Les actualités à Madagascar du Vendredi 23 Décembre 2016

Modifier la date
L'express de Madagascar1013 partages

La Réunion – Début timide de la saison des pluies

L’état quantitatif des rivières et des nappes souterraines, pour le mois de novembre dernier, affiche un bilan déficitaire en de nombreux points. Les données de Météo France indiquent un bilan pluviomé- trique global en baisse de 15 % en novembre.Les déficits concernent une large moitié Est de l’île. Si bien que les stations hydrométriques enregistrent des débits médians mensuels en baisse par rapport au mois précédent.L’état quantitatif des rivières montre des valeurs inférieures aux normales saisonnières sur 8 des 9 stations d’observation. Les secteurs Est, Sud, des hauts de l’Ouest et de la Plaine-des-Palmistes sont concernés par des déficits significatifs.

JIR

Midi Madagasikara846 partages

La Gastronomie Pizza : Nouveau fastfood VIP et hôtel Petra 3 étoiles à Analakely

Nouveau bâtiment de la Gastronomie Pizza à Analakely, inauguré hier.

Après près de 4 ans de travaux de construction, le nouveau bâtiment de la Gastronomie Pizza a été inauguré hier.

 

Le succès se poursuit pour l’opérateur malgache Randrianaivo Ambinintsoa, PDG du Groupe de la Gastronomie Pizza, plus connu sous son pseudo Chef Mbinina. Après ses 28 points de vente à travers la Grande-île, ce Groupe ouvre ce jour un nouvel établissement inauguré hier soir. « Ce bâtiment abrite l’hôtel Petra, le premier à Madagascar, mais qui sera implanté dans diverses localités du pays, dans le nord et dans le sud, dans les années à venir. Il y a également le restaurant VIP qui proposera les spécialités européennes. Ensuite, la salle de réunion ou de séminaire, la mezzanine qui peut contenir jusqu’à 200 personnes et où on proposera pour la première fois la pizza géante Big love, la fameuse soupe Tamatave, des glaces, etc. Nous sommes convaincus que le tourisme est un secteur prometteur et favorable aux investissements à Madagascar », a déclaré Chef Mbinina dans son discours, lors de l’inauguration d’hier.

Mobilisation. Présente lors de la cérémonie, le maire d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana a affirmé que l’ouverture d’un tel établissement a des impacts positifs sur l’économie de la Capitale, si l’on ne cite que la création d’emploi et la mobilisation des activités économiques, surtout que la Gastronomie Pizza est connue pour la qualité. En effet, ce Groupe emploie déjà plus de 800 agents directs et près de 10 000 emplois indirects générés surtout par la consommation de matières premières. D’après le Chef Mbinina, d’autres projets du Groupe sont déjà en vue, notamment la construction d’un central d’achat qui lui permettra de creuser l’écart de niveau avec ses concurrents, des hôtels Petra, et une espace de réception de mariage et de fêtes. Bref, l’aventure se poursuit pour l’homme d’affaire à succès.

Antsa R.

 

Midi Madagasikara305 partages

Dans la tanière de Fosa (Juniors) !

S’il y a un club, un nouveau qui plus est, qui a réussi à faire une entrée fracassante chez l’élite du football malgache, c’est bien Fosa Juniors.

Se hisser jusqu’en demi-finale de la Telma Coupe pour ensuite faire partie des quatre meilleurs clubs du moment dans la fameuse Poule des As avant de ramener de l’île Maurice le titre de champion de l’Océan Indien chez les moins de 15 ans, c’est en quelques phrases les exploits de Fosa Juniors en 2016.

Si ce n’est pas un très grand club, Dieu que cela lui ressemble tant ses efforts tendent à le devenir. Tous les feux sont d’ailleurs au vert pour faire de Fosa Juniors un grand de Madagascar et peut-être aussi de l’Afrique tant son président, le Néerlandais Arno Steenkist a de l’ambition. Voire un grand amour du football. Ce qui explique les moyens énormes qu’il met au service du club.

Une incursion dans son antre permet de savoir que le club a mis en place une organisation très professionnelle à tel point qu’on ne s’étonne pas de le voir truster les titres pour la nouvelle saison 2017.

Pour l’instant en effet, Fosa Juniors est l’un des rares clubs à faire de la formation des jeunes ses priorités. Le club comporte en effet toutes les tranches d’âge dont les moins de 10 ans et moins de 13 ans qui sont confiés à Rado Rasoanaivo et le Néerlandais Bob Koweijik. Les moins de 15 ans qui viennent d’être sacrés champions de l’Océan Indien sont aux mains de Tony Rabarison, un technicien de haut niveau qui a eu sa licence A d’entraîneur à Leipzig, en Allemagne.

Le Néerlandais Rene Hiddink est en charge de la formation U17 alors que Henry Rakotomalala s’occupe des Espoirs tandis que l’élite est confiée à André Wetzel.

Récit de ses principaux dirigeants du club.

 

Arno Steenkist :

« Je suis fier des résultats de l’équipe en 2016 ! »

Le président de Fosa Juniors, Arno Steenkist, brise le silence pour parler de son club et de ses ambitions pour la nouvelle saison sans pour autant cacher sa joie d’avoir été au rendez-vous des moments forts qu’a vécu le football malgache en 2016. Il en parle…

Midi Madagasikara : Après avoir raté la Coupe puis la Poule des As, est-ce que vous n’êtes pas déçu ?

Arno Steekist : « Mais pas du tout, je suis même fier des résultats de l’équipe en 2016 car en 10 mois nous avons pu mettre en place une équipe qui rivalise avec les meilleures malgaches. Il faut dire que pour un jeune club comme le nôtre, c’est un exploit d’avoir participé à la Poule des As. Quand notre équipe U15 est sortie championne de l’UFFOI, il ne faut pas faire la fine bouche et louer les efforts consentis par tous les membres du club, des joueurs à l’encadrement. »

Midi : Pensez-vous qu’à l’avenir vous allez envoyer vos meilleurs éléments jouer dans des grands clubs européens ?

A.S. : « Dans un premier temps, nous allons nous concentrer sur la saison 2017. Le plus important c’est d’avoir une équipe vraiment compétitive pour le titre de champion de Madagascar mais si par bonheur, un de nos joueurs intéresse un grand d’Europe, je ne serais pas celui qui l’y empêcherait. Le football est un challenge de tous les jours et on essayera pour notre part de faire progresser nos joueurs. Le reste ne dépend pas forcément de nous. »

Midi : Peut-on savoir ce qui vous motive à investir autant ?

A.S. : « L’amour du football bien sûr mais aussi le désir de participer au développement du football à Madagascar. »

Eva Rasamison : « L’éducation passe avant tout »

Pour une femme qui affirme n’avoir pas été « foot » au début, la vice-présidente de Fosa Juniors, Eva Rasamison, est aujourd’hui devenue une pièce essentielle du groupe avec l’intime conviction de pouvoir former moralement un bon joueur. Récit

Midi Madagasikara :  Vice-présidente qui tient aussi le rôle de mère pour tous les joueurs de Fosa Juniors, quel est votre secret pour motiver autant les joueurs ?

Eva Rasamison : « Je n’ai pas de secret. Je me suis investie pour éduquer nos jeunes ou mes enfants si vous voulez. Bien avant le foot, l’éducation passe avant tout. Et partant de là, tout s’est enchaîné très vite car j’ai aussi attrapé le virus du football. Et investir pour investir, autant le faire très bien puisque aujourd’hui, Fosa Juniors est le seul club avec un statut pro et ce que cela suppose de joueurs salariés et donc de contrat professionnel. A la seule différence peut-être car si quelqu’un de chez nous tombe malade, il m’arrive de rester à son chevet. »

Midi : Cela suppose aussi un gros salaire ?

E.R. : « Je ne sais pas mais ce que nous donnons aux joueurs sont assez pour leur permettre de vivre normalement et de faire vivre leurs familles respectives. C’est encore peu par rapport aux gains dans les clubs pros en Europe, mais c’est assez si on ramène la question dans le cadre malgache. »

 

André Wetzel

« Nous nous sommes organisés pour être plus professionnel qu’avant »

L’entraîneur des seniors chez Fosa, le Néerlandais André Wetzel, piaffe déjà d’impatience pour reprendre l’entraînement avec de nouvelles mesures qui s’imposent. Il s’explique.

Midi Madagasikara : Fosa Juniors, après un premier essai déjà concluant, ambitionne-t-il de faire encore plus fort la prochaine saison ?

André Wetzel : « Evidemment que oui. Notre saison à nous débute d’ailleurs le 16 janvier 2017 et je vous annonce tout de suite que cela va être mouvementé. Les entraînements, en plein air et en salle, vont reprendre quotidiennement sauf le dimanche.

Une nouvelle année en fait avec une nouvelle organisation car on aura cette fois-ci un nouveau assistant coach mais aussi un coach des gardiens de but. Pour être encore plus professionnel, Fosa Juniors va aussi engager un « team manager » chargé de coordonner l’organisation allant du matériel à la restauration et même sur le plan mental et psychologique. »

Midi : Envisagez-vous de recruter d’autres joueurs ?

A.W. : « C’est dans notre intention car on compte renforcer l’équipe senior avec des éléments de qualité. C’est d’ailleurs décidé puisque nous avons déjà recruté des gardiens de but mais aussi quelques éléments clés pour rendre notre jeu plus efficace. »

Midi : On sait que Fosa est handicapé par la taille de ses joueurs. Comment comptez-vous y remédier ?

A.W. : « La taille des joueurs a un impact sur le rendement de l’équipe. On a vu que nous avons du mal lors d’un ballon arrêté comme c’était le cas à Fianarantsoa mais cela importe peu si on a la technique et la rapidité nécessaire. Faute de mieux car les grands gabarits sont rares à Madagascar, on préfère miser sur ces qualités et sur la vivacité. »

Tia Tanindranaza187 partages

Voahangy RajaonarimampianinaTsy tamana eto Madagasikara intsony

Mivoaka ny vaovao ankehitriny fa efa tsy mahatombina eto Madagasikara intsony ny vadin’ny filoham-pirenena, ka aleony mandeha sy mivoaka matetika any ivelany nanomboka ny volana jolay teo.

Toky R.

 

News Mada185 partages

Foot – Interclubs Africains : Cnaps Sport et Elgeco Plus sur le front

Les clubs représentant la Grande île, notamment la Cnaps Sport et Elgeco Plus, aux compétitions interclubs, organisées par la Confédération africaine (Caf) en 2017 sont fixés sur leur sort. Les Caissiers, champions de Madagascar, affronteront le Township Rollers du Botswana pendant le tour préliminaire de la Ligue des champions. Pour sa part, Elgeco Plus,  malheureux finaliste des deux plateaux nationaux 2016  rencontrera Supersport de l’Afrique du Sud pendant le tour préliminaire de la Coupe de la Confédération.

Les matchs aller de ces deux joutes auront lieu le 10, 11 ou 2 février à Madagascar tandis que les matchs retour seront joués une semaine plus tard à l’extérieur. Pour rappel, Cnaps Sport a été sorti par le Wydad Athletic Club aux 16e de finale de la même compétition après un match retour sulfureux au stade Rabemananjara à Mahajanga. C’est l’occasion ou jamais pour le club qui a fait un beau doublé national de prouver ce qu’il vaut sur le plateau africain.

Rojo N.

 

Midi Madagasikara173 partages

Mpitondra tanora amina fiangonana : Hita nilalao horonantsary « pôrnô »

Tratra ny nafenina ! Nanomboka nipoitra tamina tambajotra sosialy iray ity horonantsary ity, nanomboka tamin’iny voloahandohan’ny volana iny teo. Horonantsary mamoafady izay ahitana mazava ny endrika lehilahy iray diso fantatry ny maro loatra ao an-drenivohitr’i Bongolava ao. Araka ny fantatra, dia filohana fikambanana tanora amina fiangonana lehibe iray ao an-toerana ny tenany. Vetivety dia niparitaka sy nalaza tao anaty « internet » ity filma « pôrnô » nolalaovin-dranamana ity. Tetsy andanin’izay kosa anefa, nanaiky tsara ny zavatra nataony Ingahy mpitarika tanora, izay nilaza fa nataony ilay horonantsary fa tsy neritreretiny velively haparitaka. Ary ny somary nanaitra ny rehetra dia izy indray no nametraka fitoriana voalohany ho ana olona tsy fantatra, tany amin’ny mpitandro filaminana. Raha ny zava-nitranga mantsy, hoy ny vaovao azo, dia very teo am-pivoriana niaraka tamin’ireo tanora nentiny, ny solosain’Ingahy Filoha, ny taona 2015. Tsy mbola hita hatreto io solosaina io. Ny fantatra anefa dia tao anatin’io solosaina very io no nisy ity horonantsary mamoafady nahitana azy ity. Nametraka fitarainana avy hatrany Ingahy. Izay nanaparitaka izay mantsy, araka ny eritreriny no nangalatra ilay solosaina. Nisy mihitsy aza ireo olona nahiahiany, izay avy hatrany dia nantsoina teny amin’ny biraon’ny pôlisy ny herinandro teo. Olona telo izy ireo,  nahitana mpiangona sy ireo mpivarotra ireny kapila mangirana ireny. Tsy nahitana porofo na dia kely aza izy ireo mahakasika izay zavatra izay, hoy ny fanazavana azo. Amin’izao kosa, dia miezaka ny mamantatra ilay vehivavy miaraka aminy ny tompon’andraikitry ny filaminana any an-toerana, raha ny loharanom-baovao azo. Maro ireo tohina tamin’ity trangan-javatra niseho tao Tsiroanomandidy ity. Raha ny olona nitokian’ny rehetra hitondra môdely ho an’ireo tanora tokoa moa no manao izao zavatra izao. Toa mampametra-panotaniana ihany, hoy ny maro ny amin’ireo tanora entiny.

m.L

Midi Madagasikara126 partages

Opposition officielle : Ravalomanana et Rajoelina réticents à s’engager

Le titre de chef de l’opposition officielle semble jusqu’ici ne pas intéresser les deux principaux protagonistes de la crise de 2009.

Toutes les conditions semblent réunies pour que l’ancien président de la République Marc Ravalomanana et l’ancien président de la transition Andry Rajoelina basculent dans l’opposition officielle, conformément à une loi déjà votée à l’Assemblée nationale. Ce qui n’est pas le cas jusqu’à présent. Pour certains observateurs, la réticence de ces deux principaux protagonistes de la crise de 2009 est difficile à expliquer. Quant à Marc Ravalomanana qui, à un moment, a déclaré son soutien au régime Rajaonarimampianina, il tente vainement de revendiquer le terrain appartenant à Tiko Agri à Andohatapenaka. Terrain sur lequel a été construit le fameux village de la Francophonie. Par ailleurs, l’Etat continue de bloquer la réouverture de Tiko qui a été victime des pillages durant les moments chauds de la crise de 2009. Et pas plus tard qu’il y a une semaine, la majorité HVM à l’Assemblée nationale a voté une loi sur la réconciliation nationale qui ne serait pas favorable à sa candidature aux présidentielles de 2018.

Emprisonnement. L’ancien président de la transition est surveillé depuis son retour au pays. Voulant être logique à lui-même, Andry Rajoelina ne voudrait pas s’opposer officiellement à un président de la République qu’il a fait gagner aux présidentielles de 2013. Or, il semble être le premier ennemi du régime HVM, pour ne pas dire qu’il est l’homme à abattre. Ce qui s’est passé ces derniers jours avec l’affaire Augustin Andriamananoro devrait pousser le chef de file du Mapar à basculer dans l’opposition officielle. L’ancien ministre est jeté en prison pour avoir mené des coups contre un régime qu’il a soutenu. A entendre les parlementaires et les dirigeants du Mapar, on a l’impression que la coupe est pleine pour ces gens qui n’avaient pas ménagé leurs efforts pour propulser au pouvoir Hery Rajaonarimampianina. En tout cas, force est de constater que Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina sont réticents à s’engager officiellement contre le régime HVM. Un régime qui semble déterminé à ne tolérer aucun acte pouvant le déstabiliser.

R.Eugène

Midi Madagasikara71 partages

« Bodo Mada big show » : La diva fait le bonheur des fans de la diaspora !

Ici ou ailleurs, elle ne cessera jamais d’étonner ! Ce n’est effectivement pas pour rien qu’on la surnomme « la diva ». Lors du « Bodo Mada big show », à Montréal les 3 et 9 décembre, au Québec le 10 et à Washington le 18 décembre, la chanteuse a, une fois de plus, émerveillé le public. De bons musiciens, pour ne citer que Jax Ravel qui habite d’ailleurs aux Etats-Unis, une belle prestation et une complicité sans pareille avec les spectateurs… tous les ingrédients étaient réunis pour que ces moments soient inédits et restent gravés longtemps dans les mémoires. Certains artistes, au bout de vingt ans de carrière s’essoufflent mais Bodo, elle, ne cesse de trouver les bonnes formules pour surprendre ses inconditionnels. Aussi dynamique qu’elle l’était à ses débuts, la chanteuse a ainsi une fois de plus fait mouche. Après ces concerts en Amérique du Nord, Bodo poursuivra sa tournée en Hexagone où elle animera la Saint-Sylvestre avec d’autres artistes malgaches. Son agenda  est d’ailleurs déjà très chargé. Les détails, pour l’instant, n’ont cependant pas encore été révélés. Ce qui est sûr, c’est que les fans de Bodo vont être comblés avec tout ce que la chanteuse leur réserve comme surprises. Ces évènements entrent toujours dans le cadre de la célébration de ses vingt-cinq ans de scène.Mahetsaka

Midi Madagasikara64 partages

La Réunion : Haratsiana ny gasy, noho ny fanjavonan’ny vazaha iray

Mandeha amin’ny radio iray ao an-toerana, saika averimberina hatrany, ilay zava-nitranga izay tsy fantatra mazava akory  ny tena mety ho fahamarinany. Nisy lehilahy iray, vazaha, niala tao amin’io nosy io rehefa nifanerasera ka raiki-pitia tamin’ny vehivavy malagasy iray, avy amin’ny alàlan’ny tambajotra serasera facebook. Tapakevitra ary izy ny nangoron’entana ary nizotra nankaty Dago. Mbola nifampiantso tsy an-kijanona tamin’ny reniny izy tamin’ny fahatongavany ary tamin’izany no nampahafantarany, fa natakalony ho ariary avokoa ny vola euros tany aminy, araka ny soso-kevitr’ilay vehivavy. Taorian’izay indray, dia mbola nahavita nampita tamin’ny mamany izy fa ratsy be ilay hotely izay nivantanany. Dia izay no resak’izy mianaka farany, raha araka ny fampitam-baovan’ilay radio vahiny, izay isan’ny be mpihaino ao an-toerana, satria ifampizaran’ny tompon-tany vaovao mivantana an-telefaonina izany. Hatreto dia tsy fantatra mazava ny nanjo ilay vazaha na niharan’ny fisolokiana na koa hoe mety ho “low bat” fotsiny ny findainy, dia mety ho nitarika fitaintainana tamin’ny reniny. Hatramin’ny omaly io resahina io. Fa tamin’ny radio sy ny tambajotran-tserasera tao an-toerana kosa, dia fanaratsiana ny Malagasy avy hatrany no setrin’izany. Toy  ny hoe hadalany ny nisafidy ny handeha any amin’io firenena “sauvage” io, olona mpisoloky avokoa sady mahantra velona ny mponina ao sns… Fanaratsiana be fahatany ny firenen’olona no betsaka. Toy ireny anjely ireny angamba no fiheveran’ireo ny vahiny an’arivony maro izay mandany ny RMI sy ny pension eto an-toerana fotsiny, rehefa tsy an’asa na koa retirety any amin’izay niaviany…

D.R

 

Midi Madagasikara60 partages

Hôtel de ville : Le maire rencontre les partenaires de la CUA

La fête a déjà commencé à la commune urbaine d’Antananarivo. Le maire Lalao Ravalomanana a gâté les petits enfants des six Arrondissements de la Capitale en leur distribuant des cadeaux et des friandises. Depuis deux jours, l’Avenue de l’Indépendance est spécialement aménagée pour permettre aux tananariviens de faire la fête. Avant-hier, Lalao Ravalomanana a rencontré à l’Hôtel de ville les différents partenaires de la CUA. De grandes sociétés de la Capitale y ont été représentées. Les députés TIM et Mapar élus à Antananarivo l’étaient également. Le Corps diplomatique a aussi répondu à l’invitation du maire.

Dignes de confiance. Dans son discours, Lalao Ravalomanana a déclaré que la CUA sera plus proche de la population durant l’année 2017. « Cela ne pourrait être réalisé qu’avec l’aide de ses partenaires. », a-t-elle souligné. Avant de rajouter : « Les tananariviens ont besoin d’actions qui ont d’impacts directs sur leur vie. A ma connaissance, les Malgaches ne sont pas difficiles à convaincre si les dirigeants sont dignes de confiance. » La première magistrate de la ville d’Antananarivo n’a pas oublié de renouveler sa confiance à l’endroit du syndicat du personnel de la CUA. « Le syndicat est aussi un partenaire efficace de l’administration municipale. », a affirmé Lalao Ravalomanana.

R.Eugène

Madagascar Tribune55 partages

La place de l’opposition officielle toujours vacante

La place de l’opposition officielle est toujours vacante jusqu’ici alors que les différents états-majors politiques se préparent déjà pour les prochaines élections présidentielles de 2018. Le parti HVM au pouvoir a déjà annoncé le ton ainsi que les opposants non déclarés comme Marc Ravalomanana qui occupe le terrain depuis plusieurs mois. Mais ni Ravalomanana ni Andry Rajoelina dont les partis disposent des élus au sein de l’Assemblée nationale ne se sont déclarés officiellement opposants contrairement à Hajo Andrianainarivelo qui a officialisé sa position dernièrement. Il estime ainsi avoir droit d’occuper le poste de vice-président de l’Assemblée nationale dédié à l’opposition dans ce cas et a sollicité une rencontre avec le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy. Mais le chef de la Chambre basse lui a posé un lapin. Une attitude que le président du MMM n’apprécie pas du tout et qu’il qualifie comme « fanjakana lohamboto » (Etat de voyous).

Rappelons que différentes entités, comme les partis de Lalatiana Ravololomanana, Hary Naivo Rasamoely entre autres se sont déjà disputés cette place de l’opposition officielle.

En principe selon le texte en vigueur aucun chef de parti ne peut se prévaloir les places tant convoitée au sein des institutions sans accord des autres partis déclarés de l’opposition. « Les groupes politiques qui se déclarent officiellement de l’opposition désignent d’un commun accord un chef de l’opposition officielle » rappelle le livre de Toavina Ralambomahay dans son ouvrage intitulé « la loi sur le statut de l’opposition à Madagascar : un mal nécessaire ». Une loi qui handicape tout le monde actuellement quant à son application. Ceux qui sont au pouvoir comme ceux qui ne sont pas au pouvoir. Le HVM dont les membres sont quasiment tous des anciens de la Transition n’applique pas la loi, évitant ainsi de donner un élan à ses adversaires en les laissant siéger au sein des institutions. Les opposants dont une bonne partie sont partie prenante à l’élaboration de cette loi quand ils étaient au pouvoir se trouvent piégés par leur propre création. De toute façon et d’une manière générale, l’application de la loi n’est pas notre fort.

Opposition à quoi ?

Vaovao Benjamin, ancien sénateur Arema, est récemment intervenu dans les médias pour décrier la division au sein des formations qui se déclarent de l’opposition et a fait comprendre qu’il n’est pas étonné de l’échec des opposants sinon des difficultés qu’ils rencontrent. Quelques observateurs et hommes politiques s’interrogent s’il s’agit de s’opposer à quoi alors même que le régime en place n’a pas de programme sinon celle de la communauté internationale et des bailleurs de fonds. Ou bien ces « opposants » s’opposent-ils aux individus ? Quoi qu’il en soit, l’opposition est dispersée, divisée et n’est pas crédible. Elle en veut à la communauté internationale à un moment donné et l’accuse de « néocolonialisme » et d’être à la solde du « néolibéralisme », puis le lendemain la supplie de lui venir en aide. Pour beaucoup les opposants n’ont pas de réel programme commun du moins un socle concerté. « Mitsangàna ry Malagasy », « Dinika Fanavotam-Pirenena »…, mais le parti « Antoko Politika Madio » a préféré prendre le large.

Midi Madagasikara51 partages

Orphelins de la police nationale : Déjà l’heure des cadeaux !

Les petits pensionnaires de l’orphelinat de la police nationale à Ambatolampy sont particulièrement gâtés, en cette période de veille de Noël. Avant-hier, 21 décembre, ils ont reçu des cadeaux, remis par le Groupe Star. Livres, kits scolaires et des boissons alimentaires ont ainsi été offerts à 72 enfants orphelins de la police. Cette action fait suite à d’autres dont ont déjà bénéficié depuis 2015 ces enfants et la structure qui les accueille. L’an passé, toujours à l’occasion de Noël, des jouets, des fournitures scolaires et des boissons leur ont été remis, tandis qu’en août de la même année, la réhabilitation du dortoir de l’orphelinat a été pris en charge par le groupe donateur. 

Hanitra R.

Midi Madagasikara49 partages

Ambiance de noël : Entre morosité, désordre et insécurité

L’ambiance de désordre qui règne actuellement à Analakely.

L’ambiance est loin d’être féérique à quelques jours de la fête de Noël.

Morose. C’est en effet le mot qui convient pour désigner  l’ambiance qui règne à  quelques jours de la fête de la nativité. Une situation qui trouverait probablement « son origine dans la cherté de la vie accentuée par la hausse du niveau d’insécurité ». Mais chose surprenante, la population malgache surtout tananarivienne semble être résignée à passer aussi bien la fête de Noël que celle du nouvel an  dans la morosité. « On ne cherche plus grand-chose, rien de  vraiment spécial. Il suffirait d’un déjeuner différent de notre quotidien et cela ira. Sans oublier les petits jouets des enfants. Histoire de leur donner le sourire par les  temps qui courent » a annoncé avec une certaine amertume  Felana R. une mère de famille de la capitale. Avant d’ajouter que « Noël n’est plus la fête  qu’elle était avant. Tout est devenu difficile de nos jours ». Des propos qui résument bien la misère et la pauvreté vécues par la majorité des Malgaches actuellement.

Désordre. Outre l’ambiance morose, cette semaine précédant Noël a été marquée par un grand désordre, un véritable bordel si l’on veut parler crûment. Les marchants  ont de nouveau envahi les rues et ruelles de la capitale. Il semble en effet y avoir une trêve dans le jeu du chat et de la souris entre les agents de la police communale et lesdits marchands. S’ajoutant à tout cela, le niveau d’insécurité qui ne cesse d’augmenter dans toutes les régions de l’île.

José Belalahy

News Mada43 partages

Concours focus développement : Nadia Raonimanalina rafle les premiers prix

L’organisation non gouvernementale « Focus Dévelopement » qui œuvre sur le respect des droits de l’homme a organisé un concours de presse dans le cadre de la campagne « Gasy jiaby » qui vise à éradiquer l’apatridie à Madagascar. Les Nouvelles par le biais de Nadia Raonimanalina s’est singularisé.

A l’issue du concours, la journaliste Nadia Raonimanalina du quotidien Les Nouvelles rafle les deux premiers prix dont un sur le thème «Rôle d’une presse libre et responsable dans la promotion de la campagne médiatique Gasy Jiaby» avec son article «Apatrides : les invisibles du monde réel», et un autre sur le Genre dont le titre est «Code de nationalité : les femmes aux oubliettes».

La remise des prix s’est tenue hier à l’hôtel Carlton lors de laquelle la lauréate a reçu la somme de un million d’ariary pour les deux prix. «C’est la première fois que j’ai attribué la note de 20/20 dans un concours. J’ai trouvé l’article excellent et je n’ai pas hésité à donner cette note», a indiqué un membre du jury en marge de la cérémonie.

Plusieurs radios, télés et la presse écrite dans tout Madagascar ont participé aux investigations qui ont duré près de trois mois à compter du mois de septembre dernier.

Journalistes : acteurs pour l’éradication de l’apatridie

Le conseiller aux droits de l’homme au sein du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme, Omer Kalameu, a félicité les lauréats. «Les journalistes jouent un rôle fondamental dans la campagne d’éradication de l’apatridie car ils sont les mieux placés pour assurer une telle mission et sont là pour aider à démystifier l’apatridie. Et par conséquent de sortir cette question de tabou et faire savoir cette question au monde entier», a-t-il fait savoir.

Ce concours aura ainsi permis de mettre en exergue la situation de plusieurs apatrides à Madagascar qui vivent dans la peur d’être emprisonnés. «La lutte pour l’éradication de l’apatridie à Madagascar est un travail acharné et de longue haleine. Il faut persévérer et ne jamais baisser les bras car des êtres humains vivent encore dans l’ombre», a indiqué Nadia Raonimanalina en marge de la cérémonie de remise des prix.

Focus development entend raffermir sa lutte contre l’apatridie à Madagascar pour 2017. La coopération avec la presse est tout aussi attendue, a fait savoir un responsable auprès de l’association.

T.N 

 

Tia Tanindranaza43 partages

Ratsy fiafara ny olon’ny HATMinisitra 5 no efa maty, misy ny migadra

Tsy hay hazavaina ny toe-javatra nahazo ireo olona nitondra tamin’ny andron’ny tetezamita fa tsikaritra ho ratsy fiafara raha samy mpitondra teto amin’ny firenena ny ankamaroany.

 Toa nitrangan-javatra hafahafa avokoa ny ankabetsahany, ka tao ny maty, tao ny niharan’ny olana maro sosona toy ny ara-pianakaviana sy ara-politika, tao ny niharan’ny henjikenjika isan-karazany, izay misy mihitsy no migadra. Raha tao anatin’ny governemanta Monja Roindefo sy Camille Vital, ohatra, dia maromaro ireo minisitra namoy ny ainy ary tsikaritra ho ratsy fahafatesana sy tamin’ny fomba hafahafa avokoa. Nodimandry noho ny aretina tamin’ny 29 janoary 2011 ny jeneraly Ravelomanana Claude, Sekreteram-panjakana niadidy ny zandarimariam-pirenena tamin’izany. Maty vokatry ny loza an-dranomasina tany Sonieranivongo ny 28 Aogositra 2011 ny minisitry ny mponina Nadine Ramaroson, matin’ny lozam-pifamoivoizana tany amin’ny lalam-pirenena faha-6 ny minisitry ny serasera  Malazarivo Felix ny 4 septambra 2012. Nodimandry tampoka teo amin’ny faha-40 taonany ny 24 oktobra 2014 i Serge Ranaivo, izay efa nitana ny toeran’ny minisitry ny tanora sy ny ala voly. Niteraka resabe ihany koa ny nahafatesan’ny minisitry ny angovo Rodolphe Ramanantsoa tany Mahajanga ny 20 aogositra 2016, izay efa nitazona izany toerana izany tamin’ny andron’ny tetezamita. Tsy takona afenina ny henjikenjika mahazo ireo nitondra tamin’izany. Migadra eny Antanimora i Alain Ramaroson Filoha lefitry ny Filankevitra ambonin’ny Tetezamita (CST) ary filohan’ny vaomieran’ny filaminana sy fandriampahalemana tamin’izany. Torak’izany ihany koa i Augustin Andriamananoro, minisitry ny paositra sy fifandraisan-davitra. Ny kolonely Charles dia efa nolazoin’ny aretina sy efa nogadrain’ny tetezamita ihany. Ny kolonely Lylison, izay enjehin’ny mpitondra fatratra ankehitriny ary miery mandrak’androany. Maro no manana olana ara-pianakaviana, ka misy ny nisara-bady, misy ny avy bokan-trosa, ka lasa nivarotena sy nisolelaka amin’ny HVM. Anisan’ny tena nisian’ny mpamadika palitao be indrindra ihany koa iny fitondrana iny, ka ireo niaraka tamin’i Andry Rajoelina dia tsy vitsy no namela irery azy ka nanara-dia ny HVM toa an’i Maharante Jean de Dieu, Ndahimananjara Johanita, Riana Andriamandavy … Ireo nisafidy ny handeha irery toa an-dry Hajo Andrianainarivelo sy ry Camille Vital kosa dia tsy manana hery ara-politika intsony na dia miezaka mafy andro aman’alina aza. Ireo nitampikitra amin’i Andry Rajoelina dia toy ny zaza tsy misy mpiahy fa miady irery ary efa malemy tanteraka.

Toky R.

Midi Madagasikara38 partages

Karaté : Objectif Tokyo 2020

Le karaté fera sa rentrée officielle aux jeux olympiques en 2020, plus d’essai ni de démonstration. Et Madagascar peut faire aussi la différence pour cette première fois. Georges Hafizou, entraîneur de la championne du monde de karaté nous explique sa vision.

Midi Madagasikara : Comment avez-vous trouvé le niveau du karaté malagasy ?     

