Les actualités Malgaches du Samedi 23 Décembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara220 partages

Moramanga : Raim-pianakaviana tratra nanolana ny zanany fito taona

Raim-pianakaviana 48 taona no tratran’ny renim-pianakaviana teo ambony fandriana manolana ny zanany vavy vao fito taoana monja. Tsy tao an-trano ireo ray aman-dreny fa niantsena. Tokony ho tamin’ny valo ora maraina no nitrangan’ity zava-doza nataon’ity lehilahy ity ny 14 desambra 2017 tao amin’ny zana-tananan’Antanivao, ao anatin’ny fokontany Befotsy, kaominina Ambohibary. Niandry tano ireto zaza ireto no nomen’ity lehilehy ity vola 5000 ar ny zokiny 12 taona mba hatory eo ambony fandriana hiaraka hiandry trano amin’izy ireo izy. Tonga tampoka nefa ny renin’izy roa vavy no nahatratra ny zanany efa nalemy ny iray zoky. Ary ilay zandry, mbola teo am-panaovana ny asa ratsiny izy no tratra. Niantso ny mpitandro filaminana avy hatrany ity reny ary nandray ny andraikiny ny komandin’ny borogadin’nyzandary eto Moramanga . Efa natolotra ny fisarana ny 21 desambra 2017 ny raharaha taorian’ny fanadihadiana natao azy ary niaiky ny zava-bitany tsy noterena ity raim-pianakaviana ity. Efa nisy zazavavy hafa efa nampiharan’ity rangahy ity ny toetra ratsiny saingy tsy sahy nitory ny sasany, ny sasany kosa efa nitory azy ka efa nahatonga azy hiditra am-ponja teo aloha. Raha ny fantatra dia vao avy nahavitany saziny izy dia izao tatra izao indray.

Cathy

Midi Madagasikara203 partages

Fort-Dauphin : Trois morts et plusieurs blessés dans un accident

Un terrible accident s’est produit à Fort-Dauphin. Un camion transportant près de 50 personnes a fini sa course dans un ravin. Le bilan est lourd. Selon les informations émanant de la gendarmerie, le bilan provisoire fait état de trois  morts et de plusieurs blessés.  Provisoire, car cette information a été reçue alors que l’équipe de secours était en pleine intervention sur place et l’officier de police judiciaire qui se charge de l’enquête était encore injoignable. C’est pourquoi, aucune information sur la cause exacte de l’accident n’a filtré. Selon nos sources, le drame s’est produit au petit matin à 40 km de la ville de Fort-Dauphin sur la route menant à Andranomafana. Ce camion a quitté Fort-Dauphin la nuit du jeudi vers 21 heures pour rejoindre le chef-lieu de la commune d’Andranomafana qui se trouve à une centaine de kilomètres. Cet accident a prouvé de nouveau le danger présenté par ce genre de moyen de transport  très utilisé dans les zones reculées  où les routes sont enmauvais état. Ce n’est pas la première fois qu’on entend qu’un accident de camion fait plusieurs victimes dans cette partie sud de l’île. Le pire est de constater que dans la plupart des cas, ces véhicules qui ne sont pas destinés à transporter de passagers,  sont  surchargés . Ils nesont pas bien entretenus. En effet, il est temps aux autorités compétentes de penser à cette situation. Que l’Etat fasse la priorité de ses priorités la recherche de solution pour résoudre ce problème. C’est malheureux d’entendre que dans ce pays, il y a des populations qui n’ont pas droit à un moyen de transport de voyageurs digne dece nom.

Midi Madagasikara200 partages

Présidentielle 2018 : Le parti HVM prépare le terrain à Tanà

Des barons du parti présidentiel à la réunion du HVM Analamanga, hier, au Gymnase d’Ankorondrano.

Le parti présidentiel s’efforce de conquérir la Capitale. C’est une tentative comme une autre, même si depuis des années et des années, la ville des Mille n’a pas toujours cautionné tout parti au pouvoir.

Le parti HVM de la région Analamanga a organisé une réunion de ses membres, hier, au gymnase couvert d’Ankorondrano. Placée sous la houlette du président national de ce parti, Rivo Rakotovao et du coordonnateur régional d’Analamanga, Ndranto Rakotonanahary. Cette rencontre a porté notamment sur des directives données aux membres du bureau de ce parti implanté, au niveau de chaque « Fokontany » de la Capitale. La présidentielle de 2018 aurait été sûrement abordée. Probablement, le parti présidentiel est en train de préparer le terrain dans la ville des Mille, en vue des prochaines échéances électorales. Par ailleurs, dans le cadre de la fête de la Nativité et du Nouvel An, du riz et du « Koba aina » ont été distribués aux membres de ce parti présidentiel.

Elections. En marge de cette réunion, le président national du HVM a parlé des affaires nationales, plus précisément de la Constitution et du code électoral. Il estime notamment qu’« avec les élections de 2018, il s’avère nécessaire de se pencher sur les articles 45 et 47 de la Constitution ». Et lui d’ajouter que « au cas où il y aurait des amendements de la Constitution, cela va se terminer par un référendum ». Visiblement le président du Sénat s’en tient à la révision de la Constitution même s’il a dit que si les règles du jeu ne conviennent pas à tout le monde l’on pourrait se concerter.

Consolider la base. Notons qu’à la suite de la rencontre à Ankorondrano, le coordonnateur régional a rencontré les jeunes HVM de la région Analamanga. Ils étaient une trentaine de jeunes issus des différents districts de la région Analamanga à se réunir hier après-midi, à Ivato. Il s’agit notamment de consolider la base. Par ailleurs, la prochaine étape est la mise en place des membres du bureau au niveau des districts. Décidément, le parti présidentiel entend apporter sa voix dans la Capitale. Reste à savoir s’il sera entendu ?

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara198 partages

Trêve politique : Le couple Ravalomanana en action sociale à Tana

Le couple Ravalomanana distribuant des vivres hier à Analamahitsy.

L’ancien président préfère mener des actions sociales que faire des déclarations politiques pendant les derniers jours de cette année 2017.

L’électorat de la Capitale reste un potentiel à exploiter pour les partis politiques qui ambitionnent de diriger le pays. Hier, si le président national du HVM Rivo Rakotovao était au gymnase d’Ankorondrano, le numéro Un du TIM Marc Ravalomanana s’est rendu au « Sehatra Maintso » d’Analamahitsy, avec l’équipe de la commune urbaine d’Antananarivo conduite par le maire Lalao Ravalomanana. Les deux parties ont toutes mené des actions sociales auprès des couches défavorisées de la population de la Capitale. Par contre, si le président du parti au pouvoir a saisi  l’occasion pour faire des déclarations politiques, l’ancien président Marc Ravalomanana a choisi d’observer une trêve politique pour permettre aux Tananariviens de passer les fêtes de Noël et de fin d’année dans la sérénité. Le couple Ravalomanana effectue des descentes au niveau des arrondissements d’Antananarivo depuis jeudi dernier. Il a commencé dans le IIe arrondissement. Hier au « Sehatra Maintso » d’Analamahitsy », le maire Lalao Ravalomanana et son conseiller spécial ont rencontré les « ray amandreny » et les populations défavorisées du IVe et du Ve Arrondissement.

Dons et messages d’amour. Le couple Ravalomanana poursuit aujourd’hui ses actions sociales dans les autres arrondissements d’Antananarivo. Là où ils passent, l’ancien président et son épouse apportent des dons et transmettent des messages d’amour en cette période des fêtes de fin d’année. Dans le IIe arrondissement, deux personnes âgées par « fokontany » ont reçu du riz et de l’huile. Une centaine d’enfants a eu droit à des friandises. Les secrétaires et les trésoriers des « fokontany » du IIe arrondissement ont reçu chacun une enveloppe de 20.000 Ar de la commune urbaine d’Antananarivo. Hier au « Sehatra Maintso » d’Analamahitsy, l’action sociale menée par le couple Ravalomanana a été assortie d’une sensibilisation sur la violence contre les femmes, assurée par des éléments de MAFUBO Internationale. Des opérateurs économiques locaux en ont également profité pour offrir des matériels d’assainissement au IVe Arrondissement de la Capitale. En tout cas, les Malgaches ont besoin de trêve politique pour pouvoir supporter les durs derniers jours de cette année 2017. Une année qui a été notamment marquée par la flambée des prix des PPN et celui du carburant.

R. Eugène

Midi Madagasikara118 partages

Insécurité et impunité : Une centaine de cas de kidnapping recensés en 10 ans Un jeune Franco-malgache...

« C’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur ». (Luc 2. 11). Ce passage de l’évangile selon Saint  Luc et qui évoque la Nativité est plus que jamais d’actualité pour Madagascar et le peuple malgache. Un peuple qui a effectivement besoin d’un Sauveur pour le sortir de la crise actuelle.

Business. Une crise qui se manifeste notamment par une insécurité grandissante, notamment à travers les kidnappings qui ont fait ces derniers temps la Une des journaux. Le dernier en date concerne l’enlèvement en pleine rue du jeune John Raza, un employé d’UCODIS. Le Collectif des Français d’Origine Indienne (CFOIM) a une fois de plus condamné cet acte de banditisme qui, malheureusement est devenu un véritable business lucratif pour les ravisseurs. Selon d’ailleurs les informations   se manifestant  notamment par la recrudescence des cas de kidnapping. Et même si pour le moment, on n’a pas encore une statistique précise des cas de kidnapping à Madagascar, les estimations faites par le CFOIM font état d’une centaine d’enlèvements relevés au cours des 10 dernières années. Dans la majorité  des cas, les victimes sont des membres de  familles indiennes  propriétaires d’entreprises de moyenne ou grande taille. Les cas les plus récents sont entre autres les kidnappings de Firose Nourbay, un jeune de 16 ans, ou encore de Yanish Ismaël. Et plus récemment John Raza. Mais le kidnapping ne concerne pas uniquement les Indopakistanais. Les tristes cas d’Arnaud et d’Annie deux jeunes Malgaches tués dans une affaire de kidnapping  sont la preuve que ce fléau atteint aussi les Malgaches.

Cellule mixte. Le trait commun de ces enlèvements, c’est que  les familles des victimes qui traversent des moments très difficiles n’osent même pas porter plainte, de peur que leur proche ne soit tué.  Ce qui n’empêche pour autant pas aux forces de l’ordre d’agir. Mais trop souvent, c’est l’impunité, puisque les ravisseurs sont rarement appréhendés. Pire, des malfaiteurs qui ont été arrêtés se retrouvent parfois en liberté. Le régime actuel semble décidé à mener un combat contre le kidnapping a pris une mesure spéciale en mettant en place  une cellule mixte composée de quelques éléments de la police et de la gendarmerie nationale. Placée sous la direction du ministère de la Défense nationale, cette cellule mixte anti-kidnapping  entend réaliser du bon travail. De son côté, le Collectif des Français d’Origine Indienne à Madagascar s’est levé. Non seulement pour dénoncer le kidnapping mais également et surtout pour apporter de l’assistance aux familles des victimes. Dans tous les cas, il est plus que jamais temps que l’Etat fasse preuve de prise de mesures efficaces pour stopper ce phénomène qui  risque de faire fuir les capitaux. Faute de protection de leurs biens et de leur vie, les personnes concernées par le kidnapping et qui occupent une place importante dans l’économie risquent tout simplement de délocaliser leurs activités ailleurs. Aux  dernières nouvelles, l’on apprend qu’un jeune garçon de 14 ans a été enlevé hier du côté d’Andranobevava. Il s’agit d’un Franco-malgache. Ce kidnapping prouve une fois de plus que les malfaiteurs ne s’attaquent pas uniquement aux Indiens. En tout cas, ce nouveau cas interpelle les autorités sur la nécessité absolue de prendre des mesures draconiennes, pour mettre un terme au kidnapping.

R.Edmond.

Midi Madagasikara113 partages

ENAM : Quand la Promotion HARENA se démarque !

Rafenolaza Jean-Jacques remettant un prix à l’élève qui a trouvé le nom de la 27e Promotion de l’ENAM.

Les 150 élèves hauts fonctionnaires de la Promotion HARENA de l’Ecole nationale d’Administration de Madagascar (ENAM) ont fini en beauté jeudi dernier l’année 2017. Une occasion surtout pour le président de la 27e Promotion Rafenolaza Jean- Jacques de réaliser ses « promesses électorales ». A ce propos, les 150 soldats de la promotion ont eu droit avant-hier à des cadeaux de fin d’année dont du riz et de l’huile alimentaire. Les meilleurs élèves grâce à qui la promotion a déjà son nom et son logo ont été également primés jeudi dernier.

Meilleur encadrement pédagogique et social. L’ambiance de fête a régné avant-hier dans le petit Amphi de l’Enam à Androhibe. « Quand je promets, je réalise. », a déclaré l’élève administrateur civil Rafenolaza Jean-Jacques. Avant de rajouter : « Je ferai tout mon possible pour que la 27e Promotion de l’Enam puisse se démarquer des précédentes Promotions. » Rafenolaza Jean- Jacques ambitionne durant son mandat d’assurer un meilleur encadrement pédagogique et social des élèves de la Promotion HARENA qui ont débuté leur formation il y a déjà trois mois. A rappeler que la 27e Promotion de l’ENAM est composée  d’élèves Administrateurs civils, d’élèves Agents diplomatiques et consulaires, d’élèves Inspecteurs des Domaines et de Propriété Foncière, d’élèves Inspecteurs d’Administration pénitentiaire, d’élèves Ingénieurs des Services topographiques ainsi que d’élèves Inspecteurs du Travail et des Lois Sociales.

R. Eugène

Madagascar Tribune84 partages

Le SSM ira devant les tribunaux

Le ministère des Finances et du Budget a commencé sa chasse aux fantômes, afin d’éliminer tous les fonctionnaires fantômes qui ne devraient pas avoir droit à leurs soldes, avantages et autres indemnités. Depuis le début de cette semaine, 5 472 agents de l’Etat jugés en situation irrégulière ainsi que 1 480 hauts emplois de l’Etat déjà abrogés selon le ministère des Finances et du Budget (MFB) ont donc vu leurs soldes suspendus. Cette suspension est due ou s’est faite grâce à (c’est selon) au nouveau logiciel AUGURE (Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources humaines de l’Etat). La grogne avait donc commencé dans plusieurs corps pour ne citer que la Police nationale où des fonctionnaires loin d’être fantômes se sont vus refuser leurs soldes et ce à l’approche des fêtes de noël et de fin d’année. Face à cela, la Solidarité Syndicale de Madagascar (SSM) a décidé de prendre les choses en main et de mener une enquête. Il en a résulté selon le SSM que plusieurs agents de l’Etat qui ont travaillé tout au long de l’année sont en majorité les victimes de cette suspension. D’autre part, le SSM affirme également que la faille provient de la mauvaise gestion et de la méconnaissance du logiciel AUGURE par le MFB et de la DGGFPE. Etant donné que des chefs hiérarchiques auraient confirmé le fait que ces agents victimes de suspension de soldes ont bel et bien travaillé et sont loin d’être des fonctionnaires fantômes. Actuellement, le SSM est en train d’élaborer les dossiers nécessaire sur les agents de l’Etat concernés afin d’intenter une action en justice. Du fait qu’il s’agirait d’une réelle infraction au droit du travail de la part de l’Etat. Mais avant cela, le SSM appellera à une réunion des fonctionnaires victimes de cette décision du MFB. Toutefois, il est concédé que la fonction publique malgache doit être assainie et que les fonctionnaires fantômes existent bel et bien. Cependant, une suspension de solde brutale basée sur le simple logiciel n’est pas la solution affirme le SSM. Il faut des mesures et des actions concrètes si l’on cherche réellement à lutter une bonne fois pour toute contre les fonctionnaires fantômes.

Midi Madagasikara80 partages

Real-Barça : « Le match le plus difficile de la saison » selon Zidane

Le clasico Real Madrid-FC Barcelone samedi en Championnat d’Espagne sera « sans doute le match le plus difficile de la saison », a estimé vendredi l’entraîneur madrilène Zinédine Zidane, assurant que son équipe était capable de battre n’importe qui et de refaire son retard au classement.

Q: Le Real pointe à 11 longueurs derrière le leader Barcelone avec un match de moins. Abordez-vous ce clasico avec beaucoup de pression au niveau comptable?

R: « Nous n’avons pas d’angoisse, aucune. Nous devons seulement penser à faire un bon match, pas regarder si nous avons 11, 8, ou 25 points d’écart. L’écart est ce qu’il est. La seule chose que nous pouvons contrôler, c’est le match de demain (samedi). C’est faire un grand match. Et nous allons devoir faire un grand match face à un grand adversaire. »

Q: Comment peut-on battre le Barça de Messi, actuel meilleur buteur de Liga avec 14 buts?

R: « Ce match sera sans doute le plus difficile de la saison, parce que les matches Barça-Real sont toujours des matches beaux et difficiles. Mais c’est ce qui nous plaît. Les joueurs jouent au foot pour ce genre de matches. On sait que pour gagner la Liga, il n’y a pas que ces matches-là. Mais Madrid-Barça, les joueurs ont toujours cette date en tête et nous sommes prêts pour jouer. »

Q: Le Barça version Valverde a été critiqué parce qu’il jouait parfois mal. Êtes-vous de cet avis?

R: « Peu importe ce que je peux répondre ou s’ils jouent bien ou mal. Ils sont en tête du classement, c’est un fait et c’est mérité. Jouer bien ou mal, chacun a son avis, mais s’ils sont en tête, c’est qu’il y a une raison. Nous, nous sommes derrière et nous voulons essayer de réduire un peu l’écart et de faire un bon match. Si nous jouons bien, nous pouvons faire mal à n’importe quelle équipe. (…) En Liga, nous avons eu un peu de mal, nous avons perdu des points, mais tout cela est très long et nous pouvons refaire notre retard. »

Q: Quels éléments vous font considérer que vous êtes prêts pour ce clasico ?

R: « C’est juste notre envie, ce qu’on va mettre dans le match, comment on va rentrer dans le match, le sérieux qu’on va avoir. La motivation de toute façon va être là. C’est tout. Comme je l’ai dit, il faut qu’on fasse un grand match, si on est bon avec le ballon, on sera dangereux. »

Q: La Liga sera-t-elle déjà perdue en cas de défaite samedi ?

R: « C’est votre pensée, pas la mienne. Moi, la mienne est plus positive. Justement, je ne regarde pas cette distance qu’il peut y avoir éventuellement. Non, c’est bête de penser ça! Moi je pense positivement, je pense à ce qu’on va faire de bien. On est bien, on est bien dernièrement, on l’a montré qu’on était bien, on est en train de monter, d’être mieux à tous les niveaux et ça pour moi c’est le plus important. (…) Pour moi, tous les matches sont des finales, parce que c’est vrai qu’il y a de la distance et ce qu’il faut qu’on fasse c’est réduire l’écart. C’est ce qu’on va essayer de faire, toujours dans la tranquillité, toujours avec du foot. Du ballon, du ballon! »

Propos recueillis en conférence de presse.

Midi Madagasikara70 partages

COFAV : 20 ans de conservation réussis

Une trentaine de cours d’eau prennent leur source dans la vaste étendue de forêt humide dans la partie centre-Est et Sud-Est de Madagascar. Photo WWF Madagascar

450.000 ha de forêts dans la partie centre-Est et Sud-Est de Madagascar, au cœur d’un vaste chantier de conservation depuis maintenant deux décennies. Il s’agit du corridor forestier Fandriana-Vondrozo-Midongy (COFAV), « le poumon et le ‘château d’eau’ du centre-Est au Sud-Est de Madagascar », souligne le WWF, qui fête ainsi 20 ans de conservation réussis dans cette partie de la Grande Ile, avec comme acteurs principaux, les communautés, depuis l’installation en 1998 de la première antenne de WWF au cœur de la forêt humide du COFAV.

Depuis, 74 organisations communautaires ont vu le jour et se sont développées. Elles assurent la gestion durable des forêts dans les districts de Vondrozo et Ivohibe. Des actions qui ont porté leurs fruits, car des sources d’eau taries sont à nouveau alimentées et de nouvelles sources sont apparues. Le reboisement a, en particulier, amené à obtenir ces résultats fort encourageants. Plus de 1.200.000 arbres ont été utilisés pour restaurer 874 ha de forêts dégradées. « Des pans entiers de forêts dégradées ont été restaurés grâce à des années d’engagements volontaires et communautaires. Les sources jadis taries sont réapparues. Les communautés du COFAV et le WWF, nous sommes une seule et même famille. Ces communautés sont nos modèles. Si l’effort de conservation entrepris par ces villageois est le même dans tout Madagascar, le retour de la forêt n’est pas qu’un espoir, ce serait un accomplissement national», a souligné Nanie Ratsifandrihamanana, directrice de WWF à Madagascar.Les communautés, structurées en deux fédérations régionales, sont désormais en accord pour la bonne gestion de leur forêt. Elles ont développé nombre d’initiatives qui ont déjà des retombées visibles sur l’économie et la vie sociale de leurs villages, à l’image de l’hôpital construit par des communautés dans le Sud du corridor grâce à de l’argent qui a récompensé leurs efforts de conservation, ou encore la production d’huiles essentielles créée il y a 10 ans par les communautés du Nord, et qui, aujourd’hui, génère un fort bénéfice économique.Recueillis par Hanitra R.

News Mada56 partages

Sakaraha : resy tosiky ny zandary ireo dahalo

Nahitam-pahombiazana ny paikady sy toromarika avy amin’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena momba ny tsy fandriampahalemana miseholany tany amin’ny distrikan’i Sakaraha faritra Atsimo Andrefana. Nidina nijery ifotony ny fampiharana izany toromarika izany ny delegasiona notarihin’ny Jly Ratelo André, lehiben’ny sampandraharaha fitsarana fiarakodia tany amin’iny faritra iny. Nihamafy orina ny fifandraisana sy fiaraha-miasa eo amin’ny zandary sy ny vahoaka ary ireo olom-boafidy any an-toerana. Resy tosika ireo dahalo noho ny fametrahana ireo dina izay mifanindran-dalana amin’ny hetsika ataon’ny zandary. Vokany, tsy nahitana asan-jiolahy sy asan-dahalo intsony ao amin’ny kaominina Andranolava sy Amboronambo ary Besakoa Ambinany samy ao anatin’ny distrikan’i Sakaraha hatramin’ny volana septambra 2017. Nifanao velirano noho izany ny vahoaka sy  ny zandarimaria any an-toerana fa hitazona izany fandriampahalemana izany araka izay azo atao. Nanararaotra nanamafy ny fangatahany ireo vahoaka ny mba hanampiana ny isan’ny zandary miasa any an-toerana sy ny hampitaovana azy ireo na dia efa nisy aza ny fanomezana moto hampiasain’ny zandary indrindra ny handefasana matetika ny angidimby, ka tsy amin’ny fotoana hanafihan’ny dahalo ihany no hampiasana izany fa ny fanaovana fisafoana ihany  koa.

Jean Claude

Midi Madagasikara54 partages

Ankadikely Ilafy : Vaky fasana, razana am-polony lasa voaroba taolana

Asa raha fanimpiriny amin’ny vaky fasana eny amin’iny faritra Ankadikely Ilafy iny ity nitranga ny alarobia lasa teo. Fasana iray tao amin’ny fokontany Ambohipanga indray mantsy no lasibatr’ireo olon-dratsy. Razana mahatratra teo amin’ny 12 isa teo ho eo no very taolan-dava avokoa. Tokony ho tamin’ny dimy ora sy sasany hariva tany ho any tamin’io andro io no nampandrenesina ny zandary avy amin’ny borigady Ankadikely Ilafy mahakasika ity fahavakisana fasana ity. Tsy nisy nahatsikaritra tokoa mantsy izany, toy ny mahazatra ihany, raha tsy nisy fandevenana teny amin’io toerana io. Hatairana ny an’ireto  olona ireto raha nahita ny fasana efa nivoha. Teo no nampanantsoina avokoa ny teo anivon’ny tompon’andraikitry ny filaminana teny an-toerana, niaraka tamin’ny solon-tenam-pokonolona. Tamin’ny fizahana ny tao anatin’ny fasana no tsikaritra ireo fahabangana taolan-dava tamin’ireo razana maromaro ireo. Nandray ny fepetra tandrify azy avy hatrany moa ny teo anivon’ny zandarimarim-pirenana, nanokatra ny fanadihadiana sy fikarohana ireo tsy mifaditrovana ireo. Tamin’ity taona ity tokoa dia niverina nirongatra indray izany resaka vaky fasana sy fangalarana taolam-paty izany. Mbola mipetraka anefa ny fanontaniana hoe, atao inona izy io ? Iray tamin’ireo fanadihadiana nataon’ireo mpitandro filaminana, ka nahatratrarana olona maromaro tamin’ireto mpangalatra taolam-paty ireto no nahafantarana tamin’izay fa vahiny no mpandray azy ity. Saingy toa mbola tafajanona eo aloha ny famotorana, fa tsy mbola misy mangirana ny tohiny.

m.L

Midi Madagasikara52 partages

Tourisme de croisière : Levée de l’embargo de Maurice contre Madagascar

Le ministre Roland Ratsiraka, avec le Premier ministre Mauricien Pravin Jugnauth

Les touchers des croisiéristes à Madagascar reprennent dès janvier. Le ministre du Tourisme Roland Ratsiraka a été reçu par le premier ministre mauricien, Pravin Jugnauth, ainsi que par les ministres de la Santé et du Tourisme de Maurice.

Le problème relatif aux croisiéristes est résolu. Depuis le début de la saison, des mesures, jugées excessives, ont été prises par l’île Maurice en raison de l’épidémie de peste. « La menace de mise en quarantaine des bateaux de croisière venant de Madagascar, si un des passagers venait à avoir la fièvre ». A cause de cette mesure, les 60.000 touristes prévus visiter Madagascar, préfèreraient fuir la destination, car malgré la fin de l’épidémie, les mesures n’avaient toujours pas été levées, contraignant les compagnies de croisière à annuler la destination pour toute la saison. Les opérateurs mauriciens ont également été sanctionnés par cette décision. Certains touristes ne venaient plus à l’île Maurice, car leurs destinations incluent également Madagascar ainsi que les autres îles voisines. Fort heureusement, le Ministère de la Santé de l’Île Maurice a mis fin à cet épisode hier, en levant ces mesures, après sa rencontre avec le ministre du Tourisme malgache, Roland Ratsiraka , qui auparavant, a été reçu par son homologue mauricien, le ministre Anil Gayan.

Reprise. Depuis sa mission à Londres en novembre dernier, le ministre Roland Ratsiraka a mené ce combat avec l’appui du Secrétaire Général de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), Taleb Rifai. Les efforts ont donné leurs fruits, car depuis ce matin, les compagnies de croisière, au courant de la bonne nouvelle, programment la reprise des touchers à Madagascar à partir du mois de janvier. Lors de sa rencontre avec le Premier ministre Pravin Jugnauth, Roland Ratsiraka a évoqué le lancement d’une semaine maritime lors duquel les réceptifs de Madagascar seront invités à Port Louis. Air Mauritius va également faciliter nos relations, notamment par la venue de journalistes ici en « Eductour » prochainement. « L’objectif est d’améliorer l’image de Madagascar vis-à-vis de l’île Maurice, afin que de telles décisions sanctionnant notre pays ne soient plus prises à l’avenir. De plus, la Grande Ile constitue un marché de 25 millions de personnes ; ce qui représente un potentiel énorme pour l’île Maurice. De ce fait, il n’est plus acceptable que nous restions dans les discours. Il faut que nous passions enfin à l’action. Nous savons que l’île Maurice est un exemple, spécialement dans sa manière de recevoir les touristes, et qu’ils ont besoin de main-d’œuvre, qui seront formées en conséquence », a indiqué le ministre Roland Ratsiraka. Bref, une bonne collaboration s’annonce avec Maurice, suite à la levée des mesures, prononcée hier.

Antsa R.

News Mada49 partages

Adequation formation-emploi : les lycéens à la découverte

de l’université

Une initiative pérenne visant à résoudre l’eternel problème de l’inadéquation formation-emploi est sur le point de se réaliser. Pour ce faire, un dispositif d’orientation scolaire et professionnel sera mis en place au niveau des 436 lycées publics du pays.

Un grand défi à relever. L’accès des jeunes diplômés à l’emploi s’avère difficile après plusieurs années d’études à l’université. Certains occupent des emplois qui ne correspondent pas à leur parcours d’études supérieures, dont une bonne partie dans le secteur informel. Alors que ce ne sont pas les offres sur les marchés du travail qui manquent.

Tous ces paramètres expliquent le besoin d’agir en faveur de l’adéquation-formation emploi, un des grands défis du Plan sectoriel de l’éducation (PSE). « Le grand chantier pour inverser la tendance devrait commencer au niveau de l’éducation fondamentale, notamment, dans les lycées d’enseignement général et technique, jusqu’à l’université », a souligné le directeur de la Formation de masse (DFM) au sein du ministère de l’Education nationale (Men), Hasina Raonivelo, hier, lors d’une interview.

Pour concrétiser cette initiative, les trois ministères en charge de l’éducation comptent mettre en place un « Dispositif d’orientation scolaire et professionnel » dans les 436 lycées publics et communautaires à travers le pays. Sur ce, la mise en service d’un Comité interministériel, qui se charge spécialement de ce domaine, est en perspective.

