Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Mercredi 23 Décembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara42 partages

Filière cuir : Des machines à la technologie de pointe pour les artisans

Une convention de partenariat a été signée entre le projet FACMAIR et la direction générale de l’Artisanat.

Professionnaliser les métiers des artisans opérant dans la filière cuir. Tel est l’objectif du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat.

Et grâce à une convention de partenariat avec le projet FACMAIR dans son 7e appel, des machines performantes à la technologie de pointe sont mises à la disposition de ces paysans. « Ce qui nous permettra d’améliorer tant en quantité qu’en qualité nos produits artisanaux ». Freddy Andrianasolo, le président de la plateforme Gasyskin regroupant tous les artisans travaillant le cuir et les autres artisans qui exploitent cette matière première avec d’autres ressources comme la soie, l’a évoqué lors de la remise officielle de ces machines sophistiquées hier au CENAM à Andavamamba.

Meilleur entretien. « Ces machines coûtent la bagatelle d’environ 80 000 euros. D’autres machines seront importées l’année prochaine afin de mettre en place une tannerie plus performante à Madagascar. Les artisans malgaches pourront désormais faire face à la concurrence sur le marché international, surtout régional, en termes de compétitivité et de qualité. Ce qui permettra, entre-temps, de créer des emplois locaux tout en améliorant leur savoir-faire. Les femmes artisanes seront les bénéficiaires prioritaires. En revanche, un meilleur entretien des machines s’impose pour assurer la pérennisation de leurs activités », a fait savoir Jhonny Raharindranto, le coordonnateur national du projet FACMAIR. Pour sa part, le ministre de tutelle, Lantosoa Rakotomalala, s’engage à les soutenir en matière de recherche de débouchés sur le plan international, après leur professionnalisation.

2 000 sacs par mois. D’après le président de la plateforme Gasyskin, celle-ci va honorer une commande de 2 000 sacs en cuir par mois à destination de l’Inde. « Ce n’est qu’un seul article. Mais nous avons déjà recensé 17 articles qui intéressent les clients internationaux. On peut citer, entre autres, les chaussures en cuir dans le marché du COMESA. Nous exploitons notamment des peaux de zébus, de caprins et d’ovins. Tous les artisans membres de la plateforme pourront utiliser ces machines performantes à la technologie de pointe. Ils bénéficieront en même temps des formations en matière de design et de création. On n’a plus besoin d’exporter les peaux brutes d’animaux grâce à l’acquisition de ces machines permettant de développer la transformation locale », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara4 partages

CNaPS : Séance d’informations au LMA

Le DG de la CNaPS face aux élèves du LMA.

Transparence. La Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS) multiplie les campagnes d’informations et de sensibilisation sur ses missions. Le 16 décembre dernier, les élèves de la classe de seconde du Lycée Moderne d’Ampefiloha (LMA) ont pu échanger avec Mamy Rakotondraibe, Directeur Général de la CNaPS. Une occasion pour la Caisse de démontrer une fois de plus que l’implication et les valeurs d’entraide sociale sont essentielles dans l’éducation civique et citoyenne des jeunes. Cette première de la série d’ateliers rencontres avec les lycéens a permis au DG de la CNaPS de souligner l’importance des études. « La classe de 2nde est une étape décisive au lycée. C’est là que les élèves doivent choisir leurs orientations futures, d’où le choix de cette classe pour l’intervention », a-t-il notamment expliqué. La rencontre était bien évidemment axée sur la présentation des missions de la CNaPS, notamment les droits et couvertures sociales qu’elle octroie aux adhérents. Établissement public à caractère industriel et commercial, la CNaPS est chargée de la gestion des prestations familiales des travailleurs, des accidents du travail et des maladies professionnelles, et enfin, des pensions de retraite des travailleurs régies par le code du travail. Sa mission est de contribuer à la réalisation de la politique de protection sociale de l’Etat en faveur des travailleurs du secteur privé. Depuis sa création jusqu’à ce jour, plus de 45.000 employeurs et 600.000 travailleurs sont affiliés à la CNaPS. En rencontrant ces jeunes, la CNaPS affiche un véritable partage de visions, d’informations, qui permettra aux jeunes de mieux appréhender plus tard le monde du travail. « La CNaPS constate dans les faits que la solidarité intergénérationnelle a été interrompue », a expliqué le DG. Un projet de pilote est actuellement mis sur pied pour y remédier. Et le LMA a été choisi comme la première plateforme de ce projet dont la prochaine rencontre aura lieu en début de l’année 2021.

R.Edmond.

Midi Madagasikara3 partages

Découverte : Madagascar terre de naissance de l’« Adalatherium »

Une projection artistique de l’« Adalatherium ».

« Adalatherium », cette bête découverte il y a plus d’une semaine donne le tournis à David Krause du Denver Museum of Nature and Science et professeur émérite à l’Université Stony Brook.  L’animal date du grand continent Gondwana, c’est-à-dire, il y a entre 65 millions et 252 millions d’années. Le Gondwana s’est disloqué 88 millions d’années déjà. Selon les études, l’Adalatherium Hui, le dernier nom attribué à un défunt chercheur, serait né à Madagascar.

Sa particularité réside dans son anatomie. Les propos de David Krause ne sauraient être plus clairs. «Sachant ce que nous savons de l’anatomie squelettique de tous les mammifères vivants et disparus, il est difficile d’imaginer qu’un mammifère comme Adalatherium aurait pu évoluer; il plie et même enfreint beaucoup de règles ». Et d’ajouter, « ses dents venaient d’une autre planète ». Son visage disposait de trous dont un se trouvait « au sommet » de son museau.  Pour l’équipe de chercheurs, ses petites formations dénommées « foramfrina » seraient presque uniques à cet animal. Sa formation dentaire est aussi un grand mystère selon les scientifiques. De quoi affirmer qu’ils « venaient de l’espace ». Par sa physionomie, il ressemble plus à des mammifères plus actuels, comme le chien et le chat. Mais il a également quelques points communs avec les reptiles.

De quoi rendre gaga même les plus grands spécialistes comme David Krause. A croire ses études, cette bête fait penser à celles qui se trouvent dans le film « Avatar » de James Cameron. L’histoire de l’« Adalatherium » remonte en 1999, date de début de l’étude des fossiles. Par chance, son squelette découvert dans le nord–ouest du pays a été le mieux conservé et est la découverte la plus complète d’un animal de l’ère « Gondwana ».

L’équipe de Krause a aussi trouvé une grenouille prédatrice géante et extrêmement robuste appelée « Beelzebufo », un crocodile herbivore à museau court appelé « Simosuchus » et un dinosaure à dents de cheval appelé « Masiakasaurus ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara3 partages

Rasidy Désiré : « Un bouc émissaire », selon les Zanak’i Boeny

Quatre ans d’emprisonnement ferme. C’est la peine que les juges du Pôle Anti-Corruption ont prononcé à l’encontre de l’ancien Directeur de la société JIRAMA, Rasidy Désiré. Ce dernier est accusé de favoritisme pour un contrat de transport de 40 groupes électrogènes à travers le pays. Les faits remontent en 2012. La réaction des natifs de la Province de Mahajanga n’a pas tardé à venir. Au lendemain du jugement, un Olobe de la Région Boeny a sorti une vidéo pour interpeller le président Andry Rajoelina face à cette affaire. La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux hier. « Avec toute l’affection, tous les respects que je vous dois. Vous nous avez fait un sacré cadeau de Noël. Vous avez collé 4 ans d’emprisonnement ferme à notre chère Rasidy Désiré qui est un homme honnête. Un homme qui croyait servir son pays et à la fiabilité du système ». C’est ce qui est annoncé dans la vidéo.

