respectifs dans les catégories des -61kg, -65 kg, -70 kg, -77 kg, -84 kg. -93 kg et +120 kg. Il s’agit d’un premier défi aussi bien pour les assaillants malgaches que pour les nouveaux membres de la commission malgache de cette discipline. Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Et tout comme dans le monde du kempo et MMA, les inconditionnels malgaches de ce sport ont des atouts à revendre.

Rojo N.

 

Midi Madagasikara51 partages

Samoela : Place à une tournée internationale de deux mois !

Samoela va entamer sa tournée européenne au mois de février.

2018 débute en fanfare pour Samoela. Le chanteur débutera la saison par une tournée européenne et enchaînera par des concerts aux USA et au Canada et passera par Bruxelles.

Toujours sur la route menant vers le succès ! Pour Monsieur « Bandy Akama », 2017 a été une totale réussite. De nombreux cabarets toujours à carton plein, des grands concerts où l’ambiance a toujours été au rendez-vous, des albums à succès… Samoela ne pouvait pas espérer mieux. Cette année, le chanteur a décidé de se surpasser et de continuer dans la même voie. Pourquoi en effet changer une formule qui gagne ? Le programme, pour l’interprète de « Zana-bahoaka », s’annonce déjà chargé. Du moins, pour le premier trimestre. Il partira prochainement pour l’Hexagone et effectuera une tournée européenne de deux mois et donnera également quelques concerts aux USA, Canada et à Bruxelles. Du 24 février au 27 avril, il parcourra la France. Ses fans malgaches à Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, Lille, Nantes, Nice, Montpellier, La Roche, Annemasse, Clermont Ferrand … peuvent réviser dès maintenant les paroles de ses chansons. Il ne s’envolera pour le Canada et les Etats-Unis qu’au mois d’avril. La tournée prendra fin le 27 avril à Bruxelles.

Au-delà de nos frontières. Après 20 ans dans le milieu, le chanteur, contrairement à bon nombre de ses pairs, gagne en notoriété. A ses débuts, on disait déjà de lui qu’il était unique. Un audacieux qui a l’avenir devant lui. Et les gens avaient eu raison de croire en lui. Vingt ans après ses débuts, Monsieur  « Bandy Akama » est effectivement toujours là. Il n’a cessé de composer, de produire des albums, de tourner, de donner des concerts même si parfois, le public faisait défaut. Mieux, il a ajouté une corde à son arc. L’interprète de « Zana-bahoaka » est passé de simple chanteur à entrepreneur à la tête de sa propre société : « Be Mozik ». Vingt ans après « Havako mamomamo », Samoela est toujours en selle. Il est même plus présent que jamais. Pas seulement en cabaret, mais sur les grandes scènes nationales et même internationales. Et il ne compte pas s’arrêter de si tôt !Mahetsaka

Midi Madagasikara51 partages

Houssen Abdallah : « Les accusations d’Houcine Arfa ne sont pas fondées »

L’ancien ministre de la Justice prend fait et cause pour l’actuel titulaire du poste.

« En tant que magistrat et ancien ministre de la Justice, je connais l’intégrité et les compétences de l’actuel Garde des Sceaux, Rasolo Elise Alexandrine », déclare le député Houssen Abdallah. Réagissant ainsi par rapport à l’affaire Houcine Arfa. « Les accusations de corruption portées par l’évadé franco-algérien contre la ministre de la Justice ne sont pas fondées mais montées de toutes pièces », selon son intime conviction. « Pourquoi 70.000 euros ? Pourquoi pas 80.000 ou 90.000 ou 100.000 euros tant qu’il y est ? », ironise-t-il. Avant de rappeler la carrière exemplaire de Rasolo Elise Alexandrine qui occupait le siège de président de la Cour de Cassation près la Cour Suprême avant sa nomination à Faravohitra. D’après Houssen Abdallah, « ces accusations mensongères ne ternissent pas la seule personne de la ministre, mais l’ensemble du corps de la magistrature et l’institution judiciaire toute entière ».

R.O

Midi Madagasikara47 partages

Football : Faneva Andriatsima au Havre pour 400.000 euros

Une nouvelle aventure. Faneva Andriatsima, l’international malgache a quitté son club Sochaux pour Le Havre. Le capitaine des Barea âgé de 33 ans a signé un contrat jusqu’en juin 2019. Il s’est engagé, depuis hier, pour dix-huit mois avec le HAC qui évolue en ligue 2. Dans ce transfert, le club doubiste récupérera quelques 400 000 € (dont 150 000 € de bonus).T.H
Midi Madagasikara44 partages

Programme scolaire : La dernière retouche date de 1996

Le nouveau programme scolaire va être mis en application à partir de l’année 2020.

La réforme du système éducatif exige la modification du programme scolaire.

Désuet, ne répondant plus aux besoins actuels, tels sont les motifs avancés par le ministère de l’Education nationale lors de l’initiation de la réforme du programme scolaire au niveau des lycées. Motifs appuyés par Lalaharontsoa Andriantsiety Rakotojaona, Directeur général de l’Enseignement Secondaire et de la Formation de Masse (DGESM) auprès du ministère de tutelle lors de la signature de convention de partenariat entre le MEN et l’ENS ou Ecole Normale Supérieure au Lycée Moderne Ampefiloha hier. Outre “ l’inadéquation aux besoins du marché du travail et universitaire, le programme scolaire actuel figure parmi les plus lourds du monde “ selon les dires du DGESM. “ Une lourdeur qui ne fait pas avancer pour autant les choses côté éducation ” d’après toujours les dires de Lalaharontsoa Andriantsiety Rakotojaona. La signature de convention de partenariat entre le MEN et l’ENS entend dans ce cas apporter du changement et un nouveau souffle au système éducatif malgache.

Mise en œuvre. “ Le nouveau programme sera appliqué à partir de la rentrée scolaire 2020 ”. Ce sont là les propos de Henriette Ramanambelina, directeur de l’Ecole Normale Supérieure d’ Antananarivo. Avant d’ajouter que les réformes se feront de façon sectorielle, c’est-à-dire par matière. Pour ce faire, Henriette Ramanambelina fait savoir que des équipes d’enseignants de l’ENS vont techniquement appuyer le comité d’élaboration et de conception du nouveau programme scolaire. La numéro Un de l’ENS Antananarivo toutefois de noter que l’ENS et le MEN vont joindre leurs efforts pour mener à bien la réforme du système éducatif malgache. Une collaboration de quatre années qui entend proposer un produit répondant aux exigences et besoins actuels (universitaires et professionnels). Ce, afin de faciliter la transition formation-emploi pour les jeunes malgaches. A cet effet, les améliorations du programme du niveau Seconde devraient être effectuées d’ici à la fin de l’année 2018. Celles de la classe de première devraient être finalisées en 2019, suivies des programmes des classes Terminales pour permettre l’application durant la rentrée scolaire 2020-2021. La mise en œuvre du PSE ou Plan Sectoriel de l’Education avance petit à petit. M les efforts menés par les acteurs, l’amélioration du système éducatif fixé est encore loin d’aboutir.

José Belalahy

Midi Madagasikara42 partages

Denrées alimentaires : Les prix ont la dent dure

Les crevettes se vendent actuellement à 34.000 Ariary le kilo au « Tranobe » d’Analakely.

Depuis le début de la saison cyclonique, avec un pic durant ce mois de janvier, les prix des denrées alimentaires ont connu une envolée significative, qu’il s’agisse des produits alimentaires de première nécessité (PPN), des produits maraîchers, ou des viandes et des fruits de mer.

Au marché du Zoma par exemple, dans les poissonneries, comme dans le « Tranobe » pavillon réservé exclusivement aux fruits de mer, le kilo de crevettes se vend à 34.000 Ariary, soit près de huit euros, si l’on table sur l’euro à 4.000 Ariary ! Certes, les crevettes ne sont pas ce que l’on appellerait des denrées alimentaires de première nécessité. Mais ceci pour dire que l’inflation qui s’est stabilisée depuis le dernier trimestre de l’année ne concerne plus exclusivement l’alimentation de base des gens nécessiteux ou ceux de la problématique « classe moyenne », mais atteint également les produits actuellement consommés par les gens aisés. Notons toutefois que la hausse du prix des fruits de mer, notamment celui des crevettes s’explique en grande partie par la fermeture de la saison de la pêche, encore de rigueur dans les zones les plus productrices, notamment le Boeny (15 février) et l’Atsimo Andrefana (le 31 janvier prochain).

Conjoncture et PPN. Certes, période de soudure rime avec inflation, mais en ce début d’année, la situation socio-économique et surtout les intempéries ont favorisé cette flambée des prix. Les caprices de dame nature n’ont pas permis de récolter de bons fruits, pas plus que la spéculation des commerçants, grossistes ou détaillants n’a pas facilité les choses pour la population. Fidy (nom d’emprunt), chauffeur de taxi et sa femme ont été obligés de réduire leur ration alimentaire, notamment la viande- dont les prix se sont également envolés, à cause de l’inflation des prix du riz, dont ils ne peuvent se passer. A titre indicatif ou de rappel, le riz rouge se vend à 2.700 Ariary le kilo, le poulet de chair, à 14.000 Ariary, les fruits de saison comme les poires à 3.000 Ariary le kilo, le sucre à 2.800 Ariary et l’huile en vrac à 4.000 Ariary le litre. Avec l’euro à 4.000 Ariary actuellement et le litre du carburant à 4.000 Ariary, les Malgaches ont du mal à trouver de quoi se mettre sous la dent. Alors que dans les trois  mois à venir, l’ariary est encore prévu se déprécier.

Luz Razafimbelo

News Mada37 partages

Vie de couple : Big MJ sort de son mutisme

Après la rupture amoureuse du couple de stars qui a défrayé la chronique,  Big MJ a enfin livré sa version des faits après avoir foulé le tarmac de l’aéroport Ivato, hier.

La révélation de Big MJ, mettant fin à sa relation avec Arnaah au début de l’année, a déclenché une vague de critiques sur la toile. Contre toute attente, l’artiste a affirmé, hier, que «au-delà de ce que certaines personnes décrivent comme un scénario purement prémédité, notre séparation m’a beaucoup attristé mais le destin en a décidé autrement. Cela fait un bon bout de temps que notre couple s’est disloqué inexorablement. Ceci étant, notre passion commune pour la musique permettra à notre collaboration de se poursuivre».  Rappelons que les précurseurs de la musique tropicale ont célébré leurs fiançailles le 16 juillet 2016, dans la tradition typiquement malgache.

Agenda chargé

Le natif d’Antalaha a bouclé sa tournée française, le 20 janvier dernier, lors d’une soirée résolument tropicale à Nice. Auparavant, il a donné rendez-vous à la diaspora, le 13 janvier, à Toulouse et durant le réveillon de la Saint-Sylvestre à Paris. A cela s’est ajoutée une virée artistique en Belgique, le 6 janvier. A peine rentré au bercail, le chanteur de «No limit» entame une longue tournée dans les régions Sava et Diana, avant de rallier la capitale, le week-end pascal.

La collaboration se déploie sur plan international pour l’artiste qui vient de signer une collaboration avec l’artiste ivoirien Dr Falafala. Par ailleurs, «BJ Label a pris sous son aile une bonne poignée de jeunes  artistes, qui vont être révélés au public dans un futur proche», conclut-il.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara31 partages

Omnisport : Hery Rasoamaromaka intensifie son projet « terrain synthétique »

Hery Rasoamaromaka s’est posé en photo avec un lion lors d’un séjour en Afrique du Sud.

Jusqu’où va s’arrêter Hery Rasoamaromaka avec son projet de terrain synthétique dans les quartiers ? Après Talatamaty en effet, il s’est implanté à Andohalo avec la même passion pour ensuite aller à Toamasina où la pelouse, évidemment synthétique et destinée à la ville de Toamasina, est déjà arrivée via la Chine à Tana.

Hery Rasoamaromaka est convaincu que le développement du sport et plus particulièrement celui du football, passe par les quartiers. C’est ainsi qu’est né le projet de terrain synthétique presque omnisport avec une piste d’athlétisme, un boulodrome, mais également un terrain de basket-ball pour le cas d’Andohalo. Le tout couvert par une pelouse synthétique rendant ainsi facile son utilisation pour les jeunes de ces quartiers qui font partie de la population cible de Hery Rasoamaromaka qui entend ne pas s’arrêter en si bon chemin.

Vue sur les installations du complexe à Andohalo.

Développement. L’engouement des jeunes et des moins jeunes pour les installations de Talatamaty et d’Andohalo a pratiquement poussé le président de Boeny Formation à s’investir davantage. « C’est rentable et j’attends les fruits de cet investissement tout particulier pour un vrai développement du football », confie-t-il avec une pointe d’espoir, car il sait plus que tout autre que le football, le vrai, prend racine dans les tournois inter- quartiers à défaut des écoles spécialisées.

« Les Brésiliens sont partis des favelas pour aller jouer du football sur la plage et réussir », rappelle Hery Rasoamaromaka qui fait remarquer au passage que Tana avait connu une mobilisation similaire mais dans les compétitions inter-établissements scolaires qui ont enfanté les Baovola et autres Mick Andrianasy sans oublier les cadres de l’AS St-Michel de l’époque.

Une belle époque où tout a été possible avec les six terrains de Mahamasina alors qu’il ne reste plus aujourd‘hui qu’une seule installation. D’où l’idée de Hery Rasoamaromaka de construire des terrains synthétiques pour que les tournois reprennent dans les quartiers.

Sur ce chapitre et après Toamasina, il envisage d’aller s’implanter à Mahajanga puis à Toliara, deux régions connues pour leur passion pour le football avec notamment des clubs mythiques tels l’AS Sotema, le Fortior Côte Ouest et l’AS Corps Enseignant.

Clément RABARY

Midi Madagasikara27 partages

Ankazobe : Gadra nitsoaka efa-dahy tratran’ny zandary

Roa taona aty aoriana sy nikarohana azy ireto gadra nitsoaka ireto  vao tratra. Efa-dahy izy ireo, izay efa samy ikoizana tanteraka amin’ny  fanafihan-dahalo any amin’iny faritra Ankazobe iny. Ary noho izay indrindra no antony nanamelohana azy tamin’izany fotoana, saingy izy ireo tafatsoaka ny fonja ny taona 2015. Ny faran’ny herinandro teo izy ireo no voasambotry ny zandary avy ao amin’ny “poste avancé” tao Antolojanahary, Ankazobe. Rehefa nanao ny fisafoany mahazatra ireto mpitandro filaminana ireto no nahatsikaritra ireto efa-dahy izay somary nampiahiahy ihany. Avy hatrany dia niroso tamin’ny fisavana izy ireo ka teo no tra-tehaka ireto andian-dahalo sy gadra tafatsoaka  ireto. Izany antsoina hoe “Doro” izany no lehibeny ary tratra niaraka tamin’ny namany telo lahy hafa. Nentina avy hatrany tany amin’iny biraon’ny zandary moa izy efa-dahy ireo, nanaovana fanadihadiana sy famotorana. Nalaza ratsy tamin’iny taona nivalona iny tokoa ny fahavakisan’ireo fonja maromaro teo amintsika. Gadra izay marihana fa saika voafonja noho ny fanafihan-jiolahy mitam-piadiana avokoa izy ireo. Saingy hatreto aloha dia mbola vitsy tamin’izy ireo ihany no tratra sy tafaverina tany amin’iny toerana nitazonana azy.

m.L

Midi Madagasikara26 partages

Littérature : « Takelaka Tsarasoratra 002 » en gestation

Suite logique du premier numéro de la revue littéraire « Takelaka Tsarasoratra », le 002 est prévu sortir en juin 2018. Mettant en exergue les plumes malgaches, l’appel à l’égard des écrivains est lancé pour étoffer cette revue. Nouvelles, poèmes, textes littéraires et illustrations sont à envoyer avant le 31 janvier au tsarasoratra@gmail.com. « La sélection des ouvrages dépend de la vivacité, de la tonicité mais surtout démontrant que la littérature malgache est imprégnée totalement dans le XXIe siècle » avance le responsable du projet Soamiely Andriamananjara.

Le but, pousser les jeunes à investir dans la promotion de la littérature malgache. Pour ce faire, il a fallu établir un espace d’expression et une plateforme plus grande. Permettant ainsi aux aînés d’épauler les étoiles montantes à briller et assurer la relève de demain, tout en prouvant qu’il existe des ouvrages littéraires malgaches qui méritent d’être édités et lus. Aider ainsi le public à devenir consommateur de littérature malgache.

A rappeler que 29 œuvres littéraires ont été retenues pour paraître dans la première édition de la revue où des nouvelles, contes, pièces de théâtre, poèmes  et textes en proses s’entremêlent. « Takelaka Tsarasoratra » met en exergue 28 écrivains et poètes contemporains malgaches . Des plumes connues comme Nalisoa Ravalitera, Johary Ravaloson, Hemerson Andrianetrazafy et Hajaina, mais aussi des plus jeunes telles que Na Hassi, IrianaMpisorona, ou encore RiambolaMitia, les écrits de 24 à 79 ans, rien ne se perd et tout se forme dans ce reflet de la littérature contemporaine malgache .

Maharindra

Midi Madagasikara21 partages

CFM/Amnistie : Une lettre adressée au ministère de la Justice !

Aucune nouvelle demande. Depuis sa mise en place, le Comité du « Fampihavanana Malagasy » ou CFM n’a reçu aucune requête pour amnistie. Les 52 dossiers entre les mains du CFM datent du temps du FFM (« Filankevitry ny Fampihavanana Malagasy »). C’est ce qu’a expliqué Maka Alphonse, le président de cet organe dont la mission est loin d’être facile, pour ne pas écrire impossible. Force est donc de reconnaître que le sort de ces 52 dossiers reste en suspens, car la Cour Suprême ne s’est pas encore prononcée sur la question. C’est dans cette optique que le CFM décide d’adresser une lettre au ministère de la Justice « afin de relancer la procédure y afférente », comme l’avait expliqué Maka Alphonse au téléphone. Faut-il rappeler qu’avec l’ancienne loi, le FFM saisit la Cour Suprême laquelle décide si telle ou telle personne mérite l’amnistie. Actuellement, c’est l’inverse. Le CFM – selon les dispositions de la loi n°2016-037 relative à la réconciliation nationale – reçoit les requêtes, demande « l’avis juridique motivé » d’une Commission Spéciale Indépendante pour l’Amnistie au sein de la Cour Suprême et décide à qui l’amnistie doit être accordée. Néanmoins, il est loisible de souligner que cette commission spéciale n’est pas encore mise en place actuellement « pour des raisons qui ne dépendent pas de nous », a souligné le président du CFM.

7 février 2009. Outre les requêtes, Maka Alphonse a été interrogé sur la tuerie du 7 février 2009 dont on ignore officiellement, et les auteurs, et la nature des infractions commises ce jour- là. En effet, l’article 5 de la loi n°2012-006 portant amnistie pour la réconciliation nationale, établit une liste exhaustive des faits non amnistiables. Quelle est donc la position du CFM par rapport à ce point ? Cette question a été posée à Maka Alphonse. « C’est l’une des raisons pour lesquelles on a besoin de l’avis juridique de la même Commission Spéciale. Elle sera en mesure de donner la qualification des infractions relatives à la tuerie du 7 février 2009. Et le CFM va se baser sur cet avis avant de prendre telle ou telle décision. A côté, il ne faut pas non plus oublier que c’est une affaire pendante devant le tribunal. En vertu de la séparation des pouvoirs, le CFM ne va pas s’y immiscer », explique-t-il. A suivre.

Aina Bovel

L'express de Madagascar18 partages

Tsiory Randrianarivony – « Il faut intégrer le système pour le changer »

Ayant fait ses armes dans la société civile, Tsiory Randrianarivony, estime toutefois, que pour faire bouger le système il faudrait d’abord en faire partie. Pour lui, faire de la politique est un devoir pour la jeunesse.

• Après avoir été actif dans la société civile, vous avez choisi de faire de la politique. Pourquoi ?- En fait, pour moi, le devoir d’un citoyen ne doit pas se limiter à sa simple carrière professionnelle. Chacun a le devoir et le droit d’apporter sa contribution, aussi modeste soit-elle, au redressement de cette belle Nation. C’est l’essence même de la citoyenneté. Au contraire, ne pas faire de la politique est comme une non-assistance à personne en danger, c’est comme renier sa citoyenneté. Personnel­lement, en parallèle avec ma carrière professionnelle, j’ai choisi d’être actif dans la politique après mes débuts enrichissants dans la société civile, car je pense que la politique est la meilleure façon de faire avancer ce pays. Il est grand temps d’intégrer le système pour pouvoir rectifier le tir au lieu de toujours se plaindre dans les sociétés civiles. Ces dernières sont faites pour les critiques alors que les partis politiques sont faits pour les solutions. Diaboliser les politiciens ne sert à rien car ceux qui diabolisent les politiciens ne sont-ils pas eux aussi des politiciens ? J’avoue ne pas comprendre ces gens qui se disent techniciens et qui osent dire que les politiciens n’ont plus leur place en politique alors qu’eux-même, ils seront des politiciens une fois au pouvoir.

• De plus en plus de jeunes s’engagent dans la politique actuellement. Selon vous quelle en serait la raison ?- Ces dix dernières années, l’on assiste à une nette amélioration de la démocratie à Madagascar. Le culte d’idées commence à y imposer sa présence au détriment du culte de la personnalité. Les jeunes commencent à prendre goût à la politique car les compétences sont valorisées dans les nominations aux hauts emplois. Les jeunes commencent à prendre conscience de leurs potentialités en faisant de la politique. Nous avons les compétences et la maturité s’acquiert en accumulant de l’expérience. Personnellement, je me dis que les jeunes sont les mieux placés pour défendre la place que devraient avoir les jeunes en politique.

• Dans ce monde impitoyable que peut être la politique, s’y engager jeune ne mettrait-il pas en danger sa carrière professionnelle ?  Particulièrement pour vous qui êtes dans la fonction publique ?- C’est vrai qu’à Mada­gascar la politique est un monde impitoyable et pourrait même mettre en danger la carrière professionnelle pour nous qui sommes dans la fonction publique. Mais je pense que, du moment qu’on tait ses ambitions politiques ou ses convictions politiques dans le milieu professionnel, tout devrait aller pour le mieux. L’essentiel est de respecter ses supérieurs hiérarchiques dans ses convictions politiques et faire son travail convenablement. Il faudrait juste respecter les moments et lieux propices pour chaque chose, la religion à l’église, le travail au bureau et la politique aux urnes.

                         « L’on dit souvent que la jeunesse est notre avenir mais je dis que la jeunesse est le présent. »

• Faire de la politique lorsqu’on est fonctionnaire, est-ce compatible ?- Comme je l’ai dit, les moments et les lieux doivent être propices à chaque chose. La question ne devrait même pas se poser car le statut général des fonctionnaires nous interdit de faire de la politique dans les bureaux, mais comme tout citoyen qui se respecte, chacun a le droit et selon moi, doit faire de la politique à sa manière. Pour le moment, ma politique à moi, c’est de m’occuper de mes deux enfants pendant un certain temps tout en méditant sur la chose publique.

• Selon vous, la jeunesse est-elle un atout ou une faiblesse en politique ?- La jeunesse est un atout politique car c’est un élément pourvoyeur de compétences. L’on dit souvent que la jeunesse est notre avenir mais je dis que la jeunesse est le présent. Il faut donner l’opportunité à un jeune d’être un haut fonctionnaire de l’État s’il en a les compétences et la maturité nécessaire. J’aimerais poser cette question aux jeunes, pourquoi attendre 50 ou 60 ans avant de se lancer dans la politique alors que vous le pouvez à l’âge de 40 ans, l’âge auquel vous êtes encore en pleine possession de vos moyens ?

• N’empêche qu’il s’agit d’un monde mal vu, surtout par une grande partie de la jeunesse. Pourquoi devrait-elle s’y engager ?- Je vous le redis, nous sommes le présent. Participons au présent afin d’améliorer ensemble notre futur. Retenons les leçons du passé pour ne pas rater ce présent et pour influer sur le futur. Si nous voyons mal la politique, c’est à nous d’en changer les pratiques, c’est à nous d’en changer les orientations. Nous avons les idées, nous avons les compétences et nous avons la vigueur. Et encore une fois, arrêtons de blâmer nos aînés, car nous sommes tous responsables de nos échecs.

• La désillusion face aux dérives de la politique n’en serait-elle pas la raison ?– Oui, j’admets que la désillusion vis-à-vis de la politique est la raison principale du manque d’enthousiasme des jeunes, mais le monde ne se fait pas en un jour. Si tous les jeunes comme moi estimons et sommes convaincus que l’engagement politique doit être notre contribution fondamentale au redressement de notre pays, alors les choses pourraient s’améliorer progressivement. Il faut néanmoins être réaliste sur le fait que, tant qu’ils seront au chômage et tant qu’ils n’auront pas de quoi manger, ils ne s’intéresseront jamais à la politique.

• Les jeunes, du reste, contribuent en grande partie au fort taux d’abstention aux élections. En cette année électorale, comment les convaincre d’adhérer au processus et devenir une force pour la démocratie à Madagascar ?– Je crois que les efforts pour l’adhésion massive au processus électoral doivent être renforcés pour que la jeunesse soit une force pour la démocratie à Madagascar. Nous, au sein de Liberty 32, avions consentis des efforts considérables en ce sens en 2013, et je crois que d’autres sociétés civiles continueront de le faire pour cette année électorale. L’État ne doit pas être en reste en matière de sensibilisation sur ce domaine. J’estime également que les partis politiques qui présenteront des candidats doivent avoir les moyens de sensibiliser la population à aller voter, car elles semblent oublier qu’à part la prise de pouvoir, elles ont également, un rôle d’éducateurs politiques.La prise de pouvoir et l’éducation politique sont les raisons d’être d’un parti politique.

Propos recueillis par Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara17 partages

Musée de la photographie de Madagascar : Du virtuel au réel !

Après cinq ans d’existence virtuelle, le musée de la photographie de Madagascar va enfin ouvrir ses portes. Le Musée est situé à la Maison des maires, dans la Haute Ville, à Anjohy et sera accessible au grand public en mi-février. Pour faire connaître davantage au grand public l’objectif ainsi que les rôles du musée, une conférence sera donnée par les membres fondateurs à l’IFM Analakely le 14 février afin de présenter la genèse et la naissance du projet. Ils donneront un aperçu de la richesse du patrimoine photographique malgache et de ce que le visiteur pourra découvrir sur les lieux. Helihanta Rajaonarison, Cédric Donck et Tamara Teissedre-Philip prendront ainsi la parole à tour de rôle.

Les intervenants. Fortement intéressée par les usages de la photo à Madagascar, Helihanta Rajaonarison était amenée, dans la réalisation de ses diplômes de DEA et de doctorat en Histoire, à poursuivre des trajectoires de photographes et de fait, plonger dans le patrimoine photographique de Madagascar. C’était au fil de ses recherches qu’elle était persuadée de l’intérêt de ce patrimoine photographique malgache, mal connu et éparpillé dans le monde. C’est de là qu’a germé cette idée de musée. Né à Antsirabe, Cédric Donck, bien que Belge affectionne particulièrement Madagascar, son île natale. Il souhaitait œuvrer en faveur de la culture malgache et s’était engagé entre autres actions, à soutenir le projet de musée de la photo. Tamara Teissedre-Philip est la Représentante permanente de la Région Île-France à Madagascar. Passionnée de culture et très attirée par le patrimoine photographique malgache, c’est en grande partie grâce aux actions qu’elle a menées que le Musée de la photographie de Madagascar prendra très bientôt sa forme physique. Tous les trois vont se relayer pour faire connaître davantage le Musée de la photographie.Mahetsaka

Midi Madagasikara17 partages

Préparation du budget 2019 : Excès de zèle du gouvernement !

De l’empressement. Pourquoi le gouvernement fait preuve de beaucoup d’empressement par rapport à la Loi de finances 2019 ? En effet, le conseil du gouvernement d’hier a, entre autres, informé qu’une communication verbale relative à la préparation de la Loi de Finances pour 2019 a été établie au ministère des Finances et du Budget (MFB). Des agissements qui suscitent quelques réflexions. Primo, chaque année, le dépôt du projet de loi de finances auprès de l’Assemblée nationale connaît un retard inexpliqué. Une préparation un peu plus tôt que prévue pour, espérons-le, éviter peut-être ce retard. Mais ce n’est pas tout. Secundo, l’exécution de la loi de finances 2018 est à peine perçue actuellement alors pourquoi se focalise-t-on déjà sur celle de 2019 ? Peut-être que l’adage « gouverner c’est prévoir » trouve tout son fondement ici. Et tertio, en vertu du principe de la continuité de l’Etat, préparer la loi de finances pour 2019 est certes une « bonne chose », mais politiquement, qu’est-ce qui « garantit » aux élus actuels qu’ils resteront au pouvoir à l’issue des prochaines élections ? A moins que ces dernières ne soient d’ores et déjà gagnées d’avance…

Aina Bovel

Midi Madagasikara16 partages

Participation citoyenne : La redevabilité à l’honneur à l’IKM Antsahavola

La participation citoyenne et le respect du principe de redevabilité de l’Etat font partie des pierres angulaires d’une bonne gouvernance et d’une démocratie. Globalement à Madagascar, ces notions demeurent floues pour la plupart des citoyens ; si bien que l’appropriation n’est pas encore au rendez-vous. Heureusement, des initiatives fleurissent de part et d’autre pour sensibiliser progressivement les citoyens et les décideurs. C’est le cas ce jour au centre culturel IKM (Ivo-toeran’ny Kolontsaina Malagasy) à Antsahavola. Un guide pour les citoyens sur la redevabilité va y être lancé en amont de la présentation du film : « Madagascar : les jeunes relèvent les défis de la redevabilité ».

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara16 partages

Basket-ball : Le calendrier des compétitions réaménagé

La Coupe du président verra la participation de plusieurs équipes des quatre coins de l’ île.

La fédération malgache de basket-ball a adapté son programme d’activités 2018 avec le changement du calendrier scolaire.

Chamboulement. Le programme des compétitions 2018 de la fédération malgache de basket-ball a été ajourné.