« Cette structure s’occupera de la gestion des informations qui seront octroyées au élèves en vue d’orienter leur choix d’études supérieures et de la conception d’outils nécessaires pour atteindre les objectifs», a ajouté notre source.  Au niveau du Men, une structure à part entière au niveau de l’Education fondamentale s’occupe déjà de l’orientation  scolaire et professionnelle.

Huit lycées pilotes

En l’occurrence, des visites dans des universités publiques et privées, accompagnées de conférences-débats entre les élèves et les universitaires, ainsi que des visites d’entreprises ou encore des partages d’expérience des professionnels dans les lycées… seront au programme.

Pas plus tard qu’avant-hier, une intervention allant dans ce sens a été réalisée par le DFM, en partenariat avec Canal + Madagascar, au Lycée Ambohidratrimo et ce, même si cet établissement ne figure pas encore dans la liste des huit lycées pilotes pour la mise en place de ce dispositif. A cette occasion, le directeur financier, le directeur des ressources humaines et le responsable communication de cette société ont partagé leurs cursus scolaires et universitaires avant d’arriver à leur stade actuel.

Parmi ces établissements pilotes figurent, notamment, les lycées Jules ferry, Galienni, Philibert Tsiranana, Zafy Albert, Raherivelo Ramamonjy, André Resampa, Laurent Botokeky ou encore Jaques Rabemananjara. «Une évaluation des acquis dans ces sites seront à l’ordre du jour, dès le début de l’année, avant d’étendre un tel dispositif dans les autres lycées.  Un système de partage dans les lycées privés sera également parmi les priorités», a conclu le directeur du DFM, Hasina Raonivelo.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara44 partages

Itaosy : Jiolahy rain-dahiny sarona teo am-piomanana hanafika

Jiolahy rain-dahiny efa nokarohina fatratra no voasambotry ny zandary teny amin’iny faritra Itaosy iny ny alakamisy lasa teo. Mbola teo am-pikasana hanao fanafihana amin’izao andro fety izao ny lehilahy izao voapaingotry ny zandary izao. Raha ny fanazavàna azo dia isan’ny tarik’izany antsoina hoe Radomainty izany ity lehilahy voasambotra ity. Ireto farany dia voalaza fa isan’ireo andian-jiolahy raindahiny tokoa amin’ny resaka fanafihana mitam-piadiana, nampikaika ny faritra Itaosy, Ampitatafika sy ny manodidina iny. Raha ny fanazavàna azo hatrany dia sady ikoizana amin’ny resaka fanafihana ity olona voasambotra ity no mbola mpanendaka gaigilahy ihany koa. Fikaroham-baovao efa ela, hoy ny teo anivon’ny zandarimarim-pirenena, no nahafahana nisambotra azy izao. « Tena fetsy be tokoa mantsy izy io saingy izao tratra izao ihany rehefa notsongoina dia », hoy ny vaovao. Tsy nahitàna fitaovam-piadiana moa tao an-tranony tamin’ny fisavàna izany saingy nisy rongony kelikely kosa. Mbola mandeha ny fanadihadiana sy ny fikarohana ireo namany amin’izao fotoana izao. Indrindra fa ilay antsoina hoe Radomainty.

m.L

Midi Madagasikara39 partages

Innovation : La caméra rétroviseur « Sourc’In », un outil pour la sécurité routière

La retro caméra un outil de surveillance discret mais efficace.

Après le succès des « smartwatches » et des caméras sport waterproof, « Sourc’In » lance la caméra rétroviseur qui peut s’utiliser pour une meilleure sécurité routière.

On connaît surtout les grandes technologies par les grandes marques d’automobile dans le monde. Pour Madagascar où le parc automobile est majoritairement constitué de voitures d’occasion importées notamment d’Europe, les propriétaires sont obligés d’acheter des matériels en option pour les équiper.

Prévention. C’est justement pour satisfaire à ces besoins spécifiques que la société « Sourc’In » a décidé d’innover en mettant sur le marché la caméra rétroviseur. La Caméra « Sourc’In MX 1 », puisque c’est son nom est en effet destiné à de multiples usages. Le dispositif est doté de deux caméras qui s’installent à l’avant et à l’arrière de la voiture. Le tout relié à un écran qui peut à la fois faire office de rétroviseur et d’instrument de visionnage d’images enregistrées. « La caméra avant peut enregistrer les événements qui se passent devant la voiture. En cas d’accident les images enregistrées peuvent servir de preuve de la circonstance dudit accident » explique un responsable de « Sourc’In ». Une manière d’indiquer que ce genre de caméra rétroviseur peut être utilisé comme outil de prévention en matière de sécurité routière. Pour les entreprises de transports de marchandises ou en commun, la caméra « Sourc’In MX 1 » peut aussi servir d’outil de contrôle des itinéraires des voitures. Il s’agit dans ce cas d’une alternative au GPS.

Révolutionnaire. Pour les taxis-brousse, la « Sourc’In MX 1 » peut également servir de caméra de surveillance des passagers qui sont à, l’arrière de la voiture. Cette caméra rétroviseur révolutionnaire peut être équipée d’une carte mémoire de 32 Go permettant de stocker les images qui sont bien évidemment effaçables en cas de besoin. Côté prix (voir encart publicitaire par ailleurs) « Sourc’In » affiche un tarif promotionnel avantageux de 120.000 ariary l’unité. « Notre premier objectif est de permettre aux automobilistes de se doter d’outil efficace, en matière de sécurité routière » explique le responsable de « Sourc’In » qui n’est d’ailleurs pas à son premier coup d’essai en matière de distribution d’appareil de haute technologie à bon marché. On rappelle sur ce point le succès des « Smartwatch » et des caméras de sport « Waterproof ».

R.Edmond.

News Mada34 partages

MPTDN : 99 mianadahy niofana momba ny niomerika

Mandray anjara feno amin’ny fanatentarahana ny paikady « niomerika ho an’ny rehetra », napetraky ny fanjakana ny minisiteran’ny Paositra sy ny fifandraisan –davitra ary ny fampiroboroboana ny niomerika (MPTDN). Tafiditra ao anatin’izany ny fampitomboana ny fiofanana ho an’ny tanora. Nomena, omaly 22 desambra ny mari-pahaizana ho an’ireo 99 mianadahy nahavita ny fiofanana, nisalotra ny anarana andiany « mendrika », teo ambany fiahian’ny minisitry ny MPTDN, Rakotomamonjy Neypatraiky. Ray mpiahy azy ireo kosa, ny filohan’ny filan-kevi-pitantanan’ny Paositra malagasy, Rabemananjara Elire.

Ahazoan’ny rehetra ny niomerika

Hivoaka ho mampiofana ireto tanora nahavita ny fiofanana ireto, mahafehy ny antsipiriany rehetra amin’ny sehatry ny paositra sy ny teknolojian’ny niomerika (Tics). Ao anatin’ny tolotra kirakirain’ny sampandraharahan’ny varotra ao amin’ny paositra mantsy ny fampiasana ny Tics. Tanjona ny hahazoan’ny mpanjifa mampiasa ity hairahan’ny teknolojia ity sady manamora ny fahazoana ireo tolotra rahateo.

Tsiahivina fa mahatratra 230 ny masoivohon’ny paositra manerana ny Nosy. Fiasany ny manakaiky hatrany ny mpanjifa.

Njaka A.

Midi Madagasikara32 partages

Fête de fin d’année : Nina’s met le cap à Tuléar

Nina’s plus en forme que jamais.

Dernièrement, si elle s’est faite discrète, Nina’s travaille sur son prochain album. Avec deux titres déjà sortis durant ce mois, la chanteuse vient de confirmer qu’elle sera à Tuléar pour la fête de fin d’année. Ce rendez-vous tant attendu par les Tuléarois aura finalement lieu. Effectivement, comme toute étoile de la musique tropicale, elle est très demandée sur la scène dans la Ville du Soleil.

Entrant dans le cadre de la célébration de ses cinq ans de carrière, la chanteuse promet de finir l’année comme il se doit. Pour ce faire, elle sort quelques unes des titres qui figureront sur son prochain opus à l’instar de « Chérie nakà » et « Tsy any làlana », des compositions rythmées de « Tsapiky », de « Coupé décalé » et de « Dombôlô », histoire de suivre la tendance du moment. De quoi faire danser la foule au Réveillon.

Ceci marquera également le démenti sur la rumeur qui a circulé ces derniers temps. Selon les dires, la chanteuse a décidé d’arrêter sa carrière artistique. Ce qui n’est pas à l’ordre du jour dans l’immédiat. Sans en faire tout un plat, Nina’s animera la soirée au Glacier Analakely le 19 janvier. En voilà qui met fin à la fameuse rumeur.

Maharindra

Midi Madagasikara32 partages

Hosoka sy fampiasana hosoka : Angatahin’ny banky ny kanakatonana ny kaontin’ny Sygmma ao aminy

Noho ny olana misy eo anivon’ny Syggma izay niafara tamin’ny fanasaziana ny Sekretera jeneralin’ity Sendikan’ireo Tantsambo eto Madagasikara ity dia angatahin’ny bankin’ity sendika ity ny hanakatonana ny kaontiny ao aminy. Nanambara izany ny sekretera jeneralin’ity fikambanana ity, Razafindraibe Harivony Lucine, nandritra ny fihaonana tamin’ny mpanao gazety, ny Alarobia lasa teo. Ny fisian’ireo  andiana Tantsambo izay misandoka ho tompon’andraikitra eo anivon’ny Sygmma  ka maka vola ao amin’io kaoty io no nolazainy fa antony angatahin’ny banky izany. Ireto andian’olona ireto dia nitory ity Sekretera jeneraly ity ho nanodinkodina ny volan’ny Sygmma ka nahazoan’ity farany sazy  3 volana an-tranomaizina sy fandoavana onitra vola an-jatony tapitrisa. Fanamelohana izay tsipahin’ireo mpikambana miara-dia amin’ity sekretera jeneraly ity, satria io vola nolazaina fa voahodina io dia tambikaraman’ny notoriana ara-dalàna sy nifanekena teo anivon’ny sendika. Olona efa noroahina tsy ho mpikamba intsony ireto nitory ireto, hoy i Lucien sy ny namany, ka tsy manana fahefana mihitsy hitondra raharaha amin’ny anaran’ny Fikambanana eo anivon’ny fitsarana. Noho izany, nilaza fa nampakatra ity raharaha ity eo amin’ny Fitsarana ambony ny Sygmma mba ho fitandroana ny voninahitry ny sekretera jeneraliny. Ity farany izay ambaran’ny mpandaha-teny nandritra ny fihaonana tamin’ny mpanao gazety  fa olona voafidy ara-dalàna ary manana ny traikefa sy fahaiza-manao ho amin’ny andraikitra napetraky ny fikambanana aminy. Izy ihany koa no eken’ny eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena, toy ny ITF sy ny CFDT, hisolo tena ireo tantsambo eto Madagasikara.  Nambaran’izy  ireo fa tokony hanangana sendika hafa ireo andian’olona ireo rehefa tsy hanaraka ny rafitra eo  anivon’ny Sygmma. Koa manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana mahefa ireto mpikambana ao amin’ny Sygmma mba tsy ho voafitak’ireto olona misandoka ireto.

T.M.

Midi Madagasikara31 partages

Ski : Mia Clerc à Courchevel

Première grande expérience pour Mialitiana Clerc en coupe du monde. Elle a été alignée au slalom géant et au slalom parallèle pour cette première entrée de Madagascar en coupe du monde à Courchevel. Elle a fini pour le premier à la 57e place avec un chrono de 1’11’38. Le meilleur temps était pour la Française Tessa Worley de 1’00’’67. De même, elle a fini à la 61e place au slalom parallèle en 29’’39 et la gagnante a fait 26’’ », soit juste trois  secondes devant elle. Rappelons que Mia est franco-malgache, elle a juste 16 ans et elle est qualifiée pour les Jeux Olympiques de Pyeongchang en 2018 sous la bannière de Madagascar. Elle est entraînée par l’ancien champion de ski Raphaël Burtin. 16 ans le 16 novembre dernier, elle est une des meilleures françaises en ski. Avec son club Interclub Magland de la Haute Savoie, elle s’entraîne, suivie de près par ses parents. Elle nous a déjà dit « Pour celle de Corée, ce sera surtout une visibilité, mais pour la Chine en 2022, je vise la médaille ».

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara28 partages

« Paositra Malagasy » : 99 nouveaux diplômés pour assurer l’évolution vers le numérique

Les 99 nouveaux diplômes de la « Paositra Malagasy » vont assurer l’évolution vers l’économie numérique.

Loin d’être une menace, la révolution numérique renforce davantage la présence de la « Paositra Malagasy » sur le marché. En effet, cet établissement sous tutelle du Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), est fortement impliqué dans l’atteinte des objectifs du projet « Numérique pour Tous », initié par le président de la République. Hier, les 99 nouveaux sortants de la promotion Mendrika, ont reçu leurs diplômes lors d’une cérémonie patronnée par Neypatraiky Rakotomamonjy, ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique et parrainée par Elire Rabemananjara, PCA de la « Paositra Malagasy ». Cette jeune promotion d’encadreurs a appris, pendant leur formation, les b.a.ba du métier de la Poste et les révolutions technologiques qui s’y sont développées. L’utilisation des TIC a été intégrée dans les services commerciaux de la « Paositra Malagasy », selon ses dirigeants, pour permettre au plus grand nombre d’accéder à ces nouvelles technologies et en même temps de se faciliter la vie à travers ces services offerts. Force est de constater que la « Paositra Malagasy » est un grand partenaire de proximité pour la population, avec plus de 230 bureaux répartis dans tout Madagascar et atteignant les régions les plus enclavées.

Antsa R.

Midi Madagasikara27 partages

Odette Clémentine Raketamanga : Présidente de la cour de cassation de la cour suprême

Lors du conseil des ministres du 21 décembre dernier, Odette Clémentine Raketamanga a été nommée présidente de la Cour de cassation de la Cour suprême et Yves Hugues Rajoelina au poste de Directeur général de l’Ecole nationale de la Magistrature et des Greffes.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara23 partages

Inde–Madagascar : Une balance commerciale déficitaire en notre défaveur

Le rideau est tombé sur le troisième salon des produits indiens qui a eu lieu samedi et dimanche dernier  devant le palais de l’Hôtel de ville d’Antananarivo. Ce fut une occasion pour ce pays de faire découvrir au public les produits indiens que Madagascar a importés. Depuis l‘existence des relations diplomatiques entre nos deux pays notre balance commerciale est encore déficitaire . A titre d’exemple, l’année dernière, la valeur de nos produits importés s’élevait à 566 milliards d’Ar alors que nous n’ avons exporté que des marchandises valant 259 milliards d’Ar. Nous exportons essentiellement des produits agricoles comme la vanille, le girofle, le poivre et aussi des huiles essentielles…. alors que nous importons des matières et machines agricoles, des produits pharmaceutiques, et surtout du riz pour satisfaire nos besoins dans ce domaine. Ce troisième salon des produits indiens a l’occasion pour les quarante exposants de montrer aux gens les moyens nécessaires pour dynamiser les relations commerciales entre les deux pays qui sont tous deux encore en voie de développement. Le Directeur de Cabinet du ministère de l’Industrie et de la Promotion du Secteur privé M. Clermont Ratombozafy a représenté le gouvernement malgache  et l’Inde l’a été par SEM l’ambassadeur Subir Dutta .

Nary Ravonjy

L'express de Madagascar22 partages

Fête de Noël – Aucun budget fixe dans les ménages

Faute de budget, Noël ne s’annonce guère différent des autres jours. L’essentiel pour les familles serait de pouvoir procurer un peu de joie et bonheur à leurs enfants.

La plupart des ménages ne disposent pas de budget destiné uniquement aux fêtes à cause de  la hausse du coût de la vie qui a marqué cette fin d’année. « Nous ne disposons pas encore d’argent pour les fêtes mais nous sommes encore en train de chercher quotidiennement tout ce qu’il faut pour survivre », affirme Hanitra Andria­niaina, vendeur de cigarettes et bonbons à Mahamasina. L’important chez certaines personnes est que le jour de Noel soit vécu en famille mais pas comme tous les jours. « Nous n’avons pas d’argent destiné à la fête de Noel. L’important est de trouver quelque chose qui rend les enfants joyeux. Au lieu de manger des brèdes ou du haricot blanc tous les jours, la famille peut se procurer un poulet. Il faut juste que cette journée soit différentedu quotidien », explique Hery Tsisaherivola, père de famille. Les fonctionnaires attendent encore le salaire mensuel pour pouvoir fêter Noël en famille. « Les préparatifs de la fête sont silencieux. À mon avis, chacun attend encore le salaire mensuel pour pouvoir fêter Noël. Il n’existe pas vraiment de budget spécial », affirme Tanteliniaina Randrianari­vony, père de famille.

Marché silencieux« Chaque année, quand le bazar de Noël commence, les rues sont pleines de gens, une vraie marée humaine. Actuel­lement, les préparatifs de la fête sont silencieux », constate toujours Hanitra Randrianiaina. Personne ne pense à acheter des tissus pour la fête de la Nativité. Le marché de tissus comme ceux d’Andra­voa­hangy et d’Isotry est boudé par les acheteurs. La plupart des personnes comptent investir plus pour le festin de Noël que pour les habillements. Manger de la volaille est toujours prioritaire pour les Malgaches pour tout évènement festif. « Le prix des volailles n’a pas pris de hausse considérable mais les gens n’ont pas d’argent. Après un long marchandage, nous écoulons toujours quelques volailles », confirme Ndriana Razana­koto, marchand de volailles. Le dindon coûte entre 40 000 et 80 000 ariary. Le kilo de poulet gasy ou de poulet de chair varie de 10 000 à 15 000 ariary.

Mamisoa Antonia

Madagate21 partages

Antananarivo. Kidnapping de Nathan, 14 ans, petit-fils de Charles Andriantsitohaina

Photos: Facebook

Vendredi 22 décembre 2017. Nathan Andriantsitohaina, lycéen de 14 ans, petit-fils de l’industriel malgache de renom, Charles Andriantsitohaina, et fils de l’opérateur économique Naina Andriatsitohaina (Climatel, Niag, PMC, Prochimad, Ultima Média...), a été kidnappé par des hommes lourdement armés, vers 17h, au rond-point du Marais Masay, devant le portail de leur résidence.

Des agents de la police réglant la circulation à ce moment-là, sont demeurés impuissants. Le véhicule dans lequel se trouvait Nathan s'est renversé en bordure du lac, mais il a été embarqué par ses ravisseurs dans une autre automobile. Rappelons que ses parents ont la nationalité française. Ainsi, Paris a été avisé de ce second kidnapping en l’espace de deux jours, après celui de John Razaly, également de nationalité française, travaillant à Ucodis, enlevé le mercredi 20 décembre 2017, à l'entrée de la cité Firaisana à Ankorondrano.

employé chez Ucodis Tana vient être kidnappé à l'entrée de la cité Firaisana Ankorondrano Tanawww.sobikamada.comCopyright © SobikaMada.comemployé chez Ucodis Tana vient être kidnappé à l'entrée de la cité Firaisana Ankorondrano Tanawww.sobikamada.comCopyright © SobikaMada.com.employé chez Ucodis Tana vient être kidnappé à l'entrée de la cité Firaisana Ankorondrano Tana.www.sobikamada.comCopyright © SobikaMada.com

Jeannot Ramambazafy

Source: www.sobikamada.com

Midi Madagasikara19 partages

Kmf-Cnoe : Atelier sur le processus électoral

Rideau sur l’atelier du Kmf-Cnoe au Falda Antanimena. En effet, cet atelier a pris fin hier. Cet atelier a porté notamment sur le processus électoral. Ainsi concernant la révision de la liste électorale, cet ONG invite tout un chacun à s’inscrire sur la liste électorale. Ce qui est d’ailleurs le motif de cet atelier. Plusieurs membres de cette association ont été ainsi formés, à cette occasion. Il s’agit notamment pour la première vague d’Antananarivo I, Antananarivo II, Antananarivo IV, Antananarivo V, Antananarivo VI, Antsirabe I, Mandoto, Fianarantsoa, Vohibato, Ambohimahasoa, Ambatofinandrahana, Ihosy, Iakora, Manakara, Mananjary, Nosy Varika, Mahajanga I, Ambato Boeny, Maevatanana, Ambatomainty, Besalampy, Anosibe An’ala, Sainte-Marie, Betroka, Tsihombe, Belo/Tsiribihina, de la deuxième vague, d’Anjozorobe, Antsiranana I, Antsiranana II, Ambanja, Ambilobe, Nosy-Be, Sambava, Andapa, Antalaha, Ikalamavony, Ivohibe, Marovoay, Antsohihy, Analalava, Miandritsara, Befandriana-Nord, Bealanana, Mampikomy et de la troisième vague, Toliara I, Port-Berger et Vohémar. Pour les prochaines échéances électorales, le Kmf-Cnoe invite la population à consulter la liste électorale pour voir si son nom y figure ou non.

Recueillis par Dominique R.

News Mada16 partages

Paositra malagasy : 99 encadreurs formés

Après dix mois de formation au sein de l’Institut national des télécommunications et des postes (INTP), 99 élèves-agents d’exploitation des postes (AEX) ont reçu leur diplôme – l’équivalent d’encadreur au sein de la Fonction publique –  lors d’une cérémonie organisée hier à Ivato. Ces nouveaux agents de la Paositra Malagasy sont  issus de toutes les régions de l’île et ont une moyenne d’âge de 26 ans. Ce qui marque donc le rajeunissement des employés de la Paositra.

Les jeunes encadreurs ont acquis durant leur formation toutes les connaissances élémentaires  du métier de la Poste et les révolutions de la technologie dans ce domaine. Concrètement, plusieurs matières ont été dispensées, principalement le travail d’exploitation au niveau de la Poste, en passant par la rédaction administrative, les fondamentaux du Marketing jusqu’aux techniques de leadership.

La réalisation du projet présidentiel «Numérique pour tous» fait aussi partie de la formation dont le principal objectif est de vulgariser les outils de la Ntic au niveau nation pour réduire les fractures numériques. L’utilisation des TIC a été intégrée dans les services commerciaux de la Paositra malagasy pour permettre au plus grand nombre d’accéder à ces nouvelles technologies et en même temps de faciliter l’accès aux services des Postes. 230 bureaux de la Paostira Malagasy sont répartis dans tout Madagascar actuellement.

Riana R.

Midi Madagasikara16 partages

Mage 4 : Dans la peau de « Queen, Toto » et « Scorpions »

Mage 4, ce soir, va se glisser dans la peau de « Queen, Toto » et « Scorpions ». Rendez-vous est pris au Kudéta Anosy.

Un beau cadeau de Noël ! Enfin, si on est fan de rock. Ce soir, les gars de Mage 4 vont investir le Kudéta Anosy pour interpréter les titres de légendes comme « Queen, Toto » et « Scorpions ».

La bande à Ken autrement ! Avant de devenir célèbres, les gars de Mage 4 étaient de simples fans de groupe de rock populaires. Armés de leur guitare, ils reprenaient à tue-tête les titres de « Queen, Toto » ou encore ceux de « Scorpions » dans les coins de leur rue, sur les bancs et pendant les fêtes de l’école. En souvenir du bon vieux tempset pour leurs inconditionnels qui ne les ont jamais vus autrement que dans leur rôle de Mage 4, Ken et ses complices de scène vont investir le Kudéta Anosy pour interpréter les tubes de leurs idoles. Un évènement qui marque le début d’une longue collaboration avec Ivenco. L’année prochaine, de nombreux rendez-vous inédits vont effectivement avoir lieu. « Pourquoi cette collaboration ? Tout simplement parce qu’on apprécie Mage 4.  Ces gars ont du talent et méritent qu’on les pousse à aller encore plus loin. Pour nous, ce sont déjà des légendes », explique Andry Mahery. Pour 2018, plusieurs évènements seront organisés, entre autres un concours  « cover », des concerts au Palais des Sports ou à Antsahamanitra ainsi que l’enregistrement d’un album intitulé « Génération Mage 4 ». « Cet opus verra la participation de plusieurs artistes pour ne citer que Rakroots, Ljo Pazzapa, Ando Pazzapa, Shyn, Faniah , Quatuor Squad, Nanie, StephRamby ou encore Grace Loren ». En attendant toutes ces belles surprises, rendez-vous ce soir au Kudéta pour un avant-goût !Mahetsaka

L'express de Madagascar14 partages

Transport aérien – Ewa Air au service d’Air Madagascar

Ewa Air est sous contrat avec Air Madagascar pour assurer une liaison entre Anta­nanarivo et Mahajanga. Elle va desservir d’autres destinations au niveau local.

Air Mada­gascar partagerait-elle le ciel de son réseau domestique ? Une question qui se pose quand on sait que la compagnie Ewa Air, filiale d’Air Austral, assure la liaison entre Antananarivo et Mahajanga depuis le 15 décembre. Il fallait avoir des explications des dirigeants d’Air Madagascar pour comprendre cette situation. « Avec les contraintes techniques et d’équipage, nous avons demandé à Ewa Air de nous prêter main-forte sur la liaison domestique », a expliqué hier Besoa Razafimaharo directeur général d’Air Madagascar au cours d’une rencontre avec la presse.À en croire la déclaration de ce responsable, les difficultés techniques rencontrées par Air Madagascar ne lui permettent pas encore de répondre aux besoins du marché. La compagnie nationale rencontre en ce moment des contraintes techniques et d’équipages. L’ATR 72 est le seul aéronef qui assure le réseau intérieur. Une bonne partie de sa flotte est clouée au sol. Seuls six appareils sur onze sont opérationnels.

Projet d’extensionDevant ce fait, Air Mada­gascar n’a pas d’autres choix que de trouver des aéronefs en location pour garder ce marché juteux du réseau intérieur. Les dirigeants de la compagnie malgache n’étaient pas allés par quatre chemins. Ils ont choisi de signer un contrat Aircraft, Crew, Maintenance, Insurance (Acmi) avec la filiale de son partenaire stratégique.Ewa Air fournit ainsi un aéronef à Air Madagascar, avec équipage complet, entretien et assurance. « À part le fait d’être la filiale de notre partenaire stratégique, la proximité géographique prime dans le choix d’Ewa Air. En plus, elle connaît bien le ciel malgache. Le coût de la location d’Ewa Air est bien inférieur du marché en ce moment », a justifié le directeur général d’Air Madagascar. Une extension de ce projet est même prévue. La compagnie mahoraise devrait assurer une desserte entre Nosy Be, Antsiranana et Antananarivo dans les prochains jours. « Ewa Air continuera de nous prêter main-forte même si Tsaradia, notre filiale 100%, est opérationnel », continue d’expliquer ce responsable.Le plan d’affaire d’Air Madagascar prévoit de doubler les fréquences de vols dans les principales destinations. Comme Nosy Be, Antsiranana, Toamasina, Toliara et Tolagnaro et une desserte quotidienne sur les destinations secondaires. La création de cette filiale va dynamiser ce réseau marqué par des irrégularités chroniques, et des retards répétés.La création de Tsaradia est en cours, mais bien qu’elle soit mise en place dès janvier, elle ne sera opérationnelle qu’au mois d’avril. En attendant, la procédure de recrutement de ses vingt-sept pilotes d’ATR et Twin Otter a commencé. Les candidats retenus rejoindront leurs postes dès janvier.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara14 partages

Hôtel de l’Avenue Analakely : Pour un Noël festif en famille

C’est dans un cadre luxueux à la fois intime et convivial que le Lounge bar Le Point d’Exclamation au HDA s’apprête à accueillir les festivités de Noël. Pour ce lundi, ce restaurant situé en plein cœur de l’Avenue de l’Indépendance a spécialement concocté un menu au goût très festif. De l’entrée au dessert en passant par le plat principal, le Lounge bar de l’Hôtel de l’Avenue fait un tour d’horizon des spécialités les plus appréciées durant les festivités. Un large choix qui a de quoi ravir le palais de tout un chacun. Fidèle aux grands rendez-vous, Le Point d’Exclamation est désormais connu pour ses événements sportifs et culturels. A l’instar du fameux Classico de ce samedi, le Lounge bar diffuse sur écran géant des matchs de foot choc en Europe. Il y a aussi l’organisation de concerts et spectacles périodiques. Détente et convivialité, telles sont les mots d’ordre qui animent les soirées passées entre amis, collègues, ou famille. Pour cette journée de Noël, une réservation est ainsi fortement conseillée.Mahetsaka

Midi Madagasikara13 partages

Basket-ball : Soavita fait peau neuve !

Vue sur l’un des nouveaux panneaux en plexiglas au gymnase de Soavita.

Les basketteurs tamataviens peuvent pousser un grand ouf de soulagement avec ce gymnase de Soavita remis au goût du jour par Hery Rajaonarimampianina en personne.

Les amoureux du Basket-ball tamatavien vont pouvoir bénéficier d’un beau gymnase avec la réhabilitation de Soavita. Une réhabilitation qu’ils doivent au président de la République, Hery Rajaonarimampianina. Il a non seulement offert les deux panneaux en plexiglas, mais également un nouveau revêtement du parquet offrant ainsi l’image d’une installation aux normes internationales. Enfin presque pour espérer vraiment recevoir des rencontres internationales, il va encore falloir agrandir la capacité de ce gymnase.