Compte bancaire. En effet, convaincus de l’innocence de Rasidy Désiré, les Zanak’i Boeny estiment que l’ancien Directeur de la JIRAMA n’est qu’un bouc émissaire dans cette affaire et se disent étonnés du verdict qui a été prononcé à son encontre. Un appel a même été lancé à l’endroit des responsables afin de vérifier son compte bancaire et ses avoirs pour confirmer qu’il n’y a aucune trace de cette somme de 500 millions d’Ariary. Comme il fallait s’y attendre, ce Raiamandreny, annoncé comme étant un des proches familles de l’ex-DG de la JIRAMA, évoque « un acharnement contre les Tanindrana et particulièrement, les Zanak’i Mahajanga ». Et lui de citer entre autres les cas de l’ancienne ministre de l’Education nationale, Rija Andriamanana qui a été limogée après avoir été accusée d’être impliquée dans une affaire de détournement d’une somme de 8 milliards d’Ariary dans l’achat de bonbons sucettes, ou encore de Volahaingo Marie Thérèse, une autre ancienne ministre de l’Education nationale, native de Bealanana, accusée elle aussi de détournement dans l’affaire paniers garnis. Cette affaire risque de provoquer des vagues en cette période de fin d’année. Il faut cependant souligner que la Justice est indépendante et que le président Andry Rajoelina n’a aucun mot à dire dans une décision de Justice.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Trouver ensemble la voie de la sortie de crise

Madagascar est un beau pays. C’est une terre bénie des Dieux et le monde entier l’affirme. Les étrangers qui y viennent en villégiature en conviennent et ne tarissent pas d’éloge à son propos. Et pourtant sa population est l’une des plus pauvres de la planète. L’incompréhension des observateurs est totale au vu des potentialités de la Grande île. Nous avons de nombreuses richesses que nous ne savons pas exploiter. Il est plus que temps de nous réveiller et de nous mobiliser pour exploiter ces ressources. Il devrait y avoir une véritable synergie pour nous en servir.

Trouver ensemble la voie de la sortie de crise

L’arrivée de Tom Cruise à Antsiranana et son départ pour l’île paradisiaque d’Ankao ont fait sensation dans le pays. Cependant, la nouvelle a plutôt un côté anecdotique et elle flatte l’orgueil des Malgaches qui sont fiers de voir une telle célébrité venir dans un site touristique aussi luxueux. Mais la population elle-même n’en tirera aucun profit. C’est plutôt un ensemble de mesures économiques qui doit être mis en place pour permettre au pays d’aller de l’avant. La Grande île a beaucoup souffert de cette pandémie de Covid-19 qui a détruit tout un pan de son économie. Il faut remettre en marche la machine, en l’aidant financièrement.Tout cela doit se faire dans un climat apaisé. La situation actuelle n’est guère reluisante et les difficultés rencontrées dans leur vie quotidienne par les Malgaches les poussent à manifester leur mécontentement. Pour le moment, ce n’est que de la grogne et elle est contenue, mais elle doit recevoir une réponse appropriée des dirigeants. Les posts sur les réseaux sociaux traduisent cette exaspération qui monte. L’opinion sait faire la part des choses et elle ne tient pas compte des remarques outrancières. Mais les dirigeants comme les opposants doivent réfléchir à la manière de sortir de la crise qui perdure. Aujourd’hui, il faut trouver ensemble la voie  permettant d’en sortir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara2 partages

Andry Rajoelina : Le président du Sénat  connu le jour du 2ème anniversaire de son investiture

Le président de la République avait prêté serment le 19 janvier 2019.

Le locataire d’Iavoloha célébrera dans 28 jours ses deux années à la tête de l’Etat.

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) va publier les résultats provisoires des sénatoriales aujourd’hui, c’est-à-dire 7 jours après la réception du dernier et 12 jours après le scrutin du 11 décembre 2020. 12 comme le nombre de sénateurs élus, à raison de 2 par province.

Session spéciale. Il appartiendra ensuite à la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) de proclamer, « au plus tard 15 jours après », les résultats définitifs qui ont peu de chance d’être chamboulés par rapport aux résultats provisoires. Selon le chronogramme établi par la CENI, la proclamation des résultats officiels par la HCC est prévue le 07 janvier 2021. Le nouveau Sénat se réunira « de plein droit en session spéciale le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats de son élection pour procéder à la constitution de son bureau et à la formation des commissions ». Soit le 19 janvier 2021.

Président par intérim. Hasard du calendrier ou coïncidence calculée ? En effet, le 19 janvier est le second anniversaire de l’investiture du président de la République qui briguera sûrement un deuxième mandat. Il sera alors tenu de démissionner de son poste « 60 jours avant la date du scrutin présidentiel ». C’est pourquoi il doit bien choisir le prochain président du Sénat qui sera appelé à « exercer les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président ». Le futur président par intérim est le meilleur cadeau d’anniversaire que les sénateurs puissent offrir à Andry Rajoelina le 19 janvier 2021.

R. O

Midi Madagasikara1 partages

Odon Razanakolona : L’Archevêque d’Antananarivo appelle à l’arrêt de la vengeance

Monseigneur Odon Marie Razanakolona soutient que le peuple est actuellement en souffrance.

Dans un message pour Noel, l’archevêque d’Antananarivo, Odon Razanakolona, a adressé des messages aux autorités.

L’archevêque d’Antananarivo, monseigneur Odon Marie Razanakolona, est sorti de son silence. Hier, il a fait un discours dans le cadre de la fête de la nativité. A part les traditionnels vœux aux chrétiens, il a saisi l’occasion pour toucher mot à la situation sociopolitique du pays. Le prélat catholique partage, comme beaucoup d’autres, un bilan mitigé du contexte socioéconomique marqué par la crise du coronavirus.

Précarité. Les conséquences de la crise sanitaire ont été douloureuses pour plusieurs ménages. L’économie du pays a été anéantie, comme dans plusieurs autres pays. Selon le prélat catholique, beaucoup s’engouffrent actuellement dans une situation de pauvreté et de précarité sans précédent. Perte d’emploi, pauvreté grandissante,… et nombreux sont ceux qui deviennent de plus en plus vulnérables, a-t-il cité, pour donner un aperçu de la réalité qui prévaut.

Priorités. Il revient alors à l’Etat de redresser la situation, a soutenu Odon Marie Razanakolona. « Il faut affronter la situation telle qu’elle se présente et que toutes les autorités, à tous les échelons, doivent dorénavant aborder le travail », soutient-il. Il convient alors, selon toujours l’archevêque d’Antananarivo, d’éradiquer la pauvreté. Et à son avis, « création d’emploi, production et développement des activités économiques, sécurisation, redressement du secteur social comme la santé et l’éducation, lutte contre la famine et la sécheresse, protection de l’environnement » telles sont les « priorités » du moment. La lutte contre la corruption est également un autre chantier, selon toujours l’archevêque d’Antananarivo

Conférence des évêques. Sur le plan politique, Odon Marie Razanakolona a lancé un appel pour apaiser la tension politique. « Il faut arrêter les poursuites et les vengeances. Le pays ne mérite plus ça », a soutenu l’archevêque d’Antananarivo qui, notons-le, a toujours roulé pour la mise en oeuvre d’un véritable processus de réconciliation nationale. En tout cas, un tel processus a été déjà soutenu par la conférence épiscopale de Madagascar. Puisqu’en 2014, un projet de réconciliation nationale présenté par l’ancien président Albert Zafy est apparu dans un rapport de la conférence des évêques de Madagascar.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Salon de l’Etudiant et de l’Emploi : Grand succès de la deuxième édition, malgré la crise

Les étudiants sont venus en masse au Salon de l’Etudiant et de l’Emploi, qui s’est tenu à Anosy, en novembre dernier. Grâce à un accès libre au salon, les organisateurs ont compté 180 000 visiteurs, si l’objectif initial était de 65 000 visiteurs.