Georges Hafizou : « il y a un très bon niveau par rapport à quelques vidéos que j’ai pu visionner ici et là ! J’ai de sérieux contacts sur place à Madagascar et bien sûr, avec l’aide et le soutien de la coopération régionale de Couderc Monique, cela nous permettra de nous installer dans la continuité, de suivre ce qui se fait sur place avec les techniciens malgaches et surtout de mettre en place une structure de haut niveau et un suivi des jeunes malgaches prometteurs.

M.M. : Quels sont vos objectifs ?

G.H. : Evidemment les Jeux olympiques de 2020. Avec l’apport technique et l’expérience de techniciens comme Felana, je pense revenir fin janvier pour la prochaine compétition.

M.M. : Avez-vous déjà des protégés ?

G.H. : « Comme j’ai dit, pour progresser il faut voyager et aller combattre les meilleures Nations donc il faudra des moyens …J’ai confiance. On va réussir avec l’aide de tout le monde. J’avoue que c’est un projet ambitieux mais qui mérite d’être soutenu ».

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara31 partages

Fête de Noël : La Commune d’Alasora n’a oublié personne

Le « Sehatra Maitso » de la Commune Rurale d’Alasora étalant les denrées alimentaires a été inondé par une foule.

La magie de Noël frappe, comme tous les ans, la Commune Rurale d’Alasora. En effet, hier elle a procédé à la distribution de denrées alimentaires et de jouets pour les enfants. Le « Sehatra Maitso » de la Commune, le lieu où ont été effectuées ces distributions, s’est transformé en un petit paradis. Car 2 000 personnes – dont 1 200 des indigents, 800 des personnes âgées de plus de 70 ans et 600 enfants – ont bénéficié de quelques litres d’huile alimentaire, de quelques kilos de riz et des jouets. Lors de son discours, Marc Ramiaranjatovo, le Maire d’Alasora, n’a pas manqué de citer les travaux réalisés dans la commune en l’occurrence les réhabilitations du barrage d’Antangirika et de plusieurs routes en pavé dans divers fokontany. A seulement un an après l’arrivée au pouvoir du Maire et de son équipe, la commune bouillonne d’énergie et est déterminée à en faire mieux. Notons que cette cérémonie a été honorée par les députés élus de l’Avaradrano dont Benjamin Andriamitantsoa et Jerry Andriambolaina.

Aina Bovel

Midi Madagasikara31 partages

Déclaration de patrimoine : Les Chefs de Région récalcitrants

Les récalcitrants disposent de 10 jours pour déposer leurs dossiers à Ambohibao.

Hier, le Bureau Indépendant Anti-Corruption a lancé une nouvelle interpellation à l’endroit des responsables concernés. 

« Zéro sur vingt-deux ». C’est l’information marquante de la journée d’hier. En effet, si l’on se réfère au communiqué du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), se rapportant à la déclaration de patrimoine, aucun Chef de Région ne s’est présenté à Ambohibao jusqu’ici pour déclarer ses avoirs. Les hauts responsables des régions sont toujours récalcitrants. Ils refusent de se conformer à l’obligation de patrimoine. L’article 2 de la loi n°2016-020 relative à la lutte contre la corruption prévoit pourtant que « L’obligation de déclaration de patrimoine et d’intérêts économiques doit être faite dans les trois mois qui suivent la nomination ou l’entrée en fonction ». Mis à part les Chefs de Région, tous les magistrats, les Chefs de Province, les Commissaires généraux de Province, les Préfets de Région, les Chefs districts, les maires, tout agent public occupant des postes de haute responsabilité de niveau supérieur ou égal à celui de directeur de Ministère, les membres des corps d’Administrateurs, d’Inspecteurs et Commissaires dans l’Administration publique, les chefs de formation militaire supérieur à l’échelon compagnie, les Inspecteurs de l’IGE, de l’Inspection générale de l’Armée et de l’Inspection générale de la Gendarmerie, toute personne exerçant des fonctions d’officier de police économique ou judiciaire, toute personne exerçant les fonctions d’ordonnateurs et comptables publics, ainsi que les dirigeants sociaux qui siègent au sein des établissements publics et des sociétés à participation publique, sont assujetties à la déclaration de patrimoine et d’intérêts économiques.

37,11%. Pour le moment, alors que l’on s’achemine vers la fin de cette année 2016, 3 154 hauts responsables étatiques seulement sur les 8 500 prévus pour déclarer leurs avoirs ont déposé leur dossier à Ambohibao. Soit 37,11%. Les maires refusent également de se conformer à l’obligation de déclaration de patrimoine. En cette période de fin d’année, 39 maires sur 1 695 seulement ont déclaré leurs avoirs. Les magistrats (41 sur 905), les responsables au sein de l’Armée malagasy (3 sur 20) et les agents des Domaines (6 sur 100) affichent également le même détachement. Nul n’ignore pourtant que les services des Domaines figurent en tête de liste en matière de corruptions. Pour ce qui est des parlementaires, l’on remarque que contrairement aux députés (26 seulement sur 151), les sénateurs ont répondu présents à l’appel du Bianco (51 sur 63). Même enthousiasme du côté des membres du gouvernement même si pour le moment, ce n’est pas encore à 100% (26 sur 32). Face à la réticence de certains hauts responsables, le Bureau Indépendant Anti-Corruption a lancé une nouvelle interpellation hier. Un énième appel a été lancé pour que les personnalités assujetties à la déclaration de patrimoine s’acquittent de leur obligation ou de renouveler leur déclaration d’ici la fin d’année, sous peine de sanctions. Reste à savoir si à 10 jours de la fin de l’échéance, les 63% de récalcitrants vont faire la ruée vers Ambohibao pour déclarer leurs avoirs.

Davis R

L'express de Madagascar28 partages

Beau temps ce week-­end

Le service de la Prévision météorologique à Ampan­drianomby revient sur ses prévisions de ce weekend. Hubert Andriam­parison, technicien de ce sercice a annoncé, hier, que le temps serait sec, contraire­ment à ce qui a été annoncé dans notre journal du 19 décem­bre où un prévisioniste prévoyait une abondance de pluie à Antananarivo, pendant le jour de Noël. « Dimanche, nos prévisions indiquaient des précipi­tations, mais le changement climatique a entrainé une évolution de l’atmosphère. Il n’y a que les prévisions des trois derniers joursqui sont fiables », précise Hubert Andriam­parison.

Midi Madagasikara27 partages

Secteur pêche : Une prévision de 500 milliards Ar de recettes d’exportation

Le ministre de la Pêche et des Ressources Halieutiques, Gilbert François, distribuant des vivres au personnel de son département. (Photo : Yvon Ram)

Pour le ministre de la Pêche et des Ressources Halieutiques, François Gilbert, le mot d’ordre est « pas d’exploitation des ressources halieutiques sans mesure d’accompagnement ».

Le secteur de la pêche et de l’aquaculture a connu un développement. La preuve, « les recettes d’exportation des produits halieutiques enregistrées en septembre 2016 se chiffrent à 425 milliards Ar contre 365 milliards Ar l’année précédente. Et à la fin de l’année, nous avons une prévision de 500 milliards Ar de ces recettes d’exportation. Soit une nette augmentation, sans compter les redevances sur les licences de pêche », a déclaré hier le ministre de la Pêche et des Ressources Halieutiques, François Gilbert, lors de la distribution des vivres à tout le personnel de son département en guise de reconnaissance du travail fourni et à l’occasion de l’approche des fêtes de fin d’année.

Mot d’ordre. En fait, « grâce aux efforts déployés par tous les agents du ministère, nous avons obtenu ce résultat tangible. Mais l’an prochain, nous allons encore entreprendre de nombreuses actions dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture nécessitant la prise de responsabilité de tout un chacun surtout dans l’organisation des filières prioritaires. Pour l’heure, la délivrance d’une nouvelle licence de pêche est encore gelée car nous avons une stratégie en matière de gestion de nos ressources halieutiques. Notre mot d’ordre est « pas d’exploitation de ces ressources sans mesure d’accompagnement », soit la mise en place d’une aquaculture en vue d’une gestion durable de la pêcherie au profit des générations futures », a-t-il enchaîné. A titre d’illustration, les exportateurs de crabes sont limités au nombre de quatre car ils doivent installer des écloseries avant toute exploitation.

Performances. Et au niveau des pêcheurs traditionnels, le ministère de la Pêche a contribué à leur professionnalisation en leur dotant des équipements de pêche et en leur donnant des cartes professionnelles. Leurs pirogues sont également immatriculées. « Tous les pêcheurs à Madagascar seront professionnalisés d’ici à janvier 2017. Grâce à toutes ces performances, le secteur de la pêche et de l’aquaculture est soutenu par les bailleurs de fonds. Après la Conférence des Bailleurs à Paris, Madagascar a bénéficié de financement non remboursable de 10 millions d’Euros pour la pêche et 5 millions d’Euros pour la pisciculture dans le cadre d’un dialogue politique avec l’Allemagne. Par ailleurs, nous avons déjà adopté la loi sur la pêche INN nous permettant de lutter contre les exploitations illicites des ressources halieutiques. La Banque Mondiale et l’Union Européenne sont satisfaites de toutes ces actions que nous avons entamées », a-t-il annoncé. Et parlant de la distribution de vivres, chaque agent du ministère de la Pêche a reçu un sac de 50kg de riz, un litre d’huile, un kg de sucre, des paniers de chocolat et bien évidemment… des kilos de poissons !

Navalona R.  

L'express de Madagascar26 partages

Kéré dans le Sud – L ’USAID offre une cargaison de sorgho

 L’Agence américaine pour le développement (USAID) aide la population du Sud, de nouveau victime de la sécheresse et de la famine. Elle lui octroie une cargaison de sorgho.

Ce n’est plus un secret de polichinelle, la partie Sud de l’Île fait face à une grave crise alimentaire. Frappées de plein fouet depuis 2013 par trois sécheresses consécutives, 900 000 personnes des régions d’Atsimo-Andrefana, Anosy et Androy, soit environ la moitié de la population du Sud, sont confrontées à la faim, le « Kéré », et ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), la situation d’insécurité alimentaire pourrait se détériorer davantage au cours des prochains mois si l’augmentation de l’aide humanitaire et les interventions visant la réhabilitation des moyens d’existence ne se matérialisaient pas dans les plus brefs délais.La situation a empiré cette année, notamment avec l’impact du phénomène d’El Niño qui a étendu la période de sécheresse. Dans sa réponse au « Kéré », le gouvernement américain par le biais l’Agence américaine pour le développement international (USAID) a fourni au PAM un financement d’un montant de cinq millions de dollars afin de permettre à cet organisme onusien d’apporter une assistance à travers des distributions générales de vivres et de compléments alimentaires.Ainsi, mardi matin, une première cargaison de 4 000 tonnes de sorgho, gracieusement offertes par le peuple américain à la population malgache, a été réceptionnée officiellement au port, en présence du préfet de Toliara, Edwald Andranjafinaivo, et des autorités locales, de la directrice du bureau de la sécurité alimentaire et de l’assistance aux catastrophes auprès de l’USAID, Carrie Antal, et de l’adjointe de la représentante du PAM à Madagascar, Fatimata Sidibe.

UrgenceSelon cette dernière, le sorgho donné par l’USAID est une des denrées alimentaires distribuées dans le cadre de cette assistance d’urgence au profit d’un million de personnes dans les districts les plus affectés qui sont Amboasary, Tsihombe, Beloha, Ampanihy,Betioky, ainsi qu’une partie de Toliara et Tolagnaro, ce jusqu’à la prochaine récolte attendue en avril 2017.« Le sorgho donné à cette occasion est uniquement destiné à la consommation. Il est riche en nutriments. Par conséquent, il convient à la santé et l’état nutritionnel des bénéficiaires, notamment les femmes enceintes et allaitantes et les enfants », a confirmé Carrie Antal de l’USAID.

Francis Ramanantsoa

Madagascar Tribune25 partages

« Contre l’injustice, la corruption et les inégalités » : Et après ?

Dix-sept ans après la table ronde sur l’Ethique politique (3 et 4 mars 1999) à Mahamasina organisée par le LEADER Fanilo, l’appel émis à la fin du conclave continue d’être d’actualité, du fait qu’il n’a pas trouvé de récepteur jusqu’à présent. En somme il s’agissait de réduire la pléthore de partis politiques de l’époque (une vingtaine) afin de donner de la latitude au jeu démocratique –avec quelques formations il est plus facile de choisir entre les différents projets de société et programmes de gouvernement.

Depuis malheureusement, les séquelles se sont bien aggravées. En tant qu’art de gouverner la cité, la politique tient de pilier à la bonne marche des affaires d’un pays. Madagascar a ainsi l’essentiel de la réponse à son questionnement sur le pourquoi de sa situation présente. Actuellement ce sont tous les domaines de la société qui se trouvent déréglés. L’Etat ne joue plus son rôle : les personnes à ses commandes n’y sont que pour tirer leur profit personnel. Le peuple est en désarroi. Le chaos guette. Il n’y a pas lieu de compter sur les étrangers ; ce pays n’est pas le leur ; ils sont là avant tout pour leurs intérêts particuliers et/ou de leur contrée d’origine. C’est à nous Malagasy d’être en première ligne pour redresser notre cher Madagascar. De ce fait nos errements (passés, présents et futurs) n’ont de premiers responsables que nous-mêmes.

Le LEADER Fanilo a considéré dès sa création la thématique de la « refondation ». Le R de l’acronyme en effet signifie « Reconstruction nationale ». Que ce soit « Refondation », « reconstruction », « rénovation », « refonte », …, ça revient au même. A la différence qu’en 2016 les défis y afférent se trouvent bien multipliés. Il ne faut pas que cette quête de la refondation (ou reconstruction) devient un alibi pour démettre l’actuel pouvoir et remarcher exactement sur leurs pas ainsi que leurs prédécesseurs. Dépendamment de la situation qui se présente, mais avec un a priori que les personnes qui tirent profit de l’actuelle situation feront de la résistance, le mode recouru pour atteindre les objectifs variera...

Si on considère qu’on va focaliser cette Reconstruction sur la République : osera-t-on aller jusqu’au fond de la question ? Pour en finir avec les successions de républiques factices, il le faut. Quand eut lieu la tentative d’implantation de la toute première république à Madagascar ? Il va de soi qu’il faut une nouvelle loi fondamentale, une nouvelle date de fête nationale, un nouveau drapeau, un nouvel hymne, … Osera-t-on ? Ceux qui parlent de refondation ici et là le songent-ils ?

Le meilleur reste résolument à venir pour Madagascar. Le cheminement d’autres pays, partageant une situation similaire à celle de la Grande île actuelle encore il y a quelques temps, vers un mieux-être appréciable pour sa population est une source constante d’espoir et de motivation. De toute façon la vie est faite pour être vécue de manière digne. Tel est l’humain !

Hasina Raveloson

Midi Madagasikara23 partages

Portrait : Mirana Razafindrazaka, ONG CID

Communication-Idea-Development ou ONG Hai-Serasera Manonga Dia

« Améliorer la participation citoyenne dans la vie de tous les jours »

Ils sont issus du monde des médias et de la communication. Ce sont pour la plupart des universitaires. Et à la tête de cette ONG CID, Mirana Razafindrazaka.

C’est une juriste doublée d’un diplôme de journalisme économique qui est à la tête du conseil d’administration de l’ONG CID. Maman, sœur, journaliste, c’est quelqu’un de très calme et pondéré d’où le choix de ses pairs de la mettre à la tête de leur association. «La particularité de cette ONG est qu’elle est spécialisée dans le monitoring des médias, et qu’elle est composée de jeunes gens qui travaillent sur la base du volontariat. L’ONG n’est donc associée à aucun parti politique ni à aucune confession. Développement des médias et participation citoyenne sont leurs principaux objectifs ». Ils sont surtout connus par le monitoring des médias qu’ils font. « Le monitoring des médias peut être assimilé à la veille médiatique sur un thème en particulier. Ces thèmes peuvent être les élections ou la communication institutionnelle » 

Ainsi, ils ne pensent qu’aux développements des médias et renforcement de la participation citoyenne. La cérémonie de lancement des activités de l’ONG Communication-Idea-Development ou ONG Hai-Serasera Manonga Dia a eu lieu le 28 octobre dernier. Comme l’ONG a développé une expertise en matière de monitoring des médias, elle la met au service de la population malgache de différentes manières. Ainsi, elle a créé un groupe de discussion sur Facebook dénommé « Talilisoa », pour partager des informations et pour lancer aussi des débats sur des thèmes qui devraient intéresser les citoyens malgaches. « C’est une des façons pour l’ONG de promouvoir la participation citoyenne », dixit la présidente Mirana Razafindrazaka.

L’ONG organise aussi des débats publics, dans lesquels elle convie des journalistes et des membres d’institutions étatiques et également, des organisations de la société civile. En résumé, l’ONG oeuvre dans l’analyse des médias, dans la promotion des droits humains plus particulièrement du droit à l’information, mais aussi dans la promotion de la paix sociale, dans le processus électoral, ainsi que dans le renforcement de la démocratie et de la bonne gouvernance.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara23 partages

Toamasina : Mitatao ny loza ho an’ny mpandeha vokatry ny gaboraraka

Efa herinandro izao dia niara-nihetsika sy niara-nisalahy ny talem-paritry ny fitaterana sy ny famantarana ny toetr’andro Atsinanana, sy ny ivon-toeran’ny fitaterana an-tanety eto Toamasina, ny zandary, ary ny vondron’ny kaoperativa eto Toamasina manao zotra nasionaly sy rezionaly ary ny suburbain, amin’ny fanaraha-maso ireo kaoperativa mpitatitra olona amin’izao an-katoky ny fety izao.

Ny amin’ny lalam-pirenena faha-5 izay tena ahitana ny gaboraraka no anaovan’izy ireo ny fanaraha-maso sy fisavana ataon’izy ireo miaraka. Tao anatin’izay herinandro nanaovan’izy ireo ny fisavana izay, dia ny resaka fahazoan-dàlana mitatitra olona indrindra ireo mpitatitra olona mihazo an’Ambodiriana, ny tsy fisian’ny boky kely fanoratana ny anaran’ireo mpandeha sy ny tapakila mikasika azy ireo izay amin’ireo fiara manao ny zotra Vavatenina sy Soanierana Ivongo, ary ny olana amin’ny fiantohana ny fiara, no tena olana hita amin’ireo mpitatitra olona voasava hatramin’ny omaly. Fanaraha-maso ary fampanarahana ny làlana no anjaran’ny talem-paritra sy ny ATT ary ny vondron’ny kaoperativa mandritra izao fanaraha-maso izao, ireo zandary kosa no manasazy ho an’ireo mpandika lalàna. Ny tanjona amin’izao hetsika izao, dia ny tsy hisian’ny lozam-pifamoivoizana hamoizana ain’olona amin’izao an-katoky ny fetin’ny krismasy sy ny taom-baovao izao, ary entina ihany koa ampahafantarana ireo mpitatitra olona, fa misy lalànany ny asa ataon’izy ireo; izay miantoka ny ain’ny mpandeha.

Santatra izao hetsika izao araka ny nambaran-dRtoa Narove Mamy talem-paritra, hisy matetika izany amin’ny taona vaovao io, ho fanatsarana ny fitateram-bahoaka eto Toamasina sy ny manodidina. Niatrika ny fisavana natao Atoa Razakasoa Rivo talen’ny ATT Toamasina, sy Atoa Lalahy Iavison lehiben’ny vondron’ny kaoperativa nasionaly sy rezionaly ary suburbain eto Toamasina .

Malala Didier

Midi Madagasikara22 partages

Coopérative Mirindra : 20 ans déjà

La coopérative de transport Mirindra marche sur ses 20 ans. En effet, elle a été créée en 1996. Depuis, Mirindra n’a cessé d’améliorer et d’harmoniser ses méthodes de travail. Cette coopérative a ainsi équipé ses taxis-be (lignes 163 et 194) de GPS, depuis plusieurs mois. Une innovation dans ce secteur. La célébration de cet anniversaire s’est tenue, hier, dans le local de cette coopérative, sis à Alasora. Selon le président de cette coopérative, Andrianarisoa Jean Lanto, outre le GPS, Mirindra vient d’être doté également d’un véhicule de contrôle, un 4×4 Pick-up d’une valeur de 60 millions d’ariary. C’est également un véhicule d’intervention, équipé de ce fait d’un ordinateur. La journée d’hier a été aussi marquée par l’inauguration d’une salle de formation.  

Dominique R.  

Midi Madagasikara21 partages

Famonoana ny ben’ny tanànan’i Betsinjake Toliara II : Niravona ny olana, nandoa onitra vola 6 tapitri...

 Nanoloana ny famonoan’ ireo andiana mpitarika posy avy any Androy tamin’ny fira famaky sy daroka ny ben’ny tanànan’i Betsinjake Toliara II (Maire Rakoto) sy ny zandriny, izay naratra mafy sady tsy nahatsiaro tena, ny alin’ny 30 novembra lasa teo, dia niravona ihany ny olana, ny talata hariva teo, tao amin’ny biraon’ny faritra Atsimo Andrefana, taorian’ny fampihavanana nataon’ny fiadidian’ny faritra notarihan’ny lehiben’ ny faritra, ny Kolonely Rabe Jules nentina nitadiavam-bahaolana mba hisorohana ny disadisa tsy hihitatra ho lasa adim-poko.  “ Natao iny fampihavanana ara-pomban-drazana  araka ny fomba aty Atsimokabary ambany kily” iny, mba hisorohana ny adim-poko eo amin’ny foko Tanalana fiavian’ingahy ben’ny tanàna sy ny foko Antandroy misy an’ireo mpitarika posy namono ”, hoy ny fanazavana azo.

Taorian’ny adi-hevitra mafonja teo amin’ny foko roa tonta, dia tapaka ary fa handoa onitra enina tapitrisa ariary ny foko Antandroy, izay nandratra ny ben’ny tanànan’i Betsinjake sy ny zandriny. “ Natao izao mba hisian’ny filaminana tsy hisian’ny valifaty intsony, satria tena raharaha natahoran’ny maro mety hiteraka ady saritaka sy rà mandriaka ny famonoana an’i Maire Rakoto iny “, hoy ireo Sojabe avy amin’ny foko roa tonta, nitafa tamin’ny mpano gazety. “ Inoana izany fa hilamina sy hivalona hatreo iny raharaha ”, hoy ireto Sojabe namarana ny fanazavany.

 Eric Manitrisa

Midi Madagasikara21 partages

Kidnapping tetsy Ankorondrano : Tsy nisy “plainte” tonga eny amin’ny pôlisy

Nalaina an-keriny teo Ankorondrano, manodidina ny tamin’ny fito ora sy sasany hariva, afak’omaly ny karàna iray izay tompon’ny orinasa mpivarotra fiara sy môtô eo Ankorondrano. Hatramin’ny omaly, dia mbola tsy hita izay nanaovan’ireo olon-dratsy azy io, raha araka ny fahafantaran’ny mpitandro ny filaminana miandraikitra ny heloka bevava. Ny teo anivon’ny pôlisy dia nanambara mazava, fa tsy mba nisy fitarainana na fampandrenesana avy amin’ny fianakaviany mahakasika ny fisian’ity raharaha ity. Olon-tsotra sy ny gazety no nahafantaran’izy ireo ny zava-nitranga. Na izany aza dia efa azo nanokafana fanadihadiana izany. Isan’ny manahirana amin’itony raharaha fakàna an-keriny itony, ny tsy faneken’ny fianakavian’ny olona voakasika ny hiara-hiasa amin’ny mpitandro ny filaminana. Rehefa ampitahorin’ny jiolahy izy ireo, fa raha vao miantso manampahefana dia vonoina avy hatrany ilay havany,  dia manaiky tokoa. Vokany, lasa faran’izay mora amin’ny jiolahy ny manatontosa kidnapping. Ny hany sarotra dia ny fangalana ilay olona sisa. Ny tohiny mantsy dia efa fantatr’ireo fa tsy ho lasa lavitra ny fanadihadiana. Misy mihitsy ny karàna no in-droa na in-telo niharan’ny kidnapping teto Andrenivohitra, satria zatra ny làlan-dririnina ireo jiolahy izay mety mahatsikaritra izany fahamorana izany. Toa matoky tena rahateo ireo, satria tsy mijanona ela any am-ponja izany noho ny fananany “lamosina” matanjaka. Mazava ireny fitarainan’ny mpitandro ny filaminana ireny, fa rehefa mba mahazo olona izy ireo amin’ny resaka kidnapping, dia saika olona efa mpamerin-keloka, ary heloka mitovy hatrany. Olona mbola tsy nahavita sazy akory, dia efa miverina manao fakana an-keriny indray. Izany hatrany no miverimberina ao anatin’ny raharaha kidnapping. Nisy fotoana dia ny pôlisy frantsay no voatery niditra an-tsehatra ireo namany Malagasy tamin’ny fanaovana fanadihadiana momba ireo mpanao ratsy amin’io resaka io eto amin’ny Nosy. Teo amin’ny roa herinandro teo izy ireo dia nahavita nanangona dosie maro izay notanany ho tsiambaratelo ary nalefa avy hatrany tany amin’ny praiminisitra tamin’izany fotoana. Tsy afaka ny nanao fisamborana izy ireo, satria tsy manana fahefana amin’izany, saingy nanome anarana maro kosa tao anatin’ilay dosie. Aiza ho aiza ny tohin’izany?

D.R

Midi Madagasikara21 partages

Ihosy : Vazaha voaroba, najavona ny vola 3 tapitrisa ariary

Teratany vahiny iray manodidina ny 55 taona no nisy nandroba tao amin’ny efitrano nivantanany, afak’omaly, tany Ihosy, ka very tamin’izany ny volany telo tapitrisa ariary. Raha ny fantatra, dia handeha hitsidika ny valan-javaboary ao Isalo ity vazaha ity no nijanona ka natory tao Ihosy, ary ny maraina vao saika hanohy ny diany. Nahatsiaro tena ho nangina irery angamba ity lehilahy ity, ka naka namana zanaky ny alina niara-natory taminy, sady nanala azy niara-nisotro. Ankona ity vazaha ity noho naraina ny andro fa najavona ny volany, ary tsy hita ihany koa ny najavonan’ilay tovovavy mpivaro-tena “ampela an-tsena”, izay karohina fatratra amin’izao, hoy ny loharanom-baovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara20 partages

Airtel Madagascar : Noël pour les plus démunis

Le DG d’Airtel Madagascar Maixent Bekangba, lors de la remise de dons au Fokontany d’Ankazomanga.

Les fêtes de fin d’année riment avec actions sociales pour Airtel Madagascar qui affiche plus que jamais sa volonté d’être aux côtés des plus démunis. L’entreprise fait le tour des écoles à l’approche des réjouissances de noël et de fin d’année. Ainsi, Airtel et son personnel ont apporté de la joie au coeur des élèves de l’EPP Mahavelona, de l’EPP Imerimanjaka, aux enfants handicapés de la maison de la charité, ainsi que des populations du fokontany d’Ankazomanga et d’Ankorondrano.

Et si les écoliers de l’EPP Mahavelona étaient à l’honneur, le 21 décembre dernier, hier, c’était au tour des riverains des Fokontany d’Ankazomanga et d’Ankorondrano de recevoir la visite de l’opérateur qui a remis pour l’occasion plus de 200 repas aux familles nécessiteuses. Les enfants, quant à eux, ont également reçu des friandises. « …Le volet social fait partie de nos engagements et de notre politique RSE. C’est la raison pour laquelle, nous n’hésitons pas – à chaque fois que l’occasion se présente – de faire un geste de solidarité en faveur des populations que nous servons et ce n’est pas uniquement en période de fête que nous agissons mais tout au long de l’année…», s’est exprimé Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel Madagascar. « Par le biais de ces actions, nous restons fidèles à nos valeurs de solidarité, de respect et de dynamisme », a-t-il rajouté.

R.Edmond

Midi Madagasikara20 partages

Vendredi joli

# Sacha Bam Bam au Le Ballon rouge Itaosy. Certains ont fait sa connaissance dans le milieu de la mode. Le talent de Sacha Bam Bam ne se limite pas seulement à la création. C’est également une chanteuse qui en envoie et qui fait danser tous les amateurs de musique mafana, à chaque fois. Ce soir, elle ne manquera certainement pas de mettre de l’ambiance au Ballon rouge Itaosy.

# Melky chez Art Goût Ivato. Avec elle aux commandes, pas le temps de s’ennuyer ! Touchant à tous les registres et maîtrisant tous les rythmes, Melky fait tout aussi bien le bonheur des romantiques que ceux qui aiment bouger. Interprète de talent, elle se glisse également de temps à autre dans la peau de ses idoles… pour le grand bonheur de tous les noctambules mais également pour son propre plaisir.

# Sylange au Glacier. Elle s’est faite assez discrète ces derniers mois, dans la Capitale du moins. Aujourd’hui, le temps des pauses est terminé !  Sylange : le Tsiliva féminin, revient avec de nouveaux titres et l’envie de briller à nouveau au firmament du kilalaka. Pour la découvrir, c’est ce soir, au Glacier Analakely.

# Samoela à l’espace Miandra-Zo. Pour l’interprète de « zana-bahoaka », il n’y a pas de petits et de grands spectacles. Quand l’auteur « Monsieur Bandy akama » se produit en cabaret, c’est toujours entouré au grand complet. Et parfois, il réserve même de très belles surprises. # Willy au Jao’s Pub.

# Mika Davis au Piment Café. Avec eux, on s’attend toujours à être surpris et on n’est jamais déçu ! Un duo d’exception qui sait parfaitement s’adapter à toutes les circonstances et qui ne manque jamais d’éblouir tous ceux qui viennent le voir chanter… C’est ainsi que beaucoup se rappellent Mika Davis. Ce soir, ils feront encore certainement rêver les  mélomanes. Avis aux amateurs !

# Black Nadia au Cemes Betongolo. Show devant ! La reine du copier-coller sera sous les feux des projecteurs ce soir. Elle reprendra tous ses grands succès et mettra certainement le feu au Cemes Betongolo. D’ailleurs, la soirée a été intitulé « grand bal mangotroka ».

# Rolf Imiangaly, Silo power trio et Jaojoby à l’HDA. A la veille des fêtes de noël, l’équipe de l’Hôtel de l’Avenue a mis le paquet. Elle mettra donc ce soir à l’affiche trois  artistes que préfèrent particulièrement les mélomanes. Se succèderont donc ce soir le roi du salegy, le multi       l’instrumentiste et le couple Rolf – Imiangaly qui sera accompagné par Julie Ratefy, Nads, Natiana, Tasha et Mahalia. Si les artistes réservent des surprises ? Seuls ceux qui seront au rendez-vous le sauront. En tout cas, la soirée s’annonce inédite !Mahetsaka

Tia Tanindranaza19 partages

Fanambaram-panananaMalaina ny mpitondra, misy afenina angaha ?

26 amin’ireo minisitra 32 ihany hatreto no efa nanao fanambaram-pananana, raha ny vaovao azo avy eo anivon’ny Birao mahaleotena miady amin’ny kolikoly na ny Bianco.

Hatramin’ireo mpanara-maso ny asam-panjakana

Tsara ihany koa ny manamarika fa 18 amin’ireo 30 mpanara-maso ny raharaham-panjakana ihany koa no efa nanambara ny fananany aloha hatreto. Raha ny mikasika irony antsoina hoe ofisien’ny polisim-pitsarana (officier de police judiciaire) irony indray kosa no lazaina dia 1943 amin’ireo 2923 ny an’ny avy eo anivon’ny zandarimariam-pirenena (GN) ary 437 amin’ny 491 izany ho an’ny polisim-pirenena (PN). Raha atotaly izany izay rehetra izay dia 3154 amin’ny 8500, izany hoe 37,11 amin’ireo tompon’andraiki-panjakana tokony hanao fanambaram-pananana ihany no efa nahavita izany hatreto. Ny Bianco anefa dia toy ny fotsy rora hatrany mampatsiahy araka ny andininy faha-2 sy faha-5 ary 34 amin’ny lalàna laharana 2016-020 tamin’ny 22 aogositra 2016 mikasika ny ady amin’ny kolikoly sy ny andininy faha- 40 sy 41 amin’ny lalàmpanorenana fa tokony hanao ny fanambaram-pananany sy hanavao izany isan-taona ireo tompon’andraiki-panjakana rehetra.