Ce qui ne saurait peut-être pas tarder, puisque le représentant du Président de la République lors de la cérémonie du 16 décembre dernier n’est autre que son conseiller spécial, Mbola Rajaonah, qui jouit d’une double casquette, car il est aussi président de l’Association sportive de la Commune urbaine de Toamasina (ASCUT). Et de là à faire un geste pour le basket-ball qu’il pratique encore chez les vétérans, il n’y a qu’un pas. Un petit pas à franchir avec l’aide de la Fédération également sur place par le biais du président Mika Ramaroson et qui a saisi  cette belle occasion pour remettre des ballons à la Ligue Atsinanana.

En attendant, les basketteurs tamataviens peuvent pousser un grand ouf de soulagement avec ce gymnase de Soavita remis au goût du jour par Hery Rajaonarimampianina en personne. Un geste qui a tout son poids si on prend acte que c’est réalisé en dehors de la campagne de propagande pour les présidentielles et que cela vient du fond du cœur. Reste à espérer que d’autres villes vont bénéficier d’une aide de ce genre et à l’endroit des sportifs, donc de la jeunesse malgache.

Clément RABARY

Midi Madagasikara12 partages

Fêtes et montée des eaux : Travaux HIMO par 3.600 personnes à Tana

3.600 mères et pères de famille ont effectué les travaux HIMO sous l’égide du MPPSPF.

Dans le dessein d’atténuer la montée des eaux et les risques d’inondation, le Ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF)  a organisé hier et avant-hier, une nouvelle opération de travaux de haute intensité de main-d’œuvre (HIMO) sur Tana. 3.600 personnes y ont mis du cœur à l’ouvrage.

Les six arrondissements de la Capitale y ont participé, à raison de 300 par arrondissements. Devenus « traditionnels » au sein du MPPSPF, ces travaux HIMO, poursuivent quatre objectifs, d’après le communiqué du ministère hier. Premièrement, ils visent à préserver autant que faire se peut, la population des zones exposées, des conséquences négatives des inondations. Deuxièmement, ils sont effectués pour un meilleur système d’écoulement des eaux usées qui permet d’éviter les inondations, dans les zones encore épargnées. Troisièmement, ces travaux renforcent les efforts fournis par le MPPSPF dans le maintien de la salubrité publique sur l’étendue du territoire national. Enfin, en cette préparation des fêtes, ces travaux HIMO représentent pour ces familles vulnérables, un soutien financier supplémentaire, à raison de 5.000 Ariary par jour.

Précisions. Le MPPSPF tenait également à préciser dans son communiqué que le dispositif HIMO ou «  Asa tanà-maro » en malgache, n’a pas été conçu pour faire office d’emploi pérenne pour les populations vulnérables. Il s’agit plutôt de « compléments de revenus apportés modestement par le MPPSPF à un nombre limité de bénéficiaires et de jours de chantier, en fonction de ses possibilités. »

La liste des « fokontany » bénéficiaires par arrondissement:

– 1er arrondissement : Manarintsoa Anatihazo, Manarintsoa Atsinanana, Manarintsoa Isotry, Manarintsoa Afovoany

– 2 e arrondissement : Faliarivo Ambanidia, Faliarivo Volosarika, Miandrarivo Ambanidia

– 3e arrondissement : Ampandrana Besarety, Andravoahangy Ouest, (Mahavoky Besarety)

– 4e arrondissement : Ampangabe Antsakanivolo, Anosipatrana Atsinanana, Anosizato Atsinanana I et II

– 5e arrondissement : Manjakaray IIB – IIC – IID°

– 6e arrondissement : Anosisoa, Ambodihady

Luz R.R

Midi Madagasikara9 partages

Grande Braderie : Deux dernières journées fastes

Dernière ligne droite pour la Grande Braderie de Madagascar qui se poursuit aujourd’hui et demain au Palais des Sports. Deux dernières journées qui promettent d’être fastes, puisque la grande majorité des participants, histoire de liquider leur stock, va brader littéralement les prix. Ils vont faire, bien plus que les 15% de remise réglementaire. Par ailleurs, l’ambiance de fête sera au rendez-vous avec les diverses animations prévues au programme. L’événement à ne pas rater, c’est la Grande Braderie de Madagascar au Palais des Sports.

R.Edmond.

Midi Madagasikara9 partages

ONG Manda- Accès-banque : Réhabilitation des infrastructures et ambiance de fête

L’ONG Manda prend en charge l’éducation et la réinsertion socioprofessionnelle des enfants sans-abri, notamment les cas sociaux. Les infrastructures du Centre Tsiry, (l’un des centres de l’ONG) ont refait peau neuve grâce à la collaboration avec l’Accès Banque et au financement de celle-ci.

Xe anniversaire. Cet évènement cadre dans la clôture de la célébration du Xe anniversaire de l’Accès Banque qui s’est étalée du 10 février de cette année jusqu’à hier. Pour marquer cela, elle a tenu à poursuivre et étendre ses actions sociales en faveur des populations vulnérables, notamment les enfants. Comme le disait son directeur M. Milkhaïl VELICHKO : « Pour marquer nos dix ans d’existence à Madagascar, nous avons tenu à entreprendre des actions concrètes qui profiteront directement à la population malgache, notamment ses franges les plus vulnérables, n’en serait-ce qu’une infime partie. Cela fait huit ans que la banque appuie financièrement l’ONG Manda ; d’ailleurs même la maison mère de la banque en Allemagne le fait aussi depuis 2009 ». Ainsi, Accès Banque a repeint les bâtiments de l’ONG et ont également garni l’aire de jeux de baby-foot et de balançoire, etc.

ONG Manda. Nous nous demandons sûrement la raison de cet attachement de l’Accès banque à l’ONG Manda. La raison en est simple, pour cette banque, cette ONG fait preuve depuis 18 ans « d’humanisme, de volonté et de persévérance dans tout ce qu’elle entreprend. ». Lors de notre entrevue, la Directrice de l’ONG, Mme Razanakiniaina Miarintsoa a, entre autres, informé qu’actuellement 352 enfants et adolescents sont pris en charge par l’ONG. La moitié d’entre eux sont hébergés au centre, si l’autre moitié est appuyée par l’ONG dans sa réinsertion scolaire au niveau des Ecoles primaires publiques et des Collèges d’Enseignement général. Ajesaia- oui Ajesaia comme le club de foot !- un des pensionnaires du centre Tsiry a tenu à exprimer sa joie et sa gratitude envers l’ONG en démontrant ses talents et sa dextérité d’échassier, tout en glissant : « Vivre dans le centre contribue à mon épanouissement, plus que d’être livré à moi-même dans la rue en tout cas ! »

Luz R.R

Midi Madagasikara7 partages

Lutte – Championnats minimes cadets écoliers : Les Jeux olympiques de la Jeunesse dans le viseur

Les affrontements s’annoncent intenses à Ankatso. ( Photo Archives).

Après une année 2017 assez chargée pour la fédération malgache de lutte, l’heure est à la clôture de la saison. C’est au tour des minimes, des cadets et des écoliers d’entrer en action ce jour à Ankatso après les seniors à l’Open de Madagascar disputé à Mahajanga au mois de septembre dernier. Plus de 120 lutteurs issus de trois ligues régionales en découdront au Gymnase d’Ankatso à l’Université d’Antananarivo à l’occasion des Championnats de Madagascar. « L’objectif de ce sommet est de détecter les futurs sociétaires de l’équipe nationale en vue du tournoi qualificatif des Jeux olympiques de la Jeunesse à Buenos-Aires, Argentine, tournoi qualificatif qui va se dérouler au Nigeria du 7 au 11 février 2018. Nous prévoyons d’envoyer quatre jeunes lutteurs à ces joutes continentales » a fait savoir le président de la fédération malgache de lutte, Mamitiana Raveloson. Comme il s’agit aussi des Championnats d’Afrique seniors, trois  lutteurs feront le déplacement au Nigeria. La séance de pesée s’est déroulée, hier, à Ankatso. Il est à signaler que cette année a été faste pour la lutte malgache si on ne cite que la médaille d’argent aux Jeux de la Francophonie d’Abidjan, Côte d’Ivoire au mois de juillet dernier.

T.H

Midi Madagasikara6 partages

Place à la trêve des confiseurs

En cette fin d’année, l’ambiance est à la morosité. Mais même si cela ne transparaît pas lorsqu’on regarde la cohue régnant partout en ville, au sein de chaque foyer, on sent une certaine crispation. Ce sont des fêtes à budget très réduit que les Malgaches vont passer dans les jours à venir. On ne fera pas bombance à Noël et au réveillon de la St-Sylvestre, car les caisses familiales sont vides. Jamais, peut- être, le mot « crise » n’a traduit avec autant de justesse la réalité vécue par une population totalement désabusée. Même s’ils font le constat du mal vivre des Malgaches, les dirigeants ne semblent pas manifester beaucoup d’empathie pour ces derniers. Ils donnent l’impression de ne se préoccuper que de l’échéance de 2018. Sur ce point, ils ne veulent pas s’écarter de leur objectif : faciliter le parcours de leur candidat lors de cette élection présidentielle. Leur démarche ne s’embarrasse d’aucune subtilité politique. Ils s’entêtent à vouloir réviser la Constitution et font tout pour arriver à leurs fins. Les interpellations de la communauté internationale et des membres de la société civile n’y font rien : ils sont décidés à aller jusqu’au bout. La session ordinaire de l’Assemblée nationale s’est déroulée sans grande surprise. La loi des finances de 2018 a été votée sans difficulté, mais elle a été retoquée par la HCC. Il faudra faire revenir les députés au début de l’année prochaine pour l’examen des projets de loi électorale.

Sur le plan international, c’est le vote du Conseil de sécurité suivi de celui de l’assemblée générale de l’ONU concernant la décision des Etats-Unis de transférer le siège de leur ambassade en Israël à Jérusalem qui a marqué cette semaine. Les menaces de rétorsion de l’administration américaine envers les pays bénéficiant de leur aide a fait reculer quelques-uns d’entre eux, mais dans l’ensemble, elles ont eu peu d’effet. C’est une nouvelle donne qui est en train de s’installer après les élections régionales en Catalogne. Les unionistes bien qu’arrivés en tête ne sont pas majoritaires et les séparatistes et leurs alliés se trouvent en position de force. Le premier ministre Mariano Rajoy refuse le dialogue proposé par le président indépendantiste Puigdemont. Le chef de l’exécutif espagnol a subi un camouflet et se trouve affaibli par cette défaite. Néanmoins, indépendantistes et unionistes ne veulent pas de solutions extrêmes et chaque camp est disposé à faire des concessions.

Le camouflet subi par les Etats-Unis. L’administration de Donald Trump a subi un véritable revers à l’ONU et malgré ses déclarations tonitruantes, elle ne peut cacher son isolement sur le plan international. Les Etats-Unis ont réussi à bloquer la résolution du Conseil de sécurité grâce à leur veto, mais ils n’ont pu empêcher la condamnation de l’assemblée générale à une large majorité malgré les pressions de leur ambassadrice. Ils ont essayé de sauver la face en se félicitant du recul de certains pays qui s’en sont abstenus.

Il est de tradition qu’une trêve politique s’installe durant les fêtes de fin d’année. Les passes d’arme entre hommes politiques ont cependant eu lieu, mais on peut espérer que durant les jours qui vont suivre, les esprits vont se calmer et qu’il y ait une véritable trêve des confiseurs permettant au peuple malgache de passer un joyeux Noël et un réveillon de la St-Sylvestre en famille.

Patrice RABE

L'express de Madagascar5 partages

Dans le doute, s’abstenir

9 Contre, 33 Abstentions, 128 Pour. Retrouver le nom de Madagascar associé à une cause commune avec la Turquie, l’Iran et l’Arabie saoudite, les trois ensemble, m’indispose. C’est pourtant ce que Madagascar a fait en votant la résolution condamnant le choix par les États-Unis de déménager à Jérusalem leur ambassade en Israël.Bien entendu, pas plus que Donald Trump n’a consulté les Américains avant de prendre sa décision, Hery Rajaonarimampianina n’a pas demandé leur avis aux Malgaches avant de faire voter cette résolution présentée à l’assemblée générale des Nations Unies. Mais, mon malaise malgache tient à une simple question : «Qu’a Madagascar à s’aligner sur l’unanimité de la Ligue arabe ou le consensus de la conférence islamique ?». Et s’il fallait s’impliquer dans cette cause qui n’est pas la nôtre, oserions-nous une voix dissonante pour interroger la naissance de la Jordanie sur le dépeçage de la Palestine ?Je me plais à me demander : si j’avais été l’ambassadeur de Madagascar, dans cette affaire, qu’aurais-je fait ? En tous les cas, je n’aurais pas appliqué la consigne de vote sans avoir longuement discuté et expliqué pourquoi, à mon avis, Madagascar se fourvoie dans un combat qui n’est pas le sien. J’espère que la «communauté internationale» nous sera d’une même quelconque utilité, même symbolique, dans une prochaine question existentielle.Le Canada, l’Australie, l’Argentine, la République tchèque (les fusils, qui devaient armer les Juifs en 1948, provenaient déjà en majeure partie de l’ancienne Tchécoslovaquie), ont péféré s’abstenir. S’il fallait choisir, ce sont là des pays où je pourrais vivre. Ce qui n’est pas le cas des autres : l’Afghanistan et ses talibans, l’Iran et ses ayatollahs, l’Arabie saoudite et son wahhabisme, la Turquie du sultan Erdogan… D’autres pays, dont la démocratie et la gouvernance équitable nous font envie, ont également voté cette résolution : ce qui enlève un peu à ma honte de voir Madagascar associé à cette résolution présentée par des pays musulmans dont l’islam ne brille ni par sa modération ni sa tolérance. Mais, l’Allemagne, la France ou la Suède, ont leur cohérence diplomatique qui n’est pas nécessairement la nôtre.Après la décision de Donald Trump, le prési­dent tchèque Milos Zeman avait accusé l’Union européenne de lâcheté à ne jamais oser «dire» la réalité historique. À faire du suivisme, dans le feu de l’actualité, on sacrifie l’histoire et on hypothèque l’avenir. N’oublions pas pourquoi les États-Unis avaient déjà quitté l’UNESCO : parce que de trop nombreuses résolutions, d’initiative arabo-musulmane, cherchent résolument à dénier toute antériorité juive dans la région. Seulement, l’histoire est têtue : l’association des noms de Jérusalem et d’Israël a précédé de 3000 ans la naissance du christianisme et de l’islam. Plutôt que la menace d’une rétorsion, mal vécue, les amis d’Israël devraient avoir une meilleure communication face au révisionnisme moderne.Yom Yerushalayim, la «journée de Jérusalem», est organisée par Israël depuis 1977, pour le dixième anniversaire de sa victoire de la «guerre des Six Jours» : les Israéliens célébrent une «réunification», tandis que les Arabes dénoncent une «annexion». Pour le 50e anniversaire de la conquête de Jérusalem, Yom Yerushalayim avait été célébrée le 21 mai 2017.9 Contre, 33 Abstentions, 128 Pour, 23 Absents. L’abstention ou la politique de la chaise vide : Cameroun, Centrafrique, Colombie, Congo-Kinshasa, Salvador, Géorgie, Guinée-Bissau, Kenya, Mongolie, Myanmar, Moldavie, Saint-Kitts, Sainte-Lucia, Samoa, San Marin, Sao-Tome-et-Principe, Sierra Leone, Swaziland, Timor Oriental, Tonga, Turkmenistan, Ukraine, Zambie. Vingt-trois ambassadeurs donc s’étaient, fort opportunément, retrouvés ailleurs.À la caféteria, au bar d’en face, à leur résidence… Madagascar, étant vice-président de l’Assemblée Générale, du haut de notre petitesse, nous aurions envoyé un message fort, un symbole aussi significatif que le vote de cette résolution sans pouvoir contraignant.Tiens, ramené à 128 contre 65, le vote de la Résolution a soudainement quelque chose de moins «unanime». C’est quand même le tiers de l’ONU qui n’a pas soutenu la Résolution. Madagascar n’aurait pas été si seul…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

News Mada2 partages

Aéroport d’ivato : rénovation de l’actuel terminal

La rénovation de l’actuel terminal international de l’aéroport d’Ivato fait partie du programme du consortium Ravinala Airports, la société concessionnaire des aéroports d’Ivato et de Nosy be. Après l’achèvement des travaux de rénovation en novembre dernier, une équipe du consortium a effectué une descente sur les lieux, hier.

La rénovation de l’actuel terminal international d’Ivato a pour objectif de rendre plus pratique et plus fonctionnel les services à l’intérieur. Mais aussi pour respecter les normes exigées pour un terminal international. Une centaine de milliers d’euros ont été investis dans les travaux.

Selon les détails rapportés par Jean Luc Meyts, directeur d’exploitation et de maintenance chez Ravinala Airports, «Le terminal  étant déjà équipé de tous les principaux services indispensables aux passagers, entre autres le service des douanes, la police, la santé le service de contrôle… Un passage a été également créé entre cette salle et la salle d’embarquement international  pour les passagers en transit. Alors qu’auparavant, ils étaient contraints de sortir du terminal et d’entrer à nouveau en cas de changement de vol».

Celui-ci  de préciser que «Les travaux de rénovation d’une durée de deux mois et demi, ont été effectués par une entreprise malgache». Il s’agit de l’installation de signalétiques, d’éclairage et de nouveaux équipements électriques et informatiques dans la salle. Tous ces travaux ont duré deux mois et demi.

Une capacité d’accueil de 600 passagers

Actuellement,  60% des travaux ont été achevés sur l’actuel terminal de l’aéroport d’Ivato.  La prochaine étape porte sur l’optimisation des procédures d’accueil et d’orientation des passagers, en coordination avec l’ensemble des acteurs dans la salle d’arrivée.

A noter que la capacité d’accueil de l’actuel terminal international d’Ivato est de 600 passagers qui peuvent atteindre 1000 personnes en cas de plusieurs vols successifs. Au niveau du terminal national, l’espace check-in a été rénové pour la fluidité du flux des passagers.  Quant au nouveau terminal de l’aéroport d’Ivato, 25% des travaux sont réalisés actuellement, soit le quart de l’état d’avancement général. La fin des travaux est prévue en 2020.

Riana R.

 

L'express de Madagascar2 partages

Parlement – Une session extraordinaire en janvier

Le Gouvernement poursuit les consultations des projets de lois électorales. Les textes pourraient être présentés lors de la prochaine session extraordinaire.

Et de deux. Les députés élus sous les couleurs du Miaraka amin’i prezidà Rajoelina (Mapar), ont été reçues, hier, par le Premier ministre au palais de Mahazo­arivo. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une série de consultations initiée par le Gouvernement sur les lois électorales. Après une réunion à huis clos avec les parlementaires pro-régime, la semaine dernière, la société civile et les partis politiques seront également consultés. Le défi de soumettre le cadre juridique des élections avant la fin de la session n’a pas été relevé. Compte tenu de l’agenda de ces rencontres et la trêve politique durant les fêtes de Noël et de fin d’année, la tenue d’une session extraordinaire se profile au mois de janvier 2018.Issus d’un long processus de consultation depuis 2016, les textes régissant les élections alimentent les débats. Les partis politiques, la société civile et en général, l’opinion publique réclament un droit de regard sur les projets de textes avant sa soumission au Parlement. « Notre objectif c’est que les élections se dérouleront dans la sérénité, la transparence  et acceptées de tous afin d’éviter une nouvelle crise. Il faut donc continuer les concertations avec les différents acteurs », souligne Solonandrasana Olivier Mahafaly durant son allocution lors de la clôture de la session parlementaire.

SérénitéLes numéros un du pouvoir législatif ont été unanimes sur l’importance de la sérénité des élections en 2018. Ils ont ainsi soutenu la poursuite des échanges de point de vue entre les différents acteurs dans la définition des règles de jeu. « Les élections sont une étape cruciale dans l’histoire du pays. Je lance un appel à tous pour œuvrer pour la stabilité avant, pendant et après les élections », souligne Rivo Rakotovao lors de son discours de clôture de la deuxième session, la semaine dernière. Une position partagée par Jean Max Rakoto­mamonjy qui insiste sur l’importance du respect mutuel dans ce processus. « C’estune compétition comme tant d’autres. Cependant, il faut rester dans le respect des valeurs malgaches malgré les divergences d’opinions », a-t-il martelé.La date de convocation d’une session extraordinaire n’est pas encore connue. L’initiative peut émaner du Parlement mais validée par l’Exécutif ou décidé en Conseil des ministres. La décision de convoquer une session extraordinaire est donc attendue incessamment d’autant que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) réclame trois cent soixante trois jours pour bien préparer une élection.

Loïc Raveloson/Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar2 partages

Andranobevava – Le fils d’un opérateur malgache enlevé

Le kidnapping a cessé d’être une affaire d’Indiens. Hier soir à Andranobevava, le fils d’un opérateur malgache bien connu, âgé de 14ans, a été enlevé par des bandits armés dans une ruelle qui mène vers la propriété de ses parents. Les bandits à bord d’une voiture semblent avoir filé le véhicule qui transportait l’enfant. Une course poursuite se serait engagée. Les bandits ont réussi à neutraliser la voiture de leur proie.Depuis hier, il n’y a plus de nouvelle concernant le captif dont les parents se trouvent dans une terrible angoisse. Les bandits ne se sont pas manifestés.Le kidnapping a ainsi pris un autre visage avec cet enlèvement d’un jeune franco-malgache. Jusqu’à avant-hier où John Razaly un Indien de 25 ans s’est fait kidnapper à la cité Firaisana Ankoron­drano, les principales cibles des ravisseurs restaient les ressortissants indiens. Cette fois, un Malgache a été visé. On ignore quelle sera la réaction des autorités face à ce drame.L’Etat n’a pas jusqu’ici pris des mesures fermes pour stopper le kidnapping, malgré les appels de la communauté indienne et des autorités françaises.

Midi Madagasikara2 partages

Vivre la joie de Noël en l’espace de quelques jours

A deux jours de Noël, les Malgaches ont envie d’avoir des pensées positives bien qu’ils ressentent très durement la crise traversée par le pays en ce moment. Ils ne bénéficient pas des conditions matérielles qu’ils avaient eues  les autres années, mais il leur reste cette chaleur familiale qui subsiste malgré les difficultés. Ils vont se tourner vers Dieu et prier pour traverser sans trop de difficultés les épreuves actuelles. Ils vont essayer d’oublier l’espace de quelques jours les problèmes qui se sont accumulés  cette année.

Vivre la joie de Noël en l’espace de quelques jours

Pour les Malgaches, en général, la trêve de Noël et du Nouvel An est sacrée. C’est la période de l’année où l’on se recueille et où l’on passe de merveilleux moments au sein de sa famille et avec ses amis. Mais qu’on le veuille ou non, les difficultés matérielles rencontrées actuellement vont influer sur cette atmosphère de joie que l’on veut faire régner. Le repas que l’on va prendre le 25 décembre sera moins succulent que les années précédentes. Les marchands de volailles, cette année, font grise mine, car on ne se bouscule pas pour acheter leurs canards, leurs oies, ou leurs dindes devenues hors de prix pour la majorité des consommateurs, le problème du riz est bien évidemment présent. Ne parlons pas des fruits de mer qui ne sont plus à portée du Malgache moyen. On sait que le personnel  des ministères a été gâté et a reçu des colis de victuailles pour ces fêtes de fin d’année, mais le petit peuple devra se contenter de presque rien. Des distributions de vivres ont été faites dans des « fokontany », mais cela ne peut pas masquer l’immense pauvreté dans laquelle vit  90% de la population. On se rend compte que la situation n’est guère brillante et que rien dans l’immédiat ne pourra la faire évoluer. Les difficultés vont s’amplifier l’année prochaine, mais pour le moment, il faut penser à la joie de Noël qui doit nous faire trouver une certaine sérénité.

Patrice RABE

News Mada1 partages

Basket-france : Kiady fait sensation

Un choix judicieux du Basket Club Saint-André Les Vergers (BCSA). Kiady Razanamahenina est la nouvelle recrue de ce club français qui évolue en National 3 dans catégorie senior masculine. Et, d’après les informations reçues, son entraîneur, Karim Benadidi est très satisfait de sa performance. A noter qu’un autre Malgache, un certain Yann Rakotomalala, fait également partie de cette équipe.

Si le BCSA a terminé la phase aller du championnat de France en deuxième position, après 11 rencontres ponctuées par 9 victoires et deux défaites seulement, c’est en partie grâce aux exploits de son meneur malgache. Malheureusement, durant la fin de la phase aller du championnat de France disputé en novembre dernier, Kiady s’est blessé. Du coup, BCSA a commencé à prendre une veste.

En tout cas, Kiady Razanamahenina se fond bien dans le moule du BCSA, contrairement à son compatriote, Yann Rakotomalala, qui continue son apprentissage sur le banc. Encore trop tendre pour suivre le rythme, celui-ci se contente de grappiller quelques minutes à chaque rencontre.

Pour sa première saison au sein du BCSA, Kiady Razanamahenina a pris la place de son compatriote Rija Lahontan dans le cœur du public. Parti à Poissy cette saison, Rija Lahontan a fait le bonheur du BCSA avant de franchir un palier dans sa carrière. Désormais, il évolue en National 2, là où son ancien club voudrait jouer la saison prochaine.

Naisa

 

L'express de Madagascar1 partages

Criminalité faunique – Dix trafiquants de tortues interpellés

La police a débusqué un réseau de trafiquants de tortue. Dix individus, dont un Chinois ont été arrêtés depuis dimanche dernier.

Arrestation record. Un vaste réseau mafieux qui s’enrichissait sur le trafic de tortues dont les radiata et Angonoka, vient d’être démantelé par la police, à l’aéroport et dans la ville. Le coup de filet a été enclenché depuis dimanche. Les deux derniers complices ont été piégés, avant-hier, tandisque les huit autres ont été déjà renvoyés derrière les barreaux après leur comparution au parquet du tribunal de première instance d’Anosy, jeudi.De source policière, la tête pensante de l’affaire était un Chinois. « Ce baron du trafic a toujours été signalé dans quatre tentatives d’exportation de tortues Astrochelys radiata déjouées à l’aéroport international d’Ivato, ces derniers mois », a signalé une source au service central de la police de l’air et des frontières. Le dernier cas dans lequel cet étranger est impliqué s’est produit le vendredi 15 décembre. Fouillés, ses deux complices et lui enpossession de treize tortues dont quatre Angonoka ont été fait sortir du vol MD 018 à destination de Guangzhou. D’après les premiers éléments de l’enquête, ils comptaient faire escale à La Réunion.Soumis à un feu roulant de questions, tous les trois ont finalement indiqué aux policiers l’origine de ces reptiles qui ont été chassés à Mahajanga et Toliara. Ils sont passés aux aveux en citant d’autres membres du réseau.À la lumière des informations du ministère de l’environnement, de l’écologie et des forêts entretenues au téléphone hier, ces animaux seront rapatriés à leur provenance, mais seront gardés dans des endroits sûrs et sécurisés tels que dans les parcs ou réserves naturelles.

Triste découverteL’investigation menée auprès de la police, du service des douanes, du ministère de l’Environnement et de la gendarmerie révèle que ce réseau a été la tête pensante de l’abandon d’une centaine de dépouilles de bébés tortues. La triste découverte avait eu lieu à Ambohidrapeto, le mardi 14 novembre. Une tentative d’exportation illicite ratée en est à l’origine. Ces Radiata ont été conditionnés dans des cartons avec des chaussettes. Ce jour-là, les auteurs n’ont pas été identifiés, mais une enquête a pu être démarrée à partir de renseignements obtenus, selon un lieutenant de la gendarmerie à la brigade d’Itaosy.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

Trafic de ressources naturelles – Des exploitants arrivent par cars tous les jours

Alarmante. Les richesses naturelles continuent de se faire exporter illicitement. À l’instar des tortues qui ont failli prendre le vol pour la Chine, la semaine dernière. D’après les études effectuées par la coalition nationale de plaidoyer pour l’Environ­nement (CNPE), initiatrice d’un projet de mise en place d’un mécanisme de partage d’informations aux fins de protection des ressources naturelles, ces dernières subissent des pressions plus que jamais insupportables. La forêt de Menabe Antimena dans la région Menabe a été prise en exemple. « 1820 ha de forêt disparaissent chaque année. Beaucoup d’activités humaines dépendent de la forêt. Sept cars par semaine déposent des migrants, des exploitants et des chercheurs de travail en pleine forêt de Menabe Anti­mena », indique une présentation à l’atelier sur la mise en place d’un mécanisme multisectoriel de partage d’informations  pour la bonne gouvernance des ressources naturelles à Mada­gascar à Ankerana, hier. « Le défrichement en est la principale conséquence alors que les infrastructures, ouvrages ou équipements sont inexistants et la productivité quasi zéro », ajoute un membre de la CNPE. Des fonctionnaires sont indiqués posséder des terrains dans la forêt de Menabe Antimena, située à une centaine de kilomètres de Morondava. « Des collecteurs terrorisent les petits producteurs, les obligeant à vendre moins cher sous peine d’être emprisonnés », ajoute  le membre de cette société civile pour l’Envi­ronnement.