Un large aperçu des offres de formation habilitées par le Ministère. C’est ce que le Salon de l’Etudiant et de l’Emploi a offert aux élèves de la seconde à la terminale. Des propositions qui répondent à leurs besoins en information pour bien choisir les études supérieures en adéquation avec les débouchés qu’ils visent. En effet, l’événement contribue à réduire le taux d’abandon en milieu universitaire, à rentabiliser l’investissement public dans l’enseignement supérieur. « La deuxième édition du Salon de l’Etudiant et de l’Emploi, était une grande réussite, non seulement pour le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, mais aussi pour les participants, qui ont déjà atteint leurs objectifs dès le deuxième jour du Salon », a déclaré Fanjanarivo Symonette Pascaline, directeur général de la Maison de la Communication des Universités (MCU). Comme à l’accoutumée, chaque année, le Salon proposait plusieurs activités à part les stands occupés par les établissements privés et publics, il y avait deux conférences, dont l’une intitulée la Création d’auto-emploi pour l’après-covid 19, et l’autre sur l’amélioration du niveau de l’employabilité à Madagascar par le Projet JMCT.

Éducation pour tous. D’après toujours le DG de la MCU, le salon est également un bon outil pour les étudiants et les jeunes diplômés désireux d’intégrer le monde de l’entrepreneuriat. « C’est grâce à des conférences sur l’auto-emploi, des ateliers d’information sur des cours gratuits en ligne (langues vivantes, métiers manuels) et au lancement d’un concours de startups sur le thème de la préservation de l’environnement (solutions d’énergies renouvelables, transformation des déchets ménagers pour l’agriculture, l’artisanat, etc.) », a-t-elle indiqué. Notons que le salon de l’étudiant et de l’emploi fait partie des activités classiques de la MCU, dans le cadre d’une orientation des étudiants, mais à travers ses missions, la MCU a pour objectif de servir d’interface entre le monde universitaire et la recherche d’un côté, et de l’autre, les lycéens, les étudiants, les enseignants, les chercheurs et les opérateurs économiques. D’après la MCU, cette mission s’inscrit dans « l’Education pour tous », l’un des axes de l’Initiative pour l’Émergence de Madagascar (IEM), et dans l’un des socles de l’émergence choisis par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, « l’Éducation de qualité pour tous ».

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Antsirabe : Une maison ravagée par le feu, faute de pompier

Des seaux d’eau pour lutter contre le feu…

Il était une heure du matin, hier, lorsqu’un incendie s’est déclaré dans une grande maison sise à Antsenakely. « Le feu dont l’origine reste inconnue est parti d’un entrepôt contenant des balles de vêtements de friperie. Il s’est rapidement propagé dans les autres pièces avant de gagner l’étage. C’est la chaleur du feu accompagnée de vives fumées qui ont réveillé les occupants.” On a lutté de toutes nos forces pour maîtriser le feu. Mais à coups de seaux d’eau, on a vite compris qu’on a perdu la bataille », a expliqué le propriétaire des lieux. Sans l’aide des voisinages, qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire un travail à la chaîne pour passer les seaux remplis d’eau, le feu aurait encore fait beaucoup plus de dégâts, surtout pour les maisons environnantes. Les pertes sont importantes. Outre la valeur de la demeure, le rez-de-chaussée est occupé par plusieurs commerces et toutes les marchandises sont parties en fumée. Les flammes n’ont pu être éteintes qu’hier en fin de matinée, toujours grâce aux voisinages. L’inexistence du corps de sapeur-pompier dans la Ville d’Eau, pourtant deuxième ville industrielle du pays, pose problème pour une agglomération qui compte plus de 370.000 habitants. Selon le maire de la ville qui s’est dépêché sur place pendant l’incendie pour constater de visu les faits, une convention est en train d’être finalisée pour mettre en place un corps de sapeur-pompiers  à Antsirabe. Le ministère des Forces armées, la mairie de la Ville d’Eau et la fédération des pompiers de France sont les acteurs de cette convention dont les fruits sont attendus au premier trimestre de 2021. En attendant, une mesure provisoire et urgente devrait-être prise en collaboration, peut-être, avec le régime en place. La ville a urgemment besoin de soldats de feu avec les équipements adéquats. On ne doit pas jouer avec le… feu.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

OJM : Première réunion de la Commission Paritaire Centrale

Le Ministère de la Communication et de la Culture avance dans l’organisation de l’élection en vue de la mise en place du nouveau bureau de l’Ordre des Journalistes de Madagascar (OJM). Hier, les membres de la Commission Paritaire Centrale chargée de la délivrance de la carte professionnelle des journalistes ont tenu leur première réunion. A l’issue de la rencontre qui s’est tenue à la bibliothèque nationale à Anosy, Jean Aimé Rambeloson, président du Club des Journalistes Doyens a été élu président de ladite Commission. Cette réunion marque le début du processus de renouvellement de la carte professionnelle pour les membres de la presse. Si l’on s’en tient au communiqué publié hier par le Ministère de tutelle, l’objectif étant de procéder à l’assainissement et à la professionnalisation du métier, mais aussi à l’élaboration du tableau de l’ordre et le renouvellement des membres du bureau de l’OJM. La Commission Paritaire Centrale convoquera incessamment une réunion avec les commissions paritaires provinciales et régionales.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Ambassadeur de Corée du Sud : Son Yong-Ho chez Christian Ntsay

Le nouvel ambassadeur de la Corée du Sud, Son Yong-Ho, a rendu visite, hier, au Premier ministre Christian Ntsay. La rencontre qui s’est déroulée au Palais de Mahazoarivo a été une occasion pour les deux parties d’échanger sur la coopération bilatérale entre Madagascar et ce pays du sud-est asiatique. La Corée est une puissance économique avec ses industries de pointe, ses infrastructures ultramodernes. L’intérêt d’une coopération avec ce pays est donc énorme pour Madagascar. En effet, l’élargissement du champ de coopération est donc abordé, hier, selon une dépêche de la primature. Cette ouverture peut également s’étendre sur d’autres pays asiatiques, comme l’Indonésie.   Hier, lors d’une rencontre toujours au bureau du Premier ministre, le chargé d’affaires auprès de l’ambassade indonésienne à Madagascar a partagé au chef du gouvernement sa volonté de renforcer davantage la coopération bilatérale sur différents secteurs comme le commerce, la finance, l’infrastructure. Une « commission mixte » pourrait alors voire le jour pour mettre en œuvre cette perspective entre Madagascar et Indonésie.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : 31 candidats sur 814 ont déposé leur compte au CCFVP

La commission de contrôle du financement de la vie politique (CCFVP) sur le contrôle des comptes de campagne des élections législatives a présenté son rapport, hier, au Carlton. Selon les explications de cette commission, 423 sur 814 listes de candidats seulement ont désigné un trésorier (51,97%). 31 candidats sur 814 ont déposé leur compte au CCFVP. Quant  à la production des pièces comptables, cela n’a pas été vraiment considéré. La commission n’a pas aussi manqué d’émettre des recommandations. Il s’agit, entre autres, de respecter les dispositions des textes, nommer un trésorier, ouvrir un compte bancaire ou un code postal et tenir le livre de recettes et dépenses. Notons que les objectifs de cette commission sont notamment la transparence (origine de fonds et destinations dans les dépenses de campagne), la lutte contre la corruption et le blanchiment de capitaux ainsi que le contrôle des comptes de campagne.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Sabotsy-Namehana : Moment de partage avec les élèves d’Andrefantsena