Quatre compétitions. « En raison du changement du calendrier scolaire et des examens initiés par le ministère de l’Education nationale et suivi de la indisponibilité des infrastructures, la FMBB a apporté des modifications au niveau du calendrier des championnats nationaux » a lancé le président de la commission technique des compétitions, Jimmy Randriamandimby. Ce sont les compétitions réservées aux jeunes qui ont connu ces changements, car nombreux sont les championnats qui coïncident avec la tenue des examens officiels. Initialement prévus se disputer du 25 août au 02 septembre à Nosy-Be, les Championnats nationaux U14 filles et U14 garçons et vétérans dames et hommes ont été avancés du 18 au 26 août. Le critérium U12 filles et garçons a été repoussé d’une semaine du 25 août au 02 septembre au lieu de 11 au 19 août à Analamanga. Les sommets nationaux U16 garçons et filles ont connu également un changement de date du 22 au 30 septembre au lieu du 15 au 23 septembre dans la ligue d’Atsinanana. Les championnats nationaux U18 se dérouleront du 06 au 14 octobre à Tsiroanomandidy. La date de l’évènement phare organisée par la FMBB cette année l’Afrobasket U18 a été maintenue du 21 au 29 juillet au Palais des Sports de Mahamasina.

Eliminatoires zonales. Mais avant ces compétitions jeunes, la saison sera lancée officiellement par l’organisation de la 4e édition de la Coupe du président de basket-ball. Les éliminatoires zonales s’étaleront du 3 février au 04 mars dans les cinq zones. Le Nord regroupe les régions Boeny, Diana, Sava et Sofia à Antsiranana du 03 au 11 février. Le Sud formé par Atsimo-Andrefana, Anosy, Androy et Ihorombe se retrouveront à Androy du 10 au 18 février. L’Ouest composé des régions Vakinankaratra, Bongolava, Itasy et Menabe en découdront à Itasy du 17 au 25 février. Les régions Haute-Matsiatra, V7V, Amoron’i Mania et Atsimo-Atsinanana se mesureront à Fianarantsoa pour le compte de la zone Centre Sud et celle du Centre à Toamasina sera l’affaire d’Analamanga, d’Alaotra-Mangoro, d’Atsinanana et d’Analanjirofo. Dans les deux centres, les éliminatoires seront programmées du 24 février au 04 mars. Le « Play-Off » se disputera à Toliara du 14 au 27 mars. La phase finale ou le Top 8 au Palais des Sports de Mahamasina se tiendra du 14 au 22 avril prochain. Le comité d’organisation va en parler davantage ce vendredi.

T.H

Midi Madagasikara13 partages

DGI : Changement de régimes fiscaux pour des recettes supplémentaires

Rencontre entre la DGI et les opérateurs hier à la Chambre de Commerce et d’Industrie à Antaninarenina.

Une conférence-débat entre les acteurs économiques et la Direction Générale des Impôts a eu lieu hier à la Chambre de Commerce et d’Industrie à Antaninarenina. Les grandes lignes de la Loi de Finances 2018, les nouvelles dispositions et leurs modalités d’application, la gestion des contribuables, la TVA et les mesures d’accompagnement suite aux changements de régime fiscal ont été à l’ordre du jour. Les PME et PMI dans la matinée et les grandes entreprises dans l’après-midi ont pu discuter avec les agents de l’Administration fiscale conduite par le Directeur Général des Impôts, Razafindrakoto Iouri Garisse. A travers la Loi de finances 2018, un effort important de mobilisation des recettes fiscales a été demandé à la DGI. En effet, le niveau d’accroissement des recettes au titre de 2018 est de l’ordre de 23% par rapport à l’année 2017 alors que ce taux est en moyenne de 16% pour les années antérieures. Ainsi, les régimes fiscaux à Madagascar ont été reconfigurés de façon à atteindre la prévision de recettes assignée à la DGI de l’ordre de 2.735 milliards Ariary en 2018.

Simplification. Régime de l’impôt synthétique, régime du réel simplifié ainsi que du réel ont été pendant des années les régimes auxquels ont été soumis les contribuables malgaches. Dans la Loi de  finances 2018, une simplification a été mise en place avec seulement deux régimes fiscaux. Ceux qui font un chiffre d’affaires inférieur à 100 millions Ar seront désormais soumis à l’impôt synthétique ou « hetra tambatra » et pour ceux qui sont au-dessus, seront désormais classés sous le régime du réel, avec une obligation d’assujettissement à la TVA, à la tenue d’une comptabilité régulière, ainsi que l’obligation d’émettre des factures. Il faut dire que l’enjeu et risque en termes de recettes dans l’application des nouvelles dispositions suite au changement de régime fiscal sont de l’ordre de 15 milliards Ariary. Par ailleurs, il faut préciser que les recettes de TVA locale représentent plus de 35% des recettes intérieures. L’appropriation des nouvelles dispositions prévues par la LF 2018, particulièrement le changement en matière de régimes fiscaux ainsi que le renforcement de capacité des agents dans la gestion de l’augmentation du portefeuille de la TVA sont primordiaux dans l’atteinte de la prévision de recettes au titre de 2018.

R.S

News Mada12 partages

Sofia – gestion de la sécurité : les « Bisabôha » sollicités

Graves dissensions entre une personnalité de la région Sofia et la population locale, actuellement,  à propos de la gestion de la sécurité dans la circonscription. Le fokonolona s’oppose à son projet de dissoudre le groupe « Bisabôha » qui se charge de la sécurisation dans la région.

La tension monte dans la Sofia à l’heure actuelle,  suite au projet d’une personnalité locale de suspendre les actions du groupe d’autodéfense villageoise «Bisabôha» qui a fait ses preuves en ramenant la sécurité, particulièrement dans la partie septentrionale de la région. Les attaques de dahalo  sont en nette régression, en effet, dans les districts d’Analalava et d’Antsohihy, depuis l’instauration de ce groupe ayant eu l’aval du député Irenée Djaosera, élu du district d’Analalava sous la couleur du parti PSD. La population de plusieurs districts de la région menace de s’en prendre donc à l’initiateur du projet de dissolution des «Bisabôha» dans le cas où il persisterait dans sa décision. Cette attitude fait douter de la sincérité de cette personnalité en matière de sécurité et la population en conclut que son aversion pour ce groupe résulte d’un conflit d’intérêt.

La crainte d’un éventuel retour en force des dahalo réprimés par  ce groupe d’autodéfense oblige d’ailleurs  les villageois  à renforcer les acquis par les actions menées par leurs protecteurs.

Manou

L'express de Madagascar11 partages

Évasion – Houcine Arfa wanted en France

La Justice française a répondu à la demande de coopération judiciaire de son homologue malgache. L’évadé de Tsiafahy est placé sur la liste des personnes recherchées en France.

Wanted. C’est par le biais d’une note verbale que le ministère de la Justice françaises a répondu à la demande de coopération judiciaire faite par Madagascar, dans le cadre de l’accord de coopération entre les deux pays. Une note verbale communiquée le 22 janvier, pour informer le ministère de la Justice malgache qu’« Houcine Arfa a fait l’objet d’une inscription au fichier des personnes recherchées en France ».Cette note verbale indique donc, que les autorités judiciaires françaises ont répondu favorablement au mandat d’arrêt international lancé par la Justice malgache, le 8 janvier. Condamné à trois ans de prison ferme pour usurpation de fonction et tentative d’extorsion de fonds et poursuivi dans une affaire d’association de malfaiteurs, Houcine Arfa s’est évadé le 28 décembre 2017. Il a profité d’un transfert dans des circonstances douteuses, vers la maison centrale d’Antanimora pour prendre la fuite.De nationalité française, mais d’origine algérienne, l’évadé de Tsiafahy a rapidement rejoint la France d’où il multiplie les révélations chocs. Dans une interview accordée au journal Le Parisien et à la radio RTL, Houcine Arfa est allé jusqu’à affirmer que pour faciliter son évasion, il a soudoyé la ministre de la Justice et d’autres hauts responsables du système judiciaire et pénitentiaire. Si une partie de l’opinion a pris ses dires pour argent comptant, une autre le qualifie « d’affabulateur », et estime qu’il ne s’agit que d’une stratégie de défense en vue d’une éventuelle poursuite judiciaire.

EnquêteL’accord de coopération entre Madagascar et la France préservant « les nationaux », d’une extradition, une fois appréhendé, le fugitif devra purger ce qui lui reste de ces trois ans d’emprisonnement dans l’Hexagone. La Justice malgache, sauf changement, compte également le poursuivre concernant la tentative d’extorsion de fonds et son évasion. La plainte pour diffamation annoncée par Elise Alexandrine Rasolo, garde des sceaux, dans une interview parue lundi, devrait aussi, s’ajouter aux dossiers de poursuite contre Arfa.Le fait que ce dernier est désormais considéré comme un fugitif dans son pays devrait accélérer son arrestation. Il a réaffirmé dans un entretien téléphonique avec les correspondants à Madagascar de Radio France internationale (RFI), hier, qu’« il n’a pas peur d’affronter la Justice ». Dans l’éventualité où il se cacherait, la recherche ne devrait pas être difficile vu qu’il est, visiblement, toujours joignable par téléphone.La Justice française pourrait, par ailleurs, ouvrir une instruction concernant l’évasion d’Houcine Arfa et la plainte pour diffamation. Une procédure qui permettrait de dissiper la nébuleuse qui recouvre cette affaire. Bien qu’il soit un fugitif, les accusations proférées par Houcine Arfa ont fait l’effet d’une bombe. Elles ont affaibli le système judiciaire malgache à l’image déjà écorné et ébranlé la crédibilité des tenants du pouvoir politique.La ministre Rasolo s’est déjà défendue et a défendu la Justice dans cette interview. Les résultats de l’enquête, qui sera menée, en France, pourraient, toutefois, contribuer à rétablir la vérité ainsi que l’image de la Justice et de ses hauts responsables. Pareillement, pour celle ouverte par le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), suite à une saisine du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM).

L’ambassade de France nie toute implication

En marge d’une cérémonie de remise de matériel de communication militaire dans le cadre de la coopération militaire entre l’armée malgache et les Forces armées de la zone sud de l’océan Indien, à la résidence de France Ivandry, hier, Véronique Vouland-Aneini, ambassadeur française a affirmé que « l’ambassade n’a absolument rien à voir dans l’évasion d’Houcine Arfa ». La diplomate a ajouté que la représentation française « n’est absolument pas intervenue pour qu’il soit transféré. Comme tous les Français détenus à Madagascar, il a bénéficié de la protection consulaire, sans plus. Comme tous les détenus, le médecin du consulat l’a examiné lorsqu’il était malade. Nous l’avons traité normalement ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara10 partages

Tapatapany

# Trano iray no nisy nandoro, niitatra ny afo ary niteraka ny fahamaizan’ny 22 hafa teo amin’ny manodidina izany. Mbola karohina izay nahavanon-doza. Olona 26 no tsy manan-kialofana vokatr’ity hain-trano niniana natao tao amin’ny kaominina Vohitranivona-Brickaville ity. Nisy naratra ary ny fahavoazana indray dia tombanana  ho any amin’ny 60 tapitrisa ariary any.

# Mola trano may ihany , saingy ity indray dia vokatry ny tsy fitandremana tao an-dakozia no nitarika ny loza. Nahazo ny tafo falafa ny afo ary niitatra tamin’ny trano  36 teo amin’ny manodidina, tao amin’ny fokontany Andongozabe-Fenerive est. Olona 90 no tsy manan-kialofana vokatr’izany ary tafakatra hatrany amin’ny 150 tapitrisa ariary ny fahavoazana.

# Jiolahy  dimy no saika hovonoin’ny olona avy amin’ny alàlan’ny fitsaram-bahoaka, raha tsy niditra an-tsehatra ny kartie môbila sy ny zandary tao Manakara. Efa manomboka misy tamberina ny fanofanan’ny zandary ireo andrimasom-pokonolona izay natao tamin’iny taona iny, indrindra amin’ny fanentanana azy ireo mba tsy hamono olona.

D.R

Midi Madagasikara9 partages

Forum de Davos : un véritable tournant, cette année

C’est le rendez-vous incontournable du monde économique de la planète. Le 48e forum de Davos qui s’est ouvert hier réunit 3.000 participants, un record. Les chefs d’entreprises, les chefs d’Etat, les dirigeants d’institutions internationales, les représentants d’organisations non gouvernementales, d’éminents universitaires et des journalistes sont ou seront présents pour prendre le pouls de la planète dans le domaine du « business ». Mais la véritable vedette est Donald Trump, le président atypique qui a bouleversé les schémas traditionnels de la politique.

Forum de Davos : un véritable tournant, cette année

Cette année, le forum économique de Davos suscite un regain d’intérêt de la part des décideurs du monde entier, car un vent nouveau semble souffler avec l’arrivée de nouveaux dirigeants à la tête de pays importants. Avant l’ouverture de ce 48e sommet, il y a eu l’organisation par le président Emmanuel Macron, des conseils et forums de l’attractivité qui a réuni 140 grands patrons à Versailles, signe d’un indéniable succès. Ces dirigeants de grandes boîtes internationales qui ont bousculé leur agenda pour être présents n’ont pas caché leur intérêt pour ce jeune chef d’Etat plein d’allant. Certains d’entre eux ont annoncé qu’ils investiraient en France. Ils ont rejoint le forum économique de Davos où ils ont découvert un nouveau management. Les femmes y sont à l’honneur. Sept d’entre elles coprésident le forum, record que Klaus Schwab, le fondateur du forum a voulu instituer cette fois-ci. Mais l’évènement qui va marquer ce forum est la venue de Donald Trump, le président des Etats-Unis. La présence du locataire de la Maison Blanche ne laisse personne indifférent. Il risque d’éclipser les nombreuses personnalités qui seront présentes. On peut citer, outre Emmanuel Macron, Jean Claude Juncker, le président de la commission européenne, la chancelière allemande Angela Merkel et les chefs de l’exécutif des autres grands pays européens. Durant quatre jours, les réunions vont se succéder tout comme les interventions. Tout le monde affirme qu’un véritable tournant va être négocié cette année.

Patrice RABE

Midi Madagasikara9 partages

Toamasina Détenus transférés

Il a été décidé lors du conseil de gouvernement d’hier, la communication verbale relative à la constatation des dégâts cycloniques au sein de l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire et la maison centrale de Toamasina. Des dispositions ont été prises, notamment le transfert des personnes détenues dans une nouvelle construction au sein de la maison centrale de Moramanga.

Recueillis par Dominique R.

News Mada7 partages

Nosy Maorisy : zakan’ny tanora malagasy ny oniversite Uniciti

 Tsapa fa mahazaka sekoly ambony ny tanora malagasy. Noho ny fahitana izany, hanao varavarana misokatra eto Antananarivo ny Uniciti ao Nosy Maorisy ny 27 janoary ho avy izao eny amin’ny American center Tanjombato. Hampahafantarina amin’io fotoana io ny fisian’ny fampianarana ambony zakan’ny tanora malagasy, araka ny sokajim-pahaizany avy hatramin’ireo mitady fiofanana.

Hita amin’io fotoana io koa ireo karazana sekoly ambony maro malaza, toy ny Ecole Centrale de Nantes, Université Paris II Panthéon Assas, Supinfo International University sy Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes. Tsy lavitra an’i Madagasikara intsony izao ireo oniversite lehibe ireo.

Afaka mamaly ny hetahetan’ny tanora malagasy ny Uniciti ao Nosy Maorisy, hanana safidy na amin’ny teny fampiasa hoenti-mianatra aza. Karazam-piofanana maro no hita hahazoan’ny tsirairay misafidy sy miditra amin’ny karazan’asa tiany. Vonona ny tompon’andraikitra ao amin’ny Uniciti hizara ny vaovao tsara ho fantaratra rehetra amin’ny tanora mpianatra sy ny ray aman-dreny. Anisan’izany ny momba ny fandaharam-pianarana sy mari-pahaizana.

M.C

Midi Madagasikara6 partages

Flash-éco :

Le Décret fixant les modalités de gestion du compte d’affectation spéciale intitulé « Prélèvement sur les droits et taxes douaniers » de la direction générale des Douanes a été adopté en conseil du Gouvernement qui s’est tenu hier au Palais de Mahazoarivo, en application de l’article 21 de la Loi des Finances pour 2018.Au niveau du ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, les nouveaux membres du Conseil d’Administration de l’Autorité nationale de l’Eau et de l’Assainissement (ANDEA) ont été nommés.Au niveau du ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique, la CNaPS va exploiter un réseau privé par satellite.Au niveau du ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, la visite de travail des autorités au sein des ministères en charge de l’Agriculture du Royaume de Maroc et de l’Inde dans le cadre de la mise en œuvre des accords de coopération avec Madagascar, a été communiquée.Au niveau du ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche, une station piscicole d’Andapa et trois marchés aux poissons seront inaugurés au début de février 2018 dans la région de SAVA. En outre, des palétuviers seront reboisés dans la commune de Sahantaha dans le district d’Antalaha.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara6 partages

Spectacle pluridisciplinaire : « Naïf » en représentation à l’Af Diégo

Après un franc succès dans la Capitale, « Naïf » de Gad Bensalem sera représentée à l’Alliance française de Diégo. Cette fois encore, Gad Bensalem et la chorégraphe Judith Olivia Manantenasoa feront revivre la mémoire de feu Rudi Rehava. Le « Naïf », ce projet sur lequel Rudi Rehava a apposé sa signature artistique. Poésie, danse et théâtre, le tout sera exécuté par le slameur Gad Bensalem et la chorégraphe Julie Manantenasoa. Un spectacle où plusieurs artistes se rejoignent pour lui dédier un spectacle pluridisciplinaire après sa disparition.

Pièce tournant essentiellement autour de la personnalité du professeur Albert Rakoto Ratsimamanga. Selon les mots de l’initiateur du projet « C’est l’histoire d’un homme… l’histoire d’un pays, l’histoire d’un gars. Une déclaration d’amour à un père, une mère, un pays. Si le retour aux sources était le plus grand pas vers l’avenir, invoquer le nom d’un des plus grands de notre nation sonnerait comme un devoir. Ou une échappatoire en réalité. Naïf, c’est à la fois un requiem pour le passé et une danse pour le futur.»

Maharindra

Midi Madagasikara6 partages

Cyber sécurité : Un programme académique aux besoins des entreprises

L’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), à travers son projet Cyber Sécurité dans l’Océan Indien, a regroupé des universités et des entreprises de la région durant trois jours à Antananarivo. Cette réunion a été organisée sous la supervision du professeur Maroun Chamoun, de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. L’objectif consiste en fait à réfléchir et à proposer des recommandations sur l’élaboration d’un programme académique dans le domaine de la cyber sécurité tout en tenant compte du contexte régional et surtout des besoins des entreprises de la région notamment à Madagascar et à Maurice.

Notons que ce projet entre dans le cadre de la continuité de l’engagement de l’AUF à répondre à la demande exprimée par les Chefs d’Etat et des gouvernements dans l’article 45 de la Déclaration d’Antananarivo, lors du Sommet de la Francophonie, qui s’est tenu en novembre 2016 à Madagascar. Et cette Agence Universitaire de la Francophonie de l’Océan Indien a souhaité prolonger cette réflexion en contribuant à soutenir les établissements intéressés à renforcer les filières informatiques dans ce domaine. En effet, le projet Cyber Sécurité dans l’Océan Indien (CYSOI) répond en même temps à une demande académique et économique régionale en matière de sensibilisation dans ce domaine. Toutes les parties prenantes visent ainsi à construire une offre destinée aux étudiants ayant un diplôme de licence pour développer des  »briques » d’enseignements cyber sécurité, et ce, en lien étroit avec les besoins des entreprises. La finalité de ce regroupement entre les universités et les entreprises de la région de l’Océan Indien étant de rencontrer in situ les différents acteurs et de s’entretenir avec le plus grand nombre d’enseignants locaux. Des recommandations permettant de définir un programme académique en cyber sécurité ont été ensuite proposées. Il s’agit notamment des recommandations ajustées aux besoins des entreprises.

Navalona R.

News Mada5 partages

Manao ankisisika… : Ataovy taranja ianarana

… Satria anjorom-bala hatrany hatramin’izay. Mitady hirika mafy izay hampidirana ny kolontsaina sy ny zavakanto malagasy ho anisan’ny taranja ianarana any an-tsekoly ireo rehetra mikirakira azy ireny. « Izay ihany no hitondra fampandrosoana ho an’ity firenena ity. Fananana taranaka mahafantatra ny momba azy », hoy izy ireo. Tsy azo lavina io, saingy tsy mbola mety tafapaka any amin’ny tompon’andraikitra isan’ambaratonga ilay antso na efa atao manaka-danitra aza. Voatery ny tompon’andraikitry ny sekoly tsirairay no mandray fanapahan-kevitra fa asiana fianarana valiha na fanorona na kabary, sns, ao an-tsekoly.

Inona ny manakana ny tompon’andraikitra mahefa hilaza amin’ny alalan’ny didy na lalana (na izay mety hanaovana izany) fa « tsy maintsy atao ho anisan’ny taranja ianarana any an-tsekoly ny kolontsaina malagasy ? ». Anisan’ny nanome tanjaka sy hery ireo firenena « vaventy » ankehitriny io fomba fanabeazana io. Tsy zava-baovao ho an’ny Malagasy ihany koa rehefa tena halalinina satria zovy tamin’ny Ntaolo teo aloha no tsy nanabe sy nitaiza ny zanany tamin’ny kolontsainy ?…  Izay no nahatonga ny taranany ho olom-banona !

HaRy Razafindrakoto

L'express de Madagascar5 partages

Taolagnaro – Présentation de vœux sous tension

Bras de fer. L’ancien président Marc Ravalomanana a effectué une visite dans la cité dauphine lundi. C’était pour une présentation de vœux avec les fidèles du parti Tiako i Madagasikara (TIM). Arrivées à l’aéroport à 7h30 du matin, les forces de l’ordre ont quadrillé le lieu prévu pour le déroulement de la cérémonie, afin d’empêcher tout rassemblement.Les hommes en treillis appuyés par les autorités locales n’ont pas hésité à couper l’électricité et ont détruit quelques matériels de sonorisation. Les citoyens curieux qui ont photographié l’ancien président via leur téléphone, n’ont pas été épargnés.« Les forces de l’ordre qui sont censées protéger nos biens, ont pris nos téléphones portables par force », déplore un habitant.Pourtant, cette visite avait aussi un caractère économique. « Je suis venu ici afin de voir de près l’impact des grands investissements que nous avons entamés à l’époque. À ma grande surprise, les habitants de Taolagnaro sont encore pauvres, le port Ehoala n’est pas valorisé. Il y a une faille quelque part», souligne Marc Ravalomanana.

Moïse Fanomezantsoa 

News Mada3 partages

Permis biométrique : «aucun nouveau permis ne sera délivré», précise le ministère de tutelle

Les rumeurs relatives à la modification du permis biométrique, qui ont circulé ces derniers jours sur les réseaux sociaux et relayés par la suite par certains médias, sont infondées. Les responsables au sein du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (Mid) ont tenu à rassurer le public qu’aucun nouveau permis ne sera délivré aux usagers.

Que d’intox. L’éventuelle modification de l’actuel permis de conduire biométrique, qui a fait de nombreux commentaires ces derniers jours sur Facebook, n’est qu’une fausse information. Le directeur de communication au sein du Mid, Rija Randriambola, l’a souligné, hier, lors d’une interview. «Le permis de conduire sécurisé, qui remplace l’ancien permis, ne fera l’objet d’aucun remplacement selon les rumeurs qui courent actuellement. La délivrance du même spécimen  que celui confectionné depuis son entrée en vigueur dans le pays se poursuit au niveau des centres d’immatriculation à travers le pays», a réitéré notre source.

Ce dernier de faire entendre que, « les objectifs fixés au début, qui devraient accompagner l’usage de ce permis sécurisé, sont atteints dans la mesure où la falsification de permis de conduire, comme c’était le cas durant le temps des cartons roses où on a vu la prolifération des faux permis, ne sera plus possible ». Cette initiative a également permis de centraliser les bases de données et d’améliorer, par ricochet, leur gestion et leur suivi. Actuellement, près de 70% des cartons roses sont déjà changés en biométriques. Dans le souci de faciliter les procédures d’acquisition de ces autorisations de conduire, les 24 préfectures se chargeront également de l’opération de délivrance.

QR Codes

Quoi qu’il en soit, le ministère de tutelle ne reste pas indifférent face aux feed-back des usagers, qui ne manquent pas de proposer des suggestions d’améliorations qui pourront être apportées à ce permis sécurisé. Parmi les réformes apportées figure le développement d’une application androïde téléchargeable sur internet, ID Check, qui peut effectuer le décryptage des QR Codes des permis biométriques malgaches et en même temps vérifier leur authenticité. D’autres améliorations pourraient également être apportées ultérieurement mais aucune information officielle y afférente n’est pour l’heure diffusée. « Le ministère de tutelle est actuellement en train de réfléchir sur cette question. Tout compte fait, cela ne veut en aucun cas dire que le permis délivré actuellement n’a pas ou perdra ses valeurs », a conclu Rija Randriambola.

Fahranarison

Ino Vaovao3 partages

KAOMININA AMBILOBE : Tantsaha miisa 400 nozarain’ny tanàna masomboly

Ireo mpamboly vary avy ao amin’ny manodidina, Matsaborikilandy, Magnozombotokana, Laidama, Amba riopikira, Antsoha sy ny hafa avy ao anatin’ny kaominina ambonivohitr’Ambilobe no nozaraina izany. Mahatratra 400 ireo mpamboly nahazo tombony tamin’izany. Araka ny fantatra dia samy nahazo masomboly roa kapoaka avy ny tsirairay, tamin’ireo masomboly telo gony nozaraina.Voalaza fa masomboly afafy izay efa ahazoam-bokatra ao anatin’ny telo volana izany. Marihina fa samy nahazo ny anjarany ihany koa ireo avy amin’ny kaominina ambanivohitra ao anatin’ny distrikan’Ambilobe iny tamin’io masombolim-bary ireo.

Boky 569 nozaraina tamin’ireo sekolim-panjakana

Ankoatra izany dia nizara boky miisa 569 ihany koa ny ben’ny tanànan’Ambilobe izay fanampiana avy tamin’ny fikambanana iray Altm avy any Frantsa. Araka ny voalaza dia boky ho an’ny  trano famakiambokin’ny kaominina ireo boky ireo, fa noho ny tsy fananana fotodrafitrasa toy ny "bibliothèque" dia nozaraina tamin’ny Epp Karibo ao Matiakoho, Epp regionale ao Matiakoho ihany ary ny Ceg Aridy Marcellin ireo boky ireo. 

Boky ho an’ny mpianatra manomboka ao amin’ny Cm hatramin’ny kilasy famaranana izany ary isan-karazany, izay ahitana boky kajy, tantara, siansa sy ny maro hafa. Samy naneho ny fankasitrahana tamin’ny ben’ny tanàna ireo nahazo fanampiana ireo ary maromaroa ny tahaka izany.

Mpanjono

News Mada2 partages

Betsaka ny tsy manara-dalàna : tsy mandoa hetra ny 67 % amin’ny tokony handoa hetra

Notsorina ny fomba fandoavan-ketra, araka ny lalàna ao amin’ny tetibola 2018. Koa nitondrana fanazavana tamina mpandraharaha maro izany, omaly, tao amin’ny Antenimieran’ny varotra.

Maznombhoka amin’ity 2018 ity, ny hetra tambatra (impôt synthétique) latsaky ny 100 tapitrisa Ar ary ny TVA mihoatra ny 100 tapitrisa Ar. Noraisina izao fepetra izao hampirisihana ny mpandraharaha rehetra handoa hetra, haka faktiora amin’izay zavatra vidiany. “Tanjona ny hampitomboana ny vola miditra avy amin’ny hetra amin’ity taona ity”, hoy ny tale jeneralin’ny hetra, Razafindrakoto Youri Garisse.

Tsy mandoa hetra ny 67 % amin’ny tokony handoa hetra, raha ny salanisa eto amintsika no jerena. Misy mpandraharaha mampihodina volabe izao, mahita hatrany fomba hialana amin’ny hetra. Efa misy fepetra noraisin’ny fanjakana, ohatra, amin’ny fametrahana ireny “caisse enregistreuse” ireny, saingy mbola misy tsy mampiasa izany. Kely izany ny vola miditra amin’ny fanjakana. Ho an’ny rehetra ny hetra na betsaka na kely ny fidiram-bola ao aminy. An’ny fanjakana foibe ny TVA sy izay avy amin’ny vola miditra rehetra ; an’ny kaominina kosa ny hetran-trano sy tany, sy ny hafa araka ny nofaritan’ny lalàna.

2.181 miliara Ar ny hetra niditra taona 2017, raha ny kajijaky natao, tokony ho tafakatra 2.751 miliara Ar izany amin’ity taona ity. Mbola tokony ho ambony lavitra no ho io raha manara-dalàna avokoa ny Malagasy”, hoy ihany ny tale jeneralin’ny hetra. Ankoatra ny eto Analamanga, hotohizana any amin’ny faritany izany fanentanana izany. Nasian-teny ireo mivarotra amin’ny “internet”. Misy amin’izy ireny ny manara-dalàna, manao fanambarana, misy ny tsy ara-dalàna na “informel”. Raha fintinina izany, mila henjana amin’ny fanaraha-maso ary sorohina ny kolikoly.