InformationsLe manque de civisme et de citoyenneté aggravent la situation. On a appris également hier que  408 000 m3, soit 23000 tonnes de charbon ont été produites en 2012 dans la région Sud-ouest. Alors que la régénération naturelle n’atteint que 100000 m3 par an, soit un défrichement de 15 000 ha par an. D’autres pressions subies par les ressources marines ont également été évoquées.  En revanche, le trafic de bois de rose semble avoir estompé à entendre les explications de Johanita Ndahimananjara, ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts à l’ouverture de l’atelier d’hier.  « L’inventaire des stocks de bois de rose saisis et déclarés est actuellement en cours dans la région Sava, comme l’a recommandé la Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction). C’est seulement après qu’on peut envisager une éventuelle commercialisation de ces bois », a-t-elle fait savoir. Elle n’a pas indiqué ce qui en est de la mise en place d’un  tribunal spécial dédié aux affaires de bois de rose. « Nous n’avons  entendu parler de trafic ni d’exportation illicite depuis au moins cinq mois, prouvant que l’État est en phase de maîtriser la situation », a-t-elle ajouté. « Des situations qui motivent les différents ministères et secteurs stratégiques concernés par la protection des ressources naturelles à sortir un plan d’actions de partage d’informations à cet atelier, qui servira d’outils d’aide à la décision », souligne Lalaina Andrianavalona , coordonnateur national de la CNPE.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Aéroport d’Ivato – La salle d’arrivée du terminal fait peau neuve

La salle de débarquement du terminal international d’Ivato a pris un air plus moderne. Ravinala Airports, le nouveau gestionnaire de cet aéroport, s’est attelé à la rénovation de cette zone. Les travaux ont pris fin au mois de novembre. Les passagers en provenance d’une destination internationale sont accueillis dans un espace convivial, plus pratique et fonctionnel. La première remarque est la présence d’œuvres d’art réalisées par des artistes locaux pour apporter une touche de décoration à la salle. Les barrières métalliques ont été remplacées par des tensaguides afin de fluidifier le flux des passagers.Outre ces parties plus visibles, l’installation de nouvelles signalétiques, d’un nouvel éclairage, et de nouveaux équipementsélectriques et informatiques vient renforcer l’aspect moderne de la salle. « L’objectif est d’améliorer la qualité des services aéroportuaires pour rendre l’accueil des passagers plus agréable », explique-t-on du côté de Ravinala Airports. L’aéroport d’Ivato devrait refléter l’image du pays.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Consommation – Les prix des produits de première nécessité flambent

Effet pervers. La stratégie du gouvernement avec l’importation massive du riz, denrée de base de la population, afin de maîtriser son prix a eu un effet contraire par rapport aux résultats attendus. D’abord une dépréciation de l’ariary face à l’euro et le dollar, puis la hausse régulière du prix du carburant ont été observées. À la suite de cette chute libre de la monnaie nationale et une fluctuation du prix des hydrocarbures, les prix des produits essentiels au quotidien sont aussi actuellement touchés par cette hausse.Si la fête de la Nativité devrait être une période traditionnellement calme et paisible, elle dérive aujourd’hui à l’état de trouble et de perturbation au niveau des ménages. Il y a quelques semaines, les observateurs économiques ont eu raison de craindre une inflation surtout sur les produits alimentaires. Les produits de première nécessité locaux enregistrent une augmentation moyenne entre 100 et 400 ariary.La hausse du prix des produits alimentaires n’a pas tardé. À quelques jours de la fête de Noël, le prix du riz qu’il soit local ou importé connaît une flambée importante. Chez les grossistes d’Anosibe, le kilogramme du riz local passe de 2 400 à 2 500 ariary, et le riz importé grimpe de 1 600 à 1 800 ariary. Un autre alourdissement aussi, cette fois, sur le prix des variétés de viande est constaté. Avec une augmentation de 500 à 800 ariary, la viande de zébu se marchande au minimum à 10 500 ariary le kilogramme. Tandis que le kilogramme du porc s’achète à 15 000 ariary au lieu de 14 000 ariary il y a quelques semaines. Même si le prix du poulet touche presque les 20 000 ariary et la dinde 90 000 ariary, les volailles vivantes sont toujours très demandées pendant les fêtes.Le bidon d’huile végétale aussi voit une ascension de 2 000 ariary par bidon, seul le sucre sort du lot et reste à 2 600 ariary le kilogramme. Si le mauvais résultat de cette stratégie profite bien aux exportateurs, la population du gouvernement attend un plan de secours rapide afin de réduire les dégâts économiques et sociaux. Quoiqu’il en soit, les détaillants sur Antananarivo et ses périphéries prennent en considération le pouvoir d’achat de la majorité de la population de la capitale, ils n’ont pas encore changé le prix de leurs produits.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Faites Noël

Allez, on va essayer de partager les ondes positives dans ce contexte de fêtes. Certes, ce n’est point facile pour le citoyen lambda qui devra se ruiner pour pouvoir faire semblant que tout aille bien. Morose, voila le mot qui définirait le mieux l’ambiance dans chaque foyer. En espérant qu’il y aura encore du riz et du bonheur pour les enfants et les grands. Il y a vingt-cinq ans de cela, avec les yeux d’enfants, Noël avait une senteur plus festive. Peut-être qu’en ce temps-là, on ne connaissait pas encore les mots «facture» et «politique». Le bon vieux temps!Essayons, efforçons-nous de trouver un sens à tout cela. Les chrétiens diront que nous avons peut-être perdu la foi pour ne plus sentir le bonheur et la paix en ce jour de la Nativité. Mais quand on sait que Betlehem est en feu après l’annonce de Donald Trump, que malgré tout, le Pape reste très peu elloquent sur l’affaire, que la guerre reste un des secteurs les plus rentables pour les pays «développés», que des Africains sont encore, à l’heure actuelle, esclaves en Libye, Noël a un goût amer. Ceux qui ne croient pas en l’enfant Jésus pourraient aussi dire que décembre est le mois le plus festif. Mais le commercial a pris le dessus sur l’être humain, le sens du partage et de la famille qui est la base de ces fêtes.Mais tout n’est pas noir. Décembre c’est également le mois de la générosité pure, celle non calculée ni commerciale. À Madagascar, des gens, des jeunes se mobilisent pour les plus démunis. Dans les quartiers, dans les églises, dans les associations, dans les familles, chacun fait ce qu’il peut. Citons, par exemple, l’initiative «repas pour mille», «manzer partagez».Décembre de cette année c’est aussi la découverte de multiples talents de créations. Que de choix de cadeaux, de nouveaux créateurs qui débordent d’idées tout en mettant en avant le label «made in Mada­gascar». Que de délices, de merveilles. Rouge beauté Madagascar met en avant le talent des tisseuses de raphia de Majunga pour des vanneries haut en couleur. Il y a également les produits cosmétiques totalement made in Madagascar notamment Mihanta Cosmé­tiques, Soanala. Tanako, vice local, Mboangui Madagascar, Faktory mettent en avant la splendeur de la confection et du travail du tissu.Côté vin et apéritif, Madagascar a toujours de bons produits qui sont de mieux en mieux connus dans le monde entier. Mais cette fois-ci, les vins d’Ampalia et piloboka sont des «must». La liste des coups de coeur pour les chocolats est également très, très longue. Il y a les indétrô­nables chocolats de la «chocolaterie Robert». De nouvelles marques et de petits ateliers se mettent également au-devant de la scène pour notre bonheur. Menakao, Chocolat Madagascar, Tsara et plein d’autres à en avoir l’eau à la bouche.Le bonheur est un choix, nous disait un sage. Il est vrai que le pays va mal, que l’avenir ne prédit pas tout à fait de bonnes augures. Mais en ces périodes de fêtes, célébrons également ceux qui font des efforts pour que tout ne soit pas totalement tout noir. Bonnes fêtes à tous!

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Madaplus.info0 partages

Embouteillage dans la Capitale : les automobilistes se plaignent

Seulement à quelques jours avant la fête de la nativité, la circulation dans la capitale est devenue un enfer pour les utilisateurs avec des embouteillages monstres.
Les bouchons font rage actuellement sur presque toutes les routes. Les embouteillages dans les centres villes sont dus à l’existence des marchés de Noël selon toujours les plaintes des automobilistes. Il faut faire au moins une heure de trajet pour Anosy et Analakely. Les bouchons qui, à la fois, augmentent la consommation en carburant mais deviennent aussi une source de perte considérable de temps. Certains transports en commun n’arrivent à boucler que quelques tours où ils doivent rebrousser les chemins à cause des bouchons. Il est donc préférable de faire des courses à pied pour éviter les dépenses et gagner plus de temps selon les usagers. C’est plus rapide et plus économique. Toutefois, il faut faire attention aux pique-Pocket qui profitent des mouvements de foule en période de fête pour faire leur basse besogne.
Ino Vaovao0 partages

FANAMPIANA SY FANOMEZAN-TANANA : Tsy manadino ireo fianakaviana sahirana ireo mpanohana an’i Andry Rajoelina

Amin’izao fotoana ankatoky ny fetin’ny krismasy sy faran’ny taona izao dia nisy ny hetsika nataon’ireo mpikambana ao anatin’ny faritanin’i Mahajanga ho fitsinjovana ny mpiara-belona amin’ny alalan’ny fanoloran-tanana azy ireo sy ny fanampiana azy ireo. 

Ny alarobia lasa teo no nanatanterahana ny hetsika ka nanomezan’izy ireo fitaovana ho an’ny Fokontany Ambalavola ao Mahajanga ary ihany koa namalifalian’ireo mpikambana ireo kilonga madinika, izay nizaràna  vatomamy sy bisky azy ireo.

Araka ny fantatra dia ity no hetsika ara-tsosialy voalohany nataon’ny fikambanana Tmh tao Mahajanga ary mbola hitohy hatrany izany ho fanasoavana ny mpiara-belona ary hitetezana Fokontany maro ao anatin’ny Kaominina ambonivotr’i Mahajanga, araka ny fanazavana nomen’ny filohany. Marihina fa miara-dia amin’ny filoha Andry Rajoelina ity fikambanana ity. Vonona ny hanohana azy tanteraka ary hampandany azy amin’ny fifidianana na dia mifantoka betsaka amin’ny asa sosialy aza aloha hatreto.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

DIDY JADON’NY HVM : Nanamarika ny taona 2017 ny tsy fisian’ny fahafahana maneho hevitra

Raha ho an’ity fitondrana izay notarihan’ny Filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina ity no asian-teny dia tsy hita mazava izay fampandrosoana mivaingana noentiny. Manginy fotsiny ny tsy fisian’ny fampandrosoana  mipaka mivantana amin’ny fiainam- bahoaka. Raha atao jery todika dia anisany tena nanamarika ity taona ity ny tsy fisian’ny fahafahana miteny teto amin’ny firenena. 

Saika niharan’ny fanampenam-bava tamin’ny alalan’ny ramatahora sy ny fampiasana ireo mpitandro filaminana anaty kamiao ny ankamaroan’ izay nikasa hitondra ny heviny teny an-dalam-be kanefa tsy mitovy firehana amin’ny fitondrana sy ny antoko Hvm. Maro ireo antoko politika mpanohitra no tsy nahazo hetsika an-dalam-be raha tsy hilaza fotsiny  afa-tsy ireny fikasan’ny antoko Tiako i Madagasikara hankalaza ny faha-15 taona nijoroany ireny. Raha tsiahivina fohy ny raharaha dia nanao izay ho afany tamin’ny fangatahana alalana ny mpitarika ity antoko ity saingy nolavin’ny fanjakana hatramin’ny farany tamin’ny alalan’ny prefektioran’ny tanànan’Antananarivo. Hatramin’ireo kaongresim-paritra nokasain’izy ireo hatao aza dia niharan’izay fanakantsakanana izay avokoa tahaka ilay nitranga tany Toamasina.Ankoatra ny Tim dia lasibatra tamin’izany fanampenam-bava izay ihany koa ny Dfp na ny Dinika ho an’ny Fanavotam-Pirenena.

Nikasa hamory vahoaka hitsangana hanohitra izao tsy fahombiazam-pitantanana misy eto amin’ny firenena izao saingy niatrana hatrany ny mpitandro filaminana mifono vy, manao ramatahora nampiasain’ny fitondrana. Anisan’ireo nanana vinavina ny hanao hetsika ny fivondronan’ireo mpanao gazety ao anatin’ilay hetsika ho an’ny fahafahana maneho hevitra na ny MLE. Na dia voalazan’ireo mpikambana aza fa diabe am-pahanginana no  hataon’izy ireo dia tsy nanaiky izany velively ny fitondrana fa niezaka nanao izay rehetra azony natao tamin’ny fanakanana izany.

Tsy voatanisa ireo tranga izay nanaporofo fa maty tanteraka ny demokrasia ary tsy nisy intsony fahafahana maneho hevitra tamin’ity taona ity, ary nandritra ny fitondran-dRajaonarimampianina mihitsy saingy santionany fotsiny ihany ireo. Ny taona 2017 no nisiana mpikirakira tambaJotra sosialy “facebook” naneho ny heviny ka nosamborina satria voalaza fa manohitohina ny fitondrana.

Lazaina matetika anefa fa tany mandala ny demokrasia sy ny fahafahana miteny i Madagasikara saingy hita taratra fa ho an’ireo olona manara-dia ny fanjakana ihany no iantefan’izay fahafahana mitondra hevitra an-kalalahana izay. Na teo amin’ny lafiny fananganana haino aman-jery aza dia nitongilana ary nahazo vahana be ny firoboroboan’ireo gazety an-tsoratra, radio ary fahitalavitra manokana ny fitondram-panajakana anketriny. Ankoatr’izay dia manjaka tokana ao amin’ny haino aman-jerim-panjakana ny vaovaon’ny antokon’ny filoha. 

Takian’ny lalàna anefa ny tokony hisian’ny adihevitra sy ny fifanatonana eo amin’ny mpitondra sy ireo antoko mpanohitra. Kanefa raha ny zava-misy aloha dia toa mbola manjaka ny adilahy politika eto amintsika indrindra fa amin’izao fotoana ikarakarana ny fifidianana izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIROTSAHAN-KO FIDIANA : « Manomboka ny kapa ranjo mivantana ho an’ny kandidà sasany »

Iry voalohany dia nanao tsindry bokotra an’ity filoha teo aloha ity mahakasika ireo fanambaràna efa nataony ny amin’ny maha kandida azy amin’ny fifidianana filoham-pirenena. Niteraka resa-be io fanakianana io satria avy hatrany dia namaly bontana izay voalazany i Marc Ravalomanana, izay nahatonga ireo mpikirakira vaovao nilaza fa vaky tanteraka ny ady eo amin’ny roa tonta. 

Manoloana io savorovoro misy eo amin’ny antoko politika roa io indrindra dia namoaka fanambaràna, omaly ny teo anivon’ny faribolana mpandinika ny hoavin’ny Madagasikara na ny Cram. «  Tsapa fa manomboka ny kapa ranjo mivantana ho an’ny kandidà sasany amin’ny antsojay ataon’ny mpitondra ankehitriny. Mbola vao fifamaliana an-gazety sy ny televiziona aloha no mitranga hatreto izay manao hoe, tsy misy mafy be izany eto fa tsy fantatra izay mety ho tohiny amin’ny taona 2018”, hoy ny ampahany tamin’ilay fanambaràna nivoaka. Araka ny andininy faha-15 voarakitra ao anatin’ny lalàmpanorenana anefa dia voalaza fa manan-jo hilatsaka hofidiana amin’ny fifidianana rehetra voalazan’ny lalam-panorenana ny olom-pirenena tsirairay rehefa voahaja ny fepetra takian’ny lalàna. 

Eo anatrehan’ity andinin-dalàna ity indrindra no nitondran’ilay fanambaràna miendrika fanakianana ka nahatonga ireo mpikambana ao anatin’ny Cram nametra-panontaniana hoe «  hatraizana ny fanajana ny lalàmpanorenan’ny repoblika fahaefatra  ?  ». Tao anatin’ireny fifandrafesana sy fifampiantsiana tao anatin’ny fahitalavitra ireny dia  hita taratra mihitsy ny tsy fanajana ny lalàm-panorenena. Anisany noentin’izy ireo nanehoana izay heviny izay ilay andininy faha-72 izay voasoratra fa mandritra ny fe-potoana iasany  ny solombavambahoaka dia tsy afaka miova vondrona politika mba hiditra any aminà vondrona vaovao, ankoatra ny anaran’ny vondrona izay nahavoafidy azy, raha tsy izany dia aongana. 

Nilaza araka izany ny cram fa «   olom-boafidy sakaizan’ny mpandresy no isan’ny hanolotra ny kandidà iray amin’ny fifidianana Filoham-pirenena  » dia efa tsy manaja ny Lalàmpanorenana sahady ny fifidianana izay hatao amin’ny taona 2018. Ary aza hadinoina fa tsy nanana solombavambahoaka na iray aza ny antoko politika milaza matanjaka  amin’izao fotoana izao raha tonga teo amin’ny fitondrana tamin’ny volana janoary 2014. Teny am-pamaranana an’ilay fanambaràna dia anisany nisongadina ny hoe, mbola mety hisy ve ny fifanantonana amin’ny adi-hevitra sa ho tapaka tanteraka ny kofeky mamitrana ny mpitondra ankehitriny amin’ireo antoko politika sy ny fiarahamonim-pirenena izay nandravona ireo tolo-kevitra vokatry ny atrikasa maro mikasika ny fanatsarana ireo didy aman-dalana mifehy ny fifidianana.

Avotra Isaorana

News Mada0 partages

Ivato : afaka mandray mpandeha hatramin’ny 1.000 ny efitra nohavaozina

Vita ny volana novambra teo ny fanavaozana sy fanalalahana ny efitra fandraisana mpandeha  ho an’ny zotra iraisam-pirenena eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato. Efa ampiasana izany efitra izany amin’izao fotoana izao.

Nitondra fanazavana momba izany ny talen’ny fanamboarana sy fikojakojana ny fotodrafitrasa ao amin’ny Ravinala Airports, Jean Luc Meyts.  Tafiditra ao anatin’ny tetikasan’ny Ravinala Airports, mandray ny fitantanana ny seranana eo Ivato sy any Nosy Be izao asa fanavaozana izao

Hita ao amin’io efitra io avokoa ny fampitaovana elektronika sy informatika, hanafaingana ny asa sy ny fanaraha-maso rehetra. Mampiasa izany teknolojia izany avokoa ny sampandraharahan’ny polisy, fadintseranana, fahasalamana ; toy izany koa ny fomba vaovao fandraisana tapakilan’ireo mpandeha sy fampahafantarana azy ireo amin’ny antsipiriany ny zotra handehanany. « Noho izao fanavaozana sy fanalalahana izao, afaka mandray mpandeha 600 isan’andro io toerana io, ary amin’ny fotoana mahabetsaka ny mpandeha, afaka mandray hatramin’ny 1.000 isan’andro », hoy ny tale jeneralin’ny Ravinala Airports, Vincent Devauchelle.

Heverina ho vita tanteraka amin’ny 2020 ny seranana vaovao eo Ivato, izay 25 % ny asa vita ary mbola tsy manomboka kosa ny piste, raha ny any Nosy Be efa vita tanteraka. Nomarihin’ny tale jeneraly fa orinasa eto an-toerana ny manao ny asa rehetra amin’izay fanavaozana izay, ankoatra ny Colas miantoka ny fanatanterahana ireo asa goavana. Aorian’ny asa rehetra, manana ny fenitra iraisam-pirenena ny eo Ivato sy any Nosy Be, manome endrika vaovao ho azy  aty amin’ny faritra.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Jery todika 2017 : narirarira hatrany ny « Raharaha Antsakabary »

Hatramin’izao, tsy mety vita na efa mazava izao aza ny « Raharaha Antsakabary ». Ny fahafatesan’ny dokotra iray no niandohan’ny raharaha, izay nampiasana fahalalana olona.

Niharan’ny fitsaram-bahoaka na fahatezeram-bahoaka ireo polisy roa, nitaky vola ho fanonerana ny dokotra maty, tao Antsakabary, distrika, Befandriana Avaratra, faritra Sofia.  ny 18 febroary 2017.

Noho izany, namaly faty avy hatrany ireo polisy misy 42 avy any Mahajanga, ny 22 febroary: nisava trano, nandroba, nandoro tanàna miisa dimy, nandoro velona vaviantitra iray 87 taona. Nisy ny tsy fanajana zon’olombelona tamin’ny fampijaliana olona mahatsiravina. Vokatr’izany: vaviantitra 87 taona iray no maty, trano 504 ary fiangonana iray no may, 1465 ireo olona traboina.

Tsy hita izay tena fandehan’ny fanadihadiana

Nambaran’ny minisitry ny Filaminam-bahoaka teo aloha fa olona adala no nahavanon-doza. Nesorina teo amin’ny toerany izy, na voalaza aza fa antony hafa izany. Tsy hita mazava izay fanadihadiana ireo polisy 42 nahavanon-doza, indrindra izay nibaiko. Haingana be ny fisamborana sy famonjana ireo olona hoe namono ny polisy roa tamin’ny fitsaram-bahoaka, izay navotsotra taty aoriana.

Na izany aza, maro ny fitakiana sy fanambarana na avy eto an-toerana na avy any ivelany amin’ny fampiharan-dalàna tsy hisian’ny tsimatimanota etsy sy eroa. Manoloana izany, isaky ny anontaniana ireo mpitondra fanjakana ambony ny amin’ny « Raharaha Antsakabary », fandrirarirana hatrany no azo fa tsy misy valin-teny mazava: efa mandeha ny famotorana. Rahoviana ny fitsarana?

Ho vitavita sy tsy hitahita ho azy eny ny raharaha? Toy ny baomba nipoaka teny amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny 26 jona 2016, nambara fa nataon’ny mpanohitra. Na ny « Raharaha Anjozorobe » nahavoasaringotra ny zanaky ny filoha, na ny « Raharaha loholona  Andriamandavy VII Riana » nitorahana ny biraon’ny Bainco… Tsy hita izay tena hoe tany sy fanjakana tan-dalàna.

R. Nd.

News Mada0 partages

Nihodina ny boriborintany ny CUA nizara fanomezana

Nisesy. Nihazo ny teny amin’ny  boriborintany fahadimy,  teny amin’ny  kianja Maitso Analamahitsy ny mpitantana ny kaominina. «  Mendrika ny tsara ny vahoaka. Mahaiza mizara fitiavana ho an’ny mpiara-belona  ary zava-dehibe ny fanajana ny zokiolona », hoy ny mpanolotsaina, Ravalomanana. Nirary ny tokantrano   hahita fifaliana amin’izao Noely izao kosa ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao.  Ankoatra  izany, nanentana ny ady amin’ny herisetra mianjady amin’ny vehivavy sy ny ankizy kosa ny “Mafubo Internationale”, manana foibe sivy eto Antananarivo. Nentanina ny rehetra mba hifampiresahana rehefa misy ny olana. Nomem-boninahitra manokana  ireo zokiolona. Nahazo anjara vary, menaka (PPN) ary vatomamy  ireo vahoaka nameno kianja.   Nizara vatomamy ho an’ireo tsy tafiditra  kosa Ravalomanana ary nihazo ny tsena ao Analamahitsy Cité avy eo niresaka mivantana amin’ireo mponina. Nitohy  tany amin’ny boriborintany fahefatra izany  ka  nizarana PPN ireo zokiolona sy ireo marefo miisa  270. Nanome fitaovana fanadiovana kosa ny mpandraharaha eny amin’iny faritra iny :  borety , angady. “Ilaina  fanantenana ary tsy tokony amin’ny andro fety ihany fa isan’andro sy ho amin’ny ho avy”, hoy Ravalomanana.

Synèse R.

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : hatao ny 31 janoary 2018 ny fifidianana filohan’ny ligy

Nanambara ny tsara ho fantatra rehetra mahakasika ny fifidianana izay ho filohan’ny ligin’Analamanga, taranja rugby, ny vaomieram-pifidianana rezionaly. Anisan’izany ny daty hanatontosana ny latsa-bato.

 Nolazain- dRakotondrasolomalala Andry, filohan’ny vaomieram-pifidianana rezionaly natsangan’ny Malagasy rugby (CER), tamin’ny mpanao gazety, omaly, fa hotontosaina ny 31 janoary 2018, ny fifidianana izay ho filohan’ny ligin’Analamanga. Araka izany, hisokatra manomboka ny 3 janoary – 13 janoary ny fisoratana anarana amin’izany. Tsy miandry ela fa ny 14 janoary ihany dia efa hamoaka ny lisitra ofisialin’ireo kandidà nahafeno ny fepetra, ny vaomiera.

Hanomboka ny 15 janoary – 30 janoary ny fampielezan-kevitra. Afaka mirotsaka avokoa ny rehetra, saingy misy fepetra takina amin’ireo kandidà, toa ny fananana mari-pahaizana bakalorea sy ny efa nilalaovana rugby ary koa efa filohana fileovana, manana ny  “certificat de conformité”. Ankoatra izay, manana anton’asa ara-dalàna ary tsy mbola voasazin’ny Malagasy rugby. Tsy manana andraikitra amin’ny taranjam-panatanjahantena hafa ary 25 taona farafahakeliny.

Afaka mirotsaka ihany koa ireo mpitsara baolina, saingy tokony hanana diplaoma “Niveau II”. Nilaza, Rakotondrasolomalala Andry, fa tsy miandany amin’iza na iza ary tsy manana kandidà hotohanana  izy ireo. “Ny hanatontosa ny fifidianana fotsiny  no hany ataonay eto. Rehefa vita izany dia rava ny vaomiera”, hoy izy.

Tompondaka

Ireo mpikambana mandrafitra ny CER :

 Filoha : Rakotondrasolomalala Andry.

Filoha lefitra : Rabearivelo Tim Robinson Gabriel.

Sekretera Jeneraly : Rajaona Harinjaka Patrick.

Mpitatam-bola : Rabenandrasana Sidoni.

Mpanara-maso ny fitantanam-bola : Razafimanantsoa Pascal.

Mpanolontsaina: Rasoarialison Christian, Rakoto Naina Jean Armand, Rakotonindrina.

 

 

News Mada0 partages

Kitra – Filarahan’ny Fifa : tsy nihetsika ny Barea de Madagascar

Namoaka ny filaharan’ireo ekipa mpikambana ao aminy, ny alakamisy 21 desambra lasa teo, ny federasiona iraisam-pirenen’ny baolina kitra (Fifa). Tsy nihetsika teo amin’ny laharana nisy azy ny Barea de Madagascar. Mbola eo amin’ny 108 eran-tany no misy ny ekipam-pirenena malagasy. Faha-27 kosa ny Barea de Madagascar, raha eto Afrika. Noho ny tsy fisian’ny lalao iraisam-pirenena natrehin’ny Barea ny anton’izao tsy fihetsehan’ny laharan’ny Malagasy izao.

Mbola mitana ny laharana voalohany eran-tany kosa ny Mannschaft avy any Alemaina. Ry zareo Alemà, izay tompondaka eran-tany farany. Manaraka azy eo amin’ny laharana faharoa, ry zareo Brezilianina ary fahatelo  i Portugal, tompondakan’i Eoropa. Fahefatra ry Lionel Messi ary fahenina ny Espaniola. Any amin’ny laharana fahasivy kosa i Frantsa.

Senegaly, no firenena afrikanina voalohany eran-tany. Faha-23 ry zareo Senegaley, izay hifandona amin’ny Barea de Madagascar, eo amin’ny fifanintsanana hiadian-toerana amin’ny Can 2019. Manaraka azy eo amin’ny laharana faha-27 i Tonizia ary faha-31 i Egypta.  Mbola mitana ny laharana telo farany aloha hatreto, i Gibraltar sy i Somalia ary i Tonga.

Tompondaka

News Mada0 partages

Fjkm faravohitra : la chorale Amboarampeo chante Noël

Fidèle à son rendez-vous annuel, la chorale Amboarampeo donnera son traditionnel concert de réveillon de Noël au temple FJKM Faravohitra ce 24 décembre.

Le concert de Noël est devenu une tradition au fil des années et la chorale Amboarampeo ne dérogera pas à la règle pour cette édition. Un premier rendez-vous intitulé «Krismasy an-kira» a déjà eu lieu le 10 décembre, en prélude à cette fête de la Nativité. Cette soirée dominicale sera aussi sublimée par Kolomboarampeo qui interprètera des grands classiques traditionnels.

Outre ses propres compositions, les notes de «Halleluia», «Joyful», «Holy night» ou encore «Gloria in excelsis Deo» résonneront également sur les augustes murs du temple de Faravohitra tout au long du réveillon de Noël. Le rendez-vous est fixé à partir de 22 heures tapantes.

Pour la petite histoire, la chorale Amboarampeo est née d’une initiative des jeunes paroissiens qui ont, par le biais du chant,  mis du baume au cœur des sinistrés des grandes inondations de 1959, venus se réfugier au temple de Faravohitra.

Soutenu par des chefs de chœur et accompagnateurs dont le talent n’a d’égal que leur dévouement, Amboarampeo a emprunté les compositions de Rémi Andriantsoavina, Rado Andriamanantena, Christian Ramamonjisoa, Mamy Ramamonjy et notamment, de Randria, grand précurseur du chant classique. C’est pourquoi, Amboarampeo a été sélectionnée pour porter haut l’étendard de la Grande île aux Etats-Unis, à la Réunion, en France ou en Indonésie.