L’association Mpinamana Andrefantsena a effectué la semaine dernière une distribution de confiseries pour les élèves de l’École Primaire Publique d’Andrefantsena Sabotsy Namehana. C’est un geste qui marque à la fois les fêtes de Noël, mais également la première œuvre de l’association, car celle-ci a été récemment créée. L’École Primaire Publique a spécialement été choisie, car la plupart des membres de l’association y ont passé leur enfance. Ce geste est donc non seulement une marque de reconnaissance pour les enseignants, mais également un moment de partage de bonheur avec les élèves qui sont indéniablement l’avenir du pays. En effet, le principal objectif de l’association Mpinamana Andrefantsena est d’apporter un minimum de sourire à chaque individu grâce à leur ricochet. « Nous voulons apporter notre part de responsabilité envers la société autant que nous pouvons », a d’ailleurs affirmé le président de l’association.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

ENMG : Deux concours pour l’année 2021

L’Ecole nationale de la magistrature et des greffes de Madagascar (ENMG), a tenu une conférence de presse, hier, à Tsaralalàna. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue, hier, au siège de cette école,  le Directeur Général de l’ENMG, Ramarolahihaingonirainy Anthony a annoncé qu’il y aura  deux concours pour l’année 2021. Le premier aura lieu pour le premier semestre et le deuxième pour le second semestre. Selon les estimations, l’école va accueillir 100 élèves magistrats et 50 greffiers.

Recueillis par Dominique R. 

Midi Madagasikara0 partages

STAR : Les gagnants des Grands jeux fin d’année récompensés

Pour cette fin d’année 2020, la STAR a organisé pas mal de jeux pour récompenser ses fidèles mais aussi pour aider les entreprises après la crise précédente. C’est dans ce contexte que « Ndao Hifanohana » a été lancé, un concept d’entraides visant à mettre en valeur les entrepreneurs, malgaches, et à promouvoir le « Vita Malagasy ». Le jeu a pour objectifs de faire connaître le maximum de PME malgaches et de récompenser l’entreprise la plus plébiscitée au voting du public. Pour cela, 382 sociétés ont été citées par le public dont six sociétés sont entrées en lice pour la phase finale dont : Jos Tech, Goûts Fruités, Société Fara, Anna Creata, Atelier Trio, et Jejou Elle. C’est Jejou Elle qui a remporté le prix de 10 millions d’Ariary de matériels après avoir 13 550 réactions positives. Pour garantir la transparence lors du voting, la STAR a fait appel à la SEL et la société YOUR TARGET Agency.

Photographie.  Un autre concours touchant à la photographie fait partie des jeux organisés par la STAR pour cette fin d’année, « Eau Vive Malagasy ». Il s’agit de récompenser les talents des photographes malgaches. Le 1er lot comprenant un tapis de course et un bon d’achat d’une valeur de 500 000 Ariary a été remporté par Angelo Ravelomanantsoa. Outre le premier prix, 9 autres joueurs ont gagné des lots de la part de l’organisateur.

Pour petite précision, la validation des résultats de « Ndao Hifanohana » avec THB et le concours photo pour la célébration des 50 ans d’Eau Vive est faite en présence des commissaires aux jeux pour assurer la transparence des jeux auprès du public et des participants.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Sillon passé : Antsiranana (1950), « la belle époque »

Le plan d’urbanisation de la ville d’Antsiranana en 1952. (source mairie de diego-Suarez)

A Diégo-Suarez, on entend souvent ces anciens nostalgiques qui parlent de la situation de la population dans les années 1950. « Les Diégolais vivaient bien. Ils mangeaient à leur faim, marchaient droit »,  témoignent-ils.

Au cours des années 1950, les avatars du capitalisme occidental dans le monde ont imposé aux pays colonisateurs comme la France de réviser leurs politiques de placement des capitaux. Dès lors, ils vont abandonner l’ancien modèle économique qui est la traite, mais ils vont placer des capitaux productifs dans les Territoires d’Outre-mer. Pour ce faire, il fallait équiper ces pays. La France change son attitude envers les Pays d’Outre Mer en améliorant les conditions sociales de la population dans ces derniers.

Au début de 1950, l’économie de la France s’est redressée. En 1952, elle est quatre fois meilleure que celle d’avant-guerre. Les territoires d’Outre-mer, étant étroitement liés à l’économie de la métropole, sont effectivement concernés par cette évolution. Cela se manifeste par une amélioration des conditions de vie, mais aussi par la construction d’infrastructures sociales.

Le Nord de Madagascar n’est pas épargné par la stratégie de la France. Des habitats sont construits ; l’urbanisation de la ville de Diégo est élaborée.

Une démographie galopante. Les années 1950 connaissent une réelle poussée démographique grâce à la modernisation de la médecine et les constructions des hôpitaux. Par conséquent, on assiste à une transformation démographique, qui s’accompagne d’un gonflement considérable des villes, notamment à Diégo-Suarez, accru par l’industrialisation. En 1952, la population de la ville du Nord compte 35000 habitants, contre seulement 20000 en 1940. Toutefois, la métropole développe les territoires d’Outre-mer pour faire fructifier ses capitaux.

Pôle d’attraction. Avec une hausse du niveau de vie, la métropole attire aussi des migrants venant des autres régions de Madagascar et des pays comme les Comores, Yémen, et Djibouti. La ville est bondée de population, les campagnes se vident. La migration est aussi un facteur très important de l’augmentation de la population dans la ville de Diégo-Suarez. Cet accroissement s’est presque doublé en une décennie. La ville accueille une vague de migration au début des années 1950. Ces migrants fournissent une main-d’œuvre considérable dans la région du Nord. Ils occupent le territoire d’Ambilobe avec la SOSUMAV pour planter la canne à sucre, en passant par Anivorano, un carrefour de commerce surtout de denrées, jusqu’à Diégo-Suarez avec ses usines comme la SCAMA, l’Arsenal, et le port du commerce. La région accueille plus de 50000 habitants en 1955.

Une « ville florissante ». Depuis le début des années 1950, la ville dispose annuellement de plus de 35 millions de francs. La politique économique de la France semble fructueuse pour la ville de Diégo-Suarez. Toutefois, les travaux accomplis par l’administration ne sont pas assez nombreux même si le programme touche aussi bien la campagne que la ville. Il s’étend dans la partie Sud-est de la ville, comme Mangaoka, Anketrakabe, et Mahavanona au Nord. La productivité dans la partie septentrionale est cependant destinée à l’exportation de la région de l’Océan Indien collectée par les ex-colons réunionnais.

Les infrastructures sont construites, le ¼ de la ville a accès à l’électricité. Beaucoup d’autres projets sont réalisés dans la ville, et Diégo-Suarez connaît un réel essor économique.

Le trafic portuaire : une recette élevée. Si en 1947 le trafic portuaire de Diégo-Suarez est à 65000 tonnes, en 1950 il s’élève à 75000 tonnes. De ce fait, la balance commerciale est légèrement excédentaire au début des années 1950. Après la réhabilitation en août 1951, le port d’Antsiranana devient le troisième port après celui de Toamasina et Mahajanga. La ville devient une ville de commerce qui donne à sa population un pouvoir d’achat élevé. Malgré l’isolement de la ville du reste de l’île, elle récolte des recettes importantes.

L’éducation « pour tous ». En 1951 des infrastructures sont édifiées, dans le but de dissimuler les intérêts des autorités. Trois classes sont inaugurées, dont deux pour les européens et une seulement pour les malgaches. Peneli, l’administrateur Maire de la ville, parle d’une éducation pour toute la population de Diégo Suarez. Il affirme que «les autorités font tout leur possible pour que l’éducation soit équilibrée dans la région du Nord ». Mais elles utilisent l’éducation comme moyen d’assimilation. Il faut dire que l’éducation est inéquitable dans la ville. La masse populaire n’a pas le même accès à l’éducation que celle des européens.