Mirija

L'express de Madagascar18 partages

Administration – Le concours d’entrée à la douane patine

Un dossier dans le marbre   Le recrutement de 280 employés de l’administration douanière patine. Après le test de présélection organisé le 22 août, les candidats doivent passer à une autre étape, celle de la phase d’admission. Quatre mois après, ils restent sans nouvelle des résultats ou du calendrier officiel de la suite du processus du recrutement. Certaines sources au sein du ministère des Finances avaient évoqué en novembre la tenue de cette ultime étape pour ce mois de décembre. « Nous sommes en train de procéder à la saisie des notes dans le logiciel de traitement et de correction en cours. La phase d’admission devrait se tenir au mois de décembre », avait souligné notre source.Près de 15 000 candidats ont participé à ce concours d’entrée à l’administration douanière. Avant de décrocher un poste au sein de la douane, tout candidat ayant un dossier complet doit participer à un test de présélection mais seule la moitié sera admise à la phase d’admission. Ceux qui réussiront au concours final suivront une formation à l’école supérieure des douanes. A l’issue de cette formation, ils intégreront le corps de l’administration douanière.

L.R.

Madagascar Tribune16 partages

Opération Mazava en place

Trente dahalo ont été abattus dans les environs d’Iakora dans le sud et les zébus volés ont tous été remis à leurs propriétaires ; c’est le résultat d’une mission militaire héliportée inopinée, qui, au départ était destinée à convoyer des médicaments aux localités en proie à l’épidémie de peste à Befotaka et Iakora et Midongy Sud, mais pour l’urgence a effectué la chasse aux dahalo. La mission est apparemment exceptionnelle à croire les responsables des forces de l’ordre. Mais les revendications des élus du Sud et de la population pour que l’Etat affecte des hélicoptères et étoffe les moyens logistiques et les ressources allouées à la lutte contre l’insécurité et les vols de zébus sont en cours de satisfaction. L’ « Opération Mazava » est en train d’être mise en place.

D’après le général Anthony qui dirige les Renseignements et la Communication de la Gendarmerie nationale, l’ « Opération Mazava » dispose d’un effectif de 600 éléments (militaires et gendarmes). Cette « Opération Mazava » s’applique aux zones limitrophes de nombreuses régions et districts telles Tsiroanomandidy/Miandrivazo et Vakinankaratra, Ambatofinandrahana/Ambositra, puis Fianarantsoa/Isandra/Ikalamavony. L’Unité Spéciale Anti-Dahalo (USAD) de la Gendarmerie nationale pour sa part s’occupe de la partie sud du pays.

Le général Anthony note que la lutte contre les dahalo s’étend jusque dans le Boeny, la Sofia et la Betsiboka où sévit aussi le grand banditisme rural.

Midi Madagasikara16 partages

Artisanat malgache : Un appel au partenariat pour exploiter les potentialités de l’Itasy

Un débat ouvert sur les artisans malgaches. Dans le cadre du projet : « Nouvelle Ville de l’Imamo » au sein du District d’Arivonimamo, le Comité de Coordination de Développement de l’Imamo (CCDI) a organisé, avant-hier, à la Biblothèque Nationale Anosy le « Dialogue 4S »

Ce dialogue met en scène 4 secteurs : le secteur public, privé, financier et la société civile pour discuter de la place de l’artisanat à Madagascar et de la faisabilité du projet de la nouvelle ville artisanale sous le thème : « Artisans malgaches, acteurs et bénéficiaires du développement intégré ». En effet,  selon le Directeur Général de la Promotion de l’Artisanat, Julien Rakotonaivo, cet atelier est vraiment important vu l’envergure de l’artisanat malgache qui s’est vraiment sentie durant la Francophonie ainsi que  différents évènements qui mettent en avant la culture malgache. Le CCDI a alors défini les objectifs suivants : développer une approche de collaboration, de synergie et de coordination entre les 4 secteurs, cultiver un esprit de développement à Madagascar, valoriser et  capitaliser les ressources naturelles et culturelles du pays, inciter une nouvelle dynamique socio-économique mais surtout  manifester un appel au partenariat pour exploiter les potentialités de développement, les produits agricoles et les ressources naturelles de la région d’Itasy. Dans ce sens, les participants attendent que découlent  de ce débat des solutions aux problèmes des artisans, une fluctuation des coopérations mais également la venue des bailleurs de fonds et des partenaires comme la Société Ecologie Design.

Rova R. (Stagiaire)

News Mada15 partages

Ady amin’ny kolikoly : 124 ireo depiote tsy mbola nanao fanambaram-pananana

 Miziriziry fotsiny izao ? Navoakan’ny Bianco, omaly ny antontanisa farany ho an’ny volana novambra momba ny fanambaram-pananan’ireo tompon’andraikitra eto amintsika. Depiote 124 amin’ireo 150 no tsy nahavita izany.

 

Araka ny antontanisa navoakan’ny Bianco, vao depiote 26 ihany no hany nahavita nanao ny fanambaram-pananana teny amin’ny HCC. 51 amin’izy 62 kosa ireo loholona nanao izany. Ho an’ny mpikamban’ny governemanta, 26 amin’ireo 32 efa nahavita. Samy efa nanao ny fanambaram-pananany kosa ireo mpikambana eo anivon’ny HCC etsy Ambohidahy.  Ny tena misongadina ary zary henatra ho an’ny firenena, indrindra fa ny fametrahana ny fanjakana tan-dalana ny amin’ireo lehiben’ny faritra miisa 22. Samy tsy mbola nanao izany izy rehetra ireo. 41 ihany no nahavita izany amin’ireo mpitsara 905. Ireo ben’ny Tanàna indray, zara fa mba nisy nahavita fanambaram-pananana. 39 ihany amin’ireo 1695 ny nanao izany. Tahaka izany ireo mpiasam-panjakana ambony. 242 ireo nahavita amin’ireo 2 000 latsaka kely.

Ho an’ny sokajy fahavalo, zara fa nanao izany ny eo anivon’ny Tafika. Telo ihany amin’ireo 20 izy ireo. Ny zandary indray, 45 ireo nanao fanambaram-pananana amin’ireo 75. Mbola vitsy koa ireo mpiasan’ny fananantany nahavita. Enina amin’ireo 100 tokony hanao no hany nahavita ny fanambaram-pananany. Tsy mifanalavitra amin’izany ny eny anivon’ny fadin-tseranana. 26 ihany ireo nahavita amin’ireo 99. Ho an’ny mpiasan’ny hetra, 110 nahavita amin’ireo 134. Mbola ny 18 amin’ireo 30 ao amin’ny mpisafon-draharaham-panjakana (IGE) no hany nanao izany.

Figadrana dimy taona

Raha fintinina, tompon’andraikitra ambony 3 154 ihany amin’ireo 8500 tokony ho nanao fanambaram-pananana no hany nahavita ny azy. Mazava anefa ny voalazan’ny lalàna fa tokony higadra sy handoa onitra ireo tsy nahavita izany ara-potoana. Anisan’ny misongadina amin’ny lalàna momba ny ady atao amin’ny kolikoly anefa fa azo atao ny manenjika ireo manampahefana tsy mahavita na tsy manao ny fanambaram-pananana. Tonga hatrany amin’ny sazy izany, toy ny fidirana an-tranomaizina dimy taona, miampy lamandy 10 tapitrisa Ar. Midika fa mbola lavitra ezaka ity fametrahana fanjakana tsara tantana,  indrindra ny ady amin’ny kolikoly ity.

Synèse R.

Midi Madagasikara15 partages

TGC & Friends : Sold out pour le concert de ce soir !

Sold out ! Le concert que TGC donnera avec ses « friends » ce soir à La City Ivandry est à guichet fermé. Tous les tickets ont été vendus. Plus de places disponibles, cette 3e édition a suscité la curiosité musicale de tout le monde. De leurs côtés, les artistes ont enchaîné les répétitions, avec les artistes invités, et cela sonne déjà unique et inédit. Ceux qui ont pu se procurer les billets pourront donc faire cette découverte musicale, les autres pourront se rattraper mercredi prochain au Village de Noël à Andohatapenaka, et devront se contenter de TGC, qui est tout aussi bien.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara15 partages

Football – Coupe de Noël : La commune Mahereza en pleine préparation

La commune Mahereza organise une Coupe de Noël  ce 24 décembre 2016. Cette coupe sera sponsorisée par Madasun et Cnaps. Les 2 derniers ont donné  à Johnny Rakotoarisoa, Maire de la commune Mahereza des matériaux complets comme les maillots ainsi que des ballons de football. La collaboration entre les 2 sponsors et la commune Mahereza ne s’arrêtera pas à cette coupe. Apparemment, la coopération entre l’ONG Madasun et CNaPS s’étend sur tout le pays. Ce genre de sponsoring  n’a aucun intérêt avec la politique. C’est juste des actions pour le développement du sport à Madagascar.

Sendra R. (Stagiaire) 

Midi Madagasikara14 partages

PSD : Célébration de ses 60 ans d’existence

28-12-1956/28-12-2016. Le parti social démocrate de Madagascar (PSD) aura bientôt 60 ans. Ce parti fondé par le premier président de la République, Philibert Tsiranana, a débuté la célébration de ses 60 ans d’existence le 17 décembre dernier, à Mahajanga. Faut-il rappeler que ce parti a vu le jour dans la cité des fleurs. Lors de son allocution, le Secrétaire national du PSD, Bezaza Marie Eliana, a souligné que la célébration va s’étaler jusqu’en 2017. L’un des objectifs étant de faire connaître l’histoire de la Grande Ile à travers des expositions. A cet effet, ce parti fera le tour des différentes régions du pays. C’est une façon également de revitaliser et de faire connaître davantage ce parti. D’ailleurs, c’est peut-être la raison pour laquelle le PSD a porté son choix sur une jeune femme dynamique pour diriger le parti. 

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara14 partages

SOCIO… SCOPIE

Passeport électronique. Jusqu’ici, aucun passeport électronique n’est délivré par le service de l’immigration et de l’émigration auprès du ministère de l’Interieur et de la Décentralisation. Cause: panne de machine qui a duré presque une semaine. Ce qui ne manque pas de déranger les voyageurs à cause des pénalisations qui leur sont affligées sur leurs billets d’avion.

Arnaud R.

Midi Madagasikara13 partages

Responsabilité sociétale d’entreprise : Va pour la deuxième édition en 2017

« La responsabilité sociétale d’entreprise (rse) n’est pas encore connue de la majorité. Et les entreprises sont vivement encouragées à mettre en place une vraie politique allant dans ce sens ». Un message lancé par Ulrichia Rabefitiavana, cofondatrice du cabinet ur-CSR Consulting et qui résume la situation actuelle à Madagascar. La responsabilité sociétale incombe en effet à chaque entreprise et à sa contribution dans le développement aussi bien économique qu’humain des différentes localités. C’est d’ailleurs dans ce cadre qu’a été initié le premier salon de la HRSE et du développement durable durant le mois de juillet dernier. Une initiative qui a récemment continué avec la capitalisation des acquis durant ledit salon et qui s’est soldée par la mise en place d’un guide RSE et développement durable. Un guide «  Destiné pour les entreprises, ce guide n’a pas été conçu de façon sectorielle et est destiné à toutes les entreprises. De celles qui ont déjà mis en place une politique de RSE mais qui veulent la développer, à celles qui n’ont jamais initié une telle politique. Et enfin, pour les entreprises qui pensent le faire » d’après toujours Ulrichia Rabefitiavana. Avant d’ajouter qu’un prochain salon, une deuxième édition sera organisée l’année prochaine.

José Belalahy

Midi Madagasikara13 partages

Feline : Dons pour des familles défavorisées

Comme chaque année, le groupe Feline effectue une action sociale auprès des plus défavorisés. Cette fois-ci, ils se sont déplacés à Anatihazo Isotry où ils ont distribué une tonne de riz,  50 kg de bonbons, et des centaines de jouets à plus de 500 familles habitant les 5 fokontany d’Anatihazo Isotry, mais aussi d’Andohanimandroseza, Ivato, Ankadivato et Antsakaviro, où se trouvent les divers sites du groupe. Ce généreux geste, l’entreprise le fait pour rappeler que malgré son enseigne qui propose des parfums de luxe, elle n’oublie pas les plus nécessiteux. Un engagement sociétal devenu une véritable tradition pour l’enseigne.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara13 partages

M2PATE : Distribution de 2016 certificats fonciers à Ankazobe

Après Anjozorobe, c’était au tour du District d’Ankazobe d’obtenir des certificats fonciers. En effet, 2016 certificats fonciers y ont été distribués par le Ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (ME2PATE) hier dont 1150 pour la Commune rurale de Miantso et 866 pour celle de Fihaonana.

RRI. La distribution de certificats fonciers suit la logique de la nouvelle Lettre de Politique Foncière qu’est de « rattacher les Malgaches avec leurs terres ». Par ailleurs, lors de son intervention, Georges Rasoamanana, SG du ME2PATE, a indiqué en tant que représentant du Ministre Narson Rafidimanana que « La promotion de la gestion foncière décentralisée, c’est – à – dire, le rapprochement des services fonciers de la population, entre dans le cadre de la mise en œuvre de la lettre de politique foncière. Elle fait également partie de la quatrième Initiative des Résultats Rapides (RRI) de notre ministère ». Par voie de conséquence, ce dernier démontre qu’il ne dort pas. Car outre cette opération, 11 autres communes auront désormais leurs guichets fonciers également inaugurés hier. Notons que ces derniers se dotent de matériels informatiques avec des panneaux solaires. De surcroît, les agents de guichets fonciers (AGF), au nombre de 22 ainsi que 13 maires, vont pouvoir appliquer les acquis de la formation organisée par l’INDDL et le projet ASA à l’issue de laquelle ils ont reçu leur certificat de fin de formation.

Objectif atteint. Le ME2PATE se réjouit donc de ces actions relatives à la promotion de la gestion foncière décentralisée dans la mesure où si au début on prévoyait d’opérationnaliser 12 guichets fonciers, actuellement, 14 le sont. Il en est de même à propos des certificats fonciers : 8992 ont été largement délivrés si seulement 5000 étaient prévus. A titre de rappel, cette opération « certificat foncier » est le fruit du partenariat entre le ME2PATE et le projet d’Appui à la Réforme et à la Sécurisation Foncière (ARSF).

Aina Bovel  

L'express de Madagascar12 partages

Mialy Rajoelina reprend du service

Absente de la scène publique depuis la fin de la période de Transition en début 2014, Mialy Rajoelina, ancienne « première dame », a fait sa première réapparition publique hier, à l’occasion d’un évènement de remise d’aides aux démunis organisé par l’association Fitia, dont-elle est la marraine.

Midi Madagasikara12 partages

Omnisports : Les derniers des Capéniens en sport sont là !

Le système LMD ou licence-Master-Doctorat étant, l’Ecole normale supérieure sort ses derniers capéniens en sport cette année. Ceux qui doivent finir leurs mémoires de CAPEN ou Certificat d’Aptitudes Pédagogiques de l’Ecole Normale courent pour être à temps. Sinon, bonjour le système L1, L2, L3, M1, M3 et de suite. Parmi les derniers capéniens sortis, l’on note la présence du champion de tennis Rasolomalala Ando Navalona. Son mémoire intitulé « Amélioration des résultats des compétiteurs du club de tennis ACSA par la mise en place d’un encadrement permanent » a reçu la mention Bien. Présidée par le Dr Razakamahefa Odile Edith, la soutenance a eu comme Juge Rajaonarison Jean Prosper, comme directeur rapporteur Rakotomanga Jean Clément et comme encadreur Rafolomanantsiatosika Ravalitera. « Mon objectif est bien sûr les résultats académiques mais en même temps d’améliorer les résultats de mon club, a lancé l’impétrant. J’attends de plain-pied l’année 2017 pour réaliser quelques projets. Mieux je vise aussi un diplôme d’entraîneur de tennis pour partager mes acquis. Pourquoi ne pas penser à la relève car c’est le plus important ? Je suis presque en fin de carrière et on verra par la suite »

Anny Andrianaivonirina

 

Tia Tanindranaza11 partages

Kaominina AlasoraOlona sahirana 2.000 notolorana fanomezana

Kaominina iray anisan’ny mijery akaiky ny maha olona ny kaominina Alasora tantanan’ny Ben’ny tanàna Marc Ramiarinjatovo.

Pati

 

Midi Madagasikara11 partages

Précision

Suite à notre article paru hier sur la refonte irréversible du système électoral  dans lequel nous avons indiqué que le coût du recensement physique de la population s’élève à 70 000 USD, nous tenons à préciser qu’il s’élève à  70 millions USD et non à 70 000 USD comme nous l’avons écrit.

News Mada10 partages

Se mettre sur son 31 : les tendances des fêtes de fin d’année

La fin d’année approche à grand pas. Ce sera l’occasion de soirées, de sorties, de rencontres… Bref, on en profite pour se mettre sur son trente et un. Mais pour être « in » durant ces fêtes et surtout pour ne pas être à côté de la plaque, il faut tout de même connaître les dernières tendances. Le styliste Marià Andria nous donne donc quelques conseils à ce sujet.

La tenue avec paillette ou avec wax

Comme disait Sylvie Vartan, « ce soir, je serais la plus belle pour aller danser ! ». De nombreuses questions pullulent donc à cette période : quelle sera la robe idéale, quel style de coiffure adopter, les chaussures seront-elles adéquates, les accessoires mettront-ils mis en valeur, et surtout comment sera la mise en beauté ?

 « On est jamais trop, ni pas assez habillé avec une petite robe noire », dixit Karl Legerfeld. En effet,

ce couleur va ravir tout le monde. Il est intemporel. Seule la coupe diffère selon la silhouette de chacun.

Et d’après Marià Andria, la dernière tendance actuelle est une petite robe à dos nu. Par ailleurs, les combis sont aussi très prisés cette année, que ce soit en short ou en pantalon. Les couleurs softs sont aussi appréciés : le rose, la bleu pastel, le jaune poussin ou encore le vert clair… Et pour que la tenue soit plus égayée, elle conseille d’ajouter des petites vestes de couleur vif, par exemple rouge vif, vert émeraude…

Quelques paillettes pour personnaliser sa tenue

Cependant, pour être remarquable durant les fêtes, il faut ajouter donc une touche personnelle à sa tenue, ce qui veut dire « customiser ». Ainsi, Marià Andria conseille, « Ajouter quelques paillettes sur le col d’un veste, ou encore sur le motif d’une robe mettra en valeur la tenue. Il est aussi conseillé de mettre un petit top en paillette, ou pour les osés, pourquoi ne pas se mettre tout en paillette.

Le wax revient en force

Depuis ces derniers temps, le genre de tissu « wax » est très tendance. Ce tissu, avec ses formes géométriques et ses couleurs vifs, met davantage en valeur les personnes bronzées. Pour celles qui pensent mettre un pantalon slim noir, elles peuvent opter pour une petite chemise ou une veste en wax. Ce style est à la fois distingué et stylé.

Les chaussures à talons

Il est toujours plus élégant de se mettre des chaussures à talons pour les soirées. A une certaine période, le talon compensé était à la mode, actuellement, les sandales à talon carré sont en vogue. L’idéal est de choisir une paire de chaussures avec des motifs géométriques sur les talons qui sont assorties à la tenue. Par ailleurs, les escarpins à bout pointus restent toujours indémodables à l’occasion d’une soirée élégante et raffinée. Si le vernis était auparavant à la mode, les couleurs mates sont à conseiller de nos jours.

Les accessoires, indispensables à la mode

Il ne faut jamais négliger les accessoires parce qu’ils apportent une touche personnelle à votre tenue de soirée, c’est-à-dire les colliers, les bagues, les foulards, les sacs, les bracelets… En ce qui concerne les colliers, les pendentifs amulettes indiennes sont tendance, entre autres les attrapes rêves, les pendentifs en main de Fatima… Quant aux boucles d’oreilles, elles sont choisies par rapport à la coiffure de chacun. Cependant, les boucles orientales et les créoles sont toujours à la mode. Et enfin, les pochettes sont idéales pour les soirées, surtout celles qui sont en paillettes, ou encore les pochettes bagues.

La mise en beauté à ne pas négliger

La coiffure, le maquillage, la manucure, la pédicure sont importants pour être belle… « Cette période est aussi un bon moment pour changer de tête », affirme Marià Andria. Sur ce, elle conseille d’ajouter un peu de couleur aux cheveux. Le violet, le rouge vif, et même le bleu sont stylés. Cependant, les deux tons sont toujours « in ».

Pour une soirée, le style coiffé-décoiffé cartonne toujours, sans oublier les bouclettes et surtout les afros. Concernant le maquillage, il ne faut pas oublier la règle d’or, c’est-à-dire que si l’on choisit de mettre des couleurs sur les yeux, le rouge à lèvre devrait être neutre, et si l’on choisit de mettre un rouge à lèvre de couleur vif, il est conseillé de choisir une couleur neutre pour les yeux.

Bref, voici un bel exemple de tenue pour les fêtes de fin d’année : une robe noire en fuseau et dos nu, avec un collier plongeant accompagné d’une pochette en paillette et d’un escarpin à bout pointu. En tout cas, comme dit  le top model américaine Laurent Hutton, « la mode est proposée  par les créateurs quatre fois par an, le style est propre à chacun ».

Page réalisée par Holy Danielle

 

News Mada9 partages

“Bodo Mada Big Show” : hotohizan’i Bodo any Frantsa ny fitetezam-pirenena

Amin-kafaliana lehibe no hizarana aminareo fa tontosa soa aman-tsara nyBodo Mada Big Show”… Fanambarana nataon’i Bodo, izay nozarainy tamin’ny mpampita vaovao io. Mikasika indrindra ny fitetezam-pirenena izay nataony tany Amerika Avaratra izany. Nanomboka tao Canada ny seho ny 3 sy 9 novambra, nandalo tao Quebec ny 10 novambra ary nifarana ny faran’ny herinandro teo tany Etazonia, ao Washington.“Feno haravoana ny mpiray tanindrazana sy ireo mponina maro tany izay afaka niara-nifety nandritra ny fampisehoana natao. Iriana fa mbola hisy ny fotoana hihaonana manaraka…”, hoy hatrany ny fanazavana nomeny.Tsy avy hatrany dia hody, fa mbola hitodi-doha ho an’ny Frantsa, hiara-hankalaza ny fetin’ny faran’ny taona amin’ireo mpiray tanindrazana any i Bodo. Aorian’izay kosa, nampanantena izy fa hampita ny fandaharam-potoana manaraka, indrindra ny mahakasika ny eto an-tanindrazana.

Zo ny Aina

Midi Madagasikara9 partages

Andohatapenaka : Le Village de Noël offre sa part de magie !

Le Village de Noël à Andohatapenaka a ouvert ses portes depuis le 20 décembre, et programme plusieurs festivités jusqu’au 30 décembre. Concerts, animations pour enfants, ciné, magie… tout pour faire passer de bonnes fêtes !

 

Le Village de Noël à Andohatapenaka, où se sont tenues les festivités liées à la Francophonie en novembre dernier, s’est transformé en un grand site de manifestations pour les fêtes de Noël et de fin d’année. A 2 000 ar l’entrée, on a droit à tout… ou presque. Déjà, les pavillons continuent à proposer des articles de cadeaux en cette période de veille de Noël, et la visite est intéressante car le « fait-main » malgache est minutieux. Puis il y a les stands d’exposition, mais surtout les animations pour enfants : gonflables, face painting, manège, trampoline, jeux vidéos, ateliers en tout genre, et la maison du Père Noël où se cachent toutes les surprises. Outre les animations, ce ticket d’entrée permet également à toute la famille de regarder des dessins animés projetés sur grand écran. Les films d’animation les plus connus sont programmés tous les jours, dès la matinée. Les familles peuvent donc tranquillement s’y rendre car le temps que les enfants jouent et apprécient les prestations des magiciens et de l’Aléa des Possibles, les parents peuvent prendre la pause tranquillement en sirotant un verre, voire plus grâce au food court où les stands proposent diverses spécialités.

Concerts. Mais ce grand Village de Noël, c’est aussi un grand moment de rencontres musicales où défileront plusieurs têtes d’affiche. Hier Rak Roots a ouvert le bal avant Meva Gospel et GMMC. Ce soir, place à GAM, Ampifitia et AMAM. Et pour demain, veille de Noël, les enfants auront leur part avec Momota. Dans la semaine, d’autres artistes de toute l’île monteront sur scène : Ginot et Joudas de Toamasina qui jouent dans le style r’n’b, Mijah et Goth pour mardi, dans la catégorie très populaire, Darindra et TGC pour mercredi, The Called et Steph Rambi Band pour une soirée plus soul le jeudi 29 décembre. Le groupe Ambondrona clôturera les festivités le 30 décembre prochain.

Anjara Rasoanaivo

 

Midi Madagasikara9 partages

Peinture : L’Art au-delà de l’âge

La galerie Ar’Ko à Antsahavola présente un très jeune talent émergent, Chans, qui a plus à dire à travers ses œuvres que ses mots. L’expo est ouverte au grand public jusqu’au 7 janvier 2017.

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années… » Cette citation de Corneille qualifie au mieux l’exposition de CHANS à la Galerie ART’KO Antsahavola. Depuis le 17 décembre 2016 jusqu’au 7 janvier 2017,  ce jeune peintre dévoile au grand public l’expression de ces vives émotions et sensations. Un « petit homme » au grand talent. A tout juste 3 ans, il a déjà réalisé plus d’une vingtaine de peintures. Chans est la preuve vivante que l’Art ne nécessite pas de longues années d’apprentissage mais qu’il est inné dans l’âme et ne demande qu’à sortir. En effet, l’Art ne s’apprend pas, il est vrai qu’il se cultive et qu’il existe « quelque part »  sous une forme encore inconnue de l’être humain ; pourtant certaines personnes sont capables de le capturer, de le traduire et de le répercuter consciemment ou non à travers leurs œuvres. Expressifs et colorés, les tableaux de ce stupéfiant créateur se coordonnent vraiment. Un cas particulier. Il se diffère des enfants de son âge étant donné qu’au lieu de faire des griboullis, il exploite les pinceaux, les feutres, la peinture et les aquarelles d’une toute autre tournure. Une nouvelle découverte qui fascine les yeux de l’âme. A consommer en famille sans modération.

Rova R. (Stagiaire)  

Midi Madagasikara9 partages

Moramanga : Ankizy 350 notolorana kilalao

Ankizy 350 sahirana tato anatin’ny kaominina Moramanga no notoloran-dRamatoa Razafimandroso Virginie loholon’i Madagasikara sy ny solombavambahoakan’i Madagasikara Andriamatoa Randriamahefa Henri Charles kilalao ny omaly 22 desamdra 2016 teo amin’ny tokontany malalaky ny distrikan’ny Moramanga. Fokontany 13 no nangalana an’ireo ankizy ireo ary avy amin’ny fianakaviana tsy manana fahafaha mividy kilalao mandritry ny fety. Tsy manadino an’ireo latsaky ny 12 taona  ireto olom-boafidy ireto isaky ny vanim-potoana toy izao. Tsy natao ho an’ny manana fahafahana mividy ihany ny kilalao hoy izy ireo fa mendrika ny hitovy amin’ny rehetra ny ankizy indrindra rehefa fetin’ny noely toy izao. Zaza manana olana ara-pandehanana ny dimy amin’ireo. Nanafatra kosa ny mpiray tanindrazana sy ny malala-tanana rehetra izy ireo ny hanaovan’izy ireo hetsika manokana ho an’izy ireny.Nampanantena kosa ireo ankizy fa hataony ho fahatsiarovana tsara ireo kilalao nomena azy ireo satria samban’ny ankamaroan’ireo ankizy  teo amin’ny fiainany no nisy nanome fanomezana nialohan’ny fety.

                                                                                                                                                        CATHY

Midi Madagasikara9 partages

Badminton – Championnat de Madagascar 2016 : L’inscription s’achèvera ce 31 décembre

Le championnat national de badminton 2016 aura lieu en janvier 2017. Il débutera le 07 janvier 2017, continuera le  dimanche 08 janvier et touchera à sa fin le samedi 14 janvier.   L’inscription est ouverte à tous les clubs et s’achèvera ce 31 décembre. D’après les organisateurs, les inscriptions doivent être envoyées par mail à marcjocelyn.ainavonjinirina@gmail.com ou à mowi1717@yahoo.com et à ravalisonmota@yahoo.fr. Les catégories concernent les hommes et dames en U9, U11, U13, U15, U17, en Série C, Série B, Série A, Vétéran ainsi qu’en double homme, double dame et double mixte. Ces catégories sont susceptibles de changement s’il n’y aura que 1 ou 2 joueurs seulement dans l’une d’elles.

 

Sendra R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara8 partages

Vondrozo : Dahalo efa-dahy matin’ny miaramila, mpampianatra ny iray

Nisy fanafihan-dahalo voalaza fa faran’izay nahery vaika tany amin’ny disitirikan’i Vondrozo ny talata lasa teo. Nifampitana ny miaramila sy ny mpandroba, vokany, dahalo miisa efatra no maty ka mpampianatra ao amina EPP ny iray. samy variana ny rehetra tamin’izany satria samy mahafantatra an’io lehilahy mpanabe ao amin’ny EPP Amblavolo fokontany Vohimary Nord kaominina  Manambidala io avokoa ny rehetra. Tamin’ity fanafihana ity, nilaza ny loharanom-baovao fa nahatratra hatrany amin’ny 200 ireo dahalo nanafika io fotoana voatondro io. Tsy vao sambany no nisy izany tany amin’iny faritra iny, hoy hatrany ny vaovao. Efa herinandro maromaro izay, tsy milamina intsony ny any an-toerana raha ny resaka halatr’omby no resahina. Tsy vitan’izany fa ankoatra ny halatra, nisy ihany koa ny vono olona sy ny herisetra atao amin’ny vehivavy. Soa aloha fa efa misy ny hetsika ataon’ny mpitandro filaminana amin’ny faritra mafana rehetra isan-karazany eto amin’ny nosy. Misy ny dahalo maty, nisy ihany koa ny mpitandro filaminana namoy ny ainy,vao tsy ela akory izay tany amin’ny faritra Bongolava.

r.s

Midi Madagasikara8 partages

Le refus d’une opposition officielle

Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, les deux anciens chefs d’Etat, n’ont manifestement pas envie d’entrer dans le jeu politique institué par le régime qui déclare vouloir donner à l’opposition un statut  officiel. Les textes l’instituent, mais ces grandes figures emblématiques n’entendent pas se laisser brider par des règlements et veulent garder leur liberté pour pouvoir agir comme bon leur semble.

Le refus d’une opposition officielle

Ce refus de prendre la place d’opposant prévue par les institutions s’explique par une certaine méfiance éprouvée par ces deux leaders charismatiques de la scène politique malgache. Marc Ravalomanana, en fin politique, ne s’est jamais opposé ouvertement au régime du président Hery Rajaonarimampianina. Il n’a jamais cessé de déclarer qu’il était contre les troubles et qu’il voulait une véritable stabilité politique. Mais cela ne l’a pas empêché à plusieurs reprises de hausser le ton envers le pouvoir, mais il n’est jamais allé au-delà de ses déclarations. Il n’a jamais soutenu les  velléités de révolte des dirigeants d’une opposition contestataire comme « Mitsangàna Ry Malagasy ». Les députés de son parti TIM ont gardé leur libre arbitre à l’Assemblée nationale. Leur groupement n’a jamais  demandé le statut d’opposant officiel comme l’aurait certainement voulu le pouvoir. Ce sont les dirigeants de partis de moindre importance comme Hajo Andrianainarivelo qui ont décidé de prendre cette place laissée vacante. On sait ce qu’il en a été et le camouflet essuyé par cet homme politique qui a été snobé par le président de l’Assemblée nationale est significatif du peu d’estime manifesté à son égard. Andry Rajoelina, quant à lui, a refusé de participer à ce qu’il considère comme un jeu de dupe. Le MAPAR qui estime avoir porté au pouvoir Hery Rajaonarimampianina n’a pas été payé en retour et il a été totalement marginalisé. Il n’a pas cessé de manifester son opposition au régime actuel.  Le pouvoir fait tout pour le brimer et l’empêcher d’émerger. L’arrestation d’Augustin Andriamananoro en est un signe évident. La scène politique est dominée aujourd’hui par un parti dominant, le HVM. Il n’existe pas « d’opposition de sa Majesté ».

Patrice RABE

Midi Madagasikara8 partages

IGM : Plus de 2 000 stagiaires en 10 ans

« Depuis l’existence de l’Institut de Gemmologie de Madagascar, les pierres taillées qui se négocient sur le marché malgache,  sont pour la plupart conformes aux normes internationales ».  C’est ce que nous a  affirmé, le  Directeur Général de l’Institut de Gemmologie de Madagascar (IGM) Andrianirina Rasolonjatovo, lors de la remise de certificat du concours de lapidairerie 2016, qui s’est déroulée, hier à son siège à Ampandrianomby.  Depuis ses dix années d’existence l’IGM a déjà sorti pas moins de 2000 étudiants et stagiaires, toutes formations confondues.  « L’IGM est le seul  centre international de formation en gemmologie accrédité au niveau mondial dans le continent africain. L’existence du centre permet de mieux exploiter et de tirer profit de l’immense richesse du pays dans le secteur  des pierres précieuses. Ce concours n’est qu’un début, on en prévoit encore,  chaque année », a-t-il rajouté ».