Au sein de la formation, l’art du chant choral se transmet au fil des générations. Raison pour laquelle, la chorale junior Koloamboarampeo a été mise sur pied pour assurer la relève. Elle compte actuellement plus de 70 jeunes fidèles de la FJKM.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Rakitsary vaovao : namoaka ny « Anatra » ny tarika Serge GPE

Masaka ny nahandro ho an’ny tarika Serge GPE ! Nivoaka, omaly, tamin’ny fomba ofisialy ny rakitsary DVD mitondra ny lohateny «Anatra». Naparitaka manerana ny Nosy avy hatrany izany mba samy haheno ny tsirony ny mpanjifa. Gadona maroloko tanteraka no manaingo io vokatra vaovao io. Toy izany ihany koa ny hafatra entin’ny tononkira, izay natao ho an’ny rehetra sady mifanaraka rahateo amin’ny lohatenin’ilay rakitsary.

« Tao anatin’ny enim-bolana no nanomanana io kapila io. Hira 6 no mandrafitra izany raha toa ka 8 ny ao anaty rakikira. Natao izany mba ho zakan’ny rehetra ny fanjifana azy », hoy i Serge. Na izany aza, nohamafisiny fa « nokendrena ho amin’ny kalitao manaraka ny vanim-potoana ny sary sy ny feo ». Ho an’ny fampahafantarana izany eny an-tsehatra indray dia ho avy amin’ny fotoana mahamety azy ny alim-pikoranana.Raha tsiahivina, mpanakanto avy eto anivon-tany ny tarika Serge GPE, manao ny gadona maroloko. Miara-miasa amin’ireo mpitendry efa matihanina, toa an’i Sesely (gitara beso), Dadah (gitara marani-peo), Franck sy Lala (vata maroafitsoka), Haja eo amin’ny amponga maroanakaIreo hira anaty DVD «Anatra»

«Ny fitiavako», «Ianao no tiko», «Anatra», «Miova toetra», «Boaka avaratra», «Tsy miady @ piesiko».

News Mada0 partages

Ambohidrapeto : tratran’ny zandary i Rablou, jiolahy raindahiny

Jiolahy raindahiny amin’ny fanafihana miharo fanendahana eny amin’ny faritra Itaosy sy Ampitatafika ity voasambotry ny zandary, ny alakamisy teo ity. Araka ny loharanom-baovao voaray avy amin’ny zandary, jiolahy efa nokarohina hatry ny ela i Rablou ary teny Itaosy sy faritra Atsimondrano iny no tena nitondra faisana taminy. Sady mpanao fanafihana mitam-piadiana izy no mpanendaka gagilahy koa. Tsy hita tao an-trano nandritra ny fisavana nataon’ny zandary kosa ny basiny fa rongony indray no hita tao. Nohamafisin’ny zandary hatrany fa naman’ilay jiolahy antsoina hoe Radomainty, isan’ireo mbola karohin’ny zandary amin’izao fotoana izao i Rablou. Niainga avy amin’ny fikaroham-baovao no nahafahana nitsongo dia azy, saingy tratra ihany izy. Ao anatina fikambanan-jiolahy mitam-piadiana mahery vaika tarik’i Radomainty ity jiolahy ity. Nilaza izy nandritra ny famotorana nataon’ny zandary fa mbola teo am-pikononkononana fanafihana mitam-piadiana kanjo izao tratra izao.

Jean Claude

News Mada0 partages

Fanalam-baraka mpianaka – Sabotsy Namehana : voasambotra ilay nisandoka ho zandary

Nidoboka eny amin’ny fonjan’Antanimora, ny alakamisy teo ilay lehilahy nanala baraka mpianaka tamin’ny alalan’ny fandefasana didy fikarohana tamin’ny adiresy mailaka sandoka amin’ny anaran’ny zandarimariam-pirenena…

Saron’ny zandarimariam-pirenena teny Sabotsy Namehana, ny 19 desambra 2017 lasa teo ilay lehilahy voarohirohy ho nanao fisandohana ho zandary tamin’ny alalan’ny fandefasana taratasy mailaka na “e-mail” tany amin’ny mpanao gazety, ny 6 desambra 2017. Nandefa filazana fikarohana na “avis de recherche” ity nisandoka ho zandary ity tamin’io fotoana io momba ny olona roa mpianaka nolazainy fa mpisoloky ka karohin’ny zandary. Araka ny fanazavan’ny teo anivon’ny zandarimariam-pirenena, ny adiresy mailaka cirgnmadagasikara12@gmail.com no nampiasainy tamin’izany ka nandefasany ilay filazana didy fikarohana tany amin’ny adiresy mailaka an’ny mpanao gazety. Rehefa teo anivon’ny sampandraharaha fampitam-baovaon’ny zandarimaria anefa ny mpanao gazety dia voamarina fa tsy marina ny fisian’ilay vaovao. Nanamafy hatrany ny teo anivon’ity sampandraharaha ity fa mpisandoka izay nandefa ilay vaovao. Nandray ny andraikiny avy hatrany ny teo anivon’ny sampandraharaha miady amin’ny cybercriminalité eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ka niroso tamin’ny fitsirihana ara-teknika sy fikarohana amin’izay tompon’antoka tamin’ilay fanelezana vaovao tsy marina. Noraisim-potsiny teny Sabotsy Namehana ihany ity lehilahy ity. Heloka anenjehana azy ny fanalam-baraka ireo mpianaka voalaza etsy ambony sy ny fisandohana andraikitra maha zandary.

Nanamafy ny teo anivon’ny zandarimaria fa manohy ny firosoany amin’ny fampiharana lalina ny fiofanana vao norantoviny ity sampandraharaha miady amin’ny cybercriminalité ity.

Jean Claude

News Mada0 partages

Digue : Mazda nifandona tamin’ny Hyundai, olona telo naratra

 Naratra ireo olona telo tao amin’ilay fiara Mazda nifandona tamin’ny Hyundai teny amin’ny digue, omaly maraina, araka ny fanazavan’ireo polisy nanao fanadihadiana teny an-toerana. Voalaza fa nandeha mafy ireto fiara ireto ka samy tsy nahafehy ny familiana ary izao nifandona izao. Nitondra atody ilay fiara Mazda miloko mena. Vaky niparitaka daholo ny atody rehetra noho ny fifandonana teo amin’ireo fiara. Tsy nisy kosa ny aina nafoy fa nahitana fahasimbana ny lohan’ireo fiara nifandona. Nentina haingana namonjy hopitaly kosa ireo naratra tamin’ity lozam-piarakodia ity.

Taxi-be an’ny kaoperativa iray mampitohy an’Anosy sy Imerintsiatosika koa no nitrongy fiara 4×4 iray teny amin’ny Digue mihazo an’i Fenoarivo Alakamisy, omaly maraina. Olana teo amin’ny “frein” no nahatonga azy nifatratra tamin’ilay fiara 4×4 marika Fortuner. Simba ny taorian’ilay fiara 4×4 sy ny lohan’ilay taxi-be sprinter nitrongy avy aoriana. Tsy nisy kosa ny naratra sy ny aina nafoy. Niteraka fifamaliana teo amin’ilay ramatoa tompon’ilay fiara 4×4 sy ny tompon’ilay taxi-be kosa ity loza ity. Fiara vao novidina roa volana ilay fiara 4×4 kanjo izao notrongisin’ny taxi-be izao. Tonga nanao fanadihadiana teny an-toerana ny zandary.

J.C

News Mada0 partages

2017, taona mainty… : 150 mahery matin’ny lozam-pifamoivoizana

Nanamarika ity taona 2017 madiva hifarana ity ny fahamaroan’ireo lozam-pifamoivoizana nahafatesana olona, nitranga tamin’ireo lalampirenena samihafa, araka ny tatitra avy amin’ny zandarimariam-pirenena. Ho an’ny faritra Analamanga manokana, nahatratra 150 ireo namoy ny ainy.

Araka ny tatitra nataon’ny zandary faritra Analamanga, omaly, taona anisan’ny be lozam-pifamoivoizana indrindra ny taona 2017. Nahatratra 150 ny olona matin’ny lozam-pifamoivoizana tao anatin’ny faritra Analamanga, raha 79 izany tamin’ny taona 2015; 85 ny maty ny taona 2016. “Maro ny loza niseho tamin’ity taona ity raha nitaha tamin’ny taon-dasa. Vokatry ny tandrevaky ny mpitondra fiara, ny fiara tsy tomombana, ny fanaovana taingimbe ny nahatonga ny loza”, hoy ny kaomandin’ny vondrontobim-pileovana Analamanga, ny kolonely Ravoavy Zafisambatra.

Manampy ireo ny kolikoly eo amin’ny mpamily sy ny mpitandro filaminana. Anisan’ny mampitombo be ny lozam-pifamovoizana izany eo amin’ny sehatra nasionaly mihitsy. Vao niandoha ny taona 2017, efa nitranga ny lozam-pifamoivoizana nahatsaravina tany Anjozorobe ka nahafatesana olona 47. Kamiao nitondra olona tsy ara-dalàna ka nivarina tao ambany tetezana.

Anisan’izany ihany koa ny loza niseho teny Ankazobe ny volana aogositra ka nahafatesana olona 20 ary anjatony ny naratra mafy. Olona 100 mahery ny nentin’io fiara be io raha tokony ho 80 eo ihany izany. Namofopofona kolikoly avokoa ireo rehetra ireo, anisan’ny nahatonga ny loza izany. Eo ihany koa ireo mpamily tsy ampy traikefa, tsy zatra mandeha amin’ny lalam-pirenena. Voalaza fa mpamily taxi-be tsy ampy fiofanana ireo lasa manao zotra nasionaly ary tsy mahafehy ny lalam-pirenea ka miteraka loza.

Nandray fepetra ny zandary

Araka ny fanazavan’ny kolonely Ravoavy hatrany, efa nandray andraikitra ny zandary, indrindra amin’ny fanaraha-maso ireo fiara mpitatitra rehetra. Teo ihany koa ny fanaraha-maso ireo zandary ary ny fanamafisana ny fiofanana ho azy ireo amin’ny fandrindrana ny fifamoivoizana. Anisan’ny fepetra raisana amin’izao ankatoky ny fety izao, ohatra ny fanentanana ny mpamily tsy handeha mafy.

Na miezaka mafy aza anefa ny mpitandro filaminana, tompon’andraikitra voalohany ny mpamily, ary anisany ihany koa ny mpandeha. Araka ny tatitra voaray ihany, ny eny anivon’ny fifamoivoizana no anisan’ny ahitana kolikoly betsaka ka mahatonga ny lozam-pifamoivoizana. Mbola ady goavana ny hanena ny tahan’ny loza, noho izany, satria sarotra ny mamehy ny kolikoly eto amintsika noho ity toe-javatra ity efa raiki-tampisaka mihitsy amin’ny fiainan’ny olona andavanandro.

Yves S.

News Mada0 partages

Fiatrehana ny Krismasy : mihalalina hatrany ny fahasahiranam-bahoaka

Fiteny mahazatra amin’ny toy izao ny hoe: Krismasy… krizy mafy. Amin’izao fitondrana izao, vao mainka anatin’ny krizy ny fiainam-bahoaka. Mihalalina ary mafy no ho ny teo aloha ny fahasahiranana. Tsy mila porofo izany fa samy miaina izany ny isan-tokantrano, ny isam-batan’olona.

Tena mampikaikaika ny maro amin’izao ny fidangan’ny vidim-piainana, indrindra ny vidim-bary; ny tsy fandrimpahalemana; ny ady sy fandrobana tany… Inona no afitsoky ny mpitondra? Politika famonoana afo, fa tsy amin’ny hoe mahatsinjo mialoha izay mety hitranga ny mitondra fanjakana.

Efa nampoizina, ohatra, fa ho sarotra ny taom-pamokarana noho ny haintany, nefa tsy nisy fisorohana mialoha ny fahasahiranana. Nampikaikaika ny vidim-bary, vao mikorapaka amina vahaolana tsy azo antoka sy tsy maharitra. Tsy voafehy hatrany koa ny vidin-tsolika, ohatra.

Tsy mandry ny tany sy ny fanjakana

Efa mampikoy ny rehetra ny tsy fandriampahalemana, nefa tsy hita izay tena atao sy vitan’ny mpitondra. Lany tetikady sy vina lavitra? Saika famonoana afo koa no afitsoka amina hetsika kely mandalo, dia izay. Miverina hatrany ny fitsaram-bahoaka na fahatezeram-bahoaka noho ny fahatofohana.

Tsy atokisan’ny vahoaka ifotony intsony ny mpitandro filaminana sy ny mpitsara, ao anatin’izany ny fanjakana foibe. Avy aiza marina, ohatra, ny fitaovam-piadiana tsara no ho ny an’ny mpitandro filaminana ampiasain’ny dahalo any atsimo? Iza no ao ambadiky ny halatra taolam-paty, halatra omby… ? Tsy misy resaka.

Tsy misy resaka koa ny amin’ny fandrobana sy ady tany saika manerana an’i Madagasikara. Ao anatin’izany ny fanjakazakan’ny vahiny mitrandraka harena an-kibon’ny tany. Manginy fotsiny ny fandrobana harena an-dranomasina, ohatra.

Mila vahaolana ny vahoaka

Tsy vitan’ny hoe tsy mahomby amin’ny fitadiavam-bahaolana ny mpitondra, fa misy ny miray tsikombakomba amin’ny ratsy: avela hanao ny danin’ny kibony, ohatra, ny vahiny; misy mpitandro filaminana sy mpitsara, voasaringotra amin’ny asan-jiolahy, raha ny fanambaran’ny FFKM sy ny Sefafi farany.

Inona ny vahaolana? « Mila fiovam-penitra mahery vaika ny fitondrana », hoy ny FFKM. « Manampy an’ny tsy fahombiazana amin’ny ankapobeny ny ahiahy lalina ny amin’ny hoavy », hoy ny Sefafi. Hisy àry ve ny « famonjena » amin’izao Krismasy izao sa vitan’ny fanomezana sy famalifaliana fotsiny? Na angatahana andro lava ny hoe fampandrosoana, na ny fanamaivanana ny fahasahiranam-bahoaka ahay aza…

R. Nd.

News Mada0 partages

Mahamasina : mitohy rahampitso ny GBM

Filaharam-be no tazana etsy amin’ny La Grande Braderie de Madagascar (GBM), etsy Mahamasina hatry ny omaly. Mitohy hatramin’ny rahampitso ny tsenabe. Raha ny tomban’ny tompon’andraikitry ny orinasa Madavision, mpikarakara ny hetsika, mahasarika olona betsaka ireo karazan’entana misy mahakasika ny fety. Ankoatra izany ny tolotra momba ny tany amidy.

« Mampisongadina ny vokatra vita malagasy ny GBM », hoy Ramanantsoa Harilala, mpikarakara. Manome lanja ny orinasa malagasy ny hetsika. Omena sehatra mihitsy indrindra ireo orinasa vao miainga hananany serasera amin’ny mpanjifa sy ny samy orinasa namana efa matanjaka. Afaka mifampisintona izy ireo raha mifameno ny vokatra vokarina.

Betsaka ny karazan’entana vokarin’ny orinasa malagasy. Misy karazan-tsakafo vita amin’ny voankazo, legioma… Ny an’ny sasany karazana fikarakarana endrika amam-bika vita amin’ny vokatra natoraly. Eo koa anefa ireo mamokatra ravaky ny trano miavaka sy tena malagasy….

Mampiavaka ny GBM ny fanaraha-maso hentitra ataon’ny mpikarakara amin’ireo vidin’entana izay tokony hisy fihenany miohatra amin’ny eny amin’ny magazay mahazatra isan’andro. Manaraka izay fitsipika izay avokoa ireo mpandray anjara rehetra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Ankatoky ny Noely : nanampy ireo sahirana ny Star

Noely, fotoan’ny firavoravoana ho an’ny finakaviana maro. Fotoan-tsarotra kosa ho an’ireo tsy afa-manoatra kanefa tsy maintsy handalo izany. Nijery indrindra ireto farany ny orinasa Star, na nisafidy ny hanampy ireo sahirana, kamboty sy ireo antitra tsy misy mpiahy amin’izao ankatoky ny fety izao.Araka izany, nanomboka ny fizarana fanampiana teny amin’ny sekolin’ny Akamasoa, eny amin’ireo zaza ahin’ny Mompera Pedro ny solontenan’ny orinasa Star, ny alakamisy lasa teo. Nifaly avy eo samy nahazo ny anjarany ireo ankizy, nandritra izany.Nitohy tany amin’ireo raiamandreny miisa 100 maherin’ny 60 taona, izay raisin’ny fikambanana Sharemada an-tanana ny fanampiana taorian’izay. Nahazo ny anjarany ihany koa ireo ankizy kamboty miisa 178 ahian’ny  SOS Village d’enfants, sy ireo mpiasan’ny kaominina Antananarivo.Fanampiana izay tena ilaina, toa ny vary, siramamy, menaka ary savony, mitentina 10 tapitrisa Ar no nozarain’ny orinasa Star, ho fandraisan’izy ireo anjara amin’ny fitsinjovana ny mpiray monina. Tafiditra indrindra anatin’ny politika fandraisana andraikitra eo anivon’ny fiarahamonina, izay voizin’ny orinasa izany.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Chronique : Noël à la traine

Nombreux enfants, ceux des familles démunies, majoritaires dans le pays, risquent d’avoir à longtemps se souvenir de leur Noël 2017, non pas parce que celui-ci sera des plus beaux qu’ils ont eus, ni même parce que ce sera un Noël sans étrennes, à des pluies de cadeaux ils ne sont pas habitués, mais parce que des restrictions quotidiennes aucune ne leur sera épargnée. L’envolée des prix, pour nombre de mères a fait de servir aux enfants du foyer un repas normal, c’est-à-dire de quoi manger à satiété voire simplement de quoi apaiser la faim, une impossibilité. Il est celles qui malgré Noël ne peuvent faire mieux que les miracles qu’elles reproduisent chaque jour pour nourrir leurs marmailles avec tout juste ce qu’il faut afin de les tenir debout.

Il n’est pas interdit de penser que de ces souffrances là les acteurs politiques ne prennent même pas pleinement conscience pour faire priorité le devoir d’y apporter remède. Malgré le contexte difficile pour la population, il apparait que seule la perspective de l’élection présidentielle dans 12 mois préoccupe et monopolise les efforts.

Les gens ne s’en formalisent outre mesure, ils n’en attendaient pas mieux du personnel politique actuel, ils rongent leur frein, en revanche eux aussi anticipent et semblent se délecter à l’avance du tour de cochon qu’ils réservent en étrennes lors des élections autour de Noël l’an prochain.

La fête aux bouchons

Sauf à la table des plus nantis, les tire-bouchons n’auront pas plein emploi en ces fêtes. Pas de pétarade de bouchons de bouteilles de champagne que l’on fait sauter, pour une minorité de chanceux juste une bouteille de vieille piquette sortie de derrière les fagots afin d’arroser le poulet dégoulinant de graisse résultat d’une alimentation accélérateur de croissance ultra-rapide. Mais de bouchons les usagers de voie publique, automobilistes et piétons, sont servis. Jamais encore la cité n’a autant été asphyxiée ni la circulation pareillement paralysée. En considération de l’augmentation du nombre des véhicules, les rues tant par l’étroitesse que par l’insuffisance du réseau qui les tisse, ne peuvent à l’évidence assurer une fluidité du flot. L’argument qui de la croissance du parc automobile cherche à trouver des signes d’un dynamisme de l’économie s’étouffe de lui-même face au constat d’inadaptation des voies de circulations tant urbaines que routières. Depuis l’Indépendance, combien de tunnel

a-t-on creusé, combien de ponts a-t-on construits ? Les piétons souffrent pareillement du manque d’espace. La population a elle aussi augmenté en nombre, les trottoirs ont disparu ou même été volontairement réduits à Soarano vers Antanimena (projet présidentiel) ou envahis par les autos et motos, Suprême center Andravoahangy Ambony.

En cette période par souci de faire économie de grossièreté, de préférence par dérision on parlerait d’une joyeuse foire, foire dans laquelle on dirait que personne ne trouve pleine joie qu’à déranger les autres. Que de joyeusetés ! Même dans le domaine musique, au cours des conversations la valse revient telle une rengaine comme pour miner le moral, moral pourtant déjà dans les chaussettes à cause des difficultés pour se déplacer : la valse des étiquettes. En cette saison les fruits tropicaux apparaissent en abondance pour donner aux fêtes un air exotique. Raté ! Comment acheter des letchis quand leur prix au kilo dépasse celui du riz et que déjà du riz nombreux sont contraints de diminuer le contenu de l’assiette.

De quoi foutre le bourdon même à ceux qui ont le privilège de ne pas se priver outre mesure. Dans le milieu politique il existe un malaise, certains ont même le crâne en bouilloire, mais pas pour les mêmes raisons. Les malheurs présents dont souffre la population ne constituent pas leur problème, seuls comptent les risques qu’ils ont à perdre leurs privilèges dans un an.

La guerre des boulons

Dans le combat politique actuel l’essentiel consiste à resserrer les boulons, ici les boulons de la stratégie, là les boulons des rangs des fidèles… et à l’inverse de déboulonner les assises des adversaires. En pareilles circonstances les plus mauvais coups sont les meilleurs. Ça donne des spectacles qui ne sont pas des modèles à recommander. Encore faut-il en effet se fixer des limites pour ne pas s’abaisser jusqu’à des excès de vilénie. Dans le domaine du droit il existe des principes généraux, ayant valeur égale au dogme en religion. Même décidé à ne reculer devant rien pour défendre ses chances, manquer de respect aux principes généraux équivaut en quelque sorte à vendre son âme au diable. C’est avec la louche au long manche du diable en effet que l’exécutif souvent tente de tremper dans la marmite des autres pouvoirs, déstabilisant ainsi les valeurs républicaines qui reposent sur l’équilibre du partage des pouvoirs. La Haute Cour Constitutionnelle, réputée être en cour au Palais,  vient de prendre en flag un projet de loi attribuant à des autorités sous la coupe du gouvernement (préfets et chefs de district), des prérogatives particulières au pouvoir judiciaire (tenir des audiences foraines et prononcer des jugements supplétifs), outrepassant ainsi le principe de séparation des pouvoirs. Elémentaire mais essentiel que ça mérite plus qu’un coup de bâton sur les doigts. Faute aussi apparente que celle-là, de plus  doublée de tentative de passage en force peut cacher autres forfaitures plus graves quoique plus discrètes.

Léo Raz         

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : Échos

Elle est morte hier à Alger, d’une embolie. Souveraine déchue, la reine Ranavalo vivait là-bas dans une modeste villa, où elle passait inaperçue, entourée seulement de deux ou trois fidèles qui avaient connu sa grandeur et restèrent attachés à sa disgrâce.

Cette fin de vie ne fut pas heureuse. Se souvient-on qu’un jour, il y a quinze ans de cela, elle arrivait à Paris, où le Gouvernement ne trouvait pas bon qu’elle séjournât longtemps. Cette reine, qui avait tenu sous sa puissance la grande île de Madagascar, n’avait plus qu’un rêve : assister à une représentation de l’Opéra.

Mais, hélas ! les crédits donnés par la France à l’ancienne Majesté étaient minces, et elle n’avait pas le moyen de s’offrir une robe décolletée. Nous avions connu ce désir ; nous résolûmes de réparer tout au moins l’oubli des pouvoirs publics. Une souscription ouverte parmi nos lecteurs donnait en vingt-quatre heures les quelques mille francs nécessaires à une admirable robe de soir. Une artiste au grand cœur et de grand talent, Mme Madeleine Lemaire, offrait gracieusement de peindre des roses, ces roses inimitables que son pinceau fait éclore, pour décorer la toilette de la reine.

Et voilà comment S. M. Ranavalo put assister non seulement à une représentation de l’Opéra, mais à une soirée que Mme Madeleine Lemaire donnait en son honneur, et où, entourée de discrets hommages, elle put croire un instant qu’elle n’était plus la souveraine déchue.

L’Intransigeant 24 mai 1917.

Mort de Ranavalo

Une dépêche d’Alger annonce la mort de la reine Ranavalo, qui a succombé à une embolie. La dernière souveraine de Madagascar a-t-elle eu le temps de revoir dans un dernier rêve ce palais de Tananarive où elle brava l’expédition française du général Duchesne en 1895 et où elle découragea par ses intrigues la tentative de protectorat de M. Laroche ? Le général Gallieni eut vite raison de ces manœuvres. La France généreuse réserva à la dernière représentante de la dynastie Hova une honorable retraite.

Le Journal

24 mai 1917.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Fampianarana : notolorana fitaovana informatika ireo Cisco sy Dren maro

Notolorana moto 170, GPS 91 sy kojakoja informatika ireo Cisco sy Dren maromaro eto Madagasikara. Anisan’ny nisitraka izany ny Dren Betsiboka, Itasy, Analamanga, Bongolava, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Boeny, Sofia, Diana, Vakinankaratra, Melaky,  Ihorombe, Amoron’i Mania, Matsiatra Ambony, Androy, Atsimo Atsinanana, Vatovavy Fitovinany, Sava ary Menabe.

Nahazo fitaovana informatika entina hampandrosoana ny asa fanabeazana ihany koa ny sampandraharaha maromaro ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena.

Tafiditra ao anatin’ny fandaharanasa Pauet ity fanohanana ara-pitaovana manaraka ny toetrandro ity.

Natao ho an’ireo sampandraharaha mpanara-maso akaiky ny fampianarana, mpanangona antontan’isa,  sampana fitantanana…. kosa ireo moto hanamorana ny asan’izy ireo. Entina hanaraha-maso ireo tetikasa sy fandaharanasa ara-panabeazana any amin’ireo Cisco lavitra ireo fitaom-pitaterana ireo.

Tsiahivina fa efa nanomboka ny taona 2014 ny fandaharanasa Pauet. Mifarana amin’ity desambra 2017 ity izany fandaharanasa izany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Akoho amam-borona : maka am-bongadiny ireo trano filanonana

 Manamarika ny fety aman-danonana ny fihinanana akoho amam-borona indrindra ny vorontsiloza. Lafo anefa izy ireny eny an-tsena.

Ifampitadiavana ny akoho gasy sy ny vorontsiloza any amin’ireo mpiompy sy eny an-tsena. Efa nofandrihan’ny mpikarakara lanonana avokoa ny ankamaroan’ny akoho gasy. Tsy dia misy eny an-tsena araka izany ho an’ny tokantrano tsotra.

Lasa lafobe araka izany ny vidin’ny akoho amam-borona eny an-tsena satria sarotra vao mahita izany ny mpivarotra. Ho an’ny vorontsiloza lahy vaventy mahatratra 10 kg, mitentina 190.000 Ar ny iray.  Manodidina ny 150.000 Ar kosa ny vorontsiloza vavy salantsalany.

Ho an’ny akoho gasy kosa tsy latsaky ny 50.000 Ar ny reny akoho lehibe. 20.000 Ar kosa ny vatombatony.

Manodidina 70.000 Ar kosa ny vidin’ny gisa ary 25.000 Ar ny ganagana na sarin-dokotra arakaraky ny habeany.

Efa tsy dia be mpanjifa ny akoho fakana nofo satria efa be mpahafantatra ny akony ara-pahasalamana. Izany indrindra no antony ifandrombahan’ny olona ny akoho gasy sy ny vorona gasy ka lasa mampanararaotra ireo mpivarotra ihany koa.

Milaza ireo mpivarotra fa tsy mbola mandeha ny tsenan’ny akoho amam-borona. Matetika, iray andro mialohan’ny fety mihitsy ny olona vao miantsena mividy izany. Tsy misy toerana iompiana iay akoho sy vorona rahateo ny ankamaroan’ny tokantrano eto Antananarivo fa miandry ankatoky ny fety mihitsy vao miantsena.

Tatiana A  

News Mada0 partages

Fête de la nativité : Féline gâte les nécessiteux

Le Groupe Féline ne manque pas de partager de la joie à son entourage à l’occasion de la fête de la Nativité, comme chaque année. Dans ce cadre, elle a distribué des dons en nature à plus de 200 foyers. Les bénéficiaires ont été choisis parmi les plus démunis dans chacun des quatre fokontany où sont implantés les sites de l’entreprise. Il s’agit, notamment, d’Andohan’i Mandroseza, Ankadivato, Antsakaviro et Ivato.

Cette année, plus de 500 kg de riz, 150 litres d’huile cachetée et 50kg de bonbons ont été distribués dans ces endroits. « Une généreuse action qui est devenue une véritable tradition pour cette entreprise », a souligné le directeur général adjoint de Féline Madagascar, Ruonan Zhang, hier, à l’occasion de la remise des parts de don aux familles bénéficiaires à Ankadivato.

Féline n’a pas omis de remercier tous ses clients dans la mesure où une partie de leur argent a permis de donner une lueur d’espoir aux familles défavorisées.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Noël en fête à Iavoloha

La première dame, Voahangy Rajaonarimampianina, a fait vivre l’esprit de Noël aux habitants d’Atsimondrano, avant-hier, au palais d’Etat à Iavoloha. Un millier de personnes, dont près de 600 issues des différents quartiers d’Atsimondrano, et 400 femmes, épouses de militaires, de gendarmes et de policiers, ont été conviées à cette cérémonie.