R.Mathieu

L'express de Madagascar2 partages

Comme un seul homme

Des décennies durant ils ont parlé pour nous, à notre place ; ils ont parlé de nous, sur nous sans nous avoir écouté. Depuis le temps de l’esclavage, les jeunes de l’Afrique ont été en proie à la dictature des aînés, des colonisateurs et maintenant des politiciens. Années après années, ils nous laissent le lourd fardeau des pillages des ressources, des sagesses et de nos espoirs.C’est ainsi que des mères, des pères, des familles mettent de l’argent de côté pour payer les passeurs qui emporteront leurs jeunes fils vers des cieux qu’ils espèrent meilleurs. Car ils se disent qu’en prenant le risque de sombrer dans la mer, ils auront au moins essayé de toucher une nouvelle vie. Alors que, en restant dans leur pays, ce sera la mort assurée. Pourtant, ces terres qu’un certain président d’une grande puissance a qualifiées de « pays de merde » sont en réalité la source de laquelle les pays développés du monde viennent extraire toutes les richesses.La jeunesse africaine a été abusée, l’est encore. Mais il est aussi temps de se dire que nous n’acceptons plus d’être ces victimes qui ne bougent pas, qui ne parlent pas, qui se taisent et restent à terre. Il est bien temps, mes frères et sœurs, que nous nous levons, que nous brisons nos chaînes et que nous retrouvons la liberté que nous avons laissée nous échapper.« La liberté est choix » (Jean-Paul Sartre). Tel est le choix que le peuple Congolais s’est imposé pour le départ le Kabila. Depuis maintenant une année, Kabila devait quitter le pouvoir. Chose qu’il n’a pas faite et qu’il ne pense pas faire. En décembre dernier, le peuple congolais s’est mis debout pour en finir…même au péril de sa vie. La guerre du dictateur contre son propre peuple se passe actuellement. Des marches pacifiques ont été organisées par les citoyens, les défenseurs des droits humains et l’Église catholique. Mais depuis, les répressions ont été d’une telle violence inouïe au point que les militaires tirent à balles réelles sur la population, même dans les églises, dans les maternités. On compte des dizaines et des dizaines de morts depuis décembre. Les martyres tués depuis l’ère Kabila, notamment ceux des massacres à huis clos du Kasaï, ne se comptent plus.« Celui qui ne bouge pas ne sent pas ses chaînes » (Rosa Luxembourg), le peuple de la République Démocratique du Congo bouge pour se débarrasser de ces boulets qui se maintiennent au pouvoir en usant d’une atroce barbarie. Ce peuple-là est décidé et rien ne l’arrêtera.Ils ont pillé nos terres, nos eaux, nos sous-sols, mais ils ne pourront tarir  notre fraternité sans frontières. Ainsi, d’un seul homme, les jeunes de l’Afrique se tiennent debout, le poing brandit dans le ciel : « Kabila must go ! ». Du Cameroun au Sénégal, de la Gambie au Burkina Faso, du Congo à la Côte d’Ivoire, du Tchad à Madagascar, les mouvements citoyens d’Afrique soutiennent le peuple de ce beau pays qu’est la RDC. Il a maintenant droit à la liberté.« Il n’est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage » disait Périclès. Souhaitons force et courage à ces hommes et ces femmes, à ces jeunes comme ces vieux et enfants qui gagneront, sans nul doute, d’ici peu de temps un avenir sans dictature.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

News Mada1 partages

Voahitsakitsaka tanteraka ny demokrasia : nandefasana miaramila marobe Ravalo ao Ambovombe

 Voahitsakitsaka tanteraka indray ny zon’olombelona  sy ny  demokrasia  eto amintsika.  Nitohy tany Ambovombe Androy  ny barofo sy ny fanakanana ny filoha  teo aloha, Ravalomanana  sy ny Tim.

Tsy afa-bela  fa  tratry ny antsojay hatrany. Nikasa hifampiarahaba  amin’ireo  mpikamban’ny antoko any an-toerana ny  tenany  sy ireo delegasiona  notarihiny,  omaly.  Tokony  ho natao tao amin’ny tranon’ny depiote teo  aloha, Login, izany.  Toerana an’olon-tsotra sy  mitokana  fa  tsy anaty  kianja, saingy  nandefasana mpitandro filaminana maromaro nandrava izany ary namoaka an-dRavalomanana  tao amin’izany  trano  izany. Niharan’ny sakantsakana koa  ny fiara nitondra  ny filoha nasionalin’ny Tim taorian’izany satria tsy  navela  malalaka  handeha fa narahin’ny fiaran’ny  Emmo/Reg.  Noferana  tsy mahazo mivoaka ny fiara koa ny tenany hiarahabana  hiresaka amin’ny vahoaka eny an-dalana.

Voaporofo aloha  izany izao  fa  tsy voahaja ny  demokrasia sy ny fahafahana maneho  hevitra  ary ny fahafahana mivory eto amintsika amin’izao fitondrana HVM  izao.  Hatrany an-tokantranon’olon-tsotra  aza izany izao tsy azo  atao  ny mifampiarahaba sy mifampiresaka  noho ny taona  vaovao  na mifamory amin’izany  faritra manokana an’ny tena  izany.

Hitan’izao tontolo izao sy ny fianakaviambe iraisam-pirenena

Etsy andaniny, miteraka lonilony eo amin’ny maro ny fihetsiky ny mpitandro filaminana mandrava izany. Betsaka ny  asan-dahalo sy ny tsy fandriampahalemana,  indrindra any amin’iny  faritra atsimon’ny Nosy iny.  Tokony hiaro ny  vahoaka  sy  ny fananany izy ireo saingy izao zary lasa  herim-pamoretana izao noho ny  baikon’ny mpitondra.   Vao mainka hanaratsy endrika ny fitondrana avokoa izany  rehetra izany ary  hitan’izao tontolo  izao sy ny fianakaviambe iraisam-pirenena. Tsy misy  demokrasia, manjaka ny  barofo sy ny fanampenam-bava… noho  ny tahotra ?  Tombony ho an’ny Tim sy ny mpanohana azy  koa anefa izany  ary  vao mainka aza hampitombo ny fitiavan’ny olona azy, amin’izao mialoha ny fifidianana  izao.

Tsiahivina fa nihamafy ny sakana sy  ny fanelingelenana  ny  Tim  sy Ravalomanana.  Nanomboka tamin’ny fankalazana  ny faha-15 taon’ny antoko  ny  taona lasa, nokasaina  hatao  tetsy Mahamasina.  Nitohy  tany  Toamasina. Ny antsojay  tao amin’ny hotely iray any Antsiranana. Teo koa  ny fanangonana  olona vitsivitsy nanakana tany  Toliara ny fiandohan’ny taona  teo ary ny tany Taolagnaro sy Ambovombe  Androy izao.

Synèse R.

News Mada1 partages

Évasion a antanimora : Houcine Arfa va remettre des «documents» au Bianco

Comme il fallait s’y attendre, Houcine Arfa a répliqué contre les accusations émises par les ténors du régime à son endroit. L’annonce d’un mandat d’arrêt international lancé à son encontre ne semble pas encore effective vu que celui-ci jouit pour l’heure d’une liberté et peut même s’exprimer librement sur les médias qui le sollicitent. Dernièrement, ce sont les journalistes de RFI qui l’ont contacté et Houcine Arfa a maintenu ses déclarations.

Près d’un mois après son évasion qualifiée de «rocambolesque», Houcine Arfa alimente toujours les conversations. Les dirigeants malgaches, en l’occurrence la ministre de la Justice Elise Alexandrine Rasolo ainsi que le président de la République Hery Rajaonarimampianina, ont été les derniers à répondre aux accusations qu’ils qualifient de «fallacieuses» de celui qui confirme avoir été le numéro 2 du chef d’Etat.

Pour avoir plus de lumière sur cette affaire et recueillir son avis après les déclarations du ministre de la Justice malgache qui nie les accusations et déclare porter plainte, RFI a joint par téléphone l’intéressé. «Monsieur le président Hery, vous ne mesurez plus les conséquences graves des propos de votre entourage. Je n’ai pas peur d’affronter la Justice ; ce n’est pas le cas de votre entourage», a-t-il déclaré, comme le rapporte RFI dans sa parution datant d’hier. Et le même article d’ajouter que Houcine Arfa projette de transmettre sous peu, des documents au Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). Ce dernier a d’ailleurs été saisi par le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) pour ouvrir une enquête. Le fugitif, selon l’article, affirme encore détenir des informations compromettantes dont un enregistrement contre le régime.

Une affaire d’Etat

Autre révélation dans cette histoire, comme le publie l’article, c’est le conflit qui oppose la procureure de la République, Odette Balisama Razamelisoa, au chef de la Brigade criminelle.

Dans  sa déclaration, Houcine Arfa maintient ses accusations. «C’est la procureure qui proposait ses tarifs. Elle n’est pas venue me voir et je ne l’ai pas vue. C’est Ostrom [Ostrom Whens, chef de la Brigade criminelle] qui m’a dit «Si tu veux sortir, ça vaut tant mais je vais négocier avec elle». Au début elle avait demandé beaucoup plus que 30 000 euros. Mais vous savez, pour elle, 30 000 euros c’est pas excessif, à certains elle demande 50 000 euros ! A la fin, Ostrom m’a dit: «Ecoute Houcine, elle en veut 30 !», a-t-il témoigné sur RFI.

La procureure a déjà livré sa version des faits et souligné que, bien qu’elle ait fait l’objet à plusieurs reprises d’une tentative de corruption, elle n’a rien touché dans cette affaire. Pour sa part, le chef de la BC reste silencieux depuis qu’il a été contacté par la rédaction, la semaine dernière, dès que son nom a été cité par la procureure   car il a déclaré qu’il avait un supérieur hiérarchique. Pareillement pour son supérieur hiérarchique, le DGPN qui, joint hier au téléphone, a évité de se prononcer sur l’affaire sur l’affaire.

Dans toute cette histoire, tout reste ainsi parole contre parole et d’ailleurs, les tenants du régime, pour leur défense, se sont à maintes reprises posé la question de savoir si le témoignage d’un détenu pouvait être crédible. L’enquête que mènera le Bianco devra donc démêler le faux du vrai. Pour rappel, jusqu’à aujourd’hui, seules quatre personnes ont été placées en détention préventive après une enquête. Ces personnes sont le médecin-chef de la prison, les deux gardes pénitentiaires et l’infirmier.

Rakoto

Ino Vaovao1 partages

MIARAMILA MISOTRO RONONO : Tsy hanaiky hatramin’ny farany raha tsy mivaly ny fitakiana

Hiampy fidinana an-dalam-be mihitsy izany raha ny tatitra  ka tsy hanaiky lembenana intsony na inona na inona miseho. Raha tsiahivina kely dia tokony ho tamin’ny sabotsy lasa teo izany no efa natomboka saingy tsy mbola nahazo alalana avy tamin’ny “Prefet” an’Antananarivo  ka   niezaka nilefitra. Tsy hijanona intsony araka izany ity fitakiana ity raha tsy mahazo valiny ka  niafara tamin’izao fidinana an-dalam-be izao. Ny tanjona hatreto dia ny hampiakarana ny tambin-karama.  Raha ny vaovao voaray dia milaza ireto farany fa  “diso ambany loatra ny  vola raisina, hany ka tsy mitovy lanja amin’ny grady ananana”. Maro ireo miaramila sy zandary misotro ronono no  mahatsiaro voatsindry sy matiantoka ka niezaka nangataka tamin’ny fitondram- panjakana hatrany. Hatreto anefa dia mbola  tsy hita soritra ny famalian’ireo mpitondra ny fangatahana natao.

Hatomboka eo Anosy ny fidinana an-dalam-be

Nandritra ny fanangonam-baovao voarainay hatrin’ny omaly dia fantatra fa hilahatra sy hifanampy izy ireo  ka hilatsaka an-dalam-be sy hitondra sora-baventy haneho ny alahelo sy ny tsy fahafalian’izy ireo. Izany no natao dia mba hoentina hanairana farany ireo mpitondra satria toa tsy misy mihaino hatreto ny fitarainana. Hatramin’ireo miaramila mbola vao am-perin’asa  aza dia hiezaka hanampy ny hetsika raha ny tatitra voaray ihany. Fikarakarana ny tombontsoan’izy ireo no antony mahatonga ny tsy fanekena ny tsindry hazolena tahaka izao ka  andrasana izay mety ho fivoaran’ny toe-draharaha ankehitriny. 

Nohamafisin’ireto farany moa fa tonga dia mijanona avy hatrany  ny fitokonana raha toa misy mamaly ny hetahetam- pon’izy ireo.   Araka ny fanampim-panazavana  voaray aloha hatreto dia azo antoka tsara ny fitandroana ny filaminam-bahoaka ka tokony tsy hisy hatahorana  ny mety hisian’ny korontana amin’io fotoana io.

Tsy misy ambadika politika velively

Manoloana izay fanaovana fihetsiketsehana izay dia namoaka ny heviny ihany koa ny Lehiben’ny sendikan’ireto miaramila sy zandary mpisotro ronono ireto  fa  tsy misy idiran’ny resaka politika velively ny anton’ny fikarakarana ity fitokonana ity. Marihana mantsy fa maro ireo mpanao politika sy olon-tsotra sasantsasany no mety hihevitra fa hetsika mitondra any amin’ny fikomiana sy mety hampitroatra ny vahoaka ny zavatra mety hitranga. Vokatr’izay dia naverimberiny tamin’ny lahateniny hoe “ Tsy misy idiran’ny mpanao politika velively ity fidinana an-dalam-be ity fa fiarovana ny tombotsoan’ny miaramila misotro ronono”. Nanentana ny vahoakan’ Antananarivo araka izany ny tenany mba samy ho tony ka  tsy ho taitaitra amin’ny fihetsiketsehana izay mitranga mandritry ny tontolo andro.

Misy mampihorohoro  hisambotra sahady ny  lehiben’ny sendika

Ao anatin’ny fikarakarana ity hetsika ity hatrany dia nilaza ny lehiben’ny sendikan’ny miaramila misotro ronono fa “ tsy ho hita eny an-toerana ny tenany amin’io fotoanan’ny fidinana an-dalam-be io”. Ny antony dia nohamafisiny fa efa misy mampihorohoro sy mampi- tahotra amin’ny alalan’ny finday sahady ny tenany fa hisy hisambotra raha toa ka manatanteraka ity fitokonana ity. Avy hatrany dia nandray fepetra izy ireo mba hiarovana ny ainy.  

Na izany aza anefa, hoy izy dia tsy hahasakana ny tolona fa vao mainka hiroso hatrany izy ireo ka  tsy hihemotra intsony. Ny famaliana ny tombontsoa tadiavin’izy ireo hatreto no ilaina raha ny fanazavana voaray farany. Arahina akaiky ankehitriny ny fivoaran’ny raharaha.

Tatianà R.

La Vérité1 partages

Hery Rajaonarimampianina - Un copier-coller pour le 4ème anniversaire de son investiture

Visiblement, dans le but de porter ombrage à l' "Initiative Emergence Madagascar" de Andry Rajoelina, la présidence n'hésite pas à se livrer à un nouveau Copier/Coller, l'énième du genre durant ce mandat.  En effet, l’ex-homme fort du pays présentera ce 26 janvier, son programme « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » à Paris devant une pléiade de représentants de partenaires stratégiques et financiers. 

 

« A l’occasion de la célébration de son investiture  (25 janvier 2014 – 25 janvier 2018), Son excellence Monsieur le Président de la République de Madagascar a le plaisir de vous partager sa vision de  « Fisandratan’i Madagasikara » au Ceremony Building, Palais d’Etat d’Iavoloha, le jeudi 25 janvier 2018 à 17h ». C’est ce qu’on peut lire dans une invitation lancée par la Présidence de la République ces derniers jours.  D’emblée, l’on se demande quelle mouche a bien pu piquer Hery Rajaonarimampianina. La tenue de ce show durant une année électorale laisse également à penser que l’initiative de l’hôte d’Iavoloha n’est pas dénuée de tout arrière pensée. Pour un certain nombre d’observateurs, il donnera un avant-goût de ce qui pourrait être son programme électoral… La cérémonie pourrait donc être considérée comme une propagande avant l’heure. Une campagne qui se tiendra donc dans un lieu aussi symbolique qu’Iavoloha… Ceci étant dit, ce qui est le plus frappant, c’est qu’en quatre ans de mandat, l’idée de fêter son investiture n’a jamais traversé la tête de l’actuel chef de l’Etat. En janvier 2015, 2016 et 2017, aucune solennité de ce genre n’avait été organisée par le locataire d’Iavoloha. Du coup, les observateurs ne peuvent que rapprocher cette initiative avec l’évènement que présidera l’ancien président Andry Rajoelina demain.  Cependant, force est de constater que les gens d’Iavoloha, visiblement en panne d’inspirations, ne se sont pas allés bien loin pour trouver matière à travailler. Ils ont tout simplement repris les codes de l’évènement d’Andry Rajoelina. A remarquer ainsi que "Fisandratan’i Madagasikara " (l'intitulé  du "Show" présidentiel de demain) est la traduction littérale de "Emergence Madagascar"... 

De nombreux autres détails sont également repris par l’équipe d’Iavoloha. D’ailleurs, l’on suppute déjà que le contenu du projet que va développer le chef de l‘Etat ressemblera à s’y méprendre à celui du leader de la révolution Orange. En d’autres termes, il ne s’agirait donc ni plus ni moins que d’un énième copier- coller de la part du Chef de l’Etat qui, il faut le dire, est habitué du fait… Du début à la fin, le pouvoir Rajaonarimampianina perpétuera donc ce genre de pratiques malsaines. Pour rappel, il y a quatre ans Le 25 janvier 2014, lors de son investiture, le Président Hery Rajaonarimampianina nouvellement élu au second tour des présidentielles avait prêté serment  devant le peuple Malagasy.  Une cérémonie ponctuée par un fait marquant. En effet, ce candidat de substitution fraîchement investi de sa fonction, a brillamment prononcé un discours intégralement plagié, celui du Président Français Nicolas Sarkozy...  

A croire que Monsieur Hery Rajaonarimampianina a été induit en erreur par ses proches conseillers qui auraient rédigé ce discours dont chaque mot et virgule ont été le clone parfait de son original, désormais l’opinion publique et nos spectateurs s’accordent à dire unanimement que cet imitateur inégalé mérite le titre de premier Président du «Copier Coller» à la façon de l’émission vedette de la télé réalité de la chaîne Tv Plus Madagascar.  Après avoir été décoré au diplôme «Honoris Causa» par l’Université d’ Abilene Christian - Texas, en mai 2008, l’ancien Président Marc Ravalomanana, n’est plus le seul tenant de ce titre. En effet, son ancien expert comptable de son empire commercial Tiko lui a volé la vedette à Milan le 17 octobre 2017, pour s’attribuer à son tour, le même titre de diplôme Honoris Causa, par l’Université Populaire de Milan - Italie, cette fois-ci.  Pour rappel, l’ancien Président de la Transition Andry Rajoelina, était le premier chef de l’Etat que le Pape François a reçu au Vatican le 26 avril 2013. Toujours aussi fidèle à sa manière de copier son maître, cet ancien Ministre des Finances, Hery Rajaonarimampianina a réussi son pari de «Copier-Coller» sur son prédécesseur Andry Rajoelina qui lui a ouvert par les urnes, la porte du Palais d’Iavoloha et d’Ambohitsorohitra, en se posant, bien sûr pour une photo de famille avec le Pape François.

A.R.

Madaplus.info0 partages

Économie : forte dépréciation de l’Ariary

Le cours de l’Ariary a connu une forte dépréciation par rapport à l’Euro actuellement. La valeur de l’Ariary sur le marché interbancaire de devise ne cesse de diminuer.
Du jamais vu, l’Euro se change à 4 000 Ariary actuellement, tandis que le cours du dollar est à 3 234 Ariary. Cette dépréciation de l’Ariary résulte de l‘insuffisance des devises engrangées dans la Banque Centrale de Madagascar selon les explications. Ces derniers temps, les activités génératrices de devises sont en berne. Le nombre de touristes venant dans le pays a été plombé par la prolifération de l’épidémie pesteuse. Les exportations, notamment celle du litchi n’ont pas été aussi prometteuses. La dévalorisation de l’Ariary provoquera une inflation certains économistes. En effet, nos exportations comme celle du baril de carburant s’achètent en euros. Le prix augmentera au niveau des opérateurs pétroliers et une hausse du prix à la pompe s’en suivra. Le gouvernement ainsi que la Banque Centrale devrait prendre des mesures qui s’imposent pour revaloriser et stabiliser l’Ariary.
Madaplus.info0 partages

Jeux Olympiques d’Hiver en Corée d Sud : deux skieurs représenteront Madagascar

Madagascar enverra une délégation pour participer aux Jeux olympiques d’hiver de 2018. C’est pour la première fois que Madagascar participera à des Jeux olympiques d’Hiver.
La compétition se tiendra en Corée du Sud le 9 au 25 février prochain. Deux skieurs de nationalité malgache honoreront le pays à cette compétition. Ils sont actuellement en France pour s’entrainer. Cette première participation de Madagascar marquera certainement cette compétition de haut niveau selon le nouvel ambassadeur de la Corée du Sud à Madagascar Lim Sang-Woo. Les JO sont tellement mythique puisqu’il y aura la participation des athlètes la Corée du Nord qui qui sera une occasion de réconciliation et de la paix entre les deux Corées. La participation de Madagascar valorisera également la compétition.
Madaplus.info0 partages

Jeux Olympiques d’Hiver en Corée du Sud : deux skieurs représenteront Madagascar

Madagascar enverra une délégation pour participer aux Jeux olympiques d’hiver de 2018, une grande première pour le pays.
La compétition se tiendra en Corée du Sud du 9 au 25 février prochain. Deux skieurs de nationalité malgache honoreront le pays à cette compétition. Ils sont actuellement en France pour s’entrainer. Cette première participation de Madagascar marquera certainement cette compétition de haut niveau selon le nouvel ambassadeur de la Corée du Sud à Madagascar Lim Sang-Woo. Les JO sont tellement mythique puisqu’il y aura la participation des athlètes de la Corée du Nord qui seront présents une occasion de réconciliation et de la paix entre les deux Corées.
Madaplus.info0 partages

Menace d’inondation : la rivière Sisaony en alerte jaune

Après trois jours successifs de pluie, on constate une montée des eaux alarmante de la rivière de Sisaony. Le danger est imminent et cette rivière est placée en alerte jaune.
La crue de la rivière de Sisaony est toujours d’actualité à causes des tonnes d’ordures et de déchets plastiques bouchant l’évacuation des eaux selon l’explication du Directeur Général de l’APIPA Rateloson Philippe. Un avis d’avertissement de danger d’inondation a donc été lancé pour toutes les communes traversées par la rivière. Par contre l’Ikopa et le Canal d’Andriantany n’encourent pas encore le même risque et n’ont pas connu une montée des eaux, cela grâce à l’assainissement de canaux procédé préalablement par l’APIPA.
Madaplus.info0 partages

Calendrier électoral : détermination de la date électorale

Plusieurs partis politiques de l’opposition s’inquiètent de la tenue des élections à venir. Le code électoral constitue leur principal souci.
En effet, la loi qui régit l’élection devrait passer devant les deux chambres au cours d’une session extraordinaire. Cependant, aucune convocation ni date pour la tenue d’une session extraordinaire n’est encore prévue. Rien n’indique une session autre que celle ordinaire en Mai qui va avoir lieu. Selon la CENI, la détermination du calendrier électoral relève entièrement de la décision prise en conseil de gouvernement comme le stipule la Loi. Le conseil de gouvernement sortira un décret de convocation des électeurs 90 jours avant la date butoir proprement dite. Ce Décret sorti permettra de formuler le calendrier électoral comme le dépôt de candidature, les propagandes et tant d’autres selon toujours la CENI. Dans l’attente de cette date, la CENI a formulé une hypothèse selon laquelle le jour de l’élection se tiendrait entre le 24 novembre au 24 décembre 2018.
Madaplus.info0 partages

Menace d’inondation : la rivière Sisaony en alerte

Après trois jours successifs de pluie, on constate une montée des eaux alarmante de la rivière de Sisaony. Le danger est imminent et cette rivière est placée en alerte jaune.
La crue de la rivière de Sisaony est toujours d’actualité à causes des tonnes d’ordures et de déchets plastiques bouchant l’évacuation des eaux selon l’explication du Directeur Général de l’APIPA Rateloson Philippe. Un avis d’avertissement de danger d’inondation a donc été lancé pour toutes les communes traversées par la rivière. Par contre l’Ikopa et le Canal d’Andriantany n’encourent pas encore le même risque et n’ont pas connu une montée des eaux, cela grâce à l’assainissement de canaux procédé préalablement par l’APIPA.
News Mada0 partages

BFV-SG : 20 taona nanakaiky ny mpanjifa

Nankalazaina tany Toamasina ny faha-20 taona ny banky BFV-SG eto Madagasikara. Nilaza ny PDG, Bruno Massez, fa antony nisafidianan’ity tanàna ity ny nisokafan’ny toerana manokana ho an’ny fandraharahana ankoatra ny eto Antananarivo.  Masoivoho vaovao farany nisokatra ho an’ny fandraharahana ny eny Talatamaty.

“Tsapa ankehitriny, fa mamaly ny filàn’ny mpanjifa ny BFV-SG, toy ny fandraisana andraikitra, ny fanekena, ny firaisankina amin’ny asa ary fikarohana hatrany zava-baovao”, hoy ihany izy.

Tao anatin’izay 20 taona izay, nataon’ity banky ity laharam-pahamehana ny fanomezana tolotra sahaza ny sokajina mpanjifa, miainga any amin’ny olon-tsotra, ny mpiasa isam-bolana, ny mpandraharaha eto an-toerana sy any ivelany, ny orinasa madinika sy salantsalany ary ny vaventy, sns. Ho an’ny BFV-SG, tanjona ny fanomezana sehatra azy ireny avy, ahafahany manitatra ny ambahindain’ny fihariany avy.

Dingana manaraka ny hanamafisana ny hanohizana ny mangarahara, ny fanakaikezana ny mpanjifa, fihainoana azy ireny, ny fametrahana fifandraisana maharitra eo amin’ny roa tonta ary ny fanajana ny kalitao. Hohamafisina koa ny fanohanana sy fanomezan-danja ny lafiny kolontsaina malagasy.

Nomarihin’ny PDG koa ny firaisam-pon’ny banky ka nanampy sy nanohana ireo traboina vokatry ny rivodoza Ava amin’ny alalan’ny fanomezana natolotra hotantanin’ny BNGRC.

Njaka A.

News Mada0 partages

“RDJ Mozika 2017”: nitombo ireo sokajy isafidianan’ny mpankafy

“Mozika EDM », “Come back de l’année”, “Mozika buzz”… Ampahany amin’ireo sokajy vaovao hifaninanan’ireo mpanakanto voafantina mandritra ny “RDJ Mozika 2017”  ireo.

22 be izao. Manan-tsafidy tsara ireo mpankafy mozika, hifidy izay mpanakanto heveriny fa mendrika ka tokony ankasitrahana tamin’iny taona lasa iny. Mivelatra bebe kokoa ny “RDJ mozika” 2017, raha ny fampahafantarana nataon’ny mpikarakara omaly, teny amin’ny Kianjan’ny Kanto Mahamasina.“Araka ny anaran’ny hetsika, hira nandeha tao amin’ny onjampeo RDJ no niaingana isan-tsokajy. Anjaran’ny mpankafy no misafidy izay mendrika amin’ireo voafidy ireo”, hoy ny nambaran’ny tale jeneralin’ny RDJ, Rasolojaona Tahiana.Maro ireo mpanakanto efa nanamarika ireo andiany teo aloha no mbola tafiditra ihany amin’ity. Tsy vitsy koa ireo mifaninana anaty sokajy maromaro amin’ity. Mpanakanto tanora sy vao misondrotra ny ankamaroany, na dia misy ihany aza ireo efa zokiny ao.Lanonana miavakaToy ny fanao isan-taona hatrany, lanonana miavaka sy mihaja ny fampahafantarana ireo voalohany isan-tsokajy. Hotontosaina ny 3 febroary izao izany, eny amin’ny CCI Ivato. Hasaina eny avokoa ireo mpanakanto voafantina, satria amin’io fotoana io mihitsy vao ho fantatra izay hahazo ny fankasitrahana.Na nitombo aza ny isan’ireo sokajy ifaninanana, anisan’ny andrasan’ny maro izay ho “mpanakanton’ny taona 2017”, amin’ity. Manan-tsafidy amin’ny iray amin’i Denise, Wawa, Stéphanie, Shyn, Rak Roots ary Elidiot ireo mpankafy.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Ampinga : hampiakarina ny lentan’ny kabary

Manomboka androany sy amin’ny 27 janoary ary ny 28 janoary ny fampianarana kabary atolotry ny fikambanana Ampinga. Miparitaka amin’ny toeram-pampiofanana efatra izany : eny Ampefiloha, Alarobia, Imerinafovoany ary eny Ambohimangakely. Andiany faharoa amin’ireo mpiofana mandritra ny taona 2017-2018 izany raha toa ka efa niditra ny volana novambra ireo mpianatra amin’ny andiany voalohany.

Tato anatin’ny taona maromaro izay, miroborobo tokoa ny fampianarana kabary, indrindra eto an-dRenivohitra. Azo lazaina ho mifanaraka amin’ny filàna ihany koa izany, indrindra moa eo amin’ny kabary am-panambadiana. Noho izay filàna izay, toa lasa fitadiavam-bola mihitsy ny fikabariana.

Hatreo, tsy misy olana loatra fa ny tsy tokony hadinoina, adidy eo amin’ny mpiara-monina aloha ny fikabariana, araka ny nambaran’i Manampisoatoavina Lalaina, filohan’ny fikambanana Ampinga. Ny hamerina io lentan’ny kabary io indrindra no ho vaindohan-draharahan’izy ireo, mandritra ity taona vaovao ity.

Mikasika ny kabary am-panambadiana ihany, tokony tsy hisy intsony ny « ady » na ny fifampiderana talenta ranofotsiny eo amin’ny mpikabary andaniny sy ankilany, araka ny voalazan’ity mpikabary ity hatrany.

Noho izany, ho an’ny fikambanana Ampinga manokana, anisan’ny hiompanan’ny fampiofanana ny fahaiza-mifidy ny teny avoaka ny vava mba ho teny ifanomezam-boninahitra eo amin’ny samy mpanotrona fa tsy ho teny anehoana fahaizana fotsiny. Miara-dalana hatrany amin’ny fampianarana kabary ny fampahafantarana ny mpiofana ireo soatoavaina malagasy.