Un niveau international.  « En général, il y a eu un excellent niveau, un bon travail. La qualité des pierres était bonne », nous a confié Madame Rasamoelina, un membre du jury. Un concours de niveau international, des résultats en lapidairerie satisfaisants,  des membres du  jury  de haut niveau.  L’IGM forme des lapidaires afin de prouver leurs compétences et de  faire savoir au monde que Madagascar a l’expertise pour tailler les pierres en respectant les normes internationales , afin de valoriser nos pierres précieuses à l’exportation .  Une douzaine de certificats ont été remis, hier  et le gagnant du premier prix a eu droit à  une formation d’une valeur de 750 000 ariary au sein de l’IGM. Le prochain concours aura lieu le 3 janvier prochain.

Koloina H (stagiaire)

 

News Mada7 partages

Beach-volley : la fin sans début

Il ne reste plus qu’une semaine avant la fin de l’exercice 2016. Mais d’ores et déjà, les amateurs de beach-volley peuvent partir en vacances pour la simple raison que le championnat de Madagascar qui devra avoir lieu à Taolagnaro ce mois de décembre vient d’être annulé. A titre d’information,  ce sommet est bien mentionné  dans le programme d’activités 2016 de la fédération malgache de volley-ball (FMVB).

Cette dernière n’a pas daigné trouver une solution après que la ligue hôte d’Anosy s’est désistée. Ainsi, le championnat de Madagascar s’est terminé sans avoir commencé.

Pour dire que l’élan obtenu grâce à la tenue de la coupe des Nations de la Zone 7 n’a pas été sur sa lancée. Alors que les férus de la discipline ont misé sur cette année. Malheureusement pour eux, la réalité rattrape la FMVB. L’absence d’une politique de relance de la discipline est à constater. Les adeptes du beach-volley devront attendre l’année prochaine pour assouvir leur désir. Ils devront prendre leur mal en patience.

Naisa

 

Midi Madagasikara7 partages

Omnisports : La région Analamanga honore « ses champions »

Une partie des athlètes récompensés hier.

Les athlètes d’Analamanga ayant brillé dans leurs catégories et disciplines respectives aux championnats nationaux, à la Coupe d’Afrique des Clubs Champions ou aux Championnats d’Afrique ont été honorés par la région Analamanga à l’occasion d’une cérémonie mercredi soir à Anosibe.

L’athlétisme, le tennis, le tennis de table, les jeux d’échecs, le volley-ball, le handball, le basket-ball et le handisports ont dominé les débats au cours de la première édition d’Analamanga Sports Award organisée par la région Analamanga en collaboration avec la direction régionale de la Jeunesse et des Sports Analamanga.

En somme, cela a été une première réussite au niveau organisationnel avec la présence des autorités du monde du sport dont Rosa Rakotozafy, Directeur du Sport Fédéral (DSF). Les athlètes d’Analamanga ayant brillé dans leurs catégories et disciplines respectives aux championnats nationaux, à la Coupe d’Afrique des Clubs Champions ou aux Championnats d’Afrique ont été honorés par la région Analamanga à l’occasion d’une cérémonie mercredi soir à Anosibe.

Champion d’Afrique. Cette année, une des plus belles moissons des sportifs d’Analamanga est le titre de champion d’Afrique de tennis en la personne de Sampras Rakotondrainibe. Ce jeune raquette âgé de 12 ans et sociétaire du club Académie de Tennis Malagasy (ATEMA) s’est démarqué cette année en s’offrant aussi le titre de champion de Madagascar. Comme il est pensionnaire du centre de l’ITF à Nairobi, ce sont ses parents qui ont récupéré son trophée. « Merci à Ndranto Rakotonanahary, Chef de Région Analamanga d’avoir pris l’initiative de décerner à tous les champions de Madagascar et Champions d’Afrique, toutes disciplines confondues. Un awards pour les encourager à persévérer. Merci à monsieur Gilles Ndimby Rakotobe, Président de la ligue de tennis d’Analamanga d’avoir réussi à rassembler tous les champions en un temps record. C’était un honneur pour nous, parents de Sampras Rakotondrainibe, d’avoir récupéré avec fierté son trophée », a expliqué Stéphane Rakotondrainibe, père de Sampras et ancien président de la Fédération malgache de tennis. A cette occasion, 70 trophées ont été décernés aux athlètes. « Les athlètes auraient certainement préféré une enveloppe pour les récompenser, mais, comme c’est le début en 2017 nous allons approcher les sponsors » a indiqué Ndranto Tagg Rakotonanahary, chef de région Analamanga. Dans quelques jours, la saison 2016 sera entièrement close, et les athlètes d’Analamanga auront beaucoup de défi à relever pour 2017.

T.H

Midi Madagasikara7 partages

Lycée Radama Ier Manandriana Avaradrano : Bientôt des cours d’informatique

Le Lycée Radama Ier Manandriana Avaradrano a ouvert ses portes en juin 2015.

Des cours d’informatique en gestation. Une grande première pour les élèves du Lycée Radama Ier Manandriana Avaradrano. C’est grâce à l’acquisition des nouveaux matériels informatiques offerts par le Consulat général de Monaco. Il s’agit de cinq ordinateurs et d’une imprimante. «Nous disposons déjà d’une salle. Ce sont seulement les matériels qui nous manquent pour débuter le cours, au profit des 170 élèves de l’établissement. Ce qui va nous permettre d’aménager notre emploi du temps», confie Jean Ravelontsalama, proviseur du Lycée en question. La remise de ces nouveaux matériels s’est tenue mercredi 7 décembre dernier. 

Arnaud R.

News Mada6 partages

« Indray andro hono rankizy… » : nanakatonan’ny Com.Nat Unesco ny hetsika 2016

Fitantarana angano, fanentanana, hatsikana, « mimes »… Tamin’ny alalan’ny hetsika « Indray andro hono rankizy… » notanterahina ny alarobia teo, no nanakatonan’ny vaomieram-pirenena malagasy miara-miasa amin’ny Unesco (Com.Nat. Unesco) ny hetsika notanterahiny tamin’ity taona 2016 ity. Nomarihin-dRatsimisetra Fanjamboahangy, sekretera jeneralin’ny vaomieram-pirenena malagasy miara-miasa amin’ny Unesco fa « fanomezana lanja sy hasina ny harem-bakoka tsy mivainga ananan’ny Malagasy no anisan’ny nanatanterahana ny hetsika tahaka izao. Anisan’izany ny angano izay nampiasaina sy nanampy tamin’ny fitaizana teo anivon’ny fiarahamonina izay somary hadinodino ihany ankehitriny. Eo ihany koa ny fanomezana lanja ny literatiora malagasy ».

« Indray andro hono rankizy… », notanterahina tetsy amin’ny foiben’ny Com.Nat. Unesco Behoririka, niaraka tamin’ny fikambanana Rian-kanto Aja sy Rakemba. Nanasana ireo ankizy mpianatra 6 taona ka hatramin’ny 13 taona avy ao amin’ny sekoly manodidina ity foibe ity.

HaRy Razafindrakoto

News Mada6 partages

Rugby : le tribunal a suspendu l’amendement

La situation évolue au grand bonheur des uns et au grand dam des autres. Le tribunal d’Anosy a suspendu ledit «amendement irrégulier». Ce qui est fortement contesté par le requis qui a avancé que cette affaire ne devrait pas être portée devant le tribunal de céans mais elle devrait être de la compétence du tribunal administratif sportif.

Le monde rugbystique malgache, administrativement parlant, est secoué par une situation dérangeante devenue un secret de polichinelle. Des personnalités reconnues dans le domaine se lancent actuellement dans un litige judiciaire qui a abouti à la suspension de «l’exécution de l’amendement irrégulier présenté par l’actuel président de la fédération de rugby». De l’autre côté, l’avocat du requis avance que le rugby est une discipline olympique donc relève de la compétence du tribunal administratif sportif. Par ailleurs, il a également avancé que «le statut de l’amendement a été adopté par l’assemblée générale de rugby alors que la personne assignée est Marcel Rakotomalala et non pas la fédération ni l’assemblée générale».

Le tribunal a tranché en faveur des plaignants et ordonne la suspension de l’exécution de l’amendement du statut de la fédération malgache de rugby jusqu’à l’issue de la procédure au fond statuant sur la demande d’annulation dudit amendement. Santoni Ismael Rakotomanga et les autres plaignants semblent obtenir gain de cause mais la situation peut prendre une autre tournure. Cela dépend de la réplique de l’autre camp qui est vu de mauvais œil par plus d’un.

La grogne atteint les passionnés de rugby qui attendent impatiemment l’élection fédérale qui est reportée aux calendes grecques. Une source sûre a indiqué qu’elle aura lieu en 2017. «Le mandat de l’actuel président de la fédération malgache devait prendre fin en 2015 selon le statut. Mais depuis, l’élection se fait attendre alors que la gestion de la fédération laisse à désirer. En plus, il doit démissionner s’il veut être candidat à sa propre succession», a déploré une autre source proche du dossier.

Rakoto

Tananews6 partages

Délestages d’eau, de courant, d’internet et de passeport

Et bé, pas terrible les services en cette fin d’année 2016.

Et en plus, il n’y a même pas encore beaucoup de pluies, qu’est-ce que ça aurait été si ça avait été le cas ?

Mais ne nous plaignons pas trop, pour d’autres c’est carrément délestage de liberté, à Antanimora.

Tananews4 partages

Mialy Rajoelina à Madagascar

Le couple Rajoelina semble donc bien parti pour passer les fêtes de fin d’année à Madagascar.

L’ancienne Première dame, via son association Fitia, a remis des aides à des démunis hier.

Aaah Mialy Rajoelina, ça c’était de la Première dame ! Jolie, discrète, maotina, qui savait tenir sa place. Et pas besoin de robes ananassées ou de copines crapules pour ça, la classe on l’a naturellement.

Ou pas.

News Mada4 partages

Jeneraly Camille Vital : « Atsaharo ny antsojay atao amin’ny mpanohitra… »

Hentitra ny Praiminisitra teo aloha, ny Jly Camille Vital manoloana ny raharaham-pirenena. « Amin’ny maha mpitarika ny Hiaraka isika ahy sy maha mpikambana anay eo anivon’ny Armada, avoahy tsy misy hataka andro ny minisitra Andriamananoro Augustin. Takinay koa ny hampitsaharan’ny fitondrana ny fanaovana antsojay ny eo anivon’ny fanoherana. Manana zo hiteny ny tsy mety izahay… Aoka koa tsy ho herim-pamoretana ny mpitandro filaminana fa ho mpiaro ny vahoaka sy ny fananany », hoy izy tamin’ny antso an-telefaonina nifanaovana taminy, omaly.  Notsiahiviny koa fa mitondra any amin’ny fanilikilihana na natao hikendrena olona ilay lalàn’ny fampihavanam-pirenena nolanin’ny Antenimiera farany teo iny. Ahiana hitondra any amin’ny korontana indray aza, araka ny nambarany. Nohitsiny fa hitondra any amin’ny fipoahan’ny sarom-bilany  raha mitohy izao tranga miseho eto amin’ny firenena izao.

Anisan’ny tsy levon’ny vavon’ny Jly Camille Vital ny fanajana ny soatoavina tamin’ny nisamborana ny minisitra teo aloha, Andriamananoro Augustin teny amin’ny fasana. Tsy mazava aminy koa fa ny zandary hatrany no manao ny hetsika rehetra, toy ny fisamborana na samy eo anivon’ny Emmo miaraka amin’ny polisy sy ny tafika aza izy ireo. « Amin’ny fotoana hanamarihana ny andro iraisam-pirenena ho an’ny zon’olombelona no niseho ny tranga… Ireny izao nisy olona akaiky ny fitondrana nampanantsoin’ny manampahefana fa tsy nipoitra… Miaina amin’ny firenena inona isika ? », hoy ihany izy.

Olana ara-tsosialy…

Notanisainy koa ireo olana ara-tsosialy iainan’ny vahoaka amin’izao fotoana izao nefa tsy nahitam-bahaolana. Eo ohatra ny delestazy sy ny tsy fahampian’ny ranon’ny Jirama, tsy voavaha, ny tsy filaminana sy tsy fandriampahalemana… « 56 taona aty aorian’ny niverenan’ny Fahaleovantena, tsy mahafehy sy tsy mahay mitantana ny firenena isika. Ireo firenena niara-nihira amintsika anefa efa lasa lavitra.  Mivaona any amin’ny tsy izy ny firenena ary very tanteraka… Ho aiza ireo tanorantsika ireo ? », hoy ny Jly Camille Vital.

Synèse R.

News Mada4 partages

Lehiben’ny faritra Betsiboka : “Endriky ny PND ny tetikasan’ny Somia any Mangabe”

Dimy hatramin’ny valo taona, tsy nitsahatra nikorontana ny kaominina Mangabe, noho ny olana eo amin’ny tany. Nisy hatrany ny tsy fifankahazoana teo amin’ny samy mponina any an-toerana. Niditra nanelanelana ny faritra Betsiboka, nandamina ny raharaha, nanazava ny lalàna ho tombontsoan’ny rehetra. Ao anatin’izany fandaminana izany, nitondran’ny lehiben’ny faritra Betsiboka, Razafipiera Herimalala, fanazavana ny fandaharanasam-pirenena momba ny fampandrosoana (PND).

Koa ho fampidirana izany PND izany aty amin’ny faritra ny antony ampahafantarana bebe kokoa sy anomezan-danja ny harena rehetra, anisan’izany izao velaran-tany lehibe trandrahin’ny orinasa Somia izao. Endriky ny fampiharana ny PND ny tetikasan’ny Somia aty an-toerana”, hoy ny lehiben’ny faritra, Razafipiera Herimalala.

Tsy tambo isaina ireo harena vokatry ny tany any amin’ny faritra Betsiboka. Mampalaza ny faritra voalohany ny volamena, manampy azy ny vary, voanjo, tsaramaso, lojy. Samy hita ao amin’ny kaominina Mangabe sy ny manodidina avokoa ireo. Betsaka anefa ny olana :  faharatsian-dalana miala avy amin’ny lalam-pirenena faha-4. Lalana 50 km eo ho eo atao ora telo na efatra amina fiara 4×4. Na aiza na aiza, mamono antoka hatrany ny tantsaha io faharatsian-dalana io. Ny mpanangom-bokatra ihany no mametra ny vidim-bokatra. Olana iray lehibe hafa itoviana amin’ny faritra maro ny tsy fisian’ny herinaratra. Maro ny orinasa madinika sahirana, ohatra, ny mpitoto vary.

Koa hiantsoana ireo sehatra tsy miankina hiasa aty amin’ny kaominina ambanivohitra, toy izao ataon’ny orinasa Somia izao ny fampanarahan-dalàna ny mponina tsy hihoa-pefy”, hoy ihany ny lehiben’ny faritra Betsiboka. Lalana, jiro sy rano, fotodrafitrasa isan-karazany ho an’ny fambolena, samy tokony hahitana taratra ny fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny tsy miankina.

R.Mathieu

News Mada3 partages

Boeny : ripaky ny fanaovana saribao ny ala

 Potiky ny fanaovana saribao ny ala any Boeny. Na izany aza, vahaolana ny fanatsarana ny fanamboarana azy sy fampiasaina angovo hafa, hitsitsiana ny ala, zara raha ny 10%-n’ny velaran’ny faritra sisa.

Fantatra fa zara raha ny 10%-n’ny velaran’ny faritra Boeny sisa ny ahitana ala. Anisan’ny antony voalohany ny fanaovana saribao avy amin’ny hazoala, mahatratra 1.353.627 t isan-taona. Raha natao ny antontanisa, mandany saribao 260 kilao isan’olona isan-taona ny any Boeny, manana mponina 900.000. Raha mitohy io fandripahana ala io, tsy haharaka ny filàna saribao intsony ny ala 10% sisa ambiny, afaka 30 taona.

Manoloana ireo, namolavola fandaharanasa ny Vovonam-paritra hifanakalozana amin’ny lafiny angovo avy amin’ny zavamaniry na “biomasse” (PREEB) any Boeny, ho an’ny taona 2016-2020. Tanjona, ny hampiasana ny saribao afaka miatrika ny hoavy fa tsy ny hanafoanana azy tsy akory. Ao anatin’izany ny hanatsarana sy hanavaozana ny fomba fanamboarana saribao sy ny angovo hafa ankoatra ny hazo.

Mifototra amin’ny olombelona ny ataony

Natao ny 20-21 desambra teo tany Mahajanga ny atrikasa mikasika ny PREEB, notarihin’ny filohan’ny faritra Boeny, Saïd Ahamad Jaffar. Niantso ny mpizaika rehetra ny tenany hahatsiaro saina sy hahatsapa ny hamerana ny fitrandrahana tafahoatra ny ala satria hifototra amin’ny olombelona ihany ny voka-dratsiny.

Nisy tranoheva nandritra ity fotoana ity, teo an-tokotany malalaky ny lapan’ny Tanàna any Mahajanga. Naseho tamin’izany ny karazana angovo azo asolo ny saribao. Teo koa ny orinasa mpamokatra zana-kazo sy ny fambolen-kazo ataon’ny olon-tsotra any amin’ny tanin’ny kaominina.

Njaka Andriantefiarinesy

La Vérité3 partages

Gendarmerie nationale - « Plus jamais de gabegie »

Le commandant supérieur de la Gendarmerie nationale, le Général Jean de Dieu Daniel Ramiandrisoa, reste ferme sur les qualités et les compétences des éléments constitutifs de cette institution militaire. « La gabegie n’a plus de place chez nous. Il faut évoluer selon la règle du jeu », nous a-t-il dit hier à l’issue de la cérémonie de sortie de promotion des stagiaires à l’Ecole supérieure de la gendarmerie nationale (Esgn) à Moramanga, hier. Les moins qualifiés et les moins compétents ont intérêt à se perfectionner, à en croire ce haut responsable.

La Gendarmerie nationale se met au diapason de la mondialisation, selon ses dires. Elle a fait ses preuves durant le dernier Sommet de la Francophonie à Antananarivo en novembre dernier. C’est ce qui a été d’ailleurs mis en exergue durant les stages et formations dispensés à l’Esgn cette année. Quatre défis dont la gestion des ressources humaines et les droits de l’Homme ont été à l’honneur. Entre autres, la spécialisation sur la cybercriminalité et l’analyse criminelle ont eu leur place d’honneur dans le processus. « Le Samifin (lire : Service de renseignement sur le blanchiment d’argent) est une entité non militaire. Nous avons formé des militaires qui vont travailler avec cette branche de l’administration », a souligné le Général Jean de Dieu Daniel Ramiandrisoa.

Stage et perfectionnement

L’objet de la cérémonie militaire qui a eu lieu à Moramanga hier porte sur le 8e cours de la section de recherche criminelle, le 29e cours de perfectionnement des officiers subalternes, le 3e cours des chefs de groupe d’appui de police judiciaire, le 29e cours de formation des officiers issus du rang, le 3e cours de directeur d’enquête, le 29e stage militaire professionnel de brevet de spécialisation numéro 1 et le 8e cours de spécialisation de première instance 1 et 2 en informatique. Pour cela, le secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie nationale (Seg), le Général de Corps d’armée Didier Gérard Paza, a fait le déplacement avec d’autres hauts responsables, notamment ceux fraichement promus dont le désormais Général de division Florens Rakotomahanina, bien connu à Antananarivo.

Dans son allocution, le commandant de l’Esgn, le colonel Zafinirina Ny Haingo Ramasitera a souligné la pleine contribution de la Gendarmerie nationale française à l’organisation des cours dispensés à nos gendarmes. Le Seg, pour sa part, a tenu à réitérer que la sécurité est une affaire de tous. « La société attend de nous de la dignité et du professionnalisme », s’est-il adressé aux sélectionnés pour les stages et formations annuels pour cette année.Manou Razafy

Tananews3 partages

« Il m’a fallut 2 heures pour faire Behoririka-Anosy »

On aurait presque envie de lui rétorquer : « et bien t’avais qu’à y aller à pied, tu l’aurais fais en 30 minutes max ».

Ça gueule beaucoup sur les restrictions et les embouteillages dans le centre ville mais en lieu et place de petites restrictions, nous aurions été à la place de Lalao Ravalomanana, nous aurions décrété tout le centre ville piéton pour la seconde moitié du mois de décembre.

Tout le monde s’arrête à Anosy par exemple et hop tout le monde marche à pied.

L'express de Madagascar3 partages

Développement – Des certificats fonciers distribués

Les paysans propriétaires de terrains ont acquis les certificats prouvant leurs droits.

La distribution des certificats fonciers chez les paysans s’enchaîne. Le ministère auprès de la Présidence, en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) a continué son périple dans le district d’Ankazobe, hier. Deux mille seize certificats fonciers dont 1 150 pour la Commune rurale de Miantso et 866 pour la Commune rurale de Fihaonana ont été remis aux occupants de ce district.Cela pour «concrétiser  l’engagement du président de la République, de réconcilier les Malgaches avec leurs terres». Le M2PATE a largement dépassé ses objectifs, cette année. S’il a prévu de délivrer 5 000 certificats fonciers, il est arrivé à 8 992, jusqu’à présent.

Nouveaux guichetsCette délivrance de certificats fonciers est le fruit du partenariat entre le M2PATE et le projet d’Appui à la Réforme et à la Sécuri­sation Foncière, financé par l’Union Européenne et l’Agence Française de Développement.Douze communes de ce district ont également bénéficié de nouveaux Guichets Fonciers ou BIF, inaugurés dans la même journée. Ils sont déjà équipés de divers matériels informatiques avec des panneaux solaires. Vingt-deux agents de Guichets fonciers, ayant achevé leur cycle de formation, vont se charger de ces BIF.« Le rapprochement des services fonciers de la population, entre dans le cadre de la mise en œuvre de la lettre de politique foncière. Elle fait partie également de la quatrième Initiative des Résultats Rapides (RRI) de notre ministère», explique Georges Rasoama­nana, secrétaire général du M2PATE.

Miangaly Ralitera

Tananews2 partages

Carburant Jovenna-JIRAMA : précisions

Il s’agit de 30 milliards ar et non pas 100 milliards. Il s’agit de facilités de paiement et non pas de nouveau contrat ni d’avenant.

Donc en résumé, depuis le 14 décembre, un montant de 30 milliards ar avec facilité de paiement jusqu’en juillet 2017 a été convenu entre les parties prenantes, c’est ça ? D’où l’atténuation des délestages actuellement.

Oui sauf que, 30 milliards ar, c’est même pas 1 mois de carburant ça, donc dès le 14 janvier ce sera rebelote les coupures de 8 heures par jour ?

Les tonneaux des Danaïdes que sont ces groupes thermiques n’ont pas encore fini de faire parler d’eux.

News Mada2 partages

Camille Vital : « Madagascar part à la dérive »

Les événements politiques de ces derniers jours, voire depuis quelques semaines, n’en finissent pas de faire couler beaucoup d’encre, provoquant diverses réactions de la part des citoyens. Nous avons voulu recueillir les impressions du général Camille Vital qui, joint au téléphone de sa propriété d’Andoharotsy (province de Toliara), a bien voulu nous accorder une interview.

*Les Nouvelles : Vous vous êtes fait rare ces derniers temps. Quel regard portez-vous sur la situation actuelle au pays, notamment depuis l’arrestation de l’ancien ministre Augustin Andriamananoro ?

-Gal Camille Vital : Je dirais que c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase dans la situation générale qui prévaut en ce moment. C’est, en effet, absolument effarant que l’on ait arrêté Augustin Andriamananoro dans un moment aussi douloureux qu’un enterrement et devant tous ses proches. Un véritable sacrilège. Quel crime a-t-il donc bien pu faire pour qu’on le traite de la sorte et n’a-t-on pas pu procéder autrement ? J’estime qu’on aurait pu le convoquer pour enquête et non l’interpeller de cette manière, en foulant ainsi aux pieds les valeurs malgaches. Parallèlement, des gens proches du pouvoir peuvent se permettre de ne pas répondre à une convocation des autorités judiciaires sans pour autant être inquiétés le moins du monde. Mais dans quel pays vit-on ?

Par ailleurs, je note également deux points : le premier, c’est que cette interpellation intervient le même jour que la journée internationale des droits de l’Homme. Quel respect pour ces droits dans tout cela ! Et secundo, l’Emmo est en principe constitué des éléments de l’armée, de la gendarmerie et de la police nationale. Pourquoi n’y a-t-il chaque fois que la gendarmerie qui procède aux arrestations de ce genre ?

* Justement, cette affaire n’a-t-elle pas propension à envenimer la situation en cette période supposée être marquée par la trêve des festivités de fin d’année ?

– Avant de répondre à votre question, j’aimerais faire remarquer que lorsque je m’exprime, je me pose toujours la question de savoir ce que cela va apporter. Et je m’exprime en ce moment non seulement en tant que citoyen mais aussi en tant qu’ancien premier ministre de la Transition. A ce sujet, rappelez-vous que l’actuel président et Augustin Andriamananoro officiaient au sein du gouvernement que je dirigeais, respectivement en tant que ministre des Finances et ministre des Télécommunications. Que s’est-il donc passé entretemps pour qu’on réserve un tel traitement à ses anciens collaborateurs ? Moi, je dis qu’il faut se respecter, promouvoir le fihavanana, prendre le temps de s’écouter et de discuter.

Maintenant, pour vous répondre, évidemment que cette affaire est loin de calmer les esprits. A plus forte raison, lorsque le pouvoir en place avait demandé une trêve politique pour la tenue des Sommets du Comesa et de la Francophonie, l’opposition a observé et respecté cette trêve jusqu’à la fin, preuve en est la tenue sans anicroches de ces rendez-vous internationaux. Et une fois les délégations étrangères parties, le régime s’est mis à persécuter ses adversaires politiques. Est-ce vraiment le cadeau que l’on veut faire au peuple en cette période de fêtes ? Il faut que cela cesse.

* Que suggérez-vous donc ?

– Nous, le Hiaraka isika que je dirige et qui, signalons-le, fait toujours partie de l’Armada, demandons, supplions même la libération inconditionnelle d’Augustin Andriamananoro. Nous demandons également que le pouvoir mette un terme à cet acharnement contre les membres de l’opposition. Chacun a le droit de s’exprimer et de dénoncer ce qui ne va pas et, dans tout cela, les forces de l’ordre doivent réellement accomplir la mission qui leur a été confiée, en l’occurrence protéger les personnes et les biens et non être une force de répression. Que les dirigeants se rendent compte que le pays appartient aux Malgaches et qu’ils tiennent leur pouvoir de gestion du pays du peuple malgache.

La principale question que l’on doit se poser en ce moment est : comment faire pour le bien de Madagascar ? Malheureusement, c’est tout le contraire qui se passe. J’aimerais soulever au passage l’adoption de cette fameuse loi sur la réconciliation nationale lors de cette deuxième session parlementaire. A quoi servira-t-elle au juste ? En effet, il n’y a eu ni guerre civile ni autre conflit de ce genre au pays mais juste des divergences politiques. A mon avis, ce texte ne fera qu’attiser davantage les troubles, vu son caractère ciblé et discriminatoire.

* Dans tout cela, y a-t-il néanmoins quelque chose à espérer pour la population ?

– Une fois de plus, la situation n’est guère reluisante. Les prix du carburant fluctuent au possible chaque fois, le problème du délestage n’est toujours pas résolu. A propos, je constate que les participants aux divers Sommets que le pays a accueillis ont été épargnés de toute coupure d’électricité mais une fois qu’ils ont quitté le pays, la population a connu les affres du délestage de plus en plus intempestif et durable. Elle ne mérite donc pas un approvisionnement continu et de qualité d’eau et d’électricité ? Tout comme elle ne mérite pas de vivre en toute sécurité ? Et pour cause, c’est à se demander ce que font les forces de l’ordre.

La situation est d’autant plus inquiétante qu’en 1960, la Grande île était à peu près au même niveau que la Côte d’Ivoire ou le Sénégal et qu’actuellement, elle est aussi pauvre que des pays comme Haïti. Bref, c’est triste que 56 ans après le retour de notre Indépendance, nous ne soyons pas encore capables de bien gouverner ce pays. Et le pire, c’est de se demander ce que deviendront nos jeunes actuels dans une dizaine d’années si déjà la situation actuelle est déjà si désastreuse. Madagascar part réellement à la dérive.

Malgré tout, je souhaite aux Malgaches de passer de joyeuses fêtes de fin d’année dans le calme et dans une atmosphère d’apaisement.

Rakoto

 

News Mada2 partages

Certificats fonciers : le M2pate allège les formalités

Le problème du foncier constitue pour le moment un frein au développement,  surtout en milieu rural. Le ministère de tutelle vient d’adopter une stratégie qui vise à aider la population en facilitant les procédures.

Le ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement  (M2pate), à travers la Direction générale des services fonciers  (DGSF) a mobilisé tous les moyens pour faciliter et alléger les procédures de sécurisation foncière.

En fait, les responsables ont approché les régions sujettes aux conflits fonciers afin  d’alléger les procédures d’octroi de certificat foncier. Une façon pour «réconcilier les Malgaches avec leurs terres». Hier, le district d’Ankazobe a été choisi par le ministère pour la distribution de certificats fonciers. 2016 titres ont été octroyés pour les communes rurales de Miantso et de Fihaonana.

«La promotion de la gestion foncière décentralisée, c’est – à – dire le rapprochement des services fonciers à la population, entre dans le cadre de la mise en œuvre de la lettre de politique foncière. Elle fait partie également de la quatrième Initiative des Résultats Rapides (RRI) de notre ministère», a fait savoir le secrétaire général du M2pate, Georges Rasoamanana, représentant le ministre Narson Rafidimanana.

Bilan

Jusqu’à ce jour, 14 guichets fonciers sont opérationnels et 8992 ont été délivrés.

Cette politique d’octroi des titres sur terrain est le résultat du partenariat le M2pate et le projet d’Appui à la réforme et à la sécurisation foncière (ARSF), un projet du gouvernement financé par l’union Européenne (UE) et l’Agence française de développement (AFD).

Par ailleurs, 11 communes ont bénéficié de nouveaux guichets fonciers ou BIF,  inaugurés hier. Ces guichets fonciers et circonscriptions topographiques ont été équipés de divers matériels informatiques, accompagnés des panneaux solaires. Cette cérémonie a également permis au 22 agents de guichets fonciers et de 13 maires de recevoir leur certificat de fin de formation. Une formation résultant d’une collaboration avec l’INDDL et le projet ASA.

Nadia

 

News Mada2 partages

Commune de Mangabe : reprise des activités agricoles par Somia

La Société malgache d’industrie agricole (Somia) lance à nouveau ses activités agricoles dans la commune rurale de Mangabe (district de Maevatanana – région Betsiboka). En fait, cette industrie compte renforcer la culture du riz dans cette région à fort potentiel agricole.

«On recense 327 ha de terres cultivées dans la commune de Mangabe. Nous prévoyons d’atteindre un rendement de 5 tonnes par ha, une fois toutes les techniques mises au point», a  avancé le technicien agricole Samuel Raminosoa à l’occasion du lancement officiel des activités de la société dans la région le 19 décembre dernier. Somia a déjà commencé le labour des terres au mois de novembre dernier. La culture du riz sera ensuite alternée avec la culture du maïs et d’arachide.

En effet, «le terrain occupé par Somia à Mangabe a été squatté pendant quelques années durant la transition, alors que l’Etat l’a récupéré à travers un arrêté ministériel sorti en 2012. L’arrêté ministériel a été ensuite abrogé par le conseil d’Etat en 2014. Puis le terrain a été remis à Somia suite à sa demande», indique une source proche du sujet. «Des négociations  ont été faites avec les habitants qui ont effectué des activités agricoles sur place. Une partie d’entre eux ont accepté de collaborer, mais la négociation continue toujours», a poursuivi cette même source.

Riana R.

 

News Mada2 partages

HJRA : 30 enfants opérés par semaine

Une trentaine d’enfants sont opérés par semaine dans le service de chirurgie viscérale pédiatrique de l’HJRA Ampefiloha. 32 enfants y sont actuellement soignés. Afin de permettre à ces enfants une évasion fictive de l’univers hospitalier, les infrastructures de ce service ont été totalement rénovées pour être plus animées. Une rénovation qui a pu voir le jour grâce à l’appui de Vivo Energy, une société qui se spécialise dans la vente et la distribution des carburants et des lubrifiants.

Les travaux se résument par le remplacement des portes en bois en aluminium, la rénovation de la plomberie, la réparation des installations électriques et la peinture des locaux mettant en exergue des héros de dessins animés. «Cette action citoyenne est très importante pour nous à titre de redevabilité, car nous sommes également issus des communautés, après avoir passé l’âge des enfants», a indiqué la responsable de la communication de la société, Johanne Razakaboana.