La messe œcuménique a été suivie d’une distribution de paniers garnis, comportant chacun 5 kg de riz, 1 kg de sucre, 1 litre d’huile, une boîte de lait, une boîte de sardines, un paquet de pâte alimentaire et une boite de chocolat, à tous les invités. Une telle intervention sera menée dans d’autres fokontany de la capitale, la semaine qui vient.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Circulation : reprise des embouteillages monstres

Les embouteillages ont toujours fait partie du quotidien des gens de la capitale et ses périphéries. Cependant, au début de cette semaine, les bouchons ont atteint leur paroxysme, à partir 7h jusqu’aux environs de 20h, sans interruption.

C’est vrai qu’en cette période de fête, la circulation devient de plus en plus dense. Mais force est également de constater que les rues de la capitale ne sont plus adaptées au nombre de voitures en circulation. Pis encore, les trottoirs sont pris d’assaut par des marchands ambulants, poussant les piétons à faire corps avec les véhicules au beau milieu de la rue, surtout dans le centre ville. La dernière et pas la moindre, la gabegie constatée dans les transports en commun, notamment les taxis-be.

A titre d’exemple hier, il a fallu des heures pour relier Anosy à Antanimena, un trajet, tout au plus, de trois kilomètres. Le centre ville, comme Analakely, Andravoahangy, Anosy, Antanimena, les 67ha et Isotry, constituent le centre névralgique des embouteillages dans la capitale. Plusieurs passagers des transports en commun, à l’instar des bus et taxis, ont préféré prendre la ligne 11.

Sera R

News Mada0 partages

Groupe star : aide aux plus démunis

L’heure est à la fête ! C’est durant ces fêtes de fin d’année également que les plus démunis, les orphelins, les personnes âgées se sentent les plus seuls. Pour permettre au plus grand nombre de profiter de ces festivités, le Groupe Star a procédé à la distribution de divers dons au sein de plusieurs associations les 21 et 22 décembre.

En tant qu’entreprise citoyenne, le groupe Star a décidé d’offrir des cadeaux aux agents de la Commune urbaine d’Antananarivo, à 7.000 enfants démunis de l’ école Akamasoa, à 100 personnes âgées de plus de 60 ans du fokontany d’Ankadivato, prises en charge par l’Association Sharemada, ainsi qu’à 178 enfants démunis et orphelins de SOS Village d’ Enfants. Ils ont ainsi bénéficié chacun de produits de première nécessité (riz, sucre, huile et savon), et de friandises, distribués respectivement sur les sites de ces différentes associations.

Chaque année, le Groupe STAR contribue à travers ses actions citoyennes à l’amélioration des conditions de vie de la population. Les dons destinés à ces quatre organisations, d’une valeur de plus de 10 millions d’ariary, sont une contribution du Groupe Star pour permettre à chacun de vivre l’esprit de Noël. Toutes ces actions sont faites dans le cadre du programme de Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE).

Arh.

News Mada0 partages

Route digue : 3 blessés dans un accident

Deux cas d’accidents ont été enregistrés dans la journée d’hier dans la capitale. Malgré la gravité des dégâts, aucune perte en vie humaines n’est à déplorer.

La capitale a été le théâtre de plusieurs accidents de la route depuis le début de la semaine. Après l’accrochage spectaculaire entre un sprinter et un Opel à Ivato lundi dernier, où une voiture légère a été complètement démolie, hier encore,  un autre accident s’est produit sur la route digue dans la matinée, à proximité du marché artisanal.

Cette fois, c’est une Hyundai Starex et un minibus Mazda qui sont entrés en collision. En roulant à vive allure, selon les témoins, la partie avant du minibus a été totalement détruite contrairement à l’Hyundai Starex qui n’a subi que peu de dégâts matériels. Heureusement que l’accident n’a pas fait de mort. Ainsi, trois occupants de la Mazda, dont le chauffeur, ont été évacués à l’hôpital.

Un deuxième accident a eu lieu sur la route digue hier matin au niveau du virage en direction de Fenoarivo Alakamisy. Une voiture 4×4 Toyota Fortuner a été emboutie par un taxi-be Mercedes Sprinter reliant Anosy à Imerintsiatosika. Les dégâts étaient considérables de part et d’autre. D’après les explications de la conductrice de la Toyota, elle venait de faire acquisition de sa voiture  2 mois auparavant.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

COFAV : 20 ans de conservation avec WWF

Le Corridor forestier Fandriana Vondrozo Midongy (COFAV), d’une superficie d’environ 450 000 hectares, est le poumon et le «château d’eau» du Centre-Est au Sud-Est de Madagascar. En effet, une trentaine de cours d’eau y prennent leur source pour se jeter dans l’océan Indien ou le Canal de Mozambique, approvisionnant toutes les populations riveraines.

De sa conservation dépendent la vie de milliers de personnes. C’est ainsi que WWF a installé une première antenne au cœur de la forêt humide du corridor en 1998. Aujourd’hui, WWF célèbre ses 20 ans de conservation réussie avec la satisfaction d’avoir travaillé pour la création et le développement de 74 organisations communautaires qui s’occupent de gérer de façon durable leurs propres forêts dans les districts de Vondrozo et Ivohibe. Vingt années de reboisement et de gestion durable de ressources forestières qui ont donné de bons résultats.

Dynamisme communautaire

Le retour des sources d’eaux taries et l’apparition de nouvelles sources d’eau figurent parmi ces réussites. Or, pour WWF, cela ne relève pas d’un miracle. Cette réussite est due à l’effort du reboisement déployé par des dizaines de membres de communautés engagés pour le bien-être de leur génération à venir. Plus de 1,2 million d’arbres ont été utilisés pour restaurer 874 ha de forêts dégradées.

Pour Nanie Ratsifandrihamanana, directrice de WWF à Madagascar, «les communautés du COFAV brillent particulièrement par leur cohésion et leur esprit d’entreprendre ensemble». Structurées dans deux fédérations régionales, les communautés sont désormais en accord pour la bonne gestion de leur forêt.

Ensemble, elles ont développé de nombreuses initiatives qui ont déjà des retombées visibles sur l’économie et la vie sociale de leur village. En guise d’exemple, des communautés dans le sud du corridor y ont construit un hôpital grâce à l’argent récolté, fruit de leurs efforts de conservation. Les communautés du nord ont démarré il y a dix ans la production d’huiles essentielles qui, aujourd’hui, contribue au développement économique des collectivités locales.

«Si les efforts de conservation entrepris par ces villageois feront tache d’huile dans le pays, le retour de la forêt n’est pas qu’un espoir, ce serait un accomplissement national», a déclaré la directrice de WWF Madagascar.

Arh.

News Mada0 partages

Bni Madagascar : une nouvelle agence à Mampikony

Située à Mahiagogo Mampikony, sur l’axe de la RN6, la nouvelle agence de la BNI Madagascar a été inaugurée le 21 décembre dernier. Elle offre dans ce sens plus de proximité  à la population de la région Sofia en termes de service bancaire. Ce qui permet de sécuriser les opérations financières des particuliers, des professionnels et des entreprises locales avec des offres de mobiles banking.

« Déjà présente dans la région Sofia à travers son agence à Antsohihy, la banque BNI  maintient le cap en couvrant davantage des localités dans les zones éloignées, et plus ou moins enclavées, pour ainsi relever le défi de la bancarisation », a indiqué  Henri Rabarijohn, le Président du conseil d’administration (PCA)  de la banque.

La banque compte actuellement 71 agences et 100 guichets automatiques de banque sur l’ensemble du territoire malgache.

R.R.

News Mada0 partages

Fin d’année : Nina’s sort deux clips

Quand les fêtes de fin d’année approchent, les artistes, surtout ceux du genre tropical, se précipitent pour présenter leur dernier tube. L’objectif est de satisfaire les noctambules de la Saint-Sylvestre. C’est le cas de Nina’s qui vient de sortir deux titres. Le premier s’intitule «Tsy any ny làlana» et emprunte le genre tsapiky. Le second est «Chérie Nakà», écrit par Pierrot Matatana, adoptant le mélange de styles dombolo et coupé décalé. Diffusés sur les ondes et sur les réseaux sociaux, les deux titres semblent déjà marquer l’année.

Si les rythmes ont évolué depuis ses cinq années de carrière, la chanteuse a décidé de garder son genre de texte, c’est-à-dire, des paroles qui dénoncent les malheurs causés par les hommes au foyer. «Mais cette fois-ci, malgré cette situation, je voudrais surtout leur donner plus de valeur», a-t-elle expliqué.

«Par ailleurs, l’année 2018 sera un grand défi», a-t-elle annoncé. En fait,  garder cette notoriété et cette réputation dans le monde musical est un difficile challenge pour elle et pour tous les artistes en général. Ainsi, pour se surpasser davantage, la chanteuse ne cesse de créer, de composer ses propres morceaux. Même sur scène, elle doit soigner ses prestations live.

Pour clôturer en beauté cette année, elle donnera deux spectacles à Toliara, une soirée et un grand concert. Pour les fans de la capitale, le rendez-vous est déjà fixé pour le 19 janvier 2018 au Le Glacier Analakely.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Foot – France : hac sur la piste de Faneva Ima

L’international malgache, Faneva Ima Andriatsima, qui évolue en Ligue 2, continue de séduire les sélectionneurs français. En effet, à la recherche d’un renfort offensif, le club HAC est sur la piste de l’attaquant international malgache de 33 ans qui, selon un journaliste local, «a été peu utilisé par son coach sochalien, Peter Ziedler, cette saison», alors que l’homme est l’auteur de 14 réalisations en 2017-2018.

«Au lendemain de la défaite concédée à Ajaccio, nous avons relayé le problème financier auquel est confronté le FC Sochaux et cette possibilité de voir le club doubien dégraisser cet hiver. Et parmi les partants probables, le Malgache Faneva Andriatsima. Une piste sur laquelle HAC s’est discrètement positionné», a confirmé la même source.

De son côté, le Fc Sochaux a émis un communiqué comme quoi : «Le club n’a pas pour habitude de remettre en cause le résultat des matches qui ont été joués, de trouver des excuses à son équipe quand elle est défaite ou d’accuser qui que ce soit suite à un résultat défavorable. Le club est par ailleurs déterminé à défendre ses joueurs avec énergie devant les instances disciplinaires de la LFP». Et ce, suite aux incidents survenus sur la pelouse du Stade Bonal, le vendredi 22 septembre, lors de l’accueil de l’AC Ajaccio pour le compte de la 9e journée de Domino’s Ligue 2.

Rojo N.

News Mada0 partages

Rugby – Analamanga : un nouveau président en janvier ?

Un Comité électoral régional (CER) a, d’ores et déjà, été mis en place pour préparer l’élection du nouveau président de la ligue d’Analamanga. Les membres ont annoncé que les sections iront aux urnes le 31 janvier.

Une nouvelle qui aura certainement des rebondissements sur la situation de la balle ovale dans la capitale. Effectivement, cet autre sujet vient s’ajouter au litige qui oppose Malagasy rugby et Analamanga rugby, étant à couteaux tirés depuis un certain temps. Et cela ne fait que trop durer. L’on se demande si cette élection, si et seulement si elle est acceptée par tous, pourra dénouer le problème.

Les potentiels candidats ont un mois pour préparer la course à la tête de la présidence de la ligue d’Analamanga de rugby. En effet, les membres du CER ont annoncé, hier, au siège de Malagasy rugby que l’élection aura lieu le 31 janvier. Les prétendants peuvent déposer leur dossier de candidatrure à partir du 3 jusqu’au 13 janvier. La liste officielle des candidats, ayant rempli les critères d’éligibilité, sera dévoilée le lendemain de la clôture des dépôts, soit le 14 janvier. Ensuite, les candidats pourront passer à l’habituelle opération de séduction, voire propagande, du 15 au 30 janvier.

«Toute personne ayant rempli les conditions requises peut se porter candidate. Parmi ces conditions figurent le diplôme de baccalauréat, l’expérience en tant que joueur et dirigeant de club, sans oublier le certificat de conformité. Le prétendant au poste doit également avoir un métier formel et n’a pas encore été sanctionné par Malagasy rugby. Les candidats doivent avoir au moins 25 ans et n’avoir aucune responsabilité au sein des autres structures administratives sportives», ont expliqué les membres du CER.

Les arbitres de niveau II peuvent également se lancer dans la course. Le président du CER, Andry Rakotomalala, a souligné que le comité sera dissous une fois l’élection terminée. Reste à savoir si l’actuel président de la ligue d’Analamanga, Andry Ravelojaona, et Malagasy rugby, partagent le même point de vue à ce sujet…et si l’élection a bel et bien lieu.

Rojo N.

Les membres du CER :

Président : Andry Rakotondrasolomalala

Vice-président : Tim Robinson Gabriel Rabearivelo

Secrétaire général : Patrick Harinjaka Rajaona

Trésorier : Sidoni Rabenandrasana

Conseillers : Christian Rasoarialison, Naina Jean Armand Rakoto, Rakotonindrina.

News Mada0 partages

Boeny : priorisation de l’environnement en 2018

L’insuffisance des mesures d’accompagnement retarde l’assimilation des modes de préservation de l’environnement dans la région Boeny. La Plateforme  régionale d’échange sur l’énergie biomasse (PREEB)  envisage ainsi un  renforcement de ses actions relatives à l’information, la formation et la sensibilisation sur l’énergie biomasse. Les échanges d’expériences et de savoir-faire à propos de cette forme d’énergie sont à entreprendre à partir de 2018.

Les échanges de réalisations focalisés sur la présentation de nouveaux foyers améliorés, les superficies reboisées, la fabrication de charbon moderne à partir des déchets et matières végétaux, procédés durant la journée événementielle, ont permis d’évaluer les acquis en utilisation d’énergie biomasse dans la région Boeny. Il n’existe que deux artisans, fabricants de foyers améliorés connus sous le nom de «fatana mitsitsy» et un nombre très limité de fabricants de charbons écologiques qui ont reçu des formations.

La réduction de l’exploitation abusive des forêts, qui s’amplifie dangereusement dans cette circonscription, amène, actuellement, la PREEB à intensifier ses sensibilisations à l’endroit des autorités administratives, fédération des sociétés civiles, opérateurs et exploitants forestiers membres de la plateforme, associations et agents communautaires de base ou VOI (Vondron’olona ifotony), élèves et étudiants.

Des efforts à entreprendre.

Conscient de la situation, le chef de région Boeny, Saïd Ahamad Jaffar, président de la Plateforme  régionale d’échange sur l’énergie biomasse (PREEB),  invite la population à freiner la destruction massive des nombreuses richesses de la région. «Éradiquer l’utilisation du charbon de bois est pour l’heure inimaginable, d’autant que le coût des produits de l’énergie biomasse est pour l’instant hors de portée du pouvoir d’achat de la majorité des consommateurs. Par contre, en réduire les dégâts est largement possible», a-t-il annoncé. Sans prise de dispositions adéquates, la couverture forestière de la région Boeny risque de disparaître dans une dizaine d’années, selon les prévisions des scientifiques.

Manou

 

News Mada0 partages

Analamanga : risques d’insécurité à Mahamasina

Les résidents du fokontany de Mahamasina-Sud interpellent les autorités sur le maintien de l’ordre dans leur quartier, particulièrement en cette période de fêtes. Un débiteur de boissons de la rue Andriba viole impunément les règlementations depuis des années, ont-ils dénoncé, hier.

Les habitants de Mahamasina-Sud craignent pour la sécurité de leur secteur durant les périodes de fêtes de la Nativité et de fin d’année. Ils ont lancé un appel de détresse à l’endroit des autorités au cours d’un point de presse, hier, pour les inciter à prendre les mesures qui s’imposent. L’association des riverains de la rue Andriba sise dans ce fokontany a, en effet, dénoncé les agissements d’un débiteur de boissons alcooliques du quartier, favorisant l’atteinte à l’ordre public, en occupant les trottoirs à proximité de son établissement pour servir sa clientèle.

Outre l’attroupement des buveurs jusqu’à des heures tardives de la nuit, la situation génère un état d’insécurité accompagnant les tapages nocturnes dus à la présence des festoyeurs à Mahamasina-Sud. Il a été rappelé que la commune urbaine d’Antananarivo, saisie de l’affaire en 2015, n’a jamais réagi jusqu’à présent.

Manou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Polisim-pirenenaMiampy 745 ireo amperinasa

Tontosa omaly ny famoahana tamin’ny fomba ofisialy ireo polisy vaovao niisa 745 mianadahy, tao amin’ny Sekolim-pirenen’ny polisy tao Antsirabe.

Caius R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatondrazakaVoasambotra ilay mpanamboatra basy poleta

Saron’ny polisy ao Ambatondrazaka ny ankohonana iray mpanamboatra basy poleta. Ny zanany lahy saika hanapoaka ilay basy tany an-tsena no niandohan’ny fanadihadiana.

 Ao Antanifotsy Ambatondrazaka izy ireo no mipetraka ka ireo tapa-by sy fantsona miampy fantsika no fitaovana hamoronan’izy ireo ilay basy. Efa vita mialoha ny kisarisary handrafetana ilay basy. Efa an-taonany maro no nanaovan’izy ireo ilay asa araka ny fitantaran’ilay raim-pianakaviana mpanefy ilay basy. 30.000 Ariary no hivarotan’izy ireo ny basy iray ka saika olona mipetraka ivelan’Ambatondrazaka no nividy azy. Efa miisa fito ny basy lafo araka ny nambarany tamin’ny fanadihadiana nataon’ny polisy. Omaly zoma 22 desambra izy ireo no natolotra ny Fampanoavana. Nanamarika ny avy eo anivon’ny polisim-pirenena Ambatondrazaka fa mety anisan’ny mampirongatra ny fanafihan-jiolahy tao ho ao ny fisian’io mpanamboatra basy poleta eto Ambatondrazaka io.

 Niry A.

Tia Tanindranaza0 partages

Banky - BNI MadagascarNiampy iray indray ny masoivohony

Niampy iray ny masoivohon’ny banky BNI manerana ny Nosy. Tao Mampikony, faritra Sofia no nametrahana izany, entina hanampiana sy hikarakarana ny mpanjifa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vakinankaratra36 ireo mitondra ny viriosin’ny SIDA

Mampitsangam-bolo fa toa misoko mangina ny fiitaran’ny tsimokaretina SIDA ao Vakinankaratra raha ny antontanisa fantatra.

Caius R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kamiao mandeha antoandroMampitohana fifamivoizana eto an-drenivohitra

Vao mainka mitohana ny fifamoivoizana eto an-drenivohitra amin’izao ankatoky ny fety izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Seranam-piamanidina IvatoVita tsara tarehy ny toerana fandraisana olona

Mitohy ny asa fanavaozana ny seranam-piaramanidina Ivato sy ny Fascene ao Nosy-Be tanterahin’ny Ravinala Airports.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Sokina nanani-bato

Karazam-biby misy eto Madagasikara ny sokina sy ny trandraka, izay rehefa mahatsiaro ny tenany ho misy manambana dia hatsangany ny tsilo mandrakotra ny vatany sady mamonkona ny vatany ho lasa boribory.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby - MalacamOmby mifahy 5 no hiadiana amin’ny alahady izao

Hafana dia hafana ny lalao rugby hotontosaina eny amin’ny kianjan’i Makis Andohatapenaka rahampitso alahady 24 desambra.

Tia Tanindranaza0 partages

Kitra - Fifidianana filohan’ny ligyAfaka herinandro ny fanapahan-kevitra

Andrasan’ny maro tokoa ny ho tohin’ny fifidianana filohan’ny ligin’ny baolina kitra manerana ny Nosy,

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana mivadyMitondra fanantenana

Mitety Boriborintany, mizara hafaliana sy fanantenana amin’ny vahoaka, indrindra ny Zokiolona sy ny marefo ara-pivelomana, ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Lalao Ravalomanana amin’izao ankatoky ny Noely izao.

Jean D.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra Analamanga« Nanahirana ny 2017 », hoy i Ndranto Rakotonanahary

Somary latsaka kely raha oharina amin’ny tamin’ny taona 2016 ny taona 2017 ny vokatra teto Analamanga,

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tonelina AmbohidahyMitombo isa ireo tonga matory ao

Mitombo isa, lasa marobe ireo fianakaviana sahirana no tonga matory etsy ambany tonelina Ambohidahy ankehitriny.

Tia Tanindranaza0 partages

Vary simba 20 kaonteneraSakanan’ny fanjakana ny fandorana azy

Hahagagana sy hatezerana ny an’ny fitsarana sy ny ladoany ary ny orinasa tompon’ireo kaontenera miisa 20 misy vary efa ela no lo ao amin’ny resanan-tsambon’i Toamasina, fa raha nivoaka ny didim-pitsarana laharana 2030-AG/17 ny 08 desambra 2017 teo,

 milaza mazava ny tokony handorana sy hanapotehana ireo vary 20 kaontenera voamarina fa efa simba sy lo tsy azo hanina intsony, dia nosakanan’ny Fanjakana amin’ny alalan’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana tamin’ny alalan’ny tale jeneralin’ny varotra sy ny talen’ny varotra faritra Atsinanana izany, tamin’ny fanaovana sakana teo anivon’ny fitsarana ny fampiharana ny didim-pitsarana handorana sy hanimbana ireo vary ireo. Ny fandorana ireo vary simba ireo hataon’ny vadintany no re fa tsy tian’izy ireo fa hoe : anjaran’ny minisiteran’ny varotra irery ihany ny fanaovana ny fandorana zava-pihinana tsy azo hanina intsony eto amintsika. Efa ny taona 2014 ireo kaontenera miisa 20 feno vary ireo no niantsona teo anivon’ny MICTSL, ny taona 2016 no efa hita fa tsy mety hamidy sy hanina intsony ireo vary ireo, izay mahatratra 225 lasaka ny kaontenera iray, taorian’ny fitiliana nataon’ny sampam-panjakana misahana ny fanaraha-maso ny vokatra fihinana eto amintsika nefa ny talata 19 desambra teo vao tapa-kevitra handoro sy hanimba azy ny tompon’ny kaontenera nofain’ireo mpanafatra ny vary tompomarika tamin’ny fampiakarana ny raharaha teo anivon’ny Fitsarana, hahafahany maka ny kaontenerany, nefa izao mbola tratran’ny sakana nataon’ny minisiteran’ny varotra sy fanjifana izao indray.

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

AndoharanofotsyNentina am-bavaka ny asan’ny kaominina

Tontosa omaly tao amin’ny fiangonana Fjkm Mahalavolona ilay fotoam-pivavahana lehibe nokarakarain’ny kaominina Andoharanofotsy nentina nitondrana am-bavaka ny asa hotanterahin’izy ireo amin’ny taona 2018 ho avy io.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona STARTsy manadino ireo niangaran’ny vintana

Tsy manadino ireo sahirana sy niangaran’ny vintana ny vondrona Star amin’izao ankatoky ny fetin’ny Noely sy ny faran’ny taona izao. Nisy ny fizarana fanomezana nataon’izy ireo nahitana fotsimbary, siramamy, menaka, savony ho an’olona an-jatony.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

ECCOVA AntananarivoMametraka amin’ny toerany ny asa tanana Malagasy

Misedra olana ny asa tanana Malagasy, indrindra fa ny fanamboarana fitafiana noho ny fitobaky ny fripy.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenan'ny akoho amam-boronaMpanontany no betsaka

“Tsy misy tsena, mpanontany no betsaka !”. Izay no valintenin’ireo mpivarotra akoho amam-borona etsy Anosibe sendra ny Tia Tanindrazana amin’izao tsenan'ny Noely sy ny faran'ny taona izao.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

FitsaranaMiasa sasatra 24 andro

Hanomboka omaly zoma 22 volana desambra 2017 ny fialantsasatry ny Fitsarana (vacances judiciaires) ary haharitra 24 andro izany hoe : hatramin’ny alahady 14 janoary 2018.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’I JeanSarimihetsika dia sarimiaina

Miarahaba e ! Dia tena mahatsikaiky hay ianareo ireto ry Jean ka, mba marina moa ! Ianareo mihitsy hay no tena mivoy fankan-tahaka sy fangalaran-tahaka eto an-tanàna eto.

Isaorana kosa anefa aloha ianareo fa mba tsy mitomany vazaha ohatry ny boay kely sasany fa mba gasy mitovy aminareo ihany no ezahana atao kopikole ee! Fa ny mahagaga ahy aminareo ho aho ry Jean dia toa enjehinareo foana izy iny kanefa dia vakiana fotsiny hoe ataonareo filamatra ihany kay ee! Izany fikanareo izany anie ry Jean ilay antsoin’ny ankizy hoe fikana desin anime ee ! Ha ha ha ! Miala amin’ny sarimihetsika izany ianareo dia manao sarimiaina indray. Tena tsy nahita tahaka an’ity kosa aloha aho e ! Maninona anefa raha mba mifanohana fa tsy manao io tiako sady halako ohatran’ny tononkalon’i Rado io ee! Ilay mpanao marionety anareo anie no mahazo tombony amin’izao ee! Fa ivadiho tampoka kely anie ireo tompoinareo ireo raha tsy tonga dia ho tafavoaka isika ee !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Dr Jean Louis RobinsonNizara “kits scolaires” tany Ampasikely

Tafiditra amin’ny fanamarihana ny fetin’ny Noely. Anikizy miisa 564 mianadahy avy amin’ny ambaratonga fototra amin’ny sekolim-panjakana sy tsy miankina amin’ny fanjakana miampy ankizy 113

Niry A.

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo Rakotovao« Enga anie … ! »

Nanatanteraka fihaonambe voalohany tamin’ireo birao ifoton’ny antoko Hery Vaovao ho an’i Madagasikara na ny HVM isam-pokontany eto Analamanga tetsy amin’ny Gymnase Ankorondrano omaly ny filoha nasionalin’ny antoko,

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Constant RavelosonNamaky bantsilana ny paipaikan’ny HVM

Elaela no tsy nahenoana ny fanehoan-kevitry ny mpanao politika, Constant Raveloson, mpikambana eo anivon’ny antoko MFM sy ny komity miaro ny fiainam-bahoaka KMFB.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana HVMMandrora mitsilany

Nandrorona tanteraka ny firenena malagasy nandritra izay efa-taona nitondran’ny Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) azy izay. Efa tsapa aloha fa ny fisian’ilay « Ni…Ni »

 

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

AnkorondranoLasa “Gymnase”an’ny HVM koa ?

Lasa fananan’ny HVM angaha ny kianja mitafon’Ankorondrano ? Izay no fanontanian’ny maro manoloana ny zava-nitranga omaly teny.

Toa manaporofo izany ny fanambarana nataon’i Fetison Rakoto Andrianirina tao amin’ny pejy fesibokiny nilaza fa “Saika hanao kongresy nasionaly tao amin’ny Gymnase Ankorondrano ny Antoko RDS (Roso ho amin’ny Demokrasia Sosialy) tamin’ny ity taona ity. Nilaza ny tompon'andraikitra fa tsy mandray fivoriana politika ny toerana. Voaporofo izao fa ny HVM tsy antoko politika. Aiza ny rariny ?” Notsipihiny mazava fa mpiasam-bahoaka ny tompon'andraikitra nilaza sy nanamafy ary hentitra fa tsy mampiantrano na andoavam-bola aza, ny toerana. Mazava ny resaka, manampatra ny fahefany ny HVM antokon’ny fitondrana. Nibaribary izany tamin’ity taona 2017, toy ny nanakanany tamin’ny fomba rehetra ny lanonana fankalazan’ny antoko Tiako I Madagasikara ny faha-15 taona nijoroany, tokony ho natao tao amin’ny Kianjaben’i Mahamasina ny 8 jolay 2017, na dia efa nomen’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, izay mitantana ny fotodrafitrasa, alalana aza. Ny 14 desambra 2017 teo indray, dia tsy nasian’ny fanjakana setriny, izay midika ho fandrarana, ny fangatahan’ny fikambanana Andrianiko ny Tanindrazako, tarihin’i Andrianina Rajoharison, izay nikasa ny hankalaza ny tsingerintaona voalohany nijoroany tao amin’ny Kianja mitafo Mahamasina. Dia izao vaky vava hatramin’i Fetison Rakoto Andrianiaina izao, amin’ny afitsok’ity fitondrana HVM ity.

Nangonin’i Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Beriziky kandidan’ny UNDDManana ny heviny i Manoro Régis

Nitondra fanazavana mikasika ny feo re sy ny resaka mandeha fa ny praiminisitry ny tetezamita iraisana, Jean Omer Beriziky no kandida tohanan’ny antoko UNDD (Union Nationale Pour le Développement et la Démocratie) amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy, ny Sekretera jeneralin’ny antoko Manoro Régis.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

AndranobevavaTovolahy Malagasy nisy naka an-keriny

Nitrangana fakana an-keriny indray omaly zoma 22 desambra. Tovolahy teratany Malagasy fantatra amin’ny anarana Nathan Andriantsitohaina, zanaka mpandraharaha, no lasibatra.

Jean D.