Vinan’ny fikambanana ny hanitatra ny toeram-pampianarana amin’ny faritra roa ankoatra ireo efatra efa misy azy ireo, eto an-dRenivohitra sy ny manodidina.

Landy R.

News Mada0 partages

CFM : miisa 52 ny fangatahana famotsoran-keloka

« Hatramin’izao, misy ireo olona nametraka antontan-taratasy tato amin’ny Filankevitry ny fampihavanana malagasy (FFM), ary mbola tsy vita ny famoahana didy eo amin’ny fitsarana tampony. Miisa 52 ireo antontan-taratasy, ary mbola any amin’izao fotoana izao. »

Izay ny fanazavan’ny filohan’ny Komitin’ny fampihavanana malagasy (CFM), Maka Alphonse, teny Ampefiloha, omaly, momba ny fangatahana famotsoran-keloka ao anatin’ny  fampihavanam-pirenena.

Mifamadika ny andraikitra amin’ny lalàna vaovao momba ny fampihavanam-pirenena. Apetraka eny amin’ny CFM ny antontan-taratasy fangatahana famotsoran-keloka, alefa hojeren’ny vaomiera manokana mahaleo tena misahana ny famotsoran-keloka ao amin’ny fitsarana tampony izany.

Manome ny heviny ny eo anivon’ny fitsarana tampony amin’izany ary alefany any amin’ny CFM, izay manome na tsia ny famotsoran-keloka. Mbola tsy mijoro ny vaomiera manokana mahaleo tena misahana ny famotsoran-keloka eny anivon’ny fitsarana tampony. Izay no  tsy mbola hisian’ny famotsoran-keloka amin’izao.

Tokony ho ao anatin’ny fahatoniana ny fifidianana

« Mino sy manantena izahay fa tsy hisy izany korontana amin’ny fifidianana izany », hoy izy manoloana ny fanahiana ny mety hisian’ny korontana mialoha na mandritra na aorian’ny fifidianana. Miankina amin’ny tompondrakaitra sy ny mpanao politika ary ny olom-pirenena tsirairay izany. Asakasakan’izay hamboly korontana eto: hotsarain’ny tantara.

« Ho hitantsika eto izay olona hamboly korontana eto, ka hiteraka voka-dratsy ho an’ny firenena », hoy ihany izy. Hiezaka hanao izay hifanatonana sy hifampiresahana ry zareo mba hisian’ny fifampidinihana eo amin’ny samy Malagasy, ny antoko politika, ny mpifaninana amin’ny fifidianana. « Mba ao anatin’ny fahatoniana no hiatrehantsika ny fifidianana », hoy ny faniriany.

R. Nd.

News Mada0 partages

Opération de recensement : la Ceni reste optimiste

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) poursuit les opérations de recensement.

A moins de dix jours avant la clôture provisoire de la liste électorale, l’organe a compté 9.535.653 électeurs inscrits dans la liste électorale, une augmentation de 312.735 électeurs a été constatée, soit près de 3,4%. Les chiffres ne sont pas encore suffisants si l’objectif à atteindre est de dix millions d’électeurs. Néanmoins, la Ceni entend poursuivre les opérations de sensibilisations. «Nous constatons malheureusement que les citoyens manquent réellement de volonté, d’autant que les textes en vigueur ne les y obligent en aucune façon», a indiqué une source auprès de la Ceni, jointe au téléphone hier. Et elle d’ajouter que «tant que les citoyens n’y vont pas de leur gré, il n’y a rien à faire».

Dans tous les cas, bien que la liste soit clôturée à la fin du mois, le nombre d’électeurs peut encore augmenter jusqu’au 15 avril, date de clôture définitive. Après le 31 janvier, la Ceni recueillera diverses doléances qui seront prises en compte jusqu’à la clôture définitive. La Ceni maintient ainsi les dispositions déjà prises en matière de sensibilisation, no-tamment l’ouverture des bureaux de fokontany les weekends jusqu’à la fin du mois.

Toujours dans le cadre des préparatifs électoraux, le Code électoral est à la traîne. Jusqu’ici, les parlementaires n’ont toujours pas été convoqués en session extraordinaire pour discuter de ce texte même si cette session aurait dû se tenir depuis plusieurs jours déjà. Certains acteurs estiment pourtant que les textes devraient être adoptés rapidement pour faciliter l’application de leurs dispositions.

T.N

News Mada0 partages

Fenoarivo Atsinanana : trano miisa 36 indray kilan’ny afo

Nijoalajoala ny afo tao Andongozabe, kaominina ambanivohitra Ambanja Sahalava, distrikan’i Fenoarivo Atsinanana, ny faran’ny herinandro teo. Trano miisa 36 tafo indray kilan’ny afo ka olona miisa 90 tsy manan-kialofana. Niainga avy ao amin’ny lakozian’ny tokantrano iray ny afo noho ny tandrevaka nataon’ny tompon-trano ka tsy voafehy intsony ny afo taorian’izay, araka ny fampitam-baovao voaray. Vita amin’ny falafa avokoa ny ankamaroan’ireo trano levon’ny afo ireo. Mitentina 150 tapitrisa Ar ny tetimbidin’ny entana sy trano may. Tonga teny an-toerana nanao fanadihadiana ny zandary avy ao amin’ny poste fixe ao Ampasimbe.

Trano miisa 22 koa indray may tao Ampangadiampasika, kaominina Vohitranivona, distrikan’i Brickaville, ny zoma teo. Trano miisa 22 no indray may. An-kasomparana no nahatonga ny loza satria niniana nodorana avy any ivelany ireo trano ka niitatra tamin’ireo teo amin’ny manodidina, raha ny fanazavana voaray avy any an-toerana. Tsy fantatra kosa izay tompon’antoka tamin’ity fandoroana trano ity. Olona iray naratra raha 26 kosa ireo tsy manan-kialofana. Mitentina 60 tapitrisa Ar ny tentimbidin’ny entana may. Mitohy ny famotoran’ny zandary.

J.C

News Mada0 partages

Analakely : ravan’ny polisy ireo andian-jatovo mpamaky fiara

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany voalohany Analakely, ny alahady teo ireo andian-jatovo mpamaky fiara eo Analakely. Tontakely efatra no tratra voalohany taorian’ny fanenjehan’ny polisy. Araka ny fanazavan’ny polisy, tsy vao izao izy ireo no fantatra fa miaraka manao izao asa ratsy izao fa efa an-taonany maro. Mitarika ireto andian-jatovo mpamaky fiara ireto i Beloha. Saron’ny polisy koa ny jiolahy iray mpiray tsikombakomba amin’ireto andian-jatovo ireto satria mpanafina ny entana avy nangalarin’izy ireo. Nambaran’ny polisy fa naharay fitarainana momba ny fahavakisana fiara nipetraka teo Analakely izy ireo ny alin’ny alarobia teo. Mitentina 2 tapitrisa Ar ny tentimbidin’ny entana very tao anatin’io fiara io. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy, i Beloha sy ny namany no nanao ity halatra ity. Niroso tamin’ny fikarohana ireto jiolahy ireto ny polisy ka tratra teo Analakely ihany ny efa-dahy. Nilaza ry zalahy nandritra ny famotoran’ny polisy fa efa namidin’izy ireo eny Isotry  ny tablette iray izay isan’ireo entana very tao anatin’io fiara io. Nanonona anaran’olona iray mpivarotra niray tsikombakomba tamin’izy ireo ry zalahy nandritra ny famotorana. Izy no voalaza fa nitazona ilay sakaosy nisy ireo entana very tao amin’ilay fiara ary voasambotra ihany koa ity farany.

Jean Claude

News Mada0 partages

Ankiliabo : mpanjono makamba 13 lasan’ny rano

 Mbola tsy hita ny fito tamin’ireo olona 13 mpanjono makamba lasan’ny rano tao Ankiliabo, distrikan’i Manja ny herinandro teo. Niakatra tampoka ny reniranon’i Mangoky ka nitarika ny loza…

 Nitrangana loza mahatsiravina namoizana ain’olona tao amin’ny nosy kely iray ao amin’ny reniranon’i Mangoky ao Ankiliabo, distrikan’i Manja, ny herinandro teo. Olona miisa 13 nanjono makamba tao amin’ny nosy kely iray ao amin’ny fokontany Ankatsakataka, 30 km miala an’Ankiliabo. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, nirotsaka hatrany ny orana tany an-toerana ka niakatra ny reniranon’i Mangoky. Misy nosy kely fakan’ny olona makamba anefa ao amin’ity renirano ity. Rehefa miakatra ny rano dia tsy hita io nosy kely io fa rehefa midina kosa ny rano dia tazana tsara ity nosy kely ity. Nanararaotra ny fidinan’ny rano anefa ireo mpanjono ka lasa nanjono makamba teo amin’ilay nosy kely. Niakatra tampoka anefa ny rano tamin’ny fotoana nanjonoan’ireo mpanjono ka nofaohin’ny rano ireo mpaka makamba ary difotra niaraka tamin’izany koa ilay nosy kely fakana makamba. Vokany, lasan’ny rano ireo olona mpanjono miisa 13 nanjono tao amin’ilay nosy kely.

Niezaka samy nanavotra ny ainy ihany ireo mpanjono, saingy tsy afa-nanoatra intsony noho ny fiakaran’ny rano ka tsy hita popoka taorian’izay. Niezaka nifanome tanana tamin’ny fikarohana ny razana ny mponina ka efa hita ny enina raha mbola tsy hita kosa ny ambiny. Mitohy kosa ny fikarohana ny fatin’ireo mpanjono mbola taraiky ao amin’ny reniranon’i Mangoky.

J.C

News Mada0 partages

Anosizato : jiolahy tratra nanendaka tanaty fiara

 Niharan’ny fitsaram-bahoaka ny jiolahy raindahiny iray tratra nanendaka tao anaty fiara teny Anosizato Atsinanana, omaly. nitondra sabatra izy ka nikasa hanindrona renim-pianakaviana iray tao anaty fiara rehefa avy nisintona ny poketrany. Nahita izany ireo olona teny an-toerana ka nanenjika avy hatrany. Nentin-katezerana ny olona ka samy nitsaingoka namely ity jiolahy ity ary saika matin’ny fitsaram-bahoaka izy raha tonga haingana ny polisy naka azy teny an-toerana.

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahenina eny Ambohimanarina koa ny jiolahy iray nangalatra “auto radio” tao anatina fiara Sprinter iray teny Andranomena, ny faran’ny herinandro teo. Araka ny fanazavan’ny polisy, nipetraka teo akaikin’ny fiangonana loterana Andranomena ilay fiara ka hitan’ilay jiolahy. Tsy nihidy ilay fiara ka nanatonany ary nalainy ny “auto radio”-n’ny fiara. Tsikaritry ny tompon’ity fiara izay nilalao baolina teo akaiky teo ihany anefa ilay jiolahy nitsofoka tao anaty fiarany. Niantso polisy avy hatrany izy ka raikitra ny fifanenjehana ilay jiolahy. Noraisim-potsiny izy taorian’izay. Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny famotoran’ny polisy.

J.C

News Mada0 partages

Adina mpivady sinoa…: nipoaka ny basy tetsy amin’ny Suprême Center

 Asa, inona loatra no fototry ny ady nampifandramatra ireto mpivady sinoa, tetsy amin’ny Supreme Center, Behoririka, omaly, fa niafara tamin’ny poa-basy nampisahotaka ny maro izany.

Hatairana ny an’ireo mpivarotra sy mpiantsena tao amin’ny suprême center Behoririka, omaly maraina tamin’ny 9  ora, raha nandre poa-basy nirefotra tao amin’ity toeram-pivarotana ity. Tsy fantatra mazava ny toerana niaingan’ilay poa-basy fa ny basy efa nirefotra nanako tao an-trano fotsiny no nahataitra ireo mpivarotra sy mpiantsena. Raikitra ny fifanjevoana ka samy nikoropaka nivoaka teny ivelan’ity toeram-pivarotana ity ny ankamaroan’ireo  mpivarotra. Nisy kosa nanidy tsena haingana satria nihevitra fa hoe misy andian-jiolahy tonga manao fanafihana ao amin’ilay toeram-pivarotana. Samy nifampihainohaino teo ivelan’ny toeram-pivarotana ireo mpivarotra. Vetivety taorian’izay, vory lanona marobe ireo mpivarotra sy olona samy nifanontany ny zava-nitranga tao an-toerana. Fifanjevoana tsy nisy toy izany teo amin’ireo olona marobe tsy nanampo na inona na inona taorian’ny fahenoana ilay poa-basy. Araka ny fanazavan’ny sasany tamin’ireo mpiasa ao amin’ny suprême center nahita ny zava-nitranga tao an-toerana, misy sinoa mpivady niady tao amin’ity toeram-pivarotana ity ka nanapoaka basy ilay sinoa lahy. Manana botika ao amin’ity toeram-pivarotana lehibe ity izy mivady ireto, saingy tsy fantatra mazava izay zava-nitranga fa hoe niady izy mivady ka niafara tamin’ny poa-basy.

Nifanilika ny polisy…

Fotoana fohy taorian’izay, tonga teny an-toerana ny hery vonjitaitran’ny polisim-pirenena, nampian’ny avy ao amin’ny kaomisaria boriborintany fahatelo ary ny polisy misahana ny heloka bevava nanao fanadihadiana ny zava-nitranga tao an-toerana. Navoaka avokoa ny mpivarotra sy ireo olona nifamezivezy tao amin’ny suprême center. Tsy nahazoam-baovao marim-pototra raha nanontaniana nikasika ity fahenoana poa-basy tao amin’ity toeram-pivarotana ity ny teo anivon’ny polisim-pirenena. Nanontaniana ireo polisy avy ao amin’ny kaomisaria boriborintany fahatelo dia nanilika andraikitra hoe any amin’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) ny vaovao rehetra momba ity zava-nitranga tao amin’ny suprême center ity. Nanontaniana indray teo anivon’ny polisin’ny BC, tsy nety niteny ary nanililka andraikitra tany amin’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahatelo Antaninandro fa hoe any amin’izy ireo ny vaovao momba izany. Inona ny tena marina amin’ity raharaha ity? Misy zavatra afenimpenina?

Inona ny zava-nitranga raha niantefa tany amin’ny mpivarotra na mpiantsena ny balan’ireto sinoa mpivady niady ireto? Toerana ifamezivezen’olona marobe rahateo ny ao amin’ity toeram-pivarotana ity. Soa ihany fa tsy nisy ny olona niantefan’ny bala fa raha tsy izany zava-doza no nitranga. Ara-dalàna ny fahazoan-dalana mitondra fitaovam-piadiana teo amin’ireo sinoa ireo? Andrasana, araka izany, ny tohin’ny fanadihadiana momba ity raharaha ity.

Randria

News Mada0 partages

Fanamboaran-dalana eny Ankorondrano : nampikaikaika ny rehetra ny fitohanan’ny fifamoivoizana

Tsy toy ny hatramin’izay! Nanomboka, ny talata teo, ny asa fanamboaran-dalana eny Ankorondrano, mitohy hatreny Alarobia. Tapaka tanteraka ny ilany ampitan’ny orinasa Henri Fraise hatreny anoloan’ny fiangonana Jesosy Mamonjy. Ny tapany andrefana ihany sisa ny azon’ny fiara ifamezivezena. Ny nahavariana, niteraka voka-dratsy eo amin’ny fifamoivoizana eto an-dRenivohitra manontolo ity fanamboaran-dalana ity. Nahery vaika ny fitohanan’ny fifamoivoizana, miainga any Analamahitsy (avaratra), ny any Ambohimanarina (andrefana) mitohy hatrany Alarobia (avaratra), ny any 67 ha, Antanimena, Behoririka, Andravoahangy, Mascar, Anjanahary. Toraka izany koa ny avy any Analakely hihazo an’Antanimena.

Velon-taraina avokoa ny olona samihafa. Tara fidirana ny mpiasa sy ny mpianatra hamonjy fotoana. Nilaza ny lehilahy iray, R. Tolotra, fa “niainga tany Analamahitsy aho tamin’ny 7 ora sy sasany maraina, hanenjika fotoana eny amin’ny fitsarana Anosy tamin’ny 9 ora, saingy  tamin’ny 11 ora vao tonga tany an-toerana”. Nitsotra ny mpamily taxi-be 186 iray fa  “tsy mahavita afa-tsy indroa mihodina sisa izahay ao anatin’ny iray andro tontolo, raha tokony hahavita inefatra na indimy. Very 50% ny vola miditra aminay”.

Atao asa tanana

Hita fa orinasa madinika ny manarina ny lalana eto an-dRenivohitra. Tsy misy tsininy izany satria manome vahana sy tombondahiny kely ny orinasa madinika sy salantsalany eto                        an-toerana. Saingy, mahavariana fa fitaovana tsotra sy asa tanana ny tena ampiasaina, ary azo antoka fa ho vao mainka hitarazoka ny asa. Vonjy taitra sy maika ny asa amin’izao fotoam-pahavaratra izao. Sanatria tsy ho vonjy tavanandro ka handany ny volam-bahoaka fotsiny ny hanaovana ireny asa ireny, satria maro ireo efa “notampintampenana maika” (toy ny mahazatra) nefa simban’ny orana nisesy teo sahady. Ny fatiantoka toekarena sy sosialy ateraky ny fitohanan’ny fifamoivoizana anefa tsy honeran’ny fanjakana velively. Raha maika sy laharam-pahamehana tokoa ny asa, tsy tokony amin’ny alina ve ny fotoana sahaza hanaovana ny asa? Tsy fahita eto amintsika loatra izany.

Randria

News Mada0 partages

Tratry ny tsindry ny Jirama : tsy maintsy miverina, anio, ny jiro eto Toamasina

Nitarazoka ny asa! Tsy araka ny fampanantenan’ny tompon’andraikitry ny Jirama ny  famerenana amin’ny laoniny ny herinaratra eto Toamasina. Hanamarinana izany, tsy tafaverina araka ny tokony ho izy ny famatsian-jiro, mampitaraina ny mpanjifa. Nampiaka-peo araka izany, ny filoham-pirenena, ny zoma 19 janoary teo, fony izy nandalo taty an-toerana, nanome baiko ampahibemaso fa tsy maintsy miverina ny herinaratra ny alarobia 24 janoary (anio).

Nasiny teny koa mikasika ny resabe mandeha fa misy olona maka vola 5.000 Ar isan-tokantrano. Miparitaka any anaty tambajotra sosialy rahateo io feo io, lazaina fa ny lehiben’ny faritra ny maniraka ireny olona ireny.

Andrin-jiro 700

Nihaona tamin’ny mpanao gazety, araka izany, ny alatsinainy teo,  ny lehiben’ny faritra, Talata Michel, ny tale lefitry (DGA) ny Jirama , Randriamanana Henri ary ny talem-paritra (efa handao tsy ho ela ny toerany). Nilaza ny DGA fa “tsy maintsy tratrarina ny fanambin’ny filoha. Miisa 700 ny andrin-jiro tonga eto Toamasina hanoloana ireo simba sy lo”. Nomarihiny fa nahatonga ny fahatapahan’ny herinjiro nandritra ny fandalovan’ny filoha tao amin’ny hotely Calypso, ny zoma teo, ny tsy fifankazahoana teo amin’ny samy teknisianina.

Naneho ny hatezerany ny lehiben’ny faritra ka hitory izay olona nanely ilay tsaho tanaty tambajotra sosialy. Nanangana ady tamin’ny mpanao gazety kosa ny talem-paritry ny Jirama, handao ny toerany.

Sajo

News Mada0 partages

Eny amin’ny lycée : hampiharina ny taona 2020-2021 ny fandaharam-pianarana vaovao

“Hampiharina manomboka amin’ny taom-pianarana 2020-2021 ny fandaharam-pianarana vaovao ho an’ny ambaratonga fahatelo eny amin’ny lycée ho an’ny kilasy 2nde ka hatramin’ny kilasy famaranana”, hoy ny talen’ny sekoly ambony manofana ho mpampianatra (ENS), Ramanambelina Henriette, omaly, teny Ampefiloha. Hosantarina amin’ny fanavaozana ny fandaharam-pianarana ho an’ny kilasy seconde ny asa amin’ity taona ity. Mitohy ho an’ny kilasy 1ère ny taona hoavy ary hofaranana amin’ny kilasy famaranana ny taona 2020. Vonona ny fandaharam-pianarana nohavaozina ny taona 2020-2021 ary manomboka eo koa ny tsy fampiharana intsony ny sokajy A-C-D amin’ny fanadinana bakalorea. Hoferana ho L (littéraire) sy S (scientifique) ary miampy ny série économie et science sociale (SES) ny sokajy azon’ny mpiadina hisafidianana. Tsy vitsy ny sekoly tsy miankina efa ahitana ny SES eto amintsika fa mbola tsy ampiharina amin’ny sekolim-panjakana izany, araka ny fanazavany ihany. Tokony hofoanana mihitsy ny sokajy A2 ary soloina ity SES ity satria manalasala ny sokajy A2. Matetika tsy mahita izay lalam-piofanana tena mety aminy ny mpiadina manana io mari-pahaizana io aorian’ny bakalorea.

Nisy ny andrana natao tamin’ny taona 2008

Hanao tantsoroka ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena amin’ny famolavolana ny fandaharam-pianarana isaky ny taranja ny teknisianina avy eny amin’ny sekoly ambony fanofanana ho mpampianatra. Hahitsy ny taloha ary hapetraka koa ny fanovana mba hifanaraka amin’ny tsenan’ny asa sy ny fivoarana manaraka ny vanim-potoana misy ankehitriny. Nisy ny andrana efa natao amin’ny fanavaozana ny fandaharam-pianarana ny taona 2008-2009  fa ravan’ny krizy nitranga teto amintsika.

Nanao sonia fiaraha-miasa ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena sy ny talen’ny ENS, omaly, hamaritana ny anjara andraikitry ny roa tonta ho an’ny efa-taona manaraka momba ny fanavaozana ny fandaharam-pianarana eny amin’ny lycée. Satria mampianatra eny amin’ny CEG sy ny lycée ny olona mivoaka avy eny amin’ny ENS, hisy koa ny fanovana miandalana ny fahalalana atolotra ny mpianatra miofana ho mpampianatra hifanaraka amin’ny fandaharam-pianarana vaovao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Herisetra any an-tsekoly : mpianatra feno mangana nokapihin’ny mpampianatra

Mpianatra iray 6 taona mianatra amina sekoly tsy miankina iray ao anatin’ny Cisco Toamasina II no niharan’ny herisetran’ny mpampianatra azy araka ny loharanom-baovao avy amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena.  Feno mangana ny fen’ilay zaza. Teo am-panasana azy no nahitan-dreniny ny nanjo an-janany io.

Nandefa iraka nanadihady ny eo anivon’ny Dren Atsinanana, vantany vao naheno ny fisian’io tranga io. Fantatra tamin’izany fa tsy manana fahazoan-dalana hisokatra akory io sekoly ianaran’ilay zaza io. Roa monja ny mpampianatra miasa ao.

Manohy ny famotorana ary efa miomana ny amin’ny fandraisana fepetra hentitra ny eo anivon’ny Dren Atsinanana satria voarara ny fikasihan-tanana ny mpianatra any an-tsekoly.

Mitamberina an-tsain’ny mpanara-baovao ny famonoana mpianatra nitranga tamina sekoly iray tetsy Anjanahary, tamin’ny taon-dasa. Niteraka resabe iny ary izao mbola misy mpampianatra sahy mikasi-tanana mpianatra izao indray.

Raha ny hevitry ny ray aman-dreny, betsaka ireo tsy mankasitraka ny fikasihan-tanana ny zanany na ho inona fahadisoana na ho inona tsy fahaizan’ilay ankizy any am-pianarana. Azo sokajiana ho herisetra ara-tsaina indrindra koa anefa ny levilevy sy ny latsalatsa ataon’ny mpampianatra ny mpianatra ary vao maika aza manimba ny sain’ny mpianatra izy ireny.

Misy ny ankizy tsy te hiverina an-tsekoly intsony rehefa tratran’ny fandrahonana ataon’ny mpampianatra azy na ny fanalam-baraka imason’ny iray kilasy amin’ny naoty ratsy na ny ditran-jaza any am-pianarana.

Tatiana A

News Mada0 partages

Braquage de voitures : quatre mineurs arrêtés

Les éléments du commissariat de la sécurité publique du 1er arrondissement ont mis la main sur les quatre mineurs qui braquaient les voitures au parking d’Analakely. Un jeune de 20 ans, qui était leur complice, a également fait l’objet d’une arrestation.

Il n’y a plus d’âge pour les bandits. Ces derniers temps, le nombre de mineurs arrêtés dans les actes de banditisme est en augmentation, d’après le constat relevé au niveau des forces de l’ordre. En fait, 4 mineurs suspectés de braquage de voitures à Analakely et ses environs ont été interpellés par les éléments de la police du 1er arrondissement, dimanche dernier.

Le plus jeune est Zo, âgé de 12 ans, tandis que Tahiana, 17 ans, est le plus âgé. Les autres sont Beloha (13 ans) et Tsoutsou (14 ans). Avec Beloha à la tête de la bande, ils sont les auteurs des braquages des voitures qui stationnent dans les rues d’Analakely.

Jeudi dernier, le propriétaire d’une voiture qui stationnait devant la Gastronomie Pizza Analakely a signalé à la police que son véhicule a été braqué durant la nuit et que les voleurs ont pris un sac contenant des objets de valeur, estimés à 2 millions d’ariary. À la suite des investigations des policiers, Beloha et sa bande ont été interpellés près d’une librairie d’Analakely. Après enquête, ils ont reconnu les accusations dont ils ont fait l’objet. D’ailleurs, ils ont dénoncé leur complice dans le braquage, un certain Rahovalahy, propriétaire d’un bar dans les environs. Celui-ci a également été arrêté.

D’après les explications des jeunes délinquants, les objets volés dont une tablette ont déjà été vendus à Isotry.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Androy : deux dahalo tués, un autre capturé

Les dahalo frappent en nombre dans le district de Manakara. Une stratégie qu’ils utilisent depuis le début de l’année pour parfaire leurs actes. En fait, une quarantaine de bahalo armés de plusieurs fusils de chasse avec des armes blanches à l’appui ont attaqué Vohimanga, une commune située dans le district de Bekily dimanche dernier, peu après minuit. Les bandits se sont emparés de 83 zébus de la localité. Les villageois ont remarqué que les traces des voleurs de zébus se dirigeaient vers Soalala, district Betroka. Une poursuite engagée par les gendarmes, en compagnie des hommes du village et avec l’aide des éléments de la brigade de Beraketa, a abouti par un affrontement à Soalala, vers 3 heures. La fusillade entre les deux parties a fini par la mort de deux bandits et la capture d’un autre. Les autres fuyards ont pu échapper à leur arrestation. Les zébus ont été récupérés dans leur totalité.

ATs.

 

News Mada0 partages

Toamasina II : une école irrégulière démasquée

D’une pierre deux coups. La descente inopinée effectuée par les responsables au niveau de la Direction régionale de l’Education nationale (Dren) Atsinanana dans une école privée dans la Circonscription scolaire (Cisco) de Toamasina II, suite à une plainte pour une violence physique à l’encontre d’un de ses élèves, a également permis de démasquer les irrespects des lois dans cet établissement. La mère de la victime âgée de 6 ans a saisi les responsables compétents, après avoir fait la découverte des traces de coups sur le corps de son enfant lorsqu’elle lui a fait prendre son bain. C’est à ce moment-là que ce dernier a confié qu’il a maintes fois été victime d’agression physique par son enseignant, qui n’est autre que la directrice de l’établissement.

Ayant voulu mener des enquêtes sur cette plainte, le chef de la Zone d’administration pédagogique (Zap) locale a pu constater les gabegies perpétrées dans cette école. Dans la foulée, l’établissement exerce ses activités dans l’illégalité dans la mesure où il n’a pas d’autorisation d’ouverture. Pire, les deux enseignants qui assurent les cours aux six élèves qui y sont scolarisés, dont deux au niveau préscolaire et quatre en primaire, ne disposent pas d’autorisation d’enseigner. Ce, sans parler de l’infrastructure qui est loin de répondre aux normes requises. Face à de telles flagrantes irrégularités, la Dren Atsinanana va appliquer les mesures de fermeture.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Boeny : début du reboisement à Mahajanga

La campagne de reboisement a débuté officiellement dans la région Boeny. Les autorités locales l’ont inauguré à la station forestière de Marohogo, dans la commune rurale de Belobaka, vendredi.

La région Boeny a redoublé d’efforts en couvrant une superficie de 20 hectares pour débuter la campagne. La Direction régionale de l’environnement et des eaux et forêts a  dirigé les actions des 1.390 participants sur les 5 parcelles à reboiser. La participation de toutes les entités ayant été sollicitée dans ces actions civiques, le chef de région, Saïd Ahamad Jaffar, a lancé des sensibilisations à l’endroit des citoyens de s’adonner au reboisement avec application. La station forestière de Marohogo deviendra désormais le site de reboisement officiel de la région Boeny, a déclaré le directeur régional de l’Environnement et des eaux et forêts. Il a aussi été révélé qu’une nouvelle couverture forestière de 3 millions d’hectares est prévue par le ministère à raison de 4.000 hectares par an.

Manou

News Mada0 partages

20 ans de la BFV : célébration à Toamasina

Présente à Madagascar depuis novembre 1998, BFV SG célèbre ses 20 ans. La célébration a été faite dans la ville de Toamasina le 17 janvier dernier.

«Le choix de Toamasina s’est imposé naturellement pour la célébration de ce jubilé», affirme Bruno Massez, président directeur général (PDG) de BFV-Société Générale à Madagascar. Celui-ci a également souligné l’esprit engagé de l’entreprise, en apportant son soutien auprès des sinistrés du cyclone Ava, par le biais d’une contribution au Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). En effet, la ville de Toamasina a accueilli les premiers espaces dédiés aux entreprises et clientèle bonne gamme et patrimoniaux hors de la capitale.

Par ailleurs, une nouvelle campagne de communication est lancée par la banque, cette année, pour renforcer ses engagements envers ses clients. Le but étant d’offrir une assistance rapprochée pour tout type de clientèle, tout en l’aidant à développer ses activités. Et pour démontrer son engagement auprès de la société malgache, la banque s’est investie  personnellement dans des activités culturelles visant à développer la culture malgache.