Sera R

 

Orange Madagascar2 partages

Orange donne de la joie et du réconfort à plus de 275 enfants malades

Noël est une fête de famille et de chaleur humaine, et Orange Solidarité Madagascar reste solidaire envers les enfants malades et les enfants nécessiteux en cette période de l’année. A travers Orange Solidarité Noël 2016, l’association humanitaire d’Orange Madagascar s’engage à transmettre la joie et  la bonne humeur  aux enfants, en leur distribuant des friandises et des livres.

Cette semaine, plus de 50 bénévoles, tous salariés d’Orange Madagascar, se sont rendus auprès de centres spécialisés, et des hôpitaux d’Antananarivo.

Il s’agit entre autres de :

Plus de 275 enfants malades, et enfants nécessiteux, ont bénéficié de cette action solidaire qui a redonné le sourire aux enfants, mais aussi aux parents. Les membres de l’association Orange Solidarité Madagascar, et les salariés bénévoles d’Orange Madagascar ont pu partager des moments de joie et d’émotions avec les enfants.

Grâce à Orange Solidarité Noël, les enfants malades et nécessiteux ont pu vivre l’Esprit de Noël à travers des sentiments généreux.

La Vérité2 partages

Industries et entrepreneuriats - Cinq sociétés primées

Cinq industriels, à savoir Obio Hamy, Hita, Newpack, Gasyplast et Bionexx ont obtenu des prix pour leur dynamisme et volonté concrète d’accompagner le développement de l’économie.  La troisième édition du Gala de l’industrie et du secteur privé, organisée par le mutuel du ministère de l’Industrie et du Développement du secteur privé, a eu lieu le 22 décembre dernier à l’hôtel Carlton, Anosy. Cet évènement a eu pour thème : « L’industrie, levier du développement durable et du secteur privé ».

La société Obio Hamy intervient dans la production de l’énergie renouvelable, notamment l’éthanol combustible. Hita (Huilerie Industrielle de Toamasina), une industrie de fabrication d’huile de table raffinée à partir d’huile brute végétale de soja ou de palme, s’est démarquée par l’importance de la responsabilité sociétale d’entreprise à travers la réalisation d’un projet structurant au bénéfice de la jeunesse et des générations futures, notamment la construction d’une Epp la plus moderne de Madagascar qui s’inscrit parmi les projets présidentiels. La troisième industrie récompensée de la soirée est la société Newpack, spécialisée dans la fabrication de cartons ondulés. La société Gasyplast Sarl, quant à elle, œuvre dans la transformation de matières en plastique. Les activités de la société Bionexx concernent les domaines pharmaceutique, paramédical et cosmétique et la transformation de plantes médicinales.

Des porteurs de projets reconnus

Cinq porteurs de projets, respectivement baptisés « Moringala », « Tsiro », « Sahaza », « Saha Manitra », Trondro Fy, ont été primés lors des concours organisés par deux entités partenaires du ministère de l’Industrie et du Développement du secteur privé, dans le cadre de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes. A cela s’ajoute le jeune startupper, lauréat de l’« Anzisha prize 2016 », en la personne de Tahiana Randriarimanana.

Le projet « Moringala » concerne la transformation des graines de moringa afin de produire de l’huile et du savon. Le projet se rapportant dans le domaine de l’exploitation, de gisement et d’extraction de sel gemme en vue de la production de sel (« siratany »), pour sa part, est le fruit de la recherche du porteur de projet « Tsiro ». « Sahaza » a opté pour la fabrication de produits laitiers de soja (ajout de la poudre de feuilles de moringa), si « Saha Manitra » s’est démarqué par la fabrication de l’huile de géranium et enfin, « Trondro Fy » avec la pisciculture et le commerce de viande de poisson.

Tahina Randriarimalala, lauréat de l’« Anzisha prize 2016 », âgé de 22 ans, a créé sa petite entreprise dénommée « Fiombonana », spécialisée dans la transformation de fruits et de produits laitiers. La compagnie Vidzar et le groupe Star, partenaires fidèles de l’association, se sont vu remettre chacun un trophée de reconnaissance. D.H.R.

Tananews2 partages

Alors, votre menu de noël ?

Gisa ? Ganagana ? Voron-tsiloza ? Akoho gasy ?

L’heure est bien entendu aux restrictions budgétaires.

Mais que cela n’empêche pas les TNNautes de partager leurs bons plans. Et leurs bonnes recettes

Tananews2 partages

Diaspora malgache en France : les résultats de l’étude

Une étude intéressante.

Même si la figure 10 page 26 du rapport nous a fait un peu tiquer, on se demande la pertinence de cette figure dans ce rapport.

Lire : Une première étude sur la diaspora malgache de France

L'express de Madagascar2 partages

Natation – Meeting de l’Océan Indien – Des nageurs de St Michel à Saint Paul

Douze nageurs du club St Michel seront en lice au Meeting de l’océan Indien à la Réunion. La délégation quittera le pays le 25 décembre.

Le club de natation de Saint Michel sera représenté par douze nageurs au Meeting de l’océan Indien, sur bassin de 25 m qui se tiendra à Saint Paul, la Réunion du 28 au 30 décembre.Cette compétition réunira les grands nageurs dans le monde à savoir ceux de la France, de Suède, des Etats Unis, d’Italie, d’Afrique du sud, du Kenya, des Seychelles et des pays magrébins. En tête de liste du club d’Ampa­ribe se trouve le mondialiste de Windsor Canada, Michael Rasolonjatovo qui y prendra les départs en huit nages différentes, entre autres, les 50 m, 100 m, 200 m nage libre, les 50 m, 100 m, 200 m dos et les 100 m et 200 m quatre nages.« Mon objectif est d’améliorer mes meilleurs temps et d’actualiser les records nationaux en 100 m et 200 m dos », a lancé le numéro un malga­che, lors de son entraînement hier, au Lomano Center à Avarabohitra Itaosy. Il vient d’actualiser le record de Madagascar de 200 m dos aux Mondiaux de Canada il y a une semaine.« Ce nageur qui aura bientôt 18 ans est actuellement en évolution en flèche presque verticale. Je suis confiant qu’il sera le premier Malgache à s’installer sur le podium de ce Meeting de haut niveau vu ses performances ces derniers temps », a mentionné Aimé Ranaivo, premier responsable technique du club St Michel.

DéfiMichael a, lors des derniers jeux des îles de la Réunion, remporté trois médailles dont une en argent (200 m dos) et deux en bronze (100 m dos et 4×100 m NL).L’entraîneur du club a également relevé le défi de faire toujours mieux à chaque participation. La délégation du collège alignera cette fois douze nageurs contre onze, lors de la précédente édition. L’année passée, ce club a réalisé les quinze meilleures performances et quatre records nationaux dont un en relais 4x100m nage libre de l’équipe nationale.« Nous ferons de notre mieux pour battre, encore une fois ce record en relais avec la même équipe composée de Michael, les frères Rakotomavo et Johary Andriamanalina », estime le coach Aimé Ranaivo. Les porte-fanions de St Michel sont en regroupement depuis le mois d’octobre, un entraînement biquotidien d’un volume de quatre heures par jour et 10 km de distance à parcourir.Les onze autres nageurs dans la liste sont Stéphane et John Rakotomavo, Johanna Rabary, Harivola, Riana et Rindra Andrianjafy, Dylan et Francky Ramiakatrarivo, Sarobidy, Alexia Rakoto­mavo, et Johary Andriamanalina.La compétition sera précédée de trois jours de stage pour les entraineurs, une occasion pour les techniciens de la Grande île d’échan­ger avec les grands entraineurs faiseurs de champions dans le monde. La délégation du club de St Michel sera composée de 21 membres dont douze nageurs, un coach, cinq parents, un médecin et deux encadreurs et s’envolera pour la Réunion le jour de Noël même.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar2 partages

Parasports – Fabienne Ranoromihaja rempile

La ligue régionale de parasports a effectué jeudi, son assemblée générale ordinaire suivie de celle élective, au sous-gradin à Mahamasina.Sans adversaire, la présidente sortante, Fabienne Ranoromihaja a été reconduite au même poste pour un deuxième mandat. Sept clubs ont participé au vote à savoir l’ACBHB, AS2A, ASCU PSH, COSAHP, AJSPS, Malinjo et l’Orchidée blanche. À l’unanimité, ces clubs ont d’abord validé à 100% les rapports technique, financier et moral efféctués par l’équipe sortante de la ligue, lors d’assemblée générale ordinaire.« Notre priorité réside toujours dans la promotion et le développement de la discipline. Sans oublier d’accomplir notre mission principale, celle d’organiser le championnat d’Analamanga pour toutes les disciplines et épreuves associées. Nous soutenons également nos clubs au championnat de Madagascar, pour remporter les titres nationaux, et de continuer jusqu’à ravir la coupe de l’Océan indien ».

S.R.

L'express de Madagascar2 partages

Double braquage

Avant-hier vers 11 heures, vingt dahalo munis d’armes de guerre et de fusils de chasse ont braqué un taxi-brousse et un camion, à Mangidy Ikalamavony. Le chauffeur du taxi-brousse est blessé. Les assaillants se sont emparés de l’argent, des objets de valeur et des bagages des passagers.

L'express de Madagascar2 partages

Boeny – L’énergie biomasse pour sauvegarder les forêts

Dans le cadre de la promotion de l’utilisation et de la gestion durable de l’énergie issue de la biomasse, la Plateforme régionale d’échange sur l’énergie biomasse (PREEB) du Boeny a organisé une conférence-débat, mardi dernier à la salle de réunion de l’Hôtel de ville de Mahajanga.On évalue à 42.5 milliards ariary les dépenses occasionnées pour la mise en place du Plan régional en énergie biomasse (PREB) de la région Boeny, pour une durée de cinq ans.Les 70% de ce financement, soit 29.5 milliards ariary seront consacrés aux réalisations techniques. 10% seront destinés à la formation, estimés à 4.2 milliards ariary, tandis que 14%, soit 1.7 milliards ariary, seront dédiés aux infrastructures et matériels. Le reste, 7%, (2.8 milliards ariary) seront réservés au fonctionnement dont le contrôle et l’exécution du PREB.Plus de 143 000 tonnes de charbon de bois et 75 000 tonnes de bois de chauffe par an sont consommés dans la région Boeny.En 2015, 15% des familles dans les grandes villes et 3% dans les campagnes ont adopté le « fatana mitsitsy ».

Vero Andrianarisoa

Tananews2 partages

3 kidnappings en 1 semaine ?

Nous aurions été karana tous les mois de décembre nous nous serions barré le plus loin possible de Babakoto Land.

Car ces pseudos fêtes de fin d’année sont le prétexte tous les ans à une recrudescence des vols, cambriolages et kidnappings.

Voler tout le mois de décembre pour faire la fête à Noël. Et aller à la messe le 25 pour se faire pardonner ?

News Mada1 partages

Incendies de forets : des vidéos pour convaincre

L’image est efficace dans la sensibilisation contre les incendies de forêts. A preuve, dans le but de réduire les incendies dans l’aire protégée d’Amoron’i Onilahy, dans le sud-ouest de Madagascar, l’Organisme public de coopération intercommunale (Ohemia), avec l’appui de WWF, a mis en œuvre une stratégie de sensibilisation communautaire. Il s’agit d’identifier les villages, plus près des départs de feu, puis enregistrer les données prises à partir du logiciel Firecast.

Des projections de vidéo sur ces faits ont été ensuite réalisées dans ces villages, afin de réveiller les consciences et pousser les villageois à prendre leurs responsabilités. Des projections qui ont été suivies de débats entre l’Ohemia et les spectateurs.

Sera R

 

La Vérité1 partages

Régime Rajaonarimampianina - Le remaniement se précise

Le calendrier du remaniement gouvernemental se précise en cette veille des fêtes de fin d’année. Dans les coulisses, les consultations et supputations continuent d’aller bon train, laissant présager un remaniement impliquant plusieurs ministères tels que celui de l'Energie, la Sécurité intérieure et d’autres. La fenêtre de tir se situerait entre le début du mois de janvier et le début du mois de février. Soit au nouvel an.

Outre la nomination d’un nouveau ministre à Ampandrianomby, laissé à un intérimaire après le décès du titulaire du poste, un autre critère devrait être pris en compte par le Président de la République pour décider : l’élection de 2018. Lors de son congrès national qui s’est déroulé à Fianarantsoa la semaine dernière, le parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » a en effet appelé Hery Rajaonarimampianina à se présenter à sa propre succession en 2018. Sans attendre l’avis des partisans du parti bleu roi, le Chef de l’Etat avait déjà multiplié les descentes. Sous couvert de visites officielles et d’inaugurations, le Président est taxé de mener une véritable précampagne en vue de 2018. Autant de signaux qui prouvent que Hery Rajaonarimampianina a d’ores et déjà les yeux braqués sur l’élection présidentielle. Il faut dire que l’actuel locataire d’Iavoloha a mis des atouts dans sa manche qu’il ne manquera pas de placer sur la table pour remporter le pot. Dans son jeu, le numéro Un de l’Etat dispose notamment de la « confiance » qui lui est accordée par les bailleurs de fonds, concrétisée notamment par les milliards d’euros d’engagement acquis lors de la Conférence des bailleurs et des investisseurs à Paris au début de ce mois de décembre. Même s’il n’a pas, pour l’heure, confirmé sa candidature pour 2018, force est donc de constater que le Chef de l’Etat est en train d’abattre lentement mais sûrement ses cartes.

Equipe

Reste cependant une question qui taraude certains esprits. Avec quelle équipe Hery Rajaonarimampianina compte-t-il mener sa barque à bon port ? La première option serait qu’il remanie le Gouvernement et mette en place une nouvelle équipe dont l’ossature sera formée de techniciens, composée notamment de certains ministres qui se sont battus pour l’obtention des milliards à Paris et qui se battront pour faire en sorte que la maxime « 3 dollars prononcés 1 dollar décaissé » ne devienne pas une réalité. Une équipe qui sera également à même de concrétiser les projets présentés lors de la conférence parisienne. La seconde option serait qu’il mette en place une équipe dont la colonne vertébrale sera plutôt politique et dont les objectifs seront de le faire réélire en 2018. Une équipe usera de tous les moyens possibles, quitte à utiliser les fonds obtenus à Paris, pour des projets « tape- à- l’œil » destinés à améliorer l’image de Hery Rajaonarimampianina au niveau de l’électorat. En outre, le locataire d’Iavoloha devra également écarter certains membres du Gouvernement à qui beaucoup d’observateurs prêtent des ambitions présidentielles.

Des ministres qui seront donc des futurs adversaires du candidat numéro 3 lors du dernier scrutin présidentiel. Certains observateurs se demandent par ailleurs si le Chef de l’Etat optera pour un changement de Gouvernement ou un remaniement ministériel, étant donné la situation de Mahafaly Solonandrasana à qui certains au sein même de l’équipe dirigeante actuelle prêtent l’intention de vouloir devenir « calife à la place du calife ».  En tout cas, la balle reste dans le camp de Hery Rajaonarimampianina, Président, dont la cote de popularité reste en dessous de la moyenne malgré ses nombreux et fréquents déplacements dans les régions, ces dernières semaines.Recueillis par L.A.

La Vérité1 partages

Remaniement éventuel - Quel avenir pour le ministre Jean-Jacques Rabenirina ?

Une question se pose de façon naturelle parallèlement au nouveau feuilleton « Assemblée nationale-parti Vondrona politika miara-dia - Malagasy miara-miainga (Vpm-Mmm) » quant au sort réservé au ministre de la Culture, de la Promotion de l’artisanat et de la Sauvegarde du patrimoine, Jean-Jacques Rabenirina, surtout si remaniement sera comme beaucoup l’ont susurré ces dernières semaines.

Titulaire d’un doctorat en anthropologie sociale et culturelle, ce natif de Betioky-Atsimo dont il était en 2013 élu député de Madagascar, sous la bannière de cette entité politique, a rejoint l’actuelle formation gouvernementale pour remplacer Dr. Brigitte Rasamoelina qui a été mutée au Sénat en devenant sénatrice de Madagascar. Avant cela, il était ministre du Travail et des Lois sociales, puis celui du Tourisme et de la Culture sous le premier mandat de Marc Ravalomanana (2002-2006) pour le quota du parti « Asa vita no ifampitsarana » (Avi) de l’archi-célèbre faiseur de rois Norbert Lala Ratsirahonana et avait servi également sous la Transition (2009-2014). C’est pour dire qu’il s’agirait d’une oie noire.

Retournement de veste

Jean-Jacques Rabenirina, avec, entre autres, l’ancien secrétaire général de l’Avi Laurent Ramaroson, a défroqué son vieux habit politique contre un tout neuf du Vpm-Mmm aux législatives de 2013. Ce parti a obtenu 15 sièges à l’Hémicycle, ce qui représente 9,93 % de ses membres. Dans le sillage de la constitution de la factice majorité présidentielle controversée à Tsimbazaza, le parti a fini par se scinder en deux pour donner naissance à une aile pro-régime et à une autre plutôt dans le camp de l’opposition. Mais la position de l’ancien parlementaire était floue pour beaucoup à l’époque. « Il est à cheval entre la mouvance Hvm et le parti Vpm-Mmm », nous a dit une source à l’Assemblée nationale. Sa nomination à son poste ministériel actuel, selon le décret no 2016-265 du 15 avril dernier, a étonné plus d’un. Il était en effet l’une des voix non Hvm écoutées par l’Union européenne qui a manifesté une méfiance tacite vis-à-vis du régime Rajaonarimampianina depuis le début.

Un pourparler entre l’ambassadeur européen Antonio Sachez-Benedito et les députés était organisé au palais de Tsimbazaza, suite à la signature du Programme indicatif national (Pin) à Bruxelles (Belgique) par le Président Hery Rajaonarimampianina et le commissaire européen Neven Mimica (venu chez nous récemment), le 23 novembre 2015. Ceci concerne le déblocage des 558 millions d’euros, la part cumulée pour Madagascar des ressources tirées des différents Fonds européens de développement (Fed).

Silence ministériel 

Puisque la voix des plus nombreux était trop forte pour camoufler les réalités réelles au pays à l’époque, la curiosité des autorités européennes a demandé à être comblée par davantage de renseignements plus rassurants. La Commission européenne a ainsi invité à sa charge un fidèle de Marc Ravalomanana en la personne de Rodin Rakotomanjato, élu député d’Arivonimamo sous les couleurs du parti « Zanak’i Dada », et l’ancien élu de Betioky- Atsimo, pour faire entendre une voix en dehors du cercle Hvm à Bruxelles.Pour cela, les deux politiciens ont alors embarqué le vol d’Air France du 4 décembre 2015 à destination de la Capitale européenne via Paris. Le déblocage de moins de 15 millions d’euros a eu lieu un mois plus tard, le gros lot étant toujours retenu par le donneur par manque de confiance. Dans la même foulée, les 900 millions d’euros, contribution de l’Union européenne aux promesses de Paris au début de ce mois, risquent de n’atterrir dans les caisses de l’Etat qu’à des dates qui restent encore à déterminer.De toutes les façons, le mutisme du département ministériel de Jean-Jacques Rabenirina face à la profanation accélérée des patrimoines à Madagascar ces temps-ci est quelque peu troublant pour les défenseurs des valeurs et de l’identité malagasy. Eglises, madones, cloches, patrimoine mondial à la merci des chercheurs de saphir dans l’Alaotra, enceintes royales sur les Hautes-terres et dans les régions, sites historiques… y sont tous passés. L’ampleur du phénomène de désacralisation est telle que l’expression même de « terrorisme culturel » est sur le point de s’imposer pour rendre compte du triste contexte chez nous.Manou Razafy

Madagascar Tribune1 partages

La place de l’opposition officielle toujours vacante

La place de l’opposition officielle est toujours vacante jusqu’ici alors que les différents états-majors politiques se préparent déjà pour les prochaines élections présidentielles de 2018. Le parti HVM au pouvoir a déjà annoncé le ton ainsi que les opposants non déclarés comme Marc Ravalomanana qui occupe le terrain depuis plusieurs mois. Mais ni Ravalomanana ni Andry Rajoelina dont les partis disposent des élus au sein de l’Assemblée nationale ne se sont déclarés officiellement opposants contrairement à Hajo Andrianainarivelo qui a officialisé sa position dernièrement. Il estime ainsi avoir droit d’occuper le poste de vice-président de l’Assemblée nationale dédié à l’opposition dans ce cas et a sollicité une rencontre avec le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy. Mais le chef de la Chambre basse lui a posé un lapin. Une attitude que le président du MMM n’apprécie pas du tout et qu’il qualifie comme « fanjakana lohamboto » (Etat de voyous).

Rappelons que différentes entités, comme les partis de Lalatiana Ravololomanana, Hary Naivo Rasamoely entre autres se sont déjà disputés cette place de l’opposition officielle.

En principe selon le texte en vigueur aucun chef de parti ne peut se prévaloir les places tant convoitée au sein des institutions sans accord des autres partis déclarés de l’opposition. « Les groupes politiques qui se déclarent officiellement de l’opposition désignent d’un commun accord un chef de l’opposition officielle » rappelle le livre de Toavina Ralambomahay dans son ouvrage intitulé « la loi sur le statut de l’opposition à Madagascar : un mal nécessaire ». Une loi qui handicape tout le monde actuellement quant à son application. Ceux qui sont au pouvoir comme ceux qui ne sont pas au pouvoir. Le HVM dont les membres sont quasiment tous des anciens de la Transition n’applique pas la loi, évitant ainsi de donner un élan à ses adversaires en les laissant siéger au sein des institutions. Les opposants dont une bonne partie sont partie prenante à l’élaboration de cette loi quand ils étaient au pouvoir se trouvent piégés par leur propre création. De toute façon et d’une manière générale, l’application de la loi n’est pas notre fort.

Opposition à quoi ?

Vaovao Benjamin, ancien sénateur Arema, est récemment intervenu dans les médias pour décrier la division au sein des formations qui se déclarent de l’opposition et a fait comprendre qu’il n’est pas étonné de l’échec des opposants sinon des difficultés qu’ils rencontrent. Quelques observateurs et hommes politiques s’interrogent s’il s’agit de s’opposer à quoi alors même que le régime en place n’a pas de programme sinon celle de la communauté internationale et des bailleurs de fonds. Ou bien ces « opposants » s’opposent-ils aux individus ? Quoi qu’il en soit, l’opposition est dispersée, divisée et n’est pas crédible. Elle en veut à la communauté internationale à un moment donné et l’accuse de « néocolonialisme » et d’être à la solde du « néolibéralisme », puis le lendemain la supplie de lui venir en aide. Pour beaucoup les opposants n’ont pas de réel programme commun du moins un socle concerté. « Mitsangàna ry Malagasy », « Dinika Fanavotam-Pirenena »…, mais le parti « Antoko Politika Madio » a préféré prendre le large.

L'express de Madagascar1 partages

Déclaration de patrimoine – Plus de 60% des assujettis réprimandés

Seulement 37,11% des personnalités soumises à la déclaration de patrimoine se sont pliées à leur obligation. Avant de sévir, le Bianco lance un rappel à l’ordre.

Décevant. Selon une statistique en date de novembre 2016, publiée par le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) hier, seulement 37,11% des personnalités étatiques, administratives et judiciaires assujetties à l’obligation de déclaration de patrimoine s’y sont conformées. Sur « 8500 personnes » devant déclarer leurs biens à la Haute Cour Constitution­nelle (HCC), ou encore au Bureau d’Ambohibao, seulement « 3154 » l’ont fait.Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les discours de bonne gouvernance et de volonté de lutte contre la corruption martelés par les responsables étatiques et administratifs tapent dans le vide. En effet il semble qu’ils soient les premiers à ne pas se conformer à une obligation destinée, justement, à éradiquer le fléau. Cette obligation est établie « afin de promouvoir la transparence dans l’exercice des fonctions publiques, de garantir l’intégrité des serviteurs de l’État, et d’affermir la confiance du public envers les institutions », souligne la loi 2016-020 concernant la lutte contre la corruption.

SanctionsLe Bianco a ainsi accompagné les statistiques d’hier d’un rappel à toutes les personnalités concernées « de s’acquitter de leur obligation de faire ou de renouveler leur déclaration de patrimoine. La déclaration devrait être déposée, suivant les textes, auprès de la Haute Cour Constitution­nelle ou auprès du BIANCO, avant la fin de cette année 2016 ».Au regard des chiffres publiés pour le compte de cette année 2016, les maires avec seulement 39 déclarants sur 1695 et les chefs de région dont aucun des vingt-deux n’ont déclaré leur patrimoine, font office de mauvais élèves. Avec juste quarante-cinq déclarants sur plus de neuf-cents membres du corps, la magistrature ne fait pas mieux. Outre les membres de la HCC, toutes les institutions et administrations publiques ont leur lot de hauts responsables politiques ou publics en passe de basculer dans l’illégalité, à en croire la déclaration du Bianco.Selon la loi anti-corruption, « l’obligation de déclaration de patrimoine et d’intérêts économiques doit être faite dans les trois mois qui suivent la nomination ou l’entrée en fonction. Elle doit être renouvelée tous les deux ans (…) Sera punie d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 50 à 200 millions d’ariary, toute personne assujettie (…) qui, deux mois après un rappel dûment envoyé par le Bianco (…), sciemment, n’aura pas fait de déclaration de son patrimoine ou aura fait une déclaration incomplète, inexacte ou fausse (…) ».Cette résistance des hauts responsables étatiques et publics face à l’obligation de déclaration de patrimoine ne date pourtant pas de cette année, et l’atermoiement, voire l’inertie du Bureau d’Ambohibao sur ce sujet est souvent critiqué. Une source avisée explique que la procédure imposée par la précédente loi anti-corruption, qui prévoyait « un rappel à l’ordre par voie d’huissier réduisait considérablement la marge de manœuvre du Bianco, qui ne pouvait pas payer les honoraires des huissiers pour qu’ils effectuer tous les rappels par voie extra-judiciaire ».La source ajoute que comme la loi de 2016 ne prévoit plus qu’un simple rappel par le Bianco : « Nous pouvons appliquer la loi et sévir ». À lui d’ajouter que le défaut de déclaration de patrimoine après rappel est « un manquement matériel, donc peut tout de suite faire l’objet d’un déferrement devant la justice ». Les Pôles anti-corruption (PAC), du reste, devraient en principe être opérationnels l’année prochaine. « L’année 2017 sera l’année d’application des textes, étant donné que le mécanisme juridique de lutte contre la corruption devrait être en place », soutient la source.La publication d’hier n’est alors qu’un énième rappel à l’ordre en vue de cette application de la loi, « car il est probable que pour certains, le manquement n’est que par mégarde et non pas une mauvaise foi », réplique la source. Depuis le temps, pourtant, que le rappel de se conformer à l’obligation de déclaration de patrimoine a été martelé, plus d’un attendent désormais des sanctions.

Liste des assujettis à la déclaration de patrimoine

La Constitution prévoit que le président de la République, les membres du gouvernement et parlementaires, ainsi que les membres de la HCC doivent déclarer leur patrimoine à la Cour d’Ambohidahy. Selon l’article 2 de la loi sur la lutte contre la corruption les magistrats de tout ordre, chefs de province, commissaires généraux de province, préfets de régions, chefs de région, chefs de district et maires également. Pareillement pour tout agent public occupant des postes de niveau égal ou supérieur à celui de directeur de ministère. Les membres de corps d’administrateurs, d’inspecteurs et de commissaires dans l’administration publique, les chefs de formation militaire supérieure à l’échelon compagnie, les inspecteurs généraux d’État, les inspecteurs généraux de l’armée et de la gendarmerie doivent aussi remettre au Bianco une déclaration de patrimoine. De même toute personne exerçant les fonctions d’officier de police économique ou judiciaire, et celles exerçant les fonctions d’ordonnateurs et comptables publics. Les dirigeants sociaux qui siègent au sein des établissements publics, des sociétés à participation publiques y sont aussi soumis.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Carburants – 30 milliards ariary pour la Jirama

Pour faire face au délestage et au problème d’étiage, la Jirama bénéficie d’un approvisionnement en carburant d’une valeur de 30 milliards ariary.

Une solution d’urgence. Le 14 décembre, les dirigeants de la Jirama, le gouvernement et une compagnie pétrolière ont signé un protocole d’accord portant sur l’approvisionnement en carburant des centrales thermiques de la société nationale d’eau et d’électricité dont le montant est de 30 milliards ariary, selon une source proche du dossier. Cette information est confirmée par Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances et du budget qui ajoute que « il ne s’agit pas d’un avenant ni d’un renouvellement de contrat ».La semaine dernière, après un délestage qui a frappé plusieurs quartiers d’Antananarivo et ses environs,  plusieurs réunions se sont tenues entre les responsables de la Jirama et ses fournisseurs ainsi que quelques membres du gouvernement. « Nous sommes entrés en négociation avec les responsables étatiques et les différents acteurs pour trouver une solution à ces coupures de courant », avait expliqué Nestor Razafindroriaka, directeur général de la Jirama, lundi, lors de la journée sur l’énergie à Anosy.

SouplesseÀ l’issue de ces réunions, ils ont trouvé une entente pour la livraison de carburant aux centrales thermiques de la Jirama.Selon notre source, le document signé évoque une facilité de paiement jusqu’au 30 juillet 2017. « Le paiement se repartit en trois tranches. La première, d’une valeur de 12,5 milliards ariary devrait être payée le 30 mai 2017. La Jirama devrait signer un chèque du même montant au fournisseur le 30 juin 2017. Et le dernier montant restant, d’une valeur de 5 milliards ariary devrait être versé le 30 juillet 2017 », a révélé notre source proche du dossier.Pas plus tard que mer­credi, la compagnie Jovenna avait avancé, dans les colonnes de L’Express de Mada­gascar cette souplesse dans le paiement de ses prestations à la Jirama. « Le contrat que nous avons avec la Jirama a été signé en avril. Le paiement de la livraison de carburant actuelle s’étale jusqu’en juillet 2017 », a précisé Benjamin Memmi, directeur général de la Jovenna mercredi au téléphone. Cette compagnie pétrolière est l’un des fournisseurs de carburant de la Jirama. Elle assure, aux côtés des autres sociétés, la livraison de carburants aux centrales thermiques du réseau intercon­necté d’Antanana­rivo.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Décentralisation – Imbroglio sur le statut des fokontany

Un silence constitutionnel est constaté sur le statut du fokontany. Une situation qui impacte, notamment, sur les modalités d’élection ou de désignation des dirigeants de cette structure locale.

Hiatus. Pour mettre fin au débat sur le fait si les chefs fokontany devraient être nommés, ou élus, le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation a organisé un atelier de consultation de différents acteurs, mardi à l’hôtel Panorama, Andrainarivo.Ayant conduit la cérémonie d’ouverture de cet évènement, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre et ministre de l’Intérieur, a déclaré : « La Constitution soutient que le fokontany est la base du développement. Il y a cependant un hic, car si cette structure devrait être une collectivité décentralisée (CTD), elle est devenue une instance déconcentrée de l’État (…) Si l’on s’en tient à la loi fondamentale, les responsables de fokontany devraient donc être désignés. Etant donné leur proximité avec la population, ils devraient être élus (…) ».D’après le chef du gouvernement, c’est justement pour trouver un consensus à cet imbroglio que la consultation de mardi a été engagée. Il semblerait que dans ses dires, le locataire de Mahazoarivo, se soit principalement référé à l’article 3 de la Constitution.