News Mada0 partages

Fetin’ny Noely : nankahery ireo mpiara-miasa aminy ny Seg

 Tontosa tao amin’ny Toby Jeneraly Philibert Ramarolahy Betongolo ny lanonana firarian-tsoa sy fizarana nofon-kena mitam-pihavanana teo anivon’ny Sekreteram-panjakana miadidy  ny zandarimariam-pirenena (Seg) ho fankalazana ny fetin’ny Noely sy  ny faran’ny taona 2017 ary ho firarian-tsoa hahatratra ny taona 2018. Tonga nitarika ny lanonana ny jeneraly Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena ary nanambara fa ny tanjon’izao hetsika izao dia entina hanamafisana ny fifankatiavana sy firaisan-kina eo amin’ny mpiara-miasa rehetra eo anivon’ny Seg. Namerimberina hatrany izy mba hanohizana sy hanamafisana ny fifanajana, fifankatiavana ary ny fifanampiana eo amin’ny mpikambana rehetra mba hampiroborobo hatrany ny fikambanana.

J.C

Madagate0 partages

INSPNMAD. HANANGANA ONIVERSITE LEHIBE IRAY AMIN’NY TAONA 2018

Mankalazana ny faha-10 taonan’ny sehatra fampianarana ny paramedicaly ny INSPNMAD (Institut des Paramédicaux Novateurs de Madagascar), ary ny faha-5 taonan’ny Master politeknika sy ny Master paramedikaly.

Ny 20 Desambra 2017 no nanomboka ny fankalazana. Ny INSPNMAD dia anisan’ireo sekoly lehibe indrindra eto Madagasikara raha ny sehatra ny Paramedikaly no resahina. Maro ny mpianatra no efa tafita amin’ny sehatra ambony nivoaka tamin’ity sekoly ity hatrany ivelany. Teo koa ny eto an-toerana izay miely eran’ny Nosy, indrindra moa fa eran’ireo Distrika miisa 100 mahery.

ILAINA NY FIKIRIZANA VAO TAFARINA

“Làlana sarotra ary tsy mora no nodiavina”, hoy indrindra Andriamatoa Razanadrakoto Roland Albert, Filoha tale jeneralin’ny INSPNMAD. Olana anisan’ny nosedraina ny fomba fahazoana taratasy ara-dalàna avy amin’ny fanjakana. Isaky ny misy fiovana governemanta dia saika miova foana ny anaran’ny ministera miandraikitra azy io, ary dia miezaka ny sekoly manaovao foana ny antonta-taratasy ao aminy.

Eo amin’ny lafiny fitaovana dia noezahina ny fanarahana ny fitaovana hifanaraka amin’ny toe-andro, ary ny fametrahana ireo tanora ho mendrika rehefa mivoaka ao amin’ny sekoly. Voizina amin’izany ny fahaizana amam-pahalalàna ary amin’ny maha tomponandraikitra ilay mpianatra rehefa mivoaka ao.

Anisan’ny tsangam-bato lehibe hiorina amin’ny taona ho avy ny fisian’ny Oniversite ho an’ny INSPNMAD, araka ny fanazavana nomen’ny Filoha Tale Jeneraly izay notolorana ny mari-boninahitra Chevalier de l’Ordre national io 20 Desambra io noho ezaka vitany teo amin’ny lafin’ny fanabeazana.

Tonga nisolotenan’ny Filoham-pirenena nanolotra izany teny Alakamisy ny Lehiben’ny Distrikan’Ambohidratrimo, Andriamatoa Andriamboavonjy Tahiry, notronin’ireo mpampianatra eo anivon’ny INSPNMAD sy ireo mpianatrarehetra ao.

RAKOTONIRAINY Andry

L'express de Madagascar0 partages

Révision de la constitution – Un référendum se précise

Les débats sur la révision de la Constitution sont remis sur le tapis. Selon le président national du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM), Rivo Rakotovao, la consultation des électeurs est une éventualité.

En filigrane. En marge d’une cérémonie de remise de don au gymnase d’Ankorondrano, Rivo Rako­tovao a soulevé les contraintes inhérentes à quelques articles de la Consti­tution concernant les élections.Il a repris toutefois les propos du président de la République lors du dialogue politique avec l’Union européenne en début de semaine sur le respect de la date du 25 janvier 2019. « Les échéances électorales seront respectées mais il faut réfléchir sur les manières pour y parvenir », a-t-il souligné.La Loi fondamentale dans l’alinéa premier de son article 47 stipule en effet que l’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du président en exercice. Dans la pratique, le premier tour des élections se tiendra entre le 25 novembre et le 25 décembre 2018. Dans l’hypothèse haute selon laquelle le premier tour se tiendra le 25 novembre 2018, et en tenant compte d’un délai optimiste d’un mois pour l’acheminement, le dépouillement et la proclamation des résultats, il reste moins de trente jours pour organiser un second tour.

Plusieurs scénariosCette situation est matériellement impossible compte tenu du contexte qui prévaut à Madagascar pour ne citer que l’accessibilité de certaines zones d’autant plus que la date du scrutin se situe en pleine période de pluie.Des membres de la société civile, dans l’une de ses déclarations ont proposé d’avancer la date des élections afin de contourner ces contraintes. Une option plausible mais qui enfreint également la Constitution.« Nous ne pouvons passer outre la Loi fondamentale même si elle est truffée de difficultés. Et pour la réviser, il va de soi que ce sera par voie référendaire », soutient Rivo Rakotovao.Initialement, les débats sur la révision de la Consti­tution ont tourné autour de l’article 46. Depuis l’éviction d’Honoré Rakotomanana à la tête du Sénat, les polémiques sur l’intérim du président se sont dissipées. Toutefois, la course contre la montre imposée par l’article 47 notamment dans son alinéa 3 qui stipule que le second tour a lieu trente jours au plus après la proclamation des résultats du premier tour, conduit à l’éventualité de la révision de la ConstitutionDans la Loi des finances 2018, un budget de quarante milliards d’ariary est prévu pour les élections. Il n’est pas précisé de quel type d’élec­tion il s’agit d’autant plus que ce montant correspond à la réalisation d’une élection. Toutefois la communauté internationale semble ne s’en tenir qu’à la prési­dentielle. Ainsi, des discussions avec toutes les parties prenantes, s’imposent pour trancher de manière consensuelle sur les dispositions à prendre.Dans cette optique, plusieurs scenarios sont avancés par les observateurs. Du fait que le bulletin unique est imprimé à l’extérieur et prend plusieurs semaines, il est avancé que chaque candidat assure l’impression et le dispatching de son bulletin pour respecter les délais.D’autres propositions soulèvent une élection à un tour avec majorité relative pour le vainqueur. Quelle que soient les dispositions prises, la concertation entre toutes les parties prenantes est nécessaire car Madagascar ne survivra pas à une nouvelle crise postélectorale.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo-Ville – L’eau commence à envahir des maisons

Les inondations sont fortement à craindre dans les bas quartiers, en cette saison des pluies. Le ministère de la Population vient à la rescousse.

Risque d’inondation. Le cauchemar des inondations dans la ville d’Antananarivo revient petit à petit. Quelques maisons des bas quartiers ont été envahies par l’eau après la forte précipitation de jeudi. « L’écoulement des eaux de pluie a été quasi impossible sur le coup, après cette grande quantité de pluie. Les canaux d’évacuation sont tous bouchés. En général, ils n’ont pas été curés. Quelques-uns n’existent plus, il y a des constructions au-dessus, alors que les eaux de la ville se déversent dans notre quartier », a rapporté Honoré Rakoto-manana, président du Fokon-tany d’Andohatapenaka II, où plus de deux cents familles sont devenues des sans-abri, lors des inondations de 2015.Le bureau de ce dernier et la salle communautaire de son fokontany font partie de ces quelques bâtiments envahis par l’eau de pluie. Cinq à six locataires des cases situées dans la rizière d’Andohatapenaka se sont également plaints de cette montée des eaux dans leur maison. « L’eau n’a tari que vers midi », indique une victime.Les habitants du fokontany d’Anjezika II ne mènent plus une vie tranquille, depuis cette saison des pluies. Certains ne font plus que dormir chez eux pour la nuit. Le jour, ils vaquent à leurs activités, à savoir, la lessive, la préparation des repas, dans des lieux secs.

AssainissementÀ Ambodin’Isotry, les rues se sont transformées en rivières, dans la nuit du jeudi. Le matin, elles ont été encore submergées. Le drainage n’a eu lieu qu’un peu plus tard, dans la matinée.Le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme a organisé une opération de Asa-tana-maro (Travaux de Haute intensité de main d’œuvre ou HIMO) dans les six arrondissements de la ville d’Antananarivo, jeudi et vendredi. Les objectifs sont, entre autres,« D’atténuer les impacts négatifs de l’inondation sur la population des zones inondables et d’assurer l’écoulement des eaux usées pour éviter la montée des eaux dans certaines zones qui peuvent être épargnées par les inondations », selon un communiqué envoyé par ce ministère, dans le cadre de cette HIMO, hier. Les travaux s’effectuent dans les fokontany les plus exposés à l’inondation, comme Manarintsoa Anatihazo, Manarintsoa Est, Manarintsoa Isotry, Manarintsoa Centre, dans le premier arrondissement,  Faliarivo Ambanidia, Faliarivo Volosarika, et Miandrarivo Ambanidia, dans le deuxième arrondissement, Ampandrana Besarety, Andravoahangy Ouest,  Mahavoky Besarety, dans le troisième arrondissement, Ampangabe Antsakanivolo, Anosipatrana Est, Anosizato Est I et II, dans le quatrième arrondissement, à Manjakaray IIB – IIC – IID, dans le cinquième et Anosisoa et à Ambodihady, dans le sixième arrondissement.Trois mille six cents pères et mères de famille des six arrondissements sont mobilisés dans cet assainissement et curage de canaux d’évacuation. Ils sont indemnisés à 5 000 ariary par jour de travail.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Série d’attaques armées – Trois bandits notoires placés à Tsiafahy

Une vague d’actes de banditisme s’est abattue sur Ambohimangakely depuis le mois d’août. Appréhendés, trois individus sont écroués à Tsiafahy. 

Fin du parcours pour un trio criminel. Tombés dans les mailles des filets tendus par les forces de gendarmerie, samedi, deux bandits notoires ainsi qu’un de leurs comparses ont été placés en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy, au terme de leur comparution devant le juge d’instruction avant-hier.Les trois suspects ont été appréhendés à Ambohi­mangakely, après avoir été activement recherchés depuis des mois. Tout un arsenal de banditisme, dont des armes, a été retrouvé en leur possession lors de leur arrestation. Selon la gendarmerie, les trois prévenus seraient des comparses d’un bandit notoire, incarcéré à la maison de force de Tsiafahy pour multiples attaques armées.Ce gang réduit, mis hors d’état de nuire, est incriminé pour une série d’actes de banditisme, commis aux abords d’Ambohimangakely aux mois d’août, septembre, octobre et novembre.Notamment, des attaques d’épiciers sont mises sur leur compte. Les trois individus placés à l’ombre sont, de surcroît, poursuivis pour vol de moto.

Investigation criminelleLes derniers actes dont ils sont soupçonnés d’en être les auteurs ont été perpétrés au mois de novembre. Dans la nuit du 6 au 7, une bande, dont les signalements correspondent aux leurs, a été localisée à Ambohimahitsy. Dans la nuit du 28 au 29, les mêmes malfaiteurs ont été identifiés à Tsarahasina.La brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Ambohimangakely a été saisie de tous les cas d’actes de banditisme dont ce gang fraîchement démantelé est soupçonné d’avoir commis. Une investigation a été menée depuis le mois d’août, mais elle s’est avérée infructueuse jusqu’à ce que d’autres indices ne raffermissent les pistes d’enquête. Les informa­tions susceptibles de permettre de remonter de fil en aiguille jusqu’aux fugitifs se sont avérées de plus en plus sûres, au fur et à mesure que les recherches se sont intensifiées grâce aux renseignements et avancées, aboutissant ainsi à l’arrestation des trois prévenus.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Spectacle – Môta Soa expose les méandres de sa pensée

Des retrouvailles conviviales, taquines et joviales à la fois. Le temps d’une soirée, Môta Soa a convié le public du Cercle Germano-Malgache à s’immerger dans son univers artistique.

Une vie bien remplie, qui la satisfait telle qu’elle est, loin des tracas du quotidien d’un artiste constamment en quête de la perfection. Une vie dans laquelle l’art est roi, mais surtout une vie où l’art est salvateur. C’est principalement le message que l’artiste Môta Soa a tenu à partager avec le public qui l’a rejoint au Cercle Germano-Malgache (CGM) Analakely, jeudi soir. Le temps d’un spectacle exclusif de sa part, et ce après trois années d’absence sur la scène artistique, Môta Soa s’est redécouverte auprès de ses inconditionnels pour retranscrire sur scène son histoire.Un « One Woman Show » anecdotique et auto-biographique, le spectacle proposé au cours de cette soirée reflétait à part entière sa personnalité, mais aussi sa musique. L’air timide au tout début, Môta Soa se présente à son auditoire, vêtue de son pyjama qui symbolise à la fois pour elle, liberté et oppression. Elle se livre et se met à nue sur les coulisses de ces trois ans d’absence.« J’ai été diagnostiquée comme étant bipolaire, errant dans les hôpitaux psychiatriques. Je me suis perdue pour mieux me retrouver. L’art a été la meilleure des thérapies pour moi, depuis je me plais à relativiser sur ce qui s’est passé et je tiens à partager cela avec vous » affirme-t-elle.Plus les minutes passent, plus l’artiste se décontracte. Plus relax que jamais, elle rejoint alors son piano pour le grand plaisir des mélomanes dans la salle.

En roue libreMôta Soa reste fidèle à elle-même, ayant toujours le mot pour rire. Entre les notes de musique et sa voix séraphique, elle place à chaque fois quelques bonnes blagues pour que le public garde un sourire constant tout au long du spectacle. Forte de sa bonne humeur, mais surtout de cet humour bien à elle, l’artiste met son auditoire en confiance, tout en l’immergeant dans les méandres de ses pensées. Un voyage mélodieux au sein de l’univers artistique de Môta Soa s’entame ainsi à grands pas, comme si elle nous lisait à haute voix son journal intime. « Quelles sont vos attentes ? Quels sont vos rêves les plus fous ? Réalisez-les ! Allez de l’avant ! Moi par exemple, j’en ai assez de cette étiquette d’artiste, je souhaite devenir femme au foyer et m’épanouir en tant que telle », scande-t-elle.Dehors, la pluie bat son plein et tambourine fortement sur le toit du CGM, ajoutant une touche de poésie au spectacle tandis que Môta Soa chante ses propres compositions. De « Fo roa » et son romantisme transcendant à « Mavokely » qui retranscrit en chanson une vie en rose, convenable pour la société, en passant par « Baiko midina » avec laquelle elle caricaturise la vie politique. Môta Soa enchante et envoûte à travers sa voix, tout en laissant la part belle à sa spontanéité.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Le Code de l’urbanisme et de l’habitat expliqué 

Avec la nouvelle loi, la répartition des compétences en faveur des communes et la clarification des rôles de chaque entité permettront de mieux gérer les collectivités.

Toutes les conditions sont maintenant réunies pour mettre en place les différentes structures concernant l’aménagement du territoire.» Tels ont été les propos du directeur général du ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, Gérard Andriamanohisoa.Une réunion de communication et de formation des responsables communaux de la région Boeny, a été organisée par la direction générale de l’Aménagement du territoire et de l’équipement, autour de la loi sur l’Orientation de l’aménagement du territoire et la loi sur l’Urbanisme et l’habitat. L’objectif de cette rencontre était d’assurer l’appropriation par les CTD et des STD du renouveau de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme, après la promulgation des lois 2015-051 et 2015-052.«Madagascar a eu son premier code d’urbanisme en 1963, (décret 63-192 du 27 mars 1963). Ce texte rassemble les dispositions des ordonnances 60-167 et 62-115 qui forment le jalon du cadre réglementaire de l’urbanisme à Madagascar. Des efforts considérables ont été menés depuis 2005, pour mettre en œuvre le Code de l’urbanisme et de l’habitat. Ce projet de nouvelle loi a été élaboré et validé après un long processus de consultation et de validation à travers un atelier national », explique  Gérard Andriamanohisoa.

InnovationLe code innove dans le domaine de la répartition des compétences, en insistant sur la décentralisation effective au profit des communes en matière d’aménagement et d’urbanisme, les dispositions institutionnelles en clarifiant les rôles dévolus à chaque entité, notamment les comités national et régional d’aménagement du territoire et d’urbanisme, et le rôle grandissant de la région dans la mise en œuvre de la stratégie.Pour la commune urbaine de Mahajanga, la réunion arrive à point nommé face aux nombreuses occupations de terrain et constructions illicites dans la ville. « Madagascar est champion en loi, mais elle n’a jamais été appliquée. Les trottoirs sont envahis par des constructions précaires, nous allons bientôt procéder à des démolitions», déclare le 3e adjoint au maire, Fanjanirivo Andrianasy.La commune de Mahajanga procède, actuellement, à des alignements dans la ville, mais cette réhabilitation ne fait pas l’unanimité des squatters. Après la série de  communications, le ministère s’attèlera à l’application des textes et lois en vigueur.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

La Grande île, rouge sans doute, mais aussi verte par endroits, a tous les atouts pour développer son tourisme de haut niveau. Pourtant, constate Tom Andriamanoro entre les mains d’opérateurs étrangers, il a du mal à se malgachiser. Toutefois, les nationaux se rattrapent dans d’autres domaines, avec le cacao du Sambirano, par exemple.

Tourisme de haut niveau – Une industrie difficile à malgachiser ?

Tsarabanjina, à 60km au nord de Nosy Be, dans l’Archipel des Mitsio. Au début, luxe suprême, son accès se faisait en hydravion. On est revenu au bateau, tout aussi confortable, et présentant l’avantage de déjà immerger le touriste dans le milieu avant même d’arriver à destination. Pendant la traversée, rien n’indique que l’on fait cap vers un lieu non seulement habité, ce serait trop simple, mais muni d’un  confort qui le place régulièrement dans les hautes sphères des classements. Ce n’est qu’une fois à terre que l’on découvre, l’un après l’autre, les bungalows enfouis dans la végétation, avec leur structure en bois de palissandre et leur toit en ravinala séché. Sur cette île de 22 hectares, il n’y a que l’hôtel et quelques tombes de rois sakalava. Il arrive que certaines grosses fortunes réservent l’hôtel, donc l’île, pour leurs invités et elles. La plus incroyable des fictions, celle qu’on ne pensait voir qu’à l’écran, y est rattrapée par la réalité. Loin d’une publicité tapageuse, Tsarabanjina est, sans conteste, parmi les fleurons du tourisme de Madagascar, à différencier peut-être, par la force des choses, de l’expression « tourisme malgache ».Septembre 2002, le Hilton Madagascar amorce déjà son après-crise et réussit un excellent remplissage qui laisse rêveur. La logistique fournie par la Chaîne mondiale y est pour beaucoup sans que cela enlève quoi que ce soit aux mérites de la direction locale. On ne remplit pas 170 chambres dont 32 de luxe et cinq suites comme le premier relais campagnard venu, alors que le déficit d’image de la destination est supporté à égalité par tout le monde. Le Hilton avait déjà réussi le même coup en pleine période de désinformation sur le choléra, pendant qu’ailleurs, on procédait aux chômages techniques, et que certains établissements ne s’en sont plus relevés. Il n’est pas impensable qu’à fin 2003, il ait rattrapé le niveau de 2001 qui fut une année faste.Samedi 14 juin 2003, toute une partie de la  capitale est paralysée. Une annonce était parue la veille, préparant les automobilistes à l’inauguration des huit étages de la nouvelle aile couleur bordeaux de l’hôtel Colbert. Tel Beaubourg à Paris, l’édifice a commencé par choquer avant de s’intégrer au quartier.

Tsarabanjina, une des perles de l’Archipel des Mitsio.

Exemples parlantsL’ascendant du Colbert sur l’hôtellerie de Madagascar- inutile de réexpliquer pourquoi cette expression est plus proche des réalités que celle d’hôtellerie malgache- remonte aussi loin que les dernières années 20. Un certain M. Caruzo, son propriétaire, donne l’ancien local du Bar-café en gérance à Mme Gay mère, qui y crée une petite unité de restauration. Les premières chambres, au nombre de 12, font leur apparition en 1935. À partir de là, les dates se succèdent en chapelet avec parfois des anecdotes comme lorsqu’on s’efforça de récupérer des câbles d’un vieux pont en pleine période de pénurie pour en faire des clous fixant le plancher de la Taverne. En 1967, Philibert Tsiranana inaugure de nouveaux aménagements et aujourd’hui, le Colbert affiche 160 chambres dont une trentaine dans la nouvelle aile où tout, du marbre aux meubles, a été importé d’Italie. Le Centre de balnéoforme est un des mieux équipés de cette partie de l’océan Indien.Ce ne sont là que quelques exemples parmi les plus parlants, car il ne faut pas oublier les véritables joyaux qui, eux, ont préféré s’implanter dans les meilleurs sites, balnéaires ou continentaux, des provinces. Certains d’entre eux trustent régulièrement d’excellentes places dans les classements des voyagistes internationaux. Du côté des Tour Operators réceptifs, les étrangers sont aussi majoritaires au sein d’un Groupement de référence comme Go To Madagascar.Qu’on le veuille ou non, le tourisme classé secteur porteur au même titre que les mines, la pêche et l’aquaculture, les entreprises franches et manufacturières, est à deux vitesses et ne concerne, en fait, pas tout le secteur. Celui dont l’impact et les résultats s’inscrivent de façon significative dans la macroéconomie, ce tourisme-là échappe en grande partie aux nationaux. Ce n’est pas que ces derniers n’investissent pas, certaines réalisations dans les environs de la capitale reviennent même sûrement plus chères qu’un ensemble d’éco-lodges en matériaux du pays judicieusement implanté par un investisseur étranger à proximité d’un Parc national. Mais là où l’étranger voit loin et grand, le national raisonne trop souvent dans l’immédiat, tablant sur la « sécurité » des recettes faciles apportées par les mariages et les cabarets du vendredi soir. À qui la faute ?

La déclaration de Donald Trump de transférer la capitale israélienne à Jérusalem, a provoqué, le 8 décembre, la « rage » des Palestiniens, réprimée par les forces de sécurité israélienne.

Monde  – Israël, resté au temps de l’Ancien Testament ?

Certains chefs d’État en mal de caution internationale font d’une visite en Israël un passage obligé vers l’affirmation de leur rang auprès de leurs pairs. Car par quoi pourrait-on remplacer une longue poignée de main avec celui qui s’estime être à la tête du peuple de Dieu, et qui le serait effectivement si aucun fait nouveau n’est apparu sur terre depuis trois millénaires ? Malheureusement pour la logique israélienne, des faits nouveaux il y en a eu, dont beaucoup ont frappé le peuple juif dans ce qu’il a de plus précieux : sa relation avec le Divin qu’il persiste à interpréter et à vivre en se réfugiant dans un judaïsme passéiste et une Histoire nationale  de conquérants conjuguée indéfiniment au présent.En termes de géopolitique, cette région du monde vit dans une situation ségrégationniste qu’Israël entretient, quitte à quadriller la Palestine de murs de béton jusqu’au cœur de villages comme Bethléem, dont les habitants ne demandent qu’à cultiver en paix leurs oliviers. La négation de Celui qui n’a pas hésité à demander de l’eau à une Samaritaine est toujours d’actualité.Les relations avec les pays voisins sont, elles aussi, restées ce qu’elles étaient du temps de la Bible. Quand elles sont décidées, la démesure des frappes israéliennes de rétorsion amène à se demander si dans ses conceptions de la guerre, Tsahal fait une différence entre cibles militaires et populations civiles. La visite de certains sites israéliens permet de trouver des recommandations émanant de  conseils rabbiniques, rappelant que la loi traditionnelle ne prévoit point pareille différenciation chez l’ennemi. Des milliers d’années se sont écoulées, mais sans effet sur des versets comme Deutéronome 3 :6 « Nous avons complètement détruit toutes ces localités, et nous y avons exterminé les hommes, les femmes, et les enfants comme nous l’avons fait dans le pays du Roi Sihon », ou Nombre 21 :3 « Les Israélites les exterminèrent, détruisirent leurs villes, et appelèrent cette région Hormon, ce qui signifie ruines ».Et Donald Trump persiste à transférer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem…

La région du Sambirano est une grande productrice de cacao de qualité, très recherché à l’étranger.

Découverte – Le Sambirano, terre bénie

Il était une fois un Boeing à qui son propriétaire a eu l’excellente idée de donner le nom de cette région Diana au Nord-Ouest de Madagascar : le Sambirano, avec tous ses vœux d’en faire un vrai oiseau au bon vol, un « Voron-Tsara Dia ». Le Sambirano ? Un Eldorado où l’or a la couleur du meilleur cacao du monde, protégé par le Massif du Tsaratanàna et arrosé par le fleuve du même nom. Avec son climat chaud et humide rappelant celui de la côte Est, le Sambirano peut tout faire pousser sur son sol, mais il a bâti sa notoriété sur son cacao labellisé par l’Organisation internationale basée à Londres. Une qualité exceptionnelle qui autorise Madagascar à se placer au-dessus de la mêlée, et à ne produire « que » 5 ou 6 000 tonnes.Un peu d’histoire. C’est en 1890 que la culture du cacao est expérimentée par des Réunionnais près de Brickaville, mais avec toujours une préférence marquée pour la canne. Vers 1920, le Français Lucien Millot, basé à Ambanja sur l’autre côte, décide d’ajouter le cacao à sa production de café, d’épices, de fécules. C’est à Java qu’il sélectionne les meilleures variétés possibles.En 1940, le couple  Robert fonde une chocolaterie à Toamasina, mais qui sera délocalisée par les repreneurs à Antananarivo, plus proche des marchés. C’est la célèbre Chocolaterie Robert de Soanierana, acquise définitivement par le Groupe Ramanandraibe en 1977. Une diversification est menée en 1998, en direction de la confiserie fine de chocolat. Le Sambirano s’est assuré une belle descendance jusqu’au-delà des mers, avec la bénédiction des vrais connaisseurs. Et il continue à justifier son appellation de terre bénie…

Le fleuve Sambirano qui a donné son nom à la région qu’il traverse.

La confiserie, cette coqueluche du chocolatier malgache est fragile, noblesse oblige. Produit sensible, elle nécessite des  conditions particulières de conservation, dont une température idoine. Les premières exportations eurent lieu en 2006 en direction des marchés britannique et nord-américain. La pâtisserie, pour sa part, a été lancée en 2008, avec la collaboration d’un spécialiste déjà sacré Meilleur Ouvrier de France, et vice-champion du monde. La crise politique de 2009 a eu un effet inattendu sur  le profil du marché : alors qu’avec l’essoufflement du pouvoir d’achat le chocolat en tablette accusait une baisse notable, une autre tranche de clientèle, plus aisée, permettait à la confiserie et à la pâtisserie de devenir la production principale de la société.En digne « zanak’ampielezana » ou diaspora du Sambirano, la Chocolaterie s’est toujours fait un point d’honneur de ne jamais travailler que sur le cacao de sa région d’origine, et a toujours fabriqué son chocolat avec le pur beurre de cacao du Sambirano, terre bénie. Elle détient la certification biologique Ecocert et exporte de la masse de cacao bio et du chocolat de couverture à destination des professionnels, notamment européens. Comme quoi où que l’on aille, où que l’on soit,« il y a toujours en nous quelque chose du Sambirano… »

Rétro pêle-mêle

Et si nous parlions Culture ? Une des premières publications diffusées par mailing, « la Lettre Confidentielle de Madagascar », parle dans son N°44 de 2003, sous la signature de Damily, du premier doyen de la Faculté des Lettres de l’Université Charles de Gaulle d’Antananarivo, Robert Mallet. Poète, écrivain, recteur de la Sorbonne, il occupa son poste à Ambohitsaina jusqu’en 1964, année de sa nomination à Amiens. Humaniste et mondialiste avec quarante ans d’avance, Robert Mallet a toujours été sensible à la dimension universaliste de la langue française. Il est l’héritier d’une double tradition littéraire : celle de Mallarmé et de Valéry dont il a retenu l’esthétique verbale, et celle d’Appolinaire qui fait du poète le témoin intime du réel. Parmi ses œuvres, citons des poèmes nés de ses randonnées en pays Mahafaly, dont le recueil fut tout simplement intitulé « Mahafaliennes ». Pas moins d’une douzaine de livres jalonnent sa carrière littéraire s’étalant de 1953 à la fin des années 1980, livres édités pour la plupart chez Gallimard.Robert Mallet n’eut qu’un regret, celui d’avoir été un candidat malheureux à l’Académie française.Il n’en demeure pas moins un… Immortel aux yeux de ceux qui sont encore là de ses anciens étudiants malgaches, dont les plus jeunes sont aujourd’hui septuagénaires.