Le coût de la vie et les problèmes des prix. A Diégo-Suarez, les prix des marchandises importées sont élevés. Les frais d’importation sont énormes. Malgré le pouvoir d’achat élevé, la population n’arrive pas à subvenir à leurs besoins. C’est la raison du mécontentement d’une partie de la ville et de ses environnants. Les planteurs et les ouvriers se plaignent et se rangent dans le camp de la lutte sociale.

L’équipement accéléré de Madagascar, le développement des villes notamment à Diego-Suarez et la modernisation de l’agriculture ont créé une classe nouvelle de travailleurs, qui défendent leur droit au travail.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Sambaina – RN7 : Un chauffard en état d’ébriété arrêté par le ministre de la Sécurité publique

La police nationale met les points sur les “i” concernant l’histoire qui fait parler les réseaux sociaux depuis hier et qui est à propos des actions du ministre de la Sécurité publique sur la Route nationale 7. Près de Sambaina, dimanche dernier, alors que le Ministre était en famille en route vers la capitale, il a tenté d’arrêter un taxi-brousse qui circulait à vive allure. Il a ainsi constaté que celui-ci était en surcharge avec des passagers sur le toit, à l’arrière de la portière ainsi que plus de sept passagers à la droite du chauffeur. Le chauffard a refusé d’obtempérer et a été pris en délit de fuite. Le fuyard conduisait en état d’ivresse et a été accusé d’une tentative de coup et blessure à un agent, car il ignorait que c’était un ministre. « Il pourrait être accusé de conduite dangereuse, de délit de fuite et d’entrave au travail des policiers », a expliqué le responsable de la communication de la police. Selon les précisions de la police nationale, le ministre étant seul, non accompagné par ses gardes du corps, il a confié son arme de service à son fils lors de l’arrestation du chauffard. Pour neutraliser ce dernier, il s’est senti obligé de le gazer. «Le ministre est un policier assermenté et c’est le plus haut gradé de la police nationale. Il prend ses responsabilités et ce n’est pas la première fois qu’il intervient en personne », selon les dires de la police. Le fuyard a été enquêté au commissariat de police d’Antanifotsy. Selon l’enquête préalable, l’homme qui était en état d’ébriété roulait sans permis. Il a été placé en garde à vue et la voiture a été mise en fourrière. Il devait être déféré d’ici peu au parquet, d’après la police.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Centre immatriculateur Ambohidahy : Un racoleur arrêté pour faux et usage de faux de documents officiels

Recherché par la police depuis le mois de novembre pour faux et usage de faux de documents officiels au nom du Centre immatriculateur Ambohidahy (CIM), un homme a été arrêté par le service régional de la police judiciaire d’Analamanga (SRPJ), le lundi 21 décembre dernier à Analakely.  Son arrestation fait suite à la plainte déposée par le Chef du CIM par le SRPJ le 23 novembre 2020 dénonçant l’existence de personnes délivrant de faux rendez-vous pour l’obtention de permis de conduire dans ce service. Découvert chez un individu venu demander des services auprès du centre, ce document porte un cachet rond et une entête totalement différents de ceux utilisés par le CIM. Enquêté, le porteur de ce document a affirmé l’avoir reçu de la main d’une femme connue pour approcher les personnes dans les couloirs du centre. Interpellée, cette dernière a dénoncé un autre racoleur, elle aurait obtenu ce document suspect par son intermédiaire. Puisque le suspect était encore en cavale, la femme en question a été déférée au parquet du tribunal Anosy le 1 décembre 2020. A l’issue de son audition, elle a été placée sous contrôle judiciaire. Quant à son complice, un mandat d’arrêt a été émis à son encontre. La collecte de renseignement effectuée par la police a permis de localiser sa cachette. Il a alors été appréhendé à Analakely le 21 décembre. Ayant procédé à la fouille de son sac, la police a découvert d’autres documents falsifiés dont de certificats médicaux, des rendez-vous pour permis de conduire, des rendez-vous pour mutation, ainsi que des rendez-vous d’immatriculation, cachetés au nom du bureau municipal d’Hygiène de la commune urbaine d’Antananarivo. Durant son enquête, il a reconnu son forfait. Déféré au parquet, il a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Ce cas justifie la nécessité de l’assainissement et du renforcement des contrôles concernant la circulation dans ce centre d’Ambohidahy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tsaratanana : Naman’i Del kely iray indray no lavon’ny zandary

Lemarijy, jiolahy raindahiny any amin’iny distrikan’i Tsaratanana iny ary isan’ireo lefitra sy naman’i Del Kely no maty voatifitr’ireo mpitandro filaminana tao Brieville, ny alin’ny alatsinainy lasa teo. Ny angom-baovao nandritra ny hetsika fampandrian-tany tany an-toerana no nahafantarana fa mitoby ao amin’ny vehivavy namany sady mpamatsy azy ireo izy sy ny jiolahy iray, izay fantatra amin’ny anarana hoe Lamarijy ary fantatra ihany fa isan’ireo lefitr’i Del Kely, hoy ny vaovao. Taorian’izay dia nisy avy hatrany ny fidinana ifotony, nataon’ireo mpitandro filaminana tany an-toerana, niarahan’ny avy eo anivon’ny zandary, tao amin’ny tobim-paritra Andrimena sy Brieville ary ny CSAO, sy ny avy eo anivon’ny Tafika malagasy, ny Holafy faha-322. Vao nahatazana ireto mpitandro filaminana tamy anefa ireo olon-dratsy tao amin’ilay trano, Lemarijy sy ny namany ary vehivavy roa hafa, dia nanao tari-dositra nitsoaka. Ary matoa moa mitsoaka eo anatrehan’ny mpitandro filaminana dia olon-dratsy izay. Raikitra tamin’izany ny fifanenjehena. Efa nandefa fampitandremana ireo mpitandro filaminana fa vao mainka nanao tsoa-pe izy ireo. Hany ka voatery nampiasa ny fitaovam-piadiana teny an-tanana entina hampijanonana ireto olona nitsoaka. Voan’ny bala ilay lehiben’ny jiolahy ary maty tsy tra-drano, hoy ny vaovao. Voasambotra kosa tetsy an-danin’izay ireo vehivavy roa naman’izy ireo, raha tafaporitsaka ilay olon-dratsy iray. « Nomena ny fokonolona ny razana halevina rehefa avy notsirihan’ny mpitsabo (…) Ilay jiolahy iray kosa dia mbola hatao hazalambo » Mpampihorohoro, mpaka an-keriny, mpanao takalon’aina ary mpangalatra omby, … ireo asa ratsy mampikaikaika ireo mponina any amin’iny faritra iny ny amin’ny afitsoky ny tariky ry Del kely sy ny namany. Marihana fa ny taon-dasa teo dia nisy mihitsy onitra nomen’ny zandary ho an’izay olona mahafantatra na manam-baovao ahazoana misambotra ity lehiben’ny jiolahy ity, saingy hatramin’izao moa dia tsy hita tany nanjavanonana ity farany. Somary nangingina kely ny asa ratsy nataony tao anatin’ny volana vitsivitsy taorian’ny namoahan’ny zandary io fanomezana valisoa io. Niverina tamin’ny laonina indray anefa izay, volana vitsy lasa teo. Efa nisy ihany koa hetsika nataon’ireo mpitandro filaminana hanaovana hazalambo ity jiolahy ity sy ny ekipany fa saika ireo lefiny avokoa aloha hatreto no, na voasambotra na maty voatifitra, toa ity farany teo ity. Mampiatsiahy ny zava-nisy tany Atsimon’ny Nosy, taona maro lasa izay : Remenabila sy ny namany !