ÉlectionCette disposition prévoit que « la République de Madagascar est un État reposant sur un système de CTD composées de communes, de régions et de provinces, dont les compétences et les principes d’autonomie administrative et financière sont garantis par la Constitution et définis par la loi ».Un article qui consacre donc les CTD dans l’organisation décentralisée du pays, et qui ne mentionne pas les fokontany. Dans un échange par courrier électronique, Sahondra Rabenarivo, juriste, soulève, toutefois, l’article 152 de la loi fondamentale, dernière des dispositions que contient le chapitre concernant les communes dans la Constitution.« Le fokonolona, organisé en fokontany au sein des communes, est la base du développement et de la cohésion socio-culturelle et environnementale. Les responsables des fokontany participent à l’élaboration du programme de développement de leur commune », prévoit l’article 152. « On peut en conclure que les fokontany sont des démembrements de la commune. La classification, voulue par le régime, du fokontany comme subdivision administrative ou mécanisme hybride est contraire à cet article 152 », soutient la juriste Rabenarivo.Aussi, ce membre de l’Observatoire de la vie publique (SEFAFI) avance que « les chefs fokontany devraient être élus directement par la population concernée, sans désignation aucune du chef de district, et le chef fokontany devrait travailler directement avec le maire ». À l’heure actuelle, le chef fokontany est élu et ensuite désigné par le biais d’un mécanisme qui consiste à ce que les mem­bres du fokonolona âgés de 18 ans révolus et plus élisent leur favori, désigné ensuite par le chef du district.Selon Sahondra Rabe­narivo, ce texte est le décret 2009-990 qui pré-date la Constitution de 2010, « et a servi de moyen à l’époque pour contourner les maires, contrôlés majoritairement à l’époque par le TIM [Tiako i Mada­gasikara] et de main-mise sur ces agents tellement cruciaux en période électorale [les chefs fokontany] ». Dans son opinion durant l’échange par courrier électronique, le membre du SEFAFI affirme: « Aujourd’hui, les chefs fokontany sous la coupe du chef de district serviront le même objectif : Contourner les maires de l’opposition, et aussi contrôler la distribution des deniers de l’État ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Compensation des transporteurs – Désaccord sur la carte électronique

L’utilisation de la carte électronique pour le paiement de la compensation des transporteurs, divise les transporteurs dans la zone urbaine d’Antananarivo. Jean Harilanto Randriana­risoa, directeur général de la coopérative Mirindra a fait part de son approbation dans l’opérationnalisation de cette carte qui permet de déterminer la consommation réelle des transporteurs. « Grâce à ce matériel, nous pouvons contrôler la circulation de l’argent», explique-t-il,  hier, dans le cadre de la célébration du 20ème anniversaire de cette coopérative. Les membres de l’union des coopératives des transporteurs suburbains sont du même avis que cette coopérative. Bernardin Andriambi­nin­tsolomora, président de l’union des coopératives des transporteurs urbains, quant à lui, veut maintenir le système mobile banking et le système forfaitaire.L’Agence de transport terrestre (ATT) a déjà accordé le report de l’opérationnalisation de ce nouveau système pour le début de l’année 2017. Quelques imperfections sont signalées par ceux qui l’ont déjà utilisé. « Il y a parfois une panne de réseau dans les stations d’essence », témoigne Solofo Ranaivoson, un transporteur.Le président de l’UCTU souligne, par ailleurs, que jusqu’à présent, les compensations ne sont toujours pas entre leurs mains, alors que l’ATT a promis que la régularisation des deux derniers mois de la première édition de cette compensation, ainsi que le paiement du mois de novembre 2016, pour la deuxième édition, devraient se tenir ce mois. L’UCTU menace de tenir une réunion au début de l’année, pour décider d’une probable hausse du tarif des tickets de bus.

M.R.

L'express de Madagascar1 partages

Un guichet pour les automobilistes

La banque BNI Madagas­car vient de mettre en place un guichet automa­tique de banque (GAB) pour les automobilistes. Ce GAB Drive, comme on l’appelle dans le jargon, se trouve à l’entrée de la zone immobilière ZITAL Ankorondrano Antanana­rivo. Sans sortir de leur véhicule, les automobilistes peuvent effectuer toutes opérations de retrait ou de consultation de solde sur ce guichet.

L'express de Madagascar1 partages

Point de presse sur la liste électorale

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) convie la presse ce jour, pour un point de presse sur l’évolution de la révision annuelle de la liste électorale. L’objectif de la CENI est de parvenir à atteindre la barre des 10 millions d’électeurs inscrits dans la liste. Pour cela, un plan de communication pour mobiliser le maximum de votants à aller au bureau de leur fokontany respectif, afin de procéder à leur inscription ou réinscription, a été engagé depuis le mois de novembre.

L'express de Madagascar1 partages

Les élèves de l’EPP Maha­velona à l’honneur

Airtel Madagascar a poursuivi ses actions en direction de l’EPP Maha­velona, qui fait partie de l’une de ses écoles adop­tives. L’ensemble des volontaires d’Airtel Madagascar ont fait le déplacement à Mahave­lona, mercredi, pour procéder à la distribution de jouets et de friandises aux 330 élèves de l’école. «  Promouvant des valeurs d’équité, nous ne voulons pas que certains enfants soient dans la joie et que d’autres ne le soient pas », avait déclaré  Maixent Bekangba direc­teur général d’Airtel Madagascar lors de ses multiples descentes sur terrain.

L'express de Madagascar1 partages

Madagascar lorgne le sommet de la Francophonie écono­mique

En marge d’un évènement organisé par le personnel du ministère des Affaires étrangères, à l’occasion des fêtes de fin d’année, hier à Anosy, Béatrice Atallah, chef de la diplomatie malgache, a déclaré que Madagascar pourrait se porter candidat à l’accueil du sommet de la Francophonie économique. La ministre des Affaires étrangères a également soutenu que, l’année 2017 sera une année de la concrétisation de la diplomatie économique.

 

Madaplus.info0 partages

Des embouteillages monstres dans la capitale

Depuis quelques semaines, pendant cette période festive, les usagers des routes se plaignent des embouteillages.
La fermeture de l’axe d’Analakely empire la situation, en effet, l’avenue de l’indépendance est coupée suite aux jeux destinés aux enfants qu’y ont été installés jusqu'à la fin de l'année. Il faut deux heures pour parcourir Anosy à Analakely. On ne parle plus de l’Axe d’Ankadimbahoaka où se trouve le départ et l’arrivée des taxis-brousse. Les charrettes et les camions qui circulent aux heures de pointe, les usagers de la route qui ne respectent plus rien et se garent n'importe comment et n’importe où, sans oublier les vendeurs qui inondent les rues ne font qu’accentuer le phénomène d'embouteillages.
Les usagers revendiquent l’ouverture temporaire, juste pendant les fêtes, de la route reliant Tsarasaotra Alarobia-Ivato construite pour la francophonie, mais qui a été fermée pour après le sommet.
Madaplus.info0 partages

Camille Vital condamne l’arrestation d’Andriamananoro

L’ancien premier ministre de la transition Albert Camille vital a fait une intervention dans une chaine de télévision privée hier en condamnent l’arrestation de l’ancien Ministre des postes et de la Communication.
Il a rappelé que le président Hery Rajaonarimampianina et et l’ancien ministre Augustin Andriamananoro sont deux ministres qui étaient dans son gouvernement. Lui de continuer que, le président actuel est élu sous les couleurs du MAPAR (miaraka amin’ny president Andry Rajoelina : avec le president Andry Rajoelina), augustin Andriamananoro a contribué à cette élection de Rajaonarimampianina étant donné que ce premier fut le directeur de campagne du MAPAR.
En outre, il a remarqué qu’Augustin Andriamananoro a été arrêté par les éléments de l’Emmo-sécurité, mais il n’a vu que des gendarmes or l’Emmo-sécurité regroupe des éléments des forces de l’ordre.
News Mada0 partages

Chronique : inversion des adages concomitante au changement climatique

Les maximes ne peuvent prétendre avoir application universelle, il en est un qui en annonce les limites « vérité en deçà des Pyrénées erreur au-delà », à fortiori lorsque l’on fait référence aux saisons et que l’on se situe dans un hémisphère différent de celui où est apparu l’adage. La langue parfois fait pourtant des miracles,  l’appartenance à la francophonie réussit à ce que l’adage « Noël au balcon Pâques aux tisons » parle pareillement que là-bas aux oreilles ici sous les tropiques, où certains allient Noël à des nappes de neige sans en avoir jamais vu un seul flocon.

 Des acteurs politiques en détention actuellement en inversant toutefois les données, se réfèrent peut-être à cet adage afin de faire contre mauvaise fortune espoir de revanche : « Noël en prison Pâques au balcon ». L’opposition fustige un acharnement des gens au pouvoir à exercer un harcèlement répressif à l’encontre de toute manifestation de velléité rétive au mode de pensée qu’ils entendent imposer : excellente manière pour se créer des inimitiés. Lorsque ce comportement aura réussi à lever une armée d’ennemis, ne serait-ce que pour se maintenir au pouvoir ils devront ramer afin de renverser  la tendance. A leur tour alors d’aller au charbon. Assister du balcon à de telles scènes constitue le rêve que caressent du fond des geôles ceux qui y croupissent à Noël, invoquant de tous leurs vœux  cet avènement au plus tôt, un miracle lors des Pâques prochaines.

Le maintien en détention préventive d’un quidam durant les fêtes ne saurait provoquer un événement, mais s’agissant d’un ancien ministre la décision revêt une suspicion de provocation. Non pas que le public souhaite voir exemptés des poursuites judiciaires ministres et consorts, c’est même le contraire qui serait. Simplement l’opinion trouve qu’il y en a assez de l’utilisation de l’appareil d’Etat à servir d’instrument pour régler des comptes entre factions politiques, alors que l’Etat peine à remplir ses obligations basiques y comprises celles concernant des dossiers brûlants relatifs à des enquêtes policières et  à des instructions judiciaires : ainsi la vacuité des prétendues poursuites contre les têtes pensantes du trafic de bois précieux demeure une grosse salissure au tableau de l’exercice prétentieux de bonne gouvernance. Parler de bois de rose suffit à illustrer en symbole la pléthore d’actions et inactions aussi peu flatteuses les unes que les autres.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : carnet d’un boto de pousse-pousse

À plusieurs reprises, la presse s’est élevée contre la non-application de l’arrêté prescrivant l’élagage des arbres qui font ressembler notre bonne ville à une véritable forêt. Un confrère nous a donné le tuyau, que pour jouir pleinement du coup d’œil, il fallait faire l’ascension de la tour des Messageries ou de la terrasse Colomp. Je me suis précipité aux Messageries où, malgré ma bonne mine et les platitudes que j’ai faites, je n’ai pu obtenir l’accès de l’observatoire uniquement réservé aux canotiers. J’ai donc dû faire l’ascension périlleuse de l’Hôtel Moderne. Sans vouloir faire la moindre réclame pour l’établissement, je puis vous dire que de là-haut, la vue est magnifique, le fond vert de la ville repose les yeux et fait très bien dans le tableau. Cela donne à Tamatave un cachet superbe, qu’il est indispensable de conserver. On ne coupera donc rien ; il y a du reste un moyen de tourner la difficulté, l’Administration y a pensé, je le sais par une indiscrétion. À partir de 1917, toutes les maisons de Tamatave auront au moins quatre étages, l’arrêté va paraître, et si par extraordinaire on tient la main à son application, vous voyez d’ici l’avantage. On ne peut actuellement, faute de place à Tanambao, dégager la ville des indigènes qui y pullulent, on dégagera vers les étoiles et, de l’hôtel Colomp, on verra des maisons, on pourra même se dire bonjour d’une terrasse à l’autre.

Sarah B.

La Dépêche malgache

Fumisterie sensationnelle

Un journal local, en mal de nouvelles terrifiantes, a servi, lundi dernier, à ses lecteurs, un canard, dont les ailes trop lourdes n’ont pu soutenir l’envolée. Pour l’anniversaire des « Sakelika », il a annoncé des arrestations sensationnelles. Renseignements pris, il n’y a eu de sensationnel que la fumisterie, car il n’y a pas eu d’arrestations.

Si c’est là une mauvaise plaisanterie de la part de ce journal, tout le monde lui dira qu’elle n’est pas de saison, et qu’il n’a peut-être pas conscience du tort immense qu’il cause à la colonie en général et à Tamatave en particulier par la publication de nouvelles de cette nature qui ne font que nous discréditer, bien qu’elles soient fausses. Il n’agirait pas autrement s’il était payé par les ennemis de notre colonie.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : d’Alep à Berlin

L’attentat terroriste au moyen d’un camion-bélier a détourné d’Alep vers Berlin l’attention internationale. S’il ne faut considérer que la somme des victimes, il n’y a pas photo, on n’aurait pourtant tort de conclure un peu vite que cela tient à la qualité des victimes. Il doit exister des raisons qui expliquent le pourquoi d’une plus grande importance que l’opinion accorde à un événement cent fois moins destructeur que l’autre aussi injuste et pour le moins aussi spectaculaire. D’un côté la scène parait complètement insolite, alors que de l’autre la dévastation entre dans la logique de la répartition des risques. Moins logique et pour cause scandaleux le droit de veto que peut exercer une grande puissance et ainsi couper court les bonnes intentions des Nations-Unies, l’organisme de Paix par excellence.

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : samy mijery ny ao am-biliany

Tsongoy fon-tena, tsongoy fon’olona. Nofo sy rà izao ihany ka rahefa tsy ampy ny ao am-bilia ka mifehy kibo tsy fidiny dia tsy maintsy mbola hifehy ny maso indray ve ka tsy hirangaranga hitsikilo ny any amin’ny an’ny sasany? Ny saina tsy hay sakanana tsy haniditsidina, indrindra moa rahefa mitsidika i Rafahoriana na i Rafahasahiranana. Amin’izao andro firavoravoana izao dia mifarimbona amin’ny fandevilevena izao zavatra tsy efa rehetra izao. Maro izy ireo ary maro koa ny olona iharan’izany. Tsy ny fiheverana ny fahamaroan’ireo niangaran’ny vintana toy ny tena anefa no afaka atao fampiononana. Ny fanahy tsy mety fa any amin’ny fisiana mitobaka ihany no itondran’ny saina hivezivezy. Tsy ilana ifanena mifamaly amin’izany eritreritra maniditsidina izany ny sain’izay manana ny ampy. Ataony mahafa-po ny azy. Tsy afaka hanao adidy fiferetan’aina noho ny fahasahiranana sy fahoriana tsy tazana nefa fantatra fa mianjady amin’ny mpiara-miaina maro. Tsy mitovy amin’izany anefa ny anjaran’

ireo tompon’andraikitra ambony. Teo amin’ny fandraisana adidy sy eo am-panatanterahana izany izy ireny matetika dia belazao tsy mitsitsy amin’ny kabary fanaposahana ampahibemaso ny fitiavany ny tanindrazana sy ny firaisam-po amin’ny vahoaka. Raha mitranga ny soa, miara mifaly. Ny fahasahiranana kosa dia ataony toy ny efa lahatra voasoratra ka na lazainy iarahana miantsoroka aza toa avelany samy hilanja ny azy. Tsy miloa-bava mivantana izay anefa izy ireny fa eo amin’ny andavan’andro tsy vitan’ny hoe ataony mody tsy tazana ny fahantrana manodidina azy fa tena adinony mihi-

tsy raha dinihana avy amin’ny fomba fiainany. Tompon’andraikitry ny fanarenana araky ny fampanantenana napetrany sy ny toky nomeny ny tsirairay amin’izy rehetra ireny na samy manana ny ambaratonga misy azy avy aza.

Gaga aho lehiretsy mihevitra ny fahitanareo torimaso toy ny ankizy tsy manan-tsiny noho ny tsy fananany adidy. Mitombo avokoa ny fahagagako maheno anareo miray hafaliana, ravoravo toy izany isak’izao tranga sy tonon-taona afaka araraotina ho fialam-boly izao. Tena savolaina anie ny maro noho ny fasahiranana misy eto amin’ny tanàna. Ianareo anefa no nanolotena ho mpitantana ka na soa  miseho na ratsy no vokatra, tsy afamaina amin’izany ianareo. Raha mbola izao ny toe-draharaha, raha mbola ao ny fanahy dia tsy mandry ny saina, tsy mitsahatra mikitikitika ny eritreritra. Raha mbola olona ihany dia tsy avelan’ny adidy tsy efa hahita tory.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

 Inauguration de la nouvelle agence de la BMOI à Andraharo.

La société Feline, distribuant des jouets et des dons aux familles démunies du quartier d’Anatihazo Isotry.

Ecole FJKM Fazako, jouets et friandises aux élèves.

Cérémonie officielle de remise des prix aux journalistes méritants dans le cadre de la campagne « Gasy Jiaby ».

 

Après son procès, l’ancien ministre de la Transition Augustin Andriamananoro retourne en prison.

Photos : Tiana R et  Fanou

News Mada0 partages

Kitra afrikanina : ny Township Rollers ny an’ny Cnaps ary ny Super Sport ny an’ny Elgeco

 Efa nivoaka ary fantatra avokoa ny mpifanandrina amin’ireo solontena malagasy eo amin’ny fifaninanana afrikanina, taranja baolina kitra. Ekipa avy atsy Afrika Atsimo ny an’ny Elgeco Plus ary klioba avy ao Botsoanà ny an’ny Cnaps Sport.

 

Ny Township Rollers avy any Botsoanà no hifandona amin’ny Cnaps Sport eo amin’ny andiany faha-21 amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika na ny “Ligue des champions” ary ny Supersport avy atsy Afrika Atsimo kosa no hifandona amin’ny Elgeco Plus, eo amin’ny fiadiana ny amboara na ny “Coupe de la confederation”. Samy hiatrika ny lalao savaranonando avokoa ny solontena malagasy, amin’ity, ary eto Madagasikara avokoa ny hanaovana ny lalao mandroso ho an’ny roa tonta.

Misafidy amin’ireto daty ireto ny klioba hanatontosana izany : ny 10 na 11 na 12 febroary 2017. Herinandro aorian’io, izany hoe,  ny 17 na 18 na 19 febroary ny fihaonana miverina. Raha tafavoaka amin’io lalao voalohany io ny Cnaps Sport, hiatrika ny lalao ampaha-16-n-dalana ka hifandona amin’izay mandresy eo amin’ny Atlabara avy any Soudan Atsimo sy ny Coton Sport avy any Kameronina.

 

Tsy miatrika ny lalao voalohany

Tsy miatrika ity lalao savaranonando ity ny USMA Alger, ny Ahly sy ny Zamalek Egypta, ny WAC avy any Maraoka, ny ESS sy ny EST Tonizianina, ny Sundowns Afrika Atsimo, ny Hilal avy any Soudan ary ny TP Mazembe-n’i Kongo.

Miandry ny Elgeco Plus eo amin’ny ampaha-16-n-dalana ny Ahly Shandy avy any Soudan raha afaka amin’io lalao savaranonando io izy ireo. Tsy mbola fantatra kosa aloha ny kianja hanatanterahana ny fihaonana na i Fianarantsoa na i Mahajanga satria mikatona i Mahamasina noho ny fanamboarana handraisana ny “Can U17”.

Marihina fa ekipa tsy mbola fantatra mihitsy ireo hihaona amin’ny solontena malagasy ireo.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Badminton : un sommet national très singulier

La fédération malgache de badminton annonce officiellement la tenue d’un sommet national en 2017. Il se déroulera en deux temps.  Les 7 et 8 janvier pour les catégories jeunes tandis que pour les séniors, ils se donneront rendez-vous au gymnase d’Ankorondrano le 14 janvier.

L’autre singularité de cette compétition réside sur le fait qu’elle terminera en beauté la saison 2016. En guise de cadeaux de nouvel an, des coupes et des titres attendront les champions de la saison 2016 qui vont défendre leur pré-carré d’ici peu.

La fédération invite les clubs désirant participer à s’inscrire avant le 31 décembre, date butoir,  auprès de la direction technique nationale. Il y aura une grand-messe de tous les badistes avant de débuter la prochaine saison. Toutes les catégories seront concernées, des U11 aux vétérans en passant par les séries A, B, C. Une aubaine pour les badistes de se glaner des expériences dans une discipline où l’occasion de jouer des matchs de compétition, se compte sur les doigts d’une main.

Naisa

Les catégories de compétition :

– U9, U11, U13, U15, U17, Série C, Série B, Série A, Vétéran (Homme, dame)

– Double Homme

– Double Dame

– Double Mixte

News Mada0 partages

Tsy nanaiky ny ramatahora ny mpitandro filaminana : olona 6 nitrandraka vatosoa tanaty faritra arovana, nai...

Miandry ny fitsarana azy ireo amin’ny 16 febroary 2017 ho avy izao, ny olona enina voatazona vonjimaika any am-ponja, tratra ambodiomby nitrandraka vatosoa tany Maromizaha-Andasibe, faritra arovana, voalaza fa mpiasan’ny rahalahin’ny olona mpitondra ambony eto amin’ny firenena.

 

Tratran’ny zandary ambodiomby ny olona enina, nitrandraka an-tsokosoko vatosoa tormalina tao anaty ala, any Maromizaha, ao anatin’ny faritra arovana amin’ny Tandavanala Ankeniheny-Zahamena (CAZ), ny volana novambra teo. Nandritra ny fanadihadiana azy ireo, voalaza fa nisy ny tsindry natao ny mpanao fanadihadiana milaza fa rahalahin’ny mpitondra no naniraka azy ireo ary nitaky ny hamotsorana azy ireo. Tsy nanaiky izany ny mpitandro filaminana any Moramanga, ka naiditra am-ponja vonjimaika ireto olona enina ireto. Amin’ny 16 febroary 2017 ny fotoam-pitsarana.

Mandritra izany, nahazo fandrahonana ny mpisafo ala ao anatin’ny faritra arovana Maromizaha-Andasibe. Manara-maso ny fandikan-dalàna sy ny fiarovana ity faritra arovana ity izy ireo, saingy tsy ampy ny fiarovana amin’ny endrika tsindry sy ramatahora toy izao. Misy anefa ny vondrona iraisam-pirenena manohana ny fikambanana eto an-toerana amin’ny fiarovana sy ny fitantanana ny faritra arovana, toy ny any Maromizaha-Andasibe.

Tsiahivina fa anisan’ny fepetra napetraky ny mpamatsy vola iraisam-pirenena ny fametrahana ny Fitsarana ambony manokana ho an’ny mpitondra (Haute cour de justice), tsy mbola nijoro hatramin’izao. Eo koa ny ady amin’ny kolikoly sy ny tsimatimanota, ny fandripahana ny harena voajanahary. Hatreto, tsy misy ny vokatra azo tsapain-tanana, ary izao mitohy izao ny kitranoantrano sy ny fandripahana ny harena voajanahary.

Randria

News Mada0 partages

Tsy misy fitoriana tonga any amin’ny polisy : nisy naka an-keriny ny tompon’ny Fidahoussen

Ny alarobia alina teo, tokony ho tamin’ny 8 ora alina no nanjavona ny karana iray tompon’ny Fidahoussen eny Tsaralalana. Araka ny fanazavana azo, niala teny an-toerana izy tamin’io ora io, ary tokony namonjy fodiana teny amin’ny Village des jeux Ankorondrano, saingy tsy tafody. Voalaza fa efa niantso ny fianakaviany izy talohan’ny niaingany teny Tsaralalana, izay efa fomba fanaony, saingy tsy tonga tamin’ny ora fahatongavany. Nanomboka teo no nitaintana ny fianakaviany satria tsy tafody mihitsy ity karana tompona orinasa eny Tsaralalana ity. Tsy azo an-telefaonina intsony koa izy io nanomboka teo. Raha ny omaly, mikantona tanteraka ny Fidahoussen eny Tsaralalana.

Rehefa nanontaniana momba ity tranga ity ny polisy, nilaza fa tsy mbola nisy fampilazana olona tsy hita na resaka fakana an-keriny teny amin’izy ireo. “Mandray andraikitra avy hatrany ny polisy raha misy fitoriana tonga eo am-pelatanany. Hatramin’izao tsy mbola nisy izany. Matetika ireo karana tsy mampilaza ny polisy raha misy fakana an-keriny eo anivon’izy ireo, izay olana matetika amin’ny asa ataon’ny polisy”, hoy ny fanazavana azo.

Avotra ilay nafenina teny Ambohidratrimo

Raha ny fanazavana azo, talohan’izao, nisy karana nisy naka an-keriny ihany koa, ka tamina trano iray teny Ambohidratrimo izy io no hita. Iray hafa kosa ary efa tafaverina eny anivon’ny fianakaviany. Samy mizaka ny zom-pirenena frantsay avokoa ireto karana nisy naka an-keriny ireto.

Raha ny vokatra faran’ny azon’ny polisy mikasika ny fakana an-keriny, karana ihany ny atidoha amin’ireny fakana an-keriny ireny. Efa nisy tratra farany teo. Miara-miasa amin’ireo jiolahy efa malaza amin’ny kidnapping ihany izy ireo. Amin’ity farany, mety karana ihany ny ambadika?

Yves S.

News Mada0 partages

Nisy namono ? : lehilahy hita faty teny Ampitatafika

Hatairana ny an’ireo mponina teny Ampitatafika raha nahita fatin-dehilahy iray, afakomaly maraina. Somary mampiahiahy ny rehetra ny fahitana azy satria nahitana ratra teo amin’ny lohany…

 

Vonoan’olona sa namono tena? Tsy mipetraka eny amin’iny faritra Ampitatafika sy ny manodidina iny ity lehilahy niharam-boina, araka ny fanazavan’ireo olona teny an-toerana. Tsy nisy taratasy namantarana azy rahateo tany aminy. Manahy ny rehefa fa mety ho vonoan’olona ny ambadik’izao satria nahitana ratra sady mangana teo amin’ny lohany sy ny vatany nandritra ny fizahana  nataon’ny zandary tonga nanao ny fanadihadiana.  Ny olona teo amin’ny manodidina no nahatsikaritra fa tsy nihidy ilay trano sady tsy nisy varavarana satria somary efa haolo sady feno korontan’entana ity toerana nahitana ny fatin’ity raim-pianakaviana ity. Tsy hita soritra teny aminy hoe voaendaka izy, saingy mampametra-panontaniana ny rehetra ny nahafaty azy.  Ny valin’ny fanadihadiana ataon’ny zandary araka izany no mamaritra sy hamantarana ny marina rehetra momba ny nahazo ity niharam-boina ity. Nohamafisin’ireo mponina hatrany anefa fa tanàna azo lazaina no milamindamina ihany iny Ampitatafika sy ny manodidina iny na eo aza ny fisian’ny trangana fanafihan-jiolahy indraindray.

Amin’izao ankatoky ny fety izao, aoka ho mailo hatrany amin’ny tsy fandriampahalemana. Manao ny ataony koa jiolahy satria manararaotra noho ny fahamaroan’ny olona mivoaka ny trano. Manginy fotsiny ny fanendahana miharo sinto-mahery.

J.C

News Mada0 partages

HJRA : nohavaozin’ny Vivo Energy ny sampana fandidiana ny zaza

Vita ny fanavaozana tanteraka ny sampana chirurgie viscérale ho an’ny ankizy ao amin’ny HJRA. Vokatry ny famatsiam-bola nataon’ny orinasa Vivo Energy no nahavitana ny asa rehetra, nanomboka amin’ny fandokoana sy fanatsarana ny efitrano fandraisana ny marary hatramin’ny toeram-pilalaovana ho an’ny ankizy. Mbola nanome kilalao maro sy fahitalavitra hapetraka ao amin’ny trano fialamboly ho an’ny zaza ny tomponandraikitry ny orinasa, omaly. Nosoloina avokoa ny varavarana efa simba ka novana ho vy, nohavaozina ny jiro rehetra. « Zava-dehibe ho an’ny orinasa ny fanatsarana ny toeram-pitsaboana ny ankizy satria avy amin’ny fiarahamonina ireny zaza ireny ka mila karakaraina sy homena toerana madio », hoy ny mpiandraikitra ny serasera ao amin’ny Vivo Energy, Razakabona Johanne, omaly teny Anosy. Ahafahan’ny zaza manadino ny aretina ny toeram-pialamboly feno kilalao mandritra ny fandalovany eny. « Isan-kerinandro, 30 ny fandidiana miditra ao amin’ny sampandraharaha misahana ny fandidiana zaza. Atao ao avokoa rehefa fandidiana, ankoatra ny fo sy ny loha.  Amin’ny  zaza 30 didina, 15 efa voaomana fa ny 15 ambiny vokatry ny hamehana. Ny hernie sy ny ectopie testiculaire ny ankamaroan’ny tranga mila fandidiana », hoy ny tomponandraikitra ny sampana, Raherison Aristide Romain. Eo koa ny fahasamponana samihafa sy ny homamiadana. Maimaimpoana ny fitsaboana fa vidian’ny marary kosa ny fitiliana sy ny fanafody rehetra ilaina.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Langue d’enseignement : 40% des concernés ne la comprennent pas

40% des Malgaches qui suivent un enseignement quelconque, ne comprennent pas la langue d’instruction. Côté études supérieures, seuls 3% des étudiants décrochent leur diplôme. L’information découle du Rapport mondial de suivi sur l’éducation (Gem) 2016. Un nouveau rapport qui a fait l’objet d’une présentation hier à l’hôtel Colbert Antaninarenina. C’est une publication indépendante de l’Unesco, en partenariat avec les trois ministères en charge de l’éducation au pays.

Protéger la langue des minoritaires

Face à cette situation, le rapport suggère que les systèmes éducatifs doivent veiller à la protection des cultures minoritaires ainsi que leur langue. Poursuivre l’éducation en dehors des murs de l’école a été aussi supposé dans ce rapport, notamment au sein des communautés et au travail, c’est-à-dire tout au long de l’âge adulte. Car deux tiers des adultes ne possèdent même pas les compétences financières élémentaires nécessaires en vue de la transition vers les industries vertes et les solutions aux problèmes environnementaux.

En retard d’un demi-siècle

Selon toujours ce rapport, l’enseignement universel fixé dans les Objectifs de développement durable (ODD) en 2030 ne sera atteint qu’en 2042, au rythme actuel du système éducatif. L’enseignement secondaire du premier cycle universel en 2059 et celui du second cycle  en 2084. Ce qui signifie qu’il aurait un demi-siècle de retard par rapport à la date fixée pour la réalisation des ODD.

«Nous devons changer radicalement la façon dont nous envisageons le rôle de l’éducation dans le développement mondial. N’oublions pas qu’elle joue le rôle de catalyseur pour le bien-être de chacun et l’avenir de notre planète», a déclaré la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova.

Sera R

News Mada0 partages

Ampitatafika : bilan positif pour la commune

Le maire de la commune rurale d’Ampitatafika Rado Ramparaoelina a présenté un bilan positif pour l’année écoulée pour sa circonscription, lors d’une rencontre avec la population hier à Antanimenabe.

La commune a pu maintenir un équilibre budgétaire plutôt positif a révélé le maire, malgré quelques tentatives de sape menées par certains adversaires en faisant montre de manque de civilité. Les salaires du mois de janvier 2017 sont déjà en caisse tandis que les cotisations sociales et les salaires des employés sont payés en totalité pour cette année, a déclaré publiquement le maire d’Ampitatafika. En plus des routes pavées, de

l’amélioration de l’électrification publique et de l’adduction d’eau, les bâtiments des écoles primaires publiques d’Ambohimahitsy et d’Ambohipamonjy détruits lors du passage du cyclone Geralda en 1994 ont été reconstruits et sont opérationnels dès le début de ce deuxième mandat du maire. Il a toutefois sensibilisé les contribuables à s’acquitter convenablement de leurs taxes et impôts pour alimenter la caisse communale servant à financer ces réalisations. Le maire Rado Ramparaoelina a confirmé que la commune d’Ampitatafika priorise l’éducation dans son programme pour démarrer un développement avec la participation d’une population responsable et active. Témoignant de la bonne gestion de sa commune, le maire, avec la collaboration de ses partenaires privés,  a distribué des dons aux nécessiteux et aux personnes âgées hier en préparation des fêtes de fin d’année.

Elu sous les couleurs du parti Tim, le maire d’Ampitatafika a appelé à la solidarité de tous, sans distinction d’appartenance politique pour le développement réel du pays et de la circonscription. Il a ainsi rappelé au public les récentes déclarations faites par un ministre du gouvernement lors d’une cérémonie officielle où les autorités présentes ont été incitées à mettre sur la touche ceux qui n’ont pas adhéré au parti présidentiel contrairement au discours rassembleur du Chef de l’Etat à Manjakandriana.

Manou

 

News Mada0 partages

Antsiranana : l’IST-D en progression

L’Institut supérieur de technologie de Diégo (IST-D) connaît un pic d’affluence avec plus de 300 étudiants inscrits cette année.

Des extensions s’imposent donc au sein de l’IST-D qui ouvrira sa 25e  filière pour la nouvelle année scolaire. Une convention de partenariat a été signée dans ce cadre entre  l’IST-D et l’association des universitaires malgaches francophones de France le 21 décembre dernier pour aider les étudiants dans leurs recherches et la préparation de leur thèse avec des possibilités de cours d’appui par visioconférence. Prévue pour 3 années renouvelables, la convention inclut des appuis pour le placement des étudiants sur le marché du travail. L’établissement a aussi contracté des partenariats locaux auparavant pour éviter le problème de débouchés aux étudiants fraîchement diplômés.

L’IST-D a procédé à la sortie de la 23e promotion « Vognono », mercredi dernier, en remettant aux majors respectifs du DTS, DTSS et de l’Ingeneer un chèque de 100.000 ariary chacun.

Manou

News Mada0 partages

Tananan’ny Krismasy : au Village Voara

Après le Sommet de la Francophonie qui s’est tenu au mois de novembre dernier, tout le monde se pose actuellement la question sur le devenir de certaines infrastructures dont le Village d’Andohatapenaka. Selon les responsables du lieu, il sera désormais destiné à divertir le grand public à travers plusieurs activités culturelles et sociales. A l’occasion de la fête de nativité, ce site est baptisé «Tanana Krismasy» et sera ouvert à tout public jusqu’au 30 décembre. Cependant, les activités qui se tiendront durant ce week-end seront destinées aux enfants.