Lettres sans frontières

Ousmane SembeneIn les bouts de bois de Dieu

La route était trop étroite

Depuis qu’elles étaient sorties de Thiès, les femmes n’avaient cessé de chanter. Aussitôt qu’un groupe laissait mourir le refrain, un autre le reprenait, puis, de nouveaux couplets étaient nés, comme ça, au hasard de l’inspiration, une parole en amenant une autre qui trouvait à son tour son rythme et sa place. Personne ne savait plus très bien où commençait le chant ni s’il finirait jamais. Il s’enroulait sur lui-même comme un serpent, il était long comme une vie.Maintenant le jour était venu. La route était trop étroite pour leur procession, elles avançaient déployées en éventail si bien que les unes marchaient dans la poussière, les autres dans l’herbe sèche, d’autres encore suivaient les rails du chemin de fer et les plus jeunes s’amusaient à sauter de traverse en traverse. Les couleurs des pagnes, des camisoles, des mouchoirs de  tête, enrichissaient le paysage. Les tissus à matelas se mélangeaient aux toiles de jute, aux coutils usés des vieux boubous. Les manches ouvertes révélaient des épaules bien rondes que la poussière recouvrait d’un duvet blanc, les pagnes relevés des jambes fuselées et des mollets alourdis.Le soleil était derrière elles, il tapait dur dans leur dos au fur et à mesure qu’il montait de l’horizon, mais elles ne faisaient pas attention à lui, elles le connaissaient bien. Il était du pays, le soleil. En tête marchaient Penda, la taille serrée dans un ceinturon militaire, Mariame Sonko, la femme du soudeur, et Maïmouna l’aveugle qui, sans que nul ne s’en fut aperçu, s’était jointe à la procession, son bébé attaché sur le dos  par un vieux châle. Assez loin derrière le moutonnement des femmes suivaient les hommes de l’escorte. Plusieurs d’entre eux avaient leur bicyclette. Boubacar, le forgeron, avait accroché au cadre et au guidon de la sienne un chapelet de bidons et de gourdes pleines d’eau ; Samba N’Doulougou était penché sur une bicyclette de fabrication anglaise, son croupion oscillait sur la selle, ses pieds lâchant les pédales à chaque tour.Hommes et femmes traversaient un pays que la saison sèche éprouvait durement. Des averses de soleil frappaient au cœur les herbes et les petites plantes, pompant leur sève. Feuilles et tiges s’inclinaient avant de tomber, mortes de chaleur. Seuls semblaient vivre les épines à l’âme sèche, et, loin vers l’horizon, les baobabs hautains que les allées et venues des saisons ne dérangent guère. Sur le sol qui ressemblait à une croûte malsaine, on distinguait encore le dessin des anciennes cultures : petits carrés de terre craquelée d’où pointaient des moignons de tiges de mil ou de maïs, hérissés comme des dents de peigne. Plus loin entre des seins de terre brune, se profilaient des toits de chaume dansant dans la buée chaude et, venant d’on ne sait où, allant on ne sait où, des petits sentiers, des sentiers enfants, suivaient, croisaient le chemin père.Et le deuxième jour fut semblable au premier. Ce fut au milieu du troisième jour que la fatigue commença à se manifester. Le soleil versait sur la terre ses marmites de braise, les articulations des genoux et des chevilles devenaient dures et douloureuses. Telle une rivière qui, après avoir amassé ses forces pour passer une gorge étroite, se laisse aller aux douces facilités de la plaine,  la troupe des femmes s’étirait, s’allongeait, s’étendait.- Je n’entends plus chanter, dit Maïmouna qui était toujours dans le groupe de tête, en posant  la main sur l’épaule de Penda.

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : L’Express de Madagascar - AFP -Fournies

L'express de Madagascar0 partages

Karaté – Coupe MAWADO- Douze régions représentées 

La première compétition organisée par MAWADO a réuni les karatekas venant de douze régions des quatre coins de l’île. La phase finale se tiendra ce jour.

Après le stage de trois jours, une compétition intitulée Coupe Mawado 2017 se déroule depuis hier et prendra fin ce jour au gymnase couvert de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha. Ces événements sont organisés par l’association Madagascar Wadoryu Karatedo (MAWADO). Deux cent cinquante engagés participent à cette première compétition concoctée par MAWADO.« Toutes les catégories existantes à partir des pupilles et poussines aux seniors, hommes et dames sont en lice à cette première compétition de kumite et kata, individuel et par équipes, organisée par l’association MAWADO », a souligné Christian Rajaonarison, directeur technique fédéral de l’association. Les éliminatoires ont eu lieu hier toute la journée et les phases finales sont programmées pour ce samedi toujours à l’ANS Ampefiloha.Avant cette compétition, les arbitres ont suivi un stage dirigé par le directeur technique fédéral Christian Rajaonarison qui est aussi un arbitre international.

Nouveaux gradésSeize arbitres ont réussi leur examen. « Le test s’est tenu dans la matinée du jeudi. Après délibération, ils seront catégorisés en arbitres classe A pour ceux qui assurent le central, et classe B, C et D pour les juges de coins en kumite », a expliqué Christian Rajao­narison. Les arbitres et juges en kata seront également classés ainsi selon toujours ce numéro un technique de MAWADO.Un examen de passage de grade pour les pratiquants a aussi eu lieu ce jeudi. Trente-et-un candidats ont réussi dont quatre ont obtenu le grade de ceinture noire 4e dan en l’occurrence, Auberge Raharivelotanjamahefa, Joseph Rolland Razafima­monjy et Andriaman­garinaivo Randriamananjara.Les nouveaux titulaires du grade de 3e dan sont au nombre de quatorze, quatre nouveaux titulaires de 2e dan et dix 1er dan dont deux de la ligue d’Analan­jirofo, et le reste d’Analamanga.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Météo – La fête de Noël sous la pluie

Préparez vos parapluies pour la fête de la Nativité. Elle s’annonce pluvieuse. Le service de Prévision météorologique à Ampandrianomby prévoit des précipitations à Antananarivo, à partir de cette fin de semaine et ce jusqu’au 25 décembre. « La nuit du 24 et dans l’après-midi du 25 décembre, de pluie orageuses seront au rendez-vous. La quantité de pluie diminuera, toutefois, par rapport à celle de jeudi durant Noël », explique Solonomen-janahary Andrianjafinirina, chef de service de la Prévision météorologique à Ampandria-nomby, hier.Une grande partie de Madagascar, à l’exception des régions du Sud Ouest et d’Androy, aura droit à d’une précipitation, en cette fête de Noël. Les orages commenceront, dès ce jour, pour les régions de Sofia et du Sud-Est. Dans les régions du Vakinankaratra et Sofia, les techniciens de la direction générale de la Météorologie appréhendent une grande quantité de pluie. Aucune vigilance de fortes pluies n’a été, toutefois, annoncée.Solonomenjanahary An-drianjafinirina a précisé que les grêles qui avaient eu lieu à Fianarantsoa, jeudi, ne se reproduiront pas dans les jours à venir. La température continuera, par ailleurs, à augmenter sur les Hautes terres centrales.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Ankadikely Ilafy – Les bandits désossent  douze défunts

Coup de théâtre à Ambohipanja, commune rurale d’Ankadikely-Ilafy, lundi soir. Les pilleurs de tombeau dont le nombre n’est pas connu ont emporté quatre-vingt-seize os longs. Ces bandits restent introuvables malgré la filature initiée par la gendarmerie de la brigade locale. « La recherche continue dans tous les sens avec les forces de l’ordre », a indiqué le propriétaire de la tombe vandalisée, hier. Les voleurs d’os ont laissé les linceuls éparpillés devant le tombeau familial et la porte ouverte. « Des gens en plein enterrement l’ont découvert et allaient, dans la foulée, prévenir un responsable sécuritaire du fokontany, ainsi que la gendarmerie », a raconté un enquêteur.« À part le pistage des voleurs, nous avons déjà tenu au courant les transporteurs et la police de la route pour une fouille », a précisé le quartier mobile (celui qui s’occupe de la sécurité locale).« La majorité des enquêtes menées sur le vol d’ossements humains tourne autour de l’escroquerie et ce ne serait que du bernement », a souligné le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, chef de service de la communication et des relations publiques de la gendarmerie nationale, lors d’un entretien sur le trafic de « saphir blanc ». Le mystère de ce marché noir pérenne, existant depuis plus de vingt ans reste dans l’identification de l’homme de paille de l’affaire et celle de leur destination.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

IIIes universiades – L’université d’Antananarivo fête son succès

L’université d’Antana­narivo en fête. Lors de la IIIe édition des Universiades de Madagascar qui s’est tenue à Mahajanga mi-septembre, l’université d’Antananarivo a terminé première au classement final avec trente quatre médailles dont treize en or.Elle a été suivie de celle de Mahajanga qui a remporté pour sa part trente-deux médailles dont douze d’or et celle de Fianarantsoa se trouve à la troisième place avec vingt-quatre médailles dont dix d’or. La cérémonie de remise des médailles et trophées pour les porte-fanions d’Antananarivo ayant bien défendu les couleurs de cette université a eu lieu ce jeudi à Ankatso.En sport collectif, Antana­narivo est sacré champion en football féminin en battant Mahajanga en finale. Les étudiantes d’Ankatso ont aussi ravi la médaille d’argent en basketball féminin, battues par l’équipe de Fianarantsoa en duel final. Et Antananarivo a également arraché le bronze en handball.L’université d’Antanana­rivo a surtout brillé en sport individuel dont en tennis de table, en tennis, en taekwondo et en pétanque doublettes hommes. Après la cérémonie de remise de coupes, les champions par discipline ont ensuite remis leurs trophées au président de l’université, Panja Ramanoelina.Il a été déjà décidé à Mahajanga que la quatrième édition des Universiades de Madagascar se tiendra à Antsiranana en 2018. L’univer­sité d’Antananarivo a également procédé ce jeudi à la remise de trophées pour le meilleur département à l’issue de la Coupe du président. La coupe a été attribuée à la Polytechnique qui a dominé l’ensemble des compétitions.Pour en revenir aux Universiades, après l’édition à Mahajanga Madagascar se prépare et compte participer aux Fasu Games (Fédération Africaine de sport universitaire) en Éthiopie en 2018.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Centre à La Réunion – Opportunité pour joueurs et techniciens malgaches

Une grande première. Le président de la fédération française de volleyball, Éric Tanguy, la présidente de la ligue réunionnaise de volleyball, Florence Avaby et le président de la fédération malgache de volleyball Jocelyn Andriamandimbisoa ont procédé ce mardi au CREPS de Saint Denis, à la signature de convention dans le but de favoriser les échanges entre les deux îles à partir de la prochaine saison.En 2018, la fédération française projette de créer un centre à la Réunion qui pourra aussi accueillir des techniciens malgaches comme les entraineurs et arbitres, et mettre à leur disposition des formations de haut niveau de la fédération française. « Les techniciens malgaches pourront y suivre des formations spécifiques et continues ainsi que les jeunes », a mentionné le président de la fédération malgache de volleyball, Jocelyn Andriamandimbisoa.« La direction technique de la FFVB enverra un entraineur professionnel en tant que formateur. La formation sera destinée aux entraineurs mais aussi aux arbitres et les dirigeants bénévoles », affirme le président de la FFVB, Éric Tanguy.L’organisation d’une compétition pour les jeunes de moins de 20 ans, baptisée Festi Volley en 2018, a été aussi évoquée lors de cette occasion. L’objectif est de réunir les équipes des cinq continents dont Madagascar fera partie, a souligné, la présidente de la ligue réunionnaise de volleyball, Florence Avaby.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Nina’s présente deux morceaux inédits pour les fêtes

Toujours aussi chaleureuse et dynamique, Nina’s a accompli une année qui fut riche en émotions. Elle a célébré ses cinq ans de carrière dans la joie et l’allégresse, à travers une longue série de tournées aussi bien au pays qu’à l’étranger. Nina’s se plaît continuellement à chanter son amour pour ses fans ainsi que sa Toliara natale partout où elle se produit. La chanteuse ne cesse de reconquérir le public chaque année, en étoffant son répertoire de diverses collaborations, de quoi surprendre le public, chaque fois.Forte d’une popularité et d’un charme exotique représentatif du Sud de la Grande île, Nina’s captive autant qu’elle exalte la foule à chacune de ses apparitions, notamment, à travers sa tournée dans l’Hexagone qui s’est étalée tout au long de cette année. C’est l’occasion pour elle de laisser à nouveau la part belle à sa créativité et à ses inspirations lui permettant ainsi de présenter deux nouveaux morceaux inédits, dans le cadre de ces fêtes de fin d’année.Au tout début de ce mois de décembre, Nina’s sort alors « Tsy any làla ». Elle l’expose à travers les rythmes du tsapiky qu’elle affectionne particulièrement. « De quoi accompagner les belles soirées euphoriques du réveillon », affirme-t-elle. En outre, on lui reconnaît aussi cet esprit romantique avec lequel elle enchante le public depuis « Ka ampijalia » et « I avao ro tiako ». Dans la continuité de sa collaboration avec le chanteur et compositeur Pierrot Matatana, elle présente ainsi sa nouvelle ballade « Chérie naka ». Une chanson aux allures toujours festives, puisqu’elle est sublimée des mélodies du dombolo et du coupé décalé. Épanouie au bout de ses cinq ans de carrière, Nina’s se redécouvre ainsi en affichant plus de maturité dans sa musique, pour clôturer cette année.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Timide vente  de volailles.

La vente de volailles n’attire pas encore les clients, à la veille des fêtes de la Nativité. Les commerçants vendraient à peine un à deux volailles par jour, depuis que ces produits ont envahi les marchés. Les ménages ne disposeraient pas de moyens pour en acheter. Le prix d’une dinde varie entre50 000 et 150 000 ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Quatre morts et deux blessés

Un minibus ayant dépassé un camion a fait une sortie de route, à Antsarahindrano, commune d’Ambodiam­pana, district de Sambava, samedi. Le bilan de cet accident s’est établi à quatre morts sur le coup et deux blessés graves, selon les informations de la brigade police de la route (BPR) locale. Les chauffeurs ont pris la fuite.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – De nouveaux agents pour renforcer la sécurité publique

Réduire le taux d’insécurité. C’est l’objectif du gouvernement, par le biais du ministère de la Sécurité publique, en initiant une nouvelle stratégie pour la réforme du secteur. Afin d’atteindre les visions incluses dans cette stratégie et dans le cadre de la sécurité de proximité, l’École nationale des inspecteurs et des agents de police (Eniap) à Antsirabe n’a cessé, depuis quelques années, d’augmenter l’effectif des nouvelles recrues qui doivent suivre une formation d’une année en son sein, avant de travailler. Cette 24e promotion dénommée « Rova »- Respect Obéissance Volonté et Actions- totalise 645 agents de police  et 100 inspecteurs. « Après avoir suivi la formation qui s’est orientée vers l’application de l’approche par alternance, les nouveaux agents et inspecteurs vont tout de suite se mettre à l’œuvre  », explique le commissaire divisionnaire Damy Talily, directeur de l’Eniap.Outre l’amélioration des l’exercices physiques et des enseignements théorique et pratique, le renforcement de l’éducation morale est également un point positif de cette promotion.Outre la lutte contre la corruption et le respect de la déontologie et de l’éthique, la bonne conduite des policiers a été également accentuée par tous ceux qui sont intervenus durant la sortie officielle de vendredi. « De nombreux efforts ont été, dans ce cadre, réalisés afin que ces nouveaux agents respectent la discipline dès la prise de service. C’est ainsi que deux agents ont été renvoyés au cours de la formation et que trois autres doivent redoubler », indique le commissaire divisionnaire Damy Talily. Encore un grand défi à relever.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Impair Noël

Comme un oiseau de mauvais augure. Les dix mille agents de la Fonction publique qui se sont vu couper leur solde ne garderont pas un excellent souvenir de Augure, le logiciel employé par le ministère des Finances pour trier les vrais fonctionnaires de ceux qui font de leur poste une existence fictive. Ils passeront Noël au pain sec et le Nouvel An à l’eau faute de sous, étant donné que les réclamations n’auront pas de réponse avant la fin de l’année. Si seulement ils peuvent porter l’affaire en justice pour demander réparations comme le permet le droit ailleurs. Une situation compliquée qui sanctionne autant les vrais coupables que les fausses victimes. Avec la hausse du prix des denrées, en particulier du riz, du carburant et la chute de l’ariary, on se demande comment ces sans-le-sou vont passer la fin de l’année.L’assainissement a commencé en février. Tous les ministères devaient certifier leurs employés respectifs. Le verdict est tombé en décembre à quelques jours de Noël. Comme le montrent la grogne et les récriminations de ceux qui ont été injustement privés de leur salaire, les résultats sont loin d’être parfaits. La fiabilité d’Augure laisse planer des doutes. On aurait peut-être dû faire un test avant l’épreuve grandeur nature. On aurait peut-être dû convoquer ceux qui se trouvent sur la liste noire pour connaître leur situation exacte avant de passer à la coupure de solde.Cette grosse méprise aurait pu créer un grave trouble social. Avec la tension latente due aux diverses difficultés sociales, il ne fallait pas s’évertuer à procéder à l’usage d’un outil mal maîtrisé. Si c’était ailleurs, le pire aurait été inévitable. Il a fallu l’intervention dare-dare du directeur général du budget pour calmer les esprits et rassurer la population. Mais le mal est fait. Certes, un assainissement est absolument nécessaire dans beaucoup de départements où il existe un sureffectif, où la compé­tence de certains employés laisse à désirer.Selon les chiffres officiels, ils sont dix-sept mille à sucer l’État, à toucher une rémunération sans fournir un service. Ils occupent ainsi des postes qui pourraient revenir à des jeunes diplômés en quête d’emploi. C’est visiblement l’objectif de cet assainissement. Mais il fallait bien distinguer le bon grain de l’ivraie pour éviter ce genre de cacophonie qui rallonge les nombreuses anomalies qui écument l’administration ces dernières années. Un impair Noël très mal venu pour dix mille foyers qui n’auront ni jouet ni soulier sous la cheminée.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

École verte dans les rues de Tana

Un beau matin, Rakoto qui veut planter des arbres sur un terrain qu’il vient d’acquérir dans la proche banlieue d’Antananarivo, vient trouver Elie Jouve pour lui demander les espèces que l’on peut rencontrer  dans la ville afin de fixer son choix.« Car, en fait d’arbres, Rakoto ne reconnait que les kininina » (Revue de Madagascar, Spécial de 1952).• Elie Jouve : Mon cher Rakoto, vouloir planter des arbres est une excellente idée. C’est un bon  placement pour tes économies en même temps qu’une œuvre méritoire dans ce pays qui a trop longtemps été dénudé.• Rakoto : Adrey ! Vazaha ! Peut-être gagnerais-je une médaille ?• E.J. : Peut-être Rakoto ! Dans ce cas j’en serais satisfait pour toi. Alors allons voir les arbres. Vois-tu, sur l’avenue de la Libération (actuelleavenue de l’Indépendance), ces grands « kininina »  comme tu les appelles ?Ce sont des Eucalyptus robusta que nous avons plantés il y a quarante ans (années 1910). Ils dépérissent et sont peu gracieux. On a essayé de les remplacer par des Pins patula ou argentés d’origine mexicaine. Leur feuillage menu et retombant serait décoratif. Malheureusement, des vandales les ont abimés et les émanations des autos ou de l’asphalte leur font grand mal. Il nous faudra chercher d’autres espèces.• R. : Et ce grand palmier devant l’Hôtel de Ville avec ses « zanaka » autour de lui ?• E.J. : Le gros palmier est un Cocos flexuosa très gracieux avec ses longues palmes, mais à condition qu’on lui fasse de temps à autre un brin de toilette, qu’on élague les palmes mortes qui pendent sous son panache… Quant aux petits palmiers, ce ne sont pas ses enfants, contrairement à ce que tu croyais, Rakoto, mais d’autres palmiers d’une espèce différentes appelée Neodypsis ou farihazoen malgache, très abondante dans la forêt de l’Est. Les jeunes palmiers que la ville a fait planter à Antsahavola sont également des Cocos flexuosa. Tiens passons par l’avenue de La Réunion pour admirer les magnifiques peupliers suisses ou peupliers de Caroline de la Place de Soarano devant la Gare… et, devant l’Institut d’hygiène social, les grands Grevillea. Et maintenant allons à la Place Colbert (Place de l’Indépendance à Antaninarenina)… Tu vois ces gros arbres en boule, pas très hauts, branchus, à la frondaison touffue, au feuillage vert sombre ? Ce sont des chênes de France, les fameux chênes de la Place, populaires parce qu’ils abritent sous leur ramure, les bancs où les oisifs discutent, mieux qu’à l’Assemblée représentative, les affaires du pays… À côté des chênes, ces grands arbres dépourvus de feuilles en hiver, mais surchargés de belles fleurs mauves en été, sont des Jacaranda. Splendides à l’époque de la floraison, ils font l’enchantement de Tana… et bientôt apparaitra leur feuillage aux nombreuses et fines folioles d’un joli vert tendre. À côté des chênes et des Jacaranda, voici les micocouliers, arbres méditerranéens, ici un peu rabougris, mais nous en verrons de plus beaux ailleurs. Sur la pente qui descend de la Place, ces grands arbres à fleurs jaune foncé sous lesquels tombent des gouttes d’eau, surtout quand le soleil chauffe, sont des Grevillea comme ceux que nous avons déjà vus à l’IHS. Beaucoup de personnes se demandent pourquoi il pleut ainsi sous eux… Eh ! bien, ces gouttes que tu pourrais prendre pour de la pluie, proviennent de la sève de ces pauvres arbres littéralement envahis par des sortes de cigales (jorery) qui piquent leur écorce et la font ainsi s’écouler. Parfois l’arbre dépérit et meurt. Ces mêmes insectes piquent également les Jacaranda et les pêchers.• R. : Les deux beaux arbres ronds près des bassins qui se trouvent en face de la Résidence du gouverneur général (Palais d’Ambohitsorohitra) et que nous, Malgaches, appelons « ravintsara », quel est leur nom en français ?• E.J. : Ce sont des camphriers, Laurus Camphrea, dont tu verras beaucoup de spécimens en ville. Leur port admirable, leur bel ombrage, la qualité de leur bois parfumé et veiné de brun clair méritent qu’on les propage dans ce pays.• R. : Marina Vazaha ! J’aime beaucoup les « ravintsara ».

Recueilli par  Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Football – Classement FIFA – Madagascar au 108e rang

Pour la dernière fois cette année, le classement mondial de la FIFA a été mis à jour, ce jeudi. Pas de changement pour la Grande île, qui reste campée à la 108e position. Elle est créditée de 309 points.Au niveau africain, le Sénégal, 23e mondial, est en tête avec 884 unités. Mada­gascar se trouve, quant à lui, au 27e rang. Notons que les deux pays évoluent dans le même groupe, en éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, qui reprendront l’année prochaine.En ce qui concerne les autres adversaires des Barea, les deux autres nations du groupe A sont toutes derrière. Le Soudan et la Guinée Equatoriale occupent respectivement les 136e et 146e places mondiales.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Léger dégât des précipi-tations à Fianarantsoa

Une forte activité orageuse, à savoir des grêles et des rafales de vent, a ravagé des cultures et quelques bâtiments à Fianarantsoa, jeudi après-midi. Quelques toits ont été emportés et des fils de poteaux électriques se sont renversés. Ces grêles ont duré trente minutes dans ce chef lieu de région de la Haute Matsiatra.

L'express de Madagascar0 partages

Échange de tirs

Bendremavo, commune d’Ampandriakilandy, à Antsohihy a été le théâtre d’un échange de tirs entre les gendarmes et huit dahalo armés de quatre fusils de chasse. L’affrontement a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi. Aucun blessé ni perte en vie humaine n’est à déplorer. Vingt-cinq zébus ont été récupérés. Un fusil de fabrication locale a été saisi, selon la gendarmerie.

L'express de Madagascar0 partages

De longues files d’attente

Noël ne connaît-il pas la crise ? Outre les embouteil­lages monstres, les rues de la capitale, surtout le centre ville, sont bondés de monde. Les magasins, tout comme les grandes surfaces sont pris d’assaut jusque tard dans la soirée. Les guichets automatiques de banque ne sont pas en reste. Pour passer la fête de la Nativité en toute tranquillité, un bon appro­visionnement en liquide est nécessaire. De longues files d’attente se dressent dans tous les distributeurs de la capitale et ses envi­rons. À la caisse comme au guichet automatique, il faut attendre des dizaines de minutes, voire des heures avant de pouvoir se servir.

L'express de Madagascar0 partages

Hausse de la création d’entreprise

Durant les onze premiers mois, la création d’entre­prise a enregistré une hausse. Selon l’Economic development board of Madagascar (EDBM), mille deux cent quarante sept entreprises ont été créées durant cette période contre mille six en 2016, soit une hausse de 17%. Les entre­prises du secteur tertiaire arrivent en tête avec 83% de nouveaux établis­sements,  contre 11% pour le secteur secondaire, et 6% pour le primaire.

L'express de Madagascar0 partages

Rallye – Yves et TMF retirent leur appel

Fin du litige. Yves Raba­rijoely et le club TMF ont retiré leur appel cette semaine. Un appel à l’encontre d’une décision du collège des commissaires sportifs, qui avait sanctionné l’équipage de la Subaru noire à l’issue du Rallye International de Madagascar, au mois de novembre.Yves et son copilote Nitro avaient terminé à la tête du RIM, mais avaient reçu une pénalité de cinq minutes pour non-respect du parcours obligatoire, avec pour conséquence une rétrogradation en quatrième position. Ils avaient vivement contesté cette décision et avaient fait appel pour la contrer. Aujourd’hui, ils ont décidé de se rétracter.« On a discuté avec les membres de notre club. Il a été décidé de retirer l’appel. La saison est terminée et ça ne sert à rien de se quereller. Ce litige a dégradé l’image du sport automobile. Il vaut mieux donner le bon exemple et apaiser la situation », confie Yves.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara0 partages

Ambassade des Etats-Unis à Madagascar : Reconnaissant pour ses collaborateurs

L’ambassade des Etats-Unis tient à remercier ceux qui ont collaboré avec lui tout au long de l’année 2017. D’ailleurs, cette année a été marquée par  le 150e anniversaire des relations d’amitié entre les Etats-Unis et Madagascar. Le communiqué rapporte également que « ces activités qui, sans votre soutien infaillible, n’auraient pu avoir d’écho auprès du public malgache.  Nous vous en sommes reconnaissants”. En attendant la nouvelle année 2018, que nous espérons sera encore plus productive, nous vous souhaitons de passer de joyeuses fêtes de Noël et de fin d’année.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

CAP-Pharma : Don au CHU de Fianarantsoa

Le cancer est une maladie qui peut atteindre toutes les couches sociales, riches, ou pauvres, et toutes les tranches d’âge, enfants, jeunes, ou âgés. Consciente de cette situation et dans le cadre de ses actions humanitaires, la société CAP-Pharma, grossiste importateur et répartiteur de produits pharmaceutiques a fait une donation d’une valeur de 7 millions d’ariary environ au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Fianarantsoa. Cette donation a été remise par le Dr Christian Razanabahiny Marojama, pharmacien responsable de la société CAP-Pharma. Un responsable du CHU de Fianarantsoa a souligné que le don arrive à point nommé, puisque non seulement les anticancéreux sont difficiles à trouver, mais en outre ils coûtent très chers.

Recueillis par R. Eugène.

Midi Madagasikara0 partages

Ambohidrapeto : « Bar » notafihana andian-jiolahy nirongo kalach

Mpivarotra zava-pisotro iray teny amin’iny faritra Ambohidrapeto iny no notongavana andian-jiolahy maromaro nirongo basy maherivaika. Sendra ny fisafoan’ny zandary tamin’izany faritra izany anefa ry zalahy ireto ka tsy nahavanona ny asa ratsiny, ary nirifatra nitsoaka. Ny voalohandohan’ny herinandro teo no nisehoan’ity trangam-panafihana ity tao amin’ny fokontany Antanetibe. Raha ny fampitam-baovao avy amin’ny zandariamarim-pirenana dia tokony ho tamin’ny valo ora alina latsaka kely teo no tonga tao amin’io toerana voalaza eo ambony io, ny andian-jiolahy niisa teo amin’ny dimy teo ho eo. Mbola betsaka olona ihany ny toeram-pisotroana amin’izany ora izany, ka mba ho fampitahorana azy ireo dia nanapoaka basy ireto olon-dratsy ireto. Nanomboka teo ny fandrahonana ny tompon-trano hamoaka ny vola rehetra. Somary nandà ihany anefa ity farany ka nodorahon’izy ireo ny hazo. Voa teo amin’ny lohany izy ka naratra mafy. Tamin’io fotoana io mihitsy anefa no nanome toromarika ny sasany tamin’ireo olon-dratsy izay nataon’izy ireo ho mpijirika sy mpanara-maso ny manodidina tany ivelany fa hoe misy zandary tonga. Vaky nandositra teo ireto farany, tsy nahazo na inona na inona. Niezaka ny nanenjika ihany ireo mpitandro filaminana fa nafenin’ny alina tanteraka ireto olon-dratsy ireto. Teo no ho eo ihany moa dia efa nandeha ny fikarohana ireto olon-dratsy ireto. Tetsy andanin’izay kosa dia nanambara ny teo anivon’ny zandary fa « manamafy ny fisafoana ho fisorohana ny asa ratsin’ireo jiolahy ny Zandarimariam-pirenena, indrindra amin’ny vanim-potoana ankatoky ny fety toy izao. Ny fizaran’ny mponina amin’izy ireo izay vaovao haingana amin’ny tranga rehetra mety mampiahiahy no vaha olana tsara indrindra amin’izany, satria iombonana ny ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana na dia efa maro aza ireo zandary ireo no miparitaka misafo tanàna, toy ny tamin’ity tranga ity ».

m.L