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Mandritsara : Olona 9 niboridana mampisavorovoro ny olona natao fanadihadiana

Olona sivy mampiahiahy nanaovan’ny zandary fanadihadiana noho izy ireo vahiny any Ambalamanga kaominina Ambinanifango distrikan’i Mandritsara, ka niteraka savorovoro tany an-toerana, ny alatsinainy teo. Voalaza fa efa samy lehibe daholo ny fahitana azy ireo ary milasy tokony ho 3 km miala ny tanàna, izay tsy fantatra mazava ny antondian’izy ireo. Raha vantany vao nahare izany tatitra izany ny kaomandy ny vondron-tobim-paritra Mandritsara dia nandefa farany izay haingana ny kaomandy ny Tobim-paritra ny zandarimaria niaraka amin’ny zandary dimy lahy mba hanadihady sy hijery ifotony ny zava-misy any an-toerana. Rehefa tonga tany an-toerana izy ireo dia efa voadidin’ireo fokonolona roa tanana avy any Ambalamanga sy Ambinanifango ilay toerana nitobian’ireo olona ireo. Niroso avy hatrany tamin’ny famotopotorana ireo olona ireo ny zandary kaa araka ny fanazavan’ izy ireo dia hitady olona very avy any Mahajanga izay efa ho roa volana izay no antony mampandeha azy ireo aty amin’ny Kaominina ambanivohitra amin’ny distrikan’i Mandritsara. Araka ny fanazavana, fitadiavana amin’ny halalan’ny fomba nentim-paharazana na moasy na sikidy na koa ireny antsoina hoe tromba ireny izy ireo. Voalaza fa tamin’ny alalan’ny fitanjahana nanaovan’ireo olona ny fombafomba ka anisan’ny nahatonga ny savorovoro teo amin’ny olona. Rehefa tsy nahitana moa ireo vahiny ireo na dia tamingana taratasy izay manambara ny anton-dian’izy ireo aza sy izay mety ho fahazoandalana manokana avy amin’ny Faritra niavian’izy ireo dia nasesin’ny fokonolona niakatra tao an-tanànan’Ambalamanga mba hofotorana mazava sy misimisy kokoa. Tsy nanaiky rahateo ny fokonolona ny hanohizan’ireo vahiny ireo ny asa fikarohana araka ny filazany. Nalefa niverina tany Mandritsara ary mila mandalo amin’ny tompon’andraiki-panjakana mahefa. taorian’izay dia samy namonjy ny toera-ponenana sy ny faritra niaviany ireo fokonolona maro. Milamina ny fiainam-bahoaka na dia teo aza ny fahatahorana tany am-piandohana ny hisian’ny korontana noho ny fomba hafahafa nataon’ireo olona ireo. Toe-javatra izay tsy mahazatra loatra ny rehetra, izay mety hiteraka tsy filaminana raha tsy mitandrina.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Polisim-pirenena Toamasina : Polisy 350 indray ahetsika amin’ny fetin’ny krismasy

Niantso mpanao gazety ny teo anivon’ny kaomisarian’ny polisim-pirrenena misahana an’i Toamasina renivohitra, ny kaomisera Rakotovao Jean Christian sy ireo kaomisera namany misahana ireo boriborintany roa eto Toamasina, ary ny Fip, mikasika ny hetsika entin‘izy ireo hifehezana ny tsy filaminana mandritra ny fetin’ny krismasy ny zoma izao. Nambara fa polisy miisa 350 no indray ahetsika mandritra izany, ka ao ireo polisy misahana ny fifamoivoizana, satria miha betsaka ny fitohanana noho ny fety. Ao ny polisy misahana ny fokontany mba hahafahan’ny olona mankalaza ny fety am-pilaminana, ao ny polisy misahana ny hery vonjy taitra izay tsy mihetsika raha tsy misy ny fiantsoana vonjy ataon’ny olona, ary ao ny polisy manara-maso ireo fiangonana samihafa sy ny tsena ary ireo toeram-pilanonana samihafa. Voamarika ihany koa ny hetsika manokana hataon’ny “Brigade feminine de Proximité”, amin’ny fisahanana ny lalam-pirenena faharoa sy ny lalam-pirenena fahadimy, amin’ny fanaitairana ireo mpamily fiara amin’ny fanajana ny lalan’ny fifamoivoizana, sy ny tsy fametrahana zavatra saro-bidy sy raso-pady ao anatin’ny fiara raha sendra tsy ao izy ireny. Ankoatra izay dia nilaza koa ny kaomiseran’i Toamasina renivohitra, fa ampitomboina ny isan’ny polisy misahana ny filaminam-bahoaka ao anaton’ny fetin’ny faran’ny faran’ny taona sy ny taona vaovao, satria tena hita fa tia fety ny vahoakan’i Toamasina, ka natao hiaro azy ireo amin’ny tsy filaminana , sy ny lozam-pifamoivoizana an-drenivohitra ny polisy.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Tennis de table- Sommet national : La ligue Alaotra Mangoro fin prête !

L’équipe de la ligue Alaotra Mangoro de tennis de table.

Comme chaque année, la ligue Alaotra Mangoro ne manque pas les Championnats de Madagascar en y alignant toujours un bon nombre de participants. Pour cette version 2020, prévue se dérouler du 27 au 30 décembre au Palais des sports de Mahamasina, ces pongistes ont plusieurs titres nationaux à défendre. En effet, l’équipe de la ligue Alaotra Mangoro a été constituée à travers son Championnat régional qui s’est déroulé ce week-end au Lycée technique Antsahatanteraka Ambatondrazaka. Une soixantaine de pongistes issus des sections Ambatondrazaka, Andilamena et Moramanga y sont venus. Cette affluence a séduit les dirigeants au sein de la ligue. Tous les quarts de finalistes étaient qualifiés et mettront leurs valises dans la capitale après la fête de noël. « La ligue a toujours raflé plusieurs titres dans chaque championnat de Madagascar. Nous essayons de les renouer cette année. Bien évidemment, notre objectif c’est d’avoir encore plus de places dans l’équipe nationale », a annoncé le conseiller technique régional (Ctr) Solohery Randriakoto.

Tous les champions de chaque catégorie :  

Poussin: Finaritra /Poussine: Felana/ Benjamin: Noah/ Benjamine: Larissa/ Minime Fille: Odile/ Cadet: Mickaêl/ Cadette: Jenny/ Junior Garçon: Lionel/ Junior Fille: Stéphanie/ 3sh: Mickaêl/ 2sh: Benja /2sd: Sandrina/ Vétéran: Benja/ Handisport: Bienvenu/ Sénior dame: Vero/ Sénior homme: Heriniaina/ Open: Vévé (Champion).

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Taekwondo – « Online Open European ITF » : Hajatiana Razakamanana s’empare de l’or

Hajatiana Razakamanana a brillé en remportant une médaille d’or.

Jamais deux sans trois. Après les bons résultats aux Championnats d’Afrique de karaté et de judo, la nouvelle de nos taekwondoïstes lors du championnat d’« Online open european ITF Taekwon-do pattern championship » vient de tomber hier soir. En effet, quatre combattants ont représenté la Grande Ile à ce championnat de tul à distance. L’arbitrage des vidéos s’est déroulé le 28 novembre dernier. Les Malgaches ont fait la différence face aux trois-cent compétiteurs, issus de vingt-six pays dans le monde. Ils ont raflé trois médailles dont une d’or et deux d’argent. Le boosabum Hajatiana Razakamanana du club Tiall Analamanga a été sacré champion dans la catégorie 1er dan ceinture noire homme de moins de 34 ans. Le combattant du club Mata Ambatolampy 104, Alison Ramaherijaona s’est emparé d’une médaille d’argent. Il termine deuxième chez les hommes des moins de 34 ans ceinture rouge. La deuxième médaille d’argent a été remportée par Sabumnim Manankasina Njiva Ratahirintsoa, une figure qui n’est plus à présenter dans cette discipline. Il a brillé chez les hommes de moins de 34 ans, ceinture noire 4e dan. La première participation de Madagascar à ce championnat d’Europe ITF Taekwon-do en ligne était un réel succès.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Badminton : 20 badistes en stage bloqué à Ampefiloha

Les cours ont été très animés au Gymnase de l’ANS Ampefiloha.