R.R.

News Mada0 partages

Fiscalité : réformes du seuil de l’IS et de la TVA

De nouvelles dispositions fiscales sont effectives depuis le début de l’année. Ce changement entre dans le cadre de la politique de l’administration fiscale, celle d’améliorer l’entrée des recettes et de rendre plus efficiente la fiscalité dans le pays.

Une rencontre avec les opérateurs privés a eu lieu, hier, à la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA)   pour les informer de ces nouvelles mesures fiscales, telles annoncées dans la Loi de finances 2018.

Une réforme dans les impôts locaux est nécessaire, a annoncé le directeur général des impôts, Youri Garris Razafindrakoto. D’après ses dires: «Cette disposition est une simplification des règlements régissant la fiscalité dans le pays. Elle permet également de démasquer ceux qui tentent de se cacher derrière des soi-disant pertes pour ne pas payer les impôts sur le revenu. Donc, désormais, l’entreprise est assujettie à l’impôt synthétique ou la TVA, selon son chiffre d’affaire». 

Depuis le 1er janvier, les petites entreprises et les entreprises individuelles, dont les chiffres d’affaires sont compris dans la fourchette des 21 à 100 millions d’ariary, seront conviées à changer de régime fiscal. Par ailleurs, le seuil d’assujettissement de la TVA est rabaissé à 100 millions d’ariary de chiffre d’affaires, au lieu de 200 millions d’ariary auparavant. Le nombre des opérateurs assujettis connaîtra alors une hausse.

Lutte contre l’informel

Cette année encore, la Direction des impôts compte enregistrer un surplus de 530 milliards d’ariary dans les recettes fiscales par rapport à celles de 2017. Mais le grand défi de l’administration fiscale reste la lutte contre les activités informelles. Car, selon les chiffres officiels, 67% des activités économiques dans le pays sont dans le secteur informel. «Le recensement des opérateurs au niveau de toutes les régions, déjà lancé depuis l’an dernier, se poursuit actuellement. Une fois la nature de l’activité de l’opérateur déterminée, l’évaluation des transactions effectuée, l’Etat est contraint de faire une taxation d’office», a avancé le DG des impôts à ce sujet.

En outre, cette direction a également pris quelques mesures pour inciter les opérateurs à entrer dans le cadre formel. Une baisse des impôts synthétiques (2% de la valeur marchande au lieu de 5%) est appliquée dans le cas où l’opérateur détiendrait une facture. Dans le cadre des 20 ans d’existence de la DGI, celle-ci applique un allègement des sanctions fiscales pour les opérateurs qui prennent la volonté de régulariser leur situation. «Ils n’auront qu’à payer le minimum de perception sur l’acompte. C’est-à-dire 16 000 ariary. Pour ceux qui ont accusé du retard dans leur déclaration, ils n’auront pas à payer la sanction», a expliqué Youri Garris Razafindrakoto.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : hifandona i Maraoka sy i Namibia

Hifanehatra eo amin’ny lalao ampahefa-dalana, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo mpilalao tsy matihanina, taranja baolina kitra “Chan 2018” i Maraoka sy i Namibia ary I Soudan sy i Zambia. Fihaonana hotanterahina ny asabotsy 27 janoary ho avy izao.

Fantatra izany, taorian’ny andro fahatelo, tamin’ny fifanintsanana, ho an’ny sokajy “B”, notanterahina ny alatsinainy lasa teo. Raha tsiahivina ny vokatra, nisaraka ady sahala 1 sy 1, i Zambia sy i Namibia, izay efa samy tafita saingy niady ny lohany fotsiny tamin’ity. Nitana ny laharana voalohany, taorian’ity lalao ity ny Chipolopolos-n’i Zambia ary faharoa ny Brave Warriors-n’i Namibia.

Ho an’ny vokatra iray indray, ho an’ity vondrona “B” ity hatrany. Nisaraka ady sahala samy tsy nitoko, tamin’ny Ogandà ny Elefantan’i Côte d’Ivoire. Ny roa tonta izay efa samy nangoron-damba avokoa. Marary mafy ny Elefanta satria tsy nahafaty baolina mihitsy na iray aza, tamin’ity “Chan 2018”  ity ary nitana ny rambony.

Tompondaka

Vondrona «D»

24 janoary

Kianja Grand stade d’Agadir

19h00 : Kongo # Angola

Kianja Grand stade de Tanger

19 h 00 : Borkina Faso # Kameronina

News Mada0 partages

Kick-boxing Analamanga : lany ho filohan’ny ligy i Mino

Tontosa, omaly tetsy amin’ny efitranon’ny ANS Ampefiloha, ny fifidianana izay ho filohan’ny ligin’Analamanga, taranja kick-boxing. Lany hitantana izany, mandritra ny efa-taona, Rakoto Razafiarison Mino Harifetra. Kandidà telo mirahalahy no niady izany toerana izany. Efatra ireo seksiona nandatsa-bato dia Antananarivo renivohitra, Avaradrano, Atsimondrano ary Andrefan’Iarivo. Fihodinana voalohany ihany dia efa lany i Mino, izay nahazo vato 3 raha 1 kosa ny an’Andrianarivao Sitraka ary 0 ny an’Andrianantenaina Lucien Jean Romuald.

Laharam-pahamehana ho an’ny filoha vaovao, ny hametraka “dojo” rezionaly eo ambany “gradin” n’ny Mahamasina, hanaovan’ny atlen’Analamanga fanazarantena miaraka amin’ny fiatrehana ireo fifaninanana isan-tokony. Eo koa ny hangatahana amin’ny fanjakana, mba hanaovana ireo atleta mitondra avo ny lazan’i Madagasikara toy ny hoe : tompondaka eran-tany na tompondakan’i Afrika, ho mpiasam-panjakana ary fanovana ny andalana sasany ao amin’ny fitsipika anaty, mba hisian’ny firaisankina eo amin’ny samy atleta sy ny mpitantana. Eo koa ny fitondrana ny atletan’Analamanga, hiatrika ireo fihaonana iraisam-pirenena, saingy hiankina amin’ny federasiona izany. Hangatahin’Analamanga, hokarakarainy ihany koa ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina. Marihina, fa  filoha lefitry ny ligy teo aloha ary nandimby an-dRakotoarisoa Gérard, filoha nitantana izany ligy izany, izay tsy nilatsaka intsony i Mino.

Nanatrika ity fivoriambe fifidianana ity ny solotenan’ny minisiteran’ny fanatanjahantena, izay nankatoa ny fahalanian’ny filoha vaovao, Rakoto Razafiarison Mino Harifetra. Tsiahivina, fa ity filoha vaovao ity, no hanangana ireo ekipa hiaraka aminy ka manana 2 herinandro izy, handrafetany izany.

Nangataka kosa Rasoanaivo Marcel, anisan’ireo nanangana ny kick-boxing teto Madagasikara, mba hahemotra ny fifidianana izay ho filohan’ny federasiona, izay tokony hatao ny talata 30 janoary, ho avy izao. Hiankina amin’ny minisiteran’ny fanatanjahantena nefa ny fanapahana izany.

Tompondaka

News Mada0 partages

Judo-Paris : un trio malgache au Grand Slam

Fetra Ratsimiziva ne sera pas l’unique représentant malgache au Grand Slam de Paris qui se tiendra les 10 et 11 février. Aux dernières nouvelles, deux autres judokates complèteront la liste, en l’occurrence, la revenante Brenda Andriatiana et Mihanta Andriamifehy. Les deux championnes évoluent dans la même catégorie de poids, les -57 kg.

Comme Fetra Ratsimiziva, qui sera à sa 6e participation à ce grand rendez-vous mondial de judo, Brenda Andriatiana n’est pas en reste. La championne malgache foulera le tatami parisien pour la troisième fois dans sa carrière après 2013 et 2014. Les deux larrons sont de ce fait en terrain connu mais il leur reste à le conquérir. En effet, jamais les deux combattants n’ont passé le premier tour. L’heure est venue, pour eux, de remettre les pendules à l’heure.

Quant Mihanta Andriamifehy, une nouvelle aventure s’offre à elle après ses premiers pas réussis sur le plan continental dans les catégories jeunes, dont sa médaille de bronze obtenue lors des Jeux africains des jeunes en 2014 et sa médaille d’or remportée au tournoi international de La Réunion, la même année, sans oublier sa qualification aux Jeux olympiques de la jeunesse, encore en 2014.

Grande gagnante de la dernière édition de la Coupe de Madagascar, elle fait partie des valeurs sûres du judo malgache, suite à ses performances depuis trois ans chez les seniors où elle et Brenda se sont partagé les titres chez les -57 kg.

Naisa

News Mada0 partages

Rdj mozika awards : la 13e édition gagne en notoriété

Soutenue par Orange Madagascar et Castel, la radio des jeunes (RDJ) organise, cette année, la 13e édition de la cérémonie RDJ Mozika Awards. Selon Tahina Harifetra Rasolojaona, connu sous le nom de Jaytaxx, le premier responsable de la radio, l’évènement a gagné plus de notoriété. Ainsi, la remise des trophées se déroulera le 3 février au CCI Ivato.

«Cette année, nous avons enregistré le plus de votants», a annoncé Jaytaxx, lors de la conférence de presse qui s’est tenue, hier, au Kianjan’ny Kanto à Mahamasina. Par ailleurs, les organisateurs ont introduit des nouvelles catégories pour cette prochaine édition. «Nous avons surtout ajouté les genres musicaux qui sont très prisés actuellement, tels que l’Electro-Dago Mozika ou (EDM). Cependant, beaucoup se posent  la question, pourquoi ne pas intégrer le Kalon’ny Fahiny? Parce que nous ne recevons que peu de demandes dans cette catégorie», a-t-il ajouté.

Le vote public encore ouvert

En effet, le critère de sélections de ces artistes nominés se fait suivant le nombre de demandes de chansons proposées par les auditeurs, que ce soit sur les réseaux sociaux ou par SMS. Le public a un mois pour voter. Les votes ont débuté le 2 janvier et prendront fin le 3 février à midi. «Ainsi, durant la remise des trophées, aucun artiste n’est au courant des résultats définitifs», a affirmé Jaytaxx.

Par ailleurs, la cérémonie se déroulera en plusieurs parties. Il y aura donc la séance tapis rouge, l’accueil des artistes, les prestations de quelques groupes. «A part les nominés, nous avons aussi invité les autres amis artistes pour animer la soirée», a-t-il poursuivi.

Et enfin, outre les trophées réservés aux 22 catégories, RDJ Mozika Awards proposera aussi d’autres surprises, «une sorte de trophée de mérite» pour les artistes présents. «Par exemple, l’année dernière, nous avons attribué le prix du meilleur look à Tence Mena», a-t-il conclu.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Danse urbaine : Byron Cox dans nos murs

Le festival «Battle for peace-Ambony ambany» revient pour une 5e  édition dans la ville des Mille, du 24 février au 4 mars. Un des piliers de la danse urbaine issue du pays de l’Oncle Sam, Byron Cox va partager son savoir aux aficionados, à l’occasion de cet événement périodique.

Et de trois pour Byron Cox. Le danseur va honorer de sa présence, pour la troisième année consécutive, le plus grand évènement dédié à la danse urbaine. Tout au long de sa carrière, Byron Cox a amassé une ribambelle de trophées dans la catégorie House dance et Hip hop, pour ne citer que le «World dance colosseum» au Japon; «The styles crash» en Pologne,  «New York City jacks», «The urban movement tour» au Philadelphie, «World of dance» en Belgique et «Baltic sessions» en Estonie. Lors de son court séjour, le danseur sera en représentation le 24 février et le 4 mars. Entretemps, il va partager son vécu et son savoir- faire lors d’un atelier, le 26 et le 27 février.

Ce carrefour de la culture urbaine souffle cette année ses 5 bougies. «Les quatre précédentes éditions ont permis aux organisateurs de déceler les besoins des danseurs malgaches. La cinquième édition apportera alors un nouvel élan aux artistes danseurs de Madagascar grâce aux diverses opportunités que le festival leur offrira», confie un responsable.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Chronique : palette de couleurs d’un mal-vivre

Même le ciel s’y met, le bleu fausse rendez-vous en alternant avec le gris qui n’est pas de saison. Le bleu noie surtout l’âme de la population, une âme qui reflète les meurtrissures des coups que lui portent désenchantements et désespérance en raison des initiatives et entreprises qui ont hypothéqué et continuent d’aliéner  les chances de se relever. Ainsi plombé, l’horizon s’habille de noir.

Difficile de voir l’avenir en rose, rien qu’à penser, demain la couleur du sang monte à la tête, le vert de la peur paralyse les membres et glace l’esprit. Le peu de sagesse qui reste conseillerait de ne pas réfléchir, heureusement qu’à l’opposé de cette tendance à baisser les bras et à s’offrir en holocauste, devrait demeurer l’instinct de survie. Crier à l’aide ne changerait rien, le remède relève seul de cette population malheureusement aveuglée de misère. La solution consiste à stériliser la malédiction qui pèse sur le pouvoir à rendre myopes à la fois que daltoniens les gens qui le détiennent. Depuis longtemps, peu de ces gens-là ont échappé à la malédiction, nombreux en ont rapidement contracté le virus pour ne voir pas plus loin que les profits de leurs poches et ne distinguer le noir de la misère. C’est l’unique défaut véhiculé par les constitutions, mais tare combien handicapant en partage de tous les systèmes qui se sont succédé.

Il n’y a pas à faire le procès des uns et des autres, il est à l’inverse un constat dont on a omis de tenir compte : le pouvoir corrompt.

Aujourd’hui encore, le pays se trouve sous la menace de nouvelles turbulences, période que l’on ne saurait qualifier de carrefour, s’il ne s’agit que d’alterner de conducteur, sans qu’il ne soit nullement question d’une alternative entre quitter la voie cahoteuse que l’on a cheminée jusqu’ici, et emprunter une route offrant de nouvelles perspectives. Mettre des brides à ceux qui tiennent les brides constitue la priorité des préoccupations. Mais là encore on se heurte à la nécessité d’un choix d’homme : comme pour toute œuvre collective, celle-ci requiert un meneur. Une occasion pour l’élu qui s’engage à mener cette croisade, d’inaugurer une page d’or de l’histoire, histoire dans laquelle on ne feuillette encore que périodes noires avec des intervalles déclinant une gamme de gris.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Spéculation…

réquisition (2) (Suite et fin.)

Cette tâche n’est pas insurmontable mais encore faut-il l’envisager dans toute son étendue et notre gouvernement ne devra pas craindre de s’éclairer des lumières de gens compétents et familiarisés avec les questions commerciales.

Mais, nous le répétons encore, pas de demi-mesures. Ou le commerce libre, ou la réquisition générale du riz à la récolte…

Ceux qui avaient traité pour le riz du Louqsor en seront non seulement pour leurs frais de versement et d’intérêt, mais ils doivent encore se demander quand ils pourront disposer des capitaux qu’ils avaient immobilisés pour cette affaire.

Ceux-là ni les autres ne sont pas prêts de renouveler l’expérience.

Commission mobile

Il serait question de rétablir la commission mobile pour l’examen des demandes de sursis.

C’est évidemment une nécessité afin d’éviter les erreurs grossières commises par la commission fixe. On voit en effet des colons utiles, en qui les indigènes ont confiance à ce point qu’ils exercent une réelle influence sur toute une région, appelés à se rendre à la caserne. Par contre, on voit par exemple dans une grande ville de l’ouest des maisons de commerce où se trouvent trois employés dont deux mobilisables et d’autres qui seraient parfaitement capables d’aller retrouver des camarades de classe et d’âge continuer à vaquer à leurs occupations comme si rien n’était. Demandez à notre confrère Bontoux qui dirige les Petites Affiches.

Il signale même, dans l’un de ses numéros de décembre, un embusqué mousquetaire terré dans une localité qu’il désigne.

La commission mobile peut opérer efficacement en ce sens qu’elle peut, sur place, se rendre compte de l’utilisation des individus au point de vue défense nationale. C’est ce que demandent les colons et le gouverneur général peur donnera satisfaction.

Accident

Un accident d’automobile s’est produit dernièrement sur la ligne de l’ouest.

Un mécanicien a été tué, il y aurait plusieurs blessés.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo; Resaky ny mpitsimpona akotry : mahay na inona na inona

Mazàna fampitandremana no fototry ny hevitra fonosin’ny fampianarana azo raisina avy amin’ny ohabolana sy karazana hain-teny izay vokatry ny fandinihana navelan’ny razana ho lova entina iatrehana ny fiainana izay manana ny lalàny. Raha raisina avy amin’ny hain-teny, izay vakoka manatevina ny harena fototra mitory ny toe-tsaina sy rary iankinan’ny fomba fiarahamonina, dia ankafizin’ireo teo aloha ny fandravahana ny fomba fiteny mba sady ho fahafinaretana no tsy hanohintohina amin’ny fivantambatanana ny fihenoana azy. Indraindray anefa dia tsy misorona ny fitenenana ary tsy miolakolaka fa tena mahitsy. Ho an’ny olona matetika mikavivia eo am-panaovana izay ataony no tonga ilay fitenenana hoe tsy mahay na inona na inona. Nefa angamba azo itarina izany ka ampiasaina ho fandrabirabiana ireo miseho ho tapi-pahaizana mahavita “na inona na inona”. Ny hajejoana dia tafiditra ao amin’izay karazana fiteny izay ihany koa ny  “tsy maha hendry”.

Ireo fomba fiteny roa ireo “tsy mahay na inona na inona” sy “tsy maha hendry” dia ahatsapana ny maha lohalaharana ny fanetren-tena eo am-panatanterahana adidy sy andraikitra ary ny fahazotoana amin’ny tsy fitsitsina ezaka anefana izany. Tsy ny fahambonian’ny toerana misy ny tena sanatria no ahafahana miala amin’izany ka hiseho ho “mpahay” an’izao rehetra izao ary dia hanilika andraikitra hiantsorohan’ny sasany fotsiny. Efa nilaozan’ny toetrandro ny fanandevozana. Raha misy azo ho lazaina ho mpanompo amin’izao fotoana izao dia ireo tsy noterena tsy novozonana fa ireo nanolo-tena ary nitolona mafy mihitsy noho ny fitiavan-tanindrazana mba hahazo anjara eo amin’ny fanompoam-pirenena.

Hafa ny momba ireo mpiasam-panjakana izay tsy maintsy misedra fifaninanana ho fandanjana ny mari-pahaizany mba hahafahany misahana ny asa eo amin’ny sokajy misy azy. Hafa kosa ny andraikitra raisin’ny olom-boafidy izay manolotra ny fahendreny eo amin’ny fanefany adidy ho antoka voalohany amin’ny tsy handaniany andro amin’ny fieboeboana sy amin’ny familiana ny fahefana omena azy ho fanjakazakana sy fanaovana tetika maizina ahafahana mifikitra eo amin’ny toerana ka hisitrahana arak’izay ela azo atao ireo tombotsoa mitobaka. Samy mahita ny mpijery, samy mandini-tena ny olom-boafidy tsirairay raha mitoetra ny fanetren-tena ho mpanompo sy ny fahendrena entina ifehezana ny fitantanana.

Léo Raz

 

Ino Vaovao0 partages

MADAGASIKARA SY MARAOKA : Hiara-hiasa ho fanomezan-danja sy fikajiana ny tontolo iainana

Manoloana izany indrindra dia mifototra amin’ izay lafiny fikajiana ny tontolo iainana izay ny fiaraha-miasa eo amin’i Mada gasikara sy ny fanjakana Maraokanina ankehitriny. Fantatra tao Antsa havola ny fiandohan’ny herinandro teo àry ireo asa hiarahan’ny firenena roa tonta miasa.

Nandritra izany no nandinihana izay sehatra hiasana. Nisy ihany koa ny fandinihana izay fandaniana rehetra tokony hatao hahatsara ny asa. Ary farany ny fijerena ny toerana rehetra hahafahana manao ny asa. Betsaka ireo sehatra isehoan’ny fiaraha-miasa eo amin’ny firenena roa tonta saingy teboka efatra ihany no tena nasongadina. Tafiditra ao anatin’izany ny fitantanana ny fako eto Madagasikara. Teo ihany koa ny  fifampizarana mahakasika ny fiovaovan’ny toetr’andro sy ny hetsika rehetra izay mety atao manoloana izany. 

Voaresaka ihany koa ny lafiny fambolen-kazo sy ny fijerena ny lafin-javatra maro samihafa, toy ny sehatry ny angovo azo havaozina. Araka ny fantatra dia hisy ny fidinana ifotony hotanterahin’ireo delegasiona maraokanina tonga eto Madagasikara any amin’ireo faritra sasantsasany. Isan’izany ny eny Andralanitra sy ny any amin’iny lalam-pirenena fahaefatra mihazo an’i Mahajanga iny. Tanjona amin’ity farany ny hijerena izay azo hiaraha-miasa eo amin’ny lafiny fambolena sy ny fitantanana maro samihafa mahakasika ny tontolo iainana izany.

Miisa 12 ireo teboka hiarahana miasa

Tsara ho fantatra fa rehefa manana tontolo iainana madio ny olona dia manana fahasalamana tsara ary afaka miatrika amin’ny antsakany sy andavany ireo asa aman’andraikitra. Rehefa voahaja ihany koa ny tontolo iainana dia mihena ny mety hahatonga ny fiovaovan’ny toetr’andro. Miisa 12 ireo sehatr’asa narafitra iarahan’ny roa tonta miasa amin’izao fotoana izao, araka ny fanazavana. Isan’izany ny fanadiovana ny rano maloto, ny fitantanana ireo faritra marefo, toy ireo faritra arovana sy ny sisin-tany. 

Hiarahan’ny roa tonta miasa ihany koa ny ady amin’ny fiovaovan’ny toetr’andro sy ny fampandrosoana lovain-jafy eny ifotony. Tafiditra ao anatin’ireo teboka hifandrombonana ihany koa ny fitantanana ireo fako sy ny enti-manodina azy, araka ny efa voalaza eny ambony. Tsy nohadinoin’ny roa tonta ihany koa ny niresaka momba ny fambolen-kazo sy ny ady amin’ny hain-tany. Tokony hanatsara ny fifandraisana eo amin’ny firenena roa tonta araka izany izao fiaraha-miasa izao.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FITSARANA MISAHANA NY ADY AMIN’NY FANJAKANA : Tsy nahazo fankatoavana ny mpianatry ny Bdeum

Tsy mafonja ny anton’ny fangatahana nomen’izy ireo araka ny fanazavana azo. Enina ny fepetra angatahin’ny fitsarana hanekena ny fangatahana ka ny dimy dia feno fa ny fahaenina kosa izay mitaky antony mitombina sy tohan-kevitra mafonja dia tsy arak’izany velively. 

Vokany, notsi pahan’ny fitsarana ny fangatahan’ireo mpianatra. Miisa valo izy ireo saingy tsy nisy nekena avokoa. Ho an’ny fangatahana fanafoanana kosa dia manana iray taona ny fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana hitsarana azy. 

Saingy mety ho vita ato anatin’ny efa-bolana ka hatramin’ny enim-bolana izany. Tsy maintsy hihatra izany ny fanapahan-kevitry ny ‘conseil de discipline’ ho an’ireo mpianatra rehetra voakasik’ izany.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA - FISOTROANA TOAKA : Tovolahy roa maty voatsatok’antsy

Tsy fantatra mazava tsara ny antony nahatonga ny fifanjevoana.Teo ivelan’ity toeram-pisotroana ity vao raikitra ny fifampitsatohana antsy. Ny iray hafa izay niezaka nanasaraka ireo niady dia voatora-bato tandrify ny taola-masony. Ny roa hafa voatoboko ny meso ireo dia samy nentina haingana tao amin’ny hopitaly manara-penitra ny iray ary ny iray hafa tao amin’ny hopitaly miaramila. Ny sabotsy alina hifoha alahady no nitrangan’izany.

Ny marainan’ny alahady re fa maty ny iray, izay avy ao amin’ny fokontany Ambalavola. Ny iray nalefa nanaraka fitsaboana tao amin’ny hopitaly miaramila kosa indray dia ny alin’ny alatsinainy  hifoka ny talata 23 janoary no maty na dia teo aza ny ezaka natao. Hatreto dia mbola tsy voasambotra ilay zalahy nahavanon-doza, izay voalaza fa monina ao Morafeno Ambalakazaha.

Mbola ao anatin’ny fikarohana ity farany ny mpitandro filaminana. Mba hahazoam-baovao mahakasika ny zava-nitranga dia voatery notazomin’ny mpitandro filaminana ilay zalahy nanasaraka ireo niady, izay fantatra fa nanatri-maso ny zava-niseho. Efa misokatra ny fanadihadihana mahakasika ity raharaha vono olona ity. Araka ny fanampim-baovao hatrany dia efa mpamerina heloka ity nahavanon-doza ity, izay karohina fatratra. Tahaka izany ihany koa ny iray tamin’ireo maty ireo, avy ao Manongalaza ity. Azo ambara araka izany fa efa mpanao azy ireto nifampitsatoka antsy ireto fa lasa nifamono izy samy izy.

Ny mampametra-panontaniana ny mpanara-baovao dia efa samy nanana antsy avokoa ny andaniny sy ny ankilany ka nifampitomboko meso izao. Heverin’ny maro araka izany fa ny olon-dratsy no tsy afa- misaraka antsy tahaka izany. Na izany aza anefa dia voararan’ny lalana ny famonoana olona ka mbola karohina mafy ilay nahavanon-doza.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBONIVOHITR’I MAHAJANGA : Nahazo fiarabe mpaka fako

Fiarabe mpaka fako amin’ny dabam-pako lehibe irony izy io. Noho ny fahitana ny ezaka nataon’ny kaominina no nahatonga azy ireo hanampy ny kaominina araka ny nambaran’ny ben’ny tanàna, Andriantomanga Mokhtar.

Lanonana lehibe no natao ny alatsinainy maraina teo natrehan’ireo mpiray ombon’antoka sy ireo mpiara-miasa akaiky amin’ny kaominina ary ny mpiasan’ny kaominina. Nomena mari-pankasitrahana ireo orinasa niara-niasa tamin’ny kaominina. 

Io no manampy ilay fiarabe marika Foton nomen’ny filohan’ny tetezamita, Andry Rajoelina hakana ny fako eto Mahajanga. Saika efa simba daholo mantsy ireo fiarabe mpaka fako amin’ny dabam-pako lehibe niasa teto Mahajanga nomen’ny fitondrana Ravalomanana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FONJAN’I MANAKARA : Tafakatra avo efatra heny ny tokony ho sahaza ny isan’ireo gadra

Tamin’ny taon-dasa manokana izao dia ny fonjan’i Mananjary no niteraka resabe ary nanaovana fanadihadiana manokana mahakasika izay lafiny zon’olombelona izay. Ankehitriny dia ny toerana andraisana ireo voafonja ao Manakara indray no ahitana tranga tsy mifanaraka amin’ny tokony ho izy.

Fantatra mantsy izao fa tafakatra avo efatra heny amin’ny olona tokony sahaza ny fonjan’i Manakara ny isan’ny olona voafonja ao an-toerana amin’izao fotoana izao. Raha tokony ho  150 monja no sahaza ny fonjan’i Manakara dia mahatratra 628 izy ireo hatramin’ny zoma lasa teo. Araka ny fanazavana dia vehivavy ny 28 amin’izy ireo, raha 25 kosa ny «  mineur  » na ny zaza tsy ampy taona. Mbola tsy voatsara kosa ny 99%-n’ireo voafonja ankehitriny.

Fanirian’izy ireo, araka izany, ny mba hanafainganana ny fotoam-pitsarana azy ireo araka ny tokony ho izy. Manoloana izany dia mahatsapa ireo voafonja fa tsy maharaka ny hamaroan’izy ireo ny fotodrafitrasa. Tafiditra ao anatin’izany ny fatoriana, ny toeram-pidiovana sy ny fanadiovana ao anatin’ny fonja. Amin’izao taom-baovao izao dia tsy nohadinoin’ny solombavambahoakan’i Manakara ny nankahery sy nirary soa ary niarahaba ireo voafonja eo anivon’ity fonja ity. 

Nivimbina vary telo gony ity tompon’andraikitra ity nandritra izao fitsidihany ny fonja izao mba hanampiana ny sakafon’ireo gadra. Ny zoma lasa teo no nanatanterahany izany. Mofomamy iray isan’olona kosa no natolotr’ireo mpino kristiana avy amin’ny fiangonana loterana ao Manakara ny zoma lasa teo ihany. Andrasana araka izany izay mety ho fandraisana andraikitry ny fanjakana sy ireo mpisehatra tokony hihetsika rehetra manoloana izao zava-misy ao Manakara izao.

Lucien R.  

Tia Tanindranaza0 partages

AIRTELMpiasa nahavita be miisa 20 notolorana medaly

Fotoan-dehibe ho an’ny orinasam-pifandraisana Airtel ny faran’ny herinandro teo. Mpiasa miisa 20 eo anivon’ity orinasa iray ity voasokajy ho nahavita be no notolorana medaly, niasa 10 ka hatramin’ny 17 taona teo anivon’ny orinasa.

 

 Nambaran’Atoa Maiixent Bekangba tale jeneralin’ny orinasa Airtel fa noho ny ezaka sy traikefa nataon’izy 20  mpiasa ireo no nahatonga azy ireo ho eo amin’ny laharana fahatelo amin’ny resaka fifandraisana eto Madagasikara. Tafiditra ao anatin’izany ny asa fanasoavana ny mpiara-belona izay tsy mijanona amin’ny resaka fifandraisana fotsiny ihany fa mivelatra amin’ny lafiny maro. Tonga nanatrika sy nanome voninahitra ny lanonana ny minisitry ny asa sy ny asam-panjakana Atoa Maharante Jean De Dieu. Ankoatra ny medaly dia notolorana mari-panamarinana na certifat de travail maha mpiasa azy eo anivon’ny Airtel ihany koa izy 20 mianadahy ireo. Nifanindran-dalana tamin’ny fifampiarahabana nahatratra ny taona vaovao notanterahin’ny orinasa moa izany, nofaranana tamin’ny fiaraha-misakafo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ANOSIZATO

Tovolahy iray vao erotrerony no tratra nisintona poketra tao anaty fiara anaty fitohanana teny Anosizato Atsinanana omaly. Saika matin’ny sabatra ilay ramatoa tompon’io poketra io,

MANJA MENABE

Dahalo 5 lahy nahatrarana omby 9 tany amin’ny fokontany Soalengo distrikan'i Manja-Menabe, ka ny 3 tamin'ireo tafaporitsaka rehefa nifanehitra tamin’ny Kalôny. Ny 2 kosa mbola saika hanohitra, saingy lavon'ny balan'izy ireo.