La maison du père Noël, des ateliers de lettres au père Noël, des ateliers de pâtisserie, des séances de facepainting, des manèges… seront disponibles au village d’Andohatapenaka. «A part la nativité de notre Seigneur, Noël est aussi un moment idéal pour gâter les enfants. C’est pourquoi nous avons aménagé un espace spécial pour eux durant cet évènement», a expliqué Ntsoa Rafidimanana, le responsable du lieu.

Ainsi, le site sera rempli de divers shows. Ce jour, les Aléas des possibles effectueront quelques démonstrations de numéros de cirque, suivies de la prestation du magicien Mih’Art. Ensuite, la scène sera investie par les chorales Gam, Ampifitia et Amam. Demain aura lieu diverses animations, entre autres, zumba, slam… Mikias et Anjomara Anosivavaka interpréteront des chants de Noël. A part ces divers shows, des projections de dessins animés seront aussi au programme. Par contre, le village sera fermé le 25 décembre, et sera de nouveau ouvert le lendemain avec d’autres programmes.

Holy Danielle

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Café Coton mise sur la qualité

Présente à Madagascar depuis 2011 à travers la boutique du même nom, la marque de chemise Café Coton s’est fait une place. Elle se distingue par la qualité de ses produits, ce qui lui a valu l’engouement de la clientèle locale. D’après Josiane Ramarline, responsable de la boutique : « les clients sont de toutes les nationalités ». Malgré des débuts difficiles en pleine crise, Café Coton observe une progression de son chiffre d’affaires et de la demande chaque année. Actuellement, la boutique écoule en moyenne 150 chemises par mois. La qualité, les diversités des coupes, le prix et l’accueil ont suscité la fidélité de la clientèle selon notre interlocuteur. Les chemises 100% coton sont fabriquées à Maurice et en Turquie.

Pour être plus proche des clients, Café Coton a emménagé dans la Galerie Shoprite du Tana Water Front Ambodivona. Pour l’instant, les responsables se focalisent sur le développement de la boutique à Antananarivo et ne projettent pas encore une extension dans les provinces.

Tia Tanindranaza0 partages

Vaovao tokoa ve ?

Mampivarahontsana no sady mahakivy ny mahita fa efa hifarana ity ny taona kanefa dia miha midaraboka hatrany amin’ny lafiny rehetra ny raharaham-pirenena eto amintsika. Nanomboka tany amin’ny volana janoary no efa nandeha ny fitatatatana isan-karazany fa hanjakan’ny kolikoly ny firenena

 

. Nandeha teny ny fotoana dia efa mba nahavelom-bolo ihany ny nahare tamin’ny alalan’ny fanambarana nataona sehatra iraisam-pirenena iray miady amin’ity karazam-pahalovana ity 3 volana lasa izay. Tsy ampy iray volana taorian’izay anefa dia efa voatsipaka indray io filazana io ary farany teo moa dia ny avy eo anivon’ny FFKM mihitsy no niaiky fa dia tafahoatra ny kolikoly eto amintsika. 3 taona lasa izay dia nampanantenaina hery vaovao ny firenena. Mbola mipetraka kosa anefa ny fanontaniana hatramin’izao hoe vaovao tokoa ve izany hery izany sa sanatria tsy vitan’ny hoe efa tonta fa mbola maika hitondra karazzam-pahalovana ihany koa. Hery vaovao hitondra fihatsarana sy fanavotana sa sanatria hitondra faisana vaovao indray ho an’ireto vahoaka efa fadiranovan’ny fahantrana. Raha ny salan’isa farany hita mikasika ireo trangana kolikoly sy fanambaram-pananana fotsiny aloha dia efa azo antoka fa tsy hain’ny ankamaroan’ny valalabemandry ny tsy ho kivy sy ho very fanantenana kanefa dia hirariana kosa amin’izao akatoky ny fety izao ny hisian’ny fahagagana.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpamatsy volaTe hiara-kiasa amin’ny firenena mandroso, hoy i Paul Rabary

Anisan’ny manana anjara amin’ilay famatsiam-bola 6 miliara dolara avy any amin’ny mpamatsy vola isika, hoy ny minisitry ny fanabeazana fototra, Paul Rabary.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kaoperativa Mirindra 163-194Miha matihanina

Miroso eo amin’ny sehatry ny maha matihanina hatrany ny kaoperativa Mirindra amin’ny asa fitateram-bahoaka sahaniny eto an-drenivohitra sy ny manodidina.

 Fotodrafitrasa maro sosona  toy ny fiara 4x4  iray entina hanaraha-maso  ireo  mpitatitra ao amin’ny zotra 163 sy 194,  ny toerana iaingan’ny GPS ao Alasora  hahafahana miaro ny mpandeha  mampiasa ireo taksibe ireo ka hivantanan’ny antso an-tariby avy hatrany amin’ny tompon’andraikitra,   ny efitrano fanofanana ny mpampily ny taksibe sy ny mpanampy  azy ary ireo karazana fanaka vaovao maro samihafa hampiasaina amin’izany no indray notokanana tamim-pomba ofisialy omaly, tetsy amin’ny biraony etsy Alasora.  Tafiditra  indrindra amin’ny fanokafana ny faha-20 taona nijoroan’ny kaoperativa teto amintsika avokoa ireny. Tanjon’ny koperativa lavitr’ezaka, hoy ny filohany Andriamatoa Andrianarisoa Jean Lanto ny hampiditra bus lehibebe kokoa mihoatra ireo 319 efa misy ho tombontsoan’ny mpanjifa.  Hetahetan’izy ireo ny hahafahana mandoa ny fanampiana ny mpitatitra amin’ny alalan’ny karatra. Mpamily tsara fitondran-tena am-polony no notolorana mari-pankasitrahana.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarotra tsy ara-dalànaHakarina fitsarana izay tratra

Hitohy ny fanalana mpivarotra tsy manara-dalàna eto Antananarivo Renivohitra, saingy hiova paikady ny kaominina.

Nanomboka tamin’ny herinandro dia fomba hafa indray no nampiasaina, ka misy ny polisy manokana maka sary ireo mpivarotra tsy ara-dalàna. Rehefa azo ny sary sy ny mombamomba azy ireo dia hatolotra eny anivon’ny fitsarana ny raharaha, ka tsy ireo mpivarotra ihany no hampanantsoina eny amin’ny fampanoavana fa tsy ho afa-bela ihany koa ireo mpamatsy azy. Miara-miasa amin'ny kaominina ny eo anivon’ny Sampandraharahan'ny hetra sy ny minisiteran'ny varotra fa tsy mande irery intsony ny kaominina amin’ny fanafoanana ity sehatra tsy ara-dalàna miteraka fikorontanan’ny tanàna ity, hoy ny lefitry ny ben'ny tanàna Harison Gabriel. Nanamafy ity tompon’andraikitra ity fa efa misy ny fandaminana apetraka toy ny famindrana ireo mpivarotra eny Mahamasina, Ambohijatovo, Ambohimanarina, Antsonjombe…saingy ny finiavana hanara-dalàna no tsy misy. Tsy any amin’ny mpivarotra amoron-dalana ihany no olana fa tompon’andraikitra ihany koa ny mpanjifa izay tokony hiezaka hanara-dalàna. Rehefa miezaka ny isam-batan’olona ny hanaraka rindran-damina ka tsy mividy zavatra eny amoron-dalana, dia foana ho azy io ary hilamina ny renivohitra. Hain’ny rehetra ny manakiana sy milaza fa tsy mandray andraikitra ny manampahefana manoloana ny korontan-dava saingy tsy hain’ny isam-batan’olona kosa ny miezaka miala amin’ny fahazaran-dratsy, izay tokony hialana raha tena vonona ny handroso.

Toky R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Manaova fety sambatra fa…!

Mba manao ahoana ny anareo ao ry Jean ny fanomanana ny fety a ? Mba notazaninay teny amin’ny falehan’ny besinimaro mantsy ianareo mianakavy fa tsy hita e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko AremaHanomana ny hoaviny

Antoko velona ary tsy azo tsinontsinoavina eto amin’ny firenena ny AREMA matoa nahatratra ny tsingerintaona faha-40 niorenany.

Jean D.

Orange Madagascar0 partages

Appui du Pnud au Gouvernement et aux Collectivités Territoriales Décentralisées de Madagascar

Antananarivo, le 23 Décembre 2016 - Le PNUD a procédé, ce vendredi 23 décembre 2016, à la remise officielle de véhicules et de matériels informatiques destinés à différentes institutions nationales, Ministères, et Collectivités Territoriales Décentralisées de Madagascar.    Le Premier Ministre, Chef du gouvernement, Ministre  de l’Intérieur et de la Décentralisation, Olivier Solonandrasana Mahafaly a présidé la cérémonie en la présence de Violet Kakyomya, Représentante Résidente du PNUD. Composée de 11 véhicules et de matériels informatiques, cette donation s’inscrit dans le renforcement des capacités des institutions bénéficiaires, mais surtout à l’appui aux collectivités territoriales décentralisées dans l’effort de développement.

Dans son allocution, Violet Kakyomya a noté que les matériels composant la donation s’inscrivent dans le mandat du PNUD, en tant qu’acteur de développement, de soutenir la mise en place d’institutions fortes, libres et transparentes. Précisément, cette donation « vise à renforcer la capacité de ces institutions à remplir leurs rôles, à fournir des services de qualité à la population et ainsi  faciliter le développement du pays ». L’objectif étant de contribuer fortement au programme de décentralisation, de soutenir la lutte contre la corruption, et d’assurer l’effectivité du leadership joué par le Ministère de l’Economie et de la Planification dans la mise en œuvre du Plan National de Développement.  

Le Premier Ministre quant à lui, a insisté sur le fait que le processus de décentralisation est inscrit au cœur de la Politique Générale de l’Etat et qu’en tant que chef de l’Administration et Ministre de l’Intérieur, il veillerait à ce que les pouvoirs déconcentrés et les Collectivités Territoriales puissent assumer progressivement avec efficacité  leurs missions. Il se réjouit de ce partenariat fructueux entre le PNUD, le Gouvernement malgache et les Collectivités Territoriales. A cet égard, il a vivement remercié cette Institution Internationale au nom du Président de la République, qui tient beaucoup à la politique de décentralisation a-t-il fait remarquer, du Gouvernement et du peuple malgaches et en son nom personnel.

La cérémonie a été clôturée par une remise symbolique de matériels et de clés des véhicules par Madame la Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies à qui de droit. Et ce, en présence du Premier Ministre, et d’autres personnalités présentes pour l’occasion.

Ino Vaovao0 partages

POLISIM-PIRENENA : Notolorana fanomezana Krismasy ireo zaza kamboty beazina ao Ambatolampy

Ho an’ny Polisim-pirenena manokana dia tamin’ny alarobia teo izy ireo no nitondra ny anjara fanampiany ho an’ireo zaza kamboty beazina eo anivon’ny akanin’izy ireo, etsy Ambatolampy.

Ny fikambanan’ny vadina polisy sy ireo Polisy vavy no niara-nanao bemidina teny an-toerana nizara fanampiana tamin’io fotoana io, izay notarihan-dramatoa vadin’ny minisitry ny Filaminam-bahoaka.

Fotsim-bary amin’ny gony, menaka, savony miampy ireo kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro no nozarain’ireo ho an’ireo zaza kamboty ary tsy adino ihany koa ny kilalao isan-karazany miampy karazan-tsakafo hoentina hamalifaliana azy ireo amin’izao andro fety izao. Miisa 72 ireo zaza taizana ao amin’ny ankan’ny Polisim-pirenena ao Ambatolampy, manodidina ny 7 taona ka hatramin’ny 22 taona izay samy zanak’ireo Polisy maty am-perinasa avokoa.

Fisaorana sy fankatelemana no nataon’ny tompon’andraikitra teo anivon’ny akany manoloana izao fihetsika nataon’ny Fivapova izao, ary indrindra tamin’ny tsy fanadinoany ireo ankizy kamboty ireo.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Office national pour l’environnement - Migration de la certification vers la version Iso 9001-2015

Etre certifié en Iso 9001-2015, c’est pouvoir démontrer la conformité du système de management de la qualité aux exigences de la norme. Il s’agit de la prise en compte des risques associés au contexte et aux objectifs de l’organisme. Ayant obtenu sa certification initiale en 2009, l’Office national pour l’environnement  (ONE) a su garder sa certification et n’a pas cessé d’améliorer son système de management de la qualité (Smq). Après la sortie de la nouvelle version de la norme Iso 9001 en septembre 2015, l’ONE a pris la décision pour la migration vers cette nouvelle norme.

Une mise à jour du système et de toute la documentation y afférente a été nécessaire pour le basculement de la certification à la version 2015 lors de l’audit de surveillance, lequel s’est déroulé du 7 au 10 novembre dernier.

La gestion des connaissances organisationnelles figure également parmi les nouvelles exigences de la norme Iso 9001-2015. L’ONE travaille sur la mise en place d’un mécanisme permettant de gérer les savoirs et les connaissances nécessaires à la mise en œuvre de ce processus, et cela, afin d’assurer la réalisation de ses produits et services pour satisfaire ses clients. Toute la documentation relative à la qualité a été revue et actualisée.D.H.R.

La Vérité0 partages

Fêtes de Noël et de Nouvel an - 
Les sapeurs-pompiers appellent à la vigilance


Vigilance. C’est le mot d’ordre imposé par les sapeurs-pompiers en cette période de fêtes, délivré aux Tananariviens mais aussi aux populations des autres Provinces. Un appel à la vigilance qui tient office tous les jours, mais qui est notamment renforcée en cette période festive.  

Cela afin d’éviter les accidents qui pourraient arriver en cette fin d’année, et qui pourraient entraîner de gros dégâts matériels ou des pertes en vies humaines, causés par de petites inattentions.

« Nous appelons à la vigilance de chacun. Avant de quitter la maison ou de dormir tout simplement, vérifiez tous les matériels susceptibles de provoquer un accident, notamment les matériels électroniques ou ceux qui fonctionnent avec le feu, comme le "fatana" à charbon par exemple. En cas d’incident, le premier geste à adopter est d’essayer d’éteindre le feu, et de composer le 118, numéro d’urgence des sapeurs-pompiers », a affirmé le colonel Michel Rabemanantsoa, chef de Corps des sapeurs-pompiers de Tsaralalàna, hier, lors d’une interview à l’Hôtel de ville, Analakely.

« Près de 75 % des incendies domestiques surviennent alors que personne ne se trouve dans la maison », a-t-il expliqué.

En cas d’accident comme un incendie domestique, une noyade, des feux de forêt ou autres catastrophes de même nature, les Corps des sapeurs-pompiers ont pris de nouvelles mesures pour une plus rapide intervention.Véhicules mobilisés sur 8 sitesAfin d’accélérer leur intervention en cette période de fêtes, et éviter les retards causés par les bouchons de circulation, des véhicules et des sapeurs-pompiers sont déjà mobilisés sur  huit sites, dans la Capitale. En cas d’incendie, des véhicules pourront ainsi partir d’Ambanidia, Ampasampito, Analamahitsy, 67 hectares, Mahamasina, mais également des casernes de pompiers à Analakely, Anosivavaka et Andravoahangy.

Près d’une dizaine de véhicules et tous les Corps de sapeurs-pompiers, évalués à une centaine, sont mobilisés durant cette fin d’année, d’après les explications obtenues du colonel Michel Rabemanantsoa.Tiasoa Samantha 

La Vérité0 partages

« La voix d’or » - Les finalistes fin prêtes

Il ne reste plus que quelques heures pour découvrir la plus belle voix de cette année. 6 jeunes talents vont s’affronter lors de la grande finale du concours « La voix d’or » qui se tiendra au studio Arena à Ivandry, demain. A tour de rôle, ces enfants interpréteront  deux chansons pour conquérir le public et le jury.  Il s’agit de Kanto, Fy, Miora, Ny Mana, Tendry et Nehemia.

Raveloson Kanto est la bénjamine de « La voix d’or ». Elle est agée de 7 ans et est la chouchoute du public. Pendant ces trois semaines, elle a surpris tout le monde avec l’évolution de sa voix. Son intelligence et sa maîtrise du français et de l’anglais sont des grands atouts pour Kanto. C’est à travers les titres « Jesus born on this day » de Mariah Carey et « Hallelujah » de Leonard Cohen que Kanto va conquérir le jury et le cœur du public durant cette finale. Le coach adore sa simplicité.

Rabemanantsoa Fy, 13 ans. La puissance de son timbre de voix grave est un atout pour elle. Un timbre qui est similaire à celui de Cœur de pirate. Fy retient facilement les instructions de ses coachs. « Pour moi, le but de ce concours est de determiner mes compétences et la maîtrise du chant », a-t-elle confié. Beyonce figure parmi les idoles de cette jeune fille. Demain, elle interprètera « All I want for Christmas is you » de Mariah Carey et « Hot stuff » de Donna Summer.

Ratovoson Miora, 13 ans. Elle va seduire le public et le jury avec la chanson de Mariah Carey « Holy night » et « I will always love you » de Whitney Houston. Miora est une jeune fille méticuleuse, calme et timide. Elle interprète ses chansons avec une remarquable justesse émotionnelle. Tantôt elle est triste, et tantôt elle est joyeuse. Son évolution durant ces primes suucessifs est une énorme surprise pour le jury et les coachs.

Robinson Ny Mana, 10 ans. Elle n’est autre que la fille du chanteur Mamy Robinson. La jeune fille possède une impressionnante maîtrise vocale et une énérgie incroyable. Son style se caractérise par le gospel et le jazzy. Ny Mana a été la révélation du jury lors du dernier prime. La jeune fille s’est fait remarquer par l’interprétation de « La vie en rose » durant son premier casting. Demain, elle seduira la public et jury en interprétant « Petit papa Noël » de Nana Mouskouri et « Je l’aime à mourir » de Francis Cabrel.

Razanamora Heliniaina Tendry, 11 ans. Cette jeune fille se différencie des autres prétendantes par la justesse de sa voix et la maîtrise de ses aigus. Le timbre de sa voix est suave et d’une résonnance incomparable. Pourtant, toutes les autres candidates lui ont fait peur, selon elle. Durant cette finale, Tendry interprètera le plus grand succès de Mickael Jackson « Happy day » et « The final countdown » du groupe Europe.

Randrianomenjanahary Nehemia est la dernière candidate de « La voix d’or ». Elle est âgée de 9 ans. Demain, elle chantera « Les rois mages » de Sheila et « Pour que tu m’aimes encore » de Céline Dion. Son courage d’avoir interprété le titre « Mausolée » de Bakoma Rasta l’a marquée durant cette compétition. D’ailleurs, elle a été, depuis, surnomée Mausolée. La maîtrise de sa voix et celle de la scène représentent un grand atout pour Nehemia.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Protection sociale des Ecd - Focus sur les responsables d’organismes publics

Ordonnateurs, payeurs, comptables, gestionnaires de dossiers, etc. Sensibiliser ces principaux responsables d’organismes publics à travers une formation constitue un moyen pour la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps) et le Trésor public de promouvoir la protection sociale des employés de courte durée (Ecd). Bon nombre d’entre eux restent privés de leurs droits fondamentaux même après plusieurs années de service auprès d’un établissement public. Une situation qui s’explique notamment par le non - paiement des cotisations à la Caisse.

Souvent, les employés et responsables des ressources humaines ignorent que leurs devoirs ne se limitent pas au fait de payer les salaires des travailleurs. Le versement des cotisations patronales est un devoir important pour que les salariés bénéficient pleinement de leurs droits. Cela concerne non seulement les diverses prestations familiales comme l’allocation prénatale, l’allocation de maternité, l’allocation familiale, le remboursement des frais médicaux d’accouchement, l’indemnité de demi-salaire de la femme en couche, etc., mais aussi les pensions de retraite. A cela s’ajoutent les droits légaux et légitimes en matière d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Si les divers responsables n’assument pas leur responsabilité, les salariés risqueront de perdre leurs droits.

Les missions de la Cnaps ou encore les procédures à suivre et à respecter pour bénéficier des prestations font partie des sujets abordés durant les formations octroyés pour les responsables des organismes publics et collectivités décentralisées, au profit des agents contractuels. Ceux des Régions de Melaky et de Bongolava en ont été récemment formés. Les séances constituent également une occasion de remédier aux connaissances fragmentaires du public sur la Caisse d’une part et de trouver ensemble des solutions face aux problèmes avancés par les participants, de l’autre.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

« Tanàna Krismasy » - 
Echappatoire aux soucis pour les Tananariviens


Un espace dédié aux enfants, mais aussi un lieu de délassement pour les adultes. Des centaines de Tananariviens ont investi le Village de Noël ou « Tanàna Krismasy » à Andohatapenaka, depuis le mardi 20 décembre dernier. Bien que ce soient des jours ouvrables, les Tananariviens sont venus en masse depuis l’ouverture du Village et participent pleinement aux activités. On a toutefois observé que la plupart des visiteurs sont venus pour se délasser et se promener entre amis pour oublier un peu les soucis quotidiens.

« Je suis ici parce que mon fils de cinq ans a voulu que je l’y emmène pour voir le père Noël. Dans la foulée, j’ai appelé des collègues de travail, car nous ne travaillons pas cette semaine, et nous en avons profité pur nous déstresser. C’est pour moi une occasion de faire une pause, oublier les problèmes quotidiens, le délestage et tout ! Cela fait du bien, même si ce n’est que pour quelques heures », a témoigné Thierry Raharison, père de famille habitant à Andohatapenaka, hier. D’autres groupes d’individus, plus jeunes, ont décidé d’investir les lieux pour voir leur groupe préféré sur scène, notamment les chorales. C’est le cas des jeunes gens qui ont décidé d’aller en groupe pour voir la chorale Gmmc, jeudi soir.ProgrammeIl restera encore six jours avant que le Village de Noël ne ferme ses portes, le 30 décembre  prochain. Plusieurs manifestations auront lieu pendant ces 10 jours de festivités. Le père Noël y est présent pour les enfants. Les petits pourront conter leurs souhaits et lire leurs lettres dans sa maison à visiter. Des articles de cadeau tels que des bijoux, des jouets, des vêtements, des articles de technologie, de la nourriture, ou encore des œuvres artisanales, y sont vendus pour les petits et les grands pour faciliter les achats de Noël.

En fin de journée, des concerts à volonté et des espaces resto sont également disponibles. Le 24 décembre, de 9 heures à 18 heures, un « food court » sera accessible au public pour une restauration sur place, de même qu’un coin café. Côté sécurité, un dispositif de sécurité avec scanner et caméras de surveillance y sera installé. 150 stands prendront part à cet évènement. Pour cette première édition, les organisateurs visent 30 000 visiteurs.Tiasoa Samantha  

Madagascar Tribune0 partages

« Contre l’injustice, la corruption et les inégalités » : Et après ?

Dix-sept ans après la table ronde sur l’Ethique politique (3 et 4 mars 1999) à Mahamasina organisée par le LEADER Fanilo, l’appel émis à la fin du conclave continue d’être d’actualité, du fait qu’il n’a pas trouvé de récepteur jusqu’à présent. En somme il s’agissait de réduire la pléthore de partis politiques de l’époque (une vingtaine) afin de donner de la latitude au jeu démocratique –avec quelques formations il est plus facile de choisir entre les différents projets de société et programmes de gouvernement.

Depuis malheureusement, les séquelles se sont bien aggravées. En tant qu’art de gouverner la cité, la politique tient de pilier à la bonne marche des affaires d’un pays. Madagascar a ainsi l’essentiel de la réponse à son questionnement sur le pourquoi de sa situation présente. Actuellement ce sont tous les domaines de la société qui se trouvent déréglés. L’Etat ne joue plus son rôle : les personnes à ses commandes n’y sont que pour tirer leur profit personnel. Le peuple est en désarroi. Le chaos guette. Il n’y a pas lieu de compter sur les étrangers ; ce pays n’est pas le leur ; ils sont là avant tout pour leurs intérêts particuliers et/ou de leur contrée d’origine. C’est à nous Malagasy d’être en première ligne pour redresser notre cher Madagascar. De ce fait nos errements (passés, présents et futurs) n’ont de premiers responsables que nous-mêmes.

Le LEADER Fanilo a considéré dès sa création la thématique de la « refondation ». Le R de l’acronyme en effet signifie « Reconstruction nationale ». Que ce soit « Refondation », « reconstruction », « rénovation », « refonte », …, ça revient au même. A la différence qu’en 2016 les défis y afférent se trouvent bien multipliés. Il ne faut pas que cette quête de la refondation (ou reconstruction) devient un alibi pour démettre l’actuel pouvoir et remarcher exactement sur leurs pas ainsi que leurs prédécesseurs. Dépendamment de la situation qui se présente, mais avec un a priori que les personnes qui tirent profit de l’actuelle situation feront de la résistance, le mode recouru pour atteindre les objectifs variera...

Si on considère qu’on va focaliser cette Reconstruction sur la République : osera-t-on aller jusqu’au fond de la question ? Pour en finir avec les successions de républiques factices, il le faut. Quand eut lieu la tentative d’implantation de la toute première république à Madagascar ? Il va de soi qu’il faut une nouvelle loi fondamentale, une nouvelle date de fête nationale, un nouveau drapeau, un nouvel hymne, … Osera-t-on ? Ceux qui parlent de refondation ici et là le songent-ils ?

Le meilleur reste résolument à venir pour Madagascar. Le cheminement d’autres pays, partageant une situation similaire à celle de la Grande île actuelle encore il y a quelques temps, vers un mieux-être appréciable pour sa population est une source constante d’espoir et de motivation. De toute façon la vie est faite pour être vécue de manière digne. Tel est l’humain !

Hasina Raveloson

Madagascar Tribune0 partages

« Contre l’injustice, la corruption et les inégalités » : Et après ?

Dix-sept ans après la table ronde sur l’Ethique politique (3 et 4 mars 1999) à Mahamasina organisée par le LEADER Fanilo, l’appel émis à la fin du conclave continue d’être d’actualité, du fait qu’il n’a pas trouvé de récepteur jusqu’à présent. En somme il s’agissait de réduire la pléthore de partis politiques de l’époque (une vingtaine) afin de donner de la latitude au jeu démocratique –avec quelques formations il est plus facile de choisir entre les différents projets de société et programmes de gouvernement.

Depuis malheureusement, les séquelles se sont bien aggravées. En tant qu’art de gouverner la cité, la politique tient de pilier à la bonne marche des affaires d’un pays. Madagascar a ainsi l’essentiel de la réponse à son questionnement sur le pourquoi de sa situation présente. Actuellement ce sont tous les domaines de la société qui se trouvent déréglés. L’Etat ne joue plus son rôle : les personnes à ses commandes n’y sont que pour tirer leur profit personnel. Le peuple est en désarroi. Le chaos guette. Il n’y a pas lieu de compter sur les étrangers ; ce pays n’est pas le leur ; ils sont là avant tout pour leurs intérêts particuliers et/ou de leur contrée d’origine. C’est à nous Malagasy d’être en première ligne pour redresser notre cher Madagascar. De ce fait nos errements (passés, présents et futurs) n’ont de premiers responsables que nous-mêmes.

Le LEADER Fanilo a considéré dès sa création la thématique de la « refondation ». Le R de l’acronyme en effet signifie « Reconstruction nationale ». Que ce soit « Refondation », « reconstruction », « rénovation », « refonte », …, ça revient au même. A la différence qu’en 2016 les défis y afférent se trouvent bien multipliés. Il ne faut pas que cette quête de la refondation (ou reconstruction) devient un alibi pour démettre l’actuel pouvoir et remarcher exactement sur leurs pas ainsi que leurs prédécesseurs. Dépendamment de la situation qui se présente, mais avec un a priori que les personnes qui tirent profit de l’actuelle situation feront de la résistance, le mode recouru pour atteindre les objectifs variera...

Si on considère qu’on va focaliser cette Reconstruction sur la République : osera-t-on aller jusqu’au fond de la question ? Pour en finir avec les successions de républiques factices, il le faut. Quand eut lieu la tentative d’implantation de la toute première république à Madagascar ? Il va de soi qu’il faut une nouvelle loi fondamentale, une nouvelle date de fête nationale, un nouveau drapeau, un nouvel hymne, … Osera-t-on ? Ceux qui parlent de refondation ici et là le songent-ils ?

Le meilleur reste résolument à venir pour Madagascar. Le cheminement d’autres pays, partageant une situation similaire à celle de la Grande île actuelle encore il y a quelques temps, vers un mieux-être appréciable pour sa population est une source constante d’espoir et de motivation. De toute façon la vie est faite pour être vécue de manière digne. Tel est l’humain !

Hasina Raveloson

Madagascar Tribune0 partages

« Contre l’injustice, la corruption et les inégalités » : Et après ?

Dix-sept ans après la table ronde sur l’Ethique politique (3 et 4 mars 1999) à Mahamasina organisée par le LEADER Fanilo, l’appel émis à la fin du conclave continue d’être d’actualité, du fait qu’il n’a pas trouvé de récepteur jusqu’à présent. En somme il s’agissait de réduire la pléthore de partis politiques de l’époque (une vingtaine) afin de donner de la latitude au jeu démocratique –avec quelques formations il est plus facile de choisir entre les différents projets de société et programmes de gouvernement.

Depuis malheureusement, les séquelles se sont bien aggravées. En tant qu’art de gouverner la cité, la politique tient de pilier à la bonne marche des affaires d’un pays. Madagascar a ainsi l’essentiel de la réponse à son questionnement sur le pourquoi de sa situation présente. Actuellement ce sont tous les domaines de la société qui se trouvent déréglés. L’Etat ne joue plus son rôle : les personnes à ses commandes n’y sont que pour tirer leur profit personnel. Le peuple est en désarroi. Le chaos guette. Il n’y a pas lieu de compter sur les étrangers ; ce pays n’est pas le leur ; ils sont là avant tout pour leurs intérêts particuliers et/ou de leur contrée d’origine. C’est à nous Malagasy d’être en première ligne pour redresser notre cher Madagascar. De ce fait nos errements (passés, présents et futurs) n’ont de premiers responsables que nous-mêmes.

Le LEADER Fanilo a considéré dès sa création la thématique de la « refondation ». Le R de l’acronyme en effet signifie « Reconstruction nationale ». Que ce soit « Refondation », « reconstruction », « rénovation », « refonte », …, ça revient au même. A la différence qu’en 2016 les défis y afférent se trouvent bien multipliés. Il ne faut pas que cette quête de la refondation (ou reconstruction) devient un alibi pour démettre l’actuel pouvoir et remarcher exactement sur leurs pas ainsi que leurs prédécesseurs. Dépendamment de la situation qui se présente, mais avec un a priori que les personnes qui tirent profit de l’actuelle situation feront de la résistance, le mode recouru pour atteindre les objectifs variera...

Si on considère qu’on va focaliser cette Reconstruction sur la République : osera-t-on aller jusqu’au fond de la question ? Pour en finir avec les successions de républiques factices, il le faut. Quand eut lieu la tentative d’implantation de la toute première république à Madagascar ? Il va de soi qu’il faut une nouvelle loi fondamentale, une nouvelle date de fête nationale, un nouveau drapeau, un nouvel hymne, … Osera-t-on ? Ceux qui parlent de refondation ici et là le songent-ils ?

Le meilleur reste résolument à venir pour Madagascar. Le cheminement d’autres pays, partageant une situation similaire à celle de la Grande île actuelle encore il y a quelques temps, vers un mieux-être appréciable pour sa population est une source constante d’espoir et de motivation. De toute façon la vie est faite pour être vécue de manière digne. Tel est l’humain !

Hasina Raveloson

Madagascar Tribune0 partages

« Contre l’injustice, la corruption et les inégalités » : Et après ?

Dix-sept ans après la table ronde sur l’Ethique politique (3 et 4 mars 1999) à Mahamasina organisée par le LEADER Fanilo, l’appel émis à la fin du conclave continue d’être d’actualité, du fait qu’il n’a pas trouvé de récepteur jusqu’à présent. En somme il s’agissait de réduire la pléthore de partis politiques de l’époque (une vingtaine) afin de donner de la latitude au jeu démocratique –avec quelques formations il est plus facile de choisir entre les différents projets de société et programmes de gouvernement.

Depuis malheureusement, les séquelles se sont bien aggravées. En tant qu’art de gouverner la cité, la politique tient de pilier à la bonne marche des affaires d’un pays. Madagascar a ainsi l’essentiel de la réponse à son questionnement sur le pourquoi de sa situation présente. Actuellement ce sont tous les domaines de la société qui se trouvent déréglés. L’Etat ne joue plus son rôle : les personnes à ses commandes n’y sont que pour tirer leur profit personnel. Le peuple est en désarroi. Le chaos guette. Il n’y a pas lieu de compter sur les étrangers ; ce pays n’est pas le leur ; ils sont là avant tout pour leurs intérêts particuliers et/ou de leur contrée d’origine. C’est à nous Malagasy d’être en première ligne pour redresser notre cher Madagascar. De ce fait nos errements (passés, présents et futurs) n’ont de premiers responsables que nous-mêmes.