Plusieurs aspects ont été travaillés pendant ces deux jours, entre autres la partie de base sur les déplacements avec ou sans volant, l’équilibre dynamique, les techniques de frappe et les tactiques.

En prélude de la reprise des compétitions pour les seniors, la Fédération malgache de badminton a organisé un stage bloqué de deux jours samedi et dimanche dernier au Gymnase de l’Académie Nationale des Sports à Ampefiloha. Ils étaient 20 badistes de la première série à participer au stage de recyclage dirigé par le directeur technique national, Aina Marc Vonjinirina. « Après observation des juniors lors du championnat national, nous avons constaté que le confinement a eu des effets sur les joueurs. La mise à jour et la remise à niveau semblent très importantes pour tout le monde. Beaucoup reste à faire car il y a réellement une baisse de niveau », a expliqué le DTN. Trois ligues ont été représentées lors du stage à savoir Analamanga, Vakinankaratra et Atsinanana.  Plusieurs aspects ont été travaillés pendant ces deux jours, entre autres la partie de base sur les déplacements avec ou sans volant, l’équilibre dynamique, les techniques de frappe et les tactiques. « Avec l’achèvement de ce stage nous pouvons organiser les Championnats nationaux seniors en mi-janvier dans la capitale », a fait savoir Jean Aimé Ravalison dit Mota, président de la FMBad. Le numéro Un du badminton malgache a participé à l’assemblée générale de la confédération africaine consacrée à l’amendement du statut de cette instance internationale. Et ces derniers temps, le badminton a le vent en poupe où presque toutes les semaines, les activités s’enchaînent. Après la ligue de Vakinankaratra au début du mois de décembre, c’est au tour des professeurs d’Éducation Physique et Sportive de la capitale de bénéficier du projet « Shuttle time ». Ce programme est axé sur la formation des professeurs d’EPS sur les techniques de base de badminton et ces derniers vont par la suite vulgariser la discipline auprès de leur établissement scolaire.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Football- Orange Pro League : Tia Kitra en finale à Toamasina

Le tournoi pré-saison de Pro League a permis de faire un survol des forces en présence même si la préparation était trop courte contrairement au Fosa Juniors qui était à l’œuvre depuis un bon bout de temps avec l’entraîneur italien Salvatore Nobile.

Les deux finales du tournoi de pré-saison ont été d’une logique implacable. La qualification de Tia Kitra à Toamasina, en est bien sûr l’exception qui fait la règle.

Un nouveau Tia Kitra. Mais peut-on encore parler d’une surprise venant de Tia Kitra qui n’a pas attendu le début de la compétition pour renforcer ses lignes ? Une chose est certaine, ce n’est plus le Tia Kitra qui était à la traîne lors de la dernière édition. À preuve, il a battu largement le 3FB Toliara par 3 à 0 avant de tenir en échec le COSFA et l’Ajesaia.

C’est dire que la finale de ce mercredi au stade de Barikadimy est loin d’être gagnée pour les militaires, qui sont certes favoris mais seulement sur le papier. Sur le terrain, Tia Kitra est bien capable de remporter ce tournoi, primé de six millions d’ariary pour le vainqueur.

À cela une explication, une seule. Malin comme il est, le président de la Ligue Atsinanana, Andry Marcel Herinjatovo, a saisi le Préfet pour lui dire que les matches de Mahajanga n’étaient pas à huis clos. Alors et pour ne pas faire deux poids deux mesures, il faut ouvrir au public les portes de Barikadimy.

Ce qui sera chose faite au grand bonheur de Tia Kitra qui bénéficie ainsi du soutien de tout Toamasina qui n’a plus que ce club pour espérer briller au plus haut niveau.

Chaud bouillant. L’issue de la finale de Mahajanga reste indécise tant l’Adema semble avoir trouvé la parade pour faire bloc à l’impression Fosa Juniors. Les protégés de Roro Rakotondrabe menaient déjà au score lors de la dernière journée avec des buts de Than (38è)et d’Oscar (64è) après que Rinjala revenu à son meilleur niveau n’ouvre le score pour Fosa (13è).

Il a fallu un sursaut d’orgueil de Fetra (84è) pour permettre aux Majungais de sauver la face dans un match très intense sanctionné par deux expulsions de part et d’autre.

La finale de ce mercredi s’annonce donc chaude bouillante. A moins que Fosa n’ait délibérément levé les pieds pour ce match sans enjeu de dimanche et espérer faire fortune à la finale. Eh oui !

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Rocade Nord-Est et Est : Les indemnisations des propriétaires impactés en cours

Des propriétés sont impactées par les travaux de construction de la Rocade  Est.

L’État malgache a prévu un budget de 21,512 milliards d’Ariary pour assurer l’indemnisation des propriétaires des biens impactés par le projet de construction de la Rocade Nord-Est et Est d’Antananarivo. 94%,  soit 597 sur 635 des personnes  affectées sont indemnisées sur les constructions, cultures, occupants, locataires et pertes d’activités, ainsi que 26% (193/738) des propriétaires de terrains et rizières. Sur les 21,512 milliards d’ariary prévus, 14,224 milliards d’Ariary sont actuellement décaissés. Pour les terrains et rizières, les procédures de traitement et de paiement des indemnisations aux propriétaires se font en continu, en fonction de la régularisation et du dépôt des dossiers complets par les propriétaires. Six entités sont concernées par le traitement des dossiers fonciers en vue des paiements de l’indemnisation des terrains au niveau du Trésor Public : l’ONG d’accompagnement des personnes affectées, les Circonscriptions Domaniales d’Avaradrano et de Tana ville, le Service de l’Expropriation, la Direction des Etudes et Travaux Topographiques, l’AGETIPA et le Ministère expropriant.

R.Edmond.

 

Midi Madagasikara0 partages

Enseignement supérieur : Pas de recrutement avant 2021

Sur les 491 postes budgétaires demandés par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, 100 seulement ont été octroyés pour le compte de l’année 2021.

«L’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à Madagascar requiert le recrutement de nouveaux enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants, un renouvellement du corps professoral». Propos du Pr Elia Béatrice Assoumacou, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique lors d’une cérémonie de remise d’attestation de reconnaissance à l’endroit de six chercheurs malgaches à Fiadanana hier. Propos qui surviennent face à un contexte du manque manifeste et de vieillissement des enseignants-chercheurs et des chercheurs-enseignants du pays. Situation causée par un « gel des recrutements ces trois dernières années », a-t-on fait savoir. Et qui serait handicapante pour le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. En effet, bon nombre de spécialités risqueraient de disparaître à cause du non renouvellement des enseignants.