 

TATA MICHEL

 

Hitory ny vondrona Ino Maresaka Tamatave ny filohan’ny faritra Atsinanana Tata Michel. Ny antony dia noho ny filazany fa afa-baraka izy noho ny vaovao voizin’io vondrona io. Izany dia noho ny resabe nandeha fa voatery manao tsipaipaika 5000 ariary ny isan’olona mba omena ny mpiasan’ny Jirama izay vao miverina ny herinaratra, taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Ava. Ny tena tsy levon’ny vavonin’ity olom-panjakana ity dia ny filazana fa izy no ao ambadik’izany fanerena olona hanome vola izany. 

JIRAMA TOAMASINA

 

Niaiky ny lehiben’ny Jirama fa tsy ho tratra ny baikon’ny filoham-pirenena ny amin’ny tsy maintsy hamerenana ny herinaratra 100% ao Toamasina farafahatarany anio. Ny antony dia be loatra ny andrin-jiro tapaka any an-toerana ary mbola misy ny fitaovana famokarana herinaratra (transformateur) tsy mbola hiverina amin’ny laoniny ato ho ato. Nitombo iray indray izany ny kobaka am-bavan’ingahy filoha.

 

ANATY RANO ANOSIBE

Milomano ao anaty rano maloto ny mponin’Anosibe Andrefana isaky ny misy rotsak’orana kely. Izany dia noho ny fahatsetseman’ny lakandranon’Andriantany izay lasa mikiky ny lalana rehefa mihoatra ny tokony ho izy. Manahy ireo mponina ny hiparitahan’ny aretina vokatry ny loto, tsy ho ela raha mbola mitohy hatrany ny tsy fanampiana azy ireo hanadio ny lakandranon’Andriantany. Ity anefa

no fahavaratra ho be rotsak’orana indrindra.

POABASY  - SUPREME CENTER

 

Nirefotra ny basy tao amin’ny Suprême Center etsy Behoririka omaly maraina. Ny antony, raha ny filazan’ny manodidina, dia ny fisian’ny sinoa roa izay niady tao amin’ny toeram-pivarotany ary nisy iray nanana basy ka nanapoaka izany. Nikorontana ilay toerana satria avy hatrany dia nanavotra ny ainy nivoaka ny olona noho ny akon’ny poa-basy tao anaty trano. Na ny mpiasa tao aza dia nivoaka taty ivelany avokoa. Ny polisy izay nanontaniana dia samy nifanipy baolina avokoa ary nilaza ho tsy nahalala.

BIG MJ sy ARNAH

 

Endrika iray izay entin’i Big MJ hankalazana tena ny fanehoany ny fisarahany tamin’i Arnah. Izay no fijerin’ny maro azy. Efa mba maka ny paik’adin’ny olo-malaza any ivelany izany ny lehilahy ary tsy hita izay maharatsy izany. Ny olana kely dia toa tsy dia nisy nandraharaha ilay fisarahana satria tsy dia misy fiantraikany loatra amin’ny fiainana andavanandron’ny olona. Na izany aza dia nilaza ny lehilahy fa mbola mitohy ny fiaraha-miasa eo amin’izy roa.

ARFA HOUCINE

 

Anisan’ny hiadivan’ny mpisolovava an’i Arfa Houcine ary efa mandeha amin’izao fotoana ny fanaovana antontan-taratasy rehetra eo anivon’ny fitsarana ambony ny mba handresen’ny olona arovany amin’ny raharaham-pitsarana izay handeha amin’ny febroary ho avy izao. Anisan’ny hiadiavany koa ny famerenana ny volan’i Arfa Houcine izay nogiazan’ny Brigade Criminelle ary tsy fantatra izay nalehany hatreto. Etsy an-danin’izay, efa mazava fa misolo vaika ny akalana ireo mpiandry fonja midoboka eny Tsiafahy. Ireo voky vola kosa miriaria fotsiny ety ivelany.

 

LALANA TAPAKA

 

Nisy nanapaka ny lalana iray izay efa nampiasain'ny mponina Ambohimirary efa am-polony taona maro. Tezitra ny olona ka saika raikitra ny rotaka omaly. Nilaza ho tompon'ny tany ilay nanapaka ny lalana. Voatery nidina an-toerana ny depiote sy ny mpitandro ny filaminana vao nilamina ny raharaha.

 

ZANDARIMARIAM-PIRENENA

Mpianatra zandary miisa 1.200 no horaisina amin’ity taona ity, izay hanaraka fiofanana any Ambositra. Amin’ny volana aprily kosa no hivoaka ireo andiany mbola manaraka fiofanana amin’izao fotoana. Hisy ny fampitomboana ny traikefan’ireo mpampiofana, ka iray volana aorian’ny fivoahan’ny andiany vaovao kosa no hidiran’ny andiany manaraka.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampidiran-ketraMaro ny fitomboana ho an’ny 2018

Notanterahana tetsy amin’ny tanoben’ny Varotra sy Indostria ny fampahafantarana ireo lalàna niova momba ny hetra. Nitondra fanazavana momba izany ny tale jeneralin’ny hetra,

 

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Fandraharahana amin’ny fambolenaOmen-danja ny fanofanana ny tanora

Nanomboka ny alatsinainy 22 janoary 2018 teo ilay atrikasa fanofanana momba ny fandraharahana ny amin’ny fambolena notanterahana tetsy amin’ny hotely le Pavé Antaninarenina. Noho ny hamaroan’ny tanora tsy an’asa manerana an’i Afrika no nanaovana ny fampiofanana, hoy ny Dr Samuel Mathey, manampahaizana manokana amin’io sehatra io.

 

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamboaran-dalana eto AntananarivoKitoatoa tanteraka

Tsy misy izay tsy mikaikaika amin’ny faharatsian’ny lalana eto Antananarivo Renivohitra. Tapitra potika sy simba avokoa ny lalana rehetra aleha.

Tia Tanindranaza0 partages

Raha sanatria …

Raha sanatria ka marina sy mitombina izay nolazaina sy navoakan’ilay vahiny tafavoaka sy tafatsoaka ny fonja lasa any Frantsa iny dia inona intsony no azo raisina amin’ity gasikara ity ?

 Fanontaniana goavana mipetraka any an-dohan’ireo mpanara-baovao sy tia tanindrazana io manoloana ny fisian’ireo tompon’andraikitra malagasy maromaro ambony lotoin’ity vahiny ity isan’andro. Raha izao fandehany izao dia mbola ho lavalava ihany ny lisitra. Raha ny fahitana ny fihetsiny dia tsy manan-kevitra ny hamihim-bava izy. Nisotro ny aleoko maty  ? Sao dia mba iny famakiam-ponja avo lenta tontosany iny aza no tena ho antoky ny fahavelomany any an-tanin-drenimalala any ? Sao dia mba iny no nahafahany nitsirika sy nanadihady izay tena fahalementsika sy ireo mpitondra antsika. Ny fahitany fa mitady hizotra ho any amin’ny fahombiazana ny paikadiny sy izay naniraka azy ve no mbola hanohizany hatrany izao tabataba mitety haino aman-jery izao ? Na iza na iza anefa aloha no fositry ny hadalana rehetra sy niara-nanatanteraka taminy izany teto dia ny  firenena manontolo sy ny vahoaka Malagasy hatrany no mibaby ny fahafaham-baraka sy hampihemotra ny fitokisan’ireo firenen-dehibe ny mpitondra antsika ary hampikatso ny famantsiana tokony ho azo. Sanatria mbola hitoetra maharitra indray ve ianao rafahantrana ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

« Journée Internationale du sport féminin »Hadinon’ny minisiteran’ny fanatanjahantena Malagasy tant...

Ankalazaina isaky ny andron’ny 24 janoary isan-taona nanomboka ny taona 2014 ny « « Journée Internationale du sport féminin », niainga tamin’ny fahatsapan’ny CSA na ny Conseil Suprême de l’Audiovisuel any Frantsa fa tsy dia voaresaky ny olona firy loatra ny vehivavy manao fanatanjahantena.

 

.

 

24h pour le sport féminin

La marraine de l'opération est l'escrimeuse multi-médaillée Laura Flessel-Colovic, mais n'oublions pas non plus son parrain, qui n'est autre que le présentateur

Durant la journée, seront mis à l'honneur des sports tels que le football, le rugby et le roller... histoire de se rendre compte que la sport féminin ne se limite pas à la natation, la gymnastique et le tennis !

Et les autres jours ?

Des voix se font entendre pour s'étonner de telles initiative en ce qu'elles ont de -forcément- limité. Le sport féminin, c'est tous les jours, à l'égal du sport masculin et, comme l'indique Céline Géraud (Stade 2), il vaudrait mieux que les fédérations et les diffuseurs s'accordent pour donner en permanence une juste place au sport féminin !

Un site à visiter : www.sports.gouv.fr

crédit photo: © Walter Luger - fotolia.com

Apporter une contribution

Une information relative à cette journée nous aurait échappé ? N'hésitez pas à nous en faire part, et -après validation- elle sera affichée ci-contre pour compléter l'article. Vous pouvez signer votre contribution, c'est le contenu du champ "pseudo" qui s'affichera.

Merci de ne pas nous envoyer de contribution pour assurer la promotion d'un événement local, d'un produit ou d'un service, elle serait systématiquement refusée. Merci d'éviter aussi les témoignages personnels, leur "vraie" place est certainement dans notre mur Facebook.

Haut du formulaire

J'ai bien compris que ma contribution doit respecter les critères suivants: - apporter une information complémentaire sur la journée.- ne pas concerner un événement local ou régional- ne pas tenter de faire la promotion d'un produit ou d'un serviceDans le cas où ma contribution ne respecte pas les critères énoncés, elle ne sera pas publiée et je ne recevrai aucune réponse. Pour tout commentaire personnel, je dois m'orienter vers la page Facebook de Journées Mondiales. Pour toute question pratique sur une journée particulière, j'envoie ma demande directement à l'organisateur de la journée mondiale concernée.

Bas du formulaire

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AmbavahaditokanaBetsaka ny asa vita na dia tsy ampy tetibola aza

Betsaka ny asa vitan’ny kaominina Ambavahaditokana, distrikan’Antananarivo Atsimondrano nandritra iny taona nivalona 2017 iny.

 

Anisan’ireny ny fanamboarana tranom-pokontany, ny lalana, ny fanamboarana fefiloha ao amin’ny fokontany Ambohimarina, izay mbola eo am-panatanterahana ny asa ny orinasa misahana izany ankehitriny, ny famatsiana masomboly vary ireo tantsaha mpamokatra. Na izany aza anefa hoy ny ben’ny tanàna Ratiarison Bruno dia mbola betsaka ihany koa ny asa miandry amin’ity taona vaovao 2018 ity. Nosinganiny manokana ny asa fanatsarana ireo lalana anatina fokontany miisa enina tokony hatao rarivato. Mirefy 11 ka hatramin’ny 12 km izy ireo nefa efa mahatratra 35.000 Ar ny manamboatra lalana rarivato 1 m² amin’izao fotoana.  Tsy ho zakan’ny tetibolan’ny kaominina mihitsy izany fa tsy maintsy hitadiavana mpamatsy vola hafa. Miantso hatrany ireo mponina ao amin’ny faritra iadidiany izy hanefa araka ny ny adidiny amin’ny fandoavan-ketra. Anisan’ny kaominina voafidy hanatanterahana ilay tetikasa lalankely vatsian’ny AFD vola ihany koa ny kaominina Ambavahaditokana.

Ny kaominina Ambavahaditokana no lehibe indrindra ao anatin’ny distrikan’Antananarivo Atsimondrano. Mirefy 6,6 km 2 ny velarany, misy mponina 50.000 isa. Tanora avokoa ny 70 %-n’izy ireo misandrahaka amina fokontany miisa enina. Mirefy 320 ha  ny velarantany azo volena ao aminy, raha 34 ireo sekoly miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana manabe ireo ankizy sy tanora mpianatra ao aminy. 9 km miala ny renivohitra kosa no misy azy raha tsiahivina.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mponina etsy La Réunion kelyNampiesonin’ny fitondram-panjakana

Velon-taraina mafy ireo mponina etsy La Réunion kely amin’izao. Tsy mbola misy tonga eny am-pelatanan’izy ireo ihany mantsy ireo fanampiana nampanantenain’ny filoham-pirenena, taorian’ny nandalovany teny an-toerana.

  Anisan’ireny ny chapiteau hanoloana ny trano sachet plastika hipetrahan’izy ireo, ho fiarovana azy amin’ny ranon’orana. Zavatra hafa mihitsy no nitranga teto, hoy  ireo mponina eny an-toerana taorian’ny nandalovan’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina tety aminay. Nafindran’ny sefom-pokontany toerana izahay fa tsy nety niala. Ny   filoha anefa   taorian’izay tsy nijanona nandefa iraka   nijery ny  tena fiainanay  marina. Ny nahavariana dia tsy nisy tohiny ihany koa. Ireo fanampiana tokony ho nomena anay dia amin’ny alina hatrany  vao mody misy midina mizara eny an-toerana, taomina amin’ny alalan’ny sarety. Miantso ny filoham-pirenena mba hijery akaiky  ny fiainana hiainan’izy ireo ny mponina etsy La Réunion kely izay efa mihoatra ny 3.000 isa ankehitriny. Efa tafakatra hatrany an-tranon’izy ireo indray mantsy ny rano maloto taorian’ny niavian’ny rotsak’orana tsy niato ny faran’ny herinandro teo ka mifangaro tanteraka ny maloto sy ny madio.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamboarana kara-panondroNankaiza ny volabe 3 miliara ?

Efa tamin’ny herinandro ambony no nanao antso avo momba ny tsy fisian’ny taratasy fanaovana kara-panondro any amin’ny distrikan’Arivonimano ny depiote Rakotomanjato Rodin, saingy tsy nisy namaly.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ampy izay ny tsy rarinyHihetsika ireo miaramila misotro ronono

Leo ny fanaovan’ny fanjakana bemarenina sy tsy firaharahiana tsotr’izao ny fitakiany ny fikambanan’ny miaramila misotro ronono. Noho izany, dia hanao hetsi-pitakiana lehibe izy ireo manomboka anio alarobia 24 janoary, taorian’ny tsy nahatomombana ilay saika hatao ny sabotsy 20 janoary lasa teo.

 

 Hentitra ny fanambarana fa tsy hijanona ny tolona sy fitakiana raha tsy misy ny valiny mahafa-po. Hatomboka amin’ny alalan’ny diabe miala eny Anosy ka hatreny Ambohijatovo izany anio. Anisan’ny takian’ireto mpitandro ny filaminana efa misotro ronono ireto ny fampiakarana ny vola fisotroan-dronono hifanaraka amin’ny mari-karama. Tamin’ny 2006 dia nisy ny fampiakarana mari-karama sy ny karama. Nakarina anefa ny mari-karama avy eo saingy ny karama tsy niakatra intsony, raha ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanan’izy ireo Randrianasimanana Jean Solo omaly. Olona tsy mitovy grady sy mari-karama kanefa mitovy ny vola raisina, raha ny fanazavany. Efa nisy ny fifampiresahana, saingy tsy nahitam-bokany, ka dia tsy maintsy miroso amin’izao dingana avoavo kokoa izao. Manoloana ny filazana sy fandotoana ny tolona amin’ny hoe misy ambadika politika, dia tsotra ny navalin’ny mpitarika fa tsy misy ambadika politika io, ary tsy mpanao politika izy ireo amin’ny maha miaramila, saingy tsy maintsy mitaky ny zony kosa ny fikambanana. Tsara ny manamarika fa efa hatrany amin’ny taona 2017 sy tany aloha aza izy ireo no nitaky izay zony izay, saingy tsy noraharahiana. Mety mbola variana amin’ny kajikajy maloto hibodoana fahefana ihany koa angamba.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kandida « Favoris »Te hampihemotra fifidianana, hoy ny DFP

Ireo Kandida goavana nitabataba maika hanao fifidianana tamin’ny taona 2016 sy 2017 avy amin’ny fitondrana sy ivelan’ny fitondrana mihitsy indray, hoy ny avy anivon’ny vovonana politika,

  Dinika ho amin’ny fanavotam-pirenena na ny DFP, tarihin’ny filohany, Tolojanahary Maharavo na Doudou, ankehitriny no manao izay fomba rehetra hanemorana ny fifidianana amin’ny alalan’ity resaka fikitihana ny lalàna mifehy ny fifidianana ity. Ho anay DFP, hoy ny filohany, dia azo anaovana fifidianana tsara io kaodim-pifidianana io rehefa mipetraka ny balizy tsy ihoaram-pefin’ny mpitondra hanao fampielezankevitra sy hampiasa fitaovam-panjakana. Ny tokony hahamaika ny mpanao politika ankehitriny dia ny hanabe ny olom-pirenena mikasika ny  tontolom-pifidianana (éducation électorale) ary izany  no mahatonga anay mitety faritra hampahafantatra ny tokony hataon’ny olom-pirenena mialoha, mandritra ary aorian’ny fifidianana satria inian’ny mpanao politika tsy atao izany. Namoaka boky kely mirakitra izay fanabeazana tanterahiny izay moa ny DFP ary miantso ny malalatanana mba hanampy azy ireo amin’ny fanapariahana izany. Ny 31 janoary izao no mikatona ny lisi-pifidianana kanefa ny olona variana tamin’ny fety sy sahirana tamin’ny rano niakatra vokatry ny rivodoza ary dia tsy nanam-potoana nanamarihana izany. Mitaky fahafaha-manamarina anarana ao anaty lisitra manokana ankoatry ny amin’ity janoary ity (révision spéciale), araka izany, ny DFP.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana RajaonarimampianinaTsy te hahalala ny antson’ny FFKM ?

Rehefa dinihina dia toy ny miteny hoe: “henoy izany ry hazon-damosiko” ny fanjakana HVM manoloana ny antso avo sy ny fanairana sesilany nataon’ny FFKM (Fiombonan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara).

 Maro ny fanairana sy ny tsindry bokotra momba ny zavatra tsy mety, indrindra ny fahalovana sy ny kolikoly eto amin’ny firenena, saingy ny eo ihany no eo. Fitaka sy lainga marivo tototra no iainana ka very fanahy mbola velona ny vahoaka Malagasy maro an’isa, hoy ny FFKM tamin’ny fehin-kevitry ny fivorian’ny komity foibe tany Antsirabe ny 23-26 novambra tamin’ny taon-dasa. Efa maro ny fanairana natao tamin’ny komity foibe faha-38-39, kanefa toa mitoriteny an-tany efitra ny FFKM, ka mila fiovam-penitra mahery vaika ny fitondrana ny firenena. Novakiany bantsilana ny fanaovana ampihimamba ny haino aman-jerim-panjakana. Ny vaovaon’ny antoko no mibahan-toerana, ka tsy mahazo afa tsy izay ny olom-pirenena, hoy ny FFKM. Ny omaly tsy niova no niseho, ka ny TVM aza no nivoizana vaovao miendrika fandranitana adim-poko sy nentina nanalam-baraka olona iray tamin’ilay vaovao momba an’i Marc Ravalomanana ny 7 janoary lasa teo. Manamafy ny fanambarana navoakan’ny FFKM ny Fiangonana Loterana Malagasy (FLM) nandritra ny Synoda lehibe faha-138 notanterahany tany Betafo-Antsirabe ny 18-19 desambra 2017. Efa tena manjaka loatra ny ratsy, ny kolikoly eto amin’ny firenena ka tsy maintsy miteny izahay, hoy ny FLM. Hentitra ary tena mahitsy ny fanambarana, ka anisan’ny nivoitra ny hoe : tsy mangarahara ny fampiasana ny volam-panjakana ka mifangaro ny asan’antoko sy asam-panjakana, tsy mifanaraka amin’ny foto-pisainana Malagasy ny fandaharam-panabeazana terena hapetraka eto. Ny fiangonana katolika moa dia toy ny efa natsangan’ny HVM ho fahavalo mihitsy tamin’ireny raharaha Soamahamanina ireny satria tsy nankasitraka ny fitrandrahana volamena nataon’ny sinoa. Niangavy ny fanjakana mba hihaino am-panetren-tena ny feon’ny fiangonana ny FFKM satria efa tena marary ny vahoaka, ary tsy ny vahiny no tokony hahazo vahana eto amin’ny tanin’ny Malagasy. Toa tsy henoina sy karazan’ny atsangan’ny HVM ho fahavalo ny fiangonana, izay tsy mikoso-maso eo anatrehan’ny tsy mety. Hilaza ve ny HVM fa mandainga ny fiaingonana eo anatrehan’ireny famakiana bantsilana ny zavatra tsy mety?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

CEOIHifidy administera delege vaovao

17 taona ny nijoroana ankehitriny ny biraon’ny CEOI (Carrefour des Entrepreneurs de l’Océan Indien). Hifidy mpandraharaha mpanampy na administera delege izy ireo ato ho ato hatrehin’Atoa Michel Domenichini-Ramiaramanana.

 

Noho ny Fandraisana anjara mavitriky ny fikambanana izay ahitana mpikambana manodidina ny 900 isa, ny CEOI dia manantena ny asa mavitrika sahanin’ny mpitantana Xavier Desplanques, izay ao amin’ny Nosy rahavavy Maorisy ihany ny toeram-piasana ahitana azy. Ny tanjona amin’izany dia ny mba  hahafahana mampiroborobo miaraka amin’ireo nosy mivondrona ao amin’ ny faritra indianocéanique miaraka amin’ny ivon-toerana mpamorona misy eto Madagasikara. Hisy ny fikarakarana fandaharam-potoana izay hanehoana izany manokana amin’ny rehetra ao anatin’ilay hetsika FIM sy ny Forum des Entrepreneurs de l’Océan indien hotanterahina tsy ho ela eto amintsika. Na ho inona na ho inona moa  zava-misy dia heverin’ity biraon’ny CEOI ity fa izay administera delege  vaovao lany eo  no ho lehilahy hitondra avo ny toe-karen’i Madagasikara manoloana ireo faritra aty amin’ny Ranomasim-be Indiana raha araka ny fanazavany, omaly.

Pati

La Vérité0 partages

Société Aaa - Les Forces de l’ordre bloquent l’entrée

1 000 employés de la Société Aaa à Antsirabe sont actuellement en chômage. Depuis hier, le siège de la société Aaa à Antsirabe est encerclé par les Forces de l’ordre. Selon les responsables locaux, ils ont installé un barrage militaire devant les accès de ladite société. D’après le directeur général de cette société, Rabenatoandro Lanto, les Magro Behoririka et Tanjombato sont aussi menacés de fermeture.  L’absence de permis environnemental a été la source de conflit entre l’usine et le ministère de l’Industrie. Face à cette situation, l’usine a procédé au dépôt des dossiers techniques au mois d’octobre dernier, en ayant en leur possession un accusé de réception du ministère de tutelle. Jusqu’à ce jour, on attend encore l’arrivée des employés dudit ministère à Andranomanelatra pour procéder au contrôle. Cependant, le dossier  est bloqué. D’ailleurs, d’autres dossiers traités en même temps ont déjà obtenu leur permis.

 

 Deux poids  deux mesures  

Beaucoup de sociétés qui s’installent dans la ville d’Antsirabe sont dans la même situation. Pourtant, elles ne sont pas concernées par cette suspension d’activité.  « Pourquoi les sociétés malagasy et étrangers ne sont pas traitées de la même façon ? Est-ce que leurs statuts sont différents ? Bon nombre d’entreprises n’ont pas encore de permis environnemental, mais elles continuent leurs activités », avance le Dg. La perte est colossale puisque l’usine a déjà investi dans plusieurs projets, outre l’achat des groupes électrogènes, après que le Jirama a coupé l’électricité dans ce local. Outre les employés fixes, l’usine fait vivre une centaine de paysans. Elle utilise 8 000 à 10 000 litres de lait par jour.

 Recueillis par  Anatra R.

La Vérité0 partages

Direction générale des impôts - Augmenter le taux de pression fiscale à plus de 16 %

425 agents issus de l’administration fiscale des quatre coins de la Grande île se sont réunis depuis hier, à l’hôtel Carlton Anosy. Ce colloque national est surtout un moment pour faire le point sur les réalisations de 2017 et analyser le Loi de finances (Lfi) 2018. Une analyse qui permettra la définition des objectifs à atteindre et des méthodes de travail à adopter pour cette nouvelle année. « Après avoir mis à la portée des contribuables les nouvelles réformes issues de la Loi de finances 2018, c’est maintenant au tour des différents responsables au sein de la Direction générale des impôts », affirme Iouri Garisse Razafindrakoto, directeur général des impôts. Durant deux jours, ces agents sont focaliseront sur un objectif bien précis, celui de sécuriser les recettes fiscales tout en augmentant le taux de pression fiscale. La Direction générale des impôts (Dgi) doit alors effectuer un effort considérable pour l’augmentation des recettes.  

A cet effet, elle prévoit d’augmenter de taux de pression fiscale à plus de 16 % s’il environne surtout les 12 % pour les années précédentes pour que  « Madagascar se mette au même rang que les pays de sa catégorie ». « Cette augmentation repose particulièrement sur l’évolution du nombres de contribuables ainsi que de leurs apports fiscaux. Deux points qui vont diriger nos actions », a ajouté Iouri Garisse R. Vers un contrôle  rigoureux  La prédominance du secteur informel pose particulièrement problème quant à l’augmentation des recettes fiscales, sans oublier les fraudes fiscales. En ce qui concerne les fraudes fiscales, la Direction générale des impôts pense y remédier en renforçant les services de contrôle et de suivi des différentes déclarations effectuées 

par les différents acteurs concernés. « Une vérification rigoureuse sera faite pour que chaque déclaration soit conforme aux activités exécutées », affirme les responsables.  Pour cette année, la Dgi se tournera particulièrement vers les secteurs de la pêche, de l’exploitation forestière mais aussi minière, sans oublier les différentes activités de rente comme la filière de la vanille.  

Mardi dernier, la Dgi 

a porté à la connaissance des contribuables, allant des particuliers aux  grandes entreprises, les nouvelles réformes 

fiscales mises en place par la Lfi de 2018. Parmi ces  nouvelles réformes fiscales, un point touche particulièrement le seuil d’assujettissement à l’impôt  synthétique (Ip) et à la taxe  sur les valeurs ajoutées (Tva).  Cette révision a alors supprimé le régime réel simplifié permettant aux contribuables de choisir entre le régime à l’Ip et celui à la Tva avec un unique seuil de 100 millions d’Ariary.  Une mesure adoptée qui a été amplement  discutée tout au long du colloque pour que chaque centre fiscal puisse  adopter une méthode  de travail favorisant la contribution de chaque acteur économique.  

Rova R. 

La Vérité0 partages

Lutte antitabac - Vers la reprise des contrôles inopinés…

Mise en veilleuse. L’application de l’arrêté interministériel n°29.511/2013 portant  interdiction de fumer dans tous les lieux intérieurs ou clos semble oubliée ces derniers temps. Pourtant, un comité consultatif de lutte antitabac est opérationnel afin de s’en assurer. Auparavant, différents acteurs composés entre autres par des éléments des Forces de l’ordre ont effectué des descentes sur les lieux concernés, dont ceux de travail, les places publiques et les transports en commun pour constater de visu le respect de la loi mise en vigueur depuis le mois d’octobre 2013. D’ailleurs, des responsables d’établissements notamment des restaurants et bureaux ont reçu des avertissements tandis que d’autres ont dû payer des amendes, dont les 2500 ariary par tige de cigarette fumée.

« Les contrôles inopinés dans les lieux clos comme les restaurants, bars,  salles de karaoké, bureaux et même dans les taxis-be vont reprendre prochainement. De plus, la stratégie nationale de lutte antitabac sera bientôt renouvelée afin de mettre à jour les législations et les techniques adéquates pour renforcer la lutte. Le but étant de responsabiliser chacun, non seulement les responsables et autorités compétentes mais aussi les fumeurs et non-fumeurs », avance Aurélien Ravelojoeliandriambeloaritafika, Directeur de l’Office national de lutte antitabac (Ofnalat).

Avec le « laisser-aller » des responsables et leur insouciance, des responsables, de nombreux établissements permettent à leurs clients d’y fumer. Certains montrent leur réticence mais à la longue, la tolérance prime. C’était le cas dans un espace de jeux dans le centre-ville, où fumer était une habitude des usagers. Pourtant, certains d’entre ces derniers y viennent avec leurs enfants en bas âge, d’autant plus que l’établissement propose aussi un coin « snack ». Il a fallu que certains passants, alarmés par les fumées qui s’y dégagent quotidiennement et les enfants qui y jouent, dénoncent la situation auprès des autorités. Après les descentes, l’espace a été sanctionné en payant des amendes assez conséquentes. Depuis la fin de l’année dernière, des affichages, annonçant l’interdiction de fumer dans l’enceinte de l’établissement, sont placardés  dans chaque coin, à la grande surprise des uns et au soulagement des autres. 

« Les clients, usagers, passants et citoyens peuvent porter plainte sur le non respect de l’interdiction de fumer, auprès des Forces de l’Ordre ou des comités de lutte mis en place, afin qu’ils interviennent », précise le Directeur de l’Ofnalat. Pour information, les fumeurs n’inhalent que 25% des fumées de cigarettes. Les 75% restants sont absorbés contre leur gré par leur entourage. Cependant, 50 d’entre les 4000 ingrédients contenus dans une cigarette s’avèrent cancérigènes, dont le goudron, l’acide cyanurique, le Ddt et l’oxyde de carbone. Cela pourrait expliquer l’augmentation des cas de cancer chez les enfants, puisque certains  pères et mères de famille fument chez eux, en présence de leur progéniture. Dans tous les cas, les mesures de protection contre le tabagisme passif doivent être renforcées.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Et tais-toi !