Le LEADER Fanilo a considéré dès sa création la thématique de la « refondation ». Le R de l’acronyme en effet signifie « Reconstruction nationale ». Que ce soit « Refondation », « reconstruction », « rénovation », « refonte », …, ça revient au même. A la différence qu’en 2016 les défis y afférent se trouvent bien multipliés. Il ne faut pas que cette quête de la refondation (ou reconstruction) devient un alibi pour démettre l’actuel pouvoir et remarcher exactement sur leurs pas ainsi que leurs prédécesseurs. Dépendamment de la situation qui se présente, mais avec un a priori que les personnes qui tirent profit de l’actuelle situation feront de la résistance, le mode recouru pour atteindre les objectifs variera...

Si on considère qu’on va focaliser cette Reconstruction sur la République : osera-t-on aller jusqu’au fond de la question ? Pour en finir avec les successions de républiques factices, il le faut. Quand eut lieu la tentative d’implantation de la toute première république à Madagascar ? Il va de soi qu’il faut une nouvelle loi fondamentale, une nouvelle date de fête nationale, un nouveau drapeau, un nouvel hymne, … Osera-t-on ? Ceux qui parlent de refondation ici et là le songent-ils ?

Le meilleur reste résolument à venir pour Madagascar. Le cheminement d’autres pays, partageant une situation similaire à celle de la Grande île actuelle encore il y a quelques temps, vers un mieux-être appréciable pour sa population est une source constante d’espoir et de motivation. De toute façon la vie est faite pour être vécue de manière digne. Tel est l’humain !

Hasina Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Pédiatrie – Le service de la chirurgie asphyxié

Des enfants doivent patienter pour être opérés au CHU-JRA. Le service de chirurgie-pédiatrique est saturé.

Un petit patient diagnostiqué avec une hernie, doit attendre un peu plus d’un mois, pour passer au bloc opératoire. Son opération n’est programmée qu’en février 2017, selon le rendez-vous donné par le service de la chirurgie-pédiatrique du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA), hier. « étant donné que notre service est très saturé, nous sommes obligés de faire attendre certains patients de un à deux mois. On est le seul centre de chirurgie-pédiatrique à Madagascar », expose Romain Raherison, chirurgien-pédiatrique au CHU-JRA.Une trentaine d’opérations par semaine sont effectuées dans ce service. Quinze à 20 urgences et 15 opérations programmées, dont des cas de malformation, de traumatisme, ou encore de hernie. « Les patients dont la maladie ne risque pas de les tuer tout de suite, sont invités à attendre », enchaine ce médecin.Des parents sont inquiets. « L’état du malade ne risque-t-il pas de s’empirer avec le temps   », s’interroge Patricia Andoniaina, mère d’un  patient dont l’opération est, également, prévue en février.

Nouveau bloc opératoireLe chirurgien-pédiatre rassure. « La famille nous signale s’il y a complication pendant l’attente de l’opération. Si besoin, le malade est considéré comme un cas d’urgence », poursuit-il.Ce service est, par ailleurs, en sous effectif. Il n’y a que trois chirurgiens-pédiatres dont le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo, submergé par sa fonction de ministre de la Santé publique. Ils sont soutenus par des assistants de chirurgie et des internes qualifiants. « Cette équipe est capable d’exercer toutes les activités du service, mais cela aurait été mieux s’il y a  plus de personnes », indique un membre du personnel.Le ministère de la Santé publique envisagerait l’extension de ce service. Il s’agit de l’aménagement d’un bloc opératoire propre au service, au quatrième étage du bâtiment CHU-JRA. Le début des travaux ne devrait plus tarder. « Des aménagements sont prévus, tout a déjà été étudié, donc, il n’y aura certainement pas de suspension des activités », rassure un responsable de l’hôpital.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Kidnapping – Un informateur arrêté puis libéré

Tombé dans les filets de la police criminelle au bout de quelques semaines de surveillance, un prétendu caïd en matière de rapt a été relâché. Il a bénéficié d’un solide alibi.

Retour en zone des ravisseurs dans la capitale. Depuis le début du mois, des kidnappeurs, plus dangereux que jamais, reviennent à la charge, bien que leurs victimes ainsi que leurs familles se figent dans le silence, de peur des représailles. Après avoir été tenu à l’œil pendant des semaines par la police criminelle, un individu identifié par les limiers comme étant un grand manitou d’une série de rapts, s’est fait arrêter. Au terme d’une courte garde à vue, il a été, néanmoins, relâché. Indiqué comme étant un informateur des communautésvictimes, vivant dans une situation de crainte ambiante  face aux rapts répétés contre les leurs, l’individu avait bénéficié d’un solide alibi.Mais la situation qui prévaut demeure, néanmoins, préoccupante. En l’espace de deux semaines, trois rapts contre rançon ont été perpétrés, et à chaque fois, des opérateurs économiques d’origine indienne, ayant pignon sur rue à Tana, en font les frais. Dans tous les cas, les forces de l’ordre, en l’occurrence la brigade criminelle au sein de la police nationale, n’ont reçu aucune plainte.

Crainte ambiantePas plus tard qu’avant-hier, à peine quelques heures après une rencontre entre des membres des communautés victimes d’enlèvement d’une part, et des hauts responsables auprès de la police criminelle d’autres part, le patron du comptoir Fidahousen à Tsaralalàna, un Françaisd’origine indienne, âgé d’une cinquantaine d’années, a été la proie des bandits. Vers 19 heures, il quitté son lieu de travail pour regagner son foyer à Ankorondrano, lorsqu’il est tombé dans le guet-apens des ravisseurs. Le quinquagénaire est encore entre les mains des bandits.Le directeur général de la société Interpharma, spécialisée dans la distribution de produits pharmaceutiques, était, le premier à figurer sur cette nouvelle série. Quelques jours plus tard, un responsable auprès de la société Spider, connu dans la vente de matériels électriques et électroniques, mais également représentant de la marque Legrand, est à son tour tombé dans les griffes d’une escouade de kidnappeurs. Des informationsfiltrées au compte-gouttes révèlent que le rapt a été commis aux abords d’Ankorondrano.Au bout de quelques jours de captivité et de marchandage ardu sur le montant de la rançon, ces deux opérateurs économiques, ont été relâchés tour à tour après que les malfaiteurs ont empoché des sommes faramineuses, prix de leur liberté.Les kidnappeurs adoptent un même mode opératoire. Les victimes sont enlevées au moment où ils s’attendent le moins par des bandits véhiculés, brandissant des armes de guerre. Séquestrées dans des villas, elles sont ensuite libérées dès que la rançon tombe dans l’escarcelle de la bande. La livraison de l’argent est surveillée et les kidnappeurs le récupèrent avec une moto grosse cylindrée.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Vondrozo – Un enseignant abattu parmi les « dahalo »

Les forces armées ont frappé fort dans la commune de Manambidala Vondrozo, avant hier matin. Des échanges de coups de feu ont fait rage entre 10 et 11heures.Ayant essuyé les tirs de huit éléments mixtes, qui avaient verrouillé sa zone de fuite à Ambato­harana, une meute de présumés dahalo qui venait d’abattre deux villageois et s’emparer de cent quarante têtes de bovidés dans le village de Bemandresy, aperdu quatre de ses éléments. Parmi les présumés voleurs de bétail tombés figure un enseignant à l’Ecole Primaire Publique (EPP), de Mahabolo Vohimarina-Nord, dans la commune rurale de Mana­mibidala.« Un opération de sécurisation est menée actuellement dans les points sensibles de la région Atsimo Antsinanana. Un poste de commandement est basé à Vondrozo. Jeudi, vers 8 heures du matin, lorsqu’une trentaine de dahalo a frappé et tué à Beman­dresy, huit éléments ont été  dépêchés à moto à Ambato­harana pour les prendre à contre-pied. Aucun blessé n’est à déplorer dans les rangs des forces de l’ordre et le bétail récupéré a déjà été restitué aux propriétaires », résume le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie à Farafangana.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Football – Afrique – Des Botswanais contre les Caissiers

La CNaPS Sport a hérité d’un club botswanais, en tour préliminaire de la Ligue des Champions de la CAF.Il s’agit du Township Rollers FC. La première rencontre entre les deux équipes est prévue pour le début du mois de février 2017 (10, 11 ou 12), à Madagascar.Par la suite, les Caissiers s’envoleront pour le continent, afin de disputer la deuxième confrontation face aux Botswanais, une semaine plus tard (17, 18 ou 19). Il s’agira de la quatrième apparition consécutive de la CNaPS Sport, en C1.Et ce, après avoir été titré à quatre reprises en cham­pionnat de Madagascar depuis 2013. Lors de la précédente édition, elle avait réussi à passer le premier tour, en sortant le Gor Mahia du Kenya. Par la suite, le porte-fanion malgache s’était incliné face au Wydad Athletic Club du Maroc.De son côté, Elgeco Plus retrouvera la Coupe de la CAF cette année. Et ce, après avoir goûté une première fois aux joutes internationales interclubs en 2014 et 2015.Pour son retour en C2, le champion d’Analamanga défiera une formation sud-africaine, en l’occurrence le Supersport et accueillera aussi le match aller (10, 11 ou 12 février), avant un déplacement au retour (17, 18 ou 19 février).

Pas de premier tourElgeco Plus reste sur deux éliminations au premier tour, lors de ces deux apparitions en Coupe de la CAF.En 2014, elle était tombée face au Saint-Michel United des Seychelles. Et en 2015, elle s’était inclinée face à l’URA de l’Ouganda.Si les Caissiers arrivent à sortir du piège de ce tour préliminaire, comme lors de la précédente édition, ils auront fort à faire au stade suivant de la compétition. En effet, le vainqueur du duel CNaPS Sport – Town­ship Rollers FC pourrait retrouver le Coton Sport du Cameroun, un club reconnu sur le continent. Et ce, si les Camerounais battent les Sud-Soudanais de l’Atlabara FC dans leur rencontre du tour préliminaire.Du côté de la Coupe de la CAF, Elgeco Plus et le Supersport savent déjà ce qui attend l’un d’entre eux au tournant. Ce sera l’Al Ahly Shendi du Soudan, une équipe exemptée de premier tour. Au total, douze clubs sont directement qualifiés pour le deuxième tour dans cette C2. Tandis qu’ils sont neuf en C1.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Pleine festivité au « Tanàna krismasy » 

Place à la fête ! « Tanàna krismasy », ou littéralement le village de Noël, enchante ses visiteurs depuis le début de cette semaine. Une programmation des plus garnies se découvre.

Tout un village dédié exclusivement à la célébration de ces fêtes de fin d’année, où diverses manifestations artistiques et artisanales, destinées à un public de tout horizon, sont à découvrir. C’est ce qui attend le public qui se joindra aux festivités du Village d’Andohatapenaka, désormais baptisé « Tanàna krismasy », du début de cette semaine au 30 décembre.Continuant à s’affirmer comme un haut lieu de rencontres, d’échanges et de divertissements, notamment pour la promotion de la scène culturelle, le Village d’Andohatapenaka continue à ravir le public qui s’y aventure, avec ses nom­breux stands et des manifestations qui égayent les lieux.« Diverses activités et manifestations artistiques et artisanales ont été soigneusement sélectionnées pour plaire à tous à l’occasion, pour un public de tout âge. C’est avec cette diversité qui enrichit la programmation du village que l’on invite toujours le public à apprécier. Ces infrastructures regorgent encore de belles surprises à voir », affirme Ntsoa Randria­mifidimanana, responsable du Village d’Andoha­tapenaka.

Féérique et festifPour la journée d’hier, du slam-poésie, de la magie et évidemment de la musique ont enchanté les visiteurs. À l’affiche, le trio de slameurs Benson, Conan et Little Jo, le magicien Mih’Art, Meva Gospel, le God’s Messenger Mass Choir (GMMC) et l’actuelle idole des jeunes Rak Roots.Dès 9h du matin jusqu’à 20h, c’est toute une belle brochette d’animations destinées aux premiers visiteurs du « Tanàna krismasy ». Des spectacles de slam-poésie, par exemple, ont fait voyager les villageois à travers leurs mots, rimes et vers prônant comme à l’accoutumée, le patriotisme et la fraternité. Il en est de même pour, les concerts des groupes de cantiques religieux comme celui du GMMC et de Meva Gospel d’hier, illustrant une véritable communion entre les chorales et le public, ainsi que la prestation du jeune Rak Roots qui y a fait danser grands et petits, dès 17h.Des stands de vente-exposition de produits et de cadeaux à l’approche de Noël y sont à visiter, sans oublier  pour les plus petits, des projections sur écran géant de films d’animation au quotidien promettent de les enchanter. Un grand parc de jeux a également été aménagé au sein du village pour les occuper en attendant.Ntsoa Randriamifidi­manana d’affirmer « Qu’à part le grand rendez-vous qu’il a accueilli récemment, le village restera toujours actif, surtout pour des manifestations culturelles. Pour l’année à venir, plusieurs dates ont d’ailleurs déjà été réservées ». Ce premier responsable du village d’ajouter « Au-delà de ce que peuvent penser les gens, nous avons ici quelques stands qui sont gratuitement à la disposition de ceux qui souhaitent les utiliser ».La programmation intégrale du « Tanàna krismasy » est à découvrir sur les réseaux sociaux.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Échange automatique de renseignements – Nouvelles mesures contre l’évasion fiscale

La Norme d’échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers en matière fiscale sera appliquée à Maurice à partir du 1er janvier.

Le 1er janvier 2017 symbolise le début d’une nouvelle ère dans le combat contre l’évasion fiscale. La Norme d’échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers en matière fiscale sera finalement mise en place à Maurice, après avoir été (heureusement) reportée (à la dernière minute) l’année dernière.Le Common reporting standard (CRS) représente l’échange automatique, entre les autorités fiscales à travers le monde, des informations sur les comptes financiers des non-résidents détenus par les institutions financières. Bien que le concept d’échange d’informations entre autorités fiscales ne soit pas une idée innovatrice, cet échange s’est pratiqué jusqu’à présent sur demande et de façon bilatérale. L’échange d’informations dans le cadre du CRS sera effectuée automatiquement, sur une base annuelle et (en principe) entre toutes les administrations qui ont adhéré au CRS, sans être obligées de passer par la négociation de traités bilatéraux.Si jusqu’ici, Maurice compte huit accords d’échange d’informations fiscales, avec l’adhésion de l’île au CRS, les institutions financières mauriciennes auront désormais l’obligation de rapporter des informations sur leurs clients. Outre les banques, d’autres prestataires de services financiers tels que les compagnies d’assurance, les courtiers, les négociants, les gestionnaires de fonds et les management companies seront également concernés.

RésidentsMême certaines entités qui sont elles-mêmes gérées par d’autres institutions financières, telles que des fonds d’investissement, certains «trusts» et fondations, pourraient être classées comme institutions financières et auraient ainsi l’obligation de soumettre des rapports concernant leurs investisseurs- bénéficiaires. Toutes ces institutions financières auront dorénavant l’obligation de recueillir et de communiquer certaines informations sur leurs titulaires de comptes telles que leur nom, adresse, résidence fiscale et solde de compte.Ce sont les titulaires de comptes au sein d’institutions financières à Maurice résidant dans un autre pays signataire du CRS qui seront affectés par le CRS. De plus, si les entités qui détiennent des comptes sont classées en tant qu’entités «passives», les «personnes détenant le contrôle» de telles entités seront également rapportées si elles résident dans un autre pays signataire du CRS. Pour une compagnie, ces personnes seront généralement les actionnaires qui détiennent plus de 20 % des actions.

lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

CAN – Hamada Nampiandraza présent au Gabon

Hamada Nampiandraza reçoit de nouveau, la con­fiance de la Confédération africaine de football. L’arbitre international malgache est désigné pour officier durant la Coupe d’Afrique des Nations 2017.Compétition qui s’étalera du 14 janvier au 5 février de l’année prochaine, au Gabon. Il fait partie des dix-sept arbitres centraux retenus pour le sommet conti­nental. Il s’agi­ra de sa quatrième apparition en phase finale de la CAN.Et ce, après avoir déjà été sélectionné en 2012, 2013 et 2015. Comme quoi, Hamada Nampiandraza fait partie intégrante de l’élite du corps arbitral en Afrique depuis plusieurs années. Lors de la CAN 2015, il avait été pris parmi les arbitres dirigeant les rencontres de la phase à élimination directe. Preuve de la confiance grandissante que lui accorde la CAF.Sur son CV figurent également deux apparitions en finale de la CAN U23, en 2011 au Maroc et en 2015 au Sénégal. Sans oublier qu’il a également officié en finale de la Cosafa Castle Cup en 2015 en Afrique du Sud ainsi qu’à la Super coupe de la CAF 2016 en République Démocratique du Congo.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un corps à Ampita­tafika

Découverte du corps inerte d’un homme âgé de cin­quante ans, à Avaratetezana Ampitatafika, dans la matinée d’hier, aux alentours de 6 heures. Aucune blessure n’a été relevée sur la dépouille. Le défunt habitait dans les parages. Sa famille a été, sans tarder, informée.

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – L’IST-D signe une convention avec la diaspora scientifique

La journée du 21 décembre fut mémorable et à marquer d’une pierre blanche pour l’Institut supérieur de technologie de Diego (IST-D) avec la cérémonie de sortie officielle de la 23è promotion baptisée « Vognono» au gymnase couvert d’Antsiranana. De fait, 319 jeunes ont reçu leurs diplômes  d’ingénieurs, de techniciens supérieurs et de techniciens supérieurs spécialisés.Les sortants sont issus de 24 filières de diverses spécialités dont le management, le commerce, les services, le génie industriel, le génie civil et le génie naval.Cette fois-ci, la sortie de promotion a été marquée par la signature d’une convention entre l’IST-D, représenté par son directeur général, Lova Zakariasy Rognitsara, et l’Association des universitaires et enseignants malgaches francophones (AUCEMFM), représentée par son président, le Pr Clément Lambert Ramarijaona. À travers cet accord, les deux parties conviennent de mettre en place une coopération scientifique et pédagogique, axée sur le développement d’une collaboration approfondie dans les domaines de la formation et de la recherche.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Maurice – Un minimum d’attente à instaurer dans les hôpitaux

«Ce n’est pas parce qu’un service est public qu’il faut qu’il y ait des abus.» C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Santé Anil Gayan, hier, lors de sa visite à l’hôpital SSRN à Pample-mousses dans le cadre du Patients Day. Il s’est rendu dans quatre hôpitaux du pays, où il a rendu visite aux patients et a distribué des cadeaux aux enfants.Anil Gayan a insisté sur le fait que les individus ne sont pas assez patients lorsqu’ils attendent à l’hôpital. Selon lui, «il faut instaurer un minimum de deux heures d’attente dans les hôpitaux». Il a, d’ailleurs, recommandé que des affiches soient placardées dans tous les hôpitaux pour établir cette consigne. De souligner qu’une personne qui se montre impatiente après avoir attendu dix minutes a une attitude inadmissible.Le ministre de la Santé a également fait ressortir que l’attitude des patients ne serait pas la même dans les hôpitaux et dans les cliniques. «Certains patients se plaignent dans les hôpitaux publics, alors qu’ils peuvent attendre des heures dans des cliniques sans problème. Ils accueillent même les médecins des cliniques avec un sourire», a-t-il ajouté.

lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Fahi-Rano tenany

Fa tsy Fahavaratra moa isika izao ?  Anefa raha mijery ny tanimbary vakivaky sy ny rano ritra etsy Anosiarivo, avaratra-andrefan’i Namehana, dia sanatria ka ity ohabolana ity ny vanin-taona : «Ranovelona tarihin-dririnina, miala amin’ny tany itoerany, fa tsy tonga amin’ny itarihana azy».«Faran’ny omby, hena ; faran’ny teny, ifanatrehana ; faran’ny rano, Ikopa», hoy ny Ohabolana. Na koa hoe « Arivo tatatra, zato loharano, Ikopa ihany no farany». Mahagaga ny fahalalan’ny Ntaolo ny tontolony, fa voatety ny lafivalo. Avy avaratra, avy atsimo, avy atsinanana, tsy latsaky ny roapolo ny sakelidrano sy renirano voatanisan’ny Firaketana ho manati-drano na mamatsy rano an’Ikopa, mandra-pivarinany ao Betsiboka : Varahina, Ivovoka, Mamba, Sisaony, Andromba, Katsaoka, Iombifotsy, Onibe, Irihitra, Ikalariana, Ikotoratsy, Anjamaka, Antoby, Mahasano, Isandrano, Besely, Firingalava, Mandraty, Mahatsamena, Menavava.Imerina Efa-Tokon’Andriamasinavalona dia nizara ho Imerinavaratra sy Imerinatsimo, nisaraka teo Andranobevava. Imerina Enin-Tokon’Andrianampoinimerina dia nofaritana ihany koa araka ny rano : Avaradrano (Ambohimanga, Ambohidrabiby, Ilafy, etsetra), Vakinisisaony (Ambohitraina, Antanamalaza), Ambodirano (Antsahadinta, Fenoarivo).Rahoviana no ho lany ny ala atsinanana, hoy ny Ntaolo. Roanjato taona aty aorian’ny mbola nantenaina ireo «Jeneraly Ala» sy «Jeneraly Tazo», dia efa ho lanintsika io ny ala-atsinanana, ka asa raha mbola hisy ho lovain’ny taranaka, afaka roanjato taona. Vakiniadiana, Vakinimananara, Vakinisahasarotra, Imoronimania, Fitovinany : famaritana sy fanondroina ny faritany araka ny rano mamelona azy avokoa izany.Hazo, rahona, orana : rahoviana koa hoe no ho ritra ny rano, fa ndao tohizana hatrany ny tavy ! Hita maso anefa ankehitriny fa mihemotra ny farihin’Ivato, manginy fotsiny moa ny manararaotra manimpy tany ao anatiny, sady tazanan’ny Fanjakana fotsiny. Efa ela ihany koa no fantatra fa miharitra isan-taona ny farihin’Alaotra : 8500 km2 hono fahagola hoy ny vokatry ny arkeolojia, 250 km2 tamin’ny taona 1977, ankehitriny amin’ny hektara sisa hanombanana ny velarany. Asa, manao ahoana Itasy. Tsy misy fahagagana koa Mantasoa, Andraikiba, Rasoabe. Izany Kinkony, Ihotry, Tsimanampetsotsa, izany, mbola ho hita amin’ny saritanin’i Madagasikara  ?Ho Fara-rano ara-bakiteny (cf. Mamalan-kira 21 desambra 2016). Fahi-Rano, Fara-Orana, Fara-Ony : «Farihy tsy misy vodiny, ony tsy misy vavany», hoy indray ny Ohabolana : Alaotra manditsaka manome an’i Maningory, ony lehibe mitodi-doha miatsinanana mamonjy ny Ranomasina Indiana… Ho Angano angano arira arira sisa angamba izany rehefa tany efitra i Madagasikara : tapaho daholo ihany ny hazo, dorohy hatrany ny tanety, totofy foana ny farihy. Mamono tena ny zanak’olombelona.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Danse contemporaine – Le droit des enfants promu à travers la danse à Analanjirofo

La compagnie Lovatiana mène ses activités depuis plusieurs années, autour des ateliers artistiques organisés au niveau des écoles primaires publiques et dans différentes régions. Après le Vakinankaratra, Boeny, Analamanga et Itasy, c’était au tour de la région Analanjirofo, plus précisément à Fénérive Est de voir la compagnie partager son talent et son savoir-faire, quant à la promotion des droits des enfants au niveau des écoles primaires publiques (EPP). « Au début, nous avons souhaité partager  notre passion auprès des enfants issus des quartiers de la capitale. Ensuite, nous sommes allés dans les écoles situées dans ces quartiers. Petit à petit, les expériences se sont développées et les activités se sont accumulées en gagnant en envergure sur le plan national », affirme la chorégraphe Lovatiana Rakotobe.Entamé depuis 2009, c’est un projet culturel et éducatif à la fois qui est alors parti à la conquête de la Grande île. La compagnie a, depuis, bénéficié du soutien du programme Dinika et de la Société civile, ainsi que du Handicap International pour la région Analanjirofo, qui a tenu à apporter sa part de contribution pour pouvoir réaliser les projets sur place. Elle continue dans le même élan en gardant le même esprit de partage auprès de ses cibles, qui sont les enfants dans les EPP.Quatre établissements scolaires de la localité ont ainsi bénéficié des ateliers tenus par la compagnie Lovatiana.

A.P.R.

L'express de Madagascar0 partages

Sports Awards – Soixante-dix champions récompensés

« J’apprécie particulièrement cet événement, une occasion pour récompenser et encourager les sportifs », a mentionné Ndranto Tagg Rakotonanahary, chef de région d’Analamanga dans son discours, lors de la première édition de la soirée « Awards », une cérémonie de remise de trophée aux athlètes porte-fanions de la région qui ont défendu ses couleurs, en remportant le titre de champion de Mada­gascar, de l’Océan Indien et d’Afrique.Dans les locaux de la Compagnie Vidzar, son nouveau partenaire, à Soanierana, s’est tenue la cérémonie de remise de trophées aux 70 athlètes de disciplines différentes, à savoir le basketball, le handball, le volleyball, l’athlétisme, le lawn tennis, le tennis de table, le para sport et l’échec.« Nous avons travaillé en étroite collaboration avec la direction de la jeunesse et des sports d’Analamanga, pour nous fournir la liste des champions de Madagascar, pour les disciplines ayant déjà effectué leur championnat national », a précisé le chef de la région. Parmi les disciplines méritantes mais qui ne figuraient pas dans la liste étaient le rugby, la pétanque, le karaté,…« Nous voulons démontrer qu’on peut être solidaire par l’intermédiaire du sport. Nous allons organiser cette soirée « awards » tous les ans. Nous incitons désor­mais les chaines de télévision locales à accompagner cet événement et en produire même une télé réalité, comme on a l’habitude de faire en culture », propose le chef de région, Ndranto Rakotonanahary.Représentant le ministère de la Jeunesse et des sports, son secrétaire général, Lovatiako Ralaivao, pour sa part, a souhaité à ces champions de Madagascar d’aller encore plus loin et plus haut en portant le fanion malgache au championnat d’Afrique ou du monde.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Six arrestations à Toamasina

Recherché depuis longtemps par les forces de police, un fugitif a été appréhendé avec cinq de ses comparses à Vohitsara Toamasina, dans la nuit de jeudi à vendredi. Des cambriolages et des vols à mains armées sont mis sur leur compte.

L'express de Madagascar0 partages

Pillage de sépultures

Deux jeunes hommes ont été pris en possession d’ossements humains à Manerinerina, hier. Ils se sont fait prendre lors d’un contrôle.

L'express de Madagascar0 partages

Échec de l’éducation

Le taux d’achèvement scolaire reste très bas à Madagascar, selon l’Organisation des Nations unies pour l’éduca­tion, la science et la culture (UNESCO), hier. Des études ont montré qu’il est de 51% pour le primaire et de 14% pour le secon­daire, dans des pays à faible revenu en Afrique, alors que dans les pays développés, il atteindrait les 92%. Mada­gascar a déjà une stratégie, le Plan sectoriel de l’Educa­tion (PSE) pour améliorer l’éducation, donc,  pour attein­dre l’Objectif du développement durable (ODD).

L'express de Madagascar0 partages

L’urbanisation par la spécialisation des quartiers

Les problèmes que pose la croissance d’Antananarivo, n’échappent pas aux gouverneurs généraux français, à commencer par Gallieni. Mais ce n’est qu’à la fin de 1918 qu’est créée une commission d’urbanisme et que l’architecte de la Colonie, Géo Cassaigne, est chargé de présenter un plan d’ensemble pour l’aménagement et l’assainissement de la capitale.Mais il faut encore attendre une dizaine d’années pour que soit élaborée la législation qui doit permettre notamment l’expropriation pour cause d’utilité publique et le contrôle sanitaire (1926-1928). Sa mise en œuvre, d’abord laissée à la charge des budgets locaux, peut bénéficier pendant la crise économique du grand emprunt colonial voté par le Parlement français en 1930.L’une des idées maîtresses qui inspirent le plan est la spécialisation des quartiers restée à l’état d’ébauche. Le groupement des services administratifs, jus­qu’alors installés dans d’anciens bâtiments devenus très insuffisants, se poursuit rapidement à Antaninarenina où l’on construit le nouvel Hôtel des Postes. La place Colbert (actuelle place de l’Indépendance) et ses abords retiennent de nombreux magasins, des grands hôtels, des banques.Mais le centre du commerce reste dans le sud d’Analakely, autour du Zoma qui subit une nouvelle métamorphose. Le projet d’un grand bâtiment métallique, à l’instar des halles de Paris, est ici écarté. Les boutiques disparates sont remplacées par des pavillons à auvent, contigus et semblables, alignés le long de ruelles cimentées et spécialisées, et l’eau abondante est fournie.Au nord du Zoma, l’avenue Fallières (actuelle avenue de l’Indépendance) élargie se bâtit enfin dans un style moderne et imposé à tous: lignes simples, terrasses étagées, pergolas fleuries, arcades-promenoirs et fenêtres doubles formant bow-window. Les plus grands bâtiments accueillent les services municipaux descendus d’Andohalo. Dans les autres, s’installent des magasins de luxe, des bureaux d’entreprises privées.Parallèlement, s’élèvent un peu partout des immeubles de rapport ainsi que des cités-jardins à Antanimena, autour de Mahamasina, le long des rues, améliorées à grands frais de terrassements qui serpentent aux flancs du rocher et conduisent vers les hauts quartiers et vers les vallons de l’est.« L’accroissement de la circulation réclame des soins constants et une adaptationdifficile» (chroniqueur anonyme dans les années 1950). En effet, les automobilistes se multiplient. Les rues de la capitale accueillent chaque jour de nombreux véhicules de passage: dans la seule région d’Antananarivo, 9 000 autos environ sont immatriculées en 1948. Les services publics d’autobus urbains transportent chaque mois 120 000 voyageurs.« C’est dire à quel lourd et patient travail de voirie les ingénieurs français ont dûs’attacher dans une ville au site tant accidenté et où, pendant longtemps, la réglementation n’avait donné aux pouvoirs publics qu’une arme très insuffisante. »  Il faut élargir beaucoup de carrefours qui n’offrent qu’un espace trop étroit aux voies affluentes, supprimer d’innombrables saillies dangereuses: arbres, poteaux, balcons et terrasses, immeubles entiers non alignés. Après le tunnel d’Analakely (Garbit), un autre est percé et mis en service en 1938 sous le col d’Ambohi­jatovo (tunnel d’Ambanidia) pour donner un accès facile aux quartiers de l’est.Mais en dépit des progrès accomplis, les voies carrossables ne forment encore en 1950 qu’un « réseau aux mailles trop larges ». Trop nombreux sont ceux qui vivent à l’intérieur des blocs délimités par les voies publiques. « La superficie de l’agglomération est loin d’avoir augmenté aussi vite que la population. »Néanmoins, des faubourgs tentaculaires s’allongent suivant les grandes routes: à l’ouest sur celle de Miarinarivo et de l’Abattoir d’Anosipatrana; au-delà d’Antani­mena, sur celle de Mahajanga; au nord, sur celle d’Ambohimanga; et sur la digue de Besarety qui franchit le marais de l’est, en direction de Toamasina. En même temps, la population s’entasse dans les quartiers déjà habités à la fin du XIXe siècle. Beaucoup de familles malgaches, nobles et roturières, lotissent pour mettre en vente leurs domaines ou construisent des immeubles pour vivre des bénéfices de la location.Les anciens hameaux nichés au-dessous du Rova, dans les « hady » (ravins) tendent à se rejoindre en utilisant le moindre replat naturel ou artificiel. Les maisons se multiplient aussi sur les versants orientaux de la croupe de Faravohitra. Mais c’est autour des bas-fonds d’Analakely et de la gare que les constructions prolifèrent le plus rapidement. La densité à l’hectare dépasse dans Isotry, Isoraka, Ambondrona, 200 et même 300 habitants.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Coupe de Noël : La commune Mahereza en pleine préparation

La commune Mahereza organise une Coupe de Noël  ce 24 décembre 2016. Cette coupe sera sponsorisée par Madasun et Cnaps. Les 2 derniers ont donné  à Johnny Rakotoarisoa, Maire de la commune Mahereza des matériaux complets comme les maillots ainsi que des ballons de football. La collaboration entre les 2 sponsors et la commune Mahereza ne s’arrêtera pas à cette coupe. Apparemment, la coopération entre l’ONG Madasun et CNaPS s’étend sur tout le pays. Ce genre de sponsoring  n’a aucun intérêt avec la politique. C’est juste des actions pour le développement du sport à Madagascar.

Sendra R. (Stagiaire)