Comme l’a fait savoir un chercheur-enseignant qui a tenu à taire son nom «avec le gel des recrutements d’enseignants-chercheurs et de chercheurs-enseignants, l’on arrive difficilement à préparer la relève, d’un côté. Et même s’il y en a, l’on ne les laisse pas agir et travailler afin d’apporter un nouveau souffle au monde de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, de l’autre ». Le gel des recrutements entraînerait également une accumulation des dossiers de demande de poste auprès du ministère de tutelle. Ce qui a motivé le ministère de tutelle à effectuer une demande de postes budgétaires pour l’exercice 2021. « Sur les 491 postes budgétaires demandés, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique en a reçu 100 », a noté le Pr Elia Béatrice Assoumacou hier. Profitant de son intervention, la Ministre a expliqué, en se référant aux lois en vigueur : « le dispatch des 100 postes budgétaires accordés au ministère de tutelle devrait attendre l’année budgétaire 2021». Avec les quelques 2000 enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants, les 2570 vacataires, les cent postes budgétaires sont loin de suffire face aux besoins de la vision présidentielle de mettre en place des campus universitaires de proximité dans toute l’étendue du territoire de la république.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Conjoncture : Les centres d’accueil débordés

La crise sanitaire traversée par le pays a eu beaucoup d’impact sur l’économie et les revenus des ménages. Faute de moyens, certaines familles n’ont pas pu payer leurs loyers et ont été contraintes de rejoindre les rues. De ce fait, les centres d’accueil sont débordés et n’arrivent plus à combler les demandes. C’est le cas pour le centre « Manaode » sis à Andravoahangy  et qui accueille les enfants de la rue depuis 1998. 99 enfants de 6 à 18 ans sont actuellement pris en charge sur place, d’après Herizo Nomenjanahary, assistante sociale auprès de ce centre. Selon toujours cette responsable, ce nombre dépasse largement sa capacité d’accueil. Pourtant, une centaine d’enfants se trouvent encore dans la liste d’attente. « La hausse du nombre des enfants dans la  liste d’attente a été particulièrement enregistrée durant cette crise sanitaire. Nous sommes obligés de refuser ces demandes car malgré notre volonté, nos moyens sont tout de même limités », a-t-elle expliqué

Pour redonner le sourire aux enfants accueillis dans ce centre, l’association « soatoavina » présidée par Toavina Ramanantsoa, s’est rendue sur place. Ils ne sont pas venus les mains vides. Par le biais de leur action sociale « tohan’aina » , les membres de cette association ont remis des collations aux enfants de la rue. L’association a également apporté du matériel pour la diffusion du film de Rowan Atkinson connu sous le nom de « Mr Bean » en guise de divertissement. « Nous allons étendre cette action dans d’autres centres et multiplier le nombre des  bénéficiaires. Les visites des centres comme celui-ci permettront également d’identifier leurs besoins et d’apporter par la suite nos contributions pour la prochaine visite », a-t-il souligné.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Sante – GMUR : cadeaux spéciaux pour les handicapés physiques .

A la veille de Noël et du nouvel an , le groupe mobile d’urgence ( GMUR)  sous la houlette de Mr Riaj Soujataly en collaboration avec la direction régionale de la Santé et du gouvernorat de Menabe  ont  offert jeudi dernier dans l’enceinte de l’hôpital de Morondava des cadeaux très spéciaux pour les handicapés physiques des Sœurs de Morondava, et ceux de l’hôpital de Morondava, Belo sur Tsiribihina et de Mahabo . Il s’agit de 10 chaises roulantes, cinq déambulateurs, 10 béquilles à quatre pieds, 10 béquilles serre-bras et 10 paires de béquilles échelle, d’ une valeur de 12 millions d’Ariary.  C’est la première fois que le GMUR fait ce genre d’action dans cette région et l’on espère que ce ne sera pas la dernière.

Nary Ravonjy

Midi Madagasikara0 partages

Noelin’Iarivo : Un podium musicalement riche

Comme annoncée dans nos précédentes éditions, la Commune Urbaine d’Antananarivo a organisé du 21 au 22 décembre 2020 un podium devant l’Hôtel de ville d’Analakely. Cette célébration de Noël a vu la participation de plusieurs artistes plus ou moins connus comme Rajery, Fy Rasolofoniaina ou encore Antsan’i Kristy. Les concerts se sont déroulés en fin de soirée, de 18 heures à environ 21 heures durant les deux jours précédents. Le podium étant terminé, place à d’autres événements pour continuer à célébrer les fêtes de fin d’année à Antananarivo.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Mananjary : Les EPP Fangato et Andovosira font peau neuve

La Fondation BOA Madagascar vient de terminer la rénovation de l’EPP Fangato et celle d’Andovosira à Mananjary. Deux infrastructures inutilisables et laissées à l’abandon depuis longtemps. Selon les explications des responsables, les deux écoles vont pouvoir accueillir à nouveau 560 élèves grâce à l’aide de la fondation. Mais l’intervention de la Fondation BOA ne s’est pas limitée  à la réhabilitation des deux écoles, elle a également profité de son passage pour réhabiliter un bâtiment de l’hôpital CHRD2, et offrir à l’établissement 50 matelas capitonnés, deux tables d’accouchements, des bancs pour la salle d’attente ainsi que 50 potences. Et jamais deux sans trois, 610 enfants issus de familles défavorisées de Mananjary ont bénéficié de denrées alimentaires dans le cadre de la célébration de la fête de Noël.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ankorondrano-Est : Les enfants démunis gâtés par le groupe Midi Madagasikara  

Une soixantaine d’enfants issus des familles en situation de précarité dans le fokontany Ankorondrano-Est ont pu profiter de l’esprit des fêtes. Des cadeaux, des friandises et des repas ont été offerts par le groupe Midi Madagasikara et le Rotary Club de Millau

La magie de Noël a opéré à Ankorondrano-Est. Chaque année, il est de tradition chez le groupe Midi Madagasikara de redonner le sourire aux enfants issus des familles vulnérables du quartier. Comme à l’accoutumée, le Rotary Club de Millau a témoigné son fidèle appui à cette action sociale louable. Malgré la crise sanitaire traversée par le pays, les dirigeants du groupe ne les ont pas oubliés pour cette fête. Ils ont ainsi prévu pour l’occasion des cadeaux et des repas pour 64 enfants. Les enfants, particulièrement les filles adorent se retrouver autour d’un petit set d’ustensiles de cuisine, raison pour laquelle le groupe leur a offert des dinettes tandis que les garçons ont eu droit aux indétrônables voiturettes. Pour le jour de Noël proprement dit, ces enfants pourront se faire tout beaux en se rendant à l’église grâce aux vêtements et accessoires assortis offerts par le groupe Midi Madagasikara. Les friandises distribuées ont donné une touche de douceur lors de l’événement d’hier. Bref, tout est fin prêt pour une célébration dans la dignité au même titre que tous les enfants du monde.

Soulagement. C’est le mot souvent entendu des parents dont les enfants ont reçu ces cadeaux.

« Nous avons déjà du mal à trouver à manger, comment voulez-vous qu’on mette de côté un budget pour les jouets ? Les cadeaux du groupe Midi Madagasikara arrivent à point nommé », exprime la mère de famille Natacha Razananoro. Quant aux enfants bénéficiaires, chacun affichait une joie non feinte. On a pu observer la hâte de chacun d’ouvrir leur paquet. Notons la présence remarquée de Jessica Andriamalalatiana, 14 ans, venue d’Ilafy qui a perdu l’usage de ses membres il y a deux ans, la rendant incapable de se déplacer toute seule. Le Groupe Midi Madagasikara en a fait sa protégée en lui offrant un fauteuil roulant et en contribuant aux charges de la kinésithérapie qu’elle doit suivre. Sa grand-mère, Gilbertine Razafindramiary n’a pas manqué de réitérer ses reconnaissances à l’endroit du groupe.

Menu spécial. Un repas de Noël spécialement préparé pour ces enfants a clôturé la cérémonie. Du riz avec du poulet et des petits pois ainsi que de la banane au dessert ont été servis aux enfants présents. Nirina Rasoarivelo, responsable des actions sociales auprès de ce fokontany, de rappeler que le groupe Midi Madagasikara prend déjà en charge quotidiennement les repas pour les enfants démunis recensés dans ce quartier. « Le directeur général de Midi Madagascar, Jeremy Rabesahala, est toujours à l’écoute des plus démunis de ce quartier. Malgré le contexte actuel, il a toujours fait en sorte qu’aucun enfant ne soit oublié pendant les  fêtes », témoigne cette responsable.

Narindra Rakotobe