« Sois belle et tais-toi ! ». Tel est le titre d’un  atypique ouvrage de la célèbre auteure Amandine Grosjean. Fais-toi belle et tais-toi. Elle met en  exergue les conditions aléatoires des jeunes filles. Un slogan très critique vis-à-vis du sort des femmes que les sociétés traditionnelles et archaïques  (en Afrique, en Asie ou même dans certains milieux sociaux  d’Europe,…) leur réservent. Toi, pauvre agent de l’Etat, touche ton salaire de misère et tais-toi.

Après avoir traversé un long mois de décembre-janvier, les fonctionnaires ont pu enfin retirer leurs « Bons de caisse » ou aller consulter la position de crédit à la banque et enfin toucher leurs dus. Le dernier solde datait du 15 décembre. Et seulement pour quelques maigres emplettes, le sac fut vide. Tout juste si l’on a pu régler le loyer du mois en cours et les écolages dès la rentrée de janvier. Et c’est fini ! Pour les fêtes de Noël et du Nouvel an, on se contente du peu sinon de rien. Le malheur n’affecte pas uniquement le personnel de l’Etat, il accable aussi et surtout les travailleurs du secteur privé qui, s’ils ne sont pas à la merci des licenciements, sont réduits à se suffire des miettes. Ils aspirent réellement à une amélioration, ne serait-ce qu’à un minimum vital, de leurs conditions de vie.  Le vendredi 5 janvier 2018, le Chef de l’Etat, lors de la cérémonie de présentation des vœux, décevait à plus d’un titre. A un moment où les « zanaka » s’attendaient, le plus, à un coup de pouce de la part d’un « Raiamandreny », et cela, pour pouvoir affronter la complexité de la vie, il n’y a eu rien. Le dépit est tel que chacun doit se morfondre dans sa profonde peine. Une fois de plus, le locataire d’Iavoloha venait de confirmer l’indifférence qu’il éprouve vis-à-vis de la précarité des petites gens. Il  semble méconnaître que l’éventuelle augmentation de salaire fut la seule chose qui intéressait les gens lors de son discours. Il continue d’ignorer la misère de son peuple. Insensible aux douleurs des indigents, Rajaonarimampianina fait comme si de rien n’était. Une attitude qui a profondément choqué plus d’un. De toute évidence, si on voulait résumer en deux ou trois qualificatifs l’intervention du Chef de l’Etat ce jour du vendredi 5 janvier c’est : « agressivité », « indifférence » et « arrogance ». Rien de plus  normal pour quelqu’un qui ne fait pas grand cas du malheur de ses compatriotes. On ne s’étonnerait guère s’il a « oublié » de dépanner, ne serait-ce qu’un minimum, les pauvres agents de l’Etat ainsi que les salariés du privé, en ce temps difficile. Madame le ministre des Finances et du Budget essayait de rattraper la « gaffe » mais le pot est déjà cassé. Et comme l’espoir fait vivre les i…, on verra ce que l’avenir nous réserve !  Messieurs et mesdames les barons et baronnes du régime, n’ayez aucun souci ! D’ailleurs, vos rémunérations et avantages divers seront là, un matelas épais, pour vous garantir l’atterrissage en douceur. Pour toi, pauvre minable fonctionnaire ou autre, si tu n’aurais pas eu le salaire coupé ou si tu ne ferais pas partie de ces ouvriers licenciés, touche ta médiocre paie et tais-toi !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Affaire Houcine Arfa - Le Conseil supérieur de la magistrature saisi !

Et de deux. Après avoir envoyé une lettre pour une demande d’ouverture d’enquête au Bureau indépendant contre la corruption (Bianco), le Syndicat des magistrats de Madagascar a saisi hier le Conseil supérieur de la magistrature (Csm). L’affaire Houcine Arfa est le point commun de ces saisines effectuées par le Smm et concerne notamment les dénonciations de corruption au sein de la justice malagasy.  Ce Français d’origine algérienne qui travaillait en tant que formateur de la garde présidentielle à Madagascar a déclaré, rappelons-le, que son évasion a été rendue possible grâce aux pots-de vins qu’il aurait versé à des hauts responsables de la justice malagasy entre autres  la ministre et la procureure de la république. Ces dernières ont déjà nié en bloc ces accusations sans fondement lancées par cet évadé qui se trouve depuis le début de l’année en France, là où il distille ses révélations à la presse française.

 

Afin que la vérité soit rétablie ou éclate, selon l’appréciation de chacun, le Smm veut avoir le cœur net et multiplie ses revendications à qui de droit. Les objectifs restent les mêmes d’après la présidente du syndicat des magistrats de Madagascar, Fanirisoa Erinaivo, redorer le blason de la justice malagasy et sanctionner les fautifs. Dans sa missive envoyée au président et aux membres du Csm, Fanirisoa Erinaivo motive la demande du syndicat suivant un article de la loi 2007-039 qui stipule qu’une enquête peut-être ouverte contre des magistrats. « Seule cette enquête que nous demandons pourrait déterminer les faits réels concernant l’évasion et  les dénonciations. C’est à l’issue de laquelle que la justice sera en mesure de sanctionner les fautifs pour mettre fin à l’impunité si le cas de corruption est avéré. Sinon, elle permettra à la justice malagasy de sanctionner l’auteur des diffamations à l’endroit de ses responsables ».

Des sources avancent que la demande du Smm déposée au Bianco aurait déjà reçu une suite favorable. L’équipe d’Ambohibao procèderait actuellement aux collectes des informations avant de convoquer les personnes concernées par l’évasion. Reste à savoir si l’enquête concerne toutes, ou seulement certaines, personnes citées.

 La rédaction

La Vérité0 partages

4 ans de pouvoir du Hvm - L’Armada dresse un bilan de réalisations négatives

Le 4ème anniversaire de la prestation de serment de Hery Rajaonarimampianina à la magistrature suprême du pays est loin de passer inaperçu. En guise de bilan, l’Alliance Républicaine de Madagascar (Armada), qui rassemble le parti « Hiaraka  Isika », le parti Avana, le Malagasy Miara – Miainga, le Mapar, le parti Vert et le  « Liaraike », attire l’attention des citoyens sur les réalisations « négatives »  du régime Hvm durant ses 4 années de pouvoir. Cette plate – forme politique évoque les « impacts » de la gouvernance du régime actuel sur la vie de la population à savoir l’inflation galopante, la pauvreté, l’insécurité,  la corruption, les dérives dictatoriales, la violation des lois, la mauvaise  gouvernance, la vente des terres ancestrales entre autres. Si l’on devait donc célébrer les 4 années du Président au pouvoir, cela revient à fêter ces différents fléaux.

D’après l’Armada, célébrer cette occasion revient également à mépriser le peuple dans son malheur. Cette alliance estime également que c’est la date de l’adoption de la Constitution qui devrait faire l’objet d’une célébration. Elle évoque particulièrement l’article 48 de la Constitution qui porte sur le contenu de la prestation de président du Président de la République. Dans ladite prestation de serment, le Président fait la promesse solennelle d’exécuter ses fonctions dans la droiture, d’utiliser ses prérogatives pour renforcer l’unité nationale et les droits de l’homme. Il promet aussi de respecter scrupuleusement la Constitution, et les lois, ainsi que de viser le bien – être du peuple malagasy.

 Non à l’ajournement des élections

 L’Armada estime que l’unique priorité pour la population aujourd’hui est l’organisation d’élections transparentes dans un climat d’apaisement, et à l’image du choix de la population incluant des résultats acceptés par tous. La plate – forme insiste sur le respect de la Constitution tout en exigeant la publication des textes électoraux et du calendrier électoral. Notons que pour le moment, aucune date n’a été publiée de manière officielle malgré l’appellation de l’année 2018 en année électorale.  Face à la tension politique perceptible en ce moment, l’Armada se dit également contre « toute manœuvre dilatoire en vue de repousser les élections ». L’Armada tient le régime responsable d’éventuels troubles qui pourront naître des tensions actuelles. Elle en appelle à la mobilisation de tous les citoyens afin de s’opposer à toutes formes de dérive et d’injustice commises par le régime.

Recueillis par  S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement secondaire – Réforme du curriculum dans les lycées

Un nouveau curriculum sera appliqué au niveau des lycées à partir de 2018. Le programme d’enseignement en vigueur est anachronique.

Démodé. Le programme d’enseignement au niveau des lycées connaîtra des changements radicaux, à partir de l’année scolaire 2018-2019. Le curriculum actuel ne correspondrait plus à la réalité, au niveau mondial. La dernière réforme en date remonte à une vingtaine d’années, plus précisément, en 1996. «Notre programme d’enseignement n’arrive même pas à répondre aux réels besoins du monde de travail », a souligné  Lalaharontsoa Rakotojaona, directeur général de l’Enseignement secondaire et de la formation de masse, auprès du ministère de l’Éducation nationale (MEN) à Anosy, hier, dans le cadre d’un accord de partenariat entre le MEN et l’École normale supérieure (ENS) dans l’élaboration de cette réforme.Beaucoup de failles dans le contenu du curriculum appliqué à l’heure actuelle ont été évoquées par des enseignants de lycée. « Les contenus de toutes les matières doivent impérativement être modifiés. En Géographie, par exemple, « Le monde actuel » inculqué aux élèves date de 1991, alors que nous sommes déjà en 2018 », explique, entre autres, Herizo Razafindrakoto, enseignant au niveau des lycées.

ProgressifRien n’est encore précis dans le contenu de cette réforme. Mais il sera le fruit de la concertation de plusieurs entités. Le MEN a sollicité l’implication de tous ceux qui interviennent dans l’éducation, notamment ceux de la direction du MEN central, mais aussi, des établissements publics et privés, pendant toutes les phases de la conception des programmes. Ces personnes ressources vont constituer le Groupe technique de travail (GTT) de la Commission nationale de programme (CNP). Les techniciens et experts de l’ENS vont appuyer son élaboration. Ils auront à intervenir à travers la CNP scolaire dans la reforme curriculaire.Cette réforme sera appliquée progressivement au niveau des établissements, si on se réfère au Plan sectoriel de l’éducation (PSE). Elle devrait être effective à la rentrée scolaire 2018-2019, pour la classe de Seconde, à la rentrée 2019 pour les classes de Première et à la rentrée 2020, pour celles de Terminale. Des manuels et des guides devraient être disponibles, pour les mêmes échéances.

Fusion des séries littéraires et scientifiques

La fusion des séries littéraire et scientifique sera effective en 2019. Les séries A1 et A2 seront associées en série littéraire (L), et les séries C et D, en série scientifique (S). Une troisième série, la série Sciences économiques et littéraires serait, en outre, introduite. Les pédagogues se penchent déjà sur les manières et les politiques à adopter en vue de concrétiser la mise en œuvre de cette initiative, selon le directeur de l’ENS, Henriette Ramanambelina.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Administration – Le fisc explique les réformes fiscales

Qui sera assujetti aux impôts synthétiques ou qui sera soumis au régime de la taxe sur la valeur ajoutée ? Le fisc a apporté ses explications.

Guichet fermé à Antaninarenina. La salle de conférence de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) à Antaninarenina était pleine comme un œuf, hier. Les explications sur les réformes fiscales ont drainé beaucoup de monde. Des entrepreneurs, opérateurs économiques, travailleurs indépendants, transporteurs, ou encore des cadres ou chef d’entreprise ont répondu massivement à l’appel de la CCI Antananarivo et de la direction générale des impôts (DGI). La modification du seuil d’assujettissement du régime d’imposition des entreprises a animé toute la matinée.Le seuil d’assujettissement à l’impôt synthétique (IS) ou encore au régime de la taxe sur les valeurs ajoutées (TVA) a connu une révision. Les entreprises ayant réalisé un chiffre d’affaires de plus de 100 millions d’ariary sont soumises au régime de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). La loi de finances 2018 avait ramené le seuil de 200 millions ariary à 100 millions ariary. Le document budgétaire laisse pourtant  le choix aux entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires annuel de moins de 100 millions d’ariary de rester dans le régime de l’impôt synthétique ou du régime TVA. Si l’on n’atteint pas ce seuil, il est possible, pour les entreprises, de rester dans le régime de l’IS.

Confiance«Le basculement vers ces régimes nécessitait des explications. Le choix du régime doit être fait en ce début d’année fiscale pour celles qui sont censées être soumises à l’IS, c’est-à-dire avec un chiffre d’affaires annuel de moins de 100 millions d’ariary. Cette rencontre nous permet ainsi d’obtenir la confiance des contribuables et d’annoncer diverses mesures incitatives. Par exemple, la présentation d’une facture leur donne le droit de bénéficier d’une remise de 2% sur l’impôt dû», a soutenu Iouri Garisse Razafindrakoto, directeur général des impôts.Le courant passe ainsi entre la DGI et les contribuables. Cet exercice de rencontre est tant souhaité par les entrepreneurs. C’est le cas par exemple de ce chef d’entreprise dans le secteur du service informatique. «Cette rencontre est très bénéfique dans le sens où tout le monde a eu sa part dans les explications des techniciens de l’administration fiscale. On ne peut pas nier cela», confie –t-il.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Rapt à Morondava – Un Indien adjoint au maire incarcéré

Le parquet de Morondava a mis un Indien, adjoint au maire de Malaimbandy et ses deux complices sous les verrous.

Triple incarcération pour triple crime, dans la nuit de lundi à hier, à Morondava. Figurant parmi les inculpés, un jeune Indien d’une vingtaine d’années, connu pour sa fonction à la mairie de Malaimbandy, était le commanditaire du braquage d’un bar, suivi d’enlèvement et de viol. Les faits se sont déroulés à Morondava, le mardi 16 janvier à 22h, à Nosikely.Le weekend, le fokonolona avait arrêté un suspect, lequel avait prêté aux bandits une pirogue pour embarquer une fille de 17 ans kidnappée vers la forêt de Betania, près du port. La police a confisqué cette chaloupe. Le captif a été livré au commissariat pour être auditionné. Il a révélé au cours de l’enquête les noms des auteurs principaux du hold-up, doublé d’enlèvement. Pris en filature, le cerveau de l’affaire et son homme de main n’ont pas échappé au piège tendu par les forces de l’ordre.

« Wanted »Mitraillé de questions,  le trio a baissé pavillon. Ils ont reconnu avoir perpétré ces crimes atroces, mais n’ont en revanche pas révélé leurs  motivations. « Cette tête pensante de l’opération est le voisin de la victime. Il était présent à Morondava pendant le déroulement de toute la scène », a raconté le chef du commissariat local. Ce gangster et ses deux comparses ont été présentés au juge d’instruction. La décision du parquet été annoncée tard dans la nuit, aux alentours de 23h 15, selon les premiers éléments de l’investigation.Le commissaire de police de Morondava a indiqué que deux individus ayant pris part aux opérations sont toujours recherchés. Ce gang n’a pas obtenu la rançon de 8 millions d’ariary qu’il a demandée aux parents de l’otage. Celle-ci a été finalement abusée et a été abandonnée au milieu de la forêt pendant toute la nuit. La gendarmerie, le fokonolona et la police l’ont cherchée, mais en vain. « Epuisée, elle a essayé de sortir de la forêt et de rentrer chez elle, le matin. Des pêcheurs l’ont alors retrouvée et ont prévenu les habitants », a raconté un proche de la victime.Les dernières informations obtenues racontent qu’elle est sortie de l’hôpital principal de Namahora le weekend. Le médecin, joint par téléphone, a affirmé qu’il n’y a aucune  inquiétude à avoir sur son état de santé.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Général Eric Vidaud – Les FAZSOI répondent présent en appui

En ca de sollicitation, les FAZSOI peuvent appuyer dans la lutte contre les exportations illicites des ressources naturelles.

Opérationnalité. Un volet inhérent aux Forces armées de la zone Sud de l’océan Indien (FAZSOI), selon le général Eric Vidaud, son commandant supérieur. Une opérationnalité qui à entendre ses explications, peut être appliquée à appuyer les pays partenaires dans la région en matière de sécurisation maritime, en cas de sollicitation.« On peut être une force de frappe mutualisée pour les autres pays tant que cela reste dans le domaine légal », a déclaré le général Vidaud, en marge d’une cérémonie de remise de matériel de communication à l’armée malgache, à la résidence de France, hier. Nouvellement nommé commandant supérieur de la FAZSOI, l’officier général a profité de cette remise de matériel pour se présenter auprès du commandement des Forces armées malgaches.Durant une discussion avec les journalistes présents, le général Vidaud a expliqué que les FAZSOI étaient une force de souveraineté de la France dans cette zone de l’océan Indien. Une force de présence qui peut aussi intervenir dans « l’exfiltration des ressortissants », lorsqu’ils sont en danger. La lutte contre le trafic de drogue, ou encore, l’immigration clandestine figurent aussi, parmi les missions des FAZSOI.

EnvisageableDans le cadre de la lutte contre les trafics, la question sur la possibilité ou non pour ces forces françaises d’appuyer Madagascar dans la lutte contre le commerce illicite de ses ressources naturelles, comme le bois de rose, a été posée à leur commandant supérieur. Le fait que les forces de défense malgaches peinent à quadriller nos frontières et nos territoires maritimes facilite la tâche aux trafiquants. Les FAZSOI ont, pourtant, l’avantage d’avoir des bâtiments de guerre à leur disposition.Selon le général Vidaud, l’option d’un appui des FAZSOI est envisageable. Seule­ment, pour des questions de respect de la souveraineté d’autrui, une intervention des forces françaises de l’océan Indien ne se fera que dans les mers internationales et à la suite d’une sollicitation des autorités malgaches. Toujours en marge de la cérémonie de remise de matériel de communication d’hier, le général Béni Xavier Rasolofo­nirina, ministre de la Défense nationale, a indiqué, lui aussi, que c’était une solution envisageable.Seulement, selon les explications du général Rasolofonirina, cela relève, du domaine de l’accord de défense. Il faudrait redéfinir un accord de défense entre Madagascar et la France. En l’état actuel des choses, les relations militaires entre les deux pays relèvent juste du cadre de la coopération. « Nous ne devons pas attendre les autres se charger de notre défense et de notre sécurité. Les aides ne doivent être que sur le plan matériel. Nous devons prendre nos responsabilités et nous donner les moyens », a déclaré le ministre de la  Défense nationale.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – Un enseignant suspecté d’avoir frappé un élève

Le directeur d’une école privée dans la Circonscription scolaire (CISCO) de Toamasina II est accusé d’avoir frappé l’un de ses élèves. La victime, âgée de 6 ans, a présenté des bleus au niveau de ses cuisses. Sa mère a découvert les signes de violence, lorsque le petit est rentré de classe. Elle a alerté les autorités compétentes. La direction régionale de l’Éducation nationale à Atsinanana soupçonne l’implication de cette personne dans cette violence. Le directeur de l’établissement a nié  les accusations portées contre lui. Il n’aurait pas frappé l’enfant.Lors de la descente des responsables de la DREN Atsinanana dans cet établissement, il a été convenu que l’établissement sera fermé. Des irrégularités ont été constatées dans cette école qui n’aurait que six élèves et deux enseignants, dont le directeur. « L’école ne dispose pas d’une autorisation d’ouverture. Et ses enseignants n’ont pas d’autorisation d’enseigner », explique le ministère, hier.Le ministère de l’Éducation nationale a déjà notifié l’interdiction de punitions corporelles sur les élèves. C’était en avril 2017, une surveillante d’une école à Anjanahary a été filmée en train de frapper à plusieurs reprises une élève.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – France – Faneva Ima rejoint Le Havre

Le capitaine des Barea de Madagascar quitte le FC Sochaux, pour rejoindre Le Havre Athletic Club. Le coût du transfert est de 400.000 euros, selon les médias français. 

De l’Alsace vers la Normandie, de l’Est de la France vers la côte nord-occidentale. Faneva Andriatsima, trente-trois ans actuellement, quitte le FC Sochaux-Montbéliard, où il évolue depuis l’été 2016. Il a donc disputé une saison et demie avec le club sochalien, pour un bilan de 16 buts en 47 matches. Il était encore sous contrat jusqu’au mois de juin prochain, mais son transfert était inévitable. Le capitaine des Barea de Madagascar rejoint Le Havre Athletic Club, pensionnaire de deuxième division française comme le FCSM, contre un chèque de 400.000 euros. « L’attaquant du FC Sochaux, Faneva Andriatsima, va s’engager pour dix-huit mois avec le HAC. Dans cette opération, le club doubiste récupérera 400 000 euros, dont 150 000 de bonus », peut-on lire dans le journal L’Equipe.Le capitaine des Barea de Madagascar se lance ainsi un nouveau challenge dans sa carrière en France, entamée il y a une dizaine d’années. Il avait découvert l’Hexagone avec le FC Nantes (2007/09). Par la suite, il a joué pour l’AS Cannes (2008), l’US Boulogne (2008/09), l’Amiens SC (2009/10), l’AS Beauvais (2010/12). Sa plus longue aventure, c’était avec l’US Créteil-Lusitanos, où il a évolué pendant quatre exercices (2012/16). A l’été 2016, il a été transféré au FC Sochaux-Montébliard, qu’il quitte donc cette semaine pour le Havre AC, son huitième club en France.

Volonté inéluctableDepuis plusieurs semaines, l’ancien attaquant de l’Uscafoot était annoncé sur le départ. Il y a quelques jours, il avait dévoilé au grand public les raisons de son divorce annoncé avec Sochaux, via des entretiens avec quelques médias de l’Hexagone. Il a parlé d’un souci de prolongation de contrat et de revalorisation salariale. Une première offre de 80.000 euros  de la part du Havre était tombée, il y a une dizaine de jours. Celle-ci a grimpé à 200.000 par la suite. Après négociations, les deux parties ont finalement trouvé un accord à 400.000. « Faneva Andriatsima devrait rejoindre Le Havre. Je regrette beaucoup ce départ, mais malheureusement, c’était inéluctable avec la volonté du joueur. C’est dommage, mais passons vite à autre chose. Bonne continuation à lui. Rien n’est encore officiel mais je voulais prendre les devants pour tourner la page et me concentrer immédiatement sur les matches à venir», a annoncé le coach du FCSM, Peter Ziedler, lundi en conférence de presse, pour confirmer le transfert de l’international Malgache. On attend avec impatience les débuts de Faneva Ima avec sa nouvelle équipe. Pourquoi pas dès ce samedi, avec la confrontation entre Le Havre et Nîmes, pour le compte de la 23ème journée de Ligue 2.

Le Havre AC, un membre du top 5

En s’engageant avec le Havre Athletic Club, Faneva Andriatsima rejoint un membre du top 5 du championnat de France deuxième division. Le club normand se trouve actuellement à la cinquième place du classement général de la Ligue 2, après 22 journées. Il compte 37 points, soit une unité de moins que l’AC Ajaccio et Paris FC, campés aux troisième et quatrième places. En tête le Stade de Reims (53) et Nîmes (43) sont plus loin. Le capitaine des Barea de Madagascar rejoint également une institution créée en 1884. Le Havre est ainsi l’un des plus vieux clubs français.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Ambato Boeny – Un gendarme abattu et dépouillé de son Kalachnikov

Bravant la mort sur le champ de bataille aux côtés de trois de ses frères d’armes, un gendarme de la brigade territoriale d’Ambato Boeny a été abattu. Encerclé par une meute de dahalo armés de fusils, ce gendarme de première classe a été arrosé de balles. Ses bourreaux l’ont délesté de son Kalachnikov, dont la boîte chargeur contenait une trentaine de munitions lorsqu’il a quitté la caserne pour remonter les pistes d’un troupeau dérobé dans la localité de Beroatra.Cet accrochage meurtrier a éclaté avant-hier aux petites heures à Ambesisika, un village situé à environ 70 kilomètres du chef lieu de district d’Ambato Boeny.Se heurtant de plein fouet aux  malfaiteurs, les quatre gendarmes engagés dans la mêlée ont infligé un cinglant camouflet aux brigands, contraints de battre en retraite et d’abandonner au passage leur butin. Onze têtes de bovidés ont été  au total récupérées.Dans leur repli, les dahalo ont néanmoins pris en tenaille le gendarme de première classe, lequel se trouvait un peu en retrait selon  les informations recueillies sur place. Seul face aux bandits en surnombre, il n’a par survécu. Du renfort a été dépêché sur place pour récupérer son corps sans vie. Hier, sa dépouille mortelle était en route pour Ambato Boeny.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Entrepreneuriat – La création d’entreprise reste compliquée

Les observateurs économiques perçoivent une très faible motivation de la population à se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat, plus précisément dans la création d’entreprise. Depuis quelques années, l’État, avec plusieurs organisations et associations, encouragent les jeunes dans ce secteur afin de promouvoir le développement économique de la Grande île. Mais avec le résultat de l’année dernière, où moins de 2% des nouveaux diplômés seulement ont pu créer leur propre entreprise, la création d’entreprise n’est pas vraiment aisée. La majorité de la population travaille dans des secteurs non-industrialisés, comme l’agriculture ou l’artisanat, ce qui constitue a priori un blocage pour le développement du pays.Face à cette stagnation, voire la régression de la création d’entreprise, l’organisation «Centre d’excellence en entrepreneuriat,» appelé Le Ceentre, qui œuvre pour la promotion de l’entrepreneuriat à Madagascar décide de collaborer avec l’organisation non-gouvernementale Entraid, actif dans le secteur de l’aide humanitaire et aide au développement. Donc, afin d’apporter leur contribution au développement socio-économique de Madagascar en optant pour la création d’entreprise et la création d’emploi, ces derniers ont pris ensemble l’initiative d’organiser, du 27 janvier au 3 février, un programme de formation en entrepreneuriat sous le thème «Je crée et je gère mon entreprise», tiré de l’ouvrage de Patrick Arnagger, vice-président de l’ONG Entraid «Aide Conseils: créer et gérer une entreprise».«Cette formation fera découvrir à nos participants une approche éthique et responsable de la création et de la gestion d’entreprise. Le programme ne se basera pas seulement sur les différents points techniques de la création d’entreprise, l’on apprendra aussi aux entrepreneurs participants ce qu’est la culture d’entreprise», souligne Riveltd Rakotomanana, directeur exécutif de l’organisation Le Ceentre. D’après ce responsable, le programme est ouvert à tout public et à tous les domaines d’activités. Outre la formation classique avec le livre de Patrick Arnagger, les participants pourront aussi suivre la formation en ligne sur Facebook, avec des conseils personnalisés selon leurs secteurs d’activités.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Amnistie – Des dossiers en attente à la Cour suprême

Devoir de rattrapage. Cinquante deux dossiers d’amnistie attendent d’être remis au Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) par une branche de la Cour Suprême. Bien que quelques cas aient déjà été réglés, ces dossiers datent de l’ancienne version de l’institution, qui envisage d’envoyer une lettre au ministère de la Justice pour relancer les dossiers restants. Joint au téléphone hier, le président du CFM, Alphonse Maka, a déclaré que la part du travail de l’ancienne équipe avait été accomplie. « Il ne nous reste qu’à attendre que ces dossiers nous reviennent afin de savoir qui sont les personnes amnistiables », a-t-il soutenu. Toutefois, il assure que l’octroi d’une amnistie ne se fait que dans le cadre de la réconciliation nationale. « Nous ne nous référons pas à l’élection à venir ou à d’autres paramètres politiques. Nous le faisons dans le cadre de la réconciliation nationale », a-t-il affirmé.Le processus à suivre pour arriver à l’amnistie a changé depuis la dernière version du CFM. Aupara­vant, le CFM ne faisait que constituer les dossiers des requêtes pour les envoyer ensuite à la commission spéciale pour l’amnistie (CSA) au sein de la Cour suprême. Cette commission donnera ensuite son avis sur les cas amnistiables ou non.

Avis juridiqueDésormais, le CFM envoie les requêtes à la commission spéciale indépendante pour l’amnistie (CSIA), qui fera un état de tous les dossiers et donnera un avis juridique à chaque dossier avant de les renvoyer au CFM. Cependant, la décision finale du CFM n’est en aucun cas liée à l’avis juridique de la CSIA. « Si la CSIA donne son avis sur une personne et qu’il s’avère être amnistiable, au niveau du CFM cette même personne pourrait ne pas être amnistiée après les résultats des investigations faites à son sujet si nécessaire », a souligné Alphonse Maka. L’avis de la CSIA ne repose alors que sur l’application stricte de la loi.Le président du CFM a soutenu ces propos en prenant l’exemple d’un mea culpa public. « Il se peut que le CFM demande à la personne concernée de faire un mea culpa en public. Si elle ne daigne pas le faire malgré l’avis de la CSIA en sa faveur, elle ne pourra pas bénéficier d’une amnistie », a-t-il expliqué. On peut penser que le CFM tente de prouver son indépendance, mais d’un point de vue juridique, cette nouvelle procédure peut entraîner un malentendu entre la justice et l’institution.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Circuit mondial U18 d’Afrique de l’Est – Narindra Ranaivo en quarts de finale

Une victoire sur trois rencontres. C’est le bilan de la journée d’hier pour les trois joueuses malgaches en lice au circuit mondial U18 d’Afrique de l’Est - grade 5 qui se poursuit cette semaine sur les courts du Nairobi Tennis Club.C’est Narindra Ranaivo, actuelle 775ème mondiale chez les juniors qui a pu se frayer un chemin pour les quarts de finale. Exemptée du premier tour, Narindra Ranaivo a dominé hier la Britannique Scarlett Hutchinson, 1213ème mondiale en deux petits sets (6/1 6/4). Un match qui s’est joué en un tour d’horloge et qui a donc tourné à l’avantage de la Malgache jouant sur ses terres car qu’elle est pensionnaire au centre d’entraînement de la Fédération internationale de tennis de Nairobi.En quarts de finale, Narindra Ranaivo, qui aura 15 ans cette année, sera opposée ce jour à sa camarade d’entraînement, la Gabonaise Célestine Avomo (18ans), tête de série numéro un du tournoi et 226ème mondiale chez les juniors. Un vrai challenge pour Narindra dont la prestation est suivie de près par son coach Francis Rogoi.Pour Mialy Ranaivo, le parcours s’est arrêté en huitièmes de finale. Après avoir gagné contre l’Indienne  Anjum Shaik Mubashira (780ème mondiale) en deux petits sets 6/3 6/3, Mialy s’est inclinée devant la Burundaise Aïcha Niyunkuru (365ème mondiale) en deux sets 4/6 1/6.Même constat pour Finaritra Andriamadison qui a joué hier les huitièmes de finale contre la Russe Ksenia Shikanova  537ème mondiale. Elle a été surclassée 2/6 4/6. «C’était dur comme match. J’ai été dépassée dans le premier set. Au second j’ai mieux joué les points importants. Après ce n’était pas assez pour inquiéter mon adversaire qui était en totale confiance», rappelle Finaritra Andriamadison.En doubles, Finaritra Andriamadison s’est alliée à l’Américaine Kushi Ganeriwala. Elles ont perdu en huitièmes de finale 2/6 1/6 contre l’Indienne Anjun Shaik Mubashira et la Turque Melissa Yakup Pour.Chez les garçons, Sampras Rakotondrainibe et le Rwandais Bertin Karenzi se sont inclinés contre la paire italienne composée de Marcello Serafini et de Samuel Vincent Rugger (0/6 3/6).Mialy Ranaivo, associée à l’Américaine Viktoria Sasinka, aura à jouer contre sa sœur Narindra Ranaivo et sa partenaire burundaise Hoziane Kitambala. A l’heure où nous mettons sous presse le match n’a pas encore commencé à cause d’un retard dû à des matches âprement disputés.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Rdj Mozika Awards – Les jeunes talents dominent la liste des nominés

L’année 2017 aura été un bon cru pour les mélomanes. Alors qu’on est au début de l’année, un grand indicateur vient de tomber, la liste des nominations aux Rdj Mozika Awards. Initiés par la Radio des jeunes, cet événement gratifie les chanteurs, organisateurs de spectacles, Beatmakers et les groupes musicaux les plus méritants de l’année. L’année dernière étant productive, plusieurs nouveaux talents et surtout les jeunes ont émergé. L’événement laisse ainsi la part belle aux nouveautés et aux découvertes dans sa sélection des meilleurs artistes et groupes de l’année 2017. Comme chaque année, tout le pouvoir est entre les mains du public. Les votes ont déjà débuté depuis le 2 janvier et se clôtureront le midi du 3 février. Sur vingt- deux catégories, plus d’une cinquantaine d’artistes se départageront les votes du public.Les heureux lauréats seront connus au Centre de conférence international d’Ivato, le 3 février.Parmi ces nouvelles révélations de l’année 2017 qui garnissent la sélection des auditeurs et des organisateurs de cette remise de prix, on retrouve, entre autres, Chantal dans la catégorie révélation féminine de l’année. Dans la catégorie artiste masculine, le jeune Elidiot trône aux côtés de Wawa. Cette année, Rak Root’s fait la course en tête avec quatre nominations (« Artiste de l’année », « Mozika EDM » avec son tube Tania, « Mozika AFD » et «Mozika RNB »), suivi par Stephanie, Shyn, Denise…, nommés deux fois chacun. La plupart des artistes qui ont marqué l’année y figurent, dans l’une ou l’autre des catégories.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Vente d’armes – Un membre des forces de l’ordre recherché

Affaire de kalachnikov. Après un placement sous mandat de dépôt de cinq individus inculpés pour trafic d’armes, un membre des forces de l’ordre est activement recherché. Ces mercenaires, dont un commando ayant suivi un service légal militaire, ont été cueillis à Androndrakely, jeudi 18 janvier. Les éléments de l’unité d’intervention rapide et les policiers du commissariat central de Tanjombato n’y étaient pas allés de main morte pour les chasser. L’identité de ce cerveau de l’affaire, en possession de quelques kalachnikovs, reste pour l’heure dans le secret de l’enquête, selon les explications d’un enquêteur, hier. A la suite de notre investigation auprès de trois corps, gendarmerie, police et forces armées, aucun d’eux n’a constaté une fuite d’armes jusque-là. Une vérification pourrait être entamée, selon les explications recueillies.Ce réseau mafieux vendait un kalachnikov à 5 millions d’ariary. Les cinq individus déjà écroués à la maison centrale d’Antani­mora, samed,i ont révélé qu’ils avaient déjà soldé deux fusils de chasse à une association de malfaiteurs. La police est à la trousse de ce gang complice des mafieux et contrebandiers d’armes dans la capitale.Un pistolet automatique, huit balles avec une cartouche, ont été pris sur l’un des bandits lors du coup de filet à Androndrakely, la semaine dernière. Celui-ci a failli tirer sur le commandant adjoint de l’UIR, mais il a été vite attrapé.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Études supérieures – Maurice courtise les étudiants malgaches

Les grandes écoles européennes à la portée des étudiants malgaches. C’est la campagne lancée actuellement par le campus universitaire mauricien, Uniciti Education pour séduire les jeunes. Il va organiser sa deuxième journée portes ouvertes ce samedi à l’American Center Tanjombato.L’évènement laisse de nouvelles opportunités aux étudiants de s’informer sur l’offre disponible en enseignement supérieur de grande qualité et d’orienter les futurs bacheliers, les étudiants déjà diplômés, ou tout simplement ceux qui sont à la recherche de formation pour renforcer leur capacité professionnelle.Plusieurs institutions françaises de grande notoriété y seront ainsi présentes, à savoir l’école Centrale de Nantes, l’Université Paris II Panthéon Assas, SUPINFO, l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, ESCP Europe et  l’ESSEC Business School.Le Campus UNICITI Education basé à l’île Maurice répond parfaitement aux attentes de nombreux étudiants malgaches, en proposant un cursus bilingue et innovant. Le campus met à disposition toute une panoplie de formations de qualité qui permettront à chacun d’accéder au métier qui l’ntéresse.

L. R.

L'express de Madagascar0 partages

Rallye Raid – KTM étend son record au Dakar

L’Autrichien Matthias Walkner a offert un dix-septième Dakar d’affilée à KTM Factory Racing. Il succède à son équipier Sam Sunderland au palmarès.

Quelle domination ! KTM vient de signer une dix-septième victoire de rang, au Dakar. Au terme de la quatorzième et ultime étape de samedi, à Cordoba (Argentine), l’Autrichien Matthias Walkner a assuré sa première place au classement général, avec un cumul de 43h 06min 01sec, après plus de 5 000 km d’épreuves spéciales et 4 000 km de liaison à travers le Pérou, la Bolivie et l’Argentine. Il a devancé l’Argentin Kevin Benavides (Honda) et l’Australien Toby Price (KTM), sur le podium de cette édition 2018. Walkner succède à son équipier, Sam Sunderland, au palmarès du plus célèbre et du plus dur des rallye-raids.Plus ouvert que jamais, le premier rebondissement dans la catégorie moto est venu avec l’abandon prématuré de Sam Sunderland dans les dunes de San Juan de Marcona, au quatrième jour. C’est le tenant du titre, vainqueur de deux des trois premières étapes, qui laisse alors le champ libre à une meute affamée… et emmenée par les jeunes Adrien van Beveren (Yamaha) et Kevin Benavides (Honda). Les deux hommes ont mis à mal l’habituelle domination de KTM. Ils se sont échangé la tête du général à plusieurs reprises. Une bataille entrecoupée des coups d’éclats de Joan Barreda ou Antoine Meo, avant une intense et dévastatrice dixième étape. Une étape qui aurait dû permettre à Barreda de triompher sur ses terres, mais qui aura finalement mis fin à ses espoirs avec une terrible erreur de navigation dans les rios de Belén en fin de spéciale.

L’Autrichien était en extase à l’arrivée finale.

Deux katoches sur le podiumC’est Matthias Walkner et Van Beveren qui ont réussi à tirer leur épingle du jeu, durant cette dixième spéciale décisive. Mais le pilote Yamaha a lui aussi chuté lourdement par la suite et a été contraint à l’abandon. Résultat, Walkner s’est retrouvé seul devant. L’Autrichien n’avait plus qu’à gérer. Et c’est ainsi qu’il a remporté le plus beau fait d’armes de sa carrière et a permis à KTM de maintenir une incroyable série de dix-sept succès consécutifs. Et encore, Toby Price a réussi à arracher la troisième place, ce qui fait donc deux katoches sur le podium.À l’arrivée finale, Walkner était en extase. « C’est complètement fou. Mon but était de me faire une place sur le podium. C’était très serré. La dixième étape a été la clé dans ce rallye. C’est un rêve qui se réalise. C’était un Dakar fou, le niveau était tellement élevé. On était cinq ou six à pouvoir gagner et j’ai été le plus chanceux. Il faut de la chance, parfois on en a et parfois non. Cette fois, elle était de mon côté », lance celui qui vient de boucler son quatrième Dakar avec une première victoire, aux commandes d’une 450 Rally.

Carlos Sainz décroche son deuxième Dakar après 2010.

Peugeot termine en beauté avec Sainz

Peugeot termine sur une bonne note. Pour son dernier Dakar, la marque au Lion a signé une troisième victoire en quatre participations. La première place de la catégorie auto est revenue à l’Espagnol Carlos Sainz, associé à son compatriote Lucas Cruz, au terme de la quatorzième et ultime étape de samedi, à Cordoba (Argentine). Peugeot a aligné un véritable Dream Team cette année, avec également Stéphane Peterhansel, Sebastien Loeb et Cyril Despres. Mais Loeb a été contraint de jeter l’éponge, tout comme Peterhansel après un accident. Heureusement, il est resté El Matador qui signe ainsi son deuxième succès après celui de 2010. Sur le podium, sa Peugeot 3008 DKR Maxi N.303 devance les Toyota du Qatarien Nasser Al-Attiyah et du Sud-Africain Giniel de Villiers.Carlos Sainz fait partie du cercle fermé des pilotes à avoir remporté le championnat du monde de rallye WRC ainsi que le Dakar. Ils sont trois au total dont les Finlandais Juha Kankkunen et Ari Vatanen. L’Espagnol devient le vainqueur auto le plus âgé, à 55 ans et 284 jours. « Je suis très content. C’est une récompense magnifique. La joie est immense, cela me rappelle ma dernière saison de WRC en 2004, je m’étais imposé sur le rallye de Cordoba, exactement sur les mêmes pistes qu’ici avec le Dakar. J’ai connu des abandons ces dernières années, mais j’ai toujours fait de mon mieux. Et cette fois-ci, c’était un Dakar très dur. Maintenant, je vais profiter de cette victoire et voir ce que je ferai à l’avenir. Peugeot se retire et moi, je vais en discuter avec ma famille », s’exclame-t-il à l’arrivée finale.

La 450 Rally, une machine de dernière génération

C’est donc la dix-septième victoire consécutive de KTM au Dakar. Le rallye-raid a vu plusieurs modèles du constructeur autrichien sur la plus haute marche du podium. Citons la LC4 660R, la LC8 950R, la 690 Rally et, depuis 2011, la 450 Rally. Cette dernière en est donc à huit succès aujourd’hui, avec à son guidon l’Espagnol Marc Coma (2011/14/15), le Français Cyril Despres (2012/13), l’Australien Toby Price (2016), l’Anglais Sam Sunderland (2016) et cette année, l’Autrichien Matthias Walkner. KTM a atteint l’objectif fixé en novembre, lors de la présentation du dernier millésime de la 450 Rally, au salon EICMA de Milan, qui était de remporter une nouvelle fois le Dakar. Les deux ans de développement de la firme de Mattighofen ont porté leur fruit, avec une machine bien plus rapide et plus légère, qui a également gagné en stabilité et en agilité. Derrière des carénages redessinés, on retrouve un tout nouveau cadre taillé sur mesure. Grâce à cette nouvelle conception, un espace a été libéré entre la tête de fourche et le boitier de filtre à air, ce qui permet d’y loger la batterie et les composants électriques. La répartition des masses est ainsi optimisée. Enfin, la partie arrière a été repensée avec un bras oscillant et un amortisseur redéfini. En plus de la partie cycle revue de fond en comble, la dernière 450 Rally se voit équipée d’un nouveau monocylindre 450 cm3. Le bloc a notamment reçu un nouveau corps d’injection. D’après KTM, il en résulte un pic de puissance plus important et une réponse plus franche de l’accélérateur, ainsi que de meilleures aptitudes de fonctionnement dans les altitudes élevées. Tout un ensemble qui a permis à Walkner d’étendre le record du constructeur autrichien au Dakar.

L’Espagnole apporte une touche glamour au team KTM Factory Racing.

Laia Sanz termine en douzième position

Qui a dit que le Dakar était réservé aux hommes ? Pour sa huitième participation, Laia Sanz a signé une belle douzième place du général. Également au guidon d’une KTM, l’Espagnole a bataillé dur pour obtenir ce résultat. C’est son deuxième meilleur classement, après la neuvième position décrochée en 2015. « Il y avait beaucoup de poussière et c’était difficile à manœuvrer. Il avait Nosiglia assez proche de moi au général. Et donc, j’ai poussé et j’ai réussi à le dépasser. Par la suite, je me suis calmée. Je suis très contente de cette douzième place. Je suis très proche du top 10, je ne peux pas demander plus », déclare-t-elle à l’issue de l’ultime épreuve spéciale. Laia Sanz espère une présence un peu plus importante de la gent féminine, au Dakar, dans les prochaines éditions : « Je suis particulièrement heureuse d’avoir disputé le Dakar huit fois et d’avoir terminé à chaque fois, ce qui est toujours compliqué. J’espère que plus de femmes oseront courir le Dakar à l’avenir. »

Cette photo d’Eric Vargiolu a été élue à l’unanimité par le jury.

La meilleure photo à Eric Vargiolu

Chaque année depuis 2011, un prix est décerné au photographe qui réalise le meilleur cliché des coureurs du Dakar. Il porte l’appellation de Prix Emilie-Poucan. Pour l’édition 2018, il est revenu à Eric Vargiolu, photographe pour l’agence DPPI, qui a couvert son quarantième Dakar cette année. Sa photo a été élue à l’unanimité par le jury. « J’avais étudié cette étape et observé que les premières voitures partaient à 6 heures du matin, au moment du lever du soleil et que le cap général des concurrents était plein Est, ce qui permettait d’avoir un éclairage parfait et bénéficier des premières lueurs du soleil en espérant qu’il n’y ait pas de brume matinale. Pour la première fois, les voitures partaient en premier, du coup il n’y avait aucune trace des motos. Cas exceptionnel ! », explique-t-il à propos de son instantané.

Textes : Haja Lucas RakotondrazakaPhotos : AFP

L'express de Madagascar0 partages

Football – Afrique – Ahmad à l’investiture de Weah

George Weah, ancien Ballon d’Or France Football 1995, a prêté serment lundi, au stade Samuel-Kanyon-Doe, à Monrovia. Le nouveau président du Liberia a invité plusieurs personnalités du football, à cette occasion, comme les anciennes stars Samuel Eto’o et Didier Drogba. Ahmad, président de la Confédération Africaine de Football, était présent, accompagné de plusieurs autres membres de la CAF. Selon le site web « cafonline.com », le président Ahmad et sa suite ont, après l’investiture, tenu une réunion au siège de la Fédération libérienne avec les acteurs du football de ce pays. La secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, également invitée à l’investiture, y a pris part. George Weah, âgé actuellement 51 ans, avait été élu le 26 décembre avec 61,5% des voix au second tour de l’élection présidentielle. Ancienne star du ballon rond libérien et africain, il a délaissé le cuir en 2005 pour se lancer en politique. Le voilà maintenant investi président devant trente-cinq personnes, dans une enceinte mythique qu’il a souvent fréquentée, avec la sélection nationale du Liberia.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Boeny – Mieux lutter contre la peste

Un atelier pour lutter contre l’épidémie pesteuse favoriséeL’atelier de renforcement de capacité technique de la Cellule environnementale régionale vise l’amélioration de la gouvernance environnementale dans la région Boeny. L’atelier a été organisé par la direction régionale de l’Environnement, l’écologie, de la mer et de la forêt sous la houlette du directeur, Josette Rakoto­arimanana, à la Chambre de commerce et d’industrie de Mahajanga, lundi et mardiC’était surtout une opportunité pour les participants de partager les informations relatives à la lutte contre la peste, une épidémie favorisée par les problématiques environnementales comme les feux de brousse et la mauvaise gestion de déchets. Des guides verts et des fiches techniques de sécurité sur les produits chimiques utilisés durant la désinfection, ont été distribués aux participants.Pour 2018, la Cellule environnementale régionale de Boeny se focalisera sur le traitement des thématiques  dont la gestion de la pollution urbaine, surtout des déchets ménagers, ainsi que la lutte contre la déforestation et les feux de brousse, en particulier le phénomène migratoire qui menace les ressources forestières de la région. La maîtrise del’exploitation illicite d’agates dans l’Aire protégée du complexe Mahavavy-Kinkony et le suivi de la conservation d’Angonoka figureront aussi parmi ces priorités.Il est également prévu de mettre en œuvre, au niveau régional, la Stratégie nationale d’information et de communication environnementale sur le Développement durable. Et ce, sur des thèmes tournant autour de la peste, la pollution et la vaccination et sur l’amendement de l’arrêté régional de la mise en place de la cellule environnementale régionale Boeny ainsi que sur l’élaboration d’un plan de suivi des activités.La deuxième journée de l’atelier, hier, a été consacrée à une descente sur les lieux de désinsectisation dans différents quartiers de Mahajanga.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Afrique du Sud – Décès de la légende du jazz Hugh Masekela 

Le monde de la musique en deuil. Le légendaire Hugh Masekela est mort hier, suite à un cancer de la prostate

Légende sud-africaine du jazz et figure de la lutte contre l’apartheid, le trompettiste et chanteur Hugh Masekela est décédé hier à l’âge de 78 ans, suscitant une pluie d’hommages pour saluer sa musique « intemporelle » et son engagement politique.«C’est avec une immense tristesse que la famille de Ramapolo Hugh Masekela a annoncé son décès. Après une courageuse bataille contre un cancer de la prostate, il est décédé paisiblement à Johannesburg, entouré de ses proches», a rapporté la famille dans un communiqué. (…)«Un géant (de la musique) nous a quittés», a réagi le musicien sud-africain Johnny Clegg. «Extraordinaire ambassadeur de l’Afrique du Sud pendant six décennies, en tant que musicien et militant politique», il a «inventé son propre style qui a profondément marqué le jazz sud-africain».Hugh Masekela avait fui le régime de l’apartheid dans les années 1960 et n’était rentré dans son pays qu’après la libération en 1990 de Nelson Mandela, icône de la lutte contre le racisme institutionnel.

CombatParmi ses plus grands tubes figurent  »Bring Him Back Home » (Ramenez-le chez lui), en hommage au futur prix Nobel de la paix, et «Grazing in the Grass», un morceau instrumental à la trompette rythmé par… une cloche de vache.Adolescent, il avait reçu sa première trompette d’un prêtre engagé dans la lutte contre le régime de l’apartheid, Trevor Huddlestone. «Je l’ai prise et je me suis senti comme un poisson dans l’eau», racontait Masekela.Elevé par sa grand-mère dans la petite ville de Witbank (nord), il expliquait que c’était là, entouré de mines de charbon, que son «âme avait été emportée par la musique». (…)Après un passage à Londres, il étudie à New York, à la Manhattan School of Music.Aux Etats-Unis, il fréquente des géants de la musique, comme Jimmy Hendrix, David Crosby, Marvin Gaye, Dizzy Gillepsie ou «Mama Africa», la chanteuse sud-africaine Miriam Makeba, dont il tombe amoureux. Leur mariage durera deux petites années…Il chante l’oppression et le combat. Dans le titre «Stimela», il rend hommage aux travailleurs noirs qui partent en train vers les mines. Dans le très entraînant  »Thanayi », il raconte le combat d’une femme pour trouver de la nourriture.La vie de Hugh Masekela a été marquée par les excès…

AFP

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Le diagnostic des cellules progresse

Échanges fructueux. L’étude et le diagnostic des mutations cellulaires (ou la cytopathologie), progressent. La Corée du Sud vient de nous doter d’un microscope à multi-têtes de très haut niveau et d’une caméra qui permettront d’examiner avec plus de précision les cellules. « La cytopathologie permet d’identifier la maladie qui affecte une personne, notamment, le cancer, la tuberculose, et d’autres maladies. C’est à partir de l’analyse des cellules qu’on peut confirmer un cas de cancer, et non de la radiologie », explique le professeur Nantenaina Soa Randrian-jafisamindrakotroka, chef du laboratoire d’anatomopathologie et de cytophatologie au sein du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) et président de la Société Malgache de cytophatologie . C’était à Ampefiloha, lundi, dans le cadre de l’ouverture du séminaire sur l’anatomo-pathologie qui durera trois jours. C’est la troisième fois que ces Sud-Coréens sont venus à Madagascar, pour le même thème. Des échanges d’expérience, des donations d’outils d’analyse, du renforcement de capacité se sont tenus pendant la rencontre entre les équipes malgache et sud-coréenne.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Un poids lourd barre la route

Un gros poids lourd chargé d’un conteneur s’est couché et a coupé la route nationale n°2, dans la nuit de lundi à hier, précisément à Beforona, district de Moramanga. Le chauffeur aurait somnolé, selon les témoignages obtenus. Il a failli terminer sa course dans un ravin. L’accident n’a fait aucune victime.

L'express de Madagascar0 partages

Des peuplades disparues dans le Nord-Est

Jacques de La Salle, dans ses Notes, présente Madagascar, du Pays du Nord (lire précédente Note) à celui des Antemoro. Il poursuit avec les Antimanahars, sans doute les voisins des Antakarana, car eux aussi « habitent Manahara » (où il y a des rochers) qui est également leur chef-lieu. Toutefois, ce peuple nombreux élève des cochons à côté des bœufs et des volailles, tout en cultivant surtout du riz. Il est gouverné par un chef héréditaire mais pas absolu. Ce territoire est riche en bois de construction.Viennent ensuite les Antantsiniamians, un « peuple affable, hospitalier comme généralement tous les peuples de Madagascar ». Selon J.-C. Hébert, cette peuplade a aujourd’hui disparu. Et il estime qu’il faille apporter une rectification car d’Unienville à qui de La Salle dicte ses Notes, énumère comme habitants de la côte Est, les Antavaratra au Nord, les Antatsi­nanana au Centre, depuis Fenoarivo à Mangoro, les Antatsimo au Sud, depuis le Mangoro jusqu’à la baie Saint-Augustin, dans le Sud-ouest. Ce peuple produirait du riz, des volailles, des bœufs en petite quantité. La mer est également poissonneuse et les habitants ont les mêmes coutumes et les mêmes usages que les précédents.Les Sambarivo, peuplade qui, d’après J.-C. Hébert, «  a encore quelques représentants au fond de la baie d’Antongil », sont chassés par les Zafirabay (Zafirabe) et par les Antivakay de la baie d’Antongil. Ils occupent alors une province de l’est de cette baie jusqu’à Foulpointe. Benyowski parle des Sambarivo « dominés et mis à tribut par les Saphirabay. » Les Zafirabay est, selon les Notes de La Salle, un peuple nombreux. Selon Michel Petit, dans les« Annales de l’Université de Madagascar N°7 (1967) Zafirabay se traduit par « petit-fils de Bay » qui, pour lui, serait la transcription du mot Bey, chef arabe. Mais signale J.-C. Hébert, Bey est un mot turc et non arabe.« Ils vivent en Républiques fédératives, sous de petits chefs héréditaires, indépendants les uns des autres ». Depuis le Grand Mannahar, le peuple est très belliqueux et aime « ravager » ses voisins. Il construit de grandes pirogues en planches au moyen des gourabes, alors que dans le Nord, il n’y a que de petites pirogues à balancier. J.-C. Hébert explique que la gourabe est le nom donné aux grandes barques de l’Inde, à l’arrière plat, carré et haut, et généralement à deux mâts pouvant hisser des voiles carrées. Mais, précise-t-il, dans le texte dicté par de La Salle à d’Unienville, le terme gourabe semble être donné aux planches gauchies destinées à la carène du navire. Ceci, dit-il, semble confirmer l’origine étrangère des Zafirabay, les autochtones ne sachant pas, à cette époque, débiter un tronc en planches faute d’instrument adéquat, à l’exception de charpentiers arabes mieux outillés.Poursuivant la description, le Mémoire affirme qu’ils « sont traitres, pillards (…) Leur pays produit beaucoup de volailles, des cochons» (donc ils n’étaient pas islamisés ou ne l’étaient plus, note Hébert), du riz, du bois de santal (pour bois odoriférant, dixit Hébert), de la gomme arabique». De La Salle signale aussi qu’à Madagascar, c’est la seule contrée où il y a des animaux au contraire des crocodiles visibles un peu partout. Et jusqu’à Foulpointe, on trouve des ébéniers.Un peu plus au Sud, vivent les Zafibala (descendants de Bala). Ils ont le même genre de gouvernement que les précédents. Leur territoire très boisé a comme chef-lieu Tintingue. À côté d’eux, les Antevongo (ceux de l’Ivongo) occupent la Pointe à Larée, juste en face de Sainte-Marie. Les Antevongo dont le chef-lieu est Ivongo, forment « un peuple très coquin avec lequel il faut agir avec méfiance ». Comme chez les peuples précédents, ils pratiquent la riziculture, l’aviculture… Leur spécialité : la fabrication des plus beaux pagnes de l’ile et dans ce domaine, ils rivalisent avec les Saint-Mariens.À préciser que dans son « Essai sur Madagascar », d’Unienville garde la même subdivision pour les peuples du Nord. À savoir les Antan-karans, les vrais Antavarachs ou Antima­nahars, les Sambarives, les Antantsianiannars, les Zafirabés,les Anticavayes, les Zafibalas, les Antivougous, donnant ainsi crédit aux informations données par Jacques de La salle qui lui dicte ses Notes.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Cinq pilleurs d’accessoires autos piégés

Cinq hommes, dont quatre mineurs âgés de 12 à 25 ans se sont fait cueillir par les policiers du commissariat de la sécurité publique du premier arrondissement à Analakely, dimanche. Ils avaient pillé une voiture garée près de la Gastronomie pizza et raflé des accessoires, ainsi qu’une tablette valant plus d’un million d’ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Un homme perturbe les jugements supplétifs

Un homme d’une trentaine d’années a perturbé le déroulement des jugements supplétifs dans la commune urbaine de Fanambana, région de Sava, dans la nuit de lundi à hier. Il a été arrêté et attaché. Ses motivations ne sont pas bien déterminées, mais il était apparemment pris de boisson, selon un confrère local, dans un entretien téléphonique d’hier.

Midi Madagasikara0 partages

Vœux : Le FFKM à Iavoloha

Les dirigeants du FFKM se sont rendus hier à Iavoloha pour présenter leurs vœux au couple présidentiel. Monseigneur Samoela Jaona Ranarivelo, nouveau président de ce Conseil des églises chrétiennes, a encouragé le président de la République à diriger le pays dans la foi en Dieu. Pour sa part, Hery Rajaonarimampianina a évoqué la réconciliation nationale qui, selon lui, est la seule voie pour la stabilité.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

SOCIO……SCOPIE

Santé publique. Lors du conseil de gouvernement du 23 janvier à Mahazoarivo. Une communication verbale relative au lancement officiel du projet FCTC 2030 a été faite par le ministère de la Santé publique.

Education nationale. Toujours lors de ce même conseil, le ministère de l’Education nationale a annoncé le regroupement de tous les chefs de la zone administrative pédagogique (ZAP) à Antananarivo. Le rassemblement est prévu les 30 et 31 mars prochains.

Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts. Le ministère de tutelle a communiqué verbalement l’annonce de la célébration de la Journée mondiale des Zones humides, dont le thème pour cette année est : « Les zones humides pour un avenir humain durable ».

L.R

L'express de Madagascar0 partages

Avis de décès MAC SAO NANE Annette

A tous ceux qui l’ont connue, aimée et estimée, c’est avec une profonde douleur et tristesse que nous faisons part du décès de :

MAC SAO NANE Annette 麥秀顏

survenue le 22 Janvier 2018, à l’âge de 61 ans, à Antananarivo.

Son époux :ANDRIANJAFY CHAN GUING WA BrunoSes enfants :CHAN YOCK LANE AnnickCHAN YOCK HA Lysiane et son époux RAKOTOMALALA AnthonyCHAN YOCK FONG Katya HerinirinaCHAN HUNE MENG Lucas Andrinirina et son épouse HUO-KANG Karine

Ses frères et soeurs :Famille MA MIO NANE Helisoa Jeanine (feue) et son époux RABEHAJA JacquotMAC SI GINE Jean MarcelFamille MAC YOCK NANE Jeanne et son époux ANDRIAMIHAJA LU CHAN LINFamille MAC SI MOUNE Jean-Claude Yves (feu) et son épouse SUCK JeanneMAC WONG NANE Auréline (Wawa)Famille MAC SI HINE Jean Bernard (Daday)Famille MAC KAM NANE Danielle Sylviane (Moumouy) et son époux RAZAFINDRATSIETY Franck Justin

Ses beaux-frères et belles-sœurs :Famille CHAN GUING HUNE Lolo (Canada)Famille CHAN KITE PING Gisèle et son époux ANDRIANIRINA Pane Chan LinFamille CHAN GUING MANE Jean-Claude et son épouse GEORGET Dominique (France)Famille CHEN Jean-YvesSes petits-enfants : Maëlie, Ethan, Amélie et Yannis

L’enterrement au Cimetière Ampasambazaha aura lieu le Vendredi26 Janvier à Fianarantsoa. La levée du corps sera à la Villa Maison Rouge à Isaha à 13h30, puis suivie d’une messe à la Chapelle Sœur Marie Réparatrice.

« Dieu a appelé auprès de Lui son serviteur et c’est avec foi et espérance en la résurrection que nous l’acceptons ».